Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Correspondance - Les lettres et les arts
Author: Zola, Émile
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Correspondance - Les lettres et les arts" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                              ÉMILE ZOLA

                            CORRESPONDANCE


                      --LES LETTRES ET LES ARTS--


                            TROISIÈME MILLE



                                 PARIS

                       BIBLIOTHÈQUE-CHARPENTIER

                       EUGÈNE FASQUELLE, ÉDITEUR

                        11, RUE DE GRENELLE, 11


                                 1908


                   *       *       *       *       *


                            CORRESPONDANCE

                      --LES LETTRES ET LES ARTS--


                   *       *       *       *       *


                              ÉMILE ZOLA



                            CORRESPONDANCE

                      --LES LETTRES ET LES ARTS--


                            TROISIÈME MILLE


                                 PARIS

                       BIBLIOTHÈQUE-CHARPENTIER

                       EUGÈNE FASQUELLE, ÉDITEUR

                        11, RUE DE GRENELLE, 11


                                 1908

                         Tous droits réservés.


                   *       *       *       *       *


                     IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE:

            _15 exemplaires numérotés sur papier du Japon_

          _50 exemplaires numérotés sur papier de Hollande._


                   *       *       *       *       *


                           AVIS DE L'ÉDITEUR


La _Correspondance_ d'Émile Zola est publiée en trois parties
distinctes:

La première, qui forme la matière du premier volume, comprend les
lettres de jeunesse, celles que l'écrivain, alors à ses débuts,
écrivait à trois de ses amis et condisciples;

Les lettres touchant à des questions littéraires ou artistiques et
adressées pour la plupart à des confrères font l'objet du présent
volume;

Le troisième volume contiendra exclusivement des lettres relatives à
l'Affaire Dreyfus.

                                                         E. F.


                   *       *       *       *       *


                            CORRESPONDANCE

                      --LES LETTRES ET LES ARTS--



                      LETTRES A ANTONY VALABRÈGUE


Les lettres qu'on va lire ont été écrites par Émile Zola au début de
sa carrière. Il avait noué des relations d'amitié, à Aix-en-Provence,
avec le poète Antony Valabrègue, âgé alors de dix-neuf ans et qui
faisait ses premiers essais dans la littérature. Celui-ci venait de
temps à autre à Paris, avant d'y être fixé définitivement, et, dans
l'intervalle de ces voyages, une correspondance s'échangea entre les
deux jeunes gens.

Zola, de quelques années plus âgé que son ami, lui raconte ses premiers
succès, lui fait part de ses projets et de ses théories littéraires,
lui parle de ses découragements et de ses espérances, et cherche à lui
faire partager ses idées, tout en donnant au débutant des conseils et
des avis.

Le romancier appelle son ami à Paris, auprès de lui. Il voudrait
l'entraîner dans la mêlée littéraire; mais l'esprit contemplatif du
jeune homme n'était pas porté vers le roman; son tempérament le dirigea
vers la critique littéraire, et plus tard, vers la critique d'art où
il se fit rapidement un nom, tout en restant poète jusqu'à sa dernière
heure.

M. Emile Blémont, dans la préface qu'il a écrite pour le volume des
poésies posthumes d'Antony Valabrègue paru en 1902--_l'Amour des Bois
et des Champs,_--cite quelques passages de cette correspondance, dans
lesquels Émile Zola envoie des appels pressants à son ami resté à Aix.

Les lettres que nous publions, dans ce chapitre à part, ont été écrites
d'une façon suivie de 1864 à 1867. A ce moment, Antony Valabrègue
s'installa à Paris, et débuta avec des vers dans _L'Artiste_, dirigé
par Arsène Houssaye, à qui Zola l'avait très chaudement recommandé.
A cette époque les deux amis se voyaient fréquemment, et la
correspondance cessa naturellement.

La guerre dispersa les uns et les autres. Émile Zola, à qui le médecin
avait conseillé de conduire sa femme dans le Midi, se décida à quitter
Paris pour aller installer sa mère et sa femme près de Marseille, chez
des amis; quand il voulut revenir, c'était impossible, Paris était
bloqué. Il resta donc à Marseille et y fonda, pour occuper ses loisirs
forcés, un journal: _La Marseillaise_. Antony Valabrègue fut incorporé
dans la garde mobile des Bouches-du-Rhône. Quelques lettres furent
échangées de Bordeaux, en 1871, où les deux amis se rejoignirent après
l'armistice.

Les années suivantes ne nous donnent plus que de courts billets sans
intérêt littéraire, mais qui témoignent que l'amitié des années de
début s'est toujours conservée chez les deux écrivains.


                                   I


                                             Paris, le 21 avril 1864.

    Mon cher Valabrègue,


Je vous écris au courant de la plume, en homme pressé, non pas que
j'aie beaucoup de besogne en ce moment, mais je suis tellement
paresseux que je me hâte toujours de terminer le travail commencé, pour
ne plus rien faire ensuite.

Parlons de moi. Voilà un sujet intarissable et sur lequel j'ai au
moins le mérite d'écrire en toute science. Vous me demandez si je n'ai
plus d'ennuis chez M. Hachette. La question est délicate. A vous dire
vrai, la réponse m'embarrasse. Je ne sais pas bien moi-même jusqu'à
quel point j'ai le droit de me plaindre; la grande sagesse serait
assurément d'avoir une belle indifférence pour les menus détails et
de vivre en pensée où il me plairait. J'essaye d'avoir cette sagesse;
je suis souvent en Provence, souvent au delà des mers, plus souvent
encore au delà des étoiles; ce qui me permet de n'être presque jamais
à mon bureau. Permettez-moi donc de ne pas répondre à votre première
question; je m'ennuierais certainement à la librairie, si j'avais
toujours conscience de m'y trouver.--Vous me demandez ensuite si j'ai
des nouvelles des Jeux-Floraux. D'excellentes: aucune de mes pièces
n'est couronnée. Qu'allais-je faire dans cette galère? Me voilà dans
une fâcheuse position: je ne puis plus me moquer de cette Académie. Il
y a vraiment un peu d'enfantillage dans mon caractère; il est indigne
d'un homme ayant en littérature des opinions bien arrêtées de sacrifier
bêtement à la gloriole. C'est ce que j'ai fait, et je me trouve puni
par mes propres reproches. Je crois que mes deux pièces de vers ont été
préalablement jetées au panier, sans même être admises au concours;
elles auront effarouché les pudiques mainteneurs chargés de maintenir,
dans l'intérêt général, les bonnes mœurs et les bonnes chevilles. Dieu
leur soit en aide dans cette noble tâche.--Vous me demandez encore si
la transcription de mes _Contes_ avance. Je n'ai pas recopié une seule
ligne, et je ne sais quand je commencerai cette besogne. Je voudrais
vous bien faire comprendre ma façon d'agir envers mes manuscrits.
Tant qu'ils sont sur le métier, j'y songe avec amour, je rêve de les
recopier sur du beau papier, très lisiblement; ce sont des enfants
adorés, pour lesquels je prépare les plus riches trousseaux du monde.
Ils naissent peu à peu, ils vivent enfin. Alors se passe en moi un
singulier phénomène. L'enfant me paraît rachitique, sans grâce aucune;
un invincible dégoût me prend, et je laisse de côté ce qui m'a coûté
tant de travail, pour songer à une œuvre nouvelle.--J'ai une meilleure
excuse à vous donner de ma paresse. Les conférences de la rue de la
Paix m'occupent au point que je ne dispose plus que d'une seule soirée
par semaine. J'ai dû rendre compte, successivement, des études les plus
diverses: Chopin, Gil-Blas de Lesage, le Peuple dans Shakespeare et
dans Aristophane, les Caractères de La Bruyère, l'Amour de Michelet,
Molière philosophe, etc. Une telle variété m'oblige à des lectures qui
me prennent tout mon temps. Heureusement, ces conférences vont bientôt
finir. Alors, sans doute, je me remettrai à travailler pour moi; mais
il est fort possible que j'achève un roman commencé depuis deux ans,
sans m'occuper davantage de mes _Contes_. Il s'agit d'avoir beaucoup
d'œuvres dans son secrétaire; il est toujours temps de se mettre en
communication avec les lecteurs.

Parlons de vous maintenant. Vous ne faites rien sous prétexte qu'il
fait chaud. J'aimerais mieux plus de franchise. Quand on ne fait rien,
c'est qu'on a envie de ne rien faire. Je vous gronde, car je crains
pour vous la déplorable influence du milieu dans lequel vous vous
trouvez. Vite, commencez quelque épopée en vingt-quatre chants, ou vous
allez tout doucement vous endormir sans vous en apercevoir. Il n'y
a qu'un rien du bâillement au sommeil, et vous semblez déjà bâiller
terriblement. Vous savez que j'attends de vos vers; je vous forcerai
bien à travailler en promettant de vous applaudir. Songez à toutes les
belles choses que vous avez à faire.

Parlons des autres. Une demi-page, voilà qui est suffisant. Cézanne[1]
a fait couper sa barbe et en a consacré les touffes sur l'autel de
Vénus victorieuse. Baille[2] s'est fait arracher une dent hier soir;
vous pourriez croire que c'est par pure précaution, pour ne plus mordre
au sang; mais je vous dois la vérité: cette dent le faisait beaucoup
souffrir. Tous deux, Baille et Cézanne, Cézanne et Baille, vous
serrent les mains vigoureusement. Si vous voyez Marguery[3], dites-lui
donc qu'il me réponde. C'est très aimable à lui de m'avoir envoyé un
exemplaire du _Fils de Thésée_; mais je ne le tiens pas quitte pour
cela d'une lettre à laquelle j'ai certainement droit. J'aurai peu
d'occasions, dans notre correspondance, de vous parler de ce que je
viens d'appeler _les autres_. Les trois jeunes gens que j'ai nommés ne
sont pas _les autres_ et je leur demande bien pardon de les avoir ainsi
traités; _les autres_, ce sont tous les imbéciles de ce bas monde, tous
ceux qui n'existent pas pour moi. Que de vivants on pourrait enterrer!

Pardon de vous avoir conté si mal des nouvelles si peu intéressantes.
Écrivez-moi aussi souvent que vous voudrez.

Tout à vous.

Ma mère vous remercie de votre bon souvenir.


                                  II


                                            Paris, le 6 juillet 1864.

    Mon cher Valabrègue,


J'ai un million de pardons à vous demander pour le long silence
que j'ai gardé à votre égard. Je ne sais si vous me croirez: mais
je n'ai pu vous répondre plus tôt, faute de temps, certains jours,
faute de gaieté, certains autres. Il serait plus commode, je le sais,
d'expliquer tout ceci par une bonne crise de paresse. Toutefois, ma
paresse travailleuse, comme vous vous plaisez à appeler mon exactitude
ordinaire, n'est certainement pour rien en cette occasion; je serai, si
vous le voulez à toute force, un paresseux paresseux.

Vous voyez, d'ailleurs, que je ne regarde guère au travail. J'ai
pris la plus grande feuille de papier que j'ai pu trouver dans mon
tiroir, estimant qu'on doit, en littérature, infliger la peine du
talion; quatre grandes pages de prose doivent être punies par quatre
grandes pages de prose. Je vais donc emplir tranquillement mon papier,
regardant à la quantité, et non à la qualité. Ce que je veux c'est
m'acquitter, au courant de ma plume, d'une dette que le temps ne ferait
que rendre plus lourde.

A vrai dire, je ne sais trop que vous conter. Je vais être obligé de
répondre à votre bonne et excellente lettre qui m'égorge doucereusement
d'un bout à l'autre. Il est peu décent, je le sais, qu'un auteur
prenne sa défense lui-même. Mais, ma foi, quand on n'a personne sous
la main qui puisse répondre pour vous, il est juste, il me semble,
de ne pas se laisser attaquer sans crier. Je vais donc crier; pas
trop fort, mais tout juste assez pour couvrir votre voix. Ainsi, je
ne l'entendrai plus. Il est si doux de n'écouter que soi et d'avoir
toujours raison! Voici donc ma critique. Et d'abord, permettez-moi
de vous le dire, vous avez parlé contre moi avec moi: tout en disant
ce que je disais moi-même, vous avez semblé ignorer que mon article
renfermait précisément ce que vous l'accusiez d'omettre. Relisez-moi
avec attention, et vous verrez que j'étais complètement de votre avis;
car votre avis est né de ma prose. Je pense devoir, pour plus de
clarté, résumer ici en deux lignes ce que j'ai dit en trois colonnes:
Je crois qu'il y a dans l'étude de la nature, _telle qu'elle est_, une
grande source de poésie; je crois qu'un poète, né avec un _certain
tempérament_, pourra dans les siècles futurs trouver des effets
nouveaux en s'adressant à des connaissances exactes; je ne nie pas,
d'ailleurs, que le champ poétique ne soit immense, que des centaines
de poètes ne puissent y tracer leurs sillons, chaque poète le sien, et
qu'aucun ne ressemblera à celui que j'ai rêvé un instant de creuser;
seulement, s'il existe mille genres de poésie, et si j'en invente
un nouveau, vous ne pouvez, vous le défenseur de ces genres que je
n'attaque pas, me blâmer d'avoir agrandi la carrière déjà si vaste,
et me faire un crime de choisir un sentier plutôt qu'un autre. Vous
dites que je ne vous ai pas convaincu. Mais je n'avais nullement pris à
tâche de vous convaincre. J'ai causé simplement avec moi-même, devant
le public, émettant mes idées, forçant peut-être un peu la note, pour
mieux faire comprendre les beautés que je découvrais dans ce monde
grandiose de la vérité. Ici j'arrive à votre premier reproche, celui
du caractère trop personnel de mon article. Trop personnel! Bon Dieu!
Voudriez-vous que j'aie l'opinion du voisin, ou même celle de toute
une foule? On ne saurait être trop personnel. Ceux qui sont personnels
se nomment Dante, Shakespeare, Rabelais, Molière, Hugo, etc. Ceux-là
n'ont jamais consenti à parler au nom des autres; le _moi_ emplit leurs
œuvres. Je vous le demande, un écrivain peut-il écrire autre chose que:
«Je pense ceci, je crois cela?» Un livre, un article, n'est jamais que
l'opinion, que la pensée d'un seul; il y aurait tromperie à vouloir
nous les donner comme n'étant écrits par personne, et dès qu'ils ont
quelqu'un pour auteur, nous devons voir ce quelqu'un, l'entendre rire
et pleurer, le suivre dans sa raison et dans sa folie. Ce que nous
cherchons dans une œuvre, c'est un homme.

Heureux ceux que l'on retrouve sous la lettre écrite, car ceux-là,
ce sont ceux qui ont un visage connu et aimé. Allez, dites «_moi_»
sans crainte; le jour où votre _moi_ deviendra célèbre, ce sera le
_moi_ de toute une foule.--Pour y revenir, oui certes, mon article
est personnel, et c'est justement ce qui réduit à néant votre seconde
critique. Si mon article est personnel, comment peut-il, ainsi que
vous avez l'air de le craindre, menacer la liberté de toute la tribu
poétique?

Au même instant où vous m'accusez d'être sujet à contradictions, vous
ne vous apercevez pas que vous me blâmez à la fois de parler en mon nom
et pour moi seul, et d'imposer à tous un genre de poésie qui n'existe
encore que dans ma tête.

Je m'arrête, mon cher ami, et je déchirerais cette lettre si elle
n'était si avancée. Êtes-vous bien convaincu, au moins, que nous avons
raison tous les deux? Allez, je fais bon marché de vos arguments, je
céderais volontiers les miens pour deux sous. Si Marguery veut acheter
ma cause, au prix indiqué, je la lui cède et lui conseille de la
défendre honnêtement au nom de la morale et du bien public. Mon grand
poème est à l'état de fœtus, dans le plus profond de mes tiroirs; de
longtemps il ne verra le jour; et vraiment, je crains fort, si je
discourais davantage, que l'ingrat ne m'en ait aucune reconnaissance.
Vous savez ce que je vous criais du seuil de ma porte, lorsque vous
étiez déjà au premier étage: «Des œuvres! des œuvres!»

Maintenant que je me suis défendu, si j'avais quelque méchanceté, je
vous attaquerais. L'envie ne m'en manque pas; mais Baille n'est plus
là pour me prêter main-forte. Je préfère lâchement vous flatter. Vous
me dites avoir écrit deux cents vers, et vous ne m'en envoyez pas un
seul; vous perdez au moins, en agissant ainsi, sept à huit grammes
d'encens, qui auraient fait les délices de votre nez. Mais je puis,
sans m'aventurer, vous complimenter de votre robuste constitution
poétique qui résiste à la bêtise de la planète où vous vivez; rimer à
Aix, c'est avoir chaud en Laponie et respirer à l'aise aux tropiques...
Vous vous isolez, et vous agissez sagement. Je vous attends à votre
prochain voyage; et vous savez que pour mériter mon approbation, il
faut que vous m'apportiez au moins un drame, un poème champêtre, un
volume de poésies légères, quelques centaines de sonnets, un ouvrage de
politique, un autre sur la religion, et enfin quelques menues œuvres,
moins importantes, mais non moins remarquables.

Vous avez vu Paul et vous avez vu Baille. Baille vous a-t-il porté un
coup furieux de sa bonne lame de Tolède, et Paul vous a-t-il pansé
de sa bienveillante charpie d'indifférence? Moi, je ne suis plus là
pour juger les coups. Je vis au désert, m'accoutumant à ma solitude.
Je regrette nos soirées d'hiver. Le trop grand silence fatigue comme
le bruit, J'en arrive tout naturellement à vous demander l'époque à
laquelle vous comptez venir me serrer la main. Vous m'avez, au départ,
donné peu d'espérance pour l'hiver prochain. Tâchez d'accourir au
plus tôt vous retremper dans notre atmosphère chaude des ambitions et
des combats de chacun. Vous êtes jeune, il est vrai, et vous pouvez
vivre encore loin de la lutte; mais dites-vous bien qu'il vous faudra
combattre un jour et que vous avez, à Aix, des rivaux indignes de vous.

Moi, j'ai remporté ma première victoire. Hetzel a accepté mon volume de
contes[4]; ce volume paraîtra vers le commencement d'octobre prochain.
La lutte a été courte, et je m'étonne de n'avoir pas été plus meurtri.
Je suis sur le seuil, la plaine est vaste, et je puis encore très bien
m'y casser le cou. N'importe; puisqu'il ne s'agit plus que de marcher
en avant, je marcherai. Apprêtez-vous à me faire un article, n'importe
où; je veux vous donner la joie de me contredire tous.

J'ai peu de nouvelles à vous donner. Paris se porte bien; moi, je me
porte ni bien ni mal, mieux que le mois dernier. J'oubliais de vous
dire que je vais sans doute publier quelques vers dans _La Nouvelle
Revue de Paris_; vous voyez que je vous tiens au courant de mes
affaires littéraires ainsi que vous m'avez paru le désirer. J'espère,
à votre retour ici, pouvoir vous donner un coup de main. Jusque-là, je
vous le répète, et ici sans plaisanterie, produisez le plus possible;
sans quitter la poésie, exercez-vous à la prose; les portes s'ouvriront
plus vite.

J'aurais au moins voulu vous distraire, et voici que je vous envoie
quatre pages indigestes, fort mal écrites sans doute. Si vous
me condamnez comme banal et diffus, je plaide les circonstances
atténuantes: il fait chaud, je suis au bureau, j'ai mal déjeuné, j'ai
hâte de terminer pour lire Stendhal. Vous m'acquittez.

Ma mère vous remercie de votre bon souvenir. Quant à moi, je vous serre
énergiquement la main.


Une lettre de vous sera toujours la bienvenue. Je vous promets autant
de réponses que je recevrai de missives. Écrivez-moi donc, et aussi
souvent que vous le voudrez. J'ai changé de demeure; voici ma nouvelle
adresse: 278, rue Saint-Jacques.


                                  III


                                              Paris, le 18 août 1864.

    Mon cher Valabrègue,


Je ne sais ce que va être ma lettre, si je ferai patte de velours, ou
si j'allongerai les griffes. Avouez que vous tentez ma méchanceté.
Pourquoi diable, me dites-vous brutalement, sans crier gare, que vous
vous êtes fait réaliste? On ménage les gens. J'ai toujours détesté
ces mauvaises plaisanteries qui consistent à se cacher derrière un
rideau, et à pousser des cris de loup-garou lorsque vient à passer
quelqu'un. J'ai les nerfs sensibles et, franchement, je vous en veux
de ne pas avoir eu pitié de moi.--Mon Dieu, une fois ma peur calmée,
je ne dis pas que vous n'ayez eu quelque raison de fraterniser avec
Champfleury. Mon avis est qu'il faut tout connaître, tout comprendre
et tout admirer, selon le degré d'admiration que mérite chaque chose.
Seulement, laissez-moi vous plaindre des profondes perturbations
qu'amène en vous chaque idée nouvelle. Vous étiez classique dès vos
jeunes ans, et cet état d'une âme tendre et virginale vous a permis de
vivre en paix votre jeunesse. Lors de votre voyage à Paris, un démon
ennemi de votre repos vous a doucement conseillé le romantisme, et
vous vous êtes fait romantique, tout effarouché, fort étonné vous-même
de votre nouvelle manière de voir, complètement dérouté en un mot.
Vous souvenez-vous? vous me disiez: «J'ai perdu le calme nécessaire,
je brûle ce que j'ai fait et je ne sais plus quoi commencer.» Moi,
naïf et bon garçon, j'attendais que votre romantisme ait déposé. La
bonne histoire! Vous n'avez pas eu le temps d'être romantique, et vous
voilà déjà réaliste, stupéfait de pouvoir l'être, vous tâtant, et ne
vous reconnaissant plus, m'écrivant ces mots qui me révèlent toute
votre angoisse: «Il me faudra du temps avant de reprendre mon assiette
habituelle.» Eh! bon Dieu, il est agréable de changer de plats; mais,
si on ne veut pas perdre trop de temps, il faut, en littérature,
toujours manger dans la même assiette, celle qui est à vous. Me
comprenez-vous et sentez-vous la moralité de ma raillerie? Vous êtes
allé de Voltaire à Champfleury, en passant par Victor Hugo; cela
prouve que vous marchez; mais croyez-vous qu'il ne vaudrait pas mieux
rester sur place et produire, être vous, sans vous soucier des autres?
Je vous préfère ayant l'esprit large et accessible à toute forme de
l'art; mais je vous aimerais encore davantage, seul avec vous-même,
rimant sans vous inquiéter des écoles, donnant toute expansion à votre
tempérament, et surtout ne vous laissant pas arrêter misérablement
par des découvertes ridicules, celles de mondes inconnus et visités
de tous. Voulez-vous que je me résume, avec ma franchise un peu
brutale? Si vous ne jetez pas là vos étonnements, si vous ne prenez pas
hardiment la plume, écrivant au hasard sur le premier sujet venu, si
vous ne vous sentez pas la force de comprendre la nature par vous-même,
vous n'aurez jamais la plus mince originalité, et vous ne serez que le
reflet des reflets.--Maintenant, laissez-moi vous féliciter d'avoir
compris une école que j'aime; je ne crois pas, à vous dire vrai, que
votre nature s'y trouve à l'aise, vous n'êtes pas né réaliste; ne
prenez point ceci en mauvaise part; mais, je le répète, il est bon
de tout comprendre.--Faites-moi mentir, mon cher Valabrègue, écrivez
une seconde _Madame Bovary_, et vous verrez combien j'applaudirai. Je
vous pardonnerai même, mais alors seulement, la peur effroyable que
m'a faite votre réalisme; j'en suis encore tout tremblant. Lorsque
j'ai reçu votre lettre, après l'avoir lue, j'ai été pris d'une longue
rêverie. Je vais, au courant de la plume, vous dire quelles étaient mes
pensées. J'éclaircirai ainsi pour moi mes propres idées, et je jetterai
le premier plan d'une étude assez étendue que je veux faire un jour
sur la question dont je désire vous entretenir. Jugez l'idée et non la
forme, je parle comme je peux et à la hâte.


                               =L'ÉCRAN=


  L'ÉCRAN--L'ÉCRAN ET LA CRÉATION--L'ÉCRAN NE PEUT DONNER DES IMAGES
                                RÉELLES


Je me permets, au début, une comparaison un peu risquée: Toute œuvre
d'art est comme une fenêtre ouverte sur la création; il y a, enchâssé
dans l'embrasure de la fenêtre, une sorte d'Écran transparent, à
travers lequel on aperçoit les objets plus ou moins déformés, souffrant
des changements plus ou moins sensibles dans leurs lignes et dans leur
couleur. Ces changements tiennent à la nature de l'Écran. On n'a plus
la création exacte et réelle, mais la création modifiée par le milieu
où passe son image.

Nous voyons la création dans une œuvre, à travers un homme, à travers
un tempérament, une personnalité. L'image qui se produit sur cet Écran
de nouvelle espèce est la reproduction des choses et des personnes
placées au delà, et cette reproduction, qui ne saurait être fidèle,
changera autant de fois qu'un nouvel Écran viendra s'interposer entre
notre œil et la création. De même, des verres de différentes couleurs
donnent aux objets des couleurs différentes; de même des lentilles,
concaves ou convexes, déforment les objets chacune dans un sens.

La réalité exacte est donc impossible dans une œuvre d'art. On dit
qu'on rabaisse ou qu'on idéalise un sujet. Au fond, même chose. Il y
a déformation de ce qui existe. Il y a mensonge. Peu importe que ce
mensonge soit en beau ou en laid. Je le répète, la déformation, le
mensonge qui se reproduisent dans ce phénomène d'optique, tiennent
évidemment à la nature de l'Écran. Pour reprendre la comparaison, si
la fenêtre était libre, les objets placés au delà apparaîtraient dans
leur réalité. Mais la fenêtre n'est pas libre et ne saurait l'être. Les
images doivent traverser un milieu, et ce milieu doit forcément les
modifier, si pur et si transparent qu'il soit. Le mot _Art_ n'est-il
pas d'ailleurs opposé au mot _Nature?_

Ainsi, tout enfantement d'une œuvre consiste en ceci: L'artiste se met
en rapport direct avec la création, la voit à sa manière, s'en laisse
pénétrer, et nous en renvoie les rayons lumineux, après les avoir,
comme le prisme, réfractés et colorés selon sa nature.

D'après cette idée, il n'y a que deux éléments à considérer: la
création et l'Écran. La création étant la même pour tous, envoyant à
tous une même image, l'Écran seul prête à l'étude et à la discussion,


                   ÉTUDE DE L'ÉCRAN--SA COMPOSITION


L'étude de l'Écran, voilà le grand point de controverse philosophique.
Les uns, et ils sont nombreux à notre époque, affirment que l'Écran
est tout de chair et d'os, et qu'il reproduit _matériellement_ les
images; Taine, parmi ceux-là, le considérant d'abord en lui-même, lui
donne une faculté maîtresse, puis lui fait prendre toutes les natures
possibles en le soumettant à trois grandes influences, la race, le
milieu et le moment. Les autres, sans nier tout à fait la chair et les
os, jurent que les images se reproduisent sur un Écran immatériel. Tous
les spiritualistes en sont là, Jouffroy, Maine de Biran, Cousin, etc.
Enfin, comme il faut en toute chose un juste milieu, Deschanel a écrit
ceci, dans un de ses derniers ouvrages: «Dans ce qu'on nomme les œuvres
de l'esprit, tout ne s'explique pas par l'esprit; mais aussi, à plus
forte raison, tout ne s'explique pas par la matière.» Voilà un garçon
qui ne se compromettra jamais. On ne saurait mieux dire, en ne disant
rien. Qu'est-ce que l'esprit, avant tout?

Je n'ai pas d'ailleurs à étudier en ce moment la nature de l'Écran. Peu
m'importe le mécanisme du phénomène. Ce que je désire constater, c'est
que l'image se produit, et que par une propriété mystérieuse de l'être
translucide, matériel ou immatériel, cette image lui est propre.


            LES ÉCRANS DE GÉNIE--LES PETITS ÉCRANS OPAQUES


Un chef d'école est un Écran très puissant, qui donne les images avec
une grande vigueur. Une école est une troupe de petits Écrans opaques
d'un grain très grossier, qui, n'ayant pas eux-mêmes la puissance de
donner des images, prennent celle de l'Écran puissant et pur dont ils
font leur chef de file. Voici le résultat honteux d'un tel procédé.
Il sera toujours permis à un artiste de génie de nous faire voir la
création en vert, en bleu, en jaune, ou en toute autre couleur qui lui
plaira; il pourra nous transmettre les ronds par des carrés, les lignes
droites par des lignes brisées, et nous n'aurons pas à nous plaindre;
il suffira que les images reproduites aient l'harmonie et la splendeur
de la beauté. Mais ce qu'on ne saurait tolérer, c'est le barbouillage
et la déformation de parti pris. C'est le bleu, le vert ou le jaune, le
carré ou la ligne droite érigés en préceptes et en lois.

Parce que tel génie a fait subir à la nature certaines déviations dans
les contours, certains changements dans les nuances, ces déviations et
ces changements vont devenir des articles de foi! Chaque école a ceci
de monstrueux qu'elle fait mentir la nature suivant certaines règles.
Les règles sont des instruments de mensonge que l'on se passe de main
en main, reproduisant facticement et mesquinement les images fausses,
mais grandioses ou charmantes, que l'Écran de génie donnait dans toute
la naïveté et la vigueur de sa nature. Lois arbitraires, façons très
inexactes de reproduire la création, prescrites par la sottise et à la
sottise comme des moyens faciles d'arriver à toute vérité.

Les règles n'ont leur raison d'être que pour le génie, d'après les
œuvres duquel on a pu les formuler; seulement, chez ce génie, ce
n'étaient pas des règles, mais une manière personnelle de voir, un
effet naturel de l'Écran.

Les écoles ont été faites pour la médiocrité. Il est bon qu'il y ait
des règles pour ceux qui n'ont pas la force de l'audace et de la
liberté. Ce sont les écoles qui fournissent de tableaux et de statues
les hôtels particuliers et les monuments publics, qui mettent un air
à chaque chanson, qui contentent les besoins de plusieurs millions
de lecteurs; tout ceci se réduit à dire que la société a besoin d'un
certain luxe plus ou moins artistique, et que, pour satisfaire ce
besoin, les écoles fabriquent, tant bien que mal, un nombre convenu
d'artistes par année. Ces artistes exercent leur métier, et tout est
pour le mieux. Mais le génie n'est pour rien là-dedans. Il est de sa
nature de n'être d'aucune école, et d'en créer de nouvelles au besoin;
il se contente de s'interposer entre la nature et nous, et de nous
en donner naïvement les images, et on se sert de ses produits, de
sa liberté d'allures pour défendre toute originalité aux disciples.
Cent ans plus tard, un autre Écran nous donne d'autres épreuves de
l'éternelle nature; et de nouveaux disciples formulent de nouvelles
règles, ainsi de suite. Les artistes de génie naissent et grandissent
librement; les disciples les suivent à la trace. Les écoles n'ont
jamais produit un seul grand homme. Ce sont les grands hommes qui ont
produit les écoles. Celles-ci, à leur tour, nous fournissent, bon an
mal an, les quelques douzaines de manœuvres artistiques dont notre
civilisation a besoin.

(Ici, je suis obligé de laisser une lacune. Il me faudrait prouver que
les grandes règles générales, communes à tous les génies, se réduisent
au simple usage du bon sens et de l'harmonie innée. Il me suffit de
vous faire remarquer que j'entends par règle tout procédé particulier
d'une école.)


      TOUS LES ÉCRANS DE GÉNIE DOIVENT ÊTRE COMPRIS, SINON AIMÉS


Tous les Écrans de génie doivent être acceptés au même titre. Dès
l'instant où la création ne peut nous être donnée avec sa couleur
vraie, ses lignes exactes, peu importe qu'on nous la donne en bleu,
en vert ou en jaune, en carré ou en circonférence. Certainement, il
est permis de préférer un Écran à un autre, mais c'est là une question
individuelle de goût et de tempérament. Je veux dire qu'au point de
vue absolu, il n'y a pas, dans l'art, de raison motivée de donner le
pas à l'Écran classique sur les Écrans romantiques et réalistes, et
réciproquement, puisque ces Écrans nous transmettent des images aussi
fausses les unes que les autres. Ils sont tous presque aussi loin de
leur idéal, la création, et, dès lors, ils doivent, pour le philosophe,
avoir des mérites égaux.

D'ailleurs, je veux, en les jugeant moi-même, racheter ce que cette
opinion peut avoir d'excessif. Mais, auparavant, j'établis nettement
que s'il m'échappe quelque épigramme, ce n'est pas à l'Écran de génie,
chef d'école, que je l'adresse, mais à l'école elle-même, qui nous rend
ridicules les beautés du maître. D'autre part, je ne donne ici que mon
opinion personnelle, et je déclare à l'avance comprendre et accepter,
malgré tout, les Écrans de génie que mon propre organisme me porte à ne
pas aimer.

(Ici, nouvelle lacune. Je sais que le commencement de ce paragraphe
ne vous convaincra pas. Vous voudrez classer les écoles et les ranger
selon un ordre de mérites. Je ne crois pas qu'on doive le faire et, en
tout cas, comme elles ont chacune leurs défauts et leurs qualités, il
faudrait mettre une délicatesse extrême dans cette classification. S'il
faut les ranger, rangeons-les suivant leur degré de vérité.)


                 L'ÉCRAN CLASSIQUE--L'ÉCRAN ROMANTIQUE

                           L'ÉCRAN RÉALISTE


L'Écran classique est une belle feuille de talc très pure et d'un
grain fin et solide, d'une blancheur laiteuse. Les images s'y
dessinent nettement, au simple trait noir. Les couleurs des objets
s'affaiblissent en en traversant la limpidité voilée, parfois s'y
effacent même tout à fait. Quant aux lignes, elles subissent une
déformation sensible, tendent toutes vers la ligne courbe ou la ligne
droite, s'amincissent, s'allongent, avec de lentes ondulations. La
création, dans ce cristal froid et peu translucide, perd toutes ses
brusqueries, toutes ses énergies vivantes et lumineuses; elle ne garde
que ses ombres et se reproduit sur la surface polie, en façon de
bas-relief. L'Écran classique est, en un mot, un verre grandissant qui
développe les lignes et arrête les couleurs au passage.

L'Écran romantique est une glace sans tain, claire, bien qu'un
peu trouble en certains endroits, et colorée des sept nuances de
l'arc-en-ciel. Non seulement elle laisse passer les couleurs, mais
elle leur donne encore plus de force; parfois elle les transforme et
les mêle. Les contours y subissent aussi des déviations; les lignes
droites tendent à s'y briser, les cercles s'y changent en triangles.
La création que nous donne cet Écran est une création tumultueuse et
agissante. Les images se reproduisent vigoureusement par larges nappes
d'ombre et de lumière. Le mensonge de la nature y est plus heurté et
plus séduisant; il n'a pas la paix, mais la vie; une vie plus intense
que la nôtre; il n'a pas le pur développement des lignes et la sobre
discrétion des couleurs, mais toute la passion du mouvement et toute la
splendeur fulgurante de soleils imaginaires. L'Écran romantique est,
en somme, un prisme, à la rétraction puissante, qui brise tout rayon
lumineux et le décompose en un spectre solaire éblouissant.

L'Écran réaliste est un simple verre à vitre, très mince, très
clair, et qui a la prétention d'être si parfaitement transparent
que les images le traversent et se reproduisent ensuite dans toute
leur réalité. Ainsi, point de changement dans les lignes ni dans les
couleurs: une reproduction exacte, franche et naïve. L'Écran réaliste
nie sa propre existence. Vraiment, c'est là un trop grand orgueil.
Quoi qu'il dise, il existe, et, dès lors, il ne peut se vanter de nous
rendre la création dans la splendide beauté de la vérité. Si clair, si
mince, si verre à vitre qu'il soit, il n'en a pas moins une couleur
propre, une épaisseur quelconque; il teint les objets, il les réfracte
tout comme un autre. D'ailleurs, je lui accorde volontiers que les
images qu'il donne sont les plus réelles; il arrive à un haut degré
de reproduction exacte. Il est certes difficile de caractériser un
Écran qui a pour qualité principale celle de n'être presque pas; je
crois, cependant, le bien juger, en disant qu'une fine poussière grise
trouble sa limpidité. Tout objet, en passant par ce milieu, y perd
de son éclat, ou, plutôt, s'y noircit légèrement. D'autre part, les
lignes y deviennent plus plantureuses, s'exagèrent, pour ainsi dire,
dans le sens de leur largeur. La vie s'y étale grassement, une vie
matérielle et un peu pesante. Somme toute, l'Écran réaliste, le dernier
qui se soit produit dans l'art contemporain, est une vitre unie, très
transparente sans être très limpide, donnant des images aussi fidèles
qu'un Écran peut en donner.


                        L'ÉCRAN QUE JE PRÉFÈRE


Il me reste maintenant à dire mon goût personnel, à me déclarer pour
un des trois Écrans dont je viens de parler. Comme j'ai en horreur
le métier de disciple, je ne saurais en accepter un exclusivement
et entièrement. Toutes mes sympathies, s'il faut le dire, sont pour
l'Écran réaliste; il contente ma raison, et je sens en lui des beautés
immenses de solidité et de vérité. Seulement, je le répète, je ne peux
l'accepter tel qu'il veut se présenter à moi; je ne puis admettre
qu'il nous donne des images vraies; et j'affirme qu'il doit avoir
en lui des propriétés particulières qui déforment les images, et
qui, par conséquent, font de ces images des œuvres d'art. J'accepte
d'ailleurs pleinement sa façon de procéder, qui est celle de se placer
en toute franchise devant la nature, de la rendre dans son ensemble,
sans exclusion aucune. L'œuvre d'art, ce me semble, doit embrasser
l'horizon entier.--Tout en comprenant l'Écran qui arrondit et développe
les lignes, qui éteint les couleurs, et celui qui avive les couleurs,
qui brise les lignes, je préfère l'Écran qui, serrant de plus près la
réalité, se contente de mentir juste assez pour me faire sentir un
homme dans une image de la création.


Voilà qui est fait, mon cher Valabrègue. Ce n'est pas sans peine. Je
viens de relire ma prose, et je ne sais jusqu'à quel point elle va
vous faire crier. Bien des nuances manquent; le tout est brutal et
matérialiste en diable. Je crois cependant être dans le vrai.

Je vous remercie de vos félicitations à propos de ma réussite
auprès d'Hetzel. Je pense que l'impression de mon volume commencera
prochainement. La mise en vente est toujours pour la première quinzaine
d'octobre, à moins qu'il ne survienne quelque empêchement imprévu.
En tous cas, j'ai mon traité en poche, et ce ne serait jamais qu'un
empêchement commercial.;--M. Hachette est mort, ainsi que vous l'avez
appris. Vous me demandez si cette mort ne compromet pas ma position.
En aucune manière. Je pense encore rester plusieurs années à la
librairie, pour y étendre de plus en plus le cercle de mes relations.
Enfin, désirant répondre à toutes les questions que vous me posez,
il me reste à relever cette phrase de votre lettre: «Je vous demande
si votre poème doit être réaliste.» Bien que les quelques pages que
vous venez de lire aient dû vous renseigner sur ce point, je tiens à
vous répéter formellement ici que mon poème (puisque poème il y a)
sera ce qu'il pourra être. D'ailleurs, ne vous ai-je pas déjà dit que
le pauvre enfant dort profondément dans un de mes tiroirs, et qu'il
ne s'éveillera sans doute jamais plus? J'ai besoin de marcher vite
aujourd'hui, et la rime me gênerait. Nous verrons plus tard, si la Muse
ne s'est pas fâchée, et si elle n'a pas pris quelque autre amant plus
naïf et plus tendre que moi. Je suis à la prose et m'en trouve bien.
J'ai un roman sur le métier et je pense pouvoir le publier dans un an.
Vous savez que j'ai peu de temps à moi, et que je travaille lentement.
Je ne veux pas tenter votre fidélité; mais je vous dirai tout bas que
je vous approuve d'avoir, pour quelques mois, planté là cette grande
fillette de Muse, si bête et si embarrassée de ses mains et de ses
pieds, lorsqu'elle n'est pas gracieuse et jolie à compromettre toute
vertu. Irai-je plus loin? Tâchez d'avoir, en revenant ici, un manuscrit
dans chaque main, un poème dans la gauche, un roman dans la droite; le
poème sera refusé partout et vous le garderez comme une relique au fond
de votre secrétaire, le roman sera accepté, et vous ne quitterez point
Paris la mort dans le cœur. Tant pis si la Muse se fâche et si elle me
garde rancune; je vous le dis en vérité, hors de la prose, point de
salut.--N'allez pas croire que nous nous sommes dit adieu, moi et la
vierge immortelle; mais je vous l'avouerai, il y a une grosse brouille
entre nous.--Tous les articles que vous m'enverrez me feront plaisir;
je vous connais peu comme prosateur, et je désire vous mieux connaître.

Ma lettre a-t-elle été bien méchante? Non: mon fouet, loin de déchirer,
ne sait que chatouiller les gens; il les fait rire et rien de plus.
Il est vrai que je vous ai accusé de ne pas être né réaliste. Pour un
réaliste d'hier, c'est là une bien grosse insulte. Vous me pardonnerez
mon injure, en songeant combien d'autres la prendraient pour une
louange.

Des œuvres! des œuvres!! des œuvres!!!


Tout à vous.


                                  IV


                                              Paris, 4 novembre 1864.

    Mon cher Valabrègue,


Je vous dois une lettre depuis bien longtemps. Vous m'excuserez. Voici
un grand mois que mes _Contes à Ninon_ m'occupent plusieurs heures par
jour; il m'a fallu d'abord corriger les épreuves, et c'est, je vous
assure, une besogne peu agréable et très fatigante; maintenant, je
travaille à obtenir pour mon volume le plus de publicité possible, et
j'espère arriver à un splendide résultat. Dieu merci, tout est à peu
près terminé: le volume est à la brochure, mes lettres d'envoi sont
écrites, mes réclames rédigées: j'attends. Ainsi, vous la recevrez
bientôt cette œuvre de début, si faible en bien des endroits; je l'ai
tant lue de fois qu'elle me paraît détestable et que je voudrais
pouvoir l'oublier. J'ai hâte d'écrire autre chose et de profiter du peu
d'expérience que j'ai acquis pendant ces derniers mois.--Dites quelques
mots de mes _Contes_ dans un des journaux auxquels vous collaborez.
Consacrez-leur même, si vous en avez le courage, une étude de quelque
étendue; puis vous m'enverrez les numéros qui contiendront cette étude
et je connaîtrai votre opinion sur mon œuvre sans que vous ayez besoin
de me l'écrire directement.

Pardonnez-moi mon égoïsme: si je commence ma lettre en me consacrant
une page, c'est que j'avais à cœur de vous expliquer la cause de mon
silence. Certes, vous devez avoir les mains pleines d'excuses pour un
pauvre homme qui en est à son premier enfant.

Je ne répondrai pas à votre dernière lettre. J'ai trop de choses
intéressantes à vous dire pour me perdre à votre suite dans des
raisonnements sans fin. Je me plains des six pages que vous m'avez
envoyées, non que je dédaigne la discussion sérieuse et la critique
loyale, mais parce que j'aurais désiré que, sur ces six pages, quatre
au moins fussent consacrées à me donner des détails sur vous et sur
le milieu qui vous entoure. Songez quel spectacle vous offrez à
l'observateur: il y a en vous un chaos d'idées, d'où peut-être il
jaillira un monde; aujourd'hui, tout est ténèbres encore, ou, du moins,
la lumière flotte, confuse; vous tournez au vent de toutes les pensées
qui passent; vous êtes une cire molle où s'empreint chaque objet
nouveau. Contez-moi donc vos affaires, vos gestes et vos paroles, si
vous voulez m'intéresser. D'autre part, le coin perdu où vous vivez a
ses bêtises et ses joyeusetés; il doit réagir sur vous, et vous devez
réagir sur lui; c'est là une sorte de conflit qui présente pour moi un
haut intérêt. Parlez-moi donc des campagnes et des habitants de ce pays
lointain, pour peu que vous ayez le désir de me procurer une heure de
joie. Je le sais, je vous ai donné un mauvais exemple en vous adressant
deux ou trois pages de rêveries plus ou moins paradoxales; c'est me
punir rudement que de me répondre par six pages de paradoxes plus ou
moins nuageux. Jetons au feu les Écrans, et tâchons de vivre en pleine
réalité. Je vous dirai ce que je fais, ce qu'on me fait; vous m'écrirez
les pensées que vous avez, et me direz les pensées que n'ont pas les
Aixois. Ainsi, voilà qui est convenu: le moins possible de théorie et
de raisonnement; des lettres plantureuses, bourrées de faits, et par là
même intéressantes.


                                   V


                                           Paris, le 13 janvier 1865.

    Mon cher Valabrègue,


Êtes-vous mort?

Je vous écris sous le coup d'une colère bien légitime.

Voilà plus de quatre mois que vous ne m'avez envoyé la moindre lettre.

Je vous écris en octobre, point de réponse. Je vous envoie mon volume,
point de réponse.

Vous aurais-je blessé sans le savoir? Que diable! On s'explique. On ne
laisse pas les gens en pleine mer de conjectures.

Un instant, votre frère nous a dit que vous deviez venir: «Bon! ai-je
pensé, il préfère une conversation verbale à une conversation écrite.»
Et j'ai attendu un mois avec patience.

Aujourd'hui, j'apprends que votre voyage est renvoyé à la fin de
l'année. Je ne comprends plus rien à tout ceci: j'ignore ce qui peut
vous fermer la bouche, ou plutôt vous arrêter la main. Je demande à
savoir le mot de l'énigme.

Je ne vous aurais certes pas écrit le premier, tant je suis fâché, si
je n'avais une nouvelle adresse à vous donner. Adressez-moi désormais
vos lettres: 142, boulevard Montparnasse.

Voyons, prenez la plume et répondez-moi longuement. Vous devez avoir
bien des choses à me raconter. Parlez-moi de vous et de moi. Dites-moi
ce que vous faites, ce qui vous arrive, et dites-moi quelle est
l'attitude de la ville d'Aix devant mon livre. Beaucoup de défiance
sans doute, ou même une indifférence parfaite.

Ici, les _Contes à Ninon_ marchent très bien. Plus de la moitié de la
première édition est vendue.

J'ai beaucoup de choses à vous dire; mais je ne vous les dirai pas
aujourd'hui.

Écrivez-moi longuement, je vous répondrai longuement.

Je vous serre la main en homme pressé et un peu irrité.


                                  VI


                                            Paris, le 6 février 1865.

    Mon cher Valabrègue,


Je vous dois une lettre de quelque étendue, que je vous ai promise,
voici un mois. Je vais tâcher de m'acquitter dans un court moment de
repos.

Vous ne sauriez croire combien je suis occupé; j'ai entrepris une
telle besogne que je ne sais où donner de la tête: d'abord, j'ai, par
jour, dix heures prises à la librairie; je donne ensuite, toutes les
semaines, un article de 100 à 150 lignes au _Petit Journal_, et, tous
les quinze jours, un article de 500 à 600 lignes au _Salut public_ de
Lyon; enfin, j'ai mon roman, auquel je devrais travailler, et qui,
jusqu'ici, a dormi tranquillement au fond d'un tiroir. Vous comprenez
que je n'écris pas toute cette prose pour les beaux yeux du public; on
me paye l'article 20 francs au _Petit Journal_, et 50 à 60 francs au
_Salut public_; de sorte que je me fais environ 200 francs par mois
avec ma plume. La question argent m'a un peu décidé dans tout ceci;
mais je considère aussi le journalisme comme un levier si puissant
que je ne suis pas fâché du tout de pouvoir me produire à jour fixe
devant un nombre considérable de lecteurs. C'est cette pensée qui vous
expliquera mon entrée au _Petit Journal_. Je sais quel niveau cette
feuille occupe dans la littérature, mais je sais aussi qu'elle donne à
ses rédacteurs une popularité bien rapide. Le journal ne fait pas le
rédacteur, c'est le rédacteur qui fait le journal; si je suis bon, je
reste bon partout; le tout est de bien faire et de n'avoir pas à rougir
de son œuvre. Quant au _Salut public_, c'est un des meilleurs journaux
de province; j'y jouis d'une grande liberté et d'un espace fort
large; j'y traite des questions de haute littérature, et je suis très
satisfait d'y être entré. Tout ceci est pour arriver à un grand journal
de Paris; deux mois ne se passeront pas, je l'espère, sans que j'écrive
dans quelque feuille libérale. En ce moment, j'ai un double but, celui
de me faire connaître et d'augmenter mes rentes.

Le ciel me vienne en aide!

Vous me pardonnerez de m'être consacré deux pages, et de m'en consacrer
deux nouvelles autres.

Je suis satisfait du succès obtenu par mon livre. Il y a déjà eu
une centaine d'articles, dont vous me dites avoir lu quelques-uns.
En somme, la presse a été bienveillante: un concert d'éloges, sauf
deux ou trois notes désagréables. Et observez que ceux qui m'ont
légèrement blessé sont ceux-là même qui ont cru me chatouiller le
plus agréablement: ils n'ont pas lu mes contes, et en ont parlé très
obligeamment, mais très faussement, de sorte que leurs lecteurs ont dû
voir en moi l'être le plus fade et le plus doucereux du monde. Voilà
bien les amis. J'aurais préféré un véritable éreintement.--J'ai hâte
de publier un second volume. J'ai tout lieu de croire que ce volume
décidera presque de ma réputation. Mais j'ai si peu de temps à moi!
Si je pouvais être prêt pour le commencement de l'hiver prochain, je
serais l'homme le plus heureux de la terre.--Je suis dans cette période
de fièvre où les événements vous emportent; chaque jour, ma position
se dessins mieux; chaque jour, je fais un pas en avant. Où sont les
soirées de travail paisible, lorsque je me trouvais seul devant mon
œuvre, ignorant si elle verrait jamais le jour? Alors, je discutais
avec moi-même, j'hésitais. A présent, il me faut marcher, marcher
quand même. Que la page écrite soit bonne ou mauvaise, il faut qu'elle
paraisse. J'éprouve tout à la fois une véritable volupté à me sentir
peu à peu sortir de la foule, et une sorte d'angoisse à me demander si
j'aurai les forces nécessaires, si je pourrai me tenir debout pendant
longtemps sur le degré que j'aurai atteint. Je ne m'ennuie plus, je
vous le promets; j'attends avec impatience le jour où je me sentirai
assez fort et assez ferme pour quitter tout et me consacrer entièrement
à la littérature.


                                  VII


                                         Paris, le 24 septembre 1865.


Je suis rouge de honte, mon cher Valabrègue, rouge de confusion, je
vous assure. Je conviens que je n'ai aucune excuse à vous donner pour
me faire pardonner mon silence. Vous aurez l'âme clémente, et lorsque
je vous aurai dit tout ce que j'ai fait depuis que je n'ai pas causé
avec vous, vous me donnerez l'absolution, sans pénitence encore,
n'ayant pas le cœur assez dur pour condamner un travailleur qui a sué
sang et eau...

J'ai fait un roman, j'ai fait une comédie, j'ai fait quelques douzaines
d'articles. Le roman s'imprime, la comédie s'avance sournoisement vers
le cabinet d'un directeur, les articles ont paru çà et là. Je n'ai
point perdu mon temps, je vous assure, depuis les dix-huit mois que
vous avez quitté Paris. Si je ne vous donne pas de plus amples détails,
si je vous écris une petite lettre toute vide, c'est que j'espère
causer prochainement avec vous.

Viendrez-vous? Ne viendrez-vous pas? Telle est la question. Écrivez-moi
seulement dix lignes. Dites-moi: «J'irai à Paris à telle époque.» Et
cela me suffira. Je sais que je n'ai pas le droit, après ma conduite
indigne, de réclamer une réponse. Aussi, n'est-ce pas une réponse que
je sollicite, c'est simplement une lettre de faire part: «M. Valabrègue
prévient ses nombreux amis qu'il débarquera dans la capitale le ... (la
date), à ... (l'heure).» Faites imprimer, si vous voulez, et mettez-moi
sur la liste des destinataires.

Si vous venez ici, venez armé. Dans le cas où vous me croiriez digne
d'une réponse, veuillez me dire ce que vous avez fait depuis que nous
sommes morts l'un pour l'autre. J'aurais désiré que vous arriviez les
mains pleines. J'aurais pu alors vous donner un bon coup de main. Il
ne faut pas venir commencer une campagne malheureuse. Il faut vous
présenter avec des idées arrêtées, une volonté forte. Je pourrai
vous fournir quelques bonnes indications; je vous communiquerai mon
expérience, et nous attaquerons le taureau par les cornes. Si vous
saviez, mon pauvre ami, combien peu le talent est dans la réussite,
vous laisseriez là plume et papier, et vous vous mettriez à étudier
la vie littéraire, les mille petites canailleries qui ouvrent les
portes, l'art d'user le crédit des autres, la cruauté nécessaire pour
passer sur le ventre des chers confrères. Venez, vous dis-je, je sais
beaucoup, et je suis tout à votre disposition.

Ne considérez pas ceci comme une lettre, c'est un aveu timide, fait à
la hâte, un aveu de mon crime de lèse-amitié et de lèse-confraternité.
Si vous ne devez pas venir, nous recommencerons à causer longuement par
écrit. J'aime mieux causer autrement.

N'oubliez pas de me faire adresser la lettre de faire part. Votre tout
dévoué.


                                 VIII


                                            Paris, le 8 janvier 1866.

    Mon cher Valabrègue,


Voici longtemps que je vous dois une lettre. J'ai une vie si inquiète
et si haletante, que je suis vraiment excusable des négligences que je
me permets à l'égard de mes amis. Lorsque je me sens calme et reposé,
je travaille; lorsque la fatigue arrive, j'ai un tel dégoût de l'encre
et du papier que je ne me sens pas le courage d'écrire même une lettre
d'amitié et d'épanchement. Excusez-moi donc, une fois pour toutes;
louez-moi, qui plus est, de l'effort méritoire que je fais aujourd'hui.

Je voudrais vous tenir là, devant moi, face à face, et je vous
parlerais longuement. Je répondrais à votre dernière lettre, je me
donnerais pour tâche de vous faire voir la vie littéraire telle
qu'elle est, avec ses dessous, ses ficelles et ses mensonges. Ma
leçon,--puisque leçon il y a,--serait pleine d'espérance et de courage.
J'ai foi dans la vérité et le talent; mais il me vient des pitiés,
lorsque je vois un brave garçon qui se laisse duper et devancer par
d'habiles médiocrités. Ne vous êtes-vous pas dit, quelquefois, que
c'était raillerie de lutter avec de la bonne foi contre des fripons? Je
veux donc que nous, qui n'avons pas le ventre vide, nous soyons habiles
parmi les habiles; je veux que nous ne nous renfermions pas dans notre
hauteur et notre dédain, et que nous ayons toute la ruse de ceux qui
n'ont que la ruse. Me comprenez-vous bien, et m'écoutez-vous? Nous
sommes des impatients, nous voulons le succès au plus vite,--pourquoi
ne pas l'avouer tout haut?--il faut donc que nous fassions notre
succès. Le bruit s'en va, le talent reste.

Il m'est difficile de répondre à la trop bonne opinion que vous avez de
mon livre[5]. Il est faible en certaines parties, et il contient encore
bien des enfantillages. L'élan manque par instants, l'observateur
s'évanouit, et le poète reparaît, un poète qui a trop bu de lait, et
mangé trop de sucre. L'œuvre n'est pas virile; elle est le cri d'un
enfant qui pleure et qui se révolte. Je vous parlais d'habileté, tout à
l'heure: mon livre est tout à la fois une habileté et une maladresse.
Il a été aussi mal accueilli que mes _Contes_ avaient été bien reçus.
J'ai récolté des coups de férule à droite et à gauche, et me voilà
perdu dans l'esprit des gens de bien. Là est la maladresse. Mais
aujourd'hui, je suis connu, on me craint et on m'injurie; aujourd'hui
je suis classé parmi les écrivains dont on lit les œuvres avec effroi.
Là est l'habileté.

Vous ne m'entendez peut-être pas bien, et vous pourriez croire que
je vous donne de très mauvais conseils. L'habileté, pour moi, ne
consiste pas à mentir à sa pensée, à faire une œuvre selon le goût ou
le dégoût de la foule. L'habileté consiste, l'œuvre une fois faite, à
ne pas attendre le public, mais à aller vers lui et à le forcer à vous
caresser ou à vous injurier. Je sais bien que l'indifférence serait
plus haute et plus digne; mais, je vous l'ai dit, nous sommes les
enfants d'un âge impatient, nous avons des rages de nous grandir sur
nos talons, et si nous ne foulons les autres aux pieds, soyez certains
qu'ils passeront sur nos corps. Voilà pourquoi je vous attends pour
parler de ces choses; je ne veux pas que les sots nous écrasent.

Vous me demandez ce que mon livre m'a rapporté. Peu de chose. Un livre
ne nourrit jamais son auteur. J'ai avec Lacroix un traité qui m'alloue
10 p. 100 sur le prix de catalogue. Je touche donc 30 centimes par
exemplaire tiré. On en a tiré 1,500. Comptez. Remarquez que mon traité
est très avantageux.

On a le feuilleton. Toute œuvre, pour nourrir son auteur, doit d'abord
passer dans un journal qui la paie à raison de 15 à 20 centimes la
ligne. On a ensuite le 10 p. 100 du libraire.

Vous voyez qu'il vous faut venir ici avec beaucoup de courage. Ayez une
ligne de conduite fermement arrêtée, et un entêtement féroce. Je vous
dirai tout ce que je sais, et je pourrai peut-être vous ouvrir quelques
portes.

Paul a dû vous dire où j'en suis. Je quitte la librairie à la fin de
janvier, et je remplace mon travail de bureau par la rédaction de
certains livres qui me sont commandés chez Hachette. Je vais m'occuper
beaucoup de théâtre; maintenant tous les éditeurs me sont ouverts; mais
je n'ai pas une seule scène à mon service, il va me falloir donner
assaut de ce côté, qui est le côté du gain et du retentissement. En
outre, je compte écrire plus ou moins régulièrement dans quatre à cinq
journaux. Je battrai monnaie autant que possible. D'ailleurs j'ai foi
en moi, et je marche gaillardement.

Quand venez-vous? et que comptez-vous faire? Ne quittez pas Aix en
étourdi, et arrivez ici avec des projets réalisables. Reviendrez-vous
avec Paul, que j'attends vers le milieu de février?

Je ne sais trop ce que je vous ai écrit. Je vous parlerai plus à
l'aise, lorsque vous serez ici, et je tâcherai de me mieux faire
entendre. Me voilà fatigué, et je ne dois plus dire que des sottises.

Écrivez-moi si cela ne vous ennuies pas trop. Parlez-moi d'Aix, et
dites-moi tout le mal que l'on pense de mon livre. Je sais, par
diverses communications, que les Aixois préfèrent la bergerade de mes
_Contes_ à l'eau-forte de ma _Confession_.

A bientôt, mon cher Valabrègue, et vivez dans la vérité et dans le
courage.


A vous.

J'écris à Paul par le même courrier.


                                  IX


                                                         Paris, 1866.


Les quelques pages que vous m'écrivez sur Aix sont pleines
d'excellentes observations. Je pense tout à fait comme vous à cet
égard, et depuis longtemps je vous ai dit le peu de foi que j'ai en la
province. Le malheur est que j'ai des souvenirs à Aix, et j'ai le culte
des pensées et des actions d'autrefois. Je songe donc plus que je ne le
voudrais à ce coin de terre perdu; je ne m'inquiète pas précisément de
ce qu'on y pense de moi; mais j'aimerais à ce qu'on y sache les petits
bonheurs qui peuvent m'arriver. Vous voyez que je suis franc. De là
les questions que je vous avais posées. Merci de vos bonnes réponses.
Tenez-moi, s'il est possible, au courant de l'opinion.--Vous me dites
qu'on est en train d'ôter au canal dont mon père est l'auteur le nom
de Canal Zola. Précisez, je vous prie, dans votre prochaine lettre:
dites-moi comment et dans quelles circonstances ce changement de nom a
été tenté. Vous devez comprendre qu'en ce moment surtout, je ne tiens
guère à la faible renommée que peut m'attirer un nom donné à un mur;
quant à moi, je me sens de taille à bâtir plusieurs murs, s'il le faut.
Mais j'ai là un devoir à remplir, et s'il y a une lettre à écrire, je
l'écrirai, ne serait-ce que pour protester.

Et vous, mon brave ami, vous que j'oublie pour vous parler de moi en
égoïste, que faites-vous dans cette galère? Vous avez dit adieu à la
poésie: que ce ne soit pas un adieu éternel, car vous êtes encore
trop jeune pour prendre une telle détermination. Je comprends que
le joug du vers vous ait fatigué, et que vous ayez voulu briser les
liens étroits du sonnet pour respirer plus à l'aise. Je vous avouerai
même que le vers est une pauvre arme en nos temps de discussions
ardentes. Mais il est un repos pour l'esprit, une paix pour l'âme; ceux
qui ont rimé jeunes rimeront vieux; la Muse est une belle maîtresse
puissante et douce, avec laquelle on a toujours des regains d'amour.
Ne la maltraitez donc pas trop aujourd'hui, pour qu'elle vous rende
un jour vos caresses.--Tout ceci est pour vous dire d'écrire en
prose, sans qu'il y paraisse. Vous faites bien d'acquérir le plus de
science possible; cette science vous servira beaucoup, si vous comptez
vous lancer dans la critique pure. Moi, je suis un gros ignorant,
ce dont je ne suis pas triste le moins du monde; mais je dois vivre
uniquement avec mon cœur et mon imagination. Travaillez, travaillez;
vous produirez toujours assez tôt. Et ici, entendez-moi: il serait bon
que, dès demain, vous vous mettiez à une œuvre personnelle; mais que
cette œuvre ne vous fasse pas oublier la masse de documents dont vous
avez besoin pour la rude tâche que vous entreprenez. Mon pauvre ami,
vous quittez la poésie trouvant le vers un terrible lutteur qu'il est
difficile de dompter. Combien vous allez souffrir aux prises avec la
raison et la science! Je m'effraye pour vous; vous n'aviez auparavant
que votre fantaisie pour guide, et maintenant vous allez marcher pas à
pas avec des textes et des syllogismes. Que ne faites-vous du roman?
C'est le genre en faveur, et il est surtout l'arme de l'époque; si
vous voulez être lu, mettez vos idées en action. Mais surtout ne venez
à Paris qu'avec des pensées arrêtées; faites votre plan de campagne,
et accourez combattre. Je vous attends, ou peut-être même,--ce que je
préférerais,--j'irai vous chercher.

Nous vivons ici toujours de la même manière. Le jeudi, je reçois; je
vois Baille et Paul, qui travaillent chacun dans leur sens, Coste, avec
lequel vous êtes en correspondance, ce qui m'évite la peine de vous
parler de lui, et plusieurs autres encore. Je vais beaucoup au théâtre,
j'ai besoin d'un peu de bruit, et je sors plus souvent que l'année
dernière. Je suis dans un moment de transition, et je ne sais encore ce
qui sortira de tout cela.

Bon courage, mon cher Valabrègue; je suis tout espérance. Nous sommes
jeunes, et il y a des places à prendre.


A vous de tout cœur.


                                   X


                                             Paris, 10 décembre 1866.


Vous ne devineriez jamais, mon cher Valabrègue, la raison qui m'a
empêché de répondre sur-le-champ à votre dernière lettre. Je vous
devais quelques pages depuis longtemps, et il a fallu une cause bien
puissante, n'est-ce pas, pour que j'aie consenti à retarder encore
l'acquittement de ma dette. Or apprenez que j'ai travaillé pour Aix
tous ces jours-ci.--Eh! oui, me voilà décentralisateur en diable.
Mais il y a des circonstances atténuantes. Imaginez que j'ai reçu une
invitation pour la 33e session du Congrès scientifique de France, mais
une invitation tellement flatteuse qu'il m'a été impossible de faire la
sourde oreille. Je ne puis vous expliquer tout au long les raisons qui
m'ont déterminé à envoyer mon adhésion. Le fait est que je suis membre
du Congrès--on vient de m'envoyer une carte qui confère ce titre--et
que j'ai mis hier à la poste une trentaine de pages intitulées: _Une
définition du roman_. Je suis content--lisez très content,--de ce petit
travail dans lequel j'ai largement appliqué la méthode de Taine. En un
mot, des affirmations carrées et audacieuses. Je voudrais bien être
dans un petit coin de la salle où l'on déclamera ma prose.

Ah! que vous seriez un brave garçon si vous consentiez à vous mettre
pour moi dans ce petit coin où je ne puis être! Pouvez-vous me rendre
ce service, et m'écrire ensuite ce que vous aurez vu et entendu?
J'ai bien peur que mon pétard ne rate, à vrai dire. Il est pourtant
convenablement bourré de poudre; mais l'air de la province est humide
et éteint d'ordinaire les meilleurs feux d'artifice de l'esprit. Il est
bien entendu que vous pénétrez les raisons qui m'ont poussé à faire
ce que j'ai fait, et que dans tout cela je n'ai aujourd'hui que de
la curiosité. C'est cette curiosité que je vous prie de satisfaire.
Écrivez-moi le plus tôt possible ce qui se passera, et, de toutes
façons, nous connaîtrons la province sous un nouvel aspect.

Je me serais occupé de vous dès la première page, si je n'avais eu une
importante nouvelle à vous donner. Maintenant, je puis vous dire que
votre lettre m'a presque attristé. Vous êtes trop heureux vraiment,
vous avez trop de loisirs, et, Dieu me pardonne, vous finiriez par
vous oublier dans un profond sommeil. Je vous dirai que je suis un
méchant envieux: en vous lisant, je songeais à moi, je me disais que
je voudrais aller vivre comme vous dans un calme travail. Et je me
disais cela, parce que je suis un paresseux et un lâche. Croyez-moi,
il vaudrait peut-être mieux que vous fussiez sans un sou, battant le
pavé de Paris, poussé par la nécessité, obligé de vous mêler à la vie
réelle. Vous êtes dans la spéculation pure, dans le rêve, dans ce rêve
qui précède le sommeil. Et vous allez vous endormir, cela est bien
certain.

Vous travaillez, dites-vous, et d'après ce que vous ajoutez, je vois
que vous ne travaillez pas dans un milieu vivant. Tout un livre de
paysages d'automne! Cela m'effraye, je vous l'avoue. Je ne veux pas
juger sur le titre, je crains seulement que vous ne demandiez à tort à
la plume ce qui est du domaine--je ne dis plus du pinceau,--du couteau
à palette. Je n'appuie pas, je désire seulement vous mettre en garde
contre les somnolences qui vont vous prendre. Réfléchissez, et voyez
s'il n'est pas temps que vous veniez vous battre. Il n'y a que la lutte
qui donnera à votre talent la maturité que vous demandez en vain à
l'étude. Quelques mois de pratique représentent des années de théorie.
A votre place--je vous dis cela en bon confrère--je n'écrirais plus
pour écrire, je viendrais à Paris avec un but arrêté, j'appliquerais
toutes mes forces à une réussite quelconque et immédiate. Vous voilà
grand garçon. C'est un recul, un meurtre, que de ne pas débuter
carrément et sans tarder.

Certes, je sais bien que je ne suis pas d'un bon exemple en ce moment.
Le journalisme me maltraite singulièrement. Mes affaires vont mal, je
me donne beaucoup de peine pour un maigre résultat. Et pourtant, je
vous conseille de toutes mes forces de venir faire ici du journalisme
avec moi. Il faut vous dire que vous aurez forcément à passer par un
noviciat quelconque, et qu'il est bon d'en finir au plus vite avec les
premiers débuts. Surtout, quand vous viendrez, ne me dites pas que vous
allez vous enfermer dans votre chambre, et étudier encore. On s'enferme
à Aix, mais ici l'on marche.

Ah! que je voudrais être à votre place, mon cher Valabrègue, pour
m'endormir un peu,--et que je voudrais pour vous que vous fussiez à la
mienne, poussé en avant par la nécessité!

Ainsi, c'est entendu, vous allez sommeiller jusqu'en mars, et, à cette
époque, vous vous réveillerez enfin. C'est le dernier délai que je vous
donne. Après quoi, je vous traiterai comme un indigne paresseux.

Il faut vous dire que je ne suis pas gai aujourd'hui. Rien ne marche,
et «le ciel de l'avenir»[6] est singulièrement noir. Je me rappelle
l'été dernier comme un véritable âge d'or. La belle confiance et les
beaux projets! Ce soir, je me traite de crétin, et je vous écris cette
lettre écœuré par l'odeur de l'encre. On a de ces défaillances, et
le pis est qu'elles vous font beaucoup souffrir. Quelles secousses
continuelles, bon Dieu! et quels détraquements dans cette misérable
machine qui est moi! Je ne sais plus bien si c'est le ventre ou la
pensée qui me fait mal!

Je ne puis guère vous donner des nouvelles exactes sur ma position
littéraire, qui chaque jour se modifie. Je dois écrire dans plusieurs
feuilles, mais ma maison la plus solide est encore cette baraque de
_Figaro_ dont le plancher menace, chaque matin, de s'écrouler sous
mes pas. Je voudrais pouvoir, comme vous le désirez, entreprendre une
œuvre sérieuse qui me consolerait. Le malheur est que cela ne m'est
pas permis en ce moment. Il faut que je batte monnaie et je suis
étrangement maladroit dans une pareille besogne. Je ne sais guère
comment je vais sortir de cette galère. Je veux dire de mes ennuis, car
je compte bien ne jamais déserter entièrement le journalisme, qui est
le plus grand moyen d'action que je connaisse.

J'ai repris mes _réceptions_ du jeudi. Pissarro, Baille, Solari,
Georges Pajot viennent chaque semaine gémir avec moi et se plaindre de
la dureté des temps. Baille a cependant remporté aujourd'hui une grande
victoire; il est lauréat de l'institut depuis ce matin, et son prix est
de la valeur de trois mille francs. Je l'ai cru fou lorsqu'il est venu
m'annoncer cette bonne nouvelle. Solari gratte ses bons dieux, il veut
se marier. Pissarro ne fait rien et attend Guillemet.

Dites à Paul de revenir au plus tôt. Il jettera un peu de courage dans
ma vie. Je l'attends comme un sauveur. S'il ne devait pas arriver dans
quelques jours, priez-le de m'écrire. Surtout qu'il apporte toutes ses
études pour me prouver que je dois travailler.

