Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques. Tome 35.
Author: Hamilton, Alexander, Muratori, Lodovico Antonio, Cazotte, Jacques
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques. Tome 35." ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



        VOYAGES
     _IMAGINAIRES_,

ROMANESQUES, MERVEILLEUX,
 ALLÉGORIQUES, AMUSANS,
 COMIQUES ET CRITIQUES.

     _SUIVIS DES_
   SONGES ET VISIONS,

       _ET DES_
  ROMANS CABALISTIQUES.



_CE VOLUME CONTIENT:_


L'ENCHANTEUR FAUSTUS, conte, par HAMILTON.

LE DIABLE AMOUREUX, nouvelle espagnole, par M. CAZOTTE.

LES LUTINS DU CHATEAU DE KERNOSY, nouvelle historique par madame la
comtesse DE MURAT.



            VOYAGES
         _IMAGINAIRES_,
        SONGES, VISIONS,
             _ET_
      ROMANS CABALISTIQUES.

       _Ornés de Figures._

      TOME TRENTE-CINQUIÈME.

Troisième classe, contenant les Romans
         cabalistiques.

[Illustration]

          A AMSTERDAM,
    _Et se trouve à PARIS,_
    RUE ET HÔTEL SERPENTE.

       M. DCC. LXXXIX.



L'ENCHANTEUR _FAUSTUS_,

CONTE,

_Par HAMILTON_.



AVERTISSEMENT

_DE L'ÉDITEUR_

DES VOYAGES IMAGINAIRES, &c.


L'enchanteur Faustus, si célèbre chez nos pères, est maintenant
absolument ignoré; à peine la tradition a-t-elle transmis à quelques
personnes le nom de ce fameux magicien, & sa fin déplorable; il en est
très-peu qui aient lu l'histoire de sa vie. Nous rappelons la mémoire
de ce roman singulier, monument rare & curieux de l'ignorance & de la
crédulité du seizième siècle.

La vie du docteur Fauste ou Faustus a été originairement écrite en
allemand: on croyoit alors aux sorciers, & l'auteur s'est plu à
accumuler dans son ouvrage tout ce qui peut frapper le plus vivement
les imaginations avides des merveilles de ce genre, & ce qui est
capable d'inspirer de l'effroi aux esprits crédules. Ce roman a eu
un succès prodigieux, non seulement en Allemagne, mais dans toute
l'Europe, où les traductions l'ont fait connoître. La traduction
françoise est intitulée: _Histoire prodigieuse & lamentable du docteur
Jean Fauste, grand & horrible enchanteur, avec sa mort épouvantable;
où est montré combien est misérable la curiosité des illusions &
impostures de l'esprit malin, ensemble la corruption de satan par
lui-même, étant contraint de dire la vérité._

Le succès de cet ouvrage étoit dû, comme nous l'avons observé, au
crédit qu'avoit alors la magie; nous croyons même que, par une pieuse
supercherie, l'auteur a donné son roman comme une histoire véritable.
Le but moral qu'il semble s'être proposé, est de nous mettre en garde
contre les ruses du diable, qui ne nous procurent de légers avantages
que pour nous conduire à une fin déplorable. Depuis que les sorciers
& les magiciens ont cessé de nous faire illusion, l'histoire de Jean
Fauste n'a plus paru qu'un conte ridicule, qui est insensiblement tombé
dans l'oubli. Nous n'en faisons mention que comme d'une production
singulière, & qui a donné au comte Hamilton l'idée du conte que nous
imprimons, dans lequel l'enchanteur Jean Fauste joue le principal
rôle. Entre autres dons que le magicien avoit reçus du démon, celui
d'évoquer les ombres est le principal; il en fait usage devant la reine
d'Angleterre Elisabeth, & fait passer en revue en sa présence tous
les héros avec qui cette princesse veut faire connoissance. Ce cadre
fournit une galerie de portraits dessinés avec tout l'art & l'esprit
que l'on connoît au comte Hamilton: on y retrouve l'auteur ingénieux de
Fleur d'Epine & des quatre Facardins.

On a cru que la vie de l'enchanteur Faustus étoit une satire contre
le fameux Jean Fust ou Faust de Mayence, l'un des inventeurs de
l'imprimerie, ou l'effet du zèle outré d'un catholique, qui, sous
le nom de ce magicien, a voulu désigner Luther; mais aucune de ces
traditions ne nous paroît vraisemblable ni fondée.

Nous faisons suivre ce conte d'un petit roman très agréable, intitulé,
_le Diable amoureux_; c'est un charmant badinage dont M. Cazotte est
l'auteur; on y trouvera du merveilleux, de l'esprit, & de l'intérêt.
M. Cazotte est encore auteur de deux ouvrages agréablement écrits, le
_Lord in-promptu_, & _Ollivier_, poëme.

Nous terminons ce volume par les _Lutins du château de Kernosy_, par
madame de Murat, augmentés de deux contes de fées, _Peau d'Ours_ &
_Etoilette_, attribués à mademoiselle de Lubert. Ici ce n'est qu'en
apparence que les événemens sont surnaturels; ce n'est plus que de
la fausse magie; ou, pour nous expliquer mieux, on ne trouve dans
les Lutins du château de Kernosy que des enchantemens factices, des
sorciers & des magiciens supposés, dont l'art n'est qu'une adroite
supercherie pour parvenir à leurs fins.

Les Lutins du château de Kernosy ont été donnés d'abord sous le titre
des Sylphes amoureux. Ce sont deux amans, qui, pour pénétrer dans un
vieux château qui renfermoit leurs maîtresses, se font passer pour
des esprits élémentaires, trompent la vigilance d'une vieille tante
maussade & sévère, & se débarrassent de leurs rivaux, qui sont deux
provinciaux sots & ridicules. Ce petit roman est très-agréable & bien
écrit; les scènes qu'il présente sont amusantes, gaies, variées, &
ornées d'épisodes charmans, dont le plus intéressant est l'histoire
touchante de madame de Briance. Les deux contes de fées qu'y a ajoutés
mademoiselle de Lubert, sont aussi épisodiques.

Nous ne dirons rien de ces deux dames, connues par des contes de fées,
que l'on trouve dans le cabinet des fées; savoir, ceux de madame de
Murat, tom. Ier, & ceux de mademoiselle de Lubert, tome 33 de la
collection: nous y renvoyons nos lecteurs.

[Illustration]



[Illustration]

L'ENCHANTEUR _FAUSTUS_,

CONTE.


    Belle Daphné, je me repens
    De la petite confidence
    Que je vous fis vers le printemps,
    En parlant des amusemens
    Que le loisir & l'indolence,
    Ou plutot que votre présence,
    M'inspiroient dans ces lieux charmans,
    Où les Graces & les _Sorans_
    Ont établi leur résidence.
    Je sais de quelle indifférence
    Le ciel vous fit pour tout encens,
    S'il s'adresse à vos agrémens;
    Car j'en ai quelque expérience.
    Il est même certains momens
    Où malheur à qui vous encense,
    Et dans ses discours ou ses chants,
    Vous va donnant la préférence
    Sur les beautés de notre temps.
    Pourquoi donc, avec ce mérite,
    Si rare chez d'autres beautés,
    Voulez-vous tant que je m'acquitte?
    Pourquoi faut-il qu'on vous irrite,
    En vous disant vos vérités?

Cela veut dire en peu de mots, mademoiselle, qu'il y a je ne sais
combien que vous me persécutez pour un misérable écrit, indigne de vous
& de moi. Vous le voulez voir, quoique je vous aye dit que j'ai tâché
d'y mettre quelque chose qui vous ressemble; & cependant vous ne voulez
pas que ce qu'on fait pour vous ait de votre air, tant vous avez peur
que ce ne soit vous flatter, que d'attraper votre ressemblance! Il
n'y a pas de peintre que cela n'embarrasse; mais pour dépayser votre
délicatesse sur les louanges, il faut vous conter une historiette où
vous serez mise tout au long, sans pouvoir y trouver à redire.

La reine Elisabeth (dont fut autrefois grand amiral en Irlande un grand
grand père, ou trisaïeul de madame votre mère) étoit une merveilleuse
princesse pour la sagesse, le savoir, la magnificence & la grandeur
d'ame; tout cela étoit beau: mais elle étoit envieuse comme un chien,
jalouse & cruelle, & cela gâtoit tout.

    Je n'entends pas, en parlant d'elle,
    Parler de cette cruauté,
    Dont une farouche beauté
    Martyrise un amant fidèle;
    Car, entre nous, de ce côté,
    La reine n'étoit point cruelle;
    Et dans l'histoire on a douté
    Si sa pudique majesté,
    Qui fut au dieu d'hymen rebelle,
    L'avoit été par chasteté,
    Ou par une incommodité
    D'espèce bizarre & nouvelle:
    Mais en fait de virginité,
    Ce fut une étrange pucelle.

Quoi qu'il en soit, la renommée, qui dit le bien & le mal, avoir porté
son caractère jusqu'au fond des Allemagnes, d'où certain personnage
partit en poste pour se rendre à sa cour. Il s'appelloit Fauste;
peut-être le nommerons-nous quelquefois faustus, pour la commodité de
la rime, en cas que la fantaisie nous prenne de le mettre en vers. Ce
Fauste donc, grand magicien de profession, eut envie de s'informer
par lui-même si cette Elisabeth, dont on parloit tant, étoit aussi
merveilleuse en belles qualités, qu'elle étoit endiablée sur les
autres. Il en pouvoit être juge compétent: tout ce qui se passoit
là-haut au pays des étoiles & des planètes, lui étoit connu, & Satan
lui obéissoit comme son chien. Il savoit tout plein de petits secrets
pour rire, & un million de tours de passe-passe, qui ne faisoient ni
bien ni mal: comme, par exemple, quand il vouloit, une duchesse couroit
les champs après son cocher, & un archevêque passoit les jours à faire
des vers pour sa servante de cuisine, & les nuits à lui donner des
sérénades. C'étoit lui qui le premier en Angleterre avoit enseigné à
mettre, dans certains jours de l'année, du romarin, du pissenlit, des
os de bécasse, & autres curiosités de cette nature sous les chevets
des jeunes pucelles, pour leur faire voir, la nuit en songe, celui
par qui elles ne le seroient plus. La reine, charmée des gentillesses
qu'on en disoit, voulut le voir, & dès qu'elle le connut, elle devint
presque folle de son savoir & de ses manières. Elle croyoit bien avoir
elle-même tout l'esprit du monde, & n'avoit pas tort; elle se flattoit
aussi d'être la plus belle personne de son royaume; mais il n'en étoit
rien.

Un jour qu'elle s'étoit extraordinairement parée pour une audience
d'ambassadeurs, elle se retira dans son cabinet après la cérémonie, &
elle y fit venir notre docteur. Après s'être admirée quelque temps
dans deux ou trois grands miroirs, elle parut fort contente d'elle-même:

    Elle avoit cet air qu'au matin,
    Du soleil a l'avant-courrière;
    Rien n'étoit plus frais que son tein;
    C'étoit tous lys, & tout jasmin,
    Mêlés de rose printanière:
    Car dès qu'on a force or en main,
    Les plus beaux teints ne manquent guère.
    Court étoit son vertugadin,
    Et montroit, depuis l'escarpin,
    Sa jambe presque tout entière;
    Et s'étant assise à la fin,
    Le dos penché contre sa chaise,
    Comme qui diroit sans dessein,
    Ce penchement montroit son sein,
    Ayant fait regrimper sa fraise;
    Tandis que sur sa blanche main
    Rubis & diamans sans fin
    Alloient brillant tout à leur aise.

Ce fut dans cet état que l'enchanteur Faustus la trouva: c'étoit bien
le courtisan le plus adroit pour un sorcier, qu'on pût voir au monde;
& connoissant le foible de la reine sur sa beauté imaginaire, il n'eut
garde de manquer une si belle occasion de lui faire sa cour. Ainsi,
choisissant le rôle d'Esther interdite, il fit trois pas en arrière,
comme pour tomber en foiblesse. La reine lui ayant demandé s'il se
trouvoit mal, il dit que non, Dieu merci! mais que la gloire d'Assuerus
l'avoit ébloui. Elle qui savoit l'ancien & le nouveau testament par
cœœur, trouva l'application juste & ingénieuse: mais n'ayant pas alors
son sceptre sur elle, pour lui en faire baiser le bout en signe de
grace, elle se contenta de tirer un rubis de ses doigts d'ivoire, dont
il se contenta aussi. Vous nous trouvez donc assez passable pour une
reine? lui dit-elle en repassant ses lèvres du bout de la langue, comme
sans y songer. A cela, il se donna au diable (le présent n'étoit pas
nouveau); il se donna donc au diable que non seulement il n'y avoit ni
souveraine ni particulière qui l'égalât, mais même qu'il n'y en avoit
jamais eu. O Fauste, mon ami, lui dit-elle, si ces fameuses beautés
des siècles passés pouvoient revenir, il feroit aisé de voir que vous
nous flattez. Votre majesté les veut-elle voir? dit-il; elle n'a qu'à
dire, elle en aura bientôt le cœœur net. Notre homme ne manqua pas
d'être pris au mot, soit qu'elle eût envie de l'éprouver dans un effet
si merveilleux de science magique, ou qu'elle voulût satisfaire une
curiosité qu'elle avoit eue depuis assez long-temps.

Au reste, mademoiselle, n'allez pas vous imaginer que ce que je vais
dire soit une fable de ma façon. L'événement est tiré des mémoires d'un
des beaux esprits de ce temps-là; c'étoit le chevalier Sydney, espèce
de favori de la reine, qui, parmi quelques faits particuliers de sa
vie, a mis cette aventure tout au long; & c'est du feu duc d'Ormond,
votre grand oncle, qui m'en a souvent fait le récit, que je tiens ce
passage d'histoire.

Elle dit donc que notre magicien pria la reine de vouloir bien passer
dans une petite galerie qui étoit près de son appartement, tandis qu'il
iroit chercher son livre, sa baguette, & sa grande robe noire. Il ne
fut pas long-temps à revenir avec son équipage & ses talismans. Il y
avoit une porte à chaque bout de la galerie, par une desquelles les
personnages que sa majesté souhaiteroit, entreroient & sortiroient par
l'autre. Il n'y eut que deux personnes, sans plus, d'admises avec la
reine au spectacle, l'un desquels fut le comte d'Essex, & l'autre le
Sidney, auteur de nos mémoires.

La reine était placée devers le milieu de la galerie, ses deux favoris
à droite & à gauche auprès de son fauteuil, autour desquels, aussi bien
que de leur maîtresse, l'enchanteur ne manqua pas de tracer des cercles
mystérieux, avec toutes les façons & cérémonies en pareil cas usitées;
il en traça un autre vis-à-vis, où il se mit lui-même, laissant un
espace au milieu pour le passage des acteurs. Cela fait, il supplia
la reine de ne pas dire un mot tant qu'ils seroient sur la scène, &
sur-tout de ne se point effrayer, quelque chose qu'elle pût voir. Cette
dernière précaution étoit assez inutile à son égard; car la bonne dame
ne craignoit ni dieu ni diable. Après ce mot d'avis, il lui demanda
laquelle des beautés trépassées elle souhaitoit de voir la première?
Elle lui dit que, pour suivre l'ordre des temps, il falloit commencer
par la belle Hélène. Sur quoi le négromancier, dont le visage parut un
peu changé, leur dit: Tenez-vous bien. Le chevalier Sidney, dans son
récit, avoue que, sur le point de cette opération magique, le cœœur
lui battit un peu; que le brave Comte d'Essex en devint pâle comme un
mort, mais qu'il ne parut pas la moindre petite émotion à la reine. Ce
fut alors

      Qu'ensuite de quelques _oremus_,
      Et de quelque autre momerie
      Que font gens de la confrérie,
      Dans les vieux contes rebattus
      D'esprits & de sorcellerie,
      Le révérend docteur Faustus,
      Voyant trembler la galerie,
      Et nos deux héros éperdus,
      Dit, criant comme une furie:
      Paroissez, fille de Léda!
      Et d'une prompte obéissance,
      Offrez-vous à notre présence
    Telle que vous étiez, quand sur le mont Ida
    Vénus au beau Pâris jadis vous accorda,
      En faveur de la préférence
      Dont vous fûtes la récompense
      Dans le procès qu'il décida.

Après cette invocation, la belle Hélène n'eut garde de se faire
attendre; elle parut au bout de la galerie, sans qu'on se fût aperçu
comme elle y étoit entrée. Elle étoit habillée à la grecque, &, suivant
les mémoires de notre auteur, son habillement ne différoit en rien de
celui de nos déesses d'opéra. Sa coiffure étoit composée de quantité
de plumes flottantes sur sa tête, & surmontées d'une belle aigrette;
des boucles de cheveux noirs lui descendoient jusqu'à la ceinture
par-devant, & jusques au croupion par-derrière; ses engageantes lui
battoient agréablement les genoux en marchant, & la queue, qu'elle
traînoit à la lacédémoniene, avoit pour le moins quatre aunes d'un
riche brocard de Corinthe. Cette figure s'arrêta quelque temps devant
la compagnie; & s'étant tournée face à face devers la reine, pour
en être mieux observée, elle en prit congé avec un certain sourire
entre-doux & hagard, & sortit par l'autre porte.

Dès qu'elle disparut: Quoi! dit la reine, c'est là cette belle
Hélène? Je ne me pique pas de beauté, poursuivit-elle; mais je veux
bien mourir, si je changeois de figure avec elle, quand même cela se
pourrait. Je le disois bien à votre majesté, répondit l'enchanteur, &
cependant voilà justement comme elle étoit dans sa plus grande beauté.
Je trouve pourtant, dit le comte d'Essex, qu'elle ne laisse pas d'avoir
les yeux assez beaux. Oui, dit le Sydney, ils sont grands, noblement
fendus, noirs & brillans; mais, après tout, ses regards disent-ils
quelque chose? Pas un mot, répondit le favori. La reine qui, ce
jour-là, s'étoit fait le visage rouge comme un coq, demanda, en parlant
du visage d'Hélène, comment on trouvoit son teint de porcelaine?
De porcelaine! s'écria le comte; c'est tout au plus de la faïence.
Peut-être, poursuivit elle, qu'ils étaient à la mode de son temps;
mais, vous m'avouerez que, dans aucun siècle, il n'a été permis d'avoir
les pieds tournés comme elle.

Je ne hais pas son habit, poursuivit la reine, & je ne sais si je ne le
mettrai point à la mode; au lieu de ces impertinens vertugadins dont
les femmes ne savent que faire dans quelques occasions, & où l'on ne
fait que faire des femmes en quelques autres. Pour l'habit, passe, dit
le comte d'Essex: mais, ma foi, ce n'est pas grand'chose que la figure
que nous venons de voir. Le chevalier Sidney, topant à la remarque,
s'écria:

      O Pâris! quel amour fatal
    Te fit dans Ilion renfermer une proie
    Dont nous venons de voir le piètre original?
    Si cet exploit d'abord te donna quelque joie,
      Sa présence y fit plus de mal,
      Que ce grand diable de cheval
      Qui fit périr l'antique Troie.

Cette bénigne critique sur la figure & les prétendus défauts d'Hélène;
étant finie, la reine eut envie de voir cette belle & infortunée
Mariamne, dont l'histoire fait une si belle mention. L'enchanteur ne
se le fit pas dire deux fois; mais il ne jugea pas à propos d'évoquer
une princesse qui avoit connu le vrai dieu, de la même manière qu'il
avoit appelé la beauté payenne. C'est pourquoi, s'étant tourné quatre
fois vers l'orient, trois vers le midi, deux au couchant, & une seule
du côte du Septentrion, il dit en hebreu, mais d'une manière honnête:
Mariamne, fille d'Hyrcan, montrez-vous, s'il vous plaît, vêtue comme
vous aviez coutume de l'être pendant la fête des Tabernacles. A peine
eut-il fini, que l'épouse d'Hérode parut, & s'avança gravement jusqu'au
milieu de la galerie, où elle s'arrêta comme avoit fait la première;
quant à ses habits & son ajustement, ils sembloient répandre sur toute
sa personne un air de noblesse & de dignité qui la rendoit respectable;
elle étoit mise à peu près comme on représente le grand sacrificateur
des Juifs, excepté qu'il ne lui paroissoit point de barbe, & qu'au
lieu de cette tiare en croissant que portoient les grands prêtres, un
voile de gaze, qui prenait depuis la tête, & qui étoit attaché vers
la ceinture, traînoit bien loin derrière elle. Après s'être assez
long-temps arrêtée devant la compagnie, elle poursuivit son chemin,
mais sans faire la moindre honnêteté à la fière Elisabeth. Est-il
possible, dit cette reine dès qu'on ne la vit plus, que cette célèbre
Mariamne fût faite comme cela? Quoi? c'était une grande idole pâle,
maigre, & sérieuse? & depuis tant de siecles, elle a passé pour une
merveille? Ma foi, dit le comte d'Essex, si j'avois été à la place
d'Hérode, je ne me serois jamais brouillé avec un chat sauvage comme
cela, sur le refus de ses caresses. Je lui ai pourtant trouvé, dit
Sidney, une certaine langueur touchante dans les regards, un grand air,
& quelque chose de noble & de naturel dans toute l'action. Fi! répondit
l'autre, la grandeur de son air est impertinente; la grace qu'elle a
dans ses manières aisées que vous admirez, est pleine de présomption,
& je lui trouve de l'insolence jusques dans la taille. La reine ayant
approuvé tout cela, condamna principalement la pauvre princesse, sur
le mépris & l'aversion qu'elle avoit eue pour la personne de son mari,
& sur la résistance continuelle qu'elle avoit faite à ses plus tendres
empressemens; qu'elle avoit eu beau dire que c'étoit parce qu'il avoit
égorgé toute sa famille, ce n'étoit pas une raison pour lui refuser les
droits de l'hymen, quand il les auroit exigés vingt fois par jour, &
conclut que, pour cette seule rebellion, Hérode avoit bien fait de lui
couper la tête.

Le docteur Fauste, pour paroître plus savant en tout, assura que ce
n'étoit point pour cette raison qu'Hérode s'étoit défait de la chaste
Mariamne; que tous les historiens s'y étoient mépris; mais qu'une
certaine Salomé, sœœur du roi, & maudite de dieu, avoit rapporté à
son frère, qu'étant à un sacrifice auprès de la reine, elle l'avoit
entendue de ses propres oreilles, qui prioit bien dévotement, le dieu
d'Abrahem, d'Isaac, & de Jacob, de la délivrer de son vieux cocu de
mari. Si ce trait-anecdote ne fut pas cru, au moins parut-il nouveau.
Un moment après, la reine ordonna qu'on fît venir Cléopâtre, du même
air qu'elle auroit pu demander une de ses femmes de chambre.

    Pas n'y manqua le savant Fauste,
    Et pour n'être point ennuyeux,
    Il fit partir devant ses yeux,
    Un petit diablotin en poste,
    Pour la transporter dans ces lieux.

Peut-être serez-vous bien aise d'apprendre la manière dont ce courrier
fut dépêché? La voici. Il ne fit que prendre un grand bonnet fourré
qu'il portoit; & en trois coups de baguette, l'ayant métamorphosé
en haquenée blanche, la plus jolie du monde, il lui mit un bout de
sa baguette dans le derrière, & après avoir soufflé dans l'autre,
la haquenée partit comme un éclair, & en sept minutes, revint avec
l'illustre Cléopâtre, qui mit pied à terre au bout de la galerie. La
reine comptoit bien que cette apparition dédommageroit sa curiosité du
peu de satisfaction que les charmes tant vantés des autres lui avoient
donné. Nous allons voir ce qui en arriva.

La reine d'Egypte avoit fait de grands apprêts, ayant appris, par sa
monture, le sujet de son voyage, & le peu de cas qu'on avoit fait de la
belle Hélène & de l'infortunée Mariamne. Dès qu'elle parut, la galerie
fut embaumée des parfums les plus précieuse de l'Arabie heureuse; car
elle s'en étoit mis par-tout, tant à cause qu'il y avoit du temps
qu'elle étoit morte, que pour laisser au moins sa mémoire en bonne
odeur, en cas qu'on ne fût pas content de sa figure, après son départ.
Elle avoit la gorge fort découverte; une attache de rubis & de gros
diamans retroussoit ses jupes beaucoup au dessus du genou gauche: ce
qui n'étoit pas découvert de sa personne paroissoit très-distinctement
au travers d'une gaze transparente, qui composoit son habillement. Dans
cet équipage galant & léger, elle fit, au milieu de la galerie, le même
manège qu'avait fait avant elle les deux autres.

Dès qu'elle eut le dos tourné, on ne manqua pas de tomber sur sa
personne & sur sa friperie. La reine crioit comme une possédée, qu'on
lui brûlât du papier sous le nez, à cause des vapeurs que l'onguent
dont cette momie s'étoit frottée, lui avoit causées. Elle la trouva
moins supportable que la femme d'Hérode & la fille de Léda; elle se
moqua fort de ce qu'elle s'étoit troussée en Diane, pour montrer
la plus vilaine jambe du monde, & dit qu'elle auroit mieux fait de
paroître en robe fourrée, que dans ce petit habillement d'été, qui
exposoit à la vue des trésors qui n'étoient faits que pour être
éternellement cachés. En effet, dit le Comte d'Essex, voilà un corps
plaisamment bâti pour aller aussi débraillé qu'elle fait. Il est vrai
qu'elle a quelque éclat, & que sa peau est assez blanche pour une
Egyptienne; mais c'est l'apanage de toutes les rousses, dont elle a
sans doute été l'archi-doyenne en son temps. Le Chevalier Sidney, qui,
outre ces défauts, trouvoit qu'elle a voit trop de ventre & trop peu de
derrière, s'écria:

      Fauste, par cette vision,
      Combien de choses à rabattre
      Dans la riante fiction
    Que l'histoire nous fait, à sa confusion,
      De la fameuse Cléopâtre!
      Ah! dans le combat d'Actium,
      Antoine, pour elle poltron,
      Devoit cent fois plutôt se battre,
      Ou se faire tenir à quatre,
      Que de suivre cette guenon.

Guenon tant qu'il vous plaira, dit le docteur; voilà pourtant celle
qui mit dans ses fers le héros qui s'étoit rendu maître du monde, &
c'est cette même guenon qui tourna la tête à cet autre héros que vous
venez de dire. Mais, madame, dit-il à la reine, puisque ces fameuses
étrangères ne sont pas de votre goût, n'en cherchons plus hors de vos
états. L'Angleterre, qui a toujours été en possession de produire
des beautés parfaites, comme nous le voyons par votre majesté, nous
fournira peut-être un objet plus digne de votre attention, dans
l'apparition de la belle & malheureuse Rosemonde. Votre grandeur, qui
sait tout, n'en ignore apparemment pas l'histoire. J'en ai quelque
idée, dit-elle; mais comme mes grandes occupations l'ont presque
effacée de ma mémoire, je ne serai pas fâchée qu'on l'y retrace par une
petite répétition de ses aventures.

Il n'y a pas encore trois jours, dit le chevalier Sidney, que je
lisois cet endroit de la vie d'Henri second, un de vos plus illustres
prédécesseurs. Ce grand roi avoit le cœœur du monde le plus tendre,
mais rien moins que scrupuleux sur l'inconstance. Cependant il y avoit
quelques années qu'une certaine Jeanne Shoar en étoit en paisible
possession: elle avoit de la beauté; mais il s'en falloit bien
qu'elle en eût assez pour fixer une légereté comme la sienne, si le
diable ne s'en étoit mêlé; car, en ces temps-là, tout le monde tenoit
pour constant que c'étoit par sortilège & pure magie qu'elle s'étoit
fait aimer, & qu'elle conservoit sa conquête. C'est à Faustus à nous
dire ce qu'il en pense, lui qui est versé dans ces innocentes petites
rubriques. Quoi qu'il en soit, voici comme l'enchantement de dame
Jeanne se rompit, si tant est qu'il y en ait eu à son fait.

Le roi s'étant un jour égaré à la chasse dans une vaste forêt, fit
tant, en tournoyant & retournoyant de côté & d'autre, qu'il se trouva
au bout d'un ruisseau dont l'eau étoit belle & claire; il en suivit
quelque temps le cours, & cela le mena dans un endroit où le ruisseau,
s'élargissant, faisoit une espèce de bassin, bordé d'un gazon vert
& frais, ombragé de grands arbres extrêmement touffus. Or comme ces
sortes d'endroits sont d'ordinaire les scènes de quelque aventure,
celle qui lui arriva fut de trouver d'abord des habits de femme au
pied d'un de ces arbres, ce qui l'obligea de mettre pied à terre, avec
quelque émotion; & s'étant avancé trois ou quatre pas, il vit les
personnes à qui ces habits appartenoient; c'étoient deux nymphes qui
étoient jusqu'au cou dans cette fontaine, & qui poussèrent en même
temps deux cris des plus aigus, voyant un homme de cette apparence qui
venoit droit à elles. Le visage de la plus jeune le frappa d'un si
grand étonnement, qu'il en demeura quelque temps immobile, & parut tout
éperdu: il ne prit pas garde à l'autre, quoiqu'elle fût sortie de l'eau
comme une étourdie, pour courir à ses habits. Sa compagne, qui avoit
bien autant de peur, & qui n'avoit pas été moins surprise qu'elle,
ne jugea pas à propos de l'imiter. Elle étoit fort embarrassée: mais
voyant que le Roi ne l'étoit pas moins, elle se rassura un peu, & lui
dit que comme tout ce qui paroissoit en sa personne lui faisoit juger
qu'il avoit été armé chevalier, elle le supplioit de lui accorder un
don: c'étoit la grande manière en ces temps-là. Ainsi, le roi qui
lui avoit déjà donné sa personne, sa liberté son cœœur & son ame,
jura qu'il ne lui refuseroit rien de ce qu'elle lui feroit l'honneur
de lui demander, quand ce seroit la moitié de son royaume. A ce mot,
la belle tressaillit, & pensa se lever pour lui faire la révérence;
mais supprimant ce premier mouvement que le respect & le devoir lui
avoient inspiré, la grace qu'elle lui demanda, fut d'avoir la bonté
de se retirer, jusqu'à ce qu'elle fût sortie de l'eau, & qu'elle eût
repris ses habits. Il obéit comme un enfant, quoique dans ces sortes
d'occasions, il fût d'ordinaire aventureux; mais le pauvre prince
l'aimoit déjà à la fureur. Il n'en faut pas davantage pour que l'homme
du monde le plus délibéré devienne plus soumis & plus timide qu'une
pucelle auprès de l'objet aimé. Il se retira donc; mais ce ne fut pas
avec intention de tenir tout à fait sa parole. Dès qu'il se vit couvert
de quelques buissons, il donna un coup de fouet à son cheval, qui se
mit à galoper par le bois, & sa majesté se mit à quatre pattes, &
s'étant traînée vers l'endroit d'où il venoit, il écartoit doucement
les branches qui lui fermoient la vue de la fontaine, justement comme
la belle inconnue en sortoit, sans aucune précaution, & sans se
douter de cette supercherie de la part d'un chevalier errant, qui de
plus étoit roi. Dieu sait si le prince, qui étoit devenu éperdument
amoureux, à ne lui voir, pour ainsi dire, que le bout du nez, trouva
de quoi achever de s'enflammer dans la contemplation de tout le reste.
L'histoire dit, que quoiqu'il fût à quatre pattes, il y auroit bien
resté trois jours sans boire ni manger, tant les objets lui plaisoient;
mais on ne lui en donna pas le temps. La nymphe fut s'habiller, & son
nouvel adorateur, après un petit détour, se présenta devant elle. La
première chose qu'il fit, ce fut de se jeter à ses pieds, pour lui
jurer qu'il l'adoroit, sans s'informer qui elle étoit. La surprise, le
respect, l'émotion & la rougeur, qui s'étoient emparés tout à la fois
de la charmante étrangère, auroient sans doute désorienté les appas
de toute autre; mais les siens n'en firent que croître & embellir: si
bien que le pauvre roi... Chevalier, dit la reine, abrégeons, s'il vous
plaît. Tant qu'il vous plaira, madame, reprit-il. On entendit un grand
bruit de chevaux; c'étoient les gens de la suite du roi, qui, l'ayant
cherché pendant une grosse demi-heure, lui ramenoient son cheval par la
bride. Il remonta dessus, après avoir appris que sa nouvelle divinité
s'appeloit Rosemonde, fille d'un baron dont le château n'étoit qu'à
cinquante pas de cette forêt. Il revint tout rêveur & tout refroidi
pour sa maîtresse Jeanne. Elle s'en aperçut bientôt; il ne s'en mit
guère en peine: il alloit plus souvent à la chasse, & en revenoit
toujours plus refroidi pour elle. Cela fit naître les soupçons, & les
soupçons mirent force espions en campagne, un desquels l'informa qu'on
avoit trouvé le roi à deux genoux devant une jeune personne belle
comme un ange, le jour qu'il s'étoit égaré; & que toutes les chasses
qu'il avoit faites depuis, n'avoient été qu'à son intention. A cette
découverte, la dame Jeanne, qui, sauf le respect de votre majesté,
étoit la plus méchante carogne de l'univers, jeta feu & flammes,
gourmanda le roi, comme elle auroit fait son laquais; & comme elle
avoit un ascendant diabolique sur son esprit, elle l'obligea, par ses
menaces & ses vacarmes, de consentir, comme un grand benêt qu'il étoit,
qu'on enlevât la pauvre Rosemonde, & qu'on l'enfermât dans un vieux
château, au milieu d'un désert, qui s'appelle encore de nos jours la
prison de Rosemonde. Ce fut dans cette prison, qu'au bout de quelques
années la détestable Shoar fit étrangler sa rivale, pendant un voyage
que le roi fut obligé de faire en France.

Voilà, dit la reine, une fin bien déplorable. Ce qu'il y eut de
plus triste, dit l'enchanteur, c'est qu'elle fut enlevée, & qu'elle
mourut, sans que ce roi si passionné eût jamais mis d'autre fin
à une aventure qui avoit eu de si tendres commencemens. La bonne
Elisabeth, après un certain branlement de tête & un petit sourire
d'incrédulité, témoigna beaucoup d'impatience de voir celle dont on
venoit d'abréger l'histoire. Il y a, dit Faustus, un instinct secret
dans cet empressement, puisque suivant la tradition & quelques mémoires
de ces vieux temps, la belle Rosemonde avoit beaucoup de votre air,
& ressembloit passablement à votre majesté, quoique ce fût en laid,
comme on peut croire. Voyons-la, dit la Reine. Mais dès qu'elle
paroîtra, chevalier Sidney, je vous ordonne de l'observer avec la
dernière exactitude, afin que si nous trouvons qu'elle en vaille la
peine, vous en puissiez faire une description ressemblante. Cet ordre
donné, & quelques petites conjurations finies, comme l'endroit où la
belle étoit enterrée n'étoit qu'à trente lieues de Londres, elle parut
au bout d'un moment. Dès la porte de la galerie, son air & sa figure
plurent extrêmement. A mesure qu'elle avançoit, ses attraits sembloient
briller d'une nouvelle lumière; & si-tôt qu'elle fut à portée d'être
mieux examinée, l'approbation de la compagnie parut à certains airs de
plaisir & d'admiration que chacun témoignoit en la regardant, & chacun
sembloit approuver en soi-même le goût d'Henri second pour elle, en
détestant la foiblesse dont il l'avoit immolée. Le docteur ne lui avoit
point donné d'autre habit que celui qu'elle avoit repris en sortant
du bain: ce n'étoit que des cornettes unies, rattachées au haut de sa
tête, une robe de chambre de taffetas, un jupon de toile jaune assez
court, & légèrement brodé de soie. C'étoit pourtant dans cet extrême
négligé qu'elle effaçoit l'éclat du jour au gré des spectateurs.
Elle s'arrêta beaucoup plus long temps devant eux que n'avoient fait
les autres; & comme si elle avoit su les ordres qu'on avoit donnés
au Chevalier, elle se tourna deux ou trois fois vers lui, en le
regardant assez agréablement. On eût dit qu'à chacun de ces regards,
le cœœur lui fondoit dans l'estomac, tant il en avoit la mine niaise
& déconfite. Il fallut enfin qu'elle prît congé de la compagnie; & dès
qu'elle fut sortie: Mon dieu, s'écria la reine, la jolie créature!
Non, je n'ai rien vu de ma vie qui plaise tant. Quelle taille! quelle
noblesse d'air sans affectation! & quel éclat sans artifice! Et
l'on me viendra dire que je lui ressemble! Qu'en dites-vous, comte?
poursuivit-elle. Il étoit alors si pensif, qu'il ne lui répondit rien
tout haut; mais il disoit à part soi: Plût à dieu, Babet, ma reine & ma
maîtresse; j'en donnerois le meilleur cheval de mon écurie, quand ce
ne seroit qu'en laid que tu lui ressemblerois! & puis il lui dit tout
haut: Si vous lui ressemblez! Votre majesté n'auroit qu'à faire un tour
de galerie en robe de chambre flottante & en jupon brodé de soie; &
si notre sorcier lui-même ne s'y méprenoit, tenez-moi pour un faquin.
Pendant toutes ces fadeurs, & quantité de misères de cette nature,
dont le favori flattoit la vanité de la bonne dame, le poëte Sidney,
un crayon à la main, achevoit de mettre au net le portrait de la belle
Rosemonde. Dès qu'il y eut mis la dernière main, il eut ordre d'en
faire la lecture, & voici par où il commença:

      Allons, mes vers, obéissons,
      Puisque ma reine me l'ordonne;
      Et du plus beau de nos crayons,
      traçons & l'air & la personne
    D'un objet dont l'éclat de mille feux rayonne,
    Et qui du dieu des vers mérite les chansons.
      Loin d'ici, flatteuse imposture,
      De fictions, de faux brillans,
      Dont on embellit la peinture,
      Quand les objets sont indigens!
      Pour mettre à fin mon aventure,
      D'une main & fidelle & sûre,
    Peignons l'original sans fard & sans encens:
      Il suffira des ornemens
      Que fournit l'aimable nature.
      Il faut, en traçant la beauté
      De la divine Rosemonde,
      Dans le plus beau portrait du monde,
      N'employer que la vérité.

Voilà parler en honnête homme, & qui, pour un faiseur de vers & de
romans, semble avoir quelque conscience. Voici comme il poursuit, dans
le détail des charmes qu'il décrit.

    De graces & d'attraits un brillant assemblage
      Accompagnoit mille agrémens
      Inséparables des beaux ans,
      De la jeunesse heureux partage;
      Tout plaisoit dans son beau visage;
      De Flore les trésors naissans
      Y paroissoient en étalage,
      Mais purs, naturels, innocens,
      Et tels qu'on les voit au printemps,
    Quand zéphyre les sèche, après un prompt orage.
      Sa bouche couronnoit l'ouvrage;
      Elle étoit faite pour ses dents.
      Heureux, parmi tous les vivans,
      Qui jouiroit de l'avantage,
      Après mille & mille tourmens,
      D'y pouvoir offrir son hommage!
      Ses yeux n'étoient pas des plus grands;
      Mais, ciel, quel étoit le langage
      De leurs traits vifs & séduisans!
    Puisque par leurs regards les plus indifférens,
    Jusques au fond du cœœur ils s'ouvroient un passage:
      Rien n'étoit si beau que son nez:
      D'Hébé c'étoit le nez céleste,
      Et ces deux pieds étoient tournés,
      De manière que pour le reste
    De ces attraits toujours moins nus que devinés,
    On n'avoit pas besoin d'un autre manifeste.
      Sa taille avoit de ces appas
      Qu'on sent, mais qu'on n'exprime pas.
      La noblesse en étoit suprême.
    Dans toute sa figure, & jusques dans ses pas,
    C'étoit un certain air digne du diadême;
      Mais c'étoit de ces airs qu'on aime,
      Et qu'on aime jusqu'au trépas;
    Bref, à l'examiner du haut jusques au bas,
      Belle Daphné, c'étoit vous-même
      Qu'on peignoit sur ce canevas.

Du moins en aurois-je juré, tant la description vous convient, excepté
pourtant la gorge, qu'on a oubliée; & certainement, si l'on prenoit
la liberté de vous copier, ce ne seroit pas un article à supprimer.
Certaine forme, certain éclat, & certaine situation dont la nature a
doué le peu que vous en laissez voir, offriroient d'assez agréables
idées à mettre en prose ou en vers, sans la moindre exagération, pour
rendre la chose plus touchante. Je ne suis guère plus content de ce
qu'il dit de la bouche de son original. On diroit que c'est celle de
quelque sibylle, tant il craint d'y toucher! Il est bien vrai que dire
qu'elle est faite pour assortir les plus belles dents du monde, c'est
quelque chose; mais ce n'étoit pas assez; & s'il avoit eu connoissance
de la vôtre, il auroit dépeint en vers aussi gracieux vos lèvres
fraîches & vermeilles; il auroit dit qu'autour de ces lèvres, quand il
vous plaît de sourire, le ciel a placé certains agrémens qu'il oublie,
ou qu'il ne se donne pas la peine de placer autour des autres.

Revenons à notre galerie. On y délibéroit sur le choix de l'apparition
qui devoit succéder à celle de Rosemonde. L'enchanteur fut d'avis de
ne plus sortir d'Angleterre, pour chercher des beautés de réputation,
& proposa cette célèbre comtesse de Salisbury, qui avoit donné lieu à
l'institution de l'ordre de la jarretière, comme une certaine beauté
flamande avoit été cause de celui de la toison d'or. On trouva la
proposition bien imaginée; mais la reine dit, qu'avant toutes choses
elle vouloit voir encore une fois sa chère Rosemonde. Le docteur s'en
défendit fort & ferme, en disant que la chose n'étoit guère praticable
dans l'ordre des conjurations, outre que la rétrogradation des
fantômes irritoit les puissances soumises à ses premiers enchantemens,
Mais il eut beau dire, on crut qu'il ne faisoit ces façons que pour
se faire valoir, & la reine lui parla d'un ton si sérieux, qu'il fut
obligé de s'y rendre. Il assura pourtant que si Rosemonde faisoit tant
que de revenir, ce ne seroit ni par où elle était entrée, ni par où
elle étoit sortie la première fois, & que chacun prît garde à soi, car
il ne répondroit plus de rien. La reine, comme on a dit, ne savoit ce
que c'étoit que la peur, & nos deux messieurs étoient un peu aguerris
sur les apparitions. Ainsi, les paroles au docteur ne leur causèrent
pas grande émotion; cependant il avoit commencé. Jamais conjuration ne
lui avoit donné tant de peine; car, après avoir marmoté quelque temps,
en faisant des grimaces & des contorsions qui n'étoient ni belles,
ni honnêtes, il mit son livre à terre au milieu de la galerie, en
fit trois fois le tour à cloche-pied; ensuite de quoi il fit l'arbre
fourchu contre la muraille, la tête en bas & les jambes en haut: mais
voyant que rien ne paroissoit, il eut recours au dernier & au plus
puissant de ses prestiges, ce fut de faire trois sauts en arrière, le
petit doigt de la main droite dans l'oreille gauche, & de se donner
trois claques sur les fesses, en criant trois fois, Rosemonde, à pleine
tête. A la dernière de ces claques magiques, un vent soudain ouvrit
avec impétuosité la fenêtre d'une grande croisée par où la charmante
Rosemonde mit pied à terre au milieu de la galerie, comme si elle
ne fût descendue que d'une berline. Le docteur étoit tout en eau; &
pendant qu'il s'essuyoit, la reine qui la trouva incomparablement plus
aimable qu'à son premier voyage, laissa, pour le coup, endormir sa
prudence ordinaire par un transport d'empressement, & sortit de son
cercle, les bras ouverts, aussi étourdiment qu'auroit pu faire la dame
à la pièce jaune, en s'écriant: ah, ma chère Rosemonde! Dès qu'elle eut
lâché la parole, un violent éclat de tonnerre ébranla tout le palais,
une vapeur épaisse & noire emplit la galerie, & plusieurs petits
éclairs nouveaux-nés serpentoient à droite & à gauche autour de leurs
oreilles, & faisoient transir les spectateurs. L'obscurité s'étant
enfin dissipée petit à petit, on vit le magicien Faustus, les quatre
fers en l'air, écumant comme un sanglier, son bonnet d'un côté, sa
baguette de l'autre, & son alcoran magique entre les jambes. Personne,
dans cette aventure, n'en fut quitte pour la peur.

Les éclairs redoubloient avec vivacité; le comte d'Essex en avoit perdu
le sourcil droit, Sidney la moustache gauche. On ne sait s'il en coûta
quelque chose à la reine; mais notre auteur dit, dans ses mémoires, que
la fraise de sa majesté sentoit le soufre, & le bas de son vertugadin
le rissolé, que c'étoit une pitié d'en approcher. Vous jugez bien,
charmante Daphné, qu'après une telle déroute parmi nos curieux, le
désir de voir la comtesse de Salisbury fut remis à un autre jour: je ne
trouve pas même, dans les mémoires du chevalier Sidney, qu'il en ait
jamais été question depuis.

Je me flatte, de mon côté, que cette longue rapsodie vous aura
tellement excédée, que vous ne vous aviserez plus de me prier de mon
déshonneur, en m'obligeant à retomber dans ces sortes de récits.

    Ainsi chantoit par nos vallons,
    Par nos bois, & par nos prairies,
    Ou bien sur les rives fleuries
    De quelque onde des environs,
    Un certain berger sans moutons,
    S'occupant de ses rêveries,
    Ou décrivant dans ses chansons,
    Sans y mêler de flatteries,
    De vrais appas sous de faux noms.
    Mais c'en est fait; & ce langage,
    Dont il sut parfois enchanter
    Quelques bergères du village,
    Du temps qu'il aimoit à chanter,
    Ne lui paroît qu'un sot ramage,
    Qui n'a plus de quoi le tenter.
    Adieu, dit-il, célèbre rive,
    Où tant de fois mes chalumeaux
    Accompagnoient ma voix plaintive,
    Lorsque je racontais mes maux
    Au cours de votre eau fugitive.
    Adieu vous dis, célèbre rive;
    Je vous consacre mes pipeaux.

[Illustration]



LE DIABLE
_AMOUREUX_,

NOUVELLE ESPAGNOLE;

_Par M. CAZOTTE._



[Illustration]

LE DIABLE _AMOUREUX_,

NOUVELLE ESPAGNOLE.


J'étois vingt-cinq ans capitaine aux gardes du roi de Naples: nous
vivions beaucoup entre camarades, & comme de jeunes gens, c'est-à-dire,
des femmes, du jeu, tant que la bourse pouvoit y suffire, & nous
philosophions dans nos quartiers, quand nous n'avions plus d'autre
ressource.

Un soir, après nous être épuisés en raisonnemens de toute espèce autour
d'un très-petit flacon de vin de Chypre & de quelques marrons secs, le
discours tomba sur la cabale & les cabalistes.

Un d'entre nous prétendoit que c'étoit une science réelle, & dont les
opérations étoient sûres; quatre des plus jeunes lui soutenoient que
c'étoit un amas d'absurdités, une source de friponneries, propre à
tromper les gens crédules & amuser les enfans.

Le plus âgé d'entre nous, flamand d'origine, fumoit sa pipe d'un air
distrait, & ne disoit mot. Son air froid & sa distraction me faisoient
spectacle à travers ce charivari discordant qui nous étourdissoit, &
m'empêchoit de prendre part à une conversation trop peu réglée pour
qu'elle eût de l'intérêt pour moi.

Nous étions dans la chambre du fumeur; la nuit s'avançoit: on se
sépara, & nous demeurâmes seuls, notre ancien & moi.

Il continua de fumer flegmatiquement; je demeurai les coudes appuyés
sur la table, sans rien dire. Enfin mon homme rompit le silence.

--Jeune homme, me dit-il, vous venez d'entendre beaucoup de bruit;
pourquoi vous êtes-vous tiré de la mêlée?

[Illustration: Jeune homme vous venez d'entendre beaucoup de bruit.]

C'est, lui répondis-je, que j'aime mieux me taire, que d'approuver ou
blâmer ce que je ne connois pas: je ne sais pas même ce que veut dire
le mot de _cabale_.

Il a plusieurs significations, me dit-il: mais ce n'est point d'elles
dont il s'agit, c'est de la chose. Croyez-vous qu'il puisse exister une
science qui enseigne à transformer les métaux, & à réduire les esprits
sous notre obéissance?...

Je ne connois rien des esprits, à commencer par le mien, sinon que je
suis sûr de son existence. Quant aux métaux, je sais la valeur d'un
carlin au jeu, à l'auberge & ailleurs, & ne peux rien assurer ni nier
sur l'essence des uns & des autres, sur les modifications & impressions
dont ils sont susceptibles.

Mon jeune camarade, j'aime beaucoup votre ignorance, elle vaut bien la
doctrine des autres: au moins vous n'êtes pas dans l'erreur, & si vous
n'êtes pas instruit, vous êtes susceptible de l'être. Votre naturel, la
franchise de votre caractère, la droiture de votre esprit me plaisent:
je sais quelque chose de plus que le commun des hommes; jurez-moi
le plus grand secret sur votre parole d'honneur, promettez de vous
conduire avec prudence, & vous serez mon écolier.

L'ouverture que vous me faites, mon cher Soberano, m'est très-agréable.
La curiosité est ma plus forte passion. Je vous avouerai que
naturellement j'ai peu d'empressement pour nos connoissances
ordinaires; elles m'ont toujours semblé trop bornées, & j'ai deviné
cette sphère élevée dans laquelle vous voulez m'aider à m'élancer: mais
quelle est la première clef de la science dont vous parlez? Selon ce
que disoient nos camarades en disputant, ce sont les esprits eux-mêmes
qui nous instruisent; peut-on se lier avec eux?

Vous avez dit le mot, Alvare; on n'apprendroit rien de soi-même; quant
à la possibilité de nos liaisons, je vais vous en donner une preuve
sans réplique.

Comme il finissoit ce mot, il achevoit sa pipe. Il frappe trois coups
pour faire sortir le peu de cendres qui restoit au fond, les pose sur
la table assez près de moi. Il élève la voix: Calderon, dit-il, venez
chercher ma pipe; allumez-la, & rapportez-la moi.

Il finissoit à peine le commandement, je vois disparoître la pipe, &
avant que j'eusse pu raisonner sur les moyens, ni demander quel étoit
ce Calderon chargé de ses ordres, la pipe allumée étoit de retour; &
mon interlocuteur avoit repris son occupation.

Il la continua quelque temps, moins pour savourer le tabac, que pour
jouir de la surprise qu'il m'occasionnoit; puis se levant, il dit: Je
prends la garde au jour, il faut que je repose. Allez vous coucher;
soyez sage, & nous nous reverrons.

Je me retirai plein de curiosité & affamé d'idées nouvelles dont je me
promettois de me remplir bientôt par le secours de Soberano. Je le
vis le lendemain, les jours suivans; je n'eus plus d'autre passion, je
devins son ombre.

Je lui faisois mille questions; il éludoit les unes, & répondoit aux
autres d'un ton d'oracle. Enfin je le pressai sur l'article de la
religion de ses pareils. C'est, me répondit-il, la religion naturelle.
Nous entrâmes dans quelques détails; ses décisions cadroient plus avec
mes penchans qu'avec mes principes; mais je voulois venir à mon but, &
ne devois pas le contrarier.

Vous commandez aux esprits, lui disois-je; je veux, comme vous, être en
commerce avec eux: je le veux, je le veux.

Vous êtes vif, camarade, vous n'avez pas subi votre temps d'épreuve;
vous n'avez rempli aucune des conditions sous lesquelles on peut
aborder sans crainte à cette sublime cathégorie....

Eh! me faut-il bien du temps?.. Peut-être deux ans.... J'abandonne ce
projet, m'écriai-je; je mourrois d'impatience dans l'intervalle. Vous
êtes cruel, Soberano; vous ne pouvez concevoir la vivacité du désir que
vous avez fait naître en moi; il me brûle....

Jeune homme, je vous croyois plus de prudence, vous me faites trembler
pour vous & pour moi. Quoi! vous vous exposeriez à évoquer des esprits
sans aucune des préparations...?

Eh! que pourroit-il m'en arriver?... Je ne dis pas qu'il dût absolument
vous en arriver du mal; s'ils ont du pouvoir sur nous, c'est notre
foiblesse, notre pusillanimité qui le leur donne: dans le fond, nous
sommes nés pour les commander..... Ah! je les commanderai.... Oui, vous
avez le cœœur chaud, mais si vous perdez la tête, s'ils vous effrayent
à certain point?....

S'il ne tient qu'à ne les pas craindre, je les mets au pis pour
m'effrayer.... Quoi! quand vous verriez le diable?.... Je tirerois les
oreilles au grand diable d'enfer.....

Bravo! Si vous êtes si sûr de vous, vous pouvez vous risquer, & je vous
promets mon assistance. Vendredi prochain je vous donne à dîner avec
deux des nôtres, & nous mettrons l'aventure à fin.

Nous n'étions qu'à mardi: jamais rendez-vous galant ne fut attendu
avec tant d'impatience. Le terme arrive enfin; je trouve chez mon
camarade deux hommes d'une physionomie peu prévenante: nous dînons. La
conversation roule sur des choses indifférentes.

Après dîner, on propose une promenade à pied vers les ruines de
Portici. Nous sommes en route, nous arrivons. Ces restes des monumens
les plus augustes, écroulés, brisés, épars, couverts de ronces, portent
à mon imagination des idées qui ne m'étoient pas ordinaires. Voilà,
disois-je, le pouvoir du temps sur les ouvrages de l'orgueil & de
l'industrie des hommes. Nous avançons dans les ruines, & enfin nous
sommes parvenus, presque à tâtons, à travers ces débris, dans un lieu
si obscur, qu'aucune lumière extérieure n'y pouvoit pénétrer.

Mon camarade me conduisoit par le bras; il cesse de marcher & je
m'arrête. Alors un de la compagnie bat le fusil & allume une bougie. Le
séjour où nous étions s'éclaire, quoique foiblement, & je découvre que
nous sommes sous une voûte assez bien conservée, de vingt-cinq pieds
en carré à peu près, & ayant quatre issues. Nous observions le plus
parfait silence. Mon camarade, à l'aide d'un roseau qui lui servoit
d'appui dans sa marche, trace un cercle autour de lui sur le sable
léger dont le terrein étoit couvert, & en sort après y avoir dessiné
quelques caractères. Entrez dans ce penthacle, mon brave, me dit-il, &
n'en sortez qu'à bonnes enseignes....

Expliquez-vous mieux, à quelles enseignes en dois-je sortir?.... Quand
tout vous sera soumis; mais avant ce temps, si la frayeur vous faisoit
faire une fausse démarche, vous pourriez courir les risques les plus
grands.

Alors il me donne une formule d'évocation courte, pressante, mêlée de
quelques mots que je n'oublierai jamais. Récitez, me dit-il, cette
conjuration avec fermeté, & appelez ensuite à trois fois clairement
_Béelzébut_, & sur-tout n'oubliez pas ce que vous avez promis de faire.

Je me rappelai que je m'étois vanté de lui tirer les oreilles. Je
tiendrai parole, lui dis-je, ne voulant pas en avoir le démenti. Nous
vous souhaitons bien du succès, me dit-il; quand vous aurez fini,
vous nous avertirez. Vous êtes directement vis-à-vis de la porte par
laquelle vous devez sortir pour nous rejoindre. Ils se retirent.

Jamais fanfaron ne se trouva dans une crise plus délicate: je fus au
moment de les rappeler; mais il y avoit trop à rougir pour moi; c'étoit
d'ailleurs renoncer à toutes mes espérances. Je me raffermis sur la
place où j'étois, & tins un moment conseil. On a voulu m'effrayer,
dis-je; on veut voir si je suis pusillanime. Les gens qui m'éprouvent,
sont à deux pas d'ici, & à la suite de mon évocation, je dois
m'attendre à quelque tentative de leur part pour m'épouvanter. Tenons
bon; tournons la raillerie contre les mauvais plaisans.

Cette délibération fut assez courte, quoiqu'un peu troublée par le
ramage des hiboux & des chats-huants qui habitoient les environs & même
l'intérieur de ma caverne.

Un peu rassuré par mes réflexions, je me rasseois sur mes reins, je
me piète; je prononce l'évocation d'une voix claire & soutenue, &
en grossissant le son, j'appelle à trois reprises & à très-courts
intervalles, _Béelzébut_.

Un frisson couroit dans toutes mes veines, & mes cheveux se hérissoient
sur ma tête.

A peine avois-je fini, une fenêtre s'ouvre à deux battans, vis-à-vis de
moi, au haut de la voûte: un torrent de lumière plus éblouissante que
celle du jour fond par cette ouverture; une tête de chameau horrible,
autant par sa grosseur que par sa forme, se présente à la fenêtre,
sur-tout elle avoit des oreilles démesurées. L'odieux fantôme ouvre la
gueule, & d'un ton assorti au reste de l'apparition, me répond: _Che
vuoi?_

Toutes les voûtes, tous les caveaux des environs retentissent à l'envi
du terrible _Che vuoi?_

Je ne saurois peindre ma situation; je ne saurois dire qui soutint mon
courage & m'empêcha de tomber en défaillance, à l'aspect de ce tableau,
au bruit plus effrayant encore qui retentissoit à mes oreilles.

Je sentis la nécessité de rappeler mes forces; une sueur froide alloit
les dissiper: je fis un effort sur moi. Il faut que notre ame soit
bien vaste, & ait un prodigieux ressort; une multitude de sentimens,
d'idées, de réflexions touchent mon cœœur, passent dans mon esprit, &
font leur impression toutes à la fois.

La révolution s'opère, je me rends maître de ma terreur. Je fixe
hardiment le spectre.

Que prétends-tu toi-même, téméraire, en te montrant sous cette forme
hideuse?

Le fantôme balance un moment: Tu m'as demandé, dit-il d'un ton de voix
plus bas.... L'esclave, lui dis-je, cherche-t-il à effrayer son maître?
Si tu viens recevoir mes ordres, prends une forme convenable & un ton
soumis.

Maître, me dit le fantôme, sous quelle forme me présenterai-je pour
vous être agréable?

La première idée qui me vint à la tête étant celle d'un chien; viens,
lui dis-je, sous la figure d'un épagneul. A peine avois-je donné
l'ordre, l'épouvantable chameau allonge le cou de seize pieds de
longueur, baisse la tête jusqu'au milieu du salon, & vomit un épagneul
blanc, à soies fines & brillantes, les oreilles traînantes jusqu'à
terre.

La fenêtre s'est refermée, toute autre vision a disparu, & il ne reste
sous la voûte, suffisamment éclairée, que le chien & moi.

Il tournoit tout au tour du cercle en remuant la queue, & faisant des
courbettes. Maître, me dit-il, je voudrois bien vous lécher l'extrémité
des pieds; mais le cercle redoutable qui vous environne, me repousse.

Ma confiance étoit montée jusqu'à l'audace: je sors du cercle; je
tends le pied, le chien le lèche; je fais un mouvement pour lui tirer
les oreilles, il se couche sur le dos, comme pour me demander grace;
je vis que c'étoit une petite femelle. Lève-toi, lui dis-je, je te
pardonne: tu vois que j'ai compagnie; ces Messieurs attendent à quelque
distance d'ici; la promenade a dû les altérer, je veux leur donner une
collation; il faut des fruits, des conserves, des glaces, des vins
de Grèce; que cela soit bien entendu; éclaire & décore la salle sans
faste, mais proprement. Vers la fin de la collation, tu viendras en
virtuose du premier talent, & tu porteras une harpe: je t'avertirai
quand tu devras paroître. Prends garde à bien jouer ton rôle; mets de
l'expression dans ton chant, de la décence, de la retenue dans ton
maintien....

J'obéirai, maître, mais sous quelle condition?...

Sous celle d'obéir, esclave. Obéis sans réplique, ou....

Vous ne me connoissez pas, maître, vous me traiteriez avec moins de
rigueur; j'y mettrois peut-être l'unique condition de vous désarmer &
de vous plaire.

Le chien avoit à peine fini, qu'en tournant sur le talon, je vois
mes ordres s'exécuter plus promptement qu'une décoration ne s'élève
à l'opéra. Les murs de la voûte, ci-devant noirs, humides, couverts
de mousse, prenoient une teinte douce, des formes agréables; c'étoit
un salon de marbre jaspé. L'architecture présentoit un cintre soutenu
par des colonnes; huit girandoles de cristaux, contenant chacune trois
bougies, y répandoient une lumière vive, également distribuée.

Un moment après, la table & le buffet s'arrangent, se chargent de
tous les apprêts de notre régal; les fruits & les confitures étoient
de l'espèce la plus rare, la plus savoureuse, & de la plus belle
apparence. La porcelaine employée au service & sur le buffet, étoit
du Japon. La petite chienne faisoit mille tours dans la salle, mille
courbettes autour de moi, comme pour hâter le travail, & me demander si
j'étois satisfait.

Fort bien, Biondetta, lui dis-je; prenez un habit de livrée, & allez
dire à ces messieurs, qui sont près d'ici, que je les attends, & qu'ils
sont servis.

A peine avois-je détourué un instant les regards, que je vois sortir un
page à ma livrée, lestement vêtu, tenant un flambeau allumé; peu après
il revint, conduisant sur ses pas mon camarade le flamand & ses deux
amis.

Préparés à quelque chose d'extraordinaire par l'arrivée & le compliment
du page, ils ne l'étoient pas au changement qui s'étoit fait dans
l'endroit où ils m'avoient laissé. Si je n'eusse pas eu la tête
occupée, je me serois plus amusé de leur surprise; elle éclata par
leurs cris, se manifesta par l'altération de leurs traits & par leurs
attitudes.

Messieurs, leur dis-je, vous avez fait beaucoup de chemin pour l'amour
de moi; il nous en reste à faire pour regagner Naples. J'ai pensé
que ce petit régal ne vous désobligeroit pas, & que vous voudriez
bien excuser le peu de choix & le défaut d'abondance en faveur de
l'im-promptu.

Mon aisance les déconcerta plus encore que le changement de la
scène & la vue de l'élégante collation à laquelle ils se voyoient
invités. Je m'en aperçus; &, résolu de terminer bientôt une aventure
dont intérieurement je me défiois, je voulus en tirer tout le parti
possible, en forçant même la gaîté, qui fait le fond de mon caractère.

Je les pressai de se mettre à table; le page avançoit les sièges avec
une promptitude merveilleuse. Nous étions assis; j'avois rempli les
verres, distribué des fruits; ma bouche seule s'ouvroit pour parler
& manger, les autres restoient béantes. Cependant je les engageai à
entamer les fruits, ma confiance les détermina: je porte la santé de la
plus jolie courtisane de Naples; nous la buvons. Je parle d'un opéra
nouveau, d'une _improvisatrice_ romaine, arrivée depuis peu, & dont les
talens font du bruit à la cour; je reviens sur les talens agréables,
la musique, la sculpture; &, par occasion, je les fais convenir de la
beauté de quelques marbres qui font l'ornement du salon. Une bouteille
se vide, & est remplacée par une meilleure. Le page se multiplie,
& le service ne languit pas un instant. Je jette l'œœil sur lui à
la dérobée; figurez-vous l'amour en trousse de page: mes compagnons
d'aventure le lorgnoient de leur côté d'un air où se peignoit la
surprise, le plaisir, & l'inquiétude. La monotonie de cette situation
me déplut; je vis qu'il étoit temps de la rompre. Biondetto, dis-je au
page, la signora Fiorentina m'a promis de me donner un instant; voyez
si elle ne seroit point arrivée. Biondetto sort de l'appartement.

Mes hôtes n'avoient point encore eu le temps de s'étonner de la
bizarrerie du message, qu'une porte du salon s'ouvre & Fiorentina
entre, tenant sa harpe; elle étoit dans un déshabillé étoffé & modeste;
un chapeau de voyage & un crêpe très-clair sur les yeux; elle pose
sa harpe à côté d'elle, salue avec aisance, avec grace. Seigneur dom
Alvare, dit-elle, je n'étois pas prévenue que vous eussiez compagnie;
je ne me serois point présentée vêtue comme je suis; ces messieurs
voudront bien excuser une voyageuse.

Elle s'assied, & nous lui offrons à l'envi les reliefs de notre petit
festin, auxquels elle touche par complaisance. Quoi, Madame, lui
dis-je, vous ne faites que passer par Naples: on ne sauroit vous y
retenir?

Un engagement, déjà ancien, m'y force, seigneur: on a eu des bontés
pour moi à Venise au carnaval dernier; on m'a fait promettre de
revenir, & j'ai touché des arrhes; sans cela, je n'aurois pu me refuser
aux avantages que m'offroit ici la cour, & à l'espoir de mériter les
suffrages de la noblesse napolitaine, distinguée par son goût au dessus
de toute celle d'Italie.

Les deux napolitains se courbent, pour répondre à l'éloge, saisis par
la vérité de la scène, au point de se frotter les yeux. Je pressai la
virtuose de nous faire entendre un échantillon de son talent. Elle
étoit enrhumée, fatiguée; elle craignoit avec justice de décheoir
dans notre opinion. Enfin elle se détermina à exécuter un récitatif
_obligé_, & une ariette pathétique, qui terminoient le troisième acte
de l'opéra dans lequel elle devoit débuter.

Elle prend sa harpe, prélude avec une petite main longuette, potelée,
tout à la fois blanche & purpurine, dont les doigts insensiblement
arrondis par le bout, étoient terminés par un ongle dont la forme & la
grace étoient inconcevables; nous étions tous surpris, nous croyions
être au plus délicieux concert.

La dame chante. On n'a pas, avec plus de gosier, plus d'ame, plus
d'expression: on ne sauroit rendre plus, en chargeant moins. J'étois
ému jusqu'au fond du cœœur, & j'oubliois presque que j'étois le
créateur du charme qui me ravissoit.

La cantatrice m'adressoit les expressions tendres de son récit & de
son chant. Le feu de ses regards perçoit à travers le voile; il étoit
d'un pénétrant, d'une douceur inconcevable; ses yeux ne m'étoient
pas inconnus. Enfin, en assemblant les traits tels que le voile me
les laissoit apercevoir, je reconnus dans Fiorentina le fripon de
Biondetto; mais l'élégance, l'avantage de sa taille se faisoient
beaucoup plus remarquer sous l'ajustement de femme que sous l'habit de
page.

Quand la cantatrice eut fini de chanter, nous lui donnâmes de justes
éloges. Je voulus l'engager à nous exécuter une ariette vive, pour nous
donner lieu d'admirer la diversité de ses talens. Non, répondit-elle,
je m'en acquitterois mal dans la disposition d'ame où je suis;
d'ailleurs, vous avez dû vous apercevoir de l'effort que j'ai fait
pour vous obéir. Ma voix se ressent du voyage; elle est voilée; vous
êtes prévenu que je pars cette nuit. C'est un cocher de louage qui m'a
conduite; je suis à ses ordres. Je vous demande en grace d'agréer mes
excuses, & de me permettre de me retirer. En disant cela, elle se lève,
veut emporter sa harpe. Je la lui prends des mains; & après l'avoir
reconduite jusqu'à la porte par laquelle elle s'étoit introduite, je
rejoins la compagnie.

Je devois avoir inspiré de la gaîté, & je voyois de la contrainte
dans les regards: j'eus recours au vin de Chypre. Je l'avois trouvé
délicieux; il m'avoit rendu mes forces, ma présence d'esprit: je
doublai la dose; & comme l'heure s'avançoit, je dis à mon page, qui
s'étoit remis à son poste derrière mon siége, d'aller faire avancer ma
voiture. Biondetto sort sur le champ, va remplir mes ordres.

Vous avez ici un équipage? me dit Soberano. Oui, répliquai-je, je me
suis fait suivre, & j'ai imaginé que si notre partie se prolongeoit,
vous ne seriez pas fâchés d'en revenir commodément. Buvons encore un
coup; nous ne courrons pas les risques de faire de faux pas en chemin.

