Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Vie privée et publique des animaux
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Vie privée et publique des animaux" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by The
Internet Archive/Canadian Libraries)



  Au lecteur

  Cette version numérisée reproduit dans son intégralité
  la version originale.

  La ponctuation n'a pas été modifiée hormis quelques corrections
  mineures.

  L'orthographe a été conservée. Seules les erreurs évidentes de
  typographie ont été corrigées.



[Illustration]

VIE PRIVÉE

ET PUBLIQUE

DES ANIMAUX

[Illustration]

[Illustration: Les Animaux peints par eux-mêmes et dessinés par
un autre.]



  VIE PRIVÉE

  ET PUBLIQUE

  DES ANIMAUX


  VIGNETTES

  PAR GRANDVILLE


  PUBLIÉE

  _Sous la Direction de P. J. Stahl_

  AVEC LA COLLABORATION

  DE BALZAC--LOUIS BAUDE--ÉMILE DE LA BÉDOLLIÈRE--P. BERNARD
        GUSTAVE DROZ--BENJAMIN FRANKLIN--JULES JANIN
      ÉDOUARD LEMOINE--ALFRED DE MUSSET--PAUL DE MUSSET
            Mme MÉNESSIER-NODIER--CHARLES NODIER
                   GEORGE SAND--P. J. STAHL
                         LOUIS VIARDOT

  _ÉDITION COMPLÈTE, REVUE ET AUGMENTÉE_

  [Illustration]

  PARIS
  J. HETZEL, LIBRAIRE-EDITEUR
  18--RUE JACOB--18

  1867



[Illustration]

[Illustration]

[Illustration: LES ANIMAUX PEINTS PAR EUX-MÊMES.]



[Illustration]

