Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: - To be updated
Author: Paul Dumée, - To be updated
Language: English
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "- To be updated" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made


  Au lecteur

  Ce livre électronique reproduit intégralement le texte original, et
  l'orthographe d'origine a été conservée. Seules quelques erreurs
  typographiques évidentes ont été corrigées. La liste de ces
  corrections se trouve à la fin du texte.

  La ponctuation a également fait l'objet de quelques corrections
  mineures. Les mots mis en gras par l'auteur sont notés =ainsi=.

  L'errata a été inclus dans le texte.

  Le livre est suivi d'un catalogue qui n'a pas été repris ici.



  BIBLIOTHÈQUE DE POCHE DU NATURALISTE. XX.


  NOUVEL ATLAS DE POCHE

  DES

  CHAMPIGNONS

  Comestibles et Vénéneux

  LES PLUS RÉPANDUS

  SUIVI DE NOTIONS GÉNÉRALES SUR LES CHAMPIGNONS
  leur classification et leur anatomie
  avec notions sur le microscope, la photographie et l'espéranto


  64 PLANCHES COLORIÉES REPRÉSENTANT 77 ESPÈCES
  ET 4 PLANCHES NOIRES
  avec texte

  Par PAUL DUMÉE
  Membre des Sociétés botanique et mycologique de France


  PEINTURES PAR A. BESSIN


  SÉRIE II


  PREMIÈRE ÉDITION


  PARIS

  LIBRAIRIE DES SCIENCES NATURELLES

  Paul Klincksieck
  LÉON LHOMME, successeur

  3, RUE CORNEILLE, 3

  1911

  _Tous droits de reproduction et de traduction réservés pour tous
  pays._



PRÉFACE


_L'accueil bienveillant qui a été fait par les mycologues à notre
nouvel_ =Atlas de Champignons= _nous engage à présenter aujourd'hui un
second volume conçu sur le même plan, et auquel nous travaillons depuis
très longtemps._

_Nous avons la conviction qu'il ne sera en rien inférieur à son aîné._

_En prévision de cet ouvrage, nous avons, au cours des trois dernières
années, recueilli et fait peindre par notre très habile dessinateur, M.
Bessin, les 77 champignons que nous représentons._

_Un tel travail, lorsque l'on veut procéder comme nous l'avons fait,
c'est-à-dire ne prendre pour modèles que des champignons vivants,
exige toujours beaucoup de temps; on ne trouve pas tous les jours
les spécimens dont on a besoin, et il faut souvent faire de nombreux
déplacements pour se procurer certaines espèces._

_Aujourd'hui, notre travail est terminé, nous avons pu nous procurer
toutes les espèces que nous voulions décrire, et M. Bessin a mis tout
son talent à les représenter exactement._

_Le texte descriptif de chaque espèce est, comme dans le premier
volume, en regard de la planche représentant le champignon, il est
alors facile de s'assurer au fur et à mesure de la lecture, des
caractères particuliers qui permettent de déterminer l'espèce._

_Dans la deuxième partie du texte, nous avons à dessein donné des
notions mycologiques plus approfondies que celles faisant partie du
premier volume._

_Nous avons dressé spécialement pour nos lecteurs des tableaux
de détermination qui, quelque imparfaits qu'ils puissent être,
intéresseront, nous l'espérons, les mycologues._

_Nous supposons avec raison que les possesseurs de notre_ =Atlas=
_se sont déjà familiarisés avec les éléments de la mycologie, et que
plusieurs d'entre eux possèdent un microscope._

_Pour ces derniers, nous donnons un article traitant de cette question,
ainsi que du dessin à la chambre claire._

_Enfin, aujourd'hui que tout le monde est plus ou moins photographe,
nous ne pouvions mieux faire que d'inviter les mycologues à fixer
sur leurs plaques les champignons qui les intéressent, et ensuite
à colorier à l'aquarelle les épreuves obtenues. Mais cela demande
quelques tours de mains, que nous sommes heureux de pouvoir indiquer au
cours de notre ouvrage._

_Plusieurs figures sont intercalées dans le texte pour en faciliter la
compréhension._

_Il n'est pas jusqu'à_ l'Esperanto, _cette langue annexe si simple et
si utile, qui ne soit appelée à rendre aux mycologues des services
signalés, en leur permettant de correspondre avec leurs confrères des
pays les plus différents par la langue._

_Aussi avons-nous voulu contribuer pour notre faible part à la
diffusion de cette langue vraiment géniale, en donnant ici_:

_Premièrement, la traduction en esperanto d'un texte mycologique
français, intitulé la Chanterelle comestible, et deuxièmement, quelques
notions d'esperanto._

  Paris, septembre 1911.

  L'AUTEUR ET L'ÉDITEUR.


ERRATA

Page 51, lire: _Polyporus perennis_, au lieu de _P. perennus_.

Page 60, lire: _Astre hygrométrique_, au lieu de _A. géométrique_.



PARTIE I

Description des espèces.


=Amanite épaisse.--Amanita spissa.=

Spores blanches.

Cette Amanite n'est pas sans avoir quelque ressemblance avec l'Amanite
panthère, dont nous avons parlé à la page 5 du premier volume de notre
Atlas: elle a à peu près la même taille et la même couleur, mais le
chapeau de l'Amanite épaisse n'est pas strié sur les bords, tandis
qu'il l'est dans l'Amanite panthère. De plus, le pied est plus ou moins
marginé à la base dans la première et lisse au-dessus du collier, alors
que dans l'Amanite épaisse, il ne porte que des écailles à la base et
des stries au-dessus du collier.

L'Amanite épaisse a le chapeau d'abord convexe puis plan, brun ou
brun gris, lisse sur les bords et tout parsemé de verrues blanchâtres
ou grisâtres, parfois même de véritables plaques un peu farineuses;
diamètre: 6 à 8 centimètres.

Feuillets blancs, nombreux, minces, atténués à la base, arrondis vers
le bord, et légèrement décurrents par une dent.

Pied blanc, plein, long de 5 à 8 centimètres, strié au-dessus du
collier et couvert au-dessous de petites squamules grisâtres.
Il s'épaissit à la base et est couvert d'écailles disposées
circulairement; il se termine enfin par une sorte de racine.

Chair blanche, molle, à odeur de radis.

Cette espèce d'Amanite, qui n'est pas très commune, est regardée
comme comestible, mais il faut éviter de la confondre avec l'Amanite
panthère, qui est vénéneuse. Elle pousse en été-automne, dans les bois.

[Illustration: --Planche 1--

=Dans les bois=--Été, automne

=Amanite épaisse=

Amanita spissa

_Comestible_]


=Amanite ovoïde.--Amanita ovoidea.=

Noms vulgaires: _Boulé_, _Oronge blanche_, _Coucoumelle blanche_.

Spores blanches.

Cette belle Amanite, la plus grosse de toutes, se trouve à peu près
dans toute la France, aussi bien dans le Nord (quoique plus rarement)
que dans le Midi, à l'Est qu'à l'Ouest.

Elle est dans son jeune âge complètement enveloppée par la volve, comme
l'Amanite des Césars, mais cette volve est beaucoup plus friable.
Lorsque le chapeau émerge, il est tout à fait sphérique, recouvert d'un
épiderme blanc un peu satiné, mince et s'enlevant assez facilement:
peu à peu la convexité diminue et le chapeau peut devenir presque
plat: à son complet développement, il mesure de 10 à 15 centimètres;
il est alors charnu au centre, mince sur les bords qui sont souvent
appendiculés.

Les feuillets sont d'un blanc quelque peu grisâtre, assez nombreux,
larges à la marge et libres près du pied, épais et comme frangés sur
les bords et peu consistants.

Le pied est blanc, gros, cylindrique, long de 8 à 12 centimètres
et un peu renflé à la base, et couvert à sa surface de nombreuses
granulations floconneuses faciles à enlever. A sa partie supérieure se
trouve un collier très large et si peu consistant qu'il disparaît de
très bonne heure. Il porte à sa base une ample volve blanche souvent
colorée en jaune par la terre qui la recouvre.

L'Amanite ovoïde pousse en juin et septembre dans les endroits bien
exposés au voisinage des chênes et des sapins. Elle est comestible,
mais moins fine que l'Oronge. Il faut éviter de la confondre avec
l'Amanite printanière et les variétés blanches des Amanites phalloïde
et citrine.

[Illustration: --Planche 2--

=Bois, landes ensoleillées=--Été, automne

=Amanite ovoïde= (Oronge blanche)

Amanite ovoidea

_Comestible_]


=Lépiote en crête.--Lepiota cristata.=

Spores blanches.

Cette Lépiote se distingue bien de ses congénères par son odeur forte,
plutôt désagréable.

C'est un champignon de taille moyenne, qui a le chapeau assez foncé
lorsqu'il est jeune, mais, par suite de sa croissance, l'épiderme se
rompt pour former des écailles roussâtres ou brunes assez régulièrement
disposées.

Le chapeau est d'abord arrondi, nettement mamelonné, puis il s'aplatit
tout en gardant le centre obtus, et de couleur brun rouge, alors que
le reste du chapeau est blanc sale et couvert de nombreuses écailles
brunes. Son diamètre est de 3 à 5 centimètres.

Les feuillets sont blancs, d'abord serrés puis un peu écartés, larges
surtout vers la marge du chapeau; ils laissent autour du pied un espace
très appréciable.

Le pied est cylindrique, égal ou un peu renflé à la base, fragile,
creux à l'intérieur, blanc ou un peu roussâtre, muni à sa partie
supérieure d'un collier blanc assez grand mais fugace.

Chair blanche, mince, ayant une odeur assez désagréable, que l'on a
comparée à celle du raifort, et une saveur nauséeuse. C'est à cela que
probablement l'on doit de déclarer que ce champignon est suspect.

On trouve la Lépiote en crête, en été, dans les champs, les bois, etc.

[Illustration: --Planche 3--

=Prés, bois, clairières=--Du printemps à l'automne

=Lépiote en crête=--Lepiota cristata

_Suspect_]


=Armillaire jaune verdâtre.--Armillaria luteo-virens.=

Spores blanches.

Ce beau et rare champignon a une couleur toute particulière jaune
verdâtre qui permettra de ne pas l'oublier lorsqu'on l'aura vu une fois.

Son chapeau est convexe, mamelonné, puis régulièrement arrondi, large
de 5 à 8 centimètres, jaune, jaunâtre ou jaune verdâtre, couvert de
mèches nombreuses qui saillissent sur le bord du chapeau.

Feuillets blancs ou blanchâtres, présentant parfois une légère teinte
jaune, assez nombreux, devenant libres et atténués vers la marge du
chapeau.

Pied robuste, cylindrique, droit, plein, égalant environ le diamètre
du chapeau blanc ou jaunâtre, mais toujours beaucoup plus clair que
le chapeau, un peu aminci vers le haut et couvert sur les 2/3 de sa
hauteur de fibrilles écailleuses formant collier.

Chair blanche ou blanchâtre, épaisse, de saveur agréable et d'odeur
nulle, comestible.

L'Armillaire jaune verdâtre se trouve dans les bois de conifères,
surtout dans les montagnes.

[Illustration: --Planche 4--

=Sous les conifères des montagnes=--Automne

=Armillaire jaune verdâtre=--Armillaria luteo-virens

_Comestible_]


=Armillaire bulbeuse.--Armillaria bulbigera.=

Spores blanches.

La forme caractéristique du pied de ce champignon ne permet pas de se
tromper, car il n'y a pas, parmi les Agarics à spores blanches, de
champignon ayant au pied un pareil renflement.

Son chapeau est charnu, convexe, puis plat tardivement, jaune fauve
ou un peu rougeâtre, plus foncé sur le disque, nu, glabre, humide,
luisant, et parfois garni sur les bords des débris du collier; son
diamètre est de 5 à 7 centimètres.

Feuillets blancs ou carnés, nombreux, un peu décurrents.

Pied plein rarement creux, blanchâtre ou de couleur plus claire que le
chapeau, cylindrique mais terminé à sa base par un large bulbe, comme
on en voit chez certains cortinaires, couverts de filaments formant
cortine et long de 4 à 6 centimètres.

Chair blanche, agréable, comestible.

Ce champignon pousse en colonies sous les arbres verts pendant l'été
et l'automne: mais, à première vue, on peut très bien le prendre pour
un _Hebeloma crustuluniformis_, Hébélôme échaudé, il en a un peu la
couleur et la forme, mais il suffira de regarder son pied pour être
fixé. Au reste, l'Hébélôme échaudé a les spores ochracées et sa chair
sent la rave.

[Illustration: --Planche 5--

 =Bois d'arbres verts= | =Sur les chênes, hêtres, etc.=

 Été, automne          | Automne

 =Armillaire bulbeuse= | =Pleurote des écorces=

 Armillaria bulbigera  | Pleurotus corticatus

               _Comestibles_]


=Tricholôme sinistre.--Tricholoma sævum.=

Spores blanches.

Nous avons, dans le premier volume, décrit et figuré un champignon
appelé Tricholome nu, _Tricholoma nudum_, connu sous le nom de pied
bleu. Aujourd'hui, nous allons nous occuper d'un proche parent du pied
bleu: il y a en effet plusieurs champignons du genre Tricholôme qui
sont voisins les uns des autres, et qui revêtent plus ou moins cette
teinte violacée ou bleue.

Le _Tricholoma sævum_ est un champignon trapu plus massif que le pied
bleu; son chapeau est charnu, compact, régulièrement bombé, avec les
bords recourbés en dessous. Il mesure de 6 à 8 centimètres et est
recouvert d'un épiderme lisse, difficile à enlever, de couleur violacée
passant aisément au fauve pâle. Il est doux au toucher, humide, et
recouvre une chair épaisse, fine, blanche ou régulièrement violacée.

Les feuillets sont nombreux, assez étroits, arrondis et libres à la
base, aigus vers la marge, blanchâtres ou fauvâtres.

Le pied est long de 6 à 7 centimètres, épais, cylindrique, plein, puis
creux tardivement, et légèrement teinté de violet ou de rose lilacé à
l'extérieur. Il n'est pas en général recouvert à sa base de filaments
cotonneux lilacés comme le pied bleu.

On trouve le _Tricholoma sævum_ principalement à l'automne, dans les
prés, les pâturages humides, où il forme des groupes.

Quélet décrit, sous le nom de Tricholôme améthyste, un champignon qui
paraît très voisin de celui-ci.

Malgré son nom de sinistre, ce champignon est un excellent comestible
auquel on ne pourrait que reprocher de ne pas être assez répandu.

[Illustration: --Planche 6--

=Prés, Pâturages=--Été, automne

=Tricholôme sinistre=--Tricholoma sævum

_Comestible_]


=Tricholôme gonflé.--Tricholoma tumidum.=

Spores blanches.

Le Tricholôme gonflé est un champignon d'assez grande dimension; son
chapeau mesure 8 à 9 centimètres; il est charnu, d'abord arrondi
puis convexe et plan, ondulé et difforme, avec les bords minces,
irréguliers, fendillés, lobés; il est gris cendré ou gris brunâtre, un
peu luisant et plus pâle à la circonférence.

Les feuillets sont assez nombreux, émarginés, épais, larges,
blanchâtres ou un peu teintés de roussâtre.

Pied plein, gros, robuste, s'élargissant vers la base, blanc ou
blanchâtre, un peu strié, long de 5 à 7 centimètres et plus; il se
termine inférieurement par une sorte de prolongement radiqueux.

Chair blanche, assez ferme, d'odeur et de saveur agréables. Non indiqué
comme comestible.

On trouve ce champignon en été-automne, dans les bois surtout résineux.

[Illustration: --Planche 7--

=Bois résineux=--Été, automne

=Tricholôme gonflé=--Tricholoma tumidum]


=Tricholôme couleur de vache.=

=Tricholoma vaccinum.=

Spores blanches.

Si tous les champignons avaient un aspect aussi caractéristique que
le Tricholôme écailleux, on serait beaucoup moins embarrassé qu'on ne
l'est généralement dans une foule de cas.

Figurez-vous un champignon assez grand, brun ou roussâtre, dont le
chapeau et même le pied sont revêtus, surtout le chapeau, d'une ample
toison formée d'écailles fibrilleuses.

Lorsqu'il est à peu près développé, le _Tricholoma vaccinum_ nous
montre un chapeau de 5 à 8 centimètres, arrondi, puis étalé et
mamelonné avec les bords plus ou moins recourbés.

Il est entièrement recouvert de fibrilles rousses plus ou moins
appliquées ou relevées qui forment comme un revêtement laineux.

Les feuillets sont assez peu nombreux, larges, sinués à la base,
blanchâtres et ayant la propriété de se maculer de roussâtre lorsque le
champignon prend de l'âge.

Le pied est robuste, droit ou courbé, renflé à la base et terminé
par une sorte de racine. Il est plein, puis creux, plus clair que le
chapeau et plus ou moins fibrilleux; quelquefois même ces fibrilles
forment comme un léger collier. Comestible quoique peu délicat. Ce
champignon se plaît surtout dans les bois d'arbres verts à sous-sol
humide.

Le Tricholôme imbriqué, _Tricholoma imbricatum_, est très voisin de
notre champignon; il a le même aspect, vient dans les mêmes endroits,
mais sa toison est beaucoup moins fournie: il est du reste également
comestible.

[Illustration: --Planche 8--

=Sous les conifères=--Été, automne

=Tricholôme couleur de vache=--Tricholoma vaccinum

_Comestible_]


=Tricholôme couleur de soufre.=

=Tricholoma sulfureum.=

Spores blanches.

Comme l'indique son nom, le Tricholôme couleur de soufre est tout
jaune, ce caractère suffira à lui seul pour attirer l'attention sur
ce champignon et le faire reconnaître, car il n'y a pas beaucoup de
Tricholômes jaunes.

C'est un champignon assez élancé, ayant un chapeau jaune assez peu
charnu, d'abord un peu conique, puis arrondi avec un léger mamelon au
centre; assez tardivement il devient plat. L'épiderme est adhérent,
un peu cotonneux, puis glabre; il recouvre une chair mince, jaune,
présentant une odeur particulière assez prononcée qui n'est pas sans
analogie avec celle de l'iode.

Les feuillets sont peu nombreux, épais, jaune de soufre, comme tout le
champignon, sinués à la base et décurrents par une petite dent.

Le pied est beaucoup plus long que le diamètre du chapeau, puisqu'il
mesure de 6 à 8 centimètres, quelquefois plus: il est ferme,
cylindrique, parfois un peu irrégulier et aminci vers la base, glabre à
l'extérieur, fibreux et jaune intérieurement.

On trouve ce champignon dans les bois un peu frais depuis le
commencement de l'été jusqu'à l'automne. On le considère comme
vénéneux, sans que l'on puisse lui reprocher un méfait quelconque, mais
son odeur et sa saveur le rendent impropre à l'alimentation et cela
suffit pour le proscrire.

[Illustration: --Planche 9--

=Bois mêlés=--Été, automne

=Tricholoma couleur de soufre=--Tricholoma sulfureum

_Non comestible_]


=Tricholôme acerbe.--Tricholoma acerbum.=

Spores blanches.

Le Tricholôme acerbe est un champignon assez volumineux qui n'est
pas rare dans les grands bois à l'arrière-saison. Son chapeau,
d'abord arrondi, devient ensuite convexe, puis étalé avec les bords
fortement repliés en dessous et fortement sillonnés; ce n'est que
très tardivement qu'ils se relèvent. Il mesure 8 à 10 centimètres de
diamètre et est blanc jaunâtre ou fauve.

Les feuillets sont nombreux, minces, arrondis à la base, étroits vers
la marge du chapeau; ils sont jaunâtres ou pâles, et quand on les
froisse, ils prennent une légère teinte rougeâtre.

Le pied est épais, cylindrique, ferme, un peu renflé à la base, blanc
jaunâtre et parsemé de petites écailles au sommet; il est long de 5 à 6
centimètres.

Chair blanche, ferme, épaisse, mais de saveur un peu âpre, d'où le nom
qui lui a été donné.

On trouve ce champignon en été-automne, dans les bois, surtout en
bordure, où il pousse isolé ou en colonies. Bien que de saveur peu
agréable, on donne ce champignon comme comestible.

[Illustration: --Planche 10--

=Bois mêlés, taillis, futaies=--Été, automne

=Tricholôme acerbe=--Tricholoma acerbum

_Comestible_]


=Tricholôme blanc.--Tricholoma album.=

Spores blanches.

Les champignons tout blancs sont assez fréquents; il faut donc,
lorsqu'on se trouve en présence d'un champignon de cette sorte, faire
bien attention à ses caractères particuliers, puisque la couleur ne
peut en rien nous aider.

Le Tricholôme blanc est un champignon de grandeur moyenne dont le
chapeau, une fois développé, mesure de 5 à 7 centimètres de diamètre.
Il est d'abord arrondi, assez régulier, puis il devient plan, et même
un peu déprimé: il est lisse, glabre, blanc, mais dans la vieillesse le
centre devient un peu jaunâtre.

Les feuillets sont blancs, assez nombreux, larges, arrondis à la base
et adhérents au pied par une dent.

Le pied est souvent plus long que le diamètre du chapeau et mesure, en
moyenne, de 6 à 8 centimètres; il est plein, ferme, fibreux, élastique,
droit ou un peu courbé et même flexueux.

Chair blanche, ferme, d'odeur peu accentuée mais de saveur amère.

On le trouve communément à l'automne dans les bois où il forme des
colonies nombreuses.

Ce champignon qui, au premier abord, est d'un aspect engageant, est
considéré comme comestible par les uns, et comme suspect par d'autres;
mais en raison de son amertume, il n'est pas à recommander.

[Illustration: --Planche 11--

=Dans les bois=--Été, automne

=Tricholôme blanc=--Tricholoma album

_Non comestible_]


=Tricholôme argouane.--Tricholoma panœolum.=

Nom vulgaire: _Argouane des prairies_.

Spores blanches.

Cet excellent champignon est tout d'abord arrondi, régulier, puis à
peu près plan avec les bords un peu recourbés en dessous, ensuite il
se déprime et nous montre des bords minces capricieusement ondulés
et relevés. Sa couleur est grise ou cendrée avec un certain reflet
rougeâtre, le tout parfois couvert d'une sorte de pruine: il mesure de
4 à 6 centimètres.

Les feuillets sont nombreux, d'abord émarginés puis comme décurrents
par suite du relèvement des bords du chapeau; d'abord blancs ou
blanchâtres, ils prennent ensuite une teinte analogue à celle du
chapeau. Comme tous les tricholômes, ils se recouvrent de spores
blanches.

Le pied est assez robuste, plein, fragile, strié et comme un peu
velouté, grisâtre ou de la couleur du chapeau, mais plus clair.

Chair blanchâtre ou un peu grise, ayant une bonne odeur de farine
mouillée.

On trouve quelquefois une variété de champignon, dont le chapeau est
marqué de macules plus grandes.

L'Argouane constitue un comestible très apprécié et vendu sur les
marchés dans l'Ouest de la France; on peut le récolter à l'automne dans
les prairies, les bois clairsemés, où il forme des cercles plus ou
moins étendus.

[Illustration: --Planche 12--

=Prairies, clairières=--Automne

=Tricholôme argouane=--Tricholoma panœolum

_Comestible_]


=Tricholôme rutilant.--Tricholoma rutilans.=

Spores blanches.

Bien nommé, ce nous semble, ce champignon dont le chapeau est d'un
rouge de feu ou rouge cinabre.

C'est toujours au pied des conifères malades, ou sur la souche de l'un
d'eux restée en terre que l'on trouve ce beau champignon.

Son chapeau sensiblement rond ne tarde pas à s'épanouir et à devenir
presque plat, tout en gardant à son centre une proéminence assez
marquée. Longtemps il garde son aspect majestueux et régulier et ce
n'est que très tard qu'il se déforme. Si l'on examine à la loupe la
surface du chapeau du Tricholôme rutilant, on remarque que sa couleur
est due surtout à un revêtement tomenteux formé de petites écailles
purpurines, et que le tissu sous-jacent est jaune; son diamètre est de
5 à 10 centimètres.

Les feuillets sont nombreux, fermes, adhérents, d'un jaune doré et
garnis sur l'arête de villosités floconneuses. Le pied est robuste,
arrondi, renflé vers le milieu, plein et fibreux, jaune et couvert
comme le chapeau de flocons rouges mais moins abondants, il est long de
6 à 8 centimètres.

La chair du chapeau et celle du pied est jaune, sans odeur ni saveur.
Il pousse en automne dans les bois de conifères. On le regarde comme
vénéneux?

[Illustration: --Planche 13--

=Sur les souches d'arbres verts=--Été, automne

=Tricholôme rutilant=--Tricholoma rutilans

_Non comestible_]


=Clitocybe retourné.--Clitocybe inversa.=

Spores blanches.

Au premier coup d'œil on reconnaîtra sans peine dans ce champignon
un Clitocybe, à ses feuillets fortement décurrents; il n'en est pas
toujours ainsi, et bien souvent on hésite à placer un champignon dans
ce genre ou un genre voisin.

Le Clitocybe retourné est peu charnu; son chapeau d'abord arrondi ne
tarde pas à devenir plan, puis à prendre la forme d'un entonnoir, il
mesure alors de 5 à 8 centimètres. Il est glabre, jaune fauve, ou
couleur de tan pâle, très mince sur les bords qui finissent par devenir
irréguliers.

Les feuillets sont nombreux, étroits, très décurrents et beaucoup plus
pâles que le chapeau.

Le pied est plutôt court (4 centimètres environ), plein, puis creux,
ferme, un peu plus pâle que le chapeau, blanchâtre à la base qui est
souvent renflée et courbée.

La chair est blanche, mince, continue avec celle du pied, sans odeur
marquée et un peu acidule.

On donne ce champignon comme suspect, mais nous pensons avec M.
Bataille qu'il est, sinon un bon comestible, tout au moins inoffensif.

On trouve ce champignon, de l'été à l'automne, surtout dans les bois de
conifères où il se montre souvent en touffes de plusieurs individus.

Une espèce voisine, le _Clitocybe flaccida_, paraît n'en différer que
par la teinte; elle pousse dans les mêmes endroits et jouit des mêmes
propriétés.

[Illustration: --Planche 14--

=Surtout sous les arbres verts=--Été, automne

=Clitocybe retourné=--Clitocybe inversa

_Comestible?_]


=Clitocybe géotrope.--Clitocybe geotropa.=

Spores blanches.

Le Clitocybe géotrope est un champignon assez volumineux qui appelle
l'attention de l'amateur aussi bien que du mycologue par sa couleur
pâle et son aspect trapu.

Il montre d'abord un petit chapeau presque plat, avec le centre
proéminent et les bords repliés, placé sur un pied relativement gros et
bien droit.

Son chapeau s'élargit peu à peu, relève ses bords, tout en gardant au
centre un fort mamelon; il mesure alors de 7 à 10 centimètres, avec un
bord mince ondulé et une couleur blanc rougeâtre tirant sur le fauve.

Les feuillets sont nombreux, étroits, aigus aux deux extrémités,
décurrents et blanchâtres.

Le pied est cylindrique ou un peu renflé vers la base, long de 8 à 10
centimètres sur une épaisseur d'environ 2 centimètres; il est plein,
fibreux, blanchâtre ou fauvâtre, cotonneux à la base.

La chair du champignon est blanche ou pâle, assez épaisse au centre,
ferme et sans odeur.

Le Clitocybe géotrope est comestible, on le récolte en été-automne dans
les bois un peu frais, où il forme quelquefois des cercles de nombreux
individus.

Deux espèces voisines, les Clitocybe géant (_Clitocybe gigantea_) et
Clitocybe très grand (_Clitocybe maxima_) ont beaucoup d'analogie avec
le Clitocybe géotrope, se trouvent dans les mêmes endroits et sont
également comestibles.

[Illustration: --Planche 15--

=Bois, pâturages, sapinières=--Été, automne

=Clitocybe géotrope=--Clitocybe geotropa

_Comestible_]


=Clitocybe infundibuliforme.=

Clitocybe infundibuliformis.

Spores blanches.

Bien plus grêle que le Clitocybe géotrope, dont nous venons de parler,
le Clitocybe infundibuliforme en a un peu l'aspect, la forme et la
couleur.

Il a le chapeau mince, peu charnu, plat d'abord puis profondément
déprimé avec un léger mamelon au centre; il mesure de 4 à 8 centimètres
et est de couleur jaune pâle, légèrement teintée de fauve, d'abord
régulier puis sensiblement ondulé ou festonné sur les bords.

Les feuillets sont blancs, nombreux, étroits, terminés en pointe aux
extrémités, décurrents sur le pied.

Le pied est cylindrique ou épaissi vers la base, bien plus grêle que
dans Clitocybe géotrope, blanchâtre ou jaunâtre, et couvert près du sol
d'un duvet blanchâtre; sa longueur peut varier de 4 à 6 centimètres.

Chair blanche, molle, peu épaisse, d'odeur agréable.

Ce champignon, qui est comestible, pousse à l'automne dans les bois
frais, sur les feuilles auxquelles il adhère par son duvet blanchâtre.
Il est solitaire ou groupé et souvent on trouve deux individus soudés
ensemble.

Comme il est très peu charnu, on peut le dessécher facilement.

[Illustration: --Planche 16--

=Bois mêlés=--Eté, automne

=Clitocybe en entonnoir=--Clitocybe infundibuliformis

_Comestible_]


=Collybie (enracinée) radiqueuse.=

=Collybia radicata.=

Spores blanches.

Le nom qui a été donné à ce champignon lui vient de la faculté qu'il a
d'émettre dans le sol une très longue racine, que l'on ne remarque pas
toujours lorsqu'on arrache brusquement le champignon, car la racine se
casse, et l'on n'en voit qu'une faible partie.

Indépendamment de sa racine, le pied lui-même est beaucoup plus long
que le diamètre du chapeau, puisqu'il mesure de 10 à 15 centimètres;
il est raide, luisant, sillonné, aminci vers le haut et sensiblement
renflé vers la base, blanc, blanchâtre ou grisâtre.

Les feuillets sont blancs, peu nombreux, assez larges et adhérents.

Le chapeau est peu charnu, mince, convexe, puis plan, portant à son
centre un petit mamelon. Il mesure de 5 à 8 centimètres et est revêtu
d'un épiderme assez épais, un peu ridé, glabre, visqueux surtout par
les temps humides, brun gris plus ou moins foncé.

Chair très mince, sans odeur ni saveur.

Ce champignon pousse isolément ou en petit nombre en été-automne, au
voisinage des vieux troncs, dans les bois un peu frais. Il importe pour
l'avoir avec sa racine de le déterrer avec précaution, car le pied est
assez fragile et se brise facilement.

Il est comestible, mais si peu charnu qu'on le délaisse souvent.

[Illustration: --Planche 17--

=Sur les souches pourrissantes=--Automne

=Collybie radiqueuse=

Collybia radicata

_Comestible_]


=Mycène pure.--Mycena pura.=

Spores blanches.

Les Mycènes sont des champignons généralement grêles et fragiles, mais
l'espèce dont nous allons parler est relativement grande, et facilement
reconnaissable à sa couleur.

Son chapeau est régulier, campanulé, puis plan et légèrement mamelonné,
très peu charnu, glabre, et un peu strié à la marge qui est parfois
légèrement duveteuse. Il mesure de 2 à 5 centimètres de large et sa
couleur varie beaucoup: le plus ordinairement il est plus ou moins
rose, mais on le trouve aussi presque blanc ou plus ou moins teinté de
violet.

Les feuillets sont peu nombreux, larges au centre, atténués aux
extrémités, de la couleur du chapeau ou plus pâles.

Le pied est droit, fragile, plus long que le diamètre du chapeau,
cylindrique, un peu renflé à la base, creux, glabre ou seulement
fibrilleux vers le bas, blanchâtre.

Chair blanche, mince, à odeur de rave.

On trouve le _Mycena pura_ dans les bois au milieu des feuilles mortes
auxquelles il adhère par des fibrilles; il vient isolé ou en groupe. En
raison de sa taille et de son odeur de radis on ne fait pas usage de ce
champignon.


=Mycène des fougères--Mycena epipterygia.=

Spores blanches.

Chapeau membraneux, campanulé, de 2 à 4 centimètres, strié, grisâtre ou
blanc jaunâtre.

Feuillets peu nombreux, décurrents par une dent, blanchâtres, serrulés
sur la tranche.

Pied grêle, jaunâtre ou grisâtre, long de 8 à 10 centimètres, visqueux,
fibrilleux et radicant à la base.