Je voulais vous écrire une lettre intéressante, pleine de faits, et
je n'ai réussi, sans doute, qu'à épancher ma mauvaise humeur. Vous
me prendrez comme je suis. Un jour d'espoir, vous aurez les pages
réjouissantes que je vous enverrai.

Du courage, mon cher Valabrègue, et ne vous endormez pas; il y a tant
de choses vivantes à faire.

Le bonjour à tous de ma part et de la part de ma femme.

Votre dévoué.


                                  XI


                                              Paris, 19 février 1867.

    Mon cher Valabrègue,


Quelques mots en courant pour que vous ne puissiez pas m'accuser de
paresse ou d'oubli. Je tiens à répondre à certains passages de votre
dernière lettre.

Je ne doute nullement de vous, et je ne me rappelle guère ce que vous
appelez «vos commencements classiques». J'assiste en ami et en curieux
aux transformations qui s'accomplissent en vous. J'attends votre
première œuvre pour vous classer dans mon esprit, pour arrêter mes
opinions à votre égard. Mais je sais que vous êtes un chercheur, que
vous pensez juste, que vous êtes jeune et que l'avenir vous appartient.
Vous voyez que je vous accorde une large place dans mon estime, et
vous avez tort de douter de mes sympathies et de mes applaudissements.
J'avais à cœur de faire mon acte de foi, car dans votre dernière
lettre, vous vous défendez vivement vous me traitez en incrédule.

Ce que j'ai toujours pensé--je veux ne vous rien cacher--c'est que vous
menez une vie trop contemplative. J'aimerais à vous voir un esprit plus
militant. A votre âge, le sang bat dans les chairs, la fièvre secoue
le corps. Les œuvres vécues ont toujours été supérieures aux œuvres
rêvées. Avouez que vous rêvez les vôtres: les longues explications que
vous me donnez sur vos «Paysages d'automne» me prouvent que vous êtes
un contemplatif quand même. Je ne vous cache pas que j'aurais préféré
vous voir au milieu de nous, luttant comme nous, renouvelant chaque
jour vos tentatives, frappant à droite et frappant à gauche, marchant
toujours en avant. D'ailleurs, toutes les voies sont bonnes, celle que
vous prenez peut convenir à votre personnalité. Les vœux que je fais ne
sont peut-être que des conseils égoïstes dictés par ma propre nature.

Je comptais vous voir marcher avec moi. Je ne suis entouré que de
peintres; je n'ai pas ici un seul littérateur avec qui causer. Je
me disais que nous irions ensemble au combat, et que nous nous
soutiendrions au besoin. Et voilà que vous me laissez marcher seul,
lutter seul, triompher et succomber seul. Quelquefois je pense à vous
et je me dis: «Il s'endort». N'est-ce pas là une parole naturelle qui
doit m'échapper malgré moi! Revenez avec un ouvrage, entrez dans la
vie, luttez et vous verrez que je serai le premier à vous encourager et
à vous applaudir.

A quand votre arrivée? Vous aviez parlé, du mois de mars, je crois,
mettons cela en avril ou en mai, n'est-ce pas? Dans votre prochaine
lettre, fixez-moi une époque, s'il est possible. D'ailleurs, si vous ne
venez pas pour vous jeter franchement dans la mêlée, il est préférable
que vous restiez encore à Aix, jusqu'au jour où vous vous croirez mûr
pour la lutte. Surtout, apportez votre livre de paysages, je suis très
curieux de savoir ce que vous avez mis dans cette œuvre.

Faut-il vous parler un peu de moi? Vous devez savoir que je vais
entreprendre un grand travail dans _Le Messager de Provence_, journal
paraissant à Marseille; j'y publierai, à partir du 1er mars, un long
roman: _Les Mystères de Marseille_, basé sur les pièces des derniers
procès criminels. Je suis encombré de documents; je ne sais pas comment
je vais faire sortir un monde de ce chaos. Ce travail est peu payé;
mais je compte sur un grand retentissement dans tout le Midi. Il n'est
pas mauvais d'avoir une contrée à soi. D'ailleurs, j'ai accepté les
propositions qui m'ont été faites, poussé toujours par cet esprit
de travail et de lutte dont je vous parle plus haut. J'aime les
difficultés, les impossibilités. J'aime surtout la vie, et je crois que
la production, quelle qu'elle soit, est toujours préférable au repos.
Ce sont ces pensées qui me feront accepter toutes les luttes qu'on
m'offrira, luttes avec moi-même, luttes avec le public. On me dit que
l'annonce des _Mystères de Marseille_ fait un certain bruit là-bas. Des
circulaires vont être distribuées, des affiches seront collées. Si vous
entendiez dire quelque chose de curieux au sujet de mon roman, veuillez
me l'écrire.

Paul travaille beaucoup, il a déjà fait plusieurs toiles, et il rêve
des tableaux immenses; je vous serre la main en son nom.

Baille marche à grands pas. Le voilà définitivement lancé.

Guillemet attend l'été pour faire une nouvelle campagne.

Solari est marié depuis quatre jours.

Je m'arrête sur cette nouvelle monumentale, et je vous serre
affectueusement la main.


Ma femme me prie de vous présenter ses compliments.


                                  XII


                                                 Paris, 4 avril 1867.

    Mon cher Valabrègue,


Les lourdes besognes dont je suis accablé en ce moment ne doivent
cependant pas me faire négliger tout à fait mes amis. Je vais tâcher de
vous consacrer une heure de mon temps.

Permettez-moi, avant tout, de vous dire que vous avez jugé un peu en
provincial la publication des _Mystères de Marseille_. Si vous étiez
ici au milieu de nous, si je pouvais causer pendant dix minutes avec
vous, vous comprendriez sur-le-champ la raison d'être de cette œuvre.
J'obéis, vous le savez, à des nécessités et à des volontés. Il ne
m'est pas permis comme à vous de m'endormir, de m'enfermer dans une
tour d'ivoire, sous prétexte que la foule est sotte. J'ai besoin de la
foule, je vais à elle comme je peux, je tente tous les moyens pour la
dompter. En ce moment, j'ai surtout besoin de deux choses: de publicité
et d'argent. Dites-vous cela, et vous comprendrez pourquoi j'ai accepté
les offres du _Messager de Provence_. D'ailleurs, vous êtes dans tous
les espoirs, dans toutes les croyances du commencement, vous jugez les
hommes et les œuvres absolument, vous ne voyez pas encore que tout est
relatif, et vous n'avez pas les tolérances de l'expérience.

Je ne veux point jeter de la nuit dans votre beau ciel limpide. Je vous
attends à vos débuts, à vos luttes; alors seulement, vous comprendrez
bien ma conduite.

Je vous dis ceci en ami. Il est bien entendu que je vous abandonne _Les
Mystères de Marseille_. Je sais ce que je fais!

En ce moment, je mène de front trois romans: _Les Mystères_, une
nouvelle pour _L'Illustration_, et une grande étude psychologique pour
_La Revue du XIXe Siècle_. Je suis très satisfait de cette dernière
œuvre[7]; c'est, je crois, ce que j'ai fait de mieux jusqu'à présent.
Je crains même que l'allure n'en soit trop corsée, et que Houssaye ne
recule au dernier instant. L'ouvrage paraîtra en trois parties; la
première partie est terminée et doit paraître au mois de mai. Vous
voyez que je vais vite en besogne. Le mois dernier, j'ai écrit cette
première partie--un tiers du volume,--et une centaine de pages des
_Mystères_. Je reste courbé sur mon bureau du matin au soir. Cette
année, je publierai quatre à cinq volumes. Donnez-moi des rentes, et je
m'engage à aller tout de suite m'enfermer avec vous et me vautrer au
soleil dans l'herbe.

J'ai dû, pour quelque temps, quitter _Le Figaro_. Je n'y publierai plus
que des articles volants, et, métier pour métier, je préfère écrire des
histoires de longue haleine, qui restent. J'ai dû également renoncer
à l'idée de faire un «Salon». Il est possible cependant que je lance
quelque brochure sur mes amis les peintres.

Voilà, ma foi, toutes les nouvelles qui me concernent. Je travaille
beaucoup, soignant certaines œuvres et abandonnant les autres, tâchant
de faire mon trou à grands coups de pioche. Vous saurez un jour qu'il
est malaisé de creuser un pareil trou.

Je ne vous parle pas de votre retour à Paris. Je vois bien que vous
le remettez à une époque lointaine, indéterminée. Je finirai par vous
approuver; puisque vous voilà redevenu poète, il est préférable que
vous restiez dans les solitudes mortes de la province. Seulement,
vous entrez dans la carrière littéraire par une voie si différente de
celle que j'ai prise, qu'il m'est difficile de ne pas faire quelques
restrictions. Ma position m'a imposé la lutte, le travail militant
est pour moi le grand moyen, le seul que je puisse conseiller. Votre
fortune, vos instincts vous font des loisirs, vous vous attardez de
gaieté de cœur. Toutes les routes sont bonnes, suivez la vôtre, et je
serai le premier à applaudir lorsque vous obtiendrez un résultat. Ce
que je vous ai dit, ce que je vous dirai sans doute encore, ne m'est
dicté que par la sympathie. Vous n'en doutez point, n'est-ce pas?

Quelques petites nouvelles pour finir: Paul est refusé, Guillemet est
refusé, tous sont refusés; le jury, irrité de mon «Salon», a mis à la
porte tous ceux qui marchent dans la nouvelle voie.--Baille entre en
plein dans de beaux appointements.--Solari est toujours marié.--Voilà.

Écrivez-moi souvent, vos lettres me font grand plaisir. Parlez-moi, à
l'occasion, de l'impression que _Les Mystères_ font à Aix.

Votre dévoué.


Vous avez le bonjour de tout le monde.


                                 XIII


                                                  Paris, 29 mai 1867.

    Mon cher Valabrègue,


Je vous dois une lettre depuis longtemps, je suis tellement ennuyé et
occupé que je me déclare moi-même bien innocent de ma négligence.

Imaginez-vous que toutes les publications pour lesquelles je
travaillais m'ont manqué de parole à la fois. _La Revue du XIXe
Siècle_, qui devait commencer un roman de moi le 1er mai, ne le
commencera que le 1er juillet; d'autre part, _L'Illustration_ me
retarde aussi; de façon que j'ai les bras liés, ne pouvant entreprendre
autre chose, et attendant avec impatience que le travail amassé
commence à s'écouler.

Je suis très content du roman psychologique et physiologique que je
vais publier dans _La Revue du XIXe Siècle_. Ce roman, qui est écrit
presque entièrement, sera à coup sûr ma meilleure œuvre. Je crois m'y
être mis cœur et chair. Je crains même de m'y être mis un peu trop en
chair et d'émouvoir Monsieur le procureur impérial. Il est vrai que
quelques mois de prison ne me font pas peur.

Je vais faire un «Salon» dans un nouveau journal: _La Situation_, qui
paraît ces jours-ci. Il y a beaucoup de nouveaux journaux dans l'air,
et je cherche à me caser solidement dans une des feuilles futures. Mon
grand défaut est d'avoir vingt-sept ans; si j'en avais cinquante, si
j'étais à demi mort de lassitude et de dégoût, j'aurais déjà dans le
journalisme une place fixe qui me rapporterait dix mille francs par an.

Je vous enverrai, ces jours-ci, une brochure que je publie ici, et
qui n'est autre chose que mon article sur Manet. Elle contient deux
eaux-fortes: un portrait de Manet et une reproduction de l'Olympia.
Vous devez savoir que Manet a ouvert, depuis vendredi, son Exposition
particulière. Le succès d'argent est maigre jusqu'à présent. L'affaire
n'est pas lancée. J'espère que ma brochure va mettre le feu aux poudres.

Autre nouvelle. Je me suis à peu près entendu avec l'éditeur Lacroix,
pour publier une édition in-8 de mes _Contes à Ninon_, illustrés
par Manet. Nous n'avons plus qu'à signer le traité. Si l'affaire
se conclut, le volume paraîtra en novembre.--Vers cette époque, je
publierai sans doute deux autres volumes.

Voilà à peu près toutes les nouvelles qui me concernent.--Je vois
rarement Baille; depuis que je me suis retiré sur les hauteurs de
Batignolles, je vis au désert. Quand vous reviendrez à Paris, j'espère
que vous vous logerez dans mon voisinage.--Cézanne retournera à Aix
avec sa mère dans une dizaine de jours. Il passera, dit-il, trois mois
au fond des solitudes de la province et reviendra à Paris en septembre.
Il a grand besoin de travail et de courage.--Grand succès de Solari au
Salon.--Prochaine ouverture de l'Exposition de Courbet, sur laquelle
j'espère pouvoir faire une courte étude. D'ailleurs, Paul vous donnera
toutes ces petites nouvelles avec plus de détails.

Me pardonnerez-vous de vous avoir parlé des autres et de moi avant de
m'être occupé de vous?

Vous faites bien de rester à Aix, si vous y restez pour vous armer
de toutes pièces avant de revenir à Paris. Songez que, pour marcher
librement, il faut que vous soyez indépendant. Seulement hâtez-vous. La
province est terrible. Deux ans de séjour à Aix doivent à coup sûr tuer
un homme. J'ai en cela une opinion arrêtée qui me fera toujours vous
appeler à Paris. Questionnez Paul, questionnez tous nos amis, et vous
verrez chez tous le même effroi de la province. Lisez aussi dans Balzac
quelques admirables pages.--A propos, avez-vous lu tout Balzac? Quel
homme! Je le relis en ce moment. Il écrase tout le siècle. Victor Hugo
et les autres,--pour moi,--s'effacent devant lui. Je médite un volume
sur Balzac, une grande étude, une sorte de roman réel.

Donc, je voulais simplement vous dire de rester à Aix, tout juste
le temps nécessaire pour conquérir votre liberté, et de vous méfier
beaucoup de cette ville morte. Vous croyez marcher et vous dormez. Cela
n'est pas appréciable pour vous, qui êtes dans votre sommeil. Mais moi,
qui suis dans la veille fiévreuse de Paris, je vois bien en lisant vos
lettres que vous restez appesanti et immobile.

En voulez-vous une preuve? Si vous étiez resté à Paris, jamais vous ne
seriez redevenu poète. Ce qui vous pousse à la poésie, à la rêverie
cadencée des vers, c'est cet air mortel qui pèse à vos épaules. Dans le
calme de votre retraite, votre esprit a été pris de ce sommeil doux,
nécessaire à l'éclosion des rimes. Certes, je ne vous blâme pas d'être
poète pour quelque temps encore. Mais je ne crois pas que ce soit là
votre véritable tempérament. Dès que vous aurez mis de nouveau le pied
dans Paris, la Muse effarouchée vous abandonnera une seconde fois. Je
considère vos vers du moment comme un excellent exercice. D'ailleurs,
si je me trompe, s'il y a véritablement en vous l'étoffe du poète que
notre âge attend, votre place sera grande; je saurai ce qu'il faut en
croire lorsque vous serez ici: si la Muse ne se sauve pas de vous, ce
sera signe que vos vers ne sont pas fils du sommeil de la province.
Alors Paris élargira vos horizons de poète.

Peut-être, ici, sacrifions-nous trop à l'heure présente. Nous frappons
le fer quand il est chaud, de toute notre énergie et de toute notre
puissance. Nous écrivons au caprice de l'occasion, c'est pour cela que
nos œuvres ne sont pas solides. Il faudrait tout à la fois respirer
l'air de Paris et écrire à ses heures. Les œuvres alors seraient
vivantes et durables. Votre position de fortune vous permettra de mener
cette vie de travail et d'étude. Si vous avez beaucoup de volonté,
votre place est toute marquée.

Écrivez-moi plus longuement que je ne le fais. Moi, j'ai des
circonstances atténuantes en ma faveur.

Je ne vous parle pas des _Mystères de Marseille_. Ce feuilleton
m'ennuie tellement que je suis tout écœuré rien qu'à en écrire le titre.

Je vous serre vigoureusement la main.


                   *       *       *       *       *


                                LETTRES

                               A DIVERS

                         ÉCRIVAINS ET ARTISTES



                          =A Jules Claretie.=


                                                         5 juin 1863.

    Monsieur,


J'ai l'honneur de vous adresser deux nouvelles dont je suis l'auteur.

Désirant tenter leur insertion dans _L'Univers illustré_, j'ai songé à
vous, Monsieur, pour juger mes pauvres bluettes et les faire accepter
au rédacteur en chef de ce journal. Ma démarche, peut-être importune,
est toute naturelle. Expliquez-la par une grande sympathie que
j'éprouve pour votre talent et par un grand orgueil qui me fait espérer
de trouver grâce auprès d'un homme d'esprit.

Je vous prie, avec toute la ferveur d'un débutant, de ne pas me
condamner sans me lire. Le manuscrit est si mince qu'il ne vous faudra
pas un quart d'heure pour me connaître.

Songez qu'il s'agit presque pour moi d'une question de vie ou de mort
littéraire et que j'attends mon jugement avec l'impatience d'un poète
de vingt ans.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de ma considération la plus
distinguée.



                 =Au Directeur de la _Revue du Mois_.=


                                              Paris, 16 juillet 1863.

    Monsieur,


Je suis employé au bureau de la publicité de la librairie Hachette.
C'est là que j'ai pu lire la _Revue du Mois_ et connaître votre grand
amour pour la jeunesse et pour la liberté de pensée.

Ne donnerez-vous pas l'hospitalité à un inconnu qui n'a justement pour
toute recommandation que cette jeunesse et que cette liberté?

J'ai l'honneur de vous adresser deux pièces de vers dont je suis
l'auteur. Je n'ose vous remercier à l'avance de leur insertion et
cependant j'ai le plus grand espoir dans mes rimes et dans votre
bienveillance.

J'hésite à vous envoyer également des contes en prose que j'ai là tout
prêts à partir. Veuillez me dire, je vous prie, si le poète vous fait
désirer de connaître le prosateur.

J'espère en vous.

Agréez, monsieur, l'assurance de ma considération la plus distinguée.



                       =A Alphonse Duchesne[8].=


                                                Paris, 11 avril 1865.

    Monsieur,


Permettez-moi de me présenter moi-même, n'ayant point d'introducteur et
préférant ne pas vous mettre en défiance par une protection quelconque.

J'ai publié dernièrement un volume de nouvelles qui a eu quelque
succès, je fais au _Salut public_ une revue littéraire, et je donne des
articles au _Petit Journal_. Tel est mon bagage.

Je désire l'augmenter et réussir au plus tôt. Dans ma hâte, j'ai songé
à votre journal, comme à la feuille qui peut procurer la notoriété
la plus rapide. Je vais donc à vous franchement, je vous envoie
quelques pages de prose et je vous demande en toute naïveté: Cela vous
convient-il? Si ma petite personnalité vous déplaît, n'en parlons plus;
si c'est seulement l'article ci-joint qui ne vous plaît pas, je pourrai
en écrire d'autres.

Je suis jeune et, je l'avoue, j'ai foi en moi. Je sais que vous aimez
à essayer les gens, à inventer des rédacteurs nouveaux. Essayez-moi,
inventez-moi. Vous aurez toujours la fleur du panier.

Je vous prie de vouloir bien accorder quelque attention à mon offre et
de me faire connaître votre décision, soit en insérant l'article dans
_Le Figaro_, soit en m'avertissant de le faire reprendre à vos bureaux.

Veuillez agréer, monsieur, l'assurance de mes sentiments les plus
distingués.



                          =A Jules Claretie.=


                                             Paris, 14 novembre 1865.

    Monsieur et cher confrère,


Vous avez eu l'obligeance de présenter mon livre de début aux lecteurs
du Figaro; vous aurez sans doute la bonté de leur faire connaître le
nouveau roman que je viens de publier[9].

Le livre est mince, et vous n'aurez vraiment pas le temps de vous
endormir. Je tiens à être lu avant d'être jugé, préférant un
éreintement sincère à quelques mots complaisants.

Une petite place, s'il vous plaît, dans vos prochains échos, et mille
fois merci à l'avance.

Votre tout dévoué et tout reconnaissant.



                           =A Bourdin[10].=


                                                     22 janvier 1866.

    Cher Monsieur,


La personne que vous m'avez envoyée dernièrement ne vous a-t-elle pas
parlé du vif désir que j'ai d'entrer à _L'Événement?_ Je crois vous
avoir dit que je quittais la librairie Hachette; quitter n'est pas
le vrai mot, car je reste attaché à la maison au titre d'auteur, au
lieu de l'être au titre d'employé: j'ai trois volumes commandés. Mais
il va me rester de larges loisirs, et je désire mettre mes habitudes
d'activité et d'exactitude au service de quelque chose ou de quelqu'un.
J'ai songé à _L'Évènement_, et voici ce que j'ai trouvé à offrir à M.
de Villemessant.

Je sais que les chroniques sont à la mode, et que le public aujourd'hui
veut de courts entrefilets, aimant les nouvelles toutes mâchées et
servies dans de petits plats. J'ai donc pensé qu'il pouvait être établi
avec succès une «Chronique bibliographique». Voici ce que j'entends
par ce titre: je donnerai en vingt ou trente lignes un compte rendu de
chaque œuvre nouvelle; le jour même de la mise en vente, j'irai trouver
chaque éditeur, et j'obtiendrai certainement d'eux la communication
de leurs publications, de façon à ce que mon article paraisse avant
toute réclame; d'autre part, je me chargerai, lorsqu'une œuvre
importante sera annoncée, de me procurer quelque extrait intéressant
que _L'Évènement_ pourra insérer; enfin, j'aurai mission d'entretenir
les lecteurs de tous les faits ayant rapport aux livres, indiscrétions
sur les œuvres prochaines, détails intimes biographiques ou purement
littéraires, etc. En un mot, je ferai à peu près pour les livres,
ce que M. Dupeuty fait pour les théâtres. Je crois pouvoir me tirer
de cette besogne avec succès, et je demande qu'on tente toujours de
m'employer, quitte à me remercier, si je ne tiens pas les promesses de
mon programme.

Je sais où est le grand obstacle. Vous avez peur qu'une chronique
bibliographique ne dispense les éditeurs de vous donner des réclames
payées. Je crois que vous vous trompez en cela, et une expérience
de quatre années me permet de vous affirmer que les libraires font
d'autant plus d'annonces dans un journal que ce journal parle plus
souvent de leurs maisons. Je lis chaque jour vos annonces, et je vois
que vous obtenez peu de chose; je puis assurer que vous obtiendriez
bien davantage si vous alliez dans les librairies, ayant en mains des
numéros dans lesquels se trouverait le bulletin exact des publications.
Il n'y a que les spéculateurs éhontés qui oseraient vous faire
comprendre qu'ils peuvent se passer de vous, puisque le journal parle
gratuitement de tous les volumes qui paraissent. Chaque fois qu'un
journal bien posé est venu me trouver dans les conditions dont je
vous parle, j'ai eu en quelque sorte la main forcée. Je suis persuadé
que la maison Hachette sera beaucoup plus large avec vous, dès qu'une
chronique bibliographique sera établie.

Je ne parle pas de l'intérêt des lecteurs. Il est évident que le public
accueillera très volontiers un bulletin écrit d'une façon anecdotique
et littéraire qui le tiendra au courant du mouvement journalier de la
littérature. _L'Évènement_ veut avoir toutes les primeurs; ma pensée
est d'y parler de chaque livre avant toutes les autres critiques de la
grande et de la petite presse.

Je ne sais pas trop encore comment pourraient être publiées mes
chroniques bibliographiques: tous les jours ou tous les deux jours? Je
vous prie de vouloir bien communiquer ma lettre à M. de Villemessant et
de lui demander si mon idée lui sourit. Il ne s'agirait plus ensuite
que de s'entendre sur le mode de publication. Puis-je faire un essai et
l'envoyer au journal?

Pardonnez-moi tout le souci que je vous donne. Je crée vis-à-vis de
vous une dette que je tâcherai de payer quelque jour. Je n'ai pu encore
parler de votre proposition à M. Templier, mais je ne quitterai pas la
maison avant de vous obtenir une réponse.

Veuillez me croire votre tout dévoué et tout reconnaissant.



                              =A Coste.=


                                                 Paris, 14 juin 1866.

    Mon cher Coste,


Je n'ai que dix minutes pour vous répondre. Je pars sur-le-champ à la
campagne, où je vais retrouver Paul. Baille part avec moi, et nous
resterons une semaine loin de Paris.

Je porte à Paul les quinze francs que vous m'envoyez, et je lui ferai
lire votre lettre. Nous ferons ensemble notre acte de contrition, nous
reconnaîtrons notre culpabilité à votre égard. Voilà qui doit vous
désarmer.

Voici maintenant les nouvelles.

Paul a été refusé, comme de juste, ainsi que Solari et tous ceux que
vous connaissez. Ils se sont remis au travail, certains qu'ils ont dix
ans devant eux avant de se faire accepter.

Valabrègue est ici. Il travaille--lentement. Je crois que la maturité
vient, et j'espère beaucoup en lui.

Quant à moi, j'aurais beaucoup à dire, si je voulais tout vous
apprendre. J'ai quitté la librairie Hachette, le 1er février, et
depuis cette époque je suis attaché à _L'Évènement_ pour une besogne
régulière: la Revue des livres. J'ai fait en outre un «Salon» qui a
soulevé de grands cris. Je viens de réunir mes articles en brochure, et
je vous envoie un exemplaire de l'œuvre, ainsi qu'un exemplaire d'un
volume que je viens également de publier.

En somme, je me hâte, je travaille beaucoup. Je suis impatient.

Je vais maintenant tenter le théâtre.

Voilà les choses en gros. Quant aux détails, je vous les dirai à votre
retour dont vous ne me parlez point, mais qui ne peut tarder. C'est un
crime que de vivre loin de Paris en ces temps de fièvre et de luttes.

Je prierai Paul de vous écrire, mais je ne vous affirme pas qu'il le
fera. Quant à Valabrègue, je ne le verrai que dans huit jours, lorsque
je reviendrai. Il aura de vos nouvelles.

Pardonnez ma brièveté! Je n'ai pas voulu rester coupable plus
longtemps, et je tâcherai de gagner mon pardon en vous écrivant plus
souvent et plus longuement.

Mais surtout revenez vite.

Mille compliments de la part de tous.

A vous.


J'attends d'ailleurs une lettre de vous qui me rappelle l'engagement
que je prends.



                              =Au même.=


                                              Paris, 26 juillet 1866.

    Mon cher Coste,


Je ne sais plus ce que je vous avais promis dans ma dernière lettre. En
tous cas, je croyais devoir attendre votre réponse avant de vous écrire
de nouveau.

Je vais vous donner les détails que vous me demandez sur nos amis et
moi.

Votre dernière est arrivée chez ma mère comme j'étais encore à la
campagne. Mais vous vous trompez, lorsque vous vous imaginez que nous
nous contentons de Fontenay-aux-Roses. Il nous faut plus d'air et plus
de liberté. Nous avons, à seize lieues de Paris, une contrée inconnue
encore aux Parisiens, et nous y avons établi notre petite colonie.
Notre désert est traversé par la Seine; nous y vivons en canot; nous
avons pour retraite des îles désertes, noires d'ombrages. Vous voyez
combien vous êtes en retard en songeant encore aux misérables bosquets,
maigres, efflanqués de la Mère Cense.

Il y a trois jours, j'étais encore à Bennecourt avec Cézanne et
Valabrègue. Ils y sont restés tous deux et ne reviendront qu'au
commencement du mois prochain. L'endroit, je vous l'ai dit, est une
véritable colonie. Nous y avons traîné Baille et Chaillan; nous vous y
traînerons à votre tour.

Procédons méthodiquement.

Baille est parti pour Aix samedi dernier. Il reviendra le 2 ou 3
octobre. Il a achevé, pour la librairie Hachette, un volume de physique
dont je crois vous avoir parlé. L'œuvre paraîtra vers la fin de l'année.

Et d'un.

Cézanne travaille; il s'affirme de plus en plus dans la voie originale
où sa nature l'a poussé. J'espère beaucoup en lui. D'ailleurs, nous
comptons qu'il sera refusé pendant dix ans. Il cherche en ce moment
à faire des œuvres, de grandes œuvres, des toiles de quatre à cinq
mètres. Il partira pour Aix prochainement, peut-être en août, peut-être
à la fin de septembre seulement. Il y passera deux mois au plus.

Et de deux.

Valabrègue est ici depuis le mois de mars. Il a perdu beaucoup de sa
jeunesse, et je crois pouvoir répondre de lui maintenant. Il n'a point
à se presser, et je l'approuve de ne vouloir publier une première œuvre
qu'à vingt-cinq ans au plus tôt. Il observe et il étudie.--Il part pour
Aix dans huit jours et y passera deux mois.

Et de trois.

Il me reste à vous parler de moi. Je vous ai envoyé mes deux dernières
publications: vous savez donc ce que j'ai fait depuis votre départ.
En outre, je ne suis plus chez Hachette depuis le 1er février, époque
à laquelle je suis entré à _L'Évènement_. Je fais dans le journal la
bibliographie, d'une façon fixe, aux appointements de cinq cents francs
par mois. Ajoutez à cela une correspondance hebdomadaire que j'envoie
au _Salut public_, et qui m'est payée cent francs. Voilà mon bilan, et
mes occupations ordinaires. De plus, j'ai commencé un livre de haute
critique: _L'œuvre d'art devant la critique_, que je publierai sans
doute vers novembre. Je compte enfin donner dans deux ou trois mois un
roman à _L'Évènement_. Vous voyez que le travail ne manque pas. Dieu
merci, la paresse se porte également fort bien.

Je n'habite plus la rue de l'École-de-Médecine. Je suis maintenant avec
ma femme rue de Vaugirard, n° 10, à côté de l'Odéon. Nous avons là tout
un appartement, salle à manger, chambre à coucher, salon, cuisine,
chambre d'ami, terrasse. C'est un palais véritable dont nous vous
ouvrirons largement les portes dès votre retour.

En somme, je suis satisfait du chemin parcouru. Mais je suis un
impatient, et je voudrais marcher encore plus vite. Puis, vous ne
sauriez croire combien on est sujet à des lassitudes subites dans le
rude métier que je fais. J'ai presque un article à faire par jour. Il
me faut lire, ou du moins parcourir, les ouvrages de tous les imbéciles
contemporains. Je ne me repose qu'en travaillant un peu à mes livres.

Alexandrine engraisse, moi je maigris un peu.

Et de quatre, et de cinq.

Il me reste à souhaiter votre retour. Le tableau que vous me faites du
Camp n'est pas engageant. Vous allez revenir bientôt, me dites-vous.
Tant mieux. J'ai la conviction que le séjour de Paris est de toute
nécessité aux intelligences qui veulent penser. Si vous êtes découragé,
l'air qu'on respire ici vous donnera de nouveaux espoirs.

Écrivez-moi votre arrivée, et que votre première visite soit pour moi.
Nous causerons de l'avenir; les jours arrivent à toute vitesse, et il
me semble qu'ils marchent encore trop.

Ma femme me prie de vous serrer la main.

Votre tout dévoué.


Je n'ai pu communiquer votre lettre à aucun de nos amis, car je suis
seul en ce moment à Paris. Mais, du nord et du midi, je suis certain
qu'ils vous serrent très vigoureusement la main.



                          =A Théodore Duret.=


                                                  Paris, 20 mai 1868.

    Mon cher Duret,


J'ai oublié, dans ma dernière entrevue, de vous recommander de nouveau
le garçon dont je vous ai parlé, comme garçon de bureau. Il pourrait
faire la recette, épousseter les meubles, s'occuper de n'importe quoi,
pourvu qu'il ne s'agisse pas de tenir des écritures trop compliquées.
Il n'a reçu qu'une demi-éducation qui ne lui permet pas d'être commis.

Vous me rendriez un véritable service en le prenant avec vous. Il y a
deux ans que je lui promets de le placer. Soit négligence de ma part,
soit mauvaise chance, je ne lui ai encore rien trouvé. Voulez-vous que
je vous le conduise un de ces jours?

La question des appointements a-t-elle été vidée? C'est là une question
assez grave pour moi; je regrette beaucoup le journal quotidien, qui
m'aurait permis de vivre tranquille dans une famille honorable en
suffisant à mes besoins.

J'ai assez des trafics plus ou moins dignes de la petite presse. On s'y
amoindrit et on s'y tue.

Je ne sais quand je pourrai aller vous voir aux bureaux de _La
Tribune_. Je suis un peu souffrant et je travaille l'après-midi.
D'ailleurs, il est inutile que j'aille me mettre dans vos jambes en
ce moment. Veuillez donc avoir l'obligeance de me tenir au courant
par lettres, comme vous avez eu la bonté de le faire jusqu'ici.
Avertissez-moi quand je pourrai m'entendre définitivement avec M.
Pelletan sur certains détails d'exécution, tels que la longueur de mes
articles et les jours où je dois envoyer ma copie. Je préfère ne pas
embarrasser le plancher tant qu'on n'aura pas besoin de moi. Pourvu
que je sois averti deux ou trois jours à l'avance de l'apparition du
journal, cela suffira.

Avez-vous vu les tableaux de Camille Pissarro; et êtes-vous de mon avis?

Votre bien dévoué.


S'il est nécessaire, quand on parlera des appointements, veuillez faire
valoir que je dois donner un article dans chaque numéro. Puisqu'on n'a
engagé que moi comme littérateur, je me trouve donc à la tête de la
partie littéraire du journal, et j'espère que l'on me donnera ce que
l'on compte donner à un rédacteur politique qui fournirait la même
quantité de besogne que moi. Remarquez encore que si le journal avait
été quotidien, mon travail n'aurait presque pas augmenté. Vous me le
disiez vous-même: la rédaction d'un journal hebdomadaire coûte presque
aussi cher que celle d'une feuille quotidienne.

Tout ceci entre nous. Je suis certain que vous veillerez à mes
intérêts. N'oubliez pas une chose: le désintéressement n'est de mise
que lorsque tout le monde est désintéressé; dans le cas contraire, il
prend le nom de duperie.



                              =Au même.=


                                                 Paris, 19 juin 1868.

    Mon cher Duret,


Il faut que je vous rende compte de ma conversation avec M. Lavertujon.
En somme, il paraît très bien disposé, mais il n'a pu me donner
aucune certitude. Voici un résumé de ses paroles. Il ne pense pas
que je puisse faire un article toutes les semaines, parce qu'on a
pris des engagements avec trop de monde; d'ailleurs, il en causera
avec ces messieurs et m'écrira mardi si je dois continuer à envoyer
hebdomadairement une causerie; il semble ne pas vouloir prendre une
décision lui-même, mais désirer au fond que ma collaboration soit très
active.

J'ai plaidé ma cause, en m'appuyant sur une promesse de M. Pelletan et
_surtout_ en faisant observer qu'une «Causerie» était une chronique
qui devait absolument se trouver dans chaque numéro. Mais la meilleure
raison que j'ai donnée et qui a paru frapper beaucoup M. Lavertujon, a
été que j'avais grand besoin de travailler, ayant ma mère à ma charge
et étant obligé d'enlever l'avenir à la pointe de ma plume. J'ai ajouté
que j'étais las de la petite presse, que je souhaitais ardemment me
réfugier dans un journal honnête et sérieux où je pourrais développer
tous mes moyens. «Si _La Tribune_, ai-je dit, m'offrait cinq cents
francs par mois, non seulement pour ma chronique littéraire, mais pour
toutes sortes de travaux, je me dévouerais complètement au journal, je
n'écrirais dans aucune autre feuille, et je garderais une éternelle
reconnaissance pour les hommes qui me mettraient ainsi le pied dans
l'étrier.»

Vous voyez le fond de mon ambition, mon cher Duret; je n'espère
pas réussir, mais pour obtenir un œuf, il faut demander un bœuf.
D'ailleurs, mes vœux n'ont rien d'extravagant. Je consentirais à faire
n'importe quoi pour trouver un port dans _La Tribune_, même à rédiger
les faits-divers, à me rendre utile d'une façon ou d'une autre. Il vous
faudra peut-être des hommes pour relire les épreuves, pour redresser
les phrases boiteuses, etc. Je consentirais parfaitement à être un
de ces hommes, si ce travail, joint au rapport de mes articles, me
constituait la rente qu'il faut pour vivre.

Causons _pratiquement_, n'est-ce pas? Le moins que je puisse obtenir,
c'est deux causeries par mois. Ce serait déjà un pas si j'en obtenais
quatre. Puis, s'il était possible de me confier des travaux quelconques
et de m'attacher entièrement à _La Tribune_, je serais l'homme le plus
heureux de la terre.

Voyez ce que vous pouvez encore faire pour moi en ces circonstances.
Je crois que je suis sympathique à ces messieurs, et qu'on pourrait
obtenir quelque chose d'eux en leur expliquant ma position. Tout ce que
vous ferez sera bien fait. Ma dette de reconnaissance à votre égard
devient telle que je ne sais comment je m'acquitterai jamais.

J'ai vu MM. Glais-Bizoin et Hérold qui ont été charmants pour moi,
le dernier surtout. J'espère que mon second article me les attachera
tout à fait et qu'il sera peut-être temps, alors, de leur dire:
«Voilà un garçon dont vous pouvez faire un des vôtres, ne le laissez
pas se perdre dans les petits journaux.» Si l'occasion se présente,
pourrez-vous leur dire cela?

M. Lavertujon a paru très satisfait de mon second article. «Je n'en
retrancherais pas une virgule, m'a-t-il dit, mais M. Duret aura peur
peut-être.» Ah çà! pas de bêtises, n'est-ce pas? Ne coupez rien, je
vous prie. Je ne tiens pas à un article, mais je tiens à frapper un
coup pour m'asseoir carrément ensuite dans la maison.

Mille fois merci encore.

Votre bien reconnaissant et bien dévoué.


Je suis si pressé que je ne relis pas.



                              =Au même.=


                                              Paris, 19 juillet 1868.

    Mon cher Duret,


J'ai parfaitement compris la raison de vos coupures. On ne doit
cependant que la vérité aux morts.

Je ne sais toujours pas ce que je gagne à _La Tribune_, et je désire
vivement le savoir pour régler mon budget. M. Pelletan, que j'ai
entrevu hier, m'a prié de faire mes articles plus courts,--prière
que j'ai trouvée juste et raisonnable,--et je crois qu'il m'a fait
entendre que je serais payé au mois. Je n'ai pas voulu lui demander
une explication plus claire. Je préférerais toucher des appointements
mensuels, cela me semblerait plus logique et plus certain. Seulement
j'ai peur qu'on ne déprécie beaucoup ma copie,--ceci entre nous. Enfin
je m'en remets à la bonne volonté de ces messieurs, et je vous prie
de nouveau de me faire connaître leur décision dès qu'ils en auront
pris une. La justice serait de me payer les articles que j'ai faits
jusqu'ici à cinq sous la ligne, ainsi que cela avait été décidé, et de
partir du mois présent pour me payer à l'année.

Il est bien entendu que tout cela est confidentiel. Je cause avec vous
en ami. Mes souhaits ne sont pas des prétentions. J'accepte d'avance ce
qu'on m'offrira.

Je voudrais bien causer avec vous. Puisque je ne puis vous rencontrer
à _La Tribune_, je me permettrai de me présenter chez vous un de ces
matins. Si je vous dérange, vous me mettrez à la porte.

Votre dévoué.



                         =A Champfleury[11].=


                                              Paris, 25 octobre 1868.

    Mon cher confrère,


J'ai voulu, avant de vous remercier, lire en entier le livre que vous
avez eu la gracieuseté de m'envoyer.

J'adore les chats, j'en ai toujours quatre ou cinq autour de moi. C'est
vous dire le plaisir que m'a fait votre savant et spirituel plaidoyer.
Vous n'êtes pas qu'un observateur, vous êtes un lettré, et je vous dois
maintenant de connaître l'histoire vraie de mes bons amis les chats,
que j'aimais d'instinct, sans trop savoir s'ils avaient à mon amitié
d'autre titre que leur grâce souple.

Je désirerais vivement parler de votre œuvre quelque part. Je pourrais,
dans un journal, vous dire tout au long ce que je ne vous dis pas ici.
Je comptais réserver cet article pour _La Tribune_. Mais voilà que
le rédacteur bibliographique de cette feuille, M. Asseline, a déjà
parlé des _Chats_, et d'une façon très amicale. J'espère que cela ne
m'empêchera pas de revenir à la charge, mais je crains de ne pouvoir
donner à mon compte rendu le développement que je rêvais.

Merci encore pour les bonnes heures que vous venez de me faire passer,
et croyez-moi votre dévoué confrère.



                          =A Théodore Duret.=


                                              Paris, 3 novembre 1868.

   Mon cher Duret,


Pardonnez-moi si je ne me suis pas rendu au café Guerbois et si je
n'ai point encore répondu à votre lettre. J'étais dans la fièvre du
dénouement de _Madeleine Férat_, je ne voulais plus m'occuper de rien
avant d'avoir terminé cette œuvre. Aujourd'hui la dernière ligne est
écrite, je rentre dans la vie. Je n'ai plus à redouter que les paniques
de l'éditeur et de l'imprimeur. Allez, écrire avec quelque audace ne
rend pas l'existence rose!

Je suis prévenu, ma prochaine causerie de _La Tribune_ sera courte.

Maintenant que me voilà libre, j'irai vous voir un de ces matins. Nous
causerons.

Votre bien dévoué.



                              =Au même.=


                                             Paris, 26 novembre 1868.

    Mon cher Duret,


J'ai fait ma causerie de celle semaine sur le débat que j'ai avec
Lacroix, au sujet de mon roman. Je vous ai déjà parlé de cette affaire.

Je vous préviens, et vous prie de ne pas changer un mot de cet
article qui est sans aucun danger pour le journal. Je vous demande de
le respecter, à titre de service personnel. D'ailleurs, vous ferez
également grand plaisir à Lacroix, auquel je l'ai soumis, et qui en
attend la publication pour se croire à l'abri de toute poursuite.

Merci à l'avance, et tout à vous.



                           =A Marius Roux.=


                                              Paris, 4 décembre 1868.

    Mon cher Roux,


Je ne savais que penser, mais ta lettre m'explique ton silence. Je te
réponds quelques mots à la hâte.

Je te prie d'abord de t'informer pourquoi je n'ai pas encore reçu la
copie de la délibération du Conseil municipal. Aie l'obligeance de
voir le maire et de lui dire que je réclame la délibération avec une
légitime impatience[12].

Je te remercie de t'inquiéter de la vente de mes volumes à Aix. Quand
tu seras de retour et que tu m'auras donné des renseignements précis,
j'en ferai usage. Par la même occasion, vois s'il n'y aurait pas moyen
de glisser dans _Le Mémorial_ la reproduction du compte rendu de
_Madeleine Férat_. Suis-je fâché avec Remondet au point de ne pouvoir
compter sur la publicité de son journal?

Tu me dis que Paul doit revenir avec toi. Voilà qui est bon! Je
désespérais de le voir avant le milieu de janvier. Dès que le jour
exact de votre départ sera fixé, préviens-moi. Dis à Paul que je ne
lui écrirai plus, puisque je le verrai dans quelques jours. Selon
l'heure de votre arrivée, venez me demander à dîner, le jour où vous
débarquerez.

J'achète _Le Petit Journal_ depuis ton départ. J'ai lu par conséquent
ta lettre, au sujet de _La Bachelière_. Aix se permet tous les
crimes.--Pourquoi ne signes-tu pas de ton vrai nom tes comptes rendus
de procès? Cela t'aurait fait une très large publicité. Peut-être y
a-t-il des raisons que je ne devine pas.

Dis à Arnaud, si tu le revois, que je suis tout prêt à lui vendre une
seconde fois _Les Mystères de Marseille_. Seulement les conditions de
paiement dont tu me parles me paraissent inacceptables. Je consens à
ne pas lui vendre le roman en bloc, mais je désire que tout ce qui
paraîtra me soit payé. Si le journal vit, je toucherai le prix du livre
entier; si le journal meurt au quinzième, au vingtième numéro, je
toucherai les quinze, les vingt premiers feuilletons. Cela me paraît de
toute justice.

Je ne veux pas te raconter l'emploi de ces derniers huit jours. Sache
seulement que tous les journaux s'occupent de _Madeleine Férat_, qui
pour le moment vit cachée dans une cave du boulevard Montmartre. Elle
se porte fort bien, mais elle a peur que le grand air ne lui fasse mal.
J'espère qu'on la tirera de sa prison lundi matin. Toutefois, il peut
arriver que je m'adresse au Tribunal de commerce pour prouver à Lacroix
que la lumière ne tuera pas cette pauvre dame. En un mot, tout marche
bien, trop bien même. Me voilà martyr. Les démocrates versent un pleur
sur mon cas. Ah! ces pauvres démocrates, sont-ils assez roulés!

A bientôt, mon cher Roux, et mes compliments à ta famille. Tu as le
bonjour des miens et le salut fraternel de Valabrègue.

Ton dévoué.


N'oublie pas la salade de champanelle (est-ce que tu sais l'orthographe
de ce mot-là, toi?), sans cela, on est bien décidé ici à t'arracher les
yeux. Je me permets de te dire en outre d'apporter quelques truffes,
si elles sont à bon marché. Nous en garnirons un poulet--de notre
basse-cour!!!--que nous enterrerons ensuite avec recueillement.

A bientôt.

J'oubliais de te dire que Rhunka[13] te fait trois grimaces d'amitié.
Elle est entièrement libre maintenant, elle court dans le jardin, et,
en ce moment même, elle vient frapper à la fenêtre de mon salon, parce
qu'il ne fait pas très chaud dehors.

J'ai failli brûler ma lettre, en mettant de la cendre dessus. Hélas!
nos œuvres sont bien fragiles!



                           =A Louis Ulbach.=

                            (FRAGMENT)[14]


                                                         27 mai 1870.


... J'y étudie les fortunes rapides nées du coup d'État, l'effroyable
gâchis financier qui a suivi, les appétits lâchés dans les jouissances,
les scandales mondains. Je crois tout naïvement à un succès, car je
soigne l'œuvre avec amour, et je tâche de lui donner une exactitude
extrême et un relief saisissant.

Le titre _La Curée_ s'imposait, après _La Fortune des Rougon;_ le
premier était la conséquence du second. Pourtant, j'ai hésité un moment
à cause de la célèbre pièce de vers de Barbier.



                          =A Théodore Duret.=


                                                         30 mai 1870.

    Mon cher Duret,


Je ne puis vous donner l'adresse du peintre dont vous me parlez[15].
Il se renferme beaucoup, il est dans une période de tâtonnements, et,
selon moi, il a raison de ne vouloir laisser pénétrer personne dans son
atelier. Attendez qu'il se soit trouvé lui-même.

J'ai lu votre second article sur le Salon, qui est excellent. Vous êtes
un peu doux. Dire du bien de ceux qu'on aime, ce n'est point assez; il
faut dire du mal de ceux qu'on hait.

Votre bien dévoué.



                           =A Marius Roux.=


                                          Bordeaux, 12 décembre 1870.

    Mon cher Roux,


Je te prie d'aller trouver Cabrol de ma part. Tu entreras avec mon
laissez-passer que je t'envoie. Va à la préfecture le matin, vers
dix heures, le jour même où tu recevras cette lettre, c'est-à-dire
jeudi; si tu ne le trouves pas le matin, retourne frapper à sa porte
l'après-midi. Il me faut une réponse décisive, et comme je crains qu'il
ne me l'envoie pas, je te prie d'aller la chercher.

Ma femme te lira ma lettre et te mettra au courant de la situation.
J'ai envoyé ma dépêche à Cabrol et de plus je lui envoie une lettre par
le courrier qui te portera celle-ci. Dans cette lettre je lui raconte
mes premières démarches, je lui dis qu'on ne demande pas mieux ici que
de me nommer à Aix, et je termine en ces termes: «Il y a trois cas: ou
révoquer M. Martin, ou attendre une compensation pour lui, ce qui sera
sans doute trop long, ou ne plus songer à l'affaire. C'est sur un de
ces trois cas que je vous prie de me fixer. J'attends votre réponse
pour rester ou pour repartir. Il faut que samedi, au plus tard, je sois
à Marseille.»

Maintenant, tu comprends ma tactique. Il recevra ma lettre jeudi matin.
En y allant, tu lui diras: «Vous avez dû recevoir ce matin une lettre
de Zola», ce qui le forcera à me lire et à me répondre. D'ailleurs,
il s'abandonnera beaucoup plus dans une conversation avec toi. Après
lui avoir dit que nous sommes deux amis dévoués et l'avoir rassuré sur
l'indiscrétion que j'ai commise en te parlant de l'affaire Martin, tu
lui diras carrément: «Maintenant que Zola est à Bordeaux, il ne peut
pas en revenir sans sa nomination. Là-bas, on désire lui être agréable,
on compte sur lui; si, d'autre part, M. Gent _veut_ réellement
congédier M. Martin et que Zola soit son homme, je ne vois pas pourquoi
l'affaire ne se terminerait pas en deux heures. Que M. Gent profite
de l'occasion. Il faut tourner l'obstacle.» Enfin, fais-le causer le
plus possible et vois la tournure de l'affaire. Aix est le seul endroit
propre disponible,--quand Martin n'y sera plus, il est vrai.

Puis, quand tu auras vidé Cabrol, tu m'écriras immédiatement.
J'attends ta lettre pour repartir. Je veux savoir ce qu'il en est.
Si je n'ai rien à espérer _d'immédiat_, envoie-moi un télégramme par
la voie _Marseillaise_, télégramme ainsi conçu: «Gambetta est-il à
Bordeaux?»--Si, au contraire, l'incident Martin est arrangé et que
je puisse emporter ma nomination, télégraphie--moi: «On parle d'une
victoire. Prendre renseignements.»--Écris-moi quand même. Je ne pourrai
sans doute pas rester à Bordeaux plus tard que dimanche.

Je compte sur toi, n'est-ce pas? Et quant à l'imprévu, je m'en remets à
ton habileté.

Je suis égoïste, je ne parle que de moi. La vérité est que je n'ai
encore que des renseignements incomplets. Tout paraît plein. Les
emplois ici sont introuvables, paraît-il. On m'a dégoûté de l'Algérie.
Il y a des places dans les intendances et à la suite des armées. Il
faudrait, je crois, pouvoir vivre ici un mois, en contact continuel
avec les ministères. On finirait par se caser. Demain, je parlerai de
toi à Ranc. Par lui, j'aurai des renseignements plus précis. Tu peux
toujours compter que je te perlerai des nouvelles exactes.

Et la pauvre _Marseillaise?_ Je l'ai entendu crier à Agen, sur la voie,
par une pluie battante. J'ai cru que c'était un convoi qui passait.

Ton dévoué.


Il faudrait mettre Cabrol au pied du mur en lui disant: «Eh bien,
entrez dans le cabinet de M. Gent, dites-lui que M. Zola est à
Bordeaux, et que M. Mazure le verrait avec plaisir à Aix; puis
donnez-moi sa réponse.»

Ne pas oublier aussi de faire sentir à Cabrol que je ne suis venu ici
que sur son conseil, et qu'il est ainsi engagé à m'obtenir un résultat.
Il serait ridicule qu'il m'ait envoyé promener à Bordeaux, pour voir la
ville.



                              =Au même.=


                                          Bordeaux, 22 décembre 1870.

    Mon cher Roux,


Ma femme a dû te dire que je restais ici et que je l'appelais. J'ai
accepté d'être secrétaire de Glais-Bizoin. C'est une situation qui
va me permettre d'étudier les gens d'ici et de tirer d'eux ce qui me
plaira le mieux,--à moins que cette place de secrétaire ne me convienne
complètement.

Comme je le disais à ma femme, Marseille est _brûlé_. Il était temps de
se dépayser, si l'on ne voulait jouer un rôle embarrassant. J'aurais
pris ici n'importe quoi plutôt que de vider les lieux.

Je ne sais encore quel coup de main je vais pouvoir te donner. C'est
bien le diable si nous ne trouvons pas quelque chose pour toi.
Maintenant qu'il s'agît de parler carrément, je n'ose te conseiller
de me rejoindre. Tu m'as dit toi-même qu'on ne donnait pas de ces
conseils-là. Je désire vivement t'avoir, et j'espère que tu te
caserais---Écris-moi, n'est-ce pas, pour me dire ce que tu comptes
faire.

Je ne me suis pas gêné, j'ai conseillé carrément à ma femme de te
parler d'un emprunt. Elle me rassure, elle me dit que Chappuis va nous
payer, et que tu veux bien me prêter ta quinzaine. Je te remercie mille
fois. Tu es un peu mon banquier. Je suis vivement touché de ta façon
d'agir dans ces questions délicates.

Si tu venais et que tu voulusses que je te préparasse un logement, tu
n'aurais qu'à m'écrire un mot.

Ici, au Café de Bordeaux et sur le trottoir de la Comédie, on se
croirait sur le boulevard des Italiens. J'ai reconnu là un tas de
petits confrères. Je crois qu'il est très bon de se montrer. Avec un
peu d'habileté, nous allons faire une rentrée triomphale.

Il fait un froid de loup, et je n'ai pas de feu. C'est pourquoi je me
hâte de te serrer la main.

Ton bien dévoué.



                              =Au même.=


                                          Bordeaux, 25 décembre 1870.

    Mon cher Roux,


Je t'écris deux mots à la hâte pour ne pas te laisser sans lettre.

Tu as parfaitement raison, tu ne peux venir ici sans une
demi-certitude. Dès que je vais être installé, je vais fureter pour
toi. Si je t'ai bien compris, tu préférerais une place ignorée, avec
appointements convenables. On doit trouver cela. Je vais en parler à
Glais-Bizoin. D'ailleurs, je te tiendrai au courant de mes démarches.
Ces jours-ci, il fait tellement froid, que je n'ai pas le courage de
faire un pas. Quand je vais être dégelé, je courrai tous les ministères
pour ton compte et pour le mien. _Je veux tout savoir._

L'affaire de Quimperlé n'est pas faisable. On veut un homme du pays. Si
on me l'a offerte, je le comprends maintenant, c'est parce qu'on savait
que je refuserais.

Je commence à devenir très roublard. Je m'aperçois que j'ai bien fait
d'accepter cette place de secrétaire qui va me mettre dans les secrets
de la comédie. J'en ai déjà vu d'assez jolis dans la correspondance.

Mon avis est que tu ne _peux_ rester là-bas, et que je dois te trouver
quelque chose ici. Je tâcherai que ça ne traîne pas.

Merci de tes bons soins pour ma femme et pour ma mère. Je ne sais
encore si je vais les voir ce soir. Je t'avoue que je commence à
m'ennuyer diablement.

Laisse Arnaud tranquille. Ne cache ni mon départ, ni ma nouvelle
situation. Je ne veux pas avoir l'air d'avoir fui, après l'insuccès de
_La Marseillaise_.

Mes compliments et une bonne poignée de main.


Je ne suis pas allé réclamer ton parapluie parce que je compte que tu
viendras le réclamer toi-même. Veux-tu que je le cherche et te l'envoie?



                              =Au même.=


                                          Bordeaux, 27 décembre 1870.

    Mon cher Roux,


Ma femme et ma mère ne sont arrivées que la nuit dernière. Elles ont dû
passer toute une journée et une nuit à Frontignan, arrêtées dans les
neiges. Le voyage a été des plus rudes, et je suis bien heureux de les
voir enfin auprès de moi.

Malheureusement, il y a une ombre au tableau. Je ne compte toucher ici
de l'argent que vers le huit, et ma femme est arrivée presque à sec.
Elle me dit que tu comptes _absolument_ sur Chappuis. Je t'en prie,
presse la rentrée, et envoie-moi immédiatement ce que tu auras pu
arracher. La question est très grave. Je compte sur ton amitié. Sois
inexorable.

Nous sommes encore dans toute la fièvre de l'installation. Il fait un
froid de gueux. Enfin, je suis parvenu à trouver un trou où nous ne
serons pas trop mal, nous et le chien.

J'en suis toujours à étudier le terrain. Tu devrais bien avoir une
ambition, un désir plutôt, qui eût quelque précision. Je puis frapper
pour toi à toutes les portes. Mets-moi donc un peu à contribution, en
me disant: «Va ici et va là.» Moi, de mon côté, ces jours-ci, je compte
t'écrire une longue lettre où je te donnerai toutes mes observations.
Selon moi, Bordeaux, à cette heure, doit être pour nous le chemin de
Paris. Il est bon que tu viennes.

Si tu te décides à me répondre, je te conseille de descendre chez moi.
Les hôtels sont inabordables. Pour quelques jours, tu pourrais coucher
dans la salle à manger, Il y a d'ailleurs un logement à louer dans
notre maison. Je me mets à ta disposition entière.

Merci de ce que tu as fait pour ma femme et ma mère. Et songe à
Chappuis. J'attends la réponse monnayée avec impatience. Pourvu que les
neiges n'interceptent pas les courriers.

Une vigoureuse poignée de main. Ma mère et ma femme me prient de te
serrer une seconde fois la main.

Ton bien dévoué.



                        =A Antony Valabrègue.=


                                          Bordeaux, 29 décembre 1870.

    Mon cher Valabrègue,


Je ne vous ai pas répondu plus tôt et cela pour une bonne raison:
j'étais à Bordeaux, et c'est ma femme qui m'apporte votre lettre en
venant me rejoindre.

J'ai compris que _La Marseillaise_ ne pouvait aller loin, faute d'un
matériel et d'un personnel suffisants, et j'ai jeté l'affaire à la mer.
Je savais depuis longtemps que ma place était ici. Pour mieux étudier
la situation j'ai accepté auprès de Glais-Bizoin la place de secrétaire
particulier. L'on me promet une préfecture pour le prochain mouvement
préfectoral. Je verrai alors ce que j'aurai à faire.

Pour l'instant, je suis dans une situation tout à fait bonne. Tout
marche à souhait. Ma campagne en province sera excellente.

Vous avez raison. Si Aix vous ennuie, vous pourriez trouver à Bordeaux
un Paris transitoire. Vous voyez que je vous ai devancé.

Donnez-moi de vos nouvelles, vous me ferez grand plaisir, et si vous
venez jamais, je vous invite à déjeuner.

Votre bien dévoué.



                           =A Marius Roux.=


                                            Bordeaux, 2 janvier 1871.

    Mon cher Roux,


Je ne reçois ta lettre que ce matin. Elle a mis trois jours à me
parvenir. Je ne crois pas que tu tires un sou de Chappuis. Il aurait
peut-être fallu insister le lendemain de la mort de _La Marseillaise_.
Je t'envoie le traité. Fais ce que tu voudras. Tu es plus à même de
savoir quel parti il faut prendre en de telles circonstances.

Je suis très ennuyé de cet incident. Ici je ne toucherai que vers le
huit, et ce sera très dur d'attendre jusque-là.

D'après ce que tu me dis, au sujet de tes conversations avec Arnaud,
ce ne serait plus qu'un compte à régler entre nous deux. J'écrirai à
Arnaud pour avoir un compte écrit. Je ne me rappelle plus moi-même
exactement ce que j'ai touché. De ton côté, dis-moi ce que tu as
reçu. Je tiens beaucoup à savoir où nous en sommes. Il sera aisé de
savoir ensuite quelle somme j'ai reçue en plus, et quelle somme je
te dois. Tâche, s'il est encore possible, d'avoir quelque chose pour
Marion.--J'ai une autre inquiétude, les abonnés de _La Marseillaise_
ont-ils été remboursés? Cela va nous tomber sur le dos. On pourrait les
dédommager en leur servant _Le Peuple_.

Retourne-moi les trois lettres qui ont dû arriver après le départ de ma
femme. Ma mère a oublié dans sa chambre un mouchoir jaune. Mets-le de
côté, si on te le rend.

J'attends toujours pour savoir si je dois faire une démarche pour toi.
Ma femme me dit que tu comptais aller t'enfermer à Beaurecueil. Cela me
paraît peu pratique. Donne-moi ton adresse si tu quittes Marseille. Je
ne resterai sans doute pas longtemps à Bordeaux. Je guigne une place
plus militante. J'attends le résultat Chappuis, et je t'écrirai plus
longuement.

Mes compliments et une bonne poignée de main pour toi.



                        =A Antony Valabrègue.=


                                            Bordeaux, 7 janvier 1871.

    Mon cher Valabrègue,


Si vous vous ennuyez, venez. Voilà tout ce que je puis vous dire pour
le moment. Quand vous serez ici, vous verrez. Il est impossible à
distance de placer quelqu'un.

Roux vous a effrayé à tort. La vie est ici comme partout, cher et bon
marché. On ne vous empoisonnera pas plus qu'à Paris. Vous trouverez une
chambre à trente francs et le reste à l'avenant.

Donc tâtez-vous et agissez. Donnez-moi toujours de vos nouvelles.

On m'en apprend une belle. On a failli, me dit-on, me rechercher à Aix
comme réfractaire. Cela est monumental. Il faut qu'on soit bien bête
et bien méchant à Aix. Dites donc cela à vos amis. Il ne faudrait pas
qu'on nous dégoûtât trop du peuple. Je me suis battu pour lui dans
les journaux de Paris; mais si jamais j'ai un peu de pouvoir, je vous
déclare que je musèlerai les envieux et les lâches.

Votre bien dévoué.



                           =A Louis Ulbach.=


                                              Paris, 6 novembre 1871.

    Mon cher Ulbach,


J'ai reçu de M. le procureur de la République l'invitation de me rendre
à son cabinet, et là ce magistrat m'a très poliment averti qu'il avait
reçu un grand nombre de dénonciations contre _La Curée_. Il n'a pas lu
le roman; mais, dans la crainte d'avoir à sévir, et voulant éviter un
procès, il m'a fait entendre qu'il serait peut-être prudent de cesser
la publication d'une pareille œuvre, me laissant d'ailleurs toute
liberté de la continuer à mes risques et périls.

La situation est donc très nette. Dans le cas où nous nous entêterions,
il est à croire que mon roman dénoncé à la justice ferait saisir _La
Cloche_, et que nous aurions un bon procès sur les bras. Si j'étais
seul, je tenterais certainement l'aventure, désireux de connaître mon
crime et de savoir quelle peine est réservée à l'écrivain consciencieux
qui fait œuvre d'art et de science. Mais, par égard pour vous, je
consens à me refuser cette satisfaction. Ce n'est pas le procureur de
la République, c'est moi qui vous prie de suspendre la publication de
mon roman.

Vous êtes en dehors du débat, et je tiens même à dire que je vous
sais hostile à mon école littéraire. Vous m'avez attaqué autrefois,
vous le feriez sans doute encore. Mais, entre nous, ce serait une
simple querelle d'artistes. Vous me diriez ce que vous m'avez déjà
dit, et je vous répondrais ce que je vous ai déjà répondu. Nous ne
mettrions certainement pas en cause mes intentions de romancier; vous
me connaissez assez pour savoir dans quelle honnêteté et dans quelle
ferveur artistique je travaille. Je dis ces choses, afin de garder
pour moi la responsabilité entière de l'aventure. Si, par libéralisme
littéraire, vous avez bien voulu, et avec quelques hésitations,
tenter la publication de _La Curée_, il me plait de rester seul sur
la sellette, le jour où la tentative est criminelle. Je deviens
orgueilleux de ce crime, de ce livre de combat.

J'ai un grand fonds de résignation en ces matières. Seulement, je crois
devoir me défendre en quelques lignes, pour les personnes qui ont lu
_La Curée_, sans comprendre le péché qu'elles commettaient.

_La Curée_ n'est pas une œuvre isolée, elle tient à un grand ensemble,
elle n'est qu'une phrase musicale de la vaste symphonie que je rêve.
Je veux écrire l'«Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le
second empire». Le premier épisode, _La Fortune des Rougon_, qui vient
de paraître en volume, raconte le coup d'État, le viol brutal de la
France. Les autres épisodes seront des tableaux de mœurs pris dans
tous les mondes, racontant la politique du règne, ses finances, ses
tribunaux, ses casernes, ses églises, ses institutions de corruption
publique. Je tiens à constater, d'ailleurs, que le premier épisode a
été publié par _Le Siècle_ sous l'empire, et que je ne me doutais guère
alors d'être un jour entravé dans mon œuvre par un procureur de la
République. Pendant trois années, j'avais rassemblé des documents, et
ce qui dominait, ce que je trouvais sans cesse devant moi, c'étaient
les faits orduriers, les aventures incroyables de honte et de folie,
l'argent volé et les femmes vendues. Cette note de l'or et de la chair,
cette note du ruissellement des millions et du bruit grandissant des
orgies, sonnait si haut et si continuellement, que je me décidai à la
donner. J'écrivis _La Curée_. Devais-je me taire, pouvais-je laisser
dans l'ombre cet éclat de débauche qui éclaire le second empire d'un
jour suspect de mauvais lieu? L'histoire que je veux écrire en serait
obscure.

Il faut bien que je le dise, puisqu'on ne m'a pas compris, et puisque
je ne puis achever ma pensée: _La Curée_, c'est la plante malsaine
poussée sur le fumier impérial, c'est l'inceste grandi dans le terreau
des millions. J'ai voulu, dans cette nouvelle «Phèdre», montrer à
quel effroyable écroulement on en arrive, que les mœurs sont pourries
et que les liens de la famille n'existent plus. Ma Renée, c'est la
Parisienne affolée, jetée au crime par le luxe et la vie à outrance;
mon Maxime, c'est le produit d'une société épuisée, l'homme-femme, la
chair inerte qui accepte les dernières infamies; mon Aristide, c'est
le spéculateur né des bouleversements de Paris, l'enrichi impudent,
qui joue à la Bourse avec tout ce qui lui tombe sous la main, femmes,
enfants, honneur, pavés, conscience. Et j'ai essayé, avec ces trois
monstruosités sociales, de donner une idée de l'effroyable bourbier
dans lequel la France se noyait.

Certes, on ne m'accusera pas d'avoir outré les couleurs. Je n'ai pas
osé tout dire. Cette audace dans les crudités, qu'on me reproche,
a plus d'une fois reculé devant les documents que je possède. Me
faudrait-il donner les noms, arracher les masques, pour prouver que
je suis un historien, et non un chercheur de saletés? C'est inutile,
n'est-ce pas? Les noms sont encore sur toutes les lèvres. Vous
connaissez mes personnages, et vous me donneriez vous-même tout bas des
faits que je ne pourrais conter.

Quand _La Curée_ paraîtra en volume, elle sera comprise. Mon erreur a
été de croire que le public d'un journal pouvait accepter certaines
vérités. Et cependant je m'habitue difficilement à cette idée que c'est
un procureur de la République qui m'a averti du danger offert par cette
satire de l'empire. Nous ne savons pas aimer la liberté en France d'une
façon entière et virile. Nous nous croyons trop les défenseurs de la
morale. Nous ne pouvons pas accepter cette idée que les vraies pudeurs
se gardent toutes seules, et qu'elles n'ont pas besoin de gendarmes.
Que pensez-vous, par exemple, de ces gens qui ont dénoncé mon roman à
la justice? Je ne veux pas compter combien il peut y avoir parmi eux de
bonapartistes. Mais ceux-mêmes qui sont convaincus, quel étrange rôle
ont-ils joué! Un roman les blesse, vite ils écrivent au procureur de
la République, ou, s'ils sont de son entourage, ils tendent les mains
vers lui comme vers un Dieu sauveur. Pas un n'a l'idée de jeter le
feuilleton au feu. Tous se mettent à geindre comme des petits enfants
perdus, et ils appellent la garde, et quand la garde est là, ils n'ont
plus peur, ils sèchent leurs larmes. Je le disais tout à l'heure à
M. le procureur de la République: ce n'est pas avec ces effrois de
bambins, ce besoin continuel des gendarmes, que nous conquerrons jamais
la vraie liberté.

Dans tout cela, je suis désolé pour _La Cloche_ et pour vous, mon
cher Ulbach. Pardonnez-moi, et que tout soit dit. Les lecteurs qui
ont compris le côté scientifique de _La Curée_, et qui voudront aller
jusqu'au bout de ce roman, pourront l'achever prochainement dans le
volume. Quant aux personnes qui auraient eu l'intelligence rare de
ne voir dans mon œuvre qu'un recueil de polissonneries à l'usage des
vieillards et des femmes blasées, elles en seront quittes pour se
signer devant les étalages des libraires. Comme ces bonnes gens me
connaissent!

Allez, une société n'est forte que lorsqu'elle met la vérité sous la
grande lumière du soleil.

Je vous serre la main, et me dis votre bien dévoué.



                        =A Antony Valabrègue.=


                                               Paris, 2 janvier 1872.

    Mon cher Valabrègue,


Le pâté de bécasse et la brandade sont arrivés. La _mule noire_ n'est
plus à Aix, elle est toute à Paris.

Je vous attends ce soir, votre couvert sera mis, et si quelque obstacle
vous empêchait de venir, nous boirions à votre santé.

Votre bien dévoué.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                                      2 février 1872.

    Cher maître,


Je suis honteux de ne pas vous avoir encore rendu visite, le
journalisme m'abêtit tellement, que je ne trouve plus une heure à
moi.--Je vous envoie mon nouveau roman[16] pour vous dire que je
ne vous oublie pas et que je vous remercie de votre lettre à la
municipalité de Rouen. Ah! les gredins de bourgeois! vous auriez dû
prendre une trique encore plus grosse, bien que la vôtre lasse de
terribles bleus.

Je veux absolument aller vous serrer la main dimanche, dans
l'après-midi.--Que _La Curée_ me serve en attendant de carte de visite.

Tout à vous, mon cher maître.



                          =A C. Montrosier.=


                                                     13 février 1872.

    Mon cher confrère,


Je ne vous ai pas encore remercié des deux excellents fauteuils que
vous m'avez procurés. Le drame de Daudet[17] est, en effet, très
curieux. C'est l'erreur d'un esprit fin et délicat. Avez-vous remarqué
la chute fatale des romanciers au théâtre? Ils font plus noir, plus
vieux, plus ficelé que le dernier des faiseurs. Cela m'effraye un peu
pour moi.

Merci encore, et tout à vous.



                        =A Antony Valabrègue.=


                                              Paris, 13 février 1872.

    Mon cher Valabrègue,


Je n'ai pas une bonne nouvelle à vous annoncer. Comme nous le
craignions tous deux, ils sont d'avis, à _La Cloche_, que votre
nouvelle ne saurait passer en Variété. Ils ne veulent, à la troisième
page, que des études littéraires, artistiques ou historiques. Le
dialogue surtout les effraye.

J'ai vainement plaidé votre cause, il faudra attendre que Gustave
Aymard ait tué le dernier soldat prussien, et ce sera long. En
attendant, j'ai préféré reprendre votre manuscrit qui sera mieux chez
moi que dans un carton de _La Cloche_.

Ah! cette malheureuse littérature est bien malade!

Votre tout dévoué.