PROLOGUE
 ~~~~~~

ASSEMBLEE GENERALE

DES ANIMAUX.


[Illustration]

A L'INSU de toutes les grandes puissances, il vient de se passer
un fait dont personne ne devra s'étonner dans un gouvernement
représentatif, mais qu'il est bon de signaler à la presse tout entière,
pour qu'elle ait à le discuter et qu'elle en puisse mûrement peser les
conséquences.

[Illustration]

Las enfin de se voir exploités et calomniés tout à la fois par
l'Espèce humaine,--forts de leur bon droit et du témoignage de leur
conscience,--persuadés que l'égalité ne saurait être un vain mot,


LES ANIMAUX SE SONT CONSTITUÉS EN ASSEMBLÉE DÉLIBÉRANTE pour aviser aux
moyens d'améliorer leur position et de secouer le joug de L'HOMME.


Jamais affaire n'avait été si bien menée: des Animaux seuls sont
capables de conspirer avec autant de discrétion. Il paraît certain que
la scène s'est passée par une belle nuit de ce printemps, en plein
Jardin des Plantes, au beau milieu de la Vallée Suisse.

UN SINGE distingué, autrefois le commensal de MM. Huret et Fichet, mû
par l'amour de la liberté et de l'imitation, avait consenti à devenir
serrurier et à faire un miracle.

Cette nuit-là, pendant que l'univers dormait, toutes les serrures
furent forcées comme par enchantement, toutes les portes s'ouvrirent à
la fois, et leurs hôtes en sortirent en silence sur leurs extrémités.
Un grand cercle se fit: LES ANIMAUX DOMESTIQUES se rangèrent à
droite, LES ANIMAUX SAUVAGES prirent place à gauche, LES MOLLUSQUES
se trouvèrent au centre; quiconque eût été spectateur de cette scène
étrange eût compris qu'elle avait une réelle importance.

_L'Histoire des Chartes_ n'a rien de comparable à ce qui s'est passé
dans ce milieu d'illustrations Herbivores et Carnivores. LES HYÈNES
ont été sublimes d'énergie et LES OIES attendrissantes. Tous les
représentants se sont embrassés à la fin de la séance, et, dans cette
effusion d'accolades, il n'y a eu que deux ou trois petits accidents
à déplorer: UN CANARD a été étranglé par UN RENARD ivre de joie, UN
MOUTON par UN LOUP enthousiasmé, et UN CHEVAL par UN TIGRE en délire.
Comme ces Messieurs étaient en guerre depuis longtemps avec leurs
victimes, ils ont déclaré que la force du sentiment et de l'habitude
les avait emportés, et qu'il ne fallait attribuer ces légers oublis des
convenances qu'au bonheur de la réconciliation.

UN CANARD (de Barbarie), trouvant l'occasion très-belle, promit de
faire une complainte sur la mort de son frère et des autres martyrs
décédés pour la patrie. Il dit qu'il chanterait volontiers cette belle
fin qui leur vaudrait l'immortalité.

Entraînée par ces éloquentes paroles, l'Assemblée a fermé l'incident,
et l'on a passé de même à l'ordre du jour à propos d'une nichée de RATS
qu'UN ÉLÉPHANT avait écrasés sous son pied en faisant une motion contre
la peine de mort, de laquelle il avait été dit quelques mots.

Ces détails, et bien d'autres qui n'ont pas moins marqué, nous les
tenons d'un sténographe du lieu, personnage grave et bien informé,
qui nous a mis au courant de cette grande affaire. C'est UN PERROQUET
de nos amis, habitué depuis longtemps à manier la parole et sur la
véracité duquel on peut compter, puisqu'il ne répète que ce qu'il a
bien entendu. Nous demanderons à nos lecteurs la permission de taire
son nom, ne voulant pas l'exposer au poignard de ses concitoyens, qui
tous ont juré, comme autrefois les sénateurs de Venise, de garder le
silence sur les affaires de l'État.

Nous sommes heureux qu'il ait bien voulu sortir, en notre faveur,
de son habituelle réserve: car on trouverait difficilement des
naturalistes assez indiscrets pour aller demander des confidences
à MM. LES TIGRES, LES LOUPS et LES SANGLIERS, quand ces estimables
personnages ne sont pas en humeur de parler.

Voici, tel que nous l'avons reçu de notre correspondant, l'historique
assez détaillé des événements de cette séance, qui rappelle l'ouverture
de nos anciens états généraux.

[Illustration]



RÉSUMÉ PARLEMENTAIRE

ORDRE DE LA NUIT:

UNE HEURE APRÈS MINUIT


  Discours du SINGE, d'un CORBEAU instruit et d'un HIBOU
  ALLEMAND.--L'ANE prend la parole sur la question préliminaire de la
  présidence (son discours est écrit).--Réponse du RENARD.--Nomination
  du Président.--Questions relatives à la répression de la force
  brutale de L'HOMME et à la réfutation des calomnies qu'il accumule
  depuis le déluge sur la tête des ANIMAUX.--Chacun apporte ses
  lumières.--Les ANIMAUX SAUVAGES veulent la guerre, les ANIMAUX
  CIVILISÉS se prononcent pour le _statu quo_.--Toutes les questions
  à l'ordre du jour sont successivement discutées par les honorables
  membres de cette illustre assemblée.--Discours résumés du LION, du
  CHIEN, du TIGRE, d'un CHEVAL ANGLAIS PUR SANG, d'un CHEVAL BEAUCERON,
  du ROSSIGNOL, du VER DE TERRE, de LA TORTUE, du CERF, du CAMÉLÉON,
  etc., etc., etc.--LE RENARD répond à ces divers orateurs, et met
  tout le monde d'accord au moyen d'une transaction.--Adoption de sa
  proposition.--La présente publication est décrétée.--LE SINGE et LE
  PERROQUET sont nommés Rédacteurs en chef.


MM. LES ANIMAUX se pressent dans les allées du Jardin des Plantes.

DES FONDÉS DE POUVOIR des ménageries de Londres, de Berlin, de Vienne
et de la Nouvelle-Orléans sont venus, à travers mille dangers,
représenter leurs frères captifs.

De tous les points de la création, DES DÉLÉGUÉS de chaque Espèce
animale sont accourus pour plaider la cause de la liberté.

Dès une heure la séance est très-animée; on peut déjà prévoir qu'elle
sera dramatique, les usages académiques et parlementaires étant encore
peu familiers aux membres de cette illustre Réunion.

Du reste, la physionomie de l'Assemblée est triste et morne en général:
on voit bien que c'est l'anniversaire de la mort de La Fontaine.

MM. les Animaux civilisés sont en deuil et portent pour la plupart un
crêpe, tandis que les autres, qui méprisent ces vaines marques de la
douleur, se contentent de laisser tomber leurs oreilles et traîner
tristement leur queue.

Dans plusieurs centres particuliers on s'échauffe sur les préliminaires
à établir, sur les formes à suivre, sur le règlement à instituer, et
enfin sur la question de la présidence.

LE SINGE propose d'imiter en tout les coutumes des HOMMES, qui, dit-il,
se conduisent entre eux avec une certaine habileté.

LE CAMÉLÉON est de l'avis de l'orateur.

LE SERPENT le siffle.

LE LOUP s'indigne qu'on ait ainsi recours à la politique de ses
ennemis. «D'ailleurs singer n'est pas imiter.»

UN VIEUX CORBEAU fort érudit croasse de sa place qu'il y aurait danger
à suivre de pareils exemples; il cite le vers si connu:

      Timeo Danaos et dona ferentes,
  «Je crains les Hommes et ce qui me vient d'eux.»

Il est félicité tout haut, dans la langue de Virgile, sur l'heureux
choix de sa citation, par un HIBOU ALLEMAND très-versé dans l'étude des
langues mortes, qui, ne sachant pas un mot de français, est enchanté de
trouver à qui parler.

  --LA BUSE contemple avec respect ces deux savants latinistes.
  --L'OISEAU-MOQUEUR fait remarquer au MERLE qu'il y a un moyen
  infaillible de passer dans le monde pour un Animal instruit,
  c'est de parler à chacun de ce qu'il ne sait pas.--

LE CAMÉLÉON est successivement de l'avis du LOUP, du CORBEAU, du
SERPENT et du HIBOU allemand.

LA MARMOTTE se lève et dit que la vie est un songe. L'HIRONDELLE répond
qu'elle est un voyage. L'ÉPHÉMÈRE meurt en disant qu'elle est trop
courte. UN MEMBRE DE LA GAUCHE demande le rappel à la question.

LE LIÈVRE l'avait déjà oubliée.

L'ANE, qui vient enfin de la comprendre, s'exclame à tue-tête, demande
le silence et l'obtient. (Son discours est écrit.)

  --LA PIE se bouche les oreilles et dit que les ennuyeux sont comme
  les sourds: quand ils parlent, ils ne s'entendent pas.--

L'orateur dit que, puisque la question de la présidence est la première
en discussion, il croit rendre service à l'Assemblée en lui proposant
de se charger de ce difficile emploi. Il pense que sa fermeté bien
connue, que son intelligence proverbiale en Arcadie, que sa patience
surtout, le rendent digne du suffrage de ses concitoyens.

LE LOUP s'irrite de ce que L'ANE, ce triste jouet de L'HOMME, ose se
croire des droits à présider une Assemblée libre et réformatrice;
il dit que l'éloge de sa patience est un coup de sabot donné aux
honorables représentants.

L'ANE, blessé au cœur, brait de sa place pour que l'orateur soit
rappelé à l'ordre.

Tous les Animaux domestiques font chorus avec lui: LE CHIEN aboie, LE
MOUTON bêle, LE CHAT miaule, LE COQ chante trois fois.

  --L'OURS, impatienté, dit qu'on se croirait parmi les HOMMES, qui
  finissent par crier quand ils ont tout à fait tort ou tout à fait
  raison.--

Le tumulte est effrayant. Le besoin d'un Président se fait de plus en
plus sentir: car s'il y avait un Président, le Président se couvrirait.

LE PORC-ÉPIC trouve la question hérissée de difficultés.

LE LION, indigné de l'aspect scandaleux que présente l'Assemblée,
pousse un rugissement pareil au bruit du tonnerre.

Cette imposante manifestation rétablit le calme.

LE RENARD, qui, en allant s'asseoir au pied du bureau, avait trouvé le
moyen de ne se placer ni à droite, ni à gauche, ni au centre, se glisse
à la tribune.

  --A cette vue, LA POULE tremble de tous ses membres, et se cache
  derrière LE MOUTON.--

Il dit d'une voix conciliante qu'il s'étonne qu'une question
préliminaire, d'une moindre importance que toutes les autres, soulève
d'aussi graves débats.--Il loue L'ANE de sa bonne volonté et LE LOUP de
sa vertueuse colère, mais il fait observer que le temps presse, que la
lune pâlit, et qu'il faut se hâter.

Il ose espérer que le candidat qu'il va présenter réunira tous les
suffrages. «Sans doute il est, comme tant d'autres, hélas! assujetti à
L'HOMME. Mais chacun convient qu'il a des moments d'indépendance qui
font honneur à son caractère.

  --Ici L'HUÎTRE bâille.--

«LE MULET, Messieurs, a toutes les qualités de L'ANE.

  --LA MARMOTTE s'endort.--

«Sans en avoir les faiblesses: il a le pied plus sûr et l'habitude des
pas difficiles; il a de plus, et c'est à un hasard bien significatif
qu'il le doit, et sans doute aussi à son empressement à venir au
rendez-vous indiqué, il a seul entre tous ce qui constitue le véritable
président de toute assemblée délibérante... l'indispensable sonnette
que vous voyez briller sur sa poitrine.»


L'ASSEMBLÉE, ne pouvant méconnaître la force d'une vérité aussi
fondamentale, trouve l'argument péremptoire et irrésistible.


LE MULET EST ÉLU PRÉSIDENT A L'UNANIMITÉ.


L'honorable Membre, muet de bonheur, incline la tête en signe
d'adhésion et de remercîment.

A peine a-t-il fait ce mouvement, que la sonnette agitée laisse
échapper un son clair et vibrant qui promet de dominer tout tumulte,
s'il y a lieu.

  --A ce bruit bien connu, un vieux CHIEN, se croyant dans sa loge à
  la porte de son maître, se met à hurler: «Qui est là?» Cet incident
  égaye un instant l'Assemblée. LE LOUP, exaspéré, hausse les épaules,
  et jette sur LE CHIEN confus un regard de mépris.--

LE MULET, entouré et complimenté, prend immédiatement possession du
fauteuil de la présidence.

LE PERROQUET et LE CHAT, après avoir taillé quelques plumes que L'OIE
leur a généreusement offertes, vont s'asseoir à la droite et à la
gauche du Président en qualité de secrétaires.


La véritable discussion s'engage alors.


LE LION monte à la tribune, et, au milieu du plus grand silence, il
propose à tous les Animaux que le contact de l'Homme a flétris de venir
vivre avec lui dans les vastes et sauvages déserts de l'Afrique. «La
terre est grande, les HOMMES ne sauraient la couvrir; ce qui fait leur
force, c'est leur union; il ne faut donc point les attaquer dans leurs
villes, il vaut mieux les attendre. Loin de ses murailles, HOMME CONTRE
ANIMAL NE VAUT GUÈRE.» L'orateur fait un énergique tableau du fier
bonheur que donne l'indépendance.

Ces mâles accents, ces paroles à la fois si sages et si nobles ont
constamment captivé l'auditoire.


LE RHINOCÉROS, L'ÉLÉPHANT et LE BUFFLE déclarent qu'ils n'ont rien à
ajouter et renoncent à la parole.

Après avoir accepté un verre d'eau sucrée, l'illustre orateur descend
de la tribune.

[Illustration]

LE CHIEN, inscrit le second, entreprend de faire l'éloge de la vie
civilisée; il vante le bonheur domestique.

A ce mot, il est violemment interrompu par LE LOUP, par LA HYÈNE et par
LE TIGRE. Ce dernier, d'un bond prodigieux, s'élance à la tribune: son
regard est terrible.

  --Messieurs les Animaux civilisés se regardent avec effroi; LE LIÈVRE
  prend la fuite.--

L'orateur jette par trois fois le cri de guerre; il veut la guerre, il
aime le sang; d'ailleurs la guerre seule, une guerre d'extermination,
amènera cette paix que tant d'Animaux paraissent désirer.

«La guerre est possible; les grands capitaines n'ont jamais manqué aux
grandes occasions, et le succès est certain.»

Il cite l'exemple des MOUCHERONS détruisant l'armée de Sapor, roi de
Perse.

  --Ici LA GUÊPE sonne une fanfare.--

Il dit Tarragone d'Espagne minée, renversée par des LAPINS, dont la
haine des HOMMES avait fait autant de Héros.

  --LE LAPIN, émerveillé, détourne la tête et fait un mouvement
  d'incrédulité.--

Il rappelle Alexandre le Grand vaincu en combat naval par les THONS de
la mer des Indes.

  --LES POISSONS du bassin, que cette scène avait vivement intéressés,
  et qui de loin prêtaient l'oreille à la voix puissante de
  l'orateur, rougissent d'orgueil au récit inattendu de ce haut
  fait.--

Il s'écrie qu'en présence d'intérêts aussi opposés la guerre est
inévitable et toute transaction impossible; que le règne de cet
Animal dégénéré qu'on appelle L'HOMME est fini, et qu'il est temps
que l'empire du globe, aujourd'hui mutilé, défiguré, déboisé par les
chemins de fer et par les chemins vicinaux, revienne aux Animaux, ses
premiers, ses seuls légitimes possesseurs; que les maux qu'on endort ne
dorment que d'un œil, et que la révolte n'est que la patience poussée à
bout.

Il termine par un éloquent appel aux armes. Il convie LE LOUP, LE
LÉOPARD, LE SANGLIER, L'AIGLE et tous ceux qui veulent vivre libres, à
la défense de la nationalité animale, qui ne peut pas périr.

La Gauche tout entière bondit sur ses bancs. La Droite, pour un instant
galvanisée, applaudit. Le centre reste impassible et refuse de se
prononcer; L'ÉCREVISSE consternée lève les bras au ciel.

UN CHEVAL ANGLAIS, autrefois CHEVAL DE LUXE, maintenant _a poor hack_,
demande la parole pour un fait personnel.

L'accent britannique de l'orateur rend fort pénible la tâche de MM.
les sténographes, qui sont obligés de traduire le langage presque
inintelligible de l'honorable étranger.

«Nobles Bêtes, dit-il, je n'entends rien à la question des chemins
vicinaux; mais, dans la grande question des chemins de fer, je suis de
l'avis de l'illustre TIGRE qui vient de parler. Je gagnais mon foin
à la sueur de mon front, en trottant quatre ou cinq fois par jour de
Londres à Greenwich: le jour même de l'ouverture du chemin de fer, mon
maître s'est embarqué, et je me suis trouvé sans ouvrage. L'Angleterre
est traversée en tous sens par ces odieuses voitures qui roulent sans
notre secours. Je demande ou qu'on détruise les chemins de fer, ou
qu'on me permette d'être Français. J'aime la France parce que les
chemins de fer y sont relativement rares, et les Chevaux aussi.»

UN GROS CHEVAL DE LA BEAUCE, qui avait la veille amené de Chartres
à Paris une énorme voiture chargée de blé, hennit d'impatience; il
dit que ces CHEVAUX ÉTRANGERS ne sont jamais contents, et qu'ils se
plaignent toujours que la mariée soit trop belle. Selon lui, tout
Animal de bon sens devrait applaudir à l'établissement des chemins de
fer.

LE BŒUF et L'ANE, de leur place: «Oui, oui.»


L'attention étant un peu fatiguée, M. le Président annonce que la
séance est suspendue pour dix minutes.


Mais bientôt le bruit de la sonnette se fait entendre, et MM. les
délégués reprennent leurs places avec une promptitude qui témoigne tout
à la fois de leur ardeur et de leur nouveauté parlementaire.


LE ROSSIGNOL voltige jusqu'à la tribune; il demande à Dieu un ciel pur
et de chaudes nuits pour ses chansons; il chante sur un rhythme divin
quelques stances harmonieuses de Lamartine.

Ses chants sont admirables; mais il ne parle pas pour tout le monde, et
LE BUTOR le rappelle à la question.

L'ANE prend des notes et critique une des rimes qui, selon lui, manque
de richesse.

LE PAON et L'OISEAU DE PARADIS rient entre eux de la chétive apparence
du poëte orateur.

Un membre de la Gauche demande l'égalité.

LE CAMÉLÉON paraît à la tribune pour annoncer qu'on peut dire tout ce
qu'on voudra, qu'il sera heureux et fier d'être, comme toujours, de
l'avis de tout le monde.

[Illustration]

L'OISEAU ROYAL et LE GRAND-DUC jettent un regard de dédain sur
l'orateur _indépendant_.

UN CERF, prisonnier depuis dix ans, demande d'un ton plaintif la
liberté.

LE VER DE TERRE demande en grelottant l'abolition de la propriété et la
communauté des biens.

L'ESCARGOT rentre précipitamment dans sa coquille, L'HUÎTRE se referme,
et la TORTUE répond qu'elle ne consentira jamais à abandonner son
écaille.

UN VIEUX DROMADAIRE venu en droite ligne de la Mecque, et qui jusque-là
avait gardé un modeste silence, dit que le but de la réunion sera
manqué si on ne trouve pas le moyen de faire comprendre aux HOMMES
qu'il y a de la place pour tous ici-bas, et qu'on peut très-bien se
placer les uns à côté des autres sans se faire porter les uns par les
autres.

L'ANE, LE CHEVAL, L'ÉLÉPHANT et LE PRÉSIDENT lui-même font un signe
d'assentiment.

Quelques membres entourent LE DROMADAIRE et lui demandent des nouvelles
de la question d'Orient. LE DROMADAIRE leur répond avec beaucoup de bon
sens que Dieu est grand et que Mahomet est son prophète.

UN MOUTON encore jeune hasarde quelques mots sur les douceurs de la
vie champêtre; il dit que l'herbe est bien tendre, que son Berger est
très-bon, et demande s'il n'y aurait pas moyen de tout arranger.

LE COCHON grogne sans qu'on puisse interpréter le sens de son
interruption: on croit qu'il est pour le _statu quo_.

UN VIEUX SANGLIER, que ses ennemis accusent d'avoir approché les
basses-cours, prétend qu'il convient d'accepter les faits accomplis et
d'attendre les éventualités.

L'OIE déclare avec fierté qu'elle ne s'occupe pas de politique.

LA PIE lui répond que son indifférence en matière politique sera fort
goûtée de ceux qui la plumeront un jour.

LE RENARD, qui s'est jusque-là contenté de prendre quelques notes,
voyant que la liste des orateurs inscrits est épuisée, monte à la
tribune au moment où LA PIE fait une troisième tentative pour y sauter.
LA PIE, désappointée, lui cède la place en se parlant à elle-même, et
remet sous son bras un volumineux manuscrit qu'elle avait rédigé avec
une GRUE de ses amies.

LE RENARD dit qu'il a écouté avec une scrupuleuse attention les
orateurs qui viennent de se faire entendre; qu'il a admiré la puissance
et l'élévation des idées du LION; que personne plus que lui ne rend
hommage à la majesté de son caractère, mais que l'illustre Membre
est peut-être le seul LION de l'Assemblée, et que pour tout le monde
d'ailleurs il y a loin du Jardin des Plantes au désert;

Qu'il voudrait pouvoir conserver les illusions du CHIEN, mais qu'il lui
semble apercevoir son collier;

  --LE CHIEN se gratte l'oreille.--Un mauvais plaisant remarque que les
  oreilles du CHIEN ont perdu beaucoup de leur longueur primitive,
  et demande si c'est la mode de les porter si courtes. (Hilarité
  générale.)--

Qu'il a partagé un instant l'ardeur guerrière du TIGRE; que peu s'en
est fallu qu'il n'ait répété avec lui son redoutable cri de guerre; que
c'est très-beau la guerre pour ceux qui en reviennent, mais que cela
fait bien des veuves et des orphelins; que d'ailleurs c'est L'HOMME qui
a inventé la poudre, et que la race animale ignore encore l'usage des
armes à feu. «Les faits le prouvent d'ailleurs, dans ce triste monde,
ce n'est pas toujours le bon droit qui triomphe.» Qu'il y a bien peu
de temps que leurs fers sont tombés, et qu'il manque sans doute à la
plupart d'entre eux des passe-ports pour l'étranger,

  --Approbation à Droite.--La Gauche se tait.--Le Centre ne dit rien et
  n'en pense pas davantage.--LE SANSONNET fait observer que beaucoup
  de réputations sont fondées sur le silence.--

Que le langage du ROSSIGNOL est un beau langage, mais qu'il n'a point
avancé la question;

Qu'il serait bon de s'entendre sur les mots, et que l'égalité qu'on
demande n'est qu'un besoin matériel auquel l'intelligence ne souscrira
jamais;

  --Protestations à Gauche.--

Qu'avec la liberté le CERF aurait dû demander la manière de s'en
servir. «S'il est désagréable d'être esclave, il est quelquefois
très-embarrassant d'être libre: l'esclavage a été perfectionné à ce
point que, pour l'esclave, il n'y a que misères au delà même des portes
de sa prison.» Il cite à l'appui de son dire l'exemple de ces deux
cent mille paysans russes affranchis qui, ne sachant que faire de leur
liberté, retournèrent volontairement à la glèbe;

  --Deux larmes s'échappent lentement des yeux du CERF découragé.--LE
  MERLE siffle que les incapacités de l'esclave sont à la charge de
  l'esclavage.--

Que le raisonnement du COCHON avait cela de bon et cela de mauvais,
qu'il ne changeait rien aux affaires, et que, pour les résultats, les
doctrines du SANGLIER différaient peu de celles du COCHON;

  --Approbation aux extrémités.--Ici LA CIVETTE offre une prise de
  tabac à un vieux CASTOR.--LE COCHON, son voisin, se sentant
  perdre contenance, ferme les yeux et fait semblant d'avoir envie
  d'éternuer.--

[Illustration]

Qu'il avait été touché des honnêtes sentiments du MOUTON et de la bonté
de ses intentions; «mais le monde est ainsi fait, qu'on peut affirmer
que l'excessive bonté déconsidère.» Qu'il faisait observer au MOUTON
que son bon berger avait mené sa pauvre mère à la boucherie.

  --LE MOUTON se jette en sanglotant dans les bras du BÉLIER, qui
  reproche au RENARD son impitoyable raison.--Cette scène émeut
  péniblement l'assemblée.--UNE TOURTERELLE s'évanouit dans les
  tribunes; LA SANGSUE, sur l'avis de L'HIPPOPOTAME, lui pratique une
  saignée.--LE PIGEON RAMIER dit, de façon à être entendu, que le
  manque de tact vient presque toujours du manque de cœur.--

LE RENARD insinue pour sa justification qu'il est fâcheux que toutes
les vérités ne soient pas bonnes à dire; il affirme que la politique
sentimentale serait fort de son goût, mais il y a telle maladie qu'un
régime anodin ne saurait guérir, et MACHIAVEL enseigne, dans son livre
du _Prince_, qu'il est des cruautés salutaires et miséricordieuses.

Il répond ensuite au CAMÉLÉON qu'il n'y a point d'animal universel.
«Chacun a sa spécialité, et la spécialité du CAMÉLÉON étant de tout
approuver, il ose espérer qu'il voudra bien le favoriser de son
suffrage.»

  --LE SINGE fixe son lorgnon sur LE CAMÉLÉON, avec lequel il échange
  un sourire.--

Puis, prenant à témoin l'Assemblée tout entière, il dit que s'il est
prouvé pour tous que la paix, la guerre et la liberté sont également
impossibles, on est pourtant d'accord sur un point: c'est qu'il y a
quelque chose à faire.

  --Assentiment général.--

Que le mal existe, et qu'il faut au moins le combattre;

Qu'il propose en conséquence à l'honorable Assemblée d'ouvrir une voie
nouvelle à ses efforts.

  --Vif mouvement de curiosité.--

[Illustration]

«La seule lutte qui n'ait pas encore été tentée, la seule raisonnable,
la seule légale, celle où les plus belles victoires les attendent,
c'est la lutte de l'intelligence.

«Il est impossible que dans cette lutte, où la raison du plus fort
n'est pas toujours la meilleure, où l'esprit, le cœur et le bon droit
sont les seules armes autorisées, l'avantage ne reste pas aux Animaux
sur les Hommes leurs oppresseurs.

«L'intelligence mène à tout...»

  --«Oui, dit une PERRUCHE, comme tout chemin mène à Rome.»--

Que les idées ont des pattes et des ailes; qu'elles courent et qu'elles
volent;

Qu'il faut réaliser enfin, au moyen de la presse, la puissance la plus
formidable du jour, une enquête générale sur leur situation, sur leurs
besoins naturels, sur les mœurs et coutumes de chaque espèce, et créer
sur des données sérieuses et impartiales une grande histoire de la Race
Animale et de ses nobles destinées dans la vie privée et dans la vie
publique, dans l'esclavage et dans la liberté.

«Par la presse, LA FONTAINE, cet Homme, le seul à la gloire duquel
on puisse dire que toutes les Bêtes l'ont pleuré, LA FONTAINE, dont
ce triste jour rappelle la mort, a plus fait pour chacun d'eux que
les vainqueurs de Sapor, de Tarragone et d'Alexandre, que les trois
cents Renards eux-mêmes qui, avec Samson et la mâchoire de L'ANE
exterminèrent les Philistins.

  --L'ANE relève fièrement la tête.--Au nom de La Fontaine, tous les
  Animaux se lèvent et s'inclinent respectueusement.--Quelques Animaux
  demandent que ses cendres soient transportées au Jardin des Plantes.--

«Les naturalistes ont cru avoir tout fait en pesant le sang des
Animaux, en comptant leurs vertèbres et en demandant à leur
organisation matérielle la raison de leurs plus nobles penchants.

«Aux Animaux seuls il appartient donc de raconter les douleurs de leur
vie méconnue, et leur courage de tous les instants, et les joies si
rares d'une existence sur laquelle la main de l'homme s'appesantit
depuis quatre mille ans.»

Ici l'orateur paraît ému, et l'attendrissement gagne tous les bancs.

Après quelques minutes de silence, LE RENARD, se tournant vers les
tribunes, ajoute:


Que c'est par la presse, et par la presse seulement, que Mesdames LES
PIES, LES OIES, LES CANES, LES GRUES et LES POULES, qui dans toute
autre lutte auraient été déplacées, trouveront, une fois la lutte du
bec admise, à faire valoir leur talent bien connu pour la parole et
pour la plume;

Que ce n'est point dans une Assemblée délibérante que peuvent se
produire les griefs pour le moins bizarres que ces dames ont essayé
de faire valoir dans cette enceinte: «leur place n'est point dans les
Assemblées publiques; de l'avis du plus grand nombre, celles qui font
de la politique ont un défaut de plus et un charme de moins, comme les
Amazones de l'antiquité;» qu'elles continuent donc à faire l'ornement
des forêts et des basses-cours, en attendant qu'elles puissent
consigner leurs observations dans la publication proposée, pendant
les heures de loisir que le soin de leur ménage pourra leur laisser;
qu'enfin:


«IL A L'HONNEUR D'APPELER LA DÉLIBÉRATION DE MM. LES REPRÉSENTANTS DE
LA NATION ANIMALE SUR LES TROIS ARTICLES SUIVANTS:


«ART. Ier.--Il est ouvert un crédit illimité pour la publication d'une
histoire populaire, nationale et illustrée de la grande famille des
Animaux.»

  --Ce crédit sera alloué sur les fonds du ministère de l'instruction
  publique.--Un Membre de la Gauche propose par amendement qu'il soit
  justifié de l'emploi de ces fonds.--LA TAUPE s'y oppose, elle aime
  le mystère; elle dit qu'il faut se garder de porter ainsi partout la
  lumière.--L'amendement succombe sous cette judicieuse observation.--


«ART. II.--Pour éloigner l'ignorance et la mauvaise foi, ces deux
fléaux de la vérité, l'ouvrage sera écrit par les Animaux eux-mêmes,
seuls juges compétents.


«ART. III.--Comme les arts et la librairie sont encore dans l'enfance
parmi eux, la nation s'adressera, par l'intermédiaire de ses
ambassadeurs, pour illustrer cet ouvrage, à un nommé Grandville, qui
aurait mérité d'être un Animal, s'il n'avait de temps en temps ravalé
son beau talent en le consacrant à la représentation toujours flattée,
il est vrai, de ses semblables. (Voir les _Métamorphoses_.)

«Et pour l'impression, elle s'adressera à une maison de librairie
connue, dans le monde pittoresque, sous le nom de J. Hetzel, et qui n'a
pas de préjugés.»


Ces trois articles sont mis aux voix et adoptés successivement, quoique
le Centre tout entier se soit levé contre.

Quand ce résultat eut été proclamé à haute voix par le Président, qui
avait si habilement dirigé les débats sans rien dire ni rien faire,
l'Assemblée, électrisée, se leva comme un seul Animal, plusieurs
Membres quittèrent leur place pour aller serrer la patte de l'orateur,
qui, satisfait du résultat, se mêla modestement à la foule.


«O siècle bavard! s'écria UN VIEUX FAUCON IRLANDAIS, étranges
logiciens! vous avez griffes et dents, l'espace est devant vous, la
liberté est quelque part, et il va vous suffire de noircir du papier!»


Cette protestation fut étouffée par le bruit des conversations
particulières, et se perdit au milieu de l'enthousiasme général.


LE CORBEAU se tira une plume de l'aile, et rédigea sur papier timbré le
procès-verbal de la séance.

Lequel procès-verbal fut lu, approuvé et paraphé par une commission
qui fut chargée de veiller à son exécution; chacun s'engageant, du
reste, à concourir de son mieux, _unguibus et rostro_, au succès de la
publication.

LE RENARD, qui avait fait la motion, L'AIGLE, LE PÉLICAN et UN JEUNE
SANGLIER, désignés _ad hoc_, ces trois derniers par le sort, se
transportèrent dès le matin à Saint-Mandé, et se présentèrent chez M.
Grandville.

Cette entrevue fut remarquable sous plus d'un rapport.

M. Grandville les reçut avec tous les honneurs dus à leur caractère
d'Ambassadeurs, et s'entendit sans peine avec eux. Il obtint du RENARD,
sur les mœurs et coutumes de la race animale, quelques renseignements
pleins de malice dont il compte tirer bon parti.

Il fut décidé que, pour faire preuve d'impartialité, on consentirait
à ne pas représenter uniquement les Animaux, et qu'on accorderait à
L'HOMME lui-même une petite place dans cette publication.

Pour obtenir cette concession, le Peintre laissa entendre que la
différence entre L'HOMME ET L'ANIMAL n'était pas si grande que
messieurs les Ambassadeurs semblaient le penser, et que d'ailleurs
les Animaux ne pourraient que gagner à la comparaison. Après quelques
difficultés que la politesse et la modestie leur commandaient,
messieurs les Ambassadeurs convinrent du fait, et tombèrent d'accord
sur ce point comme sur tous les autres.

La lenteur est de bon goût chez des ambassadeurs. Leurs Excellences
montèrent donc en fiacre et rentrèrent dans Paris. A la barrière, un
des commis de l'octroi, fort mauvais naturaliste, ayant pris, à la
première vue, LE SANGLIER pour un COCHON, prétendit lui faire payer des
droits d'entrée, et n'en reçut qu'un coup de boutoir. Ils descendirent
rue Jacob, nº 18.

Messieurs les Députés furent charmés du bon accueil qu'ils reçurent de
leurs éditeurs.

Ceux-ci, flattés que la Race Animale, dont ils ont toujours fait
grand cas, eût songé à eux pour une publication de cette importance,
promirent de donner tous leurs soins à cette affaire, de laquelle ils
espèrent tirer encore plus d'honneur que de profit.


[Illustration]

LE SANGLIER lui-même, qui était venu avec quelques préventions, s'avoua
satisfait et reçut avec un vif plaisir un exemplaire des _Lettres_ de
Jean Macé _sur la vie de l'Homme et des Animaux_, qu'il avait paru
apprécier. M. J. Hetzel fit agréer au PÉLICAN une très-jolie collection
du _Magasin d'éducation et de récréation_, en le priant de l'offrir à
ses fils, dont il avait entendu faire de grands éloges; ce bon père
fut touché de la délicatesse de cette attention. L'AIGLE mit sans
façon sous son aile les quatre séries des _Romans nationaux_ de MM.
Erckmann-Chatrian, et les _Voyages extraordinaires_ de M. Jules Verne.
LE RENARD, en compère intelligent, refusa obstinément tout cadeau, et
se contenta d'emporter quelques milliers de Catalogues, qu'il promit,
d'un air matois, de répandre toutes les fois qu'il en trouverait
l'occasion.


Après quelques petits arrangements de pure forme, il fut convenu
que LE SINGE servirait d'intermédiaire et serait, en s'adjoignant
LE PERROQUET, chargé de s'entendre avec messieurs les Animaux
Rédacteurs, qui auraient à lui adresser leurs manuscrits, en indiquant
soigneusement les adresses de leurs nids, tanières, perchoirs, etc.,
etc., pour que les épreuves pussent être envoyées exactement aux
auteurs.

[Illustration]

Avant de se séparer, messieurs les Rédacteurs en chef recommandèrent
à messieurs les futurs collaborateurs de n'adresser au cabinet de
rédaction que des manuscrits bien écrits et faciles à lire, pour éviter
les frais de correction et les fautes d'impression. Ils ajoutèrent que
dans une publication à laquelle tant de talents différents étaient
appelés à concourir, la méthode étant impossible, tout classement
serait injuste et arbitraire; que les premiers arrivés seraient donc
les premiers imprimés; qu'un numéro d'ordre serait donné à chaque
manuscrit, et que pour rien au monde cet ordre ne pourrait être
interverti. Messieurs les Animaux approuvèrent cette mesure, et s'en
retournèrent pleins d'espoir, le front penché, le regard pensif,
méditant déjà, les uns leur propre histoire, les autres celle de leur
prochain.


_Post-Scriptum._--Par faveur spéciale, nous livrerons à la publicité
quelques détails confidentiels sur lesquels notre ami LE PERROQUET
nous avait demandé le silence; mais nous comptons que sa discrétion ne
tiendra pas devant quelques douzaines de noix et un pain de sucre que
nous venons de lui envoyer.


LE SINGE avait eu d'abord le séduisant projet de faire un journal
format _grand-aigle_; il avait même, sous le titre de _premier-forêt_,
fait un premier-Paris très-ennuyeux, dans lequel il développait avec un
grand talent toutes les questions, excepté celle du jour.

UN ANIMAL qui désire garder l'anonyme, rêvant déjà les succès de ces
plumes courriéristes qui ont fait la gloire de certaines lettres de
l'alphabet, J. J.--X--y--z, etc., etc., avait signé de ses
initiales un feuilleton dans lequel il constatait les brillants débuts
d'une SAUTERELLE incomparable dans un ballet nouveau.

L'ARAS BLEU, LE KAKATOÈS et LE COLIBRI s'étaient chargés de la
correspondance étrangère et de l'importante partie des faits divers.
Nous nous permettrons de citer une des nouvelles dont ces Oiseaux
comptaient enrichir leur premier numéro:--UN CANARD nous écrit des
bords de la Garonne: «Il n'est bruit dans nos marais que de la
disparition d'UNE JEUNE GRENOUILLE qui était chérie de toutes ses
compagnes. Comme elle avait l'imagination fort exaltée, on craint
qu'elle n'ait attenté à ses jours. On s'épuise en conjectures sur les
causes qui auraient pu la pousser à cette fatale extrémité.»

L'OISEAU MOQUEUR avait demandé la permission de terminer régulièrement
le journal par une série de calembours qu'il aurait _spirituellement_
intitulés: _les étonnantes Réparties du Coq à l'Ane_.

Le journal aurait été un journal sans annonces. LE DINDON, voulant
s'assurer la propriété d'une idée aussi neuve, se disposait à
prendre un brevet d'invention qui lui en réservât le monopole; mais
LE LOUP-CERVIER (qui devait faire la Bourse) l'en détourna, en lui
représentant que cette précaution serait superflue, et qu'il ne
trouverait point d'imitateurs.

Il ne restait plus guère à trouver qu'un titre et un gérant, et
l'affaire eût été définitivement constituée, si LE RENARD, qui est de
bon conseil, et LE LIÈVRE, qui est moins brave que César, n'eussent
reculé devant les difficultés de cette entreprise. LE RENARD fit
observer très-sagement qu'ils tomberaient infailliblement des hauteurs
de la philosophie, de la science et de la morale, dans les misères de
la politique quotidienne; que tout n'était pas roses dans le métier
de journaliste; qu'ils auraient affaire à de belles petites lois, au
bout desquelles se trouvent l'amende et la prison; qu'ils se feraient
beaucoup d'ennemis et peu d'abonnés; qu'ils auraient à payer des droits
de timbre exorbitants, et de plus un gros cautionnement à fournir; que
leur capital y passerait; que le prix du moindre journal était tel,
que de pauvres Animaux qui ne roulent ni sur l'or ni sur l'argent, LES
RATS, par exemple, ne sauraient faire les frais d'un abonnement; que la
condition de toute entreprise qui veut devenir utile et populaire, et
atteindre les masses pour les éclairer, c'est le bon marché; qu'enfin
les journaux passent et que les livres restent (au moins en magasin).


Ces raisons et bien d'autres avaient fait passer à l'ordre de la nuit
sur l'incident qui n'avait pas été autrement discuté.


[Illustration]

Du reste, cette mémorable conspiration fut conduite avec tant d'adresse
et de bonheur, que, le lendemain, Paris, M. le Préfet de police et
les gardiens du Jardin des Plantes se réveillèrent, après avoir dormi
du soir au matin, comme si rien d'extraordinaire n'avait pu se
passer dans cette nuit désormais acquise à l'histoire des révolutions
animales, à laquelle elle devait fournir une de ses pages les plus
merveilleuses.


(PAR ESTAFETTE.)

Quelques minutes après la visite de messieurs les Délégués, un PIGEON
VOYAGEUR apporta aux éditeurs des _Scènes de la vie privée et publique
des Animaux_ la lettre circulaire ci-dessous, qu'il avait ordre de
faire publier et distribuer immédiatement.


MM. LE SINGE ET LE PERROQUET,

Rédacteurs en chef,

A TOUS LES ANIMAUX.

  «Mon cher et futur collaborateur,

«Nous croyons devoir vous adresser l'arrêté de la commission chargée de
veiller plus particulièrement à la rédaction.

«Dans l'intérêt moral et matériel de la publication que nous
entreprenons en commun, il est recommandé à messieurs les Animaux
Rédacteurs de formuler leurs opinions avec une telle mesure et une
telle impartialité, que, tout en y trouvant d'utiles conseils, des
critiques méritées et sévères, les Animaux de tout âge, de tout sexe,
de toute opinion, y compris les Hommes, n'y puissent rien rencontrer
qui soit contraire aux lois imprescriptibles de la morale et des
convenances.

«En conséquence, il a été arrêté que tout article empreint de ce
caractère de violence et de méchanceté qui a quelquefois déshonoré
les œuvres de la Presse parmi les Hommes, et qui répugne aux cœurs
bien placés comme aux organisations délicates, serait renvoyé à son
auteur, dont le nom cesserait dès lors de figurer sur la liste de nos
collaborateurs.


«_N. B._--Le comité de rédaction a dû s'adjoindre, à titre de
correcteurs d'épreuves seulement, quelques HOMMES fort au courant de
cette pénible besogne, et que leur misanthropie recommandait d'ailleurs
entre tous à la bienveillance de l'espèce animale.

  «Fait au Jardin des Plantes, à Paris.»

Sur la recommandation de messieurs les Rédacteurs en chef, la
distribution de cette pièce importante a été confiée à un CORBEAU,
très-entendu, qui a organisé pour la circonstance _un Office de
Publicité_ qui dépasse tout ce que l'industrie des HOMMES avait
imaginé en ce genre. Cet intelligent Oiseau s'est chargé également de
l'envoi des prospectus et des livraisons à domicile pour Paris, les
départements et l'étranger: les CANARDS qu'il a enrôlés défieraient
les plus intrépides de nos crieurs patentés, ils ne craignent ni le
vent ni la pluie; et le moindre de ses CHIENS COURANTS laisserait loin
derrière lui le plus agile des facteurs de l'administration des postes.
Grâce à ses PIGEONS VOYAGEURS, les abonnés de tous les pays recevront
leurs livraisons avec une promptitude que l'estafette la plus vantée
ne saurait atteindre, et les abonnés des campagnes seront servis avec
autant d'exactitude que les abonnés des villes. Des affiches seront,
par ses ordres, apposées sur tous les murs dans les quatre parties du
monde, sur la fameuse muraille de la Chine elle-même. Messieurs les
Rédacteurs espèrent pouvoir compter parmi leurs souscripteurs tous
les Animaux et tous les Hommes sincères qui désirent faire preuve
d'impartialité, et qui ne redoutent aucune des vérités qui sont bonnes
à dire.

  P.-J. STAHL.

[Illustration]

[Illustration: Voilà ce qui vient de paraître!--10 centimes la
livraison. Histoire des bêtes à l'usage des gens d'esprit...]



[Illustration]

HISTOIRE

D'UN LIÈVRE

SA VIE PRIVÉE

PUBLIQUE ET POLITIQUE

ÉCRITE SOUS SA DICTÉE PAR UNE PIE, SON AMIE.


Quelques mots de madame la Pie à MM. LE SINGE et LE PERROQUET,
Rédacteurs en chef.

MESSIEURS, il a été proclamé par l'Assemblée, dont les délibérations
ont eu pour résultat cette publication, que si le droit de parler
pouvait nous être refusé, il nous serait du moins permis d'écrire.

Avec votre permission, illustres Directeurs, j'ai donc écrit.

Dieu merci, la plume est une arme courtoise, elle égalise les forces,
et j'espère prouver un jour qu'_entre les mains_ d'une Pie intelligente
cette arme n'a pas moins de valeur qu'entre les griffes d'un Loup ou
les pattes d'un Renard.

Pour le moment, il ne s'agit ni de moi ni de mesdames les Oies, les
Poules et les Grues, qu'un orateur à la fois spirituel et profond, à
la fois juge et partie, a si vertueusement renvoyées à leur ménage[1],
et je me bornerai à vous raconter l'_Histoire d'un Lièvre_ que ses
malheurs ont rendu célèbre parmi les Bêtes et parmi les Hommes, à Paris
et dans les champs.

  [1] Ceux de MM. nos souscripteurs qui n'ont point encore oublié que
  les dames ne purent être admises à se faire entendre dans notre
  Assemblée générale, trouveront sans doute tout naturel qu'une
  dame ait été des premières à nous écrire. Nous espérons que notre
  empressement à publier la lettre de madame la Pie effacera les
  impressions fâcheuses que paraissent avoir laissées dans son esprit
  certaines parties du discours du Renard (voir le Prologue). Par une
  réserve dont chacun appréciera le difficile mérite et le rare bon
  goût, l'auteur s'est modestement effacé toutes les fois qu'il l'a
  fallu absolument dans le récit des aventures de son héros.

  NOTE DES RÉDACTEURS.

Croyez, Messieurs, que si je me décide, dans une question qui ne
m'est point personnelle, à rompre avec les habitudes de silence et de
discrétion dont on sait que je me suis toujours fait une loi, c'est
qu'il m'eût été impossible de m'y refuser sans manquer aux obligations
les plus ordinaires de l'amitié.

[Illustration]


I

Où la Pie essaye d'entrer en matière.--Quelques réflexions
philosophiques et préliminaires du Lièvre, héros de cette
histoire.--La dernière chasse d'un Roi.--Notre héros est fait
prisonnier.--Théorie des Lièvres sur le courage.

Je m'étais, un soir de cette semaine, oubliée sur un monceau de
pierres, et je méditais les derniers vers d'un poëme en douze chants
que je consacre à la défense des droits méconnus de notre sexe,
quand je vis accourir entre les deux raies d'un pré un Levraut de ma
connaissance, arrière-petit-fils du héros de mon histoire.

«Madame la Pie, me cria-t-il tout haletant, grand-père est là-bas au
coin du bois, et il m'a dit: Va chercher bien vite notre amie la Pie...
et je suis venu.

--Tu es un bon petit enfant, lui répondis-je en lui donnant sur la joue
un coup d'aile amical; c'est bien de faire comme cela les commissions
à son grand-père. Mais si tu cours toujours si vite, tu finiras par te
rendre malade.

--Ah! me répondit-il en me regardant tristement, je ne suis pas malade,
moi, c'est grand-père qui l'est! le Lévrier du garde champêtre l'a
mordu... c'est ça qui fait peur.»

Il n'y avait pas de temps à perdre; en deux sauts je fus auprès de mon
malheureux ami, qui me reçut avec cette cordialité qui est la politesse
des bons Animaux.

Sa patte droite était supportée par une écharpe faite à la hâte de deux
brins de jonc; sa pauvre tête, sur laquelle on avait appliqué quelques
compresses de feuilles de dictame qu'une Biche compatissante lui avait
procurées, était entourée d'un bandeau qui lui cachait un œil: le sang
coulait encore.

A ce triste spectacle, je reconnus les Hommes et leurs funestes coups.

«Ma chère Pie, me dit le vieillard, dont le visage, empreint d'un
caractère de tristesse et de gravité inaccoutumée, n'avait cependant
rien perdu de son originelle simplicité, on ne vient pas au monde pour
être heureux.

--Hélas! lui répondis-je, cela se voit bien.

--Je sais, continua-t-il, qu'on doit avoir toujours peur, et qu'un
Lièvre n'est jamais sûr de mourir tranquillement dans son gîte; mais,
vous le voyez, je puis moins qu'un autre compter sur ce qu'on est
convenu d'appeler une belle mort: la campagne s'annonce mal, me voilà
borgne peut-être, et pour sûr estropié; un Épagneul viendrait à bout
de moi. Ceux des nôtres qui voient tout en beau, et qui s'entêtent à
penser que la chasse ferme quelquefois, veulent bien convenir qu'elle
ouvrira dans quinze jours; je crois que je ferai bien de mettre ordre à
mes affaires et de léguer mon histoire à la postérité pour qu'elle en
profite, si elle peut. A quelque chose malheur doit être bon. Si Dieu
m'a accordé la grâce de retrouver ma patrie, après m'avoir fait vivre
et souffrir parmi les Hommes, c'est qu'il a voulu que mes infortunes
servissent d'enseignement aux Lièvres à venir. Dans le monde on se
tait sur bien des choses par prudence et par politesse; mais, devant
la mort, le mensonge devenant inutile, on peut tout dire. D'ailleurs,
j'avoue mon faible: il doit être agréable de laisser après soi un
glorieux souvenir, et de ne pas mourir tout entier; qu'en pensez-vous?»

J'eus toutes les peines du monde à lui faire entendre que j'étais de
son avis, car il avait gagné dans ses rapports avec les Hommes une
surdité d'autant plus gênante, qu'il s'obstinait à la nier. Que de
fois n'ai-je pas maudit cette infirmité, qui le privait du bonheur
d'écouter! Je lui criai dans les oreilles qu'on était toujours bien
aise de se survivre dans ses œuvres, et que, devant une fin presque
certaine, il devait être en effet consolant de penser que la gloire
peut remplacer la vie, qu'en tout cas cela ne pouvait pas faire de mal.

Il me dit alors que son embarras était grand, que sa maudite blessure
l'empêchait d'écrire, puisqu'il avait précisément la patte droite
cassée; qu'il avait essayé de dicter à ses enfants, mais que les
pauvres petits ne savaient que jouer et manger; qu'un instant il avait
eu l'idée de faire apprendre par cœur son histoire à l'aîné, et de la
transmettre ainsi à l'état de Rapsodie aux siècles futurs, mais que
l'étourdi n'avait jamais manqué de perdre la mémoire en courant. «Je
vois bien, ajouta-t-il, qu'on ne peut guère compter sur la tradition
orale pour conserver aux faits leur caractère de vérité; je n'ai
pas envie de devenir un mythe comme le grand Vichnou, Saint-Simon,
Fourrier, etc.; vous êtes lettrée, ma bonne Pie, veuillez me servir de
secrétaire, mon histoire y gagnera.»

Je cédai à ses instances, et je m'apprêtai à écouter. Les discours
des vieillards sont longs, mais il en ressort toujours quelque utile
enseignement.

Voulant donner de la solennité à cet acte, le plus important et le
dernier peut-être de sa vie, mon vieil ami se recueillit pendant cinq
minutes, et, se souvenant qu'il avait été un Lièvre savant, il jugea
à propos de commencer par une citation. (Il tenait cette manie des
citations d'un vieux comédien qu'il avait connu à Paris.) Il emprunta
donc son exorde à un auteur tragique auquel les Hommes s'accordent
enfin à trouver quelque mérite, et commença en ces termes:

  «Approchez, mes enfants, enfin l'heure est venue
  Qu'il faut que mon secret éclate à votre vue.»

Ces deux vers de Racine, qu'un nommé Mithridate adresse à ses enfants
dans une circonstance qui n'est pas analogue, et la belle déclamation
du narrateur, produisirent le plus grand effet.

[Illustration]

L'aîné quitta tout pour venir se placer respectueusement sur les genoux
de son grand-père; le cadet, qui aimait passionnément les contes, se
tint debout et ouvrit les oreilles; et le plus jeune s'assit par terre
en grugeant par la tige un brin de trèfle.

Le vieillard, satisfait de l'attitude de son auditoire, et voyant que
je l'attendais, continua ainsi:

«Mon secret, mes enfants, c'est mon histoire. Qu'elle vous serve de
leçon, car la sagesse ne vient pas à nous avec l'âge, il faut aller
au-devant d'elle.

J'ai dix ans bien comptés; je suis si vieux, que de mémoire de Lièvre
il n'a été donné de si longs jours à un pauvre Animal. Je suis venu
au monde en France, de parents français, le 1er mai 1830, là tout
près, derrière ce grand chêne, le plus beau de notre belle forêt de
Rambouillet, sur un lit de mousse que ma bonne mère avait recouvert de
son plus fin duvet.

Je me rappelle encore ces belles nuits de mon enfance, où j'étais ravi
d'être au monde, où l'existence me semblait si facile, la lumière de la
lune si pure, l'herbe si tendre, le thym et le serpolet si parfumés!

  S'il est des jours amers, il en est de si doux!

J'étais alerte alors, étourdi, paresseux comme vous; j'avais votre âge,
votre insouciance et mes quatre pattes; je ne savais rien de la vie,
j'étais heureux, oui, heureux! car vivre et savoir ce que c'est que
l'existence d'un Lièvre, c'est mourir à toute heure, c'est trembler
toujours. L'expérience n'est, hélas! que le souvenir du malheur.

Je ne tardai pas, du reste, à reconnaître que tout n'est pas pour le
mieux en ce triste monde, que les jours se suivent et ne se ressemblent
pas.

Un matin, dès l'aurore, après avoir couru à travers ces prés et ces
guérets, j'étais sagement revenu m'endormir près de ma mère, comme le
devait faire un enfant de mon âge, quand je fus réveillé soudain par
deux éclats de tonnerre et par d'horribles clameurs... Ma mère était à
deux pas de moi, mourante, assassinée!... «Sauve-toi, me cria-t-elle
encore, sauve-toi!» et elle expira. Son dernier soupir avait été pour
moi.

Il ne m'avait fallu qu'une seconde pour apprendre ce que c'était qu'un
fusil, ce que c'était que le malheur, ce que c'était qu'un Homme. Ah!
mes enfants, s'il n'y avait pas d'Hommes sur la terre, la terre serait
le paradis des Lièvres: elle est si bonne et si féconde! il suffirait
de savoir où l'eau est la plus pure, le gîte le plus silencieux, les
plantes les plus salutaires. Quoi de plus heureux qu'un Lièvre, je vous
le demande, si, pour nos péchés, le bon Dieu n'avait imaginé l'Homme?
Mais, hélas, toute médaille a son revers, le mal est toujours à côté du
bien, l'Homme est toujours à côté de l'Animal.

--Croiriez-vous, me dit-il, ma chère Pie, que j'ai vu dans des livres
qui n'étaient pas écrits par des Bêtes, il est vrai, que Dieu avait
créé l'Homme à son image? Quelle impiété!

[Illustration]

--Dis donc, grand-père, dit le plus petit, il y avait une fois dans le
champ là-bas deux petits Lièvres avec leur sœur, et puis il y avait
aussi un grand méchant Oiseau qui a voulu les empêcher de passer:
c'est-il cela un Homme?

--Tais-toi donc, lui répondit son frère, puisque c'était un Oiseau,
c'était pas un Homme. Tais-toi: tu serais obligé de crier pour que papa
t'entende; ça ferait du bruit, et nous aurions tous peur.

--Silence! s'écria le vieillard, qui s'aperçut qu'on ne l'écoutait
plus. Où en étais-je? me demanda-t-il.

--Votre mère était morte, lui dis-je, en vous criant: Sauve-toi bien
vite.

--Pauvre mère! reprit-il, elle avait bien raison: sa mort n'avait été
qu'un prélude. C'était grande chasse royale. Toute la journée ce fut
un carnage horrible: la terre était couverte de cadavres, on voyait du
sang partout, sur les taillis dont les jeunes pousses tombaient coupées
par le plomb, sur les fleurs elles-mêmes, que les Hommes n'épargnaient
pas plus que nous, et qui périssaient écrasées sous leurs pieds.
Cinq cents des nôtres succombèrent dans cette abominable journée!
Comprend-on ces monstres qui croient n'avoir rien de mieux à faire que
d'ensanglanter les campagnes, qui appellent cela s'amuser, et pour
lesquels la chasse, l'assassinat, n'est qu'un délassement!

Du reste, ma mère fut bien vengée. Cette chasse fut la dernière des
chasses royales, m'a-t-on dit. Celui qui la fit repassa bien une fois
encore par Rambouillet, mais cette fois-là il ne chassait pas.

Je suivis les conseils de ma mère: pour un Lièvre de dix-huit jours
je me sauvai très-bravement, ma foi; oui, bravement! Et si jamais
vous vous trouvez à pareille affaire, ne craignez rien, mes enfants,
sauvez-vous. Se retirer devant des forces supérieures, ce n'est pas
fuir, c'est imiter les plus grands capitaines, c'est battre en retraite.

Je m'indigne quand je pense à la réputation de poltronnerie qu'on
prétend nous faire. Croit-on donc qu'il soit si facile de trouver des
_jambes_ à l'heure du danger? Ce qui fait la force de tous ces beaux
parleurs, qui s'arment jusqu'aux dents contre des Animaux sans défense,
c'est notre faiblesse. Les grands ne sont grands que parce que nous
sommes petits. Un écrivain de bonne foi, Schiller, l'a dit: S'il n'y
avait pas de Lièvres, il n'y aurait pas de grands seigneurs.

Je courus donc, je courus longtemps; quand je fus au bout de mon
haleine, un malheureux point de côté me saisit, et je m'évanouis. Je
ne sais combien de temps cela dura: mais jugez de mon effroi, lorsque
je me retrouvai, non plus dans nos vertes campagnes, non plus sous le
ciel, non plus sur la terre que j'aime, mais dans une étroite prison,
dans un panier fermé.

La fortune m'avait trahi! Pourtant, quand je m'aperçus que je n'étais
pas encore mort, j'en fus bien aise; car j'avais entendu dire que
la mort est le pire des maux, parce qu'elle en est le dernier;
mais j'avais entendu dire aussi que les Hommes ne faisaient pas de
prisonniers, et, ne sachant ce que j'allais devenir, je m'abandonnai
à d'amères réflexions. Je me sentais ballotté par des secousses
régulières très-incommodes, lorsque l'une d'elles, plus forte que les
autres, ayant fait entr'ouvrir le couvercle de mon cachot, je pus
m'apercevoir que l'Homme, au bras duquel il était suspendu, ne marchait
pas, et que pourtant un mouvement rapide nous emportait. Vous qui
n'avez rien vu encore, vous aurez peine à le croire; mais mon ravisseur
était monté sur un Cheval! C'était l'Homme qui était dessus, c'était
le cheval qui était dessous. Cela dépasse la raison animale. Que j'aie
obéi plus tard à un Homme, moi, pauvre Lièvre, on le comprend. Mais
qu'un Cheval, une créature si grande et si forte, qui a des sabots
de corne dure, consente à se faire, comme le Chien, le domestique de
l'Homme, et à le porter lâchement, voilà ce qui ferait douter des
nobles destinées de l'Animal, si l'espoir d'une vie future ne venait
nous soutenir, et si, du reste, le doute changeait quelque chose à
l'affaire.

Mon ravisseur était un des laquais du roi.»


II

Où il est question de la révolution de Juillet et de ses fatales
conséquences.--Utilité des arts d'agrément.

Après quelques instants de silence, mon vieil ami, que ce retour sur le
passé avait vivement impressionné, hocha la tête et reprit avec plus de
calme le fil de sa narration:

«Je n'essayai point de résister.

  Il est des contre-temps qu'il faut qu'un sage essuie.

Chez les Hommes tout le monde est plus ou moins domestique, il n'y a de
différence que dans la façon d'obéir; une fois entré dans les horreurs
de la vie civilisée, je dus en accepter les obligations. Le valet d'un
roi devint donc mon maître.

[Illustration]

Par bonheur sa petite fille, qui m'avait pris pour un Chat, se déclara
mon amie. Il fut résolu que je ne serais pas tué, parce que j'étais
trop petit, parce qu'il ne manquait pas dans les cuisines de la cour
et aux tables royales de Lièvres plus gros que moi, et parce que ma
maîtresse me trouvait gentil. Pour les petites filles, la gentillesse
consiste à se laisser tirer les oreilles et à montrer une patience
d'ange. Je fus touché de la bonté de ma maîtresse. Les Femmes valent
mieux que les Hommes, elles ne vont point à la chasse.

Assuré de la vie, et prisonnier sur parole, on ne me chargea pas de
chaînes.

J'aurais pris mon mal en patience si j'avais pu m'évader, et je
l'aurais fait certainement si je n'avais craint l'impitoyable baïonnette

  De la garde qui veille aux barrières du Louvre.

Dans cette petite chambre, située à Paris sous les combles mêmes des
Tuileries, j'arrosai bien souvent de mes larmes le pain qu'on me
donnait par miettes et qui n'avait aucun rapport, je vous le jure, avec
les herbes bienfaisantes que la terre produit pour nous. Le triste
logement qu'un palais quand on n'en peut sortir à son gré! Les premiers
jours j'essayai de me distraire en me mettant à la fenêtre; mais
souvent on essaye d'être content, et on ne peut pas; il n'y a que ceux
qui sont bien qui ne veulent pas changer de place. J'en vins à prendre
en horreur cette vue monotone.

Que n'aurais-je pas donné pour une heure de liberté et pour un brin
de serpolet! J'eus cent fois la tentation de me précipiter du haut de
cette belle prison pour aller vivre libre dans les herbes ou mourir.
Croyez-moi, mes enfants, le bonheur n'habite pas au-dessus des lambris
dorés.

Mon maître, qui, en sa qualité de valet de cour, n'avait pas
grand'chose à faire, et qui trouvait sans doute à son point de vue
humain mon éducation fort imparfaite, s'avisa de vouloir la compléter.
Il me fallut apprendre alors (Dieu sait ce qu'il m'en coûta) une foule
d'exercices plus déshonorants et surtout plus difficiles les uns que
les autres. O honte! je sus bientôt faire le mort et faire le beau au
moindre signe comme un Caniche. Mon tyran, encouragé par la déplorable
facilité que je devais à la rigueur de sa méthode, voulut joindre à
cette partie plus sérieuse de son enseignement ce qu'il nommait un art
d'agrément, et me donna de si terribles leçons de musique, que, malgré
mon horreur pour le bruit, je fus en moins de rien en état de battre un
roulement très-passable sur le tambour, et forcé d'exercer ce nouveau
talent toutes les fois qu'un des membres de la famille royale sortait
du château.

Un jour, c'était un mardi, le 27 juillet 1830 (je n'oublierai jamais
cette date-là), le soleil brillait de tout son éclat; je venais de
battre aux champs pour monseigneur le duc d'Angoulême, qui allait
toujours se promener, et j'avais encore les nerfs tout agacés par le
contact de la peau de l'horrible instrument, une peau d'Ane! quand tout
à coup, et pour la seconde fois de ma vie, j'entendis retentir des
coups de fusil qui semblaient se tirer tout près des Tuileries, du côté
du Palais-Royal, m'a-t-on dit.

Grand Dieu, pensai-je, des Lièvres infortunés auraient-ils eu
l'imprudence de se hasarder dans ces rues de Paris où il y a autant
d'Hommes que de Chiens et de fusils? Et l'affreux souvenir de la chasse
de Rambouillet me glaça d'effroi. Décidément, pensai-je, il faut qu'à
une époque antérieure les Hommes aient eu à se plaindre des Lièvres,
car un pareil acharnement ne peut s'expliquer que par un légitime
besoin de vengeance; et, me tournant vers ma maîtresse, j'implorai
du regard sa protection. Je vis alors sur sa figure une épouvante
égale à la mienne. Déjà je me disposais à la remercier de la pitié que
semblait lui inspirer le malheur de mes frères, quand je m'aperçus
que sa frayeur était toute personnelle et qu'elle songeait beaucoup à
elle-même et fort peu à nous.

Ces coups de fusil, dont chaque détonation me faisait figer le sang
dans les veines, les Hommes ne les tiraient pas sur des Lièvres, mais
bien sur d'autres Hommes. Je me frottai les yeux, je me mordis les
pattes jusqu'au sang pour m'assurer que je ne rêvais pas et que j'étais
éveillé: je puis dire, comme Orgon, que je l'ai vu,

      . . . . . . de mes propres yeux vu,
  Ce qu'on appelle vu.

Le besoin que les Hommes ont de chasser est si grand, qu'ils aiment
mieux se tuer que de ne rien tuer du tout.

--Ce que vous me contez là n'a rien d'étonnant, lui dis-je. Combien de
fois, à la nuit tombante, n'ai-je pas eu à essuyer le feu des chasseurs
dont la manie est de décharger sur nous autres Pies leur dernier coup
de fusil, pour ne pas perdre leur poudre! disent-ils; et pourtant nous
ne passons pas pour être bonnes à manger. Les lâches!

--Ce qu'il y a de plus singulier, reprit mon vieil ami, qui me témoigna
par un geste significatif que j'avais bien raison, c'est qu'au lieu
d'en rougir les Hommes sont très-fiers de ces luttes contre nature. Il
paraît que parmi eux les choses ne vont bien que quand le canon s'en
mêle, et que les époques où il y a beaucoup de sang répandu sont, dans
leurs fastes, des époques à jamais mémorables.

Je n'entreprendrai pas de vous faire l'historique de ces journées;
quoique tout n'ait pas encore été dit sur la révolution de Juillet, ce
n'est pas à un Lièvre qu'il appartient de s'en faire l'historien.

--Qu'est-ce que c'est qu'une révolution de Juillet? demanda le
petit Lièvre, qui, de même que tous les enfants, n'écoutait que par
intervalles, quand par hasard un mot le frappait.

--Veux-tu bien te taire, lui répondit son frère, tu n'écoutes donc pas;
grand-père vient de nous dire que c'est un moment où tout le monde a
joliment peur.

--Je me contenterai de vous apprendre, continua le narrateur, que
ce petit incident n'avait pas frappé, que, durant trois mortelles
journées, j'eus les oreilles déchirées par le roulement du tambour,
par le fracas du canon et par le sifflement des balles, auxquels
succédait un bruit lugubre et sourd qui pesait sur tout Paris. Pendant
que le peuple se battait et se barricadait dans les rues, la cour était
à Saint-Cloud; je ne sais ce qu'elle y faisait: quant à nous, nous
passions dans les Tuileries une nuit bien désagréable: les nuits n'ont
pas de fin quand on a peur. Le lendemain 28, la fusillade recommença
de plus belle, et je sus qu'on avait pris et repris l'Hôtel de Ville.
J'en aurais fait mon deuil si j'avais pu m'en aller comme la cour, mais
il n'y fallait pas songer. Le 29, dès le matin, des cris furieux se
firent entendre sous les fenêtres du château, le canon tonnait.--C'en
est fait! s'écria ma maîtresse, pâle d'effroi, le Louvre est pris; et,
emportant dans ses bras sa fille qui pleurait, elle s'enfuit éperdue:
il était onze heures.

Quand elle fut partie, je réfléchis qu'à la vérité j'étais seul et sans
défense, mais qu'aussi j'étais sans ennemis, et le courage me revint.
Que les Hommes s'entr'égorgent, pensai-je, c'est leur affaire, les
Lièvres n'y perdront rien. La chambre sous le lit de laquelle j'étais
parvenu à me retrancher fut occupée pendant quelques heures par des
soldats rouges qui tirèrent par la fenêtre un bon nombre de coups de
fusil, en criant avec un accent étranger: Vive le roi! Criez, leur
disais-je, criez; on voit bien que vous n'êtes pas des Lièvres, et que
ce roi n'a pas été à la chasse dans vos guérets. Bientôt je ne vis plus
de soldats, ils avaient disparu: un pauvre homme, un sage sans doute,
qui semblait n'avoir aucun goût pour la guerre, vint se réfugier dans
ma retraite abandonnée, et se cacha philosophiquement dans une armoire,
où il fut bientôt découvert et bafoué par des gens qui remplirent
en un instant la chambre. Ceux-là n'avaient pas d'uniformes, leur
toilette était même négligée. Ils fouillèrent partout en criant: Vive
la liberté! comme s'ils avaient espéré la trouver dans ma mansarde des
Tuileries. Il paraît que, parmi les Hommes, la liberté est la reine de
ceux qui ne veulent pas de roi. Pendant que l'un d'entre eux arborait à
la fenêtre un drapeau qui n'était pas blanc, les autres chantaient avec
ferveur un beau chant dont j'ai retenu ces paroles:

  Allons, enfants de la patrie,
  Le jour de gloire est arrivé.

Quelques-uns étaient noirs de poudre et paraissaient s'être battus
aussi bien que si on les eût payés pour cela. Comme ils ne cessaient de
crier: Vive la liberté! je pensai que ces malheureux, avant d'être les
plus forts, avant d'avoir pu se donner la joie de se garder eux-mêmes
et de s'organiser en patrouilles volontaires, avaient sans doute été
enfermés comme moi dans des paniers, ou emprisonnés dans de petites
chambres, et forcés peut-être de faire du bruit sans rime ni raison
en l'honneur du roi. Les faibles se laissent mettre le couteau sur la
gorge, mais c'est toujours à charge de revanche.

[Illustration]

O puissance magnétique de l'enthousiasme! Je fis trois pas vers ces
Hommes, nos ennemis, et j'eus envie de crier comme eux: Vive la
liberté! mais je me dis: A quoi bon?

Pendant ces trois journées, le croiriez-vous, ma chère Pie? douze cents
Hommes furent tués et enterrés.

--Bah! lui dis-je, on enterre les morts, mais on n'enterre pas les
idées.

--Hum, me répondit-il.

Le lendemain je vis revenir mon maître, qui ne s'était pas montré
depuis vingt-quatre heures; il était bien changé, il avait retourné son
habit, ce qui ne lui avait pas servi à grand'chose, et portait sur son
épaule un flot de rubans aux trois couleurs.

J'appris, en l'écoutant causer avec sa femme, que j'avais vu de belles
choses, que tout était perdu, qu'il n'y avait plus de roi, ni de
domestiques de roi, qu'on parlait déjà de s'en passer, que Charles
X était sorti pour ne plus rentrer, qu'il fallait bien se garder de
prononcer son nom, que la situation était embarrassante, qu'on ne
savait pas comment tout cela tournerait, que pour le moment il fallait
faire ses paquets et déménager au plus vite, qu'ils étaient ruinés,
etc., etc.

Bon, pensai-je, quoi qu'il arrive, j'y aurai toujours gagné de ne plus
demeurer dans un palais et de ne plus battre du tambour.

Hélas! mes pauvres petits, le Lièvre propose, mais l'Homme dispose. Si
jamais vous voyez une révolution, vous promît-on monts et merveilles,
tremblez. Cette révolution, de laquelle j'avais tant espéré, de
laquelle, en tout cas, j'étais bien innocent, ne fit qu'empirer mon
triste sort. Au bout d'un mois, mon maître, de plus en plus ruiné,
toujours sans place et sans pain, vit la misère approcher. La misère
est pour les Hommes ce que l'hiver est pour les Lièvres quand il gèle
à pierre fendre et que la terre est nue. Un jour sa femme pleurait,
son enfant pleurait, nous pleurions tous: nous avions tous faim!
(Si les riches croyaient à l'appétit des pauvres, ils auraient peur
d'être dévorés par eux.) Je vis avec effroi mon maître désespéré fixer
sur moi des regards qui me parurent féroces. Homme affamé n'a point
d'entrailles. Jamais Lièvre ne courut plus grand danger. Dieu vous
garde, enfants, d'avoir jamais la perspective de devenir un civet.

--Qu'est-ce que c'est qu'un civet? demanda le petit Lièvre, qui
décidément était un intrépide questionneur.

--Un civet, répondit le vieillard, c'est un Lièvre _coupé par morceaux_
et cuit dans une casserole. Buffon a écrit des Lièvres: «Leur chair
est excellente, leur sang même est très-bon à manger, _c'est le plus
doux de tous les sangs_.» Cet Homme, qui, entre autres contes à dormir
debout, prétend que nous dormons les yeux ouverts, a dit ailleurs que
le style était l'Homme; j'en conclus qu'il dût être un monstre de
cruauté.»

A cette réponse du vieillard, l'auditoire parut frappé de stupeur; le
silence devint si grand, qu'on entendait l'herbe pousser.

«On ne me fera jamais croire, s'écria le vieux Lièvre, que le souvenir
de cette époque de sa vie avait singulièrement ému, que le Lièvre ait
été créé pour être mis à la broche, et que l'Homme n'ait rien de mieux
à faire que de manger les autres animaux, ses frères.

Il fut donc question de m'immoler ce jour-là. Mais ma maîtresse fit
observer que j'étais trop maigre.

Je ne connus qu'alors le bonheur d'être maigre, et je rendis grâce à la
misère qui avait daigné ne me laisser que la peau et les os.

La petite fille parut comprendre tout ce que la question avait de
gravité pour moi et pour ses plaisirs; et quoiqu'elle n'aimât guère
le pain sec, elle eut la générosité de s'opposer au meurtre qu'on
préméditait. Pour la seconde fois je lui dus la vie.--Si on le tue,
dit-elle en pleurant à chaudes larmes, cela lui fera du mal; il ne
pourra plus faire le mort, ni faire le beau, ni battre du tambour.

--Parbleu! s'écria mon maître en se frappant le front, cette petite
fille me donne une idée, et je crois bien que nous sommes sauvés. Quand
nous étions riches, mon Lièvre faisait de la musique pour notre plaisir
à tous et pour le sien, il en fera maintenant pour de l'argent.

Il avait raison. Ils étaient sauvés, et pour mon malheur je fus leur
sauveur. Tel que vous me voyez, à partir de ce jour, mon travail
nourrit un homme, une femme et un enfant.»

[Illustration]


III

Vie publique et politique.--Ses maîtres tombent à sa charge. La gloire
n'est que fumée.

[Illustration]

«Mais pour qui diable mon maître veut-il que je batte aux champs? me
disais-je. Qu'est-ce qui peut donc être entré aux Tuileries après
ce qui s'y est passé? Je sus plus tard qu'à l'exception du roi rien
n'était changé dans mon ancienne demeure; que le beau monde n'avait pas
cessé de s'y montrer, et les enfants d'y jouer avec les Poissons rouges.

Le soir même, je connus mon sort: je ne devais plus retourner dans ma
royale mansarde. Mon maître dressa, dans les Champs-Élysées, une petite
baraque en plein vent, qui se composait de quatre planches entourées de
toile grise; et là, sur des tréteaux, à la face du ciel et de la terre,
moi, Animal né libre, et citoyen de la grande forêt de Rambouillet, je
fus obligé de me donner en spectacle aux Hommes, mes persécuteurs, aux
dépens de ma fierté, de ma timidité et de ma santé.

Je me rappelle encore les paroles que mon maître m'adressa quelques
instants avant mon début dans cette carrière difficile.

--Bénis le ciel, me dit-il, qui, après t'avoir départi plus
d'intelligence que la cervelle d'un Lièvre n'en comporte d'ordinaire,
t'a donné un maître tel que moi. Je t'ai pendant longtemps logé,
chauffé et nourri sans rétribution; le moment est venu pour toi de
prouver à l'univers qu'avec les Lièvres un bienfait n'est jamais
perdu. Tu n'étais qu'un paysan, tu es maintenant un Animal civilisé,
et tu pourras te vanter d'avoir été le premier des Lièvres savants!
Ces talents que, grâce à ma prévoyance, tu as acquis dans des temps
meilleurs pour ton agrément, tu vas avoir l'occasion de les exercer
d'une façon glorieuse et lucrative pour nous deux. Il est juste et
il est d'usage parmi les Hommes qu'on recueille tôt ou tard le fruit
de son désintéressement. Souviens-toi donc que dès aujourd'hui nos
intérêts sont communs, que le public devant lequel tu vas paraître est
un public français, dont la sévérité et le bon goût sont célèbres dans
tous les pays, et qu'une chute serait d'autant plus impardonnable que,
pour l'éviter, il te suffira de plaire à tout le monde. Songe que le
rôle que tu vas jouer dans la société est un rôle important, et qu'il
est toujours beau d'amuser un grand peuple. Provisoirement arrange-toi
pour oublier jusqu'au nom de Charles X; il faut bien être un peu ingrat
pour gagner sa pauvre vie dans les temps où nous sommes. Ainsi donc,
attention! Il ne s'agit plus de battre le tambour à tort ou à travers;
car, en matière politique, il n'est point de faute vénielle, et toute
confusion est un crime. Reste bien dans ton rôle, le mien sera de faire
la quête. Nous ne gagnerons pas des millions, mais les pauvres vivent à
moins.

--Ah bien! me dis-je, voilà une admirable tirade et une prodigieuse
explication. J'ai là un tyran bien naïf ou bien effronté. Ne
jurerait-on pas, à l'entendre, que c'est moi qui l'ai supplié de me
faire prisonnier, de m'arracher à mes campagnes, de m'apprendre à
jouer la comédie et de me rendre le plus malheureux des Lièvres? Ne
croirait-on pas que je dois lui savoir un gré infini de ne pas m'avoir
tué toutes les fois qu'il lui a paru plus agréable et plus utile de me
laisser la vie?

Malgré l'émotion inséparable d'un début, les miens furent brillants.
Tout Paris voulut me voir. Mon répertoire varia à l'infini; pendant
trois ans je battis aux champs, successivement pour l'École
polytechnique, pour Louis-Philippe, pour Lafayette, pour Laffitte, pour
dix-neuf ministres, pour la Pologne, et toujours pour Napoléon... le
Grand.

J'appris, écrivez, ma chère Pie, c'est de l'histoire, j'appris à tirer
le canon.

Dès le second coup j'étais aguerri.

--Je le crois bien, pensai-je, il était devenu sourd au premier.

--J'en tirai par la suite beaucoup plus que n'en ont tiré quelques
hommes de guerre, gardes nationaux célèbres, dont l'histoire fera
très-bien d'oublier les noms.

Pendant longtemps, par un bonheur incroyable, il ne m'arriva pas une
seule fois de prendre un nom pour un autre et de m'abuser sur la
valeur de ceux dont j'avais à constater la popularité; et pourtant
les tentatives de séduction ne me manquèrent pas: plus d'une fois des
spectateurs, qui pouvaient bien être des conspirateurs ou des agents
de police déguisés en Hommes, me sollicitèrent de brûler de la poudre
en l'honneur de Polignac, de Wellington, de Nicolas, et de beaucoup
d'autres. Je sortis vainqueur de tous les piéges qui me furent tendus.

Mon maître, devenu mon compère, vantait partout ma probité et me
déclarait incorruptible.

Pendant le cours de ma vie publique et politique, une seule question
m'intéressa un instant. Ce fut la question d'Orient, question que la
hardiesse de la diplomatie a pu résoudre enfin, à la satisfaction
des Lièvres de tous les pays. En Orient, le Lièvre a été l'objet de
l'attention particulière du législateur, qui défend de manger sa chair.
Je suis donc de ceux qui ne redoutent nullement l'agrandissement de
l'empire ottoman.

Mais hélas! tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse.
Une fois, après toute une journée de fatigues, je venais de donner
la cinquantième représentation extraordinaire de la soirée, j'avais
recueilli de nombreux applaudissements, et mon maître pas mal de gros
sous; les deux chandelles qui éclairaient la scène tiraient à leur
fin, je croyais ma journée bien finie, je dormais tout éveillé (pour
faire plaisir à M. de Buffon), quand mon tyran, sur la demande d'un
parterre insatiable, annonça la cinquante et unième représentation
extraordinaire de tous mes exercices. Je l'avoue, la patience
m'échappa: on ne s'amuse jamais en amusant les autres; le feu me monta
au cerveau, et quand je me retrouvai sur la planche maudite, j'avais
déjà perdu la tête. Je crois me rappeler que je posai machinalement la
patte sur la détente du pistolet.

--Feu pour Louis XVIII! cria mon maître.

Je ne bougeai pas; mais, je l'avoue, je n'avais pas la conscience de ce
que je faisais, et les bravos qui accueillirent mon noble refus furent
des bravos volés. Quelques gros sous tombèrent dans le tambour de
basque, que mon maître tendait avec persévérance aux spectateurs, qui
ce jour-là n'en eurent pas pour leur argent.

--Feu pour Wellington!--Nouveau silence, nouveaux applaudissements,
nouveaux gros sous.

--Feu pour Charles X! cria mon maître triomphant.

Je ne sais quel vertige s'empara de moi:

  Le chien s'abat, le feu prend, le coup part.

--A bas le carliste! hurla la foule indignée; à mort le carliste! Moi,
Lièvre de Rambouillet, carliste, était-ce croyable? Mais le moyen de
faire entendre raison à un public aveuglé par la passion!

En un clin d'œil mon théâtre, mon maître, la recette, les chandelles,
et moi-même, tout fut bousculé, pillé, saccagé. Voilà bien les Hommes!
Saint-Augustin et Mirabeau ont eu raison de dire, chacun dans leur
langage, qu'il n'y a qu'un pas du Capitole à la Roche, que la gloire
n'est que fumée, et qu'il ne faut compter sur rien. Je me rappelai
aussi les beaux vers d'Auguste Barbier sur la popularité. Heureusement
la peur me rendit mes esprits et mon courage. A la faveur du tumulte,
je cherchai mon salut dans la fuite.

J'étais à peine à cinquante pas du théâtre de ma gloire et de mon
désastre, j'entendais encore les clameurs de la foule irritée,
lorsqu'en voulant franchir d'un bond un des fossés qui bordent les
Champs-Élysées je donnai de la poitrine dans de longues jambes qui
semblaient fuir comme moi la bagarre. Mon élan était si rapide, et le
choc fut si violent, que je roulai dans le fossé avec le malheureux
propriétaire des jambes qui avaient embarrassé ma retraite. C'en est
fait de moi, pensai-je, les Hommes sont pleins d'amour-propre, et
celui-ci ne pardonnera jamais à un pauvre Lièvre l'humiliation d'une
pareille culbute: il faut mourir!»


IV

Qui se ressemble s'assemble.--Notre héros se lie d'amitié avec un
employé subalterne du gouvernement.--La mort d'un pauvre.--Adieux à
Paris.

«J'eus peine à en croire mes yeux. Cet homme dont je redoutais la
colère était plus effrayé que moi-même, je m'aperçus qu'il tremblait
de tous ses membres. Bon, me dis-je, mon étoile ne m'a pas encore
abandonné; ce vieux monsieur me paraît avoir les mêmes théories que
moi sur le courage: entre gens qui ont peur, il doit être facile de
s'entendre.

--Monsieur, lui dis-je, en adoucissant ma voix pour le rassurer,
monsieur, je n'ai pas l'habitude d'adresser la parole à vos pareils;
mais si nous ne sommes pas frères d'origine, je vois à l'émotion que
vous éprouvez que nous sommes frères par les sentiments; vous avez
peur, ne le niez pas: ce sentiment vous honore à mes yeux.

Une voiture passa en ce moment sur la route, et à la lueur des
lanternes je reconnus dans l'Homme que j'avais eu le malheur
d'entraîner dans ma chute une de mes vieilles connaissances, le sage
méconnu de l'armoire des Tuileries, qui, depuis, était devenu le plus
fidèle de mes spectateurs. S'il avait le corps d'un Homme, il y avait
dans les traits de son visage je ne sais quel caractère d'honnêteté et
de douceur qui semblait indiquer qu'à une époque fort éloignée sans
doute il avait existé entre sa famille et la nôtre quelque lien de
parenté. Il était pâle et tout effaré.

--Monsieur, lui dis-je encore, seriez-vous blessé? Croyez que je suis
au désespoir de ce qui vient d'arriver; mais, vous le savez, on n'est
pas maître de sa peur.

Il est probable qu'il me comprit, car je le vis se relever peu à peu.
Je restai devant lui sans faire un seul mouvement qui pût l'inquiéter,
et sa joie fut grande quand il eut retrouvé en moi son acteur
favori; il me caressa d'une main, pendant que de l'autre il réparait
minutieusement le désordre de sa toilette. La propreté est la parure du
pauvre.

--La peur est pire que le mal, dit-il en se remettant sur ses pieds.

Ces paroles me parurent pleines de sens et de profondeur, et, cédant
à la sympathie que pour la première fois je ressentais pour un Homme,
j'avoue que, malgré mon amour pour la liberté, je me laissai emporter
par celui-ci sans résistance.

[Illustration]

Mon nouveau maître, ou plutôt mon ami, car il fut plutôt mon ami que
mon maître, était bon, silencieux, modeste, employé subalterne dans un
ministère, et par conséquent fort pauvre. Il était voûté, moins par
l'âge que par l'habitude qu'il avait dû contracter de saluer tout le
monde, de ne jamais relever la tête devant ses supérieurs, et d'écrire
du matin au soir. Après son fils, qui lui ressemblait en tout, ce qu'il
aimait le plus au monde, c'était ce qu'il appelait son jardin, un peu
de terre et quelques fleurs qui s'épanouissaient de leur mieux sur
notre petite fenêtre, à laquelle le soleil daignait à peine envoyer
quelques pâles rayons: à Paris, le soleil ne luit pas pour toutes les
fenêtres.


--Mon cher monsieur, lui disait quelquefois un de nos voisins, qui,
plus heureux que moi, s'était enrichi à jouer la comédie, vous
n'arriverez jamais à rien, vous ne faites pas assez de bruit et vous
êtes trop modeste; croyez-moi, défaites-vous de ces défauts-là.
Quelque rôle qu'on joue dans le monde, il faut un peu brûler les
planches. Que diable! j'ai été modeste comme vous, mais ce qui dégoûte
de la modestie, c'est qu'on est toujours pris au mot; faites comme
moi, grossissez votre voix, remuez les bras, et vous deviendrez chef
d'emploi. Habileté n'est pas vice.

Hélas! on conseille le pauvre plutôt qu'on ne le secourt, et mon
cher maître aimait mieux demeurer pauvre que de devenir habile, car
l'habileté consiste trop souvent à tirer parti des circonstances et à
exploiter son prochain.

Notre vie était très-régulière: de bonne heure le père allait à son
bureau et le fils à l'école. Je restais seul à garder notre chambre,
où je me serais fort ennuyé peut-être si, après les fatigues de ma
vie des Champs-Élysées, le repos ne m'eût paru très-bon: le calme
est le bonheur de ceux qui ne sont pas heureux. Après le travail de
la journée, le repas nous réunissait. Nous vivions de bien peu. Je
me rappelle que j'appréhendais d'avoir faim: les riches ne font que
donner, mais les pauvres partagent; et je prenais à regret ma part
du pain de mon bon maître. Sans la pauvreté, cette existence eût été
supportable; mais souvent j'avais le chagrin de voir mon excellent
maître revenir très-agité.


--Mon Dieu! répétait-il avec amertume, on parle encore d'un changement
de ministère, si je perdais ma place, que deviendrions-nous? nous
n'avons point d'argent.--Pauvre père! disait l'enfant dont les yeux
se remplissaient toujours de larmes à cette nouvelle; quand je serai
grand, j'en gagnerai de l'argent!--Tu n'es pas grand encore, lui
répondait mon maître.

--Va voir le roi, lui dit une fois son fils, et dis-lui de te donner de
l'argent, puisqu'il en a.

--Mon cher enfant, lui dit le vieillard en relevant la tête, il n'y a
que les mendiants qui vivent de leurs maux; d'ailleurs il paraît que
le roi n'est pas si riche qu'il en a l'air, et puis, n'a-t-il pas ses
pauvres, qui ont beaucoup de dépenses à faire?

Puisque les riches disent tous qu'ils ont des pauvres, pensai-je,
pourquoi les pauvres n'ont-ils pas tous des riches?»


--Papa, dit ici le petit Lièvre, qui s'était glissé derrière son
grand-père, et qui, résolu à obtenir une réponse, se mit à crier de
toutes ses forces: Papa, tu dis toujours le roi et aussi les ministres.
Qu'est-ce que cela veut donc dire, le roi et les ministres? Le roi,
cela vaut-il encore mieux que les ministres?

--Tais-toi, petit, répondit le vieux Lièvre, dont ce dernier de ses
enfants était le Benjamin; le roi, cela ne te regarde pas, cela ne
regarde personne: on ne sait pas bien encore si c'est quelqu'un ou
quelque chose, on n'est pas d'accord là-dessus. Quant aux ministres, ce
sont des messieurs qui font perdre leur place aux autres, en attendant
qu'ils perdent la leur. Es-tu content?

--Tiens, tiens, fit le petit Lièvre, et il se remit à écouter, fort
satisfait, à ce que je pus voir, de l'explication que son grand-père
lui avait donnée. Qu'on nie encore qu'il faille parler sérieusement à
la jeunesse!


«Un jour, mon ami était parti à huit heures, et il était arrivé à son
bureau le premier comme à l'ordinaire. Il apprit ce jour-là par le
garçon, qui n'était pas fier, disait-il, et qui voulait bien causer
avec lui (quelle misère!), que, dans la nuit, il avait été absolument
nécessaire de faire de nouveaux ministres et de défaire les anciens.
Le lendemain, avant de partir, il reçut une grande lettre cachetée de
rouge, qui avait été apportée par un soldat. Il attendit pour l'ouvrir
que son fils fût parti pour l'école. Après l'avoir regardée bien
longtemps avec émotion, il se décida à l'ouvrir; après l'avoir lue, il
se mit à genoux, et prononça bien souvent le nom du bon Dieu et de son
petit garçon, et puis après il se coucha. Au bout de huit jours, il
mourut, et il avait l'air bien malheureux en mourant.

Je le pleurai comme j'aurais pleuré un frère, et je ne l'oublierai
jamais.

On vendit son lit, sa table et sa chaise, pour payer le médecin, le
cercueil et le propriétaire, un Homme très-dur qui s'appelait M.
Vautour; et puis on l'emporta. Son fils, qui n'avait plus rien, s'en
alla tout seul derrière lui.

[Illustration]

Cette chambre me parut si triste et si désolée, que je résolus de m'en
aller aussi. D'ailleurs les Hommes ne laissent pas pousser l'herbe
dans la chambre de leurs morts, et je n'avais pas envie de faire
connaissance avec le nouveau locataire qui devait venir l'occuper dès
le lendemain. Quand la nuit fut venue, je descendis tout doucement
l'escalier. Je n'eus pas besoin de demander le cordon, car il n'y
avait, dans notre maison, ni portier ni sentinelle: ce n'était pas
comme dans mon premier logement des Tuileries.

Une fois dans la rue, je pris à gauche, et, en allant droit devant moi,
je me trouvai je ne sais comment tout auprès des Champs-Élysées. Je
ne songeai point à m'y promener, et je me hâtai de mettre entre Paris
et moi la barrière. Je passai fort lestement sous l'arc de triomphe de
l'Étoile. Une fois là, je ne pus m'empêcher de jeter un regard de pitié
sur cette ville immense dans laquelle je jurai bien de ne plus rentrer:
j'en avais trop des plaisirs de la capitale! Dors! m'écriai-je,
dors, mauvais gîte! dors, ô Paris! dans tes maisons malsaines; tu ne
connaîtras jamais le bonheur de dormir à la belle étoile.»


V

Retour aux champs.--Les Hommes ne valent rien, mais les Bêtes ne valent
pas davantage.--Un Coq, habitué de la barrière du Combat, provoque
notre héros.--Duel au pistolet.

«J'arrivai bientôt dans un bois où ma poitrine se remplit d'un air
pur; il y avait si longtemps que je n'avais vu le ciel tout entier,
qu'il me sembla le voir pour la première fois. Je trouvai que la lune
avait embelli. Les étoiles brillaient d'un si doux éclat, qu'elles me
parurent plus jolies les unes que les autres. Il n'y a de vraie poésie
qu'aux champs. Si Paris était à la campagne, les Hommes eux-mêmes s'y
adouciraient.

Dès le matin, je fus réveillé par un bruit de ferraille: c'étaient
deux messieurs qui se battaient à grands coups d'épée. Je crus qu'ils
s'allaient tuer, mais ils finirent par se prendre bras dessus, bras
dessous, quand l'appétit leur fut venu. A la bonne heure, me dis-je,
voilà des gens raisonnables. Après ceux-là, il en vint d'autres qui se
livrèrent avec plus ou moins de résolution au même exercice, et je vis
bien que ce que j'avais pris pour un bois n'était qu'une promenade.
Cela ne faisait pas mon affaire: pour moi, ce qui constitue la
campagne, c'est l'absence des Hommes; je fis donc mes adieux au bois de
Boulogne, et je repris ma course. Tout près d'un village qu'on appelle
Puteaux, j'aperçus un Coq. Mes yeux, las de voir des messieurs et des
dames, s'arrêtèrent avec complaisance sur cet Animal.

C'était un Coq de la plus belle espèce; il était haut en _jambes_ et se
cambrait en marchant comme un Coq qui ne veut rien perdre des avantages
de sa taille: il y avait dans toute sa tenue quelque chose de martial
qui me rappela les militaires français que j'avais vus souvent se
presser autour de mon théâtre des Champs-Élysées.

[Illustration]

--Par ma crête! me dit-il tout d'un coup, il y a longtemps que vous me
regardez. Pour un Lièvre, je vous trouve bien impertinent.

--Quoi! lui répondis-je, est-il défendu de trouver que vous êtes un bel
oiseau? j'arrive de Paris, où je n'ai vu que des Hommes, et je suis
heureux de voir enfin un Animal.

Ma réponse était fort simple, je pense; il trouva pourtant moyen de
s'en offenser.

--Je suis le Coq du village, s'écria-t-il, et il ne sera pas dit qu'un
méchant Lièvre m'aura insulté impunément!

--Vous m'étonnez, lui dis-je, je n'ai point voulu vous insulter; je
suis fort doux et n'aime point les querelles: je vous offre mes excuses.

--J'ai bien affaire de tes excuses! me répliqua-t-il; toute insulte
doit être lavée dans le sang; il y a longtemps que je ne me suis battu,
et je ne serais pas fâché de te donner une leçon de savoir vivre. Tout
ce que je puis faire, c'est de te laisser le choix des armes.

--Moi, me battre! lui dis-je, y pensez-vous? j'aimerais mieux mourir!
Apaisez-vous, je vous prie, et veuillez me laisser passer: je m'en
vais à Rambouillet, où j'espère encore retrouver quelques vieilles
connaissances.

--Nous sommes loin de compte, me répondit-il; entre gens qui se
respectent, les choses ne se passent point ainsi. Nous nous battrons,
et, si tu refuses, je te battrai. Tiens, ajouta-t-il en me montrant
un Bœuf et un Chien qui venaient de notre côté, voilà notre affaire,
nos témoins sont trouvés. Suis-moi, et n'essaye pas de te sauver: j'ai
l'œil sur toi.

Il n'y avait pas à répliquer, et la fuite était impossible. J'obéis.

--Tous les Animaux sont frères, dis-je au Bœuf et au Chien en les
abordant; ce Coq est un duelliste, vous ne souffrirez pas qu'il
m'assassine, mon sang retomberait sur votre tête: je ne me suis jamais
battu, et j'espère encore ne me battre jamais.

--Bah! me dit le Chien, ceci est la moindre des choses, il y a
commencement à tout. Votre candeur m'intéresse, et je veux vous servir
de témoin. Maintenant que je réponds de vous, il y va de mon honneur
que vous vous battiez: vous vous battrez donc.

--Vous êtes trop honnête, lui répondis-je, et je suis touché de votre
procédé, mais j'aime mieux ne pas trouver de témoin; je ne me battrai
pas.

--Vous l'entendez, cher Bœuf! reprit mon adversaire exaspéré; dans quel
temps vivons-nous? c'est vraiment incroyable! Vous verrez qu'à force
de lâcheté on triomphera de nous, et que les forts devront subir la
tyrannie des faibles et tout endurer d'eux.

Le Bœuf impitoyable beugla en signe d'approbation, et je demeurai
confondu.

Ces Animaux domestiques ne valent pas mieux que les Hommes, pensai-je.

--Mourir pour mourir, me dit le Chien en me prenant à l'écart, mieux
vaut mourir les armes à la main; entre nous soit dit je n'aime pas ce
Coq, et mes vœux sont pour vous: vous pouvez m'en croire, je ne suis
point un Chien de chasse, et je n'ai aucune raison de vouloir du mal à
votre espèce. Ne tremblez donc pas ainsi, mon cher Lièvre, et prenez
confiance. A toute force, il n'est pas nécessaire pour se battre
d'avoir du courage, il suffit d'en montrer. Quand vous aurez à essuyer
le feu de votre adversaire, tâchez de penser à autre chose.

--Je n'en viendrai jamais à bout, lui dis-je à demi mort.

--Ne croyez donc pas cela, reprit-il, on vient à bout de tout. Tenez,
puisque le choix des armes vous est laissé, ne prenez pas l'épée: votre
adversaire aurait sur vous l'avantage du sang-froid et de l'habitude;
battez-vous au pistolet, je chargerai moi-même les armes.

--Comment, lui dis-je, vous croyez que je vais me battre avec des
pistolets chargés? N'y comptez pas; vous en parlez bien à votre aise.
S'il faut se battre à toute force, ce Coq intraitable n'a-t-il pas des
éperons et un bec très-crochu? Croyez-vous que ces armes ne soient
pas assez dangereuses? Eh bien! je ferai de mon mieux pour avoir à en
souffrir le moins possible. Au nom de l'humanité, tâchez d'arranger
cette abominable affaire à laquelle je ne puis rien comprendre.

--Fi donc! s'écria le Coq, un duel à coups de bec! Me prenez-vous pour
un _manant_? Allons, finissons-en! Entrons dans ce taillis. _L'un
de nous n'en sortira pas!..._ ajouta-t-il avec un accent que Duprez
lui-même n'eût pas désavoué.

Je sentis à ces mots une sueur froide couvrir tous mes membres, et je
voulus tenter un dernier effort.

Je rappelai au Chien et au Bœuf les dernières lois sur le duel et les
peines portées contre les témoins.

--Revenez-vous de Pontoise? me répondirent-ils; et ne voyez-vous
pas que ces lois ont été faites par des gens qui ont eu quelquefois
l'occasion de ne pas se battre? Tout cela n'empêchera pas les duels
d'aller leur train. Quand on a de bonnes raisons pour s'égorger, on ne
songe guère à M. le procureur général.

--Monsieur le Coq, dis-je à mon adversaire, on ne sait vraiment pas ce
qui peut arriver: je suis si maladroit! Si j'allais vous tuer, pensez à
vos Poules; j'en serais fâché pour elles. Faisons la paix, je vous en
supplie.

Tout fut inutile: vingt-cinq pas furent comptés par mon témoin, auquel
j'aurais souhaité des pattes de Lévrier à la place de ses pattes de
Bouledogue, et les pistolets furent chargés.

--Avez-vous l'habitude de cette arme? me dit le Chien.

--Hélas! oui, lui répondis-je; mais le Ciel m'est témoin que je n'ai
jamais ajusté ni blessé personne.

Le sort devant désigner lequel des deux combattants tirerait le
premier, le Chien se retourna un instant, et me présenta ses deux
pattes de devant, dont l'une était mouillée.

Je pris la première venue, j'y voyais à peine; le juste Ciel m'avait
favorisé!

--Courage donc, courage! me répétait mon témoin, et visez bien: je
déteste ce Coq.

[Illustration: Tenez-moi bien, dis-je à mon témoin...]

S'il le déteste, pensai-je, pourquoi ne prend-il pas ma place? je la
lui céderais volontiers.

Mon adversaire s'alla placer gravement en face de moi.

--Hélas! lui criai-je, il me semble qu'il y a un siècle que nous
sommes là: est-ce que vous êtes encore en colère? Embrassons-nous, et
que tout soit oublié. Je vous assure que chez les Hommes cela se passe
quelquefois ainsi.

--Sacrebleu! me cria-t-il en blasphémant, tirez donc! et visez bien:
car, si vous me manquez, je jure que je ne vous manquerai pas.

Cette brutalité me révolta, et le sang me revint au cœur. _En mon bon
droit j'eus confiance._

--Tenez-moi bien, dis-je à mon second; vous êtes témoin que j'ai tout
fait pour empêcher ce duel.

Le Bœuf s'éloigna de quelques pas, et frappa trois fois la terre de
son sabot: c'était le signal convenu. Je pressai la détente, le coup
partit, et nous tombâmes tous deux. L'émotion m'avait renversé; quant
au Coq, il était mort sur le coup, victime de son opiniâtreté. La mort
fut constatée par une Sangsue qui avait assisté au combat.

--Bravo! s'écria le Chien, en me relevant; vous m'avez rendu là un
grand service. Ce maudit Coq demeurait dans la même ferme que moi; il
se couchait en même temps que les Poules, et, dès l'aube, son chant
insipide éveillait tout le monde. Quand on ne tient pas à voir lever
l'aurore, on ne tient guère à un voisin comme celui-là.

--Je n'y avais pas songé, reprit le Bœuf; le fait est que, grâce à ce
brave Lièvre, nous pourrons désormais dormir la grasse matinée. Du
reste, ce que vous avez fait là est digne d'un Français, me dit-il, car
je soupçonne votre adversaire d'avoir appartenu autrefois à un ministre
anglais qui l'avait dressé au combat. Je ne sais s'il faut en faire
honneur à son éducation; mais jamais Coq ne se jeta plus étourdiment
dans les hasards des batailles.

Je regardai avec douleur le cadavre de mon adversaire qui gisait sans
vie sur le gazon.

--Que n'as-tu entendu de ton vivant, lui dis-je, cette impitoyable
oraison funèbre! elle t'aurait appris ce que valait au juste ce renom
de bretteur dont tu étais si fier et qui te coûte la vie.

Que le sang de ce malheureux Coq retombe sur vos têtes! dis-je au Bœuf
et au Chien; car il dépendait de vous d'empêcher ce duel fatal. Quant
à moi, je suis innocent de ce meurtre que je déteste: la mort m'a
toujours paru abominable!

Et je repris fort triste la route de Rambouillet. J'avais toujours
devant les yeux ce cadavre ensanglanté. Mais à mesure que j'avançai,
ces funèbres images s'effacèrent. La vue des campagnes paisibles calme
les plus grandes douleurs; et quand je retrouvai Rambouillet et ma
forêt chérie, devant ces souvenirs de mes premiers jours tous mes
chagrins furent oubliés. Quelques mois après mon retour, je connus
enfin le bonheur d'être père et bientôt grand-père.--Vous savez le
reste, mes chers enfants; et maintenant vous pouvez aller jouer. J'ai
dit.»

[Illustration: Quand on ne tient pas à voir lever l'aurore, on ne tient
guère à un voisin comme celui-là.]

A ces mots du vieillard, son auditoire se réveilla. Pendant cette
dernière partie de son récit, le silence avait été exemplaire. Les
petits ne se le firent pas dire deux fois; l'histoire leur avait paru
très-intéressante et un peu longue: ils s'en allèrent courir dans les
herbes.

--Madame la Pie, me demanda le petit Lièvre, tout en se frottant les
yeux, c'est-il vrai tout ce que grand-papa vient de dire?

--Fi! lui dis-je, les grands-pères sont comme le bon Dieu; ils ne
peuvent jamais ni se tromper ni mentir.


VI

Qu'est-ce que le bonheur? Conclusion tirée de saint Augustin (_Conf._,
chap. des Odeurs).

«Ma chère Pie, me dit mon vieil ami, depuis mon retour aux champs,
j'ai jeté un regard impartial sur les choses d'ici-bas, et quoique je
les aie jugées sans passion, je serais bien embarrassé de vous en dire
mon avis. Toute affirmation est téméraire. Je crois pourtant qu'on
peut assurer qu'on ne saura jamais ce qu'il faudrait savoir pour être
heureux. Mais est-il donc nécessaire de l'être?

Les Hommes seuls, chez lesquels cette bizarre manie d'être heureux est
poussée jusqu'à la folie, persistent à se croire sérieusement destinés
à résoudre, à leur profit, le problème du bonheur. Leurs philosophes,
dont le métier consiste à chercher le sens de cette énigme, ont tous
cherché en vain, puisqu'ils cherchent encore.--Les uns, pleins de leur
propre mérite, placent naïvement le bonheur dans l'amour de soi-même;
les autres, plus humbles, regardent le ciel et le demandent à Dieu
seul, comme si Dieu le leur devait.--Ceux-ci vous disent, fût-on pauvre
et repoussé comme Job: Ne te refuse rien! et ils prêchent d'exemple,
parce qu'ils le peuvent; ceux-là veulent qu'on s'abstienne, et ils ne
s'abstiennent pas.--Les plus opiniâtres se contentent d'espérer jusqu'à
leur dernier jour qu'ils seront heureux... demain; mais la plupart
conviennent, avec Shakspeare, qu'il vaudrait mieux n'être pas né.

Qu'en faut-il conclure? sinon que le bonheur n'est pas de ce monde, que
ce mot est tout simplement un mot de trop dans toutes les langues, et
qu'il est absurde de courir après une chose que personne ne trouve, et
dont, à tout prendre, il est facile de se passer, puisque, bon gré, mal
gré, tout le monde s'en passe.

Pour ma part, je doute encore qu'il faille bénir le Ciel de nous avoir
fait naître dans une condition animale, et que la différence soit
grande entre le Lièvre et l'Homme, au point de vue du bien-être.

Sans doute l'Homme est inhabile au bonheur; il a contre lui des
instincts si pervers, qu'on a vu le frère s'armer contre le frère
(est-on moins frères parce qu'on se bat?). Il a des prisons, des
tribunaux, des maladies et une pauvre peau fine qu'une épine de rose
met en sang et de laquelle il ne saurait être fier. Il a la pauvreté,
cette plaie inconnue aux Lièvres, qui sont tous égaux devant le soleil
et le serpolet, et, comme l'a dit Homère, il y a des hommes qui se
promènent en mendiant sur la terre féconde.

[Illustration]

Mais la destinée du Lièvre est-elle meilleure? Quand je réfléchis
que ce n'est qu'à forces égales que les droits sont égaux, et qu'avec
la crainte des hommes, des meutes et de la poudre à canon, un honnête
Lièvre n'est pas encore sûr de faire son chemin dans le monde, je
n'hésite pas à déclarer que le bonheur est impossible. Puisque tout le
monde demande où il est, c'est qu'il n'est nulle part: car enfin, comme
dit saint Augustin: «Si le mal n'existe pas, il existe au moins la
crainte du mal, laquelle, certes, n'est pas un bien.» Le grand point,
ce n'est donc pas d'être heureux, c'est de fuir le mal...

Maintenant, ajouta-t-il, ma chère Pie, j'ai fini.

Grand merci de l'attention que vous m'avez prêtée. C'est un mérite de
savoir écouter. Jusqu'à présent, les Pies n'en ont pas eu le privilége,
me dit-il un peu malignement. Conservez ce manuscrit, dont je vous
laisse dépositaire, et quand ces pauvres petits auront passé l'âge où
l'on joue, quand je serai mort, ce qui ne peut tarder, vous livrerez
ces Mémoires à la publicité. Les Mémoires d'outre-tombe sont fort
goûtés; de notre temps, les morts ne manquent pas d'admirateurs, et les
vivants gagnent beaucoup à mourir.»


Voici, messieurs, ces Mémoires. C'est à une indiscrétion que vous les
devez, je l'avoue: l'auteur n'est pas mort, et pourtant je vous les
livre. J'espère que mon ami me pardonnera de l'avoir forcé à devenir
célèbre de son vivant, et que sa modestie ne refusera pas de prendre
un avant-goût de la gloire qu'un honnête Animal est toujours en droit
d'attendre du récit de ses infortunes personnelles.

Veuillent messieurs les Milans, les Éperviers et autres poëtes
qui ne chantent que sur la tombe des morts, traiter mon ami aussi
favorablement que s'il eût déjà passé de vie à trépas!

  Pour madame LA PIE,

  P.-J. STAHL.



PEINES DE CŒUR

D'UNE

CHATTE ANGLAISE


QUAND le Compte rendu de votre première séance est arrivé à Londres,
ô Animaux français! il a fait battre le cœur des amis de la Réforme
Animale. Dans mon petit particulier, je possédais tant de preuves de la
supériorité des Bêtes sur l'Homme, qu'en ma qualité de Chatte anglaise
je vis l'occasion souvent souhaitée de faire paraître le roman de ma
vie, afin de montrer comment mon pauvre moi fut tourmenté par les lois
hypocrites de l'Angleterre. Déjà deux fois des Souris, que j'ai fait
vœu de respecter depuis le _bill_ de votre auguste parlement, m'avaient
conduite chez Colburn, et je m'étais demandé, en voyant de vieilles
miss, des ladies entre deux âges et même de jeunes mariées corrigeant
les épreuves de leurs livres, pourquoi, ayant des griffes, je ne m'en
servirais pas aussi. On ignorera toujours ce que pensent les femmes,
surtout celles qui se mêlent d'écrire; tandis qu'une Chatte, victime
de la perfidie anglaise, est intéressée à dire plus que sa pensée, et
ce qu'elle écrit de trop peut compenser ce que taisent ces illustres
ladies. J'ai l'ambition d'être la mistress Inchbald des Chattes, et
vous prie d'avoir égard à mes nobles efforts, ô Chats français! chez
lesquels a pris naissance la plus grande maison de notre race, celle
du Chat-Botté, type éternel de l'Annonce, et que tant d'hommes ont
imité sans lui avoir encore élevé de statue.

Je suis née chez un ministre du Catshire, auprès de la petite ville
de Miaulbury. La fécondité de ma mère condamnait presque tous ses
enfants à un sort cruel, car vous savez qu'on ne sait pas encore à
quelle cause attribuer l'intempérance de maternité chez les Chattes
anglaises, qui menacent de peupler le monde entier. Les Chats et les
Chattes attribuent, chacun de leur côté, ce résultat à leur amabilité
et à leurs propres vertus. Mais quelques observateurs impertinents
disent que les Chats et les Chattes sont soumis en Angleterre à
des convenances si parfaitement ennuyeuses, qu'ils ne trouvent les
moyens de se distraire que dans ces petites occupations de famille.
D'autres prétendent qu'il y a là de grandes questions d'industrie et
de politique, à cause de la domination anglaise dans les Indes; mais
ces questions sont peu décentes sous mes pattes et je les laisse à
l'_Edinburgh-Review_. Je fus exceptée de la noyade constitutionnelle à
cause de l'entière blancheur de ma robe. Aussi me nomma-t-on Beauty.
Hélas! la pauvreté du ministre, qui avait une femme et onze filles,
ne lui permettait pas de me garder. Une vieille fille remarqua chez
moi une sorte d'affection pour la Bible du ministre; je m'y posais
toujours, non par religion, mais je ne voyais pas d'autre place propre
dans le ménage. Elle crut peut-être que j'appartiendrais à la secte des
Animaux sacrés qui a déjà fourni l'ânesse de Balaam, et me prit avec
elle. Je n'avais alors que deux mois. Cette vieille fille, qui donnait
des soirées auxquelles elle invitait par des billets qui promettaient
_thé et Bible_, essaya de me communiquer la fatale science des filles
d'Ève; elle y réussit par une méthode protestante qui consiste à vous
faire de si longs raisonnements sur la dignité personnelle et sur les
obligations de l'extérieur, que, pour ne pas les entendre, on subirait
le martyre.

Un matin, moi, pauvre petite fille de la nature, attirée par de la
crème contenue dans un bol, sur lequel un _muffing_ était posé en
travers, je donnai un coup de patte au _muffing_, je lapai la crème;
puis, dans la joie, et peut-être aussi par un effet de la faiblesse de
mes jeunes organes, je me livrai, sur le tapis ciré, au plus impérieux
besoin qu'éprouvent les jeunes Chattes. En apercevant la preuve de ce
qu'elle nomma _mon intempérance_ et mon défaut d'éducation, elle me
saisit et me fouetta vigoureusement avec des verges de bouleau, en
protestant qu'elle ferait de moi une lady ou qu'elle m'abandonnerait.

[Illustration: En apercevant la preuve de ce qu'elle nomma _mon
intempérance_...]

--Voilà qui est gentil! disait-elle. Apprenez, miss Beauty, que
les Chattes anglaises enveloppent dans le plus profond mystère les
choses naturelles qui peuvent porter atteinte au respect anglais, et
bannissent tout ce qui est _improper_, en appliquant à la créature,
comme vous l'avez entendu dire au révérend docteur Simpson, les lois
faites par Dieu pour la création. Avez-vous jamais vu la Terre se
comporter indécemment? N'appartenez-vous pas d'ailleurs à la secte des
_saints_ (prononcez _sentz_), qui marchent très-lentement le dimanche
pour faire bien sentir qu'ils se promènent? Apprenez à souffrir mille
morts plutôt que de révéler vos désirs: c'est en ceci que consiste
la vertu des _saints_. Le plus beau privilége des Chattes est de se
sauver avec la grâce qui vous caractérise, et d'aller, on ne sait où,
faire leurs petites toilettes. Vous ne vous montrerez ainsi aux regards
que dans votre beauté. Trompé par les apparences, tout le monde vous
prendra pour un ange. Désormais, quand pareille envie vous saisira,
regardez la croisée, ayez l'air de vouloir vous promener, et vous
irez dans un taillis ou sur une gouttière. Si l'eau, ma fille, est
la gloire de l'Angleterre, c'est précisément parce que l'Angleterre
sait s'en servir, au lieu de la laisser tomber, comme une sotte, ainsi
que font les Français, qui n'auront jamais de marine à cause de leur
indifférence pour l'eau.

Je trouvai, dans mon simple bon sens de Chatte, qu'il y avait beaucoup
d'hypocrisie dans cette doctrine; mais j'étais si jeune!

--Et quand je serai dans la gouttière? pensai-je en regardant la
vieille fille.

--Une fois seule, et bien sûre de n'être vue de personne, eh bien!
Beauty, tu pourras sacrifier les convenances, avec d'autant plus
de charme que tu te seras plus retenue en public. En ceci éclate
la perfection de la morale anglaise qui s'occupe exclusivement des
apparences, ce monde n'étant, hélas! qu'apparence et déception.

J'avoue que tout mon bon sens d'animal se révoltait contre ces
déguisements; mais, à force d'être fouettée, je finis par comprendre
que la propreté extérieure devait être toute la vertu d'une Chatte
anglaise. Dès ce moment, je m'habituai à cacher sous des lits les
friandises que j'aimais. Jamais personne ne me vit ni mangeant, ni
buvant, ni faisant ma toilette. Je fus regardée comme la perle des
Chattes.

J'eus alors l'occasion de remarquer la bêtise des Hommes qui se disent
savants. Parmi les docteurs et autres gens appartenant à la société
de ma maîtresse, il y avait ce Simpson, espèce d'imbécile, fils
d'un riche propriétaire, qui attendait un bénéfice, et qui, pour le
mériter, donnait des explications religieuses de tout ce que faisaient
les Animaux. Il me vit un soir lapant du lait dans une tasse, et fit
compliment à la vieille fille de la manière dont j'étais élevée, en me
voyant lécher premièrement les bords de l'assiette, et allant toujours
en tournant et diminuant le cercle du lait.

--Voyez, dit-il, comme dans une sainte compagnie tout se perfectionne:
Beauty a le sentiment de l'éternité, car elle décrit le cercle qui en
est l'emblème, tout en lapant son lait.

La conscience m'oblige à dire que l'aversion des Chattes pour mouiller
leurs poils était la seule cause de ma façon de boire dans cette
assiette; mais nous serons toujours mal jugées par les savants, qui se
préoccupent beaucoup plus de montrer leur esprit que de chercher le
nôtre.

Quand les dames ou les hommes me prenaient pour passer leurs mains
sur mon dos de neige et faire jaillir des étincelles de mes poils, la
vieille fille disait avec orgueil: «Vous pouvez la garder sans avoir
rien à craindre pour votre robe, elle est admirablement bien élevée!»
Tout le monde disait de moi que j'étais un ange: on me prodiguait
les friandises et les mets les plus délicats; mais je déclare que je
m'ennuyais profondément. Je compris très-bien qu'une jeune Chatte
du voisinage avait pu s'enfuir avec un Matou. Ce mot de Matou causa
comme une maladie à mon âme que rien ne pouvait guérir, pas même les
compliments que je recevais ou plutôt que ma maîtresse se donnait
à elle-même: «Beauty est tout à fait morale, c'est un petit ange,
disait-elle. Quoiqu'elle soit très-belle, elle a l'air de ne pas le
savoir. Elle ne regarde jamais personne, ce qui est le comble des
belles éducations aristocratiques; il est vrai qu'elle se laisse voir
très-volontiers; mais elle a sur tout cette parfaite insensibilité que
nous demandons à nos jeunes miss, et que nous ne pouvons obtenir que
très-difficilement. Elle attend qu'on la veuille pour venir, elle ne
saute jamais sur vous familièrement, personne ne la voit quand elle
mange, et certes ce monstre de lord Byron l'eût adorée. En bonne et
vraie Anglaise, elle aime le thé, se tient gravement quand on explique
la Bible, et ne pense de mal de personne, ce qui lui permet d'en
entendre dire. Elle est simple et sans aucune affectation, elle ne
fait aucun cas des bijoux; donnez-lui une bague, elle ne la gardera
pas; enfin elle n'imite pas la vulgarité de celles qui chassent, elle
aime le _home_, et reste si parfaitement tranquille, que parfois
vous croiriez que c'est une Chatte mécanique faite à Birmingham ou à
Manchester, ce qui est le _nec plus ultra_ de la belle éducation.»

[Illustration]

Ce que les Hommes et les vieilles filles nomment l'éducation est une
habitude à prendre pour dissimuler les penchants les plus naturels, et
quand ils nous ont entièrement dépravées, ils disent que nous sommes
bien élevées. Un soir, ma maîtresse pria l'une des jeunes miss de
chanter. Quand cette jeune fille se fut mise au piano et chanta, je
reconnus aussitôt les mélodies irlandaises que j'avais entendues dans
mon enfance, et je compris que j'étais musicienne aussi. Je mêlai donc
ma voix à celle de la jeune fille; mais je reçus des tapes de colère,
tandis que la miss recevait des compliments. Cette souveraine injustice
me révolta, je me sauvai dans les greniers. Amour sacré de la patrie!
oh! quelle nuit délicieuse! Je sus ce que c'était que des gouttières!
J'entendis les hymnes chantés par des Chats à d'autres Chattes, et ces
adorables élégies me firent prendre en pitié les hypocrisies que ma
maîtresse m'avait forcée d'apprendre. Quelques Chattes m'aperçurent
alors et parurent prendre de l'ombrage de ma présence, quand un Chat au
poil hérissé, à barbe magnifique, et qui avait une grande tournure,
vint m'examiner et dit à la compagnie: «C'est une enfant!» A ces
paroles de mépris, je me mis à bondir sur les tuiles et à caracoler
avec l'agilité qui nous distingue, je tombai sur mes pattes de cette
façon flexible et douce qu'aucun animal ne saurait imiter, afin de
prouver que je n'étais pas si enfant. Mais ces chatteries furent en
pure perte. «Quand me chantera-t-on des hymnes?» me dis-je. L'aspect
de ces fiers Matous, leurs mélodies, que la voix humaine ne rivalisera
jamais, m'avaient profondément émue, et me faisaient faire de petites
poésies que je chantais dans les escaliers; mais un événement immense
allait s'accomplir qui m'arracha brusquement à cette innocente vie. Je
devais être emmenée à Londres par la nièce de ma maîtresse, une riche
héritière qui s'affola de moi, qui me baisait, me caressait avec une
sorte de rage et qui me plut tant, que je m'y attachai, contre toutes
nos habitudes. Nous ne nous quittâmes point, et je pus observer le
grand monde à Londres pendant la saison. C'est là que je devais étudier
la perversité des mœurs anglaises qui s'est étendue jusqu'aux Bêtes, y
connaître ce _cant_ que lord Byron a maudit, et dont je suis victime,
aussi bien que lui, mais sans avoir publié mes heures de loisir.

Arabelle, ma maîtresse, était une jeune personne comme il y en a
beaucoup en Angleterre: elle ne savait pas trop qui elle voulait pour
mari. La liberté absolue qu'on laisse aux jeunes filles dans le choix
d'un homme les rend presque folles, surtout quand elles songent à
la rigueur des mœurs anglaises, qui n'admettent aucune conversation
particulière après le mariage. J'étais loin de penser que les Chattes
de Londres avaient adopté cette sévérité, que les lois anglaises me
seraient cruellement appliquées et que je subirais un jugement à la
cour des terribles _Doctors commons_. Arabelle accueillait très-bien
tous les hommes qui lui étaient présentés, et chacun pouvait croire
qu'il épouserait cette belle fille; mais quand les choses menaçaient de
se terminer, elle trouvait des prétextes pour rompre, et je dois avouer
que cette conduite me paraissait peu convenable. «Épouser un Homme qui
a les genoux cagneux! jamais, disait-elle de l'un. Quant à ce petit, il
a le nez camus.» Les Hommes m'étaient si parfaitement indifférents, que
je ne comprenais rien à ces incertitudes fondées sur des différences
purement physiques.

Enfin, un jour, un vieux pair d'Angleterre lui dit en me voyant: «Vous
avez une bien jolie Chatte, elle vous ressemble, elle est blanche, elle
est jeune, il lui faut un mari, laissez-moi lui présenter un magnifique
Angora que j'ai chez moi.»

[Illustration]

Trois jours après, le pair amena le plus beau Matou de la Pairie.
Puff, noir de robe, avait les plus magnifiques yeux, verts et jaunes,
mais froids et fiers. Sa queue, remarquable par des anneaux jaunâtres,
balayait le tapis de ses poils longs et soyeux. Peut-être venait-il de
la maison impériale d'Autriche, car il en portait, comme vous voyez,
les couleurs. Ses manières étaient celles d'un Chat qui a vu la cour
et le beau monde. Sa sévérité, en matière de tenue, était si grande,
qu'il ne se serait pas gratté, devant le monde, la tête avec la patte.
Puff avait voyagé sur le continent. Enfin il était si remarquablement
beau, qu'il avait été, disait-on, caressé par la reine d'Angleterre.
Moi, simple et naïve, je lui sautai au cou pour l'engager à jouer; mais
il s'y refusa sous prétexte que nous étions devant tout le monde. Je
m'aperçus alors que le pair d'Angleterre devait à l'âge et à des excès
de table cette gravité postiche et forcée qu'on appelle en Angleterre
_respectability_. Son embonpoint, que les hommes admiraient, gênait ses
mouvements. Telle était sa véritable raison pour ne pas répondre à mes
gentillesses: il resta calme et froid sur son _innommable_, agitant
ses barbes, me regardant et fermant parfois les yeux. Puff était, dans
le beau monde des Chats anglais, le plus riche parti pour une Chatte
née chez un ministre: il avait deux valets à son service, il mangeait
dans de la porcelaine chinoise, il ne buvait que du thé noir, il
allait en voiture à Hyde-Park, et entrait au parlement. Ma maîtresse
le garda chez elle. A mon insu, toute la population féline de Londres
apprit que miss Beauty du Catshire épousait l'illustre Puff, marqué
aux couleurs d'Autriche. Pendant la nuit, j'entendis un concert dans
la rue: je descendis, accompagnée de milord qui, pris par sa goutte,
allait lentement. Nous trouvâmes les Chattes de la Pairie qui venaient
me féliciter et m'engager à entrer dans leur Société Ratophile. Elles
m'expliquèrent qu'il n'y avait rien de plus commun que de courir après
les Rats et les Souris. Les mots _shocking_, _vulgar_, furent sur
toutes les lèvres. Enfin elles avaient formé pour la gloire du pays une
Société de Tempérance. Quelques nuits après, milord et moi nous allâmes
sur les toits d'Almack's entendre un Chat gris qui devait parler sur
la question. Dans une exhortation, qui fut appuyée par des _Écoutez!
Écoutez!_ il prouva que saint Paul, en écrivant sur la charité, parlait
également aux Chats et aux Chattes de l'Angleterre. Il était donc
réservé à la race anglaise, qui pouvait aller d'un bout du monde à
l'autre sur ses vaisseaux sans avoir à craindre l'eau, de répandre
les principes de la morale ratophile. Aussi, sur tous les points du
globe, des Chats anglais prêchaient-ils déjà les saines doctrines de
la Société, qui d'ailleurs étaient fondées sur les découvertes de la
science. On avait anatomisé les Rats et les Souris, on avait trouvé
peu de différence entre eux et les Chats: l'oppression des uns par les
autres était donc contre le Droit des Bêtes, qui est plus solide encore
que le Droit des Gens. «Ce sont nos frères,» dit-il. Et il fit une si
belle peinture des souffrances d'un Rat pris dans la gueule d'un Chat,
que je me mis à fondre en larmes.

En me voyant la dupe de ce _speech_, lord Puff me dit
confidentiellement que l'Angleterre comptait faire un immense commerce
avec les Rats et les Souris; que si les autres Chats n'en mangeaient
plus, les Rats seraient à meilleur marché; que derrière la morale
anglaise il y avait toujours quelque raison de comptoir; et que cette
alliance de la morale et du mercantilisme était la seule alliance sur
laquelle comptait réellement l'Angleterre.

Puff me parut être un trop grand politique pour pouvoir jamais faire un
bon mari.

Un Chat campagnard (_country gentleman_) fit observer que, sur le
continent, les Chats et les Chattes étaient sacrifiés journellement
par les catholiques, surtout à Paris, aux environs des barrières (on
lui criait: _A la question!_). On joignait à ces cruelles exécutions
une affreuse calomnie en faisant passer ces Animaux courageux pour
des lapins, mensonge et barbarie qu'il attribuait à l'ignorance de la
vraie religion anglicane, qui ne permet le mensonge et les fourberies
que dans les questions de gouvernement, de politique extérieure et de
cabinet.

On le traita de radical et de rêveur. «Nous sommes ici pour les
intérêts des Chats de l'Angleterre, et non pour ceux du continent!» dit
un fougueux Matou _tory_. Milord dormait. Quand l'assemblée se sépara,
j'entendis ces délicieuses paroles dites par un jeune Chat qui venait
de l'ambassade française, et dont l'accent annonçait la nationalité:

«_Dear Beauty_, de longtemps d'ici la nature ne pourra former une
Chatte aussi parfaite que vous. Le cachemire de la Perse et des
Indes semble être du poil de Chameau, comparé à vos soies fines et
brillantes. Vous exhalez un parfum à faire évanouir de bonheur les
anges, et je l'ai senti du salon du prince de Talleyrand, que j'ai
quitté pour accourir à ce déluge de sottises que vous appelez un
_meeting_. Le feu de vos yeux éclaire la nuit! Vos oreilles seraient la
perfection même si mes gémissements les attendrissaient. Il n'y a pas
de rose dans toute l'Angleterre qui soit aussi rose que la chair rose
qui borde votre petite bouche rose. Un pêcheur chercherait vainement
dans les abîmes d'Ormus des perles qui puissent valoir vos dents. Votre
cher museau fin, gracieux, est tout ce que l'Angleterre a produit de
plus mignon. La neige des Alpes paraîtrait rousse auprès de votre robe
céleste. Ah! ces sortes de poils ne se voient que dans vos brouillards!
Vos pattes portent mollement et avec grâce ce corps qui est l'abrégé
des miracles de la création, mais que votre queue, interprète élégant
des mouvements de votre cœur, surpasse: oui! jamais courbe si élégante,
rondeur plus correcte, mouvements plus délicats ne se sont vus chez
aucune Chatte. Laissez-moi ce vieux drôle de Puff qui dort comme un
pair d'Angleterre au parlement, qui d'ailleurs est un misérable vendu
aux wighs, et qui doit à un trop long séjour au Bengale d'avoir perdu
tout ce qui peut plaire à une Chatte.»

J'aperçus alors, sans avoir l'air de le regarder, ce charmant Matou
français: il était ébouriffé, petit, gaillard, et ne ressemblait en
rien à un Chat anglais. Son air cavalier annonçait, autant que sa
manière de secouer l'oreille, un drôle sans souci. J'avoue que j'étais
fatiguée de la solennité des Chats anglais et de leur propreté purement
matérielle. Leur affectation de _respectability_ me semblait surtout
ridicule. L'excessif naturel de ce Chat mal peigné me surprit par un
violent contraste avec tout ce que je voyais à Londres. D'ailleurs ma
vie était si positivement réglée, je savais si bien ce que je devais
faire pendant le reste de mes jours, que je fus sensible à tout ce
qu'annonçait d'imprévu la physionomie du Chat français. Tout alors me
parut fade. Je compris que je pouvais vivre sur les toits avec une
amusante créature qui venait de ce pays où l'on s'est consolé des
victoires du plus grand général anglais par ces mots: «Malbrouk s'en
va-t-en guerre, _mironton_, TON TON, MIRONTAINE!» Néanmoins, j'éveillai
Milord et lui fis comprendre qu'il était fort tard, que nous devions
rentrer. Je n'eus pas l'air d'avoir écouté cette déclaration, et fus
d'une apparente insensibilité qui pétrifia Brisquet. Il resta là,
d'autant plus surpris qu'il se croyait très-beau. Je sus plus tard
qu'il séduisait toutes les Chattes de bonne volonté. Je l'examinai
du coin de l'œil: il s'en allait par petits bonds, revenait en
franchissant la largeur de la rue, et s'en retournait de même, comme
un Chat français au désespoir: un véritable Anglais aurait mis de la
décence dans ses sentiments, et ne les aurait pas laissé voir ainsi.
Quelques jours après, nous nous trouvâmes, milord et moi, dans la
magnifique maison du vieux pair; je sortis alors en voiture pour
me promener à Hyde-Park. Nous ne mangions que des os de poulets,
des arêtes de poissons, des crèmes, du lait, du chocolat. Quelque
échauffant que fût ce régime, mon prétendu mari Puff demeurait grave.
Sa _respectability_ s'étendait jusqu'à moi. Généralement, il dormait
dès sept heures du soir, à la table de whist, sur les genoux de Sa
Grâce. Mon âme était donc sans aucune satisfaction, et je languissais.
Cette situation de mon intérieur se combina fatalement avec une petite
affection dans les entrailles que me causa le jus de Hareng pur (le vin
de Porto des Chats anglais) dont Puff faisait usage, et qui me rendit
comme folle. Ma maîtresse fit venir un médecin, qui sortait d'Édimbourg
après avoir étudié longtemps à Paris. Il promit à ma maîtresse de me
guérir le lendemain même, après avoir reconnu ma maladie. Il revint
en effet, et sortit de sa poche un instrument de fabrique parisienne.
J'eus une espèce de frayeur en apercevant un canon de métal blanc
terminé par un tube effilé. A la vue de ce mécanisme, que le docteur
fit jouer avec satisfaction, Leurs Grâces rougirent, se courroucèrent
et dirent de fort belles choses sur la dignité du peuple anglais: comme
quoi ce qui distinguait la vieille Angleterre des catholiques n'était
pas tant ses opinions sur la Bible que sur cette infâme machine. Le
duc dit qu'à Paris les Français ne rougissaient pas d'en faire une
exhibition sur leur théâtre national, dans une comédie de Molière; mais
qu'à Londres un _watchman_ n'oserait en prononcer le nom. «Donnez-lui
du calomel!»

[Illustration]

--Mais Votre Grâce la tuerait, s'écria le docteur. Quant à cette
innocente mécanique, les Français ont fait maréchal un de leurs plus
braves généraux pour s'en être servi devant leur fameuse colonne.

--Les Français peuvent arroser les émeutes de l'intérieur comme ils
le veulent, reprit Milord. Je ne sais pas, ni vous non plus, ce qui
pourrait arriver de l'emploi de cette avilissante machine; mais ce que
je sais, c'est qu'un vrai médecin anglais ne doit guérir ses malades
qu'avec les remèdes de la vieille Angleterre.

Le médecin, qui commençait à se faire une grande réputation, perdit
toutes ses pratiques dans le beau monde. On appela un autre médecin qui
me fit des questions inconvenantes sur Puff, et qui m'apprit que la
véritable devise de l'Angleterre était: Dieu et mon Droit _conjugal!_
Une nuit, j'entendis dans la rue la voix du Chat français. Personne ne
pouvait nous voir: je grimpai par la cheminée, et, parvenue en haut
de la maison, je lui criai: «A la gouttière!» Cette réponse lui donna
des ailes, il fut auprès de moi en un clin d'œil. Croiriez-vous que ce
Chat français eut l'inconvenante audace de s'autoriser de ma petite
exclamation pour me dire: «Viens dans mes pattes!» Il osa tutoyer,
sans autre forme de procès, une Chatte de distinction. Je le regardai
froidement, et pour lui donner une leçon, je lui dis que j'appartenais
à la Société de Tempérance.

--Je vois, mon cher, lui dis-je, à votre accent et au relâchement de
vos maximes, que vous êtes, comme tous les Chats catholiques, disposé à
rire et à faire mille ridiculités, en vous croyant quitte pour un peu
de repentir; mais, en Angleterre, nous avons plus de moralité: nous
mettons partout de la _respectability_, même dans nos plaisirs.

Ce jeune Chat, frappé par la majesté du _cant_ anglais, m'écoutait
avec une sorte d'attention qui me donna l'espoir d'en faire un Chat
protestant. Il me dit alors dans le plus beau langage qu'il ferait
tout ce que je voudrais, pourvu qu'il lui fût permis de m'adorer. Je
le regardais sans pouvoir répondre, car ses yeux, _very beautiful_,
_splendid,_ brillaient comme des étoiles, ils éclairaient la nuit. Mon
silence l'enhardit, et il s'écria:--Chère Minette!

[Illustration]

--Quelle est cette nouvelle indécence? m'écriai-je, sachant les Chats
français très-légers dans leurs propos.

Brisquet m'apprit que, sur le continent, tout le monde, le roi
lui-même, disait à sa fille: _Ma petite Minette_, pour lui témoigner
son affection; que beaucoup de femmes, et des plus jolies, des plus
aristocratiques, disaient toujours: _Mon petit Chat_, à leurs maris,
même quand elles ne les aimaient pas. Si je voulais lui faire plaisir,
je l'appellerais: Mon petit Homme! Là-dessus il leva ses pattes avec
une grâce infinie. Je disparus, craignant d'être faible. Brisquet
chanta _Rule, Britannia!_ tant il était heureux, et le lendemain sa
chère voix bourdonnait encore à mes oreilles.

--Ah! tu aimes aussi, toi, chère Beauty, me dit ma maîtresse en me
voyant étalée sur le tapis, les quatre pattes en avant, le corps dans
un mol abandon, et noyée dans la poésie de mes souvenirs.

Je fus surprise de cette intelligence chez une Femme, et je vins alors,
en relevant mon épine dorsale, me frotter à ses jambes en lui faisant
entendre un _ronron_ amoureux sur les cordes les plus graves de ma voix
de _contre-alto_.

Pendant que ma maîtresse, qui me prit sur ses genoux, me caressait en
me grattant la tête, et que je la regardais tendrement en lui voyant
les yeux en pleurs, il se passait dans _Bond-Street_ une scène dont les
suites furent terribles pour moi.

Puck, un des neveux de Puff, qui prétendait à sa succession, et qui,
pour le moment, habitait la caserne des _Life-Guards_, rencontra _my
dear_ Brisquet. Le sournois capitaine Puck complimenta l'attaché sur
ses succès auprès de moi, en disant que j'avais résisté aux plus
charmants Matous de l'Angleterre. Brisquet, en Français vaniteux,
répondit qu'il serait bien heureux d'attirer mon attention, mais qu'il
avait en horreur les Chattes qui vous parlaient de tempérance et de la
Bible, etc.

--Oh! fit Puck, elle vous parle donc?

Brisquet, ce cher Français, fut ainsi victime de la diplomatie
anglaise; mais il commit une de ces fautes impardonnables et qui
courroucent toutes les Chattes bien apprises de l'Angleterre. Ce petit
drôle était véritablement très-inconsistant. Ne s'avisa-t-il pas au
Park de me saluer et de vouloir causer familièrement comme si nous
nous connaissions. Je restai froide et sévère. Le cocher, apercevant
ce Français, lui donna un coup de fouet qui l'atteignit et faillit
le tuer. Brisquet reçut ce coup de fouet en me regardant avec une
intrépidité qui changea mon moral: je l'aimai pour la manière dont il
se laissa frapper, en ne voyant que moi, ne sentant que la faveur de
ma présence, domptant ainsi le naturel qui pousse les Chats à fuir à
la moindre apparence d'hostilité. Il ne devina pas que je me sentais
mourir, malgré mon apparente froideur. Dès ce moment, je résolus de me
laisser enlever. Le soir, sur la gouttière, je me jetai dans ses pattes
tout éperdue.

--_My dear_, lui dis-je, avez-vous le capital nécessaire pour payer les
dommages-intérêts au vieux Puff?

--Je n'ai pas d'autre capital, me répondit le Français en riant, que
les poils de ma moustache, mes quatre pattes et cette queue.

Là-dessus il balaya la gouttière par un mouvement plein de fierté.

--Pas de capital! lui répondis-je; mais vous n'êtes qu'un aventurier,
_my dear_.

--J'aime les aventures, me dit-il tendrement. En France, dans les
circonstances auxquelles tu fais allusion, c'est alors que les Chats se
peignent! Ils ont recours à leurs griffes et non à leurs écus.

--Pauvre pays, lui dis-je. Et comment envoie-t-il à l'étranger, dans
ses ambassades, des Bêtes si dénuées de capital?

--Ah! voilà, dit Brisquet. Notre nouveau gouvernement n'aime pas
l'argent... chez ses employés: il ne recherche que les capacités
intellectuelles.

Le cher Brisquet eut, en me parlant, un petit air content qui me fit
craindre que ce ne fût un fat.

--L'amour sans capital est un _non-sens_! lui dis-je. Pendant que vous
irez à droite et à gauche chercher à manger, vous ne vous occuperez pas
de moi, mon cher.

Ce charmant Français me prouva, pour toute réponse, qu'il
descendait, par sa grand'mère, du Chat-Botté. D'ailleurs, il avait
quatre-vingt-dix-neuf manières d'emprunter de l'argent, et nous n'en
aurions, dit-il, qu'une seule de le dépenser. Enfin il savait la
musique et pouvait donner des leçons. En effet, il me chanta, sur un
mode qui arrachait l'âme, une romance nationale de son pays: _Au clair
de la lune..._

En ce moment, plusieurs Chats et des Chattes amenés par Puck me virent
quand, séduite par tant de raisons, je promettais à ce cher Brisquet de
le suivre dès qu'il pourrait entretenir sa femme confortablement.

--Je suis perdue! m'écriai-je.

Le lendemain même, le banc des _Doctors commons_ fut saisi par le
vieux Puff d'un procès en criminelle conversation. Puff était sourd:
ses neveux abusèrent de sa faiblesse. Puff, questionné par eux, leur
apprit que la nuit je l'avais appelé par flatterie: _Mon petit Homme!_
Ce fut une des choses les plus terribles contre moi, car jamais je
ne pus expliquer de qui je tenais la connaissance de ce mot d'amour.
Milord, sans le savoir, fut très-mal pour moi; mais j'avais remarqué
déjà qu'il était en enfance. Sa Seigneurie ne soupçonna jamais les
basses intrigues auxquelles je fus en butte. Plusieurs petits Chats,
qui me défendirent contre l'opinion publique, m'ont dit que parfois il
demande son ange, la joie de ses yeux, sa _darling_, sa _sweet_ Beauty!
Ma propre mère, venue à Londres, refusa de me voir et de m'écouter, en
me disant que jamais une Chatte anglaise ne devait être soupçonnée,
et que je mettais bien de l'amertume dans ses vieux jours. Mes sœurs,
jalouses de mon élévation, appuyèrent mes accusatrices. Enfin, les
domestiques déposèrent contre moi. Je vis alors clairement à propos de
quoi tout le monde perd la tête en Angleterre. Dès qu'il s'agit d'une
criminelle conversation, tous les sentiments s'arrêtent, une mère n'est
plus mère, une nourrice voudrait reprendre son lait, et toutes les
Chattes hurlent par les rues. Mais, ce qui fut bien plus infâme, mon
vieil avocat, qui, dans le temps, croyait à l'innocence de la reine
d'Angleterre, à qui j'avais tout raconté dans le moindre détail, qui
m'avait assuré qu'il n'y avait pas de quoi fouetter un Chat, et à
qui, pour preuve de mon innocence, j'avouai ne rien comprendre à ces
mots, _criminelle conversation_ (il me dit que c'était ainsi appelé
précisément parce qu'on parlait très-peu); cet avocat, gagné par le
capitaine Puck, me défendit si mal, que ma cause parut perdue. Dans
cette circonstance, j'eus le courage de comparaître devant les _Doctors
commons_.

--Milords, dis-je, je suis une Chatte anglaise, et je suis innocente!
Que dirait-on de la justice de la vieille Angleterre, si...

A peine eus-je prononcé ces paroles, que d'effroyables murmures
couvrirent ma voix, tant le public avait été travaillé par le
_Cat-Chronicle_ et par les amis de Puck.

--Elle met en doute la justice de la vieille Angleterre qui a créé le
jury! criait-on.

--Elle veut vous expliquer, Milords, s'écria l'abominable avocat de
mon adversaire, comment elle allait sur les gouttières avec un Chat
français pour le convertir à la religion anglicane, tandis qu'elle y
allait bien plutôt pour en revenir dire en bon français _mon petit
Homme_ à son mari, pour écouter les abominables principes du papisme,
et apprendre à méconnaître les lois et les usages de la vieille
Angleterre!

Quand on parle de ces sornettes à un public anglais, il devient fou.
Aussi des tonnerres d'applaudissements accueillirent-ils les paroles de
l'avocat de Puck. Je fus condamnée, à l'âge de vingt-six mois, quand je
pouvais prouver que j'ignorais encore ce que c'était qu'un Chat. Mais,
à tout ceci, je gagnai de comprendre que c'est à cause de ses radotages
qu'on appelle Albion la vieille Angleterre.

Je tombai dans une grande mischathropie qui fut causée moins par mon
divorce que par la mort de mon cher Brisquet, que Puck fit tuer dans
une émeute, en craignant sa vengeance. Aussi rien ne me met-il plus en
fureur que d'entendre parler de la loyauté des Chats anglais.

[Illustration: Milords, dis-je, je suis une Chatte anglaise, et je suis
innocente.]

Vous voyez, ô Animaux français, qu'en nous familiarisant avec les
Hommes, nous en prenons tous les vices et toutes les mauvaises
institutions. Revenons à la vie sauvage où nous n'obéissons qu'à
l'instinct, et où nous ne trouvons pas des usages qui s'opposent aux
vœux les plus sacrés de la nature. J'écris en ce moment un traité
politique à l'usage des classes ouvrières animales, afin de les engager
à ne plus tourner les broches, ni se laisser atteler à de petites
charrettes, et pour leur enseigner les moyens de se soustraire à
l'oppression du grand aristocrate. Quoique notre griffonnage soit
célèbre, je crois que miss Henriette Martineau ne me désavouerait pas.
Vous savez sur le continent que la littérature est devenue l'asile de
toutes les Chattes qui protestent contre l'immoral monopole du mariage,
qui résistent à la tyrannie des institutions, et veulent revenir aux
lois naturelles. J'ai omis de vous dire que, quoique Brisquet eût le
corps traversé par un coup reçu dans le dos, le _Coroner_, par une
infâme hypocrisie, a déclaré qu'il s'était empoisonné lui-même avec de
l'arsenic, comme si jamais un Chat si gai, si fou, si étourdi, pouvait
avoir assez réfléchi sur la vie pour concevoir une idée si sérieuse, et
comme si un Chat que j'aimais pouvait avoir la moindre envie de quitter
l'existence! Mais, avec l'appareil de Marsh, on a trouvé des taches sur
une assiette.

  DE BALZAC.

[Illustration]



LES AVENTURES

D'UN PAPILLON

RACONTÉES PAR SA GOUVERNANTE

  Son enfance.--Sa jeunesse.
  Voyage sentimental de Paris à Baden.--Ses égarements.
  Son mariage et sa mort.


AVERTISSEMENT DES RÉDACTEURS

NOUS croyons être agréables à ceux de nos lecteurs et à celles de nos
lectrices que d'autres travaux ont détournés de l'étude de l'histoire
animale, en mettant sous leurs yeux cet extrait d'un important ouvrage
publié à Londres par un savant naturaliste anglais sur les mœurs et
coutumes des insectes en général, et des Hyménoptères neutres en
particulier:

«Les Hyménoptères neutres, les plus industrieux de tous les insectes,
ont la vie plus longue que les Hyménoptères ordinaires, et peuvent voir
se succéder plusieurs générations de mâles et de femelles. Il semble
que, dans sa prévoyance infinie, Dieu leur ait refusé la faculté de se
reproduire, pour que les orphelins pussent trouver auprès d'eux les
soins d'une mère. Rien n'est sans but dans la nature. Les Hyménoptères
neutres élèvent les larves ou enfants de leurs frères et sœurs, qui, en
raison de la loi établie pour tous les insectes, périssent en donnant
le jour à leurs petits. Ce sont les Hyménoptères neutres qui pourvoient
à la subsistance de ces êtres nouveaux, privés des soins de leurs
parents, qui vont leur chercher des aliments, et qui remplissent ainsi
auprès d'eux, avec une sollicitude admirable, l'office des sœurs de la
charité parmi les Hommes.»

Les détails pleins d'intérêt que notre correspondante nous communique
sur la vie d'un Papillon qu'elle a beaucoup connu pourront servir de
base à l'histoire générale des mœurs et du caractère des Papillons de
tous les pays.

  LE SINGE ET LE PERROQUET,

  Rédacteurs en chef.


  MESSIEURS LES RÉDACTEURS,

Si j'avais dû vous parler de moi, je n'aurais point entrepris de vous
écrire, car je ne crois pas qu'il soit possible de raconter sa propre
histoire avec convenance et impartialité. Les détails qui vont suivre
ne me sont donc point personnels. Il vous suffira de savoir que si
je ne suis pas la dernière à vous donner de mes nouvelles, c'est que
malheureusement les soins de ma famille ne sauraient m'absorber.

Je suis seule au monde, messieurs, et ne connaîtrai jamais le bonheur
d'être mère: je suis de la grande famille des Hyménoptères neutres.
Mais le cœur s'accommode mal de l'isolement; vous ne vous étonnerez
donc point que je me sois vouée à l'enseignement. Un Papillon de haut
parage, qui vivait tout près de Paris, dans les bois de Belle-Vue, et
qui m'avait sauvé la vie, se sentant mourir, me supplia de vouloir bien
être la gouvernante de son enfant qu'il ne devait pas voir, et dont la
naissance approchait.

Après quelques hésitations bien légitimes, sans doute, je pensai que si
je me devais aux Hyménoptères mes frères, la reconnaissance me faisait
pourtant un devoir impérieux d'accepter ce difficile emploi. Je promis
donc à mon bienfaiteur de consacrer ma vie à l'œuf qu'il me confiait,
et qu'il avait déposé dans le calice d'une fleur. L'enfant vit le jour
le lendemain de la mort de son père; un rayon de soleil le fit éclore.

J'eus le chagrin de le voir débuter dans la vie par un acte
d'ingratitude. Il quitta la Campanule, sa mère d'adoption, qui lui
avait prêté l'abri de son cœur, sans songer seulement à dire un
dernier adieu à la pauvre fleur, qui se courba jusqu'à terre en signe
d'affliction.

Sa première éducation fut difficile: il était capricieux comme le
vent, et d'une légèreté inouïe. Mais les caractères légers n'ont pas
la conscience du mal qu'ils font: de là vient qu'on arrive souvent à
les aimer. J'eus donc le bonheur, ou le malheur plutôt de me prendre
d'affection pour ce pauvre enfant, quoiqu'il eût, à vrai dire, tous les
défauts d'une petite Chenille. Ce mot, tout vulgaire qu'il soit, peut
seul rendre ma pensée.

Je lui répétai mille fois, et toujours en vain, les mêmes leçons,
je lui prédis mille fois les mêmes malheurs; plus incrédule que
l'Homme lui-même, l'étourdi ne tenait aucun compte des prédictions.
M'arrivait-il, le croyant endormi sous un brin d'herbe, de le quitter
un instant, si courte qu'eût été mon absence, je ne le retrouvais plus
à la même place; je me rappelle qu'un jour, et à cette époque ses seize
pattes le portaient à peine, une visite que j'avais dû faire à des
Abeilles de mon voisinage s'étant prolongée, il avait trouvé le moyen
de grimper jusqu'à la cime d'un arbre, au péril de sa vie.

A peine au sortir de l'enfance, sa vivacité le quitta tout à coup. Je
crus un instant que mes conseils avaient fructifié, mais je ne tardai
pas à reconnaître que ce que j'avais pris pour de la sagesse, c'était
une maladie, une véritable maladie, pendant laquelle il semblait sous
le poids d'un engourdissement général. Il demeura de quinze à vingt
jours sans mouvement, comme s'il eût dormi d'un sommeil léthargique.
«Qu'éprouves-tu? lui disais-je quelquefois. Qu'as-tu, mon cher
enfant?--Rien, me répondait-il d'une voix altérée, rien, ma bonne
gouvernante; je ne saurais remuer, et pourtant je sens en moi des élans
inconnus; le malaise qui m'accable n'a pas de nom, tout me fatigue: ne
me dis rien, c'est bon de se taire et de ne pas remuer.»

Il était méconnaissable. Sa peau, d'un jaune pâle, avait l'apparence
d'une feuille sèche; cette vie vraiment insuffisante ressemblait tant
à la mort, que je désespérais de le sauver, quand un jour, par un
soleil resplendissant, je le vis se réveiller peu à peu, et bientôt la
guérison fut entière. Jamais transformation ne fut plus complète; il
était grand, beau et brillant des plus riches couleurs. Quatre ailes
d'azur à reflets charmants s'étaient comme par enchantement posées
sur ses épaules, de gracieuses antennes se dressaient sur sa tête, six
jolies petites pattes bien déliées s'agitaient sous un fin corselet de
velours tacheté de rouge et de noir; ses yeux s'ouvrirent, son regard
étincela, il secoua un instant ses ailes légères, la Chrysalide avait
disparu, et je vis le Papillon s'envoler.

Je le suivis à tire-d'aile.

Jamais course ne fut plus vagabonde, jamais essor ne fut plus
impétueux; il semblait que la terre entière lui appartînt, que toutes
les fleurs fussent ses fleurs, que la lumière fût sa lumière, et que la
création eût été faite pour lui seul. Cet enivrement fut tel, et cette
entrée dans la vie si turbulente, que je craignis que les trésors de sa
jeunesse ne pussent suffire à des élans si peu mesurés.

Mais bientôt sa trompe capricieuse délaissa ces prés d'abord tant
aimés, dédaigna ces campagnes déjà trop connues. L'ennui vint, et
contre ce mal des riches et des heureux, toutes les joies de l'espace,
toutes les fêtes de la nature furent impuissantes. Je le vis alors
rechercher de préférence la plante chérie d'Homère et de Platon,
l'Asphodèle, symbole des pâles rêveries. Il restait des minutes
entières sur le Lichen sans fleurs des rochers arides, les ailes
rabattues, n'ayant d'autre sentiment que celui de la satiété; et plus
d'une fois j'eus à l'éloigner des feuilles livides et sombres de la
Belladone et de la Ciguë.

Il revint un soir très-agité, et me confia avec émotion qu'il
avait rencontré sur un Souci des champs un Papillon fort aimable,
nouvellement arrivé de pays lointains, desquels il lui avait raconté
des merveilles.

L'amour de l'inconnu l'avait saisi.

On l'a dit[2]: qui n'a pas quelque douleur à distraire ou quelque joug
à secouer?

  [2] G. Sand.

«Il faut que je meure ou que je voyage! s'écria-t-il.

--Ne meurs pas, lui dis-je, et voyageons.»

Soudain la vie lui revint, il déploya ses ailes ranimées, et nous
partîmes pour Baden.

Vous dire sa folle joie au départ, ses ravissements, ses extases, cela
est impossible; il était si radieux, si léger, que moi, pauvre insecte
dont les chagrins ont affaibli les ailes, j'avais peine à le suivre.

Il ne s'arrêta qu'à Château-Thierry, non loin des bords vantés de la