On le trouve communément, en été-automne, sur les feuilles, les troncs;
non comestible en raison de son peu d'épaisseur.

[Illustration: --Planche 18--

 =Sur les troncs, feuilles, etc.= | =Sur les feuilles mortes=

 Automne                          | Été, automne

            =Mycène des fougères= | =Mycène pure=

            Mycena epipterygia    | Mycena pura

                         _Non comestibles_]


=Chanterelle orangée.--Cantharellus aurantiacus.=

Spores blanches.

La Chanterelle orangée est proche parente de la Chanterelle comestible
que tout le monde connaît, mais elle est plus grêle et sa couleur plus
foncée.

Le chapeau de ce champignon est assez peu charnu, d'abord arrondi,
puis plan et bientôt déprimé, régulier ou irrégulier, mince et un peu
enroulé sur les bords, un peu cotonneux ou tomenteux, jaune souci ou
orangé fauve; son diamètre est de 2 à 6 centimètres.

Les feuillets sont nombreux, étroits, minces, un peu ramifiés, de
la même couleur que le chapeau, ou un peu plus foncés et longuement
décurrents sur le pied qui est cylindrique, plein, assez grêle, droit
ou courbé, rougeâtre en haut, plus pâle dans le bas. Chair molle,
jaunâtre, sans odeur ni saveur. On trouve une variété toute blanche, et
une autre présentant un pied noir à la base.

La Chanterelle orangée est l'hôte habituel des bois résineux; elle
pousse à l'automne.

C'est bien à tort que l'on a regardé cette espèce comme suspecte, elle
est parfaitement comestible comme l'ont montré des expériences faites
récemment.

[Illustration: --Planche 19--

=Sous les Conifères=--Été, automne

=Chanterelle orangée=--Cantharellus aurantiacus

_Suspect pour les uns, comestible pour nous_]


=Chanterelle en tube.--Cantharellus tubæformis.=

Spores blanches.

A voir ses feuillets décurrents sur le pied et ramifiés, on se
rend bien compte que l'on est en présence d'une espèce du genre
_Cantharellus_; mais, comme teinte, cette espèce diffère complètement
des Chanterelles orangée et comestible.

Très jeunes encore les Chanterelles en tube portent sur le chapeau un
enfoncement caractéristique qui semble se continuer avec le pied de
façon à simuler une sorte de cornet ou de trompe.

Le chapeau de convexe qu'il était devient plat et légèrement replié sur
le bord. Il est membraneux, de couleur fauve, jaunâtre ou grisâtre,
pelucheux ou couvert d'écailles plus foncées.

Les feuillets sont décurrents, peu nombreux, ramifiés, assez saillants
et réunis entre eux par des rides ou veines, gris jaunâtres ou de
couleur un peu fuligineuse.

Le pied est allongé, lisse, jaune cannelle, souvent sillonné ou
comprimé, fistuleux, plus long que le diamètre du chapeau.

Ce champignon, que l'on trouve de l'été à l'automne dans les bois
feuillus et résineux, est comestible.

Dans les mêmes endroits on peut rencontrer une espèce voisine qui offre
les mêmes caractères de forme, de couleur et de taille: elle porte le
nom de Chanterelle infundibuliforme, _Cantharellus infundibuliformis_.
Certains mycologues pensent que cette espèce n'est pas différente de
celle dont nous venons de parler.

[Illustration: --Planche 20--

=Bois de conifères=--Été, automne

=Chanterelle en tube=--Cantharellus tubæformis

_Regardé comme suspect_]


=Lactaire scrobiculé.--Lactarius scrobiculatus.=

Spores blanches.

Le _Lactarius scrobiculatus_ tire son nom de la présence sur le pied
de petites dépressions ou fossettes, auxquelles on a donné le nom de
scrobicules. Ce caractère, qui est peu fréquent, servira utilement à
faire reconnaître ce champignon.

Son chapeau d'abord arrondi, devient ensuite plan, puis nettement
déprimé, recourbé à la marge qui est un peu laineuse dans le jeune âge.
Il est jaune pâle ou jaune ochracé, plus ou moins foncé, marqué parfois
de quelques zones et large de 8 à 10 centimètres.

Les feuillets sont nombreux, assez étroits, presque décurrents,
blanchâtres ou pâles.

Pied court, épais d'abord, plein, puis creux, terminé en pointe à sa
base, de la couleur du chapeau, mais plus pâle et couvert de nombreuses
dépressions ovales, plus foncées, qui, à elles seules, peuvent servir à
caractériser l'espèce.

La chair du scrobiculé est âcre, d'abord blanche, et elle laisse
écouler, comme toutes les espèces du genre, un lait d'abord blanc,
âcre, qui ne tarde pas, au contact de l'air, à devenir jaune de soufre.

On trouve le Lactaire scrobiculé en été et à l'automne, dans les bois;
il n'est pas comestible.

[Illustration: --Planche 21--

=Dans les bois=--Eté, automne

=Lactaire scrobiculé=--Lactarius scrobiculatus

_Non comestible_]


=Hygrophore conique.--Hygrophorus conicus.=

Spores blanches.

L'Hygrophore conique est une petite espèce que l'on trouve souvent sur
l'herbe des chemins, dans les prairies et les clairières.

Son chapeau qui est de couleur orangée, rougeâtre ou rouge minium, est
d'abord conique, d'où le nom qui lui a été donné; il devient ensuite
presque plat, avec le centre proéminent; puis les bords se relèvent
plus ou moins, se fendillent, de même que l'épiderme du chapeau, et
laisse voir une chair mince, fragile, blanchâtre ou un peu jaunâtre.
Par les temps humides le chapeau est légèrement visqueux.

Les feuillets sont peu nombreux, épais, larges vers la marge, étroits
et presque libres vers la base, de couleur jaune, devenant verdâtres
ou noirâtres quand on les froisse, comme du reste toutes les autres
parties du champignon.

Le pied est plus long que le diamètre du chapeau, et mesure 4 à
6 centimètres de hauteur. Il est rouge, jaunâtre dans le bas,
cylindrique, arrondi à la base et très fragile.

Pousse pendant une partie de l'année dans l'herbe des prairies et sur
les chemins verts.

On n'est pas fixé sur ses qualités alimentaires, mais cependant on ne
le consomme pas, cela tient peut-être à ce que, aussitôt cueilli, il
prend un aspect noirâtre, peu engageant.

[Illustration: --Planche 22--

=Chemins herbeux=--Été, automne

=Hygrophore conique=--Hygrophorus conicus

_Non comestible_]


=Hygrophore blanc d'ivoire.--Hygrophorus eburneus.=

Spores blanches.

L'Hygrophore blanc d'ivoire est un champignon de taille moyenne, tout
blanc: son chapeau est assez charnu, arrondi, mamelonné, puis plan et
même un peu déprimé; large de 3 à 5 centimètres, visqueux au sommet,
glabre sur le disque, un peu velu sur les bords qui sont repliés.

Feuillets décurrents peu nombreux, épais, entiers, blancs, réunis par
des veines à la base.

Pied plein, ferme, droit ou un peu courbé, atténué à la base, long de
5 à 6 centimètres; il est blanc, glabre, plein, puis creux, couvert au
sommet de granulations visqueuses.

Chair blanche, ferme, de saveur agréable et d'odeur nulle.

Ce champignon, qui est comestible, n'est pas rare dans les bois, de
l'été à l'automne.

Une espèce très voisine mais un peu plus rare est l'_Hygrophorus
cossus_, également blanc dans toutes ses parties, mais il s'en
distingue à son odeur particulière, qui rappelle celle de la larve du
papillon appelé _Cossus_. Cette dernière espèce est regardée comme
suspecte.

[Illustration: --Planche 23--

=Dans les bois frais=--Été, automne

=Hygrophore blanc d'ivoire=

Hygrophorus eburneus

_Comestible_]


=Russule jaunâtre.--Russula ochroleuca.=

Spores blanches

Il y a dans toutes les Russules un faciès particulier qui permet de
reconnaître le genre au premier coup d'œil; la Russule jaunâtre, comme
ses congénères, a un aspect raide et des feuillets absolument droits
qui ne permettent pas de s'y tromper.

Il est plus difficile de différencier les espèces.

Ici, nous sommes en présence d'une espèce dont le chapeau est jaune
pâle ou un peu roussâtre surtout au centre. Il est d'abord arrondi puis
plan ou un peu déprimé au milieu, humide ou même visqueux en temps
de pluie, lisse ou légèrement strié sur les bords; diamètre: 4 à 8
centimètres.

Feuillets blancs assez nombreux, simples, larges, arrondis à la base et
droits.

Pied ferme, cylindrique, long de 5 à 6 centimètres, blanc et couvert de
stries grisâtres, spongieux à l'intérieur.

Chair blanche, ferme et cassante, de saveur âcre, mais d'odeur non
désagréable.

On considère cette Russule comme suspecte, probablement en raison de sa
saveur âcre.

La Russule jaunâtre se trouve de la fin de l'été à l'automne dans les
bois un peu humides.

[Illustration: --Planche 24--

=Dans les bois frais=--Été

=Russule jaunâtre=

Russula ochroleuca

_Non comestible_]


=Russule sevrée.--Russula delica.=

Spores blanches.

Il ne faudrait pas croire que le nom de _delica_ donné à ce champignon
implique l'idée d'un champignon excellent à consommer; le mot _delica_
doit vouloir dire sevré; au reste, cette espèce bien qu'elle soit
comestible est loin d'être délicate. C'est elle que dans certaines
localités on consomme en assez grande quantité sous le nom de Prevet.

Le chapeau de la Russule sevrée est d'abord convexe puis plan et enfin
déprimé avec les bords un peu repliés. Il est blanc comme tout le
champignon, mais souvent sali par la terre qu'il soulève; il mesure de
6 à 8 centimètres, avec un épiderme adhérent, glabre ou un peu pruineux.

Les feuillets sont peu nombreux, épais, amincis aux deux extrémités,
décurrents, blancs, avec une légère teinte verte qui se remarque
surtout à l'insertion des feuillets sur le pied.

Le pied est blanc, plein, plus court que le diamètre du chapeau,
puisqu'il mesure seulement 3 à 4 centimètres sur une épaisseur de 2
centimètres environ.

La chair est blanche, épaisse, très ferme, d'odeur un peu vireuse et de
saveur douce, puis un peu âcre.

La Russule sevrée est comestible et elle se rencontre dans les bois en
été et automne.

Ce champignon ressemble beaucoup à certaines Lactaires blanches, mais
il n'a pas de lait.

[Illustration: --Planche 25--

=Dans les bois=--Été, automne

=Russule sevrée=--Russula delica

_Comestible_]


=Russule rouge.--Russula rubra.=

Spores blanches.

Les Russules ne sont pas faciles à distinguer les unes des autres,
surtout les rouges qui sont assez nombreuses. La Russule rouge,
_Russula rubra_, de Fries, est une espèce que quelques mycologues
voudraient rayer de la nomenclature, sous le prétexte que l'on ne
sait pas au juste à quel champignon de ce genre il faut appliquer ce
qualificatif.

Voici ce qu'en dit Fries: «Ce champignon a une saveur âcre, le chapeau
convexe, plan ou déprimé, et poli lisse; marge obtuse, droite, non
striée. Les feuillets adnés, blancs, devenant un peu jaunâtres et
souvent rouges sur la tranche; ils sont assez nombreux, dimidiés ou
fourchus.»

D'après le même, la couleur du chapeau serait rouge minium, un peu
brillant, mais susceptible de pâlir ou de se modifier.

On trouve la Russule rouge dans les bois feuillus plutôt que sous les
conifères.

Le pied est robuste, ferme, blanc ou teinté de rose.

Parmi les espèces ayant une couleur rouge, nous dirons que _Russula
sanguinea_ est d'un rouge moins foncé, blanchâtre à la marge, «tout à
fait différent de _Russula rubra_ par sa chair ferme, par ses feuillets
adnés, décurrents, étroits, acuminés, comme dit Fries».

_Russula Linnæi_ a la chair douce.

_Russula Queletii_ vient sous les conifères.

[Illustration: --Planche 26--

=Bois feuillus=--Surtout l'été

=Russule rouge=--Russula rubra

_Non comestible_]


=Russule noircissante.--Russula nigricans.

Spores blanches.

La Russule noircissante est le type d'un petit groupe de Russules qui
ont pour caractère principal de prendre, en vieillissant, une couleur
noire plus ou moins foncée. Leur chair aussi devient, à la cassure,
d'une couleur rougeâtre sale que l'on ne constate pas dans les autres
espèces du genre.

Le chapeau de cette Russule est ferme, presque dur, arrondi, puis
plan et déprimé, d'abord régulier puis sinueux, glabre et non strié,
avec les bords infléchis. Il commence par être blanc ou blanc sale,
puis, peu à peu, il prend une teinte marron fuligineuse, plus ou moins
accentuée pour devenir presque noir; son diamètre est en moyenne de 8 à
10 centimètres.

Les feuillets, qui prennent un peu la couleur du chapeau, sont peu
nombreux, épais, assez larges au milieu, rétrécis aux extrémités, et
quand on les froisse, surtout dans le jeune âge, ils prennent une
teinte rouge lie de vin.

Pied à peu près cylindrique, épais, ferme, long de 4 à 6 centimètres,
d'abord blanc, puis de la couleur du chapeau, plein, puis creux, mais
rigide malgré tout.

Chair ferme, dure, granuleuse, normalement blanche, mais prenant à
l'air une teinte rougeâtre, puis devenant noire à la fin; saveur
légèrement âcre.

La Russule noircissante n'est pas comestible, on la trouve fréquemment
pendant la belle saison dans presque tous les bois.

[Illustration: --Planche 27--

=Commune dans les bois=--Été, automne

=Russule noircissante=

Russula nigricans

_Non comestible_]


=Schizophylle commun.--Schizophyllum commune.=

Spores blanches.

Joli champignon blanc cotonneux, en forme de coquille renversée,
commensal attitré des bois morts, encore revêtus de leur écorce.

Le mot schizophylle signifie que les feuillets sont fendus.

C'est le plus souvent un assemblage de chapeaux adhérents au support
par un léger pédoncule, qui manque quelquefois: il est légèrement bombé
ou plan orbiculaire, recourbé sur les bords qui sont sinués, lobés
ou incisés. Sa surface est blanchâtre, cotonneuse ou laineuse, puis
grisâtre et parfois rougeâtre. Son diamètre est de 2 à 4 centimètres,
mais il paraît souvent davantage, parce que plusieurs se soudent
ensemble. Sous le chapeau, se trouvent des feuillets rameux disposés
en éventail, qui offrent cette particularité qu'ils sont creusés en
sillon, formant comme une sorte de gouttière.

Ce champignon est membraneux, coriace, sans aucune apparence de chair;
il persiste toute l'année sur les troncs morts.


=Panus styptique.--Panus stypticus.=

Les Panus sont des champignons à spores blanches qui vivent sur les
arbres: ils ont un pied latéral ou excentrique, et comme ils sont
coriaces, on peut les conserver facilement.

Le _Panus stypticus_ nous montre un chapeau arrondi en forme de rein,
régulier ou lobé, et à bords légèrement recourbés en dessous. Il
est jaune fauve ou fauve grisâtre, un peu sillonné et couvert d'une
poussière squameuse facile à enlever.

Feuillets nombreux, étroits, minces, se terminant tous sur une même
ligne circulaire.

Pied latéral court, assez large à l'insertion des feuillets, plus
étroit à sa base.

Saveur fade, puis très âcre; non comestible.

Pousse en groupes imbriqués sur les souches d'arbres encore vivants
pendant l'automne et l'hiver.

[Illustration: --Planche 28--

 =Sur les troncs morts= | =Sur les souches coupées=

 Toute l'année          | Toute l'année

  =Schizophylle commun= | =Panus styptique=

  Schizophyllum commune | Panus stypticus

               _Non comestibles_]


=Volvaire élégante.--Volvaria speciosa.=

Spores roses.

On a beau dire, c'est un champignon qui porte bien son nom, mais
malheur à l'imprudent qui se laisse prendre à sa bonne mine, il cache,
paraît-il, sous des dehors séduisants, une âme bien noire, mortelle,
dit-on.

On regarde les Volvaires comme des Amanites à spores roses, rien n'est
plus vrai, puisqu'on y trouve toujours l'attribut de ces dernières, la
volve; quant au collier, il peut manquer comme aussi dans certaines
Amanites.

Au début, il est renfermé dans une volve blanche, d'où il sort sous
forme d'une boule qui s'élargit peu à peu, jusqu'à devenir presque
plate: son chapeau peut atteindre alors 6 à 8 centimètres; il est assez
charnu, blanchâtre, puis grisâtre, surtout sur le disque; il est, de
plus, mou et un peu visqueux.

Feuillets nombreux, larges, ventrus, laissant autour du pied un espace
annulaire bien visible; ils sont d'abord blancs ou blanchâtres, puis
roses par les spores qui les recouvrent.

Le pied est droit, régulier, un peu épaissi à la base, plus long que
le diamètre du chapeau, blanchâtre, puis un peu roussâtre, surtout à
la base, qui est légèrement pubescente et garni d'une volve blanche
divisée en 2 ou 3 lobes.

Chair blanche nauséeuse.

On trouve la Volvaire élégante en automne et hiver, dans les terrains
fumés, les décombres et surtout autour des meules où la paille a
longtemps séjourné à terre.

[Illustration: --Planche 29--

=Terrains fumés, décombres=--Automne, hiver

=Volvaire remarquable=--Volvaria speciosa

_Vénéneux_]


=Pluteus des cerfs.--Pluteus cervinus.=

Spores roses.

Le _Pluteus cervinus_ est un champignon assez grand, qui, en raison
de ses spores rougeâtres, fait partie du groupe des Rhodosporées
(champignons à spores roses).

Son chapeau est assez charnu, d'abord campanulé, puis convexe, plan,
avec le centre proéminent. Sa couleur est assez variable, puisqu'on
peut le trouver d'un brun plus ou moins foncé, bistré ou même
blanchâtre, mais sa couleur la plus habituelle est brune. Par les temps
humides, il est généralement visqueux, nu ou couvert de fibrilles
écailleuses; diamètre très variable de 4 à 12 centimètres.

Les feuillets sont nombreux, larges, libres autour du pied, d'abord
blancs, puis rosés, par les spores qui les recouvrent.

Le pied est plus long que le diamètre du chapeau; il est plein, puis
creux, cylindrique, blanc ou blanchâtre et couvert de fibrilles plus
foncées.

La chair est assez épaisse, molle, blanche, odorante.

Longtemps, on a considéré le _Pluteus cervinus_ comme suspect, mais il
est parfaitement comestible. On le trouve principalement sur les troncs
pourris, dans les bois, les haies, et souvent aussi sur la sciure de
bois; alors il pousse en touffe et prend des dimensions beaucoup plus
grandes et s'éloigne du type normal.

Les Pluteus poussent toujours sur du bois plus ou moins décomposé, et
non sur la terre proprement dite.

[Illustration: --Planche 30--

=Troncs pourris, sciure de bois=--Été, automne

=Pluteus des cerfs=--Pluteus cervinus

_Comestible_]


=Cortinaire bleuâtre.--Cortinarius cœrulescens.=

Spores ochracées.

Il y a, certes, parmi les Cortinaires que l'on connait, de belles
espèces, mais celui-ci est malgré tout un des plus remarquables, tant
par sa couleur fraîche et vive que par son port élégant.

Son chapeau est charnu, convexe, à bords recourbés, puis plan et un
peu déprimé dans la vieillesse, où il prend des formes plus ou moins
tourmentées; il mesure de 4 à 8 centimètres. Tout jeune, il est d'un
bleu lilacé très vif, mais ensuite il devient roussâtre, au moins
par place, et il faut l'avoir vu jeune pour se faire une idée de
la fraîcheur de son coloris. Son épiderme est un peu fibrilleux ou
légèrement visqueux par les temps humides.

Les feuillets sont nombreux, d'un beau bleu pâle, puis de couleur
rouillée, due aux spores qui mûrissent.

Le pied est plein, gros, cylindrique, long de 4 à 5 centimètres et
terminé à sa partie inférieure par un gros bulbe marginé couvert d'un
léger coton bleuâtre.

La cortine qui, primitivement, reliait le chapeau au pied est blanc
bleuâtre, puis ochracée et fugace.

Chair épaisse, ferme, lilacée, puis blanche, de saveur agréable.
Ce champignon est comestible, mais assez rare. On le récolte en
été-automne, dans les bois ombragés.

[Illustration: --Planche 31--

=Sous les futaies=--Été, automne

=Cortinaire bleuâtre=--Cortinarius cœrulescens

_Comestible_]


=Cortinaire de Berkeley.--Cortinarius Berkeleyi.=

Spores ochracées.

Nous allons parler d'un Cortinaire qui, probablement, est le géant du
genre et peut-être même de tous les Agarics: avec un seul spécimen, on
peut faire un plat.

Le Cortinaire de Berkeley, nom du mycologue qui le premier l'a séparé
des espèces voisines, nous paraît devoir se rapporter aux _Cortinarius
torvus_ de Fries, et _præstans_ de Cordier. Il commence par montrer
au-dessus du sol une tête sphérique, de la grosseur d'un petit œuf,
mais, rapidement, le développement a lieu, et nous nous trouvons
alors en présence d'un volumineux champignon à chapeau régulièrement
arrondi recourbé sur les bords, mesurant plus de 20 centimètres de
diamètre. Normalement, il est de couleur ochracée plus ou moins foncée,
lisse, humide ou même visqueux et couvert surtout sur les bords de
macules glutineuses blanches. Plus tard, il se ride du centre à la
circonférence.

Feuillets nombreux, minces, étroits, non décurrents, d'abord bleu pâle
lilacé, puis devenant ochracés par les pores qui les recouvrent.

Le pied est gros, ferme, plein, renflé à la base surtout dans le jeune
âge, long de 10 à 20 centimètres et épais de plus de 3 centimètres. Il
est blanc et couvert de squames nombreuses, et relié au chapeau dans
les premiers temps par une abondante cortine formée de filaments blancs
ou violacés.

Chair épaisse, fine, blanchâtre, de saveur agréable.

On trouve ce beau et bon champignon en automne dans les forêts, où il
forme de grands cercles, de 15 à 20 individus.

[Illustration: --Planche 32--

=Sous les futaies=--Automne

=Cortinaire de Berkeley=--Cortinarius Berkeleyi

_Comestible_]


=Cortinaire à bracelets.--Cortinarius armillatus.=

Spores ochracées

Ce champignon mesure de 8 à 10 centimètres au chapeau, avec un pied
plus long que le diamètre du chapeau; il offre un caractère qui aidera
à le faire reconnaître, il est marqué sur le pied de 2 à 4 zones
circulaires irrégulières d'un rouge brique.

Au début, son chapeau est arrondi, puis convexe, un peu mamelonné au
centre et enfin presque plat, avec les bords un peu relevés. Il est de
couleur rouge brique ou un peu brunâtre, fibrilleux ou écailleux.

Feuillets peu nombreux, larges, arrondis et un peu adhérents au pied,
amincis à la marge, pâles, puis rouillés ou bruns.

Pied plus long que le diamètre du chapeau, mince en haut,
insensiblement renflé vers le bas, plein, blanchâtre ou fauve pâle et
marqué vers le milieu de 3 ou 4 impressions irrégulières d'un rouge
cinabre. La cortine est très fugace.

On trouve le Cortinaire à bracelets en été-automne, dans les bois.

Ce champignon, indiqué comme comestible, est de qualité inférieure.

Une espèce voisine, que l'on trouve dans les mêmes endroits, est le
_Cortinarius hæmatochælis_, qui n'offre qu'une zone rouge et est de
dimensions moindres.

[Illustration: --Planche 33--

=Dans les bois=--Été, automne

=Cortinaire à bracelet=

Cortinarius armillatus

_Comestible_]


=Cortinaire couleur de brique.=

=Cortinarius bolaris.=

Spores ochracées.

Le Cortinaire couleur de brique est de taille moyenne, et il se
caractérise surtout par sa teinte d'un rouge tout particulier.

Son chapeau est peu charnu, convexe, puis plan et un peu déprimé à la
fin, il mesure de 4 à 5 centimètres de diamètre. Il est entièrement
couvert de petites écailles d'un rouge safrané entre lesquelles on
aperçoit le tissu pâle du champignon.

Les feuillets sont peu nombreux, étroits, amincis aux deux extrémités,
blanchâtres ou un peu jaunâtres, puis orangés.

Le pied est plus grand que le diamètre du chapeau, plein, puis creux,
égal, de la couleur du chapeau et un peu écailleux.

Chair blanche, peu épaisse, un peu âcre.

On trouve ce champignon, qui est probablement comestible, dans les
bois, en été-automne.


=Cortinaire rouge cinabre.=

=Cortinarius cinnabarinus.=

Spores ochracées.

Encore un Cortinaire de petite dimension; il mesure de 3 à 5
centimètres, mais sa couleur rouge est très belle.

Son chapeau est peu charnu, campanulé, puis plan, d'un beau rouge vif,
rappelant la couleur du cinabre; il est d'abord un peu soyeux puis
glabre.

Les feuillets sont peu nombreux, assez larges et de la couleur du
chapeau.

Le pied est long de 4 à 5 centimètres, plein, régulier ou un peu
épaissi à la base, rouge plus clair que le chapeau et muni d'une
cortine également rouge.

Chair peu épaisse, rouge, avec une légère odeur de radis.

Il n'est pas d'usage de consommer ce champignon que l'on trouve en
été-automne, dans les bois sablonneux.

[Illustration: --Planche 34--

=Dans les bois=--Été, automne

 =Cortinaire couleur de brique= | =Cortinaire rouge cinabre=

 Cortinarius bolaris            | Cortinarius cinnabarinus

 _Probablement comestible_      | _Douteux_]


=Hébélôme échaudé.--Hebeloma crustuluniformis.=

Spores ochracées.

Les _Hebeloma_ correspondent dans les Ochrosporées, aux _Tricholoma_
des Leucosporées, c'est-à-dire qu'ils ont les feuillets sinués et le
pied charnu.

L'Hébélôme échaudé a le chapeau d'abord arrondi, puis plan, avec les
bords minces un peu irréguliers: il est glabre, humide ou un peu
visqueux, jaune pâle ou roussâtre, surtout au centre.

Les feuillets sont nombreux, minces, roussâtres, pâles et souvent
tachetés, denticulés sur la tranche, et montrant en temps humide des
gouttelettes de liquide.

Le pied est plein, puis creux, un peu bulbeux à la base, plus clair
que le chapeau, glabre en bas et ponctué au sommet de granulations
écailleuses.

Chair blanche, épaisse, à odeur de radis.

Ce champignon est fréquent en été-automne, dans les bois, les prairies:
comestible peu estimé.


=Collybie à pied velu.--Collybia velutipes.=

On trouve ce champignon à la fin de l'automne et pendant l'hiver sur
les arbres languissants où il forme de petites touffes agréables à voir.

Le chapeau est peu charnu, mince, jaune orangé ou brunâtre, glabre et
un peu visqueux, convexe, puis plan, large de 2 à 5 centimètres.

Les feuillets sont peu nombreux, assez larges, arrondis vers le pied,
aigus vers la marge.

Pied jaune, roussâtre en haut et couvert ailleurs d'un tomentum brun ou
noir, long de 4 à 6 centimètres; chair blanche ou blanchâtre de saveur
mucilagineuse: comestible peu estimé.

[Illustration: --Planche 35--

=Dans les bois=--Été, automne

 =Hébélôme échaudé=        | =Collybie à pied velu=

 Hebeloma crustuluniformis | Collybia velutipes

              _Comestibles peu estimés_]


=Paxille noir-tomenteux.--Paxillus atro-tomentosus.=

Spores ochracées.

Les Paxilles, peu nombreux en espèces, ont pour caractères principaux
d'avoir les spores ochracées et les feuillets décurrents susceptibles
de se séparer en masse de la chair du champignon. Nous avons, dans le
premier volume, décrit et figuré le Paxille enroulé, qui est d'une
couleur fauve uniforme, ce qui n'est pas le cas pour celui qui nous
occupe.

Le Paxille noir-tomenteux a un chapeau souvent irrégulier, d'abord
convexe, puis en entonnoir, avec les bords recourbés, surtout dans le
jeune âge: il est pubescent, brun bistré plus ou moins intense, et
mesure de 10 à 15 centimètres et même davantage.

Les feuillets sont nombreux, étroits, décurrents, anastomosés, fauves
ochracés et pouvant, comme nous l'avons dit plus haut, se séparer par
parties de la chair.

Pied court, trapu, plein, souvent excentrique, ordinairement couvert
d'un revêtement brunâtre et comme duveteux.

La chair est assez épaisse, ferme, blanchâtre.

On trouve ce champignon surtout dans les bois d'arbres verts, où il
acquiert des formes souvent curieuses, et des dimensions très grandes.

On l'indique comme comestible, mais il a, une fois cuit, une saveur
franchement désagréable.

[Illustration: --Planche 36--

=Bois d'arbres verts=--Été, automne

=Paxille noir-tomenteux=--Paxillus atro-tomentosus

_Comestible peu délicat_]


=Pholiote radiqueuse.--Pholiota radicosa.=

Spores ochracées.

Les Pholiotes, on le sait, sont des champignons munis d'un collier
assez résistant et ayant des spores ochracées.

La Pholiote radiqueuse, ainsi nommée parce que son pied s'enfonce dans
le sol, d'une assez grande longueur, est un champignon dont le chapeau,
d'abord arrondi, s'élargit peu à peu en forme de dôme; il est rare
qu'il devienne tout à fait plat. Il est charnu, ferme, blanchâtre ou
jaunâtre fauve, plus ou moins parsemé de mèches appliquées de couleur
plus foncée; son diamètre est de 6 à 10 centimètres, et l'épiderme du
chapeau déborde légèrement sur les feuillets.

Feuillets nombreux, pâles, puis roussâtres, ferrugineux par les spores
qui les recouvrent.

Pied robuste, plein, cylindrique, droit ou un peu courbé, plus long
que le diamètre du chapeau et s'enfonçant dans le sol, d'une quantité
parfois égale à sa longueur, sous forme de racine fusiforme; il est
blanc ou blanchâtre, farineux au-dessus du collier et garni en dessous
de nombreuses écailles un peu brunes. Collier large, membraneux,
persistant.

Chair ferme, blanche, à odeur d'amande.

La Pholiote radiqueuse se trouve surtout au voisinage des souches
pourrissantes, où le pied peut se développer librement dans un sol
approprié. Lorsqu'on arrache ce champignon sans précaution, on brise sa
racine et l'on n'obtient qu'un échantillon imparfait qui ne peut donner
une idée de l'espèce.

[Illustration: --Planche 37--

=Au pied des arbres=--Été, automne

=Pholiote radiqueuse=--Pholiota radicosa

_Peut-être comestible_]


=Pholiote squarreuse.--Pholiota squarrosa.=

Spores ochracées.

Encore une Pholiote qui est bien nommée, puisque _squarrosa_ signifie
couvert de pustules, ou écailles; et en effet, il est, dans la
jeunesse, complètement hérissé de mèches retroussées.

La Pholiote squarreuse débute par un long pied généralement courbé et
surmonté à sa partie supérieure par un léger renflement sphérique, le
tout complètement recouvert de nombreuses squames brunâtres.

Peu à peu, le chapeau s'épanouit tout en restant convexe, il peut alors
avoir de 5 à 10 centimètres. Il est charnu, jaune clair ou safrané,
mais les nombreuses écailles qui le recouvrent sont brunâtres.

Les feuillets sont nombreux, étroits, jaune pâle, puis ferrugineux,
arrondis à la base et aigus au sommet.

Le pied est plein, ferme, un peu courbé, long de 6 à 10 centimètres,
jaune et garni de nombreuses écailles brunes, lisse au-dessus du
collier qui est très consistant.

Chair jaune, d'odeur prononcée, comestible peu estimé.

Pousse en touffe de plusieurs individus au pied des arbres malades.

[Illustration: --Planche 38--

=Sur les arbres malades=--Automne

=Pholiote squarreuse=--Pholiota squarrosa

_Comestible peu recommandable_]


=Gomphide visqueux.--Gomphidius viscidus.=

Spores noires.

Les _Gomphidius_ sont peu nombreux en espèces, 3 ou 4 au plus; ils ont
un chapeau assez caractéristique, en forme de toupie; leurs spores sont
noires et très allongées comme celles des Bolets.