                           =A Louis Ulbach.=


                                             Paris, 9 septembre 1872.


Ah! mon cher Ulbach, que je me tiens à quatre pour ne pas répondre avec
toute ma colère d'artiste à la lettre que vous avez écrite à Guérin,
et que Guérin me communique! «Obscène»! Toujours le même mot donc! Je
le rencontre sous votre plume d'écrivain, comme je l'ai entendu dans
la bouche de M. Prudhomme. Vous n'avez pas trouvé un autre mot pour me
juger, et c'est ce qui me fait croire que ce gros mot ne vient pas de
vous, et que vous l'avez laissé fourrer dans votre poche dans quelque
cabinet officiel, pour me l'apporter tout chaud sous le nez.

Oh! ce mot! Si vous saviez comme il me paraît bête. Excusez-moi, mais
je vous parle en confrère, et non en rédacteur. Heureusement qu'il ne
me fâche plus, depuis que je l'ai entendu dans la bouche des procureurs
impériaux. Non, vous ne m'avez pas blessé, bien qu'«obscène» soit
terriblement gros. Je vais brûler votre lettre, pour que la postérité
ignore cette querelle. Je sais que vous retirerez cet «obscène», quand
les dames ne vous monteront plus la tête contre moi.

Je regrette de vous avoir causé cet ennui, et je suis très heureux de
votre idée de soumettre mes articles à un censeur. Comme cela, je ne
serai plus un danger pour les populations. Vos actionnaires et vos
amis dormiront dans leur chasteté. Sans plaisanterie, je ne demande
pas mieux que de les satisfaire, si la question d'argent tient à cela.
Menacez-les d'un de mes articles, s'ils ne prennent pas chacun une
action.

Je vous verrai demain, pour que vous me traitiez comme un échappé des
lupanars. Vous savez que je vis dans l'orgie et que je scandalise mon
époque par mon existence désordonnée. On ne voit que moi dans les
lieux de débauche. Non, tenez, j'ai votre «obscène» sur le cœur. Vous
n'auriez pas dû l'écrire, en me connaissant et en sachant que je suis
plus hautement moral que toute la clique des imbéciles et des fripons.

Ne m'en voulez pas, et croyez-moi votre bien dévoué et bien obéissant
rédacteur.



                         =A Maurice Dreyfous.=


                                              Paris, 22 octobre 1872.

    Mon cher Dreyfous,


J'ai un gros rhume, et je suis tellement enfoncé dans _Le Ventre de
Paris_, que je vous avoue ne pas m'être occupé encore de _La Fortune
des Rougon_. Mais, dès après-demain, je compte vous en envoyer des
morceaux, de façon à ce qu'on puisse commencer l'impression tout de
suite.

Ce soir ou demain paraîtra, dans _La Cloche_, un grand article d'un de
mes bons amis. Je vous le recommande; il sera certainement bien fait.

Vous seriez bien aimable de m'envoyer une copie d'une des notes que
je vous ai remises, sur _La Curée_. J'en ai besoin pour un journal de
province.

C'est tout. J'ai écrit à Fouquier et à Levallois. _Le Phare de la
Loire_ publiera un article. Dans _Le Sémaphore_, la note passera
certainement demain ou après-demain. De votre côté mettez les fers au
feu. On me dit que Pelletan a commencé un article. Les articles qu'on
commence de la sorte et qui traînent ne s'achèvent jamais. Il faudrait
peut-être le voir. Enfin, je voudrais bien, pour mon début chez vous,
vous faire gagner beaucoup d'argent.

Mes compliments à M. Charpentier.

Tout à vous.



                        =A Ernest d'Hervilly.=


                                                 Paris, 17 juin 1873.

    Mon cher confrère,


Si je ne vous ai point encore remercié de votre petit volume, si gros
de poésie, _Jeph Affagard_, c'est que je comptais vous envoyer mes
compliments dans _L'Avenir national_. Hélas! les temps sont durs, et
l'on fait un véritable massacre d'articles bibliographiques.

Aujourd'hui, j'ai quitté _L'Avenir_, et comme je n'espère plus vous
dire merci publiquement, je vous envoie une bonne poignée de main. Vos
vers sentent la grande mer, et ils ont une rudesse qui m'a ravi.

A vous.



                          =A Marie Laurent.=


                                                        Juillet 1873.

    Chère Madame,


Veuillez, je vous prie, vous faire mon interprète auprès des vaillants
artistes qui ont combattu avec vous et qui ont fait une grande victoire
de la première représentation de _Thérèse Raquin_. Dites-leur toute ma
gratitude.

J'ai reçu votre bonne lettre collective, et elle m'a profondément
touché. Elle me console de cette mort brusque qui enterre sans doute
mon œuvre pour longtemps. Non, certes, vous n'avez rien à vous
reprocher. Vous avez lutté jusqu'à la dernière heure, et j'ai trouvé en
vous des défenseurs et des amis, oublieux de leurs propres intérêts.
Ce qui m'a le plus chagriné, ce n'est pas de voir le drame arrêté,
lorsque le succès d'argent pouvait encore venir; c'est de voir perdus
vos efforts, vos créations, cette interprétation hors ligne, d'un
ensemble tel, que depuis longtemps on n'avait constaté un tel résultat
au théâtre.

Je n'ai qu'un regret: votre poignée de main a devancé la mienne.
Lorsque je l'ai reçue, je venais d'envoyer à l'imprimerie une préface
qui doit accompagner mon drame, et dans laquelle je tâche de payer
ma dette. Je vous adresserai à tous la brochure et ce seront là mes
remerciements officiels.

Dites bien ces choses, chère Madame, aux artistes qui ont combattu avec
vous, et veuillez me croire votre tout dévoué et tout reconnaissant.



                           =A Marius Roux.=


                                             Paris, 24 décembre 1873.

    Mon cher Roux,


Je viens du _Corsaire_, où je suis allé chercher des nouvelles. Rien
de bon. Portalis m'a l'air de vouloir faire encore un coup de tête. La
vérité est qu'il ne doit avoir aucune promesse et qu'il a sans doute
rêvé de forcer la main au gouvernement. Tu sais comme ces choses-là
réussissent.

En somme, aucun numéro n'a paru. L'annonce d'une saisie, donnée ce
matin par _Le Rappel_, n'est pas vraie. Portalis n'a pu encore lancer
son numéro, que l'imprimeur ne veut pas imprimer. Les jeunes gens que
je viens de voir ne croient pas à la réapparition, bien que le numéro
de demain se prépare en ce moment. D'ailleurs, ils ont grandement
raison de se méfier.

J'ai cru devoir t'avertir pour que tu saches à quoi t'en tenir. Si, par
hasard, _Le Corsaire_ reparaissait sans encombre, je t'enverrais une
dépêche.

Je sais que tu as trouvé un photographe disposé à faire des vues
du barrage. Entends-toi avec lui. Je te donne sur l'autre feuille
l'indication d'un point de vue excellent. C'est de cette place que
Chavet a fait un fusain qui s'est malheureusement égaré dans la
déconfiture de la Société du Canal.

Rien autre.--Nous te souhaitons tous de bonnes fêtes. Mes compliments à
ta famille. Je te serre vigoureusement la main.

Ton bien dévoué.


Dis à Panafieu que nous avons vu son ami Béliard en compagnie de sa
jeune femme. Elle est fort gentille. Panafieu voit par cet exemple que
la vertu est toujours récompensée.--(Béliard reste: 69, rue de Douai.
N'as-tu pas besoin de cette adresse?)



                         =A Gustave Flaubert.=


                                                        7 avril 1874.

    Mon cher ami,


J'envoie _incognito_ au _Sémaphore_ de Marseille une correspondance qui
m'aide à faire bouillir ma marmite,--c'est une de mes petites hontes
cachées;--cela n'a qu'un avantage, celui de pouvoir m'y soulager le
cœur, parfois.

Je leur ai donc envoyé un bout d'article sur _La Tentation_; ils se
sont hâtés de m'en couper la moitié, toute la partie religieuse; je
ne vous envoie pas moins ce que leurs ciseaux ont épargné. Cela est
indigne. J'aurais voulu faire une étude, quelque part, en pleine
lumière. Enfin, la bonne intention y est. Ne dites pas que c'est de moi.

A lundi, et tout à vous.



                         =A Ivan Tourguéneff.=


                                                 Paris, 29 juin 1874.

    Mon cher Tourguéneff,


J'ai à vous remercier de la façon aimable dont vous voulez bien vous
occuper de mes affaires. Naturellement, j'accepte avec enthousiasme les
propositions que vous me faites, au nom du directeur de la Revue. MM.
Charpentier, auxquels j'ai communiqué votre lettre, sont très heureux
de votre excellente entremise, et me chargent de vous dire que tout ce
que vous ferez sera bien fait. Dès votre retour, vous nous donnerez
les derniers renseignements nécessaires, de façon que nous puissions
envoyer en Russie, vers septembre ou octobre, la copie du roman que je
termine en ce moment.

Veuillez surtout vous informer du détail suivant. Combien la Revue
demandera-t-elle de temps pour publier un de mes romans; c'est-à-dire
combien devrons-nous attendre pour paraître en France, après lui avoir
envoyé le manuscrit ou les épreuves? Cela a une véritable importance,
car nous devons ici choisir des époques de publication, afin de ne pas
tomber dans des moments trop mauvais.

D'ailleurs, toutes les questions se régleront aisément par la
pratique. Pour le moment, acceptez des deux mains, au prix que vous
m'indiquez. MM. Charpentier, sur vos indications, entreront ensuite en
correspondance avec le directeur de la Revue.

Est-ce vous qui m'avez envoyé votre dernière nouvelle du _Temps?_ Elle
m'a fait le plus vif plaisir. Il y a là des impressions très vivantes
d'une émeute vue par une fenêtre. Le trait final est très touchant.

Moi, je travaille dans la fièvre, en ce moment. Le roman dont je vous
ai parlé me donne un mal de chien. Je crois que je veux y mettre trop
de choses. Avez-vous remarqué le désespoir que nous causent les femmes
trop aimées et les œuvres trop caressées?

J'ai vu Flaubert, il y a deux jours. Je lui ai même donné votre
adresse. Il m'a paru tout à fait remis, du moins au physique. Il
partait pour la Suisse. C'est fâcheux qu'aucun de ses amis n'ose le
détourner du livre auquel il va se mettre. J'ai peur qu'il ne se
prépare là de gros ennuis. Ah! qu'il avait raison de rentrer tout de
suite dans la passion pure!

Et il ne me reste qu'à vous remercier de nouveau, en attendant de
pouvoir vous serrer les deux mains, et de vous dire combien je vous
suis reconnaissant.

Tout à vous.


Vous seriez bien aimable de m'acheter un exemplaire de _La Curée_
traduite en russe.



                        =A Antoine Guillemet.=


                                              Paris, 23 juillet 1874.

    Mon cher ami,


Ah bien! oui, les bains de mer, j'en suis loin! Je vous ai peut-être
dit que j'avais une comédie à caser. Or, ladite comédie est, paraît-il,
très effrayante, car, après l'avoir promenée dans des théâtres décents,
je viens d'être très heureux de la faire recevoir à Cluny. Par
parenthèse, elle y est en compagnie d'une pièce de Flaubert. Depuis la
chute du _Candidat_, on a une peur affreuse de nous.

Donc, ma pièce est reçue, et le pis est qu'elle va entrer en répétition
le mois prochain, pour passer dans la seconde quinzaine de septembre.
Voilà qui me cloue à Paris. Ni Cabourg, ni Villerville, mon cher ami,
mais les éternelles Batignolles. Si je veux prendre un bain, je tirerai
un seau d'eau à mon puits.

Enfin, comme je le dis toujours, nous verrons l'année prochaine. Il y a
bientôt dix ans que nous devons passer un été au bord de la mer.

Je ne vous remercie pas moins de votre aimable invitation. C'est avec
le plus vif plaisir que nous nous serions arrêtés un instant chez vous.

Autrement, les affaires vont bien. Je ne vois personne, je n'ai pas la
moindre nouvelle. Manet, qui fait une étude à Argenteuil, chez Monet,
est introuvable. Et comme je ne mets pas souvent les pieds au café
Guerbois, mes renseignements s'arrêtent là.

Si vous êtes ici pour septembre, écrivez-moi dès votre arrivée. Je vous
mettrai de corvée à Cluny. Je crois que j'aurai besoin de tous mes
amis, car la partie est peut-être encore plus grosse que pour _Thérèse
Raquin_.

Veuillez présenter tous mes compliments à Mme Guillemet. On est très
sensible chez moi à votre bon souvenir.

Une bonne poignée de main pour vous.



                       =A Georges Charpentier.=


                                              Paris, 23 juillet 1874.

    Mon cher ami,


Excusez-moi, si j'ai tant tardé de vous écrire. J'attendais une
solution.

D'abord, mon affaire avec Montigny a manqué. Il m'a rendu mon
manuscrit[18] d'une façon charmante, en me jurant qu'il avait le plus
vif désir de monter quelque chose de moi. Il m'a même donné mes entrées
au Gymnase, comme consolation sans doute. En somme, il a été effrayé;
mais il est très certain qu'il a longtemps hésité et que la porte de
son théâtre me reste ouverte, si je veux être sage.

Dès que j'ai eu mon manuscrit, je n'ai rien eu de plus chaud que de le
porter ailleurs. C'est décidément une maladie: on veut quand même être
joué. Je n'avais plus qu'à aller frapper à la porte du théâtre Cluny.
J'y suis allé. Et hier Weinschenk a reçu ma pièce. Elle passera avant
celle de Flaubert, vers le milieu de septembre, Dieu sait dans quelles
conditions, car la troupe m'effraye singulièrement. Que voulez-vous?
ç'a été plus fort que moi, il m'a fallu aller dans cette galère, pour
ma tranquillité de tête. Le manuscrit, dans un de mes tiroirs, me
rendait malheureux.

Le pis est que voilà votre aimable invitation dans l'eau. Les
répétitions commenceront du 10 au 15 du mois prochain, et il ne me sera
pas possible de tenir la parole que j'ai donnée à Mme Charpentier.
Dites-lui de ne pas trop me tenir rancune. Expliquez-lui qu'un auteur
qui a une pièce à placer est l'être le plus à plaindre du monde. J'ai
vainement supplié Weinschenk de remettre la chose à plus tard. Il a
sa saison prête, dit-il. Enfin, je suis désolé, d'autant plus que je
comptais sur ces quelques jours de repos pour me remettre du très
vilain été que je viens de passer.

J'attends Dreyfous pour causer avec lui des _Nouveaux Contes à Ninon_
et de _La Faute de l'abbé Mouret_. Et, en l'attendant, je lui serre la
main.

Ma femme me prie de présenter tous ses compliments et tous ses regrets
à Mme Charpentier. Elle avait commencé à faire ses malles. Elle
embrasse bien les bébés.

Une bonne poignée de main, mon cher ami, et encore une fois excusez-moi
de tout ceci.

Votre bien dévoué.


Il est bien entendu que je retarderai la première jusqu'à votre retour.
Je tiens beaucoup à ce que vous soyez là.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                               Paris, 9 octobre 1874.

    Mon cher ami,


Si je ne vous ai pas écrit plus tôt, c'est que je n'ai pas voulu
vous trop effrayer, en vous écrivant sous le coup de mes premières
répétitions[19] qui ont abominablement marché. Maintenant, les
choses marchent un peu mieux, à un artiste près, qui ne fait pas du
tout mon affaire, mais que je dois garder. Ma grande faute a été
d'accepter certains essais. Je vous conseille d'être très raide pour
la distribution de votre comédie; si vous avez la faiblesse de tolérer
les tentatives de Weinschenk, vous vous trouverez bientôt avoir sur les
bras des interprètes dont vous ne pourrez plus vous débarrasser sans de
longs ennuis.

D'ailleurs, je vous verrai et je vous conterai mon cas plus
longuement--il pourra vous servir de leçon;--je vous répète toutefois
que je suis plus content. Weinschenk a engagé un bonhomme qui va très
bien; puis, s'il n'y a pas beaucoup de talent dans la troupe, il y a
beaucoup de bonne volonté. Le fâcheux est que ma pièce a besoin d'être
très soutenue. Je ne vous cacherai pas que j'ai une peur de tous les
diables. Je flaire une chute à grand orchestre.

Mais je ne vous parle que de moi. J'ai causé de nouveau avec Weinschenk
de la date à laquelle vous passerez, et j'ai été très surpris
d'apprendre que votre comédie ne viendra pas immédiatement après la
mienne. On ne sait sur quel terrain on marche, dans ces gredins de
théâtres. Weinschenk va faire une bonne œuvre en reprenant un vieux
drame, _Le Mangeur de fer_, d'Édouard Plouvier, lequel, paraît-il,
crève de faim. Et votre tour ne viendrait qu'ensuite. Cela m'a
chagriné, parce que, maintenant, je vais avoir quelque scrupule de vous
déranger pour ma première; enfin, je vous préviendrai toujours de la
solennité, et ne venez que si cela ne jette pas trop de trouble dans
votre travail.

Maintenant, il m'est bien difficile de vous donner des dates exactes.
La pièce qui doit passer avant la mienne, _Le Fait-divers_, ne sera
jouée que du 20 au 25; si elle avait du succès, cela me renverrait à
je ne sais quelle époque; il est vrai que si elle tombe, je passerai
tout de suite. J'ignore ensuite combien ma comédie sera jouée de temps.
Quant au _Mangeur de fer_, il aura ses trente représentations, ni plus
ni moins. Mais l'inconnu est trop grand d'autre part, pour qu'il soit
aisé de savoir au juste à quelle époque auront lieu vos répétitions. Ce
qui m'exaspère, au théâtre, c'est précisément ce doute perpétuel dans
lequel on vit.

A votre place, j'écrirais à Weinschenk pour lui réclamer mon tour, à
moins qu'il ne vous soit indifférent de passer un mois plus tard. Je
lui ai dit que j'allais vous écrire et vous pouvez me nommer. En tout
cas, lorsque vous serez de retour à Paris, ne le voyez pas sans m'avoir
vu; je vous donnerai quelques bonnes notes.

Ah! que de soucis, mon cher ami, pour un piètre résultat! Le pis est de
livrer bataille dans de si mauvaises conditions; tous les jours, d'une
heure à quatre, je me mange les poings. On rêve la création d'une chose
originale, et l'on aboutit à un vaudeville.

Bien à vous.


J'ai déjeuné avec Tourguéneff qui va mieux.



                              =Au même.=


                                              Paris, 12 octobre 1874.


Je ne vous ai pas oublié, mon cher ami; seulement, j'attendais que les
choses se dessinassent, pour vous donner des renseignements précis.
Dimanche, le théâtre Cluny était plein; la pièce a porté énormément;
la soirée n'a été qu'un éclat de rire, mais, les jours suivants, la
salle s'est vidée de nouveau. En somme, nous ne faisons pas un sou.
Je l'avais prédit, je sentais l'insuccès d'argent, dès la seconde.
Cet insuccès tient à plusieurs causes que je vous expliquerai tout
au long. Ce qui m'exaspère, c'est que la pièce a dans le ventre cent
représentations; cela se devine à la façon dont le public l'accueille.
Et je ne serai pas joué vingt fois, j'aurai un four; la critique
triomphera, je le répète, c'est là ma seule tristesse.

Avez-vous lu toutes les injures sous lesquelles on a cherché à
m'enterrer? j'ai été exterminé, je ne me souviens pas d'une telle rage.
Saint-Victor, Sarcey, Larounat, se sont particulièrement distingués. Et
que votre mot était juste, le soir de la première, lorsque vous m'avez
dit: «Demain, vous serez un grand romancier». Ils ont tous parlé de
Balzac, et ils m'ont comblé d'éloges, à propos de livres qu'ils avaient
éreintés jusqu'ici. C'est odieux, le dégoût me monte à la gorge; il y a
chez ces gens-là autant de bêtise que de méchanceté.

Bref, vous pouvez faire vos malles. Je ne serai joué que jusqu'au 20;
vous lirez certainement à la fin de la semaine prochaine. Autre chose:
bien que Weinschenk compte sur _Le Mangeur de fer_, je crois qu'il
ne fera pas un sou avec ce mélodrame démodé; c'est tout au plus si
vous auriez un mois pour monter votre pièce; est-ce que cela serait
suffisant? Et tenez bon pour les artistes. Je sais qu'on a fait des
ouvertures à Lesueur, mais j'ignore si l'engagement est signé; on ne
m'a pas dit grand bien de Mlle Kléber. Je vous causerai de tout cela.

A bientôt, mon cher ami, et soyez plus fort que moi; je me suis laissé
_rouler_, voilà mon sentiment.


A vous.



                              =Au même.=


                                                    24 novembre 1874.

    Mon cher ami,


Vous avez dû agir avec sagesse, je n'en doute pas. Seulement, je vous
l'avoue, je regrette l'expérience: nous avons tant besoin de prouver
que nous avons raison!

Maintenant, pourquoi diable confier votre manuscrit à Péragallo! Est-ce
que vous n'étiez pas assez grand garçon pour le porter vous-même à
Montigny. Justement, vous aviez une bonne entrée: puisqu'il vous avait
refusé Lesueur, vous pouviez lui dire que vous veniez chercher Lesueur
chez lui. Enfin, il doit y avoir là des détails que je ne connais pas.
Je suis bien curieux de connaître l'aventure tout au long. Vous me la
conterez dimanche.

Je suis triste, je ne vous le cache pas. Moi battu, vous mis dans
l'impossibilité de me venger, voilà un mauvais hiver.


A vous de tout cœur.



                           =A Marius Roux.=


                                            Saint-Aubin, 5 août 1875.

    Mon cher ami,


Voyage un peu fatigant, mais excellent en somme. Ma maison, dont on
plaisantait, a été trouvée très bien; l'installation est plus que
modeste, les portes ferment médiocrement et les meubles sont primitifs.
Mais la vue est superbe,--la mer, toujours la mer! Il souffle ici un
vent de tempête qui pousse les vagues à quelques mètres de notre porte.
Rien de plus grandiose, la nuit surtout. C'est tout autre chose que
la Méditerranée, c'est à la fois très laid et très grand. Je garde ma
première impression.

Je t'avoue, d'ailleurs, que j'ai la tête encore un peu cassée. Je ne
suis guère l'homme des voyages. Un déplacement bouleverse ma vie. Avant
huit jours, je n'aurai pas repris mon aplomb. Il faut que je m'habitue
au coin de table que je me suis ménagé, pour travailler. Le travail
sera bien difficile ici. On est trop tenté de sortir. Enfin, j'en ferai
le plus possible.

Je t'écris brièvement, par paresse pure. Puis, je n'ai rien à dire,--la
mer, toujours la mer! et c'est tout. Quand tu me répondras, dis-moi où
en sont tes affaires. Je compte sur toi, ta chambre est prête, ici.
Arrange-toi pour venir.

Voici une commission. La mère de Joseph va te porter notre théière et
mon paletot,--deux oublis. Tu envelopperas la théière dans le paletot,
tu mettras le paquet dans du gros papier que tu ficelleras, et tu
m'enverras le tout _à domicile_, par le chemin de fer. N'affranchis
pas, à moins que ce ne soit forcé; dans ce cas, je te rembourserais.

Tous nos compliments, toutes nos amitiés.--Si tu vois Alexis, dis-lui
qu'on l'attend, lui aussi; il commencera ici son roman.

Une bonne poignée de main et tout à toi.



                       =A Georges Charpentier.=


                                           Saint-Aubin, 14 août 1875.


Il faut pourtant, mon cher ami, que je vous donne de mes nouvelles.
Ce n'est pas paresse, je vous assure. Je travaille beaucoup, je suis
surpris moi-même de ma sagesse à rester devant le bureau improvisé que
j'ai installé auprès d'une fenêtre. Il faut dire que j'ai la pleine mer
devant moi. Les bateaux me dérangent bien un peu. Je reste des quarts
d'heure à suivre les voiles, la plume tombée des doigts. Mais je fais
chaque jour ma correspondance de Marseille, j'écris une grande étude
sur les Goncourt pour la Russie, j'échafaude même mon prochain roman,
ce roman sur le peuple que je rêve extraordinaire.

Quelle bonne surprise nous avons eue, hier, lorsque votre mère est
entrée dans notre taudis de bohémiens qui campent! Je lui ai fait une
peur affreuse du pays. Non, vous ne pouvez rien imaginer de plus laid.
Cela est plus plat que le trottoir d'une ville en ruine; et désert, et
gris, et immense! Quelque chose de bourgeois à perte de vue, des lieues
de prose. Je ne sais quel vieux fond romantique j'ai en moi, mais je
rêve des rochers avec des escaliers dans le roc, des récifs battus
par la tempête, des arbres foudroyés trempant leurs cheveux dans la
mer. L'année prochaine, décidément, si je puis me déplacer, j'irai en
Bretagne.

Au demeurant, nous nous portons bien. Ma femme va mieux. Elle patauge
dans l'eau avec héroïsme. C'est elle qui nous entretient de crevettes.
Son bain est élevé à la hauteur d'une institution. Nous allons avoir
des grandes marées, et on nous promet que nous pêcherons des crevettes
rouges. Nous verrons bien.

Votre mère m'a dit que Mme Charpentier et mon filleul se portaient
bien. Mais donnez-moi des nouvelles de tout le petit monde, quand vous
m'écrirez. Je vais demain envoyer à Dreyfous une lettre pour qu'il
aille chez Jourde. Voilà le 15, la date fixée par ce dernier pour la
réponse qu'il nous doit.

Voilà, mon bon ami. Tous nos compliments à Mme Charpentier et tous nos
baisers pour les bébés. Ma femme veut faire bande à part et embrasse
une fois encore la mère et les enfants.

Une poignée de main de votre tout dévoué.


J'oubliais: mon Russe voyageait, et la traite va être adressée à mon
nom. Je l'endosserai dès que je l'aurai, et je vous renverrai. Vous
tâcherez de la toucher pour moi.



                              =Au même.=


                                      Saint-Aubin, 29 septembre 1875.

    Mon cher ami,


Vos nouvelles sont bonnes, en somme, puisque le roman[20] vous a plu
et que les personnes qui l'ont lu ont reçu une secousse; seulement, il
serait bien désirable que nous puissions le placer quelque part. Je
vous avoue que, si les journaux me refusent celui-là, je n'oserai plus
leur en porter d'autres. Vous avez beau le trouver raide, ce n'est pas
la donnée qui est raide, comme dans l'_Abbé Mouret_; ce sont seulement
deux ou trois scènes, un peu vives, qu'il s'agirait d'enlever, et je
suis tout prêt à faire, pour le feuilleton, les coupures nécessaires.
D'ailleurs, nous pourrons bientôt causer de tout cela et nous
chercherons ensemble.

Nous partirons lundi de Saint-Aubin. Mardi, sans doute, j'irai vous
serrer la main à la librairie, entre 3 et 4 heures. Vous me direz les
nouvelles, s'il y en a. J'ai songé à _La Presse_, dont Marius Topin
vient d'être nommé rédacteur en chef. Il est vrai que Marius Topin
doit être la prudence en personne. Enfin, nous verrons. Je vous avoue,
d'autre part, que je ne comprends rien à l'attitude de Jourde.

Je suis très content de mon séjour à Saint-Aubin, avec des réserves
sur la laideur du pays. Nous avons eu un temps superbe, comme votre
mère a dû vous le dire. Depuis hier, il pleut; mais cela n'est pas
sans charme, car l'horizon est grandiose, avec une mer très grosse
qui se noie dans l'horizon. Ces deux mois-là m'auront fait beaucoup
de bien. J'ai réfléchi, mais, hélas! j'ai bien peur de m'entêter plus
que jamais dans mon impénitence littéraire. Je vais revenir avec le
plan très complet de mon prochain roman, celui qui se passe dans le
monde ouvrier. Je suis enchanté de ce plan: il est très simple et très
énergique. Je crois que la vie de la classe ouvrière n'aura jamais été
abordée avec cette carrure.

Présentez nos compliments à Mme Charpentier, et à bientôt. Une bonne
poignée de main en attendant!



                          =A Ludovic Halévy.=


                                                  Paris, 24 mai 1876.

    Monsieur et cher confrère,


Vous êtes bien aimable, trop aimable. C'est à moi maintenant de vous
remercier. Je ne suis pas gâté par la sympathie de mes contemporains,
et la moindre marque d'estime littéraire me touche profondément. C'est
vous dire toute la joie que m'a causée votre lettre si flatteuse.
Venant de vous, dont le grand talent est si moderne, si finement humain
et parisien, des éloges pareils à ceux que vous m'accordez me consolent
des tuiles qui pleuvent de tous les côtés sur ma tête.

Je n'ai qu'un regret, c'est d'apprendre que vous lisez _L'Assommoir_
en feuilleton. Vous ne sauriez croire combien je trouve mon roman laid
sous cette forme. On me coupe tous mes effets, on m'éreinte ma prose en
enlevant des phrases et en pratiquant des alinéas. Enfin, j'ai le cœur
si navré par ce genre de publication, que je ne revois pas même les
épreuves. Si j'osais, avant de publier un feuilleton, je mettrais une
annonce ainsi conçue: «Mes amis littéraires sont priés d'attendre le
volume pour lire cette œuvre.»

Merci encore, mon cher confrère, et veuillez me croire votre bien
dévoué et bien reconnaissant.



                           =A Marius Roux.=


                                                Piriac, 11 août 1876.

    Mon cher ami,


Tu me pries de t'écrire longuement, en ajoutant que je n'ai rien à
faire. Mais c'est justement parce que je ne fais pas grand'chose, que
je voudrais en faire moins encore. Jamais je n'ai éprouvé autant de
peine pour écrire une lettre.

Je ne t'ai pas parlé de notre accident, parce que mon principe est
qu'on ne doit pas effrayer inutilement ses amis. Je n'en ai d'ailleurs
parlé à personne. Voici ce qui est arrivé au juste. Nous avions,
Charpentier et moi, couru la côte en voiture pendant deux jours sans
encombre. Quand tout notre monde,--en tout dix personnes en comptant
les enfants,--est arrivé à Saint-Nazaire, nous avons loué un omnibus,
dans lequel on s'est empilé. L'omnibus était très chargé; il y avait
une douzaine de grosses malles sur l'impériale. Piriac est à huit
lieues de Saint-Nazaire. Tout a bien marché pendant six lieues. Mais,
à deux lieues de Piriac, voilà que l'omnibus tombe d'un coup sur le
flanc. Une voiture, qui arrivait au trot derrière nous, se trouve prise
sous nous et nous empêche de nous étaler sur la route. Notre chute a
été très lente et presque douce. Nous n'en avons pas moins été jetés
les uns sur les autres. Comme j'étais près de la portière, je suis
sorti le premier par le carreau et j'ai commencé le sauvetage. Cette
maudite portière n'a pas voulu s'ouvrir. Et, dans l'effarement où
nous étions, j'ai tiré tout le monde par le carreau, les enfants, les
dames, dont quelques-unes pesaient leur poids. Enfin, nous nous sommes
trouvés sur la grand'route, avec nos bagages dans le fossé; ma femme
évanouie raide par terre, lorsqu'elle a été en sûreté. Une voiture est
venue nous prendre et nos bagages ne sont arrivés que le soir sur une
charrette. Voilà tout, ça ne vaut pas même l'honneur d'un fait-divers.

Nous sommes ici dans un véritable désert. Deux ou trois familles de
baigneurs, rien de plus. Encore, ces bourgeois sont-ils de Nantes. Nous
habitons une grande maison au bord de l'eau, suffisamment confortable.
Nous avons l'église et le cimetière devant nous, un petit cimetière
adorable, plein de fenouil, où tous les chats du pays vont jouer à
cache-cache. Je t'ai parlé des oies et des cochons qui se baignent
dans la mer comme des hommes. Rien de plus primitif, de plus sauvage
et de plus charmant. Mais ce dont je suis ravi, c'est que ce bout de
la Bretagne rappelle la Provence à s'y méprendre. Imagine-toi que j'ai
découvert dans la mer des bancs d'oursins, de clovisses et d'arapèdes!
Tu penses si je fais la noce. Je m'empiffre de coquillages matin et
soir. Dans les sentiers, il y a des papillons et des sauterelles qui me
font croire à chaque instant que je suis sur la colline des Pauvres. En
somme, accident à part, je suis ravi de mon voyage.

Je ne pourrai malheureusement aller à l'Estaque cette année, comme je
me l'étais promis. Nous serons trop las, et j'aurai trop de travail
pour m'absenter encore. L'année prochaine, la chose est réglée, nous
passerons trois mois, peut-être quatre, dans le Midi. Je compte
retourner à Paris le 6 septembre. Il me faudra terminer rapidement
_L'Assommoir_ que je voudrais lancer avant décembre.

Je dis que je ne travaille pas ici. Pourtant je fais chaque semaine
ma Revue dramatique et je viens de commencer mon article, pour la
Russie, une nouvelle dont le sujet se passe à Piriac.--Et voilà! Comme
nouvelles, je puis encore te dire que nous allons dimanche aux courses
de Guérande, un bijou de ville, une ville féodale qu'on pourrait mettre
à la vitrine d'un marchand de curiosités. Nous devons ensuite faire une
grande excursion le long de la côte, au Croisic et au bourg de Batz, et
aller manger des huîtres à Kerkabelec, un trou situé sur la lisière du
Morbihan.

Écris-moi avant de partir pour Aix. Dis-moi ce que tu fais et à quelle
date doit paraître ton roman.--Je te remercie du cri-cri que tu m'as
envoyé. J'en ai joué en face de l'Océan. Les vagues stupéfiées se sont
arrêtées sur le sable. Paris a reçu un coup de soleil, sûrement.

Ma femme t'envoie ses amitiés. Une bonne poignée de main.


J'ai oublié de te dire la cause de l'accident: c'est l'écrou d'une roue
qui est parti; la roue s'est défaite, et l'omnibus a culbuté.



                        =A Albert Millaud[21].=


                                            Piriac, 3 septembre 1876.

    Monsieur et cher confrère,


Je me trouve absent de Paris, et c'est aujourd'hui seulement que je lis
_Le Figaro_ du 1er septembre.

Certes, mes œuvres appartiennent aux critiques. Permettez-moi cependant
dix lignes d'explications aux longs extraits que vous avez bien voulu
donner de _L'Assommoir_. Je les crois d'une telle nécessité pour vous
et pour moi que je vous prie de publier ma lettre dans _Le Figaro_.

_L'Assommoir_ est la peinture d'une certaine classe ouvrière,
une tentative avant tout littéraire, dans laquelle j'ai essayé
de reconstituer le langage des faubourgs parisiens. Il faut donc
considérer le style travaillé et recherché du livre comme une étude
philologique, et rien de plus.

D'autre part, _L'Assommoir_ est en cours de publication, je veux
dire que personne ne saurait aujourd'hui en juger la portée morale.
J'affirme que la leçon y sera terrible, vengeresse, et que jamais roman
n'a eu des intentions plus strictement honnêtes.

Enfin, rien n'est dangereux comme ces morceaux coupés dans une œuvre,
détachés de l'ensemble, et qui deviennent de véritables monstres. Vous
connaissez le mot de ce magistrat qui demandait deux lignes d'un homme
pour le condamner, et vous seriez certainement désolé, Monsieur et cher
confrère, si vos extraits me faisaient pendre.

Veuillez agréer l'assurance de mes sentiments les plus distingués.



                              =Au même.=


                                             Paris, 9 septembre 1876.

    Monsieur et cher confrère,


Je désire rester très courtois à votre égard. Vous semblez me défier de
répondre à une question que vous me posez, et c'est pourquoi je crois
devoir vous écrire de nouveau, tout en vous laissant libre de faire de
ma réponse l'usage qu'il vous plaira.

Vous me traitez écrivain _démocratique et quelque peu socialiste_, et
vous vous étonnez de ce que je peins une certaine classe ouvrière sous
des couleurs vraies et attristantes.

D'abord, je n'accepte pas l'étiquette que vous me collez dans le dos.
J'entends être un romancier tout court, sans épithète; si vous tenez
à me qualifier, dites que je suis un romancier naturaliste, ce qui ne
me chagrinera pas. Mes opinions politiques ne sont pas en cause, et
le journaliste que je puis être n'a rien à démêler avec le romancier
que je suis. Il faudrait lire mes romans, les lire sans prévention,
les comprendre et voir nettement leur ensemble, avant de porter les
jugements tout faits, grotesques et odieux, qui circulent sur ma
personne et sur mes œuvres. Ah! si vous saviez comme mes amis s'égayent
de la légende stupéfiante dont on régale la foule, chaque fois que mon
nom paraît dans un journal! Si vous saviez combien le buveur de sang,
le romancier féroce, est un honnête bourgeois, un homme d'étude et
d'art, vivant sagement dans son coin, tout entier à ses convictions! Je
ne démens aucun conte, je travaille, je laisse au temps et à la bonne
foi publique le soin de me découvrir enfin sous l'amas des sottises
entassées.

Quant à ma peinture d'une certaine classe ouvrière, elle est telle que
je l'ai voulue, sans une ombre, sans un adoucissement. Je dis ce que je
vois, je verbalise simplement, et je laisse aux moralistes le soin de
tirer la leçon. J'ai mis à nu les plaies d'en haut, je n'irai certes
pas cacher les plaies d'en bas. Mon œuvre n'est pas une œuvre de parti
et de propagande; elle est une œuvre de vérité.

Je me défends de conclure dans mes romans, parce que, selon moi, la
conclusion échappe à l'artiste. Pourtant, si vous désirez connaître
la leçon qui, d'elle-même, sortira de _L'Assommoir_, je la formulerai
à peu près en ces termes: instruisez l'ouvrier pour le moraliser,
dégagez-le de la misère où il vit, combattez l'entassement et la
promiscuité des faubourgs où l'air s'épaissit et s'empeste, surtout
empêchez l'ivrognerie qui décime le peuple en tuant l'intelligence et
le corps. Mon roman est simple, il raconte la déchéance d'une famille
ouvrière, gâtée par le milieu, tombant au ruisseau; l'homme boit, la
femme perd courage; la honte et la mort sont au bout. Je ne suis pas un
faiseur d'idylles, j'estime qu'on n'attaque bien le mal qu'avec un fer
rouge.

Et permettez-moi encore de répondre à votre distinction entre le
dialogue et le récit, pour l'emploi du langage de la rue. Vous me
concédez que je puis donner à mes personnages leur langue accoutumée.
Faites encore un effort, comprenez que des raisons d'équilibre et
d'harmonie générale m'ont seules décidé adopter un style uniforme. Vous
me citez Balzac qui justement a fait une tentative pareille, lorsqu'il
a pastiché l'ancienne langue française dans ses _Contes drolatiques_.
Je pourrais vous indiquer d'autres précédents, des livres écrits d'un
bout à l'autre sur un plan particulier. D'ailleurs, ce langage de la
rue vous gêne donc beaucoup? Il est un peu gros, sans doute, mais
quelle verdeur, quelle force et quel imprévu d'images, quel amusement
continu pour un grammairien fureteur! Je ne comprends pas comment
l'écrivain, en vous, n'est point chatouillé par le côté purement
technique de la question.

Enfin, croyez, Monsieur et cher confrère, que dans toute la boue
humaine qui me passe par les mains je prends encore la plus propre,
que j'ai, surtout pour _L'Assommoir_, choisi les vérités les moins
effroyables, que je suis un brave homme de romancier qui ne pense pas à
mal, et dont l'unique ambition est de laisser une œuvre aussi large et
aussi vivante qu'il le pourra.

Veuillez agréer l'assurance de mes sentiments les plus distingués.



                         =A Alexandre Parodi.=


                                              Paris, 24 octobre 1876.

    Monsieur et cher confrère,


Je me suis occupé de vous la semaine dernière; j'ai envoyé en Russie
une longue étude sur vos deux œuvres, et c'est ce qui vous expliquera
pourquoi je ne vous ai pas remercié plus tôt des ouvrages que vous avez
eu l'extrême obligeance de m'adresser.

Je regrette beaucoup que mon étude ne paraisse pas en France, car elle
contient un jugement sincère sur votre talent et sur l'erreur où vous
me paraissez être. J'ai été très frappé de la conception d'_Ulm le
parricide_, comme je l'avais été de la conception de _Rome vaincue_.
Seulement, j'estime que vous entamez avec notre esprit littéraire
moderne une lutte dans laquelle vous serez infailliblement écrasé.
Je regrette d'autre part qu'un tempérament dramatique aussi puissant
que le vôtre soit une force perdue pour la cause de la vie et de la
vérité dans l'art. Il me reste cependant une espérance: c'est que vous
viendrez à nous, lorsque le vieil échafaudage des anciennes formules
aura croulé sous vos pieds.

Bien affectueusement à vous, Monsieur et cher confrère, et toutes
mes sympathies à votre énergique talent, en dehors des croyances qui
peuvent nous séparer.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                               Paris, 3 janvier 1877.


Eh bien, mon ami, que devenez-vous donc? vous savez que nous gémissons
tous. On vous réclame, on a besoin de vous. Les dimanches sont mortels.
Vous me gâtez mon hiver, en venant à Paris si tard. Le pis est que nous
ne nous voyons pas les uns les autres, car vous n'êtes pas là pour nous
réunir.

Cependant, nous avons dîné deux fois, la première chez Adolphe, qui
nous a empoisonnés, la seconde, place de l'Opéra-Comique, où nous avons
mangé une bouillabaisse extraordinaire. On a bu à votre santé, on a
failli vous envoyer une dépêche pour vous rappeler par le premier train.

Tout ceci est pour vous dire que vous me manquez. Mais je sais les
raisons qui vous retiennent, et je vous approuve fort de bûcher ferme.
Seulement, je vous demande deux lignes, pour me faire une certitude: 1°
Quand reviendrez-vous? 2° Comptez-vous apporter votre volume terminé?
On me donne des renseignements contradictoires, et je n'aime pas ça,
parce que le doute m'a toujours flanqué la fièvre. Lorsque je saurai,
je vous attendrai plus tranquillement.

Mon _Assommoir_ va paraître dans une quinzaine de jours. Le premier
exemplaire partira pour Croisset. En ce moment, je me délasse, j'écris
une farce en trois actes, un cocuage[22] pour le Palais-Royal, dont le
directeur est venu me demander une pièce. Ensuite, je ferai sans doute
un drame, puis je me mettrai à un roman de passion.

Goncourt a complètement terminé sa _Fille Élisa_. Seulement, il ne veut
paraître qu'en avril, sans doute pour laisser _L'Assommoir_ essuyer les
plâtres. Tourguéneff m'écrit qu'il a un accès de goutte. Daudet est en
plein dans son roman. Voilà les nouvelles.

Bon travail, mon ami, et revenez-nous vite avec un chef-d'œuvre.
Tourguéneff et Maupassant m'ont dit beaucoup de bien d'_Un Cœur simple_.

A bientôt, n'est-ce pas? et tout à vous.


Que dites-vous de Germiny? Cela égaie l'existence.



                   =Au Directeur du _Bien Public_.=


                                                     13 février 1877.

    Monsieur et cher Directeur,


Voici plusieurs jours que je songe à répondre aux étranges accusations
dont la critique affolée poursuit mon dernier roman. Certes, je laisse
de côté les accusations simplement littéraires; mon œuvre d'artiste
appartient au public, et je n'ai pas la sotte prétention de forcer les
gens à m'admirer. Mais j'ai entendu dire autour de moi: «M. Zola, qui
est républicain, vient de commettre une mauvaise action en représentant
le peuple sous des couleurs aussi abominables». Eh bien! c'est à cette
phrase seule que je veux répondre. Je crois devoir faire cette réponse
pour moi-même et pour _Le Bien public_, l'organe républicain qui a bien
voulu publier la première partie de _L'Assommoir_.

Il me faut prendre la question d'un peu haut.

Dans la politique, comme dans les lettres, comme dans toute la pensée
humaine contemporaine, il y a aujourd'hui deux courants bien distincts:
le courant idéaliste et le courant naturaliste. J'appelle politique
idéaliste la politique qui se paie de grandes phrases toutes faites,
qui spécule sur les hommes comme sur de pures abstractions, qui rêve
l'utopie avant d'avoir étudié le réel. J'appelle politique naturaliste
la politique qui entend d'abord procéder par l'expérience, qui est
basée sur des faits, qui soigne en un mot une nation d'après ses
besoins.

Je ne veux engager en rien _Le Bien public_. Je ne suis pas moi-même un
homme politique et j'exprime seulement ici les idées d'un observateur
que les choses humaines passionnent. Depuis plusieurs années, il est un
spectacle qui m'intéresse fort: c'est de voir la queue romantique faire
une irruption dans la politique et s'y installer commodément avec les
panaches et les pourpoints abricot de 1830.

Il y a là une étude curieuse qu'il faudra bien tenter un jour. Sans
doute, les drames romantiques laissaient le public froid. Les recettes,
sur les planches, devenaient maigres, et l'heure était arrivée de
passer à d'autres exercices. Alors, on a abandonné aux rats l'Ambigu,
on a créé des journaux. Toutes les guenilles du vieux drame ont été
déménagées. C'est le grand premier rôle qui écrit les articles de tête,
plume au vent et le poing sur la hanche. Ce sont les comparses, en
habits pailletés d'or, qui crient: «Pasque-Dieu! citoyens, nous allons
en découdre?» Ce sont les mêmes procédés romantiques, les violentes
oppositions d'ombre et de lumière, les héros et les monstres, le
mensonge triomphal, qui tiennent les lecteurs en haleine après avoir
ennuyé les spectateurs. On bat monnaie comme l'on peut, et puisque la
littérature se montrait marâtre, autant devenir millionnaires avec la
politique.

Étrange politique, vraiment! Bocage et Mélingue vous manquent pour
lancer les premiers-Paris. Cette politique-là demanderait à être
déclamée, en roulant les yeux et en faisant les grands bras. Tout y
est faux et mensonger, les hommes et les choses. C'est une politique
de carton doré, une politique de pompe théâtrale, derrière laquelle se
creuse le vide, un vide béant où tout peut crouler un jour. Quand la
représentation sera terminée, quand le peuple aura payé et acclamé les
comédiens, il se retrouvera sur le trottoir, grelottant et aussi nu
qu'auparavant.

Il n'y a de solide, en ce siècle, que ce qui se repose sur la science.
La politique idéaliste doit mener fatalement à toutes les catastrophes.
Lorsqu'on refuse de connaître les hommes, lorsqu'on arrange une société
comme un tapissier décore un salon, pour le gala, on fait une œuvre
qui ne saurait avoir de lendemain; et je dis cela plus encore pour les
républicains idéalistes que pour les conservateurs idéalistes. Les
républicains idéalistes tuent la République, telle est ma conviction
formelle. Ils vont contre le siècle lui-même, ils bâtissent un édifice
qui ne s'appuie sur rien de stable, et qui sera fatalement emporté.
Quand Lavoisier a dégagé la chimie de l'alchimie, il a commencé par
analyser l'air que nous respirons. Eh bien! analysez d'abord le peuple,
si vous voulez dégager la République de la royauté!

J'affirme donc que j'ai fait une œuvre utile en analysant un certain
coin du peuple, dans _L'Assommoir_. J'y ai étudié la déchéance d'une
famille ouvrière, le père et la mère tournant mal, la fille se gâtant
par le mauvais exemple, par l'influence fatale de l'éducation et du
milieu. J'ai fait ce qu'il y avait à faire: j'ai montré des plaies,
j'ai éclairé violemment des souffrances et des vices, que l'on peut
guérir. Les politiques idéalistes jouent d'un médecin qui jetterait des
fleurs sur l'agonie de ses clients. J'ai préféré étaler cette agonie.
Voilà comment on vit et comment on meurt. Je ne suis qu'un greffier
qui me défends de conclure. Mais je laisse aux moralistes et aux
législateurs le soin de réfléchir et de trouver les remèdes.

Si l'on voulait me forcer absolument à conclure, je dirais que tout
_L'Assommoir_ peut se résumer dans cette phrase: Fermez les cabarets,
ouvrez les écoles. L'ivrognerie dévore le peuple. Consultez les
statistiques, allez dans les hôpitaux, faites une enquête, vous verrez
si je mens. L'homme qui tuerait l'ivrognerie ferait plus pour la
France que Charlemagne et Napoléon. J'ajouterai encore: Assainissez
les faubourgs et augmentez les salaires. La question du logement est
capitale; les puanteurs de la rue, l'escalier sordide, l'étroite
chambre où dorment pêle-mêle les pères et les filles, les frères et les
sœurs, sont la grande cause de la dépravation des faubourgs. Le travail
écrasant qui rapproche l'homme de la brute, le salaire insuffisant qui
décourage et fait chercher l'oubli, achèvent d'emplir les cabarets et
les maisons de tolérance. Oui, le peuple est ainsi, mais parce que la
société le veut bien.

Et j'arrive enfin à la singulière façon dont on a vu et jugé mes
personnages.

On pense qu'en un pareil sujet je n'ai pas agi à l'étourderie. Dans
mon plan général, je me suis au contraire vivement préoccupé de
présenter tous les types saillants d'ouvriers que j'avais observés. On
m'accuse de ne pas composer mes romans. La vérité est que je consacre
à la composition des mois de travail. J'ai donc cherché et arrêté mes
personnages de façon à incarner en eux les différentes variétés de
l'ouvrier parisien. Et voilà que l'on écrit partout que mes personnages
sont tous également ignobles, qu'ils se vautrent tous dans la paresse
et dans l'ivrognerie. Vraiment, est-ce moi qui perds la tête, ou
sont-ce les autres qui ne m'ont pas lu? Examinons mes personnages.

Il n'y en a qu'un qui soit un gredin, Lantier. Celui-là est malpropre,
je le confesse. J'estime que j'ai le droit de mettre un personnage
malpropre dans mon roman, comme on met de l'ombre dans un tableau.
Seulement, celui-là n'est pas un ouvrier. Il a été chapelier en
province, et il n'a plus touché un outil depuis qu'il est à Paris.
Il porte un paletot, il affecte des allures de monsieur. Certes, je
n'insulte pas en lui la classe ouvrière, car il s'est placé de lui-même
en dehors de cette classe.

Voyons les autres, maintenant:

Les Lorilleux. Est-ce que les Lorilleux sont des fainéants et des
ivrognes? En aucune façon. Jamais ils ne boivent. Ils se tuent au
travail, la femme aidant le mari de toute la force de ses petits bras.
Certes, ils sont avares, ils ont une méchanceté cancanière et envieuse.
Mais quelle vie est la leur, dans quelles galères ils s'atrophient et
se déjettent? La même besogne abrutissante les cloue pendant des années
dans un coin étouffant, sous le feu de leur forge qui les dessèche. On
n'a donc pas compris que les Lorilleux représentaient les esclaves et
les victimes de la petite fabrication en chambre! Je me suis bien mal
expliqué, alors.

Les Boche. Est-ce que les Boche sont des fainéants et des ivrognes? En
aucune façon. Tous deux travaillent. A peine l'homme boit-il un verre
de vin. Ils sont les concierges que tout le monde connaît, ils ne
commettent pas dans le livre une seule mauvaise action.

Les Poisson. Est-ce que les Poisson sont des fainéants et des ivrognes?
En aucune façon. Le mari, le sergent de ville, est au contraire
une figure du devoir, poussée un peu au comique peut-être, mais
foncièrement honnête. La femme a des rapports avec Lantier, il est
vrai; mais cette liaison est un besoin de mon drame, et je ne sache pas
qu'il soit défendu aux romanciers d'utiliser l'adultère.

Goujet. Est-ce que Goujet est un fainéant et un ivrogne? En aucune
façon. Ici, j'ai trop beau jeu. Goujet, dans mon plan, est l'ouvrier
parfait, l'ouvrier modèle, propre, économe, honnête, adorant sa mère,
ne manquant pas une journée, restant grand et pur jusqu'au bout.
N'est-ce pas assez d'une pareille figure, pour que tout le monde
comprenne que je rends pleine justice à l'honneur du peuple? Il y a
dans le peuple des natures d'élite, je le sais et je le dis, puisque
j'en ai mis une dans mon livre. Et l'avouerai-je même? Je crains bien
d'avoir un peu menti avec Goujet, car je lui ai prêté parfois des
sentiments qui ne sont pas de son milieu. Il y a là, pour moi, un
scrupule de conscience.

J'arrive aux trois personnages qui sont le centre du roman, à Gervaise,
à Coupeau et à Nana. Ici, je suis en plein dans mon drame, et je
réclame toutes les libertés qu'on accorde aux dramaturges.

Est-ce que Gervaise et Coupeau sont des fainéants et des ivrognes? En
aucune façon. Ils deviennent des fainéants et des ivrognes, ce qui est
une tout autre affaire. Cela, d'ailleurs, est le roman lui-même; si
l'on supprime leur chute, le roman n'existe plus, et je ne pourrais
l'écrire. Mais, de grâce, qu'on me lise avec attention. Un tiers du
volume n'est-il pas employé à montrer l'heureux ménage de Gervaise et
de Coupeau, quand la paresse et l'ivrognerie ne sont pas encore venues.
Puis la déchéance arrive, et j'en ai ménagé chaque étape, pour montrer
que le milieu et l'alcool sont les deux grands désorganisateurs, en
dehors de la volonté des personnages. Gervaise est la plus sympathique
et la plus tendre des figures que j'aie encore créées; elle reste bonne
jusqu'au bout. Coupeau lui-même, dans l'effrayante maladie qui s'empare
peu à peu de lui, garde le côté bon enfant de sa nature. Ce sont des
patients, rien de plus.

Quant à Nana, elle est un produit. J'ai voulu mon drame complet. Il
fallait une enfant perdue dans le ménage. Elle est fille d'alcoolisés,
elle subit la fatalité de la misère et du vice. Je dirai encore:
Consultez les statistiques, et vous verrez si j'ai menti.

Restent les comparses, des ivrognes et des fainéants, que j'ai dû
choisir tels, pour expliquer et hâter la chute de Coupeau. J'allais
oublier Bijard et la petite Lalie. Bijard n'est qu'une des faces de
l'empoisonnement par l'alcool. On meurt du _delirium tremens_ comme
Coupeau, ou l'on devient fou furieux comme Bijard. Bijard est un fou,
de l'espèce de ceux que la police correctionnelle a souvent à juger.
Quant à Lalie, elle complète Nana. Les filles, dans les mauvais ménages
ouvriers, crèvent sous les coups ou tournent mal.

Eh bien! où voit-on que j'aie pris seulement des ivrognes et des
fainéants comme personnages? Tout le monde travaille, au contraire,
dans _L'Assommoir_; il y a sept ou huit tableaux qui montrent les
ouvriers au travail. Et, sauf les exceptions nécessaires à mon drame,
personne ne boit. Me voilà loin de compte avec la critique, qui
m'accuse de n'avoir mis que des gredins en scène. On me lit bien mal.
C'est tout ce que je désirais prouver.

D'ailleurs, on ne veut pas comprendre que _L'Assommoir_, comme mes
précédents romans, appartient à une série, à un vaste ensemble qui se
composera d'une vingtaine de volumes. Cet ensemble a un sens général
qu'on ne verra bien nettement que lorsque je serai arrivé au bout de
ma lourde tâche. C'est ainsi que la série doit comprendre deux romans
sur le peuple. Que les personnes qui m'accusent de n'avoir pas montré
le peuple sous toutes ses faces veuillent bien attendre le second roman
que je compte lui consacrer. _L'Assommoir_ restera comme une note
unique, au milieu des autres volumes.

Je ne m'arrêterai pas à la question du langage. J'ai fait parler les
ouvriers de nos faubourgs comme parle la grande majorité d'entre eux.
Il est puéril de me dire que ce n'est pas là la langue du peuple; allez
dans les quartiers populeux et écoutez, voilà ma seule réponse. Les
ouvriers les plus honnêtes parlent ainsi. D'ailleurs, est-ce que les
artistes n'ont pas beaucoup de ce langage? Est-ce que les hommes les
plus distingués, dans un dîner d'hommes, n'ont pas un langage plus
libre encore? Toutes les colères contre l'essai de style que j'ai tenté
sont trop hypocrites pour que je m'y arrête. Du reste, je n'entends pas
entrer dans la discussion littéraire.

Cette lettre est déjà trop longue, et il est temps de conclure. Aux
républicains idéalistes qui m'accusent d'avoir insulté le peuple,
je réponds en disant que je crois au contraire avoir fait une bonne
action. J'ai dit la vérité, j'ai fourni des documents sur les misères
et sur les chutes fatales de la classe ouvrière, je suis venu en aide
aux politiques naturalistes qui sentent le besoin d'étudier les hommes
avant de les servir. Sans la méthode, sans l'analyse, sans la vérité,
il n'y a pas plus de politique que de littérature possible, aujourd'hui.

Et, d'ailleurs, il est absolument faux que _L'Assommoir_ soit un égout
où ne grouillent que des êtres pourris et malfaisants. Je le nie de
toute ma force. On est dépaysé par la forme vraie, on ne peut admettre
un art qui ne ment pas; de là les répugnances des lecteurs devant des
détails qu'ils subissent cependant sans dégoût dans la vie de tous
les jours. Je porte la vie dans mes livres; il faut l'y accepter tout
entière. La vie des ducs, comme la vie des zingueurs, aurait des côtés
qui pourraient blesser, mais que je croirais devoir mettre, par respect
du réel.

Voilà, Monsieur et cher Directeur, ce que je voulais dire aux lecteurs
du journal républicain qui a bien voulu publier la première partie de
_L'Assommoir_.

Veuillez agréer l'assurance de mes sentiments les plus dévoués.



                          =A Léon Hennique.=


                                             L'Estaque, 29 juin 1877.

    Mon cher ami,


Merci de votre bonne et sympathique lettre. Je ne vous oubliais pas, je
songeais même à vous écrire, lorsque tous m'avez donné de vos nouvelles.

Vous avez un beau courage et je vous félicite de travailler. Le travail
est la première force du talent. Quand on est jeune comme vous et
décidé à faire une œuvre, on fait cette œuvre malgré tout. Ne revenez à
Paris que votre livre terminé.

Je suis ici depuis un mois. Le pays est superbe. Vous le trouveriez
peut-être aride et désolé; mais j'ai été élevé sur ces rocs nus et dans
ces landes pelées, ce qui fait que je suis touché aux larmes lorsque
je les revois. L'odeur seule des pins évoque toute ma jeunesse. Je
suis donc très heureux, malgré une installation assez primitive. Nous
couchons sur des paillasses détestables, entre autres ennuis. Mais les
bouillabaisses et les coquillages dont je me nourris compensent à mes
yeux beaucoup d'inconvénients. La chaleur est très supportable, grâce
aux brises de mer. Les moustiques sont moins agréables.

D'ailleurs, je me suis mis tout de suite au travail. Ma chambre donne
sur la mer qui se trouve à quelques mètres. J'ai ainsi, pendant que
j'écris, un vaste horizon. J'ai déjà fait trois chapitres de mon
roman[23]. Cela est bien pâle et bien fin, à côté de _L'Assommoir_, ce
qui fait que je m'étonne moi-même par moments et que je reste inquiet.
Mais j'ai voulu cette note nouvelle. Elle est moins puissante et moins
personnelle que l'autre; seulement; elle jettera de la variété dans la
série. J'espère rentrer à Paris avec les trois quarts de mon roman. Il
commencera à paraître en novembre dans _Le Bien public_.

Je n'ai pas de nouvelles de nos amis de Paris. Alexis lui-même ne m'a
pas écrit. Je compte leur envoyer à chacun quelques mots, à tour de
rôle. Le petit journal dont vous me parlez, _Les Cloches_, me parait
être à la dévotion d'Alexis, car il m'en a envoyé un numéro dans lequel
se trouve une biographie de lui, qu'il a dû dicter.--Vous savez que _La
République des Lettres_ n'est plus; mais je n'ai pas de détails.

Travaillez bien et songez au théâtre, là-bas, dans votre solitude. Ce
serait une grande affaire pour nous tous, si un de nous conquérait les
planches. Je crois qu'il faudrait être pratique, sans rien abandonner
des tendances nouvelles.

Ma femme va beaucoup mieux, surtout depuis quelques jours. Elle est
bien sensible à votre bonne amitié et vous envoie tous ses compliments.

Une bonne poignée de main, mon cher ami, et bien cordialement à vous.

Écrivez-moi, je vous répondrai vite.



                           =A Henry Céard.=


                                          L'Estaque, 16 juillet 1877.

    Mon cher ami,


Imaginez-vous que votre longue et intéressante lettre nous a trouvés
au lit, ma femme et moi. Pendant deux jours, je l'ai gardée sur ma
table, sans pouvoir la lire. Nous avons été pris presque en même temps
de douleurs de tête intolérables, qui se sont terminées en une sorte
de gastrite. Cette mauvaise plaisanterie a duré huit grands jours, et
nous ne sommes pas encore bien solides. J'accuse la cuisine du Midi et
certain vent d'Afrique que nous recevons en pleine figure.

Vous devez comprendre maintenant pour quelle raison je ne vous ai pas
répondu plus tôt.

J'ai bien regretté de n'être pas à Paris. Je serais allé applaudir de
grand cœur votre _Pierrot Spadassin_, et j'aurais trouvé moyen d'en
parler dans _Le Bien public_. Le malheur est que j'ai interrompu mes
comptes rendus de théâtre, pour me lancer dans la littérature. Si je
fais une revue des petites pièces que j'ai négligées, comme j'en ai le
projet, je réserverai un coin pour votre _Pierrot_. Mais cela n'aura
pas l'éclat que j'aurais voulu. La pièce, d'après votre analyse, me
semble très fine et très heureusement conduite. Ce qui tempère mon
chagrin de ne pas avoir été là, c'est l'espérance que vous réussirez à
faire jouer votre pièce sur un théâtre sérieux; et il est à croire que,
ce jour-là je ne serai pas à plus de deux cents lieues.

Maladie à part, nous sommes très bien ici. L'installation est un
peu primitive, mais le pays est très beau, et l'on me laisse assez
tranquille, ce qui me permet de beaucoup travailler. J'ai commencé un
roman qui aura pour titre, je crois, _Une page d'amour_. C'est ce que
j'ai trouvé de mieux jusqu'ici. Le ton est bien différent de celui de
_L'Assommoir_. Pour mon compte, je l'aime moins, car il est un peu
gris. Je tâche de me rattraper sur les finesses. D'ailleurs, puisque
j'ai voulu une opposition, il me faut bien accepter cette nuance cuisse
de nymphe.

Que me dites-vous? Huysmans a lâché son roman sur les brocheuses!
Qu'est-ce donc? Un simple accès de paresse, n'est-ce pas? une
fainéantise causée par la chaleur? Mais il faut qu'il travaille,
dites-le-lui bien. Il est notre espoir, il n'a pas le droit de lâcher
son roman, quand tout le groupe a besoin d'œuvres. Et vous, que
faites-vous? Je vois bien que vous lancez d'anciennes pièces; cela
ne suffit pas, il faut en écrire de nouvelles, et des drames, et des
comédies, et des romans. Nous devons d'ici à quelques années écraser le
public sous notre fécondité.

Naturellement, j'ai ici peu de nouvelles. J'ai vu quelquefois Signoret,
un brave jeune homme que vous connaissez; et c'est tout. Hennique m'a
écrit du coin de nature où il fait un roman. Il a l'air très enflammé.
Comme vous voyez, me voilà vite au bout de mon rouleau. Je travaille le
matin, je lis l'après-midi, et je sors le soir, quand le soleil veut
bien le permettre. Le ciel est resté implacablement bleu pendant six
semaines. Enfin, hier, il s'est décidé à se couvrir. Vous ne sauriez
croire combien les quelques gouttes d'eau qui sont tombées m'ont ravi;
j'avais vraiment la nostalgie de la pluie.

A votre prochain dîner du mardi, serrez vigoureusement la main
d'Huysmans et de Maupassant. Ce sont, je crois, les deux seuls fidèles
qui sont restés avec vous dans «la capitale». Et quand vous aurez
des nouvelles, écrivez-moi. Je suis au fond d'un désert, je ne sais
vraiment ce qu'on pense ni ce qu'on dit à Paris.

Ma femme a été bien sensible à votre bon souvenir. Elle vous envoie
toutes ses amitiés.

Une vigoureuse poignée de main, et bien cordialement à vous.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                              L'Estaque, 3 août 1877.

    Mon cher ami,


Vous travaillez, voilà qui est bien! Et que vous avez tort de vous
inquiéter à l'avance! Poussez donc votre livre bravement, sans vous
demander s'il contient de l'action, s'il plaira, s'il vous conduira à
Sainte-Pélagie! J'ai remarqué une chose, c'est que les romans qui m'ont
le plus troublé sont ceux qui ont le mieux marché. Je crois qu'on doit
compter sur son talent et filer le plus droit possible. Maintenant, il
est certain qu'on ne serait pas artiste, si l'on ne tremblait pas. Tout
cela est pour vous dire que nous comptons tous sur vous, et que vous
allez nous donner une œuvre de combat.

Dieu merci! ma femme et moi, nous sommes sur les pieds, et même nous
y sommes assez solidement. Vous ne vous imaginez pas dans quelle
solitude je me cloître. Je reste parfois trois jours sans sortir de
ma chambre, une chambre fort étroite, où je travaille sur un petit
pupitre d'enfant. Il est vrai que la pièce a un balcon qui donne sur
la mer, une vue merveilleuse, avec Marseille dans le fond et les îles
du golfe en face. Au demeurant, je mange très bien, c'est mon gros
défaut. Il y a des choses exquises, inconnues à Paris, auxquelles je
n'avais plus goûté depuis des années, des fruits, des plats assaisonnés
d'une certaine façon, des coquillages surtout, dont je baffre avec
un véritable attendrissement. Ajoutez que le paysage est plein de
souvenirs pour moi, que le soleil et le ciel sont mes vieux amis, que
certaines odeurs d'herbe me rappellent des joies anciennes, et vous
comprendrez que la bête en moi est extraordinairement heureuse.

Le romancier, aujourd'hui, n'est pas moins satisfait; je dis
aujourd'hui, car j'ai comme vous mes jours de doute terrible. Je viens
de terminer la première partie de mon roman[24] qui en aura cinq. C'est
un peu popote, un peu jeanjean; mais cela se boira agréablement, je
crois. Je veux étonner les lecteurs de _L'Assommoir_, par un livre
bonhomme. Je suis enchanté quand j'ai écrit une bonne petite page
naïve, qui a l'air d'avoir seize ans. Pourtant, je n'affirme pas que,
çà et là, un pet-en-l'air ne m'enlève pas dans des choses peu honnêtes.
Mais c'est là l'exception. Je convoque les lecteurs à une fête de
famille, où l'on rencontrera des bons cœurs. Enfin, la première partie
se termina par un Paris à vol d'oiseau, d'abord noyé de brouillard,
puis apparaissant peu à peu sous un blond soleil de printemps, qui est,
je crois, une de mes meilleures pages, jusqu'ici. Voilà pourquoi je
suis content, et je le dis, vous le voyez, sur un ton lyrique.

Vous me parlez du théâtre. Mon Dieu! oui, cela serait très agréable et
même très utile. Mais je n'ai point le temps ici. Je m'en occuperai cet
hiver, si je termine vite mon roman. Puis, le théâtre continue à me
terrifier. Je sens la nécessité de l'aborder, et je ne sais vraiment
par quel point commencer l'assaut. Il faudra voir.

Vous n'espérez pas que je vous envoie des nouvelles quelconques du
fond du trou que j'habite. Je ne puis guère sortir du monologue. Je
ne vois personne. Alexis n'a point encore paru. Je suis entouré d'une
population affreuse, dont j'ai le malheur, il est vrai, de comprendre
le charabia, mais avec laquelle j'évite soigneusement tout contact. Et
je me trouve réduit à attendre les journaux de Paris avec fièvre, puis
à m'apercevoir ensuite chaque jour avec quelque colère que ces journaux
sont complètement vides.

Je voudrais retourner à Paris avec trois parties au moins de mon roman;
et comme j'ai d'autres besognes très lourdes, cela me retiendra sans
doute ici jusqu'à la fin octobre. Heureusement que je me débarrasse du
_Bien public_, en reproduisant des fragments de mes articles de Russie.

Voilà, mon cher ami. Je voulais vous dire surtout que nous nous portons
bien, que je travaille, et que vous êtes un saint homme de travailler
aussi. Poussez Céard à abattre quelque besogne. Si vous voyez
Maupassant, serrez-lui la main et dites-lui que je suis sans aucune
nouvelle de Flaubert, auquel je vais écrire d'ailleurs. Des poignées de
main à tout le monde.

Ma femme est heureuse de votre bon souvenir et elle vous envoie toutes
ses amitiés.

Bien cordialement à vous.


Un pays stupide pour le bibelot. Il faudrait s'enfoncer dans les terres.



                         =A William Busnach.=


                                             L'Estaque, 19 août 1877.

    Mon cher confrère,


Voici d'abord mes observations, tableau par tableau.


PREMIER TABLEAU: _L'hôtel Boncœur._--Rien à dire. Exposition
suffisante. Il faut y établir que Lantier trompe Gervaise avec Virginie
(et non avec la sœur de celle-ci, comme dans le roman). Je vous dirai
tout à l'heure pourquoi. La bataille du lavoir devient encore plus
naturelle.


DEUXIÈME TABLEAU: _Le devant de l'assommoir._--Un peu confus, un
peu trop d'allées et venues sans résultat. Est-il bien nécessaire
de montrer là Virginie et Poisson, pour poser leur mariage? Ils ne
viennent que pour ça et sont médiocrement utiles. On pourrait très
bien faire annoncer leur mariage par Coupeau dans sa conversation avec
Gervaise; il est naturel qu'il lui parle de Virginie; d'ailleurs, j'ai
une autre raison que je vous dirai tout à l'heure. D'autre part, je
voudrais que Gervaise assistât à la sortie de Goujet sur le peuple.
Elle l'approuverait beaucoup, et Coupeau aussi. Remarquez qu'il faut
poser là le côté philosophique du drame. Gervaise a peur de la boisson;
si elle refuse d'abord d'épouser Coupeau, c'est qu'elle a tâté d'un
mauvais homme, et qu'elle ne veut pas tenter une nouvelle expérience.
Elle fait jurer à Coupeau de ne jamais boire, etc. La descente des
ouvriers est bien, et fera de l'effet, si on la règle convenablement.
Seulement, au lieu de la mettre en paquet au commencement, il faudrait
l'espacer par groupes, _durant tout le tableau_. Faire quelque chose de
très mouvementé et de très continu. Les comiques seront bons; je crois
toutefois qu'il faudra donner le rôle principal à «Mes Bottes», et non
à «Bec-Salé». «Mes Bottes» a été un des personnages à succès du roman.
C'est un simple changement de nom d'ailleurs. C'est «Mes Bottes» qui
sera _le forgeron_.