Marne qui virent naître La Fontaine.

Ce qui l'arrêta, vous le dirai-je? ce fut une humble Violette qu'il
aperçut au coin d'un bois. «Comment ne pas t'aimer, lui dit-il, petite
Violette, toi si douce et si modeste? Si tu savais comme tu as l'air
honnête et charmant, comme tes jolies feuilles vertes te vont bien, tu
comprendrais qu'il faut t'aimer. Sois bonne, consens à être ma sœur
chérie, vois comme je deviens calme et reposé près de toi! Que j'aime
cet arbre qui te protége de son ombre, cette paisible fraîcheur et ce
parfum d'honneur qui t'environnent; que tu fais bien d'être bleue et
gracieuse et cachée! Si tu m'aimais, quelle douce vie que la nôtre!

--Sois une pauvre fleur comme moi, et je t'aimerai, lui dit la fleur
sensée; et quand l'hiver viendra, quand la neige couvrira la terre,
quand le vent sifflera tristement dans les arbres dépouillés, je te
cacherai sous ces feuilles que tu aimes, et nous oublierons ensemble le
temps et ses rigueurs. Laisse là tes ailes, et promets-moi de m'aimer
toujours.

--Toujours, répéta-t-il, toujours; c'est bien long, et je ne crois pas
à l'hiver.» Et il reprit son vol.

«Console-toi, dis-je à la Violette attristée, tu n'as perdu que le
malheur.»


Au-dessous de nous passèrent les blés, les forêts, les villes et les
tristes plaines de la Champagne. Tout près de Metz, un parfum venu de
la terre l'attira. «Le fertile pays! me dit-il; le vaste horizon! que
cette eau qui revient des montagnes doit arroser de beaux parterres!»
Et je le vis se diriger d'un vol coquet vers une Rose, une Rose unique
qui fleurissait sur les rives de la Moselle. «La magnifique Rose!
murmurait-il; les vives couleurs! la riche nature! Quel air de fête et
quelle santé!»

«Mon Dieu! que je vous trouve belle et pleine d'attraits! lui dit-il;
jamais le soleil n'a brillé sur une plus belle Rose. Accueillez-moi, je
vous prie, je viens de loin, souffrez que je me pose un instant sur une
des branches de votre rosier.

--N'approche pas, répondit la Rose dédaigneuse; sais-je d'où tu viens?
Tu es présomptueux et tu sais flatter; tu es un trompeur, n'approche
pas.»

Il approcha et recula soudain. «Méchante! s'écria-t-il, tu m'as
piqué!» Et il montrait son aile froissée. «Je n'aime plus les Roses,
ajouta-t-il; elles sont cruelles et n'ont point de cœur. Volons encore,
le bonheur est dans l'inconstance.»

[Illustration]

Tout près de là, il aperçut un Lis; sa distinction le charma, mais
l'aristocratie de son maintien, son imposante noblesse et sa blancheur
l'intimidèrent. «Je n'ose vous aimer, lui dit-il de sa voix la plus
respectueuse, car je ne suis qu'un Papillon, et je crains d'agiter
l'air que votre présence embaume.

--Sois sans tache, répondit le Lis, ne change jamais, et je serai ton
frère.»


Ne changer jamais! En ce monde, il n'y a plus guère que les Papillons
qui soient sincères: il ne put rien promettre. Et un coup de vent
l'emporta sur les sables d'argent des bords du Rhin.

Je le rejoignis bientôt.


«Suis-moi, disait-il déjà à une Marguerite des champs, suis-moi, et je
saurai t'aimer toujours parce que tu es simple et naïve; passons le
Rhin, viens à Baden. Tu aimeras ces fêtes brillantes, ces concerts, ces
parures et ces palais enchantés, et ces montagnes bleues que tu vois
au fond de l'horizon. Quitte ces bords monotones, et tu seras la plus
gracieuse de toutes ces fleurs que le riant pays de Baden attire.

--Non, répondait la fleur vertueuse, non, j'aime la France, j'aime
ces bords qui m'ont vue naître, j'aime ces Pâquerettes, mes sœurs,
qui m'entourent, j'aime cette terre qui me nourrit; c'est là que je
dois vivre et mourir. Ne me demande pas de mal faire.» Ce qui fait
qu'on peut aimer les Marguerites, c'est qu'elles aiment le bien et la
constance.

«Je ne puis te suivre, mais toi, tu peux rester; et loin du bruit de
ce monde dont tu me parles, je t'aimerai. Crois-moi: le bonheur est
facile, confie-toi en la douce nature. Quelle fleur t'aimera donc mieux
que moi? Tiens, compte mes feuilles, n'en oublie aucune, ni celles que
je t'ai sacrifiées, ni celles que le chagrin a fait tomber; compte-les
encore, et vois que je t'aime, que je t'aime beaucoup, et que c'est
toi, ingrat, qui ne m'aimes pas du tout!»

Il hésita un instant, et je vis la tendre fleur espérer... «Pourquoi
ai-je des ailes?» dit-il, et il quitta la terre.

«J'en mourrai, fit la Marguerite en s'inclinant.

--C'est bien tôt pour mourir, lui dis-je; crois-moi, ta douleur
elle-même passera, il est rare de bien placer son cœur.»

Et je récitai avec Lamartine ce beau vers qui a dû consoler tant de
fleurs:

  N'est-il pas une terre où tout doit refleurir?

«_Wergiss mein nicht_, aime-moi, aime-moi; tourne ta blanche couronne
et ton cœur vers ce petit coin de terre où tu es adorée; je suis une
petite plante comme toi, et j'aime tout ce que tu aimes,» disait tout
bas à la Marguerite désolée une fleur bleue, sa voisine, qui avait tout
entendu.

[Illustration]

«Bonne fleur, pensai-je, si les fleurs sont faites pour s'entr'aimer
peut-être seras-tu récompensée;» et je pus rejoindre moins triste mon
frivole élève.

«J'aime le mouvement, j'ai des ailes pour voler, répétait-il avec
mélancolie. Les Papillons sont bien à plaindre! Je ne veux plus rien
voir de ce qui tient à la terre. Je veux oublier ces fleurs immobiles,
ces rencontres m'ont profondément attristé! Cette vie m'est odieuse...»

Et je le vis s'élancer vers le fleuve, comme s'il eût été emporté
par une résolution soudaine! Un funeste pressentiment traversa mon
cerveau... «Grand Dieu! m'écriai-je, voudrait-il mourir!» Et j'arrivai
éperdue au bord de l'eau que je savais profonde en cet endroit.

Mais déjà tout était calme, et rien ne paraissait à la surface que
les feuilles flottantes de Nénufar autour desquelles des Araignées
aquatiques décrivaient des cercles bizarres.

Vous l'avouerai-je? mon sang se glaça!

Folle que j'étais, j'en fus quitte, Dieu merci, pour la peur; une
touffe de Roseaux me l'avait caché.

[Illustration]

«Bon Dieu, me criait-il d'une voix railleuse, que fais-tu là depuis
si longtemps, ma sage gouvernante? Prends-tu le Rhin pour un miroir,
ou bien songerais-tu à te noyer? Viens donc de ce côté; et si tu as
quelque affection pour moi, sois heureuse, car j'ai trouvé le bonheur!
J'aime enfin, et cette fois pour toujours..., non plus une triste
fleur, attachée au sol et condamnée à la terre, mais bien un trésor,
une perle, un diamant, une fille de l'air, une fleur vivante et animée
qui a des ailes enfin, quatre ailes minces et transparentes, enrichies
d'anneaux précieux, des ailes plus belles que les miennes peut-être,
pour franchir les airs et voler avec moi.»

Et j'aperçus, posée sur la pointe d'un Roseau, et doucement balancée
par le vent, une gracieuse Demoiselle aux vives allures.


«Je te présente ma fiancée, me dit-il.

--Quoi! m'écriai-je, les choses en sont-elles déjà là?

--Déjà? repartit la Demoiselle; nos ombres ont grandi, et ces Glaïeuls
se sont fermés depuis que nous nous connaissons. Il m'a dit que j'étais
belle, et je l'ai aimé aussitôt pour sa franchise et pour sa bonne
grâce.

--Hélas! Mademoiselle, lui répondis-je, s'il faut se ressembler pour se
marier, mariez-vous, et soyez heureux. Je n'ai pas encore pris parti
contre le mariage.»


Je dois convenir qu'ils arrivèrent à Baden du même vol, ou peu s'en
faut. Ils visitèrent ensemble, le même jour, avec une rare conformité
de caprice, les beaux jardins du palais des Jeux, le vieux château,
le couvent, Lichtenthal, la vallée du ciel, et la vallée de l'enfer
sa voisine. Je les vis s'éprendre tous deux du frais murmure du même
ruisseau, et le quitter tous deux avec la même inconstance.

Le mariage avait été annoncé pour le lendemain. Les témoins furent,
pour la Demoiselle, un Cousin et un Capricorne de sa famille, et pour
le Papillon, un respectable Paon de nuit, qui s'était fait accompagner
de sa nièce, jeune Chenille fort bien élevée, et d'un Bousier de ses
amis.

On assure que dans le moment où le Cerf-Volant qui les maria ouvrit
le Code civil au chapitre VI, concernant _les droits et les devoirs
respectifs des époux_, et prononça d'une voix pénétrée ces formidables
paroles:


«ART. 212.--Les époux se doivent mutuellement _fidélité_, secours,
assistance.


«ART. 213.--Le mari doit protection à sa femme, la femme _obéissance_ à
son mari.

[Illustration]

«ART. 214.--La femme est obligée d'habiter avec le mari et de le suivre
_partout_ où il est obligé de résider,» la mariée fit un mouvement
d'effroi qui n'échappa à aucun des assistants. Une vieille Demoiselle,
qu'une lecture intelligente de la _Physiologie du mariage_ de M. de
Balzac avait confirmée dans ses idées de célibat, et qui avait fait de
ce livre son _vade mecum_, dit qu'assurément une Demoiselle n'aurait
point ainsi rédigé ces trois articles. La plus jeune des sœurs de la
mariée, Libellule très-impressionnable, fondit en larmes en cette
occasion pour se conformer à l'usage.

Le soir même une grande fête fut donnée sur la lisière des beaux bois
qui entourent le château de la Favorite, dans le sillon d'un champ de
blé qu'on avait disposé à cette intention.

Des lettres d'invitation, imprimées en couleur et en or par Silbermann
de Strasbourg, sur des feuilles de mûrier superfin, avaient été
adressées aux étrangers de distinction que le soin de leur santé et
de leur plaisir avait amenés dans le duché, et aux notables insectes
badois que les époux voulaient rendre témoins de leur fastueux bonheur.

Les préparatifs de cette fête firent tant de bruit, que les chemins
furent bientôt couverts par l'affluence des invités et des curieux. Les
Escargots se mirent en route avec leurs équipages à la Daumont; les
Lièvres montèrent les Tortues les plus rapides; les Écrevisses pleines
de feu piaffaient et se cabraient sous le fouet impatient de leurs
cochers. Il fallait voir surtout les Vers à mille pattes galoper ventre
à terre et brûler le pavé. C'était à qui arriverait le premier.

[Illustration]

Dès la veille, des baladins avaient dressé leurs théâtres en plein
vent dans les sillons voisins de ce sillon fortuné. Une Sauterelle
verte exécuta, avec et sans balancier, sur une corde faite avec les
pétioles flexibles de la Clématite, les voltiges les plus hardies. Les
cris d'enthousiasme du peuple des Limaçons et des Tortues émerveillés
se mêlaient aux fanfares du cavalier servant de cette danseuse
infatigable. Le triomphant Criquet s'était fait une trompette de la
corolle d'un Liseron tricolore.

[Illustration]

Mais bientôt le bal commença. La réunion fut nombreuse et la fête
brillante. Un Ver luisant des plus entendus s'était chargé d'organiser
une illumination _a giorno_ qui surpassa toute imagination; les
Lucioles, ces petites étoiles de la terre, suspendues avec un art
infini aux guirlandes légères des Convolvulus en fleur, furent trouvées
d'un si merveilleux effet, que tout le monde crut qu'une fée avait
passé par là. Les tiges dorées des Astragales, couvertes de Fulgores
et de Lampyres, répandaient une telle lumière, que les Papillons de
jour eux-mêmes ne purent d'abord soutenir l'éclat sans pareil de ces
vivantes flammes; quant aux Noctuelles, beaucoup se retirèrent avant
même d'avoir pu faire la révérence aux nouveaux époux, et celles qui,
par amour-propre, s'étaient obstinées à rester, s'estimèrent heureuses
de pouvoir s'ensevelir, tant que dura la fête, sous le velours de leurs
ailes.


Quand la mariée parut, l'assemblée entière éclata en transports
d'admiration, tant elle était belle et bien parée. Elle ne prit pas un
moment de repos, et chacun fit compliment à l'heureux époux (qui, de
son côté, n'avait pas manqué une contredanse) des grâces irrésistibles
de celle à laquelle il unissait sa destinée.

L'orchestre, conduit par un Bourdon, violoncelliste habile et élève de
Batta, joua avec une grande perfection les valses encore nouvelles et
déjà tant admirées de Reber, et les contredanses, toujours si chères
aux Sauterelles, du pré aux fleurs.


Vers minuit, une rivale de Taglioni, la signorina Cavaletta, vêtue
d'une robe de nymphe assez transparente, dansa une saltarelle qui,
devant cette assemblée ailée, n'obtint qu'un médiocre succès.--Le bal
fut alors coupé par un grand concert vocal et instrumental, dans lequel
se firent entendre des artistes de tous les pays que la belle saison
avait réunis à Baden-Baden.

Un Grillon joua, sur une seule corde, un solo de violon, que Paganini
avait joué peu d'heures avant sa mort.

Une Cigale, qui avait fait _furore_ à Milan, cette terre classique
des Cigales, fut fort applaudie dans une cantilène de sa composition,
intitulée _le Parfum des Roses_, et dont le rhythme monotone rappelait
assez heureusement l'épithalame chez les anciens. Elle chanta avec
beaucoup de dignité, en s'accompagnant elle-même sur une lyre antique,
que quelques mauvais plaisants prirent pour une guitare.

Une jeune Grenouille genevoise chanta un grand air dont les paroles
étaient empruntées aux _Chants du Crépuscule_ de M. Victor Hugo. Mais
la fraîcheur de la nuit avait un peu altéré le timbre de sa voix.

[Illustration]

Un Rossignol, qui se trouvait par hasard spectateur de cette noce quasi
royale, céda avec une bonne grâce infinie aux instances de l'assemblée.
Le divin chanteur, du haut de son arbre, déploya dans le silence de la
nuit toutes les richesses de son gosier, et se surpassa dans un morceau
fort difficile qu'il avait entendu chanter une seule fois, disait-il,
avec une inimitable perfection, par une grande artiste, madame
Viardot-Garcia, digne sœur de la célèbre Maria Malibran.

Enfin le concert fut terminé par le beau chœur de _la Muette: Voilà
des fleurs, voilà des fruits_, qui fut chanté, avec un ensemble fort
rare à l'Opéra, par des Scarabées de rose blanche et des Callidies.

Pendant cette dernière partie du concert, et avec un à-propos que
l'on voulut bien trouver ingénieux, un souper composé des sucs les
plus exquis, extraits des fleurs du jasmin, du myrte et de l'oranger,
fut servi dans le calice des plus jolies petites clochettes bleues et
roses qu'on puisse voir. Ce délicieux souper avait été préparé par une
Abeille dont les secrets eussent fait envie aux marchands de bonbons
les plus renommés.

A une heure, la danse avait repris toute sa vivacité, la fête était à
son _apogée_.

A une heure et demie, des bruits étranges commencèrent à circuler,
chacun se parlait à l'oreille; le marié, furieux, disait-on, cherchait
et cherchait en vain _sa femme_ disparue depuis vingt minutes.

Quelques Insectes de ses amis lui affirmèrent obligeamment, pour le
rassurer sans doute, qu'elle venait de danser une mazureck avec un
Insecte fort bien mis et beau danseur, son parent, le même qui le matin
avait assisté comme témoin à la célébration du mariage. «La perfide!
s'écria le pauvre mari désespéré; la perfide! je me vengerai!»

J'eus pitié de son désespoir. «Viens, lui dis-je, calme-toi et ne te
venge pas, la vengeance ne répare rien. Toi qui as semé l'inconstance,
il est triste, mais il est juste que tu recueilles ce que tu as semé.
Oublie: cette fois, tu feras bien. Il ne s'agit pas de maudire la vie,
mais de la porter.

--Tu as raison! s'écria-t-il; décidément, l'amour n'est pas le
bonheur.» Et je parvins à l'entraîner loin de ce champ tout à l'heure
si animé, dont la nouvelle de son infortune avait fait un désert.

La colère des Papillons n'a guère plus de portée qu'une boutade. La
nuit était sereine, l'air était pur, c'en fut assez pour que sa belle
humeur lui revint; et en quittant les jardins de la Favorite, il
souhaita presque gaiement le bonsoir à une Belle-de-Nuit qui veillait
près d'une Belle-de-Jour endormie.

Arrivés sur la route: «Tiens, me dit-il, vois-tu cette diligence
qui retourne à Strasbourg? Profitons de la nuit et posons-nous sur
l'impériale: ce voyage à travers les airs me fatigue.

--Non pas, lui répondis-je, tu as échappé aux épines, à l'eau et
au désespoir, tu n'échapperais pas aux Hommes: il se peut qu'il y
ait quelque filet dans cette lourde voiture. Crois-moi, rentrons en
France, sur nos ailes, tout simplement. Le grand air te fera du bien,
et d'ailleurs nous arriverons plus vite et sans poussière.»

Bientôt Kehl, le Rhin et son pont de bateaux furent derrière nous.
Arrivés à Strasbourg, ce fut avec le plus grand étonnement que je
le vis s'arrêter devant la flèche de la cathédrale, dont il admira
l'élégance et la hardiesse en des termes qu'un artiste n'eût pas
désavoués. «J'aime tout ce qui est beau!» s'écria-t-il.

Les esprits légers aiment toujours, c'est pour eux un état permanent
et nécessaire, c'est seulement l'objet qui change; s'ils oublient,
c'est pour remplacer. Un peu plus loin, il salua la statue de Gutenberg
quand je lui eus dit que ce bronze de David était un hommage rendu tout
récemment à l'inventeur de l'imprimerie.

Un peu plus loin encore, il s'inclina devant l'image de Kléber. «Ma
bonne gouvernante, me dit-il, si je n'étais Papillon, j'aurais été
artiste, j'aurais élevé de beaux monuments, j'aurais fait de beaux
livres ou de belles statues, ou bien je serais devenu un héros et je
serais mort glorieusement.»

Je profitai de l'occasion pour lui apprendre qu'il n'est pas donné à
tous les héros de mourir en combattant, et que Kléber mourut assassiné.

Le jour venait, il fallut songer à trouver un asile; j'aperçus
heureusement une fenêtre qui s'ouvrait dans une salle immense que je
reconnus pour appartenir à la bibliothèque de la ville. Elle était
pleine de livres et d'objets précieux. Nous entrâmes sans crainte, car,
à Strasbourg comme partout, ces salles de la science sont toujours
vides.

Son attention fut attirée par un bronze antique de la plus grande
beauté. Il loua avec enthousiasme les lignes nobles et sévères de
cette imposante Minerve, et je crus un instant qu'il allait écouter
les conseils d'airain de l'impérissable sagesse. Il se contenta de
remarquer que les hommes faisaient de belles choses.

«Mais, oui, lui répondis-je, il n'est presque pas une seule de leurs
villes qui ne possède une bibliothèque pleine de chefs-d'œuvre, que bien
peu d'entre eux savent apprécier, et un musée d'histoire naturelle qui
devrait donner à penser aux Papillons eux-mêmes.»

Cette réflexion le calma un peu, et il se tint coi jusqu'au soir.
Mais après tout un jour de repos, à la tombée de la nuit rien ne put
l'arrêter: et il reprit son vol de plus belle.

«Attends-moi! lui criai-je, attends-moi! dans ces murs habités par nos
ennemis, tout est piége, tout est à craindre.»

Mais l'insensé ne m'écoutait plus; il avait aperçu la vive lueur d'un
bec de gaz qu'on venait d'allumer, et, séduit par cet éclat trompeur,
enivré par l'éblouissante lumière, je le vis tournoyer un moment autour
d'elle, puis tomber...

«Hélas! me dit-il, ma pauvre mie, soutiens-moi; cette belle flamme m'a
tué, je le sens, ma brûlure est mortelle; il faut mourir, et mourir
brûlé!... c'est bien vulgaire.

«Mourir, répétait-il, mourir au mois de juillet, quand la vie est
partout dans la nature! ne plus voir cette terre émaillée! Ce qui
m'effraye de la mort, c'est son éternité.

--Détrompe-toi, lui dis-je; on croit mourir, mais on ne meurt pas.
La mort n'est qu'un passage à une autre vie.» Et je lui exposai les
consolantes doctrines de Pythagore et de son disciple Archytas sur la
transformation successive des êtres, et, à l'appui, je lui rappelai
qu'il avait été déjà Chenille, Chrysalide et Papillon.

«Merci, me dit-il d'une voix presque résolue; merci, tu m'auras été
bonne jusqu'à la fin. Vienne donc la mort, puisque je suis immortel!
Pourtant, ajouta-t-il, j'aurais voulu revoir avant de mourir ces bords
fleuris de la Seine où se sont écoulés si doucement les premiers jours
de mon enfance.»

Il donna aussi un regret à la Violette et à la Marguerite; ce souvenir
lui rendit quelques forces. «Elles m'aimaient, dit-il; si la vie me
revient, j'irai chercher auprès d'elles le repos et le bonheur.»

Ces riants projets, si tristes en face de la mort, me rappelèrent
ces jardins que font les petits enfants des Hommes en plantant dans
le sable des branches et des fleurs coupées, qui le lendemain sont
flétries.

Sa voix s'affaiblit subitement. «Pourvu, dit-il si bas que j'eus peine
à l'entendre, pourvu que je ne ressuscite ni Taupe, ni Homme, et que je
revive avec des ailes!»

Et il expira.

Il était dans toute la force de l'âge et n'avait vécu que deux mois et
demi, à peine la moitié de la vie ordinaire d'un Papillon.

Je le pleurai, monsieur; et pourtant quand je songeai à la triste
vieillesse que son incorrigible légèreté lui préparait, je me pris
à penser que tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes
possibles. Car je suis de l'avis de La Bruyère: c'est une grande
difformité dans la nature qu'un vieillard frivole et léger.

[Illustration]

Quant à la Demoiselle qu'il avait épousée, si vous tenez à savoir
ce qu'elle devint, vous pouvez la voir fixée enfin, au moyen d'une
épingle, sous le numéro 1840, dans la collection d'un Grand-Duc
allemand, amateur passionné d'Insectes, qui chassa incognito au filet,
dans ses propriétés situées à quelques lieues de Baden, le lendemain de
ces noces funestes.

Vous verrez tout auprès un bel Insecte fixé par le même procédé sous
le numéro 1841. La Demoiselle et l'Insecte avaient été pris le même
jour, du même coup de filet, par l'heureux prince que le ciel semblait
avoir fait naître pour qu'il servît ainsi d'instrument aveugle à son
inexorable justice.

  P.J. STAHL.



LES CONTRARIÉTÉS

D'UN CROCODILE


VOUS voyez en ma personne, Messieurs, un animal bien contrarié!

On le serait à moins.

Jugez-en.

Qu'est-ce que je demande?

A manger, à digérer, à dormir, à chauffer mon épaisse cuirasse au
soleil. Peu m'importe que les autres êtres de la création déploient
de l'activité, et s'évertuent pour gagner leur misérable existence!
Tranquille dans mon gîte, j'attends ma proie et la dévore. Issu des
illustres Crocodiles qu'adoraient autrefois les Égyptiens, je dois
être fidèle à mon origine aristocratique, dédaigner les jouissances
intellectuelles et n'entrer en relation avec mes voisins que pour les
croquer.

Eh bien! on ose me déranger, moi, gentilhomme Saurien!

Les Hommes, sous divers prétextes, troublent à chaque instant ma
quiétude. Ils ont inventé la guerre; ils ont ensuite inventé le progrès
pacifique, et ce sont autant d'imaginations dont je suis l'infortunée
victime.

Je suis bien contrarié.

Mes premières années avaient été heureuses. Par une belle matinée
d'été (mon histoire commence comme un roman moderne), je perçai la
coquille de l'œuf où j'étais renfermé, et j'aperçus pour la première
fois la lumière. J'avais à ma gauche le désert hérissé de sphinx et de
pyramides, à ma droite, le Nil et l'île fleurie de Raoudah avec ses
allées de sycomores et d'orangers. Sans prendre le temps d'admirer ce
spectacle, je m'avançai vers le fleuve, et débutai dans la carrière
gastronomique en avalant un Poisson qui passait. J'avais laissé sur
le sable environ quarante œufs semblables à celui d'où je venais de
sortir. Ont-ils été décimés par les Loutres et les Ichneumons? Sont-ils
éclos sans encombre? Je ne m'en inquiète guère. Pour les francs
Crocodiles, les liens de famille ne sont-ils pas des chaînes dont il
est bon de s'affranchir?

Je vécus dix ans en me rassasiant tant bien que mal d'Oiseaux pêcheurs
et de Chiens errants; parvenu à l'âge de raison, c'est-à-dire à l'âge
où la plupart des êtres créés commencent à déraisonner, je me livrai à
des réflexions philosophiques dont le résultat fut le monologue suivant:

«La nature, me dis-je, m'a comblé de ses plus rares faveurs. Charmes
de la figure, élégance de la taille, capacité de l'estomac, elle m'a
tout prodigué, la bonne mère! songeons à faire usage de ses dons. Je
suis propre à la vie horizontale; abandonnons-nous à la mollesse; j'ai
quatre rangées de dents acérées, mangeons les autres, et tâchons de
n'en pas être mangé. Pratiquons l'art de jouir, adoptons la morale des
viveurs, ce qui équivaut à n'en adopter aucune. Fuyons le mariage; ne
partageons pas avec une compagne une proie que nous pouvons garder tout
entière; ne nous condamnons pas à de longs sacrifices pour élever une
bande d'enfants ingrats.»

Tel fut mon plan de conduite, et les charmes des Sauriennes du grand
fleuve ne me firent point renoncer à mes projets de célibat. Une seule
fois je crus ressentir une passion sérieuse pour une jeune Crocodile
de cinquante-deux ans. O Mahomet! qu'elle était belle! Sa tête aplatie
semblait avoir été comprimée entre les pinces d'un étau; sa gueule
rieuse s'ouvrait large et profonde comme l'entrée de la pyramide de
Chéops. Ses petits yeux verts étaient garnis d'une paupière aussi
jaune que l'eau du Nil débordé. Sa peau était rude, raboteuse, semée
de mouchetures verdâtres. Toutefois je résistai à la séduction de tant
d'attraits, et rompis des nœuds qui menaçaient de m'attacher pour
toujours.

Je me contentai, durant plusieurs années, de la chair des quadrupèdes
et des habitants du fleuve. Je n'osais suivre l'exemple des vieux
Crocodiles, et déclarer la guerre aux Hommes; mais, un jour, le shérif
de Rahmanieh passa près de ma retraite, et je l'entraînai sous les eaux
avant que ses serviteurs eussent eu le temps de détourner la tête. Il
était tendre, succulent, comme doit l'être tout dignitaire grassement
payé pour ne rien faire. Que de hauts et puissants seigneurs dont je
souperais volontiers!

Depuis cette époque, je dédaignai les Bêtes pour les Hommes; ces
derniers valent mieux comme comestible, et ce sont d'ailleurs nos
ennemis naturels. Je ne tardai pas à acquérir parmi mes confrères une
haute réputation d'audace et de sybaritisme. J'étais le roi de toutes
leurs fêtes, le président de tous leurs banquets; les bords du Nil
furent souvent témoins de nos réunions gastronomiques, et retentirent
du bruit de nos chansons:

  Amis, à bien manger le sage met sa gloire,
  Prolongeons nos festins sous le ciel d'Orient.
  Et broyons sans pitié d'une forte mâchoire
        L'infidèle et le vrai croyant.

  L'Homme prétend régner sur la race amphibie;
  Il croit les Sauriens de ses lois dépendants,
  Lui qui perd sous les eaux les forces et la vie,
        Lui qui n'a que trente-deux dents!

  Il peut être vainqueur en de grandes batailles;
  Mais quand il veut tourner ses armes contre nous,
  Notre dos cuirassé de solides écailles
        Est impénétrable à ses coups.

  Jamais il n'a servi notre chair sur ses tables,
  Et nous, nous dévorons ce rival odieux.
  Jadis, pour conjurer nos griffes redoutables,
        Il nous pria comme des dieux!

Au commencement de la lune de Baby-el-Alouel, l'an de l'hégire 1213,
autrement dit le 3 thermidor an VII, autrement dit le 21 juillet
1798, je sommeillais sur un lit de roseaux, quand je fus réveillé par
un tumulte inaccoutumé. Des nuages de poussière s'élevaient autour
du village d'Embabeh, et deux grandes armées s'avançaient l'une
contre l'autre: d'un côté des Arabes, des Mamelouks cuirassés d'or,
des Kiayas, des beys montés sur des Chevaux superbes, des escadrons
miroitant au soleil; de l'autre, des soldats étrangers, en chapeaux de
feutre noir à plumets rouges, en uniformes bleus, en pantalons d'un
blanc sale. Le bey de l'armée franque était un petit homme pâle et
maigre, et j'eus pitié des humains en songeant qu'ils se laissaient
commander par un être chétif, dont un Crocodile n'eût fait qu'une
bouchée.

Le petit homme prononça quelques paroles, en désignant du doigt le
haut des Pyramides. Les soldats levèrent les yeux, ne virent rien,
et parurent enthousiasmés. Puis, la canonnade retentit, les balles,
les boulets, les obus, sifflèrent aux oreilles des Crocodiles, et en
atteignirent quelques-uns. Hélas! messieurs, c'est à partir de ce jour
fatal que mon repos a été détruit; l'infernale musique s'est fait
entendre à plusieurs reprises, toujours aussi agaçante, et parfois
meurtrière pour nous.

[Illustration]

Mais nous aurions dédaigné cet inconvénient, si l'invasion des
Occidentaux en Égypte, si la propagation de leurs idées de progrès, de
civilisation, d'améliorations, n'avaient attiré dans notre patrie des
savants, des ingénieurs, des perturbateurs comme Belzoni, Caillaud,
Drovetti, qui ont exploré les ruines du passé, ou comme un certain
Ferdinand de Lesseps, qui prélude à l'avenir.

Un jour, des importuns vinrent d'Europe camper à Louqsor, avisèrent, au
milieu de cinq cents colonnes gigantesques, une pierre assez maussade,
et à force de cabestans, de cordes et de machines, ils l'amenèrent
à bord d'un bâtiment mouillé dans le Nil. Cette pierre, qui n'était
qu'un accessoire de la décoration d'un temple égyptien, est plantée
aujourd'hui, dit-on, au milieu de la plus belle place de l'Europe,
entourée de fontaines où il n'y a pas assez d'eau pour baigner un jeune
Caïman. Tous les orientalistes se sont en vain évertués à déchiffrer
les caractères tracés sur ce monument. Malgré mes faibles connaissances
dans la science des Champollion, je crois pouvoir avancer qu'il y a là
une suite de maximes inconvenantes à l'usage des Crocodiles, et, vu la
conduite des puissances du jour, je serais tenté de croire qu'elles en
ont en partie découvert la clef. On y lit entre d'autres devises:

  La bonne chère adoreras             Obélisque point ne prendras
  Et aimeras parfaitement.            De force ou de consentement.

  Égoïste toujours seras              Deux millions tu les payeras,
  De fait et volontairement.          Si tu les prends injustement.

Nos amateurs de pierres peu précieuses eurent la funeste idée de
faire la chasse au Crocodile; l'un d'eux me poursuivit et me lança
une pioche dont la pointe acérée me creva l'œil droit. La douleur me
fit perdre connaissance, et quand je revins à moi, j'étais, hélas!
garrotté, prisonnier et commensal des Hommes! On me transféra dans la
grande ville d'El-Kahiréh, que les infidèles nomment le Caire, et je
fus provisoirement logé chez un consul étranger. Le tintamarre de la
bataille des Pyramides n'était pas comparable à celui qui se faisait
dans cette maison, où l'on se battait aussi, mais à coups de langue. On
s'y chamaillait du matin au soir; et comme on pérorait beaucoup sans
pouvoir s'entendre, j'en conclus qu'il était question de la question
d'Orient! Et pas un Crocodile pour mettre les dissidents d'accord en
les croquant tous!

Le matelot qui s'était emparé de moi, ne me jugeant pas digne d'être
offert au Muséum ou au Jardin d'acclimatation, me vendit à un
saltimbanque après notre arrivée au Havre. O douleur! les mâchoires
engourdies par le froid, je fus placé dans un vaste baquet, et exposé
au stupide ébahissement de la foule. Le saltimbanque hurlait à la
porte de sa baraque: «Entrez, messieurs et mesdames, c'est l'instant,
c'est le moment où cet intéressant animal va prendre sa nourriture!»
Il prononçait ces mots avec une conviction si communicative, et d'un
ton si persuasif, qu'involontairement, en l'entendant, j'écartais
les mâchoires pour engloutir les aliments promis. Hélas! le traître,
craignant de mettre mes forces au niveau de ma rage, me soumettait à un
jeûne systématique.

Un vieil escompteur, qui avait avancé quelques sommes au propriétaire
de ma personne, me tira de cet esclavage en faisant saisir la ménagerie
dont je formais le plus bel ornement; tous les autres Animaux étaient
empaillés. Deux jours après, il me transmit, au lieu d'argent comptant,
à un viveur qu'il aidait à se ruiner. Je fus casé dans un large bassin,
près d'un port de mer, où mon nouveau patron possédait une délicieuse
villa. J'appris par les propos des domestiques, ennemis intérieurs
heureusement inconnus chez les Sauriens, que mon maître était un
jeune Homme de quarante-cinq ans, gastronome distingué, possesseur
de vingt-cinq mille livres de rente, ce qui, grâce à la bonhomie des
fournisseurs, lui permettait d'en dépenser deux cent mille. Il avait
éludé le mariage, qui, selon lui, n'était obligatoire qu'au dénoûment
des vaudevilles, et s'appliquait uniquement à mener joyeuse vie. Au
physique, il n'avait de remarquable que son ventre, dont il était
fier: «Je l'ai fait ce qu'il est, disait-il, cela m'a coûté gros, mais
je n'ai pas perdu mon argent. J'étais né pour être sec et maigre, un
régime intelligent m'a donné, en dépit de la nature, cet honorable
embonpoint.» Le moindre dîner de ce brave homme lui coûtait cinquante
francs. «Il n'y a que les sots, disait-il encore, qui meurent de faim.»

Un soir d'été, après boire, mon possesseur vint me rendre visite avec
une société nombreuse; les uns me trouvèrent une heureuse physionomie;
les autres prétendirent que j'étais fort laid; tous, que j'avais un
faux air de ressemblance avec leur ami. Les insolents! avec quel
plaisir j'aurais mangé un suprême de dandy!

«Pourquoi vous amusez-vous à héberger ce monstre? dit un vieillard sans
dents, qui, certes, méritait mieux que moi l'injurieuse qualification.
A votre place, je le ferais tuer et accommoder par mon cuisinier. On
m'a assuré que la chair du Crocodile était très-recherchée, tant par
certaines peuplades africaines que par les Cochinchinois.

[Illustration: Il n'y a que les sots, disait-il encore, qui meurent de
faim.]

--Ma foi! dit mon patron, l'idée est originale. Vous avez beau dire
qu'il a un faux air de ressemblance avec moi, je vous le sacrifie.
Chef, tu nous prépareras demain un pâté de Crocodile aux oignons
d'Égypte.»

Tous les parasites battirent des mains; le chef s'inclina; je frémis au
fond de mon âme et de mon bassin. Après une nuit terrible, une nuit de
condamné à mort, les premières clartés du soleil me montrèrent l'odieux
cuisinier aiguisant un énorme coutelas pour m'en percer les entrailles!
Il s'approcha de moi, escorté de deux estafiers, et pendant que l'un
détachait ma chaîne, l'autre m'assena vingt-deux coups de bâton sur le
crâne. J'étais perdu, si un bruit soudain n'avait attiré l'attention
de mes bourreaux. Je vis mon patron se débattre entre quatre inconnus
de mauvaise mine, arrivés de Paris, dont l'un tenait une montre à la
main: cinq heures venaient de sonner. J'entendis crier: «En route pour
Clichy!» Et une voiture roula sur le pavé. Sans en demander davantage,
et profitant de la perturbation générale, je sautai hors de mon bassin,
traversai rapidement le jardin, et de là je gagnai la mer...

J'ai pu, non sans peine, revenir dans mon pays natal; mais, ô douleur!
on y canalise plus que jamais; on y répète avec une déplorable
insistance les mots de civilisation et de progrès. Les eaux et les
rivages sont encombrés de dragues, d'appareils divers, de chalands en
fer, de grues à vapeur, de locomobiles et autres machines diaboliques.

Mes camarades ont été expulsés du lac de Timsah, dont le vieux nom
signifie Crocodile. Si cette rage de remuer le sol et les eaux se
maintient toujours au même diapason, on pourra dire bientôt le dernier
des Crocodiles, comme on dit le dernier des Mohicans. Je serai l'Uncas
de ma race.

Un homme dont la tête est couverte d'une forêt de cheveux gris, et dont
les yeux noirs pétillent d'énergie et de finesse, court à cheval au
milieu des sables; c'est l'initiateur du percement de l'isthme de Suez,
et il est, m'assure-t-on, sur le point de réussir.

Comme je ne suis pas Anglais, la chose devrait m'être indifférente.

N'importe.

Je suis bien contrarié...

  EMILE DE LA BÉDOLLIÈRE.

[Illustration]



ORAISON FUNÈBRE

D'UN VER A SOIE


Le soleil, fatigué sans doute d'avoir brillé tout un long jour, s'était
couché tout à coup;--les Oiseaux venaient d'achever leur prière du
soir,--et la terre, tiède encore, se préparait dans le silence au repos
de la nuit.

Le Sphinx à tête de mort donna alors le signal du départ, et le petit
cortége se mit en marche, suivant à pas lents le sentier qui conduisait
aux bruyères roses.

Des Faucheurs, dont l'emploi consistait à débarrasser le chemin,
précédaient le corps, qui était entouré, d'un côté, par les Bêtes à
bon Dieu, et, de l'autre, par les Mantes religieuses, que suivaient les
Porte-Queue. Venaient ensuite les Fourmis communes, les Spectres, et
enfin les Chenilles processionnaires.

Quand on fut à quelques pas du mûrier où étaient restés les frères
et les sœurs désolés du Ver à soie qui venait de mourir, la Pyrochre
cardinale, jugeant qu'il n'y avait plus de danger d'être entendu par
eux, et de renouveler ou de troubler leur douleur, l'hymne des morts
fut, sur son ordre, entonné par le chœur des Scarabées nasicornes, et
chanté ensuite alternativement par les Grillons et par les Bourdons.

[Illustration]

De temps en temps les chants cessaient, et l'on entendait distinctement
des soupirs, et même des sanglots, qui témoignaient des regrets
universels qu'inspirait la perte de l'humble Insecte que l'on
conduisait à sa dernière demeure.

Arrivé au champ des bruyères, on aperçut, non loin de quelques tombeaux
qui s'étaient refermés depuis peu, ainsi que l'indiquait la terre
fraîchement remuée qui les couvrait, et parmi quelques fosses qui
semblaient avoir été creusées en prévision peut-être des besoins futurs
de quelques-uns même des assistants, une petite fosse sur laquelle
étaient penchés encore les Fossoyeurs ou Nécrophores.

Ce fut vers cette fosse que le convoi se dirigea. Les chants avaient
cessé, les sanglots aussi, et même les soupirs; car, dans toutes les
grandes douleurs, il y a un moment de profond abattement qui les rend
muettes.

Mais quand les Insectes qui portaient le corps l'eurent déposé dans la
tombe, et quand on put voir que rien ne le séparait plus de la terre
avide et nue, les cris et les sanglots éclatèrent de nouveau, et la
douleur ne connut plus de bornes.

Alors s'approcha de la tombe encore ouverte un Insecte entièrement vêtu
de noir:


«Pourquoi pleurez-vous? s'écria-t-il. Et jusques à quand ceux sur qui
pèse le fardeau de la vie pleureront-ils ceux que la mort a délivrés?
Mais pleurez, ajouta-t-il, car celui qui est là n'a rien à craindre de
votre douleur; vos larmes ne le ressusciteront point. Après la mort,
qui donc voudrait reculer vers la vie?»

Mais les sanglots se faisaient encore entendre, car personne n'était
consolé.

«Frères, dit un autre orateur en s'avançant à son tour, c'est à leur
naissance et non à leur mort qu'il faut pleurer les Vers à soie. Notre
frère est mort, réjouissez-vous, car il n'a eu de la vie que les fleurs
et les feuilles; en quittant la terre, il a quitté toutes les douleurs,
et n'a perdu que les misères. Je vous dis la vérité; vous êtes de
pauvres Vers comme moi, pourquoi vous flatterais-je? Ce n'est pas nous
autres, malheureux, que la vue de la mort doit troubler.»

Mais ils pleuraient toujours.

Et un de ceux qui pleuraient, prenant la parole à son tour:


«Nous savons, dit-il, que tout ce qui commence a une fin, et qu'il
faut donc mourir; nous savons ce qu'il faut de courage pour gagner
sa vie feuille par feuille, et sa feuille bouchée par bouchée; nous
savons ce qu'il faut de patience et d'abnégation pour qu'une feuille de
mûrier devienne une robe de soie; nous savons combien sont durs les
travaux de la cabane et ceux de l'atelier, et qu'une fois enfermés
dans notre triste cellule nous pleurerions en vain les songes de notre
courte jeunesse avant que notre tâche soit achevée; nous savons enfin
qu'à tout prendre, mourir, c'est cesser de filer, la mort n'étant que
l'autre bout de ce fil qui commence à la vie; nous nous disons aussi
que de quelque côté qu'on se tourne on voit mourir, et que, quand on
regarde en soi-même, on voit mourir encore, et que notre frère qui est
mort n'a donc cédé qu'au destin; mais nous aimions notre frère, et rien
ne nous consolera de l'avoir perdu.»

[Illustration]

Et tous dirent avec lui: «Nous aimions notre frère, et rien ne nous
consolera de l'avoir perdu.»

La Mante religieuse s'approcha alors.

«J'ai pleuré comme vous notre frère qui est mort, dit-elle, et pourtant,
toutes les fois que je vois un Ver à soie sur le point de mourir,
je ne puis empêcher mon cœur de s'épanouir. Va dans l'autre monde,
lui dis-je; tu y seras mieux que dans celui-ci, où l'on est mal. Là,
s'ouvriront pour toi les portes qui s'ouvrent pour les petits comme
pour les grands; là, tu retrouveras ceux que tu as perdus, et tu les
retrouveras au milieu des fleurs qui ne meurent pas et des mûriers
toujours verts, sur le bord des neuf fontaines qui ne tarissent jamais;
et quand tu les auras retrouvés, tu leur diras de nous attendre,
nous que la vie retient encore; car mourir, c'est renaître à une vie
meilleure.»

Et quand le bon Insecte eut ainsi parlé, les pleurs cessèrent tout à
coup.

«Et maintenant, ajouta-t-elle, allez et volez sans bruit; notre frère
n'a plus besoin de vous.»

Et chacun ayant déposé sur la tombe une fleurette de bruyère rose, les
uns disparurent dans un pâle rayon de la lune qui venait de se lever,
et les autres regagnèrent à travers les herbes leurs petites demeures.

Et tous étaient consolés, car ils disaient avec la Mante religieuse et
Shakspeare: «Mourir, c'est renaître à une vie meilleure.»

  P. J. STAHL.

[Illustration]



VOYAGE

D'UN

MOINEAU DE PARIS

A LA RECHERCHE DU MEILLEUR GOUVERNEMENT


INTRODUCTION.

Les Moineaux de Paris passent depuis longtemps pour les plus hardis
et les plus effrontés Oiseaux qui existent: ils sont Français, voilà
leurs défauts et leurs qualités en un mot; ils sont enviés, voilà
l'explication de bien des calomnies. Ils vivent, en effet, sans avoir
à craindre les coups de fusil, ils sont indépendants, ne manquent de
rien, et sont sans doute les plus heureux entre tous les volatiles.
Peut-être ne faut-il pas trop de bonheur à un Oiseau. Cette réflexion,
qui surprendrait chez tout autre, est naturelle à un Friquet nourri de
haute philosophie et de petites graines; car je suis un habitant de
la rue de Rivoli, voletant dans la gouttière d'un illustre écrivain,
allant de son toit sur les fenêtres des Tuileries, et comparant les
soucis qui encombrent le palais aux roses immortelles qui fleurissent
dans la simple demeure du défenseur des prolétaires, ces Moineaux
humains, ces Passereaux qui font les générations et desquels il ne
reste rien.

En gobant les miettes du pain et entendant les paroles d'un grand
Homme, je suis devenu très-illustre parmi les miens qui m'élurent en
des circonstances graves, et me confièrent la mission d'observer la
meilleure forme de gouvernement à donner aux Oiseaux de Paris. Les
Moineaux de Paris furent naturellement effarouchés par la révolution
de 1830; mais les Hommes ont été si fort occupés de cette grande
mystification, qu'ils n'ont fait aucune attention à nous. D'ailleurs,
les émeutes qui agitèrent le peuple ailé de Paris eurent lieu lors du
choléra. Voici comment et pourquoi.

Les Moineaux de Paris, pleinement satisfaits par la desserte de cette
vaste capitale, devinrent penseurs et très-exigeants sous le rapport
moral, spirituel et philosophique. Avant de venir habiter le toit de
la rue de Rivoli, je m'étais échappé d'une cage où l'on m'avait mis
à la chaîne, et où je tirais un seau d'eau pour boire quand j'avais
soif. Jamais ni Silvio Pellico ni Maroncelli n'ont eu plus de douleurs
au Spielberg que j'en endurai pendant deux ans de captivité chez le
grand Animal qui se prétend le roi de la terre. J'avais raconté mes
souffrances à ceux du faubourg Saint-Antoine, au milieu desquels je
parvins à m'échapper et qui furent admirables pour moi. Ce fut alors
que j'observai les mœurs du peuple-Oiseau. Je devinai que la vie
n'était pas toute dans le boire et dans le manger. J'eus des opinions
qui augmentèrent la célébrité que je devais à mes souffrances. On me
vit souvent, posé sur la tête d'une statue au Palais-Royal, les plumes
ébouriffées, la tête rentrée dans les épaules, ne montrant que le bec,
rond comme une boule, l'œil à demi fermé, réfléchissant à nos droits, à
nos devoirs et à notre avenir: Où vont les Moineaux? d'où viennent-ils?
pourquoi ne peuvent-ils pas pleurer? pourquoi ne s'organisent-ils pas
en société comme les Canards sauvages, comme les Corbines, et pourquoi
ne s'entendent-ils pas comme elles qui possèdent une langue sublime?
Telles étaient les questions que je méditais.

Quand les Pierrots se battaient, ils cessaient leurs disputes devant
moi, sachant que je m'occupais d'eux, que je pensais à leurs affaires,
et ils se disaient: «Voilà le Grand-Friquet!» Le bruit des tambours,
les parades de la royauté me firent quitter le Palais-Royal: je vins
vivre dans l'atmosphère intelligente d'un grand écrivain.

Sur ces entrefaites, il se passait des choses qui m'échappaient,
quoique je les eusse prévues; mais après avoir observé la chute
imminente d'une avalanche, un Oiseau philosophe se pose très-bien sur
le bord de la neige qui va rouler. La disparition progressive des
jardins convertis en maisons rendait les Moineaux du centre de Paris
très-malheureux et les plaçait dans une situation pénible, surtout
évidemment inférieure à celle des Moineaux du faubourg Saint-Germain,
de la rue de Rivoli, du Palais-Royal et des Champs-Élysées.

Les Moineaux des quartiers sans jardins n'avaient ni graines, ni
insectes, ni vermisseaux, enfin ils ne mangeaient pas de viande: ils en
étaient réduits à chercher leur vie dans les ordures, et y trouvaient
souvent des substances nuisibles. Il y avait deux sortes de Moineaux:
les Moineaux qui avaient toutes les douceurs de la vie et les Moineaux
qui manquaient de tout, enfin des Moineaux privilégiés et des Moineaux
souffrants.

Cette constitution vicieuse de la cité des Moineaux ne pouvait pas
durer longtemps chez une nation de deux cent mille Moineaux effrontés,
spirituels, tapageurs, dont une moitié pullulait heureuse avec de
superbes femelles, tandis que l'autre maigrissait dans les rues, la
plume défaite, les pieds dans la boue, sans cesse sur le qui-vive. Les
Friquets souffrants, tous nerveux, munis de gros becs endurcis, aux
ailes rudes comme leurs voix mâles, formaient une population généreuse
et pleine de courage. Ils allèrent chercher pour les commander un
Friquet qui vivait au faubourg Saint-Antoine chez un brasseur, un
Friquet qui avait assisté à la prise de la Bastille. On s'organisa.
Chacun sentit la nécessité d'obéir momentanément, et beaucoup de
Parisiens furent alors étonnés de voir des milliers de Moineaux rangés
sur les toits de la rue de Rivoli, l'aile droite appuyée à l'Hôtel de
Ville, l'aile gauche à la Madeleine et le centre aux Tuileries.

Les Moineaux privilégiés, excessivement effrayés de cette
démonstration, se virent perdus: ils allaient être chassés de
toutes leurs positions et refoulés sur les campagnes où la vie est
très-malheureuse. Dans ces conjonctures, ils envoyèrent une élégante
Pierrette pour porter aux insurgés des paroles de conciliation:--Ne
valait-il pas mieux s'entendre que de se battre? Les insurgés
m'aperçurent. Ah! ce fut un des plus beaux moments de ma vie que celui
où je fus élu par tous mes concitoyens pour dresser une charte qui
concilierait les intérêts des Moineaux les plus intelligents du monde,
divisés pour un moment par une question de vivres, le fond éternel des
discussions politiques.

Les Moineaux en possession des lieux enchantés de cette capitale y
avaient-ils des droits absolus de propriété? Pourquoi, comment cette
inégalité s'était-elle établie? pouvait-elle durer? Dans le cas où
l'égalité la plus parfaite régirait les Moineaux de Paris, quelles
formes prendrait ce nouveau gouvernement? Telles furent les questions
posées par les commissaires des deux partis.

«Mais, me dirent les Friquets, l'air, la terre et ses produits sont à
tous les Moineaux.

[Illustration: Je partis en qualité de procureur général des Moineaux
de Paris.]

--Erreur! dirent les privilégiés. Nous habitons une ville, nous sommes
en société, subissons-en les bonheurs et les malheurs. Vous vivez
encore infiniment mieux que si vous étiez à l'état sauvage, dans les
champs.»

Il y eut alors un gazouillement général qui menaçait d'étourdir les
législateurs de la Chambre, lesquels, sous ce rapport, craignent la
concurrence et tiennent à s'étourdir eux-mêmes. Il sortit quelque chose
de ce tumulte: tout tumulte, chez les Oiseaux comme chez les Hommes,
annonce un fait. Un tumulte est un accouchement politique. On émit
la proposition, approuvée à l'unanimité, d'envoyer un moineau franc,
impartial, observateur et instruit, à la recherche du Droit Animal, et
chargé de comparer les divers gouvernements. On me nomma. Malgré nos
habitudes sédentaires, je partis en qualité de procureur général des
Moineaux de Paris: que ne fait-on pas pour sa patrie!

De retour depuis peu, j'apprends l'étonnante Révolution des Animaux,
leur sublime résolution prise dans leur nuit célèbre au Jardin des
Plantes, et je mets la relation de mon voyage sur l'autel de la patrie,
comme un renseignement diplomatique dû à la bonne foi d'un modeste
philosophe ailé.


I

Du Gouvernement formique.

J'arrivai, non sans peine, après avoir traversé la mer, dans une
île appelée assez orgueilleusement la Vieille-Formicalion par ses
habitants, comme s'il y avait des portions de globe plus jeunes que
les autres[3]. Une vieille Corbine instruite, que je rencontrai,
m'avait indiqué le régime des Fourmis comme le gouvernement modèle;
vous comprenez combien j'étais curieux d'étudier ce système et d'en
découvrir les ressorts.

  [3] La fausseté de cette opinion m'a été démontrée par une aimable
  Coralline de la mer Polynésique emmenée en captivité par des
  Poissons, et qui regrettait amèrement les magnifiques constructions
  cyclopéennes auxquelles elle coopérait, et sur le corail desquelles
  devait reposer un nouveau continent. Elle m'expliqua même que le
  gouvernement formique les subventionnait, afin d'avoir le droit
  d'occuper les nouvelles terres aussitôt qu'elles apparaissent à
  la surface des eaux. Les Friquets de Paris prendront sans doute
  en considération cette note, due aux confidences de ce membre
  excessivement distingué de la République Polypéenne, qui fait
  des ruches sous-marines assez solides pour briser des vaisseaux.
  Néanmoins la jolie Coralline resta sans réponse quand je lui demandai
  sur quoi reposaient les immenses bâtiments de sa nation.

Chemin faisant, je vis beaucoup de Fourmis, voyageant pour leur
plaisir: elles étaient toutes noires, très-propres et comme vernies,
mais sans aucune individualité. Toutes se ressemblaient. Qui voit une
seule Fourmi, les connaît toutes. Elles voyagent dans une espèce de
fluide formique qui les préserve de la boue, de la poussière, si bien
que sur les montagnes, dans les eaux, dans les villes, rencontrez-vous
une Fourmi, elle semble sortir d'une boîte, avec son habit noir
bien brossé, bien net, ses pattes vernies et ses mandibules propres.
Cette affectation de propreté ne prouve pas en leur faveur. Que leur
arriverait-il donc sans ce soin perpétuel? Je questionnai la première
Fourmi que je vis: elle me regarda sans me répondre, je la crus sourde;
mais un Perroquet me dit qu'elle ne parlait qu'aux bêtes qui lui
avaient été présentées.

[Illustration]

Dès que je mis le pied dans l'île, je fus assailli d'Animaux étranges,
au service de l'État et chargés de vous initier aux douceurs de la
liberté en vous empêchant de porter certains objets, quand même vous
les auriez en affection. Ils m'entourèrent, et me firent ouvrir le
bec pour voir s'il n'y avait pas des poisons que, sans doute, il est
défendu d'introduire. Je levai mes ailes l'une après l'autre pour
montrer que je n'avais rien dessous. Après cette cérémonie, je fus
libre d'aller et de venir dans le siége de l'Empire Formique dont les
libertés m'avaient été si fort vantées par la Corbine.

[Illustration]

Le premier spectacle qui me frappa vivement fut celui de l'activité
merveilleuse de ce peuple. Partout des Fourmis allaient et venaient,
chargeant et déchargeant des provisions. On bâtissait des magasins,
on débitait le bois, on travaillait toutes les matières végétales.
Des ouvriers creusaient des souterrains, amenaient des sucres,
construisaient des galeries, et le mouvement est si attachant pour ce
peuple, qu'on ne remarqua point ma présence. De différents points de la
côte, il partait des embarcations chargées de Fourmis qui s'en allaient
sur de nouveaux continents. Il arrivait des estafettes qui disaient
que, sur tel point, telle denrée abondait, et aussitôt on expédiait
des détachements de Fourmis pour s'en emparer, et ils s'en emparaient
avec tant d'habileté, de promptitude, que les Hommes eux-mêmes se
voyaient dévalisés sans savoir comment ni dans quel temps. J'avoue que
je fus ébloui. Au milieu de l'activité générale, j'aperçus des Fourmis
ailées au milieu de ce peuple noir sans ailes.

«Quelle est cette Fourmi qui se goberge et s'amuse pendant que vous
travaillez? dis-je à une Fourmi qui restait en sentinelle.

--Oh! me répondit-elle, c'est une noble Fourmi. Vous en compterez cinq
cents ainsi, les Patriciennes de l'Empire Formique.

--Qu'est-ce qu'une Patricienne? dis-je.

--Oh! me répondit-elle, c'est notre gloire, à nous autres! Une Fourmi
Patricienne, comme vous le voyez, a quatre ailes, elle s'amuse, jouit
de la vie et fait des enfants. A elle les amours, à nous le travail.
Cette division est une des grandes sagesses de notre admirable
constitution: on ne peut pas s'amuser et travailler tout ensemble. Chez
nous, les Neutres font l'ouvrage, et les Patriciennes s'amusent!

--Mais est-ce une récompense du travail? Pouvez-vous devenir
Patricienne?

--Ah! bien, oui! Non, fit la Fourmi Neutre. Les Patriciennes naissent
Patriciennes. Sans cela, où serait le miracle? il n'y aurait plus
rien d'extraordinaire. Mais elles ont aussi leurs obligations, elles
veillent à la sécurité de nos travaux et préparent nos conquêtes.»

La Fourmi Patricienne se dirigea de notre côté: toutes les Fourmis
se dérangèrent et lui témoignèrent des respects infinis. J'appris
qu'aucune des Fourmis ordinaires, dites Neutres, n'oserait disputer
le pas à une Patricienne, ni se permettre de se placer devant elle.
Les Neutres ne possèdent absolument rien, travaillent sans cesse,
sont bien ou mal nourries, selon les chances; mais les cinq cents
Patriciennes ont des palais dans les fourmilières, elles y pondent
des enfants qui sont l'orgueil de l'Empire Formique, et possèdent des
parcs de Pucerons pour leur nourriture. J'assistai même à une chasse
aux Pucerons, dans le domaine d'une Patricienne, spectacle qui me fit
le plus grand plaisir à voir. On ne saurait imaginer jusqu'où ce peuple
a poussé l'amour pour les petits, ni la perfection qu'il a su donner
aux soins avec lesquels il les élève: comment les Neutres les brossent,
les lèchent, les lavent, les veillent et les arrangent! avec quelles
admirables pensées de prévoyance elles les nourrissent et devinent les
accidents auxquels ils sont exposés dans un âge si tendre. On étudie
les températures, on les rentre quand il pleut, on les expose au soleil
quand il fait beau, on les accoutume à faire jouer leurs mandibules,
on les accompagne, on les exerce; mais une fois grands, aussi tout est
dit: plus d'amour, plus de sollicitude. Dans cet empire, l'état le
meilleur pour les individus est d'être enfant.

Malgré la beauté des petits, la choquante inégalité de ces mœurs me
frappa vivement; je trouvai que les querelles des Moineaux de Paris
étaient des vétilles, comparées aux malheurs de ces pauvres Neutres.
Vous comprenez que ceci, pour un Friquet philosophe, n'était que la
question même. Il y avait lieu d'examiner par quels ressorts les
cinq cents Fourmis privilégiées maintenaient cet état de choses. Au
moment où j'allais aborder la Patricienne, elle monta sur une des
fortifications de la cité, où se trouvaient quelques autres de son
espèce et où elle leur dit des mots en langue formique: aussitôt les
Patriciennes se répandirent dans la fourmilière. Je vis partir des
détachements commandés par des Patriciennes. Des Neutres s'embarquèrent
sur des pailles, sur des feuilles, sur des bâtons. J'appris qu'il
s'agissait d'aller porter secours à quelques Neutres attaquées à deux
mille pieds de là. Pendant cette expédition, j'entendis la conversation
suivante entre deux vieilles Patriciennes.

«Votre Seigneurie n'est-elle pas effrayée de la grande quantité de
peuple qui va mourir de faim, nous ne saurions le nourrir...

--Votre Grâce ne sait donc pas que de l'autre côté de l'eau il y a une
fourmilière bien garnie, et que nous allons l'attaquer, en chasser les
habitants, et y mettre notre trop-plein?»

Cette injuste agression était autorisée par le principe fondamental du
gouvernement Formique dont la Charte a pour premier article: _Ote-toi
de là, que je m'y mette_. Le second article porte en substance que ce
qui convient à l'Empire Formique appartient à l'Empire Formique, et
que quiconque s'oppose à ce que les sujets Formiques s'en emparent
devient l'ennemi du gouvernement Formique. Je n'osai pas dire que les
voleurs n'avaient pas d'autres principes, je reconnus l'impossibilité
d'éclairer cette nation. Ce dogme sauvage est devenu l'instinct même
des Fourmis. Leur expédition fut consommée sous mes yeux. Au retour de
la guerre faite pour sauver les trois Neutres compromises, on envoya
des ambassadeurs examiner le terrain, les abords de la fourmilière à
prendre, et l'esprit des habitants.

«Bonjour, mes amis, dit la Patricienne à des Fourmis qui passaient,
comment vous portez-vous?

--Pardon, je suis occupée.

--Attendez donc! que diable, on se parle. Vous avez beaucoup de grain,
et nous n'en avons point, mais vous manquez de bois, et nous en avons
beaucoup: changeons?

--Laissez-nous tranquilles, nous gardons nos grains.

--Mais il ne vous est pas permis de garder ce qui abonde chez vous,
quand nous en manquons chez nous: cela est contre les lois du bon sens.
Échangeons.»

Sur le refus de la fourmilière, la Patricienne, qui se regarda comme
insultée, expédia une feuille des plus solides chargée de Fourmis
en Formicalion. Les Patriciennes dirent que l'honneur formique
et la liberté commerciale étaient compromis par une fourmilière
récalcitrante. Sur ce, l'eau fut couverte aussitôt d'embarcations,
et la moitié des Neutres embarquées. Après trois jours de manœuvres,
les pauvres Fourmis étrangères furent obligées de se disperser dans
l'intérieur des terres, abandonnant leur fourmilière aux enfants de la
Vieille-Formicalion. Une Patricienne me montra dix-sept fourmilières
ainsi conquises et où elles envoyaient leurs filles, qui y devenaient à
leur tour Patriciennes.

«Vous faites des choses souverainement infâmes, dis-je à la Patricienne
qui était venue offrir des bois pour des grains.

--Oh! ce n'est pas moi, dit-elle. Moi, je suis la plus honnête
créature du monde; mais le gouvernement Formique est forcé d'agir dans
l'intérêt de ses classes ouvrières. Ce que nous venons de faire était
souverainement utile à leurs intérêts. On se doit à son pays; mais je
retourne dans mes terres, pratiquer les vertus que Dieu impose à notre
race.»

En effet, elle paraissait au premier abord la meilleure Fourmi du monde.

«Vous êtes de fiers sycophantes! m'écriai-je.

--Oui, me dit une autre Patricienne en riant; mais convenez que cela
est beau, dit-elle en me montrant une foule de Patriciennes qui se
promenaient au soleil dans l'éclat de leur puissance.

--Comment parvenez-vous à maintenir cet état contre nature? lui
demandai-je. Je voyage pour mon instruction, et voudrais savoir en quoi
consiste le bonheur des Animaux.

--Il consiste à se croire heureux, me répondit la Patricienne. Or,
chaque ouvrière de l'Empire Formique a la certitude de sa supériorité
sur les autres Fourmis du monde. Interrogez-les, toutes vous diront
que nos fourmilières sont les mieux bâties, que dans quelque endroit
de la terre qu'une de ces ouvrières se trouve, si quelqu'un l'insulte,
l'insulte est épousée par l'Empire Formique.

--Il me semble que cet orgueil satisfait ne donne pas de grain...

--Ceci ressemble à une raison; mais vous parlez en Moineau. Je vous
avoue que nous n'avons pas du grain pour tout le monde; mais ici tout
le monde est convaincu que nous sommes occupées à en chercher; et tant
que nous pourrons de temps en temps conquérir une fourmilière, tout ira
bien.

--Mais ne craignez-vous pas que les autres fourmilières, averties, ne
se coalisent contre vous, afin d'empêcher que vous ne les dévoriez
ainsi?

--Oh! non. L'un des principes de la politique formique est d'attendre
que les fourmilières se chamaillent entre elles pour aller prendre
possession d'un territoire.

--Et quand elles ne se chamaillent pas?

--Ah! voilà! Les Patriciennes ne sont occupées qu'à fournir aux
fourmilières étrangères les occasions de se chamailler.

--Ainsi la prospérité de l'Empire Formique se fonde sur les divisions
intestines des autres fourmilières.

--Oui, seigneur Moineau. Voilà pourquoi nos ouvrières sont si fières
d'appartenir à l'Empire Formique, et travaillent avec tant de cœur en
chantant: _Rule, Formicalia!_»

Ceci, me dis-je en partant, est contraire à la Loi Animale: Dieu me
garde de proclamer de tels principes. Ces Fourmis n'ont ni foi ni loi.
Que deviendraient les Moineaux de Paris, qui sont déjà si spirituels,
au cas où quelque grand Moineau les organiserait ainsi? Que suis-je?
Je ne suis pas seulement un Friquet parisien, je me suis élevé, par
la pensée, à toute l'Animalité. Non, l'Animalité n'est pas faite pour
être gouvernée ainsi. Ce système n'est que tromperie au profit de
quelques-uns.

[Illustration]

Je partis vraiment affligé de la perfection de cette oligarchie et de
la hardiesse de son égoïsme. Chemin faisant, je rencontrai sur la route
un prince d'Euglosse-Bourdon qui allait presque aussi vite que moi.
Je lui demandai la raison de son empressement; l'infortuné m'apprit
qu'il voulait assister au couronnement d'une reine. Charmé de pouvoir
observer une si belle cérémonie, j'accompagnai ce jeune prince, plein
d'illusions. Il avait l'espoir d'être le mari de la reine, étant de
cette célèbre famille d'Euglosse-Bourdon en possession de fournir des
maris aux reines, et qui leur en tient toujours un tout prêt, comme
on tenait à Napoléon un poulet tout rôti pour ses soupers. Ce prince,
qui n'avait que ses belles couleurs pour toute fortune, quittait un
pauvre endroit, sans fleurs ni miel, et comptait vivre dans le luxe,
l'abondance et les honneurs.


II

De la Monarchie des Abeilles.

Instruit déjà par ce que j'avais vu dans l'Empire Formique, je résolus
d'examiner les mœurs du peuple avant d'écouter les grands et les
princes. En arrivant, je heurtai une Abeille qui portait un potage.

«Ah! je suis perdue, dit-elle. On me tuera, ou tout au moins je serai
mise en prison.

--Et pourquoi? lui dis-je.

--Ne voyez-vous pas que vous m'avez fait répandre le bouillon de la
reine! Pauvre reine! Heureusement que la Grande Échansonne, la duchesse
des Roses, aura peut-être envoyé dans plusieurs directions: ma faute
sera réparée, car je mourrais de chagrin d'avoir fait attendre la reine.

--Entends-tu, prince Bourdon?» dis-je au jeune voyageur.

L'Abeille se lamentait toujours d'avoir perdu l'occasion de voir la
reine.

«Eh! mon Dieu, qu'est-ce donc que votre reine pour que vous soyez dans
une telle adoration? m'écriai-je. Je suis d'un pays, ma chère, où l'on
se soucie peu des rois, des reines et autres inventions humaines.

--Humaines! s'écria l'Abeille. Il n'y a rien chez nous, effronté
Pierrot, qui ne soit d'institution divine. Notre reine tient son
pouvoir de Dieu. Nous ne pourrions pas plus exister en corps social
sans elle, que tu ne pourrais voler sans plumes. Elle est notre joie
et notre lumière, la cause et la fin de tous nos efforts. Elle nomme
une directrice des ponts et chaussées qui nous donne nos plans et
nos alignements pour nos somptueux édifices. Elle distribue à chacun
sa tâche selon ses capacités, elle est la justice même et s'occupe
sans cesse de son peuple: elle le pond, et nous nous empressons de le
nourrir, car nous sommes créées et mises au monde pour l'adorer, la
servir et la défendre. Aussi faisons-nous pour les petites reines des
palais particuliers et les dotons-nous d'une bouillie particulière pour
leur nourriture. A notre reine seule revient l'honneur de chanter et de
parler, elle seule fait entendre sa belle voix.

--Quelle est votre reine? dit alors le prince d'Euglosse-Bourdon.

--C'est, dit l'Abeille, Tithymalia XVII, dite la Grande Ruchonne, car
elle a pondu cent peuples de trente mille individus. Elle est sortie
victorieuse de cinq combats qui lui ont été livrés par d'autres reines
jalouses. Elle est douée de la plus surprenante perspicacité. Elle sait
quand il doit pleuvoir, elle prévoit les plus rudes hivers, elle est
riche en miel, et l'on soupçonne qu'elle en a des trésors placés dans
les pays étrangers.

--Ma chère, dit le prince d'Euglosse-Bourdon, croyez-vous que quelque
jeune reine soit sur le point d'être mariée?...

--N'entendez-vous pas, prince, dit l'Ouvrière, le bruit et les
cérémonies du départ d'un peuple? Chez nous, il n'y a pas de prince
sans reine. Si vous voulez faire la cour à l'une des filles de
Tithymalia, dépêchez-vous, vous êtes assez bien de votre personne, et
vous aurez une belle lune de miel.»

Je fus émerveillé du spectacle qui s'offrit à mes regards et qui,
certes, doit agir assez sur les imaginations vulgaires pour leur faire
aimer les momeries et les superstitions qui sont l'esprit et la loi de
ce gouvernement. Huit timbaliers à corselet jaune et noir sortirent en
chantant de la vieille cité, que l'Ouvrière me dit se nommer Sidracha
du nom de la première Abeille qui prêcha l'Ordre Social. Ces huit
timbaliers furent suivis de cinquante musiciens si beaux, que vous
eussiez dit des saphirs vivants. Ils exécutaient l'air de:

  Vive Tithymalia! vive c'te reine bonne enfant!
        Qui mange et boit comme cent,
        Et qui pond tout autant.

Les paroles ont été faites par tout le monde, mais l'air est dû à l'un
des meilleurs Faux-Bourdons du pays. Après, venaient les gardes du
corps armés d'aiguillons terribles; ils étaient deux cents, allaient
six par six, sur six rangs de profondeur, et chaque bataillon de
six rangs avait en tête un capitaine qui portait sur son corselet
la décoration du Sidrach, emblème du mérite civil et militaire, une
petite étoile en cire rouge. Derrière les porte-aiguillons allaient
les essuyeuses de la reine, commandées par la Grande Essuyeuse; puis
la Grande Échansonne avec huit petites échansonnes, deux par quartier;
la Grande Maîtresse de la loge royale suivie de douze balayeuses; la
Grande Gardienne de la cire et la Maîtresse du miel; enfin la jeune
reine, belle de toute sa virginité. Ses ailes, qui reluisaient d'un
éclat ravissant, ne lui avaient pas encore servi. Sa mère, Tithymalia
XVII, l'accompagnait; elle étincelait d'une poussière de diamants.
Le corps de musique suivait, et chantait une cantate composée exprès
pour le départ. Après le corps de musique, venaient douze gros vieux
Bourdons qui me parurent être une espèce de clergé. Enfin dix ou douze
mille Abeilles sortirent se tenant par les pattes. Tithymalia resta sur
le bord de la ruche, et dit à sa fille ces mémorables paroles:

«C'est toujours avec un nouveau plaisir que je vous vois prendre votre
volée, car c'est une assurance que mon peuple sera tranquille, et
que...»

[Illustration: Après, venaient les Gardes-du-Corps armés d'aiguillons
terribles.]

Elle s'arrêta dans son improvisation, comme si elle allait dire quelque
chose de contraire à la politique, et reprit ainsi:

--Je suis certaine que, formées par nos mœurs, instruites de nos
coutumes, vous servirez Dieu, que vous répandrez la gloire de son nom
sur la terre; que vous n'oublierez jamais d'où vous êtes sorties, que
vous conserverez nos saintes doctrines de gouvernement, notre manière
de bâtir, et d'économiser le miel pour vos augustes reines. Songez que
sans la royauté il n'y a qu'anarchie; que l'obéissance est la vertu des
bonnes Abeilles, et que le palladium de l'État est dans votre fidélité.
Sachez que mourir pour vos reines, c'est faire vivre la patrie. Je vous
donne pour souveraine ma fille Thalabath! ce qui veut dire tarse agile.
Aimez-la bien.»

Sur cette allocution pleine des agréments qui distinguent l'éloquence
royale, il y eut un hurrah!

Un Papillon, à qui cette cérémonie pleine de superstitions faisait
pitié, me dit que la vieille Tithymalia donnait à ses fidèles sujets
une double ration du meilleur miel, et que la police et le miel fin
étaient pour beaucoup dans ces solennités, mais qu'au fond elle était
haïe.

Dès que le jeune peuple partit avec sa reine, mon compagnon de voyage
alla bourdonner autour de l'essaim en criant: «Je suis un prince de
la maison d'Euglosse-Bourdon. Il y a des polissons de savants qui
refusent à notre famille de savoir faire du miel, mais pour te plaire,
ô merveille de la race de Tithymalia! je suis capable de faire des
économies, surtout si vous avez une belle dot.

--Savez-vous, prince, lui dit alors la Grande Maîtresse de la loge
royale, que, chez nous, le mari de la reine n'est rien du tout? il
n'a ni honneurs, ni rang; il est considéré comme un moyen malheureux
dont il est impossible de se passer, mais nous ne souffrons pas qu'il
s'immisce dans le gouvernement.

--Tu t'immisceras! Viens, mon ange, lui dit gracieusement Thalabath, ne
les écoute pas. Je suis la reine, moi! Je puis beaucoup pour toi: tu
seras d'abord le commandant de mes porte-aiguillons; mais si en général
tu m'obéis, je t'obéirai en particulier. Et nous irons nous rouler dans
les fleurs, dans les roses, nous danserons à midi sur les nectaires
embaumés, nous patinerons sur la glace des lis, nous chanterons des
romances dans les cactus, et nous oublierons ainsi les soucis du
pouvoir...»

Je fus surpris d'une chose qui ne regarde pas le gouvernement, mais
que je ne puis m'empêcher de consigner ici: c'est que l'amour est
absolument le même partout. Je livre cette observation à tous les
Animaux, en demandant qu'il soit nommé une commission pour examiner ce
qui se passe chez les Hommes.


«Ma chère, dis-je à l'Ouvrière, ayez la bonté de dire à la vieille
reine Tithymalia qu'un étranger de distinction, un Pierrot de Paris,
désirerait lui être présenté.»

Tithymalia devait bien connaître les secrets de son propre
gouvernement, et comme j'avais remarqué le plaisir qu'elle prenait
à bavarder, je ne pouvais m'adresser à personne qui me donnât de
meilleurs renseignements: le silence avec elle devait être aussi
instructif que la parole. Plusieurs Abeilles vinrent m'examiner pour
savoir si je ne portais pas sur moi quelque odeur dangereuse. La reine
était tellement idolâtrée de ses sujettes, qu'on tremblait à l'idée de
sa mort. Quelques instants après, la vieille reine Tithymalia vint se
poser sur une fleur de pêcher où j'occupais une branche inférieure, et
où, par habitude, elle prit quelque chose.

«Grande reine, lui dis-je, vous voyez un philosophe de l'ordre des
Moineaux, voyageant pour comparer les gouvernements divers des animaux
afin de trouver le meilleur. Je suis Français et troubadour, car le
moineau français pense en chantant. Votre Majesté doit bien connaître
les inconvénients de son système.

--Sage Moineau, je m'ennuierais beaucoup si je n'avais pas à pondre
deux fois par an; mais j'ai souvent désiré n'être qu'une Ouvrière,
mangeant la soupe aux choux des roses, allant et venant de fleur en
fleur. Si vous voulez me faire plaisir, ne m'appelez ni majesté ni
reine, dites-moi tout simplement princesse.

--Princesse, repris-je, il me semble que la mécanique à laquelle
vous donnez le nom de peuple des Abeilles exclut toute liberté, vos
Ouvrières font toujours absolument la même chose, et vous vivez, je le
vois, d'après les coutumes égyptiennes.

--Cela est vrai, mais l'Ordre est une des plus belles choses. ORDRE
PUBLIC, voilà notre devise, et nous la pratiquons; tandis que si les
Hommes s'avisent de nous imiter, ils se contentent de graver ces mots
en relief sur les boutons de leurs gardes nationaux, et les prennent
alors pour prétexte des plus grands désordres. La monarchie, c'est
l'ordre, et l'ordre est absolu.

--L'ordre à votre profit, princesse. Il me semble que les Abeilles
vous font une jolie liste civile de bouillie perfectionnée, et ne
s'occupent que de vous.

--Eh! que voulez-vous? l'État, c'est moi. Sans moi, tout périrait.
Partout où chacun discute l'ordre, il fait l'ordre à son image, et
comme il y a autant d'ordres que d'opinions, il s'ensuit un constant
désordre. Ici, l'on vit heureux parce que l'ordre est le même. Il vaut
mieux que ces intelligentes Bêtes aient une reine, que d'en avoir
cinq cents comme chez les Fourmis par exemple. Le monde des Abeilles
a tant de fois éprouvé le danger des discussions, qu'il ne tente plus
l'expérience. Un jour, il y eut une révolte. Les Ouvrières cessèrent
de recueillir la propolis, le miel, la cire. A la voix de quelques
novatrices, on enfonça les magasins, chacune d'elles devint libre et
voulut faire à sa guise. Je sortis, suivie de quelques fidèles de ma
garde, de mes accoucheuses et de ma cour, et vins dans cette ruche. Eh
bien, la ruche en révolution n'eut plus de bâtiments, plus de réserves.
Chacune des citoyennes mangea son miel, et la nation n'exista plus.
Quelques fugitifs vinrent chez nous transis de froid, et reconnurent
leurs erreurs.

--Il est malheureux, lui dis-je, que le bien ne puisse s'obtenir que
par une division cruelle en castes; mon bon sens de Moineau se révolte
à cette idée de l'inégalité des conditions.

--Adieu, me dit la reine, que Dieu vous éclaire! De Dieu procède
l'instinct, obéissons à Dieu. Si l'égalité pouvait être proclamée,
ne serait-ce pas chez les Abeilles, qui sont toutes de même forme
et de même grandeur, dont les estomacs ont la même capacité, dont
les affections sont réglées par les lois mathématiques les plus
rigoureuses? Mais, vous le voyez, ces proportions, ces occupations ne
peuvent être maintenues que par le gouvernement d'une reine.

--Et pour qui faites-vous votre miel? pour l'Homme? lui dis-je. Oh! la
liberté! Ne travailler que pour soi, s'agiter dans son instinct! ne se
dévouer que pour tous, car tous, c'est encore nous-mêmes!

--Il est vrai que je ne suis pas libre, dit la reine, et que je suis
plus enchaînée que ne l'est mon peuple. Sortez de mes États, philosophe
parisien, vous pourriez séduire quelques têtes faibles.

--Quelques têtes fortes!» dis-je.


Mais elle s'envola. Je me grattai la tête quand la reine fut partie, et
j'en fis tomber une Puce d'une espèce particulière.

«O philosophe de Paris, je suis une pauvre Puce venue de bien loin sur
le dos d'un Loup, me dit-elle; je viens de t'entendre, et je t'admire.
Si tu veux t'instruire, prends par l'Allemagne, traverse la Pologne,
et, vers l'Ukraine, tu te convaincras par toi-même de la grandeur
et de l'indépendance des Loups dont les principes sont ceux que tu
viens de proclamer à la face de cette vieille radoteuse de reine. Le
Loup, seigneur Moineau, est l'animal le plus mal jugé qui existe. Les
naturalistes ignorent ses belles mœurs républicaines, car il mange les
naturalistes assez osés pour venir au milieu d'une Section; mais ils
ne pourront pas dévorer un Oiseau. Tu peux sans rien craindre te poser
sur la tête du plus fier des Loups, d'un Gracchus, d'un Marius, d'un
Régulus lupien, et tu contempleras les plus belles vertus animales
pratiquées dans les steppes où se sont établies les républiques des
Loups et des Chevaux. Les Chevaux sauvages, autrement dits les Tarpans,
c'est Athènes; mais les Loups, c'est Sparte.

--Merci, Puceron! Que vas-tu faire?

--Sauter sur ce Chien de chasse assis au soleil, et d'où je suis
sortie.»

Je volai vers l'Allemagne et vers la Pologne dont j'avais tant entendu
parler dans la mansarde de mon philosophe, rue de Rivoli.


III

De la République lupienne.

O Moineaux de Paris, Oiseaux du monde, Animaux du globe, et vous,
sublimes carcasses antédiluviennes, l'admiration vous saisirait tous,
si, comme moi, vous aviez été visiter la noble république lupienne, la
seule où l'on dompte la Faim! Voilà qui élève l'âme d'un Animal! Quand
j'arrivai dans les magnifiques steppes qui s'étendent de l'Ukraine à la
Tartarie, il faisait déjà froid, et je compris que le bonheur donné par
la liberté pouvait seul faire habiter un tel pays. J'aperçus un Loup en
sentinelle.

[Illustration]

«Loup, lui dis-je, j'ai froid et vais mourir: ce serait une perte
pour votre gloire, car je suis amené par mon admiration pour votre
gouvernement, que je viens étudier pour en propager les principes parmi
les Bêtes.

--Mets-toi sur moi, me dit le Loup.

--Mais tu me mangeras, citoyen?

--A quoi cela m'avancerait-il? répondit le Loup. Que je te mange ou ne
te mange pas, je n'en aurai pas moins faim. Un Moineau pour un Loup, ce
n'est pas même une seule graine de lin pour toi.»

J'eus peur, mais je me risquai, en vrai philosophe. Ce bon Loup me
laissa prendre position sur sa queue, et me regarda d'un œil affamé
sans me toucher.

«Que faites-vous là? lui dis-je pour renouer la conversation.

--Eh! me dit-il, nous attendons des propriétaires qui sont en visite
dans un château voisin, et nous allons, quand ils en sortiront,
probablement manger des Chevaux esclaves, de vils cochers, des valets
et deux propriétaires russes.

--Ce sera drôle,» lui dis-je.

Ne croyez pas, Animaux, que j'aie voulu bassement flatter ce sauvage
républicain qui pouvait ne pas aimer la contradiction: je disais là
ma pensée. J'avais entendu tant maudire à Paris, dans les greniers et
partout, l'abominable variété d'Hommes appelés _les propriétaires_,
que, sans les connaître le moins du monde, je les haïssais beaucoup.

«Vous ne leur mangerez pas le cœur, repris-je en badinant.

--Pourquoi? me dit le citoyen Loup.

--J'ai ouï dire qu'ils n'en avaient point.

--Quel malheur! s'écria le Loup; c'est une perte pour nous, mais ce ne
sera pas la seule.

--Comment! fis-je.

--Hélas! me dit le citoyen Loup, beaucoup des nôtres périront à
l'attaque; mais la patrie avant tout! Il n'y a que six Hommes, quatre
Chevaux et quelques effets potables; ce ne sera pas assez pour notre
section des Droits du Loup, qui se compose d'un millier de Loups.
Songe, Moineau, que nous n'avons rien pris depuis deux mois.

--Rien? lui dis-je; pas même un prince russe?

--Pas même un Tarpan! Ces gueux de Tarpans nous sentent de deux lieues.

--Eh bien, comment ferez-vous? lui dis-je.

--Les lois de la république ordonnent aux jeunes Loups et aux Loups
valides de combattre et de ne pas manger. Je suis jeune, je laisserai
passer les femmes, les petits et les anciens...

--Cela est bien beau, lui dis-je.

--Beau! s'écria-t-il; non, c'est tout simple. Nous ne reconnaissons
pas d'autre inégalité que celle de l'âge et du sexe. Nous sommes tous
égaux.

--Pourquoi?

--Parce que nous sommes tous également forts.

--Cependant vous êtes en sentinelle, monseigneur.

--C'est mon tour de garde, dit le jeune Loup, qui ne se fâcha point
d'être monseigneurisé.

[Illustration: Tous les Loups sont frères.]

--Avez-vous une Charte? lui dis-je.

--Qu'est-ce que c'est que ça? dit le jeune Loup.

--Mais vous êtes de la section des Droits du Loup, vous avez donc des
droits?

--Le droit de faire ce que nous voulons. Nous nous rassemblons dès
qu'il y a péril pour tous les Loups; mais le chef que nous nous donnons
redevient simple Loup après l'affaire. Il ne lui passerait jamais par
la tête qu'il vaut mieux que le Loup qui a fait ses dernières dents le
matin. Tous les Loups sont frères!

--Dans quelles circonstances vous rassemblez-vous?

--Quand il y a disette et pour chasser dans l'intérêt commun. On chasse
par sections. Dans les jours de grande famine, on partage, et les parts
se font strictement. Mais sais-tu, moutard de Moineau, que dans les
circonstances les plus horribles, quand, par dix pieds de neige sur
les steppes, par la clôture de toutes les maisons, quand il n'y a rien
à croquer pendant des trois mois, on se serre le ventre, on se tient
chaud les uns contre les autres! Oui, depuis que la république des
Loups est constituée, jamais il n'est arrivé qu'un coup de dent ait été
donné par un Loup sur un autre. Ce serait un crime de lèse-majesté:
un Loup est un souverain. Aussi le proverbe, _les Loups ne se mangent
point_, est-il universel et fait-il rougir les Hommes.

--Hé! lui dis-je pour l'égayer, les Hommes disent que les souverains
sont des Loups. Mais alors il ne saurait y avoir de punitions?

--Si un Loup a commis une faute dans l'exercice de ses fonctions, s'il
n'a pas arrêté le gibier, s'il a manqué à flairer, à prévenir, il est
battu; mais il n'en est pas moins considéré parmi les siens. Tout le
monde peut faillir. Expier sa faute, n'est-ce pas obéir aux lois de la
république? Hors le cas de chasse pour raison de faim publique, chacun
est libre comme l'air, et d'autant plus fort qu'il peut compter sur
tous au besoin.

--Voilà qui est beau! m'écriai-je. Vivre seul et dans tous! vous avez
résolu le plus grand problème. J'ai bien peur, pensai-je, que les
Moineaux de Paris n'aient pas assez de simplicité pour adopter un
pareil système.

--Hourrah!» cria mon ami le Loup.

Je volai à dix pieds au-dessus de lui. Tout à coup mille à douze cents
Loups, d'un poil superbe et d'une incroyable agilité, arrivèrent aussi
rapidement que s'ils eussent été des Oiseaux. Je vis de loin venir
deux kitbikts attelés de deux Chevaux chacun; mais malgré la rapidité
de leur course, en dépit des coups de sabre distribués aux Loups par
les maîtres et par les valets, les Loups se firent écraser sous les
roues avec une sublime abnégation de leur poil qui me parut le comble
du stoïcisme républicain. Ils firent trébucher les Chevaux, et dès que
ces Chevaux purent être mordus, ils furent morts! Si la meute perdit
une centaine de Loups, il y eut une belle curée. Mon Loup, comme
sentinelle, eut le droit de manger le cuir des tabliers. De vaillants
Loups, n'ayant rien, mangeaient les habits et les boutons. Il ne
resta que six crânes qui se trouvèrent trop durs, et que les Loups ne
pouvaient ni casser ni mordre. On respecta les cadavres des Loups morts
dans l'action: ce fut l'objet d'une spéculation excessivement habile.
Des Loups affamés se couchèrent sous les cadavres. Des Oiseaux de proie
vinrent se poser dessus, il y en eut de pris et de dévorés.

Émerveillé de cette liberté absolue qui existe sans aucun danger, je
me mis à rechercher les causes de cette admirable égalité. L'égalité
des droits vient évidemment de l'égalité des moyens. Les Loups sont
tous égaux, parce qu'ils sont tous également forts, comme me l'avait
fait pressentir mon interlocuteur. Le mode à suivre, pour arriver à
l'égalité absolue de tous les citoyens, est de leur donner à tous,
par l'éducation, comme font les Loups, les mêmes facultés. Dans les
violents exercices auxquels s'adonnent ces républicains, tout être
chétif succombe: il faut que le Louveteau sache souffrir et combattre,
ils ont donc tous le même courage. On ne s'ennoblit point dans une
position supérieure à celle d'autrui, on s'y dégrade dans la mollesse
et le rien-faire. Les Loups n'ont rien et ont tout. Mais cet admirable
résultat vient des mœurs. Quelle entreprise, que de réformer les mœurs
d'un pays gâté par les jouissances! Je devinai pourquoi et comment il
y avait à Paris des Moineaux qui mangeaient des vers, des graines, qui
habitaient des oasis, et comment il y avait de pauvres Moineaux forcés
de picorer par les rues. Par quels moyens convaincre les Moineaux
heureux de se faire les égaux des Moineaux malheureux? Quel nouveau
fanatisme inventer?

Les Loups s'obéissent tout aussi durement à eux-mêmes que les Abeilles
obéissaient à leur reine, et les Fourmis à leurs lois. La liberté
rend esclave du devoir, les Fourmis sont esclaves de leurs mœurs, et
les Abeilles de leur reine. Ma foi! s'il faut être esclave de quelque
chose, il vaut mieux n'obéir qu'à la raison publique, et je suis pour
les Loups. Évidemment, Lycurgue avait étudié leurs mœurs, comme son nom
l'indique. L'union fait la force, là est la grande charte des Loups,
qui peuvent, seuls entre les Animaux, attaquer et dévorer les Hommes,
les Lions, et qui règnent par leur admirable égalité. Maintenant, je
comprends la Louve mère de Rome!

[Illustration]

Après avoir profondément médité sur ces questions, je me promis, en
revenant, de les dégosiller à mon grand écrivain. Je me promettais
aussi de lui adresser quelques questions sur toutes ces choses.
Avouons-le à ma honte ou à ma gloire! à mesure que je me rapprochais
de Paris, l'admiration que m'avait inspirée cette race sauvage de
héros lupiens se dissipait en présence des mœurs sociales, en pensant
aux merveilles de l'esprit cultivé, en me souvenant des grandeurs où
conduit cette tendance idéaliste qui distingue le Moineau français.
La fière république des Loups ne me satisfaisait plus entièrement.
N'est-ce pas, après tout, une triste condition, que de vivre uniquement
de rapines? Si l'égalité entre Loups est une des plus sublimes
conquêtes de l'esprit animal, la guerre du Loup à l'Homme, à l'Oiseau
de proie, au Cheval et à l'Esclave, n'en reste pas moins en principe
une abominable violation du droit des Bêtes.


«Les rudes vertus d'une république ainsi faite, me disais-je, ne
subsistent donc que par la guerre? Sera-ce le meilleur gouvernement
possible, celui qui ne vivra qu'à la condition de lutter, de souffrir,
d'immoler sans cesse et les autres et soi-même? Entre mourir de faim en
ne faisant aucune œuvre durable, ou mourir de faim en coopérant, comme
le Moineau de Paris, à une histoire perpétuelle, à la trame continue
d'une étoffe brodée de fleurs, de monuments et de rébus, quel Animal
ne choisirait le _tout_ au _rien_, le _plein_ au _vide_, l'_œuvre_ au
_néant_? Nous sommes tous ici-bas pour faire quelque chose!» Je me
rappelai les Polypes de la mer des Indes, qui, fragment de matière
mobile, réunion de quelques monades sans cœur, sans idée, uniquement
douées de mouvement, s'occupent à faire des îles sans savoir ce
qu'ils font. Je tombai donc dans d'horribles doutes sur la nature des
gouvernements. Je vis que beaucoup apprendre, c'est amasser des doutes.
Enfin, je trouvai ces Loups socialistes décidément trop carnassiers pour
le temps où nous vivons. Peut-être pourrait-on leur enseigner à manger
du pain, mais il faudrait alors que les Hommes consentissent à leur en
donner.


Je devisais ainsi à tire-d'aile, arrangeant l'avenir à vol d'Oiseau,
comme s'il ne dépendait pas des Hommes d'abattre les forêts et
d'inventer les fusils, car je faillis être atteint par une de ces
machines inexplicables! J'arrivai fatigué. Hélas! la mansarde est
vide: mon philosophe est en prison pour avoir entretenu les riches
des misères du peuple. Pauvres riches, quels torts vous font vos
défenseurs! J'allai voir mon ami dans sa prison, il me reconnut.

«D'où viens-tu, cher petit compagnon? s'écria-t-il. Si tu as vu
beaucoup de pays, tu as dû voir beaucoup de souffrances qui ne
cesseront que par la promulgation du code de la Fraternité.»

  GEORGE SAND.

[Illustration]



VIE

ET

OPINIONS PHILOSOPHIQUES

D'UN PINGOUIN

  Faut-il chercher le bonheur? demandai-je
  au Lièvre.--Cherchez-le, me répondit-il,
  mais en tremblant.

  --L'OISEAU ANONYME.--


I

Si je n'étais pas né en plein midi, sous les rayons d'un soleil brûlant
dont les ardeurs me firent éclore, et qui, par conséquent, fut bien
autant mon père que le brave Pingouin qui avait abandonné dans le
sable l'œuf (très-dur) que j'eus à percer en venant au monde... et si
d'ailleurs j'étais d'humeur à faire, en si grave matière, une mauvaise
plaisanterie, je dirais que je suis né sous une mauvaise étoile.

Mais étant né, comme je viens de le dire, en plein soleil, c'est-à-dire
en l'absence de toute étoile, bonne ou mauvaise, je me contenterai
d'avancer que je suis né dans un mauvais jour, et je le prouverai.

Quand je fus venu à bout de sortir de la coquille où j'étais emprisonné
depuis longtemps, et fort à l'étroit, je vous assure, je restai pendant
plus d'une heure comme abasourdi de ce qui venait de m'arriver.

Je dois l'avouer, la naissance a quelque chose de si imprévu et de
si nouveau, qu'eût-on cent fois plus de présence d'esprit qu'on n'a
l'habitude d'en avoir dans ces sortes de circonstances, on garderait
encore de ce moment un souvenir extrêmement confus.

«Ma foi, me dis-je aussitôt que j'eus, non pas repris, mais pris mes
sens, qui m'eût dit, il n'y a pas un quart d'heure, quand j'étais
accroupi dans cette abominable coquille où tout mouvement m'était
interdit, qui m'eût dit qu'après avoir été trop gros pour mon œuf, j'en
viendrais à avoir trop de place quelque part?»

Je me confesse pour être franc. Je dirai donc que je fus étonné plutôt
que ravi du spectacle qui s'offrit à ma vue, quand j'ouvris les yeux
pour la première fois; et que je crus un instant, en voyant la voûte
céleste s'arrondir tout autour de moi, que je n'avais fait que passer
d'un œuf infiniment petit dans un œuf infiniment grand. J'avouerai
aussi que je fus loin d'être enchanté de me voir au monde, bien qu'en
cet instant ma première idée fût que tout ce que je voyais devait
m'appartenir, et que la terre n'avait sans doute jamais eu d'autre
emploi que celui de me porter, moi et mon œuf. Pardonnez cet orgueil à
un pauvre Pingouin, qui depuis n'a eu que trop à en rabattre.

Lorsque j'eus deviné à quoi pouvaient me servir les yeux que j'avais,
c'est-à-dire quand j'eus regardé avec soin ce qui m'entourait, je
découvris que j'étais dans ce que je sus plus tard être le creux d'un
rocher, pas bien loin de ce que je sus plus tard être la mer, et, du
reste, aussi seul que possible.

Ainsi, des rochers et la mer, des pierres et de l'eau, un horizon sans
bornes, l'immensité enfin, et moi au milieu comme un atome, voilà ce
que je vis d'abord.

Ce qui me frappa davantage, ce fut que cela était en vérité bien grand,
et je me demandai aussitôt: «Pourquoi l'univers est-il si grand?»


II

Cette question, la première que je m'adressai, combien de fois me la
suis-je adressée depuis, et combien de fois me l'adresserai-je encore?

Et, en effet, à quoi sert donc que le monde soit si grand?

Est-ce qu'un petit monde, tout petit, dans lequel il n'y aurait de
place que pour des amis, que pour ceux qui s'aiment, ne vaudrait pas
cent fois mieux que ce grand monde, que ce grand gouffre dans lequel
tout se perd, dans lequel tout se confond, où il y a de l'espace,
non-seulement pour des créatures qui se détestent, mais encore pour
des peuples entiers qui se volent, qui se frappent, qui se tuent, qui
se mangent; pour des espèces ennemies, et l'une sur l'autre acharnées;
pour des appétits contraires; pour des passions incompatibles enfin,
et, qui pis est, pour des Animaux qui doivent, après avoir respiré le
même air, vu la même lune, et le même soleil, et les mêmes astres,
mourir sottement, après s'être, par-dessus le marché, ignorés toute
leur vie?

Je vous le demande à vous tous, Pingouins qui me lisez, Pingouins
mes bons amis, est-ce qu'une petite terre par exemple, une terre
sur laquelle il n'y aurait qu'une petite montagne, pas bien haute,
qu'un petit bois planté d'arbres très en vie, chargés de feuilles, et
poussant à merveille, et se couvrant à plaisir de ces belles fleurs et
de ces beaux fruits qui font la gloire et la joie des branches qui les
portent, et dans ce petit bois une ou deux douzaines de nids charmants,
bien habités par de bons et joyeux Oiseaux élégamment vêtus, riches en
santé, en couleurs, en beauté, en grâces, en tout enfin, et non pas de
pauvres diables de Pingouins comme vous et moi; est-ce que dans chacun
de ces nids un cœur ou plusieurs cœurs ne faisant qu'un, et tout au
fond quelques œufs chaudement et tendrement couvés, je vous le demande,
est-ce qu'une petite terre ainsi faite ne ferait pas votre affaire, et
l'affaire de tout le monde?

Qui donc réclamerait, je vous prie, contre cette douce petite terre,
contre ce petit bois, contre ces beaux arbres, contre ces rares oiseaux
s'aimant tous, se chérissant tous, tous amis, qui donc?

Certes, ce ne serait pas moi, qui écris ces lignes, et si ce devait
être vous qui les lisez, je vous dirais, quoi qu'il pût m'en coûter:
«Allez au diable; vous m'avez trompé, vous n'êtes pas même un Pingouin,
fermez ce livre et brouillons-nous.»

Mais pardon, ami lecteur, pardon; l'habitude d'être seul m'a rendu
maussade, grossier même, et je m'oublie, et j'oublie qu'on n'a pas
le droit de s'oublier quand on est face à face avec vous, puissant
lecteur!


III

Je dois dire que, comme je ne savais pas alors grand'chose, pas même
compter jusqu'à deux, je ne m'étonnais pas d'être seul, tant je croyais
peu qu'il fût possible de ne l'être pas!

Je ne me permis donc aucune lamentation sur les malheurs de la solitude
qui était mon partage.

L'occasion était bonne pourtant; un peu plus tard, je ne l'aurais pas
laissée échapper.

Cela semble si bon de se plaindre, que j'ai cru quelquefois que c'était
là tout le bonheur.

Je n'existais pas depuis une heure, que j'avais déjà connu le froid et
le chaud, la vie tout entière; le soleil avait disparu tout d'un coup,
et, de brûlant qu'il était, mon rocher était devenu aussi froid que
s'il se fût changé subitement en une montagne de glace.

N'ayant rien de mieux à faire, j'entrepris alors de remuer.

Je sentais à mes épaules et sous mon corps quelque chose que je
supposais n'être pas là pour rien. J'agitai comme je le pus ces espèces
de petits bras, ces espèces de petites ailes, ces quasi-jambes que
venait de me donner la nature (laquelle vit depuis trop longtemps,
selon moi, sur sa bonne réputation de tendre mère, aimant également
tous ses enfants), et je fis si bien qu'après de longs efforts je
réussis enfin... à rouler du haut de mon rocher.

C'est ainsi que je fis mon premier pas dans la vie, lequel fut une
chute, comme on voit.

On dit qu'il n'y a que le premier pas qui coûte: que ne dit-on vrai!

J'arrivai à terre plus mort que vif, et tout meurtri.

Comme un vrai enfant que j'étais, je frappai de mon pauvre bec le sol
insensible contre lequel je m'étais blessé, et me blessai davantage, ce
qui me donna à penser.

«Évidemment, me dis-je, il faut se défier de son premier mouvement, et
avant d'agir réfléchir.»

Je commençai alors à me poser de la façon la plus sérieuse la question
de ma destinée comme Pingouin, non pas que j'eusse la moindre
prétention à la philosophie; mais quand on se trouve obligé de vivre,
et qu'on n'en a pas l'habitude, il faut bien se dire quelque chose
pour trouver les moyens d'en venir à bout.

[Illustration]

Qu'est-ce que le bien?

Qu'est-ce que le mal?

Qu'est-ce que la vie?

Qu'est-ce qu'un Pingouin?

Je m'endormis avant d'avoir résolu une seule de ces graves questions.

Qu'il est bon de dormir!


IV

La faim me réveilla.

Oubliant mes résolutions, je ne me demandai pas: Qu'est-ce que la faim?
et je fis mon premier repas de quelques coquillages qui me semblaient
bâiller sur la plage à mon intention, avant de m'être livré à aucune
dissertation préliminaire sur les dangers possibles de cet ancien usage.

J'en fus puni: car, dans ma candeur, ayant mangé trop vite, je faillis
m'étrangler.

Je ne vous dirai pas comment il se fit que je pus apprendre
successivement à boire, à manger, à marcher, à remuer, à aller à droite
ou à gauche, à mesurer de l'œil les distances, à savoir qu'on ne tient
pas tout ce qu'on voit, à descendre, à monter, à nager, à pêcher, à
dormir debout, à me contenter de peu et quelquefois de rien, etc., etc.
Il suffira que je vous dise que chacune de ces études fut pour moi
l'objet de peines sans nombre, de mésaventures fabuleuses, d'épreuves
inouïes!

Et c'est ainsi qu'il m'arriva de passer les plus beaux jours de ma vie,
faisant tout à la sueur de mon front, et petit à petit devenant gros et
gras, et d'une belle force pour mon âge.


V

Que penses-tu des Pingouins, Dieu suprême? Que feras-tu d'eux au jour
du jugement? A quoi as-tu songé quand tu as promis la résurrection des
corps?

Importait-il donc à ta gloire de créer un oiseau sans plumes, un
poisson sans nageoires, un bipède sans pieds?

«Si c'est là vivre, me suis-je écrié bien souvent, je demande à rentrer
dans mon œuf.»

Un jour qu'à force de méditer j'avais fini par m'endormir, il me sembla
que j'entendais pendant mon sommeil un bruit qui n'était ni celui des
vagues, ni celui des vents, ni aucun autre bruit que je connusse.

«Réveille-toi donc, me disait intérieurement cette partie active
de notre âme qui semble ne dormir jamais, et que je ne sais quelle
puissance tient constamment éveillée en nous pour notre salut ou pour
notre perte; réveille-toi donc, ce que tu verras en vaut bien la peine,
et ta curiosité sera satisfaite.

--Assurément je ne me réveillerai pas, répondait tout en dormant cette
autre excellente partie de nous-mêmes à laquelle nous devons de dormir
en toute circonstance; je ne suis point curieuse, et ne veux rien voir.
Je n'ai que trop vu déjà.»

Et comme l'autre insistait:

«J'aurais bien tort, en vérité, de secouer pour si peu ce bon sommeil,
reprenait la dormeuse; d'ailleurs je n'entends rien; vous voulez me
tromper, ce bruit n'est pas un bruit; je dors, je rêve, et voilà tout.
Laissez-moi donc dormir. Y a-t-il rien au monde qui vaille mieux qu'un
bon somme?»

Et comme, à vrai dire, je tenais à dormir, je m'y obstinais, fermant
les yeux de mon mieux et me cramponnant au sommeil qui allait
m'échapper, avec tous ces petits soins qu'ont de leur repos les vrais
dormeurs, pendant même qu'ils s'y livrent.

Mais il était sans doute écrit que je devais me réveiller. Hélas!
hélas! je me réveillai donc!

Que devins-je, moi qui m'étais cru la Bête la plus considérable, et
même la seule Bête de la création (je m'étais bien trompé!), que
devins-je en apercevant une demi-douzaine au moins de charmantes
créatures vivant, parlant, volant, riant, chantant, caquetant, ayant
des plumes, ayant des ailes, ayant des pieds, tout ce que j'avais
enfin, mais tout cela dans un degré de perfection telle, que je ne
doutai pas un instant que ce ne fussent des habitants d'un monde plus
parfait, de la lune par exemple, ou même du soleil, qu'un caprice
inconcevable avait poussés pour un instant sur mon rocher!

Comme elles avaient l'air fort occupé, et elles l'étaient en effet,
car elles jouaient et mettaient à leur jeu beaucoup d'ardeur, faisant
de leur corps tout ce qu'elles voulaient, rasant tour à tour la terre
et l'eau de leurs ailes légères, avec une souplesse et une vivacité
dont je ne songeai même pas à être jaloux, tant elles dépassaient tout
ce que j'aurais osé imaginer, elles ne me virent pas d'abord, et je
restai coi dans le creux de mon rocher, jusqu'à ce qu'enfin, entraîné
tout à la fois et par l'ardeur de mon âge, et surtout par cet élan
irrésistible qui pousse tout ce qui vit vers le beau, lequel, j'ai pu
le voir plus tard, est le vrai roi de la terre, je m'élançai éperdu au
milieu d'elles.

«Oiseaux célestes! m'écriai-je, fées de l'air! déesses! Et comme
j'avais beaucoup couru pour arriver jusqu'à elles et fait de violents
efforts, pour courir sans tomber, il me fut impossible de dire un mot
de plus, et force me fut de rester court.

--Un Pingouin! s'écria une des joueuses.

--Un Pingouin!» répéta toute la bande.

Et comme elles se mirent toutes à rire en me regardant, j'en conclus
qu'elles n'étaient pas fâchées de me voir.

«Les aimables personnes!» pensais-je; et, le courage m'étant revenu, je
les saluai avec respect, et prononçai alors le plus long discours que
j'eusse encore prononcé de ma vie:

«Mesdemoiselles, leur dis-je, je viens de naître, j'ai laissé là-haut
ma coquille, et comme j'ai vécu seul jusqu'à présent, je me vois avec
plaisir en aussi belle compagnie; vous jouez: voulez-vous que je joue
avec vous?

--Pingouin, mon ami, me dit celle qui me parut être la reine de la
bande, et que je sus plus tard être une Mouette Rieuse, tu ne sais pas
ce que tu demandes, mais tu vas le savoir; il ne sera pas dit qu'un
aussi éloquent petit Pingouin aura essuyé de nous un refus. Tu veux
jouer, joue donc, me dit-elle; et, cela dit, elle me poussa de l'aile
au milieu de ses amies, une autre en fit autant, et puis une autre,
et chacune me poussant, tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, je jouai
alors!!!

--Je ne veux plus jouer, dis-je dès qu'il me fut possible de prononcer
un mot.

--Fi! le mauvais joueur!» s'écrièrent-elles toutes à la fois.

Et le jeu recommença, jusqu'à ce qu'enfin, épuisé, humilié, désespéré,
je roulai par terre.

«Vous que je respectais! leur dis-je, vous que j'aimais! vous que
j'adorais! vous que je trouvais superbes!...»

Et ce que je souffrais, comment le dire?

Celle-là même qui m'avait appelé Pingouin mon ami, et qui néanmoins
m'avait le plus maltraité, me voyant tout penaud, se reprocha sa
conduite:

[Illustration]

«Pardonne-nous, mon pauvre Pingouin, me dit-elle; nous sommes des
Mouettes, des Mouettes Rieuses, et ce n'est pas notre faute si nous ne
valons rien, car nous ne sommes peut-être pas faites pour être bonnes.»

Et en me parlant ainsi, elle vint à moi d'un air si bon, que, quoi
qu'elle m'en eût dit, je crus voir en elle la beauté et la bonté
parfaites, et j'oubliai ses torts.

Mais la pitié n'est souvent qu'un remords de la dureté, et ce que
j'avais pris pour un commencement d'affection n'était que le regret
d'avoir mal fait. Aussi, dès qu'elle me vit consolé, s'envola-t-elle
avec ses compagnes.

Ce brusque départ me surprit à un tel point, qu'il me fut impossible
de trouver un geste ou une parole pour l'empêcher, et je recommençai à
être seul.

C'est-à-dire que chaque jour triste avait son plus triste lendemain,
car dès lors la solitude me devint insupportable.


VI

Pour tout dire, j'étais fou, car j'étais amoureux, et c'est tout un;
je ne me pardonnais pas de n'avoir rien fait, pour la retenir, que
souffrir!

«Il s'agissait bien de souffrir, me disais-je; tu n'es qu'un sot, il
fallait te faire aimer... Mais faites-vous donc aimer, vous tous et
vous toutes qu'on n'aime pas!»

Et les reproches que je me faisais étaient si vifs, et je sentais si
bien que je ne les méritais que trop, que je fus je ne sais combien de
temps à me remettre en paix avec moi-même.

J'avais tant de chagrin que je ne pouvais plus ni boire ni manger; je
restais des jours entiers et des nuits entières à la même place et dans
la même position, n'osant bouger ni respirer, parce qu'il me semblait
que, s'il ne se faisait aucun bruit, l'ingrate que j'aimais pourrait
peut-être bien revenir.

Quelquefois je fermais les yeux et les tenais fermés le plus longtemps
possible.

«Peut-être, quand je les rouvrirai, sera-t-elle là, me disais-je;
n'est-ce pas ainsi qu'elle m'apparut une première fois?»

Où j'étais encore le moins mal, c'était sur le bord de la mer; je
trouve que nulle part on n'est aussi bien que là pour être très-triste.

Cette eau sans fin, au bout de laquelle il semble qu'il n'y ait rien,
ne ressemble-t-elle pas, en effet, à ces douleurs dont on n'aperçoit
pas le terme?

Je ne me lassais pas de regarder au loin, demandant à l'horizon ce
que l'horizon m'avait emporté, et fixant dans l'espace le point où je
l'avais vue disparaître.

«Reviens, m'écriais-je, car je t'aime!»

Et j'étais si fort persuadé que, quelle que soit la distance, ce qu'on
demande ainsi doit être exaucé, que quand je voyais qu'elle ne revenait
pas, et qu'elle ne reviendrait pas, je tombais à la renverse, et ne me
relevais que pour l'appeler encore.


VII

«Je n'y puis plus tenir!» me dis-je un jour, et je me jetai à la mer.

[Illustration]


VIII

Malheureusement je savais nager, de façon que mon histoire ne finit pas
là.


IX

Quand je revins sur l'eau, on revient toujours une ou deux fois sur
l'eau avant de se noyer définitivement, cédant à ma passion pour les
monologues, je me laissai aller à me demander si j'avais bien le droit
de disposer de ma vie, si le monde n'en irait pas plus mal quand il
y aurait un Pingouin de moins dans la nature, si je trouverais mon
ingrate au fond des eaux (parmi les perles), ou si, ne l'y trouvant
pas, j'y trouverais au moins quelques compensations, etc., etc., etc.,
etc.

De sorte que le monologue fut très-long, et que j'eus le temps de faire
sept cents lieues en allant toujours tout droit avant d'avoir pris
aucun parti.

De temps en temps, de centaine de lieues en centaine de lieues, par
exemple, il m'était bien arrivé, un peu pour l'acquit de ma conscience,
je l'avoue, de m'abîmer de quelques pieds sous les flots, dans la
louable intention d'aller tout au fond pour y rester; mais, pour une
raison ou pour une autre, je me retrouvais bientôt à la surface, et,
je dois le dire, après chaque nouvelle tentative, l'air me paraissait
toujours meilleur à respirer.

Je venais de manquer mon septième ou huitième suicide, et j'étais bien
décidé à en rester là et à vivre, puisque enfin je paraissais y tenir,
quand, en revoyant la lumière, je trouvai tout d'un coup à mes côtés un
Oiseau dont l'air simple, naïf et sensé me gagna le cœur tout d'abord.

«Qu'avez-vous donc été faire là-dessous, monsieur le Pingouin?» me
dit-il en me faisant un beau salut.

Comme la question ne laissait pas que d'être embarrassante, je lui fis
signe que je n'en savais rien.

«Et où allez-vous? ajouta-t-il.

--Je ne le sais pas davantage, lui répondis-je.

--Eh bien, alors, allons ensemble.»

J'acceptai bien volontiers; car, à vrai dire, j'en avais par-dessus la
tête d'être seul.

Chemin faisant, je lui racontai mes malheurs, qu'il écouta avec
beaucoup d'attention et sans m'interrompre.

Quand j'eus fini, il me demanda ce que je comptais faire; je lui dis
alors que j'avais une demi-envie de courir après celle que j'aimais.

«Tant que vous courrez, cela ira bien, me répondit-il, car en amour
mieux vaut poursuivre que tenir; mais s'il vous arrive de trouver celle
que vous cherchez, vos misères recommenceront.»

Et, comme j'avais l'air surpris de cette singulière assertion:

«Comment voulez-vous qu'une Mouette vous aime? reprit-il; les Mouettes
s'aiment entre elles, comme les Pingouins doivent s'aimer entre eux.
Quelle idée vous a pris, à vous qui êtes un Oiseau plein d'embonpoint,
d'aimer une de ces vivantes bouffées de plumes qui ne peuvent pas
rester en place, et que le diable et le vent emportent toujours?

--Ma foi! m'écriai-je, si je sais quelque chose, ce n'est pas comment
vient l'amour. Quant au mien, il m'est venu, ou plutôt il m'est tombé
du ciel, comme j'ai eu l'honneur de vous le dire.

--Du ciel! s'écria à son tour mon compagnon de route. Voilà bien le
langage des amoureux! A les en croire, le ciel serait toujours de
moitié dans leurs affaires.

--Vous m'avez l'air bien revenu de tout, lui dis-je, monsieur; que vous
est-il donc arrivé? Est-ce que vous êtes malheureux?»

Mon nouvel ami ne répondit à ma question que par un sourire assez
triste; il se trouvait là un rocher que la marée basse avait laissé à
découvert, il y grimpa après m'avoir témoigné qu'il serait bien aise de
se reposer un peu, et je fis comme lui.

Et comme il se taisait, je me tus aussi, me contentant de l'examiner en
silence. Il avait l'air extrêmement préoccupé, et, par discrétion, je
me tins à l'écart.

Au bout de quelques minutes il fit un mouvement, et je crus pouvoir me
rapprocher de lui.

«A quoi pensez-vous? lui demandai-je.

--A rien, me répondit-il.

--Mais enfin qui donc êtes-vous, lui dis-je, Oiseau qui parlez et qui
vous taisez comme un sage?

--Je suis, me répondit-il, de la famille des Palmipèdes totipalmes;
mais de mon nom particulier on m'appelle Fou.

--Vous, Fou? m'écriai-je; allons donc!

--Mais oui, Fou, reprit-il. On nous appelle ainsi parce qu'étant forts
nous ne sommes pas méchants, et, à un certain point de vue qui n'est
pas le bon, on a raison.»

O justice!


X

«Mais ce n'est pas de moi qu'il s'agit, me dit cet Oiseau véritablement
sublime, parlons de vous. Il y a de par le monde, et pas bien loin
d'ici, une île qu'on appelle l'île des Pingouins. Cette île est habitée
par des Oiseaux de votre espèce, des Pingouins, des Manchots, des
Macareux, tous Brachyptères comme vous; c'est là qu'il faut aller, mon
ami. Dans cette île, vous ne serez pas plus laid qu'un autre, et il se
peut même que relativement on vous y trouve très-beau.

--Mais je suis donc laid? lui dis-je.

--Oui, me répondit-il. Votre Mouette avec son élégant manteau bleu
couleur du temps, son corps blanc comme neige et sa preste allure, vous
paraissait-elle jolie?

--Une Fée! c'était une Fée! une perfection!

--Eh bien, me répondit-il, lui ressemblez-vous?

[Illustration: L'île des Pingouins.]

--Partons! m'écriai-je. Avec vous, ô le plus sage des Fous, j'irais au
bout du monde.»


XI

Comment il se fit que, tout en cinglant vers l'île des Pingouins, nous
nous trouvâmes, après des fatigues de tout genre, en vue d'une île qui
n'était pas celle que nous cherchions, voilà ce qui n'étonnera que ceux
qui ne se sont jamais trompés de chemin.

Comment il se fit encore qu'après être partis avec des vents favorables
et par un temps superbe nous rencontrâmes sur notre route une grosse
tempête, voilà ce qui n'étonnera personne non plus, si ce n'est
pourtant ceux qui ne sont jamais sortis de leur coquille.

Du reste, tant que dura la tempête, qui fut horrible, cela alla bien.
Soit que nous fussions au fond ou au-dessus de l'abîme, le calme de mon
mentor ne se démentit point.

«O maître, lui dis-je quand la colère des flots fut apaisée, qui donc
vous a appris à vivre tranquillement au milieu des orages?

--Quand on n'a rien à perdre, on n'a rien à sauver, et partant rien
à craindre, me répondit mon compagnon de voyage en souriant une fois
encore de ce triste sourire que je lui avais déjà vu.

--Mais nous pouvions mille fois perdre la vie! m'écriai-je.

--Bah! reprit-il, il faut bien mourir; qu'importe donc comment on
meurt... pourvu qu'on meure!» ajouta-t-il après un moment de silence,
mais tout bas et comme quelqu'un qui se parlerait à lui-même et
oublierait qu'on peut l'entendre.

«Assurément, pensai-je, mon bon ami a dans le fond du cœur un grand
chagrin qu'il me cache;» et j'allais, au risque d'être indiscret, le
supplier de me raconter ses peines comme je lui avais raconté les
miennes, et de se plaindre un peu à son tour, quand, reprenant tout
d'un coup la conversation où il l'avait laissée:

«Tiendriez-vous donc maintenant à la vie, me dit-il, vous qui tout à
l'heure encore pensiez à vous l'ôter?

--Hélas! lui dis-je, monsieur, j'en conviens, depuis que vous m'avez
fait espérer qu'il pouvait y avoir un coin de terre où l'on ne me
rirait pas au nez en me regardant, le courage m'est revenu, et je crois
bien que je ne serais pas fâché de vivre encore un peu, ne fût-ce que
par curiosité. Ai-je tort?

--Mon Dieu non,» me répondit-il.


XII

L'île Heureuse.

«Parbleu! s'écria mon guide quand nous eûmes mis pied à terre et que
nous nous fûmes un peu secoués pour nous sécher, c'est inouï comme on
vient quelquefois à bout de reculer sans faire un seul pas en arrière!
voilà un coin de terre qui devrait être à cinq cents lieues derrière
nous.»

Et comme je lui demandais où nous étions:

«Cette île est l'île Heureuse, reprit-il; son nom ne se trouve, que
je sache, sur aucune carte, et elle n'est guère connue; mais en somme
elle mérite de l'être, et pour un Pingouin de votre âge, un séjour de
quelques heures dans ce pays peut n'être pas sans profit. Si donc vous
le voulez, nous irons plus avant dans les terres.

--Si je le veux!» m'écriai-je.

Et déjà je baisais avec transport l'île fortunée qui avait pu mériter
un si beau nom.

«Là, là, calmez-vous, me dit mon guide; ceci n'est encore ni le Pérou,
ni le paradis des Pingouins; vous laisserez-vous donc toujours prendre
à l'étiquette du sac?

«L'île Heureuse n'a été ainsi nommée que parce que ses habitants
apportent tous en naissant une si furieuse envie d'être heureux, que
leur vie tout entière se passe à essayer de satisfaire cette envie; si
bien qu'ils se donnent plus de mal pour atteindre leur chimère qu'il ne
saurait leur en coûter jamais pour être tout bonnement malheureux comme
doit l'être et comme consent à l'être toute créature qui a tant soit
peu d'expérience et de sens commun.

«Ces dignes insulaires ne peuvent pas se persuader qu'il est bon que
dans le monde il y ait toujours quelque chose qui aille de travers, que
le bien de tous se compose du mal de chacun, que, quoi qu'on fasse, on
n'est jamais heureux qu'à ses propres dépens, et qu'enfin, s'il y a des
heures heureuses, il n'y a pas de jours heureux.

«Comment, diable, des Animaux bien constitués, au moins en apparence,
peuvent-ils s'imaginer qu'il y a place pour ce qu'il leur plaît
d'appeler le bonheur entre le commencement et la fin d'une chose aussi
facile à troubler que la vie?

«En vérité, tous ces braves gens qui, avec les meilleures intentions du
monde, suent sang et eau pour ne rien faire, ne feraient-ils pas mieux
de demeurer tranquilles en leur peau, comme l'a dit un sage?

«J'ai entendu dire qu'après avoir essayé sans succès des _différentes
recettes pour être heureux_, qui étaient depuis longtemps connues
et éventées, ils viennent, avec les débris des plus anciennes, d'en
fabriquer une toute nouvelle.

«Et d'abord il a été convenu entre eux qu'on ne fait rien et qu'on n'a
jamais rien fait que dans un intérêt tout personnel, et qu'en cela on a
eu et on a raison.

«Dès lors l'amitié, les bons offices, le dévouement, le sacrifice, la
reconnaissance, la vertu, le devoir et tout ce qui s'ensuit, comme la
volonté, la liberté et la responsabilité, sont devenus des mots et des
choses parfaitement inutiles partout ailleurs que dans le dictionnaire,
et même dans le dictionnaire qu'il faudra refaire comme tout le reste
et remplir de mots nouveaux qui auront sur ceux qu'ils auront remplacés
l'avantage d'exprimer les mêmes idées avec beaucoup moins de clarté, de
précision et d'élégance.

«Tout doit se faire pour le plaisir qu'on y trouve, et rien ne se doit
faire de ce qu'on ferait sans une joie très-vive.

«Le travail sans fruit, c'est-à-dire le sang et l'eau répandus en vain
sur une terre ingrate et pour des ingrats, ce travail-là, au moyen
d'un certain mécanisme social, deviendra attrayant, et au besoin on ne
manquerait pas de bras qui seraient trop heureux d'avoir à remplir le
tonneau des Danaïdes ou à vider passionnellement les écuries d'Augias
et autres écuries.

«Mais que dis-je? il n'y aura point de travail sans fruit, point
d'effort inutile; aussi chacun deviendra-t-il si riche que ce qui lui
manquera, ce sera l'appétit, et encore trouvera-t-on infailliblement le
moyen de manger cinq ou six fois plus qu'on ne mange aujourd'hui.

«On restera jusqu'à un certain point libre de se dévouer, mais personne
ne vous en saura gré, et il sera dit, par exemple, qu'un tel, en se
tuant pour sauver la vie de son ami ou même celle de son ennemi, a
cédé à un goût particulier qu'il a satisfait et à un simple mouvement
d'égoïsme qu'il ne serait peut-être pas trop bon d'encourager.

«Il avait été écrit quelque part: «Aimez-vous les uns les autres;» ils
ont écrit: «Aimez-vous vous-même!»

«Et de cet amour égoïste, et de ce bonheur solitaire, et de cette
note unique que vous jouerez, vous unité, et sans vous soucier de
l'ensemble, dans le grand concert de la nature, résultera le bonheur
commun, l'harmonie universelle.

«Leur recette guérit tout.

«Plus de maladies de l'âme; plus de passions mauvaises,
contradictoires, ennemies, plus de guerres non plus (si ce n'est
toutefois entre les petits pâtés et les vol-au-vent); adieu enfin le
cortége des petites et des grandes misères de la vie.

«On viendra au monde en chantant: _Amis, la matinée est belle_, ou
bien: _Ah! quel plaisir d'être phalanstérien!_ et non en criant et en
se lamentant comme cela s'est pratiqué à tort jusqu'à présent.

«On vivra sans souffrir, et après une vie heureuse on quittera le
bonheur lui-même sans regrets; en un mot, on en viendra à mourir pour
son plaisir.

«Sans quoi on ne mourrait plutôt pas.

«Nous allons voir quel peut être le résultat de ce nouveau spécifique.

«Voici là-bas une grande maison qui n'est pas trop belle, et dans
laquelle ces nouveaux apôtres du bonheur sur la terre se livrent à
leurs jeux innocents.

«Allons-y; peut-être en aurons-nous pour notre argent.»

Sur la porte on lisait:


PHALANSTÈRE

PREMIER CANTON D'ESSAI.--ASSOCIATION DE BAS DEGRÉ (HARMONIE HONGRÉE.)

C'est-à-dire, en langage vulgaire: _Nous sommes ici quatre cents tous
heureux_.

Un immense avantage en éducation harmonienne, c'est de neutraliser
l'influence des parents, qui ne peut que retarder et pervertir
l'enfant[4].

  [4] _Association composée_, Fourier. (Textuel.)

Dans une des salles d'entrée nous vîmes d'abord d'excellentes petites
mères qui refusaient de couver leurs œufs.

«C'est déjà bien assez, s'écriaient-elles, qu'on soit obligé de les
pondre soi-même!»

Après quoi elles s'en allaient modestement chercher et rejoindre dans
les jardins, au beau milieu des groupes des choutistes, des ravistes et
autres amis des légumes, leurs préférés amovibles ou amoureux.

[Illustration]

Ou bien encore, si, tant bien que mal, les pauvres petits étaient éclos:

«Je vous ai pondus, et, qui plus est, je vous ai couvés,
disaient-elles à leurs nouveau-nés; que d'autres vous nourrissent.
Nous viendrons vous gâter plus tard si nous y pensons.»

Et vous croyez peut-être que les œufs et les petits restaient là?

Pas du tout.

Comme il a été reconnu que dans le système d'association composée les
vrais pères et les vraies mères, ceux et celles que donnent la loi de
la nature, la logique du cœur et le bon Dieu, ne valent pas le diable,
l'association ne manque pas de leur substituer des individus qui, pour
n'être que des pères adoptifs, n'en sont évidemment que meilleurs,
puisqu'ils n'ont eu aucune raison pour le devenir.

De temps en temps arrivaient à quatre pattes de vieux patriarches et de
bonnes mères nourrices qui s'emparaient des orphelins et s'en allaient
leur donner gratis la becquée et les préparer à l'harmonie, chacun
selon son degré d'âge ou de caractère, dans les salles destinées aux
hauts poupons, mi-poupons, bas poupons et autres.

Un Nilgaud sibyllin nous apprit que les patriarches et les bonnes mères
nourrices étaient d'excellents Renards et des Fouines compatissantes,
voire même de vieilles Couleuvres, dont l'attraction pour les œufs
éclos et à éclore était incontestable.

Un peu plus loin les Loups dévoraient des Agneaux, lesquels, pour que
les pauvres Loups ne mourussent pas de faim, se laissaient croquer à
belles dents.

Quelques-uns même, qui n'étaient pas mangés encore, semblaient attendre
leur tour avec impatience.

«Quoi! leur dis-je, seriez-vous vraiment pressés d'être dévorés, et
est-ce bien pour votre plaisir que vous attendez une pareille mort?

--Pourquoi non? me répondit un charmant petit Agneau, c'est une
attraction comme une autre; s'il plaît à ceux-ci de vivre, il faut bien
qu'il nous plaise de mourir.

  --. . . . . Le ciel permit aux Loups
    D'en croquer quelques-uns...»

me dit un Singe qui avait entendu ma question.

  «Ils les croquèrent tous,»

ajouta en riant dans sa barbe, et en trempant sa mouillette dans un
œuf auquel il était supposé servir de père, un des Renards nourriciers
que j'avais vus dans la première salle.

Mais où je vis le plus distinctement tout le parti qu'on pouvait tirer
de la nouvelle doctrine, ce fut dans un séristère ou étable principale
qui se trouvait au centre.

[Illustration: Les bonnes mères nourrices étaient de vieilles
Couleuvres.]

Sur un des panneaux de la porte on lisait:


SALLE D'ÉTUDE.--TRAVAIL ATTRAYANT.

L'assemblée était nombreuse, les travailleurs étaient couchés les uns
sur les autres, les plus gros sur les plus petits, comme de juste.

Il y avait là des Sangliers civilisés qui ne manquaient pas de se
coucher sur le dos quand ils étaient fatigués d'être sur le ventre,
des Bœufs qui avaient abandonné leur charrue, et des Chameaux qui
essayaient de faire porter leurs bosses à leurs voisins, lesquels
auraient désiré sans doute que les bosses fussent plates, si en pleine
phalange un phalanstérien pouvait avoir quelque chose d'impossible à
désirer.

[Illustration]

Ceux qui ne dormaient pas bâillaient ou allaient bâiller, ou avaient
bâillé, et tous semblaient s'ennuyer profondément.

Au centre était assis un Singe, qui, tenant un de ses genoux dans
ses mains, la tête un peu penchée en arrière, semblait absorbé dans
ses réflexions et penser pour les autres, bien qu'à vrai dire il s'en
souciât fort peu.

«Monsieur, lui dis-je, ces gens si tristes sont-ils vraiment heureux?

--J'ai bien peur que non, me répondit-il, quoiqu'ils n'aient rien de
mieux à faire. Quant à moi, continua-t-il, je suis bien mal sur ce
tabouret; si je n'étais pas chef de phalange, je me coucherais comme
les autres.»

[Illustration]

En nous en allant, nous passâmes devant la boutique d'un maréchal
ferrant qui, comme tous ses confrères, s'était fait cordonnier et
vendait aux chevaux qui avaient les pieds sensibles des escarpins, des
brodequins et des pantoufles en tapisserie.

«Ma foi, dis-je à mon compagnon de route, j'en ai assez de l'île
Heureuse et de cette promenade en harmonie. Ce serait à dégoûter du
bonheur, si c'était là le bonheur.

--Quand les partisans de ce nouveau système n'auront plus rien à manger
et à faire manger à leur système, j'espère bien qu'à moins qu'ils ne se
mangent les uns les autres ils en viendront à...»

Je ne pus achever tant ce que je vis m'étonna.

Mon guide, que j'avais pu croire au-dessus de toute émotion, comme
l'Oiseau dont parle le poëte: _Impavidum ferient ruinæ_; mon guide,
jusque-là impassible, s'étant arrêté pour se désaltérer sur le bord
d'une petite rivière, s'était mis tout à coup à donner les signes du
plus violent désespoir.

«Que je suis malheureux! s'écriait-il; que je suis malheureux!»

Et il poussait de si profonds soupirs, que je courus à lui les larmes
aux yeux.

«Pour Dieu! qu'avez-vous, mon bien cher ami? lui dis-je.

--Ce que j'ai? me répondit-il; et il me montrait sur l'autre rive un
groupe de Canards musqués qui barbotaient avec beaucoup de fatuité
autour d'une des plus belles Oies frisées que j'aie vues de ma vie.
Ce que j'ai?... Je n'ai rien, sinon que j'ai aimé comme un fou cette
dame que tu aperçois là-bas, et elle m'aimait aussi!!! mais hélas! un
jour elle disparut. Jusqu'à présent j'avais eu le bonheur de la croire
morte, et n'avais cessé de la pleurer; aussi n'ai-je pas été maître de
mon émotion en la retrouvant ici dans cette sotte île, et en la voyant
prodiguer ses faveurs à ces petits imbéciles de Canards musqués qui
l'entourent.

--Consolez-vous, lui dis-je, ou du moins cherchez à vous consoler.

--Chercher à se consoler, me répondit-il en relevant la tête, c'est
n'avoir point la patience d'attendre l'indifférence. On ne se console
pas, on oublie. J'oublierai.»

Et s'étant couvert de ses ailes comme d'un sombre nuage, il se dirigea
vers la mer, où nous arrivâmes sans qu'il eût prononcé un seul mot ni
jeté un regard en arrière.

«Amour redoutable, pensai-je, faut-il donc croire tout le mal qu'on dit
de toi? Comment cette Oie frisée a-t-elle pu tromper ce bon Oiseau? Qui
m'assure que celle que j'aime?...»

Mais à quoi bon vous dire cela, cher lecteur?


XIII

L'île des Pingouins.

Deux jours après nous étions enfin dans l'île des Pingouins.

«Que veut dire ceci? dis-je en apercevant deux ou trois cents individus
de mon espèce qui étaient rangés sur la côte et comme en bataille;
est-ce pour nous faire honneur ou pour nous mal recevoir que ces
Oiseaux, mes frères, bordent ainsi le rivage?

[Illustration: Le roi des Pingouins.]

--Sois tranquille, me répondit mon ami, ces Pingouins, tes semblables,
sont là pour ne rien faire, et nous n'avons rien à craindre. Ils ont,
comme tant d'autres, l'habitude de se rassembler sans but, et ne font
guère autre chose, tant que dure le jour, que de rester plantés les uns
à côté des autres comme des piquets. Cela ne fait de mal à personne, et
cela leur suffit.»

On nous reçut avec beaucoup de bonhomie, et les premiers que nous
rencontrâmes nous conduisirent, avec toutes sortes de prévenances,
vers un vieux Manchot, qu'ils nous dirent être le roi de l'île, et qui
l'était en effet; ce qui ne nous étonna pas quand nous le vîmes, car
c'était le plus gros Manchot qu'on pût voir, et nous ne pûmes nous
empêcher de l'admirer.

[Illustration]

Ce bon roi était assis sur une pierre qui lui servait de trône, et
entouré de ses sujets, qui avaient tous l'air d'être au mieux avec lui.

«Illustres étrangers, s'écria-t-il du plus loin qu'il nous aperçut,
vous êtes les bienvenus, et je suis enchanté de faire votre
connaissance!»

Et comme la foule qui l'entourait nous empêchait d'arriver jusqu'à sa
personne:

«Çà, dit-il, mes enfants, rangez-vous donc un peu pour laisser passer
ces messieurs.»

Aussitôt les Dames se mirent à sa gauche, et les Pingouins à sa droite.

Puis, s'étant excusé de ce qu'il ne se dérangeait point, sur l'extrême
difficulté qu'il éprouvait à marcher, ce bon Monarque nous fit signe
d'approcher.

«Messieurs les étrangers, nous dit-il, faites ici comme chez vous, et
si vous vous y trouvez bien, restez-y. Dieu merci, il y a de la place
pour tout le monde dans mon petit royaume.»

Nous lui répondîmes qu'il était bien bon et que son petit royaume nous
paraissait très-grand, ce qui le mit tout à fait en bonne humeur.

Cet excellent roi nous demanda alors d'où nous venions, et dès qu'il
sut que nous avions beaucoup voyagé, il nous fit raconter l'histoire de
nos voyages, qu'il écouta avec tant de plaisir, que lorsqu'il croyait
que nous allions nous arrêter, il nous criait: «Encore!» ce qui nous
redonnait beaucoup de courage.

Lorsque ce fut pour de bon fini, n'y pouvant plus tenir, il jeta
par-dessus sa tête l'antique bonnet phrygien qui, de temps immémorial,
servait de couronne aux rois de ce pays; il jeta aussi la marotte,
symbole de sagesse qui lui tenait lieu de sceptre, ainsi que l'œuf vide
qui, dans sa main, figurait l'univers, et, s'étant ainsi débarrassé, il
nous ouvrit ses bras en nous disant:

«Embrassez-moi; vous êtes d'honnêtes Oiseaux que j'aime; et, s'il vous
plaît, nous ne nous quitterons plus.

--Ma foi, Sire, lui dis-je, je crois que nous aurions tort de vous
refuser; si donc mon ami pense comme moi, nous resterons.

--Qu'en dites-vous, monsieur le Fou? c'est à vous de parler. Regardez
cette île, et si, parmi ces rochers qui dominent la mer, il y en a un
qui vous convienne, il est à vous.

--Sire, répondit mon ami, des rois comme vous et des royaumes comme le
vôtre sont très-rares, et je ne demande pas mieux que de vivre et de
mourir chez vous.

--Bien dit, s'écria le roi; d'ailleurs, cher monsieur, ajouta-t-il,
vous ne serez pas le seul Fou dans cette île, et vous savez... plus on
est de fous, plus...»

Et comme la plaisanterie fut très-goûtée:

«Mes enfants, dit le prince au comble du bonheur, ces messieurs sont
des nôtres, traitez-les bien.»

Chacun se mit alors à crier:

«Vive le roi! vive le roi!»

Et, ma foi! nous criâmes comme les autres, et plus fort que les autres:

«Vive le roi!»

Après quoi:

«Quant à vous, ajouta ce grand monarque, en s'adressant plus
particulièrement à moi, ce n'est pas tout. J'ai une idée! êtes-vous
marié?

--Sire, lui répondis-je, je suis garçon.

--Il est garçon! dit Sa Majesté en se retournant du côté des Dames;
garçon!!!

--Lui garçon! s'écrièrent-elles toutes aussitôt; c'est un péché, il
faut le marier.

--Vous l'avez dit, s'écria le roi en riant de tout son cœur, et j'étais
sûr que vous le diriez!

--Mais, Sire, m'écriai-je, voyant enfin, mais trop tard, où il voulait
en venir, mon cœur est...

--Ta, ta, ta, chansons; taisez-vous, me dit-il; votre cœur est bon, et
vous ne me refuserez pas d'être mon gendre; je n'ai point de fils, vous
m'en servirez, vous me succéderez, et je mourrai content. Qu'on aille
bien vite me chercher la princesse!» ajouta-t-il.

Je m'attendais si peu à cette proposition, que je restai muet
d'étonnement.

«Qui ne dit mot consent!» s'écria le roi.

Et je n'avais pas encore eu le temps de prendre un parti, que déjà
la princesse, à laquelle on avait dit de quoi il s'agissait, était
arrivée, toujours courant, de façon que, quand je levai les yeux sur
elle, je rencontrai les siens, qui, hélas! ne me parurent point cruels.

«Regardez-la donc, me disait celui qui voulait devenir mon beau-père,
et regardez-la bien. N'êtes-vous pas ravi? n'êtes-vous pas trop
heureux? ne la trouvez-vous pas jolie?

[Illustration]

--Bonté divine! pensai-je, elle jolie! elle qui me ressemble comme deux
gouttes d'eau se ressemblent!

--Et si vous saviez quelle bonne fille cela fait, et quelle bonne
grosse femme vous aurez là! disait le pauvre père en jetant sur la
jeune princesse des regards attendris. Sans compter, ajouta-t-il, que
pas une de mes sujettes n'a les pieds plus larges, la taille plus
épaisse, les yeux plus petits, le bec plus jaune. Et sa robe, disait-il
encore, n'est-elle pas superbe? et ses petits bras ne sont-ils pas
aussi courts qu'on peut le désirer? et cette espèce de palatine qui
s'arrondit gracieusement sur son dos, en avez-vous vu de plus belle?

--Hélas! dis-je tout bas à mon ami, il y a des siècles que les palatines
sont passées de mode!

--Tu auras le meilleur beau-père qu'on puisse voir, me répondit-il.

--Mais ce n'est pas lui qui sera ma femme! lui dis-je.

--Le mariage est le meilleur des maux, reprit-il; si ce n'est déjà
fait, oublie ta Mouette.

--Hélas! pensais-je, le souvenir nous tue; mais qui de nous voudrait
oublier?»

Pendant ce temps-là:

«A quand la noce? disaient les jeunes gens.

--Cela fera un beau couple, disaient les vieillards.

--Et ils auront beaucoup d'enfants, ajoutaient les commères.

--Il n'est pas malheureux! disaient les jaloux. Pour un Pingouin de
rien, né on ne sait où et d'un œuf inconnu, une princesse! je crois
bien qu'il accepte!

--Mariez-vous! mariez-vous! mariez-vous!» me disait-on de tous côtés.


Je me mariai donc.

Le beau-père fit tous les frais de la noce: car, en Pingouinie, les
rois ont, comme les plus pauvres de leurs sujets, de quoi marier et
doter convenablement leurs filles.


Et voilà comment je devins fils de roi, et voilà comment on fait de
sots mariages; et c'est ainsi que tous mes tourments finirent par un
malheur: car ma femme se trouva n'être pas trop bonne, et je ne fus
guère heureux.

Aussi n'oubliai-je rien.


XIV

Je pourrais en rester là; mais, puisque j'en ai tant dit, j'irai
jusqu'au bout: car, aussi bien, j'ai encore un aveu à faire.

Je rêvai un jour que je revoyais celle que j'avais tant aimée, et
qu'elle m'appelait.

Dans mon rêve je la revis si bien, ainsi que la place où je croyais la
voir, que, quand je me réveillai, je me persuadai que si cette place
existait quelque part, en cherchant bien je la trouverais.

Je résolus donc de partir, et après avoir fait quelques préparatifs et
prétexté une mission diplomatique, je m'en allai laissant là ma femme
et mes enfants, ce qui était fort mal.

Pendant deux ans tout au moins je courus le monde sans rien rencontrer
de ce que je cherchais, et ne retirai aucun fruit de mes voyages, sinon
que j'appris que les vagues de la Méditerranée sont plus courtes que
celles de l'Océan, et qu'il y a sur ce globe sept fois plus de surface
d'eau que de surface de terre, ce qui me donna, entre autres idées, une
grande idée des poissons.

Mais tout d'un coup, et au moment où je commençais à désespérer, je
retrouvai sur un banc de sable... et accroupie sur les restes immondes
d'une Baleine échouée... et en compagnie d'un ignoble Cormoran, le plus
lâche des Oiseaux de mer, cette Mouette éthérée, cette beauté parfaite,
cette Péri, cette sylphide, dont la séduisante image avait obsédé ma
vie.

Et c'est ainsi que j'appris que tout ce qui brille n'est pas or, et
qu'avant de donner son cœur on ne ferait pas mal d'y regarder à deux
fois; que dis-je? à cent fois, dût-on finir par y voir toujours trop
clair, et ne le donner jamais.

O mon premier amour! combien il m'en coûta de rougir de vous! Que
devins-je quand je découvris que j'avais couru après un fantôme, que
j'avais adoré un faux dieu, et que cette Mouette sans égale n'était
qu'une Mouette de la pire espèce.

L'habitude du malheur finit par rendre ingénieux à s'en consoler.

«Tout est bien! m'écriai-je; mieux vaut la dure vérité que le plus doux
mensonge.»

Et je mis à la voile pour l'île des Pingouins, bien résolu cette fois
de n'en plus sortir et de devenir à la fois bon époux, bon père et bon
prince.


XV

Dès mon arrivée, j'allai visiter notre peuple qui se portait fort bien,
et mon beau-père, qui, Dieu merci! se portait encore mieux que notre
peuple; et puis ensuite je me mis en quête de ma chère femme que je
retrouvai avec mes deux enfants,--_et... bénédiction céleste!... deux
enfants de plus!_

[Illustration]


XVI

Ce que voyant, je m'en allai trouver mon ami le Fou.


Le roi, qui avait su l'apprécier, avait voulu faire de lui son premier
ministre, mais mon ami s'en était excusé sur sa santé, qui était en
effet fort délabrée.

Un médecin, qu'on avait consulté, avait même paru craindre que sa
poitrine ne fût attaquée.

«Mon ami, lui dis-je, vous n'avez pas bonne mine, il faudrait vous
soigner.

--Bah! dit-il, chaque heure nous blesse; heureusement, la dernière nous
tue.»

Il demeurait sur un rocher qui surpassait tous les autres en hauteur;
il y vivait très-retiré, ne voyant personne ou presque personne, «parce
que, disait-il, quand on est seul, on est encore avec ceux qu'on aime.»

L'Oiseau Anonyme, le Silencieux et le Solitaire faisaient toute sa
société.


«Décidément, lui dis-je après lui avoir conté ce qui venait de
m'arriver, je ne suis pas heureux.

--Et pourquoi diable le seriez-vous? me dit-il; avez-vous mérité de
l'être? Voyons, qu'avez-vous trouvé? que tirez-vous de votre sac?
Montrez-moi votre trésor. Avez-vous assez couru? vous êtes-vous assez
remué? Êtes-vous trop puni? Enfin, me disait-il, aucun but valait-il
donc la peine de tant d'efforts?

--Vous aurez beau dire, m'écriai-je, je n'aurais pas été fâché d'être
heureux, ne fût-ce qu'un peu, pour savoir ce que c'est que le bonheur.

--Mille diables! reprit-il avec une incroyable vivacité, quel maudit
entêtement! Mais où avez-vous appris, Pingouin que vous êtes, qu'on
pouvait être heureux? Est-ce qu'on est heureux?

«Pour l'être, il faudrait préférer les nuages au soleil,--la pluie au
beau temps,--la douleur au plaisir,--avoir grande envie de rire ou
mettre son bonheur à pleurer,--n'avoir rien et se trouver trop riche
de moitié,--prendre que tout ce qui se fait est bien fait,--que tout
ce qui se dit est bien dit,--croire aux balivernes et que les vessies
sont des lanternes,--se persuader qu'on vit quand on rêve,--qu'on rêve
quand on vit,--adorer des prestiges, des apparences, des ombres,--avoir
un pont pour toutes les rivières,--se payer de belles paroles,--nier
le diable au milieu des diableries,--tout savoir et ne rien
apprendre,--bouleverser la mappemonde, et mettre enfin chaque chose à
l'envers.

«D'ailleurs, ajouta-t-il après avoir toutefois repris haleine, si vous
êtes malheureux, attendez, le temps détruit tout.»

J'attends donc!


Si vous êtes malheureux, lecteur, faites comme moi: tout prend fin,
même cette histoire.

  P. J. STAHL.

[Illustration]


DERNIÈRES PAROLES D'UN ÉPHÉMÈRE.

C'était l'opinion des savants philosophes de notre race qui ont vécu et
fleuri longtemps avant le présent âge, que ce vaste monde ne pourrait
pas subsister plus de dix-huit heures; et je pense que cette opinion
n'était pas sans fondement, puisque par le mouvement apparent du grand
luminaire qui donne la vie à toute la nature, et qui de mon temps a
considérablement décliné vers l'océan qui borne cette terre, il faut
qu'il termine son cours à cette époque, s'éteigne dans les eaux qui
nous environnent, et livre le monde à des glaces et à des ténèbres qui
amèneront nécessairement une mort et une destruction universelles. J'ai
vécu sept heures dans ces dix-huit; c'est un grand âge; ce n'est pas
moins de quatre cent vingt minutes; combien peu entre nous parviennent
aussi loin! J'ai vu des générations naître, fleurir et disparaître.
Mes amis présents sont les enfants et les petits-enfants des amis de
ma jeunesse, qui, hélas! ne sont plus, et je dois bientôt les suivre;
car, pour le cours ordinaire de la nature, je ne puis m'attendre,
quoique en bonne santé, à vivre encore plus de sept à huit minutes.
Que me servent à présent tous mes travaux, toutes mes fatigues, pour
faire sur cette feuille une provision de miellée que pendant tout le
reste de ma vie je ne pourrai consommer? Que me servent les débats
politiques dans lesquels je me suis engagé pour l'avantage de mes
compatriotes, habitants de ce buisson? Que me servent mes recherches
philosophiques consacrées au bien de notre espèce en général? En
politique, que peuvent les lois sans les mœurs? Le cours des minutes
rendra la génération présente des éphémères aussi corrompue que celle
des buissons plus anciens, et par conséquent, aussi malheureuse. Et en
philosophie, que nos progrès sont lents! Hélas! l'art est long et la
vie est courte. Mes amis voudraient me consoler par l'idée d'un nom
qu'ils disent que je laisserai après moi. Ils disent que j'ai assez
vécu pour ma gloire et pour la nature; mais que sert la renommée pour
un éphémère qui n'existe plus? Et l'histoire, que deviendra-t-elle,
lorsqu'à la dix-huitième heure le monde tout entier sera arrivé à sa
fin pour n'être plus qu'un amas de ruines?

Pour moi, après tant de recherches actives, il ne me reste de bien
réel que la satisfaction d'avoir passé ma vie dans l'intention d'être
utile, la conversation aimable de quelques bonnes dames éphémères,
et l'espérance de vivre encore quelques secondes dans leur souvenir,
lorsque je ne serai plus.

  BENJAMIN FRANKLIN.

[Illustration]



LES DOLÉANCES

D'UN

VIEUX CRAPAUD


[Illustration]

Mon père était fort âgé déjà et un peu obèse, lorsque les joies de
la paternité lui revinrent au cœur pour la dernière fois. Hélas! il
devait payer bien cher ce dernier élan de tendresse! Ma pauvre mère,
qui n'était plus jeune, eut une ponte horrible, et finalement, en dépit
des soins les plus tendres, succomba en me mettant au monde. Ce premier
malheur pesa cruellement sur le reste de mon existence, et je lui dois
sans doute cette sorte de mélancolie, ce penchant à la contemplation
rêveuse qui, à vrai dire, est la base de mon caractère.

Les premiers jours de ma vie de Têtard sont trop confus dans ma
mémoire pour que j'en puisse parler. Je cherche... non, rien; c'est
un brouillard vague au milieu duquel cependant j'entrevois mon père
arrêté sur le bord du ruisseau et me souriant de son gros œil à la
fois doux et grave. Il était affaissé, abattu, marchait lentement, et
déjà redoutait extrêmement l'eau dont il préservait soigneusement ses
pattes... Puis, peu à peu, ses visites devinrent plus rares et bientôt
cessèrent complétement.

J'ai honte à le dire: cette séparation ne laissa point de trace dans
ma mémoire. Songez que nous avions trois semaines environ, mes frères
et moi, et qu'insouciants, avides de connaître, comme on l'est à cet
âge, nous nous élancions follement vers les premiers enivrements de la
vie. Ah! mes joies d'alors; ah! chères heures de ma première enfance,
qu'êtes-vous devenues? Qu'es-tu devenu, ruisseau bien-aimé, et vous,
belles herbes de la rive, roseaux tremblotants, belle eau transparente,
où j'errais à l'aventure dans un monde enchanté? Que de courses folles
sous les grosses pierres noirâtres! Que de frayeurs enfantines lorsque
nous rencontrions tout à coup une Anguille immobile dans quelque coin,
ou que nous nous heurtions imprudemment contre les écailles argentées
de quelque Carpe rêveuse! Parfois la grosse bête, troublée dans son
sommeil, nous regardait d'un œil irrité; puis, nous voyant honteux
et confus de notre folle escapade, souriait avec bonté, et nos jeux
recommençaient.

[Illustration: Le doyen des Crapauds.]

On ne sait pas le charme, l'ivresse qu'il y a à se sentir bercé,
enveloppé, caressé par le courant qui file tranquillement en clapotant
contre les petites pierres blanches. Lorsqu'un rayon de soleil, passant
entre les saules, pénétrait dans l'eau, tout s'illuminait autour de
nous; nous apercevions, au fond du ruisseau, des milliers de petits
êtres étincelants que nous n'avions pas vus; les grains de sable
s'animaient, les herbes, les petites plantes s'agitaient aussi dans
ces flots de lumière, et je me ressentais si gai, si heureux de vivre
et de dépenser ma vie, que je m'élançais avec ivresse au milieu de ces
merveilles comme un Têtard qui a perdu la tête. (J'exagère peut-être;
car, enfin, que resterait-il à un Têtard qui aurait perdu la tête?)
Nous poursuivions ces nuées de petits Poissons microscopiques qui
errent en bandes dans les eaux peu profondes, et nous nous croyions
indomptables, lorsqu'au bout d'un instant la troupe effrayée avait
disparu dans l'ombre. Alors nous déclarions la guerre à ces grandes
Araignées d'eau qui, armées de leurs grandes pattes, glissent sur le
courant et avalent tout ce qui se rencontre à la surface: c'étaient
des personnes bien douces que ces grandes Araignées, et aimant à rire
malgré leur activité. Nous allions tout doucement leur chatouiller
les pattes de derrière, et, quand elles se retournaient tout à coup
effrayées, nous nous échappions bien vite, un peu inquiets de notre
audace, et nous ne retrouvions le calme que dans quelque caverne
discrète et sombre, ou sous la large feuille flottante d'un nénufar
doré. J'y ai passé des journées entières sous ces larges feuilles, sous
ces beaux plafonds verts, suçant par-ci, humant par-là, examinant avec
cette admiration profonde de l'enfance les délicatesses admirables