Le Gomphide visqueux montre d'abord un chapeau conique à bords repliés
en dessous et reliés au pied par des filaments soyeux très fins,
qui représentent une cortine. Plus tard, le chapeau s'aplatit tout
en restant mamelonné au centre, l'épiderme est glabre, lisse, puis
roussâtre ou roux fauve, puis un peu noirâtre, visqueux, et d'un
diamètre de 3 à 5 centimètres.

Les feuillets sont épais, peu nombreux, droits, blancs grisâtres, puis
cendrés et enfin noirs.

Le pied est plein, ferme, plus long que le diamètre du chapeau,
cylindrique et atténué à la base, droit ou flexueux, jaune roussâtre,
puis foncé dans le haut, présentant au sommet une sorte de cortine un
peu visqueuse.

Chair jaunâtre, élastique, de saveur mucilagineuse et d'odeur assez
désagréable.

On trouve ce champignon pendant une partie de l'année, presque
exclusivement dans les sapinières.

C'est un comestible peu apprécié.

[Illustration: --Planche 39--

=Sous les sapins=--Été, automne

=Gomphide visqueux=--Gomphidius viscidus

_Comestible peu délicat_]


=Strophaire érugineux.--Stropharia œruginosa.=

Spores brunes noirâtres.

Les Strophaires sont des champignons à couleurs assez vives et de
formes plutôt gracieuses, mais ils ont une bien mauvaise habitude, ils
ont une préférence pour les matières excrémentielles, et l'un d'eux
porte le nom mal odorant de _merdaria_.

Celui dont nous nous occupons tire son nom de sa couleur verte. Il se
compose d'un chapeau pouvant mesurer 4 à 6 centimètres de diamètre,
assez charnu, arrondi, puis plan convexe ou plan, et toujours muni d'un
mamelon apparent; il est jaune verdâtre ou bleuâtre et couvert d'une
épaisse couche visqueuse. Sous l'influence de la lumière, il blanchit
sensiblement, et parfois on le trouve couvert de squames peu adhérentes
blanches, lesquelles se voient surtout au bord du chapeau. L'épiderme
s'enlève facilement.

Les feuillets sont assez nombreux, étroits aux extrémités, larges au
milieu, gris, verdâtres, puis brunâtres.

Le pied est plus long que le diamètre du chapeau, droit ou courbe,
cylindrique ou un peu plus gros à la base, creux à l'intérieur,
verdâtre ou un peu azuré comme le chapeau, visqueux et couvert de
squames blanches, plus abondantes au haut du pied où elles forment un
collier fugace.

Chair molle, blanche ou blanchâtre de saveur désagréable.

On trouve ce champignon dans les bois, sous les feuilles, l'humus ou
les matières décomposées. On le regarde comme suspect.

[Illustration: --Planche 40--

=Humus, décombres=--Été, automne

=Strophaire érugineux=--Stropharia œruginosa

_Non comestible_]


=Bolet à chair jaune.--Boletus chrysenteron.=

C'est un Bolet qui est généralement de taille moyenne; son chapeau
est convexe, aplati sur le tard et souvent plus ou moins irrégulier,
il mesure de 4 à 6 centimètres et est de couleur terne, fauve ou brun
pâle, quelquefois un peu rougeâtre, légèrement tomenteux, fendillé ou
divisé en petits compartiments isolés comme le montre la figure de
droite; on aperçoit alors la chair qui se colore en rouge.

Les bords du chapeau sont obtus.

Les tubes sont jaunes, peu ou pas déprimés autour du pied, terminés
par des pores assez grands, inégaux, anguleux et verdissant par le
frottement.

Pied robuste, long de 4 à 5 centimètres, égal ou un peu renflé à la
base, souvent courbé ou flexueux, jauni, mais couvert de nombreuses
stries rouges, sauf au sommet ou à la base.

Chair molle, jaune, rouge sous l'épiderme, sans odeur ni saveur
appréciable.

Ce champignon pousse un peu partout isolément, dans les bois mêlés; on
le regarde comme suspect, probablement à tort.

Une espèce voisine, le _Boletus subtomentosus_, se distingue du
_Chrysenteron_, par sa chair qui est jaune sous l'épiderme du chapeau,
tandis qu'elle est rouge dans le _Chrysenteron_.

[Illustration: --Planche 41--

=Bois mêlés=--Été, automne

=Bolet à chair jaune=--Boletus chrysenteron

_Suspect_]


=Bolet parasite.--Boletus parasiticus.=

Au numéro 60 de notre nouvel Atlas, nous avons décrit le Scléroderme
vulgaire, que l'on trouve si communément dans les terrains maigres,
au bord des chemins: eh bien, ce Scléroderme a le singulier privilège
d'héberger un Bolet, qui, de ce fait, a reçu le nom de Bolet parasite.
C'est bien aux dépens du Scléroderme que vit ce champignon: il suffit,
pour s'en convaincre, d'examiner avec un peu d'attention les relations
qui existent entre les deux plantes.

Vers la base du Scléroderme, partent deux ou plusieurs mamelons qui
grandissent peu à peu; ils portent à leur sommet un chapeau plus ou
moins arrondi, puis sensiblement plat et mesurant 3 à 5 centimètres.

Assez régulièrement hémisphérique, le chapeau du Bolet parasite ne
tarde pas à modifier sa forme, soit parce que les chapeaux se touchent
ou qu'ils se trouvent en contact avec le Scléroderme lui-même.
L'épiderme du chapeau est lisse, uni, fauve ou roussâtre, parfois
grisâtre et fendillé. Les pores sont d'un jaune sale, assez grands,
d'abord arrondis, puis anguleux; ils adhèrent au pédicule, mais par
suite du développement du chapeau, ils paraissent un peu décurrents. Le
pied est cylindrique, un peu atténué et toujours courbé à la base, qui
est en contact intime avec la chair du Scléroderme. Chair jaune.

Le Bolet parasite se développe sur les _Scleroderma vulgare_ et
_verrucosum_. Il n'est pas donné comme comestible.

[Illustration: --Planche 42--

=Sur les Sclérodermes=--Été, automne

=Bolet parasite=--Boletus parasiticus

_Non comestible_]


=Bolet pomme de pin.--Boletus strobilaceus.=

Quiconque a vu une seule fois ce Bolet ne l'oubliera pas.

Figurez-vous un chapeau arrondi, brunâtre ou noirâtre, tout couvert
d'écailles ou de squames floconneuses régulièrement disposées, épaisses
et dépassant les bords du chapeau, lequel mesure de 4 à 8 centimètres.

Les tubes sont assez longs, anguleux, blanchâtres, puis gris rougeâtres
ou bistrés avec des pores amples de même couleur.

Pied plus long que le diamètre du chapeau, égal ou un peu renflé à la
base, fibreux, charnu, blanchâtre ou grisâtre et couvert de nombreuses
mèches soyeuses.

Chair blanche, puis rosée et devenant brune.

Ce champignon est comestible, mais peu délicat; on le trouve assez
rarement dans les bois ombragés.


=Bolet des bouviers.--Boletus bovinus.=

Comme plusieurs de ses congénères, le Bolet des bouviers affectionne
les arbres verts.

Son chapeau est d'abord arrondi, puis plan, glabre et visqueux en
temps humide, fauve ou roux ferrugineux, et d'un diamètre de 5 à 8
centimètres.

Les tubes sont décurrents sur le pied, assez courts, jaunâtres,
verdâtres ou ferrugineux, avec des pores amples et composés.

Le pied est cylindrique, égal ou un peu renflé à la base, de la couleur
du chapeau ou teinté de rougeâtre et long de 3 à 4 centimètres.

Chair blanche, devenant un peu verdâtre et de saveur agréable.

On trouve ce champignon en automne, dans les bois d'arbres verts; il
est comestible.

[Illustration: --Planche 43--

=Dans les bois=--Été, automne

 =Bolet pomme-de-pin= | =Bolet des bouviers=

 Boletus strobilaceus | Boletus bovinus

               _Comestibles_]


=Bolet varié.--Boletus variegatus.=

Le Bolet varié se plaît, lui aussi, au voisinage des conifères; on le
reconnaîtra à son chapeau d'abord arrondi, puis plan, roussâtre ou
jaune olivâtre, couvert sur une partie de sa surface d'une multitude de
petites écailles plus foncées; son diamètre est de 6 à 8 centimètres.

Tubes verdâtres touchant le pied, terminés par des pores assez grands,
anguleux, olivâtres ou bistrés, ferrugineux.

Pied cylindrique ou un peu renflé à la base, ferme, jaune ou de la
couleur du chapeau, avec parfois des stries plus foncées.

Chair assez épaisse, jaune ou prenant une légère teinte bleuâtre; celle
du pied est plus jaune et souvent un peu rougeâtre à la base.

On trouve ce champignon dans les bois de pins, où il est souvent très
abondant.

Il est comestible.

[Illustration: --Planche 44--

=Sous les conifères=--Été, automne

=Bolet varié=--Boletus variegatus

_Comestible_]


=Polypore du bouleau.--Polyporus betulinus.=

Ce champignon est bien reconnaissable à sa forme régulière, sa couleur
fauve et sa surface absolument unie; de plus, il ne pousse que sur les
bouleaux.

Si l'on veut bien prendre la peine d'examiner un bouleau mort, qu'il
soit sur pied ou couché à terre, on y trouvera presque à coup sûr un ou
plusieurs Polypores du bouleau.

Il se montre d'abord sous la forme d'une petite masse ronde excavée en
dessous, et si jeune qu'il soit, on reconnaît à peu près la forme de
l'adulte.

Finalement, il mesure 12 à 15 centimètres de diamètre, son chapeau est
circulaire, se terminant à l'arrière par un pied court un peu courbé;
il est d'un brun roussâtre uniforme, uni, non zoné, à marge épaisse un
peu repliée en dessous.

Il porte à sa partie inférieure des tubes courts munis de pores très
petits, blancs.

La chair est blanche, fine, coriace ou même subéreuse. On pourrait,
paraît-il, en faire des cuirs à rasoir.

Non comestible à cause de la résistance de sa chair.

On pourra remarquer que toujours le chapeau du Polypore du bouleau est
orienté parallèlement au sol, c'est-à-dire qu'il est horizontal: mais
si, par aventure ou par accident, l'arbre, de perpendiculaire qu'il
était vient à se coucher sur le sol, le chapeau modifie sa position
première de façon à devenir de nouveau horizontal. Le même phénomène se
produit chez les autres polypores ligneux.

[Illustration: --Planche 45--

=Sur les bouleaux=--Toute l'année

=Polypore du bouleau=--Polyporus betulinus

_Non comestible_]


=Polypore gigantesque.=

=Polyporus (Merisma) giganteus.=

Le _Polyporus giganteus_, appelé aussi _Merisma giganteus_, se
distingue des Polypores vrais, en ce qu'il offre des chapeaux multiples
provenant de la même souche, tandis que dans les premiers il n'y
a qu'un ou deux chapeaux, rarement davantage. On l'a aussi appelé
Polypore acanthoïde, parce que par ses nombreux chapeaux découpés, il
a quelque ressemblance avec les feuilles de l'acanthe. Il est surtout
remarquable par les dimensions considérables et le poids qu'il peut
atteindre (10 et 15 kilos).

Il est formé de nombreux chapeaux dimidiés, dilatés, aplatis,
irrégulièrement lobés et diversement contournés. Ces chapeaux sont
très peu charnus, veloutés ou finement granuleux, ou encore sillonnés,
ridés, jaunâtres, brunâtres ou grisâtres, ou même un peu ferrugineux
et plus foncés vers la base. Ils sont imbriqués et garnis à leur
partie inférieure de tubes courts blancs ou pâles terminés par des
pores également blancs, petits, difformes ou lacérés, se prolongeant
sur des pédicules peu distincts, le tout formant une grosse souche
tuberculeuse, qui s'insère le plus souvent sur le tronc d'un arbre
coupé, où il s'étale de manière à couvrir une grande surface.

On ne trouve ce champignon que dans les grands bois où existent de très
vieux arbres, aussi est-il assez rare. Il est comestible.

[Illustration: --Planche 46--

=Sur les souches=--Été, automne

=Polypore gigantesque=--Polyporus giganteus

_Comestible_]


=Polypore squameux.--Polyporus squamosus.=

Le Polypore squameux, appelé souvent Polypore du noyer, ressemble assez
bien à un éventail. Il est formé d'un large chapeau plus ou moins
arrondi, aplati, un peu déprimé à l'arrière, mince et un peu recourbé
sur les bords. Il est jaunâtre et couvert de nombreuses écailles plus
foncées et appliquées, il mesure jusqu'à 20 centimètres et plus. Les
pores sont blanchâtres ou un peu jaunâtres, petits, puis amples,
anguleux et lacérés, descendant longuement sur le pied.

Pied court, excentrique ou latéral, épais, blanchâtre et brun noirâtre
à la base.

Chair blanche, ferme, même un peu coriace, d'odeur forte de champignon.

On trouve communément ce champignon sur les arbres malades, sur les
souches de différents arbres, mais du noyer surtout; il pousse souvent
plusieurs sujets en même temps.

L'Oreille de noyer ou d'orme est évidemment comestible, mais il faut la
prendre très jeune, sans quoi elle est trop coriace.

[Illustration: --Planche 47--

=Sur les troncs d'arbres=--Été, automne

=Polypore squameux=--Polyporus squamosus

_Comestible_ (_jeune_)]


=Polypore soufré.--Polyporus sulfureus.=

Notre grand mycologue Bulliard appelait ce champignon, Bolet sulfurin;
mais nous savons que les Bolets ont un chapeau et un pied distincts et
que ce pied est central. Ici, pas de pied proprement dit, et en tout
cas, pas de pied central.

Pour certains mycologues, le Polypore soufré fait partie du genre
_Merisma_, qui est caractérisé par ce fait que plusieurs chapeaux
partent du même point.

En effet, il forme toujours une touffe comprenant plusieurs chapeaux
plus ou moins superposés et ayant plus ou moins l'aspect d'une lame
circulaire épaisse de 1 à 3 centimètres, sur une largeur de 10 à 12
centimètres. Ces chapeaux sont sessiles ou un peu rétrécis à la base,
aplatis ou convexes, ondulés, festonnés sur les bords. Ils sont d'abord
pubescents, puis glabres, jaune rougeâtre ou couleur saumon.

Tubes courts, terminés par des pores petits, entiers, puis lacérés, de
couleur jaune de soufre.

Chair blanche, molle, laissant écouler des gouttelettes d'eau jaune,
puis sèche, grenue, cassante et de saveur acide. Ce champignon acquiert
parfois des dimensions considérables.

On pourrait, paraît-il, manger ce champignon, mais alors il faut le
prendre très jeune.

On trouve le Polypore soufré sur les arbres languissants ou morts, et
aussi sur les bois d'industrie.

[Illustration: --Planche 48--

=Arbres malades, bois ouvrés=--Toute l'année

=Polypore soufré=--Polyporus sulfureus

_Non comestible_]


=Polypore amadouvier.--Polyporus fomentarius.=

Ce champignon, que l'on nomme Bolet à amadou, Agaric de chêne, Agaric
femelle ou encore Agaric des chirurgiens (bien qu'il n'ait aucune
ressemblance avec les Agarics), fait élection de domicile sur les vieux
arbres, principalement sur le chêne et sur le hêtre.

Il commence par donner un mamelon qui fait saillie à la surface de
l'arbre envahi, puis ce mamelon s'accroît, s'organise et se différencie
en une partie inférieure qui montre des pores et une partie supérieure
qui forme le chapeau proprement dit.

Ce chapeau peut acquérir de grandes dimensions et mesurer de 30 à 50
centimètres de largeur, sur une épaisseur de 10 à 20 centimètres.

Il adhère à l'arbre nourricier par une large surface et prolonge ses
filaments mycéliens très loin dans le tissu du support. Assez souvent,
il a la forme d'un sabot de cheval ou d'une console semi-orbiculaire,
avec les pores toujours tournés en bas, petits, fauves ou ferrugineux,
et disposés en plusieurs couches visibles sur la section du champignon.
Cette disposition est caractéristique des Fomes, aussi nomme-t-on ce
champignon _Fomes fomentarius_.

La cuticule forme des bourrelets concentriques plus ou moins nombreux,
grisâtres, fuligineux ou noirâtres.

Sous la cuticule, on trouve une chair molle, brune ou ferrugineuse, qui
peut servir à préparer l'amadou.

[Illustration: --Planche 49--

=Sous les vieux arbres=--Toute l'année

=Polypore amadouvier=

Polyporus fomentarius

_Non comestible_]


=Polypore luisant.--Polyporus lucidus.=

Ce Polypore, que Bulliard appelait Bolet oblique, est bien bizarre,
avec son chapeau disposé sur le côté et son revêtement luisant: on
dirait un champignon laqué.

Quand il débute, c'est un simple pied noirâtre qui sort de terre et qui
se termine par une sommité pointue, puis survient un tout petit chapeau
blanchâtre, dont le développement continue à se faire seulement sur un
côté, en sorte qu'il devient excentrique, et de blanchâtre qu'il était,
il prend une teinte rouge acajou vive et brillante, comme vernie. La
surface du chapeau est plus ou moins zonée et de teinte plus claire sur
le bord.

Sous le chapeau se trouvent des tubes assez longs blancs ou blanchâtres
à orifices petits.

Le pied est beaucoup plus long que le diamètre du chapeau,
irrégulièrement arrondi et bosselé, brun noirâtre brillant ou encore
rouge brun, mais plus foncé que le chapeau.

Chair coriace, blanchâtre, un peu acide.

Pousse dans les endroits humides, sur les souches de divers arbres.

[Illustration: --Planche 50--

=Sur les souches=--Toute l'année

=Polypore luisant=

Polyporus lucidus

_Non comestible_]


=Polypore blanc-noirâtre.--Polyporus leucomelas.=

Ce Polypore, appelé aussi Pied de mouton noir, est un champignon trapu,
à chapeau charnu, fragile, arrondi, entier ou lobé, irrégulier, assez
épais, mince sur les bords qui sont enroulés. Il est brun noirâtre ou
bistré noir, à surface douce, unie, puis rugueuse et fendillée. Il
mesure de 6 à 10 centimètres. Il porte sous le chapeau des tubes très
courts à orifices blancs ou blanchâtres se prolongeant sur le pied.

Pied robuste difforme, plus court que le chapeau et de teinte analogue
ou fuligineuse.

Chair blanche, puis rosée, fragile, agréable, sauf celle du pied, qui
serait un peu amère.

Ce champignon est comestible; on le trouve en été-automne, dans les
sapinières.


=Polypore pérennant.--Polyporus perennis.=

C'est un champignon fort élégant avec son chapeau mince, circulaire,
déprimé et agréablement zoné de jaune et de fauve; mais il est coriace,
ligneux, et par conséquent non comestible.

Sous le chapeau, on remarque des pores très petits arrondis puis
lacérés, d'abord blancs et ensuite de couleur cannelle.

Pied droit, ferme, résistant, velouté, mince ou assez fortement
épaissi, et de la couleur du chapeau.

Ces champignons poussent dans les endroits siliceux, ils se soudent
fréquemment les uns aux autres; parfois, les bords du chapeau sont
fortement laciniés.

[Illustration: --Planche 51--

 =Sur la terre=--Automne    |  =Sur les charbonnières=

 =Polypore blanc-noirâtre=  |  =Polypore pérennant=

 Polyporus leucomelas       |  Polyporus perennis

 _Comestible_               |  _Non comestible_]


=Dédalée du chêne.--Dædalea quercina.=

Les Dédalées sont des champignons ligneux, caractérisés par la
disposition sinueuse des pores, qui forment un vrai labyrinthe, d'où le
nom qui leur a été imposé. Ils ont aussi un autre caractère commun avec
les Tramètes, qui les distingue nettement des Polypores. C'est que,
dans les polypores ligneux, la chair et les tubes sont séparés par une
ligne de démarcation bien nette, tandis que dans les Dédalées et les
Tramètes, la trame des pores et de la chair se confondent et font corps
intime.

L'espèce qui nous occupe et que l'on trouve souvent sur les arbres
malades, surtout sur les chênes et jusque dans nos maisons, peut
atteindre un volume assez considérable.

La forme en est très variable, tantôt elle est plate comme une lame,
d'autres fois prend la forme d'un coussinet large à sa surface et
diminuant progressivement vers sa partie inférieure; sa surface est
plate ou irrégulièrement bosselée ou tuberculeuse et marquée de zones
plus ou moins visibles.

Les tubes représentent plutôt des lames épaisses anastomosées de la
même couleur que le chapeau, qui finissent par former de grands pores
labyrinthiformes. Tout le champignon a une consistance qui tient le
milieu entre celle du bois et du liège.

[Illustration: --Planche 52--

=Sur les bois de charpente=--En tout temps

=Dédalée du chêne=--Dædalea quercina

_Ligneux_]


=Mérule pleureur.--Merulius lacrymans.=

Les _Merulius_ se distinguent des autres Polyporées en ce qu'ils ont
plutôt des plis anastomosés que de véritables pores.

Le Mérule pleureur, appelé aussi _Merulius destruens_ (destructeur) se
trouve dans les endroits humides, les caves principalement, derrière
les boiseries et surtout sous les parquets.

Lorsqu'il n'est pas fructifié, il se montre à nous sous la forme de
filaments blancs et ténus qui vont souvent fort loin pour trouver
des bois à détruire, puis quand les conditions sont favorables, il
se condense en une membrane assez consistante, grisâtre ou blanche
sur les bords, jaune ou jaunâtre au centre, où s'organise l'hyménium;
c'est alors qu'apparaissent les alvéoles ou pores, qui tout d'abord
ressemblent un peu à de la fraise de veau; puis les spores se forment,
mûrissent et donnent à la membrane une teinte jaune brunâtre.

Les dimensions de la plaque hyméniale sont très variables, elles
peuvent aller, de quelques centimètres, à 10 et 20 centimètres, être
circulaires ou allongées.

Sous l'influence des courants et aussi par leur puissance de
projection, ces spores peuvent se déposer très loin sous forme d'une
poussière rougeâtre.

C'est un champignon redoutable, surtout pour les bois tendres et
principalement les sapins, qui sont dévorés en peu de temps. Le
meilleur moyen de s'en préserver est tout d'abord de brûler tout ce
qu'il atteint, et de badigeonner avec une solution bouillante de
sulfate de cuivre à 10% tout ce qui est atteint, sans en excepter les
bois neufs que l'on emploie: il faut en outre ménager des courants
d'air.

[Illustration: --Planche 53--

=Sur les bois, dans les endroits humides=--Toute l'année

=Mérule pleureur=--Merulius lacrymans

_Nuisible aux bois d'industrie_]


=Hydne hérisson.--Hydnum erinaceum.=

Nous savons que les _Hydnum_ sont tous garnis sur leur surface
hyméniale de pointes plus ou moins longues auxquelles on a donné le nom
d'aiguillons. Les spores se trouvent à la surface de ces aiguillons.

Nous parlerons aujourd'hui de l'un des plus anciens et des plus beaux
parmi les champignons de ce genre.

L'Hydne hérisson se développe toujours dans les cavités qui se trouvent
sur les arbres, mais de préférence sur les chênes et les hêtres.
Lorsque le mycélium est suffisamment organisé, il projette au dehors
de l'orifice ou de la cavité une masse charnue, blanche, semblable à
un moignon, lequel, une fois dehors, s'élargit plus ou moins, de façon
à représenter un coussinet ou une épaulette, puis il se développe
tout autour des quantités de prolongements filiformes très allongés
sur le devant et bien plus courts ailleurs. Ces prolongements, blancs
ou blancs jaunâtres, prennent tous la direction verticale et sont
parallèles les uns aux autres, en sorte que quand le champignon s'est
complètement développé, on croirait avoir devant soi une épaulette
d'une nature particulière.

L'Hydne hérisson est comestible, mais sa chair est de consistance un
peu ferme; comme saveur, il rappelle assez celle du champignon de
couche.

C'est un champignon assez rare qui toujours excite l'admiration des
mycologues qui ont la chance de le rencontrer.

[Illustration: --Planche 54--

=Sur les vieux arbres blessés=--Été, automne

=Hydne hérisson=--Hydnum erinaceum

_Comestible_]


=Hydne imbriqué.--Hydnum imbricatum.=

L'Hydne imbriqué, appelé aussi barbe de bouc, comporte un chapeau et un
pied. Le chapeau est épais, charnu, un peu arrondi, puis plat ou un peu
déprimé, souvent difforme et irrégulier sur les bords qui sont minces,
ondulés, lobés; il est en outre le plus souvent parsemé de grosses
écailles tuberculeuses assez régulièrement disposées. Ces écailles sont
plus foncées (quelquefois presque noires) que le reste du chapeau, qui
est brunâtre ou terre d'ombre. A la partie inférieure du chapeau se
trouvent des aiguillons fragiles d'un blanc sale ou cendrés, qui se
prolongent sur le pied.

Pied plutôt court, épais, gris, brun ou rougeâtre.

Chair ferme, cassante, sèche, d'un blanc pâle ou grisâtre, un peu amère.

On trouve ce champignon en automne, dans les bois de conifères; il est
comestible.


=Hydne gélatineux.=

=Hydnum (Tremellodon) gelatinosum.=

L'_Hydnum gelatinosum_, que l'on nomme aussi _Tremellodon gelatinosum_,
a un chapeau de consistance gélatineuse, translucide, grisâtre ou
brunâtre, lisse, irrégulier, souvent dimidié ou terminé par un pied
latéral de même consistance. A la partie inférieure du chapeau existent
des aiguillons moins transparents; chair à saveur agréable.

On trouve toujours ce champignon près de terre, sur les souches
d'arbres verts, où il se groupe plus ou moins. Il est comestible.

[Illustration: --Planche 55--

 =Sur la terre=     |  =Souches de conifères=

 =Hydne imbriqué=   |  =Hydne gélatineux=

 Hydnum imbricatum  |  Hydnum (tremellodon) gelatinosum

              _Comestibles_]


=Clavaire fusiforme.--Clavaria fusiformis.=

Comme l'indique son nom, cette Clavaire a la forme d'un fuseau,
c'est-à-dire qu'elle s'effile à ses extrémités.

Elle mesure de 5 à 8 centimètres et est de couleur jaune vif un peu
mat. Elle est, à l'intérieur, compacte, puis creuse, d'abord jaune,
puis blanchissante.

La Clavaire fusiforme est simple, mais elle pousse toujours en touffes
formées de nombreux rameaux.

On la trouve à l'automne, dans les bois, les gazons, les bruyères; elle
est comestible.

On trouve dans les mêmes endroits d'autres Clavaires jaunes, de
couleurs moins vives et aussi comestibles.


=Clavaire en pilon.--Clavaria pistillaris.=

Cette Clavaire, qui ressemble au pilon des pharmaciens, se compose
essentiellement d'une partie renflée, généralement oblongue et
s'atténuant peu à peu jusqu'à la base: elle peut atteindre de 10 à 15
centimètres, sur une épaisseur de 2 à 4 centimètres. La tête ou clavule
est rougeâtre ou d'un jaune fauve, lisse, ridée ou sillonnée par places.

Chair blanche, compacte, filandreuse, se continuant jusqu'à la base.

La partie inférieure est moins colorée et presque blanche.

Quoique peu agréable, elle est comestible; on la trouve à l'automne et
même pendant l'été, dans les bois ombragés.

[Illustration: --Planche 56--

 =Dans les bois=--Été, automne

 =Clavaire fusiforme=         |  =Clavaire en pilon=

 Clavaria fusiformis (gauche) |  Clavaria pistillaris

                        _Comestibles_]


=Gyrocéphale helvelloïde.=

=Gyrocephalus (Guepinia) helvelloides.=

Les _Gyrocephalus_ (ou _Guepinia_) sont des champignons gélatineux
assez fermes, stipités, ayant un peu la forme d'une spatule ou d'une
cuiller, ou encore d'un lobe d'oreille.

Ils se distinguent des _Tremella_ par leurs basides linéaires et leurs
spores courbées.

Le _Gyrocephalus helvelloides_, ainsi appelé parce qu'il ressemble
un peu à certaines Helvelles, se compose d'un pédicule blanchâtre
ou rougeâtre plus ou moins grand, et se prolongeant en une sorte de
chapeau irrégulier, spatulé, lobé ou festonné, quelquefois même il est
creusé en entonnoir et presque toujours plus développé d'un côté que
de l'autre. Il peut atteindre une hauteur de 5 à 10 centimètres; il
est un peu translucide, rouge ou rose orangé, et de consistance molle
gélatineuse.

L'hyménium se trouve à la partie inférieure du chapeau, il est
vaguement plissé.

En raison de sa couleur, certains mycologues le nomment _Gyrocephalus
rufus_ (Gyrocéphale rouge).

On trouve ce champignon à terre, surtout dans les montagnes et sous les
conifères.

Il peut être consommé en salade.

[Illustration: --Planche 57--

=A terre, sous les conifères=--Été, automne

=Gyrocéphale helvelloïde=--Gyrocephalus (Guepinia) helvelloides

_Comestible_]


=Calocère visqueuse.--Calocera viscosa.=

Les _Calocera_ sont voisins des _Clavaria_, dont ils diffèrent par leur
consistance gélatineuse, visqueuse, cornée étant secs.

Ce sont des champignons aux couleurs vives, à réceptacle simple ou
rameux, isolés ou cespiteux et poussant sur les arbres ou les bois
décomposés.

Le _Calocera viscosa_, ou _Calocera flammea_, comme on le nomme aussi,
est formé de rameaux plus ou moins nombreux, dressés, cylindriques ou
un peu aplatis, un peu bifurqués au sommet. Toute la plante est jaune
rougeâtre, plus foncée à la dessiccation.

Inférieurement, le champignon se prolonge en une racine tenace
radicante. Nous le croyons comestible, mais il ne vaut pas les
Clavaires, c'est en tous cas une petite espèce.


=Auriculaire mésentérique.=

=Auricularia mesenterica.=

Les _Auricularia_ font partie des Trémellinées ou Auriculariées, du mot
latin _Auricula_, oreille. Dans ces champignons, l'hyménium est quelque
peu plissé, ridé, et les spores sont oblongues, courbées et assez
grosses.

L'Auriculaire mésentérique, nommée aussi Auriculaire trémelloïde,
vient sur les souches décomposées, qu'elle garnit de nombreux chapeaux
d'abord adhérents, puis réfléchis, entiers, arrondis, gris brunâtre,
zonés.

L'hyménium, qui se trouve à la partie inférieure, est d'un brun
violacé, plissé, ridé.

[Illustration: --Planche 58--

=Sur les troncs=--Été, automne

 =Calocère visqueuse=    |  =Auriculaire mésentérique=

 Calocera viscosa (bas)  |  Auricularia mesenterica (haut)

                _Non comestibles_]


=Phallus puant.--Phallus impudicus.=

Ce champignon, que les anciens naturalistes avaient nommé Morille
puante, œuf du diable, se rencontre assez fréquemment dans les bois
sablonneux.

Il se présente à l'origine comme une sorte d'œuf blanchâtre ou
grisâtre. Ces œufs se montrent à moitié émergés du sol, ou même ils
reposent tout à fait sur les débris ou le mycélium s'est implanté. A
un moment donné, cet œuf se rompt irrégulièrement pour donner issue
au champignon proprement dit, qui, dans l'espace de quelques heures,
atteint tout son développement.

Il se présente alors sous la forme d'un pédicule long de 10 à 20
centimètres, cylindro-conique aux extrémités, fistuleux et complètement
percé de nombreuses perforations qui lui donnent une très grande
légèreté. Sa partie supérieure est garnie d'une sorte de coiffe
munie d'alvéoles renfermant à leur intérieur une mucosité verdâtre
et malodorante où se trouvent les spores. C'est cette matière que
les insectes transportent inconsciemment dans d'autres endroits, qui
contribue à propager l'espèce.

Bien qu'un tel champignon n'invite guère à le consommer, on assure qu'à
l'état d'œuf, il a été mis en vente sur le marché d'Épernay.

On trouve dans les mêmes endroits le _Phallus imperialis_, sensiblement
plus rare que le précédent; il a la volve rose, puis le _Phallus
caninus_ (Phallus de chien), beaucoup plus grêle dans toutes ses
parties, avec la tête rose.

[Illustration: --Planche 59--

=Sur la terre des bois sablonneux=--Été, automne

=Phallus puant=--Phallus impudicus

_Non comestible_]


=Scléroderme vulgaire.--Scleroderma vulgare.=

Le nom de ce champignon lui vient de deux mots grecs, qui signifient
qu'il a la peau dure.

