Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'amiral Du Casse, Chevalier de la Toison d'Or (1646-1715)
Author: Casse, Robert Emmanuel Léon Du
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'amiral Du Casse, Chevalier de la Toison d'Or (1646-1715)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Libraries)



  Note sur la transcription:

  Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
  corrigées, sauf à la page 202 la phrase «Taisez-vous, Breton, vous
  aurur oaqueoztsllangue trop longue.»

  L'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été harmonisée.

  Les numéros de page manquants dans l'index ont été rajoutés.

  Les mots en italiques sont _soulignés_.



                          L'AMIRAL DU CASSE
                             (1646-1715)

      Paris.—Imprimerie JULES LE CLERE ET Cie, rue Cassette, 29.



                          L'AMIRAL DU CASSE
                     CHEVALIER DE LA TOISON D'OR
                             (1646-1715)

              ÉTUDE SUR LA FRANCE MARITIME ET COLONIALE
                         (Règne de Louis XIV)

                                 PAR

                       LE BARON ROBERT DU CASSE
            Attaché au Département des Affaires étrangères


                                PARIS
                        BERGER-LEVRAULT ET Cie
  Éditeurs de la Revue maritime et coloniale et de l'Annuaire de la
                                Marine
                       5, RUE DES BEAUX-ARTS, 5
                        _MÊME MAISON A NANCY_

                                 1876



AVANT-PROPOS


Possédant, parmi mes papiers de famille, quelques documents sur
la marine militaire et marchande, sur les colonies françaises et
étrangères, ainsi que sur les rapports diplomatiques entre la France et
les autres puissances maritimes de l'Europe, pendant la seconde partie
du règne de Louis XIV, je résolus, il y a deux ans, de rédiger le récit
de tous les faits importants auxquels se trouva mêlé, de 1676 à 1715,
mon arrière-grand-oncle, l'amiral du Casse.

Le directeur général des archives du ministère de la marine, M.
de Larbre, auquel je fis part de mon projet, mit avec une extrême
obligeance à ma disposition les papiers relatifs à cette époque,
conservés dans les cartons du ministère. M. de Larbre voulut bien
désigner, pour me guider dans mes recherches, un des attachés les plus
érudits de sa direction, le vicomte Hubert de Fontaine de Resbecq.

Avec l'autorisation de M. Faugère, directeur général, j'ai complété
ce travail aux archives du département des affaires étrangères, où
j'ai trouvé divers documents se rapportant aux missions diplomatiques
remplies par l'amiral du Casse.

  Château de Chanteloup-Dissay (Sarthe). Novembre 1875.



LIVRE PREMIER

De 1646 à 1686. SÉNÉGAL.

  Naissance et premières années de du Casse.—Création de la Compagnie
  des Indes occidentales par arrêt du roi (1672).—Du Casse reçoit en
  1677 la direction supérieure de toutes les forces de terre et de mer
  de la Compagnie, ainsi que le gouvernement de la côte occidentale
  d'Afrique.—Prise de Gorée et des comptoirs hollandais par l'amiral
  d'Estrées.—Les trois comptoirs de Rufisk, Joal et Portudal.—Traité
  avec les rois nègres de Cayor, de Sin et de Baol.—Du Casse
  obtient pour la France le monopole du commerce dans l'Afrique
  occidentale.—Expéditions de juillet et d'août 1678.—Capitulation
  du fort d'Arguin.—Démêlés avec les Hollandais.—Leur
  conduite déloyale.—Soulèvement de trois rois africains. Leur
  soumission.—Traité avantageux pour le commerce français.—Les idées
  de du Casse reprises en 1864 par le colonel Faidherbe.—Réclamations
  des ambassadeurs de Hollande auprès du ministre des affaires
  étrangères.—La traite en Amérique.—Du Casse à Saint-Domingue.—Sa
  nomination de directeur de la compagnie du Sénégal.


La majesté royale a eu sa plus haute expression dans la personne de
Louis XIV.

Ce prince avait reçu de la Providence le jugement et la sagacité qui
font les monarques d'un ordre supérieur. Il savait distinguer les
hommes, assigner à chacun, selon ses aptitudes et ses œuvres, la
place qui lui convenait. Il cherchait le vrai mérite, l'appréciait et
l'utilisait au profit de la France.

Son âme était trop élevée pour qu'aucun sentiment de crainte ou de
jalousie pût l'empêcher de s'entourer d'hommes éminents. Il laissait
volontiers à ceux qu'il employait avec discernement, la gloire qui leur
revenait, sachant bien d'ailleurs que la sienne n'en pouvait être
diminuée.

Aussi avait-il toujours soin de confier les affaires de l'Etat
à d'intègres administrateurs, à d'intelligents diplomates, le
commandement des armées à d'habiles généraux.

Son règne vit surgir un grand nombre d'hommes remarquables. Sous
un autre roi, ces hommes fussent peut-être restés ignorés de leurs
contemporains et inutiles à leur patrie.

Nous allons étudier la vie de l'un des personnages de ce règne
glorieux, Jean du Casse[1], qui, capitaine au long cours, s'éleva au
rang de lieutenant général des armées navales et, d'après Saint-Simon:
_aurait été maréchal de France si son âge l'eût laissé vivre et servir_.

  [1] Nous avons adopté l'orthographe _du Casse_ de préférence à toute
  autre, étant celle le plus généralement suivie et en usage dans la
  famille.

  Dans les actes de l'état civil, le nom est écrit de différentes
  manières, ce qui s'explique par l'irrégularité avec laquelle ils
  étaient tenus avant 1789 et par le peu d'importance qu'avait à cette
  époque l'orthographe des noms propres.

  Dans l'acte de naissance de l'amiral (Saubusse 1646), son nom est
  écrit: _du Casse_.

  Dans celui de décès (Bourbon-l'Archambault 1715), _Ducasse_.

  Dans l'Armorial général de d'Hozier (Paris 1699), _Ducas_.

  Dans l'acte de mariage de son neveu (Bayonne 1704), le nom de la
  future est écrit de deux façons différentes: _Etiennette de Jordain_,
  et _Etiennette de Jourdain_.

  Quant à attribuer une valeur nobiliaire à la particule, c'est
  commettre une erreur qui s'est accréditée depuis la Révolution. Sous
  l'ancien régime on était gentilhomme sans particule, témoin les
  _Chabot_, les _Anjorrant_, et l'on était roturier bien qu'on portât
  un nom précédé de la particule.

La nature avait doué du Casse des vertus et des qualités qui préparent
les hommes d'élite, auxquels il ne manque, pour briller, qu'une scène
en rapport avec leur mérite et leurs aptitudes.

Marin intrépide, il fut aussi un administrateur habile, un diplomate
d'une haute intelligence et un éloquent orateur.

Il naquit dans le Béarn, où sa famille était établie depuis longues
années. Un de ses parents Guillaume du Casse, occupait vers la fin du
XVIe siècle une charge au parlement de Bordeaux.

La plupart des historiens ont été induits en erreur sur le lieu et
la date de la naissance de l'amiral du Casse. Le duc de Saint-Simon
lui donne pour patrie Bayonne, probablement parce que le neveu de
l'illustre marin habitait cette ville et s'y était marié en 1704. Les
historiographes les plus autorisés de la marine rajeunissent l'amiral
de plusieurs années; or son acte de baptême porte:

«Le second d'aoust mil six cent quarante six, en l'église paroissiale
de Saubusse, a esté baptisé Jean du Casse fils, légitime de Bertrand
du Casse et de Marguerite de Lavigne, estant parrin Jean de Sauques et
marraine Bertrande de Letroncques, habitants les tous dudit Saubusse;
présents Bertrand Destanguet et Estienne de Laborde, habitants du dit
Saubusse.» Signé: Darjou, prestre.

Saubusse est un joli village de neuf cents habitants, à neuf kilomètres
de Dax, sur la rive droite de l'Adour, bâti en amphithéâtre dans un
site pittoresque; de la terrasse du château qui domine la vallée, on
embrasse la vue du cours de la rivière et d'une partie de la chaîne des
Pyrénées.

Dès son enfance, du Casse montra une intelligence précoce, un grand
amour du travail. On le trouvait constamment un livre à la main.
Ce n'était pas la lecture des romans de d'Urfé ou de mademoiselle
de Scudéri qui remplissaient ses loisirs, mais l'étude d'ouvrages
sérieux. Il fit seul son éducation. Dès qu'il connut les auteurs
français, il eut le plus vif désir de lire dans leur texte original les
chefs-d'œuvre de l'antiquité. A force de travail et d'application, il
parvint à s'assimiler la langue latine.

Si du Casse fut né dans le centre de la France et non sur le bord
de la mer, au milieu d'une population de marins, si le hasard l'eût
appelé à vivre au sein d'une société de gens adonnés à la culture
des belles-lettres, peut-être le futur lieutenant général des armées
navales, au lieu de commander des escadres, eût-il occupé un fauteuil à
l'Académie française.

Un peu rêveur, dans son enfance, il se laissait volontiers aller aux
charmes de la vie contemplative. Il passait des heures entières assis
sur la plage, regardant onduler les vagues. Cette tendance à une sorte
de mélancolie étonnait ses compatriotes, rudes marins plus habitués
à braver les périls de la navigation qu'à contempler les beautés
poétiques de l'Océan.

La constitution physique de Jean du Casse fut lente à se développer.
A dix-huit ans, sa figure était encore quasi enfantine; néanmoins
aussitôt qu'il commença à prendre la mer pour de longs voyages, il
révéla ce qu'il serait un jour.

Il apprit vite à surmonter les obstacles. Dans plus d'une circonstance,
il donna de judicieux conseils à de vieux matelots. Homme de bon sens
et d'esprit, de beaucoup d'esprit même, il laissait souvent échapper
des saillies pleines de justesse et d'à-propos. Toujours intéressante
à écouter, sa conversation avait de l'entrain et de la gaieté; il
possédait au plus haut degré ce que l'on appelait encore à Bayonne, du
temps de son neveu l'échevin Bernard du Casse, la verve pétillante et
un peu _braque_ des du Casse. Mais il avait du tact, et savait toujours
observer une juste mesure dans ses paroles comme dans ses actions.

Tel il était dans son enfance, tel le connut quarante ans plus tard le
duc de Saint-Simon: _Avec beaucoup de feu et de vivacité, doux, poli,
respectueux, affable et ne se méconnaissant jamais_.

De sa personne, il était plutôt bien que mal; l'air distingué, mince,
élancé, il avait une charmante tournure.

Grâce à tous ces avantages, grâce à une éducation soignée, assez rare à
cette époque, il fit un rapide chemin dans la marine marchande, théâtre
de ses premiers exploits.

Nous croyons inutile de raconter les débuts de du Casse dans cette
carrière. Ce récit offrirait peu d'intérêt, et serait plutôt le récit
des actions des autres que des siennes propres; nous dirons seulement
qu'il commença par servir sur les vaisseaux de la compagnie des Indes
occidentales et qu'il passa ensuite au service de la compagnie du
Sénégal.

En 1626, une association de marchands de Dieppe et de Rouen avait tenté
d'exploiter, sur le continent africain, des comptoirs administrés par
des directeurs de son choix. En 1664, ces commerçants vendirent leurs
établissements pour la somme de 150,000 livres tournois à une compagnie
dite des _Indes-Occidentales_, créée par un édit du mois de mai de la
même année.

Un arrêt du conseil du roi, du 9 avril 1672, obligea cette compagnie à
céder tous ses comptoirs et priviléges à une société qui, par lettres
patentes du mois de juin 1679, prit le titre de _Compagnie du Sénégal_
et obtint le privilége exclusif du négoce, depuis le cap Blanc jusqu'à
celui de Bonne-Espérance.

Afin de protéger son commerce, et d'empêcher les empiétements, la
_Compagnie du Sénégal_ avait besoin de soldats, de marins vigoureux, et
surtout de chefs habiles pour commander ses navires. Elle jeta les yeux
sur du Casse.

Quelques années suffirent à ce dernier pour mériter et obtenir le
commandement en second d'un navire de fort tonnage. En 1676, la
compagnie le nomma capitaine de son plus beau vaisseau, et l'année
suivante (1677) elle lui confia, avec l'assentiment du roi, la
direction supérieure de toutes ses forces de terre et de mer, ainsi que
le gouvernement de la côte occidentale d'Afrique.

Cette double mission, de la plus haute importance, rendait du Casse
le protecteur du commerce français en Sénégambie, et lui donnait la
défense de cette colonie.

A cette époque, la gloire de Louis XIV était à son apogée. L'Europe
entière, coalisée contre la France, cédait à la puissance de ses armes.
La Hollande était subjuguée, le Palatinat envahi, les possessions
continentales de l'Espagne conquises. L'électeur de Brandebourg, doué
de cette duplicité dont on retrouve la trace dans tous les actes de
la politique cauteleuse des Hohenzollern, était prêt à abandonner de
nouveau des alliés dans le malheur, et à implorer une seconde fois de
Louis XIV un traité de paix particulier. La Franche-Comté venait d'être
réunie à la couronne; Strasbourg ne devait pas tarder à l'être.

Les flottes françaises faisaient, sur toutes les mers, respecter le
pavillon du grand roi.

Le drapeau blanc flottait sur les côtes de Madagascar et aux rives du
Mississipi. «_Nec pluribus impar_,» pouvait dire, dans un juste et
légitime orgueil, Louis XIV.

L'année précédente (1676), le vice-amiral Jean d'Estrées avait conquis
sur les Hollandais la colonie de Cayenne; quelques mois plus tard, il
battait l'amiral Byngs et s'emparait de Tabago. Poursuivant le cours de
ses brillants succès, il vint avec une escadre attaquer l'île de Gorée.

Cette île est située à trois kilomètres du cap Vert, entre l'embouchure
de la Gambie et celle du Sénégal. Ses côtes sont escarpées et presque
inaccessibles, sauf du côté de l'est, où se trouvait alors un petit
port à demi ensablé. Des chaloupes pouvaient seules y aborder. Les
Hollandais avaient deux forts dans l'île: l'un, sur une hauteur,
dominait le port; l'autre le joignait et était à quatre demi-bastions.

Le 1er novembre 1677, le maréchal d'Estrées s'empara de l'île, rasa le
fort le plus élevé et détruisit l'autre en partie.

Gorée défendait les abords des comptoirs hollandais. Ces établissements
commerciaux étaient au nombre de trois sur les côtes de cette partie de
l'Afrique: l'un se trouvait à Rufisk, sur les terres du roi de Cayor;
un autre à Joal, sur celles du roi de Sin; le troisième à Portudal,
dans les domaines du roi de Baol.

Ces trois petits royaumes sont situés dans la Sénégambie; Rufisk et
Portudal sont sur la côte, Joal près de l'embouchure et sur la rive
droite du Sénégal; le plus important est Cayor, dont le roi prend le
titre de _Damel_.


Du Casse commandait alors (1677), comme il a été dit plus haut, sur
la côte d'Afrique. Il montait le vaisseau _l'Entendu_ de la marine
royale, portant quarante-quatre canons et deux cent cinquante hommes
d'équipage. Le 15 novembre, il se rendit à Gorée, dont il mit les
agents de la compagnie du Sénégal en possession.

Il fut ensuite à Rufisk, à Portudal et à Joal, où se trouvaient les
comptoirs hollandais; il conclut avec les rois de Cayor, de Baol et de
Bourzin des traités analogues à ceux précédemment signés par ces mêmes
princes avec le gouvernement batave. Moyennant une redevance annuelle
et déterminée, les commis de la compagnie française du Sénégal eurent
le monopole de la traite et de tout le commerce d'exportation sur le
littoral africain.

Après avoir arrêté ces conventions, vers le mois de décembre 1677, du
Casse s'embarqua pour la France, afin de rendre compte à la compagnie
de ce qu'il avait cru devoir faire.

La compagnie du Sénégal le combla d'éloges. Notre marin quitta de
nouveau la France au mois d'avril 1678, à la tête d'une escadre formée
de plusieurs navires armés en guerre. Arrivé à Gorée le 8 mai 1678,
il commença par passer une inspection générale des établissements
qu'il avait installés quelques mois auparavant. Il les trouva tous
dans une situation prospère. Les employés de la compagnie jouissaient
tranquillement des avantages qu'il leur avait procurés par son
traité. Ils vivaient en parfaite harmonie avec les indigènes. Voulant
récompenser les rois et les grands du pays de la bonne foi avec
laquelle ils avaient jusqu'alors tenu leurs engagements, du Casse leur
remit des présents rapportés par lui, objets inconnus et par conséquent
fort estimés dans ces régions lointaines. Sa générosité donna à ces
peuples une haute idée de la puissance ainsi que de la richesse de la
France, et leur inspira un grand respect pour un homme aussi magnifique.

Craignant que les Hollandais ne fissent une tentative pour réoccuper
leurs anciens comptoirs, du Casse résolut de mettre l'île de Gorée,
ainsi que les points accessibles des côtes de terre ferme, en état de
défense, en rétablissant les anciennes fortifications. Les événements
donnèrent raison à sa perspicacité.

Chassés des rives de la Gambie, les Hollandais avaient gardé à cent
lieues au nord, près du cap Blanc, une forteresse bâtie dans la baie
d'Arguin. Ils s'y étaient solidement établis, et de là faisaient le
commerce d'une partie du Sahara, achetant et exportant la gomme,
les plumes, la poudre d'or et l'ambre gris. Chaque fois que les
navires français, chargés de la protection de la colonie du Sénégal,
s'éloignaient pour porter dans la mère-patrie leurs cargaisons, les
Hollandais, ne se contentant pas d'exploiter l'intérieur de l'Afrique
septentrionale, profitaient de l'éloignement des navires de la
compagnie française pour faire la traite dans les parties concédées à
cette compagnie, cherchant à ruiner son commerce.

Persuadé que le voisinage de l'ennemi amènerait infailliblement la
perte des établissements de la compagnie du Sénégal, du Casse, en sa
qualité de commandant supérieur dans les mers d'Afrique, prit sur lui
d'enlever le fort d'Arguin.

Jugeant l'expédition assez importante pour nécessiter sa présence,
il se mit à la tête du corps expéditionnaire. Le 10 juillet 1678, il
débarqua devant le fort hollandais. En quelques jours, il se rendit
maître de tout le territoire placé sous la domination batave. Au nom
du roi, il somma le gouverneur de rendre la place. Sur son refus, il
fit ouvrir le feu. Mais il ne tarda pas à reconnaître que la position
était trop forte et nécessiterait un siége en règle. Or, il n'avait pas
pour cette opération un matériel suffisant. Il ne s'obstina pas dans
son entreprise et, avec une prudence et une sagesse admirables chez
un homme aussi jeune (trente-deux ans), il reprit la mer et revint au
Sénégal compléter ses moyens d'action. Il embarqua alors avec lui comme
second le chevalier de Richemont et cent hommes de renfort, grossit
son escadre du vaisseau de la marine royale _l'Entendu_, et de quatre
bâtiments de transport, chargés de tout ce qui était nécessaire pour le
siége.

Le fort d'Arguin exigeait, en effet, une puissante artillerie. Sa
position, au sommet d'un rocher, le rendait presque inaccessible. Il
était couvert par une double enceinte, formée de quatre bastions.
L'escarpe avait une épaisseur de quinze pieds et une élévation
considérable au-dessus des fossés; la garnison comptait un millier de
défenseurs, commandés par un chef énergique, le colonel hollandais
Corneille Der-Lyncourt. La place était armée de trente bouches à feu.


Le 22 août, du Casse parut de nouveau devant Arguin et s'empara de
l'île aussi facilement que la première fois.

Le gouverneur du fort, qui avait appelé à son aide les peuplades
indigènes, montra la même fermeté dans sa défense, qui fut fort belle.
Néanmoins du Casse parvint, en quelques jours, à couronner le chemin
couvert et à y établir deux batteries de neuf pièces chacune. En
quarante-huit heures, il eut une brèche praticable, et fit en outre
creuser sous l'escarpe une mine pouvant faire sauter une partie du
fort.

Le 29, il envoya à l'assiégé la sommation suivante:

  «Nous, du Casse, commandant le vaisseau du roy _l'Entendu_ et les
  autres vaisseaux et troupes destinées pour la terre:

  «Déclarons à M. Der-Lyncourt, gouverneur de l'isle et fort d'Arguin
  appartenant aux Etats de Hollande, que le lundi 22 août nous avons
  fait descente avec nos troupes destinées pour l'attaque, et que
  nous avons pris possession de l'île au nom du roy; qu'ayant voulu
  attaquer le château, la vigoureuse résistance que nous a faite le dit
  sieur gouverneur par diverses fois nous a obligé à descendre notre
  artillerie, composée de dix-huit pièces, dont nous avons fait deux
  batteries différentes, de l'une desquelles nous avons fait faire feu
  pendant vingt-quatre heures, et étant maintenant en état de se servir
  de l'autre et de toutes ses forces pour la réduction de la place,
  sommons le dit sieur gouverneur de nous la remettre en main; faute de
  quoy nous sommes prêts à achever la brèche, à monter à l'assaut et
  faire jouer la mine, et il lui mandera en réponse s'il est en estat
  d'y résister sous peine d'encourir toutes les rigueurs les plus
  sévères de la guerre.

  «Fait au camp devant Arguin, le 29 août 1678.»

L'artillerie des assiégeants avait fait des ravages considérables dans
les rangs des défenseurs de la place.

Le gouverneur hollandais ne voulut pas risquer d'exposer sa garnison
aux rigueurs extrêmes, dont on la menaçait, s'il prolongeait une
défense inutile et laissait donner un assaut dont le résultat ne
pouvait être douteux. Il entra en pourparlers. Sa défense avait été
vigoureuse; du Casse voulut le reconnaître, en lui accordant une
capitulation des plus honorables.

Avant de rien stipuler pour lui-même, le colonel Der-Lyncourt avait
demandé que les Mores, ainsi que leurs familles, au service de son
gouvernement, fussent déclarés libres sans pouvoir jamais être
inquiétés à cause de leur conduite antérieure à la capitulation
d'Arguin. Cette manière d'agir toucha du Casse, bien capable
d'apprécier la noblesse du caractère de son ennemi. En conséquence, le
vainqueur accorda avec plaisir les honneurs de la guerre.

En outre, il fit cadeau au commandant d'Arguin d'un navire de soixante
tonneaux équipé et bien aménagé. L'acte de donation est conçu en ces
termes:

  «Le sieur du Casse, capitaine commandant le vaisseau du roy
  _l'Entendu_. Nous certifions à qui il appartiendra qu'ayant pris
  M. Der-Lyncourt, gouverneur du château d'Arguin en Afrique, et lui
  ayant donné un passeport pour se retirer en Hollande, ou tel port
  de l'Europe que bon luy semblera, nous lui avons donné, pour cet
  effet, une galiote du port d'environ soixante tonneaux, en sa propre
  personne, pour en disposer comme de son bien mesme, sans que personne
  de ses gens ny autres y puissent rien prétendre ny mesme la compagnie
  de Hollande, à qui elle a appartenu.»

Le 2 septembre au matin, le capitaine du Casse, à la tête de ses
troupes, fit une entrée triomphale dans le château d'Arguin. A midi, un
_Te Deum_ solennel fut chanté dans la chapelle. Quelques jours après,
toutes les fortifications furent rasées, et pour qu'on ne put jamais
remettre cet établissement dans son état primitif, les Français eurent
soin de faire sauter les rochers, défenses naturelles de la place.

Le 1er septembre, la garnison hollandaise était sortie avec les
honneurs de la guerre, et le surlendemain, avant de s'embarquer pour
retourner dans son pays natal, son chef avait écrit au vainqueur une
lettre qui se terminait par ces mots, empreints d'une certaine naïveté:

  «Je reconnais que M. du Casse a exécuté la présente capitulation et
  tous les articles dont je suis très-content, ainsi que de toutes les
  autres choses qu'il m'a faites.»

  «Signé: DER-LYNCOURT.

  3 septembre 1678.»

Peu de jours après la prise d'Arguin, du Casse revint à Gorée. Il
fit construire, dans l'île deux maisons pour loger les agents de la
Compagnie de commerce française. Il s'occupa de faire prospérer les
comptoirs qu'elle y avait établis sous sa protection. Il exigea
des rois nègres de la côte le renouvellement de l'engagement en
vertu duquel la compagnie serait seule admise à trafiquer dans leurs
États, sous les conditions auxquelles avaient été jadis astreints les
commerçants hollandais.

Dans le courant du mois d'octobre 1678, le capitaine du Casse
s'embarqua à bord de l'un des navires de la compagnie et remonta
le cours de la Gambie, afin de s'assurer de la situation des
établissements français sur les rives de ce fleuve. Il avait laissé
le vaisseau royal _l'Entendu_ mouillé près le cap Vert, sous le
commandement de son second, le capitaine Jean de Brémand.

Au mois de novembre 1678, un navire hollandais, _le Château de
Corassol_, commandé par le lieutenant Hubert, vint mouiller devant
Gorée, cherchant à s'emparer de cette île et des comptoirs voisins.

Apprenant cette tentative, du Casse revint immédiatement à Gorée, et
somma Hubert d'avoir à s'éloigner. Celui-ci sollicita une entrevue, qui
eut lieu le 20 novembre 1678.

«Monsieur, dit l'officier hollandais au commandant français en
l'abordant, mes compatriotes m'ont chargé de venir faire la traite dans
les îles du cap Vert et sur les côtes adjacentes, ainsi que le faisait,
il y a un an, M. le gouverneur Hopsake.»

Du Casse ne lui laissa pas le temps d'en dire plus long; et
l'interrompant brusquement:

«Je suis étonné d'une semblable mission. Elle est contraire aux
conventions diplomatiques. Seule, la compagnie de France a le droit de
traite dans ce pays. Vous invoquez le souvenir de M. Hopsake, ancien
gouverneur de cette côte pour les États généraux? Mais, depuis un an,
monsieur, Gorée a changé de possesseur. Ne le savez-vous donc pas? Les
États généraux ont osé soutenir la guerre contre le roi mon maître; Sa
Majesté a conduit en personne ses armées dans les Provinces-Unies, et
ordre a été donné à sa marine de s'emparer des colonies hollandaises.
Mgr le vice-amiral d'Estrées a pris possession de Gorée, ainsi que des
établissements voisins. Le traité de Nimègue, signé il y a quatre
mois entre le roi très-chrétien et les États généraux, a stipulé le
maintien de cette conquête entre les mains de la France. Et c'est
aujourd'hui, après un an de paisible possession, après la consécration
de cette possession par un traité de paix, que vous prétendez venir
nous troubler dans l'exercice de notre droit? C'en est assez; cessons
cet entretien. Et maintenant, monsieur, si vous ne vous éloignez pas
de Gorée, vous et vos hommes, je serai forcé de vous considérer comme
forbans, et d'agir en conséquence.»

Tel fut, à peu près, le langage du commandant français. Il rompit alors
la conférence, ne doutant pas que les Hollandais ne se retirassent.
Il n'en fut rien. Ils ne tinrent aucun compte de ses paroles, et
continuèrent à naviguer dans les mêmes eaux, cherchant à faire la
traite.

Du Casse envoya au capitaine du _Corassol_ une nouvelle injonction
d'avoir à se retirer. Celui-ci ne répondit rien et demeura sur la côte,
s'efforçant de soulever les nègres contre les Français. Il réussit en
effet à obtenir de quelques-uns d'embrasser sa cause.

Une dernière sommation étant restée, comme les précédentes, sans
résultat, le 1er décembre 1678, du Casse fit saisir le navire le
_Château de Corassol_ et reconduire l'équipage hollandais à la _Mina_,
port appartenant aux Provinces-Unies, situé à quatre cent cinquante
lieues du cap Vert, sur les côtes de Guinée.

Le 8 du même mois, un autre petit vaisseau hollandais se présenta
devant Gorée, pour faire la traite; mais du Casse l'ayant sommé de se
retirer, il obéit sur-le-champ.

Après être resté une vingtaine de jours en observation sur les côtes,
ne voyant plus aucun ennemi, du Casse pensa que les Hollandais
s'étaient enfin lassés de leurs injustes prétentions et ne
renouvelleraient plus leurs attaques.

Il crut donc pouvoir partir le 30 décembre, pour naviguer sur la
Gambie, et veiller à ce que la compagnie française pût librement faire
le commerce de ce côté, laissant encore une fois le commandement à son
lieutenant Jean de Brémand.

Dix jours s'étaient à peine écoulés depuis le départ de du Casse, qu'un
vaisseau hollandais de fort tonnage se montra dans les eaux du cap Vert
(8 janvier 1679).

Sa chaloupe étant venue reconnaître _l'Entendu_, le commandant de
Brémand fit tirer un coup de canon pour l'avertir d'avoir à l'accoster.
Le commandant de la chaloupe obtempéra à cette invitation et vint à
bord.

Jean de Brémand lui demanda quelle était la nationalité de son navire,
d'où il venait, qui le commandait.

Sur la réponse qui lui fut faite que le bâtiment était hollandais,
et arrivait d'Amsterdam sous le commandement du capitaine Hopsake,
l'officier français demanda ce que venait faire dans ces parages ce
commandant.

«M. Hopsake, lui répondit le Hollandais, était gouverneur de cette
côte, lorsque M. d'Estrées s'en est emparé. Il est envoyé par la
compagnie de Hollande pour rétablir ses anciens priviléges.

—C'est bien. Monsieur, si vous voulez rester à mon bord, je vais
envoyer par votre chaloupe un de mes officiers parler à M. de Hopsake.»

Le commandant de Brémand appela alors son second, et lui donna ses
instructions, lui recommandant d'amener à son bord M. de Hopsake et de
se bien rendre compte de l'armement du bâtiment hollandais.

Cet ordre fut ponctuellement exécuté. Le commandant de Brémand ne tarda
pas à voir revenir sa chaloupe avec M. de Hopsake. Il s'entretint
un instant en particulier avec son second et apprit que le bâtiment
hollandais, bien que d'un fort tonnage, étant surchargé de marchandises
et d'objets de commerce, ne renfermait proportionnellement à sa
grandeur qu'un nombre restreint de matelots. Il fit alors introduire
M. de Hopsake, qui exhiba la commission en vertu de laquelle il devait
rétablir dans son état primitif la colonie, dont il était anciennement
le gouverneur, et cela au profit d'une compagnie hollandaise.

Brémand lui répondit que les Français étaient en possession de Gorée
en vertu de l'article 7 du traité de paix de Nimègue, et en vertu de
l'article 6 du traité de commerce; qu'en conséquence il ne pouvait que
l'inviter à quitter ces parages.

Cette réponse fut faite d'un ton excessivement poli, mais net et
ferme. Hopsake, voyant qu'il n'obtiendrait rien en parlementant,
voulut essayer l'intimidation. Il déclara avec hauteur à Brémand qu'il
prétendait _traiter_, et qu'il irait à Rufisk faire le commerce avec sa
cargaison.

«Monsieur, riposta l'officier français, j'ai les ordres les plus
formels de M. du Casse. Je les exécuterai. Vous n'irez pas à Rufisk, je
vous le garantis, et si vous faites une tentative de ce genre, je vous
préviens que je brûle votre navire et tout ce qu'il renferme.

—Ces menaces dans la bouche d'un simple commandant en second ont lieu
de me surprendre.»

Brémand ne se laissa pas imposer par ce ton hautain et quelque
peu ironique du Hollandais. Il déclara qu'il agissait comme ses
instructions le lui prescrivaient et qu'il n'avait pas à craindre
un désaveu. Voyant la fermeté de Brémand, le Hollandais sollicita
la faveur d'être conduit auprès de du Casse. L'officier français y
consentit et le fit mener devant son chef. M. de Hopsake répéta à du
Casse ce qu'il avait déjà dit. Il reçut les mêmes réponses. Toutefois
du Casse, aussi fin que brave, sentant combien le calme et la paix
étaient nécessaires encore à la colonie naissante pour prospérer,
proposa au Hollandais, s'il consentait à se retirer de bonne grâce,
sans opérer aucune descente, de lui fournir tout ce qui lui serait
nécessaire, à lui et à son équipage, pour leur retour en Europe.

L'ex-gouverneur avait bien vu qu'il ne serait pas de force à entrer
en lutte avec les Français, commandés par des chefs aussi énergiques;
il accepta les propositions qui lui étaient faites, et promit tout ce
qu'on voulut.

Généreux, usant de procédés délicats, du Casse, après avoir reçu la
parole de son ennemi, se hâta de renvoyer seul l'officier qui l'avait
accompagné, et déclara au Hollandais qu'il était libre de rejoindre son
navire.

Du Casse s'était trompé en pensant qu'il pouvait avoir confiance en
cet homme. Il l'avait traité comme il aurait traité un gentilhomme
français, esclave de l'honneur et de la foi jurée. Ce n'est point
ainsi qu'il faut agir avec les représentants des nations mercantiles.
Que de fois nous l'avons éprouvé, dans les temps passés, et dans des
temps plus rapprochés de nous!...

Abusant des facilités que le gouverneur français lui avait laissées,
Hopsake, au lieu de s'en retourner directement à son bord, à la rade de
Gorée, se fit conduire à Joal.

De là, il se rendit à Portudal et ensuite à Rufisk; il passa quelques
jours dans chacune de ces localités.

Contrairement au serment qu'il avait fait de ne rien entreprendre
contre les Français, son voyage à Joal, Portudal et Rufisk n'avait
d'autre but que de soulever les populations africaines contre la
domination française.

«Quoi! disait-il aux rois nègres, vous souffrez le joug tyrannique
des Français? mais ils sont cruels. Les Hollandais sont plus humains
et plus traitables. Du temps où ils trafiquaient seuls sur vos côtes,
ne vous en aperceviez-vous donc pas? Si vous vouliez nous rendre le
privilége du commerce exclusif dans votre pays, et chasser _l'insolente
nation_, quel bénéfice pour vous! Tout ce qui vous est vendu en ce
moment à des prix si élevés, nous vous le donnerions moitié meilleur
marché. Je pars pour la Hollande, afin d'aller chercher pour vous des
cargaisons considérables. J'en reviendrai avec un grand nombre de
vaisseaux de guerre qui permettront à mes compatriotes de reconquérir
Gorée et les comptoirs. Donnez-nous aide et appui, nous ne voulons que
votre bien. Avec nous, vous vous enrichirez; avec les Français, il n'en
saurait être de même.»

Hopsake avait touché la corde sensible. L'intérêt était en jeu,
mobile puissant chez tous les hommes et combien plus encore chez les
nègres, dont la cupidité est justement proverbiale. Les rois africains
prêtèrent volontiers l'oreille aux suggestions du Hollandais.

Ce dernier leur persuada que la compagnie de France n'était plus
protégée par le roi; que, livrée à ses propres forces, elle était hors
d'état de résister à une attaque sérieuse. Bref, il fut convenu entre
cet officier et les chefs sénégaliens que ceux-ci égorgeraient les
employés français, pilleraient leurs marchandises et brûleraient leurs
cases.

Cet homme rêvait de nouvelles vêpres siciliennes dans les régions
voisines de l'équateur.

Ses trames ourdies, Hopsake reprit la route de Gorée, rejoignit son
navire et, ayant levé l'ancre après avoir reçu des approvisionnements
du trop honnête du Casse, il repartit pour la Hollande.

On était dans les premiers jours de mars 1679. Peu de temps après, vers
le 10 du même mois, les navires français qui naviguaient sur les côtes
de ces pays prirent le large. A peine s'étaient-ils éloignés que le roi
Sin se mit en pleine révolte. (Royaume de Joal.)

Il fit jeter les agents de la compagnie en prison et livra leurs
magasins au pillage.

Le roi de Baol ne tarda pas à suivre l'exemple de son voisin et allié
et à faire mettre également à sac les comptoirs de Joal.

A peine du Casse eut-il connaissance de ces désordres qu'avec son
activité ordinaire, sans perdre un instant, il se mit en mesure de les
réprimer.

De la rivière de Gambie où il se trouvait encore, il revient à Gorée,
réunit les troupes françaises en garnison dans la colonie, et à leur
tête entre dans le royaume de Baol. Il prend et brûle plusieurs
villages sur la côte, bat partout les indigènes et terrifie la
population. Maître en peu de jours de tout le littoral, il s'apprête
à envahir l'intérieur du pays. Le roi de Baol, épouvanté des rapides
progrès du corps expéditionnaire, envoie à du Casse deux grands
seigneurs chargés d'implorer de lui la paix, s'en remettant presque à
sa discrétion pour en déterminer les conditions. Du Casse exige qu'on
lui livre comme otages deux parents du roi; puis il met à la voile dans
la direction de Joal, où il fait une descente avec ses troupes. A peine
a-t-il entamé les hostilités que le roi du pays envoie sa soumission.

Du Casse prend également deux otages à Joal, impose au roi un traité
de paix très-avantageux pour la France et se rend le 5 avril à Rufisk.
Persuadé qu'il a terrifié les nègres par ses deux rapides expéditions
dans les royaumes du Baol et de Joal et qu'il ne court nul danger
désormais, il débarque à Rufisk (royaume de Cayor) avec quelques
agents, et seize matelots qui composent l'équipage de sa chaloupe.
Pendant qu'il visite les magasins, il se trouve tout à coup entouré par
plus de trois mille nègres; néanmoins la crainte qu'il leur inspire est
si grande, que ceux-ci, tout en le menaçant, hésitent à s'emparer de
sa personne. Cette hésitation de leur part donne le temps à du Casse
de se retrancher dans les comptoirs; la lutte s'engage, les Français
repoussent toutes les attaques pendant trois heures. La nuit vient
enfin, mais les nègres, au moyen de flèches enflammées, mettent le
feu aux magasins. Pour éviter d'être brûlé vif, du Casse sort avec
son monde, s'ouvre un passage, parvient jusqu'au rivage et regagne sa
chaloupe à la nage.

Il s'était tiré sain et sauf de cette bagarre, grâce à son courage et
à sa résolution. Mais il n'en était pas de même de tous ses hommes.
Sur seize matelots, dix avaient été tués et quatre grièvement blessés.
Les agents qui l'accompagnaient avaient été éprouvés dans la même
proportion.

Le lendemain, du Casse arme des brigantins et des chaloupes pour courir
sus, le long de la côte, aux bateaux-pêcheurs nègres.

Plusieurs sont capturés et un grand nombre de noirs sont tués, mais
la leçon n'est pas assez forte. Le 10 avril, le gouverneur débarque
avec trois cents hommes, s'empare d'une petite ville d'environ mille
maisons et la brûle complétement. Le lendemain, nouvelle exécution.
Le troisième jour, il est maître de toute la côte. Le roi de Cayor,
_Damel_, envoie les premiers du pays en ambassade auprès du commandant
français. Le chef de la députation lui dit en l'abordant:

«Seigneur, le roi notre maître nous a envoyés auprès de vous, pour
vous représenter que ce n'est point par ses ordres que vous avez été
insulté. Lui-même est la première victime de cet odieux attentat. Les
séditieux, auteurs de cette conspiration, sont recherchés avec soin.
Un châtiment exemplaire leur sera infligé. Ils seront coupés en quatre
quartiers. Le roi vous prie de cesser les hostilités, et pour vous
prouver combien il tient à votre amitié, il n'est rien qu'il ne fasse
pour l'obtenir.»

C'était dire clairement à du Casse que l'on subirait telle loi qu'il
jugerait à propos d'imposer. Il profita de la circonstance pour exiger
des trois princes qui avaient obéi aux suggestions des Hollandais un
traité de paix des plus avantageux pour la compagnie, donnant à la
France le monopole exclusif du commerce sur les côtes du Cap-Vert à la
rivière de Gambie, et la possession des terres sur une profondeur de
six lieues sans que la France ait à payer aucun tribut.

La compagnie du Sénégal se trouva ainsi maîtresse des terres de la
côte sur une longueur de cinquante lieues. Les agents, jetés en
prison à Portudal, furent rendus, mais pas les marchandises pillées:
«_Les nègres_, écrit du Casse, _ne vuidant pas aisément les mains de
ce qu'ils ont une fois pris, ne restituèrent rien du pillage qu'ils
avaient fait_.»

A la fin de l'année 1679, du Casse quitta le gouvernement du Sénégal.
Croira-t-on que depuis le jour de son départ ce traité, qui donnait à
la France trois cents lieues carrées de terrain, resta pendant près de
deux siècles à l'état de lettre morte!

Il y a seulement quelques années, un des successeurs de du Casse, le
colonel, aujourd'hui général, Faidherbe songea à exiger l'exécution de
cette convention.

De retour en France, au commencement de 1680, du Casse fut reçu par le
marquis de Seignelay, qui avait remplacé comme ministre de la marine
l'illustre Colbert, son père. Seignelay lui fit beaucoup de questions,
et lui demanda des éclaircissements sur Arguin et sur la prise de ce
fort, dont les ambassadeurs hollandais réclamaient la restitution, en
vertu, disaient-ils, des clauses du traité de Nimègue.

Du Casse démontra facilement au ministre combien les prétentions des
Provinces-Unies étaient mal fondées.

Il était dit en termes formels, dans le traité de Nimègue, que toutes
prises faites au delà du cap Saint-Vincent, _moins de dix semaines_
après la signature des préliminaires, seraient considérées comme
bonnes. Or les Français s'étaient emparés du fort d'Arguin dix-neuf
jours seulement après la conclusion de la paix.

Mis ainsi au courant de la situation par celui-là même qui l'avait
créée, le marquis de Seignelay fit signifier aux plénipotentiaires
de Hollande que leurs demandes n'étaient pas recevables et qu'il n'y
serait point donné suite.

Voyant qu'ils n'obtiendraient rien de ce côté, les ambassadeurs,
qui avaient reçu des instructions pour susciter des embarras et des
difficultés à du Casse, dont la ferme et brillante administration avait
été nuisible au commerce de leurs compatriotes en Afrique, adressèrent
au ministre des affaires étrangères de France, Pomponne, un mémoire
dans lequel ils demandaient la restitution du navire le _Château de
Corassol_ pris par du Casse, le paiement d'une indemnité de deux cent
mille francs, la liberté du commerce du cap Bianco à Sierra-Leone.

Pomponne transmit la note des représentants des Provinces-Unies à son
collègue de la marine.

Le marquis de Seignelay la remit à du Casse, en le priant de faire
connaître ce qu'il avait à répondre.

Du Casse, dans une longue lettre explicative, déclare que la compagnie
du Sénégal ne prétend pas exclure les sujets des Etats généraux du
commerce des côtes d'Afrique, si ce n'est dans les lieux dépendants
de la France; puis, racontant avec maints détails la conduite des
Hollandais en faveur desquels on élevait des réclamations, il termine
en déclarant qu'il ne comprend pas que «des hommes qui avaient agi
comme des bandits provoquant au pillage et à l'assassinat, ne soient
pas désavoués par les ambassadeurs d'une nation civilisée».

La lettre fut mise sous les yeux du ministre des affaires étrangères,
qui fit aux plénipotentiaires une réponse assez sèche et hautaine.
L'affaire en resta là.

Entré de cette façon en relations avec les hommes alors au pouvoir, du
Casse devint naturellement leur intermédiaire dans leurs rapports avec
la compagnie du Sénégal; aussi, le 11 janvier 1680, le ministre de la
marine ayant été informé que le directeur de la compagnie du Sénégal
à Dieppe s'était engagé dans une voie illégale, écrivit à du Casse le
billet suivant:

«Vous verrez par la lettre cy-joint que les officiers de l'admirauté de
Dieppe se plaignent que le directeur de la compagnie du Sénégal prétend
faire sortir les vaisseaux, qu'elle envoie aux costes d'Afrique, sans
passeport ny congé de monsieur l'admiral; et comme cela est contraire
à l'usage ordinaire, faites moy sçavoir les raisons pour lesquelles
cette compagnie en use ainsi.»

Du Casse fit faire droit à la réclamation du ministre. Vers la même
époque la compagnie du Sénégal, par un contrat, reçut du roi le
monopole de la fourniture annuelle, pendant huit ans, de deux mille
nègres aux îles d'Amérique appartenant à la couronne de France.

La compagnie était redevable de cette importante concession à
l'influence que du Casse avait su acquérir au ministère de la marine.
Aussi le choisit-elle pour être un de ses directeurs.

Très-peu de temps après sa _nomination_, du Casse reçut une lettre de
Saubusse, son pays natal, l'invitant à venir assister à la naissance
d'un neveu et le priant d'en être le parrain. Il se rendit en Béarn et
tint sur les fonts baptismaux cet enfant, qui reçut de lui le prénom de
Jean.

Au siècle du grand roi, les voyages étaient longs; il fallut du
temps à du Casse pour aller et revenir du Béarn; aussi trouva-t-il,
à son retour à Paris, de grandes modifications dans la question de
l'établissement de la traite en Amérique. La nouvelle de la concession
royale n'était pas plutôt parvenue à Saint-Domingue que tous les
colons, craignant la concurrence commerciale qu'allait leur faire la
compagnie, déclarèrent qu'ils jetteraient à la mer tous les agents
qui essaieraient de faire la traite. Quand du Casse arriva à Paris,
ses collègues les directeurs de la compagnie du Sénégal lui firent
lire une lettre du comte de Pouancey, gouverneur de Saint-Domingue, au
ministre de la marine, dans laquelle le gouverneur rendait compte des
émeutes que le nom seul de la compagnie faisait éclater dans l'île,
et déclarait qu'il n'était pas en mesure de mettre par la force les
rebelles à la raison.

Du Casse, moins alarmé que ses collègues, proposa d'aller, de sa
personne, à Saint-Domingue, s'assurer de l'état des esprits et
d'essayer de calmer cette effervescence.

La confiance qu'il inspirait était si grande, que cette proposition,
transmise à l'assemblée générale de la compagnie, remplit de joie tous
les intéressés. Elle fut accueillie avec acclamation, et du Casse ne
tarda pas à partir pour Saint-Domingue.

Il débarqua dans le port du Cap, ville principale de la colonie, et
s'occupa aussitôt de l'installation du bureau de la traite des noirs
et de l'habitation des agents de la compagnie. Les colons, apprenant
son arrivée et voyant ses préparatifs, se portèrent en masse à
l'habitation, proférant des menaces de mort. Leurs vociférations ne
purent émouvoir du Casse et le faire sortir de son calme.

Le gouverneur toutefois fut impuissant à faire rentrer dans le devoir
la population, qui, le jour suivant, vint, les armes à la main, exiger
le réembarquement de du Casse. Ce dernier ne se déconcerta pas plus que
la veille et pria les mutinés de choisir quelques-uns d'entre eux avec
lesquels il pût prendre des engagements. La foule, pensant qu'il ne
demandait qu'à céder, lui envoya des délégués.

Du Casse les reçut fort courtoisement, leur donna communication des
ordres du roi qui l'autorisaient à agir comme il le faisait, leur
déclara que la compagnie, entrant dans les vues du souverain, ne
voulait, comme Sa Majesté, que le bien des habitants; leur expliqua
les avantages qu'ils devaient retirer de l'établissement de la traite,
leur demanda si aucun d'eux oserait douter de la bienveillance du roi
à leur égard, et fit adroitement comprendre aux délégués que, s'il
était obligé de se retirer sans avoir accompli sa mission, ce serait
eux qu'il dénoncerait au roi comme l'en ayant empêché. Cela leur donna
lieu de réfléchir. Du Casse les congédia, en leur disant qu'il allait
songer à leur réclamation; que de leur côté ils eussent à expliquer ses
raisons à leurs concitoyens, et que, s'ils voulaient revenir le jour
suivant, il leur ferait connaître définitivement le parti auquel il se
serait arrêté.

Le lendemain, la majeure partie de la population revint, mais cette
fois non armée. Les principaux meneurs, impuissants à maîtriser
l'insurrection qu'ils avaient fomentée, débordés, comme cela arrive
à tous ceux qui déchaînent l'émeute, épouvantés de la responsabilité
qu'ils voyaient du Casse prêt à faire retomber sur leurs têtes, avaient
obtenu de leurs compatriotes de venir sans armes. Prévoyant bien que du
Casse ne céderait pas, sachant d'autre part que le gouverneur avait
ordre de l'appuyer, même par la force, ils redoutaient un conflit
sanglant, dont la justice royale les aurait à bon droit accusés d'être
les principaux auteurs.

Du Casse, qui, dans cette crise, devait montrer une fois de plus une
habileté, une adresse et un art de persuasion dignes du plus fin
diplomate, était décidé à n'employer la violence qu'à la dernière
extrémité et après avoir inutilement usé de tous les moyens de
conciliation.

Il était déjà parvenu à intimider les principaux meneurs, à séparer
leurs intérêts de ceux du reste des habitants, à priver ainsi
l'insurrection de ses chefs. Il devait achever par son sang-froid, par
son éloquence, de faire bientôt tout rentrer dans l'ordre.

Lorsqu'il se vit en présence de la foule, il déclara qu'il était sous
la sauvegarde du roi, dont il ne faisait qu'exécuter les ordres;
que d'ailleurs leurs délégués avaient dû leur faire connaître les
intentions de Sa Majesté... Il fut interrompu par le cri presque
général: _Vive le roi sans Compagnie!_

Voyant que sur la masse irresponsable cette tactique ne réussissait
pas, il changea de langage et fit vibrer en eux une corde sensible chez
la plupart des hommes, celle de l'intérêt.

Il affirma que le roi, en chargeant la compagnie de transporter des
nègres dans les colonies d'Amérique, n'avait qu'un but et un désir,
l'accroissement de la prospérité et du bien-être des colons. Il
expliqua «que, si les colonies languissaient, c'est qu'elles n'avaient
pas un nombre de bras suffisants pour retirer le profit qu'il était
facile d'obtenir; que la multiplication des nègres serait pour les
habitants un avantage très-grand, qu'ils n'appréciaient pas à sa juste
valeur, parce qu'ils ne le connaissaient pas, mais qu'incessamment ils
béniraient la compagnie d'avoir donné ainsi de l'extension à la culture
et à l'industrie.»

Ces quelques mots calmèrent une partie des mutinés, mais d'autres se
mirent à crier qu'il n'y avait pas besoin de compagnie pour cela; que
chacun devait être libre, et que la compagnie voulait accaparer tout le
commerce.

«Vous êtes dans l'erreur, leur répliqua du Casse; ni moi, ni ceux qui
m'ont envoyé vers vous et chargé de leurs affaires, n'ont d'autre
but que de vous procurer des nègres. Vous vous imaginez que le roi
vous a engagés vis-à-vis de nous, au détriment de vos priviléges: il
n'en est rien, au contraire, c'est nous qui sommes engagés envers
vous. Nous sommes tenus de vous fournir, tous les ans, deux mille
nègres, que rien ne vous oblige à nous acheter. Ceux qui vous ont
trompés sont ceux qui voient que tous les produits du pays vont être
en bien plus grande abondance, par suite du nombre de nègres que vous
aurez à votre disposition. Des concurrents surgiront, et par suite
ils ne pourront conserver le monopole de l'exportation. En face d'une
telle situation, vous ne subirez plus leur loi; bien plus, entre des
négociants rivaux, vous pourrez choisir ceux qui vous offriront les
prix les plus avantageux. Vous voyez donc que nous ne toucherons en
rien aux priviléges dont vous jouissez, que nous ne gênerons en rien
votre commerce, et que par la force des choses nous favoriserons son
développement.»

Il continua longtemps encore à développer sa pensée, et finit par
les persuader que leur intérêt voulait qu'ils laissassent établir
le bureau pour la traite; il parvint à se faire accepter, lui et ses
projets, par toute la population de Saint-Domingue. Les plus opposants
avouèrent qu'ils s'étaient alarmés mal à propos. On consentit alors
à tout ce qu'il voulut. Le comptoir fut donc établi; du Casse, après
avoir pris toutes les mesures nécessaires pour assurer le succès des
opérations, revint en France.

A son arrivée, il déclara que tout était apaisé, que les colons en
avaient passé par où il avait voulu, qu'ils étaient prêts à bien
recevoir les agents de la compagnie. Cette nouvelle provoqua un
véritable enthousiasme de la part des intéressés. Ses collègues,
remplis d'admiration pour lui, ne pouvaient croire cependant à un
succès aussi complet; ils n'osaient charger personne du premier
transport des nègres, et ils le prièrent de vouloir bien remplir cette
difficile mission. Du Casse accepta.

La compagnie fit équiper un navire de vingt-six canons, appelé la
_Bannière_. Du Casse en prit le commandement. Il mit à la voile de
la rade du Havre. Les vents dans la Manche sont souvent violents
et dangereux; avant d'avoir pu gagner l'océan Atlantique, du Casse
fut jeté sur les côtes d'Angleterre, où une violente tempête le
contraignit à relâcher. Là, une longue et douloureuse maladie menaçant
de le retenir des mois entiers, il ne voulut pas que les armateurs
souffrissent de ce délai: il fit appareiller le navire, dont il donna
le commandement à son second. Celui-ci partit, après avoir reçu de son
capitaine de minutieuses instructions, grâce auxquelles son voyage
s'opéra heureusement.

Quant à du Casse, il resta plusieurs mois en Angleterre entre la vie et
la mort. Aussitôt guéri, il montra que la maladie n'avait pas abattu
son courage. Il fit de ses propres deniers l'acquisition d'un autre
bâtiment pour aller à Curaçao acheter des nègres qu'il voulait revendre
à Saint-Domingue. Comme la France était en guerre avec le gouvernement
des Provinces-Unies, il se munit d'une commission de l'amirauté
d'Angleterre.

Il aborda en Amérique à l'île de Saint-Christophe. Cette colonie était
sous le commandement du chevalier de Saint-Laurent. Ce dernier lui
donna une commission française pour le faire reconnaître au besoin. Ils
ne se doutaient guère l'un et l'autre que cette précaution serait une
source de dangers. Du Casse approchait de Curaçao, lorsqu'il rencontra
un vaisseau hollandais de fort tonnage, dont le capitaine le héla, lui
ordonnant d'amener et de lui montrer sa commission. Sur la réponse
qu'un coup de mer avait emporté sa chaloupe, du Casse vit arriver celle
du Hollandais, sur laquelle il fut contraint de monter.

L'officier néerlandais, qui commandait la chaloupe, resta en otage
sur le vaisseau français. Du Casse mit imprudemment sa cabine à sa
disposition pendant son absence. L'officier, curieux et mal élevé, ou
peut-être ayant reçu l'ordre de chercher à découvrir la nationalité
vraie du navire, une fois seul, fureta les papiers et poussa
l'indiscrétion jusqu'à ouvrir une boîte posée sur une table.

Elle renfermait ce qu'on avait le plus intérêt à lui cacher, la
commission française délivrée par le chevalier de Saint-Laurent. Du
Casse étant revenu, l'officier hollandais ne fit semblant de rien et
revint à son bord, où il s'empressa de montrer à son capitaine la
commission qu'il avait volée.

Le bâtiment français, qui ne pouvait soutenir de lutte, fut
immédiatement saisi et amené à Curaçao, où il fut jugé de bonne prise.

Du Casse ne se laissa pas abattre par la perte énorme d'argent que lui
faisait subir ce fâcheux contre-temps. Séance tenante, à Curaçao même,
il racheta son propre navire, ainsi que deux autres bâtiments chargés
de tabac, avec lesquels il eut l'adresse et l'habileté de réaliser un
bénéfice compensant, et au delà, les pertes qu'il venait d'éprouver.



LIVRE II

De 1686 à 1691. Surinam.

  Cause véritable de l'admission de du Casse dans la marine
  royale.—Action d'éclat qui fixe sur lui les regards de Louis
  XIV.—Sa mission difficile sur les côtes d'Afrique.—Le
  capitaine Monségur.—Accueil sympathique fait par des Anglais
  à du Casse.—Calomnies des Hollandais. Ils représentent les
  colons français comme des forbans et des pirates.—Le royaume
  de Commando.—Etablissement de comptoirs français.—Aventure du
  chevalier de Sainte-Marie.—La Martinique en 1688.—Rapport fait
  à Colbert par du Casse sur les colonies anglaises.—Expédition
  contre la Guyane hollandaise.—Instructions du 13 janvier
  1689.—Surinam.—Tentative de descente au Mexique.—Expédition
  de Saint-Christophe.—Le marquis de Blénac.—Du Casse capitaine
  de frégate (2 novembre 1689).—Correspondance du ministre de
  la marine Pontchartrain, successeur de Seignelay, avec du
  Casse.—Prise du Cap par les Espagnols.—Mémoire fait par du Casse
  sur Saint-Domingue.—Instructions pour le marquis d'Esragny.—La
  Guadeloupe.—La Martinique.—Du Casse gouverneur de Saint-Domingue
  en remplacement du comte de Cussy.—Etat de Saint-Domingue à cette
  époque, d'après le chevalier de Galliffet.


Nous voici arrivés à l'époque où du Casse quitta la marine marchande
pour entrer dans la marine royale.

La Biographie universelle de Labrousse, qui paraît tenir notre marin en
haute estime, s'exprime à cet égard dans des termes peu bienveillants
et surtout erronés: «Deux voyages successifs qu'il fit à Saint-Domingue
en moins de deux ans, dit cette biographie, furent tellement fructueux
pour la compagnie et avantageux pour lui, qu'il se vit en état de
quitter la carrière du commerce; nous ne relevons ces choses qu'à
regret sur le compte d'un brave marin.»