Ma phrase n'étoit pas achevée, que le page rentre, suivi de deux grands
estafiers bien tournés, superbement vêtus à ma livrée. Seigneur dom
Alvare, me dit Biondetto, je n'ai pu faire approcher votre voiture;
elle est au delà, mais tout auprès des débris dont ces lieux-ci sont
entourés. Nous nous levons, Biondetto & les estafiers nous précèdent;
on marche.

Comme nous ne pouvions pas aller quatre de front entre des bases & des
colonnes brisées, Soberano, qui se trouvoit seul à côté de moi, me
serra la main. Vous nous donnez un beau régal, ami; il vous coûtera
cher.

Ami, répliquai-je, je suis très-heureux s'il vous a fait plaisir; je
vous le donne pour ce qu'il me coûte.

Nous arrivons à la voiture; nous trouvons deux autres estafiers, un
cocher, un postillon, une voiture de campagne à mes ordres, aussi
commode qu'on eût pu la désirer. J'en fais les honneurs, & nous prenons
légèrement le chemin de Naples.

Nous gardâmes quelque temps le silence; enfin un des amis de Soberano
le rompt. Je ne vous demande point votre secret, Alvare; mais il faut
que vous ayez fait des conventions singulières. Jamais personne ne fut
servi comme vous l'êtes; & depuis quarante ans que je travaille, je
n'ai pas obtenu le quart des complaisances que l'on vient d'avoir pour
vous dans une soirée. Je ne parle pas de la plus céleste vision qu'il
soit possible d'avoir, tandis que l'on afflige nos yeux, plus souvent
que l'on ne songe à les réjouir. Enfin vous savez vos affaires; vous
êtes jeune; à votre âge on désire trop pour se laisser le temps de
réfléchir, & on précipite ses jouissances.

Bernadillo, c'étoit le nom de cet homme, s'écoutoit en parlant, & me
donnoit le temps de penser à ma réponse.

J'ignore, lui répliquai-je, par où j'ai pu m'attirer des faveurs
distinguées; j'augure qu'elles seront très-courtes, & ma consolation
sera de les avoir, toutes partagées avec de bons amis. On vit que je me
tenois sur la réserve, & la conversation tomba.

Cependant le silence amena la réflexion; je me rappelai ce que j'avois
fait & vu; je comparai les discours de Soberano & de Bernadillo, &
je conclus que je venois de sortir du plus mauvais pas dans lequel
une curiosité vaine; & la témérité eussent jamais engagé un homme
de ma sorte. Je ne manquois pas d'instruction: j'avois été élevé
jusqu'à treize ans sous les yeux de dom Bernardo Maravillas mon père,
gentilhomme sans reproche, & par dona Mencia ma mère, la femme la plus
religieuse, la plus respectable qui fût dans l'Estramadure. O ma mère!
disois-je, que penseriez-vous de votre fils, si vous l'aviez vu, si
vous le voyiez encore? Mais ceci ne durera pas, je m'en donne parole.

Cependant la voiture arrivoit à Naples. Je reconduisis chez eux les
amis de Soberano; lui & moi revînmes à notre quartier. Le brillant de
mon équipage éblouit un peu la garde devant laquelle nous passâmes
en revue; mais les graces de Biondetto, qui étoit sur le devant du
carrosse, frappèrent encore davantage les spectateurs.

Le page congédie la voiture & la livrée, prend un flambeau de la
main des estafiers, & traverse les casernes pour me conduire à mon
appartement: mon valet de chambre, encore plus étonné que les autres,
vouloit parler, pour me demander des nouvelles du nouveau train dont je
venois de faire la montre. C'en est assez, Carle, lui dis-je en entrant
dans mon apartement; je n'ai pas besoin de vous: allez-vous reposer, je
vous parlerai demain.

Nous sommes seuls dans ma chambre, & Biondetto a fermé la porte sur
nous; ma situation étoit moins embarrassante au milieu de la compagnie
dont je venois de me séparer, & de l'endroit tumultueux que je venois
de traverser.

Voulant terminer l'aventure, je me recueillis un instant. Je jette les
yeux sur le page, les siens sont fixés vers la terre; une rougeur lui
monte sensiblement au visage; sa contenance décèle de l'embarras &
beaucoup d'émotion; enfin je prends sur moi de lui parler.

Biondetto, vous m'avez bien servi, vous avez même mis des graces à ce
que vous avez fait pour moi; mais comme vous vous étiez payé d'avance,
je pense que nous sommes quittes...

Dom Alvare est trop noble, pour croire qu'il ait pu s'acquitter à ce
prix...

Si vous avez fait plus que vous ne me devez; si je vous dois de reste,
donnez votre compte; mais je ne vous réponds pas que vous soyez
payé promptement. Le quartier courant est mangé; je dois au jeu, à
l'auberge, au tailleur...

Vous plaisantez hors de propos...

Si je quitte le ton de plaisanterie, ce sera pour vous prier de vous
retirer; car il est tard, & il faut que je me couche...

Et vous me renverriez incivilement à l'heure qu'il est? Je n'ai pas dû
m'attendre à ce traitement de la part d'un cavalier espagnol. Vos amis
savent que je suis venue ici; vos soldats, vos gens m'ont vue, & ont
deviné mon sexe. Si j'étois une vile courtisane, vous auriez quelque
égard pour lès bienséances de mon état; mais votre procédé pour moi est
flétrissant, ignominieux: il n'est pas de femme qui n'en fût humiliée...

Il vous plaît donc à présent d'être femme, pour vous concilier des
égards? Eh bien, pour vous sauver le scandale de votre retraite, ayez
pour vous le ménagement de la faire par le trou de la serrure...

Quoi! sérieusement, sans savoir qui je suis... Puis-je l'ignorer?...
Vous l'ignorez, vous dis-je; vous n'écoutez que vos préventions; mais
qui que je sois, je suis à vos pieds, les larmes aux yeux; c'est à
titre de client que je vous implore. Une imprudence plus grande que
la vôtre, excusable peut-être, puisque vous en êtes l'objet, m'a fait
aujourd'hui tout braver, tout sacrifier pour vous obéir, me donner à
vous, & vous suivre. J'ai révolté contre moi les passions les plus
cruelles, les plus implacables; il ne me reste de protection que
la vôtre, d'asile que votre chambre: me la fermerez-vous, Alvare?
Sera-t-il dit qu'un cavalier espagnol aura traité avec cette rigueur,
cette indignité, quelqu'un qui a tout sacrifié pour lui, une ame
sensible, un être foible, dénué de tout autre secours, que le sien; en
un mot, une personne de mon sexe?

Je reculois autant qu'il m'étoit possible, pour me tirer d'embarras;
mais elle embrassoit mes genoux, & me suivoit sur les siens: enfin je
suis rangé contre le mur. Relevez-vous, lui dis-je; vous venez, sans y
penser, de me prendre par mon serment.

Quand ma mère me donna ma première épée, elle me fit jurer sur la
garde, de servir toute ma vie les femmes, & de n'en pas désobliger une
seule. Quand ce seroit ce que je pense, que c'est aujourd'hui...

Eh bien, cruel, à quelque titre que ce soit, permettez-moi de coucher
dans votre chambre...

Je le veux, pour la rareté du fait, & mettre le comble à la bizarrerie
de mon aventure. Cherchez à vous arranger de manière que je ne vous
voye, ni ne vous entende: au premier mot, au premier mouvement,
capables de me donner de l'inquiétude, je grossis le son de ma voix,
pour vous demander à mon tour: _che vuoi?_

Je lui tourne le dos, & m'approche de mon lit, pour me déshabiller.
Vous aiderai-je? me dit-on... Non, je suis militaire, & me sers
moi-même. Je me couche.

A travers la gaze de mon rideau, je vois le prétendu page arranger
dans le coin de ma chambre une natte usée qu'il a trouvée dans une
garde-robe. Il s'assied dessus, se déshabille entièrement, s'enveloppe
d'un de mes manteaux qui étoient sur un siége, éteint la lumière, & la
scène finit là pour le moment; mais elle recommença bientôt dans mon
lit, où je ne pouvois trouver le sommeil.

Il sembloit que le portrait du page fût attaché au ciel du lit & aux
quatre colonnes; je ne voyais que lui. Je m'efforçois en vain de lier
avec cet objet ravissant l'idée du fantôme épouvantable que j'avois vu;
la première apparition servoit à relever le charme de la dernière.

Ce chant mélodieux, que j'avois entendu sous la voûte, ce son de voix
ravissant, ce parler qui sembloit venir du cœœur, retentissoient
encore dans le mien, & y excitoient un frémissement singulier.

Ah! Biondetta, disois-je, si vous n'étiez pas un être fantastique! Si
vous n'étiez pas ce vilain dromadaire!

Mais à quel mouvement me laissé-je emporter! J'ai triomphé de la
frayeur; déracinons un sentiment plus dangereux. Quelle douceur puis-je
en attendre? Ne tiendroit-il pas toujours de son origine?

Le feu de ses regards si touchans, si doux, est un cruel poison. Cette
bouche si bien formée, si coloriée, si fraîche, & en apparence si
naïve, ne s'ouvre que pour des impostures. Ce cœœur, si c'en étoit un,
ne s'échaufferoit que pour une trahison.

Pendant que je m'abandonnois aux réflexions occasionnées par les
mouvemens divers dont j'étois agité, la lune, parvenue au haut de
l'hémisphère & dans un ciel sans nuages, dardoit tous ses rayons dans
ma chambre à travers trois grandes croisées.

Je faisois des mouvemens prodigieux dans mon lit; il n'étoit pas neuf;
le bois s'écarte, & les trois planches qui soutenoient mon sommier,
tombent avec fracas.

Biondetta se lève, accourt à moi avec le ton de la frayeur. Dom Alvare,
quel malheur vient de vous arriver?

Comme je ne la perdois pas de vue, malgré mon accident, je la vis se
lever, accourir; sa chemise étoit une chemise de page; & au passage,
la lumière de la lune ayant frappé sur sa cuisse, avoit paru gagner au
reflet.

Fort peu ému du mauvais état de mon lit, qui ne m'exposoit qu'à être un
peu plus mal couché, je le fus bien davantage de me trouver serré dans
les bras de Biondetta.

Il ne m'est rien arrivé, lui dis-je; retirez-vous. Vous courez sur le
carreau sans pantoufles; vous allez vous enrhumer, retirez-vous...
Mais vous êtes mal à votre aise.... Oui, vous m'y mettez actuellement;
retirez-vous, ou, puisque vous voulez être cachée chez moi & près de
moi, je vous ordonnerai d'aller dormir dans cette toile d'araignée qui
est à l'encoignure de ma chambre. Elle n'attendit pas la fin de la
menace, & alla se coucher sur sa natte, en sanglottant tout bas.

La nuit s'achève, & la fatigue prenant le dessus, me procure quelques
momens de sommeil. Je ne m'éveillai qu'au jour: on devine la route que
prirent mes premiers regards. Je cherchai des yeux mon page.

Il étoit assis, tout vêtu, à la réserve de son pourpoint, sur un petit
tabouret; il avoit étalé ses cheveux, qui tomboient jusqu'à terre, en
couvrant, à boucles flottantes & naturelles, son dos & ses épaules, &
même entièrement son visage.

Ne pouvant faire mieux, il démêloit sa chevelure avec ses doigts.
Jamais peigne d'un plus bel ivoire ne se promena dans une plus épaisse
forêt de cheveux blonds-cendrés, leur finesse étoit égale à toutes
leurs autres perfections; un petit mouvement que j'avois fait, ayant
annoncé mon réveil, elle écarte avec ses doigts les boucles qui lui
ombrageoient le visage. Figurez-vous l'aurore au printemps, sortant
d'entre les vapeurs du matin avec sa rosée, ses fraîcheurs, & tous ses
parfums.

Biondetta, lui dis-je, prenez un peigne; il y en a dans le tiroir de
ce bureau. Elle obéit. Bientôt, à l'aide d'un ruban, ses cheveux sont
rattachés sur sa tête avec autant d'adresse que d'élégance. Elle prend
son pourpoint, met le comble à son ajustement, & s'assied sur son
siége d'un air timide, embarrassé, inquiet, qui solicitoit vivement
la compassion. S'il faut, me disois-je, que je voye dans la journée
mille tableaux plus piquans les uns que les autres, assurément je n'y
tiendrai pas; amenons le dénouement, s'il est possible.

Je lui adresse la parole. Le jour est venu, Biondetta, les bienséances
sont remplies; vous pouvez sortir de ma chambre, sans craindre le
ridicule....

Je suis, me répond-elle, maintenant au-dessus de cette frayeur; mais
vos intérêts & les miens m'en inspirent une beaucoup plus fondée; ils
ne permettent pas que nous nous séparions. Vous vous expliquerez? lui
dis-je.... Je vais le faire, Alvare.

Votre jeunesse, votre imprudence vous ferment les yeux sur les périls
que nous avons rassemblés autour de nous. A peine vous vis-je sous
la voûte, cette contenance héroïque, à l'aspect de la plus hideuse
apparition, décida mon penchant. Si, me dis-je à moi-même, pour
parvenir au bonheur, je dois m'unir à un mortel, prenons un corps; il
en est temps; voilà le héros digne de moi. Dussent s'en indigner les
méprisables rivaux dont je lui fais le sacrifice; dussé-je me voir
exposée à leur ressentiment, à leur vengeance; que m'importe? Aimée
d'Alvare, unie avec Alvare, eux & la nature nous seront soumis. Vous
avez vu la suite; voici les conséquences.

L'envie, la jalousie, le dépit, la rage me préparent les châtimens
les plus cruels auxquels puisse être soumis un être de mon espèce,
dégradé par son choix; & vous seul pouvez m'en garantir. A peine est-il
jour, & déjà les délateurs sont en chemin, pour vous déférer, comme
nécromancien, à ce tribunal que vous connoissez. Dans une heure...

Arrêtez, m'écriai-je en me mettant les poings fermés sur les yeux,
vous êtes le plus adroit, le plus insigne des faussaires. Vous parlez
d'amour, vous en présentez l'image, vous en empoisonnez l'idée; je vous
défends de m'en dire un mot. Laissez-moi me calmer assez, si je le
puis, pour devenir capable de prendre une résolution.

S'il faut que je tombe entre les mains du tribunal, je ne balance pas,
pour ce moment-ci, entre vous & lui; mais si vous m'aidez à me tirer
d'ici, à quoi m'engageai-je? Puis-je me séparer de vous quand je le
voudrai? Je vous somme de me répondre avec clarté & précision...

Pour vous séparer de moi, Alvare, il suffira d'un acte ce votre
volonté: j'ai même regret que ma soumission soit forcée. Si vous
méconnoissez mon zèle par la suite, vous serez imprudent, ingrat...

Je ne crois rien, sinon qu'il faut que je parte. Je vais éveiller mon
valet de chambre; il faut qu'il me trouve de l'argent, qu'il aille à
la poste. Je me rendrai à Venise, près de Bentinelli, banquier de ma
mère...

Il vous faut de l'argent? Heureusement je m'en suis précautionnée; j'en
ai à votre service...

Gardez-le. Si vous étiez une femme, en l'acceptant, je ferois une
bassesse...

Ce n'est pas un don, c'est un prêt que je vous propose. Donnez-moi un
mandement sur le banquier; faites un état de ce que vous devez ici.
Laissez sur votre bureau un ordre à Carle pour payer. Disculpez-vous,
par lettre auprès de votre commandant sur une affaire indispensable,
qui vous force à partir sans congé. J'irai à la poste vous chercher une
voiture, & des chevaux; mais auparavant, Alvare, forcée à m'écarter de
vous, je retombe dans toutes mes frayeurs; dites: _Esprit qui ne t'es
lié à un corps que pour moi, & pour moi seul, j'accepte ton vasselage,
& t'accorde ma protection._

En me prescrivant cette formule, elle s'était jetée à mes genoux, me
tenoit la main, la pressoit, la mouilloit de larmes.

J'étois hors de moi; ne sachant quel parti prendre, je lui laisse ma
main, qu'elle baise, & je balbutie les mots qui lui sembloient si
importans. A peine ai-je fini, qu'elle se relève. Je suis à vous,
s'écrie-t-elle avec transport; je pourrai devenir la plus heureuse de
toutes les créatures.

En un moment, elle s'affuble d'un long manteau, rabat un grand chapeau
sur ses yeux, & sort de ma chambre.

J'étois dans une sorte de stupidité. Je trouve un état de mes dettes.
Je mets au bas l'ordre à Carle de le payer; je compte l'argent
nécessaire; j'écris au commandant, à un de mes plus intimes, des
lettres qu'ils durent trouver très-extraordinaires. Déjà la voiture &
le fouet du postillon se faisoient entendre à la porte.

Biondetta, toujours le nez dans son manteau, revient & m'entraîne.
Carle, éveillé par le bruit, paroît en chemise. Allez, lui dis-je, à
mon bureau, vous y trouverez mes ordres. Je monte en voiture, je pars.

Biondetta étoit entrée avec mot dans la voiture; elle étoit sur le
devant. Quand nous fûmes sortis de la ville, elle ôta le chapeau qui
la tenoit à l'ombre. Ses cheveux étoient renfermés dans un filet
cramoisi; on n'en voyoit que la pointe; c'étoient des perles dans du
corail. Son visage, dépouillé de tout autre ornement, brilloit de ses
seules perfections. On croyoit voir un transparent sur son teint. On ne
pouvoit concevoir comment la douceur, la candeur, la naïveté pouvoient
s'allier au caractère de finesse qui brilloit dans ses regards. Je me
surpris, faisant malgré moi ces remarques; & les jugeant dangereuses
pour mon repos, je fermai les yeux, pour essayer de dormir.

Ma tentative ne fut pas vaine, le sommeil s'empara de mes sens, &
m'offrit les rêves les plus agréables, les plus propres à délasser mon
ame des idées effrayantes & bizarres dont elle avoit été fatiguée. Il
fut d'ailleurs très-long, & ma mère, par la suite, réfléchissant un
jour sur mes aventures, prétendit que cet assoupissement n'avoit pas
été naturel. Enfin, quand je m'éveillai, j'étois sur les bords du canal
sur lequel on s'embarque pour aller à Venise.

La nuit étoit avancée; je me sens tirer par la manche: c'étoit un
porte-faix; il vouloit se charger de mes ballots. Je n'avois pas même
un bonnet de nuit.

Biondetta se présenta à une autre portière, pour me dire que le
bâtiment qui devoit me conduire, étoit prêt. Je descends machinalement,
j'entre dans la felouque, & retombe dans ma léthargie.

Que dirai-je? Le lendemain matin, je me trouvai logé sur la place
Saint-Marc, dans le plus bel appartement de la meilleure auberge de
Venise. Je le connoissois; je le reconnus sur le champ. Je vois du
linge, une robe de chambre assez riche auprès de mon lit. Je soupçonnai
que ce pouvoit être une attention de l'hôte chez qui j'étois arrivé
dénué de tout.

Je me lève, & regarde si je suis le seul objet vivant qui soit dans la
chambre; je cherchois Biondetta.

Honteux de ce premier mouvement, je rendis grâce à ma bonne fortune.
Cet esprit & moi ne sommes donc pas inséparables; j'en suis délivré, &
après mon imprudence, si je ne perds que ma compagnie aux gardes, je
dois m'estimer très-heureux.

Courage, Alvare, continuai-je; il y a d'autres cours, d'autres
souverains que celui de Naples; ceci doit te corriger, si tu n'es pas
incorrigible, & tu te conduiras mieux. Si on refuse tes services, une
mère tendre, l'Estramadure, & un patrimoine honnête te tendent les bras.

Mais que te vouloit ce lutin qui ne t'a pas quitté depuis vingt-quatre
heures? Il avoit pris une figure bien séduisante. Il m'a donné de
l'argent; je veux le lui rendre.

Comme je parlois encore, je vois arriver mon créancier; il m'amenoit
deux domestiques & deux gondoliers. Il faut, dit-il, que vous soyez
servi, en attendant l'arrivée de Carle. On m'a répondu dans l'auberge
de l'intelligence & de la fidélité de ces gens-ci, & voici les plus
hardis patrons de la république.

Je suis content de votre choix, Biondetto, lui dis-je; vous êtes-vous
logé ici?

J'ai pris, me répond le page les yeux baissés, dans l'appartement
même de votre excellence, la pièce la plus éloignée de celle que vous
occupez, pour vous causer le moins d'embarras qu'il sera possible.

Je trouvai du ménagement, de la délicatesse dans cette attention à
mettre de l'espace entre elle & moi; je lui en sus gré.

Au pis aller, disois-je, je ne saurois la chasser du vague de l'air,
s'il lui plaît de s'y tenir invisible pour m'obséder. Quand elle sera
dans une chambre connue, je pourrai calculer ma distance. Content de
mes raisons, je donnai légèrement mon approbation à tout.

Je voulois sortir pour aller chez le correspondant de ma mère.
Biondetta donna ses ordres pour ma toilette; & quand elle fut achevée,
je me rendis où j'avois dessein d'aller.

Le négociant me fit un accueil dont j'eus lieu d'être surpris. Il étoit
à sa banque; de loin il me caresse de l'œœil, vient à moi: dom Alvare,
me dit-il, je ne vous croyois pas ici. Vous arrivez très à propos pour
m'empêcher de faire une bévue; j'allais vous envoyer deux lettres &
de l'argent. Celui de mon quartier? répondis-je. Oui, répliqua-t-il,
& quelque chose de plus. Voilà deux cents sequins en sus, qui sont
arrivés ce matin. Un vieux gentilhomme, à qui j'en ai donné le reçu,
me les a remis de la part de dona Mencia. Ne recevant pas de vos
nouvelles, elle vous a cru malade, & a chargé un Espagnol de votre
connoissance de me les remettre pour vous les faire passer... Vous
a-t-il dit son nom?... Je l'ai écrit dans le reçu; c'est Dom Miguel
Pimientos, qui dit avoir été écuyer dans votre maison. Ignorant votre
arrivée ici, je ne lui ai pas demandé son adresse.

Je pris l'argent; j'ouvris les lettres; ma mère se plaignoit de sa
santé, de ma négligence, & ne parloit pas des sequins qu'elle envoyait.
Je n'en fus que plus sensible à ses bontés.

Me voyant la bourse aussi à propos & aussi bien garnie, je revins
gaîment à l'auberge. J'eus de la peine à trouver Biondetta dans
l'espèce de logement où elle s'étoit réfugiée; elle y entroit par un
dégagement distant de ma porte. Je m'y aventurai par hasard, & la vis
courbée près d'une fenêtre, fort occupée à rassembler & recoller les
débris d'un clavecin.

J'ai de l'argent, lui dis-je, & vous rapporte celui que vous m'avez
prêté. Elle rougit, ce qui lui arrivoit toujours avant de parler: elle
chercha mon obligation, me la remit, prit la somme, & se contenta de me
dire que j'étois trop exact, & qu'elle eût désiré jouir plus long-temps
du plaisir de m'avoir obligé.

Mais je vous dois encore, lui dis-je; car vous avez payé les postes.
Elle en avoit l'état sur la table, je l'acquittai. Je sortois avec un
sang froid apparent; elle me demanda mes ordres, je n'en eus pas à lui
donner, & elle se remit tranquillement à son ouvrage; elle me tournoit
le dos. Je l'observai quelque temps; elle sembloit très-occupée, &
apportoit à son travail autant d'adresse que d'activité.

Je revins rêver dans ma chambre. Voilà, disois-je, le pair de ce
Calderon qui allumoit la pipe à Soberano; & quoiqu'il ait l'air
très-distingué, il n'est pas de meilleure maison. S'il ne se rend
ni exigeant, ni incommode, s'il n'a pas de prétentions, pourquoi ne
le garderois-je pas? Il m'assure d'ailleurs que, pour le renvoyer,
il ne faut qu'un acte de ma volonté. Pourquoi me presser de vouloir
tout à l'heure ce que je puis vouloir à tous les instans du jour? On
interrompit mes réflexions, en m'annonçant que j'étois servi.

Je me mis à table. Biondetta, en grande livrée, étoit derrière mon
siége, attentive à prévenir mes besoins. Je n'avois pas besoin de me
retourner pour la voir; trois glaces disposées dans le salon répétoient
tous ses mouvemens. Le dîné finit, on dessert; elle se retire.

L'aubergiste monte; la connoissance n'étoit pas nouvelle. On étoit
en carnaval; mon arrivée n'avoit rien qui dût le surprendre. Il me
félicita sur l'augmentation de mon train, qui supposoit un meilleur
état dans ma fortune, & se rabattit sur les louanges de mon page, le
jeune homme le plus beau, le plus affectionné, le plus doux qu'il eût
encore vu. Il me demanda si je comptois prendre part aux plaisirs du
carnaval: c'étoit mon intention. Je pris un déguisement, & montai dans
ma gondole.

Je courus la place; j'allai au spectacle, au _ridotto_. Je jouai; je
gagnai quarante sequins, & rentrai assez tard, ayant cherché de la
dissipation par-tout où j'avois cru pouvoir en trouver.

Mon page, un flambeau à la main, me reçoit au bas de l'escalier, me
livre aux soins d'un valet de chambre, & se retire, après m'avoir
demandé à quelle heure j'ordonnois que l'on entrât chez moi. A l'heure
ordinaire, répondis-je, sans savoir ce que je disois, sans penser que
personne n'étoit au fait de ma manière de vivre.

Je me réveillai tard le lendemain, & me levai promptement; je jetai par
hasard les yeux sur les lettres de ma mère, demeurées sur la table.
Digne femme! m'écriai je, que fais-je ici? que ne vais-je me mettre à
l'abri de vos sages conseils? J'irai, ah! j'irai; c'est le seul parti
qui me reste.

Comme je parlois haut, on s'aperçut que j'étois éveillé: on entra chez
moi, & je revis l'écueil de ma raison: il avoit l'air désintéressé,
modeste, soumis, & ne m'en parut que plus dangereux. Il m'annonçoit un
tailleur & des étoffes; le marché fait, il disparut avec lui jusqu'à
l'heure du repas.

Je mangeai peu, & courus me précipiter à travers le tourbillon des
amusemens de la ville. Je cherchai les masques; j'écoutai, je fis de
froides plaisanteries, & terminai la scène par l'opéra, sur-tout le
jeu, jusqu'alors ma passion favorite. Je gagnai beaucoup plus à cette
seconde séance qu'à la première.

Dix jours se passèrent dans la même situation de cœœur & d'esprit, &
à peu près dans des dissipations semblables: je trouvai d'anciennes
connoissances, j'en fis de nouvelles. On me présenta aux assemblées
les plus distinguées; je fus admis aux parties des nobles dans leurs
casins.

Tout alloit bien, si ma fortune au jeu ne s'étoit pas démentie; mais
je perdis au _ridotto_, en une soirée, treize cents sequins que
j'avois amassés. On n'a jamais joué d'un plus grand malheur. A trois
heures du matin je me retirai, mis à sec, devant cent sequins à mes
connoissances. Mon chagrin étoit écrit dans mes regards & sur tout
mon extérieur. Biondetta me parut affectée; mais elle n'ouvrit pas la
bouche.

Le lendemain, je me levai tard. Je me promenois à grands pas dans
ma chambre, en frappant des pieds. On me sert, je ne mange point.
Le service enlevé, Biondetta reste, contre son ordinaire; elle me
fixe un instant, laisse échapper quelques larmes. Vous avez perdu de
l'argent, dom Alvare, peut être plus que vous n'en pouvez payer... Et
quand cela seroit, où trouverois-je le remède?... Vous m'offensez; mes
services sont toujours à vous au même prix; mais ils ne s'étendroient
pas loin, s'ils n'alloient qu'à vous faire contracter avec moi de ces
obligations que vous vous croiriez dans la nécessité de remplir sur
le champ. Trouvez bon que je prenne un siège; je sens une émotion
qui ne me permettroit pas de me soutenir debout; j'ai d'ailleurs des
choses importantes à vous dire. Voulez-vous vous ruiner?... Pourquoi
jouez-vous avec cette fureur, puisque vous ne savez pas jouer?...

Tout le monde ne fait-il pas les jeux de hasard? Quelqu'un pourroit-il
me les apprendre?...

Oui, prudence à part, on apprend les jeux de chance, que vous appelez,
mal à propos, jeux de hasard. Il n'y a point de hasard dans le monde;
tout y a été & sera toujours une suite de combinaisons nécessaires,
que l'on ne peut entendre que par la science des nombres, dont les
principes sont en même temps & si abstraits & si profonds, qu'on ne
peut les saisir, si l'on n'est conduit par un maître; mais il faut
avoir su se le donner & se l'attacher. Je ne puis vous peindre cette
connoissance sublime que par une image. L'enchaînement des nombres fait
la cadence de l'univers, règle ce qu'on appelle les événemens fortuits
& prétendus déterminés, les forçant, par des balanciers invisibles, à
tomber, chacun à leur tour, depuis ce qui se passe d'important dans les
sphères éloignées, jusqu'aux misérables petites chances qui vous ont
aujourd'hui dépouillé de votre argent.

Cette tirade scientifique dans une bouche enfantine, cette proposition
un peu brusque de me donner un maître, m'occasionnèrent un léger
frisson, un peu de cette sueur froide qui m'avoit saisi sous la voûte
de Portici. Je fixe Biondetta qui baissoit la vue. Je ne veux pas de
maître, lui dis-je; je craindrois d'en trop apprendre; mais essayez de
me prouver qu'un gentilhomme peut savoir un peu plus que le jeu, & s'en
servir sans compromettre son caractère. Elle prit la thèse, & voici en
substance l'abrégé de sa démonstration.

La banque est combinée sur le pied d'un profit exorbitant, qui se
renouvelle à chaque taille. Si elle ne couroit pas de risques, la
république feroit à coup sûr un vol manifeste aux particuliers. Mais
les calculs que nous pouvons faire sont supposés, & la banque a
toujours beau jeu, en tenant contre une personne instruite sur dix
milles dupes.

La conviction fut poussée plus loin: on m'enseigna une seule
combinaison, très-simple en apparence. Je n'en devinai pas les
principes; mais dès le soir même j'en connus l'infaillibilité par le
succès.

En un mot, je regagnai, en la suivant, tout ce que j'avois perdu, payai
mes dettes de jeu, & rendis en rentrant, à Biondetta, l'argent qu'elle
m'avoit prêté pour tenter l'aventure.

J'étois en fonds, mais plus embarrassé que jamais. Mes défiances
s'étoient renouvelées sur les desseins de l'être dangereux dont
j'avois agréé les services. Je ne savois pas décidément si je pourrois
l'éloigner de moi; en tout cas, je n'avois pas la force de le vouloir.
Je détournois les yeux pour ne pas le voir où il étoit, & le voyois
par-tout où il n'étoit pas.

Le jeu cessoit de m'offrir une dissipation attachante. Le pharaon,
que j'aimois passionnément, n'étant plus assaisonné par le risque,
avoit perdu tout ce qu'il avoit de piquant pour moi. Les singeries
du carnaval m'ennuyoient; les spectacles m'étoient insipides. Quand
j'aurois eu le cœœur assez libre pour désirer de former une liaison
parmi les femmes de haut parage, j'étois rebuté d'avance par la
langueur, le cérémonial, & la contrainte de la cicisbeature. Il me
restoit la ressource des casins des nobles, où je ne voulois plus
jouer, & la société des courtisanes.

Parmi les femmes de cette dernière espèce, il y en avoit quelques-unes
plus distinguées par l'élégance de leur faste & l'enjouement de leur
société, que par leurs agrémens personnels. Je trouvois dans leurs
maisons une liberté réelle dont j'aimois à jouir, une gaîté bruyante,
qui pouvoit m'étourdir, si elle ne pouvoit me plaire; enfin un abus
continuel de la raison, qui me tiroit, pour quelques momens, des
entraves de la mienne. Je faisois des galanteries à toutes les femmes
de cette espèce chez lesquelles j'étois admis, sans avoir de projet sur
aucune; mais la plus célèbre d'entre elles avoit des desseins sur moi,
qu'elle fit bientôt éclater.

On la nommoit Olympia; elle avoit vingt-six ans, beaucoup de beauté, de
talens & d'esprit; elle me laissa bientôt m'apercevoir du goût qu'elle
avoit pour moi; & sans en avoir pour elle, je me jetai à sa tête, pour
me débarrasser en quelque sorte de moi-même.

Notre liaison commença brusquement; & comme j'y trouvois peu de
charmes, je jugeai qu'elle finiroit de même, & qu'Olympia, ennuyée de
mes distractions auprès d'elle, chercheroit bientôt un amant qui lui
rendît plus de justice, d'autant plus que nous nous étions pris sur
le pied de la passion la plus désintéressée: mais notre planète en
décidoit autrement. Il falloit sans doute, pour le châtiment de cette
femme superbe & emportée, & pour me jeter dans des embarras d'une autre
espèce, qu'elle conçût un amour effréné pour moi.

Déjà je n'étois plus le maître de revenir le soir à mon auberge, &
j'étois accablé pendant la journée, de billets, de messages, & de
surveillans.

On se plaignoit de mes froideurs; une jalousie qui n'avoit pas encore
trouvé d'objet, s'en prenoit à toutes les femmes qui pouvoient attirer
mes regards, & auroit exigé de moi jusqu'à des incivilités pour elles,
si l'on eût pu entamer mon caractère. Je me déplaisois dans ce tourment
presque perpétuel; mais il falloit bien y vivre. Je cherchois de bonne
foi à aimer Olympia, pour aimer quelque chose, & à me distraire du
goût dangereux que je me connoissois. Cependant une scène plus vive se
préparoit.

J'étois sourdement observé dans mon auberge par les ordres de la
courtisane. Depuis quand, me dit-elle un jour, avez-vous ce beau page
qui vous intéresse tant, à qui vous témoignez tant d'égards, & que vous
ne cessez de suivre des yeux, quand son service l'appelle dans votre
appartement? Pourquoi lui faites-vous observer cette retraite austère?
par on ne le voit jamais dans Venise.

Mon page, répondis-je, est un jeune homme bien né, de l'éducation
duquel je suis chargé par devoir. C'est...

C'est, reprit-elle les yeux enflammés de courroux, traître; c'est une
femme. Un de mes affidés lui a vu faire sa toilette par le trou de la
serrure...

Je vous donne ma parole d'honneur que ce n'est pas une femme...

N'ajoute pas le mensonge à la trahison. Cette femme pleuroit, on l'a
vu; elle n'est pas heureuse. Tu ne sais que faire le tourment des
cœœurs qui se donnent à toi; tu l'as abusée comme tu m'abuses, & tu
l'abandonnes. Renvoie à ses parens cette jeune personne; & si tes
prodigalités t'ont mis hors d'état de lui faire justice, qu'elle la
tienne de moi. Tu lui dois un sort, je le lui ferai; mais je veux
qu'elle disparoisse demain.

Olympia, repris-je le plus froidement qu'il me fut possible, je vous
ai juré, je vous le répète, & je vous jure encore que ce n'est pas une
femme; & plût au ciel!...

Que veulent dire ces mensonges, & ce plût au ciel, monstre? Renvoie-la,
te dis-je, ou... Mais j'ai d'autre ressources; je te démasquerai, &
elle entendra raison, si tu n'es pas susceptible de l'entendre.

Excédé par ce torrent d'injures & de menaces, mais affectant de n'être
point ému, je me retirai chez moi, quoiqu'il fût tard.

Mon arrivée parut surprendre mes domestiques & sur-tout Biondetta; elle
témoigna quelque inquiétude sur ma santé: je répondis qu'elle n'étoit
point altérée. Je ne lui parlois presque jamais depuis ma liaison avec
Olympia, & il n'y avoit eu aucun changement dans sa conduite à mon
égard; mais on en remarquoit dans ses traits; il y avoit sur le ton
général de sa physionomie une teinte d'abattement & de mélancolie.

Le lendemain, à peine étois-je éveillé que Biondetta entre dans ma
chambre, une lettre ouverte à la main. Elle me la remet, & je lis:

  _AU PRÉTENDU BIONDETTO._

     «Je ne sais qui vous êtes, madame, ni ce que vous pouvez faire
     chez Dom Alvare; mais vous êtes trop jeune pour n'être pas
     excusable, & en de trop mauvaises mains pour ne pas exciter
     la compassion. Ce cavalier vous aura promis ce qu'il promet à
     tout le monde, ce qu'il me jure encore tous les jours, quoique
     déterminé à nous trahir. On dit que vous êtes sage autant que
     belle; vous serez susceptible d'un bon conseil. Vous êtes en
     âge, madame, de réparer le tort que vous pouvez vous être fait;
     une ame sensible vous en offre les moyens. On ne marchandera
     point sur la force du sacrifice que l'on doit faire pour assurer
     votre repos. Il faut qu'il soit proportionné à votre état,
     aux vues que l'on vous a sait abandonner, à celles que vous
     pouvez avoir pour l'avenir, & par conséquent vous réglerez
     tout vous-même. Si vous persistez à vouloir être trompée &
     malheureuse, & à en faire d'autres, attendez-vous à tout ce
     que le désespoir peut suggèrer de plus violent à une rivale.
     J'attends votre réponse».

Après avoir lu cette lettre, je la remis à Biondetta. Répondez, lui
dis-je, à cette femme qu'elle est folle; & vous savez mieux que moi
combien elle l'est.....

Vous la connoissez, Dom Alvare, n'appréhendez-vous rien d'elle?...
J'appréhende qu'elle ne m'ennuie plus long-temps; ainsi je la quitte;
& pour m'en délivrer plus sûrement, je vais louer ce matin une jolie
maison que l'on m'a proposée sur la Brenta. Je m'habillai sur le champ,
& allai conclure mon marché. Chemin faisant, je réfléchissois aux
menaces d'Olympia. Pauvre folle! disois-je, elle veut tuer.... Je ne
pus jamais, & sans savoir pourquoi, prononcer le mot.

Dès que j'eus terminé mon affaire, je revins chez moi, je dînai; &
craignant que la force de l'habitude ne m'entraînât chez la courtisane,
je me déterminai à ne pas sortir de la journée.

Je prends un livre. Incapable de m'appliquer à la lecture, je le
quitte; je vais à là fenêtre, & la foule, la variété des objets me
choquent, au lieu de me distraire. Je me promène à grands pas dans tout
mon appartement, cherchant la tranquillité de l'esprit dans l'agitation
continuelle du corps.

Dans cette course indéterminée, mes pas s'adressent vers une garderobe
sombre, où mes gens renfermoient les choses nécessaires à mon service,
& qui ne devoient pas se trouver sous la main. Je n'y étois jamais
entré: l'obscurité du lieu me plaît; je m'assieds sur un coffre, & y
passe quelques minutes.

Au bout de ce court espace de temps, j'entends du bruit dans une pièce
voisine; un petit jour qui me donne dans les yeux, m'attire vers une
porte condamnée; il s'échappoit par le trou de la serrure; j'y applique
l'œœil.

Je vois Biondetta assise vis-à-vis de son clavecin, les bras croisés,
dans l'attitude d'une personne qui rêve profondément. Elle rompit le
silence.

Biondetta! Biondetta! dit-elle. Il m'appelle Biondetta; c'est le
premier, c'est le seul mot caressant qui soit sorti de sa bouche.

Elle se tait, & paroît retomber dans sa rêverie. Elle pose enfin les
mains sur le clavecin que je lui avois vu raccommoder. Elle avoit
devant elle un livre fermé sur le pupître. Elle prélude & chante à
demi-voix en s'accompagnant.

Je démêlai sur le champ que ce qu'elle chantoit n'étoit pas une
composition arrêtée. En prêtant mieux l'oreille, j'entendis mon nom,
celui d'Olympia; elle improvisoit en prose sur sa prétendue situation,
sur celle de sa rivale, qu'elle trouvoit bien plus heureuse que la
sienne, enfin sur les rigueurs que j'avois pour elle & les soupçons
qui occasionnoient une défiance qui m'éloignoit de mon bonheur. Elle
m'auroit conduit dans la route des grandeurs, de la fortune, & des
sciences, & j'aurois fait sa félicité. Hélas! disoit-elle, cela devient
impossible. Quand il me connoîtroit pour ce que je suis, mes foibles
charmes ne pourroient l'arrêter; un autre......

La passion l'emportoit & les larmes sembloient la suffoquer. Elle se
lève, va prendre un mouchoir, s'essuie & se rapproche de l'instrument;
elle veut se rasseoir; & comme si le peu de hauteur du siège l'eût
tenue ci-devant dans une attitude trop gênée, elle prend le livre qui
étoit sur son pupître, le met sur le tabouret, s'assied & prélude de
nouveau.

Je compris bientôt que la seconde scène de musique ne seroit pas de
l'espèce de la première. Je reconnus l'air d'un barcarole fort en
vogue alors à Venise. Elle le répéta deux fois; puis d'une voix plus
distincte & plus assurée, elle chanta les paroles suivantes:

      Hélas quelle est ma chimère!
    Fille du ciel & des airs,
    Pour Alvare & pour la terre,
    J'abandonne l'Univers;
    Sans éclat & sans puissance,
    Je m'abaisse jusqu'aux fers;
    Et quelle est ma récompense?
    On me dédaigne, & je sers.

      Coursier, la main qui vous mène
    S'empresse à vous caresser:
    On vous captive, on vous gêne,
    Mais on craint de vous blesser.
    Des efforts qu'on vous fait faire,
    Sur vous l'honneur rejaillit,
    Et le frein qui vous modère,
    Jamais ne vous avilit.

      Alvare, un autre t'engage,
    Et m'éloigne de ton cœœur:
    Dis-moi par quel avantage
    Elle a vaincu ta froideur?
    On pense qu'elle est sincère,
    On s'en rapporte à sa foi;
    Elle plaît, je ne puis plaire;
    Le soupçon est fait pour moi.

      La cruelle défiance
    Empoisonne le bienfait.
    On me craint en ma présence;
    En mon absence on me hait.
    Mes tourmens, je les suppose;
    Je gémis, mais sans raison;
    Si je parle, j'en impose;
    Je me tais, c'est trahison.

      Amour, tu fis l'imposture,
    Je passe pour l'imposteur;
    Ah! pour venger notre injure,
    Dissipe enfin son erreur.
    Fais que l'ingrat me connoisse,
    Et quel qu'en soit le sujet,
    Qu'il déteste une foiblesse
    Dont je ne suis pas l'objet.

      Ma rivale est triomphante,
    Elle ordonne de mon sort,
    Et je me vois dans l'attente
    De l'exil ou de la mort:
    Ne brisez pas votre chaîne
    Mouvemens d'un cœœur jaloux;
    Vous éveilleriez la haîne:
    Je me contrains, taisez-vous.

Le son de la voix, le chant, le sens des vers, leur tournure, me
jettent dans un désordre que je ne puis exprimer. Etre fantastique,
dangereuse imposture! m'écriai-je en sortant avec rapidité du poste où
j'avois demeuré trop long-temps, peut-on mieux emprunter les traits
de la vérité & de la nature? Que je suis heureux de n'avoir connu que
d'aujourd'hui le trou de cette serrure, comme je serois venu m'enivrer,
combien j'aurois aidé à me tromper moi-même! Sortons d'ici. Allons sur
la Brenta dès demain; allons-y ce soir.

J'appelle sur le champ un domestique, & fais dépêcher, dans une
gondole, ce qui m'étoit nécessaire pour aller passer la nuit dans ma
nouvelle maison.

Il m'eût été trop difficile d'attendre la nuit dans mon auberge. Je
sortis. Je marchois au hasard. Au détour d'une rue, je crus voir
entrer dans un café ce Bernadillo qui accompagnoit Soberano dans
notre promenade à Portici. Autre fantôme! dis-je: ils me poursuivent.
J'entrai dans ma gondole, & courus tout Venise de canal en canal; il
étoit onze heures quand je rentrai. Je voulus partir pour la Brenta, &
mes gondoliers fatigués refusant le service, je fus obligé d'en faire
appeler d'autres: ils arrivent; & mes gens, prévenus de mes intentions,
me précèdent dans la gondole, chargés de leurs propres effets.
Biondetta me suivoit.

A peine ai-je les deux pieds dans le bâtiment, que des cris me forcent
à me retourner. Un masque poignardoit Biondetta. Tu l'emportes sur moi!
meurs, meurs, odieuse rivale!

L'exécution fut si prompte, qu'un des gondoliers resté sur le rivage
ne put l'empêcher. Il voulut attaquer l'assassin, en lui portant le
flambeau dans les yeux; un autre masque accourt, & le repousse avec une
action menaçante, une voix tonnante, que je crus reconnoître pour celle
de Bernadillo.

Hors de moi, je m'élance de la gondole. Les meurtriers ont disparu.
A l'aide du flambeau, je vois Biondetta pâle, baignée dans son sang,
expirante.

Mon état ne sauroit se peindre. Toute autre idée s'efface. Je ne vois
plus qu'une femme adorée, victime d'une prévention ridicule, sacrifiée
à ma vaine & extravagante confiance, & accablée par moi jusques-là des
plus cruels outrages.

Je me précipite, j'appelle en même temps le secours & la vengeance.
Un chirurgien, attiré par l'éclat de cette aventure, se présente. Je
fais transporter la blessée dans mon appartement; & crainte qu'on ne la
ménage point assez, je me charge moi-même de la moitié du fardeau.

Quand on l'eut déshabillée, quand je vis ce beau corps sanglant,
atteint de deux énormes blessures, qui sembloient devoir attaquer
toutes deux les sources de la vie, je dis, je fis mille extravagances.

Biondetta présumée sans connoissance ne devoit pas les entendre; mais
l'aubergiste & ses gens, un chirurgien, deux médecins appelés jugèrent
qu'il étoit dangereux pour la blessée qu'on me laissât auprès d'elle.
On m'entraîna hors de la chambre.

On laissa mes gens près de moi; mais un d'eux ayant eu la maladresse de
me dire que la faculté avoit jugé les blessures mortelles, je poussai
des cris aigus.

Fatigué enfin par mes emportemens, je tombai dans un abattement qui fut
suivi du sommeil.

Je crus voir ma mère en rêve; je lui racontois mon aventure, & pour la
lui rendre plus sensible, je la conduisois vers les ruines de Portici.

N'allons pas là, mon fils, me disoit-elle, vous êtes dans un danger
évident. Comme nous passions dans un défilé étroit où je m'engageois
avec sécurité, une main tout à coup me pousse dans un précipice; je
la reconnois, c'est celle de Biondetta. Je tombois, une autre main
me retire, & je me trouve entre les bras de ma mère. Je me réveille,
encore haletant de frayeur. Tendre mère! m'écriai-je, vous ne
m'abandonnez pas, même en rêve.

Biondetta! vous voulez me perdre? Mais ce songe est l'effet du trouble
de mon imagination. Ah! chassons des idées qui me feroient manquer à la
reconnoissance, à l'humanité.

J'appelle un domestique, & fais demander des nouvelles. Deux
chirurgiens veillent: on a beaucoup tiré de sang, on craint la fièvre.

Le lendemain, après l'appareil levé, on décida que les blessures
n'étoient dangereuses que par la profondeur; mais la fièvre survient,
redouble, & il faut épuiser le sujet par de nouvelles saignées.

Je fis tant d'instances pour entrer dans l'appartement, qu'il ne fut
pas possible de s'y refuser.

Biondetta avoit le transport, & répétoit sans cesse mon nom. Je la
regardai; elle ne m'avoit jamais paru si belle.

Est-ce là, me disois-je, ce que je prenois pour un fantôme colorié, un
amas de vapeurs brillantes, uniquement rassemblées pour en imposer à
mes sens?

Elle avoit la vie comme je l'ai, & la perd, parce que je n'ai jamais
voulu l'entendre, parce que je l'ai volontairement exposée. Je suis un
tigre, un monstre.

Si tu meurs, objet le plus digne d'être chéri, & dont j'ai si
indignement reconnu les bontés, je ne veux pas te survivre. Je mourrai,
après avoir sacrifié sur ta tombe la barbare Olympia.

Si tu m'es rendue, je serai à toi; je reconnoîtrai tes bienfaits,
je couronnerai tes vertus, ta patience; je me lie par des liens
indissolubles, & ferai mon devoir de te rendre heureuse par le
sacrifice aveugle de mes sentimens & de mes volontés.

Je ne peindrai point les efforts péenibles de l'Art & de la Nature
pour rappeler à la vie un corps qui sembloit devoir succomber sous les
ressources mises en œœuvre pour le soulager.

Vingt & un jours se passèrent sans qu'on pût se décider entre la
crainte & l'espérance; Enfin la fièvre se dissipa, & il parut que la
malade reprenoit connoissance.

Je l'appelois ma chère Biondetta; elle me serra la main. Depuis cet
instant, elle reconnut tout ce qui étoit autour d'elle. J'étois à son
chevet: ses yeux se tournèrent sur moi; les miens étoient baignés de
larmes. Je ne saurois peindre, quand elle me regarda, les grâces,
l'expression de son sourire. Je suis la chère Biondetta d'Alvare! Elle
vouloit m'en dire davantage, on me força encore un fois de m'éloigner.

Je pris le parti de rester dans sa chambre, dans un endroit où elle ne
pût pas me voir. Enfin j'eus la permission d'en approcher. Biondetta,
lui dis-je, je fais poursuivre vos assassins.

Ah! ménagez-les, dit-elle: ils ont fait mon bonheur. Si je meurs, ce
sera pour vous; si je vis, ce sera pour vous aimer.

J'ai des raisons pour abréger ces scènes de tendresse qui se passèrent
entre nous jusqu'au temps où les médecins m'assurèrent que je pouvois
faire transporter Biondetta sur les bords de la Brenta, où l'air seroit
plus propre à lui rendre ses forces. Nous nous y établîmes, Je lui
avois donné deux femmes pour la servir, dès le premier instant où son
sexe fut avéré par la nécessité de panser ses blessures. Je rassemblai
autour d'elle tout ce qui pouvoit contribuer à sa commodité, & ne
m'occupai qu'à la soulager, l'amuser, & lui plaire.

Ses forces se rétablissoient à vue d'œœil, & sa beauté sembloit
prendre chaque jour un nouvel éclat. Enfin, croyant pouvoir l'engager
dans une conversation assez longue, sans intéresser sa santé: O
Biondetta! lui dis-je, je suis comblé d'amour, persuadé que vous n'êtes
point un être fantastique, convaincu que vous m'aimez, malgré les
procédés révoltans que j'ai eus pour vous jusqu'ici. Mais vous savez si
mes inquiétudes furent fondées. Développez-moi le mystère de l'étrange
apparition qui affligea mes regards dans la voûte de Portici. D'où
venoient, que devinrent ce monstre affreux, cette petite chienne qui
précédèrent votre arrivée? Comment, pourquoi les avez-vous remplacés
pour vous attacher à moi? Qui étoient-ils? qui êtes-vous? Achevez de
rassurer un cœœur tout à vous, & qui veut se dévouer pour la vie.

Alvare, répondit Biondetta, les nécromanciens, étonnés de votre
audace, voulurent se faire un jeu de votre humiliation, & parvenir,
par la voie de la terreur, à vous réduire à l'état de vil esclave de
leurs volontés. Ils vous préparoient d'avance à la frayeur, en vous
provoquant à l'évocation du plus puissant & du plus redoutable de tous
les esprits; & par le secours de ceux dont la cathégorie leur est
soumise, ils vous présentèrent un spectacle qui vous eût fait mourir
d'effroi, si la vigueur de votre ame n'eût fait tourner contre eux leur
propre stratagême.

A votre contenance héroïque, les sylphes, les salamandres, les gnomes,
les ondins, enchantés de votre courage, résolurent de vous donner tout
l'avantage sur vos ennemis.

Je suis sylphide d'origine, & une des plus considérables d'entre elles.
Je parus sous la forme de la petite chienne: je reçus vos ordres, &
nous nous empressâmes tous à l'envi de les accomplir. Plus vous mettiez
de hauteur, de résolution, d'aisance, d'intelligence à régler nos
mouvemens, plus nous redoublions d'admiration & de zèle pour vous.

Vous m'ordonnâtes de vous servir en page, de vous amuser en cantatrice.
Je me soumis avec joie, & goûtai de tels charmes dans mon obéissance,
que je résolus de vous la vouer pour toujours.

Décidons, me disois-je, mon état & mon bonheur. Abandonnée dans le
vague de l'air à une incertitude nécessaire, sans sensations, sans
jouissance, esclave des évocations des cabalistes, jouet de leurs
fantaisies, nécessairement bornée dans mes prérogatives comme dans mes
connoissances, balancerois-je davantage sur le choix des moyens par
lesquels je puis ennoblir mon essence?

Il m'est permis de prendre un corps pour m'associer à un sage: le
voilà. Si je me réduis au simple état de femme, si je perds, par ce
changement volontaire, le droit naturel des sylphides & l'assistance
de mes compagnes, je jouirai du bonheur d'aimer & d'être aimée; je
servirai mon vainqueur; je l'instruirai de la sublimité de son être,
dont il ignore les prérogatives; il nous soumettra, avec les élémens
dont j'aurai abandonné l'empire, les esprits de toutes les sphères. Il
est fait pour être le roi du monde, & j'en serai la reine, & la reine
adorée de lui.

Ces réflexions, plus subites que vous ne pouvez le croire dans une
substance débarrassée d'organes, me décidèrent sur le champ. En
conservant ma figure, je prends un corps de femme, pour ne le quitter
qu'avec la vie.

Quand j'eus pris un corps, Alvare, je m'aperçus que j'avois un cœœur.
Je vous admirois, je vous aimai; mais que devins-je, lorsque je ne vis
en vous que de la répugnance, de la haîne! Je ne pouvois ni changer, ni
même me repentir; soumise à tous les revers auxquels sont sujettes les
créatures de votre espèce, m'étant attiré le courroux des esprits, la
haîne implacable des nécromanciens, je devenois, sans votre protection,
l'être le plus malheureux qui fût sous le ciel. Que dis-je? je le
serois encore sans votre amour.

Mille grâces répandues dans la figure, l'action, le son de la voix
ajoutoient au prestige de ce récit intéressant. Je ne concevois rien de
ce que j'entendois. Mais qu'y avoit-il de concevable dans mon aventure?

Tout ceci me paroît un songe, me disois-je; mais la vie humaine
est-elle autre chose? Je rêve plus extraordinairement qu'un autre, &
voilà tout.

Je l'ai vue de mes yeux, attendant tout secours de l'art, arriver
presque jusqu'aux portes de la mort, en passant par tous les termes de
l'épuisement & de la douleur.

L'homme fut un assemblage d'un peu de boue & d'eau, pourquoi une
femme ne seroit-elle pas faite de rosée, de vapeurs terrestres, & de
rayons de lumière, des débris d'un arc-en-ciel condensés? Où est le
possible?... où est l'impossible?

Le résultat de mes réflexions fut de me livrer encore plus à mon
penchant, en croyant consulter ma raison. Je comblois Biondetta
de prévenances, de caresses innocentes. Elle s'y prêtoit avec une
franchise qui m'enchantoit, avec cette pudeur naturelle qui agit sans
être l'effet des réflexions ou de la crainte.

Un mois s'étoit passé dans des douceurs qui m'avoient enivré.
Biondetta, entièrement rétablie, pouvoit me suivre par-tout à la
promenade. Je lui avois fait faire un déshabillé d'amazone: sous ce
vêtement, sous un grand chapeau ombragé de plumes, elle attiroit tous
les regards, & nous ne paroissions jamais que mon bonheur ne fît
l'objet de l'envie de tous ces heureux citadins qui peuplent, pendant
les beaux jours, les rivages enchantés de la Brenta; les femmes mêmes
sembloient avoir renoncé à cette jalousie dont on les accuse, ou
subjuguées par une supériorité dont elles ne pouvoient disconvenir, ou
désarmées par un maintien qui annonçoit l'oubli de tous ses avantages.

Connu de tout le monde pour l'amant aimé d'un objet aussi ravissant,
mon orgueil égaloit mon amour, & je m'élevois encore davantage, quand
je venois à me flatter sur le brillant de son origine.

Je ne pouvois douter qu'elle ne possédât les connoissances les plus
rares, & je supposois, avec raison, que son but étoit de m'en orner;
mais elle ne m'entretenoit que de choses ordinaires, & sembloit avoir
perdu l'autre objet de vue. Biondetta, lui dis-je un soir que nous nous
promenions sur la terrasse de mon jardin, lorsqu'un penchant, trop
flatteur pour moi, vous décida à lier votre sort au mien, vous vous
promettiez de m'en rendre digne, en me donnant des connoissances qui ne
sont point réservées au commun des hommes.

Vous parois-je maintenant indigne de vos soins? Un amour aussi tendre,
aussi délicat que le vôtre, peut-il ne point désirer d'ennoblir son
objet?

O Alvare, me répondit-elle, je suis femme depuis six mois, & ma
passion, il me le semble, n'a pas duré un jour. Pardonnez si la plus
douce des sensations enivre un cœœur qui n'a jamais rien éprouvé.
Je voudrois vous montrer à aimer comme moi; & vous seriez, par ce
sentiment seul, au-dessus de tous vos semblables; mais l'orgueil humain
aspire à d'autres jouissances. L'inquiétude naturelle ne lui permet pas
de saisir un bonheur, s'il n'en peut envisager un plus grand dans la
perspective. Oui, je vous instruirai, Alvare. J'oubliois avec plaisir
mon intérêt; il le veut, puisque je dois retrouver ma grandeur dans la
vôtre: mais il ne suffit pas de me promettre d'être à moi, il faut que
vous vous donniez, & sans réserve, & pour toujours.

Nous étions assis sur un banc de gazon, sous un abri de chevrefeuille,
au fond du jardin; je me jetai à ses genoux. Chère Biondetta, lui
dis-je, je vous jure une fidélité à toute épreuve.

Non, disoit-elle, vous ne me connoissez pas, vous ne vous connoissez
pas; il me faut un abandon absolu; il peut seul me rassurer & me
suffire.

Je lui baisois la main avec transport, & redoublois mes sermens; elle
m'opposoit ses craintes. Dans le feu de la conversation, nos têtes se
penchent, nos lèvres se rencontrent.... Dans le moment, je me sens
saisir par la basque de mon habit, & secouer d'une étrange force....

C'étoit mon chien, un jeune danois dont on m'avoit fait présent. Tous
les jours je le faisois jouer avec mon mouchoir. Comme il s'étoit
échappé de la maison la veille; je l'avois fait attacher, pour prévenir
une seconde évasion. Il venoit de rompre son attache; conduit par
l'odorat, il m'avoit trouvé, & me tiroit par mon manteau, pour me
montrer sa joie & me solliciter au badinage. J'eus beau le chasser de
la main, de la voix, il ne fut pas possible de l'écarter; il couroit,
revenoit sur moi en aboyant; enfin, vaincu par son importunité, je le
saisis par le collier, & le reconduisis à la maison.

Comme je revenois au berceau pour rejoindre Biondetta, un domestique,
marchant presque sur mes talons, nous avertit qu'on avoit servi, &
nous fûmes prendre nos places à table. Biondetta eût pu paroître
embarrassée. Heureusement nous nous trouvions en tiers, un jeune
gentilhomme étoit venu passer la soirée avec nous.

Le lendemain, j'entrai chez Biondetta, résolu de lui faire part des
réflexions sérieuses qui m'avoient occupé pendant la nuit. Elle étoit
encore au lit, & je m'assis auprès d'elle. Nous avons pensé, lui
dis-je, faire hier une folie dont je me fusse repenti le reste de mes
jours. Ma mère veut absolument que je me marie; je ne saurois être à
d'autre qu'à vous, & ne puis point prendre d'engagement sérieux sans
son aveu. Vous regardant déjà comme ma femme, chère Biondetta, mon
devoir est de vous respecter.

Eh! ne dois-je pas vous respecter vous-même, Alvare? Mais ce sentiment
ne seroit-il pas le poison de l'amour? Vous vous trompez, repris-je; il
en est l'assaisonnement....

Bel assaisonnement, qui vous ramène à moi d'un air glacé, & me
pétrifie moi-même. Ah! Alvare! Alvare! je n'ai heureusement ni rime
ni raison, ni père ni mère, & veux aimer de tout mon cœœur, sans
cet assaisonnement-là. Vous devez des égards à votre mère, ils sont
naturels; il suffit que sa volonté ratifie l'union de nos cœœurs;
pourquoi faut-il qu'elle la précède? Les préjugés sont nés chez vous
au défaut de lumières; &, soit en raisonnant, soit en ne raisonnant
pas, ils rendent votre conduite aussi inconséquente que bizarre.
Soumis à de véritables devoirs, vous vous en imposez qu'il est ou
impossible ou inutile de remplir; enfin vous cherchez à vous faire
écarter de la route, dans la poursuite de l'objet dont la possession
vous semble la plus désirable. Notre union, nos liens deviennent
dépendans de la volonté d'autrui. Qui sait si dona Mencia me trouvera
d'assez bonne maison pour entrer dans celle de Maravillas? Et je me
verrois dédaignée! ou, au lieu de vous tenir de vous-même, il faudroit
vous obtenir d'elle? Est-ce un homme destiné à la haute science, qui
me parle, ou un enfant qui sort des montagnes de l'Estramadure?
Et dois-je être sans délicatesse, quand je vois qu'on ménage celle
des autres plus que la mienne? Alvare! Alvare! on vante l'amour des
espagnols; ils auront toujours plus d'orgueil & de morgue, que d'amour.

J'avois vu des scènes bien extraordinaires; je n'étois point préparé
à celle-ci. Je voulus excuser mon respect pour ma mère; le devoir me
le prescrivoit, & la reconnoissance, l'attachement, plus forts encore
que lui. On n'écoutoit pas. Je ne suis pas devenue femme pour rien,
Alvare: vous me tenez de moi, je veux vous tenir de vous. Dona Mencia
désapprouvera après, si elle est folle. Ne m'en parlez plus. Depuis
qu'on me respecte, qu'on se respecte, qu'on respecte tout le monde, je
deviens plus malheureuse que lorsqu'on me haïssoit; & elle se mit à
sangloter.

Heureusement je suis fier, & ce sentiment me garantit du mouvement
de foiblesse qui m'entraînoit aux pieds de Biondetta, pour essayer
de désarmer cette déraisonnable colère, & faire cesser des larmes
dont la seule vue me mettoit au désespoir. Je me retirai, je passai
dans mon cabinet. En m'y enchaînant, on m'eût rendu service: enfin,
craignant l'issue des combats que j'éprouvois, je cours à ma gondole;
une des femmes de Biondetta se trouve sur mon chemin. Je vais à
Venise, lui dis-je; j'y deviens nécessaire pour la suite du procès
intenté à Olympia; & sur le champ je pars, en proie aux plus dévorantes
inquiétudes, mécontent de Biondetta, & plus encore de moi, voyant qu'il
ne me restoit à prendre que des partis lâches ou désespérés.

J'arrive à la ville; je touche à la première calle. Je parcours d'un
air effaré toutes les rues qui sont sur mon passage, ne m'apercevant
point qu'un orage affreux va fondre sur moi, & qu'il faut m'inquiéter
pour trouver un abri.

C'étoit dans le milieu du mois de Juillet. Bientôt je fus chargé par
une pluie abondante mêlée de beaucoup de grêle.

Je vois une porte ouverte devant moi: c'étoit celle de l'église du
grand couvent des franciscains; je m'y réfugie.

Ma première réflexion fut qu'il avoit fallu un semblable accident pour
me faire entrer dans une église depuis mon séjour dans les états de
Venise; se second fut de me rendre justice sur cet entier oubli de mes
devoirs.

Enfin, voulant m'arracher à mes pensées, je considère les tableaux, &
cherche à voir les monumens qui sont dans cette église: c'étoit une
espèce de voyage curieux que je faisois autour de la nef & du chœœur.

J'arrive enfin dans une chapelle enfoncée, & qui étoit éclairée par une
lampe, le jour extérieur n'y pouvant pénétrer: quelque chose d'éclatant
frappe mes regards dans le fond de la chapelle; c'étoit un monument.

Deux génies descendoient dans un tombeau de marbre noir; une figure de
femme, deux autres génies fondoient en larmes auprès de la tombe.

Toutes les figures étoient de marbre blanc, & leur éclat naturel,
rehaussé par le contraste, en réfléchissant vivement la foible lumière
de la lampe, sembloit les faire briller d'un jour qui leur fût propre,
& éclairer lui-même le fond de la chapelle.

J'approche: je considère les figures; elles me paroissent des plus
belles proportions, pleines d'expression, & de l'exécution la plus
finie.

J'attache mes yeux sur la tête de la principale figure. Que deviens-je?
Je crois voir le portrait de ma mère. Une douleur vive & tendre, un
saint respect me saisissent. O ma mère! est-ce pour m'avertir que mon
peu de tendresse & le désordre de ma vie vous conduiront au tombeau,
que ce froid simulacre emprunte ici votre ressemblance chérie? O,
la plus digne des femmes, tout égaré qu'il est, votre Alvare vous
a conservé tous vos droits sur son cœœur! Avant de s'écarter de
l'obéissance qu'il vous doit, il mourroit plutôt mille fois; il en
atteste ce marbre insensible. Hélas! je suis dévoré de la passion la
plus tyrannique; il m'est impossible de m'en rendre maître désormais.
Vous venez de parler à mes yeux; parlez, ah! parlez à mon cœœur; & si
je dois la bannir, enseignez-moi comment je pourrai faire, sans qu'il
m'en coûte la vie.

En prononçant avec force cette pressante invocation, je m'étois
prosterné la face contre terre, & j'attendois, dans cette attitude, la
réponse que j'étois presque sûr de recevoir, tant j'étois enthousiasmé.

Je réfléchis maintenant, ce que je n'étois pas en état de faire
alors, que dans toutes les occasions où nous avons besoin de secours
extraordinaires pour régler notre conduite, si nous les demandons avec
force, dussions-nous n'être pas exaucés; au moins, en nous recueillant
pour les recevoir, nous nous mettons dans le cas d'user de toutes les
ressources de notre propre prudence. Je méritois d'être abandonné à
la mienne, & voici ce qu'elle me suggéra: «Tu mettras un devoir à
remplir & un espace considérable entre ta passion & toi; les événemens
t'éclaireront».

Allons, dis-je en me relevant avec précipitation, allons ouvrir mon
cœœur à ma mère, & remettons-nous encore une fois sous ce cher abri.

Je retourne à mon auberge ordinaire; je cherche une voiture, & sans
m'embarrasser d'équipages, je prends la route de Turin, pour me rendre
en Espagne par la France; mais avant, je mets dans un paquet une note
de trois cents sequins sur la banque, & la lettre qui suit:

  _A MA CHERE BIONDETTA._

     «Je m'arrache d'auprès de vous, ma chère Biondetta, & ce
     seroit m'arracher à la vie, si l'espoir du plus prompt retour
     ne consoloit mon cœœur. Je vais voir ma mère; animé par votre
     charmante idée, je triompherai d'elle, & viendrai former, avec
     son aveu, une union qui doit faire mon bonheur. Heureux d'avoir
     rempli mes devoirs, avant de me donner tout entier à l'amour,
     je sacrifierai à vos pieds le reste de ma vie. Vous connoîtrez
     un Espagnol, ma Biondetta; vous jugerez, d'après sa conduite,
     que s'il obéit aux devoirs de l'honneur & du sang, il sait
     également satisfaire aux autres. En voyant l'heureux effet de
     ses préjugés, vous ne taxerez pas d'orgueil le sentiment qui l'y
     attache. Je ne puis douter de votre amour; il m'avoit voué une
     entière obéissance; je le reconnoîtrai encore mieux par cette
     foible condescendance à des vues qui n'ont pour objet que notre
     commune félicité. Je vous envoie ce qui peut être nécessaire pour
     l'entretien de notre maison. Je vous enverrai d'Espagne ce que
     je croirai le moins indigne de vous, en attendant que la plus
     vive tendresse qui fût jamais, vous ramène pour toujours votre
     esclave».

Je suis sur la route de l'Estramadure. Nous étions dans la plus belle
saison, & tout sembloit se prêter à l'impatience que j'avois d'arriver
dans ma patrie. Je découvrois déjà les clochers de Turin, lorsqu'une
chaise de poste, assez mal en ordre, ayant dépassé ma voiture,
s'arrête, & me laisse voir, à travers une portière, une femme qui fait
des signes, & s'élance pour en sortir.