Les Sclérodermes ont un peu l'aspect des vesses-loup (Lycoperdon), mais
ils en diffèrent en ce que l'enveloppe qui recouvre le tissu fructifère
est épaisse, coriace, alors que dans les Lycoperdons elle est mince;
de plus, la trame fructifère est, dans les Lycoperdons, homogène et
dépourvue dans le jeune âge de cellules ou logettes qui existent dans
les _Scleroderma_.

Le Scléroderme vulgaire se trouve dans les terrains maigres sur la
terre, où il adhère par un faisceau de petites racines.

C'est un réceptacle plus ou moins difforme, globuleux, sessile ou à
peine stipité, dur, ferme, marqué à sa surface de squames ou d'alvéoles
quelque peu verruqueuses. La chair est d'abord blanche, divisée en
logettes, puis elle devient noire et grenue, et non pulvérulente comme
dans les vesses-loup.


=Astre hygrométrique.--Astreus (Geaster) hygrometricus.=

Ces champignons, plus connus sous le nom de _Geaster_ (étoile de
terre), ressemblent tout d'abord à des Lycoperdons, mais, à l'encontre
de ces derniers, l'enveloppe du champignon se sépare en deux parties;
l'une, extérieure, qui se divise en plusieurs lobes se recourbant plus
ou moins en dehors, suivant l'état hygrométrique de l'air, et une
interne, mince, continuant à envelopper les spores. A cet état, le
champignon représente assez bien une étoile. L'enveloppe intérieure
s'ouvre au sommet pour laisser passage aux spores.

L'Astre hygrométrique se trouve fréquemment sur la terre, dans les
endroits sablonneux.

[Illustration: --Planche 60--

=Sur la terre sablonneuse=--Été, automne

 =Scléroderme vulgaire=  |  =Astreus hygrométrique=

 Scleroderma vulgare     |  Astreus (geaster) hygrometricus

 (bas)                   |  (haut)

                _Non comestibles_]


=Clathre en réseau.--Clathrus cancellatus.=

=(Clathre rouge.)--(Clathrus ruber.)=

Comme le Phallus puant dont il est proche, le Clathre est à son origine
renfermé dans une sorte d'œuf, mais plus arrondi, blanchâtre et marqué
extérieurement d'impressions polygonales résultant de la pression
intérieure du champignon. Cet œuf se déchire irrégulièrement à son
sommet pour laisser voir le champignon proprement dit. On voit alors
se produire une sorte de sphère, découpée par des mailles polygonales
plus ou moins nombreuses, irrégulières, formant comme un treillis rose,
rouge ou jaune rougeâtre intérieurement, d'une structure délicate et
fragile. A l'intérieur, ces branches anastomosées sont garnies d'un
hyménium verdâtre d'odeur fétide et renfermant de nombreuses spores que
les insectes se chargent de propager au loin.

Le Clathre se trouve surtout dans le midi et le sud-ouest de la France,
sous les oliviers et dans les friches, à l'automne.


=Spathulaire jaunâtre.--Spathularia flavida.=

Ce champignon tire son nom du mot latin _Spathula_, qui signifie
spatule.

C'est un champignon comprenant un pied blanc ou blanchâtre, épais,
dressé, cylindrique ou comprimé, plus large à la base qu'au sommet et
mesurant à peu près 5 centimètres de hauteur. A sa partie supérieure,
il est couronné ou plutôt enchâssé par une tête oblongue, comprimée,
entière ou festonnée, jaune et de consistance charnue molle.

L'hyménium est formé de thèques renfermant 8 spores filiformes.

Se trouve surtout sous les pins, à l'automne; comestible.

[Illustration: --Planche 61--

 =En groupe sous les conifères=  |  =A terre dans le midi et l'ouest=

                              Automne

 =Spathulaire jaunâtre=          |  =Clathre en réseau=

 Spathularia flavida             |  Clathrus cancellatus

 _Comestible_                    |  _Non comestible_]


=Bulgarie salissante.--Bulgaria inquinans.=

Champignon bizarre, qui pousse pendant une grande partie de l'année
sur les chênes malades ou abattus. Son nom lui vient de _Bulga_, qui
signifie bourse, à cause de l'analogie qu'il a avec certaines bourses à
quêter.

La Bulgarie débute par une petite boule jaune rougeâtre velue, de la
grosseur d'un pois; puis cette boule s'ouvre à sa partie supérieure
pour montrer une surface concave, puis plane, avec les bords légèrement
relevés.

Complètement développée, la Bulgarie ressemble assez à un cône tronqué
qui adhérerait au support par sa petite base: elle mesure de 1 à 3
centimètres, sur une hauteur à peu près égale.

L'hyménium représente un disque plat, mais fuligineux, formé de
nombreuses thèques, renfermant de 4 à 8 spores ovales, qui se répandent
tout à l'entour comme une poussière noire.

Extérieurement, le champignon est brunâtre, velu et marqué de quelques
zones parallèles; chair gélatineuse, coriace, noire, de saveur
mucilagineuse, puis légèrement piquante et comme un peu marécageuse: ce
qui en fait un comestible de peu de valeur.

La Bulgarie pousse abondamment sur les chênes malades et surtout
abattus.

[Illustration: --Planche 62--

=Sur les troncs abattus, chêne, hêtre=--Été, automne

=Bulgarie salissante=--Bulgaria inquinans

_Comestible peu estimé_]


=Pézize orangée.--Peziza aurantia.=

Ce joli champignon ne peut échapper aux regards du plus distrait des
mycologues, à cause de sa couleur vive et voyante, et aussi parce qu'il
vient généralement en grand nombre là où il se plaît.

La Pézize orangée débute tout d'abord par une très petite surface,
qui gagne rapidement et finit par acquérir une largeur de 3 à 5
centimètres. De régulière qu'elle était et appliquée sur le sol, elle
se contourne plus ou moins d'une façon capricieuse et montre des bords
sinués, ondulés.

Extérieurement et intérieurement, elle est rouge orangé.

L'hyménium, qui est un peu plus foncé, occupe la partie interne de
la coupe, il est formé, comme dans tous les discomycètes, de thèques
contenant 8 spores, elliptiques réticulées.

De même qu'avec les pézizes de grande dimension, on peut très bien,
avec la Pézize orangée, constater la projection des spores sous forme
d'un petit nuage.

On la trouve à l'automne et commencement de l'hiver, dans les bois,
les chemins frais, et surtout là où la terre a été battue, et c'est
merveille de voir ces multiples champignons rivaliser d'intensité, de
coloris et de formes.

Elle est si jolie et si abondante, et, disons-le, si propre, que l'on
peut bien se risquer à la manger, car elle est comestible.

Voici la recette qui nous a été communiquée:

Il suffit, après les avoir bien nettoyées, de les préparer au sucre
avec un peu de kirsch; ce serait excellent.

[Illustration: --Planche 63--

=Sur la terre humide=--Automne, hiver

=Pézize orangée=--Peziza aurantia

_Comestible_]


=Xylaire hypoxyle.--Xylaria hypoxylon.=

La Xylaire hypoxyle est totalement différente d'aspect de la suivante;
elle est aussi plus commune, et beaucoup l'ont foulée aux pieds sans
avoir pris la peine de l'examiner.

On dirait de petits arbuscules qui se pressent sur un chicot d'arbre,
coupé près du sol: ils sont souvent très nombreux, et si l'on tente de
les cueillir, on éprouve une assez grande résistance, et l'on remarque
que les doigts sont imprégnés d'une poussière blanche.

Si nous examinons l'un quelconque de ces arbres en miniature,
nous constaterons une base unique fortement implantée sur le bois
nourricier; puis ce rameau se renfle un peu et nous offre l'aspect
ruguleux mentionné dans la Xylaire polymorphe, et si dans ce renflement
nous faisons une section, nous y retrouvons les périthèces, les asques
et les spores.

Plus haut, le rameau change d'aspect, il se rétrécit, s'aplatit, se
bifurque ou même se trifurque en donnant lieu à des rameaux plats
pouvant eux-mêmes se diviser à nouveau. Ces rameaux sont blancs,
et ce sont eux qui nous ont taché les doigts tout à l'heure. Cette
poussière blanche est formée de spores très petites, rondes, ce sont
des conidies, qui répondent à un autre mode de reproduction.

=Voir page 65 la description de la Xylaire polymorphe.=

[Illustration: --Planche 64--

=Sur les souches=--Toute l'année

 =Xylaire polymorphe=      |  =Xylaire hypoxyle=

 Xylaria polymorpha (bas)  |  Xylaria hypoxylon (haut)

                  _Non comestibles_]


=Xylaire polymorphe.--Xylaria polymorpha.=

Le botaniste qui rencontre pour la première fois cette singulière
production a peine à croire qu'il se trouve en présence d'un champignon.

Figurez-vous, sur une souche plus ou moins décomposée, une masse
noirâtre résultant d'un assemblage de tubercules irréguliers, digités
ou spatules; les uns sont renflés, bosselés, contournés et terminés
par une sorte de pied court, beaucoup plus mince, d'autres sont
plus allongés, ovoïdes ou digités, également pédicellés; mais tous
présentent la même teinte brune noirâtre et une surface rugueuse.

Si l'on fait une section longitudinale de l'un d'eux, on trouve que ces
clavules sont remplies d'une chair blanche assez tendre et comme un peu
veinée.

En examinant la coupe avec plus d'attention, on remarque sur toute la
périphérie de la section, de petits points brunâtres régulièrement
disposés. Ce sont autant de périthèces ou conceptacles qui renferment
les organes de la reproduction.

Chaque périthèce ou conceptacle contient de nombreuses thèques à 8
spores ovales ou arrondies.

Le nom de polymorphe lui vient de la diversité des formes que peut
affecter ce champignon, que l'on trouve toute l'année sur les souches
en voie de décomposition.

Non vénéneux, mais non comestible en raison de sa constitution. Il fait
partie, comme le précédent, du groupe des Pyrénomycètes.



PARTIE II

Généralités



CHAPITRE I

Classification des champignons.


Dans le premier volume du _Nouvel Atlas des Champignons_ comestibles et
vénéneux, nous avons envisagé la classification des champignons d'une
façon un peu sommaire, aussi croyons-nous utile d'y revenir aujourd'hui.

Nous diviserons l'immense classe des champignons en 5 groupes, qui sont:

I.--Les _Basidiomycètes_, qui comprennent les champignons dont les
organes reproducteurs (spores) sont placés sur des basides bien
conformées et persistantes, comme dans les Agarics, les Bolets, les
Hydnes, etc. (Voir fig. 1 et tableau II.)

[Illustration: FIG. 1.]

II.--Les _Ascomycètes_, dont les organes reproducteurs sont constitués
par des asques (ou thèques) renfermant les spores à leur intérieur,
comme dans les Pézizes, les Truffes, etc. (Voir fig. 2 et tableau III.)

III.--Les _Phycomycètes_, qui n'ont ni asques ni basides; qui de plus
sont souvent parasites sur les plantes ou les animaux vivants et dont
le mycélium est unicellulaire, comme dans les Péronosporées. (Voir
tabl. IV.)

IV.--Les _Myxomycètes_, qui n'ont ni asques ni basides, qui ne sont
jamais parasites sur les plantes vivantes ou sur les animaux et dont la
substance est amiboïde (c'est-à-dire mobile et susceptible de changer
de forme). Ex. Les fleurs de tan.

[Illustration: FIG. 2.]

V. Les _Deutéromycètes_, qui sont des champignons imparfaits ou
inférieurs: ils représentent des états transitoires d'autres
champignons plus élevés en organisation. Ils peuvent avoir des organes
analogues aux périthèces, mais pas d'asques, et leur mycélium n'est
pas unicellulaire: on les trouve le plus souvent sur les feuilles, le
bois, où ils forment des taches bien visibles et très limitées. Ex. Les
Septoria, les Phoma, etc. (Voir tableau VI.)

[Illustration: FIG. 3.]

Si nous examinons chaque groupe en particulier, nous verrons qu'ils
peuvent se subdiviser à leur tour en sous-groupes, qui seront
susceptibles eux-mêmes de former des ensembles plus circonscrits,
que nous nommerons familles. Puis ces familles seront le résultat de
la réunion d'un certain nombre de genres, lesquels renfermeront les
espèces. Le tableau I résume les principaux caractères de ces groupes.

Nous examinerons tout premièrement les _Basidiomycètes_, et nous
verrons dans le tableau II, que ce groupe comprend les Hyménomycètes,
les Gastéromycètes, les Ustilaginées et les Urédinées.

Si nous agissons de même pour ces sous-groupes, nous verrons que
les Hyménomycètes renferment les familles ci-après désignées: les
Agaricinées, les Polyporées, les Hydnées, les Téléphorées, les
Clavariées, les Auriculariées ou Trémellinées. (Voir tableau II.)

Nous verrons également que les Gastéromycètes, qui diffèrent des
Hyménomycètes en ce que leur hyménium est renfermé à l'intérieur
du champignon, comprennent les Phalloïdées, les Nidulariées, les
Lycoperdacées, les Hyménogastrées (Voir tableau II.)

Quant aux Ustilaginées et aux Urédinées, dont les spores sont disposées
à l'extrémité de cellules analogues aux basides, elles n'ont pas été
subdivisées en familles, ou plutôt, ce sont des groupes qui portent
également le nom de familles, et elles comprennent un très grand nombre
de genres qu'il nous est impossible de citer. Nous nous contenterons
de rappeler que certains de ces champignons sont bien connus, surtout
des agriculteurs et des horticulteurs, à cause des dommages qu'ils leur
causent. En effet, la carie des céréales est due à une Ustilaginée, et
les nombreuses rouilles qui s'attaquent aux organes verts des végétaux
font partie des Urédinées.

Le deuxième groupe, celui des _Ascomycètes_, se divise en 4
sous-groupes, qui sont (Voir tableau III.):

Les Pyrénomycètes, qui sont légion et qui, examinés superficiellement,
se présentent à nous sous forme d'agglomérations noires comme du
charbon et incrustant les végétaux ou affectant les formes les plus
bizarres. Si l'on examine au microscope une section transversale mince
de ces champignons, on y trouve une quantité de petites loges en forme
d'urnes, lesquelles renferment de nombreuses thèques (ou asques) à 8
spores généralement, ce sont des périthèces. (Voir tableau III.)

Les Tubéromycètes sont des champignons généralement charnus ou
coriaces, affectant la forme de tubercules non carbonacés, et se
développant le plus souvent dans le sol, sur les racines ou les
radicelles des arbres. De là le nom de champignons hypogés qui leur
a été donné. Dans ce sous-groupe, les thèques ne sont pas allongées
comme dans les autres sous-groupes des Ascomycètes, mais elles sont
courtes et volumineuses et elles renferment, non plus 8 spores, mais
de 1 à 8. Ce sous-groupe a été subdivisé en plusieurs familles, parmi
lesquelles nous citerons celle des Tubéracées, qui renferme comme
genres principaux, les _Elaphomyces_, les _Genea_, _Balsamia_, _Tuber_,
_Chæromyces_, _Terfezia_, etc. Les plus connus sont les _Elaphomyces_,
que l'on trouve à peine enterrés sous la mousse, et que l'on nomme
vulgairement Truffes des cerfs, et surtout les différentes espèces de
Truffes qui font l'objet d'un commerce important. (Voir tableau XIV.)

Les Discomycètes (champignons en forme de disque) sont fort
nombreux, mais il ne faudrait pas croire qu'ils ont tous cette forme
caractéristique d'un disque ou d'une coupe, bien loin de là, mais tous
ont une consistance charnue ou à peine coriace et nullement carbonacée,
ce qui les distingue des Pyrénomycètes. Ils ne se développent pas
sous terre comme les Tubéromycètes, et ne sont pas parasites comme
les Gymnomycètes, enfin, ils ont des thèques à 8 spores, quelquefois
davantage, et des paraphyses. (Voir tableau XV.) (Voir fig. 2.)

Les Gymnomycètes sont des champignons parasites qui n'ont pas
de réceptacle proprement dit, d'où leur nom de Gymnomycètes
(champignons nus). Ils se différencient des Pyrénomycètes par
l'absence de périthèces; ils ne se développent pas sous terre comme
les Tubéromycètes et manquent de paraphyses, qui existent dans les
Discomycètes. (Voir tableau III.)

Le troisième groupe, celui des _Phycomycètes_, se divise en 5 familles.

Les Phycomycètes sont des champignons d'une organisation très simple
et qui ne ressemblent en rien à ceux que nous avons étudiés jusqu'ici.
Ils sont d'une très grande ténuité, et leur mycélium, qui n'est jamais
compact, se compose essentiellement de filaments non cloisonnés,
caractère qui ne se retrouve pas dans les autres groupes. Ils se
développent, soit dans l'air, soit dans l'eau et sont parasites ou
saprophytes sur les végétaux ou les animaux. A première vue, on les
reconnaîtra à leur aspect blanchâtre, filamenteux et formant comme une
efflorescence blanche ou comme une agglomération de filaments blancs
qui ne sont visibles à l'œil que par leur grand nombre; aussi est-il
nécessaire de recourir au microscope pour s'assurer que l'on est bien
en présence d'un champignon de ce groupe.

On a divisé les Phycomycètes en plusieurs familles, qui sont:

Les Mucoracées sont des champignons vivant à l'air, qui prennent
naissance sur des substances avariées ou en voie de décomposition. Nos
aliments sont souvent attaqués par des Mucoracées. Leur mycélium donne
naissance à des filaments dressés (hyphes) qui portent des sporanges
renfermant de nombreuses spores. Ces champignons ont plusieurs modes de
reproduction.

On peut se procurer facilement une forêt de Mucoracées en mettant sous
une cloche du crottin frais de cheval.

Les Entomophthorées sont des champignons aériens qui se développent
surtout sur les insectes. Le mycélium prend naissance dans le corps de
l'animal, qu'il tue, et lorsqu'il est mort, les filaments fructifères
sortent à l'extérieur et se couvrent de spores appelées conidies; plus
rarement, on les trouve sur les plantes.

Tout le monde a pu remarquer que vers la fin de l'année, les mouches
domestiques se collent en grand nombre aux murs ou sur les vitres, où
elles meurent; si on les examine d'un peu près, on voit qu'elles sont
recouvertes d'une efflorescence blanche due à un champignon de cette
famille, l'_Empusa muscæ_.

Les Chytridiées sont des champignons qui vivent soit sur les plantes
dans l'air, soit sur les algues dans l'eau, ou encore sur les
infusoires. Le mycélium, très peu développé, ne donne pas lieu à des
filaments (hyphes) fertiles et les zoosporanges se développent presque
à nu.

Les Saprolégniées sont des champignons qui vivent dans l'eau sur les
poissons, les insectes, les plantes. Le mycélium donne lieu à des
filaments fructifères (hyphes) qui portent des zoosporanges. On les
reconnaît à première vue aux lésions qu'ils déterminent sur leurs hôtes
nourriciers. Ils ont plusieurs modes de reproduction.

Les Péronosporées sont des champignons aériens qui vivent sur les
feuilles des plantes et en général sur les organes charnus. Le
mycélium donne lieu à des filaments fructifères qui produisent des
conidies. Ils ont plusieurs modes de reproduction.

Certaines des maladies qui attaquent la vigne, les pommes de terre,
etc., sont causées par des Péronosporées.

(Voir tableau IV pour la détermination des familles des Phycomycètes.)

Le quatrième groupe est celui des Myxomycètes.

Les _Myxomycètes_ sont des champignons qui vivent en saprophytes sur
les matières organiques d'origine végétale; ils sont constitués par
un plasmode (matière constitutive du champignon) quelquefois très
développé et formé par une matière mucilagineuse susceptible de se
déplacer et de prendre des formes diverses. D'autres fois, le plasmode
est très réduit, affecte les formes les plus curieuses, et est doué
souvent d'un coloris très vif. Ils sont pourvus de spores ordinairement
rondes, riches en protoplasma, mais ils n'ont pas de zoospores (spores
munies de cils et susceptibles de se mouvoir).

A côté des Myxomycètes, on peut, pour ceux qui les considèrent comme
des végétaux, placer les Monadinées, qui vivent dans l'eau, en
parasites, sur les plantes et sur les animaux aquatiques. Ils manquent
de plasmode et donnent lieu à des zoospores ciliés.

Le cinquième groupe est celui des Deutéromycètes.

Les _Deutéromycètes_ sont, comme nous l'avons dit plus haut, des
champignons imparfaits; ils sont destinés à se retrouver à un moment
donné sous une forme plus perfectionnée, mais il s'en faut que cette
forme plus élevée en organisation soit connue pour tous, et l'on ne
peut, dans bien des cas, que faire des suppositions.

Les Deutéromycètes peuvent se diviser en 3 sous-groupes, d'après la
consistance et la forme de l'appareil fructifère et du stroma.

Ces sous-groupes sont:

I.--Les Sphéropsidées, champignons microscopiques ayant un périthèce,
que l'on nomme souvent pycnide, mais pas d'asques; les spores sont
renfermées dans le périthèce, et elles naissent à l'extrémité de
basides plus ou moins bien constituées. On a divisé les Sphéropsidées
en 4 familles, qui sont: les Sphérioïdées, les Nectrioïdées, les
Leptostromées, les Excipulées. Nous en reparlerons plus loin. (Voir
tableau VI.)

II.--Les Mélanconiées, champignons microscopiques, n'ayant ni
périthèces ni asques; ce sont le plus souvent des amas superficiels ou
à peu près, généralement de consistance molle et de couleur peu foncée
ou claire, mais non carbonacés. Les spores naissent sur des basides
plus ou moins visibles et de formes variées. Ce sous-groupe ne comporte
qu'une famille. (Voir tabl. VI.)

III.--Les Hyphomycètes, champignons microscopiques, n'ayant ni
périthèces ni asques; ils sont tout à fait superficiels sur la plante
nourricière, et manquent de stroma proprement dit; rarement ils
vivent en parasites sur les insectes. Les spores naissent librement à
l'extrémité de filaments généralement bien développés, auxquels on a
donné le nom d'hyphes. Ce groupe renferme 4 familles: les Mucédinées,
les Dématiées, les Stilbées, les Tuberculariées, que nous décrirons
plus loin. (Voir tableau VI.)

Les Sphérioïdées sont des champignons microscopiques munis d'un
périthèce, mais ils manquent d'asques; ils ont à leur intérieur des
sortes de basides donnant naissance à des spores très petites (qui ont
été appelées stylospores ou spermaties). Les périthèces sont noirs,
coriaces, en forme de poires et munis à leur sommet d'un orifice par où
sortent les spores. On les trouve surtout sur les feuilles, les bois
morts ou mourants. Nous citerons, comme exemples de Sphérioïdées, les
_Phoma_, _Diplodia_, _Sphæropsis_, etc.

Les Nectrioïdées, champignons microscopiques, charnus, ayant un
mycélium (stroma peu abondant), munis de périthèces globuleux de
couleur claire, et non noirs, comme dans les Sphérioïdées.

Les Leptostromées sont des champignons microscopiques membraneux ou
carbonacés, noirs, se développant sur les feuilles, les tiges ou les
bois malades ou morts. Dans ces champignons, les périthèces sont plus
ou moins fendus, et au lieu d'être globuleux, ils ont plutôt la forme
d'un écusson.

Les Excipulées sont des champignons microscopiques membraneux ou
carbonacés, noirs, se développant à la surface des feuilles ou sur les
bois malades ou morts. Leurs périthèces ont plus ou moins la forme
d'une cupule ou d'un fuseau.

Les Mélanconiées sont des champignons microscopiques dépourvus de
périthèces; ils forment de petits amas mous, de couleur pâle ou
grisâtre, donnent des spores (conidies) qui se développent sur des
basides rudimentaires et de formes variées, et végètent sur les
feuilles, les bois.

Les familles des Hyphomycètes sont:

Les Mucédinées, champignons formés de filaments pâles ou peu colorés,
disparaissant de bonne heure; les hyphes sont peu serrés et portent
des spores (conidies) incolores ou peu colorées. Comme exemples de
Mucédinées, nous pourrons citer les _Oospora_, les _Penicillium_,
qui envahissent nos fruits, le pain humide et en général toutes les
substances organiques d'origine végétale.

Les Dématiées, champignons formés de filaments assez foncés ou noirs,
fermes, peu serrés et persistant longtemps; ils ont des spores
(conidies) noires, rarement hyalines.

Les Stilbées, champignons qui diffèrent des Dématiées en ce que leurs
filaments fertiles sont persistants, brunâtres ou pâles et intimement
réunis en une sorte de faisceau; ils portent des conidies incolores ou
pâles.

Les Tuberculariées, champignons assez petits, charnus, formant un
stroma qui se développe surtout sur les feuilles, les bois, en voie de
décomposition. Les filaments fructifères sont agglomérés et donnent
lieu à des conidies de formes très différentes, incolores ou brunes.

(Voir tableau VI pour la détermination des familles.)


Liste des tableaux de détermination des champignons, en groupes,
familles et genres.

     I. Tableau de détermination des groupes de champignons.

    II. Tableau de détermination des principales familles des
        Basidiomycètes.

   III. Tableau de détermination des Ascomycètes.

    IV. Tableau de détermination des principales familles des
        Phycomycètes.

     V. Pas de tableau de détermination des Myxomycètes.

    VI. Tableau de détermination des principales familles des
        Deutéromycètes (champignons imparfaits).

   VII. Tableau de détermination des genres d'Agaricinées.

  VIII. Tableau de détermination des genres des Polyporées.

    IX. Tableau de détermination des genres d'Hydnées.

     X. Tableau de détermination des genres des Théléphorées.

    XI. Tableau de détermination des genres des Clavariées.

   XII. Tableau de détermination des genres des Auriculariées.

  XIII. Tableau de détermination des genres des Gastéromycètes.

   XIV. Tableau de détermination des principaux genres des Tubéracées.

    XV. Tableau de détermination des principaux genres des Discomycètes.


TABLEAU I

Détermination des groupes des champignons.

  A. Champignons microscopiques parasites sur les animaux ou les
     végétaux et ayant un mycélium unicellulaire.       =Phycomycètes.=

  A. Mycélium pluricellulaire:

    B. Hyménium formé par des asques.                    =Ascomycètes.=

    B. Pas d'asques:

      C. Hyménium comportant des basides bien conformées et
         persistantes.                                =Basidiomycètes.=

      C. Pas de basides ou basides rudimentaires:

        D. Champignons non parasites, à trame plus ou moins mobile
           (amiboïde) à un moment donné.                 =Myxomycètes.=

        D. Champignons parasites sur les végétaux, avec ou sans
           périthèces, et à trame cellulaire.         =Deutéromycètes.=


TABLEAU II

Basidiomycètes, détermination des familles.

  A. Champignons produisant leurs spores en dehors du support où ils
     prennent naissance:

    B. Hyménium visible à l'extérieur du réceptacle (Hyménomycètes):

      C. Hyménium non continu tourné vers le sol (infère):

        D. Hyménium disposé en lames rayonnantes.        =Agaricinées.=

        D. Hyménium affectant la forme de tubes ou de pores.
                                                          =Polyporées.=

        D. Hyménium muni de pointes ou de protubérances variées.
                                                             =Hydnées.=

      C. Hyménium continu tourné vers le ciel (supère):

        E. Champignons de consistance coriace.          =Théléphorées.=

        E. Champignons charnus ou à peine coriaces, dressés, souvent
           ramifiés.                                      =Clavariées.=

        E. Champignons gélatineux ou gélatineux coriaces, globuleux ou
           versiformes.                 =Auriculariées (Trémellinées).=

    B. Hyménium caché à l'intérieur du réceptacle (Gastéromycètes):

        F. Champignons charnus mous sortant d'une volve. =Phalloïdées.=

        F. Champignons de consistance diverse, n'ayant pas de volve:

          G. Champignons aériens, coriaces, cupulés d'abord clos, puis
             ouverts.                                    =Nidulariées.=

          G. Champignons aériens, charnus ou charnus-coriaces plus ou
             moins sphéroïdes.                         =Lycoperdacées.=

          G. Champignons poussant sous terre (hypogés) de consistance
             ferme, et de forme tuberculeuse.         =Hyménogastrées.=

  A. Champignons produisant leurs spores à l'intérieur de la plante
     nourricière:

    H. Champignons non érumpents, se développant surtout sur les
       organes floraux, et ayant un mycélium très fugace; ils ne
       présentent pas de formes secondaires.            =Ustilaginées.=

    H. Champignons se développant de préférence sur les organes
       végétatifs des végétaux, et devenant érumpents: ils ont
       généralement plusieurs formes secondaires.          =Urédinées.=


TABLEAU III

Ascomycètes, détermination des sous-groupes.

  A. Asques renfermés dans un périthèce qui s'ouvre à l'extérieur.
     Champignons aériens souvent noirs et comme carbonacés.
                                                       =Pyrénomycètes.=

  A. Asques non renfermés dans un périthèce. Champignons non
     carbonacés:

    B. Champignons se développant sous terre (hypogés) et ayant la
       forme de tubercules arrondis.      =Tubéromycètes (Tubéracées).=

    B. Champignons non hypogés, non en forme de tubercules arrondis:

      C. Réceptacle parfois très développé, ayant souvent la forme
         d'un disque; asques et paraphyses serrés dans le tissu.
                                                        =Discomycètes.=

      C. Pas de réceptacle proprement dit, mais un tissu (stroma) en
         contact intime avec la substance nourricière; asques presque
         libres sans paraphyses. (Nous n'en parlerons pas autrement.)
                                                        =Gymnomycètes.=


TABLEAU IV

Phycomycètes, détermination des familles.

  A. Mycélium nul ou très peu développé.                 =Chytridiées.=

  A. Mycélium bien développé:

    B. Champignons aériens:

      C. Champignons se développant sur les substances végétales en
         voie de décomposition.                           =Mucoracées.=

      C. Champignons se développant sur les insectes vivants, qu'ils
         tuent.                                      =Entomophthorées.=

      C. Champignons se développant sur les plantes vivantes et en
         général sur les parties vertes et charnues.   =Péronosporées.=

    B. Champignons vivant dans l'eau et se développant sur les
       poissons, insectes et plantes aquatiques.       =Saprolégniées.=


TABLEAU V

Les Myxomycètes s'éloignant du cadre de nos études, nous ne donnerons
pas, pour ce groupe, de tableau de détermination.


TABLEAU VI

Deutéromycètes (Champignons inférieurs), détermination des familles.

  A. Champignons ayant des périthèces renfermant les spores.
     (Sphéropsidées.):

    B. Champignons charnus, de couleur claire.          =Nectrioïdées.=

    B. Champignons coriaces, membraneux, noirs:

      C. Périthèces piriformes ayant un orifice au sommet.
                                                        =Sphérioïdées.=

      C. Périthèces en écusson et plus ou moins fendus
         longitudinalement.                =Leptostromées, Excipulées.=

  A. Champignons n'ayant pas de périthèces:

    D. Champignons tout à fait superficiels constitués par des
       filaments mycéliens libres ou cohérents. (Hyphomycètes.):

      E. Filaments libres ou peu serrés:

        F. Filaments grêles, pâles ou peu colorés, disparaissant de
           bonne heure.                                   =Mucédinées.=

        F. Filaments assez rigides, foncés ou noirs, persistants.
                                                           =Dematiées.=

      E. Filaments agglomérés:

        G. Filaments pâles ou brunâtres réunis en faisceau. =Stilbées.=

        G. Filaments réunis en une masse compacte (stroma) s'étalant
           sur le support.                            =Tuberculariées.=

    D. Champignons sous-cutanés (se développant d'abord sous l'écorce),
       puis érumpents, charnus. (Mélanconiées.)         =Mélanconiées.=


TABLEAU VII

Agaricinées, détermination des genres.