Il est possible que du Casse fut dès cette époque dans une position de
fortune aisée, mais ce n'est pas là ce qui amena du changement dans sa
carrière. Sous Louis XIV ce n'était pas des considérations de cet ordre
qui déterminaient les choix du gouvernement.

Son admission dans la marine royale fut le prix d'une action d'éclat
qui lui valut le grade de lieutenant de vaisseau.

Revenant en France, il rencontre une frégate hollandaise. Malgré une
disproportion considérable entre son navire et le bâtiment ennemi,
confiant dans son audace et dans la valeur de son équipage, du Casse
donne la chasse au Hollandais, l'attaque, et, après l'avoir quelque
temps canonné, manœuvre pour l'aborder. L'ayant accroché, il saute
sur son bord, sans s'inquiéter du nombre d'hommes qui le suivent, une
vingtaine au plus. Pendant qu'il fait des prodiges de valeur, les
deux navires mal accrochés se séparent, et il reste avec ses vingt
matelots sur le pont ennemi. La partie de son équipage demeurée à son
bord ne doutant pas qu'il ne soit pris ou tué avec ceux qui l'ont
suivi, s'éloigne faisant force de voiles. Tout autre que du Casse se
fût trouvé fort heureux d'en être quitte avec la vie sauve, comme
prisonnier de guerre. Il n'en est pas ainsi; l'intrépide marin redouble
de courage. Continuant à combattre, et animant les siens, il parvient,
malgré l'infériorité du nombre, à se rendre maître de la frégate
ennemie, sur laquelle il arbore aussitôt son pavillon pour rappeler son
propre bâtiment.

Quelques jours plus tard, il rentrait triomphalement à La Rochelle avec
la frégate hollandaise. Le bruit de cette action aussi extraordinaire
que glorieuse étant parvenu jusqu'à la cour de France, elle vint aux
oreilles du roi. Ce prince, juste appréciateur du mérite, témoigna le
désir d'avoir un pareil homme à son service et lui fit offrir d'entrer
dans la marine militaire avec le grade de lieutenant de vaisseau.
Du Casse, flatté de cette marque d'estime du premier monarque de la
chrétienté, s'empressa d'accepter et reçut son brevet le 15 mars 1686.

Il ne tarda pas à être désigné pour remplir une mission fort délicate,
celle d'aller protéger sur les côtes d'Afrique les intérêts de notre
commerce en souffrance.

Des forbans arboraient le drapeau français sans autorisation du
gouvernement royal, et, à la faveur de ce subterfuge, se livraient à
des actes de pillage, rançonnaient les côtes de la Guinée et enlevaient
les nègres qu'ils allaient revendre en Amérique.

Un des pirates, nommé Thomas de Royan, avait mené à Saint-Domingue des
nègres dont il s'était emparé de cette façon.

Rapport de cette affaire ayant été mis sous les yeux du roi, Louis XIV
donna l'ordre que ces nègres fussent ramenés sur un de ses vaisseaux là
où ils avaient été pris. Du Casse reçut le commandement de la frégate
_la Tempête_ et alla mouiller à Cadix, où il devait être rejoint par
les nègres revenant d'Amérique. Il avait ordre de les ramener dans leur
pays, et de donner la chasse à tous les forbans qui infestaient les
mers d'Afrique.

Le 9 juin 1686, un navire venant de Saint-Domingue mouilla en effet
dans le port de Cadix, ayant les nègres à son bord, et son commandant
remit à du Casse une lettre que lui écrivait le capitaine de Monségur,
l'un des principaux chefs des troupes de Saint-Domingue. Cette lettre
lui faisait connaître l'état de la colonie et ce qui s'était passé
depuis son départ. Entre autres choses, la lettre portait:

«Nombre de flibustiers ont passé dans la mer du Sud. La coste de
Saint-Domingue est misérable, n'ayant pas un sou. La levée du tabac
sera tardive.»

Cette nouvelle fit beaucoup de peine à du Casse, très-affligé
d'apprendre l'amoindrissement d'une colonie à la prospérité de laquelle
il avait espéré imprimer un nouvel essor par l'importation des nègres.

Il quitta la rade de Cadix, se dirigeant vers le littoral occidental
d'Afrique. Parvenu à la côte d'Or, dans la partie septentrionale
du golfe de Guinée, au-dessous de la Sénégambie, il apprit avec
stupéfaction que les commandants hollandais dans ces pays répandaient
partout le bruit qu'il était un forban ayant l'intention d'enlever tous
les nègres qui s'aventureraient à son bord.

La mission de du Casse, qu'il remplissait comme il le devait, aurait dû
faire tomber ces allégations mensongères sans qu'il fût besoin de les
démentir, mais le bon sens n'est pas l'apanage de la multitude.

Non contents de travailler à discréditer du Casse auprès des
populations nègres, les Hollandais poussèrent la haine jusqu'à faire
croire au gouverneur de la colonie anglaise de Corsi sur la côte d'Or,
près l'établissement hollandais de la Mina, à l'est, que la frégate
prenant le pavillon français ne l'arborait qu'en fraude. «Calomniez,
calomniez, écrivait un siècle plus tard un auteur demeuré célèbre, il
en reste toujours quelque chose.» Quoique le mot n'eût pas été encore
dit, le fait n'était pas moins vrai déjà à cette époque.

Du Casse ayant été mouiller près de la rade de Corsi, le commandant
de la forteresse détacha un vaisseau de la marine anglaise pour aller
combattre celui qu'il considérait comme un forban. Mais cette affaire
n'alla pas aussi loin que les vindicatifs Hollandais le souhaitaient.

Du Casse fut vite reconnu, et les Anglais, n'ayant pas les mêmes motifs
de haine et de jalousie contre lui, lui firent un accueil des plus
sympathiques, témoignant beaucoup d'estime au jeune officier qui, dans
un rang si peu élevé, avait su faire prévaloir sur le littoral de
l'Afrique la prédominance de sa patrie.

La frégate française, continuant son exploration, vint à passer devant
le fort de Boutoë, dans la rade duquel elle mouilla et où elle fut fort
mal reçue.

Le mauvais accueil décida son capitaine à lever l'ancre; il courut des
bordées le long des côtes, et chercha à entrer en relations suivies
avec les nègres.

L'officier général qui commandait, au nom des États généraux bataves,
le comptoir hollandais de la Mina, près le cap Corsi, mit en œuvre
tous les moyens imaginables pour empêcher les relations entre du
Casse et les noirs de s'établir, menaçant les indigènes d'une guerre
d'extermination s'ils recevaient les Français.

L'année précédente, nos compatriotes s'étaient établis au village
d'Aquitany, sur la côte d'Or. Le roi de Commendo, à qui appartenait ce
point, leur en avait fait la cession. Le drapeau de la France ayant
été arboré, les agents de la compagnie du Sénégal commencèrent à y
élever des habitations. Les Hollandais, ne pouvant les en empêcher,
voulurent obliger le roi de Commendo à révoquer cette concession.
N'ayant pu l'obtenir, ils lui adressèrent les plus violentes menaces,
et, sur le refus de ce prince, fidèle observateur de la parole donnée,
d'obtempérer à leurs injonctions, des menaces ils passèrent aux
actes, lui déclarèrent ouvertement la guerre, et par leurs perfides
suggestions amenèrent le roi d'Adon, son voisin, à s'allier à eux. Ce
dernier, à la tête d'une armée relativement considérable, envahit les
Etats de Commendo, et, le succès ayant couronné son agression, il fit
mettre à prix la tête du prince allié des Français, ainsi que celles
des principaux nègres soupçonnés de leur être favorables.

Les maisons, que la compagnie du Sénégal avait fait construire, furent
brûlées par les esclaves des Hollandais, avec les marchandises qu'elles
renfermaient.

Du Casse rétablit la colonie au nom du roi, fit rebâtir les maisons
et y installa les agents de la Compagnie; mais dès qu'il se fut
éloigné, deux vaisseaux hollandais vinrent s'embosser devant Aquitagny,
canonnèrent le village et s'opposèrent à la pêche, qui faisait
subsister tout le pays. Les Hollandais dirent aux indigènes que la
conduite des Français les forçait à agir ainsi. Ils espéraient rendre
ces derniers odieux, les faire chasser du pays, peut-être même égorger.

Tous ces faits, accomplis après le départ de du Casse, avaient lieu à
son insu, pendant qu'il continuait ses explorations.

Passant devant Tacorary, localité importante de la côte, son navire _la
Tempête_ se trouva manquer d'eau.

Le lieutenant, le chevalier de Sainte-Marie, fut envoyé à terre avec le
canot pour savoir si l'on pourrait remplir les futailles.

Aussitôt qu'il fut entré dans le village, un grand nombre de nègres
armés se précipitèrent sur lui et sur son escorte, firent main basse
sur le canot et menèrent l'équipage prisonnier à la forteresse
hollandaise de Saconde, et de là à celle de la Mina. Le général
commandant la station batave les fit jeter en prison et mettre aux fers
pendant la nuit. Le lendemain, le lieutenant de Sainte-Marie reçut
ordre d'avoir à se présenter devant le Hollandais.

Cet officier général ayant appris ce qui avait motivé l'envoi à terre
du canot de la frégate française, renvoya l'équipage, mais sans offrir
de vivres à ces pauvres gens, pas même à leur chef. Il les chargea de
dire à du Casse que lorsqu'il voudrait descendre à terre il aurait à
lui en demander la permission.

Le commandant de _la Tempête_ fut assez étonné de la singulière
réception faite à ses hommes et de la non moins singulière mission
dont ils venaient d'être chargés pour lui. Il monta dans sa chaloupe,
s'approcha de la rade où flottait le pavillon hollandais, et ne tarda
pas à essuyer, sans que rien pût le lui faire prévoir, deux décharges
de mousqueterie.

Il revint alors à son bord, résolu à tirer de cette nouvelle insulte
une vengeance éclatante. Mais, prudent et sage autant que brave, et
réfléchissant qu'avec son seul navire il aurait à soutenir une lutte
par trop disproportionnée contre les forces de terre et de mer des
Provinces-Unies dans ces parages, il patienta et envoya le chevalier
d'Amon, capitaine du navire _le Joly_, atterrir à Acara sous une
forteresse anglaise éloignée de quelques centaines de toises d'un fort
hollandais.

Le commandant de ce dernier fort fit dire à l'Anglais qu'il était
étonné de le voir accueillir des gens avec qui son général était en
hostilité; qu'il avait l'ordre formel de tirer sur eux et de les faire
prisonniers. L'Anglais, surpris et indigné de ce langage, fit une
réponse telle que peu s'en fallut que les deux forts ne se canonnassent.

Quant à du Casse, fatigué de tous les obstacles que la mauvaise volonté
des Hollandais apportait à l'exécution complète de sa mission, il
ravitailla son navire et mit à la voile pour l'Amérique, ainsi que le
lui prescrivaient ses instructions, remettant sa vengeance à d'autres
temps.

Le 16 juin 1688, il arriva à la Martinique, et y resta peu de temps.

Il fit connaître, pendant son court séjour, à l'intendant de cette
colonie, du Maitz de Goimpy, la conduite des Hollandais à son égard sur
les côtes de Guinée; puis il mit à la voile pour la France, ayant hâte
d'informer son gouvernement de ses démêlés avec les Hollandais. Il
fit au ministre de la marine, Colbert, marquis de Seignelay, un récit
fidèle des péripéties de son voyage.

Comme il racontait l'appui qu'il avait trouvé auprès des officiers du
royaume de la Grande-Bretagne, le marquis de Seignelay le pria de lui
exposer dans un rapport détaillé la situation des Anglais en Afrique.
Le brouillon de ce rapport a été gardé par du Casse dans ses papiers.
Il est intitulé:

«Titre des Anglais au Cap-Vert sur la côte de la Guinée en Afrique.
Matière du fait et du droit des Anglais.»

Nous croyons inutile de reproduire ce long rapport, qui n'a plus de nos
jours l'intérêt qu'il avait il y a deux siècles, et qui établissait le
droit primitif incontestable des Anglais sur celui des Hollandais.

Aussitôt ce rapport terminé, son auteur le porta au ministre.
Nourrissant toujours des projets de vengeance contre le gouvernement
des Provinces-Unies, du Casse profita de son audience pour insinuer à
Seignelay qu'il serait assez habile à la France de saisir l'occasion
d'une révolte qui venait d'éclater dans la Guyane hollandaise pour
s'emparer de cette colonie. Le ministre parut frappé de la justesse de
cette idée et promit d'examiner sérieusement le projet.

Le lendemain, le roi remit à Seignelay une pétition que lui adressait
une compagnie de commerce, offrant à Sa Majesté de faire tous les
frais d'une expédition destinée à prêter main-forte à la garnison de
Surinam, principale ville de la Guyane hollandaise, révoltée contre la
domination batave, à enlever la colonie, ou tout au moins à lui imposer
une forte contribution de guerre. Le ministre fut d'avis de faire faire
une réponse favorable à cette ouverture. Louis XIV voulut fournir, pour
l'exécution de l'entreprise, quatre bâtiments et quatre cents hommes,
tant soldats que matelots. Le marquis de Seignelay, se rappelant que
l'idée première de cette expédition lui avait été suggérée par du
Casse, proposa au roi d'en confier la direction et le commandement
supérieur à cet habile officier. Le souverain donna à ce choix son
approbation pleine et entière.

Chose singulière! bien que du Casse ne fût que lieutenant de vaisseau,
on avait à la cour une telle opinion de sa valeur et de ses talents,
qu'on n'hésita pas à mettre sous ses ordres un capitaine de la marine
royale nommé de Gennes, contrairement à tous les usages et aux règles
de la hiérarchie! Chose plus singulière encore! tel était le renom de
du Casse, si grande était l'estime de ses camarades et de ses chefs
pour lui, que le capitaine de Gennes accepta, sans réclamer, de servir
sous ses ordres.

Le 13 janvier 1689, du Casse reçut des mains du délégué du ministère de
la marine, M. de Lagny, des instructions écrites, longues, diffuses et
dont l'esprit, plus mercantile que noble, était surtout de dépenser le
moins possible et d'arriver aux résultats les plus lucratifs.

Du Casse devait commander quatre bâtiments armés en course, le
_Hasardeux_, l'_Emérillon_, la _Loire_ et la _Bretonne_, mettre son
pavillon sur le second de ces navires, l'_Emérillon_, agir avec
économie et prudence, se rendre à Cayenne et aux côtes de la Guyane.
Si, sur sa route, il capturait des bâtiments, il avait ordre d'envoyer
ses prises au fur et à mesure à La Rochelle, ne conservant que ce
qui pouvait lui être utile pour son expédition. Une fois à Cayenne,
il devait s'entendre avec M. de la Barre, qui y commandait, mettre à
terre tout ce qu'il avait pour la colonie française, prendre à son bord
les officiers, soldats, habitants indigènes qui voudraient le suivre
à Surinam, convenir, avec ces auxiliaires et avec les officiers et
soldats de la garnison de Cayenne qui feraient partie de l'expédition,
de la part qui leur serait faite sur les prises.

Du reste, pleine et entière latitude était laissée au chef de
l'expédition pour la direction et la conduite de l'opération de guerre,
soit qu'il agît de vive force, soit qu'il tentât de s'emparer de
Surinam par stratagème. On recommandait enfin à du Casse le mystère le
plus absolu, pour que rien ne vînt à l'avance aux oreilles de l'ennemi.

Les instructions se terminaient par de longues recommandations pour
vendre au mieux les nègres et les prises, afin d'en retirer le plus de
profit possible.

Le 13 février 1689, du Casse quitta La Rochelle suivi de sa flottille.
Pendant la traversée il fut joint par un navire flibustier.

Fort aimé des flibustiers, qu'il avait déjà associés à ses entreprises
dans plusieurs circonstances, du Casse fit souvent profiter la marine
royale de son influence sur eux, en les employant comme troupe de
renfort dans ses expéditions. C'est là ce qui donna prétexte au
malveillant duc de Saint-Simon de prétendre que du Casse avait été
flibustier, erreur propagée depuis par des biographes mal informés, ou
se répétant les uns les autres.

L'escadre, ainsi que le prescrivaient les ordres du roi, mouilla à
Cayenne.

Le 29 avril 1689, du Casse partit de cette colonie, ayant sous ses
ordres deux vaisseaux de guerre de trente à trente-huit canons,
deux flûtes de l'État, une barque longue, un brulôt, une galiote à
bombes, un navire flibustier, deux autres navires, le _Glorieux_ et la
_Diligente_, quatre grandes chaloupes, deux pirogues, en tout seize
bâtiments de diverses grandeurs.

Le 6 mai 1689, il arriva près de la rivière de Surinam, où il
apprit que la situation avait changé du tout au tout en faveur des
Hollandais. La garnison indigène, rentrée dans le devoir, avait été
renforcée de troupes européennes. En outre, quatorze bâtiments ennemis
(dont un vaisseau de soixante canons) étaient en mesure d'appuyer la
défense de la colonie.

Du Casse néanmoins ne voulut pas renoncer à l'entreprise. Il résolut
de faire une tentative contre Surinam. Les dispositions d'attaque
qu'il prit auraient fait honneur aux plus habiles et aux plus anciens
officiers de la marine royale.

Deux hommes de mérite, l'ingénieur qui accompagnait l'expédition de
Surinam, et un marin de beaucoup de valeur, le chevalier d'Orvilliers,
rendirent compte au ministre, par lettre du 9 au 10 juin 1689, un mois
après l'expédition, des causes de l'insuccès; tous les deux s'accordent
à faire l'éloge de la belle conduite de du Casse.

Voici la lettre de M. d'Orvilliers:

  «Monseigneur,

  «Je ne vous mande pas les raisons qui ont empêché la réussite du
  projet que l'on avait fait pour la prise de Surinam et de ce qui
  s'est passé à Barbiche: M. du Casse doit vous en rendre compte
  amplement. Tout ce que je peux vous assurer, monseigneur, c'est qu'il
  n'a pas tenu à lui si l'entreprise n'a pas eu son effet, puisque
  l'on ne peut pas avoir agi dans cette affaire avec plus de conduite,
  d'énergie et de vigueur qu'il l'a fait, mais il s'est trouvé des
  conjonctures qui ont rendu l'affaire impossible.»

Comme nous l'avons dit, malgré les forces considérables des Hollandais
à Surinam, malgré leurs bâtiments et leur nombreuse artillerie,
du Casse avait voulu d'abord tenter le sort des armes. Il fit ses
dispositions d'attaque, mais l'impossibilité de trouver un point
favorable à l'atterrissage le décida bientôt à abandonner une
entreprise impraticable. Il se borna, pour l'instant, à se porter sur
une petite colonie batave, dite de Berbice, qu'il mit à contribution.
Toutefois, ce léger avantage n'était pas pour notre intrépide marin
une compensation à la non-réussite devant Surinam; il conçut le hardi
projet d'une descente au Mexique, décidé à un sacrifice considérable
de ses propres deniers pour se procurer des soldats. Il se rendit avec
cette intention à la Martinique. Mais, lorsqu'il voulut mettre ce
projet à exécution et lever des hommes, le comte de Blénac, gouverneur
de la colonie, s'y opposa formellement.

Le comte de Blénac, d'un caractère timide, mécontent d'ailleurs de ce
que du Casse, qui se croyait, avec raison, indépendant de lui, ne lui
avait pas, à son arrivée, présenté sa commission, profita de son titre
de gouverneur de la Martinique pour défendre de lever un seul homme
dans l'étendue de son gouvernement. En outre, ayant l'intention de
faire lui-même une expédition contre l'île Saint-Christophe, une des
petites Antilles, et voulant employer à cet effet deux des bâtiments
de l'escadre de du Casse, il se trouvait naturellement opposé pour le
moment à toute tentative sur le Mexique.

Du Casse fit à ce sujet un long rapport au ministre, dans lequel il
expose son projet. Son intention aurait été de prendre mille cinq cents
flibustiers à Saint-Domingue et d'opérer une descente avec eux, soit
à la Vera-Cruz, soit à Carthagène. Revenant à son désaccord avec le
comte de Blénac, du Casse écrit: «Ma conduite lui a paru désagréable;
il s'est trouvé que son grief venait de ce que je ne lui avais pas
rapporté ma commission et mes instructions, ainsi qu'il le déclara à M.
d'Arbouville.»

Toutefois, le principal motif qui porta du Casse à abandonner pour
l'instant son projet sur le Mexique fut la prétention que les
flibustiers élevèrent sur leurs parts de prise. Du Casse termine sa
lettre, qui est en même temps son rapport sur l'expédition de Surinam,
par ces mots: «Pour moi, je pourrais bien vous jurer n'avoir fait ni
dit aucune chose contre M. de Blénac, ni contre la modestie; il a voulu
même insinuer à tout le monde que j'avais péché contre la conduite
dans l'attaque de Surinam, et pour cela il a pris son héros, le fils
de Daspoigny, qui était à mon bord où il eut grand peur, quoiqu'il fût
garanti.»

Du Casse ayant renoncé à son expédition contre le Mexique et ayant mis
trois de ses bâtiments à la disposition du comte de Blénac pour son
attaque de Saint-Christophe, le gouverneur de la Martinique partit,
le 22 juillet 1689, avec les vaisseaux _la Perle_ et _le Cheval
marin_ et les trois de du Casse, plus un navire flibustier portant
quelques troupes de débarquement. Notre marin toujours disposé à servir
utilement son pays, mettant de côté toute question d'amour-propre et de
rancune personnelle, accompagnait Blénac.

En moins d'un mois, le comte de Blénac et du Casse, aidés par la partie
française de l'île Saint-Christophe, forcèrent la colonie anglaise à
capituler.

Malheureusement, les troupes avaient dévasté un grand nombre de
propriétés de Saint-Christophe, ainsi que le dit du Casse à la fin de
sa relation, et que le confirme le comte de Blénac, dans son rapport,
où on lit ce qui suit:

  «En investissant le fort, les soldats ont mis le feu aux habitations;
  on a cependant garanti de l'incendie celles des catholiques, et même
  on n'a fait aucun trouble à deux demoiselles et à un habitant qui ont
  promis de faire abjuration. On les entretiendra dans l'espérance
  d'être maintenues dans la possession jusqu'à ce qu'on ait reçu
  les ordres du roi. Cette conduite engagera ceux qui sont restés à
  recevoir avec plus de soumission les lois qu'on leur imposera et en
  fera peut-être revenir d'autres.»

Quoiqu'on ait pu dire et écrire sur l'intolérance du Grand roi, la
cour désapprouva les actes de vandalisme commis contre les protestants
restés fidèles à leur foi, et, en marge du rapport, sont écrits de la
main même du ministre ces quelques mots: _Il fallait garantir du feu
les habitations des huguenots comme celles des catholiques._

De ces ménagements à l'égard des protestants, prescrits moins de quatre
ans après la révocation de l'édit de Nantes, ne peut-on pas conclure
que le souverain n'avait ni commandé ni approuvé les excès auxquels
donna lieu l'ordonnance du 22 octobre 1685? Le peuple de France, qui
avait foi en la justice de ses princes, murmurait parfois dans ses
jours de détresse: _Ah! si le roi le savait!_

Le bon sens populaire avait raison.

Quels fâcheux résultats a souvent amenés l'exagération ou la fausse
interprétation d'une décision par des agents subalternes, maladroits
ou mal intentionnés! Et dans l'entourage des princes on en rencontre
toujours.

Que de violences commises au nom de Louis XIV et à son insu! Pour faire
exécuter la révocation de l'édit de Nantes, il eût fallu des ministres
donnant comme mot d'ordre à leurs subordonnés cette recommandation du
prince de Talleyrand: _Surtout pas de zèle._

A ce moment, le Grand roi avait Louvois, le Bismarck de cette époque,
plus habile à assurer le présent qu'à prévoir l'avenir.

Pour faire prévaloir leur politique, en 1685 comme en 1875, le
ministre de Louis XIV et celui de l'empereur Guillaume, à deux siècles
d'intervalle, ne reculent pas plus devant l'incendie d'un pays ennemi
que devant la persécution religieuse contre leurs propres compatriotes,
courbant les peuples sous leur implacable volonté et préparant ainsi
ces orages terribles au souffle desquels disparaissent des sociétés
entières.

Saint-Christophe pris, du Casse, incapable de rester inactif, jugeant
sa présence inutile, songea à retourner en France. Comme il ramenait
avec lui plusieurs vaisseaux, il voulut faire profiter le commerce de
son voyage, en remplaçant par des produits coloniaux les vivres dont
ses bâtiments avaient été chargés pour son expédition à leur départ.
Il envoya à Saint-Domingue plusieurs petits navires, avec mission de
charger du tabac et du sucre.

L'un de ses bâtiments ne reparaissant pas, du Casse l'attendit
longtemps. Enfin, en juillet 1690, il apprit par le comte de Cussy,
qui avait été joint par six hommes de l'équipage perdu, que le navire,
revenant du _Cul-de-Sac_, poursuivi par deux corsaires armés de canons,
avait été forcé d'échouer; que son équipage, fort de quatre-vingts
hommes, avait failli périr par la faim, et que lui, de Cussy, allait
envoyer deux de ses corsaires pour les ramener.

Ne voulant pas retarder plus longtemps son départ, du Casse se décida
à abandonner ce navire à sa destinée et fit voile pour la France. Il y
arriva sans avoir été attaqué.

Son premier soin fut de se rendre auprès de son ministre, afin de
lui faire de vive voix un compte exact et fidèle des expéditions de
_Surinam_, de _Berbice_ et de _Saint-Christophe_.

Le ministre lui ayant dit qu'il craignait que la France eût de la peine
à conserver cette colonie presque exclusivement peuplée d'Anglais et
de protestants, du Casse émit l'opinion que le meilleur système pour
s'assimiler cette population serait d'y envoyer beaucoup de Français et
de catholiques.

Cette politique était bonne; c'est celle que nous voyons employer
aujourd'hui contre nous en Alsace-Lorraine, où, désespérant de vaincre
les haines des catholiques et des indigènes, le gouvernement allemand
multiplie les colonies prussiennes et protestantes.

Partout où règne le catholicisme, l'influence de la France surgit avec
lui, tandis qu'au contraire la religion protestante amène toujours avec
elle le triomphe de la race anglo-saxonne.

Sous le règne de Louis XIV, les officiers de la marine du roi ne
demeuraient guère inactifs. Du Casse ne resta que fort peu de temps
à Paris. A la fin de décembre 1690, il reçut la mission de porter
des dépêches importantes aux gouverneurs des îles d'Amérique, et
d'escorter un grand nombre de vaisseaux marchands, équipés à Nantes
et à Bordeaux, pour exporter de la France, dans le nouveau monde, les
produits du commerce, ainsi que ceux de l'industrie nationale.

Du Casse se hâta de se rendre à Rochefort, pour surveiller l'armement
des navires de guerre dont il allait prendre le commandement.

Chaque jour il recevait des lettres du comte de Pontchartrain, ministre
de la marine depuis la mort de Seignelay, l'invitant à hâter ses
préparatifs de départ.

Le 20 janvier 1691, du Casse accuse réception à Pontchartrain de
dépêches destinées au marquis d'Esragny, gouverneur général des
Antilles françaises. Dans toutes ses lettres au ministre, il se
loue de l'activité de l'intendant Michel Begon, un des plus habiles
administrateurs de cette époque, alors au port de Rochefort, tige de
la famille des Begon, marquis de la Rouzière. Malheureusement, mille
entraves étaient apportées à l'exécution de la mission de du Casse
par la lenteur des négociants dont il devait escorter les navires
en Amérique; aussi fut-il autorisé à rompre tous les engagements
et marchés qui, en retardant son départ, lui sembleraient de nature
à compromettre les intérêts de l'Etat. A l'arrêt qui lui accordait
cette facilité, était jointe une lettre signée de la main du roi,
contre-signée par le ministre, enjoignant à tout huissier d'obtempérer
à la première réquisition de du Casse.

Ce dernier se trouvait ainsi investi d'une grande autorité. Qui aurait
pu résister à un officier nanti des quelques lignes suivantes?

  «Louis, par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre, au
  premier notre huissier ou sergent, sur ce requis, nous te mandons
  et commandons, par ces présentes, signées de notre main, que
  l'arrêt dont l'extrait est cy-attaché sous le contrescel de notre
  chancellerie, ce jourd'hui donné en notre conseil d'Etat, nous y
  étant, tu signifies à tous ceux qu'il appartiendra à ce qu'ils n'en
  ignorent, et fasses pour son entière exécution tous actes et exploits
  nécessaires sans demander autre permission, car tel est notre plaisir.

  «Donné à Marly, le huitième jour de mars, l'an de grâce mil six cent
  quatre-vingt-onze.»

  Par le roi,      LOUIS.

  PHELIPPEAUX.

Du Casse, décidé à lever toutes les difficultés, s'apprêta à
appareiller.

A ce moment arriva en France une nouvelle qui justifiait les craintes
manifestées par du Casse dans sa lettre du 20 janvier 1691, et son
impatience de porter secours aux colonies d'Amérique.

On connut la prise par les Espagnols du Cap-Français, ville la plus
importante de Saint-Domingue, la défaite et la mort du comte de Cussy,
gouverneur de l'île tué sur le champ de bataille.

Depuis dix ans, du Casse travaillait à l'accroissement et à la
prospérité de Saint-Domingue. Avec la connaissance parfaite qu'il avait
de cette colonie, il comprit que le fruit de tous ses efforts était sur
le point d'être perdu.

Il craignit que la cour ne se rendît pas un compte exact de la gravité
de la situation, et l'imminence du péril lui fit pousser un cri
d'alarme destiné à retentir jusque sous les voûtes du château de
Versailles.

  «C'est l'affaire la plus importante que puisse avoir Sa Majesté, hors
  de son royaume, écrit-il à Pontchartrain, par rapport aux avantages
  du commerce de l'Amérique, de la situation de cette île, et des
  entreprises qu'on pourrait former dans la suite contre l'Espagne. Les
  nouvelles, qui en sont venues, causent de grandes alarmes parmi les
  marchands, qui sont en doute s'ils feront partir les vaisseaux qu'ils
  avaient destinés pour partir sous mon convoy; les deux derniers qui
  en sont arrivés, quoique très-petits, valent plus de quatre cent
  mille livres.»

A sa lettre, du Casse joignait un mémoire, où il dit que la perte du
Cap entraînera inévitablement celle de l'île de Saint-Domingue, ainsi
que celle de la Tortue, et par suite de toutes les colonies françaises
aux Antilles, si l'on n'y apporte remède. Il indique au ministre les
moyens de reprendre le Cap.


Le 25 mars 1691, du Casse reçut de nouvelles instructions pour le
marquis d'Esragny, gouverneur général des Antilles. Ces instructions,
qu'il dut lire avant de les remettre, lui prouvèrent que la cour
avait bien saisi le sens de son mémoire. Ordre était donné au marquis
d'Esragny de voler au secours de Saint-Domingue. Le ministre engageait
en même temps du Casse, à appareiller le plus tôt possible. Celui-ci
mit à la voile au bout de très-peu de jours. Son voyage ne fut marqué
par aucun incident. Il arriva sans encombre au Fort-Royal (Martinique),
le 8 mai 1691. Apprenant que la Guadeloupe était cernée par l'escadre
anglaise de l'amiral Codrington, et que l'île de Marie-Galande avait
déjà succombé, du Casse n'hésita pas, malgré l'infériorité de ses
forces, à se porter au secours de la Guadeloupe. Il cingla vers cette
île, et le 22 mai parut en vue des Anglais. Il manœuvra si habilement,
profitant du vent, attaquant séparément chaque vaisseau ennemi, qu'en
moins d'une semaine il força l'amiral de Codrington à battre en
retraite.

Peu de jours après, du Casse parvint à joindre deux bâtiments ennemis
restés en croisière à la Barbade, _le Nez coupé_ et _l'Eméché_, et
les força à se retirer, comme le reste de l'escadre anglaise. Ainsi se
trouva délivrée l'île de la Guadeloupe. Cette affaire fit le plus grand
honneur au commandant français. Dix ans plus tard, lorsqu'il reçut le
brevet de chef d'escadre, il lut ces mots écrits sur ce brevet: _En
1691, il secourut si à propos et avec tant de bravoure l'île de la
Guadeloupe, assiégée et pressée, que les ennemis furent obligés de
lever le siége et de se retirer._

Du Casse était, en 1691, simple capitaine de frégate.

Ayant réussi devant la Guadeloupe, il revint à la Martinique, pour
conférer avec le marquis d'Esragny sur la situation de la colonie, sur
les moyens de s'opposer aux attaques incessantes des Anglais et des
Espagnols.

Tandis que la flottille de du Casse était mouillée au Fort-Royal, une
double épidémie se déclara à la Martinique et commença ses ravages
sur les vaisseaux français. L'_Emérillon_ fut le premier atteint. Les
équipages du _Cheval marin_ et du _Solide_ ne tardèrent pas à être
également en proie au pourpre et à une fièvre pestilentielle, maladies
qui désolaient l'île tout entière. Du Casse se décida alors à quitter
ces parages avec ses navires, le 27 juillet 1691.

Il alla mouiller à l'île Sainte-Croix.

En cinq jours, l'escadre avait perdu quarante hommes. Le 7 août 1691,
elle partit de Sainte-Croix, en y laissant le germe de la maladie.
Enfin, le 12 août 1691, du Casse aborda au _Port-de-Paix_.

Il sut alors qu'une flotte anglaise menaçait Léogane et le Cul-de-Sac,
parties les plus fertiles et les plus riches de l'île; il s'y rendit
immédiatement avec son escadre pour protéger les colons français.

Du Casse trouva à Léogane des lettres de service le nommant gouverneur
de Saint-Domingue. Ce choix fut généralement approuvé, s'il faut en
croire les contemporains. L'opinion publique le désignait comme devant
être le successeur naturel de M. de Cussy: «Le choix, dit Charlevoix,
l'historien de Saint-Domingue, n'était pas difficile à faire. Le seul
M. du Casse avait une connaissance parfaite de l'île. Nul autre ne
rassemblait en lui un plus grand nombre des qualités nécessaires
pour y être à la tête des Français, dans les circonstances où ils se
trouvaient alors.»

A l'époque où nous voyons du Casse mis à la tête du gouvernement de la
colonie française de Saint-Domingue, cette île était divisée en deux
parties bien distinctes: celle de l'est appartenant à l'Espagne, et
celle de l'ouest à la France.



LIVRE III.

De 1691 à 1694. SAINT-DOMINGUE

  Projets des Anglais et des Espagnols contre la colonie
  française de Saint-Domingue.—Tremblement de terre à la
  Jamaïque.—Tentatives faites par du Casse pour améliorer le sort
  des prisonniers.—Pourparlers avec les Espagnols.—Mémoires
  à Pontchartrain (1692).—Projets pour ruiner le commerce
  anglais.—Armement d'une escadre anglaise dans les eaux de
  la Tamise.—L'_Armadille_ à San-Domingo.—Le chevalier du
  Rollon.—Lettre de Pontchartrain à du Casse.—Campagne à la
  Jamaïque.—Descente dans la baie de Coubée.—Expédition de
  Beauregard dans les Antilles anglaises.—Prise du Fort-Royal et
  d'Ouatirou.—Générosité de du Casse.—Le roi lui accorde une
  récompense exceptionnelle.—Les colonies françaises menacées
  par un armement considérable qui se prépare au commencement de
  1695 dans la baie de Portsmouth.—Attaque des Anglo-Espagnols
  contre Saint-Domingue.—L'île de Sainte-Croix.—Le comte
  de Boissy-Ramé.—Procès de deux lieutenants du roi, de
  Graff et Lefebvre de la Boulaye.—Leur révocation.—Le
  chevalier Renau.—Cuba.—Situation générale.—Du Casse
  et des Augiers.—Instructions de Louis XIV.—Des Augiers
  rencontre l'_Armadille_.—Lettres de Pontchartrain.—Le
  baron de Pointis.—Réflexions.—La cour de France et les
  armateurs.—Arrivée de Pointis à Saint-Domingue le 1er mars
  1697.—Ses qualités, ses défauts.—Son entrevue avec du Casse.—Leur
  mésintelligence.—Désintéressement et noble conduite de du
  Casse.—Bel exemple de patriotisme qu'il donne.—Insolence
  ridicule de Pointis.—Difficultés.—Les flibustiers.—Leur
  révolte.—L'expédition de Carthagène met à la voile.—Composition de
  la flotte et du corps expéditionnaire.


A peine en possession du gouvernement de Saint-Domingue, du Casse fut
informé que les Espagnols s'apprêtaient à venir l'attaquer par terre,
tandis que les Anglais l'attaqueraient par mer. Il fit avec célérité
des préparatifs de défense et agit avec tant de sagesse, d'habileté
et de secret que les Espagnols n'apprirent ses dispositions que trop
tard; dès qu'ils eurent connaissance que tout était prêt pour les
bien recevoir, ils se décidèrent à abandonner leur tentative. Ils se
retirèrent précipitamment, après s'être avancés dans la direction du
Cap-Français.

Au même moment, un tremblement de terre, survenu à la Jamaïque,
obligea également les Anglais à renoncer à leurs projets d'attaque
contre Saint-Domingue.

Délivré de toute inquiétude, du Casse s'occupa de faire rendre justice
à la mémoire de son prédécesseur Cussy, dont la conduite avait été
critiquée sans ménagement, et d'une façon inique.

Un des hommes les plus importants de la colonie ne cessait de blâmer
hautement et d'une façon inconvenante l'administration du comte de
Cussy. Du Casse fit faire une enquête pour vérifier la véracité de
ces assertions. Il reconnut qu'elles étaient calomnieuses, et que ces
propos injurieux n'avaient d'autre cause que le ressentiment d'une
punition justement infligée par Cussy à l'auteur de tous ces bruits.

Du Casse fit venir le calomniateur, exigea de lui une rétractation
éclatante et publique, avec amende honorable à la mémoire du défunt.
Cette conduite fit le plus grand honneur au nouveau gouverneur. Elle
dénotait chez lui un beau caractère, une grande noblesse de sentiments.
Il se montra ainsi au-dessus de cette basse et mesquine jalousie, dont
quelquefois les grands hommes eux-mêmes ne peuvent se défendre et qui
les rend envieux de la gloire de leurs prédécesseurs.

Cette affaire terminée, du Casse entreprit d'améliorer le sort subi par
les prisonniers français chez leurs ennemis; son cœur se révoltait à la
pensée des souffrances qu'on leur faisait endurer.

La barbarie des Espagnols condamnait les soldats captifs à une mort
lente mais certaine. Les Anglais montraient moins d'inhumanité. Ils
ne martyrisaient pas leurs prisonniers, mais ils les faisaient passer
en Angleterre, de sorte qu'un homme pris était perdu pour la colonie.
Voulant remédier à ce double malheur, le gouverneur de Saint-Domingue
proposa un cartel d'échange aux ennemis.

Le lord anglais Jusquin, gouverneur de la Jamaïque, accepta
très-volontiers et resta toujours fidèle à la parole donnée.

Les Espagnols furent moins faciles. Ils commencèrent par se refuser à
tout arrangement, et continuèrent à maltraiter leurs prisonniers, sans
consentir à en échanger aucun. Du Casse les menaça de mettre à mort
tous ceux de leur nation qui tomberaient entre ses mains. Le 2 février
1692, il renvoya trois prisonniers au gouverneur de la Havane, et lui
écrivit une lettre pour lui adresser les reproches les plus sanglants
sur la manière dont les officiers espagnols traitaient nos prisonniers,
ajoutant que, si l'on continuait d'agir ainsi, il donnerait l'ordre
aux corsaires français de ne point faire de quartier. Du Casse, en
exprimant le regret d'être obligé d'en venir à cette extrémité,
proposait un cartel d'échange de tous les prisonniers, pour le présent
comme pour l'avenir, et terminait sa lettre avec hauteur par ces trois
mots: _J'attends votre réponse._

Cette réponse fut assez longue à venir; néanmoins la crainte des
représailles décida les Espagnols à l'échange proposé. Ils ne se
montrèrent pas beaucoup plus humains pour les prisonniers par la
suite; mais les officiers français ne purent jamais se résoudre à des
représailles cruelles, cet usage n'est pas dans les mœurs de notre
nation.

La question d'humanité résolue, du Casse s'occupa de reconnaître les
ressources et l'état de son gouvernement. Il visita l'île dans toutes
ses parties. Après s'être rendu un compte exact de sa situation, il
adressa à Pontchartrain un long rapport, dans lequel il indique le
parti que l'on peut tirer de cette colonie, en exploitant les mines
d'argent, en exportant l'indigo, les cuirs, le tabac, le coton, la
laine, en se livrant à la culture du vers à soie. Il explique les
avantages militaires, que donne la situation, entre les deux Amériques,
de Saint-Domingue, dont on peut faire un entrepôt général, une base
d'opérations, dans le cas où l'on aurait l'intention de s'emparer des
colonies espagnoles et anglaises. Enfin il termine en faisant ressortir
la différence qui existe entre Saint-Domingue et les colonies de la
Martinique, de la Guadeloupe, de Cayenne, de la Grenade, qui sont d'une
importance bien moins considérable pour la France. Passant en revue
les divers établissements de cette île, le Cap, le Port-de-Paix, le
Petit-Goave, l'Esterre, l'Ile-à-Vache, il donne sur chacun d'eux des
notions qui présentaient à cette époque un grand intérêt.

Du Casse traite aussi les questions relatives au culte, à la justice,
à la création d'hôpitaux et de prisons; il parle des fortifications,
des troupes des nègres, fait l'éloge du comte de Cussy, son
prédécesseur, et termine ainsi son rapport: «Cette colonie est digne
de vous, Monseigneur, et ce sera purement votre ouvrage, parce qu'en
l'état où je l'ai trouvée, c'est une misère, et pour un peu de bonté
que vous ayez pour elle, elle effacera toutes les autres; et vous en
verrez des fruits soudain. Je prendrai la liberté de vous faire des
demandes pressantes jusqu'à ce que je sache que vous l'improuverez.
J'avais espéré de la continuation de vos bontés d'être fait capitaine
de vaisseau, plus par rapport au service du roi qu'au soin de mon
élévation; ne trouvez pas mauvais, Monseigneur, que je vous fasse la
même prière et vous dise que j'attends cette grâce.»

Comme on peut en juger par les derniers mots, du Casse était mauvais
courtisan; il ne savait pas dissimuler, ni feindre d'être satisfait
quand il était mécontent. Incapable de récriminations ou de murmures,
lorsqu'il croyait avoir à se plaindre d'un déni de justice, il le
disait carrément et directement au ministre, ou même au roi. La réponse
de la cour fut sa nomination au grade de capitaine de vaisseau le 1er
janvier 1693.

La France occupait à cette époque, depuis la paix de Nimègue, d'une
manière incontestée, le premier rang en Europe parmi les puissances
continentales; le gouverneur de Saint-Domingue était jaloux de lui
assurer la suprématie maritime et coloniale. Pour atteindre ce but,
il fallait annihiler le commerce des nations rivales. Constamment du
Casse soumettait des plans au ministre, pour arriver à son but. C'est
ainsi que, le 24 novembre 1692, il avait adressé à Pontchartrain un
travail intitulé: _Mémoire pour ruiner le commerce des Anglais en
Afrique et en Amérique_. Il conseille au ministre de se servir des
plans qui doivent se trouver dans les papiers du marquis de Seignelay,
indique les forteresses des côtes d'Afrique à conserver en cas de
succès, et celles à brûler, désigne les officiers à choisir pour cette
expédition: d'Amon, de Monségur, de Brémand, de Sainte-Marie. Passant
aux possessions anglaises en Amérique, du Casse donne les moyens de
ruiner ces établissements dans le nord du Nouveau-Monde. Cette partie
du mémoire n'offre plus aujourd'hui qu'un intérêt rétrospectif, ces
contrées étant devenues, par l'épée de la noblesse française sous Louis
XVI, un vaste pays indépendant, la république fédérative des Etats-Unis.

Du Casse avait raison de vouloir miner la puissance maritime de
l'Angleterre; là était pour nous un grand danger: les événements l'ont
bien prouvé depuis.

En janvier 1693, fut interceptée et remise à du Casse une lettre écrite
par l'archevêque de San-Domingo au marquis de la Velez, président du
conseil des Indes[2]. Sa lecture causa une grande joie aux Français.
Le prélat exposait que sa colonie était dans un état déplorable. Il
disait, entre autres choses, qu'elle n'était pas de force à repousser
une attaque sérieuse des ennemis de l'Espagne, que les habitants
n'avaient pas de quoi se couvrir, que la livre de pain se vendait
quinze sous. Il ajoutait qu'on avait peine à trouver de la farine pour
faire les hosties et du vin pour célébrer le saint sacrifice de la
messe; que les ecclésiastiques étaient dans la dernière indigence; que
lui-même n'avait pas de quoi en payer un pour porter sa croix devant
lui, ni un laquais pour porter sa queue; que les églises étaient dans
un dénûment profond; qu'on n'y pouvait pas célébrer l'office divin avec
la décence convenable; qu'aussi il priait le Roi Catholique d'accepter
sa démission, ou, si cette grâce lui était refusée, de lui permettre
d'aller à Rome exposer au souverain pontife les besoins de son diocèse.

  [2] Le conseil des Indes, présidé par le marquis de la Velez était
  chargé de toutes les affaires relatives aux colonies espagnoles
  de l'Amérique, qui étaient, à cette époque, désignées sous le nom
  générique de grandes Indes, ou Indes occidentales.

Du Casse songea à profiter du dénûment où paraissait être la partie
espagnole de l'île de Saint-Domingue, pour s'en emparer.

Il écrivit à Pontchartrain que «jamais on n'aurait une plus belle
occasion de conquérir cette île, assez fertile pour nourrir toute la
population de la France, d'où l'on serait à portée, après l'avoir
peuplée, de faire toutes les autres conquêtes que l'on voudrait.»

Examinant ensuite les moyens de réussir dans cette entreprise, il
déclarait qu'il suffirait de s'emparer de San-Domingo, ville hors
d'état de résister plus de quatre jours; que le reste de la possession
espagnole n'ayant dès lors aucun secours à attendre, étant bien
traitée, trouvant de nouveaux débouchés à son industrie, ferait sa
soumission et n'aurait aucune peine à changer de souverain.

Le ministre répondit au gouverneur de Saint-Domingue, le 29 juillet
de cette même année 1693, qu'avant d'attaquer il fallait songer à
se défendre; que près de Gravesend, sur la Tamise, trois frégates
anglaises, arborant pavillon espagnol, étaient en partance; que sept
autres allaient venir se joindre à celles-là, et que toute l'escadre
réunie devait attaquer les Antilles françaises.

Au commencement du mois de novembre 1693, du Casse fut avisé, par
un prisonnier qui s'était échappé de la Havane, que l'_Armadille_,
composée de six navires, se dirigeait sur San-Domingo, où elle devait
faire sa jonction avec la flotte de la Nouvelle-Espagne.

Il écrivit au ministre que, «selon toute apparence, ces préparatifs
se faisaient contre le Cap-Français et le Port-de-Paix; que les
flibustiers, partis en expédition, ne revenaient pas; que la prudence
ne lui permettait point de dégarnir le Petit-Goave ni les autres points
de la côte; qu'il y avait nécessité de lui envoyer des secours.»

Lorsque cette dépêche arriva en France, ordre avait déjà été donné
d'armer deux vaisseaux de la marine royale _le Téméraire_ et
_l'Envieux_, qui mirent à la voile aussitôt la lettre de du Casse
reçue, emmenant une flûte nommée _le Hasardeux_, chargée d'armes et de
munitions de toute nature. Le chevalier du Rollon commandait ces trois
bâtiments. Ils ne tardèrent pas à arriver à Saint-Domingue, qui, malgré
toutes les alarmes qu'on avait eues, ne fut pas attaquée.

Les bruits de guerre, les inquiétudes perpétuelles où l'on était
plongé, les dangers sans cesse renaissants n'empêchaient pas le nouveau
gouverneur de tenter de grands efforts pour relever la colonie. Sous
son habile direction, on travaillait avec succès à la culture des
terres.

Pontchartrain ayant écrit à du Casse que, si Saint-Domingue pouvait
fournir assez d'indigo pour la consommation de la mère-patrie, le
roi s'engagerait à empêcher toute invasion ennemie dans la colonie,
le gouverneur lui répondit, le 30 mars 1694, «qu'en effet la colonie
pouvait fournir de l'indigo en quantité nécessaire et de très-bonne
qualité pour le royaume, et même pour des pays étrangers.»

A cette époque, pour ôter aux Anglais la velléité de le venir attaquer,
du Casse résolut de porter la guerre chez eux au mois d'avril. Il
fit embarquer, sur six petits bâtiments, quatre cents flibustiers,
auxquels il donna pour commandant un brave officier, le major de
Beauregard, et les dirigea vers la Jamaïque. Quelques jours après
leur départ, _le Solide_, navire du plus fort tonnage, étant sorti de
carène, le gouverneur s'embarqua de sa personne sur ce bâtiment avec
cent cinquante hommes, pour soutenir les flibustiers ou assurer leur
retraite.

Après deux jours de navigation, du Casse rejoignit Beauregard, qui
lui rendit compte que, ayant été rencontré par un vaisseau de guerre
anglais, le garde-côtes de la Jamaïque, il avait été abandonné par la
plupart des flibustiers, ceux ci ayant reconnu qu'il y avait plus de
coups de canon à recevoir que de butin à recueillir.

Le gouverneur décida alors que le capitaine de Monségur, avec le
_Téméraire_, et le chevalier du Rollon, avec l'_Envieux_, iraient faire
de l'eau au cap _Tiburon_, où ils seraient joints par le _Solide_,
que montait un officier nommé du Planta; que les trois navires réunis
croiseraient dans les eaux de la Jamaïque et tâcheraient d'enlever le
vaisseau garde-côtes anglais.

Une fois en vue de la Jamaïque, du Rollon détacha la corvette la
_Puissante_ pour faire une reconnaissance près de la côte. En
approchant, celle-ci découvrit le garde-côtes, qui, l'ayant aperçue
et la prenant pour un bâtiment flibustier, lui donna la chasse. La
corvette simula une fuite précipitée et attira son ennemi dans les eaux
du vaisseau français. Le Solide prit l'anglais par son travers. Le
garde-côtes voulut éviter le combat; mais le _Téméraire_, se joignant
au _Solide_, plaça l'anglais entre deux feux. Après quelques volées
de coups de canon, l'équipage ennemi, voyant qu'on se préparait à
l'abordage, demanda quartier. Il avait perdu dans le combat dix-huit
hommes. C'était un vaisseau de cinquante canons. Les Français
retournèrent à Léogane avec leur prise.

Du Casse rendit compte de cette brillante affaire, ainsi que de la
situation des choses, par une lettre en date du 2 juin.

Dans cette lettre le gouverneur de Saint-Domingue fait connaître
au ministre le projet de frapper un grand coup contre la puissance
anglaise en Amérique.

En effet, le 18 juin 1694, du Casse part du cap Tiburon avec toute une
flotte. Le 24, il s'empare d'un bâtiment espagnol de quatre-vingts
tonneaux chargé d'eau-de-vie et de vin des Canaries (Madère).

Le 27, il se trouve en vue de la Jamaïque, et envoie huit cents hommes,
sous les ordres du major de Beauregard, opérer une descente dans la
baie de Coubé. Ce détachement parcourt toute la côte méridionale
de l'île jusqu'à Port-Morante, qui forme la pointe extrême dans la
direction de Saint-Domingue. Il ne rencontre de résistance nulle part.
Les forts étaient abandonnés, et les canons encloués.

Beauregard s'empare, dans sa marche, d'un millier de nègres. La
flotte française, demeurée à Coubé, capture plusieurs navires anglais
chargés de bœufs, de lard et de farine. Du Casse expédia le tout au
Petit-Goane, ainsi qu'une pièce de dix-huit, trouvée en bon état. Quant
aux autres qui étaient enclouées, on les détruisit. Les forts furent
entièrement ruinés et rasés.

On apprit par des prisonniers ennemis que les Anglais, ayant été
informés des préparatifs de du Casse, avaient abandonné toute l'île
pour se retrancher et se fortifier dans les villes de Port-Royal,
Ouatirou et Léogane.

Le 4 juillet, le _Téméraire_, commandé par du Rollon, ayant dû couper
son câble et quitter la flotte par suite du mauvais temps, se rendit
au Port-Morante, où il trouva des vivres et des approvisionnements en
abondance. Ce bâtiment y resta jusqu'au 26 juillet 1694.

Beauregard, profitant de sa présence, parcourut avec un fort
détachement toute la côte septentrionale de la Jamaïque, faisant ce
que l'on appellerait aujourd'hui, dans l'armée d'Afrique, une razzia
complète, enlevant au nom du roi de France tout ce qu'il trouvait.

Le 26 juillet, la flotte appareilla et retourna à la baie de Coubé,
où elle mouilla le soir même. Immédiatement toutes les troupes,
les flibustiers et les gens de Saint-Domingue, débarquèrent et
s'avancèrent, tambour battant, enseignes déployées, sur Port-Royal.
Arrivés devant les murs de la place, ils s'arrêtèrent, paraissant
hésiter entre deux partis: celui d'attendre que l'ennemi fît une sortie
et vînt livrer bataille, ou celui de donner l'assaut. L'intention de
du Casse était de menacer Port-Royal, afin de retenir à l'intérieur de
la ville la garnison anglaise, dans le cas où cette garnison voudrait
porter secours à une autre ville attaquée. Ce n'était de ce côté qu'une
diversion.

Après être demeurées trois heures devant Port-Royal, les troupes
françaises revinrent la nuit à la baie de Coubé, sans qu'à Port-Royal
on s'aperçût de leur disparition, tant l'obscurité était grande.

L'intention de du Casse était de s'emparer de Ouatirou, où se trouvait
la majeure partie des forces anglaises.

Le 27, dès la pointe du jour, de Graff, un des principaux chefs des
flibustiers, partit avec quatorze bâtiments portant toutes les troupes
françaises. Le 28, à midi, il mouillait devant Ouatirou. Il y trouva un
vaisseau négrier ennemi de trois cents tonneaux, ayant trente bouches
à feu. Il manœuvra pour s'en emparer; mais les nègres étaient déjà
débarqués, et le capitaine, homme énergique, mit le feu à son navire,
préférant le voir en cendres qu'aux mains des Français.

L'artillerie de la place ouvrit immédiatement le feu contre les navires
qui étaient à l'ancre, sans leur causer aucun dommage.

Dans la nuit du 28 au 29, les Français opérèrent leur débarquement,
qui dura de deux à cinq heures du matin. Les vaisseaux de ligne étant
restés à Coubé, afin de dissimuler le départ des troupes pour Ouatirou,
il fallut, pour atterrir, employer des chaloupes qui ne pouvaient
passer que cinquante hommes à la fois.

A cinq heures et demie on marcha à l'ennemi, retranché derrière des
fortifications de campagne. Les flibustiers, commandés par le major
de Beauregard, formaient tête de colonne. De la mer aux remparts, il
fallut marcher sous le feu intense de douze pièces de canon et sous une
fusillade bien nourrie. Beauregard fut blessé au pied. Arrivé à peu de
distance des Anglais, de Graff, qui avait jusque-là empêché ses troupes
de tirer, fit ouvrir un feu très-vif, qui réduisit pour un moment ses
adversaires au silence.

Profitant de cet instant de répit, de Graff fit jeter des fascines
dans les fossés et, l'épée à la main, pénétra dans les retranchements;
ses hommes le suivirent, le mousquet au poing. En moins d'une heure
et demie, les Anglais furent mis en fuite, perdant dans cette affaire
deux cents hommes, dont quatre colonels ou lieutenants-colonels, six
capitaines tués, et ayant un nombre à peu près égal de blessés. Les
Français n'avaient eu que vingt-deux hommes atteints par le feu de
l'ennemi, grâce à la vigueur de leur attaque et grâce aussi au désordre
que la surprise avait jeté dans les rangs anglais. Cent cinquante
chevaux avec leur harnachement complet, neuf drapeaux, sept caissons
d'artillerie furent les trophées de la victoire.

Le lendemain, de Graff envoya cinq cents hommes à la poursuite des
Anglais pour faire des prisonniers, enlever les bestiaux, ravager
habitations et sucreries. Cinq jours après la prise de Ouatirou, arriva
la flotte. Du Casse débarqua, et fut rendre grâces à Dieu du succès
des armes françaises. On célébra une messe solennelle, suivie d'un _Te
Deum_.

La piété et la modestie de du Casse lui faisaient rendre grâces au
Très-Haut à la suite de chaque victoire. Il rapportait toujours à
Dieu les succès qu'il obtenait; ces sentiments chrétiens lui avaient
été inspirés par sa femme, personne d'une vertu solide et d'une piété
éclairée.

Du reste, il est remarquable combien les soldats et les marins en
général sont religieux. La foi s'allie facilement au courage. _Timor
Domini, initium sapientiæ_, dit l'Ecriture sainte; elle aurait pu
ajouter: _Timor Domini, initium bellicæ virtutis_.