Mon postillon s'arrête de lui-même; je descends, & reçois Biondetta
dans mes bras; elle y reste pâmée, sans connoissance. Elle n'avoit pu
dire que ce peu de mots: Alvare, vous m'avez abandonnée!

Je la porte dans ma chaise, seul endroit où je puisse l'asseoir
commodément; elle étoit heureusement à deux places. Je fais mon
possible pour lui donner plus d'aisance à respirer, en la dégageant de
ceux de ses vêtemens qui la gênent; & la soutenant entre mes bras, je
continue ma route dans la situation que l'on peut imaginer.

Nous arrêtons à la première auberge de quelque apparence: je fais
porter Biondetta dans la chambre la plus commode; je la fais mettre sur
un lit, & m'assieds à côté d'elle. Je m'étois fait apporter des eaux
spiritueuses, des élixirs propres à dissiper un évanouissement. A la
fin, elle ouvre les yeux.

On a voulu ma mort encore une fois, dit-elle; on sera satisfait.
Quelle injustice! lui dis-je; un caprice vous fait vous refuser à
des démarches senties & nécessaires de ma part. Je risque de manquer
à mon devoir, si je ne sais pas vous résister, & je m'expose à des
désagrémens, à des remords qui troubleroient la tranquillité de notre
union. Je prends le parti de m'échapper, pour aller chercher l'aveu de
ma mère....

Et que ne me faites-vous connoître votre volonté, cruel? Ne suis-je
pas faite pour vous obéir? Je vous aurois suivi: mais m'abandonner
seule, sans protection, à la vengeance des ennemis que je me suis faits
pour vous, me voir exposée, par votre faute, aux affronts les plus
humilians!...

Expliquez-vous, Biondetta; quelqu'un auroit-il osé?... Et qu'avoit-on
à risquer contre un être de mon sexe, dépourvu d'aveu comme de toute
assistance? L'indigne Bernadillo nous avoit suivis à Venise. A peine
avez-vous disparu, qu'alors cessant de vous craindre, impuissant contre
moi depuis que je suis à vous, mais pouvant troubler l'imagination
des gens attachés à mon service, il a fait assiéger, par des fantômes
de sa création, votre maison de la Brenta. Mes femmes, effrayées,
m'abandonnent. Selon un bruit général, autorisé par beaucoup de
lettres, un lutin a enlevé un capitaine aux gardes du roi de Naples, &
l'a conduit à Venise. On assure que je suis ce lutin, & cela se trouve
presque avéré par les indices. Chacun s'écarte de moi avec frayeur.
J'implore de l'assistance, de la compassion; je n'en trouve pas. Enfin
l'or obtient ce que l'on refuse à l'humanité. On me vend fort cher une
mauvaise chaise: je trouve des guides, des postillons; je vous suis....

Ma fermeté pensa s'ébranler au récit des disgraces de Biondetta. Je ne
pouvois, lui dis-je, prévoir des événemens de cette nature. Je vous
avois vue l'objet des égards, des respects de tous les habitans des
bords de la Brenta. Ce tribut vous sembloit si bien acquis! Pouvois-je
imaginer qu'on vous le disputeroit dans mon absence? O Biondetta! vous
êtes éclairée; ne deviez-vous pas prévoir qu'en contrariant des vues
aussi raisonnables que les miennes, vous me porteriez à des résolutions
désespérées? Pourquoi....

Est-on toujours maîtresse de ne pas contrarier? Je suis femme par
mon choix, Alvare; mais je suis femme enfin, exposée à ressentir
toutes les impressions; je ne suis pas de marbre. J'ai choisi entre
les zônes la matière élémentaire dont mon corps est composé; elle
est très-susceptible; si elle ne l'étoit pas, je manquerois de
sensibilité; vous ne me feriez rien éprouver, & je vous deviendrois
insipide. Pardonnez-moi d'avoir couru le risque de prendre toutes
les imperfections de mon sexe, pour en réunir, si je pouvois, toutes
les graces: mais la folie est faite, &, constituée comme je le suis
à présent, mes sensations sont d'une vivacité dont rien n'approche;
mon imagination est un volcan; j'ai, en un mot, des passions d'une
violence qui devroit vous effrayer, si vous n'étiez pas l'objet de
la plus emportée de toutes, & si nous ne connoissions pas mieux les
principes & les effets de ces élans naturels, qu'on ne les connoît à
Salamanque: on leur y donne des noms odieux; on parle au moins de les
étouffer. Etouffer une flamme céleste, le seul ressort au moyen duquel
l'ame & le corps peuvent agir réciproquement l'un sur l'autre, & se
forcer de concourir au maintien nécessaire de leur union! Cela est
bien imbécille, mon cher Alvare! Il faut régler ces mouvemens, mais
quelquefois il faut leur céder; si on les contrarie, si on les soulève,
ils échappent tous à la fois, & la raison ne sait plus où s'asseoir
pour gouverner. Ménagez-moi dans ces momens-ci, Alvare; je n'ai que
six mois, je suis dans l'enthousiasme de tout ce que j'éprouve; songez
qu'un de vos refus, un mot que vous me dites inconsidérément, indignent
l'amour, révoltent l'orgueil, éveillent le dépit, la défiance, la
crainte: que dis-je? Je vois d'ici ma pauvre tête perdue, & mon Alvare
aussi malheureux que moi!

O, Biondetta, repartis-je, on ne cesse pas de s'étonner auprès de
vous; mais je crois voir la nature même dans l'aveu que vous faites
de vos penchans. Nous trouverons des ressources contre eux dans notre
tendresse mutuelle. Que ne devons-nous pas espérer d'ailleurs des
conseils de la digne mère qui va nous recevoir dans ses bras? Elle vous
chérira, tout m'en assure, & nous aidera à couler des jours heureux....
Il faut vouloir ce que vous voulez, Alvare. Je connois mieux mon sexe,
& n'espère pas autant que vous; mais je veux vous obéir pour vous
plaire, & je me livre.

Satisfait de me trouver sur la route de l'Espagne, de l'aveu &
en compagnie de l'objet qui avoit captivé ma raison & mes sens,
je m'empressai de chercher le passage des Alpes, pour arriver en
France: mais il sembloit que le ciel me devenoit contraire, depuis
que je n'étois pas seul; des orages affreux suspendent ma course, &
rendent les chemins mauvais & les passages impraticables. Les chevaux
s'abattent; ma voiture, qui sembloit neuve & bien assemblée, se dément
à chaque poste, & manque, ou par l'essieu, ou par le train, ou par
les roues. Enfin, après des traverses infinies, je parviens au col de
Tende.

Parmi les sujets d'inquiétude, les embarras que me donnoit un voyage
aussi contrarié, j'admirois le personnage de Biondetta. Ce n'étoit plus
cette femme tendre, triste ou emportée que j'avois vue; il sembloit
qu'elle voulut soulager mon ennui, en se livrant aux saillies de la
gaîté la plus vive, & me persuader que les fatigues n'avoient rien de
rebutant pour elle.

Tout ce badinage agréable étoit mêlé de caresses trop séduisantes
pour que je pusse m'y refuser: je m'y livrois, mais avec réserve; mon
orgueil compromis servoit de frein à la violence de mes désirs; elle
lisoit trop bien dans mes yeux pour ne pas juger de mon désordre, &
chercher à l'augmenter. Je fus en péril, je dois en convenir. Une fois,
entre autres, si une roue ne se fût brisée, je ne sais ce que le point
d'honneur fût devenu. Cela me mit un peu plus sur mes gardés pour
l'avenir.

Après des fatigues incroyables, nous arrivâmes à Lyon. Je consentis,
par attention pour elle, à m'y reposer quelques jours. Elle arrêtoit
mes regards sur l'aisance, la facilité des mœœurs de la nation
françoise. C'est à Paris, c'est à la cour que je voudrois vous voir
établi. Les ressources d'aucune espèce ne vous y manqueront; vous ferez
la figure qu'il vous plaira d'y faire, & j'ai des moyens sûrs de vous
y faire jouer le plus grand rôle. Les françois sont galans; si je ne
présume point trop de ma figure, ce qu'il y auroit de plus distingué
parmi eux viendroit me rendre hommage, & je les sacrifierois tous à mon
Alvare. Le beau sujet de triomphe pour une vanité espagnole!

Je regardai cette proposition comme un badinage. Non, dit-elle,
j'ai sérieusement cette fantaisie.... Partons donc bien vîte pour
l'Estramadure, répliquai-je, & nous reviendrons faire présenter
à la cour de France l'épouse de dom Alvare Maravillas; car il ne
conviendroit pas de ne vous y montrer qu'en aventurière....

Je suis sur le chemin de l'Estramadure, dit-elle; il s'en faut bien que
je la regarde comme le terme où je dois trouver mon bonheur; comment
ferois-je pour ne jamais la rencontrer?

J'entendois, je voyois la répugnance; mais j'allois à mon but, & je me
trouvai bientôt sur le territoire espagnol. Les obstacles imprévus, les
fondrières, les ornières impraticables, les muletiers ivres, les mulets
rétifs me donnoient encore moins de relâche que dans le Piémont & la
Savoie.

On dit beaucoup de mal des auberges d'Espagne, & c'est avec raison:
cependant je m'estimois heureux, quand les contrariétés éprouvées
pendant le jour ne me forçoient pas de passer une partie de la nuit au
milieu de la campagne, ou dans une grange écartée.

Quel pays allons-nous chercher, disoit-elle, à en juger par ce que nous
éprouvons! En sommes-nous encore beaucoup éloignés?

Vous êtes, repris-je, en Estramadure, & à dix lieues tout au plus du
château de Maravillas.... Nous n'y arriverons certainement pas; le ciel
nous en défend les approches. Voyez les vapeurs dont il se charge.

Je regardai le ciel, & jamais il ne m'avoit paru plus menaçant. Je
fis apercevoir à Biondetta que la grange où nous étions pouvoit nous
garantir de l'orage. Nous garantira-t-elle aussi du tonnerre? me
dit-elle.... Et que vous fait le tonnerre, à vous, habituée à vivre
dans les airs, qui l'avez vu tant de fois se former, & devez si bien
connoître son origine physique?... Je ne le craindrois pas si je la
connoissois moins; je me suis soumise, pour l'amour de vous, aux causes
physiques, & je les appréhende, parce qu'elles tuent, & qu'elles sont
physiques.

Nous étions sur deux tas de paille, aux deux extrémités de la grange.
Cependant l'orage, après s'être annoncé de loin, approche, & mugit
d'une manière épouvantable. Le ciel paroissoit un brasier agité par
les vents en mille sens contraires; les coups de tonnerre répétés par
les antres des montagnes voisines, retentissoient horriblement autour
de nous. Ils ne se succédoient pas, ils sembloient s'entreheurter. Le
vent, la grêle, la pluie le disputoient entre eux à qui ajouteroit le
plus à l'horreur de l'effrayant tableau dont nos sens étoient affligés.
Il part un éclair qui semble embraser notre asile. Un coup effroyable
suit. Biondetta, les yeux fermés, les doigts dans les oreilles, vient
se précipiter dans mes bras. Ah! Alvare! je suis perdue....

Je veux la rassurer. Mettez la main sur mon cœœur, disoit-elle. Elle
me la place sur sa gorge; & quoiqu'elle se trompât en me faisant
appuyer sur un endroit où le battement ne devoit pas être le plus
sensible, je démêlai que le mouvement étoit extraordinaire. Elle
m'embrassoit de toutes ses forces, & redoubloit à chaque éclair. Enfin
un coup plus effrayant que tous ceux qui s'étoient fait entendre, part;
Biondetta s'y dérobe de manière, qu'en cas d'accident, il ne pût la
frapper avant de m'avoir atteint moi-même le premier.

Cet effet de la peur me parut singulier, & je commençai à appréhender
pour moi, non les suites de l'orage, mais celles d'un complot formé
dans sa tête de vaincre ma résistance à ses vues. Quoique plus
transporté que je ne puis le dire, je me lève. Biondetta, lui dis-je,
vous ne savez ce que vous faites. Calmez cette frayeur; ce tintamarre
ne menace ni vous, ni moi.

Mon flegme dût la surprendre; mais elle pouvoit me dérober ses pensées,
en continuant d'affecter du trouble. Heureusement la tempête avoit fait
son dernier effort, le ciel se nettoyoit, & bientôt la clarté de la
lune nous annonça que nous n'avions plus rien à redouter du désordre
des élémens.

Biondetta demeuroit à la place où elle s'étoit mise. Je m'assis auprès
d'elle, sans proférer une parole; elle fit semblant de dormir, & je
me mis à rêver plus tristement que je n'eusse encore fait depuis le
commencement de mon aventure, sur les suites nécessairement fâcheuses
de ma passion. Je ne donnerai que le canevas de mes réflexions. Ma
maîtresse étoit charmante, mais je voulois en faire ma femme.

Le jour m'ayant surpris dans ces pensées, je me levai pour aller voir
si je pourrois poursuivre ma route. Cela me devenoit impossible pour le
moment. Le muletier qui conduisoit ma calèche, me dit que ses mulets
étoient hors de service. Comme j'étois dans cet embarras, Biondetta
vint me joindre.

Je commençois à perdre patience, quand un homme d'une physionomie
sinistre, mais vigoureusement taillé, parut devant la porte de la
ferme, chassant devant lui deux mules qui avoient de l'apparence.
Je lui proposai de me conduire chez moi; il savoit le chemin, nous
convînmes de prix.

J'allois remonter dans ma voiture, lorsque je crus reconnoître une
femme de campagne qui traversoit le chemin, suivie d'un valet: je
m'approche; je la fixe. C'est Berthe, honnête fermière de mon village,
& sœœur de ma nourrice. Je l'appelle; elle s'arrête, me regarde à son
tour, mais d'un air consterné. Quoi! c'est vous me dit-elle, Seigneur
dom Alvare? Que venez vous chercher dans un endroit où votre perte
est jurée, où vous avez mis la désolation?... Moi! ma chère Berthe, &
qu'ai-je fait?...

Ah! seigneur Alvare, la conscience ne vous reproche-t-elle pas la
triste situation à laquelle votre digne mère, notre bonne maîtresse,
se trouve réduite. Elle se meurt.... Elle se meurt! m'écriai-je....
Oui, poursuivit-elle, & c'est la suite du chagrin que vous lui avez
causé; au moment où je vous parle, elle ne doit pas être en vie. Il
lui est venu des lettres de Naples, de Venise; on lui a écrit des
choses qui font trembler. Notre bon seigneur, votre frère, est furieux;
il dit qu'il sollicitera par-tout des ordres contre vous, qu'il vous
dénoncera, vous livrera lui-même...

Allez, madame Berthe, si vous retournez à Maravillas, & y arrivez avant
moi, annoncez à mon frère qu'il me verra bientôt.

Sur le champ, la calèche étant attelée, je présente la main à
Biondetta, cachant le désordre de mon ame sous l'apparence de la
fermeté. Elle, se montrant effrayée: Quoi, dit-elle, nous allons nous
livrer à votre frère? nous allons aigrir, par notre présence, une
famille irritée, des vassaux désolés....

Je ne saurois craindre mon frère, madame; s'il m'impute des torts que
je n'ai pas, il est important que je le désabuse. Si j'en ai, il faut
que je m'excuse; & comme ils ne viennent pas de mon cœœur, j'ai droit
à sa compassion & à son indulgence. Si j'ai conduit ma mère au tombeau
par le déreglement de ma conduite, j'en dois réparer le scandale, &
pleurer si hautement cette perte, que la vérité, la publicité de mes
regrets effacent aux yeux de toute l'Espagne la tache que le défaut de
naturel imprimeroit à mon sang....

Ah! dom Alvare, vous courez à votre perte & à la mienne. Ces lettres
écrites de tous côtés, ces préjugés répandus avec tant de promptitude
& d'affectation, sont la suite de nos aventures & des persécutions que
j'ai essuyées à Venise. Le traître Bernadillo, que vous ne connoissez
pas assez, obsède votre frère; il le portera....

Eh! qu'ai-je à redouter de Bernadillo & de tous les lâches de la
terre? Je fuis, madame, le seul ennemi redoutable pour moi. On ne
portera jamais mon frère à la vengeance aveugle, à l'injustice, à des
actions indignes d'un homme de tête & de courage, d'un gentilhomme
enfin. Le silence succède à cette conversation assez vive; il eût pu
devenir embarrassant pour l'un & l'autre: mais après quelques instans,
Biondetta s'assoupit peu à peu, & s'endort. Pouvois-je ne pas la
regarder? pouvois-je la considérer sans émotion? Sur ce visage brillant
de tous les trésors, de la pompe, enfin de la jeunesse, le sommeil
ajoutoit aux graces naturelles du repos cette fraîcheur délicieuse,
animée, qui rend tous les traits harmonieux; un nouvel enchantement
s'empare de moi; il écarte mes défiances; mes inquiétudes sont
suspendues, ou s'il m'en reste une assez vive, c'est que la tête de
l'objet dont je suis épris, ballottée par les cahots de la voiture,
n'éprouve quelque incommodité par la brusquerie ou la rudesse des
frottemens. Je ne suis plus occupé qu'à la soutenir, à la garantir:
mais nous en éprouvons un si vif, qu'il me devient impossible de le
parer; Biondetta jette un cri, & nous sommes renversés. L'essieu étoit
rompu; les mulets heureusement s'étoient arrêtés. Je me dégage, je me
précipite vers Biondetta, rempli des plus vives alarmes. Elle n'avoit
qu'une légère contusion au coude, & bientôt nous sommes debout en
pleine campagne, mais exposés à l'ardeur du soleil, en plein midi, à
cinq lieues du château de ma mère, sans moyens apparens de pouvoir nous
y rendre; car il ne s'offroit à nos regards aucun endroit qui parût
être habité.

Cependant, à force de regarder avec attention, je crois distinguer, à
la distance d'une lieue, une fumée qui s'élève derrière un taillis,
mêlé de quelques arbres assez élevés: alors confiant ma voiture à la
garde du muletier, j'engage Biondetta à marcher avec moi du côté qui
m'offre l'apparence de quelques secours.

Plus nous avançons, plus notre espoir se fortifie: déjà la petite forêt
semble se partager en deux; bientôt elle forme une avenue, au fond de
laquelle on aperçoit des bâtimens d'une structure modeste; enfin une
ferme considérable termine notre perspective.

Tout semble être en mouvement dans cette habitation, d'ailleurs isolée.
Dès qu'on nous aperçoit, un homme se détache, & vient au devant de nous.

Il nous aborde avec civilité; son extérieur est honnête; il est vêtu
d'un pourpoint de satin noir, tailladé en couleur de feu, orné de
quelques passemens en argent. Son âge paroît être de vingt-cinq à
trente ans. Il a le teint d'un campagnard; la fraîcheur perce sous le
hâle, & décèle la vigueur & la santé.

Je le mets au fait de l'accident qui m'attire chez lui. Seigneur
cavalier, me répond-il, vous êtes toujours le bien arrivé, & chez des
gens remplis de bonne volonté. J'ai ici une forge, & votre essieu sera
rétabli; mais vous me donneriez aujourd'hui tout l'or de monseigneur
le duc de Medina-Sidonia mon maître, que ni moi, ni personne des miens
ne pourroient se mettre à l'ouvrage. Nous arrivons de l'église, mon
épouse & moi; c'est le plus beau de nos jours: entrez. En voyant la
mariée, mes parens, mes amis, mes voisins qu'il me faut fêter, vous
jugerez s'il m'est possible de faire travailler maintenant: d'ailleurs,
si madame & vous ne dédaignez pas une compagnie composée de gens qui
subsistent de leur travail depuis le commencement de la monarchie, nous
allons nous mettre à table, nous sommes tous heureux aujourd'hui; il ne
tiendra qu'à vous de partager notre satisfaction. Demain nous penserons
aux affaires. En même temps il donne ordre qu'on aille chercher ma
voiture.

Me voilà hôte de Marcos, le fermier de monseigneur le duc, & nous
entrons dans le salon préparé pour le repas de noce, adossé au manoir
principal; il occupe tout le fond de la cour; c'est une feuillée en
arcades, ornée de festons de fleurs, d'où la vue, d'abord arrêtée par
les deux petits bosquets, se perd agréablement dans la campagne, à
travers l'intervalle qui forme l'avenue.

La table étoit servie. Luisia, la nouvelle mariée, est entre Marcos &
moi; Biondetta est à côté de Marcos; les pères & les mères, les autres
parens font vis-à-vis; la jeunesse occupe les deux bouts.

La mariée baissoit deux grands yeux noirs, qui n'étoient pas faits
pour regarder en dessous tout ce qu'on lui disoit, & même les choses
indifférentes la faisoient sourire & rougir.

La gravité préside au commencement du repas; c'est le caractère de la
nation: mais à mesure que les outres disposées autour de la table se
désenflent, les physionomies deviennent moins sérieuses. On commençoit
à s'animer, quand tout à coup les poëtes improvisateurs de la contrée
paroissent autour de la table. Ce sont des aveugles qui chantent les
couplets suivans, en s'accompagnant de leurs guitares:

      Marcos a dit à Louise,
    Veux-tu mon cœœur & ma foi?
    Elle a répondu, suis-moi,
    Nous parlerons à l'église.
    Là, de la bouche & des yeux,
    Ils se sont juré tous deux
    Une flamme vive & pure:
    Si vous êtes curieux
    De voir des époux heureux,
    Venez en Estramadure.

      Louise est sage, elle est belle
    Marcos a bien des jaloux;
    Mais il les désarme tous,
    En se montrant digne d'elle:
    Et tout ici, d'une voix,
    Applaudissant à leur choix,
    Vante une flamme aussi pure:
    Si vous êtes curieux
    De voir des époux heureux,
    Venez en Estramadure.

      D'une douce sympathie,
    Comme leurs cœœurs sont unis,
    Leurs troupeaux sont réunis,
    Dans la même bergerie;
    Leurs peines & leurs plaisirs,
    Leurs soins, leurs vœœux, leurs désirs
    Suivent la même mesure.
    Si vous êtes curieux
    De voir des époux heureux,
    Venez en Estramadure.

Pendant qu'on écoutoit ces chansons, aussi simples que ceux pour qui
elles sembloient être faites, tous les valets de la ferme n'étant
plus nécessaires au service, s'assembloient gaîment pour manger les
reliefs du repas; mêlés avec des égyptiens & des égyptiennes appelés
pour augmenter le plaisir de la fête, ils formoient, sous les arbres de
l'avenue, des groupes aussi agissans que variés, & embellissoient notre
perspective.

Biondetta cherchoit continuellement mes regards, & les forçoit à se
porter vers ces objets dont elle paroissoit agréablement occupée,
semblant me reprocher de ne point partager avec elle tout l'amusement
qu'ils lui procuroient.

Mais le repas a déjà paru trop long à la jeunesse; elle attend le bal:
c'est aux gens d'un âge mûr à montrer de la complaisance. La table est
dérangée, les planches qui la forment, les futailles dont elle est
soutenue sont repoussées au fond de la feuillée; devenues tréteaux,
elles servent d'amphithéâtre aux symphonistes. On joue le fandango
sévillan, de jeunes égyptiens l'exécutent avec leurs castagnettes &
leurs tambours de basque; la noce se mêle avec elles, & les imite: la
danse est devenue générale.

Biondetta paroissoit en dévorer des yeux le spectacle. Sans sortir de
sa place, elle essaye tous les mouvemens qu'elle voit faire. Je crois,
dit-elle, que j'aimerois le bal à la fureur; bientôt elle s'y engage, &
me force à danser.

D'abord elle montre quelque embarras, & même un peu de maladresse;
bientôt elle semble s'aguerrir, & unir la grace & la force à la
légèreté, à la précision. Elle s'échauffe; il lui faut son mouchoir,
le mien, celui qui lui tombe sous la main; elle ne s'arrête que pour
s'essuyer.

La danse ne fut jamais ma passion, & mon ame n'étoit point assez à
son aise pour que je pusse me livrer à un amusement aussi vain. Je
m'échappe, & gagne un des bouts de la feuillée, cherchant un endroit où
je pusse m'asseoir & rêver.

Un caquet très-bruyant me distrait, & arrête, presque malgré moi, mon
attention. Deux voix se sont élevées derrière moi. Oui, oui, disoit
l'une, c'est un enfant de la planète; il entrera dans sa maison.
Tiens, Zoradille, il est né le 3 mai, à trois heures du matin.... Oh!
vraiment, Lélagise, répondoit l'autre, malheur aux enfans de Saturne;
celui-ci a Jupiter à l'ascendant; Mars & Mercure en conjonction trine
avec Vénus. O le beau jeune homme! quels avantages naturels! quelles
espérances il pourroit concevoir! quelle fortune il devroit faire!
Mais....

Je connoissois l'heure de ma naissance, & je l'entendois détailler avec
la plus singulière précision. Je me retourne, & fixe ces babillardes.

Je vois deux vieilles égyptiennes, moins assises qu'accroupies sur
leurs talons; un teint plus qu'olivâtre, des yeux creux & ardens, une
bouche enfoncée, un nez mince & démesuré, qui, partant du haut de la
tête, vient, en se recourbant, toucher au menton; un morceau d'étoffe
qui fut rayé de blanc & de bleu, tourne deux fois autour d'un crâne
à demi-pelé tombe en écharpe sur l'épaule, & de là sur les reins, de
manière qu'ils ne soient qu'à demi-nuds, en un mot, des objets presque
aussi révoltans que ridicules.

Je les aborde. Parliez-vous de moi, mesdames? leur dis-je, voyant
qu'elles continuoient à me fixer & à se faire des signes.....

Vous nous écoutiez donc, seigneur cavalier? Sans doute, répliqu'ai-je;
& qui vous a si bien instruites de l'heure de ma nativité?...

Nous aurions bien autre chose à vous dire, heureux jeune homme; mais il
faut commencer par mettre le signe dans la main.

Qu'à cela ne tienne, repris-je, & sur le champ je leur donne un doublon.

Vois, Zoradille, dit la plus âgée, vois comme il est noble, comme il
est fait pour jouir de tous les trésors qui lui sont destinés. Allons,
pince la guitare, & suis-moi. Elle chante:

      L'Espagne vous donna l'être;
    Mais Parthénope vous a nourri;
      La terre en vous voit son maître,
      Du ciel, si vous voulez l'être,
      Vous serez le favori.

        Le bonheur qu'on vous présage
    Est volage, & pourroit vous quitter.
      Vous le tenez au passage;
      Il faut, si vous êtes sage,
      Le saisir sans hésiter.

        Quel est cet objet aimable
    Qui s'est fournis a votre pouvoir?
      Est-il......

Les vieilles étoient en train. J'étois tout oreilles. Biondetta a
quitté la danse; elle est accourue, elle me tire par le bras, me force
à m'éloigner. Pourquoi m'avez-vous abandonnée, Alvare? Que faites-vous
ici? J'écoutois, repris je.... Quoi, me dit-elle en m'entraînant, vous
écoutiez ces vieux monstres?....

En vérité, ma chère Biondetta, ces créatures sont singulières;
elles ont plus de connoissances qu'on ne leur en suppose; elles me
disoient..... Sans doute, reprit-elle avec ironie, elles faisoient leur
métier; elles vous disoient votre bonne aventure, & vous les croiriez!
Vous êtes, avec beaucoup d'esprit, d'une simplicité d'enfant. Et ce
font là les objets qui vous empêchent de vous occuper de moi?... Au
contraire, ma chère Biondetta, elles alloient me parler de vous.

Parler de moi! reprit-elle vivement avec une forte d'inquiétude; qu'en
savent-elles? qu'en peuvent-elles dire? Vous extravaguez. Vous danserez
toute la soirée, pour me faire oublier cet écart.

Je la suis: je rentre de nouveau dans le cercle, mais sans attention
à ce qui se passe autour de moi, à ce que je fais moi-même. Je ne
songeois qu'à m'échapper, pour rejoindre, où je le pourrois, mes
diseuses de bonne aventure. Enfin je crois voir un moment favorable;
je le saisis. En un clin-d'œœil j'ai volé vers mes sorcières, les
ai retrouvées & conduites sous un petit berceau qui termine le
potager de la ferme. Là, je les supplie de me dire en prose, sans
énigme, très-succinctement enfin, tout ce qu'elles peuvent savoir
d'intéressant sur mon compte. La conjuration étoit forte, car j'avois
les mains pleines d'or. Elles brûloient de parler, comme moi de les
entendre. Bientôt je ne puis douter qu'elles ne soient instruites des
particularités les plus secrètes de ma famille, & confusément de mes
liaisons avec Biondetta, de mes craintes, de mes espérances. Je croyois
apprendre bien des choses, je me flattois d'en apprendre de plus
importantes encore; mais notre Argus est sur mes talons.

Biondetta n'est point accourue; elle a volé. Je voulois parler. Point
d'excuses, dit-elle, la rechûte est impardonnable....

Ah! vous me la pardonnerez, lui dis-je; j'en suis sûr; quoique vous
m'ayez empêché de m'instruire, comme je pouvois l'être, des à présent
j'en sais assez...

Pour faire quelque extravagance. Je suis furieuse: mais ce n'est point
ici le temps de quereller; si nous sommes dans le cas de nous manquer
d'égards, nous en devons à nos hôtes. On va se mettre à table, & je
m'y assieds à côté de vous; je ne prétends plus souffrir que vous
m'échappiez.

Dans le nouvel arrangement du banquet, nous étions assis vis-à-vis des
nouveaux mariés. Tous deux sont animés par les plaisirs de la journée.
Marcos a les regards brûlans, Luisia les a moins timides; la pudeur
s'en venge, & lui couvre les joues du plus vif incarnat. Le vin de
Xérès fait le tour de la table, & semble en avoir banni, jusqu'à un
certain point, la réserve; les vieillards mêmes, s'animant du souvenir
de leurs plaisirs passés, provoquent la jeunesse par des saillies qui
tiennent moins de la vivacité que de la pétulance. J'avois ce tableau
sous les yeux; j'en avois un plus mouvant, plus varié à côté de moi.

Biondetta paroissant tour à tour livrée à la passion ou au dépit, la
bouche armée des graces fières du dédain, ou embellie par le sourire,
m'agaçoit, me boudoit, me pinçoit jusqu'au sang, & finissoit par me
marcher doucement sur les pieds. En un mot, c'étoit en un moment une
faveur, un reproche, un châtiment, une caresse; de sorte que, livré à
cette vicissitude de sensations, j'étois dans un désordre inconcevable.

Les mariés ont disparu; une partie de convives les a suivies, pour une
raison ou pour une autre. Nous quittons la table. Une femme, c'étoit la
tante du fermier, & nous le savions, prend un flambeau de cire jaune,
nous précède, &, en la suivant, nous arrivons dans une petite chambre
de douze pieds en carré; un lit qui n'en a pas quatre de largeur, une
table & deux sièges en font l'ameublement. Monsieur & madame, nous dit
notre conductrice, voilà le seul appartement que nous puissions vous
donner. Elle pose son flambeau sur la table, & on nous laisse seuls.

Biondetta baisse les yeux. Je lui adresse la parole: Vous avez donc dit
que nous étions mariés?

Oui, répond-elle, je ne pouvois dire que la vérité. J'ai votre parole,
vous avez la mienne: voilà l'essentiel. Vos cérémonies sont des
précautions prises contre la mauvaise foi, & je n'en fais point de
cas; le reste n'a pas dépendu de moi. D'ailleurs, si vous ne voulez
pas partager le lit que l'on nous abandonne, vous me donnerez la
mortification de vous voir passer la nuit mal à votre aise. J'ai besoin
de repos; je suis plus que fatiguée, je suis excédée de toutes les
manières. En prononçant ces paroles du ton le plus animé, elle s'étend
dessus le lit le nez tourné vers la muraille. Eh quoi! m'écriai-je,
Biondetta, je vous ai déplu; vous êtes sérieusement fâchée! Comment
puis-je expier ma faute? Demandez ma vie.

Alvare, me répond-elle, sans se déranger, allez consulter vos
égyptiennes sur les moyens de rétablir le repos dans mon cœœur & dans
la vôtre.

Quoi! l'entretien que j'ai eu avec ces femmes est le motif de votre
colère? Ah! vous m'allez excuser, Biondetta. Si vous saviez combien les
avis qu'elles m'ont donnés sont d'accord avec les vôtres, & qu'elles
m'ont enfin décidé à ne point retourner au château de Maravillas. Oui,
c'en est fait, demain nous partons pour Rome, pour Venise, pour Paris,
pour tous les lieux que vous voudrez que j'aille habiter avec vous;
nous y attendrons l'aveu de ma famille...

A ce discours, Biondetta se retourne; son visage étoit sérieux & même
sévère. Vous rappelez-vous, Alvare, ce que je suis, ce que j'attendois
de vous, ce que je vous conseillois de faire? Quoi! lorsqu'en me
servant avec discrétion des lumières dont je suis douée, je n'ai pu
vous amener à rien de raisonnable, la règle de ma conduite & de la
vôtre sera fondée sur les propos de deux êtres, les plus dangereux
pour vous & pour moi, s'ils ne sont pas les plus méprisables? Certes,
s'écria-t-elle dans un transport de douleur, j'ai toujours craint les
hommes; j'ai balancé, pendant des siècles, à faire un choix; il est
fait, il est sans retour. Je suis bien malheureuse! Alors elle fond en
larmes, dont elle cherche à me dérober la vue.

Combattu par les passions les plus violentes, je tombe à ses genoux. O
Biondetta! m'écriai-je, vous ne voyez pas mon cœœur! vous cesseriez de
le déchirer.

Vous ne me connoissez pas, Alvare, & me ferez cruellement souffrir
avant de me connoître. Il faut qu'un dernier effort vous dévoile mes
ressources, & ravisse si bien & votre estime & votre confiance, que
je ne sois plus exposée à des partages humilians ou dangereux; vos
pythonisses sont trop d'accord avec moi, pour ne pas m'inspirer de
justes terreurs. Qui m'assure que Soberano, Bernadillo, vos ennemis
& les miens, ne soient pas cachés sous ces masques? Souvenez-vous
de Venise. Opposons à leurs ruses un genre de merveilles qu'ils
n'attendent sans doute pas de moi. Demain, j'arrive à Maravillas,
dont leur politique cherche à m'éloigner; les plus avilissans, les
plus accablans de tous les soupçons vont m'y accueillir; mais dona
Mencia est une femme juste, estimable; votre frère a l'ame noble, je
m'abandonnerai à eux. Je serai un prodige de douceur, de complaisance,
d'obéissance, de patience; j'irai au devant des épreuves. Elle
s'arrête un moment. Sera-ce assez t'abaisser, malheureuse sylphide?
s'écrie-t-elle d'un ton douloureux: elle veut poursuivre; mais
l'abondance des larmes lui ôte l'usage de la parole.

Que deviens-je à ces témoignages de passion, ces marques de douleur,
ces résolutions dictées par la prudence, ces mouvemens d'un courage que
je regardois comme héroïque! Je m'assieds auprès d'elle; j'essaye de
la calmer par mes caresses; mais d'abord on me repousse; bientôt après
je n'éprouve plus de résistance, sans avoir sujet de m'en applaudir;
la respirations s'embarrasse, les yeux sont à demi-fermés, le corps
n'obéit qu'à des mouvemens convulsifs, une froideur suspecte s'est
répandue sur toute la peau, le pouls n'a plus de mouvement sensible, &
le corps paroîtroit entièrement inanimé, si les pleurs ne couloient pas
avec la même abondance.

O pouvoir des larmes! c'est sans doute le plus puissant de tous les
traits de l'amour! Mes défiances, mes résolutions, mes sermens, tout
est oublié. En voulant tarir la source de cette rosée précieuse, je me
suis trop approché de cette bouche où la fraîcheur se réunit au doux
parfum de la rose; & si je voulois m'en éloigner, deux bras dont je ne
saurois peindre la blancheur, la douceur, & la forme, sont des liens
dont il me devient impossible de me dégager...........

O mon Alvare! s'écrie Biondetta, j'ai triomphé: je suis le plus heureux
de tous les êtres.

Je n'avois pas la force de parler; j'éprouvois un trouble
extraordinaire: je dirai plus, j'étois honteux, immobile. Elle se
précipite à bas du lit, elle est à mes genoux, elle me déchausse.
Quoi, chère Biondetta! m'écriai-je, quoi vous vous abaissez......? Ah!
répond-elle, ingrat, je te servois lorsque tu n'étois que mon despote;
laisse-moi servir mon amant.

Je suis, dans un moment, débarrassé de mes hardes: mes cheveux,
ramassés avec ordre, sont arrangés dans un filet qu'elle a trouvé dans
sa poche. Sa force, son activité, son adresse ont triomphé de tous les
obstacles que je voulois opposer. Elle fait avec la même promptitude sa
petite toilette de nuit, éteint le flambeau qui nous éclairoit, & voilà
les rideaux tirés.

Alors avec une voix à la douceur de laquelle la plus délicieuse musique
ne sauroit se comparer: Ai-je fait, dit-elle, le bonheur de mon Alvare,
comme il a fait le mien? Mais non: je suis encore la seule heureuse;
il le fera, je le veux: je l'enivrerai de délices, je le remplirai de
science, je l'éléverai au faîte des grandeurs. Voudras-tu, mon cœœur,
voudras-tu être la créature la plus privilégiée, te soumettre, avec
moi, les hommes, les elémens, la nature entière?

O ma chère Biondetta! lui dis-je, quoiqu'en faisant un peu d'effort sur
moi-même, tu me suffis, tu remplis tous les vœœux de mon cœœur....
Non, non, répliqua-t-elle vivement, Biondetta ne doit pas te suffire:
ce n'est pas là mon nom: tu me l'avois donné, il me flattoit, je le
portois avec plaisir; mais il faut bien que tu saches qui je suis....
Je suis le Diable, mon cher Alvare, je suis le Diable....

En prononçant ce mot avec un accent d'une douceur enchanteresse, elle
fermoit, plus qu'exactement, le passage aux réponses que j'aurois
voulu lui faire. Dès que je puis rompre le silence: Cesse, dis-je, ma
chère Biondetta, ou qui que tu sois, de prononcer ce nom fatal & de me
rappeler une erreur abjurée depuis long-temps.

Non, mon cher Alvare, non ce n'étoit point une erreur; j'ai dû te le
faire croire, cher petit homme. Il falloit bien te tromper pour te
rendre enfin raisonnable. Votre espèce échappe à la vérité; ce n'est
qu'en vous aveuglant qu'on peut vous rendre heureux. Ah! tu le feras
beaucoup si tu veux l'être; je prétends te combler. Tu conviens déjà
que je ne suis pas aussi dégoûtant que l'on me fait noir.

Ce badinage achevoit de me déconcerter. Je m'y refusois, & l'ivresse de
mes sens aidoit à ma distraction volontaire.

Mais réponds-moi donc, me disoit-elle: Eh! que voulez-vous que je
réponde?... Ingrat, place la main sur ce cœœur qui t'adore, que le
tien s'anime, s'il est possible, de la plus légère des émotions qui
sont si sensibles dans le mien. Laisse couler dans tes veines un peu de
cette flamme délicieuse par qui les miennes sont embrasées; adoucis,
si tu le peux, le son de cette voix si propre à inspirer l'amour, &
dont tu ne te sers que trop pour effrayer mon ame timide: dis-moi
enfin, s'il t'est possible, mais aussi tendrement que je l'éprouve pour
toi, mon cher Béelzébut, je t'adore....

A ce nom fatal, quoique si tendrement prononcé, une frayeur mortelle
me saisit; l'étonnement, la stupeur, accablent mon ame: je la croirois
anéantie, si la voix sourde du remords ne crioit pas au fond de mon
cœœur Cependant, la révolte de mes sens subsiste d'autant plus
impérieusement, qu'elle ne peut-être réprimée par la raison. Elle me
livre sans défense à mon ennemi: il en abuse, & me rend aisément sa
conquête.

Il ne me donne pas le temps de revenir à moi, de réfléchir sur la
faute dont il est beaucoup plus l'auteur que le complice. Nos affaires
sont arrangées, me dit-il sans altérer sensiblement ce ton de voix
auquel il m'avoit habitué. Tu es venu me chercher: je t'ai suivi,
servi, favorisé, enfin j'ai fait ce que tu as voulu. Je désirois ta
possession, & il falloit, pour que j'y parvinsse, que tu me fisses un
libre abandon de toi-même. Sans doute je dois à quelques artifices la
première complaisance; quant à la seconde, je m'étois nommé; tu savois
à qui tu te livrois, & ne saurois te prévaloir de ton ignorance.
Désormais notre lien, Alvare, est indissoluble; mais pour cimenter
notre société, il est important de nous mieux connoître. Comme je te
sais déjà presque par cœœur, pour rendre nos avantages réciproques, je
dois me montrer à toi tel que je suis.

On ne me donne pas le temps de réfléchir sur cette harangue singulière;
un coup de sifflet très-aigu part à côté de moi. A l'instant
l'obscurité qui m'environne se dissipe; la corniche qui surmonte le
lambris de la chambre s'est toute chargée de gros limaçons: leurs
cornes, qu'ils font mouvoir vivement & en manière de bascule, sont
devenues des jets de lumière phosphorique, dont l'éclat & l'effet
redoublent par l'agitation & l'allongement.

Presque ébloui par cette illumination subite, je jette les yeux à côté
de moi; au lieu d'une figure ravissante, que vois-je? O ciel! c'est
l'effroyable tête de chameau. Elle articule d'une voix de tonnerre ce
ténébreux _Che Vuoi_, qui m'avoit tant épouvanté dans la grotte, part
d'un éclat de rire humain plus effrayant encore, & tire une langue
démésurée....

Je me précipite: je me cache sous le lit, les yeux fermés, la face
contre terre. Je sentois battre mon cœœur avec une force terrible:
j'éprouvois un suffoquement comme si j'allois perdre la respiration.
Je ne puis évaluer le temps que je comptois avoir passé dans cette
inexprimable situation, quand je me sens tirer par le bras; mon
épouvante s'accroît: forcé néanmoins d'ouvrir les yeux, une lumière
frappante les aveugle.

Ce n'étoit point celle des escargots, il n'y en avoit plus sur les
corniches; mais le soleil me donnoit-à-plomb sur le visage. On me tire
encore par le bras, on redouble: je reconnois Marcos.

Eh! seigneur cavalier, me dit-il, à quelle heure comptez-vous donc
partir? Si vous voulez arriver à Maravillas aujourd'hui, vous n'avez
pas de temps à perdre, il est près de midi.

Je ne répondois pas: il m'examine. Comment? vous êtes resté tout
habillé sur votre lit? vous y avez donc passé quatorze heures sans
vous éveiller? Il falloit que vous eussiez un grand besoin de repos.
Madame votre épouse s'en est doutée; c'est, sans doute, dans la crainte
de vous gêner, qu'elle a été passer la nuit avec une de mes tantes;
mais elle a été plus diligente que nous; par ses ordres, dès le matin
tout a été mis en état dans votre voiture, & vous pouvez y monter.
Quant à Madame, vous ne la trouverez pas ici. Nous lui avons donné
une bonne mule; elle a voulu profiter de la fraîcheur du matin; elle
vous précède, & doit vous attendre dans le premier village que vous
rencontrerez sur votre route.

Marcos sort. Machinalement je me frotte les yeux, & passe les mains
sur ma tête pour y trouver ce filet dont mes cheveux dévoient être
enveloppés.. Elle est nue, en désordre, ma cadenette est comme elle
étoit la veille: la rosette y tient. Dormirois-je? me dis-je alors.
Ai-je dormi? serois-je assez heureux pour que tout n'eût été qu'un
songe? Je lui ai vu éteindre la lumière....... Elle l'a éteinte........
La voilà....... Marcos rentre. Si vous voulez prendre un repas,
Seigneur cavalier, il est préparé. Votre voiture est attelée.

Je descends du lit; à peine puis-je me soutenir, mes jarrets plient
sous moi. Je consens à prendre quelque nourriture; mais cela me devient
impossible. Alors voulant remercier le fermier & l'indemniser de la
dépense que je lui ai occasionnée, il refuse.

Madame, me répond-il, nous a satisfaits & plus que noblement; vous &
moi, seigneur cavalier, avons deux braves femmes. A ce propos, sans
rien répondre, je monte dans ma chaise: elle chemine.

Je ne peindrai point la confusion de mes pensées; elle étoit telle,
que l'idée du danger dans lequel je devois trouver ma mère ne s'y
retraçoit que foiblement. Les yeux hébêtés, la bouche béante, j'étois
moins un homme qu'un automate.

Mon conducteur me réveille. Seigneur cavalier, nous devons trouver
madame dans ce village-ci. Je ne lui réponds rien. Nous traversions une
espèce de bourgade; à chaque maison il s'informe si l'on n'a pas vu
passer une jeune dame en tel & tel équipage. On lui répond qu'elle ne
s'est point arrêtée. Il se retourne, comme voulant lire sur mon visage
mon inquiétude à ce sujet, & s'il n'en savoit pas plus que moi, je
devois lui paroître bien troublé.

Nous sommes hors du village, & je commence à me flatter que l'objet
actuel de mes frayeurs s'est éloigné, au moins pour quelque temps.
Ah! si je puis arriver, tomber aux genoux de Dona Mencia, me dis-je à
moi-même, si je puis me mettre sous la sauve-garde de ma respectable
mère, fantômes, monstres qui vous êtes acharnés sur moi, oserez-vous
violer cet asile? J'y retrouverai, avec les sentimens de la nature, les
principes salutaires dont je m'étois écarté, je m'en ferai un rempart
contre vous.

Mais si les chagrins occasionnés par mes désordres m'ont privé de cet
ange tutélaire... ah! je ne veux vivre que pour la venger sur moi-même.
Je m'ensevelirai dans un cloître.... Eh! qui m'y délivrera des chimères
engendrées dans mon cerveau? Prenons l'état ecclésiastique. Sexe
charmant, il faut que je renonce à vous, une larve infernale s'est
revêtue de toutes les graces dont j'étois idolâtre; ce que je verrois
en vous de plus touchant me rappelleroit....

Au milieu de ces réflexions dans lesquelles mon attention est
concentrée, la voiture est entrée dans la grande cour du château.
J'entends une voix; C'est Alvare! c'est mon fils! J'élève la vue &
reconnois ma mère sur le balcon de son appartement.

Rien n'égale alors la douceur, la vivacité du sentiment que j'éprouve.
Mon ame semble renaître: mes forces se raniment toutes à la fois. Je
me précipite, je vole dans les bras qui m'attendent. Je me prosterne.
Ah! m'écriai-je, les yeux baignés de pleurs, la voix entrecoupée de
sanglots, ma mère! ma mère! je ne suis donc pas votre assassin? Me
reconnoîtrez-vous pour votre fils? Ah! ma mère, vous m'embrassez.....

La passion qui me transporte, la véhémence de mon action ont tellement
altéré mes traits & le son de ma voix, que Dona Mencia en conçoit de
l'inquiétude. Elle me relève avec bonté, m'embrasse de nouveau, me
force à m'asseoir. Je voulois parler, cela m'étoit impossible; je me
jetois sur ses mains en les baignant de larmes, en les couvrant des
caresses les plus emportées.

Dona Mencia me considère d'un air d'étonnement: elle suppose qu'il
doit m'être arrivé quelque chose d'extraordinaire; elle appréhende
même quelque dérangement dans ma raison. Tandis que son inquiétude, sa
curiosité, sa bonté, sa tendresse se peignent dans ses complaisances &
dans ses regards, sa prévoyance a fait rassembler sous ma main ce qui
peut soulager les besoins d'un voyageur fatigué par une route longue &
pénible.

Les domestiques s'empressent à me servir. Je mouille mes lèvres par
complaisance. Mes regards distraits cherchent mon frère; alarmé de ne
le pas voir: Madame, dis-je, où est l'estimable Dom Juan?......

Il fera bien aise de savoir que vous êtes ici, puisqu'il vous avoit
écrit de vous y rendre; mais comme ses lettres, datées de Madrid, ne
peuvent être parties que depuis quelques jours, nous ne vous attendions
pas si tôt. Vous êtes colonel du régiment qu'il avoit, & le roi vient
de le nommer à une vice-royauté dans les Indes.

Ciel! m'écriai-je, tout seroit-il faux dans le songe affreux que
je viens de faire?...... Mais il est impossible..... De quel songe
parlez-vous, Alvare?...... Du plus long, du plus étonnant, du plus
effrayant que l'on puisse faire. Alors, surmontant l'orgueil & la
honte, je lui fais le détail de ce qui m'étoit arrivé depuis mon
entrée dans la grotte de Portici jusqu'au moment heureux où j'avois pu
embrasser ses genoux.

Cette femme respectable m'écoute avec une attention, une patience, une
bonté extraordinaires. Comme je connoissois l'étendue de ma faute, elle
vit qu'il étoit inutile de me l'exagérer.

Mon cher fils, vous avez couru après les mensonges, &, dès le moment
même, vous en avez été environné. Jugez-en par la nouvelle de mon
indisposition & du courroux de votre frère aîné. Berthe, à qui vous
avez cru parler, est, depuis quelque temps, détenue au lit par une
infirmité. Je ne songeai jamais à vous envoyer deux cents sequins au
delà de votre pension. J'aurois craint, ou d'entretenir vos désordres,
ou de vous y plonger par une libéralité mal entendue. L'honnête écuyer
Pimientos est mort depuis huit mois. Et sur dix-huit cents clochers
que possède peut-être M. le Duc de Medina-Sidonia dans toutes les
Espagnes, il n'a pas un pouce de terre à l'endroit que vous désignez:
je le connois parfaitement, & vous aurez rêvé cette ferme & tous ses
habitans.

Ah! Madame, repris-je, le muletier qui m'amène a vu cela comme moi; il
a dansé à la noce.

Ma mère ordonne qu'on fasse venir le muletier; mais il avoit dételé en
arrivant, sans demander son salaire.

Cette fuite précipitée qui ne laissoit point de traces, jeta ma mère
en quelques soupçons. Nugnés, dit-elle à un page qui traversoit
l'appartement, allez dire au vénérable Dom Quebracuernos que mon fils
Alvare & moi l'attendons ici.

C'est, poursuivit-elle, un docteur de Salamanque; il a ma confiance, &
la mérite; vous pouvez lui donner la vôtre. Il y a dans la fin de votre
rêve une particularité qui m'embarrasse; dom Quebracuernos connoît les
termes, & définira ces choses beaucoup mieux que moi.

Le vénérable ne se fit pas attendre; il en imposoit même avant de
parler, par la gravité de son maintien. Ma mère me fit recommencer
devant lui l'aveu sincère de mon étourderie; & des suites qu'elle avoit
eues. Il m'écoutoit avec une attention mêlée d'étonnement, & sans
m'interrompre. Lorsque j'eus achevé, après s'être un peu recueilli, il
prit la parole en ces termes:

Certainement, seigneur Alvare, vous venez d'échapper au plus
grand péril auquel un homme puisse être exposé par sa faute. Vous
ayez provoqué l'esprit malin, & lui avez fourni, par une suite
d'imprudences, tous les déguisemens dont il avoit besoin pour parvenir
à vous tromper & à vous perdre. Votre aventure est bien extraordinaire,
je n'ai rien lu de semblable dans la _démonomanie de Bodin_, ni dans
le _monde enchanté de Bekker_. Et il faut convenir que depuis que ces
grands hommes ont écrit, notre ennemi s'est prodigieusement raffiné
sur la manière de former ses attaques, en profitant des ruses que les
hommes du siècle employent réciproquement pour se corrompre. Il copie
la nature fidèlement & avec choix; il emploie la ressource des talens
aimables, donne des fêtes bien entendues, fait parler aux passions leur
plus séduisant langage; il imite même, jusqu'à un certain point, la
vertu. Cela m'ouvre les yeux sur beaucoup de choses qui se passent; je
vois d'ici bien des grottes, plus dangereuses que celles de Portici,
& une multitude d'obsédés, qui malheureusement ne se doutent pas de
l'être. A votre égard, en prenant des précautions sages pour le présent
& pour l'avenir, je vous crois entièrement délivré. Votre ennemi s'est
retiré, cela n'est pas équivoque. Il vous a séduit, il est vrai; mais
il n'a pu parvenir à vous corrompre; vos intentions, vos remords vous
ont préservé, à l'aide des secours extraordinaires que vous avez reçus:
ainsi son prétendu triomphe & votre défaite n'ont été, pour vous &
pour lui, qu'une _illusion_, dont le repentir achevera de vous laver.
Quant à lui, une retraite forcée a été son partage: mais admirez
comme il a su la couvrir, & laisser en partant le trouble dans votre
esprit, & des intelligences dans votre cœœur, pour pouvoir renouveller
l'attaque, si vous lui en fournissez l'occasion. Après vous avoir
ébloui, autant que vous avez voulu l'être, contraint à se montrer à
vous dans toute sa difformité, il obéit en esclave qui prémédite la
révolte; il ne veut vous laisser aucune idée raisonnable & distincte,
mêlant le grotesque au terrible; le puéril de ses escargots lumineux
à la découverte effrayante de son horrible tête; enfin le mensonge à
la vérité, le repos à la veille; de manière que votre esprit confus
ne distingue rien, & que vous puissiez croire que la vision qui vous
a frappé étoit moins l'effet de sa malice, qu'un rêve occasionné par
les vapeurs de votre cerveau; mais il a soigneusement isolé l'idée de
ce fantôme agréable dont il s'est long-temps servi pour vous égarer;
il la rapprochera, si vous le lui rendez possible. Je ne crois pas
cependant que la barrière du cloître ou de notre état soit celle que
vous deviez lui opposer. Votre vocation n'est point assez décidée; les
gens instruits par leur expérience sont nécessaires dans le monde.
Croyez-moi, formez des liens légitimes avec une personne du sexe; que
votre respectable mère préside à votre choix; & dût celle que vous
tiendrez de sa main avoir des graces & des talens célestes, vous ne
serez jamais tenté de la prendre pour le diable.

  _Fin du diable amoureux._

[Illustration]



_LES_
LUTINS
_DU CHATEAU_
DE KERNOSY,

NOUVELLE HISTORIQUE

_De Madame la Comtesse DE MURAT._



[Illustration]

  _LES_
  LUTINS
  _DU CHATEAU_
  DE KERNOSY,

  NOUVELLE HISTORIQUE.



_PREMIERE PARTIE._

La vicomtesse de Kernosy passoit presque toute l'année dans son
château, qu'elle estimoit comme le plus charmant séjour de toute la
Bretagne. C'est un fief noble, dont ses ancêtres ont successivement
porté le nom, où elle-même a été élevée dès sa plus tendre jeunesse,
& dont la situation avantageuse offre de tous côtés quelque chose
de singulier, fort agréable à la vue. Ses deux nièces, toutes deux
très-aimables & jeunes, demeuroient dans ce lieu avec elles &
trouvoient bien triste de passer leurs beaux jours dans une demeure si
solitaire, si éloignée du commerce du monde, distante de dix lieues de
la ville la plus prochaine, & d'un quart de lieue du village.

Ce château est un bâtiment à l'antique, qui conserve pourtant un air
de grandeur: d'abord on y voit des portes de fer, de grosses tours,
des fossés profonds, des ponts-levis à demi-rompus; ensuite de grandes
galeries sans aucun ornement, des salles & des chambres spacieuses,
dont les fenêtres sont si étroites, que le jour n'y peut entrer
qu'imparfaitement; l'herbe y croît en été aussi haute qu'en pleine
campagne; enfin ce château est précisément sur le modèle de ceux où
l'on dit qu'il revient des esprits. C'étoit aussi l'opinion commune
de ce pays-là: on en comptoit depuis plus de cent ans des choses
merveilleuses. Mesdemoiselles de Kernosy savoient, dès leur enfance,
toutes les histoires des _lutins_ de ce château, leurs gouvernantes
leur en avoient fait mille fois le récit; mais quoiqu'elles eussent
presque toujours demeuré dans ce lieu, elles n'avoient jamais rien vu
ni entendu qui pût leur persuader qu'il y eût quelque vérité à cette
croyance vulgaire.

Un soir que la vieille vicomtesse s'étoit couchée de fort bonne heure,
mesdemoiselles de Kernosy se retirèrent dans leur chambre, & s'assirent
auprès du feu, ne voulant pas se mettre si-tôt au lit.

Voilà un temps bien agréable pour être à la campagne, dit mademoiselle
de Kernosy, en entendant le vent qui siffloit dans les fenêtres; en
vérité je ne puis résister à l'ennui mortel que ma tante nous donne.
Vous avez raison, ma sœœur, dit mademoiselle de Saint-Urbain (c'étoit
le nom de la cadette), je suis au désespoir d'être ici, & mon désespoir
augmente, ajouta t-elle en souriant, quand je songe qu'à Paris on court
le bal à l'heure qu'il est, pendant que nous sommes dans ce maudit
château, assiégé par la neige, & sans aucuns plaisirs.

Cette charmante fille alloit faire un détail de tous les agrémens de
Paris pendant le carnaval; mais mademoiselle de Kernosy se leva tout à
coup de dessus son fauteuil, en faisant un grand cri. Qu'avez-vous, ma
sœœur? lui dit-elle, tout étonnée de son action. Voyez, voyez, reprit
Kernosy tout effrayée. Saint-Urbain regarda, & vit une lettre attachée
à une petite chaîne d'argent, qui descendoit par la cheminée, & on la
tenoit à une distance assez élevée pour empêcher que le feu ne prît
au papier. Quoi, dit Saint-Urbain, c'est un billet qui vous effraye
si fort? J'ai cru que vous aviez des visions épouvantables. Voyons,
continua-t-elle en prenant les pincettes, pour attraper le billet,
sans se brûler; voyons promptement ce que cela signifie. Comment, dit
Kernosy, vous allez prendre ce papier? Vous n'y pensez pas. Laissez
cela, ma sœœur, je vous en prie, & appelons quelqu'un. Appelons donc
ma tante, reprit Saint-Urbain; elle fera peur à l'esprit. Ne riez
point, dit Kernosy, j'ai une frayeur épouvantable. Mais de quoi? reprit
Saint-Urbain; vous voyez bien que l'esprit n'est pas céans, puisqu'il
prend la peine de nous écrire. En achevant ces paroles, elle prit le
papier avec des pincettes, & l'ouvrit dans le moment même, malgré
Kernosy, qui mouroit de peur. L'écriture de l'esprit est fort lisible,
dit Saint-Urbain en regardant ce billet. Voyons un peu ce qu'il veut
nous dire; elle le lut, & y trouva ces paroles:


  BILLET.

     _Vous êtes toutes deux trop aimables pour demeurer toujours
     seules dans un lieu aussi solitaire que celui-ci; on ne peut vous
     avoir vues, & n'avoir pas le cœœur sensible à vos beautés & à
     vos ennuis, chargez-nous du soin de vos plaisirs, & l'on fera
     de son mieux pour vous réjouir. On y parviendroit sans doute, si
     des cœœurs tendres & fidèles vous paroissoient dignes de votre
     attention._


  LES LUTINS DU CHATEAU.

Qu'est-ce que tout ceci? dit mademoiselle de Kernosy, qui avoit eu le
temps de se rassurer un peu. Je ne sais, répondit Saint-Urbain, mais on
nous promet des plaisirs & des amans fidèles; je suis d'avis que nous
acceptions le marché.

Kernosy n'osoit faire un pas dans sa chambre, & Saint-Urbain ayant
regardé dans la cheminée, ne vit plus la petite chaîne; elle le dit à
sa sœœur. Elle a disparu! s'écria Kernosy; appelons du monde. Dans ce
moment, un lumignon de la bougie auprès de laquelle étoit le billet,
tomba sur ce papier, déjà fort sec d'avoir été suspendu quelque temps
dans la cheminée; le feu y prit facilement, & le consuma avec assez de
promptitude.

Cet accident, très-naturel, fit presque évanouir Kernosy, &
Saint-Urbain même perdit toute assurance; elle appela leurs femmes de
chambre, qui couchoient dans une tour fort proche, & qui accoururent.
Saint-Urbain leur dit tout effrayée, que sa sœœur venoit de se
trouver mal; elles attribuèrent sa frayeur à cet évanouissement:
aussi-tôt on jeta de l'eau sur le visage de mademoiselle de Kernosy, on
la mit au lit, & peu de temps après elle se trouva beaucoup mieux; mais
elle ordonna à ses femmes de demeurer dans sa chambre; Saint-Urbain se
coucha auprès d'elle, pour être plus assuré si elles entendoient encore
quelque chose.

Vous avez bien fait, dit Kernosy tout bas à sa sœœur, de ne rien dire
à nos femmes de la peur que nous avons eue, cela se seroit répandu
demain; & comme nous n'avions plus ce billet, on nous auroit prises
pour des visionnaires. Saint-Urbain convint qu'il ne falloit point
parler de leur aventure; enfin le jour les ayant rassurées, elles
s'endormirent.

L'une & l'autre ne furent éveillées qu'à midi, par le bruit d'un
carrosse & des chevaux que l'on entendoit dans la cour du château.
Qu'est-ce que ce bruit? demanda Kernosy; c'est peut-être des plaisirs
que le lutin nous envoie, répondit Saint-Urbain. Oh! ma sœœur, reprit
Kernosy, je ne suis pas encore bien remise de ma frayeur; oublions,
s'il se peut, le lutin. Dans ce moment, une des femmes de la vicomtesse
entra, & leur apprit qu'une troupe de comédiens venoit d'arriver;
qu'ils avoient apporté une lettre à madame la vicomtesse, qu'elle
l'avoit lue, & qu'ensuite elle avoit dit à ces comédiens de rester au
château.

Comment, dirent-elles en se levant, notre tante veut bien qu'ils
demeurent; il faut que quelque puissance supérieure s'en mêle. A peine
avoit-elle achevé ces mots, qu'on entendit encore du bruit dans la
cour; elles envoyèrent demander ce que c'étoit, & on leur vint dire que
c'étoit une troupe de violons & de musiciens qui venoient d'arriver.
Alors Saint-Urbain dit à sa sœœur, en la prenant sous le bras; allons
voir la physionomie de ces gens-là. Elles allèrent à la chambre de la
vicomtesse, qui leur dit, dès qu'elles furent entrées, avec un air
riant qu'elles ne lui avoient jamais vu: eh bien, mesdemoiselles, vous
plaindrez-vous encore de l'ennui que vous avez dans ce pays-ci? Voilà,
ce me semble, assez de divertissemens qui vous viennent. Qu'avez-vous
donc, dit-elle en regardant l'effrayée Kernosy? vous voilà de mauvaise
humeur à contre-temps. Je me suis trouvée mal cette nuit, dit Kernosy,
mais je crois que ce ne sera rien. Eh! de quel pays, ma tante, dit
Saint-Urbain, nous arrivent tant de plaisirs? Vous êtes trop curieuse,
répondit la vicomtesse avec un air froid; laissez-moi seule, j'ai
affaire: allez voir les préparatifs que l'on fait pour ce soir. Ma
tante est assurément la confidente des lutins, dit Saint-Urbain tout
bas à sa sœœur; vous voyez qu'elle leur garde le secret. Elles
passèrent dans une grande salle, où elles trouvèrent des ouvriers
occupés à dresser un théâtre & à rajuster des décorations qui leur
parurent assez belles & assez bien entendues; de là elles allèrent à la
chapelle du château faire leur prière; & quelque temps après, on les
vint querir pour dîner. Dès qu'elles furent sorties de table, elles
retournèrent dans leur chambre quitter leur négligé, & s'habiller pour
faire honneur à la compagnie. Saint-Urbain trouva dans sa poche un
billet; elle le lut à Kernosy. Voici ce qu'il contenoit:


  BILLET.

     _Vous voyez que nous vous tenons parole; nous cherchons à vous
     divertir, & nous avons trouvé le secret d'adoucir l'humeur
     insupportable de votre tante. L'évanouissement de mademoiselle de
     Kernosy nous a donné beaucoup d'inquiétude: n'ayez point de peur,
     l'amour ne doit jamais effrayer, quand on est jeune & belle._

Les lutins sont bien galans, dit-elle en achevant la lecture de ce
billet; mais celui-ci ne m'épouvante point; il n'est pas venu seul
comme l'autre, & on peut l'avoir mis dans ma poche pendant que je
regardois travailler ce peintre qui raccommodoit une décoration. Voyons
ce que tout ceci deviendra; mais prenons garde que le feu ne se mette
à ce billet comme au premier, qui nous a tant effrayées; il faut le
serrer sous la clef, peut-être quelque jour en reconnoîtrons-nous
l'écriture. Les deux sœœurs employèrent le reste de la journée à
leur ajustemement; & leur beauté, avec ce petit secours, étoit si
surprenante, qu'on les trouva dignes d'aller briller dans les plus
superbes fêtes du monde.

Mademoiselle de Kernosy étoit blonde; elle avoit le teint d'une
blancheur éclatante, le tour du visage agréable, & de grands yeux bleus
perçans jusqu'au fond de l'ame; un sourire gracieux découvroit de
belles dents, & même augmentoit l'éclat de sa bouche, dont les lèvres
étoient d'une couleur aussi vive que le corail; sa gorge & ses mains
relevoient encore tous ces avantages de la nature, & tant de beautés
sans doute pouvoient causer de l'amour; mais sa taille avantageuse,
accompagnée d'un air noble, imposoit de telle sorte, qu'on ne pouvoit
la regarder qu'avec des sentimens de respect; & l'égalité de son
esprit faisoit qu'on remarquoit dans toutes ses paroles une justesse
qu'on ne sauroit acquérir que par la pratique du monde & une parfaite
connoissance des belles-lettres.

La jeune Saint-Urbain avoit le visage rond, le teint fin, mais un peu
plus brun que celui de sa sœœur; ses cheveux étoient noirs, & ses
yeux de la même couleur, bien fendus & d'une vivacité surprenante;
sa bouche, petite & gracieuse, renfermoit de belles dents, blanches
comme l'ivoire, & parfaitement bien rangées; un air aisé, répandu sur
toute sa personne, n'empêchoit pas qu'on ne remarquât en elle un port
majestueux à la danse comme à la promenade; & quoiqu'elle ne fût pas
si grande que Kernosy, sa taille étoit d'une proportion si admirable,
qu'on auroit eu de la peine à se déterminer pour le choix entre l'une
& l'autre des deux sœœurs. Ses manières, engageantes naturellement, &
enjouées, inspiroient la joie dans les cœœurs, dès qu'elle paroissoit.
Elle avoit la répartie prompte & pleine d'esprit; bien souvent même
elle savoit animer une conversation languissante par quelque chose
de hardi qu'elle avançoit brusquement. D'abord on eût dit qu'elle
le faisoit sans réflexion; mais elle soutenoit son discours par des
raisons si solides, qu'il ne lui est jamais rien échappé qui ne fût de
bon sens, qui ne fît plaisir, & qui ne fût digne de sa naissance.

Ces deux charmantes sœœurs n'étoient pas encore sorties de leur
chambre, lorsqu'on leur vint dire qu'un homme à cheval venoit
d'annoncer à madame la vicomtesse, que ce jour même trois dames du
voisinage dévoient arriver à son château. Tant mieux, dit Saint-Urbain,
j'en trouverai la comédie plus agréable, s'il y a beaucoup de
spectateurs; sachons donc le nom de ces dames. C'est, répondit une
de leurs femmes, la marquise de Briance, la comtesse de Salgue, & la
baronne de Sugarde. Voilà très-bonne compagnie, dit mademoiselle de
Kernosy; mais il me semble que cela seroit encore mieux, si les frères
de la marquise de Briance étoient en ce pays-ci. Ils n'y reviendront
pas si-tôt; quand on est à Paris, environné de plaisirs, on se souvient
rarement des dames qu'on a laissées en province. C'est selon, dit
Saint-Urbain en riant; croyez-vous que le comte & le chevalier de Livry
trouvent dans cette ville beaucoup de dames plus aimables que nous? Je
me souviens bien que nous n'y en trouvâmes pas un grand nombre, il y a
six mois.