_Leucosporées ou à spores blanches._

  A. Champignons pourvus d'une volve, plus ou moins visible au pied ou
     sur le chapeau.                                         =Amanita.=

  A. Champignons dépourvus d'une volve:

    B. Pied orné d'un collier bien constitué:

      C. Chair du chapeau non continue avec celle du pied, feuillets
         libres.                                             =Lepiota.=

      C. Chair du chapeau continue avec celle du pied, feuillets
         adhérents ou décurrents.                         =Armillaria.=

    B. Collier nul ou filamenteux:

      D. Feuillets et chair laissant écouler un lait de couleur variée.
                                                           =Lactarius.=

      D. Pas de lait:

        E. Feuillets épais, semblables à des bourrelets, rameux et
           décurrents.                                  =Cantharellus.=

        E. Feuillets minces sur la tranche et plus ou moins larges:

          F. Pied central:

            G. Champignons non putrescents (c'est-à-dire se desséchant
               sans pourrir).                              =Marasmius.=

            G. Espèces putrescentes:

              H. Pied coriace cartilagineux au moins extérieurement:

                I. Feuillets décurrents, espèces plutôt petites.
                                                            =Omphalia.=

                I. Feuillets non décurrents:

                  J. Chapeau mince, ordinairement strié, non enroulé;
                     feuillets sinués.                        =Mycena.=

                  J. Chapeau consistant, rarement strié, d'abord
                     enroulé; feuillets adhérents.          =Collybia.=

              H. Pied charnu ou fibreux mais non cartilagineux:

                K. Feuillets sinués ou échancrés.         =Tricholoma.=

                K. Feuillets adhérents ou décurrents:

                  L. Feuillets égaux ou presque, souvent fourchus,
                     spores verruqueuses.                    =Russula.=

                  L. Feuillets inégaux, spores lisses:

                    M. Feuillets assez épais souvent veineux, chair
                       granuleuse.                       =Hygrophorus.=

                    M. Feuillets minces souvent décurrents, chair fine.
                                                           =Clytocybe.=

          F. Pied excentrique ou nul:

            N. Espèces putrescentes.                       =Pleurotus.=

            N. Espèces non putrescentes:

              O. Feuillets fendus sur l'arête, et formant gouttière,
                 disposés en éventail.                 =Schizophyllum.=

              O. Feuillets non fendus:

                P. Champignons de consistance ligneuse, feuillets
                   souvent anastomosés.                     =Lenzites.=

                P. Champignons coriaces mais non ligneux:

                  Q. Feuillets entiers.                        =Panus.=

                  Q. Feuillets déchiquetés sur l'arête.     =Lentinus.=

_Rhodosporées ou à spores roses._

  A. Champignons présentant une volve à la base et quelquefois un
     collier.                                               =Volvaria.=

  A. Pas de volve:

    B. Pied excentrique ou nul.                            =Claudopus.=

    B. Pied central:

      C. Champignons munis d'un collier.                   =Annularia.=

      C. Pas de collier:

        D. Feuillets décurrents, chair du chapeau se continuant avec
           celle du pied.                                 =Clitopilus.=

        D. Feuillets libres, sinués ou échancrés:

          E. Espèces lignicoles; pied distinct du chapeau, feuillets
             libres.                                         =Pluteus.=

          E. Espèces terrestres; chair du chapeau se continuant avec
             celle du pied, feuillets sinués ou échancrés, libres ou
             adnés.                                         =Entoloma.=

_Ochrosporées ou à spores couleur rouille._

  A. Pied orné d'un collier filamenteux ou aranéeux (semblable à de
     la toile d'araignée).                               =Cortinarius.=

  A. Pied orné d'un collier membraneux.                     =Pholiota.=

  A. Pied sans collier:

    B. Pied non central ou nul, espèce poussant sur le bois.
                                                          =Crepidotus.=

    B. Pied central ou rarement excentrique:

      C. Pied charnu ou fibreux charnu:

        D. Feuillets sinués:

          E. Chapeau sec, fibrilleux ou soyeux.              =Inocybe.=

          E. Chapeau glabre, plus ou moins visqueux.        =Hebeloma.=

        D. Feuillets adhérents ou décurrents:

          F. Feuillets facilement séparables du chapeau, réunis à la
             base.                                          =Paxillus.=

          F. Feuillets non séparables, non réunis entre eux à la base,
             espèces non terrestres.                        =Flammula.=

      C. Pied plus ou moins cartilagineux:

        G. Feuillets assez décurrents, presque triangulaires.
                                                             =Tubaria.=

        G. Feuillets non décurrents:

          H. Chapeau arrondi, à bords primitivement infléchis; pied
            plus ou moins long.                             =Naucoria.=

          H. Chapeau conique à bords primitivement droits; pied
            toujours très long.                               =Galera.=

_Mélanosporées ou à spores noires._

  A. Feuillets liquescents ou diffluents:

    B. Feuillets et spores bruns pourpres non franchement noirs.
                                                           =Bolbitius.=

    B. Feuillets et spores noirs.                           =Coprinus.=

  A. Feuillets secs ou presque:

    C. Collier aranéeux fugace, restant adhérent au chapeau sous
       forme de franges.                                   =Hypholoma.=

    C. Collier consistant, membraneux et persistant:

      D. Feuillets adnés (collés au pied).                =Stropharia.=

      D. Feuillets libres.                                  =Pratella.=

    C. Collier nul:

      E. Feuillets décurrents, chapeau charnu, spores fusiformes,
         chapeau en toupie.                               =Gomphidius.=

      E. Feuillets non décurrents, spores non fusiformes:

        F. Pied un peu cartilagineux:

          G. Bords du chapeau d'abord recourbés.           =Psilocybe.=

          G. Bords du chapeau d'abord appliqués droits.     =Psathyra.=

        F. Pied simplement fibreux:

          H. Chapeau membraneux strié.                   =Psathyrella.=

          H. Chapeau un peu charnu.                         =Panœolus.=


TABLEAU VIII

Polyporées, détermination des genres.

  A. Tubes pouvant aisément se séparer les uns des autres:

    B. Tubes adhérents entre eux dès le début, à orifice non frangé.
                                                             =Boletus.=

    B. Tubes libres au début, à orifice frangé.            =Fistulina.=

  A. Tubes ne se séparant pas les uns des autres sans rupture
     manifeste:

    C. Espèces rameuses ou naissant d'une même souche.       =Merisma.=

    C. Espèces non rameuses:

      D. Champignons étalés, adhérents au support, et munis, à leur
         partie extérieure, de rides superficielles, plutôt que de
         tubes.                                             =Merulius.=

      D. Champignons munis de tubes bien conformés:

        E. Tubes pénétrant plus ou moins dans la chair du champignon:

          F. Pores flexueux labyrinthiformes.                =Dedalea.=

          F. Pores arrondis ou allongés, mais non flexueux. =Trametes.=

        E. Tubes ne pénétrant pas dans la chair du chapeau et formant
           une couche bien distincte:

          G. Champignons formant une lame étalée adhérente au support.
                                                 =Physisporus (Poria).=

          G. Champignons ne formant pas une lame étalée adhérente au
             support:

            H. Tubes disposés en deux ou plusieurs couches distinctes.
                                                               =Fomes.=

            H. Une seule couche de tubes:

              I. Pores grands, réguliers et anguleux comme les alvéoles
                 des abeilles.                              =Hexagona.=

              I. Pores grands, radiants, anguleux, mais non réguliers.
                                                             =Favolus.=

              I. Pores petits ou très petits, généralement arrondis ou
                 un peu irréguliers.                       =Polyporus.=


TABLEAU IX

Hydnées, détermination des genres.

  A. Hyménium sous forme de pointes coniques régulièrement disposées,
     libres à la base, espèces souvent charnues, terrestres, plus
     rarement lignicoles.                                     =Hydnum.=

  A. Hyménium sous forme de dents plates, de papilles, de tubercules
     ou granules irréguliers. Espèces poussant de préférence sur
     le bois:

    B. Hyménium présentant des dents ou des lames:

      C. Champignons charnus, à lames libres à la base, flexueuses ou
         irrégulièrement disposées, pouvant se séparer du tissu
         sous-jacent.                                    =Sistostrema.=

      C. Champignons coriaces, à dents soudées à la base, non
         séparables.                                           =Irpex.=

    B. Hyménium présentant des tubercules, granules ou verrues:

      D. Champignons membraneux, non charnus, filamenteux à leur
         pourtour ou sur les verrues.                        =Odontia.=

      D. Champignons membraneux, charnus, céracés:

        E. Hyménium formant des veines ou des rides.         =Phlebia.=

        E. Hyménium formant des tubercules allongés.         =Radulum.=

        E. Hyménium formant des tubercules ou plutôt des granules
           sphériques.                                     =Grandinia.=


TABLEAU X

Théléphorées, détermination des genres.

  A. Champignons ayant la forme de cupule ou de disque.     =Cyphella.=

  A. Champignons non en cupule ou en disque:

    B. Champignons en forme de tube, ou de cônes déprimés, ressemblant
       aux Cantharellus.                                 =Craterellus.=

    B. Champignons non en forme de tube ou de cônes déprimés:

      C. Hyménium se fendillant par le sec, non distinct du mycélium
         et se présentant sous forme de lame mince adhérente au
         support.                                          =Corticium.=

      C. Hyménium distinct du mycélium, ne se crevassant pas par
         le sec:

        D. Champignons sans cuticule, ramifiés, rarement membraneux
           ou résupinés.                                  =Thelephora.=

        D. Champignons membraneux ayant une cuticule.        =Stereum.=


TABLEAU XI

Clavariées, détermination des genres.

  A. Champignons très ramifiés, à rameaux aplatis, fertiles sur les
     deux faces.                                           =Sparassis.=

  A. Champignons simples ou ramifiés, mais à rameaux non aplatis:

    B. Partie fructifère normalement plus grosse que le reste:

      C. Masse fructifère cylindracée.                       =Typhula.=

      C. Masse fructifère ventrue.                       =Pistillaria.=

    B. Partie fructifère non renflée, sauf dans Clavaria pistillaris:

      D. Champignons filiformes.                             =Pterula.=

      D. Champignons non filiformes:

        E. Champignons plus ou moins visqueux, cartilagineux, cornés
           étant secs.                                      =Calocera.=

        E. Champignons charnus, non visqueux.               =Clavaria.=


TABLEAU XII

Auriculariées, détermination des genres.

  A. Hyménium infère, c'est-à-dire tourné vers le sol:

    B. Champignons plus larges que hauts, confluents; hyménium plissé.
                                                         =Auricularia.=

    B. Champignons plus hauts que larges, versiformes ou spatulés;
       hyménium non plissé.                  =Gyrocephalus (Guepinia).=

  A. Hyménium supère ou réparti sur la surface du champignon:

    C. Hyménium localisé sur une partie nettement caractérisée:

      D. Réceptacle membraneux, mince, cupuliforme.         =Hirneola.=

      D. Réceptacle en forme de disque ou de membrane épaisse.
                                                              =Exidia.=

    C. Hyménium réparti sur toute la surface du champignon:

      E. Champignons mous, gélatineux, tremblotants, plissés, ondulés,
         souvent grands.                                    =Tremella.=

      E. Champignons gélatineux, non tremblotants, en forme de petits
         tubercules érumpants, et de petites dimensions.  =Dacrymyces.=


TABLEAU XIII

Gastéromycètes, détermination des genres.

  A. Champignons charnus, mous, sortant d'une volve (Phalloïdées):

    B. Réceptacle non en réseau, longuement pédicellé; pulpe sporifère
       extérieure au réceptacle.                   =Phallus (Mutinus).=

    B. Réceptacle en réseau, sessile ou légèrement pédicellé; pulpe
       sporifère intérieure au réceptacle:

      C. Réceptacle pédicellé.                                 =Colus.=

      C. Réceptacle non pédicellé.                          =Clathrus.=

  A. Champignons dépourvus de volve, coriaces, en forme de capsules
     ou d'urnes, d'abord clos, puis ouverts, renfermant des
     sporangioles (amas de spores) (Nidulariées):

    D. Péridium (nom que l'on donne au réceptacle fructifère) simple:

      E. Un seul sporangiole dans chaque péridium.
                                            =Thelebolus (Dacryobolus).=

      E. Plusieurs sporangioles dans chaque péridium:

        F. Péridium muni d'un opercule caduc:

          G. Péridium formé de trois couches.                =Cyathus.=

          G. Péridium n'ayant qu'une seule couche.        =Crucibulum.=

        F. Péridium clos mais sans opercule.               =Nidularia.=

    D. Péridium double.                                  =Sphærobolus.=

  A. Champignons dépourvus de volve, charnus ou charnus coriaces, de
     forme plus ou moins sphéroïde, se développant sur terre
     (Lycoperdacées):

    H. Péridium ayant une columelle centrale.                =Podaxon.=

    H. Péridium, sans columelle, formé de deux membranes (Diplodermées):

      I. Péridium muni d'un pied:

        J. Péridium s'ouvrant à la maturité.               =Tulostoma.=

        J. Péridium ne s'ouvrant pas à la maturité.         =Queletia.=

      I. Péridium dépourvu de pied (sessile).                =Geaster.=

        K. Péridium sans columelle, à une seule membrane mince
           (Lycoperdées):

          L. Péridium pourvu d'une base non fertile.      =Lycoperdon.=

          L. Péridium fertile jusqu'à sa base.               =Bovista.=

        K. Péridium sans columelle, à une seule membrane épaisse
           (Sclérodermées).                              =Scleroderma.=

  A. Champignons charnus fermes, dépourvus de volve, de forme
     tuberculeuse poussant sous terre (Hyménogastrées):

    M. Un péridium distinct facilement séparable.       =Hysterangium.=

    M. Un péridium distinct non séparable:

      N. Mycélium visible autour du tubercule, sous forme de filaments
         ramifiés et appliqués:

        O. Spores hyalines (incolores) à la maturité.     =Rhizopogon.=

        O. Spores colorées à la maturité.               =Melanogaster.=

      N. Mycélium nul ou très peu développé:

        P. Spores lisses ou presque, assez colorées.    =Hymenogaster.=

        P. Spores échinulées, colorées ou non.            =Hydnangium.=

    M. Pas de péridium distinct.                           =Gauthiera.=


TABLEAU XIV

Tubéracées, détermination des genres.

  A. Spores se résolvant en poussière à leur maturité.   =Elaphomyces.=

  A. Spores ne se résolvant pas en poussière à la maturité:

    B. Chair (glèbe) parcourue par des veines:

      C. Veines bicolores.                                     =Tuber.=

      C. Veines unicolores:

        D. Asques allongés.                               =Chæromyces.=

        D. Asques ovales ou globuleux.                      =Terfezia.=

    B. Chair dépourvue de veines:

      E. Asques linéaires.                                     =Genea.=

      E. Asques oblongs ou globuleux.                       =Balsamia.=


TABLEAU XV

Discomycètes, détermination des genres.

  A. Thèques s'ouvrant au sommet par un opercule (_Voir fig. 45_):

    B. Champignons ayant un hyménium limité par les bords du réceptacle
       (_Voir fig. 47 à 56_):

      C. Réceptacle formé de plusieurs hyméniums (_Voir fig. 47_):

        D. Bords du réceptacle adhérents au pied.          =Morchella.=

        D. Bords du réceptacle libres.                    =Mitrophora.=

      C. Un seul hyménium (_Voir fig. 48 à 56_):

        E. Réceptacle retombant sur le pied, non cupulé ni lenticulé
           (_Voir fig. 48-49_):

          F. Réceptacle formé de deux ou plusieurs lobes infléchis,
             libres ou presque.                             =Helvella.=

          F. Réceptacle entier réfléchi sur le pied, libre (_Voir
             fig. 49_).                                        =Verpa.=

        E. Réceptacle, cupulé ou étalé, ne retombant pas sur le pied
           (_Voir fig. 50_).                             =Peziza, etc.=

        E. Réceptacle non cupulé, mais lenticulé sessile, ne retombant
           pas sur le pied (_Voir fig. 52-53_):

          G. Hyménium lisse, thèques non saillantes (_Voir fig. 52_).
                                                        =Humaria, etc.=

          G. Hyménium rugueux, thèques saillantes sur le disque (_Voir
             fig. 53_).                               =Ascobolus, etc.=

    B. Champignons ayant un hyménium superficiel non limité:

      H. Champignons végétant à terre sur les places à charbon.
                                                            =Pyronema.=

      H. Champignons se développant sur les végétaux vivants.
                                                       =Taphrina, etc.=

  A. Thèques sans opercule au sommet, mais ayant un simple pore ou
     orifice (_Voir fig. 46_):

    B. Champignons ayant un hyménium limité par les bords du réceptacle
       (_Voir fig. 47 à 56_):

      C. Champignons charnus ou charnus gélatineux:

        D. Réceptacle fructifère allongé ou en massue supporté par un
           pied très développé (_Voir fig. 51, 54 à 56_):

          E. Massue se continuant insensiblement avec le pied (_Voir
             fig. 51_).                              =Geoglossum, etc.=

          E. Sillon visible entre le pied et la massue:

            F. Champignons mous gélatineux (_Voir fig. 55_).  =Leotia.=

            F. Champignons charnus, fermes:

              G. Massue comprimée (_Voir fig. 56_).      =Spathularia.=

              G. Massue non comprimée (_Voir fig. 54_).      =Mitrula.=

        D. Réceptacle plus ou moins pédicellé, plan ou convexe,
           rarement cupulé:

          H. Champignons assez développés, longuement pédicellés,
             charnus, non gélatineux.                =Ombrophila, etc.=

          H. Champignons assez développés, à réceptacle se continuant
             avec le pied, gélatineux ou élastiques:

            I. Espèces violacées, gélatineuses.               =Coryne.=

            I. Espèces noires, élastiques.                  =Bulgaria.=

          H. Champignons petits, lenticulés, charnus.
                                                   =Calloria, Orbilia.=

        D. Réceptacle pédicellé ou non, cupulé au moins à l'état jeune:

          J. Réceptacles pédicellés, souvent assez grands, non velus
             extérieurement.                     =Ciboria, Sclerotinia,
                                    Phialea, Chlorosplenium, Helotium.=

          J. Réceptacles non pédicellés, petits, non velus
             extérieurement.                           =Mollisia, etc.=

          J. Réceptacles velus extérieurement.
                                             =Lachnella, Trichopeziza.=

      C. Champignons charnus ou charnus coriaces:

        K. Réceptacles libres ou le devenant.
                                           =Patellaria, Dermatea, etc.=

        K. Réceptacles enfoncés dans le support.  =Stictis, Phacidium.=

    B. Champignons à hyménium superficiel non limité.


[Illustration]



CHAPITRE II

Causerie sur les Hyménomycètes.


Les champignons de ce groupe important sont déjà familiers à beaucoup
de nos lecteurs, et ils n'est personne qui ne connaisse, pour les avoir
maintes et maintes fois récoltés, les Agarics, les Polypores, les
Hydnes, les Clavaires et même les Trémelles.

Ce qui caractérise tous ces champignons si différents d'aspect, ce qui
permet de les grouper sous le même vocable d'Hyménomycètes, c'est que
chez tous l'hyménium (ou partie fructifère) est établi sur un même plan.

Que l'on examine en effet au microscope une coupe mince d'un hyménium
d'Agaric, de Polypore ou de Clavaire, etc., on le trouvera toujours
formé de nombreuses cellules venant s'épanouir à l'extérieur comme
le montre la lettre A de la fig. 3. Ces cellules sont beaucoup plus
longues et plus volumineuses que celles qui constituent la masse du
tissu de ces champignons. Elles ont en substance la forme d'un sac
allongé rétréci à sa partie non libre qui se continue avec le tissu
sous-jacent. Ces cellules, auxquelles on a donné le nom de basides,
sont le siège d'une vie active, et leur intérieur est rempli d'un
protoplasma abondant: à leur partie libre, ces basides sont surmontées
de petites pointes très ténues auxquelles on a donné le nom de
stérigmate (mot qui signifie support), elles supportent en effet les
spores destinées à reproduire le champignon.

Les basides, tout en étant foncièrement bâties sur le même plan,
peuvent cependant varier de forme, de dimensions, suivant qu'elles se
rapportent à telle ou telle famille, et même dans un même genre, elles
sont susceptibles de présenter des différences, surtout au point de vue
de la forme et de la taille, aussi est-il de la plus grande utilité de
noter ces différences et de les fixer par un dessin fait à la chambre
claire et à un grossissement connu.

Les stérigmates, eux aussi, sont susceptibles de varier et comme nombre
et comme dimensions: ainsi les Agaricinées, les Polyporées, etc., ont
leurs basides surmontées de 4 stérigmates; d'autres fois, il n'y en a
que deux, comme le montre la figure 3, prise dans le genre _Clavaria_;
plus rarement même, il peut n'y en avoir qu'un seul, ou même plus de
quatre.

Indépendamment des basides, on trouve sur l'hyménium des Hyménomycètes,
et en assez grand nombre, d'autres cellules de deux sortes, et ayant à
peu près le même aspect que les basides: les unes, en tout semblables
aux basides, mais non surmontées de stérigmates; ce sont, à tout
croire, des cellules arrêtées dans leur évolution et qui sont stériles;
les autres attirent l'attention par des différences caractéristiques;
ou elles sont beaucoup plus longues que les basides, et dépassent
longuement l'hyménium, comme on peut s'en assurer en examinant la
figure 3, ou bien elles s'élargissent d'une façon démesurée; on dirait
qu'elles sont hypertrophiées. Ces cellules ont reçu le nom de cystides;
voir la fig. 3, où sont représentées différentes formes de cystides.

Les cystides peuvent être fusiformes ou sphériques, et elles sont
généralement remplies d'un protoplasma vivant et actif; d'autres fois,
elles sont à peu près vides; de plus, elles sont souvent agrémentées à
leur extrémité libre d'ornementations caractéristiques. (Voir fig. 3.)

Quel est le rôle des cystides? On sait peu de choses à cet égard,
et il serait possible qu'elles intervinssent dans le phénomène de
la fécondation des champignons. Nous avons constaté souvent que le
protoplasma des cystides paraissait différer de celui des basides
ou des autres cellules neutres qui les accompagnent. Leur contenu
paraît plus défini, plus divisé en parties organisées, et douées d'un
mouvement très vif, qui semble différer du mouvement Brownien.

Nous avons vu notamment que dans _Russula expallens_, les cystides
étaient remplies d'un nombre incalculable de petits éléments paraissant
indépendants les uns des autres et animés d'un vif mouvement. A côté,
nous avons pu voir des cystides qui s'étaient ouvertes à leur extrémité
et qui étaient complètement vides. Nous ne voulons pas tirer une
conclusion peut-être hasardée, nous nous contentons de signaler le fait.

Les spores qui se forment à l'extrémité des stigmates commencent
d'abord par être très petites, puis peu à peu elles grossissent jusqu'à
ce qu'elles aient acquis les dimensions voulues.

Nous avons, dans la figure 1, représenté un certain nombre de spores,
toutes au même grossissement de 825 diamètres; on verra combien elles
peuvent différer et de forme et de volume; on se rendra compte aisément
de l'utilité qu'il y a de les représenter toutes au même grossissement.
Nous estimons qu'il est plus rationnel de les dessiner au grossissement
de 1.000 diamètres, ce qui n'est pas difficile. Le grossissement de 500
diamètres est déjà quelque chose, mais il peut arriver que certains
détails, certains ornements importants ne soient pas suffisamment
visibles.

Les spores des champignons sont non seulement différentes de forme et
de volume, mais leur contenu et leur couleur peuvent varier à l'infini.
Nous savons déjà, puisqu'on en a fait la base de la classification
des Agaricinées, qu'elles peuvent être blanches comme dans les
Leucosporées, roses dans les Rhodosporées, ochracées comme dans les
Ochrosporées, noires ou brunes-noires comme dans les Mélanosporées.
Quant à leur contenu, il peut être également très différent; dans
certaines spores, on ne distingue rien; le protoplasma est si
réfringent ou si peu abondant qu'on ne le voit pas, la spore paraît
donc comme si elle était vide; on dit alors qu'elle est hyaline.
D'autres fois, on distingue dans les cellules, un, deux, trois, ou
même plusieurs petits globules, qui peuvent être de nature huileuse.
Leur disposition est quelquefois assez fixe pour pouvoir servir comme
élément de distinction; on peut aussi y rencontrer un ou plusieurs
globules plus gros qui peuvent être des vacuoles. Nous terminerons
en disant que les spores montrent souvent un apicule ou saillie qui
provient du point d'attache sur le stérigmate.

Tout ce que nous venons de dire est imputable en grande partie au
deuxième sous-groupe des Basidiomycètes, aux Gastéromycètes, mais il
y a entre ces deux sous-groupes une différence capitale. L'hyménium
des Hyménomycètes est toujours en contact direct et immédiat avec
l'atmosphère, en un mot, il est visible à l'extérieur du réceptacle, ce
qui n'a pas lieu chez les Gastéromycètes.

Il est facile de s'en assurer en examinant les lames des Agaricinées
qui sont couvertes par la couche fructifère.

Dans les Polyporées, cette couche fructifère tapisse l'intérieur des
tubes, comme il est facile de s'en assurer en examinant au microscope
une section transversale d'un tube de Polypore.

Dans les Hydnées, l'hyménium recouvre les pointes; dans les
Téléphorées, les Clavariées, les Auriculariées (Trémellacées), ce même
hyménium recouvre la plus grande partie de la surface du champignon;
mais ces trois dernières familles se distingueront aisément des
Agaricinées, Polyporées, Hydnées, par ce fait que l'hyménium est tourné
vers le ciel, il regarde en haut; on dit alors qu'il est supère, tandis
que dans les Agaricinées, les Polyporées, les Hydnées, il regarde en
bas, il est infère.

Les autres caractères distinctifs des différentes familles des
Hyménomycètes seront aisément saisis à l'examen du tableau II.

Les Hyménomycètes constituent un sous-groupe important et très prisé
des mycologues: ce sont eux qui renferment la grande majorité des
espèces comestibles, et aussi, hâtons-nous de le dire, des espèces
toxiques; il importe donc de les étudier avec soin.



CHAPITRE III

Causerie sur les Gastéromycètes.


Nous nous sommes étendus assez longuement sur les Hyménomycètes, et une
partie de ce que nous avons dit sur ce sous-groupe sera applicable aux
Gastéromycètes.

Egalement ici, les spores se développent sur des basides qui peuvent
varier de forme et de dimension, mais elles n'offrent pas la variété
que l'on trouve dans les Hyménomycètes. Elles sont souvent très
petites, rondes ou elliptiques, lisses ou rugueuses, de couleur claire
ou très foncées, surtout à la maturité. Leur enveloppe est généralement
plus épaisse que celle des Hyménomycètes.

Dans la famille des Nidulariées (que l'on nomme aussi champignons nids
d'oiseaux), les spores sont réunies sous la forme de petites masses
auxquelles on a donné les noms de péridioles ou sporangioles. Ces
sporangioles, qui peuvent être lenticulaires ou sphéroïdes, reposent
dans l'intérieur de la coupe du champignon, comme des œufs d'oiseau
dans un nid, et quelquefois, particularité curieuse, ces petits
organes sont reliés à la cupule par un filament ténu, comme dans les
_Nidulaires_ et les _Crucibulum_.

Si les spores ne nous offrent pas en elles-mêmes une très grande
diversité, les autres parties de ces champignons sont intéressantes à
étudier.

Lorsque, par exemple, on examine un œuf de _Phallus_ ou de _Clathrus_,
on ne peut s'empêcher d'être surpris de le voir fendre son enveloppe et
donner issue très rapidement à un ensemble beaucoup plus gros que n'est
l'œuf lui-même.

Les _Phallus_ ont une tête sporifère placée à l'extrémité d'un grand
pédicule creux et tout parsemé de cavités qui le rendent d'une extrême
légèreté, tout en étant très résistant. Le chapeau ou réceptacle qui
coiffe l'extrémité supérieure du pédicule, est recouvert d'une pulpe
brunâtre ou verdâtre d'odeur repoussante pour certaines espèces et
renfermant des myriades de spores. Les mouches attirées par cette
odeur viennent se poser sur la tête du _Phallus_, et en s'en allant
emportent un grand nombre de spores, soit dans leur intestin, soit
sur leur corps, et elles concourent ainsi inconsciemment à propager
l'espèce en déposant ces spores dans d'autres endroits.

Les _Clathrus_ sont encore plus curieux, s'il est possible; l'œuf qui
les renferme laisse voir, lorsqu'il s'ouvre, un magnifique réseau à
mailles polygonales d'un rouge très vif. Ici, la pulpe sporifère se
trouve, non plus à l'extérieur, mais bien à l'intérieur des mailles.

Les espèces exotiques ont, si cela est possible, des formes encore
plus bizarres et véritablement étranges, car il faut dire que dans nos
pays tempérés, elles sont peu nombreuses, et au contraire, très bien
représentées dans les pays chauds.

Avec les Nidulariées, autre sujet de surprise; nous ne sommes plus ici
en présence de champignons charnus, mais bien coriaces, fermes, et
ayant la forme de petites urnes, d'abord fermées, puis s'ouvrant à la
maturité pour donner issue aux spores. On a donné à ces champignons le
nom de champignons nids d'oiseaux.

Les Lycoperdacées nous sont plus familières, et il n'est personne qui
n'ait rencontré ou même ramassé dans les bois, les prairies, ces masses
blanchâtres généralement rondes, sessiles ou pédicellées, et ne les
ait même foulées du pied. D'autres ont pu se trouver en présence d'une
énorme boule blanche revêtue d'une enveloppe satinée, que l'on croirait
avoir été amenée dans les jardins ou les pâtures par quelque sorcière
en quête de magie.

Cette production a, comme tous les champignons, une origine toute
naturelle; elle se développe sur un mycélium blanc né d'une spore
infiniment petite; elle est d'abord minuscule, mais croît très
rapidement, et finit par atteindre un volume considérable, jusqu'à
1 m. 10 de tour et le poids de 5 à 6 kilos. On nomme ce champignon
la vesse-loup des bouviers, ou vesse-loup gigantesque, _Lycoperdon
giganteum_.

D'autres Lycoperdacées, comme les Sclérodermes, ont une enveloppe très
épaisse et sont dépourvues de pied; d'autres, comme les _Geaster_, ont
la propriété de fendre leur enveloppe extérieure en plusieurs parties
qui se recourbent à l'extérieur pour laisser libre la partie sporifère;
à cet état, ils représentent assez bien une étoile sur laquelle on
aurait placé une sphère.

Enfin, il peut arriver que le réceptacle sporifère soit, comme dans les
Phalloïdées, placé au sommet d'un pédicule, c'est ce qui a lieu dans
les _Tulostoma_. Mais chez les Lycoperdacées, le réceptacle fructifère
(le péridium) s'ouvre à un moment donné pour donner passage aux spores;
les Lycoperdacées sont de couleurs peu vives, souvent blanchâtres ou
jaunâtres.

Les Hyménogastrées se distinguent à première vue des autres
Gastéromycètes, parce qu'ils poussent sous terre (ils sont hypogés):
ils ont le plus souvent la forme de petits tubercules arrondis,
irréguliers et presque toujours recouverts de filaments mycéliens.
Ils sont de couleur jaunâtre ou grisâtre, et au premier abord, on
serait tenté de les prendre pour des champignons analogues à certaines
Truffes, mais un simple examen microscopique permettra d'éviter cette
erreur, car dans les Tubéracées il y a des thèques, ce qui n'est pas le
cas ici, puisque les spores sont portées sur des basides.



CHAPITRE IV

Causerie sur les Discomycètes.


Les Discomycètes (champignons en forme de disque) intéressent également
les mycologues de profession et les mycophages; aux premiers, ils
offrent des sujets d'études fort intéressants et très variés; aux
autres, ils fournissent d'excellents champignons comestibles, tels
que les Morilles, les Gyromitres, les Helvelles et même certaines
grandes Pézizes. Les Morilles surtout sont très appréciées, en ce
qu'elles viennent au premier printemps, alors qu'il n'y a pas d'autres
champignons: elles se vendent toujours à un prix très élevé, et il
n'est pas rare de les voir payer 10 à 12 francs le kilog.

Les Discomycètes forment un sous-groupe très naturel renfermant un
grand nombre de genres et une multitude d'espèces, qui ont été fort
bien étudiées et magnifiquement illustrées par M. Boudier, qui pendant
plus de quarante années s'est attaché à décrire, coordonner et dessiner
toutes les espèces existant en Europe. Aussi a-t-il pu résumer toutes
ses recherches dans un gros livre, publié sous le nom de _Discomycètes
d'Europe, histoire et classification_.

Dans ses _Icones_ il a donné une multitude de dessins qui sont les plus
beaux et les plus exacts qui existent, de sorte que l'on peut dire que
les Discomycètes sont bien connus.

Tous les Discomycètes n'ont pas, à première vue, la forme d'un disque,
il faut procéder par induction pour retrouver cette forme type; si nous
prenons une Morille, par exemple, il ne nous sera pas difficile, après
un court examen, d'admettre que chaque alvéole peut être regardée comme
une coupe, un disque qui serait placé à côté d'un autre disque, dont il
serait séparé par une bordure qui forme les côtes de la Morille. Ainsi
envisagées, les Morilles seraient considérées comme une réunion de
disques, et représenteraient une association de Pézizes.