de leur conformation. Je découvrais, dans chacun de ces pores, des
milliers de petits êtres et de petites choses auxquels je n'osais
toucher, tant j'étais ému. Elle me semblait si bonne, cette grosse
plante, de laisser vivre en elle ce monde imperceptible, de le soutenir
et de le cacher en le protégeant! Ces observations me rendirent
curieux; je furetai partout; j'entrai dans le calice des fleurs qui
dormaient en se baignant, je me faufilai entre les racines entrelacées
des vieux arbres; j'examinai, et je vis partout la vie; je vis
qu'autour des forts et des gros se groupaient en foule les faibles et
les petits, et que ceux-ci, à leur tour, devaient protéger et partager
la vie avec d'autres êtres plus petits encore et plus faibles qu'eux.

Je n'étais alors qu'un pauvre Têtard; eh bien! je vous jure qu'en
découvrant cette solidarité des êtres et ce besoin de fraternité qui
est comme la loi du monde je fus ému jusqu'aux larmes; peut-être même
en versai-je une ou deux, mais je ne pus m'en apercevoir, étant au fond
de l'eau.

Toutes ces choses me sont restées au cœur, parce que depuis j'y ai
repensé souvent, et que j'ai vu qu'il y a des créatures qui semblent
faire exception à cette bonne loi du bon Dieu, qu'il est en ce monde
des pauvres malheureux sur la tête desquels on décharge les haines
comme en un endroit maudit; j'ai été l'un de ces malheureux, je ne m'en
plains pas pourtant, d'ailleurs il est trop tard.--Je reviens à mon
enfance: c'est en me souvenant que j'ai guéri mes plaies.

J'étais heureux, je sentais mes forces grandir, et, dans ma grosse
tête, de nouvelles pensées s'accumuler sans cesse. Est-ce le privilége
des orphelins?--Je ne sais, mais je jouissais beaucoup des choses
extérieures qui paraissaient être indifférentes à la plupart. Je
me laissais bercer, et je vivais pour vivre dans le cher ruisseau
qui pourvoyait à tout. Ignorant toute chose, je ne m'étais jamais
demandé d'où je venais, qui j'étais; je me doutais bien que je devais
ressembler à mes voisins, encore n'en étais-je pas sûr. Pour se mirer
il ne faut point être dans le miroir, et j'y étais tout entier.
Savais-je seulement si j'étais beau ou laid, grand ou petit, fleur
ou poisson? J'aimais tout ce que je voyais: arbres et bêtes, ciel et
terre; il me semblait bien aussi que tout le monde devait m'aimer, et à
vrai dire je n'avais reçu que bon accueil et preuves de fraternité.

Cependant vers cette époque je sentis à la partie postérieure de ma
personne une sorte d'engourdissement, de paralysie singulière. Ma
queue, ma rame, mon gouvernail, devint tout à coup plus lente, tandis
que dans tout mon corps je sentais des tiraillements, des lassitudes
inaccoutumées et aussi un besoin de respirer qui jusqu'alors m'avait
été inconnu. Faut-il le dire: mes pattes poussaient, mes poumons
se formaient, je devenais crapaud. A cette transformation physique
correspondit une transformation morale. Tout se décolora pour moi et
il me sembla que mon esprit et mon cœur revêtaient aussi un habit de
deuil: le châtiment commençait.

Un jour, il m'en souvient, j'aperçus au bord de l'eau une Cane et ses
petits; je les avais vus souvent prendre leur bain quotidien, mais
cette fois, en les apercevant, j'éprouvai une émotion particulière que
je n'avais jamais ressentie. Les petits Canetons étaient couchés en
tas sur une belle touffe d'herbe; on n'apercevait d'où j'étais qu'un
amas confus de duvet blanc doré par le soleil. Par-ci par-là un petit
bec jaunâtre dépassait, et l'on devinait à l'immobilité de ces bambins
et à l'abandon de leur posture qu'ils étaient là, dans ce soleil, les
Canetons les plus heureux du monde et qu'ils dormaient profondément.
Cependant la mère Cane, qui ne dormait pas, inspectait sa couvée; il me
sembla qu'elle jetait sur cette marmaille un regard de tendresse qui
jamais ne m'avait effleuré. A un certain bruit qu'elle fit, toute la
bande s'agita, mais lentement, les becs s'entr'ouvrirent, les petits
yeux clignotants se tournèrent tous vers elle et j'entendis un ramage
de kouic kouic joyeux.

[Illustration]

«Bonjour, maman Cane, bonjour, semblaient-ils dire. Est-ce qu'il est
l'heure du bain, maman Cane?

--Mais oui, petits paresseux, mais oui, mes amours, il est l'heure de
se baigner. N'entendez-vous pas le ruisseau qui chante, ne sentez-vous
pas le soleil de midi qui darde ses beaux rayons d'or? Vous allez
attraper mal à la tête, mes enfants.»

Mais la marmaille ne bougeait guère et répondait: «Kouic kouic, maman
Cane, on est si bien, couchés l'un sur l'autre, immobiles, engourdis,
tandis que les insectes bourdonnent, que les clochettes des champs se
penchent et se pâment, et que des haies d'aubépine s'élance une vapeur
moirée qui se perd dans le bleu du ciel... Maman Cane, on est si bien!

--Fichus garnements! vous allez me faire sortir de mon caractère!
Voulez-vous vous lever! kouac... kouac... Voyons, mes petits anges, un
peu de courage, et levons-nous!»

Tous les Canetons sentirent bien alors qu'ils devaient obéir, et
commencèrent à s'agiter; mais il fallait débrouiller toute cette
confusion de pattes roses, d'ailes plucheuses, de becs dorés
enchevêtrés les uns dans les autres et cachés sous le duvet. Ils
étaient gauches, inhabiles, mais je compris que leur maman dût les
aimer. A chaque effort ils chaviraient sur l'herbe, roulaient sur le
dos, et alors, ne sachant plus que faire, agitaient leurs pattes en
l'air comme des désespérés. La Cane enfin, qui se tenait à quatre pour
ne pas éclater de rire, vint les aider un peu et tout le monde fut
bientôt sur pied.

Alors ils descendirent lentement vers le bord, les pierrettes roulaient
devant eux, et à chaque pas qu'ils faisaient on eût dit qu'ils allaient
choir. Leur petite queue inquiète se dandinait de droite et de gauche,
tandis que par derrière la maman les suivait en les encourageant de la
voix. Enfin, après bien des hésitations, des bavardages, des petits
frissons et mille poltronneries qui me parurent étranges, ils tendirent
le bec en avant, et tous ensemble s'abandonnèrent au courant. Je me
sentis soulevé par un flot immense.

«Cyprien, les pattes en dehors, la tête droite ou je me fâche,» disait
la Cane.

«Alphonse, mon chéri, plus de calme, tu frétilles comme un goujon;
voyons donc, grand nigaud, tu as peur! vois un peu, est-ce que j'ai
peur, moi?»

A un certain moment les Canetons passèrent à côté de moi, et m'ayant
aperçu, j'étais à fleur d'eau, ils me regardèrent avec étonnement et
s'écartèrent bien vite; ils éprouvaient bien certainement un sentiment
de répulsion.

Je ne saurais dire combien cela me fit de la peine, car je me sentais
déjà disposé à les aimer. J'étais seul, isolé, et les voyant unis, je
me disais: «Qui sait s'ils ne m'accepteraient pas comme un des leurs?»
J'aurais aimé à m'étendre avec eux sur les belles touffes d'herbe et à
entendre la bonne mère Cane me traiter comme un de ses enfants. C'était
absurde, mais je ne savais rien du monde, et je croyais qu'on se
faisait aimer des autres tout simplement en les aimant. Voilà pourquoi
le regard des Canetons me fit tant de peine.

Après cette aventure, j'étais resté pensif; une grande Araignée d'eau
avec laquelle j'avais joué cent fois passa au-dessus de ma tête et
me sourit fort amicalement, mais il me fut impossible de trouver
un sourire pour répondre au sien. Je me rapprochai de la rive vers
laquelle un secret instinct m'attirait depuis quelque temps; j'avais
besoin d'air et le gazon me faisait envie. Arrivé près du bord, je
soulevai ma tête hors de l'eau.

«Que le diable t'emporte!» me cria quelqu'un qui était fort près de
moi. Je me retournai, et j'aperçus entre les racines d'un saule une
personne admirablement vêtue: sa cravate avait la couleur du soleil
lorsqu'il s'endort, son dos et ses ailes étaient d'un beau bleu
d'azur qui se transformait en vert émeraude au moindre miroitement de
l'eau. Cette personne avait le bec fort long, les yeux noirs et peu
bienveillants, les pattes rouges, la queue courte et impatiente; toute
sa personne indiquait un caractère difficile. J'ai su depuis qu'il
s'appelait _Martin-Pêcheur_.

«Qu'est-ce que tu fais là, grand niais, avec tes quatre pattes? me
dit-il durement. Ne vois-tu pas que ta personne empoisonne la rivière?
un peu plus et je te gobais comme un Goujon.» En disant cela il fit une
grimace affreuse comme quelqu'un dont le cœur se soulève. «Sors d'ici
et rondement, tu éloignes mes clients.»

Je ne comprenais pas bien ce qu'il voulait me dire, mais ce que je
sentais, c'était la dureté de ses paroles. «Que lui ai-je fait,
pensais-je? Avoir une gorge qui ressemble au soleil, un dos de la
couleur du ciel, et être aussi méchant! Cependant je n'osai rien dire
parce qu'il était beaucoup plus gros que moi, et j'essayai de me
traîner sur le sable, hors de l'eau, pour lui être agréable. Je fus
tout surpris de pouvoir me soulever, grâce à ces quatre appendices qui
m'étaient récemment sortis du corps: je veux parler de mes pattes. Mais
comme je me trouvai lourd, gauche, impuissant, lorsque je n'eus plus la
belle eau transparente pour me soutenir et me porter! Instinctivement
je me retournai vers le ruisseau pour le voir et le remercier de
m'avoir fait vivre en lui, mais tout à coup je restai pétrifié. Une
petite masse informe et ressemblant à mon père était là, dans l'eau,
à mes pieds. Je remuai la tête, cette masse s'anima et remua la tête
aussi. Je me soulevai sur mes pattes, elle se souleva comme moi.

[Illustration]

«Et par-dessus le marché il est coquet, l'animal!» s'écria le
Martin-Pêcheur en éclatant de rire. Te trouves-tu joli, affreux monstre?

--Comment, ce que je vois là, c'est donc moi-même?

--Oui mon trésor, et tu peux te vanter d'avoir sous les yeux un joli
spectacle.»

C'était pourtant vrai, le doute n'était pas possible, car je voyais
dans l'eau, en même temps que ma propre image, celle des saules qui
bordent la rive, celle des liserons et des clochettes; j'y apercevais
le ciel lui-même et ses petits nuages blancs, les peupliers de la
colline que le vent faisait frissonner, les canetons qui, là-bas,
remontaient sur la rive, et derrière moi je distinguais aussi le
Martin-Pêcheur bleu et rouge qui riait encore avec un air de mépris.
Il était bien méchant, sans doute; mais comme il était bien habillé,
ce Martin-Pêcheur! quel beau bec! quelles jolies pattes! comme tout
cela était élégant et fin!... Je détournai la tête, j'étais horrible;
et c'était mon ruisseau chéri, lui qui m'avait comblé de ses caresses
et livré ses trésors, c'était lui qui me reprochait ma laideur et
faisait naître la honte en moi. Se repentait-il de ses bontés, pour
s'en payer aussi cruellement? Hier il était bon; aujourd'hui il est
cruel, et cependant les Araignées et les Pucerons se promènent comme à
l'ordinaire sur sa surface, les petits Poissons filent et jouent dans
son eau, les fleurs s'y baignent, les herbes s'y désaltèrent... Je ne
comprenais pas, mais j'étais malheureux.

«C'est fini, pensais-je, c'est fini, on ne veut plus de moi,» et je dis
adieu à toutes ces choses et à tous ces êtres avec lesquels j'avais
vécu. Pas un regard ne répondit au mien, je sentis que je ne laissais
pas de vide; le ruisseau n'interrompit pas sa chanson pour me souhaiter
bonne chance, les Canetons, qui s'étaient rendormis à leur place
accoutumée, ne levèrent pas la tête, le nénufar resta immobile. Je
fis un effort et je m'acheminai péniblement; mais tout à coup j'étais
devenu honteux et humble et je demandais pardon aux herbes que, malgré
moi, je courbais sous mon poids.

«Votre serviteur, murmurai-je au Martin-Pêcheur.

--Va au diable, Crapaud maudit!»

Je n'ai pas revu depuis cet oiseau; mais, en me rappelant ses dernières
paroles, j'ai pensé qu'il avait une grande expérience de la vie.

Je me traînais plutôt que je ne marchais; j'étais encore très-faible et
bien inexpérimenté dans le nouveau métier que m'imposait la Providence.
Au bout de dix minutes j'étais exténué. Le jour commençait à baisser,
les herbes et la terre se faisaient humides; je tombais de sommeil:
je m'acheminai donc vers de gros arbres que j'apercevais à gauche,
espérant trouver dans l'un de ces vieux troncs un trou, une cachette,
pour y passer la nuit. «Je suis si petit, que le gros arbre ne me
refusera pas l'hospitalité, pensai-je; d'ailleurs, s'apercevra-t-il
seulement de ma présence?»

J'ai dit que j'étais d'un naturel rêveur et contemplatif; je n'ai point
eu tort, car je me souviens que ce soir-là, en dépit de la fatigue,
du sommeil et de la faim, je m'assis un instant sur mes pattes de
derrière pour voir et entendre ce qui se passait autour de moi. Il y
avait devant moi un petit bois derrière lequel le soleil se couchait,
de sorte qu'à travers les arbres et les feuilles j'apercevais de longs
rayons de soleil qui filaient comme des flèches et se perdaient au
milieu des branches. Au-dessus de moi le ciel était tranquille, profond
et d'une couleur vert-pomme dorée, si douce, si calme, si pleine de
tendresse, que je me rappelai instinctivement le regard dont la bonne
mère Cane enveloppait ses enfants. Oui vraiment, il me semblait que ce
bon ciel me protégeait et me souhaitait courage. Ne dites pas: «Mais
ce Crapaud est fou!» C'est dans cette folie-là que j'ai trouvé les
seules joies de ma pauvre vie. Les déshérités de ce monde se consolent
comme ils peuvent!... Tous les bruits avaient cessé; les fleurs et les
herbes déjà couvertes d'une rosée délicieuse, dont je fus assez hardi
pour boire quelques gouttes, s'affaissaient en s'endormant, et de tous
côtés, sous les feuilles silencieuses et immobiles, les oiseaux se
chantaient bonsoir en faisant leur toilette de nuit.

«Bonsoir, Fauvette! bonsoir, Pinson! bonsoir, mes mignons! bonsoir, mes
amours!... tra deri dera!» Et tous ces gens heureux, aile contre aile,
le sourire au bec, se donnaient de jolis petits baisers en lançant un
dernier éclat de rire.

«Hé! là-bas, les enfants, un peu de silence,» s'écria un gros Merle
ronfleur perché au sommet d'un arbre.

Ce Merle avait de l'autorité, car peu à peu le ramage cessa, et le
sommeil s'étendit comme un voile.

Je regardai à terre. Tout autour de moi une foule de petits êtres
que je n'avais jamais vus regagnaient leur demeure, actifs, pressés,
fatigués, encore couverts de la poussière du jour. Ceux-ci rampaient,
ceux-là marchaient au milieu de la mousse et des herbes, escaladant
les feuilles mortes, tournant les mottes de terre; sans doute on les
attendait chez eux... Dieu, que je me trouvai seul ce soir-là!...

Fort heureusement, j'aperçus tout près de moi un grand trou sombre
entre deux racines; je m'en approchai avec prudence et j'y entrai
timidement en longeant les murs. Tout à coup, j'entendis dans
l'obscurité un bruit régulier, lent, monotone, qui ressemblait à un
ronflement.

«Qui est-ce qui est là?» fit une voix bien timbrée.

Je ne répondis pas, j'étais tremblant.

«Mais qui est-ce qui est donc là?» poursuivit la voix avec un accent de
plus en plus irrité.

J'allais me décider à répondre, car je sentais qu'au fond j'étais
indiscret, lorsque je ressentis à la paroi abdominale une douleur aiguë
qui m'arracha un cri. J'entendis un grand éclat de rire.

Voilà ce que c'est que d'entrer sans se faire annoncer! Qui es-tu?

«Je suis Crapaud, monsieur, mais tout petit, je sors de l'eau.

--Ah! l'horreur! cet animal chez moi!

[Illustration]

--Je me retire, monsieur.» Et j'allais sortir en effet, lorsque mes
yeux, s'habituant à l'obscurité, j'aperçus une boule énorme armée de
pointes innombrables. J'étais chez un Porc-Épic.

Eh bien, voyez un peu, ce personnage redoutable fut excellent pour moi.
Ce coup de pointe qui avait failli me tuer, je souffre encore de cette
blessure et de bien d'autres, hélas! lorsque le temps est à l'orage; ce
coup, dis-je, l'avait mis en belle humeur, et il me permit de passer
ma nuit dans un coin, après m'avoir fait jurer toutefois que je ne
ronflais pas.

Je parle de ce petit incident de ma vie parce que je lui dus, sinon
un ami, du moins un voisin indulgent quoique fort rude. Ah! certes,
il était fort rude, mon voisin le Porc-Épic, et mon cœur se gonfla
bien souvent en l'entendant; il ne mâchait pas ses mots, comme on dit
familièrement.

«Tu es laid, s'écriait-il en me foudroyant du regard; je ne dis pas
assez, tu es horrible, tu es faible, tu es gluant, bavant, impotent,
infirme, vil...

--Oui, monsieur, murmurai-je, car je sentais qu'il disait vrai.

--Eh bien, petit monstre infect, n'ajoute pas à tes infirmités en te
battant les flancs pour avoir du cœur et de l'esprit. Tu n'es pas assez
riche pour te payer ces petits plaisirs-là. On te haïra, tâche de haïr
les autres; c'est une force, et quand on se sent fort on est joyeux. Si
on t'approche, bave; si on te regarde, bave; tourne ton dos, exhibe tes
croûtes, tes plaies, tes horreurs; fais fuir les gens, fais aboyer les
chiens par le seul fait de ta laideur. Que la haine des autres soit un
bouclier pour toi, tu n'as pas d'autre moyen de te tirer d'affaire, et
si tu n'es pas une brute, eh bien, tu trouveras encore des joies dans
ton métier de maudit. Sois fier de ton horrible enveloppe comme moi je
suis fier de mes piquants pointus, et surtout fais comme moi: n'aime
personne.

--Mais si vous ne m'aimiez pas un peu,--il éclata de rire--un tout
petit peu, ajoutai-je timidement, si vous ne daigniez pas avoir pitié
de moi, pourquoi me donneriez-vous ces conseils que vous croyez si
bons, quoiqu'ils soient bien durs? Il riait toujours.

--Toi, mon ami! s'écria-t-il enfin, Dieu que tu es bête! tu m'amuses
tout simplement parce que le rôle que tu vas jouer ressemble un peu à
celui que je joue, que mes ennemis seront aussi les tiens, et qu'avant
tout je pense leur être désagréable en t'armant contre eux. Bave, mon
garçon; si tu ne baves pas, l'on t'écrase. Au reste, fais comme tu
voudras, cela m'est complétement égal.»

Ces rudes maximes me semblent odieuses. Que voulez-vous? on ne se
refait pas. J'aurais dû les suivre, mais je ne les suivis pas. Est-ce
ma faute si, inspirant l'horreur, j'avais soif d'affection et de
tendresse; si, laid et difforme, je me sentais attiré vers les jolies
choses et les belles créatures; si, vivant dans la boue, j'adorais
les étoiles; si, lourd et impotent, je rêvais la grâce et l'agilité?
Non, certes, ce n'était pas ma faute. C'est ce qui fit que bientôt le
Porc-Épic, me voyant incorrigible, me méprisa profondément et me mit
rudement à la porte. Voici quelle fut la goutte d'eau qui fit déborder
le verre.

Il me faut un certain courage, je vous jure, pour raconter ici mes
chagrins; mon nom seul ne suffit-il pas à chasser la pitié du lecteur?
Les peines d'un Crapaud! c'est à mourir de rire! Qui sait cependant si
dans la foule qui lira ces pages il ne se trouvera pas quelque être
laid et hideux comme moi, qui dira tout bas: «Je suis son frère,» et me
plaindra un peu en songeant à lui? Mais je poursuis.

Je commençais à devenir adulte, lorsque je la vis pour la première
fois. Il faisait grand soleil, l'herbe du pré était haute et répandait
un parfum pénétrant qui m'enivra sans doute, car, en l'apercevant,
je m'arrêtai tout net et je sentis que je l'aimais follement. Elle
était élégante, allongée, souple, agile; tout son petit corps était
de ce vert tendre qu'on ne voit qu'au printemps. D'un bond elle
s'élança à des hauteurs immenses. Je la suivis de l'œil, je vis ses
ailes s'étendre, ses pattes fines s'allonger, et toute son aérienne
personne se détacher sur le ciel bleu; puis elle retomba sur le sommet
d'une herbe qui la reçut en pliant, et pendant un moment l'herbe et
la Sauterelle se balancèrent ainsi dans l'espace. Se balancer dans
l'air, jouer avec les fleurs, les faire frissonner sur leur tige sans
les meurtrir et les écraser, être élégant, gracieux, souple, agile, se
mirer dans les flaques; de ses deux pattes souples caresser sa taille
fine, avoir un corps vert-pomme, et supprimer l'espace d'un petit coup
de jarret!... Je devins fou, et durant un instant je n'osai respirer,
me sachant si impur et si vil que je craignais de vicier l'air où
s'agitait cette belle personne. A un certain moment, elle tourna ses
yeux vers moi; j'essayai de sourire, pensant qu'en souriant je serais
moins horrible, mais je sentis bien que ma peau était trop rude, et
qu'à travers mes yeux rien ne pouvait passer de ce que je ressentais
en moi. Au reste, la Sauterelle ne me vit pas, ou peut-être me prit
pour quelque motte de terre durcie par la pluie et cuite par le
soleil. J'en fus presque content, et je restai immobile. Au moins je
pouvais la voir! Elle était en train de caresser ses longues antennes
avec ses deux pattes de devant, lorsque je sentis une grande ombre
qui s'étendait sur moi. Je me retournai et j'aperçus un gros enfant
joufflu. Il s'avançait avec prudence, armé d'un grand filet de gaze
muni d'un long bâton. Je l'avais vu cent fois, errant dans la prairie
poursuivant les Papillons et les Insectes dont il s'emparait à l'aide
de son filet. Quand une de ces pauvres petites bêtes si jolies et si
faibles lui avait échappé, je l'avais vu se mettre en colère et la
poursuivre de plus belle comme un ennemi dangereux. Et je me disais:
«Voilà qui est horrible! Est-ce donc un mal que d'échapper à la mort?
Que lui ont-elles donc fait, ces pauvres petites bêtes qui n'ont même
pas le tort d'être laides comme moi?» J'en rêvai une nuit, et dans
mon rêve je voyais de gros Crapauds, devenus ingambes, emprisonnant
dans leurs filets les petits enfants de l'Homme et les piquant sur les
troncs d'arbres avec de longues épingles. C'était un mauvais rêve,
parce que parmi les Hommes il y en a de bien bons; moi qui vous parle,
j'en eus la preuve: mais je vous conterai cela tout à l'heure.

[Illustration: D'un bond elle s'élançait à des hauteurs immenses.]

Je connaissais donc l'enfant et son filet; aussi lorsque je le vis se
diriger vers ma Sauterelle, je compris ce qu'il voulait faire et je
tremblai pour celle que j'aimais. Que faire? La prévenir? Mais comment?
Eût-elle compris mon cri? avais-je le temps de lui rien expliquer?
Heureusement, j'eus alors là une excellente idée. L'enfant, les yeux
fixés sur la chère mignonne, allait abaisser son filet lorsque, jugeant
qu'il était trop éloigné, il fit un pas pour s'approcher d'elle. A
ce moment, je calculai bien la distance, je fis un grand effort, je
m'élançai et me plaçai si bien que le pied du bambin s'abattit sur mon
dos. Ma vilaine peau étant gluante, oh! j'avais tout calculé, l'enfant
perdit l'équilibre et d'un seul coup roula dans l'herbe. Ma belle
chérie était sauvée! Mais je ressentis en même temps une douleur atroce
et je m'aperçus que j'avais une patte en lambeaux. Eh bien, voyez un
peu comme cela est étrange! je vous jure qu'en ce moment j'éprouvai,
malgré ma souffrance, une des plus grandes joies de ma vie. Je lui
avais donné quelque chose de moi-même, à la chère belle; je ne voulais
rien lui réclamer, je n'aurais jamais osé le faire, mais je jouissais
en pensant qu'elle était mon obligée. Comme on est égoïste au fond!
Enfin, que voulez-vous? je jouissais de cela.

L'enfant se releva bientôt en criant. Lorsqu'il eut compris que
j'étais la cause de sa chute, il prit une pierre, et de loin, en se
reculant, car il avait peur de moi, il me lapida avec cette joie que
les Hommes éprouvent à nuire aux autres lorsqu'ils sont en sûreté.
Fort heureusement, le vilain garçon, outre qu'il était méchant, était
très-maladroit,--on n'est pas parfait!--et j'en fus quitte pour
quelques égratignures; d'ailleurs nous avons la vie dure, nous autres
Crapauds; n'en soyez pas jaloux, vous autres! Dur veut dire solide,
mais lourd à supporter aussi.

J'espérais bien au fond que la belle Sauterelle comprendrait ce que
j'avais fait pour elle. En s'échappant, elle avait tourné la tête,
m'avait vu écrasé, et nos regards s'étaient croisés. Elle avait tout
compris en effet, ou du moins je me l'imaginai, car je l'aperçus
bientôt escaladant les herbes et se dirigeant vers moi. Jamais je ne
l'avais trouvée plus gracieuse, plus alerte. Il y a des gens que la
reconnaissance rend joyeux sans doute. Elle était émue. J'eus un moment
de vive espérance; ma patte cependant me faisait grand mal, mon sang
coulait en abondance, mais je me disais à part moi: «Quel bonheur! elle
va voir tout cela.»

Enfin elle s'arrêta, elle était accompagnée de plusieurs de ses amies,
pimpantes et brillantes comme elle, venues là sans doute par curiosité.
J'aurais bien préféré qu'elle fût seule, car j'avais déjà remarqué
qu'isolément les gens sont meilleurs. Quand elles furent toutes là, je
levai les yeux: il me sembla que le sort de ma vie allait se décider.

«C'est ce pauvre diable, dites-vous, ma chérie, qui s'est fait écraser
tout à l'heure? murmura l'une de ces Sauterelles en s'adressant à la
reine de mon cœur. Oh! mais il est très-touchant, voyez les plaies de
ce pauvre misérable; c'est horrible, horrible! Si l'on n'était retenue
par des sentiments élevés, véritablement on fuirait au plus vite. Ah!
l'affreux monstre! est-ce singulier que l'héroïsme aille se nicher sous
ces croûtes ignobles?»

En disant cela, elle se retourna vers ses compagnes qui se mirent à
sourire en minaudant; je crois qu'elle leur avait fait signe que je
devais sentir mauvais.

Ma bien-aimée s'adressant alors directement à moi, tout en caressant
ses ailes: «Dis-moi, mon brave, pourquoi m'as-tu rendu le service de
tout à l'heure? As-tu conscience d'avoir fait là une belle action?»

C'était le moment de me jeter à ses pieds, de laisser couler de mes
yeux les larmes que j'avais dans le cœur, de m'écrier: «J'ai fait tout
cela par amour pour vous, chère belle aimée;» mais elle m'avait parlé
avec une telle confiance dans sa supériorité, d'une voix si sûre et si
peu émue, que je ne trouvai pas d'abord un mot à lui répondre.

«Mais, dites-moi, mignonne, on rencontrerait ce monstre héroïque, le
soir, au clair de lune, dans un petit chemin, que sur l'honneur on
mourrait de peur, n'est-il pas vrai?

--A coup sûr il est effrayant.» Elles tournaient tout autour de moi et
m'examinaient avec attention.

«Je le trouve moins effrayant que grotesque, à vous dire vrai, murmura
ma bien-aimée. C'est la tête surtout qui est unique; il a un visage à
faire jaunir les pâquerettes, à tarir les flaques. Avez-vous vu l'œil,
mes belles?

--Oui, oui, firent-elles toutes ensemble; l'œil est impossible! ah! ah!
ah! impossible.»

Ces petits rires aigus me traversaient le cœur, tout m'eût semblé
préférable à ces moqueries; j'étais fait à la haine et au dégoût
qu'inspirait ma personne; mais peu de gens avant cette aventure avaient
songé à rire de moi, et d'ailleurs j'ai vu depuis dans le monde qu'on
accepte plus facilement un rôle hideux qu'un rôle grotesque. La haine
des autres vous blesse et vous excite, elle vous fait vivre. Le rire,
au contraire, vous anéantit et vous écrase.

Bref, sous l'empire d'un sentiment d'orgueil dont j'ai honte
aujourd'hui, je me soulevai sur ma patte sanglante, et m'adressant à la
Sauterelle que j'aimais:

«Je ne vous demande ni pitié ni récompense, madame, lui dis-je; j'ai
fait tout cela parce que...

--Écoutez donc, mes mignonnes aimées, fit la Sauterelle; mais il
parle, il parle fort bien, et, si je ne me trompe, il a des dents. Oh!
l'intéressante horreur! Ne vous approchez pas trop cependant, c'est
plus sûr.

--Parce que..., poursuivis-je d'une voix faible,--je me sentais prêt à
m'évanouir,--parce que je... vous aimais.»

Ces simples paroles furent d'un effet irrésistible; toutes les belles
filles éclatèrent d'un rire argentin.

«Eh bien, mais..., ah! ah! ah!... c'est très-gentil cela..., ah! ah!
ah!..., mon brave, d'aimer ses sembla..., ah! ah!..., ses semblables.»
Ce dernier mot redoubla l'hilarité générale qui, au bout d'un instant,
devint du délire. Alors toutes les Sauterelles, ne se contenant plus de
joie, se prirent par la patte et dansèrent en rond autour de moi. De
temps en temps elles s'arrêtaient toutes et s'écriaient en riant de bon
cœur: «Salut l'amoureux, salut! votre servante, cœur sensible!»

Elles se sont bien amusées ce jour-là. Après tout elles avaient obéi
à leur nature et moi j'étais sorti de la mienne. J'avais fait preuve
d'idiotisme et de vanité; au moins ce fut l'opinion que m'exprima mon
ami le Porc-Épic en me mettant le soir même à la porte de chez lui.

A partir de ce moment-là, je devins sombre et je pris les habitudes
qu'ont tous ceux de notre espèce: je ne sortis plus guère que la
nuit, je perdis la vue de toutes les belles choses qui m'avaient tant
charmé, car il y a vraiment de belles choses en ce monde, il y a aussi
des êtres heureux! Si ceux-là seulement voulaient consentir à donner
de temps en temps une de leurs heures joyeuses pour distribuer aux
pauvres diables qui ne rient jamais, comme tout irait mieux, je vous le
demande! et comme la laideur s'effacerait peu à peu! car ce qui rend
laid c'est la souffrance; mais je me trompe peut-être, mettons que je
n'ai rien dit.

Peu à peu mes yeux s'habituèrent à distinguer dans l'obscurité.
Plantes et gens, tout le monde dormait, l'air était frais et pur, le
silence profond. Je marchais à la lueur des bonnes étoiles qui, chose
étrange, ne m'ont jamais manifesté ni dégoût ni répulsion. Peut-être
m'ont-elles vu de trop loin pour pouvoir me juger; le fait est que je
ressentis parfois dans la nuit des sensations qui doivent ressembler
au bonheur. Je jouissais d'être calme et aussi de pouvoir regarder en
face sans crainte de gêner les autres. Et cependant je me souviens
qu'un soir...--j'écris au courant de la plume et je raconte ici mes
impressions à mesure qu'elles me viennent à l'esprit,--je me souviens
que, cherchant mon souper dans un parc où je vivais depuis quelques
mois, j'aperçus sur un banc une jeune fille toute mignonne assise près
d'un gros monsieur fort laid. Devrais-je accuser les autres de laideur?
qu'on me le pardonne! La jeune fille était adorable, les boucles de ses
cheveux blonds caressaient ses joues, et timidement souriante, émue,
les yeux baissés, elle regardait la jolie chaîne d'or qu'elle avait
dans les mains.

Le gros homme, l'air assuré, le gilet gonflé, le bec en l'air, la voix
ronflante et le chapeau de travers, lui disait: «Accepte, mon enfant,
en souvenir de moi, car je t'aime.» Et il entoura la taille de la chère
petite de son gros bras impertinent.

«C'est donc bien sûr que vous m'aimez? fit-elle en regardant toujours
la chaîne.

--Je t'adore, ma belle, sur l'honneur;--il mit la main dans son
gousset--et toi, ne m'aimes-tu pas?

--Mais si, fit-elle tout bas avec une grâce angélique,--elle se passa
la chaîne au cou.

--En vérité, tu m'aimes? et pourquoi m'aimes-tu, voyons, te rends-tu
compte, ma petite duchesse? dis, dis, pourquoi m'aimes-tu?

--Mais, dame, parce que...--elle souriait avec une finesse extrême et
rougissait un peu,--parce que... vous... êtes joli garçon.»

[Illustration]

En ce moment, m'ayant aperçu, elle ne put retenir un éclat de rire dont
je ne compris pas le sens, mais qui bien certainement ne s'adressait
pas qu'à moi.

«Tenez, voyez ce Crapaud; c'est donc la nuit qu'ils prennent du bon
temps?

--Quelle bête hideuse!» fit l'Homme. Et de sa botte il m'envoya bien
loin. Je pensais en me relevant au milieu des épines où j'étais
tombé, je pensais: «Eh! mon Dieu, si j'avais seulement une chaîne
d'or à donner à quelqu'un!» Et j'ajoutais, sachant qu'il n'y avait là
personne pour rire de ma folie: «Ne suis-je pas riche aussi? n'ai-je
pas, sous mon affreuse enveloppe, mon petit trésor d'amour, de poésie?
Si l'on me laissait aimer, comme j'aimerais!»

«Mais fou que tu es, m'écriai-je tout à coup en m'adressant à moi-même,
qui te dit que tu ne t'es point trompé, que tu n'as pas fait fausse
route en demandant le bonheur aux êtres et aux choses qui ne pouvaient
pas te le donner? Tu es un orgueilleux, l'ami. Parce qu'un grand poëte
au cœur miséricordieux a chanté de sa voix divine tes infortunes et tes
chagrins, tu ne vois dans l'univers qu'une victime qui est toi. Sois
plus modeste et moins artiste, sois moins rêveur, regarde à terre, et
tu trouveras là les petits bonheurs que la Providence y a mis pour toi.»

Cet éclair de bon sens traversa mon esprit. «Pourquoi vivre à part,
me dis-je, cherchons dans mon espèce un être à aimer. Les filles de
Crapaud sont-elles donc si repoussantes? Ote tes lunettes de poëte
infortuné et regarde à l'œil nu, mon cher.»

A partir de ce moment, mes idées changèrent et mes habitudes aussi; je
fréquentai les endroits où ceux et celles de mon espèce se réunissaient
d'ordinaire, et je ne tardai pas à rencontrer une adorable enfant
qui, par le plus pur des hasards, se trouvait être ma propre cousine
à la mode de Bretagne. C'était la belle-fille du second mari de la
sœur de... Mais il serait trop long de vous expliquer tout cela. Je
demandai sa main et je l'obtins, quoique son père ne fût pas partisan
des mariages entre Crapauds de la même famille. Peut-être avait-il
raison; j'ai entendu émettre sur cette question les opinions les plus
diverses. Quoi qu'il en soit, j'épousai ma cousine. J'aurais bien envie
de vous faire son portrait, et tout autre que moi n'y résisterait
peut-être pas, mais je me contiens; rien n'est sot comme de parler
des siens. Qu'il suffise de savoir que je la trouvai belle et qu'elle
me trouva à son gré. Père de famille,--ma chérie fut d'une fécondité
surprenante,--je revins vers le ruisseau qui m'avait vu naître, et je
fus tout surpris de trouver dans les souvenirs que j'avais maudits un
charme qui me fit pleurer de tendresse.

Que de fois, mon Dieu, nous avons causé de toutes ces choses en nous
promenant le soir, côte à côte, tandis que les petits folâtraient
devant nous!

«Oh! que j'aurais voulu te connaître à cette époque-là, me disait-elle,
alors que tu étais si malheureux! je t'aurais consolé, mon gros bijou.»

Ah! être appelé mon bijou, c'est la joie suprême.

«Tu es enfant, lui répondais-je; si je t'avais connue, je n'aurais pas
été malheureux.»

Je souriais de bon cœur et je l'embrassais au front.

Il faut vous dire maintenant, quoiqu'il soit un peu niais de parler
tant de soi, il faut vous dire que j'ai gagné beaucoup en prenant des
années; j'ai acquis un embonpoint qui ne m'est point défavorable; mon
regard en outre a plus de..., ma démarche aussi... Enfin je ne suis
plus laid. Parole d'honneur, demandez à ma femme!

C'est mon pauvre beau-père qui n'embellit pas! Seigneur!

  UN VIEUX CRAPAUD.

  _Pour avoir mis les points et les virgules_,

  GUSTAVE DROZ.

[Illustration]



LE PREMIER

FEUILLETON

DE PISTOLET


  MON CHER MAÎTRE,

VOUS devez être inquiet, surtout par ce temps de grandes chaleurs,
quand toutes les murailles sont chargées de cris de: _Mort aux
Caniches!_ de m'avoir vu sortir hier au soir sans muselière, sans
collier et sans vous. Véritablement je serais tout à fait un ingrat,
si je n'avais pas été poussé hors de la maison par ce je ne sais quoi
d'irrésistible et de tout-puissant dont vous parlez si souvent dans vos
conversations littéraires. Rappelez-vous d'ailleurs que, le jour de mon
escapade, vous avez été passablement ennuyeux les uns et les autres, à
propos d'art, de poésie, de Boileau, d'Aristote et des cinq unités.

J'avais beau vous écouter en bâillant et japper le plus gentiment du
monde, comme si j'eusse entendu quelqu'un venir à la porte, je n'ai
pas été assez heureux pour vous distraire, vous et Messieurs vos amis,
un seul instant de cette savante dissertation. Je n'ai pu obtenir
ni une caresse ni un coup d'œil; j'ai même été rudoyé lorsque j'ai
sauté sur vos genoux, à l'instant même où vous disiez que les anciens
étaient toujours... les _anciens_. Bref, vous étiez très-désagréable
ce soir-là: moi, j'étais très-éveillé. Vous vouliez rester au logis,
j'avais grande envie de courir les aventures. Ma foi, j'ai pris mon
parti bien vite; et comme j'avais trouvé sur votre table une belle
loge d'avant-scène pour le théâtre des Animaux savants, je me rendis
en toute hâte en cette magnifique enceinte, toute resplendissante de
l'éclat des lustres, et dans laquelle on n'attendait plus que vous...
et moi.

Je ne vous décrirai pas, mon cher maître, toutes les magnificences de
cette assemblée, d'abord parce que je suis un écrivain novice, ensuite
parce que la description est le meilleur de votre gagne-pain. Que
deviendriez-vous, en effet, sans la description? Comment remplir votre
tâche et votre papier de chaque jour, si vous n'aviez pas sous la main
les festons et les astragales de l'art dramatique? Oui-da! je serais un
ingrat de venir m'emparer de vos domaines! Et d'ailleurs, à quoi vous
servirait, à vous qui vivez de l'analyse, la plus splendide analyse?
Vous avez une de ces imaginations savantes, c'est-à-dire blasées, qui
ne racontent jamais mieux que ce qu'elles n'ont pas vu.

J'arrive donc au théâtre, à pied, car le temps était beau, la rue était
propre, le boulevard était tout rempli des plus charmantes promeneuses
qui s'en allaient le nez au vent. Le Bouledogue de la porte s'inclina
à mon aspect. La loge s'ouvre avec un empressement plein de respect.
Je m'étends nonchalamment dans un fauteuil, la patte droite appuyée
sur le velours de l'avant-scène, les deux jambes étendues sur un
second fauteuil, et dans l'attitude heureuse que vous prenez vous-même
effrontément lorsque vous vous dites tout bas: «Bon! nous allons en
avoir pour cinq heures d'horloge... cinq longs actes!» Et alors vous
froncez le sourcil comme un des Lévriers de M. de Lamartine, attendant
que son maître veuille enfin le promener au bois.

Pour moi, vous dirai-je toute la vérité, mon cher maître? cela ne me
déplaisait pas de voir les Bassets des galeries et du parterre pressés,
entassés, étouffés, écrasés dans un espace étroit, pendant que moi je
me prélassais.

J'étais à peine assis depuis dix minutes, lorsque tout à coup
l'orchestre fut envahi par les musiciens. Ces musiciens étaient les
plus gais personnages qui se puissent voir: le bec de la flûte était
au bec d'une jeune Oie, un Ane allait pincer de la harpe,--_Asinus
ad lyram_, dirait le poëte,--un Dindon gloussait en _mi bémol_. Ici
Marsyas écorchait Apollon,--_hic Marsyas Apollinem_.

La symphonie commença. Cela doit ressembler beaucoup à ces symphonies
fantastiques dont vous parlez avec enthousiasme tous les hivers. Quand
chacun eut gloussé sa petite partie en sommeillant, la toile se leva,
et alors commença pour moi, pauvre feuilletoniste novice, un drame
étrange et solennel.

Figurez-vous, mon maître, que les paroles de ce drame avaient été
composées tout exprès pour la circonstance par un grand Lévrier à poil
frisé, moitié Lévrier et moitié Bouledogue, moitié anglais et moitié
allemand, qui a la prétention d'entrer à l'Institut des Chiens français
avant qu'il soit huit jours.

Ce grand poëte dramatique, qui a nom Fanor, compose ses drames d'une
façon qui m'a paru très-simple et très-commode. Il s'en va d'abord
chez le Carlin de M. Scribe lui demander un sujet de drame. Quand il a
son sujet de drame, il s'en va chez le Caniche de M. Bayard pour se le
faire écrire. Quand le drame est écrit, il le fait appuyer au parterre
par six Molosses sans oreilles et sans queue, tout griffes et tout
dents, devant lesquels chaque spectateur baisse le museau, quoi qu'il
en ait: si bien que tout le mérite du susdit Fanor consiste à accoupler
deux imaginations qui ne sont pas les siennes, et à mettre son nom au
chef-d'œuvre qu'il n'a pas écrit. Du reste, c'est un Animal actif,
habile, bien peigné, à poil frisé sur le cou, à poil ras sur le dos,
qui donne la patte à merveille; il saute pour le roi et pour la reine,
il a des os à ronger pour toutes les Fouines de théâtre, et il règne en
despote sur les étourneaux de la publicité.

Donc le drame commença. C'était, disait-on, un drame nouveau.

Je vous fais grâce des premières scènes. C'est toujours la même
façon de faire expliquer par des suivantes et par des confidents les
passions, les douleurs, les crimes, les vertus, les ambitions de leurs
maîtres. On a beau dire que le susdit Fanor est un inventeur: il n'a
encore rien imaginé de mieux, pour l'exposition de ses drames, que
l'exposition de nos maîtres les Dogues romantiques, les Chiens de
berger classiques, les Épagneuls tout disposés à l'intime union du
drame, de la tragédie et du roman.

[Illustration]

Voyez-vous, mon maître, on a peut-être eu tort d'ôter à nos poëtes la
muselière classique: tout le malheur de la poésie aux grands aspects
vient justement de l'absence de muselière. Les anciens poëtes, grâce
à leur muselière, vivaient loin de la foule, des passions mauvaises,
des colères soudaines. On ne les voyait pas, comme ceux d'aujourd'hui,
fourrer insolemment leur nez souillé dans toutes les immondices de
l'histoire. Muselés, ils étaient les bienvenus partout, dans le
palais, dans le salon, sur les genoux des belles dames; muselés,
ils étaient à l'abri de la rage, inexplicable maladie, à l'abri de
la boulette municipale; muselés, ils restaient chastes, purs, bien
élevés, élégants, corrects, fidèles, tout ce que doit être un poëte.
Aujourd'hui, voyez ce qui arrive; voyez à quels excès les pousse la
liberté nouvelle! à quels hurlements, à quelles révolutions. Et que
vous avez bien raison de dire souvent, dans vos feuilles, que ces
novateurs ne sont que plagiaires. Je les entends d'ici, s'écriant en
latin: Mort à ceux qui ont dit avant nous ce que nous voulions dire:
«_Pereant qui ante nos nostra dixerunt!_»

Cependant, peu à peu, l'action dramatique allait en s'élargissant,
comme on dit aujourd'hui. Quand les Carlins à la suite eurent bien
expliqué les affaires les plus secrètes de leurs maîtres, leurs
sentiments les plus intimes, les maîtres vinrent à leur tour pour nous
donner la paraphrase et le hoquet de leurs passions. Oh! si vous saviez
combien ce sont là d'odieux personnages! Dans le théâtre des Chiens
savants, les comédiens sont presque aussi ridicules que les auteurs.
Figurez-vous de vieux Renards veufs de leurs queues et de vieux Loups
endormis qui regardent tout sans rien comprendre. Voici des Ours épais
et mal léchés qui dansent comme les autres marchent, des Belettes
au museau effilé, à l'œil éraillé, à la patte gantée, mais sèche
et maigre, même sous le gant qui la recouvre. Tout cela compose un
personnel de vieux comédiens et de comédiennes déchirées qui ont passé,
sans trop s'en inquiéter et sans en rien garder pour eux, à travers
tous les crimes, toutes les vengeances, toutes les passions, tous les
amours. Oh! les tristes créatures, vues du théâtre! et pourtant on
ajoute que, hors du théâtre, ils se déchirent pour un gigot de mouton
ou pour un cuissot de cheval. Mais j'oublie que la vie publique devrait
être murée: donc je reviens à mon analyse par un détour.

Autant que j'ai pu comprendre le nouveau drame (il est écrit dans un
jappement néo-chrétien qui ressemble plus à l'allemand anglaisé qu'au
français,) il s'agissait, et ceci est le comble de l'abomination, de
nous raconter les malheurs de la reine Zémire et de son amant Azor.
Vous ne sauriez croire, mon maître, quelles singulières inventions ont
été entassées dans cette hybride composition. Figurez-vous que la belle
Zémire appartient tout simplement à la reine d'Espagne. Elle porte un
collier de perles, elle passe sa vie dans le giron soyeux de sa royale
maîtresse, elle mange dans sa main, elle boit dans son verre, elle est
traînée par six chevaux fringants, elle la suit à la messe, à l'Opéra;
en un mot, Zémire, petite-fille de Fox, arrière-petite-fille de Max,
et qui compte parmi ses aïeux l'illustre, le célèbre, le royal César,
frère de Laridon, Zémire est, après la reine d'Espagne, la seconde
reine de l'Escurial!

Mais, d'autre part, dans les arrière-cuisines du château, et dans la
roue ardente du tournebroche, un Animal tout pelé, tout galeux, bon
enfant, du reste, nommé Azor, fait tourner la broche de la reine en
pensant tout bas à Zémire. Il chante:

  Belle Zémire, ô vous, blanche comme l'hermine!
      O mon bel ange à l'œil si doux!
      Quand donc à la fin prendrez-vous
  En pitié mon amour, au fond de la cuisine?

  Vous dormez tout le jour aux pieds de notre reine,
      Et moi, vil marmiton,
  Je tourne tout le jour dans ma noire prison.
    Zémire, oh! tirez-moi de peine!

  Laissez tomber, Madame, un regard favorable,
      Sur mon respect, sur mon amour.
  Ainsi l'astre à la fleur du soir est secourable
      Du haut de l'éternel séjour.

Je vous assure, maître, que ces vers improvisés à la pâle clarté de
la lampe furent trouvés admirables. Les amis du poëte se récrièrent
que cela était tout parfumé de passion. En vain les linguistes, les
Roquets, les Griffons, les Serpents Boas et non Boas, voulurent
critiquer la coupe de ces vers, et ces rimes féminines heurtant des
rimes féminines, et ces mots: _cuisine_, _marmiton_, accolés aux
_fleurs_, à l'_astre_, à l'_éternel séjour_, comme choses tout à fait
dissemblables, il y eut clameur de haro sur ces malintentionnés, et
même j'ai vu le moment où ils allaient être jetés à la porte à l'aide
de Martin-Bâton, sous-chef de claque du théâtre. Dites seulement à un
musicien du Jardin des Plantes de mettre ces petits vers en musique, et
faites-les chanter par la Girafe au long cou, vous m'en direz de bonnes
nouvelles:

  Du haut de l'éternel séjour.

Quand il eut bien chanté ces petits vers aux étoiles, au ciel bleu, à
la brise du soir, à toutes les petites fleurs qui agitent leur tête
mignonne dans la verdure des prairies, notre amoureux revient à ses
jappements de chaque jour, en prose: «Zémire, Zémire, viens, dit-il;
viens, mon âme; viens, mon étoile. Oh! que je voudrais tant seulement
baiser de la poussière de tes pas, si tu faisais de la poussière en
marchant!» Ainsi déclame et jappe le jeune Azor. Mais tout à coup, au
milieu de son délire, arrive le marmiton qui lui jette de la cendre
brûlante dans les yeux pour lui faire tourner la broche un peu plus
vite.

Il faut vous dire que, dans le palais de l'Escurial, se tient le féroce
Danois du ministre Da Sylva. Ce Danois est un insolent drôle, très-fier
de sa position dans le monde, l'ami intime des Chevaux de M. le comte
et chassant quelquefois avec lui, mais uniquement pour son propre
plaisir. C'est un gentilhomme d'une belle robe et d'une belle souche,
mais dur, féroce, implacable, jaloux, méchant. Vous allez voir.

Notre Danois a fait une cour assidue à la belle Zémire; il l'a même
flairée de très-près. Mais elle, la noble Espagnole, n'a répondu que
par le plus profond mépris aux empressements de cet amoureux du Nord.
Alors que fait le Danois? Le Danois dissimule; on dirait qu'il a
tout à fait oublié cet amour si maltraité. Mais, hélas! il n'a rien
oublié, le traître! et comme un jour, en passant dans les fossés du
château, il vit le tendre Azor assis sur son derrière, qui regardait
d'un œil amoureux la niche de sa maîtresse: «Azor, lui dit le Danois,
suivez-moi!» Azor le suit, la queue entre les jambes. Que fait alors
mon Danois? Il mène Azor au bord de l'étang voisin, il lui ordonne de
se jeter à l'eau et d'y rester pendant une heure. Azor obéit; le voilà
qui se plonge dans les eaux bienfaisantes; l'eau emporte avec elle
toute cette abominable odeur de cuisine; elle rend leur lustre à ces
soies ébouriffées, sa grâce à ce corps maladif, leur vivacité à ces
yeux fatigués par le feu du fourneau. Sorti de l'eau limpide, Azor se
roule avec délices sur l'herbe odorante; il imprègne sa robe de l'odeur
des fleurs, il blanchit ses belles dents au lichen du vieil arbre.
C'en est fait, il a retrouvé tous les bondissements de la jeunesse;
son jeune cœur se dilate à l'aise dans sa poitrine; il bat ses flancs
de sa queue soyeuse;--il s'enivre, en un mot, d'espérance et d'amour.
L'avenir lui est ouvert. Il n'est rien au monde à quoi il ne puisse
atteindre, pas même la patte de Zémire. A la vue de tous ces transports
extraordinaires, le Danois rit dans sa barbe, comme un sournois qu'il
est, et il semble dire en grognant: «Coquette que vous êtes, malheur à
vous! et toi, tu me le payeras, mon cher!»

Je dois vous dire, mon maître, pour être juste, que cette scène de
réhabilitation sociale est jouée avec le plus grand succès par le
célèbre comédien Laridon. Il est un peu gros pour son rôle, peut-être
même un peu vieux. Mais il a de l'énergie, il a de la passion, il a du
_chic_, comme on dit dans les journaux consacrés aux beaux-arts.

[Illustration]

Une belle scène, ou du moins qui a paru belle, c'est la scène où
Zémire, la Chienne de la reine, vient prendre ses ébats dans la forêt
d'Aranjuez. Zémire marche à pas comptés, en silence; ses longues
oreilles sont baissées vers la terre; sa démarche annonce la tristesse
et les angoisses de son cœur. Tout à coup, au coin du bois, Zémire
rencontre... Azor! Azor qui a fait peau neuve, Azor l'amoureux, Azor
tout resplendissant de sa beauté nouvelle, Azor lui-même! Est-ce bien
lui? n'est-ce pas lui? ne serait-ce pas un autre que lui? O mystère! ô
pitié! terreur! Mais aussi, ô joie! ô délire! ô cher Azor! Rien qu'à se
voir, les deux amants se sont compris sans se parler. Ils s'aiment, ils
s'adorent, ils se le disent à leur manière. Ciel et terre, ils oublient
toute chose. Qui dirait à celle-là: «Vous êtes assise sur un des plus
grands trônes de l'univers,» elle répondrait: «Que m'importe?» Qui
dirait à celui-ci: «Rappelle-toi que tu es un tourneur de broche,» il
vous montrerait les dents. O belles heures poétiques! charmants délires
de la passion! grandeurs et misères de l'amour! et pour finir toutes
mes exclamations, vanité des vanités!

Sachez en effet qu'à la porte il y a un gond, à la serrure une clef,
dans la rose un ver, sur la place publique un espion, dans le chenil
un Chien, à plus forte raison à la lampe il n'y a pas mèche, et dans
la forêt d'Aranjuez il y a le terrible Danois qui regarde nos deux
amants de loin. «Oh! vous vous aimez, dit-il les pattes croisées sur
sa poitrine; oh! vous vous aimez à mon dam et préjudice! eh bien,
tremblez, tremblez, misérables!» Ainsi parlant, et quand Zémire est
rentrée chez sa royale maîtresse, qui la rappelle avec des croquignoles
dans les mains et des tendresses plein le regard, le Danois arrête
Azor au milieu de sa joie. «Zémire te trouve beau, lui dit-il; mais à
toute force, je le veux, je l'ordonne, il le faut, Zémire te verra,
non pas dans ta beauté d'emprunt, non pas lisse et peigné comme un
Chien de bonne maison, mais tout hideux, tout crasseux, tout couvert
de sauces et de cendres, enfumé comme un Chien de marmiton que tu
es; et non-seulement tu te montreras à Zémire tel que tu es, comme
un vrai Porc-Épic, la serviette au cou, le poil hérissé, les pattes
suppliantes, mais encore tu diras cela devant la reine, afin qu'elle
sache bien la conduite de Zémire.

[Illustration]

Ainsi jappe, ainsi hurle le Danois, le traître. Et vous ne sauriez
croire, ô mon maître, les passions que ce monstrueux Animal a
soulevées. Il n'y avait pas dans la salle assez de Geais, de
Perroquets, de Merles, de Serpents, d'Animaux siffleurs, pour siffler
ce misérable Danois. Toujours est-il que le pauvre Azor, naguère si
beau, arrive tout souillé aux pieds de sa maîtresse; et là, devant le
_tormenteur_, un affreux Héron au long bec emmanché d'un long cou, qui
le regarde de toute sa hauteur, Azor déclare à Zémire qu'il n'est, en
résultat, qu'un vil marmiton, qu'il sortait du bain, l'autre jour,
quand il l'a rencontrée, et que c'était le premier bain qu'il prenait
de sa vie. Maître, que vous dirai-je? A cet affreux récit, voilà Zémire
qui se jette aux pieds d'Azor. «Oh! lui dit-elle, que j'ai de joie
de t'aimer dans cette vile condition! que je suis fière de te faire
le sacrifice de mon orgueil! Tu veux ma patte, mon amour, voilà ma
patte: je te la donne à la face de l'univers!» A cette scène touchante,
mon maître, vous eussiez vu pleurer toute la salle: le Blaireau, le
petit-maître des balcons, s'efforçait en vain de retenir ses larmes;
le Bœuf, dans sa baignoire, fermait les yeux pour ne pas pleurer; la
Poule, au paradis, agitait ses ailes en sanglotant; le Coq, sur ses
ergots, voulut appeler en duel le traître de mélodrame. Ce n'étaient,
du parterre à la première galerie, que gémissements, grincements,
évanouissements: on se serait cru dans une salle peuplée d'êtres
humains.

[Illustration]

Ici finit le quatrième acte.

[Illustration]

Vous dirai-je maintenant le cinquième acte? Je ne crois pas que j'y
sois obligé, mon maître: car enfin je ne crois pas que ce soit à moi,
votre Chien, d'usurper les droits de votre critique. Qu'il vous suffise
de savoir qu'à ce cinquième acte les Chiens étaient devenus des Tigres,
comme cela se passe chez les bons auteurs. Le Tigre entrait à pas de
Loup, le poignard à la main; il surprenait en adultère la Tigresse
avec un autre Tigre de son espèce, et je vous laisse à penser s'il les
poignardait avec férocité!

Il paraît que la douce Zémire, une fois mariée, était devenue une
Tigresse; cela se voit dans les meilleurs ménages. Et puis on m'a dit
que c'était une vieille histoire d'un Chien de basse-cour nommé Othello.

Après le cinquième acte, tout rempli de crimes, de meurtres, de coups
de poignard, de sang répandu, la toile s'est baissée, en attendant la
petite pièce, jouée par des Souris blanches et un gros Porc-Épic qui
fait beaucoup rire, rien qu'à se laisser voir.

Le drame accompli, la salle entière s'est remise de son émotion.
Les larmes ont été essuyées; les Panthères ont relevé leurs petites
moustaches; les Lionnes ont passé leurs ongles rosés dans leur
crinière; chacun a songé à sa voisine, le Lièvre à Jeanne la Lapine,
l'Escargot au Papillon, le Ver à soie à la Femme du Hanneton, le Coucou
à tous et à chacun. D'empressés Ouistitis, la queue relevée au-dessus
de la tête, ont apporté à qui en voulait toutes sortes de friandises
que l'assemblée a grignotées du bout des dents. Pour moi, j'ai fait
comme vous faites aux grands jours de premières représentations; je
suis sorti en toute hâte, d'un air mystérieux et comme un Animal de
bon sens qui en sait plus long qu'il ne veut en dire. D'un air calme,
posé, sentencieux, je suis allé me promener dans la basse-cour qui est
le foyer du théâtre; et dans cette basse-cour j'ai rencontré toutes
sortes de grands juges des belles choses, qui se promenaient d'un air
rogue et pédant; celui-ci avait le dard des Abeilles, celui-là le
bec du Cormoran; le Perroquet répétait ce qu'il avait entendu dire,
et le Corbeau guettait sa proie; il y avait des Lions qui faisaient
limer leurs dents par l'ingénue et la grande coquette; des Tigres qui
battaient l'air de leur queue sans faire de mal à personne. A cette
vue, je me suis rappelé ce que dit le seul historien des Animaux, notre
Molière et notre la Bruyère tout à la fois, le seul qui ait accompli
dignement cette noble tâche, et, par Cerbère! pourquoi donc y revenir
quand ce grand Homme a dit tout ce qui nous concerne:

  D'Animaux malfaisants c'était un méchant plat?

[Illustration]

Aussi chacun les évitait; ou bien, si quelques-uns les saluaient,
c'était en faisant la grimace; quand ils donnaient des poignées de
patte, ils retiraient leurs griffes toutes sanglantes; leurs baisers
ressemblaient à des morsures. Mais leur dent était saine, et le mal que
faisait leur griffe était bientôt guéri.

Bonjour. Je dois vous dire que lorsque j'ai dit que vous m'apparteniez,
j'ai été admis dans les coulisses, où j'ai pu voir toutes ces petites
Chattes se graissant le museau de leur mieux: celle-ci montrant ses
dents qui sont blanches, celle-là cachant ses dents qui sont noires;
l'une miaulant d'un ton si doux! l'autre se pourléchant d'un air tout
riant! Les unes et les autres, elles m'ont fait patte de velours, elles
m'ont accueilli de leur _ronron_ le plus câlin. Bref, on a parlé du
beau temps, de l'aurore, du soleil levant, de la rosée qui sème les
perles, et tout d'un coup, ces dames, chaudement enveloppées dans leurs
fourrures, ont résolu d'aller voir lever le soleil. Ainsi ont-elles
fait. J'ai voulu faire comme tout le monde: je suis allé à Montmorency
avec deux Lévriers de mes amis, un jeune Faon du Conservatoire et une
jeune Biche timide qui doit débuter la semaine prochaine dans les
Volnys et les Plessis.

Nous sommes logés, les uns et les autres, d'une façon très-hospitalière
à l'hôtel du Lion d'or. Je dicte cette lettre à la hâte à un Mouton de
la forêt de Montmorency, où il exerce le métier d'écrivain public. Ma
lettre vous sera portée à vol de Corbeau, et j'y mets ma griffe, ne
sachant pas écrire, en ma qualité d'apprenti du feuilleton.

  Montmorency, sous le signe de l'Écrevisse.

  PISTOLET, _frère de Carabine_.


_P. S._--Bien des choses à Louis, notre valet de chambre, ainsi qu'au
petit Chat que je trouve un peu rouge; mais des goûts et des couleurs
il ne faut pas disputer. Je ne serais pas fâché que les Serins eussent
couvé tous leurs œufs à mon retour.

  _Pour copie conforme_,

  J. JANIN.

[Illustration]

Hélas! cette excursion galante du pauvre feuilletoniste en herbe
devait être la dernière. Pistolet, malgré son nom, n'était pas né pour
mener de front tant de travaux et de tristesses dont se compose la vie
littéraire. C'était tout simplement un charmant et bondissant Épagneul,
plein de joie, qui ne vivait que pour être un brave Chien, libre de
tout préjugé. Il avait en horreur les fureurs de l'amour-propre et les
divisions intestines du peuple dramatique. Il était né, non pas pour
critiquer toutes choses, mais pour jouir de toutes choses. Rien ne lui
déplaisait comme de rechercher les faux jappements dans un concert,
les fausses notes dans une voix de son espèce, les fausses couleurs
dans le plumage, les faux bonds dans le Cerf qui s'enfuit à travers
le bois. Il trouvait beau tout ce qui était la vie, le mouvement, le
monde extérieur. Il aimait les Animaux en frères, parce qu'il était
leur égal en force, en bonté, en beauté, en courage. Il aimait les
Hommes tels qu'ils étaient, parce qu'il n'en avait jamais reçu que bon
accueil, bons petits soins, bons offices et croquignoles... Hélas! à
l'heure où tout semblait lui réussir, l'ennui le prit à la gorge... Il
est mort en disant, lui aussi: _J'avais pourtant quelque chose là!_
Or, ce quelque chose qu'il avait là, c'étaient les nobles instincts
du chasseur, c'était le nez du Limier qui fait lever la Bête fauve,
c'était l'ardeur vigilante du Chien courant, c'était la patiente
ardeur du Chien d'arrêt, c'étaient tous les bonheurs de la chasse aux
jours de l'automne. Tels étaient les instincts du noble Animal; mais,
contrairement au vœu de la nature, de ce chasseur on a fait un faiseur
de feuilletons, de ce Nemrod on a fait un abbé Geoffroy.

Un monument d'une grande simplicité sera élevé aux frais des amis du
critique novice.--_On souscrit ici._--Jusqu'à présent, nous n'avons
même pas reçu cinquante centimes pour contribuer à l'érection de ce
monument funèbre. Quoi d'étonnant? Notre ami Pistolet avait loué tout
le monde, il n'avait blessé personne; il avait si peu d'ennemis et tant
d'amis!

Mais ce qui coûte moins cher que le tombeau le plus modeste, ce sont
des vers funèbres. Voici un petit distique improvisé sur feu Pistolet
par un poëte de ce temps-ci, M. Deyeux, qui l'a pleuré comme écrivain
et comme chasseur:

  La chasse est tout à fait l'image de notre âge
  Où tous les orgueilleux ne font que du tapage.

  --NOTE DE L'ÉDITEUR.--

[Illustration]



LE

RAT PHILOSOPHE

OU

VIVE LA POULE... ENCORE QU'ELLE AIT LA PEPIE

  (SANCHO PANÇA.)

[Illustration]


  PERSONNAGES:

  RONGE-MAILLE, Rat à barbe grise.        BABOLIN, donneur d'eau bénite.

  TROTTE-MENU, jeune Rat, pupille de      TOINON, fille de Babolin.
   Ronge-Maille.
                                          UNE VOIX.

  Le théâtre représente une salle à manger modestement meublée.


SCÈNE PREMIÈRE.

RONGE-MAILLE, seul. Il va, vient, et paraît fort affairé.

MON pupille Trotte-Menu va venir partager mon dîner; faisons en sorte
qu'il n'ait pas lieu de se repentir d'avoir accepté l'invitation de
son vieux tuteur... (Flairant un morceau de fromage qu'il vient de
trouver sous la table.) Voilà un vieux chester dont le parfum ferait
revenir un mort... nous verrons ce qu'en dira mon pupille... Il n'y
fera peut-être pas attention seulement. Ces Rats de la jeune génération
sont si singuliers! ils n'aiment rien, ne se plaisent à rien, ne se
dérident jamais... Oh! de mon temps, nous étions moins atrabilaires;
nous prenions le temps comme il venait... Aujourd'hui nous mangions
du blé, demain nous rongions du bois: bois et blé, tout nous allait.
Maintenant ça n'est plus de même, on n'est jamais content... eût-on des
noix et du lard sur la planche, on se lamenterait encore... Quelle
étrange monomanie!... Décidément mon pupille se fait bien attendre...
Est-ce qu'il lui serait arrivé malheur?


SCÈNE II.

RONGE-MAILLE, TROTTE-MENU.

TROTTE-MENU, paraissant à la fenêtre.

Tuteur, peut-on entrer?

RONGE-MAILLE.

Quoi! par la fenêtre? Ne pouvais-tu faire comme tout le monde et
passer sous la porte? Mais j'oubliais que, vous autres Rats de la
jeune Raterie, vous ne faites rien comme personne... Les portes! c'est
bon pour le Rat vulgaire, n'est-il pas vrai?... Allons, jouons des
mâchoires!... il y a longtemps que le festin est prêt...

TROTTE-MENU, d'un ton mélancolique.

Si, au lieu de me glisser sous la porte, j'ai été obligé de faire un
long détour et d'arriver par les toits, la faute n'en est pas à moi,
tuteur!...

RONGE-MAILLE, riant.

Ni à moi, que je sache... (Il le sert.) Un peu de cette noix grillée;
elle est parfaite...

TROTTE-MENU, de plus en plus sombre.

La faute en est au destin!...

RONGE-MAILLE.

Encore ce satané destin!... Tu ne peux donc pas le laisser tranquille?

TROTTE-MENU.

C'est que lui, tuteur, ne se lasse pas de nous persécuter... N'est-ce
pas lui qui a bouché le jour que vous aviez pratiqué au bas de cette
porte, afin que vos parents et amis pussent plus facilement vous rendre
visite?

RONGE-MAILLE.

Et tu crois que c'est le destin qui a bouché ce trou?

TROTTE-MENU.

Et qui serait-ce donc, tuteur?

RONGE-MAILLE.

C'est Toinon!... (Il le sert.) Ce lard est délicieux... Il n'y a
vraiment que Toinon pour avoir de si bon lard...

TROTTE-MENU.

Quelle est cette Toinon, tuteur?

RONGE-MAILLE.

La maîtresse de céans, la fille à Babolin, le plus charmant museau
de femme!... et travailleuse!... En voilà une qui mord joliment au
ravaudage! elle tire des points du matin au soir...

[Illustration]

TROTTE-MENU.

Et quel intérêt si puissant cette Toinon avait-elle à condamner le
passage par où j'ai l'habitude de m'introduire?

RONGE-MAILLE, riant.

Quel intérêt? Tu es ravissant, ma parole d'honneur!... Goûte donc ce
chester, il embaume... Quel intérêt? mais celui de ses jambes... c'est
là toute l'histoire... Elle n'aime pas les vents coulis, Toinon!...
Du reste, fille charmante qui fait des miettes en mangeant et laisse
toujours le buffet ouvert... Ça sera une excellente femme de ménage; je
veux la marier...

TROTTE-MENU, avec amertume.

Vous?

RONGE-MAILLE, avec bonhomie.

Oui, moi! je veux la marier à un garçon qu'elle aime... Il me convient
de faire le bonheur de ces deux pauvres enfants... qui peut m'en
empêcher?

TROTTE-MENU, exalté.

Mais vous ne pensez ni à ce que vous dites, ni à ce que vous êtes, ô
tuteur! Vous parlez de faire le bonheur d'un jeune Homme et d'une jeune
Fille, vous?

RONGE-MAILLE.

Eh bien! après?

TROTTE-MENU, avec mépris.

Un Rat!...

RONGE-MAILLE.

Et un Rat qui est fier de l'être!... Croqueras-tu ce brin de sucre, ou
rongeras-tu cette queue de poire?

TROTTE-MENU.

Merci, je n'ai plus faim... (Avec amertume.) Fier d'être le dernier des
Animaux! Ah! je n'en suis pas fier, moi!...

RONGE-MAILLE.

Le dernier des Animaux!... Il y a bien des choses à dire là-dessus...
Promenons-nous un peu, ça nous fera faire la digestion. (Ils trottinent
en causant.)

TROTTE-MENU.

Bien des choses! Et lesquelles? Des sophismes, des paradoxes!... Ne
pas vouloir reconnaître que le Rat est le plus misérable de tous les
Animaux, c'est fermer les yeux à la lumière! Mais les Hommes, les
Hommes eux-mêmes (Animaux qui, bien qu'on médise d'eux, ont tout autant
de lumières que nous), ne proclament-ils pas ce qu'il y a de petitesse
et de dégradation dans la condition que la nature nous a faite, eux
qui, pour exprimer l'excessive misère, nous prennent, nous autres Rats,
pour termes d'une odieuse comparaison?...

RONGE-MAILLE.

Parce qu'ils disent: «Gueux comme un Rat!» Peuh! qu'est-ce que ça
prouve? Gueuserie ne signifie pas malheur. As-tu jamais rien grignoté
de Béranger, toi?

TROTTE-MENU.

Jamais!

RONGE-MAILLE.

Au fait, tu ne peux pas le connaître... Ça reste si peu en magasin,
ces sortes de livres-là, que c'est à peine si on a le temps de les
effleurer... Ah! autrefois c'était plus agréable! Chaque fois que
messieurs de la justice pouvaient mettre la main sur une édition de ce
gaillard-là, ils la fourraient dans des greniers d'où elle ne sortait
plus... C'est alors que nous nous en donnions à la joie de notre
cœur!... Les chansons de Béranger!... mais on ne les mangeait pas, on
les dévorait!... De 1827 à 1830 je n'ai vécu que de cela: aussi je me
portais!...

TROTTE-MENU.

Et que chantent ces chansons, s'il vous plaît?

RONGE-MAILLE.

Elles chantent que les gueux,--ou, si tu aimes mieux, les Rats,--ont en
partage la probité, l'esprit et le bonheur: rien que cela!

TROTTE-MENU.

Paradoxe!... Ces chansons-là n'empêcheront ni les gueux ni les Rats de
mourir de faim...

RONGE-MAILLE.

Qui est-ce qui a l'habitude de mourir de faim? Est-ce toi? Es-tu mort
hier? Meurs-tu aujourd'hui?

TROTTE-MENU, à part, d'un ton profondément mystérieux.

Qui sait? (Haut.) Si je ne meurs pas, moi, d'autres meurent. Ne vous
souvient-il plus de Ratapon et de sa nombreuse famille? Il y avait
plusieurs jours que lui et les siens souffraient de la faim; par un
beau matin, ils prirent leur courage à deux pattes, et s'en allèrent
implorer l'obligeance d'un de leurs voisins, un Cochon gros et gras,
dont l'étable regorgeait de glands, d'orge et de légumes. Eh bien!
qu'arriva-t-il de cette démarche?

RONGE-MAILLE, impatienté.

Mon Dieu! je le sais aussi bien que toi, ce qui arriva... Réveillé
par leurs gémissements, monseigneur le Cochon parut à la fenêtre
de son étable et leur dit d'un ton bourru: «Quel est ce bruit et
que veut cette canaille?--La charité, s'il vous plaît, monseigneur!
répondirent-ils tous à la fois.--Allez au diable! repartit le Cochon,
je n'ai pas de trop pour moi.»

[Illustration]

TROTTE-MENU, plus lugubre que jamais.

Et puis, le lendemain, le cadavre de Ratapon et des siens jonchaient la
campagne... le désespoir et la faim les avaient tués!...

RONGE-MAILLE.

Le désespoir et la faim?... Ne fais donc pas de poésie... c'est la
mort-aux-rats que tu veux dire. Ils ont eu la mauvaise chance de tomber
sur des boulettes d'arsenic; ils les ont gloutonnement, imprudemment
avalées: ils en sont morts. Quoi de plus simple?

TROTTE-MENU, avec ironie.

Quoi de plus simple, en effet que la mort? N'est-ce pas notre lot, à
nous, à nous que menacent sans cesse et les Chats, et le poison, et les
piéges, et les appâts!

RONGE-MAILLE.

Ce qui ne nous empêche pas de vivre...

TROTTE-MENU.

Oui, si c'est vivre que souffrir mille morts!

RONGE-MAILLE.

Mille valent mieux qu'une, quand ces mille ne tuent pas.

TROTTE-MENU.

Elles valent mieux pour les âmes faibles, peut-être; mais le Rat de
cœur ne veut pas d'une vie qui est une torture de tous les instants, et
il la rejette!...

RONGE-MAILLE.

Ah! tu donnes dans le suicide?... C'est une folie comme une autre;
seulement elle est peu gaie.

TROTTE-MENU, gravement.

Ne plaisantez pas, tuteur; je parle sérieusement: cette vie de périls
et de privations me fatigue, et j'y renonce...

[Illustration]

RONGE-MAILLE.

Et tu as grand tort, crois-en ma vieille expérience... La vie n'est
pas une mauvaise chose... elle a ses bons comme ses mauvais quarts
d'heure... J'ai vu plus d'une fois l'ennemi face à face, et je n'en
suis pas mort. Les piéges des Hommes ne sont pas si habilement combinés
qu'on ne puisse s'y soustraire; la griffe des Chats n'est pas toujours
mortelle. Ah! si défunt mon père était encore vivant, tu apprendrais
de lui comment, à force de patience et de résolution, on se tire des
situations les plus difficiles! J'étais bien jeune encore, quand
un jour l'appât d'un morceau de lard le fit tomber dans un de ces
traquenards vulgairement connus sous le nom de souricières. Tous réunis
autour de sa prison, nous imitions notre pauvre mère, nous ne songions
qu'à verser des larmes, en invoquant la miséricorde céleste... Lui,
toujours calme, toujours grand, même dans le malheur, il nous dit: «Ne
pleurez pas, agissez!... Peut-être, à quelques pas d'ici, l'ennemi
veille dans l'ombre... Essayons de lui échapper... Plus d'une fois
j'ai curieusement observé la construction de ces piéges inventés par
la perversité humaine; et, si je ne me trompe, il n'est pas impossible
d'en sortir. Cette porte qui vient de se refermer sur moi se rattache
à ce que la science nomme un levier.» Mon père était un Rat de
bibliothèque; il savait de tout un peu. «On prétend qu'avec un levier
et un point d'appui on soulèverait le monde; si avec ce levier on peut
sauver un père de famille, ça sera bien plus beau! Grimpez donc sur
le toit de ma prison, et tous, réunissant vos efforts, suspendez-vous
à ce levier: bientôt je serai libre.» Ses ordres sont exécutés; la
porte fatale se rouvre; mon père nous est rendu, et déjà nous allions
fuir, lorsque, d'un bond terrible, un affreux Matou s'élance au milieu
de nous. «Partez!» nous crie mon père, dont rien ne peut ébranler le
courage; et voilà que seul il tient tête à ce terrible adversaire.
Noble lutte! il y reçut force égratignures, même y perdit la queue,
mais n'y laissa pas la vie. Peu d'instants après, il avait regagné
notre trou domestique; et pendant que nous léchions le sang de ses
blessures, il nous disait en souriant: «Voyez-vous, mes enfants, il en
est du péril comme des _Bâtons flottants_:

  «De loin, c'est quelque chose, et de près, ce n'est rien.»

TROTTE-MENU, avec aplomb.

Oh! le péril ne m'effraye pas; je n'ai peur de rien.

  En ce moment, on entend au dehors frapper trois coups dans les
  mains. Trotte-Menu veut fuir, Ronge-Maille l'arrête.

RONGE-MAILLE.

Tu n'as pas peur; cependant tu commences toujours par te sauver... Mais
rassure-toi; je connais ce signal... c'est l'amoureux de Toinon qui
l'appelle... Nous pouvons rester là. Les amoureux ne sont dangereux
pour personne: ils ne pensent qu'à eux.


SCÈNE III.

LES MÊMES, TOINON, UNE VOIX au dehors.

TOINON. Elle a doucement ouvert la porte de sa chambre, marche sur la
pointe du pied et va vers la fenêtre.

Quoi! c'est vous, Paul? Quelle imprudence!... Si mon père rentrait!...

LA VOIX.

Ma foi, voilà deux jours que je ne vous ai vue, et je n'y tenais
plus... Est-ce que le père Babolin est toujours en colère contre moi?...

TOINON.

Plus que jamais... Il veut vous intenter un procès...

LA VOIX.

Comment, un procès? à propos de la maison de feu mon cousin Michonnet?

TOINON.

Justement.

LA VOIX.

Mais puisque le cousin Michonnet me l'a léguée par testament, elle est
bien à moi, cette maison!

TOINON.

Mon père aussi a un testament, et il dit que le vôtre n'est pas le bon.

LA VOIX.

C'est-à-dire que c'est le sien qui est mauvais... Au fait, qu'il nous
marie, et la maison sera aussi bien à lui qu'à moi.

TOINON.

Ah! bien oui! il ne veut plus entendre parler de mariage... Il dit
qu'il vous déteste, et qu'il vaut mieux que je reste fille toute ma vie
que de devenir la Femme d'un Homme aussi méchant que vous...

LA VOIX, d'un ton piteux.

Est-ce que vous êtes de cet avis-là, Toinon?

TOINON.

Hélas!

RONGE-MAILLE, à part.

Voilà un hélas! qui en dit plus qu'il n'est gros!...

LA VOIX.

Ciel!... votre père tourne la rue... Je me sauve!...

TOINON. Elle se retire vivement de la fenêtre.

Pourvu qu'il ne l'ait pas aperçu... C'est pour le coup qu'il ferait un
beau tapage! (Elle rentre dans sa chambre.)


SCÈNE IV.

RONGE-MAILLE, TROTTE-MENU.

TROTTE-MENU, raillant.

Dites donc, tuteur, il paraît que M. Babolin n'est pas d'accord avec
vous sur le mariage de mademoiselle Toinon?...

RONGE-MAILLE, tranquillement.

Qu'est-ce que ça me fait? J'ai décidé ce mariage, il aura lieu.

TROTTE-MENU, de même.

Ah! c'est bien différent!... Du moment que vous avez dit oui, il n'y a
plus à dire non, n'est-il pas vrai?

RONGE-MAILLE.

Babolin dira oui.

TROTTE-MENU.

C'est donc une girouette que ce Babolin-là?

RONGE-MAILLE.

Babolin n'est pas une girouette, tant s'en faut... Il est fort obstiné;
et quand il a mis quelque chose dans sa tête de Rat, on ne l'en fait
pas sortir facilement.

TROTTE-MENU, étonné.

La tête de Rat du père Babolin? Le père de cette jeune fille serait un
des nôtres?...

[Illustration]

RONGE-MAILLE.

Pas précisément... c'est ce que les Hommes appellent un Rat d'église...
Il est donneur d'eau bénite à la porte de Notre-Dame, et vend aux
fidèles les petits cierges que leur piété allume en l'honneur de Dieu
et de ses saints...

TROTTE-MENU.

Je connais ça... ce sont des cierges qu'on allume quand la pratique est
là, et qu'on éteint quand elle a le dos tourné. (Avec indignation.) Le
genre humain, comme le genre animal, n'est que mensonge et déception!...

RONGE-MAILLE.

Allons, allons, tu t'indigneras plus tard... J'entends Babolin,
laissons-lui la place libre; car il serait parfaitement capable de nous
marcher sur le corps. (Ils disparaissent.)


SCÈNE V.

BABOLIN, seul.

Ah! l'on cause amoureusement par la fenêtre, et cela malgré mes
défenses expresses! Me prend-on pour un père de comédie?... Je vais me
montrer. (Appelant.) Toinon! Toinon!


SCÈNE VI.

BABOLIN, TOINON.

TOINON.

Me voici, mon père, que voulez-vous?

BABOLIN.

Je veux, mademoiselle, que vous mettiez immédiatement votre châle et
votre chapeau et que vous vous prépariez à m'accompagner.

TOINON.

Où cela, mon père?

BABOLIN, avec emphase.

Chez un avoué, mademoiselle!... Je veux apprendre à M. Paul qu'entre
lui et nous il n'y a plus rien de commun. Un procès, un bon procès me
fera justice des impertinentes prétentions de ce jeune homme. Ah! ce
monsieur voudrait dépouiller le père et séduire la fille!...

TOINON.

Mon père!...

BABOLIN, sévèrement.

Taisez-vous, mademoiselle!... Jusqu'à ce jour, j'avais pu croire que le
jeune homme ne serait pas assez présomptueux pour lutter avec moi, et
qu'il me céderait de bonne grâce cette maison, que je tiens de l'amitié
de Michonnet...

TOINON, pleurant.

Mais, mon papa, si M. Michonnet a laissé sa maison à tout le monde, ce
n'est pas la faute de M. Paul...

BABOLIN.

Vous êtes une sotte!... M. Paul aimerait à hériter... rien de mieux!
c'est un goût fort répandu que celui des héritages... Qu'il fasse
valoir ses droits... quant aux miens, ils sont constatés en bonne et
due forme, et je vais, aujourd'hui même, déposer entre les mains d'un
avoué le testament qui les consacre. Il faut que dès demain le procès
soit entamé!... La clef du secrétaire, mademoiselle, donnez-la-moi!...
(Toinon lui donne la clef en pleurant.) Et pas d'enfantillage!...
Séchons ces larmes et habillons-nous. (Il sort.)


SCÈNE VII.

TOINON, puis RONGE-MAILLE et TROTTE-MENU.

TOINON, mettant son chapeau.

Vilain M. Michonnet, va!... Il avait bien besoin de faire deux
testaments!...

TROTTE-MENU à Ronge-Maille.

Je crois, tuteur, que c'est le moment d'exprimer clairement votre
volonté... le père Babolin n'a pas l'air de la deviner du tout.

RONGE-MAILLE.

Sois paisible, petit pupille, sois paisible...


SCÈNE VIII.

TOINON, BABOLIN.

BABOLIN, furieux.

Ah çà! il y a donc des Rats ici?... (Trotte-Menu détale, Ronge-Maille
le suit.)

TOINON.

Je crois que oui, mon papa; il y en a toujours eu... Qu'ont-ils donc
fait?

BABOLIN, de même.

Ce qu'ils ont fait! vous voulez savoir ce qu'ils ont fait?... Eh
bien!... (Moment de silence.) vous ne le saurez pas!...

TOINON.

Comme il vous plaira, mon papa.

BABOLIN, se promenant avec agitation.

Qui se serait attendu à cela? Me voilà bien avec mes droits... Où
sont-ils, maintenant?... C'est M. Paul qui va se moquer de moi!...
(Il s'arrête comme frappé d'une subite inspiration.) Mais si je ne
disais rien de ma mésaventure?... si je jouais la clémence? Paul aime
ma fille; ma fille aime Paul... si, comme un bon homme que je suis, je
cédais à leurs vœux? C'est ça qui me ferait honneur et me donnerait
l'air d'un père modèle!... (S'approchant de sa fille, il lui dit d'un
ton câlin:) Dis donc, petite Nonnon, ça te chagrine donc bien de ne pas
épouser ton Paul?... (Toinon ne répond rien: elle sanglote.) Nonnon,
si, au lieu d'aller chez l'avoué, nous allions chez le notaire?...

TOINON, pleurant et riant tout à la fois.

Chez le notaire, mon petit papa?

BABOLIN.

Pour qu'il se hâte de dresser ton contrat de mariage...

TOINON, de même.

Avec qui, mon petit papa?

BABOLIN.

Avec Paul...

TOINON, sautant au cou de Babolin.

Oh! mon petit papa, mon petit papa, que vous êtes bon!... Je n'osais
pas vous parler franchement, de peur de vous faire de la peine, mais je
crois que si je n'étais pas devenue la femme de Paul, j'en serais morte.

BABOLIN.

Diable! diable! il ne faut pas que tu meures... Allons chez le notaire!
(Ils sortent.)


SCÈNE IX ET DERNIÈRE.

RONGE-MAILLE, TROTTE-MENU.

RONGE-MAILLE.

Eh bien! que dis-tu de tout ceci, pupille?

TROTTE-MENU.

Je dis, tuteur, que vous êtes un grand sorcier... Mais ce testament
de feu Michonnet, qu'est-il devenu, je vous prie? Vous l'avez donc
escamoté?

RONGE-MAILLE.

J'en ai fait mon déjeuner de ce matin! Ainsi, grâce à moi, voilà un
procès qui ne s'entame pas et un mariage qui se conclut!... Tu vois
qu'en dépit de notre misère et de notre condition de Rats nous pouvons
encore faire un peu de bien... Mais à quoi penses-tu, je te prie? te
voilà tout rêveur!...

TROTTE-MENU.

Je pense que je viendrai vous voir le lendemain de la noce. Il y aura
de fameux rogatons, je veux en goûter...

RONGE-MAILLE.

Tu ne songes donc plus à te suicider?

TROTTE-MENU.

Ma foi non, j'ai changé d'idée... Il me semble que, s'il y a beaucoup
de souricières dans ce bas monde, il y a aussi d'excellents morceaux de
fromage dont on ne tâte plus dès qu'on est mort...

RONGE-MAILLE.

Ainsi, tu es de l'avis du vieux proverbe:

VIVE LA POULE... ENCORE QU'ELLE AIT LA PÉPIE!

  ÉDOUARD LEMOINE.

[Illustration]



LES SOUFFRANCES

D'UN SCARABÉE

[Illustration]


VIOLETTE, qui est la Colombe la plus aimable et la plus raisonnable du
monde, portait l'autre jour une jolie épingle à sa collerette. Un Hibou
philosophe et Oiseau de lettres lui en fit compliment.

«C'est, répondit Violette, un cadeau de ma marraine la Pie voleuse.
Cela représente un Insecte sur une feuille de pivoine. Au moyen de ce
talisman, on a toujours son bon sens; on voit les choses comme elles
sont, et non pas à travers les besicles de la mode.»

Le Hibou s'approcha pour examiner ce beau joyau, et comme la Colombe
vit bien que le cou blanc sur lequel il était posé empêchait le
philosophe de regarder avec toute l'attention qu'il fallait, elle
détacha l'épingle et la lui donna.

«Je vous la rendrai demain,» dit l'Oiseau nocturne. L'Insecte me
racontera son histoire, et je saurai par lui pourquoi vous êtes si
charmante et si sage.

En effet, lorsqu'il fut rentré chez lui, le Hibou mit l'épingle
sur sa table, et aussitôt la petite Bête marcha sur la feuille de
pivoine. C'était un Scarabée vert qui avait la mine d'un honnête
garçon d'Insecte. Il passa une patte sur ses yeux, étendit une aile
et puis l'autre; il tourna son nez pointu vers le philosophe d'un air
intelligent et amical, et consentit à lui raconter son histoire en ces
termes:

Je suis né sur les bords de la Seine, dans un grand jardin qui a reçu
son nom d'un temple consacré à la déesse Isis. Il y avait longtemps que
les Charançons fossoyeurs avaient mis en terre mes parents, lorsque
le sentiment de l'existence me vint à l'ombre d'une _Mimosa pigra_,
la sensitive paresseuse, dont le suc fut mon premier aliment. Une
excellente Jardinière m'avait recueilli chez elle. Tandis qu'elle
s'en allait aux champs sur ses longues pattes, j'ouvrais mes ailes,
et je m'envolais bien loin dans les prés. Mes compagnons étaient des
Bêtes simples. Je n'entrais que dans des fleurs sans culture. On me
traitait en ami chez les coquelicots, où régnaient la franchise et
le laisser aller. Comme j'étais déjà grand garçon, je cherchais les
roses buissonnières, et je poursuivais les Abeilles laborieuses, qui
abandonnaient un moment leurs ménages pour rire avec moi. Hélas! ce
beau temps a passé comme un rêve! Le besoin de l'inconnu me dévora
bientôt et me fit prendre en dégoût les mœurs paisibles de la campagne.

[Illustration: Un Hibou philosophe et Oiseau de Lettres.]

L'envie me vint de faire tirer mon horoscope par un Animal savant. Il
y avait dans le pays un Capricorne qui passait pour sorcier et qui
habitait un endroit sauvage. Malgré les cris et l'effroi de la bonne
Jardinière, je me fis conduire dans la retraite de ce magicien. Le
Capricorne portait une robe rouge couverte de signes cabalistiques. Il
me reçut poliment, et, après avoir décrit des courbes bizarres avec ses
antennes, il s'écria en regardant le creux de ma patte:

«Oh! oh! voilà un Animal qui a de la race. Est-ce que nous serions
échappé d'une ancienne collection? Que diable viens-tu faire dans ce
jardin? Tu n'y seras pas à la noce, mon ami.

--Monsieur le Capricorne, répondis-je, si je suis une bête de génie,
vous pouvez me l'apprendre; cela ne me fera pas de peine. Si je dois
jouer un rôle considérable dans le monde, je suis prêt à m'y résigner.

--Voyez-vous cela! reprit le sorcier ironiquement. Tu serais volontiers
un don Juan Papillon; tu consentirais à goûter de l'ambroisie des
dieux, sauf à payer ce régal par les souffrances de Tantale; tu
déroberais le feu céleste comme Prométhée, au risque d'être mangé par
un Vautour! Tu n'es pas dégoûté! Mais rassure-toi; il n'est pas besoin
de tout cela pour être mal à l'aise dans le printemps où nous vivons.
Tu n'es qu'un bon Insecte qui porte en lui la simple flamme du sens
commun. C'est bien suffisant. Ah! tu t'avises de vouloir distinguer le
vrai du faux et l'or du clinquant! tu refuses absolument de croire que
les vessies sont des lanternes! Eh bien, mon garçon, tu feras de la
belle besogne dans ce pays-ci! Va, ton sort est inévitable: ta vie ne
sera qu'une attaque de nerfs.»

Je me retirai un peu déconfit par le pronostic du Capricorne, mais
toujours brûlant du désir de me lancer au milieu du vaste jardin
d'Isis, où des milliers d'Insectes fourmillaient et se heurtaient dans
un air empoisonné. Un jour que je cherchais à ramener le calme dans mon
esprit, je me promenais dans les solitudes d'un potager, lorsque je
fis la rencontre d'un vénérable Rhinocéros qui méditait sous l'ombre
épaisse d'une laitue. Je le priai humblement de me donner de ces avis
fleuris et précieux que Mentor prodiguait au jeune Télémaque du temps
de madame de Maintenon.

[Illustration: Monsieur le Sorcier, si je suis une Bête de génie, vous
pouvez me l'apprendre; cela ne me fera pas de peine.]

«Volontiers, me dit-il: vous avez des devoirs à remplir et des droits
à exercer. Il faut devenir un Scarabée policé. Voyez-vous, là-bas,
toutes ces fleurs de luxe? Demandez qu'on vous y introduise, et vous
serez admis dans la bonne compagnie. Le jargon en est facile. Vous
ferez quelques contorsions de politesse devant la maîtresse du logis.
Quand vous aurez prêté une oreille attentive aux balivernes qu'on
voudra bien vous dire, on vous régalera d'un peu d'eau chaude, et
vous pourrez faire la cour aux Demoiselles. Ayez soin de vous tenir
au courant des nouvelles et des méchants propos qu'on débite les uns
contre les autres. Il ne s'agit pas de se divertir, mais de paraître
content; ni d'être amoureux, mais d'en avoir quelquefois l'apparence.
Il n'est pas question d'avoir des opinions, des sentiments, des goûts
ou des passions, mais d'offrir à peu près le semblant d'un Insecte qui
pourrait dans le fond penser ou sentir quelque chose. Ne vous laissez
pas voler votre bien, et prenez garde à qui vous donnez votre cœur,
car on vous trompera le plus civilement du monde. Voilà pour l'article
de vos plaisirs. Vos devoirs sont aisés à comprendre. Cinq ou six fois
dans l'année seulement, vous serez invité à vous déguiser militairement
et à faire pendant vingt-quatre heures ce qu'il passera par la tête à
des Frelons de vous commander.

--Cinq ou six fois l'an! m'écriai-je: mais c'est un énorme impôt!

--La patrie l'exige. Vous êtes averti: allez maintenant, et jouissez de
vos priviléges.»

A cette peinture noire de ce qui m'attendait à mes débuts, un Scarabée
moins vert et moins intrépide que moi aurait bien pu s'effrayer. La
fougue de la jeunesse me réconforta. Je considérai le Rhinocéros comme
un vieux Misentome cornu et désabusé dont il ne fallait pas prendre
les avis chagrins au pied de la lettre. J'écartai de son discours tout
ce qui me semblait menaçant, pour me souvenir de ce qui flattait mon
imagination. Des amis me promirent de satisfaire mon désir d'être admis
dans cette société délicieuse où l'on buvait de l'eau chaude en causant
avec les Demoiselles. Je me liai intimement avec un Hanneton fort
répandu dans le monde, et qui voulut bien me servir de guide.

«Venez avec moi, me dit-il un jour. Les arts et la bonne compagnie vous
réclament. Je vous mènerai au théâtre et dans les réunions choisies.
Venez, venez: je vous promets une soirée agréable.»

Après avoir compté nos écus, nous partîmes ensemble à tire-d'aile.

«Aimez-vous la musique? me demanda le Hanneton tout en voltigeant.

--Oui-da! il y avait dans le jardin où je suis né des Fauvettes d'une
grande force.

--Nous avons à vous offrir mieux que cela; je vais vous conduire dans
une Académie: ce sera bien le diable si nous n'y entendons pas de
bonnes choses.»

Mon compagnon rajusta ses antennes et redressa son col noir pour se
présenter à l'entrée d'une vaste fleur d'acanthe. Un Cloporte lui
passa deux billets par un petit trou, et nous nous élançâmes dans la
salle. La réunion était d'un aspect agréable. Des Paons du jour placés
aux avant-scènes, les moustaches cirées, les manchettes retroussées,
lorgnaient avec cet air nonchalant que donnent le raffinement de
l'esprit et l'habitude des plaisirs recherchés. Des Guêpes élancées,
des Demoiselles à pattes fines, formaient des groupes charmants.
Quelques innocents Pucerons sortaient leurs têtes carrées par les
lucarnes du paradis. Les Mouches noires, arbitres du bon goût, se
tenaient en silence au parterre. Tout ce monde paraissait jeune, poli
et connaisseur.

«Ce public, dis-je à mon guide, a une mine qui me revient. Il est beau
de voir la jeunesse accourir avec cet empressement dans une Académie.

[Illustration]

--Ne vous trompez pas sur le mot, répondit le Hanneton. Les Paons du
jour viennent ici pour les Sauterelles du théâtre, qui cachent avec
soin leurs fémurs sous une gaze transparente. Les Guêpes viennent pour
chercher fortune et les Demoiselles pour se montrer; mais on fait tout
cela en écoutant le meilleur chant du monde. Chut! voici la première
Cigale qui commence son grand air.»

J'ouvris mes oreilles à deux battants. La première Cigale, vêtue avec
luxe, poussait des cris dramatiques dans un beau jardin de papier
peint. L'orchestre accompagnait comme s'il eût assisté aux débuts
de Stentor, cette basse-taille vantée des anciens, et pourtant la
prodigieuse Cigale trouvait encore moyen de le surpasser et de me
perforer le tympan. Il eût été malhonnête de ne pas écouter lorsqu'on
faisait tant de bruit pour me divertir. Le morceau charmant était
d'ailleurs cette cavatine qui se trouve en tête de tous les opéras
nouveaux et qui a la vogue depuis nombre d'années. Impossible de ne pas
être satisfait. Pour nous reposer du vacarme aigu de cette cavatine,
par un ingénieux contraste, on introduisit sur la scène trois cents
Grillons qui entonnèrent un chœur à faire crouler la salle, et le
rideau tomba en attendant de nouvelles merveilles.

Après le tour des Cigales vint celui des Sauterelles. Autant les
premières s'étaient évertuées à crier de tous leurs poumons, autant
les autres s'essoufflèrent à gigoter de toute la vigueur de leurs
jarrets. Apparemment, elles savaient exprimer quantité de choses avec
leurs pattes, car mon compagnon me traduisait ces signes dans le
langage vulgaire; sans lui je n'y aurais pas su démêler autre chose
que des gambades. Ce spectacle, d'ailleurs, était fort gracieux et j'y
prenais un plaisir extrême; mais tout à coup les jolies Sauterelles
s'envolèrent et le tapage recommença plus fort qu'auparavant. Je fus
pris d'une telle migraine que je ne pus résister au désir de m'élancer
dehors, dans la nuit orageuse.

«Ce n'est pas là ce que vous m'aviez promis, dis-je au Hanneton
mondain, quand j'eus respiré quelques bouffées d'air. Je vous avais
demandé des chansons et je n'ai encore entendu qu'un brillant vacarme.
Menez-moi, je vous prie, dans un endroit où l'on ne fasse pas de la
musique à grand renfort d'épées et de flambeaux.

--J'ai votre affaire, répondit mon compagnon; suivez-moi, je vais
vous conduire en un lieu choisi où l'on ne cultive que le bel art de
la musique, dépouillé de tous les accessoires qui pourraient vous en
distraire. Vous y entendrez une Cigale étrangère, adorable et adorée
des quatre parties du monde.»

En trois coups d'ailes, nous volâmes jusqu'aux abords d'une vaste
tulipe rouge. Le Cloporte de l'entrée nous donna deux billets, et nous
arrivâmes à nos places au moment même où la Cigale adorable entonnait
le plus bel air de la pièce. Elle chantait dans une langue inconnue,
la plus douce qu'il soit possible d'imaginer. Cette fois, je fus ravi
et transporté d'aise; mais quand elle eut fini son morceau, de pauvres
Cri-cris sans voix commencèrent à s'égosiller autour d'elle, en sorte
que mon plaisir en fut gâté.

«D'où vient cela? demandai-je à mon compagnon. Pourquoi tous les autres
rôles de la pièce sont-ils sacrifiés? Est-ce qu'il n'y a dans cet
établissement qu'une seule voix et qu'un seul talent?

--Si fait, me répondit le Hanneton, il y a, au contraire, plusieurs
gosiers incomparables; mais, pour les entendre, il faut revenir demain.
Le jour où la Cigale adorée se montre, on met le premier Grillon dans
l'armoire, et le jour où chante le premier Grillon, la Cigale adorée
reste dans sa cachette.

--Et pourquoi cette parcimonie de chansons?

--Pour vous obliger à revenir. Si l'on servait à l'auditoire toutes les
merveilles à la fois, cela coûterait trop cher à l'entrepreneur.

--Mais il en résulte que l'exécution est pleine de disparates et
d'imperfections. Allons ailleurs, et cherchons un endroit où l'on fasse
de la musique sans marchander.

--Je vous ai gardé la meilleure pour la dernière. Je vous avertis qu'il
faut être connaisseur et avoir l'ouïe délicate et exercée pour goûter
ce que vous allez entendre.

--A force de méditation, j'en comprendrai bien quelques petites beautés.

--Je n'en répondrais pas. Moi-même, qui suis initié, il y a des moments
où je perds le fil de mes idées. Il faut savoir trouver le fin des
choses, comme un gourmet découvre la langue de la Carpe, tandis que le
vulgaire s'égare dans les arêtes. Où pensez-vous que soit le mérite
d'un morceau de musique instrumentale?

--Pardieu! comme pour tous les morceaux de musique du monde, il est
dans le choix d'une mélodie agréable, dans les développements heureux
que le compositeur sait lui donner, et dans le travail d'harmonie dont
il l'accompagne.

--J'en étais sûr! vous n'y êtes pas du tout, mon cher Scarabée. Ces
idées-là sont arriérées de deux siècles au moins. Le charme de la
musique consiste uniquement aujourd'hui dans la prestesse des pattes
de l'exécutant, dans la végétation poilue de l'Insecte qui tape sur
l'outil sonore. Le fin de l'harmonie, les délices de la mélodie sont
dans le nez de l'Animal qui remue ses articulations sur l'instrument,
dans la couleur de ses écailles, dans la manière dont il courbe les
_nodus_ de son épine dorsale à l'entour d'un violoncelle, dans le
roulement de l'œil au fond de son orbite. Nous allons voir de ces
artistes profonds qui donnent à la pensée une forme mystique, et
néanmoins très-lucide pour celui qui est initié au langage chromatique
des objets, à la vague harmonie des passions et aux rhythmes divers de
la nature morte.

--Peste! dis-je en ouvrant de grands yeux, je vois, en effet, que ces
belles affaires pourraient bien n'être pas à ma portée. N'importe:
conduisez-moi toujours. Ma curiosité est extrême, et je grille du désir
de connaître ces rhythmes que vous venez de me dire.»

Le Hanneton m'introduisit dans le vaste calice d'un _Datura fastuosa_
richement décoré pour un concert instrumental, dans lequel on n'entrait
pas sans payer fort cher. Le public en était plus élégant encore que
celui de l'Académie.

Un cercle de Cantharides à couleurs changeantes murmuraient à
demi-voix. Elles étaient rangées autour d'un ustensile à queue
très-perfectionné, d'où les prodiges d'harmonie annoncés devaient
s'élancer bientôt sous les doigts d'un Mille-Pattes fameux. Après
s'être fait attendre pendant deux petites heures, les artistes
arrivèrent enfin. Le Scolopendre s'assit devant son instrument. Il
promena ses regards sur l'auditoire, et un silence profond s'établit
aussitôt.

Le morceau débuta par trois accords foudroyants qui partaient de la
note la plus basse du clavier jusqu'à la plus haute. Ayant ainsi
commandé le sérieux et l'attention par cette entrée imposante, le
virtuose se décida, quoique à regret, à poser ses doigts dans le médium
de l'instrument. Alors commença un adagio lent et vague, d'une mesure
insaisissable, et que les fioritures rendaient encore plus confus.
Le motif en était pauvre; mais qu'importe la misère d'une étoffe,
lorsqu'elle est si chargée de broderies qu'on ne peut plus la voir?
Ce n'était d'ailleurs qu'une introduction pour donner un avant-goût
du morceau, et comme il y avait force roulements de grosses notes,
je pensai qu'il ne s'agissait pas d'un badinage. Cependant ce fut le
contraire qui arriva. Le nuage sombre et mystérieux de l'introduction
s'ouvrit bientôt, et de son sein jaillit un pont-neuf de ballet, un
air de danse tout guilleret qui semblait relever gaiement sa robe des
deux mains pour folâtrer sur l'herbe courte. Le petit coquin avait
paru subitement comme ces bonshommes qu'on met dans les faux pâtés de
carton, et qui sautent au nez de l'imprudent qui découpe. Ce trivial
et badin motif avait croupi depuis dix ans dans les jambes des plus
vieilles Sauterelles de l'Opéra. On en était rassasié de toutes les
façons, mais l'auditoire, flatté de le reconnaître, le salua de la tête
comme un ancien ami.

[Illustration: Le morceau débuta par trois accords foudroyants qui
partaient de la note la plus basse du clavier jusqu'à la plus haute.]

A la suite de ce thème anodin, la chaîne sans fin des variations
déroula ses anneaux éternels comme un Serpent à sonnettes. Le
Scolopendre jouait son air de danse au fin fond des basses du clavecin
avec une seule patte, tandis que les neuf cent quatre-vingt-dix-neuf
autres pattes voltigeaient du haut en bas en agréments furieux, et puis
le motif passait à droite et cédait la gauche à la nuée des triples
croches. Ces évolutions se répétèrent indéfiniment, au plaisir toujours
croissant de l'assemblée. Tout à coup il y eut un temps d'arrêt.
Le virtuose compta quelques mesures avec l'air terrible de Thoas
s'écriant: «Tremble! ton supplice s'apprête!» Il prit alors son motif
innocent par les cheveux; il lui arracha un bras, lui coupa une jambe,
lui aplatit le visage, le tordit entre ses doigts au point d'en faire
un _six-huit_ d'un simple _deux temps_ qu'il était de naissance; puis
il le jeta sur l'enclume fumante de son clavier, et se mit à forger
dessus outrageusement avec ses mille pattes. C'était le finale, ou
comme qui dirait le bouquet du feu d'artifice.

Et le Scolopendre forgea de plus fort en plus fort sur le pauvre motif
estropié. Il forgea cinq minutes; il forgea dix minutes durant. Et
par moments il forgeait si vite, qu'on ne pouvait plus le suivre;
puis il forgeait tout à coup si lentement, que l'on restait malgré
soi la bouche ouverte et la patte en l'air à attendre qu'il reprît
un train plus rapide. Et il revenait à ce train rapide peu à peu; et
il le dépassait encore par une vitesse terrible. La mesure devenait
ce qu'elle pouvait au milieu de ces fluctuations. Et à force de voir
ce Scolopendre forger ainsi, les Cantharides commencèrent à marquer
insensiblement le mouvement de la forge par de petits signes de tête;
et puis les signes de tête devinrent plus sensibles; et bientôt tout
le corps marqua la mesure; et les pieds, les mains, les éventails des
Cantharides, tout forgeait à la fois avec un ensemble qui témoignait
assez le plus haut degré de l'émotion et du plaisir. Les unes avaient
l'œil flamboyant, les autres en coulisse, et d'autres encore n'en
montraient plus que le blanc; de sorte que ce fut comme une ivresse
générale qui ressemblait à de l'épilepsie. Et comme j'échappais à la
contagion, je rentrai en moi-même au milieu du bruit et des explosions,
tandis que le morceau se terminait par une interminable pétarade de ces
accords auxquels on reconnaît la rare fécondité des Scolopendres.

«Oh! disait une Cantharide à sa voisine, puissance de la musique! Mon
âme, remplie, harcelée, tiraillée, déchirée, a parcouru les sphères
lumineuses du firmament. Elle s'arrête enfin, brisée, éperdue, et
retombe à moitié morte dans cette odieuse vie réelle. Je voudrais une
glace à la vanille.

--Ah! disait une autre Cantharide en se pâmant d'aise, j'ai monté en
quelques minutes l'échelle entière des passions: l'amour, la jalousie,
le désespoir, la fureur, j'ai tout souffert en un clin d'œil. Par
pitié, de l'air! Ouvrez une fenêtre!

--Eh! murmurait une troisième Cantharide, affreux tyran, harmonie que
j'adore et que je redoute, ne peux-tu laisser en paix mon imagination?
J'ai vu des bois de citronniers où passaient des Capricornes mouchetés;
j'ai vu des convois de Fourmis défiler sous les arceaux noirs d'une
cathédrale; j'ai vu des prairies verdoyantes où de jeunes Charpentiers
gravaient leurs chiffres sur l'écorce des bouleaux; j'ai vu des
Blattes qui dévoraient un pain de sucre; j'ai vu des feuillages d'un
vert très-sombre dans lesquels s'enfonçait un beau Papillon, qui se
transformait subitement en Araignée pour s'évanouir au fond d'une
caverne obscure.

--Aïe! hélas! holà! criait une Cantharide d'un âge mûr; quelle ivresse!
quelles délices! quel bonheur! quel génie! Ce Scolopendre est immense!»

Je me tournai vers un gros Taon qui me parut avoir du bon sens, et je
lui demandai timidement si ce n'était pas par ignorance que je n'avais
su rien voir de toutes les merveilles qu'on débitait sur le pont-neuf
varié que nous venions d'écouter.

«Imprudent! répondit le Taon en m'entraînant dans un coin; si on vous
entendait, vous seriez déchiré par les Cantharides. Il faut bien que
tous les prodiges dont on parle soient en effet dans cet effroyable
morceau, puisque tout le monde le veut.

--Merci de l'avertissement! dis-je à ce Taon bienveillant; mais est-ce
qu'on est forcé de venir entendre ces torrents d'harmonie que les
Mille-Pattes déversent sur leurs contemporains?

--Il est difficile de s'y soustraire; cependant on ne peut obliger
personne à sortir de chez soi.»

Dans ce moment, l'émotion causée par l'effroyable pont-neuf étant un
peu calmée, on réclama le silence pour écouter un Perce-Oreille qui
jouait du violon. C'était encore une introduction nébuleuse suivie
d'un air de danse. Il y eut la chaîne sans fin des variations, de
sorte que le Perce-Oreille me parut, à peu de choses près, racler
tout ce que le Mille-Pattes venait de forger tout à l'heure; mais il
n'avait pas le privilége de troubler l'auditoire au même degré que son
rival. Trois ou quatre Cantharides seulement, et des plus surannées,
montrèrent un peu le blanc de leurs yeux; encore disait-on que l'une
d'elles avait des motifs particuliers pour être touchée de ce raclement.

La bonne vieille Jardinière qui prit soin de mon enfance m'ayant
enseigné la politesse, je crus de mon devoir d'adresser quelques
compliments aux virtuoses. Je m'approchai donc de l'immense
Scolopendre, et je le félicitai, sans mentir, de la prodigieuse agilité
de ses pattes; mais il me regarda de travers, comme si je l'eusse
gravement offensé.

«Non, s'écria-t-il avec un sourire plein d'amertume, non, je ne
m'abaisserai plus à ce vil métier de jouer la musique des autres. Non,
je ne veux plus désormais piétiner que sur mes propres élucubrations.
Je ne veux plus estropier que mes propres idées. Un jour viendra où je
prouverai à l'univers consterné que, si j'ai des pattes, je possède
aussi une cervelle plus vaste que celle des Insectes chanteurs les
plus accrédités. Un jour viendra où tout ce qui sait crier dans la
nature, fredonnera mes chansons, où trois cents Grillons réunis feront
monter vers le ciel un pont-neuf entièrement de mon invention, quand
je devrais, pour atteindre ce but grandiose et lumineux, me changer de
Mille-Pattes en Chenille, de Chenille en Larve, et de Larve en Bourdon.
Jusque-là, qu'on ne me parle plus ni d'ovations ni de gloire. Ainsi,
monsieur le Scarabée, vous pouvez rengaîner vos compliments.

--Ne vous fâchez pas, répondis-je en m'inclinant; puisque vous
l'exigez, je rengaîne.»

Le Hanneton triomphant s'était approché de moi.

«J'espère, me dit-il, que voilà une douce soirée!

--Surprenante, en vérité, répondis-je. C'est assez pour un jour; allons
dormir là-dessus.»

Le lendemain mon guide me fit comprendre qu'il était nécessaire de
visiter plusieurs Sphinx tête-de-mort qui regardaient la nature du haut
de leur belvédère, et tâchaient d'en imiter les formes et les couleurs.
La plupart de ces infortunés n'avaient plus que des tronçons à leurs
épaules, pour avoir entrepris trop jeunes de voler de leurs propres
ailes. Ils se traînaient à l'aveugle, comme s'ils eussent encore vécu
à l'état de nymphes, et ne savaient quelle route suivre, faute d'avoir
été mis dès leur enfance dans le droit chemin. Le premier de ces
Sphinx que nous visitâmes nous parla fort bien de son métier.

«On ne fait rien de bien sans art, disait-il, et il n'y a point d'art
sans règles. Il faut donc suivre les préceptes des maîtres. Nulle
composition ne saurait être heureuse sans l'ordre et la régularité.
Nous devons reproduire de belles images, choisir dans la nature ce qui
flatte les yeux et rejeter le grossier ou la laideur. C'est ce que j'ai
cherché à faire dans le tableau que vous allez voir.»

[Illustration]

Et, en parlant ainsi, le Sphinx nous montra une toile qui représentait
une bataille de ces Larves que le microscope solaire découvre dans une
goutte d'eau.

Le second Sphinx nous déroula d'incroyables systèmes qui ressemblaient
fort aux divagations d'un fou.

«Quand je fais le portrait d'un Insecte, disait-il, je ne m'endors
pas à copier les couleurs que je lui vois. Je cherche une plante qui
ait quelque rapport avec le modèle; j'imite cette plante, et non pas
l'objet que j'ai sous les yeux. C'est d'après ces idées que j'ai mis
sur la toile le Lépidoptère que voici.»

Je m'attendais à voir une drogue, et il se trouva au contraire que
le Sphinx nous présentait une charmante figure de Religieuse à ailes
grises. Le Hanneton m'apprit que ces contradictions entre le dire
et le faire étaient choses communes en ce temps-ci. Il me conduisit
ensuite dans une réunion de Cochenilles infatuées du rouge ardent, qui
étalaient gauchement leurs couleurs crues sur des feuilles mortes.

«Mes amis, criait une de ces Cochenilles, il n'y eut jamais qu'une
belle époque pour les arts.»

Je me hasardai à dire qu'on avait toujours cité quatre grands siècles,
mais que j'accorderais volontiers la prééminence à l'un d'eux sur
les trois autres. Je croyais émettre une banalité pour amener un
sujet quelconque sur le tapis, mais lorsque j'eus prononcé le mot
d'antiquité, une clameur m'apprit que je venais de lâcher une sottise.

«L'antiquité, reprit la Cochenille, c'est une époque d'enfance et de
misère. Les Insectes n'étaient alors que des Chrysalides aveugles.

--Vous donnez donc l'avantage au siècle d'Auguste?»

Un nouveau cri plus ironique que le premier me coupa la parole.

«Le siècle d'Auguste! qu'est-ce que c'est? Nous ne connaissons pas le
siècle d'Auguste.

--Peut-être avez-vous raison de croire que la renaissance...

--La renaissance est un temps de décadence.

--Excusez-moi, je n'y songeais pas. Le mot l'indique assez: on comprend
que renaître veut dire décroître.

--Sans doute. Cela est clair.

--Reste donc le grand siècle dix-septième.»

A ces mots, un hourra général d'indignation couvrit ma voix.

«Quel est ce Coléoptère iroquois? s'écrièrent en chœur les Cochenilles.
Vous avez donc vécu dans un trou? Apprenez que tout ce qui est
connu, admis, sanctionné par la postérité, nous le méconnaissons,
nous le démolissons, nous le réduisons à zéro. Tout ce qui est, au
contraire, ignoré, obscur, plongé dans la poussière de l'oubli, nous le
nettoyons, nous le ressuscitons, nous l'exaltons, nous le restaurons
du vernis de notre enthousiasme. Comme on vous le disait donc, il n'y
eut jamais qu'une belle et grande époque; elle a duré vingt ans et
trois mois; ce fut vers l'an 1021, et chez les Sarrasins, du temps
d'Averrhoès. Les arts ont extrêmement fleuri alors dans un petit bourg
de l'Afrique orientale. En comparaison de cette époque-là, il n'y avait
rien qui vaille dans les quatre siècles qu'on cite éternellement.»

Je me penchai vers mon guide.

«Allons voir d'autres Animaux, lui dis-je à l'oreille.

--Bien volontiers.»

Le Hanneton prit son vol à travers le jardin, et me conduisit dans un
endroit que je ne connaissais pas. Son nom lui venait d'une ancienne
chaussée sur laquelle on l'avait établi. Mon compagnon entra dans une
belle tulipe richement tendue à l'intérieur, où j'aperçus une foule
d'Insectes variés.

«Vous voyez, me dit le Hanneton, toute la race entomique. Il y a
des Paons, des Amiraux, des Maréchaux, des Princes, des Comtes, des
Caniculaires, des Pouparts, des Satyres, voire même des Vulcains et des
Argus.»

Vous savez que, nous autres Scarabées, nous descendons d'une race
d'Insectes égyptiens habitués de longue main à déchiffrer les
hiéroglyphes de la physionomie et à lire couramment l'almanach du
visage. Je compris tout de suite que dans cette société brillante les
femelles rangées en cercle et parées de leurs plus beaux atours ne
songeaient qu'à se toiser entre elles des pieds à la tête. On voyait
que chacune d'elles épluchait avec soin la toilette de ses voisines.
Pendant ce temps-là, les mâles, dressés sur leurs ergots, se tenaient à
distance.

«Mais, dis-je à mon compagnon, cette société choisie n'a point du tout
l'air de s'amuser. Je ne voudrais pourtant pas juger légèrement un si
beau monde; écoutons donc un peu ce qu'on y chuchote tout bas.»

De jeunes Pouparts bien frisés, tirés à quatre épingles, parlaient
entre eux de leur chasse, de leurs dîners et de leurs gageures, toutes
choses dont ils auraient pu s'entretenir aussi bien partout ailleurs, à
moins de frais. Deux Belles-Dames jasaient ensemble à l'abri de leurs
éventails. Je me glissai derrière elles pour les écouter. Quelle fut ma
surprise quand je les entendis se servir d'expressions familières aux
Insectes les plus méprisables! Elles ne parlaient, d'ailleurs, que des
moyens d'extirper de la poche de leurs maris le plus d'argent possible.
Mes antennes se dressèrent d'horreur sur ma tête.

«Oh! oh! dis-je à mon compagnon; voilà donc ce que vous appelez les
plaisirs du monde! Dans le modeste champ où je suis né les choses ne
se passent point ainsi. Quand une simple jardinière met sa toilette du
dimanche, c'est pour tâcher de plaire à quelque jardinier; les mâles ne
vont point d'un côté et les femelles de l'autre. Si l'on y offense la
grammaire, c'est sans le vouloir, et l'on ne cherche pas à imiter le
langage des Punaises.

--Que voulez-vous? me répondit le Hanneton; la mode est un tyran qui
gouverne le langage tout comme la toilette, et il faut bien lui obéir.

--Mais, repris-je, si l'on ne songe qu'à se parer, si l'on met sur sa
personne tout ce qu'on possède, comment vont le ménage, la maison?...

--La maison! le ménage! interrompit mon guide en ricanant; fi donc!
cela était bon pour nos grand'mères.

--Et le budget? et ces deux fameux bouts de l'année qu'il est si
important, pour le bon ordre, de savoir joindre ensemble?

--Cela ne vous regarde pas, ni moi non plus.»

Deux Insectes assez laids devisaient ensemble dans un coin.

«Qui sont ces êtres-là? demandai-je au Hanneton.

--Ce sont, me dit-il, des Fourmis-Lions de finance. Leurs mœurs sont
bizarres. Ils s'assemblent le matin dans un temple consacré à leurs
exercices, et là ils creusent des trémies souterraines sous les pas
les uns des autres, ce qui rend le terrain de ce temple mouvant et
dangereux. Les maladroits et les innocents trébuchent dans ces trémies,
où ils sont à l'instant dévorés. Quand le Fourmi-Lion a sucé quelque
bonne proie dans la journée, il se pavane volontiers le soir. Sa
femelle est une Libellule dorée fort couverte de bijoux.»

Je laissai les Fourmis-Lions parler ensemble de leurs trémies, et
j'écoutai de préférence le chuchotement des Libellules.

«Ma chère amie, disait l'une d'elles, vous avez un jeune Cousin
chanteur qui voltige autour de vous, sur lequel nous pourrions jaser
si nous le voulions. Il fera l'un de ces jours une morsure au front de
votre vieux Vulcain.

--Bah! comment voulez-vous que nous nous entendions? Nous n'avons pas
les mêmes goûts. Il me querelle quand je mange des pastilles pendant
qu'on joue des _sonates_ ou des _quatuors_ de Haydn ou de Mozart. Ce
n'est pas ainsi qu'il s'emparera de mon cœur. Mais, ma chère amie, nous
aurions bien plutôt à jaser sur ce vieux Grand-Paon qui vous conte des
douceurs.

--J'avoue que j'ai un faible pour lui. Sa position lui donne droit à
des loges dans les théâtres. N'est-ce pas éblouissant? Rien ne frappe
mon imagination comme de voir toujours ce Grand-Paon aux places les
meilleures. Quand je pense qu'il pourrait, dans une seule soirée, aller
à tous les spectacles sans payer!...

--En effet, dit une autre Libellule, c'est une chose qui séduit. Chacun
a son point vulnérable comme le talon d'Achille. Pour moi, ce qui me
touche le plus, c'est de voir un jeune Corydon ouvrir ses ailes et
arriver le premier au clocher, par-dessus les fossés et les haies.

--Vous êtes faciles à émouvoir, s'écria une Libellule qui passait
pour un dragon de vertu. On ne me plairait pas à si peu de frais.
Non-seulement j'exigerais qu'on fût toujours aux meilleures places et
qu'on volât vers le clocher avant les autres, mais il faudrait encore
deviner, pour ainsi dire, les modes, ne pas manquer de se trouver aux
eaux dans la saison des bains, et ne pas s'aviser d'aller aux Pyrénées
quand il est de rigueur d'être à Bade. Il faudrait encore manger des
cerises au mois de janvier, enfermer ses extrémités dans quelque chose
de si étroit, qu'on ne puisse plus marcher, et posséder enfin au
superlatif ce qu'on appelle le _genre_.

--Ah! disait en soupirant une Libellule avariée, j'ai connu un jeune
Gazé discret et tendre qui savait tout cela sur le bout de sa patte. Il
était à la fois bijoutier, connaisseur en étoffes, confiseur étonnant
et parfait maquignon. Je ne sais pas d'où il tirait ses dragées au
chocolat, mais je n'ai jamais retrouvé les pareilles, et quand il
parlait chevaux, c'était à en perdre la tête.»

Les avis chagrins du vieux Rhinocéros me revinrent à l'esprit, et je
commençais à comprendre qu'ils n'avaient rien d'exagéré. Cependant une
discussion assez vive, qui s'était établie entre deux Cerfs-Volants,
attira l'attention des voisins, et bientôt la conversation devint
générale. On s'anima sans dépasser toutefois les bornes prescrites
par la civilité. La controverse fut âpre et dura longtemps. Vers onze
heures un quart, les questions étant éclaircies, grâce aux aperçus
ingénieux et aux connaissances profondes des Insectes les plus savants,
il fut bien démontré, de façon à n'en pouvoir douter:

1º Que le thé vert agite plus les nerfs que le thé noir;

2º Que l'amour-propre est le mobile de la plupart des actions des
Animaux;

3º Que la côte de Saint-Denis est à peu près aussi rude à monter que
celle de Clichy;

4º Qu'il fait plus cher vivre en Angleterre qu'en France;

5º Qu'il vaut mieux être riche que pauvre;

6º Que l'amitié est un sentiment moins vif que l'amour.

Cette dernière question fut abandonnée comme trop ardue, à la
réclamation des Éphémères de la compagnie. Un Bernard-l'Ermite la
nota sur son calepin, pour la méditer à loisir dans le silence de la
retraite.

Je pris le Hanneton par le coude.

«Est-ce qu'il n'y aurait pas moyen, lui dis-je, dans tout ce grand
jardin, de trouver un endroit où l'on voulût bien causer sans
prétention de quelque chose d'intéressant?

--Si fait, répondit-il en se grattant la tête d'un air embarrassé.
Suivez-moi: nous allons vous chercher cela.»

Nous nous envolâmes bien loin dans la nuit sombre. Le Hanneton faisait
beaucoup de circuits, et je voyais qu'il ne savait trop par où se
diriger.

«Je ne vous offre pas, disait-il, de vous mener là-bas dans ce marais
désert où l'on vit isolé comme des Rats d'eau. Nous aurons plus de
chance de nous amuser en passant la rivière. Il y a sur l'autre rive
des lis où je puis vous introduire. C'est là vraiment qu'existe le
savoir-vivre. On ne médit pas les uns des autres, parce qu'il faudrait
insérer dans de vilaines phrases des noms qu'on respecte. Ceux qui
n'ont pas de bienveillance feignent obligeamment d'en avoir, parce
qu'il ne serait pas digne d'eux de parler autrement.

--Vous me faites une peinture fort attrayante. Mais a-t-on de la gaieté
dans ce monde-là?

--Dans le pays des lis, on est plus triste qu'ailleurs, pour des
raisons qu'il serait trop long de vous donner.

--Diable! ce n'est pas mon compte.»

Je commençais à m'ennuyer du Hanneton et de ces voyages inutiles. Je
profitai de l'obscurité de la nuit pour planter là mon guide au détour
d'une allée. Une bonne étoile qui brillait au ciel me dirigea comme
par hasard au troisième étage d'une rose trémière, et j'y trouvai enfin
ce que je cherchais depuis si longtemps: une honnête famille de Bêtes
à bon Dieu établie dans un local simple et commode; de bonnes gens
d'Insectes sans morgue, ayant l'envie de se divertir décemment et sans
étalage. La conversation fut animée par une gaieté cordiale, après quoi
nous mangeâmes un petit souper dont la bonne humeur fit les frais.
Je pris place entre deux jeunes hôtesses qui avaient l'œil éveillé,
l'oreille fine, de l'intelligence, de la grâce et le rire à la bouche.

Ici le Scarabée se tut et remonta sur sa feuille de pivoine.

«Votre récit ne peut pas finir là, monsieur le Scarabée, lui dit le
Hibou.

--C'est vrai, monsieur le Philosophe, reprit l'Insecte, j'oubliais
la fin de mon histoire. Depuis l'heureux jour où je me séparai du
Hanneton, il ne m'arriva plus qu'une seule fois d'avoir un grand
mal de nerfs. Cela me prit un matin que le vent déposa chez moi une
feuille volante à mon adresse, sur laquelle étaient écrits ces mots:
«Un tel jour, à telle heure, vous vous rendrez dans un chardon, en
vous affublant militairement, pour monter la garde au poste qui vous
sera désigné.» Il fallait obéir sous peine d'être mis en prison. Je me
déguisai en Bête guerrière, moi qui suis pacifique par état, pour me
joindre à d'autres Bêtes aussi paisibles que moi, mais qui singeaient
les Frelons guerroyeurs, sous prétexte de sauver la patrie, les jours
où la patrie ne courait aucun risque. Des Calandres à collets rouges,
Insectes peu guerriers, qui vivent les uns dans les tonnes de pruneaux,
les autres dans les meubles ou les chantiers de bois, avaient quitté
leurs retraites pour s'assembler dans un trou malsain. Leur innocent
délassement consistait à se croire des héros pendant vingt-quatre
heures, puis ils retournaient à leurs tonneaux ou à leurs chantiers. Je
ne vous répéterai point les lazzis qui se débitaient dans cet endroit.
Après un jour et une nuit d'agacements et d'impatience, je quittai
enfin les Charançons à collets rouges. Je fus rendu à la liberté avec
un rhume et un mal de dents qui m'avaient admirablement préparé à la
victoire. Je me plongeai dans le sein d'un pavot, où j'avalai à longs
traits l'opium de la mélancolie. Le sommeil me remit un peu de mes
ennuis, et je songeais à reprendre mon vol à travers le jardin, lorsque
la voix d'une Pie voleuse me fit tressaillir. Un bec de fer me saisit
par le milieu du corps. La Pie était une vieille collectionniste, et,
de plus, une sorcière. Elle s'écria en me regardant:

«Pardieu! voilà un petit Scarabée que je veux donner à ma filleule. Je
le poserai au milieu d'une feuille de pivoine, et ce sera un joli bijou
sur le cou blanc d'une Colombe. Avec quelques paroles sacramentelles,
nous en ferons un talisman qui préservera de l'engouement et du
ridicule des modes.

[Illustration: Leur innocent délassement consistait à se croire des
héros pendant vingt-quatre heures.]

--Et comment vous êtes-vous tiré de ce mauvais pas? dit le Hibou en
riant.

--Vous savez que nous autres Scarabées nous avons reçu du Ciel la
faculté précieuse de faire semblant d'être morts. Quand le danger
approche, nous rentrons nos pattes et nos antennes; nous nous laissons
choir sur le dos, et nous restons sourds et immobiles, nous fiant à la
solidité de nos écailles. Je jouai mon jeu selon mes instincts, et je
ne bougeai plus. La Pie sorcière exécuta ce qu'elle venait de dire.
Je me laissai poser sur la feuille de pivoine et attacher au cou de
la Colombe Violette. Ce cou était blanc et gracieusement arrondi; je
m'y trouve bien, et je n'en bouge plus. J'entends les petits propos de
Violette. Elle est sage, belle et douce. Je me suis pris d'amitié pour
elle, et je crois que je lui porte bonheur.

--Mais, monsieur le Scarabée, il y a un endroit de votre récit qui
est demeuré obscur dans ma pensée. Vous avez interrompu le fil de
l'histoire au passage le plus intéressant. Vous n'êtes point arrivé à
votre âge sans avoir eu quelque amourette, et je soupçonne votre cœur
de s'être éveillé auprès de ces jeunes hôtesses qui avaient l'oreille
fine et le rire à la bouche. Contentez un peu ma curiosité.»

Le Scarabée vert regarda le Hibou philosophe d'un air narquois; il
lui montra les cornes avec ses antennes, et grimpa sur sa feuille
de pivoine à reculons; puis il rentra ses pattes, et fit le mort
obstinément, sans vouloir en dire plus long. Le Hibou chaussa ses
lunettes pour examiner l'Insecte de plus près. Il reconnut que c'était
une émeraude montée sur une feuille d'or émaillé. Le soleil commençait
à paraître. Une envie de dormir irrésistible s'empara de l'Oiseau
nocturne; il enfonça son bonnet de jour sur ses yeux, et s'endormit.
A son réveil, il crut avoir rêvé ce que le Scarabée lui avait dit;
et en rendant l'épingle à Violette, il lui conta l'histoire du bijou
transformé comme si elle eût été de sa composition.

  PAUL DE MUSSET.

[Illustration]



UN RENARD

PRIS AU PIÉGE


CETTE anecdote a été trouvée dans les papiers d'un Orang-Outang, membre
de plusieurs Académies.


«Non! décidément non! m'écriai-je, il ne sera pas dit que j'aie pris
pour héros de ma fantaisie un Animal que je méprise et que je déteste,
une Bête lâche et vorace dont le nom est devenu synonyme d'astuce et de
fourberie, un Renard, enfin!»

--Vous avez tort, interrompit alors quelqu'un dont j'avais complétement
oublié la présence.

Il faut vous dire que mes heures de solitude recèlent un être fainéant,
d'une espèce qui n'a jamais été décrite par aucun naturaliste, peu
occupé à mon service, et qui, dans ce moment-là, pour faire quelque
chose, faisait semblant de remettre à un niveau encore plus exact les
livres symétriquement rangés de ma bibliothèque.

La postérité s'étonnera peut-être d'apprendre que j'avais une
bibliothèque, mais elle aura d'ailleurs à s'étonner de tant de choses,
que j'espère qu'elle ne s'occupera de cela qu'à ses moments perdus,
s'il lui en reste.

L'être qui m'interpellait ainsi se serait peut-être appelé autrefois un
génie familier; mais par le temps qui court, bien que les génies ne
soient pas rares, ils n'ont garde d'être familiers, et nous chercherons
un autre nom à celui-ci, si vous voulez bien le permettre.

«Ma foi! vous avez tort, répéta-t-il.

[Illustration]

--Comment! repris-je avec indignation, l'amour du paradoxe, qu'on vous
a si souvent reproché, vous entraînerait-il jusqu'à défendre cette
race maudite et corrompue? Ne comprenez-vous pas ma répugnance, ne
partagez-vous pas mon antipathie?

--Je crois, voyez-vous, dit Breloque (appelons-le Breloque), en
s'accoudant sur la table avec un certain air doctoral qui ne lui allait
pas mal, que les mauvaises réputations s'usurpent comme les bonnes, et
que l'espèce dont il est question, ou du moins un exemplaire de cette
espèce, avec lequel j'ai été intimement lié, est victime d'une erreur
de ce genre.

--Alors, dis-je, c'est donc d'après votre propre expérience que vous
parlez?

--Comme vous dites, monsieur, et si je ne craignais de vous faire
perdre un temps précieux, j'essayerais de vous raconter simplement
comment la chose arriva.

--Je veux bien; mais qu'en résultera-t-il?

--Il n'en résultera rien.

--A la bonne heure! Prenez ce fauteuil, et, si je m'endors pendant
votre récit, ne vous interrompez pas, je vous en prie, cela me
réveillerait.»

Après avoir pris du tabac dans ma tabatière, Breloque commença ainsi:

«Vous n'ignorez pas, monsieur, que, malgré l'affection qui m'attache
à votre personne, je ne me suis pas soumis à un esclavage qui nous
gênerait tous les deux, et que j'ai mes heures de loisir, où je puis
penser à toutes sortes de choses, comme vous avez les vôtres où vous
pouvez ne penser à rien. Or, j'ai bien des manières de passer mon
temps. Avez-vous quelquefois pêché à la ligne?

--Oui, répondis-je. C'est-à-dire que je suis allé souvent, dans un
costume approprié à la circonstance, m'asseoir au bord de l'eau depuis
le lever du soleil jusqu'au soir. J'avais une ligne superbe montée en
argent avec le luxe d'une arme orientale; seulement elle était plus
innocente. Hélas! j'ai passé là de douces heures, et j'y ai fait de
bien mauvais vers, mais je n'y ai jamais pris de Poisson.

[Illustration]

--Le Poisson, monsieur, est une chose d'imagination qui n'a aucun
rapport avec le bonheur qu'éprouve le véritable pêcheur à la ligne. Peu
de personnes comprennent les charmes de cette préoccupation singulière
qui balance doucement, et sans la moindre impatience, la même espérance
vague, la même eau transparente, la même vie oisive, mais non
désœuvrée, pendant des années sans nombre, car il n'y a pas de raison
pour qu'un pêcheur à la ligne meure.»

Je fis un signe d'assentiment.

«Peu de personnes comprennent cela pourtant, reprit-il, car, sur une
multitude de gens qui se livrent à cet exercice, il y en a un grand
nombre qui tiennent une ligne comme ils tiendraient autre chose, et qui
ne pensent pas plus à ce qu'ils font que s'il s'agissait d'un livre ou
d'un tableau. Ces gens-là, monsieur, gâtent les plus belles choses, et
remarquez qu'ils se sont horriblement multipliés depuis quelque temps.

[Illustration]

--C'est vrai,» répondis-je.

Breloque n'était pas accoutumé à me voir entrer aussi complétement dans
ses idées. Il en fut flatté.

«Monsieur, dit-il avec un son de voix où perçait le contentement de
soi-même, j'ai réfléchi sur bien des choses, quoique je n'en aie pas
l'air; il ne me serait pas malaisé d'acquérir une grande réputation, si
j'écrivais toutes les idées saugrenues qui me passent par la tête, et
celle-là ne serait pas usurpée.

--A propos de réputation usurpée, voyons donc l'histoire de votre
Renard. Vous abusez de la permission que je vous ai donnée de m'ennuyer
avec celle-là, pour m'ennuyer avec une autre; cela n'est pas loyal.

--Tout ceci, monsieur, n'est qu'un détour fort subtil qui va nous
reconduire à l'endroit d'où nous sommes partis. Je suis maintenant
tout à vous, et je ne me permettrai plus de vous adresser qu'une seule
question. Que dites-vous de la chasse aux Papillons?

[Illustration]

--Mais, malheureux! vous parlerez donc de tous les Animaux qui peuplent
la terre et les mers, excepté de celui qui m'occupe? Vous oubliez son
horrible caractère; vous ne le devinez pas, le traître, sous le masque
hypocrite qui le cache, séducteur de pauvres Poulettes, dupeur de sots
Corbeaux, étourdisseur de Dindons, croqueur de Pigeons écervelés; il
épie une victime, il la lui faut, il l'attend. Vous lui faites perdre
son temps, à cette Bête, et à moi aussi.

--Que de calomnies! reprit-il d'un air résigné; enfin, j'espère le
venger de tous ses ennemis, en vous prouvant qu'un Renard peut être
aussi gauche, aussi stupide, aussi absurde qu'on doit le désirer, quand
l'amour s'en mêle. Pour le moment, j'avais l'honneur de vous demander
votre opinion relativement à la chasse aux Papillons. J'y reviens.»

Je fis un geste d'impatience auquel il répondit par un geste suppliant
qui me désarma. D'ailleurs, qui ne se laisserait pas séduire aux
prestiges d'une chasse aux Papillons? Ce n'est pas moi. J'eus
l'imprudence de le lui laisser voir.

Breloque, satisfait, prit une seconde fois du tabac, et se coucha à
demi dans son fauteuil.

«Je suis heureux, monsieur, dit-il avec expansion, de vous voir
épris des plaisirs vraiment dignes, vraiment parfaits de ce
monde. Connaissez-vous un être plus heureux et en même temps plus
recommandable pour ses amis et pour ses concitoyens que celui qu'on
rencontre dès le matin, haletant et joyeux, battant les grandes herbes
avec sa freloche, portant à sa boutonnière une pelote armée de longues
épingles pour piquer adroitement, et sans lui causer la moindre douleur
(car il ne s'en est jamais plaint), l'insecte ailé que le zéphyr
emporte? Pour moi, je n'en connais pas qui m'inspire une confiance plus
entière, avec lequel j'aimasse mieux passer ma vie, qui me soit plus
sympathique en tous points, en un mot que j'estime davantage. Mais nous
n'en sommes pas là-dessus, et je trouve que nous nous écartons beaucoup
de notre sujet.

--Il me le semble comme à vous, au moins.

--J'y rentre. Or, pour ne plus parler du chasseur en général, puisque
décidément cela vous fait de la peine, je me permettrai, en toute
modestie, de vous entretenir de moi en particulier. Un jour que j'étais
emporté par l'ardeur de la chasse, car ce n'est pas ici comme à la
pêche à la ligne, dont nous parlions il n'y a qu'un instant...»

Je me soulevai pour m'en aller, il me fit rasseoir doucement.

«Ne vous impatientez pas, la pêche ne rentre ici que pour une simple
comparaison, ou plutôt pour vous faire remarquer une différence. La
pêche demande l'immobilité la plus parfaite, tandis que la chasse,
au contraire, exige la plus grande activité. Il est dangereux de
s'arrêter, on peut attraper un refroidissement.

--On ne peut même attraper que cela, murmurai-je avec beaucoup
d'humeur.

--Comme je ne pense pas, continua-t-il, que vous attachiez la moindre
prétention au mot que vous venez de dire, et qui n'est pas neuf, je
ne m'interromprai pas davantage. Un jour donc que je m'étais laissé
entraîner à la poursuite d'un merveilleux _Apollon_, dans les montagnes
de la Franche-Comté, je m'arrêtai hors d'haleine dans une petite
clairière où il m'avait conduit. Je pensais qu'il profiterait de ce
moment pour m'échapper tout à fait; mais, soit insolence et raillerie,
soit qu'il fût fatigué aussi du chemin qu'il m'avait fait faire, il se
posa sur une plante longue et flexible qui s'inclinait sous son poids,
et là, sembla m'attendre et me narguer. Je réunis avec indignation les
forces qui me restaient, et je m'apprêtai à le surprendre. J'arrivais
à pas de loup, l'œil fixe, le jarret tendu, dans une attitude aussi
incommode que disgracieuse, mais le cœur rempli d'une émotion que vous
devez comprendre, lorsqu'un méchant Coq, qui était dans ces environs,
entonna de sa voix glapissante son insupportable chanson. L'_Apollon_
partit, et je ne pus pas lui en vouloir, j'étais prêt à en faire
autant. Mais la perte de mon beau Papillon me laissait inconsolable;
je m'assis au pied d'un arbre, et je me répandis en injures contre le
stupide Animal qui venait de me ravir le fruit de tant d'heures pleines
d'illusions, et de tant de fatigues fort réelles. Je le menaçai de tous
les genres de mort, et, dans ma colère, j'allai même, je l'avoue avec
horreur, jusqu'à préméditer la boulette empoisonnée. Au moment où je me
délectais dans ces préparatifs coupables, je sentis une patte se poser
sur mon bras, et je vis deux yeux très-doux se fixer sur mes yeux.
C'était un jeune Renard, monsieur, de la plus charmante tournure; tout
son extérieur prévenait d'abord en sa faveur: on lisait dans son regard
la noblesse et la loyauté de son caractère, et quoique prévenu alors,
comme vous l'êtes encore vous-même, contre cette espèce infortunée, je
ne pus m'empêcher de me sentir tout à fait porté d'affection pour celui
qui était auprès de moi.

«Ce sensible Animal avait entendu les menaces que j'avais adressées au
Coq, dans la soif de vengeance dont j'étais possédé.

«--Ne faites pas cela, monsieur,» me dit-il avec un son de voix si
triste, que j'en fus ému jusqu'aux larmes; «elle en mourrait de
chagrin.» Je ne comprenais pas parfaitement.

«--Qui, elle? hasardai-je.

«--Cocotte,» me répondit-il avec une douce simplicité.

«Je n'étais pas beaucoup plus avancé. Pourtant j'entrevoyais une
histoire d'amour, et je les ai toujours passionnément aimées. Et vous?

--Cela dépend des circonstances, dis-je en secouant la tête.

--Oh! alors si cela dépend de quelque chose, dites franchement que vous
ne les aimez pas. Il faudra cependant vous résigner à entendre celle-ci
ou à dire pourquoi.

--Je dirais tout de suite pourquoi, si je ne craignais pas de vous
humilier; mais j'aime mieux prendre mon parti bravement et écouter
votre histoire. On ne meurt pas d'ennui.

--Cela, c'est un bruit qu'on répand, mais il ne faut pas s'y fier.
Je connais des gens qui en ont été bien près. Je reviens à mon
Renard. «--Monsieur, repris-je, vous me semblez malheureux, et vous
m'intéressez vivement. Si je pouvais vous servir, croyez que je vous
serais fort obligé d'user de moi comme d'un ami véritable.» Touché par
ces offres cordiales, il saisit ma main.

«--Je vous remercie, me dit-il; mon chagrin est du nombre de ceux qui
doivent rester sans soulagement; car il n'est au pouvoir de personne de
faire qu'elle m'aime, et qu'elle n'en aime pas un autre.

«--Cocotte? dis-je doucement.

«--Cocotte,» reprit-il avec un soupir.

«Le plus grand service qu'on puisse rendre à un amoureux, quand on ne
peut pas lui ôter son amour, c'est de l'écouter parler. Il n'y a rien
de plus heureux qu'un amant malheureux qui conte ses peines. Pénétré
de ces vérités, je lui demandai sa confiance, et je l'obtins sans
difficulté.

«La confiance est la première manie de l'amour.

«--Monsieur, me dit cet intéressant quadrupède, puisque vous êtes assez
bon pour désirer que je vous raconte quelques-uns des incidents de la
triste vie que je mène, il faut nécessairement que je reprenne les
choses d'un peu haut; car mon malheur date presque de ma naissance.

«Je dois le jour au plus habile d'entre les Renards, et je ne lui dois
que cela, aucune de ses brillantes qualités n'ayant pu prospérer en
moi. L'air que je respirais, tout imprégné de malice et d'hypocrisie,
me pesait et me révoltait. Aussitôt que je me trouvai livré à mes
inclinations, je cherchai la société des Animaux qui étaient le plus
antipathiques à ceux de ma race. Il me semblait me venger ainsi des
Renards, que je détestais; et de la nature, qui m'avait inspiré des
goûts si peu en harmonie avec ceux de mes frères. Un gros Dogue,
avec lequel je m'étais lié, m'avait appris à aimer et à protéger les
faibles; et je passais de longues heures à écouter ses leçons. La vertu
n'avait pas seulement en lui un admirateur passionné, mais encore un
disciple fervent; et la première fois que je le vis mettre sa théorie
en pratique, ce fut pour me sauver la vie. Le garde champêtre le plus
sot qui soit dans le royaume me surprit dans la vigne de son maître,
un jour que la chaleur accablante m'y avait fait chercher un abri
et un raisin. Je fus ignominieusement arrêté et conduit devant le
propriétaire, revêtu d'une haute dignité municipale et dont l'attitude
redoutable n'était pas faite pour calmer mon appréhension.

[Illustration]

«Cependant, monsieur, cet être fort et superbe était en même temps le
meilleur des Animaux; il me pardonna, m'admit à sa table, et me nourrit
des leçons de sagesse et de morale, qu'il avait puisées dans les plus
grands auteurs, indépendamment d'autres aliments qu'il se plaisait à me
fournir avec abondance.

[Illustration]

«Je lui dois tout, monsieur, la sensibilité de mon cœur, la culture de
mon esprit et jusqu'au bonheur de pouvoir converser aujourd'hui avec
vous. Hélas! je n'avais pas encore trouvé jusqu'ici qu'il eût acquis
des droits à ma reconnaissance en me laissant la vie. Mais passons. Une
foule de chagrins et de déboires, sur lesquels je ne m'appesantirai
pas, car ils ne seraient pour vous d'aucun intérêt, ont marqué chaque
époque de mon existence, jusqu'au jour fatal et charmant où, comme
Roméo, je donnai tout mon amour à une créature de laquelle la haine qui
divisait nos deux familles semblait m'avoir séparé pour jamais. Mais,
moins heureux que lui, je ne fus pas aimé!»

«Je l'interrompis avec surprise.

«--Quelle est donc, m'écriai-je, la beauté assez insensible pour ne pas
répondre à tant d'amour? Quel est le héros idéal et vainqueur qui a pu
vous être préféré? car, vous l'avez dit, Cocotte en aime un autre.

«--Cette beauté, monsieur, reprit-il d'un air humilié, c'est une Poule,
et mon rival est un Coq.

«Je demeurai confondu.

«--Monsieur, lui dis-je avec autant de calme que cela me fut possible,
ne croyez pas qu'une inimitié récente et personnelle répande la
moindre influence sur mon opinion à l'égard de cet Animal. Je me crois
au-dessus de cela. Mais toute ma vie j'ai professé un si souverain
mépris pour les individus de cette espèce, que je n'avais pas besoin
de la sympathie bien naturelle qu'éveille en moi le récit de vos
malheurs pour maudire l'attachement que Cocotte porte à celui-ci. En
effet, quoi de plus sottement prétentieux et de plus prétentieusement
ridicule qu'un Coq? quoi de plus égoïste et de plus occupé de soi-même?
quoi de plus trivial et de plus bas? et comme il porte bien tous ces
caractères-là dans l'expression de sa stupide beauté! Le Coq est
certainement ce que je connais de plus laid, à force d'être absurde.

«--Il y a bien des Poules qui ne sont pas de votre avis, monsieur, dit
mon jeune ami en soupirant; et l'amour de Cocotte est une triste preuve
de la supériorité que donne un physique avantageux, rehaussé d'une
grande assurance. Pendant un temps, trompé par le peu d'expérience que
j'ai des choses de la vie et par l'excès de mon amour, j'avais espéré
que ce dévouement profond et sans bornes serait compris tôt ou tard par
celle qui l'inspire; que du moins on me tiendrait compte de la victoire
qu'une passion insensée m'a fait remporter sur mes premiers penchants;
car, vous le savez, monsieur, je n'étais pas né pour une pareille
affection; et quoique l'éducation eût déjà bien modifié mes instincts,
j'avais peut-être eu quelque mérite à spiritualiser un attachement qui
se traduit ordinairement, du Renard à la Poule, d'une façon extrêmement
matérielle. Mais l'amour heureux est impitoyable; et Cocotte me voit
souffrir sans remords et presque sans s'en apercevoir. Mon rival jouit
de mes peines; car, au jeu de la fatuité et de l'insolence, il est
de première force. Mes amis indignés me méprisent et m'abandonnent:
je suis seul sur la terre; mon protecteur a fini ses jours dans une
retraite honorable; et je prendrais la vie en horreur, si cette folie,
qui absorbe toutes mes pensées, ne l'entourait pas encore, malgré le
tourment qu'elle me cause, d'un certain et inexprimable charme.

«Je vis pour voir celle que j'aime, et il faut que je la voie pour
vivre: c'est un cercle vicieux dans lequel je tourne comme un
malheureux écureuil dans sa cage; sans espoir et sans volonté de
sortir jamais de ma prison, je rôde autour de celle qui dérobe Cocotte
à l'appétit féroce de mes semblables, et à l'attachement le plus
passionné et le plus respectueux qui ait jamais été ressenti ici-bas.
Je sens que je dois porter jusqu'à la fin de mes ans le poids de ma
chaîne, et je ne m'en plaindrais pas, s'il m'était permis de penser
qu'avant le terme de ma vie et de mes douleurs je pourrai prouver à
cette créature adorable que j'étais digne de sa tendresse, ou du moins
de sa pitié!

«Vous êtes si rempli d'indulgence, monsieur, que les circonstances
toutes naturelles qui ont réuni nos deux existences ne vous seront
peut-être pas tout à fait indifférentes.

«Il faut donc, si vous le permettez, que je vous fasse assister à un
sanglant conciliabule qui eut lieu l'été dernier, et où le respect dû
à la mémoire de mon père me fit seul admettre; car, je vous l'ai déjà
dit, mon goût pour la vie contemplative et mon éducation excentrique
et humanitaire m'avaient toujours valu, de la part de mes proches,
les coups de patte et les sarcasmes les plus amers. D'ailleurs,
l'assistance que j'aurais pu prêter dans une échauffourée du genre
de celle dont il était question était une chose qui paraissait
généralement douteuse.

«Il s'agissait simplement de surprendre, pendant l'absence du maître et
de ses Chiens, la basse-cour de cette ferme que vous voyez ici près, et
d'y accomplir un massacre dont les seuls préparatifs vous eussent fait
dresser les cheveux sur la tête.--Pardon, dit-il en s'interrompant, je
ne remarquais pas que vous portiez perruque.

«Malgré la douceur de mon caractère, je me prêtai d'assez bonne
grâce à ce qu'on exigeait de moi: peut-être même, car un sot orgueil
s'introduit dans tous les sentiments humains, ne fus-je pas fâché de
prouver à mes amis, dans cette occasion dangereuse, que, tout rêveur
que j'étais, je ne manquais pas d'audace quand le moment et le souper
l'exigeaient; et puis, je vous avoue que ce complot, dont le souvenir
seul me fait frémir, ne me semblait pas alors aussi odieux qu'il
l'était réellement. C'est que je n'aimais pas encore; et il n'y a que
l'amour qui rende tout à fait bon ou tout à fait méchant. Le soir
venu, nous entrâmes triomphalement dans la cour peu défendue de la
ferme, et nous y vîmes, sans remords, nos victimes futures déjà presque
toutes livrées au sommeil. Vous savez que les Poules se couchent
habituellement de fort bonne heure. Une seule veillait encore: c'était
Cocotte.

«A sa vue, je ne sais quel trouble inconnu me saisit. Je crus d'abord
être entraîné vers elle par une propension naturelle, et je m'en
voulais de retrouver au fond de mon cœur ce vice de ma nature, que
l'éducation avait tant travaillé à détruire en moi; mais bientôt
je reconnus qu'un tout autre sentiment s'était emparé de mon être.
Je sentis ma férocité se fondre au feu de son regard; j'admirai sa
beauté: le danger qu'elle courait vint encore exalter mon amour. Que
vous dirai-je, monsieur? je l'aimais, je le lui dis; elle écouta mes
serments comme une personne habituée aux hommages; et je me retirai à
l'écart, complétement séduit, pour rêver au moyen de la sauver. Je vous
prie de remarquer que mon amour a commencé par une pensée qui n'était
pas de l'égoïsme. Ceci est assez rare pour qu'on y fasse attention.

«Lorsque je crus avoir assez réfléchi au parti que j'avais à prendre,
je revins vers ces Renards altérés de sang, dans la compagnie desquels
j'avais le malheur d'être compromis, et je les engageai d'un air
indifférent à manger quelques œufs à la coque, afin de s'ouvrir
l'appétit d'une manière décente, et ne pas passer pour des gloutons qui
n'ont jamais vu le monde.

«Ma proposition fut adoptée à une assez forte majorité, ce qui me
prouva que les Renards eux-mêmes se laissent facilement prendre par
l'amour-propre.

[Illustration: Je les engageai à manger quelques œufs à la coque.]

«Pendant ce temps, dévoré d'inquiétude, je cherchais en vain une
manière de faire comprendre à l'innocente Poulette dans quel péril elle
était tombée. Tout occupée de voir s'engloutir sous leur dent cruelle
l'espoir d'une nombreuse postérité, elle tendait à ses bourreaux une
tête languissante. J'étais au supplice. Déjà plusieurs des compagnes
de Cocotte avaient silencieusement passé du sommeil au trépas. Le Coq
dormait sur les deux oreilles, au milieu de son harem envahi; le moment
devenait pressant. La douleur de celle que j'aimais me rendait quelque
espoir: car elle l'absorbait tout entière; mais je ne pensais pas sans
horreur qu'un cri l'aurait tuée. Pour comble de tourment, mon tour
vint de faire sentinelle: il fallait abandonner Cocotte au milieu de
ces infâmes bandits. J'hésitais; une lumière soudaine vint illuminer
mon inquiétude. Je me précipitai à la porte; et au bout d'un moment,
par un adroit sauve qui peut, je jetai l'alarme parmi les Renards, la
plupart chargés déjà d'une autre proie, et d'ailleurs trop effrayés
pour songer au trésor qu'ils laissaient derrière eux. Je rentrai dans
la cour de la ferme; et ce ne fut qu'après m'être soigneusement assuré
du départ de nos compagnons que j'eus le courage de quitter Cocotte,
de me dérober à sa reconnaissance. Le souvenir de cette première
entrevue, quoique accompagnée de regrets qui sont presque des remords,