L'équipage de la marquise entrant alors dans la cour, obligea les deux
sœœurs de descendre pour aller au devant d'elle. Madame la vicomtesse
étoit accourue la première, parée comme une jeune personne; son habit,
qu'elle assuroit être amaranthe brun, étoit de velours couleur de feu
très-vif. Les dames montèrent à son appartement, & parurent étonnées
de voir un théâtre qu'on achevoit d'élever dans la grande salle. Une
troupe de comédiens est arrivée ici ce matin, dit la vicomtesse, & je
les ai retenus pour divertir mes nièces pendant ce carnaval. On loua sa
complaisance, & toute la compagnie entra dans sa chambre.

La vicomtesse avoit près de soixante ans; elle vouloit être belle,
quoiqu'elle ne l'eût pas même été pendant sa première jeunesse. Jamais
femme n'a été d'une humeur si difficile; elle étoit fort riche,
veuve depuis cinq ans, & le dessein qu'elle avoit de se remarier ne
s'étant pas encore exécuté, parce qu'elle n'avoit trouvé personne,
disoit-elle, qui sût assez bien aimer; elle auroit voulu un héros comme
Amadis; Galaor lui paroissoit trop volage; Alexandre n'aimoit pas
assez tendrement, & César avoit un trop grand nombre de maîtresses.
Enfin elle cherchoit un Amadis, & n'en ayant point trouvé en Bretagne,
elle avoit fait un voyage à Paris, où n'en trouvant pas davan tage,
elle retourna à son château, attendant que la fortune lui envoyât un
chevalier digne d'être son amant. Comme elle étoit riche, de grande
qualité, & qu'elle possédoit les plus belles terres de la province,
quantité de grands seigneurs de ce pays s'empressèrent auprès d'elle;
mais il est aisé de juger comment une personne, qui vouloit absolument
un héros, trouvoit peu galans, les provinciaux qui parloient d'abord de
mariage.

Mesdemoiselles de Kernosy étoient soumises à cette capricieuse
personne; elles avoient perdu leur mère dès leur enfance; leur père,
en mourant, les avoit obligées, par son testament, à demeurer sous la
tutelle de la vicomtesse sa belle sœœur, & ces aimables filles, depuis
quatre ans, étoient auprès d'elle.

La vicomtesse ne se pressoit point de les marier; elle avoit refusé
tous les partis qui s'étoient présentés, quoiqu'il y en eût de fort
avantageux; l'un n'avoit pas assez de valeur, l'autre étoit mal fait,
l'autre n'étoit pas d'un âge sortable; enfin il ne s'en trouvoit point
à son gré. Cependant elle jouissoit paisiblement du bien considérable
des deux nièces.

Cette capricieuse aimoit à faire la grande dame sur son palier; la
manière dont elle reçut la compagnie marquoit assez que la dépense ne
l'étonnoit pas. Elle ordonna, pendant la conversation, qu'on préparât
une collation, où tout ce qu'il y avoit de plus exquis pour la saison
dans le château, fut servi. Ses ordres furent si ponctuellement
exécutés, que tout se trouva prêt pour la comédie dans le moment que
chacun se levoit de table.

Toutes les dames passèrent dans la salle; elles y trouvèrent un
petit théâtre bien éclairé: la décoration représentoit une chambre
magnifique; enfin toutes les personnes de distinction & de même
sexe prirent leurs places. Les domestiques de la vicomtesse, & tous
les habitans des environs qui étoient accourus au bruit de la fête,
composèrent un parterre fort aisé à contenter. Huit violons & quatre
hautbois jouèrent l'ouverture, & les comédiens commencèrent la pièce
qu'on nomme l'_esprit follet_.

Elle fut assez bien jouée; & comme elle avoit beaucoup de rapport
à l'aventure de la nuit, les deux sœœurs se regardèrent plusieurs
fois, mais elles ne se purent rien dire; la marquise de Briance & la
comtesse de Salgue étoient placées entre elles. A la fin de la comédie,
l'orchestre joua des morceaux excellens du triomphe de l'amour.

On passa dans une salle prochaine, où l'on servit un magnifique
souper; la vicomtesse l'avoit ordonné, & c'étoit la seule chose qu'elle
entendoit bien. La conversation fut vive; la baronne & Saint-Urbain
disoient qu'il manquoit un bal aux plaisirs de cette journée, elles
soutenoient encore leur thèse avec chaleur, quand on aperçut un valet
de chambre qui vint parler à madame la vicomtesse. Allons, mesdames,
leur dit-elle un moment après que le repas fut fini, passons, s'il vous
plaît, dans la petite galerie: la compagnie fut également surprise d'y
trouver des lustres allumés, des violons, des hautbois, & plusieurs
troupes de masques. Il y en avoit de fort bonne mine, que ces dames
crurent n'avoir point vus parmi les acteurs qui avoient représenté
l'esprit follet.

Un d'eux, vêtu à la grecque, vint prendre la vicomtesse, qui commença
le bal par une courante; elle l'acheva, en disant qu'elle réussiroit
beaucoup mieux au menuet & autres danses moins sérieuses.

Kernosy & Saint-Urbain firent des merveilles; on n'a jamais vu plus de
légèreté & de justesse. Leurs danses furent accompagnées de toutes les
grâces que les Bretonnes y savent donner. Le masque vêtu à la grecque
ne quittoit presque point la vicomtesse, au grand étonnement de ses
nièces. Cependant un joli masque s'approcha de mademoiselle de Kernosy;
son habit étoit de velours noir, fait à l'espagnole; il avoit des
plumes couleur de feu à son chapeau; sa taille étoit belle; il venoit
de danser, & la délicatesse de ses pas, accompagnée d'une légereté
surprenante, avoit charmé tout le monde.

Les lutins du château sont bien malheureux, dit-il à Kernosy, de
vous avoir épouvantée; mais vous êtes si belle ce soir, qu'ils
peuvent se flatter que votre santé est parfaite. Kernosy voulut
sortir de sa place, entendant encore parler des lutins. L'espagnol,
en l'arrêtant, lui dit: Demeurez un moment, je vous prie; je vous
expliquerai l'aventure de la nuit passée. Il leva son masque, & Kernosy
le reconnoissant pour le comte de Livry, frère de la marquise de
Briance, fut à peu près aussi surprise que si elle eût vu le lutin dont
l'événement lui avoit fait perdre la connoissance.

Ce mouvement précipité fut pourtant bien différent de celui de la
peur; elle ne songea plus à s'en aller. Quoi! c'est vous, comte? lui
dit-elle. Eh! quelle raison vous fait paroître sous ce déguisement,
dans un lieu où vous pouvez être comme madame votre sœœur? J'ai trop
de choses à répondre aux questions que vous me faites, répondit le
comte, pour oser le faire ici, & cependant je meurs d'impatience de
vous éclaircir; faites-moi la grace d'entrer, en sortant d'ici, dans la
chambre de ma sœœur. Irez-vous, mademoiselle? continua-t-il, voyant
que Kernosy rêvoit profondément; puis-je me flatter de vous voir un
quart-d'heure sans témoins suspects? Que j'ai de choses à vous dire! La
marquise est trop de mes amies, répondit Kernosy en rougissant, pour
que je refuse d'aller m'éclaircir avec elle de tout ce qui se passe ici.

La vicomtesse vint alors prendre l'espagnol pour danser, & interrompit
cette conversation. Kernosy avoit bien envie de faire part à
Saint-Urbain de son aventure; mais elle ne douta pas qu'elle n'en
fût instruite, quand elle vit à genoux auprès d'elle un petit masque
vêtu en Scaramouche, qui jouoit à merveille de la guitare; sa taille
étoit fine & parfaitement belle; une grande quantité de cheveux noirs,
naturellement frisés, le fit aisément reconnoître par Kernosy pour le
chevalier de Livry: elle lui laissa le soin d'apprendre à Saint-Urbain
qui étoient les lutins du château.

Le bal ne finit qu'après minuit: aussi-tôt madame de Kernosy conduisit
la comtesse à son appartement. Saint-Urbain mena la baronne dans le
sien, & Kernosy, qui étoit depuis long-temps amie de la marquise,
l'accompagna jusques dans sa chambre. Saint-Urbain avoit trop
d'impatience de retrouver la compagnie, qu'elle savoit être dans la
chambre de la marquise, pour s'amuser avec la baronne; elle fit peu de
complimens, & vint du même pas les joindre. A peine étoit-elle entrée,
que le comte & le chevalier de Livry, qui avoient promptement changé
d'habits, arrivèrent.

La conversation fut d'abord tumultueuse; on se fit mille questions,
sans se donner le temps d'y répondre; mais enfin Kernosy ayant prié
le comte de l'éclaircir parfaitement du dessein qui les faisoit venir
_incognito_ dans un lieu où tout le monde étoit de leurs amis; comme
il n'y avoit personne de suspect dans la chambre, chacun ayant pris sa
place auprès du feu, le comte commença ainsi son récit:

       *       *       *       *       *

Il y a un an que nous eûmes l'honneur de vous voir, pour la première
fois, dit-il en s'adressant à mademoiselle de Kernosy; on se souvient
long-temps d'une vue si charmante: vous vîntes chez ma sœœur avec
madame votre tante; nous arrivions de l'armée, mon frère & moi, & nous
n'avions alors de passion que celle d'aller à Paris passer le temps
que nous pouvions être éloignés de nos régimens. Le plaisir de vous
voir nous fit changer de dessein; nous ne pensâmes plus qu'à demeurer
dans un pays où nous ne croyions pas, en arrivant, passer huit jours
sans mourir d'ennui. Je pris la liberté de déclarer ce que je pensois
à mademoiselle de Kernosy, & je ne doutai pas que le chevalier ne
s'expliquât aussi à mademoiselle de Saint-Urbain.

Cela n'est pas de votre narration, M. le comte, interrompit Saint
Urbain en souriant; il faut bien que vous laissiez quelque chose à
dire au chevalier, s'il lui prend en fantaisie de conter aussi ses
aventures. La marquise rit de l'imagination de Saint-Urbain; & Kernosy
ayant prié le comte de continuer, il reprit ainsi:

Je ne parlerai donc plus de mademoiselle de Saint-Urbain, puisqu'elle
me le défend. Mademoiselle de Kernosy reçut les marques de mon
respectueux attachement avec une froideur capable de glacer tout autre
cœœur que le mien: je continuai de lui marquer mon respect & ma
tendresse; mais elle n'en fut que foiblement touchée.

Si mademoiselle de Saint-Urbain me le permettoit, continua t-il
en riant, je dirois que le chevalier étoit ou plus heureux ou plus
amoureux que moi; car il est certain qu'il paroissoit plus content.
Vous jugez sur de foibles apparences, interrompit Saint-Urbain; vous
êtes bien heureux que j'entende raillerie. Je prétends conter aussi,
reprit le chevalier, & l'on verra si je ne saurai pas faire des
réflexions à mon tour.

Taisez-vous, chevalier, dit la marquise, je veux apprendre dans
ce récit mille choses que je ne sais pas encore. Des affaires
indispensables, continua le comte, nous rappelant à la cour, nous fûmes
obligés de partir, & jamais je n'ai senti une pareille tristesse.
Mesdemoiselles de Kernosy étoient retournées chez elles, madame leur
tante les avoit emmenées le jour que je reçus la cruelle lettre qui me
forçoit à quitter ce pays-ci. Je me flattai que j'aurois du moins la
satisfaction de dire adieu à mademoiselle de Kernosy; mais ma sœœur
m'apprit que madame la vicomtesse ne souffriroit pas que des gens de
notre âge allassent rendre des visites à ses aimables nièces.

Madame la marquise se souvient bien de l'empressement avec lequel je
la priai de me mener chez madame de Kernosy; mais elle avoit un peu
de fièvre, & elle fut inflexible à mes prières. J'étois malade, dit
la marquise, &, je veux bien vous l'avouer, je craignis que si vous
revoyiez de si aimables personnes, votre devoir ne fût ralenti par
votre amour. Nous partîmes donc, le chevalier & moi, reprit le comte,
& nous ne nous dîmes pas quatre mots pendant le chemin. J'écrivis à
mademoiselle de Kernosy en partant, & je laissai un valet de chambre
pour lui faire tenir sûrement ma lettre. Le chevalier le chargea d'une
de sa part pour mademoiselle de Saint-Urbain; nous attendîmes son
retour à Paris avec impatience. Enfin il arriva, & nous assura qu'il
avoit donné nos lettres, & que mesdemoiselles de Kernosy n'avoient pas
voulu y faire de réponses.

Peu de jours après, ce valet de chambre disparut, & emmena un de nos
chevaux. Cette action nous fit douter qu'il eût rendu fidèlement nos
lettres; nous songions à nous en éclaircir nous-mêmes, quand tous
les colonels reçurent ordre de se rendre à leurs régimens: il fallut
obéir, cette province étoit trop éloignée pour pouvoir y passer chemin
faisant, & nous n'avions point de temps à nous. Nous partîmes, accablés
de chagrin, & j'emportai dans mon cœœur la belle idée que mademoiselle
de Kernosy y avoit laissée.

J'écrivis à ma sœœur, pour la prier de savoir, s'il se pouvoit, ce
qu'étoient devenues nos lettres; elle me manda qu'elle ne pouvoit nous
en informer, parce que madame de Kernosy étoit allée à Paris, & y avoit
mené les deux aimables nièces. Ce contre-temps de partir de Paris,
précisément quand ces charmantes personnes y arrivoient, augmenta ma
douleur.

En arrivant à l'armée, nous trouvâmes Tadillac, qui est mon parent
très-proche, galant homme, d'une figure très-aimable, & d'une humeur
fort réjouissante; nous nous voyions souvent, nous lui contâmes
nos chagrins, en lui faisant connoître le caractère de madame la
vicomtesse; il chercha les moyens pour aborder ce château, sans
l'effrayer; & après avoir bien imaginé, il s'arrêta au dessein de s'en
faire aimer.

Il n'est pas riche, l'espérance du bien de madame de Kernosy lui
plut; il me pria sérieusement de l'aider dans cette affaire, qu'en
reconnoissance il faciliteroit mon bonheur. Je lui appris que la
vicomtesse n'avoit pu se résoudre à se remarier, parce qu'elle n'avoit
point trouvé de héros ni de cœœurs qui sussent aimer avec délicatesse.

Laissez moi faire, reprit le baron de Tadillac, je paroîtrai devant
elle en héros de roman, & j'aurai encore plus de délicatesse qu'elle
n'en imagine. Il n'y aura pas grand mal, ajouta-t'il, de pousser la
chose dans le ridicule, cela n'en sera que plus conforme à nos amours.

Ce projet nous amusa toute la campagne; le baron s'en réjouissoit, &
moi j'étois véritablement inquiet, parce que j'étois véritablement
amoureux. On mit les troupes en quartier d'hiver, & nous partîmes enfin
pour revenir en ce pays-ci, avec une joie incroyable. Nous arrivâmes,
il y a dix jours, chez ma sœœur; il étoit minuit: nous défendîmes à
nos gens de parler de notre arrivée; je demandai à madame la marquise
de vos nouvelles avec un empressement qui lui fit juger que mon amour
ne s'étoit pas affoibli par l'absence.

Nous concertâmes avec le baron, pour voir comment nous pourrions avoir
accès dans ce château; il alla chercher des comédiens à Rennes, &
des musiciens; il les amena en diligence chez ma sœœur; & pendant
ce temps-là, ayant gagné un de vos domestiques, il me fut facile, au
retour du baron, de faire cette folie, qui effraya tant mademoiselle de
Kernosy.

On fit un petit trou au plancher d'en haut, pour passer le billet
& la petite chaîne. Le baron écrivit ce billet, parce qu'on ne
connoissoit pas son écriture; il exécuta fort bien l'entreprise, & je
fus au désespoir, quand je compris, par le bruit que nous entendîmes,
que mademoiselle de Kernosy s'étoit trouvée mal. J'aurois été sur le
champ lui demander pardon de notre folie, si je n'avois craint de me
découvrir à ses femmes que nous entendîmes dans sa chambre, & qui n'en
sortirent plus.

Nous allâmes rejoindre nos gens à un village qui est à deux lieues
d'ici; nous en avons fait partir ce matin les comédiens; un d'entre eux
a présenté une lettre du baron à madame de Kernosy. Voici ce qu'elle
contenoit:


  L'AMANT INCONNU A LA BELLE VICOMTESSE DE KERNOSY.

     _Je vous vis à Paris il y a six mois, madame: quelle vue! mon
     cœœur ne la peut oublier; je vous suivis à tous les spectacles;
     mais aussi respectueux amant que je suis tendre & fidèle, je
     n'osai vous déclarer mon amour. Mon devoir me rappela à l'armée;
     je suivis la gloire avec plaisir, parce que je sais que vous
     l'aimez. L'amour me rappelle auprès de vous. Je viens donc,
     madame, pour tâcher de me rendre digne de vous plaire, par mes
     soins & par mon attachement: l'amour veut être environné de jeux
     & de plaisirs; trouvez bon que cette troupe de comédiens vous
     divertisse; je me rendrai ce soir auprès de vous._

Madame de Kernosy, continua le comte, a été charmée de cette lettre;
elle a fait demeurer la troupe de comédiens dans le château; nous
y sommes arrivés déguisés avec les musiciens; une heure après, le
baron a mis adroitement une lettre dans la poche de mademoiselle de
Saint-Urbain, pendant qu'elle regardoit achever le théâtre.

Voilà quelle a été l'aventure qui vous a donné quelque inquiétude;
ma sœœur a bien voulu nous favoriser de sa présence & de celle des
deux dames qu'elle a amenées avec elle, qui pourtant ne savent pas nos
desseins. Le baron, vêtu à la grecque, a fait ce soir exactement sa
cour à madame la vicomtesse; il m'a dit en sortant, avec sa gravité
ordinaire, je vois bien qu'en Bretagne je pourrois passer pour un
héros. Il n'a pas voulu s'expliquer davantage; mais il doit se rendre
ici, pour nous apprendre le succès de son amour.

Il me semble que tout favoriseroit nos vœœux, si mademoiselle de
Kernosy & son aimable sœœur nous permettoient d'espérer qu'elles ne
nous seront point contraires, si l'on peut porter madame la vicomtesse
de Kernosy à nous accorder l'honneur de son alliance.

Mademoiselle de Kernosy, qui avoit toujours conservé un tendre souvenir
pour le comte, lui répondit fort obligeamment; Saint-Urbain fit sa
réponse avec la même honnêteté au chevalier, qui lui parloit tout bas,
& à qui elle apprit qu'elle ni sa sœœur n'avoient pas reçu leurs
lettres.

On commençoit à s'éclaircir là-dessus, lorsque le baron entra dans la
chambre, encore vêtu à la grecque: il étoit bien fait; il n'avoit que
dix-neuf ans; son visage étoit très-agréable, & il avoit une belle tête
blonde. Comment, lui dit le comte en lui voyant encore son habit de
masque, courez-vous le bal? Non, dit le baron, mais je courrai bientôt
les champs; encore deux conversations comme celle que je viens d'avoir,
& c'est une affaire faite: mais, en récompense, si je perds l'esprit,
le cœœur y gagne beaucoup; car j'ai les plus beaux sentiments du
monde. Madame de Kernosy m'a assuré qu'elle n'en a jamais lu de si
délicats & de si tendres.

Mais pourquoi, dit le chevalier, être encore vêtu comme un fou? Un bon
surtout, par le temps qu'il fait, seroit bien mieux que cette vieille
broderie. Non pas, s'il vous plaît, dit le baron; un amant vêtu à
la grecque a d'autres charmes aux yeux de la vicomtesse, qu'un amant
simplement habillé à la françoise; elle m'a même comparé d'abord à
Alcibiade.

Vous êtes trop fou de la moitié, baron, dit la marquise; mais allons au
fait. A quoi en êtes-vous? J'en suis à l'espérance, reprit le baron;
on me permet d'en prendre beaucoup, & je resterai ici pour me rendre
digne de cet honneur. Il faudra que ces messieurs, continua le baron en
regardant le comte & le chevalier, arrivent ici comme s'ils venoient de
chez madame la marquise de Briance; & ne l'ayant pas trouvée chez elle,
il sera fort vraisemblable qu'ils viennent la chercher dans un lieu où
la compagnie est si bonne.

On approuva l'avis du baron, & la nuit étant déjà fort avancée, le
comte & le chevalier jugèrent à propos de partir pour aller passer
quelques heures au village le plus proche, & pouvoir revenir au
château avant dîné. Les deux aimables sœœurs, après avoir donné le
bon soir à la marquise, se retirèrent dans leur appartement. Elles ne
s'endormirent de long-temps; la joie de retrouver fidèles deux hommes
très-aimables, leur fournissoit assez de sujet pour s'entretenir: enfin
le sommeil régna paisiblement dans tout le château, excepté dans la
chambre de madame de Kernosy; elle eût trouvé contre les règles de
dormir, quand même elle en auroit eu envie, après une conversation
comme celle qu'elle venoit d'avoir avec son héros.

Les dames ne se levèrent qu'à midi. Pour la vicomtesse, elle étoit
levée d'assez bonne heure, & elle avoit fait deux ou trois projets
de lettres tendres, avant de s'appliquer au soin de son ajustement.
Ses deux aimables nièces s'éveillèrent avec cette joie qui se fait si
bien sentir, quand on espère de passer le jour avec ce qu'on aime.
Chacun étoit occupé d'un soin différent. La comtesse de Salgue n'avoit
pu résister aux charmes du jeune baron de Tadillac, & la marquise de
Briance soupiroit en secret pour un jeune amant absent. Enfin l'amour
avoit résolu de triompher dans ce vieux château, & de n'y pas laisser
de cœœurs tranquilles.

A l'heure de midi ou environ, le comte & le chevalier arrivèrent en
chaise de poste. Ils demandèrent d'abord la marquise de Briance; elle
les présenta à la vicomtesse, & lui dit tout ce qui avoit été concerté
entre eux. La tante, suivie des deux nièces, les reçut avec joie, &
les pria de demeurer, pour prendre part aux plaisirs que le hasard nous
a envoyés, dit-elle en souriant disgracieusement.

Le baron, qui avoit aussi eu ordre de la vicomtesse de faire comme s'il
venoit d'arriver, arriva presque en même temps, vécu d'un gros habit de
campagne, & monté sur un cheval qu'il avoit à deux pas du château. Il
se fit annoncer. La vicomtesse assura la compagnie qu'il étoit depuis
long-temps de les amis. Kernosy & Saint-Urbain eurent bien de la peine
à s'empêcher de rire. Il étoit déjà tard, les complimens avoient fort
alongé la conversation; Saint-Urbain l'interrompit, pour faire souvenir
qu'il falloit dîner. La vue du baron avoit fait tout oublier.

On se mit à table; on y fut long-temps; la conversation fut fort vive,
tout le monde songeoit à plaire; l'amour y brilloit sous plusieurs
formes différentes. La vieille vicomtesse étoit charmée du jeune baron;
il lui disoit sérieusement des choses capables de réjouir les gens du
monde, les plus mélancoliques, & elle ne sortait point d'admiration. La
comtesse de Salgue regardoit tendrement Tadillac; l'empressement qu'il
témoignoit pour la vieille vicomtesse lui donnoit mille inquiétudes.
Comme elle ignoroit son dessein, elle craignoit qu'il n'eût de l'amour
pour Kernosy ou pour Saint-Urbain; & qu'il ne songeât à éblouir la
vicomtesse, pour mieux cacher sa passion.

Madame de Salgue étoit jeune & belle, son esprit étoit agréable;
elle avoit épousé un vieux seigneur de la province, que ses affaires
retenoient presque toute l'année à Paris, sans qu'elle eût pu jamais
obtenir la permission de l'accompagner pendant ce voyage. Il étoit
persuadé que, dans la province, il n'y avoit point de gentilhomme qui
osât lui manquer assez de respect pour parler d'amour à sa femme: on
avoit pourtant déjà pris cette liberté; mais le cœœur de la comtesse,
insensible jusqu'alors, avoit enfin atteint l'heure fatale.

Le baron s'aperçut qu'il ne lui déplaisoit pas; il n'osa lui parler
devant la vieille vicomtesse, mais ses regards lui firent entendre ce
qu'elle commençoit à lui inspirer. Le comte étoit plus touché qu'il ne
l'avoit encore été pour la belle Kernosy, & elle paroissoit satisfaite
de le voir dans ces sentimens; Saint-Urbain & le chevalier étoient
charmés l'un de l'autre. La baronne de Sugarde, à qui le chevalier
plaisoit fort, s'aperçut de leur intelligence; mais elle avoit assez
bonne opinion d'elle-même, pour se flatter de le rendre infidèle: elle
étoit un peu coquette; & le chevalier auroit sans doute répondu à tout
ce que ses yeux lui disoient de tendre, si une passion bien sérieuse
n'avoit occupé alors tout son cœœur. Pour la marquise de Briance,
elle n'étoit retenue dans ce lieu que par l'intérêt de ses frères;
quelquefois un tendre souvenir la jetoit dans une profonde rêverie;
mais son humeur douce & la vivacité de son esprit empêchoient qu'on ne
s'aperçût de ce qui lui fassoit de la peine. Son entretien étoit si
agréable, qu'on recherchoit avec empressement sa compagnie, & qu'on
ne s'ennuyoit jamais, quelque temps qu'on fût avec elle. Les traits
de son visage étoient très-réguliers, son front, ses yeux, sa bouche,
ses dents étoient admirables, & tout ce composé formoit une beauté
parfaite. Elle étoit fort riche, veuve depuis trois ans, & tout ce
qu'il y avoit de seigneurs considérables dans la province avoit cherché
à lui plaire, sans avoir pu y réussir.

Telle étoit l'aimable compagnie que l'amour avoit pris soin de
rassembler au château de Kernosy. On achevoit de dîner, lorsqu'on
entendit arriver un équipage. Tout le monde en fut fâché, car on ne
souhaitoit plus personne: on vint annoncer M. de Fatville, conseiller
au parlement de Rennes. Quel homme! dit mademoiselle de Kernosy, qu'il
va bien nous faire sentir le malheur de n'oser à la campagne faire
dire qu'on n'est pas chez soi. Bon! dit Saint-Urbain, il ne nous
ennuiera pas tant: à la vérité, c'est un fat; il en faut au moins un
pour servir de risée à la compagnie.

Madame la vicomtesse, qui vouloit étaler sa prudence aux yeux du
baron, fit une grande réprimande à Saint-Urbain de cette plaisanterie;
elle auroit duré long-temps, si le conseiller ne fût entré. Il avoit
un habit rouge galonné d'argent, une grande épée pendue à un large
ceinturon mis par-dessus le juste-au-corps, un chapeau bordé d'or
avec une vieille plume jaune, une perruque blonde fort longue & fort
poudrée, si bien qu'il la semoit sur son habit & aux environs.

Il fit en entrant dix ou douze révérences, sans se reposer, toutes
aussi profondes les unes que les autres; puis s'aprochant de la
vicomtesse: Il y a trop bonne compagnie chez vous, madame, lui dit-il
avec un air décontenancé, pour n'avoir pas envie de l'augmenter. La
vicomtesse lui répondit le compliment ordinaire, qu'il lui faisoit bien
de l'honneur. J'ai bien fait courir ma chaise de poste où il y a de
bons ressorts, dit M. de Fatville, pour arriver plutôt ici; car j'étois
dans une impatience extrême de voir l'incomparable mademoiselle de
Saint-Urbain: il s'approcha d'elle, & se mit en devoir de lui baiser la
main.

Je vous suis très-obligée, dit Saint-Urbain en la retirant promptement,
de m'avoir sacrifié les ressorts de votre chaise de poste. Oh! ils
ne sont pas gâtés, reprit Fatville, mes laquais m'en ont assuré. Je
ne saurois m'empêcher, continua-t-il, en se regardant dans un grand
miroir, de vous exprimer la joie que j'ai d'être vêtu cavalièrement;
aussi je ne porte mon habit noir que les matins. Ma foi cela est fort
prudent à vous, dit le baron; car celui-là vous sied à merveille.

Fatville remercia le baron par de grandes révérences; & heureusement
pour la compagnie, on vint avertir que la comédie commenceroit dès
qu'il plairoit aux dames de l'ordonner. Vous avez donc ici la comédie?
dit Fatville: pour moi je l'ai vue quatre fois à Paris; mais je ne
l'aime point, si je ne suis sur le théâtre. Vive les gens de bon goût!
reprit Saint-Urbain, vous serez assurément sur le théâtre, M. de
Fatville, vous ne sauriez être mieux placé pour vous & pour nous.

On passa dans la salle, on trouva les lustres allumés, & les violons
jouoient l'ouverture. Le baron & le chevalier campèrent Fatville sur
le théâtre; ils eurent même la malice de ne lui point faire donner de
chaise, & il eut la sottise de n'en pas demander, parce qu'on lui avoit
dit que les gens du bel air ne s'asseoient jamais aux spectacles.

On joua Andromaque & M. de Pourceaugnac. La représentation de ces
deux pièces, & la contenance de M. de Fatville divertirent également
la compagnie. On le voyoit déjà, lassé de son voyage, se tenir debout
avec peine. La vicomtesse entra même à son sujet dans la plaisanterie,
parce qu'elle s'aperçut que le baron y prenoit goût. Fatville regarda
presque toujours mademoiselle de Saint-Urbain avec des gestes aussi
insupportables qu'ils étoient ridicules.

Un grand souper succéda à la comédie; on fut long-temps à table; &
après avoir bu toutes les santés, coutume qu'on ne manque guères à la
campagne, on but aussi les inclinations. Mademoiselle de Saint-Urbain
commença, en prenant un verre de très-bonne grâce; elle avertit tous
les messieurs qu'il leur seroit permis de boire aux leurs, après
qu'ils auroient fait un couplet de chanson pour célébrer des santés si
intéressantes. Volontiers, dit le chevalier, je vais donner l'exemple:
il demanda à boire, & chanta un impromptu sur un air connu de tout le
monde.

Ce couplet fut trouvé très joli, & la vieille vicomtesse, se retournant
vers le baron avec un air qu'elle crut fort tendre, lui demanda s'il
n'avoit point d'inclination digne d'être chantée en si bonne compagnie.
Le chevalier de Livry, répondit le baron, fait si facilement des vers,
qu'il ne faut pas s'étonner s'il m'a prévenu; je vais réparer ma faute.
La vicomtesse lui versa elle-même du vin de liqueur. Un moment après,
il chanta en se tournant de son côté, & elle fut charmée de pouvoir se
flatter que ces vers étoient pour elle; mais en achevant le couplet,
il regarda tendrement la comtesse de Salgue, qui comprit aisément sa
pensée. C'est donc à mon tour, dit le comte en riant, à faire aussi des
vers; comme je suis le dernier, j'ai eu plus de temps que les autres,
j'ai fait deux couplets; tant mieux, dit mademoiselle de Kernosy, on
aura plus de plaisir à vous entendre. Le comte, qui a la voix belle,
chanta ces deux couplets:

    L'amour qui brille dans vos yeux,
      Force tout à se rendre;
    Il est trop doux, trop dangereux,
      Pour oser s'en défendre.

    Brûler pour vos divins appas,
      N'est pas une foiblesse;
    La raison même n'ose pas
      Condamner ma tendresse.

Saint-Urbain & le chevalier soutinrent que les paroles étoient trop
sérieuses pour être chantées à table. Le comte leur répondit que son
cœœur les lui avoit dictées, & qu'il ne pouvoit badiner sur une chose
aussi sérieuse que sa tendresse. La vicomtesse approuva ce sentiment.
Mais, dit Saint-Urbain, qui appréhendoit que sa tante ne se jetât dans
une conversation sur les sentimens, M. de Fatville m'aime, & il ne
fait pas seulement un vers pour moi. On ne m'a appris qu'à en faire de
latins, reprit Fatville; j'en ai remporté deux fois le prix au collége.
Eh bien, faites en latin une chanson à boire, dit Saint-Urbain, & vous
me l'expliquerez en françois. Fatville opposa qu'il ne savoit pas l'air
qu'on venoit de chanter. Faites donc un madrigal, répliqua-t-elle en
lui présentant des tablettes.

Fatville se crut döshonoré, s'il ne faisoit des vers; il n'essaya pas
d'en faire de latins, car il ne savoit que quelques mots de cette
langue, prit les tablettes, & alla s'enfermer dans un cabinet, pour
n'être pas interrompu.

Cependant toute la compagnie passa dans une autre chambre, où l'on
fit venir les hautbois; on les écouta quelque temps, puis on dansa
toutes les petites danses; au bout de deux heures, Fatville parut, les
tablettes à la main. On avoit cru qu'il s'étoit allé coucher, mais
il assura qu'il avoit employé tout ce temps-là à faire des vers. Ce
sera sans doute une élégie, dit Saint-Urbain; voyons de quoi il est
question: elle prit les tablettes, qui se trouvèrent toutes griffonnées
d'un bout à l'autre, & si rayées, qu'elle n'en put déchiffrer, un seul
mot. Lisez vous-même, dit-elle à Fatville en lui rendant les tablettes,
on n'y comprend rien. C'est le brouillon, répondit le conseiller, & si
j'avois eu de la place pour écrire, j'aurois fait des merveilles, car
je commençois d'être en train; mais j'acheverai demain. Lisez-nous le
commencement, dit la vicomtesse; j'aime les vers tendres à la folie.
Fatville obéit aussi-tôt, & lut, en s'asseyant près d'un guéridon où
étoit une bougie allumée, deux vers qu'il venoit de faire.

    Iris, plus belle que le jour,
    Pourra-t-elle aimer à son tour?

Il recommença quatre ou cinq fois ces deux vers. Comment, dit le
comte, n'y a-t-il que cela de fait? Non, dit le conseiller, n'est-ce
pas assez pour le temps que j'y ai mis? Et puis j'ai fait le projet
de la suite de ce madrigal. Vraiment, dit Saint-Urbain, ces deux vers
valent mieux qu'un madrigal tout entier. Mademoiselle de Saint-Urbain
se connoît à tout, répondit Fatville en riant avec un air satisfait
de lui-même; & M. le chevalier, qui est aussi poëte, qu'en dit-il? Je
trouve ce commencement si beau, répondit le chevalier, que j'ai envie
de l'achever: prêtez-moi un peu les tablettes. Vous y verrez le reste
du projet, reprit fièrement Fatville, servez-vous-en si vous voulez.
Le chevalier s'éloigna de la compagnie, qui se divertit à voir danser
le conseiller tout aussi mal qu'il versifioit; quelque temps après,
le chevalier se rapprocha. Voyons, M. de Fatville, si j'ai bien suivi
votre dessein, voici le madrigal achevé. Chacun se rangea autour de
lui, & il lut les vers suivans:

      Iris, plus belle que le jour,
        Pourra-t-elle aimer à son tour?
    Les feux les plus ardens, les soupirs les plus tendres
    Toucheront-ils son cœœur en se faisant entendre?
      C'est une question que je fis à l'amour.
    Ce dieu me répondit: je l'ai faite pour plaire;
        Pour aimer, c'est une autre affaire;
    Ce que j'ai de brillant, de gracieux, de doux,
    Sans cesse je veux bien le prodiguer pour elle,
      Rien ne sauroit résister à ses coups.
    A ces mots, il me quitte, & fuit à tire d'aîle.
    Est ce là, petit dieu, me dire une nouvelle?
    M'écriai-je; je fais tout cela mieux que vous.

Ce madrigal eut beaucoup d'applaudissemens; & Saint-Urbain sut bon gré
au chevalier de s'être servi de la sottise de Fatville, pour lui faire
cette galanterie, que la vicomtesse ne trouva pas mal, parce qu'elle la
prit seulement par une marque d'esprit du chevalier. Vous voyez, dit
Fatville qui entendoit donner des louanges à ce madrigal; je savois
bien que la fin du projet étoit drôle: on rit de l'impertinence du
conseiller: & comme il étoit tard, chacun se retira.

L'appartement que l'on donna à Fatville étoit proche de celui du baron.
Ce voisinage lui fournit l'occasion de faire encore le personnage
de lutin, afin que Fatville n'osât sortir de sa chambre, & qu'il ne
s'aperçût pas que toutes les nuits on s'assembloit chez la marquise
après que la vicomtesse étoit couchée.

Le lendemain, le baron alla faire sa cour à la vicomtesse avant que
les dames fussent sorties de leur appartement; il lui parla de son
amour, en se promenant à grands pas, sans presque la regarder. La bonne
dame étoit charmée de tout qu'il faisoit; elle l'assura même qu'il
marchoit de la meilleure grace du monde. Dès qu'il se fut retiré,
toutes les dames vinrent dans la chambre de la vicomtesse lui rendre
visite, & l'on n'en sortit qu'à deux heures pour dîner, ensuite on
joua, les uns aux échecs, les autres à l'ombre, les autres au trictrac.
Fatville perdit soixante louis, & quoiqu'il en parût fâché, le baron,
qui gagnoit, dit assez plaisamment, que si cela duroit, il pourroit
enfin le prendre en amitié. A six heures on passa dans la salle de
la comédie; les Horaces & le Médecin malgré lui furent assez bien
représentés. Fatville, occupé de sa perte, négligea de se mettre sur le
théâtre.

Après le souper, on fit venir un acteur & une actrice qui avoient la
voix charmante, & des musiciens qui jouoient bien de la basse de viole.
Mademoiselle de Kernosy fit apporter tous les opéra de Lully qu'elle
avoit dans sa chambre: on chanta les plus beaux morceaux de Proserpine;
elle accompagna du clavecin: Saint-Urbain chantoit avec le comte,
qui avoit un ton de voix fort sonore, & ces deux aimables personnes
s'accordoient parfaitement. On commença par les champs élysées; le
baron chanta dans les chœœurs, pour ne pas paroître à la vicomtesse
un acteur inutile. A une heure après minuit, chacun se retira dans son
appartement, & les deux aimables sœœurs se rendirent dans la chambre
de la marquise, où elles trouvèrent le comte & le chevalier qui les
attendoient. On parla de la passion de la vicomtesse pour le baron de
Tadillac; Kernosy doutoit qu'elle produisît les effets qu'on en avoit
espérés; Saint-Urbain, plus portée à croire ce qui pouvoit lui faire
plaisir, étoit persuadée que leurs desseins auroient un heureux succès.
Le comte & le chevalier de Livry espéroient, & la marquise de Briance
continuoit à leur donner des conseils.

Ils parloient tous avec beaucoup d'application, quand Tadillac entra,
vêtu d'un habit bizarre, rouge & noir, tels que sont ceux dont on
se sert pour représenter des diables à l'opéra. Il avoit un bonnet
épouvantable, d'où pendoient des espèces de serpens; & s'il eût mis son
masque, il auroit sans doute effrayé la compagnie, qui ne s'attendoit
point à cela: cependant on savoit le dessein qu'il avoit d'épouvanter
Fatville. Vous voilà aussi peu sage qu'à votre ordinaire, lui dit le
comte; sachons donc ce que vous voulez faire. Il faut, dit le baron,
que mademoiselle de Saint-Urbain mette un habit qu'on va lui apporter,
& puis vous n'avez qu'à me suivre. J'ai quasi peur de ces habits-là,
dit Saint-Urbain; cependant, pour faire déserter Fatville, il n'est
rien que je ne puisse entreprendre.

Le valet de chambre du baron parut dans le moment, vêtu d'un habit
plus épouvantable encore que celui de son maître; il en apportoit un
autre fait à peu près comme le sien, car les comédiens en avoient grand
nombre de toutes façons; Saint-Urbain le mit par-dessus le sien, &
prit un masque rouge extrêmement laid. Lambert, ce valet de chambre,
conduisit la compagnie dans la chambre de son maître, sans qu'on
rencontrât aucun domestique; tout étoit couché depuis deux heures dans
le château. Tadillac avoit découvert une porte de communication qui
donnoit dans la chambre de Fatville. Il la regarda d'abord comme une
occasion favorable pour exécuter le dessein qu'il avoit projeté; cette
porte étant condamnée depuis long-temps, l'on entroit par un autre
endroit dans l'appartement du conseiller, contigu à celui du baron de
Tadillac. L'appartement de MM. de Livry & celui de la marquise étoient
voisins; tout cela composoit un pavillon où l'on pouvoit faire beaucoup
de bruit, sans être entendu du reste du château, parce qu'il falloit
passer une terrasse assez longue pour rentrer dans l'autre pavillon
qui faisoit avec celui-là une espèce de symétrie.

Quand on fut arrivé à l'appartement du baron, on entra fort doucement;
& Lambert, qui vouloit prouver qu'il étoit digne de la confiance dont
son maître l'avoit honoré, pria la compagnie d'attendre un moment.
Il monta seul dans de grandes chambres inhabitées, au dessus des
appartemens du pavillon, & avec une machine qu'il avoit inventée, il
fit un grand bruit, qui n'imitoit pas mal celui du tonnerre. Fatville
s'éveilla, & alla ouvrir sa fenêtre. Lambert, qui l'entendit, mit à
différentes reprises le feu à de la poudre qu'il tenoit prête. La nuit
étoit fort obscure, & la lueur de ce feu surprit beaucoup Fatville;
il ferma sa fenêtre plus promptement qu'il ne l'avoit ouverte, fort
étonné de voir des éclairs, & d'entendre le tonnerre en plein hiver.
Il alloit chercher son lit, & étoit encore dans cette recherche, quand
Lambert vint ouvrir la porte de communication qu'il avoit pris soin de
condamner; il entra dans la chambre du conseiller, tenant un flambeau
de poix allumé; cette lumière succédant tout à coup à l'obscurité,
éblouit si bien Fatville, qu'il ne distingua pas d'abord la figure de
celui qui la portoit; il aperçut son lit, se jeta dedans, & se cacha
dans les couvertures. Lambert ne le laissa pas long-temps dans cette
situation; il alla lui tirer ses couvertures, & lui fit trois grandes
révérences, puis alluma quatre flambeaux qu'il avoit apportés, & les
plaça en divers endroits de la chambre.

Fatville, rappelant tout son courage, cria d'un ton de voix que la
peur rendoit assez foible: Baron, à mon secours! Hélas! répondit
le baron, qui regardoit avec les dames au travers de la cloison,
il m'est impossible de sortir, les lutins viennent d'entrer ici.
Cependant Lambert, après avoir allumé les flambeaux, s'approcha du
lit, & Fatville se cacha plus que jamais la tête sous son chevet.
Lambert profita de ce moment pour introduire le baron & Saint-Urbain.
Dès que la porte fut refermée, ils s'approchèrent tous trois du lit,
empêchèrent Fatville de se cacher la tête, & lui firent de profondes
révérences. Lambert tira un petit violon de sa poche, joua un menuet,
que les gais lutins dansèrent fort légèrement, & la peur persuada à
Fatville qu'ils s'élevoient jusqu'au plancher. Quand ce bal nocturne
fut fini, les lutins éteignirent les flambeaux, & sortirent sans
qu'il pût savoir par quel endroit; aussi crut-il que c'étoient des
esprits qui avoient disparu. On se garda bien de faire du bruit dans
la chambre voisine, Lambert joua du violon, & le baron s'écria: M.
de Fatville, je suis mort! Les lutins dansent ici comme des perdus.
Fatville n'osa répondre; mais chacun l'ayant entendu remuer, ils
jugèrent qu'il n'étoit pas évanoui. Cependant il ne s'en fallut guère.
Les lutins reprirent le chemin de leur chambre, pour n'être pas surpris
dans leurs fonctions d'esprits. Le baron appela du monde dès qu'il
fut déshabillé, & conta l'histoire des lutins, comme il vouloit qu'on
le crût. Fatville, qui n'avoit pas eu l'assurance de se lever, prit
enfin la résolution d'aller ouvrir sa porte, quand il entendit parler
bien des gens près de lui. La pâleur de son visage, & sa frayeur si
naïvement représentée, persuadèrent encore mieux l'apparition des
esprits aux domestiques de la vicomtesse; il n'y en eut pas un qui ne
crût avoir entendu du bruit. D'autres assurèrent qu'ils avoient vu
quelque chose de noir qui se promenoit sur la terrasse; enfin la peur
fit tout l'effet qu'elle a coutume de produire sur l'esprit du peuple &
des valets.

La vicomtesse, qui étoit peureuse, ne douta pas qu'un chat qu'on
avoit enfermé par hasard ce soir-là dans sa chambre, & qui avoit, en
sautant, cassé une porcelaine, ne fût un lutin qui avoit paru sous
cette figure. Pour confitmer cette pensée, la marquise conta qu'elle
avoit ouï marcher toute la nuit un grand chien. Le comte assura qu'il
avoit entendu comme un cheval qui galopoit, & le chevalier jura qu'il
avoit vu trois gros poulets d'inde; mesdemoiselles de Kernosy dirent
simplement qu'elles avoient entendu un bruit effroyable. La comtesse
de Salgues & la baronne de Sugarde, qui n'avoient rien vu ni entendu,
n'en furent pas moins effrayées. Quand il fut grand jour, on alla se
remettre au lit; personne n'osa demeurer seul dans sa chambre. Les
lutins, fatigués de leurs fonctions nocturnes, se levèrent fort tard, &
pendant toute la journée, on ne parla que des esprits.

Les domestiques en firent le récit aux comédiens, qui se doutèrent à
peu près de ce que ce pouvoit être, par l'emprunt de leurs habits; mais
ils étoient payés par le baron & par MM. de Livri pour ne rien dire;
ils n'étoient pas même obligés d'avoir entendu les lutins du château,
parce qu'on les avoit logés dans la basse-cour, où étoit un petit corps
de logis assez commode.

Fatville ne mangea presque pas à dîner; il ne pouvoit se remettre de
sa peur; il parloit de la légereté des esprits qui avoient dansé,
d'une manière à faire rire les plus effrayés. Il n'y a point de tours
de souplesse qu'il ne crût leur avoir vu faire, tant la peur fascine
les yeux. Mais, lui dit la vicomtesse, comment avez-vous pu voir tout
cela, puisque vous étiez sans lumière? Ah! madame, reprit Fatville, ils
ont allumé de grands feux autour de ma chambre, & puis tout a disparu
dans un instant. Ont-ils dansé aux chansons? dit le baron d'un air
sérieux. Oh! nenni, répondit Fatville; ils avoient des instrumens, & je
ne sais si ce n'étoit pas des trompettes; je n'en sais rien non plus,
répliqua le baron, & si je les ai vu danser comme vous. En vérité, dit
la comtesse de Salgue, je vous crois tous deux un peu fous. Ce dialogue
n'empêcha pas que tout le monde ne crût l'apparition des esprits;
quelques-uns même assuroient qu'il y avoit dans les livres mille
exemples de choses semblables. On conta à ce propos diverses histoires,
qui redoublèrent la peur de la vicomtesse & de ses domestiques. Enfin
on sortit de table; & pour dissiper le trouble que les lutins avoient
causé, la marquise de Briance demanda si l'on n'auroit point la
comédie. On doit l'avoir tous les jours, dit le baron, qui commençoit
à prendre l'air d'un homme établi dans la maison; je vais en savoir
des nouvelles. Il revint un moment après dire aux dames que les
comédiens étoient prêts à commencer. On passa dans la salle, où l'on
vit représenter Mitridate & la Coupe enchantée. Fatville s'endormit,
fatigué de la mauvaise nuit qu'il avoit passée. On se mit au jeu en
sortant de la comédie, & l'on ne tarda guère, après le souper, à se
retirer chacun dans son appartement; mais on n'alloit plus seul dans la
maison, le moindre vent donnoit de terribles alarmes.

Fatville ne put se résoudre à retourner dans cette chambre où il avoit
tant souffert: on lui en donna une autre, où il fit coucher ses deux
laquais auprès de lui. La comtesse & la baronne couchèrent ensemble,
& le baron de Tadillac ordonna à Lambert, devant tout le monde, de
venir coucher dans sa chambre. La vicomtesse fit coucher deux de ses
femmes aux deux côtés de son lit, fit mettre un valet de chambre & deux
laquais un peu plus loin, & son cocher près de la porte; M. Pierre, son
aumônier, eut ordre de faire placer son lit vers la cheminée; car la
bonne dame craignoit que l'esprit ne fît son entrée par cet endroit.

L'aumônier, qui étoit extrêmement vieux & fort incommodé, eut beau
représenter à madame la vicomtesse que le grand vent qui s'engouffroit
dans cette vaste cheminée, alloit achever de rendre incurable un
rhumatisme qu'il avoit depuis dix ans, rien ne put la fléchir.
Vraiment, dit-il en regardant son lit, j'ai toujours bien reconnu que
madame n'a guère de considération pour son frère de lait.

Quelles paroles! La vicomtesse les avoit entendues, quoique M. Pierre
les eût prononcées assez bas. Elle ne voulut point dans ce moment
relever la sottise; mais dès que la compagnie se fut retirée, M. Pierre
eût une terrible remontrance, & la colère occupa si bien l'esprit de la
vicomtesse, que la peur n'y trouva presque plus de place.

Le baron de Tadillac attendit que tout le monde fût couché, & sans
perdre de temps, il alla, accompagné du fidèle Lambert, faire beaucoup
de bruit dans de grands greniers inutiles, qui régnoient sur tous les
appartemens du château; cela confirma la créance des esprits, & le
lendemain, chacun fit le récit de ce qu'il avoit entendu, de tant de
manières différentes, que le baron comprit qu'il suffisoit d'intimider
par du bruit, & de laisser à la peur le soin de diversifier les
apparitions.

Il avoit bien d'autres exercices que celui de faire le lutin; il
falloit qu'il persuadât la vicomtesse qu'il l'aimoit, & son cœœur
le portoit à plaire à madame de Salgue. Depuis quelques jours, ses
regards expliquoient assez la passion qu'il avoit pour elle; enfin,
lassé de ce langage muet, il écrivit un billet, & s'étant rendu dans
l'appartement de la vicomtesse, il la trouva encore à sa toilette, &
lui fit compliment sur sa beauté. Comme il commençoit à la presser de
se déterminer en sa faveur, la marquise de Briance, la comtesse de
Salgue, la baronne de Sugarde avec mesdemoiselles de Kernosy & MM. de
Livry entrèrent. Fatville arriva un moment après, & on se mit à table.
La frayeur du conseiller, & le bruit des lutins furent le sujet de la
conversation pendant presque tout le dîné; on joua encore quelques
reprises d'ombre, & à six heures on eut le divertissement ordinaire:
Cinna & le Grondeur furent très-bien représentés.

Le comte de Livri donna la main à la vicomtesse, pour passer dans la
salle, le baron l'en ayant prié. Cette occasion favorable fut cause
qu'il s'approcha de madame de Salgue, & lui ayant présenté la main:
Apprenez, madame, lui dit-il tout bas, apprenez la chose la plus
importante à ma fortune; ce billet vous instruira. Il le lui donna
subitement, & la quitta dès qu'on fut entré. La vicomtesse regardoit
déjà ce qu'il faisoit, éloigné d'elle.

La comtesse de Salgue mit le billet dans sa poche, & Tadillac eut
le plaisir de voir que l'empressement de le lire ne lui permettoit
pas d'attendre que l'on fût sorti de la comédie. S'étant levée dans
un entr'acte, pour aller dire un mot à Saint-Urbain; au lieu de se
remettre à sa place, elle s'approcha d'un guéridon qui soutenoit une
girandole; elle ouvrit le billet du baron, & le lut avec une attention
dont il fut très-content.

Comment, madame, dit mademoiselle de Saint-Urbain, vous prenez le temps
de la comédie pour lire vos lettres? C'en est une que j'ai reçue ce
matin de chez moi, dit la comtesse, & j'avois oublié de l'ouvrir. Les
acteurs interrompirent cette conversation, & le baron, profitant d'un
petit sommeil qui prit heureusement à la vicomtesse, ne cessa point
de regarder madame de Salgue; elle s'en aperçut, & l'embarras qu'il
remarqua sur son visage, fit qu'il ne désespéra pas de son bonheur.

On ne joua pas long-temps après le souper; tout le monde se retira
d'assez bonne heure: chacun avoit besoin de repos, & vouloit réparer
les mauvaises nuits que les lutins avoient causées. Le baron ne manqua
pas de faire du bruit, pour empêcher qu'on ne fût si-tôt remis de la
peur. Le tintamarre fut court, parce que le lutin étoit aussi las que
les autres.

Le lendemain, il fit très beau, le soleil parut avec éclat, la
vicomtesse alla se divertir dans le jardin; & la compagnie ayant des
lettres de conséquence à écrire, passa l'après-dînée dans son cabinet.
Tadillac profita de ce temps-là pour entretenir madame de Salgue.
Avez-vous pensé à moi, lui dit-il tout bas, depuis que j'ai osé vous
écrire les sentimens que vous m'inspirez? Que prétendez-vous que je
pense en votre faveur? lui repartit madame de Salgue en le regardant
tendrement; vous êtes venu ici avec un dessein dont je ne suis pas
encore éclaircie; je sais seulement que je n'y avois point de part:
l'amour peut vous avoir amené dans ce château; mesdemoiselles de
Kernosy sont aimables & belles, il semble même que c'est mademoiselle
de Saint-Urbain que vous préférez.

Quelle erreur! dit le baron; madame, croyez-en un cœœur qui n'a jamais
brûlé que pour vous. L'amour n'a eu de part à mes affaires que depuis
que j'ai eu l'honneur de vous voir: je vous apprendrai, quand il vous
plaira.... Il alloit continuer, lorsque la vicomtesse, ouvrant la
porte de son cabinet, les obligea de se séparer, & de s'approcher du
reste de la compagnie, qui se faisoit un plaisir de voir la marquise,
Kernosy, & la baronne jouer à l'ombre avec toute la prudence possible.

La vicomtesse ne fut qu'un moment dans la chambre; elle demanda de
la bougie, & retourna cacheter ses lettres. Le baron se rapprocha
de madame de Salgue; elle avoit remarqué avec quelle promptitude il
venoit de la quitter. Comment, lui dit-elle en s'éloignant un peu de
la compagnie, c'est donc de la vicomtesse que vous êtes amoureux? Je
ne m'en serois pas doutée. Vous voyez bien, madame, reprit le baron,
qu'il ne faut pas juger sur les apparences; vous avez trop de part à
ma destinée pour que je tarde plus long-temps à vous en éclaircir. Il
lui apprit son projet pour un établissement solide, & l'engagement où
il étoit avec la vicomtesse. Madame de Salgue trouva que son amant
avoit raison; elle désira presque autant que lui un événement qui
l'arrêteroit dans une province où elle étoit obligée de demeurer.

On vint avertir les dames que les comédiens étoient prêts. Allez,
baron, lui dit madame de Salgue en souriant, allez vous-même avertir la
vicomtesse; je prétends qu'elle m'ait l'obligation de vous apprendre
votre devoir.

Comme elle achevoit ces mots, la vicomtesse sortit de son cabinet;
le baron lui donna la main jusques dans la salle de la comédie, où
Fatville s'étoit déjà placé. Toute la compagnie avoit remarqué que,
craignant de rester seul dans la chambre de la vicomtesse, il étoit
sorti avant toutes les dames, sans penser même à leur offrir la main.

On représenta Bérénice à la Foire de Bezons. Après la comédie, on
joua à de petits jeux où l'esprit ne laisse pas de briller; on conta
plusieurs histoires, que l'on fit sur le champ. Saint-Urbain, qui
commençoit à s'ennuyer, s'avisa, en finissant son récit, de laisser
Fatville achever le roman où elle s'étoit embarquée. Cela fit renaître
la joie; jamais homme n'a dit tant de pauvretés pour se défendre de
parler. Enfin le souper tira Fatville d'affaire, & la vicomtesse
pouvoit pardonner à Saint-Urbain de n'avoir pas continué son roman,
parce qu'elle avoit résolu, en continuant à son tour, d'étaler devant
le baron les plus beaux sentimens du monde.

On se retira encore de bonne-heure; les lutins laissèrent en repos
tous les habitans du château. Fatville étoit en conversation avec la
comtesse de Salgue, qui avoit passé dans sa chambre, n'étant plus
effrayée, depuis qu'elle eut appris par Tadillac le manège des lutins.
Le comte & le chevalier furent peu de temps avec Kernosy & Saint-Urbain
dans la chambre de la marquise.

Dès qu'ils furent sortis, ces deux aimables sœœurs prièrent madame de
Briance de s'acquitter de la promesse qu'elle leur avoit faite de leur
apprendre avec ordre ses aventures, dont on ne s'étoit entretenu que
confusément, lui représentant qu'aucune de ses amies ne pouvoit prendre
plus de part à tout ce qui la regardoit. La marquise, en soupirant, fit
connoître que ce récit alloit renouveler ses douleurs: elle ne laissa
pas de contenter leur curiosité, & commença ainsi.



HISTOIRE DE MADAME DE BRIANCE.


Vous savez, mesdemoiselles, que je suis fille du feu marquis de Livry,
dont la maison est une des plus anciennes & des plus considérables de
cette province. J'ai perdu ma mère peu de mois après ma naissance; mon
père fut vivement touché de cette perte, il l'avoit toujours aimée
tendrement. Elle n'avoit alors que vingt-quatre ans; elle étoit belle,
& ceux qui m'ont voulu flatter, ont dit que je lui ressemblois. Vous
en dîtes autant lorsque vous me fîtes l'honneur de venir chez moi
l'année passée, où vous vîtes son portrait. Mon père, qui n'avoit que
vingt-neuf ans, touché d'une véritable affliction, refusa constamment
toutes les propositions qui lui furent faites de se remarier: il nous
aimoit, mes frères & moi, avec une tendresse qui ne se peut exprimer.
Nous n'étions que trois enfans, le comte, le chevalier & moi; l'aîné
n'avoit que quatre ans, le cadet trois, & je n'avois que six mois. Nous
fûmes tous trois élevés avec des soins infinis.

Dès que nous eûmes atteint l'âge d'apprendre quelque chose, mon père
quitta le château où il faisoit sa demeure ordinaire depuis la mort de
ma mère; il nous mena à Rennes, où il avoit une belle maison; il fit
venir de Paris un précepteur habile pour instruire mes frères, & je
puis dire que ce fut aussi pour moi; car mon père voulut que j'apprisse
le latin, la géographie, la fable, & l'histoire en même temps que
mes frères; il ne croyoit pas que l'ignorance dût être le partage
des femmes; il avoit trouvé, par l'exemple de ma mère, qu'un esprit
cultivé, & où la science est placée sans affectation & sans bannir les
agrémens naturels, a des graces toujours nouvelles, plus durables que
la beauté, & même plus aimables dans le commerce de la vie.

Mes frères réussirent parfaitement dans leurs études, & j'avois un
goût pour apprendre, qui me donnoit beaucoup de facilité. On ne
parloit que de nous dans toute la ville; on nous menoit dans les plus
célèbres compagnies, & l'on avoit pour nous une admiration qui auroit
dû contribuer beaucoup à nous gâter. Mon père faisoit une grande
dépense; il étoit riche, & ma mère avoit hérité d'une opulente maison,
distinguée par la noblesse de sa famille; enfin nous avions sujet
d'être contens de notre fortune.

J'avois quatorze ans, quand M. le marquis de Briance arriva à Rennes;
c'étoit un seigneur, qui, fatigué des soins de la guerre & de la cour,
venoit chercher du repos dans notre province, où il avoit des terres
d'un gros revenu & d'une vaste étendue.

Il s'arrêta à Rennes, rendit des visites aux principaux de la ville, &
vint chez mon père, où il trouva les préparatifs d'une assemblée qu'il
devoit y avoir le soir.

M. de Briance nous dit des choses fort gracieuses, avec la politesse
qu'on acquiert à la cour. Mon père le pria de rester, & l'assura
que la compagnie se feroit honneur de sa présence; il accepta la
proposition avec joie.

La conversation fut vive; il arrivoit de moment à autre de jeunes
personnes parées pour le bal. Le marquis de Briance les regardoit
toutes, & trouvoit toujours en moi quelques singularités remarquables
dont il faisoit l'éloge. Mon père, qui m'aimoit passionnément, étoit
ravi d'entendre les louanges qu'il me donnoit sans cesse. Quoique
M. de Briance ne fût pas d'un âge à pouvoir être désiré pour amant,
la plupart des beautés de l'assemblée m'envièrent sa conquête;
l'approbation d'un homme qui avoit passé sa vie à la cour, leur
paroissoit d'un autre poids que celle des gens de province.

M. de Briance étoit encore d'assez bonne mine, quoiqu'il eût près
de soixante ans; il étoit bien fait, extrêmement riche, & d'un rang
distingué: comme il n'étoit point marié, il n'y avoit point de jeune
demoiselle qui ne souhaitât de le voir attaché à elle. Pour moi, je ne
fis pas un moment d'attention aux louanges flatteuses qu'il me donna;
je ne les regardai que comme un effet de sa politesse.

Une heure avant le souper, l'écuyer de M. de Briance vint le demander;
il rentra, après lui avoir parlé dans l'antichambre. Je vais, dit-il,
mademoiselle, en s'adressant à moi, vous présenter dans un moment un
des plus beaux gentilshommes de France, pourvu que M. le marquis de
Livry m'en donne la permission.

Ces permissions, répondit mon père en souriant, sont quelquefois
dangereuses à accorder; vous êtes le maître, & vous pouvez, monsieur,
amener ici qui il vous plaira. Celui dont j'ai parlé à mademoiselle de
Livry, dit M. de Briance, est le comte de Tourmeil; il n'a que dix-sept
ans, jamais on n'a vu de plus belles espérances. Je ne vous dirai rien
de sa personne, vous en jugerez vous-même; pour la valeur, qui est
toujours la première qualité à désirer dans un homme de condition,
je puis vous assurer que j'ai été surpris des marques de courage, &
même de conduite qu'il a données dans trois campagnes qu'il a faites:
il voulut absolument me suivre à l'armée, qu'il n'avoit encore que
quatorze ans; j'y consentis, & j'eus lieu d'en être satisfait. Je
l'aime comme s'il étoit mon fils.

A-t-il l'honneur d'être de vos parens, monsieur? lui dis-je avec un
mouvement de curiosité que m'inspiroit le portrait qu'il venoit de
faire du comte de Tourmeil. Non, mademoiselle, me répondit M. de
Briance, son père étoit mon ami; il fut blessé dans une occasion où je
commandois, & peu de jours après il mourut de sa blessure. Jamais on
n'a été si touché que je le fus de la perte d'un ami; il me recommanda,
en mourant, son fils qu'il aimoit tendrement; je promis de lui donner
tous mes soins & toute mon amitié; & je lui ai tenu exactement ma
parole.

On vint dire alors que le souper étoit servi. Tout le monde passa dans
une grande salle, & se mit à table. Je vous avouerai que je n'entendois
point ouvrir la porte pendant tout le repas, sans une émotion dont je
n'avois jamais été atteinte; je croyois toujours que c'étoit le comte
de Tourmeil, & je sentois un fond de tristesse, malgré les apprêts du
bal que j'aimois fort, quand j'aperçus qu'on sortoit de table, sans que
j'eusse vu arriver celui qui commençoit à me causer tant d'inquiétude.

Le lieu destiné pour le bal, étoit un grand salon; il y avoit un grand
nombre de lustres & de girandoles, dont la lumière réfléchissoit sur
de grandes glaces enchâssées dans le lambris, rendoit l'illumination
plus brillante, & la faisoit paroître plus grande. Ce salon étoit peint
en blanc, avec des chiffres & d'autres ornemens en or; le meuble étoit
couleur de feu galonné d'or. Plusieurs personnes de bon goût firent
compliment à mon père sur la magnificence de cet appartement.

Nous étions douze jeunes demoiselles, & autant de jeunes gens, des
premiers de la ville, qui devoient danser; le reste se plaça sur des
sièges au second rang. M. de Briance, accoutumé de se trouver aux
assemblées les plus célèbres, ne laissa pas de nous assurer qu'il
n'en avoit point vu de plus agréable. Mon frère le comte de Livry
commença le bal avec une jeune personne extrêmement belle, fille du
premier président de Rennes; l'un & l'autre furent admirés de toute la
compagnie; elle alla prendre le chevalier, qui, assez étourdi, comme
vous le connoissez, sans songer à faire les honneurs du bal, vint me
prendre dès qu'il eut fini sa courante. Je dansai avec lui, & nous
reçûmes mille applaudissemens, que mon père étoit charmé d'entendre.

C'étoit à moi à prendre quelqu'un; je craignois de ne pas bien choisir.
Je m'approchai de mon père; il me nomma M. de Briance: j'allai lui
faire la révérence, il me pria de le dispenser en faveur de son âge, &
dit, en me présentant le comte de Tourmeil qui venoit d'entrer: Voici
un jeune homme qui s'acquittera mieux que moi de l'honneur que vous
vouliez me faire. Mon père m'ordonna de le prendre; il dansa avec une
grace qui lui est particulière, & je crois que je dansai moins bien que
la première fois, car je ne fus occupée qu'à le regarder.

Sa taille étoit fine, & mieux formée qu'on ne l'a d'ordinaire à
dix-sept ans, son air noble, & sa beauté au delà de toute expression:
on lui voyoit une grande quantité de cheveux noirs, naturellement
frisés, qui descendoient jusques sur une écharpe magnifique, qu'il
portoit sur un habit de velours bleu, doublé de brocard d'or. M. de
Briance lui avoit mandé de venir chez mon père, qu'il y auroit bal, que
l'assemblée étoit célèbre, & qu'il ne manquât pas de se parer.

Tourmeil parut si différent de tous nos jeunes gens, quoiqu'il y en eût
entre eux de très-bien faits, que tout le monde s'empressoit à le voir.
M. de Briance étoit ravi des applaudissemens qu'on lui donnoit. Que mon
cœœur y trouvoit de justice! Le trouble que j'avois senti en le voyant
danser, augmenta beaucoup, quand je vis que tout le monde l'admiroit:
quelque peine que ce trouble me causât, il m'étoit agréable, & je ne
connoissois pas encore d'où cela venoit.

Au commencement du bal, nous étions rangés toutes les dames d'un côté,
& les hommes de l'autre. Tourmeil, par une impatience dont je lui sus
bon gré, troubla le premier cet ordre; il traversa l'assemblée avec une
grace charmante, & vint se mettre à genoux devant moi. M. de Briance
fut bien aise qu'il eût fait cette galanterie, & la fit remarquer à
mon père, qui étoit auprès de lui. Cette action de Tourmeil donna de
l'émulation à toute notre jeunesse, chacun suivit son inclination. Mon
frère le comte se crut obligé de ne quitter pas la personne avec qui il
avoit commencé le bal, & le chevalier se mit en conversation avec une
assez jolie fille qui étoit à côté de moi.

Tourmeil, content de ce qu'il venoit de faire, me regardoit tendrement,
& ses paroles étoient aussi touchantes que pleines d'esprit. Nous
dansâmes toujours ensemble; il affecta de ne prendre que moi. M. de
Briance lui ayant dit une fois de prendre la demoiselle à qui mon frère
donnoit le bal: Je ne puis vous obéir, monsieur, lui répondit Tourmeil
avec un souris gracieux, parce que mon cœœur m'ordonne le contraire.
Après ces mots, il vint me faire la révérence. Cette réponse plut
infiniment à M. de Briance, mais mon père la trouva forte pour un homme
de son âge.

Le bal finit assez tard, je trouvai pourtant qu'il finissoit trop tôt.
Tourmeil me témoigna le chagrin qu'il avoit de me quitter, mais avec
une expression si naturelle, que mon cœœur en fut vivement touché. Il
me demanda la permission de me venir voir le lendemain; j'étois dans un
embarras qui ne me permit pas de lui répondre bien précisément. Enfin
on se sépara: mes frères, qui étoient charmés de Tourmeil, le prièrent,
en le quittant, qu'ils eussent l'honneur d'être de ses amis. Il leur
répondit en homme qui savoit le monde. Je me couchai, & la tranquillité
du sommeil, qui, jusqu'à ce jour, ne m'avoit point quittée, fut
tout à coup interrompue. L'idée de Tourmeil me revenoit sans cesse;
quelquefois j'admirois sa personne, peu après j'étois inquiète d'avoir
montré peu d'esprit dans la conversation que nous avions eue ensemble;
plusieurs pensées se présentoient en foule à mon imagination, &
redoubloient mon inquiétude: enfin je m'endormis; mais l'amour étoit,
je crois, d'intelligence avec mes songes; ils ne me représentoient que
les qualités avantageuses de Tourmeil.