Très-peu de jours après la célébration de la messe d'action de grâces
à Ouatirou, du Casse fit sauter les forts ainsi que les fortifications,
et détruire les canons. Le 3 août, la flotte quitta la colonie
anglaise, chargée d'un riche butin et emmenant trois mille nègres.

Il n'existe pas de rapport de du Casse, sur cette expédition, mais une
simple lettre du commandant du Rollon à Pontchartrain, dans laquelle
cet officier supérieur attribue le succès de l'entreprise aux sages
mesures, à l'habile conduite et à la grande générosité du gouverneur
de Saint-Domingue. Cette expédition coûta vingt-cinq millions aux
Anglais, rapporta aux Français trois mille nègres, une quantité énorme
d'indigo, beaucoup de marchandises précieuses, un nombre considérable
de chaudières à sucre et d'autres ustensiles propres à cette industrie.
Son principal résultat fut de ruiner pour longtemps la colonie anglaise.

La plupart de ceux qui prirent part à cette expédition en retirèrent
des avantages considérables. Du Casse distribua à tous une grosse part
de butin. Personne n'était plus généreux que lui. Il accordait avec
une grande facilité des secours puisés dans sa propre bourse. Par sa
générosité, il contribua à peupler l'île de Saint-Domingue. En effet,
dès que quelqu'un voulait s'y établir, sans avoir les moyens de faire
les avances nécessaires, il lui ouvrait sa caisse, lui prêtait ses
nègres sans intérêt, souvent même ne voulait pas reprendre ce qu'il
avait avancé. Il ne pouvait voir un homme dans la misère sans chercher
le moyen de le soulager et de le sortir de peine. Il était avec tout
le monde si simple et si bon que ses inférieurs le vénéraient et
l'aimaient à l'égal d'un père, que ses égaux éprouvaient pour lui une
véritable affection et qu'il inspirait à ses chefs une sincère estime.

Pontchartrain trouva que, dans cette circonstance, du Casse avait été
trop généreux. Il lui écrivit qu'il avait outre-passé les bornes de
son pouvoir, en distribuant aux officiers des vaisseaux du roi une
grande partie du butin fait sur les Anglais; que les officiers français
ne servaient pas par intérêt; qu'il convenait que les commandants
supérieurs instruisissent la cour des actions de ceux qui s'étaient
distingués, et que le droit de récompenser chacun selon ses services
n'appartenait qu'au souverain. Du reste, le ministre donnait les plus
grands éloges à du Casse sur tout ce qu'il avait fait à la Jamaïque, et
reconnaissait que le succès était dû aux mesures sages et habiles qu'il
avait prises.

Le roi lui accorda une pension pour lui témoigner sa satisfaction de
la conduite qu'il avait tenue. Voulant ajouter une faveur inusitée à
cette marque de distinction, Sa Majesté fit expédier le brevet sous le
nom du gouverneur de Saint-Domingue et sous celui de Mme du Casse, afin
qu'elle en pût jouir après la mort de son mari, en cas de survivance.
Ce fut ce qui eut lieu en effet. Du Casse mourut en 1715 des suites
des fatigues éprouvées au siége de Barcelone, et Mme du Casse vécut
jusqu'en 1743. Elle était, en son nom Marthe de Baudry, femme d'une
haute intelligence et de beaucoup d'esprit.


De retour à Saint-Domingue, du Casse songea à mettre l'île en
parfait état de défense et à l'abri des incursions que les Anglais
ne manqueraient pas de tenter, dès qu'ils se croiraient assez forts
pour tirer vengeance de l'expédition de la Jamaïque. En effet, ils
firent diligence et plus même que ne se l'imaginait le gouverneur de
Saint-Domingue.

Ils n'attendirent pas les secours annoncés d'Angleterre, et ils eurent
tort. Dès le 11 octobre 1694, trois vaisseaux de guerre, un brûlot et
deux barques, vinrent s'embosser dans la rade de Léogane, en face du
bourg _l'Esterre_, et le canonnèrent de huit heures du matin à trois
heures de l'après-midi. Ils tentèrent d'enlever deux petits bâtiments
mouillés dans la rade, mais le canon de la côte les força de renoncer
à cette entreprise. Le lendemain, ils levèrent l'ancre et parurent
prendre la direction du Petit-Goave; ce que voyant, deux officiers
français, Dumas et des Landes, prirent la même route par terre avec
une quarantaine d'hommes environ, pour soutenir le major de Beauregard
qui commandait sur ce point. Mais ces précautions furent inutiles; les
Anglais n'osèrent rien tenter. Ils débarquèrent trente-huit prisonniers
français, dont la présence au milieu d'eux les gênait, et furent faire
une descente à l'île Avache. Ils commençaient à se livrer à quelques
dévastations, ravageant les propriétés particulières, lorsque les
habitants vinrent les attaquer et les contraignirent à se réembarquer.

Le 12 novembre (1694), du Casse rendit compte à Ponchartrain de cette
tentative; dans son rapport on lit cette phrase: «Le gouverneur de la
Jamaïque est piqué au jeu. Il veut prendre sa revanche, dit-il. Il a
dépêché à Corassol pour avoir six vaisseaux hollandais. Ses démarches
n'auront pas plus de succès qu'il n'en a eu jusqu'ici. Le peuple du
Cul-de-Sac a pourtant quelque crainte; cela m'oblige d'y aller; et j'y
serais déjà si le passage ne m'était fermé par deux barques de guerre.»

A peine remis de l'alarme que lui avait causée cette tentative
des Anglais, du Casse se préoccupa d'un armement qui se faisait à
Portsmouth. Le gouverneur de Saint-Domingue apprit, par des espions et
par des prisonniers, qu'il allait bientôt avoir affaire à deux mille
hommes de débarquement, à dix-sept vaisseaux de guerre protégeant bon
nombre de navires marchands qui portaient des munitions de toute espèce.

Ainsi renseigné sur les desseins des Anglais, du Casse voulut savoir
si les Espagnols ne projetaient rien contre lui. Il envoya un de ses
officiers du côté de San-Domingo; celui-ci lui rapporta qu'il n'y avait
pas un seul vaisseau dans le port du chef-lieu de la colonie espagnole.
Mais, le 1er mai 1695, un vaisseau danois vint de l'île de Saint-Thomas
à Léogane, où du Casse se trouvait alors, et l'avertit que cinq navires
espagnols d'un fort tonnage avaient mouillé près de l'île danoise; que
deux autres y avaient passé sans s'arrêter, et que l'on avait vu partir
de la colonie anglaise Saint-Christophe six vaisseaux de guerre, quinze
marchands et deux galiotes à bombes.

Le gouverneur de Saint-Domingue comprit qu'il allait se trouver dans
une situation critique. L'important était de savoir s'il aurait à
lutter en même temps contre toutes les forces alliées. Bientôt le
doute à cet égard ne lui fut plus permis. Il sut pertinemment que ses
craintes ne tarderaient pas à se réaliser. Quoiqu'il n'eût que cinq
cents hommes avec lui pour défendre vingt lieues de pays, il ne laissa
pas d'en détacher cent, sous la conduite du chevalier de Bernanos,
major du Port-de-Paix, pour augmenter la garnison de cette place; il
chargea cet officier d'ordres et d'instructions pour MM. de Graff et de
la Boulaye, lieutenants du roi, l'un au Cap, l'autre au Port-de-Paix,
ainsi que pour le capitaine de Girardin et le chevalier du Lion,
officiers d'artillerie.

Les Anglo-Espagnols ne tardèrent pas à débarquer et ils vinrent
assiéger le Cap et le Port-de-Paix. Du Casse aurait voulu empêcher la
chute de cette dernière ville. Il était au Cul-de-Sac, où il se croyait
tous les jours à la veille d'être attaqué par des forces supérieures
venant de la Jamaïque. Le bruit courait qu'un corps considérable était
arrivé d'Angleterre dans cette île, avec ordre d'enlever du Casse.

Le gouverneur néanmoins, avant l'investissement complet du
Port-de-Paix, voulut tenter, avec une vingtaine d'hommes, de se jeter
dans cette place, ou bien de rallier les habitants épars dans la
campagne, afin d'essayer à leur tête une diversion.

Avant de partir, il assembla le conseil de guerre et lui fit part de sa
résolution. A l'unanimité, le conseil l'engagea à ne pas persévérer
dans sa résolution, lui représentant qu'il courait grand risque d'être
coupé dans sa ligne de retraite, d'être pris ou tué; qu'en admettant
même qu'il en revînt sain et sauf, il risquait d'apprendre l'attaque
simultanée des principales villes, tandis qu'il ne se trouverait dans
aucune et tiendrait la campagne; que ce qu'il avait de mieux à faire
était de rester à Léogane, point le plus important de la colonie. Ces
observations judicieuses, du Casse se les était faites à lui-même avant
de prendre l'avis du conseil. La rectitude de son jugement lui en avait
démontré la justesse, mais il ne voulait pas qu'on pût lui reprocher de
n'avoir pas songé à faire une tentative pour sauver la partie menacée
de la colonie.

Il se rangea néanmoins à l'opinion du conseil et laissa le Port-de-Paix
livré à ses propres forces, se contentant, pendant tout le siége,
d'inquiéter les alliés par des attaques continuelles.

Le quinzième jour de l'investissement du Port-de-Paix, les officiers
français qui commandaient dans cette place, la Boulaye, du Paty,
Bernanos, Girardin, du Lion, Danzé, décidèrent une sortie générale
de nuit, espérant, à la faveur de l'obscurité, traverser les lignes
ennemies et trouver un refuge dans une autre partie de la colonie;
les assiégeants, prévenus par des soldats déserteurs, attendirent la
sortie, qui vint donner dans un gros d'ennemis. Bernanos fut tué. Les
troupes françaises, à la suite d'actes incomparables de bravoure,
parvinrent à percer les rangs ennemis, et trouvèrent un refuge sur une
hauteur voisine, où ils se retranchèrent de telle sorte que les alliés,
n'osant les y venir attaquer, se contentèrent de piller la ville
abandonnée.

La discorde s'étant mise entre les soldats des deux nations, ils se
réembarquèrent.

La colonie française eut fort à faire pour réparer les pertes
éprouvées. Telle était, cependant, la vitalité que du Casse savait
imprimer, telle était son énergie, que, moins de deux mois après
le départ des Hispano-Anglais, il ne craignait pas de solliciter
l'autorisation de conquérir la partie espagnole de l'île de
Saint-Domingue, ne demandant au roi, pour cette expédition, que peu de
renforts.

Tandis que du Casse songeait à marcher contre San-Domingo, les Anglais
faisaient de grands préparatifs pour une nouvelle descente dans
son gouvernement. A la Jamaïque, on s'indignait que les officiers
commandant les forces alliées n'eussent rien tenté contre Léogane,
et l'on semblait tout disposer pour réparer ce que l'on affectait de
considérer comme une lâcheté.

Du Casse s'inquiéta peu de préparatifs si ouvertement commencés et
d'une expédition si bruyamment annoncée. Il eut raison; les Anglais ne
parurent pas.

Des occupations de la plus haute importance, à l'intérieur de son
gouvernement, lui firent négliger ses projets.

Louis XIV, en apprenant le projet des Anglais et des Espagnols de faire
une descente dans l'île de Saint-Domingue, avait fait armer plusieurs
navires pour porter secours à la colonie. Mais ces bâtiments n'avaient
pas encore quitté les ports du royaume, lorsque arriva la nouvelle que
tout était terminé. La Cour voulut alors que ces vaisseaux, sous le
commandement du chevalier des Augiers, allassent en Amérique, pour
transporter à Saint-Domingue les habitants de l'île de Sainte-Croix,
une des Petites-Antilles, au sud-est de Porto-Rico. Du Casse prit
toutes les dispositions nécessaires pour recevoir et caser le mieux
possible les nouveaux colons.

Différents quartiers du Cap-Français et du Port-de-Paix, saccagés
et abandonnés par leurs habitants pendant la guerre, furent réparés
de façon à pouvoir loger les colons de Sainte-Croix dès qu'ils se
présenteraient.

Le roi voulait augmenter la richesse et la puissance de Saint-Domingue
par le transport dans cette île de tout ce qui se trouvait dans celle
de Sainte-Croix, ayant fort bien jugé que cette dernière ne pourrait
jamais se défendre seule contre des attaques extérieures. Seuls, les
Français avaient pu se maintenir quelque temps à Sainte-Croix, et au
prix de grands efforts. Cette île avait été successivement, en l'espace
de moins d'un siècle, aux mains des Hollandais, des Anglais, des
Espagnols et enfin des Français. Le dernier gouverneur avait été le
chevalier de Lorière auquel on avait donné pour successeur le comte du
Boissy-Ramé qui n'avait pas encore rejoint son poste lorsque l'ordre
vint de transporter la colonie de Sainte-Croix à Saint-Domingue. En son
absence, Galiffet, lieutenant du roi, commandait.

Afin que nul ne pût profiter de l'abandon de l'île par la France, le
chevalier des Augiers mit le feu partout après le départ des habitants,
ensabla le port, fit sauter des quartiers de roches qui roulèrent dans
les terrains cultivables.

Tous les immigrants furent installés dans la plaine du Cap-Français,
que cet accroissement de population rendit en quelque temps
très-florissante. Le comte du Boissy-Ramé, étant arrivé, reçut (en
qualité de gouverneur de Sainte-Croix) le commandement de la côte
septentrionale de Saint-Domingue. En l'absence du gouverneur, le
commandement supérieur de toute la colonie, ainsi que l'île de la
Tortue, lui revenait de droit.

La conduite tenue par les deux lieutenants de du Casse au Cap-Français
et au Port-de-Paix, de Graff et la Boulaye, lors de l'invasion
anglo-espagnole, avait été si molle que la colonie tout entière avait
fait entendre contre eux un cri de réprobation.

Du Casse ne cessait de demander à la Cour l'instruction de leur procès.
Son bon sens lui faisait comprendre qu'il était impossible de laisser
ces deux officiers sous le coup des violentes accusations que chacun
lançait contre eux. Il était nécessaire de faire éclater publiquement
leur innocence ou d'établir leur culpabilité.

Des colons prétendaient même que Graff s'était entendu avec l'ennemi.
C'était une grave erreur; la peur seule de tomber vivant entre les
mains des Espagnols lui avait fait commettre fautes sur fautes. Ceux-ci
cependant n'avaient rien omis pour l'attirer dans leurs rangs; ils lui
avaient même offert le grade de vice-amiral. Mais c'étaient là de trop
belles promesses pour qu'il crût à leur réalisation.

La réputation de Lefebvre de la Boulaye n'était pas meilleure que celle
de Graff. Il avait augmenté l'animadversion générale, en récriminant
contre chacun et particulièrement contre du Casse.

Les choses en étaient venues à ce point que le gouverneur de
Saint-Domingue manda au comte de Pontchartrain que laisser dans leur
position, sans les justifier, ces deux officiers, pouvait devenir
fort dangereux, attendu qu'en cas d'événements critiques, aucun homme
d'honneur n'accepterait de servir sous leur commandement.

L'ordre vint enfin d'informer contre eux. Beauregard et Galiffet furent
chargés de recevoir les dépositions. Les charges qui pesaient sur les
deux inculpés étaient écrasantes. L'instruction ne releva aucun acte
de trahison, mais leur incapacité et presque leur lâcheté ayant été
établies, tous deux furent révoqués.

Les Anglais cependant ne renonçaient pas à l'espoir de ravager
Saint-Domingue, et de tirer une éclatante vengeance des prises faites
par du Casse à la Jamaïque. Chaque jour se manifestait plus clairement
leur intention.

La cour de France aurait voulu les prévenir dans leur dessein, en
portant la guerre dans les colonies britanniques. Pontchartrain, dans
ses lettres à du Casse, invite ce dernier à voir ce qu'il pourrait
faire à cet égard. Mais du Casse n'avait que fort peu de troupes, à
peine même le nécessaire, pour assurer la sûreté de Saint-Domingue.
En effet, le roi avait envoyé le chevalier Renau avec une escadre
croiser aux environs de Cuba, pour surveiller le passage des galions
et s'en emparer. Cet officier avait été autorisé à lever des hommes
à Saint-Domingue. Du Casse lui en avait fourni autant qu'il avait pu
en trouver, de sorte que lui-même était fort au dépourvu, lorsque le
ministre le pressa de faire une tentative contre l'île anglaise de la
Jamaïque.

  «Comment serais-je en pouvoir d'attaquer la Jamaïque! écrivit du
  Casse, je n'ai personne; s'il y allait de me sauver la vie, je ne
  trouverais pas cinquante flibustiers, le rebut de tous les autres.
  Tous les quartiers sont en proie aux esclaves. Je ne puis pas mettre
  six cents hommes en armes, et la Jamaïque en a encore seize cents, un
  port bien défendu, une ville et des retranchements. Si nous avions
  été dehors, l'_Armadille_, qui était à la Havane, n'aurait pas manqué
  de profiter de l'occasion. Il en faut revenir à mon projet et se
  rendre maître de toute l'île de Saint-Domingue.»

Le chevalier des Augiers, parti pour l'Europe, après s'être entendu
avec du Casse, s'était chargé de proposer à la cour de France un
plan de campagne, conçu avec le gouverneur de Saint-Domingue, contre
les diverses colonies anglaises des Antilles. Louis XIV approuva le
projet, chargea de son exécution le chevalier des Augiers, qui revint
en Amérique, à la fin de l'année 1696, muni d'instructions et porteur
d'une lettre de Pontchartrain pour du Casse. Dans cette dépêche, le
ministre le prévenait que «le chef d'escadre, baron de Pointis, allait
aux îles avec plusieurs vaisseaux pour courir sus aux ennemis qui
faisaient le commerce des colonies françaises.» C'était le prétexte de
l'expédition. Dans cette même lettre, Pontchartrain laissait entendre à
du Casse que cet armement était destiné à une grande entreprise cachée,
dont le but véritable devait rester secret, et que le gouverneur de
Saint-Domingue pourrait s'y associer, s'il ne jugeait pas sa présence
indispensable dans sa colonie.

Pour en revenir au chevalier des Augiers, il alla croiser près la côte
de Caraque, s'empara d'un galion appelé _la Patache de la Marguerite_,
où il y avait huit à neuf cent mille livres de cacao de Caraque, neuf
mille cinq cents piastres, une cargaison de tabac, de vanille, de
cochenille, et une quarantaine de canons en fonte.

Le 12 janvier 1697, il rencontra, à douze lieues au vent de
San-Domingo, l'_Armadille_ qu'il cherchait.

L'amiral espagnol, qui commandait en chef, arriva sur lui jusqu'à deux
portées de canon, se mit en ligne, déploya l'étendard royal, paraissant
offrir le combat. Des Augiers courut à terre pour gagner le vent et y
réussit. Mais dès qu'il se fut approché, l'amiral tint le large. Des
Augiers se mit alors en devoir de l'attaquer, mais ne put le joindre,
les vents étant contraires.

Le _Bon_, autre vaisseau de l'escadre française, fut plus heureux.
Il poursuivit le navire espagnol, le _Christ_, portant pavillon de
vice-amiral, et s'en empara.

Des Augiers vint ensuite à l'île Avache avec son escadre; il se rendit
à Léogane où il eut un long entretien avec du Casse, puis il reprit la
mer pour aller à Honduras.

Sur son ordre, le chevalier du Romegou, un de ses officiers, fit
relâche à Saint-Domingue, puis ramena le galion pris avec tout son
chargement en France.

Le _Favori_, sous les ordres du chevalier de la Motte d'Hérant,
conduisit le _Christ_ au Cap-Français.

Quelques jours après le départ de l'escadre, du Casse reçut, par la
frégate _le Marin_, une lettre du comte de Pontchartrain, qui lui
mandait, à la date du 26 septembre 1696:

  «Que le roi ayant agréé le projet d'un armement considérable que
  faisait le baron de Pointis pour une entreprise dans le golfe du
  Mexique, Sa Majesté voulait qu'il en fût informé; qu'à cet effet
  on lui dépêchait exprès la frégate _le Marin_, un des vaisseaux
  accordés à M. de Pointis; que ces vaisseaux étaient au nombre de
  sept, qu'il y avait outre cela une galiote et des flûtes, et deux
  mille hommes de débarquement avec lesquels M. de Pointis prétendait
  être en état d'insulter une ville de la côte; mais qu'encore qu'il
  estimât ces forces suffisantes pour espérer un succès favorable
  de son entreprise, néanmoins, pour l'assurer mieux encore, il
  était nécessaire qu'il employât toutes celles de la colonie de
  Saint-Domingue; qu'il ne manquât donc point de les réunir; que
  l'on comptait qu'il pourrait fournir mille ou douze cents hommes,
  sans trop dégarnir son gouvernement, n'étant pas à présumer que
  les ennemis pensassent à l'attaquer, tandis qu'il y aurait une
  escadre aussi forte dans le golfe; que l'on espérait que, quand elle
  arriverait à Saint-Domingue, elle y trouverait un secours tout prêt à
  être embarqué.»

Dans cette lettre pas plus que dans la première, Carthagène n'était
désignée, mais du Casse avait eu vent que Pointis avait cette ville
pour objectif. Le gouverneur désapprouvait ce projet, trouvant beaucoup
plus utile de consacrer le puissant armement qui se préparait à la
prise de San-Domingo, clef des possessions espagnoles dans le golfe du
Mexique. Il l'écrivit à Pontchartrain. Ce conseil était sage et juste;
le suivre eût été agir pour le bien de l'Etat. En le donnant, du Casse
remplissait un devoir envers la patrie, sans s'inquiéter de l'intérêt
des particuliers qui faisaient en partie les frais de l'armement.
La prise de San-Domingo aurait couvert les dépenses, mais n'aurait
rapporté aucun profit.

Où trouver des armateurs capables de faire de pareilles avances
d'argent sans l'espérance de bénéfices considérables! Le patriotisme
seul n'aurait pas suffi pour les engager à courir de tels risques!
La cour saisit l'utilité des projets de du Casse. Le roi se rendit
compte des avantages qui résulteraient, pour le succès de ses armes en
Amérique, de la possession complète de l'île de Saint-Domingue, mais il
avait alors à combattre une coalition européenne. Songer à distraire
de cette lutte gigantesque soldats ou argent, eût été imprudent. Il
valait donc mieux, puisque la France n'était pas en état de faire des
conquêtes dans le Nouveau-Monde, se contenter d'encourager et d'aider
les simples particuliers à s'enrichir aux dépens de l'ennemi.

Le baron de Pointis avait été désigné pour commander l'armement qui
se préparait en France. C'était un homme de valeur, ayant beaucoup de
qualités et encore plus de défauts, d'un orgueil insupportable; se
croyant toujours supérieur à ce qui l'entourait; insolent à l'excès,
vaniteux jusqu'au ridicule, traitant ses inférieurs et même ses égaux
avec une hauteur qui n'avait d'égale que sa suffisance, tranchant
du grand seigneur avec une superbe insuffisamment justifiée par sa
naissance, peu soucieux du bien de l'Etat, ne prenant conseil que de
lui-même sans vouloir écouter aucun avis, sacrifiant le bien général à
son intérêt particulier, et celui du roi à sa propre vanité.

Pour faire comprendre le caractère des deux hommes qui devaient
commander l'expédition de Carthagène, nous allons donner ici le
jugement que Charlevoix porte sur eux:

  «Le baron de Pointis avait toute la valeur, l'expérience et
  l'habileté nécessaires pour se distinguer à la guerre, comme il a
  toujours fait. Il avait de la fermeté, du commandement, des vues,
  du sang-froid et des ressources. Il était capable de former un
  grand dessein et de ne rien épargner pour le faire réussir. Mais
  s'il est permis de juger de lui par ce qu'il fut dans toute la
  suite de l'action la plus marquée de sa vie, il avait l'esprit un
  peu vain et l'idée qu'il s'était formée de son mérite, l'empêchait
  quelquefois de reconnaître celui des autres; il n'avait jamais
  passé pour être intéressé jusqu'à l'expédition dont nous allons
  faire le récit; cependant, il est vrai que l'intérêt y parut sa
  passion dominante et qu'elle lui fit faire, ou du moins tolérer des
  actions qui ont déshonoré le nom français dans l'Amérique. Tant il
  est vrai que souvent nous ne sommes vertueux que faute d'occasion
  d'être criminels, ou qu'il est certaines tentations délicates qui,
  non-seulement nous découvrent des défauts dont nous nous flattions
  d'être exempts, mais qui en font même naître en nous qui n'y étaient
  pas. Mais rien n'a fait plus de tort au baron de Pointis que le
  contraste de sa conduite avec celle d'un homme qui eut bien autant de
  part que lui au succès d'une expédition, et qu'il ne s'efforça, ce
  semble, de dénigrer d'une manière indigne d'un homme d'honneur que
  parce qu'il l'avait trop maltraité pour souffrir qu'on lui rendît
  justice.

  «Je parle du gouverneur de Saint-Domingue. M. du Casse allait d'abord
  au bien du service et de l'Etat, et, s'il ne s'oubliait pas, il ne
  songeait à soi que quand il avait mis en sûreté l'intérêt public,
  auquel il a même sacrifié plus d'une fois le sien propre. Il est
  vrai que son habileté le mettait toujours au-dessus des plus fâcheux
  contre-temps, mais il voulait que tout le monde en profitât aussi
  bien que lui. Il ne pouvait former que des desseins nobles et utiles,
  et il lui eût été impossible d'y employer des moyens qui ne fussent
  pas proportionnés à des fins si relevées. Sa valeur allait de pair
  avec sa prudence: quelque revers qu'il eût essuyé, dans quelque
  extrémité qu'il se soit trouvé, il n'a jamais manqué de ressources,
  mais il ne les a jamais cherchées que dans son courage et sa vertu.
  Ses pertes n'ont pas moins contribué à sa réputation que ses succès,
  parce qu'il s'en relevait toujours d'une manière dont lui seul était
  capable. Enfin, du caractère dont il était, s'il eût commandé en
  chef dans l'expédition où son zèle pour l'Etat le porta à s'engager
  comme simple volontaire, il eût su mettre en œuvre toutes les bonnes
  qualités de M. de Pointis et il se fût fait un plaisir de lui en
  faire honneur; au lieu que M. de Pointis s'efforça inutilement
  d'obscurcir les siennes et de faire croire qu'elles ne lui avaient
  été d'aucune utilité.»

Au mois de janvier 1697, du Casse avait reçu par le capitaine de
Saint-Vandrille, commandant le navire _le Marin_, une lettre de
Pontchartrain, lui prescrivant de réunir tous les flibustiers et de les
retenir dans la colonie jusqu'au 15 février 1697, époque à laquelle
devait arriver Pointis.

Saint-Vandrille avait été chargé, en outre, de faire savoir au
chevalier des Augiers qu'il eût à se joindre, lui et son escadre, à
celle du baron de Pointis. Ce dernier ordre arrivait trop tard; des
Augiers avait fait voile pour la France, ne laissant que deux frégates
_le Christ_ et _le Favori_, commandées par le chevalier de la Motte
d'Hérant.

C'était beaucoup exiger des flibustiers que de vouloir les maintenir
dans l'inactivité pendant deux mois, avec interdiction de la course.
«Tout autre que du Casse n'en serait point venu à bout,» dit
Charlevoix. Pointis n'arriva pas au jour fixé. Le mois de février
se passa sans qu'on eût de ses nouvelles à Saint-Domingue. Les
flibustiers murmuraient, menaçant de se débander; le gouverneur dut
avoir recours à toute son influence sur eux, à toute son adresse
pour les maintenir. Le 1er mars, Pointis parut. Il mouilla en vue du
Cap-Français sans entrer dans le port. Le chevalier de Galiffet était
au Cap, du Casse à l'Esterre.

Galiffet alla trouver le chef de l'expédition, de prévint qu'il avait
exécuté les ordres du gouverneur et réuni tout ce qu'on avait pu le
procurer de troupes et de vivres. Il lui fit connaître aussi le départ
du chevalier des Augiers. Pointis parut fort contrarié de ce départ, et
donna l'ordre à La Motte d'Hérant de se tenir prêt à le suivre avec _le
Christ_, laissant trois frégates à Galiffet pour s'embarquer avec ses
troupes. Il se rendit ensuite vers l'Esterre, où il mouilla le 16 mars.

Le jour même il vit du Casse. Dès leur première entrevue commença
la mésintelligence qui régna si longtemps entre ces deux hommes. Le
gouverneur ayant informé Pointis qu'il lui fournirait douze cents
hommes, ce dernier fit à du Casse de violents reproches de ce qu'il ne
mettait à sa disposition qu'aussi peu de monde; Pointis insinua que
le gouverneur cherchait à mettre obstacle à l'expédition, prétendit
que la colonie devait et pouvait fournir quinze cents hommes au moins;
affirmant qu'on lui en avait promis deux mille cinq cents et déclarant
que s'il n'en obtenait pas quinze cents, il ne pourrait tenter
l'expédition projetée, et que dans ce cas il retournerait en France,
faisant retomber toute la responsabilité de l'avortement de ses projets
sur le gouverneur. Or, demander que la colonie fournît un plus grand
nombre d'hommes, c'était l'exposer à sa ruine, en rendant possible un
coup de main de l'ennemi. Du Casse essaya de faire comprendre cette
vérité à l'entêté et orgueilleux baron, mais ce fut en vain. Pointis ne
voulut entendre à rien.

Lui-même le raconte naïvement dans le récit qu'il fait des deux
premiers entretiens qu'il eut avec du Casse. Sans s'en apercevoir et
malgré lui, il rend entièrement justice à son adversaire, tout en
voulant l'accuser. Bien que n'ayant aucun ordre de prendre part à
l'expédition, du Casse offrit le concours de sa personne à Pointis. Au
lieu d'accepter avec bonheur les services d'un homme à même, par sa
connaissance du Nouveau-Monde, de lui être de la plus grande utilité,
au lieu de se montrer flatté que le gouverneur de Saint-Domingue,
c'est-à-dire le premier personnage de la marine royale dans les
colonies françaises d'Amérique, consentît à servir sous ses ordres, le
baron chercha à humilier du Casse et lui refusa une part convenable
dans le commandement. Jugeant les autres d'après soi-même, Pointis
pensait que cette blessure, faite à l'amour-propre du gouverneur,
suffirait à retenir ce dernier loin du théâtre de la campagne qui
allait s'ouvrir, aussi ne peut-il s'empêcher de manifester sa surprise:
«d'apprendre, écrivit-il à Pontchartrain, _que du Casse faisait
entendre qu'il se serait plutôt embarqué simple soldat que de n'avoir
point de part dans une affaire aussi glorieuse; il paraissait dans ce
discours beaucoup de courage et de désir de gloire_.»

Du Casse, en effet, avait dit qu'il servirait plutôt comme simple
soldat que de ne point partager le danger d'une aussi glorieuse
campagne, et dans une lettre au ministre, datée du 30 mars 1697, il
écrivit:

  «Monseigneur, vous ne m'ordonnez pas de suivre ce détachement;
  cependant je ne vois rien de plus important et je me suis résolu à
  m'embarquer, quelque dégoût personnel qu'il y ait pour mon caractère.
  Si je ne m'embarquais pas, le secours que je donne à M. de Pointis
  lui serait devenu inutile; je vous assure qu'il aurait été impossible
  d'en faire embarquer la plus petite portion, et il était évidemment à
  craindre qu'ils n'eussent fait plus de mal que de bien, ou évité par
  mille détours de se trouver au rendez-vous.

  «Cette raison, Monseigneur, m'a déterminé. Je ne suis pas désireux
  d'une fausse gloire; mais M. de Pointis n'est pas assez fort, quoi
  qu'on s'imagine, pour former une entreprise, et c'est certainement
  commettre les armes du roi à un échec; cela est un fait certain, et
  il est douteux que la colonie soit attaquée. Son sentiment était
  que j'embarquasse tout; mais mes raisons sont très-différentes en
  cela des siennes, et j'ai été mon chemin. Il n'en sera peut-être pas
  content. Je ne saurais qu'y faire.»

Pointis ne tarda guère à s'apercevoir en effet que, sans le concours
de du Casse, il n'aurait pu conduire à bonne fin son expédition,
et les prévisions du gouverneur de Saint-Domingue, dans sa lettre à
Pontchartrain, se réalisèrent de point en point. Quels qu'aient été
les torts de Pointis, ils eurent pour résultat de mettre en lumière le
patriotisme et la modestie de du Casse. On dénie à celui-ci le rang
que doit lui assigner sa qualité de gouverneur de la plus importante
colonie française en Amérique; il répond qu'il partira comme simple
volontaire, offrant le premier ce noble exemple que devaient donner
après lui deux autres grands citoyens, Vauban et Grouchy. En 1706, le
premier, depuis longtemps maréchal de France, proposa au présomptueux
duc de La Feuillade, dont le caractère offrait beaucoup d'analogie avec
celui de Pointis, de servir comme volontaire dans son armée qui allait
faire le siége de Turin.

—Je vous suis obligé, répondit le gendre de Chamillart, j'espère
prendre Turin à la Cohorn.

Le siége traînant en longueur, Louis XIV consulta Vauban, qui s'offrit
encore pour aller conduire les travaux comme un simple ingénieur.

«Mais, monsieur le maréchal, lui dit le roi, songez-vous que cet emploi
est au-dessous de votre dignité?

—Sire, ma dignité est de servir l'État; je laisserai le bâton de
maréchal à la porte et je le reprendrai quand nous serons dans la
place.»

En 1793 un décret de la Convention, excluant les gentilshommes de
tout emploi militaire, éloigne de l'armée le marquis de Grouchy; ses
soldats, qui l'adorent, veulent le retenir; le futur maréchal s'échappe
furtivement de son camp et se retire dans un département voisin du
théâtre de la guerre; là, il apprend que les gardes nationaux vont
marcher contre l'ennemi; il prend un fusil et part avec eux, disant:
«S'il ne m'est pas permis de conduire nos phalanges à la victoire, on
ne saurait m'empêcher de verser mon sang pour ma patrie!»

Vauban, Grouchy, du Casse, soldats à chacun desquels les circonstances
ont fait une réputation si différente, surent bien mériter de la
patrie, en faisant à son salut le sacrifice difficile de leur
amour-propre.

Pointis, par son insolence, faillit amener les plus grands malheurs;
du Casse, par sa sagesse et par sa prudence, put heureusement les
conjurer. Les habitants de la colonie et les flibustiers, choqués des
manières dures et impérieuses de Pointis à leur égard et de sa conduite
envers leur gouverneur, ressentaient les injures faites à ce dernier,
comme si elles s'adressassent à eux-mêmes.

Le baron se donnait le titre de _général des armées de France, de
terre et de mer, dans l'Amérique_, et cependant il était dans le
gouvernement d'un homme qui n'avait aucun ordre de le reconnaître pour
son supérieur et sur lequel il ne pouvait exercer aucune juridiction.
Il s'était donné une garde et exigeait qu'on battît au champ dès qu'on
l'apercevait. Il rendait des ordonnances, les faisait afficher de son
autorité privée, jouant au souverain. Du Casse essayait de pallier la
mauvaise impression, conséquence de cette conduite. Néanmoins, mis
en défiance par les paroles inconsidérées du chef de l'expédition,
habitants et flibustiers commencèrent à manifester la crainte d'être
frustrés dans le partage du butin; ils voulurent être fixés à ce
sujet. Pointis n'osa leur refuser satisfaction.

  «Trouvant juste, écrivit-il, la demande qu'ils faisaient d'être
  assurés de la part que je leur donnerais au partage des prises, je
  la leur expliquai par un écrit fort court et fort net, que je fis
  afficher. Il portait que je les ferais partager au butin homme pour
  homme avec les équipages des vaisseaux du roi.

  «Je m'étais informé de leurs coutumes, et j'avais appris qu'entre
  diverses manières de partage, dont la plupart étaient embarrassantes
  par leurs extrêmes divisions, la plus usitée était, comme je viens
  de le dire, d'homme pour homme. Une frégate, par exemple, de cent
  tirant, le double d'une de cinquante, et ainsi du reste à proportion.
  Je ne balançai pas dans le choix; et pour leur expliquer que je
  ne touchais point aux parts du roi, de monsieur l'amiral, ni des
  armateurs, desquelles je n'étais pas en droit de disposer, je
  spécifiai qu'ils partageraient homme pour homme avec les équipages
  des vaisseaux, c'est-à-dire à tout ce que nous étions de gens
  composant cet armement, il avait plu à Sa Majesté d'accorder qu'il
  nous reviendrait un dixième du premier million, et un trentième de
  tous les autres millions que nous pourrions acquérir; sur quoi, par
  mon écrit, je m'engageais de faire la part des flibustiers. Du Casse
  me dit que j'avais sans doute pris la meilleure et la plus facile
  manière, et qu'il me priait seulement de lui laisser un original
  de cet écrit et d'y comprendre la frégate _le Pontchartrain_,
  reste infortuné de l'armement de Renau, et commandé par de Mornay,
  lieutenant de vaisseau du roi, qui m'avait demandé de servir dans
  l'escadre, aux mêmes conditions que j'accorderais aux corsaires
  flibustiers, aussi bien qu'une frégate de Saint-Malo armée, moitié
  guerre et moitié marchandise, que du Casse désira aussi voir énoncée
  dans l'écrit que je lui laissai. Cet écrit mérite attention.»

Cet écrit sur lequel Pointis appelle l'attention, mais qu'avec une
rouerie indigne d'un gentilhomme il a soin de ne pas citer, est conçu
en termes qui justifient pleinement les prétentions émises, six mois
plus tard, par les flibustiers soutenus par du Casse. Il donne tort à
Pointis:

  «Nous sommes convenus, y est-il dit, que les habitants, flibustiers,
  nègres et habitants de la côte Saint-Domingue qui se sont joints à
  l'armement dont Sa Majesté m'a confié le commandement, partageraient
  au provenu des prises qui seraient faites, homme par homme avec les
  équipages embarqués sur les vaisseaux de Sa Majesté.

  «A bord du Sceptre le 26 mars 1697.—

  Signé: POINTIS.

  «Vu: DU TILLEUL.

  «En ce compris le _Pontchartrain_, et la _Marie_ de Saint-Malo.»

Parmi les historiens qui ont parlé des démêlés du chef de l'expédition
avec du Casse, celui qui a traité la question avec le plus d'autorité
est Charlevoix; mais il n'a pas donné l'original de la convention
que nous venons de citer, et il avoue n'en pas connaître les propres
termes. Cette pièce se trouve aux archives du ministère de la marine
en doubles copies, certifiées conformes par les deux contradicteurs,
l'une par du Casse, l'autre par Pointis lui-même. Toutes les deux sont
identiques.

Le gouverneur de Saint-Domingue fit afficher cet écrit à la porte de
l'église et sur la place du Petit-Goave; il répondit à Pointis de la
fidélité des troupes de la colonie, se porta garant de la sincérité de
la parole du général auprès de ses administrés.

Sur ces entrefaites, un officier du _Pontchartrain_ (vaisseau commandé
par le chevalier de Mornay), de garde au fort de la ville, fit mettre
en prison un flibustier qui avait fait du tapage. Les camarades de
celui-ci, indignés qu'un officier, dont ils se considéraient comme
indépendants, eût pris cette liberté, sans s'informer de la culpabilité
ou de l'innocence de leur compagnon, s'ameutèrent à l'entrée du fort.
L'officier de garde les fit sommer de se retirer, les menaçant, en cas
de refus, de faire tirer sur eux. Cette injonction n'ayant produit
aucun effet, une décharge fut faite et en jeta trois sur le carreau.
Immédiatement plus de deux cents flibustiers vinrent, les armes à la
main, cerner le fort, exigeant qu'on leur livrât l'officier qui avait
commandé le feu. Du Casse se tenait à l'écart, depuis que Pointis avait
pris en main toute l'autorité; ce dernier accourut sur le théâtre de
la sédition, mais sa présence ne fit qu'exaspérer les flibustiers; il
fut exposé à de graves dangers et se vit réduit à implorer l'aide du
gouverneur. Du Casse vint et, dit Charlevoix, «Il ne lui coûta, pour
remettre tout dans l'ordre, que de se montrer avec cet air de maître
qu'il savait prendre à propos.» Aux premiers mots qu'il dit, les
flibustiers rentrèrent dans le devoir; l'officier qui avait commandé le
feu fut envoyé aux arrêts sur son bord, et tout rentra dans l'ordre.

On fit alors les préparatifs de départ, bien que le but de l'expédition
ne fût pas encore fixé définitivement; du Casse conseillait d'aller
chercher les galions à Porto-Bello, disant qu'ils devaient s'y trouver
encore, ou bien être en route pour Carthagène, et qu'on était sûr de
les rencontrer en mer, s'ils avaient déjà quitté Porto-Bello. Pointis
ne fut pas de cet avis, et son opinion prévalut.

On eut à regretter de ne pas avoir suivi le conseil de du Casse, car
on sut bientôt qu'on aurait trouvé les galions à Porto-Bello, où la
confusion avait été extrême à l'annonce du danger qu'ils couraient.
Les navires ennemis portaient près de deux cent millions de francs.
«_C'est_, écrivait par la suite du Casse, _le plus grand coup manqué
depuis que les hommes naviguent_.»

Enfin le cap fut mis sur Carthagène. L'expédition arriva le 6 avril
devant Sambay, point situé à une quinzaine de lieues de Carthagène;
des vents contraires la retinrent en cet endroit jusqu'au 13. Ce
temps d'arrêt fut employé à faire le démembrement exact des forces
expéditionnaires et à convenir des signaux.

L'escadre était composée de sept gros vaisseaux:

Le _Sceptre_ de 84 canons, avec 650 hommes d'équipage, monté par le
baron de Pointis.

Le _Saint-Louis_, 64 canons, 450 hommes d'équipage, monté par le
chevalier de Lévis-Mirepoix.

Le _Fort_, 76 canons, 450 hommes, monté par le vicomte de Coëtlogon.

Le _Vermandois_, l'_Apollon_, le _Furieux_, le _Saint-Michel_, portant
chacun 60 canons et 350 hommes, montés par les capitaines de vaisseau
du Buisson, de Gombault, de la Motte-Michel et de Marolles.

Le _Christ_, commandé par le chevalier de la Motte d'Ayran, ayant 44
canons et 220 hommes d'équipage.

La _Mutine_, de 34 canons, avec 200 hommes (capitaine Massiat).

L'_Avenant_, 30 canons, 200 hommes (chevalier de Francine).

Le _Marin_, 28 canons, 180 hommes (de Saint-Vandrille).

La galiote à bombes l'_Eclatante_ (de Monts).

Le brigantin la _Providence_ (chevalier du Liscoët).

L'escadre auxiliaire, fournie et commandée par du Casse, était formée
de:

Sept frégates de 8 à 24 canons: la _Serpente_, le _Cerf volant_, la
_Gracieuse_, le _Pembrocke_, la _Mutine_, le _Jarzé_, l'_Anglais_,
montées par 650 flibustiers.

Le _Pontchartrain_ commandé par le chevalier de Mornay.

Plusieurs autres petits navires de différentes grandeurs portaient
à environ 1400 ou 1500 hommes le chiffre du secours fourni par
Saint-Domingue.

Le corps expéditionnaire se composait de 110 officiers, 55 gardes de
la marine, 2100 matelots, 1800 soldats. Effectif total: au moins 4000
combattants.

Le chef d'état-major était le chevalier de Sorel, ayant pour sous-chef
le major de Thésut, et en qualité d'attachés à l'état-major les
chevaliers de Jaucourt et de Pointis.

Le commissaire général de la marine se nommait du Tilleul.

Quelques officiers du génie avaient été adjoints à l'expédition; parmi
eux les chevaliers de Ferrière, Ducrot, de Courcy.

Les gardes de marine du Ché, de la Lande, de Rochebonne faisaient
fonctions d'aides de camp auprès du commandant supérieur Pointis.

On distribua en régiments de marche les soldats qui étaient sur les
vaisseaux du roi. A leur tête pour colonels et lieutenants-colonels, la
Roche du Vigier, chevalier de Vezins, de Vaujour, chevalier de Marolles,
de la Chesneau, de Brem, Simonet, de Firmont.

Un bataillon de quatre cents matelots fut formé et mis sous le
commandement du chevalier de Vaux, ayant pour officiers MM. de Sigolas,
Carcavis, de Sabran, de Longue-joue.

Les flibustiers conservèrent leurs officiers élus par eux. Les soldats
tirés de Saint-Domingue eurent pour chef la Bonninière de Beaumont.

Le 13 avril au soir, Pointis vint en vue de Carthagène. Avant de
continuer ce récit, nous croyons utile de donner une description exacte
de cette ville, d'après les mémoires du temps.

«L'entrée de ce port admirable, qu'on appelle le Lagon de Carthagène,
est, ainsi que je l'ai déjà remarqué, fort étroite; d'où lui est venu
le nom de _Bocca-Chiqua_, duquel on a fait par corruption celui de
Boucachique. Le fort qui le défend est sur la gauche en entrant, au
milieu et au plus étroit de la passe, à cause d'un petit islet qui se
trouve vis-à-vis. Il est à trois lieues au sud-ouest de Carthagène.
On tourne ensuite pendant deux lieues depuis le sud-ouest jusqu'au
nord-nord-est, et l'on trouve sur la même main un second fort qui
porte le nom de _Sainte-Croix_. Les fortifications n'en étaient pas
régulières, mais sa situation le rend presque inaccessible; il n'y peut
aborder à la fois que peu de chaloupes, et l'on n'y saurait aller par
terre, parce qu'il est environné de marécages et d'un grand fossé plein
d'eau où la mer dégorge. La ville est à une lieue de là sur le même air
de vent; mais aux deux tiers du chemin on rencontre de petites îles,
entre lesquelles le passage est fort étroit. Carthagène est divisée
en haute et basse ville. Celle-ci se nomme _Hihimani_, mot indien qui
veut dire _faubourg_. L'une et l'autre étaient assez régulièrement
fortifiées, et elles sont séparées par un fossé où la mer entre et sur
lequel il y a un pont-levis. Hihimani, qui est comme une forteresse à
sept bastions, est au sud-est de la ville haute, qui est proprement
ce que l'on appelle Carthagène, et à quatre cent toises est-sud-est
de Hihimani on trouve dans la grande terre le fort de _Saint-Lazare_,
où l'on va aussi par un pont-levis. Ce fort commande les deux villes,
et il est commandé lui-même par une montagne de très-difficile accès.
Notre-Dame de la Poupe est éloignée de douze cent cinquante toises de
Saint-Lazare au sud-est. C'est un couvent de religieux, dont l'église
regardée d'un certain côté a la figure d'une poupe de vaisseau.»



LIVRE IV

De 1697 à 1699. CARTHAGÈNE.

  Données fausses apportées de France par Pointis sur
  Carthagène.—Sages conseils de du Casse, qui ne sont pas
  écoutés.—Reconnaissance.—Débarquement.—Les galions
  à Porto-Bello.—Audace des flibustiers.—Reddition de
  Boccachique.—Sommation du gouverneur de cette ville.—Attaque
  par mer.—Siége de Hihimani.—Rôle des flibustiers.—Singulier
  incident.—Batteries de siége.—Le drapeau parlementaire arboré
  par le gouverneur de Carthagène.—Capitulation.—Orgueil maladroit
  du baron de Pointis.—Sa conduite déloyale.—Ses discussions.—La
  colonie de Saint-Domingue en péril.—Révolte des flibustiers
  provoquée par Pointis.—Leurs exactions.—Ordre du jour de du
  Casse.—La flotte anglo-hollandaise.—Le chevalier de Galiffet part
  pour la France.—Mémoires sur l'expédition de Carthagène.—Lettres de
  Pontchartrain.—Du Casse chevalier de Saint-Louis.—Arrêts du conseil
  d'Etat.—Les Anglais au Petit-Goave.—Paix de Riswick.—Le vice-roi
  du Mexique.—Négociations relatives à la délimitation des frontières
  françaises et espagnoles dans l'île Saint-Domingue.


Pointis était parti de France, ayant reçu du ministère de la marine des
données très-fausses sur Carthagène; du Casse, qui, par ses espions, en
avait de fort exactes, voulut l'éclairer. Il n'y put parvenir.

Déjà à cette époque l'administration centrale se considérait comme
infaillible. Les instructions, émanées d'elle, prescrivaient au chef
de l'expédition de s'emparer, dès son arrivée, du couvent fortifié de
Notre-Dame de la Poupe, situé à l'est de la ville sur une hauteur qui
dominait les environs, commandait les routes, protégeait Carthagène et
permettait de faire filer et de mettre à l'abri les richesses de la
ville par les voies de terre.

Le jour même de son arrivée, Pointis voulut tenter le coup. Il
en chargea les flibustiers avec du Casse. Deux vaisseaux vinrent
s'embosser vis-à-vis Carthagène du côté du couvent, et l'ordre
d'attaquer pour le soir fut donné. Les chaloupes devaient prendre les
flibustiers et les débarquer à la côte. Pointis voulut, néanmoins,
s'assurer par lui-même du point le plus favorable au débarquement. Il
monta dans son canot avec du Casse, le chevalier de Lévis-Mirepoix et
du Tilleul. En approchant de terre, il fut fort surpris de voir les
vagues déferler avec violence contre des rochers à fleur d'eau, dont la
côte était parsemée et qui en rendaient l'abord impossible. Le canot
fut pris entre deux brisants et rempli d'eau en un instant.

Les principaux chefs de l'expédition se trouvèrent donc menacés d'être
engloutis par les vagues.

Lévis-Mirepoix se jette alors à la mer, plonge sous l'eau et parvient
à dégager la quille du frêle esquif. Les matelots redoublent
d'efforts, et le canot revient à flot. Le débarquement sur ce point
était impossible, contre-ordre est aussitôt donnée, et la journée du
lendemain (14 avril 1697) est employée en reconnaissances.

Le 15 au matin, l'escadre mouilla entre la ville et le fort
Boccachique, contre le feu duquel elle était abritée par un
promontoire. A midi, du Casse débarqua avec quatre-vingts nègres. Il
explora tous les bois couvrant la presqu'île qui relie Boccachique à
Carthagène, bois où l'on pouvait craindre que des embuscades n'eussent
été dressées. Rien de suspect ne fut découvert; du Casse hissa alors le
drapeau blanc, signal convenu entre Pointis et lui. Immédiatement les
chaloupes amenèrent les troupes de débarquement.

Cette descente avait pour but de s'établir fortement dans la
presqu'île, de couper ainsi toute communication entre la ville et
Boccachique. Pointis, du Casse, Lévis-Mirepoix, ayant avec eux environ
un millier d'hommes, tant nègres que flibustiers ou grenadiers, prirent
un sentier sous bois qui menait à la forteresse. Ils arrivèrent à deux
portées de fusil de Boccachique, et occupèrent une forte position,
restant couverts par l'épaisseur du bois qui les dérobait à la vue de
l'ennemi. Pendant l'opération, le feu des vaisseaux, mouillés au large,
absorbait l'attention des défenseurs du fort.

Vers six heures du soir, Pointis, s'étant aventuré hors du bois, arriva
à un ancien village abandonné, d'où il put examiner la forteresse.

A la nuit tombante, deux compagnies de grenadiers, un bataillon sous
les ordres du commandant de la Chesneau et trois cents flibustiers
prirent possession de ce village. D'autres troupes restèrent en
position, surveillant les débouchés de la ville. Le baron de Pointis,
les chevaliers de Lévis et de Jaucourt purent, à la faveur des
ténèbres, s'approcher de la place et faire le tour des fossés sans être
découverts. Le chevalier du Buisson des Varennes proposa d'établir
une batterie de mortiers sur une éminence située près du fort, ce
qui fut adopté. Le lendemain matin, 16 avril, cette batterie fut en
état d'ouvrir son feu. Ce même jour, de fort bonne heure, une grande
pirogue, portant soixante hommes et des munitions de guerre, envoyée
par le gouverneur de Carthagène à Boccachique, ayant voulu atterrir,
fut enlevée par les flibustiers.

Il s'y trouvait deux cordeliers, qui répétèrent à Pointis ce que du
Casse lui avait déjà dit, comme le tenant de ses espions, que les
galions étaient à Porto-Bello. Ces deux religieux ajoutèrent que,
depuis la fin du mois d'octobre, on les attendait à Carthagène, et que
leur séjour à Porto-Bello avait été beaucoup plus long que les années
précédentes.

Pointis, cherchant à intimider le gouverneur de Boccachique, lui
envoya un des deux cordeliers pour l'engager à rendre son fort. Sur
sa réponse négative, le feu fut ouvert par les pièces des bâtiments
et par la batterie de terre. Vers deux heures on vit deux bateaux
espagnols, portant trois cents hommes, se diriger, vent arrière, vers
la forteresse. Les flibustiers, en embuscade et abrités dans les bois,
apercevant ces deux navires, se portèrent au pas de course vers le
rivage, au risque de se faire écraser par l'artillerie du fort. Les
bâtiments espagnols revinrent aussitôt à Carthagène. Du Casse, voyant
ses flibustiers compromis, fit avancer deux barques et donna l'ordre à
ces braves gens de s'y jeter. Mais, au lieu de lui obéir, ces hommes
audacieux et indisciplinés se portèrent en désordre vers le fort de
Boccachique, se logèrent sur le chemin couvert et commencèrent de la
côte un tel feu qu'ils firent taire celui de la forteresse. Pointis,
étonné de ce singulier combat, vint se plaindre à du Casse, qui
l'engagea à laisser combattre les flibustiers à leur façon, ajoutant
que bientôt peut-être Boccachique serait enlevé par eux. Pointis,
fort brave de sa personne, se décida alors à leur porter secours,
avec un bataillon de troupes régulières, à la tête duquel marchait du
Casse; deux autres bataillons, commandés par du Buisson des Varennes,
suivirent le premier. Les flibustiers demandèrent des échelles pour
escalader l'escarpe. Le vicomte de Coëtlogon arriva bientôt, avec une
compagnie du génie et des échelles. L'ennemi, voyant les flibustiers
prêts à escalader le fort, arbora le drapeau parlementaire et demanda
bon quartier. Le _bon quartier_ fut accordé, à la condition que les
armes des défenseurs seraient à l'instant jetées dans les fossés, ce
qui fut exécuté.

Pendant le combat, du Casse avait été blessé d'une balle de mousquet à
la cuisse et était resté néanmoins au feu, sans vouloir se retirer.

Pointis pénétra dans la place et en reçut les clefs des mains mêmes du
gouverneur, don François Ximenès, qui les lui présenta en lui disant:
_Je vous remets les clefs de toutes les Indes espagnoles._ Boccachique
succomba donc dès le premier jour, grâce à l'heureuse témérité des
flibustiers, qui eurent quarante tués et cinquante blessés. Défense
fut faite à ces hardis mais indisciplinés volontaires de pénétrer dans
le fort; Pointis prétendit que cette interdiction avait été la seule
condition exigée par les Espagnols. Un détachement d'une centaine de
soldats réguliers, sous les ordres de La Roche du Vigier, fut désigné
pour y tenir garnison.

Le lendemain, 17 avril, les flibustiers s'emparèrent du couvent de
Notre-Dame de la Poupe, et les vaisseaux français pénétrèrent dans
la rade. Aussitôt qu'ils les aperçurent, les Espagnols mirent le feu
à trois galions et à une pirogue, qu'ils coulèrent pour obstruer
l'entrée de la passe du port.

Au fond de la rade et protégeant l'entrée du port, se trouvait le
fort de Sainte-Croix. Le 18 avril au matin, Pointis donna l'ordre
aux vaisseaux entrés dans le _Lagon_ de canonner cette forteresse,
tandis que lui-même l'attaquerait par terre. A la pointe du jour, il
se mit en marche, et vers midi il se trouva à une demi-lieue du fort
Sainte-Croix. Le vicomte de Coëtlogon, envoyé en reconnaissance, ne
tarda pas à faire dire que le fort était évacué, les canons enlevés et
les logements brûlés. Bien que Sainte-Croix fût une petite place fort
tenable et dans une position avantageuse, le gouverneur de Carthagène
n'avait pas voulu, en essayant de la défendre, courir le risque de se
priver de sa garnison. Il avait donc rappelé cette garnison dans les
murs de la ville.

Pointis, ayant rejoint Coëtlogon, résolut de profiter de l'occupation
du fort Sainte-Croix pour reconnaître Carthagène. Il vit alors que la
tranchée ne pouvait être ouverte que sur une langue de terre, étroite
et basse, où l'on devait forcément trouver l'eau à peu de profondeur.
Il fit sommer le gouverneur, qui répondit que la défense serait aussi
vigoureuse que l'attaque.

Voyant qu'il était impossible de rien tenter de ce côté de la place,
on résolut de passer l'eau et de faire l'attaque sur Hihimani (ville
basse). Du Paty fut envoyé avec les nègres pour chercher un point de
débarquement. Cet officier ayant rendu compte qu'il en avait trouvé
deux, Pointis traversa avec les grenadiers et débarqua vis-à-vis le
fort Saint-Lazare, où il rencontra Galiffet, qui, après l'occupation
du couvent de Notre-Dame de la Poupe, s'était porté sur Saint-Lazare.
Le surlendemain, ce fort fut abandonné par l'ennemi, au moment où la
colonne d'assaut arrivait au pied de la contrescarpe.