TROISIÈME TABLEAU: _Le Moulin d'Argent._--Bien des choses confuses et
pas expliquées. C'est à propos de ce tableau que je vais surtout vous
quereller. Je trouve que le personnage de Lantier, dans le drame, est
inexplicable. On ignore quels motifs le font agir, il n'est pas net.
Voici ce que j'ai trouvé en lisant votre scénario et je crois qu'il
faudrait chercher encore dans ce sens. Au premier tableau, Lantier se
pose nettement: il quitte Gervaise parce qu'il n'aime pas la misère,
et qu'il rêve une vie de parasite; il est l'ouvrier qui ne fait jamais
rien, qui se fait nourrir par les femmes. Voilà le type dont il ne
faut pas s'écarter. Ainsi posé, il n'a que faire au tableau de la
noce, si on n'explique pas autrement sa venue; il a quitté Gervaise,
il ne peut pas revenir lui faire une scène, cela n'aurait aucun sens
et détruirait le type. J'imagine alors que Lantier a quitté Gervaise
pour Virginie; seulement il a un but, il veut marier Virginie avec
Poisson, un garçon qui a fait un petit héritage. De cette façon,
nous gardons le pique-assiette; mais nous transposons la situation,
ce n'est plus le ménage de Gervaise, c'est le ménage de Virginie qui
devient ignoble. Autre chose: on ne s'explique pas pourquoi Lantier
en voudrait à Gervaise, qu'il a quittée librement. Alors, je fais de
Virginie le traître de la pièce. Elle a la fessée du lavoir sur le
cœur, elle veut se venger de Gervaise en troublant son ménage, en
faisant pousser Coupeau à boire. «Il faut que je la fasse crever à mes
pieds», dit-elle toujours en parlant de Gervaise. Et dès lors, c'est
Lantier qui sert d'instrument, Lantier qui se remet avec les Coupeau
plus tard, parce qu'on mange très bien chez eux, Lantier qu'on croira
l'amant de Gervaise, bien que celle-ci ne se soit pas remise avec lui,
Lantier qui mange à la fin la boutique de confiserie et qui est puni
par le mari vengeur. (Je songe que Poisson pourrait très bien faire
justice à la fois de Virginie et de Lantier.) De cette manière tout
s'explique, Lantier, je le répète, est poussé par Virginie, et ne songe
d'ailleurs qu'à assurer son bien-être. Vous voyez dès lors l'importance
que prend à la fin la scène de la boutique de confiserie.--Je voudrais
donc que, dans ce tableau de la noce, on posât d'abord ces choses: le
mariage de Virginie avec Poisson combiné par Lantier, et la rancune de
Virginie qui médite une vengeance, mais qui commence par se remettre
hypocritement avec Gervaise, pour mieux l'atteindre. Lantier n'en reste
pas moins très embarrassant dans ce tableau; pour moi, il ne peut pas
injurier Gervaise, et il est fâcheux que Goujet intervienne de nouveau.
Je ne ferais pas rencontrer Lantier et Gervaise en scène; ou du moins
je ne les ferais pas se parler.--Autre chose: Goujet joue là un rôle
ridicule. Remarques qu'au deuxième tableau vous l'avez montré devant
l'assommoir, trouvant Gervaise à son goût. Gervaise alors n'était pas
mariée. Il pouvait se déclarer; et tout expliquer par un accès de
timidité n'est vraiment pas assez dramatique. Voici ce qu'on pourrait
faire. Devant l'assommoir, Goujet ne connaît encore ni Gervaise ni
Coupeau; il n'a pas sauvé celle-là. Il parle contre les ivrognes, et
Gervaise l'approuve beaucoup. C'est simplement un commencement de
sympathie. Puis, au tableau de la noce, Goujet, qui dîne avec sa mère
dans le restaurant, peut prendre la défense de Gervaise. (Mon Dieu!
on pourrait peut-être tout de même amener une scène entre Lantier et
Gervaise; mais il la faudrait habile. Je vous écris en causant, pardon
si je me contredis.) Quand Goujet a protégé Gervaise, il apprend
qu'elle s'est mariée le jour même, et c'est là qu'il peut se sentir
troublé. La scène est jolie à faire: Goujet emmène un instant Gervaise
à son bras, la rassure, se montre tendre, et pâlit un peu lorsqu'au
bout d'un instant il sait qu'elle est mariée. Elle lui dit qu'elle est
blanchisseuse, et il peut lui parler de sa mère. Tout cela s'emmanche
mieux, je crois. Tout est noué, la vengeance de Virginie, le rôle que
Lantier jouera, l'amour naissant et discret de Goujet, l'espoir de
bonheur du jeune ménage Coupeau, qui doit si peu se réaliser.--Garder
le croque-mort, dont les deux apparitions feront de l'effet.--Je trouve
que les comiques tiennent trop de place au commencement du tableau. Il
faut réserver la nourriture pour le repas de l'oie.


QUATRIÈME TABLEAU: _La maison en construction._--C'est un des bons
tableaux, et qui m'a fait plaisir. Seulement, la chute de Coupeau est
bête au théâtre, si elle est due au hasard. Il faut absolument qu'il
y ait du Lantier là-dessous, de la Virginie. Les Coupeau sont trop
heureux, ils ont un bonheur insolent; ils mettent de l'argent de côté,
le mari ne boit pas, la femme travaille. Cela ne peut pas durer. Ne
pourrait-on pas imaginer ceci? La maison qu'on répare est justement
celle où demeure les Poisson. Coupeau travaille sur un échafaudage.
Pendant qu'il est descendu manger sa soupe auprès de sa femme, la
fenêtre de Virginie s'ouvre au cinquième, et on voit la coquine qui
dénoue des cordes et pose une planche en bascule; elle peut dire un
simple mot: «A tout à l'heure», dit par Coupeau à sa femme. «Tu peux
lui dire adieu», murmure Virginie, et elle referme la fenêtre. Coupeau
remonte et, pour répondre à Nana qui l'appelle d'en bas, il s'avance
jusqu'au bout de la planche qui bascule.--Tout ceci est pour dramatiser
un peu la pièce qui manque de tout intérêt dramatique. C'est à discuter.


CINQUIÈME TABLEAU: _La rue de la Goutte-d'or._--Je trouve encore
là le sujet indiqué et traité avec quelque confusion. Voici ce que
je voudrais: d'abord Gervaise seule prend le livret de la caisse
d'épargne derrière la pendule, et constate que toutes les économies
sont parties. La maladie de Coupeau a tout dévoré. Maman Goujet entre
et l'aide à poser la situation. Je ferai aussi paraître Virginie qui
est souvent venue prendre des nouvelles de Coupeau; très hypocrite,
très fausse, plaignant tout haut le ménage et enchantée de voir les
économies mangées. Il faut faire entendre en outre qu'elle poursuit sa
vengeance et que maintenant elle va lâcher Lantier sur Coupeau pour
le pousser à l'inconduite. Puis Goujet se trouve seul avec Gervaise;
montrer l'amour de Goujet pour Gervaise; celle-ci lui dit son espoir
perdu d'avoir une boutique, mais elle travaillera, et elle laisse voir
que les longues flâneries de la convalescence de Coupeau l'inquiètent.
C'est alors que Coupeau rentre avec ses amis. Il est très gai (premier
degré de l'ivresse). Il veut embrasser sa femme, etc. Les ivrognes
rigolent. Cependant, Goujet, qui est là, reste grave, puis disparaît
sans bruit. Et lorsque Coupeau et ses amis sont repartis, pour aller
boire un canon, Goujet rentre doucement, comme il est sorti. Il apporte
les cinq cents francs destinés à son mariage, il supplie Gervaise de
les accepter. Mais Gervaise ne les acceptera que si Mme Goujet l'y
autorise. Goujet appelle sa mère, et celle-ci ne veut pas contrarier
son fils, mais elle prédit que Coupeau mangera la maison, etc. Comme
Gervaise a encore les cinq cents francs en or sur la table, Virginie
reparaît. Elle est furieuse de voir cet argent. C'est alors qu'elle se
promet de lancer Lantier sur Coupeau.


SIXIÈME TABLEAU: _La boutique de la blanchisseuse._--Il est bon.
Il faut l'arranger un peu seulement. Pour mieux expliquer encore
comment Coupeau peut appeler Lantier, on peut dire qu'il a rencontré
Lantier chez les Poisson, et qu'il s'est remis avec lui en trinquant.
Seulement, il n'a pas encore osé l'introduire dans son ménage. C'est
Virginie qui a dit à Lantier de rôder autour de la boutique, en se
chargeant de l'y faire entrer, et c'est elle qui indique Lantier à
Coupeau, quand celui-ci cherche un quatorzième convive.


SEPTIÈME TABLEAU: _La forge._--Jusqu'ici l'intérêt dramatique me
paraît suffisant. Mais il faut absolument dans la forge une péripétie.
Remarquez où nous en sommes. Virginie va être triomphante. Coupeau
est sur la mauvaise pente. Il est nécessaire que Coupeau intervienne.
(D'abord, je supprimerai le tableau suivant, l'intérieur des Goujet,
qui décidément fait longueur, et je transporterai les scènes
nécessaires dans la forge.) Au lever du rideau, une forge en branle, le
soufflet marche, les marteaux tapent, etc. Puis Goujet arrive, il est
patron, il a réussi par son travail. Ses ouvriers peuvent le féliciter.
Mais il est triste tout de même, et sa mère qui se présente se plaint
de le voir refuser son bonheur. Entrée de Gervaise qui rapporte le
linge (les Goujet ont leur logement à côté de la forge). Scène avec
Mme Coupeau à propos du linge. Scène entre Goujet et Gervaise qui lui
jure qu'on la calomnie, qu'elle n'est pas avec Lantier, qu'elle ne s'y
remettra jamais. Alors joie de Goujet. «Mes Bottes» arrive et, comme il
a toujours _fait deux doigts de cour_ à Gervaise, il blague le patron,
dit que ce ne sont pas les bons ouvriers qui réussissent, et finalement
lui propose de forger un boulon. Le duel au boulon comme dans le
livre. Puis, Coupeau arrive pour chercher sa femme. Il est ivre, il
veut lever la main sur elle. Mais Goujet le repousse, le jette dans
un coin, et commence à le sermonner d'importance. Il lui dit son fait
avec éloquence, lui montre où il va, à la honte et à la mort; il lui
parle de sa fille Nana qui sera une prostituée; il lui montre la pauvre
Gervaise qui sanglotte. Et peu à peu, Coupeau devant cette tirade
ardente se redresse, le bon ouvrier d'autrefois se réveille en lui.
Oui, oui, Goujet a raison, il faut travailler. Enfin Goujet lui dit les
calomnies qui courent sur son ménage, on dit qu'il favorise les amours
de sa femme et de Lantier. Coupeau jette un cri de fureur et dit qu'il
saura bien prouver son honnêteté. Et comme «Mes Bottes» entre avec une
bouteille, Coupeau prend la bouteille et la brise, en jurant qu'il ne
boira plus.


HUITIÈME TABLEAU: _L'intérieur des Goujet._--Supprimé.


NEUVIÈME TABLEAU: _L'assommoir._--Dès lors ce tableau devient très
dramatique. C'est la tentation de Coupeau par Lantier. Un matin,
Coupeau--il travaille depuis quelque temps--part pour aller au travail.
Mais on l'appelle dans l'Assommoir. «Mes Bottes» est là. Entre Lantier,
et Coupeau lui dit son fait et veut s'en aller. Mais les autres le
retiennent. Lantier le décide à boire. Peu à peu Coupeau cède; qui a bu
boira. Et il finit par se jeter dans les bras de Lantier. C'est alors
que Gervaise apparaît. Une colère sombre la prend, lorsqu'elle voit
Coupeau déjà allumé. Elle comptait sur la semaine pour manger. Alors,
peu à peu, par désespoir, elle boit elle-même et se grise. Goujet
arrive et s'en va désespéré. (Non, je ne ferai pas arriver Goujet, car
la pièce a l'air finie; j'aime mieux laisser la situation en suspens.)


DIXIÈME TABLEAU: _La boutique de confiserie._--On peut le garder à
peu près tel qu'il est. Seulement, il serait préférable de poser la
boutique de confiserie dans le tableau de l'assommoir. Les comiques
diraient que Lantier se goberge maintenant chez les Poisson; et de
cette manière on serait au courant de la situation dès le lever du
rideau.--Je n'aime pas non plus la fin du tableau. Il faudrait que la
sortie de Gervaise terminât le tableau. Après qu'elle a appelé Poisson,
elle devrait achever le lavage qu'elle a interrompu; les petites
scènes entre Poisson et Lantier auraient lieu pendant qu'elle essuie.
Puis elle se lèverait et partirait en disant à Virginie qu'elle ne
la livrera pas à son mari, mais qu'elle compte sur le ciel pour que
justice soit faite.


ONZIÈME TABLEAU.--Un peu bref, dans les premières scènes. Je remarque
que les Lorilleux ne servent à rien.


DOUZIÈME TABLEAU.--Les comiques un peu trop développés, à cette minute
suprême. Je trouve aussi que Gervaise fait une entrée qu'il faudrait
préparer davantage. Je la ferais d'abord traverser une ou deux fois la
scène, sans rien dire, en se traînant. Elle peut être assise sur un
banc, au lever du rideau, immobile, muette. Puis, elle traverse, enfin
elle arrive devant la rampe et meurt.


Mon opinion définitive maintenant, c'est que le drame est possible, si
on le dramatise un peu dans le sens que j'indique. Il ne resterait que
onze tableaux.

Voici ce que je vous propose. Lisez mon barbouillage. Dites-moi si les
modifications que je demande plaisent à vous et à votre collaborateur.
Dites-moi cela le plus vite possible, et alors, brièvement, j'écrirai
un résumé du scénario tel que je le comprends. Vous pourrez ensuite
vous mettre tout de suite à écrire la pièce.

Je garde le scénario jusqu'à votre réponse.

Je suis malheureusement écrasé de besogne, mais je tâcherai de ne pas
trop vous faire attendre mon projet de plan.

Bien cordialement à vous.



                              =Au même.=


                                             L'Estaque, 23 août 1877.

    Mon cher confrère,


Je vous envoie par le même courrier votre scénario et celui que j'ai
indiqué en m'aidant du vôtre. J'ai fait la modification dont je vous
avais parlé; de plus, j'ai modifié souvent l'ordre des scènes, d'après
un plan qui m'a paru plus scénique. Je réponds d'abord à votre dernière
lettre.

Je suis de votre avis, le lavoir est à présent de toute nécessité. J'ai
mis ce tableau. Maintenant, le drame est complet. Nous n'aurons reculé
devant rien.


TROISIÈME TABLEAU.--J'ai laissé Poisson et Virginie, qui décidément
sont nécessaires.


QUATRIÈME TABLEAU.--Il faut absolument que notre Lantier soit un
maquereau, qu'il vive sur les femmes. C'est notre type. Mais on peut
y mettre toutes les formes imaginables.--J'ai laissé la scène entre
Gervaise et Lantier. Elle est nécessaire.


CINQUIÈME TABLEAU.--Je sais qu'il est raide de faire de Virginie une
assassine. Mais songez au décor et à l'originalité de la mise en scène.
C'est très séduisant, cet échafaudage avec les ouvriers qui montent
et descendent, et cette femme là-haut, au cinquième, qui prépare son
meurtre, après avoir causé. Puis, nous sommes au boulevard, il est
entendu que nous faisons de Virginie un traître de mélodrame. Enfin,
on peut toujours garder cela et adoucir la chose, si cela paraît au
dernier moment absolument nécessaire. Je tiens beaucoup à l'effet.


HUITIÈME TABLEAU.--Il importe peu que Gervaise apporte ou ait apporté
son linge, pourvu qu'on cause du linge.


Et c'est tout, j'ai répondu pour le moment à toutes vos observations.

Maintenant, soyons solennels. Je viens de relire attentivement mon
plan, en critique sévère, et voici mon avis. Les tableaux me paraissent
d'aplomb, bien déduits, bien distribués, bien emmanchés les uns dans
les autres. Mais, comme drame, la pièce reste médiocre. Le public,
pendant cinq heures, se contentera-t-il de cette rivalité de deux
femmes, qui est bien maigre pour une aussi vaste machine? C'est ce
que j'ignore. Mais à cela je réponds que nous tirons la pièce d'un
roman que tout le monde connaît, et que notre seule ambition est de
mettre les types de ce roman sur les planches. Nous y réussissons en
ce sens que nous n'avons presque rien changé au roman et que nous le
conservons tout entier. Je crois donc que le drame suffirait, mais à
une _condition essentielle:_ ce serait de trouver un directeur qui
dépenserait l'argent nécessaire. Il faut des décors exacts, très
curieusement plantés, faits exprès, copiés sur nature, et très vastes.
Il faudrait une figuration très soignée et nombreuse. Il faudrait enfin
une interprétation hors ligne. Cela étant, nous pourrions parfaitement
avoir un gros succès, malgré l'insuffisance dramatique de la pièce.
Tout Paris voudrait voir le lavoir, la forge, l'assommoir, etc. Tel
est mon avis. _Mais je veux connaître le vôtre_. Très franchement,
pensez-vous que nous devions aller de l'avant? Je crois que nous
n'améliorerons plus beaucoup le plan. Il faut une décision.

Maintenant, si c'est M. Gastineau qui écrit la pièce, faites-lui bien
les recommandations suivantes: Qu'il suive le roman de très près, pour
en garder l'accent. Qu'il se méfie des trois comiques qui vont toujours
ensemble et qui finiraient par être fatigants en répétant les mêmes
plaisanteries. Qu'il garde l'argot pour eux, mais qu'il emploie pour
les autres personnages une langue très simple, et rigoureuse. Qu'il
s'inquiète aussi de la plantation des décors pour les jeux possibles
des acteurs.--Ou écrire la pièce. Je rentrerai à Paris dans les
premiers jours de novembre, le 4 ou le 5, et nous achèverons alors de
tout arrêter.--Écrivez-moi votre dernière opinion, et agissons. Gardez
mes lettres et, conservez-moi mon manuscrit. J'ai la faiblesse de tenir
à mes manuscrits. Puis nous pouvons avoir besoin de tout cela.

Bien cordialement à vous.



                        =A Madame Charpentier.=


                                             L'Estaque, 21 août 1877.

    Chère Madame,


Votre mari m'a d'abord stupéfié: j'ai reçu de lui deux lettres coup
sur coup; mais il s'est bien vite calmé, et j'attends depuis deux mois
une réponse, à propos de _Thérèse Raquin_. Remarquez que je constate
simplement la chose. Je ne me plains pas, car il me serait à moi-même
souverainement désagréable de m'occuper d'affaires en ce moment.

En juin et en juillet, nous n'avons pas eu à nous plaindre de la
chaleur. Il faisait même frais. Je croyais échapper aux terribles
insolations dont on m'avait menacé. Mais depuis trois jours, le siroco
souffle, et nous sommes dans une fournaise. Il y a eu 37° à Marseille.
Je vous écris ce matin par 39°, ce qui rend ma lettre méritoire.

Pas de nouvelles, naturellement. Nous sommes trop seuls, trop perdus.
Je reste des semaines sans voir personne. Pourtant, les journaux ont
parlé, ma retraite est connue, et des enthousiastes viennent encore
me relancer de temps à autre. Je suis même menacé d'un banquet à
Marseille, auquel j'espère bien échapper. Nous avons eu Bouchor en
juin, et un apprenti dramatique marseillais nous a invités tous deux
à un festin chez Roubion, le Café Anglais d'ici. Voilà tout le côté
mondain de ma villégiature.

Je travaille beaucoup, et c'est ce qui tue le temps. Malheureusement,
l'indisposition dont ma femme vous a parlé a fait du tort à mon roman.
Je ne l'emporterai pas aussi avancé que je l'espérais. Il y a des jours
où je suis inquiet sur cette œuvre, elle me paraît bien plate et bien
grise; d'autres jours, je la trouve bonhomme, d'une lecture agréable et
facile. J'ai un quart du livre terminé. Je suis surtout content d'une
grande description de Paris, un matin de printemps, à vol d'oiseau,
qui est un des morceaux les plus brillants que j'aie encore décrits.
Maintenant, je vais pousser les choses à la tendresse. Mais il faut
bien nous dire que nous n'allons pas avoir le succès de _L'Assommoir_.
Cette fois, _Une page d'amour_ (je m'en tiens à ce titre, qui est
le meilleur de ceux que j'ai trouvés) est une œuvre trop douce pour
passionner le public. Là-dessus, il n'y a aucune illusion à se faire.
Vendons-en dix mille, et déclarons-nous satisfaits. Mais nous nous
rattraperons avec _Nana_. Je rêve ici une _Nana_ extraordinaire. Vous
verrez ça. Du coup, nous nous faisons massacrer, Charpentier et moi.

Quoi encore d'intéressant? On s'occupe fortement du drame
_L'Assommoir_. Sans doute, l'affaire se fera avec Larochelle pour
L'Ambigu. Il est entendu que je ne signe pas. Le drame aura onze
tableaux, dont quelques-uns à grand effet.

Vous voyez que je ne parle que de moi. Égoïsme d'auteur. Au demeurant,
nous vivons à merveille, dans un pays que j'aime beaucoup. Nous avons
mangé des fruits superbes, des pêches grosses comme des têtes d'enfant.
Ma femme est dans une besogne formidable: elle fait mes rideaux, des
appliques de vieilles fleurs de soie sur du velours, et je vous affirme
que c'est un joli travail. Nous allons rarement à Marseille, ville
d'épiciers. Le grand moment de la journée est l'heure du bain, à six
heures, lorsque le ciel se couche. Puis, nous restons jusqu'à dix
heures, en face d'un ciel admirable. Imaginez-vous qu'en trois mois il
n'a plu qu'une fois, et encore la nuit. Je n'ai pas eu la consolation
de voir l'eau tomber. Ce ciel toujours bleu finit par me dégoûter du
beau temps. Je donnerais beaucoup pour une de ces belles averses de
Paris.

Aucune nouvelle de Daudet, de Flaubert; j'ai reçu une lettre de
Goncourt, qui est dans les Ardennes. Je ne suis en correspondance
qu'avec Tourguéneff. Si vous savez quelque chose de mon petit monde,
vous me comblerez en étant indiscrète.

Il faut pourtant que je vous parle un peu de vous tous, et que je
me roule aux pieds de mon filleul; sans quoi je ne serai pas blanc.
Êtes-vous satisfaits de votre séjour à Cabourg, et comment va la petite
famille, que vous couvrirez de baisers pour ma femme et pour moi? Dites
à Mme Charpentier[25] que nous songeons souvent à elle et que ma femme
doit lui écrire prochainement; et présentez-lui toutes nos amitiés.

J'ai été très heureux des renseignements que Labarre m'a envoyés ces
mois derniers. Savez-vous qu'on a vendu: en juin, 2,580 volumes de la
série dont 1,366 _Assommoir_; et en juillet, 3,167 volumes, nombre
dans lequel _L'Assommoir_ entre pour 1,800? Ce qui me ravit surtout,
c'est la marche des premiers romans. Si nous gardions ce courant-là, ce
serait trop beau. Mais voilà que je parle encore de moi, et je suis au
bout de mon papier.

Je crois avoir fait nos politesses à tout le monde, excepté à
Charpentier qui est bien paresseux pour qu'on lui serre les mains.
Serrez-les lui tout de même, et veuillez nous croire, chère Madame, vos
bien affectueux et bien dévoués.



                          =A Léon Hennique.=


                                         L'Estaque, 2 septembre 1877.

    Mon cher ami,


Ne m'en veuillez pas trop, si je n'ai pas tenu ma promesse de vous
répondre tout de suite. J'étais plein de bonne volonté; mais nous
venons de traverser un tel coup de chaleurs, que j'ai vraiment pour
moi une fière circonstance atténuante. Imaginez-vous que les mois de
juin et de juillet se sont passés de la façon la plus belle du monde.
C'était exquis, de l'air, de la fraîcheur. Je me croyais hors des ciels
terribles dont on m'avait menacé. Et voilà que, juste après le 15
août, il a fait une série de journées tellement accablantes, que c'est
miracle si je ne suis pas fondu. Jamais de ma vie je ne me suis trouvé
dans une pareille fournaise. Nous avons eu 40 degrés. Heureusement
qu'on nous promet de la pluie; mais je ne vois rien venir.

Mon roman a naturellement un peu souffert, la quinzaine dernière. Je
comptais rentrer à Paris avec les quatre cinquièmes terminés, et c'est
tout le bout du monde si j'en rapporterai la moitié. Je suis, comme
vous, dans une grande perplexité sur le mérite absolu de ce que je
fais. Je crains de m'être fourvoyé dans une note douce qui ne permet
aucun effet. En tous cas, ce sera de ma part quelque chose d'absolument
neuf. Le succès sera médiocre, à coup sûr. Mais je me console en
pensant déjà à ma _Nana_. Je veux, dans ma série, toutes les notes;
c'est pourquoi, même si je ne me contente pas, je ne regretterai jamais
d'avoir fait _Une page d'amour_.--J'oubliais de vous dire que je me
suis arrêté à ce dernier titre. On dirait qu'on avale un verre de
sirop, et c'est ce qui m'a décidé.

Quant aux nouvelles, elles sont maigres. J'ai vu Alexis, ces jours
derniers; le Gymnase lui a définitivement reçu un petit acte. Céard et
Huysmans m'ont écrit; ils paraissent travailler tous les deux. Et rien
autre. Ici, nous prenons des bains, nous mangeons des fruits superbes,
et nous attendons qu'il fasse moins chaud pour pousser des pointes dans
les terres. Un pays superbe, vraiment; s'il y pleuvait plus souvent, ce
serait un paradis.

Vous savez qu'on tire un drame en cinq actes et douze tableaux de
_L'Assommoir_. J'ai travaillé fortement au plan; mais n'en dites rien,
je ne veux pas que cela se sache. Je vous donnerai des détails à Paris.
Je crois que la pièce marchera, et fera un bruit de tous les diables.
Nous avons tout mis, les scènes les plus audacieuses du roman.--Ce
travail sur _L'Assommoir_ m'a donné une fièvre théâtrale, que je ne
puis contenter, hélas! car il faut que je reste dans mon roman jusqu'au
cou. Et pourtant il faudra bien que nous nous occupions du théâtre;
c'est là que nous devrons un jour frapper le coup décisif.

Vous travaillez beaucoup, et vous avez raison. La volonté mène à tout.
Il faut que vous lanciez cet hiver un roman chez Charpentier. Ce n'est
qu'à des œuvres que nous nous affirmerons; les œuvres ferment la bouche
des impuissants et décident seules des grands mouvements littéraires.
Savoir où l'on veut aller, c'est très bien; mais il faut encore montrer
qu'on y va. D'ailleurs, vous êtes un vaillant, vous; je ne suis pas en
peine.

Je vous serre bien cordialement les deux mains.



                          =A Théodore Duret.=


                                         L'Estaque, 2 septembre 1877.

    Mon cher ami,


Vous m'avez fait le plus grand plaisir, en m'écrivant et en me donnant
quelques nouvelles. Nous sommes ici dans un pays superbe, mais
singulièrement perdu. Depuis trois mois, je ne sais ce que devient le
petit monde au milieu duquel je vis d'habitude. Les journaux m'ennuient
plus qu'ils ne me renseignent. Et voilà pourquoi une lettre de Paris
est toujours la bienvenue.

Vous ne sauriez croire quelle sage existence de cénobite je mène! J'ai
défendu à mes amis de révéler le lieu de ma retraite, et je passe
des semaines sans voir personne. Le malheur est que les journaux de
Marseille ont fini par parler. J'ai dû essuyer quelques visites dans
ces derniers temps.

Il faut bien que je vous parle de moi. Je pousse ici le plus possible
un roman qui paraîtra dans _Le Bien public_, à partir des derniers
jours de novembre. C'est tout autre chose que _L'Assommoir_, et même la
note de cette œuvre, est si bourgeoise et si douce, que je finis par
être inquiet. Si cela allait être ennuyeux et plat! Enfin, j'ai voulu
cette opposition et je n'ai plus qu'à avoir la force de ma volonté! Ce
qui me soutient, c'est la pensée de la stupéfaction du public, en face
de cette douceur. J'adore dérouter mon monde.

Et c'est tout. Je n'ai pu m'occuper de théâtre. Mes journées entières
sont prises. Puis, imaginez-vous que les chaleurs, après avoir été très
tolérables en juin et en juillet, sont devenues brusquement féroces
à la fin d'août. Nous avons eu 40 degrés. Pendant dix jours, j'ai pu
croire à chaque instant que mes cheveux allaient s'allumer. Ma femme et
moi n'avions qu'un soulagement, celui de prendre des bains prolongés,
après le coucher du soleil; et encore la mer était chaude, on en
sortait brûlant. Ajoutez à cela que, depuis trois mois, il n'a pas
tombé une goutte d'eau. Moi qui ai la passion de la pluie, je finis par
montrer le poing à ce ciel implacablement bleu.

Tout ceci est le côté désagréable du Midi. Mais heureusement qu'il y a
des compensations. Le pays est superbe, et j'y retrouve toutes sortes
de souvenirs d'enfance. Nous mangeons des fruits magnifiques et un tas
de saletés que j'adore, mais dont je me méfie un peu, parce qu'elles
m'ont déjà rendu malade.

Vous avez très bien fait de renvoyer la publication de votre deuxième
volume. Le moment est vraiment abominable. Et le pis est qu'on marche à
l'inconnu. Je suis très inquiet pour nos affaires littéraires, l'hiver
prochain. Réellement, le tapage politique devient insupportable. On
devrait bien se taire un peu, pour nous écouter, nous les hommes de
paix.

Ma femme est très sensible à votre bon souvenir. Elle va mieux,
quoique toujours lasse. Mais vous savez que les bons effets de la
villégiature ne se font sentir que lorsqu'on est rentré chez soi.--Nous
ne reviendrons à Paris que dans les premiers jours de novembre.

Je vous serre bien cordialement la main.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                        L'Estaque, 17 septembre 1877.


Il y a longtemps, mon bon ami, que je désire vous demander de vos
nouvelles. Mais vous m'excuserez, si je ne l'ai pas fait plus tôt, car
je travaille beaucoup et nous avons eu ici de telles chaleurs, que,
le soir, après ma tâche, je n'avais plus le courage de regarder une
feuille de papier en face.--Comment allez-vous, et surtout comment
va le travail? Ce terrible chapitre sur les sciences, dont vous me
parliez, est-il enfin sur le carreau? Vous savez combien je m'intéresse
à vos deux bonshommes[26], car il y a là des difficultés formidables
à vaincre, et j'ai hâte d'assister à votre victoire. Mais surtout, ce
qui m'inquiète, c'est de savoir si vous comptez passer l'hiver à Paris.
A quelle époque pensez-vous quitter Croisset? Aurons-nous la joie de
vos dimanches, ou devrons-nous errer comme des âmes en peine en vous
souhaitant de tout notre cœur?

Et si vous avez d'autres nouvelles, vous serez bien aimable de me les
donner. Mais je sais avec quel soin jaloux vous vous cloîtrez, et
je n'insiste pas. J'ai échangé deux ou trois lettres avec notre ami
Tourguéneff qui vient encore d'avoir une attaque de goutte. J'ai eu une
lettre de Goncourt qui s'occupe activement de sa _Marie-Antoinette_,
dont Charpentier fait, paraît-il, un volume superbe. Rien de Daudet. Et
voilà! Savez-vous quelque chose sur nos amis?

Il faut maintenant que je vous parle un peu de moi. Il y a près de
quatre mois que je suis à l'Estaque. Pays superbe. J'ai en face de
moi le golfe de Marseille, avec son merveilleux fond de collines et
la ville toute blanche dans les eaux bleues. Remarquez que, malgré ce
voisinage, je me trouve en plein désert. Et des coquillages, mon ami,
des bouillabaisses, une nourriture du tonnerre de Dieu, qui me souffle
du feu dans le corps. J'avoue même que j'ai abusé de toutes ces bonnes
choses; j'ai dû garder le lit quelques jours. Les fruits m'ont remis,
des pêches magnifiques, puis les figues et le raisin. Nous avons eu
longtemps 40 degrés de chaleur. Le soir, une brise montait et l'on
jouissait. En somme, je suis très heureux de ma saison. Ma femme va
beaucoup mieux. Nous allons encore rester six semaines, jusque vers le
5 novembre, de façon à profiter de l'automne splendide qui commence.

Quant à mon nouveau roman, j'en ai écrit près des deux cinquièmes. Il
doit commencer à paraître dans _Le Bien public_ vers le 17 novembre. Je
veux absolument lancer le volume chez Charpentier à la fin février. A
la vérité, je vous confesserai que je suis très perplexe sur la valeur
de ce que je fais. Vous savez que je veux étonner mon public en lui
donnant quelque chose de complètement opposé à _L'Assommoir_. J'ai
donc choisi un sujet attendrissant et je le traite avec le plus de
simplicité possible. Aussi, certains jours, je me désespère en trouvant
l'œuvre bien grise. Vous ne vous attendez pas à un livre si bonhomme,
il me stupéfie moi-même. Mais, en somme, je dois être dans le vrai, et
je tâche de ne pas trop me décourager, d'aller bravement mon chemin.

Quoi encore? J'ai autorisé deux braves garçons à tirer un drame de
_L'Assommoir_. Puis, je me suis laissé emballer, j'ai travaillé
moi-même au scénario; mais il est bien entendu que je ne serai pas
nommé. Le drame aura douze tableaux. Maintenant je crois fermement à un
succès.

Un bout de lettre, n'est ce pas? qui me donne de vos nouvelles. Je suis
tellement perdu, ici, qu'une lettre de vous m'occupera huit jours.

Ma femme se rappelle à votre bon souvenir, et je vous envoie mes plus
vigoureuses poignées de main.

Bien vôtre.



                              =Au même.=


                                          L'Estaque, 12 octobre 1877.

    Mon bon ami,


J'ai reçu vos deux lettres qui m'ont beaucoup tranquillisé. J'avais eu
une folle idée que je dois vous confesser, pour me punir: je craignais
de vous avoir fâché par quelques feuilletons où j'ai soutenu des idées
que je sais ne pas être les vôtres. C'était stupide de ma part, mais
que voulez-vous? j'étais inquiet.

Je vais retourner à Paris» j'attends que ces abominables élections
soient terminées. Allons-nous avoir quelque tranquillité? Je crains que
non. Et nous en aurions cependant bien besoin pour nos bouquins.

Ce sont deux braves garçons, Busnach et Gastineau, qui signeront
_L'Assommoir_ au théâtre. Mais, entre nous, je dois vous dire que j'ai
beaucoup travaillé à la pièce, bien que j'aie mis comme condition
formelle que je resterai dans la coulisse. J'ajoute que la pièce
m'inspire aujourd'hui une grande confiance. Les douze tableaux me
paraissent très réussis et je crois à un succès. Quant au _Bouton de
rose_, je crois fort que je vais le mettre sous clef, dans un tiroir.
Décidément, ce n'est pas trop bon.

Avez-vous lu la façon dont _Le Bien public_ annonce mon nouveau roman?
Ont-ils un style, ces gaillards-là! Mais la réclame m'a paru bonne,
du moment où elle dit qu'on pourra laisser mon roman _sur la table de
famille_.

Piochez dur, et au jour de l'an, mon bon ami. Nous aurons encore de
beaux dimanches, malgré tous ces braillards de la politique.

Bien affectueusement à vous.



                           =A Henry Céard.=


                                                 Paris, 30 mars 1878.

    Mon cher Céard,


Il m'arrive une tuile, je crois qu'on va jouer décidément _Le Bouton
de rose_, et il me faut tout de suite une ronde militaire. Voici le
programme: une ronde militaire, très leste, en trois couplets de huit
vers chacun, et dans laquelle on introduirait des mots d'argot, par
exemple _rigolo, pioncer, taper dans l'œil, très chouette, se coller
des petits verres dans le fusil,_ d'autres encore. Il faudrait que le
sujet fût quelque chose dans ce genre: les amours d'un caporal et d'une
marquise, ou les amours d'une vivandière (lui donner un nom surprenant)
avec un duc qui la fait duchesse. On pourrait, je crois, tout en
faisant quelque chose de fou, garder une odeur littéraire.

Pouvez-vous me faire cela, en vous mettant à plusieurs? Parlez-en donc
à Hennique, à Huysmans, à Maupassant, et trouvez-moi quelque chose de
stupéfiant de bêtise. Vous pourriez tout de suite faire la chose, à
vous seul, puis jeudi, on l'épicerait, si on trouvait ensemble quelque
bonne folie. Le pis est que je suis pressé.

Pardonnez-moi une si étrange commande, et croyez-moi votre bien dévoué.


Les choses lestes doivent être des sous-entendus, pour être chantés à
la Judic. Il faut graduer l'effet des couplets, avec quelque énorme
bêtise pour le dernier.

Envoyez-moi votre ronde, dès qu'elle sera faite, sans attendre jeudi.



                           =A Paul Bourget.=


                                                Médan, 22 avril 1878.

    Mon cher Bourget,


Je voulais vous écrire ou plutôt je voulais vous voir pour vous parler
d'_Edel_. J'avoue que je n'étais pas très content, et c'est peut-être
pour cela que j'ai été paresseux. Mais dernièrement j'ai trouvé dans
_La Vie littéraire_ un article de M. Grandmongin, votre ami, je crois,
qui traduisait absolument les impressions produites sur moi par votre
poème. Alors, j'ai résolu de vous écrire, ma besogne étant faite à
moitié.

Certes, je tire des conclusions opposées à celles de M. Grandmongin.
Mais, comme lui, je déclare que, vous poète moderne, vous détestez
la vie moderne. Vous allez contre vos dieux, vous n'acceptez pas
franchement votre âge. Alors peignez-en un autre. Pourquoi trouver une
gare laide? C'est très beau une gare. Pourquoi vouloir vous envoler
continuellement loin de nos rues, vers les pays romantiques? Elles
sont tragiques et charmantes, nos rues, elles doivent suffire à un
poète. Et ainsi du reste. Votre héroïne est un rêve et votre poème une
lamentation jetée dans la nuit par un enfant qui a peur du vrai.

Certes, cela ne va pas sans un grand talent. Vous savez combien je vous
aime, c'est pourquoi je suis sévère. Mais je veux causer avec vous
l'hiver prochain, je veux vous répéter ce que je vous ai déjà dit. Vous
ne prenez de Balzac que la fantasmagorie, vous n'êtes pas touché par le
réel qu'il a apporté et qui fait toute sa grandeur. Enfin, il est dit
que votre génération, elle aussi, sera empoisonnée de romantisme.

Bien cordialement à vous.



                           =A Henry Céard.=


                                              Médan, 26 juillet 1878.

    Mon cher Céard,


Merci mille fois pour vos notes. Elles sont excellentes, et je les
emploierai toutes; le dîner surtout est stupéfiant. Je voudrais avoir
cent pages de notes pareilles. Je ferais un bien beau livre. Si vous
retrouvez quelque chose, par vous ou vos amis, faites-moi un nouvel
envoi. Je suis affamé de choses vues.

Je tiens le plan de _Nana_, et je suis très content. J'ai mis trois
jours pour trouver les noms, dont quelques-uns me paraissent réussis;
il faut vous dire que j'ai déjà soixante personnages. Je ne pourrai me
mettre à l'écriture que dans une quinzaine de jours, tant j'ai encore
de détails à régler.

J'ai vu Maupassant, qui m'a amené _Nana_, mon bateau. Et c'est tout,
pas un autre visage humain. Je compte sur vous pour le mois prochain,
après le voyage que je dois faire à Paris. D'ailleurs, je vous
préviendrai longtemps à l'avance, pour que vous puissiez, vous et
Huysmans, vous faire à l'idée de passer une journée à la campagne, avec
les mouches et les araignées.

Ma femme vous envoie à tous deux ses amitiés et je vous serre, à tous
deux aussi, la main bien affectueusement.


Votre Russe ne devait, je crois, vous écrire que dans les premiers
jours d'août. S'il ne s'est pas exécuté le 10 août, prévenez-moi et je
m'en mêlerai.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                                  Médan, 9 août 1878.

    Mon cher ami,


J'allais vous écrire, travaillé du remords de ne vous avoir pas écrit
plus tôt. J'ai eu toutes sortes de tracas. J'ai acheté une maison,
une cabane à lapins, entre Poissy et Triel, dans un trou charmant, au
bord de la Seine; neuf mille francs, je vous dis le prix pour que vous
n'ayez pas trop de respect. La littérature a payé ce modeste asile
champêtre, qui a le mérite d'être loin de toute station et de ne pas
compter un seul bourgeois dans son voisinage. Je suis seul, absolument
seul; depuis un mois, je n'ai pas vu une face humaine. Seulement, mon
installation m'a beaucoup dérangé, et de là ma négligence.

J'ai eu de vos nouvelles par Maupassant qui m'a acheté un bateau et
qui me l'a amené lui-même de Bezons. Je savais donc que votre bouquin
marchait bien et j'en étais très heureux. Vous avez tort de douter
de cette œuvre; mon opinion a toujours été qu'elle est d'une donnée
extrêmement originale et que vous allez produire un livre tout nouveau
comme sujet et comme forme. Tourguéneff, avant mon départ de Paris, m'a
encore parlé avec enthousiasme des morceaux que vous lui avez lus.

Maintenant, voici de mes nouvelles. Je viens de terminer le plan de
_Nana_, qui m'a donné beaucoup de peine, car il porte sur un monde
singulièrement complexe, et je n'aurai pas moins d'une centaine de
personnages. Je suis très content de ce plan. Seulement, je crois
que cela sera bien raide. Je veux tout dire, et il y a des choses
bien grosses. Vous serez content, je crois, de la façon paternelle et
bourgeoise dont je vais prendre les bonnes «filles de joie».--J'ai,
en ce moment, ce petit frémissement dans la plume, qui m'a toujours
annoncé l'heureux accouchement d'un bon livre.--Je compte commencer à
écrire vers le 20 de ce mois, après ma correspondance de Russie.

Vous savez que votre ami Bardoux vient de me jouer un tour indigne.
Après avoir crié pendant cinq mois, dans tous les mondes, qu'il
allait me décorer, il m'a remplacé au dernier moment sur sa liste
par Ferdinand Fabre; de sorte que me voilà candidat perpétuel à la
décoration, moi qui n'ai rien demandé et qui me souciais de cela
comme un âne d'une rose. Je suis furieux de la situation que ce
ministre sympathique m'a faite. Les journaux ont discuté la chose, et
aujourd'hui ils pleurent sur mon sort; c'est intolérable. Puis, je
n'entends pas qu'on me pèse; je suis ou je ne suis pas. Et savez-vous
pourquoi Bardoux m'a préféré Fabre? parce que Fabre est mon aîné.
Ajoutons que je flaire là-dessous une farce d'Hébrard, qui est
_l'ennemi_. Si vous voyez Bardoux, dites-lui que j'ai déjà avalé pas
mal de crapauds dans ma vie d'écrivain, mais que cette décoration
offerte, promenée dans les journaux, puis retirée au dernier moment,
est le crapaud le plus désagréable que j'aie encore digéré;--il était
si facile de me laisser dans mon coin et de ne pas me faire passer
pour un monsieur, de talent discutable, qui guette inutilement un bout
de ruban rouge. Pardon de vous en écrire si long, mais je suis encore
plein de dégoût et de colère.

Rien autre. J'ai déjeuné avec Daudet qui travaille ferme à son roman de
_La Reine Béatrix_. Je n'ai pas vu Goncourt. Tourguéneff est en Russie.
Les Charpentier sont à Gérardmer, et voilà!

Une bonne poignée de main, avec toutes les amitiés de ma femme. Si
vous passez par Poissy, venez donc nous demander à déjeuner. Vous vous
adresserez à M. Salles, loueur de voitures, qui vous amènera chez moi.
Et bon courage et bon travail!



                          =A Léon Hennique.=


                                                 Médan, 14 août 1878.

    Mon cher Hennique,


Vous savez bien que la maison vous est ouverte. Venez quand il vous
plaira, et tous les jours si vous êtes libre. Voici comment vous
procéderez. Vous prendrez le train qui part à 2 heures de Paris et
vous descendrez à Triel; là vous reviendrez sur vos pas, vers Paris,
en suivant le côté gauche de la voie; un chemin suit la haie qui
borde la voie et conduit droit à Médan; au bout d'une demi-heure de
marche, quand vous rencontrerez un pont, vous passerez sur ce pont et
vous serez arrivé: la maison est de l'autre côté du pont, à droite.
Maupassant, qui a pris ce chemin, s'en est bien trouvé; et c'est par là
que je vais moi-même à Paris.

Nous nous portons très bien. Mais je ne vous donne pas de détails,
j'attends que vous veniez en chercher.

Ma femme vous envoie ses amitiés, et je vous serre bien cordialement la
main.



                              =Au même.=


                                                 Médan, 20 août 1878.

    Mon cher ami,


Je viens d'acheter votre livre et je vous envoie mon impression toute
chaude.

D'abord, la critique. Je n'aime pas beaucoup votre sujet. Je comprends
parfaitement ce que vous avez voulu faire, et cela ne manque pas de
carrure. Seulement, votre Jeoffrin est tellement exceptionnel, qu'il
entre un peu dans le fantastique; on dirait par moments un personnage
d'Hoffmann que pousse une manie. S'il tuait ses filles pour manger
leur argent, ce serait un vulgaire scélérat, mais il serait humain;
il les tue pour construire son ballon, et il faut un effort pour le
comprendre; on dit: «C'est un fou.» D'autant plus qu'on se demande si,
avant d'en arriver au crime, il n'aurait pas pu dépouiller ses filles,
sans entrer dans le gros drame. Il ne fait qu'une tentative auprès de
Michelle, et fort maladroite. J'aurais mieux aimé le voir dépouiller
ses enfants en homme madré, commettre toutes sortes de gredineries sur
la marge du Code; l'empoisonnement, la guillotine, tout cela me semble
énorme, disproportionné. Évidemment, vous avez été tenté par cette
création d'un homme qui sacrifie tous les sentiments humains à sa folie
d'inventeur. Rappelez-vous le Claës, de _La Recherche de l'absolu_; je
le crois beaucoup plus vrai.

J'insiste. Vous avez été obligé de forcer les faits pour arranger
votre drame. Vous sautez par-dessus le procès. Je crois pourtant que
l'innocence de Michelle eût été facile à prouver. Jeoffrin se serait
trouvé pris dans son piège. D'autre part, jamais on n'aurait exécuté
Michelle. On grâcie presque toujours, dans ces crimes causés par la
jalousie. En vous lisant, je me suis révolté deux ou trois fois contre
des invraisemblances. Je vous dis franchement mon impression. Tout
cela, je le répète, est bien gros, et il est difficile de garder la
note juste dans un pareil sujet. Les effets sont très dramatiques,
surtout vers la fin; seulement, par-dessous, la vérité en gémit.

Maintenant, je passe aux éloges, et croyez qu'ils me viennent du cœur.
Votre début est très remarquable, je prédis qu'il fera du bruit. Il
n'est pas jusqu'à l'étrangeté de l'histoire qui n'aidera au succès.
La forme est absolument bonne, très mûre déjà: à peine tachée çà et
là de quelques membres de phrase que je voudrais couper. Vous avez
des descriptions superbes, très vivantes, d'un mouvement magnifique.
Certaines scènes, l'histoire étant acceptée, sont tout à fait fortes
et originales: la mort et l'enterrement de Pauline, la Cour d'assises,
surtout cet admirable morceau de la fin, la journée de Jeoffrin,
lorsqu'il a appris l'exécution de Michelle. Un garçon qui a écrit ces
pages est sûr de son affaire: il n'a plus qu'à travailler. Beaucoup de
types amusants, le jeune Guy, le jardinier Nicolas, les sœurs Thiry; ce
qui me prouve que vous avez le don de création, une chose rare; quand
vous voudrez, vous mettrez debout des créatures plus compliquées. Je
suis très satisfait, très satisfait, et je suis certain maintenant que
_vous êtes un romancier_. En toute conscience, je ne m'attendais pas à
un début pareil.

Me permettez-vous, à présent, de vous donner le conseil d'éviter à
l'avenir les sujets exceptionnels, les aventures trop grosses. Faites
général. La vie est simple. J'ai songé à votre sujet d'une femme de
magistrat s'oubliant dans les aventures d'une ville de garnison: il est
excellent. Si vous connaissez bien le double monde de la magistrature
et de l'armée, vous écrirez certainement une page de notre histoire
sociale. C'est à cela que nous devons tous mettre notre ambition. Vous
avez l'outil, cela m'est prouvé à cette heure; employez-le dans une
bonne besogne d'analyse, sur le monde que vous coudoyez tous les jours.

Ceci est au courant de la plume. Mais je veux causer avec vous. Votre
livre m'a beaucoup troublé; donc il a une valeur originale. J'ai passé
par plusieurs sentiments, un peu en colère contre lui, puis gagné et
retenu. Peut-être est-il encore meilleur que je ne le crois en ce
moment. Je demande à réfléchir et je vous en reparlerai.

Je compte sur vous et sur nos amis pour un de ces dimanches. Dites-leur
que je leur serre bien affectueusement la main.

Votre bien dévoué.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                            Médan, 19 septembre 1878.

    Mon cher ami,


J'ai vu M. Bardoux hier, sur votre conseil. Il a été fort aimable. Mais
mon absolue conviction est qu'il ne tiendra jamais la promesse qu'il
vous a faite pour moi. Il ne me connaît pas, il ignore totalement ce
que je suis, et où je suis. De plus, il doit être très travaillé par
des gens qui me détestent. J'ai senti ça avec mon sixième sens.

Que ces choses restent entre nous, n'est-ce pas? Je vous écris par
un besoin d'analyse. Mais si, lorsque vous le reverrez, il vous
parle encore de l'affaire, dites-lui que j'ai été très content de sa
réception, et ayez l'air de compter sur toutes les paroles qu'il vous
donnera. Voilà pour mon orgueil une bonne leçon.

Vous trouverez dans le second numéro de _La Réforme_, qui a dû vous
être adressé, l'étude que j'ai faite sur vous et qui a paru en Russie.
Elle est faite un peu vite, mais je la crois assez juste. En tous cas,
je suis content que vous puissiez en connaître le texte français.

Bien affectueusement.


J'ai terminé le premier chapitre de _Nana_, et j'en suis enchanté!
Après-demain je me mettrai au second. Je désespère de faire paraître le
volume avant janvier 1880.



                              =Au même.=


                                            Médan, 26 septembre 1878.

    Mon bon ami,


Le garçon qui dirige _La Réforme_ avec M. Francolin se nomme Georges
Lassez. Vous me questionnez sur les prix de cette revue. Ils sont
très faibles; les directeurs ont tellement pleuré misère devant moi,
lors de mon dernier voyage à Paris, que je me suis laissé apitoyer
personnellement et que je ne leur ai demandé que trente centimes la
ligne, ce qui est ridicule; aussi ne serai-je pas prodigue de copie. Je
pense que vous pouvez exiger davantage. Allez à quarante, à cinquante
centimes. Enfin, vous connaissez le terrain maintenant.

Rien de neuf. Je ne vois personne. Pourtant, les Charpentier sont venus
passer une journée ici dernièrement. Je les ai trouvés très gais. Moi,
je travaille beaucoup. Comme distraction, je vais faire bâtir. Je veux
avoir un vaste cabinet de travail avec des lits partout et une terrasse
sur la campagne. Il me prend des envies de ne plus retourner à Paris,
tellement je suis tranquille, dans mon désert. Jamais je n'ai vu plus
clair. Je suis très satisfait de mon roman.

Tout de même nous nous verrons en janvier. Bon travail, mon ami, et je
voudrais mettre une poignée de main sur un vapeur qui passe devant ma
fenêtre, pour qu'il vous la débarque à Croisset.

Votre fidèle et affectueux.



                           =A Henry Céard.=


                                             Médan, 17 novembre 1878.

    Mon cher ami,


Les Russes vous volent indignement. Les chiffres de Boborykine mettent
la feuille, les seize pages, à deux cent quatre-vingts francs, ce qui
serait encore raisonnable; mais il ne faudrait pas qu'on vous fît
supporter le déficit du change, et d'autre part, vous ne sauriez entrer
dans les frais de traduction. Je compte donc écrire à Boborykine;
mais, avant de le faire, j'attendrai dimanche pour causer avec vous.
Nous nous entendrons. Mon avis est aussi que vous vous proposiez comme
correspondant politique: prenons le plus de place possible.

Je suis bien contrarié que l'affaire ne se soit pas arrangée pour
Huysmans. Dès qu'il aura son article, il faudra qu'il le porte à _La
Réforme_. D'ailleurs, lorsque je serai à Paris, nous aviserons à nous
créer des débouchés sérieux.

Répétez à nos amis que je les attends dimanche. Mais je ne veux pas que
vous restiez dans la boue, en venant par Triel. Pour peu que le temps
soit mauvais, arrêtez-vous à Poissy; adressez-vous à M. Salles, loueur
de voitures, en face la gare; il vous amènera soit dans deux voitures,
soit dans un petit omnibus. Sérieusement, les chemins sont trop mauvais
pour s'y risquer.

A dimanche donc et, en attendant, une bien affectueuse poignée de main.



                              =Au même.=


                                             Médan, 22 décembre 1878.

    Mon cher Céard,


La première de _L'Assommoir_ n'aura lieu que le 10 ou le 11. Je serai
à Paris le 3. Nous aurons tout le temps de nous entendre. Vous pourrez
venir passer une soirée chez moi vers le 6 ou le 7, lorsque j'aurai vu
deux ou trois répétitions. Tant mieux s'il y a bataille. Je m'attends à
tout.

Pourriez-vous me rendre un service? Ce serait de vous informer chez
Charpentier et ailleurs si des journaux se sont occupés de mon affaire
du _Figaro_. Je crois savoir par exemple que _La Marseillaise_ a
dû faire un article la semaine dernière. D'autres sont peut-être
intervenus, après la publication de mon étude dans le supplément du
_Figaro_. J'aurais besoin de connaître les articles; il serait possible
que je fisse mon feuilleton du _Voltaire_ sur la question. Veuillez
donc me renseigner dans le plus bref délai, et excusez-moi de vous
charger de cette corvée que vous a attirée votre bonne lettre de ce
matin.

Une poignée de main à tous, et bien affectueusement à vous.



                          =A Léon Hennique.=


                                             Médan, 28 décembre 1878.


Certes, non, mon cher Hennique, je ne suis pas ému par tout ce tapage;
à peine un petit mouvement de colère, le premier jour. Mais la vérité
est trop de notre côté pour que nous ne gardions pas un beau calme.

Je suis bien heureux de rentrer à Paris et de vous serrer les mains à
tous; d'autant plus que la bataille de _L'Assommoir_ va nous amuser.
Vous savez que je compte personnellement sur vous. Je rentrerai le 3.
Nous aurons le temps de nous entendre, car je crois que la pièce ne
passera pas avant le 15.

Quelle est donc la personne qui a donné des notes à Montjoyeux pour un
article du _Gaulois?_ D'ailleurs, l'article est poli, quoique rempli
d'inexactitudes. On vous y traite bien, et cela m'a fait plaisir.

A bientôt. Lisez mon feuilleton de lundi, dans _Le Voltaire_.

Affectueusement à vous.



                        =A Gustave Rivet[27].=


                                              Paris, 12 février 1879.

    Monsieur,


Je lis votre article, et je vous remercie, car votre effort
d'impartialité est évident. Mais pourquoi me prêtez-vous des idées que
je n'ai jamais eues? Pourquoi parlez-vous de moi, sans m'avoir lu?
Vous êtes jeune, je crois; ne répétez donc pas toutes les sottises qui
courent sur moi et sur mes œuvres.

Vous demandez: «Qu'est-ce donc que cette étroitesse d'esprit
qui appauvrit l'art?»--Cette étroitesse, c'est l'amour du vrai,
l'élargissement de la science. Peu de chose, comme vous voyez.

D'ailleurs, il serait trop long de vous répondre. Je retournerai
seulement votre conclusion: je ne suis rien, Monsieur, et le
Naturalisme est tout; car le Naturalisme est l'évolution même de
l'intelligence moderne.

C'est lui qui emporte le siècle; et le Romantisme n'a été que la courte
période de l'impulsion première.

Vous dites que le Naturalisme rétrécit l'horizon littéraire, lorsqu'au
contraire il ouvre l'infini, comme la science des Newton et des Laplace
a reculé les limites du ciel des poètes. Il est vrai que vous avez du
Naturalisme l'idée la plus pauvre du monde et que je vous conseille de
laisser aux reporters en mal de copie. Il n'y a pas que _L'Assommoir_,
Monsieur, il y a l'univers.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de mes sentiments les plus
distingués.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                              Paris, 17 février 1879.


Je voulais vous écrire, mon ami, pour vous dire que tous ici nous
avons été des maladroits dans votre affaire[28]. Je vous en prie,
voyez les choses en philosophe, en observateur, en analyste. Notre
grosse maladresse a été de nous presser, d'aller rappeler sa promesse
à Gambetta, dans un moment où on l'assommait de demandes depuis huit
jours. Madame Charpentier étant dans son lit, il a fallu employer
Tourguéneff, qui devait partir le lendemain pour la Russie et qui a été
obligé de brusquer les choses. L'occasion était mauvaise, toutes sortes
de circonstances fâcheuses se sont présentées; je vous raconterai cela
plus au long. En un mot, ma pensée est qu'une femme était nécessaire
pour enlever l'affaire vivement et définitivement. Vous n'êtes pour
rien dans tout cela, vous n'y avez rien laissé, et demain, si vous y
consentez, tout peut être réparé.

Reste l'article du _Figaro_. J'ignore comment le journal a su
l'aventure; mais je le saurai. _Le Figaro_ a fait là son métier
d'indiscrétion et de brutalité, métier qu'il fait contre nous tous
depuis sa fondation. Vous seriez bien bon de tourner seulement la
tête. Dans ce qu'il a dit, il n'y a rien qui ne soit très honorable
pour vous. Et soyez certain que cela ne vous fâchera avec personne.
On connaît _Le Figaro_, on sait bien que vous ne trempez pas dans sa
rédaction. Il ne faut pas que la presse existe pour nous; nous devons
la laisser mentir sur notre compte, nous salir, nous compromettre,
sans nous inquiéter d'elle, sans même nous arrêter une seconde à ce
qu'elle écrit. Notre tranquillité est à ce prix. Je vous le demande en
grâce, traitez cela avec votre beau dédain, ne vous en chagrinez pas,
dites-vous ce que vous répétez souvent, qu'il n'y a rien d'important
dans la vie en dehors de notre travail.

Je voudrais vous savoir fort et supérieur. Tout cela ne compte pas. Il
est plus grave pour vous d'avoir écrit une bonne page. Vos amis n'ont
pas eu l'habileté nécessaire; eh bien! ils vous en demandent pardon, et
cela ne va pas plus loin. Si vous le leur permettez, ils réussiront une
autre fois. Allumez votre pipe avec l'article du _Figaro_, et attendez
d'être bien portant pour vous remettre au travail. Le reste est de la
fumée; cela n'existe pas.

J'avais songé un instant à aller vous dire ces choses de vive voix;
mais j'étais bousculé, et d'autre part j'ai eu peur de vous fatiguer.
Nous vous aimons tous ici, vous le savez, et nous serions heureux de
vous le prouver dans ce moment. Le pis est que cette mauvaise chute[29]
vous a cloué à Croisset. Je crois que vous verriez les choses plus
froidement, si vous étiez au milieu de nous. Tâchez de pouvoir marcher
bientôt, et de revenir. Et si la guérison tarde, autorisez-nous donc
un jour à aller vous serrer la main, pendant une heure seulement,
quand vous serez plus fort. Ne soyez pas triste, je vous en prie de
nouveau; soyez fier au contraire. Vous êtes le meilleur de nous tous.
Vous êtes notre maître et notre père. Nous ne voulons pas que vous vous
fassiez du chagrin tout seul. Je vous jure que vous êtes aussi grand
aujourd'hui qu'hier. Quant à votre vie, un peu troublée en ce moment,
elle s'arrangera, soyez-en sûr. Guérissez-vous vite, et vous verrez que
tout ira bien.

Je vous embrasse.



                             =A Laffitte.=


                                                  Médan, 16 mai 1879.

    Cher Monsieur,


Je me permets de vous recommander encore un de mes amis, M. Guy de
Maupassant, un débutant de beaucoup de talent qui a à vous proposer
une très intéressante série d'articles. Je réponds absolument de lui.
Considérez-le comme un des nôtres.

Bien à vous.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                                  Médan, 17 mai 1879.

    Mon cher Huysmans,


Tous mes compliments sur votre premier article. C'est très carré et
très joliment écrit, très amusant de style.

Mais quel imbécile, ce Laffitte! Il a écrit un programme qui est un
monument de comique. Nous voilà compromis encore une fois. Dites à
Céard qu'il soit raide, si quelque complication survenait. Je flaire
des ennuis. Je viens d'écrire une lettre très carrée au Laffitte sur
une ligne qu'il s'est permis de modifier dans mon étude et sur ses
hésitations au sujet du roman de Bourges. Quoi qu'il arrive, tenez le
coup pendant quinze jours, et venez passer ensuite un dimanche ici.
Nous causerons. J'ai tout un plan de campagne, si on nous ennuie.
Écrivez-moi dans le cas où il se passerait quelque chose de trop gros.

J'attends le début de Céard. J'ai donné une lettre à Maupassant pour
Laffitte.

Bien à vous.


Et jamais un mot sur Ulbach, ni une allusion.

Soyez tous monstrueux de carrure. J'ai mon plan.



                      =A Luigi Capuana (Milan).=


                                                  Médan, 27 mai 1879.

    Monsieur et cher confrère,


Je vous autorise bien volontiers à mettre mon nom sur la première page
du roman que vous allez publier[30]. C'est pour moi un honneur, et j'ai
une grande joie à penser que, même hors des frontières de France, je
puisse être le soldat de la vérité. Mon nom appartient à tous ceux qui
combattent le même combat que moi.

J'ai donc à vous remercier et je vous prie de me croire votre bien
dévoué et bien cordial.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                                  Médan, 4 juin 1879.

    Mon bon ami,


J'ai une bien ennuyeuse corvée dimanche: je veux aller voir courir le
grand prix, pour un chapitre de _Nana_. Mais je tâcherai de m'échapper
le plus tôt possible, et j'irai vous serrer les deux mains, à moins
d'obstacles imprévus. En tous cas, je ne quitterai pas Paris sans vous
avoir vu. Cela me fera du bien.

Bien affectueusement.



                           =A Henry Céard.=


                                                 Médan, 19 juin 1879.

    Mon cher Céard,


Pourriez-vous me rendre un service? Ce serait de vous procurer, soit
chez un papetier, soit chez Nadar lui-même, la grande photographie
représentant Dailly en «Mes Bottes», avec son pain, et d'adresser cette
photographie à mon peintre verrier, M. Babonneau, 13, rue des Abbesses,
Montmartre. C'est pour reproduire «Mes Bottes» dans un vitrail. Vous
auriez en outre l'obligeance de m'avertir, quand vous aurez trouvé et
envoyé la photographie.

Rien de nouveau, n'est-ce pas? Je vous félicite beaucoup de votre
article sur _Tragaldabas_. Voilà de la bien bonne copie pour notre
journal futur. _Le Voltaire_ me paraît de plus en plus gris. C'est une
feuille morte, et ils vont manger leur argent plus vite encore que je
ne le croyais. Quant à nous, nous n'avons qu'à tâcher d'y garder un
pied, si petite qu'on nous y fasse une place. C'est du temps à gagner.
Et ne nous passionnons pas.

Bien cordialement.



                             =A Laffitte.=


                                                 Médan, 23 juin 1879.

    Cher Monsieur,


Personnellement, je ne répondrai certainement pas à M. Catulle Mendès.
Je veux choisir mes adversaires et mon terrain. Quant à mes jeunes
amis, ils feront ce qu'ils voudront; mais je leur conseillerais
volontiers de toujours frapper à la tête, dans leurs luttes
littéraires, et de ne pas s'amuser à se défendre contre des attaques
qui doivent tomber d'elles-mêmes.

Le mieux est de publier tout ce qu'on vous apportera. Vous ne sauriez
me blesser. Je vous autorise volontiers à insérer toutes les attaques
contre nous. Nous verrons ensuite si nous jugeons nécessaire de
répondre.

D'ailleurs, vous vous trompez en disant qu'on ne m'a pas répondu. J'ai
ici plus de cinquante articles, dans lesquels on cherche à réfuter ceux
que j'ai donnés au _Voltaire_ depuis six mois. C'est moi qui n'ai pas
répondu par principe. La victoire est à celui qui frappe toujours droit
devant lui, sans s'inquiéter des coups qu'on porte à sa droite et à sa
gauche.

Ne comptez pas sur _Nana_ avant octobre. Mais d'ici-là je vous donnerai
des études. Je vais y songer.

Votre bien dévoué.



         =A Mademoiselle Marie Van Casteel de Mollenstem[31].=


                                                 Médan, 24 juin 1879.

    Mademoiselle,


Il faut écouter votre père. Il doit avoir, pour vous défendre la
lecture de mes livres, des raisons que je ne veux pas examiner. Tout
chef de famille a le devoir strict de diriger comme il l'entend
l'éducation et l'instruction de ses enfants. Laissez-moi ajouter que
mes livres sont bien amers pour une jeune personne de votre âge. Quand
vous serez mariée, quand vous devrez vivre par vous-même, lisez-moi.
Et je désire que mes livres, si cruels qu'ils vous paraissent, vous
donnent tout au moins l'amour de la vérité et un peu de la science de
la vie.

  Votre dévoué.



                          =A Jules Troubat.=


                                           Médan, 1er septembre 1879.

    Cher Monsieur,


C'est moi qui vous devais des excuses pour ne pas vous avoir remercié
de l'envoi des _Chroniques parisiennes_[32].

Comme je vis beaucoup à la campagne, on entasse chez moi, à Paris, tous
les livres qui arrivent. J'ai été surpris et contrarié, en prenant
dernièrement dans le tas les _Chroniques_, d'en voir tomber votre
carte; j'avais cru à un envoi de l'éditeur. Et j'ai parlé alors du
livre, bien en retard, pour vous dire merci.

Maintenant, voilà encore que je suis votre obligé, après votre bonne
lettre. Nous ne serions pas loin de nous entendre. Il ne s'agit point
de dire absolument tout dans la critique; il s'agit de dire la vérité,
et la vérité n'exige pas les indiscrétions grossières et inutiles.
D'ailleurs, on peut toujours attendre que le sujet à disséquer
soit bien mort, depuis des années, pour que lui ni ses proches ne
puissent se plaindre. Tout cela est une affaire de tact. La figure de
Sainte-Beuve me tourmente beaucoup; je n'ai malheureusement pas tous
les éléments nécessaires; puis, je ne suis qu'un critique de combat,
qui déblaie sa route devant lui, puisqu'il n'y a personne pour la
déblayer. Autrement, ma grosse besogne n'est pas là, et je ne dispose
pas du temps que réclamerait l'étude des documents, ce qui explique
l'insuffisance de mes articles, bâclés au milieu de la bataille, pour
les besoins de la tactique et en vue de la victoire. Ce qu'il nous
faudrait, ce serait un critique qui ne ferait que de la critique, avec
passion.

Merci encore, cher Monsieur, et croyez-moi votre bien dévoué.



                              =Au même.=


                                             Médan, 5 septembre 1879.

    Mon cher confrère,


Merci de vos renseignements. Je vais en profiter, car décidément je
vais envoyer en Russie une étude sur Sainte-Beuve, que je publierai
ensuite en France.

Quelque chose me blesse en lui. C'est que nous n'avons pas le crâne
fait de même. Son effort d'impartialité me frappe, dans tous les
articles que je relis. Je tâcherai d'être également juste.

Bien à vous.



                        =A Antoine Guillemet.=


                                              Médan, 25 octobre 1879.

    Mon cher Guillemet,


Merci de votre bonne lettre. J'ai songé souvent à vous; mais on me
bouscule tellement en ce moment-ci, et j'ai encore tant de travail
avec ma sacrée _Nana_, que je ne puis que vous envoyer une poignée de
main en hâte. Je voudrais bien pousser ma besogne, de façon à pouvoir
me réinstaller à Paris dans les premiers jours de janvier. Dès mon
arrivée, j'irai vous voir. Vous devez avoir rapporté de bien belles
études. Vous me montrerez tout ça.

Hein? font-ils un boucan! Qu'ont-ils donc, bon Dieu! à crier comme ça
après moi? Je suis bien tranquillement au travail, ici.

A bientôt tout de même, et bonne peinture.


Inutile de vous dire que vous serez le bienvenu, si le mauvais temps ne
vous épouvante pas et que vous veniez nous demander à déjeuner ici.



                        =A Madame Charpentier.=


                                             Médan, 22 novembre 1879.

    Chère Madame,


J'aurais besoin d'un renseignement pour _Nana_, et vous seriez bien
aimable de me le donner.

Dans le grand monde, lors d'un mariage, donne-t-on un bal, et quel
soir? Le soir du contrat ou le soir de l'église? J'aimerais mieux le
soir de l'église. Je voudrais que le bal eût lieu dans le salon des
Muffat. Surtout, si le bal est tout à fait impossible, puis-je faire
donner une soirée?--Autre chose: si c'était le soir du contrat, quelle
serait la toilette de la mariée? et, si c'était le soir de l'église,
devrais-je faire partir les mariés pour le voyage réglementaire à
l'issue du bal?

On me traque tellement que je n'ose plus risquer un détail. Je viens de
me disputer avec ma femme sur toutes les questions que je vous pose,
et je vous prends pour arbitre. Donnez-moi le plus de détails exacts
possibles, je ne dirai à personne que vous avez collaboré à _Nana_.

Toutes nos bien vives amitiés, et merci mille fois.



                         =A Gustave Flaubert.=


                                             Médan, 14 décembre 1879.

    Mon cher ami,


Je suis bien heureux de vous avoir causé un peu de plaisir. Mon article
est pourtant bien insuffisant, à peine quelques notes jetées au courant
de la plume.