Je me levai tard; mon frère le chevalier m'apprit qu'il devoit
l'après-dînée mener le comte de Tourmeil chez les plus belles dames de
la ville, & qu'il l'ameneroit ensuite au logis. L'amour avoit résolu
de m'engager si fortement, qu'il me fût impossible de rompre jamais ses
chaînes.

Je rencontrai Tourmeil & mes frères chez une dame amie de ma tante, où
nous étions allées en visite. Ils se disposoient à sortir; mais dès que
je fus entrée, Tourmeil se tourna vers le chevalier: Enfin vous ne me
reprocherez plus, dit-il, l'inquiétude que j'ai eue dans tous les lieux
où j'ai été: trouvez, je vous prie, un prétexte pour demeurer ici. Le
chevalier me fit entendre le dessein de Tourmeil, & dit qu'il ne s'en
iroit pas, parce qu'il espéroit que mademoiselle de...., fille de la
dame chez qui nous étions, joueroit du clavecin à ma prière, & qu'il
n'avoit osé demander cette grace.

Madame sa mère lui ordonna de jouer du clavecin; nous l'écoutâmes
avec plaisir: quand elle en eut joué quelque temps, je lui demandai
une pièce que j'aimois fort; c'est une sarabande, à qui l'ancienneté
n'a rien fait perdre de ses beautés. Je voudrois bien qu'il y eût de
nouvelles paroles sur cette sarabande, dis-je à mademoiselle de....,
car c'est l'air du monde que je trouve le plus aimable. Le comte de
Tourmeil pourroit vous satisfaire là-dessus, me dit mon frère; M.
de Briance nous en a montré de lui 'cette après-dînée', qui sont
charmantes.

On pressa Tourmeil de faire des vers sur cette sarabande; il s'en
défendit honnêtement, mais enfin prenant la parole: Et moi, monsieur,
lui dis-je, serai-je aussi refusée? Non, mademoiselle, me répondit-il;
je vais même vous obéir avant que vous le commandiez. Il prit des
tablettes que je lui offris, s'éloigna un peu, & quelque temps après il
me les rendit. Nous y trouvâmes ces paroles:

    Entre Apollon & le dieu qui m'inspire,
    Divine Iris, ne vous méprenez pas;
    Quand je vous dis que j'aime vos appas,
    Le dieu charmant qui me prête sa lyre,
    N'est pas celui qui me fait vous le dire.

Tourmeil chanta lui-même ce couplet, & mademoiselle de.... l'accompagna
du clavecin. Toute la compagnie avoua sincèrement qu'on ne pouvoit
mieux jouer du clavecin, ni chanter avec plus de justesse. Je retournai
chez mon père avec ma tante; Tourmeil pria mes frères de ne plus
faire de visites. Il arriva aussi-tôt que moi, & me donna la main en
descendant de carrosse. Nous trouvâmes M. de Briance qui jouoit aux
échecs avec mon père: il dit à Tourmeil qu'il étoit ravi de le voir en
si bonne compagnie.

La maison de mon père étoit toujours remplie de tout ce qu'il y avoit
de gens de distinction dans la ville: on y soupoit assez souvent, &
avant & après souper on jouoit ou l'on causoit; chacun suivoit en cela
ce qui lui faisoit le plus de plaisir. Il y avoit beaucoup de monde ce
soir-là; je regardai quelque temps jouer, & Tourmeil n'eut d'attention
que pour moi; il me parloit quelquefois, mais avec un respect qui me
plaisoit fort.

M. de Briance nous regarda, parla tous bas à mon père, puis appelant
Tourmeil: M. le comte, lui dit-il, je souperai ici; mais ce seroit
abuser des bontés de M. de Livry, que de demeurer tous les deux à la
fois. Mon père pria Tourmeil de rester; mais M. de Briance lui fit
signe du contraire.

Jamais on n'a été frappé si vivement des paroles les plus terribles,
que Tourmeil le parut de cet ordre; & en s'approchant de moi avec un
air aussi touché que s'il m'eût dit adieu pour long-temps: On m'ordonne
de m'éloigner de vous, Mademoiselle, me dit-il; ce malheur m'est trop
sensible pour obéir une seconde fois aux ordres de M. de Briance. Il
sortit en achevant ces mots, & je me trouvai extrêmement touchée de
son départ. En sortant de table, je vis mon frère le chevalier qui
lisoit une lettre que l'on venoit de lui donner: il laissa rentrer mon
père dans le cabinet, & me fit signe de demeurer. Voilà, me dit-il, un
billet que je vous prie de lire: je le décachetai, & j'y trouvai ces
paroles:

     _Qu'ai-je fait pour m'attirer mon malheur? De ce grand nombre
     de gens qui étoient ce soir chez vous, je suis le seul à qui
     l'on n'a pas permis de demeurer: rien n'égale mon désespoir; il
     faut avoir les sentimens que vous m'inspirez, pour connoître
     parfaitement quel tourment votre absence fait souffrir._

Ce billet n'étoit point signé; mais je vis bien qu'il étoit de
Tourmeil: je rougis en le lisant; & le rendant à mon frère: D'où
vient, lui dis-je, que vous vous êtes chargé de cette commission?
Une raison encore plus forte que celle de mon amitié, me répondit le
chevalier, m'oblige à vous faire voir son billet, & la lettre qu'il
m'écrit. Tourmeil le prioit de ne point interprêter à défaut de
courage l'obéissance qu'il avoit rendue à M. de Briance; il protestoit
qu'après ce dernier respect, il ne lui obéiroit de sa vie, & il
marquoit précisément qu'il l'attendoit dans sa chambre pour lui faire
connoître le chagrin qu'il lui avoit donné. Mon frère remarquoit bien
quel étoit mon étonnement à la lecture de cette lettre. Tourmeil, me
dit-il, va faire une folie qui perdra sa fortune. M. de Briance l'aime
comme s'il étoit son fils; il nous dit même qu'il lui a fait une
donation considérable. Il seroit bien cruel qu'une chose de si peu de
conséquence lui causât un véritable malheur. J'en ferois au désespoir,
lui répondis-je tout attendrie du malheur de Tourmeil.

Mon frère le comte vint voir ce que nous faisions; nous lui contâmes
ce qui nous inquiétoit. Il n'y a pas à balancer un moment: allez,
mon frère, dit-il au chevalier, empêchez que Tourmeil ne se brouille
avec M. de Briance. Afin qu'il vous soit plus facile de le faire, il
faut que ma sœœur lui écrive un mot. J'en fis quelque difficulté,
mais nous n'avions pas le temps de délibérer, & un conseil de gens de
quinze à seize ans ne pouvoit pas finir par une action bien prudente.
Le chevalier me donna ses tablettes, dit qu'il les rapporteroit, &
qu'ainsi ma lettre ne resteroit pas entre les mains de Tourmeil; j'y
écrivis à peu près ces paroles:

     _Pouvez-vous songer à vous brouiller avec M. de Briance? J'ose
     vous prier de continuer à lui rendre ce que vous devez à l'amitié
     qu'il a pour vous: ne me point voir une soirée, est ce un si
     grand malheur? Et si vous trouvez que c'en est un, après me
     l'avoir dit, pourquoi s'en plaindre?_

Le chevalier prit les tablettes, & courut chez Tourmeil. Je rentrai
dans la chambre de mon père; il achevoit une partie d'échecs avec M.
de Briance. Je rêvai cependant à Tourmeil; il me paroissoit qu'un
homme qui vouloit renoncer à sa fortune, pour me voir quelques heures
de plus, devoit sentir une passion bien véritable. Que ces réflexions
furent dangereuses! Je savois bien qu'il falloit défendre mon cœœur
contre l'amour; mais je crus pouvoir le livrer à la reconnoissance.

On quitta le jeu, & M. de Briance s'approchant de moi, continua à me
donner des louanges, comme le jour d'auparavant: j'y répondis si mal,
que je ne doute pas qu'il n'eût mauvaise opinion de mon esprit; je le
laissai partir du logis, sans me mettre en peine de ce qu'il en pouvoit
penser. J'attendis avec impatience le retour du chevalier; il ne rentra
point dans la chambre de mon père, je le trouvai qui m'attendoit dans
la mienne.

Eh bien, lui dis-je avec une émotion que je ne pus cacher, Tourmeil
sera-t-il sage? l'avez-vous persuadé? Non, me dit le chevalier, tous
mes efforts ont été inutiles; mais dès qu'il a vu ce que vous aviez
écrit dans mes tablettes, il a paru aussi soumis à vos ordres, qu'il
étoit peu touché de mes conseils; il a baisé cent fois votre écriture,
& jamais on n'a vu un homme si amoureux.

Ce trop fidèle récit me toucha vivement, j'en fus occupée le reste
de la nuit. Tourmeil étoit aimable, & d'une naissance égale à la
mienne. Qui me défend d'espérer, disois-je en moi-même, d'être un jour
très-heureuse par le penchant que j'ai pour Tourmeil? Mon père cherche
pour moi un parti plus avantageux que ceux qui se sont présentés; il
remarquera sans doute son mérite.

Ces réflexions m'occupèrent pendant toute la nuit; & mon cœœur, en se
flattant, se livroit à tous les dangers d'une passion naissante: je ne
m'endormis qu'au point du jour. La première idée qui me frappa à mon
réveil, fut celle de Tourmeil. Je me levai, & me parai avec plus de
soin que je n'avois jamais fait; ce dessein de lui plaire me fit mieux
connoître que tout le reste à quel point il occupoit mon esprit. Il
vint de bonne heure chez mon père, y rencontra beaucoup de dames, n'eut
pour elles que des honnêtetés & je m'applaudis mille fois de l'avoir
seule rendu sensible.

On proposa d'aller voir des comédiens que le carnaval avoit attirés
à Rennes: mon père consentit à m'y laisser aller avec ces dames. Mes
frères furent de la partie, & Tourmeil, qui ne cherchoit que des
prétextes pour ne me point quitter, en fut aussi. Nous trouvâmes les
plus mauvais acteurs qui eussent jamais paru en province: la pièce,
quoique mal représentée, ne me parut pas avoir duré long-temps.
Tourmeil étoit assis auprès de moi, je ne pouvois pas m'ennuyer.

Quelque mauvais que fût le spectacle, il ne laissa pas d'y avoir
beaucoup de monde. Tout étant fini, chacun s'empressoit de sortir;
mon frère le chevalier donnoit la main à une dame de notre compagnie,
& voulant passer la porte, un provincial qui avoit le même dessein,
le poussa brusquement; mon frère étendit le bras, de peur que la dame
qu'il conduisoit ne fût pressée. Cette action empêchoit le provincial
de sortir; il s'en mit en colère, & dit quelque chose de brutal à mon
frère, qui, pour toute réponse, lui donna un soufflet.

Nous étions près de lui, nous vîmes cette action; Tourmeil & le comte
s'approchèrent promptement, ne doutant pas que le chevalier & son homme
n'allassent se battre. Mon frère avoit tiré son épée; mais nous fûmes
bien étonnés de voir le provincial, sans autre suite de querelle, se
démêler de la presse, & s'en aller froidement, comme s'il ne lui étoit
rien arrivé.

Nous retournâmes au logis; on y resta: M. de Briance y vint, qui nous
dit que l'affaire de la comédie se contoit déjà dans toute la ville:
nous en avions prévenu mon père, afin qu'il ne l'apprît pas d'ailleurs.
Il fit une sévère réprimande à mon frère sur sa promptitude; mais ce
fut en galant homme, car il traitoit plutôt mes frères comme ses amis
que comme ses enfans. Il n'étoit pas si indulgent pour moi, quoiqu'il
m'aimât beaucoup: il disoit que les filles étoient obligées d'obéir
plus exactement que les hommes.

Un peu après le souper, mon frère le chevalier, qui vouloit aller chez
une personne dont il étoit amoureux, sortit de sa chambre; je m'en
aperçus. La querelle qu'il avoit eue l'après-dînée m'inquiétoit; je
trouvois imprudent qu'il s'en allât seul dans les rues s'exposer au
ressentiment du provincial offensé, que nous avions appris être un
homme de qualité au pays, depuis peu de jours arrivé à Rennes.

Je suivis le chevalier, & lui dis que j'avertirois mon père qu'il
vouloit sortir, à moins qu'il ne consentît à se faire accompagner
par cinq ou six de nos gens. Ce seroit là un fort bel équipage, me
dit-il en riant, pour aller en bonne fortune. Il voulut m'échapper;
mais enfin, voyant que j'étois résolue à avertir mon père: Eh bien, me
dit-il, puisque vous ne voulez pas que je sorte absolument seul, dites
à Tourmeil qu'il vienne avec moi, & nous prendrons une escorte. Je
rentrai dans la chambre, & priai Tourmeil d'aller avec le chevalier; il
s'y offrit avec générosité. J'eus bien envie de redoubler l'escorte que
j'avois proposée à mon frère, quand je vis Tourmeil de la partie.

Le comte étoit engagé au jeu avec mon père & M. de Briance, ainsi je
n'osai lui parler. Mon frère & Tourmeil sortirent seuls, & ne furent
pas à cent pas de la porte, qu'ils se trouvèrent attaqués par six
hommes bien armés. On tira sur eux, & l'obscurité de la nuit les sauva;
un seul coup porta sur Tourmeil, & perça la manche de son habit.

Mon frère & lui mirent l'épée à la main, & se défendirent sans voir
ce qu'ils faisoient. La lune se leva, & à cette foible clarté,
le chevalier reconnut le provincial, qui, se tenant un peu loin,
encourageoit ses gens à cette belle action.

Mon frère vouloit aller à lui, mais il étoit contre la muraille, &
avoit trois hommes en face. Tourmeil en avoit deux, il en mit un hors
de combat; le coup intimida le second, & le fit reculer fort loin.
Tourmeil, prenant ce moment, courut comme un lion sur le provincial,
qui, après s'être défendu quelque temps, reçut un coup au travers
du corps, et tomba sur le pavé. Tourmeil alla de suite promptement
secourir mon frère, qui n'avoit qu'une légère blessure au bras; mais
son épée venoit de se casser; il lui sauva la vie en écartant ses trois
ennemis.

L'un demeura sur la place, dangereusement blessé, les deux autres ne
firent pas de résistance, voyant leur maître évanoui & baigné dans son
sang. Il est mort, dit l'un des assassins; sauvons nous: mais avant de
fuir, il porta par derrière un coup à Tourmeil. Deux amis du chevalier,
qui revenoient de souper, le reconnurent en passent; ils dirent au
laquais qui portoit un flambeau, de tourner du côté du logis de mon
père, où ils ramenèrent nos deux blessés. On y jouoit encore; j'étois
inquiète, & j'avois un secret pressentiment de quelque malheur. Je
courus dès que j'entendis du bruit dans la cour; mon frère & Tourmeil,
tout couverts de sang, y étoient déjà. A cette vue, je fis un cri
effroyable: mon père l'entendit, accourut; la compagnie le suivit. Le
chevalier, s'apercevant de l'émotion où il étoit, lui dit: Ce n'est
rien, mon père; je ne suis pas blessé dangereusement; mais songez, je
vous prie, à faire secourir Tourmeil; il vient de me sauver la vie.
Tourmeil perdoit beaucoup de sang; on le coucha sur un lit de repos qui
étoit dans l'anti-chambre; M. de Briance & mon père étoient également
touchés de cet horrible spectacle: j'en étois inconsolable; je pleurois
avec toute la douleur que peuvent inspirer l'amitié & l'amour. Qu'on
feroit heureux, me dit alors Tourmeil d'une voix languissante, de
donner tout son sang pour avoir quelque part à ces précieuses larmes!

Je ne répondis qu'en redoublant mes pleurs: mon père & M. de Briance
n'entendirent point ce qu'il me disoit; ils parloient au chirurgien
qui venoit d'arriver: il trouva la blessure de mon frère légère; mais
il parut incertain sur celle de Tourmeil, & assura même que si on le
transportoit, on augmenteroit son mal considérablement.

Mon père, touché du mérite & de la générosité de Tourmeil, pria M.
de Briance de permettre qu'il demeurât chez lui jusqu'à sa guérison.
Les gens qu'il avoit envoyés sur le lieu du combat, vinrent lui dire
qu'on avoit enlevé le provincial, qu'ils avoient fait apporter un des
blessés qui y étoit encore: mon père ordonna donna qu'on le fît panser,
& qu'on en eût soin.

Ce malheureux fut si surpris d'être bien traité chez un homme dont
il venoit d'assassiner le fils, que dès le lendemain il demanda à
déposer comment l'action s'étoit passée; sa déposition servit dans la
suite à terminer l'affaire en faveur de Tourmeil & du chevalier; elle
contenoit, qu'ils étoient quatre cavaliers de la compagnie d'un frère
de ce provincial, avec un de ses amis dont il ignoroit le nom; que le
provincial n'étoit pas mort, & que ses deux compagnons, ne voyant plus
personne, étoient revenus, & l'avoient emporté; qu'ils lui avoient
promis de venir aussi le prendre, & qu'il fut bien étonné de se voir
enlever par d'autres gens.

Que de douleurs pour moi pendant la nuit! Tourmeil presque mourant pour
nos intérêts, se présentoit sans cesse à mon esprit: je me repentois
de l'avoir engagé à sortir avec mon frère. Il lui a sauvé la vie,
disois-je en moi-même, mais il a sacrifié la sienne, & c'est moi qui
en suis la cause. Ces réflexions, suivies de beaucoup d'autres, me
mettoient dans une agitation qui ne se conçoit pas.

Enfin le jour parut; je passai chez mon frère; on me dit qu'il
reposoit: il ne garda presque pas le lit, & en fut quitte pour porter
quelque temps son bras en écharpe. J'envoyai savoir des nouvelles de
Tourmeil, & j'appris qu'il avoit un peu de fièvre. Je n'osois presque
m'informer de l'état où il étoit, j'appréhendois toujours qu'on ne
m'en dît quelque chose de funeste, & cette appréhension ne cessa que
huit jours après sa blessure: la fièvre le quitta, les chirurgiens
assurèrent qu'il étoit hors de danger, & rendirent une espèce de
tranquillité à mon esprit.

Quoique mon père donnât incessamment des soins à la guérison de
Tourmeil & du chevalier, il ne manqua pas de faire informer. On n'eut
que trop de preuves pour convaincre le provincial; on le poursuivit
criminellement; il n'osa plus rester dans la ville: un de ses parens
le fit porter, tout blessé qu'il étoit, à sa maison de campagne, où il
demeura caché pendant qu'on instruisoit le procès.

J'étois dans une situation assez douce; Tourmeil se portoit mieux,
je le voyois presque tous les jours, mes frères me menoient dans sa
chambre, & m'obligeoient quelquefois d'y rester. L'un & l'autre étoient
sensiblement touchés du service qu'il nous avoit rendu, & n'épargnoient
rien pour lui en témoigner une reconnoissance parfaite. Ils me
disoient que mon père ne me pouvoit choisir un époux plus aimable &
de meilleure maison que Tourmeil: ils lui promirent même qu'ils en
parleroient ensemble à mon père dès que sa santé seroit rétablie.
C'étoit ce qu'il souhaitoit le plus ardemment, & l'éspérance qu'il
avoit de m'épouser ne contribua pas peu à sa guérison.

Il me semble, mesdemoiselles, dit madame de Briance en s'interrompant
d'elle-même, qu'il est trop tard pour continuer à vous apprendre mes
aventures, je vous promets d'en achever demain le récit, si ce que je
viens de vous conter vous donne de la curiosité de savoir le reste.

Kernosy & Saint-Urbain témoignèrent à la Marquise combien elles
s'intéressoient à tout ce qu'elle venoit de leur dire, & qu'elles
auroient beaucoup de joie d'en apprendre la suite. Après s'être
entretenues quelque temps sur ce qu'elles venoient d'entendre, elles
prirent congé de la marquise, & se retirèrent dans leur apartement.

L'histoire que la marquise venoit de conter, renouvela le souvenir
d'une passion qui avoit pris de profondes racines dans son cœœur; le
temps n'avoit point effacé l'image de Tourmeil que l'amour y avoit
fortement imprimée; les efforts qu'elle fit pendant une partie de
la nuit pour dissiper ce triste souvenir, furent inutiles, enfin le
sommeil suspendit ses peines.

Le lendemain il fit un aussi beau temps qu'il en peut faire en hiver;
le soleil, depuis quelques jours, dissipoit une partie du froid de
cette rude saison. MM. de Livry & le baron de Tadillac allèrent chasser
le matin, & se rendirent au château à l'heure de dîner, avec quantité
de gibier. La beauté du jour fit naître aux dames l'envie d'aller se
promener dans un bois qui environnoit le jardin. Le baron de Tadillac
voulut leur donner le divertissement de la chasse, MM. de Livry eurent
la même complaisance, & ils prièrent madame la vicomtesse d'envoyer
querir au château deux chiennes courantes qui leur avoient servi le
matin.

Ce fut un plaisir singulier pour les dames, de voir ces messieurs, qui
tiroient tous trois à merveille, ne manquer pas un coup. La vicomtesse
admiroit l'adresse du baron, & lui donnoit sans cesse des louanges.
Saint-Urbain, toujours attentive à persécuter Fatville, lui demanda
pourquoi il ne tiroit pas; elle lui persuada qu'il avoit l'air adroit
à cet exercice. Le conseiller, enorgueilli de cet éloge, prit le fusil
d'un garde-chasse, & se mit en devoir de tirer; mais il s'y prit
si mal, que son coup, passant loin du gibier à qui il en vouloit,
alla blesser une belle vache noire qui se promenoit tranquillement à
quelques pas de là.

La vicomtesse entra dans une furieuse colère contre Fatville; la vache
noire étoit sa favorite, elle prenoit de son lait, & l'avoit nommée
Isis, pour mieux marquer son mérite. Cet accident le déconcerta; &
fâché à son tour de quelques paroles piquantes qu'elle lui avoit dites,
il commença à se dégoûter du commerce de la noblesse pour lequel il
avoit eu jusques alors beaucoup d'inclination, & s'en alla de colère
au château. La compagnie le suivit, & l'on y trouva, en rentrant, tout
prêt pour la représentation de Penelope & du Florentin. Cette petite
pièce répandit tant de joie dans les cœœurs, que personne ne voulut se
remettre au jeu après soupé, suivant la coutume des jours précédens. On
chercha quelque amusement qui demandât moins d'application, & l'on ne
fut pas long-temps à le trouver. Le baron proposa de faire une espèce
de loterie, avec promesse que chacun exécuteroit ce qui seroit porté
au billet qui lui seroit échu; il en fit sept, les plia, & la marquise
de Briance les tira. Le premier fut pour la vicomtesse, il portoit:
_Vous direz un secret à quelqu'un de la compagnie._ Mon secret est
tout prêt, dit-elle en regardant le baron avec un air de finesse Le
second billet fut pour mademoiselle de Kernosy; elle y trouva: _Vous
direz un madrigal._ J'en serai quitte à bon marché, dit-elle; il ne
s'agira que d'avoir un peu de mémoire. La marquise donna le troisième
à Saint-Urbain; il y avoit: _Vous conterez une histoire._ Quel billet!
dit Saint-Urbain; en vérité, madame, vous vous seriez bien passée de
me le donner; j'aurois mieux aimé tout autre que celui-là. Nous ne
sommes jamais contens de ce qui nous arrive, répondit la marquise;
mais voyons le billet du baron: _Vous donnerez une fête aux dames dans
trois jours._ Après l'avoir lu, il s'écria, comme un homme effrayé:
Oh! que j'ai peur de mal obéir! La marquise donna ensuite un billet
au comte de Livri; il y trouva: _Vous critiquerez l'histoire qu'on va
conter._ Me voilà inspecteur de mademoiselle de Saint-Urbain, dit le
comte; je l'avertis que j'en userai très-rigoureusement avec elle. Le
chevalier ouvrit son billet, c'étoit: _Vous remplirez des bouts-rimés._
La comtesse de Salgue trouva dans le sien: _Vous écouterez les autres._
Tant mieux, dit-elle, me voilà bien contente d'être l'assemblée. La
baronne de Sugarde lut ensuite ce qui lui étoit échu; il y avoit: _Vous
donnerez des bouts rimés._ Voyons, dit la marquise, ce que la fortune
me garde; elle ouvrit son billet, & lut: _Vous direz une chanson._
Cela ne sera pas difficile, dit-elle; mais voici encore le billet de
Fatville; tenez, monsieur, lui dit-elle en le lui présentant, tirez
quel sera votre sort. Il y trouva: _Vous irez savoir des nouvelles
d'Isis._ On rit de cette folie, qui renouveloit le souvenir de son
adresse à la chasse; il se douta bien que ce billet avoit été fait
exprès. En effet, la marquise l'avoit mis à part, de concert avec le
baron, & avoit tiré les autres au hasard.

Allons, dit le baron en s'asseyant, qu'on exécute tout ce que les
billets portent; c'est à moi d'ordonner, parce que je conduis le
jeu. Madame la vicomtesse aura la bonté de commencer: elle se leva
gravement, & lui dit en secret avec un air mystérieux, qu'elle le
trouvoit digne de son estime. Le baron lui répondit peu de chose, afin
de paroître un fidèle dépositaire du secret qu'on venoit de lui confier.

Mademoiselle de Kernosy eut l'applaudissement de toute la compagnie sur
son madrigal, qu'elle récita de mémoire, & mademoiselle de Saint-Urbain
remit à conter son histoire après le souper, suivant l'ordre que le
baron lui prescrivit dans le moment qu'elle alloit en commencer le
récit, afin, lui dit-il, que la compagnie ait un amusement agréable
toute la soirée, & que M. le comte ait plus de loisir pour la
critiquer. C'étoit ensuite le rang du baron pour s'acquiter de ce que
son billet ordonnoit. Il fixa le jour de la fête qu'il devoit donner,
prenant un temps raisonnable, afin d'y mieux réussir, & continua
à donner les ordres. Allons, M. le chevalier; il est présentement
question de vos bouts-rimés. Je ne puis les remplir, dit le chevalier,
madame la baronne ne me les a pas donnés; vous savez que son billet le
commande. Elle pria qu'on l'aidât à les faire. Le chevalier prit la
plume, chacun y mit son mot, & voici les bouts-rimés tels qu'on les lui
donna.

  _ambroisie._
  _tourbillon._
  _carillon._
  _fantaisie._

  _frénésie._
  _vermillon._
  _papillon._
  _Asie._

  _cordon._
  _abandon._
  _lumière._

  _destin._
  _première._
  _lutin._

Cela n'est pas trop facile à remplir, dit le chevalier en les relisant.
Mademoiselle de Saint-Urbain se seroit bien passée d'y placer le
lutin; je vois bien qu'il est destiné à tourmenter même les poëtes de
ce château. On badina sur cette pensée. Madame de Salgue ne la releva
point, mais elle dit à la compagnie: _Pour moi, je remplis mon devoir
en écoutant les autres._ Madame de Briance ne laissa pas tomber la
pensée du lutin; elle s'étendit sur la malignité de cet esprit, & sur
la fermeté de M. de Fatville, qui en avoit bravé plusieurs avec une
intrépidité incroyable, sans qu'il lui en fût arrivé aucun accident:
elle chanta un moment après ces paroles sur un air nouveau, pour
s'acquitter du devoir qui lui étoit prescrit.

    _Importune raison, n'agitez plus mon cœœur,
    Des craintes, des soupçons dont vous êtes suivie.
    Mon berger me promet une éternelle ardeur;
    Laissez-moi me livrer à cet espoir flatteur,
        Il fait le bonheur de ma vie._

Cette chanson plut infiniment: on la répéta tant de fois, que toute la
compagnie en savoit l'air aussi bien que les paroles. M. de Fatville
seul ne chantoit point; il ne savoit pas la musique. Le baron lui
demanda des nouvelles d'Isis. Si nous étions à Rennes, répondit-il, je
n'en aurois que de bonnes à vous apprendre; je l'aurois fait panser par
le meilleur chirurgien, & madame la vicomtesse ne seroit plus fâchée.
Tout le monde lui fut bon gré de cette plaisanterie. Le chevalier de
Livry dit qu'il avoit rempli les bouts-rimés; la curiosité attira
aussi-tôt la compagnie pour les entendre, & il lut ce qui suit:


SONNET.

    _Le plus charmant de ceux qui vivent d'    ambroisie,
    Sur vous porte à mon cœœur de feux un     tourbillon
    De rivaux, de jaloux, l'importun            carillon,
    Sans cesse, en vous aimant, troublent ma   fantaisie._

    _Je sens qu'auprès de vous, ma douce        frénésie
    Me fait craindre, pâlir, me met du         vermillon;
    J'éprouve par vos yeux le sort du           papillon,
    Ils auroient pu dompter le vainqueur de       l'Asie._

    _La parque, de mes jours va couper le         cordon,
    J'en laisse avec plaisir la trame à l'       abandon:
    Sans vous, l'amour me fait mépriser la       lumière._

    _Ce dieu vous attendoit pour fixer mon        destin;
    Je badinois ailleurs; vous êtes la          première
    Qui m'ayez fait sentir ce que peut ce          lutin._

Ce sonnet ne laissa pas d'être bien reçu, quoiqu'il fût venu impromptu,
& qu'il eût été composé de même. A la campagne, on ne se mêle que de
critiquer l'histoire de mademoiselle de Saint-Urbain, dit le comte,
encore faut-il que l'ordonnance d'un billet de loterie y soit formelle.
Le rang de Saint-Urbain étant venu pour conter, elle dit, que n'ayant
voulu surprendre personne par des aventures fabuleuses, on seroit plus
content d'entendre une histoire tirée d'Athénée, auteur grec, dont il y
a une traduction françoise. Incontinent après cette espèce de prologue,
elle commença son récit.



HISTOIRE _DE ZARIADE_.


Histaspe, qui commandoit dans la Médie, eut deux fils, que les peuples
appelèrent les enfans de Venus & d'Adonis, parce qu'ils avoient l'air
divin, qu'ils étoient parfaitement bien faits, & que leur beauté
attiroit les yeux de tout le monde.

L'aîné, qu'on nommoit Zariade, alla donner des lois, dans sa première
jeunesse, à tout le pays qui s'étend depuis la mer caspienne jusqu'aux
bords du Tanaïs. Ce prince s'étant un jour fatigué à la chasse,
se coucha sous une touffe d'arbres, près d'une fontaine, dont le
murmure agréable le jeta dans un profond sommeil, & lui procura un
repos tranquille en apparence, mais qui porta bien des troubles dans
son cœœur. Il vit en songe une jeune personne magnifiquement vêtue,
couchée sur un lit de gazon au milieu d'un jardin délicieux; elle
tenoit dans ses mains un petit portrait, que le dieu couronné de pavots
venoit de lui présenter. Qu'il est beau! s'écria-t-elle en regardant ce
portrait avec attention (c'étoit celui de Zariade); il crut l'entendre
parler, & le son de voix de cette jeune personne, qui charmoit par
l'éclat de sa beauté, fit une telle impression sur son esprit, que rien
ne put jamais effacer l'idée qu'il en avoit conçue. Quelle divinité,
dit-il en s'éveillant, l'amour vient-il de me faire voir! Seroit-il
possible que ce ne fût qu'une vaine idée? Non, sans doute, ce dieu l'a
formée pour triompher de tous les cœœurs. Zariade n'étoit plus occupé
que de ce songe, son cœœur en étoit pénétré; & il se désespéroit
de ne pouvoir apprendre si cette merveilleuse beauté n'étoit qu'une
belle idée, dont l'univers n'avait point d'original. Il savoit
peindre mieux qu'homme de son temps, & ne pouvant plus vivre éloigné
de cet objet divin, il fit le portrait de cette aimable personne,
dont l'amour avoit si fortement gravé les traits dans sa mémoire; il
le mit dans son cabinet, & ceux qu'il y introduisoit l'admiroient
comme un chef-d'œœuvre de la nature & de l'art. Ce prince, croyant
diminuer ses inquiétudes, apprit son aventure à ses confidens, & aux
grands de sa cour qu'il chérissoit le plus; ils plaignirent son amour,
mais c'étoit un foible remède. Un prince étranger étant arrivé à la
cour, demanda la permission de lui faire la révérence. Zariade le
reçut dans son cabinet: après les complimens ordinaires en pareille
rencontre, le grand nombre de curiosités inestimables qui se trouvoient
rassemblées dans ce beau lieu, fut le sujet de la conversation. Le
prince étranger, surpris de voir le portrait que Zariade avoit mis au
milieu de plusieurs tableaux des plus fameux peintres de l'antiquité,
s'arrêta long-temps à le considérer; & dans l'étonnement où cette
excellente pièce l'avoit mis, il lui échappa de dire: on n'a jamais vu
une ressemblance si parfaite. Ces paroles fixèrent d'abord l'attention
de Zariade; l'amour, la joie, & la curiosité l'agitèrent à la fois;
mais s'étant un peu remis de ce premier transport, qui lui causoit un
plaisir si peu espéré, il demanda quel climat fortuné avoit vu naître
cette divine personne.

Elle se nomme Otadis, répondit le Prince étranger; je l'ai vue mille
fois à la cour de son père Omarte; il règne sur les provinces qui sont
au delà du Tanaïs. Quoi! s'écria Zariade, c'est la princesse Otadis
dont j'ai ouï parler comme de la plus belle personne de l'Asie! mon
destin est trop heureux. L'étranger qui annonçait une si agréable
nouvelle, fut comblé d'honneurs & de présens. On lui fit confidence du
songe, & de la passion qu'il avoit fait naître pour la belle Otadis.
Cet étranger accepta la proposition qu'on lui fit d'accompagner les
ambassadeurs que Zariade vouloit envoyer à la cour d'Omarte, & partit
en diligence avec eux, afin de se rendre au plutôt à cette cour, où
étant arrivés ils demandèrent la belle Otadis en mariage pour leur
prince.

Omane savoit quelle étoit la puissance de Zariade, il avoir entendu
parler de ses vertus & de ses grâces; mais il ne vouloit pas éloigner
de lui la princesse sa fille: elle étoit héritière de ses états, &
n'ayant point d'enfant mâle, son intention étoit qu'elle prît pour
époux un prince de son sang.

Otadis n'avoit pu se résoudre à faire un choix si contraire au
sentiment qu'elle renfermoit dans son cœœur; l'amour l'avoir blessée
du même trait dont il avoir enflammé le beau Zariade: le dieu des
songes lui avoit représenté le jeune prince avec des charmes qui
séduisoient les cœœurs; & la princesse, fidèle à cette belle idée,
méprisoit tous ceux qui se présentoient pour époux. Rien n'étoit
comparable à cet objet dont son imagination étoit remplie, elle ne
pouvoit en aimer d'autres: ce n'étoit point un ouvrage de la nature,
les dieux l'avoient formé.

Cependant le prince étranger que Zariade avoit chargé de voir Otadis de
sa part, fit demander une audience qu'on lui accorda. En se prosternant
devant cette princesse, il dit que Zariade, fils d'Histaspe, souverain
de la Médie, & le plus beau de tous les hommes, l'assuroit de ses
profonds respects; qu'il l'envoyoit pour lui apprendre le désir ardent
qu'il avoit de la posséder, depuis que les dieux lui avoient fait voir
en songe sa beauté surnaturelle, seule capable de le rendre heureux.
La conformité de leur destinée commença d'intéresser Otadis pour
Zariade: mais quel fut son étonnement, quand l'étranger, lui présentant
le portrait du prince, lui fit connoître que c'étoit le même que
l'amour & le sommeil lui avoit présenté, & dont ils lui représentoient
l'idée continuellement. Quelle fut alors sa douleur; de ce que son
père vouloit renvoyer les ambassadeurs sans leur accorder la demande
qu'ils avoient faite. Sa passion l'obligea à en faire confidence à ce
généreux étranger, qui lui parut si zélé pour Zariade. Peu de temps
après, les ambassadeurs eurent leur audience de congé; il retourna avec
eux, portant à leur maître la triste nouvelle du refus d'Omarte; mais
il calma la colère où le prince alloit s'emporter, par le récit fidèle
qu'il lui fit en particulier de tout ce que la belle Otadis avoir dit
en sa faveur, & des véritables sentimens de son cœœur, dont elle lui
avoit révélé le secret.

Zariade, transporté d'amour, leva des troupes, & les conduisit en
diligence sur les bords du Tanaïs, dans l'espérance de forcer Omarte,
par sa valeur, à lui accorder la princesse sa fille, ou de s'en rendre
le maître à quelque prix que ce fût. Il fit construire plusieurs ponts
de bateaux sur le fleuve, afin que son armée passât plus facilement,
& renvoya cependant l'étranger à la cour d'Omarte, où il devoit voir
secrètement Otadis, & l'instruire de tout ce qui se préparoit pour le
succès de cette entreprise.

Ce prince infatigable alloit sans cesse sur les bords du Tanaïs
encourager les travailleurs. Etant un jour appliqué à maintenir le bon
ordre parmi eux, afin de prévenir l'embarras qui auroit pu empêcher que
leurs ouvrages ne fussent promptement achevés, il vit arriver dans un
petit bateau un homme de bonne mine; c'étoit le prince étranger son
favori: Hé bien, lui dit-il en l'embrassant, la divine Otadis a-t-elle
aprouvé le dessein que mon amour a formé pour elle? Oui, seigneur,
répondit l'étranger, l'adorable Otadis seroit à vous si son cœœur
régloit sa destinée; mais il n'est plus temps de vous cacher que l'on
doit célébrer son hymenée dans trois jours, & vous feriez inutilement
après la conquête de toute l'Asie. Omarte est absolu, Otadis n'osera
résister à ses ordres: après un superbe festin, elle recevra une coupe
d'or de la main de son père, c'est la coutume en ce pays, & elle la
présentera à l'heureux mortel dont on aura fait choix pour être son
époux. Allons donc la recevoir tout à l'heure cette coupe précieuse,
s'écria le beau Zariade tout transporté d'amour & de colère: allons
troubler ce cruel hyménée, ou mourir aux pieds d'Otadis. Dès lors, ne
consultant plus que son désespoir, abandonnant tout à coup son armée,
il partit secrètement, suivi seulement du prince étranger & d'un petit
nombre des siens: après avoir traversé le Tanaïs sur un des ponts qui
venoit d'être achevé, il se jeta dans un petit char attelé de huit
chevaux d'une vitesse si prodigieuse, qu'en trois jours il arriva
à la cour d'Omarte, où il prit un habit semblable à ceux que l'on
porte dans ce pays, crainte qu'on ne le remarquât. Etant entré dans le
palais, il pénétra dans la salle du festin, où il vit Otadis qui tenoit
déjà la coupe d'or qu'Omarte venoit de lui donner. Le chagrin d'être
si près du moment qui alloit décider de sa destinée, lui fit répandre
quelques larmes qui augmentèrent encore sa beauté; elle sortit de la
salle du festin, accompagnée seulement de ses femmes, pour aller, selon
sa coutume, faire sa prière dans la chambre prochaine.

Zariade la suivit, entra adroitement dans cette chambre, & s'approchant
de la princesse: Me voici, dit-il, prêt à vous délivrer de la tyrannie.
Otadis l'auroit pris pour un dieu accouru à son secours, si elle eût
pu le méconnoître; mais ses traits étoient trop bien gravés dans son
cœœur; elle lui présenta la coupe d'or qui décidoit le choix de
son époux, & consentant qu'il l'enlevât, ils se sauvèrent tous deux
par un degré où peu de personnes les pouvoient rencontrer, & de là,
traversant les jardins du palais, ils gagnèrent la porte où le char du
fortuné Zariade les attendoit avec l'escorte & l'étranger son favori.
Dès qu'ils y furent montés, ils firent une diligence si prodigieuse,
qu'ils étoient sur les bords du Tanaïs avant qu'Omarte, affligé de
l'enlèvement de la princesse sa fille, eût pu apprendre quel étoit
celui qui avoit entrepris une action si téméraire.

On passa ce fleuve sur le pont de bateaux dont nous avons parlé.
Zariade, sans perdre de temps, mena la princesse dans son camp, où leur
hyménée fut célébré avec toute la magnificence imaginable. Cette union
remplit de joie toute l'armée. Otadis fit de grandes largesses; Zariade
se trouva au comble du bonheur, par la possession d'une princesse
aussi vertueuse qu'elle étoit belle. Les deux époux envoyèrent des
ambassadeurs vers Omarte, pour lui demander pardon, & pour le prier de
donner son consentement à cette union. Il savoit combien Zariade étoit
digne de la princesse, ainsi il signa la paix, ce qui mit le comble à
la félicité des deux jeunes époux.

       *       *       *       *       *

Ce fut ainsi que mademoiselle de Saint-Urbain finit son histoire. Le
comte de Livry, loin de la critiquer, comme son billet l'ordonnoit, en
fit l'éloge. La marquise de Briance & le chevalier de Livry dirent que
cette histoire étoit extrêmement embellie par les ornemens qu'on y y
avoit ajoutés très à propos; qu'un ancien auteur qu'ils avoient lu, la
rapportoit trop succinctement; qu'il étoit plus agréable d'animer le
récit d'une histoire peu vraisemblable par quelques embellissemens, que
de la rapporter simplement avec exactitude, & la rendre languissante
par trop de fidélité. Madame la vicomtesse raffina selon sa coutume, en
blâmant Otadis de ce qu'elle s'étoit laissée enlever par son amant, &
l'avoit épousé sans le consentement de son père. Saint-Urbain répondit
qu'il n'étoit pas permis de changer les faits, & que dans ce temps-là
on pardonnoit tout à l'amour; mais qu'à présent on étoit plus sage.
Vous en ferez ce que vous voudrez, dit la vicomtesse, si vous y aviez
mêlé de la féerie, vous m'auriez amusé davantage; car je vous avoue que
ces sortes de fictions me plaisent beaucoup. Si j'avois su votre goût,
madame, reprit Saint-Urbain, je vous aurois servie à votre gré. Il
n'est pas assez tard, dit le comte de Livry, pour ne pas donner cette
satisfaction à madame la vicomtesse; & si elle me le permet, je vais
tout à l'heure lui dire un conte de fée. La vicomtesse parut ravie;
toutes les dames marquèrent le même empressement, & Fatville demanda si
c'étoit une histoire vraie, sinon qu'il s'iroit coucher: on l'assura
qu'il pouvoit en toute sûreté s'aller mettre au lit.

Dès qu'il fut parti, madame la vicomtesse fit faire silence, & le comte
de Livry commença ainsi.



PEAU D'OURS,

CONTE.


Il y avoit une fois un roi & une reine qui n'avoient qu'une fille, la
seule qu'ils eussent pu conserver de plusieurs enfans qu'ils avoient
eus. La princesse les dédommageoit, par sa beauté & par les charmes
de sa personne, de la perte douloureuse de tant de jeunes princes. On
l'appeloit Noble-Epine. Les soins infinis qu'on prit de son éducation
réussirent à merveille, & elle étoit à douze ans aussi savante que ses
maîtres. Son esprit & sa rare beauté la firent rechercher par tout ce
qu'il y avoit alors de rois ou de princes à marier.

Le roi & la reine, qui l'adoroient, craignoient de la perdre, & ne
se pressoient pas de l'accorder aux vœœux empressés des princes
ses amans. Noble-Epine, contente de son sort, redoutoit elle-même
un mariage qui l'éloigneroit du roi & de la reine, qu'elle aimoit
tendrement.

Le bruit de la beauté de Noble-Epine fut porté jusqu'à la cour d'un roi
des Ogres, qui se nommoit Rhinocéros. Ce prince, puissant en terres
& en richesses, ne douta pas qu'on ne lui donnât la princesse, dès
qu'il l'auroit demandée, & dépêcha des ambassadeurs vers le roi, père
de Noble-Epine. Ils arrivèrent à cette cour, & demandèrent audience,
sous prétexte de renouveler un ancien traité d'alliance qui avoit été
autrefois entre les deux couronnes. On se divertit d'abord de voir des
gens si extraordinaires; la jeune princesse en rioit elle-même à gorge
déployée. Le roi ordonna cependant qu'on les reçût avec beaucoup de
magnificence.

Le jour de l'audience, toute la cour s'efforça de paroître superbe;
mais la joie se changea bientôt en tristesse, quand on sut que le roi
Rhinocéros demandoit la princesse Noble-Epine.

Le roi, qui écoutoit attentivement l'ambassadeur, resta si surpris à la
proposition, qu'il demeura muet. L'ambassadeur, craignant un refus, se
hâta de reprendre la parole, en assurant le roi que s'il n'accordoit
pas sa fille à Rhinocéros, il viendroit lui-même à la tête de cent
millions d'ogres ravager le royaume, & manger toute la famille royale.

Le roi, qui connoissoit la façon d'agir des ogres, ne doutant pas que
l'effet ne suivît bientôt la menace de l'ambassadeur, demanda quelques
jours pour préparer sa fille à recevoir l'honneur que lui faisoit
Rhinocéros, & rompit brusquement l'audience.

Ce bon père, mortellement affligé de n'oser refuser sa fille, se retira
dans son cabinet, & la fit appeler. La princesse y vola, & quand elle
eut appris le triste sort auquel elle étoit destinée, elle poussa des
cris douloureux, & se jetant aux pieds du roi son père, elle le conjura
d'ordonner sa mort, plutôt qu'un pareil hyménée.

Le roi la prit dans ses bras, pleura avec elle, & lui dit la menace
qu'avoit faite l'ambassadeur. Vous mourrez, ma fille, ajouta-t-il, nous
mourrons tous, & vous aurez l'horreur de nous voir dévorer par le cruel
Rhinocéros.

La princesse, aussi effrayée de cette image que de son affreux mariage,
consentit à donner sa main, & voulut bien se sacrifier pour sauver le
roi, la reine, & tout le royaume; elle alla même en assurer la reine sa
mère, qui étoit dans un état déplorable. Noble-Epine, résolue à tout
pour des personnes si chères, consola sa mère par tout ce qu'elle put
imaginer de plus vraisemblable; & avec une constance qui la rendoit
encore plus admirable, elle vit les apprêts de son mariage, & marcha
à l'autel, où l'ambassadeur l'attendoit, avec une modestie qui arracha
des cris & des sanglots de tout le monde.

Elle partit avec la même fermeté, & ne mena avec elle qu'une jeune
personne qu'elle aimoit fort, & qui lui étoit très attachée; elle se
nommoit Coriande.

Comme il y avoit bien des lieues de ce royaume à celui des ogres,
la princesse eut le temps d'ouvrir son cœœur à Coriande, & de lui
laisser voir l'excès de sa douleur. Coriande, attendrie par les
malheurs de la princesse, partageoit ses peines, ne pouvant lui donner
d'autre consolation, & lui juroit qu'elle ne l'abandonneroit jamais.
Noble-Epine, sensible à la tendre & rare amitié que cette fille lui
marquoit, sentoit moins sa peine depuis qu'elle étoit comme partagée.

Coriande n'avoit osé dire à la princesse qu'elle étoit allée trouver
la fée Azerole, marraine de la princesse Noble-Epine, pour lui conter
l'affreuse destinée qui l'attendoit, & qu'elle avoit trouvé la fée fort
en colère de ce qu'on ne l'avoit point consultée sur cette affaire; que
même elle avoit dit à Coriande qu'elle ne se mêleroit jamais de celles
de Noble-Epine.

Coriande ne trouva pas à propos d'augmenter le chagrin de sa maîtresse
par ce récit; mais elle en étoit occupée, & déploroit en secret le
sort de la princesse, ainsi abandonnée de sa marraine. La longueur &
la fatigue du chemin ne diminuèrent rien de la beauté de Noble-Epine:
l'ogre, en la voyant, en fut si surpris, qu'il poussa un cri qui fit
trembler l'isle où il avoit établi son séjour.

La princesse s'évanouit de frayeur dans les bras de Coriande, &
Rhinocéros, qui étoit ce jour-là sous la forme de l'animal dont il
portoit le nom, la mit sur son dos avec Coriande, & courut dans son
palais, où il les enferma toutes deux.

Alors il reprit sa figure naturelle, qui n'étoit guère moins affreuse,
& secourut Noble-Epine avec empressement. Quand la princesse ouvrit
les yeux, & qu'elle se vit entre les bras velus de ce monstre, elle ne
put être maîtresse de retenir ses cris & ses larmes. L'ogre, qui ne
pensoit pas qu'on pût le trouver désagréable, demanda à Coriande ce
qu'elle avoit, & si on pensoit qu'une pareille criarde lui fît plaisir.
Coriande, effrayée de la colère de l'ogre, répondit que ce n'étoit
rien, & que la princesse étoit sujette aux vapeurs.

Noble-Epine avoit fermé les yeux, pour s'épargner l'horreur de voir son
hideux époux; & l'ogre, qui la crut encore évanouie, sentit quelque
mouvement d'humanité; il sortit, & ordonna à Coriande de la secourir:
Coriande l'assura qu'il me lui falloit que du repos.

L'ogre laissa la princesse, & alla à la chasse aux ours (c'étoit son
divertissement favori); il comptoit en prendre deux ou trois pour le
souper de Noble-Epine.

Dès qu'il fut parti, la princesse se jeta en pleurant au cou de
Coriande, en lui demandant secours. Cette pauvre fille, attendrie par
la douleur de sa maîtresse, chercha dans sa tête, & voyant plusieurs
peaux d'ours que l'ogre amassoit pour s'habiller l'hiver, car il étoit
fort avare, elle conseilla à la princesse de se cacher dans une de
celles-là. Noble-Epine y consentit, après que Coriande l'eut rassurée
sur la peine qu'elle se faisoit de la laisser seule exposée à la fureur
de l'ogre.

Coriande choisit donc la plus belle de ces peaux, & se mit en devoir
de coudre la princesse dedans; mais, ô merveille! à peine cette peau
eut-elle touché Noble-Epine, qu'elle s'appliqua d'elle-même sur la
princesse, & qu'elle parut la plus belle ourse du monde.

Coriande attribua ce secours inespéré à la fée Azerole; elle le dit
à la princesse, qui en convint elle-même, car elle avoit, dans sa
métamorphose, conservé l'usage de la parole, & tout son esprit.

Coriande ouvrit les portes, & laissa sortir la belle ourse, qui en
avoit impatience, & Coriande ne douta pas que la fée ne la guidât,
comme elle avoit conduit la métamorphose.

Si-tôt qu'elle ne vit plus sa chère maîtresse, elle s'abandonna aux
regrets; mais au bout d'une heure, elle entendit l'ogre revenir, &
feignit de dormir profondément.

Où est cette Noble-Epine? cria Rhinocéros d'une voix de tonnerre.
Coriande fit comme si elle s'éveilloit, & se frottant les yeux, fit
comme si elle ne savoit où étoit allée la princesse.

Comment, dit l'ogre, elle seroit sortie? cela est impossible, car
j'ai la clef de ma porte. Oui, oui, dit Coriande, feignant de croire
que l'ogre s'en était défait, c'est vous qui l'avez mangée, & vous
en ferez bien puni; c'est la fille d'un grand roi; c'étoit la plus
belle personne du monde; elle n'étoit pas faite pour épouser un ogre:
vous verrez ce qui vous en arrivera. L'ogre, fort étourdi de cette
accusation, & des cris dont Coriande accompagnoit ses reproches, jura
qu'il n'avoit point mangé la princesse, & se mit dans une telle
colère, que la feinte douleur de Coriande se changea en une peur très
réelle; car l'ogre la menaça de la manger elle-même, si elle ne se
taisoit. Elle se tut effectivement, & feignit de chercher la princesse,
ce qui appaisa un peu la fureur de Rhinocéros. Il chercha même avec
elle pendant huit jours; mais Azerole y avoit mis bon ordre. Elle avoit
guidé invisiblement la belle ourse, & cette malheureuse princesse
trouva sur le rivage une barque abandonnée, dans laquelle elle entra.
Mais on juge bien que, sans le secours de la fée, elle auroit péri
mille fois; car la princesse étant montée dans la barque, elle la
sentit s'éloigner du rivage.

Effrayée, malgré ses malheurs, du danger présent, & n'y voyant point de
remède, elle se coucha, & s'endormit. A son réveil, elle se trouva au
bord d'une prairie si douce & si bien émaillée de fleurs, que la vue
en étoit réjouie. L'ourse, qui sentit la barque s'arrêter, sauta dans
la prairie, remercia les dieux & les fées de l'avoir amenée dans un si
beau pays sans aucun accident.

Son premier soin, après ce devoir rempli, fut de chercher de quoi
vivre, car elle avoit grand appétit. Elle s'avança dans la prairie, &
entra dans une belle forêt, dans laquelle étoit un rocher creux taillé
en forme de caverne, & tout auprès une jolie fontaine qui couloit
jusques dans la prairie, & de grands chênes chargés de glands. L'ourse,
qui n'étoit pas encore accoutumée à cette nourriture, la méprisa
d'abord; mais la faim devenant plus pressante, elle essaya d'en manger,
elle les trouva fort bons; puis s'étant désaltérée à la fontaine,
elle résolut de se retirer le jour dans la caverne, pour éviter les
mauvaises rencontres, & de ne sortir que la nuit. Une autre raison
encore l'y détermina: en buvant à la fontaine, elle s'étoit mirée dans
son cristal. Son horrible figure d'ourse l'avoit effrayée, peu s'en
falloit qu'elle ne regrettât la sienne, quoiqu'elle l'eût obligée à
devenir compagne de Rhinocéros. Cette réflexion la consola cependant, &
lui fit envisager sa situation & sa laideur avec plus de tranquillité.
Comme elle avoit beaucoup d'esprit et de raison, elle comprit que la
laideur n'est pas un malheur si grand, quand la beauté ne peut causer
que des peines. L'ourse moralisoit ainsi dans sa caverne; elle y
puisoit la véritable sagesse, & commencoit à être contente de son sort.

Ce pays étoit gouverné par un jeune roi qui avoit encore sa mère; rien
n'étoit si beau, si charmant, & si rempli de belles qualités que ce
prince. Il étoit adoré de ses sujets, respecté de ses voisins, & fort
craint de ses ennemis: juste, clément, magnanime, modéré dans ses
victoires, grand dans l'adversité, il avoit toutes les vertus, on se
plaignoit seulement qu'il étoit indifférent pour les belles; mais il se
craignoit lui-même, parce qu'il se connoissoit une ame fort sensible,
& il avoit retenu de la reine sa mère qu'un roi doit savoir régner
sur lui-même avant de régner sur les autres. Sa figure, étoit aussi
parfaite que son ame, aussi toutes les femmes de sa cour brûloient du
désir de l'enflammer: il se nommoit Zélindor, & son pays le royaume de
la Félicité.

Si la belle ourse avoit su le nom de ce royaume, elle n'auroit pas été
étonnée de s'y trouver si contente dans son état; car c'étoit un des
privilèges de cette terre chérie que d'y être heureux.

Zélindor, jeune & galant, donnoit ou recevoit des fêtes tous les jours;
il alloit souvent à la chasse, parce que cette image de la guerre
plaisoit à son ame magnanime.

Il y avoit déjà trois mois que l'ourse habitoit ce pays, lorsque
Zélindor vint chasser dans sa forêt.

L'ourse, contre sa coutume, étoit sortie de sa caverne pendant le jour,
pour se promener au bord de la mer; elle revenoit lentement chez elle,
en respirant l'air parfumé des fleurs dont la prairie étoit émaillée,
lorsqu'elle aperçut devant elle toute la chasse: elle oublia le danger
qu'une ourse court en pareille occasion, & se rangea pour la voir
passer.

Tout ce qui accompagnoit le roi recula d'effroi à l'aspect de cette
terrible bête. Le brave & jeune roi fut le seul qui s'avança l'épée à
la main pour la percer. L'ourse, le voyant s'approcher, s'humilia à
ses pieds, & baissa la tête pour attendre le coup. Zélindor, touché de
cette action, frappa légèrement l'ourse du fer de son épée, sans lui
faire de mal; alors elle se leva, & vint en le flattant, par les mines
qu'elle crut les plus agréables, baiser la main du roi & la lêcher.
Le roi, plus surpris encore des caresses de cette bête, défendit à
ceux qui s'étoient rapprochés de tirer sur elle, & lui-même détacha
une belle écharpe qu'il avoit passée sur l'épaule, & qui ceignoit sa
ceinture, & en entoura le cou de l'ourse qui le laissa faire. Il la
conduisit ainsi lui-même jusques dans son palais, & ordonna qu'on la
mît dans un petit jardin à fleurs qui étoit au bout de son cabinet.
La belle ourse entendoit fort bien tout ce qu'on disoit, mais elle
ne pouvoit plus prononcer un mot, & cette découverte lui couta des
larmes. Dès qu'elle fut dans ce jardin, le jeune roi la vint voir, &
lui donna à manger de sa main. Son cœœur, qui n'avoit point changé
comme sa figure, fut ému quand elle considéra la beauté du jeune roi.
Quelle différence, dit-elle en elle-même, de l'affreux Rhinocéros à ce
beau prince! Mais, par un retour de cette même réflexion sur elle-même,
quelle horreur que ma figure! ajoutoit-elle tout de suite; que me
sert-il de le trouver si beau? L'ourse désespérée versoit encore plus
de larmes dans ce moment, qu'elle n'en avoit répandu en s'apercevant
qu'elle étoit muette.

Elle quitta ce que le roi lui avoit apporté, & fut se coucher sur
un beau gazon qui bordoit une magnifique pièce d'eau de ce jardin.
Zélindor, qui la vit triste, vint auprès d'elle, & lui dit des choses
fort touchantes. La pauvre ourse en senti redoubler son désespoir, &
tomba à la renverse presque morte. Le roi, touché de son état, prit de
l'eau dans sa main, en arrosa le museau de son ourse, & la secourut de
son mieux. L'ourse ouvrit les yeux, qu'elle avoit baigné de larmes, &
de ses deux pattes de devant prenant les mains du roi, elle les serra
respectueusement, & sembloit le remercier.

Mais vous êtes charmante, dit le jeune Zélindor: comment, ma bonne
oursine, vous semblez m'entendre? L'ourse fit un petit signe de tête
qu'oui. Le roi, transporté de joie de lui trouver de la raison,
l'embrassa; l'ourse s'en défendit modestement, & recula. Quoi! dit
le prince, tu fuis mes caresses, mon oursine! Ah! cela est plaisant:
eh! que veux-tu donc? Est-ce que tu ne m'aimes pas? L'ourse, à ces
paroles, pour cacher son trouble, se prosterna sur le gazon aux pieds
de Zélindor, & se relevant tout de suite, elle cueillit une branche
d'un des orangers qui ornoient le tour de la pièce d'eau, & la présenta
au roi.

Ce prince, plus charmé que jamais de son ourse, ordonna qu'on en eût
grand soin, lui donne une belle grotte de rocailles, entourée de
statues, & où il y avoit un lit de gazon pour s'y retirer la nuit. Il
la venoit voir à tout moment; il en parloit à tout le monde; il en
étoit fou.

L'ourse faisoit de tristes réflexions quand elle étoit seule: le beau
Zélindor l'avoit rendue sensible; mais quel moyen de lui plaire, sous
une hideuse figure! Elle ne dormoit ni ne mangeoit; elle passoit
les jours à griffoner sur les arbres du jardin les plus jolis vers
du monde: la jalousie s'étoit jointe à l'amour; elle étoit d'une
mélancolie mortelle, excepté lorsque le roi venoit la voir. Une autre
inquiétude lui vint; le roi peut-être étoit marié; elle l'étoit quasi à
Rhinocéros, qu'elle trouvoit encore plus horrible depuis qu'elle avoit
vu le charmant Zélindor.

Un soir, au clair de la lune, se retraçant tous ses malheurs au bord
de la pièce d'eau où elle venoit souvent, parce que le jeune roi
s'y promenoit toujours, elle versa tant de larmes, que l'eau en fut
troublée; une grosse carpe, qui ne dormoit pas, parut sur la surface:
Belle oursine, dit-elle à la princesse, ne vous affligez pas tant, la
fée Azerole vous protège, & vous rendra aussi heureuse que vous êtes
belle; puis sautant légèrement sur le gazon, la carpe parut une belle
dame, grande & majestueuse, habillée magnifiquement. L'ourse se jeta à
ses pieds. Prends courage, ma fille, dit la fée Azerole; j'ai éprouvé
ta patience assez long-temps, la récompense viendra. Tu n'es point
mariée à l'ogre Rhinocéros, & tu épouseras le beau Zélindor. Garde
encore quelque temps le secret, toutes les nuits tu quitteras ta peau
d'ours; mais il faut que tu la reprennes dès le matin. Alors la fée
disparut, & minuit étant sonné, la peau d'ours quitta la princesse.
Que de graces elle rendit dans son cœœur à sa bonne marraine! que de
plaisirs, que de joie elle sentit! Elle passa la nuit à cueillir des
fleurs; elle en fit des guirlandes & des couronnes qu'elle attacha à la
porte du cabinet de son amant.

[Illustration: Prens courage, ma fille.]

Le temps qu'on lui avoit prescrit sans le limiter, lui donnoit de
l'impatience; mais pour ne pas le prolonger encore par sa faute,
quoiqu'il lui en coutât, elle reprenoit à la pointe du jour sa peau
d'ours. Elle écrivoit des choses charmantes, tantôt sur sa jalousie,
tantôt sur sa tendresse; son cœœur lui fournissoit des pensées toutes
neuves, & des expressions qui ravissoient le roi; car il les lisoit.

Il avoit permis qu'on vînt voir l'ourse, ce grand monde lui déplaisoit.
Quand on a une grande passion, la solitude est seule agréable. Elle
l'écrivit au jeune roi; les vers qui exprimoient ce sentiment étoient
si tendres & si délicats, qu'il en fut charmé, & fit fermer son jardin;
personne n'y entroit que lui seul.

De son côté, le jeune prince, réfléchissant sur l'esprit qu'il trouvoit
à l'ourse, n'osoit s'avouer à lui-même qu'un penchant invincible
l'attiroit vers elle; il rejetoit cette pensée, & vouloit ne se trouver
capable que d'humanité & de compassion. Cependant il n'aimoit plus la
chasse; il ne s'amusoit nulle part, &, n'avoit de plaisir qu'à voir son
ourse. Il l'entretenoit de cent choses; elle griffonnoit sur le sable
ou sur des tablettes qu'il lui donnoit, des avis, des conseils, des
maximes remplis de sagesse.

Mais vous n'êtes point une ourse, lui disoit-il un jour; au nom des
dieux, dites-moi qui vous êtes: m'en refuserez-vous l'aveu encore
long-temps? Vous m'aimez, je n'en puis douter, mon bonheur même dépend
de le croire; mais sauvez ma gloire, en m'empêchant de répondre à
l'amour d'une ourse. Avouez-moi qui vous êtes, je vous en conjure, par
cet amour même que vous connoissez si bien. Ce moment étoit pressant,
l'ourse eut bien de la peine à résister; mais la crainte de perdre son
amant lui fit choisir plutôt de le fâcher; elle ne répondit que par des
sauts & des gambades, qui firent soupirer amèrement Zélindor. Il se
retira, le cœœur révolté contre lui-même de se trouver capable d'une
passion si ridicule.

Zélindor, au désespoir d'avoir pu imaginer que l'ourse étoit peut-être
une personne raisonnable, résolut de s'arracher à cette monstrueuse
passion; & recommandant qu'on eût grand soin de l'ourse, il résolut
de voyager: il voulut partir sans la voir, & prenant seulement avec
lui deux de ses favoris, monta à cheval, & s'éloigna de son palais. Il
étoit à peine dans la forêt où il avoit rencontré l'ourse, que, se
retraçant cette aventure, il ordonna à ses favoris de s'éloigner, & de
le laisser seul.

Ces jeunes courtisans lui étoient extrêmement attachés, &
s'affligeoient de voir, depuis quelque temps, son humeur si changée;
ils lui obéirent, & s'écartèrent un peu. Le jeune roi descendit de
cheval, & se couchant au pied d'un arbre, il déplora sa singulière
destinée, & tomba dans une profonde rêverie, dont il fut retiré par
l'arbre même contre lequel il étoit appuyé, qui trembla violemment,
& s'ouvrit pour en laisser sortir une dame d'une rare beauté, & si
brillante de pierreries, que le roi en fut ébloui.

Le prince se leva précipitamment, & fit une révérence profonde à la
fée (car il ne douta pas que ce n'en fût une). Laisse agir le temps,
Zélindor, lui dit-elle; crois-tu qu'un roi que nous protégeons puisse
jamais être malheureux? Retourne dans ton palais, cours sauver de son
désespoir celle que trop de délicatesse te fait abandonner. La fée
disparut après ces paroles: le roi, fortifié par un oracle dont son
cœœur ne voulut pas douter, remonta précipitamment à cheval, & rentra
dans son appartement au plus vite.

Il entra aussi-tôt dans le jardin, & n'y voyant point la belle ourse,
il courut la chercher dans sa grotte.

La malheureuse princesse avoit appris le départ du roi par ceux qui
avoient soin d'elle, qui s'en entretenoient entre eux. Elle ne l'avoit
point vu depuis trois jours; cette funeste nouvelle l'accabla, elle
tomba évanouie sur son lit de gazon, & ce fut dans cet état funeste que
le roi la trouva. Avec quel empressement ne s'approcha-t-il pas! Quelle
douleur de la voir presque morte! Elle étoit froide comme de la glace,
son cœœur n'avoit presque plus de mouvement. Le roi fit des cris
perçans, & l'arrosa de ses larmes, en lui donnant les noms les plus
tendres.

Le son de sa voix pénétra jusqu'à son ame, & la retint comme elle
alloit s'envoler; elle ouvrit les yeux, & étendit les pattes pour
embrasser son amant, croyant qu'elle alloit mourir; mais la tendresse
du roi & les pardons qu'il lui demanda, la rappelèrent à la vie; il la
conjura d'oublier sa curiosité, & lui jura qu'il l'adoroit. Cet aveu
combla de joie la pauvre ourse; ils passèrent une journée délicieuse; &
quoique le roi parlât seul, l'ourse ne se laissoit point de l'entendre,
& d'y répondre à sa manière.

Elle montra au jeune roi ce qu'elle avoit écrit sur son absence; il
en étoit enchanté. En effet, on ne vit jamais un mélange si heureux
d'esprit & de naturel, de raison & de passions; enfin cela ressembloit
aux fameuses _Lettres d'une Péruvienne_, chef-d'œœuvre de sentiment,
que le public admirera toujours.

Zélindor ne cessoit de lire que pour se jeter aux pieds de sa tendre
maîtresse, & pour lui baiser les pattes.

Insensiblement l'heure s'écouloit, les amans ne les ont jamais bien
mesurées, sans fin dans l'absence, & trop rapides dans le plaisir.
Minuit sonna, la peau d'ourse tomba, & laissa à découvert la divine
Noble-Epine. Elle avoit une robe magnifique, & pour coiffure ses beaux
cheveux. Quel prodige! s'écria le roi: quoi! c'est vous que je fuyois,
& que je craignois d'aimer! La princesse honteuse ne répondoit rien,
sa modestie l'embellissoit encore; elle craignoit aussi que la fée
Azerole ne lui reprochât de s'être oubliée assez pour laisser pénétrer
son secret à son amant. Elle étoit encore dans ce trouble, lorsque
la fée parut. Heureux amans, s'écria-t-elle, jouissez dès demain du
fruit de vos peines; c'est avoir assez éprouvé de tourmens: vous, ma
fille, dit-elle à la princesse, donnez votre main à votre amant, pour
récompense de sa tendresse; & vous, beau Zélindor, allez tout préparer
dans votre cour pour épouser cette princesse; ne craignez plus, après
votre union, de métamorphose; mais il faut que Noble-Epine subisse
cette loi encore vingt-quatre heures; allez, & laissez-la dormir; elle
a besoin de repos; j'aurai soin de la rendre digne de vous.