Le jour suivant commença le siége régulier de Hihimani. Pendant que les
troupes de Pointis creusaient les tranchées, élevaient des batteries,
les flibustiers de du Casse faisaient des reconnaissances, poussaient
des pointes, ravageaient le pays, ramenaient au camp français des
prisonniers.

Les choses en étaient là, le canon français avait commencé à battre en
brèche, lorsqu'un singulier épisode amena la reddition de la place.

Le 30 avril, vers dix heures du matin, du Casse se trouvait dans
la tranchée avec le chevalier de Marolles. Un des nègres, natif de
Carthagène, trouva plaisant de s'en aller, un drapeau parlementaire
à la main, jusqu'à la brèche. Le feu cessa du côté de la place et on
demanda à l'imprudent noir s'il était chargé d'une mission quelconque;
il répondit qu'il venait pour avoir des nouvelles de ses parents,
et que, s'il avait un conseil à donner à ses compatriotes, c'était
de capituler, sans attendre l'enlèvement de vive force de la ville.
Intrigué de ce qu'il voyait, du Casse approcha à son tour, accompagné
de quelques personnes. L'officier espagnol qui commandait sur ce point,
de son côté prévenu de l'incident, arriva et demanda une suspension
d'armes de deux heures pour conférer avec le gouverneur. Du Casse fit
répondre qu'il ne pouvait accorder qu'une demi-heure. Il avait profité
de la longueur de ces pourparlers pour se livrer à un examen attentif
de la brèche; il la trouva praticable, et, sans perdre une minute, il
fut trouver Pointis et lui conseilla de faire donner immédiatement
l'assaut. Cet avis fut adopté.

Les ordres furent expédiés en conséquence, et, à quatre heures de
l'après-midi, Lévis-Mirepoix, Coëtlogon, Montrosier, Marolles, du
Rollon, se mirent en marche à la tête des troupes régulières, du
Casse suivant avec les flibustiers. Mais, tandis que les premiers
faisaient de longs détours pour éviter différents obstacles, les
seconds piquèrent droit devant eux et arrivèrent à la brèche avant les
troupes régulières; du Casse planta le premier le drapeau français sur
le rempart. L'ennemi, voyant le petit nombre des assaillants, résista
d'abord avec vigueur. Heureusement, le chevalier de Lévis et quelques
officiers arrivèrent avec les grenadiers. On put se rendre maître de
la plate-forme au-dessus de la porte. Un combat des plus sanglants
s'engagea entre les Français et les troupes espagnoles retranchées sous
la voûte. On parvint néanmoins à les déloger. On passa presque tous
les défenseurs au fil de l'épée. Seul, le gouverneur de Hihimani, qui,
malade, s'était fait porter sur ce point, resta prisonnier.

Cette brusque et brillante attaque avait mis entre les mains des
Français Hihimani ou la ville basse, qui n'est, à proprement parler,
qu'un faubourg de Carthagène.

Dès le lendemain, 1er mai, des bouches à feu furent mises en position
sur les remparts de Hihimani pour battre en brèche la ville, que les
vaisseaux bombardaient par mer. Le 2 mai, le gouverneur, comte de Los
Rios, fit arborer le pavillon parlementaire, battre la chamade et
envoya plusieurs de ses officiers pour traiter avec Pointis. Celui-ci,
fier du rapide succès de son entreprise, les reçut avec son orgueil
ordinaire et faillit, par une morgue de mauvais goût de la part d'un
vainqueur, compromettre le succès final de l'expédition. Il demanda
_qu'on rendît la ville à discrétion, qu'on livrât des otages, que l'on
s'en remît à sa_ GRACIEUSE VOLONTÉ.

Les Espagnols ayant voulu parler de capitulation, Pointis leur répondit
insolemment qu'un conquérant ne signait pas de capitulation. Les
officiers ennemis retournèrent alors à Carthagène, sans que rien eût
été conclu. Ils venaient de partir lorsque la nouvelle parvint au
camp français que onze mille hommes étaient en marche pour secourir
Carthagène. Du Casse fut placé avec un fort détachement sur la route
par laquelle ce corps ennemi devait arriver. Ce corps était en marche,
en effet; mais, apprenant la chute de Hihimani, il ne poussa pas
jusqu'à la place assiégée; néanmoins cette alerte eut pour effet de
rendre Pointis plus traitable, et le 3 mai il signa avec le gouverneur
de la ville une capitulation portant que «les assiégés auraient les
honneurs de la guerre; que les trésors seraient remis au général
de Pointis avec pièces à l'appui; que les marchands et commerçants
verseraient aussi l'argent et les effets en leur possession; que les
habitants seraient tenus de déclarer l'or, l'argent, les pierreries
qu'ils avaient, sous peine de confiscation entière; qu'on leur en
laisserait la moitié; qu'on ne toucherait ni aux églises ni aux
convents; que chacun serait libre de se retirer où bon lui plairait;
que ceux qui resteraient ne seraient point inquiétés.»

La capitulation signée, la garnison espagnole sortit avec les
honneurs de la guerre, et les Français firent leur entrée dans la
ville. Le premier acte de Pointis fut de déclarer publiquement que
ceux qui apporteraient de bonne volonté leur argent et leurs valeurs
en conserveraient le dixième, mais que ce dixième serait donné aux
dénonciateurs de ceux qui n'apporteraient pas le leur. Il réunit
ensuite les supérieurs des couvents et des maisons religieuses, et leur
déclara qu'ils devaient apporter leur argent, ajoutant que l'immunité
accordée par la capitulation ne concernait que les valeurs non
monétaires. Pendant les quelques jours qui suivirent cette déclaration,
le vainqueur ne pouvait suffire à recevoir et compter les richesses
qui arrivaient de toutes parts. Elles furent immenses, mais il serait
impossible d'en fixer le chiffre d'une manière à peu près certaine,
en présence du désaccord survenu à ce sujet entre les principaux
intéressés. Pointis déclara un butin de neuf millions de francs; du
Casse affirma qu'il se montait à neuf millions _d'écus_, sans compter
les marchandises de prix, le tout devant s'élever, d'après lui, à une
trentaine de millions. D'autres intéressés ont été jusqu'à parler de
plus de quarante millions; mais ce dernier chiffre, croyons-nous, est
exagéré.

Quoi qu'il en soit, Pointis dissimula, le plus qu'il le put, les
richesses prises à Carthagène, soit qu'il voulût, comme certains
contemporains n'ont pas craint de l'en accuser, en détourner une grosse
part à son profit personnel, soit qu'il voulût simplement grossir celle
des armateurs dont il était le représentant naturel. Toujours est-il
que, dès lors, il avait l'intention bien arrêtée et indigne d'un homme
d'honneur de ne pas tenir la parole donnée aux flibustiers.

Afin d'atteindre ce but déloyal, il jugea nécessaire de les éloigner
de Carthagène. Il fit courir le bruit qu'un corps d'environ dix mille
Indiens approchait pour combattre les Français, et il prescrivit
aux flibustiers de se porter à la rencontre de l'ennemi. Pendant
leur absence, et tandis qu'ils donnaient la chasse à un adversaire
imaginaire, Pointis faisait opérer la rentrée de tout le butin. Lorsque
les flibustiers revinrent, n'ayant rencontré aucun ennemi, ils furent
avisés, par un ordre du commandant supérieur, que les recherches
faites dans Carthagène avaient produit peu de richesses. Puis, on
leur interdit l'entrée de la ville, dans la crainte, prétextait-on,
que leur présence redoutée ne déterminât quelque soulèvement. Furieux
de ce manége, les flibustiers, qui avaient si brillamment concouru au
succès de l'expédition, prétendirent pénétrer dans Carthagène, mais
ils trouvèrent les portes fermées et gardées, ainsi que les remparts,
par les troupes régulières qui leur en interdirent l'entrée. Peu s'en
fallut que sur l'heure Carthagène ne devînt le théâtre d'une lutte
entre les vainqueurs. Toutefois, Pointis ayant envoyé aux flibustiers
un officier pour les assurer qu'il ne prétendait pas leur interdire
l'entrée de la ville d'une manière absolue, mais simplement les
empêcher d'y venir tous à la fois, de peur d'effrayer la population,
ils se calmèrent, et, aussitôt que le recensement total de l'or, de
l'argent, des pierreries fut terminé, ils furent autorisés à pénétrer
dans Carthagène. Il est juste de reconnaître qu'une fois qu'ils y
eurent été admis, ils s'y conduisirent avec peu de modération et
donnèrent lieu chaque jour, par leur violence, aux plus sanglants
reproches.

Après la prise de Carthagène, du Casse avait été nommé gouverneur de
la place. Il crut de son devoir d'exiger qu'on lui rendît un compte
exact de tout le butin. Tel ne fut pas l'avis de Pointis, qui lui
fit une querelle à propos de permissions accordées ou refusées. Du
Casse se retira à Hihimani, déclarant ne plus vouloir se mêler de
rien. Toutefois voyant la mortalité qui sévissait parmi ses hommes,
flibustiers et gens de la côte, tant à cause de l'air pestilentiel des
marais où ils étaient relégués, que par suite du défaut de vivres,
quoiqu'on se fût engagé formellement à leur fournir les rations
nécessaires, du Casse fit redemander à Pointis les hommes qu'il avait
tirés de Saint-Domingue, le rendant responsable, en cas de refus, du
tort qu'occasionnerait à la colonie une plus longue privation de toutes
ses forces.

Le commandant supérieur, assez satisfait au fond de cette demande
qui le débarrassait d'un incommode et gênant témoin de sa conduite,
répondit qu'il donnait volontiers son acquiescement, pourvu qu'on lui
laissât le quart des flibustiers et une partie des nègres.

Cependant du Casse ne voulait point quitter Carthagène avant d'avoir
obtenu satisfaction pour les siens dans la distribution de la part
qui leur revenait sur les prises faites. Voyant la mauvaise volonté
de Pointis, il craignit que ses gens ne fussent frustrés dans leurs
intérêts, et que, déçus de leurs espérances, ils ne fissent retomber
sur la colonie de Saint-Domingue le poids de leur colère.

Il essaya donc une tentative auprès de Pointis. Ce dernier se conduisit
à son égard de la façon la moins loyale. Profitant de ce que du Casse
a pleine et entière confiance en ses promesses, il fait mettre le
butin dans des caisses, qu'il ordonne d'embarquer en cachette sur les
vaisseaux du roi, sans avoir procédé à aucun partage. Cela exécuté, il
prend la résolution de démanteler Carthagène et de s'embarquer pour
l'Europe.

En effet, le 25 mai, toutes les fortifications sautent. Immédiatement
après, ordre est donné d'embarquer les troupes, Pointis lui-même
s'apprête à mettre à la voile. Les flibustiers et les gens de
Saint-Domingue refusent alors de quitter la terre avant qu'on leur
ait compté ce qui leur est dû; du Casse les assure qu'ils vont
recevoir leurs parts, et il écrit à Pointis de se presser, ou qu'il
ne répond plus des excès auxquels pourra se porter une soldatesque
justement irritée. Pointis répond que le commissaire du Thilleul
(faisant fonctions de ce que nous appelons aujourd'hui intendant
général d'armée) a l'ordre de dresser le compte, et qu'on l'expédiera
incessamment. Trois jours après, le 28, ce compte arrive.

Le compte, établi par ordre du baron de Pointis, était en désaccord
complet avec l'engagement pris par le général, au moment de
l'embarquement. Il mettait les gens de la côte et les flibustiers _à
gages_. C'étaient là une infamie et un vol fait aux hommes qui avaient
le plus contribué au succès de l'expédition. Ce qu'il y a de curieux,
c'est que Pointis lui-même reconnaît implicitement qu'il avait agi de
mauvaise foi. En effet, dans la relation qu'il écrivit de la campagne
on lit ce qui suit:

  «La consternation de M. du Casse fut grande à la vue de ce compte,
  par lequel il vit que la part de ceux à la tête desquels il se
  mettait, allait à quarante mille écus. Il avait de bien plus hautes
  prétentions. _Il se fondait sur l'écrit que je lui avais donné, où
  il était marqué que tout serait mis en quatre_, dont il s'attendait
  que, lui et ses gens faisant le quart de l'armée, ils auraient deux
  millions. Mais quand on lui eut fait ouvrir les yeux, et montré que
  partager homme pour homme avec les équipages des vaisseaux du roi
  c'était partager ce qui appartenait auxdits équipages, homme pour
  homme avec eux, et non pas sur la part ni du roi ni des armateurs,
  et qu'on lui eut détaillé que cette part consistait dans le dixième
  du premier million et le trentième des autres, dont le quart lui
  revenait, il entra dans une telle fureur qu'il voulait passer en
  France directement, laissant là son gouvernement.»

Ces derniers mots renferment une nouvelle calomnie dirigée par Pointis
contre du Casse. Le gouverneur de Saint-Domingue se contenta de faire
dire à du Thilleul qu'il avait reçu le compte et irait en demander
justice devant un tribunal où le baron de Pointis ne serait pas juge et
partie. Puis, sûr que si ses soldats venaient à connaître le déni de
justice qui leur était fait, ils se mettraient en révolte ouverte, et
prévoyant que leur rébellion pourrait attirer d'effroyables malheurs,
du Casse prévint le chevalier de Galiffet de l'état des choses, et lui
ordonna de s'embarquer, ainsi que tout son monde, sans rien dire à qui
que ce fût.

Pointis, mu par nous ne savons quel mobile, demeuré inexpliqué jusqu'à
nos jours et inexplicable pour tout homme de sens, sachant le secret
gardé par du Casse, manda à celui-ci qu'il en était surpris, et, ayant
réuni les capitaines des navires flibustiers, leur apprit que le compte
avait été dressé et qu'il était entre les mains de du Casse. Ils se
rendirent auprès du gouverneur de Saint-Domingue et le lui demandèrent.
L'ayant reçu de ses mains, ils le lurent et se retirèrent sans
prononcer une parole.

Ce que du Casse avait prévu ne tarda pas à se réaliser. Les capitaines
ayant montré à leurs gens ce qu'ils venaient de recevoir, il fut
délibéré entre eux qu'ils prendraient à l'abordage le _Sceptre_,
vaisseau de Pointis, et qui était assez éloigné des autres navires pour
n'en pouvoir être secouru à temps. Au moment de passer de la parole
à l'action, la crainte de du Casse les fit hésiter, et l'un d'entre
eux ayant dit: «Nous avons tort de nous en prendre à ce chien, il
n'emporte rien du nôtre, il a laissé notre part à Carthagène, c'est là
qu'il la faut aller chercher,» tous adhérèrent à cette opinion.

Les bâtiments flibustiers font voile vers la ville. Les hommes jurent
de ne jamais retourner à Saint-Domingue. Du Casse, sans perdre un
instant, envoie Galiffet à Pointis; mais ce dernier malade est hors
d'état de rien écouter ni de prendre une détermination. Alors du Casse
fait lire aux flibustiers l'ordre du jour suivant:

  «Capitaines et flibustiers, songez-vous bien que vous manquez de
  respect au plus grand roi du monde, et que l'injustice que vous
  fait un de ses officiers, ne vous met pas en droit de sortir de
  l'obéissance? Faites réflexion que je porterai la peine de cette
  démarche et que vous livrez mon innocence sur l'échafaud. Je conviens
  qu'on nous fait une perfidie sans exemple, mais vous devez croire
  qu'après avoir acquis de la gloire aux armes du roi, sa justice
  écoutera vos plaintes et punira ceux qui auront violé sa foi. Je vous
  commande de vous retirer, sous peine de désobéissance et je vous
  promets d'aller porter vos raisons devant le roi.»

Cet ordre ne produit aucun effet; les flibustiers s'emparent de
Carthagène, exigent de ses malheureux habitants cinq millions qui ne
leur sont pas fournis. Ils accusent hautement Pointis de les avoir
volés, et se livrent à mille violences, exactions, atrocités, pillent
les maisons, les couvents, les églises. Au bout de quatre jours,
ayant soutiré de la ville tout ce qu'ils en pouvaient espérer, ils
s'embarquent avec les gens de la côte sur neuf bâtiments. Ayant partagé
l'or et l'argent de Carthagène, les flibustiers prennent le large, se
donnant rendez-vous à l'île Avache pour procéder également au partage
des nègres et des marchandises pillées. A trente lieues en mer, ils
sont atteints par une flotte ennemie qui, ayant appris les suites de
l'expédition de Carthagène, les cherche, pour profiter de la dissension
qui s'était mise dans les troupes de Pointis.

A la vue de l'escadre ennemie, chaque bâtiment tira de son côté.
Le _Christ_ (capitaine Cotny) fut pris par les Hollandais. Le
_Cerf-Volant_ (capitaine Pierre) eut le même sort. Un bâtiment
échoua et se fit brûler à la côte de Saint-Domingue. Les cinq autres
abordèrent sur divers points de Saint-Domingue et à l'île Avache.

Revenons à Pointis et à du Casse.

Le 31 mai, deux capitaines de milice étaient venus demander à du Casse
l'autorisation de retourner à Saint-Domingue; du Casse les engagea à se
joindre aux flibustiers pour empêcher la continuation des désordres,
les priant de dire à ces hommes qu'ils devaient se rendre au plus
vite à Saint-Domingue, avoir confiance dans la justice du roi et leur
assurer que lui, du Casse, se rendrait incessamment en France pour
faire valoir leurs droits.

Le 2 juin, le _Pontchartrain_, monté par Pointis, et la _Marie_ mirent
à la voile et arrivèrent à Saint-Domingue en seize jours.

Le 5 juin, un petit bâtiment, expédié de la colonie par le gouverneur
intérimaire, remit à du Casse une lettre lui annonçant qu'une forte
escadre anglo-hollandaise était à la Barbade, menaçant Saint-Domingue.
A cette lettre en était jointe une autre du major de Beauregard; la
voici:

  «Le sieur Rache est arrivé par Raquoin, où est mouillé le capitaine
  Salle et Blout et le sieur Marcary. Il rapporte de très-méchantes
  nouvelles. Il croit nos flibustiers pris. Il est extrêmement fatigué,
  mais demain il m'a promis de vous aller voir. Voilà un terrible
  accident. Il serait bon pour cette colonie que nous n'eussions jamais
  vu M. de Pointis.

  «Je ne doute pas qu'ils ne nous viennent visiter en peu de temps, et
  il est plus que temps de se préparer à les recevoir. J'ai le cœur si
  pénétré de la perte de nos gens que je ne sais ce que je fais ni ce
  que je dis.»

La flotte anglo-hollandaise était celle dont nous avons parlé plus
haut et qui se jeta sur les flibustiers. En voyant les épouvantables
malheurs amenés par la conduite du baron de Pointis, malgré tous
les sages avis qui lui avaient été donnés et qu'il avait dédaigné
d'écouter, du Casse n'hésita pas à envoyer un de ses officiers à la
cour de France pour y faire un rapport fidèle des événements et pour
demander justice au roi, pendant que lui-même reviendrait prendre
possession de son gouvernement menacé.

Il confia cette mission au chevalier de Galiffet et le chargea de
remettre au grand-amiral de France, comte de Vermandois, la lettre
suivante[3]:

  [3] L'original de cette lettre est entre les mains de M. P. Lerot,
  bibliothécaire de Brest. Nous en devons la communication à cet
  administrateur.

  «Monseigneur, ayant fait la campagne pour l'expédition de Carthagène
  avec l'escadre commandée par M. de Pointis, j'envoie M. de Galiffet
  pour en rendre compte à la cour; il aura l'honneur de vous en faire
  la relation entière, elle mérite que Votre Altesse sérénissime en
  soit informée, les armes du roi n'ayant pas eu depuis longtemps un
  plus beau relief, par rapport à la situation et à la force de cette
  ville. M. de Galiffet est parfaitement recueilli sur tous les faits;
  mais en parlant avantageusement à Votre Altesse sérénissime des
  autres, sa modestie lui ferait taire qu'il est un des principaux
  acteurs, et je dois vous dire, Monseigneur, qu'il s'est acquis une
  estime générale et que sa valeur l'a conduit à toutes les actions
  d'éclat avec distinction. Je prendrai la liberté aussi de dire à
  Votre Altesse qu'il a un attachement parfait pour votre personne
  et pour vos intérêts. Je l'ai chargé de supplier Votre Altesse
  sérénissime de m'accorder l'honneur de sa protection pour obtenir
  justice contre des outrages sanglants qui ont été injustement faits à
  mon caractère, dont il aura l'honneur de vous entretenir.

  «Il serait à désirer pour les intérêts de Votre Altesse sérénissime
  que le vaisseau par où passe M. de Galiffet arrivât avant l'escadre,
  nos intérêts ayant été en très-méchantes mains.

  «Il a paru que cette riche prise dût être séparée de vos mains, M. de
  Pointis n'ayant fait garder aucune formalité et disposé de beaucoup
  d'argent comme de son propre, et de nombre de marchandises.

  «Il publie n'avoir que sept à huit millions, mais M. de Galiffet et
  moi pouvons vous assurer, Monseigneur, qu'il en a été pris au moins
  le double, et les Espagnols connaisseurs vont à vingt et vingt et un,
  sans pierreries et marchandises ou canons de fonte.

  «Je m'étais associé pour cette prise avec un corps d'habitants et
  tous les corsaires de mon gouvernement, sous la promesse de M. de
  Pointis que toutes les prises seraient portées à la masse pour être
  partagées homme pour homme, le dixième levé, et que de ce partage
  chacun paierait ses vaisseaux.

  «Lorsqu'il a eu l'argent entre les mains, il a prétendu me payer à
  gages à quinze livres par mois, et au lieu de six à sept millions qui
  devaient revenir à la colonie, il réduisait cela à cent et tant de
  mille livres. Cette indignité d'un particulier a mis à deux doigts
  de leur perte les troupes du roi et les gens de la colonie qui en
  seraient venus aux mains.

  «J'ai pris le parti de me plaindre au roi, mais les corsaires et
  les habitants se sont retirés avec serment qu'ils ne reviendraient
  jamais, et ils sont retournés à Carthagène achever de dépouiller
  cette ville contre la foi de la capitulation qui avait été
  injustement violée dans cet excès.

  «J'envoyai le major de la colonie pour les rappeler. Ils le firent
  retirer, disant qu'ils étaient bons serviteurs du roi, mais qu'on les
  avait trompés et qu'il ne revînt pas une autre fois.

  «Ils ont été abandonnés sans vivres; M. de Pointis ne s'en est pas
  mis en peine, et si le roi avait confié sa colonie à ses ennemis, ils
  n'auraient pu mettre en pratique que de semblables énormités.

  «Il est à craindre que l'escadre ennemie, que j'ai avis être dans ces
  mers, ne profite de ce désordre pour prendre cette colonie, ou que
  mille hommes qui sont restés ne soient pris, ce qui porterait plus de
  préjudice au roi que l'intérêt de l'armement ne saurait lui apporter
  de profit. J'étais déterminé de passer en France pour me jeter aux
  pieds du roi et lui en demander justice, mais la nouvelle des ennemis
  ne me le peut permettre.

  «Il est de mon devoir d'informer Votre Altesse sérénissime d'une
  liberté que M. de Pointis s'est donnée en décorant sa personne, à
  l'entrée de Carthagène, d'un honneur qui n'appartient qu'à Votre
  Altesse seule.

  «Il était suivi de vos gardes, marchant à cheval entre eux, mousquet
  sur l'épaule, à beaux uniformes. Il y en avait trente-trois,
  commandés par un officier appelé La Sourjeandière; nombre d'autres
  gardes ne voulaient point assister à cette cérémonie indigne à des
  gentilshommes pour servir un simple officier.

  «Cet homme s'était oublié sur bien d'autres choses ridicules
  et extravagantes: _Mon armée conquérant_ étaient des termes
  très-familiers dans sa bouche, et nombre d'autres moins convenables
  comme dans ses titres: _Général des armées de France de terre et
  de mer_, faisant battre aux champs et deux gardes différentes à sa
  tente.»

Toute cette affaire de Carthagène a été admirablement exposée, et
résumée d'une manière claire, nette et précise dans un mémoire adressé
au roi et destiné à son Conseil d'Etat. Ce mémoire, présenté par le
chevalier de Galiffet, est l'œuvre de cet officier et de du Casse.
Il met en complète lumière le différend qui divisa ainsi du Casse et
Pointis, ainsi que les causes réelles. Le ministre et le roi lui-même
en prirent connaissance. Aussi, malgré sa longueur, l'importance de ce
mémoire nous fait un devoir de le reproduire _in extenso_, d'autant
qu'il est l'histoire complète, vraie et inédite de cette expédition de
Carthagène.


MÉMOIRE.

«_La première question_ qu'il y a à examiner sur les différends entre
M. de Pointis et M. du Casse et les gens de Saint-Domingue, c'est à
savoir _si le butin de Carthagène doit être partagé entre ceux-ci
et les armateurs de l'escadre homme pour homme_ sans distinction,
c'est-à-dire par proportion au nombre des uns et des autres, comme les
premiers le prétendent, ou seulement le dixième du premier million et
le trentième des autres, suivant l'explication de M. de Pointis.

«_La seconde, si les armateurs de Saint-Domingue ont dérogé à leurs
droits par leur conduite._

«_En troisième lieu, l'intérêt du roi que M. de Pointis met en avant,
et enfin les plaintes personnelles de MM. de Pointis et du Casse._

«1º _Si tout le butin doit être partagé ou seulement le dixième accordé
aux équipages._

«M. du Casse affirme sur son honneur et sur sa conscience d'être
convenu avec M. de Pointis, circonstance par circonstance, du partage
du butin entier homme pour homme, suivant l'usage de la flibuste, lui
ayant expliqué que cela veut dire que tout le butin serait partagé
seulement par proportion au nombre des hommes, sans distinction de
dignité, et sans égard à la différence des bâtiments, sauf à chacune
des parties de faire avoir à cet égard à leurs officiers et à leurs
bâtiments par un second partage particulier: c'est la pratique de la
flibuste, à laquelle le roi s'est conformé au partage du butin de la
Jamaïque, à celui de plusieurs prises où ses bâtiments ont assisté,
et à laquelle MM. des Augiers et de Renaud s'étaient assujettis. M.
de Pointis fit quelques objections à M. du Casse sur la différence
de ses navires, et M. du Casse lui ayant fait observer que le nombre
des bâtiments flibustiers qu'il faut pour porter un nombre d'hommes
pareil à celui de l'équipage d'un gros vaisseau du roi et la cherté des
bâtiments, agrès, radoubs et victuailles dans ce pays-là rendait la
chose bien égale, M. de Pointis se rendit et convint positivement des
conditions exprimées.

«Lorsque M. de Pointis passa au Cap, il me dit que la cour lui avait
promis deux mille cinq cents hommes de la colonie; que si M. du
Casse ne les lui donnait pas, il s'en retournerait sans rien faire
et chargerait M. du Casse de son retour, et me pressa de grossir le
détachement que j'avais ordre de faire; je lui dis que je pouvais
surpasser les ordres que j'avais à cet égard, et même que les habitants
étaient rebutés des entreprises qu'ils avaient faites avec les
vaisseaux du roi, prétendant avoir été trompés dans la distribution du
butin, et je lui expliquai comment ces gens-là allaient à la guerre à
la part. Il me dit qu'il savait cela et leurs plaintes, qu'il n'avait
en vue que la gloire dans les expéditions qu'il espérait de faire,
et que je pouvais assurer les habitants qu'il surpasserait leurs
espérances à cet égard. Il est aisé de savoir par M. du Boissy-Ramé si
je n'animai pas les habitants de cette espérance et s'ils ne sont pas
partis dans la confiance d'aller à la part.

«M. de Pointis étant arrivé au Petit-Goave et ayant appris que les
flibustiers avaient répugnance de le suivre et menaçaient de se sauver
dans les bois, craignit que M. du Casse ne fût pas le maître de les
faire embarquer, et même le soupçonna de n'en avoir pas l'intention,
ainsi qu'il m'a dit; ce qui le porta à faire mettre des affiches par
lesquelles il promettait d'être fidèle à la distribution du butin, dont
il leur promettait le partage homme pour homme, suivant leur usage,
et allait lui-même dans les carrefours leur confirmer cette promesse,
leur donnait de riches idées de son entreprise et leur promettait,
par-dessus leurs lots, tous les bâtiments qu'il prendrait, ce qui est
attesté par le témoignage des juges que j'ai produit, lesquels il
faudrait punir si leur attestation n'était pas véritable.

«M. du Casse, les habitants flibustiers et nègres se sont embarqués
dans cette confiance. M. du Casse n'a pas caché son traité, les
habitants et les flibustiers n'en ont pas fait un mystère, c'était
l'entretien de tout le monde, et il n'y a personne dans l'escadre de M.
de Pointis, jusques aux soldats, qui puisse de bonne foi ne pas avouer
d'en avoir ouï parler sur ce pied-là; personne au contraire n'a entendu
parler du parti que M. de Pointis n'a mis au jour qu'au moment qu'il a
donné son décompte. Il avait entendu les prétentions des armateurs de
Saint-Domingue sans les contredire; n'est-ce pas une preuve qu'il les
en avait voulu flatter, peut-être de bonne foi dans le commencement,
et ensuite avec intention de les tromper? M. du Casse n'avait point
demandé de billet à M. de Pointis; il s'en fiait à sa bonne foi, au
droit et aux usages du pays. M. du Rollon et autres officiers du roi
n'en avaient jamais donné dans les entreprises précédentes; M. Renaud
avait traité avec eux à mille écus par homme, et M. des Augiers à cinq
cents écus pour les (_deux mots illisibles_), qui était une expédition
de six semaines. Si M. de Pointis avait prétendu se tirer de la règle
et de cet usage, c'était à lui de s'en expliquer clairement, et non
par une équivoque; lorsque tous les flibustiers eurent joint au cap
Tiburne, il envoya de son mouvement un billet à M. du Casse, dont il
se contenta, ne se défiant de rien et y trouvant les termes usités
dans toutes les chartes parties des flibustiers. Mais les vaisseaux
le _Pontchartrain_ et la _Marie_ de Saint-Malo, qui devaient entrer
dans le traité des flibustiers suivant leur accord, n'y étant pas
mentionnés, M. du Casse demanda à M. de Pointis de les y comprendre; ce
qu'il fit. Il paraît bien, par la suite du procédé de M. de Pointis,
qu'il s'avisa d'envoyer ce billet pour exclure toute convention
verbale, toute enquête du rapport public et particulier, et toute la
force du droit et de l'usage. Il construisit son billet en des termes
qui exprimaient dans le sens naturel, et suivant l'usage du pays, le
traité dont ils étaient convenus dans le sens de M. du Casse, afin
qu'il s'en contentât, et qui puissent néanmoins y recevoir l'équivoque
qu'il y voulait trouver. Voici ce billet:

«Nous sommes convenus que les habitants flibustiers et nègres de la
côte Saint-Domingue, qui se sont joints à l'armement dont Sa Majesté
m'a confié le commandement, partageront au provenu des prises qui
seront faites homme par homme avec les équipages embarqués sur les
vaisseaux de Sa Majesté à bord du _Sceptre_ ce 26 mars 1697. Signé:
Pointis, du Tilleul. En ce compris, le _Pontchartrain_ et la _Marie_ de
Saint-Malo. Collationné à Lovigniat; signé du Tilleul.»

«Les termes de ce billet sont les mêmes dont on se sert dans les
traités de tous les armateurs de Saint-Domingue, comme il est attesté
par le témoignage du juge et greffier que j'ai produit. Ils se sont
expliqués pour le partage de tout le butin dans le sens de M. du Casse,
ce qui est confirmé par la même attestation, et la même attestation
porte que M. de Pointis a expliqué publiquement, dans les rues, aux
flibustiers ce billet dans le sens de leurs prétentions, qui veut dire
partage au provenu des prises. Ce ne peut être au sens de M. de Pointis
parce que le dixième du premier million et le trentième des autres
accordés par le roi aux équipages n'est pas le provenu des prises,
mais seulement une très-petite partie. On n'a jamais fait mention
de cette gratification du roi, et M. du Casse ni aucune personne de
Saint-Domingue n'en ont eu connaissance que par le décompte donné après
l'expédition du 28 mars. Il était besoin d'un billet de M. de Pointis
pour confirmer une grâce accordée par le roi; et peut-il entrer dans la
pensée de quelqu'un que l'attrait d'un si petit avantage ait déterminé
les habitants à sortir de leur famille, à exposer leurs esclaves, et
les flibustiers à abandonner leur course, pour suivre M. de Pointis?
Leur condition aurait été bien inférieure à celle des équipages du roi,
qui étaient assurés d'une solde. M. de Pointis offre bien présentement
de la leur donner, mais il n'ose dire qu'il la leur ait promise. En
effet, il n'en a jamais été parlé, et si le traité avait été fait dans
le sens qu'il suppose, la solde aurait dû être le principal article
de son billet, et il aurait fallu donner des assurances en cas de
défaut de succès. Mais les habitants et flibustiers n'ont déjà que trop
perdu de course avec M. du Rollon, M. des Augiers, M. Renaud et autres
officiers du roi, pour apprendre par les exemples qu'ils ne recevaient
ni solde ni dédommagement de leurs armements, lorsque les entreprises
où ils assistent manquent. N'est-il pas clair que le sens de M. de
Pointis est supposé, puisque les flibustiers sont véritablement
armateurs, qu'ils ont leurs vaisseaux, leurs victuailles, leurs armes
et leurs munitions? Ont-ils fait toutes ces avances pour n'avoir rien
par-dessus les équipages du roi, et si on ne leur avait rien promis au
delà, n'auraient-ils pas du moins stipulé un dédommagement de trois
mois, qu'ils avaient attendu de M. de Pointis, de leurs vaisseaux,
armes et munitions? Qui croira que le vaisseau le _Pontchartrain_ et la
_Marie_ de Saint-Malo aient demandé en grâce, comme il est écrit par
le décompte de M. de Pointis, d'être compris entre les flibustiers,
dans la seule espérance du trentième des prises à partager, sans
avoir aucune promesse ni assurance de leur solde à 15 livres par
mois, le Maloin ayant tout son équipage à 21 et 24 livres? La grâce
qu'ils ont demandée d'être compris entre les flibustiers, n'est-ce
pas une preuve de la promesse que l'on avait publiée de leur faire
part de tout le butin? et s'il est évident et de droit incontestable
qu'ils doivent avoir part à tout le butin suivant leur force, il
doit pareillement appartenir aux habitants et flibustiers, qui sont
au même traité que les armateurs. Il faut s'informer des gens qui
connaissent les habitants et les flibustiers, pour savoir s'il serait
possible de les mettre de leur gré à la solde. L'ont-ils jamais fait,
et M. de Pointis avait-il un ordre du roi pour les y contraindre? La
crainte qu'il avait que M. du Casse ne fût pas le maître de les faire
embarquer, et les affiches et promesses qu'il leur faisait, dont il
est convenu, font bien connaître qu'il leur a promis véritablement un
partage égal de tout le butin, puisqu'ils se sont embarqués à la fin de
l'expédition. Ces gens-là servent libéralement le roi, lorsqu'il les
emploie en quelque entreprise pour Sa Majesté, sans demander aucune
solde lorsqu'il n'y a point de butin; quand il y a du butin, ils en ont
toujours eu leur part par proportion, au nombre des hommes, et ils sont
d'une légalité à toute épreuve dans le rapport à la masse de tout ce
qui tombe entre leurs mains.

«Les flibustiers dépensent, en ordinaire, un écu par jour; les
habitants louent de leurs esclaves jusqu'à sept écus par mois; comment
pourrait-on penser qu'ils se fussent embarqués et eussent fourni leurs
bâtiments, en armes, munitions et victuailles pour 15 livres par mois
desquelles même on n'a jamais parlé sans distinguer les officiers?

«Les flibustiers, en s'embarquant poursuivre M. de Pointis, ont fait
leur charte partie suivant leur coutume; ils n'en auraient eu que
faire, si on ne leur avait promis leur part à tout le butin. Aurait-il
fallu qu'ils eussent pris des commissions de M. Ladmiral, comme ils ont
fait, s'ils n'étaient pas véritablement armateurs particuliers? Les
habitants qui ont donné leurs meilleurs nègres pour cette expédition,
n'ont-ils pas risqué au moins deux cents écus pour chaque nègre, et ne
sont-ils pas véritablement armateurs pour cette somme? quelle espérance
auraient-ils de leur remboursement en cas de non-succès?

«Après la prise de Carthagène, pendant que l'on faisait la recette de
l'argent, il y a eu des lots de flibustiers vendus quatre cents écus,
risque nonobstant les soupçons que l'on avait et le pillage excessif
que l'on voyait faire; n'est-ce pas une preuve que l'on avait promis
leur part du tout? aurait-on donné quatre cents écus s'il avait été
parlé de solde?

«Les troupes entretenues à Saint-Domingue ont incontestablement
droit au dixième et au trentième accordés par le roi aux équipages,
puisqu'ils ont été à l'expédition. Si M. de Pointis avait donné à
entendre qu'il prétendait parler de cette gratification, au partage
qu'il promet dans son billet, pourquoi n'avait-il pas compris ces
troupes? Il les en a exclues parce qu'il était question du partage du
tout, et qu'ayant un ordre du roi pour embarquer les troupes, il dit
à M. du Casse que le roi donnait ses troupes par grâce aux armateurs,
et qu'ils ne devaient prétendre que leur solde et même traitement que
celles qui étaient embarquées dans l'escadre; et M. du Casse prétend
que le roi ayant donné ses troupes pour gratifier les armateurs et les
forces de Saint-Domingue étant véritablement armateurs, ils doivent se
prévaloir de la même grâce, et que, dans la distribution du partage du
butin, la soldatesque ne doit pas être mise en nombre du côté de M. de
Pointis, puisque celle de Saint-Domingue n'est pas comprise entre les
armateurs de cette île.

«Lorsque M. Lepage et moi avons été, de la part de M. du Casse,
demander à M. de Pointis qu'il y eût un adjoint pour les gens de
Saint-Domingue à la recette de l'argent, attendu qu'étant armateurs et
ayant un si gros intérêt qu'il surpassait le tiers, il était juste que
l'on eût connaissance de ce qui se faisait à cet égard, M. de Pointis
ne nous a pas répondu que nous n'aurions que la solde et un trentième
à prendre, mais bien qu'il lui serait indifférent d'accorder cette
demande, parce qu'il prétendait accomplir exactement sa parole; mais
qu'il le refusait par fierté. Ce sont ses propres termes.

«Lorsque M. Lepage et moi lui avons été demander, de la part de M.
du Casse, de vouloir donner à terre la part qui revenait aux gens de
Saint-Domingue, que nous lui avons représenté leur inquiétude, la peine
que nous avions à les contenir et l'embarras d'embarquer tout l'argent
dans ses vaisseaux pour avoir encore la peine d'en ressortir un tiers,
il ne nous découvrit pas son intention, mais seulement nous dit qu'il
se hâtait de tout faire embarquer, pour se mettre en état de partir;
qu'aussitôt que tout serait pesé, il ferait faire notre décompte, et
que l'argent serait bientôt reversé de ses vaisseaux dans les nôtres.

«Lorsque j'ai averti M. de Pointis que les flibustiers avaient pris
une résolution qui ferait plaisir au roi, et que la reconnaissance en
retour serait sur lui, qui était que trois cents d'entre eux, comptant
au moins sur deux millions pour leur lot, auraient résolu de se faire
habitants au quartier de l'Ile à Vaches, lequel on avait beaucoup à
cœur et beaucoup d'intérêt d'habiter, il ne me dit pas qu'ils n'eussent
que la solde à prétendre, mais bien que, puisqu'ils tiendraient leurs
richesses de Carthagène, où j'étais destiné pour demeurer pour la
garde, je ferais bien de les induire à s'habituer dans cette ville.

«Lorsque je dis à M. de Pointis que les flibustiers avaient perdu leur
course avec les vaisseaux du roi depuis deux ans et qu'ils étaient
endettés de plus de deux cents écus chacun, il ne me dit pas qu'ils
ne dussent prétendre qu'au trentième et à la solde, mais bien qu'ils
seraient bien aises de ce qu'ils auraient mieux réussi avec lui. M. de
Coëtlegon, parlant un jour des richesses que les flibustiers auraient,
dit qu'il était dommage de leur donner un si gros argent, qu'il
faudrait les mettre à la solde. M. de Pointis lui dit: «Taisez-vous,
Breton, vous aurur oaqueoztsllangue trop longue.» Les circonstances
sont trop fortes pour convaincre du soin qu'il prenait de cacher
l'intention qu'il avait de les frustrer de leur droit.

«Quand le billet de M. Pointis et sa promesse authentique ne
l'engageraient pas comme ils font, il est de fait que les habitants
flibustiers et nègres sont des armateurs particuliers, qui sont joints,
suivant l'intention du roi, mais de leur gré; l'usage, l'équité et
les ordonnances du roi ne les admettent-ils pas au partage qu'ils
prétendent?

«Il faut remarquer que M. de Pointis dit dans son billet que les
habitants, flibustiers et nègres, se sont joints à l'armement qu'il
commande, et non pas qu'ils se soient engagés à la solde; ce qui est
bien différent.

«Par le décompte que M. de Pointis a donné, dont copie est
ci-dessous[4], il paraît qu'il prend droit de mettre les habitants et
flibustiers à la solde, à cause d'un ordre du roi qu'ils supposent en
avoir un espoir de lui donner les troupes entretenues, mais il n'en
avait aucune pour y contraindre les habitants ni flibustiers autrement
que de gré à gré, et suivant les conditions dont ils conviendraient.

  [4] «La solde leur est due, ayant servi dans cet armement par ordre
  de Sa Majesté, excepté le _Pontchartrain_ et la _Française_ qui ont
  demandé en grâce d'être compris dans l'écrit affiché dont copie est
  ci-dessus.»

«La raison qu'il donne en cet endroit du droit qu'il prétend avoir
de les mettre à la solde fait bien connaître qu'il ne leur en aurait
jamais parlé, bien loin d'en être convenus.

«Comment peut-on prétendre que les termes de partager au provenu des
prises homme par homme avec les équipages embarqués sur les vaisseaux
du roi, signifient la même chose que s'il y avait: comme les équipages
embarqués? N'est-il pas vrai que le mot avec est une suite d'homme par
homme et se rapporte à la proportion du nombre des équipages embarqués
sur les vaisseaux du roi? Les raisons et les conjectures susdites n'en
laissent pas douter.

«M. de Pointis ayant formé le dessein de frustrer les armateurs de
Saint-Domingue de ce qu'il leur avait promis, n'a pas eu peine à se
ménager quelque conjecture qui semble autoriser ses prétentions, et
rendre vraisemblable ce qu'il suppose. Il est étonnant au contraire
qu'étant aussi subtil qu'il l'est, il n'ait pas su s'en ménager de
plus favorable, parce que M. du Casse ne s'en défiait pas.

«M. de Pointis allègue qu'il a payé 7,000 livres pour la dépense
que les flibustiers ont faite en l'attendant. Il y aurait quelque
justice en cela, parce que les flibustiers ont perdu ce temps-là à son
occasion; mais je suis persuadé qu'ils devaient le rembourser de cela
sur leur part, comme de tout ce qu'il leur avancerait. M. du Casse seul
peut répondre là-dessus.

«M. de Pointis allègue qu'il a fourni des vivres aux flibustiers, des
apparaux et agrès pour leurs bâtiments. Mgr de Pontchartrain avait
écrit à M. du Casse que M. de Pointis porterait des vivres pour en
fournir aux gens qu'il prendrait à Saint-Domingue. Sur cet avis, M.
du Casse avait empêché que les flibustiers ne fissent toutes les
victuailles, et il convint avec M. de Pointis qu'on lui paierait au
prix des îles tout ce qu'il avancerait, et s'en rendit garant. Il faut
voir l'état de ces fournitures, et l'on verra que ce n'est pas là la
moitié des victuailles que les flibustiers ont embarquées, et que le
tout a été prêté par M. du Casse.

«Il allègue encore qu'il a donné sept mille cinq cents écus pour un
vaisseau que les flibustiers ont abandonné au cap Tiburon. Il est vrai
que M. du Casse ayant vendu, avec son consentement un vaisseau à lui
appartenant pour le prix de sept mille cinq cents écus, M. de Pointis
ne voulut plus permettre qu'il le livrât, ni lui en donnât le prix,
disant qu'il n'était pas juste qu'il perdît l'occasion de vendre son
navire par son opposition, sans le tirer d'intérêt.

«M. du Casse reçut ce remboursement dans ce sens-là, sans qu'il fût
fait mention du vaisseau perdu au cap Tiburon; il aurait même reçu
cette somme de pure gratification sans scrupule ni défiance, parce
que M. de Pointis avait donné un vaisseau à M. du Buisson vendu dix
mille écus, deux barques vendues sept ou huit mille écus, et plus de
cinquante pirogues qui se vendaient mille écus.

«M. de Pointis allègue les vivres qu'il y a fournies après le
siége. Outre qu'il en a fourni très-peu, qu'il a réduit les gens de
Saint-Domingue à manger les chiens, les chats, et les chevaux, et
refusé même les malades à l'hôpital, quoique pendant le siége les gens
de Saint-Domingue eussent fait subsister la table de M. de Pointis et
presque tout le camp, ils ne refusent pas néanmoins de rembourser tout
ce qui leur a été fourni, comme M. du Casse en était convenu. Quant
à ce qu'il dit, n'avoir aucune assurance en cas de non-succès, c'est
que l'usage lui en servait une incontestable, et l'on n'en avait pas
davantage de lui pour vingt mille livres que M. du Casse leur avait
prêtées, et pour environ deux mille que je leur avais prêtées au Cap
ou en argent ou sur mon crédit; il est vrai qu'il en avait donné des
billets, mais sur qui aurait-on eu recours? son armement n'était pas
rempli le jour qu'on a appris le succès de son entreprise. Les secours
ont été mutuels des uns et des autres; il faut faire raison de ce que
l'on a reçu; de plus, on leur a fourni du biscuit, des viandes, des
pirogues et de l'argent.

«M. de Pointis allègue les gratifications qu'il a faites à M. du
Casse, aux officiers et blessés de Saint-Domingue. On n'avait garde de
penser qu'il prétendait en tirer conséquence au préjudice du partage,
puisqu'il en faisait également aux officiers et troupes de son
armement, le tout étant pris sur la masse qui appartenait également à
tous. Comme les gratifications n'ont point dérogé aux droits de ceux de
l'armement qui y sont par leur argent ou avance de leurs appointements,
elles ne doivent pas plus déroger au droit des gens de Saint-Domingue;
de plus, M. de Pointis sait bien que je l'ai averti que les officiers
des flibustiers les refusaient, de peur de donner de l'ombrage aux
flibustiers qui murmuraient de ces gratifications, et que je les leur
fis recevoir avec peine et en cachette; et M. du Casse refusa d'abord
la sienne. M. de Pointis me dit que, si M. du Casse la lui refusait, il
voyait bien qu'il voulait lui déclarer la guerre, ce qui fit que je lui
persuadai dans la bonne foi de la prendre.

«Toutes ces inductions ne sont d'aucune force, parce qu'on en a
toujours caché la conséquence qu'on en voulait tirer avec soin, et en
assurant que c'était sans préjudice du droit de partage. L'artillerie
et les munitions que le roi a fournies sont des grâces dont les
armateurs des îles doivent se prévaloir aussi bien que ceux d'Europe.
Que si les armateurs ont fourni des outils et autres instruments qui
ont servi à l'expédition, il est juste que les gens de Saint-Domingue y
contribuent, à proportion.

«M. de Pointis dit que des gens aussi turbulents que les flibustiers
n'auraient pas souffert qu'on ait embarqué l'argent s'ils y avaient
eu droit, et que leur tranquillités là-dessus marque qu'il n'y en
avait aucun. Il sait bien le contraire de ce qu'il dit; nous avons été
très-fréquemment lui dire les murmures des gens de la côte, et, quoique
nous ne lui ayons jamais dit leur violente proposition de l'enlever
et le navire où était l'argent, nous lui avons souvent témoigné que
nous avions de la peine à les contenir, et il le savait bien, puisque
l'on est convenu qu'il avait fait entrer trois bataillons sur les avis
qu'il en avait eus. Ce discours nous fait émettre à présent, qu'à
l'égard des flibustiers la disposition absolue qu'il affectait du
butin et l'extrême faim où il les réduisait, étaient des aiguillons de
révolte qu'il leur donnait exprès pour les porter à quelque mouvement
qui lui donnât un prétexte plausible de les frustrer de leurs droits,
s'assurant que nous en retiendrions toujours l'excès. Le retour à
Carthagène est aussi un effet de son artifice. Leur rage contre M.
du Casse et leur résolution de ne jamais retourner à Saint-Domingue
témoignent combien ils sentaient le dépit d'être trompés.

«On trouve que leurs prétentions sont bien grosses; ils en ont eu
plusieurs fois de plus considérables. M. Renaud, pour se dégager de
l'embarras du partage, leur avait promis mille écus par homme, et M.
des Augiers cinq cents écus pour les hommes, où il ne fallait que six
semaines de course. Il faut faire réflexion aux divers voyages où ils
n'ont rien gagné, et aux risques où ils étaient de ne rien gagner à
celui-ci; il y a trois ans qu'ils n'ont rien gagné, et ce sont les
différents usages qu'on en a faits pour le roi qui en ont été cause,
retranchés aux armateurs d'Europe parce qu'il leur revient cinq pour
un, et que c'est un trop gros profit. Ceux-ci sont dans le même cas. Si
M. de Pointis avait voulu augmenter la force de son escadre d'un tiers,
n'aurait-il pas fallu augmenter la dépense de même, et les particuliers
qui l'auraient fournie, n'auraient-ils pas reçu le tiers du butin?
Les forces prises aux îles ont-elles moins d'effet que celles qu'on
embarque ici? La différence est bien à l'avantage des premières, et
cette augmentation lui avait été impossible, puisque l'argent lui
manquait pour celles qu'il avait déjà.

«2º _Si les armateurs ont dérogé à leurs droits par leur conduite._

«On prétend qu'ils ont dérogé à leurs droits pour avoir reculé à
Boccachique, refusé d'aller sous mon commandement, refusé de donner à
Saint-Lazare, n'avoir pas travaillé, et enfin pour être retournés à
Carthagène.

«Il est vrai qu'un petit nombre d'entre eux, faisant feu sur deux
pirogues qui allaient renforcer Boccachique, et s'étant avancés sous
la mousqueterie et mitraille du fort à demi-portée, sans pouvoir faire
rebrousser les pirogues, crurent qu'ils ne pourraient y réussir, parce
qu'il fallait pour cela aller presque sur la contrescarpe toujours à
découvert; ce que ne jugeant pas praticable, ils s'en retournèrent;
mais M. de Pointis en ayant témoigné du chagrin et fait contenance d'y
vouloir aller, on se détacha aussitôt avec un plus grand nombre de
flibustiers, habitants et nègres confusément; on fut sur le bord du
fossé et on prit le fort, à quoi l'on n'avait pas pensé; il me semble
que le reproche n'est pas trop bien fondé.

«Il est vrai qu'étant destiné pour conduire ses flibustiers à la
descente de la terre ferme, un d'entre eux se mutina contre moi sans me
connaître, et que sa détention porta le capitaine du vaisseau dont il
était, à dire qu'ils ne voulaient point aller sous mon commandement,
leur usage leur faisant croire qu'ils étaient en droit de cela; mais
aussitôt que M. de Pointis leur eut ordonné de me suivre, je n'y
trouvai plus de difficulté: ils perçurent quatre lieues de bois; ils
forcèrent deux embuscades sans hésiter; ils passèrent tout le jour
et la nuit sans manger; le lendemain, ils montèrent à Notre-Dame de
la Pompe, où il y avait apparence de trouver des forces dans une
situation avantageuse, et on occupa tous les chemins, ce qui était
notre commission. Il est vrai que j'eus le dessein d'attaquer le
fort Saint-Lazare, que je l'ai mené sous la portée du mousquet et
qu'ils refusèrent de donner: ces gens-là n'avaient jamais servi sous
un officier du roi. Ils n'avaient aucune pratique ni connaissance
de l'obéissance à une discipline exacte, et ils croyaient, suivant
leur usage, être en droit de délibérer sur ce qu'on leur commandait;
peut-être même qu'ils avaient plus de raison que moi, puisque M. de
Pointis, avec toutes ses forces et les nôtres, ne prit ce fort que
par un chemin coupé dans le bois, que les flibustiers n'avaient pu
faire, n'ayant point d'outils. A l'égard du travail on avait prévenu
M. de Pointis qu'ils n'y étaient point accoutumés, on les avait dits
recommandables pour les partis, pour les grandes marches, pour pénétrer
les bois et particulièrement pour faire un feu double. Il est vrai que
pendant le siége ils n'étaient pas si fréquemment commandés pour les
travaux, parce qu'on était bien aise qu'ils allassent en parti d'où
ils fournirent la table de M. de Pointis et la subsistance de presque
tout le camp; mais il n'est pas vrai qu'ils aient jamais refusé le
travail, excepté une fois, peu de jours avant leur embarquement; leur
refus était fondé sur ce qu'il y avait plus de quatre jours qu'on ne
leur avait donné à manger, et qu'on embarquait l'argent avant que
d'en faire le partage; cependant étant survenu chez M. de Pointis, il
m'offrit de les aller faire marcher sur-le-champ au travail qu'on avait
décidé d'eux. Serions-nous approuvés de nous plaindre que les soldats
de l'armement ne travaillaient pas tant que nos nègres? les différentes
troupes ont leurs différents usages, et quoique, dans la nécessité, on
les emploie toutes à tout, on n'aurait pas raison de trouver étrange
qu'ils s'en acquittassent différemment, suivant la différence de leur
application ordinaire.

«La plus forte accusation que M. de Pointis fasse aux flibustiers,
c'est d'être retournés à Carthagène contre la foi du traité. Aussitôt
qu'on leur eut fait savoir que M. de Pointis leur refusait le partage
qui leur était dû et qu'il leur avait promis, le premier mouvement de
leur désespoir leur fit proposer d'enlever le _Sceptre_, tout autour
duquel ils étaient mouillés. L'exécution en était facile, attendu
la maladie et la surprise de l'équipage; ils étaient assurés d'y
trouver de l'argent et leur vengeance en la personne de M. de Pointis;
cependant leurs capitaines arrêtèrent leur fureur par ces seules
paroles répétées: «Compagnons, c'est le vaisseau du roi,» on ne peut
jamais donner un témoignage d'un plus grand respect pour Sa Majesté que
le sacrifice que ces gens-là peuvent faire de leurs intérêts et de leur
passion, au plus fort de leur tumulte, au seul nom prononcé du roi; ce
trait, bien examiné dans toutes les circonstances, n'est pas indigne de
l'histoire.

«Après un tel effort pour le respect du roi, on ne peut pas s'imaginer
qu'ils aient cru l'offenser par leur retour à Carthagène, qu'ils ont
toujours regardée comme ennemie de Sa Majesté; je puis dire avec vérité
qu'ils y étaient forcés, faute de vivres. M. de Pointis ne leur en
ayant point donné, il ne leur restait aucune ressource pour subsister;
ils étaient endettés de plus de deux cents écus chacun à Saint-Domingue
et n'y pouvaient plus espérer de crédit, et ils n'étaient point en
état de pouvoir aller en croisière; tout leur manquait, et pour leurs
subsistance, et pour leurs vaisseaux; dans le plus grand sang-froid
qu'auraient-ils pu faire? Je pourrais encore dire qu'ils ont cru ne
devoir pas avoir égard à un traité auquel ils n'avaient point de part,
n'en ayant point au butin, et que M. de Pointis l'ayant violé lui-même
sur les Espagnols et sur eux, ils avaient cru en faire de même;
qu'étant libres faute de payement et par congé, ils croient l'être
aussi d'aller où bon leur semblerait. Mais j'entre plus sincèrement
dans leur mouvement: la seule nécessité et le désespoir les y ont
conduits.

«Il n'y a pas à douter que M. de Pointis ne les ait réduits à cette
nécessité pour donner au roi un motif de les exclure de leurs justes
prétentions. M. du Casse leur avait caché pendant deux jours le
décompte que M. de Pointis leur avait envoyé, et tout de même que nous
les avions fait sortir paisiblement de Carthagène en leur cachant
ce décompte, nous les aurions ramenés à Saint-Domingue par la même
précaution, si M. de Pointis n'avait forcé M. du Casse à les leur
montrer, en les envoyant tous avertir qu'il l'avait.

«M. de Pointis avance qu'ils sont sans discipline et qu'ils se
soulèvent au moindre sujet. Leur en aurait-il donné un si grand, les
connaissant si bien, s'il n'avait pas voulu positivement les révolter?

«M. de Pointis avance que, quand il serait juste de leur donner le
partage, on ne pourrait les trouver, parce qu'il y a apparence qu'ils
sont dans les ennemis. Pouvait-il prévoir un si grand malheur et y
donner lieu sans manquer envers le roi?