Votre lettre m'est arrivée à la campagne, où je termine _Nana_. Je
ne rentrerai à Paris que vers le 15 janvier, car je veux auparavant
déblayer toute ma besogne. Vous ne vous imaginez pas le mal que m'a
donné et que me donne mon roman. Plus je vais, et plus ça devient
difficile. Je fais surtout sur le feuilleton imprimé un travail de tous
les diables pour redresser les phrases qui me déplaisent; et elles me
déplaisent toutes. N'est-ce pas? vous ne me faites pas le chagrin de
lire _Nana_ en feuilletons; elle est horrible en feuilletons, je ne
la reconnais pas moi-même. Vous devez connaître ça, je suis dans la
période où l'on est dégoûté de soi. Pourtant, je crois avoir fait un
livre, sinon bon, du moins curieux. Le bouquin paraîtra vers la fin
janvier. Vous me donnerez votre avis bien franc.

Comment! nous ne vous aurons pas encore cet hiver! vous me désolez. Moi
qui comptais vous avoir au moins en février! Depuis que vous n'êtes
plus là, nous sommes tous désunis. Enfin, on ira vous voir, et avec
un bien grand plaisir. Seulement, ça dépend de vous. Écrivez-nous,
fixez-nous une date, lorsque le moment sera venu, et que nous pourrons
faire le voyage sans vous déranger. Voilà qui est entendu, n'est-ce
pas? Rien autre, je vis ici dans une solitude complète. Pas de
nouvelles de Goncourt ni de Tourguéneff. J'ai échangé quelques lettres
avec Daudet, qui doit être content du succès de ses _Rois en exil_.
Moi, tout de suite après _Nana_, je vais me lancer dans un ou deux
drames, et voilà!

Tenez-vous chaudement, bûchez bien, et faites-nous un chef-d'œuvre. Je
vous embrasse.



                             =A Laffitte.=


                                               Paris, 3 février 1880.

    Cher monsieur Laffitte,


_Nana_ finit demain, et j'ai un devoir à remplir.

Pendant la publication, plusieurs de mes confrères ont eu l'extrême
bonté de me signaler, par la voie des journaux où ils écrivent,
certaines erreurs de détail. J'ai fait un dossier, j'ai examiné ces
erreurs, j'en ai corrigé quelques-unes, celles qui m'ont paru réelles
et regrettables.

Et je remercie mes confrères, le cœur troublé d'une émotion bien douce.
Qu'on ose donc nous accuser encore de nous dévorer entre nous! Voilà
d'excellents confrères qui, sans y être forcés, ont poussé le grand
amour qu'ils me portent jusqu'à vouloir que mon œuvre soit parfaite.
Ils m'ont lu avec une ferveur dont ma modestie a souffert, ils ont
épluché les mots avec un souci de ma réputation qui m'a rempli de
gratitude. Dieu les bénisse! C'est à eux que je vais devoir de publier
un livre soigné.

Cordialement à vous.



                          =A Jules Troubat.=


                                                 Paris, 19 mars 1880.

    Cher Monsieur,


J'ai lu vos lettres avec bien de l'intérêt. Elles ne me surprennent
pas, car elles sont ce qu'elles devaient être. Vous avez eu simplement
le tort, je crois, de chercher dans mes articles une physionomie
complète de Sainte-Beuve, lorsque j'ai seulement voulu étudier, à son
propos, une phase très caractéristique de notre critique française.

Permettez-moi de vous dire aussi que je ne sais pas très bien ce que
vous appelez mon «système». Si c'est de ma personnalité dont vous
parlez, il est certain qu'il m'est difficile de la dépouiller. J'admets
avec vous, si vous le désirez, que Sainte-Beuve affectait d'avoir le
système de ne pas avoir de système. Mais il avait une personnalité,
et des plus marquées, des plus persistantes, contre laquelle je me
suis heurté, dans chacune de ses pages. Voilà tout bonnement les deux
systèmes en présence: la façon dont il sentait et la façon dont je
sens; et je suis persuadé d'une chose, c'est que je l'accepte, tandis
qu'il ne m'aurait sans doute pas accepté. Donc, ma formule est plus
large. Le combat de la vérité sera éternel, même entre les hommes
de bonne foi, parce que nous cherchons tous la vérité dans une voie
différente.

Enfin, vous avez senti que je voulais être juste, et cela me suffit.
Je n'ai jamais eu l'ambition de vous en demander davantage. Un de ces
jours, je compléterai mon étude par un article dont vos lettres m'ont
donné l'idée. Il y a là pour moi un scrupule.

Merci, cher Monsieur, de l'attention avec laquelle vous voulez bien me
lire, et croyez-moi votre très dévoué.



                           =A Henry Céard.=


                                                   Médan, 9 mai 1880.

    Mon cher Céard,


Je suis idiot de chagrin. Une dépêche de Maupassant m'apprend la mort
de Flaubert. Je lui écris pour savoir tout de suite le jour et l'heure
des obsèques. Mais je crains qu'il ne soit parti pour Croisset. Vous
qui êtes à Paris, tâchez donc d'aller aux renseignements et écrivez-moi
le plus tôt possible.

Oh! mon ami, il faudrait mieux nous en aller tous. Ce serait plus vite
fait. Décidément, il n'y a que tristesse, et rien ne vaut la peine
qu'on vive.



                        =A Antoine Guillemet.=


                                                 Médan, 22 août 1880.


Que vous êtes aimable, mon cher Guillemet, de m'écrire une si bonne et
si longue lettre! Vous avez raison, il n'y a rien de plus sain que les
vieux souvenirs d'amitié.

Je crois que vous vous calomniez en disant que vous ne travaillez pas.
Je suis certain que vous allez trouver le moyen de nous revenir avec
des études superbes, que nous irons admirer à votre atelier. Quant à
moi, je patauge dans du théâtre. _Nana_ est à peu près finie. Mais
mon cœur n'est pas là. Je terminerai l'autre pièce, et je reviendrai
à un roman, où je me sens plus solide. Il me faut encore du temps
pour aborder la bataille du théâtre d'une façon décisive, comme je le
voudrais.

Paul[33] est toujours ici avec moi. Il travaille beaucoup, et il compte
toujours sur vous pour ce que vous savez. Il m'a conté l'excellente
matinée que vous avez passée ensemble. Et je suis chargé de vous
envoyer toutes ses tendresses.

Voilà, mon cher ami. Je suis plus chiche de ma prose que vous,--parce
que peut-être je la vends. Mais cela ne m'empêche pas d'être bien
heureux de votre amitié. Tout mon petit monde ici se porte bien et vous
envoie ses compliments, à vous et aux vôtres.

Une bonne poignée de main de votre dévoué.



                         =A Henry Céard[34].=


                                                Aix, 20 octobre 1880.

    Mon ami,


J'arrive et je trouve une foule qui m'attend à la gare. C'est ce que
je redoutais. Il me faut subir encore une fois l'effroyable douleur
d'une cérémonie religieuse; on m'affirme que je ne puis éviter cela.
Ce qui me console, c'est que le caveau est dans un état parfait de
conservation et que tout sera fini demain. Mais ma femme est tellement
brisée que nous ne reviendrons sans doute qu'à petites journées.

Donnez ces nouvelles à nos amis.

Dès mon retour, je vous écrirai.


Merci encore, et affectueusement.



                     =A J. Camille Chaigneau[35].=


                                              Médan, 5 novembre 1880.

    Monsieur,


J'ai lu votre longue lettre avec bien de l'intérêt, et je veux que vous
sachiez combien vous m'avez fait plaisir en me discutant.

Naturellement, vous ne m'avez pas convaincu. J'estime que l'influence
d'Hugo a été désastreuse sur ma génération, et comme rhétoricien,
et comme déiste. Aujourd'hui, le seul terrain solide est celui de
l'observation et de l'expérience. J'attendrai donc que des faits
prouvés donnent raison aux rêveries lyriques d'Hugo. Seulement, je
crains d'attendre très longtemps.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de mes sentiments de bonne
confraternité.



                          =A Jules Claretie.=


                                                 Paris, 28 mars 1881.

    Mon cher confrère,


Je vous remercie bien vivement de l'aimable envoi de vos _Amours d'un
interne_, dont j'ai commencé la lecture avec un vif intérêt. Vous savez
que les questions physiologiques me passionnent, et je trouve dans
votre livre des documents très intéressants.

Merci aussi pour votre article du _Temps_, dont nous avons déjà causé.
J'ai été très heureux de la poignée de main que nous avons échangée à
Rouen, dans une bien triste circonstance[36]. Mais croyez qu'il n'est
jamais entré une hostilité personnelle dans mes sévérités de critique,
sans doute passionnées. Je me bats pour des idées, et non contre des
confrères.

Cordialement.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                                  Médan, 6 juin 1881.

    Mon cher Huysmans,


Merci pour vos bons renseignements[37], mais je vais vous importuner
encore en précisant.

Mon architecte, d'une importance médiocre, habite Paris, rue de
Choiseul sans doute, et se trouve être de la paroisse de Saint-Roch. Si
j'en ai fait l'architecte du diocèse d'Évreux, par exemple, pourrai-je
l'employer à des réparations dans l'église Saint-Roch? Ce serait
sans doute lui donner une trop grande situation que de le prendre
pour Paris. Voyez pourtant s'il n'y aurait pas moyen, s'il n'existe
pas à Paris des architectes de paroisse, et quels seraient alors
leurs appointements, leurs occupations, etc. Autrement, si je dois
m'en tenir à mon diocèse d'Évreux, voyez à m'avoir quelques détails
complémentaires, sur les voyages à faire, les rapports avec le clergé,
etc. Mais je préférerais mille fois Paris.

Vous m'avez parlé d'un pauvre diable d'employé qui copiait la nuit des
cours, pour les élèves de l'École centrale, je crois. Pourriez-vous
m'envoyer quelques détails précis? Quels sont ces cours, et pourquoi
faut-il les faire recopier?

Enfin, puisque vous avez été collectionneur de timbres-poste,
pourriez-vous m'en décrire trois ou quatre rares (timbres du Cap) et
trois ou quatre ordinaires? C'est pour compléter les notes que vous
m'avez déjà données.

Et mille fois merci à l'avance. Ici rien de nouveau, naturellement. Je
travaille, j'ai fini d'arrêter mon plan, dont je suis très satisfait,
chose rare. Prochainement, dès que j'aurai toutes mes notes, je vais me
mettre à l'écriture.

Bien affectueusement à vous, et bons souhaits de travail.



                         =A Ferdinand Fabre.=


                                                 Médan, 14 juin 1881.


Merci pour votre _Monsieur Jean_, mon cher confrère. Je l'achève,
ravi et très touché. Ceci, c'est de la grâce dans la force. Vous avez
l'idylle, vous qui nous avez donné le drame, et le plus profond, le
drame du prêtre.

Cordialement.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                                 Médan, 25 juin 1881.

    Mon cher Huysmans,


Merci pour vos bonnes notes sur Saint-Roch. J'avais l'extérieur
des deux maisons, mais je n'osais trop me risquer, relativement à
l'intérieur. Ce que vous me dites me suffira à rêver le reste. Pourtant
si, par hasard, votre ami vous lâchait des détails plus précis sur la
vie de ce petit monde, vous me donneriez cela de vive voix, lorsque
vous me ferez le plaisir de venir me voir.

Je fais mes trois petites pages par jour, ce qui est mon train-train
habituel. Si je vais passer à la mer les mois d'août et de septembre,
je tâcherai d'abattre de la besogne. Et vous, vous voilà réduit au
séjour de la campagne, que vous n'aimez guère, je crois. Le déplacement
sera ennuyeux, mais vous travaillerez mieux peut-être. Rien de nouveau,
d'ailleurs. Je trouve l'été mélancolique, voici pour moi la saison
noire.

Merci encore. Toutes les amitiés de ma femme et de votre bien
affectueux.



                           =A Édouard Rod.=


                                            Grand-Camp, 24 août 1881.

    Mon cher Rod,


Vous me posez une question à laquelle il m'est bien difficile de
répondre. Je n'ai ici aucune nouvelle de Daudet. Sans doute, comme
chaque année aux vacances, il doit être parti pour un court voyage. Je
doute donc que vous le trouviez à Paris. Ce que vous avez de mieux à
faire, ce serait de lui écrire 3, avenue de l'Observatoire: la lettre
le suivrait toujours.

Vous voilà donc dans la bataille. Dois-je en avoir des remords, puisque
vous y êtes un peu par ma faute[38]? Enfin, travaillez bien: quand vous
aurez beaucoup de talent, vous aurez tout à fait raison.

Ma femme est toujours assez mal portante. Moi, je travaille bien. Je
n'ai plus que trois articles à faire pour _Le Figaro_[39], et c'est
une grande joie. Au demeurant, nous ne savons si nous resterons ici
jusqu'au 15 septembre ou jusqu'au 1er octobre. Le temps est très froid,
il pleut presque continuellement.

A bientôt, n'est-ce pas? Écrivez-moi. En tout cas, je vous ferai
connaître notre retour. Puis, si j'oubliais, ne vous gênez pas pour
tomber chez nous.



                        =A Antoine Guillemet.=


                                            Grand-Camp, 24 août 1881.

    Mon cher Guillemet,


Tous les jours, je regarde de ma fenêtre les coups de pluie que je vois
fondre sur Saint-Vaast, et je me dis: «Encore un orage pour Guillemet!»

Hein? en tombe-t-il! Nous sommes ici dans une continuelle tempête. Quel
pays! et un froid de chien, et une mer glacée à vous couper le ventre!
N'importe! nous ne sommes pas trop mal, et j'espère toujours que ma
femme en sortira plus solide, bien que les commencements n'aient pas
été fameux.

Combien je regrette votre mal aux genoux; d'abord parce que ce n'est
pas drôle pour vous; et ensuite parce que cela nous a privés de
votre arrivée à Grand-Camp sur un navire de l'État. Cela aurait fait
rejaillir sur moi une considération extraordinaire.

Le travail ne va pas mal. Nous tâcherons de tenir le coup jusqu'à la
fin de septembre. Remettez-vous vite et travaillez bien, faites-nous de
la bonne peinture.

Toutes mes amitiés chez vous, et une bonne poignée de main de votre
vieil ami.



                           =A Henry Céard.=


                                            Grand-Camp, 24 août 1881.

    Mon cher Céard,


Merci de votre dépêche. Je viens de terminer l'article et je le crois
assez gai. J'ai eu raison d'attendre, l'aventure est devenue plus drôle.

Ma femme va cahin-caha, mieux un jour, pis le lendemain. Je veux
pourtant m'entêter ici le plus possible, espérant toujours. Cependant,
si les temps froids continuaient, il serait possible que nous
retournions à Médan vers le 15 septembre.

Je travaille toujours dans un bon équilibre. Mon roman n'est décidément
qu'une besogne de précision et de netteté. Aucun air de bravoure, pas
le moindre régal lyrique. Je n'y goûte pas de chaudes satisfactions,
mais il m'amuse comme une mécanique aux mille rouages dont il s'agit de
régler la marche avec un soin méticuleux. Je me pose cette question:
quand on croit avoir la passion, est-ce bien adroit de la refuser ou
même de la contenir? Si un de mes livres reste, ce sera à coup sûr le
plus passionné. Enfin, il faut bien varier sa note et essayer de tout.
Tout ceci est simplement histoire de s'éplucher le cerveau; car, je le
répète, je suis très satisfait de _Pot-Bouille_, que j'appelle: mon
_Éducation sentimentale_.

Et vous, êtes-vous aussi un producteur bien portant? J'attends votre
roman avec beaucoup d'impatience. Vous savez que je n'aime guère plus
la _Vie involontaire_ que la _Vie réflexe_.

Nos compliments chez vous et bien affectueusement.



                              =A Coste.=


                                              Médan, 5 novembre 1881.

    Mon cher Coste,


Votre lettre me trouve à Médan, où depuis mon retour de la mer je me
suis enterré pour finir mon roman[40] qui paraîtra dans _Le Gaulois_
en janvier. Je n'irai guère à Paris qu'en février et pour six semaines
au plus. Actuellement je ne suis plus qu'un romancier, j'ai quitté _Le
Figaro_ et ne suis pas d'une façon effective au journal de Lanessan,
contre lequel je me débats comme un beau diable pour ne pas donner
d'articles. Voilà la situation.

Je serais heureux si Baille réussissait. Cela fait toujours plaisir de
voir sa génération triompher. J'ai eu Paul ici pendant huit jours. Il
est parti pour Aix, où il doit vous voir. Moi, malgré mon vif désir,
je ne pourrai aller dans le Midi de quelque temps, et mon envie d'un
bastidon, là-bas, s'est refroidie; ce qui ne m'empêche pas de vous
remercier de votre offre obligeante.

Écrivez-moi dès votre retour, et si vous n'avez pas peur de la neige,
venez nous voir à Médan.

Ma femme vous envoie ses bonnes amitiés, et je vous serre bien
cordialement la main.



                          =A Jules Troubat.=


                                              Médan, 5 novembre 1881.

    Mon cher confrère,


Merci de votre bonne lettre. Je suis rentré ici, où je vais m'enfermer
tout l'hiver pour terminer un roman. J'ai quitté la presse et
j'espère n'y point rentrer. Dans les derniers temps, j'ai senti que
je m'encanaillais. En somme, je me suis assez battu, que d'autres me
remplacent. Moi, je vais tâcher de créer.

Vous remarquerez que j'ai enlevé l'histoire contée par Mme Colet[41],
non que je la juge absolument fausse, mais parce qu'il suffit que vous
me l'ayez signalée comme telle.

Vous êtes bien aimable de causer ainsi avec moi, et j'ai beaucoup
regretté l'inertie de Charpentier. C'est sa tactique. Vous avez bien
fait de reprendre votre article, car je craignais fort qu'il ne passât
jamais. Je suis sans force, surtout dans les choses qui me concernent.

Merci encore, et bien à vous.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                              Médan, 27 janvier 1882.

    Mon cher ami,


J'ai lu =A vau-l'eau=, le soir même du jour où je l'ai reçu, et je
voulais vous écrire tout de suite: mais je suis si bousculé en ce
moment, que vous m'excuserez, n'est-ce pas?

C'est une étude bien curieuse et bien intense. Je regrette peut-être un
peu qu'il y ait là une répétition de certaines pages de _En ménage_,
élargie il est vrai. Seulement, l'unité, je dirai même le parti pris
du sujet, lui donne une acuité toute particulière. Cela est d'une
abominable cruauté dans la mélancolie.

Et que de jolis coins: les cochers mangeant, la table d'hôte, le
restaurant discret de la Croix-Rouge; sans parler de l'accouplement
désespéré de la fin, qui est d'un effet énorme.

Tous mes remerciements et tous mes compliments. Vous avez une
originalité qui s'affirme. Faites des livres, vous verrez la grande
place que vous tiendrez.

Affectueusement à vous.



                             =A de Cyon.=


                                              Médan, 29 janvier 1882.

    Mon cher Directeur,


Vous me demandez mon opinion, au sujet du procès que nous intente M.
Duverdy, avocat à la Cour d'appel, pour nous forcer à changer, dans le
roman que j'ai écrit et que vous publiez, le nom de «Duverdy» donné par
moi à un de mes personnages.

Mon opinion est que nous devons nous laisser faire ce procès. Et voici
quelles sont mes raisons.

J'ai déjà publié une quinzaine de romans. A trente personnages pour
chacun, cela fait plus de quatre cents noms qu'il m'a fallu prendre
dans les milieux où ces personnages vivaient, afin de compléter par la
réalité du nom la réalité de la physionomie. Aussi les réclamations
n'ont-elles pas manqué, dès mes premiers livres. Mais elles furent
surtout nombreuses au moment de _L'Assommoir_ et de _Nana_. Jusqu'à
présent, j'ai tâché de me tirer comme j'ai pu de cet embarras sans
cesse croissant. Quand les gens se sont obstinés, j'ai changé une
syllabe, une lettre. Le plus souvent, j'ai été assez heureux pour
leur prouver que leur honneur n'était nullement en cause. Ainsi, un
Steiner a bien voulu accepter mes explications; un Muffat, qui se
croyait seul du nom, s'est contenté de savoir qu'il existait des Muffat
dans plusieurs départements; ce sont là des hommes d'intelligence.
Seulement, comme on le voit, les réclamations continuent de pleuvoir,
mes ennemis augmentent à chaque œuvre nouvelle, et il me semble que le
moment est venu de faire établir nettement quels sont, en la matière,
les droits des romanciers.

Oui, la question est là. Je l'élève de mon cas particulier au cas
général de tous mes confrères. J'en fais une question littéraire,
dont l'importance est décisive, comme je le prouverai tout à l'heure.
Avons-nous, oui ou non, le droit de prendre dans la vie des noms pour
les donner à nos personnages? Puisqu'on me fait un procès, eh bien! que
les juges décident. Au moins, nous saurons ensuite à quoi nous en tenir.

Et je mets en dehors l'honorable M. Duverdy, avocat à la Cour
d'appel. Il semble croire, dans une note qu'il publie, à une sorte de
persécution de ma part. Cela me fait sourire. Je l'ignorais absolument,
je n'avais jamais entendu prononcer son nom.

Qu'il m'excuse: je vis très retiré.

Il paraît qu'il s'est présenté à la députation, dans ma circonscription
campagnarde, et qu'il me soupçonne d'avoir pris son nom sur ses
affiches. La vérité est que je prends tous mes noms dans un vieux
_Bottin_ des départements: les noms de _Pot-Bouille_ y ont été choisis
par moi, il y a plus d'une année. D'ailleurs, j'étais aux bains de mer,
au fond du Cotentin, pendant la période électorale, et j'éprouve un tel
dégoût pour la politique, que le tapage inutile des candidats, heureux
ou malheureux, est sévèrement consigné à ma porte. J'affirme donc sur
l'honneur que j'ignorais radicalement l'existence d'un avocat du nom
de Duverdy. Je fais plus, je présente à M. Duverdy tous mes regrets
de l'ennui que je puis lui causer. J'aurais certes consenti galamment
à modifier le nom, si la question générale que je pose aujourd'hui ne
m'avait pas paru exiger enfin une solution définitive.

Qu'on examine un instant la terrible situation où se trouvent les
romanciers modernes. Nous ne sommes plus au dix-septième siècle, au
temps des personnages abstraits, nous ne pouvons plus nommer nos
héros Cyrus, Clélie, Aristée. Nos personnages, ce sont les vivants en
chair et en os que nous coudoyons dans la rue. Ils ont nos passions,
ils portent nos vêtements, et il faut bien qu'ils aient aussi nos
noms. Je défie un romancier d'aujourd'hui de ne pas prendre ses noms
dans le _Bottin_. Il n'y a pas que les réprouvés de mon espèce qui
les y puisent; les élégants et les discrets, les littérateurs pour
pensionnats sont bien forcés d'en faire autant. M. Duverdy dit que le
nom patronymique est une propriété; en ce cas, c'est une propriété que
les milliers de romans qui paraissent violent journellement. Et il est
radicalement impraticable que ce viol cesse, à moins qu'on ne supprime
le roman moderne.

Balzac prenait ses noms sur les enseignes. Beaucoup de mes confrères
prennent les leurs dans les journaux, surtout quand ceux-ci publient
des listes de souscription: la moisson y est large. Et le pis est
que, en dehors de la nécessité où nous sommes de sauvegarder la
vraisemblance, nous mettons toute sorte d'intentions littéraires dans
les noms. Nous nous montrons très difficiles, nous voulons une certaine
consonance, nous voyons souvent tout un caractère dans l'assemblage
de certaines syllabes. Puis, quand nous en tenons enfin un qui nous
contente, nous nous passionnons, nous nous habituons à lui, au point
qu'il devient à nos yeux l'âme même du personnage. Gustave Flaubert
poussait ainsi la religion du nom jusqu'à dire que, le nom n'existant
plus, le roman n'existait plus. Et c'est alors qu'un monsieur réclame
et veut qu'on change le nom. Mais c'est tuer le personnage! Mais c'est
nous arracher le cœur! Le nom est à nous, car nous l'avons fait nôtre
par notre talent. Sans doute, ce sont là des raisons littéraires et
sentimentales, et je les donne seulement pour indiquer au public quel
sacrifice on exige de nous quand on nous demande de débaptiser un
héros: cela semble peu de chose, et nous en restons tout saignants.

On nous dira d'inventer les noms, de les déformer au moins, enfin de
ne pas les prendre tout crus dans le _Bottin_. Eh! sans doute, c'est
ce que nous faisons souvent. Mais cela ne nous réussit pas davantage;
nous revenons quand même à des noms réels, tellement la variété est
infinie. Pour mon compte, je croyais avoir inventé «Raquin», et il
s'est trouvé qu'un pharmacien s'appelait ainsi; il aurait pu très bien
me faire un procès, s'il n'avait pas été intelligent. Je citerais dix
faits semblables. On a une mémoire latente, on retombe sur des syllabes
entendues, à moins de monter eu pleine fantaisie, ce qui n'est pas le
cas du roman actuel.

Remarquez que le nom seul est en question ici. M. Duverdy ignore ce
que sera mon personnage; il porte son nom, cela suffit; il ne veut pas
qu'un personnage de roman, qu'il soit noble ou abject, s'appelle comme
lui. A la vérité, M. Duverdy, avocat à la Cour d'appel, se plaint que
mon personnage soit conseiller à la Cour d'appel: pourtant, cela ne
se ressemble guère, il n'y a pas même identité de fonctions. Enfin,
n'oubliez pas que le nom de Duverdy est très répandu: je l'ai trouvé
à chaque page de mon _Bottin_; ce n'est pas un de ces noms rares et
éclatants que nous nous abstenons de prendre, car ils sonneraient faux
dans nos livres, ils gêneraient les lecteurs. Donc, nous voilà dans le
cas le plus commun: j'ai pris un nom très répandu; mon personnage n'a
pas la même situation sociale que le plaignant; je déclare que je n'ai
jamais vu celui-ci, que je n'ai rien mis de lui dans mon œuvre, ni de
sa personne, ni de son existence; et je veux savoir si le fait d'avoir
pris son nom seul, son nom dépouillé de la personnalité qu'il lui
donne, constitue un délit et tombe sous le coup d'une loi.

Tel est donc le cas juridique que je prierai mon avocat de poser devant
le tribunal. Je le répète, la question intéresse au plus haut point
notre littérature contemporaine. S'il se trouve un tribunal pour me
faire effacer de mon œuvre le nom de Duverdy, dans les conditions que
je viens de poser, ce n'est pas moi seulement qui serai atteint, ce
seront tous mes confrères. Le jour où un pareil précédent existerait,
nous n'oserions plus employer un seul nom, nous serions sous la
continuelle menace de poursuites possibles.

Ce serait la fin d'une littérature.

Par exemple, voici _Pot-Bouille_. Il y a, dans ce roman, une
soixantaine de noms. Or, imaginez-vous que je sois condamné à changer
Duverdy. Dès le lendemain, d'autres procès pleuvent. Pourquoi les
Campardon, les Pichon, les Josserand, tous enfin, seraient-ils moins
susceptibles que les Duverdy? Me voilà donc avec soixante procès sur
les bras. N'est-ce pas comique? Et mon roman, que devient-il? Mais ce
n'est pas tout, je consens à changer les soixante noms; seulement il
faut bien que je les remplace par soixante autres; et le lendemain,
j'ai encore soixante procès, car, je le répète, et tous mes confrères
viendront en témoigner, nous ne pouvons aujourd'hui prendre nos noms
en dehors de la réalité. Alors voyez-vous le ridicule d'un arrêt qui
nous mettrait dans un tel gâchis? Autant nous défendre tout de suite de
publier des romans!

Autre face de la question, et qui est plus catégorique encore. J'aurais
pu ne pas publier _Pot-Bouille_ dans _Le Gaulois_ et faire paraître
directement le livre en librairie. Or, imaginons que ce livre, comme
Nana, soit tiré à cinquante mille exemplaires. Voilà une valeur
marchande qui représente plus de cent cinquante mille francs. Est-ce
que, dans ce cas, M. Duverdy trouverait un tribunal pour décider qu'on
va mettre au pilon les cinquante mille exemplaires? En face de son
nom, qui est sa propriété, il y aurait les volumes, qui seraient la
propriété de l'éditeur.

Jamais des juges n'oseraient détruire cette propriété, d'autant plus
que la bonne foi de l'éditeur et de l'auteur serait entière. Alors
pourquoi défendre, dans un journal, ce qu'on tolérerait forcément dans
un livre? C'est encore le gâchis.

Et je fais là une supposition qui est en partie une réalité. Si
_Pot-Bouille_ n'est pas tirée, elle est complètement composée chez mon
éditeur. Nous attendons même la fin du procès pour commencer le tirage.
Seulement, si je suis condamné, voyez quel sera mon embarras; car la
porte restera ouverte à toutes les réclamations. J'ai déjà reçu une
demande de dommages et intérêts, de la part d'un Hédouin; les autres
peuvent suivre, comme je l'ai dit; le nom qui remplacera celui de
Duverdy peut être condamné à disparaître à son tour; et voilà que les
machines roulent chez l'imprimeur, et voilà que mon éditeur a déjà pour
plus de cent mille francs de papier noirci, qui, sur la réclamation du
dernier des Durand ou des Duval, va être rejeté à la cuve.

Est-ce une situation tolérable? Si le tribunal me condamne, ne serai-je
pas en droit d'exiger des explications? Il devra me dire au moins
dans quel délai la propriété du nom se périme; il devra décider si,
oui ou non, je dois courir le risque d'imprimer. Qu'on nomme tout de
suite une censure pour les noms. Qu'on crée, au Palais, un cadre où
les romanciers devront afficher leurs listes des noms, avant d'être
autorisés à les employer. Ce serait la seule solution pratique, mais
elle ferait rire la France aux éclats.

Je sais bien qu'il y a des hommes d'esprit partout, et que, même si
je suis condamné, tous les homonymes de mes personnages n'abuseront
pas de l'arme que la justice leur aura fournie. En quoi un honnête
homme est-il lésé, lorsqu'il trouve, dans un roman, même un coquin qui
porte son nom? Il y a tant de coquins, dans la vie, qui portent votre
nom, tandis que nous sommes là dans la fiction pure. On peut s'appeler
Hulot et ne pas courir la gueuse, s'appeler Homais et n'avoir rien
d'un imbécile, s'appeler Faustin et n'être pas une détraquée d'amour,
s'appeler Roumestan et professer l'horreur du mensonge. Autant je
comprends que des allusions, un portrait physique, des indiscrétions
sur la vie intime puissent donner lieu à des protestations, autant je
suis surpris qu'on réclame à propos d'un nom, lorsqu'il y a là une
simple rencontre, sans aucune intention blessante. D'ailleurs, voyez
à l'étranger: en Russie, en Allemagne, l'assignation de M. Duverdy
stupéfierait; en Angleterre, Dickens prenait les noms les plus connus;
on dit que la maison Dombey existait, et l'Angleterre entière aurait
fait des gorges chaudes si cette maison avait eu l'étrange idée
d'assigner le romancier. Mais, en France, nous sommes encore dans le
pays de l'importance vaine et de la dignité mal placée.

Cette lettre est déjà bien longue. J'ai cédé au désir d'indiquer les
arguments qui seront soumis au tribunal. Il faut que le tribunal
sache de quel coup terrible il atteindra les romanciers, le jour
où il décidera qu'ils commettent un vol en prenant un nom réel. La
question est de régler judiciairement s'il y a simple tolérance
lorsqu'on nous laisse tranquilles, ou si nous pouvons passer outre aux
menaces qu'on nous adresse. Il existe un précédent pour le théâtre,
m'assure-t-on; mais j'ignore dans quelles conditions on a pu condamner
un auteur dramatique à changer un nom, et j'estime, du reste, qu'il est
nécessaire de fixer la législation pour le roman, au grand jour. Si le
tribunal me condamne, je m'inclinerai; mais, je le dis encore, car je
ne saurais trop insister, il condamnera avec moi tous les romanciers
contemporains, et il aura, du coup, rendu impossible notre roman
moderne d'observation et d'analyse.

Cordialement à vous.



                              =Au même.=


                                               Médan, 9 février 1882.

    Mon cher Directeur,


Aujourd'hui jeudi, je reçois seulement _Le Gaulois_, à midi passé, au
fond de ma solitude, et c'est avec une stupéfaction douloureuse que je
lis les débats de mon procès.

Mettons de côté, encore une fois et pour toujours, l'honorable
M. Duverdy. Il ne me connaît pas, je ne le connais pas, nous ne
nous connaîtrons jamais: voilà qui est réglé. Mais je me trouve à
cette heure devant une autre personnalité, je me trouve devant M.
Rousse, avocat et académicien. Et, ici, l'affaire prend une tournure
personnelle que je n'accepte pas. Comme il n'y a pas de tribunal pour
la juger, je suis bien forcé de la juger moi-même.

Avez-vous remarqué qu'ils sont tous très distingués. dans ce procès?
Mon avocat, avec un tact dont je le remercie, a couvert mes adversaires
de fleurs. Il a épuisé les formules polies: M. Duverdy est un homme des
plus remarquables et des plus sympathiques; M. Rousse est éminent et
même illustre. Il n'y a que moi qui suis un pleutre. On me marchande
jusqu'à la propreté de mes mains. J'aurais assassiné quelqu'un, qu'on
se serait exprimé sur mon compte avec plus de ménagement. M. Rousse,
après un début de galant homme, s'est échauffé peu à peu et m'a
carrément jeté dans la boue.

Ainsi, voilà la tournure que prend l'affaire. J'ai mis très ingénument
dans mon œuvre le nom de M. Duverdy, et en cela je ne lui ai porté
aucun dommage réel, je n'ai pas même commis un délit qui tombe sous
une loi. Puis, lorsque je me suis laissé faire un procès pour fixer
une question de principe, un avocat est arrivé qui, sans provocation
aucune, s'est rué sur mes quinze années de travail, m'a dénoncé au
mépris des honnêtes gens, m'a sali et m'a diffamé, le tout simplement
pour se tirer d'une mauvaise cause. Et c'est moi qui suis accusé
d'avoir nui à mon semblable! et c'est contre moi qu'on réclame le
respect de la dignité d'autrui! Il paraît que cela s'appelle la justice.

Le cas de M. Rousse est bien simple. Il s'est aperçu que tout craquait
sous lui; la question de droit se dérobait, au point qu'il en a
convenu lui-même: force lui a été de se réfugier dans cette invention
stupéfiante, en matière juridique, que certains noms peuvent être pris
par les romanciers, tandis que d'autres ne sauraient l'être. Alors,
délibérément, lâchant le principe, il s'est attaqué à moi. Moi seul
me suis trouvé en cause, au-dessus ou au-dessous de la loi, comme on
voudra. M. Rousse a déclaré qu'il est permis à des auteurs privilégiés,
tels que MM. Sandeau et Feuillet, ses collègues de l'institut, de
choisir des noms dans la vie réelle, mais que moi, personnellement, je
ne saurais le faire sans me rendre coupable du pire des crimes. En un
mot, par un tour d'escamotage, c'est ma littérature qui a été mise sur
la sellette.

On appelle cela plaider «la ficelle». Rien de plus commode, et l'effet
est certain. Ni _L'Assommoir_ ni _Nana_ n'ont à intervenir dans
l'affaire: on les y introduit. Toutes les passions que j'ai pu exposer
en quinze ans de bataille littéraire sont exploitées méchamment. On
ramasse les vilenies qui traînent sur mon compte dans la basse presse,
on répète les sottises courantes. Et l'on va plus loin, on tâche
d'ameuter la bourgeoisie, on insinue aux bourgeois qui détiennent le
pouvoir: «Vous avez laissé dire la vérité sur le peuple et sur les
filles; la laisserez-vous dire sur votre compte?» Et, ce qui est tout
à fait odieux, on profite de ce qu'on se trouve devant un tribunal,
pour exciter la magistrature à la rancune; oui, on prétend que je
vais charger en noir le personnage de Duverdy, qui «au tort d'être
bourgeois, joint le crime d'être magistrat». Comment voulez-vous que
les juges ne fassent pas ensuite leur querelle personnelle d'une
affaire présentée ainsi?

Voyons donc la morale, dans mon roman, puisque c'est à la morale de mes
œuvres qu'on fait ce procès extraordinaire.

Je crois aller au Palais pour régler un point de droit, et pas du tout:
un coup de théâtre se produit, on veut me convaincre d'être un écrivain
immonde. Comme l'avocat de M. Duverdy ne saurait alléguer aucun tort
réel porté à son client, comme il ne trouve même pas, jusqu'à présent,
dans le personnage dont il me demande de changer le nom, un trait qui
puisse alarmer la susceptibilité la plus délicate, il s'en prend à
l'œuvre entière. Et de quelle façon, grand Dieu!

D'abord il n'a pas lu tous les feuilletons publiés, cela est clair.
On lui a remis des notes, on lui a entouré au crayon rouge certains
passages, ceux qu'il a apportés à l'audience. En effet, il confond
tout, met le magasin de Mme Hédouin dans la maison de la rue de
Choiseul, prend Octave pour Trublot, change les locataires d'étages.
Voilà au point de vue de la conscience. Et ensuite, que dire de ce
système d'extraits? Parbleu! je suis bon à pendre, si vous lisez les
scènes séparément, sans établir la déduction qui les amène, sans
indiquer la portée morale que j'en dégage.

Voici, par exemple, mon Saturnin. Maître Rousse l'appelle «un fils
idiot, bestialement amoureux de sa sœur». Où a-t-il pris cela? C'est
faux! J'ai voulu peindre, dans Saturnin, l'état d'un de ces pauvres
êtres que les familles sacrifient et qui restent enfants. Allez
demander aux médecins, aux spécialistes, l'état de ces cerveaux et
de ces cœurs: ils vous en diront les affections souffrantes, les
tendresses dévoyées. Mais rien de ce que j'ai écrit, ni dans ce qui a
paru, ni dans ce qui doit paraître, ne justifie l'incroyable accusation
d'inceste qui m'est lancée si ridiculement à la face.

Prenons Marie Pichon, maintenant. C'est vrai, celle-là cède à un
amant. Mais est-ce que mon intention morale,--entendez-vous! je dis
«morale»--ne saute pas à tous les yeux? Je soutiens que certaines
éducations cloîtrées sont dangereuses, en supprimant la personnalité de
la femme. J'ai des documents plein les mains à ce sujet. Le tableau est
brutal, j'en conviens.

Pour qui me connaît, pour qui a lu mes œuvres, il est évident que je
l'ai voulu ainsi, afin de donner au fait une puissance de logique
décisive. Il n'y a que l'ignorance ou la mauvaise foi qui nient en moi
la volonté du moraliste, et qui s'entêtent à y voir je ne sais quel
honteux calcul de spéculateur.

Continuons, arrivons à l'épisode de la petite Angèle et de la bonne
Lisa. En vérité, ici, je cesse de comprendre. Comment! personne ne
se souvient donc du procès abominable de Bordeaux, de cette bonne
souillant les deux enfants confiés à sa garde? A ce moment-là, les
journaux étaient pleins du terrible problème de la domesticité. Dans
ces temps derniers encore, on étudiait la question; on cherchait la
façon de moraliser la cuisine et l'antichambre. Et voilà que, le jour
où je dramatise le fait dans un roman, où je dis aux familles: «Prenez
garde, vous croyez la jeune fille à l'abri parce qu'elle ne sort
pas; mais il y a là les bonnes qui peuvent la corrompre!» voilà que,
ce jour-là, on me lance le marquis de Sade à la tête! A la fin, se
moque-t-on de moi? Ai-je, oui ou non, le droit de prendre les problèmes
sociaux tels qu'il se présentent et de les poser comme je l'entends?

Faut-il que je m'excuse encore de l'oncle Bachelard et de ses deux
nièces, de cette scène où j'ai voulu montrer l'appétit de l'argent dans
un milieu besogneux? Faut-il que je commente chaque page de mon roman
en disant: «Ici, vous croyez que j'ai été sale à plaisir; eh bien! non,
j'ai voulu simplement indiquer cette plaie, condamner ce vice!» Faut-il
enfin que je sois sans cesse là à expliquer mes intentions les plus
nettes, à me révolter contre les sous-entendus que les imaginations
lubriques me prêtent? Je ne peux plus publier un roman sans que, dès le
deuxième feuilleton, on veuille me convaincre, je ne dis pas seulement
d'imbécillité, mais encore de scélératesse. Eh! attendez au moins que
l'œuvre ait paru!

Je suis fait à cette guerre, il est vrai. Que les chroniqueurs à bout
d'esprit vivent sur moi comme certains insectes sur un fruit; que les
roquets d'un grand homme tombé m'aboient rageusement aux jambes, parce
que j'ai prédit la chute; cela, en somme, n'a pas d'importance. Mais,
lorsqu'un avocat comme M. Rousse, un avocat doublé d'un académicien,
très écouté au Palais, m'assure-t-on, reprend à son compte toutes
les calomnies de mes rivaux littéraires, le jeu finit par devenir
dangereux, et je me plains d'être diffamé. Que dire du rôle de cet
avocat qui lit devant un tribunal des extraits tronqués et dénaturés,
sans expliquer pourquoi ni comment ils sont dans mon œuvre, en
affectant même de les croire de simples ordures auxquelles je me suis
plu par perversité? Moi, je dis qu'un pareil rôle est indigne de M.
Rousse.

Oui, indigne! Toutes les armes sont peut-être bonnes pour l'avocat.
On sauve comme on peut un client dont la cause est mauvaise, quitte à
salir la partie adverse.

Seulement, si M. Rousse l'avocat ne me devait rien, pas même la vérité,
j'estime que M. Rousse l'académicien, presque mon confrère, était tenu
de me traiter comme je le mérite, en travailleur convaincu, en homme
qui a donné sa vie tout entière aux lettres. Je puis me tromper, je ne
soulève pas ici de discussion littéraire. Seulement, qui osera ne pas
rendre justice à mon labeur et à ma bonne foi?

Je l'ai dit, il n'y a pas de tribunal auquel je puisse demander
réparation des attaques injustifiables de M. Rousse. Lui qui plaide
pour le dommage illusoire dont se plaint M. Duverdy, il vient de
m'en causer un des plus réels, qui échappe à toute appréciation. Si,
pourtant, il est un tribunal, et c'est lui qui jugera en dernier
ressort: je veux parler de nos enfants. Ceux-là seront dégagés des
passions actuelles; ils décideront si je suis un écrivain immonde, ou
si M. Rousse est un calomniateur. Cette plaidoirie qu'il a laissée
tomber, je la ramasse. Je la publierai, je l'afficherai. Il faut
qu'elle vive. M. Rousse a osé parler du procès fait à _Madame Bovary:_
ignore-t-il donc que le réquisitoire de M. Pinard, où il semble avoir
pris ses phrases sur notre littérature contemporaine, est devenu un
document d'impérissable drôlerie?

Cela doit suffire. J'avais simplement à cœur de qualifier la mauvaise
action littéraire de M. Rousse l'académicien. Je voulais, en outre,
établir ici la moralité de mon œuvre, mise en question d'une façon si
imprévue, et dont le tribunal civil n'a pas à juger.

Maintenant, il faut conclure. Pas une page, pas une ligne de
_Pot-Bouille_ n'a été écrite par moi sans que ma volonté fût d'y mettre
une intention morale. C'est sans doute une œuvre cruelle, mais c'est
plus encore une œuvre morale, au sens vrai et philosophique du mot.
Et on la défigure dès les premiers feuilletons, et on va en lire des
passages à voix basse devant des juges, comme si on lisait un livre de
provocation obscène!

Je proteste de toute mon indignation d'écrivain, j'en appelle à ma
situation d'écrivain littéraire gagnée vaillamment, hautement, et que
les imbéciles seuls méconnaissent. Encore un coup, cela est vilain,
cela est indigne d'un esprit lettré; cela dépasse les droits honnêtes
de la défense, surtout lorsqu'on n'a pas été attaqué. Je n'ai rien fait
à M. Rousse ni à son client: pourquoi se permet-il de m'avilir?

Quant au reste, quant au point de droit, il sera fixé, je m'en remets
avec confiance à la sagesse du tribunal. Mon avocat, M. Davrillé des
Essarts, l'a établi avec un talent et une force de logique qui ont
certainement fait la conviction dans tous les esprits.

Cordialement à vous.



                              =Au même.=


                                              Médan, 14 février 1882.

    Mon cher Directeur,


Eh bien! voilà qui est jugé. L'honorable M. Duverdy va disparaître de
mon roman et nous le remplacerons par M. Trois-Étoiles. Je choisis ce
nom, espérant qu'il n'est pas très porté. Cependant, s'il existait
quelque vieille famille dont il fut l'honneur, je supplie cette famille
de m'adresser sa réclamation au plus tôt.

Il paraît que le jugement rendu par la première chambre du tribunal
civil est plein de finesses juridiques. Je n'y entends rien.

Est-ce à dire que M. Duverdy n'aurait pas eu à réclamer, si le
personnage avait offert un heureux mélange de toutes les vertus unies à
tous les héroïsmes? Est-ce à dire que mon crime est d'avoir un Duverdy
conseiller à la Cour d'appel, lorsque le vrai Duverdy est avocat à
la même Cour? Est-ce à dire enfin que l'auteur de _L'Assommoir_ et
de _Nana_ se trouve hors la loi, comme l'a déclaré l'académicien M.
Rousse? Autant de points à discuter, car les considérants laissent la
porte ouverte à toutes les interprétations imaginables. Sans doute, le
tribunal n'a pas voulu chômer de procès.

Des amis me poussent à aller en appel. Ils prétendent qu'on pourrait
peut-être y obtenir quelque clarté. Je n'en ferai pourtant rien. Et
voici mes raisons:

Je suis trop seul. Il me suffit que l'honorable M. Rousse m'ait dénoncé
aux tribunaux comme un écrivain dont la société devrait se débarrasser.
Traîné dans la boue par certains adversaires, couvert d'injures par les
feuilles de M. Gambetta, qui tâchent d'atteindre par-dessus ma tête
la direction politique du _Gaulois_, j'estime que je serais un grand
niais de jouer plus longtemps le rôle d'un don Quichotte littéraire.
Je désirais faire régler une question de droit, et l'on a répondu en
voulant m'étrangler. C'est bien, j'ai assez de l'expérience pour le
moment.

Certes, la question demeure. Je souhaite qu'un romancier agréable au
tribunal, M. Sandeau ou M. Feuillet par exemple, la reprenne un de
ces jours. Ils restent à cette heure le seul espoir de la littérature
contemporaine, traquée par les huissiers.

Cordialement à vous.



                              =Au même.=


                                                     17 février 1882.

    Mon cher Directeur,


Je reçois la lettre ci-jointe, et je m'incline. Remarquez que le
signataire, M. Louis Vabre, porte non seulement le nom d'un de
mes personnages, mais qu'il en a encore le prénom. Du coup, si je
résistais, je craindrais que le tribunal ne me fît jeter dans une
basse-fosse.

M. Louis Vabre s'adresse à ma courtoisie. Il a bien tort. Le galant
homme en moi ne lui accorde rien. C'est le condamné qui se soumet.

Donc, j'avertis mes lecteurs que les Vabre, dans notre feuilleton,
s'appelleront désormais les Sans-Nom. L'illusion y perdra certainement
un peu; mais, comme l'a énergiquement jugé le tribunal, périsse la
littérature, pourvu que la propriété sacrée du nom patronymique soit
respectée!

En vérité, le métier d'écrivain devient bien difficile. On m'apprend
qu'il se forme une société d'honorables bourgeois dans le but
d'assigner Molière devant le tribunal civil, afin de le forcer à
supprimer de ses pièces leurs noms, qu'il a rendus ridicules ou odieux.
Ce sont MM. George Dandin, Jourdain, Josse, Guillaume, Dubais, Lépine,
Ribaudier, Harpin, Bobinet, Fleurant, Loyal, Robert, etc., etc. Deux
dames se joignent même aux plaignants, la comtesse d'Escarbagnas et Mme
Pernelle. Molière va, dit-on, confier sa défense à son ami, M. Rousse.

Cordialement à vous.



                              =Au même.=


                                              Médan, 21 février 1882.

    Mon cher Directeur,


Je trouve ce matin, dans ma correspondance, quatre réclamations
nouvelles: trois Josserand et un Mouret, qui me demandent d'effacer
leurs noms de _Pot-Bouille_.

Les Josserand en question sont: M. Eugène Josserand, 28, rue des
Feuillantines; M. Josserand, 2, rue de Poissy, et M. H. Josserand,
employé de commerce à Rethel.

Le Mouret est M. Mouret, employé au ministère de la guerre.

Eh bien! je refuse très catégoriquement de faire droit à leurs
réclamations. Même je déclare que je vais rétablir le nom de Vabre, que
j'ai remplacé par «Sans-Nom», pour montrer à quelles œuvres ridicules
nous conduirait l'interprétation absolue du jugement rendu contre moi
par le tribunal civil. En un mot, je préviens les homonymes de mes
personnages que je ne supprimerai leurs noms de mon roman que contraint
par la justice. Ils peuvent m'envoyer du papier timbré. Autant de
réclamations, autant de procès.

En faisant cela, je cède au seul désir de voir enfin s'établir une
jurisprudence nette. Dans l'affaire Duverdy, il paraît qu'on a cru à
une vengeance politique de ma part. L'opinion, au Palais, est que les
juges ont voulu se prononcer sur un cas particulier, sans régler à
jamais le point de droit. Voilà pourquoi je tiens à retourner devant
le tribunal, de façon à ce que la question soit posée sur toutes ses
faces et résolue d'une façon définitive. Si cette question ne peut
être éclaircie, comme on le prétend, que par une série d'arrêts, il
est nécessaire que ces arrêts soient rendus le plus tôt possible, car
les romanciers ne sauraient travailler longtemps sous la menace du
précédent Duverdy.

Qu'on nous dise tout de suite ce qu'on désire faire de nous. Si l'on
entend tuer le roman moderne, il ne restera plus aux romanciers qu'à
s'adresser au pouvoir législatif, pour lui demander une loi formelle
qui décide de leur sort.

Par exemple, prenez la réclamation de M. Mouret. N'est-elle pas la
plus stupéfiante du monde? En 1869, j'ai publié, dans _Le Siècle_, _La
Fortune des Rougon_, premier roman de mon Histoire des Rougon-Macquart:
et c'est là que j'ai employé pour la première fois le nom de Mouret.
Depuis cette époque, depuis treize ans, ce nom de Mouret est revenu
dans tous les romans qui ont suivi, particulièrement dans _La Conquête
de Plassans_. Enfin j'ai écrit _La Faute de l'abbé Mouret_, dont la
vingtième édition est en vente. C'est aujourd'hui qu'un Mouret se
produit pour exiger la suppression de son nom, lorsque l'œuvre a treize
ans de date et compte dix volumes. Voyez-vous un tribunal me condamner
à enlever ce nom, condamner par là même mon éditeur à mettre au pilon
une cinquantaine de mille francs de marchandises, condamner enfin mon
œuvre entière? Cela n'est pas admissible.

Et toutes ces réclamations viennent du jugement Duverdy. Les plaignants
ne s'en cachent pas, ils s'appuient sur la chose jugée, ils me somment
d'obéir. Plus j'obéirai, plus les exigences redoubleront. Cette
situation est intolérable. J'avoue que je suis absolument effaré.
Ajoutez que mon éditeur n'ose pas tirer _Pot-Bouille_, et, comme le
livre est composé, rien ne l'empêche de m'attaquer, lui aussi, devant
les tribunaux. J'attends donc les procès; après un, un autre, et
jusqu'à ce que je sache clairement ce qui m'est permis et ce qui ne
m'est pas permis.

Bien cordialement à vous.



                           =A Édouard Rod.=


                                                Médan, 27 avril 1882.


J'ai fini _Côte à côte_ hier soir, mon cher Rod, et je veux vous dire
brièvement que j'ai été en somme très satisfait.

D'abord, quelques restrictions. Votre Juliette n'est pas très d'aplomb,
je crois; ou tout au moins vous n'avez pas assez expliqué en elle la
crise, entre le dégoût que son mari finit par lui inspirer, et la
tendresse dont elle se prend pour le pasteur Planel. Comment la femme
froide du début devient-elle la femme passionnée de la fin? et surtout
comment les rapports qu'elle a dû cesser avec son mari, par santé,
peuvent-ils être repris impunément avec un amant. D'autre part, je
regrette que vous n'ayez pas tiré tout le parti dramatique désirable
de Marthe, la fille de la bonne. La présence de cette enfant dans le
ménage aurait dû, je pense, déterminer certaines choses au dénouement.
En somme, quoique bien construit, le roman aurait pu donner davantage,
car le sujet est très beau.

Mais vous avez des choses tout à fait bien. Votre George se tient d'un
bout à l'autre, et l'étude de sa déchéance est bien menée. Très bonnes
pages chez la sage-femme. Excellente également, quoique un peu trop
brusque, la rupture définitive du ménage. Tout cela est loin d'être
gris; ce sont vos personnages secondaires qui donnent à l'œuvre des
fonds gris. Et j'aime aussi beaucoup le dénouement, bien qu'il soit un
peu voulu; car, malheureusement, les George, à moins d'être très vieux,
tombent de gueuse en gueuse, et jusqu'au fond de l'égoût.

Ce dont je vous complimente encore, c'est de la forme, qui est simple
et nette. Vous voilà dans une bonne voie.

Tout ceci au courant de la plume, pour vous dire que je vous ai lu.
Mais je suis trop paresseux, j'attends de vous voir pour causer plus
sérieusement de votre œuvre.

Cordialement à vous.



                           =A Henry Céard.=


                                                Médan, 29 avril 1882.

    Mon cher Céard,


Merci de la peine que vous avez prise pour me renseigner sur l'état de
Manet. Je l'ai toujours senti très grave, je suis très inquiet.

Vous ne me verrez pas au vernissage. Je n'irai donner un coup d'œil
au Salon que le jour de l'ouverture. Nous avons rendez-vous avec les
Daudet et les Charpentier. Si vous êtes là, nous nous verrons sans
doute.

Rien autre. Nous voilà réinstallés ici. Dès mercredi, j'ai attaqué
l'écriture de mon roman. Je tâche de me désintéresser des grands
effets, je voudrais le faire bonhomme.--Et, à ce propos, tâchez donc de
me savoir quels sont les livres d'études que les étudiants en médecine
possèdent, la première année et la seconde.

J'ai oublié d'emporter ce renseignement dont je vais avoir besoin.

Merci à l'avance et bien affectueusement à vous de la part du ménage.



                         =A Frantz Jourdain.=


                                                  Médan, 18 mai 1882.


Il me faut pourtant vous remercier, cher monsieur, au risque de vous
contrarier. Vos notes sont fort claires et me seront d'un grand
secours. Seulement, vous avez raison, il est préférable que je cause
avec vous. Votre rêve superbe d'un grand bazar moderne ne s'applique
pas entièrement à mon magasin[42]. D'abord, mes scènes se passent
avant 1870, et je ne puis faire d'anachronisme, sans ameuter toute la
critique. Ensuite, je suis forcé de rester davantage dans le déjà fait,
le déjà vu. Je vous expliquerai tout cela et, en relisant vos notes
ensemble, nous arrêterons le relatif dont j'ai besoin. Ah! quel beau
décor je ferais avec votre bazar, si je n'étais tenu par mes scrupules
d'historien!

Comme je n'ai pas besoin tout de suite de ces notes, je n'irai pas vous
voir avant quelques semaines. Je me permettrai, deux ou trois jours
à l'avance, de vous donner un rendez-vous chez vous. Ce sera le plus
simple et le plus commode.

Merci encore, dussiez-vous m'en garder rancune.

Cordialement à vous



                         =A Ivan Tourguéneff.=


                                              Médan, 25 octobre 1882.

    Mon cher ami,


Votre lettre me rend bien heureux, car elle confirme les bonnes
nouvelles qu'on m'avait données sur votre santé. Vingt fois, j'ai voulu
aller vous voir; puis, la crainte de vous fatiguer, et aussi, il faut
bien le dire, la fuite continuelle de la vie, m'ont empêché de réaliser
mon projet. Enfin, dès votre réinstallation à Paris, j'irai vous serrer
les deux mains et causer avec vous.

L'affaire de Russie me plaît infiniment. Je peux très bien donner une
copie de mon manuscrit à l'avance. Seulement, il faut qu'on se presse,
car le roman doit paraître dans _Le Gil Blas_ à partir du 10 décembre.
Le mieux est de m'envoyer tout de suite la personne; qu'elle prenne le
train de 2 heures à la gare Saint-Lazare, qu'elle descende à la station
de Villennes où on lui indiquera Médan. Et tout de suite.

Seulement, je vous prie de me dire courrier par courrier quelle est la
plus forte somme que je puis demander. Vous connaissez la situation
mieux que moi, dites-moi le prix que cela peut valoir.

Bonne santé, et bien affectueusement à vous, de ma part et de celle de
ma femme.



                              =Au même.=


                                             Médan, 10 décembre 1882.

    Mon cher Tourguéneff,


J'avais tort de désespérer. J'ai reçu ce matin les quinze cents francs,
et je viens d'envoyer la suite du manuscrit directement à M. Pawlovski,
pour vous éviter le souci de le lui transmettre. D'ailleurs, il me le
demandait en hâte.

Donc, tout va très bien, et il ne me reste qu'à vous remercier encore
de votre bon intermédiaire, ce que j'irai faire d'ailleurs de vive voix
vers le 20, car je compte aller vers cette époque à Paris et monter
vous serrer la main.

Ici, je suis au bout du monde, sans nouvelles des vivants. Nous avons
failli être inondés. Un morceau d'île que je possède est couvert de
deux mètres d'eau. J'ai craint un instant d'être coupé de Paris. Enfin,
la rivière baisse. Puis, je suis tellement enfoncé dans la fin de mon
roman, que rien ne me touche des cataclysmes de la terre.

Merci encore, et bien affectueusement à vous.



                          =A Théodore Duret.=


                                             Médan, 22 décembre 1882.

    Mon cher Duret,


Quel voyageur vous faites! On vous croit sur un coin du globe, et
vous êtes aux antipodes. Votre lettre tombe chez moi comme une grosse
surprise.

Mon Dieu! non, je ne connais personne à Saint-Pétersbourg, si ce n'est
M. Stassulewitch, le directeur du _Messager de l'Europe_, et encore pas
assez intimement pour me permettre de vous adresser à lui. Je regrette
bien ma sauvagerie qui me rend si réfractaire aux relations nouvelles.

Mais vous devez déjà avoir là-bas des amis, car vous êtes cosmopolite,
vous vous trouvez partout chez vous. Et, puisque la Russie vous
surprend et vous émeut, je compte bien que vous m'en causerez
longuement à votre retour. En mars, nous serons à Paris, que vous ne
traverserez pas, je l'espère, sans venir nous demander à dîner.

Moi, je suis encore ici pour un mois, plongé dans la fin de mon roman.
Depuis juin, je n'ai pas bougé, et j'avoue que je suis très las. Mais
que voulez-vous? ma besogne est lourde, il me faut cet effort pour la
mener à bien.

C'est le cas de vous souhaiter un bon et beau voyage, mon cher ami.
Ma femme est très sensible à votre souvenir, et moi, je vous serre
cordialement la main.



                         =A Alphonse Daudet.=


                                              Médan, 10 janvier 1883.

    Mon cher Daudet,


Pourquoi attendrais-je l'envoi du volume pour vous parler de
_L'Évangéliste_, que j'ai lue dans _Le Figaro_, et bien lue?
Laissez-moi vous écrire tout de suite que c'est, à mon sens, votre
étude la plus soutenue et la plus pénétrante. J'entends que je n'ai
aucune réserve à faire, que je n'y ai pas trouvé, un de ces gâteaux de
miel destinés au public, et qui, personnellement, me sont amers.

Votre sujet était bien beau, bien humain, mais terriblement mal
commode. Soyez sûr que vous avez fait un tour de force en intéressant
le public à cette histoire sombre, qui ne remue que des idées grises.
J'ai remarqué que le protestantisme, en littérature, porte malheur.
Et vous en avez triomphé, c'est bien beau cela! Vous devez une fière
chandelle à votre don de la vie.

Nous recauserons du livre. Mais je vous signale tout de suite les
passages qui m'ont le plus empoigné: la course affolée de la mère
cherchant sa fille, à Petit-Port; le serment d'Aussandon et le refus
de communion, la page la plus grande du livre, tout à fait superbe;
enfin le dénouement, d'une simplicité déchirante. Vous avez un Antheman
inoubliable, bien qu'il traverse à peine le livre. Votre Lorie vaut
votre Delobelle, dans une note que je trouve même plus délicate. Madame
Ebsen est d'une grande justesse, sans trop de maternité sentimentale,
ce qui était l'écueil.--Et, çà et là, que de jolies choses en quelques
lignes, des échappées de campagne, des horizons de Paris, des choses
qui nous ravissent, nous les poètes de l'observation.--Enfin, tout cela
m'a plu, et je vous le dis en hâte, sachant que je suis un de ceux pour
qui vous écrivez, comme vous êtes un de ceux auxquels je songe.

Nos vives amitiés à Mme Daudet, et bien affectueusement à vous.



                         =A Frantz Jourdain.=


                                                 Paris, 24 mars 1883.


C'est donc vous, mon cher confrère, qui signez «Spiridion» dans _Le
Phare de la Loire!_ Voici plusieurs années que je me savais un ami
inconnu dans ce Spiridion, sans pouvoir mettre un nom sous le masque.
Et voilà que vous vous découvrez seulement aujourd'hui. C'est mal de
m'avoir fait tant attendre.

Merci donc, et pour le passé et pour le présent: vous êtes un de mes
vieux défenseurs. Votre nouveau plaidoyer m'a beaucoup touché, car
vous tâchez de faire un peu de vérité sur l'homme en moi, qui est en
effet bien mal connu. Je n'accepte pas tous vos éloges, mais vous
avez raison, je me crois au moins un brave homme, et c'est la seule
«réclame» que je voudrais répandre.

Merci encore, et bien à vous.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                                  Médan, 10 mai 1883.


J'achève votre _Art moderne_, mon cher Huysmans, et je veux vous dire
les bonnes heures que vous venez de me faire passer.

Je crois bien que, sur les opinions, nous ne nous entendrions pas
toujours ensemble. Je n'en suis pas à jeter Courbet aux démolitions
et à proclamer Degas le plus grand artiste moderne. Plus je vais et
plus je me détache des coins d'observation simplement curieux, plus
j'ai l'amour des grands créateurs abondants qui apportent un monde. Je
connais beaucoup Degas, et depuis longtemps. Ce n'est qu'un constipé du
plus joli talent.

Mais ce qui me fait du bien, dans votre livre, ce qui m'a ravi et ce
dont je vous remercie comme d'une amabilité personnelle, c'est votre
haine furibonde de la sottise, c'est votre campagne sans pitié contre
le faux et le bête. Soyez sûr que votre livre restera par cette belle
indignation. Vous nous avez tous soulagés.

Rien, ici; je travaille, j'ai déjà abattu le premier chapitre de mon
bouquin. Le printemps était d'une douceur charmante, mais voici la
pluie, et tout se gâte.

Bonne santé, bon travail, et bien affectueusement à vous.


Vos pages sur le fer dans l'architecture et sur les albums anglais sont
particulièrement réussies.



                          =A Théodore Duret.=


                                                 Médan, 16 juin 1883.

    Mon cher Duret,


Je regrette de ne pas vous avoir eu à Médan, mais je suis heureux
des nouvelles que vous me donnez, au sujet de la vente de Manet. Je
vous avouerai que je n'étais pas sans inquiétude, et je reste même un
peu inquiet: en vente publique, les tableaux de Manet n'ont jamais
été sérieusement poussés; d'autre part, tout un an de délai laissera
refroidir l'émotion qui s'est produite au lendemain de la mort. Enfin,
il faut avoir bon espoir.

A l'hiver prochain donc, puisqu'on ne peut vous avoir. Je crois bien
que nous allons partir le mois prochain pour la Bretagne.

Ma femme se joint à moi, et nous vous envoyons nos amitiés.



                         =A Gustave Geffroy.=


                                                 Médan, 30 juin 1883.


Certes, oui, mon cher confrère, on va commettre une douloureuse
injustice, et je comprends que tous les cœurs littéraires battent
d'indignation[43]. Mais que faire contre la bêtise d'une ville et la
mauvaise foi d'une coterie? Si je prenais la parole, comme vous m'y
invitez, on crierait encore que je bats la grosse caisse pour mon
compte sur les épaules de Balzac. Je suis réduit à l'impuissance.
C'est à vous, les jeunes, de protester. Et puis, la punition est dans
cette statue de Dumas qui pèsera lourd, au vingtième siècle, sur la
conscience de Paris.

Cordialement à vous.



                           =A Henry Céard.=


                               Bénodet (Finistère), 1er juillet 1883.

    Mon cher Céard,


Arrivée tragique que la nôtre. D'abord un voyage extrêmement fatigant,
vingt-quatre heures à traîner dans les wagons, dans les voitures, dans
les hôtels. Puis, en débarquant enfin, la déception de ne pas trouver
la mer sous nos fenêtres, mais seulement un bras de mer, quelque chose
qui ressemble à Charentonneau, avec une Seine géante. Nous étions
atterrés.

Voici huit jours de cela, et notre impression a bien changé. Le pays
est superbe, d'une sauvagerie inquiétante. A quinze minutes, nous avons
une plage de sable d'une lieue, du sable à perte de vue, sans une
pierre. Et une mer formidable. Ajoutez que notre isolement est absolu,
il faut aller chercher les provisions et la correspondance en barque,
comme si nous étions dans une île. Vous savez que je travaille partout,
eh bien! l'air est tellement autre ici, que je ne sens plus mes phrases
d'aplomb.

Je vous attends. Si vous prenez un laissez-passer, demandez-le pour
Brest, et vous bifurquerez ensuite sur Quimper. Pouvez-vous me fixer
dès maintenant l'époque de votre arrivée, car j'ai envie de vous
attendre pour faire la grande excursion que je médite à la pointe du
Raz.

Toutes nos vives amitiés, à vous et à votre famille.



                              =Au même.=


                                           Bénodet, 4 septembre 1883.


Merci, mon bon ami, de la pensée qui vous a fait m'envoyer une dépêche
pour m'annoncer la mort de notre brave Tourguéneff. Mais que faire?
Il m'est difficile de partir d'ici sur-le-champ; peut-être même
arriverais-je trop tard. Puis, je ne connais aucune des personnes qui
sont à Bougival, ni les parents, ni les amis, à ce point qu'il ne m'est
pas même permis d'envoyer une lettre de regret. Je viens bien de songer
à écrire quelques lignes d'adieu, que j'aurais données au _Figaro_ ou
au _Gil Blas_, mais j'ai peur qu'on ne comprenne pas cet adieu public.
Ce que je regrette, c'est de ne pas collaborer en ce moment à un
journal d'une façon régulière, car il serait tout naturel alors que je
vide mon cœur dans mon prochain article.

Comme je vous l'ai télégraphié, je pense que je dois attendre.
L'occasion se présentera sans doute un jour; je dirai combien j'ai aimé
Tourguéneff et toute la reconnaissance que je lui garde pour ses bons
services en Russie. Je crois qu'il avait de l'affection pour moi, je
perds un ami, et la perte est grande.

Affectueusement à vous.



                              =Au même.=


                                              Médan, 10 octobre 1883.

    Mon cher Céard,


Cela me fera très grand plaisir, de vous voir et de voir Thénard. Mais
ne pouvez-vous pas remettre votre visite à la semaine prochaine, le
vendredi ou le samedi, ou encore le dimanche, si cela vous est plus
commode personnellement?

Imaginez-vous que je veille chaque soir jusqu'à deux heures du matin
pour mettre sur pied les trois premiers actes de _Pot-Bouille_, que
j'ai formellement promis de donner à l'Ambigu dans dix jours. J'ai un
mal de chien, je vous expliquerai cela. Et, comme je ne veux pas lâcher
mon roman le matin, de façon à m'en débarrasser et à rentrer à Paris,
je travaille à la pièce le soir, ce qui me prend mes journées entières.
Ce n'est d'ailleurs que le coup de collier d'un moment.

Si Thénard avait besoin de sa lettre pour Marpon tout de suite, je
pourrais la lui envoyer. Elle n'aurait qu'à me dire dans quel sens je
dois l'écrire. Mais je pense que huit jours de retard ne la gêneront
pas. Vous m'avertirez du jour de votre visite, et vous dînerez avec
nous, n'est-ce pas?

Excusez-moi et faites des vœux pour me retrouver avec tout mon bon
sens. Je suis dans le caca jusqu'au cou.

Cordialement.



                         =A Gustave Geffroy.=


                                               Médan, 10 novembre 1883.

    Mon cher confrère,


Vous êtes le seul qui ayez osé dire la vérité dans la presse, à propos
du crime de lèse-littérature qui vient d'être commis. Ce colossal
Dumas[44] de bronze est une honte pour le Paris de notre siècle. Merci
de votre article qui m'a un peu soulagé. Il faudra revenir sur ce
soufflet que nous avons tous reçu. Je sens, moi, que je ne pourrai
toujours me taire.

Et comme vous avez raison aussi dans votre article sur les filles! La
critique est ignorante et de mauvaise foi. Ce qu'elle regrette, c'est
le vice excusé, comme vous l'avez, très bien dit. Ah! que n'êtes-vous
une dizaine ayant vos idées et votre courage! vous feriez enfin de la
bonne besogne.

Merci encore et bien à vous.



                          =A Léon Hennique.=


                                             Médan, 25 novembre 1883.

    Mon cher Hennique,


Enfin, je puis vous écrire et vous dire ma grande admiration pour votre
livre que j'achève à peine. Imaginez-vous une telle bousculade de
travail, que j'ai dû passer une nuit pour vous lire.

Cette fois, vous voilà hors de pair. La lecture du volume entier
m'a fait une impression énorme, de beaucoup supérieure à celle
des chapitres détachés que vous m'aviez lus. Il y a là-dedans une
originalité qui s'affirme, un sens très curieux de la bêtise humaine.
Votre adultère est d'une imbécillité vraie à donner des frissons. Les
conversations amoureuses sont surtout stupéfiantes comme cruautés
photographiques. Et je ne parle pas de certaines pages d'analyse,
absolument supérieures.

Parmi les passages très bons: tous les rendez-vous de votre madame
Hébert et de son capitaine, surtout celui où elle succombe, avec
l'accompagnement de l'exercice voisin, d'un comique excellent; puis,
les grands tableaux, la revue, le feu d'artifice, le dîner sur l'herbe,
et la fausse couche, et surtout le dernier chapitre, cette fin si
simple, d'un effet si grand. Jusqu'aux personnages secondaires qui sont
merveilleusement plantés, les officiers, les magistrats, la vieille
mère raide et noire.