Dans les Helvelles, la forme du réceptacle ou chapeau semble s'éloigner
encore davantage de la forme d'un disque, mais là encore, si nous
voulons bien chercher, nous trouverons des Helvelles dont le chapeau
forme une véritable coupe surmontant un pied élancé, comme cela serait
dans l'Helvelle à grand pied. Ainsi, en raisonnant par analogie,
on arrive assez facilement à faire rentrer dans ce sous-groupe des
Discomycètes, des champignons, qui, comme les _Spathularia_, les
_Geoglossum_, paraissent tout d'abord devoir s'en éloigner.

N'y a-t-il pas dans les Hyménomycètes des faits analogues, et ne
voit-on pas certaines Agaricinées se rapprocher des Polyporées, comme
les Lenzites par exemple, dont les feuillets quelquefois anastomosés
rappellent certains Polypores.

Les Discomycètes ont généralement une consistance charnue, parfois
charnue coriace; plus rarement, et surtout dans les petites espèces,
elle devient cartilagineuse. Leur réceptacle, susceptible, comme nous
l'avons dit, de varier étonnamment de forme, peut aussi revêtir des
couleurs variées et souvent très vives; il y en a de vertes, jaunes,
rouges, etc., avec tous les intermédiaires.

L'hyménium est établi sur un plan à peu près uniforme et toujours
tourné en haut; il est supère: il se compose d'une couche de thèques
pressées les unes contre les autres et séparées par des paraphyses. Ces
asques ou thèques sont toujours relativement beaucoup plus longs que
larges, arrondis à leur partie libre, et rétrécis insensiblement à leur
base où ils se continuent avec le tissu du champignon.

Ces asques renferment presque toujours huit spores, plus rarement
davantage: ces spores, si l'on en juge par la fig. 2, sont
excessivement variées; elles peuvent être rondes ou ovales, ou encore
fusiformes plus ou moins allongées, et relativement grandes, en
comparaison de celles des Hyménomycètes. Elles ont ou non un revêtement
qui fournit des indications précieuses pour la détermination des genres
ou des espèces: à leur intérieur elles montrent presque toujours des
globules, souvent au nombre de deux, que l'on utilise également pour la
détermination. Ces spores une fois mûres doivent sortir des asques et
se répandre au dehors, pour concourir à la dissémination de l'espèce.
Dans bien des cas il est facile d'assister à cette sortie qui a lieu
en si grand nombre que l'on croirait voir un petit nuage blanchâtre
envelopper le champignon.

Le phénomène est surtout visible avec les grandes espèces de Pézizes,
de Morilles ou d'Helvelles; ainsi, quand on touche un peu brusquement
une Pézize de grande dimension, on observe la projection d'innombrables
spores visibles par leur grand nombre; qu'on laisse un peu reposer le
champignon et l'on pourra répéter l'expérience.

M. Boudier, dont le nom doit être cité chaque fois que l'on parle des
Discomycètes, a reconnu que les thèques ne s'ouvraient pas toujours de
la même manière. Ou bien il se soulève à leur extrémité libre un petit
clapet qui laisse une ouverture circulaire par où sortent les spores,
ou bien la perforation est une simple déchirure qui laisse finalement
une ouverture circulaire permettant aux spores de sortir. Comme ces
caractères sont constants, M. Boudier s'en est servi pour diviser les
Discomycètes en deux catégories, les Operculés et les Inoperculés.

Les Morilles, les Helvelles et les grandes Pézizes rentrent dans les
Operculés. Les Géoglosses, _Spathularia_, _Mitrula_, _Bulgaria_, etc.,
rentrent dans les Inoperculés.

Les Discomycètes viennent un peu partout, sur la terre comme les
Morilles, les Helvelles, les grandes Pézizes; sur le bois mort, les
déchets de toute nature, comme un grand nombre de petites espèces de
Pézizes. On les trouve toute l'année et toutes les espèces charnues
sont normalement comestibles et inoffensives. On a bien signalé des
symptômes d'empoisonnement, ou plutôt, des troubles gastriques assez
prononcés ont été signalés à diverses reprises après l'ingestion de ces
cryptogames: mais il paraît hors de doute que ces accidents sont dus à
l'usage de champignons trop avancés et insuffisamment cuits. On sait,
en effet, que la cuisson fait disparaître certains principes nocifs
analogues à des ptomaïnes, qui se développent dans les Discomycètes
trop avancés. Ceci nous indique clairement qu'il sera prudent de ne
consommer que des champignons bien frais et surtout pas trop vieux,
cela sera le meilleur moyen d'éviter ces accidents et de jeter le
discrédit sur certains champignons d'ailleurs excellents.

Le conseil que nous donnons ici pour les Helvelles et les Morilles
s'applique également aux autres champignons comestibles, quels qu'ils
soient; jamais il ne faut consommer des champignons vieux ou cueillis
depuis longtemps, car, à l'inverse des autres végétaux alimentaires,
leur composition chimique comporte des principes azotés en assez grande
proportion, puisqu'elle peut aller jusqu'à 44%; il n'est donc pas
étonnant que ces principes ne se transforment rapidement pour donner
des combinaisons nocives.



CHAPITRE V

Causerie sur les Tubéromycètes.


Les Tubéromycètes, qui renferment la famille des Tubéracées, forment un
sous-groupe des Ascomycètes, au même titre que les Pyrénomycètes, les
Discomycètes, les Gymnomycètes (voir tableau III).

Le caractère le plus saillant des Tubéromycètes et aussi le plus
facile à constater est qu'ils se développent sous terre; aussi a-t-on
donné à ces champignons le nom d'Hypogés (qui pousse sous terre).
Ils ont la forme de tubercules plus ou moins arrondis, jaunâtres,
brunâtres ou noirs; l'enveloppe extérieure, toujours assez épaisse,
peut être papilleuse, rugueuse ou verruqueuse, parfois agrémentée d'une
ornementation susceptible de varier suivant les genres.

La chair, qui porte aussi le nom de glèbe, est charnue ou charnue
coriace et parsemée de loges plus ou moins grandes, munies de thèques
souvent ovales, plus rarement allongées et renfermant de 1 à 8 spores.
Les spores sont rondes ou ovales, lisses ou revêtues d'ornementations
caractéristiques; elles peuvent en effet être réticulées ou alvéolées,
épineuses ou verruqueuses, pellucides ou colorées.

Les principaux genres des Tubéromycètes sont les Elaphomyces, appelés
aussi Truffes blanches ou Truffes des cerfs, parce que l'on croit que
ces animaux les déterrent pour les manger.

Puis, viennent les _Tuber_ proprement dits (les Truffes), si connues et
si appréciées par les gourmets, à cause de leur parfum, si subtil et si
particulier.

Enfin les _Terfezia_ (_Terfas_) qui sont particuliers aux pays chauds,
où ne vient pas la Truffe. On trouve en abondance les _Terfas_ en
Algérie, où ils sont parasites sur les Cistes.

Comme le genre _Tuber_ nous intéresse plus particulièrement, nous
allons en dire quelques mots.

Il y a plusieurs sortes de Truffes, mais la plus appréciée est la
Truffe du Périgord, encore appelée Truffe des gourmets, Truffe
violette, Babasse. En latin les mycologues la nomment _Tuber
melanosporum_ (Truffe à spores noires).

Les Truffes viennent un peu dans tous les terrains et un peu partout
en France; mais la Truffe du Périgord est surtout abondante dans cette
province, où elle acquiert toutes ses qualités. C'est de préférence
au voisinage des chênes, qualifiés de truffiers, et surtout du chêne
pubescent (_Quercus pubescens_) que l'on en trouve en plus grande
abondance.

La récolte se fait de décembre à mars, au moyen de chiens ou de porcs,
qui sentent la Truffe de fort loin et la recherchent pour la manger.

Ils ne sont pas les seuls parmi les animaux à avoir une prédilection
pour les Truffes, et l'on prétend que le renard, le loup, le cerf, le
chevreuil, l'écureuil et même le chat en sont très friands.

La Truffe du Périgord se trouve dans le sol à une profondeur de 10 à
15 centimètres, mais il est d'autres espèces à peine enterrées, et
pour lesquelles il suffit de gratter légèrement le sol ou de relever
la mousse pour apercevoir le champignon, qui s'annonce par une petite
tache noire; de ce nombre est la Truffe d'été, _Tuber æstivum_.



CHAPITRE VI

Photographie des champignons.


Il arrive bien souvent, lorsqu'on s'occupe de l'étude des Champignons,
que l'on aurait le plus grand intérêt, en présence du peu de durée de
ces végétaux, à en conserver la représentation. Il n'y a pour cela
d'autre moyen que d'en faire un dessin; mais tout le monde n'est pas
dessinateur, et de plus il est très difficile de faire un dessin exact
à moins d'être un artiste. Si l'on ne peut faire un dessin, on peut
tout au moins, maintenant que tout le monde fait de la photographie,
photographier les Champignons. Nous sommes persuadés qu'il y a beaucoup
à faire dans cet ordre d'idée, et nous allons donner, d'après M. le
professeur Bourquelot, des renseignements qui pourront engager nos
abonnés à photographier des espèces rares, ou présentant un intérêt
quelconque.

Nous ne pouvons mieux faire que de transcrire ici la communication de
l'auteur.

«Lorsqu'un botaniste rencontre une plante phanérogame, il peut en
général déterminer aisément l'espèce à laquelle elle appartient. Il
lui suffit pour cela de consulter certaines flores spéciales; une clef
dichotomique, dont le jeu repose sur des caractères précis et faciles
à constater, le conduit facilement à la famille, de là au genre, puis
à l'espèce. La lecture d'une description un peu détaillée de l'espèce
à laquelle il est ainsi parvenu, et au besoin de quelques espèces
voisines, achève de porter la conviction dans son esprit.

Si pourtant il lui reste encore des doutes, il peut dessécher
l'échantillon qu'il a trouvé, le conserver et plus tard, quand
l'occasion s'en présente, le comparer soit à un échantillon-type de
l'espèce soupçonnée, soit à des échantillons d'espèces avec lesquelles
la confusion est possible.

La détermination des plantes cryptogames et en particulier des
Champignons présente plus de difficultés. Il n'existe pas à cet
égard de clef dichotomique satisfaisante, par cette raison que les
caractères sont peu tranchés et quelquefois insaisissables pour
certaines personnes. Telle Russule, par exemple, diffère d'une Russule
voisine par une saveur qui lui est propre. Tel autre Champignon exhale
une odeur particulière. Mais on n'ignore pas qu'il faut une grande
habitude pour apprécier l'odeur et la saveur et qu'il existe nombre
de botanistes qui restent toute leur vie inhabiles à percevoir ces
caractères organoleptiques.

Si encore on pouvait conserver avec leurs caractères les échantillons
qu'on récolte et dont la détermination est douteuse? Mais il n'y faut
pas songer. On a essayé des liquides conservateurs de compositions
diverses; ceux-ci détruisent en quelques semaines les plus brillantes
couleurs! On a eu recours à la dessiccation? Le procédé a réussi pour
quelques espèces, mais pour la plupart il n'a donné que des spécimens
déformés, ratatinés, noircis ou décolorés!

On a remédié aux premiers de ces inconvénients en ajoutant des planches
aux descriptions. Tous les mycologues connaissent les planches de
Bulliard qui sont consultées depuis un siècle et qu'on n'a pas
surpassées. Il n'est pas douteux que la possession de bonnes planches
facilite singulièrement la détermination des espèces; mais les bonnes
planches coûtent cher et les mycologues ne sont pas tous riches. Le
moyen n'est donc pas à la portée de tout le monde.

On conseille d'autre part de dessiner avec soin les espèces qu'on
récolte: le dessin aide à l'observation, car il oblige à remarquer tous
les caractères. On fait d'ailleurs ainsi une sorte d'herbier dont la
conservation est indéfinie et à l'aide duquel on peut effectuer des
comparaisons. Malheureusement on ne dessine pas toujours bien, on ne
dessine même pas toujours. Il faut en outre beaucoup de temps pour
faire un bon dessin. Il y a des Champignons comme des Amanites qu'il
est important d'avoir à plusieurs âges et dans plusieurs positions. Le
bénéfice que l'on retire de son travail ne répond nullement à la peine
qu'on s'est donnée.

En réalité, il semble que tous les efforts doivent converger vers la
recherche d'un procédé accessible à tous, qui puisse fournir rapidement
une représentation fidèle d'une espèce sous tous ses aspects. J'avais
remarqué à l'Exposition d'Horticulture de 1885 des photographies en
grandeur naturelle de plantes fleuries. Ces photographies étaient
coloriées et donnaient une idée très exacte des plantes qu'elles
représentaient et qui se trouvaient du reste exposées à peu de
distance. Je pensai dès lors qu'il y aurait peut-être intérêt à
utiliser la photographie pour la représentation des Champignons. J'ai
fait dans ce sens un assez grand nombre d'essais et il me paraît que
cet art aujourd'hui si répandu résout dans une certaine mesure le
problème que je viens de poser.

[Illustration: Fig. 1]

[Illustration: Fig. 2]

[Illustration: Fig. 3]

[Illustration: Fig. 4]

Avec un peu d'exercice, de soins et d'entente des procédés, on peut
arriver, si l'on dispose d'un appareil convenable, à reproduire en
fort peu de temps, non seulement un individu d'une espèce, mais un
groupe d'individus, qui donnera une idée suffisante de cette espèce. La
photographie présente un autre avantage, c'est de permettre, le cliché
une fois fait, d'en tirer un nombre presque indéfini d'épreuves sur
papier sensible et même sur papier ordinaire, comme on le verra par la
suite.

Les procédés généraux de photographie sont exposés tout au long dans
un grand nombre de traités dont quelques-uns sont fort bien faits;
aussi je ne donnerai ici que des renseignements se rapportant plus
particulièrement au but dont j'ai parlé et j'examinerai successivement:
1º le choix de l'appareil et en particulier de l'objectif; 2º la
récolte et le choix des échantillons; 3º l'opération photographique
proprement dite; 4º la préparation des positifs sur papier sensible; 5º
la reproduction sur papier ordinaire.

1º _Du choix de l'appareil et de l'objectif._--Lorsqu'on commence à
photographier, on ne s'occupe pas en général des dimensions de l'image
par rapport à l'objet, et, en fait, cela n'a pas une grande importance
quand il s'agit de paysages ou de portraits, les objets étant très
grands par rapport à l'image. Ici, il n'en est pas de même. Dès les
premiers essais, on sent la nécessité d'obtenir une image dont les
dimensions se rapprochent autant que possible de celles de l'objet
à photographier; mais il faut en même temps que les divers plans de
l'objet, les plus rapprochés comme les plus éloignés, soient reproduits
nettement.

On peut arriver à donner à l'image les dimensions de l'objet avec
toute espèce d'objectif. Il suffit pour cela que l'objet soit placé
à une distance de l'objectif égale au double de la _distance focale
principale_ de cet objectif. Il faut donc déterminer une fois pour
toutes cette distance focale qu'on appelle encore _longueur de foyer
absolu_. On l'obtient d'une façon suffisamment précise pour la pratique
en mettant au point un objet très éloigné: un arbre ou une maison. La
distance entre la lentille et le verre dépoli pour un objectif simple,
entre le diaphragme et le verre dépoli pour un objectif composé,
constitue la distance focale principale. D'ailleurs, dans le cas
d'égalité de dimensions de l'image et de l'objet, celui-ci et celle-là
sont également distants de la lentille. Ce principe peut encore guider
à l'occasion.

Quant à la netteté de l'image dans les conditions que je viens
d'indiquer, elle dépend du mode de construction de l'objectif, et pour
un objectif donné de l'ouverture du diaphragme. Il y a donc un choix à
faire parmi les différents systèmes qu'on trouve chez les opticiens.
Il existe à cet égard un terme technique dont la connaissance évite
bien des périphrases; c'est l'expression _profondeur de foyer_.
La profondeur de foyer est l'aptitude d'un objectif à représenter
nettement à la fois les objets éloignés et les objets rapprochés.
Il importe par conséquent d'avoir un objectif possédant une grande
profondeur de foyer. On peut dire d'une façon générale que plus la
distance focale principale d'un objectif est courte, moins l'objectif a
de profondeur; ce qui conduit à se servir d'un objectif à long foyer et
celui-ci comporte une chambre noire longue en proportion.

La plupart des appareils photographiques d'amateurs destinés à être
transportés à la campagne, à faire des portraits, etc., sont munis
d'objectifs à court foyer. Ces objectifs possèdent des qualités
spéciales, mais pas celles qui conviennent dans le cas actuel.

Il n'est pas possible d'ailleurs d'entrer ici dans tous les détails que
demanderait le sujet. Je m'en tiendrai à donner les conseils suivants:
1º se faire la main avec un objectif quelconque; 2º demander à l'essai
plusieurs objectifs à longs foyers, par exemple un objectif simple et
un objectif rectilinéaire de bonne fabrication, puis exécuter avec
chacun de ces objectifs la reproduction d'un même groupe de Champignons
en se servant des plus petits diaphragmes. L'examen attentif des
clichés même médiocrement réussis donnera des renseignements précis sur
la valeur des instruments. Toutes les affirmations et explications des
constructeurs n'équivaudront jamais à cette simple expérience.

J'ai parlé tout à l'heure d'images de dimensions égales à celles de
l'objet. Les dimensions d'un Champignon constituent en effet un de
ses caractères qu'il serait désirable de conserver dans l'épreuve. On
peut cependant garder à ce point de vue une certaine latitude, les
dimensions d'une même espèce variant elles-mêmes dans de certaines
limites. Si, par exemple, on a récolté de grands échantillons, il n'y
a aucun inconvénient à photographier avec des dimensions réduites,
car on rentrera ainsi dans les dimensions moyennes. L'image y gagnera
beaucoup de netteté. Je me suis bien trouvé, dans la plupart des cas,
de faire mes reproductions aux 4/5 ou aux 2/3 de l'objet.

Pour la grande majorité des Champignons, on peut se servir de plaques
mesurant 18 centimètres de longueur sur 13 centimètres de largeur. Ces
plaques qui sont dites _demi-plaques_ sont les plus employées[1]. Il
y a bien un certain nombre de Champignons comme le _Lepiota procera_
qui atteignent des dimensions beaucoup plus considérables; mais ils
constituent l'exception.

  [1] Je parle de plaques au gélatino-bromure. Je ne m'occupe ici que
  des procédés au gélatino-bromure.

2º _Récolte et choix des Champignons._--Il ne me paraît pas pratique
de photographier les Champignons dans la campagne; il est de toute
façon préférable de les récolter, de les envelopper avec soin et de les
rapporter chez soi pour les photographier soit en plein air, soit dans
une pièce convenablement éclairée. Comme les caractères de la plupart
des Champignons changent avec l'âge, il est important d'en prendre
quatre ou cinq de chaque espèce, pour le choix desquelles on ne peut se
guider que sur ses connaissances.

Certaines espèces présentent au point de vue du transport des
inconvénients fâcheux. Chez quelques-unes, la moindre pression amène
une tache foncée qui, à peine visible sur l'échantillon, apparaît
fortement sur l'image photographique. Ainsi en est-il pour les
_Paxillus_, pour le _Lactarius volemus_, le _Boletus cyanescens_ et
autres bolets bleuissants, etc. D'autres sont doués d'un géotropisme
remarquable qui amène en quelques heures le contournement des
échantillons. Si, par exemple, on couche horizontalement dans une
boîte un _Amanita mappa_ ou un _A. rubescens_, le chapeau se relève
verticalement et le pied se trouve bientôt coudé à angle droit. Il est
évident qu'un échantillon ainsi tourmenté ne peut être représenté.
Cette propriété paraît appartenir à des degrés inégaux à toutes les
Amanites. D'autres Champignons enfin comme le _Clitocybe laccata_,
quelques Russules pâlissent rapidement; et, pour les Champignons dont
la teinte se rapproche du bleu ou du violet, il est important de les
photographier en bon état, ces couleurs agissant sur les plaques
sensibles.

3º _Opération photographique proprement dite._--L'éclairage est une
grande question, mais quelques essais, et surtout quelques mécomptes
sont plus profitables que tous les conseils. Les Champignons doivent
être placés sur un appui à la hauteur de l'objectif. Pour les faire
ressortir davantage, il faut avoir soin de placer derrière eux un écran
de papier blanc ou de carton blanc. On peut fixer les échantillons
sur le carton lui-même, mais cette disposition donne lieu à des
ombres disgracieuses. Il vaut mieux, à mon avis, les fixer sur une
motte de terre. On les groupera de telle sorte que l'un étant placé
verticalement dans sa position naturelle, un deuxième laisse visible le
dessous du chapeau, un troisième le dessus, etc. On met alors l'écran
blanc à une distance telle qu'il ne puisse y avoir d'ombre portée.

La mise au point se fait de la façon suivante. On avise le Champignon
vertical dont le chapeau est le plus large; on colle un morceau de
papier imprimé sur le bord postérieur et un autre morceau sur le
bord antérieur.--On met au point sans diaphragme pour le premier,
puis pour le second, après quoi on ramène le verre dans une position
intermédiaire. En se servant dans ces conditions du plus petit
diaphragme, on doit obtenir la plus grande netteté possible d'ensemble
avec l'objectif dont on dispose.

Je ne puis rien dire du temps de pose qui varie avec la longueur de
foyer de l'objectif, l'ouverture du diaphragme, la lumière et aussi
avec les plaques. Il faut puiser des renseignements dans des traités
spéciaux. Dans tous les cas, on s'évite bien des déboires en essayant
chaque douzaine de plaques avant de s'en servir définitivement. Cet
essai est important non seulement pour la pose, mais encore pour la
connaissance de la valeur de ces plaques. Le commerce en fournit de
temps en temps dont on ne peut rien tirer, et il est particulièrement
désagréable, lorsqu'on a impressionné un certain nombre de plaques, de
s'apercevoir qu'elles ne valent rien.

Il y a cependant un détail qu'il faut connaître, c'est que les objets
rouges et jaunes n'agissent sur les plaques sensibles que par la faible
lumière blanche qu'ils réfléchissent. Pour un temps de pose ordinaire,
le cliché obtenu donnera un positif dans lequel les parties rouge ou
jaune seront en noir, et si l'on fait des épreuves destinées à être
coloriées, on constate qu'il est à peu près impossible de colorier
convenablement sur le noir. Il est préférable de dépasser fortement
le temps de pose. Cela ne présente qu'un faible inconvénient dans le
cas où il existerait à côté du rouge des couleurs actives, par cette
raison que si on dépasse le temps de pose pour les couleurs actives,
une partie de l'effet qu'elles ont produit est détruit.

4º _Positifs sur papier sensible._--Je dois laisser de côté tout ce
qui regarde le développement et le fixage des clichés. Je ne dirai
également rien de l'obtention des positifs sur papier albuminé. Ceux-ci
donnent des images très fines, mais ne peuvent être coloriées qu'avec
des couleurs spéciales qui ne résistent que fort peu de temps à
l'action de l'air et de la lumière.

Le papier sensible qui donne actuellement les meilleurs résultats au
point de vue de l'application des couleurs est le papier au platine.
Son emploi exige deux opérations: 1º exposition à la lumière; 2º
développement de l'image.

Le papier au platine est plus sensible que le papier albuminé et doit
être coupé dans la chambre noire à la lueur d'une bougie. La couche
sensible est jaune clair, ce qui permet de reconnaître le côté qui
doit être appliqué sur le cliché. L'image positive n'apparaît pas en
noir, mais en jaune gris peu foncé. C'est là un des côtés défectueux du
procédé, car il est difficile avec une image aussi faible de voir quand
l'exposition à la lumière a duré suffisamment. Cependant on arrive en
peu de temps à acquérir à cet égard assez d'expérience.

L'image qu'on a ainsi obtenue n'est pas définitive. Pour la développer,
on la passe rapidement dans une solution d'oxalate de potasse à 300
p. 1.000, maintenue à une température comprise entre 60 et 80°.
L'épreuve est alors portée dans un bain d'eau acidulée à 15 gr. d'acide
chlorhydrique par litre. Ce bain qu'il faut renouveler tant qu'il se
colore en jaune enlève tous les sels de platine non réduits.

On lave ensuite à grande eau, on sèche et l'épreuve se conserve
indéfiniment. Ces opérations se font, sauf la dernière, dans une
demi-obscurité.

L'avantage de ce papier est de donner des images dont la teinte se
rapproche de celle de l'encre de chine. En ne poussant pas trop
l'exposition à la lumière on obtient des épreuves un peu faibles qu'on
peut ensuite colorier à l'aide des couleurs de l'aquarelle.

Il est un point qu'il ne faut pas perdre de vue, c'est que ce papier
ne se conserve pas longtemps et se détériore rapidement en présence de
l'humidité. Il est toujours livré dans un étui en fer-blanc fermant
hermétiquement et renfermant dans une boîte spéciale du chlorure de
calcium desséché. Mais même dans ces conditions, il ne se conserve pas
plus d'un mois à partir du jour de sa fabrication. Aussi lorsqu'on
se procure ce papier chez des intermédiaires, on s'expose à être mal
servi. Tout papier de bonne qualité doit donner un fond tout à fait
blanc. Pour peu que le fond soit gris terne, c'est que le papier est
vieux ou avarié. Une bonne précaution consiste à en développer un petit
morceau sans exposition préalable à la lumière, comme on ferait d'un
positif ordinaire. Après lavage, le papier doit être entièrement blanc.

5º _Reproduction sur papier._--Je dirai seulement quelques mots du
procédé qui actuellement, avec le plus de simplicité, donnent des
épreuves qui reviennent à des prix qui rappellent ceux des gravures
ordinaires. Il repose sur la propriété que possède la gélatine
bichromatée de retenir l'encre grasse lorsqu'elle a été exposée à la
lumière. Si donc on a une surface recouverte d'une couche de gélatine
bichromatée sèche, si on recouvre cette surface d'un cliché et si on
expose à la lumière, sous les parties claires du cliché se formera un
dessin capable de retenir l'encre grasse, tandis que sous les noirs la
gélatine repoussera cette encre. Il suffira par conséquent d'encrer
la surface impressionnée, de recouvrir cette surface d'un papier
quelconque et de soumettre à une pression convenable pour avoir une
épreuve.

Cette propriété de la gélatine bichromatée est connue depuis longtemps
et constitue le principe d'un grand nombre de procédés dits de
phototypie. Le procédé qui a le plus de vogue, est celui dans lequel
la couche de gélatine est étendue sur une glace, mais depuis quelque
temps on est arrivé à recouvrir de gélatine le papier parchemin. Ce
papier a plusieurs avantages sur la glace, c'est, par exemple, de ne
pas se casser et d'être beaucoup plus maniable. Il donne, au reste, des
résultats comparables à ceux que fournit la glace.»


A la suite de cet article très détaillé et très clair, nous ferons
remarquer qu'au paragraphe 3, l'auteur dit que les objets _rouges_ et
_jaunes_ n'agissent sur les plaques sensibles que par la faible lumière
blanche qu'ils réfléchissent, et qu'alors les parties rouges et jaunes
viendront en noir, c'est-à-dire qu'elles ne pourront être coloriées.

Pour remédier à cet inconvénient, M. Rolland a proposé de les décolorer
au moyen de l'eau de javelle.

Pour décolorer par exemple le chapeau d'une fausse oronge, on immerge
dans l'eau de javelle seulement la partie rouge; au bout de quelques
minutes le chapeau devient blanc ou légèrement rosé. On laisse sécher
et procède à la pose.


Nous donnons, figure 1, une planche montrant ce qu'on peut obtenir par
la photographie.

Le Champignon représenté ici est un beau Polypore que nous croyons
devoir rapporter au _Polyporus varius_ que Quélet assimile au
_Polyporus picipes_. Nous l'avons recueilli sur une souche, au milieu
des souches et des brindilles tombées.


Exécution de photographies pouvant être coloriées à l'aquarelle.

Par M. Albert JAHANDIER.

Dans le numéro d'avril 1911 de _l'Amateur_, un article relatif à
la photographie des champignons recommande, lorsqu'ils sont très
colorés, surtout en rouge, de les décolorer à l'eau de javelle, afin
d'en obtenir une épreuve claire, propre à être ensuite coloriée à
l'aquarelle.

Cette manière d'opérer, très simple en elle-même, peut servir dans
beaucoup de cas. Elle présente cependant des difficultés pour certains
champignons délicats, c'est pourquoi il nous paraît utile de faire
connaître aux amateurs un procédé qui, sans modifier l'original,
permette d'en obtenir une photographie aussi claire que si le modèle
était décoloré; ce procédé n'est autre que celui employé pour la
photographie des couleurs par sélection, il consiste à se servir
de plaques orthochromatiques avec interposition d'un écran coloré
approprié.

_Renseignements pratiques pour l'exécution des clichés et des épreuves
positives._--Afin que le lecteur puisse avoir sous les yeux le modèle
qui servira aux expériences, nous avons choisi l'Oronge vraie (Ire
planche en couleurs du premier volume du nouvel _Atlas_), un des
champignons les plus difficiles à reproduire à cause de ses couleurs
peu photogéniques.

Si nous voulons en faire une photographie avec des plaques ordinaires,
nous obtenons le résultat de la figure 2, chapeau noir et pied gris
foncé, image impossible à colorier.

Prenons maintenant une plaque orthochromatique sensible au jaune et
au rouge, plaçons à l'avant ou de préférence à l'arrière de notre
objectif, un écran jaune foncé (de ceux que l'on emploie couramment
dans la photographie des paysages à grands contrastes), donnons une
pose en rapport avec l'intensité de notre écran, nous obtiendrons
le résultat de la figure 3, le pied est devenu blanc, le chapeau
légèrement teinté; une telle épreuve serait suffisante pour être
coloriée à l'aquarelle.

Si nous voulons obtenir le chapeau plus blanc, il nous suffira
d'employer un écran orangé, nous augmenterons la pose, et nous
obtiendrons le résultat de la figure 4, dans laquelle rien ne s'oppose
plus à une coloration aussi brillante qu'on peut la désirer.

Comme suite à cet exposé général, nous entrerons maintenant dans le
détail des opérations.

1º Choix de plaques sensibles.

Trois sortes de plaques au gélatino-bromure sensibles aux couleurs se
trouvent dans le commerce: 1º les plaques orthochromatiques sensibles
au jaune et au rouge; 2º celles sensibles au jaune et au vert; 3º les
plaques panchromatiques, sensibles à toutes les couleurs.

On peut encore employer les plaques ordinaires, que l'on sensibilisera
soi-même aux couleurs.

Les plaques orthochromatiques et panchromatiques donnent de bons
résultats lorsqu'elles sont de fabrication récente, mais elles perdent
assez rapidement leur sensibilité chromatique, c'est pourquoi nous
leur préférons la plaque ordinaire sensibilisée au trempé au moment de
l'emploi; d'ailleurs, le résultat sera toujours supérieur à celui que
donnerait une plaque orthochromatique même de fabrication récente.

_Sensibilisation aux couleurs des plaques au gélatino-bromure._--Nous
choisirons une bonne plaque de rapidité moyenne, par exemple, les
étiquettes bleues de la maison Lumière, les bandes bleues de Jougla,
etc. Parmi les nombreuses matières colorantes employées pour la
sensibilisation chromatique, nous donnerons la préférence à celle qui
nous conférera la meilleure sensibilisation générale, soit actuellement
le Pinaverdol ou le Pinachrôme.

Ces colorants sont d'un prix assez élevé, mais la quantité à employer
étant minime, on peut les acheter en solutions alcooliques à 1 gramme
pour 1.000, et l'on composera, comme suit, la solution sensibilisatrice:

  Solution alcoolique à 1 gramme pour 1.000 de
    Pinachrôme ou Pinaverdol                           2 c3
  Ammoniaque                                           1 c3
  Eau distillée--ou alcool à 90°                     100 c3

Dans le cabinet noir, éclairé le plus faiblement possible en rouge
foncé, nous plongerons notre plaque au gélatino-bromure dans le
sensibilisateur ainsi constitué, l'on agitera constamment la cuvette
recouverte d'un carton, pendant deux à trois minutes, ensuite,
après un bon lavage d'une demi-minute sous un robinet, la plaque
rapidement égouttée pourra être employée de suite à l'état humide,
ou bien on la placera pour sécher dans un meuble obscur où elle sera
utilisable pendant une huitaine de jours: on doit tenir compte qu'il
est nécessaire que le séchage soit assez rapide; s'il était trop lent,
on aurait des clichés voilés, c'est pourquoi, lorsque l'on voudra les
conserver, il sera préférable d'employer dans la constitution du bain
sensibilisateur, l'alcool à 90° à la place de l'eau distillée, mais
cette formule étant peu économique, nous nous servirons de la première
à l'eau distillée, en doublant la durée d'immersion de la plaque; après
lavage, elle sera mise pendant quelques minutes dans de l'alcool à
90°; essorer avec un tampon d'ouate et mettre à sécher dans un meuble
obscur, dans lequel il sera bon, pour dessécher l'air, d'y ajouter
quelques morceaux de chlorure de calcium.