«Il avance aussi que les habitants et les nègres les plus capables de
défendre la colonie sont parmi eux, et que les ennemis ne manqueront
pas de se prévaloir de cette conjoncture pour la ruiner; quand il
ne serait pas aussi capable qu'il est de prévoir les disgrâces, il
n'aurait pu les ignorer, puisque nous les lui avons représentées;
mais comment ose-t-il en convenir dans l'espérance de les imputer à
M. du Casse? n'est-ce pas lui qui devait les prévenir, puisqu'il les
prévoyait?

«Cette révolte, si punissable au dire de M. de Pointis, est une preuve
invincible de la promesse qu'il leur avait faite du partage, puisque,
après avoir souffert tant de mauvais traitements, il n'y a eu que
le manquement à cette promesse qui ait pu les retirer de l'exacte
obéissance où ils s'étaient tenus pendant le siége, et, après tout,
elle n'est pas si criminelle qu'il le dit. Ont-ils chargé les troupes
du roi? ont-ils insulté le major que M. du Casse leur a envoyé? ils
n'ont fait que se mettre dans la liberté où ils sont ordinairement de
faire la guerre, et ensuite du congé de M. de Pointis.

«M. de Pointis les accuse de l'avoir abandonné étant poursuivi de
vingt-deux vaisseaux. Il n'a rencontré les ennemis que sept jours après
les avoir quittés; on n'en avait aucune connaissance et il les avait
congédiés. Je ne puis m'empêcher ici de faire remarquer que, puisqu'il
y est invinciblement convaincu de leurs supposés, on ne doit point
ajouter foi à ces autres accusations.

«Y aurait-il quelque sûreté dans aucun traité si quelqu'une des parties
était en droit de se prévaloir sur les autres, sous prétexte qu'elle
ne serait pas contente de leur travail, car enfin, dans cette société,
M. de Pointis est un simple armateur particulier et ne peut prétendre
aucune des prérogatives réservées au roi. Néanmoins je veux bien
exposer les services des forces de Saint-Domingue dans cette expédition
à la comparaison de celles de M. de Pointis, et si les troupes ont
l'avantage, je consens à la détention qu'il a faite du butin.

«C'est M. du Casse, avec les flibustiers seuls, qui devait aller
bloquer la ville par le dessus de Carthagène; il fut sur le bord du
sable; le brisant ne permit pas de mettre à terre. C'est M. du Casse
qui fit la descente à Boccachique avec les nègres; c'est lui qui
perça les bois, y coupa un chemin et le fraya à M. de Pointis et à
ses troupes; ce sont les flibustiers qui, d'une hauteur, empêchaient
les ennemis de se montrer et de tirer le feu sur eux. Si pendant le
siége de la ville les flibustiers n'ont pas tant fait de travail que
les troupes, en revanche les nègres en ont fait davantage, et durant
tout ce temps-là le bataillon de Saint-Domingue occupait Boccachique;
un détachement de flibustiers occupait la poupe; un autre détachement
occupait les dunes du nord; un autre détachement occupait le fort
Saint-Lazare, où le feu a continué pendant tout le siége; et le restant
des flibustiers et habitants étaient continuellement en parti d'où ils
tiraient leur subsistance et celle de presque tout le camp. Si M. de
Pointis les estimait si peu, pourquoi les mettait-il toujours devant
lui?

«A la prise de Hihimani, MM. les officiers de la marine, qui sont
pleins d'émulation et de valeur, avaient voulu occuper leur poste; les
habitants flibustiers et nègres étaient à la queue de tout, excepté
ceux des tranchées; mais comme les soldats ne répondaient pas à
l'ardeur de leurs officiers, on fut obligé, étant sur la brèche, de
crier à pleine tête: Avance les flibustiers! Ceux-ci, les habitants et
les nègres passèrent sur le corps des bataillons qui les devançaient,
et chassèrent les ennemis de leurs bastions, où ils prirent les
pavillons et drapeaux qu'on a présentés au roi, excepté celui qui était
sur la porte, qui fut abattu par M. de Vaujour.»

«M. de Pointis accuse les flibustiers d'avoir fait quelque fausse
démarche; j'en conviens, mais il faut qu'il convienne que ses troupes
en ont fait de pires; nul corps au monde ne peut se vanter de n'avoir
jamais manqué, mais quoiqu'il se loue des habitants et des nègres, leur
a-t-il mieux gardé sa parole?

«M. de Pointis fait grand fond du pillage que les flibustiers ont fait
après leur retour à Carthagène, quoiqu'il n'ait pas plus de droit sur
le butin que les flibustiers en ont sur les prises qu'il peut avoir
faites depuis les avoir quittés; néanmoins il consent pour eux à en
tenir compte sur leur part, à condition qu'il sera renvoyé une pareille
somme à Carthagène pour réparer l'infraction du traité, et donner
l'éclat qu'il convient en cette occasion à la justice du roi.

«Les troupes de Saint-Domingue, les habitants et les nègres n'ont
aucune part ni à ce reproche ni à ce butin.

«M. de Pointis veut intéresser le roi dans le délit du butin aux
flibustiers, en mettant en avant qu'il lui est avantageux de dissiper
ces gens-là, qu'il est de sa gloire de punir l'infraction d'un traité
fait en son nom et par l'intérêt de la confiscation.

«La première de ces propositions ne mérite pas de réponse; la seconde
est téméraire, puisque le roi ne ferait punir l'infraction du traité et
tous les autres désordres qui sont provenus de la détention du butin
que dans celui qu'il a fait, et la troisième offense l'intégrité de Sa
Majesté; son exposé m'oblige de faire remarquer les véritables intérêts
du roi dans cette affaire, non pas que je pense qu'il en soit de besoin
pour déterminer sa justice, mais seulement pour effacer les fausses
idées qu'il tâche de donner à cet égard et qui pourraient d'ailleurs
être préjudiciables à la colonie.

«La colonie de Saint-Domingue a donné lieu à l'expédition de
Carthagène, elle en peut faciliter plusieurs autres d'autant et plus de
conséquence, et il est incontestable que, sans son secours, on n'aurait
pu exécuter celle-là, ni espérer d'en faire aucune autre dans le golfe
Mexique; l'entrepôt et les rafraîchissements en sont nécessaires, et il
a bien paru que l'on ne saurait se passer de ces hommes, non-seulement
pour les connaissances du pays des mers et les usages auxquels les
troupes ne sont pas propres, mais encore à cause de l'intempérie qui
avait mis les ennemis en état de faire périr les troupes et l'escadre
du roi même après leur victoire, si les forces de Saint-Domingue n'y
avaient été pour soutenir leur retraite dans le fort de leur maladie,
et puisque la conservation et l'augmentation de cette colonie et des
flibustiers est engagée dans la satisfaction qu'on leur fera du butin
de Carthagène, le déni de cette justice dissiperait certainement les
flibustiers de la même manière qu'on en perdit quatre mille il y a
environ dix ans; ils ruineraient les habitants qui y ont assisté et
qui sont pris infailliblement par les ennemis et peut-être punis comme
infracteurs de traité et ceux qui ont perdu leurs esclaves, et enfin il
ne faudrait jamais prétendre de s'en servir en aucune entreprise; mais
si on leur fait restituer leur part, on les conservera tous. Un grand
nombre de flibustiers se feront habitants au moyen de leurs lots; ceux
qui le sont augmenteront leur habitation, et, par ce moyen, le commerce
et les droits du roi, et comme ils n'auront jamais à craindre de
difficultés sur leur droit au sujet des expéditions que le roi pourra
désirer de faire, ils s'y porteront avec plus d'ardeur que jamais;
l'argent n'en demeurera pas moins dans le royaume au moyen d'une
proposition que j'ai à faire à cet égard.»


GRIEFS DE POINTIS CONTRE DU CASSE ET DE DU CASSE CONTRE POINTIS.

«_M. de Pointis accuse M. du Casse d'avoir fomenté le soulèvement des
flibustiers et d'avoir déserté et demandé que son procès lui fût fait;
m'étant chargé de ses intérêts, je ne puis avec honneur me dispenser de
justifier sa conduite._

«Les flibustiers ont été dans la disposition de se soulever aussitôt
que l'on a commencé la recette de l'argent, et que l'on y a refusé
un adjoint de leur part: le pillage qu'ils voyaient faire, qui doit
être bien grand, puisque M. de Pointis dit qu'il y devait avoir trente
millions; la faim à laquelle on les a réduits et aussi leurs maladies à
l'hôpital, avaient beaucoup irrité cette humeur-là, et l'embarquement
de l'argent les avait déterminés à enlever M. de Pointis et le vaisseau
où était l'argent. M. du Casse par ses soins les a contenus, et M. de
Pointis sait bien la peine qu'il a trouvée, puisqu'il l'avait fait
prier par moi de leur engager sa foi en garantie de la sienne et qu'il
fit rentrer dans la ville plusieurs bataillons pour ce sujet, comme il
est convenu, et, d'après ce qu'il dit lui-même, les quartiers-maîtres
lui revinrent demander en corps leur partage, ce qui fait bien voir
qu'ils se défiaient de M. du Casse comme de lui.

«Lorsque M. du Casse eut reçu le décompte que M. de Pointis lui envoya,
prévoyant bien que les flibustiers se porteraient à quelque résolution
violente, il voulut la leur cacher pour tâcher de les ramener. M. de
Pointis le força de le leur remettre, comme j'ai dit. Aussitôt qu'ils
s'en retournèrent à Carthagène, je fus en avertir M. de Pointis et
lui demander seulement cent hommes pour aller défendre l'entrée de la
ville de vive force, et M. du Casse envoya le sieur le Page, major de
Saint-Domingue, aux flibustiers, avec une lettre pour les ramener par
exhortation et par autorité. Les flibustiers étaient aussi irrités
contre M. du Casse que contre M. de Pointis, et disaient hautement
qu'il était un traître, et qu'ils étaient d'accord pour les voler,
nonobstant toutes les lettres par lesquelles M. du Casse les avait
sollicités de retourner à Saint-Domingue, leur promettant de passer
en France pour leur obtenir justice et pardon, surtout à la veille
d'être attaqués. Ceux qui sont retournés n'ont pas voulu revenir dans
les quartiers habitués, qu'auparavant ils n'aient traité avec M. du
Casse et aient ici assurance qu'ils seront bien reçus. Voilà comment
M. du Casse a fomenté leur révolte, il a cru que le plus grand service
qu'il pouvait jamais rendre au roi était d'empêcher la dissipation de
ces gens-là et il n'avait garde de les porter à retourner à Carthagène,
puisque la plupart des contestations qu'il a eues avec M. de Pointis
étaient sur ce que M. du Casse voulait trop favoriser les Espagnols
et observer religieusement le traité; ce qu'il faisait pour effacer
les impressions que les peuples ont que les Français sont infidèles et
barbares, afin de les disposer au commerce que nous avons un si grand
intérêt d'établir avec eux.

«A l'égard de la désertion, il me suffirait de dire que le décompte
que M. de Pointis a donné, porté congé à M. du Casse et à toutes les
forces de Saint-Domingue au 1er de juin, et qu'étant convaincu par sa
signature d'une supposition si importante, il en doit être repris, et
que l'on ne doit plus ajouter de foi aux autres choses qu'il avance.

«Mais M. du Casse n'en avait pas besoin; il n'avait aucun ordre d'obéir
au sieur de Pointis, rien ne le déchargerait de son gouvernement, et le
péril où il le voyait l'engageait de s'y rendre incessamment. Je dois
dire ici quelque chose de sa conduite qui fasse connaître son zèle.

«Il n'avait aucun ordre du roi de s'embarquer avec M. de Pointis, ni de
lui donner du monde qu'autant qu'il estimerait de le pouvoir faire sans
exposer les quartiers de son gouvernement. Le caractère de gouverneur
lui donne droit de commander sur tous les capitaines des vaisseaux,
dans les expéditions de terre: ainsi avait été ordonné par la cour
à l'égard de M. des Augiers; néanmoins, connaissant que l'armement
de M. de Pointis serait infailliblement perdu s'il ne lui donnait un
renfort considérable, et sachant que les habitants et flibustiers ne
le suivraient point s'il ne s'embarquait lui-même pour épargner ce
déplaisir au roi, il se résolut de garnir son gouvernement au péril
de sa tête, quoiqu'il fût averti qu'il venait une grosse escadre des
ennemis, de sacrifier le rang dû à son caractère et de se livrer
à M. de Pointis avec les forces de son gouvernement. M. de Pointis
n'oserait dire qu'il eût pu faire son expédition sans son secours. Il
est étonnant qu'au lieu de la reconnaissance qu'il lui doit, il demande
sa tête par des accusations supposées. Pendant l'expédition, M. du
Casse s'est porté avec une ardeur extrême à tout ce qui s'est présenté
à faire, et a eu l'honneur des principales occasions; si M. de Pointis
l'avait cru, il aurait pris les galions, on aurait gardé Carthagène, il
n'aurait pas perdu les flibustiers, les habitants et nègres, ni exposé
la colonie; il aurait sauvé la meilleure partie des héritages qu'il a
perdus, et n'aurait pas mis l'escadre du roi dans les périls où elle a
été de périr par la force des ennemis, par les dangers du golfe et par
le défaut de rafraîchissement.»


Outre Galiffet, le gouverneur de Saint-Domingue avait à Paris un
défenseur plus jaloux du soin de sa gloire que lui-même n'aurait pu
l'être. La femme de l'illustre marin, personne de tête et de cœur, en
apprenant la conduite de Pointis, prit hautement en main la cause de
son mari et n'hésita pas à écrire au Roi et à Pontchartrain des lettres
pleines de noblesse et de dignité, pour réduire à néant les indignes
calomnies de Pointis. Sa requête se terminait par ces mots empreints
d'une juste fierté: «_M. du Casse demande, pour toute grâce, son congé
et la justice qui lui est due._»

La réponse du roi fut l'envoi d'une lettre de félicitations et d'éloges
au gouverneur de Saint-Domingue sur sa brillante et irréprochable
conduite et l'expédition du brevet de chevalier de Saint-Louis,
récompense la plus précieuse que l'on pût accorder, à une époque où le
sentiment de l'honneur dominait tout autre dans l'esprit de l'armée et
de la noblesse de France.

Le Roi fit plus encore pour du Casse. Après avoir lu le mémoire de
Galiffet, il voulut donner au gouverneur de Saint-Domingue une marque
exceptionnelle de faveur.

Le 27 novembre, il lui fit écrire par le ministre de la marine: «qu'il
lui permettait de porter la croix de Saint-Louis, quoiqu'il ne fût
pas reçu; que Sa Majesté avait fait rendre justice aux habitants
et flibustiers, que par la convention faite entre le chevalier de
Galliffet et les intéressés de l'armement, il leur reviendrait quatre
cent mille livres, suivant l'arrêt du Conseil d'État, dont copie lui
était envoyée, que partie de cette somme serait délivrée en argent,
partie en marchandises, munitions et nègres.»

Ce contrat ne reçut son entière exécution que tardivement, deux ans
plus tard, lorsque du Casse fut passé en France, et voici pourquoi:
ainsi qu'on vient de le voir, et sur l'avis du gouverneur ainsi que
de son fidèle lieutenant Galliffet, il avait été jugé à propos de
donner aux aventuriers des nègres plutôt que de l'argent, par cette
raison que l'argent serait vite et follement dissipé, tandis que la
possession d'esclaves porterait les hommes non établis à se faire
habitants sédentaires. Galliffet, chargé d'assurer l'exécution de cette
clause, signa un contrat avec un nommé Aufroi, qui s'engagea à faire
passer deux mille nègres à Saint-Domingue; mais ayant fait de mauvaises
affaires, il ne put tenir ses engagements, et ce ne fut que grâce à
l'intervention personnelle de du Casse que tout fut enfin terminé au
commencement de 1701.

Pour en revenir à l'île de Saint-Domingue, nous dirons que la bravoure
de du Casse la tira d'un grand péril, peu de temps après le départ de
Galliffet.

En effet, le 8 juillet de cette même année 1697, si fertile en
événements de toute nature pour la colonie française, les Anglais
pénétrèrent par surprise dans le Petit-Goave. Un poste ayant tiré, le
bruit des coups de feu réveille du Casse, qui voit les rues pleines
de soldats ennemis cherchant à enfoncer les portes et les fenêtres de
toutes les maisons. Il se lève, s'habille, parvient à s'échapper de son
habitation, gagne une éminence à un quart de lieue, où était un fort
désigné à l'avance comme point de rendez-vous et quartier-général en
cas de surprise.

Au bout de quelques heures, ayant réuni environ deux cents hommes, il
marche à l'ennemi, pénètre dans la ville, et éprouve de la part des
Anglais la résistance la plus vive, leur nombre étant quatre ou cinq
fois supérieur à celui des gens qu'il a avec lui. L'épouvante se met
parmi sa troupe, cause une panique telle, qu'il se trouve un moment
seul avec sept ou huit des siens sur la place principale, et entouré
d'ennemis. Comme il s'apprêtait à vendre chèrement sa vie, il voit tout
à coup les Anglais fuir vers la mer. Ayant alors rallié tout son monde,
il se met à leur poursuite, mais ceux-ci s'embarquent lestement et se
dérobent ainsi à ses coups.

Voici ce qui avait eu lieu. Les Anglais croyaient le Petit-Goave gardé
par une quarantaine d'hommes seulement. En se voyant attaqués tout à
coup avec tant de résolution, ils s'imaginèrent avoir sur les bras
toutes les forces de la colonie et se sauvèrent. Cette affaire leur
coûta cinquante morts, dix blessés et quinze prisonniers. Les Français
n'eurent à déplorer que la perte de cinq hommes tués et de trois
blessés, mais l'ennemi parvint à brûler quarante-deux maisons et à
emporter cent mille francs.

A cette époque, la colonie de Saint-Domingue perdit un excellent
officier. Le comte du Boissy-Ramé, chargé pendant l'expédition de
Carthagène de l'intérim du gouvernement, avait rempli cette mission
avec sagesse, intelligence et énergie. Une révolte générale des
esclaves s'étant produite, il l'avait réprimée très-vigoureusement.
Habitant au Cap depuis le retour de du Casse, il n'avait pu
s'entretenir avec ce dernier. Désirant avoir une entrevue avec lui, il
s'embarqua sur un navire marchand pour se rendre au Petit-Goave. Mais
six vaisseaux ennemis lui ayant donné la chasse, il se jeta dans un
canot avec trois nègres et un soldat pour essayer de leur échapper et
gagner la côte. Le frêle esquif, ballotté par les flots, fut emporté en
pleine mer, et, après être resté neuf jours au large, il fut jeté sur
les côtes de Cuba. Pendant cinq jours, le comte du Boissy, sans vivres,
ne s'était soutenu qu'à force de boire de l'eau de mer. Il mourut d'une
inflammation, résultat de cette absorption d'eau salée.

Au mois de décembre, les Anglais firent contre le Port-de-Paix une
tentative qui échoua, grâce à la vigilance du commandant français.

Peu de temps après on apprit à Saint-Domingue la signature de la paix
de Ryswik. Cette nouvelle arrivait fort à propos. Six cents Espagnols
venaient de faire irruption sur le territoire français. Du Casse
écrivit au gouverneur de San Yago, et les envahisseurs furent rappelés.
Du Casse fit immédiatement mettre en liberté les prisonniers détenus
dans la colonie et reçut du vice-roi du Mexique la lettre suivante:

  «Je vois avec un extrême plaisir, par la lettre que M. Diègue de
  Alarçon, général de Barlovento m'a remise de votre part, les soins
  charitables que vous avez pris des prisonniers sujets du roi mon
  maître, non-seulement en leur donnant tous les secours dont ils
  avaient besoin, mais aussi en leur permettant de se retirer, sur
  parole, dans leurs habitations de Barlovento. La reconnaissance de ce
  bienfait veut que je vous en fasse mille remercîments au nom du roi
  mon maître, et que je vous assure aussi que je suis prêt à exercer de
  mon côté la même humanité lorsque les occasions s'en présenteront. Si
  par malheur il y a eu, du temps de mon gouvernement, quelques ordres
  donnés qui soient contraires à ma bonne intention, et qui ne soient
  en mon pouvoir de révoquer, vous pouvez compter que je supplierai
  Sa Majesté très-catholique de le faire au plus tôt, afin que les
  sujets du roi très-chrétien puissent ressentir les mêmes traitements
  dont ceux du roi mon maître sont redevables à votre courtoisie.
  L'amiral étant revenu avec les cent quarante prisonniers que vous
  lui avez remis, je vais, de mon côté, faire la même chose avec tous
  les Français qui se trouveront à la Vera Cruz et dans tout autre
  lieu de cet État. A cet effet, j'écris à tous les gouverneurs des
  places où ils sont retenus de les mettre au plus tôt en liberté. En
  sorte que cette bonne et fidèle correspondance ne soit pas violée à
  l'avenir, comme vous me le marquez qu'elle l'a été par le passé; je
  vous avoue que j'ignorais en quoi elle n'a pu être observée. Je crois
  néanmoins que, s'il s'est fait quelque chose contre le droit des gens
  et contre les lois de l'Etat, cette transgression vient uniquement de
  l'animosité et de la haine que produit ordinairement la guerre entre
  deux nations ennemies. Soyez, s'il vous plaît, persuadé que vous
  trouverez toujours en moi tout le zèle imaginable pour entretenir
  cette union réciproque et une affection très-sincère, non-seulement
  pour ce qui regarde l'intérêt des deux couronnes, mais aussi pour
  tout ce qui aura rapport à vous en particulier.»

Des pourparlers s'établirent alors entre le gouverneur de
Saint-Domingue et le commandant de la partie espagnole de l'île pour
arriver à la délimitation des frontières des contrées appartenant aux
deux royaumes.

Une année entière s'écoula sans que la question eût fait un pas. Louis
XIV, voulant la voir résolue, envoya l'ordre à du Casse de se rendre en
France pour traiter cette affaire directement avec la cour d'Espagne.

En conséquence du Casse remit le gouvernement intérimaire au chevalier
de Galliffet, et s'embarqua vers le milieu de 1700 pour se rendre sur
le continent.



LIVRE V

(1700-1705).

SAINTE-MARTHE ET VÉLEZ-MALAGA

  Du Casse à Versailles.—Présentation au roi.—Mission
  diplomatique confiée à du Casse.—Négociations.—Plans de
  défense maritime.—_Asiento_, traité relatif à la traite des
  nègres.—Déclaration de guerre.—Commandement donné à du
  Casse.—Nicolas de Grouchy.—Du Casse élevé à la dignité de
  capitaine général d'Espagne.—Son départ, avec une escadre, pour
  l'Amérique.—Porto-Rico.—Louis de la Rochefoucauld, chevalier
  de Roucy, marquis de Roye.—Armée navale de l'amiral anglais
  Benbow.—Bataille de Sainte-Marthe (août 1702).—Victoire complète
  remportée par du Casse.—Du Casse à Carthagène.—Fuite de l'amiral
  anglais Graydon.—Mariage de Marthe du Casse, fille de l'amiral,
  avec Louis de la Rochefoucauld, marquis de Roye, chevalier de Roucy,
  beau-frère de Pontchartrain.—Bataille navale de Vélez-Malaga,
  gagnée par Louis-Antoine comte de Toulouse, fils légitimé de Louis
  XIV.—Fautes commises.—Du Casse et son escadre.—Toulon.—Mariage
  de Jean du Casse, neveu et filleul de l'amiral, avec Estiennette de
  Jordain (Bayonne 1704).


Lorsque du Casse arriva en France, mandé par le roi, le duc d'Anjou
venait d'accepter le trône d'Espagne (5 novembre 1700). Cet événement
modifiait du tout au tout la situation des colonies françaises en
Amérique. On avait besoin des lumières et de l'expérience du gouverneur
de Saint-Domingue, pour régler les conditions nouvelles qui allaient
régir les rapports entre les deux couronnes dans les Indes (c'est
sous ce nom qu'à cette époque on désignait l'Amérique). Du Casse,
à son débarquement, trouva l'invitation de se rendre à Versailles.
Il y fut sans délai et vit le ministre Jérôme Phélippeaux, comte de
Pontchartrain, qui venait d'être nommé secrétaire d'État à la marine,
en remplacement de son père, élevé à la dignité de chancelier de
France. Le nouveau ministre entretint longuement du Casse, lui parla
des difficultés qui s'étaient élevées au sujet de la délimitation
des frontières dans l'île de Saint-Domingue, et le félicita sur sa
brillante administration. Du Casse, heureux de voir le comte de
Pontchartrain si bien disposé envers lui, profita de la circonstance
pour renouveler ses doléances au sujet de l'affaire de Carthagène,
disant qu'il était dur pour un officier du roi d'être traité dans son
propre gouvernement comme il l'avait été par le baron de Pointis.
Le ministre répéta de vive voix, comme son père l'avait déjà mandé
dans ses lettres à du Casse, que le roi avait reconnu la justesse de
ces observations. Jérôme Pontchartrain ajouta que Sa Majesté avait
manifesté le désir de recevoir le gouverneur de Saint-Domingue, pour
lui témoigner elle-même sa satisfaction de la belle conduite qu'il
avait tenue en toute circonstance, et que, pour lui prouver sa haute
estime, elle voulait que ce fût lui qui terminât les différends qui
existaient encore au sujet de l'affaire de Carthagène.

Le ministre engagea du Casse à lui adresser un mémoire détaillé et
précis à ce sujet, avec chiffres à l'appui, et le prévint que le
lendemain ou le surlendemain il aurait l'honneur d'être présenté à Sa
Majesté.

En effet, du Casse fut reçu par le roi. Ce prince le complimenta en
quelques mots heureux, tels qu'ont toujours su en inspirer à la plupart
des Bourbons de la branche aînée leur esprit français et leur cœur
paternel.

Au sortir de cette entrevue, du Casse, pour se conformer aux
instructions de Pontchartrain, rédigea et remit à ce ministre une
note sur l'affaire de Carthagène et sur l'emploi des fonds accordés
par le roi. Le gouverneur de Saint-Domingue, dans cette note, donnait
le conseil de payer en nègres ce qui restait dû aux habitants de la
colonie.

Du Casse était dans le vrai. L'intérêt bien entendu du roi demandait
que les habitants de Saint-Domingue, auxquels il était encore dû de
l'argent, fussent payés en nègres, puisque cela en augmentait le
nombre dans la colonie. La différence du prix d'achat en Afrique et
de vente en Amérique devant couvrir les frais de transport, l'Etat, en
agissant comme le voulait du Casse, n'avait rien à débourser en sus de
l'argent provenant de Carthagène. Le ministre comprit la justesse de ce
raisonnement et consentit à ce qui était proposé.

Au commencement de l'année 1701, du Casse partit pour l'Espagne, muni
d'instructions de la cour de France.

Plusieurs points en litige étaient à régler. Depuis que les intérêts
communs des Français et des Espagnols devaient les faire agir de
concert, il n'était plus possible aux premiers de soutenir contre
les seconds, comme ils l'avaient fait jusque-là, les Indiens de la
Nouvelle-Grenade, ou Indiens des Sambres. Il fallait éviter d'un autre
côté, en les abandonnant, qu'ils ne se tournassent vers les Anglais.
Pour conjurer ce danger, il était nécessaire d'obtenir des Espagnols
qu'ils oubliassent leurs griefs contre ces indigènes, et consentissent
à ne pas les traiter trop durement, en leur accordant amnistie pleine
et entière.

Il fallait l'esprit adroit et délié de du Casse, sa grande connaissance
du caractère espagnol, pour mener à bonne fin une pareille négociation
et obtenir des conditions favorables aux révoltés.

Il parvint à atteindre le but qu'il s'était proposé. Des instructions
furent envoyées du cabinet de l'Escurial aux commandants espagnols dans
le nouveau monde, leur enjoignant d'user de ménagements à l'égard des
Indiens.

Du Casse, dès les premiers mois de 1701, prévit une guerre entre la
France et l'Espagne d'une part, l'Angleterre et la Hollande d'une autre.

Avec la sagacité qui le caractérisait, il comprit que les Anglais
et les Hollandais, ambitionnant le commerce du monde entier,
n'accepteraient pas sans lutte le formidable empire maritime de Louis
XIV, maître par lui-même ou par son petit-fils des côtes orientales et
occidentales de l'océan Atlantique.

Aux yeux de du Casse, la guerre était inévitable, parce que leur
intérêt faisait un devoir aux gouvernements d'Angleterre et de Hollande
de la déclarer. C'était pour eux une question de suprématie maritime et
commerciale.

Quant à prétendre, comme plusieurs écrivains français, à des époques
rapprochées de nous, l'ont fait, que la cause de la guerre fut la
reconnaissance par Louis XIV du _titre de roi d'Angleterre_ au fils de
Jacques II, c'est puérilité.

Des raisons d'amour-propre national et de dignité froissée ne guidaient
pas plus à cette époque qu'elles ne guident aujourd'hui les nations
mercantiles. Seul un peuple chevaleresque, comme le peuple français,
verse son sang pour la défense d'un principe, pour le triomphe d'une
idée.

Ce sera l'éternel honneur de Louis XIV de n'avoir pas voulu céder à
un sentiment de crainte, en refusant à un prince malheureux un titre
légitime, et certes ce n'est pas aujourd'hui, dans la patrie en deuil,
qu'il s'élèverait une voix pour le blâmer d'avoir montré que, dans le
cœur d'un roi de France, _le droit prime la force_.

Plusieurs mois avant la mort de Jacques II, du Casse prévoyait donc
la guerre qui allait éclater. D'Espagne il adressait au ministre des
plans de défense maritime contre les Anglais et les Bataves. L'un deux
est parvenu jusqu'à nous; il est intitulé: _Mémoire de M. du Casse
sur l'Espagne et les Indes_. Il est très-précis, fort juste, mais il
n'offre plus de nos jours qu'un intérêt tout à fait rétrospectif. Nous
croyons donc inutile de lui donner place ici.

L'affaire importante qui avait fait envoyer du Casse dans la péninsule,
était la question de l'importation des nègres dans les colonies
espagnoles. Le manque de bras s'y faisait sentir; elles se trouvaient
à peu près dans l'état où était Saint-Domingue avant le premier voyage
de du Casse en qualité de directeur de la compagnie du Sénégal. Il
avait si bien su ranimer le commerce languissant, il avait donné un
tel essor à la culture, que l'on avait pris en lui la plus grande
confiance. On était convaincu qu'il saurait ramener la prospérité dans
les possessions espagnoles. Tandis qu'il s'occupait de régler avec la
cour d'Aranjuez cette question, il reçut de France sa nomination de
chef d'escadre. Voici les termes dans lesquels sont conçues ses lettres
de service:

  «Provisions de premier chef d'escadre de l'Amérique pour le sieur du
  Casse, gouverneur de la Tortue et côte de Saint-Domingue, 20 juillet
  1701.

  «_Louis_, etc., à tous ceux qui ces présentes, etc., salut. Les
  services importants que notre cher et bien-aimé le sieur du
  Casse, capitaine de vaisseau et gouverneur de la Tortue et côte
  de Saint-Domingue, nous a rendus et nous rend actuellement depuis
  plusieurs années, nous conviant à lui donner des marques de notre
  entière satisfaction, nous avons cru que nous ne le pouvions faire
  d'une manière qui fût plus digne de ses services, qu'en créant en sa
  faveur, une charge de chef d'escadre de nos armées navales en mers
  de l'Amérique, étant persuadé qu'il s'en acquittera avec distinction
  par les preuves qu'il nous a données en diverses rencontres de son
  expérience dans la navigation, de sa valeur et bonne conduite, et
  de sa fidélité et affection à notre service. Entre les actions
  remarquables qu'il a faites, il s'est particulièrement distingué en
  1677, à la prise du fort d'Arguin, à la côte de Barbarie. En l'année
  1689 il attaqua Surinam, où il combattit contre les Hollandais et
  les forts à la portée du pistolet. Il attaqua ensuite le fort de la
  Barbiche, qu'il obligea de contribuer après un rude combat. En 1690,
  il servit à la prise du fort anglais de Saint-Christophe. En 1691, il
  secourut si à propos et avec tant de bravoure l'île de la Guadeloupe
  assiégée et pressée, que les ennemis furent obligés de lever le siége
  et de se retirer. En 1695, ayant fait une descente à la Jamaïque avec
  les gens de Saint-Domingue, il brûla pour quinze millions d'effets
  aux Anglais et gagna quatorze drapeaux. En 1697, il assista à la
  prise de Carthagène, où il descendit des premiers et s'y distingua
  d'une manière qui contribua beaucoup à la prise de cette place. Les
  Anglais ayant ensuite fait une descente au Petit-Goave avec quarante
  chaloupes, il assembla deux cents hommes et les repoussa si vivement
  qu'ils furent obligés de se rembarquer. Toutes ces actions, conduites
  avec autant de prudence que de valeur, nous ont paru dignes d'être
  récompensées par la charge de chef d'escadre de nos armées _navales
  en mers de l'Amérique_.

  «A ces causes, etc., etc.»

Le grade de chef d'escadre était le même que de nos jours celui de
contre-amiral. Aussi nous conformant à l'usage, qui s'est établi
actuellement, de désigner tous les officiers généraux du corps de la
marine sous le terme générique d'_amiral_, qualifierons-nous, désormais
du Casse de ce titre, et avec d'autant plus de raison que, quelques
jours plus tard, il était élevé à la dignité de capitaine général
d'Espagne, qui équivaut à celle de maréchal de France et confère le
titre d'Excellence.

Les négociations, conduites par du Casse, au nom du roi de France et de
la compagnie de Guinée, aboutirent au traité ou _asiento_ signé, le 27
août 1701, à Madrid par du Casse et les plénipotentiaires de la cour
d'Espagne.

Par cette convention, la compagnie française de Guinée s'engageait
vis-à-vis le roi très-catholique et vis-à-vis le Roi très-chrétien à
importer, en l'espace de dix ans, quarante-huit mille nègres dans les
colonies françaises et espagnoles d'Amérique, et les cours d'Aranjuez
et de Versailles concédaient à cette compagnie divers priviléges.

Six mois plus tard, le 28 mars 1702, un supplément au traité fut passé
à Paris, par lequel divers personnages importants prirent un intérêt
dans la compagnie de Guinée et se portèrent garants de l'exécution de
ses engagements.

Parmi eux se trouvaient: le célèbre financier Samuel Bernard, comte de
Coubert, le conseiller au parlement Doublet de Persan, le trésorier
général de la marine Jacques de Vanolles. Du Casse, qui jusque-là
n'avait agi que comme plénipotentiaire du roi de France et fondé de
pouvoir de la compagnie de Guinée, prit alors un intérêt dans l'affaire.

Il faisait en même temps ses préparatifs de départ pour un voyage qui
avait pour but de transporter des troupes espagnoles à Carthagène et de
mener au Mexique le vice-roi de ce pays, le duc d'Albuquerque.

La guerre, prévue par du Casse, ayant éclaté au mois de septembre
1701, précipita le départ du nouveau chef d'escadre, en rendant
plus nécessaire que jamais l'arrivée du vice-roi au siége de son
gouvernement, et en faisant à la France une impérieuse obligation
d'envoyer une escadre croiser dans les mers d'Amérique, pour concourir
à la défense de ses colonies, contre lesquelles une attaque
anglo-hollandaise devenait imminente.

Le 12 avril 1702, l'amiral du Casse mit à la voile ayant sous ses
ordres une escadre composée de: _l'Heureux_, qui portait son pavillon;
l'Agréable, commandant de Roucy; le _Phénix_, de Pondens; l'_Apollon_,
de Muin; le _Thétis_, chevalier de Roucy, et enfin le _Bon_, de
Renneville. Sur ce dernier vaisseau se trouvait un jeune enseigne
pour lequel du Casse avait beaucoup d'affection et qu'il considérait
comme un officier d'avenir; c'était un gentilhomme d'une des premières
familles de Normandie, le chevalier Nicolas de Grouchy, grand-père
du célèbre maréchal de ce nom. Grouchy se distingua pendant le cours
de la campagne, pendant laquelle il rendit de bons services. Il fut
assez heureux pour justifier la confiance de l'amiral du Casse, qui,
l'ayant encore eu sous ses ordres à la bataille de Vélez-Malaga, obtint
pour lui la croix de Saint-Louis, en 1707. Grouchy, satisfait d'une
distinction ambitionnée à cette époque par toute la noblesse française,
se retira fort jeune du service, au grand regret de son protecteur
qui lui prédisait un rapide avancement dans la marine. Peut-être cette
détermination, inspirée par une excessive modestie, priva-t-elle la
France d'un marin remarquable. Peut-être aussi valut-il mieux pour
Nicolas de Grouchy une existence obscure qu'une brillante carrière;
qui sait le sort que réserve le destin? Peut-être un jour, parvenu
aux plus hautes dignités, le marin Grouchy y eût-il rencontré, comme
son petit-fils, quelque _Waterloo_ naval, et eût-il été comme lui la
victime innocente des fautes d'autrui.

L'escadre se dirigea vers l'Espagne, où elle devait trouver le duc
d'Albuquerque et les troupes espagnoles. Elle fut poursuivie par une
armée navale anglaise d'une quinzaine de vaisseaux. Ayant pu lui
échapper, elle atteignit la Corogne le 8 juin 1702. Le lendemain, du
Casse rendit compte à Pontchartrain de ce succès, par une lettre dans
laquelle se trouve un passage curieux à reproduire:

  «M. le duc d'Albuquerque est ici, écrivait du Casse; il a cent
  soixante personnes et, par discrétion, il n'en veut emmener avec lui
  que soixante-dix sur l'_Heureux_, et il m'a fait demander hier sept
  tables. J'en userai avec lui, comme le roi le désire; mais j'aimerais
  autant trouver deux vaisseaux anglais de plus que de voir un embarras
  comme celui-là. Madame la duchesse doit aussi s'embarquer. Elle a
  cent dix-sept duègnes et demoiselles d'honneur, avec une escorte de
  moines auxquels il faudrait à chacun une chambre. Cette peinture
  me coûte peu de peine à vous faire, mais je prévois que j'en aurai
  beaucoup à conduire le cortége au Mexique.»

On voit que ce n'est pas seulement de nos jours que les princes non
combattants ont été une source d'inquiétudes et une cause d'embarras
pour les commandants en chef. Comme l'indique très-justement du
Casse, les princes par eux-mêmes ne gênent nullement, mais rien
n'égale l'_encombrement_ (qu'on nous passe ce mot) produit par les
gens de leur suite. Du Casse se plaint des duègnes de la vice-reine
du Mexique, élevant des prétentions sans bornes, comme, dans une
récente et désastreuse campagne, le commandement en chef de l'armée de
Châlons aurait pu s'étonner des exigences sans cesse croissantes des
gens de service de l'empereur, réclamant le superflu pour eux, quand
le nécessaire manquait pour les troupes; demandant pour la cuisine
du prince une installation confortable que ne pouvaient obtenir les
ambulances militaires.

Du Casse termine par ces quelques lignes sa longue lettre à
Pontchartrain: «J'ai trouvé ici la patente de capitaine-général dont je
prends la liberté de vous envoyer une copie, de laquelle j'ai donné une
communication à M. le chevalier de Roucy, comme je le ferai de toutes
les choses qui en vaudront la peine.»

Le roi d'Espagne n'avait pas cru devoir faire moins pour du Casse que
de l'élever au rang de capitaine général. On sait que cette dignité
équivaut dans notre armée à celle de maréchal de France et donne à
celui qui en est investi le titre d'Excellence.

Le 14 juin 1702, du Casse, parvenant à tromper la surveillance de
l'armée navale anglaise, quitta la Corogne, après avoir augmenté,
ainsi qu'il l'écrivait à Pontchartrain, son escadre de huit bâtiments
de transport, chargés d'environ deux mille hommes de troupes mal
équipées, et _racolées_ un peu partout. Ses hommes étaient presque tous
_pouilleux_ et _galeux_. Il y avait à craindre de voir l'indiscipline
se mettre parmi ces troupes, pendant la traversée; mais l'ascendant que
du Casse prenait sur tous ses subordonnés était tel, qu'il n'en fut
rien. La traversée s'accomplit sans aucun incident fâcheux. L'estime
des officiers espagnols pour leur _capitaine général_ s'accrut, en le
voyant mettre ordre à tout avec adresse, et parer aux éventualités les
plus fâcheuses. Il fit donner avec tant d'intelligence des soins aux
soldats espagnols que l'épidémie galeuse, au lieu d'augmenter, diminua,
et qu'à peine mourut-il une dizaine d'hommes en deux mois.

Le 8 août 1702, du Casse arrive à Porto-Rico, et le 17 il écrit à
Pontchartrain pour lui faire part de sa traversée et pour lui annoncer
qu'il donne au capitaine de Renneville le commandement de deux
vaisseaux, avec la mission de conduire au Mexique le vice-roi et la
vice-reine. «M. le duc et Mme la duchesse, et plus de la moitié de leur
maison, écrit notre marin, s'embarquent avec M. de Renneville.

  «On ne peut rien ajouter aux honnêtetés qui se sont passées pendant
  la route, et au changement de vaisseau. Tous les Espagnols sont
  très-contents, et j'oserai dire qu'ils le doivent être. On les a
  traités avec splendeur, sans qu'il y ait eu la moindre modération
  du premier au dernier jour; chaque capitaine ne vous parlera point
  de lui. Il me serait reprochable, Monseigneur, si je ne vous disais
  pas qu'on ne peut rien au delà de ce qu'ils ont fait, et M. le
  chevalier de Roucy, en particulier, a vécu comme un seigneur. M. le
  duc d'Albuquerque m'a donné toutes les démonstrations imaginables
  d'une entière satisfaction, et je dois vous dire que, comme il m'a
  paru être extrêmement content de moi, je le suis très-fort de lui et
  de Mme la duchesse. Ils auraient désiré que je les eusse menés au
  Mexique, mais ils sont entrés en raison. Nous allons faire route par
  la pointe de Saint-Domingue, où nous nous séparerons en cas qu'il n'y
  ait pas d'ennemis. Ils iront au Cap prendre un pilote pour Baracon,
  et moi à la ville de Saint-Domingue, pour y embarquer le président
  destiné pour le gouvernement de Carthagène; après quoi je continuerai
  ma route pour Sainte-Marthe, et de là pour Carthagène et Porto-Bello.
  Le grand mât de l'_Agréable_ est très-incommodé, et il est même à
  croire qu'il ne soit rompu dans sa mèche. M. de Roucy se propose de
  démâter à Carthagène pour y apporter du remède. Je le laisserai au
  port, pour ne pas consommer du temps inutilement, ou je viendrai le
  joindre après le débarquement de Porto-Bello.»

Le lecteur aura peut-être remarqué dans cette lettre, comme dans la
précédente, que du Casse ne laisse jamais échapper l'occasion de dire
un mot aimable ou flatteur sur le chevalier de Roucy. Ce gentilhomme,
la Rochefoucauld en son nom, avait su inspirer à son commandant en chef
de l'estime et de l'affection, et celui-ci se plaisait à rendre justice
au mérite du jeune officier, dont il étudiait le caractère, non sans
motif sérieux, ainsi qu'on le verra bientôt.

Le 20 août, l'escadre quitta Porto-Rico, se dirigeant vers l'île de
Saint-Domingue, où le capitaine de Renneville, avec le _Bon_ et la
_Thétis_ devait se séparer du commandant en chef, pour se rendre au
Cap-Français, et de là conduire le duc d'Albuquerque à la Vera-Cruz.

Du Casse avait hésité entre confier au commandant de Renneville la
mission de conduire à destination les troupes espagnoles, ou se
réserver ce soin à lui-même. Il adopta ce second parti, en apprenant
qu'une flotte anglaise avait attaqué Léogane et croisait dans le golfe
du Mexique. Le 22, du Casse se sépara de Renneville, en lui laissant
des instructions sur la conduite qu'il aurait à suivre.

Le 29 août, vers deux heures de l'après-midi, les vigies signalèrent la
présence d'une escadre. C'était celle de l'amiral anglais Benbow qui,
depuis plusieurs jours, était à la recherche de l'escadre française,
dont il espérait avoir facilement raison, grâce aux forces dont il
disposait. Il avait avec lui:

Le _Bréda_, vaisseau de ligne de 70 canons, portant le pavillon amiral;
la _Défiance_, 64 canons, commandant Richard Kirby; le _Greenwich_,
54 canons, commandant Cooper Vade; le _Ruby_, 48 canons, commandant
Georges Walton; le _Pendennis_, 48 canons, commandant Thomas Hudson;
le _Windsor_, 48 canons, commandant John Constable; le _Fathmouth_, 48
canons, commandant Samuel Vincent.

Les Anglais, ayant découvert l'escadre française, commencèrent à lui
donner la chasse. C'était contre une division navale de sept vaisseaux
portant près de quatre cents canons que du Casse allait avoir à lutter.

Il ne s'en effraya pas, donna l'ordre au convoi, composé des huit
bâtiments de transport, de s'éloigner du champ de bataille en faisant
force de voiles, tandis que lui-même avec l'escorte, se plaçait face à
l'ennemi, afin de protéger la retraite du convoi.

A quatre heures du soir, les Anglais se rapprochèrent assez pour
lancer leurs premiers boulets. Benbow pressé d'en venir aux mains, se
croyant sûr de la victoire, ne réglant pas sa marche sur celle de ses
vaisseaux les plus mauvais voiliers, fit forcer de vitesse. Seuls, le
_Bréda_, le _Fathmouth_, la _Défiance_ et le _Windsor_ se trouvèrent
en mesure d'attaquer. A la troisième bordée, le _Fathmouth_ et la
_Défiance_ se tinrent hors de la portée du canon. Les autres navires
ayant rejoint, toute l'escadre, excepté les deux vaisseaux à l'écart,
combattit jusqu'à la nuit. Le lendemain matin, 30 août, au point du
jour, le _Bréda_ et la _Défiance_ se trouvaient très-rapprochés des
Français. Mais les autres vaisseaux étaient trop éloignés pour que
le commandant en chef de la division anglaise pût songer à attaquer.
Du Casse continua sa route ce jour-là sans avoir à lutter pour
s'ouvrir le passage, cherchant à dérober son convoi à l'ennemi. Le 1er
septembre, quatre vaisseaux anglais étaient en ligne. Le _Ruby_ ouvrit
le feu, mais l'accueil qu'il reçut l'obligea à se laisser culer. Le
_Bréda_ se vit dans la même nécessité. Le _Windsor_ et la _Défiance_
restaient spectateurs du combat, ne tirant pas un coup de canon.
La brise, en passant au sud dans l'après-midi, mit les Français au
vent. Les deux escadres prirent la bordée de l'est. Le 3 septembre,
le combat recommença; le 4, vers deux heures du matin, la division
anglaise parfaitement ralliée attaqua le vaisseau de queue de la ligne
française. Bien que tous les combats successifs livrés par Benbow à
du Casse eussent toujours été au désavantage des Anglais, comme ils
revenaient sans cesse à la charge, cela retardait considérablement la
marche du convoi. Le commandant français se décida alors à les attaquer
à son tour. Il s'attacha au vaisseau amiral le _Bréda_, le maltraita,
le démâta, le mit en fuite et le poursuivit. Benbow, blessé à la tête
et au bras, ayant eu une jambe cassée par un boulet ramé, s'était fait
porter sur le tillac et continuait à commander. Il voulait soutenir
encore la lutte, mais il dut céder à la force et se retirer avec son
vaisseau criblé dans toutes ses parties. La division anglaise s'éloigna
et fit route vers la Jamaïque.

Lorsqu'elle y fut arrivée, le commandant en chef réunit un conseil
de guerre et fit passer en jugement la plupart des capitaines de
vaisseaux. Ceux du _Greenwich_ et du _Défiance_ furent condamnés à mort
pour lâcheté, celui du _Windsor_ à la prison pour inexécution d'ordres.
Les deux premiers envoyés en Angleterre y furent fusillés.

Ce combat faisait le plus grand honneur à du Casse. Il lui donna dans
le corps de la marine une juste considération. Quatre-vingts ans plus
tard, le ministre Sartines faisait publier (dans un mémoire relatif à
la marine royale) sur la bataille de _Sainte-Marthe_, quelques mots que
nous reproduisons ici:

  «M. du Casse commandait une escadre de six vaisseaux et de huit
  bâtiments de charge qui portaient des troupes à Carthagène. Le 20
  août, deux de ses vaisseaux s'étaient séparés de lui, le 29 il fut
  rencontré par le vice-amiral Benbow, qui avait quatre gros vaisseaux,
  trois frégates de cinquante-cinq pièces de canon chacune et une
  belandre. L'amiral Benbow arriva à la portée du canon et se mit en
  bataille. M. du Casse se mit en ligne, et le combat commença et dura
  jusqu'à la nuit. Cependant M. du Casse faisait route, les Anglais le
  suivirent et l'attaquèrent encore le 30, et le 1er septembre, il fit
  plier le vice-amiral, qui n'osa revenir à la charge; le lendemain, le
  combat recommença deux fois, et toujours au désavantage des Anglais:
  mais comme ils retardaient la marche de l'escadre, M. du Casse se
  détermina à les attaquer à son tour; il s'attacha au vice-amiral
  qu'il mit en fuite, le poursuivit très-vivement, et après avoir forcé
  l'ennemi à l'abandonner, il arriva heureusement à Carthagène, sans
  avoir essuyé la moindre perte, ni revu l'ennemi.

  «_Il est étonnant que les historiens du temps n'aient rendu compte
  de la manœuvre de M. du Casse, que comme d'une opération ordinaire.
  Ce brave marin méritait les plus grands éloges; et le succès de son
  expédition fut, dans les circonstances, du plus grand secours pour
  Carthagène._»

Du Casse, après avoir vaincu Benbow, continua sa route vers Carthagène
où il arriva peu de jours après.

«Sa présence y causa autant de joie[5], dit Charlevoix, qu'elle y avait
inspiré de terreur quelques années auparavant.»

  [5] La conduite de du Casse, tantôt comme ennemi, tantôt comme allié,
  fut toujours si noble à l'égard des habitants de Carthagène que son
  nom est, encore de nos jours, en vénération dans cette ville.

  En 1850, le baron Hermann du Casse, allant occuper à Lima un
  poste diplomatique, traversa Carthagène; il reçut l'accueil le
  plus flatteur des autorités de la ville et fut, de la part de la
  population, l'objet d'une véritable ovation.

Le 28 septembre, il faisait part à Pontchartrain de sa victoire et de
son entrée à Carthagène, et lui envoyait le marquis de Tierceville,
l'un de ses officiers, pour rendre compte des journées de Sainte-Marthe.

Du Casse se contentait, dans une courte lettre, de marquer au ministre
les noms de ceux qui s'étaient signalés par leur intrépidité. Il cite
MM. de Courcy, de Bicouart, de Croï, de Sigy, du Houx, de Fricambault,
du Touchet, du Trolon, de Lépinay, Moreau, du Mesnil, d'Aulnay, Drolin,
de Poudens.

  «M. de Muin, écrit-il, a soutenu le feu de toute l'escadre anglaise.

  «M. de Saint-André tint son coin le 1er jour, comme s'il avait eu un
  vaisseau de soixante canons, et a gardé son poste jusqu'à ce que les
  ennemis le quittèrent, et ensuite il a manœuvré en habile homme et du
  métier. Il est ancien officier et j'ose vous assurer que personne ne
  mérite mieux que lui l'honneur de votre protection.»

Il n'a garde d'oublier le chevalier de Roucy.

  «Monsieur le chevalier de Roucy s'y conduisit comme un brave homme et
  un bon officier.»

Ces témoignages d'estime de la part d'un chef tel que du Casse devaient
être agréables au ministre, dont Roucy était le beau-frère et qui, de
son côté, nourrissait les mêmes projets que du Casse avait déjà formés
dans son esprit.

L'envoi du marquis de Tierceville nous prive d'avoir un récit, de la
main même de du Casse, sur la victoire qu'il venait de remporter. Il
faut se contenter des rapports de tiers personnages comme celui, fort
incomplet, du chevalier de Galliffet, qui écrit le 18 octobre:

  «Monseigneur, je ne mets ici que la nouvelle du combat de M. du Casse
  contre Benbow, ainsi que je l'ai appris d'un matelot pris dans la
  chaloupe de la _Gironde_ qui était le vaisseau de Benbow, et qui
  vient d'être pris par un de nos corsaires, dans un vaisseau marchand
  anglais, allant en Europe.

  «Benbow ayant été informé, par les prises qu'il fit aux rades de
  Léogane, le 7 août dernier, que M. du Casse devait incessamment
  arriver à la ville de Saint-Domingue, et que de là il passerait à
  Carthagène; il fit de l'eau et du bois durant six jours, au cap
  Dalmarie, en cette île, et de là, fit route pour la côte de terre
  ferme, par le travers de la rivière Grande. Environ de douze lieues
  de terre, il aperçut, au point du jour, l'escadre de M. du Casse au
  vent à lui, mais peu loin. Le matelot ne sait point dire quel jour
  c'était, mais je compte que ce devait être environ le 23 d'août. M.
  du Casse retint le vent jusques à dix heures, mais comme les ennemis
  gagnaient beaucoup sur lui, il fit vent arrière à sa route, entre
  la terre et l'escadre de Benbow; en passant, MM. du Casse et Benbow
  se donnèrent leur bordée, et les autres vaisseaux de même. M. du
  Casse poursuivit sa route et Benbow le suivait, hors la portée de
  combat. Le lendemain au soir, l'escadre anglaise s'approcha, et ils
  se donnèrent encore leur volée, et tous les jours de même jusques
  à la rive de Carthagène, où Benbow ayant fait la même manœuvre, il
  eut la jambe cassée d'un éclat, et prit en ce dernier combat un des
  vaisseaux marchands de charge de M. du Casse; et le lendemain matin,
  se trouvant par le travers de la ville, il retint le vent et fit
  route droit à la Jamaïque. Le matelot dit que ces combats réitérés
  durant six ou sept jours, une fois chaque jour, n'ont été qu'une
  volée à chaque fois, excepté un jour où le combat dura une heure.

  «Cependant, le vaisseau de Benbow et le _Rubis_ ont été
  très-incommodés, le premier a été démâté de son artimon et de son
  beaupré et son grand mât et mât de misaine fort endommagés d'un coup
  de canon chacun. La vergue de son grand hunier et celle de misaine
  coupées, vingt-cinq tués et trente-cinq blessés. Le _Rubis_ n'a pas
  moins reçu de mal; leurs autres vaisseaux n'ont pas combattu, ou
  très-mal, et Benbow en a fait arrêter quatre capitaines, aussitôt
  qu'il a été arrivé à la Jamaïque et leur fait faire leur procès.
  _L'Apollon_ a été très-maltraité ayant été démâté presque de tous
  ses mâts. Le matelot assure que M. du Casse lui a donné la remorque
  pendant deux jours.

  «Il semble que durant le temps que Benbow a fait l'eau au cap
  Dalmarie, il aurait pu avertir Witschston qui croisait au travers de
  Saint-Louis, de le joindre. Sans doute qu'il se tenait assez fort
  pour battre M. du Casse, et n'en voulait partager la gloire avec
  personne.»

Diverses affaires retinrent du Casse à Carthagène. Ainsi en arrivant
dans cette ville, il trouva le capitaine de Cossé qui s'adressa à lui
pour obtenir justice d'illégalités dont il avait été la victime de la
part des autorités espagnoles de Panama. Du Casse fit faire droit à
cette réclamation.

A la fin de l'année 1702, du Casse quitta les colonies espagnoles. Il
fit une courte apparition à Saint-Domingue, dont il était depuis deux
ans _gouverneur général_ avec le chevalier de Galliffet pour gouverneur
intérimaire. Après s'être fait rendre compte de la situation de l'île,
avoir vu beaucoup par lui-même, il appareilla pour la France.

Le 18 mars 1703, n'ayant avec lui que les quatre vaisseaux qui avaient
combattu à Sainte-Marthe, les deux autres le suivant à quelques jours
d'intervalle, il fut rencontré par l'amiral anglais Graydon, se rendant
aux îles avec une escadre de plusieurs vaisseaux de ligne. Il crut
qu'il allait être obligé de livrer bataille pour s'ouvrir un passage.
Il n'en fut rien. L'amiral Graydon n'osa l'attaquer. Cet officier
général, à son retour en Angleterre, fut, pour ce fait, cassé de son
grade et dépouillé de toutes ses dignités par un jugement de la chambre
des Lords.

La première fois que du Casse, après son retour, vit Pontchartrain, la
conversation étant venue sur la campagne de Sainte-Marthe et sur les
officiers qui s'y étaient distingués, le chef d'escadre fit l'éloge du
chevalier de Roucy. Le ministre de la marine parut enchanté, et, après
un long entretien où le nom de cet officier fut souvent prononcé, il
finit par lui demander s'il ne pensait pas, lui qui avait pu étudier
le caractère de M. de Roucy, que ce gentilhomme serait un excellent
mari. Du Casse comprit sur-le-champ où en voulait venir le ministre, et
comme il était ravi de cette demi-ouverture, il répondit que lui, qui
avait une fille en âge d'être mariée, il s'estimerait un heureux père,
s'il pouvait trouver un gendre en tous points semblable au chevalier de
Roucy.