est un des seuls charmes qui soient restés à ma vie. Hélas! rien dans
ce qui a suivi cette soirée, où naquit et se développa mon amour,
n'était destiné à me la faire oublier. Je ne tardai pas à m'apercevoir,
car je la suivais partout et toujours, de la préférence marquée qui
était accordée à Cocotte par ce sultan criard que vous connaissez,
et je ne m'aveuglai pas non plus sur l'inclination naturelle qui la
portait à lui rendre amour pour amour.

«Ce n'était que promenades sentimentales, que grains de millet donnés
et repris, que petites manières engageantes et que cruautés étudiées;
enfin, monsieur, ce manége éternel des gens qui s'aiment, fort
ridiculisé par les autres, et effectivement bien ridicule, s'il n'était
pas si fort à envier.

«J'étais si habitué à être malheureux en tout, que cette découverte
me trouva préparé. Je souffris sans me plaindre, et non sans quelque
espérance.

«Les amants malheureux en ont toujours un peu, surtout quand ils disent
qu'ils n'en ont plus.

«Un jour que, selon ma coutume, je rôdais silencieusement autour de
la ferme, je fus témoin caché d'une scène qui rendit mon chagrin plus
inconsolable, sans ajouter au faible espoir que je m'obstinais à
nourrir encore. Je connais trop bien, pour mon malheur, les effets de
l'amour pour supposer que les mauvais traitements puissent l'éteindre
ou même l'affaiblir. Quand la personne est bien disposée, cela produit
presque invariablement l'effet contraire.

«Or, monsieur, cet Animal stupide frappait d'ongles et de bec ma
bien-aimée Cocotte, et moi, j'étais là, courroucé et muet, obligé de
subir cet affreux spectacle. Le besoin de venger celle que j'aimais
cédait à la crainte de la compromettre publiquement, et aussi, il
faut l'avouer, à celle de voir mon secours repoussé par l'adorable
cruelle que je serais venu défendre sans son consentement. Je souffrais
plus qu'elle, vous le comprenez, et ce n'était pas même sans quelque
amertume que je lisais dans ses yeux l'expression d'une résignation
absolue et entêtée. J'aurais de bon cœur dévoré ce manant; mais elle,
hélas! dans quelle douleur n'eût-elle pas été plongée!

«Cette pensée, que je sacrifiais mon ressentiment à son bonheur, me
rendit la patience de tout voir jusqu'au bout, et enfin le courage de
m'éloigner la mort dans l'âme, il est vrai, mais satisfait d'avoir
remporté sur mes passions la plus difficile de toutes les victoires.

«J'avais encore une lutte à soutenir avec moi-même, cependant. Ce Coq,
il faut le dire, n'avait aucun égard pour l'affection irréprochable de
sa jeune favorite, et ses infidélités étaient nombreuses. Cocotte était
trop aveuglée pour s'en apercevoir, et mon rôle de rival eût été de
l'avertir; mais je vous l'ai déjà souvent répété, monsieur, j'aimais
en elle jusqu'à cette tendresse si mal payée et si mal comprise, et je
n'aurais pas voulu conquérir un amour si désirable, en lui enlevant la
plus chère de ses illusions.

«Ces paroles vous semblent étranges dans ma bouche, je le vois;
souvent, lorsque je reviens sur une foule de sensations trop subtiles
pour être conservées au fond de la mémoire, et que, par conséquent,
j'ai dû omettre dans le récit que je vous fais, j'hésite aussi à me
comprendre.

«Alors, l'image et les préceptes de mon vieux et tendre professeur
se représentent à moi: la solitude, la rêverie, l'amour surtout, ont
achevé son ouvrage. Je suis bon, j'en suis sûr, et je me crois élevé,
par mes sentiments et mon intelligence, au-dessus de ceux de mon
espèce; mais évidemment, je suis aussi bien plus malheureux. Parmi
vous, n'en est-il pas toujours ainsi?

«Qu'ajouterai-je encore? Les incidents d'un amour qui n'est pas partagé
sont peu variés, et je suis étonné que, lorsqu'on a beaucoup souffert,
on n'ait rien à raconter; c'est un dédommagement pour bien des gens,
et peut-être l'éprouverais-je. Quoi qu'il en soit, vous devez avoir
maintenant une idée de ma triste existence, et ma seule ambition était
d'être plaint quelque jour par une âme d'élite. La seule fois que j'aie
rencontré Cocotte, et que j'aie pu lui parler librement de mon amour,
si je puis donner le nom de liberté à l'embarras qui enchaînait mes
mouvements et ma langue, elle m'a témoigné, comme je m'y attendais,
un si profond dédain, elle a répondu à mes protestations et à mes
serments par un ton de raillerie si froide, que j'ai juré de mourir
plutôt que de l'importuner davantage du récit de mon déplorable amour.
Je me contente de veiller sur elle et sur son amant, et d'éloigner de
cette maison les Animaux nuisibles et malfaisants. Je n'en redoute
plus qu'un, et, malheureusement, celui-là, il est partout, et presque
partout il fait du mal. C'est l'Homme.

«Maintenant, ajouta-t-il, permettez que je me sépare de vous. Voici
l'heure où le soleil va se coucher, et je ne dormirais pas si je
manquais le moment où je puis voir Cocotte sauter gracieusement sur
l'échelle qui monte au poulailler. Souvenez-vous de moi, monsieur, et
quand on vous dira que les Renards sont méchants, n'oubliez pas que
vous avez connu un Renard sensible, et, par conséquent, malheureux.»

[Illustration: Elle a répondu à mes protestations et à mes serments par
un ton de raillerie si froide, que j'ai juré de mourir...]

«Est-ce fini? dis-je.

--Sans doute, reprit Breloque, à moins cependant que vous n'ayez pris
assez d'intérêt à mes personnages pour désirer savoir ce qu'ils sont
devenus?

--Ce n'est jamais l'intérêt qui me guide, répliquai-je, mais j'aime
assez que chaque chose soit à sa place; et mieux vaut savoir ce que ces
gens-là font pour le moment, que de risquer de les rencontrer quelque
part où ils n'auraient que faire, et où je pourrais me dispenser
d'aller.

--Eh bien, monsieur, cet ennemi que l'exquise raison de mon jeune
ami avait appris à connaître, cet être chez qui le désœuvrement et
l'orgueil ont civilisé la férocité et la barbarie, cet Homme, puisqu'il
faut l'appeler par son nom, est venu appliquer à l'infortunée Cocotte
une ancienne idée de Poule au riz, qui avait fait déjà bien des
victimes parmi les Poules et parmi ceux qui les mangent, car c'est une
détestable chose; mais je ne m'en plains pas, il faut que justice se
fasse!

«Elle a succombé, et son malheureux amant, attiré par ses cris, a payé
de sa vie un dévouement dont on n'a guère d'exemples chez nous. Je
n'en connaissais qu'un, et l'autre soir on m'a prouvé, plus clairement
que deux et deux font quatre, que mon héros était bon à pendre, ce qui
fait que j'ai maintenant le cœur très-dur, de peur d'être sensible
injustement.

--On ne saurait prendre trop de précautions. Et le Coq?

--Tenez, écoutez; le voilà qui chante!

--Bah! le même?

--Et qu'importe, mon Dieu! que l'individu soit changé, si les
sentiments de l'autre revivent dans celui-là, si c'est toujours le même
égoïsme, la même brutalité, la même sottise?

--Allons au fond des choses, mon ami Breloque, lui dis-je. Je crois que
vous ne lui avez pas encore pardonné la fuite de l'Apollon?

--Oh! détrompez-vous. Je crois pouvoir affirmer que mon cœur n'a jamais
gardé rancune à personne en particulier; c'est pour cela que j'ai
peut-être le droit de haïr beaucoup de choses en général.

--N'auriez-vous pas pour les Coqs la même haine de préjugé que j'ai,
moi, pour les Renards? Je serais bien libre de vous faire un conte
fantastique sur ceux-ci, comme vous m'en avez fait un sur ceux-là.
N'ayez-pas peur, je m'en garderai bien; et d'ailleurs, vous ne
croiriez pas plus au mien que je ne crois au vôtre, parce qu'il est
déraisonnable de se mettre en guerre avec les idées reçues, et de dire
des absurdités que personne n'a jamais dites.

--Je voudrais, répliqua Breloque, qu'on me démontrât l'urgence d'être
en accord parfait avec tout ce qui est reçu depuis le déluge et
peut-être auparavant, quand on fait un conte, et de dire des absurdités
que tout le monde a déjà dites.

[Illustration: Mon héros était bon à pendre.]

--Nous pourrions discuter cela jusqu'à demain, et c'est ce que nous
ne ferons pas; mais permettez-moi de penser que si le Coq n'offre pas
le modèle de toutes les vertus, si sa délicatesse, sa grandeur et sa
générosité peuvent être mises en doute, il ne faudrait cependant pas
trop conseiller aux Poules une confiance absolue dans le dévouement et
la sensibilité du Renard. Pour moi, je ne suis pas du tout convaincu,
et je cherche encore quel intérêt votre Renard a pu avoir à se conduire
comme il l'a fait. Si je le découvre, je l'aimerai moins, mais je le
comprendrai mieux.

--C'est un grand malheur, mon ami, croyez-le bien, reprit tristement
Breloque, de ne jamais voir que le mauvais côté des choses. Il m'est
souvent venu à la pensée que si l'adorateur de Cocotte avait réussi à
s'en faire aimer, le premier usage qu'il aurait fait de son autorité,
eût été de la croquer.

--Cela, je n'en doute pas un instant.

--Hélas! ni moi non plus, monsieur, mais j'en suis bien fâché.»

  CHARLES NODIER.

[Illustration]



GUIDE-ANE

A L'USAGE

DES ANIMAUX QUI VEULENT PARVENIR AUX HONNEURS


MESSIEURS les Rédacteurs, les Anes sentent le besoin de s'opposer,
à la Tribune Animale, contre l'injuste opinion qui fait de leur nom
un symbole de bêtise. Si la capacité manque à celui qui vous envoie
cette écriture, on ne dira pas du moins qu'il ait manqué de courage.
Et d'abord, si quelque philosophe examine un jour la bêtise dans ses
rapports avec la société, peut-être trouvera-t-on que le bonheur se
comporte absolument comme un Ane. Puis, sans les Anes, les majorités ne
se formeraient pas: ainsi l'Ane peut passer pour le type du gouverné.
Mais mon intention n'est pas de parler politique. Je m'en tiens à
montrer que nous avons beaucoup plus de chances que les gens d'esprit
pour arriver aux honneurs, nous ou ceux qui sont faits à notre image:
songez que l'Ane parvenu qui vous adresse cet intéressant Mémoire vit
aux dépens d'une grande nation, et qu'il est logé, sans princesse,
hélas! aux frais du gouvernement britannique dont les prétentions
puritaines vous ont été dévoilées par une Chatte.

Mon maître était un simple instituteur primaire aux environs de
Paris, que la misère ennuyait fort. Nous avions cette première et
constitutive ressemblance de caractère, que nous aimions beaucoup à
nous occuper à ne rien faire et à bien vivre. On appelle ambition
cette tendance propre aux Anes et aux Hommes: on la dit développée par
l'état de société, je la crois excessivement naturelle. En apprenant
que j'appartenais à un maître d'école, les Anesses m'envoyèrent leurs
petits, à qui je voulus montrer à s'exprimer correctement; mais ma
classe n'eut aucun succès et fut dissipée à coups de bâton. Mon maître
était évidemment jaloux: mes Bourriquets brayaient couramment quand les
siens ânonnaient encore, et je l'entendais disant avec une profonde
injustice: «Vous êtes des Anes!» Néanmoins mon maître fut frappé des
résultats de ma méthode qui l'emportait évidemment sur la sienne.

[Illustration]

«Pourquoi, se dit-il, les petits de l'Homme mettent-ils beaucoup
plus de temps à parler, à lire et à écrire, que les Anes à savoir
la somme de science qui leur est nécessaire pour vivre? Comment
ces Animaux apprennent-ils si promptement tout ce que savent leurs
pères? Chaque Animal possède un ensemble d'idées, une collection de
calculs invariables qui suffisent à la conduite de sa vie et qui sont
tous aussi dissemblables que le sont les Animaux entre eux! Pourquoi
l'Homme est-il destitué de cet avantage?» Quoique mon maître fût d'une
ignorance crasse en histoire naturelle, il aperçut une science dans la
réflexion que je lui suggérais, et résolut d'aller demander une place
au ministère de l'instruction publique, afin d'étudier cette question
aux frais de l'État.

Nous entrâmes à Paris, l'un portant l'autre, par le faubourg
Saint-Marceau. Quand nous parvînmes à cette élévation qui se trouve
après la barrière d'Italie et d'où la vue embrasse la capitale, nous
fîmes l'un et l'autre cette admirable oraison postulatoire en deux
langues.

Lui: «O sacrés palais où se cuisine le budget! quand la signature d'un
professeur parvenu me donnera-t-elle le vivre et le couvert, la croix
de la Légion d'honneur et une chaire de n'importe quoi, n'importe où?
Je compte dire tant de bien de tout le monde, qu'il sera difficile de
dire du mal de moi. Mais comment parvenir au ministre, et comment lui
prouver que je suis digne d'occuper une place quelconque?»

Moi: «O charmant Jardin des Plantes, où les Animaux sont si bien
soignés, asile où l'on boit et où l'on mange sans avoir à craindre
les coups de bâton, m'ouvriras-tu jamais tes steppes de vingt pieds
carrés, tes vallées suisses larges de trente mètres? Serai-je jamais
un Animal couché sur l'herbe du budget? Mourrai-je de vieillesse entre
tes élégants treillages, étiqueté sous un numéro quelconque, avec ces
mots: _Ane d'Afrique, donné par un tel, capitaine de vaisseau_. Le roi
viendra-t-il me voir?»

Après avoir ainsi salué la ville des acrobates et des
prestidigitateurs, nous descendîmes dans les défilés puants du célèbre
faubourg plein de cuirs et de science, où nous nous logeâmes dans
une misérable auberge encombrée de Savoyards avec leurs Marmottes,
d'Italiens avec leurs Singes, d'Auvergnats avec leurs Chiens, de
Parisiens avec leurs Souris blanches, de harpistes sans cordes et de
chanteurs enroués, tous Animaux savants. Mon maître, séparé du suicide
par six pièces de cent sous, avait pour trente francs d'espérance.
Cet hôtel, dit de la Miséricorde, est un de ces établissements
philanthropiques où l'on couche pour deux sous par nuit, et où l'on
dîne pour neuf sous par repas. Il y existe une vaste écurie où les
mendiants et les pauvres, où les artistes ambulants mettent leurs
Animaux, et où naturellement mon maître me fit entrer, car il me donna
pour un Ane savant. Marmus, tel était le nom de mon maître, ne put
s'empêcher de contempler la curieuse assemblée des Bêtes dépravées
auxquelles il me livrait. Une marquise en falbalas, en bibi à plumes,
à ceinture dorée, Guenon vive comme la poudre, se laissait conter
fleurette par un soldat, héros des parades populaires, un vieux
Lapin qui faisait admirablement l'exercice. Un Caniche intelligent,
qui jouait à lui seul un drame de l'école moderne, s'entretenait
des caprices du public avec un grand Singe assis sur son chapeau de
troubadour. Plusieurs souris grises au repos admiraient une Chatte
habituée à respecter deux Serins, et qui causait avec une Marmotte
éveillée.

«Et moi, dit mon maître, qui croyais avoir découvert une science, celle
des Instincts comparés, ne voilà-t-il pas des cruels démentis dans
cette écurie! Toutes ces Bêtes se sont faites Hommes!

--Monsieur veut se faire savant? dit un jeune Homme à mon maître. La
science vous absorbe et l'on reste en chemin! Pour parvenir, apprenez,
jeune ambitieux dont les espérances se révèlent par l'état de vos
vêtements, qu'il faut marcher, et, pour marcher, nous ne devons pas
avoir de bagage.

--A quel grand politique ai-je l'honneur de parler? dit mon maître.

--A un pauvre garçon qui a essayé de tout, qui a tout perdu, excepté
son énorme appétit, et qui, en attendant mieux, vit de canards aux
journaux et loge à la Miséricorde. Et qui êtes-vous?

--Un instituteur primaire démissionnaire, qui naturellement ne sait pas
grand'chose, mais qui s'est demandé pourquoi les Animaux possédaient _à
priori_ la science spéciale de leur vie, appelée _instinct_, tandis que
l'Homme n'apprend rien sans des peines inouïes.

--Parce que la science est inutile! s'écria le jeune Homme. Avez-vous
jamais étudié le _Chat-Botté_?

--Je le racontais à mes élèves quand ils avaient été sages.

--Eh bien, mon cher, là est la règle de conduite pour tous ceux qui
veulent parvenir. Que fait le Chat? Il annonce que son maître possède
des terres, et on le croit! Comprenez-vous qu'il suffit de faire savoir
qu'on a, qu'on est, qu'on possède? Qu'importe que vous n'ayez rien,
que vous ne soyez rien, que vous ne possédiez rien, si les autres
croient? Mais _væ soli!_ a dit l'Écriture. En effet, il faut être
deux en politique comme en amour, pour enfanter une œuvre quelconque.
Vous avez inventé, mon cher, l'_instinctologie_, et vous aurez une
chaire d'_Instincts comparés_. Vous allez être un grand savant, et moi
je vais l'annoncer au monde, à l'Europe, à Paris, au ministre, à son
secrétaire, aux commis, aux surnuméraires! Mahomet a été bien grand
quand il a eu quelqu'un pour soutenir à tort et à travers qu'il était
prophète.

[Illustration]

--Je veux bien être un grand savant, dit Marmus, mais on me demandera
d'expliquer ma science.

--Serait-ce une science, si vous pouviez l'expliquer?

--Encore faut-il un point de départ.

--Oui, dit le jeune journaliste, nous devrions avoir un Animal qui
dérangerait toutes les combinaisons de nos savants. Le baron Cerceau,
par exemple, a passé sa vie à parquer les Animaux dans des divisions
absolues, et il y tient, c'est sa gloire à lui; mais, en ce moment,
de grands philosophes brisent toutes les cloisons du baron Cerceau.
Entrons dans le débat. Selon nous, l'instinct sera la pensée de
l'Animal, évidemment plus distinctible par sa vie intellectuelle
que par ses os, ses tarses, ses dents, ses vertèbres. Or, quoique
l'instinct subisse des modifications, il est _un_ dans son essence,
et rien ne prouvera mieux l'unité des choses, malgré leur apparente
diversité. Ainsi, nous soutiendrons qu'il n'y a qu'un Animal comme il
n'y a qu'un instinct; que l'instinct est, dans toutes les organisations
animales, l'appropriation des moyens à la vie, que les circonstances
changent et non le principe. Nous intervenons par une science nouvelle
contre le baron Cerceau, en faveur des grands naturalistes philosophes
qui tiennent pour l'Unité zoologique, et nous obtiendrons du
tout-puissant baron de bonnes conditions en lui vendant notre science.

--Science n'est pas conscience, dit Marmus. Eh bien, je n'ai plus
besoin de mon Ane.

--Vous avez un Ane! s'écria le journaliste, nous sommes sauvés! Nous
allons en faire un Zèbre extraordinaire qui attirera l'attention du
monde savant sur votre système des Instincts comparés, par quelque
singularité qui dérangera les classifications. Les savants vivent par
la nomenclature, renversons la nomenclature. Ils s'alarmeront, ils
capituleront, ils nous séduiront, et, comme tant d'autres, nous nous
laisserons séduire. Il se trouve dans cette auberge des charlatans qui
possèdent des secrets merveilleux. C'est ici que se font les Sauvages
qui mangent des Animaux vivants, les Hommes squelettes, les Nains
pesant cent cinquante kilogrammes, les Femmes barbues, les Poissons
démesurés, les êtres monstrueux. Moyennant quelques politesses, nous
aurons les moyens de préparer aux savants quelque fait révolutionnaire.»

A quelle sauce allait-on me mettre? Pendant la nuit on me fit des
incisions transversales sur la peau, après m'avoir rasé le poil, et
un charlatan m'y appliqua je ne sais quelle liqueur. Quelques jours
après, j'étais célèbre. Hélas! j'ai connu les terribles souffrances
par lesquelles s'achète toute célébrité. Dans tous les journaux, les
Parisiens lisaient:

«Un courageux voyageur, un modeste naturaliste, Adam Marmus, qui a
traversé l'Afrique en passant par le centre, a ramené, des montagnes
de la Lune, un Zèbre dont les particularités dérangent sensiblement
les idées fondamentales de la zoologie, et donnent gain de cause
à l'illustre philosophe qui n'admet aucune différence dans les
organisations animales, et qui a proclamé, aux applaudissements des
savants de l'Allemagne, le grand principe d'une même contexture pour
tous les Animaux. Les bandes de ce Zèbre sont jaunes et se détachent
sur un fond noir. Or, on sait que les zoologistes, qui tiennent pour
les divisions impitoyables, n'admettaient pas qu'à l'état sauvage le
genre Cheval eût la robe noire. Quant à la singularité des bandes
jaunes, nous laissons au savant Marmus la gloire de l'expliquer dans le
beau livre qu'il compte publier sur les _Instincts comparés_, science
qu'il a créée en observant dans le centre de l'Afrique plusieurs
Animaux inconnus. Ce Zèbre, la seule conquête scientifique que les
dangers d'un pareil voyage lui aient permis de rapporter, marche à la
façon de la Girafe. Ainsi, l'instinct des Animaux se modifierait selon
les milieux où ils se trouvent. De ce fait, inouï dans les annales de
la science, découle une théorie nouvelle de la plus haute importance
pour la zoologie. M. Adam Marmus exposera ses idées dans un cours
public, malgré les intrigues des savants dont les systèmes vont être
ruinés, et qui déjà lui ont fait refuser la salle Saint-Jean à l'Hôtel
de ville.»

Tous les journaux, et même le grave _Moniteur_, répétèrent cet
audacieux canard. Pendant que le Paris savant se préoccupait de ce
fait, Marmus et son ami s'installaient dans un hôtel décent de la
rue de Tournon, où il y avait pour moi une écurie, de laquelle ils
prirent la clef. Les savants en émoi envoyèrent un académicien armé
de ses ouvrages, et qui ne dissimula point l'inquiétude causée par
ce fait à la doctrine fataliste du baron Cerceau. Si l'instinct des
Animaux changeait selon les climats, selon les milieux, l'Animalité
était bouleversée. Le grand Homme qui osait prétendre que le
principe vie s'accommodait à tout allait avoir définitivement raison
contre l'ingénieux baron qui soutenait que chaque classe était une
organisation à part. Il n'y avait plus aucune distinction à faire
entre les Animaux que pour le plaisir des amateurs de collections.
Les Sciences naturelles devenaient un joujou! L'Huître, le Polype du
corail, le Lion, le Zoophyte, les Animalcules microscopiques et l'Homme
étaient le même appareil modifié seulement par des organes plus ou
moins étendus. Salteinbeck le Belge, Vos-man-Betten, sir Fairnight,
Gobtoussell, le savant danois Sottenbach, Crâneberg, les disciples
aimés du professeur français, l'emportaient avec leur doctrine unitaire
sur le baron Cerceau et ses nomenclatures. Jamais fait plus irritant
n'avait été jeté entre deux partis belligérants. Derrière Cerceau se
rangeaient des académiciens, l'Université, des légions de professeurs,
et le Gouvernement appuyait une théorie présentée comme la seule en
harmonie avec la Bible.

[Illustration: Les savants envoyèrent un académicien armé de ses
ouvrages.]

Marmus et son ami se tinrent fermes. Aux questions de l'académicien,
ils répondirent par l'affirmation sèche des faits et par l'exposition
de leur doctrine. En sortant, l'académicien leur dit alors: «Messieurs,
entre nous, oui, le professeur que vous venez appuyer est un Homme d'un
profond et audacieux génie; mais son système, qui peut-être explique
le monde, je n'en disconviens pas, ne doit pas se faire jour: il faut,
dans l'intérêt de la science...

--Dites des savants, s'écria Marmus.

--Soit, reprit l'académicien; il faut qu'il soit écrasé dans son œuf:
car, après tout, messieurs, c'est le panthéisme.

--Croyez-vous? dit le jeune journaliste.

--Comment admettre une attraction moléculaire, sans un libre arbitre
qui laisse alors la matière indépendante de Dieu?

--Pourquoi Dieu n'aurait-il pas tout organisé par la même loi? dit
Marmus.

--Vous voyez, dit le journaliste à l'oreille de l'académicien, il est
d'une profondeur newtonienne. Pourquoi ne le présenteriez-vous pas au
ministre de l'instruction publique?

--Mais certainement, dit l'académicien heureux de pouvoir se rendre
maître du Zèbre révolutionnaire.

--Peut-être le ministre serait-il satisfait d'être le premier à voir
notre curieux Animal, et vous nous feriez le plaisir de l'accompagner,
reprit mon maître.

--Je vous remercie...

--Le ministre pourra dès lors apprécier les services qu'un pareil
voyage a rendus à la science, dit le journaliste sans laisser la parole
à l'académicien. Mon ami peut-il avoir été pour rien dans les montagnes
de la Lune? Vous verrez l'Animal, il marche à la manière des Girafes.
Quant à ses bandes jaunes sur fond noir, elles proviennent de la
température de ces montagnes, qui est de plusieurs zéros Fahrenheit et
de beaucoup de zéros Réaumur.

--Peut-être serait-il dans vos intentions d'entrer dans l'instruction
publique? demanda l'académicien.

--Belle carrière! s'écria le journaliste en faisant un haut-le-corps.

--Oh! je ne vous parle pas de faire ce métier d'oison qui consiste à
mener les élèves aux champs et les surveiller au bercail; mais au lieu
de professer à l'Athénée, qui ne mène à rien, il est des suppléances
à des chaires qui mènent à tout, à l'Institut, à la Chambre, à la
Cour, à la Direction d'un théâtre ou d'un petit journal. Enfin nous en
causerons.»

Ceci se passait dans les premiers jours de l'année 1831, époque à
laquelle les ministres éprouvaient le besoin de se populariser. Le
ministre de l'instruction publique, qui savait tout, et même un peu de
politique, fut averti par l'académicien de l'importance d'un pareil
fait relativement au système du baron Cerceau. Ce ministre un peu
momier (on nomme ainsi, dans la république de Genève, les protestants
exagérés) n'aimait pas l'invasion du panthéisme dans la science. Or, le
baron Cerceau, momier par excellence, qualifiait la grande doctrine de
l'Unité zoologique de doctrine panthéiste, espèce d'aménité de savant:
en science, on se traite poliment de panthéiste pour ne pas lâcher le
mot _athée_.

[Illustration: Faire ce métier d'oison qui consiste à mener les élèves
aux champs.]

Les partisans du système de l'unité zoologique apprirent qu'un
ministre devait faire une visite au précieux Zèbre, et craignirent
les séductions. Le plus ardent des disciples du grand Homme accourut
alors, et voulut voir l'illustre Marmus: les faits-Paris étaient
montés à cette brillante épithète par d'habiles transitions. Mes deux
maîtres refusèrent de me montrer. Je ne savais pas encore marcher
comme ils le voulaient et le poil de mes bandes, jauni au moyen d'une
cruelle application chimique, n'était pas encore assez fourni. Ces deux
habiles intrigants firent causer le jeune disciple, qui leur développa
le magnifique système de l'unité zoologique, dont la pensée est en
harmonie avec la grandeur et la simplicité du créateur, et dont le
principe concorde à celui trouvé par Newton pour expliquer les mondes
supérieurs. Mon maître écoutait de toutes mes oreilles.

«Nous sommes en pleine science et _notre_ Zèbre domine la question, dit
le jeune journaliste.

--_Mon_ Zèbre, répondit Marmus, n'est plus un Zèbre, mais un fait qui
engendre une science.

--Votre science des Instincts comparés, reprit l'unitariste, appuie
la remarque due au savant sir Fairnight sur les Moutons d'Espagne,
d'Écosse, de Suisse, qui paissent différemment, selon la disposition de
l'herbe.

--Mais, s'écria le journaliste, les produits ne sont-ils pas également
différents, selon les milieux atmosphériques? Notre Zèbre à l'allure de
Girafe explique pourquoi l'on ne peut pas faire le beurre blanc de la
Brie en Normandie, ni réciproquement le beurre jaune et le fromage de
Neufchâtel à Meaux.

--Vous avez mis le doigt sur la question, s'écria le disciple
enthousiasmé. Les petits faits font les grandes découvertes. Tout se
tient dans la science. La question des fromages est intimement liée à
la question de la forme zoologique et à celle des Instincts comparés.
L'instinct est tout l'Animal, comme la pensée est l'Homme concentré. Si
l'instinct se modifie et change selon les milieux où il se développe,
où il agit, il est clair qu'il en est de même du _Zoon_, de la forme
extérieure que prend la vie. Il n'y a qu'un principe, une même forme.

--Un même patron pour tous les êtres, dit Marmus.

--Dès lors, reprit le disciple, les nomenclatures sont bonnes pour nous
rendre compte à nous-mêmes des différences, mais elles ne sont plus la
science.

--Ceci, monsieur, dit le journaliste, est le massacre des Vertébrés et
des Mollusques, des Articulés et des Rayonnés, depuis les Mammifères
jusqu'aux Cirrhopodes, depuis les Acéphales jusqu'aux Crustacés! Plus
d'Échinodermes, ni d'Acalèphes, ni d'Infusoires! Enfin, vous abattez
toutes les cloisons inventées par le baron Cerceau! Et tout va devenir
si simple, qu'il n'y aura plus de science, il n'y aura plus qu'une
loi... Ah! croyez-le bien, les savants vont se défendre, et il y aura
bien de l'encre de répandue! Pauvre humanité! Non, ils ne laisseront
pas tranquillement un homme de génie annuler ainsi les ingénieux
travaux de tant d'observateurs qui ont mis la création en bocal! On
nous calomniera autant que votre grand philosophe a été calomnié. Or,
voyez ce qui est arrivé à Jésus-Christ qui a proclamé l'égalité des
âmes, comme vous voulez proclamer l'unité zoologique! C'est à faire
frémir. Ah! Fontenelle avait raison: fermons les poings quand nous
tenons une vérité.

--Auriez-vous peur, messieurs? dit le disciple du Prométhée des
sciences naturelles. Trahiriez-vous la sainte cause de l'Animalité?

--Non, monsieur, s'écria Marmus, je n'abandonnerai pas la science
à laquelle j'ai consacré ma vie; et, pour vous le prouver, nous
rédigerons ensemble la notice sur mon Zèbre.

--Hein! vous voyez, tous les Hommes sont des enfants, l'intérêt les
aveugle, et pour les mener il suffit de connaître leurs intérêts, dit
le jeune journaliste à mon maître, quand l'unitariste fut parti.

--Nous sommes sauvés!» dit Marmus.

Une notice fut donc savamment rédigée sur le Zèbre du centre de
l'Afrique par le plus habile disciple du grand philosophe, qui, plus
hardi sous le nom de Marmus, formula complétement la doctrine. Mes
deux maîtres entrèrent alors dans la phase la plus amusante de la
célébrité. Tous deux se virent accablés d'invitations à dîner en
ville, de soirées, de matinées dansantes. Ils furent proclamés savants
et illustres par tant de monde, qu'ils eurent trop de complices pour
jamais être autre chose que des savants du premier ordre. L'épreuve
du beau travail de Marmus fut envoyée au baron Cerceau. L'Académie
des sciences trouva dès lors l'affaire si grave, qu'aucun académicien
n'osait donner un avis.

«Il faut voir, il faut attendre,» disait-on.

M. Salteinbeck, le savant belge, avait pris la poste. M. Vos-man-Betten
de Hollande, et l'illustre Fabricius Gobtoussell étaient en route pour
voir ce fameux Zèbre, ainsi que sir Fairnight. Le jeune et ardent
disciple de la doctrine de l'Unité zoologique travaillait à un mémoire
dont les conclusions étaient terribles contre les formules de Cerceau.

Déjà, dans la botanique, un parti se formait, qui tenait pour l'Unité
de composition des plantes. L'illustre professeur de Candolle, le non
moins illustre de Mirbel, éclairés par les audacieux travaux de M.
Dutrochet, hésitaient encore par pure condescendance pour l'autorité
de Cerceau. L'opinion d'une parité de composition chez les produits de
la botanique et chez ceux de la zoologie gagnait du terrain. Cerceau
décida le ministre à visiter le Zèbre. Je marchais alors au gré de mes
maîtres. Le charlatan m'avait fait une queue de vache, et mes bandes
jaunes et noires me donnaient une parfaite ressemblance avec une
guérite autrichienne.

«C'est étonnant! dit le ministre en me voyant me porter alternativement
sur les deux pieds gauches et sur les deux pieds droits pour marcher.

--Étonnant, dit l'académicien; mais ce ne serait pas inexplicable.

--Je ne sais pas, dit l'âpre orateur devenu complaisant ministre,
comment on peut conclure de la diversité à l'unité.

--Affaire d'entêté,» dit spirituellement Marmus sans se prononcer
encore.

Ce ministre, Homme de doctrines absolues, sentait la nécessité de
résister aux faits subversifs, et il se mit à rire de cette raillerie.

«Il est bien difficile, monsieur, reprit-il en prenant Marmus par le
bras, que ce Zèbre, habitué à la température du centre de l'Afrique,
vive rue de Tournon....»

En attendant cet arrêt cruel, je fus si affecté que je me mis à marcher
naturellement.

«Laissons-le vivre tant qu'il pourra, dit mon maître effrayé de mon
intelligente opposition, car j'ai pris l'engagement de faire un cours à
l'Athénée, et il ira bien jusque-là...

--Vous êtes un homme d'esprit, vous aurez bientôt trouvé des élèves
pour votre belle science des Instincts comparés, qui, remarquez-le
bien, doit être en harmonie avec les doctrines du baron Cerceau.
Ne sera-t-il pas cent fois plus glorieux pour vous de vous faire
représenter par un disciple?

--J'ai, dit alors le baron Cerceau, un élève d'une grande intelligence
qui répète admirablement ce qu'on lui apprend; nous nommons cette
espèce d'écrivain un vulgarisateur...

--Et nous un Perroquet, dit le journaliste.

--Ces gens rendent de vrais services aux sciences; ils les expliquent
et savent se faire comprendre des ignorants.

--Ils sont de plain-pied avec eux, répondit le journaliste.

--Eh bien! il se fera le plus grand plaisir d'étudier la théorie des
Instincts comparés et de la coordonner avec l'Anatomie comparée et avec
la Géologie; car, en science, tout se tient.

--Tenons-nous donc,» dit Marmus en prenant la main du baron Cerceau et
lui manifestant le plaisir qu'il avait de se rencontrer avec le plus
grand, le plus illustre des naturalistes.

Le ministre promit alors sur les fonds destinés à l'encouragement
des sciences, des lettres et des arts une somme assez importante à
l'illustre Marmus, qui dut recevoir auparavant la croix de la Légion
d'honneur. La Société de géographie, jalouse d'imiter le gouvernement,
offrit à Marmus un prix de dix mille francs pour son voyage aux
montagnes de la Lune. Par le conseil de son ami le journaliste, mon
maître rédigeait, d'après tous les voyages précédents en Afrique, une
relation de son voyage. Il fut reçu membre de la Société géographique.

Le journaliste, nommé sous-bibliothécaire au Jardin des Plantes,
commençait à faire tympaniser dans les petits journaux le grand
philosophe: on le regardait comme un rêveur, comme l'ennemi des
savants, comme un dangereux panthéiste, on s'y moquait de sa doctrine.

Ceci se passait pendant les tempêtes politiques des années les plus
tumultueuses de la révolution de Juillet. Marmus acheta sur-le-champ
une maison à Paris, avec le produit de son prix et de la gratification
ministérielle. Le voyageur fut présenté à la cour, où il se contenta
d'écouter. On y fut si enchanté de sa modestie, qu'il fut aussitôt
nommé conseiller de l'Université. En étudiant les Hommes et les choses
autour de lui, Marmus comprit que les cours étaient inventés pour ne
rien dire; il accepta donc le jeune Perroquet que le baron Cerceau lui
proposa, et dont la mission était, en exposant la science des Instincts
comparés, d'étouffer le fait du Zèbre en le traitant d'une exception
monstrueuse: il y a, dans les sciences, une manière de grouper les
faits, de les déterminer, comme en finance, une manière de grouper les
chiffres.

Le grand philosophe, qui n'avait ni places à donner, ni aucun
gouvernement pour lui autre que le gouvernement de la science à la tête
de laquelle l'Allemagne le mettait, tomba dans une tristesse profonde
en apprenant que le cours des Instincts comparés allait être fait par
un adepte du baron Cerceau, devenu le disciple de l'illustre Marmus.
En se promenant le soir sous les grands marronniers, il déplorait le
schisme introduit dans la haute science, et les manœuvres auxquelles
l'entêtement de Cerceau donnait lieu.

«On m'a caché le Zèbre!» s'écria-t-il.

Ses élèves étaient furieux. Un pauvre auteur entendit par la grille de
la rue de Buffon l'un d'eux s'écrier en sortant de cette conférence:

«O Cerceau! toi si souple et si clair, si profond analyste, écrivain
si élégant, comment peux-tu fermer les yeux à la vérité? Pourquoi
persécuter le vrai? Si tu n'avais que trente ans, tu aurais le courage
de refaire la science. Tu penses à mourir dans tes nomenclatures, et
tu ne songes pas à l'inexorable postérité qui les brisera, armée de
l'Unité zoologique que nous lui léguerons!»

[Illustration]

Le cours où devait se faire l'exposition de la science des Instincts
comparés eut lieu devant la plus brillante assemblée, car il était
surtout mis à la portée des Femmes. Le disciple du grand Marmus,
déjà qualifié d'ingénieux orateur dans les réclames envoyées aux
journaux par le bibliothécaire, commença par dire que nous étions
devancés sur ce point par les Allemands: Vittembock et Mittemberg,
Clarenstein, Borborinski, Valerius et Kirbach avaient établi, démontré
que la Zoologie se métamorphoserait un jour en Instinctologie. Les
divers instincts répondaient aux organisations classées par Cerceau.
Et, partant de là, le jeune Perroquet répéta, dans une charmante
phraséologie, tout ce que de savants observateurs avaient écrit sur
l'instinct, il expliqua l'instinct, il raconta les merveilles de
l'instinct, il joua des variations sur l'instinct, absolument comme
Paganini jouait des variations sur la quatrième corde de son violon.

[Illustration]

Les bourgeois, les Femmes s'extasièrent. Rien n'était plus instructif,
ni plus intéressant. Quelle éloquence! on n'entendait de si belles
choses qu'en France!

La province lut dans tous les journaux ce fait, à la rubrique de Paris:


«Hier, à l'Athénée, a eu lieu l'ouverture du cours d'Instincts
comparés, par le plus habile élève de l'illustre Marmus, le créateur
de cette nouvelle science, et cette première séance a réalisé tout
ce qu'on en attendait. Les Émeutiers de la science avaient espéré
trouver un allié dans ce grand zoologiste; mais il a été démontré que
l'Instinct était en harmonie avec la Forme. Aussi l'auditoire a-t-il
manifesté la plus vive approbation en trouvant Marmus d'accord avec
notre illustre Cerceau.»


Les partisans du grand philosophe furent consternés; ils devinaient
bien qu'au lieu d'une discussion sérieuse il n'y avait eu que des
paroles: _Verba et voces_. Ils allèrent trouver Marmus, et lui firent
de cruels reproches.

«L'avenir de la science était dans vos mains, et vous l'avez trahie!
Pourquoi ne pas vous être fait un nom immortel, en proclamant le grand
principe de l'attraction moléculaire?

--Remarquez, dit Marmus, avec quel soin mon élève s'est abstenu de
parler de vous, de vous injurier. Nous avons ménagé Cerceau pour
pouvoir vous rendre justice plus tard.»

Sur ces entrefaites, l'illustre Marmus fut nommé député par
l'arrondissement où il était né, dans les Pyrénées-Orientales; mais,
avant sa nomination, Cerceau le fit nommer quelque part professeur
de quelque chose, et ses occupations législatives déterminèrent la
création d'un suppléant qui fut le bibliothécaire, l'ancien journaliste
qui se fit préparer son cours par un homme de talent inconnu auquel il
donna de temps en temps vingt francs.

La trahison fut alors évidente. Sir Fairnight indigné écrivit en
Angleterre, fit un appel à onze pairs qui s'intéressaient à la science,
et je fus acheté pour une somme de quatre mille livres sterling, que se
partagèrent le professeur et son suppléant.

Je suis, en ce moment, aussi heureux que l'est mon maître. L'astucieux
bibliothécaire profita de mon voyage pour voir Londres, sous le
prétexte de donner des instructions à mon gardien, mais bien pour
s'entendre avec lui. Je fus ravi de mon avenir en entrant dans la place
qui m'était destinée. Sous ce rapport, les Anglais sont magnifiques.
On m'avait préparé une charmante vallée, d'un quart d'acre, au bout
de laquelle se trouve une belle cabane construite en bûches d'acajou.
Une espèce de constable est attaché à ma personne, à cinquante livres
sterling d'appointements.

«Mon cher, lui dit le savant professeur de puffs décoré de la Légion
d'honneur, si tu veux garder tes appointements aussi longtemps que
vivra cet Ane, aie soin de ne jamais lui laisser reprendre son ancienne
allure, et saupoudre toujours les raies qui en font un Zèbre avec cette
liqueur que je te confie et que tu renouvelleras chez un apothicaire.»

Depuis quatre ans, je suis nourri aux frais du _Zoological-Garden_,
où mon gardien soutient _mordicus_ aux visiteurs que l'Angleterre me
doit à l'intrépidité des grands voyageurs anglais Fenmann et Dapperton.
Je finirai, je le vois, doucement mes jours dans cette délicieuse
position, ne faisant rien que de me prêter à cette innocente tromperie,
à laquelle je dois les flatteries de toutes les jolies miss, des belles
ladies qui m'apportent du pain, de l'avoine, de l'orge, et viennent me
voir marcher des deux pieds à la fois, en admirant les fausses zébrures
de mon pelage sans comprendre l'importance de ce fait.

«La France n'a pas su garder l'animal le plus curieux du globe,» disent
les Directeurs aux membres du Parlement.

Enfin je me mis résolûment à marcher comme je marchais auparavant.
Ce changement de démarche me rendit encore plus célèbre. Mon maître,
obstinément appelé l'illustre Marmus, et tout le parti _Variétaire_,
sut expliquer le fait à son avantage, en disant que feu le baron
Cerceau avait prédit que la chose arriverait ainsi. Mon allure était
un retour à l'instinct inaltérable donné par Dieu aux Animaux, et dont
j'avais dévié, moi et les miens, en Afrique. Là-dessus on cita ce qui
se passe à propos de la couleur des Chevaux sauvages dans les llanos
d'Amérique et dans les steppes de la Tartarie, où toutes les couleurs
dues au croisement des Chevaux domestiques finissent par se résoudre
dans la vraie, naturelle et unique couleur des Chevaux sauvages, qui
est le gris de souris. Mais les partisans de l'unité de composition,
de l'attraction moléculaire et du développement de la forme et de
l'instinct selon les exigences du milieu, seule manière d'expliquer
la création constante et perpétuelle, prétendirent qu'au contraire
l'instinct changeait avec le milieu.

Le monde savant est partagé entre Marmus, officier de la Légion
d'honneur, conseiller de l'Université, professeur de ce que vous savez,
membre de la Chambre des députés et de l'Académie des sciences morales
et politiques, qui n'a ni écrit une ligne ni dit un mot, mais que les
adhérents de feu Cerceau regardent comme un profond philosophe, et le
vrai philosophe appuyé par les vrais savants, les Allemands, les grands
penseurs.

Beaucoup d'articles s'échangent, beaucoup de dissertations se publient,
beaucoup de brochures paraissent; mais il n'y a dans tout ceci qu'une
vérité de démontrée: c'est qu'il existe dans le budget une forte
contribution payée aux intrigants par les imbéciles, que toute chaire
est une marmite, le public un légume, que celui qui sait se taire est
plus habile que celui qui parle, qu'un professeur est nommé moins pour
ce qu'il dit que pour ce qu'il ne dit point, et qu'il ne s'agit pas
tant de savoir que d'avoir. Mon ancien maître a placé toute sa famille
dans les cabanes du budget.

[Illustration]

Le vrai savant est un rêveur, celui qui ne sait rien se dit Homme
pratique. Pratiquer, c'est prendre sans rien dire. Avoir de
l'entregent, c'est se fourrer, comme Marmus, entre les intérêts, et
servir le plus fort.

Osez dire que je suis un Ane, moi qui vous donne ici la méthode de
parvenir, et le résumé de toutes les sciences. Aussi, chers Animaux,
ne changez rien à la constitution des choses: je suis trop bien au
_Zoological-Garden_ pour ne pas trouver votre révolution stupide! O
Animaux, vous êtes sur un volcan, vous rouvrez l'abîme des révolutions.
Encourageons, par notre obéissance et par la constante reconnaissance
des faits accomplis, les divers États à faire beaucoup de Jardins
des Plantes, où nous serons nourris aux frais des Hommes, et où nous
coulerons des jours exempts d'inquiétudes dans nos cabanes, couchés sur
des prairies arrosées par le budget, entre des treillages dorés aux
frais de l'État, en vrais sinécuristes marmusiens.

Songez qu'après ma mort je serai empaillé, conservé dans les
collections, et je doute que nous puissions, dans l'état de nature,
_parvenir_ à une pareille immortalité. Les Muséums sont le Panthéon des
Animaux.

  DE BALZAC.

[Illustration]



LES CONTRADICTIONS

D'UNE LEVRETTE


J'ai toujours aimé le théâtre à la folie, et cependant il y a peu de
personnes qui aient plus de raisons que moi de l'avoir en horreur, car
ce fut là, vers les neuf heures du soir, que je vis pour la première
fois mon mari. Comme vous pouvez bien le penser, tous les détails de
cet accident me sont restés présents à l'esprit. J'ai des raisons
sérieuses pour ne les point avoir oubliés.

En toute franchise,--je ne veux accuser personne,--je n'étais point
faite pour le mariage. Élégante, belle, je puis le dire, faite pour
les enivrements du monde et les joies rapides de la grande vie, il
me fallait de l'espace, de l'éclat, du luxe; j'étais née duchesse...
j'épousai une première clarinette du théâtre des Chiens. C'était à
mourir de rire, et, entre nous, j'en ai furieusement ri! Vous voyez du
reste que je n'en suis pas morte.

Oui, vraiment, il jouait de la clarinette, le soir de huit à onze; on
lui confiait même les rôles pas trop difficiles; il me le dit du moins,
mais sans doute il me mentait indignement, car j'ai toujours trouvé
qu'il jouait faux comme un jeton, quoique j'aie moi-même l'oreille
peu musicale. Dans la journée, il était second trombone chantant à la
paroisse... des Chiens, et postulait en outre pour obtenir un chapeau
chinois dans la garde nationale. Tous ces détails sont grotesques,
qu'on me les pardonne, j'ai juré de décharger mon cœur.

Un soir donc que je m'étais laissé entraîner au théâtre, j'aperçus
pendant un entr'acte, dans l'orchestre des musiciens, un gros
Bouledogue à lunettes, coiffé d'une calotte, qui, non loin de la grosse
caisse, se mouchait dans un mouchoir à carreaux. Il s'ensuivit un tel
vacarme, que toutes les têtes se retournèrent vers lui. On m'aurait dit
à ce moment-là: «Cette clarinette qui se mouche sera bientôt ton mari,»
que j'aurais répondu:... ou plutôt je n'aurais rien répondu à une telle
absurdité.

Cependant sous le feu de tous ces regards, au milieu de l'hilarité
générale, mon futur époux replia son mouchoir lentement, avec soin,
promena sur l'assemblée un regard indifférent par-dessus ses lunettes,
et, s'étant essuyé le nez, changea l'embouchure de son instrument
avec beaucoup de calme. Il avait fait preuve de tant de sang-froid,
que machinalement je dirigeai mon lorgnon de son côté. Il remarqua
mon mouvement sans doute, car immédiatement il ôta sa calotte et
caressa sa grosse tête ronde dont les cheveux étaient coupés en
brosse, rajusta ses lunettes, vérifia sa cravate et tira son gilet.
Il n'est monstre si laid qui ne fasse toutes ces petites choses-là
sous le regard de la première venue. Toutefois, son œil qui rencontra
le mien me parut singulièrement brillant. Il était laid, mais il
était ému; j'étais fort jeune, un brin coquette, en sorte que cela
m'amusait assez d'être regardée ainsi. Le chef d'orchestre monta sur
son trône, et la ritournelle commença. Le gros musicien m'adressa un
dernier regard qui ressemblait à un aveu et, précipitamment, souffla
dans son appareil. Il était parti trop tard et, voulant rattraper le
temps perdu, se précipita dans sa partition comme un cheval échappé,
tournant deux pages pour une, tricotant de ses gros doigts avec une
rapidité folle sur son malheureux tuyau d'où s'échappaient des bruits
impossibles à décrire, mais effrayants. Le chef d'orchestre, rouge
comme une pivoine, en nage, les cheveux en désordre, criait au milieu
du vacarme et le menaçait de son archet; ses voisins le poussaient, le
frappaient, le huaient; les cahiers de musique et les instruments de
cuivre commençaient à pleuvoir sur sa tête; mais lui, toujours calme en
apparence et la rage dans le cœur probablement, soufflait, soufflait
comme un soufflet de forge qui a pris le mors aux dents.

Il me sembla que cette clarinette devait être une clarinette
passionnée, et ne doutant pas que le délire qu'elle ressentait en
ce moment n'eût pour cause que ma présence même, je fus... touchée,
flattée... Enfin, je l'aimai dans ce moment-là; c'est clair: je
l'aimais.

Au bout d'un quart d'heure il s'arrêta tout court, déposa sa clarinette
entre ses jambes et, ayant enlevé sa calotte, s'essuya la tête avec
son grand mouchoir rouge. Il était calme, mais il n'avait pas un poil
de sec. Le lustre s'était éteint.

[Illustration]

C'est au sortir de cette représentation remarquable--il était onze
heures trente-cinq et il pleuvait un peu,--qu'en passant devant
l'entrée des artistes du théâtre des Chiens je fus presque renversée
par un individu coiffé d'un grand chapeau gris à longs poils. Je le
vois encore sortant de cette porte et se précipitant sur nous. Je dis
nous, car j'étais, ce soir-là, accompagnée de ma mère; je n'allais
point encore seule au théâtre.

«Mesdames..., mademoiselle, s'écria le Bouledogue,--vous l'avez deviné:
sous ce chapeau gris se cachait l'impétueuse clarinette,--mesdames,
arrêtez, au nom du ciel!

--Et que voulez-vous, à cette heure..., en ces lieux?... dit ma mère
avec son grand air. Écartez-vous, clarinette, écartez-vous!»

Devant tant de noblesse et tant de dignité le musicien resta comme
anéanti, balbutia, et ôtant son chapeau:

«Il pleut, mesdames, il pleut, et vous êtes sans parapluie..., daignez,
oh! daignez accepter le mien.»

[Illustration]

Ma mère, qui a toujours été assez petite-maîtresse et craignait l'eau
comme le feu, fut assez folle pour accepter, ne se doutant pas, la
chère âme, que ce parapluie devait ouvrir pour moi les portes de
l'hymen!... Je passe. Tous ces souvenirs m'irritent, et d'ailleurs leur
banalité leur enlève tout intérêt. Il était écrit que je ferais une
sottise absurde; je la fis.

Après quelques visites de mon étrange prétendu, ma mère me dit un jour:

«Élisa, comment le trouves-tu, mon enfant, là, franchement?

--Qui cela, maman, fis-je ingénument, le musicien?

--Oui, petite espiègle, la clarinette, le jeune Bouledogue qui
recherche ta main; tu sais bien que je parle de lui.

--Mais, maman, je le trouve laid.

--Moi aussi, mon ange, mais il ne s'agit pas de cela.

--Eh! eh! fis-je malgré moi, je trouvais que cette question n'était pas
sans importance;--de plus, petite mère, je lui trouve l'air commun, un
peu grotesque, et tu conviendras qu'il est ennuyeux comme la pluie.

--Je suis de ton avis, ma belle, mais encore une fois il ne s'agit pas
de tout cela, te convient-il? Moi, il me convient à tous égards.

--Oh! maman! te quitter!»--Je fondis en larmes, et cependant je n'étais
pas triste. J'en suis encore à me demander pourquoi je fondis en larmes.

«Ne fais donc pas de singeries, mon petit ange, poursuivit ma mère, tu
grilles d'envie de te marier, et tu as raison; or, ce jeune Bouledogue
offre des garanties sérieuses. Sa double position de première
clarinette chantante et de trombone à la paroisse lui assure une fort
jolie indépendance. Que peut-on demander de plus à un mari? Songe, mon
enfant, que la beauté physique, la grâce, sont des avantages passagers;
et d'ailleurs n'es-tu pas gracieuse et belle pour deux? C'est dans
l'intelligent croisement des natures et des caractères opposés que gît
le bonheur conjugal, ma petite Chienne chérie. Tu es jolie, espiègle,
légère, paresseuse, insouciante, prodigue, peu affectueuse. Eh bien, il
n'est pas sans avantage pour l'équilibre des choses, que ton époux soit
laid, taciturne, lourd, travailleur, sérieux, économe et affectueux.»

Je compris immédiatement que maman était dans le vrai et je donnai
mon consentement. Eh! mon Dieu! si c'était à refaire, je crois que
j'agirais de même. Un mari solide, c'est énorme dans la vie. Quand on
a le pain sur la planche, il faut être bien sotte pour ne point se
procurer le superflu. Je n'osais point m'avouer toutes ces choses, mais
instinctivement j'en avais conscience et je dis: «Épousons-le.» Ne
dit-on pas dans l'espèce humaine: «Passons notre baccalauréat, c'est un
titre qui mène à tout.»

Vous dire que ma lune de miel fut un long enivrement serait exagérer.
Malgré ma bonne volonté et mon courage, je ne fus pas longue à
m'apercevoir que la nature singulièrement grossière et banale de mon
mari était peu faite pour sympathiser avec les instincts élégants
et aristocratiques de la mienne. Il se levait au petit jour et me
réveillait chaque matin pour m'embrasser au front. Il approchait de
mon visage son petit nez ridicule, ses grosses joues boursouflées...
Il était hideux! S'il eût eu seulement la discrétion de sa laideur!...
Une fois levé, il mettait sa calotte et étudiait sa clarinette avec
l'emportement et l'obstination qui caractérisent la médiocrité.

«Piano, mon ami, plus piano, lui disais-je; je vous jure que cela sera
mieux!» Il faisait mille efforts pour souffler moins violemment, mais
ses notes les plus discrètes faisaient tout trembler autour de nous
et les soupirs qui s'échappaient de son infernal tuyau ressemblaient
à une tempête. Ce qui m'irritait surtout, c'est qu'il était en nage,
c'est qu'il concentrait toute son attention, se mordait les lèvres et
soufflait comme un Phoque pour jouer la chose la plus simple du monde.

«Vous ne prenez pas un peu l'air, mon bon ami, lui disais-je bientôt,
vous allez vous fatiguer.» Je l'aurais battu.

Souvent alors il s'essuyait le front et allait se promener, s'arrêtant
à tous les coins, cancanant avec tous les voisins, fouillant sans
scrupule parmi ces débris de toutes sortes, amoncelés le matin sur la
voie publique en tas régulièrement espacés; il fouillait là dedans...
Ah! qu'il m'a fait souffrir, ce musicien né pour être Chien de boucher!
Que de fois, me promenant côte à côte avec lui, ne m'a-t-il pas laissée
seule tout à coup pour courir vers un os qu'il avait aperçu! Et les
querelles! et les batailles! et son gros rire bruyant! et sa démarche
lourde! et ses observations vulgaires! et...

Je commençai à le prendre sérieusement en grippe. Il m'agaçait,
il m'irritait. Je veux bien qu'il se mît en quatre pour augmenter
l'aisance du ménage et en toute vérité travaillât comme un Chien, mais
l'argent ne saurait compenser les douleurs d'une union mal assortie.
Sous différents prétextes j'évitai peu à peu ces promenades conjugales
qui m'étaient devenues odieuses, et je flânai seule avec délices.

J'avais pris en affection un jardin public fort à la mode, où le beau
monde se donnait rendez-vous. Les enfants y venaient jouer en foule,
on s'y promenait, on s'y faisait voir, on y voyait les autres. C'était
adorable, et je ne tardai pas à m'apercevoir qu'on m'y remarquait
beaucoup. J'avais trouvé mon milieu.

Un jour, il m'en souvient, j'errais dans une contre-allée sous les
arbres touffus, lorsque j'entendis une voix qui me disait tout bas:
«Ah! qu'il serait heureux, madame, celui qui, au milieu de la foule,
fixerait votre attention!»

[Illustration]

Ces paroles me plurent; elles avaient je ne sais quoi de contenu,
de respectueux, d'ému, qui me charma immédiatement. Je me retournai
et j'aperçus un ravissant Insecte qui voltigeait autour de moi. Il
était fort bien mis; ses manières recherchées, ses allures discrètes
me prouvèrent tout de suite qu'il était du monde. Il me parut, du
reste, avoir conscience de sa valeur, et j'ai peine à croire qu'en se
regardant dans la glace il ne se trouvât pas joli garçon.

«Ah! que vous êtes belle, Levrette! murmurait-il avec obstination; que
votre tête est fine, vos pattes élégantes et votre robe soyeuse! Que de
distinction dans votre démarche, de grâce dans vos allures!»

Je hâtai le pas, toute tremblante de tant d'audace; mais, au fond de
mon cœur, les paroles de l'inconnu vibraient comme une délicieuse
musique. Ce garçon avait du goût et de la finesse.

[Illustration: Se regardant dans la glace, il se trouve joli garçon.]

«Vous êtes mariée, adorable créature?» ajouta-t-il.

Je ne résistai pas au plaisir de me figurer un instant que mes chaînes
s'étaient brisées et je répondis très-sèchement: «Je suis veuve,
monsieur.»

Oh! je vous jure, je ne voyais en tout cela aucun mal. Quel danger y
avait-il, après tout, à ce qu'un Insecte me trouvât jolie et m'exprimât
son admiration? On ne comprend pas assez que la beauté a besoin
d'être entourée, appréciée; le regard du public est le soleil qui la
réchauffe et la fait vivre; l'indifférence la tue et la flétrit. Notre
coquetterie à nous autres, belles créatures, exprime tout simplement le
besoin naturel, et par conséquent respectable, d'être vues et admirées.
Il n'y a là ni intention coupable ni orgueil exagéré; il y a conscience
d'un... eh! mon Dieu oui, d'un tribut qu'on doit nous payer; il y a,
je le répète, besoin de soleil. Et la preuve que je dis vrai, c'est
que, tout en étant la Levrette la plus vertueuse du monde, je fus comme
enivrée par les paroles de l'Insecte inconnu.

«Tu as les yeux terriblement brillants et la voix bien sonore,» me dit
au retour mon mari. Il rongeait, dans un coin, un os qu'il avait trouvé
je ne sais où.

«Faut-il donc, pour vous plaire, avoir les yeux éteints et la voix
enrouée?» lui répondis-je.

Rien au monde n'est irritant comme ces questions banales et sottes dont
vous soufflettent certaines gens, et ils demandent ensuite pourquoi on
les déteste!

Je sentais mon mari de plus en plus indigne, sa personne me choquait
plus que je ne saurais dire. Je ne lui en voulais pas seulement de sa
trivialité et de sa laideur, mais encore de la peine qu'il se donnait
pour moi; je rougissais de profiter de son labeur ridicule, et je ne
pouvais manger une gimblette sans songer que je la devais à l'infernale
clarinette dont il jouait si mal. Ce qui m'agaçait aussi, c'était son
flegme irritant, son calme inaltérable, et aussi sa bonté niaise,
inattaquable, sans réplique; de sorte que j'étais obligée de renfermer
en moi-même toutes mes irritabilités, mes mauvaises humeurs, mes
indignations, mes révoltes...

Vous ne savez pas combien cela est atroce quand on est nerveuse. La vie
me devint extrêmement pénible.

Le bel Insecte s'en aperçut bientôt, car il me poursuivait chaque jour
de ses prévenances et de son bourdonnement délicieux.

«Vous êtes malheureuse, Levrette idéale; vous souffrez, je le vois, je
le sens. Le chagrin devrait-il effleurer une tête si belle? me dit-il
avec des larmes dans la voix. Ne craignez-vous pas que les soucis ne
rident votre front et ne ternissent votre beauté?» Je tressaillis. Ce
qu'il disait là n'était malheureusement que trop vrai, l'inquiétude
pouvait me rendre laide, alourdir ma démarche, voiler mes yeux; et,
réfléchissant que mon mari serait encore la cause de cette nouvelle
infortune, je fus indignée.

«Eh bien! poursuivit l'Insecte aimé, que ne tâchez-vous de vous
distraire? Venez avec moi errer dans les bois, prenez votre vol et je
serai derrière vous pour vous admirer et vous égayer par mes chansons.
Chassez les soucis, franchissez les espaces, emplissez votre chère
poitrine de l'air pur qu'on ne trouve qu'aux champs; les grands
ombrages et l'herbe tendre ne vous tentent-ils pas? Votre belle robe
blanche serait si étincelante sur le gazon. Ne voulez-vous pas faire
une promenade?

--Oui, vraiment, je le veux.» lui répondis-je avec feu. J'avais pris
enfin un parti, j'en avais assez de mon rôle de victime, j'étais
étouffée, il me fallait de l'air, de l'air à tout prix. «Demain, à
pareille heure, soyez en cet endroit, mon cher, et nous irons ensemble
errer à l'aventure. Vous avez raison, il me faut du mouvement.»

Il ne faudrait pas croire qu'en accordant un rendez-vous à cet Insecte
je cédais à un mouvement de tendresse et de folie. Je peux le dire à la
face du ciel, j'étais pure et ma conscience n'était pas troublée. Je
savais gré à ce garçon de rendre justice à mes charmes, sa conversation
m'amusait parce qu'il parlait sans cesse de moi, mais rien de plus.

Quand je fus de retour au logis, ce soir-là, il est probable que
mon visage exprima un plus profond dégoût qu'à l'ordinaire, car mon
musicien me regarda en silence pendant quelques instants et deux
grosses larmes coulèrent de ses petits yeux. Il était grotesque.
Rien n'est affreux comme un être laid qui ajoute encore à sa laideur
naturelle la laideur du chagrin.

Je m'attendais à une scène, à des reproches; je sentais l'émotion
gonfler mon cœur et je me disais: «Enfin, qu'il parle donc, qu'il
s'irrite, qu'il se fâche, je pourrai m'irriter et me fâcher aussi,
opposer ma colère à la sienne!»--En certains cas l'emportement est
comme une pluie d'orage qui rafraîchit la terre et fait crever les
nuages.--Je me souviens que je me mis à chantonner, espérant amener
ainsi plus promptement la crise.

Mais il n'en fut rien, il ne dit mot. Deux ou trois fois il renifla
avec bruit, puis il mit soigneusement sa clarinette dans son étui
crasseux, enfonça sa calotte et, sans lever les yeux sur moi, il dit:

«Bonsoir, ma chère, je vais au théâtre.»

Que signifiaient ces larmes? Se doutait-il qu'il m'était odieux? Je ne
pouvais pas supposer qu'il fût jaloux, et d'ailleurs jaloux de qui?
N'étais-je pas l'épouse la plus malheureuse, mais en même temps la plus
irréprochable du monde? J'aurais voulu, ce soir-là, avoir quelque chose
à briser, quelqu'un à mordre... Dieu! que ce musicien m'a fait souffrir!

Le lendemain, à l'heure indiquée, je fus au rendez-vous. Mon bel
Insecte doré, frais, pimpant, gracieux, joueur, m'attendait avec
impatience.

«Que vous êtes belle, chère! me dit-il avec émotion. Partons-nous?

«Partons, lui dis-je, grand flatteur.» Et nous nous élançâmes.

J'avais au fond quelque inquiétude et j'en étais indignée. Le souvenir
de ce Bouledogue devait donc me poursuivre partout? Je m'imaginai, tout
en cheminant, que ce rendez-vous qui, après tout, était une espièglerie
condamnable, pouvait avoir des conséquences fort graves, et mon
imagination se monta si follement en dépit des efforts que faisait mon
compagnon pour chasser mes préoccupations, qu'arrivée au détour d'une
rue je m'arrêtai tout court.

«Qu'avez-vous, adorable Levrette? dit l'Insecte.

--Ne voyez-vous pas, là-bas, ces musiciens ambulants, arrêtés devant
une fenêtre?

--Oui, certainement, ils montrent des Hannetons au public, à ce qu'il
me semble, et se donnent beaucoup de mal pour gagner leur pauvre vie.

--Sans doute, mais j'ai peur; ils ont un regard étrange ces musiciens!
Ne sont-ce point là des gens de la police, des espions payés pour nous
observer? De grâce, aimable Insecte, faisons un grand détour, je suis
tremblante.»

Nous prîmes à gauche et nous continuâmes notre course, mais j'étais
toujours inquiète. Il est des émotions que la Providence devrait
épargner aux personnes délicates et nerveuses. J'étais agitée,
fiévreuse. C'était sans doute un pressentiment, car il m'arriva, ce
jour-là, une des rencontres les plus désagréables que l'on puisse
faire.

[Illustration: Ils montrent des Hannetons au public].

Nous allions sortir des faubourgs, lorsque j'aperçus dans un coin
obscur une masse de forme bizarre. C'était un de ces Ours bateleurs
comme on en rencontre souvent dans les fêtes ou les jours de marché.
Pour le moment, il faisait travailler une Tortue équilibriste qui
l'accompagnait. Rien au monde n'était plus naturel que de rencontrer
cet Ours et cette Tortue, et cependant je me sentis frissonner.
Toutefois, me doutant bien qu'encore une fois mes craintes étaient
chimériques, je continuai ma course, et bientôt je fus tout près
du saltimbanque et de la Tortue. Il me sembla que le petit œil de
l'effrayant animal lançait des éclairs. J'allais m'enfuir au plus vite,
mais l'Ours, s'avançant tout à coup, me barra le passage.

[Illustration]

«Que faites-vous ici, madame? me dit-il en se croisant les bras.

--Et que vous importe ce que fait madame? bourdonna l'Insecte aimé de
sa petite voix flûtée. Sur l'honneur, vous m'avez l'air d'un manant
osé! Qui êtes-vous, je vous prie? parlez, qui êtes-vous?

--Qui je suis?» Il soupira fortement et, avec un effort douloureux: «Je
suis lui-même le propre époux de madame.» Ce disant, il se dépouilla
de la peau d'Ours dont il était revêtu, et j'aperçus la clarinette, le
musicien, le Bouledogue, mon mari enfin, pâle comme la mort, en proie
à des frémissements nerveux horribles. Il était effrayant, d'autant
plus effrayant qu'il avait malgré tout conservé son allure grotesque.
Je l'aimais mieux cependant irrité, furieux, grimaçant de rage, que
résigné, silencieux et la larme à l'œil. Il était vraiment moins laid
qu'à l'ordinaire. Malheureusement il avait conservé sa calotte sur la
tête. C'était une faute impardonnable. Les gens de l'autre sexe ne
veulent point comprendre que pas un détail ne nous échappe, à nous
autres êtres fins, nerveux, et délicats.

«Madame,» dit mon mari en se posant. Encore une faute; il se posait!
il était manifeste qu'il avait préparé un discours et qu'il en avait
médité les effets. Le bel Insecte s'était caché derrière mon oreille
et me disait tout bas: «Quoi, reine de beauté, vous êtes mariée à ce
monstre, à ce Dogue grossier?» Je me sentais rougir.

«Madame, continua mon mari, ma... da...» et il éternua de la façon la
plus comique; sans doute un poil de la peau d'Ours dont il s'était
revêtu lui était resté dans le nez.

Je partis d'un grand éclat de rire, aussi excusable, aussi involontaire
que son éternument.

Cette scène de jalousie était quelque peu comique, vous en conviendrez.

«Madame, suivez-moi, s'écria alors mon mari, perdant tout à coup la
tête, c'en est trop, suivez-moi.

--Je ne lui conseille pas de porter la patte sur vous, murmura le bel
Insecte en se réfugiant derrière mon oreille, car je crois vraiment que
je ne répondrais pas de moi. Je sens la col...»

Il ne put achever sa phrase, hélas! Mon mari, plus prompt que l'éclair,
s'était élancé, et, le saisissant au vol, l'avait horriblement mutilé
d'un coup de dent. Je ne sais alors ce qui se passa, je devins folle.
Je me dégageai par un effort héroïque des pattes de mon époux furieux,
et, sautant par-dessus sa tête, je pris ma course.

Quand je fus à une centaine de pas, je me retournai, et j'aperçus de
loin le Bouledogue aux prises avec les agents de l'autorité. Il se
débattait avec énergie, mais la peau d'Ours dont ses pieds étaient
entourés paralysait ses efforts, de sorte qu'en un instant il fut pris
et emmené par les agents au milieu des huées de la foule.

Enfin, j'étais libre! je poursuivis ma promenade. Jamais l'air ne
m'avait semblé plus pur, l'herbe plus verdoyante et le ciel plus bleu.
Une indignation sourde me restait pourtant au cœur. Je me sentais
humiliée pour ainsi dire par cette jalousie, se manifestant tout à coup
par un scandale absurde, public et comique tout à la fois. C'était
surtout le côté comique que je trouvais intolérable. Cette réalité
prosaïque, cette clarinette en colère apparaissant tout à coup devant
l'Insecte aimé, devant le rêve, l'idéal!... Je crus bien que je ne
pardonnerais de ma vie à la clarinette. Après avoir erré dans les
champs, m'être enivrée d'air pur, m'être étourdie, je rentrai sous le
toit conjugal. Chose étrange! la demeure me parut vide. Pendant un
instant je crus avoir oublié quelque chose. En effet, quelque chose,
ou, pour mieux dire, quelqu'un me manquait, et ce quelqu'un c'était mon
pauvre mari. On prend l'habitude même de choses laides et gênantes,
et je suis sûre que certains bossus, les Chameaux et les Dromadaires
par exemple, se trouveraient fort mal à l'aise si, tout à coup, on les
privait de leur bosse.

Je réfléchissais à ces sensations étranges, lorsque je reçus une
lettre ornée d'un grand cachet. L'autorité m'invitait à me présenter
à la fourrière où mon mari avait été déposé momentanément, pour
être confrontée avec lui. Le malheureux était doublement accusé et
de vagabondage et de tentative de meurtre avec préméditation. Le
déguisement sous lequel on l'avait trouvé et aussi, paraît-il, une arme
cachée dans ses bottes, étaient des preuves accablantes.

Le lendemain matin après déjeuner,--je m'étais levée fort tard car
j'étais horriblement fatiguée,--je fis ma toilette et je me rendis
à la fourrière. Un spectacle navrant pour une personne nerveuse et
impressionnable m'y attendait.

On me fit passer par des corridors sombres et humides, on fit grincer
d'énormes clefs dans d'horribles serrures, de lourdes portes bardées
de fer s'ouvrirent, et j'entrai enfin dans un endroit sans nom où
une foule de misérables, mal peignés, repoussants, étaient réunis.
Je marchais avec prudence dans ce milieu souillé, et ne respirais
qu'avec circonspection, car l'air était infect. Enfin, mon mari, qui
était couché dans un coin, m'aperçut. Je m'attendais à des reproches
terribles, à une scène violente, et je me tins sur mes gardes; mais,
contre mon attente, le pauvre musicien s'avança vers moi en baissant
les yeux, puis, s'étant couché devant moi, il me lécha les pattes et
fondit en larmes sur les dalles humides. C'était un peu plus que je
n'aurais demandé; quelques-uns de ces vauriens commençaient à sourire.

«Ma Levrette chérie, me disait mon mari au milieu des sanglots,
pardonne-moi!... N'est-ce pas que tu me pardonneras? J'ai été jaloux,
j'ai été absurde... Mais tu es si belle, je t'aimais tant et j'étais si
laid!... Je craignais... j'étais fou... pardonne-moi!»

[Illustration: Un spectacle navrant m'y attendait.]

Il était vraiment ému. Je lui promis de lui procurer quelques
consolations et de faire mon possible pour obtenir sa grâce. Au fond je
suis extrêmement sensible... peut-être trop! Ses paroles avaient été
très-convenables, il avait avoué ses torts, reconnu sa laideur, rendu
hommage à ma beauté.

Je courus chez le juge d'instruction qui me regarda sous ses lunettes
et fut comme étourdi en me voyant si séduisante. Ce juge était un
Renard de la plus belle apparence, spirituel, aimable, fin, causeur et
légèrement entreprenant..., ce qui fait que le procès de mon malheureux
époux dura prodigieusement longtemps.

Mais voici le moment d'avouer une bien étrange chose et de mettre au
grand jour un mystérieux repli de mon cœur.

A peine mon infortuné Bouledogue fut-il incarcéré que mes sentiments
pour lui changèrent complétement. Il n'était plus là, je ne savais
plus à qui adresser mes plaintes, et toutes les fois que j'apercevais
dans un coin sa clarinette abandonnée, silencieuse, les larmes me
venaient aux yeux. Je fus comme effrayée de la place énorme que cet
être, malgré son infériorité physique et morale, occupait dans ma
vie. Sa face grotesque, son silence, sa calotte, me manquaient. Je ne
savais où déposer ma mauvaise humeur, de sorte qu'elle restait en moi
et j'éprouvais des pesanteurs pénibles. Je cherchai à me distraire,
craignant vraiment pour ma santé, mais je n'obtins aucun résultat.
J'ose à peine le dire: j'aimais ce Bouledogue, cette clarinette
jalouse... je l'aimais. Je ne pus me résoudre à aller le visiter en
prison à cause de cette odeur dont je vous ai parlé et qui m'avait
causé une névralgie épouvantable, mais, grâce à l'éloignement, mon mari
m'apparaissait en imagination, paré de tous les charmes de mon propre
esprit. Il devint un prétexte pour mon cœur de poétiser le passé et
de donner une forme réelle aux rêves de l'avenir; mon cerveau eut la
fièvre, si bien que je faillis me trouver mal de joie lorsque j'appris
son élargissement.

Bonheur! il était libre! comme j'allais l'aimer, l'entourer!

Il m'arriva un matin. Qu'il était laid, grand Dieu! exténué, malpropre!
et quelle odeur! Un manteau de glace retomba sur mon cœur.

«Ma Levrette, mon ange, ma femme! s'écria-t-il en se précipitant dans
mes bras.

--Bonjour, mon ami,» lui répondis-je en détournant la tête. Je n'eus
pas le courage d'en dire plus; le rêve s'était envolé.

«J'ai manqué ma vie, me dis-je alors; ce qu'il fallait à ma nature,
c'étaient les enivrements du théâtre, c'était le feu de la rampe, les
rivalités, la lutte... Je suis artiste!»

Il y a longtemps de tout cela, et je ne peux m'empêcher de sourire en
songeant à ma dernière indignation de Levrette incomprise. Depuis,
tout s'est calmé. J'ai réfléchi qu'étant donnés deux êtres rivés à la
même chaîne, à tort ou à raison, le seul moyen pour eux de rendre la
chaîne moins lourde était de s'en partager volontairement le fardeau.
Se tromper de mari, épouser une clarinette de second ordre au lieu d'un
ténor de choix, c'est une faute absurde; mais ce qui est plus absurde
encore, c'est d'en mourir de chagrin.

Je fis toutes ces réflexions et je finis par me dire: «Sois aussi
courageuse que tu es belle, ma mignonne, poétise ton Bouledogue.»

C'est ce que j'ai fait, et je ne m'en suis pas mal trouvée. Il a
renoncé à sa calotte et joue positivement moins faux, sa démarche est
meilleure; de profil et à contre-jour, son visage a acquis un certain
caractère.

«Que tu es belle, petite sans cœur!» me dit-il quelquefois en souriant.
Et je lui réponds sur le même ton:

«Que tu es laid, mon gros jaloux!»

  GUSTAVE DROZ.

[Illustration]



[Illustration]

TOPAZE

PEINTRE DE PORTRAITS


JE suis son héritier, je fus son confident; personne mieux que moi ne
peut conter sa curieuse et instructive histoire.


Né dans une forêt vierge du Brésil, où sa mère le berçait à l'ombre
sur des lianes entrelacées, il fut pris tout jeune par des Indiens
chasseurs, qui le vendirent à Rio-Grande, avec une cargaison de
Perroquets, de Perruches, de Colibris et de peaux de Buffles. Il vint
au Havre en cette compagnie, gambadant sur les haubans et les vergues,
chéri des matelots auxquels il jouait mille méchants tours, mordant
l'un, griffant l'autre, et ne regrettant guère de sa sauvage patrie que
ce bon soleil, si brillant et si chaud, sous lequel un Singe même, la
plus frileuse des créatures après l'Homme, n'a jamais claqué des dents.
Le capitaine du navire, qui savait son Voltaire, l'appela _Topaze_,
comme le bon valet de Rustan, parce qu'il avait une face jaune et
pelée. Bref, en arrivant au port, Topaze avait reçu, outre son nom, une
éducation dans le goût de celle qui fut jadis donnée sur le coche d'eau
à son compatriote Vert-Vert, quand il revint scandaliser les nonnes par
ses propos; celle de Topaze était même un peu plus salée, comme faite
en pleine mer.

Une fois en France, on pourrait aisément faire de lui un autre
Lazarille de Tormes, un autre Gil Blas, si l'on voulait s'amuser à
peindre les caractères ou à conter les histoires de tous les maîtres
qu'il eut successivement jusqu'à l'âge de Singe fait. Mais il suffit de
savoir qu'en son adolescence il était logé à Paris, dans un ravissant
boudoir de la rue Neuve-Saint-Georges, et qu'il faisait la joie, les
délices, la coqueluche d'une charmante personne, laquelle terminait,
en le traitant comme un enfant gâté, l'éducation si bien commencée par
les matelots du Havre. Il menait là une vraie vie de chanoine, bien
plus heureuse qu'une vie de prince. Mais qu'y a-t-il de stable en ce
monde? Un jour, jour néfaste! il s'avisa, dans un accès de maligne
humeur, de mordre au visage un respectable barbon qu'on appelait M. le
comte, et qui protégeait sa gentille maîtresse. La colère du protecteur
fut si grande, qu'il déclara nettement à la dame qu'elle n'avait plus
qu'à opter entre lui et cette méchante Bête, l'un des deux devant
quitter immédiatement la maison. Le pauvre Topaze n'avait à donner ni
cachemires, ni bijoux, ni carrosse. Son arrêt fut prononcé, avec un
gros soupir pourtant; et même, afin d'adoucir cette séparation forcée,
on l'envoya secrètement dans l'atelier d'un jeune peintre, où, depuis
bientôt trois mois, la dame allait poser régulièrement chaque jour pour
un portrait qui ressemblait à la tapisserie de Pénélope.

Voilà pourtant comme se font les vocations! Assis sur un banc de
bois, au lieu d'un moelleux canapé, mangeant des bribes de pain sec
au lieu de macarons, et buvant de l'eau claire au lieu de sirop à
l'orange, Topaze fut ramené au bien par la misère, ce grand professeur
de morale et de vertu, quand elle ne plonge pas plus profondément dans
le vice et la débauche. N'ayant rien de mieux à faire, il réfléchit sur
sa misérable condition, si précaire, si variable, si dépendante; il
rêva la liberté, le travail et la gloire; il sentit enfin qu'il était
venu à ce moment critique et solennel où il faut, comme on dit, faire
choix d'un état. Or, quel état plus beau, plus libre, plus glorieux que
celui d'artiste? Le ciel même l'avait conduit à cette école. Le voilà
donc, comme Pareja, l'esclave de Velasquez, essayant de surprendre dans
le travail de son maître les secrets du grand art de peindre, le voilà
juché tout le jour sur le faîte du chevalet, guettant chaque mélange de
la palette et chaque coup du pinceau; puis, dès que le peintre tournait
les épaules, il prenait à son tour la palette et la brosse, et, d'une
main légère, refaisant l'ouvrage déjà fait, il doublait par une seconde
couche la dose des couleurs. Alors, fier et glorieux, il prenait sa
reculée, s'admirait dans son œuvre, et marmottait tout bas entre ses
dents le mot du Corrége, répété tant de fois par tous ces naissants
génies dont Paris est inondé: _Ed io anche son pittore_.

Un jour que l'orgueil satisfait lui ôtait toute prudence, son maître
le surprit dans cet exercice. Il rentrait lui-même plein de joie et
de fierté, car la direction des beaux-arts venait de lui commander un
tableau du _Déluge_ pour l'église de Boulogne-sur-Mer, où il pleut
toute l'année. Rien ne rend généreux comme le contentement de soi-même.
Au lieu donc de prendre un appui-main et de rosser son Sosie: «Parbleu!
s'écria-t-il comme un autre Velasquez, puisque tu veux être artiste,
je te rends la liberté, et de mon valet je te fais mon élève.» Voilà
Topaze devenu rapin.

Aussitôt il rejeta et roula sur ses épaules tous les crins de sa tête,
comme la chevelure poudrée d'un curé de campagne; il ajusta ses poils
du menton en barbe de bouc; il se coiffa d'un chapeau à larges bords
et à forme pointue; il s'habilla d'une redingote en justaucorps, sur
laquelle retombait en fraise son col de chemise; enfin il se donna
autant que possible l'air d'un portrait de Van Dyck; puis, son carton
sous le bras et sa boîte de couleurs à la main, il se mit à fréquenter
les écoles.

[Illustration: Puis, son carton sous le bras et sa boîte de couleurs à
la main, il se mit à fréquenter les écoles. Voilà Topaze devenu rapin.]

Mais, hélas! comme tant d'apprentis artistes, qui sont pourtant bien
Hommes, Hommes faits et parfaits, Hommes ayant leurs cinq sens du
corps et leurs trois puissances de l'esprit, Topaze avait pris pour
une vocation véritable ou les rêves creux de son ambition, ou son
inaptitude à toute autre chose. Il fut bientôt tristement désabusé.
Quand le tracé du maître lui manqua, et qu'il fallut tracer lui-même
des lignes; quand, au lieu d'appliquer couleur sur couleur, il fallut
couvrir une toile blanche; quand, enfin, d'imitateur il fallut se faire
original, adieu tout le talent de notre Singe. Il eut beau travailler,
s'obstiner, suer, pester, se cogner la tête, s'arracher la barbe, la
muse ne souffla point, comme disent les Espagnols, et Pégase, toujours
rétif, refusa de l'emporter sur cet Hélicon de fortune et de gloire
qu'il avait rêvé. En bon français, il ne fit rien qui vaille, et, d'une
commune voix, maîtres et condisciples lui donnèrent le charitable
conseil de chercher un autre moyen de vivre:

  Soyez plutôt maçon, si c'est votre talent.

Et vraiment c'était dommage; car il s'en fallait bien que Topaze, dans
un étroit égoïsme, n'eût envisagé de sa position que les avantages
personnels. Ses hauts pensers embrassaient un plus vaste horizon; il
ne voulait rien moins qu'accomplir un rôle grand, noble, généreux,
civilisateur, humanitaire. Je lui ai souvent ouï dire qu'à l'exemple
des Juifs du moyen âge, qui allaient étudier la médecine chez les
Arabes et revenaient l'exercer chez les chrétiens, il voulait
transmettre des Hommes aux Animaux la connaissance de l'art, et,
éclairant ses semblables de cette lumière nouvelle, en faire presque
les égaux du roi de la création, qu'ils touchent déjà de si près et par
tant de côtés. Son chagrin fut profond, comme l'avait été son projet,
et, tout meurtri de la chute immense qu'il avait faite du haut de son
orgueil, honteux, morose, mécontent du monde et de lui-même, perdant
le sommeil, l'appétit, la vivacité, le pauvre Topaze tomba dans une
maladie de langueur qui fit craindre pour sa vie. Heureusement qu'aucun
médecin ne fut appelé et qu'on laissa la nature seule aux prises avec
elle-même.

En ce temps-là, un peintre de décorations, un nommé Daguerre, fit ou
compléta la découverte qui doit justement illustrer son nom; découverte
importante, considérable, disent ses confrères, non-seulement pour les
sciences physiques, mais aussi pour l'art, tant qu'elle se contentera
d'en être un utile auxiliaire et n'aura point la prétention de le
remplacer. On en fit, comme chacun sait, des applications diverses, et
peu à peu, après avoir pris l'exacte empreinte des monuments, des vues
perspectives, des objets inanimés, on en vint à tirer le portrait des
vivants.

J'ai connu, parmi les Hommes, un musicien fanatique, auquel la nature
avait refusé la voix et l'oreille, qui chantait faux, qui dansait à
contre-mesure, qui avait enfin pour cette musique, de lui si chérie, ce
qu'on appelle une passion malheureuse. Il prit des maîtres de solfége,
de piano, de flûte, de cor de chasse, d'accordéon, même de grosse
caisse et de triangle; il employa la méthode Wilhem, la méthode Pastou,
la méthode Chevé, la méthode Jacotot. Rien ne fit; il ne put jamais ni
poser un son, ni marquer un rhythme. De quoi s'avisa-t-il alors pour
arranger son goût avec son impuissance? Il acheta un orgue de Barbarie,
et, tournant la manivelle d'un bras infatigable, il s'en donna pour son
argent, de jour, de nuit, et à cœur-joie. Le poignet lui suffit pour
être musicien.

Ce fut un semblable expédient qui rendit la vie à Topaze, avec ses
espérances de haute renommée, de vaste fortune et d'insigne apostolat.
Comme il est reconnu, depuis les jésuites, que la fin justifie les
moyens, Topaze vola, d'une main dextre, la bourse d'un gros financier
qui dormait profondément dans l'atelier de son maître, tandis que
celui-ci, guère mieux éveillé, essayait de le peindre. Muni de ce
trésor, il acheta aussi son orgue de Barbarie, je veux dire un
daguerréotype, et, se faisant bien enseigner la manière de s'en servir,
qui n'était pas au-dessus de son intelligence, il devint tout à coup
d'artiste peintre artiste physicien.

Le talent acquis, et à beaux deniers comptants, comme on vient de
voir, il avait fait la moitié du chemin vers le but grandiose où
tendaient ses désirs. Pour faire l'autre, il prit la route du Havre,
puis passage sur un vaisseau qui traversait l'Atlantique, et, après un
heureux voyage, il alla prendre terre à l'endroit même où, peu d'années
auparavant, il s'était embarqué pour la France. Mais quel changement
dans sa situation! De Singe enfant, il était devenu Singe homme; de
prisonnier de guerre vendu comme esclave, affranchi et libre; enfin, de
brute ignorante, telle que la nature jette au monde tous les êtres, une
espèce d'Homme civilisé.

Le cœur lui battit en touchant le sol de la patrie, si douce à
revoir après une longue absence; et, sans perdre un seul jour, il
s'achemina, sa machine sur le dos, vers les lieux solitaires et
sauvages où l'appelait, avec les souvenirs de ses premiers ans, la
mission civilisatrice qu'il s'était donnée. Il y avait bien aussi dans
son empressement (il m'en a fait l'aveu) certaine envie d'attirer
l'attention, de faire du bruit, d'être regardé comme une Bête curieuse,
de jouir enfin de la facile supériorité que lui donnaient sur les gens
du pays son titre de voyageur, ses connaissances et sa machine; mais il
aimait mieux se donner le change à lui-même, et se croire simplement
piqué de cet irrésistible aiguillon qui pousse les prédestinés, les
hommes providentiels, à jouer leur rôle en ce monde.

Arrivé dans la forêt qui l'avait vu naître, sans rechercher ni ses
parents ni ses amis, auxquels il ne voulait se révéler qu'après
d'éclatants succès, Topaze alla s'installer dans une vaste clairière,
espèce de place publique ménagée par la nature au milieu des futaies et
des fourrés. Là, aidé d'un Sapajou à face noire, qu'il appela _Ébène_
comme l'autre serviteur de Rustan, et dont il fit son valet, son nègre,
imitant jusqu'en cela l'Homme qui trouve dans la différence des peaux
une raison suffisante pour qu'il y ait des maîtres et des esclaves, il
se construisit une élégante cabane de branchages, bien abritée sous
quelques larges feuilles de lotus. Il cloua pour enseigne, au-dessus
de la porte, un écriteau qui portait: _Topaze, peintre à l'instar de
Paris;_ et, sur la porte même, un second écriteau plus petit où se
lisait: _Entrée de l'instar_; puis, quand il eut expédié dans toutes
les directions quelques couples de Pies chargées d'annoncer à la ronde
son arrivée, sa demeure et son état, il ouvrit enfin boutique.

Pour mettre ses services à la portée de tout le monde, dans un pays où
l'on n'a point encore battu monnaie, Topaze était revenu au système
primitif des échanges. Il se faisait payer en denrées. Cent noisettes,
cinquante figues, vingt patates, deux noix de coco, tel était le prix
d'un portrait. Comme les habitants des forêts du Brésil, encore dans
l'âge d'or, ne connaissent ni la propriété, ni l'héritage, ni tous
les droits qui découlent des mots _mien_ et _tien_, que la terre est
en commun et ses fruits au premier occupant, il n'y avait en vérité
qu'à se baisser et à prendre pour payer son image au peintre de
Paris. Néanmoins, ses commencements furent difficiles; il apprit, par
expérience, que nul n'est prophète en son pays, ni surtout parmi les
siens.

Les premières visites qu'il reçut furent celles d'autres Singes, race
curieuse et empressée, mais défiante, envieuse, maligne. A peine
eurent-ils vu fonctionner une fois la machine, qu'au lieu d'en admirer
simplement l'invention et l'effet, ils cherchèrent aussitôt à l'imiter,
à la copier; et au lieu d'honorer, en le récompensant, celui de leurs
frères qui rapportait ce trésor de lointaines régions, ils mirent tous
leurs soins à lui dérober son secret et les bénéfices qu'il devait
justement tirer de son industrie. Voilà tout d'abord Topaze aux prises
avec les contrefacteurs. Heureusement pour lui qu'il ne s'agissait pas
de réimprimer un livre en Belgique; le vol était un peu moins facile
à commettre. Messieurs les Singes eurent beau ruminer, s'ingénier,
travailler de leurs quatre mains, s'associer même, car chez eux comme
ailleurs, je crois, on trouve aisément des complices pour une mauvaise
action, tout ce qu'ils purent faire, ce fut une caisse en bois, une
enveloppe très-semblable à l'autre, en vérité, mais à laquelle il ne
manquait que le mécanisme intérieur: un corps sans âme enfin. A l'abri
de la contrefaçon, Topaze ne le fut pas de l'envie. Au contraire,
l'insuccès des Singes les rendit furieux, et détestant d'autant plus
celui qu'ils n'avaient pu dépouiller, ils n'épargnèrent rien pour le
desservir et le perdre. Tant il est vrai que, si l'on a des ennemis, il
faut les chercher parmi ses semblables et ses proches, parmi les gens
de la même profession, du même pays, presque de la même famille et de
la même maison. _Araña¿ quien te araño?--Otra araña como yo_.

Mais n'importe, le mérite doit se faire jour en dépit des envieux et
des méchants, et surnager à la fin comme l'huile sur l'eau. Il arriva
qu'un personnage important, un Animal de poids, un Ours enfin, passant
par la clairière et voyant cette enseigne, se mit à réfléchir qu'on
n'est pas de toute nécessité un charlatan parce qu'on vient de loin ou
qu'on promet du nouveau, et qu'un esprit sage, modéré, impartial, se
donne la peine d'examiner les choses avant de les juger. D'ailleurs une
autre raison le poussait à faire l'épreuve des talents de l'étranger;
car, à côté des maximes générales et des lieux communs, par lesquels on
explique tout haut chaque action de la vie, il y a toujours un petit
motif personnel dont on ne parle point, et qui est la vraie cause. Nous
sommes tous, Bêtes et gens, un peu doctrinaires. Or, notre Ours était
le descendant direct de ce compagnon d'Ulysse, touché par la baguette
de Circé, qui répondit à son capitaine, le plaignant de se voir ainsi
fait, lui naguère si joli:

  Comme me voilà fait! comme doit être un Ours.
  Qui t'a dit qu'une forme est plus belle qu'une autre?
      Est-ce à la tienne à juger de la nôtre?
  Je m'en rapporte aux yeux d'une Ourse, mes amours.

Il était un peu fat et très-amoureux. C'était pour en faire présent
à sa belle qu'il désirait avoir son portrait. Il entra donc dans
la boutique, paya double, car il faisait grandement les choses, et
s'assit sur la place marquée. Très-peu léger, très-peu remuant, plein
d'ailleurs de son importance et de l'importance de sa tentative, il
lui fut facile de garder l'immobilité nécessaire. Topaze, de son côté,
mit à son ouvrage tous les soins qu'on apporte d'ordinaire à un début,
et le portrait réussit au gré de leurs souhaits. Monseigneur fut ravi.
L'opération, en le rapetissant, lui avait ôté l'épaisse lourdeur de
sa taille, et le gris argenté de la plaque métallique remplaçait avec
avantage la sombre monotonie de son manteau brun. Enfin, il se trouva
mignon, svelte, gracieux. Essoufflé de joie et d'orgueil, il courut
de ce pas, aussi vite que le permettaient la gravité de son caractère
et la pesanteur de ses allures, présenter à son idole cette précieuse
image. L'Oursine en raffola. Par instinct de coquetterie, inné, à ce
qu'il paraît, chez les femelles, elle pendit, comme une parure, le
portrait à son cou; puis, par un autre instinct, non moins naturel, à
ce qu'il paraît encore, celui de communication, elle s'en alla chez
ses parentes, amies, voisines et connaissances, montrer le cadeau du
bien-aimé. Grâce à cet empressement, avant la fin de la journée toute
la gent animale habitant à deux lieues à la ronde connaissait le talent
de Topaze et les merveilleux produits de son industrie. Il était en
vogue.

[Illustration: .... Précieuse image.....]

Dès ce moment, sa cabane fut visitée à toute heure du jour; la place
marquée pour le modèle ne désemplissait point, et le Sapajou noir avait
assez à faire de préparer pour tout venant les plaques iodées. Hors les
Singes, qui gardèrent rancune et se tinrent à l'écart, il n'est pas une
espèce animale de la terre, de l'air et de l'eau, qui ne vînt bravement
s'exposer à la reproduction de son effigie. Je me rappelle que l'un
des plus empressés fut l'Oiseau-Royal, souverain d'une principauté
étrangère toute peuplée de Volatiles. Il arriva entouré d'un brillant
état-major et de ses aides de camp, le général Phénicoptère dit
Flamant ou Bécharu, le colonel Aigrette, le major Toucan, flatteurs et
fâcheux, qui, penchés sur le dos de Topaze, ne cessaient, pour louer
le prince et lui jeter de l'encens au nez, de faire des critiques
saugrenues et d'indiquer d'absurdes corrections. Le portrait s'acheva
en dépit de leurs remontrances, et, tout fier de sa couronne ducale
en forme de huppe panachée, l'Oiseau-Royal était ravi de se mirer et
de s'admirer comme dans une glace. Aussi, bien différent de l'Ours
amoureux, et quoiqu'il fût accompagné d'une charmante Paonne, sa femme
par mariage _morganatique_, ce fut à lui-même qu'il fit présent de
son image, et, comme Narcisse devant la fontaine, il passait le jour à
se contempler. Par ma foi, bienheureux ceux qui s'aiment! ils n'ont à
craindre ni dédain, ni froideur, ni changement; ils n'éprouvent ni les
chagrins de l'absence, ni les tourments de la jalousie. S'il est vrai,
à ce que disent les philosophes humains, que ce qu'on nomme amour ne
soit qu'une déviation de l'amour-propre qui va momentanément se loger
en autrui, et que cesser d'aimer, c'est tout simplement le retour de
l'amour-propre en son logis habituel; encore une fois, bienheureux ceux
qui s'aiment!

[Illustration]

Bien que Topaze, pour revenir à lui, se donnât l'air de retoucher,
au gré des modèles, les portraits sortis de sa machine, ce n'est pas
à dire qu'il réussît toujours à satisfaire pleinement ses pratiques.
Elles n'étaient pas toutes de si bonne composition, et, sans s'aimer
comme l'Oiseau-Royal, au point de prendre leurs difformités pour
autant d'attraits, ce qui est la vraie béatitude de l'égoïsme, elles
s'aimaient assez cependant pour trouver mauvais qu'on leur laissât
des défauts qui les affligeaient, ou qu'on leur ôtât des qualités
dont elles étaient fières. Ainsi, le Kakatoès se trouvait le nez trop
court, l'Autruche la tête trop petite, le Bouc la barbe trop longue, le
Sanglier l'œil trop sanglant, l'Hyène le poil trop hérissé. L'Écureuil
était très-mécontent de se voir immobile, lui si vif, si sémillant,
si alerte, et le Caméléon, si changeant, d'être sans couleur. Quant
à l'âne, il aurait voulu, nouveau Rossignol, que son portrait fît
entendre la gracieuse musique de son chant; et le Hibou, qui avait
fermé les yeux à la lumière du soleil pendant l'opération, se plaignait
amèrement qu'on l'eût peint aveugle.

[Illustration: Le Toucan se trouvait le nez trop gros; L'Autruche, la
tête trop petite, etc., etc.]

Il y avait d'ailleurs, dans le laboratoire de Topaze, comme cela se
voit quelquefois, dit-on, dans les ateliers des peintres, une troupe
de jeunes _Lions_, fils de grandes familles, désœuvrés, moqueurs et
narquois, qui venaient y passer tous leurs loisirs, c'est-à-dire
vingt-quatre heures par jour, sauf le temps des repas et du sommeil.
Ils se piquaient de connaissances en peinture, appelaient par leurs
noms anatomiques tous les muscles du visage, parlaient galbe et
morbidesse, raisonnaient plastique et esthétique; mais, sous prétexte
de voir travailler l'artiste, ils ne s'occupaient en réalité qu'à
plaisanter de ses clients. Le Corbeau montrait-il, à l'entrée de la
cabane, sa noire figure, son œil terne, sa démarche de magistrat
goutteux, aussitôt ils s'écriaient en chœur:

      Hé! bonjour, monsieur du Corbeau,
  Que vous êtes joli, que vous me semblez beau!

rappelant ainsi à la pauvre dupe son aventure du fromage escroqué par
maître Renard. Si c'était au contraire le Renard qui entrât, ou son
compère le Loup, ils se mettaient à marmotter la fameuse sentence du
Singe qui les condamna l'un et l'autre:

    ... Je vous connais de longtemps, mes amis,
        Et tous deux vous payerez l'amende;
  Car toi, Loup, tu te plains quoiqu'on ne t'ait rien pris,
  Et toi, Renard, as pris ce que l'on te demande.

Un jour, le bonhomme Canard, laissant les joncs et le marécage, s'en
vint, cahin-caha, jusqu'à l'atelier de Topaze, désireux de voir aussi
sa figure mieux que dans l'eau trouble de son étang. Dès qu'il parut,
un des Lions s'approcha plein d'empressement, et, ôtant sa toque
avec politesse: «Ah! monsieur, lui dit-il, vous qui allez de côté et
d'autre, seriez-vous assez bon pour nous apprendre des nouvelles?»

Bref, personne n'échappait à leurs sarcasmes. Bien des gens se
piquaient, et plusieurs auraient voulu se fâcher; mais messieurs les
Lionceaux, habitués dès l'enfance à manier les armes des duellistes,
se faisaient un jeu d'une querelle. Avec eux, le plus prudent était de
se taire ou de bien prendre la plaisanterie. Topaze aussi souffrait
de leur présence, qui le dérangeait dans son travail et pouvait nuire
à ses intérêts en éloignant des pratiques. Mais comment se mettre mal
avec tous ces fils de familles, puissants dans le canton, et généreux
d'ailleurs dans leurs bons moments? Comme ses modèles, le peintre
devait prendre ces importuns en patience, et, tout en les maudissant,
leur faire bon visage. C'est une des charges du métier.

Malgré ces petites contrariétés et ces petits ennuis (qui peut en
être exempt dans ce monde de Dieu?), le commerce allait bien. Topaze
emplissait son grenier, et sa renommée grossissait comme ses épargnes.
Il entrevoyait déjà l'instant si désiré où, riche et célèbre, il allait
enfin se consacrer à la haute mission d'instruire et de moraliser ses
semblables.

Le nom du prochain législateur, et le bruit des merveilles qu'il
opérait, s'étaient répandus, de proche en proche, jusqu'à de grandes
distances. Un Éléphant, souverain de je ne sais quel vaste territoire
situé entre les grands fleuves de l'Amérique du Sud, mais qui n'est
indiqué sur aucune mappemonde, parce que l'espèce humaine n'y a point
encore pénétré, entendit parler du peintre de Paris. Il fut curieux
d'employer ses talents, et, comme un autre François Ier appelant à sa
cour un autre Léonard de Vinci, il envoya une députation à Topaze avec
des offres si brillantes, qu'il n'y avait pas même lieu à délibérer.
C'est ainsi que procèdent, dans leurs caprices, les rois absolus. On
lui promettait, outre une somme considérable en valeurs du pays, le
titre de cacique et le grand cordon de la Dent d'Ivoire. Topaze se
mit en route, au milieu d'une escorte d'honneur, monté sur un beau
Cheval et suivi d'un Mulet qui portait, outre son fidèle Sapajou noir,
sa précieuse machine. On arriva sans encombre à la cour de sultan
Poussah (c'était son nom), à qui Topaze fut aussitôt présenté par
l'introducteur ordinaire des ambassadeurs. Il se jeta la face contre
terre devant le monarque, et celui-ci, le relevant avec bonté du bout
de sa trompe, lui donna à baiser l'un de ses pieds énormes, celui même
qui plus tard... Mais n'anticipons point sur les événements.

Sa Majesté très-massive éprouvait une telle démangeaison de curiosité,
que, sans prendre ni repos ni repas, Topaze dut aussitôt déballer
sa caisse et se mettre à l'ouvrage. Il prépara ses instruments, fit
chauffer ses drogues, et choisit la plus belle plaque de toute sa
provision pour y empreindre la royale image. Il fallait que le modèle
tînt tout entier sur cet étroit encadrement, car sultan Poussah se
voulait voir représenté dans son majestueux ensemble et de la tête aux
pieds. Topaze se réjouit fort de ce caprice. Il se rappelait l'aventure
de l'Ours amoureux, première cause de sa vogue et de ses succès. «Bon!
disait-il, puisque c'est une miniature que demande Sa Majesté, elle
sera satisfaite de moi, car elle sera satisfaite d'elle-même.» Il plaça
donc l'Éléphant fort loin de la lunette de sa chambre obscure, pour
le rapetisser autant que possible, puis il procéda à l'opération avec
le soin le plus minutieux et l'attention la plus profonde. Tout le
monde attendait le résultat en silence et dans l'anxiété, comme s'il
se fût agi de fondre une statue. Il faisait un ardent soleil. Au bout
de deux minutes, l'opérateur enlève lestement la plaque argentée, et,
triomphant, quoique agenouillé, la présente aux yeux du monarque.

A peine celui-ci eut-il jeté un regard oblique sur son image, qu'il
partit d'un immense éclat de rire, et, sans trop savoir pourquoi,
les courtisans rirent aussi à gorge déployée. C'était une scène de
l'Olympe. «Qu'est ceci? s'écria l'Éléphant quand il eut recouvré
la parole; c'est le portrait d'un Rat, et l'on veut que je m'y
reconnaisse! Vous plaisantez, mon ami.» Les rires continuaient de plus
belle. «Eh quoi! ajouta le monarque après un instant de silence et
prenant une expression de plus en plus sévère, c'est parce qu'il n'y
a nul Animal plus grand, plus gros et plus fort que moi dans cette
contrée, que j'en suis le roi et seigneur, et j'irais me montrer à
mes sujets, pour qu'ils perdent le respect qui m'est dû, sous les
apparences d'une chétive et imperceptible créature, d'un avorton,
d'un Insecte? Non, la raison d'État ne me permet point de faire
cette sottise.» En disant cela, il lança dédaigneusement la plaque à
l'artiste atterré, qui courba la tête jusque dans la poussière, moins
encore par humilité que pour éviter un choc qui lui eût été funeste.

[Illustration: Il prépara ses instruments, fit chauffer ses drogues, et
choisit la plus belle plaque de sa composition...]

«J'aurais dû me douter de l'équipée, reprit l'Éléphant qui passait
peu à peu du rire à la fureur. Tous ces colporteurs de secrets et
d'inventions, tous ces novateurs qui nous prêchent les merveilles
du monde civilisé, sont autant d'émissaires de l'Homme, venus pour
corrompre, à son profit, les Animaux, par le mépris des vertus
antiques, par l'oubli des devoirs envers l'autorité naturelle et
constituée. Il faut en préserver l'État, et couper le mal dans sa
racine.--Bravo! s'écria la galerie; bien dit, bien fait, et vive le
sultan!» Enjambant par-dessus le corps du peintre encore prosterné,
l'Éléphant, en trois pas, s'approcha de l'innocente machine, grosse à
ses yeux de révolutions; et, plein d'un courroux non moins légitime
que celui de Don Quichotte frappant d'estoc et de taille sur les
marionnettes de maître Pierre, il leva son formidable pied, le posa sur
la fragile enveloppe, et, d'un seul effort, broya la caisse avec tout
ce qu'elle contenait. _Adieu Veau, Vache, Cochon, Couvée!_

Ce fut comme le pot au lait de Perrette. Adieu fortune, honneurs,
influence, civilisation! Adieu l'art, adieu l'artiste! Aux horribles
craquements qui annonçaient sa ruine et lui broyaient le cœur, Topaze
se releva soudain, et, prenant sa course en désespéré, il alla se
jeter, la tête la première, dans la rivière des Amazones.


Celui qui fut son confident et qui resta son héritier, c'est moi,
pauvre Ébène, pauvre Sapajou noir, qui, venu chez les Hommes d'Europe,
où j'ai appris une de leurs langues, me suis fait, pour leur
instruction, l'historien de mon maître.

  _Traduit de l'espagnol par_ LOUIS VIARDOT.

[Illustration]



VOYAGE

D'UN

LION D'AFRIQUE

A PARIS

ET CE QUI S'ENSUIVIT


I

Où l'on verra par quelles raisons de haute politique le prince Léo
dut faire un voyage en France.

AU bas de l'Atlas, du côté du désert, règne un vieux Lion nourri de
ruse. Dans sa jeunesse, il a voyagé jusque dans les montagnes de la
Lune; il a su vivre en Barbarie, en Tombouctou, en Hottentotie, au
milieu des républiques d'Éléphants, de Tigres, de Boschimans et de
Troglodytes, en les mettant à contribution et ne leur déplaisant
point trop; car ce ne fut guère que sur ses vieux jours, ayant les
dents lourdes, qu'il fit crier les Moutons en les croquant. De cette
complaisance universelle lui vint son surnom de Cosmopolite, ou l'ami
de tout le monde. Une fois sur le trône, il a voulu justifier la
jurisprudence des Lions par cet admirable axiome: _Prendre, c'est
apprendre_. Et il passe pour un des monarques les plus instruits.
Ce qui n'empêche pas qu'il déteste les lettres et les lettrés. «Ils
embrouillent encore ce qui est embrouillé,» dit-il.

Il eut beau faire, le peuple voulut devenir savant. Les griffes
parurent menaçantes sur tous les points du désert. Non-seulement les
sujets du Cosmopolite faisaient mine de le contrarier, mais encore
sa famille commençait à murmurer. Les jeunes Altesses Griffées lui
reprochaient de s'enfermer avec un grand Griffon, son favori, pour
compter ses trésors, sans admettre personne à les voir.

Ce Lion parlait beaucoup, mais il agissait peu. Les crinières
fermentaient. De temps en temps, des Singes perchés sur des arbres
éclaircissaient des questions dangereuses. Des Tigres et des Léopards
demandaient un partage égal du butin. Enfin, comme dans la plupart des
Sociétés, la question de la viande et des os divisait les masses.

Déjà plusieurs fois le vieux Lion avait été forcé de déployer tous
ses moyens pour comprimer le mécontentement populaire en s'appuyant
sur la classe intermédiaire des Chiens et des Loups-Cerviers, qui lui
vendirent un peu cher leur concours. Trop vieux pour se battre, le
Cosmopolite voulait finir ses jours tranquillement, et, comme on dit,
en bon Toscan de Léonie, mourir dans sa tanière. Aussi les craquements
de son trône le rendaient-ils songeur. Quand Leurs Altesses les
Lionceaux le contrariaient un peu trop, il supprimait les distributions
de vivres, et les domptait par la famine; car il avait appris, dans
ses voyages, combien on s'adoucit en ne prenant rien. Hélas! il avait
retourné cette grave question sur toutes ses dents. En voyant la Léonie
dans un état d'agitation qui pouvait avoir des suites fâcheuses, le
Cosmopolite eut une idée excessivement avancée pour un Animal, mais
qui ne surprit point les cabinets à qui les tours de passe-passe par
lesquels il se recommanda pendant sa jeunesse étaient suffisamment
connus.

Un soir, entouré de sa famille, il bâilla plusieurs fois, et dit
ces sages paroles: «Je suis véritablement bien fatigué de toujours
rouler cette pierre qu'on appelle le pouvoir royal. J'y ai blanchi
ma crinière, usé ma parole et dépensé ma fortune, sans y avoir gagné
grand'chose. Je dois donner des os à tous ceux qui se disent les
soutiens de mon pouvoir! Encore si je réussissais! Mais tout le monde
se plaint. Moi seul, je ne me plaignais pas, et voilà que cette maladie
me gagne! Peut-être ferais-je mieux de laisser aller les choses et de
vous abandonner le sceptre, mes enfants! Vous êtes jeunes, vous aurez
les sympathies de la jeunesse, et vous pourrez vous débarrasser de
tous les Lions mécontents en les éconduisant à la victoire.»

Sa Majesté Lionne eut alors un retour de jeunesse et chanta la
_Marseillaise_ des Lions:

  Aiguisez vos griffes, hérissez vos crinières!

«Mon père, dit le jeune prince, si vous êtes disposé à céder au vœu
national, je vous avouerai que les Lions de toutes les parties de
l'Afrique, indignés du _far niente_ de Votre Majesté, étaient sur le
point d'exciter des orages capables de faire sombrer le vaisseau de
l'État.

«--Ah! mon drôle, pensa le vieux Lion, tu es attaqué de la maladie
des princes royaux, et ne demanderais pas mieux que de voir mon
abdication!... Bon, nous allons te rendre sage! Prince, reprit à
haute voix le Cosmopolite, on ne règne plus par la gloire, mais
par l'adresse, et, pour vous en convaincre, je veux vous mettre à
l'ouvrage.»

Dès que cette nouvelle circula dans toute l'Afrique, elle y produisit
un tapage inouï. Jamais, dans le désert, aucun Lion n'avait abdiqué.
Quelques-uns avaient été dépossédés par des usurpateurs, mais personne
ne s'était avisé de quitter le trône. Aussi la cérémonie pouvait-elle
être facilement entachée de nullité, faute de précédents.

Le matin, à l'aurore, le Grand-Chien, commandant les hallebardiers,
dans son grand costume et armé de toutes pièces, rangea la garde en
bataille. Le vieux roi se mit sur son trône. Au-dessus, on voyait
ses armes représentant une chimère au grand trot, poursuivie par un
poignard. Là, devant tous les Oisons qui composaient la cour, le
grand Griffon apporta le sceptre et la couronne. Le Cosmopolite dit
à voix basse ces remarquables paroles à ses lionceaux, qui reçurent
sa bénédiction, seule chose qu'il voulut leur donner, car il garda
judicieusement ses trésors.

«Enfants, je vous prête ma couronne pour quelques jours, essayez de
plaire au peuple et vous m'en direz des nouvelles.»

Puis, à haute voix et se tournant vers la cour, il cria:

«Obéissez à mon fils, il a mes instructions!»

[Illustration: Les jeunes Lionceaux reçurent sa bénédiction.]

Dès que le jeune Lion eut le gouvernement des affaires, il fut assailli
par la jeunesse Lionne dont les prétentions excessives, les doctrines,
l'ardeur, en harmonie d'ailleurs avec les idées des deux jeunes gens,
firent renvoyer les anciens conseillers de la couronne. Chacun voulut
leur vendre son concours. Le nombre des places ne se trouva point en
rapport avec le nombre des ambitions légitimes; il y eut des mécontents
qui réveillèrent les masses intelligentes. Il s'éleva des tumultes, les
jeunes tyrans eurent la patte forcée et furent obligés de recourir à
la vieille expérience du Cosmopolite, qui, vous le devinez, fomentait
ces agitations. Aussi, en quelques heures, le tumulte fut-il apaisé.
L'ordre régna dans la capitale. Un baise-griffe s'ensuivit, et la cour
fit un grand carnaval pour célébrer le retour au _statu quo_ qui parut
être _le vœu du peuple_. Le jeune prince, trompé par cette scène de
haute comédie, rendit le trône à son père, qui lui rendit son affection.

Pour se débarrasser de son fils, le vieux Lion lui donna une mission.
Si les Hommes ont la question d'Orient, les Lions ont la question
d'Europe, où depuis quelque temps des Hommes usurpaient leur nom,
leurs crinières et leurs habitudes de conquête. Les susceptibilités
nationales des Lions s'étaient effarouchées. Et, pour préoccuper les
esprits, les empêcher de retroubler sa tranquillité, le Cosmopolite
jugea nécessaire de provoquer des explications internationales de
tanière à _Camarilla_. Son Altesse Lionne, accompagnée d'un de ses
Tigres ordinaires, partit pour Paris sans aucun attaché.

Nous donnons ici les dépêches diplomatiques du jeune prince et celles
de son Tigre ordinaire.


II

Comment le prince Léo fut traité à son arrivée dans la capitale du
monde civilisé.

PREMIÈRE DÉPÊCHE.

  «Sire,

«Dès que votre auguste fils eut dépassé l'Atlas, il fut reçu à coups de
fusil par les postes français. Nous avons compris que les soldats lui
rendaient ainsi les honneurs dus à son rang. Le gouvernement français
s'est empressé de venir à sa rencontre; on lui a offert une voiture
élégante, ornée de barreaux en fer creux qu'on lui fit admirer comme un
des progrès de l'industrie moderne. Nous fûmes nourris des viandes les
plus recherchées, et nous n'avons eu qu'à nous louer des procédés de
la France. Le prince fut embarqué, par égard pour la race animale, sur
un vaisseau appelé _le Castor_. Conduits par les soins du gouvernement
français jusqu'à Paris, nous y sommes logés aux frais de l'État dans un
délicieux séjour appelé le Jardin du Roi, où le peuple vient nous voir
avec un tel empressement, qu'on nous a donné les plus illustres savants
pour gardiens, et que, pour nous préserver de toute indiscrétion, ces
messieurs ont été forcés de mettre des barres de fer entre nous et la
foule. Nous sommes arrivés dans d'heureuses circonstances, il se trouve
là des ambassadeurs venus de tous les points du globe.

«J'ai lorgné, dans un hôtel voisin, un Ours blanc venu d'outre-mer pour
des réclamations de son gouvernement. Ce prince Oursakoff m'a dit alors
que nous étions les dupes de la France. Les Lions de Paris, inquiets
de notre ambassade, nous avaient fait enfermer. Sire, nous étions
prisonniers.

«--Où pourrons-nous trouver les Lions de Paris?» lui ai-je demandé.

«Votre Majesté remarquera la finesse de ma conduite. En effet, la
diplomatie de la Nation Lionne ne doit pas s'abaisser jusqu'à la
fourberie, et la franchise est plus habile que la dissimulation. Cet
Ours, assez simple, devina sur-le-champ ma pensée, et me répondit sans
détours que les Lions de Paris vivaient en des régions tropicales
où l'asphalte formait le sol et où les vernis du Japon croissaient,
arrosés par l'argent d'une fée appelée conseil général de la Seine.
«--Allez toujours devant vous, et quand vous trouverez sous vos pattes
des marbres blancs sur lesquels se lit ce mot: SEYSSEL! un terrible mot
qui a bu de l'or, dévoré des fortunes, ruiné des Lions, fait renvoyer
bien des Tigres, voyager des Loups-Cerviers, pleurer des Rats, rendre
gorge à des Sangsues, vendre des Chevaux et des Escargots!... quand ce
mot flamboiera, vous serez arrivé dans le quartier Saint-Georges où se
retirent ces Animaux?

«--Vous devez être satisfait, dis-je avec la politesse qui doit
distinguer les ambassadeurs, de ne point trouver votre maison qui règne
dans le Nord, les Oursakoff, ainsi travestis?

«--Pardonnez-moi, reprit-il. Les Oursakoff ne sont pas plus épargnés
que vous par les railleries parisiennes. J'ai pu voir, dans une
imprimerie, ce qui s'appelle un Ours imitant notre majestueux mouvement
de va-et-vient, si convenable à des gens réfléchis comme nous le sommes
vers le Nord, et le prostituant à mettre du noir sur du blanc. Ces Ours
sont assistés de Singes qui grappillent des lettres, et ils font ce
qu'ici les savants nomment des livres, un produit bizarre de l'Homme
que j'entends aussi nommer des _bouquins_, sans avoir pu deviner le
rapport qui peut exister entre le fils d'un Bouc et un livre, si ce
n'est l'odeur.

«--Quel avantage les Hommes trouvent-ils, cher prince Oursakoff, à
prendre nos noms sans pouvoir prendre nos qualités?

«--Il est plus facile d'avoir de l'esprit en se disant une Bête qu'en
se donnant pour un Homme de talent! D'ailleurs, les Hommes ont toujours
si bien senti notre supériorité que, de tout temps, ils se sont servis
de nous pour s'anoblir. Regardez les vieux blasons: partout des
Animaux!»

«Voulant, Sire, connaître l'opinion des cours du Nord dans cette grande
question, je lui dis: «En avez-vous écrit à votre gouvernement?»

«--Le cabinet Ours est plus fier que celui des Lions, il ne reconnaît
pas l'Homme.

«--Prétendriez-vous, vieux glaçon à deux pattes, et poudré de neige,
que le Lion, mon maître, n'est pas le roi des Animaux?»

«L'Ours blanc prit, sans vouloir répondre, une attitude si dédaigneuse,
que d'un bond je brisai les barreaux de mon appartement. Son Altesse,
attentive à la querelle, en avait fait autant, et j'allais venger
l'honneur de votre couronne, lorsque votre auguste fils me dit
très-judicieusement qu'au moment d'avoir des explications à Paris il ne
fallait pas se brouiller avec les puissances du Nord.

«Cette scène avait eu lieu pendant la nuit, il nous fut donc
très-facile d'arriver en quelques bonds sur les boulevards, où, vers le
petit jour, nous fûmes accueillis par des: «Oh! c'te tête!--Sont-ils
bien déguisés!--Ne dirait-on pas de véritables Animaux!»


III

Le prince Léo est à Paris pendant le carnaval.--Jugement que porte
Son Altesse sur ce qu'elle voit.

DEUXIÈME DÉPÊCHE.

«Votre fils, avec sa perspicacité ordinaire, devina que nous étions en
plein carnaval, et que nous pouvions aller et venir sans aucun danger.
Je vous parlerai plus tard du carnaval. Nous étions excessivement
embarrassés pour nous exprimer; nous ignorions les usages et la langue
du pays. Voici comment notre embarras cessa.»

  (Interrompue par le froid de l'atmosphère.)

PREMIÈRE LETTRE DU PRINCE LÉO AU ROI, SON PÈRE.

  «Mon cher et auguste père,

«Vous m'avez donné si peu de valeurs, qu'il m'est bien difficile de
tenir mon rang à Paris. A peine ai-je pu mettre les pattes sur les
boulevards, que je me suis aperçu combien cette capitale diffère du
désert. Tout se vend et tout s'achète. Boire est une dépense, être à
jeun coûte cher, manger est hors de prix. Nous nous sommes transportés,
mon Tigre et moi, conduits par un Chien plein d'intelligence, tout
le long des boulevards, où personne ne nous a remarqués tant nous
ressemblions à des Hommes, en cherchant ceux d'entre eux qui se disent
des Lions. Ce Chien, qui connaissait beaucoup Paris, consentit à nous
servir de guide et d'interprète. Nous avons donc un interprète, et nous
passons, comme nos adversaires, pour des Hommes déguisés en Animaux. Si
vous aviez su, Sire, ce qu'est Paris, vous ne m'eussiez pas mystifié
par la mission que vous m'avez donnée. J'ai bien peur d'être obligé
quelquefois de compromettre ma dignité pour arriver à vous satisfaire.
En arrivant au boulevard des Italiens, je crus nécessaire de me mettre
à la mode en fumant un cigare, et j'éternuai si fort, que je produisis
une certaine sensation. Un feuilletoniste, qui passait, dit alors en
voyant ma tête: «Ces jeunes gens finiront par ressembler à des Lions.»

«--La question va se dénouer, dis-je à mon Tigre.

«--Je crois, nous dit alors le Chien, qu'il en est comme de
l'immortelle question d'Orient, et que le mieux est de la laisser
longtemps nouée.»

«Ce Chien, Sire, nous donne à tout moment les preuves d'une haute
intelligence; aussi vous ne vous étonnerez pas en apprenant qu'il
appartient à une administration célèbre, située rue de Jérusalem, qui
se plaît à entourer de soins et d'égards les étrangers qui visitent la
France.

«Il nous amena, comme je viens de vous le dire, sur le boulevard des
Italiens; là, comme sur tous les boulevards de cette grande ville,
la part laissée à la nature est bien petite. Il y a des arbres, sans
doute, mais quels arbres! Au lieu d'air pur, de la fumée; au lieu de
rosée, de la poussière: aussi les feuilles sont-elles larges comme mes
ongles.

«Du reste, de grandeur, il n'y en a point à Paris: tout y est mesquin;
la cuisine y est pauvre. Je suis entré pour déjeuner dans un café où
nous avons demandé un cheval; mais le garçon a paru tellement surpris,
que nous avons profité de son étonnement pour l'emporter, et nous
l'avons mangé dans un coin. Notre Chien nous a conseillé de ne pas
recommencer, en nous prévenant qu'une pareille licence pourrait nous
mener en police correctionnelle. Cela dit, il accepta un os dont il se
régala bel et bien.

[Illustration]

«Notre guide aime assez à parler politique, et la conversation du
drôle n'est pas sans fruit pour moi; il m'a appris bien des choses. Je
puis déjà vous dire que quand je serai de retour en Léonie je ne me
laisserai plus prendre à aucune émeute; je sais maintenant une manière
de gouverner qui est la plus commode du monde.

[Illustration: Un café.]

«A Paris, le roi règne et ne gouverne pas. Si vous ne comprenez pas
ce système, je vais vous l'expliquer: On rassemble par trois à quatre
cents groupes tous ceux des honnêtes gens du pays qui payent 200 francs
d'impôts en leur disant de se représenter par un d'eux. On obtient
quatre cent cinquante-neuf Hommes chargés de faire la loi. Ces hommes
sont vraiment plaisants: ils croient que cette opération communique
le talent, ils imaginent qu'en nommant un Homme d'un certain nom,
il aura la capacité, la connaissance des affaires; qu'enfin le mot
_honnête Homme_ est synonyme de législateur, et qu'un Mouton devient
un Lion en lui disant: _Sois-le_. Aussi qu'arrive-t-il? Ces quatre
cent cinquante-neuf élus vont s'asseoir sur des bancs au bout d'un
pont, et le roi vient leur demander de l'argent ou quelques ustensiles
nécessaires à son pouvoir, comme des canons et des vaisseaux. Chacun
parle alors à son tour de différentes choses, sans que personne fasse
la moindre attention à ce qu'a dit le précédent orateur. Un Homme
discute sur l'Orient après quelqu'un qui a parlé sur la pêche de la
Morue. La mélasse est une réplique suffisante qui ferme la bouche à qui
réclame pour la littérature. Après un millier de discours semblables,
le roi a tout obtenu. Seulement, pour faire croire aux quatre cents
élus qu'ils ont leur parfaite indépendance, il a soin de se faire
refuser de temps en temps des choses exorbitantes demandées à dessein.

«J'ai trouvé, cher et auguste père, votre portrait dans la résidence
royale. Vous y êtes représenté dans votre lutte avec le Serpent
révolutionnaire, par un sculpteur appelé Barye. Vous êtes infiniment
plus beau que tous les portraits d'Hommes qui vous entourent, et
dont quelques-uns portent des serviettes sur leurs bras gauches
comme des domestiques, et d'autres ont des marmites sur la tête. Ce
contraste démontre évidemment notre supériorité sur l'Homme. Sa grande
imagination consiste d'ailleurs à mettre les fleurs en prison et à
entasser des pierres les unes sur les autres.

«Après avoir pris ainsi langue dans ce pays où la vie est presque
impossible et où l'on ne peut poser ses pattes que sur les pieds du
voisin, je me rendis à un certain endroit où mon Chien me promit de
me faire voir les bêtes curieuses auxquelles Votre Majesté nous a
ordonné de demander des explications sur la prise illégale de nos noms,
qualités, griffes, etc.

«--Vous y verrez bien certainement des Lions, des Loups-Cerviers, des
Panthères, des Rats de Paris.

«--Mon ami, de quoi peut vivre un Loup-Cervier dans un pareil pays?

«--Le Loup-Cervier, sous le respect de Votre Altesse, me répondit
le Chien, est habitué à tout prendre; il s'élance dans les fonds
américains, il se hasarde aux plus mauvaises actions, et se fourre dans
les passages. Sa ruse consiste à avoir toujours la gueule ouverte, et
le Pigeon, sa nourriture principale, y vient de lui-même.

«--Et comment?

«--Il paraît qu'il a eu l'esprit d'écrire sur sa langue un mot
talismanique avec lequel il attire le Pigeon.

«--Quel est ce mot?

«--Le mot _bénéfice_. Il y a plusieurs mots. Quand _bénéfice_ est usé,
il écrit _dividende_. Après dividende, _réserve_ ou _intérêts_... les
Pigeons s'y prennent toujours.

«--Et pourquoi?

«--Ah! vous êtes dans un pays où les gens ont si mauvaise opinion les
uns des autres, que le plus niais est sûr d'en trouver un autre qui le
soit encore plus, et à qui il fera prendre un chiffon de papier pour
une mine d'or... Le gouvernement a commencé le premier en ordonnant de
croire que des feuilles volantes valaient des domaines. Cela s'appelle
fonder le _crédit public_, et quand il y a plus de _crédit_ que de
_public_, tout est fondu.»

«Sire, le crédit n'existe pas encore en Afrique, nous pouvons y occuper
les perturbateurs en construisant une Bourse. Mon détaché (car je ne
saurais appeler mon Chien un attaché) m'a conduit, tout en m'expliquant
les sottises de l'Homme, vers un café célèbre où je vis en effet
les Lions, les Loups-Cerviers, Panthères et autres faux Animaux que
nous cherchions. Ainsi la question s'éclaircissait de plus en plus.
Figurez-vous, cher et auguste père, qu'un Lion de Paris est un jeune
Homme qui se met aux pieds des bottes vernies d'une valeur de trente
francs, sur la tête un chapeau à poil ras de vingt francs, qui porte
un habit de cent vingt francs, un gilet de quarante au plus et un
pantalon de soixante francs. Ajoutez à ces guenilles une frisure de
cinquante centimes, des gants de trois francs, une cravate de vingt
francs, une canne de cent francs et des breloques valant au plus deux
cents francs; sans y comprendre une montre qui se paye rarement, vous
obtenez un total de cinq cent quatre-vingt-trois francs cinquante
centimes dont l'emploi ainsi distribué sur la personne rend un Homme
si fier, qu'il usurpe aussitôt notre royal nom. Donc, avec cinq cent
quatre-vingt-trois francs cinquante centimes, on peut se dire supérieur
à tous les gens à talent de Paris et obtenir l'admiration universelle.
Avez-vous ces cinq cent quatre-vingt-trois francs, vous êtes beau, vous
êtes brillant, vous méprisez les passants dont la défroque vaut deux
cents francs de moins. Soyez un grand poëte, un grand orateur, un Homme
de cœur ou de courage, un illustre artiste, si vous manquez à vous
harnacher de ces vétilles, on ne vous regarde point. Un peu de vernis
mis sur des bottes, une cravate de telle valeur, nouée de telle façon,
des gants et des manchettes, voilà donc les caractères distinctifs de
ces Lions frisés qui soulevaient nos populations guerrières. Hélas!
Sire, j'ai bien peur qu'il n'en soit ainsi de toutes les questions,
et qu'en les regardant de trop près elles ne s'évanouissent, ou
qu'on n'y reconnaisse sous le vernis et sous les bretelles un vieil
intérêt, toujours jeune, que vous avez immortalisé par votre manière de
conjuguer le verbe _Prendre!_

[Illustration: Un Lion de Paris.]

«--Monseigneur, me dit mon détaché qui jouissait de mon étonnement
à l'aspect de cette friperie, tout le monde ne sait pas porter ces
habits; il y a une manière, et dans ce pays-ci tout est une question de
manière.

«--Eh bien, lui dis-je, si un Homme avait les manières sans avoir les
habits?

«--Ce serait un Lion inédit, me répondit le Chien sans se déferrer.
Puis, Monseigneur, le Lion de Paris se distingue moins par lui-même que
par son Rat, et aucun Lion ne va sans son Rat. Pardon, Altesse, si je
rapproche deux noms aussi peu faits pour se toucher, mais je parle la
langue du pays.

«--Quel est ce nouvel Animal?

«--Un Rat, mon Prince: c'est six aunes de mousseline qui dansent, et
il n'y a rien de plus dangereux, parce que ces six aunes de mousseline
parlent, mangent, se promènent, ont des caprices, et tant, qu'elles
finissent par ronger la fortune des Lions, quelque chose comme trente
mille écus de dettes qui ne se retrouvent plus!»

TROISIÈME DÉPÊCHE.

«Expliquer à Votre Majesté la différence qui existe entre un Rat et
une Lionne, ce serait vouloir lui expliquer des nuances infinies,
des distinctions subtiles auxquelles se trompent les Lions de Paris
eux-mêmes, qui ont des lorgnons! Comment vous évaluer la distance
incommensurable qui sépare un châle français, vert américain, d'un
châle des Indes vert-pomme? une vraie guipure d'une fausse, une
démarche hasardeuse d'un maintien convenable? Au lieu des meubles en
ébène enrichis de sculptures par Janest qui distinguent l'antre de
la Lionne, le Rat n'a que des meubles en vulgaire acajou. Le Rat,
Sire, loue un remise, la Lionne a sa voiture; le Rat danse, et la
Lionne monte à cheval au bois de Boulogne; le Rat a des appointements
fictifs, et la Lionne possède des rentes sur le grand-livre; le Rat
ronge des fortunes sans en rien garder, la Lionne s'en fait une; la
Lionne a sa tanière vêtue de velours, tandis que le Rat s'élève à
peine à la fausse perse peinte. N'est-ce pas autant d'énigmes pour
Votre Majesté, qui de littérature légère ne se soucie guère et qui
veut seulement fortifier son pouvoir? Ce détaché, comme l'appelle
Monseigneur, nous a parfaitement expliqué comment ce pays était dans
une époque de transition, c'est-à-dire qu'on ne peut prophétiser que
le présent, tant les choses y vont vite. L'instabilité des choses
publiques entraîne l'instabilité des positions particulières. Évidemment
ce peuple se prépare à devenir une horde. Il éprouve un si grand besoin
de locomotion, que, depuis dix ans surtout, en voyant tout aller à
rien, il s'est mis en marche aussi: tout est danse et galop! Les drames
doivent rouler si rapidement, qu'on n'y peut plus rien comprendre; on
n'y veut que de l'action. Par ce mouvement général, les fortunes ont
défilé comme tout le reste, et, personne ne se trouvant plus assez
riche, on s'est cotisé pour subvenir aux amusements. Tout se fait par
cotisation: on se réunit pour jouer, pour parler, pour ne rien dire,
pour fumer, pour manger, pour chanter, pour faire de la musique, pour
danser; de là le club et le bal Musard. Sans ce Chien, nous n'eussions
rien compris à tout ce qui frappait nos regards.

[Illustration: Une Lionne.]

«Il nous dit alors que les farces, les chœurs insensés, les railleries
et les images grotesques avaient leur temple, leur pandémonium. «--Si
Son Altesse veut voir le galop chez Musard, elle rapportera dans sa
patrie une idée de la politique de ce pays et de son gâchis.»

[Illustration]

«Le Prince a manifesté si vivement son désir d'aller au bal, que,
bien qu'il fût extrêmement difficile de le contenter, ses conseillers
ne purent qu'obéir, tout en sachant combien ils s'éloignaient de
leurs instructions particulières; mais n'est-il pas utile aussi que
l'instruction vienne à ce jeune héritier du trône? Quand nous nous
présentâmes pour entrer dans la salle, le lâche fonctionnaire qui était
à la porte fut si effrayé du salut que lui fit monsieur votre fils, que
nous pûmes passer sans payer.»

[Illustration]

DERNIÈRE LETTRE DU JEUNE PRINCE A SON PÈRE.

«Ah! mon père, Musard est Musard, et le cornet à piston est sa musique.
Vivent les débardeurs! Vous comprendriez cet enthousiasme, si, comme
moi, vous aviez vu le galop! Un poëte a dit que les morts vont vite,
mais les bons vivants vont encore mieux! Le carnaval, Sire, est la
seule supériorité que l'Homme ait sur les Animaux; on ne peut lui
contester cette invention! C'est alors que l'on acquiert une certitude
sur les rapports qui relient l'Humanité à l'Animalité, car il éclate
alors tant de passions animales chez l'Homme, qu'on ne saurait douter
de nos affinités. Dans cet immense tohu-bohu où les gens les plus
distingués de cette grande capitale se métamorphosent en guenilles
pour défiler en images hideuses ou grotesques, j'ai vu de près ce
qu'on appelle une Lionne parmi les Hommes, et je me suis souvenu de
cette vieille histoire d'un Lion amoureux qu'on m'avait racontée dans
mon enfance, et que j'aimais tant. Mais aujourd'hui cette histoire me
paraît une fable ridicule. Jamais Lionne de cette espèce n'a pu faire
rugir un vrai Lion.»


IV

Comment le prince Léo jugea qu'il avait eu grand tort de se déranger,
et qu'il eût mieux fait de rester en Afrique.

QUATRIÈME DÉPÊCHE.

«Sire, c'est au bal Musard que son Altesse put enfin aborder face à
face un Lion parisien. La rencontre fut contraire à tous les principes
de reconnaissances de théâtre; au lieu de se jeter dans les bras du
Prince, comme l'aurait fait un vrai Lion, le Lion parisien, voyant à
qui il avait affaire, pâlit et faillit s'évanouir. Il se remit pourtant
et s'en tira... Par la force? me direz-vous. Non, Sire, mais par la
ruse.

«--Monsieur, lui dit votre fils, je viens savoir sur quelle raison vous
vous appuyez pour prendre notre nom.

«--Fils du désert, répondit de la voix la plus humble l'enfant de
Paris, j'ai l'honneur de vous faire observer que vous vous appelez
Lion, et que nous nous appelons _Laianne_, comme en Angleterre.

«--Le fait est, dis-je au prince, en essayant d'arranger l'affaire, que
_Laianne_ n'est pas du tout votre nom.

«--D'ailleurs, reprit le Parisien, sommes-nous forts comme vous? Si
nous mangeons de la viande, elle est cuite, et celle de vos repas est
crue. Vous ne portez pas de bagues.

«--Mais, a dit Son Altesse, je ne me paye pas de semblables raisons.

«--Mais on discute, dit le Lion parisien, et par la discussion l'on
s'éclaire. Voyons. Avez-vous pour votre toilette et pour vous faire
la crinière quatre espèces de brosses différentes? Tenez: une brosse
ronde pour les ongles, plate pour les mains, horizontale pour les
dents, rude pour la peau, à double rampe pour les cheveux! Avez-vous
des ciseaux recourbés pour les ongles, des ciseaux plats pour les
moustaches? sept flacons d'odeurs diverses? Donnez-vous tant par mois à
un Homme pour vous arranger les pieds? Savez-vous seulement ce qu'est
un pédicure? Vous n'avez pas de sous-pieds, et vous venez me demander
pourquoi l'on nous appelle des Lions! Mais je vais vous le dire: nous
sommes des _Laiannes_, parce que nous montons à Cheval, que nous
écrivons des romans, que nous exagérons les modes, que nous marchons
d'une certaine manière, et que nous sommes les meilleurs enfants du
monde. Vous n'avez pas de tailleur à payer?

«--Non, dit le prince du désert.

«--Eh bien! qu'y a-t-il de commun entre nous? Savez-vous mener un
tilbury?

«--Non.

«--Ainsi vous voyez que ce qui fait notre mérite est tout à fait
contraire à vos traits caractéristiques. Savez-vous le whist?
Connaissez-vous le jockey's-club?

«--Non, dit l'ambassadeur.

«--Eh bien, vous voyez, mon cher, le whist et le club, voilà les deux
pivots de notre existence. Nous sommes doux comme des Moutons, et vous
êtes très-peu endurants.

«--Nierez-vous aussi que vous ne m'ayez fait enfermer? dit le prince
que tant de politesse impatientait.

«--J'aurais voulu vous faire enfermer que je ne l'aurais pas pu,
répondit le faux Lion en s'inclinant jusqu'à terre. Je ne suis point le
Gouvernement.

«--Et pourquoi le Gouvernement aurait-il fait enfermer Son Altesse?
dis-je à mon tour.

«--Le Gouvernement a quelquefois ses raisons, répondit l'enfant de
Paris, mais il ne les dit jamais.»

«Jugez de la stupéfaction du prince en entendant cet indigne langage.
Son Altesse fut frappée d'un tel étonnement, qu'elle retomba sur ses
quatre pattes. Le Lion de Paris en profita pour saluer, faire une
pirouette et s'échapper.

«Son Altesse, Sire, jugea qu'elle n'avait plus rien à faire à Paris,
que les Bêtes avaient grand tort de s'occuper des Hommes, qu'on pouvait
les laisser sans crainte jouer avec leurs Rats, leurs Lionnes, leurs
cannes, leurs joujoux dorés, leurs petites voitures et leurs gants;
qu'il eût mieux valu qu'elle restât auprès de Votre Majesté, et qu'elle
ferait bien de retourner au désert.»

A quelques jours de là on lisait dans _le Sémaphore_ de Marseille:

«Le prince Léo a passé hier dans nos murs pour se rendre à Toulon, où
il doit s'embarquer pour l'Afrique. La nouvelle de la mort du roi,
son père, est, dit-on, la cause de ce départ précipité.»

La justice ne vient pour les Lions qu'après leur mort. Le journal
ajoute que cette mort a consterné beaucoup de gens en Léonie, et
qu'elle y embarrasse tout le monde. «L'agitation est si grande qu'on
craint un bouleversement général. Les nombreux admirateurs du vieux
Lion sont au désespoir. Qu'allons-nous devenir? s'écrient-ils. On
assure que le Chien qui avait servi d'interprète au prince Léo, s'étant
trouvé là au moment où il reçut ces fatales nouvelles, lui donna un
conseil qui peint bien l'état de démoralisation où sont tombés les
Chiens de Paris:--Mon prince, lui dit-il, si vous ne pouvez tout
sauver, _sauvez la caisse!_»

«Ainsi voilà donc, dit le journal, le seul enseignement que le jeune
prince remportera de ce Paris si vanté! Ce n'est pas la Liberté, mais
les saltimbanques qui feront le tour du monde.»

Cette nouvelle pourrait être un _puff_, car nous n'avons pas trouvé la
dynastie des Léo dans l'Almanach de Gotha.

  DE BALZAC.

[Illustration]



AU LECTEUR


Ami lecteur, nous voici arrivés sans encombre à la moitié de notre
route.

Suivez-nous avec confiance dans la seconde partie de notre expédition:
nous ne marchons plus en voyageurs inexpérimentés et sans guide à
travers des pays inconnus, nous savons maintenant où nous prétendons
vous mener; nous connaissons vos goûts, et nous pouvons vous promettre,
sans crainte de vous tromper et de nous tromper, de véritables monts
et de véritables merveilles. La plume de nos correspondants s'est
aguerrie, leur nombre s'est augmenté; nous avons gagné en toutes
choses, en quantité et même en qualité, et nous avons à vous offrir
presque des trésors!

Quant à Grandville, sans compter qu'il y a au bout de son crayon des
portraits et des scènes où vous aurez le plaisir de retrouver ceux
de vos amis et de vos voisins que vous n'avez point encore vus, et
où, de leur côté, vos amis et vos voisins auront la satisfaction de
vous reconnaître vous-même, nous croyons devoir vous confier qu'il a
découvert une nouvelle manière de mettre du noir sur du blanc et de
vous être agréable, à vous, cher lecteur, et à vous, chère lectrice,
qui nous l'êtes tant, en faisant pour vous ce qu'il n'a encore fait
pour personne.--Vous verrez bien.

Bonsoir donc, ami lecteur; rentrez chez vous, tenez pour ce soir votre
cage bien fermée, on ne sait pas ce qui peut arriver. Les nuits les
plus paisibles peuvent finir par un orage. Qui sait si nous n'allons
pas dormir sur un volcan? Un sage l'a dit: Les révolutions ne dorment
jamais que d'un œil. Quoi qu'il en puisse être, dormez bien, faites de
bons rêves, et à demain.

  LE SINGE, LE PERROQUET ET LE COQ,

  Rédacteurs en chef.

  _Pour copie conforme:_

  P. J. STAHL.

[Illustration: Bonsoir donc, ami lecteur; rentrez chez vous.]



[Illustration: 2ème PARTIE

VIE PRIVÉE ET PUBLIQUE DES ANIMAUX]

[Illustration]

ENCORE UNE RÉVOLUTION!

A TOUS LES ANIMAUX

  Du Jardin des Plantes, le 26 novembre 1841.


En mettant sous presse cette seconde partie de notre histoire
nationale, nous pensions pouvoir nous féliciter d'avoir posé les bases
sur lesquelles s'élèvera un jour notre constitution, quand des signes
qui n'annoncent, hélas! rien de bon, vinrent nous effrayer pour les
destinées de notre société Animale.

Au moment où on s'y attendait le moins, des nuages noirs et épais
s'étaient montrés à l'horizon, et, se répandant à travers le ciel,
avaient, en un instant, fait du jour la nuit.

Nos savants astronomes, qui déjà sont venus à bout d'éclaircir ce point
très-obscur de la _sidérologie_, qui consistait à démontrer que les
jours se suivent et se ressemblent, saisirent avec empressement cette
occasion de faire faire un nouveau pas à la science, et, munis de leurs
lunettes d'approche, ils grimpèrent sur la pointe du paratonnerre dont
ils ont fait leur observatoire.

[Illustration]

Là, aidés de tout ce qu'une expérience consommée ajoute à beaucoup de
sagacité naturelle, ils étudièrent pendant plusieurs heures ces sombres
phénomènes; mais il leur fut impossible d'y rien comprendre; et telle
est la conscience de ces illustres savants, que, de peur de se tromper,
ils ont mieux aimé se taire, n'osant hasarder aucune conjecture.--Nous
attendons.

Veuillent les Dieux que rien ne vienne justifier nos appréhensions!

  Paris, le 27 novembre 1841.

Nous recevons de l'Observatoire l'avis suivant:

«Nous savons maintenant à quoi nous en tenir sur la nature du phénomène
qui nous a inquiétés. Si nos calculs ne nous trompent pas, et si nous
sommes bien informés, ces nuages ne sont rien moins qu'un innombrable
amas de Moucherons et autres Insectes armés de toutes pièces. Cette
prise d'armes serait le résultat d'un vaste complot qui aurait pour but
de renverser l'ordre de choses établi dans notre première assemblée.
La conspiration se serait ourdie dans un coin du Ciel. Pourtant, comme
les Moucherons n'ont jamais passé pour avoir des opinions politiques
bien tranchées, nous espérons pouvoir démentir demain la nouvelle que
nous vous donnons aujourd'hui comme certaine.--En tous cas: _Caveant
consules_! Ne vous endormez pas.»


Non, nous ne dormirons pas, et puisque nous avions trop préjugé de la
sagesse de nos frères, puisque l'anarchie veille, nous veillerons avec
elle et contre elle.

Comme première mesure d'ordre, et pour satisfaire au vœu général, nous
publierons de jour en jour, d'heure en heure, s'il le faut, et sous ce
titre: _le Moniteur des Animaux_, un bulletin des événements qui se
préparent, de façon que chacun puisse se donner le petit plaisir d'en
causer avec ses amis, et de les commenter à sa manière.

  LE SINGE, LE PERROQUET ET LE COQ,

  Rédacteurs en chef.

[Illustration]


MONITEUR DES ANIMAUX


Nous l'avions prévu. Les nouvelles que nous avions reçues de
l'Observatoire sont aujourd'hui confirmées. Des désordres graves et
qui ont le caractère d'une véritable sédition ont éclaté cette nuit.
Une petite poignée de factieux, détachés au nombre de trois cent mille
environ du corps d'armée principal, et commandés par une certaine Guêpe
connue pour l'exaltation de ses principes, vient de s'abattre sur le
faîte du labyrinthe. L'intention hautement avouée des factieux est
d'exciter la Nation Animale à la révolte et d'obtenir, le glaive en
main, ce qu'il leur plaît d'appeler une réforme générale.

Quelques Mouches sensées ont vainement essayé de rappeler cette troupe
égarée à de meilleurs sentiments.

[Illustration]

Leur voix a été méconnue. Quoi qu'il arrive, nous saurons tenir tête
à l'orage, et nous espérons, avec l'aide des Dieux, repousser ces
odieuses tentatives. «Les troubles, a dit Montesquieu, ont toujours
affermi les empires.»


Le capitaine de nos gardes ailés, le seigneur BOURDON, n'a pu réussir
à disperser les factieux. Il a cru, avec raison, devoir reculer devant
l'effusion de sang, et s'est contenté de couper les vivres et la
retraite aux insurgés qui, dans quelques heures, auront à subir les
horreurs de la faim. Cette humanité du seigneur BOURDON mérite les plus
grands éloges. Les révoltés, s'étant barricadés sous le chapiteau du
labyrinthe avec des feuilles mortes et des brins d'herbe sèche, sont,
dit-on, en mesure de soutenir un siége régulier. L'espace occupé par
eux est d'au moins dix-huit pouces en largeur sur dix de profondeur.


Les bruits les plus contradictoires se croisent et se succèdent. On
a été jusqu'à nous accuser, par une ridicule interprétation de notre
précédente citation de Montesquieu, d'avoir sous main fomenté la
révolte. «Les tyrans, a dit un des plus fougueux orateurs de la troupe,
craignent toujours que leurs sujets soient d'accord.» Que répondre à de
pareilles absurdités? Si les chefs d'une nation n'avaient à craindre
que l'accord de leurs sujets, ils pourraient dormir tranquilles.


On assure que les Moucherons révoltés cherchent à organiser l'agitation
sur tous les points. Un d'eux, le CLAIRON, musicien habile, a improvisé
une marche guerrière intitulée _le Rappel des Moucherons_.

[Illustration]

Nous entendons d'ici les accents de cette musique impie, dont les
sons nous arrivent à la fois de toutes les hauteurs de Paris, le
Panthéon, le Val-de-Grâce, la tour Saint-Jacques-la-Boucherie, la
Salpêtrière, le Père-Lachaise, les colonnes de la barrière du Trône et
les buttes Montmartre, sur lesquelles des émissaires ont été envoyés
par les chefs du mouvement. Quelques prisonniers ont été faits, mais
il a été impossible de les faire parler. «Nous sommes blancs comme
neige, ont-ils dit; nous ne savons pas pourquoi nous sommes arrêtés,
mais c'est égal, prenez nos têtes!--Vos têtes, Messieurs, qu'en
ferions-nous? Que peut-on faire de la tête d'un Moucheron?»

Pourtant nous examinerons cette proposition.

[Illustration]

Les prétentions des rebelles sont maintenant connues. L'intérêt général
a servi de prétexte à des ambitions personnelles et à des haines
particulières. C'est d'une révolution littéraire qu'il s'agit: on veut
nous forcer à donner notre démission!!! Si nous refusons, on nous
menace d'une concurrence:--nous ne la craignons pas.--Mandataires de
tous, nous n'abandonnerons pas le poste qui nous a été confié: on ne
nous arrachera notre place et notre traitement qu'avec la vie. Le bien
public nous réclame, c'est à lui seul que nous nous devons.

Mais que nous reproche-t-on? Avons-nous été injustes ou partiaux?
N'avons-nous pas suivi notre programme et imprimé tout au long ce qu'on
a bien voulu nous envoyer, sans préférence, sans choix, aveuglément,
comme doit le faire tout bon rédacteur en chef? N'avons-nous pas des
papiers par-dessus la tête? de l'encre jusqu'aux coudes et à mi-jambes?
Si nous n'avons pas bien fait, enfin, a-t-il tenu à nous que nous ne
fissions un chef-d'œuvre?


Le chef de l'insurrection est un Scarabée! le Scarabée HERCULE! Le beau
nom!

[Illustration]

Connaissiez-vous le Scarabée HERCULE? Nous mépriserions des attaques
parties de si bas, si nous ne savions que la faiblesse elle-même a son
aiguillon, et que l'espace que parcourt son dard lui appartient.

C'est donc dans une intention dont chacun appréciera les motifs que
nous avons ordonné les mesures suivantes:


«1º La tête du Scarabée HERCULE est mise à prix. Une récompense honnête
sera donnée à celui qui nous le livrera mort ou vif (nous l'aimons
mieux mort).


«2º Il sera procédé immédiatement à une levée de troupes