Je ne sais ce qu'on en dira, mais soyez très content, mon ami, car vous
faites là une rentrée superbe, vous nous apportez une œuvre qui est une
belle réponse à toutes les vilenies qui traînent dans les journaux.
Quant à moi, je suis très fier de votre dédicace, je vous remercie
d'avoir mis mon nom à votre première page, car il est très honoré
d'être là.

Nous rentrons demain à Paris. Venez donc un matin à dix heures, si
vous êtes libre: nous causerons, je vous parlerai de votre roman plus
longuement. Les répétitions de _Pot-Bouille_ vont me prendre toutes mes
après-midi.--Ma femme envoie toutes ses amitiés à la vôtre, et bien
affectueusement à vous.



                           =A Paul Bourget.=


                                             Médan, 25 novembre 1883.

    Mon cher Bourget,


J'achève seulement votre volume[45], et je vous prie de m'excuser si
j'ai mis un si long temps à le lire, car je viens d'être terriblement
bousculé par la fin de mon roman et par la pièce de l'Ambigu.

Vous avez écrit là de la critique bien spéciale et bien intéressante.
Nous n'avons certainement pas le crâne fait de même, et ma nature
exigerait plus de chair, plus de matérialité solide. Mais je n'en
goûte pas moins beaucoup ces mélodies critiques, au dessin parfois si
ingénieux, aux raffinements presque maladifs. Votre cas personnel est
aussi curieux que les cas des écrivains soumis à votre analyse. Il faut
un âge bien troublé, pour en venir à ces complications du jugement, à
ces nervosités de la compréhension.

Si je vous rencontrais, nous causerions longuement. Aujourd'hui, je ne
veux vous envoyer qu'un grand merci et qu'une bonne poignée de main.
Faites-nous de la belle critique bien claire et bien juste, nous avons
tant besoin de quelque grand porte-lumière!

Cordialement à vous.



                      =Au Dr Maurice de Fleury.=


                                             Médan, 30 décembre 1883.

    Monsieur,


J'ai un remords dont il faut que je me débarrasse avant la fin de cette
année: le remords de ne pas vous avoir répondu.

Je retrouve vos deux lettres dans mes papiers, et je veux vous dire
que je n'aurais pas pris en effet la responsabilité de diriger votre
conscience en matière religieuse; mais je désire que vous sachiez
combien votre sympathie si jeune et si franche m'a touché au fond.
C'est à vous de vous faire une croyance, je suis déjà troublé de vous
avoir donné le tourment du vrai.

Bien cordialement à vous.



                        =A Antoine Guillemet.=


                                             Médan, 30 décembre 1883.

    Mon cher Guillemet,


Je lance ma réponse au hasard. Il a fallu que je me réfugie ici, pour
trouver le temps de répondre à l'avalanche de lettres qui m'est tombée
sur la tête.

Hélas! je crois que vous ne verrez pas _Pot-Bouille_. Le succès a été
très gros, mais la bourgeoisie boude, et c'est la bourgeoisie qui paie.
Nous ne faisons pas d'argent, ces gaillards-là refusent de lâcher leurs
écus pour s'entendre dire des choses désagréables, ce que je comprends
du reste. Cette fois-ci, nous aurons travaillé pour l'honneur. Au
demeurant, je suis très satisfait.

J'espère que vous vous portez bien, vous et les vôtres. J'attends votre
retour, pour aller tailler une bonne bavette. Nous ne rentrerons à
Paris que le 8.

Bonne année au ménage et à Jeanne: ma femme vous envoie à tous ses
bonnes amitiés. Et à bientôt, n'est-ce pas? et bien affectueusement à
vous.



                            =A Simon[46].=


                                               Médan, 7 janvier 1884.

    Cher Monsieur Simon,


Vous êtes bien aimable, votre lettre me fait grand plaisir, et je vous
remercie de toutes les bonnes choses qu'elle contient.

Mon seul et grand regret sera que notre pièce ne vous ait pas
récompensé, sous le rapport des recettes, de toute l'intelligence et de
toute la sympathie que vous et vos artistes avez mises à la présenter
au public. Je suis bien certain que vous ferez l'impossible pour la
soutenir, je ne saurais vous dire combien je suis touché de vos efforts
pour sauver cette partie compromise.

Je vais rentrer à Paris et j'irai vous serrer la main, le premier soir
où je serai libre.

Dites bien à Mme Kolb que nous parlons souvent du talent qu'elle a
dépensé dans le rôle ingrat de Berthe, et que nous sommes navrés de la
voir si mal récompensée, elle aussi.

Enfin, il faut payer ses audaces. J'ai encore plus d'ennemis que je ne
croyais.

A bientôt, et encore merci.

Cordialement.



                         =A Frantz Jourdain.=


                                                 Paris, 13 mars 1884.


Merci, mon cher confrère, de la pensée qui vous a fait songer à moi.
Mais si vous connaissiez mon horreur de tout spectacle, si vous saviez
combien j'exècre payer de ma personne, vous vous expliqueriez et vous
me pardonneriez mon refus.

Entre nous, ces banquets me semblent si inutiles et si pleins de
banalité! Je les repousserais pour moi de toute ma force, et je n'ai
jamais eu le courage d'aller à ceux des autres. Cela vient sans doute
de ma nature de solitaire.

Enfin, excusez-moi, et merci encore d'avoir cru qu'on pouvait avoir
besoin de moi, lorsque tant d'autres sont de bonne volonté partout où
il y a du bruit.

Cordialement à vous.



                         =A Ferdinand Fabre.=


                                                 Paris, 13 mars 1884.


Merci, mon cher confrère, pour l'aimable envoi du _Roi Ramire_, que je
suis en train de lire. Il y a là une originalité très puissante, cette
bonne senteur du terroir que vous possédez à un si haut point. Ce que
j'aime surtout dans vos livres, c'est leur solidité, une qualité qui ne
court pas les rues.

Bien à vous.



                           =A Édouard Rod.=


                                                 Paris, 16 mars 1884.


Merci, mon bon ami, de votre excellent article du _Fanfulla_, que
j'avais lu avant de recevoir le numéro envoyé par vous. Mon orgueil, si
j'en avais, y trouverait trop de fleurs, et pourtant j'aurais discuté
volontiers vos restrictions sur Lazare[47], si je vous avais tenu là.
Jamais de la vie je n'ai voulu en faire un métaphysicien, un parfait
disciple de Schopenhauer, car cette espèce n'existe pas en France. Je
dis au contraire que Lazare a «mal digéré» la doctrine, qu'il est un
produit des idées pessimistes telles qu'elles circulent chez nous.
J'ai pris le type le plus commun, pourquoi voulez-vous que je me sois
lancé dans l'exception en construisant de toutes pièces le philosophe
allemand selon votre cœur? Nous en recauserons du reste.

Votre article, je le répète, ne m'en est pas moins allé au cœur, et
merci encore, merci toujours.--Si vous venez le mois prochain, ce
n'est pas à Paris que vous nous verrez, mais à Médan, si votre congé
vous le permet. J'ai tous mes documents pour un roman socialiste[48]
et je vais m'enfermer aux champs dès la fin de la semaine.--Rien
de nouveau, du reste. J'ai donné votre adresse à Huysmans qui vous
enverra prochainement _A Rebours_. Les autres camarades vont bien, mais
me paraissent travailler sans grand enthousiasme. Il faut que vous
nous reveniez avec un beau roman, puisque vous êtes si libre et si
tranquille.

Ma femme répondra prochainement à la vôtre, à laquelle, en attendant,
nous envoyons nos bien vives amitiés.

Bonne Angleterre et bon travail, mon cher ami, et cordialement à vous.

Envoyez-moi votre nouvelle adresse, le mois prochain.



                        =A Antoine Guillemet.=


                                                 Médan, 3 avril 1884.

    Mon cher Guillemet,


Votre lettre est tombée dans notre déménagement, et je vous réponds
d'ici, très ennuyé de n'avoir pu disposer d'une matinée pour aller vous
serrer la main rue Clauzel.

Enfin, j'enregistre votre promesse. Si le temps n'est pas trop mauvais
et si vous êtes libre, il faudra nous venir voir.

Moi, je me suis remis au travail, à un grand coquin de roman qui a pour
cadre une mine de houille et pour sujet central une grève. Je crains
qu'il ne me donne beaucoup de mal. Mais, que voulez-vous faire? il faut
labourer son champ.

Vous n'avez vraiment pas de chance, au milieu de tous vos soucis de
santé. Nous espérons que votre femme se sera reposée et qu'elle va
mieux. Enfin, bon courage, bon travail, et à bientôt, j'espère.

Nos amitiés à toute la maison.



                          =A Ernst Ziégler.=

                              (FRAGMENT)


                                                       16 avril 1884.


... Je crois pouvoir vous promettre que mon prochain roman
n'effarouchera pas les dames. Ce sera un pendant à _L'Assommoir_, mais
sans les crudités de ce dernier.

Le roman ne roule pas sur des questions physiologiques, et je crois
qu'il n'alarmera pas trop la pudeur des lectrices. Mais je n'ai jamais
écrit pour les pensionnats.



                        =A Auguste Barrau[49].=


                                                Médan, 18 avril 1884.

    Monsieur et cher confrère,


Votre lettre est tombée dans ma réinstallation à la campagne, et je
vous prie de m'excuser si je ne vous ai pas répondu plus tôt.

Vous me demandez une préface, et le pis est que j'ai fait serment de
n'en écrire aucune, après certaines grosses contrariétés. Soyez donc
plus fier! comme le disait le grand Flaubert. Marchez tout seul, au
lieu de vous appuyer à l'épaule d'un aîné. Cela n'avance à rien, croyez
moi, d'être présenté au public le plus souvent en phrases menteuses.
Ayez le courage de ne rien devoir qu'à vous-même, dans votre début.

Et croyez que je parle ici en ami, en homme d'expérience. Si vous ne
devez être personne, à quoi bon vous mettre sous mon pavillon? Si vous
devez être quelqu'un, pourquoi vous coller dans le dos mon étiquette,
qui vous gênerait certainement un jour.

Réfléchissez, vous me remercierez plus tard.

Cordialement à vous.



                        =A Georges Renard[50].=


                                                    Médan, 10 mai 1884.

    Monsieur,


Un ami m'envoie seulement aujourd'hui votre étude sur _Le Naturalisme
contemporain_, et je veux vous dire avec quel intérêt je l'ai lue.
C'est certainement la première qui paraisse en France si juste et si
logique. Plusieurs dans cet esprit ont été publiées en Autriche, en
Allemagne, en Russie, en Italie. Mais, je le répète, chez nous, je
n'en connais pas une encore de cette conscience et de cette rigueur de
méthode.

Presque partout je suis avec vous. Un seul reproche: vous nous voyez
trop enfermés dans le bas, le grossier, le populaire. Personnellement,
j'ai au plus deux romans sur le peuple, et j'en ai dix sur la
bourgeoisie petite et grande. Vous avez cédé là à la légende, qui nous
fait payer certains succès bruyants en ne voyant plus de notre œuvre
que ces succès. La vérité est que nous avons abordé tous les mondes, en
poursuivant dans chacun, il est vrai, l'étude physiologique.

Maintenant, je n'accepte pas sans réserve votre conclusion. Nous
n'avons jamais chassé de l'homme ce que vous appelez _l'idéal_, et il
est inutile de l'y faire rentrer. Puis, je serais plus à l'aise si
vous vouliez remplacer ce mot d'idéal, par celui d'_hypothèse_, qui en
est l'équivalent scientifique. Certes, j'attends la réaction fatale,
mais je crois qu'elle se fera plus contre notre rhétorique que contre
notre formule. C'est le romantisme qui achèvera d'être battu en nous,
tandis que le naturalisme se simplifiera et s'apaisera. Ce sera moins
une réaction qu'une pacification, qu'un élargissement. Je l'ai toujours
annoncé. Peut-être est-ce cela que vous avez voulu dire, mais j'ai été
gêné par cet idéal qui arrive à la dernière page, comme le rêve d'un
cœur jeune, démentant le jugement porté sur le siècle et la rigueur
scientifique de tout le reste.

Merci, Monsieur, du grand plaisir que vous m'avez fait, et veuillez me
croire votre confrère dévoué.



                           =A Édouard Rod.=


                                                    Médan, 21 mai 1884.

    Mon cher Rod,


Je voulais vous répondre longuement, puis la paresse me gagne: d'autant
plus que c'est toute une discussion à avoir. Donc, je vous attends.
Nous resterons à Médan jusqu'au 15 juillet.

Rien de nouveau, beaucoup de travail. La littérature est remuée à Paris
depuis le livre de Goncourt: les romans tombent drus comme grêle, je
crois à un gros succès pour Daudet et à un grand ébahissement pour
Huysmans.

Pourquoi diable êtes-vous allé à Londres? Je n'ai pas encore avalé ça.

Nos bonnes amitiés à votre femme, et une vigoureuse poignée de main
pour vous.



                           =A Henry Céard.=


                                                 Médan, 14 juin 1884.


Merci mille fois, mon bon ami, d'avoir songé à m'avertir; mais je
laisserai vendre. Si j'arrêtais ces lettres, on les regarderait comme
des documents terribles, tandis qu'au contraire je ne suis pas fâché
qu'elles viennent appuyer l'histoire vraie du _Bouton de Rose_, déjà
contée par moi.--Je n'ai pas de secrets, les clefs sont sur les
armoires; on peut publier mes lettres un jour, elles ne démentiront ni
une de mes amitiés, ni une de mes assertions.

Le travail va son petit train, un travail de chien comme je n'en ai
encore eu pour un roman; et cela sans grand espoir d'être récompensé.
C'est un de ces livres qu'on fait pour soi, par conscience.--Nous
irons au Mont-Dore dans les derniers jours de juillet seulement; et,
à ce propos, écrivez-moi quel hôtel nous devons choisir entre les
trois hôtels de premier ordre qu'on me désigne: Hôtel Chabaury aîné,
Hôtel de Paris et Grand Hôtel. Quel est celui qui est le plus près de
l'établissement thermal et où nous serons le mieux? Tachez aussi de
savoir les prix comparés de la pension par jour. Merci à l'avance.

Voilà.--Je pense que vous travaillez bien de votre côté. Je viens de
lire un tas de livres très médiocres. Fin de saison encombrée, mais à
part _Chérie, Sapho_ et _A Rebours_, rien de fort.--J'ai vu Huysmans,
lors de mon dernier voyage à Paris, et il m'a promis de s'entendre avec
vous, pour venir dans les premiers jours de juillet.

Nos souhaits d'une meilleure santé aux vôtres, et nos vives amitiés à
tous.



                              =Au même.=


                                             Mont-Dore, 12 août 1884.


Grâce à vous, mon bon ami, nous avons fait un bon voyage jusqu'à
Clermont. Mais nos douze lieues, de Clermont au Mont-Dore, ont été
égayées par un terrible orage qui a crevé sur nous, au delà de
Randanne, lorsque nous commencions à gravir les pentes, en face des
Monts-Dômes. Notre cocher n'a eu que le temps de fermer le landau;
et nous voilà en plein désert, en pleine montagne, sous un déluge
accompagné de grêlons énormes, au beau milieu des coups de foudre
qui frappaient les arbres autour de nous. Une jolie musique, je
vous assure, et qui a duré une bonne heure. Nos chevaux aveuglés ne
marchaient plus qu'au pas. Enfin, nous avons aperçu, au bord de la
route, une maison isolée, où nous nous sommes abrités un instant.
Jusque-là, je l'avoue, le paysage m'avait médiocrement touché. Mais,
lorsque la pluie a cessé, en me retournant, j'ai été très ému de
l'étrangeté grandiose de ces Monts-Dômes, dominés par le Puy-de-Dôme.
Chacun, pris à part, n'est qu'une bosse ronde, de hauteur médiocre;
seulement, la succession de tous ces cratères éteints, ce défilé au
fond de la plaine nue et inculte, m'a saisi d'étonnement comme en face
d'un paysage lunaire.--Très belles aussi les gorges où l'eau file
pendant trois lieues, avant le Mont-Dore; d'autant plus belles ce
jour-là, que l'orage avait fait de toutes les hauteurs des cascades,
et que nous galopions au milieu des torrents, avec l'accompagnement
lointain de la foudre, car le tonnerre a grondé jusqu'au soir. Même des
cantonniers avaient averti notre cocher qu'à un certain endroit nous ne
passerions pas: nous avons passé, mais nos chevaux ont dû traverser une
véritable rivière. Vous voyez que, pour un brave homme de naturaliste,
voilà un voyage d'un romantisme échevelé.

Et depuis une semaine bientôt, nous sommes ici, brisés de fatigue
sans cause aucune, désorientés par la vie d'hôtel, ahuris de ne pas
trouver nos habitudes. Je crois bien que nous ne nous sommes pas encore
éloignés de deux kilomètres, sur les routes. Nous avons en projet
l'excursion de Murols, celle de Latour et une ou deux autres encore;
mais ces orages quotidiens nous bloquent dans notre fond de cuvette,
sans compter que la chaleur est accablante. Ajoutez que le médecin qui
soigne ma femme me défend de la fatiguer, et il paraît avoir la haine
des déplacements inutiles: symptôme d'un esprit sage. Il m'a tout à
fait dégoûté du Sancy en m'affirmant que je m'y enrhumerais. Pourtant,
il faudra voir si le temps se rafraîchit un peu.

Ma pauvre femme se lève à quatre heures du matin, pour arriver une
des premières à l'inhalation; simple précaution de propreté. Jusqu'à
présent, le traitement se résume à cela et à un bain de pieds,
accompagné de deux verres d'eau seulement. Les grands bains et les
douches viendront plus tard. Notre jeune médecin m'a l'air assez
intelligent. Il est, d'autre part, d'une grande prudence, et il nous
a avertis qu'il ne fallait s'attendre à aucun soulagement immédiat:
dans deux mois, peut-être, le bon effet se fera-t-il sentir. Je lui
sais gré de cette modestie. Il nous a pris d'ailleurs en amitié, et il
nous a fait voir au microscope le bacille de la phtisie: spectacle peu
rassurant dans ces hôtels où il doit pulluler.

Voilà toutes les nouvelles, mon bon ami. Depuis huit jours, je n'ai
pas touché une plume, et je viens de faire un gros effort, honteux de
vous négliger. J'ai reçu tout à l'heure une lettre de Daudet, qui est à
Néris et qui nous invite à aller le voir. Peut-être irons-nous si nous
finissons la saison les premiers.--Quoi encore? Je viens de lire _Jean
de la Roche_, de George Sand, dont le dénouement, au sommet du Sancy,
est une des choses les plus extraordinaires que je connaisse.

Ma femme, en somme, ne va pas mal. Elle est simplement fatiguée. Mais
elle assure qu'elle avalerait toute leur eau, sans en être dérangée en
bien ni en mal. Elle vous envoie ses bien vives amitiés.

Moi, mon bon ami, je vous souhaite de bonnes vacances. Si nous étions
à Médan, je vous dirais de venir bavarder un peu. Enfin, nous y serons
le mois prochain. Le pays est très beau, ici; mais l'espace manque. Il
faudrait monter sur tous ces puys pour voir ce qu'il y a derrière, et
ce serait un exercice bien fatigant pour un gros homme rouillé comme
moi.

Tous nos compliments à votre mère, et une bonne poignée de main pour
vous. Je n'ai pas encore vu votre guide. J'attends que la fureur des
excursions nous prenne.



                              =Au même.=


                                             Mont-Dore, 24 août 1884.


Décidément, nous n'avons pas de chance avec le Sancy, mon brave Céard.
Votre lettre nous avait déterminés malgré les menaces de notre médecin,
qui nous prédisait pour le moins un coup de soleil ou un rhume de
cerveau, ayant expérimenté, disait-il, que sur dix de ses malades, huit
lui en revenaient dans un état fâcheux. Donc, bravant tout, j'étais
allé voir votre guide, Gras Roux, qui m'a eu l'air d'un brave homme,
et les chevaux étaient commandés pour le lendemain, lorsqu'un orage
épouvantable qui a éclaté vers trois heures nous a forcés de rester
chez nous: la foudre grondait encore à huit heures du matin, l'eau
tombait par averses terribles. Deux autres fois, nous avons projeté
l'ascension, et deux fois ou la pluie, ou le vent, ou les nuages se
sont mis à la traverse. Ajoutez que le temps n'est plus certain, qu'il
commence à faire froid, et que j'hésite à risquer ma femme sous les
ondées. Enfin, nous guettons le ciel; et s'il y a une éclaircie, nous
monterons là-haut, autant par devoir de touriste que par curiosité.

Nous sommes allés à Murols, de l'autre côté de la montagne de l'Angle.
Cinq lieues superbes, c'est ce que j'ai vu ici de plus saisissant. Le
col de Diane, lorsqu'on redescend sur l'autre pente, du côté du lac
Chambon, est d'une grandeur sauvage. Ajoutez que ma gourmandise a été
flattée, car j'ai mangé à Murols des truites fraîchement pêchées, d'une
délicatesse inconnue. Les ruines du château sont fort intéressantes,
des salles entières s'y trouvent conservées, envahies de ronces, les
cheminées obstruées par les arbres, qui ont poussé là comme des bûches
oubliées. Au retour, nous avons eu l'orage obligé, un orage qui nous
a surpris, dans notre landau, tandis que nous remontions le col de
Diane. Comme nous atteignions le point culminant (quinze cents mètres,
je crois), nous étions en plein dans la nuée orageuse, le tonnerre
grondait au-dessous de nous.

Vous avez tort de dédaigner Latour, car la route qui y conduit est
certainement la plus agréable et la plus belle du Mont-Dore. Je la
préfère même à celle de Clermont. Le vallon de la Scierie est un
enchantement de verdure et de grands ombrages; la Roche Vendeise, en
face de La Bourboule, m'a paru fort curieuse; je ne connais nulle
part d'aussi beaux sapins et d'aussi beaux hêtres que ceux du bois
de la Charbonnière, dans lequel on monte pendant près d'une heure.
Enfin, il y a l'immensité qui se déroule du plateau de Latour, quatre
départements aperçus. Ce jour-là pas d'orage, par un oubli du ciel: un
temps charmant.

J'aime moins les cascades, sauf celle du Queureilh. Toutes se
ressemblent. Je les trouve un peu tableaux à pendule. Toujours des
coins adorables de verdure, d'ailleurs. En somme, un beau pays, mais
qui ne dit pas grand'chose à ma littérature. C'était bon pour les
romantiques, qui l'ont tous raté, du reste, tellement ils avaient
peu de conscience. Je crois que notre banlieue parisienne fait plus
notre affaire, à nous, qui cherchons de l'humanité dans les horizons.
Ici, il n'y a que des rochers et des arbres: l'âme du pays m'échappe,
elle est historique.--C'est comme ce monde qui m'entoure, je le
vois très mal, je n'ai aucune des sensations dont vous me parlez.
Sont-ils mélancoliques, sont-ils même malades? du diable si j'en ai
la conscience nette! Je crains de les voir à travers des idées, il
faudrait les fréquenter, et les pénétrer davantage, pour en parler sans
mentir. Bref, jusqu'à présent, tout cela ne m'a rien dit, pas même pour
une nouvelle. On pourrait y mettre le chapitre d'un roman, si on avait
un héros phtisique, ce qui serait très élégant.

Ma femme suit héroïquement son traitement, qui s'est agrémenté de bains
et de douches. Elle ne va pas mal, elle irait même mieux, si l'on osait
se prononcer. Il est fort possible maintenant que nous revenions faire
une saison l'armée prochaine.

Voilà les nouvelles, mon bon. Nous resterons certainement ici jusqu'au
28, puis nous vagabonderons pendant cinq ou six jours, avant de
retourner à Paris. Je vous ferai signe: si vous y êtes, nous nous
verrons, pour conclure sur ce pays.

Nos vifs compliments à votre mère, et deux bonnes poignées de main du
ménage pour vous.


Nous allons, ce soir, voir jouer _Mam'zelle N'y-Touche_ au
Casino!--Vallès est ici avec sa secrétaire. Il traîne, lamentable, au
café! Je le crois fichu.



                              =Au même.=


                                             Mont-Dore, 25 août 1884.


Eh bien! nous y sommes montés, à ce fameux Sancy, et c'est tout un
drame qu'il faut que je vous raconte.

D'abord, sachez que nous avons ici notre voisin de Villennes, le
docteur Magitot. Il s'est empressé, a voulu venir avec nous, a loué des
chevaux et arrêté un guide; ce qui fait que nous n'avons pas usé du
vôtre, faute grave dont nous nous sommes repentis.

Nous voilà donc à cheval, vendredi à midi. Je vous confesse maintenant
que dans nos hésitations, la peur du cheval entrait pour beaucoup.
Jamais nous n'avions monté, ni ma femme ni moi; et cinq heures de
selle, même au pas, une ascension de sept cents mètres, sont un début
un peu gros pour des cavaliers absolument novices. Ajoutez que nos
bêtes étaient lamentables, équipées avec des débris de harnais, et que
le guide, très âgé, avait l'infirmité d'être sourd et le vice d'être
têtu. Quand nous avons aperçu cet équipage, nous aurions certainement
refusé le tout, si nous n'avions eu peur de blesser le docteur Magitot.

Nous voilà donc tous les trois en selle, moi assez branlant et le
docteur à peu près aussi mal d aplomb que moi, mais nous tenant
quand même l'un et l'autre, sans trop de ridicule. C'était ma pauvre
femme qui allait moins bien, tellement sa selle était mauvaise et la
blessait. A deux kilomètres du Mont-Dore, j'ai bien cru que nous ne
pourrions pousser plus loin. Pourtant, après être descendue, elle
est remontée et s'est trouvée mieux. Nous voilà du coup très gais,
traversant la Dordogne, enfilant les lacets de la montagne, arrivant en
haut, après une bonne heure et demie de cavalcade laborieuse. Je remets
à plus tard l'ascension du cône final et les impressions de nature.

Il était trois heures environ, lorsque nous nous sommes remis à cheval.
Comme je craignais un peu la descente, je dis au guide de prendre la
tête, avec le cheval de ma femme, et de ne pas lâcher la bride, par
peur qu'il ne trottât. Les choses d'abord marchent fort bien. Mais
bientôt le guide, gêné de marcher ainsi contre la bête, dans l'étroit
sentier, lâche la bride et se met à cueillir des fleurs. Deux ou trois
fois, ma femme l'appelle, mais il répond toujours avec entêtement et
tranquille: «N'ayez crainte!» Et le pis était que, de temps à autre,
il allongeait un coup de canne sur la croupe du cheval, une sacrée
rosse qui s'arrêtait parfois tout court. Enfin, nous étions presque
en bas, à peu près à la hauteur de la cascade du Serpent, lorsque la
catastrophe s'est produite. Sous un coup de canne plus violent, la
rosse a pris subitement le trot, et naturellement à la pente la plus
raide des lacets. Ma femme s'est mise à crier et, perdant la tête, elle
est tombée comme une masse à la renverse, d'une façon si singulière,
que l'étrier s'est trouvé ramené sur le dos du cheval, et qu'elle est
ainsi restée pendue par un pied, la tête en bas. Heureusement, dans
sa chute, elle avait dû tirer sur les guides, ce qui avait arrêté la
bête. Vous voyez notre épouvante. J'ai sauté de mon cheval, je ne sais
comment, par-dessus la tête, je crois, et je suis accouru, tandis que
le docteur Magitot arrivait aussi. Le guide avait toutes les peines du
monde à dégager le pied de l'étrier. Je tenais ma femme entre les bras,
nous tremblions que le cheval ne fit un mouvement, car elle se trouvait
entre ses pieds, et il l'aurait broyée. Enfin, nous l'avons eue.

Et c'est miracle, mon bon ami. Rien, pas une blessure, pas un
froissement. Elle n'a qu'une légère égratignure et deux petites bosses,
dont elle ne s'est aperçue que le lendemain. Tout de suite, nous avons
plaisanté, mais pendant deux jours j'en ai gardé un grand tremblement
intérieur. Je ne pouvais fermer les yeux, sans la voir tomber à la
renverse et se casser la tête.

J'achève. Le guide pleurait en répétant qu'il en avait le cœur malade.
Pour la consoler, il voulait que nous remontions en selle. Mais nous
avons refusé énergiquement, et nous avons fait gaillardement à pied les
cinq kilomètres qui nous séparaient du Mont-Dore. Le soir, pour montrer
notre force d'âme, nous sommes allés entendre _Le Domino noir_, une
œuvre profonde sans doute, car nous nous demandons encore ce qu'elle
signifie.

Et voilà qui prouve qu'on ne devrait jamais faire ce qu'on ne sait pas
faire. Le guide, à la vérité, a manqué de précautions, et ma femme
assure que la selle était beaucoup trop petite pour elle. Il est vrai
aussi que, si le cheval n'avait pas été une rosse, peut-être serait-il
arrivé un grand malheur.

Pour revenir brièvement au Sancy, je n'ai pas éprouvé le saisissement
que j'attendais. La route est fort belle, d'une belle solitude sauvage,
par moments. Mais le panorama, en haut, montre l'étroitesse de ces
Monts d'Auvergne, qui en somme ne tiennent guère que seize lieues sur
huit lieues de pays. Le temps était superbe, il y avait bien, dans les
fonds, une légère brume de chaleur, mais elle ne gênait guère. Il faut
vous dire que j'ai toujours mes sacrées montagnes du Midi dans la tête,
et que les verdures fleuries de ces pays auvergnats n'arrivent même
pas à me désarmer. Je trouve ces bosses bêtes, l'horreur de leur Val
d'Enfer et de leur gorge de Chaudefour me semble une horrible bergerie,
lorsque je me rappelle certains coins de là-bas. Il faudrait voir les
Monts-Dore avec de la neige.

Nous partons samedi, mais nous ne serons pas à Paris avant mercredi.
Nos meilleurs compliments à votre mère, et deux bonnes poignées de main
pour vous.



                          =A Ernst Ziégler.=

                              (FRAGMENTS)


                                                   14 septembre 1884.


... J'écris à X***, pour rassurer ces pudiques Allemands, en comptant
que vous voudrez bien ménager vous-même leurs dames de la meilleure
société. A ce propos, vous savez que je vous ai donné le droit de
trancher dans ma prose, car je ne vous ai pas promis un roman de
petites filles...


                                                      7 octobre 1884.


... Je vous autorise de nouveau à supprimer les passages qui vous
sembleraient trop vifs. Ils sont peu nombreux et ne tiennent pas
essentiellement à l'action...



                       =A Georges Charpentier.=

                              (FRAGMENT)


                                              Médan, 13 janvier 1885.


... Je vous envoie deux nouveaux chapitres de _Germinal_, en un paquet
recommandé. Ce diable de roman me donne un mal de chien. J'ai encore
les deux derniers chapitres à vous envoyer. Ils ne seront pas finis
avant douze ou quatorze jours. Mais je suis content, cela suffit...



                           =A Henry Céard.=


                                              Médan, 18 janvier 1885.

    Mon cher Céard,


J'écris à Piégu que je ne puis prendre un engagement formel, mais que
j'accepterai volontiers son hospitalité, le jour où j'aurai quelque
chose à dire.--Dans tout cela, ce qui me charme, c'est que vous avez
enfin une place où écrire. Il est bon de pouvoir se soulager le cœur.

Non, _Germinal_ n'est pas fini. J'ai encore cinq ou six jours de
travail. Ce diable de roman m'a donné beaucoup de mal. Mais je suis
très content, surtout de la seconde moitié, et c'est l'essentiel.--Vous
avez tort de lire ça dans _Le Gil Blas_, car le feuilleton déforme tout.

Nous ne rentrerons guère à Paris que du 12 au 14. Je désire me
débarrasser ici de mes dernières épreuves, et j'ai un tas de papiers
à ranger. Paris me tente très peu d'ailleurs, et je crois bien que je
n'y mettrais pas les pieds sans les quelques amis que je puis y avoir
encore. Je n'ai soif que de travail.

Nos bons souhaits de santé à votre mère, et une vigoureuse poignée de
main pour vous.



                       =A Georges Charpentier.=


                                              Médan, 25 janvier 1885.


Enfin, mon bon ami, _Germinal_ est terminé! Je vous en envoie les deux
derniers chapitres, et je vous prie de m'écrire deux lignes, pour me
dire que vous les avez reçus, ce qui me tranquillisera. Veuillez prier
l'imprimerie de me composer et de m'envoyer cette fin tout de suite,
car mes traducteurs se fâchent et je veux me débarrasser des placards
avant de rentrer à Paris.

La longueur de ce sacré bouquin me désespère pour vous. Nous
dépasserons seize feuilles.

Et rien autre, si ce n'est que je suis enchanté. Ah! que j'ai besoin
«d'un peu de paresse»!



                         =A Ferdinand Fabre.=


                                               Médan, 5 février 1885.


Comme je suis en retard, mon cher confrère, pour vous remercier et pour
vous féliciter de votre _Lucifer_. J'étais enfoncé dans le dénouement
de mon dernier livre, je ne voulais rien lire, et je vous avais mis
de côté, en attendant d'avoir la tête libre. Et je vous achève à
l'instant; je trouve que vous n'avez jamais été plus solide ni plus
grand. Je sais d'ailleurs que votre œuvre a beaucoup de succès. C'est
une grâce des dieux lorsqu'on n'épuise pas trop tôt la popularité et
qu'on monte jusqu'au dernier jour dans l'admiration de son époque.

Cordialement.



                       =A Georges Montorgueil.=


                                                  Paris, 8 mars 1885.


J'ai à vous remercier bien vivement, Monsieur et cher confrère, de la
très belle et très sympathique étude que vous avez bien voulu consacrer
à _Germinal_.

Ma joie est grande de voir que ce cri de pitié pour les souffrants a
été bien compris de vous. Peut-être cessera-t-on cette fois de voir en
moi un insulteur du peuple. Le vrai socialiste n'est pas celui qui dit
la misère, les déchéances fatales du milieu, qui montre le bagne de la
faim dans son horreur! Les bénisseurs du peuple sont des élégiaques
qu'il faut renvoyer aux rêvasseries humanitaires de 48. Si le peuple
est si parfait, si divin, pourquoi vouloir améliorer sa destinée? Non,
il est en bas, dans l'ignorance et dans la boue, et c'est de là qu'on
doit travailler à le tirer.

Merci encore, et bien cordialement à vous.



                            =A Zevort[51].=


                                                 Paris, 21 mars 1885.

    Mon cher Zevort,


Je me souviens parfaitement, je me souviens de tout. Tu me tends si
cordialement la main, que j'en suis très heureux, et que je te la serre
bien volontiers. Les gamins d'autrefois ont grandi, en effet, séparés
par tout un monde, dans des idées sans doute différentes. Mais il
suffit d'avoir été jeunes ensemble, cela noue un lien que rien ne peut
rompre.

Bien cordialement à toi.



                           =A Édouard Rod.=


                                                 Paris, 27 mars 1885.


Merci, mon cher Rod, de votre aimable note sur _Germinal_. Vous
me faites la part superbe. Mais je défends mes Hennebeau. Comment
n'avez-vous pas compris que cet adultère banal n'est là que pour me
donner la scène où M. Hennebeau râle sa souffrance humaine en face
de la souffrance sociale qui hurle! Sans doute, je me suis mal fait
entendre. Il m'a semblé nécessaire de mettre au-dessus de l'éternelle
injustice des classes l'éternelle douleur des passions.

Merci encore, et bien à vous.



                         =A Francis Magnard.=


                                                        4 avril 1885.

    Cher Monsieur Magnard,


Merci d'abord au _Figaro_ des études sympathiques qu'il a bien voulu
consacrer à _Germinal_. L'écrivain est tiré d'affaire, et certes avec
beaucoup plus d'éloges qu'il n'en mérite. Mais l'observateur, le
simple collectionneur de faits, souffre, depuis l'apparition du livre,
de voir contester l'exactitude de ses documents. Et, tout en sachant
253]combien de telles discussions sont inutiles, je ne puis résister au
besoin de maintenir absolument la vérité générale des mineurs que j'ai
mis en scène.

Je lis ce matin l'article de M. Henry Duhamel. Il me reproche d'avoir
imaginé une femme travaillant au fond de la mine, lorsque lui-même
établit que jusqu'en 1874 le fait a eu lieu en France, comme il a lieu
encore aujourd'hui en Belgique. Or, mon roman se passe de 1866 à 1869.
Dès lors, n'étais-je pas libre d'utiliser le fait existant pour les
nécessités de mon drame? Il prétend, il est vrai, que le roman n'a pas
sa vraie date, que ma grève est la grève qui a éclaté l'année dernière
à Anzin. C'est là une erreur profonde, et il suffit de lire: j'ai pris
et résumé toutes les grèves qui ont ensanglanté la fin de l'empire,
vers 1869, particulièrement celles d'Aubin et de La Ricamarie. On n'a
qu'à se reporter aux journaux de l'époque. Au demeurant, puisque M.
Duhamel accorde que deux cents femmes descendaient encore en 1868, il
me semble que j'avais bien le droit d'en faire descendre au moins une
en 1866.

Même réponse au sujet des salaires. Nous sommes vers la fin de
l'empire, et en temps de crise industrielle. J'affirme que les
salaires, à ce moment, étaient bien ceux que j'ai indiqués. J'ai entre
les mains les preuves, qu'il serait trop long de donner ici.

Mais j'arrive à la fameuse accusation d'avoir traité les mineurs comme
un ramassis d'ivrognes et de débauchés. M. Duhamel défend la propreté
et la moralité des corons. Je ne puis que le renvoyer à mon livre. J'ai
dit que les corons étaient tenus par les ménagères avec une propreté
flamande, sauf les exceptions: voilà pour le reproche de saleté
exagérée.

Quant à la promiscuité, à l'immoralité qui tient aux conditions mêmes
de l'existence, j'ai dit que sur dix filles six épousaient leurs
amants, quand elles étaient mères; et j'ai dit encore que, dans les
ménages où l'on prenait un pensionnaire, un «logeur», il arrivait une
fois sur deux que l'aventure tournât au ménage à trois. Telle est la
vérité, que je maintiens. Qu'on ne me contredise pas avec des raisons
sentimentales; qu'on veuille bien consulter les statistiques, se
renseigner sur les lieux, et l'on verra si j'ai menti.

Hélas! j'ai atténué. La misère sera bien près d'être soulagée, le jour
où l'on se décidera à la connaître dans ses souffrances et dans ses
hontes. On m'accuse de fantaisie ordurière et de mensonge prémédité
sur de pauvres gens, qui m'ont empli les yeux de larmes. A chaque
accusation je pourrais répondre par un document. Pourquoi veut-on que
je calomnie les misérables? Je n'ai eu qu'un désir, les montrer tels
que notre société les fait, et soulever une telle pitié, un tel cri de
justice, que la France cesse enfin de se laisser dévorer par l'ambition
d'une poignée de politiciens, pour s'occuper de la santé et de la
richesse de ses enfants.

Bien cordialement à vous.



                        =A Jean Richepin[52].=


                                                Paris, 20 avril 1885.


Votre lettre me cause une bien vive joie, mon cher confrère, et j'en
suis très touché, très fier, d'autant plus fier qu'il y a eu parfois
quelque aigreur entre nous. Tout cela est loin, il y a toujours place
pour de l'estime et de l'admiration entre travailleurs. Merci pour
votre crânerie à me tendre la main, que je serre bien affectueusement.



                        =A Charles Chincholle.=


                                                  Paris, 6 juin 1885.

    Mon cher confrère,


Je crains bien qu'on ne vous ait trompé, car Roybet n'est pas du tout
mon héros. Vers la fin de mon roman, je dirai simplement un mot de
la génération actuelle, des peintres à hôtel, opposés aux artistes
passionnés et pauvres de ma jeunesse; mais ce n'est là qu'une note, le
drame est ailleurs, dans le combat d'un génie incomplet avec la nature,
dans la lutte d'une femme contre l'art. Ceci est passablement obscur,
n'est-ce pas? C'est que je désire n'être pas plus clair, tout en vous
évitant des erreurs trop grosses.

Autre malheur, je n'ai pas encore trouvé un titre dont je fusse
content. Le seul possible jusqu'à présent est: _L'Œuvre_, et je le juge
bien gris.

Il est convenu que cette lettre restera entre nous. Écrivez tout
ce qu'il vous plaira, et je vous en remercie à l'avance; mais
promettez-moi de me laisser en dehors de ces renseignements hâtifs,
que ma conscience d'écrivain réprouve. Je désire simplement vous être
agréable, à vous et à M. Magnard.

Cordialement.



                         =A Gustave Geffroy.=


                                              Médan, 22 juillet 1885.


Vous êtes très aimable, mon cher confrère, et j'ai à vous remercier de
la belle étude que vous ayez bien voulu me consacrer. Ce sont par des
critiques amies et pénétrantes comme la vôtre, que la vérité se fera
enfin sur moi; car on a beau noircir à mon sujet des rames de papier,
je suis encore dans la légende pour le plus grand nombre.

Vous avez raison, je crois qu'il faut avant tout chercher dans mes
œuvres une philosophie particulière de l'existence. Mon rôle a été
de remettre l'homme à sa place dans la création, comme un produit de
la terre, soumis encore à toutes les influences du milieu; et, dans
l'homme lui-même, j'ai remis à sa place le cerveau parmi les organes,
car je ne crois pas que la pensée soit autre chose qu'une fonction de
la matière. La fameuse psychologie n'est qu'une abstraction, et en tous
cas elle ne serait qu'un coin restreint de la psychologie.

Merci mille fois d'avoir indiqué cela dans mon œuvre. J'ai été très
touché des bonnes choses cordiales que j'ai senties entre les lignes de
vos deux articles. Et je vous prie de me croire votre bien dévoué et
bien reconnaissant.



                              =A Coste.=


                                              Médan, 25 juillet 1885.


Mon cher Coste, je m'étonnais un peu de votre long silence, et je vous
aurais écrit, si moi-même je n'étais toujours très bousculé. J'avais
appris la mort de votre sœur, mais trop tard, de sorte que j'ai eu la
crainte de raviver votre douleur, en vous envoyant mes condoléances.
J'ignorais les détails douloureux de sa fin. Mon pauvre ami, nous
sommes tous sous la continuelle menace des catastrophes et du deuil.

Enfin, c'est décidé: nous partons le 8 pour le Mont-Dore, et nous
serons à Aix dans les premiers jours de septembre. De là, nous filerons
jusqu'à Nice avec les Charpentier, qui doivent nous rejoindre à
Marseille, Mais nous vous donnerons toujours une semaine. Seulement,
je vous en prie, ne soufflez mot de ce voyage, car je tremble à l'idée
des fâcheux.--Alexis et Cézanne, qui sont chez moi en ce moment, se
trouveront là-bas en même temps que nous.--D'ailleurs, je vous écrirai
du Mont-Dore.

Rien de nouveau, en attendant.--Je travaille, c'est l'éternelle
chanson. Je lis vos lettres du _Sémaphore_, dont certaines
m'intéressent et me plaisent beaucoup.--Comme vous, je souffre de la
chaleur, qui n'est pas très forte en ce moment. Mais nous «jouissons»
d'une sécheresse extraordinaire pour le pays: depuis un mois, il n'a
pas plu, mon jardinier se désespère.--Et rien autre.

A bientôt, mon cher Coste, préparez-vous à nous offrir à déjeuner à
votre bastide.--Ma femme vous envoie ses amitiés, et j'ajoute une
vigoureuse poignée de main.



                           =A Henry Céard.=


                                             Mont-Dore, 23 août 1885.


Non, certes, mon ami, vous ne m'avez pas fait de la peine. Où et
comment auriez-vous pu m'en faire? Votre lettre me chagrine. Je vous y
vois seul et désespéré, plus que je ne l'aurais cru. Il n'y a que le
travail, créez-vous quelque grosse besogne, donnez-vous un but; c'est
le seul oubli possible de la vie. Mais dites-vous bien que nous nous
connaissons trop et que nous nous aimons trop maintenant pour jamais
nous blesser.

Voici les raisons de ma paresse à vous écrire:

Nous avons eu ici, cette année, un début déplorable. Ma femme a dû
prendre froid en chemin de fer; si bien qu'elle est arrivée avec un
gros rhume et qu'elle a gardé le lit deux jours. Me voyez-vous, dans
la banale chambre d'hôtel, avec la terreur inavouée d'une fluxion
de poitrine, au milieu de l'indifférence des bonnes et du tapage
épouvantable des autres voyageurs! Nous occupons la chambre du premier
au coin de la place et de la rue Ramond, et vous n'avez pas la moindre
idée du vacarme: les chevaux, les ânes, les voitures, les cris des
marchands, le tout accompagné par les volées de cloche des hôtels, le
hurlement des chiens et la trompette exaspérante de l'omnibus de La
Bourboule. Ayez une malade chère dans un lit, et jugez de la cruauté
de ce Mont-Dore, où l'on vient payer de tant de soucis une illusion de
santé.--Je me hâte d'ajouter que ma femme va beaucoup mieux, et que le
traitement, qui la fatigue extrêmement cette année, paraît pourtant
avoir de bons résultats.

Mon second empêchement a été le travail. J'avais laissé à Paris les
sept premiers tableaux de _Germinal_ et j'ai voulu abattre les cinq
derniers. Ils sont finis d'hier. C'est un gros ennui de moins. Je
serais très content, si j'avais la moindre illusion sur les gifles que
mon travail va recevoir au Châtelet. Ainsi j'ai donné à la foule un
rôle important qui sautera évidemment aux répétitions, car il faudrait
que je perdisse moi-même deux mois pour tâcher de mettre sur pied cette
tentative. On m'a déjà fait remarquer avec effroi que des figurants
à vingt sous la soirée «ne pouvaient pas jouer». C'est dommage, il y
aurait là quelque chose de très saisissant à tenter.

Et voilà, mon ami, j'allais vous écrire enfin lorsque j'ai reçu votre
lettre. J'allais vous dire que nous menons ici une existence de petits
bourgeois de province. On ne nous a pas encore vus au Casino, ni dans
un café, et nous n'avons pas fait une seule promenade en voiture. Je me
suis procuré une lampe, et nous passons les soirées dans notre chambre,
comme à Médan, à prendre notre thé, que nous faisons nous-mêmes.
Pourtant, comme notre séjour s'avance, nous allons nous remuer un peu,
aller à La Bourboule, que nous avions négligée l'année dernière.

Notre voyage dans le Midi avec les Charpentier est flambé. Ils m'ont
écrit une lettre, pleine de terreur du choléra. Irons-nous là-bas tout
seuls? C'est peu probable, notre médecin ici nous le déconseille. Il
est à croire que nous partirons le 3 septembre, que nous flânerons
jusqu'au 10, pour rentrer ensuite à Médan. Je vous écrirai, je vous
ferai signe, lors de notre passage à Paris, pour que tous veniez manger
la soupe avec nous.

J'ai beaucoup regretté pour vous la disparition du _Télégraphe_. Mais
c'était fatal, j'avais flairé la chose, et c'était pourquoi j'hésitais
tant à conclure pour mon roman. J'en suis revenu au train-train
ordinaire, j'ai traité pour vingt mille francs avec _Le Gil Blas_,
car _Le Figaro_ m'a décidément effrayé, j'ai vu le bâillement d'ennui
des lecteurs devant ce bouquin de pure physiologie artistique et
passionnelle.

Travaillez, travaillez, mon ami. Je vous jure que l'oubli est là, même
quand le travail est lourd, même quand il est ingrat. Et dites-vous
que vous avez des amis qui vous aiment et qui veulent vous savoir
heureux[53].

Une bonne poignée de main de nous deux.



                              =A Coste.=


                                       Mont-Dore, 1er septembre 1885.


D'après vos nouvelles, et d'après celles des journaux, je pense comme
vous, mon cher ami, que nous pourrions très bien nous risquer à Aix.
Mais nous reculons au dernier moment: à quoi bon risquer un millionième
de mauvaise chambre, dans un voyage de simple plaisir? Je préfère
organiser autre chose, un séjour là-bas de deux ou trois mois, cet
hiver peut-être, ou à coup sûr dans le courant de l'année prochaine;
car ma femme est décidément très souffrante des bronches, et je pense
que le Midi lui ferait plus de bien que le Mont-Dore où le climat est
très âpre.--Vous nous dites: à bientôt; ce n'est pas à bientôt, mais à
quelques mois certainement.

Nous allons donc rentrer à Médan, sans trop nous presser. Le pis est
que je suis en retard, pour mon bouquin, dont le quart à peine est
écrit. Puis, _Germinal_ au Châtelet va me tracasser, malgré mon désir
de m'en occuper le moins possible. Moi qui avais espéré quinze beaux
jours de vacances, à manger des oursins et de la bouillabaisse!

Je lis vos lettres dans _Le Sémaphore_, et je vois en effet que vous
nagez en pleine politique. Comme vous le dites, cela est quand même
intéressant pour les gaillards sans ambition, qui s'amusent à regarder
la farce humaine. Prenez des notes, et tâchez donc de nous faire
quelque chose, une étude bien vivante.--C'est à l'Odéon qu'Alexis a
fait recevoir deux actes, adaptés de l'anglais. Je sais en effet que
Cézanne est à Gardanne, Et quant à Baille, il a raison de voir la vie
en rose.

Amitiés de nous deux.



                        =A Antony Valabrègue.=


                                               Médan, 8 octobre 1885.


Oui, mon cher Valabrègue, nous sommes de retour à Médan, et nous serons
très heureux de vous avoir à déjeuner le jour qu'il vous plaira.

Comme je vais assez souvent à Paris, prévenez-moi par un mot deux
jours à l'avance, pour que vous ne trouviez pas la maison vide. Nous
ne déjeunons qu'à une heure, vous pouvez ne prendre que le train de
dix heures cinquante, mais choisissez un beau jour, car il vous faut
descendre à la station de Villennes, et il y a vingt-cinq bonnes
minutes pour se rendre chez nous. Tout le monde vous indiquera la route.

En attendant votre bonne visite, promise depuis si longtemps et
amicalement attendue, nous vous envoyons notre vieux et bon souvenir.



                        =A Antoine Guillemet.=


                                            Médan, 1er novembre 1885.


Merci, mon bon Guillemet, de votre poignée de main si cordiale. Je vous
réponds en toute hâte, au milieu des lettres qui pleuvent chez moi et
des réponses que je suis forcé de faire.

Hein? Quelle aventure bête! Mais je les crois touchés sérieusement,
cette fois. Si le pauvre _Germinal_ n'est pas joué, il aura été tout de
même une fameuse pierre dans le jardin des imbéciles.

Donc, vous vous plaignez du temps, et vous n'avez pas fait grand'chose.
J'en ai autant à votre service, mon roman est très en retard, je vais
être forcé de rester ici jusqu'aux premiers jours de mars. Mais, à un
de mes voyages à Paris, si je trouve un moment, j'irai vous serrer la
main et voir vos études.

Ma femme ne va pas bien du tout. Le Mont-Dore, cette année, lui a été
très défavorable. Il est à croire que je la mènerai simplement dans le
Midi, l'année prochaine. Elle embrasse petit Jean[54], et envoie ses
amitiés à votre femme.

Bon courage, mon ami, bonne santé, et travaillez loin des crétins:
c'est le bonheur.

Cordialement à vous.



                           =A Henry Céard.=


                                             Médan, 11 novembre 1885.


Merci, mon bon ami. Je reçois ce matin votre paquet de journaux, et
vous êtes bien gentil de vous être donné toute cette peine.

Les résultats de la campagne n'ont pas été douteux pour moi une
seconde. J'irai jusqu'au bout, et lorsque la Chambre aura voté le
maintien de la Censure, vous verrez de quelle façon je me séparerai de
la littérature française. C'est une honte, cette lâcheté. Et ce qui
m'indigne surtout, c'est la solitude où je me sens. A part le brave
Geffroy, mon vieil Alexis, deux ou trois autres enfants perdus, pas un
mot de soutien, pas une solidarité de talent et de courage. Ah! les
lâches, tous! même nos amis!

Et vous qui parlez de demander la suppression du Ministère des
Beaux-Arts! Mais, mon bon ami, tous nos confrères se mettraient à plat
ventre pour lécher les bottes des chefs de bureau!

Moi, toute cette ignominie me donne l'envie de faire des chefs-d'œuvre.
Je me porte très bien et je travaille comme un ange.--Merci, merci
encore et venez donc nous surprendre, un jour que la boue de Paris vous
montera à la gorge.

Affectueusement à vous.



                              =Au même.=


                                             Médan, 16 novembre 1885.


Mon bon Céard, permettez-vous à ma vieille amitié et à mon titre
d'aîné, de vous dire que c'est vous qui êtes le grand enfant dans
toute cette affaire? Si vous avez compté que quelque chose d'utile
aux lettres ou à moi peut sortir d'une décision de la Chambre, c'est
que vous avez encore des illusions. Je garde votre lettre et nous en
causerons un jour ensemble: vous en rirez.

Maintenant, laissez-moi dire que je ne suis pas engagé du tout, que
M. Laguerre m'a été amené et que je n'ai pu le consigner à ma porte,
que je lui ai dit mon engagement avec Clemenceau, qu'il a été entendu
que Clemenceau seul déciderait, que l'affaire est entre les mains de
ce dernier. En effet, il a été question d'une interpellation, qui ne
serait sans doute que du bruit inutile; mais soyez persuadé qu'un
projet de loi sera un enterrement de troisième classe. Cela m'est égal
du reste, interpellation, projet de loi, ce qu'on voudra. Il me faut
simplement quelque chose, puisque j'ai annoncé qu'il y aurait quelque
chose.

J'ai déjà écrit à Clemenceau. Je lui écris encore en même temps qu'à
vous, pour lui répéter ce que je lui ai déjà dit, que je le laisse seul
maître de la situation! Je n'agirai certainement en dehors de lui que
lorsqu'il m'aura averti lui-même de n'avoir plus à compter sur ses bons
offices.

Et maintenant, pardonnez-moi de vous avoir fourré là-dedans. Il m'était
si facile d'en porter toute la responsabilité, qui m'est légère!

Bien affectueusement à vous.



                       =Au journal _Le Figaro_.=


                                                     9 décembre 1885.

                          LOUIS DESPREZ[55].


Je l'ai connu et je l'ai aimé.

C'était un pauvre être, mal poussé, déjeté, qu'une maladie des os de la
hanche avait tenu dans un lit pendant toute sa jeunesse. Il marchait
péniblement avec une béquille, il avait une de ces faces blêmes et
torturées des damnés de la vie, sous une crinière de cheveux roux.

Mais, dans ce corps chétif d'infirme, brûlait une foi ardente. Il
croyait à la littérature, ce qui devient rare. Il avait le plus haut
des courages, le courage intellectuel; que d'hommes de grand talent
sont des lâches dans l'ordre des idées! C'était en le sentant brave et
croyant que je m'étais mis à l'aimer. Fils d'un universitaire, il avait
dû rompre avec sa famille, il vivait d'une petite rente, à l'écart; et
cet enfant de vingt et quelques années, si faible, rêvait les grandes
luttes, s'exténuait au travail, déjà marqué pour le martyre.

Lorsqu'il eut publié _Autour d'un Clocher_, et qu'on lui fit ce procès
imbécile dont il allait mourir, je fus pris d'une pitié inquiète
devant sa faiblesse. Il m'avait demandé mon avis, je le conjurai de
plier l'échine, d'implorer la clémence par une attitude soumise. Mais
il ne m'écouta point; on se souvient peut-être qu'il voulut plaider
lui-même son cas, réclamer à voix haute la liberté des lettres, ce qui,
naturellement lui valut un mois de prison. N'était-ce pas fatal? La
loi inepte[56] qu'on a votée pour empêcher le trafic malpropre d'une
douzaine de polissons, ne devait elle pas égorger d'abord un pauvre
enfant qui promettait un écrivain de race? Toujours l'effroi de la
liberté, cet effroi qui, un de ces beaux matins, nous mettra au cou le
carcan d'un dictateur.

Voilà le malheureux à Sainte-Pélagie, car il refusa encore de
m'entendre lorsque je le suppliai de solliciter la grâce de faire son
mois dans une maison de santé. Il s'obstinait crânement à faire sa
peine, an nom de la littérature outragée en lui. Et le martyre passa
ses espérances, car on le mit avec les voleurs, dans l'enfer du droit
commun; oui, pour avoir écrit un livre, pour quelques pages libres,
comme il y en a cent dans nos vieux auteurs! Nous allâmes le voir,
Daudet et moi, et je me souviendrai toujours de son entrée, dans le
petit parloir: effaré, hâve, ses cheveux rouges dressés sur son front
livide, n'ayant pas même pu se laver depuis cinq jours, si sale qu'il
ne voulut point nous donner la main. M. Camescasse, alors préfet de
police, a été particulièrement odieux dans cette affaire. Vainement,
des hommes de lettres s'en mêlèrent, il fallut qu'un homme politique,
M. Clemenceau, intervînt. C'était dans l'ordre, ces gens au pouvoir
nous dédaignent, mais pas autant que nous les méprisons.

Eh bien! ils l'avaient assassiné, simplement. Quand il sortit, il
vint me voir, traînant sa jambe avec plus de peine, et il me dit: «Je
crois bien qu'ils m'ont achevé; je vais m'enterrer à la campagne, pour
tâcher de me remettre». En arrivant là-bas, dans la petite maison qu'il
possédait au fond de la Champagne, il dut prendre le lit et il ne l'a
plus quitté; des souffrances atroces, la jambe immobilisée dans un
appareil, et un rhume, aggravé par Sainte-Pélagie qui se tournait en
bronchite aiguë. Hier, il en est mort.

J'avoue que je n'ai pas mon sang-froid. Tout à l'heure, en apprenant la
nouvelle, je me suis senti soulevé de colère. Mes mains en tremblent
encore, c'est une rage d'indignation. Et le pauvre enfant me hante, il
se dresse continuellement devant mes yeux, il semble attendre quelque
chose de moi. Oui, c'est son dernier vœu que j'ai à remplir, j'aurais
un éternel remords si je ne protestais pas à voix haute, de toute ma
douleur. Je le dois à lui, à moi-même, à la littérature qui est ma
vie. En ce moment, je ne veux plus savoir si, dans cet assassinat,
il y a eu un tribunal, des jurés, un préfet de police; j'ai l'unique
et invincible besoin de crier: «Ceux qui ont tué cet enfant sont des
misérables!»



                         =A Alphonse Daudet.=


                                             Médan, 15 décembre 1885.


Certes, oui, mon ami, nous voulons être tous les deux de la fête. Mais
n'envoyez pas les places ici, de peur qu'elles ne se croisent avec
nous; remettez-les à Charpentier, chez qui nous devons dîner, le soir
de _Sapho_. Et merci.

Je viens de recevoir _Tartarin_. Il a bon air et sent bon. Les extraits
que j'ai lus dans les journaux sont d'une bien jolie verve. Nous
allons, ce soir, commencer le vrai régal, et nous en causerons, comme
vous dites.

Rien de nouveau ici, naturellement. Je travaille à en être malade,
bousculé par ce diable de _Gil Blas_, qui m'a fait accepter une date
trop rapprochée. Je souhaite ardemment les deux jours de repos que je
vais prendre.

Bonne santé à Mme Daudet, un gros succès à vous, mon ami, et nos vives
amitiés à vous tous.


Les journaux me renseigneront, épargnez-vous la dépêche, à moins d'une
aventure exceptionnelle.



                           =A Henry Céard.=


                                              Médan, 23 février 1886.


Mon cher Céard, je n'ai fini _L'Œuvre_ que ce matin. Ce roman, où mes
souvenirs et mon cœur ont débordé, a pris une longueur inattendue. Il
fera soixante-quinze à quatre-vingts feuilletons du _Gil Blas_. Mais
m'en voici délivré, et je suis bien heureux, très content de la fin,
d'ailleurs.

J'ai bien reçu les numéros du _National_ et de _La Justice_, et je vous
remercie. J'ai envoyé une carte à M. Millot. Hein? faut-il peu de chose
pour les mettre en branle? On aurait le temps, qu'on pourrait vraiment
s'amuser à les exaspérer. Du reste, cette affaire d'Amérique s'annonce
comme très intéressante. Je prépare d'autres coups.

Nous ne rentrerons pas à Paris avant le 10 mars. J'ai ici à surveiller
encore des ouvriers, et je désirerais d'autre part en finir avec les
épreuves de _L'Œuvre_, pendant que je suis tranquille. Puis, j'avoue
que, en dehors de mes quelques amis, Paris me tente peu, d'autant plus
que je n'ai pas, cette fois, de notes à y prendre. Me voilà déjà mordu
par mon roman sur les paysans[57]. Il me travaille, je vais me mettre
tout de suite à la chasse aux notes et au plan. Je veux m'y donner tout
entier.

Et vous, mon vieil ami, vous me paraissez morose, malgré le gain de
votre procès. Pourquoi donc ne vous donnez-vous pas à une œuvre? Je
vous assure que, dans le néant de tout, c'est encore l'inutilité la
plus passionnante.

Enfin, à bientôt, et nous recauserons de ça. C'est un crime, avec vos
facultés, de vous soustraire comme vous le faites. Nous vous le disons
tous. Il faudra finir par nous écouter.

Une vigoureuse poignée de main, et les bonnes amitiés de ma femme.



                              =Au même.=


                                              Châteaudun, 6 mai 1886.


Mon cher Céard, après une journée à peu près inutile passée à Chartres,
je suis ici depuis hier, et je tiens le coin de terre dont j'ai besoin.
C'est une petite vallée à quatre lieues d'ici, dans le canton de
Cloyes, entre le Perche et la Beauce, et sur la lisière même de cette
dernière. J'y mettrai un petit ruisseau se jetant dans le Loir,--ce
qui existe d'ailleurs; j'y aurai tout ce que je désire, de la grande
culture et de la petite, un point central bien français, un horizon
typique, très caractérisé, une population gaie, sans patois. Enfin le
rêve que j'avais fait.--Et je vous l'écris tout de suite, puisque vous
vous êtes intéressé à mes recherches.

Je retourne demain à Cloyes, d'où j'irai revoir en détail ma vallée et
ma lisière de Beauce. Après-demain, j'ai rendez-vous avec un fermier,
à trois lieues d'ici, en pleine Beauce, pour visiter sa ferme. J'aurai
là toute la grande culture. Aujourd'hui, je suis resté à Châteaudun,
pour assister à un grand marché de bestiaux. Tout cela va me prendre
quelques jours, mais je rentrerai avec tous mes documents, prêt à me
mettre au travail.

Et voilà. Un temps merveilleux, un pays charmant, je ne parle pas de la
Beauce, mais des bords du Loir.

A bientôt, n'est-ce pas? Ma femme vous envoie ses meilleures amitiés,
et je vous serre bien affectueusement la main.

Nous serons sans doute à Médan mardi.



                              =Au même.=


                                                 Médan, 16 juin 1886.


Mon ami, n'auriez-vous pas autour de vous, dans des paperasses, les
armes de Dourdan (Seine-et-Oise) et celles de Médan: je parle des
écussons, avec l'indication des couleurs héraldiques? J'aurais besoin
de ces documents pour ma nouvelle salle de billard. Les armes de Médan
seraient-elles de la famille qui a possédé le château: les Médan de
Beaulieu, je crois. A l'église nous n'avons malheureusement que des
armoiries détruites.--Enfin, voyez donc ça. Ici, je ne sais où frapper.

Autrement, rien de nouveau. Je me suis mis cahin-caha à l'écriture de
mon bouquin. Le premier chapitre est terminé: cela s'annonce assez
largement, sans le sublime que ma sacrée caboche ne peut s'empêcher de
rêver.

Et vous, êtes-vous content? avez-vous des nouvelles de l'Odéon? Je ne
vois rien dans les journaux, je commence à partager vos inquiétudes,
bien qu'il me semble toujours impossible qu'on ne vous joue pas.

A bientôt, et affectueusement pour nous deux.


Je cherche également les armoiries de Corfou, une des Iles Ioniennes
appartenant à la Grèce. Ma grand'mère paternelle y était née.--Vous
n'avez pas de rapports avec des Grecs[58]?



                              =Au même.=


                                                 Médan, 25 juin 1886.


Merci mille fois, mon bon ami. J'ai reçu ce matin les petits croquis,
et grâce à vous, j'ai même de quoi choisir. Ces documents sont plus que
suffisants.

Vous avez bien fait de rejeter les armes si compliquées de Venise, qui
eussent été inexécutables ici. Du reste, Cameroni, à qui j'avais écrit
en même temps qu'à vous, m'a envoyé le lion ailé de Saint-Marc sur
azur, d'un très joli effet. Voilà qui complète le tout.

Maintenant, vous seriez bien aimable de me dire comment je pourrais
reconnaître l'obligeance de votre collègue à Carnavalet, qui a dessiné
les croquis. Puis-je lui envoyer un de mes livres, quand j'irai à
Paris, ou quoi?

Rien de nouveau. Je travaille, je surveille mes ouvriers, et c'est tout.

Bien affectueusement.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                           Juin 1886.


... Je travaille encore au plan de mon prochain roman _La Terre_, je
ne me mettrai à écrire que dans une quinzaine de jours; et ce roman
m'épouvante moi-même, car il sera un des plus chargés de matière,
dans sa simplicité. J'y veux faire tenir tous nos paysans avec leur
histoire, leurs mœurs, leur rôle; j'y veux poser la question sociale
de la propriété; j'y veux montrer où nous allons, dans cette crise de
l'agriculture, si grave en ce moment. Toutes les fois maintenant que
j'entreprends une étude, je me heurte au socialisme. Je voudrais faire
pour le paysan, avec _La Terre_, ce que j'ai fait pour l'ouvrier avec
_Germinal_.--Ajoutez que j'entends rester artiste, écrivain, écrire
le poème vivant de la terre: les saisons, les travaux des champs, les
gens, les bêtes, la campagne entière.--Et voilà tout ce que je puis
vous dire, car il me faudrait autrement entrer dans des explications
qui dépasseraient mon courage. Dites que j'ai l'ambition démesurée de
faire tenir toute la vie du paysan dans mon livre, travaux, amours,
politique, religion, passé, présent, avenir; et vous serez dans le
vrai. Mais aurai-je la force de remuer un si gros morceau? En tout cas,
je vais le tenter...



                              =Au même.=

                              (FRAGMENT)


                                                  Le 19 juillet 1886.


... Je suis en plein travail, pour mon roman _La Terre_. Mais c'est
une besogne terrible, je ne compte pas être prêt avant mars, et je
doute que je publie cette fois l'œuvre en feuilletons. Pourtant, rien
n'est décidé. Je ne suis pas mécontent des quelques chapitres faits,
seulement le sujet me déborde; il est si vaste! Car j'y veux faire
tenir toute la question rurale en France: mœurs, passions, religion,
politique, patrie, etc., etc. Enfin, je ne puis que me donner tout
entier, et c'est ce que je fais; le reste est hors de ma puissance...



                        =A Antoine Guillemet.=


                                                 Médan, 22 août 1886.


Qu'êtes-vous allé faire à Cayeux, mon pauvre ami? Je savais par
Huysmans, qui y est allé, quel désert de sable c'était. Et votre femme
qui vous arrive malade dans ce pays du spleen! Votre lettre nous a
désolés. Mais nous espérons bien que vos ennuis vont finir, que votre
femme se remettra, et que vous rentrerez à Moret, où vous aurez des
arbres, au moins.

Nous, nous n'avons pas encore quitté Médan, et il est peu croyable que
nous le quittions cette année, à moins que nous n'allions prochainement
passer huit jours à Saint-Palais, près de Royan, où se trouvent les
Charpentier. Nous avons eu des ouvriers, et nous en avons encore pour
une salle que j'ai fait construire. Puis, j'ai mon roman terrible qui
me cloue,--un livre qui me donnera bien du mal et qui m'empêchera de
rentrer à Paris avant mars peut-être. Vous savez que je ne suis jamais
content quand je travaille. Enfin, pourvu que je ne dégringole pas trop
vite, c'est tout ce que je demande. Au demeurant, nous sommes bien ici,
ma femme ne va pas trop mal, et il ne faut pas demander davantage.

Écrivez-moi, quand vous rentrerez à Paris, car je tâcherai d'aller vous
serrer la main, à un de mes voyages.

Bonne santé à votre femme, bon courage à vous, et bonne poussée à
Jeanne, qui doit grandir comme un arbre. Et n'attendez pas trop pour
nous écrire que votre femme est rétablie,. Ma femme se joint à moi et
vous serre à tous affectueusement la main.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                  Le 9 novembre 1886.


... Je travaille toujours à _La Terre_, mais je ne suis pas encore à la
moitié du livre. J'ai dû prendre des vacances cet été, étant très las.
Le livre ne peut plus paraître avant mai. C'est une œuvre bien longue,
bien hardie, et qui me donne un mal infini...



                        =A Antoine Guillemet.=


                                             Médan, 24 novembre 1886.

    Mon cher Guillemet,


Nous sommes bien chagrins d'apprendre que les choses ne vont pas mieux
chez vous. Nous pensions votre femme remise, et voilà, nous dites-vous,
que les ennuis continuent. Décidément, nous sommes tous patraques, car
nous autres aussi, nous n'allons que cahin-caha, sans rien de grave
pourtant. Il faut se dire que nous n'avons plus vingt ans, que la
cinquantaine arrive, du moins pour nous, et qu'on doit payer sa dette à
l'âge.

Eh! non, je ne suis guère avancé, avec mon bouquin; _La Terre_, elle
aussi, ne va que lentement. J'ai toutes les peines du monde avec ce
sacré livre. Aussi ne rentrerons-nous à Paris que vers la fin janvier,
car je veux donner un coup de collier d'ici là. Et une de mes premières
visites sera pour vous, car je veux voir les belles choses que vous
rapportez.

Courage, tout s'arrangera, mon ami. Votre femme se portera mieux et
nous redeviendrons jeunes. En tous cas, nous lui souhaitons une bonne
santé, et nous vous envoyons nos vieilles amitiés à vous et au petit
Jean.



                           =A Henry Céard.=


                                             Paris, 19 décembre 1886.

    Mon cher ami,


Je vous ai cherché partout dans la salle, hier soir. Et voilà que je
pars sans vous avoir revu. A bientôt, n'est-ce pas? puisque vous venez
pour Noël. Les Charpentier prendront le train de 2 heures, samedi, et
j'irai les prendre à Villennes. Voyez donc si vous pouvez faire la
route avec eux.