Bref, il fut convenu que du Casse consulterait sa femme et ferait part
au ministre du résultat de leurs réflexions sur la possibilité d'un
mariage.

Louis de la Rochefoucauld, chevalier de Roucy, marquis de Roye, plus
connu sous ce dernier nom à partir de 1704, avait pour père le comte
de Roye, lieutenant général au service de France, devenu généralissime
de l'armée danoise en 1683, et pour mère la sœur des maréchaux duc
de Lorge et duc de Duras. Il était petit-fils de Charles de la
Rochefoucauld et de Charlotte de Roye de Roucy, sœur de la princesse de
Condé dont le mari avait été tué à la bataille de Jarnac.

Le chevalier de Roucy était le beau-frère de Pontchartrain qui avait
épousé une la Rochefoucauld de Roye.

Du Casse s'empressa de faire part à sa femme de l'entretien qu'il
venait d'avoir avec le ministre. Mme du Casse se montra d'abord peu
favorable à ce projet d'union, opposant des objections fort sérieuses.
Elle fit observer à son mari, que Louis de la Rochefoucauld était issu
d'une famille de huguenots, qu'à la vérité il avait cessé de l'être,
mais que néanmoins elle désirait s'assurer que sa conversion était bien
sincère, car s'il venait à retourner à son ancienne religion, après
son mariage, cette apostasie rendrait la femme qu'on lui destinait
malheureuse pour le reste de ses jours; que de plus, il n'avait pas de
fortune, et qu'enfin il y avait à craindre que l'amour-propre de ce
gentilhomme, peu satisfait d'une union où il y avait plus de gloire que
de naissance, ne le poussât à éloigner sa femme de ses parents, ou que
cette dernière ne devînt la victime de son orgueil froissé.

Du Casse révéla alors à sa femme que depuis plusieurs années, il
observait avec grand soin la conduite de l'homme qu'il destinait à
sa fille; qu'il avait étudié son caractère, et que de cette étude
attentive était résultée pour lui la conviction intime que ce jeune
gentilhomme était bien le mari qui convenait à leur fille; du Casse
ajouta que M. de Roye était l'honneur et la loyauté mêmes, incapable
d'éloigner une fille de sa mère par vanité, ni de céder à un mobile
d'intérêt pour faire un mariage qui ne lui conviendrait pas. Quant à
la question de religion, il suffisait de demander un serment qui, s'il
était prêté, serait scrupuleusement tenu.

Mme du Casse se rendit alors, et autorisa son mari à conclure avec
Pontchartrain.

Nous ne pousserons pas plus loin le récit des préliminaires du mariage,
arrangements pris entre les deux familles, signature du contrat, etc.
Pontchartrain obtint, à l'occasion de ce mariage, l'agrément du Roi
pour l'achat, par son beau-frère, de la charge de lieutenant général
des galères; le brevet en fut expédié le 1er janvier 1704 au chevalier
de Roucy, qui prit le nom de marquis de Roye et épousa quinze jours
après Marthe du Casse.

Ce mariage fut fort heureux de part et d'autre; Saint-Simon qui ne perd
jamais l'occasion de placer un mot désobligeant, parle de cette union
au chapitre iv de son 3e volume. On y lit ce qui suit:

  «Pontchartrain fit en même temps (1703) le mariage d'un de ses
  beaux-frères, capitaine de vaisseau, et lors à la mer, avec la fille
  unique de du Casse, qu'on croyait riche d'un million deux cent mille
  livres; du Casse _était de Bayonne où son frère et son père vendaient
  des jambons_. Il gagna du bien et beaucoup _de connaissances au
  métier de flibustier_, et mérita d'être fait officier sur les
  vaisseaux du roi, où bientôt après il devint capitaine. C'était un
  homme de grande valeur, de beaucoup de tête et de sang-froid, et de
  grandes entreprises, fort aimé dans la marine par la libéralité avec
  laquelle il faisait part de tout, et la modestie qui le tenait en sa
  place. Il eut de furieux démêlés avec Pointis, lorsque ce dernier
  prit et pilla Carthagène. Nous verrons ce du Casse aller beaucoup
  plus loin. Outre l'appât du bien, qui fit d'une part ce mariage, et
  de l'autre la protection assurée du ministre de la mer, celui-ci
  trouva tout à propos d'acheter pour son beau-frère, de l'argent de
  du Casse, la charge de lieutenant-général des galères de France,
  qui était unique, donnait le rang de lieutenant-général et faisait
  faire tout à coup ce grand pas à un capitaine de vaisseau; elle était
  vacante par la mort du bailli de Noailles.»

Nous avons souligné dans cette citation deux lignes qui renferment
autant d'erreurs que de mots. Saint-Simon prétend que du Casse était
fils et frère de vendeurs de jambons de Bayonne. Mensonge. Ni son père,
ni son frère n'habitèrent cette ville et ne purent, par conséquent, y
exercer ce commerce.

Nous avons cité au commencement de cette notice l'acte de naissance de
l'amiral du Casse, acte qui détruit radicalement l'assertion du duc de
Saint-Simon. Transcrivons-le ici de nouveau et littéralement:

  «Le second d'aoust, mil six cent quarante-six, a esté baptisé, en
  l'église paroissiale de _Saubusse_, Jean du Casse, fils légitime de
  Bertrand du Casse et de Marguerite de Lavigne, estant parain Jean
  de Sauques, et marraine Bertrande de Letronques, habitants les tous
  dudit Saubusse; présents Bertrand Destanguet et Etienne de Laborde.»

Il n'est pas question, dans cet acte, de marchands de jambons. Le
Bayonne de Saint-Simon s'est changé en Saubusse, localité du Béarn,
située près de Dax. Ce n'est qu'un demi-siècle plus tard environ, alors
que Bertrand du Casse était mort depuis longues années, qu'un riche
mariage contracté par sa petite-fille, _Suzette du Casse_ avec Jean de
Vidon, amena celle-ci à Bayonne, ainsi que son frère, neveu et filleul
de l'amiral, héritier de son nom.

Quant à la seconde assertion: _Il acquit beaucoup de connaissances au
métier de flibustier_, elle est tout aussi fausse que la première: du
Casse n'a jamais exercé la flibusterie que dans l'imagination féconde
et inventive de cet historien-romancier.

En 1689, officier du roi, lors de l'expédition de Surinam, de 1691 à
1700, gouverneur de Saint-Domingue, du Casse eut sous ses ordres les
flibustiers, mais il ne le fut jamais.

Quoi qu'il en soit des appréciations plus ou moins justes, auxquelles
donna lieu ce mariage, l'amiral du Casse et le marquis de Roye s'en
enquirent assez peu, tout entiers, l'un au plaisir de demeurer quelque
temps avec les siens, l'autre au bonheur de la lune de miel auprès
d'une jeune femme charmante.

Ni l'un ni l'autre ne devaient goûter longtemps le doux repos de la vie
de famille.

Au mois d'avril 1704, du Casse reçut l'ordre de se rendre à Brest.
Le roi (instruit des formidables préparatifs que l'Angleterre et
la Hollande faisaient pour mettre en mer une armée navale, chargée
d'appuyer sur les côtes d'Espagne l'armée de terre de l'archiduc
Charles, compétiteur de Philippe V,) avait dès le commencement de
l'année, fait travailler dans tous les ports de l'océan Atlantique et
de la Méditerranée, pour organiser une armée navale considérable.

Il en destinait le commandement à son fils légitimé le comte de
Toulouse. Celui-ci partit de Brest le 16 mai avec vingt-trois voiles,
prit la route de Lisbonne, et doubla le cap Gibraltar, afin de
rallier les vaisseaux armés dans la Méditerranée. Les ayant joints,
il se trouva à la tête de quarante-cinq vaisseaux de ligne, et de
vingt-quatre galères, lesquelles étaient commandées par le gendre
de du Casse. Le marquis de Roye avait dû, lui aussi, à l'exemple de
son beau-père, s'arracher des bras de sa jeune femme pour courir
les hasards de la guerre. A cette époque, dont on a osé accuser les
contemporains de manquer de patriotisme, nulle considération, de
quelque nature que ce fût, de famille ou de cœur, ne pouvait distraire
de son devoir un gentilhomme que l'honneur appelait à servir sa patrie
et son roi. L'intérêt particulier cédait toujours devant l'intérêt
public.

Le marquis de Roye était lieutenant-général des galères, ainsi que le
duc de Tursis (de la maison des Doria) et le chevalier de Forville. Du
Casse servait à l'avant-garde.

Cette avant-garde, escadre blanche et bleue, était placée sous le
commandement supérieur du marquis de Villette-Mursay, lieutenant
général des armées navales, qui avait arboré son pavillon sur le
_Fier_, vaisseau de quatre-vingt-cinq canons. Il avait pour commandants
en seconds le marquis d'Infréville, monté sur le _Saint-Philippe_
de quatre-vingt-deux canons, et du Casse monté sur l'_Intrépide_ de
quatre-vingt-quatre canons, tous deux chefs d'escadre des armées
navales. Parmi les bâtiments placés sous les ordres de ces trois
officiers généraux, se trouvait le _Rubis_ sur lequel était le protégé
de du Casse, le chevalier de Grouchy. L'arrière-garde était sous les
ordres du marquis de Langeron.

Le 22 août, à la hauteur de Velez-Malaga, la présence de l'ennemi fut
signalée.

Le 24, à la pointe du jour, profitant du vent favorable, l'armée navale
ennemie se mit en bataille et attaqua. Elle était sous le commandement
en chef de l'amiral Rook, qui avait pour seconds les amiraux Showel et
Kalembourg.

N'ayant pas l'intention de faire, après tous les historiens de la
France, un tableau de la bataille de Velez-Malaga, nous nous bornerons
à donner ici le rapport du marquis de la Villette, avec lequel se
trouvait du Casse. Le marquis écrit au ministre:

  «Monseigneur, ce n'est pas à moi de vous faire le détail de l'action
  qui se passa hier, à l'honneur de M. l'amiral et de toute la marine.

  «Les ennemis avaient le vent sur nous et s'en servaient pour nous
  attaquer avec des forces supérieures aux nôtres. Je ne dois vous
  parler que de l'avant-garde que je commandais. Le général Showel
  commandait celle des ennemis. Il arriva de si bonne grâce, que le
  voyant à une petite demy-portée de canon, je ne doutay point qu'il ne
  voulust avoir à faire à moy, et je l'attendis. Je fus fort surpris
  de ce qu'il aima mieux me donner en partage un de ses matelots qui
  est plus fort que luy. Nous nous attachâmes l'un à l'autre pendant
  une heure, et il jugea à propos de se rallier à Showel qui, après
  avoir combattu M. du Casse et s'en estre ennuyé, avait tombé sur
  l'_Excellent_ et le _Sage_ dont l'artillerie était inférieure à celle
  de ses matelots. Cependant, monseigneur, comme on m'avait crié de
  main en main qu'il fallait que toute l'avant-garde forçât de voiles
  pour gagner le reste des ennemis, et que le second de Showel, qui
  m'avait laissé, me mettait en liberté de combattre les vaisseaux qui
  estaient de son avant, j'eus à faire à un vaisseau de soixante-dix
  canons et à un autre de la même force qui, dès le commencement du
  combat m'avaient agacé.»

Une bombe ayant mis le feu au vaisseau-amiral du marquis de Villette,
cet officier-général explique qu'il dut abandonner le combat.

  «Nous eûmes beaucoup à esteindre le feu, et il fallut sortir de la
  ligne malgré moy. Je fus fasché que toute mon escadre, qui jusque-là,
  avait fait des merveilles, se retirast du combat. MM. du Casse et de
  Sainte-Maure pouvaient y estre obligés par la grande quantité des
  mâts et des manœuvres, que le grand feu, qu'ils avaient souffert,
  avait mis hors de service. Mais enfin, les autres crurent devoir
  faire le même mouvement, parce que les ennemis avaient reviré pour se
  rapprocher de l'amiral Showel.

  «J'ai eu six lieutenants blessés, MM. de la Mirande, de Lusignan,
  chevalier de la Sale, des Gouttes, de Leons et Lesguille; sept
  enseignes, MM. de Lignières, de Marillac, de Gibanel, de Torcy,
  d'Escoulan qui est blessé dans des endroits, où il sera quitte pour
  n'être plus propre au mariage, et le chevalier Perrot. 25 aoust 1704.
  A bord du _Fier_. Signé: Villette-Mursay.»

Le marquis de Villette-Mursay paraît fort étonné, ainsi qu'on vient
d'en pouvoir juger par son rapport, que l'amiral ennemi Showel ait
dédaigné de l'attaquer, lui commandant en chef de l'avant-garde, et ait
préféré s'acharner contre du Casse.

Le marquis de Villette, homme fort ordinaire, qui avait dû le grade de
lieutenant général à sa parenté avec Mme de Maintenon, ne se rendait
nullement compte du mobile qui avait fait agir Showel.

Ce dernier, qui connaissait les exploits de du Casse, devenu la
terreur des divisions navales anglaises, avait jugé que le vainqueur
de Sainte-Marthe devait être l'âme d'une escadre où il se trouvait, et
que c'était lui surtout qu'il importait de mettre hors de combat, avant
tout autre; aussi l'avait-il quitté, non pas après s'en être _ennugé_,
mais après l'avoir criblé.

Cette bataille fut une des plus meurtrières du siècle. Les alliés
y perdirent près de dix mille hommes; plusieurs de leurs bâtiments
sautèrent, ou furent coulés à fond. Du côté des Français, il y eut peu
de morts, mais parmi eux, des marins distingués: le Bailly de Lorraine,
le chevalier de Belle-Ile, le marquis de Château-Renaud. Relingue et
Gabaret moururent peu de jours après des suites de leurs blessures.

Bien qu'ils eussent eu le vent favorable, les alliés avaient eu le
désavantage, sur toute la ligne, aussi profitèrent-ils de la nuit pour
prendre la fuite. Le comte de Toulouse les poursuivit toute la matinée
et la journée du 25. Vers le soir, le vent ayant changé, à force de
manœuvres, l'armée navale de France parvint à joindre d'assez près
celle de l'ennemi pour pouvoir l'attaquer de nouveau. Le grand-amiral
voulut en donner l'ordre, mais le vieux maréchal de Cœuvres l'engagea à
n'en rien faire et à consulter son conseil assemblé.

Le conseil fut d'avis de ne pas livrer combat.

On ne tarda pas à regretter de n'avoir pas fait ce que voulait le comte
de Toulouse, car on apprit bientôt que l'ennemi était entièrement
dépourvu de munitions, qu'il était hors d'état de se défendre.
Gibraltar eût été peut-être le prix de la victoire.

Il sera éternellement regrettable pour notre patrie, que l'opinion du
comte de Toulouse n'ait pas prévalu. La suite des événements a démontré
à quel point ce prince avait vu juste. En effet, à cette époque, le
marquis de Villadarias assiégeait Gibraltar. Après la victoire de
Velez-Malaga, il s'était rendu auprès du vainqueur pour lui demander un
secours d'une dizaine de vaisseaux chargés de bloquer la ville par mer.
Le prince lui donna trois mille hommes, cinquante pièces de siége, et
détacha le baron de Pointis avec dix vaisseaux et quelques frégates.

Il venait à peine d'accorder ce secours que le ministre de la marine
lui écrivit pour lui dire d'envoyer, sous le commandement de du Casse,
plusieurs bâtiments pour aller croiser dans les mers d'Amérique.

Le grand-amiral répondit, étant à bord du _Foudroyant_, à la date du 15
septembre 1704, de la rade de Malaga:

  «Je vous ai écrit, monsieur, le 8 de ce mois ce qui s'était fait
  jusqu'à ce jour-là et que j'attendais les réponses de M. de
  Villadarias pour prendre mon parti. Il est venu lui-même ici, et
  nous avons vu qu'il lui manquait bien des choses pour le siége de
  Gibraltar. Nous nous sommes trouvés en état de lui en donner la plus
  grande partie. Je vous envoie, pour en rendre compte au roi, la copie
  de son mémoire, par où vous verrez que moyennant les choses que nous
  lui fournissons, il espère avoir un bon succès dans son entreprise.
  Je vous envoie le résultat du conseil que j'ai tenu sur ce sujet,
  et la liste des vaisseaux, et ce que je lui laisse. J'ai donné le
  commandement de tout à M. de Pointis. Je reçus hier le courrier par
  où vous m'envoyez les instructions de M. du Casse. Je vous ai déjà
  mandé les raisons pour lesquelles je ne pourrai, en cette occasion,
  suivre les ordres du roi. Elles ont encore augmenté depuis, car
  ce que je laisse pour Gibraltar nous dégarnit au point de n'avoir
  presque plus de soldats, et fort peu d'officiers.»

L'_Intrépide_ était complétement désemparé. Il lui était impossible
d'appareiller. En outre, du Casse était à peine remis de la blessure
qu'il avait reçue.

Il était donc indispensable qu'avant de faire de nouveau campagne, le
vaisseau fût réparé.

Peu de jours après le départ de la lettre du comte de Toulouse, une de
Pontchartrain parvint à ce dernier toujours à Malaga. Le ministre lui
demandait de mettre en campagne une escadre, formée de divers bâtiments
tous à peu de chose près dans le même état que l'_Intrépide_, et de
donner le commandement de cette escadre à du Casse. Fatigué de cette
insistance, le prince pria du Casse de lui adresser à ce sujet une note
qu'il enverrait au ministre. La voici:

  «Procès-verbal de l'impossibilité où était le vaisseau l'_Intrépide_
  de se rendre en Amérique.»

  «Monseigneur l'amiral m'ayant fait savoir qu'il avait ordre du Roy
  de me détacher avec mon vaisseau et les autres qui se trouveraient
  en état de faire la campagne de l'Amérique: Mon vaisseau est dans
  l'impossibilité d'aller en mer, par le devis que je viens d'envoyer
  à son altesse, non plus que les autres de l'armée, par l'état de
  leurs incommodités qui m'a esté apporté par M. de Chapiseau, major
  de l'armée. Ainsi je supplie très-humblement monseigneur l'amiral de
  représenter à Sa Majesté l'impossibilité d'exécuter ses ordres. 27
  septembre 1707. Signé: _du Casse_.»

L'armée navale de France ne tarda pas à revenir à Toulon. L'amiral du
Casse arriva dans cette ville, encore mal guéri de sa blessure. Sa
jambe, qui avait été traversée par une balle, le faisait souffrir. Il
ne voulut donc pas s'exposer à faire le voyage de Paris. On était en
plein hiver, la température douce et tiède du Midi convenait mieux à sa
santé que celle de la capitale. Il resta à Toulon.

Pendant son séjour dans cette ville, il reçut la nouvelle du mariage
de son filleul et neveu _Jean du Casse_ avec une jeune personne,
originaire de Saubusse, Mlle _Etiennette de Jordain_. Nous parlerons
plus loin de cette union.

L'amiral du Casse se contenta d'envoyer ses félicitations par lettre au
jeune couple. Il ne pouvait quitter Toulon. Il venait d'être avisé de
se tenir prêt à partir au premier jour, pour reprendre la mer.

En effet, au commencement de 1705, Pontchartrain lui écrivit que le
roi l'avait désigné pour aller prendre le commandement de plusieurs
vaisseaux français et espagnols destinés à escorter une flotte
marchande et des galions qui devaient se rendre en Amérique. Il
l'engageait, en même temps, à aller à Madrid pour s'entendre avec
Philippe V sur toutes les mesures à prendre, en cette circonstance,
le priant de lui adresser un rapport sur la situation générale de la
marine et du commerce de l'Espagne.



LIVRE VI

De 1705 à 1707.—CADIX.

  Armement d'une escadre et appareillage d'une flotte dans
  le port de Cadix à destination d'Amérique.—Lenteurs des
  Espagnols; avortement du projet.—Craintes de Pontchartrain.—Du
  Casse à Madrid.—Destruction de l'escadre de Pointis devant
  Gibraltar.—Défense de Cadix.—Le conseil des Indes.—Le marquis
  Amelot.—Les boulets rouges.—Lettre curieuse.—L'archiduc Charles
  assiége Barcelone.—Le comte de Toulouse appareille.—Susceptibilité
  orgueilleuse des Espagnols.—Le baron de Lort de Sérignan.—Prise de
  Barcelone.—Le roi d'Espagne envoie du Casse à Versailles, demander
  des secours à Louis XIV.—Insuccès militaire de Philippe V.—Ce
  monarque en Navarre.—Du Casse renvoyé en Espagne pour sauver les
  débris de la marine de ce pays.—Escadre destinée à ramener les
  galions.—Décret du roi d'Espagne.—Du Quesne-Monnier.


Du Casse eut un instant l'intention de se rendre à Madrid par
terre, afin de passer quelques jours à Bayonne et d'y voir son
neveu et filleul, qui venait de se marier. Mais, pressé par son
compagnon d'armes, le marquis de Langeron, qui appareillait à bord
de _l'Entreprenant_, il se décida à prendre la voie de mer. Cette
détermination plut à Pontchartrain, qui écrivit à ce propos à Langeron,
le 18 février 1705:

  «Vous m'avez fait beaucoup de plaisir de déterminer M. du Casse à
  profiter de l'occasion de _l'Entreprenant_ pour se rendre à Alicante,
  et de là à Madrid. Elle lui épargnera de la fatigue; et le repos
  qu'il aura dans le vaisseau pourra lui rendre sa guérison facile.»

Le 11 février 1705, du Casse avait prévenu de sa résolution le ministre
de la marine, qui lui répondit le 25 du même mois:

  «Monsieur, j'ai lu au roi votre lettre du 11 de ce mois, par laquelle
  vous m'informez du parti que vous avez pris de vous embarquer sur
  _l'Entreprenant_, pour aller jusqu'à Alicante, d'où vous passerez
  sans peine à Madrid.

  «Sa Majesté l'a approuvé et attendra de vos nouvelles de cette ville,
  sur ce dont vous serez convenu avec M. le duc de Gramont, par rapport
  au service dont vous devez être chargé.

  «Elle a donné ordre à M. le baron de Cœurs et au sieur de Colleville
  de se rendre à Cadix, avec le chirurgien et les officiers mariniers
  que vous demandez.»

Des ordres en effet avaient été donnés à divers officiers de se rendre
à Cadix. Il avait été décidé qu'une escadre et une flotte (réunion de
navires de commerce) appareilleraient dans ce port, où du Casse devait,
en quittant Madrid, venir s'embarquer pour l'Amérique.

Pontchartrain craignait beaucoup que les lenteurs des Espagnols, en
retardant le départ de du Casse, ne rendissent son voyage impossible
ou n'exposassent cet intrépide marin à être fait prisonnier, si l'on
donnait le temps à l'ennemi de concentrer des forces considérables à
l'entrée de la rade de Cadix.

Cette crainte de voir du Casse bloqué dans Cadix, ou enlevé, à sa
sortie, avec la flotte et les galions, était la constante préoccupation
de Pontchartrain.

En quittant Toulon, du Casse emporta avec lui cent mille livres de
poudre de guerre demandées par le roi d'Espagne. Il devait, une fois
à Madrid, en réclamer le paiement, puis régler en même temps diverses
questions d'intérêt pendantes entre la cour de France et celle
d'Espagne.

Pontchartrain, qui voulait lui faciliter les moyens de remplir cette
mission sans perte de temps, manda à tous les agents du gouvernement
français en Espagne de faire ce qui dépendrait d'eux pour aplanir les
difficultés et hâter la conclusion. Le 2 mars, il écrit dans ce sens
au duc de Gramont, ambassadeur de France à Madrid, et au jésuite
d'Aubenton, directeur donné, avec instructions secrètes, par Louis XIV
à son petit-fils.

Le jour de son arrivée dans la capitale de la péninsule, du Casse en
avertit Pontchartrain par un petit billet qui, parvenu à destination
le 24 février 1705, fut immédiatement transmis par le ministre à sa
belle-sœur la marquise de Roye, pour lui donner des nouvelles de son
père. Le lendemain, 25 février, le ministre répondit à du Casse et
manda à d'Aubenton de l'aviser si le marquis del Cazar, Espagnol de
condition, chargé de veiller au prompt chargement des galions, était
parti pour Cadix.

Sur ces entrefaites un fâcheux événement vint modifier la situation.

Une armée navale de trente-cinq vaisseaux de guerre, escortant une
flotte qui portait des secours aux Anglais assiégés dans la ville
de Gibraltar, entra dans la baie du même nom. Un brouillard épais
la déroba à la vue du baron de Pointis qui s'y trouvait avec cinq
vaisseaux.

Attaqué à l'improviste, surpris par suite du brouillard qui
avait favorisé l'entrée de l'escadre ennemie, il fit, malgré la
disproportion de ses forces, la plus héroïque défense. Il combattit
cinq heures. Deux de ses vaisseaux furent pris, ils étaient criblés;
deux autres échouèrent, et Pointis, prêt à être enlevé, brûla celui
qu'il montait, pour ne pas le rendre.

Or ces cinq malheureux bâtiments étaient ceux précisément qui devaient,
avec deux autres, composer l'escadre que du Casse avait mission de
conduire en Amérique.

Tout se trouvait donc remis en question.

Le 5 avril 1705, on fut informé à Versailles du désastre de Gibraltar.
Le 8, Pontchartrain écrivit à du Casse:

  «J'ai reçu la lettre que vous m'avez écrite le 24 du mois passé.
  Vous ne saviez point encore la malheureuse aventure arrivée à M.
  de Pointis et par conséquent le dérangement de l'escadre que vous
  deviez mener à l'Amérique. Cette situation a obligé le roi à prendre
  le parti de proposer le retardement du départ des galions et de la
  flotte, jusqu'au mois de septembre dans lequel, comme les ennemis se
  seront apparemment retirés, elle enverra six vaisseaux frais à Cadix,
  pour vous mettre en état de faire ce voyage avec plus de diligence
  et moins de risque. Cependant, son intention est que vous y restiez,
  comptant que la confiance que les Espagnols ont en vous, et votre
  exemple, ne contribueront pas peu au maintien des esprits dans une
  bonne disposition et à la défense de la place.»

Sous le règne de Louis XIV, on ne mettait pas un sot entêtement à
rendre irrévocable une décision. Parfois on la modifiait en raison
de l'avis des hommes compétents. Or, le jour même où cette lettre
partait du ministère de la marine, une autre était adressée au célèbre
vice-amiral marquis de Langeron. On lit dans cette dernière:

  «Vous me ferez plaisir de m'informer de ce que vous avez pensé sur
  le voyage de M. du Casse aux Indes. Je fais assez cas de vos avis
  pour ne pas refuser que vous me les communiquiez. Ce voyage est
  entièrement dérangé à présent, et le roi a résolu de le remettre au
  mois de septembre.»

La veille du jour où Pointis avait été attaqué, huit des vaisseaux de
son escadre avaient eu leurs câbles rompus par un coup de vent qui les
avait poussés jusqu'à Malaga. Ils portaient à leur bord divers objets
appartenant à du Casse et toute sa maison. Pour ne pas tomber aux mains
de l'ennemi, ils revinrent à Toulon, sous le commandement du chevalier
de la Roche-Allart.

Du Casse écrivit le 17 avril, de Cadix, à Pontchartrain pour lui donner
son avis sur la mise en défense de cette place et du port.

  «Monseigneur, j'ai reçu les lettres que vous m'avez fait l'honneur
  de m'écrire les 18 et 25 mars. Il est vrai que je ne vous avais pas
  mandé l'état de ma jambe pendant mon voyage d'Alicante à Madrid. Les
  premiers jours elle enfla considérablement; depuis, elle s'accoutuma
  à la fatigue, mais je la sens toujours pesante et faible et je ne
  saurais soutenir longtemps mon corps dessus sans en être incommodé;
  cependant j'irai toujours mon chemin. Il me paraît qu'il ne saurait
  m'en arriver de suites fâcheuses. Je suis plus sensible que je ne
  saurais le dire à ces marques de votre souvenir.

  «Vous désirez, Monseigneur, que je reste ici et vous espérez que
  ma présence contribuera à contenir les Espagnols. Je vous remercie
  très-humblement de la bonne opinion que vous avez de moi. Il me
  suffit que le roi désire quelque chose de mon service, pour que je
  m'y applique de tout mon cœur; c'est de quoi je vous prie d'être bien
  persuadé.»

La correspondance entre Pontchartrain et du Casse est active à cette
époque. Le 22 avril le ministre, dans une lettre à l'amiral, lui dit:

  «Le roi a approuvé la conduite que vous avez commencé de tenir avec
  M. de Valdercania et vous exhorte à la continuer, parce que c'est
  celle qui vous mettra en état de servir utilement Cadix pendant cet
  été.»

Du Casse interdit le départ pour l'Amérique de tout vaisseau courant
le risque d'être enlevé. De concert avec le marquis de Valdercania, il
s'occupa de la mise en état de défense du port et de la ville de Cadix.
Il eut contre lui le Conseil des Indes.

Ce Conseil, malgré le danger évident d'être enlevés que devaient courir
les navires qui sortiraient, voulait que les bâtiments de commerce
fissent leur chargement et appareillassent pour l'Amérique, dussent-ils
même partir sans escorte. C'était un aveuglement incroyable. Les
dépêches venues de Madrid se succédaient sans relâche, prescrivant un
prompt embarquement. Les armateurs n'obéissaient pas, et les autorités
n'osaient les contraindre à obéir.

Le 1er mai, du Casse fait part de ces faits à Pontchartrain dans une
lettre où il donne un libre cours à la verve mordante de son esprit
caustique: «Monseigneur, écrit-il, j'ai reçu la lettre que vous m'avez
fait l'honneur de m'écrire du 15 avril, pour m'informer que le roi
donnera des vaisseaux pour l'escorte des galions et de la flotte au
mois de septembre.

  «J'ai déjà eu l'honneur de vous informer des ordres du Conseil des
  Indes pour presser leur départ _dès à présent_; sur quoi il est
  arrivé depuis peu de jours un _extraordinaire_ pour ce sujet; mais
  personne ne s'est mis en devoir d'exécuter ses ordres.

  «Outre la crainte et le péril évident que voient les commandants
  de vaisseaux, pour les obliger à retarder, il y a une raison plus
  forte: c'est que les galions et la flotte ne vont aux Indes que pour
  y porter le chargement de leurs marchandises. Les marchands qui les
  embarquent d'ordinaire ne se sont point mis en devoir de charger, et
  regardent tranquillement les empressements inutiles et hors de propos
  du Conseil des Indes, pour ce départ, sans escorte; et aujourd'hui,
  on aurait beau assurer les négociants qu'il y en a, ils sont assez
  habiles pour juger qu'il n'est pas possible de les faire sortir sans
  un péril évident de tomber entre les mains des ennemis.

  «Ainsi, Monseigneur, la demande que le roi d'Espagne aura faite au
  roi de ces quatre vaisseaux devient aussi inutile que le projet du
  Conseil des Indes.»

  «Si Sa Majesté catholique m'ordonne de faire apprêter _le Content_ et
  _le Rubis_, pour porter M. le marquis de Castel dos Rios et quelques
  gouverneurs, son ordre sera exécuté diligemment; mais je serai fort
  trompé, si le Conseil des Indes ne traverse cette nécessité, par
  la raison que c'est sortir de l'ordre et de l'usage ancien et des
  lois des Indes. C'est là le fondement de leur prétexte et mauvaise
  volonté. Il y a longtemps que je connais qu'ils exposeraient les
  Indes à tomber entre les mains des ennemis, plutôt que de recourir
  aux remèdes qu'y peuvent apporter les Français. Ils ne sont pas assez
  instruits pour cacher leur jeu avec adresse.»


On voit que, dans cette lettre, du Casse n'épargne pas les railleries
les plus amères, mais aussi les plus justes et les mieux fondées à
l'administration du Conseil des Indes. Il lance ses sarcasmes sans
aucune préoccupation personnelle des colères qu'ils pourront amonceler
sur sa tête. De nos jours, signaler de la sorte les abus ou les travers
d'une haute administration pourrait attirer à leur imprudent critique
les sévérités gouvernementales; mais, sous le règne du grand roi,
indiquer la source du mal et les moyens d'y apporter le remède n'était
pas crime, c'était vertu. Aussi les critiques et les observations
de du Casse, bien loin d'être désagréables à Louis XIV et à son
ministre, eurent leur entière approbation. A cette époque, la société
de l'admiration mutuelle n'existait pas encore, comme aujourd'hui, où
elle règne en souveraine dans les régions administratives.

Le Conseil des Indes continuait à envoyer des ordres d'embarquement; il
manda à l'un des principaux officiers espagnols d'enjoindre à du Casse
d'escorter les bâtiments. Celui-ci refusa net et informa le jour même
Pontchartrain de sa conduite.

Le Conseil des Indes, voyant ses efforts se briser contre la fermeté
inébranlable de du Casse, tenta d'user d'un subterfuge, et lui fit
ordonner de mettre ses vaisseaux à la mer _de par le roi_. Ici se
montra toute la finesse de l'amiral. Il répondit par des protestations
de dévouement à Sa Majesté, d'aveugle obéissance à exécuter tout ce
qu'elle lui prescrirait et demanda un ordre signé de la main même de
Philippe V. On ne put le lui produire, et il déclara avec beaucoup de
dignité qu'officier général français, mis par son gouvernement à la
disposition du roi d'Espagne, il ne pouvait agir qu'en vertu d'ordres
émanant directement de ce prince. Le 17 mai il rendit compte de sa
conduite à Pontchartrain par les deux lettres suivantes:

  «M. de Navarette m'ayant représenté ce matin les ordres pressants
  qu'il a de Sa Majesté catholique de faire sortir les galions et la
  flotte et de demander à l'officier français qui commande les navires
  du roi qui sont ou seront dans cette baie de Cadix, de les escorter
  hors des dangers des caps ou jusques aux Canaries, je lui ai répondu
  que j'avais un ordre exprès de réserver quatre vaisseaux qui se
  trouvent présentement dans la rade pour la défense du Pontal et de
  Cadix, et de ne les aventurer à aucun risque, sous aucun prétexte
  que ce soit, mais d'en détacher deux qui seront désignés, savoir le
  _Rubis_ et le _Content_, pour porter M. le marquis de Castel dos Rios
  et des gouverneurs qui en doivent remplacer d'autres aux Indes, au
  cas que Sa Majesté catholique me l'ordonnât ainsi.

  «Le roi mon maître juge qu'il ne convient nullement que les galions
  et la flotte ne sortent qu'à la fin de septembre, auquel temps Sa
  Majesté donnerait une escorte convenable, étant plus naturel de
  réserver toutes les forces pour la défense de cette ville et du
  Pontal et d'éviter les risques évidents que ces vaisseaux ne tombent
  entre les mains des ennemis, soit en sortant ou à l'atterrage des
  Indes, sur quoi Sa Majesté catholique aura la bonté de régler ses
  ordres.

  «Cadix, 14 mai 1705.»

  «Monseigneur, je n'ai pas reçu de vos lettres depuis le 15 du mois
  passé, ni de M. le duc de Gramont depuis longtemps.

  «Il arrive incessamment des courriers de la part du Conseil des Indes
  pour le départ des galions et de la flotte que l'on a fait sortir du
  Pontal, pour les mettre en rade; et l'on m'a assuré que les ordres
  étaient si précis et si positifs que, chargés ou non chargés, ils
  sortissent toujours et s'en allassent aux Indes.

  «Comme Sa Majesté catholique ni personne de sa part ne m'a donné
  signe de vie, j'écoute ce que l'on veut me dire sans chercher d'en
  rien savoir. Ces commandants n'ont nullement manqué de politesse et
  de bienséance sur cela.

  «M. de Navarette m'étant venu trouver, il y a trois jours, pour me
  dire qu'il y avait un ordre du roi catholique, pour me demander les
  quatre vaisseaux du Roi, pour escorter les galions et la flotte hors
  des caps, ou plutôt savoir si j'étais dans cette disposition, je
  prends la liberté, Monseigneur, de vous envoyer la réponse que je
  lui ai faite, et je dois vous dire, de plus, que je dis verbalement
  au dit sieur de Navarette qu'il ne m'était jamais possible d'obéir
  aux ordres d'aucun conseil d'Espagne, que je distinguerais toujours
  d'avec ceux de Sa Majesté catholique, en ce que, lorsqu'il ferait
  l'honneur à quelque officier de lui en donner, il signerait de son
  nom de Philippe, et les conseils, de l'estampille: _yo el Rey_. J'ai
  cru devoir le dire dans cette occasion-ci, afin d'apprendre à MM. du
  Conseil des Indes que les officiers du Roi se conduiront toujours en
  connaissance de cause.

  «Tout leur grand empressement pour la sortie de ces vaisseaux a
  été fondé sur une vaine espérance que le roi n'aurait pas le temps
  de faire ses réflexions sur les inconvénients et les accidents
  qui pourraient arriver à cette flotte. Depuis qu'ils ont su que
  M. le duc de Gramont avait fait de nouvelles représentations, ils
  témoignent plus d ardeur pour rendre ses réflexions inutiles; mais
  les marchands, plus sages, ne se sont pas mis en devoir de charger.
  Ils viennent à moi souvent me consulter, ou plutôt apprendre si je
  n'ai point de nouvelles sur ce départ. Je ne me suis jamais ingéré de
  les y induire ni de les en détourner.

  «Si le hasard ne se mêle pas de s'opposer à cette sortie, le Conseil
  voulant soutenir la gageure, il ne dépendra pas d'eux de les envoyer
  dans quinze ou vingt jours; mais peut-être mettront-ils de l'eau
  dans leur vin, et voyant que n'y ayant pas assez de marchandises
  pour rapporter assez d'argent, les frais, bien loin de procurer au
  roi quelque avantage, absorberaient plus que le produit qu'il en
  retirerait. Le consulat a fait différentes représentations, et toutes
  inutiles.»

Cette tentative infructueuse eut pour résultat de rendre le Conseil des
Indes plus circonspect et de laisser à du Casse le loisir de donner
ses soins à la défense de Cadix, ainsi qu'on le voit par sa lettre à
Pontchartrain du 31 mai:

  «Il ne s'agit plus des Indes pour le présent; c'est d'une plus grande
  œuvre. Cadix se munit insensiblement de vivres et de munitions. Il y
  a, je crois, quatorze ou quinze régiments qui peuvent composer mille
  hommes bons, médiocres et défectueux, couverts de haillons ou tout
  nus. Il y a des officiers pour composer un camp volant, dont cent un
  n'ont pas servi, à ce que tout le monde me dit.

  «Il arriva hier un régiment de cavalerie. M. le marquis de Valdecania
  me dit qu'il attend le régiment de Grenade.

  «M. le comte de Fernand-Nunez, à qui sa charge donne le droit de
  commander dans le port, est allé à Chères pour peu de jours. A
  son retour, nous devons tenir un conseil d'officiers espagnols et
  français, afin de déterminer tout ce qui se peut faire, et que chacun
  se mette en devoir de remplir tout ce dont il sera chargé. Mais que
  peut-on faire? Ces gens-là n'ont pas un écu, et rien ne se remue ici
  qu'à force d'argent. Vous jugez bien, Monseigneur, que j'en donnerai
  plutôt du mien, si les équipages des vaisseaux ne suffisent point.

  «Un Espagnol, arrivé hier de Gibraltar d'où il s'est sauvé, rapporte
  qu'il y a quatre mille hommes dans la place, et que les barques
  catalanes et de la côte de Valence y apportent continuellement des
  vivres, et apparemment les nouvelles de tout ce qui se passe en
  Espagne. C'est M. le marquis de Valdecania qui a eu la bonté de me
  le dire. Je le priai très-instamment d'écrire à M. Chacon, capitaine
  général de la côte de Grenade, d'armer des tartanes et des barques
  pour donner la chasse aux Catalans et aux Valenciens. Ils ne se
  défieront pas de ces sortes de bâtiments dans la nouveauté, et l'on
  n'en aurait pas pendu une douzaine qu'ils ne trouveraient plus de
  serviteurs à si bon marché.

  «Il faut que M. le comte de Foncalade ait quelque raison, que je ne
  comprends pas, pour ne pas venir ici, le temps ayant toujours été
  favorable depuis huit jours. J'ai su qu'il avait dépêché un courrier
  au roi catholique, et je veux croire que c'est cette raison qui l'a
  retenu. Quand il aura l'ordre, le vent ne sera plus bon, et les
  ennemis formeront dans la suite un obstacle invincible.»

Cette lettre venait de partir lorsque du Casse en reçut une de
Pontchartrain, datée du 13 mai, le félicitant du tact et de la mesure
avec lesquels il agissait:

  «Monsieur, j'ai reçu la lettre que vous m'aviez écrite le 17 du mois
  passé, et j'ai rendu compte au Roi de la conduite que vous tenez avec
  M. le marquis de Valdecania et avec les autres officiers espagnols
  qui servent dans Cadix. Sa Majesté l'a approuvée entièrement et vous
  exhorte de la continuer, de manière que dans les mouvements que vous
  vous donnez pour contribuer à la défense de cette place, il puisse
  toujours leur paraître qu'elle les regarde particulièrement et que
  vous ne vous en mêlez que pour les aider.»

Presque chaque jour du Casse écrivait à Pontchartrain, ne variant pas
sur ce thème, que si l'armée navale ennemie voulait se donner la peine
de forcer l'entrée du port de Cadix, rien ne saurait l'en empêcher.

Sur ces entrefaites le ministre envoya à l'amiral un système de
fourneaux destinés à faire rougir les boulets pour incendier les
vaisseaux.

C'est donc à ce moment qu'on doit rapporter l'infernale et nouvelle
invention du tir à boulet rouge, si souvent employé depuis,
principalement sur mer et pour la défense des côtes.

Voici la curieuse lettre de Pontchartrain à ce sujet; elle est datée du
20 mai 1705.

  «Monsieur, je vous envoie le dessin que le sieur de Logivières
  m'adresse d'un fourneau pour faire rougir des boulets, avec
  l'explication sur la manière de s'en servir et de charger les canons.
  Vous verrez qu'elle est très-aisée et la dépense très-médiocre. On
  en peut tirer beaucoup d'utilité pour la défense de Cadix, n'y ayant
  point de vaisseaux qui osent tenir une demi-heure sous des batteries
  dans lesquelles on pourra se servir de ces boulets. Il ne s'agit
  que de s'y préparer et d'établir des fourneaux dans le Pontal, à
  Matagorde, et dans les autres endroits qu'on jugera à propos, avec
  les ustensiles nécessaires, de sorte qu'il ne reste qu'à y mettre le
  feu lorsqu'on en aura besoin.»

Malgré les préparatifs de toute sorte pour la défense de Cadix, le
Conseil des Indes crut que cette place, si elle était attaquée,
tomberait infailliblement aux mains des ennemis, et ayant dû renoncer
à faire partir les galions et la flotte, le Conseil fit décharger
les effets du roi d'Espagne et les fit envoyer à Séville. Au mois
de juillet, l'archiduc Charles étant venu mettre le siége devant
Barcelone, l'armée navale ennemie étant entièrement occupée à maintenir
le blocus de cette place, du Casse pensa qu'en faisant diligence les
bâtiments de commerce pourraient sortir de la rade de Cadix sans
danger, avec quatre vaisseaux français, et aller attendre le reste de
l'escorte que Louis XIV mettait à leur disposition à la rade de Gorée,
où ils seraient à l'abri d'un coup de main.

Mais du Casse ne voulait pas faire lui-même cette proposition
directement au Conseil des Indes, pensant qu'elle serait rejetée.
Il jugeait, pour la faire réussir, l'intervention du Roi de France
nécessaire; il savait que le Conseil des Indes ne se départirait
pas de ses anciennes idées, «car, dit-il avec autant de profondeur
dans l'esprit que de sagacité dans le jugement, c'est le propre des
ignorants de ne jamais vouloir changer ce qu'ils ont pratiqué.» Du
Casse exprime son opinion sur toutes les mesures à prendre dans une
lettre à Pontchartrain datée du 4 août, et prévient le ministre qu'il
a déjà mis l'ambassadeur au courant de la situation:

  «J'écris à M. Amelot et lui envoie un mémoire instructif de la
  conduite à tenir, de la convenance et de l'utilité qui en résultera.
  Je ne pourrais faire autre chose sans qu'on présumât que je voulais
  faire l'homme utile et mendier quelque grâce. J'aurais passé moi-même
  à Madrid pour donner une forme à tous les ordres qui conviennent et
  l'intelligence de mes pensées, répondre aux objections que formera le
  Conseil, et faire voir à M. Amelot l'inutilité des ordres qui ont été
  donnés, lorsque j'étais destiné à faire ce voyage.

  «J'ai déjà pris la liberté, Monseigneur, de faire en sorte de me
  dispenser d'aller aux Indes. Je vous demande la même grâce, mais je
  ne veux point que cela vous coûte la moindre discussion avec le Roi;
  _j'aime mieux mourir, et qu'il soit persuadé de mon zèle, que vivre,
  et que Sa Majesté eût le moindre doute sur ma bonne volonté_. Ainsi
  ma confiance ne met pas en doute que vous aurez la bonté de faire
  pour moi ce qui conviendra, et moi je remplirai tous les devoirs. Si
  je suis dispensé du voyage, je m'offre de rester jusques au départ.

  «J'ai pensé vous envoyer M. le baron de Lort pour m'amener les
  vaisseaux que vous me destinerez, si je ne suis pas dispensé du
  voyage; et en même temps je voulais vous supplier de lui accorder
  le commandement d'un vaisseau. Je puis vous assurer que vous ne
  le mettrez en mains de personne plus digne, et, outre ses bonnes
  qualités par rapport au service, il a l'esprit fait pour les
  Espagnols. J'espère de vos bontés que vous voudrez bien le lui
  accorder. Vous pouvez, en sa place, me donner M. le chevalier d'Amon,
  et j'aurai M. de Val. Vous aurez la bonté de vous souvenir que vous
  aviez nommé M. du Quesne, soit que j'y aille ou que je n'y aille
  point. Vous ne pouvez rien trouver de meilleur, et comme il faut
  quelque frégate, si vous la destinez de Toulon, elle me portera mes
  meubles et des provisions. Je vous avais prié, lorsque j'ai cru
  de partir, de m'accorder M. de la Salle Saint-Cricq; je prends la
  liberté de vous renouveler cette prière.»

Le comte de Toulouse appareillait à Toulon pour venir croiser dans la
Méditerranée. Du Casse, qui le savait, écrivit, le 10 août, tout ce
qui était venu à sa connaissance sur les agissements de l'armée navale
ennemie, priant Pontchartrain de faire parvenir au jeune prince sa
lettre, fort importante pour lui.

Du Casse était contraint d'employer les plus grands ménagements pour
obtenir des Espagnols la permission de leur être utile. Leur orgueil,
leur susceptibilité pointilleuse rendait la tâche délicate. On pourrait
dire des hommes de cette nation ce qu'en langage hippique on dit
souvent des chevaux de race: _Ils sont sur l'œil._

Cette manière d'être fut toujours un sujet d'étonnement pour les
officiers français qui se trouvaient avec du Casse. Ils étaient à cette
époque ce qu'ils sont encore de nos jours, confiants, trop confiants
même, et rien ne pouvait les surprendre autant que la défiance de leurs
alliés. Le commandant d'Aire se fait l'écho de cet étonnement dans la
lettre suivante, adressée à Pontchartrain le 11 août 1705:

  «Monseigneur, je viens de recevoir la lettre que vous me faites
  l'honneur de m'écrire du 14 juillet. Il n'est plus question de vous
  redire, Monseigneur, toutes les peines qu'on a eues de porter les
  Espagnols à consentir qu'on les gardât. Cette nation est si opposée
  à la nôtre, et si différente de toutes manières, qu'il n'a pas fallu
  moins que M. du Casse pour en venir à bout, ce qu'il m'a été facile
  sous les ordres d'un aussi bon général. A bord du _Constant_, rade de
  Cadix.»

Quelques jours après, comme il n'y avait plus à craindre l'armée
navale des alliés, retenue sur les côtes de Catalogne par le siége de
Barcelone, du Casse envoya d'Aire faire la course; il voulait qu'on
profitât de l'éloignement des vaisseaux ennemis pour ramener à Cadix
les marchandises, ainsi que les objets déchargés et transportés à
Séville; son espoir étant que l'on pourrait charger et faire partir
flotte et galions.

Le Conseil des Indes ne prenant aucune décision, du Casse, le 30 août,
écrivit à Pontchartrain pour insister sur la nécessité d'adopter
promptement un parti.

Le départ des galions et de la flotte fut enfin décidé, et le 4
septembre du Casse reçut de Pontchartrain l'invitation de se rendre
à Madrid, pour conférer avec l'ambassadeur de France, le marquis
Amelot[6], au sujet de cette entreprise que Louis XIV jugeait assez
importante pour adjoindre aux navires espagnols plusieurs vaisseaux de
guerre, et ordonner à du Casse de prendre le commandement de l'escadre.
L'amiral quitta Cadix le 6 septembre 1705 et arriva à Madrid le 14; il
se rendit immédiatement près du marquis Amelot, et le soir fut admis à
l'audience du Roi; le lendemain 16 il écrit à Pontchartrain:

  [6] Michel Amelot était issu (comme Jean-Jacques Amelot, ministre
  des affaires étrangères sous Louis XV, et Antoine-Jean Amelot, son
  fils, ministre de la maison de Louis XVI) de la branche cadette de
  l'ancienne et célèbre famille Amelot, qui occupait dès le XIIIe
  siècle une place importante dans la noblesse orléanaise.

  La branche aînée, qui a pour chef actuel M. le comte Charles Amelot
  de la Roussille, secrétaire d'ambassade, a marqué aux XVIIe et XVIIIe
  siècles dans la diplomatie, les lettres et les armes. Elle compte,
  entre autres illustrations, le célèbre Amelot de la Houssaye, le
  gouverneur de la Louisiane; Jean Amelot, petit neveu du maréchal de
  Villars, etc., etc.

  «J'ai reçu à Cadix les deux lettres que vous m'avez fait l'honneur
  de m'écrire des 10 et 19 d'août, la dernière par le courrier que
  je vous avais dépêché. Il arriva le 4, à onze heures du soir. J'en
  suis parti le 6 pour me rendre ici, ayant passé par Séville pour
  y conférer avec messieurs du consulat, au sujet de l'expédition
  des deux navires pour Porto-Bello et la Vera-Cruz; sur quoi nous
  avons été facilement d'accord, d'où il fut dépêché dès l'instant
  un courrier pour Cadix, avec ordre qu'on les préparât et qu'ils
  fussent en état de partir dès qu'on enverrait les dépêches de
  Madrid. J'ai aussi laissé l'ordre au sieur de Terville de se
  mettre en état de partir aussi pour Lima. M. Amelot m'ayant mandé
  que le roi catholique approuvait fort ma pensée sur cet envoi et
  que j'en donnasse les ordres, je suis arrivé en cette ville le 14,
  au soir.

  «Je me rendis dès l'instant au palais, n'ayant pas trouvé M. Amelot
  chez lui. J'y saluai S. M. C., et ensuite je me retirai, après avoir
  conversé un moment avec M. Amelot. L'accablement continuel où il
  est ne lui a pas permis que nous ayons encore travaillé ensemble,
  et, pour le soulager, j'ai passé, cette matinée, deux heures en
  conférence avec M. le duc d'Atrisco, président du Conseil des Indes,
  qui est tombé d'accord avec moi de toutes mes propositions, et je
  viens d'être informé que le Conseil avait donné ses consultes pour
  l'expédition des galions et de la flotte.

  «Ainsi, Monseigneur, voilà le grand point déterminé. Je ferai
  dépêcher un courrier, dès que tout sera en règle pour ordonner
  à Séville qu'on renvoie les effets qui avaient été retirés des
  vaisseaux, et à Cadix qu'on se prépare, qu'on charge et qu'on fasse
  partir les aviso, si je puis en obtenir les dépêches. Il ne tiendra
  point à moi ni à mes sollicitations que tout se fasse en diligence.»

Après avoir ainsi longuement entretenu ce ministre de l'expédition
projetée, du Casse consacre la seconde partie de sa lettre à venger
l'honneur d'un de ses officiers, le baron de Lort de Sérignan[7], à
qui était échu, après la blessure du chef d'escadre, le commandement
de l'_Intrépide_, à la bataille de Vélez-Malaga. Dans la fin de la
lettre qu'on va lire, le nom du marquis de Vilette n'est pas prononcé
comme celui du calomniateur du baron Lort, mais c'est évidemment lui
qui est en cause. En effet, le lieutenant général Vilette, blessé dans
son orgueil de commandant en chef que les ennemis aient paru craindre
davantage son chef d'escadre du Casse que lui-même, évite dans son
rapport de faire l'éloge de l'équipage de l'_Intrépide_, affectant même
d'en faire peu mention, tandis que, au dire de tous les contemporains,
la conduite de du Casse et celle de ses officiers fut admirable. Voici
du reste les termes chaleureux dans lesquels du Casse prend la défense
du baron de Lort de Sérignan:

  [7] Jacques-Joseph de Sérignan, baron de _Lort_, seigneur de Farlet,
  second fils d'Henry de Lort, marquis de _Sérignan_, deuxième du nom,
  et de Marie de Grasset, entré dans la marine en 1677, capitaine de
  vaisseau le 1er février 1702, commandait, en qualité de capitaine
  de pavillon de du Casse, le vaisseau l'_Intrépide_ à Velez-Malaga.
  Un moment en disgrâce par suite de rapports calomnieux, il vit son
  honneur victorieusement vengé par les soins de du Casse. Après une
  brillante carrière couronnée par le grade de chef d'escadre, il
  mourut au château de Sérignan le 7 décembre 1731.

  La famille de Lort Sérignan, famille d'ancienne chevalerie qui a
  donné à la France depuis le XIe siècle un grand nombre d'officiers
  distingués à toutes les époques de la monarchie, est de nos jours
  représentée dans l'armée de terre par Arthur de Lort, comte de
  Sérignan, capitaine au 104e de ligne. Ce jeune officier, par la
  publication de quelques ouvrages remarqués, tels que _le Siége de
  Montmédy_, _les campagnes de Guillaume III_, etc., a pris rang parmi
  les écrivains militaires de talent et d'avenir de notre époque.

  «Il m'est revenu, Monseigneur, qu'on vous a dit que, pendant le
  combat, après que M. Benet et moi furent blessés, le navire de M.
  de Vilette ayant pris feu à son derrière; il avait été contraint
  d'arriver, et que M. le baron de Lort avait aussi arrivé. J'avais
  bien ouï dire que le vaisseau de M. de Vilette était sorti de la
  ligne de la longueur du vaisseau seulement un instant, sans qu'il
  eût discontinué de tirer de ses trois batteries, mais jamais je n'ai
  entendu parler que l'_Intrépide_ eût arrivé un pouce, et conserva
  toujours toutes ses voiles au plus près du vent. Je sais même que
  pour lors le vent cessa et que les vaisseaux n'étaient plus sensibles
  'à leur gouvernail, ce qui le faisait abattre. M. de Vilette envoya
  son canot à l'_Intrépide_ et aux autres navires de l'arrière pour
  dire qu'on tînt le vent. L'on dit à l'officier: Voyez, la barre est à
  venir au vent, mais le navire ne gouverne pas.

  «Je ne voudrais pour rien au monde vous imposer la vérité, mais
  je serais indigne, si je ne vous faisais pas ce détail pour la
  justification de M. le baron de Lort, à qui je n'ai eu garde de
  parler de cette infamie. Je l'ai laissé à Cadix, au désespoir de
  l'indifférence que vous témoignez pour lui, et de ce que vous lui
  avez refusé la croix de Saint-Louis que vous avez donnée à tant
  d'autres qui ont moins de service que lui. Je n'ai pas resté que
  d'avoir ma part de sa mortification. Comment voudriez-vous qu'il eût
  servi avec moi en second, après avoir été en chef? J'ose vous dire
  qu'il ne mérite point ce traitement et que vous avez peu d'officiers
  de plus de zèle, de plus d'honneur et de plus de désintéressement,
  ce que je vous certifie en honneur. La marine ne finira jamais ce
  mauvais procédé. Je m'étonne que M. l'amiral n'ait pas été informé
  de cela. Il n'a pas pu voir la manœuvre du vaisseau: l'éloignement
  et la fumée étaient deux obstacles. Mais je sais que le lendemain il
  lui fit un fort bon accueil. Ce mauvais discours n'était pas encore
  forgé sans doute. Je vous prie, Monseigneur, de revenir de cette
  injuste prévention et de le mieux traiter; qu'en servant avec moi,
  nous n'ayons pas le déplaisir d'être mécontents l'un et l'autre, qui
  ne l'avons assurément pas mérité.

  «Le sieur du Houx est à Toulon. Je vous prie de le nommer sur le
  vaisseau qui m'est destiné.»

  «Je n'ai point le temps de vous écrire plus amplement, ayant été
  toute la journée occupé, et, quand je me suis retiré pour écrire,
  quatre grands d'Espagne me sont venus voir et m'ont tenu plus d'une
  demi-heure chacun.