Le jeune roi sortit, laissa ensemble la fée & la princesse. Il étoit
transporté d'une joie si vive, qu'au lieu de se coucher, il fit
éveiller tout le palais, assembla le conseil, & dit, qu'il vouloit se
marier le lendemain, qu'il falloit préparer son trône & illuminer tout
le château, sur-tout la galerie. Il ordonna aussi à toutes les dames de
s'habiller magnifiquement; de là il passa chez la reine sa mère, pour
la convier à ses noces.

La reine, qui venoit d'apprendre que son fils avoit fait réveiller
tout le monde, le voyant animé excessivement, & parlant avec une gaîté
qu'il avoit perdue depuis long-temps, craignit qu'il ne lui fut arrivé
quelque accident. Ce qu'il disoit cependant étoit si juste, si suivi, &
de si bon sens, qu'hors ce mariage si précipité, elle le trouvoit comme
elle l'avoit toujours vu: elle lui demanda seulement quelle étoit la
personne qu'il choisissoit. Vous en serez charmée, madame, lui répondit
le jeune roi; je ne puis vous en dire d'avantage.

Zélindor s'occupa jusqu'au jour à faire meubler un appartement pour sa
divine princesse. Ce soin, qui le remplissoit de son idée, lui parut le
plus agréable; aussi rien n'étoit si galant & si bien entendu.

Les dames du palais, éveillées par cette nouvelle, & n'entendant
point nommer la personne que le roi épousoit, se flattèrent toutes en
particulier d'être l'objet de son choix; aussi ne négligèrent-elles
rien pour leur parure. Elles croyoient n'y pouvoir employer assez de
temps, quoique ce ne fût qu'au soir de ce jour qu'il falloit se trouver
dans la galerie: plus d'une avoit le cœœur touché pour le jeune roi.

L'heure arrivée, le palais illuminé superbement, la reine & les dames
se rendirent dans la galerie, qui brilloit de tant de lumières,
qu'elles auroient fait honte au plus beau jour. Le jeune Zélindor, plus
charmant encore, & paré avec tout ce que l'art pouvoit ajouter à sa
figure noble, parut enfin; & promenant ses regards sur cette foule de
beautés: En vérité, mesdames, leur dit-il, j'aurois un sensible regret
de n'avoir pas fait choix entre vous d'une beauté digne du trône, si
celle qui va paroître ne me justifioit. A ces mots, s'étant assis sur
son trône, il ordonna qu'on allât chercher son ourse.

Tout le monde se regarda, ne concevant pas ce que le roi en pouvoit
faire. On se disoit tout bas; le roi va-t-il l'épouser?

L'ourse parut; elle étoit conduite par deux princes du sang, qui
tenoient chacun un bout de l'écharpe du roi, qu'elle avoit au cou. A
son approche, le jeune roi descendit de son trône, & touchant doucement
du bout de son sceptre la tête de l'ourse: Paroissez, belle princesse,
lui dit-il, & venez effacer, par vos charmes, l'injure que je fais à
tant de beautés.

Ces mots étoient à peint prononcés, que la peau d'ours tomba, & que
l'admirable Noble-Epine, paroissant dans tout son éclat, éclipsa toutes
celles qui avoient prétendu jusqu'alors à la beauté.

La fée Azerole se fit voir dans ce moment; elle avoit elle-même paré la
princesse; ainsi l'on peut juger que rien ne manquoit à son ajustement.
Zélindor se jeta aux pieds de Noble-Epine, qui le releva tendrement, &
lui donna sa belle main.

Les noces se célébrèrent avec une magnificence royale, & les deux
époux, charmés l'un de l'autre, vécurent dans une union & une
tendresse qui devroient faire mourir de honte le vulgaire grossier, qui
croit que l'hymen est le tombeau de l'amour.

Zélindor eut de la reine Noble-Epine, en moins de deux années, deux
fils aussi charmans qu'eux-mêmes.

Depuis ce qui étoit arrivé à Noble Epine, Rhinocéros n'avoit cessé de
la chercher, & de tourmenter la pauvre Coriande, qu'il accusoit d'avoir
favorisé l'évasion de la princesse. Quand il revenoit bien las de ses
courses, il la battoit à la laisser pour morte; mais Coriande étoit si
attachée à sa maîtresse, qu'elle aimoit encore mieux souffrir toutes
les fureurs de l'ogre, qu'apprendre que ce monstre l'eût trouvée.

Il fit tant de recherches cependant, qu'enfin il découvrit que la
princesse étoit dans le royaume de la Félicité, & qu'elle en avoit
épousé le souverain. Cette nouvelle lui causa une rage si grande, qu'il
auroit dévoré Coriande, s'il n'eût pensé que c'étoit lui faire trop
de plaisir que de la faire mourir si vîte. Il lui apprit qu'il savoit
où étoit Noble-Epine, & jura, par les plus affreux blasphêmes, qu'il
alloit s'en venger; il prit Coriande, & l'attachant aux aîles d'un
moulin à vent, il lui dit qu'elle tourneroit ainsi jusqu'à son retour,
qu'il la mangeroit avec sa maîtresse, après les avoir fait rôtir à
petit feu.

Il ne savoit pas que la bonne Azerole protégeoit aussi Coriande:
connoissant son attachement pour Noble-Epine, elle fascina les yeux de
l'ogre, qui, croyant battre Coriande, ne battoit cependant qu'un sac
d'avoine, le même qu'il attacha au moulin.

Il partit enfin avec des bottes de sept lieues, & arriva bientôt au
royaume de la Félicité. On lui apprit le bonheur dont jouissoit la
reine, il en pensa enrager de fureur. Il se contint cependant, &
s'étant logé dans un des faubourgs de la capitale, il se déguisa en
marchand de quenouilles, n'ayant que ce moyen d'entrer dans le palais,
où la reine auroit pu le reconnoître; il s'avisa donc de courir les
rues d'autour, & de crier à tue-tête: _Quenouilles d'or & fuseaux
d'argent à vendre._

Les nourrices & les gouvernantes des petits princes étoient aux
fenêtres, & cette marchandise leur plaisant fort, elles firent monter
le marchand dans leur chambre. Si elles furent surprises de son
effroyable figure, elles avoient encore plus d'envie des quenouilles,
& les marchandèrent. Je suis, leur dit-il, plus curieux qu'empressé
d'avoir de l'argent. Je sais cependant que mes quenouilles & mes
fuseaux valent des royaumes; mais je vous les donnerai toutes six, si
vous voulez me laisser passer une seule nuit dans la chambre des petits
princes: j'ai de l'ambition, & je serai fort considéré dans mon pays,
si je puis me vanter d'avoir eu cet honneur. Voyez si vous le voulez; à
ce prix, mes quenouilles & mes fuseaux seront à vous.

Les nourrices & les gouvernantes, étonnées de la bêtise du marchand,
poussées du désir d'avoir des trésors à si bon marché, & n'y voyant
d'ailleurs nul inconvénient, accordèrent sa demande, & lui dirent de
revenir le soir, qu'il auroit un bon lit dans la chambre des petits
princes. Il parut charmé, laissa ses quenouilles, revint le soir, & se
coucha comme il l'avoit demandé.

Dès qu'il fut assuré que les nourrices dormoient profondément, il se
leva doucement, entra dans la chambre de la reine, qu'il savoit être
proche de celle de ses enfans, prit dans la gaîne qui étoit attachée au
chevet du lit de cette princesse, un couteau qu'elle portoit toujours à
sa ceinture, en égorgea impitoyablement les deux jeunes princes, puis
vint doucement remettre le couteau dans la gaîne, et se sauva au plus
vîte.

Dès que les nourrices & les gouvernantes furent éveillées, elles
s'étonnèrent de ne plus trouver le marchand de quenouilles, imaginèrent
qu'il leur avoit dit qu'il étoit pressé de retourner dans son pays,
& que sans doute il étoit parti dès le matin: mais quelle fut leur
douleur & leur étonnement, lorsqu'approchant des berceaux des jeunes
princes, elles virent ces beaux enfans égorgés & noyés dans leur sang.
Elles jetèrent des cris affreux; tout le palais accourut, le roi & la
reine y furent eux-mêmes. Quel spectacle pour eux! Le désespoir du
roi, la douleur mortelle de la reine, les cris douloureux de toute la
cour rendoient encore plus horrible ce funeste moment. On ne savoit
qui accuser d'un si énorme crime; les gouvernantes & les nourrices se
gardèrent bien de révéler leur fatal secret, & il fallut emporter la
reine, qui s'étoit évanouie dans les bras de son époux.

Vainement on chercha l'auteur de cette tragique aventure; tout ce que
le roi fit publier fut inutile, les récompenses les plus excessives
firent aussi peu d'effet. Rhinocéros savoit seul son secret, & étoit
bien sûr qu'il ne seroit pas révélé.

L'ogre s'étoit caché dans un autre quartier de la ville, & ayant
dépouillé l'habit de marchand, il avoit pris celui d'astrologue.
Il attendoit paisiblement que la curiosité & la douleur du roi
l'amenassent chez lui; ce qui arriva en effet. On dit tant & tant
devant le prince qu'il y avoit un homme merveilleux qui dévoiloit
le passé & l'avenir si clairement, on en cita tant d'exemples, que
Zélindor voulut essayer de ce fameux devin: il y alla en personne, &
l'interrogea sur l'affreux massacre de ses enfans.

L'astrologue, ravi en lui-même de pouvoir faire une horrible
méchanceté, dit gravement au jeune roi, que la coupable étoit
dans son palais: il frémit à ces paroles. Le prétende astrologue
poursuivit, & l'assura que s'il failoit appeler toutes les femmes
qui y étoient enfermées, & qu'il visitât lui-même les couteaux qu'il
trouveroit pendus à leurs ceintures dans une gaîne, il découvriront
infailliblement la meurtrière, dont le couteau seroit encore sanglant.

Le roi étonné suivit les conseils de ce monstre dès qu'il fut rentré
dans son palais, & ne trouva nulle marque de ce qu'il cherchoit.
Il retourna donc le lendemain chez l'astrologue, & lui dit que ses
perquisitions avoient été vaines. Vous n'avez pas bien cherché, reprit
cet infame en feignant une grande colère de ce qu'on sembloit douter de
sa science. Comment, répondit le roi, vous vouliez que je fouillasse
la reine ma mère & la reine ma femme? Sans doute, reprit l'affreux
Rhinocéros, & je vous conseille de n'y pas manquer.

Zélindor n'ajouta nulle foi aux paroles de l'astrologue, & revint
fort triste. La reine sa femme vint à lui les bras ouverts; il pâlit
en approchant de cette princesse, dès qu'il apperçut une gaîne à son
coté: il la prit, l'ouvrit, & en tira le couteau encore teint de sang.
Ah! perfide, s'écria-t-il. A ces mots, il tomba évanoui dans les bras
de ceux qui l'avoient suivi. La reine, tout effrayée, demanda ce que
c'étoit, & ce qu'avoit le roi son mari: on le lui apprit. Quelle
horreur! quel mensonge! s'écria l'innocente Noble-Epine. Moi, j'aurois
égorgé mes chers enfans! Elle n'en put dire davantage, & se laissa
tomber comme morte sur un canapé. Le roi, qui la vit dans ce triste
état en ouvrant les yeux, les détourna aussi-tôt, & ordonna qu'on la
conduisît à la tour, ce qui fut exécuté tout de suite, & on ne lui
laissa que deux femmes pour la servir. On instruisit son procès sur des
apparences trompeuses, & elle fut condamnée à être brûlée toute vive.

Cette pauvre princesse, à peine revenue de son évanouissement, se
voyant dans un lieu affreux, & ses deux femmes fondant en larmes,
leur demanda s'il étoit possible que le roi son époux la soupçonnât
seulement d'avoir massacré ses fils. On lui dit qu'oui, & de plus,
que sa condamnation étoit déjà prononcée. O ciel! s'écria cette reine
malheureuse, de quoi suis-je coupable, pour mériter un pareil supplice?
Quoi! Zélindor m'accuse & me condamne sans m'entendre? J'ai perdu sa
tendresse, je n'ai plus qu'à mourir.

Le roi, de son côté, percé d'un coup mortel, ne put se résoudre à voir
mourir Noble-Epine, quelque coupable qu'il la crût; & voyant qu'on
avoit dressé le bûcher, & qu'on alloit déjà y attacher la reine, il fit
ouvrir les portes du palais, & descendit dans la place publique, dans
l'instant que l'innocente reine sortoit de sa tour avec une constance
aussi assurée que modeste. Arrêtez, s'écria-t-il. Sa voix étoit si
foible & si tremblante, qu'à peine on l'entendoit, & la reine montoit
sur le bûcher.

Le barbare Rhinocéros, travesti pour la troisième fois, étoit dans la
place parmi le peuple, pour repaître ses yeux cruels du supplice de
l'infortunée Noble-Epine. Il animoit le peuple par ses discours, &
racontoit, avec des circonstances horribles, comment la reine avoit
égorgé ses enfans.

Tout à coup, ô prodige! un nuage épais partit de l'orient & vint fondre
sur le bûcher, qu'il inonda d'une pluie d'eau de fleurs d'orange. Alors
il s'ouvrit, & laissa voir sur un char de rubis la belle fée Azerole,
avec le père & la mère de la jeune reine, les deux petits princes assis
à leurs pieds sur des carreaux magnifiques, & la fidèle Coriande tenant
leurs lisières.

Roi crédule, & pourtant excusable, dit la fée, voilà à quoi une
tendresse excessive pour tes enfans t'alloit exposer. Noble-Epine
alloit périr, & te rendre à jamais inconsolable. C'est celui-ci qu'il
faut punir, ajouta-t-elle en touchant de sa baguette d'or l'affreux
Rhinocéros. C'est lui qui a cru consommer le crime, & qui en a
méchamment accusé la reine.

L'ogre resta immobile, par le pouvoir subtil de la baguette. La fée
mit sur son char la belle Noble-Epine, & conta toute son histoire.
Le peuple charmé, & qui change toujours suivant les impressions
différentes dont on l'affecte, n'attendit pas que la fée eût achevé de
parler; il saisit Rhinocéros, & le jeta dans le bûcher, qui, étant déjà
allumé, consuma en un moment le méchant ogre. Zélindor tout en larmes
conjura la fée d'obtenir son pardon de la belle reine. Noble-Epine se
jeta dans les bras de son époux, & l'embrassa tendrement. Une scène si
touchante fit crier à tout le monde: Vive le roi Zélindor & la reine
Noble-Epine!

Les deux époux conjurèrent la fée d'entrer dans leur palais avec le
roi & la reine qu'elle amenoit. Cette illustre compagnie y fut reçue
avec des acclamations sans pareilles; les trompettes & les tambours
ne cessèrent de sonner & de battre pendant huit jours. La jeune
Noble-Epine présenta son époux au roi & à la reine ses père & mère, qui
le remercièrent bien d'aimer tant leur fille. La fée les doua de toutes
sortes de bonheur, & ils vécurent heureux une multitude d'années.

       *       *       *       *       *

Le comte de Livry ayant cessé de parler, tout le monde loua sa mémoire;
madame la vicomtesse enchérit encore sur les autres, & loua sa
complaisance. Je vous assure, madame, lui dit-il, que je me reproche
fort la longueur de ce conte; mais à peine m'en souvenois-je, & je
crois y avoir ajouté des choses qui ne sont pas dans l'original. La
vicomtesse répondit qu'apparemment cet original n'étoit pas si bien, &
qu'elle s'en tenoit à sa manière de raconter. On parla encore quelque
temps des personnages de ce conte; & comme il étoit heure de laisser
retirer madame la vicomtesse, on lui souhaita le bon soir, & chacun se
retira, fort content de ce qu'il venoit d'entendre.

Les deux charmantes sœœurs conduisirent madame de Briance dans son
appartement, & y restèrent à leur ordinaire; le comte & le chevalier
de Livry s'y rendirent; le baron de Tadillac y vint aussi-tôt.
Saint-Urbain lui demanda s'il avoit vu madame de Salgue; il joua
l'amant discret, & assura qu'il ne lui parloit qu'en public; que sa
plus grande passion étoit celle de voir bientôt madame la vicomtesse
absolument déclarée en sa faveur; qu'elle lui juroit une éternelle
tendresse; mais qu'il n'étoit pas d'humeur à demeurer des années
entières à soupirer & à se plaindre. Madame de Briance dit que la
vicomtesse vouloit filer le parfait amour, & s'en tenir là; qu'il
falloit que chacun songeât à ses affaires, & qu'on s'assemblât le
lendemain au soir pour dire son avis, & trouver un expédient qui
pût les assurer d'un heureux succès. MM. de Livry n'avoient point
d'autre intérêt; le baron ne tendoit aussi qu'à une heureuse fin;
ils approuvèrent tous trois ce sentiment, & madame de Briance les
congédia. Kernosy & Saint-Urbain étant restées seules, la prièrent avec
instance de leur apprendre la suite de ses aventures. La marquise, qui
s'y étoit engagée, & ne pouvoit s'en dispenser honnêtement, eut la
complaisance de continuer ainsi son histoire.

  _Fin de la première partie._

[Illustration]


_SECONDE PARTIE._

_Suite de l'histoire de madame_ DE BRIANCE.


Vous vous souvenez sans doute, mesdemoiselles, que mon frère étoit
guéri de sa blessure, & que Tourmeil commençoit à se mieux porter; sa
plus grande peine étoit alors l'appréhension que le retour de sa santé
ne le mît bientôt en état de quitter la maison de mon père, & ne le
privât du bonheur de me voir tous les jours; car c'est ainsi qu'il en
parloit. Il ne sortoit pas encore du lit quand M. de Briance reçut des
lettres qui l'avertissoient que sa présence étoit nécessaire à Paris,
pour le jugement d'un procès fort important, que ses parties pressoient
avec chaleur pendant son absence, dans le dessein de s'en prévaloir. M.
de Briance connut quelle étoit leur intention, prépara tout pour son
départ, & vint en apprendre la nouvelle à Tourmeil. De là ayant passé
dans l'appartement de mon père, ils y demeurèrent long-temps enfermés
ensemble, & n'en sortirent qu'à l'occasion de mes frères qui parurent:
il les aborda en prenant congé d'eux, & il les pria de continuer leurs
soins pour le malade qu'il lassoit chez-eux, dont la blessure, qui
alloit tous les jours de mieux en mieux, faisoit espérer une prompte
guérison.

Le lendemain, mon père étant avec mon frère le chevalier dans son
cabinet, reçut une lettre de M. de Briance: on le vint demander, il
sortit brusquement après avoir mis cette lettre dans un bureau qui
n'étoit point fermé: mon frère me l'ayant aussi-tôt apportée, nous
courûmes ensemble dans la chambre de Tourmeil, ne doutant point qu'elle
ne nous découvrît le sujet de leur conférence que nous avions tous
grande envie de savoir. Voici ce qu'elle contenoit.

     _Je pars avec un véritable chagrin de vous quitter, Monsieur;
     mais j'espère vous réjoindre dans un mois ou deux: j'attendrai
     le temps avec impatience, puisque, suivant la parole que vous
     m'avez fait l'honneur de me donner, je puis compter de terminer
     l'affaire que vous avez conclue, ce que je souhaite extrêmement.
     Vous en parlerez à Mademoiselle de Livry quand vous le jugerez
     à propos, je crois qu'elle ne la trouvera pas désavantageuse.
     Continuez, je vous prie, Monsieur, toutes vos bontés pour
     Tourmeil._

                                        LE MARQUIS DE BRIANCE.

Quelle fut notre joie à la lecture de cette lettre! Mon père & M. de
Briance nous paroissoient d'accord pour faire notre bonheur: je livrai
mon cœœur à tout le penchant que j'avois pour Tourmeil, qui de son
côté étoit dans des transports de joie qu'on ne sauroit exprimer: je le
regardois comme un époux choisi par mon père & par mon inclination. Mes
frères étoient charmés de cette alliance qu'ils avoient tant souhaitée;
& ils furent incontinent remettre la lettre dans le bureau de mon père,
afin qu'il ne s'aperçut pas de ce petit vol.

Tourmeil étant enfin rétabli en parfaite santé, alla remercier mon
père, & se retira ensuite dans la maison de M. de Briance. Nous fûmes
très-surpris de voir une séparation si funeste; car nous ne nous
attendions pas à ce coup; au contraire, nous espérions que cette
occasion porteroit mon père à se déclarer en notre faveur; & ce qui
confirma le soupçon où nous étions qu'il n'eût changé de résolution,
fut une lettre de M. de Briance que Tourmeil venoit de recevoir, par
laquelle il lui marquoit de se rendre incessamment auprès de lui à
Paris, parce que ses affaires l'obligeoient d'y passer l'hiver.

Tourmeil, éloigné d'obéir, passa fort agréablement le carnaval dans
la ville de Rennes, où son mérite lui avoit attiré l'affection des
honnêtes gens. On n'y faisoit point de fête où on ne le mandât, & on
l'y recevoit d'une manière à lui faire entendre que s'il offroit ses
vœœux quelque part, ils feroient favorablement reçus: mais ne se
trouvant que dans les assemblées où j'étois, il me fut toujours fidèle,
& plus disposé à perdre sa fortune qu'à renoncer à notre amour.

Il feignit de n'avoir pas reçu la lettre de M. de Briance, afin
de n'être pas obligé d'y répondre; enfin ne pouvant différer plus
long-temps à lui écrire, il lui manda, pour avoir un prétexte de
demeurer auprès de moi, que sa blessure n'étoit pas encore parfaitement
guérie.

Quand ses affaires l'obligeoient d'être un jour sans me voir, il
m'écrivoit des lettres, ou il m'envoyoit des vers de sa façon, pleins
d'esprit & de feu: cela ne me paroissoit pas surprenant, car je sentois
bien que l'amour les lui dictoit.

Mon père se trouva obligé par honnêteté de permettre que j'allasse
passer deux jours chez une dame de ses amies, qui avoit une belle
maison près de Rennes. De quelque peu de durée que fût cette absence,
je la sentis vivement, & Tourmeil en étoit inconsolable. Je lui avois
expressément défendu d'y venir, je craignois mon père qui auroit pu
se fâcher de le voir s'introduire dans une compagnie où on ne l'avoit
pas appelé. Le lendemain de notre arrivée, en traversant la salle,
je rencontrai un jeune paysan qui me présenta une corbeille remplie
de très belles fleurs pour la saison; c'étoit le valet de chambre de
Tourmeil. Je n'eus pas le temps de lui faire connoître la joie que
l'attention continuelle de son maître me causoit. La dame chez qui nous
étions, survint; il l'aperçut & se retira promptement; car il avoit
ordre de ne se pas faire connoître. Je pris mon parti, ne doutant pas
qu'on ne l'eût vu entrer. Je crois, madame, lui dis-je, que je dois
vous remercier des galanteries que je reçois chez-vous; voilà ce qu'un
de vos gens vient de me donner. Je n'en ai aucun, me répondit-elle,
qui soit capable de faire une si jolie chose; mais je voudrois avoir
eu l'esprit de l'ordonner. Elle regarda la corbeille avec attention, &
en levant un bouquet qui étoit au milieu, elle y trouva un billet: je
demeurai un peu interdite, mais n'y voyant que de vers qui n'étoient
pas même écrits de la main de Tourmeil, je me rassurai. Les voici.

      _Des sauvages climats, les plus tristes retraites
    Perdroient en vous voyant ce qu'elles ont d'odieux.
      Rendre charmans tous les lieux où vous êtes,
    Sont les moindres effets du pouvoir de vos yeux.
        Les champs, en vous voyant paroître,
    Semblent avoir repris de nouvelles couleurs;
        La brillante Reine des fleurs
    A moins que vous, le droit d'en faire naître.
      Les Dieux de ce séjour champêtre,
    Au fond des bois contens de leur félicité
      D'une éternelle liberté,
    Contre le Dieu, qui des Dieux est le maître,
      Ne feront plus en sûreté,
      Ils vous rencontreront peut-être._

La Dame de la maison conta cette histoire à toute la compagnie; je
feignis toujours de croire que c'étoit d'elle que me venoient les vers
& les fleurs que j'avoit reçus: mon père le crut aussi, parce que je
n'en avois fait nul mystère.

Le lendemain, comme nous étions à table, nous entendîmes jouer les
meilleurs hautbois qu'il y eût à Rennes. On leur demanda qui les
avoit envoyés; ils répondirent qu'un homme étoit venu les chercher
de la part de la dame chez qui nous étions, & qu'il les avoit payés
fort-honnêtement, afin de les faire partir avec plus de diligence. Je
reconnus Tourmeil à cette nouvelle galanterie, qui fut encore mise sur
le compte de l'amie de mon père; car les hautbois soutinrent toujours
que c'étoit de la part qu'on les étoit allé chercher. En effet, on les
avoit trompés eux-mêmes. Jamais, dit-elle en riant, il ne m'en a si peu
coûté pour faire les honneurs de chez-moi.

Enfin nous retournâmes à Rennes, nous y arrivâmes tard; & j'allois me
mettre au lit, lorsque j'entendis des violons & des hautbois sous mes
fenêtres. Le concert étoit composé de ce qu'il y avoit de meilleurs
musiciens dans la ville; ils jouoient divers morceaux d'opéra, & les
folies d'Espagne que j'aime extrêmement. Peu après, une fort belle voix
chanta plusieurs couplets sur ce même air, avec un accompagnement de
théorbe. Voici les deux premiers, dont je me souviens encore:

    _Je vais revoir l'adorable Silvie,
    Ses doux appas embelliront ces lieux;
    Seule, elle fait le bonheur de ma vie,
    Pourrai-je encore le trouver dans ses yeux?

      Dessus son teint la brillante jeunesse
    Fait éclater ses dangereux attraits;
    Le Dieu puissant qui nous charme & nous blesse,
    Lui donne encor son pouvoir & ses traits._

La simphonie reprenoit à chaque couplet, & je n'ai jamais rien entendu
de si aimable: quels charmes pouvoient mieux enchanter mon cœœur! Mes
frères compritent bien qui étoit l'auteur de cette galanterie. Mon père
résolut dès ce moment de m'apprendre ses desseins, & de les déclarer
à tout le monde, afin d'écarter ceux qui pouvoient avoir quelque
penchant pour moi.

Le lendemain de notre retour à Rennes. Tourmeil vint au logis d'aussi
bonne heure que la bienséance le lui permit. Il me revit avec une
satisfaction que l'on ne connoît que quand on aime. Je lui demandai
à quoi il s'étoit occupé les deux jours qu'il avoit passés loin de
moi: sa réponse fut, qu'il n'étoit sorti qu'une fois de sa chambre,
n'ayant pu se dispenser d'aller le soir dans une maison où je ne devois
pas soupçonner qu'il eût dessein de se divertir, puisqu'il ne s'y
rencontroit ordinairement que des officiers subalternes, qui, malgré
leurs discours plats & hors de propos, étoient écoutés préférablement
aux gens d'esprit qui auroient eu de bonnes choses à dire, & que ce
goût dépravé l'avoit excité à faire des vers, sur des rimes devenues
fameuses par l'honneur qu'elles ont eu de servir pour la plus charmante
princesse du monde. Je pris le papier où il les avoit écrit, il
contenoit ce qui suit:


BOUTS RIMÉS.

    _On ne trouve d'esprit ici dans aucun              Buste,
    Les discours les moins froids font remplis de    glaçons,
    Et l'on y fait d'ennui de si rudes              moissons,
    Qu'ils pourroient en un jour tuer les plus      robustes._

    _Vainement la raison, par sa présence            auguste,
    Voudroit du sens commun y tracer des              leçons,
    Tout ce qu'elle diroit passeroit pour           chansons,
    On s'est fait une loi de n'y point parler          juste._

    _On y voit des Iris, ivres d'un fol              orgueil,
    Faire à de bas Soudarts un favorable             accueil,
    Et contre leurs douceurs n'apporter nulle          digue._

    _Là des cœœurs le plumet émeut tous les         ressorts:
    Enfin, j'y vois qu'amour, de ses biens si       prodigue,
    Au sot tout comme à nous inspire des          transports,_

      _Ici tous les ennuis paroissent tour à tour,
    Tout m'y cause un chagrin, une langueur extrême;
      Mais quand je verrai ce que j'aime,
        J'en préfèrerai le    séjour,
          Au séjour des Dieux même._

Mes frères & moi nous y reconnûmes le caractère de tous ceux pour qui
les vers avoient été faits. Tourmeil s'en divertissoit avec nous, &
notre joie étoit trop grande pour durer long-temps. Un homme de notre
province, considérable par sa noblesse & par ses grands biens, me
demanda pour son fils aîné. C'étoit un grand garçon de dix-neuf ans,
ni bien ni mal-fait, & qui n'ayant jamais rien vu, tomboit dans des
puérilités inconcevables.

Ce nouvel amant donna de l'inquiétude à Tourmeil; il étoit sûr de mon
cœœur, mais je ne disposois pas de moi; il se détermina enfin à faire
expliquer mon père. Mes frères étoient tous à lui, & désapprouvoient
ouvertement le mariage que l'on proposoit avec le provincial. Ils
le traitoient avec une froideur extrême, & je lui disois des choses
désagréables; mais ce jeune homme sans éducation ne les sentoit pas, il
ne se fâchoit de rien.

Un soir que mon père ne soupoit point au logis, mes frères retinrent
Tourmeil: notre provincial, qu'on n'en prioit pas, ne laissa pas de
demeurer. Après en avoir été quelque temps en colère, nous prîmes le
parti de nous moquer de lui. Tourmeil l'enivra de louanges pendant
tout le repas. Enfin on nous avertit que mon père reviendroit bientôt;
nous ne voulions pas qu'il trouvât Tourmeil au logis, je le priai de
s'en aller, & mon nouvel amant dit en le voyant partir: Je suis fâché
que M. de Tourmeil s'en aille, ce garçon-là me réjouit beaucoup; s'il
veut venir chez moi passer quatre ou cinq mois, nous nous divertirons
agréablement. Cela étant, dit le chevalier en me parlant tout bas, je
ne vous conseille pas de vous opposer à ce mariage. Je ne pus répondre
à cette folie, car mon père entra, & nous l'obsedâmes de telle sorte,
qu'il fut impossible au provincial de parler que pour prendre congé de
la compagnie.

Les fréquentes instances qu'on faisoit auprès de mon père pour la
conclusion de mon mariage avec ce jeune homme, furent cause que mes
frères & moi nous prîmes enfin la résolution de lui parler du dessein
où Tourmeil étoit d'entrer dans notre alliance. Le comte de Livry,
mon frère aîné, se chargea de l'affaire. Il prit si bien son temps,
qu'il eut le loisir d'entretenir mon père en particulier, & de lui
représenter qu'outre tous les avantages qu'on trouvoit dans cette
alliance, il croyoit qu'on étoit dans une obligation indispensable de
faire quelque chose en faveur de Tourmeil, & qu'un tel contentement ne
seroit qu'une foible reconnoissance du grand service qu'il avoit rendu
à notre famille. Il y a déjà quelque temps, répondit mon père que je
m'aperçois du dessein de Tourmeil, que vous me déclarez de sa part;
je l'estime infiniment, mais il n'est pas assez riche, il faut qu'il
relève sa maison. M. de Briance veut lui faire épouser une fille dont
le bien est si considérable, qu'il rétablira ses affaires; je crois
inutile de vous dire que c'est son avantage, vous le voyez aussi bien
que moi, & qu'il n'est pas moins avantageux à votre sœœur d'épouser M.
de Briance, qui revient incessamment pour terminer cette affaire. Elle
auroit de la peine à trouver un meilleur parti; j'espère qu'elle obéira
de bonne grace, car ma parole est donnée, & je vous avertis que je la
tiendrai.

Ce petit discours, prononcé avec un ton de fermeté paternelle,
déconcerta mon frère, & le jeta dans une si grande consternation, qu'il
ne put m'en apprendre la triste nouvelle, sans que je m'aperçusse
de la douleur dont il étoit pénétré. Tourmeil se désespéroit, & je
m'affligeois immodérément: notre passion redoubla par cet obstacle
à notre bonheur. Il falloit cependant cacher mes larmes; mes frères
prirent mes intérêts jusques à s'attirer la colère de mon père.

Tourmeil n'osoit plus paroître, je le voyois seulement quelquefois; mes
frères l'introduisoit eux-mêmes en secret; mais tout le temps de notre
entrevue se passoit à répandre des larmes. Enfin mon père m'apprit
quelle étoit sa résolution à ce sujet. Je n'oubliai rien pour le
fléchir, ce fut inutilement; & je tombai dans un tel accablement, que
la fièvre m'ayant pris je fus huit jours à l'extrémité. Quelque temps
après, mes frères trouvant un peu d'amendement, s'avisèrent, dans le
dessein d'apporter quelque soulagement à ma maladie, d'introduire un
soir Tourmeil dans ma chambre: en effet le plaisir que j'eus de le voir
ne contribua pas peu au rétablissement de ma santé, & l'accueil que je
lui fis, à le consoler de son malheur.

Il me paroissoit surprenant que mon père, qui aimoit si tendrement ses
enfans, pût se résoudre à me rendre malheureuse; mais je dois cette
justice à sa mémoire, il crut que j'oublierois facilement Tourmeil
quand je ne le verrois plus, & il vouloit me donner un rang au dessus
des autres dames de la province, en me faisant épouser M. de Briance.

C'étoit une affaire arrêtée entre eux; & la lettre que nous avions
interprétée suivant notre inclination, n'avoit point d'autre but que ce
mariage: mon père le déclara dès que le contrat fut signé; il en reçut
les complimens de tout le monde. Chacun me trouvoit très-heureuse,
parce que le public n'étoit point informé du trouble de notre famille,
qui sans doute aurait fait connoître la douleur que je ressentois: &
l'on peut bien dire à la louange de Tourmeil, que malgré son désespoir
il ne lui échappa jamais un seul mot qui pût marquer sa passion. Le
profond respect qu'il avoit toujours eu pour moi, lui ferma la bouche;
satisfait de ma tendresse il n'accusoit de nos malheurs que sa mauvaise
fortune.

Enfin M. de Briance vint me voir. Je me souviendrai toute ma vie de ce
jour si cruel pour mon repos; j'avois rappelé mon courage, afin d'obéir
de bonne grace; mais l'amour ne le vouloit pas. Je répondis peu de
choses à tout ce que M. de Briance me dit en galant-homme, j'étois
abattue de ma maladie, & encore plus de ma douleur; & malheureusement
je lui parus si belle dans cet état languissant, qu'il ne me quittoit
presque plus: je fondois en larmes dès qu'il étoit retiré.

Tourmeil, qui ne pouvoit plus être le maître de lui-même, ne regardant
M. de Briance que comme un rival odieux, vouloit absolument se battre
contre lui. Mes frères, voyant que leurs efforts pour l'en empêcher
étoient inutiles, se chargèrent d'une lettre qu'il m'écrivit, par
laquelle il me demandoit de me voir encore une fois: j'y consentis.
Ils furent tellement attendris de notre conversation, & si touchés de
notre douleur, qu'ils jugèrent à propos de nous séparer l'un & l'autre.
Ils se preparoient pour emmener Tourmeil, lorsque l'appréhension où
j'étois qu'il n'allât se perdre, fit que, l'arrêtant par le bras, je
lui représentai que son dessein de se battre contre M. de Briance ne
me seroit pas moins fatal qu'à lui-même, puisque ce combat seroit un
éclat capable de donner atteinte à ma réputation, & qu'il ne pourroit
plus demeurer tranquillement avec nous, ni songer à me revoir de sa
vie, quelque avantage qu'il pût remporter sur son ennemi. Ces paroles
calmèrent sa fureur & firent une impression si forte sur son esprit,
qu'il protesta en me quittant, que son obéissance & sa soumission à mes
ordres me convaincroient plus que jamais de la sincérité de sa passion.
Après bien des larmes répandues, mes frères l'emmenèrent, & je demeurai
dans une affliction qui ne se peut exprimer.

Tourmeil étant sorti d'auprès de moi, manda par une lettre à M. de
Briance, que cette riche héritière dont il lui avoit parlé ne lui
convenoit pas, & qu'il vouloit voyager quelques années, avant de songer
à son établissement.

D'abord M. de Briance fut touché du départ de Tourmeil; mais quelques
soins qu'il lui avoit remarqués pour moi, le consolèrent bientôt de
son absence; & dans l'impatience où il étoit de m'épouser, il ne se
donna point de repos jusqu'au jour de notre mariage. On me para, je
me laissai habiller comme on voulut, je fus conduite à l'église avec
la même docilité, & ramenée chez mon père, où je passai la journée à
recevoir les complimens de toutes les personnes de distinction qui
étaient alors dans la ville.

Le lendemain M. de Briance me mena chez lui; on ne pouvoit rien ajouter
à la magnificence de sa maison & à celle de son équipage. Il me donna
des pierreries d'un prix considérable, & m'accabla de tous les présens
qui font plaisir à une jeune personne. Mais cela n'étoit pas capable
de toucher mon cœœur, j'avois perdu le seul bien qui le rendoit
sensible. Cependant je vécus avec tant de complaisance pour M. de
Briance, qu'il étoit très content de sa destinée, & que son amour pour
moi sembloit augmenter tous les jours.

Tourmeil ayant bien senti qu'il lui seroit impossible de supporter un
coup si funeste, s'étoit rendu à Paris chez un de ses oncles qui étoit
son tuteur, & qui l'aimoit tendrement: il lui avoit fait entendre que
s'étant battu sur une querelle assez légère, il étoit nécessaire qu'il
sortît de France, jusqu'à ce que cette affaire fût accommodée.

L'oncle, qui avoit su par M. de Briance le combat de son neveu & de mon
frère crut facilement cette seconde aventure, & lui donna promptement
de l'argent: dès que Tourmeil l'eut touché, il prit le chemin de Lyon,
pour se rendre à Venise. Ce ne fut pourtant qu'après avoir écrit à mes
frères & m'avoir dit adieu, en m'assurant de sa passion immortelle, &
me souhaitant un repos dont je n'ai jamais joui depuis son départ.

Mes frères balancèrent long-temps s'ils me feroient voir cette dernière
marque de l'amour de Tourmeil; mais enfin le chevalier m'apporta
cette funeste lettre; je la lus mille fois, elle renouvela toutes mes
douleurs; & je m'affligeai si cruellement, que le chevalier se repentit
de me l'avoir donnée. J'y trouvai que Tourmeil mandoit au chevalier
de ne lui point faire de réponse parce qu'il changeroit de nom en
s'embarquant avec les troupes que les Vénitiens envoyoient dans la
Morée, où il alloit chercher la fin d'une vie que son amour infortuné
rendoit si malheureuse, & qu'il me sacrifioit sans regret.

Je cachai ma douleur avec beaucoup de soin. La langueur où j'étois
augmenta par la violence que je me faisois sans cesse: les médecins
m'ayant ordonné de prendre l'air de la campagne, M. de Briance me mena
dans une de ses terres, dont la solitude me parut plus convenable à
ma tristesse, que les fréquentes visites du grand monde. Content de
notre mariage, il y passoit presque tous les jours à chasser, & à
me procurer, par des soins empressés, les plaisirs qu'il croyoit me
pouvoir être agréables.

Mes frères étant sur le point d'aller à Paris pour commencer d'entrer
dans le service, vinrent me voir au commencement du printemps.

Il y avoit environ six mois qu'il étoient dans cette grande & fameuse
ville, quand mon père, s'étant trop échauffé à courre un cerf, prit une
pleurésie qui en sept jours nous enleva un cœœur très-zélé pour ses
enfans, & le meilleur père qui fut jamais. M. de Briance sentit cette
perte aussi vivement que moi: ce malheur nous fit revenir à Rennes; mes
frères s'y rendirent aussi: & ayant partagé la plus belle succession
de la province, avec M. de Briance qui leur donna des marques de son
amitié par un désintéressement sans exemple, ils retournèrent à Paris,
dont les plaisirs leur avoient ôté le goût de ceux des autres villes;
ensuite ayant obtenu l'agrément pour deux régimens qu'ils achetèrent,
ils ont toujours resté dans le service, & ne sont venus que l'année
dernière dans ce pays-ci, où l'honneur qu'ils eurent de vous voir leur
a donné tant d'impatience de venir.

Il y avoit près de deux ans que j'avois épousé M. de Briance, quand il
fut attaqué d'une fièvre violente qui le mit en danger dès le troisième
jour. Je me trouvai sincèrement affligée, il s'en aperçut; & le dernier
jour de sa maladie, m'ayant prié de faire sortir tout le monde, il me
dit, en me tendant la main: Madame, je mourrois avec le regret d'avoir
causé vos malheurs, si je n'avois toujours eu lieu de croire que
votre vertu vous avoit fait surmonter le penchant que vous aviez pour
Tourmeil; son départ, qui précéda de quelques jours mon mariage, me fit
connoître la douleur qu'il en ressentoit; mais je crus que ce n'étoit
qu'un transport de jeune homme, que le temps appaiseroit. Il est juste
que je répare ce mal: je l'institue mon héritier; & s'il revient, comme
je l'espère, je vous supplie, madame, de le recevoir comme un époux
digne de vous; je souhaite de tout mon cœœur qu'il remplisse ma place.
Je restai si interdite & si touchée de ce discours, que je n'eus pas la
force d'y répondre. Mes larmes redoublèrent; il survint une foiblesse à
M. de Briance; j'appellai du monde, & quelques heures après il mourut,
en témoignant jusques au dernier moment une parfaite connoissance & un
courage héroïque.

Sa mort me déconcerta; je renonçai au commerce du monde, & je partis
de Rennes, où nous étions alors, pour aller vivre en récluse à la
campagne, où j'ai toujours demeuré depuis ce temps-là; & sans les
prières de mes frères, & leurs intérêts qui me sont très-chers, je
n'aurois point abandonné la solitude où j'ai toujours vécu depuis la
mort de M. de Briance & où me retiennent les cruelles inquiétudes que
je sens de l'absence de Tourmeil. Je vous avouerai que je m'en suis
informée avec beaucoup de soin; mais comme il a quitté son nom en
s'embarquant parmi les troupes vénitiennes, il m'a été impossible de
savoir ce qu'il est devenu.

Kernosy & Saint-Urbain dirent à madame de Briance qu'elle ne devoit
pas perdre toute espérance, qu'elle étoit trop ingénieuse à se faire
de la peine, & que Tourmeil, par sa prudence, pouvoit être échappé des
dangers que son désespoir lui avoit fait chercher si loin. Ces deux
aimables sœœurs, après avoir fait leur possible pour la maintenir dans
cette pensée, finirent leur conversation par un remerciement du récit
que la marquise avoit eu la bonté de leur faire, & se retirèrent.

Le lendemain les comédiens ayant pris congé de la compagnie, partirent
fort regrettés, pour se rendre incessamment à Rennes, suivant l'ordre,
disoient-ils, qu'ils en avoient reçu de gens à qui ils ne pouvoient se
dispenser d'obéir. Quelques heures après leur départ, on vit entrer à
cheval dans la cour du château un homme d'assez bonne mine, suivi de
deux valets: madame la vicomtesse étant avertie de son arrivée, alla
le recevoir très-obligeamment. Elle le conduisit dans son cabinet, où
ils restèrent en conférence pendant plus de deux heures. Le baron de
Tadillac, étonné de cette longue audience, dit en badinant, au sujet de
cet inconnu, qu'il l'auroit cru son rival, s'il n'avoit remarqué, en le
voyant passer, qu'il n'étoit pas du goût de madame la vicomtesse, qui
ne vouloit point d'amant suranné.

Enfin la vicomtesse vint retrouver la compagnie, & Fatville, en entrant
dans la salle pour dîner, courut embrasser l'inconnu, qui alors ne le
fut plus, parce qu'il l'appela son oncle. Elle dit à ses nièces de ne
se point engager au jeu quand on seroit sorti de table, qu'elle avoit
à leur parler en particulier. Cette bonne tante les ayant fait toutes
deux passer dans son cabinet, après une longue & ennuyeuse harangue,
pour leur prouver que l'une & l'autre lui avoient des obligations
infinies, apprit à mademoiselle de S.-Urbain, comme une suite de ces
prétendues obligations, qu'elle venoit de signer les articles d'un
mariage très-avantageux pour elle, avec le frère de Fatville, qui étoit
fort riche, un peu moins impoli que lui, & devenu d'une humeur plus
sociable, par la pratique des honnêtes gens qu'il avoit vus à l'armée
pendant quelques années de service.

Un coup de foudre n'auroit pas tant étonné mademoiselle de S.-Urbain,
que cette nouvelle si peu attendue & si opposée à son inclination:
elle ne cacha point la douleur qu'elle en ressentit. Mademoiselle de
Kernosy parut aussi affligée que sa sœœur; tout cela ne servit qu'à
leur attirer un long discours de la vicomtesse sur l'obéissance aveugle
que des filles bien élevées doivent à leurs parens, dont Saint-Urbain
n'eut pas envie de profiter. Enfin la tante, croyant qu'il falloit
faire diversion aux larmes, laissa ses nièces dans le cabinet, & vint
apprendre à la compagnie la nouvelle du mariage de Saint-Urbain.
Heureusement le chevalier de Livry n'étoit pas présent, son trouble
auroit découvert l'intérêt qu'il y prenoit.

Le comte de Livry sortit promptement de la chambre pour prévenir son
frère sur cette nouvelle, & prendre des mesures avec lui, capables
de détourner le malheur dont il étoit menacé. D'autre côté, madame
la marquise de Briance ayant les intérêts de son frère à ménager, &
connoissant par expérience quelle pouvoit être la désolation d'une
personne prête à perdre ce qu'elle aime, alla trouver Saint-Urbain qui
fondoit en larmes: elle lui représenta que le mariage qui venoit de
se proposer étoit bien loin de se conclure, qu'il se trouveroit mille
prétextes pour le différer, & même pour le rompre; & qu'après tout la
vicomtesse n'étant point sa mère, elle pouvoit, à l'extrémité, refuser
d'obéir, & ne pas se sacrifier à ses caprices.

Kernosy approuva cet avis; Saint-Urbain, toujours disposée à prendre
une espérance agréable, crut entrevoir qu'elle n'étoit pas tout à
fait malheureuse, & trouva fort à propos de gagner adroitement du
temps. Elle essuya ses larmes, se déterminant, suivant le sentiment
de sa sœœur, appuyé par madame de Briance, à recevoir l'oncle de
Fatville avec une civilité apparente, afin de ne pas effaroucher la
vicomtesse, qui, la voyant rentrer avec une humeur tranquille, ne
douta pas un moment que ce ne fut un effet de sa morale, & s'applaudit
plus d'une fois d'avoir eu l'esprit de persuader sa nièce. L'oncle de
Fatville parut en ce moment, & fit son compliment à Saint-Urbain, qui
lui répondit peu de choses, & Fatville ajouta au sujet présent tout
ce qu'il avoit entendu dire de mauvais en de semblables occasions.
Madame de Salgue s'étant aperçue que ce mariage n'étoit pas du goût
de Saint-Urbain, ne lui en parla que pour la plaindre. La baronne
de Sugarde, persuadée que le chevalier n'avoit plus d'espérance de
l'épouser, & qu'après un tel événement elle pouvoit plus facilement
s'approprier cet amant par ses charmes, dissimula finement la joie
qu'elle en ressentit au fond du cœœur, & se garda bien de témoigner
à Saint-Urbain d'autres sentimens que ceux que ses amies faisoient
paroître.

Le chevalier, qui venoit de rentrer avec son frère, eut bien de la
peine à se contraindre, pour cacher le chagrin qu'il avoit de voir
Saint-Urbain dans une espèce d'indifférence sur le sujet de cette
fatale nouvelle, & d'en apprendre la confirmation par la bouche même de
la vicomtesse, qui prévint la compagnie dans ce moment, que le frère de
Fatville devoit arriver sur le soir.

Alors transporté d'amour & de désespoir, sans se donner le temps
de rien examiner, il courut à l'écurie prendre un cheval; & pour
s'éloigner du château avec plus de diligence, il le poussa à toutes
jambes sur le chemin de Rennes, par où devoit arriver son odieux rival.

Le jour commençoit à baisser, quand le bruit de quelques chevaux
tirèrent le chevalier de sa rêverie. Il aperçut de loin un homme
à cheval enveloppé dans un gros manteau rouge, suivi de trois
personnes aussi à cheval; & ne doutant plus que ce ne fût son rival,
il courut l'épée à la main attaquer celui qui paroissoit le maître.
Voyons, dit-il en l'abordant, d'un ton de voix que la colère rendoit
méconnoissable, si tu es plus digne que moi du bien que tu cherches à
m'enlever.

Cet homme, qui étoit prévenu d'un chagrin aussi pressant que celui du
chevalier, jeta promptement son manteau, & mit l'épée à la main. Ils se
battoient un égal avantage, quand les gens de la suite de l'inconnu se
mirent en devoir de les séparer; mais il leur ordonna de se retirer.
Le son de cette voix suspendit la colère dont le chevalier étoit
animé. D'abord il fit reculer de quelque pas son cheval, & baissant
la pointe de son épée, il s'écria: Quoi! je viens d'attaquer une vie
que je défendrois mille fois au prix de la mienne! L'inconnu, c'étoit
Tourmeil, surpris d'entendre la voix du chevalier de Livry qu'il
distinguoit fort bien, demeura tout immobile, & ne savoit que penser
d'une telle aventure. Enfin ces deux amis, revenus de leur étonnement,
& se sentant l'un & l'autre le cœœur attendri, s'approchèrent, &
s'embrassèrent avec toute la joie qu'une véritable amitié peut causer.
Le chevalier vouloit apprendre en peu de mots à son ami le dessein
qui l'avoit conduit dans cet endroit. Tourmeil l'interrompoit à
tout propos, pour lui parler de madame de Briance. Dans ce moment,
la curiosité les poussoit tous deux à se faire plusieurs questions
à la fois; & jamais conversation ne fut ni moins suivie, ni plus
intéressante; ils en oublièrent leur chemin.

Un homme à cheval qui venoit le grand galop, s'arrêta pour leur
demander s'il y avoit encore bien loin du lieu où ils étoient, au
château de Kernosy, & leur témoigna qu'il étoit fort pressé de s'y
rendre. Le chevalier, curieux de savoir quel étoit le motif de cet
empressement, lui répondit qu'ils y alloient, & qu'il pouvoit les
suivre. Cet homme étoit le valet de chambre du frère aîné de Fatville,
& très-grand causeur. Il fut ravi de trouver matière de parler; ce
plaisir, ralentissant le désir de continuer son voyage, lui fit faire
tout au long le récit d'un accident qui avoit contraint son maître de
s'arrêter dans un village à deux lieues de Rennes, où on le pansoit
d'une blessure qu'il s'étoit faite à la jambe en tombant de cheval; il
avoit fait partir ce valet, pour en porter la nouvelle à son frère, à
son oncle, & à madame la vicomtesse.

Tourmeil, entendant tout cela, dit en particulier au chevalier de
Livry, que l'amour ne favorisoit pas les intentions de son rival, & que
ce retardement leur donneroit le temps de rompre un mariage dont on ne
voyoit nulle apparence d'heureux succès. Ensuite ils continuèrent leur
chemin sans se parler. Le chevalier étoit occupé de l'état présent de
sa destinée, & Tourmeil sentoit des transports de joie qui augmentoient
à mesure qu'il aprochoit du lieu où étoit madame de Briance. Ce n'est
pas que l'appréhension de ne la pas trouver dans les mêmes sentimens où
il l'avoit laissée, ne lui causât bien de l'inquiétude; mais rien ne
peut balancer dans un cœœur amoureux le plaisir de voir ce qu'il aime.

Tourmeil, en arrivant au château, pria le chevalier de ne le pas faire
connoître à la compagnie, avant qu'il eût apris de que le manière
madame de Briance vouloit qu'il en usât avec madame la vicomtesse.
On n'y parloit alors que du chevalier de Livry, tout le monde étoit
en peine de son absence. Kernosy, Saint-Urbain, & madame de Briance,
craignant qu'il ne lui arrivât quelque malheur, prièrent le comte de
Livry & le baron de Tadillac de l'aller chercher sur le chemin de
Rennes; mais la nuit déjà un peu avancée quand ils montèrent à cheval,
fut cause qu'ils s'égarèrent, & qu'après bien des détours inutiles, ils
ne revinrent au château que dans le moment de l'arrivée du chevalier,
qui entroit dans sa chambre avec Tourmeil. Il auroit bien voulu le
faire monter secrètement, mais cela n'étoit pas possible. Il donna
ordre qu'on allumât promptement du feu; qu'on fournît à son ami tous
les rafraîchissemens nécessaires, & qu'on le laissât reposer, en
attendant qu'il pût lui faire compagnie; ensuite il vint introduire le
valet de chambre du frère de Fatville, qui fit son compliment à madame
la vicomtesse de la part de son maître, & lui apprit la nouvelle de sa
blessure. La présence du chevalier rassura toutes les belles personnes
qui s'intéressoient à lui; les Fatville seuls & madame la vicomtesse
paroissoient n'être attentifs qu'au discours du valet de chambre. Après
plusieurs questions qu'ils lui firent en particulier touchant la chute
de son maître, ils résolurent de partir tous deux le lendemain, pour le
faire transporter à Rennes.

Cependant Saint-Urbain & la Marquise querelloient le chevalier de son
départ précipité; la honte d'avoir fait cette course inutile, l'empêcha
de leur en découvrir le véritable motif; il leur dit seulement tout
bas: je vous apprendrai ce soir la raison qui m'a fait monter à cheval
avec tant de diligence, & je suis sûr que madame de Briance m'en saura
bon gré.

La vicomtesse ayant rejoint la compagnie, demanda au chevalier d'où
il venoit. Le baron, qui voyoit que cette question embarrassoit
le chevalier, & le comte de Livry qui venoit d'arriver aussi, lui
répondit: c'est un petit secret qui me regarde, Madame, dont j'aurai
l'honneur de vous rendre compte ces jours-ci. Par-là il les tira
d'affaire.

Ce même soir, Fatville & son oncle, avant de passer dans leur
appartement, prirent congé de la compagnie pour quelques jours. Chacun
s'étant retiré, Kernosy & Saint-Urbain se rendirent dans la chambre de
la marquise, où l'on devoit tenir conseil sur les moyens de rompre le
mariage que l'accident arrivé au frère de Fatville avoit retardé. Sa
prudence leur faisoit espérer que le résultat de l'assemblée ne seroit
pas infructueux; & l'ascendant que le baron avoit sur l'esprit de la
vicomtesse sembloit les assurer que tout réussiroit comme elles le
souhaitoient.

Le comte & le chevalier de Livry y étoient déjà, dans une joie que
ces deux aimables sœœurs ne trouvèrent point convenable à l'état
présent des affaires dont il étoit question. Quel espoir favorable,
dit Saint-Urbain en entrant, vous inspire la joie que je vois répandue
sur vos visages? nous sera-t'il permis d'y prendre part? Madame de
Briance prit la parole, & répondit: Après le bonheur inespéré que
le ciel m'envoye aujourd'hui, on peut tout attendre de la fortune.
Tourmeil revient, & il revient avec les mêmes sentimens qu'il avoit
à son départ. Le chevalier a été ce soir sur le chemin de Rennes;
il a trouvé un homme qu'il lui a envoyé pour savoir si sa présence
me seroit agréable. Kernosy & Saint-Urbain prenoient tant de part à
tout ce qui regardoit madame de Briance qu'elles oublièrent en ce
moment leurs intérêts propres, & ne parlèrent plus que de Tourmeil.
L'essor qu'elles donnnèrent à la joie qui les pénétra, & leur manière
de féliciter la marquise, réprésentoient parfaitement le plaisir que
cette agréable nouvelle leur faisoit sentir au fond de l'ame. Alors
le chevalier voyant tout le monde animé du même esprit, dit: Je vois
bien qu'on ne sera pas fâché que j'amène ici celui que Tourmeil m'a
envoyé. Il sortit, après avoir apris en peu de mots à Saint-Urbain que
le projet de la vicomtesse l'avoit mis au désespoir, & revint aussi-tôt
dans la chambre avec Tourmeil, dont l'air négligé & semblable à celui
d'un homme qui arrive d'un grand voyage, ne laissa pas de charmer,
par sa bonne mine, tous ceux qui ne le connoissoient pas encore.
Madame de Briance, frappée d'une vue si chère & si peu attendue, fit
un grand cri, & demeura immobile sur sa chaise. Tourmeil, surpris
de la voir dans cet état, se jeta à genoux à ses pieds, & lui baisa
les mains, sans avoir la force de prononcer une parole. Il n'y avoit
alors personne de l'assemblée qui ne fût instruit de sa passion, le
chevalier l'en avoit averti avant que d'entrer. Kernosy & Saint-Urbain
ne le crurent point une personne envoyée de la part de Tourmeil; elles
reconnurent d'abord à son port majestueux que c'étoit lui-même.

Le comte de Livry, tout joyeux de recouvrer le meilleur de ses amis,
courut l'embrasser; & jugeant bien que madame de Briance & son amant
étoient encore trop occupés de leur bonheur pour pouvoir parler d'autre
chose, proposa aux deux aimables sœœurs & au chevalier de passer
dans un cabinet prochain, où ils prirent ensemble, avec le baron de
Tadillac qui venoit d'arriver, des mesures certaines pour déterminer
la vicomtesse à l'épouser. Le chevalier donna tranquillement son avis
à ce sujet, ayant l'esprit en repos du côté de Saint-Urbain, qui lui
avoit promis de ne jamais obéir à sa tante, quand elle lui proposeroit
un mariage contraire au choix de son cœœur. Le comte ne fut pas moins
satisfait de la conversation qu'il eut avec mademoiselle de Kernosy: &
le Baron s'engagea de faire tous ses efforts auprès de la vicomtesse,
afin de rompre le mariage qu'elle avoit proposé du frère de Fatville,
& leur procurer à tous l'accomplissement de leurs souhaits. Pour
récompense de sa bonne volonté, les deux aimables sœœurs, le voyant
dans l'impatience de savoir où étoit Tourmeil, lui dirent qu'il le
trouveroit chez madame de Briance: aussi-tôt il y alla lui rendre
visite. Son compliment ne fut pas de longue durée; mais son cœœur
étoit sur ses lèvres: ensuite il vint avec eux rejoindre la compagnie,
qui donna de nouvelles marques de la joie que chacun ressentoit en
soi-même. On leur fit part du résultat de l'assemblée, & de l'embarras
où l'on étoit pour trouver un homme affidé qui eût l'esprit de feindre
qu'il étoit un courrier, & de dire au baron, en lui rendant une
lettre de la part de son tuteur, de faire réponse le même jour, parce
qu'il étoit obligé de retourner en diligence. Tourmeil leur offrit un
gentilhomme qui étoit à lui, capable de réussir dans quelque entreprise
que ce fût; & leur ayant appris l'endroit où il l'avoit laissé avec les
autres domestiques, le baron y alla le lendemain dès le matin, afin de
l'instruire sur tout ce qu'il il auroit à faire.

Cependant la marquise, qui ne vouloit pas encore faire connoître
Tourmeil à la vicomtesse, ni divulguer son retour sans avoir levé tous
les obstacles qui auroient pu suspendre l'exécution du testament de
feu M. de Briance, par lequel Tourmeil étoit institué son héritier
universel, pria le baron, dont le génie le mettoit au dessus de toutes
les difficultés, d'imaginer un moyen pour le faire demeurer inconnu
pendant quelques jours dans le château. C'est une affaire faite, lui
dit-il, si vous trouvez bon que M. de Tourmeil représente le maître
dans la troupe de nos comédiens de campagne. Quelle apparence que cela
se puisse exécuter? répondit S.-Urbain; il faudroit donc que nous les
eussions ici. Le baron ayant répondu qu'ils n'en étoient pas éloignés,
remit au lendemain à leur apprendre son dessein, & Tourmeil promit
qu'il joueroit un rôle assez mal, afin de mieux tromper madame la
vicomtesse, & de la persuader que ce seroit véritablement un comédien
de campagne. Leur conversation finit là; & la nuit étant déjà bien
avancée, chacun se retira.

Le chevalier de Livry emmena dans sa chambre le comte de Tourmeil, qui
étoit trop préoccupé pour se livrer entièrement au sommeil; le plaisir
d'être près de madame de Briance & de la retrouver fidèle, remplissoit
son esprit de telle sorte, qu'il en perdit le repos de la nuit; & la
marquise, agitée de ce trouble charmant qu'inspire la douceur de revoir
ce que l'on aime, ne la passa pas avec plus de tranquillité.

Le baron alla du matin avertir Tourmeil & le chevalier, que, pour
satisfaire au billet de loterie, qui lui ordonnoit de régaler toutes
les dames par une fête, il avoit retenu les comédiens & les musiciens,
qui attendoient ses ordres dans un village à trois lieues du château;
qu'il n'avoit feint leur départ, que pour surprendre la vicomtesse
par leur retour, parce qu'elle ne trouvoit à son gré que les choses
extraordinaires. Et afin que Tourmeil fût dispensé de jouer aucun rôle,
il le pria de prendre la qualité de maître de la troupe.

Ce n'est pas tout continua-t-il en regardant le chevalier de Livry,
songeons au dénouement de nos aventures. Aidez-moi, s'il vous plaît,
tous deux à faire arriver ici notre prétendu courrier qui m'apportera
une lettre de la part de mon tuteur, dont je vous ai parlé: je vais en
faire le modèle; il m'y proposera un mariage avantageux, & me donnera
un ordre positif de partir en diligence. Je me plaindrai des rigueurs
de la fortune, je communiquerai ma lettre à madame la vicomtesse; &
voilà précisément ce qui la déterminera. Mais si elle alloit consentir
à votre départ, reprît le chevalier, que ferions-nous? Il faudroit
s'éloigner, sans doute, répondit le baron. Je vois bien que vous n'avez
pas beaucoup de foi à mes charmes; je trouverai de nouveaux expédiens,
s'il en est besoin: hasardons toujours ce que j'ai résolu. J'espère que
M. le comte de Tourmeil aura la bonté de faire une copie bien lisible
du modèle que je lui donnerai tout à l'heure; madame la vicomtesse ne
connoît point son écriture; étant ici comme prisonnier, il aura le
temps de réussir, & même d'ajouter à cette lettre, dont vous craignez
tant l'événement, tout ce qu'il jugera le plus à propos pour la rendre
très-pressante.

Ce fut à cette occasion que le chevalier instruisit Tourmeil des
différens intérêts qui les rassembloient tous dans le château, & qu'il
lui fit comprendre que la jalousie qu'il avoit conçue contre le baron,
n'étoit fondée que sur des rapports peu vraisemblables qu'on lui avoit
faits à Rennes de la passion de son prétendu rival pour madame de
Briance. Tourmeil, touché de ce discours plein d'amitié du chevalier,
lui avoua qu'il avoit eu trop de facilité à se laisser surprendre;
qu'il avoit cru se battre contre le baron, quand il se vit attaqué dans
un bois sur la route de Rennes; mais que l'accueil favorable de madame
de Briance l'avoit entièrement désabusé de sa crédulité; & il le pria
de ne parler à qui que ce soit de cet aveu.

Le baron vint sur ces entrefaites les retrouver, & lut la lettre, dont
l'invention fabuleuse leur fit beaucoup de plaisir. Il la mit ensuite
entre les mains de Tourmeil, afin que, l'ayant transcrite, on pût en
charger ce gentilhomme qui devoit passer pour un courrier: enfin, ne
voulant pas laisser écouler inutilement le temps qu'il avoit fixé pour
donner une fête aux dames, il dit au chevalier, qu'ayant conçu le
dessein de joindre au divertissement de la comédie une espèce d'opéra,
il ne pouvoit s'adresser qu'à lui, qui avoit une grande facilité à
faire des vers, pour avoir quelques dialogues d'une scène ou deux
seulement; qu'il attendoit incessamment cette pièce, afin de la faire
mettre en musique par le plus habile des musiciens qui étoient à sa
suite. Le chevalier répondit, que les inquiétudes dont son esprit étoit
agité l'empêchoient d'entreprendre cet ouvrage; mais que Tourmeil y
réussiroit mieux que tout autre. Si c'est au plus content, reprit
Tourmeil, à faire les vers dont il s'agit, je pourrois assez justement
être préféré; mais par toute autre raison le choix doit tomber sur
vous. Le baron, impatient d'entendre ces complimens: je vois bien,
leur dit-il, que ceci va se passer en politesses; je prétends avoir un
divertissement pour l'accomplissement de la fête que je dois donner; &
si vous me fâchez, je vous proposerai d'en faire la musique. Enfin le
chevalier & Tourmeil étant convenus de donner au baron les vers qu'il
désiroit, il s'en alla, l'esprit content, faire sa cour à la vicomtesse
qui venoit de se lever. Madame de Briance vint dans la chambre de
son frère, où elle eut le plaisir de voir Tourmeil; & ne pouvant se
dispenser de rendre visite à madame la vicomtesse, elle passa dans
son appartement un peu avant le dîné, accompagnée du chevalier, qui
s'offrit de lui donner la main, après s'être informé par son valet si
l'on avoit soin d'exécuter les ordres qu'il avoit donnés dès le matin,
afin que rien ne manquât de tout ce qui seroit nécessaire à Tourmeil
pendant la journée, & qu'il fût ponctuellement servi à l'heure du dîné.

Comme Tourmeil avoit promis de travailler aux vers que lui avoit
demandés le baron, on resta plus long-temps avec madame la vicomtesse.
Madame de Briance, pour épargner les frais de la conversation, dit
qu'elle avoit un conte de fée à dire. La vicomtesse, qui avoit marqué
son goût pour cette sorte d'ouvrages, fut ravie que madame de Briance
voulût bien se prêter à cet amusement: elle la pressa même de ne pas
différer ce plaisir. Madame de Briance, instruite par le chevalier de
Livry que Tourmeil en avoit un qu'il avoit fait, & qui étoit dans sa
cassette, lui dit de l'aller chercher. Le chevalier l'apporta tout
aussi-tôt; & voyant que tout le monde se disposoit à écouter madame de
Briance, il sortit pour aller tenir compagnie à Tourmeil. La marquise,
obligée de se priver du plaisir de voir son amant, s'en fit un de s'en
occuper en lisant du moins son ouvrage. Elle commença ainsi:



ÉTOILETTE,

CONTE.


Un roi & une reine, maîtres d'un fort beau royaume, régnoient sur des
sujets vertueux & très-vaillans. C'étoit un grand bonheur pour eux que
cette dernière qualité se trouvât dans leurs peuples, car ils étoient
obligés de soutenir une guerre continuelle contre un roi, qui, sur
des raisons assez plausibles, pretendoit un tribut sur son voisin. Ce
roi s'appeloit le roi _Guerrier_, nom qui lui convenoit à merveille.
Il venoit tous les ans à main armée demander au roi _Pacifique_
l'exécution de certains traités fort anciens, faits par la nécessité.
Pacifique refusoit toujours de s'y soumettre, tant parce qu'ils étoient
onéreux, que parce qu'il ne s'y étoit jamais engagé.

Pacifique avoit un fils très-bien fait, jeune; plein d'esprit & de
valeur, charmant, parfait enfin, s'il n'eût point connu l'amour. Mais
presque au sortir de l'enfance cette fatale passion s'empara si bien de
son cœœur, & s'en rendit tellement maîtresse, que sa gloire en étoit
obscurcie. Uniquement rempli de l'objet de son amour, il laissoit
ravager impunément le royaume de son père; insensible à la désolation
de son pays & aux murmures des peuples, il n'étoit occupé que de sa
maîtresse.

Pacifique, justement irrité de cette conduite du prince, menacé de
se voir forcé dans sa capitale, & abandonné de ses propres sujets,
qui dans leur désespoir pouvoient reconnoître le roi Guerrier, pour
conserver leurs vies & leurs biens si mal défendus par leur souverain
légitime, résolut d'en parler sérieusement à son fils.