extraordinaire, et bientôt nous aurons à opposer aux rebelles neuf cent
mille Mouches, parfaitement équipées, qui auront à combattre la révolte
dans les plaines de l'air ou de la terre, partout enfin où l'ordre sera
menacé.


«3º Messieurs les commissaires de police devront toujours avoir dans
leur poche une écharpe, et même deux écharpes, si leurs moyens le leur
permettent.


«4º Les rassemblements qui se composeraient de plus d'un
Animal seraient dispersés par la force; cet avis concerne plus
particulièrement les Autruches, les Canards et autres Animaux
socialistes qui ont la manie de se réunir en groupes.

[Illustration]

«5º Nous engageons tous les Animaux honnêtes à rester chez eux, à ne
pousser aucun cri, à se coucher tôt, à se lever tard et à ne rien voir
ni entendre. Une pareille conduite prouvera aux factieux combien
leurs projets trouvent peu de sympathie dans la partie éclairée de la
population Animale.»

[Illustration]

Un CERF-VOLANT nous a été envoyé en parlementaire; nous avons daigné
l'écouter et lui répondre. «Vous avez parlé, nous a-t-il dit, il n'y
en a eu que pour vous; à chacun son tour. Nous sommes trente-trois
millions là-bas, tous extrêmement las de ne faire aucun bruit dans le
monde. Nous voulons tous parler et tous écrire. L'égalité est-elle un
droit, oui ou non?

--Qu'est-ce qu'un droit? lui répondit un vieux CORBEAU que nos lecteurs
connaissent; _summum jus, summa injuria_; si vous voulez tous parler,
tous les in-folio du monde n'y suffiront pas, dût chacun de vous se
contenter d'écrire pour sa part, non une page, mais une ligne, mais un
mot, mais une lettre, mais une virgule et moins encore.»

Cette réflexion si judicieuse fut naturellement trouvée absurde.

«Laissez donc, dit le CERF-VOLANT; que ne dites-vous tout de suite que
le Dieu des Scarabées n'a pas fait assez de terre, et de ciel, et de
lumière, et de feuilles d'arbres, et même de feuilles de papier, pour
que chacun en ait sa part sur cette terre? Du moment où il est juste
que tout le monde puisse écrire, cela doit être possible.»


O folie! va où tu voudras, ton triomphe est assuré!


Hélas! la guerre civile s'avance vers nos vallées paisibles; l'esprit
de révolte a passé des Insectes aux Oiseaux et des Oiseaux aux
Quadrupèdes. L'alarme est partout. Les portes des cages ont dû être
fermées, ce qui est particulièrement désagréable aux Animaux qui se
plaisent à prendre l'air sur le pas de leur porte pour savoir ce qui
se passe dans les cages voisines. Qu'on se rassure pourtant, nous
connaissons la sainteté de notre mission, et nous saurons la remplir
tout entière. Les Oies n'ont point encore abandonné la garde du
Capitole.


Un nouvel appel a été fait aux mécontents, et nous apprenons que les
CHATTES françaises se sont définitivement déclarées contre nous. Leur
adhésion à la révolte a été longtemps incertaine; entre le oui et le
non d'une CHATTE française, il n'y a pas de place pour la pointe d'une
aiguille. Elles ont été entraînées par une des leurs, qui ne nous a pas
pardonné d'avoir accordé la parole à une CHATTE anglaise dans un livre
français. Si ce qu'on nous dit est vrai, cette maîtresse CHATTE aurait
forcé son honnête mari, qui avait toujours passé pour être le plus
saint homme de Chat du quartier, à se mettre à la tête des mécontents
de son espèce. Elle-même va, dit-on, de l'un à l'autre, exaltant les
modérés et miaulant avec les exaspérés une espèce de Marseillaise où
il n'est nullement question de la patte de velours de la paix. Elle ne
s'adresse pas seulement aux CHATS, mais bien aux CHATTES, ses sœurs,
qu'elle invite à suivre son exemple: «Vous que votre sexe semble
éloigner des affaires politiques, dit-elle, faites appel à vos maris, à
vos frères, à vos amis, à vos fiancés[5]! Qu'aucune partie de plaisir
sur les toits du voisinage ou dans les gouttières des serres chaudes ne
vous arrête... N'épargnez rien, et ne craignez rien, on vous foulera,
on vous écrasera, qu'importe!..»

  [5] _Lettres de Londres_, par J. L***.


On l'a dit, le mauvais exemple vient toujours d'en haut. Les révoltés
n'étaient que des instruments entre les mains de personnages haut
placés. Qui l'eût cru pourtant? C'est l'ÉLÉPHANT, un des Animaux les
plus considérables et les plus considérés du Jardin, qui n'a pas craint
de compromettre sa gravité dans une pareille affaire.--Vous êtes bien
gros, Monseigneur, pour conspirer. Ne voyez-vous pas qu'on prend pour
dupe Votre Grosseur, et vous convient-il d'apprendre que celui qui vous
met en mouvement c'est le RENARD?

[Illustration]

Animaux! retenez bien ceci: il ne faut pas plus juger d'un Renard par
ses paroles, que d'un Cheval par la bride.

A la bonne heure, les révoltés jouent cartes sur table et brûlent
leurs vaisseaux; rien ne manque à cette insurrection: dans leur
stupide confiance, les coupables se chargent de nous fournir eux-mêmes
les preuves des crimes dont ils auront à rendre compte un jour. Les
révoltés ont répondu à notre journal par un autre journal. Mais quel
journal! le nôtre est plus grand de moitié.


Nous empruntons au premier numéro de la feuille anarchique, _le Journal
libre_ (est-ce que le nôtre ne l'est pas?), la pièce suivante, qui nous
initie aux plus secrets détails de la conspiration. Le bon sens de nos
lecteurs fera justice des abominables théories de ces ennemis du repos
public. Nous ne changeons pas un mot à ce curieux document, auquel nous
nous réservons de répondre.


LE JOURNAL LIBRE

REVUE DE LA REFORME ANIMALE


Les amis de la liberté se sont rassemblés hier dans le Cabinet
d'histoire naturelle. C'est dans les vastes salles des empaillés qu'a
eu lieu cette réunion préparatoire.

Il était très-tard. Le signal donné, les conjurés entrèrent les uns
après les autres, puis, s'étant salués du geste sans mot dire, ils
allèrent se ranger silencieusement dans les sombres galeries, à côté
des froides reliques de leurs aïeux, que l'on eût dit autant de
fantômes assoupis.

Il semblait que le silence eût fait un désert de ces vastes catacombes.
L'immobilité était telle, qu'on ne pouvait distinguer les morts des
vivants.

L'ÉLÉPHANT, l'AIGLE, le BUFFLE et le BISON arrivèrent, chacun de son
côté, comme si une invisible puissance les eût fait apparaître tout
à coup. Pour qui ignore que l'amour de la liberté transporterait des
montagnes, la présence de ces nobles Animaux dans ces hautes galeries
eût été inexplicable.


Quand la réunion fut complète, le BISON prit la parole en ces termes:


«Frères, dit l'orateur, en regardant l'un après l'autre tous ceux qui
se trouvaient là, nous n'avons encore rien dit, et pourtant nous savons
tous pourquoi nous sommes ici.

«Disons-le donc, puisque aussi bien nous sommes fiers de le penser:
nous sommes ici pour conspirer, pour défaire aujourd'hui ce que
nous avons mal fait il y a un an, et pour aviser à mieux faire; pour
abaisser, pour abattre ceux que nous avons élevés; pour agiter enfin la
Nation Animale au nom de la révocation des rédacteurs.

«Je le déclare: il ne nous reste qu'une ressource, c'est le renvoi des
rédacteurs... Hourra pour le renvoi!

  --Tonnerre d'applaudissements.--

«Frères, il faut que les mots aillent où va la pensée;--et si désolant
qu'il soit pour vous de l'entendre et pour moi de le dire, je le dirai
et vous l'entendrez: tout ce qui existe n'est bon qu'à aller en ruine,
et ce serait mieux s'il n'existait rien!... Que nous a servi ce qu'on
nous a fait faire? Ce livre publié, dites, à quoi a-t-il servi?

  --TOUS: «A rien! à rien!»--

«Cette lice où chacun devait entrer, le plus humble comme le plus
grand, pourquoi ne l'a-t-on ouverte qu'aux plaintes isolées d'un petit
nombre, sinon pour éloigner de la tribune nationale les cris de la
détresse universelle? Ils n'ont travaillé que pour eux.--Ils n'ont
songé qu'à eux;--et quand ils se sont vus puissants, ils ont dit:--Tout
est bien.

«Que nous revient-il de leur puissance? Notre terre à nous a-t-elle
cessé d'être une vallée de larmes?

  --Le CERF, l'ÉLAN et le VEAU: «Non! non!»--

«Frères, on a étouffé les voix généreuses qui ont voulu s'élever en
faveur de la réforme bête-unitaire.

«Frères, notre régénération sociale n'a pas fait un pas depuis
l'immortelle nuit où les premiers efforts de notre liberté naissante
ont été salués par les acclamations de la terre tout entière.

«Frères, nos rédacteurs en chef ont trahi leur mandat! ils nous ont
vendus! vendus aux Hommes!

  --TOUS: «C'est vrai! c'est vrai! on nous a vendus!»--

«Vendus aux Hommes!!! Mais laissons là les Hommes; les Hommes ne sont
aujourd'hui que nos seconds ennemis. Nos vrais ennemis, les plus
dangereux, ce sont nos rédacteurs!

«Point de grâce pour ces traîtres qui, pour une caresse de leur
gardien, pour une misérable subvention en pommes vertes, en coquilles
de noix et en croûtes de pain sec, ont trahi la cause sacrée de
l'émancipation des bêtes! A qui devons-nous d'être encore où nous
sommes? où retournerons-nous ce soir? Sera-ce dans nos libres déserts,
ou dans nos étroites prisons?»

[Illustration: LE BISON.--«Où retournerons-nous ce soir?»--]

  --Le TIGRE, d'une voix sombre: «Ce ne sera pas dans nos libres
  déserts!»--

  --TOUS en chœur: «Hélas! hélas! hélas!»--

«Les nuages seront-ils notre toit, et la terre notre oreiller? Non.
Nous coucherons sur la paille humide des cachots.

  --«Hélas! hélas!»--

«Nous y pourrirons... Nous y mourrons... Je vous le dis en vérité,
nous tous qui sommes ici, nous mourrons dans les fers. Que nous
accordera-t-on quand nous ne serons plus, quand on nous aura rongés
jusqu'aux os?»

  --Le CHŒUR: «O douleur! douleur!»--

Alors l'orateur se tournant vers les squelettes conservés de dix mille
générations d'Animaux:

«Restes de nos pères! s'écrie-t-il: vous qui avez vécu, répondez, mânes
désolés; étiez-vous donc sortis des mains du Créateur pour mourir où
vous êtes?

«L'Animal est-il fait pour être empaillé et mis sous verre comme une
curiosité, ou pour rentrer noblement, après avoir accompli sa destinée,
dans le sein de la terre, sa mère, selon le vœu de la nature?

«Nous tous, sauvages enfants de la plaine ou de la montagne,
devions-nous donc vivre un jour la corde au cou, entre quatre planches,
et dîner à heure fixe d'un dîner tiré d'un buffet?

«Frères, les plaintes ne soulagent pas un cœur oppressé: à quoi bon se
plaindre? Nos plaintes, qui les a entendues?

«Frères, avez-vous renoncé à échapper aux Hommes? Vous laisserez-vous
arrêter à moitié chemin par la trahison?

  --Le CHAMOIS: «Plutôt les avalanches que les HOMMES méchants!»--

«Frères, nous sommes forts, et la liberté sourit aux braves. Heureux
l'Animal qui ne dépend de personne.

«Frères, le plus fort, c'est celui qui ne craint rien.

«Frères, quand les lois ne commandent plus au peuple, il faut que le
peuple commande aux lois.

«Frères, la liberté enfante des colosses; mais que faire d'une loi qui
d'un AIGLE fait un OISON, et d'un LION un bavard?

«Frères, dût la société tomber en poussière, il faut détruire cette loi
mauvaise.»


S'il faut en croire le complaisant rédacteur de cette pompeuse
relation, l'effet de ce discours fut prodigieux. Nous ne répondrons
qu'à un seul point de ce merveilleux dithyrambe. Vous dites donc,
_citoyen_ BISON, que nous vous avons trahis, que nous vous avons
vendus!... Oui nous vous avons vendus, et nous en sommes fiers; nous
vous avons vendus à 20,000 exemplaires! En eussiez-vous su faire
autant? N'est-ce pas grâce à nous que vous avez commencé à valoir
quelque chose?


Le DOYEN du Jardin des Plantes, un vénérable BUFFLE, dont nous aimons
la personne et dont nous estimons le caractère, sans partager cependant
toutes ses opinions, prit alors la parole et répondit en ces termes au
discours du BISON, son cousin:


«Mes enfants, dit le vieillard, je suis le plus vieil esclave de ce
jardin. J'ai le triste honneur d'être votre doyen, et des jours si
éloignés de ma jeunesse je me souviendrais à peine, si l'on pouvait
oublier qu'on a été libre, si peu libre qu'on ait été. Mes enfants,
c'est en vain que trente ans d'esclavage pèsent sur mes vieilles
épaules: quel que soit mon âge, je me sens rajeunir à la pensée que le
jour de la liberté viendra.

  --Bravos prolongés.--

«Je parle de votre liberté, mes enfants, et non de la mienne, car mes
yeux se fermeront avant que le soleil ait éclairé un jour si beau:
esclave j'ai vécu, esclave je mourrai!

  --«Non! non! s'écria-t-on de tous côtés, vous ne mourrez point!»--

«Mes bons amis, reprit le vieillard, il ne serait pas en votre pouvoir
d'ajouter une heure à ma vie. Mais qu'importe? ce n'est pas de ceux qui
partent, c'est de ceux qui restent qu'il faut s'inquiéter; ce n'est pas
la liberté d'un seul ou de quelques-uns, c'est la liberté de tous qui
m'est chère, et c'est au nom de cette précieuse liberté de tous que je
vous conjure de rester unis.

  --Rumeur en sens divers.--

«Mes enfants, ne vous arrachez pas, ne vous disputez pas les misérables
lambeaux du pouvoir. Quand vous aurez changé votre cheval borgne contre
un aveugle, croyez-vous que les choses en iront mieux? Pensez aux
petits, aux classes faibles et dépouillées qui souffrent de toutes ces
divisions, et dites-vous, dites-vous à toute heure du jour, que le bien
ne saurait s'acheter au poids d'un si grand mal: un peu plus ou un peu
moins de puissance pour quelques-uns d'entre vous, qu'est-ce à côté de
la paix entre frères, et de l'union de tous?»


La fin de ce discours fut écoutée avec froideur; le respect qu'on avait
pour l'orateur empêcha seul toute manifestation contraire. Le vieux
BUFFLE vit bien qu'il n'avait convaincu personne. «La guerre civile
mène au despotisme, et non à la liberté,» dit le sage vieillard en
reprenant tristement sa place.

«Sommes-nous au sermon?» s'écria le LOUP-CERVIER.

Il va sans dire que Messieurs les conjurés ne s'arrêtèrent pas en si
beau chemin. Il n'y a jamais tant d'orateurs que quand les affaires
vont mal. Après les discours du BISON et du BUFFLE, vint celui du
SANGLIER, qui parla tant qu'il eut de la voix, «et avec une telle
éloquence, dit le _Journal de la Réforme_, que notre sténographe
lui-même, partageant l'émotion générale, se trouva hors d'état de tenir
la plume.»


Nous en restons là de nos citations, et si Messieurs les révoltés
veulent bien nous le permettre, nous allons compléter ce récit avec
des détails authentiques que nous tenons d'un FURET de nos amis qui
s'était imprudemment laissé entraîner à cette réunion dont il avait
été, du reste, bien loin de prévoir le but:

Pendant trois heures, et sans respect pour le lieu où l'on se trouvait,
sans respect pour les morts, les salles tremblèrent sous un tonnerre
continu, incessant, indescriptible de cris, de trépignements, de
grognements et d'applaudissements. Cent cinquante-deux orateurs
parlèrent successivement!!! «On put les voir, mais non les entendre
(Dieu merci!).» Notre correspondant ajoute que, depuis la première
assemblée, l'art de crier, de siffler et de hurler, a fait des progrès
inimaginables, et qu'en Angleterre, même dans le plus turbulent des
_meetings_, on ne trouverait rien qui pût approcher de ce qu'il a vu et
entendu.

Un de ces pauvres vieux CHIENS, qui n'ont plus guère d'illusions et
qui se font un titre de leur indifférence même pour entrer partout, se
trouvant là, essaya de se faire écouter.

«Si nous sommes vaincus? disait-il.

--Pense aux coups à donner, et non aux coups à recevoir, lui répondit
le SANGLIER avec cette brutalité de manières qu'on lui connaît.

--A la porte, le CHIEN! s'écria l'HYÈNE, en le regardant de travers. Il
ne s'agit pas d'aboyer ici, mais de mordre: va-t'en!

--Monsieur est un mouchard,» dit une petite voix flûtée, celle de la
FOUINE.


Le prudent animal n'en écouta pas davantage; il eut le bon esprit
de sortir philosophiquement par la fenêtre qu'on voulait bien lui
ouvrir.--Qu'il arrive par hasard à un pauvre diable d'avoir raison,
soyez sûr qu'on ne l'écoutera pas.


«Mais le peuple aime les rédacteurs, dit le BÉLIER.

--Le peuple les oubliera, répondit le LOUP.

--Et il les haïra, ajouta l'HYÈNE.

--Et s'il oublie ses admirations, il garde ses haines, dit le SERPENT.

--Bêh, bêêh, bêêêêhhh,» bêla le BÉLIER, sur lequel chacune de ces
paroles tombait comme un marteau.


Tout le monde parlait, et personne ne se répondait. Maître RENARD,
voyant que, dans ce touchant concert, chacun s'apprêtait à faire sa
partie sans songer à prendre le ton de son voisin et que les choses
allaient se gâter, monta sur un bahut et parvint, non sans peine, à
obtenir quelque attention.

[Illustration: L'HYÈNE.--«Il ne s'agit pas d'aboyer ici, mais de
mordre.»--]

«Messieurs,...--dit-il.

--Veux-tu te taire, hurla le LOUP, nous ne sommes pas des Messieurs!

--Animaux,... reprit le RENARD.

--A la bonne heure, dit le LOUP. Bravo!

--Bravo! répétèrent tous les assistants.

--Animaux, nous sommes tous d'accord....

--Non! dit une voix à gauche.

--Si! si! s'écria une autre voix.

--Vous le voyez, reprit le RENARD, nous sommes tous d'accord. La
question est maintenant nettement posée: il s'agit d'un livre à
achever, et de savoir qui parlera ou qui se taira, si ce sera une
COULEUVRE ou un SERPENT, une OIE ou un DINDON.

--Très-bien! s'écria l'OIE.

--Très-bien!» dit le DINDON.

Le RENARD continua:

«Animaux, cette question est si grave, que je suis d'avis que nous
fassions ce qu'on a coutume de faire quand on n'a pas une minute à
perdre: prenons nos aises et ajournons la discussion. Cette séance,
qui d'ailleurs n'aura pas été perdue pour la bonne cause, nous a tous
fatigués, et nous ferons bien d'en rester là pour aujourd'hui. Mais
jurons que demain, avant que l'astre du jour ait achevé sa carrière,
cette grave question aura reçu sa solution.

--Nous le jurons! s'écrièrent tous les conjurés.

--C'est bien, dit le RENARD; et maintenant que chacun s'aille coucher
et se demande, au moment de s'endormir, comment il convient que
d'honnêtes Animaux s'y prennent pour faire une petite révolution qui
profite à tout le monde sans gêner personne. La nuit porte conseil, et
demain à pareille heure nous prendrons une détermination.»


L'avis du RENARD fut adopté. Le sommeil parlait avec lui et gagnait
tout le monde. La séance fut levée.

Notre correspondant prétend avoir remarqué que maître RENARD faisait à
chacun des saluts enflés de magnifiques paroles, et qu'il abandonna la
salle le dernier.

«Cela va bien, dit-il tout bas à une petite FOUINE de ses amies; cette
eau coule parfaitement.

--Et demain elle coulera mieux encore, Monseigneur,» repartit la FOUINE
en minaudant.


C'est ce que nous verrons, Monsieur le RENARD. Nous connaissons vos
projets, et nous saurons les déjouer.

[Illustration: --«Nous le jurons!» s'écrièrent tous les conjurés.--]

Nous laissons aujourd'hui la parole aux événements, chacun fera la part
des responsabilités.

La patrie et la publication sont en danger.

[Illustration]

Une foule immense se presse aux portes de la rotonde où le discours
du BISON a été affiché. On ne reconnaît plus les cabanes, tant elles
sont chargées de drapeaux et de placards séditieux; on trouve un cours
complet de politique sur les murailles, et le nombre des mécontents
s'accroît de minute en minute. L'occasion est le tyran des gens
faibles: les groupes se grossissent, surtout de GOBE-MOUCHES, de
BÉCASSES, de BUSES, de GROS-BECS, de DINDONS et autres bêtes altérées
d'encre. Des processions de factieux parcourent les allées en chantant
et en sifflant des refrains séditieux. Un SINGE, indigne de ce beau nom
de SINGE, s'est fait un casque d'une casquette volée à son gardien,
et un drapeau d'un mouchoir à carreaux rouges volé à ce même gardien.
Sur cet étendard, on lit ces mots: «Vivre en écrivant, ou mourir en se
taisant.» La bande la plus nombreuse est conduite par trois MANCHOTS,
qui s'en vont bras dessus, bras dessous, guidant l'émeute, faisant
arracher les écriteaux, briser les palissades et forcer les cages des
Animaux nés dans la ménagerie, sous prétexte qu'il faut s'assurer de
leurs sentiments politiques: on fait main basse sur les mangeoires,
et on n'y laisse que la faim. Ces trois MANCHOTS obéissent aux ordres
secrets du RENARD qui pense (avec d'autres) que le courage de certains
Animaux est au fond de leur auge: «Affamez-les, dit-il, et vous en
ferez des héros.» Personne, du reste, ne connaît ces trois MANCHOTS; on
ne sait ni d'où ils viennent ni ce qu'ils veulent, mais on les suit.
Sainte confiance!

[Illustration]

Chacun rendra justice à notre modération: nous avons tout fait pour
arrêter l'effusion du sang, et nous avons reculé tant que nous l'avons
pu devant les désastres de la guerre civile; mais nous serions
coupables et véritablement traîtres à notre mandat, si nous ne savions
pas opposer la violence elle-même à la violence.

Force doit rester à la loi, force restera donc à la loi.

En conséquence nous avons publié l'ordonnance suivante:


«1º Le Jardin des Plantes est déclaré en état de siége.

«2º Le prince LÉO, dont on avait à tort annoncé le départ pour
l'Afrique, est nommé généralissime de nos armées de terre. Il a juré
d'exterminer tous les MOUCHERONS, ces éternels ennemis de sa race et de
tout ce qui est grand. Il aura à se concerter avec le seigneur BOURDON,
pour prendre avec lui les mesures qui peuvent assurer le triomphe de
l'ordre.

«3º Le rappel sera battu à la porte de toutes les cabanes. Entre les
pattes de notre vieux LIÈVRE, le tambour réveillera les mieux endormis.

«4º Tout bon citoyen devra quitter immédiatement sa femme, ses enfants,
son râtelier, son gobelet, son perchoir et sa litière, s'armer de son
mieux, prendre les ordres de ses chefs, pour être de là dirigé partout
où besoin sera, et se tenir enfin prêt à vaincre ou à mourir pour nous.»

[Illustration]

Nous remercions les bons citoyens de l'appui qu'ils veulent bien nous
donner. De tous les quartiers voisins, des amis dévoués nous arrivent;
nous avons vu accourir sous les drapeaux tous les Animaux qui ont
un intérêt direct au maintien du _statu quo_: nos rédacteurs, nos
employés, nos serviteurs, tous ceux enfin qui ont reçu et ceux surtout
qui espèrent quelque chose de nous.


Plusieurs buissons d'ÉCREVISSES, échappés par miracle des prisons de
Chevet et conduits par un valeureux CANCRE, sont venus nous offrir le
secours de leurs vaillantes pinces.

  «En avant, marchons
  Tous à reculons...»

Tel est le cri que poussent ces braves auxiliaires en se préparant au
combat.

[Illustration]

Nous n'attendions pas moins du bon esprit qui anime la population
Animale, et nous étions sûrs que notre appel serait entendu.

Pourtant nous signalerons à l'indignation publique la réponse des
petits OURS de la fosse nº 2, et celle des RATS.

La réponse des deux petits OURS de la fosse nº 2 fait bien mal augurer
de l'avenir de ces deux jeunes quadrupèdes.

«Vous êtes de beaux petits OURS, leur dit l'éloquent CRAPAUD que nous
leur avons _député_; chacun se doit à sa patrie: venez vous battre;
si vous n'êtes pas tués, vous vous couvrirez de gloire.--J'aime mieux
jouer à la boule, répondit l'aîné.--J'aime mieux ne rien faire du tout,
répondit le plus jeune; ou prendre un bain, si maman veut, ajouta-t-il
en regardant sa mère.--Va, lui dit la mère.--Madame, s'écria notre
honorable envoyé, à Rome les mères avaient moins de faiblesse, et
leurs enfants n'en valaient que mieux. O temps! ô mœurs! O Cornélie! ô
Brutus! où êtes-vous?»

Quant aux RATS, nous ne trouvons pas de termes qui puissent traduire le
mépris que nous a inspiré l'égoïste langage de ces misérables.

«Pourquoi diable voulez-vous que nous combattions? dirent-ils. Quand on
n'a rien à conserver, on n'a rien à perdre. Faites vos affaires tout
seuls, puisque vos affaires ne sont pas les nôtres.»

[Illustration: LE CRAPAUD.--«Chacun se doit à sa patrie.»--]

«Tout est perdu! s'écria un BLAIREAU en entrant ce matin dans notre
cabinet de rédaction; les insurgés se sont emparés de la cour de
l'amphithéâtre.»

Atterrés par cette funeste nouvelle, nous fîmes mander le prince Léo.

«Ils ont pris la cour de l'amphithéâtre, dit ce grand général; eh bien,
qu'ils la gardent!»

L'attitude ferme du prince nous rassura complétement; en effet, ce
profond tacticien avait son idée. A l'heure qu'il est, les révoltés
sont enfermés dans cette cour qu'ils ont prise et qui leur servira de
tombeau. Toute issue leur est fermée. L'armée ailée a vainement essayé
de les dégager; tous les efforts du Scarabée HERCULE ont été repoussés
par le seigneur BOURDON.

Nous n'avions jamais désespéré du triomphe de l'ordre.

Parmi ceux qui se sont le plus distingués dans cette circonstance,
nous mentionnerons le voltigeur *, le grenadier **, et surtout le
caporal TROIS ÉTOILES. Ce dernier descendait la garde et rentrait chez
lui après un service très-fatigant, quand il s'aperçut, en passant
à côté d'un poste, que le factionnaire qui devait l'occuper l'avait
abandonné!!! Indigné, et ne dédaignant pas, dans son zèle, de descendre
au rôle de simple chasseur, ce vertueux caporal prit bénévolement la
place du coupable factionnaire, fit, par un froid de quatorze degrés,
trois heures de faction, et s'enrhuma. En récompense de sa belle
conduite, le caporal TROIS ÉTOILES a été nommé sergent.

[Illustration]

A quoi auront servi tous ces grands mouvements, et qu'aura-t-on
gagné à engager cette lutte insensée? Malheur à ceux qui se sont
plaints! Malheur à ceux qui les ont écoutés! Les insurgés en sont aux
expédients; leur trouble est tel, que les plus exorbitants projets
s'agitent, trouvent crédit, et se discutent sérieusement parmi eux.
Nous le prouvons.

Une TAUPE aurait proposé d'élever autour de l'armée une enceinte
continue de taupinières.

«La belle idée! s'écria le FURET; ne vous trouvez-vous pas assez
enfermée comme cela, ma commère?

--Je me fais fort de filer un pont suspendu sur lequel nous pourrons
nous évader à la faveur de la nuit, dit l'ARAIGNÉE.

--Merci! dit la MOUCHE, je refuse.

[Illustration]

--Et moi, j'accepte, dit l'ÉLÉPHANT; quand on en est où nous en sommes,
tous les moyens sont bons.»

Un rire homérique accueillit cette réponse.

Cette miraculeuse naïveté de l'ÉLÉPHANT a inspiré à un de nos amis
un couplet de fantaisie que nous donnons ici, afin qu'il ne soit pas
perdu pour la postérité. Nous regrettons que l'auteur de cette poésie
fantastique s'obstine à garder l'anonyme.

  Air: _Femmes, voulez-vous éprouver_.

  Un Éléphant se balançait
  Sur une toile d'Araignée;
  Voyant qu'il se divertissait,
  Une Mouche en fut indignée:
  Comment peux-tu te réjouir,
  Dit-elle, en voyant ma souffrance?
  Ah! viens plutôt me secourir,
  Ma main sera ta récompense.

Au moment où le triomphe nous paraissait le plus certain, la face des
choses a changé complétement, et la fortune s'est déclarée contre nous.

Pouvions-nous prévoir un pareil désastre, après avoir vu partir notre
belle armée équipée avec tant de soin et si bien disposée? Quelques
MOUCHES savantes, dont les études avaient été dirigées vers l'art de
la mécanique, pour lequel on sait que les MOUCHES ont d'étonnantes
dispositions, commandaient l'artillerie. Les plus robustes traînaient
des munitions de guerre dans des petits caissons faits de gousses de
pois secs, et d'autres portaient sur l'épaule des petits mousquets
faits avec la centième partie d'un fétu de paille, mais qu'elles
tenaient d'un air si martial, que c'était plaisir de voir ces braves
petites Mouches voler à la gloire, comme s'il se fût agi d'aller à
la picorée d'une fleur. Les deux armées se sont rencontrées sur les
galeries vitrées qui couvrent les serres chaudes. Dans cette fatale
journée une circonstance fortuite fit perdre au prince BOURDON, général
en chef de notre armée ailée, le fruit d'une des plus grandes manœuvres
qui aient jamais été essayées.

Il avait partagé son armée en trois masses: la droite, commandée par
lui-même entouré de son brillant état-major où l'on remarquait, parmi
les colonels, des Papillons, le vénérable PRIAM, l'APOLLON, le PAON DE
JOUR, le CUPIDON, était forte de sept régiments d'infanterie légère;
les SAUTERELLES, les CRIQUETS, les PERCE-OREILLES, les PSOQUES, les
PERLES et les ÉPHÉMÈRES.--Tous pleins d'ardeur.

Et la gauche, commandée par l'UROCÈRE GÉANT, se composait des régiments
des CAPRICORNES, des TROGLODYTES, des GRIBOURIS, des TÉNÉBRIONS et des
CHARANÇONS.

La droite avait à combattre la gauche des ennemis commandée par le
chef féroce de la famille des Coléoptères: le SCARABÉE HERCULE, suivi
des phalanges redoutables des GOLIATH, des BOUCLIERS, des HANNETONS,
des COUSINS, des BOMBARDIERS et des TAUPINS.--Que pouvaient faire les
troupes légères du prince BOURDON contre cette impénétrable infanterie?

[Illustration]

Sa gauche était opposée aux sections des ANDRÈNES mineuses, coupeuses
et charpentières, et à la corporation des RHINOCÉROS, qui, n'ayant
qu'une corne, obéissent naturellement au CERF-VOLANT, qui en a deux.

Son centre avait pour adversaire la foule immense des MOUCHERONS, des
PUCERONS, des TEIGNES et des insectes à deux cent quarante pattes.


Le prince BOURDON avait espéré que le SCARABÉE HERCULE commencerait
l'attaque et ferait traverser à ses lourdes troupes la distance qui
séparait les deux armées; mais le SCARABÉE HERCULE, auquel un faux
BOURDON déserteur avait dévoilé les projets du prince, défendit aux
siens de bouger, et fit serrer les rangs et ployer les ailes, résolu
d'attendre le choc sans l'aller chercher.

Les enseignes flottaient au vent, le soleil dardait sur les
étincelantes armures des insectes rangés en bataille. Des CIGALES,
dont on vante avec raison l'aptitude pour la musique, placées sur
les limites des deux camps, à l'extrémité des deux paratonnerres,
soufflaient de toute la force de leurs poumons dans des petites flûtes
à l'oignon, et cette musique guerrière portait à son comble l'ardeur de
nos troupes. De temps en temps une graine de balsamine, lancée du haut
des airs avec beaucoup de précision par des CERFS-VOLANTS fort adroits
dans ce genre d'exercice, venait éclater dans nos rangs et y laissait
des traces sanglantes.


L'armée ennemie ne bougeait pas.


L'impatience gagnait nos braves cohortes. «Dépêchons, nous disaient
les ÉPHÉMÈRES qui déjà avaient eu, presque tous, le temps de blanchir
sous les armes, la vie est courte.» Bientôt, emportés par leur fougue,
et sans écouter les menaces ni les prières du seigneur BOURDON, ils
volèrent les premiers à l'ennemi!!! et firent ainsi tourner contre
eux-mêmes le plan si bien conçu par leur habile général, car l'armée
tout entière les suivit. En effet, chacun ayant quitté son rang pour
courir selon ses forces, les nôtres arrivèrent en désordre et tout
essoufflés devant le front ennemi, qui s'ouvrit tout à coup et laissa
voir les gueules menaçantes d'une double rangée de canons d'une
invention nouvelle. Ces canons étaient si petits, qu'on les voyait à
peine, et nous ne savons comment on avait pu les faire. Ils étaient
charmants, mais ils tuaient beaucoup de monde. Pendant plus d'un quart
d'heure, ils écrasèrent nos troupes. Bientôt on en vint à combattre
à l'arme blanche. On ne saurait croire combien sont terribles et
acharnées ces luttes d'INSECTE à INSECTE. Tout devenait un instrument
de mort entre les pattes des combattants furieux. Les feuilles de
cyprès se changeaient en lances meurtrières, les moindres brins de
bois sec étaient autant de massues, et on entendait au loin le choc
retentissant des cuirasses contre les cuirasses, des corselets contre
les corselets, et des écailles fracassées.

Des ailes brisées, des membres épars, des petites montagnes de morts
et de mourants, du sang partout, tel est l'horrible spectacle que
présentait cette scène de carnage.

Et les Fleurs, captives dans leur prison de verre, voyant ce qui
se passait au-dessus de leur tête, ne savaient que penser de ces
abominables fureurs.


L'aile droite plia la première. Le pied ayant glissé au colonel des
HANNETONS, un des plus braves officiers de l'armée, dans un effort
qu'il faisait pour dégager un peloton qui s'était laissé entourer, il
roula dans la gouttière d'une façon si fâcheuse, qu'il tomba sur le
dos, ce qui est le plus grand malheur qui puisse arriver à un HANNETON.
Une GUÊPE de l'armée ennemie n'eut pas honte d'abuser de la position
d'un adversaire sans défense, et lui passa son dard au travers du corps.

[Illustration]

A cette vue, le régiment que commandait le colonel se débanda. Le
prince BOURDON essaya, mais en vain, d'arrêter les fuyards. C'était une
bataille perdue, le Waterloo de notre cause! Désespéré, et ne voulant
pas survivre à sa défaite, le général en chef se jeta au plus fort de
la mêlée et y trouva ce qu'il y cherchait, la mort des braves! Il tomba
percé de vingt-deux coups, après avoir fait des prodiges de valeur. La
nouvelle de cette mort se répandit en un instant, et la déroute bientôt
fut complète.

L'armée victorieuse ne perdit pas de temps; elle alla bien vite dégager
l'armée de terre qui, ne pouvant faire mieux, était toujours restée
bloquée dans les cours de l'Amphithéâtre.


Nous avons la douleur d'annoncer que le prince Léo a été obligé de
battre en retraite.

[Illustration: Une bonne pluie pourrait encore assurer le triomphe des
bons principes.]

L'armée de terre et l'armée d'air des révoltés ont pu opérer leur
jonction. Elles marchent sur nous,--le bruit paraît se rapprocher,--les
cris deviennent plus distincts,--il nous semble même entendre les
mugissements du BUFFLE et le bruit des pas de l'ÉLÉPHANT.--Le prince
Léo vient d'être tué; parmi nos amis, ceux qui ne sont pas morts nous
abandonnent. C'est à un gouvernement qui tombe qu'il faut demander ce
que valent les dévouements politiques.--Entre les mains de l'esprit de
parti tout devient une arme.--Le bureau des réclamations ne désemplit
pas; le moment est bien choisi! L'émeute est là, à nos portes,--sous
nos fenêtres,--partout.--L'émeute! Mais est-ce une émeute? est-ce une
révolution?

C'est au péril de nos jours que nous informons nos lecteurs de ce qui
se passe.

Hélas! le temps est superbe.--Le soleil est-il donc l'ennemi de tous
les gouvernements légitimes?--Que ne pleut-il à torrents! Une bonne
pluie pourrait encore assurer le triomphe des bons principes.

Qui sait à qui nous obéirons demain? qui sait...


NOTE DU GARÇON DE BUREAU.

  --«Sachant combien mes chefs tenaient à ne pas laisser nos lecteurs
  le bec dans l'eau, je prends la liberté d'écrire à mon tour. Je ne
  m'arrêterai que quand on m'arrêtera.»--

Ces messieurs en étaient là quand la porte d'en bas vola en éclats:
c'était l'ELÉPHANT qui sonnait. La plume tomba des mains de M. le
PERROQUET, ses yeux se fermèrent comme s'il eût pensé à dormir, mais il
n'y pensait pas.

M. le SINGE courut à la fenêtre.

«Que voyez-vous? lui dit le COQ.

--Je vois trouble sur trouble, rassemblement sur rassemblement, complot
sur complot, répondit le SINGE en laissant tomber ses bras en SINGE qui
n'espère plus rien, et qui ne serait pas fâché de pouvoir s'en aller.

--Mille diables! ne cédons pas à la force! criait ce brave M. le COQ
qui ne tremblait que de colère.

--Et à quoi diable céderions-nous, si ce n'est à la force? repartit le
SINGE qui, dans son désespoir, s'arrachait la barbe et se meurtrissait
le visage.

[Illustration: Ces messieurs en étaient là, quand la porte d'en bas
vola en éclats... C'était l'Éléphant qui sonnait.]

--Quoi! s'écria le COQ en lui sautant au collet, vous auriez la lâcheté
de donner votre démission?...

--N'en doutez pas, répondit le SINGE qui devenait pâle comme ce papier:
refuser ce que tous demandent, c'est remuer un nid de GUÊPES. Si l'on
m'y force, je ferai tout ce qu'on voudra; je...»

Il ne put achever. La porte même du cabinet s'ouvrit brusquement.
C'était l'ÉLÉPHANT qui l'avait ouverte, ce fut le RENARD qui entra.

«Arrêtez ces messieurs,» dit ce dernier aux DOGUES qui
l'accompagnaient, en indiquant nos trois rédacteurs en chef. Le
PERROQUET était dans la cheminée, le SINGE s'était caché sous son
fauteuil, M. le COQ était furieux; sa crête n'avait jamais été si
rouge. On les arrêta.

«Que fais-tu là? me dit le RENARD.

--Ce que vous voudrez, Monseigneur, lui répondis-je en tremblant.

--Eh bien, drôle! continue,» me dit-il.

Je continue donc.

Il était entré beaucoup de monde à la suite du RENARD. En entrant,
chacun criait: «Vive monseigneur le RENARD!» Et on avait bien raison,
car je n'ai vu de ma vie un prince si affable.

«Mes amis, disait-il, rien n'est changé dans ce cabinet. Il n'y a ici
qu'un animal de plus.»

Cette belle parole fut couverte d'applaudissements.

Le RENARD prit alors une plume, celle-là même qui venait de servir au
SINGE. Il la tailla avec le canif du SINGE, s'assit dans le fauteuil
du SINGE, devant la table du SINGE, et écrivit les proclamations
suivantes, avec l'encre même du SINGE.


PREMIÈRE PROCLAMATION

  «Habitants du Jardin des Plantes!

«Messieurs le COQ, le SINGE et le PERROQUET ayant donné leur démission,
toute cause de désordre a cessé.

  «LE RENARD,

  «Gouverneur et rédacteur en chef provisoire.»


«Lisez et signez,» dit-il au COQ, au SINGE et au PERROQUET.

Les deux derniers signèrent, mais M. le COQ refusa.

«Je ne me déshonorerai pas, dit-il.

--Nous allons voir,» dit le RENARD.

Il reprit alors la plume et écrivit une nouvelle proclamation de
laquelle il espérait davantage, à ce qu'il paraît. Quand elle fut
écrite, il m'ordonna d'en faire la lecture à haute voix. Je lus donc:


DEUXIÈME PROCLAMATION

  «Habitants du Jardin des Plantes!

«Pendant que vous dormiez, on vous trahissait!!!

«Mais vos amis veillaient pour vous.

«Assez longtemps nous avions courbé la tête sans nous plaindre, le
moment était venu de la relever.

«Ainsi avons-nous fait.

«Par nos soins, une grande et définitive révolution vient de
s'accomplir: les traîtres qui vous gouvernaient et qui vous vendaient
ne vous vendront plus, ne vous gouverneront plus.

«Les fastes de votre histoire apprendront au monde comment se venge
la Nation Animale et ce que pèse sa colère.

«A l'heure qu'il est, justice est faite! l'œuvre est consommée, et
les coupables ont payé de leur vie le mépris qu'ils faisaient du
droit sacré des Bêtes.

«Ils sont pendus.


«_N. B._--Par égard pour ces anciens chefs de notre gouvernement,
on les a pendus à des potences toutes neuves, avec des cordes qui
n'avaient jamais servi.»


M. le COQ écouta cette lecture sans sourciller. Il se contenta de
croiser ses bras derrière son dos, comme il en avait l'habitude, et
parut décidé à ne pas plus bouger que s'il n'avait rien à voir dans ce
qui se passait.

«Mais, dit le SINGE en prenant une voix caressante que je ne lui
connaissais pas, Monseigneur assure que nous sommes pendus, je crois
que Monseigneur se trompe.

--Est-ce que vous songeriez à nous pendre? s'écria le PERROQUET en
sanglotant.

--Mon Dieu non, dit le RENARD, c'est un précédent que je ne tiens
point à établir; mais il faut pourtant que vous ayez l'air d'avoir été
pendus.»

On entendait au dehors les cris de la populace. Une foule innombrable,
composée en grande partie de badauds, de badaudes et de petits enfants
qui demandaient la tête des tyrans, assiégeait l'entrée du cabinet de
rédaction. Tous ceux qui n'avaient pu entrer par la porte voulaient
entrer par les fenêtres, qu'on fut même obligé de fermer.

[Illustration]

«C'est nous qui avons fait la révolution, disaient-ils; ouvrez-nous.

--Patience! leur répondait de temps en temps le RENARD; patience! si
vous êtes sages, on vous donnera de petites médailles.»


Ne rien refuser, mais ne rien donner, c'est avec cela qu'on gouverne.


Les cris: «Mort aux tyrans! mort aux rédacteurs!» redoublaient.


«Vous l'entendez, Messieurs, dit le RENARD, il faut bien faire quelque
chose pour le peuple.--Cependant, ajouta-t-il, si vous trouvez le moyen
de contenter cette multitude en gardant vos têtes, vous les garderez.

--Le moyen? s'écria le SINGE, je l'ai trouvé!» Et, dans sa joie, il
sauta trois fois jusqu'au plafond.


M. le SINGE s'était jadis emparé, dans l'intention sans doute de lui
rendre les derniers honneurs, du corps empaillé d'un Singe de sa race,
dans lequel il croyait avoir reconnu un de ses grands-oncles en ligne
maternelle. Il l'alla chercher, et il fut décidé que le grand-oncle
figurerait au haut de la potence... à la place de son _coquin de
neveu!_ Avant d'envoyer au martyre la précieuse momie, et pour mieux
tromper la multitude, M. le SINGE dut la parer de sa demi-blouse, et
de son bonnet bien connu: ce qu'il fit non sans verser des larmes
abondantes.

«Et maintenant, mon cher monsieur, lui dit le RENARD, si vous voulez
m'en croire, vous vous cacherez, et si bien, que pendant quinze
jours au moins on ne puisse pas plus vous apercevoir que si vous
étiez réellement trépassé; après quoi vous serez libre, je pense, de
reparaître sans danger. Il n'est pas de mort, dans notre beau pays de
France, qui n'ait le droit, au bout de quinze jours, de ressusciter
impunément; le peuple est le plus magnanime des ennemis, il oublie tout.

--Il est aussi le plus infidèle des amis,» murmura le SINGE. Puis,
jetant un dernier, un triste regard sur ces cartons! sur ce bureau! sur
ce cabinet! il disparut.

Oh! destinée!


M. le PERROQUET trouva le moyen d'endoctriner une vieille PERRUCHE
qui l'adorait, et qui consentit à se faire pendre à la place de son
bien-aimé. Le PERROQUET protesta qu'il n'oublierait de sa vie un si
beau dévouement, et la pauvre vieille marcha au supplice le cœur
content et d'un pas ferme. Un quart d'heure après, l'ingrat, rentré
incognito dans la vie privée, était déjà dans l'appartement des jeunes
PERRUCHES.

Quant au COQ, il répondit que la vie ne méritait pas qu'on fît une
lâcheté pour la conserver. Il refusa obstinément de souscrire à toutes
les propositions qui lui furent faites, et comme il tenait à être pendu
en personne... il le fut.

(_N. B._--Le même jour on apprit qu'une belle petite POULE blanche, que
chacun aimait et respectait à cause de sa douceur et de ses vertus,
était morte subitement en apprenant la mort de celui qu'elle aimait.)

La foule, qu'avait attirée le plaisir bien naturel de voir de près
de si grands personnages en l'air, avait eu son spectacle. Quelques
anciens admirateurs des rédacteurs pendus ne revenaient pas de leur
étonnement. «Est-il possible, se disaient-ils, que des Animaux de cette
importance puissent être pendus comme le premier venu! Que va devenir
le monde, qui semblait ne se mouvoir que par eux seuls?»

Un Oiseau dont le nom est resté inconnu publia à ce sujet un pamphlet
dans lequel il développa cette proposition: «Il est bon que celui qui
gouverne ne soit pas tout l'État; car s'il lui arrivait malheur, c'en
serait fait de l'État.»


Après l'exécution, M. le RENARD jugea à propos de rendre publiques les
deux proclamations qu'on vient de lire, et, se trouvant en veine de
proclamer, il joignit à ces deux premières proclamations la troisième
que voici:


TROISIÈME PROCLAMATION

  «Habitants du Jardin des Plantes!

«Investi par votre confiance d'un mandat aussi important que celui de
diriger la seconde et dernière partie de notre histoire nationale,
choisi par votre libre vœu, je crois inutile d'exposer ici des
principes qui m'ont valu vos suffrages.

«C'est à l'œuvre que vous me jugerez; je ne vous ferai point de
promesses, quoique les promesses ne coûtent rien. Je ne vous dirai
point que l'âge d'or va commencer pour vous. Qu'est-ce que l'âge d'or?
Mais je puis vous assurer que quand vous ne trouverez à mon bureau ni
plume, ni encre, ni papier, c'est qu'il n'y aura pas eu moyen de s'en
procurer.

«Ma devise est: Justice pour tous, et sincérité. Rappelez-vous que si
ces mots étaient rayés du dictionnaire, vous les retrouveriez gravés en
caractères ineffaçables dans le cœur d'un Renard.

  «Votre frère et directeur,

  «LE RENARD.»


Ces trois proclamations remplacèrent avantageusement sur les murs
celles du gouvernement déchu. Le dévouement bien connu de l'afficheur
Bertrand à l'ancienne rédaction le rendait justement suspect à
Monseigneur, et l'affichage fut confié à Pyrame, ex-employé de
Bertrand, qui promit au gouvernement nouveau des colles encore plus
fortes que celles de son maître. Après une révolution, il est juste que
les derniers deviennent les premiers. Les révolutions n'ont peut-être
pas d'autre but.

Ces proclamations furent en outre lues, criées, chantées, aboyées,
sifflées partout, et leur effet a été immense. L'espoir est rentré dans
tous les cœurs. Tout le monde s'embrasse; le moins qu'on puisse faire
c'est de se serrer tendrement les pattes. Quand on aura jeté un peu de
terre sur les morts, qui pourra dire qu'une révolution a passé par là?

Quelques-uns de ces Animaux qui veulent se rendre compte de tout,
qui fouillent partout, qui trouvent tout mal, ne pouvant nier que
Monseigneur le RENARD soit rédacteur en chef, se demandent par qui il a
été nommé.

Eh! mon Dieu, que vous importe, pourvu qu'il l'ait été? On se nomme
soi-même, et on n'en est pas moins nommé pour cela.


Monseigneur ayant, ce matin, jeté les yeux sur mon travail, a daigné me
dire qu'il était à peu près content de moi et qu'il voulait récompenser
mon zèle. Hier encore j'étais garçon de bureau... aujourd'hui je suis
secrétaire particulier de Son Altesse! Hier on me marchait sur les
pattes, aujourd'hui on me les lèche! Évidemment je suis quelque chose,
je puis quelque chose.

J'ai profité de l'occasion pour apprendre à Son Altesse que j'avais été
Chien de cour dans un collége.

«Je vous en félicite, me dit mon maître, c'est encore une des plus
profitables manières d'être Chien qui existe. Au moins, si l'on ne
sait rien en sortant du collége, on a l'air de savoir quelque chose:
l'important ce n'est pas d'être, c'est de paraître.»

On dit que je me suis vendu, on se trompe: j'ai été acheté, voilà tout;
du reste, la place qui vient de m'être donnée a cet avantage sur la
plupart des autres places, qu'on ne l'a enlevée à personne pour me la
donner. Elle a été créée exprès pour moi.


On sonne.--C'est une députation des notables Animaux du Jardin.

«Nous venons, dit le chef de la députation, représenter humblement à
Votre Altesse qu'il manque quelque chose à notre glorieuse révolution.

--Quoi donc? dit le RENARD.

--Sire, répondit M. le député, que dirait la postérité si elle
apprenait que nous avons fait une révolution sans boire ni manger?

--Messieurs, leur dit Sa Majesté RENARD Ier, je vois avec plaisir que
vous n'oubliez rien, et que la patrie peut compter sur vous. Allons
dîner.»

[Illustration: On sonne... C'est une députation des _notables_ Animaux
du Jardin.]

La prairie qui se trouve en face de l'Amphithéâtre servit de salle
à manger. Il avait été résolu qu'on se passerait de table, pour que
chacun pût jouir d'une liberté illimitée dans cette fête nationale, et
qu'on mangerait comme on l'entendrait, qui son foin, qui son grain, qui
ses végétaux, le repas devant être tout pythagoricien, en dépit des
Animaux carnassiers qui ne trouvaient pas leur compte à cette maigre
chair. Mais il eût été dérisoire de s'entre-manger dans une assemblée
où il ne devait être question que d'union et de fraternité.

[Illustration]

Les honneurs de la réunion furent faits par des commissaires qui
s'étaient choisis eux-mêmes comme étant les plus huppés. Monseigneur
le RENARD fut naturellement nommé président du banquet. Comme on
connaissait ses goûts, on lui donna pour voisins, d'un côté, un OISON,
de l'autre, une jeune POULE D'INDE. Mais ces oiseaux, qui n'avaient pas
d'ambition, ne parurent pas très-touchés de l'insigne honneur qu'on
leur avait fait, et soit ignorance du monde, soit patriotisme, ils se
tinrent constamment à une distance assez grande de leur illustre voisin.

Comme les Insectes avaient joué un très-beau rôle dans cette journée,
et qu'on ne pouvait se dissimuler qu'on leur devait tout, il avait bien
fallu se résigner à leur faire une petite place. On les avait donc
relégués à une des extrémités de la salle, en leur faisant entendre
qu'on leur donnait la place d'honneur, et de temps en temps on laissait
passer de leur côté quelques brins de cette mauvaise herbe qui pousse
toujours et dont personne ne voulait plus. Au fond, ils n'étaient pas
très-contents; mais on leur disait tant de choses flatteuses, qu'ils
finirent par se montrer satisfaits.

Du reste, les ingénus qui étaient venus avec l'intention de dîner
avaient compté sans leur hôte. Ce repas ressembla à tous les repas de
ce genre. Ceux qui n'avaient guère faim eurent seuls assez à manger;
mais à l'exception de quelques-uns qui prenaient tout, personne ne put
se vanter d'en avoir eu à bouche que veux-tu.

On y parla plus qu'on n'y dîna. Les plus hautes questions furent
nécessairement mises sur le tapis. Il fallait entendre tout ce qui
se disait sur l'ancienne rédaction! Pauvre vieux LIÈVRE, de quoi
te mêlais-tu? Infortuné PAPILLON, CHATTE sans mœurs, orgueilleux
FRIQUET, et vous, sensible DUCHESSE, et toi surtout, LÉZARD inutile!
comment vous traita-t-on? Combien de vérités vous furent dites! Que
n'étiez-vous là? Pourquoi êtes-vous morts? c'était pourtant le moment
de vivre et de vous amender. «Où allions-nous? où allions-nous?
s'écriait-on de tous côtés; et quelle bonne idée nous avons eu de faire
une révolution!--Quand ceux qui gouvernent n'en font pas, il faut bien
que ceux qui sont gouvernés en fassent,» disait LE SANGLIER. Et puis
chacun faisait ses plans, racontait ses projets: «Je dirai blanc.--Je
dirai noir.--Je dirai rouge.--J'aurai de l'esprit.--Je suis une Bête de
génie, etc., etc.» Voilà ce qu'on entendait.

LE RENARD écoutait tout le monde, souriait à tout le monde, avait
un mot agréable pour tout le monde, contentait tout le monde enfin,
ou peu s'en faut. «Vous ne mangez pas,» disait-il au GLOUTON.--Et à
L'OURS BLANC: «Seriez-vous malade? Je vous trouve un peu pâle.»--Et à
son vis-à-vis: «LES LOUPS n'ont-ils plus de dents?»--Et au PINGOUIN
qui bâillait: «Vous amusez-vous?»--Et à L'AIGLE BLANC: «Espérez, la
nationalité polonaise ne périra pas.»--«Mais parlez donc,» disait-il au
MERLE.--«Creusez-vous toujours?» disait-il au MULOT. Et à tous enfin,
il répétait: «Mes bons amis, vous écrirez tout ce que vous voudrez.»

Enfin le grand moment arriva, le moment de boire et de porter des
toasts, et de parler tout seul et tout debout. Vous eussiez vu chacun
se prendre la tête à deux pattes, se gratter le front, et remuer les
lèvres, et répéter tout bas le toast qu'il s'agissait d'improviser.

Malheureusement, l'ordre des toasts avait été réglé d'avance, et
non-seulement l'ordre, mais encore le nombre. Peu s'en fallut que la
chose ne fût mal prise. «Passe encore de jeûner, disait-on, mais on
peut mourir d'un toast rentré. De quoi ne meurt-on pas?»

Malgré cette sage précaution, il y en eut encore en si grand nombre,
que j'essayerais en vain de les énumérer. Après chacun, des CANES et
leurs CANETONS jouèrent des airs de mirliton qui ne contribuèrent pas
peu à l'agrément de la compagnie.

Comme on le pense bien, le premier toast fut pour la liberté. Ceci est
de tradition, et ce n'est certes pas la faute de ceux qui dînent si
cette pauvre liberté n'est pas en meilleure santé.

Par une courtoisie du meilleur goût, le deuxième fut pour les dames, et
il était conçu en ces termes: «Au sexe qui embellit la vie!» Un murmure
flatteur accueillit ce toast, qui fut porté par un aimable HIPPOPOTAME,
dont la galanterie était d'ailleurs bien connue.

Vers la fin du repas, on vint à bout de s'égayer au moyen d'une
fontaine défoncée, et chacun put non-seulement se désaltérer, mais
encore se mettre en pointe de gaieté.

La joie est communicative, et bientôt il n'y eut plus moyen de
l'arrêter. Toute affaire cessante, on résolut de se divertir.--C'était
un parti pris.--Il fut convenu qu'on n'obéirait plus à personne, qu'on
dirait tout ce qu'on voudrait, et qu'on ne penserait plus à rien. On en
avait assez des intérêts de la nation future, de la politique future et
de la rédaction future, et on ne voulait plus que rire et chanter.--On
s'égosilla;--et le repas se termina comme tous les repas où l'on se
propose de changer la face de l'univers: on s'endormit.

Le lendemain et les jours suivants, les convives s'aperçoivent que
l'univers n'a pas bougé, que ce n'est ni en buvant ni en mangeant qu'on
lui imprime une autre direction, et qu'il faut recommencer à vivre
comme devant, ce qui n'est pas toujours aussi facile qu'on se l'imagine.

C'était du moins l'avis de Monseigneur LE RENARD. Il se réveillait
avec une espèce de couronne sur la tête, et quoiqu'il s'en fût coiffé
lui-même en s'appropriant ce mot célèbre: «Gare à qui la touche!» je
crois qu'intérieurement il donnait quelques regrets à son simple bonnet
de coton. La journée de la veille l'avait un peu dégoûté des grandeurs,
et il s'en souvenait comme d'une rude journée. Ce n'est pas le tout que
de s'emparer du pouvoir, il faut encore trouver le moyen de s'y établir
commodément, et Son Altesse, qui ne se faisait pas d'illusion, trouvait
la chose difficile.

[Illustration: Au sexe qui embellit la vie!!! Un murmure flatteur
accueillit ce toast, qui fut porté par un aimable Hippopotame.]


«PREMIÈREMENT, se dit-il, je fuirai les fêtes populaires, je les fuirai
comme la peste.


«DEUXIÈMEMENT, je cesserai de prendre la patte à tout le monde. Pour
une patte propre, combien qui ne le sont pas! Sans compter, ajouta-t-il
en me montrant sa fourrure ensanglantée, que quelques-uns serrent
très-fort et à ongles ouverts.


«TROISIÈMEMENT, comme, à tout prendre, mon sceptre est une simple
plume, ce qui ne peut pas être très-lourd à porter, il faut que ma
royauté me soit légère tout autant qu'aux autres. A cette fin je n'en
prendrai qu'à mon aise, et tout n'en ira que mieux, et je mettrai tant
de persistance à ne rien faire...


--Qu'on vous surnommera le Napoléon des RENARDS, Monseigneur, lui
dis-je, et qu'on fera bien.

--C'est pourquoi, dit Son Altesse, qui fit semblant de ne pas avoir
entendu, je vais faire une petite Charte. Une nation qui a une Charte
est une nation qui ne manque de rien.


«Voici ma Charte, me dit-il; elle n'a que deux articles, mais s'ils
sont bons, c'en est assez:


I

«Toutes les Bêtes sachant lire et écrire, et surtout compter, ayant
une bonne cabane au soleil, du foin dans leur râtelier et des amis
puissants, étant égales devant la loi, il est promis justice et
protection à toutes.

«En conséquence, afin que les Grands du Jardin des Plantes puissent
jouir de toutes leurs aises, nous enjoignons aux petits qu'ils aient
à se priver du peu qu'ils ont, et à se rapetisser au point de devenir
imperceptibles et impalpables.--Si bien que les petits ne tenant plus
de place du tout, les Grands puissent avoir, comme c'est leur droit,
leurs coudées franches, ne manquer de rien et n'être gênés en rien.


II

«Comme il n'est pas possible que tout le monde soit content, ceux
qui ne le seront pas auront tort de s'en étonner, mais ils auront le
droit de s'en plaindre.--Le droit de pétition est donc solennellement
reconnu.--Qu'on se le dise.

«Mais attendu que les moments d'un rédacteur sont précieux, et qu'il
lui serait impossible d'accorder toutes les audiences qu'on lui
demanderait, il est interdit d'apporter soi-même ses pétitions au pied
de son auguste fauteuil; les réclamations ne seront reçues qu'autant
qu'elles arriveront écrites et franches de port, et ne seront lues
qu'autant qu'il aura été possible de les lire.»

[Illustration]

Messieurs les Animaux ne se le firent pas dire deux fois; et, toute
Bête aimant à se plaindre, les pétitions arrivèrent par charretées;
l'air et la terre étaient encombrés de messagers, de porteurs et de
courriers de toutes sortes. Chacun avait un petit malheur particulier
au bout de la patte pour demander l'aumône d'une réforme générale en sa
faveur; et la petite Charte n'était pas promulguée depuis deux heures,
qu'il y avait des pétitions plein la maison, plein les caves et les
greniers, et encore des monceaux à la porte.

«Les grimauds, dit LE RENARD en riant dans sa barbe de se voir pris au
mot; jusques à quand croiront-ils que les gouvernements sont créés et
mis au monde pour les protéger et s'occuper d'eux?

«Voyons pourtant ces pétitions, dit-il, et fermons les yeux pour plus
d'impartialité.»

Il en ouvrit une, la première venue, au hasard: c'était celle du BUTOR.
Elle était couverte d'un nombre incalculable de signatures de toutes
sortes, écrites en toutes les langues et dans tous les patois, et de
petites croix surtout, le nombre des Bêtes qui ne savent pas signer
leur nom étant, à ce qu'il paraît, considérable.

Elle était conçue en ces termes:


«Nous, soussignés, déclarons que nous en avons assez du tableau de nos
discordes civiles. Le présent article est si long, que la fin nous a
fait complétement oublier le commencement. Nous demandons à grands cris
qu'il finisse, et que celui du MERLE BLANC commence.»

  _Suivent les signatures et les petites croix._


«Voilà une pétition que j'aime, dit le RENARD, elle nous dispense
d'ouvrir les autres. Et quant au reste, ajouta-t-il, ma foi, au diable
les pétitionnaires, et au feu les pétitions!»

Aussitôt dit, aussitôt fait.

On brûla tout; et jamais, de mémoire d'Hommes ou de Bêtes, il ne
s'était vu un si grand feu.


Quand on vit ce feu, ce furent des réjouissances universelles.

«C'est un feu de joie, se disait-on, notre gouvernement est content,
tout va bien! Vive notre nouveau rédacteur en chef!»


_N. B._--Les pétitionnaires se réjouissaient plus que les autres.


_Et jam plaudite cives!_


Et puisque vous applaudissez, de quoi vous plaignez-vous?

  P. J. STAHL.



HISTOIRE

D'UN

MERLE BLANC

[Illustration]


I

QU'IL est glorieux, mais qu'il est pénible d'être en ce monde un Merle
exceptionnel! Je ne suis point un Oiseau fabuleux, et M. de Buffon m'a
décrit. Mais, hélas! je suis extrêmement rare, et très-difficile à
trouver. Plût au ciel que je fusse tout à fait impossible!

Mon père et ma mère étaient deux bonnes gens qui vivaient, depuis
nombre d'années, au fond d'un vieux jardin retiré du Marais. C'était
un ménage exemplaire. Pendant que ma mère, assise dans un buisson
fourré, pondait régulièrement trois fois par an, et couvait, tout en
sommeillant, avec une religion patriarcale, mon père, encore fort
propre et fort pétulant malgré son grand âge, picorait autour d'elle
toute la journée, lui apportant de beaux Insectes qu'il saisissait
délicatement par le bout de la queue pour ne pas dégoûter sa femme,
et, la nuit venue, il ne manquait jamais, quand il faisait beau, de
la régaler d'une chanson qui réjouissait tout le voisinage. Jamais une
querelle, jamais le moindre nuage n'avait troublé cette douce union.

A peine fus-je venu au monde, que, pour la première fois de sa vie, mon
père commença à montrer de la mauvaise humeur. Bien que je ne fusse
encore que d'un gris douteux, il ne reconnaissait en moi ni la couleur,
ni la tournure de sa nombreuse postérité. «Voilà un sale enfant,
disait-il quelquefois en me regardant de travers; il faut que ce
gamin-là aille apparemment se fourrer dans tous les plâtras et tous les
tas de boue qu'il rencontre, pour être toujours si laid et si crotté.

--Eh! mon Dieu, mon ami, répondit ma mère, toujours roulée en boule sur
une vieille écuelle dont elle avait fait son nid, ne voyez-vous pas que
c'est de son âge? Et vous-même, dans votre jeune temps, n'avez-vous
pas été un charmant vaurien? Laissez grandir notre Merlichon, et vous
verrez comme il sera beau; il est des mieux que j'aie pondus.»

Tout en prenant ainsi ma défense, ma mère ne s'y trompait pas; elle
voyait pousser mon fatal plumage, qui lui semblait une monstruosité,
mais elle faisait comme toutes les mères, qui s'attachent souvent à
leurs enfants, par cela même qu'ils sont maltraités de la nature, comme
si la faute en était à elles, ou comme si elles repoussaient d'avance
l'injustice du sort qui doit les frapper.

Quand vint le temps de ma première mue, mon père devint tout à fait
pensif et me considéra attentivement. Tant que mes plumes tombèrent,
il me traita encore avec assez de bonté et me donna même la pâtée, me
voyant grelotter presque nu dans un coin; mais dès que mes pauvres
ailerons transis commencèrent à se recouvrir du duvet, à chaque plume
blanche qu'il vit paraître, il entra dans une telle colère, que je
craignis qu'il ne me plumât pour le reste de mes jours. Hélas! je
n'avais pas de miroir; j'ignorais le sujet de cette fureur, et je
me demandais pourquoi le meilleur des pères se montrait pour moi si
barbare.

Un jour qu'un rayon de soleil et ma fourrure naissante m'avaient mis,
malgré moi, le cœur en joie, comme je voltigeais dans une allée, je me
mis, pour mon malheur, à chanter. A la première note qu'il entendit,
mon père sauta en l'air comme une fusée.

«Qu'est-ce que j'entends là? s'écria-t-il; est-ce ainsi qu'un Merle
siffle? est-ce ainsi que je siffle? est-ce là siffler?»

Et s'abattant près de ma mère avec la contenance la plus terrible:

«Malheureuse, dit-il, qui est-ce qui a pondu dans ton nid?»

A ces mots, ma mère indignée s'élança de son écuelle, non sans se
faire du mal à une patte; elle voulut parler, mais ses sanglots
la suffoquaient; elle tomba à terre à demi pâmée. Je la vis près
d'expirer; épouvanté et tremblant de peur, je me jetai aux genoux de
mon père.

«O mon père, lui dis-je, si je siffle de travers, et si je suis mal
vêtu, que ma mère n'en soit point punie! Est-ce sa faute si la nature
m'a refusé une voix comme la vôtre? Est-ce sa faute si je n'ai pas
votre beau bec jaune et votre bel habit noir à la française, qui vous
donnent l'air d'un marguillier en train d'avaler une omelette? Si le
ciel a fait de moi un monstre, et si quelqu'un doit en porter la peine,
que je sois du moins le seul malheureux!

--Il ne s'agit pas de cela, dit mon père; que signifie la manière
absurde dont tu viens de te permettre de siffler? qui t'a appris à
siffler ainsi contre tous les usages et toutes les règles?

--Hélas! monsieur, répondis-je humblement, j'ai sifflé comme je
pouvais, me sentant gai parce qu'il fait beau, et ayant peut-être mangé
trop de Mouches.

--On ne siffle pas ainsi dans ma famille, reprit mon père hors de
lui. Il y a des siècles que nous sifflons de père en fils, et lorsque
je fais entendre ma voix la nuit, apprends qu'il y a ici au premier
étage un monsieur, et au grenier une jeune grisette, qui ouvrent leurs
fenêtres pour m'entendre. N'est-ce pas assez que j'aie devant les yeux
l'affreuse couleur de tes sottes plumes qui te donnent l'air enfariné
comme un paillasse de la foire? Si je n'étais le plus pacifique des
Merles, je t'aurais déjà cent fois mis à nu, ni plus ni moins qu'un
Poulet de basse-cour prêt à être embroché.

--Eh bien! m'écriai-je, révolté de l'injustice de mon père, s'il en
est ainsi, monsieur, qu'à cela ne tienne! je me déroberai à votre
présence, je délivrerai vos regards de cette malheureuse queue blanche
par laquelle vous me tirez toute la journée. Je partirai, monsieur, je
fuirai; assez d'autres enfants consoleront votre vieillesse, puisque
ma mère pond trois fois par an; j'irai loin de vous cacher ma misère,
et peut-être, ajoutai-je en sanglotant, peut-être trouverai-je dans
le potager du voisin ou sur les gouttières quelques Vers de terre ou
quelques Araignées pour soutenir ma triste existence.

--Comme tu voudras, répliqua mon père, loin de s'attendrir à ce
discours; que je ne te voie plus! Tu n'es pas mon fils; tu n'es pas un
Merle.

[Illustration]

--Et que suis-je donc, monsieur, s'il vous plaît?

--Je n'en sais rien, mais tu n'es pas un Merle.»

Après ces paroles foudroyantes, mon père s'éloigna à pas lents. Ma mère
se releva tristement et alla, en boitant, achever de pleurer dans son
écuelle. Pour moi, confus et désolé, je pris mon vol du mieux que je
pus, et j'allai, comme je l'avais annoncé, me percher sur la gouttière
d'une maison voisine.


II

Mon père eut l'inhumanité de me laisser pendant plusieurs jours dans
cette situation mortifiante. Malgré sa violence, il avait bon cœur, et,
aux regards détournés qu'il me lançait, je voyais bien qu'il aurait
voulu me pardonner et me rappeler; ma mère, surtout, levait sans cesse
vers moi des yeux pleins de tendresse, et se risquait même parfois à
m'appeler d'un petit cri plaintif; mais mon horrible plumage blanc leur
inspirait, malgré eux, une répugnance et un effroi auxquels je vis bien
qu'il n'y avait point de remède.

«Je ne suis point un Merle!» me répétais-je; et, en effet, en
m'épluchant le matin, et en me mirant dans l'eau de la gouttière, je
ne reconnaissais que trop clairement combien je ressemblais peu à ma
famille. «O ciel! répétais-je encore, apprends-moi donc ce que je suis!»

Une certaine nuit qu'il pleuvait à verse, j'allais m'endormir exténué
de faim et de chagrin, lorsque je vis se poser près de moi un oiseau
plus mouillé, plus pâle et plus maigre que je ne le croyais possible.
Il était à peu près de ma couleur, autant que j'en pus juger à travers
la pluie qui nous inondait; à peine avait-il sur le corps assez de
plumes pour habiller un Moineau, et il était plus gros que moi. Il me
sembla, au premier abord, un oiseau tout à fait pauvre et nécessiteux;
mais il gardait, en dépit de l'orage qui maltraitait son front presque
tondu, un air de fierté qui me charma. Je lui fis modestement une
grande révérence à laquelle il répondit par un coup de bec qui faillit
me jeter à bas de la gouttière. Voyant que je me grattais l'oreille et
que je me retirais avec componction, sans essayer de lui répondre en sa
langue:

«Qui es-tu? me demanda-t-il d'une voix aussi enrouée que son crâne
était chauve.

--Hélas! monseigneur, répondis-je (craignant une seconde estocade), je
n'en sais rien. Je croyais être un Merle, mais l'on m'a convaincu que
je n'en suis pas un.»

La singularité de ma réponse jointe à mon air de sincérité
l'intéressèrent. Il s'approcha de moi et me fit conter mon histoire,
ce dont je m'acquittai avec toute la tristesse et toute l'humilité qui
convenaient à ma position et au temps affreux qu'il faisait.

«Si tu étais un Ramier comme moi, me dit-il après m'avoir écouté, les
niaiseries dont tu t'affliges ne t'inquiéteraient pas un moment. Nous
voyageons, c'est là notre vie, et nous avons bien nos amours, mais je
ne sais qui est mon père: fendre l'air, traverser l'espace, voir à nos
pieds les monts et les plaines, respirer l'azur même des cieux, et non
les exhalaisons de la terre, courir comme la flèche à un but marqué qui
ne nous échappe jamais, voilà notre plaisir et notre vie. Je fais plus
de chemin en un jour qu'un Homme n'en peut faire en six.

--Sur ma parole, monsieur, dis-je un peu enhardi, vous êtes un Oiseau
bohémien.

--C'est encore une chose dont je ne me soucie guère, reprit-il; je n'ai
point de pays; je ne connais que trois choses: les voyages, ma femme et
mes petits. Où est ma femme, là est ma patrie.

--Mais qu'avez-vous là qui vous pend au cou? C'est comme une vieille
papillote chiffonnée.

--Ce sont des papiers d'importance, répondit-il en se rengorgeant; je
vais à Bruxelles, de ce pas, et je porte au célèbre banquier *** une
nouvelle qui va faire baisser la rente d'un franc soixante-dix-huit
centimes.

--Juste Dieu! m'écriai-je, c'est une bien belle existence que la vôtre,
et Bruxelles, j'en suis sûr, doit être une ville bien curieuse à voir.
Ne pourriez-vous pas m'emmener avec vous? Puisque je ne suis pas un
Merle, je suis peut-être un Pigeon Ramier.

--Si tu en étais un, répliqua-t-il, tu m'aurais rendu le coup de bec
que je t'ai donné tout à l'heure.

--Eh bien! monsieur, je vous le rendrai, ne nous brouillons pas pour
si peu de chose. Voilà le matin qui paraît et l'orage qui s'apaise. De
grâce, laissez-moi vous suivre! Je suis perdu, je n'ai plus rien au
monde; si vous me refusez, il ne me reste plus qu'à me noyer dans cette
gouttière.

--Eh bien! en route! suis-moi si tu peux.»

Je jetai un dernier regard sur le jardin où dormait ma mère; une larme
coula de mes yeux, le vent et la pluie l'emportèrent; j'ouvris mes
ailes et je partis.


III

Mes ailes, je l'ai dit, n'étaient pas encore bien robustes; tandis
que mon conducteur allait comme le vent, je m'essoufflais à ses
côtés; je tins bon pendant quelque temps; mais bientôt il me prit un
éblouissement si violent, que je me sentis près de défaillir.

«Y en a-t-il encore pour longtemps? demandai-je d'une voix faible.

--Non, me répondit-il, nous sommes au Bourget, nous n'avons plus que
soixante lieues à faire.»

J'essayai de reprendre courage, ne voulant pas avoir l'air d'une Poule
mouillée, et je volai encore un quart d'heure, mais, pour le coup,
j'étais rendu.

«Monsieur, bégayai-je de nouveau, ne pourrait-on pas s'arrêter un
instant? J'ai une soif horrible qui me tourmente, et, en nous perchant
sur un arbre...

--Va-t'en au diable! tu n'es qu'un Merle!» me répondit le Ramier en
colère; et, sans daigner tourner la tête, il continua son voyage
enragé. Quant à moi, abasourdi et n'y voyant plus, je tombai dans un
champ de blé.

J'ignore combien de temps dura mon évanouissement; lorsque je repris
connaissance, ce qui me revint d'abord en mémoire fut la dernière
parole du Ramier: «Tu n'es qu'un Merle,» m'avait-il dit. «O mes chers
parents! pensai-je, vous vous êtes donc trompés? Je vais retourner près
de vous; vous me reconnaîtrez pour votre vrai et légitime enfant, et
vous me rendrez ma place dans ce bon petit tas de feuilles qui est sous
l'écuelle de ma mère.»

Je fis un effort pour me lever; mais la fatigue du voyage et la douleur
que je ressentais de ma chute me paralysaient tous les membres. A peine
me fus-je dressé sur mes pattes, que la défaillance me reprit, et je
retombai sur le flanc.

L'affreuse pensée de la mort se présentait déjà à mon esprit, lorsque,
à travers les bluets et les coquelicots, je vis venir à moi, sur la
pointe du pied, deux charmantes personnes. L'une était une petite Pie
fort bien mouchetée et extrêmement coquette, et l'autre une Tourterelle
couleur de rose. La Tourterelle s'arrêta, à quelques pas de distance,
avec un grand air de pudeur et de compassion pour mon infortune; mais
la Pie s'approcha en sautillant de la manière la plus agréable du monde.

[Illustration]

«Eh! bon Dieu! pauvre enfant, que faites-vous là? me demanda-t-elle
d'une voix folâtre et argentine.

--Hélas! madame la marquise, répondis-je (car c'en devait être une,
pour le moins), je suis un pauvre diable de voyageur que son postillon
a laissé en route, et je suis en train de mourir de faim.

--Sainte Vierge! que me dites-vous?» répondit-elle; et aussitôt elle se
mit à voltiger çà et là sur les buissons qui nous entouraient, allant
et venant de côté et d'autre, m'apportant quantité de baies et de
fruits, dont elle fit un petit tas près de moi, tout en continuant ses
questions:

«Mais qui êtes-vous? mais d'où venez-vous? C'est une chose incroyable
que votre aventure! Et où alliez-vous? Voyager seul, si jeune, car vous
sortez de votre première mue! Que font vos parents? d'où sont-ils?
comment vous laissent-ils dans cet état-là? Mais c'est à faire dresser
les plumes sur la tête!»

Pendant qu'elle parlait, je m'étais soulevé un peu de côté et je
mangeais de grand appétit. La Tourterelle restait immobile, me
regardant toujours d'un œil de pitié. Cependant elle remarqua que je
retournais la tête d'un air languissant, et elle comprit que j'avais
soif. De la pluie tombée dans la nuit une goutte restait sur un brin
de mouron; elle recueillit timidement cette goutte dans son bec et me
l'apporta toute fraîche. Certainement, si je n'eusse pas été si malade,
une personne si réservée ne se serait jamais permis une pareille
démarche.

Je ne savais pas encore ce que c'est que l'amour, mais mon cœur battait
violemment. Partagé entre deux émotions diverses, j'étais pénétré d'un
charme inexprimable. Ma panetière était si gaie, mon échanson si pensif
et si doux, que j'aurais voulu déjeuner ainsi pendant toute l'éternité.
Malheureusement tout a un terme, même l'appétit d'un convalescent. Le
repas fini, et mes forces revenues, je satisfis la curiosité de la
petite Pie, et lui racontai mes malheurs avec autant de sincérité que
je l'avais fait la veille devant le Pigeon. La Pie m'écouta avec plus
d'attention qu'il ne semblait devoir lui appartenir, et la Tourterelle
me donna des marques charmantes de sa profonde sensibilité. Mais
lorsque j'en fus à toucher le point capital qui causait ma peine,
c'est-à-dire l'ignorance où j'étais de moi-même:

«Plaisantez-vous? s'écria la Pie, vous, un Merle! vous, un Pigeon!
Fi donc! vous êtes une Pie, mon cher enfant, Pie s'il en fut, et
très-gentille Pie, ajouta-t-elle en me donnant un petit coup d'aile,
comme qui dirait un coup d'éventail.

--Mais, madame la marquise, répondis-je, il me semble que pour une Pie
je suis d'une couleur, ne vous en déplaise...

[Illustration: Pendant qu'elle parlait, je m'étais soulevé un peu de
côté.]

--Une Pie russe, mon cher, vous êtes une Pie russe! Vous ne savez pas
qu'elles sont blanches? Pauvre garçon, quelle innocence!

--Mais, madame, repris-je, comment serais-je une Pie russe, étant né au
fond du Marais, dans une vieille écuelle cassée?

--Ah! le bon enfant! Vous êtes de l'invasion, mon cher; croyez-vous
qu'il n'y ait que vous? Fiez-vous à moi, et laissez-vous faire; je
veux vous emmener tout à l'heure et vous montrer les plus belles choses
de la terre.

--Où cela, madame, s'il vous plaît?

--Dans mon palais vert, mon mignon. Vous verrez quelle vie on y mène!
Vous n'aurez pas plutôt été Pie un quart d'heure que vous ne voudrez
plus entendre parler d'autre chose. Nous sommes là une centaine, non
pas de ces grosses Pies de village qui demandent l'aumône sur les
grands chemins, mais toutes nobles et de bonne compagnie, effilées,
lestes et pas plus grosses que le poing. Pas une de nous n'a ni plus
ni moins de sept marques noires et de cinq marques blanches; c'est une
chose invariable, et nous méprisons le reste du monde. Les marques
noires vous manquent, il est vrai, mais votre qualité de Russe suffira
pour vous faire admettre. Notre vie se compose de deux choses: caqueter
et nous attifer. Depuis le matin jusqu'à midi nous nous attifons, et
depuis midi jusqu'au soir nous caquetons. Chacune de nous perche sur
un arbre, le plus haut et le plus vieux possible. Au milieu de la
forêt s'élève un chêne immense, inhabité, hélas! C'était la demeure
du feu roi Pie X, où nous allons en pèlerinage, en poussant de bien
gros soupirs; mais, à part ce léger chagrin, nous passons le temps à
merveille. Nos femmes ne sont pas plus bégueules que nos maris ne sont
jaloux, mais nos plaisirs sont purs et honnêtes, parce que notre cœur
est aussi noble que notre langage est libre et joyeux. Notre fierté n'a
pas de bornes, et si un Geai ou toute autre canaille vient par hasard à
s'introduire chez nous, nous le plumons impitoyablement. Mais nous n'en
sommes pas moins les meilleures gens du monde, et les Passereaux, les
Mésanges, les Chardonnerets, qui vivent dans nos taillis, nous trouvent
toujours prêts à les aider, à les nourrir et à les défendre. Nulle
part il n'y a plus de caquetage que chez nous, et nulle part moins de
médisance. Nous ne manquons pas de vieilles Pies dévotes, qui disent
leurs patenôtres toute la journée, mais la plus éventée de nos jeunes
commères peut passer, sans crainte d'un coup de bec, près de la plus
sévère douairière. En un mot, nous vivons de plaisir, d'honneur, de
bavardage, de gloire et de chiffons.

--Voilà qui est fort beau, madame, répliquai-je, et je serais
certainement mal appris de ne point obéir aux ordres d'une
personne comme vous. Mais avant d'avoir l'honneur de vous suivre,
permettez-moi, de grâce, de dire un mot à cette bonne demoiselle qui
est ici.--Mademoiselle, continuai-je en m'adressant à la Tourterelle,
parlez-moi franchement, je vous en supplie; pensez-vous que je sois
véritablement une Pie russe?»

A cette question, la Tourterelle baissa la tête et devint rouge-pâle
comme les rubans de Lolotte.

«Mais, monsieur, dit-elle, je ne sais si je puis...

--Au nom du ciel! parlez, mademoiselle; mon dessein n'a rien qui puisse
vous offenser, bien au contraire. Vous me paraissez toutes deux si
charmantes, que je fais ici le serment d'offrir mon cœur et ma patte à
celle de vous qui en voudra, dès l'instant que je saurai si je suis Pie
ou autre chose; car en vous regardant, ajoutai-je, parlant un peu plus
bas à la jeune personne, je me sens je ne sais quoi de Tourtereau qui
me tourmente singulièrement.

--Mais, en effet, dit la Tourterelle en rougissant encore davantage, je
ne sais si c'est le reflet du soleil qui tombe sur vous à travers ces
coquelicots, mais votre plumage me semble avoir une légère teinte...»

Elle n'osa en dire plus long. «O perplexité! m'écriai-je, comment
savoir à quoi m'en tenir? comment donner mon cœur à l'une de vous,
lorsqu'il est si cruellement déchiré? O Socrate! quel précepte
admirable, mais difficile à suivre, tu nous as donné, quand tu as dit:
«Connais-toi toi-même!»

Depuis le jour où une malheureuse chanson avait si fort contrarié mon
père, je n'avais pas fait usage de ma voix. En ce moment il me vint
à l'esprit de m'en servir comme d'un moyen pour discerner la vérité.
«Parbleu! pensais-je, puisque monsieur mon père m'a mis à la porte dès
le premier couplet, c'est bien le moins que le second produise quelque
effet sur ces dames.» Ayant donc commencé par m'incliner poliment,
comme pour réclamer l'indulgence, à cause de la pluie que j'avais
reçue, je me mis d'abord à siffler, puis à gazouiller, puis à faire des
roulades, puis enfin à chanter à tue-tête, comme un muletier espagnol,
en plein vent.

A mesure que je chantais, la petite Pie s'éloignait de moi d'un air
de surprise qui devint bientôt de la stupéfaction, puis qui passa à
un sentiment d'effroi accompagné d'un profond ennui. Elle décrivait
des cercles autour de moi, comme un Chat autour d'un morceau de lard
trop chaud qui vient de le brûler, mais auquel il voudrait pourtant
goûter encore. Voyant l'effet de mon épreuve, et voulant la pousser
jusqu'au bout, plus la pauvre marquise montrait d'impatience, plus je
m'égosillais à chanter. Elle résista pendant vingt-cinq minutes à mes
mélodieux efforts; enfin, n'y pouvant plus tenir, elle s'envola à
grand bruit et regagna son palais de verdure. Quant à la Tourterelle,
elle s'était, presque dès le commencement, profondément endormie.

«Admirable effet de l'harmonie! pensai-je. O Marais! ô écuelle
maternelle! plus que jamais je reviens à vous.»

Au moment où je m'élançai pour partir, la Tourterelle rouvrit les
yeux: «Adieu, dit-elle, étranger si gentil et si ennuyeux! Mon nom est
Gourouli, souviens-toi de moi.

--Belle Gourouli, lui répondis-je de loin, vous êtes bonne, douce
et charmante, je voudrais vivre et mourir pour vous; mais vous êtes
couleur de rose, tant de bonheur n'est pas fait pour moi.»


IV

Le triste effet produit par mon chant ne laissait pas que de
m'attrister. «Hélas! musique, hélas! poésie, me répétais-je en
regagnant Paris, qu'il y a peu de cœurs qui vous comprennent!»

En faisant ces réflexions, je me cognai la tête contre celle d'un
Oiseau qui volait dans le sens opposé au mien. Le choc fut si rude et
si imprévu, que nous tombâmes tous deux sur la cime d'un arbre qui,
par bonheur, se trouva là. Après que nous nous fûmes un peu secoués,
je regardai le nouveau venu, m'attendant à une querelle. Je vis avec
surprise qu'il était blanc; à la vérité, il avait la tête un peu plus
grosse que moi, et, sur le front, une espèce de panache qui lui donnait
un air héroï-comique; de plus, il portait sa queue fort en l'air, avec
une grande magnanimité. Du reste, il ne me parut nullement disposé à
la bataille; nous nous abordâmes fort civilement et nous nous fîmes de
mutuelles excuses, après quoi nous entrâmes en conversation. Je pris la
liberté de lui demander son nom et de quel pays il était.

«Je suis étonné, me dit-il, que vous ne me reconnaissiez pas. Est-ce
que vous n'êtes pas des nôtres?

--En vérité, monsieur, répondis-je, je ne sais pas desquels je suis.
Tout le monde me demande et me dit la même chose; il faut que ce soit
une gageure qu'on ait faite.

--Vous voulez rire, répliqua-t-il, votre costume vous sied trop bien
pour que je méconnaisse un confrère. Vous appartenez infailliblement
à ce corps illustre et vénérable qu'on nomme en latin _Cacuata_, en
langue savante _Kakatoès_, et en jargon vulgaire _Katakoua_.

--Ma foi, monsieur, cela est possible, et ce serait bien de l'honneur
pour moi. Et que fait-on dans cette compagnie?

--Rien, monsieur, et on est payé pour cela.

--Alors, je crois volontiers que j'en suis. Mais ne laissez pas de
faire comme si je n'en étais pas, et daignez m'apprendre à qui j'ai la
gloire de parler.

[Illustration]

--Je suis, répondit l'inconnu, le grand poëte Kacatogan. J'ai fait
de puissants voyages, monsieur, des traversées arides et de cruelles
pérégrinations. Ce n'est pas d'hier que je rime, et ma muse a eu des
malheurs. J'ai fredonné sous Louis XVI, monsieur, j'ai braillé pour la
République, j'ai noblement chanté l'Empire, j'ai discrètement loué la
Restauration, j'ai même fait un effort dans ces derniers temps et je
me suis soumis, non sans peine, aux exigences de ce siècle sans goût.
J'ai lancé dans le monde des distiques piquants, des hymnes sublimes,
de gracieux dithyrambes, de pieuses élégies, des drames chevelus, des
romans crépus, des vaudevilles poudrés et des tragédies chauves. En un
mot, je puis me flatter d'avoir ajouté au temple des Muses quelques
festons galants, quelques sombres créneaux, et quelques ingénieuses
arabesques. Que voulez-vous? je me suis fait vieux, je me suis mis de
l'Académie. Mais je rime encore vertement, monsieur, et, tel que vous
me voyez, je rêvais à un poëme en un chant, qui n'aura pas moins de six
pages, quand vous m'avez fait une bosse au front. Du reste, si je puis
vous être bon à quelque chose, je suis tout à votre service.

--Vraiment, monsieur, vous le pouvez, répliquai-je; car vous me voyez
en ce moment dans un grand embarras poétique. Je n'ose dire que je sois
un poëte, ni surtout un aussi grand poëte que vous, ajoutai-je en le
saluant; mais j'ai reçu de la nature un gosier qui me démange quand
je me sens bien aise, ou que j'ai du chagrin. A vous dire la vérité,
j'ignore absolument les règles.

--Je les ai oubliées, dit Kacatogan; ne vous inquiétez pas de cela.

--Mais il m'arrive, repris-je, une chose fâcheuse; c'est que ma voix
produit sur ceux qui l'entendent à peu près le même effet que celle
d'un certain Jean de Nivelle sur... Vous savez ce que je veux dire.

--Je le sais, dit Kacatogan, je connais par moi-même cet effet bizarre.
La cause ne m'en est pas connue, mais l'effet est incontestable.

--Eh bien, monsieur, vous qui me semblez être le Nestor de la poésie,
sauriez-vous, je vous prie, un remède à ce pénible inconvénient?

--Non, dit Kacatogan, pour ma part, je n'en ai jamais pu trouver.
Je m'en suis fort tourmenté étant jeune, à cause qu'on me sifflait
toujours; mais à l'heure qu'il est, je n'y songe plus. Je crois que
cette répugnance vient de ce que le public en lit d'autres que nous;
cela le distrait.

--Je le pense comme vous. Mais vous conviendrez, monsieur, qu'il est
dur pour une créature bien intentionnée de mettre les gens en fuite dès
qu'il lui prend un bon mouvement. Voudriez-vous me rendre le service de
m'écouter et de me dire sincèrement votre avis?

--Très-volontiers, dit Kacatogan; je suis tout oreilles.»

Je me mis à chanter aussitôt, et j'eus la satisfaction de voir que
Kacatogan ne s'enfuyait ni ne s'endormait. Il me regardait fixement,
et, de temps en temps, il inclinait la tête d'un air d'approbation,
avec une espèce de murmure flatteur. Mais je m'aperçus bientôt qu'il
ne m'écoutait pas, et qu'il rêvait à son poëme. Profitant d'un moment
où je reprenais haleine, il m'interrompit tout à coup.

«Je l'ai pourtant trouvée cette rime, dit-il en souriant et en branlant
la tête; c'est la soixante mille sept cent quatorzième qui sort de
cette cervelle-là! Et l'on ose dire que je vieillis! Je vais lire cela
aux bons amis, je vais le leur lire, et nous verrons ce qu'on en dira!»

Parlant ainsi, il prit son vol et disparut, ne semblant plus se
souvenir de m'avoir rencontré.


V

Resté seul et désappointé, je n'avais rien de mieux à faire que de
profiter du reste du jour et de voler à tire-d'aile vers Paris.
Malheureusement, je ne savais pas ma route. Mon voyage avec le Pigeon
avait été trop rapide et trop peu agréable pour me laisser un souvenir
exact, en sorte qu'au lieu d'aller tout droit, je tournai à gauche, au
Bourget, et, surpris par la nuit, je fus obligé de chercher un gîte
dans les bois de Mortfontaine.

Tout le monde se couchait lorsque j'arrivai. Les Pies et les Geais,
qui, comme on le sait, sont les plus mauvais coucheurs de la terre,
se chamaillaient de tous les côtés. Dans les buissons piaillaient
les Moineaux en piétinant les uns sur les autres; au bord de l'eau
marchaient gravement deux Hérons, perchés sur leurs longues échasses,
dans l'attitude de la méditation, Georges-Dandins du lieu, attendant
patiemment leurs femmes. D'énormes Corbeaux, à moitié endormis, se
posaient lourdement sur la pointe des arbres les plus élevés et
nasillaient leurs prières du soir. Plus bas, les Mésanges amoureuses
se pourchassaient encore dans les taillis, tandis qu'un Pic-Vert
ébouriffé poussait son ménage par derrière pour le faire entrer dans
le creux d'un arbre. Des phalanges de Friquets arrivaient des champs
en dansant en l'air comme des bouffées de fumée, et se précipitaient
sur un arbrisseau qu'elles couvraient tout entier; des Pinsons,
des Fauvettes, des Rouges-Gorges, se groupaient légèrement sur des
branches découpées comme des cristaux sur une girandole. De toutes
parts résonnaient des voix qui disaient bien distinctement: «Allons,
ma femme!--Allons, ma fille!--Venez, ma belle!--Par ici, ma mie!--Me
voilà, mon cher!--Bonsoir, ma maîtresse!--Adieu, mes amis!--Dormez
bien, mes enfants!»

[Illustration]

Quelle position pour un célibataire que de coucher dans une pareille
auberge! J'eus la tentation de me joindre à quelques Oiseaux de ma
taille et de leur demander l'hospitalité. «La nuit, pensais-je, tous
les Oiseaux sont gris, et d'ailleurs est-ce faire tort aux gens que de
dormir poliment près d'eux?»

Je me dirigeai d'abord vers un fossé où se rassemblaient des
Étourneaux; ils faisaient leur toilette de nuit avec un soin tout
particulier, et je remarquai que la plupart d'entre eux avaient les
ailes dorées et les pattes vernies; c'étaient les dandys de la forêt.
Ils étaient assez bons enfants et ne m'honorèrent d'aucune attention.
Mais leurs propos étaient si creux, ils se racontaient avec tant de
fatuité leurs tracasseries et leurs bonnes fortunes, ils se frottaient
si lourdement l'un à l'autre, qu'il me fut impossible d'y tenir.

[Illustration]

J'allai ensuite me percher sur une branche où s'alignaient une
demi-douzaine d'Oiseaux de différentes espèces. Je pris modestement
la dernière place à l'extrémité de la branche, espérant qu'on m'y
souffrirait. Par malheur, ma voisine était une vieille Colombe, aussi
sèche qu'une girouette rouillée. Au moment où je m'approchai d'elle,
le peu de plumes qui couvraient ses os était l'objet de sa sollicitude;
elle feignait de les éplucher, mais elle eût trop craint d'en arracher
une; elle les passait seulement en revue pour voir si elle avait son
compte. A peine l'eus-je touchée du bout de l'aile, qu'elle se redressa
majestueusement:

«Qu'est-ce que vous faites donc, monsieur?» me dit-elle en pinçant le
bec avec une pudeur britannique.

Et, m'allongeant un grand coup de coude, elle me jeta à bas avec une
vigueur qui eût fait honneur à un portefaix.

Je tombai dans une bruyère où dormait une grosse Gelinotte. Ma mère
elle-même dans son écuelle n'avait pas un tel air de béatitude.
Elle était si rebondie, si épanouie, si bien assise sur son triple
ventre, qu'on l'eût prise pour un pâté dont on avait mangé la croûte.
Je me glissai furtivement près d'elle. «Elle ne s'éveillera pas, me
disais-je; et, en tout cas, une si bonne grosse maman ne peut pas être
bien méchante.» Elle ne le fut pas en effet. Elle ouvrit les yeux à
demi, et me dit en poussant un léger soupir:

«Tu me gênes, mon petit, va-t'en de là.»

Au même instant, je m'entendis appeler. C'étaient des Grives qui, du
haut d'un sorbier, me faisaient signe de venir à elles. «Voilà enfin
de bonnes âmes,» pensai-je. Elles me firent place en riant comme des
folles, et je me fourrai aussi lestement dans leur groupe emplumé qu'un
billet doux dans un manchon; mais je ne tardai pas à juger que ces
dames avaient mangé plus de raisin qu'il n'est raisonnable de le faire;
elles se soutenaient à peine sur les branches, et leurs plaisanteries
de mauvaise compagnie, leurs éclats de rire et leurs chansons grivoises
me forcèrent de m'éloigner.

Je commençais à désespérer, et j'allais m'endormir dans un coin
solitaire, lorsqu'un Rossignol se mit à chanter. Tout le monde aussitôt
fit silence. Hélas! que sa voix était pure! que sa mélancolie même
paraissait douce! Loin de troubler le sommeil d'autrui, ses accords
semblaient le bercer. Personne ne songeait à le faire taire, personne
ne trouvait mauvais qu'il chantât sa chanson à pareille heure; son père
ne le battait pas, ses amis ne prenaient pas la fuite. «Il n'y a donc
que moi, m'écriai-je, à qui il soit défendu d'être heureux? Partons,
fuyons ce monde cruel; mieux vaut chercher ma route dans les ténèbres,
au risque d'être avalé par quelque Hibou, que de me laisser déchirer
ainsi par le spectacle du bonheur des autres.»

[Illustration: C'étaient des Grives...]

Sur cette pensée, je me remis en chemin et j'errai longtemps au hasard.
Aux premières clartés du jour, j'aperçus les tours de Notre-Dame. En un
clin d'œil j'y atteignis, et je ne promenai pas longtemps mes regards
sur la ville avant de reconnaître notre jardin. J'y volai plus vite
que l'éclair... Hélas! il était vide. J'appelai en vain mes parents.
Personne ne me répondit. L'arbre où se tenait mon père, le buisson
maternel, l'écuelle chérie, tout avait disparu. La cognée avait tout
détruit: au lieu de l'allée verte où j'étais né, il ne restait qu'un
cent de fagots.


VI

Je cherchai d'abord mes parents dans tous les jardins d'alentour; mais
ce fut peine perdue; ils s'étaient sans doute réfugiés dans quelque
quartier éloigné, et je ne pus jamais savoir de leurs nouvelles.

Pénétré d'une tristesse affreuse, j'allai me percher sur la gouttière
où la colère de mon père m'avait d'abord exilé. J'y passai les jours
et les nuits à déplorer ma triste existence. Je ne dormais plus; je
mangeais à peine; j'étais près de mourir de douleur.

Un jour que je me lamentais comme à l'ordinaire: «Ainsi donc, me
disais-je tout haut, je ne suis ni un Merle, puisque mon père me
plumait, ni un Pigeon, puisque je suis tombé en route quand j'ai voulu
aller en Belgique, ni une Pie russe, puisque la petite marquise s'est
bouché les oreilles dès que j'ai ouvert le bec, ni une Tourterelle,
puisque Gourouli, la bonne Gourouli elle-même ronflait comme un moine
quand je chantais, ni un Perroquet, puisque Kacatogan n'a pas daigné
m'écouter, ni un Oiseau quelconque, enfin, puisqu'à Mortfontaine on m'a
laissé coucher tout seul; et cependant j'ai des plumes sur le corps,
voilà des pattes et voilà des ailes; je ne suis point un monstre,
témoin Gourouli et cette petite marquise elle-même qui me trouvaient
assez à leur gré: par quel mystère inexplicable ces plumes, ces ailes
et ces pattes ne sauraient-elles former un ensemble auquel on puisse
donner un nom? Ne serais-je pas, par hasard?...»

J'allais poursuivre mes doléances, lorsque je fus interrompu par deux
portières qui se disputaient dans la rue.

«Ah parbleu! dit l'une d'elles à l'autre, si tu en viens jamais à bout,
je te fais cadeau d'un Merle blanc.

--Dieu juste! m'écriai-je, voilà mon affaire. O Providence, je suis
fils d'un Merle et je suis blanc; je suis un Merle blanc!»

Cette découverte, il faut l'avouer, modifia beaucoup mes idées. Au
lieu de continuer à me plaindre, je commençai à me rengorger et à
marcher fièrement le long de la gouttière en regardant l'espace d'un
air victorieux. «C'est quelque chose, me dis-je, que d'être un Merle
blanc, cela ne se trouve pas dans le pas d'un Ane. J'étais bien bon de
m'affliger de ne pas rencontrer mon semblable; c'est le sort du génie,
c'est le mien. Je voulais fuir le monde, je veux l'étonner. Puisque je
suis cet Oiseau sans pareil dont le vulgaire nie l'existence, je dois
et prétends me comporter comme tel, ni plus ni moins que le Phénix,
et mépriser le reste des volatiles. Il faut que j'achète les mémoires
d'Alfieri et les poëmes de lord Byron; cette nourriture substantielle
m'inspirera un noble orgueil, sans compter celui que Dieu m'a donné;
oui, je veux ajouter, s'il se peut, au prestige de ma naissance. La
nature m'a fait rare, je me ferai mystérieux. Ce sera une faveur, une
gloire de me voir. Et au fait, ajoutais-je plus bas, si je me montrais
tout bonnement pour de l'argent?

[Illustration: Ah! parbleu! dit l'une d'elles à l'autre, si tu en viens
jamais à bout, je te fais cadeau d'un Merle blanc.]

«Fi donc! quelle indigne pensée! Je veux faire un poëme comme
Kacatogan, non pas en un chant, mais en vingt-quatre, comme tous les
grands hommes; ce n'est pas assez, il y en aura quarante-huit, avec des
notes et un appendice! Il faut que l'univers apprenne que j'existe. Je
ne manquerai pas, dans mes vers, de déplorer mon isolement, mais ce
sera de telle sorte, que les plus heureux me porteront envie. Puisque
le ciel m'a refusé une femelle, je dirai un mal affreux de celles des
autres. Je prouverai que tout est trop vert, hormis les raisins que
je mange. Les Rossignols n'ont qu'à bien se tenir, je démontrerai,
comme deux et deux font quatre, que leurs complaintes font mal au cœur
et que leur marchandise ne vaut rien. Il faut que j'aille trouver
Charpentier. Je veux me créer tout d'abord une puissante position
littéraire. J'entends avoir autour de moi une cour composée non pas
seulement de journalistes, mais d'auteurs véritables et même de femmes
de lettres. J'écrirai un rôle pour mademoiselle Rachel, et si elle
refuse de le jouer, je publierai à son de trompe que son talent est
bien inférieur à celui d'une vieille actrice de province. J'irai à
Venise, et je louerai, sur les bords du Grand-Canal, au milieu de cette
cité féerique, le beau palais Moncenigo, qui coûte quatre livres dix
sous par jour; là, je m'inspirerai de tous les souvenirs que l'auteur
de _Lara_ doit y avoir laissés. Du fond de ma solitude, j'inonderai
le monde d'un déluge de rimes croisées, calquées sur la strophe de
Spencer, où je soulagerai ma grande âme; je ferai soupirer toutes les
Mésanges, roucouler toutes les Tourterelles, fondre en larmes toutes
les Bécasses, et hurler toutes les vieilles Chouettes. Mais pour ce
qui regarde ma personne, je me montrerai inexorable et inaccessible
à l'amour. En vain me pressera-t-on, me suppliera-t-on d'avoir pitié
des infortunées qu'auront séduites mes chants sublimes, à tout cela,
je répondrai: «Foin!» O excès de gloire! mes manuscrits se vendront
au poids de l'or, mes livres traverseront les mers; la renommée,
la fortune me suivront partout; seul, je semblerai indifférent aux
murmures de la foule qui m'environnera. En un mot, je serai un parfait
Merle blanc, un véritable écrivain excentrique, fêté, choyé, admiré,
envié, mais complétement grognon et insupportable.»


VII

Il ne me fallut pas plus de six semaines pour mettre au jour mon
premier ouvrage. C'était, comme je me l'étais promis, un poëme en
quarante-huit chants; il s'y trouvait bien quelques négligences à cause
de la prodigieuse fécondité avec laquelle je l'avais écrit; mais je
pensai que le public d'aujourd'hui, accoutumé à la belle littérature
qui s'imprime au bas des journaux, ne m'en ferait pas un reproche.

J'eus un succès digne de moi, c'est-à-dire sans pareil. Le sujet de
mon ouvrage n'était autre que moi-même; je me conformai en cela à la
grande mode de notre temps. Je racontais mes souffrances passées avec
une fatuité charmante; je mettais le lecteur au fait de mille détails
domestiques du plus piquant intérêt; la description de l'écuelle de ma
mère ne remplissait pas moins de quatorze chants: j'en avais compté
les rainures, les trous, les bosses, les éclats, les échardes, les
clous, les taches, les teintes diverses, les reflets; j'en montrais
le dedans, le dehors, les bords, le fond, les côtés, les plans
inclinés, les plans droits; passant au contenu, j'avais étudié les
brins d'herbe, les pailles, les feuilles sèches, les petits morceaux
de bois, les graviers, les gouttes d'eau, les débris de Mouches, les
pattes de Hannetons cassées qui s'y trouvaient; c'était une description
ravissante. Mais ne pensez pas que je l'eusse imprimée tout d'une
venue, il y a des lecteurs impertinents qui l'auraient sautée; je
l'avais habilement coupée par morceaux et entremêlée au récit, afin que
rien n'en fût perdu; en sorte qu'au moment le plus intéressant et le
plus dramatique, arrivaient tout à coup quinze pages d'écuelle. Voilà,
je crois, un des grands secrets de l'art, et, comme je n'ai point
d'avarice, en profitera qui voudra.

L'Europe entière fut émue à l'apparition de mon livre; elle dévora
les révélations intimes que je daignais lui communiquer. Comment en
eût-il été autrement? Non-seulement j'énumérais tous les faits qui
se rattachaient à ma personne, mais je donnais encore au public un
tableau complet de toutes les rêvasseries qui m'avaient passé par la
tête depuis l'âge de deux mois; j'avais même intercalé, au plus bel
endroit, une ode composée dans mon œuf. Bien entendu d'ailleurs que je
ne négligeais pas de traiter en passant le grand sujet qui préoccupe
maintenant tant de monde, à savoir, l'avenir de l'humanité. Ce problème
m'avait paru intéressant; j'en ébauchai, dans un moment de loisir, une
solution qui passa généralement pour satisfaisante.

On m'envoyait tous les jours des compliments en vers, des lettres de
félicitation et des déclarations d'amour anonymes. Quant aux visites,
je suivais rigoureusement le plan que je m'étais tracé; ma porte était
fermée à tout le monde. Je ne pus cependant me dispenser de recevoir
deux étrangers qui s'étaient annoncés comme étant de mes parents. L'un
était un Merle du Sénégal, et l'autre un Merle de la Chine.

«Ah! monsieur, me dirent-ils en m'embrassant à m'étouffer, que vous
êtes un grand Merle! que vous avez bien peint, dans votre poëme
immortel, la profonde souffrance du génie méconnu! Si nous n'étions
pas déjà aussi incompris que possible, nous le deviendrions après vous
avoir lu. Combien nous sympathisons avec vos douleurs, avec votre
sublime mépris du vulgaire! Nous aussi, monsieur, nous les connaissons
par nous-mêmes, les peines secrètes que vous avez chantées! Voici deux
sonnets que nous avons faits, l'un portant l'autre, et que nous vous
prions d'agréer.

--Voici, en outre, ajouta le Chinois, de la musique que mon épouse a
composée sur un passage de votre préface. Elle rend merveilleusement
l'intention de l'auteur.

--Messieurs, leur dis-je, autant que j'en puis juger, vous me
semblez doués d'un grand cœur et d'un esprit plein de lumières. Mais
pardonnez-moi de vous faire une question. D'où vient votre mélancolie?

--Eh! monsieur, répondit l'habitant du Sénégal, regardez comme je suis
bâti; mon plumage, il est vrai, est agréable à voir, et je suis revêtu
de cette belle couleur verte qu'on voit briller sur les Canards, mais
mon bec est trop court et mon pied trop grand; et voyez de quelle queue
je suis affublé, la longueur de mon corps n'en fait pas les deux tiers.
N'y a-t-il pas là de quoi se donner au diable?

--Et moi, monsieur, dit le Chinois, mon infortune est encore plus
pénible; la queue de mon confrère balaye les rues, mais les polissons
me montrent au doigt à cause que je n'en ai point.

--Messieurs, repris-je, je vous plains de toute mon âme; il est
toujours fâcheux d'avoir trop ou trop peu n'importe de quoi. Mais
permettez-moi de vous dire qu'il y a au Jardin des Plantes plusieurs
personnes qui vous ressemblent, et qui demeurent là depuis longtemps
fort paisiblement empaillées. De même qu'il ne suffit pas à une femme
de lettres d'être dévergondée pour faire un bon livre, ce n'est pas non
plus assez pour un Merle d'être mécontent pour avoir du génie. Je suis
seul de mon espèce et je m'en afflige; j'ai peut-être tort, mais c'est
mon droit. Je suis blanc, messieurs; devenez-le, et nous verrons ce que
vous saurez dire.»


VIII

Malgré la résolution que j'avais prise et le calme que j'affectais,
je n'étais pas heureux. Mon isolement, pour être glorieux, ne m'en
semblait pas moins pénible, et je ne pouvais songer sans effroi à la
nécessité où je me trouvais de passer ma vie entière dans le célibat.
Le retour du printemps, en particulier, me causait une gêne mortelle,
et je commençais à tomber de nouveau dans la tristesse, lorsqu'une
circonstance imprévue décida de ma vie entière.

Il va sans dire que mes écrits avaient traversé la Manche, et que les
Anglais se les arrachaient. Les Anglais s'arrachent tout, hormis ce
qu'ils comprennent. Je reçus un jour de Londres une lettre signée d'une
jeune Merlette:

«J'ai lu votre poëme, me disait-elle, et l'admiration que j'ai éprouvée
m'a fait prendre la résolution de vous offrir ma main et ma personne.
Dieu nous a créés l'un pour l'autre: je suis semblable à vous, je suis
une Merlette blanche.»

On suppose aisément ma surprise et ma joie. «Une Merlette blanche! me
dis-je, est-il bien possible? Je ne suis donc plus seul sur la terre!»
Je me hâtai de répondre à la belle inconnue, et je le fis d'une manière
qui témoignait assez combien sa proposition m'agréait. Je la pressais
de venir à Paris ou de me permettre de voler près d'elle. Elle me
répondit qu'elle aimait mieux venir parce que ses parents l'ennuyaient,
qu'elle mettait ordre à ses affaires et que je la verrais bientôt.

Elle vint en effet quelques jours après. O bonheur! c'était la plus
jolie Merlette du monde, et elle était encore plus blanche que moi.
«Ah! mademoiselle, m'écriai-je, ou plutôt madame, car je vous considère
à présent comme mon épouse légitime, est-il croyable qu'une créature
si charmante se trouvât sur la terre sans que la renommée m'apprît
son existence? Bénis soient les malheurs que j'ai éprouvés et les
coups de bec que m'a donnés mon père, puisque le ciel me réservait
une consolation si inespérée! Jusqu'à ce jour, je me croyais condamné
à une solitude éternelle, et, à vous parler franchement, c'était un
rude fardeau à porter; mais je me sens, en vous regardant, toutes
les qualités d'un père de famille. Acceptez ma main sans délai;
marions-nous à l'anglaise, sans cérémonie, et partons ensemble pour la
Suisse.

--Je ne l'entends pas ainsi, me répondit la jeune Merlette; je veux
que nos noces soient magnifiques et que tout ce qu'il y a en France
de Merles un peu bien nés y soit solennellement rassemblé. Des gens
comme nous doivent à leur propre gloire de ne pas se marier comme des
Chats de gouttière; j'ai apporté une provision de _bank-notes_. Faites
vos invitations, allez chez vos marchands, et ne lésinez pas sur les
rafraîchissements.»

Je me conformai aveuglément aux ordres de la blanche Merlette. Nos
noces furent d'un luxe écrasant; on y mangea dix mille Mouches. Nous
reçûmes la bénédiction nuptiale d'un révérend père Cormoran, qui était
archevêque _in partibus_. Un bal superbe termina la journée; enfin,
rien ne manqua à mon bonheur.

[Illustration]

Plus j'approfondissais le caractère de ma charmante femme, plus mon
amour augmentait. Elle réunissait dans sa petite personne tous les
agréments de l'âme et du corps. Elle était seulement un peu bégueule;
mais j'attribuai cela à l'influence du brouillard anglais dans lequel
elle avait vécu jusqu'alors, et je ne doutai pas que le climat de la
France ne dissipât bientôt ce léger nuage.

[Illustration]

Une chose qui m'inquiétait plus sérieusement, c'était une sorte de
mystère dont elle s'entourait quelquefois avec une rigueur singulière,
s'enfermant à clef avec ses caméristes, et passant ainsi des heures
entières pour faire sa toilette, à ce qu'elle prétendait. Les maris
n'aiment pas beaucoup ces fantaisies dans leur ménage. Il m'était
arrivé vingt fois de frapper à l'appartement de ma femme sans pouvoir
obtenir qu'on m'ouvrît la porte. Cela m'impatientait cruellement. Un
jour, entre autres, j'insistai avec tant de mauvaise humeur, qu'elle
se vit obligée de céder et de m'ouvrir un peu à la hâte, non sans se
plaindre fort de mon importunité. Je remarquai en entrant une grosse
bouteille pleine d'une espèce de colle faite avec de la farine et du
blanc d'Espagne. Je demandai à ma femme ce qu'elle faisait de cette
drogue; elle me répondit que c'était un opiat pour des engelures
qu'elle avait.

Cet opiat me sembla tant soit peu louche; mais quelle défiance
pouvait m'inspirer une personne si douce et si sage, qui s'était
donnée à moi avec tant d'enthousiasme et une sincérité si parfaite?
J'ignorais d'abord que ma bien-aimée fût une femme de plume; elle
me l'avoua au bout de quelque temps, et elle alla même jusqu'à me
montrer le manuscrit d'un roman où elle avait imité à la fois Walter
Scott et Scarron. Je laisse à penser le plaisir que me causa une si
aimable surprise. Non-seulement je me voyais possesseur d'une beauté
incomparable, mais j'acquérais encore la certitude que l'intelligence
de ma compagne était digne en tout point de mon génie. Dès cet instant,
nous travaillâmes ensemble. Tandis que je composais mes poëmes, elle
barbouillait des rames de papier. Je lui récitais mes vers à haute
voix, et cela ne la gênait nullement pour écrire pendant ce temps-là.
Elle pondait ses romans avec une facilité presque égale à la mienne,
choisissant toujours les sujets les plus dramatiques: des parricides,
des rapts, des meurtres, et même jusqu'à des filouteries, ayant
toujours soin, en passant, d'attaquer le gouvernement et de prêcher
l'émancipation des Merlettes. En un mot, aucun effort ne coûtait à son
esprit, aucun tour de force à sa pudeur; il ne lui arrivait jamais de
rayer une ligne, ni de faire un plan avant de se mettre à l'œuvre.
C'était le type de la Merlette lettrée.

Un jour qu'elle se livrait au travail avec une ardeur inaccoutumée, je
m'aperçus qu'elle suait à grosses gouttes, et je fus étonné de voir en
même temps qu'elle avait une grande tache noire dans le dos. «Eh! bon
Dieu, lui dis-je, qu'est-ce donc? est-ce que vous êtes malade?» Elle
parut d'abord un peu effrayée et même penaude; mais la grande habitude
qu'elle avait du monde l'aida bientôt à reprendre l'empire admirable
qu'elle gardait toujours sur elle-même. Elle dit que c'était une tache
d'encre, et qu'elle y était fort sujette dans ses moments d'inspiration.

«Est-ce que ma femme déteint?» me dis-je tout bas. Cette pensée
m'empêcha de dormir. La bouteille de colle me revint en mémoire. «O
ciel! m'écriai-je, quel soupçon! Cette créature céleste ne serait-elle
qu'une peinture, un léger badigeon? se serait-elle vernie pour abuser
de moi? Quand je croyais presser sur mon cœur la sœur de mon âme,
l'être privilégié créé pour moi seul, n'aurais-je donc épousé que de la
farine?»

Poursuivi par ce doute horrible, je formai le dessein de m'en
affranchir. Je fis l'achat d'un baromètre, et j'attendis avidement
qu'il vînt à faire un jour de pluie. Je voulais emmener ma femme à
la campagne, choisir un dimanche douteux et tenter l'épreuve d'une
lessive. Mais nous étions en plein juillet; il faisait un beau temps
effroyable.

L'apparence du bonheur et l'habitude d'écrire avaient fort excité ma
sensibilité. Naïf comme j'étais, il m'arrivait parfois, en travaillant,
que le sentiment fût plus fort que l'idée, et de me mettre à pleurer en
attendant la rime. Ma femme aimait beaucoup ces rares occasions. Toute
faiblesse masculine enchante l'orgueil féminin. Une certaine nuit que
je limais une rature, selon le précepte de Boileau, il advint à mon
cœur de s'ouvrir.

«O toi! dis-je à ma chère Merlette, toi, la seule et la plus aimée!
toi, sans qui ma vie est un songe! toi, dont un regard, un sourire,
métamorphosent pour moi l'univers, vie de mon cœur, sais-tu combien
je t'aime? Pour mettre en vers une idée banale déjà usée par d'autres
poëtes, un peu d'étude et d'attention me fait aisément trouver des
paroles; mais où en prendrais-je jamais pour t'exprimer ce que ta
beauté m'inspire? Le souvenir même de mes peines passées pourrait-il
me fournir un mot pour te parler de mon bonheur présent? Avant que tu
fusses venue à moi, mon isolement était celui d'un orphelin exilé,
aujourd'hui c'est celui d'un roi. Dans ce faible corps, dont j'ai le
simulacre jusqu'à ce que la mort en fasse un débris, dans cette petite
cervelle enfiévrée où fermente une inutile pensée, sais-tu, mon ange,
comprends-tu, ma belle, que rien ne peut être qui ne soit à toi? Écoute
ce que mon cerveau peut dire, et sens combien mon amour est plus grand!
Oh! que mon génie fût une perle, et que tu fusses Cléopâtre!»

En radotant ainsi, je pleurais sur ma femme et elle déteignait
visiblement. A chaque larme qui tombait de mes yeux, apparaissait
une plume, non pas même noire, mais du plus vieux roux (je crois
qu'elle avait déjà déteint autre part). Après quelques minutes
d'attendrissement, je me trouvais vis-à-vis d'un Oiseau décollé et
désenfariné, identiquement semblable aux Merles les plus plats et les
plus ordinaires.

Que faire? que dire? quel parti prendre? Tout reproche était inutile.
J'aurais bien pu, à la vérité, considérer le cas comme rédhibitoire
et faire casser mon mariage. Mais comment oser publier ma honte?
N'était-ce pas assez de mon malheur? Je pris mon courage à deux pattes,
je résolus de quitter le monde, d'abandonner la carrière des lettres,
de fuir dans un désert, s'il était possible, d'éviter à jamais
l'aspect d'une créature vivante et de chercher, comme Alceste,

      . . . . . Un endroit écarté,
  Où d'être un Merle blanc on eût la liberté!


IX

Je m'envolai là-dessus, toujours pleurant; et le vent, qui est le
hasard des Oiseaux, me rapporta sur une branche de Mortfontaine. Pour
cette fois, on était couché. «Quel mariage! me disais-je; quelle
équipée! C'est certainement à bonne intention que cette pauvre enfant
s'est mis du blanc; mais je n'en suis pas moins à plaindre, ni elle
moins rousse.»

Le Rossignol chantait encore. Seul, au fond de la nuit, il jouissait
à plein cœur du bienfait de Dieu qui le rend si supérieur aux poëtes,
et donnait librement sa pensée au silence qui l'entourait. Je ne pus
résister à la tentation d'aller à lui et de lui parler.

«Que vous êtes heureux! lui dis-je; non-seulement vous chantez tant que
vous voulez, et très-bien, et tout le monde écoute; mais vous avez une
femme et des enfants, votre nid, vos amis, un bon oreiller de mousse,
la pleine lune et pas de journaux. Rubini et Rossini ne sont rien
auprès de vous; vous valez l'un et vous devinez l'autre. J'ai chanté
aussi, monsieur, et c'est pitoyable; j'ai rangé des mots en bataille
comme des soldats prussiens, et j'ai coordonné des fadaises pendant que
vous étiez dans les bois. Votre secret peut-il s'apprendre?

--Oui, me répondit le Rossignol; mais ce n'est pas ce que vous croyez.
Ma femme m'ennuie, je ne l'aime point; je suis amoureux de la Rose:
Sadi, le Persan, en a parlé; je m'égosille toute la nuit pour elle,
mais elle dort et ne m'entend pas. Son calice est fermé à l'heure
qu'il est, elle y berce un vieux Scarabée; et demain matin, quand je
regagnerai mon lit, épuisé de souffrance et de fatigue, c'est alors
qu'elle s'épanouira pour qu'une Abeille lui mange le cœur.»

  ALFRED DE MUSSET.



LE MARI

DE LA REINE

[Illustration]


Le premier acte politique auquel je pris part en qualité d'Abeille
m'impressionna si vivement, que je suis forcée d'attribuer à son
influence l'étrangeté qui signala ma vie. Permettez-moi d'entrer en
matière sans un plus long préambule et de vous raconter immédiatement
ce petit incident.

Je sortais de l'enfance et je venais d'être nommée citoyenne de la
ruche, lorsqu'un matin je fus réveillée tout à coup par des bruits
inaccoutumés. On frappait à la cloison, on murmurait, on m'appelait par
mon nom...

«Qu'est-ce qu'il y a, m'écriai-je, qu'est-ce qu'il y a?

--Viens vite, mignonne, me répondit-on du dehors, on va exécuter
_monsieur_, et tu fais partie du peloton d'honneur.»

Ces mots, que je comprenais à peine,--j'étais si jeune
encore!--m'effrayèrent horriblement. Je savais bien que _monsieur_
devait être exécuté, mais l'idée que je pourrais jouer un rôle
quelconque dans ce drame ne m'était jamais entrée dans l'esprit.

«Me voilà!» m'écriai-je.

Je fis en toute hâte un bout de toilette et je me précipitai dehors, en
proie à la plus vive émotion. Je n'étais pas pâle, j'étais verte.

_Monsieur_ était l'un des plus beaux _Faux-Bourdons_ de la ruche, bien
certainement. Un peu gros, mais bien pris, la physionomie douce et
une grande distinction. Je l'avais vu bien souvent, accompagnant la
Reine dans son inspection quotidienne, l'agaçant par ses reparties,
la soutenant de sa patte, partageant avec elle le prestige de la
souveraineté et offrant à tous le visage du plus heureux des princes et
du plus aimé des époux.

Le peuple l'aimait peu, mais le craignait beaucoup, il avait l'oreille
de la Reine; la Reine publiquement l'avait baisé au front, et l'on
savait de source certaine, par l'une de ces demoiselles de la chambre,
que _monsieur_ allait devenir père. C'était une nouvelle importante,
quoiqu'elle nous fût familière, et en un instant, répétée de bouche en
bouche, elle remplit chaque alvéole de joie.

[Illustration]

Chacune de nous se voyait déjà transformée en nourrice ou en bonne
d'enfants et entourée de marmaille, donnant la becquée à ceux-ci,
dorlotant ceux-là; déjà l'on préparait dans chaque chambrette un petit
coin douillet pour y recevoir le poupon, c'est ainsi que cela se passe
chez nous; et le soir, avant de s'endormir, on s'indiquait certaines
fleurs du voisinage dont le suc plus délicat fournirait sûrement un
miel plus savoureux à toute cette marmaille qui d'un jour à l'autre
allait faire son apparition.

Notre attente ne fut pas trompée: notre bien-aimée souveraine mit au
monde dix mille jumeaux, tous beaux comme le jour et si forts, si
robustes, si pleins de vie, qu'il eût été impossible de faire un choix.

Jamais de ma vie je n'ai vu une Reine plus fière de sa maternité. Le
Prince-époux était rayonnant; aussi il ne se contenait pas d'aise, il
embrassait incessamment tous ses enfants les uns après les autres, ce
qui lui demandait beaucoup de temps à cause du nombre, puis courait
savoir des nouvelles de la Reine et revenait bien vite distribuer
encore trois ou quatre mille baisers.

J'avais assisté à tout cela, j'avais vu _monsieur_ dans toute sa
gloire, et, tout à coup, on me réveille, j'accours et j'aperçois mon
Prince qu'on traîne au dernier supplice... bien plus, je suis désignée
moi-même pour exécuter la sentence; horreur!

_Monsieur_ fit preuve dans cette circonstance d'une lâcheté excusable,
à coup sûr, en un pareil moment. Songez que la nature l'ayant privé
de toute arme défensive et offensive, il était complétement à notre
discrétion.

«Qu'ai-je fait, ô ma Reine? s'écriait-il en se roulant aux pieds de
la souveraine; encore une heure, accordez-moi une heure!... un quart
d'heure... cinq minutes... j'ai des révélations à faire, Princesse,
j'ai des aveux...

--Dépêchons, mesdemoiselles, répliquait la Reine en dissimulant mal la
contrainte qu'elle imposait à son cœur. Il faut que la force reste à la
loi: exécutez ce jeune homme désormais inutile; allons, mesdemoiselles,
vous m'entendez, dépêchons!»

La Reine rentra dans son cabinet de travail, encore tout plein des
souvenirs du Prince, et en un instant la malheureuse victime fut percée
de mille coups. Je vivrais cent ans que je n'oublierais pas cette
scène-là. Je fis semblant de faire comme toutes ces demoiselles, mais
mon aiguillon ne se rougit pas ce jour-là du sang de l'innocent. Il me
resta de tout cela une grande tristesse.

«Il y a chez les peuples les plus avancés des lois bien barbares,
me disais-je à part moi; pauvres messieurs! pauvres messieurs!» Ces
pauvres _messieurs_, vulgairement appelés _Faux-Bourdons_, étaient dans
notre ruche au nombre de six cents environ, tous appelés à monter
d'un jour à l'autre les marches du trône, mais tous appelés aussi à
payer cet excès d'honneur par une mort violente et immédiate. Cette
perspective donnait à la plupart d'entre eux une physionomie triste
qui contrastait singulièrement avec la gaieté générale. Au milieu de
l'animation universelle, parmi ces milliers de travailleuses, on les
voyait passer lentement, désœuvrés, abattus, effrayés de leur gloire
prochaine; au moindre bruit ils se retournaient en tressaillant.

«Ne serait-ce pas la Reine qui nous appelle?» semblaient-ils dire. Et
bien vite ils se perdaient dans la foule et s'échappaient hors de la
ruche.


Il y a bien des ennuis dans ces positions élevées. Tous ces gros
fainéants qui se prélassent dans le velours de leur habit sont plus
valets que les autres, vous le voyez bien, et ne méritent pas d'être
admirés si fort. Cette admiration est pourtant une folie commune que
je serais malvenue de blâmer trop amèrement, puisque moi-même j'en fus
victime. Oui, j'aimai un Faux-Bourdon, je l'aimai d'un amour insensé.
Il était beau, splendide; au soleil, son corps était resplendissant,
et quand il entrait dans la corolle d'une fleur, je tremblais que le
contact des pétales ne souillât sa personne. J'étais folle! Eh oui!
amour platonique s'il en fut, la nature ne nous en permet pas d'autre,
idéal, impossible, amour de poëte, rêverie d'artiste! J'aimais cette
brute à cause de son enveloppe.

J'aurais voulu être l'une de ces Libellules aux ailes transparentes et
azurées qu'on voit à la tombée du jour voltiger au sommet des herbes,
ou promener parmi les fleurs leur beau corps allongé. Ma conscience me
disait bien que tout se paye en ce monde, et que ces demoiselles-là,
pour avoir la tête grosse, n'en sont pas plus industrieuses pour cela;
mais que voulez-vous, j'étais folle, j'étais éprise, je blasphémais.

Je l'avais rencontré un jour, ivre de miel et dormant à poings fermés
au beau milieu d'un lis. Il était d'un beau noir velouté au milieu de
toutes ces blancheurs. Son visage, sous le pollen jaune dont il était
barbouillé, avait conservé son noble aspect. Il ronflait d'une façon
régulière et majestueuse, si j'ose dire. Je m'arrêtai éblouie.

«Voilà donc, murmurai-je, le futur mari de la Reine!»

Je m'approchai, et, follement curieuse d'examiner de près un si gros
personnage, je lui soulevai légèrement la patte. Il tressaillit et
murmura d'une voix somnolente:

«Que désire Sa Majesté?»

Puis, ayant regardé de mon côté, il s'aperçut de son erreur; il ajouta
en souriant:

«Je ne te gêne pas, mon enfant? Eh bien, continue ta besogne et
laisse-moi dormir en paix.»

[Illustration]

Il y avait au fond de cette fleur une odeur pénétrante et délicieuse
qui, sans doute, me monta au cerveau, car je perdis immédiatement
la conscience de mes devoirs et je restai rêveuse en face de ce
Faux-Bourdon. «Que sommes-nous, pensai-je, nous autres misérables
travailleuses, fabriquant le miel, pétrissant la cire ou soignant les
marmots, que sommes-nous en comparaison de ces admirables désœuvrés qui
s'endorment au fond des fleurs et rêvent perpétuellement que la Reine
leur sourit?»

Alors, oh! je l'avoue, j'eus honte de ma condition modeste et
laborieuse. «Comment pourrait-il, en effet, aimer une bonne d'enfant?
me disais-je. Si j'étais au moins l'une de ces belles guêpes à fine
taille qui s'en vont par le monde, agaçant les passants, insouciantes,
coquettes, méchantes, inutiles, toujours armées et toujours en
toilette, peut-être m'aimerait-il!»

[Illustration]

La crainte n'est-elle pas un commencement d'amour?

La menace n'est-elle pas un moyen de séduction?

Toutes ces pensées et mille autres plus folles encore bouillonnaient
dans ma tête, mais mon admiration pour lui n'en devint que plus
violente, et je m'écriai hors de moi:

«Ah, tenez, Prince, vous êtes véritablement bien beau!

--Je le sais, ma mignonne, je le sais; ma position m'y oblige, mais
laisse-moi me rendormir.»

Cette réponse me fit beaucoup de peine. Le malheureux n'avait pas
compris que je l'adorais. Et ce qui me séduisait en lui, j'ai peine à
l'avouer, c'était le prestige de son oisiveté princière, c'était cette
livrée de Prince-époux, cette obésité de fainéant, c'était la faiblesse
de ce gros corps désarmé, c'était l'aplomb insolent du favori. Je le
méprisais au fond, mais je l'aimais follement. Je savais qu'il avait
l'habitude de venir presque chaque jour dormir dans le lis où je
l'avais trouvé; j'y vins aussi. Je faisais mon ouvrage rapidement,
j'habillais bien vite les petits confiés à ma garde, je leur
distribuais à la hâte leur tartine, et je me rendais dans le calice
parfumé. Là, je lui préparais une place, je balayais de mon aile la
poudre jaune qui aurait pu s'attacher à lui. S'il se trouvait au fond
de la corolle quelques gouttes de rosée, de mon aiguillon je perçais la
cloison et l'eau s'échappait lentement, de sorte que mon Faux-Bourdon
chéri pouvait se reposer tranquille, à sa place accoutumée, sans
crainte des rhumatismes.

Il ne m'en était pas plus reconnaissant pour cela, car son indifférence
et ses exigences augmentaient en raison de mes soins et de mes
tendresses. «Tu me pousseras à bout,» lui disais-je de temps en temps.

Il souriait, s'étalait béatement et ajoutait: «Veille autour de cette
fleur, de peur que quelque insecte n'y pénètre et ne trouble mon
repos.» J'étais indignée, et cependant je veillais autour de la fleur.
Un jour je le vis arriver; il était fort pâle, et cependant sa démarche
avait je ne sais quoi de plus compassé qu'à l'ordinaire.

«Qu'avez-vous, Prince? lui dis-je avec intérêt.

--Retire-toi, petite, j'ai besoin d'air, et le soleil ne sera pas fâché
de me voir aujourd'hui face à face.»

Je me sentis trembler, je prévoyais quelque malheur.

«Demain, demain, s'écria-t-il en faisant des gestes qui dénotaient le
trouble de son âme, demain je serai... le mari de la Reine.»

Un voile obscurcit mes yeux, une sourde rage s'empara de moi, je sentis
que je devenais folle de jalousie.

«D'ici à demain il peut se passer bien des choses, murmurai-je d'une
voix étranglée.

--Tais-toi! oses-tu bien en ma présence prononcer de semblables paroles!

--Non, fis-je, non, tu ne monteras pas les marches du trône!»

Je m'élançai sur lui et, profitant d'un moment où il détournait la
tête, je lui plongeai mon aiguillon dans le cœur.

A peine eut-il rendu le dernier soupir que je fondis en larmes, j'étais
au désespoir.

Je rentrai dans la ruche. Tout y était en désordre, le peuple tout
entier semblait en proie à la plus vive agitation; on se poussait, on
se heurtait...

«Que se passe-t-il donc? dis-je à la première Abeille que je rencontrai.

--Il se passe, il se passe que l'un de ces _messieurs_ a disparu.

--Et comment le sait-on?» J'étais tremblante.

«A l'appel de ce soir, il n'y avait que cinq cent quatre-vingt-dix-neuf
Faux-Bourdons présents. La Reine a eu une attaque de nerfs, on se perd
en conjectures.

--Ah! c'est une horrible aventure!» Et je me perdis dans la foule.

La Reine fut inconsolable, moi aussi, pendant deux jours environ, et ce
fut tout. C'était du reste un bien sot animal que ce Faux-Bourdon. Ne
me parlez pas des fainéants bien habillés.

  GUSTAVE Z.

[Illustration]



LES AMOURS

DE DEUX BÊTES

OFFERTS

EN EXEMPLE AUX GENS D'ESPRIT[6]

--HISTOIRE ANIMAU-SENTIMENTALE--


I

Le professeur Granarius.

ASSURÉMENT, dit un soir, sous les tilleuls, le professeur Granarius,
ce qu'il y a de plus curieux en ce moment, à Paris, est la conduite de
Jarpéado. Certes, si les Français se conduisaient ainsi, nous n'aurions
pas besoin de codes, remontrances, mandements, sermons religieux,
ou mercuriales sociales, et nous ne verrions pas tant de scandales.
Rien ne démontre mieux que c'est la _raison_, cet attribut dont
s'enorgueillit l'Homme, qui cause tous les maux de la Société.»

  [6] L'Animal distingué auquel nous devons cette histoire, par
  laquelle il a voulu prouver que les créatures si mal à propos
  nommées Bêtes par les Hommes leur étaient supérieures, a désiré
  garder l'anonyme; mais tout nous a prouvé qu'il occupait une place
  très-élevée dans les affections de mademoiselle Anna Granarius, et
  qu'il appartient à la secte des Penseur, sur lesquels l'illustre
  rapporteur a fait ses plus belles expériences.

  --H. DE BALZAC.--

[Illustration]

Mademoiselle Anna Granarius, qui aimait un simple élève naturaliste,
ne put s'empêcher de rougir, d'autant plus qu'elle était blonde et
d'une excessive délicatesse de teint, une vraie héroïne de roman
écossais, aux yeux bleus, enfin presque douée de seconde vue. Aussi
s'aperçut-elle, à l'air candide et presque niais du professeur, qu'il
avait dit une de ces banalités familières aux savants qui ne sont
jamais savants que d'une manière. Elle se leva pour se promener dans
le Jardin des Plantes, qui se trouvait alors fermé, car il était huit
heures et demie, et au mois de juillet le Jardin des Plantes renvoie
le public au moment où les poésies du soir commencent leurs chants.
Se promener alors dans ce parc solitaire est une des plus douces
jouissances, surtout en compagnie d'une Anna.

[Illustration]

«Qu'est-ce que mon père veut dire avec ce Jarpéado qui lui tourne la
tête?» se demanda-t-elle en s'asseyant au bord de la grande serre.

Et la jolie Anna demeura pensive, et si pensive, que la Pensée, comme
il n'est pas rare de lui voir faire de ces tours de force chez les
jeunes personnes, absorba le corps et l'annula. Elle resta clouée à
la pierre sur laquelle elle s'était assise. Le vieux professeur, trop
occupé, ne chercha pas sa fille et la laissa dans l'état où l'avait
mise cette disposition nerveuse qui, quatre cents ans plus tôt, l'eût
conduite à un bûcher sur la place de Grève. Ce que c'est que de naître
à propos.


II

S. A. R. le prince Jarpéado.

Ce que Jarpéado trouvait de plus extraordinaire à Paris était lui-même,
comme le doge de Gênes à Versailles. C'était, d'ailleurs, un garçon
bien pris dans sa petite taille, remarquable par la beauté de ses
traits, ayant peut-être les jambes un peu grêles; mais elles étaient
chaussées de bottines chargées de pierreries et relevées à la poulaine
de trois côtés. Il portait sur le dos, selon la mode de la Cactriane,
son pays, une chape de chantre qui eût fait honte à celles des
dignitaires ecclésiastiques du sacre de Charles X; elle était couverte
d'arabesques en semences de diamants sur un fond de lapis-lazuli, et
fendue en deux parties égales, comme les deux vantaux d'un bahut;
puis ces parties tenaient par une charnière d'or et se levaient de
bas en haut à volonté, à l'instar des surplis des prêtres. En signe
de sa dignité, car il était prince des Coccirubri, il portait un joli
hausse-col en saphir, et sur sa tête deux aigrettes filiformes qui
eussent fait honte, par leur délicatesse, à tous les pompons que les
princes mettent à leurs shakos, les jours de fête nationale.

Anna le trouva charmant, excepté ses deux bras excessivement courts et
décharnés; mais comment aurait-on pensé à ce léger défaut à l'aspect
de sa riche carnation qui annonçait un sang pur en harmonie avec le
soleil, car les plus beaux rayons rouges de cet astre semblaient
avoir servi à rendre ce sang vermeil et lumineux? Mais bientôt Anna
comprit ce que son père avait voulu dire, en assistant à une de ces
mystérieuses choses qui passent inaperçues dans ce terrible Paris, si
plein et si vide, si niais et si savant, si préoccupé et si léger, mais
toujours fantastique, plus que la docte Allemagne, et bien supérieur
aux contrées hoffmanniques, où le grave conseiller du _Kammergericht_
de Berlin a vu tant de choses. Il est vrai que maître Floh et ses
besicles grossissantes ne vaudront jamais les forces apocalyptiques
des sibylles mesmériennes, remises en ce moment à la disposition de la
charmante Anna par un coup de baguette de cette fée, la seule qui nous
reste, Extasinada, à laquelle nous devons nos poëtes, nos plus beaux
rêves, et dont l'existence est fortement compromise à l'Académie des
sciences (section de médecine).


III

Autre tentation de saint Antoine.

Les trois mille fenêtres de ce palais de verre se renvoyèrent les
unes les autres un rayon de lune, et ce fut bientôt comme un de ces
incendies que le soleil allume à son coucher dans un vieux château, et
qui souvent trompent à distance un voyageur qui passe, un laboureur qui
revient. Les cactus versaient les trésors de leurs odeurs, le vanillier
envoyait ses ondes parfumées, le volcameria distillait la chaleur
vineuse de ses touffes par effluves aussi jolies que ses fleurs, ces
bayadères de la botanique, les jasmins des Açores babillaient, les
magnolias grisaient l'air, les senteurs des daturas s'avançaient avec
la pompe d'un roi de Perse, et l'impétueux lis de la Chine, dix fois
plus fort que nos tubéreuses, détonait comme les canons des Invalides,
et traversait cette atmosphère embrasée avec l'impétuosité d'un boulet,
ramassant toutes les autres odeurs et se les appropriant, comme un
banquier s'assimile les capitaux partout où passent ses spéculations.
Aussi le Vertige emmenait-il ces chœurs insensés au-dessus de cette
forêt illuminée, comme à l'Opéra Musard entraîne, d'un coup de
baguette, dans un galop la ronde furieuse des Parisiens de tout âge, de
tout sexe, sous des tourbillons de lumière et de musique.

La princesse Finna, l'une des plus belles créatures du pays enchanté
de Las Figuieras, s'avança par une vallée du Nopalistan, résidence
offerte au prince par ses ravisseurs, où les gazons étaient à la fois
humides et lisses, allant à la rencontre de Jarpéado, qui, cette fois,
ne pouvait l'éviter. Les yeux de cette enchanteresse, que dans un
ignoble projet d'alliance le gouvernement jetait à la tête du prince,
ni plus ni moins qu'une Caxe-Sotha, brillaient comme des étoiles, et la
rusée s'était fait suivre, comme Catherine de Médicis, d'un dangereux
escadron composé de ses plus belles sujettes.

Du plus loin qu'elle aperçut le prince, elle fit un signe. A ce
signal, il s'éleva dans le silence de cette nuit parfumée une musique
absolument semblable au scherzo de la reine Mab, dans la symphonie de
_Roméo et Juliette_, où le grand Berlioz a reculé les bornes de l'art
du facteur d'instruments, pour trouver les effets de la Cigale, du
Grillon, des Mouches, et rendre la voix sublime de la nature, à midi,
dans les hautes herbes d'une prairie où murmure un ruisseau sur du
sable argenté. Seulement le délicat et délicieux morceau de Berlioz est
à la musique qui résonnait aux sens intérieurs d'Anna ce que le brutal
organe d'un tonitruant ophicléide est aux sons filés du violoncelle de
Batta, quand Batta peint l'amour et en rappelle les rêveries les plus
éthérées aux femmes attendries que souvent un vieux priseur trouble en
se mouchant! (A la porte!)

C'était enfin la lumière qui se faisait musique, comme elle s'était
déjà faite parfum, par une attention délicate pour ces beaux êtres,
fruit de la lumière que la lumière engendre, qui sont lumière et
retournent à la lumière. Au milieu de l'extase où ce concert d'odeurs
et de sons devait plonger le prince Jarpéado, et quel prince! un prince
à marier, riche de tout le Nopalistan (_voir aux annonces pour plus
de détails_), Finna, la Cléopâtre improvisée par le gouvernement,
se glissa sous les pieds de Jarpéado, pendant qui six vierges
dansèrent une danse qui était aussi supérieure à la cachucha et au
jaléo espagnol, que la musique sourde et tintinnulante des génies
vibrionesques surpassait la divine musique de Berlioz. Ce qu'il y avait
de singulier dans cette danse était sa décence, puisqu'elle était
exécutée par des vierges; mais là éclatait le génie infernal de cette
création nationale et transmise à ces danseurs par leurs ancêtres,
qui la tenaient de la fée Arabesque. Cette danse chaste et irritante
produisait un effet absolument semblable à celui que cause la ronde
des femmes du Campidano, colonie grecque aux environs de Cagliari.
(Êtes-vous allé en Sardaigne? Non. J'en suis fâché. Allez-y, rien que
pour voir danser ces filles enrichies de sequins.) Assurément, vous
regardez, sans y entendre malice, ces vertueuses jeunes filles qui se
tiennent par la main et qui tournent très-chastement sur elles-mêmes;
mais ce chœur est néanmoins si voluptueux, que les consuls anglais
de la secte des _saints_, ceux qui ne rient jamais, pas même au
parlement, sont forcés de s'en aller. Eh bien, les femmes du Campidano
de Sardaigne, en fait de danse à la fois chaste et voluptueuse, étaient
aussi loin des danseuses de Finna, que la vierge de Dresde par Raphaël
est au-dessus d'un portrait de Dubufe. (On ne parle pas de peinture,
mais d'expression.)

«Vous voulez donc me tuer? s'écria Jarpéado, qui certes aurait rendu
des points à un consul anglais en fait de modestie et de patriotisme.

[Illustration]

--Non, âme de mon âme, dit Finna d'une voix douce à l'oreille comme de
la crème à la langue d'un chat; mais ne sais-tu pas que je t'aime comme
la terre aime le soleil, que mon amour est si peu personnel, que je
veux être ta femme, encore bien que je sache devoir en mourir?

--Ne sais-tu pas, répondit Jarpéado, que je viens d'un pays où les
castes sont chastes et suivent les ordres de Dieu, tout comme dans
l'Indoustan font les brahmes? Un brahmine n'a pas plus de répugnance
pour un paria que moi pour les plus belles créatures de ton atroce
pays de Las Figuieras, où il fait froid. Ton amour me gèle. Arrière,
bayadères impures!... Apprenez que je suis fidèle, et quoique vous
soyez en force sur cette terre, quoique vous ayez en abondance les
trésors de la vie, quand je devrais mourir ou de faim ou d'amour, je ne
m'unirai jamais ni à toi, ni à tes pareilles. Un Jarpéado s'allier à
une femme de ton espèce, qui est à la mienne ce que la négresse est à
un blanc, ce qu'un laquais est à une duchesse! Il n'y a que les nobles
de France qui fassent de ces alliances. Celle que j'aime est loin,
bien loin; mais ou elle viendra, ou je mourrai sans amour sur la terre
étrangère...»

Un cri d'effroi retentit et ne me permit pas d'entendre la réponse
de Finna, qui s'écria: «Sauvez le prince! Que des masses dévouées
s'élancent entre le danger et sa personne adorée!»


IV

Où le caractère de Granarius se dessine par son ignorance en fait de
sous-pieds.

Anna vit alors, avec un effroi qui lui glaça le sang dans les veines,
deux yeux d'or rouge qui s'avançaient portés par un nombre infini de
cheveux. Vous eussiez dit d'une double comète à mille queues.

«Le Volvoce! le Volvoce!» cria-t-on.

Le Volvoce, comme le choléra en 1833, passait en se nourrissant de
monde. Il y avait des équipages par les chemins, des mères emportant
leurs enfants, des familles allant et venant sans savoir où se
réfugier. Le Volvoce allait atteindre le prince, quand Finna se mit
entre le monstre et lui: la pauvre créature sauva Jarpéado qui resta
froid comme Conachar, lorsque son père nourricier lui sacrifie ses
enfants.

[Illustration]

«Oh! c'est bien un prince, se dit Anna tout épouvantée de cette royale
insensibilité. Non, une Femme donnerait une larme à un Homme qu'elle
n'aimerait pas, si cet Homme mourait pour lui sauver la vie.

--C'est ainsi que je voudrais mourir, dit langoureusement Jarpéado,
mourir pour celle qu'on aime, mourir sous ses yeux, en lui léguant la
vie... Sait-on ce qu'on reçoit quand on naît? tandis qu'à la fleur de
l'âge, on connaît bien la valeur de ce qu'on accepte...»

En entendant ces paroles, Anna se réconcilia naturellement avec le
prince.

«C'est, dit-elle, un prince qui aime comme un simple naturaliste.

--Es-tu musique, parfum, lumière, soleil de mon pays? s'écria le
prince que l'extase transportait et dont l'attitude fit craindre à
la jeune fille qu'il n'eût une fièvre cérébrale. O ma Cactriane, où
sur une mer vermeille, gorgé de pourpre, j'eusse trouvé quelque belle
Ranagrida dévouée, aimante, je suis séparé de toi par des espaces
incommensurables... Et tout ce qui sépare deux amants est infini, quand
ce ne peut être franchi...»

Cette pensée, si profonde et si mélancolique, causa comme un
frémissement à la pauvre fille du professeur, qui se leva, se promena
dans le Jardin des Plantes, et arriva le long de la rue Cuvier, où elle
se mit à grimper, avec l'agilité d'une Chatte, jusque sur le toit de
la maison qui porte le numéro 15. Jules, qui travaillait, venait de
poser sa plume au bord de sa table, et se disait en se frottant les
mains: «Si cette chère Anna veut m'attendre, j'aurai la croix de la
Légion d'honneur dans trois ans, et je serai suppléant du professeur,
car je mords à l'Entomologie, et si nous réussissons à transporter
dans l'Algérie la culture du COCCUS CACTI... c'est une conquête, que
diable!...»

Et il se mit à chanter:

  O Mathilde, idole de mon âme!... etc.,

de Rossini, en s'accompagnant sur un piano qui n'avait d'autre défaut
que celui de nasiller. Après cette petite distraction, il ôta de dessus
sa table un bouquet, fleurs cueillies dans la serre en compagnie
d'Anna, et se remit à travailler.

Le lendemain matin, Anna se trouvait dans son lit, se souvenant, avec
une fidélité parfaite, des grands et immenses événements de sa nuit,
sans pouvoir s'expliquer comme elle avait pu monter sur les toits et
voir l'intérieur de l'âme de monsieur Jules Sauval, jeune dessinateur
du Muséum, élève du professeur Granarius; mais violemment éprise de
curiosité d'apprendre qui était le prince Jarpéado.

Il résulte de ceci, pères et mères de famille, que le vieux professeur
était veuf, avait une fille de dix-neuf ans, très-sage, mais peu
surveillée, car les gens absorbés par les intérêts scientifiques
accomplissent trop mal les devoirs de la paternité pour pouvoir y
joindre ceux de la maternité. Ce savant à perruque retroussée, occupé
de ses monographies, portait des pantalons sans bretelles, et (lui
qui savait toutes les découvertes faites dans les royaumes infinis de
la microscopie) ne connaissait pas l'invention des sous-pieds, qui
donnent tant de rectitude aux plis des pantalons et tant de fatigue aux
épaules. La première fois que Jules lui parla de sous-pieds, il les
prit pour un sous-genre, le cher Homme! Vous comprendrez donc comment
Granarius pouvait ignorer que sa fille fût naturellement somnambule,
éprise de Jules, et emmenée par l'amour dans les abîmes de cette extase
qui frise la catalepsie.

Au déjeuner, en voyant son père près de verser gravement la salière
dans son café, elle lui dit vivement: «Papa, qu'est-ce que le prince
Jarpéado?»

Le mot fit effet: Granarius posa la salière, regarda sa fille dans les
yeux de laquelle le sommeil avait laissé quelques-unes de ses images
confuses, et se mit à sourire de ce gai, de ce bon, de ce gracieux
sourire qu'ont les savants quand on vient à caresser leur dada!

«Voilà le sucre,» dit-elle alors en lui tendant le sucrier.

Et voilà, chers enfants, comment le réel se mêle au fantastique dans la
vie et au Jardin des Plantes.


V

Aventures de Jarpéado.

«Le prince Jarpéado est le dernier enfant d'une dynastie de la
Cactriane, reprit le digne savant, qui, semblable à bien des pères,
avait le défaut de toujours croire que sa fille en était encore à jouer
avec ses poupées. La Cactriane est un vaste pays, très-riche, et l'un
de ceux qui boivent à même les rayons du soleil; il est situé par un
nombre de degrés de latitude et de longitude qui t'est parfaitement
indifférent; mais il est encore bien peu connu des observateurs, je
parle de ceux qui regardent les œuvres de la nature avec deux paires
d'yeux. Or, les habitants de cette contrée, aussi peuplée que la Chine,
et plus même, car il y a des milliards d'individus, sont sujets à
des inondations périodiques d'eaux bouillantes, sorties d'un immense
volcan, produit à main d'Homme, et nommé Harrozo-Rio-Grande. Mais la
nature semble se plaire à opposer des forces productrices égales à la
force des fléaux destructeurs, et plus l'Homme mange de Harengs, plus
les mères de famille en pondent dans l'Océan... Les lois particulières
qui régissent la Cactriane sont telles, qu'un seul prince du sang
royal, s'il rencontre une de ses sujettes, peut réparer les pertes
causées par l'épidémie dont les effets sont connus par les savants de
ce peuple, sans qu'ils aient jamais pu en pénétrer les causes. C'est
leur choléra-morbus. Et vraiment quels retours sur nous-mêmes ce
spectacle dans les infiniment petits ne doit-il pas nous inspirer à
nous... Le choléra-morbus n'est-il pas...

--Notre Volvoce!» s'écria la jeune fille.

Le professeur manqua de renverser la table en courant embrasser son
enfant.

«Ah! tu es au fait de la science à ce point, chère Annette?... Tu
n'épouseras qu'un savant. Volvoce! qui t'a dit ce mot?»

(J'ai connu, dans ma jeunesse, un Homme d'affaires qui racontait, les
larmes dans les yeux, comment un de ses enfants, âgé de cinq ans, avait
sauvé un billet de mille francs qui, par mégarde, était tombé dans le
panier aux papiers, où il en cherchait pour faire des cocottes.--Ce
cher enfant! à son âge! savoir la valeur de ce billet...)

«Le prince! le prince!» s'écria la jeune fille en ayant peur que son
père ne retombât dans quelque rêverie; et alors elle n'eût plus rien
appris.

«Le prince, reprit le vieux professeur en donnant un coup à sa
perruque, a échappé, grâce à la sollicitude du gouvernement français,
à ce fléau destructeur; mais on l'enleva, sans le consulter, à son