  «Les nouvelles de Barcelone du 9 portent que les ennemis n'avaient
  rien entrepris, qu'ils se retranchaient auprès de la mer et qu'il
  faisaient amas de fascines. Je serais fort trompé si, dans la saison
  qu'il est, ils pensaient à ouvrir la tranchée à une ville comme
  celle-là. L'on craint que les révoltés s'emparent de Lérida; mais
  qu'en feront-ils après? Les ennemis pensent trop juste sur les
  événements pour penser de vouloir l'occuper. Nous avons encore quinze
  jours pour être hors de doute sur leurs progrès. Jusqu'à présent, les
  augures ne leur sont point favorables.»

La cour de France était fort inquiète du sort de Barcelone, assiégée
par les Autrichiens. Du Casse ne croyait pas que l'on pût enlever une
place de cette force; aussi le 9 octobre 1705, lorsque déjà depuis
quelques jours la ville était au pouvoir de l'ennemi, écrivait-il
encore à Pontchartrain, qui, dans chacune de ses lettres, lui en
demandait des nouvelles:

  «Monseigneur, je n'ai rien de nouveau à vous apprendre de Catalogne,
  le roi catholique n'ayant reçu aucun avis depuis celui du 18, non
  pas même d'Aragon. Pour moi, je vous avoue que je ne suis nullement
  alarmé et que je ne puis croire qu'ils prennent Barcelone le 18,
  n'ayant fait aucun ouvrage pour cela, et je compte tout le reste pour
  rien, Barcelone se conservant.

  «Il y a trois jours qu'il pleut, ce qui n'était pas arrivé depuis six
  mois complets, et les vents sont à l'est-sud-est. S'il se trouve de
  même à la côte de Barcelone, je n'y serais pas en repos.

  «M. Amelot vous a mandé comme les Portugais avaient passé la Guadiana
  en Estramadure. Le bon sens veut qu'ils fassent cette manœuvre pour
  retenir les troupes que l'on pourrait détacher.»

L'amiral du Casse se trouvait à Madrid, dans une position assez
singulière et qui lui plaisait fort peu. Chargé spécialement de traiter
toutes les affaires communes aux deux couronnes de France et d'Espagne,
se conduisant avec son bon sens naturel et sa loyauté toute française,
il voyait les habitants de la Péninsule agir avec nous, non pas comme
avec des alliés, mais comme avec des gens dont on se méfie sans cesse.
Ils semblaient ne pouvoir se décider à considérer comme des amis ceux
avec lesquels ils avaient été pendant des siècles en hostilité. Tout
plan, tout projet proposé par nous paraissait aux Espagnols conçu
dans un esprit d'intérêt exclusif. Ainsi, du Casse ayant demandé à
Philippe V, au nom de Louis XIV, la cession à la France du petit port
de Pentacola, dans le voisinage du Mississipi, éveilla de la part du
gouvernement espagnol les susceptibilités les moins bienveillantes.
Toutes les lettres de du Casse, à partir de cette époque, ont trait
à la malveillance des sujets du roi catholique. Aussi l'amiral, tout
en mettant dans sa conduite une excessive finesse et une admirable
prudence, ne restait-il à Madrid qu'à son corps défendant et pour le
plus grand bien du service de Louis XIV. Heureusement il marchait
parfaitement d'accord avec Amelot, l'ambassadeur de la cour de France.

Du Casse terminait ainsi une longue lettre, écrite le 23 octobre 1705
au comte de Pontchartrain:

  «Il n'est pas non plus à propos de proposer aucuns moyens pour la
  réformation du commandement des Indes et de leur navigation. Toutes
  les bonnes raisons et les bons moyens sont regardés pour mauvais.
  Avec ces sentiments, jugez s'il est possible d'y réussir. Ils seront
  forcés par nécessité d'avoir recours aux Français, et alors on pourra
  leur insinuer la convenance respective.»

C'est ce qui ne tarda pas à arriver. Le roi d'Espagne apprit, à la fin
du mois d'octobre 1705, la prise de Barcelone par l'archiduc Charles.
Il fut fort affecté de voir Gibraltar au sud, Barcelone au nord,
aux mains de ses deux plus redoutables ennemis, les Anglais et les
Impériaux. Il résolut de reprendre une de ces deux places.

Le récent insuccès de ses armées à Gibraltar, point isolé d'ailleurs en
quelque sorte dans ses Etats, lui fit craindre de ne pouvoir réussir de
ce côté; il se décida à faire une tentative sur Barcelone, ville qui
pouvait devenir un centre d'action pour l'archiduc, vu sa situation
dans une province toujours prête à la révolte.

Philippe V toutefois voyait bien qu'il ne pouvait, avec ses seules
forces, enlever Barcelone à ses ennemis. Il résolut donc d'implorer,
pour réussir, la protection de son aïeul; il lui envoya en mission
spéciale un grand d'Espagne, le comte d'Aguilar; mais il réservait
le principal rôle dans cette négociation à l'amiral du Casse, dont
il avait depuis longtemps apprécié les qualités et qu'il savait
très-influent à la cour de Versailles.

Voici comment l'amiral raconte, dans une lettre à Pontchartrain, en
date du 6 novembre 1705, la mission dont il fut chargé à ce moment par
le roi d'Espagne:

  «Monseigneur, j'eus l'honneur de vous écrire, le 2 de ce mois,
  par un courrier qui allait à Bordeaux et, comme il fut retenu un
  demi-jour, j'étais le soir au palais, attendant le coucher du roi.
  Mme la princesse des Ursins m'étant venue appeler, me dit que le roi
  et la reine désiraient que j'entrasse dans leur appartement. Leurs
  Majestés me dirent que les preuves que je leur avais données de mon
  zèle les avaient déterminés à me choisir pour m'envoyer au Roi. Je
  répondis à cela comme je le devais, et je priai M. Daubenton de vous
  l'écrire, ayant été occupé à des choses qui convenaient au service de
  Sa Majesté.

  «En apparence, partie de ces choses dont Leurs Majestés me veulent
  charger ne sont pas éclaircies, en ce que M. le comte d'Ayrones,
  qui était dans Barcelone, n'est point arrivé et que l'on ne sait
  que confusément ce qui s'est passé à la prise de cette ville, ni
  ce qui a dérangé la capitulation qui avait été faite entre M. de
  Velasco et le milord Péterbourg. L'on ne sait pas non plus si toute
  l'armée navale ou partie d'icelle est en route pour retourner en
  Angleterre. Il n'y a nulle nouvelle de Malgue et de Gibralter, d'où
  absolument on la verra en sortant. Les vents sont contraires depuis
  le vingt-huitième jour qu'elle est en vue de Carthagène. Il est cruel
  qu'il faille souhaiter qu'elle ait un vent favorable, en ce que
  restant elle touchera à Alicante ou à Malgue, où vraisemblablement on
  lui ouvrirait les portes.

  «Je vis hier au soir M. Amelot, qui me dit que le roi d'Espagne
  enverrait M. le comte d'Aguilar pour informer le roi des dispositions
  présentes. J'ai su qu'il a pris congé ce matin, mais que ce départ-là
  n'empêcherait pas le mien. Ainsi, Monseigneur, je ne sais quand on
  m'expédiera.

  «J'ai envoyé ordre à M. du Tertre de s'en retourner à Toulon, dès
  qu'il sera informé de la sortie de l'armée navale du détroit, et
  qu'il profitât d'un gros vent d'aval pour ne se point commettre, en
  cas qu'il fût resté des vaisseaux dans Gibraltar.

  «Le Conseil des Indes a fait un recueil de ces vaisseaux français qui
  ont été à la mer du Sud et de ceux qui se préparent pour y aller, et
  il a fait des représentations à Sa Majesté catholique dans le même
  esprit que nombre d'autres, que les Français les ruinent. Rien n'est
  plus fâcheux dans la situation présente.

  «J'ai pris la liberté de dire hier au soir à M. Amelot qu'il fallait
  que Sa Majesté donnât une déclaration qui traitât favorablement le
  Conseil, le remerciant de son zèle et de son application, qu'il
  l'exhortât de continuer son bon zèle, et que Sa Majesté aurait
  toute la déférence à se conformer à leurs représentations. Mon dit
  sieur Amelot a paru bien aise de me trouver dans ces dispositions,
  me disant qu'il pensait la même chose que moi, et, à l'égard de la
  flotte et des galions, de leur en laisser une entière et pleine
  disposition.

  «Imaginez-vous, Monseigneur, dans l'embarras où l'on est ici, quelle
  sûreté il y a que ces vaisseaux sortent. Il s'en est brûlé un au
  Pontal, appartenant à des particuliers de Séville, qu'on dit qui
  avait chargé pour quatre cent mille écus de marchandises, le tout à
  des Espagnols, ce qui augmentera la misère de cette nation. Comme je
  compte avoir bientôt l'honneur de vous voir, il serait inutile de
  m'étendre sur aucun sujet.»

Peu de temps après, du Casse partit pour Versailles, où il arriva au
commencement de 1706. Il vit les ministres et le Roi, expliqua à chacun
combien il était important de reprendre Barcelone, et essentiel d'agir
rapidement, avant que les armées navales ennemies, retenues loin du
théâtre de la guerre par la mauvaise saison, aient pu rentrer dans la
Méditerranée.

Les raisons mises en avant par du Casse furent si fort goûtées, qu'un
mois après son arrivée à Versailles il vit partir pour Toulon le grand
amiral comte de Toulouse et le maréchal de Cœuvres, qui allaient
prendre le commandement d'une armée navale française destinée à appuyer
devant Barcelone les opérations de l'armée de terre, conduite par
Philippe V en personne, ayant sous ses ordres le maréchal de Tessé.

Le 3 mars, les deux princes et les deux maréchaux de France arrivèrent
devant Barcelone. Au lieu d'attaquer sur-le-champ le corps de place,
ils commirent la faute de perdre leur temps au siége d'un fort détaché,
le _Mont-Jouy_, qui les occupa près de deux mois et ne se rendit qu'à
la fin du mois d'avril. Ce retard avait permis à une formidable
armée navale ennemie d'approcher. Le 8 mai, le comte de Toulouse dut
abandonner le siége sans combat, n'étant pas de force à soutenir la
lutte.

Le 12 mai, le roi d'Espagne, avec l'armée qu'il commandait, leva
également le siége et opéra sa retraite par le Roussillon. On lui
conseillait de se rendre à Versailles. Il refusa énergiquement de
prendre un parti indigne d'un fils de France. Il entra en Espagne par
le pays de Foix, gagna Pampelune et de là Madrid. Obligé d'en sortir
ainsi que la reine, à l'approche des Portugais, il joignit l'armée du
duc de Berwick.

Ce fut le 18 juin que la cour d'Espagne dut abandonner la capitale de
ce pays. Les ennemis étaient en ce moment maîtres de la plus grande
partie du royaume. Les troupes de France n'arrivaient pas. On craignit
de voir les villes du littoral, encore en la possession du petit-fils
de Louis XIV, tomber entre les mains de l'archiduc Charles. Les
quelques vaisseaux de guerre qui restaient à l'Espagne étaient dans la
rade de Cadix, ainsi que tous les galions et la majeure partie des
navires de commerce espagnols et beaucoup de français. Les faire sortir
était les donner à l'ennemi; les laisser à Cadix était risquer de les
voir tomber en sa possession, s'il s'emparait de la ville. Dans cette
occurrence, du Casse fut jugé seul capable de sauver ce qui restait de
la marine militaire ou marchande espagnole.

Il se trouvait à Versailles, souffrant d'une manière cruelle de la
blessure grave qu'il avait reçue à la bataille de Malaga. Il eut
l'ordre de se rendre immédiatement en Espagne pour s'assurer par
lui-même de l'état des choses. Il vit le Roi, qui lui prescrivit
d'aller de suite à Cadix, le laissant libre du reste d'agir comme il
l'entendrait. On s'en rapportait entièrement à son habileté.

Du Casse fit diligence. Le 6 juillet il était à Bayonne, et le 10 il
écrivit à Pontchartrain de cette ville:

  «Monseigneur, j'arrivai ici le 6 au soir. J'en serais parti, si
  j'avais trouvé des voitures. La poste d'Espagne ne traîne point de
  chaises, et il ne m'est pas possible de changer cette voiture,
  ma jambe pouvant avec peine même la supporter; elle est, à peu
  de chose près, au même état que lorsque je partis de Versailles.
  Je prends demain la route de Saint-Jean-Pied-de-Port, à la suite
  de l'artillerie, où il a passé d'autres chaises. Je me rendrai à
  Pampelune pour y joindre quelque régiment de cavalerie pour me rendre
  auprès du roi d'Espagne. J'étais déterminé de m'en aller par Burgos,
  pour y faire la révérence à la reine; mais M. Ory, avec lequel j'ai
  eu des conférences, m'en a détourné pour m'engager de me rendre
  auprès de Sa Majesté et pour continuer la route pour Cadix, que je
  trouve impossible, aucun voiturier ne voulant l'entreprendre.»

  «Je ne prévois pas que je puisse rendre aucun service en Espagne, et
  j'ose croire que dans la situation présente je pourrais vous être
  de quelque utilité, et quoique vous ayez eu la bonté de m'écrire à
  Toulon que je pouvais rester, si je ne croyais pas pouvoir être utile
  en Espagne, je vous avouerai avec liberté que je ne le prévois que
  trop clairement, mais que la vergogne me surmonte. L'on pourrait
  croire que j'ai saigné du nez... J'attends vos ordres.»

Des secours étant arrivés au roi d'Espagne, il prit l'offensive;
secondé par l'habile et intrépide Berwick, en très-peu de temps
il reprit aux alliés tout ce dont ils s'étaient emparés, excepté
Barcelone. Du Casse l'avait joint, et l'aidait de ses conseils. Il
était auprès de ce prince à sa rentrée triomphale au mois de septembre
dans Madrid, aux acclamations enthousiastes du peuple.

Du Casse trouva à Madrid des lettres de la cour de Versailles
l'informant qu'il allait recevoir le commandement d'une escadre de
vaisseaux français appareillant de Brest, pour conduire en Amérique la
flotte de Cadix et en ramener les galions chargés des impôts perçus, au
nom du roi catholique, dans le nouveau monde.

Du Casse redoutait cette mission et aurait volontiers décliné l'honneur
qui lui était fait. Sa santé était si mauvaise qu'il écrivit le 28
septembre 1706 à Pontchartrain:

  «Je vous prie de me permettre de passer l'hiver en mon pays, pour me
  trouver en état de profiter de la première saison de Bagnères. J'en
  ai besoin, sans dissimulation, autant pour mon pied et ma jambe que
  pour la sciatique qui me veut dépêcher.»

En réponse à cette demande, du Casse obtint un congé d'un mois
pour aller respirer, au pays natal, l'air pur des Pyrénées. A la
fin d'octobre 1706, il quitta Madrid pour venir chez son neveu, à
Bayonne, où il arriva le 4 novembre. Il y était à peine qu'il reçut de
Pontchartrain l'avis qu'on lui expédiait ses lettres de service pour le
commandement qui lui était destiné. Il écrivit au ministre:

  «J'arrivai avant-hier en cette ville (Bayonne), à dix heures du soir
  par un temps affreux. J'ai trouvé la lettre que vous me faisiez
  l'honneur de m'écrire à Madrid du 10 d'octobre, qui m'a été renvoyée
  par M. Daubanton. Je n'avais garde, Monseigneur, de dormir. Lorsque
  j'ai eu l'honneur de vous écrire que je fusse destiné pour commander
  l'escadre de Brest, j'ai pris la liberté de vous dire que j'aurais
  bien souhaité d'en être dispensé; mais, Monseigneur, il me paraît
  que vous n'entrez pas dans mes raisons et que vous désirez que ce
  soit moi qui en sois chargé. Je prendrai la liberté de vous dire que
  je ferai ce qu'il vous plaira. Il n'y a rien de pressé. Je puis
  savoir de vous vos intentions. Je me rendrai à la cour incessamment.
  Il serait inutile que j'allasse à Brest, les ordres pour l'escadre
  n'étant pas encore envoyés de Madrid, le courrier n'ayant apporté
  que ceux pour les navires de la mer du Sud, et pour le sieur de la
  Rigaudière, et pour un aviso pour la Nouvelle-Espagne, qui ont été
  laissés à Saint-Sébastien, d'où il partira au premier beau temps et
  auquel j'envoyerai les ordres pour la route qu'il doit tenir, lui
  étant ordonné de les recevoir de moi. M. de la Rigaudière partira au
  premier vent favorable. Les dépêches sont arrivées. Je joindrai aux
  instructions du Roi ce qui me paraîtra convenir par la navigation
  allant et venant.»

  «Je vous envoie, Monseigneur, les paquets qui contiennent les ordres
  pour la mer du Sud; il n'y a que ce départ qui presse pour profiter
  de la saison pour entrer dans la mer du Sud. A l'égard des autres
  vaisseaux pour Carthagène, Porto-Bello et la Havane, pour attendre
  la flotte de la Nouvelle-Espagne, pourveu qu'ils partent à la fin
  de janvier, ce sera encore assez tôt, et j'oserais assurer qu'ils
  auront encore du temps inutile, les uns à attendre les galions
  et les autres la flotte, et à juger par les apparences, les uns
  ni les autres ne seront pas prêts. Le temps est très-différent du
  passé où les flottes allaient à coup sûr. Le pays étant dégarni de
  marchandises, il était naturel que les flottes fussent expédiées à
  un temps réglé, mais à présent tout est dérangé en ce pays-là par la
  quantité de vaisseaux qui ont fourni les royaumes de marchandises.

  «Il n'y a personne qui puisse déterminer l'expédition de ces
  vaisseaux, et je vous avouerai que je serai plus surpris que
  personne, si les vaisseaux que vous destinez pour convoyer les deux
  flottes en ramènent aucune, ne pouvant me persuader qu'elles puissent
  être prêtes, et les vaisseaux du roi n'ayant des vivres que pour
  rester trois ou quatre mois pour les attendre. Que feront-ils, s'ils
  ne sont pas prêts? La prudence ni la capacité des chefs qui les
  doivent ramener n'y sauront contribuer, et à leur retour ils seront
  l'opprobre du public.

  «L'obstacle des ennemis est moindre; mais il ne laissera pas d'être
  considérable. C'est la raison qui me fait craindre ma destination.
  Si j'avais été auprès de vous, Monseigneur, lorsqu'on a projeté cet
  envoi, j'aurais pris la liberté de vous faire mes observations, et
  peut-être aurais-je pu vous persuader à ne pas envoyer les escadres
  jusqu'à ce que j'aie eu la certitude de l'état où étaient les
  galions et la flotte, et à régler le départ avec quelque fondement,
  au lieu qu'à présent vous envoyez les escadres sans savoir si les
  vaisseaux espagnols pourront profiter de leur escorte. Je ne prise
  pas mes opinions et je peux personnellement me tromper. Je le serai
  très-fort, si elles ramènent aucun vaisseau. A l'égard de ceux de la
  mer du Sud, il faut profiter de la saison. C'est elle qui détermine
  l'envoi, et je trouve, Monseigneur, que vous faites très-bien. Cet
  envoi n'est pas du goût des Espagnols, mais vos raisons ne sont que
  les leurs. Il n'y a que deux vaisseaux dans les ordres. Cette réserve
  de deux à trois est faite par prudence.

  «Le courrier m'a remis une lettre du roi catholique pour le Roi.
  J'aurais peur qu'elle ne tardât trop, si je la retenais. Je prends
  la liberté de vous l'envoyer. Sa Majesté catholique me paraît assez
  contente de moi. En prenant congé d'elle à Ségovie, elle me dit
  qu'elle en écrirait au roi, et peut-être que c'est une lettre en ma
  faveur.»

L'escadre dont il est question dans toutes les lettres précédentes
devait être armée à la requête du roi d'Espagne. Au mois d'août, alors
que du Casse était auprès de lui, ce prince avait fait demander à la
cour de France deux escadres, une de sept vaisseaux de guerre destinée
à aller chercher et à ramener la flotte de la Nouvelle-Espagne, qui
était au Mexique chargée de richesses, et une autre de huit, qui devait
mener à Carthagène des galions renfermant des marchandises d'Europe et
en ramener d'autres, sur lesquels se trouvaient les trésors d'Amérique.
Sur ces huit vaisseaux deux iraient au Pérou porter les ordres de
Philippe V.

Le roi catholique offrait de couvrir toutes les dépenses qui seraient
faites par le gouvernement français; les richesses rapportées
d'Amérique garantissaient le remboursement.

D'après une lettre qu'il reçut à Bayonne de Pontchartrain, du Casse
s'empressa d'écrire à Philippe V que le roi de France avait accédé
à ses désirs, et que l'ordre avait été donné pour que les quinze
vaisseaux, demandés par Sa Majesté espagnole, appareillassent à Brest
dans le plus bref délai.

Aussitôt après avoir reçu la missive de du Casse et l'avoir communiquée
à ses ministres, ainsi qu'au Conseil des Indes, le roi d'Espagne rendit
un décret, daté du 26 novembre 1706, par lequel Sa Majesté catholique
ordonnait: «qu'il serait pris sur les effets de la flotte la somme de
413,528 piastres pour le remboursement de la dépense des sept navires
qui devraient composer l'escadre pour le Mexique, et 469,642 piastres
pour celle des huit vaisseaux destinés pour l'escorte des galions et
pour le Pérou.»

Immédiatement les deux escadres furent formées, mais, les préparatifs
terminés, du Casse représentait au ministre qu'il ne pouvait se charger
au cœur de l'hiver, par des vents contraires, de se rendre en Amérique.
La nouvelle vint en même temps que les richesses du Pérou n'étaient pas
encore à Panama, et que par conséquent il faudrait rester là longtemps
pour les attendre.

Sur les observations faites par du Casse, la destination de ces
quinze vaisseaux fut changée et le commandement en fut donné à
du Quesne-Monnier. Cet officier, sorti de Brest au mois de mars,
rencontra quinze bâtiments de commerce anglais dont il s'empara. Ils
étaient justement chargés de poudre, de fusils, de selles, brides,
harnachements de toutes sortes, en un mot des choses qui étaient
nécessaires aux troupes britanniques faisant alors campagne dans la
péninsule espagnole et dénuées de tout.



LIVRE VII

De 1707 à 1715.

LA MARTINIQUE. LES GALIONS. BARCELONE.

  Du Casse part pour l'Amérique (12 octobre 1707).—Son arrivée à la
  Martinique et à Saint-Domingue.—A Carthagène (mars).—Il part pour
  la Havane avec les galions.—Là, il reçoit des instructions apportées
  par le marquis d'Ars.—Du Casse nommé lieutenant général des armées
  navales de France (27 décembre 1707).—L'escadre et du Casse quittent
  la Havane le 1er juillet 1708.—Rencontre et prise de six vaisseaux
  anglais richement chargés.—L'amiral entre au port du Passage près
  Bilbao avec sa capture et les galions (28 août 1708).—Instructions
  en date du 2 juin 1708 remises à du Casse, pour le paiement intégral
  des frais de l'expédition.—Lettre du comte de Toulouse à du
  Casse.—En juillet 1710, il reçoit l'ordre de se rendre de nouveau
  à Panama pour ramener d'autres galions menacés par les escadres
  anglo-hollandaises.—Histoire de cette nouvelle et importante mission
  entreprise pour sauver la monarchie espagnole.—Départ de Brest, en
  mars 1711, de du Casse et de son escadre; ses sages instructions à
  ses capitaines.—Il apaise en passant à Saint-Domingue une émeute
  populaire.—Rapport sur cette affaire.—Du Casse se rend à Carthagène
  le 2 juin et y trouve les galions.—Il fait mettre les trésors sur
  ses vaisseaux.—Sa ruse pour tromper l'escadre ennemie.—Il sort
  du port de Carthagène (3 août).—Il atterrit au port de Paix (26
  août).—Lettre de Charitte, gouverneur de l'île.—L'amiral reçoit les
  provisions de commandeur de Saint-Louis.—Lettre de Berthomier (18
  septembre) sur l'escadre de du Casse.—Violente tempête.—Relâche
  à la Martinique; on ne peut partir qu'au commencement de
  décembre.—Lettre de Charitte à Pontchartrain (25 novembre).—Entrée
  au port de la Corogne en avril 1712.—Le comte de Durtal envoyé par
  du Casse à Philippe V.—Grande joie à la Cour et dans toute l'Espagne
  à la nouvelle de l'arrivée des galions qui sauvent la monarchie.—Du
  Casse nommé chevalier de la Toison-d'Or (24 avril 1712).—L'amiral
  reçoit l'investiture de la main du roi à Madrid (23 mai).—Lettres
  relatives à la mission si heureusement et si habilement accomplie
  par du Casse.—Une page de Saint-Simon; le duc est jaloux de du
  Casse.—L'amiral du Casse de retour à Paris et nommé commandant en
  chef de l'armée navale devant Barcelone (1713).—Louis XIV désire que
  du Casse se rende à Toulon pour activer les préparatifs.—La santé
  de l'amiral le retient quelque temps à Paris.—Son voyage.—Il est
  forcé de s'arrêter à Moulins et à Bourbon-l'Archambault.—Lettres de
  Pontchartrain et de Louis XIV.—La santé de du Casse le contraint à
  quitter le siége et à se rendre à Bourbon avec son gendre.—Sa mort
  (25 juillet 1715).


Au mois de septembre 1707, la _Nymphe_, frégate de vingt canons,
commandée par le chevalier de la Fayette, fut envoyée au Mexique
annoncer l'arrivée prochaine de l'escadre de du Casse, afin que le
vice-roi fît mettre la flotte en état d'appareiller.

En effet, un mois plus tard, le 12 octobre 1707, du Casse partit de
Brest avec cinq vaisseaux et une frégate: le _Magnanime_, sur lequel
il avait arboré son pavillon, le _Grand_ monté par M. de Serquigny,
l'_Elisabeth_ par M. de Champmeslin, le _Glorieux_ par M. de Poudens,
l'_Hercule_ par M. de Chavagnac, la _Thétis_ par M. de Villiers de
l'Isle-Adam; il fut joint en mer, à peu de distance du port, par deux
frégates, venues du Havre: la _Diane_ commandée par M. de Laiguillette,
et l'_Atalante_ par le chevalier de Rancé.

Du Casse fit route jusqu'à la Martinique sans rencontrer d'ennemi.
De cette île, il se rendit à Saint-Domingue. Obligé de faire séjour
dans ces deux colonies, il envoya trois navires de faible tonnage au
gouverneur et au général des galions, avec mission de les engager à
tout préparer pour qu'il pût repartir avec les galions qu'il était venu
chercher; ayant même su que la flotte se trouvait dépourvue de beaucoup
de choses, il la fit ravitailler par la frégate marchande le _duc de
Bourgogne_.

A Carthagène se trouvait un gouverneur qui aurait servi plus volontiers
l'archiduc que Philippe de France et qui faisait subir mille vexations
aux Français. Il avait fait mettre le séquestre sur plusieurs navires
appartenant à des particuliers de notre nation et avait causé la ruine
à peu près complète d'un sieur de Valeille. Lorsque du Casse arriva
à Carthagène vers le milieu du mois de mars, Valeille lui exposa ses
griefs. L'amiral le prit de fort haut avec les autorités espagnoles,
qui, effrayées, se hâtèrent de réparer leurs actes iniques; justice fut
faite.

Du Casse passa peu de temps sur le continent d'Amérique et s'en fut
avec les galions à la Havane. Là il trouva une frégate française, le
_Ludlow_, sur laquelle était le capitaine de vaisseau Louis de Brémond,
marquis d'Ars. Cet officier apportait à du Casse des instructions. Au
mois de février 1708, le marquis de Brémond d'Ars avait reçu celles qui
suivent:

  «Sa Majesté ayant résolu d'envoyer par une frégate exprès un paquet
  de conséquence au sieur du Casse, lieutenant général de ses armées
  navales qui commande l'escadre qui est à présent en Amérique, elle
  a fait choix pour ce service de la frégate le _Ludlow_, que le dit
  sieur marquis d'Ars commande, étant persuadée qu'il s'acquittera de
  l'exécution de cet ordre avec toute l'exactitude possible. Pour cet
  effet elle donne ordre au sieur de Begon, intendant à Rochefort, de
  lui donner des vivres autant que cette frégate en pourra porter, afin
  qu'elle en ait pour tout le temps que durera son voyage. L'intention
  de Sa Majesté est qu'aussitôt que le vent lui permettra de mettre
  à la voile, il appareille et qu'il fasse voile en toute diligence
  pour le Cap-Français de Saint-Domingue, où il pourra apprendre des
  nouvelles certaines de l'endroit où sera ledit sieur du Casse. Si le
  sieur de Charitte ne pouvait lui en donner, parce que le dit sieur
  du Casse a abordé par la bande du sud, il enverra un exprès par les
  terres au comte de Choiseul, au comte d'Eslandes, par lequel il sera
  informé du temps du départ du sieur du Casse et de la route qu'il
  aura faite, et pour ne point perdre de temps, en attendant le retour
  de cet exprès, il prendra les rafraîchissements dont il pourra avoir
  besoin et demandera au sieur de Charitte un pilote qui le mènera
  par le vieux canal à la Havane, où le dit sieur du Casse doit être
  suivant ses ordres, et s'il ne se trouve pas en ce port, il faut
  qu'il l'aille chercher où il sera et qu'il fasse toute la diligence
  qui pourra dépendre de lui pour le joindre, et après il aura soin
  d'exécuter les ordres que ledit sieur du Casse lui donnera; mais en
  cas qu'à son arrivée à la Havane il le trouvât parti pour revenir
  en Europe, l'intention de Sa Majesté est qu'il tâche de prendre un
  fret audit port de la Havane pour gagner la dépense de son voyage et
  qu'il revienne ensuite le plus diligemment possible aux rades de la
  Rochelle.»

Le marquis de Brémond d'Ars remit à du Casse les provisions de
lieutenant général des armées navales, vice-amiral de France. Le
27 décembre 1707, tandis qu'il faisait campagne, ses services lui
avaient obtenu cette haute distinction, aux applaudissements de tous.
Saint-Simon, si peu bienveillant d'ordinaire pour du Casse, enregistre
dans ses Mémoires cette nomination, en disant: «_Il y eut deux
lieutenants généraux, le mérite fit du Casse, la faveur fit d'O._»

Le 1er juillet 1708, l'escadre française partit de la Havane. Quelques
jours après, six vaisseaux anglais furent signalés. La chasse leur fut
donnée. Ils furent pris. On y trouva un chargement considérable. Aucun
autre incident n'étant venu retarder sa marche, du Casse fit le 28
août son entrée dans le _Port-du-Passage_ près Bilbao, avec sa riche
capture, ayant rempli sa mission sans avoir subi aucune perte; «_du
Casse_, dit Saint-Simon, _qui était allé chercher les galions dont
on avait si grand besoin, les ramena riches de cinquante millions en
argent et de dix millions de fruits. Il arriva au Port du Passage le 27
août._»

Il y trouva des instructions pour faire opérer le remboursement des
frais de l'expédition, entre autres des lettres patentes signées de la
main même de Louis XIV et datées du 18 avril.

Outre ces lettres patentes, l'ambassadeur de famille, d'Aubenton, fit
remettre à du Casse, des instructions, datées du 2 juin de la même
année (1708), que nous croyons devoir reproduire ici. L'insistance
que met Louis XIV à ce que les frais de l'expédition soient payés
exactement, sans réclamer un centime de plus que le dû légitime, jette
un jour curieux sur l'honnêteté avec laquelle se faisaient sous ce
règne les opérations financières.

  «De par le Roy:

  «Sa Majesté a fait armer dans les ports de Brest et du Havre une
  escadre de sept vaisseaux de guerre et de deux frégates sous le
  commandement du sieur du Casse, lieutenant général de ses armées
  navales, pour aller prendre au Mexique, sous son escorte, la flotte
  de la Nouvelle-Espagne. Sur l'offre qui en a été faite par le roy
  catholique d'en faire payer la dépense sur le produit des effets
  de cette flotte, et étant nécessaire de commettre quelque personne
  de confiance et entendue dans le commerce d'Espagne pour liquider,
  si n'a été, les sommes qui doivent revenir à Sa Majesté pour son
  remboursement de cette dépense et la faire remettre à ses ordres, de
  même que de ce qui peut regarder et concerner l'exécution du décret
  de Sa Majesté catholique du 26 novembre 1706 et les intérêts des
  négociants français dans ladite flotte, elle a fait choix du sieur
  du Casse pour travailler, avec le commissaire ou les commissaires
  qui seront nommés par Sa Majesté catholique, à la liquidation de ce
  qui lui doit revenir, lui donnant pouvoir de prendre connaissance
  de tout ce qui est en cela de son service, d'en arrêter les comptes
  conjointement avec lesdits commissaires de S. M. Catholique,
  d'empêcher qu'il ne soit débarqué en fraude aucun effet de ceux qui
  auront été chargés dans les vaisseaux de Sa Majesté, de les faire
  reconnaître et visiter en présence des commissaires à la répartition
  des sommes concernant ladite dépense et les droits du roi d'Espagne,
  afin que les effets qui appartiennent aux sujets de Sa Majesté ne
  soient pas plus surchargés que ceux des Espagnols.»

  «Fait à Versailles, 2 juin 1708.»

Du Casse fut retenu quelque temps en Espagne par les règlements de
comptes; il montra beaucoup de dextérité et se tira, à son honneur,
de cette ennuyeuse mission. Il acquit même une réputation d'habileté
dans l'art de mener à bien ce genre de négociations, et un an plus
tard, à la fin de l'année 1709, Philippe VI ayant cru devoir apporter
des modifications, très-fâcheuses pour les armateurs français, aux
conventions qui réglaient le sort des prises amenées par ceux-ci dans
les ports d'Espagne, M. le comte de Toulouse consulta du Casse sur ce
qu'il y aurait à faire à cet égard, par une lettre qu'il lui écrivit le
24 janvier 1710.

  «Je ne doute pas, Monsieur, que vous n'ayez été informé des
  changements que le roi d'Espagne vient de faire au sujet des prises,
  qui sont menées dans ses ports par des armateurs français et qui
  consistent à révoquer l'exemption qu'il avait accordée pour les
  effets de ces prises qui se rendent en Espagne, et à ordonner aux
  conseils de ne plus faire aucune procédure sur les prises, mais de
  les laisser faire aux officiers de justice espagnols.

  «A l'égard de la révocation de l'exemption, il est aisé de comprendre
  quel préjudice elle cause à la course; il se peut que l'on demande
  actuellement à Cadix 20,000 fr. de droits pour une prise, qui n'a
  été vendue que 60,000 fr. L'article des procédures est encore plus
  précieux; car, outre que celles qui sont faites par les juges
  espagnols sont chargées d'une infinité de papiers inutiles et où il
  est impossible de rien connaître, comme je l'ai éprouvé plusieurs
  fois, cela jettera les armateurs dans des frais et des longueurs
  qui les abîmeront, sans compter que les Espagnols étant de mauvaise
  humeur comme ils le paraissent à présent, il n'y aura point de juges
  à qui pour cent pistoles un Hollandais ne fasse faire la procédure,
  de telle sorte qu'il sera impossible de n'en pas prononcer la main
  levée. Il est très-important, pour le bien de la course qui n'est
  déjà que trop ruinée par d'autres endroits, qu'il plaise au Roi de
  prendre des résolutions à cet égard.

  «Le roi d'Espagne a fait un état par lequel il ordonne à tous ses
  armateurs de ramener leurs prises dans le lieu de leur armement, sans
  pouvoir s'en dispenser sous quelque prétexte que ce puisse être. Je
  ne sais s'il ne serait pas à propos d'ordonner la même chose à nos
  corsaires français et je suis persuadé que, nonobstant le risque
  qu'il y a à courir de la part des ennemis, tous ceux qui ont intérêt
  dans les armements seraient fort aises de voir cet ordre donné,
  parce que la facilité que l'on a eue de permettre aux Français de
  mener leurs prises en Espagne, n'a servi à autre chose qu'à donner
  lieu à beaucoup de friponneries, car les conducteurs, sous prétexte
  de les faire vendre, se les font adjuger pour le tiers ou pour la
  moitié de leur juste valeur, et ensuite les ramènent en France, où
  ils les revendent ce qu'elles valent, à la vue même des intéressés à
  l'armement, qui voient le tort qu'on leur fait sans y pouvoir donner
  ordre.»

  «Versailles, 24 janvier 1710. Signé: Louis Antoine de BOURBON.»

Si du Casse méritait que le grand amiral de France eût ainsi recours à
ses lumières pour s'éclairer sur une question fort importante, comme
a pu en faire juger la lettre que l'on vient de lire, il avait encore
bien davantage l'estime et l'admiration générales par l'adresse avec
laquelle il avait su, l'année précédente, ramener sans encombre les
richesses des galions. Au milieu de l'année 1710, on sut que d'autres
galions, bien plus richement chargés encore, étaient réunis à Panama.
On apprit aussi que les armées navales de Hollande et d'Angleterre
avaient reçu l'ordre de prendre la mer et de surveiller leur départ,
pour s'en emparer coûte que coûte. Seul, du Casse fut jugé digne et
capable du commandement de l'escadre français mise à la disposition du
roi d'Espagne. Malgré la confiance qu'inspirait du Casse, le cabinet
de Versailles hésita avant d'accorder les vaisseaux que demandait
Philippe V. En présence des armées navales ennemies, véritablement
formidables, qui tenaient la mer, il parut imprudent d'entreprendre
une pareille expédition. Mais le cabinet de l'Escurial représenta avec
force qu'il n'y avait plus d'argent dans les coffres du trésor royal,
qu'on ne pouvait entretenir les troupes plus longtemps, et que s'il ne
pouvait avoir les richesses du Nouveau-Monde, le fils de France, qui
occupait le trône de Charles-Quint, allait être obligé de manquer à ses
engagements et de faire banqueroute. Louis XIV céda.

Du Casse fut donc chargé de la glorieuse et difficile mission de sauver
l'honneur de la monarchie espagnole.

Dès les premiers jours du mois de janvier 1711, l'amiral se rendit
à Brest. Le 11, il arrêta, avec l'assentiment du ministre, la liste
des officiers devant servir sur les vaisseaux qu'on armait. Le
_Saint-Michel_ fut désigné comme vaisseau amiral, et les ordres
suivants donnés:

  26 janvier.

  «Ordre du roi qui enjoint au sieur Chaze, commissaire de la marine,
  de servir à la suite de l'escadre des vaisseaux que Sa Majesté fait
  armer au port de Brest, sous le commandement du sieur du Casse, et
  de s'embarquer sur le _Saint-Michel_ ou sur tel autre vaisseau que le
  lieutenant général du Casse jugera à propos.»

  Le 27 du même mois.

  «Ordre du roi, qui ordonne au sieur de Jourdan de faire, sous les
  ordres ou en l'absence du sieur Chaze, les fonctions de commissaire
  de la marine à la suite de l'escadre de vaisseaux que Sa Majesté
  fait armer au port de Brest sous le commandement du sieur du Casse,
  lieutenant général des armées navales.»

Pendant son séjour à Brest, du Casse ne s'occupa pas uniquement de
l'armement de l'escadre qui lui était destinée. Il consacrait aussi
bien des moments au soin des intérêts généraux du corps de la marine.
Il seconda de tous ses efforts Du Guay-Trouin, qui faisait ses
préparatifs pour la célèbre expédition de Rio-Janeiro.

Il favorisa la prospérité de la compagnie de l'_Assiento_, qu'il avait
formée, ainsi qu'on l'a vu, en 1701. Il écrivit, le 15 mars 1711,
à l'un de ses directeurs, le célèbre Crozat, père de la belle et
vertueuse duchesse de Choiseul-Stainville, femme du ministre de Louis
XV, la lettre suivante:

  «Je viens de recevoir votre dépêche du 11, monsieur, et d'écrire à M.
  de Chipaudière de faire sortir votre vaisseau au premier bon vent,
  après qu'il sera prêt. Vraysemblablement cela doit aller jusqu'au
  20; pour moy, je suis tout prest, je vous remercie et la compagnie
  de Saint-Domingue, des ordres que vous envoyez à Saint-Louis pour
  expédier un vaisseau si j'en ay besoin. Ce que j'y ay affaires
  regarde M. le duc d'Albuquerque, et rien ne me presse. Votre vaisseau
  est ce qu'il me faut, et pour l'aller et pour le retour, ainsy que
  j'ai eu l'honneur de vous le dire.

  «M. du Guay-Trouin armé, il peut, dans ses besoins éloignés pour la
  course, prendre des vaisseaux à quelque colonie où il y aura des
  nègres qui pourraient l'embarrasser pour la vente; il demande des
  ordres pour tous les facteurs de nos comptoirs, qu'ils aient à les
  recevoir pour les vendre pour son compte en payant à l'_Assiento_,
  sur le prix d'iceux, 30 pour 0/0, exempts de tous droits; il ne peut
  arriver aucun inconvénient en le lui accordant, et au contraire un
  grand préjudice à la compagnie de ne le pas faire. Si vous ne voulez
  pas vous donner ce soin, monsieur, chargez-en M. Legendre, et envoyez
  audit sieur du Guay des expéditions conformes au modèle que je vous
  envoie. Je vous remercie de tout mon cœur des nouvelles que vous me
  donnez de M. de Vendosme.»


A la fin de mars, l'amiral du Casse quitta Brest. La saison était
mauvaise, les coups de vent très-violents. Craignant d'être séparé
de ses vaisseaux, il donna rendez-vous à chaque capitaine au port
Louis de Saint-Domingue, en cas de dispersion. Bien lui prit de cette
précaution. A cent lieues environ des côtes de France, deux bâtiments,
l'_Hercule_ et le _Griffon_, furent entraînés loin de lui. Il se
dirigea vers Madère. A peu de distance de cette île, il rencontra un
navire portugais richement chargé, dont il s'empara.

Après avoir fait relâche à Madère, il fut à Porto-Rico, y resta
quelques jours, s'approvisionna d'eau et de différentes autres choses
dont il avait besoin. Il lui fut rapporté dans cette ville, que les
habitants de Santo-Domingo s'étaient mis en révolte contre l'autorité
de Philippe V et avaient reconnu l'archiduc Charles. En qualité de
capitaine général d'Espagne, du Casse crut devoir se rendre en cette
ville, afin de faire tout rentrer dans l'ordre. En y arrivant, il
reconnut qu'on avait fait courir un faux bruit. Voici du reste comment
il raconte cet incident au gouverneur de Saint-Domingue, le chevalier
de Charitte, ainsi que le rapporte cet officier dans une lettre écrite
à Pontchartrain un mois et demi plus tard, le 23 juin:

  «J'ai reçu une lettre de M. du Casse, qu'il m'a écrite du 12 mai
  dans la ville de Saint-Domingue. Il me marque qu'en y passant il y
  a esté quatre heures et qu'il allait à Saint-Louis pour y joindre
  l'_Hercule_ et le _Griffon_ qui s'étaient séparés de lui au cap
  Finistère par un coup de vent. Il m'a aussi écrit de ce dernier
  endroit (Saint-Louis), le 27 du même mois. Il me marque qu'il avait
  descendu à terre au premier (Santo-Domingo), par ordre du Roi,
  sur de mauvais propos qu'avait tenus la _Gazette de Hollande_,
  que ses sujets dans cette île et dans celle de Porto-Rico avaient
  reconnu l'archiduc Charles, et que Sa Majesté, dans ce doute, lui
  avait ordonné de préférer son service à celui du roi d'Espagne, de
  rester avec ses vaisseaux dans ces mers et de déclarer la guerre aux
  habitants de ces deux endroits; mais que, comme il a su qu'il n'en
  était rien, il allait continuer le projet pour lequel il était armé
  et comptait mettre à la voile dans deux ou trois jours; cependant il
  n'y a mis que le 2 de ce mois.»

De Santo-Domingo, du Casse vint au port Saint-Louis, où il arriva le 16
mai. L'intendant Mithon rend compte de son arrivée par une lettre au
ministre, datée du surlendemain 18:

  «Monseigneur, je me donne l'honneur d'informer Votre Grandeur de
  l'arrivée de M. du Casse dans le port Saint-Louis le 16 may, lequel a
  fait une prise portugaise auprès de Madère, où il a relâché, laquelle
  est chargée de sucre et de cuirs, et laquelle serait bien estimée en
  France cinquante mille écus; elle n'est point encore arrivée ici, où
  elle doit se rendre incessamment.

  «J'ay aussi l'honneur de donner avis à Votre Grandeur que M. du Casse
  a relâché à Porto-Rico, où il a fait faire de l'eau, et aussi à
  Saint-Domingue.

  «Les vaisseaux _l'Hercule_ et _le Griffon_, qui sont de son escadre,
  en furent séparés par un grand vent environ à cent lieues de Brest,
  et sont arrivés ici dix jours avant luy, suivant les ordres qu'ils
  avaient, en cas de séparation.»

L'intendant Mithon profita du séjour de l'amiral du Casse pour lui
soumettre diverses affaires importantes, dont il n'osait prendre
la responsabilité sur lui. Ainsi il lui fit visiter le fort, lui
soumettant les plans dressés pour des réparations urgentes; du Casse
ordonna les travaux et indiqua les économies qu'on pouvait apporter
dans leur exécution.

Un pauvre diable de capitaine marchand avait vu saisir son bâtiment,
faute de s'être pourvu d'un double passeport, formalité dont il
ignorait la nécessité.

Le 27 mai, du Casse ordonna la main-levée du navire, par un arrêté.

Le 2 juin, du Casse mit à la voile et se rendit à Carthagène, où
devaient être les galions. En effet, il les y trouva réunis et chargés
de trésors considérables. Il ne voulut pas laisser ces richesses,
dernière espérance de la monarchie espagnole, sur les navires de cette
nation. Il préféra les prendre sur ses vaisseaux, soit à son bord, soit
à celui de ses capitaines. A la fin du mois de juillet, tout était prêt
pour son départ, quand il apprit qu'une armée navale ennemie croisait à
peu de distance de la rade de Carthagène, surveillant sa sortie, afin
de s'emparer des richesses qu'elle savait l'amiral français chargé
de conduire en Europe. Du Casse comprit qu'il lui serait impossible,
avec les faibles forces dont il disposait, de résister aux efforts
combinés des ennemis de la France. Il vit que le moment était venu de
mettre en pratique ce dicton d'un ancien: _coudre la peau du renard
à celle du lion_. Il résolut d'envoyer en avant un bâtiment espagnol
chargé peu richement, avec la mission d'attirer au loin l'ennemi en se
faisant poursuivre. L'éloignement de l'armée navale devait faciliter le
passage des vaisseaux français. Du Casse choisit l'_Amirante_, le plus
important des galions espagnols, dont le fort tonnage devait entretenir
l'ennemi dans cette erreur que ce serait une riche capture, n'hésitant
pas à sacrifier ainsi un navire, afin de sauver des richesses immenses.

Ce qu'il avait prévu arriva. Le 3 août, eut lieu la sortie du port de
Carthagène; la flotte espagnole avait l'ordre de se diriger du côté de
la Havane. Le 5, elle fut aperçue par les ennemis, qui lui donnèrent la
chasse. Du Casse rentra dans le port de Carthagène, puis, lorsqu'il sut
les ennemis très-éloignés et dans l'impossibilité, par suite du vent,
de revenir sur lui, il mit à la voile, se dirigeant vers Porto-Rico,
mais les vents le forcèrent à atterrir au Port-de-Paix, où il fut le 26
août.

Le gouverneur de l'île, Charitte, annonce ces divers événements à
l'intendant Mithon dans une lettre écrite le 7 septembre:

  «Si vous n'avez pas appris, mon cher monsieur, la destination de la
  _Thétis_ et la route que M. du Casse a tenue depuis son départ, je
  vous en apprendrai des circonstances qui vous surprendront, et celles
  qui regardent la _Thétis_ sont aussi tristes que les autres vous
  feront de plaisir.

  «La _Thétis_ a été prise à une lieue au vent de la Havane par deux
  vaisseaux anglais, le _Zwidor_, de soixante-douze canons, et le
  _Loymouth_, de cinquante-six, le 7 mai; elle a soutenu le combat
  depuis les neuf heures du soir jusqu'à minuit, et elle ne s'est
  rendue qu'après avoir eu soixante-dix hommes hors de combat. M. de
  Choiseul y fut blessé par un coup de mousquet tiré de la hune d'un
  des ennemis; la balle entra par l'omoplate et sortit au sternum, dont
  il mourut treize jours après à la Havane, où tous les officiers et
  l'équipage de la _Thétis_ furent mis trois jours après le combat. Il
  y a eu des officiers blessés et un tué aussi bien que le sieur la
  Bussierre, qui était passager. On a trouvé cent mille livres en or
  dans le coffre de M. de Choiseul, outre son argent et quarante mille
  livres qu'il avait données, aussi en or, à Mlle Lefaucheux, en garde,
  avant le combat, qu'elle a sauvées. Les commandants anglais ont agi,
  dans cette occasion, avec toute la générosité possible. Ils ont voulu
  lui laisser, aussi bien qu'à M. Hennequin, leur vaisselle d'argent,
  mais ils n'ont pas voulu la prendre. Ils ont donné cent cinquante
  pistoles à Lefaucheux et un nègre. Elle a passé avec Mme de Grossard
  et une bonne partie de l'équipage, le P. Saint-Géry et le P. Charton,
  dans le _Jason_ à la Martinique; mais la dame de Grossard, étant
  accouchée vers la Vermude, est morte de ses couches, et son enfant
  cinq jours après. Elle a déclaré qu'il était à M. de Choiseul. Il lui
  avait donné cinq cents pistoles comptant par son testament et douze
  mille livres sur ses appointements en France. C'est le P. Charton qui
  est chargé de tout ce qu'on a trouvé après la mort de cette dame.

  «Le _Prophète Elie_, la _Paix de Nantes_, l'_Illustre_, galère de
  La Rochelle, et la _Médée_ ont été aussi pris deux jours après la
  _Thétis_ et tous les équipages mis à la Havane. M. Hennequin est
  resté à la Havane avec Nolivos, qui a été chargé des effets de M. de
  Choiseul qui se montent à quarante mille livres, que Lefaucheux a
  sauvés. Il a avec lui deux enfants de M. Binan.

  «Vous êtes en impatience de savoir ce que j'ai à vous dire de M. du
  Casse. Il est au Port-de-Paix depuis le 26 du passé, avec son escadre
  et avec l'argent des galions. Il partit le 16 du même mois de
  Boccachic avec l'_Amirante_ et six autres vaisseaux espagnols. A son
  départ, il lui ordonna de faire la route pour la Havane, séparément
  de lui, et de là en Espagne. Le lendemain, M. du Casse étant à quatre
  lieues au vent de Boccachic, il vit cinq gros vaisseaux anglais avec
  un bateau; il jugea à propos de relâcher. Il rentra dans le port,
  et le galion, qui avait couru la bordée trop au large, fut joint
  par les ennemis, et, au rapport de quatre vaisseaux marchands de la
  compagnie qui rentrèrent heureusement à Boccachic, on ne doit pas
  douter que l'_Amirante_ n'ait été pris. M. du Casse prit son temps
  sur cette nouvelle pour mettre à la voile; il a fait sa route pour
  le cap Tiburon, et est venu le 6 au Port-de-Paix pour y faire de
  l'eau et des rafraîchissements. Il me dépêcha un exprès le 23, et
  je partis par mer la nuit du 30 au 31, pour l'engager de venir dans
  ce port. Mais comme il avait déjà tout ce qu'il fallait, je n'ai pu
  obtenir de lui ce que je désirais. Je le laissai vendredi au soir,
  et j'arrivai ici samedi à deux heures de l'après-midi. Je trouvai à
  mon arrivée un vaisseau de Saint-Malo, _la Sainte-Avoye_, commandé
  par le sieur Lavigne, qui était parti dans son canot pour aller au
  Port-de-Paix porter à M. du Casse les paquets de la cour avec le
  cordon rouge pour M. du Casse. Dans le moment que j'arrivai, le canot
  revint du Port-de-Paix, et un officier du vaisseau malouin, qui était
  dans ce canot, me dit, de la part de M. du Casse, qu'il partirait ce
  matin. Cependant nos vigies ne l'ont point découvert. Je n'en suis
  pas surpris, parce qu'il n'aura pas eu assez de vent pour doubler la
  Tortue.»

Ainsi que l'on vient de le voir dans la lettre du chevalier de
Charitte, du Casse reçut au Port-de-Paix une nouvelle marque de
l'estime de son roi. La frégate _la Sainte-Avoye_ lui apporta les
provisions de _commandeur de Saint-Louis_[8]. Elles étaient signées du
2 juin et un brevet de quatre mille francs de pension y était joint.

  [8] Cent quinze ans plus tard, le maréchal de camp baron du Casse,
  petit-neveu de l'amiral, recevait aussi le cordon rouge des mains du
  roi Charles X.

Du Casse ne resta au Port-de-Paix que peu de jours; ne trouvant pas ce
qui était nécessaire pour le ravitaillement complet de son escadre,
il se rendit au Cap-Français. Le sieur de Berthomier donne avis de ce
départ à Pontchartrain par une lettre datée du 18 septembre.

  «Monseigneur, j'ai appris aujourd'huy des nouvelles particulières de
  l'escadre de M. du Casse.

  «J'ai l'honneur de donner avis à Votre Grandeur que M. du Casse
  estant parti le 6 août de Boccachic avec l'_Amirante_ et six autres
  vaisseaux marchands espagnols, il luy ordonna à son départ de faire
  sa route pour la Havane séparément de luy, et de là en Espagne, et
  le lendemain, M. du Casse estant quatre lieues au nord de Boccachic,
  il vit cinq gros vaisseaux anglais avec un bateau; il jugea à
  propos de relâcher, il rentra dans le port, et le galion qui avait
  couru sa bordée trop au large fut joint par les ennemis, et, au
  rapport de quatre vaisseaux marchands de sa compagnie qui rentrèrent
  heureusement à Boccachic, on ne doute pas que l'_Amirante_ n'ait été
  pris. Et M. du Casse, Monseigneur, prit son temps sur cette nouvelle
  pour mettre à la voile, il a fait route pour le cap Tiburon et est
  venu, le 26 du mois d'août, au Port-de-Paix, pour y faire de l'eau,
  du bois et des rafraîchissements, ce qui fut fait promptement; il
  n'a pu cependant être party du Port-de-Paix que le 9 ou le 10 de
  septembre. Il a reçu les paquets de la cour et le cordon rouge par le
  vaisseau _la Sainte-Avoye_ de Saint-Malo.

  «Une frégate anglaise, Monseigneur, de six canons, et deux bateaux
  corsaires anglais, de dix canons chacun, ont fait depuis peu une
  descente sur une habitation située en la partie du nord de l'isle de
  Saint-Domingue, y ont pris l'habitant et douze de ses nègres, l'ont
  fort interrogé savoir où estait l'escadre de M. du Casse, après quoy
  ils l'ont remis à terre.»

Du Casse arriva au Cap le 9 septembre, n'y demeura qu'un jour, en
repartit le lendemain 10, faisant route pour l'Europe. Il avait trouvé
tout ce dont il avait besoin, réuni dans cette ville par les soins
du gouverneur Charitte, qui écrivait, le 23 octobre, à ce sujet, au
ministre, la longue et intéressante lettre suivante:

  «Monseigneur, quand M. du Casse est parti de devant ce port pour
  l'Europe le 10 du mois dernier, trois ou quatre bâtiments marchands
  qui s'y trouvèrent prêts à sortir, profitèrent de son escorte
  jusqu'au débouquement, et quoique je ne doute point qu'il ne vous
  ait informé de sa mission à Carthagène et des circonstances de sa
  navigation depuis cet endroit-là jusques-ici, étant possible qu'il
  soit arrivé accident à ses lettres et que le vaisseau par lequel j'ai
  l'honneur de vous écrire arrive en France avant que vous ayez de ses
  nouvelles d'Espagne, où il m'a fait entendre qu'il devait aborder, je
  prendrai la liberté de vous marquer celles que je tiens de lui-même.