Ismir (c'étoit le nom du jeune prince) étant venu au lever du roi:
Mon cher fils, lui dit ce bon vieillard, vous avez vu avec combien de
valeur mes peuples ont défendu votre héritage, tant que vous n'étiez
pas en âge de partager leurs périls dans les combats. Ils espéroient
que vous ne démentiriez point le sang dont vous sortez, & qu'un jour
peut-être vous surpasseriez la gloire de vos ancêtres; cependant
depuis que vous êtes en état de seconder leurs efforts & de venger nos
injures, d'où vient, mon fils, dédaignez-vous de prendre la conduite
de mes armées? Ignorez-vous qu'un prince doit donner l'exemple? Tout
l'univers a les yeux sur vous; vous devez compte de vos actions à la
postérité: quelle opinion voulez-vous qu'elle ait de vos vertus?
J'ai vieilli dans les travaux, j'ai soutenu la gloire de cet empire;
maintenant affoibli par les ans, presque privé de la vue, je ne puis
aider mes peuples malheureux à repousser la violence d'un agresseur
qui nous fait injustement la guerre: le conseil & l'expérience sont
les seules ressources qu'ils peuvent encore trouver en moi. J'avois
compté sur ton bras; tromperois-tu mon espérance, mon cher fils? Me
laisserois-tu descendre au tombeau avec la douleur de te voir ravir la
couronne qui t'attend? Non, tu ne me feras point rougir; sois digne de
moi, du sang illustre qui coule dans tes veines; cours à la défense de
sujets fidèles qui bientôt doivent recevoir tes lois.

Mon père, répondit le prince avec un air tranquille, ce n'est point le
manque de courage qui me fait regarder avec indifférence le péril dont
votre royaume est menacé. Ce ne seroit pas non plus l'espoir de régner
qui m'en feroit prendre la défense; & je ne verrois qu'avec une douleur
violente, ce moment qui me couronneroit par une succession légitime.
Aucun de ces motifs ne peut toucher mon cœœur. Mais vous me rendez
malheureux en me refusant la permission d'épouser la belle Etoilette,
c'est le seul bien où j'aspirois; ma mère la traite comme une vile
esclave, parce que le secret de sa naissance ne vous est point révélé:
mes prières n'ont pu la fléchir, ni effacer ce titre odieux, dont je
vous suppliois de ne point la flétrir; accordez-la à mes vœœux, & je
deviens un héros.

Quoi! reprit le vieux roi avec émotion, une esclave te paroîtra
préférable au salut de l'état, au respect que tu dois à ton père! Que
dis-je? à celui que tu te dois à toi-même? Tu déshonorerois ta vie par
une alliance si honteuse? Et quand les filles des plus grands rois
désirent ardemment de te voir choisir entre elles; une esclave, une
fille sans nom, sans parens, prise dans une ville abandonnée par la
terreur de nos armes, conservée par la seule compassion de mon général,
& que la reine ta mère prit par pitié, tu veux, fils indigne, que je
te donne à cette malheureuse? qu'elle devienne ma fille, & que, pour
satisfaire tes désirs extravagans, je me couvre d'ignominie, que je
fasse asseoir une esclave sur mon trône? Ne le présume pas, & s'il te
reste encore quelques sentimens, rougis de la foiblesse d'une pareille
proposition.

Cette esclave que vous méprisez tant, mon père, reprit Ismir un peu
agité, est plus grande dans ses fers que les princesses les plus
élevées: sa vertu, son courage, ses sentimens la rendent digne du
trône le plus auguste. Pourquoi deviendrois-je l'époux d'une princesse
enivrée de son rang, capricieuse & sans attachement pour moi?
Etoilette, il est vrai, n'a de connus ni parens, ni haute alliance:
mais n'êtes-vous pas assez grand roi pour lui tenir lieu de tout? Je
n'ai pas besoin de vains titres; l'amour seul peut me rendre heureux.
La sagesse & la beauté ont formé mes liens; la vertu d'Etoilette les a
rendus immortels, & j'abandonnerois plutôt la couronne que de renoncer
à....

C'est assez, mon fils, interrompit le roi Pacifique; vous saurez demain
mes volontés. Le prince salua respectueusement le roi son père, & se
retira, fort inquiet des suites de cette conversation.

Le roi alla de ce pas chez la reine, & lui raconta, dans l'amertume
de son cœœur, ce qui venoit de se passer entre son fils & lui. Cette
princesse, naturellement fière & emportée, obtint aisément du roi son
époux qu'il la laissât faire, & l'assura qu'il seroit bientôt vengé.
Ce prince étoit si outré contre son fils; qu'il donna à la reine un
pouvoir sans bornes de réduire le prince à l'obéissance, sans même
s'informer des moyens qu'elle y emploieroit.

Etoilette se ressentit la première des fureurs de la reine; elle
fut arrêtée, & des soldats cruels la mirent aux fers. Pourquoi
m'enchaînez-vous? leur disoit-elle avec cette douceur aimable & ce son
de voix capable d'attendrir les rochers. Si c'est par l'ordre du roi
ou de la reine, dites-le moi seulement, j'obéirai; mais on s'abuse,
si, par un traitement si rigoureux, on croit me contraindre à renoncer
au charmant Ismir: je puis ne jamais l'épouser, mais je l'aimerai
toujours. Ces barbares, sans daigner lui répondre, l'enlevèrent
avec violence, & la portèrent au donjon d'une vieille tour, où l'on
n'enfermoit d'ordinaire que les gens accusés des plus grands crimes;
l'ayant jetée dans cette affreuse prison, ils en fermèrent les portes
avec soin, & se retirèrent secrètement.

La belle & malheureuse Etoilette reconnut la reine à ces traits de sa
vengeance. Son ame ne fut point émue de ces cruautés; mais ce lui fut
un grand chagrin de ne plus voir celui à qui elle auroit sacrifié sa
vie; s'en occuper étoit pour elle une espèce de soulagement, & il ne
lui échappa aucun mouvement de colère contre ses persécuteurs. Liée
étroitement, & couchée sur la terre nue, elle demeura ainsi jusqu'au
soir. Alors une vieille esclave lui apporta à manger, & la délia sans
ouvrir la bouche. Etoilette la remercia affectueusement, sans se
plaindre de personne, & l'esclave se retira. Un dur & petit grabat
étoit le seul meuble qui s'offrit à Etoilette, pour reposer ce corps
si délicat, & tout meurtri des fers dont on l'avoit enchaîné. Elle s'y
jeta, en versant des larmes que le souvenir de son tendre amant lui
arrachoit, & passa la plus cruelle des nuits; mais elle souffroit pour
son amant, & cette pensée seule l'animoit encore à souffrir.

On lui apportoit à manger aux heures ordinaires; elle n'y touchoit
point. Une belle chatte blanche comme la neige, sautant des toits tous
les soirs, entroit par la fenêtre de ce malheureux donjon, & mangeoit
le souper d'Etoilette. Elle se couchoit la nuit, s'alongeant près de la
belle esclave, & la réchauffoit: ce n'étoit pas un service médiocre,
car il faisoit alors un froid épouvantable. Les heures, qui sembloient
des instans auprès d'Ismir, étoient alors devenues de longues années.

Cependant le bruit se répandit que la belle Etoilette étoit perdue.
Personne n'ignoroit, ni l'amour du prince pour cette charmante esclave
ni la répugnance qu'y avoient le roi & la reine. Ainsi on se persuada
aisément, ou qu'Etoilette avoit pris la fuite, ou que la reine l'avoit
fait mourir. On n'osoit en parler au prince; il ne soupçonnoit même pas
ce qui étoit arrivé, parce que depuis sa conversation avec le roi, il
n'avoit osé se présenter à la reine sa mère, dont il connoissoit le
caractère violent. Ce n'étoit cependant que chez la reine qu'il voyoit
Etoilette; elle étoit si sage, qu'elle ne l'eût pas reçu ailleurs, &
il aimoit mieux se priver pour quelques jours du plaisir de la voir,
que d'exposer cette charmante fille à se ressentir de la colère où la
reine devoit être contre lui. Il craignoit aussi qu'Etoilette, usant
de l'empire qu'elle avoit sur son cœœur, ne le forçât elle-même à se
prêter aux désirs du roi son père, & il auroit souffert la mort plutôt
que de renoncer à elle, & de la laisser sous la puissance tyrannique
de la reine. Comme il n'étoit pas possible qu'il ignorât long-temps
la disparition de sa chère Etoilette, le confident intime du prince
hasarda enfin de lui annoncer cette fâcheuse nouvelle.

Qui pourroit exprimer sa douleur & le désespoir d'Ismir? Il prit cent
résolutions, & ne s'arrêta qu'a celle de se tuer: son confident ne put
l'en détourner qu'en lui réprésentant que si Etoilette vivoit encore,
comme il y avoit lieu de le croire, le roi & la reine dévoueroient à
la mort cette innocente beauté, qu'ils regarderoient comme l'unique
cause de celle du prince: qu'il falloit donc se conserver pour elle,
& attendre tout du temps. Le malheureux Ismir se rendit à ces sages
conseils; mais il résolut de s'enfermer dans son cabinet, & de n'en
sortir qu'après qu'on lui auroit rendu la belle Etoilette.

Le roi Pacifique ayant appris l'excessive douleur de son fils & sa
funeste résolution, eut avis en même temps que le roi Guerrier, ayant
remporté divers avantages & forcé tous les passages, alloit paroître
aux portes de la capitale. Il courut à l'appartement d'Ismir: à quelle
honte, mon fils, un fol amour va-t'il te livrer? lui dit ce père
affligé. Tu abandonnes lâchement ta patrie, ton père, ta couronne.
Vois, Ismir, vois l'extrémité où je suis réduit: repais-toi de ma
douleur cruelle & de mon désespoir; jouis du plaisir de voir flétrir ma
vieillesse & le sang illustre de tes ancêtres. Le roi Guerrier, à la
tête d'une armée formidable, est déjà sous nos murs, & menace de les
escalader. Mes troupes sans chef, prêtes à nous abandonner, vont te
donner l'affreux spectacle de me voir en proie livré à la fureur d'un
ennemi irrité. Si l'intérêt & la conservation de ton père ne peuvent te
toucher, si tu as résolu de me laisser périr, laisse-moi expirer, j'y
consens; mais, au nom des dieux, sauve un peuple malheureux & fidèle, &
toi-même, mon cher fils!

Il s'arrêta à ces mots; la douleur étouffoit sa voix, & il tomba sur un
siége en arrachant ses cheveux blancs.

Ismir, ému jusques au fond de l'ame par ce discours, & par la cruelle
situation où il voyoit son père, prit les mains de ce triste vieillard,
les serra tendrement dans les siennes, & tombant à ses genoux: Mon
père! s'écria-t'il, daignez me pardonner; vivez si vous voulez que je
vive; ajoutez-y, pour comble de faveur, qu'Etoilette me soit rendue
après que j'aurai vaincu vos ennemis; je vais les combattre: conservez
votre couronne, Etoilette seule fera ma félicité: aprenez-moi qu'elle
vit encore.

Le vieux roi, ravi de retrouver son fils digne de lui, l'embrassa
en versant des larmes de joie; il l'assura par les sermens les plus
sacrés, qu'on n'avoit point attenté à la vie d'Etoilette, & qu'il la
verroit à son retour. Persuadé par ces sermens, jouissant déjà en
espérance du bonheur de voir sa chère Etoilette, le tendre Ismir baisa
les mains du roi, qu'il arrosoit de ses larmes. On lui fit apporter une
magnifique armure toute brillante d'or, de rubis, & de diamans; son
père lui-même voulut l'armer, & lui donna un superbe coursier. Ismir,
plus beau que le jour, impatient de combattre, embrassa encore une
fois les genoux du roi son père; rempli de joie & d'ardeur, il monta
fièrement à cheval, alla droit aux portes de la ville, qu'il se fit
ouvrir aussi-tôt, & courut à l'ennemi.

La joie de revoir bientôt Etoilette, le jeta dans une douce rêverie qui
pensa lui être fatale; il oublia tout à coup qu'il étoit en présence
des ennemis, & ne revint à lui-même que quand il en fut entièrement
entouré, & dans le plus grand danger de perdre la vie ou la liberté.

La garde avancée, qui avoit vu un cavalier de si bonne mine s'avancer,
le prit d'abord pour un des principaux officiers du roi Pacifique, que
ce prince envoyoit peut-être faire quelques propositions; mais ayant
remarqué qu'il avançoit toujours, sans daigner répondre aux questions
qu'on lui faisoit, elle l'entoura. Ismir sortit alors de sa profonde
rêverie, & connut le péril où il s'étoit exposé si imprudemment. Mais
loin d'en être effrayé, mettant promptement l'épée à la main, il
fondit comme un aigle sur ceux qui se trouvèrent plus près de lui:
il en abattit douze en un instant, & se fit faire place. Les autres,
irrités & ardens à venger leurs compagnons, l'attaquèrent alors de
toutes parts: mais le terrible Ismir les fit bientôt repentir de leur
témérité, & coupant les bras aux uns, pourfendant les autres, & faisant
voler les têtes, il renversa, tua, ou mit tout en fuite. Cependant ses
troupes, que la prodigieuse vîtesse de son coursier avoit empêchées de
le joindre, arrivèrent enfin, & profitèrent si bien de la terreur que
l'incomparable Ismir avoit répandue dans l'armée ennemie, & du désordre
qui s'y étoit mis, que, donnant courageusement sur des troupes étonnées
d'une attaque si brusque & si inopinée, elles firent tout plier. En
vain le roi Guerrier fit les plus grands efforts pour rallier ses
troupes fugitives; Ismir le remarqua, & il y eut entre eux un terrible
combat, où chacun fit éclater sa valeur & sa force; le roi Guerrier,
vaincu enfin, se vit au pouvoir de son ennemi, & son armée acheva de se
dissiper.

Ainsi finit cette glorieuse journée. Ismir rentra dans son camp, où la
joie régna toute la nuit, & envoya porter au roi Pacifique la nouvelle
de sa victoire. Il traita généreusement son illustre prisonnier, le fit
servir comme lui-même, & l'ayant, au point du jour, fait monter sur un
cheval richement harnaché, il l'amena au roi son père.

Pacifique le reçut avec des transports de joie inconcevables, & ordonna
des fêtes qui dévoient durer plusieurs jours.

Ismir, toujours occupé de son amour, attendoit la récompense qui lui
avoit été promise; son père ne lui en parloit point, & il n'osa l'en
faire souvenir ce jour-là: mais il alla dès le lendemain matin lui
demander Etoilette.

Qu'osez-vous dire, Ismir? répondit le roi d'un ton ferme & absolu;
n'espérez pas qu'une indigne complaisance me fasse jamais consentir
à une chose qui terniroit la gloire dont vous venez de vous couvrir.
Choisissez une princesse digne de vous; ne me parlez pas davantage de
ce qui m'a déjà irrité tant de fois; vous me forceriez à prendre un
parti violent.

Ainsi s'exécutent les promesses quand la crainte du péril est
dissipée. Tout déterminé qu'étoit naturellement Ismir, il trembla à
ces foudroyantes paroles, non pour lui, mais pour la vie d'Etoilette.
Il ne répliqua pas un mot, & dissimulant sa colère, il sortit, alla
trouver le roi prisonnier; & l'abordant avec une grande émotion, il
le fit trembler d'effroi: Ne craignez rien, seigneur, lui dit-il avec
une voix tremblante & altérée; je viens vous rendre la liberté; je le
puis, je suis votre vainqueur, recevez-la donc de ma main; mais à une
condition, c'est qu'aussi-tôt que vous serez arrivé dans votre pays,
vous rassemblerez promptement votre armée, & viendrez vous emparer
de ce royaume, dont la candeur & la bonne foi sont bannies: je vous
aiderai moi-même à en faire la conquête.

Le roi Guerrier, étonné d'une proposition si étrange, regarda fixement
Ismir, dont la physionomie étoit toute changée; & après avoir rêvé un
moment: Prince, répondit-il, la liberté est d'un si grand prix, que je
l'accepterois avec une vive reconnoissance, quand vous n'y ajouteriez
pas un présent aussi considérable que celui que vous voudriez me faire:
mais toute précieuse qu'elle est, je ne l'accepterai jamais, s'il faut
trahir ma vertu, & dépouiller mon libérateur, d'un bien que je lui
conserverois aux dépens de ma vie: non, je ne ternirai pas ainsi ma
gloire.

O vertu, que ton exemple est puissant! Ismir, rappelant toute la
sienne, & touché d'un refus si généreux, fondit en larmes; puis il
raconta ses douleurs au roi, & les raisons qui l'autorisoient à se
plaindre de son père. Le roi Guerrier l'écouta attentivement, le
plaignit, le consola, & lui promit un asile dans ses états, s'il en
avoit besoin.

Ismir, toujours résolu de rendre la liberté à son prisonnier, vint
au commencement de la nuit ouvrir lui-même les portes de sa prison,
l'accompagna à cheval jusqu'à la sortie de la ville, & rentra
secrètement au palais.

Le roi Pacifique ayant su dès le lendemain l'évasion de son ennemi,
ne douta pas que son fils n'en fût l'auteur. La reine, encore plus
en colère, forca son mari à faire aussi-tôt arrêter Ismir, & il fut
enfermé dans le bas d'une tour à l'extrémité des jardins; où on posa
une garde nombreuse. Il ne s'en émut point, & se trouvoit trop heureux
d'être seul, & de pouvoir penser continuellement à son amour.

Cependant la jeune Etoilette, toujours prisonnière, ne sentoit la
privation de sa liberté que parce qu'elle ne pouvoit plus voir son
amant. Les réjouissances publiques, dont le bruit alloit jusqu'à elle,
lui avoient fait soupçonner qu'il avoit remporté la victoire, & sa
vieille géolière le lui avoit confirmé, ce qui la consola un peu de
ce qu'elle souffroit éloignée d'Ismir. Une nuit qu'elle étoit à la
fenêtre du donjon, par un beau clair de lune, dans un de ces momens où
le silence de toute la nature semble donner plus de force aux idées,
l'imagination échauffée d'Etoilette lui retraça tous ses malheurs
avec des couleurs si vives, que ses yeux, accoutumés aux larmes, en
répandirent avec encore plus d'abondance, & ses joues & son sein en
étoient tout couverts: sa chatte, son unique & fidèle compagnie,
s'étoit assise sur la fenêtre auprès d'elle, & regardoit attentivement
la malheureuse Etoilette, qui ne s'en apercevoit pas; cette charmante
chatte se mit à soupirer à son tour, & de sa patte essuyoit doucement
les larmes de sa maîtresse. Etoilette ne put s'empêcher de la caresser.
Hélas! ma chère Blanchette, lui disoit-elle, toi seule dans l'univers
compâtis à mes maux; Ismir lui-même, occupé de sa gloire, ne pense
peut-être plus à moi. Je cherche à les soulager, belle Etoilette,
répondit la chatte; & pour commencer, je vous avertis que votre amant
n'est point ingrat, & qu'il souffre autant que vous dans la tour où son
père l'a fait enfermer. Bien des gens, sans doute, seront surpris de
ce qu'Etoilette ne s'évanouit pas d'entendre parler une chatte; mais
outre qu'elle disoit des choses fort intéressantes, puisqu'elle lui
parloit de son amant, c'est qu'Etoilette s'étoit fort orné l'esprit par
la lecture des contes de fées, dont les beaux esprits de ce pays-là
saisoient leur unique étude. Cependant elle fut un peu surprise, il
ne faut pas dissimuler le vrai; mais loin d'être effrayée, elle prit
la chatte entre ses bras, & vint s'asseoir sur son petit grabat pour
entendre plus à son aise ce qu'elle auroit encore à lui dire. Quoi!
ma petite Blanchette, vous vous intéresserez à mes peines? disoit
Etoilette en donnant mille baisers à ce joli animal. Oui, charmante
Etoilette, reprit la chatte, & vous allez le voir. Alors sautant à
terre, elle devint tout à coup une grande & belle Dame, habillée
d'hermine, avec des cordons de diamans en festons sur sa jupe, &
coiffée en cheveux à ravir.

Dès qu'Etoilette vit cette métamorphose subite, elle se jeta aux pieds
de la fée. Levez-vous, belle Etoilette, lui dit la fée en l'embrassant,
je suis Herminette, & j'habite ordinairement cette tour, pour secourir
les malheureux qu'on y enferme quelquefois aussi injustement que vous.
Mais comme j'ai présidé à votre naissance, & que vous êtes fille
du puissent roi de l'Arabie heureuse, j'ai eu encore un soin plus
particulier de vous: ne pouvant forcer la destinée qui vous poursuit,
au moins ai-je voulu vous consoler, à cause de la bonté de votre
cœœur, que j'ai reconnue au soin que vous avez eu de moi, sous la
figure que j'avois empruntée. Je vous ai jugée digne de mon secours &
de mes faveurs, dont vous allez voir des effets.

Etoilette étoit si transportée de ce qu'elle entendoit, & si ravie
d'apprendre que sa naissance l'égaloit à son amant, qu'elle ne songeoit
point à interrompre la fée Herminette. Mais comme elle lui avoit appris
qu'Ismir étoit en prison, elle osa lui en demander le sujet, & si elle
ne daigneroit pas aussi le protéger. La fée satisfit sa curiosité sur
la détention du prince, & ajouta qu'elle ne pouvoit encore rien pour
lui. Mais, ma chère enfant, ajouta-t-elle, je vais dans l'instant même
vous donner les moyens de le voir & de le consoler. Prenez en attendant
cette petite boîte que je vous donne, & souvenez-vous de ne l'ouvrir
que dans votre plus grand péril. Je vous protégerai toujours, si vous
ne révélez point ce secret à votre amant. Je vais vous faire sortir de
la tour; c'est tout ce que je puis pour vous en ce moment.

A ces mots, la fée frappa de sa baguette les murs du donjon; les
pierres tombèrent doucement, & s'arrangeant avec un art admirable,
formèrent aussi-tôt un escalier large & commode, par lequel Etoilette
descendit, après que la fée l'eut embrassée encore, & lui eut fait
promettre qu'elle ne diroit point à son amant par qui elle avoit été
délivrée. Etoilette ravie descendit légèrement ce merveilleux escalier,
& se trouva dans une plaine immense que regardoit un côté de sa tour;
puis se tournant, elle vit avec étonnement que les pierres qui avoient
formé l'escalier, remontant d'elles-mêmes, reprenoient leur première
place, comme si d'habiles ouvriers eussent conduit l'ouvrage. Elle
s'éloigna, & vint droit à la tour où le prince étoit enfermé. Cette
tour, placée dans un coin du parc, étoit entourée de gardes, excepté
du côté de la plaine, parce qu'il n'y avoit qu'une seule fenêtre,
très-étroite & bien grillée: une sentinelle veilloit jour & nuit sur
la plate-forme de la tour.

Etoilette tressaillit en s'approchant de la prison d'Ismir, & favorisée
des nuages, elle approcha de la petite fenêtre, sans être aperçue. La
lune se dégageant, lui prêta alors assez de lumière pour apercevoir son
cher Ismir; il étoit couché sur une natte de joncs, pâle, défiguré,
presque immobile. Mais on ne peut tromper les yeux d'une amante.

Ismir! mon cher Ismir! lui cria-t-elle doucement, voici votre Etoilette
que l'amour vous ramène. Approchez, cher prince, venez l'assurer que
vous l'aimez encore: que ne m'est-il possible d'aller jusqu'à vous!
Cette voix chérie, qui passa jusqu'au cœœur d'Ismir, émut tout ses
sens; il se leva en chancelant, & retrouva assez de forces pour
s'approcher de la fenêtre, où la charmante Etoilette lui tendoit les
bras. Souveraine de mes jours, délices de mon ame! s'écria l'amoureux
prince en baisant mille fois les mains d'Etoilette, est-ce vous que je
vois? Il n'eut pas la force d'en dire davantage; la joie & la douleur
le serraient tellement, qu'il pensa s'évanouir; & si la belle princesse
ne l'eût retenu, il seroit tombé. Les pleurs qu'il versa en abondance,
& dont il arrosoit les mains d'Etoilette, le soulagèrent un peu.

Son amante n'étoit guère en meilleur état; enfin, après un assez long
silence, & plus éloquent que les discours les mieux arrangés, ils
commencèrent à s'entretenir de leur commun malheur, se firent cent
questions, répétèrent mille fois les mêmes choses, & se jurèrent
mutuellement une ardeur éternelle.

Etoilette ne dit point alors à son amant comment elle s'étoit échappée
de la tour où la reine l'avoit fait enfermer; mais elle eut le plaisir
de lui apprendre qu'elle étoit née princesse. Ismir sentoit si peu
que ce titre manquoit à Etoilette, il en fut si peu surpris, qu'il ne
s'informa seulement pas comment elle l'avoit appris.

Il ne parla que des moyens de la rejoindre bientôt; & ne doutant
pas que le roi ne le remît en liberté dès qu'il sauroit l'évasion
d'Etoilette, il lui conseilla de s'éloigner promptement de ces lieux
funestes, la conjurant de cacher sa beauté autant qu'il seroit
possible, jurant que sa mort seroit inévitable, s'il venoit à apprendre
qu'un autre l'aimât, & fût assez heureux pour lui plaire. Mon cœœur
est à vous pour jamais, cher prince, répondit tendrement Etoilette;
soyez persuadé de ma constance: je choisirois la mort, plutôt que de
vous être infidèle.

Le prince rassuré supplia Etoilette de lui faire promptement savoir
l'asile qu'elle auroit choisi, en adressant la lettre à Mirtis, son
confident, jeune seigneur qui lui étoit entièrement dévoué: il lui
marquoit le hameau qui étoit au bout de la plaine, comme un lieu où
elle pourroit l'attendre pendant quelques jours. Ils prenoient ainsi
leurs mesures, lorsqu'un gros chat blanc passant près d'Etoilette, lui
cria en courant: Sauve-toi, ma fille; voici les gendarmes du roi qui
te cherchent pour te tuer. L'effroi saisit ces deux amans. Etoilette
surprise ne vit de moyen d'éviter la troupe, que celui de s'envelopper
dans sa mante, & de se cacher dans un buisson fort épais, qui avoit cru
au pied de la tour.

Il étoit temps, car Pacifique, averti effectivement qu'Etoilette
n'étoit plus dans le donjon, avoit aussi-tôt fait monter à cheval
gendarmes & mousquetaires, pour aller à sa poursuite: son dessein
étoit de la faire brûler vive; mais ces troupes, qui passèrent si
près d'Etoilette, ne l'aperçurent point, & coururent au loin de tous
côtés. Dès qu'ils furent éloignés, la pauvre princesse, tremblante
de peur, se rapprocha de la fenêtre où Ismir étoit presque mort,
tant il craignoit pour elle. Etoilette coupa une tresse de ses beaux
cheveux blonds, & la donna au prince, comme un gage de son amour: la
frayeur lui donnant des aîles, elle courut vers le hameau avec tant de
légereté, qu'à peine l'herbe ployoit sous ses pieds; ils étoient nus, &
ses jambes, semblables à des colonnes d'ivoire, effaçoient la blancheur
des lys & des marguerites.

Cependant la princesse étoit si troublée, qu'elle s'égara; & au lever
de l'aurore, se trouvant à l'entrée d'une vaste forêt, elle s'y
enfonça. Après une heure de marche, elle arriva sur une belle pelouse
arrosée d'une fontaine rustique, ombragée de chênes aussi anciens que
le temps, & d'une hauteur prodigieuse: accablée de lassitude, Etoilette
s'assit en cet endroit.

Là, rappelant tous ses malheurs, comparant le temps si court où
elle avoit joui du bonheur de revoir son amant, avec l'immensité
de celui qu'elle seroit peut-être sans le rejoindre, elle répandit
tant de larmes, que la terre en étoit trempée. Le sommeil, dont elle
ne connoissoit plus les douceurs, vint lui fermer les yeux, & elle
s'endormit profondément.

Or cette forêt, étoit celle qu'habitoient depuis plusieurs siècles
les centaures jaunes; c'étoit l'asile qu'ils avoient choisi après la
malheureuse affaire qu'ils eurent contre les Lapithes, aux noces de
Pirithoüs. Quelques-uns, qui étoient à la chasse, passèrent par hasard
auprès d'Etoilette. La nouveauté d'un tel objet, sa beauté ravissante
les firent s'arrêter, & beaucoup d'autres s'y joignirent bientôt. La
princesse, en ouvrant les yeux, fut saisie d'une extrême frayeur de se
trouver seule dans un bois au milieu d'une pareille troupe; mais quand
elle vit les centaures l'admirer, & se dire entre eux que c'étoit sans
doute une fée ou quelque divinité, sa crainte fut bientôt dissipée.

Puisque les hommes conspirent ma perte, se disoit-elle en elle-même,
& que le seul auquel je puisse demander du secours est hors d'état de
m'en donner, essayons, cette espèce de créature est peut-être moins
barbare; d'ailleurs je ferois de vains efforts pour me sauver, & je
suis dans la nécessité de demander sa protection. Après ces courtes
réflexions, la princesse levant modestement les yeux sur les centaures:

Mes amis, leur dit-elle, vous voyez une fille malheureuse, qui fuit la
fureur d'un roi puissant; accordez-moi un asile parmi vous. Je n'ai
que de la reconnoissance à vous offrir, & mon amitié, si vous voulez la
recevoir.

Les centaures, qui n'étoient pas grands complimenteurs, mais francs &
sincères, lui répondirent qu'ils seroient ravis qu'elle voulût bien
rester avec eux, & qu'ils la protégeroient avec plaisir.

Alors un d'eux lui dit de monter sur sa croupe, les autres l'y
aidèrent; & cette troupe s'éloignant, conduisit Etoilette dans une
vaste caverne, où logeoient plusieurs centauresses, auxquelles on la
remit pour en avoir soin.

Les centauresses reçurent Etoilette avec beaucoup de joie, &
s'empressèrent à la servir. Tous les jours on lui procuroit de
nouveaux divertissemens, tels que la chasse, la pêche, & les joûtes
que faisoient entre eux les forts centaures. Etoilette décernoit les
prix; c'étoit ou une fleur, ou une couronne de feuilles de chêne: ils
les recevoient de sa main avec plus de satisfaction que ne leur auroit
causé un empire.

Ils l'aimoient, ils la respectoient, & s'affligeoient sincèrement de
ce qu'elle étoit toujours triste & solitaire: ils lui demandèrent un
jour la raison de cette tristesse profonde. Etoilette avoit trop de
confiance en eux pour leur refuser le récit de ses malheurs; ils en
furent touchés, & la princesse profitant de cette heureuse disposition:
Puisque vous avez tant de bonne volonté pour moi, leur ajouta-t-elle,
il faudroit que l'un de vous allât à la cour, & invitât Ismir à venir
_chasser une biche blanche aux pieds d'argent_, qui s'est réfugiée dans
cette forêt; il entendra aussi-tôt ce que cela signifie. Elle ne put
continuer, & versa un torrent de larmes. Les centaures, grossiers, mais
bons & sensibles, jurèrent non seulement de faire sa commission, mais
encore de ravager le royaume de son persécuteur, & même de le mettre à
mort, si elle le vouloit. A dieu ne plaise! s'écria la princesse, que
j'exige de votre amitié une pareille vengeance; le père d'Ismir sera
toujours respecté d'Etoilette, & je défendrois sa vie aux dépens de la
mienne.

Les centaures, qui avoient le cœœur naturellement simple & juste,
trouvèrent dans un sentiment si généreux de nouveaux motifs de
respecter Etoilette. Un d'eux fut choisi pour aller à la cour du roi
Pacifique; son esprit & son bon sens firent espérer à Etoilette qu'il
réussiroit dans sa négociation.

Cependant, aidée des centaures, elle se fit une petite habitation,
où elle se retiroit souvent pour verser des larmes qu'elle donnoit
au souvenir de son amant. La forêt étoit si touffue & si remplie de
Centaures, que personne n'osoit en approcher. Suivant une vieille
tradition répandue dans tout le pays, ils dévoroient les hommes: ainsi
la terreur générale faisoit la sûreté particulière de la princesse;
elle y vivoit dans une paix profonde, que troubloit seulement
l'inquiétude de son amour.

Le centaure député arriva bientôt dans la capitale; il apprit qu'Ismir,
sorti de la tour, étoit tombé dans une mélancolie si sombre, que les
médecins désespéroient de le guérir; que le roi, très-affligé de son
état, inventoit chaque jour de nouveaux divertissemens, pour dissiper
la tristesse de son fils; mais que le prince n'y prenoit aucune part,
qu'il ne vouloit voir personne, & se tenoit presque toujours enfermé.

Le centaure devina aisément la cause de la maladie d'Ismir; & comme il
ne vouloit pas hasarder son secret, il prit le parti d'aller hardiment
dans les jardins du roi, espérant d'y attirer Ismir. La vue d'une
créature si extraordinaire ne manqua pas de faire une grande nouvelle
à la cour, & d'y jeter l'effroi. Le centaure se promenoit gravement, &
saluoit les personnes qui paroissoient aux fenêtres. On avoit parlé
d'abord de le tuer; mais outre que cela n'étoit pas aisé, on craignoit
que les autres centaures ne vinssent le venger; ainsi on abandonna ce
projet.

Il paroissoit tous les jours aux mêmes heures, se nourrissoit de
fruits, & couchoit sur un tapis de gazon au fond du parc.

Quelques personnes de la cour, plus courageuses que les autres,
hasardèrent de l'approcher, & se promenèrent même avec lui, & cette
hardiesse fut prise pour un effort très-sublime d'intrépidité;
car depuis que le centaure s'étoit emparé du jardin, personne n'y
paroissoit. On l'approcha donc encore de plus près; on osa lui offrir
du lait & des fruits; il but & mangea, remerciant de bonne grace ceux
qui lui présentoient ces choses. Cette familiarité parut charmante;
on accouroit en foule, & la compagnie devint si nombreuse, que le
centaure en étoit quelquefois excédé. On lui parloit, on lui faisoit
beaucoup de questions; & comme ses réponses étoient assez ambiguës, on
ne manqua pas de dire qu'il avoit de l'esprit prodigieusement; ceux
qui l'entendoient moins le louoient davantage; des sots retinrent de
ses phrases, de plus sots encore les écrivirent: de là sont venus tant
de livres qu'on fait semblant d'entendre, & cette façon de s'exprimer
qu'on appela depuis persifflage, mot qu'aucune académie n'a pu encore
définir. Ces sottises divertissoient le bon centaure; il s'ennuya
à la fin d'être devenu si à la mode, & de ne point voir Ismir. Sa
réputation s'établit, ainsi qu'il est arrivé à bien des gens, justement
parce qui auroit dû la lui faire perdre; lui seul s'en étonnoit, il
ne savoit pas encore qu'il est des siècles de démence où les sots
donnent le ton, comme il y en a où la raison & le bon sens président,
quand ils se reposent ou tombent dans l'enfantillage. On parla tant du
merveilleux centaure, on redit tant ce qu'il avoit dit, que tout cela
vint aux oreilles du solitaire Ismir. Il n'y fit pas grande attention
d'abord; mais tourmenté par le peu de gens à qui il permettoit de le
voir, il descendit un matin dans les jardins. La foule qui entouroit
le centaure, s'en éloigna un peu par respect, & on cria: Place, place
au prince. Le centaure, sans tous ces cris, auroit reconnu Ismir, tant
étoit vive la peinture qu'en faisoit Etoilette. Si le prince trouva le
centaure jaune admirable dans son espèce, le centaure n'étoit pas moins
émerveillé des graces & de l'air majestueux d'Ismir.

Seigneur, lui dit-il en s'inclinant, je désire depuis long-temps d'être
de vos amis, & je viens vous prier de m'accorder une grace. Le prince
fit signe qu'on s'éloignât encore, & répondit avec bonté au centaure,
qui, pour ne pas trop exposer le secret d'Etoilette, proposa à Ismir de
venir dans leur forêt chasser la biche aux pieds d'argent.

Le prince, par la puissance de cette passion qui éclaire si bien
l'esprit, dévoila d'abord l'emblême, & s'étonna que sa charmante
Etoilette n'eût point été dévorée par les centaures, chez lesquels
il comprit qu'elle s'étoit retirée. Il regardoit fixement le beau
centaure, pour le pénétrer jusqu'à l'ame; & le voyant tranquille &
assuré, il promit d'aller dès le lendemain, à la pointe du jour,
chasser dans la forêt jaune, s'il vouloit l'y conduire.

C'est mon projet, seigneur, répondit le centaure; mais venez seul, &
laissez à nos habitans le soin de vous garder; vous éprouverez que vous
n'avez pas de meilleurs amis.

Ismir fit mille amitiés au centaure, passa le reste de la journée avec
lui à s'instruire des mœœurs, des lois & des coutumes de la gent
centaure. Ismir, charmé de l'envoyé, ne voulut point le quitter, soupa
& coucha avec lui dans le boulingrin. Le centaure, ravi de ces marques
de confiance, & se voyant seul avec Ismir, lui découvrit enfin tout
le secret de son ambassade, & lui parla beaucoup d'Etoilette. Ismir
pensa mourir de joie, & ne savoit comment exprimer sa reconnoissance au
centaure. Il ne dormit point cette nuit, l'aurore étoit trop lente à
son gré; & dès qu'elle parut, il éveilla le bon centaure, qui dormoit
encore profondément, car il n'étoit pas amoureux.

Le prince se fit apporter des armes magnifiques pour lui & le centaure,
& se mettant sur sa croupe, ils s'éloignèrent aussi-tôt. Chemin
faisant, Ismir promit que dès que son père lui auroit pardonné son
mariage avec Etoilette, il enverroit une ambassade pour cimenter une
paix durable avec la république des centaures, & en avoir mille pour sa
garde: le discours retomboit souvent sur la princesse, & ils arrivèrent
à la vue de la forêt jaune, dont l'approche causa une violente émotion
à Ismir: ils pénétrèrent avec des peines incroyables dans cette épaisse
forêt, sans que le prince voulût se reposer, & arrivèrent enfin à la
petite habitation d'Etoilette. Elle y étoit, & dès que ces tendres
amans s'aperçurent, ils coururent l'un à l'autre, s'embrassèrent
étroitement, & se livrèrent à tout le plaisir de se voir réunis. Leur
tendresse intéressa & centaures & centauresses, au point que les larmes
leur venoient aux yeux. Etoilette s'apercevant qu'Ismir s'étoit blessé
dans les fortes épines qui hérissoient l'entrée de la forêt, l'obligea
de se coucher sur un lit de gazon dans son petit réduit, lui donna à
manger, & de ses mains blanches & délicates, appliqua sur ses blessures
des herbes dont les centauresses lui avoient enseigné la vertu. Elle
ne voulut jamais souffrir que personne partageât ces tendres soins
avec elle. Bientôt Ismir fut guéri; l'amour en guérit souvent de plus
malades. Le prince se trouvoit heureux avec sa maîtresse chez les bons
centaures: Etoilette cependant ne vouloit recevoir sa foi, & lui donner
la sienne, que du consentement de ceux à qui elle devoit le jour; à
cela près, leur félicité étoit parfaite.

Ismir, voyant la princesse déterminée à ce projet, lui proposa de
s'embarquer; Etoilette y consentit, persuadée que la fée dirigeroit
leur course. Ils annoncèrent leur départ aux centaures, qui en furent
vraiment affligés, & conduisirent jusqu'à la mer Ismir & Etoilette.
En partant, ils laissèrent dans ces lieux sauvages un souvenir de
leurs charmes & de leurs vertus, que la tradition y garde encore. Ils
ne furent pas long-temps arrêtés sur le bord, & aperçurent bientôt à
l'ancre le plus joli navire du monde; ils s'approchèrent, & virent
avec une extrême surprise qu'il étoit de bois de cèdre & de rosier;
les cordages étoient de guirlandes de fleurs, & les voiles de gaze
d'or, sur lesquelles étoient brodées des figures de gros chats;
cent chats blancs angola servoient de matelots. Etoilette comprit
aisément que ce merveilleux navire étoit un nouveau bienfait de
la fée Herminette; elle invita le jeune prince à y entrer, & ils
s'embarquèrent au miaulis des chats, qui firent un bruit désespéré en
signe de réjouissance.

Les deux jeunes amans n'eurent pas sujet de se repentir de leur
confiance; le vaisseau étoit rempli, non seulement de tout ce qui
étoit nécessaire à la vie, mais encore d'habits magnifiques & galans,
de toutes les couleurs, & pour toutes les saisons. Le navire ayant
pris le large, vogua par un vent très-favorable, & les chats blancs
manœœuvroient à merveille. Dans les temps calmes, ils faisoient des
concerts admirables sur d'excellens instrumens, & la princesse, pour
s'amuser, apprit d'eux à jouer de la guitare.

Ismir, enchanté de voir la princesse sans témoins & à toutes les
heures, ne cessoit de l'entretenir de son amour; elle croyoit toujours
l'entendre pour la première fois, & lui juroit à son tour une tendresse
éternelle: la nuit seulement les séparoit, & ils avoient autant
d'impatience de se revoir le lendemain, que s'ils avoient éprouvé les
rigueurs d'une longue absence.

Il étoit bien difficile de garder un secret avec tant d'amour. Ismir
trouvoit toujours qu'Etoilette supprimoit des circonstances dans le
récit de sa prison. Il s'en plaignoit si tendrement, & la pressa si
fort, qu'Etoilette ne put se défendre d'avouer qu'Herminette lui avoit
révélé le secret de sa naissance, & lui découvrit enfin ce que la fée
lui avoit tant recommandé de tenir caché. Elle s'applaudissoit d'avoir
fait cette confidence à son amant; mais elle en porta bientôt la peine:
la mer s'émut, le ciel se couvrit d'épais nuages, d'où partoient
d'horribles éclairs, & un tonnerre affreux.

Etoilette s'aperçut bien que c'étoit une vengeance de la fée, elle
s'efforçoit de la fléchir, & la conjuroit de ne frapper qu'elle,
puisqu'elle étoit seule coupable; & dédaignant de se servir de la
boîte qu'Herminette lui avoit donnée, qui l'auroit sauvée d'un si
grand péril, mais qui n'auroit peut-être pas préservé son amant, elle
courut se jeter dans ses bras, pour avoir du moins le plaisir d'expirer
avec lui. En vain Ismir la pressa d'ouvrir la boîte; dès qu'elle ne
peut sauver que moi, répondit-elle, je la trouve inutile. A peine
elle achevoit ces mots, que le tonnerre tomba sur le navire avec un
horrible fracas, & le précipita dans les abîmes de la mer. Les deux
amans, se tenant étroitement embrassés, & reparoissant sur les eaux,
alloient au gré des ondes. Une vague les sépara; l'obscurité de la nuit
& l'agitation des flots les empêchèrent de se rejoindre, & ils furent
jetés séparément dans des contrées différentes.

Ismir s'étoit évanoui de douleur, il flottoit sur la mer; des pêcheurs
l'aperçurent, se jetèrent à l'eau, & l'amenèrent à leur habitation.

Le pays où ce prince fut jeté s'appeloit l'isle du Repos; on n'y
entendoit pas le moindre bruit, on y parloit toujours bas, & l'on n'y
marchoit que sur la pointe du pied. Jamais de querelles, rarement des
guerres; & quand il falloit absolument en soutenir une, les dames
seulement combattoient de loin à coups de pommes d'api. Les hommes ne
s'en mêloient point; ils dormoient jusqu'à midi, filoient, faisoient
des nœœuds, promenoient les enfans, mettoient du rouge & des mouches.
Ces hommes secoururent si délicatement Ismir, qu'il ouvrit bientôt
les yeux. Quand il s'en vit entouré, & n'apercevant point Etoilette,
il fit des cris qui effrayèrent les pêcheurs; ils se bouchèrent les
oreilles, & lui firent signe de parler bas. Il commença donc à leur
conter à demi-voix le sujet de son désespoir, & ces bonnes gens
pleuroient à chaudes larmes; mais leurs femmes, qui rentrèrent venant
de la chasse, & qui virent leurs maris en pleurs, leur ordonnèrent de
sortir. Ismir leur apprit la cause de cet attendrissement, & elles le
consolèrent avec un courage qui tenoit un peu de la dureté. Ismir passa
la nuit dans la cahute, & donna le lendemain beaucoup de pierreries à
ces maîtresses femmes, en reconnoissance du soin qu'on avoit pris de
lui; elles n'en firent point de cas, & les donnèrent à leurs maris.
Le prince sortit, & après avoir traversé une vaste plaine, arriva à
une ville toute de cristal de roche, & brillante comme le soleil: il y
entra, dans l'espérance d'y trouver sa chère Etoilette, & passa dans
plusieurs quartiers sans presque rencontrer personne. Il parvint à un
superbe palais du plus beau cristal du monde, & entra dans la cour pour
s'y reposer. Là, assis sur un banc, il parcouroit des yeux ce superbe
édifice; il en fit le tour plusieurs fois, bien étonné de n'y voir
aucune porte.

Les gens du pays ne s'en soucioient point, elles faisoient trop
de bruit; & quand on venoit chez eux, ils jetoient des échelles de
soie, au moyen desquelles on entroit par les fenêtres; on sortoit
de même. Ils n'avoient point d'escaliers non plus, on seroit venu
trop facilement les voir, & ils n'aimoient pas les visites gênantes,
ennuyeuses, & toujours inutiles. Ce palais étoit la demeure du roi
de la contrée; ses ministres, occupés du soin important d'apprendre
à marcher aux jeunes princesses, ayant aperçu Ismir, jugèrent, à son
habillement magnifique, que c'étoit quelque ambassadeur étranger,
remirent promptement les princesses au berceau, descendirent un grand
sac de velours bleu, suspendu par des cordons de soie, & firent signe
au prince de s'y mettre. Ismir comprit leur signe, & se vit guidé tout
d'un coup dans un riche appartement.

Il s'avança vers un lit à baldaquin, dont les rideaux étoient fort
riches, & relevés par des cordons pourpre & or; vingt cassolettes de
parfums les plus exquis brûloient autour du lit, où le monarque, couché
de son long, écoutoit attentivement son chancelier qui lui lisoit la
barbe bleue.

Ismir, étonné de voir un homme d'un embonpoint admirable, soutenu des
couleurs les plus vives & les plus vermeilles, avec la couronne sur
la tête, ne put douter que ce ne fût le roi. Sire, lui dit-il après
l'avoir salué assez cavalièrement, ne seriez-vous point malade? Non,
mon enfant, répondit-il assez bas, je me porte fort bien; mais je
me repose un peu pendant que la reine est à la guerre. Eh! si donc,
reprit vivement Ismir; n'avez-vous point de honte d'en user ainsi?
Vous laissez aller votre femme à la guerre, & vous vous reposez? En
vérité, cela est impardonnable. Mon fils, répliqua le roi, ce sont nos
lois & nos coutumes immémoriales; si vous voulez, mon chancelier vous
les lira; car pour moi je n'ai pas voulu me fatiguer à les apprendre.
Ismir, transporté d'une noble colère à la vue de tant de lâcheté, prit
une forte lance, la seule qui fût dans tout l'empire, & qui encore ne
servoit jamais, en donna cent coups à ce roi efféminé, secoua rudement
ses couvertures, & les jeta par la fenêtre.

Il alloit traiter de même le chancelier & les ministres; mais ils se
mirent à pleurer de compagnie avec leur cher maître, & supplièrent
Ismir de calmer sa colère. Comme il étoit naturellement bon, il
revint aisément à la pitié, & dit cependant au roi: Sire, si vous ne
me promettez d'abolir vos ridicules usages, & d'aller vous-même à
la guerre comme les autres rois, je renverserai votre beau palais de
cristal. Au reste, je veux vous accompagner, mais que ce soit tout à
l'heure, sinon je vais rouer de coups vous, votre chancelier, & tous
vos animaux de ministres.

On laisse à penser la belle peur. Le pauvre roi jura, en sanglotant, de
faire tout ce qu'Ismir voudroit; car il craignoit un redoublement de la
terrible lance, que le prince branloit d'une façon tout-à-fait martiale.

Le roi se fit apporter des armes de la reine, se mit dans le sac avec
Ismir, à qui on donna le plus beau cheval des écuries; le roi en monta
un autre, & ils partirent au plus vîte pour l'armée. La reine, à la
tête d'un gros escadron de dames, disputoit vaillamment le passage
d'une petite rivière, de l'autre côté de laquelle les ennemis étoient
en bataille. Les pommes d'api voloient des deux parts, & ceux qui
avoient la moindre contusion, se retiroient du combat.

Ismir regarda un instant ce beau combat, en éclatant de rire. Sire,
dit-il au roi de l'isle du Repos, voulez-vous que je vous débarrasse de
tous ces gens-là? Très-volontiers, mon cher ami, répondit-il. Aussi-tôt
Ismir lâche la bride à son cheval, traverse l'escadron de la reine, &
comme un torrent qui descend d'une montagne, passe la rivière, & arrive
à l'autre bord.

Les ennemis, qui ne s'attendoient pas à une si grande témérité, & qui
avoient cru d'abord qu'Ismir étoit une jeune dame, tant il étoit beau,
furent bien détrompés, quand ils le virent la lance au point, frapper,
tuer, abattre, & tout renverser. La reine eut grand'peur; car le cheval
d'Ismir avoit si bien animé tous les autres, qu'ils traversèrent aussi
la rivière, malgré les efforts des cavaliers. Le roi, s'apercevant
qu'Ismir y alloit tout de bon, & tuoit sans quartier, courut à lui; &
prenant la bride de son cheval: Mais de bonne foi vous n'y pensez pas,
lui dit-il; arrêtez-vous donc: est-ce qu'on tue ainsi les gens sans
miséricorde? Il seroit beau que vous leur apprissiez à tuer aussi, &
qu'ils vinssent nous rendre la pareille! Nous ne voulions que les faire
fuir; & voyez, il n'y a plus personne que ceux que vous avez tués ou
blessés.

Ismir haussa les épaules, & s'arrêta cependant, voyant que tout avoit
fui; & tout en causant, ramena le roi, la reine & l'armée jusqu'au
palais de cristal.

Ce prince, qui venoit d'acquérir tant de gloire, n'en étoit pas plus
vain: en passant les troupes en revue, il examinoit curieusement
toutes les dames de l'armée, espérant qu'Etoilette seroit parmi elles.
Le chagrin d'avoir fait si inutilement cette recherche le fit soupirer
amèrement, & il devint triste, malgré tous les propos du roi, qui étoit
le plus démesuré bavard de tout son royaume, avec sa voix basse.

Au lieu de rentrer dans le palais, Ismir résolut de chercher Etoilette
dans tous les pays, & sur toutes les mers, & vouloit prendre congé du
roi & de la reine: le roi protesta qu'il ne souffriroit point qu'il se
séparât si-tôt d'eux, & lui fit tant d'instances, qu'il se remit dans
le ridicule sac, & fut reguindé dans les appartemens.

Le prince Ismir, qui ne cédoit à ces importunités qu'avec répugnance,
se mit de mauvaise humeur, & demanda au roi de quoi il s'avisoit de
n'avoir point d'escalier à sa maison. Mes prédécesseurs n'en ont jamais
eu, répondit-il. La belle raison! reprit brusquement Ismir, pour garder
un usage si sot & si incommode. Le roi, sur qui le prince avoit pris
beaucoup d'ascendant, promit d'en faire construire un, s'il vouloit
lui en tracer le dessin. Ismir, touché de tant de déférence, crut ne
devoir pas laisser dans l'ignorance des gens si dociles, & consentit
d'autant plus volontiers de rester une année avec eux, qu'il espéroit
y apprendre plutôt qu'ailleurs des nouvelles de sa chère Etoilette. Il
trouvoit quelque douceur à n'être point dans les lieux ou étoit né son
amour, & où il avoit fait de si grands progrès.

Pendant son séjour dans l'isle du Repos, il se fit un changement
prodigieux dans les mœœurs de ces habitans efféminés; il accoutuma
leurs oreilles au bruit, leur donna quelque connoissance de
l'architecture, de la sculpture, & des arts utiles; il entreprit
même de les former à la guerre, & vint à bout de les discipliner, &
de faire assez bien les exercices & les évolutions militaires. Mais
il ne put leur donner la fermeté d'ame, la valeur, & l'audace. Trois
armées différentes ayant fait tout à coup une descente sur les côtes,
Ismir, ravi de rencontrer une si belle occasion de réduire ses leçons
en pratique, rassembla les différens corps de troupes, & voulut les
mener à l'ennemi; mais ces ombres de soldats ne purent en soutenir la
vue, & leur terreur fut telle, qu'Ismir s'en vit abandonné aussi-tôt.
Il fit des prodiges de valeur pour sauver au moins le roi. Ce prince
malheureux & Ismir furent pris, & la ville saccagée. Pendant que les
ennemis achevoient de la ruiner & d'en piller les richesses, ils
firent porter Ismir dans une de leurs barques. Ce prince, qui avoit
perdu presque tout son sang, s'étoit évanoui: il resta long-temps dans
cette situation; & lorsqu'il ouvrit les yeux, il fut fort étonné de
se trouver seul, & de voir la barque voguer d'elle-même. Il se trouva
aussi fort qu'auparavant, ne sentoit aucune blessure, & la merveilleuse
barque le fit arriver en deux jours dans un port qu'il reconnut
aussi-tôt; c'étoit celui de la capitale de son royaume.

Quelques personnes qui s'y promenoient en grand deuil, reconnurent
aussi-tôt Ismir, l'aidèrent à sortir de la barque, & versant des
larmes, ils se prosternèrent à ses pieds, & se mirent à crier: _Vive le
roi!_

Ces acclamations firent frémir le prince, & il apprit bientôt que le
roi son père & la reine sa mère étoient morts presque en même temps, du
chagrin de l'avoir perdu.

Ismir, épuisé par la diète & la fatigue, oublia ses besoins, pour se
livrer aux regrets; ses entrailles s'émurent; il pleura amèrement son
père & sa mère, & voulut être conduit sur le champ à leur tombeau.
Ce ne fut qu'après avoir satisfait à sa piété, qu'il se revêtit des
habits royaux, & qu'il reçut les hommages des grands & les respects des
peuples.

Etoilette ne fut pas la dernière de ses pensées; & dès le lendemain, il
envoya aussi une célèbre ambassade à la forêt jaune, pour faire part de
son avenement aux centaures, & en demander mille pour sa garde.

Ils reçurent ces marques d'amitié & de souvenir avec beaucoup de
reconnoissance, & firent partir ceux que le roi demandoit; ils étoient
commandés par un des plus considérables de la forêt, qui apporta au
nouveau roi un pigeon & une colombe: le pigeon avoit le talent de
retrouver les choses perdues. Dès qu'Ismir en fut instruit, il lui
commanda d'aller chercher Etoilette; & croyant ne pouvoir trop prendre
de mesures pour s'assurer du succès, il ordonna encore au grand amiral
de se mettre en mer avec une flotte de mille vaisseaux.

La colombe n'abandonnoit jamais le roi, & se tenoit ordinairement sur
son épaule; le commandant centaure assura le prince qu'elle serviroit
dans le temps à faire reconnoître Etoilette.

Plusieurs jours s'étant passés, les sujets d'Ismir, qui le voyoient
toujours plongé dans la tristesse, solitaire, & s'enfermant souvent
avec le capitaine des gardes, résolurent de lui proposer de leur donner
une reine, afin d'assurer à sa maison la succession au trône. Les plus
considérables vinrent le trouver, & le supplièrent, de la part de ses
peuples, de se rendre à leurs vœœux, afin qu'ils eussent des princes
de son sang. Ismir, à cette proposition, sentit son cœœur se presser,
& l'amour tendre qu'il y conservoit à Etoilette, fit couler ses pleurs.
Je ne veux pas, répondit-il, refuser à mes peuples la récompense qu'ils
attendent de leur attachement pour moi; mais je vous conjure, mes
amis, de me laisser le temps de faire encore de nouvelles recherches
de la belle Etoilette, que vous savez que j'aimois si tendrement.
Mon amour pour elle n'a fait qu'augmenter; elle le méritoit; & quand
elle ne seroit pas fille du puissant roi de l'Arabie-Heureuse, ses
vertus seules la rendent digne du trône. Si, dans un an, on me donne
la certitude qu'elle n'est plus, vous me choisirez vous-mêmes une
princesse à votre gré: avant ce temps-là, ne m'en parlez point, si vous
ne voulez m'affliger, ce que je ne crois pas.

Les députés s'étant humblement prosternés la face contre terre,
répliquèrent que rien n'étoit plus raisonnable que ce que le roi
proposoit. De nouveaux vaisseaux furent équipés & mis en mer avec une
diligence incroyable, pour aller encore à la recherche d'Etoilette dans
toutes les parties du monde. Dès qu'ils arrivoient dans quelque port,
ou à la moindre plage, on crioit: _Qui nous donnera des nouvelles de la
belle princesse Etoilette, sera récompensé d'une belle province, que
notre roi lui donnera, avec cent mille pièces d'or, & un beau cheval_.

Cette magnifique promesse chatouilloit toutes les oreilles; mais
Etoilette ne se trouvoit point. L'amiral se seroit lassé de tant
de courses inutiles, s'il eût moins aimé Ismir; mais ne pouvant se
résoudre à revenir sans avoir des nouvelles de la princesse, il voguoit
toujours. Voyons cependant ce qu'elle étoit devenue.

Les flots ayant porté Etoilette sur le rivage, fort près d'une
très-belle ville, elle fut secourue par le roi même du pays, qui se
promenoit alors au bord de la mer. Ce prince fut si attendri de la
jeunesse & des charmes d'Etoilette, que, par une généreuse compassion,
il ordonna que la belle inconnue fût transportée dans son palais, &
qu'on en eût autant de soin que si c'étoit sa propre fille. Il en avoit
eu une jadis, mais elle étoit perdue depuis long-temps, & n'espérant
plus la revoir, il résolut d'adopter celle que la fortune avoit
conduite sur ses côtes.

La voilà, donc servie, habillée en princesse, & adorée de toute la
cour. La reine lui faisoit mille amitiés, & le fils du roi encore
plus que la reine. Etoilette recevoit leurs caresses avec toute la
reconnoissance imaginable, mais elle versoit continuellement des
larmes; les fêtes, la chasse, les tournois, & tout ce qu'imaginoit le
roi pour la dissiper, ne diminuoient pas sa douleur.

La reine, qui aimoit véritablement cette belle fille, la pria un jour
de lui dire la cause de sa tristesse; le prince royal seul étoit de
cet entretien. Etoilette ne fit aucune difficulté de leur raconter
ses malheurs; elle supprima seulement le secret tant recommandé par
Herminette. L'expérience instruit mieux que toutes les leçons; elle
craignoit d'être punie une seconde fois par la fée. Etoilette peignoit
si naïvement son amour pour Ismir, qu'elle touchoit & la bonne reine
& le jeune prince; mais quand elle leur apprit qu'elle étoit fille
du roi de l'Arabie Heureuse, & qu'elle avoit été prise au sac de la
ville, la reine se jeta à son cou, la prit dans ses bras, & l'appela
mille fois sa chère fille. Le jeune prince, enchanté de retrouver une
sœœur si aimable, alla aussi-tôt faire part au roi d'une si heureuse
découverte. Pendant que la reine & la princesse se livroient à la joie,
& épanchoient leurs cœœurs, le bon roi arriva. Etoilette vouloit se
jeter à ses pieds; mais il la serra tendrement dans ses bras, & ce ne
fut qu'embrassemens, questions, éclaircissemens, confusion de paroles,
& choses infiniment touchantes.

La joie devint générale, & se communiqua à toute la cour; on tira le
canon, les violons jouèrent, on mangea des pigeons, des dragées &
des confitures, & on but à perte d'haleine des vins les plus exquis.
Les fusées, les pétards, les marionnettes, & le peuple faisoient un
bruit enragé. Tout le monde à la fois vouloit voir la princesse, &
chacun apportoit des présens, bijoux, diamans, étoffes, petits chiens,
moutons, singes & perroquets. Etoilette recevoit tout avec un air de
bonté & de reconnoissance qui enchantoit chacun, & personne ne s'en
retournoit sans avoir pris du café au lait, ou du sirop de groseilles.

Le tumulte diminua à la fin, & la princesse se remit à penser à son
cher Ismir: l'incertitude de son sort empoisonnoit tous ses plaisirs;
elle soupiroit, elle se soulageoit par des pleurs, & se plaignoit de ne
pouvoir partager avec ce prince le bonheur qui lui étoit arrivé.

Pour mettre le comble à ses peines, le roi son père l'accorda au
puissant empereur des Déserts, pour cimenter & rendre plus durable une
paix qu'il venoit de conclure avec ce redoutable voisin.

La princesse pensa mourir de douleur à une nouvelle si affligeante;
elle se jeta aux genoux du roi son père, & lui représenta qu'ayant
donné sa foi au prince Ismir, elle ne pouvoit absolument être à un
autre. Le roi la traita de visionnaire, & malgré ses pleurs & ses
raisons, lui ordonna de se disposer à recevoir pour époux l'empereur
des Déserts; elle vint cent fois se jeter dans les bras de la reine, &
implorer son secours. Cette bonne mère partageoit sa douleur, & tâchoit
de la consoler: mais elle n'imaginoit aucun remède; il falloit obéir.

La princesse en eut un si violent chagrin, qu'elle refusoit toute
nourriture; elle ne dormoit point du tout. Les apprêts de son mariage
avançoient toujours, & le moment fatal s'approchoit. Une nuit, qu'elle
s'affligeoit encore plus qu'à l'ordinaire, elle se souvint de la petite
boîte de la fée Herminette, & le danger présent lui paroissant plus
considérable que ceux qu'elle avoit courus sur la mer, elle résolut
d'en faire usage cette fois, & l'ouvrit. Une sombre vapeur en sortit, &
enveloppa Etoilette; un quart-d'heure après, le nuage s'étant dissipé,
elle se trouva sur un vaisseau de nacre de perles, dans une chambre
ornée de glaces, & tapissée de brocard d'argent; elle s'aperçut, au
mouvement du vaisseau, qu'elle étoit sur la mer. Un beau lustre de
cristal de roche éclairoit sa chambre; la princesse, un peu revenue
de son étonnement, se leva du canapé où elle étoit assise, & s'étant
trouvée vis-à-vis un grand miroir, elle vit avec effroi qu'elle étoit
devenue une éthiopienne, vêtue à la moresque, de gaze d'argent &
couleur de rose, avec une guitare en écharpe, soutenue par un cordon de
diamans blanc & couleur de rose, la ceinture & les brodequins garnis de
même.

Cette magnificence ne la consoloit pas de la perte du plus beau teint
du monde. Barbare Herminette! s'écria-t'elle douloureusement, si tu
as conservé mon amant, voudra-t'il m'aimer encore sous cette couleur
affreuse? Otes-moi la vie, si tu me condamnes à le voir changer.

Elle ne s'en tint pas là, & courut sur le tillac, résolue de
s'ensevelir dans les flots. Comme elle montoit, une main puissante
la retint; elle se retourna, & vit la fée. Foible Etoilette, lui dit
Herminette, la perte de ta beauté te fait chercher la mort, comme
si cet avantage étoit l'unique qui pût te rendre heureuse. Hélas!
répondit l'affligée princesse en versant un torrent de larmes, je ne
la chérissois que pour Ismir, & Ismir ne m'aimera plus. Les sanglots
étouffèrent sa voix. Mais si les destins, reprit la fée, avoient
attaché la vie de ton amant à la perte de ta beauté, que voudrois-tu
choisir, ou qu'il mourût, & que tu reprisses ta figure; ou qu'il vécût,
& que tu restasses Ethiopienne? Qu'il vécût, reprit vivement Etoilette;
mais que je meure, si je dois cesser de lui plaire. Vous vivrez tous
deux, répondit la charmante Herminette en embrassant la princesse, &
vous vivrez heureux & contens. Tant de constance & un amour si parfait
méritent que je vous protège. Elle disparut en achevant ces mots, &
Etoilette ne s'inquiéta plus de sa couleur. Le petit navire vogua
heureusement, & entra enfin dans le port du royaume d'Ismir.

La belle Ethiopienne, sautant légèrement à terre, & tournant sa
guitare, dont elle jouoît divinement, traversa la ville, & adressa ses
pas au palais du roi.

Ismir en descendoit l'escalier dans ce moment même, pour aller se
promener au bord de la mer, comme il faisoit tous les jours, & voir
arriver son amiral, duquel il n'avoit aucun nouvelle.

Etoilette reconnut le prince aussi-tôt, & lui voyant la couronne
sur la tête, & un manteau de gaze noire, ne douta pas qu'il ne fût
devenu roi. Elle s'étonnoit seulement de lui voir une colombe sur
l'épaule; elle s'avança en tremblant, & fit cependant un compliment
fort galant & fort délicat. Le jeune roi, enchanté de l'esprit & des
graces de l'Ethiopienne, fut persuadé, à la magnificence de sa parure,
que c'était une personne importante. Il faut dire tout; un secret
pressentiment, que les seuls vrais amans connoissent, lui inspira de la
curiosité: il s'approcha donc avec empressement, & lui demanda ce qui
l'amenoit à sa cour.

Etoilette, pénétrée d'une joie si vive de voir son amant, pensa
mourir de douleur de n'en être pas reconnue; mais la joie l'emporta,
& sur-tout la confiance qu'elle avoit aux promesses de la fée. Sans
répondre au roi, elle accorda sa guitare, & chanta ces paroles: on
verra qu'elle les fit sur le champ.

    _Je viens d'un pays lointain
    A vos regrets mettre fin.
    Etoilette, blanchelete,
    Pour vous, d'une amour parfaite,
    Refuse un roi du canton,
    Qui de son cœœur lui fait don.
    Mais ce roi, beau, ce dit-on,
    Ne vaudra jamais pour elle,
    Ismir aux yeux noirs, & blond;
    Et plutôt la tueroit-on,
    La gente & blanche pucelle,
    Que de la voir infidèle:
    C'est-là toute ma chanson._

Ismir, ravi de la chanson: Aimable noire, dit-il à l'Ethiopienne, vous
connoissez donc ma chère Etoilette, puisque vous m'assurez qu'elle
vit encore? A peine il achevoit ces mots, que le pigeon qui arrivoit
à tire d'ailes, vint se poser sur la tête de la princesse; la colombe
agita ses aîles; la fée Herminette parut aussi tout-à-coup, & touchant
l'Ethiopienne de sa baguette d'or, elle lui épargna la peine de
répondre; car elle redevint alors la fidèle, la divine, & la ravissante
Etoilette. Ismir pensa mourir de joie & d'étonnement; il se précipita
aux pieds de sa maîtresse, qui le releva aussi-tôt, pour le mettre à
coux de la fée. Aimez-vous toujours ainsi, mes enfans, dit-elle en les
embrassant; je viens exprès pour couronner de si beaux feux. Ismir
étoit hors de lui-même; Etoilette ne se connoissoit plus: le seul
sentiment qu'elle put distinguer dans une telle confusion de pensées,
étoit la reconnoissance qu'elle vouloit exprimer à la fée. Le roi
leur donna la main, & les conduisit dans son appartement. La surprise
redoubla encore là; car ils y trouvèrent le roi, la reine, & le prince
de l'Arabie heureuse, qu'Herminette y avoit fait transporter en un
moment, par ces charmes puissans auxquels toute la Nature est soumise.
Ils accordèrent, de la meilleure grace du monde, la belle Etoilette au
constant Ismir; les noces ne furent retardées que jusqu'au lendemain de
cet heureux jour. Ismir, devenu enfin l'époux d'Etoilette, fut aussi
heureux époux qu'il avoit été fidèle amant, & ils vécurent toujours
dans le sein des plaisirs & du plus parfait contentement.

       *       *       *       *       *

Madame de Briance ayant achevé sa lecture, reçut les complimens de
toute la compagnie. En vérité, madame, dit la vicomtesse, je ne me
souviens pas d'avoir passé de ma vie une aussi agréable journée, &
le conte que vous venez d'avoir la complaisance de nous lire est un
ouvrage charmant. Je ne conçois pas comment on ne s'amuse pas à en
faire toujours, quand on a le talent d'imaginer de cette façon. La
marquise de Briance répondit aux politesses de la vicomtesse par
d'autres, & chacun rappela ce qu'il avoit trouvé de plus remarquable
dans ce petit ouvrage.