N'oubliez pas ma rue, la rue qui doit avoir disparu dans la trouée
faite pour les Halles, et d'un nom possible.--Autre chose: vous
seriez bien gentil de voir si vous n'avez pas, à votre bibliothèque,
le _Catéchisme poissard_, une brochure, je crois, qu'on vendait sous
Louis-Philippe pour les engueulements du carnaval. Vous m'en copieriez
les répliques les plus salées, que vous m'enverriez.

Merci, et à bientôt.

Affectueusement.



                         =A Edouard Lockroy.=


                                             Médan, 24 décembre 1886.

    Cher monsieur Lockroy.


Je tiens à vous dire combien j'ai été touché d'apprendre que, sans me
prévenir, vous aviez demandé pour moi, au ministre de l'Instruction
publique, la croix de la Légion d'honneur. Je vois là une marque
d'amitié personnelle et de grande sympathie littéraire, dont je suis
très fier.

Mais que voulez-vous? je ne suis plus d'âge à souhaiter des
récompenses. Me voici déjà dans les vétérans, et ce que j'aurais
accepté au lendemain de _L'Assommoir_, me semble inutile après
_Germinal_. Il faut garder ça pour les jeunes écrivains qui ont besoin
d'être encouragés.

Ce que je n'oublierai pas, cher monsieur Lockroy, c'est votre bonne
pensée de m'être agréable, et veuillez croire que je vous en garde une
gratitude infinie.

Votre très reconnaissant et très dévoué.



                         =A Alphonse Daudet.=


                                             Médan, 26 décembre 1886.

    Mon cher ami,


Charpentier me parle de l'idée touchante et charmante que vous avez
eue, de réunir nos trois noms[59] sur l'affiche, pour le bénéfice de
Flaubert; et j'ai le très gros chagrin de ne pouvoir autoriser la
représentation d'un acte séparé de _Thérèse Raquin_.

Songez donc à ma situation particulière. Goncourt et vous, vous avez eu
votre revanche; tandis que moi, j'attends encore la mienne. Ce serait
vraiment trop chanceux de jouer cette partie sur un acte séparé, et
dans quelles conditions? devant un public forcément détestable, sans
critique, pour une seule fois. Ajoutez que le troisième ou le quatrième
acte prendrait une noirceur abominable, en éclatant sans la préparation
des deux premiers. La pièce n'est plus connue, il est nécessaire
qu'elle reparaisse dans son entier pour être jugée équitablement.
Enfin, présentée ainsi, la partie me fait peur. C'est déflorer la
reprise, c'est risquer l'épreuve sans prudence. Admettez un froid, on
dira: «inutile de reprendre ça, c'est jugé.» Je suis sûr que, si le
vieux vivait, il me crierait: «Mon brave, l'œuvre avant tout!»

J'attendais la confirmation officielle de votre croix d'officier, pour
vous envoyer les félicitations du ménage. Mais, puisque je vous écris,
je vous les adresse tout de suite, et j'y ajoute nos vives amitiés pour
vous tous.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                       Le 12 mars 1887.


... Je n'en suis encore qu'aux deux tiers de _La Terre_. Ce roman, qui
sera le plus long de ceux que j'ai écrits, me donne beaucoup de mal.
J'en suis content, autant que je puis l'être, c'est-à-dire avec ma
continuelle fièvre et mes éternels doutes...



                           =A Henry Bauer.=


                                                Paris, 19 avril 1887.

    Mon cher Bauer,


Merci mille fois, du fond du cœur; et laissez-moi vous dire que je
sens la grande bravoure de votre article, que c'est elle surtout qui
me touche. La pièce a de sérieux défauts[60]. Si vous n'avez pas voulu
les voir, c'est un combattant qui défend le drapeau menacé. Soyez donc
certain que je prends de votre article ce que je dois en prendre.
Serrons les rangs devant l'ennemi; mais pas de vanité, rien que le
désir de mieux faire, pour décider enfin de la victoire.

Votre bien dévoué et bien reconnaissant.



                              =Au même.=


                                                   Paris, avril 1887.


Ah! que vous êtes brave, mon cher Bauer, et que je vous remercie! J'ai
lu votre article avec des frémissements de joie, dans un réveil de
toute ma jeunesse batailleuse. Cela me donne l'envie de mieux faire et
de faire plus haut, plus vrai. Que je voudrais répondre par une œuvre
complète, à vous tous qui voulez bien mettre de l'espoir en moi! Je
vous jure que si je ne tiens rien de ce que vous attendez, c'est que
j'aurai crevé à la peine!

Merci encore, et tout entier à vous.



                          =A Octave Mirbeau.=


                                                Paris, 22 avril 1887.

    Mon cher Mirbeau,


Je ne suis naturellement pas tout à fait de votre avis sur _Renée_,
bien que je me croie sans grande illusion. Mais comme je vous remercie
de votre article si virulent et si vrai sur le monde des théâtres!
Remarquez que le monde qui lit nos romans n'est guère meilleur;
seulement, nous ne le voyons pas en tas. La bêtise est universelle, et
nous ne pouvons cependant nous croiser les bras. Pour moi, il n'y a que
le travail, dans le livre comme au théâtre. Quant au reste, qu'importe!
L'œuvre faite, bonne ou mauvaise, bien ou mal accueillie, n'est plus à
nous.

Merci encore, et cordialement.



                       =A Georges Charpentier.=


                                                   Médan, 6 mai 1887.


J'ai en effet tout reçu, mon bon ami, et je vous remercie de l'activité
que vous mettez à m'être agréable, surtout en ce moment où vous devez
être si bousculé par le chagrin.

Nous avons passé par là, c'est une chose affreuse. Et rien à faire;
on voit la vie s'en aller de l'être qu'on aime, sans pouvoir rien
retarder. Je vous souhaite bien sincèrement un prompt dénouement,
car chaque jour d'angoisse est une cruauté de plus.--A bientôt, nous
espérons pourtant revoir encore votre mère.

Si l'on ne siffle plus _Renée_, c'est peut-être qu'il n'y a plus
personne. Les recettes ont beaucoup baissé depuis deux jours. Enfin,
il y a déjà vingt représentations, cela me suffit.--Vous savez que
nous allons imprimer tout de suite la pièce. Je viens de terminer une
préface dont je suis content: nous la mettrons dans le supplément du
_Figaro_. Peut-être vous enverrai-je le manuscrit dans deux ou trois
jours, peut-être vous le porterai-je jeudi. Et nous tâcherons d'enlever
ça, pour paraître sans retard, pendant que l'aventure n'est pas trop
vieille. Vous devriez annoncer tout de suite la pièce au _Journal de la
Librairie_, pour voir s'il y aura des demandes. Je ne l'espère guère,
mais enfin on peut voir.

Rien autre, je me suis remis à mon roman, qui va très bien.--Nos bonnes
amitiés à vous tous, dites à votre mère que nous l'embrassons, et à
jeudi soir, n'est-ce pas? Nous serons chez vous de bonne heure.

Bien affectueusement.



                          =A Émile Verellen.=


                                                         25 mai 1887.


Il n'est peut-être qu'une seule fraternité, celle du malheur. La
charité est la langue universelle que tous les peuples entendent et
parlent. Aux nations qui se battent, il faut opposer les nations qui
se plaignent et qui s'aident. Qu'un orage enfle toutes les rivières de
l'Europe, que des maisons croulent, que des habitants périssent, et
l'Europe ne sera plus qu'une grande famille attendrie.



                           =A Henry Céard.=


                                                  Médan, 26 mai 1887.


Mon bon ami, la fluxion a disparu, comme tout doit disparaître,
n'est-ce pas? mais ma pauvre femme et moi nous sommes patraques
décidément. Nous travaillons trop, elle à organiser, à surveiller cette
grande coquine de maison, moi à me décarcasser jusqu'à deux heures du
matin sur des phrases, pour vouloir leur faire dire des choses qu'elles
ne disent pas à mon idée. Nous sommes absolument sur les dents, nous
aurons bien besoin d'un mois de vacances, en août.

Et bien! quoi donc? Voilà la musique qui met le feu aux bâtiments, et
la musique de _Mignon_ encore! Ce matin, en ouvrant les journaux, cette
rôtisserie générale m'a tellement bouleversé, que j'ai travaillé très
mal.

Voilà, mon bon ami. Vous êtes bien gentil de vous être inquiété de
nous, et nous vous envoyons nos vives affections.



                          =A Léon Hennique.=


                                                  Médan, 29 mai 1887.

    Mon cher Hennique,


Nous sommes rentrés depuis trois jours à Médan, et me voilà au
travail. Ne croyez donc pas que j'aie été peiné le moins du monde;
énervé peut-être, passionné à coup sûr. J'ai grandi au milieu de
ces batailles, elles me sont nécessaires de temps à autre, pour me
fouetter. Chacune a été pour moi un pas en avant.--_Renée_ aura de
quinze à vingt représentations, au milieu de la bousculade de la
presse et de l'ahurissement du public. Je vais sans doute publier la
pièce tout de suite, et j'écris en ce moment, avant de me mettre à _La
Terre_, une préface assez importante, qui liquidera l'aventure. Tout
cela va bien, j'ai des envies de chef-d'œuvre.

Ma femme est dans le coup de feu de notre installation. Elle ne va
pas mal, ou du moins elle ne sent pas son mal. Écrivez-moi de temps à
autre, vous serez bien gentil. Moi, je vous donnerai des nouvelles,
quand il y en aura de décisives.

Nos vives amitiés à votre femme et bien affectueusement à vous tous.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                                Médan, 1er juin 1887.


Que j'ai du remords, mon cher ami, de ne vous avoir pas encore remercié
de votre bouquin! Mais si vous saviez la bousculade où j'ai été et où
je suis davantage. Après _Renée_, voilà _La Terre!_ Imaginez que j'en
suis aux deux tiers à peine et que _Le Gil Blas_ m'en dévore trois
cents lignes par jour!

Enfin, j'ai donc relu _En Rade_, dans le volume, et combien cela
gagne toujours à n'être plus fragmenté, même lorsque les fragments
sont longs! L'ensemble maintenant apparaît, sinon très simple, du
moins très net. Vous avez là-dedans des choses superbes, les plus
intenses peut-être que vous ayez écrites. Toute la partie paysans
prend un relief extraordinaire. Ce n'est pas que je n'aime point les
rêves, celui d'Esther est assurément une chose exquise et complète en
elle-même; mais, très sincèrement, j'aurais préféré les paysans d'un
côté, les rêves de l'autre. Cela, sans doute, était plus ordinaire;
et quelle nouvelle étonnante pourtant, quel chef d'œuvre, digne d'_A
Vau-l'eau_, vous aviez avec vos paysans tout seuls! Il me semble que
l'opposition que vous avez voulue ne se produit pas, ou du moins se
produit avec une confusion qui n'est pas de l'art. Peut-être est-ce moi
qui me trompe, et je ne vous donne là que mon impression amicale et
franche.

N'importe, vous êtes un fier artiste, et il n'y a pas beaucoup de
romans qui aient la puissante odeur du vôtre.

Affectueusement.



                           =A Henry Bauer.=


                                                 Médan, 19 août 1887.


Votre lettre me touche beaucoup, mon cher Bauer, et comme vous le
dites, si le côté ignoble de l'article en question m'a blessé un
moment, les bonnes poignées de main qui m'arrivent m'ont déjà consolé.

Vous faites allusion à de bien vilains dessous, que je m'entête à ne
pas vouloir constater. Heureusement, aucun des cinq signataires n'est
de mon intimité, pas un n'est venu chez moi, je ne les ai jamais
rencontrés que chez Goncourt et Daudet. Cela m'a rendu leur manifeste
moins dur. J'ai toujours été affamé de solitude et d'impopularité, à
peine ai-je quelques amis, et je tiens à eux.

Merci à l'avance de votre article. Et, je vous en prie, ne jugez pas
_La Terre_ d'après les feuilletons, attendez le volume. Mes romans
perdent tant à être fragmentés. Vous êtes bien gentil de vous souvenir
de mon invitation. Je ne quitterai Médan, pour aller passer un mois à
Royan, que le dimanche 28. Si vous n'êtes pas de retour avant cette
époque, j'ai votre promesse, et il faudra bien que vous veniez en
octobre.

Merci encore, au nom du travail et de l'honnêteté littéraire.

Affectueusement à vous.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                                 Médan, 21 août 1887.


Merci de votre bonne lettre, mon cher Huysmans. J'avais bien reconnu le
R... dans l'entortillage pédant des phrases, et Bonnetain ne pouvait
être que le lanceur. Tout cela est comique et sale. Vous savez ma
philosophie au sujet des injures. Plus je vais, et plus j'ai soif
d'impopularité et de solitude. En somme, j'ai fini _La Terre_ jeudi,
et je suis enchanté d'avoir encore lancé ce bouquin-là dans la mare
aux grenouilles. Il tombera comme il tombera, bon ou mauvais, ça ne me
regarde plus. A un autre!

Nous partons à la fin du mois pour Royan ou nous passerons un gros
mois. Mais comme vous êtes gentil de me promettre votre visite pour
octobre! Tâchez de renvoyer votre congé vers le 15. Nous serons
sûrement de retour. D'ailleurs, je vous écrirai.

Ma femme vous envoie ses amitiés, et bien affectueusement à vous de
notre part à tous deux.



                          =A Octave Mirbeau.=


                                            Royan, 23 septembre 1887.

    Mon cher confrère,


Je lis votre article sur _La Terre_ et je veux que tous sachiez
bien que je ne vous en garde pas rancune. Vous dirai-je même que je
m'attendais un peu à votre opinion défavorable, car il y a en vous
un coin de mysticisme qui ne devait guère s'accorder avec ma vision
personnelle du paysan: j'ai tâché de le voir à l'heure présente, et
vous demandez qu'on le voie comme l'ont vu les gothiques. Mais vous
dites très franchement et très courtoisement ce que vous pensez. Cela
est bien, je vous en remercie.

Me permettez-vous pourtant de m'entêter dans mon œuvre. Je maintiens
absolument la moyenne de ma vérité. Chacun me jettera «son» paysan à la
tête. Pourquoi, seul, le mien serait-il faux? Je suis allé aux sources,
croyez-le, autant que vous tous.

Rappelez-vous l'accueil fait à _L'Assommoir_, puis le revirement.
J'espère que l'aventure va se reproduire pour _La Terre_. Les
conditions sont identiques, je m'amuserai peut-être à les analyser un
jour.

Croyez-moi quand même votre bien dévoué et bien reconnaissant.



                       =A J. van Santen Kolff.=


                                              Médan, 30 octobre 1887.


Je rentre seulement à Médan, après une absence de deux mois, et je me
hâte de vous répondre. J'ai passé six semaines charmantes à Royan, mais
beaucoup d'ennuis, en dehors de la littérature, m'attendaient à Paris,
ce qui m'a gâté un peu mes vacances. Enfin, il faut vivre.

Si _La Terre_ n'a pas paru et ne paraîtra que le 15 novembre, c'est
tout simplement que le volume n'est pas prêt. J'ai été pris de
grandes paresses, j'ai traîné pour les corrections littéraires que
j'ai l'habitude de faire sur les feuilletons, et c'est ainsi que les
épreuves sont restées sur ma table de travail.

Je n'étais pas fâché d'autre part de laisser un peu le calme se faire,
avant de lancer le volume. Jamais je n'ai eu l'idée d'écrire une
préface. Mon livre se défendra tout seul et vaincra, s'il doit vaincre.
J'en suis content, je crois qu'un retour d'opinion se produira en sa
faveur.

Non, en dehors des conversations que j'ai eues avec Xau et Valette,
je n'ai rien communiqué aux journaux. Mais c'est effroyable le nombre
d'articles qui a paru. Ah! qu'ils sont bêtes! Je suis bronzé, jamais je
n'ai été aussi calme ni aussi gai que pendant cette bagarre imbécile.



                         =A Alphonse Daudet.=


                                             Paris, 19 novembre 1887.


Mais jamais, mon cher Daudet, jamais je n'ai cru que vous aviez eu
connaissance de l'extraordinaire manifeste des cinq! Mon premier cri
a été que ni vous ni Goncourt ne saviez rien de la grande affaire, et
que l'article avait dû tomber sur vos têtes comme un pavé. C'est ce
que j'ai dit aux reporters, sans arrière-pensée, avec la conviction
la plus formelle. Je suis confondu que vous ayez vu là une accusation
détournée de ma part. Le stupéfiant, c'est que de victime vous m'avez
fait coupable, et qu'au lieu de m'envoyer une poignée de main, vous
avez failli rompre avec moi. Avouez que cela dépassait un peu la mesure.

Je ne vous en ai jamais voulu, moi. Je sais parfaitement comment le
manifeste a été écrit, et il faut en sourire. Votre lettre, mon cher
Daudet, ne m'en cause pas moins une vive joie, puisqu'elle met fin à un
malentendu dont nos ennemis étaient déjà enchantés.

Nos bien grandes amitiés à Mme Daudet et à vous.



                           =A Henry Bauer.=


                                             Paris, 25 novembre 1887.


Merci mille fois, mon cher Bauer, des lignes sympathiques que vous
consacrez à _La Terre_. Vous avez raison, nous ne devrions pas publier
nos romans en feuilletons. Ainsi, pour celui-ci, il est certain qu'on
ne l'a pas jugé sur son ensemble, et qu'on ne reviendra pas de sitôt
sur les injures dont on l'a accablé: je parle de la critique. En somme,
il aura la fortune qu'il doit avoir. Une fois l'œuvre faite, je ne m'en
préoccupe plus.

Mais je vous suis bien reconnaissant de votre bonne poignée de main
littéraire, et je veux que vous me sachiez votre bien affectueux.



                         =A Alphonse Daudet.=


                                             Paris, 18 décembre 1887.

    Mon cher ami,


Je connaissais à peu près tous les chapitres de vos _Trente ans de
Paris_. Mais avec quel charme je viens de les relire! Il y a là, pour
nous, hommes du métier, des pages bien intéressantes, et il y a pour
moi, qui ai vécu une vie parallèle à la vôtre, des souvenirs qui
éveillent puissamment les miens. Je sors tout secoué de ma lecture.

Votre Tourguéneff m'a fait revivre des heures déjà lointaines, et votre
note de la fin, les quelques lignes ajoutées, m'a serré le cœur. C'est
la vie, paraît-il. D'ailleurs, je crois que ces choses ont pris, sous
des plumes maladroites, une brutalité qu'elles n'ont jamais eue. Ah!
mon ami, ce n'est pas le mal qu'on dit des autres qui vous brouille,
c'est le mal qu'on vous en fait dire.

Nos meilleurs souvenirs à Mme Daudet, et bien cordialement à vous.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                     22 janvier 1888.


... Vous savez que, dans le dernier volume de la série, réservé
au _Docteur Pascal_, celui-ci développera l'arbre et l'établira
définitivement. C'est pourquoi je n'ai eu aucun scrupule à modifier
légèrement l'indication hâtive que j'en ai donnée, en tête d'_Une Page
d'amour_. Je compléterai l'arbre généalogique à la fin. Déjà, j'ai dû
créer ainsi Angélique. J'espère qu'on me pardonnera ces retouches,
d'autant plus que sur tous les autres points, mon plan primitif a été
suivi avec une extrême rigueur...



                          =A Georges Renard.=


                                              Paris, 17 février 1888.

    Monsieur,


Je vous autorise bien volontiers à publier ma lettre à la suite de
votre étude sur _Le Naturalisme contemporain_; et je vous avouerai
même que je serai très heureux d'avoir le texte de cette lettre, car
j'ai toujours l'idée de développer ma réponse à vos objections. Vous
me ferez donc un vif plaisir, lorsque votre livre sera paru, en m'en
adressant un exemplaire.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de mes meilleurs sentiments.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENTS)


                                                         5 mars 1888.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Même hésitation de mes souvenirs, au sujet de votre question sur
_Nana_. C'est peut-être céder un peu trop au symbole en disant que le
corps pourri de _Nana_ est la France agonisante du second empire. Mais,
évidemment, j'ai dû vouloir quelque chose d'approchant.

                   *       *       *       *       *

Combien je vous remercie de la traduction si intéressante que vous
m'envoyez! M. Alberdingk Thym m'a écrit dernièrement, en m'envoyant son
étude. Mais, dans mon ignorance du hollandais, je ne me doutais guère
des éloges hyperboliques que contenait cet article. Vous vous doutez
bien que je ne les accepte pas tous. J'en suis pourtant profondément
touché, car je sens cette exaltation sincère. Vous ne pouviez me causer
une plus grande joie qu'en me traduisant ces pages si débordantes de
sympathie. Merci, merci encore! Il est si doux de se savoir des amis,
lorsqu'on sent autour de soi tant d'adversaires!

                   *       *       *       *       *

On m'a souvent reproché de ne pas tenir compte de l'au-delà, et
c'est pourquoi j'ai voulu faire la part du rêve dans ma série des
_Rougon-Macquart_. Depuis des années, j'avais le projet de donner
un pendant à _La Faute de l'abbé Mouret_, pour que ce livre ne se
trouvât pas isolé dans la série. Une case était réservée pour une étude
de l'au-delà. Tout cela marche de front, dans ma tête, et il m'est
difficile de préciser des époques. Les idées restent vagues, jusqu'à la
minute de l'exécution. Mais soyez certain que rien n'est imprévu. _Le
Rêve_ est arrivé à son heure, comme les autres épisodes.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



                              =A Coste.=


                                               Paris, 1er avril 1888.

    Mon cher ami,


Vous ne donnez plus signe de vie, et pour vous réveiller, j'ai de
nouveau recours à votre obligeance. Voici de quoi il s'agit.

A Médan, dans ma grande salle, contre un mur, je vais faire une
panoplie d'instruments de musique. Mais il me manque une pièce
importante, pour le milieu, et je désire vivement trouver un tambourin.
Ici, mes recherches ont été vaines. Tâchez donc, à Aix ou à Marseille,
de me procurer ce tambourin. Je le préférerais ancien: il y en a du
XVIIIe siècle, avec de fines sculptures et une patine très belle. Mais
si vous n'en trouvez pas chez les brocanteurs, voyez à m'en avoir un
neuf très joli alors, tout ce qu'on fait de mieux, sans oublier la
baguette et le galoubet. Faites-moi connaître le prix demandé et par
retour du courrier je vous donnerai l'ordre d'achat.--Encore un coup,
un tambourin ancien me plairait davantage. Je vous donne jusqu'au 25 de
ce mois pour me trouver ça.--Merci, merci, et merci.

Ici, je suis dans une bousculade terrible. _Germinal_ passera dans
trois semaines et les répétitions sont très laborieuses. D'autre part,
_Le Rêve_, mon prochain roman, commence à paraître dans _La Revue
illustrée_.--J'aspire vivement à la fin du mois, époque où il me sera
enfin permis d'aller me cloîtrer à Médan, pour travailler un peu
tranquille.

Je sais que vous plongez à fond dans la politique, et je ne vous envie
pas. Mais vous travaillez, vous luttez, et c'est vivre. Vous nous
manquez beaucoup ici, il faudra bien un jour que vous veniez reprendre
votre place.

Affectueusement.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                      7 juillet 1888.


... Quant à mes études locales des lieux à décrire, voici. Le plus
souvent, je crée le hameau dont j'ai besoin, en gardant les villes
voisines telles qu'elles existent. Cela me donne plus de liberté pour
mes personnages. C'est ce que j'ai encore fait dans _La Terre_. Rognes
est inventé, et je me suis servi d'un village, Romilly-en-Beauce, en
le modifiant. C'est au mois de mai 1886 que je suis allé passer quinze
jours à Châteaudun et à Cloyes, pour prendre les notes nécessaires. En
général, une quinzaine me suffit: je préfère une impression courte et
vive. Quelquefois pourtant, je retourne revoir les lieux, au cours de
mon travail. Ma femme m'accompagnait, comme toujours. Nous avons couché
à Châteaudun et à Chartres. Nous avons parcouru le pays en landau
attelé de deux chevaux: une petite maison roulante! C'est très commode;
on est là chez soi, on est très bien...



                        =A Guy de Maupassant.=


                                              Médan, 14 juillet 1888.


Vous m'avez pardonné, n'est-ce pas? mon cher ami, d'avoir fait du
mystère avec vous. Mme Charpentier venait de m'apporter ici l'offre de
Lockroy, et cela d'une façon si délicate, que j'avais cédé. Mais, par
enfantillage peut-être, je ne voulais pas qu'il existât une acceptation
écrite de moi. De là ma réponse ambiguë à votre lettre si aimable.

Oui, mon cher ami, j'ai accepté après de longues réflexions, que
j'écrirai sans doute un jour, car je les crois intéressantes pour
le petit peuple des lettres, et cette acceptation va plus loin que
la croix, elle va à toutes les récompenses, jusqu'à l'Académie; si
l'Académie s'offre jamais à moi, comme la décoration s'est offerte,
c'est-à-dire si un groupe d'académiciens veulent voter pour moi et
me demandent de poser ma candidature, je la poserai, simplement, en
dehors de tout métier de candidat. Je crois cela bon, et cela ne serait
d'ailleurs que le résultat logique du premier pas que je viens de faire.

Quand je vous verrai, je veux causer avec vous de ces choses, car je
serais très heureux de vous savoir de mon avis.

Merci encore et bien affectueusement à vous.



                          =A Octave Mirbeau.=


                                                  Médan, 9 août 1888.


Ah! mon cher Mirbeau, voici des années qu'on m'annonce ma fin, et je
dure!

Je vous pardonne bien charitablement d'augmenter le mensonge autour de
moi, car vous ne savez ce que vous dites, parlant de choses que vous
ignorez.

D'ailleurs, je suis tranquille. Vous êtes un croyant, facile aux
conversions, et si jamais la vérité se refait en vous sur mon compte,
je vous connais d'une assez grande bonne foi pour la confesser.

Bien à vous quand même.



                         =A Alphonse Daudet.=


                                              Paris, 21 octobre 1888.


Je ne crois rien de ce qu'on me rapporte, mon cher ami, et si, de
votre côté, vous n'écoutez point ceux qui pensent avoir intérêt à nous
désunir, notre vieille amitié n'est point morte encore. Cette question
bête de l'Académie ne doit même pas exister entre nous, car je suis
bien certain que vous comprendriez mon attitude, le jour où il me
conviendrait de m'y présenter, de même que je vous aurais approuvé,
si vous aviez cru devoir à votre situation de désirer un fauteuil. Ce
sont là de simples arrangements personnels, et il faut des rencontres
de circonstances et des commentaires méchants, pour leur donner des
significations de rivalité préméditée, qu'ils n'ont pas.

Croyez-moi toujours votre très affectueux.



                      =Au Dr Maurice de Fleury.=


                                              Paris, 9 décembre 1888.

    Monsieur et cher confrère,


Je n'ai aucune opinion nette sur la question que vous me posez.
Personnellement, j'ai cessé de fumer, il y a dix ou douze ans, sur
le conseil d'un médecin, à une époque où je me croyais atteint d'une
maladie de cœur. Mais croire que le tabac a une influence sur la
littérature française, cela est si gros, qu'il faudrait vraiment des
preuves scientifiques pour tenter de le prouver. J'ai vu de grands
écrivains fumer beaucoup et leur intelligence ne s'en porter pas
plus mal. Si le génie est une névrose, pourquoi vouloir la guérir?
La perfection est une chose si ennuyeuse, que je regrette souvent de
m'être corrigé du tabac. Et je ne sais rien autre chose, je n'oserais
rien dire de plus sur la question.

Bien à vous.



                         =A Alphonse Daudet.=


                                             Paris, 18 décembre 1888.


Mon cher Daudet, je ne vous ai pas encore remercié de l'aimable envoi
de vos _Souvenirs d'un homme de lettres_, et je veux pourtant le
faire avant de vous revoir. Je connaissais presque toutes ces pages,
mais je les ai relues avec infiniment de plaisir. Certaines ont une
pénétration, une intensité de vie que nul de nous n'a dépassées.

A demain, pour fêter le succès de notre grand aîné Goncourt.

Cordialement aux vôtres et à vous.



                       =A J. van Santen Kolff.=


                                                  Paris, 6 mars 1889.

    Mon cher confrère,


Ne vous ai-je pas déjà dit de ne pas vous inquiéter, lorsque je ne vous
répondrai point? Je suis l'homme le plus paresseux du monde, lorsque je
n'en suis pas le plus travailleur. Il est bien vrai que je traverse une
crise, la crise de la cinquantaine sans doute; mais je tâcherai qu'elle
tourne au profit et à l'honneur de la littérature.--Pardonnez-moi donc
mon long silence. Il est des semaines, des mois, où il y a tempête dans
mon être, tempête de désirs et de regrets. Le mieux alors serait de
dormir!... _Le Rêve_ a été en général bien accueilli partout, quoique
peu compris. Tout cela est loin, d'ailleurs. Il faut se remettre au
travail...

Je sais qu'on a affirmé que, quand j'ai publié _Le Rêve_, c'était pour
apitoyer l'Académie sur mon sort, qu'en le faisant c'était une façon de
lui dire: «Voyez, je suis devenu gentil, bien raisonnable, acceptez-moi
en raison du livre _ad hoc_ que je viens de faire!» C'eût été misérable
pour tout le monde, et, vous le savez, indigne de moi.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                                  Paris, 6 mars 1889.


Mon bon ami, je savais que vous étiez souffrant; mais je ne me doutais
pas que vos supplices eussent cette variété dans l'insupportable. Il
faut vous bien soigner et nous revenir solide, un de ces soirs. Nous ne
quitterons d'ailleurs Paris que dans les premiers jours de mai.

Moi, je continue de flâner. Toute ma paresse refoulée s'épanouit. Je
n'aurais qu'un tout petit effort à faire pour ne plus toucher une
plume. C'est une crise d'indifférence, un sentiment de l'à quoi bon,
que je suis curieusement en moi. Je vais pourtant me remettre à mon
roman, sans enthousiasme, je vous assure, mais parce qu'il le faut.

Ma femme vous envoie ses amitiés et ses souhaits d'une prompte
guérison. Elle-même n'est pas très valide.

Et à bientôt, j'espère, et bien affectueusement à vous.



                           =A Henry Céard.=


                                                   Paris, 3 mai 1889.


... Je ne veux pas quitter Paris, mon bon ami, sans vous remercier de
votre bel et excellent article. Il m'a profondément touché. Vous avez
trouvé le moyen de m'être très agréable, sans trop offenser la vérité.
Merci, merci de tout mon cœur.

Maintenant, je vais vous charger d'un tas de commissions. Ayez
l'obligeance de me faire faire une copie de _Madeleine_, d'après le
manuscrit du Théâtre Libre, conforme à la représentation. Portez ça
chez Leduc ou ailleurs, et qu'on m'envoie la copie à Médan, avec le bon
que je signerai et que je renverrai.

En outre, soyez assez bon pour m'adresser les journaux intéressants
de dimanche soir et de lundi matin, le Sarcey, le Lemaître, le Paul
Perret, etc.

J'ai trouvé la presse de ce matin et de ce soir moins mauvaise que je
ne le craignais. En tous cas, la soirée paraît avoir été bonne pour le
Théâtre Libre, et c'était là l'important.

Encore merci pour votre grand dévouement dans toute cette aventure, et
à bientôt, n'est-ce pas? Venez un jour causer à Médan.

Vives amitiés de nous deux.



                              =Au même.=


                                                  Médan, 31 mai 1889.


Mon bon ami, je vois dans les journaux qu'il est de nouveau question
de _Thérèse Raquin_ aux Variétés. Ne pourriez-vous savoir au juste ce
qu'il en est, en allant voir Lerou, et sans me mettre en avant, comme
si la curiosité venait de vous? Au fond, je n'ai qu'un désir, savoir si
la représentation m'appellera prochainement à Paris, et à quelle époque
exacte. Cela, pour organiser mon temps à l'avance.

Ici, rien de nouveau. Je suis rentré et je me suis mis rageusement au
travail. Ah! l'âge ne me calme guère. J'espérais, en vieillissant,
m'assagir un peu. Mais, décidément, je ne puis agir que dans des coups
de passion. Est-ce singulier! car, au fond, je me juge très froidement,
et je méprise même mon emballement.

A bientôt, n'est-ce pas? et affectueusement à vous.



                              =Au même.=


                                                  Médan, 5 juin 1889.


Merci, mon cher Céard, des renseignements que vous m'envoyez. Comme
vous, je ne crois pas que Sarah joue _Thérèse Raquin_, et je ne le
désire pas, pour les raisons que vous analysez si bien. Seulement,
j'ai eu peur cette fois, car il me serait difficile de me mettre en
travers,--ce que je ferais pourtant,--si la chose devenait sérieuse.
Vous savez qu'au théâtre, c'est l'impossible qui arrive. Veuillez donc
veiller encore et m'écrire, si vous appreniez quelque chose, de façon à
ce que j'aie le temps d'agir.

Je travaille assez bien, je lis beaucoup, et j'ai toutes les peines du
monde à avoir l'âme calme. Mon pauvre petit Fanfan est mort dimanche,
à la suite d'une crise affreuse. Depuis six mois, je le faisais manger
et boire, je le soignais comme un enfant. Ce n'était qu'un chien, et sa
mort m'a bouleversé. J'en suis resté tout frissonnant.

Vives amitiés de nous deux.



                           =Au Dr Gouverné.=


                                                  Médan, 3 juin 1889.

    Mon cher docteur,


J'ai besoin d'un renseignement pour le roman que j'écris, et je me
permets de vous le demander.

Je vois que le nitre est un poison hyposthénisant. Est-ce qu'on
pourrait empoisonner avec le salpêtre de nos maisons d'habitation? J'ai
besoin qu'un gredin de paysan empoisonne sa femme, d'une façon lente et
facile.

Puis-je lui faire prendre le salpêtre qu'il a sous la main, et en
quelle quantité, et à combien de reprises.

Pardonnez-moi mon importunité, et veuillez me croire votre bien dévoué
et bien cordial,



                              =A Coste.=


                                                 Médan, 15 juin 1889.


Mon vieil ami, je suis plein de honte de n'avoir pas encore répondu à
votre bonne lettre du 16 avril. Il faut vous dire que j'ai été bien
occupé. Et puis, vous me pardonnez, n'est-ce pas?

Seulement, en retrouvant et en relisant votre lettre tout à l'heure,
j'ai été pris de la peur que vous ne tombiez ici, à l'occasion de
l'Exposition, avant d'avoir reçu une réponse de moi.--Vous savez que
nous comptons sur vous. Et même je vais vous charger d'une commission,
pour être sûr que vous viendrez: ce sera de nous apporter cent grammes
de bon safran dans une boîte de fer-blanc. Si vous ne veniez pas, vous
nous enverriez ça par la poste. Mais vous viendrez, n'est-ce pas?

Ici, rien de nouveau. Toujours du travail, je me suis mis à mon nouveau
roman, _La Bête humaine_, qui a pour cadre la ligne de Paris au Havre.
Cela va son petit bonhomme de chemin, mon train ordinaire. Et rien
autre, les arbres poussent, nos santés sont assez bonnes. On vieillit,
et voilà!

Vous vous plaignez beaucoup, vous, mon ami, et je crois bien que
vous avez tort, un peu tout au moins. Vous êtes bien tranquille,
là-bas. Ce qui vous manque, c'est de venir passer trois mois d'hiver
à Paris. Pourquoi n'organisez-vous pas cela? Vous enverriez d'ici des
correspondances au _Sémaphore_. Enfin, vous connaissez vos affaires
mieux que moi. Mais il me semble que vous avez rompu trop brusquement
avec Paris.

Je vais, pour finir, vous charger encore d'une commission. Voyez donc
s'il n'existe pas, à Aix, une chaise à porteurs, Louis XV ou Louis XIV,
qu'on consentirait à vendre. Mais il me la faudrait très belle, en
vernis Martin, dorée, ou avec des peintures. Enfin, une jolie pièce, et
en état acceptable.

A bientôt, n'est-ce pas? mon vieil ami, et toutes les cordialités
affectueuses de ma femme et de moi.


Quant à l'huile, nous en aurons assez cette année. Ce sera pour la
prochaine récolte.



                              =Au même.=


                                                  Médan, 4 août 1889.


Eh bien! mon cher Coste, que sont devenues les tapisseries découvertes
dans un grenier de Notre-Dame? On m'en offre d'un autre côté, et je
voudrais savoir ce que devient l'affaire dont vous m'avez parlé. Un
simple mot de réponse.

Je vous écris en hâte, entre deux séances de travail. Je pousse mon
roman le plus possible, car je voudrais bien en être débarrassé en
décembre; et nous allons avoir un déménagement à Paris, ce que je crois
vous avoir dit: nous quittons la rue Ballu pour aller à côté, rue de
Bruxelles. Tout cela fait que je donne un coup de collier, pendant que
je suis encore tranquille ici.

Alexis, que j'ai en ce moment même près de moi, vous envoie une
vigoureuse poignée de main et j'y joins la mienne, ainsi que les bonnes
amitiés de ma femme.

A bientôt, n'est-ce pas?

Affectueusement à vous.



                       =A Georges Charpentier.=


                                                 Médan, 27 août 1889.


Merci, mon vieil ami, de votre bonne lettre. J'ai lu, dans le journal
de Billaud, le beau succès que vous avez fait à _L'Assommoir_, chez
Piétro Bono. Et j'avoue que je n'ai pas trop regretté d'être absent,
car je n'aime les ovations qu'à distance.--Pourtant, nous regrettons
fort de n'être pas avec vous, malgré le mauvais temps. Mais toutes
sortes de devoirs nous clouent ici.

J'ai travaillé à mon roman[61] avec rage. J'aurai certainement fini
le 1er décembre. Je crois que _La Vie populaire_ en commencera la
publication vers le 20 octobre, et nous tâcherons de paraître à la
fin de janvier. Dès le 15 septembre, je compte porter à Fasquelle
les sept premiers chapitres, pour qu'on les compose tout de suite.
N'est-ce pas? donnez-lui des instructions en conséquence.--Je compte
aussi lui remettre enfin _Le Vœu d'une morte_ que je suis en train de
relire. Ah! mon ami, quelle pauvre chose! Les jeunes gens de dix-huit
ans, aujourd'hui, troussent des œuvres d'un métier dix fois supérieur
à celui des livres que nous faisions, nous, à vingt-cinq ans. Enfin,
ce sera un bouquin curieux à comparer avec ceux qui l'ont suivi. Il
faudrait qu'on se hâtât et qu'il fût prêt à paraître en un mois, vers
le milieu d'octobre.

Je suis pris du désir furieux de terminer au plus tôt ma série des
_Rougon-Macquart_. Je voudrais en être débarrassé en janvier 1892. Cela
est possible, mais il faut que je bûche ferme.

Je traverse une période très saine de travail, je me porte
admirablement bien, et je me retrouve comme à vingt ans, lorsque je
voulais manger les montagnes.

C'est le 10 septembre que nous allons rentrer à Paris, pour nous
installer tout doucement dans notre nouvel appartement.

Il nous faut bien six semaines et nous voudrions y être avant le froid.
Il y a beaucoup à faire, mais nous en prendrons à notre aise, quittes
à ne tout meubler que plus tard.--Vous nous trouverez donc sûrement
réinstallés à Paris.--En décembre, nous reviendrons à Médan tuer le
cochon, et si le cœur vous en dit, vous serez des nôtres.

Il fait ici un temps atroce, comme partout, je crois. Moi,
personnellement, je n'en souffre pas, me cloîtrant du matin au soir.
Je n'ai d'ailleurs guère vu, cet été, qu'Alexis, Thyébaut et Céard. Ce
dernier, pour le moment, voyage en Savoie. Notre cousine Amélie, qui a
passé trois semaines avec nous, est partie d'hier.

Voilà, mon bon ami. Je vous souhaite, à vous, du soleil, puisque vous
êtes là-bas pour en avoir. Dites à votre femme que nous sommes heureux
de la savoir en bonne santé, et que nous comptons bien la revoir tout à
fait remise. De bonnes caresses aux enfants, vives amitiés à Georgette
et à son mari, grandes poignées de main aux Desmoulin et aux Billaud,
de notre part à tous deux. J'espère que je n'oublie personne.

Ah! mon ami, si je n'avais que trente ans, vous verriez ce que je
ferais. J'étonnerais le monde.

Affectueusement à vous.



                          =A J.-K. Huysmans.=


                                               Médan, 5 janvier 1890.


Imaginez-vous, mon cher Huysmans, qu'il m'a fallu attendre d'être à
Médan, où je suis venu prendre quelque repos, pour trouver le temps de
vous écrire et de vous remercier de votre dernier livre: _Certains_.

Il y a là des pages très braves et très intenses, qui m'ont ravi. Tout
le morceau sur le satanisme est superbe. Vous avez une vie de style
extraordinaire, et vous lire est pour moi un plaisir physique en dehors
même des idées. Il y a dans votre outrance un comique spécial, que
personne n'a, qui est une de vos originalités supérieures, selon moi.
Enfin, mon cher ami, votre dernière œuvre a été mon grand régal du mois
passé.

Savez-vous que nous avons déménagé? Si vous venez frapper un de ces
soirs à notre porte--ce qui nous ferait grand plaisir,--il faudra venir
rue de Bruxelles, 21 _bis_, Nous y rentrerons ces jours-ci.

Bien affectueusement à vous, mon cher Huysmans, et bonne littérature,
pour l'année qui commence.



                        =A Jules Lemaître[62].=


                                                  Paris, 9 mars 1890.


Je suis très flatté, mon cher confrère, et un peu confus, de l'étude
que vous avez publiée sur _La Bête humaine_, car il s'y trouve de bien
gros éloges, même pour un homme que la légende dit orgueilleux.

Mais ce qui m'a ravi surtout, c'est que vous avez expliqué mon œuvre.

J'avais une peur terrible qu'elle ne fût prise pour une fantaisie
sadique. Et je n'ai plus peur, vous avez donné la note juste, tous vont
vous suivre.

Certes, oui, je commence à être las de ma série, ceci entre nous. Mais
il faut bien que je la finisse, sans trop changer mes procédés.

Ensuite, je verrai, si je ne suis pas trop vieux, et si je ne crains
pas trop qu'on m'accuse de retourner ma veste.

Merci bien sincèrement, et veuillez me croire, mon cher confrère, votre
dévoué et cordial.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                   Le 9 juillet 1890.


... Ce sera certainement le plus compliqué, le plus bourré de tous
mes livres[63]. Pour vous en résumer les matières, il me faudrait
entrer dans des détails infinis. Non seulement j'ai voulu étudier
le rôle actuel de l'argent, mais j'ai désiré indiquer ce qu'a été
jadis la fortune, ce qu'elle sera peut-être demain. De là toute une
petite partie historique et toute une petite partie socialiste. Toutes
les fois maintenant que j'entreprends une étude, je me heurte au
socialisme. En somme, au centre, se trouve l'histoire d'une grande
maison de crédit, le brusque lançage d'une banque, toute une royauté
de l'or, suivie d'un écroulement dans la boue et dans le sang. J'ai
repris mon Aristide Saccard de _La Curée_. Ce dont je suis assez
satisfait, c'est de la création du type de femme qui dominera l'action;
car il m'a été très difficile d'introduire une femme là-dedans. Je
vous répète qu'il m'est presque impossible d'être plus explicite,
tellement tout cela se tient et se mêle. C'est construit dans le genre
de _Pot-Bouille_: beaucoup d'épisodes; beaucoup de personnages; mais
moins d'ironie, plus de passion, et un ensemble plus solide, je crois.
Je n'attaque ni ne défends l'argent, je le montre comme une force
nécessaire jusqu'à ce jour, comme un facteur de la civilisation et du
progrès...



                           =A Henry Céard.=


                                             Médan, 4 septembre 1890.


Mon bon ami, n'ayez aucun remords, car moi-même je n'irai pas à Paris
pour la reprise de _L'Assommoir_. J'aurais désiré qu'on réservât la
pièce afin de la reprendre plus tard sur une vaste scène; mais Busnach
a cru qu'il y avait quelque argent à faire aux Menus-Plaisirs, ce en
quoi il se trompe, je crois.

Je ne bouge donc pas d'ici, je travaille à mon roman, sans grand
plaisir. Il me donne un mal de chien, et je crains bien qu'on ne m'ait
pas grande reconnaissance de l'effort qu'il me coûte. L'argent est
décidément un sujet ingrat, l'argent des affaires, j'entends.

Et voilà, mon bon ami, nous vivons au désert, sans plus voir personne.
Vers la fin du mois pourtant, je prierai les Bruneau et les Fleury de
venir. Si tous repassez par Paris, venez nous serrer la main. Nous ne
rentrerons rue de Bruxelles que vers le 15 octobre; et je bûche ferme
pour avoir à cette époque huit chapitres terminés sur douze.

Vives amitiés de nous deux, et bien affectueusement à vous.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                Le 12 septembre 1890.


... Vous me demandez si je suis content. Jamais je ne le suis au milieu
d'un livre, et cette fois le tour de force avec lequel je me bats est
vraiment si dur que j'en ai, certains jours, les reins cassés. Enfin,
nous verrons bien...



                              =Au même.=

                              (FRAGMENT)


                                                Le 19 septembre 1890.


... Quant aux études, aux recherches que j'ai faites, elles ont été
comme toujours dirigées d'après le même plan logique: lecture des
livres techniques, visites aux hommes compétents, notes prises sur les
lieux à décrire. Cette fois, j'ai en seulement un peu plus de mal que
les autres, parce que j'entrais dans un monde qui m'était totalement
inconnu, et que rien, selon moi, n'est plus réfractaire à l'art que
les questions d'argent, que cette matière financière, dans laquelle je
suis plongé jusqu'au cou. J'ai eu une peine formidable à me procurer le
procès Bontoux (l'Union Générale). J'ai dû payer 25 francs les sept ou
huit numéros du _Droit_, le seul journal où se trouvait le compte rendu
détaillé et complet du procès...



                              =Au même.=

                              (FRAGMENT)


                                                  Le 22 octobre 1890.


... Me voici réinstallé depuis une semaine à Paris, _21 bis_, rue
de Bruxelles, pour la saison d'hiver. J'ai écrit les deux tiers de
_L'Argent_, et je ne peux rien vous en dire de net, tellement ce roman
est spécial. Je n'ai pas d'avis, en toute franchise. Il faut que
le public y passe, pour que je me fasse moi-même une opinion. J'ai
beaucoup travaillé, je n'y vois plus clair...



                         =A Alphonse Daudet.=


                                              Paris, 6 novembre 1890.


Mon vieil ami, j'ai reçu hier votre _Port-Tarascon_, et je l'ai lu dans
la journée. La fin surtout m'en a plu infiniment: le procès est épique,
un de vos morceaux de grande verve, une vraie envolée dans l'outrance
du réel; et les derniers jours de votre Tartarin ont trempé mon rire
d'une pitié infinie, dont l'attendrissement ineffaçable me restera au
cœur.

Je veux vous voir, vous serrer la main, et cette gueuse de vie de
Paris est là qui met obstacle sur obstacle. Mais, si je tiens à ne pas
attendre pour vous dire avec quelle joie je vous ai lu, j'espère bien
ne pas tarder à aller vous redire de vive voix mon plaisir.

Affectueusement à vous, mon vieil ami, et à tous les vôtres.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                     16 janvier 1891.


... Si je n'ai pas encore répondu à votre lettre, c'est justement que
_L'Argent_ n'est point terminé. J'ai été souffrant, je me suis laissé
attarder. Je ne l'aurai guère fini que dans huit à dix jours; et, quand
je me suis mis de la sorte en retard, plus rien n'existe, je ne réponds
plus à personne. Ce roman m'aura donné une peine effroyable...



                         =A Alphonse Daudet.=


                                              Paris, 27 janvier 1891.


Mon cher ami, je pense que vous voulez bien me servir de parrain à
la Société des gens de lettres. Je vous envoie ma lettre de demande,
en vous priant de me la renvoyer courrier par courrier, car je vais
passer quelques jours à la campagne, et je veux auparavant terminer les
formalités.

Voici quinze jours que je veux aller vous demander ça de vive voix;
et mon sacré bouquin, que je n'ai pas encore terminé, m'a cloué à ma
table. Enfin, dès mon retour, j'irai vous dire un grand merci.

Nos vives amitiés à Mme Daudet, et bien affectueusement à vous.



                          =A Ludovic Halévy.=


                                              Paris, 30 janvier 1891.


Mon cher Halévy, voulez-vous me faire le grand plaisir d'être l'un de
mes parrains à la Société des gens de lettres. Je vais m'y présenter,
et vous seriez bien aimable de mettre votre signature sur ma lettre
de demande, que je vous envoie par mon domestique et que je vous prie
de lui rendre. Comme je pars à la campagne pour huit jours, je veux
terminer tout de suite les formalités. Et dès mon retour, j'irai vous
serrer la main et vous remercier bien sincèrement de vive voix.

Cordialement à vous.



                       =A J. van Santen Kolff.=

                              (FRAGMENT)


                                                     13 février 1891.


... J'ai écrit le dernier mot de _L'Argent_ le vendredi 30 janvier
1891...



                              =Au même.=


                                                  Paris, 6 mars 1891.

    Mon cher confrère,


Enfin me voici un peu libre, et j'en profite pour vous remercier
des bonnes nouvelles littéraires que vous m'avez envoyées. Je suis
toujours très heureux de tout ce que vous écrivez sur moi, de cet
amas de documents intéressants qui s'augmente sans cesse. Et, cette
fois, l'article du journal socialiste _En Avant_ m'a également fait
grand plaisir. Je me suis en effet servi de la «quintessence du
socialisme». Mais je ne connaissais en aucune façon l'existence de
Charles Hoechberg, et il n'y a qu'une rencontre avec mon Sigismond.
Les faits de cette nature se renouvellent à chacun de mes romans et me
stupéfient toujours. Enfin, vous m'avez causé la plus grande joie, en
me traduisant les deux pages d'Hamerling. Ce sont là des choses qui
n'ont pas encore été écrites sur moi en France. Il faut tout un recul
et tout un désintéressement pour juger ainsi les contemporains. Merci
mille fois.

Et il me reste à vous remercier de votre grande sympathie. Je suis bien
heureux de me sentir des amis à l'étranger, ce qui compense un peu mes
ennemis de France.

Bien cordialement à vous.



                        =A Clément-Janin[64].=


                                                  Paris, 27 mai 1891.

    Monsieur,


Je suis extrêmement touché et flatté de votre offre. Mais je suis trop
écrasé de besogne, mes travaux littéraires m'empêchent de l'accepter.
Le mandat de député est l'un des plus lourds que je connaisse,
lorsqu'on ne veut pas être un député fainéant; et, comme je suis un
homme de conscience et de travail, je préfère avant tout achever mon
œuvre.

Veuillez dire à vos amis que je ne leur en suis pas moins très
reconnaissant d'avoir bien voulu songer à moi et que je les prie
d'agréer, ainsi que vous, Monsieur, l'assurance de mes sentiments les
plus cordiaux et les plus dévoués.



                           =A André Maurel.=


                                                 Médan, 30 juin 1891.


Mon cher Maurel, je ne crois pas que j'aurais dit tout ce que vous me
faites dire, mais rien ne me blesse de ce que je dis par votre plume;
et je sens, derrière vos phrases, une si évidente sympathie, que je
suis très touché de votre article et que je vous envoie mes vifs
remerciements.

Maintenant, il est bien certain qu'on me fait un peu trop enterrer
le naturalisme. Je n'ai jamais accepté ni pronostiqué si allègrement
sa mort. Ce que je crois, c'est que les procédés que j'ai apportés
mourront avec moi. Mais quant à la méthode expérimentale, quant à
l'évolution scientifique contemporaine, elle est plus vivace que
jamais; et je défie bien un écrivain, s'il la néglige, de rien bâtir
actuellement de durable.

Votre reconnaissant et bien cordial.



                          =A Jules Claretie.=


                                             Médan, 1er juillet 1891.


Mon cher Claretie, je vous remercie bien vivement de votre dépêche, et
j'attends la lettre d'explication que vous m'annoncez[65].

Quelqu'un a déjà offert à la Société des gens de lettres de «donner» la
statue de Balzac. Mais ne vous semble-t-il pas que cela ne serait guère
glorieux, ni pour Balzac, ni pour nous tous, qu'un simple particulier
«donnât» la statue à lui tout seul, ce qui nécessiterait naturellement
une inscription constatant le fait. D'ailleurs, une souscription
est ouverte, nous avons vingt-six mille francs, et la seule chose
acceptable serait une souscription, dont le chiffre serait aussi élevé
que le voudrait bien le souscripteur, dix mille, vingt mille francs.
J'ajoute que nous ne pouvons encore savoir ce qu'il nous faudra, et que
peut-être les vingt-six mille francs nous suffiront-ils.

Ne découragez pas le bienfaiteur dont vous me parlez. Et écrivez-moi.
Nous verrons ce qu'il y aura à faire.



                         =A Frantz Jourdain.=


                                             Médan, 1er juillet 1891.


Mon cher Jourdain, l'affaire dont je vous ai parlé presse, et peut-être
pourrons-nous arrêter le choix d'un nouveau sculpteur, dans notre
séance de lundi. Voyez donc Rodin le plus tôt possible, persuadez-le
que la statue doit avoir au moins quatre mètres, sans compter le
piédestal, et voyez si le tout peut être exécuté et mis en place
pour la somme de trente mille francs. Dans ce cas, il faudrait que
Rodin m'écrivît tout de suite, en me demandant d'exécuter la statue
(y compris le piédestal dont vous vous chargeriez) pour cette somme
de trente mille francs. Il devra s'engager dans sa lettre à livrer
le monument le 1er mai 1893. Enfin qu'il indique aussi la hauteur de
l'ensemble.

Toudouze, qui s'est occupé de l'affaire avec Mercié, ira sans doute
vous voir de ma part, pour vous donner tous les détails nécessaires;
et vous pouvez lui confier la lettre de Rodin, qu'il me remettra lundi
avant la séance.

Cordialement à vous.



                       =A J. van Santen Kolff.=


                                             Médan, 4 septembre 1891.


Enfin, mon cher confrère, je me décide à vous écrire. Il faut me
pardonner mon long silence. J'ai eu toutes sortes d'ennuis et de
travaux, et mon roman est terriblement en retard.

Vous me demandiez des détails sur _La Débâcle_. Il m'est bien difficile
de vous donner quelque chose de nouveau, car tous les journaux ont
raconté mon voyage à Sedan, mes idées sur la guerre, le plan du livre,
etc., etc.

Je préfère vous indiquer, à grands traits, ce que je désire faire.
D'abord, dire la vérité sur l'effroyable catastrophe dont la France a
failli mourir. Et je vous assure qu'au premier moment cela ne m'a point
paru facile, car il y a des faits lamentables pour notre orgueil. Mais,
à mesure que je me suis enfoncé dans cette abomination, je me suis
aperçu qu'il était grand de tout dire, et que nous pouvions tout dire
maintenant, dans la satisfaction légitime de l'énorme effort que nous
avons du faire pour nous relever. Je suis content, j'espère qu'on me
tiendra compte de mon impartialité. Tout en ne cachant rien, j'ai voulu
«expliquer» nos désastres. C'est l'attitude qui m'a paru la plus noble
et la plus sage. Je serais bien heureux si, en France et en Allemagne,
on rendait justice à mon grand effort de vérité. Je crois que mon
livre sera vrai, sera juste, et qu'il sera sain pour la France, par sa
franchise même.

Comme toujours, j'ai désiré avoir toute la guerre, bien que mon épisode
central soit Sedan. J'entends par toute la guerre: l'attente à la
frontière, les marches, les batailles, les paniques, les retraites, les
paysans vis-à-vis des Français et des Prussiens, les francs-tireurs,
les bourgeois des villes, l'occupation avec les réquisitions en vivres
et en argent, enfin toute la série des épisodes importants qui se sont
produits en 1870. Et vous vous doutez bien que cela n'a pas été commode
d'introduire tout cela dans mon plan. J'ai toujours, comme nous disons,
les yeux plus grands que le ventre. Quand je m'attaque à un sujet, je
voudrais y faire entrer le monde entier. De là mes tourments, dans ce
désir de l'énorme et de la totalité, qui ne se contente jamais.

J'ai divisé l'œuvre en trois parties, de huit chapitres chacune; donc
en tout vingt-quatre chapitres. Je crains que le volume ne soit encore
plus long que _La Terre_. La première partie comprend les premières
défaites sur le Rhin, la retraite jusqu'à Châlons, puis la marche de
Reims à Sedan. La seconde partie est entièrement consacrée à Sedan, une
bataille qui aura près de deux cents pages. La troisième partie donnera
l'occupation, les ambulances, tout un drame particulier au milieu d'un
épisode de francs-tireurs, enfin le siège de Paris et surtout les
incendies de la Commune, par lesquels je finirai, dans un ciel sanglant.

Quant à mes études préparatoires, voici:

J'ai suivi mon éternelle méthode: des promenades sur les lieux que
j'aurai à décrire; la lecture de tous les documents écrits, qui sont
extraordinairement nombreux; enfin, de longues conversations avec les
auteurs du drame que j'ai pu approcher. Voici ce qui m'a le plus servi
pour _La Débâcle_. Lorsque la guerre fut déclarée, il y avait, dans
les professions libérales, parmi les avocats, les jeunes professeurs,
même parmi les universitaires, les anciens professeurs, sur le pavé,
des gens souvent de grande instruction pas enrôlés, exempts de service,
qui se firent enrôler comme simples soldats. Le soir, au bivouac, ils
notaient dans de petits carnets leurs impressions, leurs aventures.
J'en ai eu cinq à six entre les mains, qui me furent offerts par
écrit, tantôt l'original, tantôt une copie; un ou deux même étaient
imprimés. Ce qui avait surtout, dans ces carnets, de l'intérêt pour
moi, c'est la vie, la chose vécue. Tous se ressemblaient. Il y avait
là une généralité absolue d'impression. Tout cela, le fond même de _La
Débâcle_, me fut donné par ces carnets.



                            =A Chadourne.=


                                                Médan, 11 octobre 1891.

    Monsieur et cher confrère,


Je suis un autoritaire en littérature et je crois que toute
collaboration est incapable d'un chef-d'œuvre. Au théâtre pourtant,
je l'admettrais plus volontiers. Il est certain que deux tempéraments
peuvent s'y compléter, la besogne s'y diviser heureusement, l'œuvre y
bénéficier du travail en commun. Des talents s'accouplent; le génie
reste solitaire.

Cordialement à vous.



                       =A J. van Santen Kolff.=


                                              Paris, 26 janvier 1892.


Merci, mon cher confrère, de la promptitude avec laquelle vous m'avez
envoyé le renseignement demandé, au sujet des uniformes du simple
soldat et du capitaine dans la garde prussienne en 70. Les petites
images et les notes explicatives me suffisent parfaitement.

Et, maintenant, je réponds enfin aux questions que vous me posiez dans
les premiers jours de novembre. Veuillez excuser mon long silence.
_L'Attaque du Moulin_ esl une nouvelle de pure imagination qui a
passé d'abord en russe, dans _Le Messager de l'Europe_, une revue de
Saint-Pétersbourg, à l'époque où j'envoyais à cette revue un article
mensuel. J'ai seulement pris des faits généraux qui étaient dans l'air.
Mais tout, le milieu, la localité, les personnages, la fable, a été
créé par moi, et cela sans songer le moins du monde à mon roman futur
sur la guerre de 70. Il me fallait un sujet: j'ai simplement choisi
celui-là, parce que les sujets sur la guerre étaient en faveur alors.

Vous me demandez si cela ne m'a pas ennuyé de dépasser 70, en poussant,
dans _La Débâcle_, le récit jusqu'à la Commune. Mais mon plan a
toujours été d'aller jusqu'à la Commune, car je considère la Commune
comme une conséquence immédiate de la chute de l'empire et de la
guerre. Je n'ai, du reste, qu'un mot à dire de la Commune. J'ajoute
que le dernier roman de la série: _Le Docteur Pascal_, conclusion
scientifique de tout l'ouvrage, se passera en 72, sinon plus tard.

Non, je n'ai pas travaillé à mon roman pendant mon dernier voyage aux
Pyrénées. Je ne puis travailler que lorsque je m'installe pour quelques
jours au moins dans un pays. Cette fois, j'avais emporté dans ma malle
les cinq premiers chapitres terminés, espérant les relire, et je n'en
ai pas même trouvé le temps.

Non, je n'ai visité ni l'Alsace, ni la Lorraine. J'aurais voulu aller
à Mulhouse et revenir sur Belfort, pour faire la route que le 7e corps
a suivie, dans sa retraite. Mon roman ouvre par cette retraite. Mais
j'ai reculé devant l'ennui du passeport à demander et de la curiosité
tracassière que mon voyage exciterait sans doute. D'ailleurs, je
n'avais là que quelques pages à écrire, je me sais contenté de notes
données par un ami. Ma grosse affaire est de Reims à Sedan, et surtout
autour de Sedan.

Je ne sais ce que vous voulez me dire, en me parlant d'une idée de
Flaubert, à propos de l'empereur en calèche, rencontré et insulté par
des prisonniers français, après le désastre de Sedan. Jamais je n'ai
entendu Flaubert parler de cela. Il y a une légende sur l'épisode. J'ai
fait une enquête, la rencontre a pu avoir lieu; je m'en servirai même,
bien que le fait ne soit pas absolument prouvé. Il est vraisemblable,
des officiers m'ont dit qu'il était exact.

Le titre _La Débâcle_ n'a pas d'histoire. Voici très longtemps que je
l'ai choisi. Lui seul dit très bien ce que veut être mon œuvre. Ce
n'est pas la guerre seulement, c'est l'écroulement d'une dynastie,
c'est l'effondrement d'une époque.

Et, maintenant, vous voulez savoir si je suis content. Ne vous ai-je
pas déjà dit que je n'étais jamais content d'un livre, pendant que
je l'écrivais? Je veux tout mettre, je suis toujours désespéré du
champ limité de la réalisation. L'enfantement d'un livre est pour moi
une abominable torture, parce qu'il ne saurait contenter mon besoin
impérieux d'universalité et de totalité. Celui-ci me fait souffrir plus
que les autres, car il est plus complexe et plus touffu. Ce sera le
plus long de tous mes romans. Il va avoir mille pages de mon écriture,
ce qui fera six cents pages imprimées. J'achève en ce moment la
deuxième partie, c'est-à-dire le deuxième tiers. Je n'aurai fini qu'en
avril. La publication commencera dans _La Vie populaire_ le 20 février,
et durera quatre mois et demi. Le volume paraîtra chez Charpentier le
20 juin. Des traductions vont paraître simultanément en Allemagne, en
Angleterre, en Amérique, en Espagne, en Portugal, en Italie, en Bohême,
en Hollande, en Danemark, en Norwège, en Suède et en Russie.

Et voilà, mon cher confrère. Souhaitez-moi du courage et de la santé.



                         =A Alphonse Daudet.=


                                                  Paris, 5 mars 1892.


Mon cher Daudet, j'espérais vous parler de votre livre, en allant vous
serrer la main. Mais je crains que ma visite ne tarde trop, et je me
décide à vous écrire avec quelle joie littéraire et quelle émotion je
viens de lire cette histoire si fine et si poignante.

Ne vous ai-je pas déjà dit que ce que j'admire surtout en vous, ce sont
«les raccourcis» parce que, sans doute, je ne les ai guère dans mon
sac. Vous avez fait tenir là, en quelques pages, beaucoup de choses
très humaines et très graves. Et c'est d'une forme exquise, la jolie
forme de vos meilleurs contes. Avec cela, une tristesse affreuse, une
cruauté effroyable. Cela est vraiment très beau.

A bientôt, mon cher Daudet, et nos meilleures amitiés à Mme Daudet et à
tous les vôtres.



                         =A Paul Margueritte.=


                                                 Paris, 12 mars 1892.


Je suis extrêmement touché, cher monsieur Margueritte, de votre lettre
si bonne et si noble[66]. Croyez bien que je ne l'ai pas attendue pour
savoir et pour faire la part de chacun. Puis, ce sont là des histoires
bien vieilles, et je n'ai aucune rancune.

Vous ne me devez d'ailleurs aucun remerciement. La mort glorieuse de
votre père le met debout dans l'histoire, et ce n'est pas le récit
simplement véridique d'un romancier qui peut le grandir; je n'en suis
pas moins très heureux de la circonstance qui nous rapproche, car elle
me permettra de serrer la main à un écrivain que je mets très haut,
parmi nos jeunes romanciers.

Veuillez me croire votre bien cordial et bien dévoué.



                          =A Alfred Bruneau.=


                                                  Médan, 6 juin 1892.

    Mon cher Bruneau,


Je vous envoie enfin les quelques vers que je vous ai fait tant
attendre[67]. Pour les strophes sur le couteau, j'ai cru devoir briser
le rythme et affecter un peu de prosaïsme, de façon à éviter la
romance. Il m'a semblé que de la netteté et de la vigueur suffisaient.
Au contraire, pour les adieux à la forêt, j'ai élargi le ton jusqu'au
lyrisme. C'était ce que vous désiriez, n'est-ce pas? Dites-le-moi
franchement, si vous désiriez autre chose. Je n'ai que l'envie de vous
contenter, avec mes mauvais vers de mirliton.

J'envoie une copie des deux morceaux à Gallet, en le prévenant que,
pour gagner du temps, je vous les adresse directement. Je pense qu'il
ne se blessera pas. Je lui dis aussi que vous êtes pressé et que
j'attends les troisième et quatrième actes.

Nous sommes ici depuis avant-hier, un peu bousculés par l'emménagement.
J'ai personnellement un grand besoin de repos, et je ne vais me
remettre au travail qu'avec lenteur.--Travaillez bien, et dans deux
mois vous nous jouerez tout ce que vous aurez fait.

Nos bien vives amitiés à Mme Bruneau et à Suzanne, et bien
affectueusement à vous.



                           =A Henry Céard.=


                                                 Médan, 15 juin 1892.

    Mon bon ami,


Antoine m'écrit qu'il va donner une quarantaine de représentations
en province, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, et qu'il
voudrait bien jouer =Tout pour l'honneur=, mais qu'il craint un refus
de votre part, parce que vous avez blâmé ses tournées en province. Je
crois bien qu'il se trompe et que vous trouverez comme moi qu'il peut
être intéressant de voir votre pièce triompher dans les grandes villes,
pour revenir de là se caser au répertoire de quelque théâtre grave. En
tous cas, il est bien entendu que je vous laisse agir à votre volonté.

Êtes-vous libre samedi soir? Nous sommes forcés d'aller coucher à
Paris, et vous seriez bien gentil de venir dîner avec nous. Nous ne
serons que nous trois. Je voudrais causer avec vous d'autre chose.--Et
je vous lirai mon discours aux Félibres, car vous savez que je préside
dimanche, à Sceaux, la fête des Félibres.--Hein? je vous promets là un
dessert irrésistible!

Bien affectueusement.



                          =A Alfred Bruneau.=


                                               Médan, 8 juillet 1892.

    Mon cher Bruneau,


Je vous envoie le troisième acte[68]. J'ai eu simplement à modifier
certains vers. Il me paraît bien, toujours un peu court, un peu sec.
Mais cela vaut peut-être mieux pour la rapidité, la netteté de l'œuvre.
Seulement, je vous conseille fort d'élargir tout cela par des flots
de musique. Il faut que vous mettiez là-dedans toute la puissance,
toute l'envolée qui n'y est pas; autrement, nous aurons une œuvre
bien étroite.--Quelques petites observations: le cri des sentinelles
doit être un _oh! oh!_ modulé et repris; les chœurs des jeunes filles
m'effrayent un peu et vous devriez en donner chaque phrase, sinon à
des voix différentes, au moins à des groupes différents; enfin, je
voudrais beaucoup de mimique, avec de la belle musique par-dessous,
entra les scènes proprement dites, et au lever du rideau, et pendant le
travail des moissonneuses, et avant et après la scène de la sentinelle,
et surtout pendant ce qui précède et ce qui suit le meurtre. De la
musique, beaucoup de musique!

Gallet, mécontent de son quatrième acte, m'écrit qu'il l'a détruit.
Il veut me voir avant de le refaire. D'ailleurs, vous avez de quoi
travailler.

Quand pensez-vous venir à Médan? Vous nous préviendrez quelques jours
à l'avance, n'est-ce pas? Je vais, moi, me remettre au travail. Le
succès de _La Débâcle_ dépasse toutes mes espérances, et je serais très
heureux si un homme pouvait jamais l'être.

Nos bien vives amitiés à Mme Bruneau, et embrassez tendrement Suzanne
pour nous deux.

Affectueusement à vous, mon cher ami.



           =Au Colonel en retraite Henri de Ponchalon[69].=


                                                     18 octobre 1892.

    Monsieur,


Permettez-moi de répéter que je n'ai nié ni le sentiment du devoir
ni l'esprit de sacrifice de l'armée de Châlons. Entre le capitaine
Baudouin et le lieutenant Rochas, il y a le colonel de Vineuil.

Après les mauvaises nouvelles de Frœschwiller, des soldats du 7e
corps, qui n'avaient pas encore combattu, ont jeté leurs armes. Je
n'aurais pas affirmé un fait pareil sans l'appuyer sur des documents
certains. Et puis, encore un coup, c'est notre force et notre grandeur,
aujourd'hui, de tout confesser.

Je vous réponds, Monsieur, parce que vous paraissez croire, comme moi,
à la nécessité bienfaisante de la vérité, et je vous prie d'agréer
l'assurance de mes sentiments distingués.



                         =A Alphonse Daudet.=


                                             Paris, 13 novembre 1892.


Vous aviez raison, mon ami, Réjane a été tout à fait poignante, dans la
scène de larmes du quatrième acte. C'est vrai, je n'aime pas beaucoup
cette artiste, dont la voix se brise dans les éclats de force; qui
manque, selon moi, de foyer intérieur, de puissance. Mais elle a ce
qui vaut mieux: l'originalité, la vie; et il est très certain que,
lorsqu'elle reste elle-même, elle est incomparable.

Merci encore, mon ami, de la si bonne et si émouvante soirée que vous
nous avez fait passer, et croyez à nos vives amitiés pour les vôtres et
pour vous.



                         =A Gustave Toudouze.=


                                              Paris, 22 février 1893.


Mon cher ami, puisque l'affaire va si bien, il faut non seulement
décider Goncourt, mais décider également Daudet et Loti à faire partie
du Comité. Il importe peu qu'ils viennent ou qu'ils ne viennent pas.

Toutefois, je suis toujours d'avis que vous fassiez une petite place
aux romanciers populaires, pour que le Comité n'ait pas l'air d'une
chapelle.

Cordialement à vous.



                       =A J. van Santen Kolff.=


                                              Paris, 22 février 1893.

    Mon cher confrère,


Je ne résiste pas à votre prière. Seulement, permettez-moi de répondre
brièvement à vos questions.