_Écrans._--Dans beaucoup de cas, l'écran jaune foncé pourra suffire;
on le trouvera chez tous les marchands de fournitures pour la
photographie, mais si l'on désire obtenir un résultat plus complet, il
sera mieux de constituer soi-même un écran liquide, auquel on donnera
facilement la coloration nécessaire pour chaque cas particulier. Pour
cela, on trouve dans le commerce des cuves en verre à faces parallèles,
dont l'épaisseur intérieure est de 10 millimètres. Au moyen d'un
dispositif facile à installer, à l'intérieur de toute chambre noire,
nous placerons notre cuve garnie de son liquide coloré à l'arrière de
l'objectif.

Avec un colorant jaune et un rouge, on pourra constituer une série
d'écrans allant du jaune clair à l'orangé rouge. Pour le cliché de
la figure 4, nous avons simplement employé, comme écran orangé, une
solution de bichromate de potasse à 10 pour 100.

Pour la figure 3, il a été employé un écran pelliculaire jaune foncé,
placé entre les lentilles et l'objectif.

_Disposition du modèle, mise au point, exécution du négatif._--Sur
une planchette placée à hauteur de l'objectif, nous disposerons le
groupe à photographier, un champignon debout piqué sur une pointe, un
deuxième couché, laissant voir le dessus du chapeau, puis un troisième
le dessous, le tout disposé dans le même plan, de telle façon que la
distance entre le plan avant et le plan arrière soit la plus réduite
possible, ceci pour la meilleure mise au point, car nous savons que
dans la photographie des petits objets très rapprochés de l'appareil,
la mise au point n'a pas de profondeur, c'est-à-dire que si mettant au
point sur le rebord antérieur du chapeau d'un champignon qui aurait
10 centimètres de diamètre et que l'on voudrait reproduire grandeur
naturelle ou même plus petit, le plan arrière de ce chapeau ne sera
pas net, même en diaphragmant fortement. Il y a donc lieu de prendre
une moyenne entre la mise au point du plan avant et du plan arrière,
laissant plutôt ce dernier un peu moins net. Si notre modèle n'avait
que 5 centimètres de profondeur, nous aurions une meilleure netteté
d'ensemble.

Nous emploierons, comme fond, une feuille de papier blanc placée à une
certaine distance en arrière, afin d'éviter les ombres portées. Avec un
écran blanc ou un miroir, nous refléterons le plus possible les ombres
du modèle et nous serons prêts pour la pose.

Nous la calculerons d'après le diaphragme que nous aurons choisi par
examen sur la glace dépolie, le plus petit possible pour la bonne
netteté de l'image, mais en nous arrêtant avant qu'elle ne devienne
trop obscure et ne puisse plus impressionner suffisamment notre plaque
sensible; nous serons donc obligés d'employer un diaphragme d'autant
plus grand que notre écran sera plus foncé et plus rouge.

Dans un atelier bien éclairé, par temps de soleil, en juillet, le
cliché de la figure 3 a été obtenu comme suit: écran orangé, plaque
sensibilisée au Pinaverdol, utilisée humide, avec diaphragme F. 28, la
pose a été de 5 minutes et le cliché légèrement renforcé. (Notre modèle
étant une planche en couleurs, c'est-à-dire sans profondeur, nous
aurions pu conserver la même netteté avec un grand diaphragme et poser
beaucoup moins.) Donc, lorsque notre modèle aura peu de profondeur,
nous pourrons faire de même, la pose sera d'ailleurs d'autant plus
réduite que nous emploierons un écran plus clair.

Les indications ci-dessus représentent en quelque sorte le maximum de
difficulté pour l'obtention d'une photographie très claire, avec un
modèle de coloration vive et des moins photogéniques. Si nous voulons
reproduire, par exemple, le Bolet fauve, il ne sera pas nécessaire
de l'obtenir blanc, ses couleurs n'étant pas vives, la teinte
photographique d'une épreuve simplement fixée s'ajoutera utilement à la
couleur que nous emploierons pour avoir le ton désiré; pour l'obtention
du cliché, un écran jaune moyen sera suffisant.

Si maintenant nous voulons reproduire un champignon de couleur très
différente des deux précédents, la Cortinaire bleuâtre, champignon
à chapeau bleu, ici, nous emploierons les plaques ordinaires, très
sensibles au bleu, nous supprimerons l'écran, et le bleu étant foncé,
pour l'avoir en blanc nous surexposerons un peu. Avant de passer à
l'exécution des épreuves positives, nous ajouterons qu'il n'y a rien de
particulier pour le développement des plaques sensibilisées au trempé;
on développera à fond afin d'avoir tout l'effet orthochromatique et une
vigueur suffisante.

_Épreuves positives._--_Choix du papier._--Les épreuves positives que
nous tirerons de ces clichés devant être coloriées à l'aquarelle, il
nous faut choisir un papier sur lequel la couleur puisse s'étendre
aisément sans laisser de marques à chaque coup de pinceau.

D'une façon générale, tous les papiers à couche de gélatine sont à
écarter, c'est-à-dire les genres citrate et bromure, et ce sont les
plus nombreux, aussi en reste-il peu à choisir; le papier au platine
pourrait être employé, mais outre qu'il se conserve peu de temps frais,
il exige des manipulations assez compliquées; les papiers Néos de
Lumière, le papier salé, le ferro-prussiate sont d'un traitement simple
et pourraient se colorier, mais nous préférons de beaucoup, à tous ces
papiers, celui que l'on préparera soi-même, ce qui d'ailleurs est très
facile; nous pourrons alors choisir parmi les bons papiers à aquarelle,
celui qui nous conviendra le mieux et le préparer de la façon suivante:

1º Étendre à la surface du papier, avec un tampon ou un pinceau plat,
une couche de colle d'amidon et laisser sécher.

2º On prépare la solution sensibilisatrice:

  Eau distillée        90 c3
  Azotate d'argent      5 gr.
  Acide tartrique       7 gr.

Avec un tampon d'ouate, nous l'étendrons bien régulièrement sur la
couche de colle et nous le laisserons sécher dans l'obscurité; il
pourra servir aussitôt sec.

Cette préparation n'étant pas très sensible, l'impression se fera
de préférence au soleil, un peu plus forte que l'intensité que l'on
désirera.

Si une couleur brun rouge n'est pas gênante pour la coloration de
l'espèce à reproduire, on pourra se contenter d'un simple fixage à
l'hyposulfite de soude à 5 pour 100 en y ajoutant un peu de bisulfite
de soude, fixage de 5 minutes, précédé et suivi d'un bon lavage. Si
l'on préfère un ton plus noir, se servir d'un des bains courants de
virage-fixage que nous étendrons d'un peu d'eau.

L'image une fois sèche, il ne nous reste plus qu'à la colorier. Pour
cela, les couleurs courantes d'aquarelle ne sont pas très bonnes,
à part quelques exceptions; en général, elles ne sont pas assez
transparentes et couvrent trop les ombres et demi-teintes de la
photographie, les vermillons, les chrômes et les terres surtout; aussi,
à leur place, nous emploierons des solutions de colorants d'aniline,
dans le genre de celles que l'on vend pour la photo-miniature.

On pourrait aussi préparer ces solutions en choisissant parmi les
nombreuses matières colorantes; par exemple, pour les jaunes, la
Tartrasine, l'Aurantia; pour le rouge, l'Érytrosine, le rouge solide,
puis le bleu de métylène, le vert naphtol, etc. Ces couleurs doivent
être employées très diluées, car elles prennent beaucoup d'intensité en
séchant.


_Nota_.--Pour se procurer les cuves pour écrans liquides, ainsi que les
matières colorantes pour sensibilisation et coloriage, s'adresser aux
maisons de fournitures pour procédés photo-mécaniques; on trouvera ces
articles à la maison Calmels, 150, boulevard du Montparnasse, à Paris.



CHAPITRE VII

Les ressources du microscope.


Nous n'avons pas l'intention d'écrire ici un article sur la façon de
se servir de cet instrument indispensable aux mycologues et en général
à tous ceux qui font de l'histoire naturelle: on trouvera dans les
traités spéciaux tous les renseignements sur ce sujet; nous voulons
seulement montrer à ceux qui n'ont pas encore fait usage du microscope,
qu'il est facile de s'en servir, et qu'il peut, dans une foule de cas,
rendre des services importants.

Le microscope se compose essentiellement de deux parties: un pied muni
d'un miroir pour éclairer par transparence les objets placés sur une
platine, et au-dessus de celle-ci un tube dans lequel peut se mouvoir,
au moyen d'une crémaillère, la partie optique de l'instrument.

Cette partie, la plus importante de l'appareil, se compose d'un tube
en cuivre, long de 160 millimètres, portant à sa partie inférieure
un ensemble de verres ou lentilles, appelé objectif (parce qu'il est
tourné vers l'objet à observer): à la partie supérieure se trouve un
autre ensemble de lentilles, mais beaucoup plus grandes, que l'on nomme
oculaire.

L'objectif a pour but de donner dans le corps du tube du microscope,
une image virtuelle que l'oculaire, faisant fonction de loupe composée,
grossit à son tour et que perçoit l'œil de l'observateur.

[Illustration: FIG. 4.]

Voilà en quelques lignes la théorie du microscope.

Les fabricants livrent leurs instruments avec des oculaires et des
objectifs de puissance différente, permettant d'obtenir plusieurs
grossissements, et ils indiquent, sur un papier _ad hoc_, les
combinaisons des différents objectifs avec les oculaires, et les
grossissements correspondants.

Dans la pratique, nous conseillons d'établir soi-même ces
grossissements: il suffira pour cela de se procurer un micromètre
objectif, c'est-à-dire une lame de verre portant à son centre la
représentation d'un millimètre divisé en cent parties égales, ou pour
être plus exact, de deux millimètres divisés en deux cents parties
égales, ce qui revient au même.

Chaque division représentera donc un centième de millimètre. Si nous
plaçons cette lame (ainsi divisée) sur la platine du microscope, et
que, avec un objectif et un oculaire quelconque, nous examinions
ces divisions, nous les verrons plus ou moins grossies suivant la
combinaison employée.

Si alors faisant usage de la chambre claire qui doit toujours compléter
le microscope dont on se sert, nous dessinons sur un papier les
différents traits que nous apercevons, il ne nous restera plus qu'à
mesurer au moyen d'un double décimètre, combien chaque intervalle entre
deux traits comporte de millimètres, et nous pourrons dire que si une
division du micromètre objectif mesure 10 millimètres, cela voudra
dire que notre combinaison d'objectif et d'oculaire grossit 1.000
fois. Si au contraire cet intervalle ne comporte que 5 millimètres, le
grossissement n'est que de 500 fois.

Si nous répétons la même opération pour toutes les combinaisons
possibles d'objectifs et d'oculaires, nous aurons les grossissements
correspondant à chaque combinaison.

Prenons un exemple; il s'agit d'un microscope déjà ancien, mais bon
malgré tout. Il comprend comme objectifs les nos 0, 2, 6, 7, et comme
oculaires les nº 1 et 3 ordinaires et 18 compensateur. Nous pouvons, en
les combinant, obtenir quinze grossissements différents qui sont: _10_,
20, 27, 52, 90, _100_, 160, 240, 330, 340, 410, 620, 850, _1.000_,
1.200. Nous aurions pu en obtenir un plus grand nombre si nous avions
voulu nous servir du tirage que possède tout microscope, mais à quoi
bon, nous estimons que les grossissements, les seuls utiles, sont ceux
de 10, 20, 50, 100, 500 et 1.000.

Le grossissement de 500 n'est pas indiqué dans l'énumération que nous
avons donnée plus haut: pour l'obtenir il suffira de prendre l'objectif
7 et l'oculaire 3, mais au lieu de dessiner à plat sur la table qui
supporte l'instrument, ce qui donnerait une amplification de 620
diamètres, il suffira de relever le plan de dessin de 5 centimètres
au moyen d'un livre ou d'une boîte bien dressée et présentant cette
hauteur. C'est du reste ainsi qu'il faut procéder lorsque l'on veut
dessiner à un grossissement de 1.000. En effet, si avec l'oculaire
18 et l'objectif 7, on dessine à même sur la table, on obtient un
grossissement de 1.200 diamètres, alors qu'en se servant comme nous
venons de le dire d'un livre ou d'une boîte de 5 centimètres de
hauteur, le grossissement se trouve réduit à 1.000 diamètres.

Nous croyons devoir faire remarquer que les grossissements indiqués par
les constructeurs correspondent au cas où les dessins sont faits à la
hauteur de la platine; mais lorsqu'on dessine sur la table où est placé
le microscope, le grossissement n'est plus le même, il est plus grand.
Nous conseillons cependant, pour simplifier, d'établir la série des
grossissements en dessinant sur la table elle-même, et de s'attacher à
faire ses observations à des chiffres qui soient des multiples de 10;
nous choisirons donc les chiffres suivants: 10, 20, 100, 500, 1.000,
qui permettent de satisfaire à toutes les exigences.

Pour obtenir le grossissement de 20 diamètres, nous userons d'un
petit stratagème, car l'objectif 0 et l'oculaire 3 nous donnent 27
diamètres, chiffre qui ne répond à rien, mais si nous dévissons la
lentille inférieure de notre objectif 0, nous réduirons sa puissance,
et le grossissement sera exactement de 20 diamètres; or il peut être
très utile de faire un dessin à 20 diamètres. Il est profondément
regrettable de voir qu'il n'y a aucune entente entre les naturalistes
au sujet des grossissements auxquels sont faits les dessins
microscopiques: il serait pourtant bien simple de décider que pour les
faibles grossissements, les chiffres 10, 20, 100 seront seuls admis,
alors que pour les forts grossissements, on emploiera ceux de 500 et
de 1.000. Nous estimons qu'il est toujours possible avec un microscope
quelconque d'obtenir ces grossissements.

Comme chambre claire on choisira de préférence un système que l'on
puisse conserver sur l'instrument, de façon à pouvoir à tout instant
s'en servir ou non. Cette chambre claire se compose essentiellement
de deux prismes réunis dans une même monture, et disposés de telle
sorte que l'œil puisse voir en même temps et l'objet que l'on veut
représenter et la pointe du crayon qui se meut sur le papier en suivant
les contours que l'on a intérêt à fixer sur le papier.

Ce genre de chambre claire, si commode dans la pratique, présente
cependant un inconvénient, celui de déformer un peu les objets
représentés; pour obvier à ce défaut on a conseillé de dessiner sur un
pupitre incliné, et pour trouver cette inclinaison, il est un moyen
simple indiqué par le Dr Malassez. On dessine à la chambre claire
sur un plan incliné le contour circulaire du champ du microscope.
Si l'inclinaison du papier est convenable, la figure est un cercle
parfait, sinon on obtient une ellipse et l'inclinaison devra être
modifiée jusqu'à ce qu'on arrive à un cercle complet.

On peut aussi, pour trouver l'inclinaison convenable, se servir du
micromètre objectif, qui, comme on le sait, est divisé en centièmes
de millimètre. On trace à la chambre claire un certain nombre de
divisions du micromètre, et si l'inclinaison du papier est suffisante,
l'éloignement des divisions est égal à toutes les hauteurs; si
l'écartement des divisions allait en augmentant vers la droite du
papier, cela indiquerait qu'il est trop incliné, si au contraire
l'écartement augmentait vers la gauche, il ne serait pas assez incliné.
Nous dirons que l'inclinaison du pupitre sur lequel se trouve la
feuille de papier, doit être de 25°.

Certains micrographes et non des moindres préfèrent, au lieu de
dessiner sur un plan incliné, faire subir l'inclinaison au microscope
lui-même, et dessiner à plat ce qui est toujours plus commode.

Le Dr Malassez a fait construire une chambre claire qui permet
d'éviter les déformations. Cette chambre claire se place sur le
microscope de telle façon qu'elle soit tournée, non sur la droite
de l'observateur comme cela a lieu généralement avec les chambres
claires les plus employées, mais bien derrière le microscope et vers
l'observateur ainsi que le montre la figure ci-contre. En inclinant le
microscope à 45°, l'image sera projetée sans déformation.

[Illustration: FIG. 5.]

On se figure généralement qu'avec un microscope on ne doit faire
d'observations qu'à un grossissement relativement élevé; c'est une
erreur. Il est aisé de dessiner à 20 et même à 10 diamètres. Si, par
exemple (toujours avec notre microscope), nous prenons l'objectif 0
et l'oculaire 1, nous obtiendrons une amplification de 27 diamètres,
mais si nous prenons la précaution de dédoubler notre objectif 0,
c'est-à-dire de dévisser la lentille inférieure, nous diminuerons la
puissance de grossissement et nous aurons 10 diamètres exactement:
mais alors, au lieu de placer l'objet à observer sur la platine du
microscope, où nous ne verrions rien, il nous faudra le disposer sur la
table où repose le microscope entre les branches du pied, ou encore sur
les branches elles-mêmes, en le plaçant sur une carte ou un papier fort.

Nous pourrons de la sorte faire une très bonne observation de notre
objet, et en prendre un dessin d'une exactitude mathématique, ce qu'il
serait impossible de faire autrement. Voulons-nous maintenant grossir
une partie de notre objet à 20 diamètres, rien de plus simple, il nous
suffira de remplacer l'oculaire nº 1 par celui nº 3 et nous aurons un
grossissement de 20 diamètres.

[Illustration: FIG. 6.]

Dans ces deux cas, bien entendu, l'objet est éclairé par la lumière
directe et non par transparence. Pour bien apercevoir l'objet à
dessiner, il est nécessaire d'enlever le diaphragme, sans quoi on ne
verrait qu'une très petite partie de l'objet à examiner.

Tout ce que nous venons de dire, peut s'appliquer non seulement aux
Champignons, mais aussi aux mousses, lichens, algues et même aux
phanérogames.

Un dessin est si facile à faire dans ces conditions que l'on
n'hésitera pas à prendre un document cent fois préférable à une longue
description. Voir figure 6 la représentation d'une mousse et d'une
hépatique au grossissement de 10 diamètres.



CHAPITRE VIII

L'Esperanto et la Mycologie.


Les mycologues, à quelque titre que ce soit, ne peuvent se
désintéresser de l'espéranto, cette langue annexe, si simple, si
précise et si facile à apprendre. Elle n'est pas appelée à concurrencer
aucune des langues existantes; elle a la prétention de laisser à
chaque nation le génie de sa langue, et son seul but est de permettre
à tous les hommes, de quelque nationalité qu'ils soient, de pouvoir se
comprendre aussi bien par la parole que par l'écriture.

L'homme génial qui a réalisé une chose si longtemps cherchée est un
Russe, le Dr Zamenof; et il l'a fait d'une façon si simple, si facile
à comprendre, que quiconque veut se donner la peine de lire les règles
très simples et peu nombreuses qu'il a établies comme base de sa
langue, pourra dire comme César en modifiant quelque peu les trois
mots historiques, _veni_, _vidi_, _scivi_ (je suis venu, j'ai vu, j'ai
su) que nous écrivons en espéranto _mi venis_, _mi vidis_, _mi konis_.

Les mycologues sont souvent appelés à se préoccuper des Champignons
qui poussent dans des régions dont ils ne connaissent pas la langue:
ils trouveront dans l'espéranto un moyen facile de correspondre
avec des mycologues de cette région, soit pour leur demander des
renseignements, soit pour répondre à leur demande. Il leur suffira pour
cela de consulter l'annuaire des espérantistes, et sans nul doute ils
trouveront dans la région qui les intéresse un correspondant qui se
fera un plaisir de leur répondre en espéranto.

Quand nous aurons dit à nos lecteurs que pour apprendre toutes les
règles de l'espéranto, et qui plus est pour les savoir, il faut moins
de temps que pour lire un mauvais roman, nous voulons bien croire qu'il
n'en est pas un qui ne voudra au moins essayer; et s'il essaie, c'est
un adepte; il est séduit, il est pris dans l'engrenage. Il en fera plus
ou moins, mais du moins, il saura toujours lire un texte espérantiste,
une lettre; il possédera en un mot le mécanisme de cette langue, et
si les circonstances se présentent, il complétera son bagage par la
connaissance des mots.

Dans le but de servir les deux causes, nous avons résumé aussi
succinctement que possible les notions essentielles et suffisantes de
l'espéranto et nous les avons groupées en quelques articles faciles à
s'assimiler.

Ainsi, par exemple, le premier paragraphe comprend tout ce qui a
rapport à l'alphabet et à la prononciation.

Le second, les parties du discours: substantifs, adjectifs, pronoms,
adverbes, etc.

Le troisième, le verbe et les préfixes.

Le quatrième, les suffixes.

Le cinquième, la numération.

Avez-vous besoin de renseignements sur les suffixes ou la numération;
vous n'avez qu'à consulter les tableaux 4 ou 5, où vous trouverez tout
ce qui a rapport à ces parties.

Combien de temps vous faut-il pour lire lentement et bien comprendre
ces cinq tableaux? une heure au grand maximum! au bout de ce temps vous
pouvez dire que vous connaissez l'espéranto.


I.--ALPHABET.--PRONONCIATION

L'alphabet est le même qu'en français: _a_, _b_, _c_, _d_, _e_, _f_,
_g_, _h_, _i_, _j_, _k_, _l_, _m_, _n_, _o_, _p_, _r_, _s_, _t_, _u_,
_v_, _z_, sauf _q_, _x_, _y_, qui n'existent pas en esperanto.

Les voyelles _a_, _e_, _i_, _o_, se prononcent comme en français. Ex.:
_do_, _ré_, _mi_, _fa_, _sol_.

La voyelle _u_ se prononce _ou_. Ex.: _unu_ (un) se prononce _ounou_.

_ŭ_ surmonté de ˘ et _j_ sont considérés comme demi-voyelles, et font
corps avec la voyelle qui précède ou qui suit. Ex.: _Laŭro_ (laurier)
se prononce _laouro_ (rapidement); _kaj_ (et) fait _caille_; _jes_,
_ja_, font _ies_, _ia_.

Les consonnes se prononcent comme en français, sauf _c_, _g_, _h_,
_j_, _s_, qui ont une prononciation différente suivant qu'elles sont
surmontées ou non d'un accent circonflexe.

_c_, ordinaire, a le son de _ts_. Ex.: _celerio_ (céleri) se prononce
_tsélério_.

_ĉ_, accentué, a le son de _tch_. Ex.: _ĉemizo_ (chemise) se prononce
_tchémizo_.

_g_, ordinaire, a le son de _g_ (dur comme gant). Ex.: _garnizono_
(garnison) se prononce _garnisono_.

_ĝ_, accentué, a le son de _dj_. Ex.: _ĝirafo_ (girafe) se prononce
_djirafo_.

_h_, ordinaire, a le son de _h_ (aspiré). Ex.: _homo_ (homme) se
prononce _hhomo_.

_ĥ_, accentué, a le son de _ch_ (guttural allemand). Ex.: le noch
allemand.

_j_, ordinaire, a le son de _y_ (dans yeux). Ex.: _julio_ (juillet) se
prononce _ioulio_.

_ĵ_, accentué, a le son de _j_ (dans jour). Ex.: _ĵurnalo_ (journal) se
prononce _journalo_.

_s_, ordinaire, a le son de (deux) _ss_ (dans sifflant). Ex.: _silento_
(silence) se prononce _ssilento_.

_ŝ_, accentué, a le son de _ch_ (dans cheval). Ex.: _ŝinko_ (jambon) se
prononce _chinko_.

En esperanto toutes les lettres se prononcent. Ex.: _soifo_ se prononce
_so-i-fo_.

On accentue toujours plus fortement sur l'avant-dernière syllabe, c'est
l'accent tonique. Ex.: P_a_tro (père); mil_i_to (militaire).

Toutes les propositions sont séparées par une ponctuation. Ex.: Tio,
kiu mi diras, estas vera (ce que je dis est vrai).


II.--PARTIES DU DISCOURS

Substantifs.

Ils sont toujours terminés:

Au singulier par _o_. Ex.: Libr_o_ (un livre); pan_o_ (un pain).

Au pluriel par _oj_. Ex.: Libro_j_ (des livres); pano_j_ (des pains).


Adjectifs.

Ils sont toujours terminés:

Au singulier par _a_. Ex.: Bel_a_ (beau, belle); grand_a_ (grand,
grande).

Au pluriel par _aj_. Ex.: Bel_aj_ (beaux, belles); grand_aj_ (grands,
grandes).

Les adjectifs possessifs, _mia_, _via_, _lia_, _ŝia_, _ĝia_, _nia_,
_ilia_, _sia_, suivent la même règle. Ex.: Mi_a_ (mon, ma); ŝia_j_
(ses).


Article.

Il n'y a qu'un seul article défini qui est _la_ pour tous les cas. Ex.:
_La_ patro (le père); _la_ patrino (la mère); _la_ patroj (les pères);
_la_ patrinoj (les mères).


Pronoms personnels.

Les pronoms personnels _je_, _tu_, _il_, _nous_, _vous_, _ils_, se
rendent par: _mi_ (je ou moi); _vi_ (tu ou toi); _li_, _ŝi_, _ĝi_ (il,
elle, lui); _ni_ (nous); _vi_ (vous); _ili_ (ils, elles, eux).

Les pronoms réfléchis _se_, _soi_, _son_, _à soi_, se rendent par: _si_.


Adverbes.

Les adverbes sont toujours terminés en _e_. Ex.: Patr_e_
(paternellement); plen_e_ (entièrement).


Prépositions, conjonctions, interjections.

Les prépositions, conjonctions, interjections sont toujours
invariables, mais ont des terminaisons diverses; elles sont presque
toujours monosyllabiques. Ex.: _Kie_ (quoi?); _kiam_ (quand?); _sur_
(sur); _ankaŭ_ (aussi); _jam_ (déjà); _por_ (pour); _de_ (de); _sed_
(mais).


Complément ou accusatif.

Le complément direct d'un verbe (substantif, adjectif, pronom) est
toujours terminé par _n_. Ex.: La homo havas manoj_n_, kaj nazo_n_
(l'homme a des mains et un nez).

La date s'indique par le nombre ordinal terminé par _n_. Ex.: La
dek-dua_n_ de decembro (le douze décembre).

Le lieu où l'on va est aussi terminé par _n_. Ex.: Mi iras Parizo_n_
(je vais à Paris).

En général, on met l'accusatif lorsqu'il y a direction vers. Ex.: La
rato kuris sub la lito_n_ (le rat courut sous le lit).

On met aussi à l'accusatif ce qui indique la durée, la mesure, le prix.
Ex.: Paŭlo restos ĉe ni du tagoj_n_ (Paul restera deux jours chez
nous); la flugo estas longa tri metroj_n_ (le drapeau est long de trois
mètres); ĝi kostas du frankoj_n_ por unu metro (Il coûte deux francs le
mètre).

Les mots _de_ ou _par_ marquant le complément d'un verbe passif se
rendent, en esperanto, par _de_. Ex.: Mi estas amata, _de_ mia patrino
(je suis aimé de ma mère).


III.--VERBE

Infinitif toujours en _i_. Ex.: Am_i_ (aimer); leg_i_ (lire); pren_i_
(prendre).

Indicatif présent toujours en _as_. Ex.: mi am_as_ (j'aime); vi am_as_;
li am_as_, etc.

Participe présent actif toujours en _anta_. Ex.: am_anta_ (aimant);
pren_anta_ (prenant), etc.

Participe présent passif toujours en _ata_. Ex.: am_ata_ (étant aimé ou
aimé).

Passé défini ou imparfait toujours en _is_. Ex.: vi am_is_ (tu as aimé
ou tu aimais), etc.

Participe passé actif toujours en _inta_. Ex.: am_inta_ (ayant aimé);
pren_inta_ (ayant pris).

Participe passé passif toujours en _ita_. Ex.: am_ita_ (ayant été aimé
ou aimé).

Futur toujours en _os_.: li ŝi ĝi am_os_ (il ou elle aimera), etc.

Participe futur actif toujours en _onta_. Ex.: am_onta_ (devant aimer);
leg_onta_ (devant lire).

Participe futur passif toujours en _ota_. Ex.: am_ota_ (devant être
aimé); leg_ota_ (devant être lu).

Subjonctif toujours en _u_. Ex.: ni am_u_ (que nous aimions), etc.

Impératif toujours en _u_ (sans pronoms). Ex. am_u_ (aime); pren_u_
(prends), etc.

Conditionnel toujours en _us_. Ex.: ili am_us_ (ils aimeraient), etc.

En esperanto les temps composés de l'actif sont rarement employés, on
les forme avec le verbe auxiliaire _esti_. Ex.: Avoir aimé (autrement
dit être ayant aimé), _esti_ amanta; j'ai aimé (ou je suis ayant aimé),
mi _estas_ aminta; j'avais aimé (ou j'étais ayant aimé), mi _estis_
aminta; j'aurai aimé (ou je serai ayant aimé), mi _estos_ amanta.


Préfixes.

Les préfixes donnent au mot même auquel ils sont joints, un sens, une
signification nouvelle.

_Bo_ indique la parenté résultant d'un mariage. Ex.: _Bo_patro
(beau-père); _bo_fratino (belle-sœur).

_Dis_ indique la séparation, la disparition. Ex.: _Dis_igitaj (épars);
_dis_fendi (fendre en deux).

_Ek_ indique le commencement d'une chose, l'acte momentané. Ex.:
_Ek_vidi (entrevoir); _ek_altiĝi (commencer à s'élever).

_El_ signifie hors de, quelquefois aussi achèvement. Ex.: _El_iri
(sortir); _el_ripari (réparer complètement).

_Ge_ indique la réunion des sexes. Ex.: _Ge_patroj (père et mère,
parents); _ge_edzoj (époux).

_Mal_ indique le contraire. Ex.: _Mal_feliĉa (malheureux); _mal_granda
(petit).

_Re_ indique la répétition, le retour. Ex.: _Re_bonigi (raccommoder);
_re_ataki (riposter).


IV.--SUFFIXES

_Ad_ indique l'action, la durée dans l'action. Ex.: Kron_ad_o
(couronnement); pen_ad_i (se donner de la peine).

_Aĵ_ indique une chose, une idée concrète. Ex.: Acid_aĵ_o (acide);
lakt_aĵ_o (laitage); amik_aĵ_o (caresse).

_An_ indique l'habitant, celui qui fait partie d'une chose. Ex.:
Kampar_an_o (campagnard); ŝip_an_o (marin).

_Ar_ indique une collection, une réunion. Ex.: Arb_ar_o (une forêt);
kamp_ar_o (un camp).

_Ebl_ indique la possibilité (comme en français). Ex.: Kred_ebl_a
(croyable); fleks_ebl_a (flexible).

_Ec_ indique l'idée abstraite, la qualité (comme en français). Ex.:
Acid_ec_o (acidité); amik_ec_o (amitié).

_Eg_ indique un augmentatif. Ex.: Ŝton_eg_o (rocher, grosse pierre);
rid_eg_i (rire aux éclats).

_Ej_ indique le lieu consacré à une chose. Ex.: Kuir_ej_o (cuisine);
preĝ_ej_o (église).

_Em_ indique le penchant, l'inclination. Ex.: Labor_em_a (laborieux);
pur_em_a (aimant la propreté).

_Er_ indique un fragment, une division. Ex.: Sabl_er_o (un grain de
sable).

_Estr_ indique le chef. Ex.: ŝip_estr_o (capitaine de navire).

_Et_ indique un diminutif. Ex.: Knab_et_o (un garçonnet); rid_et_i
(sourire).

_Id_ indique le descendant, l'enfant. Ex.: Kok_id_o (poulet);
ĉeval_id_o (poulain).

_Ig_ signifie faire, rendre. Ex. Long_ig_i (allonger); far_ig_i (faire
faire).

_Iĝ_ signifie se faire, devenir. Ex.: Ric_iĝ_i (s'enrichir).