beau pays, à son bel avenir, et avec d'autant plus de facilité que
sa vie était un problème. Pour parler clairement, Jarpéado, le
centimilliardimillionième de sa dynastie...

(«Et, fit le professeur entre parenthèse, en levant vers le plafond
plein de Bêtes empaillées sa mouillette trempée de café, vous faites
les fiers, messieurs les Bourbons, les Othomans, races royales et
souveraines, qui vivez à peine des quinze à seize siècles avec les
mille et une précautions de la civilisation la plus raffinée... O
combien... Enfin!... Ne parlons pas politique.»)

«Jarpéado ne se trouvait pas plus avancé dans l'échelle des êtres
que ne l'est une Altesse Royale onze mois avant sa naissance, et il
fut transporté, sous cette forme, chez mon prédécesseur, l'illustre
Lacrampe, inventeur des Canards, et qui achevait leur monographie alors
que nous eûmes le malheur de le perdre; mais il vivra tant que vivra
_la Peau de Chagrin_, où l'illustrateur l'a représenté contemplant
ses chers Canards. Là se voit aussi notre ami Planchette à qui, pour
la gloire de la science, feu Lacrampe a légué le soin de rechercher
la configuration, l'étendue, la profondeur, les qualités des princes,
onze mois avant leur naissance. Aussi Planchette s'est-il déjà montré
digne de cette mission, soutenant, contre cet intrigant de Cuvier, que,
dans cet état, les princes devaient être infusoires, remuants, et déjà
décorés.

«Le gouvernement français, sollicité par feu Lacrampe, s'en remit au
fameux Génie Spéculatoribus pour l'enlèvement du prince Jarpéado,
qui, grâce à sa situation, put venir par mer du fond de la province de
Guaxaca, sur un lit de pourpre composé de trois milliards environ de
sujets de son père, embaumés par des Indiens qui, certes, valent bien
le docteur Gannal. Or, comme les lois sur la traite ne concernent pas
les morts, ces précieuses momies furent vendues à Bordeaux pour servir
aux plaisirs et aux jouissances de la race blanche, jusqu'à ce que le
soleil, père des Jarpéado, des Ranagrida, des Negra, les trois grandes
tribus des peuples de la Cactriane, les absorbât dans ses rayons...
Oui, apprends, mon Anna, que pas une des nymphes de Rubens, pas une des
jolies filles de Miéris, que pas un trompette de Wouwermans n'a pu se
passer de ces peuplades. Oui, ma fille, il y a des populations entières
dans ces belles lèvres qui vous sourient au Musée, ou qui vous défient.
Oh! si, par un effet de magie, la vie était rendue aux êtres ainsi
distillés, quel charmant spectacle que celui de la décomposition d'une
Vierge de Raphaël ou d'une bataille de Rubens! Ce serait, pour ces
charmants êtres, un jour comme celui de la résurrection éternelle qui
nous est promis. Hélas! peut-être y a-t-il là-haut un puissant peintre
qui prend ainsi les générations de l'humanité sur des palettes, et
peut-être, broyés par une molette invisible, devenons-nous une teinte
dans quelque fresque immense, ô mon Dieu!...»

Là-dessus le vieux professeur, comme toutes les fois que le nom de Dieu
se trouvait sur ses lèvres, tomba dans une profonde rêverie qui fut
respectée par sa fille.


VI

Autre Jarpéado.

Jules Sauval entra. Si vous avez rencontré quelque part un de ces
jeunes gens simples et modestes, pleins d'amour pour la science, et
qui, sachant beaucoup, n'en conservent pas moins une certaine naïveté
charmante qui ne les empêche pas d'être les plus ambitieux des êtres,
et de mettre l'Europe sens dessus dessous à propos d'un os hyoïde ou
d'un coquillage, vous connaissez alors Jules Sauval. Aussi candide
qu'il était pauvre (hélas! peut-être quand vient la fortune s'en va la
candeur), le Jardin des Plantes lui servait de famille, il regardait
le professeur Granarius comme un père, il l'admirait, il vénérait en
lui le disciple et le continuateur du grand Geoffroy Saint-Hilaire, et
il l'aidait dans ses travaux, comme autrefois d'illustres et dévoués
élèves aidaient Raphaël; mais ce qu'il y avait d'admirable chez ce
jeune Homme, c'est qu'il eût été ainsi, quand même le professeur
n'aurait pas eu sa belle et gracieuse fille Anna, saint amour de la
science! car, disons-le promptement, il aimait beaucoup plus l'histoire
naturelle que la jeune fille.

«Bonjour, mademoiselle, dit-il; vous allez bien ce matin?... Qu'a donc
le professeur?

--Il m'a malheureusement laissée au beau milieu de l'histoire du prince
Jarpéado, pour songer aux fins de l'humanité... J'en suis restée à
l'arrivée de Jarpéado à Bordeaux.

--Sur un navire de la maison Balguerie junior, reprit Jules. Ces
banquiers honorables, à qui l'envoi fut fait, ont remis le prince...

--Principicule... fit observer Anna.

--Oui, vous avez raison, à un grossier conducteur des diligences
Laffitte et Caillard, qui n'a pas eu pour lui les égards dus à sa haute
naissance et à sa grande valeur; il l'a jeté dans cet abîme appelé
caisse, qui se trouve sous la banquette du coupé, où le prince et
son escorte ont beaucoup souffert du voisinage des groupes d'écus,
et voilà ce qui nous met aujourd'hui dans l'embarras. Enfin, un
simple facteur des messageries l'a remis au père Lacrampe qui a bondi
de joie... Aussitôt que l'arrivée de ce prince fut officiellement
annoncée au gouvernement français, Esthi, l'un des ministres, en a
profité pour arracher des concessions en notre faveur: il a vivement
représenté à la commission de la Chambre des députés l'importance de
notre établissement et la nécessité de le mettre sur un grand pied,
et il a si bien parlé, qu'il a obtenu six cent mille francs pour
bâtir le palais où devait être logée la race utile de Jarpéado. «Ce
sera, monsieur, a-t-il dit au rapporteur, qui par bonheur était un
riche droguiste de la rue des Lombards, nous affranchir du tribut que
nous payons à l'étranger, et tirer parti de l'Algérie qui nous coûte
des millions.» Un vieux maréchal déclara que, dans son opinion, la
possession du prince était une conquête. «Messieurs, a dit alors le
rapporteur à la Chambre, sachons semer pour recueillir...» Ce mot eut
un grand succès; car à la Chambre il faut savoir descendre à la hauteur
de ceux qui nous écoutent. L'opposition, qui déjà trouvait tant à
redire à propos du palais des Singes, fut battue par cette réflexion de
nature à être sentie par les propriétaires, qui sont en majorité sur
les bancs de la Chambre, comme les huîtres sur ceux de Cancale.

--Quand la loi fut votée, dit le professeur qui, sorti de sa rêverie,
écoutait son élève, elle a inspiré un bien beau mot. Je passais dans le
Jardin, je suis arrêté, sous le grand cèdre, par un de nos jardiniers
qui lisait le _Moniteur_, et je lui en fis même un reproche; mais il me
répondit que c'était la plus grande des feuilles périodiques. «Est-il
vrai, Monsieur, me dit-il, que nous aurons une serre où nous pourrons
faire venir les plantes des deux tropiques et garnie de tous les
accessoires nécessaires, fabriqués sur la plus grande échelle?--Oui,
mon ami, lui dis-je, nous n'aurons plus rien à envier à l'Angleterre,
et nous devons même l'emporter par quelques perfectionnements.--Enfin,
s'écria le jardinier en se frottant les mains, depuis la révolution de
Juillet, le peuple a fini par comprendre ses vrais intérêts, et tout
va fleurir en France.» Quand il vit que je souriais, il ajouta: «Nos
appointements seront-ils augmentés?...

--Hélas! je viens de la grande serre, monsieur, reprit Jules, et tout
est perdu! Malgré nos efforts, il n'y aura pas moyen d'unir Jarpéado à
aucune créature analogue; il a refusé celle du _Coccus ficus caricæ_,
je viens d'y passer une heure, l'œil sur le meilleur appareil de
Dollond, et il mourra...

--Oui, mais il mourra fidèle, s'écria la sensible Anna.

--Ma foi, dit Granarius, je ne vois pas la différence de mourir fidèle
ou infidèle, quand il s'agit de mourir...

--Jamais vous ne nous comprendrez! dit Anna d'un ton à foudroyer
son père; mais vous ne le séduirez pas, il se refuse à toutes les
séductions, et c'est bien mal à vous, monsieur Jules, de vous prêter à
de pareilles horreurs. Vous ne seriez pas capable de tant d'amour!...
cela se voit, Jarpéado ne veut que Ranagrida...

--Ma fille a raison. Mais si nous mettions, en désespoir de cause,
les langes de pourpre où Jarpéado fut apporté, de son beau royaume de
la Cactriane, dans l'état où sont les princes, dix mois avant leur
naissance, peut-être s'y trouverait-il encore une Ranagrida.

--Voilà, mon père, une noble action qui vous méritera l'admiration de
toutes les femmes.

--Et les félicitations du ministre, donc! s'écria Jules.

--Et l'étonnement des savants! répliqua le professeur, sans compter la
reconnaissance du commerce français.

--Oui, mais, dit Jules, Planchette n'a-t-il pas dit que l'état où sont
les princes onze mois avant leur naissance...

--Mon enfant, dit avec douceur Granarius à son élève en l'interrompant,
ne vois-tu pas que la nature, partout semblable à elle-même, laisse
ainsi ceux du clan des Jarpéado, durant des années! Oh! pourvu que les
sacs d'écus ne les aient pas écrasés...

--Il ne m'aime pas!» s'écria la pauvre Anna, voyant Jules qui,
transporté de curiosité, suivit Granarius au lieu de rester avec elle
pendant que son père les laissait seuls.


VII

A la grande serre du Jardin des Plantes.

«Puis-je aller avec vous, messieurs? dit Anna, quand elle vit son père
revenir, tenant à la main un morceau de papier.

--Certainement, mon enfant,» dit le professeur avec la bonté qui le
caractérisait.

Si Granarius était distrait, il donnait à sa fille tous les
bénéfices de son défaut. Et combien de fois la douceur est-elle de
l'indifférence?... Presque autant de fois que la charité est un calcul.

«Les fleurs que nous avons partagées hier, monsieur Jules, vous ont
fait mal à la tête cette nuit, lui dit-elle en laissant aller son père
en avant, vous les avez mises sur votre fenêtre après avoir chanté:

  O Mathilde, idole de mon âme!

Ça n'est pas bien, pourquoi dire Mathilde?

--Le cœur chantait Anna! répondit-il. Mais qui donc a pu vous instruire
de ces circonstances? demanda-t-il avec une sorte d'effroi. Seriez-vous
somnambule?

--Somnambule? reprit-elle. Oh! que voilà bien les jeunes gens de ce
siècle dépravé! toujours prêts à expliquer les effets du sentiment par
certaines proportions du fluide électro-magnétique!... par l'abondance
du calorique...

--Hélas! reprit Jules en souriant, il en est ainsi pour les Bêtes.
Voyez! nous avons obtenu là...» Il montra, non sans orgueil, la fameuse
serre qui rampe sous la montagne du belvédère au Jardin des Plantes.
«Nous avons obtenu les feux du tropique, et nous y avons les plantes
du tropique, et pourquoi n'avons-nous plus les immenses Animaux dont
les débris reconstitués font la gloire de Cuvier? C'est que notre
atmosphère ne contient plus autant de carbone, ou qu'en fils de famille
pressé de jouir notre globe en a trop dissipé... Nos sentiments sont
établis sur des équations...

--Oh! science infernale! s'écria la jeune fille. Aimez donc dans ce
Jardin, entre le cabinet d'anatomie comparée et les éprouvettes, où la
chimie zoologique estime ce qu'un Homme brûle de carbone en gravissant
une montagne! Vos sentiments sont établis sur des équations de dot!
Vous ne savez pas ce qu'est l'amour, monsieur Jules...

--Je le sais si bien que, pour approvisionner notre ménage, si vous
vouliez de moi pour mari, mademoiselle, je passe mon temps à me rôtir
comme un marron, l'œil sur un microscope, examinant le seul Jarpéado
vivant que possède l'Europe, et s'il se marie, si ce conte de fée finit
par: _et ils eurent beaucoup d'enfants_, nous nous marierons aussi,
j'aurai la croix de la Légion d'honneur, je serai professeur adjoint,
j'aurai le logement au Muséum, et trois mille francs d'appointements,
j'aurai sans doute une mission en Algérie, afin d'y porter cette
culture, et nous serons heureux... Ne vous plaignez donc pas de
l'enthousiasme que me cause le prince Jarpéado...

--Ah! c'était donc une preuve d'amour quand il a suivi mon père,» pensa
la jeune fille en entrant dans la grande serre.

Elle sourit alors à Jules, et lui dit à l'oreille:

«Eh bien, jurez-moi, monsieur Jules, de m'être aussi fidèle que
Jarpéado l'est à sa race royale, d'avoir pour toutes les femmes le
dédain que le prince a eu pour la princesse de _Las Figuieras_, et je
ne serai plus inquiète; et quand je vous verrai fumant votre cigare au
soleil et regardant la fumée, je dirai...

--Vous direz: Il pense à moi! s'écria Jules. Je le jure...»

Et tous deux ils accoururent à la voix du professeur qui jeta
solennellement le petit bout de papier au sein du premier nopal que le
Jardin des Plantes y ait vu fleurir, grâce aux six cent mille francs
accordés par la Chambre des députés pour bâtir les nouvelles serres.

«Ce être donc oune serre-popiers! dit un Anglais jaloux qui fut témoin
de cette opération scientifique.

--Chauffez la serre, s'écria Granarius; Dieu veuille qu'il fasse bien
chaud aujourd'hui! La chaleur, disait Thouin, c'est la vie!»


VIII

Le Paul et Virginie des Animaux.

Le lendemain soir, Anna, quand fut venue l'heure de la fermeture des
grilles, se promena lentement sous les magnifiques ombrages de la
grande allée, en respirant la chaude vapeur humide que les eaux de
la Seine mêlaient aux exhalaisons du jardin, car il avait fait une
journée caniculaire où le thermomètre était monté à un nombre de
degrés majuscule, et ce temps est un des plus favorables aux extases.
Pour éviter toute discussion à cet égard et clore le bec aux Geais
de la critique, il nous sera permis de faire observer que les fameux
solitaires des premiers temps de l'Église ne se sont trouvés que
dans les ardents rochers de l'Afrique, de l'Égypte et autres lieux
incandescents; que les Santons et les Faquirs ne poussent que dans les
contrées les plus opiacées, et que saint Jean grillait dans Pathmos.
Ce fut par cette raison que mademoiselle Anna, lasse de respirer cette
atmosphère embrasée où les Lions rugissaient, où l'Éléphant bâillait,
où la Girafe elle-même, cette ardente princesse d'Arabie, et les
Gazelles, ces Hirondelles à quatre pieds, couraient après leurs sables
jaunes absents, s'assit sur la marge de pierre brûlante d'où s'élancent
les murs diaphanes de la grande serre, et y resta charmée, attendant
un moment de fraîcheur, et ne trouvant que les bouffées tropicales
qui sortaient de la serre comme des escadrons fougueux des armées de
Nabuchodonosor, cet Homme que la chronique représente sous la forme
d'une Bête, parce qu'il resta sept ans enseveli dans la zoologie,
occupé de classer les espèces, sans se faire la barbe. On dira, dans
six cents ans d'ici, que Cuvier était une espèce de tonneau objet de
l'admiration des savants.

A minuit, l'heure des mystères, Anna, plongée dans son extase et les
yeux touchés par le Géant Microscopus, revit les vertes prairies du
Nopalistan. Elle entendit les douces mélodies du royaume des Infiniment
Petits et respira le concert de parfums perdu pour des organes fatigués
par des sensations trop actives. Ses yeux, dont les conditions
étaient changées, lui permirent de voir encore les mondes inférieurs:
elle aperçut un Volvoce à cheval qui tâchait d'arriver au but d'un
steeple-chase, et que d'élégants Cercaires voulaient dépasser; mais le
but de ce steeple-chase était bien supérieur à celui de nos dandys,
car il s'agissait de manger de pauvres Vorticelles qui naissaient
dans les fleurs, à la fois Animaux et fleurs, fleurs ou Animaux! Ni
Bory-Saint-Vincent, ni Müller, cet immortel Danois qui a créé autant
de mondes que Dieu même en a fait, n'ont pris sur eux de décider si
la Vorticelle était plus Animal que plante ou plus plante qu'Animal.
Peut-être eussent-ils été plus hardis avec certains Hommes que les
cochers de cabriolet appellent _melons_, sans que les savants aient
pu deviner à quels caractères ces praticiens des rues reconnaissent
l'Homme-Légume.

[Illustration: Le but de ce steeple-chase était...]

L'attention d'Anna fut bientôt attirée par l'air heureux du prince
Jarpéado, qui jouait du luth en chantant son bonheur par une romance
digne de Victor Hugo. Certes cette cantate aurait pu figurer avec
honneur dans les _Orientales_, car elle était composée de onze cent
onze stances, sur chacune des onze cent onze beautés de Zashazli
(prononcez Virginie), la plus charmante des filles Ranagridiennes. Ce
nom, de même que les noms persans, avait une signification, et voulait
dire _vierge faite de lumière_. Avant de devenir _cinabre_, _minium_,
enfin tout ce qu'il y a de plus rouge au monde, cette précieuse
créature était destinée aux trois incarnations entomologiques que
subissent toutes les créatures de la Zoologie, y compris l'Homme.

[Illustration]

La première forme de Virginie restait sous un pavillon qui aurait
stupéfait les admirateurs de l'architecture moresque ou sarrasine,
tant il surpassait les broderies de l'Alhambra, du Généralife et des
plus célèbres mosquées. (_Voir, au surplus, l'album du Nopalistan
orné de sept mille gravures._) Situé dans une profonde vallée sur les
coteaux de laquelle s'élevaient des forêts immenses, comme celles que
Chateaubriand a décrites dans _Atala_, ce pavillon se trouvait gardé
par un cours d'eau parfumée, auprès de laquelle l'eau de Cologne, celle
de Portugal et d'autres cosmétiques sont tout juste ce que l'eau noire,
sale et puante de la Bièvre est à l'eau de Seine filtrée. De nombreux
soldats habillés de garance, absolument comme les troupes françaises,
gardaient les abords de la vallée en aval, et des postes non moins
nombreux veillaient en amont. Autour du pavillon, des Bayadères
dansaient et chantaient. Le prince allait et venait très-effaré,
donnant des ordres multipliés. Des sentinelles, placées à de grandes
distances, répétaient les mots d'ordre. En effet, dans l'état où elle
se trouvait, la jeune personne pouvait être la proie d'un Génie féroce
nommé MISOCAMPE. Vêtu d'un corselet comme les hallebardiers du moyen
âge, protégé par une robe verte d'une dureté de diamant, et doué d'une
figure terrible, le Misocampe, espèce d'ogre, jouit d'une férocité
sans exemple. Loin de craindre mille Jarpéadiens, un seul Misocampe se
réjouit de les rencontrer en groupe, il n'en déjeune et n'en soupe que
mieux. En voyant de loin un Misocampe, la pauvre Anna se rappela les
Espagnols de Fernand Cortez débarquant au Mexique. Ce féroce guerrier
a des yeux brillants comme des lanternes de voiture, et s'élance avec
la même rapidité, sans avoir besoin, comme les voitures, d'être aidé
par des chevaux, car il a des jambes d'une longueur démesurée, fines
comme des raies de papier à musique et d'une agilité de danseuse. Son
estomac, transparent comme un bocal, digère en même temps qu'il mange.
Le prince Paul avait publié des proclamations affichées dans toutes les
forêts, dans tous les villages du Nopalistan, pour ordonner aux masses
intelligentes de se précipiter entre le Misocampe et le pavillon, afin
d'étouffer le Monstre ou de le rassasier. Il promettait l'immortalité
aux morts, la seule chose qu'on puisse leur offrir. La fille du
professeur admirait l'amour du prince Paul Jarpéado qui se révélait
dans ces inventions de haute politique. Quelle tendresse! quelle
délicatesse! La jeune princesse ressemblait parfaitement aux _babys_
emmaillottés que l'aristocratie anglaise porte avec orgueil dans
Hyde-Park, pour leur faire prendre l'air. Aussi l'amour du prince Paul
avait-il toutes les allures de la maternité la plus inquiète pour sa
chère petite Virginie, qui cependant n'était encore qu'un vrai _baby_.

«Que sera-ce donc, se dit Anna, quand elle sera nubile?»

[Illustration]

Bientôt le prince Paul reconnut en Zashazli les symptômes de la crise
à laquelle sont sujettes ces charmantes créatures. Par ses ordres,
des capsules chargées de substances explosibles annoncèrent au monde
entier que la princesse allait, jusqu'au jour de son mariage, se
renfermer dans un couvent. Selon l'usage, elle serait enveloppée
de voiles gris et plongée dans un profond sommeil, pour être plus
facilement soustraite aux enchantements qui pouvaient la menacer.
Telle est la volonté suprême de la fée Physine, qui a voulu que toutes
les créations, depuis les êtres supérieurs aux Hommes, et même les
Mondes, jusqu'aux Infiniment Petits, eussent la même loi. D'invisibles
religieuses roulèrent la petite princesse dans une étoffe brune, avec
la délicatesse que les esclaves de la Havane mettent à rouler les
feuilles blondes des cigares destinés à George Sand ou à quelque
princesse espagnole. Sa tête mignonne se voyait à peine au bout de
ce linceul dans lequel elle resta sage, vertueuse et résignée. Le
prince Paul Jarpéado demeura sur le seuil du couvent, sage, vertueux
et résigné, mais impatient! Il ressemblait à Louis XV qui, devinant
dans une enfant de sept ans, assise avec son père sur la terrasse des
Tuileries, la belle mademoiselle de Romans telle qu'elle devait être à
dix-huit ans, en prit soin et la fit élever loin du monde.

Anna fut témoin de la joie du prince Paul quand, semblable à la Vénus
antique sortant des ondes, Virginie quitta son linceul doré. Comme
l'Ève de Milton, qui est une Ève anglaise, elle sourit à la lumière,
elle s'interrogea pour savoir si elle était elle-même, et fut dans
l'enchantement de se voir si _comfortable_. Elle regarda Paul et dit:
«_Oh!_...» ce superlatif de l'étonnement anglais.

Le prince s'offrit avec une soumission d'esclave à lui montrer le
chemin dans la vie, à travers les monts et les vallées de son empire.

«O toi que j'ai pendant si longtemps attendue, reine de mon cœur, bénis
par tes regards et les sujets et le prince; viens enchanter ces lieux
par ta présence.»

Paroles qui sont si profondément vraies, qu'elles ont été mises en
musique dans tous les opéras!

Virginie se laissa conduire en devinant qu'elle était l'objet d'une
adoration infinie, et marcha d'enchantements en enchantements, écoutant
la voix sublime de la nature, admirant les hautes collines vêtues de
fleurs embaumées et d'une verdure éternelle, mais encore plus sensible
aux soins touchants de son compagnon. Arrivée au bord d'un lac joli
comme celui de Thoune, Paul alla chercher une petite barque faite en
écorce et d'une beauté miraculeuse. Ce charmant esquif, semblable à
la coque d'une viole d'amour, était rayé de nacre incrustée dans la
pellicule brune de ce tégument délicat. Jarpéado fit asseoir sa chère
bien-aimée sur un coussin de pourpre, et traversa le lac dont l'eau
ressemblait à un diamant avant d'être rendu solide.

«Oh! qu'ils sont heureux! dit Anna. Que ne puis-je comme eux voyager en
Suisse et voir les lacs!...»

L'opposition du Nopalistan a prétendu, dans _le Charivari_ de la
capitale, que ce prétendu lac avait été formé par une gouttelette
tombée d'une vitre située à onze cents milles de hauteur, distance
équivalant à trente-six mètres de France. Mais on sait le cas que les
amis du gouvernement doivent faire des plaisanteries de l'opposition.

[Illustration]

Paul offrait à Virginie les fruits les plus mûrs et les meilleurs, il
les choisissait, et se contentait des restes, heureux de boire à la
même tasse. Virginie était d'une blancheur remarquable et vêtue d'une
étoffe lamée de la plus grande richesse; elle ressemblait à cette
fameuse Esméralda tant célébrée par Victor Hugo. Mais Esméralda était
une femme, et Virginie était un ange. Elle n'aurait pas, pour la valeur
d'un monde, aimé l'un des maréchaux de la cour, et encore moins un
colonel. Elle ne voyait que Jarpéado, elle ne pouvait rester sans le
voir, et comme il ne savait pas refuser sa chère Zashazli, le pauvre
Paul fut bientôt sur les dents, car, hélas! dans toutes les sphères,
l'amour n'est illimité que moralement. Quand, épuisé de fatigue, Paul
s'endormit, Virginie s'assit près de lui, le regarda dormant, en
chassant les Vorticelles aériennes qui pouvaient troubler son sommeil.
N'est-ce pas une des plus douces scènes de la vie privée? On laisse
alors l'âme s'abandonner à toute la portée de son vol, sans la retenir
dans les conventions de la coquetterie. On aime alors ostensiblement
autant qu'on aime secrètement. Quand Jarpéado s'éveilla, ses yeux
s'ouvrirent sous la lumière de ceux de Virginie, et il la surprit
exprimant sa tendresse sans aucun des voiles dont s'enveloppent les
femmes à l'aide des mots, des gestes ou des regards. Ce fut une ivresse
si contagieuse, que Paul saisit Virginie, et ils se livrèrent à une
sarabande d'un mouvement qui rappelait assez la gigue des Anglais.
Ce qui prouve que dans toutes les sphères, par les moments de joie
excessive où l'être oublie ses conditions d'existence, on éprouve le
besoin de sauter, de danser! (Voir les _Considérations sur la pyrrhique
des anciens_, par M. Cinqprunes de Vergettes, membre de l'Institut.)
En Nopalistan comme en France, les bourgeois imitent la cour. Aussi
dansait-on jusque dans les plus petites bourgades.

Paul s'arrêta frappé de terreur.

«Qu'as-tu, cher amour? dit Virginie.

--Où allons-nous? dit le prince. Si tu m'aimes et si je t'aime, nous
aurons de belles noces; mais après?... Après, sais-tu, cher ange, quel
sera ton destin?

--Je le sais, répondit-elle. Au lieu de périr sur un vaisseau, comme
la Virginie de la librairie, ou dans mon lit, comme Clarisse, ou dans
un désert, comme Manon Lescaut ou comme Atala, je mourrai de mon
prodigieux enfantement, comme sont mortes toutes les mères de mon
espèce: destinée peu romanesque. Mais t'aimer pendant toute une saison,
n'est-ce pas le plus beau destin du monde? Puis mourir jeune avec
toutes ses illusions, avoir vu cette belle nature dans son printemps,
laisser une nombreuse et superbe famille, enfin obéir à Dieu! quelle
plus splendide destinée y a-t-il sur la terre? Aimons, et laissons aux
Génies à prendre soin de l'avenir.»

Cette morale un peu décolletée fit son effet. Paul mena sa fiancée au
palais où resplendissaient les lumières, où tous les diamants de sa
couronne étaient sortis du garde-meuble, et où tous les esclaves de
son empire, les Bayadères échappées au fléau du Volvoce, dansaient
et chantaient. C'était cent fois plus magnifique que les fêtes de
la grande allée des Champs-Élysées aux journées de Juillet. Un grand
mouvement se préparait. Les Neutres, espèce de sœurs grises chargées de
veiller sur les enfants à provenir du mariage impérial, s'apprêtaient
à leurs travaux. Des courriers partirent pour toutes les provinces y
annoncer le futur mariage du prince avec Zashazli la Ranagridienne
et demander les énormes provisions nécessaires à la subsistance des
principicules. Jarpéado reçut les félicitations de tous les corps
d'État et fit un millier de fois la même phrase en les remerciant.
Aucune des cérémonies religieuses ne fut omise, et le Prince Paul y mit
des façons pleines de lenteur, par lesquelles il prouva son amour, car
il ne pouvait ignorer qu'il perdrait sa chère Virginie, et son amour
pour elle était plus grand que son amour pour sa postérité.

«Ah! disait-il à sa charmante épouse, j'y vois clair maintenant.
J'aurais dû fonder mon empire avec Finna, et faire de toi ma maîtresse
idéale. O Virginie! n'es-tu pas l'idéal, cette fleur céleste dont la
vue nous suffit? Tu me serais alors restée, et Finna seule aurait péri.»

Ainsi, dans son désespoir, Paul inventait la bigamie, il arrivait aux
doctrines des anciens de l'Orient en souhaitant une femme chargée de
faire la famille, et une femme destinée à être la poésie de sa vie,
admirable conception des temps primitifs qui, de nos jours, passe
pour être une combinaison immorale. Mais la reine Jarpéada rendit ces
souhaits inutiles. Elle recommença plus voluptueusement encore la
scène de Finna, sur le même terrain, c'est-à-dire sous les ombrages
odoriférants du parc, par une nuit étoilée où les parfums dansaient
leurs boléros, où tout inspirait l'amour. Paul, dont la résistance
avait été héroïque aux prestiges de Finna, ne put se dispenser
d'emporter alors la reine Jarpéada dans un furieux transport d'amour.

«Pauvres petites bêtes du bon Dieu! se dit Anna, elles sont bien
heureuses, quelles poésies!... L'amour est la loi des mondes
inférieurs, aussi bien que des mondes supérieurs; tandis que chez
l'Homme, qui est entre les Animaux et les Anges, la raison gâte tout!»


IX

Où apparaît une certaine demoiselle Pigoizeau.

Pendant que ces choses tenaient la fille de Granarius en émoi, Jules
Sauval se répandait dans les sociétés du Marais, conduit par sa tante,
qui tenait à lui faire faire un riche établissement. Par une belle
soirée du mois d'août, madame Sauval obligea son neveu d'aller chez
un monsieur Pigoizeau, ancien bimbelotier du passage de l'Ancre, qui
s'était retiré du commerce avec quarante mille livres de rente, une
maison de campagne à Boissy-Saint-Léger et une fille unique âgée de
vingt-sept ans, un peu rousse, mais à laquelle il donnait quatre
cent mille francs, fruit de ses économies depuis neuf ans, outre les
espérances consistant en quarante mille francs de rente, la maison de
campagne et un hôtel qu'il venait d'acheter rue de Vendôme, au Marais.
Le dîner fut évidemment donné pour le célèbre naturaliste, à qui
Pigoizeau, très-bien avec le chef de l'État, voulait faire obtenir la
croix de la Légion d'honneur. Pigoizeau tenait à garder sa fille et son
gendre avec lui; mais il voulait un gendre célèbre, capable de devenir
professeur, de publier des livres et d'être l'objet d'articles dans les
journaux.

Après le dessert, la tante prit son neveu Jules par le bras, l'emmena
dans le jardin et lui dit à brûle-pourpoint:

«Que penses-tu d'Amélie Pigoizeau?

--Elle est effroyablement laide, elle a le nez en trompette et des
taches de rousseur.

--Oui, mais quel bel hôtel!

--De gros pieds.

--Maison à Boissy-Saint-Léger, un parc de trente hectares, des grottes,
une rivière.

--Le corsage plat.

--Quatre cent mille francs.

--Et bête!...

--Quarante mille livres de rente, et le bonhomme laissera quelque cinq
cent mille francs d'économies.

--Elle est gauche.

[Illustration: Mademoiselle Pigoizeau.]

--Un homme riche devient infailliblement professeur et membre de
l'Institut.

--Eh bien! jeune homme, dit Pigoizeau, l'on dit que vous faites des
merveilles au Jardin des Plantes, que nous vous devrons une conquête...
J'aime les savants! moi... Je ne suis pas une ganache. Je ne veux
donner mon Amélie qu'à un homme capable, fût-il sans un sou, et eût-il
des dettes...»

Rien n'était plus clair que ce discours, en désaccord avec toutes les
idées bourgeoises.


X

Où mademoiselle Anna s'élève aux plus hautes considérations.

A quelques jours de là, le soir, chez le professeur Granarius, Anna
boudait et disait à Jules: «Vous n'êtes plus aussi fidèle à la
serre, et vous vous dissipez; on dit qu'à force d'y voir pousser la
cochenille, vous vous êtes pris d'amour pour le rouge, et qu'une
demoiselle Pigoizeau vous occupe...

--Moi! chère Anna, moi! dit Jules un peu troublé. Ne savez-vous pas que
je vous aime...

--Oh! non, répondit Anna; chez vous autres savants, comme chez les
autres Hommes, la raison nuit à l'amour. Dans la nature, on ne
pense pas à l'argent, on n'obéit qu'à l'instinct, et la route est
si aveuglément suivie, si inflexiblement tracée, que si la vie est
uniforme, du moins les malheurs y sont impossibles. Rien n'a pu
décider ce charmant petit être, vêtu de pourpre, d'or, et paré de plus
de diamants que n'en a porté Sardanapale, à prendre pour femme une
créature autre que celle qui était née sous le même rayon de soleil
où il avait pris naissance; il aimait mieux périr plutôt que de ne
pas épouser sa pareille, son âme jumelle; et vous!... vous allez vous
marier à une fille rousse, sans instruction, sans taille, sans idées,
sans manières, qui a de gros pieds, des taches de rousseur et qui
porte des robes reteintes, qui fera souffrir vingt fois par jour votre
amour-propre, qui vous écorchera les oreilles avec ses sonates.»

Elle ouvrit son piano, se mit à jouer des variations sur la Dernière
pensée de Weber de manière à satisfaire Chopin, si Chopin l'eût
entendue. N'est-ce pas dire qu'elle enchanta le monde des Araignées
mélomanes, qui se balançait dans ses toiles au plafond du cabinet de
Granarius, et que les Fleurs entrèrent par la fenêtre pour l'écouter?

«Horreur! dit-elle; les Animaux ont plus d'esprit que les savants qui
les mettent en bocal.»

Jules sortit la mort dans le cœur, car le talent et la beauté d'Anna,
le rayonnement de cette belle âme, vainquirent le concerto tintinnulant
que faisaient les écus de Pigoizeau dans sa cervelle.


XI

Conclusion.

«Ah! s'écria le professeur Granarius, il est question de nous dans les
journaux. Tiens, écoute, Anna:

«Grâces aux efforts du savant professeur Granarius et de son habile
adjoint, monsieur Jules Sauval, on a obtenu sur le Nopal de la grande
serre, au Jardin des Plantes, environ dix grammes de cochenille,
absolument semblable à la plus belle espèce de celle qui se recueille
au Mexique. Nul doute que cette culture fleurira dans nos possessions
d'Afrique et nous affranchira du tribut que nous payons au nouveau
monde. Ainsi se trouvent justifiées les dépenses de la grande serre,
contre lesquelles l'Opposition a tant crié, mais qui rendront encore
bien d'autres services au commerce français et à l'agriculture. M. J.
Sauval, nommé chevalier de la Légion d'honneur, se propose d'écrire la
monographie du genre Coccus.»

--Monsieur Jules Sauval se conduit bien mal avec nous, dit Anna, car
vous avez commencé la monographie du genre Coccus...

--Bah! dit le professeur, c'est mon élève.»

  _Pour copie conforme_,

  DE BALZAC.

[Illustration]



LES PEINES DE CŒUR

D'UNE

CHATTE FRANÇAISE


MINETTE & BÉBÉ

(LA VÉRITÉ SUR BRISQUET)


MINETTE A BÉBÉ[7].

PREMIÈRE LETTRE.

QUE vas-tu dire, ma chère Bébé, en recevant cette lettre de moi, de ta
sœur, que tu crois morte peut-être, et que tu as sans doute pleurée
comme telle, et, comme telle, oubliée?

  [7] Nous doutons que la correspondance qu'on va lire ait jamais
  été destinée à la publicité. Nous aurions hésité à la publier si
  elle n'eût contenu quelques révélations curieuses sur la vie d'un
  personnage que l'auteur de l'article intitulé les _Peines de cœur
  d'une Chatte anglaise_ (abusé sans doute par des documents trompeurs)
  a essayé de représenter comme un martyr de l'amour.

  C'est donc moins à cause de l'intérêt particulier qui peut s'attacher
  aux aventures de Minette et Bébé, que pour rétablir la vérité des
  faits relativement à Brisquet, que nous donnons place, dans notre
  seconde partie, aux _Peines de cœur d'une Chatte française_.

  --NOTE DU RÉDACTEUR.--

Pardonne-moi ce dernier mot, ma chère Bébé, je vis dans un monde où
l'on n'oublie pas que les morts; et malgré moi, mes jugements se
ressentent de ceux que j'entends faire à ces Hommes, qui méritent bien
tous nos dédains.


Je t'écris avant tout que je ne suis pas morte, et que je t'aime, et
que je vis encore pour redevenir ta sœur, si c'est possible.


Il m'est revenu cette nuit un souvenir de notre vieille mère, si
bonne et si soigneuse de notre toilette, la plus grande affaire de
sa journée, et de sa persévérance inouïe à lisser nos robes de soie,
pour nous faire belles, parce que, disait-elle, il faut plaire à tout
le monde! Je me suis rappelé avec attendrissement cette simple vie de
famille où nous avons eu de si beaux jours et de si beaux jeux, et une
si franche amitié de laquelle je regrette tout, Bébé, nos querelles
elles-mêmes et tes égratignures; et j'ai pensé que je devais compte
à ceux qui m'ont aimée de ce qui m'avait séparée d'eux, et de ce qui
empêchait mon retour. Et, à tous risques, et en silence, je me suis
mise à t'écrire, cette nuit même, à la pâle lueur d'une veilleuse
d'albâtre, qui pare de sa faible clarté le somptueux sommeil de mon
élégante maîtresse, sur son pupitre d'ébène incrusté d'or et d'ivoire,
sur ce papier glacé et parfumé.....

Tu le vois, Bébé, je suis riche; j'aimerais mieux être heureuse.


Vite adieu, Bébé, et à toi, et à demain; ma maîtresse se réveille.
Je n'ai que le temps de chiffonner ma lettre et de la rouler sous un
meuble, où elle restera jusqu'au jour. Le jour venu, je la remettrai
à un des nôtres, qui rôde en ce moment en attendant mes ordres sur la
terrasse du jardin, et qui me rapportera ta réponse. Tu me répondras
bientôt.

Ma mère! ma mère! qui me dira tout de suite ce qu'est devenue notre
mère?

  Ta sœur,

  MINETTE.


P. S.--Aie confiance dans mon messager. Sans doute il n'est ni jeune ni
beau, et ce n'est là ni un cavalier espagnol ni un riche Angora, mais
il est dévoué et discret; mais il est venu à bout de découvrir pour moi
ton adresse; mais il m'aime, et il m'aime tant, qu'il est ravi de se
faire mon très-humble coureur. Ne le plains pas, l'amour n'est-il pas
la plus noble des servitudes?

Tu m'adresseras tes lettres à madame ROSA-MIKA, et par abréviation
MIKA, c'est le nom sous lequel je suis connue ici.

Décidément ma maîtresse se réveille; elle dort bien mal depuis quelque
temps, et je craindrais d'être surprise si je t'écrivais un mot de
plus. Adieu encore. A tous ces griffonnages tu reconnaîtras plutôt le
cœur que la patte de ta sœur.


BÉBÉ A MINETTE.

DEUXIÈME LETTRE.

Ma chère Minette, j'ai cru que j'allais devenir folle en lisant ta
lettre, qui nous a donné à tous bien de la joie. On voudrait quasi voir
mourir tous ses parents pour avoir le plaisir de les voir ressusciter
comme ça.

Va, Minette, ton départ nous avait fait bien de la peine; as-tu bien pu
nous laisser aussi longtemps dans le chagrin, méchante! Si tu savais
comme tout est changé à la maison depuis que tu n'y es plus! Et d'abord
notre mère est devenue aveugle et sourde, et la pauvre bonne vieille
passe ses journées à la porte de la chatière sans jamais dire ni oui
ni non. Si bien que quand j'ai voulu lui annoncer que tu n'étais pas
morte, et que c'était bien vrai, je n'ai pas pu venir à bout de me
faire comprendre; elle ne m'entendait pas, parce qu'elle est sourde;
elle ne voyait pas ta lettre, parce qu'elle est aveugle. Dame, Bébé,
elle a eu tant de peines quand tu nous as eu quittées, qu'après t'avoir
cherchée partout elle en a fait une maladie qui l'a mise où elle est.

Après ça, c'est peut-être l'âge aussi, et il ne faut pas te faire trop
de chagrin.

Du reste, elle dort bien, boit bien, mange bien, et ne se plaint pas,
parce qu'il y en a toujours assez pour elle, d'abord: j'aimerais mieux
mourir que de la laisser manquer.

[Illustration]

Ensuite notre jeune maîtresse a perdu sa mère; tu vois qu'elle a été
encore plus malheureuse que nous; et en la perdant elle a tout perdu,
excepté ses dix doigts qui la font vivre, et sa jolie figure qui ne
gâte rien. Il a fallu quitter la petite boutique du Marais, abandonner
le rez-de-chaussée, monter tout d'un coup au sixième, et travailler
du matin jusqu'au soir, et quelquefois du soir jusqu'au matin, pour
exister; et elle l'a fait comme on doit faire tout ce qu'on ne peut pas
empêcher, avec courage. Alors plus de lait le matin, tu m'entends, plus
de pâtée le soir. Mais, Dieu merci, j'ai bon pied, j'ai bon œil, et
vive la chasse!


Tu me dis, d'un ton lamentable, que tu es riche (pauvre Minette!) et
que tu aimerais mieux être heureuse...

Du moment où tu te plains d'être riche, ma petite sœur, je ne sais pas
comment faire pour me plaindre d'être pauvre. Êtes-vous donc drôles,
vous autres, qui avez toujours votre couvert mis quelque part, et qui
dînez à table sur du linge blanc, dans des écuelles dorées, pleines de
bonnes choses!

Ne dirait-on pas, à vous entendre, que c'est avec ce qui nous manque
que nous achetons ce que vos richesses mêmes ne peuvent vous donner?
Vous verrez qu'on nous prouvera un jour que la pauvreté est un remède
contre tous les maux, et que du moment où on n'a pas même de quoi dîner
on est trop heureux.--Sérieusement, croyez-vous que la fortune nuise
au bonheur? Faites-vous pauvres alors, ruinez-vous, rien n'est plus
facile, et vivez de vos dents, si vous le pouvez.--Vous m'en direz des
nouvelles.

Allons, Minette, un peu de courage, et surtout un peu de raison.
Plains-toi d'être malheureuse, mais ne te plains pas d'être riche, car
nous sommes pauvres, nous, et nous savons ce que c'est que la pauvreté.
Je te gronde, Minette; je fais avec toi la sœur aînée, comme autrefois;
pardonne-le-moi. Ne sais-tu pas que ta Bébé serait bien heureuse de
t'être bonne à quelque chose? Ne me fais pas attendre une nouvelle
lettre, car je l'attendrais avec inquiétude. Je commence à craindre que
tu n'aies en effet cherché le bonheur dans des chemins où il n'a jamais
passé.

Bien entendu, tu ne me cacheras rien. Qui sait? Quand tout sera sur ce
papier parfumé dont tu me parles, peut-être en auras-tu moins gros sur
le cœur.

Adieu, Minette, adieu. C'est assez babiller; voilà l'heure où notre
mère a faim, et notre dîner court encore dans le grenier.

Ça va mal dans le grenier; les Souris sont de fines Mouches qui
deviennent de jour en jour plus rusées; il y a si longtemps qu'on les
mange, qu'elles commencent à s'en apercevoir. J'ai pour voisin un Chat
qui ne serait pas mal s'il était moins original. Il raffole des Souris,
et prétend qu'il y aura quelque jour une révolution de Souris contre
les Chats, et que ce sera bien fait.

Tu vois que je n'aurai pas tort de mettre à profit l'état de paix où
nous sommes encore, Dieu merci! pour aller chasser sur leurs terres.
Mais ne parlons pas politique!

Adieu, Minette, adieu. Ton messager m'attend et refuse de me dire où je
pourrais t'aller trouver. Ne nous verrons-nous pas bientôt?

  Ta sœur, pour la vie,

  BÉBÉ.

_P. S._--Il est très-laid, j'en conviens, ton vieux messager; mais
quand j'ai vu ce qu'il m'apportait, je l'ai trouvé charmant et l'ai
embrassé, ma foi, de tout mon cœur. Il fallait le voir faire le gros
dos quand il m'a remis ta lettre, _de la part de madame Rosa-Mika_.

[Illustration]

A propos, es-tu folle, Minette, de t'être laissé débaptiser de la
sorte? Minette, n'était-ce pas un joli nom pour une Chatte jolie et
blanche comme toi? Nos voisins ont bien ri de ce nom, que nous n'avons
pu trouver dans le calendrier des Chats.--Je finis, je suis au bout de
mon papier; je t'écris au clair de la lune, non pas sur du papier glacé
et parfumé, Minette, mais sur un vieux patron de bonnet qui ne sert
plus à ma maîtresse, qui dort, du reste, dans ce moment sur ses deux
oreilles, et d'un sommeil de plomb, comme un pauvre ange qui aurait
passé la moitié de la nuit à coudre pour gagner son pain.

  (Un Etourneau de nos amis ayant eu la maladresse de renverser notre
  bouteille à l'encre sur le manuscrit de la réponse de Minette à Bébé,
  quelques passages de cette lettre, et notamment la première page,
  sont devenus illisibles. Nous nous serions difficilement décidés
  à passer outre, si, après un mûr examen, nous n'avions pu nous
  convaincre que la perte de ces passages n'ôterait rien à la clarté du
  récit. Nous indiquerons, du reste, par des points ou autrement, les
  endroits où il y aura lacune.)


MINETTE A BÉBÉ.

TROISIÈME LETTRE.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
... Te souvient-il qu'un jour notre maîtresse nous avait donné une poupée
qui avait bien la plus appétissante petite tête de Souris qu'on puisse
voir, et que, si grandes demoiselles que nous fussions déjà, la vue de
ce joujou merveilleux nous arracha des cris d'admiration.

Mais une seule poupée pour deux jeunes Chattes, dont l'une est noire,
l'autre blanche, ce n'était guère, et tu dois te souvenir aussi que
cette fatale poupée, avec laquelle je prétendais jouer toute seule, ne
tarda pas à devenir pour nous un sujet de discorde.

[Illustration]

Toi, l'aînée, toi, si bonne d'ordinaire, tu t'emportas, tu me battis,
méchante; mon sang coula! ou, s'il ne coula pas, je crus le voir
couler. Je n'étais pas la plus forte. J'allai trouver notre mère:
«Maman, maman, lui dis-je en miaulant de la façon la plus lamentable
et en lui montrant ma patte déchirée, faites donc finir mademoiselle
Bébé, qui me bat toujours.»

Ce mot _toujours_ te révolta, tu levas au ciel tes yeux et tes pattes
indignés en m'appelant vilaine menteuse, et notre mère, qui te savait
plus raisonnable que moi, te crut sur parole, et me renvoya sans
m'entendre.

C'est pourtant de cette cause si légère, c'est de ce point, c'est de ce
rien que sont venus tous mes malheurs. Humiliée de ce déni de justice,
je résolus de m'enfuir au bout du monde, et m'en allai bouder sur un
toit.

Lorsque je fus sur ce toit et que je vis l'horizon immense se dérouler
devant moi, je me dis que le bout du monde devait être bien loin: je
commençai à trouver qu'une pauvre jeune Chatte comme moi serait bien
seule, bien exposée et bien petite dans un si grand univers, et je me
mis à sangloter si amèrement, que je m'évanouis.

Je me rappelle que. . . .

  (La transition étant restée tout entière sous la tache d'encre, nous
  avons été, à notre grande confusion, obligés de nous en passer.)

. . . . . . . . Il me semblait entendre dans les airs des chœurs d'esprits
invisibles. . .

«Ne pleure plus, Minette, me disait une voix (celle de mon mauvais
Génie, sans doute) l'heure de ta délivrance approche. Cette pauvre
demeure est indigne de toi; tu es faite pour habiter un palais.

--Hélas! répondait une autre voix plus faible, celle de ma conscience,
vous vous moquez, seigneur; un palais n'est pas fait pour moi.

--La Beauté est la reine du monde, reprenait la première voix; tu es
belle, donc tu es reine. Quelle robe est plus blanche que ta robe?
quels yeux sont plus beaux que tes beaux yeux?

--Pense à ta mère, me disait de l'autre côté la voix suppliante.
Peux-tu l'oublier? Et pense à Bébé aussi, ajouta-t-elle tout bas.

--Bébé ne songe guère à toi, et ta mère ne t'aime plus, me criait la
première voix. D'ailleurs la nature seule est ta mère. Le germe d'où
tu devais sortir est créé depuis des millions d'années; le hasard seul
a désigné celle qui t'a donné le jour pour développer ce germe; c'est
au hasard que tu dois tout, et rien qu'au hasard! Lève-toi, Minette,
lève-toi! le monde est devant toi. Ici, la misère et l'obscurité;
là-bas, la richesse et l'éclat.»


Mon bon Génie essaya encore de parler; mais il ne dit rien, car il vit
bien que l'instinct de la coquetterie avait pénétré dans mon cœur, et
que j'étais une chatte perdue. Il se retira en pleurant.

[Illustration]

«Lève-toi et suis-moi,» disait toujours la première voix. Et cette
voix devenait de plus en plus impérieuse et en même temps de plus en
plus tendre; et cet appel devenait irrésistible.


Je me levai donc.

J'ouvris les yeux. «Qui m'appelle?» m'écriai-je. Juge de ma surprise,
Bébé, car ce n'était point une illusion, et je ne cessais point
d'entendre cette voix qui m'avait parlé pendant mon évanouissement.


«Divine Minette, je vous adore,» me disait un jeune Chat qui se roulait
à mes pieds en me regardant de la façon la plus tendre.


Ah! Bébé, qu'il était beau! et qu'il avait l'air bien épris!

Et comment n'aurais-je pas vu dans un Chat si distingué, et qui
m'aimait tant, ce Chat prince, ce Chat accompli que rêvent toutes
les jeunes Chattes et qu'elles appellent de leurs vœux, quand elles
chantent, en regardant la lune, cette chanson des Chattes à marier:
«Bonjour, grand'mère, nous apportez-vous des maris?»

Et n'y a-t-il pas, depuis que le monde existe, dans ce seul mot: _Je
vous adore_, des choses qu'une jeune Chatte n'a jamais su entendre
sans trouble pour la première fois? Et du moment où on nous adore,
conviendrait-il que nous nous permissions d'en demander davantage?

Si donc je ne songeai point à demander à mon adorateur d'où il venait,
n'était-ce pas qu'un Chat comme lui ne pouvait tomber que du ciel? Et
si je crus tout ce qu'il me dit, la crédulité est-elle autre chose que
le besoin de croire au bien? Et, s'il faut se défier de son cœur, à qui
se fier? Et puis, n'étais-je pas bien jeune, en pleine jeunesse, dans
les premiers jours de mon premier mois de mai, et une petite personne
de six mois ne peut-elle être éblouie un instant par l'idée qu'elle
inspire une grande passion?

Que n'as-tu vu son air humble et digne tout ensemble, Bébé! Il me
demandait si peu de chose!... Un regard de mes yeux... un seul!
Pouvais-je lui refuser ce peu qu'il me demandait? ne m'avait-il pas
arrachée à cet évanouissement terrible, à la mort peut-être? Le moyen,
d'ailleurs, de rien refuser à un Chat si réservé!


Que ne l'as-tu entendu, Bébé! quelle éloquence!


Tu le sais, j'étais coquette, et il me promettait les plus belles
toilettes du monde, des rubans écarlates, des colliers de liége, et
un superbe vieux manchon d'hermine qui lui venait de sa maîtresse
l'ambassadrice! Ah! ce vieux manchon, faut-il le dire? ce vieux manchon
a été pour beaucoup dans mes malheurs.


J'étais paresseuse, et il me parlait de tapis moelleux, de coussins de
velours et de brocart, de fauteuils et de bergères, et de toutes sortes
de meubles charmants.

[Illustration]


J'étais fantasque, et il m'assurait que madame l'ambassadrice serait
enchantée de me voir tout casser chez elle quand l'humeur m'en
prendrait, pour peu que j'y misse de la gentillesse. Ses magots, ses
vieux sèvres et tous ces précieux bric-à-brac qui faisaient de ses
appartements un magasin de curiosités, seraient à ma disposition.


J'aimais à me faire servir, j'aurais une femme de chambre, et ma
noble maîtresse elle-même se mettrait à mon service, si je savais m'y
prendre. «On nous appelle Animaux domestiques, me disait-il, qui peut
dire pourquoi? Que faisons-nous dans une maison? qui servons-nous? et
qui nous sert, si ce ne sont nos maîtres?»


J'étais belle, et il me le disait; et mes yeux d'or, et mes vingt-six
dents, et mon petit nez rose, et mes naissantes moustaches, et mon
éclatante blancheur, et les ongles transparents de ma douce patte de
velours, tout cela était parfait.


J'étais friande aussi (il pensait à tout), et, à l'entendre, ce
n'étaient que ruisseaux de lait sucré qui couleraient dans le paradis
de notre ménage.


J'étais désolée enfin, et il m'assurait, _par contrat_, un bonheur sans
nuages! Le chagrin ne m'approcherait jamais, je brillerais comme un
diamant, je ferais envie à toutes les Chattes de France; en un mot, je
serais sa femme, Chatte d'ambassadrice, et titrée.


Que te dirai-je, Bébé? Il fallait le suivre, et je le suivis.


C'est ainsi que je devins...

  Mme DE BRISQUET!


DE LA MÊME A LA MÊME.

QUATRIÈME LETTRE.

Oui, Bébé, madame de Brisquet!!!

Plains-moi, Bébé; car, en écrivant ce nom, je t'ai dit d'un seul mot
tous mes malheurs!

Et pourtant, j'ai été heureuse, j'ai cru l'être, du moins, car d'abord
rien de ce que Brisquet m'avait promis ne me manqua. J'eus les
richesses, j'eus les honneurs, j'eus les friandises, j'eus le manchon!
et l'affection de mon mari.

[Illustration]

Notre entrée dans l'hôtel fut un véritable triomphe. La fenêtre même
du boudoir de madame l'ambassadrice se trouva toute grande ouverte
pour nous recevoir. En me voyant paraître, cette illustre dame ne
put s'empêcher de s'écrier que j'étais la Chatte la plus distinguée
qu'elle eût jamais vue. Elle nous accueillit avec la plus grande bonté,
approuva hautement notre union, et, après m'avoir accablée d'agréables
compliments et de mille gracieuses flatteries, elle sonna ses gens,
leur enjoignit à tous d'avoir pour moi les plus grands égards, et me
choisit parmi ses femmes celle qu'elle paraissait aimer le plus, pour
l'attacher spécialement à ma personne.

Ce que Brisquet avait prédit arriva: en dépit de l'envie, je fus
proclamée bientôt la reine des Chattes, la beauté à la mode, par les
Angoras les plus renommés de Paris. Chose bizarre! je recevais sans
embarras, et comme s'ils m'eussent été dus, tous ces hommages. J'étais
née noble dans une boutique, disait le chevalier de Brisquet, qui
affirmait qu'on peut naître noble partout.

Mon mari était fier de mes succès, et moi j'étais heureuse, car je
croyais à un bonheur sans fin.


Tiens, Bébé, quand je reviens sur ces souvenirs, je me demande comment
il peut me rester quelque chose au cœur!


Mon bonheur sans fin dura quinze jours!... au bout desquels je sentis
tout d'un coup que Brisquet m'aimait bien peu, s'il m'avait jamais
aimée. En vain me disait-il qu'il n'avait point changé, je ne pouvais
être sa dupe. «Ton affection, qui est toujours la même, semble diminuer
tous les jours,» lui disais-je.

Mais l'amour désire jusqu'à l'impossible, et sait se contenter de peu;
je me contentai de ce peu, Bébé, et quand ce peu fut devenu rien, je
m'en contentai encore! Le cœur a de sublimes entêtements. Comment se
décider d'ailleurs à croire qu'on aime en vain?


Retiens bien ceci, Bébé, les Chats ne sont reconnaissants des efforts
qu'on fait pour leur plaire, que quand on y réussit. Loin de me
savoir gré de ma constance, Brisquet s'en impatientait. «Comprend-on,
s'écriait-il avec colère qu'on s'obstine à faire de l'amour, qui
devrait être le passe-temps le plus gai et le plus agréable de la
jeunesse, l'affaire la plus sérieuse, la plus maussade et la plus
longue de la vie!

--La persévérance seule justifie la passion, lui répondais-je; j'ai
abandonné ma mère et ma sœur parce que je t'aimais; je me suis perdue
pour toi, il faut que je t'aime.»

Et je pleurais!!!


Il est bien rare que le chagrin ne devienne pas un tort: bientôt
Brisquet se montra dur, grossier, exigeant, brutal même; et moi qui
me révoltais jadis contre la seule apparence d'une injustice de ma
pauvre mère, je me soumettais, et j'attendais, et j'obéissais. En
quinze jours, j'avais appris à tout souffrir. Le temps est un maître
impitoyable: il enseigne tout, même ce qu'on ne voudrait pas savoir.

A force de souffrir, on finit par guérir. Je crus que je me consolais,
parce que je devenais plus calme; mais le calme dans les passions
succède à l'agitation, comme le repos aux tremblements de terre,
lorsqu'il n'y a plus rien à sauver. J'étais calme, il est vrai, mais
c'était fait de mon cœur. Je n'aimais plus Brisquet, et, ne l'aimant
plus, je parvins à lui pardonner et à comprendre aussi pourquoi il
avait cessé de m'aimer. Pourquoi? Eh! mon Dieu, Bébé, la meilleure
raison que puisse avoir un Chat comme Brisquet pour cesser d'aimer,
c'est qu'il n'aime plus.

Brisquet était un de ces égoïstes de bonne foi qui trouvent tout simple
d'avouer qu'ils s'aiment mieux que tout le monde, et qui n'ont de
passions que celles que leur vanité remue. Ce sont ces Chats-là qui
ont inventé la galanterie pour plaire aux Chattes, en se dispensant de
les aimer. Leur cœur a deux portes qui s'ouvrent presque toujours en
même temps, l'une pour faire sortir, l'autre pour faire entrer, et tout
naturellement, pendant que Brisquet m'oubliait, il se prenait de belle
passion ailleurs.

[Illustration]

Le hasard me donna une singulière rivale: c'était une Chinoise de la
province de Pechy-Ly, nouvellement débarquée, et qui déjà faisait
courir tous les Chats de Paris, qui aiment tant à courir, comme on
sait. Cette intrigante avait été rapportée de Chine par un entrepreneur
de théâtres, qui avait pensé avec raison qu'une Chatte venue de si
loin ne pouvait manquer de mettre en émoi le peuple le plus spirituel
de la terre. La nouveauté de cette conquête piqua l'amour-propre de
Brisquet, et les oreilles pendantes de la Chinoise firent le reste.


Brisquet m'annonça un jour qu'il me quittait. «Je t'ai prise pauvre
et je te laisse riche, me dit-il; quand je t'ai trouvée, tu étais
désespérée et tu ne savais rien du monde, tu es aujourd'hui une Chatte
pleine de sens et d'expérience; ce que tu es, c'est par moi que tu l'es
devenue, remercie-moi et laisse-moi partir.--Pars, toi que je n'aurais
jamais dû aimer,» lui répondis-je. Et il partit.

Il partit gai et content. Rien ne s'oublie si vite que le mal qu'on a
fait.

Je ne l'aimais plus, ce qui n'empêcha pas que son départ me mit au
désespoir. Ah! Bébé, si j'avais pu tout oublier et redevenir enfant!


C'est à cette époque que fut faite, avec tant d'art et tant d'esprit
sur la disparition de Brisquet, cette mémorable histoire des _Peines
de cœur d'une Chatte anglaise_, qui, pour être une charmante nouvelle,
n'en est pas moins un des plus affreux tissus de mensonges qu'on puisse
imaginer, parce qu'il s'y mêle un peu de vérité. Cette histoire fut
écrite, à l'instigation de Brisquet, par un écrivain éminent, dont il
parvint à surprendre la bonne foi (rien ne lui résiste), et à qui il
fit croire et écrire tout ce qu'il voulut.

En se faisant passer pour mort, Brisquet voulait recouvrer sa liberté,
épouser, moi vivant, sa Chinoise, devenir bigame enfin: ce qu'il fit,
au mépris des lois divines et humaines, et à la faveur d'un nom supposé.

Rien n'est plus facile à prouver, du reste, que la fausseté de
cette prétendue histoire anglaise, qui n'a jamais existé que dans
l'imagination de Brisquet et de son romancier, et qui n'a jamais pu se
passer en Angleterre, où jamais procès en criminelle conversation ne
s'est plaidé devant les _Doctors Common_, où jamais époux offensé n'a
demandé autre chose à la justice que _de l'argent_... pour guérir son
cœur blessé.


Pour moi, accablée par ce dernier coup, je renonçai au monde, et je
pris en haine mes pareils, que je cessai de voir.

Seule dans les appartements de ma maîtresse, qui m'aimait autant que
ses enfants et autant que son mari,--mais pas plus; admise à tout voir
et à tout entendre; fêtée, et par conséquent très-gâtée, je m'aperçus
bientôt qu'il y a plus de vérité qu'on n'a coutume de le penser dans
cette légende de la Chatte métamorphosée en Femme qu'on nous raconte
dans notre enfance, quand nous sommes sages. Là, pour distraire mes
ennuis, j'entrepris d'étudier la société humaine à notre point de vue
animal, et je crus faire une œuvre utile en composant, avec le résultat
de mes observations, un petit traité que j'intitulerai _Histoire
naturelle d'une Femme à la mode à l'usage des Chattes_, par une femme
qui fut à la mode. Je publierai ce traité, si je trouve un éditeur.


La plume me tombe des mains, Bébé! j'aurais dû rester pauvre.

Comme toi j'aurais vécu sans reproche, et à l'heure qu'il est je ne
serais ni sans cœur, ni sans courage, ni lasse de tout, au milieu de ce
luxe qui m'entoure et qui m'énerve.

Il faut avoir cherché de l'extraordinaire dans sa vie pour savoir où
mène une si sotte recherche.

Bébé, c'est décidé, et j'y suis résolue: il faut que je retourne au
grenier, auprès de toi, auprès de ma pauvre mère, qui finira peut-être
par me reconnaître. Ne crains rien, je travaillerai, j'oublierai ces
vaines richesses; je chasserai patiemment et humblement à tes côtés,
je saurai être pauvre enfin! Va, la providence des Chats, qui est plus
forte que la providence des Souris, fera quelque chose pour nous.
D'ailleurs, c'est peut-être bon de n'avoir rien au monde.


Adieu, je ne pense plus qu'à m'échapper; demain peut-être, tu me verras
arriver.

  MINETTE.


BÉBÉ A MINETTE.

CINQUIÈME LETTRE.

C'est parce que je viens de lire et de relire d'un bout à l'autre
ta triste et longue lettre; c'est parce que plus d'une fois, en la
lisant, mon cœur a saigné au récit de tes douleurs; c'est parce que je
suis prête à dire avec toi, ma sœur, que tu as expié bien cruellement
une faute qui, dans son principe, n'était que vénielle; c'est enfin
parce que je ne songe point à nier tes malheurs de grande dame que
je comprends (on comprend toujours les malheurs de ceux qu'on aime);
c'est à cause de tout cela, Minette, que je te crie du fond de mon
cœur et du fond de mon grenier: «Reste dans ton palais, ma sœur, car
il est toujours temps d'être pauvre; car dans ton palais tu n'es que
malheureuse, et ici, et à nos côtés, tu serais misérable... Restes-y,
car sous les tables somptueuses tu n'as ni faim ni soif, tandis qu'ici
tu aurais faim et soif; comme ta mère et comme ta sœur ont faim et
soif.»

Écoute-moi bien, Minette, il n'y a qu'un malheur au monde, c'est la
pauvreté, quand on n'est pas tout seul à la souffrir.

Je ne t'en dirai pas long pour te prouver que rien n'égale notre
misère! A l'heure qu'il est, les maçons sortent du grenier, dans lequel
ils n'ont pas laissé un seul trou... partant pas une Souris; et ma
mère, qui n'a rien vu, rien entendu, m'appelle. Elle a faim, je n'ai
rien à lui donner, et j'ai faim comme elle.

  BÉBÉ.

_P. S._--Je suis allée chez la voisine; j'ai mendié: rien. Chez le
voisin, il m'a battue et chassée. Dans la gouttière, sous la gouttière,
faut-il le dire? au coin des bornes: rien. Et notre mère, qui ne cesse
pas d'avoir faim, ne cesse pas de m'appeler.

Garde tes peines que j'envie, heureuse Minette, et pleure à ton aise
avant ou après dîner, et sur toi et sur nous, puisque tu as le temps de
pleurer.

On dit qu'on ne meurt pas de faim; hélas! nous allons voir!


DE LA MÊME A LA MÊME.

SIXIÈME LETTRE.

Sauvées! nous sommes sauvées, Minette; un Chat généreux est venu à
notre secours. Ah! Minette, qu'il fait bon revenir à la vie!

  BÉBÉ.


DE LA MÊME A LA MÊME.

SEPTIÈME LETTRE.

Tu ne nous réponds pas, Minette. Que se passe-t-il donc? Dois-je
t'accuser?


J'ai à t'apprendre une grande nouvelle. Je me marie. Ce Chat généreux
dont je t'ai parlé, je l'épouse. Il est un peu gros, peut-être, mais il
est très-bon. Si tu voyais les soins qu'il a de ma mère, comme il la
dorlote et comme elle se laisse faire, tu m'approuverais, sûr!

Mon futur s'appelle Pompon; un joli nom qui lui va très-bien. C'est,
d'ailleurs, un bon parti, un Chat de forte cuisine. Je pense au
positif, comme tu vois. Dame! Minette, je suis payée pour ça.

Écris-moi, paresseuse.

  BÉBÉ.


DE MINETTE A BÉBÉ.

HUITIÈME LETTRE.--(ÉCRITE AU CRAYON.)

Au moment même où je t'écris, Bébé, ma femme de chambre, celle que
ma noble maîtresse a bien voulu attacher à ma personne, coud un sac
de grosse toile grise. Quand ce sac sera cousu de trois côtés, on
me mettra dedans, on coudra le quatrième côté, et on me confiera au
premier valet de pied, qui me portera sur le Pont-Neuf et me jettera à
l'eau.

Voilà le sort qui m'attend.

Sais-tu pourquoi, Bébé? C'est parce que je suis malade, et que ma
maîtresse, qui est très-sensible, ne peut voir ni souffrir ni mourir
chez elle. «Pauvre Rosa-Mika, a-t-elle dit, comme elle est changée!» Et
de sa voix la plus attendrie, elle a donné l'ordre fatal.

«Noyez-la bien surtout, dit-elle à l'exécuteur auquel elle a voulu
parler elle-même; noyez-la bien, Baptiste, et ne la faites pas trop
souffrir, cette pauvre Bête!»

Eh bien, Bébé, qu'en dis-tu? envies-tu toujours mon malheur? Voilà, ma
sœur, ce qui a empêché l'heureuse Minette de t'écrire, et de te porter
son dîner qu'elle t'avait réservé.


Adieu, Bébé; encore quelques minutes, encore quelques points, et tout
sera dit, et je serai morte sans vous avoir embrassées!

  MINETTE.


EPILOGUE.

NOTE DU RÉDACTEUR EN CHEF.

Nous sommes heureux de pouvoir ajouter que la pauvre Minette n'est
pas morte. Il résulte des informations que nous avons prises qu'elle
échappa comme par miracle, et même tout à fait par miracle, au triste
sort qui la menaçait, sa méchante maîtresse étant heureusement venue
à mourir subitement, ainsi que sa femme de chambre, avant que le sac
fût cousu tout à fait. Par une singularité que les médecins auraient
peine à expliquer, Minette, une fois sa frayeur passée, se trouva
radicalement guérie et de sa peur et de sa maladie. Les deux sœurs
finirent par se rejoindre, et vécurent ensemble dans la plus touchante
intimité, ni trop riches ni trop pauvres, de sorte qu'elles furent
contentes toutes les deux... quoique, à vrai dire, Minette, qui n'avait
pas su s'arranger de la richesse, ne sût pas toujours s'arranger de la
médiocrité.


Le repos de Minette fut surtout troublé par la nouvelle qu'elle apprit
de la mort de Brisquet, qui, ayant été jeté d'un quatrième étage dans
la rue par un mari qu'il avait offensé, tomba si mal, qu'il en mourut.

Madame de Brisquet voulut pleurer son mari: «Il avait du bon,»
disait-elle; mais sa sœur l'en empêcha. Bébé, la voyant veuve et sans
enfants, songea à la remarier à quelques amis de Pompon, qui l'aimaient
éperdument, et qui passaient les nuits et les jours sous ses fenêtres,
dans l'espoir de toucher son cœur. Mais elle s'y refusa absolument.
«On n'aime qu'une fois,» dit-elle. En vain Bébé lui représenta-t-elle
que jamais Chats n'avaient mieux mérité d'être écoutés. «Ma chère,
lui répondait tout doucement Minette, il y a des Chats pour lesquels
on voudrait mourir, mais avec lesquels on doit refuser de vivre.
D'ailleurs, mon parti est pris, je resterai veuve.

[Illustration]

--Toi qui as eu à lire tout au long le récit de mes peines de cœur,
disait-elle presque gaiement à sa sœur, n'en as-tu pas assez comme
cela, et veux-tu donc que je recommence?»

Après l'avoir pressée encore un peu, quand on vit qu'elle tenait bon,
on finit par lui dire: «Fais comme tu voudras.» Et il n'y eut de
malheureux que les malheureux Chats qui soupiraient et qui soupirent
encore pour elle. Mais tout le monde ne peut pas être heureux.


Quant à Bébé, elle eut avec son mari Pompon tout le bonheur qu'elle
méritait; et si ce n'est qu'elle eut le chagrin de perdre sa mère qui
mourut, paisiblement il est vrai, et de vieillesse, entre ses bras,
après avoir béni tous ses enfants, elle eût joui d'un bonheur sans
nuages; car elle ne tarda pas à devenir mère à son tour d'une foule
de petits Pompons et de petites Bébés, et aussi de quelques Minettes,
ainsi nommées à cause de leur tante, qui se serait bien gardée de
donner à aucune de ses nièces son ancien nom de Rosa-Mika.

Bébé, en bonne mère, nourrit elle-même tous ses petits Chats, dont le
moins gentil était encore charmant, puisqu'on n'en noya pas un seul.

Il faut dire que la jeune maîtresse de Bébé s'était mariée à peu près
dans le même temps qu'elle, et que, pour plaire à sa femme, son mari
faisait semblant d'aimer les Chats à la folie, quoique, à vrai dire, il
préférât les Chiens.

  P. J. STAHL.

[Illustration]



CAUSES CÉLÈBRES


[Illustration]

JE suis, comme vous ne le savez pas, un vieux Corbeau, avocat près
les cours et tribunaux de l'espèce Animale, et, trouvant inexacts ou
incomplets les comptes rendus qui circulent, je crois devoir vous
transmettre celui de la dernière session des assises.

Elle a été brillante, et il n'en pouvait guère être autrement, puisque
l'on avait eu le bon esprit de choisir dans la famille à laquelle
j'appartiens la plupart des juges et des jurés qui, par leurs habits
noirs, par leur gravité, en imposaient à la foule, et quand on les
contemplait, l'idée venait naturellement qu'habitués à fouiller des
cadavres ils seraient plus aptes à signaler l'état de décomposition
morale des accusés.

Une Cigogne avait été appelée à la présidence, dont la rendaient digne
sa patience et son sang-froid. A moitié assoupie dans son fauteuil, les
yeux entr'ouverts, la poitrine renflée, la tête en arrière, guettant au
passage les contradictions des accusés, elle avait encore l'air d'être
en embuscade au bord d'un marais.

Les fonctions de procureur général étaient échues à un Vautour au col
tors. Ce personnage, s'il avait jamais eu la moindre sensibilité, s'en
était défait depuis longtemps. Ardent, impitoyable, il ne songeait
qu'à obtenir des succès, c'est-à-dire des condamnations. Il avait
bec et ongles pour attaquer, jamais pour défendre. La cour d'assises
était pour lui un champ de bataille, et le prévenu un adversaire qu'il
fallait vaincre à tout prix. Il allait à un procès criminel comme un
soldat à l'assaut: il s'y jetait à corps perdu, comme un gladiateur
au milieu du cirque. Le Vautour est, en somme, un excellent procureur
général.

[Illustration: Une Cigogne avait été appelée à la présidence, dont la
rendaient digne sa patience et son sang-froid.]

Les habitants des terriers, nids, taillis, trous, taupinières et
marécages voisins, accoururent en foule pour assister à ces solennités
judiciaires. Les Oies, les Butors, les Buses et les Pies étaient en
majorité.

Il en est toujours ainsi.

Une tribune était réservée aux journalistes, Canards et Perroquets
pour la plupart. Avec quel empressement ils étaient venus là! C'est
comme sur une proie qu'ils se jettent sur un procès bien noir et bien
affreux! Voilà leurs rédacteurs habituels dispensés de se mettre en
frais d'imagination; la copie arrive toute faite, suffisamment épicée,
bourrée d'incidents dramatiques qu'ils n'auraient pas trouvés, et le
directeur peut crier fièrement aux typographes: «Vous tirerez dix mille
de plus!»

N'entrons pas dans le détail de toutes les affaires qui ont occupé la
session. Laissons de côté les poursuites dirigées contre une Grive,
pour dispute de cabaret; un Paon, pour usurpation de titres; une Pie,
pour vol domestique; un Chat, pour infanticide; un Pierrot, pour
vagabondage; un Renard, pour banqueroute frauduleuse; un Bouc, pour
danse illicite; un Chat-huant, pour tapage nocturne; un Merle, pour
délit de presse; un Coq gaulois, pour excitation à la haine et au
mépris du gouvernement. Parlons seulement de deux causes majeures,
comme dit un Rat de mes amis, nourri des bouquins d'un savant: _Musa,
mihi causas memora!_

Il y a quelques mois, on lisait dans le _Microcosme_, journal des
canards:

«Un crime affreux vient d'épouvanter nos contrées si longtemps
paisibles.

«Au moment où les Animaux confédérés venaient de se jurer une
fraternité éternelle, on a trouvé au coin d'un bois un Crapaud
affreusement empoisonné!

«La justice informe.»

Elle informa si bien, qu'elle incarcéra deux Moutons, trois Escargots
et quatre Lézards, tous également innocents; aussi furent-ils relâchés
immédiatement, après avoir subi quatre-vingt-quinze jours d'arrestation
préventive.

Dieu nous garde, messieurs, d'être accusés de n'importe quoi!

On commence par vous mettre en cage.

On vous y garde pour vous interroger, pour exiger un compte minutieux
de vos occupations, pour demander quel a été l'emploi de votre journée
tel ou tel jour il y a plusieurs mois; et après qu'il est bien et
dûment établi que vous êtes étranger au crime, on vous prie poliment de
rentrer chez vous.

Pendant ce temps vos affaires ont langui;

Vos créanciers sont devenus furieux;

Vos débiteurs ont disparu;

Votre famille a pâti.

Des calomnies de toute espèce ont été propagées sur votre compte, et
on trouve toujours des Animaux qui disent: «Il n'y a pas de feu sans
fumée.»

Ceux qui subirent l'arrestation préventive, dans le procès que je
narre, ne purent fournir aucun indice. L'instruction se poursuivit avec
la plus grande activité, sous la direction de deux Tortues; mais plus
on avançait, moins on pénétrait l'horrible mystère et drame dans lequel
avait succombé l'infortuné Crapaud.

[Illustration]

Enfin une Taupe, sortant à tâtons de son terrier, vint raconter qu'elle
avait vu une énorme Vipère (_monstrum horrendum_, comme dirait mon ami
le Rat) s'élancer sur le Crapaud. Confronté avec le cadavre qu'on avait
soigneusement embaumé, le témoin déclara positivement que _ça devait
être lui_.

Des Bouledogues furent dépêchés à la poursuite de la Vipère,
l'attaquèrent vaillamment pendant son sommeil, lui mirent les menottes
et la menèrent devant la Cour.

L'audience est ouverte. Le greffier donne lecture de l'acte
d'accusation. La parole est à la Fourmi, expert chargé d'analyser les
restes de la victime. (Mouvement d'attention.)


  «Messieurs,

«Notre but était de rechercher si le corps de ce malheureux Crapaud
contenait le principe vénéneux récemment découvert dans la Vipère, et
nommé par les savants _viperium_.

«Cette substance se combine avec divers oxydes, acides et corps
simples, pour former différents _vipérates, vipérites_ ou _vipérures_.

«Nous avons donc analysé avec le plus grand soin l'estomac, le foie, le
poumon, les entrailles, et la masse encéphalique de la victime, en nous
servant de réactifs dérobés à un médecin homœopathe qui a l'habitude
de porter sa pharmacie dans sa poche. Après avoir fait chauffer et
évaporer jusqu'à siccité le suc pancréatique et les matières contenues
dans l'estomac, nous avons obtenu une substance liquoreuse, mais assez
solide, que nous avons traitée par deux milligrammes d'eau distillée;
en la plaçant dans un matras de verre et la soumettant à l'ébullition
pendant deux heures vingt-cinq minutes, nous n'avons rien obtenu
du tout; mais cette même substance, traitée successivement par des
acétates, des sulfates, des nitrates, des prussiates et des chlorates,
nous a donné un précipité d'un bleu vert-pomme que nous avons retraité
par plusieurs réactifs énergiques; nous avons alors obtenu un précipité
d'une couleur indécise, mais bien caractérisée, et qui ne saurait être
que du _viperium_ à l'état pur.»

Ce rapport, clair et concluant, impressionne vivement l'auditoire. La
Fourmi met sous les yeux des jurés une petite fiole contenant le résidu
recueilli. (Agitation en sens divers.)

L'issue de ce procès, qui se termina par la condamnation de la Vipère,
eût excité, sans aucun doute, la curiosité publique, si des débats plus
importants ne l'avaient détournée.

On lisait dans le _Microcosme_:


«Un crime affreux vient de jeter la terreur dans ce pays.

«Donnant aux animaux domestiques l'exemple d'une noble indépendance,
une Brebis et son Agneau avaient fui leur bergerie. Tous deux étaient
placés sous la sauvegarde de la Confédération Animale, et pourtant ils
ont été lâchement égorgés!

«Un Loup, désigné par la voix publique comme coupable de ce crime, a
été arrêté, grâce au zèle et à la fermeté du brigadier des Bouledogues.»

Il importait de savoir quel avait été le genre de mort de la Brebis.
On choisit à cet effet un Dindon, savant docteur décoré, qui s'était
acquis une juste célébrité par ses recherches, malheureusement sans
résultat, sur cette grave question: _Quare opium facit dormire?_ Ce
docteur illustre constate que la Brebis était loin d'avoir succombé à
une attaque de choléra, comme on aurait pu faussement l'avancer; mais
qu'une plaie de six centimètres de long lui ayant été faite au gosier,
la mort avait été le résultat de la division de la veine jugulaire
interne.

Impatiemment attendue, l'affaire vint enfin au rôle.


Dès le matin, une multitude immense assiége les portes du prétoire;
l'autorité a pris des mesures pour prévenir le désordre. L'accusé
est introduit. Il est pâle; ses yeux sont noirs, mais sans éclat. Sa
mise, quoique décente, n'a rien de recherché. On distingue à peine ses
traits, qu'il semble vouloir dérober à la curiosité publique. Un vieux
Corbeau, qui, entre vingt concurrents, a obtenu l'_honneur_ de défendre
le grand criminel, s'assied au banc de la défense en robe d'avocat.

L'interrogatoire commence:


D. Accusé, levez-vous! vos nom et prénoms?

R. Canis Lupus.

D. Votre âge?

R. Douze ans.

D. Votre profession?

R. Botaniste.

D. Votre domicile?

R. Les grands bois, la nature!

D. Vous allez entendre lecture des charges dirigées contre vous.

L'acte d'accusation est lu au milieu du plus profond silence; puis le
président interroge de nouveau le prévenu:

D. Canis Lupus, qu'avez-vous à alléguer pour votre justification?

R. Je suis innocent, mon président. Longtemps, j'en conviens, j'ai
eu l'habitude de détruire des Moutons; mais en agissant ainsi, je
consultais moins mon inclination que ma haine pour les Hommes: si
j'éprouvais du plaisir à donner la mort à une Brebis, c'est que
c'était enlever à nos oppresseurs une portion de leurs richesses.
Depuis longtemps, je suis revenu à des sentiments plus doux, mais sans
cesser de détester les Hommes. Jugez donc de mon indignation, quand,
l'autre jour, je vis les malheureux dont on m'impute la mort poursuivis
par un boucher qui les frappa sans pitié. Je volai à leur secours:
l'infâme bourreau prit la fuite; et c'est au moment où je me préparais
à panser les plaies des victimes que les agents de l'autorité m'ont
fait prisonnier. Je me propose de les attaquer plus tard en dommages et
intérêts.

L'accusé se rassied, et porte la patte à ses yeux. Son discours éveille
les sympathies de l'auditoire, et notamment du beau sexe.

«Comme il parle bien! dit une Grue.

--Qu'il a de grâce! s'écrie une Pie-Grièche.

--Quel dommage, si un aussi beau criminel était condamné! dit une
Bécasse en respirant, oh! oh!»

Il est bon, à ce qu'il paraît, d'être scélérat pour plaire à ces dames,
mais il importe de joindre l'hypocrisie à la méchanceté, si l'on veut
toucher leur cœur... retournons à nos Moutons.


Le président répond:

D. Accusé, votre version est inadmissible. Elle est en contradiction
formelle avec les déclarations des témoins que nous allons entendre;
d'ailleurs vous ne persuaderez à personne que vous êtes capable d'un
élan de générosité. Vos antécédents sont déplorables.

R. J'ai toujours été calomnié.

D. A deux ans, précocité funeste, ayant été grondé par votre nourrice,
vous l'avez mordue.

R. C'est elle qui a commencé.

D. Plus tard, vous avez eu une violente altercation avec un de vos
voisins, et vous l'avez traité de Crapaud.

R. Il m'avait appelé Caïman.

D. Il y a trois ans, on vous a vu rôder autour de la garenne royale,
dont l'accès est interdit aux animaux de votre espèce.

R. Je n'y suis pas entré.

D. Mais vous aviez l'intention de vous y introduire, pour y porter le
désordre; messieurs les jurés apprécieront.

L'audition des témoins commence. Le Loup discute leurs dépositions avec
une remarquable habileté, calme avec les uns, ardent et sarcastique
avec les autres, trouvant toujours réponse à tout. Peu à peu cependant,
ses forces s'épuisent; à son état de surexcitation succède une
prostration soudaine, et il s'évanouit.

L'audience est renvoyée au lendemain.


Les jours suivants, le Loup se trouva trop faible pour soutenir les
débats. Jamais animal illustre, jamais vénérable père de famille,
jamais prince adoré (dans les feuilles officieuses), n'excitèrent
autant d'intérêt pendant le cours de leurs maladies. Les habitués de la
Cour d'assises craignaient de perdre une source d'émotions; les juges
appréhendaient qu'une proie fût ravie à la justice animale; le Vautour
général redoutait d'avoir à rengaîner le superbe réquisitoire qu'il
improvisait depuis trois semaines. Les journaux donnaient chaque matin
un bulletin de la santé du Loup:


«L'accusé est fort souffrant et presque constamment couché. Il a sans
cesse auprès de lui plusieurs Sangsues; il semble, du reste, calme et
résigné à son sort.»

«L'accusé a passé une mauvaise nuit. Plusieurs Oies de la plus haute
volée sont venues demander de ses nouvelles au geôlier.»

«L'accusé est mieux. Il consacre ses loisirs à lire et à écrire.
L'objet favori de ses études est le recueil des _Idylles_ de Mme
Deshoulières; il a consommé, depuis sa captivité, deux mille neuf
cents feuilles de papier. Il rédige un drame en dix-sept tableaux,
intitulé: _le Triomphe de la Vertu_, et un mémoire philosophique sur
la _Nécessité d'abolir la peine de mort_.» Voici quelques vers de sa
composition, que nous sommes parvenus à nous procurer:

  Oh! pour le prisonnier, les jours où la nature
  S'embellit de soleil, de fleurs et de verdure,
  Les jours les plus riants sont les plus désolés.
  Il entend des troupeaux les clochettes qui sonnent,
  Les concerts des oiseaux, les zéphyrs qui frissonnent
      En s'éparpillant dans les blés.

[Illustration]

  Le doux roucoulement des colombes plaintives,
  Murmure cadencé des ondes fugitives,
  Voix des bois et des vents, arrive jusqu'à lui.
  Mais en vain sur les prés la lumière ruisselle;
  Malheureux paria, la joie universelle
    Semble insulter à ton ennui!

  Cesse de voyager, en ton espoir frivole,
  Avec tout ce qui passe et tout ce qui s'envole;
  Cesse de secouer le fer de tes barreaux.
  Pour toi le sort n'a plus que terreurs et menaces;
  Ta vie est condamnée, et les geôliers tenaces
    Ne te céderont qu'aux bourreaux.

Je l'avoue, Messieurs les Rédacteurs, l'espèce d'enthousiasme dont
ce misérable Loup a été l'objet m'inspire de tristes réflexions.
J'ai entendu de malheureux Rossignols fredonner, pendant des années
entières, les chants les plus sublimes, sans triompher de l'obscurité;
et parce qu'il avait commis un crime, ce Loup voyait ses premiers
essais applaudis avec transport. Je connais des Animaux de bien, des
héros de vertu, auxquels on ne consacrerait pas deux lignes, et l'on
entretenait pompeusement le public des faits et gestes d'un scélérat;
et des mamans qui y auraient regardé à deux fois avant de mettre les
Fables de Florian entre les mains de leurs enfants, des mamans, sévères
sur le choix de leurs propres lectures, se repaissaient sans scrupule,
en famille, de détails qui les initiaient à tous les raffinements du
crime et de la dépravation. Sans dissimuler le mal, ne pourrait-on
éviter de lui donner un tel relief? A la vérité, si l'on s'attachait
à reproduire exclusivement les bonnes actions, on n'aurait parfois à
expédier à ses abonnés que du papier blanc.

Repris aussitôt que le Loup put les supporter, les débats se
poursuivirent pendant huit jours. On entendit vingt-cinq témoins, tant
à charge qu'à décharge; jurés, défendeurs, président, avocat général,
n'épargnant ni interrogations, ni interruptions, ni observations.
Il en résulta que l'affaire, excessivement claire dans le principe,
s'embrouilla au point de devenir incompréhensible. La plupart des
procès ressemblent à l'eau d'une fontaine: plus on les agite, plus ils
deviennent troubles.

L'accusé avait usé de tant de subterfuges pour captiver l'attention,
il s'était si heureusement posé, que ce fut au milieu d'une émotion
universelle que le Vautour général prit son essor oratoire:


  «Messieurs les jurés,

«Avant d'entrer dans les détails des faits soumis à votre judicieuse
appréciation, j'éprouve l'impérieux besoin de vous adresser une
question grave, une question importante. Je vous le demande avec un
sentiment de vive douleur, je vous le demande avec un sentiment de
pénible amertume... je dirai plus, messieurs!... je vous le demande
avec un sentiment d'ardente indignation: où va la société?... Et en
effet, messieurs, de quelque côté que nous portions nos yeux, nous
ne voyons que désordre: désordre chez les Quadrupèdes, désordre chez
les Bipèdes, désordre chez les Hannetons, désordre partout; nous
n'éprouvons que des symptômes de désorganisation profonde, intime,
radicale. Oui, messieurs, le corps social se mine; le corps social
se décompose; le corps social s'écroulerait, si vous n'étiez là,
messieurs, pour imposer une barrière aux progrès si effrayants de la
dissolution morale!»

L'orateur soutient l'accusation sur tous les points, et conclut à la
peine capitale. Le défenseur réplique par de vigoureux croassements,
après avoir déclaré dans son exorde que le plus beau spectacle qu'on
puisse avoir sur la terre est celui de l'innocence aux prises avec le
malheur.

A midi et demi, le jury entre dans le taillis des délibérations.
Quatre questions lui sont posées: une pour chaque meurtre, une pour la
préméditation de chaque meurtre.

Des conversations animées s'engagent entre les assistants; on y
distingue les voix glapissantes d'individus du sexe féminin.

A trois heures, les jurés rentrent à l'audience.

Le verdict est affirmatif sur toutes les questions; il se tait sur
l'admission de circonstances atténuantes.


Le président: «Je recommande à l'auditoire le plus profond silence, le
plus complet recueillement. Bouledogues, introduisez l'accusé.»

Le Loup est ramené dans la salle; sa démarche est assurée. Il entend la
lecture de la déclaration du jury sans émotion apparente.

Le Vautour général requiert, d'une voix émue, l'application de la peine.

La Cour condamne le Loup à la peine de mort.

La foule immense qui s'est entassée dans le prétoire reste morne
et silencieuse; pas un mot, pas un bêlement, pas un geste ne se
manifestent. On dirait, à voir tous ces regards fixés sur un même
point, tous ces becs muets et silencieux, qu'une même commotion
électrique les a frappés tous d'une éternelle immobilité.


Le Loup a été pendu ce matin, messieurs, et les zoophiles n'ont pas
manqué cette occasion de renouveler leurs protestations contre la peine
de mort. Elles me touchent médiocrement, je vous le confesse, et je ne
conçois guère pourquoi ils tenaient tant à conserver un scélérat qui a
coupé son frère par morceaux. C'est par respect pour la vie animale?
Mais, alors, par quel illogisme ils trouvent tout naturel que vingt ou
trente mille pauvres diables se fassent tuer en quelques heures pour
une querelle qui leur est ordinairement indifférente! Que le criminel,
se dérobant à l'action de la justice, se glisse subitement dans les
rangs d'une armée et reste sur le champ de bataille, les philosophes
admettent le droit qu'a exercé la société de l'envoyer à la boucherie
en compagnie de plusieurs autres, mais elle n'a pas, suivant eux, le
droit de purger la terre de la présence d'un monstre!

C'est pour le mieux punir, disent-ils parfois, qu'ils le laissent
vivre. Comme ils s'abusent! le forçat entretient toujours l'espoir
consolateur de s'évader, il est en plein air, sous un ciel bleu,
soustrait aux hasards et aux vicissitudes de l'existence. «Je n'avais
ni sou ni maille, peut-il se dire, je ne savais où coucher, si bien
que, tuant pour vivre, j'étais exposé à mourir de faim dans un fossé.
Maintenant je suis vêtu, nourri, abrité, sans souci du lendemain. On a
cru me châtier, on m'a fait une position.»

Il y a pourtant, j'en conviens, un argument sérieux en faveur de
l'abolition du dernier supplice. Un Animal qui n'est pas bête a dit:
«Que messieurs les assassins commencent!» N'est-ce pas plutôt à la
société de commencer? Qu'elle épure les mœurs, qu'elle manifeste une
profonde horreur du sang versé; qu'elle donne l'exemple; qu'elle soit
la première à mettre en pratique ce commandement: «Tu ne tueras point.»
En un mot, qu'elle supprime la guerre.

Notre Loup était, au reste, de ces natures énergiques qui n'aiment pas
les moyens termes; il a refusé de se pourvoir en cassation, et il est
mort avec courage.

On a trafiqué avantageusement des objets mobiliers qui avaient
appartenu au condamné. Un Bœuf anglais, venu tout exprès des pâturages
du Middlesex, a payé deux livres sterling une mèche de ses cheveux; un
libraire, connu pour chercher les succès de scandale, offre six mille
francs du _Triomphe de la Vertu_.

Il existait du Loup vingt-deux portraits en photographies, qui n'ont
aucun rapport les unes avec les autres, quoique la ressemblance de
toutes soit garantie. Le compte rendu de son procès, rédigé par le plus
habile des sténographes, s'est vendu par milliers. Le Loup a eu aussi
les honneurs de la complainte, et voici celle que les Canards ambulants
nasillent à son intention:

  Écoutez, Canards et Pies,
  Geais, Dindons, Corbeaux et Freux,
  Le récit d'un crime affreux,
  Et bien digne des Harpies.
  L'auteur de cet attentat
  Fut un Loup peu délicat.

[Illustration]

  Une Brebis malheureuse
  Se promenait dans un champ.
  Il l'accoste, et le méchant,
  D'une voix cadavéreuse,
  Lui dit: «Madame, bonsoir,
  Je suis charmé de vous voir.»

  A ce discours trop perfide
  Elle répond poliment;
  Mais le traître, en ce moment,
  Tire un poignard brebicide,
  Et comme un vil assassin,
  Le lui plonge dans le sein.

  Mais la justice protége
  Les jours de tout citoyen!
  On arrête le vaurien;
  Dans sa rage sacrilége,
  Il veut se faire périr:
  Il n'en a pas le loisir.

  Il vante son innocence,
  Mais on ne l'écoute pas.
  Après d'orageux débats,
  On le mène à la potence.
  Cet infâme condamné
  Fut ainsi guillotiné.

  MORALITÉ.

  Vous, dans le sentier du crime
  Qui pourriez être entraînés,
  Par cet exemple apprenez
  Cette vérité sublime:
  Que celui qui fait le mal
  Est un méchant Animal.

Les restes du supplicié ont été inhumés sans cérémonie. Son crâne a
été remis à un Hibou, très-versé dans la science phrénologique. Ce
physiologiste perspicace lui a trouvé, extraordinairement développée,
la bosse de la bienveillance.

Veuillez m'accorder la vôtre.

  ÉMILE DE LA BÉDOLLIÈRE.

[Illustration]



L'OURS

OU

LETTRE ÉCRITE DE LA MONTAGNE[8]

Felix qui potuit rerum cognoscere causas!


J'APPORTAI, en venant au monde, un goût très-vif pour la solitude.
Sans doute ce goût m'avait été donné pour une fin utile; mais au lieu
de diriger l'emploi de mes facultés vers un but qui répondît à ma
vocation dans l'harmonie des êtres, je travaillai longtemps à corrompre
en moi l'ouvrage de la nature. Peu de temps après ma naissance, une
chute que je fis en voulant monter pour la première fois au faîte
d'un arbre me rendit boiteux pour le reste de mes jours. Cet accident
influa singulièrement sur mon caractère et contribua beaucoup à
développer le germe de ma mélancolie. La caverne de mon père était
très-fréquentée par les Ours du voisinage. C'était un fort chasseur,
qui traitait splendidement ses convives: ce n'était du matin au soir
que danses et que festins; pour moi, je demeurais étranger à la vie
joyeuse de ma famille. Les visites m'importunaient, la bonne chère
m'allait assez, mais les chansons à boire m'étaient odieuses. Ces
répugnances ne tenaient pas seulement à mon organisation, bien que
la philosophie moderne ait placé dans l'organisme le principe de nos
affections positives et négatives. Le désir de plaire, contrarié par
mon infirmité, était pour moi une source d'amères préoccupations. Le
goût naturel que j'avais pour la solitude et le silence dégénéra peu à
peu en humeur sombre, et je prenais plaisir à m'abandonner à cet état
d'_Ours incompris_, qui a toujours passé pour le signe du génie méconnu
ou d'une vertu supérieure dont le monde n'est pas digne. Une étude
approfondie de moi-même et des autres m'a convaincu que l'orgueil était
la racine de cette tristesse, de ces idées pâles, dont on a demandé le
secret aux rayons de la lune et aux soupirs des roseaux. Mais, avant de
venir à résipiscence, il était écrit que je devais passer par l'épreuve
du malheur.

  [8] Cette lettre n'était pas destinée à la publicité. Le jeune Ours
  à qui elle est adressée a cru pouvoir, sans indiscrétion, divulguer
  les confidences de l'amitié. Il a pensé qu'après avoir profité pour
  lui-même des conseils de son vieil ami, ces conseils pourraient
  devenir utiles à d'autres aussi. D'ailleurs, à l'heure qu'il est,
  l'auteur de cette lettre n'est plus, et a laissé des Mémoires qui
  paraîtront sous peu et qui n'en sont que le développement.

  NOTE DU RÉDACTEUR EN CHEF.

Ce n'était pas assez pour moi d'affliger mon père et ma mère par le
spectacle de ma monomanie, je formai le projet de les abandonner et de
chercher quelque retraite ignorée du monde, où je pusse me livrer en
liberté à mon goût pour la vie solitaire. Vainement ma conscience me
représenta la douleur que j'allais leur causer. Je confiai mon dessein
à un ami de ma famille, afin qu'on sût bien que j'avais volontairement
renoncé au monde, et qu'on ne crût pas que j'avais été la victime de
quelque accident.

Je n'oublierai jamais le jour où je quittai le toit qui m'avait vu
naître. C'était le matin: mon père était parti pour la chasse; ma mère
dormait encore. Je profitai de cet instant pour sortir sans être vu. La
neige couvrait la terre, et un vent glacé agitait tristement la cime
des sapins couverts de frimas. Tout autre que moi eût reculé devant
ce deuil de la nature; mais rien n'est plus fort qu'une résolution
absurde, et je partis d'un pas ferme et intrépide.

[Illustration]

Il serait difficile de trouver sur la terre un lieu moins fréquenté
que celui que je choisis pour ma retraite. Pendant l'espace de cinq
ans, à l'exception d'un Aigle qui vint se poser sur un arbre, à quelque
distance de ma caverne, aucun être vivant ne m'apparut de près ni de
loin. Les occupations de ma vie contemplative étaient fort simples.
A l'aube naissante, j'allais m'asseoir sur la pointe d'un rocher,
d'où j'assistais au lever du soleil. La fraîcheur du matin éveillait
mon imagination, et je consacrais les premières heures du jour à la
composition d'un poëme palingénésique, où je me proposais d'exprimer
toutes les douleurs de ces âmes errantes qui avaient approché leurs
lèvres de la coupe de la vie et détourné la tête. Vers le milieu de
la journée, j'étudiais les simples. Le soir, je regardais les étoiles
s'allumer une à une dans le ciel; j'élevais mon cœur vers la lune ou la
douce planète de Vénus, et quelquefois «il me semblait que j'aurais eu
la puissance de créer des mondes.» Cinq années s'écoulèrent dans cette
vie monotone; mais cette période de temps avait fini par oblitérer bien
des sensations, dissiper bien des rêves, hébéter l'enthousiasme; et
peu à peu je cessai de voir les choses comme je les avais vues d'abord.
J'étais arrivé à une de ces époques critiques de l'intelligence qui se
renouvellent souvent dans la vie, et qui sont ordinairement marquées
par un malaise insupportable. On veut sortir à tout prix de cet état
contentieux, et la mauvaise honte est d'autant moins forte pour nous
retenir, que, parmi les choses que l'on comprend le moins, il faut
ranger celles que l'on a cessé d'aimer. Aussi l'ennui triompha-t-il de
toutes les hésitations de l'amour-propre, forcé de se dédire; et je me
décidai à retourner parmi mes semblables, à me jeter dans le mouvement,
à partager les travaux et les dangers des autres Ours, en un mot, à
rentrer dans la vie sociale et à en accepter les conditions. Mais, soit
qu'une volonté supérieure ne permît pas que je rencontrasse, sans une
expiation préalable, un bonheur que j'avais d'abord méprisé, soit que
ma destinée le voulût ainsi, je tombai entre les mains des Hommes.

Je m'étais donc mis en route un matin pour exécuter mon dessein. Je
n'avais point fait une demi-lieue, lorsqu'au fond d'une gorge étroite
j'entendis plusieurs voix s'écrier: «Un Ours! un Ours!» Au moment où je
m'arrêtais pour distinguer d'où venaient ces accents inconnus, je tombe
frappé par une main invisible. Pendant que je me roulais sur la terre,
quatre énormes Chiens, suivis de trois Hommes, se précipitèrent sur
moi. Malgré la douleur que me causait ma blessure, je luttai longtemps
contre les Chiens, mais à la fin je tombai sans connaissance sous la
dent de ces cruels Animaux.

Quand je revins de mon évanouissement, je me trouvai attaché à un
arbre, avec une corde passée dans un anneau dont on m'avait orné le
bout du nez. Cet arbre ombrageait la porte d'une maison située sur
une grande route, mais toujours au milieu des montagnes. Tout ce qui
m'était arrivé me semblait un songe, songe, hélas! de courte durée! Mon
malheur ne tarda pas alors de m'apparaître dans sa triste réalité. Je
ne compris que trop que, si j'avais conservé la vie, c'en était fait de
ma liberté, et qu'au moyen de l'anneau fatal qu'on m'avait, je ne sais
comment, passé dans la narine, l'être le plus faible de la création
pouvait m'asservir à ses volontés et à ses caprices. Oh! qu'Homère a
bien raison de dire que celui qui perd sa liberté perd la moitié de son
âme! Le retour que je faisais sur moi-même redoublait l'humiliation que
me causait ma servitude. C'est alors que je reconnus, mieux que jamais,
jusqu'à quel point j'avais été la dupe de mon orgueil, en me supposant
la force de vivre indifférent à toutes les choses extérieures. Qu'y
avait-il, en effet, de changé dans ma position? La vaste étendue du
ciel, l'aspect imposant des montagnes, l'éclat radieux du soleil, la
clarté de la lune et son brillant cortége d'étoiles, tout cela était
encore à moi. D'où venait donc que je ne voyais plus du même œil ces
beautés naturelles qui naguère semblaient suffire à mes désirs? Je fus
forcé de m'avouer qu'au fond du cœur je n'avais jamais renoncé à ce
monde que j'avais boudé, et que, si j'avais pu en vivre éloigné pendant
quelques années, c'est que je n'avais jamais cessé de me sentir libre
d'y retourner quand je voudrais.

Je passai plusieurs jours dans la stupeur et dans l'abattement du
désespoir. Cependant l'aveu que je m'étais fait intérieurement de ma
faiblesse contribua à ouvrir mon âme à la résignation. La résignation
à son tour ramena l'espérance, et peu à peu j'éprouvai un calme que je
n'avais jamais connu. D'ailleurs, si quelque chose pouvait consoler
de la perte de la liberté, j'aurais presque oublié ma servitude dans
les douceurs de ma vie nouvelle; car mon maître me traitait avec
toutes sortes d'égards. J'étais le commensal du logis; je passais la
nuit dans une étable auprès de quelques autres Animaux d'un caractère
pacifique et très-sociable. Le jour, assis sous un platane, à la porte
de la maison, je voyais aller et venir les enfants de mon maître, qui
me témoignaient beaucoup d'affection, et le passage assez fréquent
des voitures publiques me procurait de nombreuses distractions. Le
dimanche, les villageois et les villageoises des hameaux voisins
venaient danser sous mon platane au son de la cornemuse: car mon maître
était aubergiste, et c'était chez lui que les montagnards célébraient
les jours de fête. Là résonnaient le bruit des verres entrechoqués et
les gais refrains des convives. J'étais toujours invité aux danses
qui suivaient le repas et se prolongeaient bien avant dans la nuit.
J'ouvrais ordinairement le bal avec la plus jolie villageoise, par une
danse semblable à celle qu'autrefois, dans la Crète, Dédale inventa
pour l'aimable Ariane. Depuis, je fus à même d'étudier la vie intime
d'Hommes placés à l'autre extrémité de l'échelle sociale, et, en
comparant leur sort à celui de ces montagnards, il me parut que ces
derniers étaient plus près du bonheur que ceux que l'on regarde comme
les heureux du siècle; mais je tirai en même temps cette conclusion sur
l'homme en général: c'est qu'il ne peut être heureux qu'à la condition
d'être ignorant. Triste alternative, qui le met sans doute au-dessous
de tous les Animaux, et à laquelle l'Ours échappe complétement par la
simplicité de ses mœurs et de son caractère.

[Illustration]

Cette vie pastorale dura six mois, pendant lesquels je suivis l'exemple
d'Apollon dépouillé de ses rayons et gardant les troupeaux du roi
Admète. Un jour, que j'étais assis, selon ma coutume, à l'ombre de mon
arbre, une chaise de poste s'arrêta devant notre auberge. La chaise
était attelée de quatre Chevaux et contenait un voyageur qui me parut
appartenir à la haute société. En effet, comme je l'appris bientôt, ce
voyageur était un poëte anglais, nommé lord B****, célèbre alors dans
toute l'Europe. Il revenait de l'Orient, où il avait fait un voyage
d'artiste. Il descendit pour prendre quelque nourriture. Pendant son
repas, il me sembla que j'étais le sujet de sa conversation avec mon
maître. Je ne m'étais pas trompé. Lord B**** donna quelques pièces
d'or à l'aubergiste, qui vint à moi, me détacha de l'arbre, et, avec
l'assistance du postillon, me fit monter dans la chaise de poste. Je
n'étais pas encore revenu de ma surprise, que nous étions loin de la
vallée où j'avais passé des jours si heureux et si utiles.

J'ai remarqué que tout changement dans ma manière de vivre me
remplissait d'un trouble pénible, et l'expérience m'a convaincu que le
fond du bonheur consiste dans la monotonie et dans les habitudes qui
ramènent les mêmes sentiments. Je ne saurais peindre la détresse de
cœur que j'éprouvais en voyant disparaître derrière moi les lieux qui
m'avaient vu naître. Adieu, disais-je en moi-même, adieu, ô mes chères
montagnes!

  Que n'ai-je, en vous perdant, perdu le souvenir!

Je sentis que l'instinct de la patrie est immortel, que les voyages,
qu'un chansonnier contemporain appelle une _vie enivrante_, ne sont le
plus souvent qu'une continuelle fatigue d'esprit et de corps, et je
compris pourquoi les charmes de la déesse Calypso n'avaient pu empêcher
Ulysse de retourner dans sa pauvre et chère Ithaque et de revoir la
fumée du toit de son palais.

  Vivite felices, quibus est fortuna peracta!
  Vobis parta quies, nobis maris æquor arandum.

Nous nous embarquâmes à Bayonne, sur un navire qui faisait voile pour
les Iles-Britanniques. Je passai deux ans avec lord B****, dans un
château qu'il possédait en Écosse. Les réflexions que je fus à même
de faire dans la société d'un Homme à la fois misanthrope et poëte
achevèrent de déterminer dans ma tête le plan de vie dont je ne me suis
jamais écarté depuis que j'ai recouvré ma liberté. Je m'étais déjà
guéri de la maladie d'esprit qui m'avait jeté dans la vie solitaire;
mais il m'en restait une autre qui n'était pas moins dangereuse, et qui
aurait pu me faire perdre tôt ou tard tout le fruit de mes malheurs
et de mon expérience. Entraîné par ce besoin d'épanchement qui nous
porte à communiquer aux autres nos ennuis et nos inquiétudes, j'avais
conservé la manie de composer des vers. Mais, hélas! il n'a été donné
qu'à un petit nombre d'âmes de réunir l'enthousiasme et le calme,
de n'arrêter leurs regards que sur de belles proportions et de les
transporter dans leurs écrits. Je souffrais, comme disent les âmes
méconnues et les mauvais poëtes, et je voulais exprimer en vers mes
chimériques souffrances. Ajoutez à cela que je n'ai jamais eu

    L'heureux don de ces esprits faciles,
  Pour qui les doctes sœurs, caressantes, dociles,
          Ouvrent tous leurs trésors.

Je me couchais tantôt sur le ventre, tantôt sur le dos, pour exciter
ma verve; quelquefois je me promenais à grands pas, à la manière de
Pope, dans les sombres allées du jardin qui environnait le château, et
j'effrayais les Oiseaux par le grognement sourd qui s'échappait de mon
sein. Qui le croirait? le secret dépit que me causait mon impuissance
me remplissait de passions mauvaises: haine de ceux qui se portent
bien, haine des institutions sociales, haine du passé, du présent et de
l'avenir, haine de tous et de tout. On a écrit bien des livres depuis
Salomon; mais il en manque un, un livre inestimable: c'est celui qui
renfermerait le tableau de toutes les misères de la vie littéraire.
_Exoriare aliquis!_... Lord B**** lui-même, avec tout son génie... Mais
je me tais par respect et par reconnaissance. Je vous dirai seulement
que, las de la vie poétique, il voulut rentrer dans la vie commune et
reposer sur le sein d'une épouse les orages de son cœur. Mais il était
trop tard: son mariage acheva de briser son existence. L'infortuné
B**** ne vit plus d'autre ressource que d'aller mourir sur une terre
étrangère. Quelle haute leçon pour moi, pauvre poëte mal léché! Aussi,
je ne souhaitai plus qu'une chose: c'était d'être enfin rendu à la
liberté, et de pouvoir mettre à profit ce que j'avais vu parmi les
Hommes.

Le temps de ma délivrance arriva plus tôt que je n'avais osé l'espérer.
Au premier bruit de l'insurrection de la Grèce, lord B**** résolut
d'aller chercher un brillant tombeau sur la terre des Hellènes.
Quelques jours avant son départ, il voulut faire une dernière
apparition à Londres. Il profita de la représentation d'une tragédie
de Shakspeare, intitulée _Hamlet_, sa pièce favorite, pour se montrer
encore au public anglais. Le jour de la représentation, nous nous
rendîmes au théâtre en calèche découverte. La salle était pleine au
moment où nous parûmes dans une loge qui faisait face à la scène. En
un instant, tous les regards, tous les lorgnons furent fixés sur nous.
Les dames se penchaient sur le devant des loges, comme des fleurs
suspendues aux fentes des rochers. Même après le lever de la toile,
l'attention fut longtemps partagée entre Shakspeare et nous. Ce ne fut
qu'à l'apparition d'un fantôme, qui joue un grand rôle dans la tragédie
d'_Hamlet_, que les regards se reportèrent vers la scène. Cette
tragédie, en effet, était de nature à familiariser les spectateurs avec
notre présence. Tout le monde y devient fou ou à peu près. Le résultat
de cette représentation extraordinaire fut de fournir le sujet d'un
feuilleton à tous les journalistes de la capitale. Car c'est là le
terme où depuis vingt ans viennent aboutir tous les grands événements
politiques, religieux, philosophiques et littéraires de la savante
Europe.

Le lendemain nous nous embarquâmes pour la France. Mon étoile voulut
que lord B**** fît un détour pour aller visiter les ruines de Nîmes.
Un soir qu'il était assis, près de cette ville, au pied d'une vieille
tour, je profitai de la rêverie où il était plongé pour m'élancer
avec la rapidité d'une avalanche au fond de la vallée. Pendant quatre
jours et quatre nuits je bondis de montagne en montagne, sans regarder
une seule fois derrière moi. Enfin, le quatrième jour au matin, je me
retrouvai dans les Pyrénées. Dans l'excès de ma joie, je baisai la
terre de la patrie; puis je m'acheminai vers la caverne _où j'avais
commencé de respirer le jour_. Elle était habitée par un ancien ami de
ma famille. Je lui demandai des nouvelles de mon père et de ma mère.
«Ils sont morts, me dit-il.--Et Karpolin?--Il est mort.--Et Lamarre, et
Sans-Quartier?--Ils sont morts[9].» Après avoir donné quelques larmes à
leur mémoire, j'allai me fixer sur le Mont-Perdu. Vous savez le reste.

  [9] C'est une erreur. Karpolin, Lamarre et Sans-Quartier vivent
  encore. Ils font partie de la troupe du théâtre de la barrière du
  Combat, et jouent tous les dimanches dans l'emploi des gladiateurs.

  NOTE DU RÉDACTEUR EN CHEF.

Depuis quatre ans, plus heureux que lord B****, peut-être, parce que je
suis moins poëte, j'ai trouvé le repos dans les joies de la famille. Ma
_femme_ est très-bonne, et je trouve mes enfants charmants. Nous vivons
entre nous, nous détestons les importuns et les visites. _Heureux qui
vit chez soi!_ J'ajouterai: _Et qui ne fait point de vers!_

Vous m'opposerez, sans doute, l'opinion de quelques philosophes. Je
vous répondrai que les philosophes n'ont jamais fait autorité pour moi.
«_Je sens mon cœur_, a dit l'un d'eux, _et je connais les Ours_. Quant
aux saints, je les respecte, et je me garderai bien de les confondre
avec les philosophes; cependant ils ont, comme les autres, montré
quelquefois le bout de l'oreille, et le Chien de saint Roch me paraît
une protestation vivante contre la vie solitaire.»

[Illustration]

Quant à moi, je prie les Dieux et les Déesses de me conserver, jusqu'à
mon heure dernière, le calme de l'âme et la pleine intelligence des
lois de la nature. Que pourrais-je, en effet, leur demander de plus?
la Naïade du rocher n'épanche-t-elle pas de son urne intarissable et
bienfaisante l'eau pure qui sert à me désaltérer? L'arbre aimé de
Cybèle n'ombrage-t-il pas ma demeure de ses rameaux toujours verts? Les

Dryades ne dansent-elles pas toujours sous l'ombrage de ces forêts
aussi vieilles que le monde? N'ai-je pas enfin tout ce qui peut suffire
aux besoins d'un ours sans ambition? Le reste dépend de moi. Mais,
grâces aux Dieux, je sens que je suis à présent maître de ma voie: je
vis tranquille sur ma montagne, au-dessus des orages! Semblable au
roseau, je n'envie pas le sort de la vague errante qui vient se briser
en gémissant sur le rivage. C'est dans ces sentiments que j'espère
achever ma course, jusqu'au moment où mon âme remontera vers la
brillante constellation dont le nom, écrit dans les cieux, atteste la
noblesse de notre origine.


_Ainsi soit-il!_

  L. BAUDE.



LE

SEPTIÈME CIEL

VOYAGE AU DELA DES NUAGES

  LE BONHEUR SE FAIT AVEC DES RÊVES!

  (Extrait des Mémoires inédits d'un Tourtereau allemand, mort à la
  maison des fous de Darmstadt, le 1er... 184. )

  --CHAPITRE DES RÊVES.--


I

J'ÉTAIS donc mort..........


Mort, comme on meurt peut-être quand on ne sait pas bien lequel vaut
le mieux, de vivre ou de mourir; mort sans savoir comment ni à quelle
occasion, sans secousse, et le plus facilement du monde.

Si facilement, que mon âme, tant elle avait peu souffert pour en
sortir, ne s'aperçut pas d'abord qu'elle était séparée de mon corps.


Qu'est-ce que vivre, si mourir n'est rien?


Du moment précis qui d'un Tourtereau vivant fit de moi un Tourtereau
mort je n'ai gardé aucun souvenir, sinon qu'avant que je fusse mort
la lune brillait doucement au milieu d'un ciel sans nuages, et que,
lorsque mon âme étonnée s'aperçut qu'elle n'appartenait plus à la
terre, la douce lune n'avait pas cessé de briller, ni le ciel d'être
pur; sinon encore que j'avais pu mourir sans que rien fût changé aux
lieux mêmes que je venais de quitter.

Mais qu'importe à la nature féconde qu'une pauvre créature comme moi
vive ou meure?


II

J'ai pensé que cette séparation de mon âme et de mon corps n'avait été
si facile qu'en raison de l'habitude qu'avait prise mon âme de ne se
guère inquiéter de mon corps, se fiant, sans doute, pour sa conduite
ici-bas, aux instincts honnêtes de ce serviteur dévoué.

Combien de fois, en effet, aux jours de leur union, ne l'avait-elle
pas, en quelque sorte, laissé seul déjà, et presque oublié, afin
de pouvoir rêver plus à son aise à cette autre vie, dont les âmes
auxquelles la terre ne suffit pas ont, dès ce monde, ou comme un
pressentiment ou comme un souvenir! Et n'est-il pas possible que des
rêves de ce genre conduisent d'une vie à l'autre sans qu'on s'en
aperçoive?


III

Pourtant, voyant sans vie cet ami fidèle, ce corps qui tout à l'heure
encore lui était soumis, et pensant qu'il allait falloir l'abandonner,
l'abandonner à la mort, c'est-à-dire à la destruction et presque au
néant, c'est-à-dire à cette implacable solitude qui s'établit autour
des morts et qui s'empare d'eux, et qui fait que les morts sont
toujours seuls, quoi que ce soit qui s'agite autour d'eux, mon âme le
regarda, non sans tristesse.


«Que n'es-tu mort d'une mort moins prompte? lui dit-elle; que n'ai-je
pu te sentir mourir, et partager ton mal, et souffrir avec toi, si tu
as souffert? Je t'aurais assisté à tes derniers moments, et nous nous
serions du moins quittés après un adieu fraternel.


«Pauvre corps muet! ajouta-t-elle, entends-moi et réveille-toi, et
jette un dernier regard sur ces riches campagnes que tu aimais tant, et
qu'un mouvement, qu'un seul mouvement de toi me convainque que toute
cette vie que nous venons de passer ensemble n'est point un songe, et
que tu as vécu en effet.»


IV

Pour la première fois, cet appel de mon âme resta sans réponse.


«Pourquoi aimer ce qui doit mourir? s'écria-t-elle attristée. Quand on
n'a pas devant soi l'éternité, pourquoi agir? pourquoi s'unir?


«Puisqu'il le faut, quittons-nous donc, dit-elle enfin; mais de même
qu'il a été dans notre destinée que nous fussions séparés, de même
il est écrit qu'à l'heure où les âmes iront rejoindre leurs corps je
saurai reconnaître entre toutes les poussières ta poussière, et te
rendre cette vie que tu viens de perdre. Adieu donc, compte sur moi, et
n'aie pas peur que je me trompe; car à toi seul je reviendrai, et cette
fois ce sera pour toujours.»


V

Le silence de la nuit paisible n'était interrompu que par le faible
bruit que font en se détachant des arbres qui les portent les feuilles
qui meurent aussi.

Tout à coup, on entendit au loin un cri lugubre de l'Oiseau de proie.


«Tombez sur ce corps sans défense, petites fleurs des arbres!» s'écria
mon âme épouvantée; «et vous, vert feuillage qu'il chérissait,
couvrez-le de votre ombre protectrice, et dérobez-le aux regards du
Vautour impie.»


Mais, hélas! le cri funèbre se fit de nouveau entendre, et cette fois
ce n'était plus au loin.

[Illustration]

Et en cet instant la dernière goutte du sang qui avait animé mon corps
s'arrêta dans ses veines et s'y glaça.


VI

Et une voix à laquelle il fallait obéir ayant dit à mon âme de quitter
cette terre, où sa mission était accomplie, pour retourner au ciel, la
patrie des âmes, je sentis en moi un désir si doux d'aller où la voix
me disait d'aller, que je m'élevai aussitôt dans les airs, comme si
j'eusse été ravie sur les ailes invisibles de ce pur désir.


VII

Et en cet instant aussi j'oubliai que j'avais eu un corps, et ce fut
pour moi comme si je n'avais jamais été qu'un pur esprit.

Et je montais immobile, dans l'air immobile comme moi-même, sans le
secours d'aucun mouvement, et par cela seulement que j'étais une âme
immortelle, faite pour monter de la terre au ciel. J'obéissais ainsi à
ma nouvelle condition, à peu près comme on aime sur terre et comme on
pense, sans s'expliquer comment on aime ni comment on pense.


VIII

Je fus bientôt loin de la terre, si loin, que je l'apercevais à peine
comme un point perdu dans l'immensité, et je volai ainsi longtemps; et
puis enfin, ayant cessé de la voir, je me souvins tout à coup, par un
retour soudain, que je l'avais quittée seule. «Hélas!» s'écria mon âme,
«ce qui m'attend au ciel doit-il me faire oublier ce que je perds? Qui
me rendra celle qui m'aimait dans ce monde que j'abandonne? O douleur!
tu es donc immortelle, toi aussi?»


IX

Pourquoi le ciel, qui favorise les affections honnêtes,
n'accorderait-il pas aux âmes qui se sont aimées pendant la vie d'une
affection sincère, de s'aimer encore jusqu'au milieu des gloires du
ciel, et de s'y garder un fidèle souvenir?


X

Mais il fallait monter toujours, et je ne tardai pas à dépasser les
nuages qui glissaient sans bruit dans l'espace. Je vis alors des
milliers d'étoiles, et volant d'astre en astre: «Doux astres, leur
disais-je, parure des anges, où vais-je?» Et sans me répondre, mais non
sans me comprendre, les étoiles se rangeaient pour me laisser libre le
chemin que je devais suivre.


XI

Bientôt toute cette partie du ciel d'où sortent les rayons bienfaisants
qui font ouvrir les fleurs et mûrir les fruits de la terre se trouva
au-dessous de moi, comme un tapis d'azur parsemé de diamants célestes,
et j'arrivai là où il n'y a plus d'étoiles.


Je fus alors saisi d'une crainte respectueuse, et je m'arrêtai éperdu.


«Va toujours, et rassure-toi, me dit une voix. Ne sais-tu pas que
tu es dans le ciel; que le mal en est banni, et que tu n'as rien à
craindre? Suis-moi donc; car nous ne nous arrêterons que là où tu seras
heureux d'arriver.--Heureux! lui dis-je, heureux!» Et comme j'hésitais:
«Crois-moi, et suis-moi,» ajouta la voix. Et je la suivis, et je la
crus: car la confiance habite au ciel.


XII

Celle qui me parlait, c'était une belle petite âme immortelle, l'âme
bienheureuse d'une blanche Colombe à laquelle la mort, qui l'avait
cueillie dès les premiers jours de son printemps, avait à peine laissé
le temps d'éclore, et que le contact des misères humaines n'avait point
eu le temps de souiller. Sa mission au ciel était de recevoir à leur
arrivée les âmes novices comme la mienne, et de les conduire bien vite
où il leur appartenait d'aller.


XIII

Ce fut là que je vis ce que je n'avais pu voir encore, parce que
jusque-là ma vue était restée imparfaite. C'était une foule d'âmes de
toute espèce, qui, comme moi, allaient chacune à sa destination. Et,
comme moi, chacune avait un guide.

Me trouvant au milieu de toutes ces âmes, et ne sachant ce qui allait
arriver, je me sentais en même temps et retenu par une vague frayeur,
et poussé par une espérance vague aussi.

«Petite âme qui me guidez, dis-je à la Colombe que je suivais, le
paradis des Tourterelles est-il bien loin encore?

--Vois, me répondit-elle, non sans sourire de mon trouble et aussi
de mon impatience, vois ce point qui brille là-haut au plus haut des
cieux; là seulement est le septième ciel, et c'est là aussi qu'on
t'attend.

--Ah! qui peut m'attendre là-haut? pensai-je, si elle vit encore;» et,
tout en montant, je ne pouvais m'empêcher de dire: «Pourquoi suis-je
mort, puisque la mort devait nous séparer?»


XIV

Et quand nous eûmes monté pendant longtemps encore à travers des mondes
et des sphères sans nombre, nous arrivâmes jusqu'à une porte d'où
s'échappaient des rayons plus éclatants mille fois que les rayons mêmes
du soleil, et sur cette porte on lisait ces mots écrits en caractères
de feu: «Ici l'on aime toujours.» Et plus bas: «Ici on ne change
jamais, ou, si l'on change, c'est pour mieux aimer encore.»

Et la porte s'ouvrit, et ce que je vis, je ne saurais le dire; car
comment parler de la toute lumière du ciel même, d'une lumière à la
fois si éblouissante et si douce, qu'elle rend clair ce qu'on croyait
obscur, sans qu'il en coûte ni une douleur, ni même un effort pour tout
voir et pour tout comprendre?


XV

«Et maintenant, c'est là! me dit la petite Colombe; et je te laisse,
puisque tu es arrivé.»

Et elle parlait encore, que mes yeux charmés avaient déjà aperçu, dans
un coin du ciel, dans un nuage d'air trois fois plus pur que les autres
nuages, une perle divine, une fleur perpétuelle, un trésor, mon trésor!
toi, enfin, ô ma Tourterelle chérie!

«Ah! m'écriai-je, âme de ma sœur, est-ce bien vous que je vois?» et
je t'abordai avec tant de joie, que toi: «Ah! que tu m'aimes bien!»
t'écrias-tu.

Tu n'étais pas changée, et cependant il y avait en toi quelque chose
de plus divin, et plus je te regardais, plus il me semblait que tu
devenais plus belle. Ce que je lus d'amour dans ton premier regard,
comment te le dire? Va, ma sœur, on guérit en un instant de tous ses
chagrins sur un cœur fidèle.

«Quand j'ai appris ta mort, me dis-tu, je ne songeai point à te
pleurer, mais à te suivre, et j'eus le bonheur de devenir si triste,
que je mourus presque en même temps que toi.»

Qui n'eût pas cru au bonheur? Nous étions si heureux! si heureux! que
toi: «Hélas! n'est-ce point un rêve?»


XVI

Hélas! c'était un rêve....

Mais, après un pareil rêve, pourquoi se réveiller? Ce rêve, mon
bonheur, avait été de si courte durée, que, quand je rouvris les yeux,
rien n'était changé sur cette terre que j'avais cru quitter avec toi.
La lune n'avait pas cessé de briller ni le ciel d'être pur. Et j'étais
seul encore, et loin de toi encore, dans ce monde où l'on ne sait que
faire de son cœur. Et rien ne troublait le repos de la nature endormie,
si ce n'est pourtant le cri terrible de l'Oiseau de proie qui cherchait
encore son butin de la nuit. C'était là la seule réalité de mon rêve.

Adieu, et à toi!


Notice biographique sur l'Auteur du fragment qu'on vient de lire.

Nous croyons qu'on nous saura gré de placer ici quelques détails
biographiques concernant l'auteur du fragment qu'on vient de lire. Ces
détails nous ayant été communiqués par le directeur de la maison des
fous de Darmstadt sont de la plus grande authenticité.


Le Tourtereau dans les papiers duquel ce fragment a été trouvé est
mort, il n'y a pas plus de quinze jours, à la maison des fous de la
ville de Darmstadt.

Quoiqu'il fût à la fleur de son âge, la nouvelle de cette mort
prématurée, et de la maladie qui la causa, n'étonnera aucun de ceux
qui avaient connu sa vie, et n'étonnera sans doute pas non plus nos
lecteurs.

[Illustration]

Son enfance avait été difficile et malheureuse. Tout jeune, il s'était
trouvé orphelin, son père et sa mère ayant disparu un jour, sans qu'on
pût savoir ce qu'ils étaient devenus. Pourtant, comme ces bons Oiseaux
étaient généralement, à cause de la simplicité de leurs mœurs, aimés et
honorés dans la forêt qu'ils habitaient, on s'accorda à penser que la
mort seule, ou tout au moins la violence, avait pu les séparer de leur
cher enfant; mais, depuis ce jour fatal, on n'avait plus entendu parler
d'eux.

Le pauvre petit vint à bout de vivre néanmoins, Dieu aidant, et aussi
quelques charitables voisines qui lui donnaient, en passant, quelques
rares becquées qu'elles économisaient sur la part de leurs propres
couvées.

Dès que l'orphelin eut à ses ailes assez de plumes pour voler, il
résolut, en bon fils, de se mettre à la recherche de ses parents, et
partit plein de courage, et aussi, hélas! plein d'illusions.

«Je les retrouverai, répondait-il obstinément à tous ceux qui lui
représentaient que, si louable qu'en fût le but, il userait ses forces
sans aucun résultat possible dans une pareille entreprise; je les
retrouverai, ou je mourrai à la peine.»

Longtemps il battit l'air et la terre de ses ailes, allant partout où
son espoir le poussait et demandant à chacun ce qu'il avait perdu, mais
en vain.

Dans l'une de ses courses, il lui était arrivé de rencontrer et d'aimer
une jeune Tourterelle qui était belle comme le jour; et la Tourterelle
l'avait aimé aussi: il était si malheureux!

Mais, dans les âmes honnêtes, l'amour ne fait pas oublier le devoir,
bien au contraire; et, loin d'abandonner sa pieuse entreprise, il se
sentit des forces nouvelles pour la poursuivre.

«Je reviendrai, dit-il en quittant celle qu'il aimait.

--Et moi, j'attendrai,» avait répondu la Tourterelle désolée.

Et ils s'étaient séparés, et lui s'était mis en route en se disant:

«Elle m'attendra.»

Elle l'attendit en effet.

Mais après l'avoir attendu bien longtemps, la pauvrette (il faut bien
le dire), la pauvrette, ne le voyant pas revenir, avait fini par
devenir la Tourterelle d'un autre Tourtereau. Les Tourterelles ont peur
de rester filles.

Quand, après bien des courses vaines, bien des peines perdues, le
Tourtereau, découragé, revint vers celle qu'il aimait,... il la trouva
entourée de toute une famille qui n'était pas sa famille, et de beaux
enfants dont il n'était pas le père. Sa douleur fut telle, qu'il en
perdit la raison. On la perdrait à moins. Sans doute, si la Tourterelle
eût été bien sûre qu'il reviendrait, elle n'eût jamais cessé de
l'attendre. Mais les vieux Tourtereaux disent tant de mal des amoureux
qui ne sont pas là pour se défendre aux jeunes Tourterelles à marier,
que l'innocente, les ayant crus sur parole, avait cédé, non sans regret
pourtant, car sa conscience et son cœur lui faisaient bien quelques
secrets reproches.

Aussi, lorsque reparut dans le pays son premier fiancé, et qu'elle le
vit plus malheureux que jamais, son désespoir et ses remords furent-ils
au comble.

Mais qu'y faire?

[Illustration]

En Tourterelle sensée, elle continua d'être une bonne mère de famille,
elle redoubla de soins pour ses enfants, et son mari ne cessa pas
d'être un heureux mari. Et puis elle garda sa peine, et personne n'en
vit rien, et, en la voyant dans son petit ménage, chacun disait d'elle:

«Regardez donc comme elle est heureuse!»

On en dit autant de beaucoup de gens qui n'ont jamais su ce que c'est
que le bonheur.


Quant au pauvre Tourtereau, comme il ne pouvait être dangereux pour
personne, sa folie étant de celles dont beaucoup de gens sensés
s'arrangeraient peut-être, on le laissa aller où il voulut, et il se
retira sur le riche sommet d'une belle montagne.

Là, nuit et jour, il rêvait.

Ce qu'il n'eût pas trouvé sur la terre solide, peut-être parfois le
rencontrait-il dans ce pays mouvant des rêves, où l'on aimerait tant
à voyager s'il ne fallait pas en revenir pour vivre et pour mourir.
Ce qui le prouverait, c'est qu'après sa mort on trouva, caché sous
un monceau de feuilles mortes, un manuscrit qu'il avait intitulé:
_Mémoires d'un fou_, avec cette épigraphe: _Le bonheur se fait avec
des rêves!_ Ce manuscrit était presque entièrement écrit en prose; la
poésie qui sort du cœur sans rimes pouvant convenir, bien plus que
la poésie rimée et mesurée, à ce que sa pensée avait de libre et de
spontané.

Il va sans dire que le passage que nous avons cité, c'est à sa
Tourterelle qu'il l'adressait: car pour lui il n'y avait jamais eu
qu'une Tourterelle dans le monde.


Quelques Oiseaux rieurs pourront être disposés à se moquer du pauvre
Tourtereau et de ses malheurs, et surtout de ses écrits; mais ce ne
seront point les Tourterelles. C'est à elles que je le demande: en
est-il une seule au monde qui n'eût voulu rencontrer sur sa route un
Tourtereau aussi fidèle?


_P. S._--Il faut dire, pour ceux qui tiennent à ce que rien ne reste
obscur dans un récit, que, pour ce qui est de la Tourterelle, quand
elle eut appris la mort de son Tourtereau, elle n'y put résister; ses
enfants d'ailleurs, ayant toutes leurs plumes, n'avaient plus besoin
d'elle, et on la vit s'éteindre à son tour, sans que rien au monde pût
la rattacher à la vie. Fasse le Ciel que les bons rêves ne mentent pas,
et, qu'ainsi que l'avait rêvé notre Tourtereau, son amie l'ait retrouvé
là-haut, là-haut, où nous persistons à croire qu'il doit y avoir place
pour tous les bons sentiments!

[Illustration: Là, nuit et jour, il rêvait.]

On dira et on écrira peut-être que, du moment où cette Tourterelle
devait mourir pour son Tourtereau, elle eût mieux fait de l'attendre
et de vivre pour lui. Mais cela est bien aisé à dire. Pour nous, ce
que nous devons constater, c'est avant tout la vérité. L'histoire ne
s'écrit pas comme un roman; et quand on a affaire à des personnages qui
ont existé, il ne s'agit pas d'arranger sur le papier des événements
que la moindre information pourrait contredire.

  P. J. STAHL.



LETTRES

D'UNE HIRONDELLE

A UNE SERINE

ÉLEVÉE AU COUVENT DES OISEAUX


PREMIÈRE LETTRE DE L'HIRONDELLE.

ENFIN, me voilà libre, chère amie, et je vole de mes propres ailes.
J'ai laissé bien loin derrière moi, avec cette horrible barrière
du Mont-Parnasse, la barrière non moins difficile à franchir des
convenances et des idées sociales. Il y a dans cet air que je respire,
dans ce vol sans entraves auquel je me livre pour la première fois,
quelque chose d'enivrant dont je suis toute charmée. Je n'ai pu
m'empêcher de jeter en partant un regard de mépris sur les Hirondelles,
mes compagnes, qui préfèrent au bonheur dont je vais jouir une
existence obscure et vraiment déplorable. Je crois, sans vanité,
n'avoir pas été créée et mise au monde pour faire le métier de maçon,
pour lequel toutes les malheureuses femelles de notre espèce abâtardie
semblent décidément avoir une vocation marquée. Qu'elles usent leur
jeunesse et leur intelligence à bâtir, à polir des ailes et du bec,
à cimenter, comme s'il devait durer toujours, le frêle édifice où
reposera une postérité vouée d'avance aux mêmes fatigues, à la même
ignorance; je renonce à éclairer leur entêtement, et je les quitte, ne
comptant plus que sur l'effet produit au milieu d'elles par la relation
de mon voyage, pour décider les Hirondelles de quelque espérance à
suivre mon exemple.

En attendant, je me félicite de ne m'être attaché aucun compagnon de
route; la société la plus aimable ne vaut pas l'indépendance. Et puis,
d'ailleurs, je le sais, et votre sévère amitié me l'a souvent répété,
mon caractère se plierait malaisément à subir la supériorité d'une
autre volonté, et je sens cependant que je suis beaucoup trop jeune
pour imposer la mienne. Il faut donc vivre seule, et je m'applaudis
tous les jours d'avoir bravement embrassé ce parti, quoiqu'il n'ait pas
reçu votre approbation.

Vous n'avez pu vous empêcher de blâmer hautement ce désir extrême de
voir et de connaître le monde, qui m'entraîne loin de vous, ma tendre
amie, loin de vos conseils, que je ne suis pas souvent, il est vrai,
mais que je respecte toujours, loin de votre secourable attachement,
qui est venu bien des fois alléger les peines de mon cœur.

J'ai compris votre effroi, mais il ne pouvait pas me convaincre. Nos
vies et nos caractères, qui se sont accidentellement rapprochés, n'ont
d'autre sympathie que la sympathie de l'amitié; du reste, nos pensées
ne sont pas en harmonie, nos espérances ne tendent pas au même but.

Vous avez vu le jour dans la cage où tout annonce que vous devez
mourir, et l'idée qu'au delà de ses barreaux s'ouvraient un horizon
et une liberté sans bornes ne vous est jamais venue. Sans doute, vous
l'eussiez repoussée comme une mauvaise pensée.

Moi, je suis née sous le toit d'une vieille masure inhabitée, au coin
d'un bois: le premier bruit qui ait frappé mon oreille, c'est celui du
vent dans les arbres; il faut que j'entende encore ce bruit. Le premier
souvenir de mes yeux est d'avoir vu mes frères, après s'être longtemps
balancés sur le bord du nid, aux cris de notre mère inquiète qui les
encourageait pourtant, prendre enfin hardiment leur vol pour ne plus
revenir. Il faut que je m'envole comme eux.

Tandis que je faisais ainsi une rude connaissance avec la vie, vous
avez grandi et chanté. Ceux qui vous emprisonnaient vous nourrissaient
en même temps, vous les bénissiez; moi, je les aurais maudits. Puis,
quand le jour était beau, on mettait votre cage à la fenêtre, sans
se soucier et sans craindre que ce rayon de soleil, qui y entrait
péniblement, n'exaltât votre tête et ne vous fît rêver. Tout était
pour le mieux, car l'âme n'était pas moins prisonnière que le corps.
Le froid venu, vous ne voyiez plus rien que les jeux de votre petite
geôlière, qui grandissait près de vous, esclave comme vous.

Et moi, je vivais de la même vie que ce peuple nomade, qui est le mien;
je partageais ses dangers et ses fatigues, je subissais avec courage
les privations de tout genre qui accompagnaient souvent nos voyages, je
devenais forte à tout souffrir, et, pourvu que l'air ne me manquât pas,
j'oubliais volontiers que je manquais de toute autre chose.

Enfin, vous avez accepté avec soumission et même avec reconnaissance
l'époux qu'on vous a choisi, vous vous prêtez à ses moindres volontés,
et vous vous trouvez heureuse de lui obéir, car il faut nécessairement
que vous obéissiez à quelqu'un.

Vous êtes entourée d'enfants que vous aimez jusqu'à l'adoration; en un
mot, vous êtes le modèle des épouses et des mères; mon ambition ne va
pas si loin. S'il me fallait avoir autour de moi ces insupportables
petits criards qui demandent toujours quelque chose, et ordinairement
tous la même chose, je sens que je mourrais à la peine. Ce mari, qui
vous charme, m'ennuierait profondément aussi. Hélas! l'amour a trop
déchiré mon pauvre cœur, pendant le court séjour qu'il y a fait, pour
que je n'aie pas pris la résolution de ne l'y laisser entrer jamais.
Je sais bien que vous avez toujours opposé au récit de mes douleurs
la légèreté avec laquelle s'était conclu notre engagement; vous avez
attribué l'indigne abandon de mon séducteur au peu d'importance que
j'avais semblé attacher moi-même à la durée d'une liaison qui, dans vos
idées, doit être éternelle. Mais vous avez beau dire, ce n'est pas là
qu'il faut chercher la source des malheurs dont nous sommes victimes.
La société tout entière repose sur de mauvais fondements, et tant qu'on
n'aura pas démoli, depuis le sommet jusqu'à la base, il n'y aura ni
paix ni bonheur durables pour les intelligences supérieures et pour les
âmes aimantes.

Je confie ma lettre à un Oiseau de passage, que son itinéraire conduit
à travers vos parages. Il est si impatient de continuer sa course, que
je suis obligée de remettre à une autre occasion les détails que je
vous ai promis sur mon voyage. Aujourd'hui je ne puis que vous adresser
les vœux et les compliments les plus tendres.

[Illustration]


DEUXIÈME LETTRE DE L'HIRONDELLE.

Je cherche à rendre les jours de l'absence moins longs pour vous, moins
isolés pour moi, en vous racontant, à mesure qu'elles m'arrivent, les
sensations de la route. Deux cœurs qui s'aiment trouvent du charme dans
la circonstance la plus indifférente aux indifférents.

Je suis favorisée par le temps; tout resplendit autour de moi, et il me
semble que le soleil prend plaisir à voir mon bonheur.

J'ai fait une multitude de connaissances, mais que votre tendresse
n'en soit ni jalouse ni inquiète: je n'ai pas le temps, et encore
moins la volonté, de faire des amis. Je suis quelquefois forcée de
m'arrêter pour répondre à une politesse, car ma qualité d'étrangère
est une recommandation suffisante auprès des tribus hospitalières que
je visite; mais, en général, je ne séjourne nulle part. Je préfère ma
vie errante, avec tout ce qu'elle a d'inattendu et de capricieux, aux
somptueux banquets qui me sont offerts. Vous m'aviez prédit l'ennui
et le désenchantement, je suis heureusement encore à les attendre. Il
est vrai de dire que je prends les distractions quand et comme elles
se présentent, et que jusqu'à présent elles viennent sans que je les
appelle.

[Illustration]

Ce matin, j'ai déjeuné en tête-à-tête avec le plus aimable chanteur que
j'aie jamais entendu. C'est un Rossignol.

Il a bien voulu céder à mes sollicitations, et à la fin du repas il m'a
dit quelques-uns de ses morceaux de prédilection. Ce n'est pas sans
un vif sentiment d'orgueil que je songeais intérieurement au grand
nombre de gens qui auraient voulu se trouver à ma place. Toutes les
distinctions sont flatteuses, et celle qui me rendait alors le seul
auditeur d'une harmonie si divine me rehaussait à mes propres yeux.

Au reste, cet artiste est fort simple, et l'on ne croirait jamais, en
le voyant si négligé dans sa mise, si abandonné dans ses poses et dans
toutes ses manières, que c'est une personne d'un rare mérite. Au moins,
j'ai encore cette illusion, et je m'obstine à ne chercher le talent
que sous une enveloppe de dignité et de gravité. Vous voyez cependant
que j'ai déjà fait un grand pas; je sais que c'est une illusion. Après
cette admirable musique, mon hôte et moi nous nous sommes livrés
aux épanchements de la confiance la plus intime. On lui a proposé
d'immenses avantages pour venir se fixer à Paris; mais sa liberté
serait enchaînée, et, comme il la préfère à tout, il a refusé.

Ce ténor si remarquable dit qu'il vit pour son plaisir, et que c'est
la meilleure manière de vivre qu'on puisse adopter. Quoique ce système
présente certainement beaucoup de chances de succès, et qu'il puisse
séduire au premier abord, j'étais sûre de ne pas m'y laisser entraîner.

Une existence heureuse et inutile n'est pas celle que je rêve depuis
que j'ai la faculté de sentir et de comprendre; je veux apporter une
pierre à cette vaste construction qui s'élève dans l'ombre, sur les
débris d'une civilisation mourante.

Depuis longtemps je songe à la carrière littéraire. Tous mes goûts
m'y portent, et je dois peut-être à la grande pensée de régénération
de l'espèce femelle qui m'a absorbée dès ma plus tendre jeunesse, de
me livrer entièrement à des études graves et consciencieuses, à des
travaux qui m'aideront à accomplir l'œuvre que je me suis imposée.

Je vous vois d'ici sourire de ce que vous nommez ma folie. Mais c'est
que, je vous le répète, vous ne pouvez pas plus concevoir le bonheur
auquel j'aspire, que je ne puis accepter la vie comme vous l'entendez.
Mais qu'importe, puisque, malgré ses dissonances, notre intimité
est devenue parfaite, et durera, je l'espère, autant que nous? Car
la charmante douceur de votre caractère vous fait excuser l'extrême
vivacité du mien, et je veux penser que cette tendre amitié que je vous
ai vouée a peut-être contribué à rendre votre retraite moins triste et
moins monotone.

Je viens de quitter mon aimable chanteur, et je l'ai quitté sans
regret. Ma curiosité et mon désir de m'instruire s'accroissent depuis
que j'ai commencé à voir et à apprendre. Un Geai, avec lequel je
me suis trouvée dans les environs, me précède et m'a promis de me
recommander chaudement. En somme, je n'ai qu'à me louer des personnes
avec lesquelles mon voyage me met en relation, et j'ai rencontré
partout des cœurs dévoués et un accueil fraternel.

Si j'en avais cru les avis de votre craintive prudence, je me serais
constamment tenue en garde contre les témoignages d'affection que je
reçois, et je vous demande un peu à quoi cela m'eût servi? Tenez, je
pense, et je n'en suis pas étonnée quand je songe au genre de vie que
vous menez, que le monde vous est apparu sous un mauvais jour, et que
vous ne jugez pas toujours sainement des choses pour ne les avoir vues
que de trop loin, et d'une manière confuse. Quand on n'est jamais sorti
de sa retraite, et qu'on a vécu uniquement pour cinq ou six êtres qu'on
aime, et qui tiennent lieu de tout, il est difficile de se rendre un
compte exact de ce qu'on ne connaît pas, et d'apprécier sans erreur ce
qu'on n'a pas vu.

Il est vrai que votre jeunesse s'est écoulée dans une spacieuse
volière, où vous avez recueilli avec respect les leçons et les conseils
de plusieurs vieillards réputés pour leur haute sagesse; mais ces
vieillards eux-mêmes n'avaient jamais respiré l'air de la liberté, et
cette espèce d'expérience dont ils étaient si fiers, ils la devaient
à leur grand âge, et non aux recherches et aux découvertes de la
science. Cette expérience, que je crois pouvoir refuser sans injustice
à la vieillesse de vos premiers amis, j'espère que mon voyage seul
suffira à me la donner. Avant tout, j'ai besoin, pour travailler avec
fruit à la réforme que toutes les têtes bien organisées de notre
espèce réclament avec moi, de beaucoup savoir, de beaucoup étudier. La
situation intolérable dans laquelle sont tombées les femelles de tant
de pays prétendus civilisés sera le sujet principal de ma sollicitude
et de ma sympathie. Mais c'est là une grande tâche que je ne puis
pas entreprendre sans secours. Je cherche donc à réveiller le zèle
de quelques créatures qui souffrent, en leur révélant les motifs de
leur souffrance, et j'espère réussir à me faire mieux écouter ici
qu'à Paris, où la nonchalance est telle, que les Animaux aiment mieux
languir dans leur mauvaise organisation que de prendre la peine d'en
changer.

[Illustration]

Enfin, j'ai d'immenses projets, et je ne me dissimule pas que je
vous ai peut-être dit adieu pour bien longtemps. Cette douloureuse
séparation est la plus pénible partie de mon entreprise; la difficulté
presque invincible de recevoir de vos nouvelles augmente mes regrets.
Mais que voulez-vous? j'obéis à une voix impérieuse devant laquelle
toutes les affections doivent se taire.

Adieu pour aujourd'hui; l'heure s'avance, je continue ma route.
Toujours au midi, vous le savez.


LA SERINE A L'HIRONDELLE.

Cette lettre vous parviendra-t-elle jamais, mon enfant? Je n'en sais
rien. Dans l'ignorance où je suis de la direction que vous suivez, je
ne puis guère espérer que vous lirez un jour ces mots de tendresse
maternelle que mon cœur vous envoie. Cependant, si je suis assez
favorisée pour qu'ils vous arrivent, vous y retrouverez ce que vous
avez laissé, l'affection profonde qui vous accompagne dès longtemps, et
la sollicitude un peu grondeuse qui contrarie parfois votre témérité.

Ce n'est pas sans un sentiment de chagrin bien réel que je vous ai
vue entreprendre ce dangereux voyage, et je n'ai pas cherché à vous
dissimuler mon appréhension et ma peine. Mais, malheureusement, l'union
de nos cœurs ne s'étend pas jusqu'à nos idées, et je n'ai pu réussir
à changer votre détermination. Je suis loin de me regarder comme
infaillible, mais convenez que si je me trompe, mon erreur, qui ne
demande que ce qu'on lui donne, est moins périlleuse que la vôtre, qui
veut tout ce qu'on ne lui donne pas.

Vous avez puisé dans des livres remplis d'une fausse exaltation une
exaltation vraie, et vous courez de très-bonne foi dans un chemin
perdu, où ceux qui vous ont entraînée ne vous suivront pas, croyez-le
bien.

Alors, plus l'illusion aura été complète, plus le désenchantement sera
terrible; et c'est cette heure inévitable que mon cœur redoute pour
vous, presque autant que ma raison la désire.

Je sais que je suis une radoteuse, et que vous êtes en droit de
vous plaindre de ma persistance à vous accabler des mêmes sermons;
plaignez-vous donc, si vous voulez, mais laissez-moi sermonner.

On m'assure que bien des personnes de notre sexe se servent de leurs
plumes pour écrire, et je m'aperçois que vous vous laissez gagner par
la manie dont elles sont possédées. Je ne demande pas mieux que de
m'instruire, quoi que vous en disiez, et je voudrais savoir de quel
charme ou de quelle utilité il peut être de barbouiller du blanc, qui
est si joli, avec du noir, qui est si laid. Causons.

Ou vous avez un grand talent, ou vous en avez un petit, ou vous n'en
avez pas du tout. Il me semble difficile qu'il en soit autrement.

Si, par fatalité, vous êtes favorisée de ce grand talent, comme ce
sont les mâles qui font la loi et les réputations, ils ne laisseront
pas l'opinion vous élever au degré de supériorité que leur sexe peut
seul atteindre; mais vous serez placée un peu au-dessus du vôtre,
dans un milieu sans nom, qui, n'admettant ni les sentiments, ni les
occupations, ni les délassements auxquels vous étiez appelée par votre
nature, se refusera ainsi à vous donner les goûts, les travaux, les
préoccupations, les plaisirs de cette nature supérieure à laquelle
vous tendez; ou bien encore, vous mélangerez tout cela ensemble, et ce
sera un affreux chaos.

Puis, à côté de cette vie publique dont la renommée va s'emparer,
l'envie vous viendra peut-être de vous en faire une autre un peu
couverte, un peu paisible, dans laquelle vous puissiez vous reposer
quelquefois de vos triomphes. Mais où trouverez-vous un être assez vain
ou assez humble pour partager cette vie que vous vous serez faite? pour
endosser de gaieté de cœur cette livrée ridicule que lui infligeront
vos succès, votre réputation, vos détracteurs, vos admirateurs? le
malheur, enfin, d'être soutenu par ce qu'on devait défendre, et de
passer le second quand on a le droit de faire le chemin? Nulle part,
je l'espère, car, avec la meilleure volonté et le meilleur cœur du
monde, vous parviendriez à rendre celui auquel se serait attachée votre
redoutable tendresse souverainement malheureux. Vous resteriez donc
_puissante et solitaire_? C'est beau, mais c'est triste, et j'aimerais
mieux appliquer cette haute intelligence en question à augmenter mon
bonheur et à en donner à ceux qui m'entourent que de la faire servir à
m'isoler de toutes les joies de ce monde. Et plusieurs petites choses
dont je ne parle pas: la haine, l'envie, la calomnie! Tout cela n'est
guère à redouter dans un nid; mais sur une colonne, à la vue de tous,
il y a fort à réfléchir.

Descendons de cette colonne, et passons à ce joli petit esprit, qui
serait si agréable s'il voulait se tenir tranquille. Mais voilà
précisément la maladie. On fait très-bien son effet dans un cercle
d'amis indulgents, il ne faut pas frustrer le public, qui ne s'en
plaignait pourtant pas, de tant de grâce et de charmantes inspirations.

On commence par marcher d'un pas timide dans cette route où les épines
sont infiniment plus communes que les roses, puis, le pied s'enhardit,
on s'accoutume aux compliments, les compliments s'accoutument à vous,
et voilà une créature qui a perdu le charme réel qu'elle possédait
pour courir après une gloire qu'elle n'atteindra jamais. La critique,