Les renseignements dont vous me parlez sur _Le Docteur Pascal_ sont
exacts, bien qu'un peu déformés. Ainsi, il est très vrai que le fils de
Maxime, Charles, se trouvera en présence de Tante Dide, sa trisaïeule,
la mère, la souche de toute la famille. Voici vingt ans que je le
réserve pour cette rencontre dernière. Il est très vrai aussi que
j'avais songé à utiliser certains détails qu'on m'avait fournis sur
les tourments intimes endurés par Claude Bernard; mais les nécessités
de mon récit, le cadre dans lequel il faut que je m'enferme, ne m'ont
pas permis de les employer comme j'aurais voulu; on n'en retrouvera que
des miettes dans mon œuvre. Enfin, il est encore très vrai que le livre
finira par une mère allaitant son enfant. Il n'y a seulement rien là
d'_idéaliste_. C'est au contraire, selon moi, tout à fait _réaliste_.
La vérité est que je conclurai par le recommencement éternel de la
vie, par l'espoir en l'avenir, en l'effort constant de l'humanité
laborieuse. Il m'a semblé brave, en terminant cette histoire de la
terrible famille des Rougon-Macquart, de faire naître d'elle un dernier
enfant, l'enfant inconnu, le Messie de demain peut-être. Et une mère
allaitant un enfant, n'est-ce pas l'image du monde continué et sauvé?
Voici que j'ai écrit à peu près la moitié du _Docteur Pascal_, et je
suis content, autant que je puis l'être. Ce qui m'amuse, c'est que
j'y mets l'explication et la défense de toute la série des dix-neuf
romans qui ont précédé ce vingtième. Enfin, ma passion littéraire s'y
satisfait.

Voilà, en hâte, mes réponses. Il me reste à vous remercier de votre
vieille fidélité littéraire, et à vous serrer bien cordialement la main.



                          =A Félix Albinet.=


                                                 Médan, 24 juin 1893.

    Mon cher confrère,


Vous me demandez une page sur Victor Hugo. Une page, grand Dieu! mais
c'est un volume qu'il faudrait écrire! Que voulez-vous que je dise en
une page sur le plus grand de nos poètes lyriques? Et puis, après les
batailles d'autrefois, je n'ai qu'à m'incliner.

Ces jours-ci, Catulle Mendès, qui est un grand honnête homme
littéraire, en me donnant une belle et bonne poignée de main publique,
a signé définitivement la paix[70].

Il a raison, il faut admirer et aimer: toute la force est là.

Malgré la légende, j'ai beaucoup aimé et beaucoup admiré Victor Hugo,
et voici ce que j'écrivais il y a longtemps:

«Quelle brusque et prodigieuse fanfare dans la langue que ces vers de
Victor Hugo! Ils ont éclaté comme un chant de clairon, au milieu des
mélopées sourdes et balbutiantes de la vieille école classique. C'était
un souffle nouveau, une bouffée de grand air, un resplendissement de
soleil. Pour mon compte, je ne puis les entendre sans que toute ma
jeunesse me passe sur la face, ainsi qu'une caresse.

«Je les ai sus par cœur, je les ai jetés jadis aux échos des coins
de Provence où j'ai grandi. Ils ont sonné, pour moi comme pour bien
d'autres, le siècle de la liberté dans lequel nous entrons...»

Voilà la page que vous me demandez, mon cher confrère, et je regrette
simplement qu'elle ne soit pas plus complète ni plus éloquente.

Cordialement à vous.



                         =A Raymond Poincaré.=


                                              Médan, 18 juillet 1893.

    Cher monsieur Poincaré,


Votre aimable lettre me donne quelque honte de ma lettre officielle et
si froide. Je voulais aller vous serrer la main, vous dire de vive voix
toute ma gratitude; mais je suis cloué ici, et je ne pourrai le faire
que vers la fin du mois, lorsque je traverserai Paris.

Me permettrez-vous, en attendant, d'insister sur votre bravoure. Cela
semble tout simple aux vaillants de faire les choses qui leur semblent
justes. Je n'en sais pas moins ce qu'il fallait de tranquille courage
pour me donner un témoignage officiel de haute sympathie; et certains
journaux vous le feront bien voir.

Ne cherchez donc pas, cher monsieur Poincaré, à diminuer ma
reconnaissance, et veuillez me croire votre bien cordial et bien dévoué.



                         =A Marcellin Pellet.=


                                                Médan, 1er août 1894.

    Monsieur et cher confrère,


Votre lettre m'intéresse, et je vous remercie de me l'avoir écrite.
Il est très certain que Bernadette[71] était une enfantine, une
demi-idiote, si vous voulez: je crois l'avoir dit sur tous les tons.
Mais je vous en prie, au nom du bon sens lui-même, ne croyez pas à
cette imbécile histoire de la belle Mme Pail ..., qui me ferait prendre
en haine les Homais libres penseurs qui ont dû l'inventer. Il suffit
d'avoir un peu étudié les faits pour la mettre à néant. On me lit bien
mal si, après m'avoir lu, on a encore besoin de Mme P... pour expliquer
les dix-huit apparitions du rocher de Massabielle. Je me suis efforcé
de tout ramener à la simple vérité humaine.

Merci encore de votre lettre, Monsieur, et veuillez me croire votre
cordial et dévoué.



                           =A Arthur Meyer.=


                                            Médan, 28 septembre 1894.

    Cher monsieur Meyer,


Il est inutile que je réponde à M. Henri Lasserre. Nous n'avons pas
le crâne fait de même, nous parlons une autre langue et nous ne nous
entendrions jamais. Puis, je veux rester courtois avec lui, ce qu'il a
été avec moi et ce qu'il n'est plus.

Mais, de sa lettre même, il est désormais établi qu'il n'a pas eu
communication des documents administratifs, et que l'historien qui
viendra un jour devra les consulter, pour écrire l'histoire humaine et
définitive de Bernadette.

Il est établi également qu'il a existé à Bartrès un abbé Ader; que cet
abbé Ader a été le premier guide spirituel de Bernadette, qu'il l'a eue
à ses leçons de catéchisme, qu'il a enfin prédit ses visions--ce qui
donne lieu aux suppositions les plus graves--et que M. Henri Lasserre
n'a même pas nommé cet abbé Ader. Il y a donc là, dans son livre, une
lacune inexplicable qui en infirme toute l'autorité.

Quant à mes trente années de travail, je les porte très fièrement.
J'ai voulu la vérité autant que M. Henri Lasserre, et je l'ai faite de
toutes les forces de mon cœur et de mon intelligence.

Veuillez me croire, cher monsieur Meyer, votre bien cordial et bien
dévoué.



                            =A M. Bonnet.=


                                              Paris, 24 octobre 1894.

    Monsieur,


Je vais partir pour Rome et je n'ai pas, malheureusement, le temps de
répondre à vos questions. Ce que vous nommez des répétitions se trouve
dans tous mes livres. C'est en effet un procédé littéraire, employé
d'abord timidement, puis que j'ai peut-être poussé à l'excès. Cela,
selon moi, donne plus de corps à l'œuvre, en resserre l'unité. Il y a
là quelque chose de semblable aux motifs conducteurs de Wagner, et en
vous faisant expliquer l'emploi de ceux-ci par un musicien de vos amis,
vous vous rendrez assez bien compte de mon procédé littéraire à moi.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de mes sentiments distingués.



                       =A Georges Charpentier.=


                                                  Paris, 16 mai 1895.


Mon vieil ami, votre lettre nous a bouleversé le cœur, tellement
elle est désespérée et douloureuse, et nous serions partis tout de
suite vous embrasser, si toutes sortes d'ennuis ne nous retenaient
à Paris. Mais, dimanche, nous espérons bien vous trouver rassuré un
peu, ainsi que votre pauvre femme, car vous semblez sous le coup d'une
désespérance trop grande. Défiez-vous des médecins, qui sont parfois
terribles, avec leurs pronostics trop inquiétants; et dites-vous, quand
ils vous annoncent des catastrophes, que tout ira bien, car ils ne
savent rien, ils se trompent toujours.

Il y a vingt ans, ma femme a eu ce que Paul[72] paraît avoir: un abcès
au cæcum, qui lui a causé d'affreuses douleurs. Elle a été aussi en
grand danger, sous la menace que cet abcès ne s'ouvrît du côté du
péritoine. Et elle s'en est heureusement tirée, ainsi que plusieurs
autres personnes atteintes comme elle, et que nous connaissons.
L'ouverture de l'abcès dans l'intestin est l'issue la plus fréquente.
La bonne nature, au fond, agit par les chemins droits. Je crois très
formellement, pour ma part, à une terminaison heureuse.

Ah! votre pauvre femme, comme nous la plaignons, mon vieil ami! et
comme nous sentons l'effroyable tristesse de votre situation à tous les
deux, dans cette chambre d'hôtel inconnue, comptant les heures pour
être fixés sur le sort de votre cher malade! C'est ce qui redouble
votre angoisse et vous ôte ainsi tout courage. Embrassez bien Mme
Charpentier pour nous deux, dites-lui que nous pleurons avec elle; mais
que nous sommes pleins d'espoir, devant la certitude qu'un tel malheur
ne peut vous arriver.

Ce cher Paul, vous savez que nous l'aimons beaucoup. Nous l'avons vu
naître et grandir; son portrait est sur notre cheminée comme celui d'un
enfant qui serait à nous. Nous savons combien il est doux et bon, et
quel homme charmant il fera. Et c'est pourquoi, encore un coup, nous
sommes convaincus que tout finira bien, que vous allez l'avoir cet été
avec vous en convalescence.

A dimanche. Ne vous inquiétez pas de notre arrivée. Nous ne voulons que
vous embrasser, que vous dire de vive voix combien nous vous aimons et
quelle part nous prenons à votre souffrance.

Et en attendant, nous vous envoyons, à vous trois et à votre cher
malade, tout notre espoir, le meilleur de notre cœur.



                        =A Fernand Desmoulin.=


                                                  Médan, 25 mai 1895.


Mon cher ami, j'ai reçu votre lettre ce matin, comme nous quittions
Paris. Je ne pouvais plus vivre, et je suis un peu calmé de me
retrouver ici, pour m'absorber dans le travail. Votre lettre nous a un
peu rassurés, je ne puis croire à une issue fatale. Les médecins ne
savent pas, ne peuvent savoir. Il faut quand même espérer, car la vie
est la plus forte.

Dites bien à Charpentier que si je ne lui écris pas, c'est que je
n'ai qu'une chose à lui écrire: nous partageons toutes ses affreuses
angoisses, nous ne cessons de parler du pauvre enfant et de ses
pauvres parents, nous faisons les vœux les plus ardents pour que
l'issue soit heureuse et qu'ils soient tous consolés. On a, dans ces
moments terribles, un sentiment si net de son impuissance, que je
n'ose même écrire à mon vieil ami; car que lui dire, quel soulagement
lui apporter, de quelle utilité lui être dans la douleur? Pour moi,
l'espoir reste entier, et dites-leur bien à tous que ma certitude est
que cet horrible malheur leur sera épargné.

Ma femme écrit à Mme Charpentier. Embrasses toute la famille pour nous.
Et n'oubliez pas de nous donner ici des nouvelles.

Bien affectueusement



                           =A Paul Brulat.=


                                             Paris, 20 décembre 1895.


Merci, mon cher Brulat, de votre bel article, qui m'a infiniment plu
et infiniment touché. Vous me dites là des choses que je n'ai pas
l'habitude de m'entendre dire; mais j'ai la vanité de les croire
justes, en faisant la part de votre amitié. On ne me lit pas, c'est
bien certain, du moins avec quelque intelligence; et j'ai comme l'idée
que, vingt ans ou cinquante ans après ma mort, on me découvrira.
L'étude à faire n'est pas faite, ne sera sans doute pas faite de mon
vivant. C'est vous dire, encore une fois, combien j'ai été heureux de
la belle page que vous venez d'écrire.

Affectueusement à vous.



                       =A Georges Charpentier.=


                                               Médan, 8 juillet 1896.


Mon vieil ami, nous étions quelques-uns qui avions le cœur bien gros
à ce banquet, et pour des raisons que vous devinez. J'ai très mal
parlé, bafouillant, trouvant à peine mes mots, troublé par la gaffe
qu'on avait faite en voulant me faire présider, lorsque Goncourt était
là. Mais enfin, j'ai eu la joie de dire, à propos de vous, ce que je
voulais dire. Ne me remerciez donc pas, je me suis simplement soulagé.

Nous avons eu hier à dîner Desmoulin, avec les Fasquelle et les
Mirbeau. Il part demain soir jeudi pour vous retrouver. C'est un gentil
compagnon, avec qui j'ai fait quelques belles promenades à bicyclette;
et il vous portera nos bien vives amitiés. Nous vous attendons à
Saint-Germain, puis ici. Ce sera une grande joie pour nous. Et les
bonnes nouvelles que vous nous envoyez de Jane et de vous deux nous
enchantent. Vous allez nous revenir reposés et bien portants de ce beau
pays si tranquille dont vous me parlez. Vous aviez tous bien besoin de
cela, mon pauvre ami.

Moi, je me suis fâché avec _Le Figaro_, à l'occasion d'un de mes
articles qui n'a pas passé. Je vous raconterai cela. Et je suis ravi
maintenant de m'être débarrassé d'une besogne où je n'avais que de
nouveaux ennemis à ramasser. Je me suis mis tout de suite à Paris. Tout
va pour le mieux, et d'ailleurs je n'ai plus de contentement que dans
le travail, lorsque je suis totalement libre de faire ce qui me plaît.

A bientôt, mon cher ami. Ma femme et moi, nous vous embrassons bien
tendrement tous les trois, de tout notre cœur.



                             =A Seménoff.=


                                             Paris, 27 novembre 1896.

    Mon cher Seménoff,


Vous me dites que vous traduisez en langue russe le livre du docteur
Toulouse[73], et vous me demandez ce que je pense de la publication de
ce livre en Russie.

Mais j'en suis ravi! Voici bien des années déjà que le bon Tourguéneff,
mon grand ami, m'a mis en communion d'âme avec le peuple russe,
aujourd'hui notre frère. Je sais qu'on veut bien, chez vous, lire mes
livres et m'aimer un peu. Aussi ai-je le grand désir que tout ce qui
peut faire de la vérité sur moi y soit connu. On fait courir sur mon
compte tant de laides légendes, que j'ai tout à gagner à la vérité
totale, à la vérité nue.

Et c'est pourquoi je vous remercie d'avoir bien voulu faire connaître
à la Russie le livre du docteur Toulouse. Il est la vérité et je
l'accepte.

Croyez-moi votre bien cordial et bien dévoué.



                          =A Jean Ajalbert.=


                                              Paris, le 5 avril 1897.

    Mon cher Ajalbert,


J'ai été bien touché par votre bel et courageux article. On ne me gâte
pas, et chaque fois qu'un confrère prend ma défense, je suis surpris et
charmé.

La légende de ma vanité, de ma soif des honneurs, est imbécile. La
décoration, je ne l'ai pas demandée, je l'ai acceptée presque de force.
L'Académie, ce n'est que ma bataille littéraire portée sur un terrain
d'action; et jamais je n'ai demandé la voix de personne. Plus tard, je
l'espère, on se rendra compte de ma véritable attitude, si mal comprise
aujourd'hui.

En attendant, un article comme le vôtre est un baume pour moi, et c'est
pourquoi je vous en remercie bien fort, de tout mon cœur.



                          =A Henry Bérenger.=


                                                 Médan, 14 août 1897.

    Monsieur,


Je lis votre article, très intéressé et très ému. Je n'attends point de
justice, je sais qu'il faut que je disparaisse. Aussi rien ne saurait
me toucher davantage, que de voir un écrivain de votre génération
faire effort, et me juger en dehors des opinions admises. Ce qui m'a
toujours soutenu, c'est la certitude de mon honnêteté. Et je vous reste
infiniment reconnaissant d'avoir dégagé un peu l'homme sous l'écrivain.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de mes sentiments les plus
cordiaux et les plus dévoués.



                             =A Delpech.=


                                                  Paris, 29 mai 1898.

    Cher monsieur Delpech,


Vous me demandez pour votre fils aîné Jacques, dont vous allez fêter
la dix-septième année, et pour ses trois cadets, Pierre, Jean et Paul,
une lettre dans laquelle je leur dise où sont, selon moi, pour l'homme
d'action, les sources des joies de la vie, et quelle est ma conception
de la beauté morale.

Je ne puis que répéter ce que j'ai souvent écrit: j'ai mis toute ma vie
dans le travail, et je m'en suis bien trouvé. C'est le travail, c'est
la pensée de mon œuvre, de mon devoir à accomplir, qui m'a toujours
tenu debout. C'est par le travail que j'ai connu toutes mes joies, et
je crois bien que, si je vaux quelque chose aujourd'hui, c'est grâce
uniquement au travail. C'est par lui que se feront la vérité et la
justice, et l'homme lui doit tout: son intelligence et sa vertu.

Je souhaite à vos fils d'être simplement des travailleurs, certains
qu'ils seront ainsi en marche vers toutes les joies et toutes les
beautés.

Et je vous prie de me croire, cher Monsieur, votre bien cordial et bien
dévoué.



     =A l'«Union des Ecrivains russes», à Saint-Pétersbourg[74].=


                                                  Paris, 7 juin 1899.

    Messieurs et chers confrères,


Je suis heureux et fier de m'associer à vous en pensée et de tout mon
cœur d'écrivain, le jour où vous fêtez le génie de votre immortel
Pouchkine, le père de la littérature russe moderne.

Je l'ai connu, surtout, par mon grand ami Tourguéneff qui m'a dit
souvent sa gloire, l'homme universel qu'il a été, le poète admirable,
le romancier profond et vivant, l'amant de la liberté et du progrès,
le modèle impeccable que vous donnez à vos enfants pour qu'ils sachent
écrire et penser. Et je l'ai aimé, comme il faut aimer tous les vastes
cerveaux dont l'œuvre nationale fait partie du trésor humain.

Je lui envoie mon hommage par-dessus les frontières; il faut que les
hommages de tous les écrivains du monde le fêtent. Et ce sera le vrai
lien de paix, la fête universelle de la civilisation.

Veuillez agréer, Messieurs et chers confrères, l'assurance de mes
sentiments fraternels.



                          =A Alfred Bruneau.=


                                              Médan, 26 juillet 1899.


Mon cher ami, merci de votre renseignement au sujet de mes articles du
=Figaro=. Ne vous inquiétez pas, j'ai retrouvé les trois articles. Mais
je suis stupéfait de n'en avoir publié que trois. J'aurais juré qu'ils
étaient quatre.

J'ai déjà songé à l'œuvre prochaine[75]. Je crois que je tiens quelque
chose. Mais voici: notre idée de ne pas montrer l'enfant est mauvaise.
Si on ne le voit pas, il n'existera pas, on ne s'intéressera pas à lui.
Alors, j'ai songé à une femme mariée à quinze ou seize ans; dans le
monde légendaire, cela est bien permis. Mettons qu'elle ait un fils à
dix-sept ans. Lorsqu'elle en aura trente-six, ce fils en aura dix-neuf.
Et, à trente-six ans, je puis avoir encore une femme merveilleusement
belle, amoureuse et adorée, ce dont j'ai besoin. Cette femme-là, ce
serait Delna, un rôle énorme; et, si je vous consulte, c'est que je
suis très tenté de donner le rôle de mon jeune homme à une autre femme,
un soprano, un travesti naturellement. Je crois qu'on pourrait tirer
de cette mère et de ce fils joués par deux femmes, de grands effets de
tendresse et de délicatesse. Le rôle du fils serait assez considérable,
il faudrait une chanteuse, une artiste; et c'est ici que commence mon
scrupule, je n'ose pousser davantage le sujet que j'ai trouvé, sans
avoir votre approbation. N'avez-vous rien à me dire contre mon idée? Ce
rôle de jeune homme de quinze à vingt ans joué par une femme ne vous
gêne-t-il pas? Si je crois à la nécessité d'une femme dans le rôle,
c'est que jamais un ténor, un homme, n'aura la grâce ni la jeunesse
nécessaires. Dites-moi très franchement ce que vous pensez de cela, et
tout de suite, pour que je creuse mon idée ou que je l'abandonne:

Nos bonnes amitiés pour vous, pour votre femme et pour Suzanne.



                          =A Marcel Laurent.=


                                               Paris, 8 octobre 1899.

    Mon cher confrère,


Je suis absolument contraire aux courses de taureaux, qui sont des
spectacles abominables, dont la cruauté imbécile est, pour les foules,
une éducation de sang et de boue. On finira par nous faire une jolie
France, à la veille du XXe siècle, si tous les braves gens ne se
mettent pas en travers.

Cordialement.



                           =A Paul Brulat.=


                                              Paris, 15 octobre 1899.


Merci de votre bonne lettre, mon cher Brulat. Vos remarques sont fort
justes. Mais n'ai-je pas le droit, après quarante ans d'analyse, de
finir dans un peu de synthèse? L'hypothèse, l'utopie, est un des droits
du poète.

Ce dont vous souffrez, c'est de la maladie du scrupule. Faites-vous une
force et une volonté: là seulement est la guérison. Au risque même d'y
perdre un peu de justice, il faut savoir se décider et agir.

Quant au livre que vous voulez écrire sur moi, je tiens à ne vous
influencer en rien; et c'est pourquoi je ne réponds pas à ce que vous
me dites, au sujet de la lecture de mes livres et des idées qu'elle
fait naître en vous.

Affectueusement à vous.



                          =A Octave Mirbeau.=


                                             Paris, 29 novembre 1899.


Quelle bonne émotion je viens d'avoir, mon ami, en lisant votre article
sur _Fécondité!_ Ce qui l'anime d'un si grand souffle, ce qui le fait
si beau et si retentissant, c'est votre tendresse pour moi; c'est le
lien fraternel qui s'est noué entre nous. Je connais bien les défauts
de mon livre, les invraisemblances, les symétries trop volontaires,
les vérités banales de morale en action; et la seule excuse est celle
que vous donnez: la construction particulière que m'a imposée le
sujet. Mais avec quelle chaude sympathie vous mettez en valeur les
bonnes pages, cette âme du livre, cet amour de la vie, du plus de vie
possible, auquel j'ai tout sacrifié! Il faut aimer pour comprendre.

Je crois aussi qu'on me comprendra mieux, lorsque les trois romans
suivants auront complété ma pensée. _Fécondité_ n'est qu'une humanité
élargie pour les besognes de demain. Mais la victoire y semble rester à
la force, et c'est ce que viendront corriger l'organisation du travail,
l'avènement de la vérité et de la justice. Tout cela est bien utopique,
mais que voulez-vous? Voici quarante ans que je dissèque, il faut bien
permettre à mes vieux jours de rêver un peu.

Je voulais seulement vous dire la grande joie que votre bonne tendresse
m'a apportée ce matin, et je vous embrasse en frère reconnaissant, et
j'embrasse également votre chère femme.



                             =A Seménoff.=


                                            Médan, 14 septembre 1900.

    Cher Monsieur,


Je crains d'être bien en retard pour tenir la promesse que je vous ai
faite. Mais j'écris à mon éditeur, pour qu'il vous adresse tout de
suite le recueil de mes articles: _Nouvelle Campagne_, dans lequel vous
trouverez les quelques pages que j'ai écrites autrefois sur les Juifs,
et que je suis très heureux de vous autoriser à reproduire dans le
volume dont vous m'avez parlé.

Ce volume, qui doit être vendu au profit des Israélites du Midi de la
Russie, qui ont tant souffert de la disette, est un bel et touchant
exemple de solidarité humaine, une grande et bonne action à laquelle je
vous remercie de m'avoir associé. Il faut que, d'un bout de la terre à
l'autre, les mains se tendent et se serrent fraternellement, si l'on
veut que la misère des hommes soit soulagée et que la paix règne enfin.

Bien cordialement à vous.



                           =A Armand Dayot.=


                                              Paris, 25 octobre 1900.

    Mon cher confrère,


La photographie en pied est de 1862; une partie des _Contes à
Ninon_ était écrite, mais rien encore n'avait été publié. J'ai
complètement oublié le nom du photographe, qui demeurait rue
Saint-Hyacinthe-Saint-Michel. Quant à la photographie en buste,
elle est de 1869: j'avais 29 ans et j'étais rédacteur au _Rappel_.
Le photographe, qui avait photographié tout _Le Rappel_, se nommait
Geradet. On m'a conté qu'on a trouvé toutes ces photographies à la
Préfecture de police, après le 4 septembre: ce qui a fait croire que le
photographe, qui s'était montré si gracieux pour nous, travaillait au
compte de la police, désireuse d'avoir nos portraits, en cas d'un coup
de main.

En 1869, j'avais écrit: _Les Contes à Ninon, la Confession de Claude,
Thérèse Raquin, Madeleine Férat, Mes Haines, Mon Salon_, et j'allais
commencer la série des «Rougon-Macquart», dont le plan était arrêté, et
dont j'écrivais déjà le premier volume: _La Fortune des Rougon_.

Cordialement à vous.



                         =A Maurice Le Blond.=


                                                    12 décembre 1900.

    Cher monsieur Le Blond[76],


Je n'ai jamais été pour un enseignement esthétique quelconque, et je
suis convaincu que le génie pousse tout seul, pour l'unique besogne
qu'il juge bonne. Mais j'entends bien que, loin de vouloir imposer une
règle et des formules aux individualités, votre ambition est simplement
de les susciter, de les éclairer, de leur donner comme une atmosphère
de sympathie et d'enthousiasme qui hâte leur pleine floraison.

Et c'est pourquoi je suis avec vous, de toute ma fraternité littéraire.
Ce qui me ravit dans votre tentative, c'est que j'y vois un signe
nouveau de l'évolution qui transforme en ce moment notre petit monde
des lettres et des arts. Tout un réveil met debout la jeunesse; elle
refuse de s'enfermer davantage dans la tour d'ivoire, où ses aînés se
sont morfondus si longtemps, en attendant que sœur Anne--la vérité
de demain--parût à l'horizon. Un souffle a passé, un besoin de hâter
la justice, de vivre la vie vraie, pour réaliser le plus de bonheur
possible. Et les voilà dans la plaine, résolus à l'action, les voilà en
marche, sentant bien qu'il ne suffit plus d'attendre, mais qu'il faut
avancer sans cesse, si l'on veut aller par delà les horizons, jusqu'à
l'infini.

L'action! l'action! tous doivent agir, tous comprennent que c'est un
crime social que de ne pas agir, dans une heure si grave, lorsque les
forces néfastes du passé livrent un combat suprême aux énergies de
demain. Il importe de décider si l'humanité ne reculera pas d'un pas en
arrière, si elle ne retombera pas dans l'erreur et dans l'esclavage,
peut-être pour un siècle encore. Et, n'est-ce pas? en agissant, en
ouvrant des cours, en groupant des jeunes gens de votre âge pour mettre
en commun vos besoins, vos croyances, vous voulez être uniquement
les bons ouvriers de l'heure présente, n'être ni des lâches ni des
déserteurs, au moment où tous les citoyens interviennent et se battent.

Le mouvement est général: des universités populaires se fondent
partout, des associations se créent qui donnent des conférences, qui
répandent au jour le jour la bonne parole. Il était nécessaire que
les écrivains et les artistes ne restassent pas à l'écart, inutiles,
indifférents. Vous ouvrez une école de la Beauté, vous voulez dire bien
haut votre idéal; vous affirmez, dans l'œuvre produite, la nécessité de
la vie, de la vérité humaine, de l'utilité sociale, en vous basant sur
le vaste ensemble des œuvres que vous lègue toute une lignée de grands
aînés. C'est, très bien, et vous avez raison, et votre effort quand
même aura son bon effet.

Laissez dire, agissez, agissez encore et toujours. Il se peut que votre
enseignement ne nous donne pas de génies nouveaux. Mais vous vous
serez rapprochés, vous vous serez connus, vous aurez peut-être fourni
à celui d'entre vous, qui sera plus tard un maître, l'appui qu'il
attend, la flamme généreuse qui doit l'embraser. Et vous aurez créé un
milieu propice, vous aurez exalté la Beauté qui sera, plus tard, aussi
nécessaire que le pain au peuple travailleur de la Cité heureuse.

Je suis des vôtres, et je vous serre fraternellement la main.



                       =A Paul Margueritte[77].=


                                                                1900.


Je suis pour le couple dont l'amour rend l'union indissoluble. Je suis
pour que l'homme et la femme, qui se sont aimés et qui ont enfanté,
s'aiment toujours, jusqu'à la mort. C'est la vérité, la beauté, et
c'est le bonheur. Mais je suis pour la liberté absolue dans l'amour,
et si le divorce est nécessaire, il le faut sans entraves, par le
consentement mutuel et même par la volonté d'un seul.



                         =A Eugène Fournière.=


                                                   Paris, 8 mai 1901.

    Cher monsieur Fournière,


Pourriez-vous me rendre un service? J'ai besoin, pour mon prochain
roman, d'être documenté sur les écoles congréganistes qui couvrent la
France; et l'on me dit qu'il existe un rapport de M. Trouillot, où je
trouverai de précieux renseignements. J'ai songé qu'il vous serait
peut-être facile de me faire envoyer ce rapport. Je vous en serais bien
reconnaissant.

Si vous connaissez d'autres sources d'informations, veuillez me les
indiquer. Je cherche surtout à bien connaître les Frères de la doctrine
chrétienne, les «Ignorantins», et leur enseignement.

Merci à l'avance, et bien sympathiquement à vous.



                              =Au même.=


                                                  Paris, 18 mai 1901.

    Cher monsieur Fournière,


Je vous remercie infiniment des documents que vous voulez bien
m'envoyer. Ils me seront très précieux. Je vais être très complètement
renseigné sur nos écoles primaires laïques. Mais il est plus difficile
de tout savoir sur les écoles tenues par les Frères de la doctrine
chrétienne. Enfin, avec l'aide de militants comme vous, j'espère
pouvoir établir un terrain vrai et solide.

Encore merci, et veuillez me croire votre cordial et dévoué.



                         =A John Labusquière.=


                                                  Paris, 5 juin 1901.

    Cher monsieur Labusquière,


J'ai à vous remercier de la grande joie et du grand honneur que vous
m'avez faits en acceptant de présider le banquet par lequel les
disciples de Fourier et les associations ouvrières ont bien voulu fêter
la publication de mon roman _Travail_.

Si je ne suis pas à votre côté, c'est qu'il m'a semblé plus modeste et
plus logique que l'homme ne fût pas là. Ce n'est pas moi qui importe,
ce n'est pas même mon œuvre: ce que vous fêtez, c'est l'effort vers
plus de justice, c'est le bon combat pour le bonheur humain: et je suis
avec vous tous. Ne suffit-il pas que ma pensée soit la vôtre?

Nos espoirs sont grands, l'avenir est le domaine du rêve. Mais, dès
aujourd'hui, il est un fait certain, que tout indique et démontre:
c'est que la société future est dans la réorganisation du travail, et
que de cette réorganisation seule viendra enfin une juste répartition
de la richesse. Fourier a été l'annonciateur génial de cette vérité. Je
n'ai fait que la reprendre, et peu importe la route, la future Cité de
paix est au bout.

A ce moment même, en nos temps si amers et si troubles, les
associations ouvrières qui se créent et fonctionnent sont l'embryon
de cette Cité future. Par les coopératives de production et de
consommation, nous nous acheminons un peu plus chaque jour vers le
peuple de frères dont on plaisante. Il faut laisser rire, l'évolution
est sans cesse en marche; la solidarité n'est pas que le vœu des braves
gens, elle est aussi une force de la nature, comme l'attraction, et
elle agira de plus en plus, et elle finira par grouper l'humanité
entière en une seule et même famille.

Merci encore, cher monsieur Labusquière, et bien fraternellement avec
vous et avec tous nos amis.



                             =A Seménoff.=


                                                  Médan, 6 août 1901.


Merci, mon cher Seménoff, de la lettre que vous m'écrivez, à propos
de la mort de ce cher Alexis. J'y retrouve tout votre cœur. J'ai,
en effet, eu un gros chagrin, car c'est encore un peu de ma vie
d'autrefois qui s'en va. Peu à peu, je reste seul de notre groupe
littéraire.

Il faut vous bien soigner, pour nous revenir vaillant, cet hiver. Vous
aussi, vous êtes un fidèle; notre défenseur dans cette grande Russie,
qui ne demande qu'à savoir et à se libérer. Enfin, il faut avoir bon
espoir: la liberté marche.

Les photographies sont un peu grises. Je vais tâcher d'en tirer des
épreuves passables, et je vous les donnerai, lors de ma rentrée.
Jusque-là, je vais avancer le plus possible mon nouveau roman.

Présentez nos vives amitiés à Mme Seménoff et à tous les vôtres, et
bien affectueusement à vous.



                           =A F. Chastanet.=


                                             Paris, 27 novembre 1901.


Cher monsieur Chastanet, je viens de recevoir _Les Personnages des
Rougon-Macquart_, que vous m'avez envoyés, et je tiens à vous remercier
encore, à vous dire combien je trouve votre travail remarquable. Je
ne parle pas seulement de la patience et du soin que vous avez mis à
lire et à dépouiller les vingt volumes. Ce qui me frappe plus encore,
c'est la profonde intelligence que vous avez eue de mon œuvre; c'est le
choix vivant que vous avez fait des phrases qui caractérisent chaque
personnage. Certainement jamais rien de semblable n'a été réalisé, car
il ne s'agit pas d'un sec dictionnaire; vous évoquez tous mes romans,
vous rendez la vie à tous les êtres qui les peuplent.

Vous venez de me donner la joie littéraire la plus profonde que j'aie
jamais éprouvée: celle de me retrouver tout entier dans ce volume qui
résume et qui classe le petit peuple que je me suis efforcé de créer.
Et je vous en suis infiniment reconnaissant.

Veuillez me croire votre bien amical et bien dévoué.



                          =A Alfred Bruneau.=


                                               Médan, 2 juillet 1902.


Mon cher ami, vous voilà installés et votre lettre nous donne de bonnes
nouvelles de vous deux et de Suzanne. Ces trois mois de grand calme
et de travail vous feront certainement grand bien; et, quand vous
rentrerez en octobre, avec votre œuvre finie, il sera toujours temps
d'organiser votre avenir. Je n'ai plus guère d'illusions, mais je crois
tout de même que les braves gens et les travailleurs déterminent autour
d'eux les chances heureuses. C'est toujours lorsque j'ai désespéré que
le destin s'est montré clément.

Depuis bientôt trois semaines que nous sommes ici, nous avons vécu dans
une belle tranquillité. Ma femme va mieux, surtout depuis qu'il fait
beau. J'ai bien travaillé, mais je ne compte finir _Vérité_ que vers la
fin du mois. C'est terriblement long; voilà près d'un an que, tous les
matins, sans manquer un seul jour, je me remets à cette œuvre. Aussi
suis-je très fatigué, avec le grand besoin de me reposer un peu. Je
compte ne pas faire grand'chose en août. Puis, en septembre, j'espère
m'occuper de nos poèmes; et, plus j'y songe, plus je suis décidé à
les traiter comme je les sens, car tout accommodement au goût des
directeurs ou du public serait, en fin de compte, une duperie.

Les Charpentier ne viendront ici que le 15 août. Nous avons donc devant
nous six semaines de solitude, et cela ne m'est pas désagréable; je
passe de délicieuses après-midi dans mon jardin, à regarder tout vivre
autour de moi. Avec l'âge, je sens tout s'en aller et j'aime tout plus
passionnément.

Travaillez bien, mon ami; reposez-vous bien aussi, et surtout ne vous
faites pas de chagrin, ne désespérez pas. Vous verrez que la chance
viendra, je ne sais comment, mais elle viendra. Tout effort est
récompensé; il est impossible que votre travail, si brave et si franc,
n'amène pas la victoire. Chaque jour, levez-vous en espérant quelque
chose de bon pour le lendemain.

Et bonne santé à votre femme et bonnes vacances à Suzanne. Prenez tous
les trois une grosse provision de forces pour l'hiver prochain.

Nous vous embrassons, ma femme et moi, de tout notre cœur.



                              =Au même.=


                                                  Médan, 8 août 1902.


Mon bon ami, j'ai enfin terminé cette terrible _Vérité_ qui, pendant un
an, m'a demandé de grands efforts. L'œuvre est au moins aussi longue
que _Fécondité_, et il s'y trouve une telle diversité de personnages,
un tel enchevêtrement de faits, que jamais mon travail ne m'a demandé
une discipline plus étroite. J'en sors pourtant assez gaillard, et ma
tête seule a besoin de repos. _Vérité_ commencera à paraître le 10
septembre, dans _L'Aurore_, et y durera jusqu'au 20 janvier environ.

J'attends les Charpentier dans les premiers jours de la semaine
prochaine, et c'est pendant leur séjour ici que je compte me reposer.
Cela mettra un peu de bruit autour de moi, me tirera de la solitude
où nous vivons. Et je compte sur cette diversion bruyante pour me
débarbouiller le cerveau. Puis, en septembre, je songerai à vous; je me
mettrai à un des poèmes, je ne sais encore lequel. Votre lutte devient
si rude que je suis hanté de scrupules. Sans doute, je professe qu'on
doit marcher droit à l'œuvre d'art, sans s'occuper des contingences.
Seulement, quand un musicien n'a devant lui que deux théâtres pour se
produire, quand des obstacles de toutes sortes lui barrent la route,
il est bien difficile de s'embarquer dans une œuvre, sans s'inquiéter
du sort qui l'attend. Le pis est qu'on se paralyserait tout à fait, si
l'on voulait mettre toutes les bonnes chances de son côté.

Depuis quelques jours, je réfléchis à nos trois sujets et je suis bien
troublé. Enfin, le seul parti sage et brave est d'en traiter un; et
puis, nous verrons, quand nous serons réunis à Paris.

Aucune nouvelle d'ailleurs. Depuis que j'étais ici, je n'avais pas
quitté ma table de travail un seul jour. Nous avons vu Larat pendant
deux heures, une après-midi. Les Mirbeau, qui doivent être à Houlgate,
ne viendront nous voir qu'après leur retour. Les Loiseau sont toujours
à Morsalines, où notre cousine Amélie est allée les rejoindre; et elle
aussi ne viendra sans doute passer avec nous quelques jours qu'en
septembre. Quant à Desmoulin, il est à Bruges où il copie des primitifs.

Nous avons reçu ce matin la bonne lettre de votre femme, à laquelle
la mienne répondra prochainement, et nous avons été bien heureux des
excellentes nouvelles qu'elle nous donnait. Il parait que Suzanne et
vous devenez des pêcheurs de crevettes remarquables. Vous allez nous
revenir tous les trois rayonnants de santé, et c'est ce qu'il faut pour
vaincre le destin.

Nous vous embrassons bien tendrement, de tout notre cœur.


                   *       *       *       *       *


                      LETTRES AU DR G. SAINT-PAUL


                                   I


                                                   Paris, 3 mai 1895.

    Cher Monsieur,


Je ne veux retirer aucun bénéfice matériel de la publication du
_Roman d'un inverti_, et sur ce point je désire que vous soyez seul à
traiter l'affaire. D'autre part, pour des motifs d'ordre littéraire,
je désire que mon nom ne figure pas sur la couverture; ou du moins je
consens seulement à ce qu'on mette: «Avec une préface d'Émile Zola».
Et cette préface ne peut être qu'une lettre que je vous adresserai
personnellement, lettre assez courte, dans laquelle je vous conterai
simplement l'histoire du manuscrit que je vous ai remis, en le jugeant
brièvement à mon point de vue. Ce serait donc à vous d'écrire le
morceau de résistance, morceau que je vois tout scientifique.

Avant d'écrire à M. Storck pour lui dire ces choses, j'ai voulu vous
consulter. Si donc nous sommes d'accord, veuillez me le dire, et je lui
écrirai.

Cordialement à vous.


                                  II


                                                 Médan, 25 juin 1895.

    Mon cher Docteur[78],


Je ne trouve aucun mal, au contraire, à ce que vous publiiez _Le Roman
d'un inverti_, et je suis très heureux que vous puissiez faire, à titre
de savant, ce qu'un simple écrivain comme moi n'a point osé.

Lorsque j'ai reçu, il y a des années déjà, ce document si curieux, j'ai
été frappé du grand intérêt physiologique et social qu'il offrait. Il
me toucha par sa sincérité absolue, car on y sent la flamme, je dirai
presque l'éloquence de la vérité! Songez que le jeune homme qui se
confesse écrit ici une langue qui n'est pas la sienne; et dites-moi
s'il n'arrive point, en certains passages, au style ému des sentiments
profondément éprouvés et traduits? C'est là une confession totale,
naïve, spontanée, que bien peu d'hommes ont osé faire, qualités qui la
rendent fort précieuse à plusieurs points de vue. Aussi était-ce dans
la pensée que la publication pouvait en être utile, que j'avais eu
d'abord le désir d'utiliser le manuscrit, de le donner au public sous
une forme que j'ai cherchée en vain, ce qui, finalement, m'en a fait
abandonner le projet.

J'étais alors aux heures les plus rudes de ma bataille littéraire, la
critique me traitait journellement en criminel, capable de tous les
vices et de toutes les débauches; et me voyez-vous me faire, à cette
époque, l'éditeur responsable de ce _Roman d'un inverti?_ D'abord
on m'aurait accusé d'avoir inventé l'histoire de toutes pièces, par
corruption personnelle. Ensuite, j'aurais été dûment condamné pour
n'avoir vu, dans l'affaire, qu'une spéculation basse sur les plus
répugnants instincts. Et quelle clameur, si je m'étais permis de dire
qu'aucun sujet n'est plus sérieux ni plus triste, qu'il y a là une
plaie beaucoup plus fréquente et profonde qu'on n'affecte de le croire,
et que le mieux, pour guérir les plaies, est encore de les étudier, de
les montrer et de les soigner!

Mais le hasard a voulu, mon cher docteur, que, causant un soir
ensemble, nous en vînmes à parler de ce mal humain et social des
perversions sexuelles. Et je vous confiai le document qui dormait dans
un de mes tiroirs, et voilà comme quoi il put enfin voir le jour, aux
mains d'un médecin, d'un savant, qu'on n'accusera pas de chercher le
scandale. J'espère bien que vous allez apporter ainsi une contribution
décisive à la question des invertis-nés, mal connue et particulièrement
grave.

Dans une autre lettre confidentielle, reçue vers le même temps, et que
je n'ai malheureusement pas retrouvée, un malheureux m'avait envoyé le
cri le plus poignant de douleur humaine que j'aie jamais entendu. Il se
défendait de céder à des amours abominables, et il demandait pourquoi
le mépris de tous, pourquoi les tribunaux étaient prêts à le frapper,
s'il avait apporté dans sa chair le dégoût de la femme, la passion de
l'homme. Jamais possédé du démon, jamais pauvre corps humain livré aux
fatalités ignorées du désir, n'a hurlé si affreusement sa misère. Cette
lettre, je m'en souviens, m'avait infiniment troublé. Et, dans _Le
Roman d'un inverti_, le cas n'est-il pas le même, avec une inconscience
plus heureuse? N'y assiste-t-ou pas à un véritable cas physiologique,
à une hésitation, à une demi-erreur de la nature? Rien n'est plus
tragique, selon moi, et rien ne réclame davantage l'enquête et le
remède, s'il en est un.

Dans le mystère de la conception, si obscur, pense-t-on à cela? Un
enfant naît: pourquoi un garçon, pourquoi une fille? on l'ignore.
Mais quelle complication d'obscurité et de misère, si la nature a un
moment d'incertitude, si le garçon naît à moitié fille, si la fille
naît à moitié garçon? Les faits sont là, quotidiens. L'incertitude
peut commencer au simple aspect physique, aux grandes lignes du
caractère: l'homme efféminé, délicat, lâche; la femme masculine,
violente, sans tendresse. Et elle va jusqu'à la monstruosité constatée,
l'hermaphrodisme des organes, les sentiments et les passions contre
nature. Certes, la morale et la justice ont raison d'intervenir,
puisqu'elles ont la garde de la paix publique. Mais de quel droit
pourtant, si la volonté est en partie abolie? On ne condamne pas un
bossu de naissance parce qu'il est bossu. Pourquoi mépriser un homme
d'agir en femme, s'il est né femme à demi?

Certes, mon cher docteur, je n'entends pas même poser le problème.
J'indique seulement les raisons qui m'ont fait souhaiter la publication
du _Roman d'un inverti_. Peut-être cela inspirera-t-il un peu de pitié
et un peu d'équité pour certains misérables. Et puis, tout ce qui
touche au sexe touche à la vie sociale elle-même. Un inverti est un
désorganisateur de la famille, de la nation, de l'humanité. L'homme et
la femme ne sont certainement ici-bas que pour faire des enfants, et
ils tuent la vie, le jour où ils ne font plus ce qu'il faut pour en
faire.

Cordialement à vous.


                                  III


                                              Médan, 18 juillet 1895.

    Cher Monsieur,


Je crois qu'il ne faut pas passer outre aux inquiétudes de l'éditeur,
car il serait désastreux que quelque ennui arrivât. Pour mon compte, je
ne suis pas d'avis de trouver un éditeur quand même. Mais je serai fort
heureux de garder le manuscrit de l'ouvrage, dans les conditions où
vous me l'offrez, et avec la pensée qu'il pourra être utilisé un jour.

Cordialement à vous.


                                  IV


         =Réponse à une Enquête sur le Langage intérieur[79].=


Voici l'observation prise sous la dictée du Maître:

«Étant enfant, j'avais une bonne mémoire scolaire; j'avais le prix
de mémoire; déjà à cette époque je travaillais sans trop de zèle, le
nécessaire, rien de plus: arrivé en étude, je me mettais à la besogne,
avec le désir de terminer le plus vite possible et de ne plus rien
faire.

«Au lit je récitais tout bas mes leçons avant de m'endormir, c'est un
excellent moyen pour retenir.

«Le lendemain, je les savais, j'en disais très bien le mot à mot avec
beaucoup de précision; je ne me trompais et n'hésitais que rarement;
j'avais donc une mémoire excellente qui me permettait d'apprendre
vite et bien. Mais tout disparaissait assez rapidement, les mots
s'envolaient avec le temps, et l'âge a amené l'oubli des textes les
mieux sus.

«Déjà à cette époque, ma mémoire était ce qu'elle est aujourd'hui,
elle se chargeait rapidement, avidement... puis elle se déchargeait.
C'est une éponge qui se gonfle, puis qui se vide; c'est un fleuve qui
entraîne tout et dont les eaux courent tôt se perdre sur un banc de
sable.

«Un caractère très net de ma mémoire, c'est que la persistance des
souvenirs dépend de mon désir et de ma volonté de retenir. J'ai une
excellente mémoire visuelle, mais si je ne regarde pas _en voulant_
retenir, il ne reste rien; si je n'ai pas la volonté de me souvenir,
tout se perd. Nommé président de la Société des Gens de lettres,
j'ai mis plus de trois semaines à me rappeler les physionomies des
vingt-quatre membres du Comité.

«A la suite d'une enquête faite pour construire un roman, je retrouve,
quand j'ai idée de voir, tous les souvenirs dont j'ai besoin.

«Mes souvenirs visuels ont une puissance, un relief extraordinaire;
ma mémoire est énorme, prodigieuse, elle me gêne; quand j'évoque les
objets que j'ai vus, je les revois tels qu'ils sont réellement avec
leurs lignes, leurs formes, leurs couleurs, leurs odeurs, leurs sons:
_c'est une matérialisation à outrance_; le soleil qui les éclairait
m'éblouit presque; l'odeur me suffoque, les détails s'accrochent à moi
et m'empêchent de voir l'ensemble. Aussi pour le ressaisir me faut-il
attendre un certain temps. Je n'écrirai que l'an prochain mon roman
sur Lourdes, je prendrai les notes que j'ai recueillies; l'évocation
se fera; tout sera au point; sur l'ensemble, les grandes lignes, les
grandes arêtes se détacheront, nettes...

«Cette possibilité d'évocation ne dure pas très longtemps; le relief
de l'image est d'une exactitude, d'une intensité inouïes, puis l'image
s'efface, disparaît, cela s'en va; ce phénomène est heureux pour moi;
j'ai écrit beaucoup de romans, j'ai entassé un nombre considérable
de matériaux: si tous mes souvenirs me restaient, je succomberais
sous leur poids. De la trame du roman, l'oubli est encore plus
rapide; arrivé à la fin de l'ouvrage que j'écris, j'en oublie le
commencement. Il me faut autant de plans que de chapitres projetés:
pour vingt chapitres, vingt plans détaillés. Alors je pars tranquille,
avec ce guide-âne je suis sûr de ne pas me perdre en route; mon
sous-main, couvert d'indications, de notes d'échos, de rappels, m'est
indispensable, je le consulte sans cesse.

«En résumé, ma mémoire se caractérise par la puissance énorme des
souvenirs qu'elle me fournit, par la fragilité de ces souvenirs.

«Je ne me souviens pas pour le plaisir de me souvenir, je n'exerce
pas cette grosse mémoire pour le plaisir de l'exercer; tout ce qui
ne nécessite pas un peu d'invention, lire, corriger des épreuves,
m'endort, mais je ne dors plus dès que je puis créer, dès que
fonctionne le centre d'invention littéraire.

«On sait comment je compose mes romans; je rassemble le plus possible
de documents, je voyage, il me faut l'atmosphère de mon sujet; je
consulte les témoins oculaires des faits que je veux décrire; je
n'invente pas, le roman se fait, se dégage tout seul des matériaux.
Ainsi, pour _La Débâcle_, je suis allé à Sedan, j'ai consulté les
meilleures sources d'informations; les personnages se sont présentés
tout seuls; ne fallait-il pas un colonel, un capitaine, un lieutenant,
un caporal, des hommes...? Une fois le personnage apparu, je le fais
mien, je vis avec lui; je ne me plais qu'en ce qui vit.

«Chez moi le mot n'a pas grande importance. Il peut être éveillé par
l'image ou par l'argument; je puis parler facilement, je ne m'élève à
la véritable éloquence que sous l'influence de la passion; j'abhorre le
lieu commun, il me paralyse, m'empêche de parler.

«Souvent le mot écrit m'étonne comme si je ne l'avais jamais vu; je lui
trouve un aspect bizarre, laid, disgracieux: il éveille toujours une
image appropriée; mentalement je ne le lis ni ne le parle, je ne suis
pour lui ni visuel, ni moteur. Quand j'écris, la phrase se fait en moi
toujours par euphonie; C'est une musique qui me prend et que j'écoute;
gamin, j'adorais les vers et en écrivais beaucoup; la musique véritable
me laisse froid, je n'ai pas, je crois, l'oreille très juste; c'est par
un véritable raisonnement que j'aime la musique; elle a été longtemps
pour moi lettre close, mais j'entends le rythme de la phrase; je me fie
à lui pour me conduire, un hiatus me choque et me gêne.

«Je ne prépare pas la phrase toute faite; je me jette en elle comme on
se jette à l'eau, je ne crains pas la phrase; en face d'elle je suis
brave; je fonds sur l'ennemi, j'attaque la phrase laissant à l'euphonie
le soin de l'achever.

«Chez nous romanciers, ceci est rare. Tous les écrivains que j'ai
connus polissent leur phrase avant de l'écrire; la première heure est
la moins bonne, c'est la période des tâtonnements; au bout d'un certain
temps tout s'arrange, se dessine et le bon travail commence.

«Pour moi c'est le contraire, ce que je fais de mieux est ce que je
fais d'abord. La fatigue arrive vite; mes quatre ou cinq pages écrites,
je cesse; je ne dépasse pas trois heures par jour; on m'a fait une
réputation de travailleur, c'est une erreur; je suis très régulier et
très paresseux; je vais très vite, pour en finir le plus rapidement
possible et ne plus rien faire.

«Je termine en disant que je suis myope et porte du 9; cela est venu à
dix-neuf ans; je me suis aperçu que je ne pouvais plus, comme l'année
précédente, lire de chez moi les affiches annonçant les représentations
théâtrales, dont j'étais très friand.

«Mes organes des sens sont bons; l'odorat est excellent. Je rêve assez
souvent; mes rêves manquent de lumière; je n'y vois pas le grand
soleil, le plein jour; c'est une clarté élyséenne qui entoure les
objets et les personnes, un peu flous, à demi perdus dans une lumière
diffuse et grise...».



                                   V


                                              Paris, 18 janvier 1896.

    Mon cher Docteur,


J'envoie à votre éditeur la préface corrigée.--Sans doute, ce serait
bien agréable et bien beau d'aller à Alger, mais si vous saviez quelle
continuelle besogne me cloue ici.

Bien cordialement à vous.


                   *       *       *       *       *


[1] Le peintre impressionniste Paul Cézanne était d'Aix comme Antony
Valabrègue.

[2] et [3]: Voir le livre de Paul Alexis: _Émile Zola_; et voir aussi
le premier volume de cette _Correspondance_, qui contient les Lettres
que Zola écrivit dans sa jeunesse à Baille, à Cézanne et à Marius Roux.

[4] _Contes à Ninon_.

[5] La Confession de Claude.

[6] Exclamation que Paul Cézanne lançait au moindre ennui qui lui
survenait: «Il est bien noir pour moi, le ciel de l'avenir.»

[7] _Thérèse Raquin._

[8] Lettre communiquée par M. Emery Duchesne qui l'a trouvée dans
les papiers de son père; celui-ci fut le collaborateur de M. de
Villemessant au _Figaro_.

[9] _La Confession de Claude_.

[10] Villemessant était alors directeur de _L'Évènement_; Bourdin, son
gendre, était secrétaire de la rédaction.

[11] A propos d'un volume que Champfleury venait de publier sur les
chats.

[12] Délibération relative à une proposition tendant à donner à une
voie d'Aix le nom de François Zola, le père d'Émile Zola, qui fit
creuser dans la ville un canal qui porte son nom.

[13] Rhunka était un petit singe femelle de race macaque.

[14] A propos de _La Curée_, qui allait paraître dans _La Cloche_, dont
Ulbach était le directeur.

[15] C'est de Paul Cézanne dont il est question.

[16] _La Curée._

[17] _Lise Tavernier_, probablement.

[18] _Les Héritiers Rabourdin_

[19] Répétitions des _Héritiers Rabourdin_, au théâtre Cluny.

[20] _Son Excellence Eugène Rougon._

[21] En réponse à un article très vif sur et contre _L'Assommoir_.
Cette lettre fut insérée dans _Le Figaro_ du 7 septembre et en même
temps qu'un nouvel article de M. Millaud aussi vif que le précédent.
Émile Zola écrivit alors la lettre suivante en date du 9 septembre.
Mais Villemessant considéra que ce débat ne pouvait se prolonger et ne
voulut pas insérer cette seconde lettre. Les choses en restèrent là.

[22] _Le Bouton de rose._

[23] _Une page d'amour._

[24] _Une page d'amour._

[25] La mère de Georges.

[26] _Bouvard et Pécuchet._

[27] La revue _La Jeune France_ avait publié, dans son numéro du 1er
février 1879, un article de Gustave Rivet sur le Naturalisme. Cette
lettre, adressée à l'auteur de l'article, fut insérée dans _La Jeune
France_ du 1er mars 1879.

[28] Il s'agissait d'une demande pour un poste de conservateur d'une
bibliothèque, Flaubert se trouvant dans une situation précaire à ce
moment-là; malgré toutes les précautions des amis, cette demande avait
été ébruitée, et les journaux s'en étaient emparé. Grand chagrin de
Flaubert, et immense tristesse des amis qui auraient voulu que Flaubert
ne sût rien avant la chose résolue.

[29] Flaubert s'était cassé la jambe.

[30] _Giacinta._

[31] Cette jeune fille est morte depuis une quinzaine d'années.

[32] Les _Chroniques parisiennes_, adressées par Sainte-Beuve à la
_Revue Suisse_ et que M. Jules Troubat venait de recueillir en volume
chez Calmann-Lévy.

[33] Paul Cézanne.

[34] Lettre relative aux funérailles de Madame Zola mère.

[35] En réponse à une lettre qui accompagnait l'envoi d'un volume: _Les
Chrysanthèmes de Marie_, et dans laquelle M. Chaigneau répondait à un
article de Zola sur Victor Hugo.

[36] Les funérailles de Gustave Flaubert.

[37] Renseignements pour _Pot-Bouille_.

[38] C'est Zola qui a poussé Rod à faire de la littérature.

[39] Série d'articles publiés ensuite en volume sous le titre: _Une
campagne_ (1880-1881).

[40] _Pot-Bouille_.

[41] C'était un racontar, imaginé par Mme Louise Colet, dans un article
médisant sur Sainte-Beuve.

[42] _Au Bonheur des Dames._

[43] A propos des statues de Dumas père et de Balzac.

[44] Alexandre Dumas père.

[45] _Essais de psychologie contemporaine._

[46] A cette époque, directeur de l'Ambigu. Il s'agit des
représentations de _Pot-Bouille_.

[47] Personnage de _La Joie de vivre_.

[48] _Germinal_.

[49] En réponse à une demande de préface pour son volume de vers
_Fleurs d'Enfer_, paru chez A. Ghio en 1884.

[50] Cette lettre a été motivée par deux articles parus dans _La
Nouvelle Revue_ (avril-mai 1884). Elle a été publiée, avec la réponse
au destinataire, dans l'ouvrage de M. Georges Renard intitulé: _Études
sur la France contemporaine_ (Paris, Savine, 1888;--p. 57).

[51] M. Zevort fut, en troisième, au collège d'Aix, pendant l'année
scolaire 1856-1857, le camarade d'Émile Zola. Nous avons eu sous les
yeux les palmarès du collège d'Aix, pendant les années qu'y passa Zola,
du mois d'octobre 1852 au mois d'août 1857, comme interne pendant les
quatre premières années, comme externe surveillé pendant la dernière.
Élève de septième, Zola obtient un 2e prix d'instruction religieuse,
un 1er accessit d'excellence, un 2e prix de thème latin, un 1er prix
de version latine, un 2e accessit de grammaire française et calcul
(_sic_), un 1er prix d'histoire et de géographie, un 1er prix de
récitation classique.

En sixième il a eu une 1re mention d'inscription au tableau d'honneur,
un 1er accessit d'instruction religieuse, un 2e accessit d'excellence,
un 1er prix d'histoire et de géographie, un 3e accessit de récitation
classique (rien en latin, rien en exercices français).

En cinquième, ni tableau d'honneur, ni instruction religieuse, mais un
1er accessit d'excellence, 1er prix de thème latin, 1er prix de version
latine, 2e prix de version grecque, 3e accessit d'exercices français,
2e accessit d'histoire et géographie, 3e accessit de récitation
classique, prix unique de dessin et travaux graphiques et 3e accessit
d'instruments à vent (_sic_).

En quatrième, même insuccès en tableau d'honneur et en excellence,
mais réussite pour toutes les autres matières: 1er prix d'excellence,
de thème latin, de version latine, 2e de version grecque, 1er de vers
latins, 2e de grammaire-générale et d'histoire et géographie, 1er
d'arithmétique et géométrie et d'anglais.

En troisième section des sciences (sous le régime de la bifurcation)
Zola obtient, outre un prix de tableau d'honneur et un 2e prix
d'instruction religieuse, le 1er prix dans les cinq facultés de sa
section, c'est-à-dire l'excellence, l'arithmétique et l'algèbre, la
géométrie et applications, la physique, chimie et histoire naturelle,
la récitation classique; il est presque aussi bien partagé dans les
sections réunies où il emporte le 1er prix de version latine, le
1er prix de narration française et le 1er accessit d'histoire et de
géographie, sans parler du 1er prix d'italien et du 2e accessit de
dessin et travaux graphiques. Après cette année scolaire 1856-57, qui
fut une année triomphale, Zola quittait le collège d'Aix.

[52] En réponse à une lettre où Jean Richepin exprimait la grande joie
que lui avait causée _Germinal_.

[53] Céard venait d'avoir le chagrin de perdre sa mère.

[54] La fille de Guillemet, aujourd'hui Mme André Delaistre.

[55] Né à Rounes (Aube) en 1861, mort dans la même ville en 1885.
Il était fils d'un inspecteur d'académie et débuta dans les lettres
en 1884 par un volume de critique, _L'Évolution naturaliste_, où se
trouvaient rassemblées les principales physionomies de la littérature
contemporaine: les de Goncourt, Zola, Coppée, Sully-Prudhomme,
Maupassant, Bourget, Richepin, Rollinat, Becque, etc. La même année,
il publiait en collaboration avec un de ses amis, un tout jeune homme:
Henri Fèvre, un roman, _Autour d'un Clocher_ (Bruxelles, in-18), dont
certaines descriptions attirèrent l'attention du parquet. Il fut
poursuivi et condamné à un mois de prison et mille francs d'amende. Il
voulut présenter lui-même sa défense, et son plaidoyer a été publié par
lui sous ce titre: _Pour la liberté d'écrire_ (1885).

Le jury qui le condamna était composé d'un marchand de futailles, d'un
vérificateur de bâtiments, d'un charpentier, d'un emballeur, d'un
maître maçon, de trois propriétaires, d'un ingénieur, d'un épicier,
d'un négociant et d'un maître couvreur.

[56] Loi sur la presse votée en 1883, article 28.

[57] _La Terre._

[58] Toutes ces armoiries étaient pour orner les chapiteaux de la salle
de billard de Médan, qui existent toujours.

[59] Goncourt, Daudet, Zola.

[60] _Renée._

[61] _La Bête humaine._

[62] Communiquée par M. Prudhomme, archiviste de l'Isère.

[63] _L'Argent_, alors en préparation.

[64] Le siège de député de la 2e circonscription du Ve arrondissement
étant devenu vacant à la suite de la nomination de M. de Lanessan au
poste de gouverneur général de l'Indo-Chine, un groupe de jeunes gens
avait délégué MM. Clément-Janin et Bougenot pour offrir la candidature
à Émile Zola.

[65] Il s'agissait de l'offre de la statue de Balzac faite à la Société
des gens de lettres par M. D. Osiris.

[66] Voici la copie de cette lettre:

  9 mars 1892.

  «Cher monsieur Zola,

  «C'est avec émotion que je vois la division Margueritte et le nom de
  mon père jouer un rôle dans _La Débâcle_. Je pressens que vous serez
  sympathique aux efforts perdus de cette belle cavalerie et à la mort
  de son chef, sacrifié avec tant d'autres à Sedan.

  «Laissez-moi saisir cette occasion--je n'en pourrai trouver une
  meilleure--pour me décharger auprès de vous, en toute franchise, d'un
  regret qui me pèse depuis longtemps. En m'associant, il y a quelques
  années, à ce manifeste contre vous, j'ai commis une mauvaise action
  dont mon extrême jeunesse m'empêcha alors de comprendre la portée,
  mais dont j'ai eu quelque honte depuis, lorsque j'ai mieux compris le
  respect qu'on se doit, d'homme à homme, et que je devais surtout, moi
  débutant de lettres et fils de soldat, à une vie d'écrasant labeur,
  de fier combat et d'exemple, comme la vôtre.

  «Il y a longtemps, cher monsieur Zola, que je voulais vous écrire
  cela. En tardant, je n'ai fait que prolonger mes regrets et la
  conscience de mes torts. Voudrez-vous bien accepter ces excuses aussi
  franchement et complètement que je vous les offre.

  «PAUL MARGUERITTE.»


[67] Pour _L'Attaque du Moulin._

[68] De _L'Attaque du Moulin._

[69] En réponse à une lettre qui accusait Zola d'avoir démoralisé la
nation en publiant _La Débâcle_.

[70] Allusion au banquet donné à l'occasion de l'achèvement des
_Rougon-Macquart_ et où Catulle Mendès prit la parole.

[71] Personnage de _Lourdes_.

[72] Paul Charpentier, fils de M. et de Mme Georges Charpentier.

[73] Il n'a paru que des extraits dans les _Novosti_ de
Saint-Pétersbourg.

[74] Remise à M. Seménoff.

[75] _L'Enfant roi._

[76] En réponse à une lettre dans laquelle Maurice Le Blond, secrétaire
général et fondateur du Collège d'esthétique moderne, annonçait à Zola
qu'il avait été nommé, par la jeunesse littéraire, président d'honneur
de cette société.

[77] A propos de son enquête sur le divorce.

[78] Préface du volume: _Perversion et Perversité sexuelles_ (Paris,
Masson).

[79] Extrait du volume: _Le langage intérieur et les paraphasies_, page
85 (Paris, F. Alcan).


                   *       *       *       *       *

                                 TABLE



LETTRES A ANTONY VALABRÈGUE


LETTRES A DIVERS ÉCRIVAINS ET ARTISTES:


A Jules Claretie

Au Directeur de la _Revue du Mois_

A Alphonse Duchesne

A Jules Claretie

A Bourdin

A Coste

Au même

A Théodore Duret

Au même

Au même

A Champfleury

A Théodore Duret

Au même

A Marius Roux

A Louis Ulbach

A Théodore Duret

A Marius Roux

Au même

Au même

Au même

A Antony Valabrègue

A Marius Roux

A Antony Valabrègue

A Louis Ulbach

A Antony Valabrègue

A Gustave Flaubert

A C. Montrosier

A Antony Valabrègue

A Louis Ulbach

A Maurice Dreyfous

A Ernest d'Hervilly

A Marie Laurent

A Marius Roux

A Gustave Flaubert

A Ivan Tourguéneff

A Antoine Guillemet

A Georges Charpentier

A Gustave Flaubert

Au même

Au même

A Marius Roux

A Georges Charpentier

Au même

A Ludovic Halévy

A Marius Roux

A Albert Millaud

Au même

A Alexandre Parodi

A Gustave Flaubert

Au Directeur du _Bien public_

A Léon Hennique

A Henry Céard

A J.-K. Huysmans

A William Busnach

Au même

A Madame Charpentier

A Léon Hennique

A Théodore Duret

A Gustave Flaubert

Au même

A Henry Céard

A Paul Bourget

A Henry Céard

A Gustave Flaubert

A Léon Hennique

Au même

A Gustave Flaubert

Au même

A Henry Céard

Au même

A Léon Hennique

A Gustave Rivet

A Gustave Flaubert

A Laffitte

A J.-K. Huysmans

A Luigi Capuana

A Gustave Flaubert

A Henry Céard

A Laffitte

A Mademoiselle Marie Van Casteel de Mollenstem

A Jules Troubat

Au même

A Antoine Guillemet

A Madame Charpentier

A Gustave Flaubert

A Laffitte

A Jules Troubat

A Henry Céard

A Antoine Guillemet

A Henry Céard

A J. Camille Chaigneau

A Jules Claretie

A J.-K. Huysmans

A Ferdinand Fabre

A J.-K. Huysmans

A Edouard Rod

A Antoine Guillemet

A Henry Céard

A Coste

A Jules Troubat

A J.-K. Huysmans

A de Cyon

Au même

Au même

Au même

Au même

A Édouard Rod

A Henry Céard

A Frantz Jourdain

A Ivan Tourguéneff

Au même

A Théodore Duret

A Alphonse Daudet

A Frantz Jourdain

A J.-K. Huysmans

A Théodore Duret

A Gustave Geffroy

A Henry Céard

Au même

Au même

A Gustave Geffroy

A Léon Hennique

A Paul Bourget

Au Dr Maurice de Fleury

A Antoine Guillemet

A Simon

A Frantz Jourdain

A Ferdinand Fabre

A Édouard Rod

A Antoine Guillemet

A Ernst Ziégler

A Auguste Barrau

A Georges Renard

A Édouard Rod

A Henry Céard

Au même

Au même

Au même

A Ernst Ziégler

A Georges Charpentier

A Henry Céard

A Georges Charpentier

A Ferdinand Fabre

A Georges Montorgueil

A Zévort

A Édouard Rod

A Francis Magnard

A Jean Richepin

A Charles Chincholle

A Gustave Geffroy

A Coste

A Henry Céard

A Coste

A Antony Valabrègue

A Antoine Guillemet

A Henry Céard

Au même

Au journal _Le Figaro_

A Alphonse Daudet

A Henry Céard

Au même

Au même

Au même

A J. van Santen Kolff

Au même

A Antoine Guillemet

A J. van Santen Kolff

A Antoine Guillemet

A Henry Céard

A Édouard Lockroy

A Alphonse Daudet

A J. van Santen Kolff

A Henry Bauer

Au même

A Octave Mirbeau

A Georges Charpentier

A Emile Verellen

A Henry Céard

A Léon Hennique

A J.-K. Huysmans

A Henry Bauer

A J.-K. Huysmans

A Octave Mirbeau

A J. van Santen Kolff

A Alphonse Daudet

A Henry Bauer

A Alphonse Daudet

A J. van Santen Kolff

A Georges Renard

A J. van Santen Kolff

A Coste

A J. van Santen Kolff

A Guy de Maupassant

A Octave Mirbeau

A Alphonse Daudet

Au Dr Maurice de Fleury

A Alphonse Daudet

A J. van Santen Kolff

A J.-K. Huysmans

A Henry Céard

Au même

Au même

Au Dr Gouverné

A Coste

Au même

A Georges Charpentier

A J.-K. Huysmans

A Jules Lemaitre

A J. van Santen Kolff

A Henry Céard

A J. van Santen Kolff

Au même

Au même

A Alphonse Daudet

A J. van Santen Kolff

A Alphonse Daudet

A Ludovic Halévy

A J. van Santen Kolff

Au même

A Clément-Janin

A André Maurel

A Jules Claretie

A Frantz Jourdain

A J. van Santen Kolff

A Chadourne

A J. van Santen Kolff

A Alphonse Daudet

A Paul Margueritte

A Alfred Bruneau

A Henry Céard

A Alfred Bruneau

Au colonel en retraite Henri de Ponchalon

A Alphonse Daudet

A Gustave Toudouze

A J. van Santen Kolff

A Félix Albinet

A Raymond Poincaré

A Marcellin Pellet

A Arthur Meyer

A M. Bonnet

A Georges Charpentier

A Fernand Desmoulin

A Paul Brulat

A Georges Charpentier

A Seménoff

A Jean Ajalbert

A Henry Bérenger

A Delpech

A l'«Union des Écrivains russes»

A Alfred Bruneau

A Marcel Laurent

A Paul Brulat

A Octave Mirbeau

A Seménoff

A Armand Dayot

A Maurice Le Blond

A Paul Margueritte

A Eugène Fournière

Au même

A John Labusquière

A Seménoff

A F. Chastanet

A Alfred Bruneau

Au même


LETTRES AU DR G. SAINT-PAUL





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Correspondance - Les lettres et les arts" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home