Le chevalier, qui étoit allé tenir compagnie à Tourmeil, n'avoit pas
moins bien passé son temps avec cet ami. Après que Tourmeil eut achevé
les deux scènes d'opéra que le baron de Tadillac lui avoit demandées,
le chevalier de Livry le somma de la parole qu'il lui avoit donnée de
lui conter ce qui lui étoit arrivé depuis leur séparation. Tourmeil
dit qu'il alloit s'acquitter de cette promesse; que même il lui feroit
confidence de certaines particularités qu'on ne peut découvrir qu'à un
parfait ami; & il commença ainsi:



HISTOIRE DU COMTE DE TOURMEIL.


Je partis avec le désespoir que m'inspiroit la perte des douces
espérances de ma félicité, que j'avois cru certaine, & je fis le chemin
de Rennes à Paris, sans me connoître; j'étois hors de moi. La pensée
que mademoiselle de Livry alloit devenir l'épouse de M. de Briance, me
mettoit au désespoir. Cette cruelle idée, fidelle à me tourmenter, se
présentoit sans cesse à mon esprit sous toutes les formes qui pouvoient
me la rendre plus funeste; souvent même je répandois des larmes, & mon
courage ne pouvoit les arrêter.

Etant arrivé à Paris, j'allai descendre chez un de mes oncles, & je lui
fis, en peu de mots, l'histoire que vous avez sue. Je ne sais comment
il se laissa persuader; j'avois l'esprit si embarrassé, que je ne lui
dis presque rien de vraisemblable; son amitié pour moi fut, je crois,
ce qui le fit ajouter foi à mes paroles; il me donna de l'argent, &
me promit de m'en faire encore toucher à Venise. Enfin, après vous
avoir écrit, & à madame de Briance, je partis de Paris, guidé par
mes inquiétudes seules, qui ne me permettoient pas de m'arrêter en
aucun endroit du monde: je fis, sans être pressé, une diligence
extraordinaire.

Mon oncle avoit écrit à Venise, afin qu'on me donnât de l'argent qu'il
m'avoit promis; c'étoit une somme considérable; & croyant me mander
une nouvelle agréable, il m'apprenoit le mariage de M. de Briance
avec mademoiselle de Livry. La certitude du bonheur de mon rival me
jeta dans une langueur mortelle; je fus malade près d'un mois, & je
commençois à me lever, quand j'appris que les troupes de la république
alloient bientôt s'embarquer. Un gentilhomme qui avoit été à mon père,
& qui s'étoit attaché à moi dès ma plus tendre jeunesse, voyant que je
n'étois pas en état de prendre soin de mon équipage, s'offrit pour
me tirer de l'inquiétude que j'avois de n'être pas assez tôt prêt de
me rendre ce service; il m'en fit faire un magnifique. Dès qu'il fut
achevé, sans attendre que mes forces fussent entièrement rétablies,
j'allai me présenter au général, dans le moment qu'il donnoit ses
ordres pour l'embarquement des troupes. Je lui dis que j'étois
Espagnol, que je m'appelois D. Fernand, qu'ayant eu un démêlé suivi
d'un combat, je m'étois absenté, pour donner le temps de terminer mon
affaire. La facilité avec laquelle je parlois la langue espagnole, aida
à le tromper. Il me reçut avec une bonté qui me toucha; il m'offrit
même de l'emploi, dont je le remerciai, & je servis en qualité de
volontaire.

L'armée entra en action presque aussi-tôt que nous fûmes descendus à
terre; il y eut quelques occasions où je donnai des marques du peu
d'attachement que j'avois alors pour la vie. Mon désespoir fut nommé
valeur, & m'attira l'estime & l'amitié de nos généraux. La fortune,
qui me réservoit le prix des tourmens qu'elle me faisoit souffrir, me
conserva la vie, dont je regardois la fin comme le seul bien auquel je
pouvois prétendre.

Un jour que j'étois allé me promener aux environs du camp, suivi
seulement du gentilhomme dont je vous ai parlé, qui étoit alors
mon écuyer, & à qui j'avois appris mes malheurs; je m'en plaignois
en marchant dans une belle plaine, quand nous entendîmes un bruit
tumultueux, mêlé de quelques cris de femmes: nous vîmes paroître peu de
temps après des soldats qui amenoient deux prisonnières; nous courûmes
à eux pour sauver ces deux infortunées d'un destin plus cruel que leur
captivité. Ces soldats, dont heureusement j'étois connu, se retirèrent
à mon abord avec assez de respect; & quelque argent que je leur
donnai, acheva de les résoudre à me céder leurs esclaves, tout émues
du trouble où leur disgrace les avoient jetées. La magnificence de
leurs habits me fit juger qu'elles étoient des personnes auxquelles on
devoit du respect, & quelques paroles italiennes qu'elles dirent assez
confusément, en tournant la vue du côté d'où on les avoit amenées, me
firent connoître qu'elles ne se croyoient pas encore en sûreté. Je
tâchai de les rassurer; je leur offris tout ce qui dépendoit de moi,
& je leur demandai où elles vouloient être conduites. Après quelques
remerciemens qu'elles me firent à la hâte: Sauvez-nous, me dit celle
qui avoit parlé la première, sauvez-nous d'un cruel qui croit que
l'esclavage où il nous retient doit s'étendre jusques sur les cœœurs.
Je vous avoue que si j'avois été en état de devenir amoureux, je
l'aurois sans doute été d'une de ces belles esclaves, dont la beauté,
la jeunesse, & la douleur étoient si touchantes, que mon insensibilité
dans cette occasion est sans doute la preuve de ma passion, la plus
forte que j'aye jamais donnée à madame de Briance.

Et c'est pourtant là, dit le chevalier en souriant, une de ces
particularités dont vous ne lui avez pas fait confidence. Il est
vrai, reprit Tourmeil; mais ne me suffit-il pas d'avoir resté fidèle;
pourquoi chercher à me faire un mérite d'avoir fait mon devoir?

Je conduisis mes belles esclaves dans notre camp, dont nous étions
peu éloignés, continua Tourmeil; leur ayant cédé ma tente, & chargé
mon écuyer de les faire servir aussi bien que le lieu où nous étions
pouvoit le permettre, je fus chez le général; étant revenu dans une de
mes tentes, je me mis à écrire. Comment, me dit alors mon écuyer, qui
cherchoit toujours à me tirer du chagrin où j'étois, est-il possible
que vous ne me demandiez pas des nouvelles de vos belles esclaves, ne
voulez-vous pas les aller voir? Je les verrai demain, lui répondis-je;
mes propres malheurs m'occupent tellement, qu'il ne faut pas s'étonner
si je suis moins sensible à ceux des autres.

Etes-vous pour ces belles personnes, me répliqua-t-il, dans les mêmes
sentimens qu'Alexandre pour ses prisonnières? Tu veux me flatter par
les grandes comparaisons, lui répondis-je, mais je t'assure que je ne
crains point, comme Alexandre, de devenir amoureux de mes prisonnières;
je vais m'exposer au pouvoir de leurs charmes: allons les voir. Il me
suivit, & je trouvai ces deux belles esclaves négligemment couchées sur
un lit dans leur tente. Celle dont la beauté étoit la plus parfaite
paroissoit la plus affligée; j'essayai de les consoler par l'assurance
de leur liberté, & celle de faciliter leur retour au lieu où elles
voudroient être conduites.

Vous êtes trop généreux, D. Fernand, me dit celle qui paroissoit avoir
quelques années de plus, elles s'étoient informées de mon nom; vous
êtes trop généreux de rendre la liberté à vos esclaves: si quelque prix
plus digne que notre parfaite reconnoissance étoit capable de flatter
un homme tel que vous paraissez, nous vous offririons une rançon qui
sans doute pourroit toucher une ame moins noble que la vôtre.

Nous sommes grecques, nées dans Argostoly, capitale de Céphalonie;
nous avons été élevées dans cette isle; nos parens y tiennent un rang
considérable, par leurs biens & par leur naissance; ma sœœur se nomme
Fatime, & mon nom est Praxile. Nous perdîmes ma mère que nous étions
encore dans l'enfance, & nous fûmes destinées par mon père à épouser
deux de nos proches parens. Les fêtes qui précédèrent ces malheureuses
noces, nous coûtèrent notre précieuse liberté; quelques jours avant
celui qui avoit été choisi pour notre hyménée, nous fûmes nous promener
sur la mer dans une petite chaloupe assez ornée, mais de nulle défense.
Soliman, vieux corsaire, qui couroit cette mer, se déroba de notre
vue, à la faveur d'un rocher, dans le dessein de nous surprendre plus
facilement; & dès qu'elle eut pris le large, nous ayant enlevées, sans
trouver presque de résistance, il fit voile en diligence, laissant dans
notre chaloupe le petit nombre de ceux qui nous avoient accompagnées.

Je ne vous entretiendrai point de notre douleur, généreux D. Fernand;
il est aisé de se l'imaginer, si toutefois l'imagination peut aller
aussi loin, quand on n'a pas éprouvé ce malheur. Nous fûmes servies
avec beaucoup de soin, & avec plus de respect que nous n'en avions
attendu de ce barbare. Soliman nous amena dans ce pays, & ce ne fut
qu'après notre arrivée qu'il parut amoureux de Fatime; cette passion
redoubla nos douleurs. Enfin, après trois mois d'esclavage, toujours
agitées par nos malheurs, & par la funeste crainte que Soliman, lassé
des rigueurs de Fatime, ne se portât à quelque action violente, comme
il l'en menaçoit assez souvent; ayant gagné avec des pierreries qui
nous étoient restées, un de nos gardes, il facilita notre retraite la
nuit passée, nous donna des chevaux, & se sauva lui-même de la fureur
de Soliman: quand nous avons rencontré vos soldats qui nous ont faites
prisonnières, nous allions dans la ville la plus prochaine demander un
asile contre la cruauté de Soliman; mais le ciel, à force de malheurs,
semble se lasser de nous être contraire, puisque, par la rencontre de
D. Fernand, nous avons trouvé un protecteur assez généreux pour espérer
de revoir notre patrie.

Oui, madame, lui répondis-je, touché du récit qu'elle venoit de
faire, vous reverrez votre patrie, je vous le promets, & je tiendrai
ma parole: elle m'en fit des remerciemens sincères, & me combla
d'honnêtetés. Cependant la belle Fatime n'avoit cessé de répandre des
larmes; ses beaux yeux languissans, qui se tournoient quelquefois vers
moi, auroient sans doute embrasé tout autre cœœur que le mien.

Ces beaux yeux, dit le chevalier de Livry, ont été retranchés du récit
que vous avez fait à ma sœœur. Plus Fatime est belle, reprit Tourmeil,
plus le sacrifice est digne de madame de Briance.

Praxile étonnée, continua Tourmeil, de voir Fatime témoigner une
douleur si vive, dans un temps où l'espérance de la liberté devoit
la consoler, lui dit: Eh quoi! ma sœœur, vous vous affligez plus
vivement, quand le ciel nous est favorable, que lorsqu'il paroissoit
nous abandonner. Ce n'est pas sans sujet, repris-je; la belle Fatime
regrette l'absence de cet heureux amant qui doit être son époux. Ah! D.
Fernand, me dit-elle en levant les yeux, n'ajoutez pas à mes malheurs
l'injustice que vous me faites; elle rougit après avoir prononcé ce
peu de paroles, & Praxile me dit que l'indifférence qui avoit toujours
régné dans le cœœur de Fatime, lui faisoit prendre pour une offense le
soupçon même d'une passion. Je les quittai, en leur réitérant toutes
les offres de service que je leur avois faites. Les jours suivans, le
bruit de mon aventure, & celui de leur beauté, s'étant répandus dans le
camp, les plus considérables de notre armée me demandèrent à les voir.
La première fois que je les y conduisis, un de nos officiers généraux,
qui étoit de mes amis intimes, fut épris d'une violente passion pour la
belle grecque; mais s'en étant aperçue, elle me pria très-instamment
de de ne le plus amener dans leur tente. Cette prière m'embarrassa;
je voulus me servir de quelque prétexte pour conduire encore mon ami
aux pieds de la belle Fatime, tous mes artifices furent inutiles. Les
belles grecques feignirent d'être malades, & refusèrent constamment
l'entrée de leur tente à tous ceux qui se présentèrent; j'avois seul
le privilège de les voir lorsque je les faisois demander. Fatime
paroissoit plongée dans une profonde tristesse; elle soupiroit, &, si
j'ose le dire, elle me regardoit quelquefois tendrement. Mon écuyer,
qui cherchoit toujours à me faire oublier la passion que j'avois pour
madame de Briance, me faisoit remarquer toutes les actions de cette
belle personne.

Les deux sœœurs étant un jour entrées dans ma tente pendant que je n'y
étois pas, trouvèrent des tablettes que j'y avois laissées. Fatime les
ouvrit dans un endroit qui étoit rempli de vers françois, écrits de ma
main, & ne pouvant pas les entendre, elle en demanda l'explication à
mon écuyer, qui, n'en prévoyant pas les conséquences, les expliqua en
italien. Il est nécessaire, pour la suite de mon histoire, que je vous
les récite:

    _Cédez, foible raison, cédez à ma tristesse;
    Malgré vos vains conseils, j'y veux penser sans cesse;
    Quel bien peut adoucir l'excès de mon malheur?
        J'ai perdu l'objet que j'adore,
    Trop charmant souvenir de ma fidelle ardeur,
        Hélas! vous me plaisez encore,
        Même en irritant ma douleur.
    Non, je ne prétends pas vous bannir de mon ame;
    Redoublez mon amour, augmentez ma langueur,
    Plutôt qu'à la raison je vous livre mon cœœur,
    Vous le défendrez mieux d'une nouvelle flamme._

Ces vers me paroissent bons, dit le chevalier; on a raison de croire
que la douleur inspire de plus belles choses que la joie. A cela près,
reprit Tourmeil, j'aime mieux être toute ma vie le plus détestable
poëte du monde, que de penser désormais à me plaindre de mes malheurs:
mais revenons à mon histoire.

Mon écuyer avoit remarqué que Fatime avoit rougi pendant l'explication
de ces vers; & le soir même, en passant proche de leur tente, il
entendit les deux belles grecques qui s'entretenoient de moi: il
accourut promptement me dire que je vinsse apprendre un secret dont le
repos de mon cœœur pouvoit dépendre.

Je crus que j'allois savoir quelque chose qui regardoit madame de
Briance; cette pensée me fit sortir avec lui; il me conduisit avec
précipitation au même endroit d'où il les avoit entendu parler
ensemble, & ayant prêté l'oreille, il me fit approcher, en me disant
tout bas, écoutez. C'étoit Fatime qui parloit; elle disoit alors à sa
sœœur: Oui, Praxile, je me trouvois moins à plaindre quand j'étois
au pouvoir de Soliman; la mort me pouvoit délivrer de ses injustices;
j'aurois au moins eu la douceur de mourir tranquillement, & la vue de
D. Fernand m'a pour jamais ôté cette tranquillité dont j'ai toujours
fait mon bonheur & ma gloire. Je ne sais que vous dire, reprit
Praxile, pour vous consoler d'un malheur que le ciel irrité ajoute à
nos infortunes: vous avez résisté de toute votre force à ce penchant
involontaire que vous sentez pour D. Fernand; il ignore vos sentimens;
vous avez fait votre devoir, il ne reste plus que de fuir en diligence
d'un lieu où votre gloire ne me paroît point en sûreté. Ma gloire!
reprit fièrement Fatime, est en sûreté quelque part où je me puisse
trouver; mais ici mon cœœur ne sauroit résister, & c'est la vue du
redoutable D. Fernand que je veux fuir. Les vers que son écuyer nous
a lus, achèvent de m'apprendre ce que sa tristesse m'avoit déjà fait
soupçonner: il aime, & son amour, tout malheureux qu'il me paroît, ne
l'occupe pas moins qu'une passion qui feroit le bonheur de sa vie.
Malheureuse Fatime! s'écria-t-elle en soupirant, quel dieu t'a fait
sentir son courroux, en t'inspirant des sentimens si tendres, & que tu
dois cacher?

Après avoir entendu ces dernières paroles, je m'éloignai, & je dis à
mon écuyer: Quel rapport cette conversation a-t-elle avec le repos dont
vous me flattiez tout à l'heure? Quoi! me répondit-il tout étonné, la
passion que la charmante Fatime a pour vous ne peut-elle vous faire
oublier.... Non, lui répliquai-je en l'interrompant; non, jamais rien
n'effacera de mon cœœur le tendre & malheureux amour que j'ai pour
madame de Briance; ce que j'apprends ajoute seulement à mes malheurs,
celui de savoir que je suis un ingrat. Je poursuivis alors mon chemin
vers ma tente, & toutes les fois que j'eus occasion depuis de voir
ces deux belles grecques, je ne dis jamais rien à Fatime qui pût lui
faire comprendre que j'avois entendu ce qu'elle avoit dit à sa sœœur.
Je voulus même un jour lui parler du mérite de mon ami, qui brûloit
pour elle d'une passion aussi tendre qu'infortunée; mais Fatime,
me regardant avec un air qui imprimoit le respect: D. Fernand, me
dit-elle, puisque vous m'avez rendu la liberté, cessez de me traiter en
esclave.

Enfin, après un mois de séjour dans notre camp, les belles grecques
me prièrent de leur tenir la parole que je leur avois donnée, & de
les faire conduire au port de Zante, d'où elles avoient appris, qu'à
peu près dans ce temps là il partoit tous les ans quelques vaisseaux
marchands, qui faisoient voile pour la Grèce.

Jusqu'à ce jour, dit Praxile, où nous avons cru devoir partir pour
revoir notre patrie, nous avons mieux aimé, généreux D. Fernand, être
auprès de vous qu'en nul autre lieu du monde, & rien ne doit nous
causer un chagrin plus sensible, que de ne pouvoir vous marquer,
comme nous y sommes obligées, notre vive reconnoissance. La belle
Fatime ajouta peu de mots à ce remerciement de sa sœœur, s'occupant
avec empressement à tout préparer pour leur départ. L'une paroissoit
désolée, l'autre ne pouvoit s'empêcher de faire éclater la joie qu'elle
ressentoit au fond du cœœur. Je vous avoue que, dans un état plus
heureux, j'aurois peut-être été moins fidèle; mais accoutumé à ne
penser qu'à mes malheurs, mon cœœur ne plaignoit point ceux de Fatime.

Je fis donc préparer un chariot pour les belles grecques; deux filles
esclaves que je leur avois données pour les servir, furent destinées à
les suivre dans leur voyage, & je leur laissai un homme à moi, nommé
Desfontaines, dont la fidélité m'est connue, pour les accompagner
jusqu'à leur débarquement.

Cependant mon ami se désoloit, & me prioit instamment de les retenir
encore quelque temps, dans l'espérance qu'il pourroit toucher le cœœur
de Fatime; mais je résistai à toutes ses prières.

Enfin le jour destiné pour le départ des deux belles grecques étant
arrivé, je me rendis dès le matin dans leur tente. Je les trouvai
qui alloient monter dans leur chariot; mon écuyer donnoit la main
à Praxile, je présentai la mienne à Fatime, que je conduisis à sa
voiture, sans lui dire un seul mot: elle s'y mit auprès de sa sœœur, &
je montai à cheval pour les escorter moi-même jusqu'à quelques lieues
du camp.

Quand nous fûmes arrivés au lieu ou je devois les quitter, ayant fait
arrêter le chariot pour leur dire adieu, elles descendirent sous une
touffe d'arbres peu éloignés du chemin. Ce fut là où la constance de
Fatime l'abandonna. A ce moment fatal, quelques larmes qu'elle ne put
retenir, coulèrent de ses beaux yeux; je fus véritablement touché, je
m'approchai d'elle, & me voyant tout interdit: Quoi! D. Fernand, me
dit-elle en me regardant tendrement, vous vous intéressez donc à notre
départ? On ne peut quitter la belle Fatime, lui dis-je, sans ressentir
une vive douleur; & plût au ciel, ajoutai-je en soupirant, que mon
cœœur eût été en liberté de former des vœœux dignes d'elle.

Ah! D. Fernand, reprit-elle en se retirant brusquement, laissez-moi
partir; quelle idée venez-vous d'ajouter à tous les malheurs de ma vie!
Elle reprit au plus vîte le chemin de son chariot; Praxile, qui s'étoit
amusé à parler à mon écuyer, la suivit aussi-tôt. Leur ayant dit encore
quelques paroles, je les laissai partir, & je repris le chemin de notre
camp.

Ce fut à ce coup que je sentis mon cœœur abattu par les plus vives
secousses de la foiblesse humaine; je ne saurois vous dissimuler,
chevalier, que les larmes, la beauté, & la tendresse de Fatime firent
que je souhaitai de pouvoir me guérir d'une passion dont les fréquentes
idées me causoient des transports insupportables dans le particulier.
Je menois la vie du monde la plus triste & la plus languissante;
je paroissois tout autre aux yeux de ceux que j'avois l'honneur de
fréquenter, & toutefois je ne laissois échapper aucune occasion,
quelque périlleuse qu'elle fût, sans m'exposer au danger évident de la
perdre.

Quelques semaines s'écoulèrent sans que j'eusse appris aucune nouvelle
de Desfontaines, à qui j'avois confié la conduite des belles grecques.
Mon ordre avoit été de ne les escorter que jusqu'au lieu de leur
embarquement; mais le désir de voyager que cet homme avoit toujours
eu, le fit partir avec elles sans mon consentement. Enfin je reçus
une lettre qu'il m'écrivit auparavant de se mettre en mer; il m'en
demandoit pardon, & me mandoit que Praxile paroissoit parfaitement
contente de retourner dans son pays; mais que Fatime étoit dans
une langueur qui faisoit craindre que les fatigues de la mer ne
l'exposassent au danger de perdre la vie, quoique le trajet fût court.

Desfontaines vint, deux mois après son départ, me joindre à l'armée. Eh
bien, lui dis-je, nos belles grecques sont-elles arrivées heureusement
dans leur patrie? Elles y sont arrivées heureusement, me répondit-il;
mais la belle Fatime n'a pas joui long-temps de ce plaisir; elle est
morte quelques jours après avoir vu sa famille. Quelle fut mon émotion
à cette nouvelle! Vous ne sauriez le concevoir, chevalier; je ne le
conçois pas moi-même. Mon homme s'en étant aperçu, demeura court,
& je lui dis, outré de douleur: Apprends-moi donc, s'il te plaît,
quel accident a terminé la vie de la malheureuse Fatime? Notre voyage
avoit été heureux, reprit-il; on s'embarqua avec une joie qui n'étoit
troublée que par la mauvaise santé de Fatime.

Le père de ces belles personnes étant averti de leur arrivée, vint les
recevoir sur le port, accompagné de deux jeunes hommes, magnifiquement
vêtus & de fort bonne mine, qui témoignoient une joie aussi parfaite
que la sienne. Praxise embrassa son père avec une satisfaction qui ne
se peut exprimer, & Fatime, à sa vue, parut oublier sa langueur: elles
me présentèrent à leur père; je fus comblé de présens, & traité comme
D. Fernand auroit pu l'être lui-même.

Peu de jours après notre arrivée, on prépara tout pour les noces de
ces deux grecques, qui dévoient épouser les deux jeunes hommes qui
j'avois vus les venir recevoir en sortant du vaisseau; mais cette fête
fut troublée par une fièvre violente qui prit à la belle Fatime; elle
languit quelques jours; enfin elle expira, en témoignant un courage
infini, & nul regret à la vie.

Jamais la douleur n'a paru sous tant de formes différentes qu'elle
le fit alors. Le père de cette belle fille, la sœœur, l'amant qui
lui étoit destiné pour époux, tous se désespéroient, & j'étois aussi
affligé qu'eux. Après avoir satisfait à l'envie que j'avois devoir
ce beau pays, je témoignai à Praxile le dessein où j'étois de vous
rejoindre; elle me chargea de cette boîte, & m'ordonna de vous la
présenter de sa part.

Desfontaines me donna la boîte; j'y trouvai deux lettres, l'une de
Praxile, & l'autre du père de ces belles grecques; elles étoient
remplies des marques de leur reconnoissance pour moi, & de leur douleur
pour la perte de Fatime. J'ouvris en suite un autre petit paquet qui
étoit dans la même boîte; il renfermoit les portraits de ces belles
grecques, enrichis de diamans d'un prix considérable; je soupirai à la
vue du portrait de la malheureuse Fatime, & je chargeai le capitaine
d'un vaisseau qui devoit partir pour Argostoly, de tout ce que je pus
trouver de plus curieux, pour envoyer à Praxile & à son père, avec une
lettre pour leur marquer combien je partageois leur juste douleur.
J'appris, par le retour de ce capitaine, qui m'apporta une lettre de
Praxile, qu'elle avoit épousé ce parent qu'on lui avoit destiné, &
qu'elle eût été fort heureuse, si la perte de la belle Fatime n'avoit
pas troublé sa félicité.

Cette fâcheuse perte redoubla mes chagrins; je me reprochai d'avoir
contribué, par ma férocité, au malheur de Fatime; & lorsque les
occasions de se signaler devenoient moins fréquentes à l'armée, ou
qu'on y avoit quelque espèce de relâche, mes inquiétudes revenoient
en foule accabler mon esprit; tantôt c'étoit madame de Briance qui
l'occupoit, tantôt c'étoit la mort de Fatime. Enfin, ne pouvant plus
vivre en repos dans la Morée, je retournai à Venise au commencement de
l'hiver, avec plusieurs volontaires de mes amis, qui alloient y passer
le carnaval.

Aussi-tôt que je fus arrivé dans cette ville, mon écuyer alla chez
ce banquier de qui j'avois autrefois touché de l'argent; il y trouva
plusieurs lettres pour moi, que cet homme avoit gardées, ne sachant par
quelle voie me les faire tenir; car je ne l'avois pas averti que je
m'embarquerois avec les troupes de la république. J'ouvris mes lettres,
& la première étant par hasard celle qui étoit arrivée la dernière,
j'y trouvai la seule nouvelle qui pouvoit me résoudre à revenir dans
mon pays; c'étoit la mort de M. de Briance. Mon oncle me la mandoit, &
même les circonstances de son testament, qui étoient en ma faveur. Je
le regrettai comme le meilleur de mes amis; sa mort effaçoit de mon
souvenir tous les malheurs qu'il m'avoit causés.

Le désir ardent que j'avois de revoir madame de Briance, me fit partir
promptement; j'écrivis à mon oncle, que dans peu de temps je l'irois
trouver à Paris; mais je ne voulois alors m'arrêter en aucun endroit.
J'arrivai enfin à Rennes, & c'est où j'appris que vous & M. le comte
de Livry étiez chez madame de Briance. Cette nouvelle m'eût donné une
extrême joie, si je n'avois su presque en même temps que le baron
de Tadillac y étoit avec vous, qu'il y avoit demeuré quelques jours
inconnu, qu'ensuite il étoit venu à Rennes chercher une troupe de
comédiens, & qu'enfin vous étiez tous au château de Kernosy.

Je ne doutai pas alors que Tadillac ne fût amoureux de madame de
Briance: je l'accusai d'une infidélité que j'avois si peu méritée; je
me plaignois aussi de votre oubli; mais, disois-je, après y avoir fait
réflexion, ils ne savent ce que je suis devenu: madame de Briance croit
peut-être que je ne suis plus au monde: allons, reprenois-je un moment
après, allons l'accabler de reproches, & voir si l'inconnu rival est
plus digne que moi d'un bien qui m'a tant coûté.

Je partis de Rennes; je laissai presque tous mes gens dans un bourg qui
est à quelques lieues d'ici. J'avois l'esprit & le cœœur si remplis de
mes chagrins & de ma jalousie, que je méconnus d'abord votre voix, &
que je vous pris pour le rival que je venois chercher; quelques paroles
que vous me dites en m'abordant, aidèrent à me tromper. Je louai la
fortune de l'occasion qu'elle me présentoit de combattre mon rival; il
ne fallut pas moins que la joie de retrouver un ami tel que vous, pour
suspendre ma colère.

Je vous suis obligé, dit alors le chevalier, de la complaisance que
vous avez eue pour moi, en m'apprenant ce que j'avois tant d'envie
de savoir. Je suis convaincu de votre sagesse, par le récit que vous
venez de faire de vos aventures; mais je regrette la belle Fatime.
C'est un effet de votre prudence de n'en avoir pas parlé à ma sœœur;
en sa place, j'aurois eu de furieux soupçons de votre fidélité. Je lui
en donnai hier le portrait, reprit Tourmeil, sans lui parler de la
passion de cette belle grecque; j'ai dit seulement que je l'avois eu
d'un marchand de Céphalonie: je me suis fait un plaisir de sacrifier
ce portrait à madame de Briance, sans blesser la mémoire de Fatime.
Le chevalier trouva cette conduite de Tourmeil très-judicieuse; ne
le voulant pas laisser seul, il demeura le reste de la journée avec
lui en conversation, puis il retourna auprès de ces dames, qui étoient
ravies de ce que Fatville & son oncle les avoient délivrées, en partant
dès le matin, de deux provinciaux bien fatigans. Madame de Briance,
apercevant son frère, se douta bien que son amant étoit resté seul;
elle fit naître un prétexte, qui donna occasion à toute la compagnie de
se retirer plutôt qu'à l'ordinaire. Les personnes choisies passèrent,
suivant la coutume, dans son appartement; Tourmeil s'y étant aussi
rendu, eut le plaisir d'apprendre de la bouche de sa maîtresse, qu'elle
étoit dans les mêmes sentimens qu'il lui avoit laissés, quand il la
quitta.

Le lendemain, le jour étant beau, M. de Livry & le baron, en sortant
de table, proposèrent de s'aller promener. La vicomtesse, toujours
complaisante pour les divertissemens où Tadillac avoit quelque part,
descendit, sans perdre de temps, dans le jardin, & fit monter les dames
dans son carrosse, afin qu'elles eussent le plaisir d'aller, sans être
fatiguées, dans le bois, dont les routes étoient fort spacieuses; &
le baron monta sur le siége du cocher, aimant mieux cette occupation
que celle de l'entretenir. Cependant madame la vicomtesse lui tint
compte de cette galanterie, & admira long-temps la bonne grâce de ce
nouveau Phaéton, qui n'eut pas un sort si cruel que le premier; car il
conduisit heureusement les chevaux & le char jusqu'à l'endroit qu'il
avoit prémédité. D'abord il s'éloigna du château, puis il s'engagea
tellement dans plusieurs allées de traverse, qu'il auroit eu bien de
la peine à s'en retourner, s'il en avoit eu le dessein. Le second
carrosse, qui étoit mené par le chevalier de Livry, suivoit les traces
du premier qui étoit devant, & la nuit vint, que le baron, feignant de
chercher le chemin, s'en éloignoit encore; les valets de la vicomtesse
étoient payés pour ne pas enseigner le véritable.

Madame la vicomtesse commençoit à s'effrayer; les autres dames,
se voyant bien accompagnées, & dans un pays de connoissance, ne
s'inquiétèrent point: le baron & le chevalier avançoient toujours;
enfin on aperçut beaucoup de lumière. D'abord tout le monde fut d'avis
qu'on allât dans cet endroit chercher un guide qui pût, avec le secours
de quelques flambeaux, conduire les carrosses, sans s'égarer, jusqu'au
château de Kernosy. Le baron s'étoit arrêté en attendant la décision
de cet avis; le bruit confus des paroles que les uns & les autres
proféroient dans un même moment, l'empêchoit, disoit-il, d'entendre
l'avis de madame la vicomtesse. Elle imposa silence, pour lui dire
qu'il falloit marcher incessamment vers cette lumière qui paroissoit de
loin: il obéit aussi-tôt, & continua son chemin jusqu'à ce qu'il fût
sorti d'une fort belle avenue, d'où l'on découvrit à plein un pavillon
carré, dont les fenêtres, qui étoient toutes illuminées, composoient,
par leur symétrie, un aspect aussi agréable que surprenant. Quand
on fut à portée de ce pavillon, l'on entendit le son de quelques
instrumens qu'on mettoit d'accord, & la voix de plusieurs personnes
qui sembloient n'être occupées que de la fonction dont chacun étoit
chargé. Madame la vicomtesse délibéra, pendant un assez long temps,
si elle se feroit connoître, & mademoiselle de Saint-Urbain, voyant
qu'elle avoit peine à se déterminer, lui dit: Pourquoi non? Cette
aventure n'a pas l'air périlleuse; j'espère que nous en sortirons sans
malencontre. Je vais l'éprouver, dit le baron en descendant du siége où
il étoit. Les deux carrosses étant arrêtés, on ouvrit, sans attendre
qu'il eût frappé à la porte; lorsqu'ils furent dans la cour, quatre
hommes vêtus en sauvages vinrent avec des flambeaux à la main recevoir
madame la vicomtesse, & l'ayant aperçue à la tête de plusieurs dames
qui avoient déjà mis pied à terre, deux marchèrent les premiers devant
elle, les deux autres se mirent sur les côtés de la troupe qui suivoit,
& tous quatre ils conduisirent la compagnie jusqu'à l'entrée d'un grand
salon orné de quantité de lustres, dont la lumière saisoit succéder un
nouveau jour à celui qui venoit de finir. Deux sauvages qui attendoient
dans cette salle, ayant approché des fauteuils près d'un grand feu, se
retirèrent, après avoir fait de profondes révérences.

Il y avoit environ un quart-d'heure que l'on étoit entré, quand
il parut un jeune enfant vêtu à la romaine, qui salua madame la
vicomtesse, & lui demanda si elle auroit agréable que le seigneur de la
Maison-brillante vînt lui faire offre de son service. La vicomtesse,
charmée de cette proposition, pria le prétendu nain d'assurer le maître
de cette maison qu'elle auroit un extrême plaisir à le voir; l'enfant
étant sorti, le baron dit qu'il étoit jaloux de ce prince inconnu,
qui sembloit lui disputer l'honneur d'être bien auprès de madame la
vicomtesse. Alors le seigneur de la Maison-brillante parut, précédé de
quatre hommes vêtus à la romaine, qui portoient des flambeaux devant
lui; il avoit une robe de velours couleur de feu, à l'arménienne,
doublée de martre; une écharpe magnifique sur une longue veste
d'étoffe d'or, & sur la tête une espèce de petit casque couvert de
plumes blanches & couleur de feu, tenant de bonne grace dans la main
une baguette dorée: c'étoit Tourmeil, qui, pour faire plaisir au baron,
représentoit un personnage dans cette petite fête, & qui, étant obligé
de paroître dans un habit bizarre devant madame de Briance, n'avoit pas
voulu être trop négligé. Il n'y avoit que la baronne de Sugarde à qui
en laissa ignorer la vérité de cette aventure, pour avoir le plaisir de
son étonnement: elle fut charmée du seigneur de la Maison-brillante,
& en oublia pendant quelque temps le goût qu'on lui avoit toujours
remarqué pour le chevalier de Livry.

La fortune vous a conduit dans mon empire, madame, dit le seigneur de
la Maison-brillante à la vicomtesse; je lui en ai déjà rendu graces,
& je me serois flatté que ce grand jour devoit être celui où un
enchanteur m'a prédit un bonheur suprême, par l'arrivée d'une dame que
ses grandes qualités rendant aimable & dont l'humeur charmante fait
qu'en préfère sa personne aux grands biens qu'elle possède. Je n'ai
garde d'élever mes pensées jusqu'à vous, madame; je sais, continua-t-il
en montrant le baron, que les destins vous ont réservée pour ce fidèle
chevalier. Il est digne de vous par son amour & par son mérite; je ne
troublerai point une union qui doit être si belle.

Les termes ampoulés que madame la vicomtesse avoit employés dans
la réponse qu'elle fit à ce discours obligeant, l'auroient rendue
trop longue, & peut-être fatigante, si des sauvages ne fussent venus
interrompre le cours de ses paroles, en apportant une table qui fut
couverte magnifiquement.

Le seigneur de la Maison-brillante fit les honneurs de chez lui: on se
mit à table; il s'assit auprès de madame de Briance, & lui parla d'un
air familier; il désola madame de Sugarde, qui ne pouvoit souffrir que
ce seigneur, tel qu'il pût être, parût plus touché des charmes d'une
autre que des siens. La vicomtesse complimenta madame de Briance sur
sa conquête, & dit au seigneur de la Maison-brillante, que ce seroit
sans doute par cette beauté que la prédiction de l'enchanteur alloit
s'accomplir; il lui répondit gravement qu'il commençoit aussi à le
croire.

Des hautbois jouèrent pendant le repas, les sauvages servirent à table;
dès qu'il fut fini, le seigneur de la Maison-brillante conduisit la
compagnie dans une salle séparée par un petit vestibule de celle ou
l'on venoit de souper, donnant toujours la main à madame de Briance,
parce qu'il ne vouloit point, disoit-il, s'opposer aux ordres du
destin, en s'exposant de trop près aux charmes de la vicomtesse.

Elle se mit la première dans un fauteuil qui lui étoit préparé
vis-à-vis d'un petit théâtre bien entendu; les dames se placèrent
au second rang, & les musiciens s'étant mis au troisième, les
acteurs parurent après que la symphonie eut cessé. Ils jouèrent
le Bourgeois-Gentilhomme avec tous les agrémens, & s'attirèrent
l'applaudissement qu'ils méritoient. Ce sont là nos comédiens de
Rennes, dit la vicomtesse, en les reconnoissant. Il est vrai, répondit
le seigneur de la Maison-brillante, je savois qu'ils avoient eu
l'honneur de vous plaire, madame, & d'un coup de baguette je les ai
transportés ici pour vous divertir.

Madame la vicomtesse comprit, par cette réponse, que tout ce qui
se passoit étoit une galanterie du baron; & de crainte qu'il ne se
persuadât qu'elle avoit d'abord été trompée, elle dit en haussant
la voix: Quel que soit le seigneur de cette maison, je lui suis
très-obligée d'avoir fait pour moi tous ces agréables enchantemens, qui
lui ont assurément coûté plus de peines & de soins qu'il ne veut nous
faire croire.

La baronne de Sugarde ayant aussi reconnu les comédiens, jugea que
c'étoit Tadillac qui donnoit cette fête. Mais le seigneur de la
Maison-brillante l'embarrassoit toujours; il avoit tant d'esprit,
& l'air si poli, qu'elle ne pouvoit le prendre pour un comédien de
campagne, ni pour un provincial.

Ce seigneur, accompli de toutes manières, qui étoit cause de la
jalousie qui se glissoit parmi les dames, se leva aussi-tôt que la
comédie fut finie; fit une grande révérence à madame la vicomtesse, &
commença le bal avec elle. Les dames craignant que M. de Livry & le
baron de Tourmeil ne se fatiguassent trop à danser, prièrent chacune
à leur tour ceux d'entre les acteurs qui se distinguoient dans cet
exercice. Les hommes en firent de même à l'égard des comédiennes; la
compagnie, par ce moyen, étant devenue plus nombreuse, le bal dura plus
long-temps, & le plaisir n'en fut pas moins agréable.

Il y avoit déjà deux heures qu'on étoit occupé à ce divertissement,
quand on vit tout à coup entrer quatre sauvages qui portoient chacun
deux flambeaux. D'abord le seigneur de la maison présenta la main à
madame la vicomtesse, & la conduisit dans la salle où l'on avoit soupé;
toute la compagnie suivit, ainsi que les comédiens; enfin, on servit
des rafraîchissemens, que l'exercice de la danse rendit plus agréables.
Les uns prirent du chocolat, les autres du café, d'autres des liqueurs,
dont il y avoit à profusion; enfin chacun trouva de quoi se satisfaire
selon son goût, car les glaces & les confitures sèches & liquides n'y
manquoient pas.

Cela fait, on retourna dans la salle du bal; mais quel fut l'étonnement
de la compagnie, lorsqu'elle vit le théâtre illuminé de nouveau, avec
une décoration qui représentoit un bois si naturellement, que peu
s'en fallut qu'on ne crût s'être égaré, comme on avoit fait en venant
du château de Kernosy à la Maison-brillante. La symphonie se faisoit
entendre; dès qu'elle eut fini, l'on chanta les paroles qui suivent,
que Tourmeil avoit composées, & où il n'avoit pas oublié madame de
Briance, sachant bien qu'elle seroit présente à ce petit opéra, qui
n'étoit que de deux scènes, comme Tadillac l'avoit souhaité.

(Si, dans quelques endroits, on trouve peu de justesse, c'est moins
la faute de l'auteur que de celle qui raconte ces faits; car n'ayant
entendu qu'une fois ces paroles, il est bien difficile de les avoir
retenues exactement.)


       *       *       *       *       *


_SCENE Iere._

TIRCIS, PHILEMON.

    PHILEMON.

      Quand l'amour, dans ces lieux tranquilles,
    Veut rassembler les Plaisirs les plus doux,
      Pourquoi, Tircis, les troublez-vous,
    Par des soupirs & des soins inutiles?

    TIRCIS.

      Je cherche en vain dans ce bois écarté,
      Un doux repos qui me rende à moi-même.
    Hélas! est-il pour moi quelque tranquillité?
    L'impitoyable amour a résolu que j'aime.
    J'ai fui pour m'affranchir de ses barbares lois;
      Mais il a fait ma bergère si belle,
      Qu'à nos regards, dès qu'il l'offre une fois,
    Ce n'est plus l'éviter que de s'éloigner d'elle.

    PHILEMON.

    En faveur d'un amant si tendre & si fidelle,
      Amour, lancez, lancez vos traits.
      Percez le cœœur de cette belle,
      Puisqu'elle a déjà vos attraits.
    En faveur, &c.

    TIRCIS.

        Percez le cœœur de cette belle.

    PHILEMON.

    En faveur d'un amant si tendre & si fidelle.

    TIRCIS & PHILEMON.

        Amour, lancez, lancez vos traits.

    TIRCIS.

        L'ingrate vient dans ces forêts.

    PHILEMON.

    Je ne veux point troubler les amoureux secrets.


    _SCENE II._

    TIRCIS, SILVIE.

    SILVIE.

      Je viens chercher dans cette solitude
    A me plaindre des maux de l'empire amoureux.
    N'y calmerai-je point ma triste inquiétude....?
    Ah! je vous trouve ici (_à part_), que mon sort est heureux!

    TIRCIS.

    Cessez, cessez de fuir un amant malheureux.
    Pourquoi déchaînez-vous votre injuste colère
        Contre une si parfaite ardeur?
        Quelque dieu qui me soit contraire,
    L'amour, le tendre amour vous répond de mon cœœur.
    Je jure à vos attraits une ardeur immortelle;
    Je brûlerai toujours d'une flamme si belle:
    Et si j'osois trahir de si tendres sermens,
        Que des dieux le plus redoutable,
      Le dieu qui fait le bonheur des amans,
        Ne me soit jamais favorable.

    SILVIE.

        Je veux croire enfin vos sermens;
        Ils ont désarmé ma colère;
        Une jeune & vaine bergère
      S'applaudissoit de causer vos tourmens,
      Mais mon amour m'assure à tous momens,
        Que je mérite un cœœur sincère.
        Je veux croire enfin vos sermens,
        Ils ont désarmé ma colère.

    _Tous deux._

        Redoublons nos vives ardeurs,
        Bannissons les tristes alarmes;
        Que tout ce qu'amour a de charmes
        Règne à jamais dans nos cœœurs.

    SILVIE.

        En vain j'ai cru rompre ma chaîne;
      C'est mon destin de soupirer pour vous.
    Je ne m'oppose plus au penchant qui m'entraîne;
        Loin de me plaindre de ma peine,
    Je me plaindrai toujours de l'injuste courroux.
    Qui me fit préférer les fureurs de la haîne
    Aux plaisirs d'un amour si charmant & si doux.
    En vain, &c.

    TIRCIS.

      Rossignols de ce lieu paisible,
    Oubliez, s'il se peut, vos plus tendres amours?
    A chanter la beauté qui m'a rendu sensible,
        Employez les beaux jours.
    Retenez bien les chants que je vais vous apprendre,
      Eux seuls doivent plaire toujours,
      Jamais mon cœœur fidelle & tendre
    Ne vous fera chanter de nouvelles amours;
      Philomèle, venez m'entendre.
    Amour, qui faites seul le bonheur de ma vie,
    D'un mortel fortuné rendez les dieux jaloux.
    Leur destin glorieux ne me fait point d'envie;
        Etre aimé de Silvie
      Est un destin cent fois plus doux.

    _Duo._

    Redoublons, &c.


L'auteur de ces paroles, & celui qui les avoit mises en musique, eurent
sujet d'être contens des applaudissemens de la compagnie. On sortit
de cet endroit pour se rendre dans le salon, où l'on s'entretint
très-long-temps, en se chauffant, sur les beautés de ce petit opéra.
Le jour commençoit à paroître, & le seigneur de la Maison-brillante,
qui n'avoit pas discontinué de faire les honneurs de chez lui, & à
qui la fatigue d'avoir veillé la nuit avoit ouvert l'appétit du matin,
jugea bien que toute l'assemblée devoit être dans le même besoin.
Il donna ordre qu'on mît le couvert; & quoique le repas fût aussi
magnifique que celui du soupé, les plaisirs de la table ne furent pas
ceux qui occupèrent le plus; chacun paroisse ravi d'être auprès de ses
inclinations. MM. de Livry étoient à côté de mesdemoiselles de Kernosy;
le baron faisoit sa cour à madame la vicomtesse; le comte de Tourmeil,
indifférent pour tous les mets délicieux qui étoient devant lui, ne
pensoit qu'à entretenir madame de Briance, de l'autre côté, madame
de Salgue se félicitoit de voir que Tadillac ne rendoit ses hommages
qu'à madame la vicomtesse. La baronne seule, dévorée par sa jalousie,
ne pouvoit souffrir qu'une autre personne qu'elle eût su gagner, par
ses charmes, le cœœur du seigneur de la maison. La compagnie étoit
si comblée de joie, qu'on auroit insensiblement gagné l'heure de midi
à table, si les domestiques de madame la vicomtesse n'etoient venus
avertir que les carrosses étoient prêts. Le grand jour qu'il faisoit
alors, ayant dissipé les enchantemens de la nuit passée, donna lieu de
reconnoître que la maison où l'on étoit appartenoit à un gentilhomme
voisin de madame la vicomtesse, qui, depuis trois ou quatre ans, en
avoit fait un gros pavillon à la moderne.

Ce gentilhomme n'y venoit jamais que dans la belle saison. Son
absence facilita les moyens au baron de gagner le concierge, & de le
faire consentir, moyennant une honnête récompense, qu'il y célébrât
cette fête, dont l'invention plut si fort aux dames, qu'elles lui en
donnèrent mille louanges. Depuis ce temps-là madame la vicomtesse ne
pouvoit plus vivre sans lui; elle étoit enchantée de ses manières
nobles & magnifiques; & le seigneur de la Maison-brillante, avec toutes
ses qualités avantageuses, n'avoit point altéré la passion que cette
dame sentoit pour Tadillac. Il n'y a pas lieu de s'en étonner; ce
seigneur de la Maison-brillante l'avoit laissée dans l'erreur où elle
étoit de le croire sincèrement le maître de la troupe de comédiens.

On n'arriva qu'après midi au château de Kernosy; les gens de la
vicomtesse ne furent point en peine de son absence; Saint-Urbain avoit
eu soin de les avertir qu'on ne reviendroit que le matin; ils dirent au
baron en entrant, qu'un courrier étoit arrivé en poste pour lui rendre
une lettre en main propre; qu'il paroissoit très-pressé de lui parler.
Le baron fit comme si cette nouvelle l'eût fort surpris, parce qu'on
lui parloit en présence de la vicomtesse, qui prit part à ce qu'on lui
disoit, & lui ordonna de venir à son réveil l'instruire des nouvelles
que ce courrier lui apportoit; elle alloit prendre quelques heures de
repos, pour se remettre des fatigues de la nuit passée.

Avant d'entrer dans sa chambre, elle lui conseilla aussi d'aller se
reposer, & d'avertir ses gens qu'ils ne manquassent pas de faire monter
ce courrier quand il viendront le demander. Les dames, à l'exemple
de madame la vicomtesse, se mirent au lit. MM. de Livry, & le comte
de Tourmeil qui étoit arrivé avec les comédiens, dont il paroissoit
être le chef, passèrent le reste de la journée à se divertir entre
eux. Le baron de Tadillac ne put être de la compagnie; car le prétendu
courrier revint justement dans le moment qu'ils entroient dans leur
appartement. Les domestiques le firent monter, suivant l'ordre qu'ils
en avoient reçu, & Tadillac le retint long-temps exprès, pour empêcher
que personne ne se défiât de la supposition de cet homme.

Le baron alla chez la vicomtesse aussi-tôt qu'elle fut éveillée.
Son air triste la fit frémir; elle voulut savoir le sujet de cet
abattement qui paroissoit sur son visage; & pour toute réponse, elle
n'entendit que de profonds soupirs; enfin le baron lui dit qu'il
étoit bien malheureux, qu'on l'arrachoit d'auprès de sa personne.
Eh! pourquoi, reprit la vicomtesse tout étonnée. Voyez, madame, s'il
vous plaît, la lettre que j'ai reçue, dit le baron; c'étoit celle que
Tourmeil avoit écrite. L'ayant lue, elle tâcha de le consoler par un
discours qui effectivement partoit du cœœur. Votre oncle est bien
pressant, dit-elle; je vois qu'il vous offre un parti considérable, &
qu'il prétend que vous alliez, sans perdre un moment, tenir la parole
qu'il a donnée pour vous; mais vous pourriez trouver ailleurs une
fortune aussi considérable. Je..... Comme elle alloit continuer, madame
de Sugarde entra; le baron fut obligé de se retirer, & ne se trouva
point le soir à la comédie.

Madame la vicomtesse y passa le temps à faire des réflexions sur
l'absence de Tadillac; enfin craignant qu'il ne prît son parti, &
qu'il n'obéît à son tuteur, elle sortit seule, & alla se mettre sur un
petit lit de repos qui étoit dans son cabinet; son inquiétude l'avoit
abattue, & son esprit ne fut tranquille qu'après l'arrivée du baron
qu'elle avoit fait appeler. Vous allez voir, dit-elle des qu'il fut
entré, à quel point je suis touchée d'un véritable mérite.

Je ne saurois souffrir qu'un homme tel que vous cherche ailleurs une
fortune qu'il dépend de moi de rendre aussi agréable que celle qui se
présente de la part de votre oncle. Je vous déclare que je consens de
vous épouser, & que rien désormais ne pourra nous séparer, si vous
m'aimez autant que je m'en suis flattée. Le baron l'interrrompit en se
jetant à ses genoux, & lui dit quantité de choses que la vicomtesse
prit pour un excès de sa passion. Saint-Urbain vint dans ce moment
avertir qu'on avoit servi le souper. Ils sortirent ensemble du cabinet
de la vicomtesse; le baron lui donna la main pour descendre, & entra
dans la salle la tenant encore, avec une gaîté qui fut d'un bon augure
aux deux aimables sœœurs & à leurs amans.

La soirée ne fut pas longue; chacun se sépara en sortant de table,
parce que les divertissemens de la nuit précédente causoient une
nécessité indispensable de prendre du repos. Le baron, après avoir
fait sa cour à madame la vicomtesse, qu'il venoit de conduire dans son
appartement, passa chez madame de Briance, où il savoit que le comte
de Tourmeil, MM. de Livry & mesdemoiselles de Kernosy étoient. Il y
rendit compte du bon succès de sa lettre; on l'en félicita, & il en
reçut les complimens de si bonne grace, qu'on vit bien qu'il étoit
content. Ce n'étoit pas sans sujet; il savoit qu'en épousant madame
la vicomtesse, comme il l'avoit toujours désiré, il assuroit, par ce
mariage, sa fortune & son bonheur.

Vos souhaits sont accomplis, lui dit le chevalier; que deviendrons-nous
à présent? Rien ne flatte encore nos espérances. Vous êtes bien prompt,
lui répondit le baron; à peine ai-je eu un moment pour remercier madame
la vicomtesse; demain je travaillerai pour vous: j'espère que M. le
comte de Livry sera content, & que mademoiselle de Saint-Urbain ne
deviendra jamais l'épouse de M. de Fatville. J'ose même me flatter que
si l'occasion se présente de faire connoître M. le comte de Tourmeil
à madame la vicomtesse, elle sera ravie d'apprendre sa passion pour
madame de Briance, & qu'elle se servira de tout son crédit pour avancer
leur mariage.

Le lendemain, le baron, qui désiroit sincèrement de contribuer au
bonheur de ses deux cousins, alla du matin rendre visite à madame
la vicomtesse, afin de l'entretenir en particulier. Il lui proposa
l'alliance de MM. de Livry pour les deux nièces. La vicomtesse accepta
la proposition de donner Kernosy au comte de Livry; mais, dit-elle au
baron, puisque je vous accorde une partie de ce que vous demandez,
faites-moi le plaisir de parler à Saint-Urbain, & de la disposer à
m'obéir; j'ai des raisons qui m'obligent à vouloir absolument son
mariage avec M. de Fatville: si je pouvois m'en dispenser, je le ferois
pour vous plaire. Allons donc lui annoncer que MM. de Fatville & leur
oncle arrivent ici aujourd'hui.

La commission que le baron venoit de recevoir, contre son attente,
l'embarrassa; il ne crut pas à propos de découvrir au chevalier
la vérité du fait, ni de désoler Saint-Urbain, en lui apprenant
l'intention de sa tante; il lui dit seulement que MM. de Fatville
devoient arriver le soir. Cette aimable personne, extrêmement affligée
d'entendre une nouvelle si terrible, feignit de se trouver mal, & alla
se mettre au lit, afin de n'être pas obligée de paroître. Madame de
Briance lui tint compagnie; Kernosy ne vouloit point la quitter: mais
madame la vicomtesse voulut absolument qu'elle vînt faire les honneurs
de la maison.

Fatville le conseiller & son oncle arrivèrent sur le soir; un peu
après, le frère de Fatville vint en litière, parce qu'il n'étoit pas
encore assez bien guéri de sa chûte pour se tenir à cheval, & entra
dans la salle de la comédie, où l'on étoit alors. La vicomtesse le
reçut agréablement, & lui dit qu'aussi-tôt que la pièce seroit finie,
elle le présenteroit à sa nièce, qui s'étoit trouvée mal. Le chevalier
de Livry sentit des mouvemens de colère à la vue de son rival, & sa
prudence n'auroit pu les retenir, si elle n'avoit été secondée de celle
de son frère & des conseils que Tourmeil lui avoit donnés.

Après la comédie, la vicomtesse mena Fatville & la compagnie dans la
chambre de Saint-Urbain. Cette visite inopinée embarrassa beaucoup la
nièce. Mais quel que fût son embarras, celui qu'on remarqua sur le
visage du frère aîné de Fatville étoit bien plus grand: il ne put dire
deux paroles de suite, & ne cessa point de regarder Tourmeil qu'il
trouva dans la chambre. Madame de Briance qui étoit auprès de lui,
dit à la vicomtesse qu'elle l'avoit envoyé chercher pour apprendre
quelques morceaux de leur petit opéra. Ce discours augmenta le soupçon
de Fatville; il le regarda encore fixément. Tourmeil, ne voulant pas
être connu, sortit aussi-tôt; mais le provincial n'en parut pas plus
tranquille.

La vicomtesse ne pouvant comprendre quelle étoit la cause de cette
agitation d'esprit qui régnoit de part & d'autre, emmena MM. de
Fatville, & laissa Saint-Urbain en liberté avec madame de Briance.
Après leur sortie, elles raisonnèrent touchant l'émotion qui avoit paru
sur le visage du provincial à la vue de Tourmeil, & n'y trouvant rien
de vraisemblable, elles conclurent qu'il ajoutoit à beaucoup d'autres
défauts, celui d'être jaloux sans sujet.

Cependant le chevalier étoit au désespoir; il ne trouvoit point
Saint-Urbain assez résolue pour désobéir à sa tante. Ah! mon frère,
disoit-il à Tourmeil, car il l'appeloit souvent de ce nom, que je
suis malheureux! que j'envie votre destinée! vous êtes tendrement
aimé, & rien ne s'oppose à vos espérances. Vous êtes aimé de même,
répondit Tourmeil; & quand on est aimé, c'est offenser l'amour que se
plaindre avec tant de violence. Vous n'aimez point, si vous n'espérez
rien. L'espoir est inséparable de l'amour; & dans le même temps que
l'on croit aimer sans ce secours flatteur, on mourroit de douleur, si
l'espérance n'étoit cachée au fond du cœœur qui croit l'avoir perdue.

Tourmeil essaya inutilement de consoler le chevalier; ce fut beaucoup
de le résoudre à retourner dans la chambre de la vicomtesse; il y alla
enfin, & regarda en entrant son rival avec une jalousie terrible, dont
il n'auroit pu être le maître, s'il n'avoit senti à son côté son ami,
qui ne voulut point l'abandonner dans cette occasion.

Tourmeil, moins prévenu que le chevalier, considéra le provincial avec
plus d'attention qu'il n'avoit fait dans la chambre de Saint-Urbain, &
après l'avoir entendu parler plusieurs fois: C'est lui-même, dit-il au
chevalier; oui, c'est lui-même. Le chevalier lui demanda l'explication
de ces paroles. Sortons, lui dit Tourmeil, en baissant la voix, je vais
relever vos espérances.

La vicomtesse proposoit alors à MM. de Fatville de signer, après le
souper; les articles qu'elle avoit dressés avec leur oncle. Kernosy,
que cette proposition affligea, sortit de la chambre, pour avertir sa
sœœur du dessein de leur tante.

Cependant Tourmeil ayant appris au chevalier le secret qui devoit
contribuer à le rendre heureux, fit avertir le baron de le venir
trouver. La vicomtesse, qui remarquoit un grand mouvement dans toute
la compagnie, craignant que Saint-Urbain, peu disposée à suivre ses
volontés, ne songeât à lui échapper, pour aller dans un couvent, ou
chez quelqu'une de ses parentes, donna secrètement ses ordres pour
faire fermer les portes du château; mais on lui en apporta les clefs
avec moins de discrétion: un valet étourdi les lui donna devant MM. de
Fatville.

La présence de Tourmeil & du chevalier de Livry, le murmure qui se
répandoit dans le château, la vue de ces clefs qu'on venoit d'apporter;
tout sembloit annoncer à Fatville l'aîné l'impossibilité de son
mariage. L'appréhension de quelque malheur troubla son esprit de telle
sorte, que se jetant tout à coup aux pieds de la vicomtesse: Ah!
madame, lui dit-il, voulez-vous me perdre? On m'a reconnu; je n'en
saurois douter. M. de Tourmeil & le chevalier de Livry sont ici; faites
ma paix. J'accepte toutes les conditions qu'ils voudront m'imposer. De
quoi donc est-il question? dit la vicomtesse, surprise des paroles & de
l'action du provincial; quelle querelle avez-vous avec le chevalier de
Livry? & où avez-vous vu ici ce M. de Tourmeil dont vous parlez? Ah!
mon neveu, s'écria l'oncle de Fatville, vous vous perdez vous-même par
votre frayeur; sans elle madame la vicomtesse ignoreroit absolument la
malheureuse aventure qui vous est arrivée. Oui, dit le chevalier en
entrant, madame ne la savoit point, mais je venois l'en instruire.

Fatville, que vous voyez, madame, continua-t-il en remarquant qu'on
l'écoutoit avec attention, est complice de cet assassinat dans Rennes,
qui suivit la querelle que j'avois eue avec un gentilhomme de la
province: j'y fus blessé, & M. de Tourmeil, le plus cher de mes amis,
pensa y perdre la vie, en défendant généreusement la mienne. Ce fut
de la main de ce lâche que Tourmeil reçut un coup par derrière. Nous
avions ignoré son nom, parce que celui des assassins qui fut pris ne
le savoit pas lui-même; il déposa seulement que celui qui avoit blessé
Tourmeil, étoit un ami du provincial avec qui j'avois eu querelle.

L'oncle de Fatville, qui avoit de l'esprit, jugeant bien, par la
confusion où il vit son neveu, qu'il n'étoit pas en état de répondre,
dit au chevalier de Livry toutes les raisons qu'un honnête homme peut
donner pour défendre une mauvaise cause, & pour tâcher de terminer
l'affaire à l'amiable. Voilà, dit alors Fatville le conseiller, voilà
sans doute ce que les maudits lutins étoient venus prédire. Cette
sottise ne seroit pas tombée à terre, & l'on s'en seroit diverti, si
l'on n'avoit pas été trop occupé d'ailleurs.

La vicomtesse, qui se piquoit de grandeur d'ame, parut indignée de la
mauvaise action de Fatville, & pourtant, à la considération de son
oncle, elle pria le chevalier de pardonner à ce malheureux gentilhomme.
Le chevalier, qui étoit véritablement généreux, accorda de bonne grâce
à la vicomtesse tout ce qu'elle lui demandoit; elle en fut touchée.
Mais, reprit l'effrayé Fatville, je ne pourrai jouir de la grace que
M. le chevalier de Livry veut bien me faire, si M. de Tourmeil n'est
pas aussi généreux que lui. Le chevalier, qui vit bien qu'il n'y avoit
plus moyen de cacher le comte de Tourmeil à la vicomtesse, la pria
de passer dans son cabinet; le baron les y suivit: ils lui apprirent
en peu de mots les divers intérêts qui avoient obligé Tourmeil à
déguiser sa véritable condition pour quelques jours. La vicomtesse
taupa au mystère, en faveur de l'air de roman qu'elle trouva dans
cette aventure; & le baron la trouvant de bonne humeur, lui dit:
Madame, il n'y a pas d'apparence que vous eussiez donné mademoiselle de
Saint-Urbain à Fatville, sans avoir des raisons pressentes. J'approuve
fort que le chevalier ait pardonné à ce perfide, puisque vous l'en avez
prié; mais, madame, servez-vous plus utilement du pardon que Tourmeil
va sans doute lui accorder aussi à votre prière.

La vicomtesse trouva que le baron de Tadillac avoit raison; elle
se voyoit dans l'obligation de quelque reconnoissance envers le
chevalier, qui venoit d'accorder de si bonne grace à sa prière le
pardon de Fatville; & comme elle n'admettoit pas à son roman le peu de
soin que les héroïnes ont de leurs intérêts, sa résolution fut, suivant
l'avis de Tadillac, de profiter en cette occasion de vingt mille liv.
qu'elle devoit à M. de Fatville. Après tout, Fatville étoit encore trop
heureux de sortir d'affaire à si bon marché; il avoit donné sa parole à
madame la vicomtesse qu'il lui remettroit cette dette ayant d'épouser
mademoiselle sa nièce, & son oncle avoit même offert une somme aussi
considérable, en proposant l'accommodement avec MM. de Tourmeil & le
chevalier de Livry.

La résolution prise, le chevalier sortit, & le baron resta seul avec la
vicomtesse; ne voulant pas laisser refroidir la bonne volonté où il la
voyoit, il lui proposa, sans autre cérémonie, de donner mademoiselle
de Saint-Urbain au chevalier de Livry, qui avoit beaucoup de bien,
de mérite & de naissance, & qui lui appartenoit déjà, ayant accordé
mademoiselle de Kernosy à son frère. J'ouvre enfin les yeux, dit alors
la vicomtesse, vos deux cousins sont amoureux ici; mais puisque, par
leur moyen, je trouve le même avantage que je trouvois en donnant
ma nièce à M. de Fatville, & de plus que je juge facilement que vous
désirez cette alliance, je l'accepte avec plaisir. Le consentement de
la vicomtesse charma le baron; il la pria d'assurer, dès ce soir, le
bonheur de tant d'aimables personnes, & le sien, en lui permettant
de déclarer la fortune qu'elle lui réservoit. La vicomtesse, que le
discours du baron attendrit, fit appeler madame de Briance & MM. de
Livry, pour leur apprendre qu'elle avoit accepté la proposition que le
baron lui avoit faite pour eux. Jamais joie plus parfaite ne succéda à
une plus affreuse tristesse.

Les amans heureux accoururent annoncer leur bonheur à mesdemoiselles de
Kernosy. Madame de Briance étoit ravie de voir ses frères, par cette
alliance, encore plus parfaitement unis avec elle, & les Fatville
étoient satisfaits de la générosité de leurs ennemis. Madame de Salgue,
exempte de jalousie, & touchée de l'amour & des charmes du baron, fut
la première à témoigner à la vicomtesse la joie qu'elle avoit de son
mariage. La baronne de Sugarde étoit seule mécontente; plus d'espérance
au chevalier de Livry. Cette réflexion ne pouvoit que lui causer
du chagrin; mais le temps n'étoit pas propre à faire paroître ses
sentimens.

La nuit se passa sans qu'il fût possible au dieu du sommeil de régner
un moment sur un peuple aussi dévoué à la joie; le trouble agréable
que l'amour heureux porte dans les cœœurs, les agite autant que la
plus cruelle tristesse. Tout le monde, au lieu de se coucher, s'employa
vigoureusement à terminer l'affaire de Fatville, avant que la nuit se
passât. Tourmeil lui pardonna à des conditions avantageuses pour la
vicomtesse; mais, à son égard, il ne connut que le plaisir d'accorder
un généreux pardon à son ennemi, comme le chevalier de Livry avoit fait.

Dès qu'il fut jour, les Fatville partirent du château, & les amans,
satisfaits de leur destinée, ne songèrent qu'à choisir le jour de leur
hymen; il ne fut reculé que de trois jours, encore trouvèrent-ils le
temps trop long, au gré de leur impatience. La magnificence y régna
moins que la joie & l'amour. Le comte de Livry épousa mademoiselle
de Kernosy; le chevalier, mademoiselle de Saint-Urbain; le baron de
Tadillac, madame la vicomtesse.

Tourmeil ne fut heureux, en épousant madame de Briance, que quelques
mois après ses amis, des raisons de famille retardant leur mariage.
Il soupira, & se plaignit douloureusement d'être seul dans un jour
destiné à la félicité. Vous avez une fortune à laquelle vous ne faites
pas réflexion, lui disoit le baron le jour de leurs noces: vous êtes,
dites-vous, le plus infortuné des amans? Je suis sûr que vous êtes
aujourd'hui le plus amoureux.

Tourmeil goûtoit fort peu cette espèce de consolation; mais l'amour ne
retarda son bonheur que pour le rendre encore plus parfait; il épousa
madame de Briance, & fut véritablement heureux avec elle. Il semble
même que leur hymen rendit leur amour plus ardent & plus tendre.

Ils passèrent encore quelques mois ensemble au château de Kernosy;
après ce temps-là, Tourmeil & MM. de Livry emmenèrent leurs belles
épouses; & le baron se seroit peut être ennuyé de rester seul avec la
sienne, si le voisinage de la charmante madame de Salgue ne l'en eût
dédommagé.

  _Fin de la seconde & dernière partie._



  TABLE
  DES ROMANS CABALISTIQUES
  CONTENUS DANS CE VOLUME.


  _AVERTISSEMENT de l'éditeur._                        Page vij

  _L'Enchanteur Faustus, conte._                              1

  _Le Diable amoureux, nouvelle espagnole._                  33

  _Les Lutins du château de Kernosy, nouvelle historique._  151


PREMIERE PARTIE.

  _Histoire de madame de Briance._                          207

  _Histoire de Zariade._                                    239

  _Peau d'Ours, conte._                                     249


SECONDE PARTIE.

  _Suite de l'histoire de madame de Briance._               282

  _Etoilette, conte._                                       319

  _Histoire du comte de Tourmeil._                          372



  NOTE DE TRANSCRIPTION:

    Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
      corrigées. L'orthographe et la ponctuation d'origine ont été
      conservées et n'ont pas été harmonisées.

    Les mots en italiques sont _soulignés_.

    La Table des Illustrations a été crée par le transcripteur.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques. Tome 35." ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home