patiente d'abord, finit par se lasser et mordre; elle signifie rudement
aux amis stupéfaits que le Colibri n'est point un Aigle, après quoi
elle se retire dans sa niche d'un air menaçant. Ce commencement
d'opposition irrite l'amour-propre exigeant de la jeune célébrité;
on se pose en victime, les consolations pleuvent, et cette tête fort
spirituelle, qui aurait pu être une tête fort raisonnable, est tournée
pour toujours. Et de deux. Si vous voulez bien, nous passerons
rapidement sur le troisième point de mon discours, et nous ne nous
arrêterons même pas, malgré l'abondance de la matière, à la variété
de l'écrivain, fille, épouse et mère, qui pratique la littérature en
même temps que les vertus les plus intérieures; aimable auteur qui
berce d'une main et qui écrit de l'autre, dont les enfants déchirent le
manuscrit pendant qu'elle tricote, et ajoutent à sa broderie un point
sur lequel elle ne comptait pas pendant l'inspiration; je vous fais
grâce de la description de cet être fantasque, moitié encre et moitié
bouillie.

[Illustration]

Ce n'est pas là d'ailleurs le genre de ridicule dans lequel je crains
de vous voir tomber. Je sais trop combien vos goûts vous éloignent d'un
tel genre de vie pour le redouter et vous mettre en garde contre sa
séduction.

Ce qui me fait peur, c'est cette disposition qui vous entraîne à
adopter d'autant plus vite et d'autant plus fermement une idée
qu'elle est plus généralement blâmée et repoussée; c'est cette vanité
incommensurable que vous voudriez prendre pour de la générosité, et
qui vous arme toujours pour le parti le plus faible, même quand vous
soupçonnez que le parti le plus faible n'a pas le sens commun. C'est
enfin cette étourderie réfléchie et préméditée qui donne gain de cause
à vos rêves les plus absurdes, en sa qualité d'étourderie, et dont vous
ne vous défiez pas le moins du monde, en sa qualité de réflexion.

Je voulais vous écrire une lettre courte, tendre et amicale, et
voilà que je vous adresse des duretés interminables. Pourrai-je vous
persuader, chère enfant? Ce qui est cependant bien vrai, c'est que
ces paroles si sévères me sont dictées par une tendresse sans bornes,
et que si je vous aimais moins, je ne prendrais pas la peine de vous
gronder si fort.

Au reste, j'aurais tort de m'inquiéter; je sais par expérience que vous
ne vous offensez pas de mes conseils. Hélas! c'est peut-être parce
qu'ils glissent sur votre cœur sans y pénétrer? Oh! que je serais
malheureuse et effrayée, s'il en était ainsi!


TROISIÈME LETTRE DE L'HIRONDELLE.

HISTOIRE D'UN NID DE ROUGES-GORGES.

Le hasard le plus heureux vient de me faire rencontrer, ma bonne
amie, un Pigeon rempli de complaisance, qui a bien voulu retarder un
moment son départ, afin de se charger de ma lettre. Il est porteur
de dépêches importantes, et me semble mériter la confiance qu'on lui
accorde. Tandis qu'il explore les environs charmants du gîte où je me
suis arrêtée cette nuit, et où je reste ce matin pour vous écrire,
je m'empresse de vous mettre un peu au courant de ma vie, de mes
sensations et des événements, heureusement fort rares, de mon voyage.
Je garde cependant en moi, pour un autre temps, la poésie qui voudrait
déborder, et qui s'inspire de cette belle nature qui m'entoure, de
cette indépendance dont je jouis; si je me laissais entraîner par le
charme de ce que j'éprouve, je sens que je n'en finirais pas. Je
préfère ne vous donner cela qu'avec le volume que je prépare, et que je
puis composer, à tête reposée, pendant mes longues heures de solitude
et de méditation.

Si je n'y avais pas été forcée par la circonstance, j'aurais
certainement attendu un autre jour pour me rappeler à votre souvenir.
J'ai commencé ma journée sous de tristes auspices, et je crains que
ma lettre ne se ressente de cette pénible disposition. J'avais fait
connaissance, en arrivant hier au soir, avec une aimable famille du
voisinage. Le père, la mère, cinq petits enfants encore sous l'aile
maternelle. Comme ils avaient accueilli mon arrivée avec beaucoup de
grâce et de bonhomie obligeante, j'ai cru devoir aller, ce matin en me
réveillant, m'informer de leurs nouvelles. J'ai été reçue de la manière
la plus cordiale, et cette seconde entrevue n'avait fait qu'ajouter à
mon estime et à ma reconnaissance, lorsqu'au moment où je venais de
les quitter pour rentrer chez moi je fus rappelée sur le seuil par
des cris de douleur et d'effroi, partis du nid de mes bons voisins.
Effectivement, la situation était affreuse: un des petits était tombé
par terre en essayant imprudemment ses ailes, et quoique la chute par
elle-même n'eût rien de grave, le danger n'en était pas moins imminent.
Un énorme Oiseau de proie descendait en tournoyant, et c'était son
approche qui causait la détresse des pauvres parents. La résolution
de la mère fut bientôt prise. Elle adressa quelques mots à son mari,
quelques recommandations sans doute pour les quatre petites créatures
qu'elle lui abandonnait, puis, après un dernier baiser, tristement mêlé
à un dernier adieu, elle s'élança sur le petit, qui gisait encore à
l'endroit où il était tombé, et le recouvrit tout entier de son corps
et de ses ailes. L'horrible Animal, auquel elle venait se livrer,
continuait à s'approcher, et en s'approchant redoublait de vitesse;
depuis longtemps déjà il avait deviné une victime, et l'immobilité dans
laquelle il la voyait lui assurait une victoire facile.

La chose se passa comme elle avait été prévue: la mère fut emportée,
l'enfant resta; après un instant de silence, que la prudence
commandait, le père vint chercher à cette triste place ce que la serre
cruelle du vainqueur lui avait laissé. Il recoucha son Oisillon au fond
du nid, reprit la tâche vacante de la mère absente, et tout fut dit.

[Illustration]

Je n'avais pas encore osé me mêler à cette triste scène, et je
contemplais, sans la distraire, la douleur muette de mon pauvre
solitaire, naguère si heureux et chantant de si bon cœur, lorsqu'un
bruit retentissant, effroyable, se fit entendre à peu de distance de
nous. Nos regards se portèrent en même temps dans la direction d'où
semblait nous venir un nouveau danger, et nous découvrîmes, avec un
bonheur que je n'essayerai pas de vous peindre, mais que vous êtes
bien faite pour comprendre, le ravisseur de notre pauvre amie tombé
mort sous le coup qui venait de le frapper, et elle-même revenant à
tire-d'aile vers son nid, qu'elle n'espérait certainement plus revoir.
L'ivresse de ce moment, mon cœur la partagea profondément; leur bonheur
était si complet, qu'il avait besoin de s'épancher: on m'appela, on me
caressa; nos douleurs et nos joies communes avaient fait de nous une
même fortune.

[Illustration]

Cependant, je craignais d'être indiscrète en demeurant plus longtemps
auprès d'eux; je me retirais, lorsqu'un Animal fort grand, de l'espèce
de ceux qui habitent les villes, un braconnier s'approcha en sifflant
de l'arbuste touffu qui dérobait à la vue le nid des Rouges-Gorges;
il portait sur son dos une espèce de sac, duquel on voyait sortir
la tête de leur ennemi, et sur son épaule l'instrument qui les en
avait délivrés. La pauvre mère ne put retenir un cri de joie en le
reconnaissant, un de ces cris du cœur qui devraient attendrir les cœurs
les plus farouches. Mais je crois que les êtres dont je parle n'en ont
point.

«Oui-da! dit celui-là d'une voix terrible, vous chantez, la
belle! Votre chanson est agréable, mais vous serez encore plus à
votre avantage à la brochette. Les petits ne vaudront pas encore
grand'chose, mais il ne faut pas séparer ce que Dieu a réuni.»

Ayant achevé ces paroles, il saisit les Oiseaux stupéfaits, les
emprisonna dans son sac, et repartit en sifflant. Voilà pourquoi je
suis triste aujourd'hui.


QUATRIÈME LETTRE DE L'HIRONDELLE.

Je suis fort souffrante depuis quelques jours, ma très-chère amie. Il
m'est arrivé un petit accident qui m'a obligée de m'arrêter en chemin,
et qui me retiendra probablement longtemps encore, malgré mes regrets
et mon impatience, dans le séjour étroit et incommode où je dois
cependant m'estimer heureuse d'avoir trouvé un refuge.

J'ai été surprise, à quelque distance d'ici, par un affreux orage, et
le vent m'a poussée avec une telle violence contre le toit qui m'abrite
aujourd'hui, que j'ai fait une terrible chute, et que je me suis démis
la patte en tombant. Fort étonnée d'en être quitte à si bon marché.

Plusieurs Moineaux francs et empressés, qui avaient eu l'heureuse
précaution de s'établir là avant le mauvais temps, m'ont prodigué les
secours les plus tendres; mais, malheureusement pour moi, le soleil n'a
pas tardé à reparaître, et son premier rayon m'a enlevé mes charitables
hôtes. Ma pénible situation n'a pas eu le pouvoir de les retenir, et
je souffre d'autant plus de leur abandon, qu'il ne m'est pas encore
possible d'aller chercher au dehors la nourriture, qui va cependant
bientôt me manquer au dedans, les provisions de mes prédécesseurs étant
fort réduites par mon long séjour ici.

Le souvenir de mes pauvres voisins, les Rouges-Gorges, à la vie si
patriarcale, à la table si hospitalière, celui de votre amitié, de
votre calme intérieur, dont si souvent je suis venue partager les
douceurs, me reviennent naturellement, parés de couleurs plus riantes,
depuis que j'éprouve les ennuis de la maladie et de la pauvreté.

La solitude, qui a tant de charmes, a bien aussi quelques
inconvénients, et je ne veux pas vous faire tort de cet aveu, car je
suis sûre qu'il vous fera plaisir. Ainsi, je reconnais que j'aurais
grand besoin dans ce moment de ce que je redoutais si fort naguère, et
qu'un ami qui me donnerait ses soins et son affection ne me nuirait
pas du tout aujourd'hui. Mais demain?

Quoique j'eusse pesé d'avance les chances fâcheuses d'un aussi
long voyage, et que cette première et légère contrariété ne soit
de nature ni à me décourager ni à m'étonner, je ne puis pas me
dissimuler que vous, la personne paisible, et ennemie de tout ce qui
menace l'uniformité de votre existence, vous supporteriez avec moins
d'impatience que moi ma toute petite blessure. Cela vient, je crois, de
ce que vous avez contracté l'habitude de vous occuper sur place, et que
ce repos obligé ne troublerait en rien le calme accoutumé de votre tête
et de votre cœur. Pour moi, c'est tout différent.

Cette agitation, ordinairement si nécessaire au bonheur de ma vie, a
passé dans mon esprit, et je sens que je deviendrais folle s'il me
fallait rester longtemps dans cette inaction physique.

J'entends beaucoup et très-mal chanter autour de moi; je suis, pour
mon malheur, assez proche voisine d'une méchante Pie-Grièche qui est
devenue, on ne sait comment, la belle-mère de deux pauvres petites
Fauvettes qu'elle tient dans un esclavage complet et dont il semble
qu'elle prenne plaisir à gâter le goût naturel en leur faisant chanter,
tant que dure le jour, des airs de contralto qui n'ont certainement pas
été écrits pour ces jeunes voix; bien entendu, je ne trouve là aucune
ressource de société. Cette Pie-Grièche est veuve, ne reçoit personne,
et passe la plus grande partie du temps à gronder ces malheureux
enfants et à épier leurs démarches les plus innocentes. C'est un tyran
femelle, et ses principes sont si loin d'être d'accord avec les miens
que j'ai refusé net la proposition qu'elle m'avait fait faire par
un vieux Geai, son unique ami et mon ancienne connaissance, de lui
servir de remplaçante, quand, par grand miracle, elle est obligée de
s'éloigner un instant de chez elle. Je sais bien que les conditions
étaient avantageuses, et que, dans la situation incertaine où me voilà,
il n'est peut-être pas très-prudent de dédaigner un emploi qui me
mettrait au-dessus du besoin; mais je n'ai pu vaincre ma répugnance,
le métier de guichetière me semble odieux, et pour moi, comme pour les
tristes victimes que je serais chargée d'empêcher de respirer, de vivre
et d'aimer en liberté, je sens que je suis incapable de m'y soumettre.

Mais j'ai offensé cette vieille Pie-Grièche acariâtre, et je ne dois
pas compter sur son aide. Il faut donc que je m'arme de courage, et
que, si ma guérison se fait trop attendre, j'essaye de vaincre le mal
et d'aller, clopin-clopant, chercher des âmes plus compatissantes, et
surtout des esprits plus éclairés.

[Illustration]

Vous, dont la touchante bonté m'a recueillie dans une circonstance
analogue à celle dans laquelle je me trouve, vous prendrez part à mes
peines, et vous gémirez sur moi, plus que je ne le mérite, sans doute.
Mais la pensée de votre affectueux intérêt me donnera presque autant de
forces que votre intelligente pitié m'en rendit autrefois; étendez-le
donc sur moi tout entier, qu'il plane sur ma tête, qu'il me conduise où
le bonheur m'attend, et que je sente de loin, comme tant de fois je
l'ai éprouvée de près, votre salutaire influence.

Ma tête est si troublée par les tristes idées qui m'assiégent, qu'il
m'a été impossible de profiter de ce temps de loisir forcé pour
rassembler les premiers matériaux de l'ouvrage que je médite; je suis
triste, je suis malade, et mon cœur seul est en état de se faire
entendre. Ne vous étonnez donc pas de recevoir des lettres si longues,
et pourtant si peu remplies. Je vous adresse tout mon cœur, et mon cœur
est vide loin de vous.


CINQUIÈME LETTRE DE L'HIRONDELLE.

Depuis un mois déjà, je suis sortie du gîte d'où je vous ai écrit pour
la dernière fois. Une Linotte, qui s'en allait un peu sans savoir où,
m'a promis de me servir d'appui, et j'ai saisi avec empressement cette
occasion de quitter mon ennuyeuse voisine, et le trou plus maussade
encore au fond duquel j'enrageais depuis si longtemps. Ma patte est
pourtant loin d'être revenue à son état naturel, et, malgré l'espoir
dont ma compagne voudrait me bercer, je crains bien d'être boiteuse
pour le reste de mes jours. Ceci est un bon moment, n'est-ce pas? pour
se souvenir de cette fable des _Deux Pigeons_, qui est une de vos
citations favorites, et que vous avez bien souvent opposée à mon humeur
vagabonde.

C'est là une grande peine à ajouter à mes autres inquiétudes, et j'ai
souvent besoin que la gaieté de ma jeune conductrice vienne faire
diversion à mes tristes pensées.

Au milieu de ces étrangers, l'avenir, sur lequel je comptais si
fermement, s'assombrit chaque jour davantage; mes idées, mes plans,
ne peuvent réussir à se faire jour; ici comme ailleurs, l'espèce mâle
a envahi toute autorité; ici comme ailleurs, ils sont nos maîtres;
il faut se l'avouer et essayer d'en prendre son parti. Jusqu'à ce
qu'on ait trouvé un quinquina ou une vaccine pour guérir la maladie
dont notre sexe est possédé, cette maladie épidémique et contagieuse
à la fois, qu'on se transmet de mère en fille depuis le commencement
des siècles, et qui exige impérieusement que nous soyons gouvernées
et battues, il faut que l'intelligence cède à la force, et que nous
portions nos chaînes sans murmure.

Pour moi, qui n'ai pas voulu m'assujettir à ce honteux esclavage,
et qui consacrerais volontiers ma vie à l'affranchissement de mes
malheureuses compagnes, je sens que cette persévérance que vous avez
toutes à suivre les routes battues doit nous retarder peut-être
indéfiniment dans la nôtre; que cette force d'inertie à laquelle la
force agissante ne peut rien opposer demeurera sans doute victorieuse
de tous nos efforts: je sens cela, et j'en gémis, mais que faire?
persister, travailler, souffrir, pour que mon nom seul recueille un
jour les bénédictions des races futures? Cette ambition est noble
et belle, mais j'avoue qu'elle ne suffit pas à me donner le courage
nécessaire pour lutter contre les déceptions qui m'attendent, contre
les chagrins dont la vie que je mène depuis près de deux mois m'a donné
déjà de si pénibles échantillons.

Je suis donc plongée dans l'incertitude, et vivant au jour le jour, en
attendant que ma bonne étoile m'inspire une décision quelconque qui me
fasse sortir de l'état d'angoisse où je suis.

Ma Linotte, qui n'a pas l'habitude des réflexions, se lassera bientôt,
je le crains, de la lourde tâche que son bon cœur lui a fait accepter;
je ne compose pas une société fort agréable, et je vois qu'elle
cherche, autant que faire se peut, à rompre le tête-à-tête.

Quoique je ne fusse guère en humeur de voir du monde, elle m'a
entraînée hier au milieu d'une nombreuse réunion, qui, en tout autre
temps, m'eût remis le cœur en joie et en espérance. Notre sexe seul
y était admis, et le but vers lequel tendent tous mes vœux était
aussi celui que ces jeunes cœurs appellent avec une noble impatience.
Plusieurs points de notre législation future y ont été discutés avec
tout le charme de la plus haute éloquence. Je ne sais pas ce que les
opposants craignent de perdre au changement que nous demandons, car
nos parlementeurs d'aujourd'hui seraient immédiatement remplacés par
d'autres aussi abondants, aussi longs, aussi larges qu'eux-mêmes. C'est
à notre tour de parler, il y a assez longtemps que nous n'écoutons pas.

On a passé après cela à des exercices purement littéraires. La
maîtresse du lieu, Tourterelle, qui est un peu sur le retour, nous
a beaucoup entretenues de sa jeunesse dont elle paraît se souvenir
très-bien, et de ses amours sur lesquels elle a composé une grande
quantité de pièces de vers. Après elle, une jeune Bécasse fort timide a
chanté sur un air de sa composition des paroles dont je n'ai pas bien
saisi le sens, car l'excessif embarras de cette aimable artiste la
privait d'une partie de ses moyens. Sa mère, au reste, s'empressait de
communiquer à l'assemblée, à mesure qu'ils étaient chantés, les vers
que le trouble empêchait de sortir du gosier de cette chère enfant, ce
qui fait que nous avons joui doublement.

[Illustration]

Plusieurs autres personnes, prises dans les différentes classes de la
société, et que le seul désir d'entendre les talents dont je viens de
vous parler avait amenées à cette réunion, après s'être longtemps fait
prier, par modestie, ont fini par céder aux demandes réitérées qui leur
étaient adressées de toutes parts, et leur mémoire leur a fourni tant
de vers, de prose et de musique, qu'on n'a pu les décider à se taire
que fort avant dans la soirée. En sortant, chacun félicitait l'aimable
hôtesse, et la remerciait du plaisir qu'elle avait procuré à chacun
par sa grâce et par son talent fécond et varié, qui sait se prêter aux
combinaisons les plus hardies, comme aux sujets les plus tendres et
les plus touchants.

Et moi, qui m'étais laissé distraire à ce tourbillon qui enveloppait ma
pensée, je n'ai pas tardé à retrouver au fond de mon âme la tristesse
que j'avais oubliée un instant, et je me suis couchée fatiguée,
inquiète, en songeant qu'il faudrait recommencer aujourd'hui à attendre
je ne sais quoi, à aller je ne sais où.


SIXIÈME LETTRE DE L'HIRONDELLE.

Il ne me manquait plus, n'est-il pas vrai, mon amie, après tant
d'espoirs déçus, après tant de démarches vaines, que de terminer enfin
mon long pèlerinage en compagnie d'une Linotte? Si vous n'étiez pas si
bonne, vous ririez bien; mais vous n'êtes pas Serine à abuser de vos
avantages. D'ailleurs, le côté ridicule que votre douce malice trouvera
sans le chercher n'est pas celui qui domine dans mon équipée. Je
reviens vers vous, affligée, découragée, mais non convertie. Seulement,
j'en suis venue à regretter que mon organisation me défende le bonheur
que la vôtre vous donne; je voudrais pouvoir me changer, puisqu'il me
faut renoncer à changer les autres.

Je ne crois pas avoir tort, mais je me crois impuissante à avoir
raison; ce qui, pour le résultat, revient absolument au même. J'ai vu,
j'ai sollicité, j'ai prêché; je n'ai eu affaire qu'à des sourds: les
mâles écoutent et haussent les épaules, les femelles n'écoutent pas et
haussent les épaules aussi. Il faudrait, pour continuer la lutte, une
patience que je ne me connais pas, ni vous non plus, j'en suis sûre.

Et puis, me voilà estropiée; et pour entreprendre quelque chose que ce
soit dans ce monde, même de faire le bien, il faut d'abord être belle.
Une Hirondelle qui boite n'a pas de grandes chances de popularité dans
un siècle qui marche si vite et au milieu de gens qui se heurtent sans
cesse. C'est à dater de ce moment-là que le découragement m'est venu,
et j'ai toujours cru aux pressentiments.

Je m'arrête donc, et même je retourne sur mes pas; le printemps va nous
arriver à Paris, et comme, sous ce beau ciel dont on parle tant, il n'a
pas de beaucoup meilleures jambes que moi, j'espère revenir en même
temps que lui.

Je vous présenterai ma petite compagne qui vous plaira, malgré sa
folie. C'est un charmant cœur de Linotte; quant à la tête, il n'y faut
pas penser.

Les étourdis sont bons en général, et je viens d'éprouver que ma
prédilection pour eux ne m'avait point abusée. Je ne pourrai jamais
reconnaître les soins dont j'ai été l'objet de la part de cet aimable
Oiseau, et je crois qu'il ne s'en soucie guère. C'est encore vous qui
vous chargerez de m'acquitter envers lui, en lui donnant quelques
règles de conduite dont on a vraiment besoin; vous ne sauriez croire
combien cette petite tête-là est en continuelle disposition de faire
des sottises.

Elle s'était prise de passion pour un jeune godelureau que nous avons
rencontré en chemin, et j'ai vu le moment où elle me quittait pour
le suivre. Il m'a fallu lui représenter sous les couleurs les plus
lugubres l'abandon où son absence allait me plonger, pour la décider
à se séparer de ce fat, qui n'avait vraiment pour lui qu'un joli
extérieur et un grand aplomb. Il l'aurait rendue malheureuse, j'en suis
persuadée; une triste expérience m'a appris à ne pas juger les gens
sur la mine, car si vous vous en souvenez, rien n'était beau comme le
volage qui m'a coûté tant de larmes. La confidence de mes chagrins,
que j'ai jugé à propos de faire dans cette circonstance à notre jeune
écervelée, a produit sur elle une vive impression. Avec des paroles
raisonnables et sévères, et une surveillance active, on la sauvera des
chagrins dont la légèreté de son caractère la menace.

Mais voilà que, sans y songer, je parle de surveillance et de
sévérité, comme si ce système n'était pas en opposition directe avec
mes principes. Qu'est-ce que cela veut dire? La maladie commune
me gagnerait-elle, et dois-je renoncer aussi à la satisfaction
intérieure que j'emportais avec moi de n'avoir pas bronché, malgré les
vicissitudes, dans ma première et unique voie? Je ne sais. Ce voyage,
sur lequel je comptais pour m'instruire, m'a effectivement montré la
vie sous un aspect que je ne connaissais pas. Je n'avais voulu voir
jusque-là que les inconvénients de ce qui est, et les avantages de ce
qui n'est pas. Je les vois encore, mais de plus je calcule maintenant
les dangers de tout changement, même quand il doit amener une
amélioration certaine. Il vaut mieux garder un mauvais régime que d'en
changer; ce n'est pas moi qui ai dit cela la première.

Vous me reverrez donc, chère et tendre amie, triste, mais soumise,
trouvant le monde fort mauvais, mais ne voulant plus le forcer à être
meilleur, raisonnable selon vous, désenchantée selon moi; et qui sait
si ce n'est pas la même chose? ayant bien couru pour savoir ce que
j'aurais appris avec le temps sans me déranger, c'est que se contenter
du bonheur qu'on a, sans le risquer pour avoir mieux, c'est la vraie
sagesse, et que cette sagesse, si je n'ai pu parvenir encore à la
conquérir, je vais vivre auprès de vous, et que vous l'avez. A bientôt,
et à toujours.

  Mme MÉNESSIER-NODIER.

[Illustration]



LES

ANIMAUX MÉDECINS


[Illustration]

UN vieux Corbeau nous annonce la mort prochaine d'un de nos collègues;
il se flatte de la _pressentir_. Le mot est fier, mais la chose
pourrait bien se réaliser; car, à l'instant même, un pauvre Chien entre
chez nous, tout boiteux, tout écloppé; non, ce n'est pas même un Chien,
c'est un squelette, une ombre de Chien. Nous demandons au malheureux
ce qu'il éprouve: «Hélas! nous répond-il, on a voulu me guérir, voilà
mon mal.» Nous l'invitons à s'expliquer; alors il prend vous savez quel
siége, et s'écrie:

«Ah! mes frères, qu'avez-vous fait là? Vous avez provoqué les Animaux
à écrire; mais on a exagéré vos conseils: plusieurs d'entre nous se
sont mis à penser. Ils rêvent même poésie, arts, science; que sais-je
encore? Ces fous s'imaginent que pour découvrir tout cela il suffit de
s'éloigner du naturel et de notre instinct si sublime, quoi qu'on en
dise. Le Rossignol chantait; un Ane s'est donné la mission d'inventer
la musique et de la mettre à la portée des Chats. La civilisation les
déborde. Dieu, qui veut les arrêter sans doute, vient de leur envoyer
une idée terrible: les Animaux, vos amis, vos frères, sont dégoûtés de
mourir de leur belle mort; ils ont résolu de fonder une médecine, une
chirurgie animale. Déjà ils se sont mis à l'œuvre. Voyez, je n'ai plus
que la peau sur les os, et je sors de me commander des béquilles.»

Le Renard, qui se trouve _de rédaction_ ce jour-là, propose au blessé
de se rafraîchir. Celui-ci accepte; alors le Renard lui fait apporter
une plume et de l'encre, et le prie d'écrire sa mésaventure pour
l'édification de la postérité. Le Chien obéit par habitude; _seulement_
au lieu d'écrire il dicte:


«Je suis juste, dit-il, et ne veux rien cacher. Il y avait depuis
longtemps, parmi les Hommes, certains individus appelés, je crois,...
vétérinaires, et qui, en conscience, nous abîmaient. Nous n'étions
pas plutôt entre leurs griffes, qu'ils nous saignaient, purgeaient,
repurgeaient, et surtout qu'ils nous mettaient à la diète. Je me plains
particulièrement de ce dernier trait. Vous souriez; vous me soupçonnez
de gourmandise. Pourquoi aime-t-on mieux croire aux défauts de son
semblable qu'à ses besoins? On n'ose pas lui reprocher de vivre, mais
on lui sait mauvais gré d'avoir faim. Si je me plains, encore une fois,
ce n'est pas par gourmandise, mais cela humilie d'être mis au régime
comme un simple et vil écolier malade de paresse, et qu'on traite par
l'économie domestique. Je contribuai beaucoup, je m'en accuse, à faire
nommer une commission chargée d'ouvrir une enquête et de constater
les faits. Vous ne devineriez jamais sur quels imbéciles... pardon,
messieurs, je voulais dire sur quels Animaux les choix tombèrent: sur
des Linottes et sur des Taupes. Il est vrai qu'on leur recommanda
l'attention et la clairvoyance. La commission, pénétrée de cette vérité
fondamentale, que les malheureux n'ont guère les moyens de rester
désintéressés dans leurs plaintes, imagina de s'adresser exclusivement
aux personnes présumées coupables. Je ne sais ce qui se passa, mais
bientôt une bonne majorité, composée de tous les Animaux qui n'avaient
rien écouté, décida que l'affaire était entendue. Un rapporteur fit
un méchant travail dont il fut magnifiquement récompensé, et toute la
commission après lui: et ce fut tout. Mais j'aboyai, je hurlai, je
fis le mécontent; beaucoup de mes voisins et amis crurent me devoir
de faire comme moi; l'agitation devint générale; les Animaux versés
en politique crurent un instant qu'ils assistaient au spectacle d'un
peuple trop heureux sous une dynastie trop généreuse.


--Gazez, mon bon ami, gazez donc, interrompt le Renard; tout arrive et
tout s'en va, il faut donc ménager tout par prudence ou par générosité.

«Bref, reprend Médor intimidé (Médor, c'est le nom de notre héros),
nous convînmes de former des écoles de médecine secrètes et des
facultés de chirurgie clandestines, sous la présidence du Coq
d'Esculape et du Serpent d'Hippocrate. Il s'agissait de s'instruire,
tout le monde voulut enseigner. Chaque Animal, dont une partie
quelconque, un détritus, un débris, avait autrefois été usité en
médecine, prétendit créer la science et imposer son système. Lorsque
chacun énuméra ses titres, il se trouva, chose étrange et dont je ne
veux pas abuser contre le genre humain, que toutes les bêtes, depuis la
plus petite jusqu'à la plus grosse, que toutes les espèces, depuis la
meilleure jusqu'à la plus malfaisante, avaient autrefois été proposées
et servies par les médecins des Hommes comme _panacées_ universelles.
Croiriez-vous qu'ils ont osé _prescrire_, c'est leur mot, le bouillon
de _Tortue_ contre la langueur, et la gelée de Vipère contre la
malignité du sang!


--Médor, vous êtes instruit, et si jamais nous ajoutons une Académie
des sciences à notre journal, vous en serez.

--De l'Académie, prince?

--Non, de notre journal; pour qui donc vous prenez-vous? Continuez.


«Vous n'avez pas perdu de vue, messieurs les rédacteurs, que votre
très-humble serviteur s'était principalement révolté contre la diète,
et qu'il n'avait pas songé à la science, Dieu merci. Quelle ne fut donc
pas sa douleur en se voyant incompris, dépassé par des ambitieux qui
voulaient des honneurs, lorsqu'il ne désirait, lui, qu'un régime un
peu moins sévère! Comprenez-vous, par exemple, un copiste, un Belge,
un Singe, se posant en fondateur scientifique, et s'écriant: «A moi la
toge?» La _médecine gymnastique_ fut la première inventée après celle
des registres publics, des recettes superstitieuses et des sacrifices.
Un savant grec, _Herodicus_, guérissait tout, même la fièvre et la
paralysie, par la gymnastique et les gambades médicinales. Mes droits
sont clairs, sans compter que mes aïeux se sont prêtés de force à la
fantaisie qui poussa _Galien_ à disséquer une foule de Singes afin de
bien connaître les Hommes.

«Indigné qu'on osât invoquer des noms d'Hommes, je demandai la parole,
et je dis...


--Est-ce long? demande le Renard.

--Cela fera, seigneur, ce que cela fera; voilà tout ce que je puis vous
affirmer, en conscience.

--Vous êtes honnête; cela ne peut vous mener loin aujourd'hui.
Continuez donc.


«Mes frères, si nous nous préoccupons de la conduite des Hommes et de
leurs remèdes, nous ne produirons que plaies et bosses. J'ai entendu
dire par un sage, que j'ai jadis accompagné, moi tout seul, jusqu'au
cimetière, que le sublime de la philosophie était de nous ramener au
sens commun; j'incline à penser que le sublime de l'art de guérir
serait de revenir à l'instinct. Ces mots bien simples, on les trouva
pitoyables.


--En définitive, fait observer le Renard, il eût été ridicule de se
donner tant de mal pour trouver une chose simplement raisonnable
et sensée; puisqu'on voulait fonder un art, il ne fallait pas se
préoccuper platement de la nature...

--C'est évident,» murmure un Ours venu là pour s'abonner.

Médor se gratte l'oreille, et continue en baissant la voix:


«Ma réflexion fut blâmée; quant à moi, je fus vilipendé, battu comme
incendiaire; lorsque je voulus lever les pattes au ciel pour protester
de mon innocence, il s'en trouva une de cassée. Alors mes collègues
me demandèrent ironiquement quel remède l'instinct et le sens commun
indiquaient en cette circonstance; mais comme ils avaient eu soin de me
frapper d'abord sur la tête, je ne sus pas répondre et restai convaincu
d'imbécillité.


--Ma foi, c'est très-logique, dit le Renard.


«On me mit au lit, sur la paille; je vis entrer bientôt dans ma chambre
une Sangsue, une espèce de Grue, un Animal hétéroclite, une Cantharide,
et un Paresseux qui se trouva assis avant même d'être arrivé. Le
monsieur hétéroclite, personnage sec, froid, confortablement vêtu,
déclara que la séance était ouverte et qu'il s'agissait de me tirer
du mauvais pas où j'étais, de me sauver. Je me crus mort. Mais une
vraie Truie, que l'on m'avait donnée pour garde-malade, entreprit de
me rassurer en me disant: «N'ayez pas peur, les bons s'en vont, les
mauvais restent.

«--Commère, lui répliquai-je, de quoi vous mêlez-vous? on ne vous a pas
placée auprès de moi pour me desservir... au contraire;» et je m'agitai
sur mon grabat.

«Alors la Sangsue prétendit que j'avais le délire, et annonça
l'intention de me prendre à la gorge. Heureusement la Cantharide
s'aperçut que je tirais la langue, et, démontrant que j'étais exténué,
proposa de me procurer ce qu'elle appelait une petite surexcitation.

«--Taisez-vous, ma chère, répondit à la Cantharide l'espèce de Grue
dont j'ai déjà parlé; votre opinion ne saurait avoir la moindre
autorité; vous manquez absolument de poids; il faut six mille quatre
cents de vos semblables pour former une misérable demi-livre. Pensez-y
donc.

«--Votre opinion, cher Paresseux?» demanda le personnage hétéroclite.

«Le paresseux bâilla: «J'a... attends.»

«--Monsieur, répliqua le froid personnage, monsieur fait apparemment de
la médecine expectante; _sa pratique est une méditation sur la mort_.

«--Tiens, grogna la Truie en elle-même, cet honnête monsieur a volé mon
premier maître qui s'appelait Asclépiade, et disait cela de la pratique
d'_Hippograte_.

«--Quant à moi, formula gravement le précédent interlocuteur, je pense
que l'humidité aux pieds, à la tête, à la poitrine, à l'abdomen et à
tous les membres en général, cause plus des deux tiers des maladies...»

«Le Veau marin haussa les épaules.

«... Aussi, je ne sors jamais qu'en voiture, et ne marche que sur des
tapis. Je regarde tous ceux qui vivent en dehors de ces conditions-là
comme des exceptions; mais je ne tiens qu'à la règle. J'ai dit... Et
maintenant qui nous payera?

«--Et nous? répondit une voix du dehors.

«--Qui, vous?

«--Nous, les chirurgiens animaux, qui venons réclamer le malade comme
à nous appartenant de plein droit, puisque nous pouvons seuls le tirer
d'affaire. Ouvrez, ou nous allons scier, couper la porte, comme s'il ne
s'agissait que d'un membre.»

[Illustration]

«La porte s'ouvrit, et la _Scie_ entra suivie de son cortége; elle
montra ses dents aiguës, me tâta le pouls à l'oreille, et l'on fit
cercle autour de l'opérateur.

«A cette vue, il était bien naturel de s'évanouir, je le fis de mon
mieux. Mais les extrêmes se touchent; de l'évanouissement au délire il
n'y a qu'un pas: je devins comme fou. Je ne sais où mon imagination
alla chercher ses images, mais je me vis à l'hôpital. Et d'abord je
n'étais plus seul dans ma chambre; je n'étais plus Médor, j'étais
_trente-trois_.


--C'est beaucoup; mais qu'est-ce que cela signifie?

«C'est-à-dire que plusieurs Animaux formaient une collection de
malades, et que pour nous reconnaître, pauvres victimes, on nous avait
numérotés comme de hideux cabriolets. J'étais donc 33; quant à mon
voisin 34!... il n'était plus.

«Enfin la scène s'assombrit encore. Dans le fond, à l'endroit que les
artistes appellent, je crois, le second plan, j'aperçus un horrible
tableau: des créatures se dépeçant, se disséquant les unes les autres!
La salle à manger était ornée de squelettes et d'ossements. Qu'avait-on
fait de la chair?


--Ces ossements étaient sans doute fossiles, mon ami; vous calomniez
vos concitoyens. Mais vous êtes libre, continuez.


«Je voulus aboyer au scandale, à la profanation, au sacrilége; mais le
Requin, me mordant l'oreille jusqu'au sang, me recommanda le calme,
la résolution, accompagnée de beaucoup d'espérance. «Vous tâcherez
d'abord, me dit-il, de ne rien comprendre à la clinique.--C'est
déjà fait, lui répondis-je.--Moi, je vais faire à ces messieurs ici
présents, et qui tous brûlent de vous voir sur pied, l'historique de
votre accident; pronostic, diagnostic, symptomatologie, séméiologie,
diététique, et, je crois encore, _numismatique_; rien, absolument
rien, n'y manquera. Si vous n'en êtes pas immédiatement soulagé,
nous ne nous amuserons pas à discuter comme ces fades médecins,
dont nous nous sommes, Dieu merci, séparés, sur le _strictum_ et le
_laxum_, sur les humeurs, la pituite, les pores et les 66,666 sortes
de fièvres spécialement affectées à l'organisation animale; nous ne
nous préoccuperons ni d'Aristote, ni de Pline, ni d'Ambroise Paré,
un misérable idéologue qui disait: «_Je te pansay, Dieu te guarit._»
Non, ce n'est pas là notre affaire; notre patron, notre modèle, c'est
_Alexandre. Resserrer, relâcher_ les tissus.... Fi donc! Alexandre ne
resserra ni ne relâcha le nœud gordien: il le coupa.

«--Vive Alexandre! s'écrièrent les Vautours, les Rats, les Corbeaux,
qui formaient l'auditoire.

«--Vous m'avez compris, continua le Requin; il ne me reste plus qu'à
prendre l'avis de ma confrère la Scie, dont j'estime les doctrines bien
que je les applique autrement, et nous allons inciser les muscles,
scier les os, enfin guérir le malade...»

«Ils vont me tuer; plutôt la mort! pensai-je dans mon égarement.

[Illustration]

--Et _vous fîtes le mort_? demanda le Renard.


«Voilà précisément ce que prétendit le Requin, lorsque je ne sais
quelle bonne petite bête, cachée dans un coin, voulut faire observer
qu'il serait indécent d'abuser de mon état.

«Toutefois les plus petits incidents retardent souvent les plus grandes
résolutions...


--Répétez, dit le Renard avec un grain d'ironie.


«Toutefois, prince, les plus petits incidents retardent souvent les
plus grandes résolutions. L'opérateur mécontent tomba, non pas sur
celui qui l'avait interrompu, mais sur son voisin, auquel il reprocha
d'emporter la charpie de l'hôpital pour en garnir le nid de ses
maîtresses.

«Alors un grand Vautour, étudiant de province, comme il était facile
de le reconnaître à son manteau de 150 kilogrammes et à son infâme
casquette placée en arrière, osa avancer que la profession d'étudiant
était chose éminemment libérale, et que les maîtres ne devaient pas
intervenir dans la vie privée des élèves. Sous le régime de la Charte,
il n'y avait rien à répliquer. Le grave Requin sentit qu'il fallait
effacer jusqu'au dernier souvenir de sa défaite: «Messieurs, dit-il,
puisque le malade ne nous permet pas l'opération pour aujourd'hui,
et qu'il faut ajourner les considérations pratiques, permettez-moi
d'aborder un moment les considérations morales de notre sujet...»


--Morales! on vous flattait, mon cher...


«Vous trouvez? c'est possible; mais j'allais beaucoup mieux, je vous
le jure. J'entendis très-distinctement le petit sermon que voici en
abrégé: «Chers élèves: _Le médecin philosophe tient en quelque chose
de la nature de Dieu_; notre profession est un sacerdoce; vous le
savez, dans la première antiquité, l'art de guérir était exercé par des
prêtres; c'est qu'il exige plus que des talents, il veut des vertus...»

«--Oh! oh! firent quelques étudiants de première année.

«--La médecine redeviendra un sacerdoce, ou, si vous aimez mieux, une
fonction sociale; les médecins présideront à l'hygiène publique; moins
il y aura de malades, plus la médecine sera honorée, récompensée. Ce
monde, pour arriver au progrès, doit donc être renversé. Aussi bien,
mes frères, hâtons de tous nos efforts l'adoption de cette doctrine
de la plus grande rétribution selon la plus petite clientèle: car,
évidemment, les malades s'en vont, ou plutôt les médecins arrivent en
si grand nombre, que chaque famille a son Esculape. Où allons-nous, mes
amis? que ferons-nous, lorsqu'il y aura un médecin à chaque étage, dans
la cabane, sur les toits, sur les branches? Les études sont pénibles,
coûteuses; mais les étudiants sont intrépides. Misère! misère! résultat
inévitable de tant de sacrifices, récompense imprévue de tant de
peines!...

«--Mais, interrompit le Vautour, vous n'êtes pas malheureux, mes
maîtres. Votre prétendue sollicitude n'est qu'égoïsme, au fond, et
voracité pure.

[Illustration: Mais les étudiants sont intrépides.]

«--Et puis, chanta je ne sais quel Oiseau, il ne faut calomnier ni
la misère ni la souffrance; elles précèdent toujours le génie, sans
compter qu'elles en sont parfois encore l'expiation. Quant à moi, je
l'ai éprouvé comme tout le monde: oui, la vie est dure, mais Dieu
n'a pas cessé d'être tout-puissant. La neige couvrant jusqu'au brin
d'herbe, et ne laissant pas apercevoir, sous toute l'étendue des cieux,
la moindre graine, ne m'a pas fait douter un seul instant des fleurs
et des fruits qui devaient revenir. J'ai connu la faim, et jamais le
désespoir! Qu'importe le grand nombre dont on veut nous effrayer,
l'espace est encore plus grand!

«--Vive la joie! reprit un Corbeau. La misère! mais c'est la poésie
des mansardes, comme la mansarde est le palais des étudiants. Si la
vie devient demain plus difficile, demain nous monterons encore d'un
étage... plus près du ciel. Une idée! mes amis. Voulez-vous savoir
comment je regarde l'étage supérieur des maisons de Paris? C'est, à mon
avis, la tête, le cerveau de cette grande ville... le cerveau, et même
un peu aussi le cœur. C'est là qu'on pense, c'est là qu'on rêve, c'est
là qu'on aime, en attendant qu'on descende au premier étage végéter
d'ambition et de richesse; car notre maître a beau dire, il prouve
lui-même, par ses succès et son peu de mérite, qu'il n'est pas déjà si
difficile de devenir riche et de parvenir.

«--Ah! voilà, reprit le Requin; les exceptions vous séduisent et
vous éblouissent; vous oubliez qu'un seul heureux est le produit
d'un millier de dupes et de plus de cent misérables; vous ignorez,
tristes savants, qu'il y aura beaucoup d'appelés et peu d'élus. Un
Homme a prétendu, je le sais bien, que le soleil éclaire nos succès
et que la terre s'empresse de recouvrir nos bévues; des niais ont
reproduit ce mensonge. La vérité, mes amis, c'est que le soleil éclaire
l'ingratitude des convalescents, ou des héritiers, et que la terre
recouvre bien vite nos plus belles cures chirurgicales.»

«Comme le discours devenait sérieux et profitable, l'auditoire se
dégarnit rapidement.

«Ce fut à ce moment-là aussi que la raison et le sang-froid me
revinrent tout à fait. Je me retrouvai en face des premiers médecins
que vous savez; mais j'aperçus pour la première fois parmi eux un
Animalcule, un Ciron exaltant la médecine homœopathique; il proposait
à ses collègues de me faire avaler un atome invisible dans un adjuvant
impalpable: ce qui ne tarderait pas à me procurer un bien-être
imperceptible.

«La Grue fit observer qu'il s'agissait d'une patte cassée, et proposa
des éclisses. «Tout le monde, ajouta la Cantharide, n'est pas habitué à
marcher sur des échasses.» Ici la discussion prit une face nouvelle, et
mes ennemis se divisèrent.

«--Je vous l'avais bien dit, murmura la Truie à mon oreille. Les voilà
qui se querellent, vous êtes sauvé; s'ils s'étaient entendus, vous
étiez mort. Mais les bons s'en vont...

«--Suffit, madame, lui répondis-je en employant toujours à dessein
une expression impropre, suffit; et j'enfonçai ma tête sous la
couverture... Je m'aperçus alors que, malgré ses rideaux blancs, mon
lit n'était qu'un misérable lit de sangle, un grabat d'artiste; que
rien ne m'empêchait d'en sortir par le pied, et de m'enfuir pendant
que la docte assemblée réfléchissait les yeux à demi fermés. Aussitôt
pensé, aussitôt fait: je m'enfuis, et me voilà. Mes sauveurs en sont
encore à délibérer sur une couverture....»

[Illustration]

Ayant dit, le pauvre invalide nous fait sa révérence, et s'en va
clopin-clopant. On n'a jamais vu d'auteur de Mémoires plus insouciant
de l'avenir de son œuvre. C'est un exemple à empailler.


Nous prions les personnes qui auraient des nouvelles de Médor de ne pas
nous en donner. Les Animaux, toujours occupés aux préliminaires de la
liberté, n'ont pu fonder de salles d'asile, ni d'hospices.--Ne pouvant
secourir notre semblable, nous ne voulons pas en entendre parler. Ce
serait encore là de l'humanité, si nous en croyions les Hommes, ces
monstres qui s'étouffent et se dévorent les uns les autres, et qui ont
osé écrire, je ne sais où, par une hypocrisie détestable: «Après un
baiser à ceux qu'on aime, rien n'est plus doux qu'une larme à ceux qui
nous ont aimés.»

  PIERRE BERNARD.

[Illustration]



TABLETTES

DE LA GIRAFE

DU JARDIN DES PLANTES


LETTRE A SON AMANT AU DÉSERT.

GRACES soient rendues mille fois au dieu bienfaisant qui protége les
Fourmis, les Girafes et les Hommes peut-être! Nous allons avant peu,
ô mon bien-aimé! nous voir rapprochés à jamais. Les savants dont je
te parlerai tout à l'heure (ce sont des gens qui font ici la pluie
et le beau temps, mais le beau temps bien rarement), les savants,
dis-je, viennent de décider dans leur sagesse qu'il était _éminemment
rationnel_ de nous réunir, pour parvenir, dans la _monographie_ des
Girafes, à l'appréciation exacte de certains faits particuliers. Il est
vraisemblable que cela ne te paraîtra pas fort clair au premier abord,
mais tu en sauras autant que moi après deux mots d'explication.

Je ne te rappellerai pas les douleurs de notre séparation; hélas! tu
les as senties comme moi. Je ne te parlerai pas des souffrances de ma
captivité dans une prison de bois, à travers les mers et les tempêtes.
N'es-tu pas condamné à les subir à ton tour? Plus heureux que moi
cependant, puisqu'au bout des jours d'épreuve qui te menacent tu es
sûr de me retrouver! Tu verras d'ailleurs tous ces détails dans mes
_Impressions de voyages_, aussitôt que la _Revue des Bêtes_ aura paru.
Ses rédacteurs ne manqueront pas.

Il te suffira donc de savoir aujourd'hui qu'on me transportait sur
une terre si différente de la nôtre, que tu auras quelque peine à t'y
accoutumer. Le soleil y est pâle, la lune blafarde, le ciel terne,
la poussière sale et détrempée, le vent humide et froid. Sur trois
cent soixante et quelques jours dont se compose l'année, il pleut
pendant trois cent quarante, et tous les chemins deviennent d'immondes
rivières, où une Girafe qui se respecte n'oserait poser une patte.
Seulement, pour changer un peu, pendant une partie de l'année, la pluie
devient blanche, et couvre au loin le sol d'un immense tapis dont
l'éblouissante monotonie blesse l'œil et contriste l'âme; l'eau devient
solide, et malheur aux oiseaux du ciel qui ont soif! ils meurent au
courant des ruisseaux sans pouvoir se désaltérer. A l'aspect de cette
région désastreuse, je restai un moment saisie d'effroi; je venais
d'arriver dans la BELLE FRANCE.

L'espèce d'Animal qui domine dans le triste pays dont je viens de te
faire la peinture est probablement la plus maltraitée de toutes les
créatures de Dieu. Le devant de sa tête, au lieu d'être élégamment
allongé en courbe gracieuse, est plat et vertical. Son cou, presque
tout à fait caché entre les épaules, n'a ni développement ni souplesse;
sa peau rase est d'une couleur terreuse et livide comme le sable, et,
pour comble de ridicule, il a pris la sotte habitude de marcher sur ses
pattes de derrière, en balançant burlesquement de côté et l'autre les
pattes de devant pour maintenir son équilibre. Il est difficile de rien
imaginer de plus absurde et de plus laid. Je suis portée à croire que
ce pauvre Animal a quelque sentiment naturel de sa difformité, car il
cache avec un grand soin tout ce qu'il peut en dérober aux regards sans
nuire à l'exercice de ses organes; et, pour y parvenir, il a réussi
à se fabriquer une sorte de peau factice avec l'écorce de certaines
plantes ou la toison de certains Animaux, ce qui ne l'empêche pas de
paraître presque aussi hideux que s'il était nu. Je te réponds, mon
bien-aimé, que, lorsqu'on a vu l'Homme d'un peu près, on est fière
d'être Girafe.

[Illustration]

Tu sais combien il nous est facile de nous communiquer toutes nos
émotions et tous nos besoins avec des cris, des gloussements, des
murmures, et surtout avec le regard, où tout sentiment vient se
peindre. La race misérable dont je te parle a, selon toute apparence,
joui du même privilége autrefois; mais, entraînée par un fatal
instinct, ou, s'il faut en croire les plus sages, soumise par sa
destinée à un implacable châtiment, elle s'est avisée de substituer au
simple langage de la nature un grommellement articulé presque continu,
de la monotonie la plus importune, dont l'objet principal est de ne pas
se faire comprendre, et qu'on appelle la parole. Cet artifice bizarre
sert seulement à énoncer de la manière la plus obscure possible, car
c'est toujours la moins nette et la moins significative qui est la
meilleure, quelque chose de vague, de confus, d'indéfinissable, qui
prend le nom d'_idées_, quand on veut lui donner un nom. Comme ce mot
ne signifie absolument rien, c'est celui dont on est convenu. L'échange
défiant, hargneux, quelquefois tumultueux et hostile, de ces vains
bruits de la voix, est ce qu'on appelle une _conversation_. Lorsque
deux Hommes se séparent après avoir conversé pendant trois ou quatre
heures, on peut être assuré que chacun des deux ignore profondément ce
que pense l'autre, et le hait plus cordialement qu'auparavant.

Ce qu'il faut bien que je t'apprenne encore, c'est que ce vilain
Animal est essentiellement féroce, et se nourrit de chair et de
sang; mais ne t'épouvante pas, je t'en prie. Soit par un effet de sa
lâcheté naturelle, soit par un horrible raffinement d'ingratitude et
de cruauté, il ne mange que de pauvres Bêtes sans défense, timides,
faciles à tuer par surprise, et qui le plus souvent l'ont habillé de
leur laine ou enrichi de leurs services. Encore est-il d'usage qu'il
les prenne exclusivement dans le pays; un Animal venu de l'étranger
lui inspire d'ordinaire un religieux respect, qu'il manifeste par
toute sorte de soins et d'hommages; ce qui paraît du moins prouver, à
son honneur, qu'il ne se dissimule pas l'infériorité relative de sa
misérable condition. Il trace des parcs pour la Gazelle, il décore
des antres pour le Lion; il a planté pour moi des arbres à la feuille
nourrissante, dont je peux atteindre aisément la cime; il a jeté devant
mes pas une pelouse fraîche comme celle qui croît au bord des puits, ou
un sable roulant et poli comme celui que mon pied fait voler dans le
désert; il entretient dans ma demeure une température toujours égale,
et ses semblables seraient trop heureux s'il avait pour eux les mêmes
égards et les mêmes attentions; mais il ne s'en soucie guère. Toujours
il les dédaigne quand il n'en a pas besoin; souvent il les tue, et
quelquefois même il les mange dans certains jours de grande solennité.
Les jours de carnage sans appétit et sans but sont infiniment plus
communs, et ils arrivent au moment où l'on y pense le moins. L'occasion
de ces massacres est ordinairement ce rien sonore qu'on appelle un
mot, ou ce rien indéfinissable qu'on appelle une idée. Au défaut des
armes naturelles que la sage prévision de la Providence a refusées à
l'Homme, il a inventé, pour ces horribles collisions, des instruments
de mort qui détruisent infailliblement tout ce qu'ils touchent, et qui
sont en général copiés sur ceux dont la nature a muni les Animaux pour
leur défense; on le voit porter à côté de sa cuisse, avec une sorte
d'orgueil, une épée longue et pointue comme celle de la Licorne, ou un
sabre recourbé et tranchant comme celui de la Sauterelle. Il n'est pas
jusqu'au tonnerre du Tout-Puissant dont il n'ait dérobé le secret à
la création, en modifiant ses formes et son usage avec une exécrable
variété. Il en a de portatifs qui s'appuient à l'épaule sur une de ses
pattes de devant; il en a d'énormes qui sont cependant mobiles, qui
courent au-devant de lui sur quatre roues, et qui portent dans leurs
entrailles de fer mille morts à la fois. Quand on n'est pas d'accord
sur le mot ou sur l'idée, et Dieu sait si cela arrive souvent! on met
ces épouvantables machines en campagne, et celui des deux partis qui
tue le plus de monde à son adversaire a raison jusqu'à nouvel ordre.
Cette manière d'avoir raison, qui te fait sans doute horreur, a même un
nom particulier: c'est de la gloire.

[Illustration]

L'Homme n'est pas le seul Animal parlant que l'on remarque ici. J'en
vois souvent un autre que l'on appelle le Savant, et qui fait tout
ce qu'il peut pour se distinguer de l'espèce commune, à laquelle
il appartient cependant beaucoup plus qu'il n'en a l'air. Ce qui
le caractérise du premier abord, c'est son pelage d'un vert foncé
qu'il aime à chamarrer de broderies et de rubans; mais je t'ai déjà
dit que c'était un pur artifice, et il n'y a communément là-dessous
qu'une espèce d'Animal comme le premier Homme venu. Il en diffère
plus essentiellement par son langage, qui est la chose la plus
extraordinaire du monde. Il n'y a aucun égard à cette fiction de
l'idée qui occasionne tant de tribulations au reste de l'espèce,
mais seulement au mot qui la représente bien ou mal pour les autres,
et qu'il se ferait scrupule d'employer, si on pouvait lui reprocher
d'avoir égard à l'autorité de l'usage. L'état de Savant consiste à se
servir de mots si rarement prononcés, qu'il vaudrait autant qu'ils ne
l'eussent pas été du tout, et le principal mérite du Savant est de
faire tous les jours des mots nouveaux que personne ne puisse entendre,
pour exprimer des faits vulgaires que tout le monde peut connaître.
Aussi le Savant ne se fait-il pas faute de ces inventions barbares
dont il a seul le secret; mais il le faut bien! un Savant intelligible
ne serait plus un Savant, et c'est en vain qu'il aspirerait au pelage
vert; car le Savant se produit par métamorphose comme le Papillon. Tout
Homme qui baragouine intrépidément un langage inconnu est la Chenille
d'un Savant; il n'a plus qu'à filer son cocon et à s'enterrer dans un
livre qui lui sert de Chrysalide. La plupart y meurent tout de bon.

[Illustration: S'enterrer dans un livre qui lui sert de Chrysalide.]

Une autre espèce beaucoup plus intéressante, c'est la Femme, pauvre
Animal doux, élégant, délicat, timide, que l'Homme a conquis je ne
sais où, je ne sais quand, et qu'il s'est soumis comme le Cheval, par
la ruse ou par la force. Je te déclare ici, et je n'y mets pas de
fausse modestie, que c'est la Bête la plus gracieuse de la nature.
Cependant l'Homme déteint un peu sur elle, il lui fait tort; elle
gagnerait à être vue à part. On sent trop qu'elle est tourmentée par
la douloureuse conscience de sa destinée faussée, de son avenir trahi.
Comme le besoin d'aimer est à peu près le seul de ses sentiments; comme
il faut absolument qu'elle aime quelque chose ou quelqu'un, elle se
persuade quelquefois qu'elle aime un Homme et qu'elle va retrouver en
lui le type de cet amant d'autrefois dont son indigne ravisseur l'a
séparée; mais l'illusion ne dure pas longtemps. A peine s'est-elle
donné un maître, que le type s'efface et va se loger dans un autre.
Ne crois pas que l'expérience d'une seconde, d'une troisième, d'une
dixième erreur la désabuse enfin de ce fantôme qui l'appelle partout
et la fuit toujours. Elle n'existe que pour aspirer à l'être inconnu
qui compléterait sa vie, et je n'ai pas besoin de te dire qu'elle ne
le trouvera jamais. L'inconstance est donc un de ses défauts ou plutôt
un de ses malheurs, car on ne jouit pas du bonheur d'aimer quand on
conçoit la possibilité future de ne plus aimer ce qu'on aime. Les
Hommes lui reprochent aussi un peu de vanité; mais, suivant leur usage,
les Hommes ne savent ce qu'ils disent. La vanité consiste dans un
jugement exagéré qu'on porte de soi, et la Femme s'estime tout au plus
ce qu'elle vaut. Si elle savait mieux se connaître, elle se soumettrait
avec moins de déférence aux pratiques ridicules que ses tyrans lui
imposent et qui lui répugnent visiblement. Le pelage artificiel, par
exemple, convient peut-être à l'Homme qui est épouvantablement laid;
mais à la Femme, c'est un hors-d'œuvre de mauvais goût. Il est vrai
de dire qu'elle le rend aussi exigu, aussi léger, aussi transparent
que possible, qu'elle s'arrange de manière à laisser deviner tout ce
qu'elle n'ose pas laisser voir.

Si le bruit des étranges manies qui tourmentent le monde où je vis
est parvenu jusqu'au désert, tu t'étonneras que je te donne tant de
détails sur le pays où l'on m'a fâcheusement naturalisée, en dépit de
mes inclinations, et que je ne t'aie rien dit encore de _la politique_
de ces gens-ci ou de leur manière de se gouverner. C'est que, de toutes
les choses dont on parle en France sans les entendre, la politique
est la chose sur laquelle on s'entend le moins. Si tu écoutes une
personne à ce sujet, c'est grand embarras; si tu en écoutes deux,
c'est confusion; si tu en écoutes trois, c'est chaos. Quand ils sont
quatre ou cinq, ils s'égorgent. A en juger par les honneurs unanimes
qu'ils m'ont rendus, au milieu des sentiments de haine réciproque,
et certainement bien fondée, qui les animent les uns contre les
autres, j'ai pensé quelquefois qu'ils s'étaient arrêtés à l'idée de me
reconnaître pour souveraine, et je suis réellement, à ma connaissance,
le seul être un peu haut placé pour lequel ils témoignent quelques
égards. Il ne serait pas surprenant, d'ailleurs, que les plus habiles
d'entre eux, justement effrayés des inconvénients et des malheurs d'une
lutte éternelle sur l'origine et le caractère des pouvoirs sociaux (tu
ne sais pas ce que c'est), se fussent réunis à l'amiable dans le sage
projet de choisir leurs maîtres à la taille, ce qui réduirait toutes
les difficultés du système électoral et du système monarchique à une
opération de toisé. Rien ne paraît plus raisonnable.

Il y a quelques jours que je me crus sur le point de pénétrer tout à
fait dans ces mystères. J'avais entendu dire que les Hommes d'élection,
entre les mains desquels reposent toutes les destinées du pays,
s'assemblaient publiquement dans un lieu plus rapproché des rives du
fleuve que celui qui m'est désigné pour séjour, et j'y dirigeai ma
promenade. J'arrivai, en effet, à un vaste palais, dont un peuple
innombrable occupait toutes les avenues, et qui me parut habité par
une multitude de personnages affairés, tumultueux, bruyants, qui
ne diffèrent, au premier abord, du reste des Hommes que par une
laideur plus caractéristique, plus maussade et plus rechignée, ce que
j'attribuai sans peine à l'habitude des méditations graves et des
affaires sérieuses. Ce qui me surprit davantage, c'est leur extrême
pétulance qui ne leur permet pas de rester un seul instant en place,
car j'assistais par hasard à une des séances orageuses de la session.
Ils s'élançaient, bondissaient, se mêlaient en cent groupes confus,
apostrophaient leurs adversaires de cris et de gestes menaçants, ou
leur montraient les dents avec d'effrayantes grimaces. La plupart
semblaient avoir pour objet de s'élever le plus possible au-dessus
des autres, et certains ne dédaignaient pas, pour y parvenir, de se
jucher habilement sur les épaules de leurs voisins. Malheureusement,
quoique placée d'une manière fort commode par le bénéfice de ma haute
stature, pour ne pas perdre un des mouvements de l'assemblée, il me fut
impossible de saisir une parole dans cet immense brouhaha, et je me
retirai de guerre lasse, horriblement assourdie de vociférations, de
grincements, de sifflements, de huées, sans pouvoir établir l'apparence
d'une conjecture sur l'objet et les résultats de sa délibération. Il
y a des gens qui assurent que toutes les séances ressemblent plus ou
moins à celle-là, ce qui me dispense d'assister à une autre[10].

  [10] Il est évident que la Girafe tombe ici dans une méprise qui
  serait peu respectueuse, si elle n'était parfaitement innocente.
  Confinée dans le _Jardin du Roi_, elle n'a pu visiter la _Chambre des
  Députés_ qu'elle croit décrire. Ce qu'elle a vu, c'est le _Palais des
  Singes_.

  --NOTE DE L'ÉDITEUR.--

[Illustration: Toutes les séances ressemblent plus ou moins à celle-là.]

Je me proposais de te donner quelques échantillons du langage dont
on se sert maintenant à Paris, avant de livrer cette lettre à mon
interprète, mais il prétend que cela lui gâterait la main; et puis,
pour dire vrai, j'ai trop de peine à fixer ce jargon dans ma mémoire.
Tu en jugeras suffisamment par deux périodes que viennent d'échanger,
sur mes gazons fleuris, un grand jeune Homme à barbe de Bison et une
charmante Femme aux yeux de Gazelle, envers laquelle il cherchait à se
justifier d'une absence prolongée.

[Illustration]

«J'étais préoccupé, belle Isoline, lui disait-il, de puissantes
idées dont le cœur qui bat dans votre poitrine de Femme a la noble
intuition. Placé, par les capacités qu'on veut bien m'accorder, au plus
haut degré des adeptes de la perfectibilisation, et absorbé depuis
longtemps dans les spéculations philanthropiques de la philosophie
humanitaire, je traçais le plan d'un encyclisme politique où viendront
se moraliser tous les peuples, s'harmoniser toutes les institutions,
s'utiliser toutes les facultés et progresser toutes les sciences; mais
je n'en étais pas moins entraîné vers vous par l'attraction la plus
passionnelle, et je...

--N'achevez pas! interrompait Isoline avec solennité; ne me croyez pas
étrangère à ces hautes méditations et ne soupçonnez pas mon âme de se
laisser séduire aux appâts d'un naturalisme grossier. Fière de votre
destinée, cher Adhémar, je ne vois dans le sentiment qui nous unit
qu'un dualisme d'affinités que l'instinct respectif de cohésion a fini
par confondre dans un individualisme sympathique, ou, pour m'exprimer
plus clairement, que la fusion de deux idiosyncrasies isogènes qui
sentent le besoin de se simultanéiser.»

Là-dessus la conversation s'est continuée à basse voix, et je crois
pouvoir supposer qu'elle est devenue plus intelligible, car le jeune
philosophe rayonnait d'orgueil et de joie quand il a quitté Isoline
pour ne pas être surpris par le cornac de sa maîtresse. Te serais-tu
jamais imaginé que cet abominable galimatias pût signifier _je vous
aime_ dans une langue quelconque? Si ce n'est là, cependant, la manière
la plus commode de parler, c'est assurément la plus distinguée, et il
y a même des beaux esprits très-vantés qui font profession de ne pas
s'exprimer autrement. Oh! qu'il me tarde, mon ami, d'entendre parler
_girafe_...
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


_P. S._--Quoique l'enseignement élémentaire ne soit pas établi en
_Girafie_, et peut-être même parce qu'on n'y pensera jamais dans nos
solitudes, les caractères de cette lettre s'expliqueront d'eux-mêmes à
tes yeux et à ta pensée. Ils sont tracés sous mon inspiration par un
bonhomme de mes amis qui entend la langue des Animaux beaucoup mieux
que la sienne propre, ce qui n'est réellement pas trop dire, et que je
recommanderai un jour à ta douce indulgence. Le pauvre diable m'est
assez connu pour que j'ose affirmer qu'il s'est laissé faire Homme
parce qu'il n'a pu faire autrement, et qu'il aurait abdiqué volontiers,
si cela eût dépendu de lui, les priviléges de sa sotte espèce, pour
prendre la peau de tout autre Animal, grand ou petit, pourvu qu'il fût
honnête.

  LA GIRAFE.

  _Pour traduction conforme_:

  CHARLES NODIER.



PROPOS AIGRES

D'UN CORBEAU


Ce qui est hors de doute pour moi, c'est l'infériorité évidente de
l'Homme sur tous les autres Animaux. Ne voyez, je vous en prie, dans
cette déclaration, aucune animosité mesquine et étroite.

Je suis un des rares Animaux contre lesquels l'Homme ne peut rien. Il
ne peut ni m'asservir ni m'atteindre; ma viande elle-même est trop
dure pour qu'il en puisse faire du bouillon... Cela dit tout, je suis
Corbeau.

C'est vous avouer que je vois les choses de haut. L'Homme m'est
indifférent et je ne le crains pas; je parle donc sans fiel et sous
l'empire d'une conviction profonde. J'aurais le désagrément de porter
des moustaches, une culotte et des bottes, que je n'en déclarerais pas
moins l'infériorité humaine, parce que cela est juste et vrai.

Et les Hommes eux-mêmes n'en ont-ils pas conscience, de l'état
déplorable de leur situation? ces pauvres êtres inachevés, mal conçus,
dont l'activité du cerveau n'est point en équilibre avec leurs
ressources matérielles, dont les nerfs et les muscles ne sont point en
harmonie. Pauvres architectes sans maçons, qui s'usent à créer dans la
fièvre des plans impossibles que leur faiblesse leur défend d'exécuter.
Pitoyable! pitoyable! Croyez-vous, disais-je, qu'ils n'aient pas
conscience de leur infériorité? A quoi attribuer sans cela leurs
plaintes éternelles, leurs réclamations incessantes qui font ressembler
le monde à une boutique de juge de paix?

Moquez-vous, écrivez, inventez des fables, ô gens à moustaches! vous
n'arriverez à nous rendre, nous autres Bêtes, comiques et ridicules
qu'en nous prêtant vos vices et vos passions.

[Illustration]

Mais vous me faites pitié, pauvres parias du monde, qui ne pourriez
vivre sans nous. Que feriez-vous, je vous le demande, si vous n'aviez
pas la laine de mon confrère le Mouton pour vous fabriquer des habits,
la soie d'un autre de mes petits amis pour vous tisser des doublures
chaudes, imperméables, et vous construire des parapluies, car vous ne
pouvez même pas supporter la pluie sans tousser, cracher, éternuer,
être malades? Au moindre vent qui, moi, m'anime et me vivifie, votre
pauvre corps rose et dénudé frissonne et tremble.

Tandis que je parcours l'espace, escalade les montagnes et franchis
les villes en deux volées, vous piétinez dans la boue des routes ou
dans la fange des rues. Je vous regarde souvent de là-haut: vous êtes
jolis à voir, je vous jure! A cheval vous avez encore un semblant de
dignité, car le Cheval, qui est bonne Bête, vous prête un peu de la
sienne, et vous n'êtes Hommes qu'à moitié.

Savez-vous, cependant, l'idée qui me passe par la tête lorsque je vois
un cavalier galoper par les chemins? Je me dis: Est-ce étrange! voilà
un imbécile en culotte qui se croit certainement supérieur au Cheval
qui veut bien l'emporter, et cela uniquement parce qu'il est monté
dessus.

N'êtes-vous pas moins fort que le Bœuf, que l'Éléphant, que... que les
Insectes eux-mêmes, qui emportent dans leurs pattes des fardeaux deux
fois gros comme eux? N'avez-vous pas toutes les infériorités, toutes
les misères physiques? Une petite Mouche qui vous entre dans le nez
va vous rendre fou, un petit Cousin de rien du tout qui vous pique le
front vous défigure et vous fait gonfler. La piqûre d'une petite Bête
deux cents fois moins grosse que votre personne vous tue plus sûrement
que vous ne tuez une puce. Vous n'ignorez pas qu'il vous faut toute
une nuit, parfois, pour exterminer une puce, et bien souvent vous n'y
parvenez pas, ô roi de la création!

Vous êtes pâles derrière la grille d'un Lion, et vous avez raison, car
la moindre de ses caresses vous aplatirait comme une pomme.

Eh bien, oui, dites-vous; nous avouons notre infériorité physique, peu
nous importe: nous sommes rois par l'intelligence, et sur ce terrain-là
nous vous défions, Corbeau...

Votre orgueil m'amuse, messieurs! Vous trouvez-vous donc plus adroits,
plus ingénieux que l'Araignée, par exemple, qui à elle seule tend des
fils, tisse des toiles merveilleuses dont vous ne seriez pas même
capables de faire de la charpie, qui à force d'adresse, de force,
de ruse et de volonté vient à bout d'ennemis trois fois gros comme
elle, qui sait prévoir l'avenir, profiter des vents pour franchir les
espaces, fait des provisions, sait se choisir un gîte, attendre?...
Mais, sac à papier! qui de vous en ferait autant? Êtes-vous plus rusés
que le Renard, plus prudents que le Serpent?

[Illustration]

Si l'on voulait poursuivre, on vous aplatirait de la belle façon!
Vous parlez de votre cœur, et quand vous voulez trouver un symbole du
dévouement et de la fraternité, c'est encore parmi nous que vous allez
les chercher. Quelle est dans votre espèce la mère qui se percerait
le flanc comme le fait quotidiennement le Pélican blanc? Quelle est
la mère qui accepterait, comme la maman Kanguroo, le fardeau incessant
de ses petits? Persuadez donc à vos épouses, messieurs les Hommes, de
faire ménager dans leurs jupes, qui sont pourtant assez amples pour
cela, un petit réduit bien chaud, doublé en futaine, où leurs bébés
puissent se réfugier et éviter les refroidissements! Quelle est donc
chez nous la mère qui ne nourrit pas ses petits? Quelle est parmi vous
celle qui y consente? Pitoyable, messieurs, pitoyable! Vous parlez de
votre tendresse paternelle, des sacrifices que vous faites pour élever
vos enfants. En effet, vous ne négligez rien de ce qui peut mettre
en évidence votre générosité, rien de ce que les autres peuvent voir
n'est oublié par vous; mais les petits dévouements ignorés qui sont
la vraie tendresse, prétendez-vous que vous les possédiez? Le moindre
Moineau vous en remontrerait sur ce sujet-là. N'est-ce pas lui, en
effet, tandis que la femelle couve, qui va au marché, se charge de
la cuisine et de tous les soins du ménage dont vous auriez honte?
N'est-ce pas lui qui simplement, sans affectation, sans respect humain,
remplace au nid la femelle si cette dernière a besoin de sortir? Que de
tendresse dans tout cela!

[Illustration]

Y a-t-il un père dans l'espèce humaine qui voudrait faire la bouillie
de son marmot et le bercer pendant deux heures par jour? Vous croyez
avoir tout dit lorsque vous vous êtes écrié: Les Bêtes font tout cela
par instinct. Eh! par Dieu, oui, nos instincts sont supérieurs aux
vôtres, voilà bien ce que je prétends. Nous faisons tout naturellement
ce qui vous demande mille efforts. Nos Rossignols chantent sans avoir
été au Conservatoire; est-ce à dire qu'ils soient inférieurs à vos
chanteuses? Mais chez nous, dites-vous, la musique est un art; nous
avons le contre-point!...

Et qui vous dit que chez les Rossignols et les Fauvettes la musique ne
soit point un art dont ils jouissent tout autant que vous, quoiqu'ils
ne crient jamais bravo et ne fassent pas payer les places? Vous
possédez le sentiment de l'association, de la famille, de la vie en
commun! Pas avec excès, ce me semble. Je voudrais qu'à l'exemple des
Marmottes on mît sous clef la plus unie de vos familles et qu'on
l'obligeât à passer dans le silence et l'ombre tout un hiver, nez à
nez, côte à côte.

Vous me direz que pendant ce temps les Marmottes dorment. On n'en
est pas tout à fait sûr; mais croyez-vous que tous ces bons parents
enfermés ensemble pourraient dormir, eux? Je m'imagine que le jour où
on ouvrirait la porte on trouverait pas mal d'estropiés. N'êtes-vous
pas de cet avis-là?

Vous vantez la finesse de vos hommes d'affaires, l'astuce de vos filles
d'opéra. Vous ne pouvez pas parler de ces êtres vicieux sans sourire,
parce qu'au fond vous êtes émerveillés. Eh bien, mais, nos Rats, à
nous, ne sont-ils pas encore plus rongeurs que les vôtres, plus actifs,
plus infatigables? Non, cherchez bien, et vous verrez que même sur le
terrain des vices nous sommes encore supérieurs, parce que nos vices,
à nous, sont francs, complets, naturels, et que nous n'en tirons pas
vanité.

Le Paon lui-même, que je n'aime pas beaucoup, pourtant, est vaniteux
en être intelligent. Il jouit de son orgueil, il le déguste et s'en
fait vivre, tandis que vous, vous en mourez. Tenez-vous à ce que je
vous parle de votre courage? Je le ferai volontiers, car je ne l'estime
pas infiniment. Comparerai-je votre bravoure à celle du Lion? Je ne
le ferai pas, n'est-ce pas? ce serait une plaisanterie. Parlons donc
sérieusement et prenons pour point de comparaison le Lièvre, le pauvre
Lièvre, qui symbolise pour vous la lâcheté. Examinons un peu le pauvre
animal, et nous aurons bientôt constaté que vous êtes plus poltron que
lui.

Imaginez ce malheureux Lièvre à qui la nature a refusé des armes; il
a contre lui deux ou trois Chiens courants, quatre fois gros et forts
comme lui, armés de dents redoutables, et de plus ayant conscience
qu'en l'attaquant ils ne courent aucun danger. Il a en outre deux,
trois, quelquefois dix Bêtes énormes, vous, messieurs, défendues par
une puissante mousqueterie, furieuses, ardentes, et maladroites,
heureusement.

[Illustration: L'astuce de vos filles d'opéra.]

En face de cette armée, le Lièvre fuit, le lâche! et voilà sa
réputation faite. Mais, ventre de Biche! vous fuyez bien, gros Homme
que vous êtes, devant une abeille qui vous poursuit.

Vous l'appelez timide, le pauvre Animal qui, traqué, poursuivi par tout
un bataillon, trouve encore la force de lutter, invente des ruses, vous
met sur les dents et parfois vous échappe, à vous autres, géants, qui
restez là, le fusil déchargé et la sueur au front.

Si cet Animal-là n'a pas de sang-froid, en vérité, qui donc en a?

Mais vous, Homme courageux, le jour où vous avez parlé pour la
première fois à votre future femme, je vous vois d'ici, vous étiez
tremblant, les oreilles basses, les genoux en dedans, les jambes
fléchissantes, tenant piteusement votre chapeau!

[Illustration]

Ils se moquent de tes allures, mon pauvre Lièvre!

C'est que je ne vois pas, ô roi de la création, le moindre terrain où
tu retrouves ta supériorité. Tu nous méprises, parce que nous couchons
en plein air, et que, toi, tu bâtis des palais; mais, qu'est-ce
que cela prouve, si ce n'est que nous ne craignons pas les rhumes
de cerveau, et que tu les redoutes infiniment? J'ai vu tes villes,
très-rapidement, il est vrai, en passant au-dessus; mais je me suis
aperçu immédiatement qu'à côté des palais il y avait des ruelles
sombres encombrées de masures. A côté de gros bonshommes joufflus
et roses, j'en ai vu de pâles et de bien maigres, traînant la jambe
et tendant la main. Et tu appelles cela, roi de la création, une
organisation sociale? Mais ton beau corps, société humaine, est couvert
de plaies horribles.

Dans nos royaumes de Bêtes, nous ignorons la mendicité. Il n'est pas
un Corbeau qui ne mourût de honte s'il fallait se mettre des lunettes
vertes et jouer de la clarinette pour attendrir la sensibilité des
autres Corbeaux et se faire nourrir par eux. Et croyez-vous de bonne
foi que tous les mendiants qui nous promènent par les rues ne prouvent
pas, par cela même, qu'ils sont inférieurs de beaucoup aux Animaux
qu'ils exhibent?

[Illustration]

Quand nous ne gagnons plus notre vie nous-mêmes, nous autres Bêtes,
nous mourons. Je ne crois pas qu'on puisse rien trouver de plus beau
que ce genre d'organisation sociale.

Voyons, sur quel terrain maintenant porterons-nous la discussion? car,
si je n'ai pas tout dit, j'ai hâte d'en finir, n'ayant pas, grâce à
Dieu, l'habitude de me servir de mes plumes pour noircir du papier.

Ah! j'y suis; il vous reste le royaume des arts, ce sentiment
artistique dont vous prétendez avoir le monopole, et qui est comme un
des quatre pieds de votre trône. Et de quel droit prétendez-vous que
nous ne sommes ni artistes ni poëtes? Qui vous dit que le Bœuf, qui
s'arrête silencieux au milieu du sillon et regarde, ne jouit pas quand
le ciel est pur et que la prairie verdoie? Qui vous permet de juger des
sentiments intimes que nous éprouvons en présence de la belle nature,
dans l'intimité de laquelle nous vivons incessamment? Qui vous dit que
l'Insecte aux ailes d'or, qui se pose sur sa fleur, ne l'aime pas et ne
la trouve pas belle, n'en jouit pas en artiste, en amant? Qui vous dit
que l'Oiseau qui chante ne soit qu'une machine à rendre des sons, et
que votre âme humaine ait absorbé la nôtre tout entière?

[Illustration]

Vous ai-je raconté ce que j'éprouve, moi, Corbeau, lorsque le gros
nuage approche, que l'ouragan me pousse et que je lutte, que la tempête
me bat les flancs, que j'aperçois au loin le ciel qui se déchire,
les forêts qui plient et grincent, que tout ce qui vit au monde, à
commencer par vous, se cache, tremble, s'abrite, et que moi, les ailes
étendues, plus noir encore que l'orage, plus noir et plus entêté, je
plane et je jouis? Qui vous dit, morbleu! que je ne trouve pas cela
beau?

Ah! tenez, monsieur le roi, qui vous cachez sous vos culottes, vous
êtes un bien drôle de petit bonhomme.

Cela dit, je signe et appose mon cachet.

  J'ai l'honneur de vous saluer,

  GUSTAVE DROZ.

[Illustration]



SOUVENIRS

D'UNE

VIEILLE CORNEILLE

FRAGMENTS TIRES D'UN ALBUM DE VOYAGE


Non animum mutant qui trans mare currunt.

--HORACE, _Épîtres_.--

Venez à nous, nous savons tout.

--_Les Sirènes à Ulysse._--

SOMMAIRE.

  ..... Pourquoi voyage-t-on?--Un vieux Château.--Monsieur le
  Duc et madame la Duchesse.--Une Terrasse.--Un vieux Faucon.--A
  QUOI TIENT LE CŒUR D'UN LÉZARD.--Suite de l'histoire des
  hôtes de la terrasse.--Faites-vous donc Grand-Duc!--Une Carpe
  magicienne.--Comment un Hibou meurt d'amour.--Où madame la Corneille
  reprend la parole pour son propre compte.--Conclusion.


[Illustration]

..... Et d'abord, pourquoi voyage-t-on? Le repos n'est-il pas ce
qu'il y a de meilleur au monde? Est-il rien qui vaille qu'on se dérange
pour l'aller chercher ou pour l'éviter? Ne dirait-on pas, à voir l'air
et la terre incessamment traversés, qu'on gagne quelque chose à se
déplacer?

Les uns courent après le mieux que personne n'atteint, les autres
fuient le mal auquel personne n'échappe. Les Hirondelles voyagent avec
le soleil et le suivent partout où il lui plaît d'aller; les Marmottes
le laissent partir et s'endorment en attendant son retour, sur la foi
de cet adage que le soleil, ce qui pour elles est la fortune, vient
en dormant. Mais des unes, beaucoup partent, et bien peu reviennent:
l'espace est si vaste et la mer si avide! Et des autres, beaucoup
s'endorment et peu se réveillent: on est si près de la mort, qui
toujours veille, quand on dort! Le Papillon voyage pour cette seule
raison qu'il a des ailes; l'Escargot traîne avec lui sa maison plutôt
que de rester en place. L'inconnu est si beau! La faim chasse ceux-ci,
l'amour pousse ceux-là. Pour les premiers, la patrie et le bonheur,
c'est le lieu où l'on mange; pour les seconds, c'est le lieu où l'on
aime. La satiété poursuit ceux qui ne marchent pas avec le désir. Enfin
le monde entier s'agite; dans les chaînes ou dans la liberté, chacun
précipite sa vie. Mais pour le monde tout entier comme pour l'Écureuil
dans sa cage, le mouvement ce n'est pas le progrès: _s'agiter n'est pas
avancer_[11]. Malheureusement on s'agite plus qu'on n'avance.

  [11] S. La Valette (Fables).

Aussi dit-on que les plus sages, pensant que mieux vaut un paisible
malheur qu'un bonheur agité, vivent aux lieux qui les ont vus naître,
sans souci de ce qui se passe plus loin que leur horizon, et meurent,
sinon heureux, du moins tranquilles. Mais qui sait si cette sagesse ne
vient pas de la sécheresse de leur cœur ou de l'impuissance de leurs
ailes?

Personne n'a mieux répondu à cette question: «Pourquoi voyage-t-on?»
qu'un grand écrivain de notre sexe. «On voyage, a dit George Sand,
parce qu'on n'est bien nulle part ici-bas.» Il est donc juste que rien
ne s'arrête, car rien n'est parfait, et l'immobilité ne conviendrait
qu'à la perfection.

Pour moi, j'ai voyagé. Non pas que je fusse née d'humeur inquiète
et voyageuse; bien au contraire, j'aimais mon nid et les courtes
promenades.


«A quoi bon ces interminables considérations au début de votre récit?
me dit un de mes vieux amis, mon voisin, auquel il m'arrive parfois
de demander conseil, en me réservant toutefois de ne faire que ce que
je veux. Ce n'est pas parce que vous vous occupez de philosophie,
d'archéologie, d'histoire, de physiologie, etc., etc., qu'il vous
faut donner de tout cela à vos lecteurs autant qu'il vous convient
d'en prendre pour vous-même. Vous passerez pour une pédante, pour un
philosophe emplumé; on vous renverra en Sorbonne, et, qui pis est, on
ne vous lira pas. N'allez-vous pas faire un résumé scrupuleux de tout
ce que vous avez vu et pensé depuis tantôt cent ans que vous êtes au
monde, justifier votre titre enfin, et joindre au tort d'avoir usé
vos ailes sur toutes les grandes routes le tort bien plus grand de
voyager sérieusement sur le papier? Croyez-moi, si vous voulez plaire,
ayez de la raison, de l'esprit, du sentiment, de la passion, comme
par hasard; mais _gardez-vous d'oublier la folie_[12]. Le siècle des
Colomb est passé: on n'a pas besoin de découvrir un nouveau monde pour
s'intituler voyageur, on l'est à moins de frais. On découvre le lieu
où l'on est né, on découvre son voisin, on se découvre soi-même, ou
l'on ne découvre rien du tout; cela vaut bien mieux, cela mène moins
loin, et, Dieu nous le pardonne! cela plaît autant. Contez donc,
contez. Qu'importe comment vous contiez, pourvu que vous contiez? le
temps est aux historiettes. Imitez vos contemporains, ces illustres
voyageurs, qui datent des quatre coins du globe leurs impressions
écrites bravement sur la paille ou sur le duvet du nid paternel; faites
comme eux. A propos de voyages, parlez de tout, et de vous-même, et de
vos amis, si bon vous semble; puis mentez un peu, et je vous promets un
honnête succès; de grandes erreurs et d'imperceptibles vérités, c'est
ainsi qu'on bâtit les meilleurs ouvrages. On ne vous admirera pas, on
ne vous croira pas, mais on vous lira. Vous êtes modeste; que vous
faut-il de plus?»

  [12] Gœthe.

Ces réflexions m'arrêtèrent un instant. Le conseil pouvait être bon et
semblait, en tout cas, facile à suivre; mais ma conscience l'emporta.
«On ne fait pas ce qu'on veut, on fait ce qu'on peut et ce qu'on doit
surtout, répondis-je; je suis une Corneille d'honneur, je ferai de mon
mieux. Si vous n'avez à me donner que des conseils comme ceux-là, je
serai heureuse qu'il vous plaise de les garder pour vous.

--Soit, je me tais,» me dit en s'inclinant profondément mon
interlocuteur un peu piqué.

Je lui rendis sa révérence, et je repris la plume.


On le sait, je suis une vieille Corneille. Si vieille que je sois, et
je le suis assez pour ne plus songer à cacher mon âge, je me souviens
d'avoir été jeune, oui jeune, quoi qu'en disent les Étourneaux mes
voisins, aussi jeune qu'eux assurément, mais moins étourdie peut-être
et moins oublieuse de ce qu'on doit de respect à la vieillesse qu'on
honorerait davantage, si l'on songeait un peu qu'être vieux c'est être
en train de mourir; la mort arrive à la fin de la vieillesse pour la
relever et l'ennoblir.

J'ai donc été jeune; jeune, heureuse et mariée. Jeunesse et bonheur,
je perdis tout le même jour, il y a cinquante ans, en perdant un mari
adoré.

Jour affreux! que je n'oublierai de ma vie. Le vent soufflait avec
violence dans les dentelles du vieux clocher. Le tonnerre roulait avec
fureur sous le ciel obscur. La sombre cathédrale tremblait sur ses
fondements, comme si elle eût été animée par l'épouvante. La pluie
froide tombait par torrents, et, pour la première fois, menaçait de
gagner notre nid, si bien caché qu'il fût dans un des plis du manteau
de la cathédrale de Strasbourg. «Je vais mourir, me dit d'une voix
affaiblie, mais résolue pourtant, l'époux que je pleure, je vais
mourir! adieu! Si ces pauvres petits pouvaient se passer de toi, je te
dirais de mourir avec moi, et nous nous en irions ensemble là-haut,
plus haut que le soleil! La mort n'est rien pour celui qui compte
sur l'éternité; mais il faut vivre quand on peut être bon à quelque
chose sur la terre. Vis donc, et prends courage. Garde de moi un bon
souvenir. Pauvres petits! ajouta-t-il; cela te fera plaisir de voir
pousser leurs plumes.»

Ce fut son dernier mot. J'étais veuve!


On ne voit jamais le bout du malheur, le mien pouvait grandir encore.
Huit jours après, je n'avais plus d'enfants: ma nichée tout entière
périssait sous mes yeux.


Ce qu'il y a d'affreux dans ces maux sans remède, c'est qu'on n'en
meurt pas et qu'on s'en console.

[Illustration: J'étais veuve...]

Je faillis devenir folle. On craignit pour mes jours. Mais on
m'entoura, mais on m'obséda, et j'eus la lâcheté de consentir à vivre.

«Voyagez, me dit alors une vieille Cigogne qui avait soigné mon mari et
mes enfants pendant leur maladie; voyagez. Vous partirez inconsolable,
vous reviendrez calme, sinon consolée. Combien de douleurs sont restées
sur les grands chemins!»

Cette Cigogne était connue pour sa fidélité à tous les bons sentiments,
mais la pratique du monde l'avait endurcie. Cette parole me parut
impie, et je la laissai sans réponse.

Quelques Corbeaux, de ceux que mon mari avait le plus aimés, joignirent
alors leur voix à celle de l'impassible Cigogne, et pendant quelques
jours je n'entendis rien autre chose que ceci: «Partez, partez,» me
disait-on de tous côtés.

Mon cœur se brisait à la pensée d'abandonner ces pierres vénérées où je
les avais tous vus vivre, m'aimer et mourir; où, en dépit de ma raison,
j'espérais toujours les voir reparaître, car il faut des années pour
croire à la mort de ceux qu'on aime... O terre! où vont les morts, et
que fais-tu d'eux? Mais le moyen de souffrir à sa guise au milieu de
gens qui se croient tenus de vous consoler?

Je partis donc, je partis pour être seule, pour pleurer à mon aise.

Pendant cinquante ans, je dois le dire, je ne me suis ni arrêtée ni
consolée. Mais, hélas! faibles que nous sommes! nous ne savons même pas
pleurer éternellement. La sceptique Cigogne avait dit vrai. Et après
avoir pleuré, pleuré longtemps, ma chère douleur m'échappa peu à peu. A
quoi sommes-nous fidèles?


      Vie errante
  Est chose enivrante.

Du moment où je ne voyageais plus que pour voyager, et qu'en haine
du moindre repos, pour ainsi dire, je pensai à cette maxime d'un
grand moraliste: «On ne voyage que pour raconter;» «Pourquoi ne
raconterais-je pas?» me dis-je aussitôt.

Ce fut ainsi que je pris d'abord une note, puis deux, puis trois,
puis mille. A mesure que l'occasion s'en présentait, et j'avais soin
qu'elle se présentât souvent, je racontais mes voyages aux Oiseaux
qu'un peu de curiosité rassemblait autour de moi. Je m'efforçais de
parler clairement et de dire honnêtement à chacun ce qui pouvait lui
être utile et agréable; je voyais bien qu'on m'écoutait, mais on ne
me louait pas encore, et chacun semblait craindre de hasarder son
suffrage. A la fin, un Oiseau (qui, à la vérité, n'était pas de mes
amis) se risqua et dit tout haut, avec une grande assurance, que mes
contes étaient bons. C'en fut assez, leur fortune était faite; bientôt
mes récits passèrent, volèrent de bec en bec, et je les retrouvai
partout. J'en fus flattée.

[Illustration: Je pris d'abord une note, puis deux, puis trois, puis
mille...]

Quand on a une fois goûté de la louange, on en vient à l'aimer, si
peu qu'on la mérite, ou si peu qu'elle vaille et qu'on l'estime. Je
continuai donc.


Un vieux Château.

Il était une fois un vieux château...


(J'entre en matière comme les vieux conteurs, mais pourquoi non? Ne
suis-je pas contemporaine des histoires qui commencent comme celle-ci?)


Il était donc une fois un vieux château, le château de ***, dont je ne
puis dire le nom, pour des raisons que je dois taire aussi.

Dans le temps où il y avait en France ce qu'on appelait des châteaux
forts, ce château avait été un château fort; c'est-à-dire qu'il avait
vu pendant sa longue vie tout ce que les châteaux avaient coutume
de voir dans ces temps-là. Il avait souvent été attaqué et souvent
défendu, souvent pris et souvent repris.

Ces choses-là n'arrivent pas à un château, si fort qu'il soit,
sans qu'il en résulte pour lui de notables altérations; aussi
n'assurerais-je pas qu'à l'époque dont je parle il eût rien conservé de
sa première architecture.

Il me suffira de dire qu'après avoir été pris et saccagé pour la
dernière fois à la révolution de 93, qui épargna peu les châteaux,
il fut bien près d'être restauré après celle de 1815, qui leur fut
meilleure, à ce qu'il paraît. Malheureusement pour ce château, ce fut
au moment où sa fortune commençait à se refaire qu'arriva cette fameuse
révolution de 1830, qui vous a été si longuement racontée par l'honnête
Lièvre dont les touchantes aventures ouvrent ce livre.

Le vieux manoir dut alors sortir de noblesse. Il dérogea et fut vendu à
un banquier. Un banquier est un Homme qui est tenu d'avoir de l'argent,
mais qui peut à toute force manquer de connaissances archéologiques.
Aussi l'acheteur financier, tout en voulant du bien à sa nouvelle
propriété, lui porta-t-il le dernier coup.

Il y mit les maçons!

En moins de rien les trous furent bouchés, les murs blanchis, et au
moyen d'une terrasse (renaissance!) qu'on crut mettre en rapport avec
ce qui restait, la chapelle elle-même fut utilisée, et profanée! On
en fit une de ces cages à compartiments dans lesquelles les hommes
emprisonnent volontairement les trois quarts de leur existence, en
haine sans doute de ce que Dieu a fait pour ses créatures: le ciel,
l'air et la liberté.

[Illustration: Un banquier.]

Pourtant l'antique castel ne fut pas rebâti dans son entier. Le
banquier s'était contenté, en Homme qui sait le prix de l'argent, d'en
relever une partie seulement. Tous les styles d'ailleurs furent mêlés
selon l'usage: les étages supérieurs étaient d'architecture romane,
et les étages inférieurs d'architecture gothique; ce qui pouvait
donner à entendre qu'on avait bâti les toits d'abord et les fondements
tout à la fin. Ces barbarismes feront, je l'espère, frémir tous les
architectes, et aussi les Castors, auxquels les Hommes ont volé les
éléments de leur sévère architecture byzantine.

Ceci n'empêcha pas que cette restauration bourgeoise fît grand bruit
dans le pays, et beaucoup d'honneur au maçon qui avait si intrépidement
mené à fin cette œuvre d'artiste.

Le reste fut heureusement abandonné, ou, pour mieux dire, sauvé.

Ce fut ainsi que ce pauvre vieux château perdit son caractère de vieux
château, et qu'après avoir été habité autrefois par des comtes, par des
princes, et peut-être bien par des rois, il était devenu une sorte de
maison de campagne que ses nouveaux propriétaires daignaient à peine
visiter.

Je l'ai dit, je suis née dans le grand portail de la cathédrale de
Strasbourg, ce diamant de l'Alsace, entre les flammes de pierre qui
soutiennent de leurs robustes étreintes l'image du Père éternel. Quand
on a eu un pareil berceau, quand on a été élevée dans le respect des
vieilles choses, on ne peut voir, sans crier au blasphème, l'impiété de
ces Hommes qui détruisent effrontément le peu de bien que leurs pères
avaient su faire.

Du reste, la partie restaurée avait trouvé des hôtes dignes d'elle.

Elle était habitée par des Chouettes et par des Hiboux, qui, se
voyant sur une terrasse toute neuve, se donnaient des airs de grands
seigneurs, les plus risibles du monde, et se faisaient appeler sans
pudeur monsieur le Grand-Duc et madame la Grande-Duchesse par les
pauvres Chauves-Souris qui les servaient.

J'arrivai un soir à ce château, très-fatiguée, après toute une journée
de vol forcé. J'étais de la plus mauvaise humeur, de celle que l'on
a contre soi-même autant que contre les autres, ce qu'il y a de pis
enfin. J'avais été tout à la fois poursuivie par l'ennui, qui n'est
autre, je crois, que le vide du cœur, et inquiétée par un de ces
chasseurs novices qui ne respectent ni l'âge, ni l'espèce, et pour
lesquels rien n'est sacré. Le hasard voulut que je m'abattisse sur la
balustrade de la terrasse dont je viens de parler, derrière une rangée
de vases Louis XV, du sein desquels s'élevaient les tristes rameaux de
quelques cyprès à moitié morts.

Minuit sonnait!

[Illustration: Un de ces chasseurs novices pour lesquels rien n'est
sacré.]

Minuit! Dans les romans il est rare que minuit sonne impunément;
mais dans un récit véridique, comme celui-ci, les choses se passent
d'ordinaire plus simplement. Et les douze coups me rappelèrent
seulement que je ferais bien de me coucher, si je voulais repartir de
bonne heure.--Je me couchai donc.


Monsieur le Duc et madame la Duchesse.--Une Terrasse.

J'allais m'endormir, quand je crus m'apercevoir que je n'étais pas
seule sur la terrasse: j'entrevis en effet, à la faible clarté des
étoiles, un Hibou qui enveloppait galamment dans l'une de ses ailes une
Chouette d'assez bonne apparence, tandis qu'il se drapait avec l'autre
comme un héros d'opéra dans son manteau.

En prêtant un peu l'oreille, j'entendis qu'il s'agissait de la lune,
de la nuit brune, etc.; tout cela se disait ou se chantait sur un air
passablement lamentable.

Pauvre lune! s'il fallait en croire les amoureux, tu n'aurais été faite
que pour eux.

Pour rien au monde je n'aurais voulu être indiscrète ni prendre une
hospitalité qui ne pouvait guère, d'ailleurs, m'être refusée. Je
m'adressai donc poliment à une Chauve-Souris de service qui vint à
passer. «Ma bonne, lui dis-je, veuillez faire savoir à vos maîtres
qu'une Corneille de cent ans leur demande l'hospitalité pour une nuit.

--Qu'appelez-vous votre bonne? me répondit la Chauve-Souris d'un air
piqué; apprenez que je ne suis la bonne de personne. Je suis au service
de madame la Duchesse, et j'ai l'honneur d'être sa première camériste.
Mais qui êtes-vous, madame la Corneille de cent ans? de quelle part
venez-vous? comment vous annoncerai-je? quel est votre titre?

--Mon titre? repris-je. Mais je suis très-fatiguée, j'ai besoin de
repos, et je ne sache pas qu'on en puisse trouver un meilleur pour
demander ce que je demande, le droit de dormir sans aller plus loin.

--Voilà un beau titre en effet, me répliqua la sotte pécore tout en
s'en allant. Croyez-vous que les grands personnages, comme il en vient
au château, soient jamais fatigués? Ils n'ont rien à faire et volent
tout doucement.»

Au bout d'un instant, je vis arriver une autre Chauve-Souris. Celle-ci,
n'étant encore que la troisième des Chauves-Souris de service de madame
la Duchesse, était moins impertinente que la première. «Bon Dieu! me
dit-elle, la première camériste vient d'être grondée à cause de vous.
Madame chantait un nocturne avec monsieur, et dans ces moments-là elle
n'entend pas qu'on la dérange: madame vous fait dire qu'elle n'est pas
visible. D'ailleurs, madame ne reçoit que des personnes titrées, et
vous n'avez point de titres.

--Que me contez-vous là? lui dis-je; n'ai-je pas des yeux pour voir que
votre Grand-Duc n'est qu'un Hibou, et que votre Grande-Duchesse n'est
qu'une Chouette, à laquelle ces hautes mines vont fort mal?

[Illustration: Madame la Duchesse chante un nocturne avec monsieur le
Duc, et, dans ces moments-là, elle n'entend pas qu'on la dérange.]

--Chut! me dit à l'oreille la Chauve-Souris qui était un peu bavarde,
et parlez plus bas! Si l'on savait seulement que je vous écoute, je
serais chassée, et peut-être mangée. Depuis qu'ils ont quitté la
fabrique où leur sont venues leurs premières plumes, mes maîtres ne
rêvent que grandeurs; ils meurent d'envie de s'anoblir. On parle de
recreuser les fossés et les grenouillères, de refaire les ponts-levis
et de redresser les tourelles, et ils espèrent devenir nobles pour de
bon au milieu de ces attributs de la noblesse. Mais, bah! l'habit ne
fait pas le moine, et le château ne fait pas le noble. Du reste, ma
bonne dame, volez là-bas, à droite, vous y trouverez les ruines du
vieux château, et vous y serez tout aussi bien qu'ici, je vous assure.

--Des ruines! m'écriai-je, il y a des ruines près d'ici, il reste
quelque chose du vieux château, et j'aurais pu passer la nuit sur
cette vilaine terrasse qui n'a ni style, ni grandeur, ni souvenirs!
Merci, ma belle, votre maîtresse fait bien d'être une sotte; à l'heure
qu'il est, je n'ai qu'à me louer d'elle.»

En vérité, rien n'est plus bouffon que les prétentions de ces nobles
de contrebande. Je laissai là ces Oiseaux ridicules, cette maison
badigeonnée, et bien m'en prit.

Sans doute, du vieux château il était resté peu de chose, mais j'aurais
donné vingt-cinq châteaux restaurés comme celui que je venais de
quitter, pour une seule des pierres du vénérable mur sur lequel j'eus
le bonheur de me poser.

L'admirable vieux mur!

Est-il au monde rien de plus touchant que ces débris immortels qui
témoignent si éloquemment du tort que ce qui est fait chaque jour à ce
qui a été? Comment peut-on hésiter entre les vieilles choses et les
nouvelles? Le présent est-il autre chose que _le Singe du passé_[13]?

  [13] Jean Paul.


Un vieux Faucon.

Ce superbe vieux mur entourait une cour vieille aussi. Une vigne
vierge embrassait de ses vertes pousses tout un pan de la muraille.
Des scolopendres, des lis et des tulipes sauvages croissaient entre
les marches d'un perron délabré qu'un lierre recouvrait en partie. Les
humbles fleurs blanches de la bourse-à-pasteur, les boutons-d'or, les
giroflées jaunes, l'œillet rougeâtre, le pâle réséda, les vipérines
bleues et roses se faisaient jour entre les dalles et disputaient la
terre aux mousses, aux lichens, aux graminées, aux ronces et aux orties.

Des gueules-de-loup, des perce-pierres et les touffes hardies des
coquelicots couleur de feu vivaient au milieu des décombres qu'elles
semblaient enflammer.

Où l'Homme n'est plus, la nature reprend ses droits.


Cette vieille cour appartenait à un vieux Faucon qui n'avait pas
grand'chose, parce que les révolutions l'avaient ruiné, mais qui
donnait tout ce qu'il avait et vivait pauvrement, mais noblement,
faisant volontiers les honneurs de sa cour aux animaux égarés; aussi
était-elle toujours encombrée de bêtes à toutes pattes, à tout poil
et à toutes plumes, de Rats sans ressources, de Musaraignes et de
Taupes attardées, de Grillons, de Cigales et autres musiciens sans
asile; quelques-uns même s'y étaient fixés à demeure. Les Pierrots n'y
manquaient pas, et un Mulot très-entêté était parvenu, malgré toutes
les difficultés que lui avait présentées la nature calcaire d'un
terrain stratifié, à se creuser sous une dalle un trou fort profond.

[Illustration]

Le digne seigneur était allié aux espèces les plus nobles de France, et
comptait des Phénix, des Merlettes et des Hermines dans sa famille.

C'était un vieillard encore sec et vigoureux. Il y avait dans toute
sa personne cette grâce naturelle et imposante des Oiseaux de grande
race, cette simple majesté qui, dit-on, devient de jour en jour plus
rare; et quand la goutte (cette maladie des nobles, qui s'est fait
peuple comme le reste, et qui a eu tort) lui laissait quelque répit,
il fallait l'entendre raconter ses prouesses d'autrefois; alors sa
haute taille se redressait, son œil brillait comme l'œil de l'Aigle et
semblait défier le temps lui-même. «Un jour, (disait-il souvent), et
c'était là un de ses glorieux souvenirs, un jour j'échappai au page
qui me portait, et je chassai librement pendant toute une semaine. Ah!
j'étais le premier Faucon de France! Aussi, quand je reparus, ma belle
maîtresse fut-elle si aise de me revoir qu'elle me baisa de toute son
âme en me remerciant d'être revenu. Le pauvre page avait été grondé,
mon retour lui valut sa grâce.»

[Illustration: Et un Mulot très-entêté était parvenu à se creuser,
malgré toutes les difficultés, etc.]

Hélas! plus de chasses, plus de fêtes brillantes, plus de fanfares,
plus de triomphes, plus de ces grandes dames si regrettées aujourd'hui,
de ceux même qui n'ont jamais pu savoir de combien elles l'emportaient
sur celles d'à présent, ni par conséquent pourquoi elles sont si
regrettables.

[Illustration]

Au lieu de tout cela, des chasses sans pompe, des chasseurs en
lunettes, les chasseurs du jour enfin, qui vont à la chasse sur les
grandes routes et jettent leur poudre aux moineaux; et enfin, au lieu
de ces pages dorés qui le portaient au poing, pour tout serviteur,
dois-je le dire? un pauvre Sansonnet!


Après tout, mieux vaut peut-être pour page un Sansonnet que pas de
page du tout. Ce Sansonnet était bien le plus drôle d'Oiseau qui se
puisse voir; vieux, cassé, bavard, fantasque, mais bon, mais dévoué
et domestique par tempérament. Il avait appartenu au sacristain d'une
petite église voisine, et, en vertu sans doute de ce proverbe, qui dit
tel maître tel valet, il avait fini par ressembler à son maître, et
avait pris des airs d'église, qui donnaient à sa figure et à son accent
je ne sais quoi d'humain et de béni, dont l'effet provoquait, quoi
qu'on en eût, un fou rire.

[Illustration]

Devenu libre à la mort de son premier maître, il était resté tristement
perché sur sa cage pendant quatre grands jours, se contentant de gober
tristement quelques mouches au passage, et ne s'était envolé qu'après
avoir eu le temps de se convaincre que les morts ne reviennent pas.

Ne sachant que faire de sa personne, il était venu, rien que pour
l'amour de la domesticité, offrir ses services et le respectueux
_servage_ de son cœur au vieux Faucon qui les agréa. Dès les premiers
jours, il s'était pris d'une affection sérieuse pour ce vieillard
qu'on aimait rien qu'à le voir. L'excellent serviteur, qui savait bien
que _noblesse oblige_, faisait de son mieux pour tenir _sa cour_ sur
un grand pied. S'il est triste d'être pauvre, il l'est encore plus
de le paraître. Nouveau Caleb, il se multipliait, parlait à tous et
volait partout à la fois. «Je suis le seul domestique de mon maître,
disait-il à tous les nouveaux venus; à quoi bon s'embarrasser de tant
de gens? notre maison en est-elle moins noble?» Il était notoire qu'il
servait son maître pour rien; mais quelques méchantes langues disaient
que le vieux noble avait sans doute enfoui quelque part un trésor, et
confié son secret à son domestique, qui s'en emparerait à sa mort. Rien
n'était plus faux; mais le désintéressement est si rare qu'on n'y croit
pas.

Le vieux serviteur vivait avec une économie extrême: il apportait à
son maître la nourriture qu'il allait chercher au loin, il ne mangeait
qu'après lui, et disait qu'il avait mangé auparavant quand il ne
restait rien. Il avait eu le bonheur de trouver sous la marche du
perron une espèce de grillage à la vue duquel, en Oiseau qui a aimé sa
cage, le pauvre Sansonnet avait bondi de joie; et tous les soirs, sans
y manquer, notre vieux serviteur s'allait percher derrière ce bien-aimé
grillage, heureux de se croire protégé par ce simulacre de prison.

Quand j'arrivai, le serviteur dormait, le maître dormait, tout le monde
dormait. J'en fis autant.


Le lendemain, je fus reçue par mon hôte avec une si exquise politesse,
que je crus un instant avoir retrouvé ce bon vieux temps où les Oiseaux
étaient si polis et les Corneilles si fêtées.

«Vous êtes chez vous,» me dit-il. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Cette ruine et moi nous nous allions si bien, il y avait entre nous des
rapports si sympathiques, que j'acceptai l'offre de l'aimable vieillard
et que je pris à l'instant même la résolution de rester chez lui
pendant quelque temps.

Autour de moi tout était vieux, j'étais heureuse ou peu s'en faut. Je
passai mes jours à parcourir les environs, à en rechercher les beautés
et à questionner les habitants de ces campagnes. Ces Oiseaux des champs
savent souvent, sans s'en douter, beaucoup de choses qu'on demanderait
en vain aux Oiseaux des villes. Il semble que la nature livre plus
volontiers à leur foi naïve ses sublimes secrets. N'est-il pas vrai de
dire que ce que nous savons le mieux, c'est ce que nous n'avons pas
appris?


C'est pendant ce séjour que j'eus l'occasion d'étudier les mœurs d'un
Lézard, dont le bon naturel m'avait vivement intéressé. Ces individus
étant, selon le mot de Figaro, paresseux avec délices, j'ai pensé que
si quelqu'un ne se chargeait pas de parler pour eux, leur monographie
manquerait à notre histoire, et peut-être eût-ce été dommage.


A QUOI TIENT LE CŒUR D'UN LÉZARD.

I

[Illustration]


DANS une des pierres les plus pittoresques du mur qui m'avait séduite,
vivait un Lézard, le plus beau, le plus distingué, le plus aimable de
tous les Lézards. Pour peu qu'on eût du goût, il fallait admirer la
taille svelte, la queue déliée, les jolis ongles crochus, les dents
fines et blanches, les yeux vifs et animés de cette charmante créature.
Rien n'était plus séduisant que sa gracieuse personne. Il n'était
aucune de ses changeantes couleurs dont le reflet ne fût agréable. Tout
enfin était délicat et doux dans l'aspect de ce fortuné Lézard.

Quand il grimpait au mur en frétillant de mille façons élégantes et
coquettes, ou qu'il courait en se faufilant dans l'herbe fleurie sans
seulement laisser de traces de son joli petit corps sur les fleurs, on
ne pouvait se lasser de le regarder, et toutes les Lézardes en avaient
la tête tournée.

Du reste, on ne saurait être plus simple et plus naïf que ne l'était ce
roi des Lézards. Comme un Kardouon célèbre[14], il aurait été de force
à prendre des louis d'or pour des ronds de carotte. Ceci prouve qu'il
avait toujours vécu loin du monde.

  [14] Le Kardouon de Charles Nodier.

Je me trompe, une fois, mais une fois seulement, il avait eu l'occasion
d'aller dans le monde, dans le monde des Lézards bien entendu, et
quoique ce monde soit cent fois moins corrompu que le monde perfide
des Serpents, des Couleuvres et des Hommes, il jura qu'on ne l'y
reprendrait plus, et n'y resta qu'un jour qui lui parut un siècle.

Après quoi il revint dans sa chère solitude, bien résolu de ne plus la
quitter, et sans avoir rien perdu, heureusement, de cette candeur et de
ce bon naturel qui ne se peut guère garder qu'aux champs, et dans la
vie qu'un Animal dont le cœur est bien placé peut mener au milieu des
fleurs et en plein air, devant cette bonne nature qui nous caresse de
tant de façons. C'est le privilége des âmes candides d'approcher le mal
impunément. Il demeurait au midi dans ce superbe vieux mur, et avait
eu le bon esprit, ayant trouvé au beau milieu d'une pierre un brillant
petit palais, d'y vivre sans faste, plus heureux qu'un prince, et de
n'en être pas plus fier pour cela.

C'était en vain qu'un Geai huppé lui avait assuré qu'il descendait de
Crocodiles fameux, et que ses ancêtres avaient trente-cinq pieds de
longueur. Se voyant si petit, et voyant aussi que le plus grand de ses
ancêtres ne l'aurait pu grandir d'une ligne ni ajouter seulement un
anneau aux anneaux de sa queue, il se souciait fort peu de son origine
et ne s'inquiétait guère d'être né d'un œuf imperceptible ou d'un gros
œuf, pourvu qu'il fût né de manière à être heureux; et il l'était. Il
ne se serait pas dérangé d'un pas pour aller contempler ce qui restait
de ses pères, dont il ne restait que des os, si honorable qu'il fût
pour ces restes illustres d'être conservés à Paris dans le Jardin des
Plantes, ce tombeau de sa noble famille, comme disait le Geai huppé.

Enfin, sans avoir les faiblesses contraires, il n'avait point de
faiblesses aristocratiques, et n'aurait pas refait la Genèse pour s'y
donner une plus belle place. Il était content de son sort, et du moment
où le soleil brillait pour tout le monde, peu lui importait le reste.


II

Qui le croira? Au dire de toutes les Lézardes des environs, il manquait
quelque chose à un Lézard si bien doué, puisque aucune d'elles n'avait
encore trouvé le chemin de son cœur. Ce n'était pas que beaucoup ne
l'eussent cherché. Mais hélas! le plus beau des Lézards était aussi
le plus indifférent de tous, et il ne s'était même pas aperçu du bien
qu'on lui voulait.

C'était vraiment dommage, car il ne s'était peut-être jamais vu de
Lézard de meilleure mine. Mais qu'y faire, et comment épouser un Lézard
qui ne veut pas qu'on l'épouse? La plupart avaient porté leur cœur
ailleurs.


III

Le plus beau Lézard du monde ne peut donner que ce qu'il a, et ce qu'on
a donné une fois on ne l'a plus. Or, le plus beau Lézard du monde avait
donné son cœur, et donné sans réserve. Voilà ce que personne ne savait,
et lui-même n'en savait pas plus que les autres. Cet amour lui était
venu sans qu'il s'en aperçût: c'est ainsi que l'amour vient quand il
doit rester; et il était entré si avant dans ce cœur bien épris, que,
l'eût-il voulu, il n'y aurait pas eu moyen de l'en faire sortir. Voilà
comme on aime quand on aime bien, et quand on a raison d'aimer ce qu'on
aime.

Vous lui eussiez dit qu'il était amoureux que vous l'eussiez blessé
et qu'il ne vous eût pas cru. Amoureux, lui! dites dévoué, dites
reconnaissant, dites respectueux, dites religieux, dites pieux,
ou plutôt faites un mot tout à la fois plus grand et plus simple,
plus chaste et plus pur que tous ces mots, un mot tout exprès. Mais
amoureux? il ne l'était pas; il n'aurait osé, ni voulu, ni daigné, ni
su l'être.

Aimer et rien qu'aimer, c'est bien peu dire! Peut-être si ce mot n'eût
été, comme tant d'autres mots de notre langue, gâté et profané, eût-il
laissé dire qu'il adorait ce qu'il aimait; mais à coup sûr le plus
humble silence pouvait seul exprimer convenablement ce qu'il sentait.
Telle était son innocence, qu'il ne s'était jamais rendu compte de
l'état de son cœur.

Sans doute il lui plaisait de ne rien faire et de vivre au printemps,
et de regarder fleurir les fleurs nouvelles par un beau jour, ou bien
d'aller, de venir et de revenir, et de courir en liberté au milieu de
l'herbe embaumée après les fils de la bonne Vierge, ces blanches toiles
d'Araignée que le ciel envoie toutes garnies de Mouches excellentes à
ses Lézards privilégiés. Il aimait aussi la chasse aux Sauterelles,
et écoutait volontiers la vieille chanson des Cigales, quand il ne
préférait pas les manger, dans l'intérêt des fleurs ses amies.

Mais ce qu'il aimait par-dessus tout et de toutes ses forces, et
autant que Lézard peut aimer, c'était le soleil. Le soleil! dont Satan
lui-même devint amoureux et jaloux. Quand le soleil était là, il était
tout entier au soleil et ne pouvait songer à autre chose. Dès le matin,
vous l'eussiez vu paraître sans bruit sur le seuil de sa demeure, se
tourner doucement, ainsi que l'héliotrope, son frère en amour, vers ce
roi des astres et des cœurs que les poëtes, et, parmi les poëtes, les
aveugles eux-mêmes ont chanté; et là, couché sur la pierre brûlante,
son âme ravie se fondait sous les rayons d'or de son bien-aimé.
Heureux, trois fois heureux! Il dormait tout éveillé et réalisait ainsi
les doux mensonges des rêves.


IV

Partout où il y a des Lézards, il y a des Lézardes. Or, non loin de la
pierre dans laquelle demeurait mon Lézard, il y avait une autre pierre
au fond de laquelle logeait un cœur qui ne battait que pour lui et que
rien n'avait pu décourager. Ce petit cœur tout entier appartenait à
l'ingrat qui ne s'en doutait seulement pas. La pauvre petite amoureuse
passait des journées entières à la fenêtre de sa crevasse à contempler
son cher Lézard, qu'elle trouvait le plus parfait du monde; mais
c'était peine perdue. Et elle le voyait bien. Mais que voulez-vous?
elle aimait son mal et ne désirait point en guérir. Elle savait que le
plus grand bonheur de l'amour, c'est d'aimer. Pourtant quelquefois sa
petite demeure lui paraissait immense. Il eût été si bon d'y vivre à
deux. Quand cette pensée lui venait, ses petits yeux ne manquaient pas
de se remplir de larmes. Que n'eût-elle pas donné pour essayer de cet
autre bonheur qu'elle ne connaissait pas, celui d'être aimée à son tour.

«Une jolie crevasse et un cœur dévoué, c'est pourtant une belle dot,»
pensait-elle.

Ou ce Lézard était aveugle, ou il était de pierre.

L'espérance la soutint aussi longtemps qu'elle crut que son Lézard
n'aimait rien.

Mais que devint-elle, grand Dieu! quand elle s'aperçut qu'elle avait
pour rival, elle petite Lézarde, humble Lézarde, le soleil, et que
l'ingrat n'avait d'yeux que pour lui!

Aimer le soleil! Sans le profond respect que lui inspirait son
étrange rival, elle eût cru que son Lézard avait perdu la tête; car,
à vrai dire, elle ne se rendait pas bien compte d'une passion aussi
singulière, et, pour sa part, elle ne comprenait pas bien qu'un Lézard
intelligent ne pût s'arranger de façon à aimer à la fois et le soleil
et une Lézarde.

C'était une bonne âme, mais elle n'était nullement artiste, et
n'entendait rien aux sublimes extravagances de la poésie.

A la fin, le désespoir s'empara d'elle, et, sans en rien dire à
personne, elle se prit d'un si grand dégoût de la vie, qu'elle résolut
d'y mettre fin. A la voir, on ne l'eût jamais soupçonnée d'avoir cette
folle envie de mourir à la fleur de son âge et dans tout l'éclat de
sa beauté. Mais telle était sa fantaisie, et rien ne pouvait l'en
détourner.

Poursuivie par ses sombres pensées, elle courait, au péril de ses
jours, à travers les fossés profonds et les échaliers serrés, et la
lisière des bois verdoyants, et les semailles, et les moissons, et les
vergers, et les routes poudreuses, sans craindre ni le pied de l'Homme,
ni la serre de l'Oiseau de proie. Que lui servait de vivre et d'être
jolie, d'avoir une belle robe bien ajustée, et d'en pouvoir changer
tous les huit jours, et de porter à son cou un collier d'or qui eût
fait envie à une princesse, du moment où elle ne savait que faire de
tout cela?

Vous tous, qui avez souffert comme elle, vous comprenez qu'elle songeât
à la mort.


V

«Vivre ou mourir, disait-elle, lequel des deux vaut le mieux?»

Un vieux Rat, à moitié aveugle, passait en ce moment au bas de la ruine.

«Mieux vaut mourir que rester misérable,» murmurait le vieux Rat
qui marchait avec peine, et qui pensait tout haut comme beaucoup
de vieilles gens. Ceux de messieurs les Animaux domestiques qui
s'étonnent de tout s'étonneront peut-être de voir ces paroles dans
la bouche d'un Rat des champs. Mais y a-t-il donc deux manières de
formuler une même vérité? Seulement à la ville et chez les Hommes la
vérité se chante, ailleurs on la crie ou on l'étouffe.

La pauvre Lézarde était superstitieuse; elle vit dans ces paroles que
le hasard seul lui apportait, dans cette vieille rengaîne de tous les
vieux Rats, une réponse directe à sa question et un avertissement du
ciel.

Elle pouvait encore apercevoir la queue pelée de son oracle qui
traînait après lui dans la poussière, que déjà son parti était pris.

«Je mourrai, s'écria-t-elle; mais il saura que je meurs pour lui.»


VI

Tel est l'empire d'une grande résolution, que cette Lézarde, qui
jusque-là n'avait jamais osé regarder en face celui qu'elle aimait, se
trouva, comme par miracle, à côté de lui.

Quand le Lézard vit cette jolie Lézarde venir à lui d'un air si
déterminé, il se retira de quelques pas en arrière parce qu'il était
timide.

Quand, de son côté, la Lézarde vit qu'il allait s'en aller, elle
faillit s'en aller comme lui, parce qu'elle était timide aussi. Timide?
direz-vous. Soyez moins sévère, chère lectrice, pour une Lézarde qui
va mourir. D'ailleurs, il lui en avait tant coûté d'avoir du courage,
qu'elle ne voulut pas avoir fait un effort inutile.

«Reste, lui dit-elle, écoute-moi, et laisse-moi parler.»

Le Lézard vit bien que la pauvre Lézarde était émue, mais il était à
cent lieues de croire qu'il fût pour quelque chose dans cette émotion,
car il ne se rappelait pas l'avoir jamais vue. Pourtant, comme il avait
de la bonté, il resta et la laissa parler.

«Je t'aime! lui dit alors la Lézarde, d'une voix dans laquelle il y
avait autant de désespoir que d'amour, et tu ne sais pas seulement que
j'existe. Il faut que je meure.»

Un Lézard de mauvaises mœurs aurait fait bon marché de la douleur et
de l'amour de la pauvrette; mais notre Lézard, qui était honnête, ne
songea pas un instant à nier cette douleur parce qu'il ne l'avait
jamais ressentie; il songea encore moins à en abuser. Il fut si étourdi
de ce qu'il venait d'entendre, qu'il ne sut d'abord que répondre, car
il sentait bien que de sa réponse dépendait la vie ou la mort de la
Lézarde.

Il réfléchit un instant.

«Je ne veux pas te tromper, lui dit-il, et pourtant je voudrais te
consoler. Je ne t'aime pas, puisque je ne te connais pas, et je ne sais
pas si je t'aimerai quand je te connaîtrai, car je n'ai jamais pensé à
aimer une Lézarde. Mais je ne veux pas que tu meures.»

La Lézarde avait l'esprit juste; si dure que fût cette réponse, elle
trouva qu'une si grande sincérité faisait honneur à celui qu'elle
aimait. Je ne sais ce qu'elle lui répondit. Peu à peu le Lézard s'était
rapproché d'elle, et ils s'étaient mis à causer si bas, si bas, et leur
voix était si faible, que c'était à grand'peine que je pouvais saisir
de loin en loin quelques mots de leur conversation: tout ce que je puis
dire, c'est qu'ils parlèrent longtemps, et que, contre son ordinaire,
le Lézard parla beaucoup. Il était facile de voir à ses gestes qu'il se
défendait, comme il pouvait, d'aimer la pauvre Lézarde, et qu'il était
souvent question du soleil qui, en ce moment, brillait au ciel d'un
éclat sans pareil.

D'abord la Lézarde ne disait presque rien; c'est aimer peu que de
pouvoir dire combien l'on aime, et, pendant que son Lézard parlait,
elle se contentait de le regarder de toutes les façons qui veulent dire
qu'on aime et qu'on est encore au désespoir; plus d'une fois je crus
que tout était perdu pour elle. Mais, un poëte l'a dit[15] (un poëte
doit s'y connaître): «Le hasard sert toujours les amoureux quand il le
peut sans se compromettre,» et le hasard voulut qu'un gros nuage vînt
à passer sur le soleil, juste au moment où son petit adorateur lui
chantait son plus bel hymne.

  [15] Alfred de Musset, _Contes et Nouvelles_.

«Tu le vois! s'écria la petite Lézarde bien inspirée, ton soleil te
quitte, te quitterai-je, moi?» Son rival n'était plus là et le courage
lui était revenu. «Il faut qu'on aime, dit-elle au Lézard devenu
attentif, en lui montrant des fleurs l'une vers l'autre penchées,
et tout auprès un œillet-poëte qui faisait les yeux doux à une rose
sauvage; les fleurs aux fleurs se marient, et les Lézardes sont faites
pour être les compagnes des Lézards: le ciel le veut ainsi.»

Le hasard eut le bon cœur de se mettre décidément du côté du plus
faible; le nuage qui avait passé sur le soleil fut suivi de beaucoup
d'autres nuages qui s'étendirent en un instant sur tout l'horizon. Un
grand vent parti du nord essaya, mais en vain, de disputer l'espace à
l'orage, les trèfles redressaient leurs tiges altérées, les Hirondelles
rasaient la terre, et les Moucherons éperdus cherchaient partout un
refuge; tout leur était bon, et l'herbe la plus menue leur paraissait
un sûr asile. Le Lézard se taisait et la Lézarde se serait bien gardée
de parler, l'orage parlait mieux qu'elle. Le Lézard inquiet tournait la
tête de côté et d'autre, et se demandait si c'en était fait de la pompe
de ce beau jour; un grand combat se livrait dans son âme, et pour la
première fois il se disait que les jours sans soleil devaient être bien
longs.

Un coup de tonnerre annonça que le soleil était vaincu et que les
nuages allaient s'ouvrir.

La Lézarde attendait toujours, et Dieu sait avec quelle mortelle
impatience son cœur battait dans sa petite poitrine.

«Tu es une bonne Lézarde, lui dit enfin le Lézard vaincu à son tour, tu
ne mourras pas.»


VII

Comment dire le ravissement de la pauvre Lézarde, et combien elle
était charmée d'être au monde, et combien étaient joyeux les petits
sifflements qui sortaient de sa poitrine délivrée? Elle se redressait
sur ses petits pieds, et elle faisait la fière, et elle était si
glorieuse, qu'elle avait tout oublié. Il était bien question vraiment
de ses peines passées! Le Lézard, content de voir cette joie qu'il
avait faite, trouva sa petite Lézarde charmante; il partagea aussitôt
avec elle une goutte de rosée qui s'était tenue fraîche dans la corolle
d'une fleurette (ce qui est la manière de se marier entre Lézards), et
ce fut une affaire terminée.

L'orage allait éclater et il fallait rentrer.

«J'ai un palais et tu n'as qu'une chaumière, lui dit-il; mais mon
palais est si petit, que ta chaumière vaut mieux que mon palais.
Puisque dans ta chaumière il y a place pour deux, veux-tu m'en céder la
moitié?

--Si je le veux!» répondit la bienheureuse Lézarde; et elle le
conduisit triomphante à sa grotte, dont l'entrée était cachée à dessein
par quelques feuilles d'alléluia, de bois gentil et de romarin.

L'emménagement fut bientôt fait, car il n'emporta rien que sa personne.
Quand il entra chez son amie, il trouva une petite demeure si bien
tenue et si parfaitement disposée, que c'était assurément la plus
agréable lézardière du monde. Mon Lézard, qui aimait les jolies
choses et les choses élégantes, admira le bon goût qui avait présidé
à l'ameublement de cette gentille caverne. Elle était divisée en deux
parties: l'une était plus grande que l'autre, et c'était là qu'on
allait et venait; l'autre était garnie de duvet de chardon bénit et de
fleur de peuplier, et c'était là qu'on dormait.

Il mit le comble à la joie de sa compagne en l'accablant de
compliments. Il est si bon d'être loué par ce qu'on aime!

Le bonheur ne tient guère de place, car ce jour-là il semblait s'être
réfugié tout entier dans ce charmant réduit. Où n'entrerait-il pas s'il
le voulait, puisqu'il est si petit?

Tout Lézard est un peu poëte; il fit quatre vers pour célébrer ce beau
jour, mais il les oublia aussitôt. Il était encore plus Lézard que
poëte.

Enfin ils étaient mariés, et ils entrevoyaient des millions de jours
fortunés.


VIII

Que ne puis-je laisser là ces jeunes époux, puisqu'ils sont heureux,
et croire à l'éternité de leur bonheur! Que les devoirs de l'historien
sont cruels, quand il veut accomplir sa tâche jusqu'au bout!

Une fois mariée (on serait si fâché d'être heureux!), la Lézarde devint
songeuse. Elle ne pouvait oublier que c'était au hasard, à un nuage,
à une goutte d'eau, qu'elle avait dû son mari. Sans doute quand il
l'aimait, il l'aimait bien, mais il ne l'aimait pas comme les Lézardes
veulent être aimées, c'est-à-dire à toute heure, et sans cesse et sans
partage. Tant que le soleil brillait, elle ne pouvait avoir raison de
son mari, car il appartenait au soleil, et quand il était une fois
couché sur l'herbe à demi tiède, soit seul, soit avec un Lézard de ses
amis, il ne se serait pas dérangé pour un empire.

La jalousie rend _féroce_, quand elle est impuissante.

«Que n'ai-je, avant de me marier, mangé seulement une demi-feuille
d'hellébore!» disait-elle souvent. Dois-je l'écrire? il lui arrivait
quelquefois de regarder d'un œil d'envie la scabieuse, cette fleur des
veuves, car elle ne pouvait s'empêcher de songer _à quoi tient le cœur
d'un Lézard_.

[Illustration]

Quant au Lézard, quand il n'était pas au soleil, il était à sa _femme_;
et il croyait si bien faire en faisant ce qu'il faisait, qu'il ne
s'aperçut jamais que sa Lézarde eût changé d'humeur.

[Illustration]


Suite de l'histoire des hôtes de la terrasse.--Faites-vous donc
Grand-Duc!

[Illustration]

Madame la Duchesse, qui était venue au monde pour être une bonne
grosse personne, bien portante, mangeant bien, buvant bien et vivant
au mieux, qui était tout cela, mais qui se donnait toutes sortes de
peines pour le cacher et pour extravaguer, avait cru de bon ton de
devenir très-sensible. Tout l'émouvait; elle faisait volontiers de rien
quelque chose, d'une taupinière une montagne, et tressaillait à tout
propos: la chute d'une feuille, le vol d'un insecte étourdi, la vue
de son ombre, le moindre bruit, ou pas le moindre bruit, tout était
pour elle prétexte à émotion. Elle ne poussait plus que de petits cris,
faibles, mal articulés, inintelligibles. Tout cela, selon elle, c'était
la distinction. Les yeux sans cesse fixés sur la pâle lune, ce soleil
des cœurs sensibles, comme elle disait; sur les étoiles, ces doux yeux
de la nuit, si chères aux âmes méconnues, elle s'écriait, avec un
philosophe chrétien: Qu'on ne saurait être bien où l'on est, quand on
pourrait être mieux ailleurs. Aussi, pour cette Chouette éthérée, l'air
le plus pur était trop lourd encore; elle détestait le soleil, ce Dieu
des pauvres, disait-elle, et ne voulait du Ciel que ses plus belles
étoiles; c'était à grand'peine qu'elle daignait marcher elle-même,
respirer elle-même, vivre elle-même et manger elle-même. Pourtant
elle mangeait bien, pesait beaucoup, et dans le même temps qu'elle
affectait une sensiblerie ridicule, au point qu'elle ne pouvait,
disait-elle, voir la vigne pleurer sans pleurer avec elle, on aurait
pu la surprendre déchirant sans pitié, de son bec crochu, les chairs
saignantes des petites Souris, des petites Taupes et des petits Oiseaux
en bas âge. Elle se posait en Chouette supérieure, et n'était qu'une
Chouette ridicule.

Son mari, émerveillé des grandes manières de sa Chouette adorée,
s'épuisait en efforts pour s'égaler à elle. Mais dans une voie
pareille, quel Hibou, quel mari ne resterait en chemin? Aussi, malgré
son envie, fut-il toujours loin de son modèle; si loin, ma foi, que
madame la Duchesse, qui était parvenue à oublier l'humilité de sa
propre origine, en vint à reprocher à son pauvre mari de n'être, après
tout, qu'un Hibou. «Quel sort! quel triste sort! s'écriait-elle. Être
obligée de passer sa vie dans la société d'un Oiseau vulgaire et
bourgeois, dont les seuls mérites, sa bonté et son attachement pour
moi, sont gâtés par leur excès même! Malheureuse Chouette!»

Plus malheureux Hibou!

Joies modestes de la fabrique, qu'êtes-vous devenues? Plaisirs menteurs
de la terrasse, où êtes-vous? Tout d'un coup madame la Duchesse cessa
de chanter des nocturnes avec son mari; et un beau jour, s'étant laissé
toucher par les discours audacieux d'un Milan qui avait été reçu par
M. le Duc, à cause de son nom, elle partit avec lui. Le perfide avait
séduit la _Femme_ de son ami en employant avec elle les mots les plus
longs de la langue des Milans amoureux.

Cet événement prêta, comme on peut le croire, aux caquets. Les Pies,
les Geais, notre vieux Sansonnet lui-même, le commentèrent de mille
façons. Il y a des malheurs qui manquent de dignité. Tout le monde
blâma la coupable, mais personne ne plaignit le pauvre mari. La pitié
qu'on accorde aux plus grands criminels, pourquoi la refuse-t-on à ceux
qu'un sot orgueil a perdus? Faites-vous donc Grand-Duc!

Pour être sûre qu'elle ne tarderait pas à lui parvenir, madame la
Duchesse laissa dans la partie de la terrasse où son mari avait coutume
de prendre ses repas, la lettre que voici. Cette lettre était, comme
dernier trait de caractère, écrite sur du papier à vignette et parfumé.


  «_Monsieur le Duc_,

«_Il est dans ma destinée d'être incomprise. Je n'essayerai donc pas
de vous expliquer les motifs de mon départ._

  «Signé: _Duchesse de la Terrasse_.»


M. le Duc lut, relut, et relut cent fois, sans pouvoir les comprendre,
ces lignes écrites pourtant d'une griffe et d'un style assez ferme, et
sembla justifier ainsi le laconisme de l'auteur.

Mais ce que l'esprit ne s'explique pas toujours, le cœur parvient
souvent à le comprendre, et il sentait bien qu'un grand malheur venait
de le frapper. Ce ne pouvait pas être pour rien que tout son sang
avait ainsi reflué vers son cœur... Ses plumes se hérissèrent, ses
yeux se fermèrent, et il fut, pendant un instant, comme atteint de
vertige. Lorsqu'il put enfin mesurer toute l'étendue de son malheur, il
laissa tomber sa tête sur sa poitrine oppressée, et demeura longtemps
immobile, comme s'il eût été privé de tout sentiment.

Quand on est ainsi frappé tout d'un coup, on se sent si faible, qu'on
voudrait ne l'avoir été que petit à petit et comme insensiblement. Il
lui sembla d'abord que quelque chose d'aussi essentiel que l'air, la
terre et la nuit, venait de lui manquer. Il avait tout perdu en perdant
la compagne de sa vie; et quand il sortit de sa stupeur, ce fut pour
appeler à grands cris l'ingrate qui le fuyait, quoiqu'il la sût déjà
bien loin; puis, bien qu'il n'eût été que trompé, il se crut déshonoré,
et s'en alla au bord de l'eau comme doit le faire tout Hibou désespéré,
pour voir si l'envie ne lui viendrait pas de se noyer avec son chagrin.

Arrivé là, il regarda d'un air sombre l'eau profonde, et y trempa son
bec... pour la goûter d'abord. La lune s'étant alors dégagée d'un nuage
qui avait caché son croissant, il se vit dans l'eau comme en un miroir
magique, et fut effrayé du désordre de sa toilette. Machinalement,
et pour obéir à une habitude de recherche que lui avait fait prendre
l'ingrate pour laquelle il allait mourir, il rajusta avec soin celles
de ses plumes qui s'étaient le plus ébouriffées, et trouva quelque
charme dans cette occupation. Il lui semblait doux de mourir paré comme
aux jours de son bonheur, paré de la parure qu'elle aimait.

Il songea aussi un instant à faire, avant de quitter la vie, une
ballade à la lune, qu'il prit à témoin de ses infortunes; à la lune,
l'astre favori de son infidèle, et aux nuées, vers lesquelles l'esprit
de sa femme s'était si souvent envolé. Mais tous ses efforts furent
inutiles, et il comprit qu'on ne saurait pleurer en vers que les peines
qu'on commence à oublier.

Voyant bien qu'il n'avait plus qu'à mourir, il s'était déjà penché sur
l'abîme, quand il fut arrêté par une réflexion. Lorsqu'il s'agit de
la mort, il est permis d'y regarder à deux fois, et il faut être bien
certain, quand on se noie, qu'on a de bonnes raisons pour le faire.

Il relut, pour la cent et unième fois, la lettre de madame la Duchesse;
et cette lettre, à sa grande satisfaction, lui parut moins claire
que jamais. «Diable! se dit-il, ce qu'il y a de plus clair dans tout
ceci, c'est que madame la Duchesse a quitté la terrasse. Mais qui me
dit qu'elle n'y reviendra pas, et qu'elle a cessé d'être digne d'y
revenir? Rien, absolument rien. Elle-même refuse de s'expliquer. Ce
voyage ne peut-il être un voyage d'agrément, et avoir pour but une
visite à une autre Chouette de génie comme elle; ou une retraite de
quelques jours dans quelque coin poétique, pour s'y livrer complétement
à la méditation qu'affectionnent les âmes d'élite comme la sienne? Et
encore, ne peut-elle être morte?»

Le cœur d'un Hibou a d'étranges mystères. Cette dernière hypothèse lui
souriait presque: il l'eût voulue morte, plutôt que parjure.

«Parbleu! dit-il, voyez où nous entraîne l'exagération!» Et il fit
gravement quelques tours sur la rive, en s'applaudissant de n'avoir pas
cédé à un premier mouvement.

Mais, au bout de quelques moments, il sentit bien que la consolation
qu'il avait essayé de se donner n'était pas de bon aloi. Son cœur
n'avait pas cessé d'être serré; et, voulant mettre fin à ses
incertitudes, il résolut de consulter une vieille Carpe qui passait,
dans le pays, pour savoir le passé, le présent, l'avenir, et beaucoup
d'autres choses encore. Ce qui fait le succès des devins et des
diseurs de bonne aventure, c'est qu'il y a beaucoup de malheureux. Il
faut être désespéré pour demander un miracle. La sorcière avait la
réputation d'être capricieuse. «Voudra-t-elle me répondre?» se dit-il;
et il s'avança, non sans un trouble involontaire, vers une partie de
la rivière, très-éloignée des deux châteaux, où la vieille Carpe se
livrait à ses sorcelleries.


Une Carpe magicienne.

«Puissante Carpe, dit-il, d'une voix mêlée de respect et de crainte, ô
toi qui sais tout, fais-moi connaître mon sort. Mon épouse bien-aimée a
disparu: est-elle morte, ou est-elle infidèle?»

Pour une magicienne, la vieille Carpe ne se fit pas trop prier; et sa
grosse tête bombée ne tarda pas à se montrer. Elle remua trois fois
ses lèvres épaisses avec beaucoup de majesté, prit lentement trois
aspirations d'air en regardant du côté de la source du fleuve, puis:

«Attends,» lui dit-elle.

Et, ayant tourné trois fois sur elle-même, elle sortit de l'eau à
mi-corps, et se mit à chanter, d'une voix étrange, les paroles que
voici:


CHANT DE LA CARPE.

«Accourez, accourez, vous qui aimez les nuits noires et les eaux
limpides, innombrables tribus aux nageoires rapides et aux gosiers
affamés; vous qui aimez les rivages paisibles et déserts, les eaux
sans pêcheurs et sans filets, venez ici, Animaux à sang rouge, Carpes
dorées, Truites azurées, Brochets avides; déployez vos nageoires,
Mulets, Argus, Chirurgiens, Horribles, troupe soumise à mes lois;
venez aussi, souples Anguilles, brunes Écrevisses, et vous, reines des
Ovipares, Grenouilles enrouées. Quoiqu'il ne s'agisse ni de boire ni de
manger, et qu'on ne vous ait pas même offert en sacrifice... un Ciron!
rendez vos oracles! Montrez que vous savez parler, quoi qu'on dise, et
donnez votre avis à cet époux malheureux.

«Est-il ou n'est-il pas trompé? Sa Chouette est-elle morte ou infidèle?
Sachez d'abord que si elle est morte, l'infortuné se résignera à vivre
pour la pleurer; mais qu'il se précipitera dans les eaux, si elle est
infidèle.»


Le monde des esprits est facile à éveiller.

[Illustration]

Bientôt le Hibou tremblant vit ce qu'il n'avait jamais vu. A la voix
de la Carpe, les têtes de tous ceux qu'elle avait évoqués sortirent
successivement des eaux, et formèrent bientôt une ronde fantastique,
au-dessus de laquelle d'autres rondes, composées d'innombrables
Insectes, et montant en spirale jusqu'au ciel, apparurent tout à coup.
Par un prodige inouï, des nymphéas, bravant les ténèbres, élevèrent
leurs tiges hardies jusqu'à la surface de l'eau, et beaucoup de fleurs,
qui s'étaient fermées pour ne se rouvrir qu'au matin, furent tirées,
contre l'ordre de la nature, de leur profond sommeil. Des nuages épais
pesaient sur l'atmosphère; le ciel semblait comprimer la terre; l'air
était lourd, et le silence si grand, que M. le Duc pouvait entendre
distinctement les battements de son cœur.

La vieille Carpe se plaça au milieu, et les rondes se mirent à tourner
autour d'elle, chacune dans son sens, les unes vivement, les autres
lentement. Au troisième tour, la vieille Carpe fit un plongeon, resta
sous l'eau pendant quelques minutes, et du fond de l'abîme rapporta
cette réponse au Hibou épouvanté:

«Ton épouse bien-aimée n'est pas morte!»

Cela dit, la tête et la queue de la sorcière se rapprochèrent, par un
mouvement bizarre, comme les deux extrémités d'un arc; elle fit un bond
prodigieux, s'éleva de six pieds dans les airs, et disparut.

«Elle n'est pas morte! elle n'est pas morte!» répéta le chœur infernal;
«elle n'est pas morte! La Chouette est l'oiseau de Minerve; la fille de
la Sagesse t'aurait-elle quitté si tu ne l'avais pas mérité? A l'eau! à
l'eau! à l'eau! Hibou, tu l'as promis, il faut mourir!

«Chantons, chantons gaiement!» criaient les Écrevisses et les
Grenouilles; «peu nous importe pourquoi tu meurs, pourvu que tu meures
et que nous puissions souper avec Ta Seigneurie. Chantons, dansons et
mangeons! peut-être demain serons-nous sous la dent des Hommes!»

Une petite Ablette aux sept nageoires, qui n'était encore qu'une
demi-sorcière, s'approcha tout au bord de l'eau: «Ton malheur nous
remplirait de tristesse et de pitié, lui dit-elle d'un air moitié naïf
et moitié railleur, si notre tristesse et notre pitié pouvaient le
faire cesser.»


«Elle n'est pas morte, disait le pauvre Hibou à moitié fou; elle n'est
pas morte... je ne comprends pas.» Et l'eau avait repris son cours;
magiciennes et magiciens, voyant qu'il ne se pressait pas de mourir,
étaient rentrés, ceux-ci dans leur bourbe, ceux-là dans leurs roseaux
et sous leurs pierres, qu'il disait encore, en agitant ses ailes avec
désespoir: «Je ne comprends pas.»

Le hasard et un peu d'insomnie m'avaient conduite, cette nuit-là, de
ce côté. J'avais été spectatrice muette de la scène que je viens de
raconter. J'eus pitié de lui, et je l'abordai.

«Cela veut dire, lui dis-je, si cela veut dire quelque chose, qu'elle
est infidèle, oui, infidèle. Cela veut dire aussi que la plupart de
ces Poissons ne seraient pas fâchés de te voir mourir, et qu'ils te
trouveraient bon à manger. Mais pourquoi mourir? en seras-tu moins
trompé?» Et je le remis dans son chemin et dans son bon sens, après
avoir employé, pour le décider à vivre, toutes les formules au moyen
desquelles on console les gens qui ont envie d'être consolés.

J'eus le plaisir de l'entendre envoyer au diable les Carpes magiciennes
et leurs oracles intéressés.


Comment un Hibou meurt d'amour.

J'ai su plus tard que ce pauvre Oiseau, dont la tête n'avait jamais été
bien forte, s'était jeté, pour se distraire, disait-il, dans ce qu'il
appelait les plaisirs. Il est rare qu'un esprit médiocre se résigne au
malheur. Il s'abandonna à toutes sortes d'excès, et surtout à des excès
de table, ainsi qu'il l'avait vu pratiquer, en pareille occasion, à
quelques héros de roman. Comme il avait beaucoup d'appétit et peu de
goût, il mangeait souvent des choses malsaines, et mourut bientôt, les
uns disent d'amour, les autres d'indigestion. Le fait n'est pas encore
éclairci.

Je crois pouvoir affirmer, à sa louange, que, s'il ne fût pas mort de
la maladie que nous venons d'être forcée de nommer, il aurait pu mourir
d'amour; car il aimait passionnément sa pauvre Chouette, qui, avant
d'être une grande dame, avait été une simple Chouette fort bonne et
très-attachée à ses devoirs.

Il en est des plaies du cœur comme de celles du corps: quand elles ont
été profondes, elles se ferment quelquefois; mais elles se rouvrent
toujours, et on finit par mourir, en pleine santé, de celles dont on a
été le mieux guéri.


Faites-vous donc Grande-Duchesse!

Et madame la Duchesse? Au bout de quinze jours, son séducteur
l'abandonna pour une vraie Duchesse qu'il emmena en Grèce, où ses
ancêtres avaient été rois. Elle en fut si humiliée, qu'elle maigrit
à vue d'œil, et mourut, seule, dans le tronc d'un vieux saule, de
honte, de misère et presque de faim, bien coupable, mais aussi bien
malheureuse.

Faites-vous donc Grand Duc et Grande Duchesse!


Où l'auteur reprend la parole pour son propre compte.--Conclusion.

On voyagerait pendant une éternité, on ne s'arrêterait pas plus que
le temps, que cette agitation sans fin ne suffirait pas à rendre le
mouvement à un cœur fatigué. Après avoir été partout, ou peu s'en faut,
je me demandai à quoi avait abouti cette course d'âme en peine, et si
les Corneilles étaient faites pour courir le monde ou pour vivre en
société. N'y avait-il pas eu dans cette soumission aux exigences de
mon chagrin, si légitime qu'il fût, plus d'égoïsme que de raison? la
lutte n'eût-elle pas été plus glorieuse que la fuite? et si triste
qu'eût pu être mon existence, n'eût-il pas mieux valu la consacrer à
mes pareilles, que de l'user sans profit pour personne dans de stériles
voyages? Le résultat de ces réflexions tardives, comme toutes les
réflexions, fut que je ferais bien de retourner parmi les miens.

Mais où me fixer?

Les vieilles cathédrales sont les hôtelleries naturelles des voyageurs
de notre espèce. J'avais visité, pendant le cours de mes voyages,
presque toutes les églises de France. A laquelle devais-je donner la
préférence?

J'hésitais entre trois surtout.

Retournerais-je à Strasbourg, ma patrie? Reverrais-je ma chère
cathédrale avec sa flèche élégante, ses fines ciselures et sa pierre
inattaquable? Mais non! tout m'y rappellerait le passé, et rien n'est
plus triste que de se souvenir qu'on a été heureux, quand on ne l'est
plus.

Irais-je à Reims et chercherais-je un refuge dans les broderies de son
splendide portail? Mais pourquoi à Reims plutôt qu'ailleurs?

J'allais me décider pour la noble cathédrale de Chartres, le plus
sévère, le plus digne et le plus sacré des monuments gothiques de notre
pays, quand j'appris qu'une grande quantité de Corneilles venaient
de fonder une colonie dans une des tours de Notre-Dame de Paris; de
Notre-Dame de Paris dont j'avais tant entendu parler et que je ne
connaissais pas encore. Ma foi, par un reste d'habitude de voyageuse,
je me décidai pour cette illustre inconnue. Notre-Dame avec sa mâle
architecture, ses fortes tours, sa façade un peu massive, me parut
plutôt puissante qu'imposante, mais ses bas côtés me ravirent. J'y
fus saluée dès mon arrivée par un très-vieux Corbeau, que je reconnus
tout d'abord pour un de mes compatriotes, à son accent qu'un véritable
Alsacien ne perd jamais.

Puisque l'occasion s'en présente, je ne suis pas fâchée d'avoir à dire
quelques mots de ce personnage.

«Écrivez de ce personnage tout ce que vous voudrez, me dit en
m'interrompant pour la seconde fois le malencontreux conseiller que
j'ai déjà cité au commencement de ce récit, et qui s'étant, depuis ma
réponse, tenu derrière moi sans mot dire, lisait sans façon par-dessus
mon aile, à mesure que j'écrivais; ne vous gênez pas; son tour est
venu, vengez-vous.

--Avez-vous déjà peur? lui dis-je; attendez donc, et en attendant,
taisez-vous.»

Pourquoi ne le dirais-je pas? Dans ce vieillard je retrouvai un
ancien ami d'enfance; il y avait bientôt un siècle que nous ne nous
étions vus.

Ce qui nous avait séparés, c'est qu'il avait été fou de tout dans sa
jeunesse, de tout, et de moi un peu, s'il m'est permis de le dire. Or,
mon cœur n'étant déjà plus libre (j'étais à la veille de me marier), il
avait quitté le pays, désespéré, jurant et criant qu'il en mourrait. Il
n'en était pas mort, on le voit. Que mes lectrices veuillent bien faire
comme moi, qu'elles lui pardonnent d'avoir survécu.

«Quoi! me dit-il en m'abordant avec une émotion qui me toucha plus
qu'il ne m'aurait convenu de le laisser voir, ne daignerez-vous pas
reconnaître votre ancien amoureux? Il y a tantôt cent ans que je vous
aime, et que je vous aime en vain. Que n'ai-je pas fait, grand Dieu,
pour vous oublier[16]! Me punirez-vous de n'y avoir pas réussi? Je vous
en prie, ajouta-t-il, restez avec nous.

  [16] J'ai su plus tard que ce cœur obstiné n'avait en effet rien
  négligé pour en arriver à se débarrasser complétement de mon
  souvenir. Il s'était marié jusqu'à trois fois, sans rien obtenir d'un
  remède aussi violent et aussi opiniâtrément appliqué... O Corneilles,
  _Ab uno disce omnes!_

--Ceci, lui répondis-je, m'a tout l'air d'une déclaration en bonnes
formes; mais un amour de cent ans ressemble, à s'y tromper, à une
belle et bonne amitié: je l'accepte comme tel. Allons, consolez-vous,
ajoutai-je. L'amour est un enfant, il veut des cœurs jeunes comme lui;
ne sommes-nous pas trop vieux? Me voici à Paris, j'y resterai, mais à
une condition: c'est que vous me chercherez un logement.

--N'est-ce que cela? me dit-il en me montrant un Dragon volant; je
demeure sous l'aile gauche de ce Dragon, l'aile droite est libre; si
l'appartement vous convient, refuserez-vous d'être ma voisine?» Et il
me vanta les charmes de sa résidence. A l'en croire, été comme hiver,
c'était un lieu de délices.

Ce jour-là, mon excellent ami me parlait de sa voix la plus douce,
son air était si bon et son accent si pénétré, que je n'aurais osé le
refuser. Je retirai pourtant d'entre les siennes une de mes pattes
qu'il serrait avec un peu plus de tendresse que n'en comportait une
simple amitié.

«Quel bonheur! et qu'il fait bon vieillir!» s'écria mon heureux voisin,
quand il me vit installée.

Quel bonheur, en effet! Nos caractères étaient tels, qu'il suffisait
que l'un dît oui pour que l'autre dît non. Chose bizarre, l'harmonie
naissait de ce désordre même; nous n'étions jamais d'accord, mais en
revanche nous étions les meilleurs amis du monde. Mon vieil ami avait
pour système de n'en point avoir, et je prétendais, moi, qu'on ne
vient à bout de la plus petite comme de la plus grande chose du monde
qu'à l'aide d'un syst