_Il_ indique l'instrument, l'outil. Ex.: Kudr_il_o (l'aiguille).

_In_ indique le féminin, la femelle. Ex.: Patr_in_o (mère); fraŭl_in_o
(la jeune fille).

_Ind_ signifie digne de, qui mérite. Ex.: Krid_ind_a (digne de foi);
rid_ind_a (ridicule).

_Ing_ indique l'objet dans lequel s'introduit quelque chose. Ex.:
ŝraŭb_ing_o (écrou); glav_ing_o (fourreau de sabre).

_Ist_ indique le métier, la profession. Ex.: Kuir_ist_o (cuisinier);
kuir_ist_ino (cuisinière).

_Uj_ indique le contenant, ce qui porte. Ex.: Sup_uj_o (soupière);
pom_uj_o (pommier).

_Ul_ indique un être caractérisé par le mot racine. Ex.: Jun_ul_o
(jeune homme); scienc_ul_o (savant).

_Um_ sens indéterminé, complète le sens du mot racine. Ex.: Kol_um_o
(col de chemise); man_um_o (manchette).


V.--NUMÉRATION

  +==============+==============+=============+=============+
  |        1     |      11      |      21     |      31     |
  |      unu     |    dek-unu   |  dudek-unu  | tridek-unu  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |        2     |      12      |      22     |      32     |
  |       du     |    dek-du    |  dudek-du   | tridek-du   |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |        3     |      13      |      23     |      33     |
  |      tri     |    dek-tri   |  dudek-tri  | tridek-tri  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |        4     |      14      |      24     |      34     |
  |     kvar     |    dek-kvar  |  dudek-kvar | tridek-kvar |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |        5     |      15      |      25     |      35     |
  |     kvin     |    dek-kvin  |  dudek-kvin | tridek-kvin |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |        6     |      16      |      26     |      36     |
  |      ses     |    dek-ses   |  dudek-ses  | tridek-ses  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |        7     |      17      |      27     |      37     |
  |      sep     |    dek-sep   |  dudek-sep  | tridek-sep  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |        8     |      18      |      28     |      38     |
  |       ok     |    dek-ok    |  dudek-ok   | tridek-ok   |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |        9     |      19      |      29     |      39     |
  |      naŭ     |    dek-naŭ   |  dudek-naŭ  | tridek-naŭ  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       10     |      20      |      30     |      40     |
  |      dek     |    dudek     |   tridek    |  kvardek    |
  +==============+==============+=============+=============+
  |       41     |       51     |      61     |      71     |
  | kvardek-unu  | kvindek-unu  | sesdek-unu  | sepdek-unu  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       42     |       52     |      62     |      72     |
  | kvardek-du   | kvindek-du   | sesdek-du   | sepdek-du   |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       43     |       53     |      63     |      73     |
  | kvardek-tri  | kvindek-tri  | sesdek-tri  | sepdek-tri  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       44     |       54     |      64     |      74     |
  | kvardek-kvar | kvindek-kvar | sesdek-kvar | sepdek-kvar |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       45     |       55     |      65     |      75     |
  | kvardek-kvin | kvindek-kvin | sesdek-kvin | sepdek-kvin |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       46     |       56     |      66     |      76     |
  | kvardek-ses  | kvindek-ses  | sesdek-ses  | sepdek-ses  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       47     |       57     |      67     |      77     |
  | kvardek-sep  | kvindek-sep  | sesdek-sep  | sepdek-sep  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       48     |       58     |      68     |      78     |
  | kvardek-ok   | kvindek-ok   | sesdek-ok   | sepdek-ok   |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       49     |       59     |      69     |      79     |
  | kvardek-naŭ  | kvindek-naŭ  | sesdek-naŭ  | sepdek-naŭ  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       50     |       60     |      70     |      80     |
  |    kvindek   |     sesdek   |   sepdek    |    okdek    |
  +==============+==============+=============+=============+
  |       81     |       86     |      91     |      96     |
  |   okdek-unu  |   okdek-ses  | naŭdek-unu  | naŭdek-ses  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       82     |       87     |      92     |      97     |
  |   okdek-du   |   okdek-sep  | naŭdek-du   | naŭdek-sep  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       83     |       88     |      93     |      98     |
  |   okdek-tri  |   okdek-ok   | naŭdek-tri  | naŭdek-ok   |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       84     |       89     |      94     |      99     |
  |   okdek-kvar |   okdek-naŭ  | naŭdek-kvar | naŭdek-naŭ  |
  +--------------+--------------+-------------+-------------+
  |       85     |       90     |      95     |     100     |
  |   okdek-kvin |     naŭdek   | naŭdek-kvin |    cent     |
  +==============+==============+=============+=============+

Le nombre ordinal se forme en ajoutant _a_ au nombre cardinal. Ex.:
Tridek_a_ (trentième).

L'adverbe se forme en ajoutant _e_ au cardinal. Ex.: Tridek_e_
(trentièmement).

Les nombres fractionnaires se forment au moyen du suffixe _on_.
Ex.: Un tiers se dit unu tri_on_o; dix douzièmes (10/12) se dit dek
dekdu_on_oj.


Nous terminerons le chapitre relatif à l'espéranto par la traduction
en cette langue du texte français de la Chanterelle comestible. Nous
ajouterons que nous avons longuement profité de la connaissance
approfondie que possède en cette matière M. C. Rousseau, de
Levallois-Perret, espérantiste distingué et auteur du _Poliglota
vade-mecum Internacia pharmaco_, publié par la librairie Hachette.

M. C. Rousseau, avec la plus grande bienveillance, a bien voulu revoir
la partie ayant trait à l'espéranto et nous tenons à l'en remercier.


CHANTERELLE COMESTIBLE

Chapeau charnu, consistant, convexe, puis concave se creusant en
entonnoir, à bords plus ou moins sinueux, ondulés, crépus et enroulés
en dessous, glabre sec, assez souvent plus prolongé d'un côté que de
l'autre, chamois, jaune orangé, jaune d'œuf, quelquefois jaune pâle,
rarement blanc ou blanchâtre, diamètre 3 à 5 centimètres. Feuillets
épais turgescents, bifurqués deux ou trois fois, très décurrents, de la
couleur du chapeau. Pied plein épais supérieurement, atténué de haut en
bas, souvent courbé à la base. Chair blanche compacte, odeur agréable.
Saveur douce très légèrement piquante ou poivrée.

Habitat.--Dans les bois où il forme des groupes plus ou moins étendus.
Eté, automne.

Connue sous les noms vulgaires de chevrille, chevrotte, etc., cette
espèce constitue, bien que sa chair soit un peu coriace, une excellente
plante que l'on devrait chercher à conserver, soit comme aliment,
soit comme condiment. On fait, en effet, un très fréquent usage de ce
champignon.


«CANTHARELLUS» MANĜEBLA

Ĉapelo pulpa, firma, unue konveksa, poste iĝanta konkava kaj
funelforma, kun randoj pli-malpli malrektaj, ondformaj, krispaj, kaj
suben volvataj; senharo seka, oftete plietendiĝanta unuflanken; koloro
ĉambruna, flavoranĝa, ovflava, iafoje palflava, malofte blanka aŭ
dubeblanka; diametro tri oŭ kvar centimetrojn.

Lamenoj dikaj, intumeskaj, du-trifoje forkiĝantaj, tre deklivaj apud
la piedon, samkoloraj kiel la ĉapelo. Piedo plena, dika supre, pli
maldikiĝanta malsupren, ofte kurba ĉe la bazo, karno blanka, densa;
agrabla odoro, gusto dolĉa, iomete pikanta aŭ pipra.

Kreskejo: en la arbaroj, kie ĝi grupiĝas laŭ aroj pli-malpli vastaj,
dum la somero kaj aŭtuno.

Vulgare nommata «Chevrille», «Chevrotte» k. t. p. Tiu speco estas,
kvankam ĝia karno estas iom malmola, bonega kreskaĵo konservinda kiel
manĝaĵo aŭ spicaĵo: efektive tiu fungo estas tre uzata.



TABLE ALPHABÉTIQUE

des noms latins, français ou vulgaires des espèces figurées, décrites
ou citées.


L'_italique_ désigne les noms latins, l'=égyptienne= les grandes
divisions.

  Page
  ou Planche.

  =Agaricinées=, I, 146, 148

  Agaric atténué, I, 141

  ---- tue-mouches, I, 2

  Amadouvier, I, 138

  _Amanita Cæsarea_, I, 1, 118, 122

  ---- _citrina_, I, 4, 95

  ---- _muscaria_, I, 2, 95, 139

  ---- _ovoidea_, I, 118

  ---- ----, II, 2

  ---- _pantherina_, I, 5, 95

  ---- _phalloides_, I, 3, 95

  ---- _rubescens_, I, 6, 118

  ---- _spissa_, II, 1

  ---- _vaginata_, I, 8

  ---- _verna_, I, 7, 95

  Amanite citrine, I, 4

  ---- des Césars, I, 1

  ---- épaisse, II, 1

  ---- ovoïde, II, 2

  ---- panthère, I, 5

  ---- phalloïde, I, 3

  ---- printanière, I, 7

  ---- rougeâtre, I, 6, 118

  ---- vaginée, I, 8

  Argouane, I, 22, 119

  ---- des prairies, I, 119

  ---- ----, II, 12

  _Armillaria bulbigera_, II, 5

  ---- _luteo-virens_, II, 4

  ---- _mellea_, I, 11

  Armillaire bulbeux, II, 5

  ---- couleur de miel, I, 11

  Armillaire jaune verdâtre, II, 4

  _Astreus hygrometricus_, II, 60

  Astre hygrométrique, II, 60

  _Auricularia mesenterica_, II, 58

  Auriculaire mésentérique, II, 58

  =Auriculariées=, I, 147, 159


  Barbe de chêne, I, 53

  ---- de vache, I, 52

  Bérigoule, I, 22

  Bise vraie, I, 31

  _Boletus aereus_, I, 44, 120

  ---- _aurantiacus_, I, 122

  ---- _badius_, I, 49

  ---- _bovinus_, II, 43

  ---- _chrysenteron_, II, 41

  ---- _edulis_, I, 45, 120, 122

  ---- _granulatus_, I, 121

  ---- _luridus_, I, 50

  ---- _luteus_, I, 48, 121

  ---- _parasiticus_, II, 42

  ---- _scaber_, I, 46, 121

  ---- _strobilaceus_, II, 43

  ---- _subtomentosus_, II, 41

  ---- _variegatus_, II, 44

  ---- _versipellis_, I, 121

  Bolet à chair jaune, II, 41

  ---- blême, I, 50

  ---- bronzé, I, 44, 120

  ---- des bouviers, II, 43

  ---- fauve, I, 49

  ---- jaune, I, 48

  ---- parasite, II, 42

  ---- pomme de pin, II, 43

  ---- rude, I, 46, 121

  ---- varié, II, 44

  Boule de neige, I, 40, 120

  Boulé, II, 2

  Briqueté, I, 24

  Bruguet, I, 45

  Brunette, I, 120

  _Bulgaria inquinans_, II, 62

  Bulgarie salissante, II, 62


  _Calocera flammea_, II, 58

  ---- _viscosa_, II, 58

  Calocère visqueuse, II, 58

  Campagnol, I, 1

  _Cantharellus aurantiacus_, I, 23

  _Cantharellus aurantiacus_, II, 19

  _Cantharellus cibarius_, I, 23, 120, 122

  _Cantharellus tubæformis_, II, 20

  Cèpe, I, 45

  ---- comestible, I, 45, 120

  ---- noir, I, 43

  Champignon à la bague, I, 9

  ---- de couche, I, 39, 72, 139

  Champignon des bruyères, I, 40

  Champignon des prés, I, 39

  Champignon du fumier, I, 39

  ---- polonais, I, 45

  Chanterelle comestible, I, 23, 120

  ---- en tube, II, 20

  Chanterelle orangée, I, 23

  ---- ----, II, 19

  Charbonnier, I, 32

  Chavane, I, 25

  Chênier, I, 18

  Chevalier, I, 15

  Chevrotte, I, 23

  _Clathrus ruber_, II, 61

  Clathre rouge, II, 61

  _Clavaria amethystina_, I, 121

  ---- _aurea_, I, 53

  ---- _botrytis_, I, 53, 121

  ---- _cinerea_, I, 121

  ---- _coralloides_, I, 121

  ---- _flava_, I, 53, 121

  ---- _formosa_, I, 53, 121

  ---- _fusiformis_, I, 121

  ---- ----, II, 56

  ---- _pistillaris_, II, 56

  Clavaire améthyste, I, 121

  ---- cendrée, I, 121

  ---- coralloïde, I, 121

  ---- dorée, I, 53

  ---- élégante, I, 53, 121

  ---- en grappe, I, 53, 121

  ---- en pilon, II, 56

  ---- fusiforme, I, 121

  ---- ----, II, 56

  ---- jaunâtre, I, 53

  =Clavariées=, I, 148, 159

  _Clitocybe gigantea_, II, 15

  ---- _geotropa_, I, 119

  ---- ----, II, 15

  ---- _infundibuliformis_, II, 16

  _Clitocybe inversa_, II, 14

  ---- _laccata_, I, 20

  ---- _maxima_, II, 15

  ---- _nebularis_, I, 19, 74, 119

  ---- _odora_, I, 119

  Clitocybe géant, II, 15

  ---- géotrope, I, 119

  Clitocybe géotrope, II, 15

  ---- infundibuliforme, II, 16

  Clitocybe laqué, I, 20

  ---- nébuleux, I, 19, 119

  ---- odorant, I, 119

  ---- retourné, II, 14

  _Clitopilus orcella_, I, 36

  ---- _prunulus_, I, 36, 121

  Clitopile orcelle, I, 36

  _Collybia fusipes_, I, 18, 119

  ---- ----, II, 35

  ---- ---- var. _œdematopus_, I, 18

  _Collybia radicata_, II, 17

  ---- _velutipes_, II, 35

  Collybie à pied en fuseau, I, 18, 119

  Collybie à pied velu, II, 35

  ---- enracinée, II, 17

  ---- radiqueuse, II, 17

  Columelle, I, 9

  _Cortinarius armillatus_, II, 33

  ---- _Berkeleyi_, II, 32

  ---- _bolaris_, II, 34

  ---- _cinnabarinus_, II, 34

  ---- _cœrulescens_, II, 31

  ---- _hœmatochœlis_, II, 33

  _Cortinarius præstans_, II, 32

  ---- _torvus_, II, 32

  Cortinaire à bracelets, II, 33

  ---- bleuâtre, II, 31

  ---- couleur de brique, II, 34

  Cortinaire de Berkeley, II, 32

  ---- rouge cinabre, II, 34

  Couamelle, I, 9

  Coucoumelle, I, 8

  ---- blanche, II, 2

  Couleuvrée, I, 9

  _Coprinus atramentarius_, I, 138

  ---- _comatus_, I, 43

  ---- _ovatus_, I, 43

  Coprin chevelu, I, 43

  Coprin ovale, I, 43

  Corne d'abondance, I, 54

  _Cortinarius violaceus_, I, 37

  Cortinaire violet, I, 37

  _Craterellus cornucopioides_, I, 54, 121, 122

  Craterelle corne d'abondance, I, 54, 121


  Dorade, I, 1

  Dédalée du chêne, II, 52

  =Discomycètes=, I, 143, 144, 161

  _Dædalea quercina_, II, 52


  Eauburon, I, 25

  Encrier, I, 138

  _Entoloma clypeatum_, I, 35, 119

  ---- _lividum_, I, 35, 96

  ---- _sinuatum_, I, 35

  Entolôme en bouclier, I, 35, 119

  ---- livide, I, 35

  Ergot de seigle, I, 139

  Erinace, I, 52


  _Fomes fomentarius_, II, 49

  Fausse Golmotte, I, 5

  ---- Oronge, I, 2, 139

  Faux Cèpe, I, 50

  ---- Jazeran, I, 2

  ---- Mousseron, I, 34

  _Fistulina hepatica_, I, 51

  Fistuline hépatique, I, 51

  Foie de Bœuf, I, 51


  =Gastéromycètes=, I, 143, 144, 160

  _Geaster hygrometricus_, II, 60

  Gendarme noir, I, 43

  Gingoule, I, 22

  Girondelle, I, 23

  Glu de chêne, I, 51

  Golmotte, I, 6

  _Gomphidius viscidus_, II, 39

  Gomphide visqueux, II, 39

  Goutte d'encre, I, 138

  Grisette, I, 8

  Grisotte, I, 9

  Gros pied, I, 45, 120

  _Guepinia helvelloides_, II, 57

  _Gyrocephalus helvelloides_, II, 57

  ---- _rufus_, II, 57

  Gyrocéphale helvelloïde, II, 57

  ---- rouge, II, 57

  Gyrole, I, 23

  ---- rouge, I, 46

  _Gyromitra esculenta_, I, 121

  Gyromitre comestible, I, 121


  _Hebeloma crustuluniformis_, II, 35

  Hébélôme échaudé, II, 35

  _Helvella crispa_, I, 63, 121

  ---- _lacunosa_, I, 62

  Helvelle crépue, I, 63, 121

  ---- lacuneuse, I, 62

  Hydne sinué, I, 52

  ---- gélatineux, II, 55

  ---- hérisson, II, 54

  ---- imbriqué, II, 55

  =Hydnées=, I, 146, 158

  _Hydnum erinaceum_, II, 54

  ---- _gelatinosum_, II, 55

  ---- _imbricatum_, I, 121, 122

  ---- ----, II, 55

  ---- _repandum_, I, 52, 122

  ---- _rufescens_, I, 121

  _Hygrophorus conicus_, II, 22

  ---- _cossus_, II, 23

  ---- _eburneus_, I, 120

  ---- ----, II, 23

  ---- _olivaceo-albus_, I, 21

  _Hygrophorus pudorinus_, I, 120

  ---- _virgineus_, I, 120

  Hygrophore blanc d'ivoire, I, 120

  Hygrophore blanc d'ivoire, II, 23

  Hygrophore conique, II, 22

  ---- olivacé-blanc, I, 21

  Hygrophore pudique, I, 120

  ---- virginal, I, 120

  =Hyménomycètes=, I, 143, 146

  _Hypholoma fasciculare_, I, 42

  Hypholôme fasciculé, I, 42


  Jaunet, I, 35

  Jaunette, I, 23

  Jaseran, I, 1


  _Lactarius controversus_, I, 28

  ---- _deliciosus_, I, 24, 97, 120, 122

  ---- _piperatus_, I, 25, 120

  ---- _sanguifluus_, I, 24

  ---- _scrobiculatus_, II, 21

  ---- _torminosus_, I, 27

  ---- _volemus_, I, 26, 120

  Lactaire aux tranchées, I, 27

  ---- délicieux, I, 24, 120

  ---- orangé, I, 26, 120

  ---- poivré, I, 25, 120

  ---- scrobiculé, II, 21

  ---- taché, I, 28

  Langue de bœuf, I, 51

  Lathyron, I, 28

  _Lepiota cristata_, II, 3

  ---- _erminea_, I, 118

  ---- _excoriata_, I, 118

  ---- _procera_, I, 9, 119, 122

  ---- _pudica_, I, 10, 118

  ---- _rhacodes_, I, 9

  Lépiote écorchée, I, 118

  ---- élevée, I, 9, 119

  ---- en crête, II, 3

  ---- erminée, I, 118

  ---- pudique, I, 10, 118

  ---- raboteuse, I, 9

  _Lycoperdon cælatum_, I, 56

  _Lycoperdon gemmatum_, I, 56

  ---- _giganteum_, I, 55, 71


  Mainotte, I, 53

  Marasme faux-Mousseron, I, 34, 120

  _Marasmius oreades_, I, 34, 120, 122

  ---- _scorodonius_, I, 121

  _Merisma giganteus_, II, 46

  Mérule pleureur, II, 53

  _Merulius destruens_, II, 53

  ---- _lacrymans_, II, 53

  Mitre d'évêque, I, 62

  _Morchella conica_, I, 60, 122

  ---- _elata_, I, 60

  ---- _esculenta_, I, 59

  ---- _esculenta_ var. _rotunda_, I, 59, 122

  _Morchella esculenta_, var. _vulgaris_, I, 59

  _Morchella hortensis_, I, 141

  ---- _semi-libera_, I, 61, 122, 141

  Morille comestible, I, 59

  ---- conique, I, 60

  ---- élevée, I, 60

  ---- grise, I, 59

  ---- jaune, I, 59

  ---- ronde, I, 59

  ---- semi-libre, I, 61

  Morillon, I, 61

  Morton, I, 27

  Mousseron, I, 12, 36

  ---- d'automne, I, 34

  ---- de Dieppe, I, 34

  ---- de la Saint-Georges, I, 12, 119

  Mousseron Godaille, I, 34

  ---- gris, I, 35

  ---- pied dur, I, 34

  Mouton zoné, I, 27

  _Mycena epipterygia_, II, 18

  ---- _pura_, II, 18

  Mycène des fougères, II, 18

  Mycène pure, II, 18

  Mujolo, I, 1


  Nouret, I, 21


  Oignon de loup, I, 50

  Oreille de chardon, I, 22

  ---- de chat, I, 58

  ---- ---- blanche, I, 63

  ---- de Judas, I, 62

  Oronge blanche, I, 118

  ---- ----, II, 2

  ---- ciguë blanche, I, 7

  ---- vineuse, I, 6

  ---- vraie, I, 1, 75, 103, 118

  Ounégal, I, 1


  Palombette, I, 31

  Palomet, I, 31

  _Panus stypticus_, II, 28

  Panus styptique, II, 28

  Paturon blanc, I, 40

  _Paxillus atro-tomentosus_, II, 36

  ---- _involutus_, I, 38

  Paxille enroulé, I, 38

  ---- noir-tomenteux, II, 36

  Perfide (le), I, 35

  _Peziza acetabulum_, I, 57, 121, 122

  ---- _aurantia_, II, 63

  ---- _venosa_, I, 58, 121, 122

  Pézize orangée, II, 63

  ---- en coupe, I, 57

  ---- veinée, I, 58, 121

  _Phallus caninus_, II, 59

  ---- _imperialis_, II, 59

  ---- _impudicus_, II, 59

  Phallus de chien, II, 59

  ---- puant, II, 59

  _Pholiota ægerita_, I, 119

  ---- _cylindracea_, I, 141

  ---- _mutabilis_, I, 121

  ---- _radicosa_, II, 37

  ---- _squarrosa_, II, 38

  Pholiote égérite, I, 119

  ---- radiqueuse, II, 37

  Pholiote squarreuse, II, 38

  Pibaulado, I, 141

  Pied bleu, I, 13, 142

  Pied de coq, I, 53

  ---- de mouton blanc, I, 52

  Pivoulade, I, 11

  _Pleurotus Eryngii_, I, 30, 119

  ---- _glandulosus_, I, 21

  ---- _olearius_, I, 78

  ---- _ostreatus_, I, 29, 119

  Pleurote de l'Eryngium, I, 30, 119

  Pleurote de l'olivier, I, 78

  ---- en coquille, I, 29, 119

  ---- glanduleux, I, 21

  _Pluteus cervinus_, II, 30

  Pluteus des cerfs, II, 30

  _Polyporus betulinus_, II, 45

  ---- _confluens_, I, 121

  ---- _fomentarius_, I, 138

  ---- ----, II, 49

  ---- _frondosus_, I, 44

  ---- _giganteus_, II, 46

  ---- _hispidus_, I, 138

  ---- _intybaceus_, I, 47

  ---- _leucomelas_, II, 51

  ---- _lucidus_, II, 50

  ---- _officinalis_, I, 139

  ---- _ovinus_, I, 121

  ---- _perennis_, II, 51

  ---- _squamosus_, II, 47

  ---- _sulfureus_, I, 121, 138

  ---- ----, II, 48

  Polypore amadouvier, II, 49

  ---- blanc-noir, II, 51

  ---- chicorée, I, 47

  ---- ----, I, 138

  ---- du bouleau, II, 45

  ---- du mélèze, I, 139

  ---- en bouquet, I, 44

  ---- gigantesque, II, 46

  ---- luisant, II, 50

  Polypore pérennant, II, 51

  ---- soufré, II, 48

  ---- squameux, II, 47

  ---- tubérastre, I, 92, 141

  =Polyporées=, I, 146, 156

  Potiron, I, 39, 45

  Poule de bois, I, 21, 44

  _Pratella arvensis_, I, 40, 119, 122

  ---- _Bernardii_, I, 39, 119

  ---- _campestris_, I, 39, 119, 122

  ---- _hæmorrhoidea_, I, 39

  ---- _xanthoderma_, I, 41

  Pratelle champêtre, I, 39, 119

  ---- de Bernard, I, 119

  ---- des jachères, I, 40, 119

  ---- jaunissante, I, 41

  _Psalliota_, I, 155


  Rabasse, I, 64

  Raffouet, I, 27

  Ragoule, I, 22

  Ringoule, I, 22

  Roumanet, I, 1

  Roussette, I, 28

  Roussile, I, 47

  Rouzillon, I, 24

  _Russula alutacea_, I, 121

  ---- _cyanoxantha_, I, 32, 120

  ---- _delica_, I, 120

  ---- ----, II, 25

  ---- _emetica_, I, 22

  ---- _fellea_, I, 33

  ---- _fœtens_, I, 33

  ---- _Linnæi_, II, 26

  ---- _nigricans_, II, 27

  ---- _ochroleuca_, II, 24

  ---- _Queletii_, II, 26

  ---- _rubra_, II, 26

  ---- _sanguinea_, II, 26

  ---- _virescens_, I, 31, 120

  Russule chicotin, I, 33

  ---- cyanoxanthe, I, 32, 120

  ---- délicate, I, 120

  Russule émétique, I, 22

  ---- fétide, I, 33

  ---- jaunâtre, II, 24

  ---- noircissante, II, 27

  ---- rouge, II, 26

  ---- sevrée, II, 25

  ---- vert-de-gris, I, 31, 120


  _Schizophyllum commune_, II, 28

  Schizophylle commun, II, 28

  _Scleroderma vulgare_, II, 60

  Scléroderme vulgaire, II, 60

  Souquarel, I, 11

  _Sparassis crispa_, I, 121

  _Spathularia flavida_, II, 61

  Spathulaire jaunâtre, II, 61

  _Stropharia æruginosa_, II, 40

  Strophaire érugineux, II, 40


  Temoulo, I, 47

  _Terfezia Leonis_, I, 121

  Terfez du Lion, I, 121

  Tête de Méduse, I, 11

  ---- de nègre, I, 43

  Toute blanche, I, 10

  =Trémellacées=, I, 148, 160

  _Tremellodon gelatinosum_, II, 55

  _Tricholoma acerbum_, II, 10

  ---- _albellum_, I, 12, 119

  ---- _album_, II, 11

  ---- _argyraceum_, I, 119

  ---- _equestre_, I, 15

  ---- _gambosum_, I, 12

  ---- _Georgii_, I, 12, 122

  ---- _imbricatum_, II, 8

  ---- _murinaceum_, I, 119

  ---- _nudum_, I, 13, 122, 142

  ---- _panœolum_, I, 75, 119

  ---- ----, II, 12

  ---- _personatum_, I, 13, 119

  ---- _pessundatum_, I, 13, 119

  _Tricholoma portentosum_, I, 119

  ---- _russula_, I, 17

  ---- _rutilans_, II, 13

  ---- _sævum_, I, 13

  ---- _sævum_, II, 6

  ---- _sordidum_, I, 13

  ---- _sulfureum_, II, 9

  ---- _terreum_, I, 16

  ---- _tristis_, I, 119

  ---- _tumidum_, II, 7

  ---- _vaccinum_, II, 8

  Tricholôme acerbe, II, 10

  ---- argouane, II, 12

  ---- argyracé, I, 119

  ---- blanc, II, 11

  ---- chatoyant, I, 119

  ---- couleur de soufre, II, 9

  Tricholôme couleur de vache, II, 8

  Tricholôme de la Saint-Georges, I, 12

  Tricholôme équestre, I, 15

  ---- gonflé, II, 7

  ---- gris de souris, I, 119

  ---- nu, I, 13.

  ---- prétentieux, I, 119

  ---- ruiné, I, 14, 119

  ---- russule, I, 17

  ---- rutilant, II, 13

  ---- sinistre, II, 6

  ---- terreux, I, 16

  ---- travesti, I, 119

  ---- triste, I, 119

  Tripette, I, 53

  Trompette des morts, I, 54

  Truffe à spores noires, I, 64

  ---- des gourmets, I, 64

  ---- du Périgord, I, 64

  ---- violette, I, 64

  _Tuber brumale_, I, 121

  ---- _melanosporum_, I, 64

  Tubéracées, I, 143, 146, 164


  Vache, I, 26

  ---- blanche, I, 25

  Vache rouge, I, 24

  Vachotte, I, 26

  Vélo, I, 26

  Verdette, I, 31

  _Verpa digitaliformis_, I, 122

  Vesse-loup ciselée, I, 56

  ---- gigantesque, I, 55

  ---- perlée, I, 56

  Viau, I, 26

  Videau, I, 35

  _Volvaria gloiocephala_, I, 95

  ---- _speciosa_, I, 95

  ---- ----, II, 29

  Volvaire élégante, II, 29

  ---- remarquable, II, 29


  Xylaire hypoxyle, II, 64

  ---- polymorphe, II, 65

  _Xylaria hypoxylon_, II, 64

  ---- _polymorpha_, II, 65



TABLE GÉNÉRALE DES MATIÈRES


  PRÉFACE                                                            I

  PARTIE I. Explication des planches                                 1

  PARTIE II. Généralités                                            66

    Chapitre    I.--Classification des champignons                  68

                    Liste des tableaux de détermination des
                    champignons, en groupes, familles et
                    genres                                          78

       --      II.--Causerie sur les Hyménomycètes                  97

       --     III.--Causerie sur les Gastéromycètes                101

       --      IV.--Causerie sur les Discomycètes                  105

       --       V.--Causerie sur les Tubéromycètes                 109

       --      VI.--Photographie des champignons                   111

       --     VII.--Les ressources du microscope                   131

       --    VIII.--L'esperanto et la mycologie                    139

  Table alphabétique des noms latins, français ou vulgaires
    des espèces figurées, décrites ou citées dans les deux séries  153

  Table générale                                                   160



AVIS


Nous recommandons vivement aux personnes désirant s'occuper
sérieusement des champignons et qui possèdent déjà nos deux Atlas de
poche par =DUMÉE=, Série I et II:

1º Notre =Atlas de Champignons de France, Suisse et Belgique=, par
Léon ROLLAND (page 5 du catalogue inséré à la fin de ce volume).

2º Les ouvrages de =GILLET= (voir le détail, page 4 du même
catalogue).

3º Enfin notre =Amateur de Champignons= qui, huit fois par an,
viendra entretenir le lecteur de questions mycologiques (page 6 du même
catalogue).

_Des spécimens de ces ouvrages sont envoyés franco sur demande._


  Paris.--Imp. J. Mersch, 17, villa d'Alésia.
  Les planches ont été tirées sur presses à platine «Victoria»
  Dervaux, 61, Faubourg Saint-Denis, Paris.



Liste des modifications


Page 6: «sœvum» remplacé par «sævum».

Page 6: «Ajourd'hui» a été remplacé par «Aujourd'hui».

Page 15: «ou forme» remplacé par «où il forme» (on le récolte en
été-automne dans les bois un peu frais, où il forme quelquefois des
cercles de nombreux individus).

Page 26: «on» remplacé par «ou» (susceptible de pâlir ou de se
modifier).

Page 52: «Dœdalea» remplacé par «Dædalea».

Page 75: «ehampignons» au lieu de «champignons».

Page 103: «insconsciemment» remplacé par «inconsciemment».

Page 107: «on» remplacé par «ou» (rondes ou ovales).

Page 142: «chink» remplacé par «chinko» [ŝinko (jambon) se prononce
chinko].

Page 144: «costas» remplacé par «kostas» et «umi» par «unu» (ĝi kostas
du frankojn por unu metro).

Page 145: «amenta» remplacé par «amanta» (mi _estos_ amanta).

Page 146: «Acideko» remplacé par «Acideco» et «amikeko» par «amikeco»
[Acideco (acidité); amikeco (amitié)].

Page 152: «krankam» remplacé par «kvankam» (Tiu speco estas, kvankam
ĝia karno estas iom malmola).

Page 155: «Dœdalea» remplacé par «Dædalea».

Page 157: «faux-Mousseseron» remplacé par «faux-Mousseron».





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "- To be updated" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home