  «Après qu'il eut pris, à Carthagène, du galion l'argent du roi
  d'Espagne, la moitié à son bord et l'autre moitié dans les deux
  autres vaisseaux, un quart dans chacun, il lui donna ses ordres de
  faire route pour la Havane et de là en Europe, avec sept ou huit
  bâtiments marchands espagnols, que lui ferait la sienne comme il le
  jugerait à propos, en lui faisant entendre qu'il ne se chargerait
  point de les prendre sous son escorte. Ils sortirent tous ensemble le
  3 août, et le 5, M. du Casse étant à quatre ou cinq lieues au vent
  de Boccachic avec ses deux autres, s'étant toujours élevé à petites
  bordées, longeant la côte, il découvrit cinq gros vaisseaux avec une
  barque, pendant que l'_Amirante_ et les autres bâtiments marchands
  étaient sous le vent à lui et beaucoup au large; il prit le parti
  de rentrer à Carthagène avant que les ennemis pussent le joindre,
  mais la flotte espagnole ne pouvant les éviter, ils donnèrent sur
  elle, et il apprit par trois ou quatre des dits bâtiments espagnols
  qui rentrèrent dans Boccachic qu'ils avaient laissé l'_Amirante_
  aux prises, et qu'ils ne doutaient point qu'il ne fût pris avec les
  autres de leurs camarades; et, sur cette nouvelle, M. du Casse,
  jugeant qu'ils étaient sous le vent avec l'os qu'il leur avait
  donné à ronger, profita de ce moment pour sauver la proie qu'ils
  cherchaient; il fit route pour tâcher de passer au vent de cette
  île, et dans le dessein d'aller faire son eau, son bois et des
  rafraîchissements à Porto-Rico. Mais les vents forcés ne lui ayant
  pas permis de la tenir, il fut obligé d'en passer à l'ouest, et, pour
  mieux le cacher aux ennemis, il préféra faire les sus de provisions
  au Port-de-Paix plutôt qu'à Léogane, où il les prit dans douze
  jours. Il me dépêcha un exprès, et aussitôt je fus pour l'y voir et
  pour savoir si je pouvais lui être de quelque utilité. J'y restai
  quatre jours et, m'ayant fait connaître que ses vaisseaux manquaient
  de légumes qu'on ne trouvait point, et que si je pouvais leur en
  faire avoir au Cap il y passerait et resterait devant le port sous
  voiles pour les prendre, j'y revins pour les faire tenir tout prêts.
  Il y arriva le 9 septembre au matin; il descendit à terre au Bourg,
  où il mangea la soupe, et le 10, après avoir pris ce qui pouvait lui
  manquer, il fit route pour débouquer par les Caïques. Je dois dire
  à Monseigneur qu'il m'avait fait entendre qu'il avait environ cinq
  millions de piastres et un demi en argent blanc pour le compte du roi
  d'Espagne, sans celui qui était pour celui des Espagnols passagers
  qu'on croyait se monter à plus de deux millions et demi de piastres.
  Il me dit aussi que dans l'_Amirante_ il n'y avait en tout que cent
  cinquante mille piastres.

  «Cinq jours après son départ, le 15 sur le soir, l'on vit huit gros
  vaisseaux à trois lieues, qu'on ne put découvrir plus tôt par un
  gros grain qu'il fit à la mer avec un vent d'est tel que s'il avait
  encore duré une heure et demie, il les aurait indubitablement jetés
  à la côte. Je fis tirer l'alarme. Toutes mes troupes furent sous les
  armes deux fois vingt-quatre heures par les inquiétudes que j'avais
  seulement pour les bâtiments marchands qui étaient dans le port, que
  je craignais que les vaisseaux ne vinssent brûler par le chagrin
  qu'ils pourraient avoir d'avoir manqué ceux de M. du Casse; car je
  n'en avais aucun par rapport à la terre, et quoiqu'ils ne parurent
  plus heureusement le lendemain, supposant qu'ils pouvaient avoir
  disparu pour nous mieux endormir et exécuter leur expédition, je ne
  renvoyai le monde que le surlendemain.»

Tandis que Charitte croyait du Casse hors de tout péril, celui-ci se
trouvait en danger de périr, par suite d'une violente tempête; il
était obligé de relâcher à la Martinique et mis dans l'impossibilité
d'en repartir avant le commencement du mois de décembre. Le P.
Combaud, supérieur général de la Martinique, l'écrivit au gouverneur
de Saint-Domingue le 31 octobre, et celui-ci se hâta de prévenir
Pontchartrain du retard apporté à la mission de l'amiral du Casse. Sa
lettre est du 25 novembre et porte ce qui suit:

  «Le R. P. Combaud, supérieur général de la Martinique, m'écrit
  du 31 octobre que M. du Casse y était arrivé le 30, avec un de
  ses vaisseaux, ayant été forcé d'y relâcher par les incommodités
  survenues à son vaisseau dans une tempête qu'il avait essuyée aux
  havres du grand banc, qui lui avait dérobé le troisième de son
  escadre. Je joins ici l'article de la lettre qui contient le fâcheux
  contre-temps; le capitaine du dit bateau, qui a parlé à M. du Casse,
  m'a rapporté qu'il lui avait dit qu'il m'écrirait, et que, lorsqu'il
  fut prendre congé de lui, il lui fit dire que j'aurais de ses
  lettres, et par un autre bâtiment qui devait partir de la Martinique
  pour cette côte. Il ajoute que le gouvernail de son vaisseau avait
  été emporté d'un coup de mer et que l'arrière du navire avait été
  fortement ébranlé.

  «A propos de ce que j'ai l'honneur d'écrire à Monseigneur, je dois
  prendre la liberté de lui dire que j'ai hésité de l'en informer. La
  crainte que ma lettre ne tombât entre le mains des ennemis a cédé à
  mon devoir et à l'empressement que j'ai de l'informer de l'accident
  arrivé à M. du Casse pour l'ôter de l'inquiétude où il pourrait être
  de son retardement. Si Sa Grandeur voulait m'envoyer un chiffre, je
  ne serais plus dans la suite en une pareille peine, lorsque j'aurais
  quelque chose de conséquent à lui apprendre. J'ai l'honneur de lui
  écrire par deux petits bâtiments qui vont à la Havane, l'un avec des
  farines et l'autre à vide pour y charger à fret; je l'adresse à M.
  Jonchée, et je lui recommande fortement de vous envoyer ma lettre par
  la première occasion, en recommandant aussi au capitaine qui s'en
  charge de la jeter à la mer en cas d'accident évident des ennemis.
  Je lui ajoute de lui dire de la porter sur lui, et qu'il y ait une
  feuille de plomb pour qu'elle coule à fond sans qu'il y apporte aucun
  autre soin pour cela que de la jeter hors du vaisseau, avant d'être
  joint par les ennemis et même d'entrer en combat.»

A cette lettre du gouverneur de Saint-Domingue en était jointe une
autre du P. Gombault, dont voici un extrait:

  «M. du Casse met hier pied à terre au fort Saint-Pierre; ses
  vaisseaux allaient se mouiller au Fort-Royal. Il a essuyé une tempête
  vers les havres, qui lui en a dérobé un. Il ne sait ce qu'il est
  devenu; il ne s'est jamais trouvé dans un plus grand danger de périr
  en mer; il est fatigué et je crois même indisposé; il restera ici
  un mois pour raccommoder ses vaisseaux; on dit que le derrière du
  _Saint-Michel_ est faible, c'est celui de M. du Casse.»

L'amiral parvint enfin à quitter les mers d'Amérique. Son voyage
s'accomplit sans encombre, et au commencement d'avril il entra au
port de la Corogne, ayant su, par sa prudence, déjouer les calculs de
l'ennemi.

Il envoya sur-le-champ le comte de Durtal (depuis duc de la
Rochefoucauld), cousin germain de son gendre, le marquis de Roye,
auprès de Philippe V, pour annoncer au prince l'heureuse nouvelle de
l'arrivée des trésors si impatiemment attendus; le comte de Durtal,
dans l'accomplissement de sa mission, ne manqua pas de faire valoir
les habiles dispositions de l'amiral du Casse, que le mariage de la
marquise de Roye lui faisait considérer comme étant en quelque sorte
de la famille de La Rochefoucauld. Le roi d'Espagne, au comble de la
joie, voulant donner à du Casse une marque éclatante de l'estime où il
tenait ses services, le fit chevalier de la Toison-d'Or.

Le décret de nomination est du 24 avril 1712; le mois suivant, du Casse
se rendit à Madrid et reçut, le 23 mai, l'investiture de sa nouvelle
dignité des mains mêmes du roi d'Espagne.

L'arrivée de l'amiral du Casse fut accueillie avec des transports de
joie dans les régions gouvernementales; jamais service plus signalé
n'avait été rendu à la monarchie de Philippe V. Les richesses apportées
par du Casse permettaient de continuer la guerre. Ainsi se trouvait
assuré le sort de la maison de France sur le trône de la Péninsule.
Désormais il n'y aurait plus à craindre de voir le Trésor public forcé
de renoncer à faire honneur à ses engagements et manquer d'argent, ce
nerf de la guerre. Du Casse venait de remplir, avec un bonheur et une
adresse sans pareils, à travers mille périls, une mission dont personne
n'avait osé se charger. Aussi était-il le héros du jour.

  «Monseigneur, écrit le marquis de Bonnac à Torcy, le roi d'Espagne
  me fait donner avis de l'arrivée de M. du Casse dans le port de La
  Corogne. Jamais nouvelle n'a été tant attendue ni reçue avec plus de
  joie.»

Le même jour, 29 février 1712, la princesse des Ursins, l'Egérie de
Philippe V, fait part de l'heureux événement du jour au marquis de
Torcy et lui fait pressentir l'influence que peut avoir l'arrivée de du
Casse sur les destinées de l'Espagne:

  «Je viens d'apprendre dans cet instant, Monsieur, l'arrivée de M.
  du Casse dans un port de Galicie avec ses vaisseaux; cet événement
  mortifiera nos ennemis, puisqu'il met Sa Majesté catholique en
  état de continuer la guerre, s'ils ne veulent pas faire une paix
  raisonnable.»

La princesse des Ursins juge cet événement comme si important qu'elle
ne peut s'empêcher de manifester sa satisfaction dans une lettre à
la marquise de Maintenon, lettre tout entière à la douleur que font
éprouver les deuils successifs qui viennent de frapper la maison royale
en France.

  «Quoiqu'il soit impossible de ressentir aucune joie dans ces tristes
  conjonctures, on ne peut cependant s'empêcher de regarder comme une
  excellente nouvelle celle de l'arrivée de M. du Casse à La Corogne.»

De son côté le duc de Vendôme écrit à Torcy, le 1er mars:

  «M. du Casse est enfin arrivé. Nous commencions à en être en peine.
  Bien des gens craignaient, voyant qu'il tardait tant, qu'il ne lui
  fût arrivé quelque accident. Mais enfin le voilà en Espagne, avec
  l'argent qu'il était allé chercher. Jamais secours n'est arrivé plus
  à propos, car nous ne laissions pas d'être en peine de trouver des
  fonds pour mettre les troupes en état d'entrer en campagne.»

Torcy répondit, le 11 mars, à Vendôme une lettre où on lit:

  «Il est certain que M. du Casse ne pouvait aborder en Espagne plus à
  propos que dans cette conjoncture. Dieu veuille que les fonds qu'il
  apporte soient bien employés et que les dites dispositions soient
  telles que vous puissiez, Monseigneur, exécuter ce que vous croirez
  convenable au service du roi d'Espagne.»

De son côté, le duc de Saint-Simon, dans ses Mémoires, consacre
quelques lignes à l'arrivée des galions, et vient apporter sa note
discordante dans ce concert de louanges à l'adresse de du Casse.

  «Une beaucoup meilleure aventure fut l'arrivée de du Casse à La
  Corogne, avec les galions très-richement chargés qu'il était allé
  chercher en Amérique. On les attendait depuis longtemps avec autant
  d'impatience que de crainte des flottes ennemies dans le retour. Ce
  fut une grande ressource pour l'Espagne, qui en avait un extrême
  besoin, un grand coup pour le commerce qui languissait et où le
  désordre était prêt de se mettre, et un extrême chagrin pour les
  Anglais et les Hollandais, qui les guettaient depuis si longtemps
  avec tant de dépenses et de fatigues. Le duc de La Rochefoucauld
  d'aujourd'hui, né quatrième cadet qui portait le nom de Durtal et
  qui était dans la marine, servait sur les vaisseaux de du Casse, qui
  l'envoya porter au roi cette grande nouvelle. Le roi d'Espagne en fut
  si aise qu'il fit du Casse chevalier de la Toison-d'Or, au prodigieux
  scandale universel. Quelque service qu'il eût rendu, ce n'était pas
  la récompense dont il dût être payé. _Du Casse était connu pour le
  fils d'un petit charcutier, qui vendait des jambons à Bayonne._ Il
  était brave et bien fait. Il se mit sur les bâtiments de Bayonne,
  passa en Amérique et _s'y fit flibustier_, il y acquit des richesses
  et une réputation qui le mirent à la tête de ces aventuriers. On
  a vu, en son lieu, combien il servit utilement à l'expédition de
  Carthagène et les démêlés qu'il eut avec Pointis. Du Casse entra
  dans la marine du roi, où il ne se distingua pas moins. Il y devint
  lieutenant général et aurait été maréchal de France si son âge l'eût
  laissé vivre et servir; mais il était parti de si loin qu'il était
  vieux lorsqu'il arriva. C'était un des meilleurs citoyens et un
  des plus généreux hommes que j'aie connus, qui, sans bassesse, se
  méconnaissait le moins, et duquel tout le monde faisait cas, lorsque
  son état et ses services l'eurent mis à portée de la cour et du
  monde.»

Nous avons à dessein souligné dans cette citation deux passages
relatifs, l'un à la prétendue _flibuste_ de du Casse, l'autre à la
_charcuterie_ de son père.

Nous avons déjà dit plus haut, à l'occasion du mariage de Marthe du
Casse avec le marquis de Roye La Rochefoucauld, ce qu'il fallait
penser de ces deux assertions aussi erronées l'une que l'autre. Le
lecteur ne sera pas étonné de les trouver répétées ici. Toujours même
système de dénigrement et d'altération de la vérité. Mais qu'importe la
vérité au haineux personnage qui attaque dans ses Mémoires posthumes
tous ceux dont la naissance, le mérite, les talents, les services ont
pu exciter sa jalousie! Saint-Simon ne pardonne pas davantage aux
Crussol, aux La Trémoïlle, aux La Rochefoucauld, d'avoir un titre ducal
antérieur au sien, qu'il ne pardonne à l'amiral du Casse d'avoir été
chevalier de la Toison-d'Or avant lui, gentilhomme inutile à son Roi
et à sa patrie, tandis que du Casse sauve la monarchie espagnole en
apportant les moyens de continuer la lutte.

Une femme d'esprit, la duchesse de Clermont-Tonnerre, dont le mari
avait été ministre de la guerre sous la Restauration, a dit, lors
de l'apparition des Mémoires du maréchal Marmont, que _le duc de
Raguse s'était embusqué derrière sa tombe pour tirer sur des gens
qui ne pouvaient lui répondre_. Le mot est joli et très-vrai pour
le triste héros de la capitulation d'Essonne. Combien il le serait
aussi pour Saint-Simon! et on doit dire, à l'honneur des générations
contemporaines, que la plus grande partie des personnages, ainsi
attaqués injustement, ont trouvé, parmi leurs descendants, de généreux
et ardents défenseurs qui, prenant en main la cause de leurs aïeux, ont
su faire reconnaître la faillibilité des jugements de Saint-Simon.

Nous ajouterons aussi que des gens d'aussi bonne maison au moins que
Saint-Simon, tels que la princesse des Ursins, trouvaient fort légitime
la flatteuse distinction dont du Casse avait été l'objet.

Ainsi, le 17 avril 1712, la princesse des Ursins écrit:

  «M. du Casse est arrivé et a été bien reçu. Le roi d'Espagne l'a
  honoré de la Toison d'Or et l'a fort gracieusé sur les services qu'il
  a rendus en plusieurs occasions. Il m'a paru un peu abattu de ses
  fatigues, et je crois qu'il aurait de la peine à les soutenir, s'il
  s'exposait à de nouveaux voyages.»

Le ministre des affaires étrangères de Louis XIV répond sur le même
ton à la princesse:

  «_M. du Casse a bien mérité la grâce distinguée qu'il a reçue_, et
  je n'ai vu personne plus constamment attaché à la personne et aux
  intérêts de Sa Majesté catholique. Il l'a servie avec le même zèle en
  Espagne, aux Indes, ici où peut-être il n'a pas eu moins d'opposition
  et de difficultés à combattre et à surmonter qu'il en a trouvées dans
  ses voyages les plus pénibles. C'est une bonne acquisition à faire
  qu'un homme de son caractère, dont la probité égale l'expérience et
  la capacité.»

Du Casse trouva, en revenant de son expédition, toute l'Espagne
soumise à la domination de Philippe V, à l'exception des deux villes
de Gibraltar et de Barcelone. Reprendre Gibraltar, il n'y fallait pas
songer. La position de cette ville la mettait à l'abri d'un siége
régulier: tenter un coup de main eût été imprudent! Du reste, le succès
couronnât-il une telle entreprise, l'attaque seule de cette place
avait pour conséquence la reprise des hostilités avec l'Angleterre
et la rupture de la paix générale, si nécessaire à toute l'Europe.
Une tentative contre Barcelone n'avait pas les mêmes inconvénients:
le siége de cette ville fut donc résolu. Le commandement en chef de
l'armée navale fut donné à l'amiral du Casse, celui des forces de terre
au maréchal de Berwick. Aussitôt le siége décidé, ce fut un échange
constant de lettres entre Pontchartrain et du Casse. Le ministre
ne prenait pas une décision importante sans avoir d'abord consulté
l'amiral. Malheureusement presque toutes les lettres du commandant
en chef de l'armée navale sont perdues ou ont été égarées; celles de
Pontchartrain seules sont parvenues jusqu'à nous. Chaque jour des
courriers se croisaient entre Versailles, où résidait le ministre de
la marine, et Paris, où se trouvait du Casse. Malgré tout le soin que
prenait celui-ci de faire connaître les objets nécessaires au siége,
malgré toute la diligence qu'apportait Pontchartrain à donner les
ordres les plus minutieux et les plus précis, la présence de du Casse
à Toulon, où se faisait l'armement, parut indispensable. Personne, en
de telles circonstances, ne remplace un général en chef. L'intendant
du port, M. de Vauvré, avait beaucoup de zèle et de bonne volonté. Il
était homme de valeur; mais néanmoins, lorsqu'un obstacle imprévu se
présentait, il n'osait prendre sur lui de lever la difficulté. Il en
référait au ministre; celui-ci soumettait le cas à du Casse; ce dernier
répondait à Pontchartrain pour lui indiquer ce qui lui paraissait
devoir être fait. La réponse était alors transmise à l'intendant, qui
prenait les mesures nécessaires pour assurer l'exécution des ordres
reçus; il en résultait une perte de temps considérable et des retards
énormes.

Un tel état de choses était préjudiciable au service. Aussi, dès le
17 janvier 1714, le ministre fit-il savoir à du Casse que le Roi le
verrait avec plaisir se rendre à Toulon.

  «Monsieur, écrit Pontchartrain, je vous envoie, par ordre du Roy, une
  copie de la dernière lettre que j'ai reçue de M. de Vauvré, du 7 de
  ce mois.

  «Elle vous fera connaître que vous ne devez compter ni sur les deux
  galiotes à bombes qui sont à Toulon hors de service, ni sur aucun
  bâtiment particulier de Provence, pour pouvoir le rendre propre à ce
  service.

  «Sa Majesté m'a commandé de vous écrire que, si votre santé vous
  le permet, il est à propos que vous vous rendiez à Toulon en
  diligence, d'autant plus que l'on assure que les vaisseaux de votre
  commandement pourront être en état d'appareiller à la fin du mois.
  Sa Majesté, d'ailleurs, estime votre présence nécessaire dans le
  port, afin que vous y disposiez toutes choses pour les opérations
  de votre campagne et la distribution des officiers et troupes de la
  marine dont le roi d'Espagne a désiré fortifier les équipages des
  vaisseaux armés à Cadix et à Gênes, ainsi que les vivres qui leur
  seront nécessaires, et je suis persuadé que vous serez bien aise d'y
  être particulièrement par vous-même, pour procurer bien des choses
  essentielles qui manqueront au marquis de Marry et aux autres qui
  doivent servir sous vos ordres; je vous prie de me faire savoir _le
  jour à peu près_ que vous vous proposez de partir de Paris, afin que
  j'en informe Sa Majesté.»

La santé encore chancelante du commandant en chef de l'armée navale
ne lui permit pas de quitter Paris aussitôt qu'il l'aurait désiré.
En outre, il avait une double mission à remplir. Lieutenant général
de France, il était aussi capitaine général d'Espagne et chevalier
de la Toison-d'Or. A ce double titre il avait été chargé par le roi
Philippe V de veiller à la défense de ses intérêts relatifs au siége
de la dernière ville insoumise de la monarchie, siége dont tous les
frais devraient être faits par le petit-fils de Louis XIV; du Casse
tenait à justifier la confiance que Philippe V avait en lui. Le 29
janvier, il écrivait à Pontchartrain pour lui soumettre quelques
observations relatives au service du roi d'Espagne, et deux jours plus
tard, surmontant les souffrances qu'il éprouvait, du Casse se mit en
route, malgré les prières de sa femme et de sa fille la marquise de
La Rochefoucauld, qui le suppliaient de rester. «Il ne s'agit pas de
vivre, leur dit-il, mais de partir!» Réponse dans le genre de celle
que, sous le règne suivant, le maréchal de Saxe malade fit à ceux qui
lui parlaient de se soigner, la veille de Fontenoy: «Il ne s'agit pas
de vivre, mais de vaincre.»

Le ministre lui-même lui recommanda de se ménager pendant le voyage et
de se reposer, s'il le fallait, plutôt que de risquer d'aggraver sa
maladie; le 7 février, Pontchartrain écrivit à l'intendant pour lui
apprendre la prochaine arrivée de l'amiral:

  «M. du Casse est parti pour se rendre incessamment à Toulon, et son
  voyage sera avancé autant que sa santé aura pu le lui permettre;
  Sa Majesté sera bien aise qu'à son arrivée il trouve les vaisseaux
  l'_Entreprenant_ et le _Furieux_ prêts à s'y embarquer et à partir
  pour exécuter les ordres du roi d'Espagne; elle attend avec
  impatience la nouvelle que M. le marquis Marry sera venu dans la rade
  avec les trois qu'il commande, et il aura pris le parti d'attendre M.
  du Casse pour se joindre à lui, ou, s'il l'a estimé plus à propos,
  d'aller au-devant du convoi parti de Cadix qui s'était arrêté à
  Alicante.»

Dans la prévision que, malgré sa fermeté, du Casse fût hors d'état de
s'embarquer, Pontchartrain écrivit au commandeur de Bellefontaine,
lieutenant général des armées navales, alors à Toulon, que, s'il
arrivait malheur au commandant en chef désigné, il prît le commandement
supérieur à sa place. Bellefontaine, qui ne s'attendait nullement à
cette nouvelle, surtout après les lettres que l'intendant du port
recevait de du Casse, dans lesquelles celui-ci déclarait que la mort
seule pourrait l'empêcher de reprendre la mer, répondit le 11 février
au ministre:

  «S'il arrivait par malheur que M. du Casse ne pût s'embarquer, ne
  se déclarant qu'à l'extrémité, il me faudrait dix jours pour me
  préparer, n'ayant pu prendre aucune précaution avec une personne qui
  mande qu'il part incessamment et que, en quelque état qu'il soit, il
  viendra sûrement.»

Au même moment où cet officier général expédiait cette lettre, le
roi en écrivait à du Casse une fort longue et très-flatteuse, lettre
destinée à lui servir d'instruction; on la trouvera un peu plus loin.
Le 4 février 1714, Pontchartrain envoyait cette lettre royale, dans un
paquet pour l'amiral, à Vauvré, auquel il écrivait:

  «M. du Casse doit être arrivé à Toulon lorsque vous recevrez cette
  lettre; cependant, comme l'état de sa santé l'aura peut-être obligé
  de se ménager dans le voyage et qu'il pourrait y avoir employé plus
  de jours que je n'ai compté, je vous adresse le paquet que je lui
  envoie, dans lequel sont les ordres du Roi pour son départ; vous
  aurez soin de le lui remettre, s'il est à Toulon, ou de le garder
  jusqu'à ce qu'il s'y soit rendu. Sa Majesté est persuadée qu'il
  trouvera les deux vaisseaux prêts à embarquer.»

Bientôt le ministre reçut un courrier de l'intendant du port de Toulon,
qui lui apportait des nouvelles graves et fâcheuses. Du Casse, parti de
Paris contrairement à l'opinion des médecins, avait effectué la plus
grande partie de son voyage sans encombre; mais, arrivé à Moulins, ses
forces avaient trahi son courage. Contraint de s'arrêter, il avait dû
se rendre à quelques lieues de cette ville, à Bourbon-l'Archambault,
pour y prendre les eaux thermales, grâce à l'efficacité desquelles il
espérait pouvoir continuer sa route sur Toulon au bout de quelques
jours. Il s'était hâté d'informer Vauvré de cette circonstance.
Celui-ci s'empressa d'écrire ce qu'il en était au ministre, qui reçut
cette nouvelle le 14 février, le jour même de l'envoi de la lettre de
Louis XIV à du Casse.

Justement effrayé de ce nouveau contre-temps, Pontchartrain se rendit
chez le Roi, demandant à Sa Majesté ce qu'il fallait faire. Ce prince
dit simplement au ministre qu'il avait une trop grande confiance en
du Casse, qu'il connaissait trop son zèle et son amour du service de
l'État, pour ne pas être sûr qu'il avait dû céder à une impérieuse
nécessité, et ce fut en quelque sorte sous la dictée du Roi que
Pontchartrain répondit à Vauvré la lettre suivante:

  «Je n'ai pas été peu surpris, lorsque je croyais M. du Casse près
  d'arriver à Toulon, d'apprendre qu'il s'était arrêté à Bourbon pour
  prendre les eaux; comme je n'ai pu me dispenser d'en informer le Roi,
  Sa Majesté veut bien ne pas relever la faute qu'il a faite de ne pas
  lui en avoir demandé la permission; elle connaît trop son zèle pour
  ne pas être persuadée qu'il n'a cherché ce secours à sa santé que
  pour le mieux mettre en état d'exécuter ses ordres; mais comme elle
  sait la nécessité pressante de faire partir les deux vaisseaux armés
  à Toulon, afin qu'ils puissent se rendre incessamment sur les côtes
  de Catalogne pour faciliter le passage des convois de vivres pour
  l'armée du roi d'Espagne qui souffre de la disette, elle m'a ordonné
  de vous dépêcher un courrier, pour vous porter les paquets ci-joints.
  Dans celui adressé à M. du Casse sont les instructions sur le service
  dont il est chargé et ma dépêche qui l'accompagne. Dans celui adressé
  à M. le Bailly de Bellefontaine est un ordre de S. M. pour commander
  les vaisseaux au défaut de M. du Casse, et ma lettre qui y est jointe
  qui lui marque que son intention est qu'il s'embarque sur-le-champ,
  et que vous lui remettiez en même temps le paquet de l'instruction
  de M. du Casse, pour qu'il la suive de la même manière que si elle
  avait été faite pour lui. J'écris aussi à M. du Casse pour l'informer
  de cette disposition. S'il est encore à Bourbon, au passage de mon
  courrier à Moulins, ma lettre lui sera envoyée par un exprès; s'il en
  est parti, ce courrier le trouvera apparemment sur la route et saura
  quand il arrivera à Toulon. S'il y devait arriver un ou deux jours
  après la réception de cette lettre, et que vous en fussiez informé
  par lui ou de quelque manière, vous garderez les paquets sans en
  parler à M. de Bellefontaine, et à l'arrivée de M. du Casse vous
  lui donnerez celui qui est pour lui, et vous me renverrez l'autre.
  Mais si, après ce terme de deux jours, il n'était pas venu, vous les
  remettriez à M. de Bellefontaine, qui pourra se servir des provisions
  faites pour M. du Casse dont il lui tiendra compte. Vous aurez soin
  cependant de faire en sorte que les vaisseaux soient tous prêts; je
  vous observerai que, s'ils ne l'étaient pas, S. M. vous en imputerait
  le contre-temps et ne manquerait pas de penser que, informé du
  retardement de M. du Casse par lui-même, pendant qu'elle l'ignorait,
  vous vous êtes plutôt conformé à ce qu'il vous a mandé qu'aux ordres
  positifs qu'elle vous a donnés d'avancer ces armements avec toute la
  diligence possible. J'attends que vous m'informiez par le retour de
  mon courrier de tout ce que vous aurez fait.»

En sortant de son entrevue avec le roi, Pontchartrain écrivit à Mme du
Casse, non, comme on pourrait le penser, pour lui parler de la santé
de son mari et lui donner de ses nouvelles, mais pour lui parler d'une
affaire de service, le transport des bombes en Espagne. Chose bien plus
singulière! cette lettre du ministre était en réponse à une de Mme du
Casse sur le même objet.

Combien cela est loin de nos mœurs actuelles! Quel sujet d'étonnement
ce serait pour nous aujourd'hui si une maréchale ou une amirale
écrivait au ministre de la guerre, ou à celui de la marine, sur les
affaires de service! Peut-être quelqu'une se mêle-t-elle de donner
des avis à son mari, mais nulle ne s'aviserait de prendre une part
ostensible à des questions militaires.

Enfin, le 22 février, du Casse arriva à Toulon. Vauvré l'annonça le
surlendemain au ministre dans les termes suivants:

  «Je reçus, Monseigneur, avant-hier à midi par votre courrier,
  l'honneur de vos ordres du 14 de ce mois,

  «Vos dépêches pour MM. du Casse et de Bellefontaine,

  «Et un ordre de fonds pour quatre mois d'appointements et nourriture
  à huit lieutenants et à huit enseignes de marine destinés à servir
  sur les vaisseaux du roi d'Espagne.

  «M. du Casse arriva, Monseigneur, avant-hier sur les neuf heures du
  soir, un peu fatigué, ayant beaucoup pris sur lui dans la route pour
  se rendre en diligence; il soupa avec appétit, et, ayant bien reposé
  la nuit, je lui remis votre paquet hier au matin, et, après avoir lu
  votre lettre, je l'informai de l'état de ses vaisseaux, des ordres
  que j'ai reçus et de ce que j'ai fait en conséquence, et il donna les
  siens pour tout ce qui était à régler de sa part. Les eaux et les
  bains lui ont fait beaucoup de bien.

  «Il a trouvé, Monseigneur, les deux vaisseaux en rade, les officiers
  mariniers et les soldats payés, les poudres, les vivres et les
  rechanges embarqués, et les ouvrages finis; ainsi ma mission est
  remplie comme vous l'aurez pu désirer; il ne reste qu'à rassembler
  les matelots libertins pour ce qui regarde l'armement de ces
  vaisseaux.

  «A l'égard des préparatifs pour le siége de Barcelone, M. Cateline
  espère avoir achevé aujourd'hui la levée de quatre-vingt-seize
  canonniers et le remplacement des bombardiers embarqués avant de les
  payer de leurs avances, et je fais embarquer pour dix jours de vivres
  sur les deux vaisseaux pour leur passage, sur lesquels ils seront
  distribués également, aussi bien que les officiers d'artillerie,
  etc...»

Dans cette lettre M. de Vauvré répond au courrier du 14 février, qui
contenait, ainsi que nous l'avons dit plus haut, les instructions pour
du Casse. Voici ces instructions et la lettre du Roi à l'amiral du
Casse:

  «Monsieur du Casse, le roi d'Espagne, mon petit-fils, m'ayant demandé
  deux de mes vaisseaux pour fortifier ceux qu'il a fait armer à Cadix
  et à Gênes pour réduire à son obéissance ses sujets rebelles de
  Catalogne et des îles qui en dépendent, je vous ai choisi pour les
  commander, par la connaissance que j'ai de votre expérience et de
  votre zèle pour mon service. J'ai ordonné pour cet effet à Toulon
  l'armement des vaisseaux l'_Entreprenant_ et le _Furieux_. Comme je
  ne doute point que mes ordres n'aient été promptement exécutés, je
  vous fais cette lettre pour vous dire que mon intention est que,
  aussitôt que les vents le permettront, vous mettiez à la voile pour
  poursuivre votre destination et remplir les ordres du roi d'Espagne,
  mon petit-fils. Il a désiré que vous commandiez généralement toutes
  les forces maritimes qui seront employées à bloquer Barcelone par
  mer, ou autres opérations utiles au bien de son service, et qu'en
  cas de votre absence ou maladie, elles soient sous le commandement
  du sieur d'Aligre, chef d'escadre de mes armées navales, à qui j'ai
  accordé mon vaisseau le _Furieux_, il recevra les ordres nécessaires
  pour se faire reconnaître en cette qualité, lorsqu'il en sera besoin,
  et les officiers espagnols et français auront celui de lui obéir
  partout où vous ne serez pas.

  «Je ne vous prescris rien sur votre navigation ni sur les services
  que vous pourrez rendre dans la campagne que vous allez faire,
  comptant sur votre expérience, et que vous n'omettrez aucune des
  commissions dont vous serez chargé par le roi mon petit-fils; mais
  mon intention est que les deux vaisseaux de guerre dont je vous
  confie le commandement, ainsi que les frégates l'_Hermione_ et la
  _Vierge de Grâce_, les trois barques et tous les autres bâtiments
  qui seront armés avec des équipages français, portent mon pavillon.
  J'estime qu'il suffira que celui sur lequel vous serez embarqué porte
  la cornette au grand mât pour marque de commandement.

  «Et comme, en cas de rencontre à la mer entre les vaisseaux turcs ou
  barbaresques et les espagnols et génois portant pavillon d'Espagne
  qui seront sous votre commandement, vous pourriez être embarrassé du
  parti que vous devriez prendre pour ne rien faire qui puisse m'être
  désagréable, je suis bien aise de vous dire que le roi catholique en
  ce cas est demeuré d'accord que vous empêcherez tout acte d'hostilité
  de part et d'autre, et que vous déclarerez même aux commandants
  qui sont à sa solde et sous son pavillon, ainsi qu'aux infidèles,
  afin de les mieux contenir, qu'il vous est ordonné de prendre parti
  sans ménagement contre les agresseurs, et mon intention est que
  vous l'exécutiez avec tous les bâtiments français qui sont sous vos
  ordres. Je donne à Toulon celui de détacher, à la prière du roi
  d'Espagne, trois cent soixante-quinze hommes de mes troupes de la
  marine pour être embarqués avec les officiers majors des compagnies,
  savoir: deux cents sur les trois navires du marquis de Marry et le
  reste sur les quatre plus forts de ceux armés à Cadix; comme il est
  nécessaire que, dans chacun des autres de cette dernière escadre,
  il y ait au moins un officier français qui observe et explique vos
  signaux au capitaine espagnol, vous choisirez parmi les présents
  dans le port ceux que vous estimerez plus capables de cette fonction,
  et vous observerez que ces officiers et soldats ne doivent servir
  sur ces vaisseaux espagnols et génois que pendant qu'ils seront sous
  votre commandement et point par terre. J'ai donné ordre encore, sur
  les instances du roi mon petit-fils, que les officiers entretenus
  dans l'artillerie de marine avec les bombardiers et canonniers de
  mer qu'il m'a demandés, soient prêts à s'embarquer sur les vaisseaux
  de l'escadre dont vous avez le commandement; je désire que vous
  les y fassiez recevoir et nourrir pendant le passage, et qu'ils se
  débarquent dans l'endroit de la côte de Catalogne que vous jugerez
  le plus sûr et commode, avec le reste des munitions et ustensiles
  que j'ai fait fournir et qui n'auront pu être embarqués dans les
  vaisseaux du marquis de Marry ou autres bâtiments de charge à sa
  suite.

  «Mon intention est, au surplus, que pendant cette campagne vous
  teniez la main que mes ordonnances et règlements pour la marine
  soient observés exactement dans les navires et autres bâtiments
  portant mon pavillon qui seront sous vos ordres.

  «Et, la présente n'étant à autre fin, je prie Dieu qu'il vous ait,
  monsieur du Casse, en sa sainte garde.

  «Écrit à Versailles, le 12 février 1714.

  Signé: «LOUIS.»

Le temps employé par du Casse à prendre les eaux de Bourbon n'avait pas
été un temps perdu; son état général s'en était ressenti d'une façon
heureuse et s'était beaucoup amélioré en quelques jours. Depuis son
arrivée à Toulon, il allait de mieux en mieux; le 25 février, de Vauvré
écrivit à Pontchartrain:

  «La santé et les forces de M. du Casse se rétablissent visiblement.»

Le 27, pour lui indiquer que ce n'est pas la santé du commandant en
chef qui retarde son départ, mais seulement un temps défavorable,
l'intendant écrit:

  «Ce sont les vents qui détermineront le départ de M. du Casse.»

Et, le 11 mars, M. de Bellefontaine à son tour écrit au ministre:

  «Monseigneur, je puis vous assurer que le départ de M. du Casse
  n'a été retardé que par le mauvais temps, et qu'il s'embarquera et
  partira aussitôt que le vent sera favorable. Sa santé à la vérité
  n'est pas des meilleures, mais sa bonne volonté et son courage y
  suppléeront.»

Cette lettre de Bellefontaine répondait à d'autres du ministre, dans
lesquelles Pontchartrain paraissait surpris des retards apportés au
départ de du Casse. Ce dernier, ayant connu la pensée du ministre,
voulut absolument s'embarquer et partir le 11 mars, malgré vents et
marées. Il ne put le faire, et de nouveau Vauvré rendit compte de cette
tentative:

  «L'impatience a pris à M. du Casse sur les trois heures de
  s'embarquer; je l'ai accompagné à son bord. Nous n'avons pas trouvé
  le temps propre à pouvoir sortir, mais il sera à portée de mettre à
  la voile au moment qu'il changera.»

Les lettres de Pontchartrain à du Casse se ressentaient de sa mauvaise
humeur de le savoir encore en France. Dans l'une d'elles, fort longue
et fort importante, adressée à du Casse et que nous allons reproduire
intégralement, il lui dit toute sa façon de penser; il laisse même
percer le regret que les ordres formels du Roi, toujours bienveillant
à l'égard de l'amiral, ne lui permettent pas de le réprimander. Mais
il se voit dans la nécessité de mettre des sourdines à sa colère, en
s'adressant à un homme aussi considérable par sa position, par ses
services et par son âge:

  «J'ai reçu, monsieur, lui écrit-il le 14 mars, les lettres que vous
  m'avez écrites les 27 février, 1er et 4 de ce mois, et j'ai rendu
  compte au Roi des dispositions dans lesquelles vous étiez alors pour
  votre départ. Sa Majesté a jugé par ce retardement et les vents
  contraires qui en sont la dernière cause, que les jours que vous avez
  perdus pour vous rendre à Toulon, et ceux que M. de Vauvré a négligés
  pour tenir prêts les vaisseaux que vous commandez et les bâtiments
  qui transportent les munitions, étaient un temps précieux dont on a
  manqué de profiter, et qui vous a fait tomber dans les incidents d'un
  nouveau retardement. J'ai lu à Sa Majesté ce que vous marquez pour
  vous en excuser. Elle est trop bien disposée en votre faveur pour ne
  pas croire les sentiments de bonne volonté que vous m'expliquez; mais
  elle m'a dit aussitôt que, si elle n'en avait été prévenue et que si
  elle n'y avait pas de la confiance, il lui eût été impossible de vous
  pardonner une faute dont elle ne vous croyait pas capable et qu'elle
  veut bien cependant oublier.

  «Sa Majesté approuve que vous vous soyez déterminé à partir au moment
  que les vents vous auront permis de mettre à la voile, sans attendre
  les munitions qui restaient à venir de Toulon, et qu'en escortant les
  bâtiments qui en étaient chargés et prêts à partir, vous détachiez
  de l'armée navale, lorsque vous l'aurez jointe devant Barcelone,
  une frégate pour l'envoyer à Toulon prendre sous son escorte les
  bâtiments qui auront chargé ces restes de munitions et que M. de
  Vauvré aura eu soin de préparer.»

Tandis que Pontchartrain écrivait cette lettre d'une sévérité qui
confinait l'injustice, du Casse, ne prenant conseil que de son courage,
saisissait, le 12 mars au matin, le premier bon vent pour mettre à la
voile.

Il avait avec lui deux vaisseaux, deux barques et un pink. C'était
peu, mais il allait joindre devant Barcelone l'armée navale espagnole.

Il avait les pouvoirs de Philippe V pour commander les vaisseaux de
France et d'Espagne réunis.

Quelques lignes de Bellefontaine annoncent ce départ au ministre en ces
termes:

  «M. du Casse est enfin parti ce matin avec un assez beau temps,
  et il y a apparence qu'il sera dans peu devant Barcelone, où il
  paraît qu'il est assez nécessaire, puisque nous apprenons que M. de
  Pintado, commandant l'armée d'Espagne, avait appareillé de Bréga le
  25 de février pour aller reconnaître les navires de M. le marquis
  de Marry, et que, n'ayant pas laissé de navire pour couvrir les
  bâtiments chargés de provisions, quatre barques ont été prises; il y
  a lieu d'espérer que l'arrivée des vaisseaux français, jointe à la
  vigilance de M. du Casse, y apportera un meilleur ordre. Vous voyez,
  Monseigneur, que par cet accident rien n'aurait été plus utile que
  deux grosses barques bien armées.»

A peine du Casse était-il en mer que le vent changea et qu'il dut,
dans l'impossibilité de continuer sa route, faire relâche le même jour
aux îles d'Hyères.

Il fut forcé d'y rester trois jours. Enfin le 16 mars, le vent ayant
tourné, il put se remettre en marche. Vauvré, dans la crainte d'un
second contre-temps, ne se hasarda que le surlendemain, 28 mars, à
écrire à Pontchartrain:

  «M. du Casse mit à la voile avant-hier avant le jour, d'un vent si
  favorable pour sa route que, s'il l'a trouvé de même à la mer, il
  doit être arrivé hier ou aujourd'hui devant Barcelone; mais les vents
  sont fort changeants dans cette saison. Il prit sa vergue de hune en
  sortant des îles d'Hyères.»

De son côté, Bellefontaine avait imité le silence prudent de Vauvré et
gardé la même réserve; le 18 mars, il se décida cependant à écrire au
ministre:

  «Monseigneur, M. du Casse est enfin parti des îles d'Hyères, et
  comme les vents nous ont paru favorables, je compte qu'il peut être
  maintenant à la côte de Catalogne. Pour sa santé, dont vous voulez
  que je vous rende compte, je vous dirai qu'il m'a paru en mauvais
  état, ayant toujours la tête embarrassée, et il est à craindre que
  d'un moment à l'autre il ne lui arrive un nouvel accident.»

L'intendant de Vauvré paraît plus rassuré sur la santé du commandant en
chef de l'armée navale, car on lit dans une lettre de lui datée du même
jour:

  «Je me suis donné l'honneur de vous rendre compte régulièrement de la
  santé de M. du Casse. Il y a encore de la faiblesse dans ses jambes.
  Cependant il demeurait debout la moitié du jour dans la maison
  et dans le vaisseau, et montait et descendait les escaliers avec
  facilité.

  «La grande incommodité qu'il a depuis longtemps, c'est la difficulté
  de retenir son urine et un petit dévoiement.»

Pontchartrain fut fort aise d'apprendre que du Casse avait pu enfin
mettre à la voile par un vent favorable. Le temps d'arrêt qu'il avait
dû subir avait fort contrarié le Roi.

Malgré la satisfaction qu'éprouvait le ministre de savoir d'une manière
positive le départ de l'escadre, elle n'était pas sans mélange,
par l'inquiétude où il était qu'il ne pût arriver sans encombre à
Barcelone. Le 28 mars, il fait part de ses craintes à Vauvré.

  «J'ai reçu vos lettres des 11, 14, 15 et 18; j'en ai rendu compte au
  Roi. Sa Majesté m'avait paru fort inquiète de la relâche de M. du
  Casse aux îles d'Hyères, le même jour de sa sortie de Toulon; mais
  sur ce que vous marquez qu'après lui avoir envoyé les secours dont
  il avait besoin pour réparer ce qu'il avait souffert dans sa mâture,
  il a remis à la voile le 16 d'un vent favorable pour sa route, elle
  espère qu'il sera arrivé devant Barcelone du 18 au 20, et j'en
  attends des nouvelles par les premières lettres que je recevrai.

  «Ce que vous me mandez sur l'état de la santé de M. du Casse me donne
  quelque inquiétude, ne la présumant pas aussi bonne que je l'aurais
  souhaité.»

En même temps que cette lettre du ministre, parvenait à Toulon, le 3
avril, la nouvelle que du Casse était arrivé le 17 devant Barcelone;
Bellefontaine se hâta le jour même d'en prévenir Pontchartrain.

  «Nous apprenons l'arrivée de M. du Casse devant Barcelone le 17 de
  mars, mais les temps y sont si terribles que M. le marquis de Marry
  n'a pu encore débarquer les munitions; il faut espérer que la belle
  saison, jointe à l'arrivée de M. le maréchal de Berwick, remédiera à
  tout.»

Et quelques jours plus tard:

  «J'ai reçu des nouvelles de l'arrivée de M. du Casse devant Barcelone
  le 17, où il n'a pu mouiller que le 19 à cause des mauvais temps.
  Il aura apparemment fait travailler au débarquement des munitions
  embarquées sur ses vaisseaux, et aura ensuite fait détacher la
  frégate qu'il a dû envoyer à Toulon pour escorter les bâtiments qui y
  seraient chargés du reste des munitions.»

L'escadre française avait trouvé les vaisseaux espagnols mouillés
devant Barcelone et attendant leur amiral; dès le 20 mars, du Casse
eut, sous ses ordres, ainsi que le portent les états de situation, les
forces suivantes:

Armée navale de France et d'Espagne sous les ordres de M. le lieutenant
général du Casse: l'_Entreprenant_, portant pavillon blanc, du Casse
amiral; le _Furieux_, les commandants et les équipages français à
la solde de l'Espagne, d'Aligre chef d'escadre; _Nostra Signora de
Bignonia_, don Andreas de Pes; _Nostra Signora de Guadalupa_, Pintado;
le _Royal_, le _Prince des Asturies_ et la _Reine Génoise_, portant
pavillon espagnol, les capitaines et équipages génois à la solde de
l'Espagne, marquis de Marry, Justiniani et Pierre Rouge; l'_Hermine_ et
la _Vierge de Grâce_, portant pavillon blanc, vaisseaux du Roi prêtés
à l'Espagne, capitaine et équipage français, de la Roche Hercule et
le chevalier de Fayet; le _Pembrocke_, don Antonio Serrano; _Il sancte
Christe de San Martin_, don Francisco Guiral; la _Reine espagnole_, le
chevalier de Gaëtan; _Santo Francisco de Paolo_ dit _la Gaillarde_,
D. N. de Sellamo; la _Tamilia sacra_, D. N. Solado; _Nostra Signora
d'Atacha_, D. Diego de San Estevan; _Il Aquila de Dantes_, don Pedro
Rivera; _Il sancte Christe de la Vera Cruz_, D. Alonso Garcias; _Il
sancte Christe de San Roman_, D. N. de Nesta.»


Le 25 avril 1714, le Roi écrivit à du Casse de faire chanter un
_Te Deum_ solennel à l'occasion de la conclusion de la paix avec
l'empereur à Rastadt:

  «Monsieur le lieutenant général du Casse, depuis la conclusion des
  traités que mes ambassadeurs signèrent l'année dernière à Utrecht,
  j'ai donné tous mes soins à consommer l'ouvrage de la paix générale
  et je n'ai rien oublié pour engager l'empereur à suivre l'exemple que
  ses alliés venaient de lui tracer. Dieu a béni la sincérité de mes
  intentions, et les conférences tenues à Rastadt entre le maréchal duc
  de Villars et le prince Eugène de Savoie, après la dernière campagne,
  ont enfin produit la paix que je désirais pour le bonheur de mes
  peuples et pour le bien général de toute l'Europe. La tranquillité
  dont elle jouira désormais étant un don de la miséricorde divine,
  mon intention est que, dans toute l'étendue de mon royaume, il en
  soit rendu à Dieu les grâces les plus solennelles; c'est pourquoi
  je vous écris cette lettre pour vous dire que mon intention est
  que vous fassiez chanter le _Te Deum_ sur votre vaisseau amiral
  l'_Entreprenant_, qui est devant Barcelone, que vous y assistiez
  avec tous les officiers qui sont sous votre commandement et que vous
  fassiez au surplus les réjouissances accoutumées.

  «Et la présente n'étant à d'autre fin, etc...

  «Ecrit à Marly, le 25 avril 1714.

  «LOUIS.»

Pendant le mois de mai, du Casse prit, comme le plus élevé en grade
et le plus ancien des officiers généraux, le commandement en chef
des armées de terre et de mer devant Barcelone et la direction des
opérations du siége; mais l'absence de troupes en nombre suffisant
empêchèrent aucune action importante de se produire. Le 3 juin, Louis
XIV envoya le duc de Berwick avec soixante dix-huit bataillons français
de renfort, afin de réduire à l'obéissance les Catalans révoltés.

La santé de du Casse toujours chancelante ne devait pas supporter
l'excès de fatigue que lui avait occasionné le commandement en chef
des armées de terre et de mer. Il était retombé malade et, à bout de
forces, épuisé, mourant, il avait dû solliciter un congé. En recevant
cette demande, Pontchartrain, sur l'ordre du Roi, s'était empressé le
5 juin d'écrire à Vauvré:

  «Le mauvais état de la santé de M. du Casse l'ayant obligé de
  demander au Roi la permission de se débarquer de l'_Entreprenant_
  pour repasser à Toulon et user des moyens convenables pour la
  rétablir, Sa Majesté a bien voulu la lui accorder et donner ordre en
  même temps à M. le Bailly de Bellefontaine de se rendre avec le plus
  de diligence qu'il sera possible devant Barcelone, pour prendre le
  commandement de l'armée navale.»

A cette lettre était jointe celle-ci à l'adresse du bailli de
Bellefontaine:

  «Monsieur, le Roi a été informé par M. du Casse que le mauvais état
  de sa santé ne lui permettait plus d'agir autant que le bien du
  service du roi d'Espagne le demande, et qu'il avait besoin d'un congé
  pour aller aux eaux reprendre des forces. Sa Majesté a bien voulu
  avoir égard à sa demande et m'a ordonné de vous dépêcher un courrier
  pour vous dire que son intention est que vous alliez, sans perdre un
  moment, prendre le commandement.

  «Vous aurez soin de vous faire accompagner par votre
  chirurgien-major, afin que M. du Casse puisse, sans inconvénient,
  emmener le sien, qui lui sera utile dans son voyage.»

Le bailli de Bellefontaine arriva devant Barcelone dans le courant du
mois de juin. L'amiral du Casse lui remit immédiatement le commandement
en chef de l'armée navale et fit voile vers la France. Il débarqua à
Collioure dans les premiers jours de juillet. De cette ville, il se
rendit à Toulouse, où il séjourna quelque temps pour se remettre des
fatigues de la route. A la fin du mois, il partit pour Cauterets, où
il devait prendre les eaux, voyageant à petites journées. Il était
accompagné de son aide de camp M. de la Rigaudière. La saison thermale
qu'il passa dans les Pyrénées lui fit du bien, et au mois de septembre
il profita d'une légère amélioration dans l'état de sa santé pour se
mettre en marche vers Paris, afin d'y retrouver sa famille.

Il n'y arriva qu'au commencement du mois de novembre, ayant dû
s'arrêter constamment par suite des fatigues qu'il éprouvait; sa
femme et sa fille furent effrayées du changement qui s'était opéré
en lui. Elles l'entourèrent des soins les plus tendres, mais toute
leur sollicitude ne put arrêter les progrès de la maladie. Dès
que le printemps fut venu, les médecins ordonnèrent les eaux de
Bourbon-l'Archambault; la science devait être impuissante à prolonger
les jours de cet homme de bien, dont le nom est inscrit dans nos fastes
maritimes comme celui d'un des plus habiles marins du siècle de Louis
XIV, si fertile en capitaines illustres des armées de terre et de mer.
Les blessures de du Casse s'étaient ouvertes de nouveau. Aussi, à peine
fut-il à Bourbon, qu'il expira entre les bras de son gendre, le marquis
de Roye, dans la nuit du 24 au 25 juin. Il fut enterré dans l'église de
la ville, ainsi que le constate l'acte suivant:

  «Aujourd'hui, vingt-septième jour du mois de juin mil sept cent
  quinze, a été inhumé dans l'église de céans, en la chapelle
  de Saint-Georges, devant l'autel Saint-Crépin, très-haut et
  très-puissant seigneur messire _Jean Ducasse_, lieutenant général
  des armées navales du Roy, commandeur de l'ordre militaire de
  Saint-Louis, capitaine général de l'armée d'Espagne, chevalier
  de la Toison-d'Or, décédé le vingt-cinq à trois heures du matin,
  âgé d'environ soixante-cinq ans, en la maison de M. Bourdier de
  Lamoulière, auxquels convoi et enterrement a été présent très-haut
  et très-puissant seigneur messire Louis de Roye de La Rochefoucauld,
  lieutenant général des galères de France et chevalier de l'ordre
  militaire de Saint-Louis, et M. Charles de Bottière, chirurgien du
  corps du roi, maître chirurgien à Paris, qui ont signé.

  «(Signé) Louis de Roye de La Rochefoucauld, de Bottière, Bourdier et
  Chazelet, curé archiprêtre.»

Saint-Simon retombe encore, à propos de la mort de du Casse, dans les
mêmes erreurs sur la profession du père de l'amiral et sur la naissance
de ce dernier. Ces erreurs, nous les avons déjà signalées et rectifiées
plus haut.

Le duc enregistre cette mort dans les termes suivants:

  «Du Casse mourut fort âgé et plus cassé encore de fatigues et de
  blessures. Il était fils d'un vendeur de jambons de Bayonne, et de
  ce pays-là où ils sont assez volontiers gens de mer. Il aima mieux
  s'embarquer que suivre le métier de son père, et se fit flibustier.
  Il se fit bientôt remarquer parmi eux par sa valeur, son jugement,
  son humanité. En peu de temps ses actions l'élevèrent à la qualité
  d'un de leurs chefs. Sa réputation le tira de ce métier pour entrer
  dans la marine du Roi, où il se signala si bien qu'il devint
  promptement chef d'escadre, puis lieutenant général, grades dans
  lesquels il fit glorieusement parler de lui, et où il eut encore
  le bonheur de gagner gros, sans soupçon de bassesse. Il servit si
  utilement le roi d'Espagne, même de sa bourse, qu'il eut la Toison,
  qui n'était pas accoutumée à tomber sur de pareilles épaules. La
  considération générale qu'il s'était acquise, même du Roi et de ses
  ministres, ni l'autorité, où sa capacité et ses succès l'avaient
  établi dans la marine, ne purent le gâter. Il était fort obligeant
  et avait beaucoup d'esprit, avec une sorte d'éloquence naturelle, et
  même hors des choses de son métier il y avait plaisir et profit à
  l'entendre parler. Il aimait l'État et le bien pour le bien, qui est
  chose devenue bien rare.»

Charlevoix, le savant historien des Antilles, écrivait quelques années
plus tard:

  «M. du Casse était un homme dont la valeur allait de pair avec la
  prudence, que son habileté mettait toujours au-dessus des plus
  fâcheux contre-temps, qui, dans quelque extrémité qu'il se soit
  trouvé, n'a jamais manqué de ressources, mais les a toujours
  cherchées dans son courage et sa vertu.»

L'histoire a ratifié ce jugement, porté par un contemporain.

La marine royale faisait en du Casse une perte sensible; il était un
des derniers survivants de la glorieuse épopée du règne de Louis XIV.
Quelques mois plus tard, le Roi allait descendre dans la tombe. Avec
lui s'écroulait le grand siècle, faisant place à l'époque mesquine
qui s'ouvrait par les saturnales de la Régence pour se terminer par
les vilenies du parc aux Cerfs, époque où devaient briller Philippe
d'Orléans, opprobre de la maison royale, Dubois, honte de l'Église,
Voltaire, capable de mettre aux pieds de la Pompadour et au service de
la Prusse, ennemie de sa patrie, un génie incomparable.

La notion du juste et de l'injuste allait s'effacer du cœur des
Français sous la régence d'un prince sceptique, incapable de rien
respecter, et sous le règne d'un roi spirituel, intelligent, brave
comme tous ceux de sa race, mais d'une faiblesse de caractère pire que
la sottise pour un chef d'Etat, défaut qu'un système d'éducation mal
entendu avait augmenté chez Louis XV, en lui inspirant une défiance de
lui-même, funeste chez un homme dont la volonté doit s'imposer.

Du Casse n'eut pas, comme son compagnon d'armes du siége de Barcelone
le duc de Berwick, la douleur de voir le neveu de Louis XIV saper par
la base, en déclarant la guerre à l'Espagne, l'œuvre de famille qui
aurait dû assurer la grandeur de la maison de France. La Providence lui
épargna le spectacle du petit-fils du grand roi, subissant, vainqueur,
des traités de paix que l'aïeul vaincu aurait rejetés.



NOTE


L'amiral du Casse laissa une veuve, née Marthe de Baudry, qui mourut le
2 décembre 1743, âgée de 82 ans, et une fille, Marthe du Casse, mariée
à Louis de la Rochefoucauld, marquis de Roye, lieutenant général des
galères.

De cette union naquit Louis-Jean-Frédéric de la Rochefoucauld, duc
d'Anville, qui épousa sa cousine Nicole de la Rochefoucauld; leur
fils, Louis-Alexandre, duc de Liancourt et de la Roche-Guyon, fut
assassiné à Gisors dans le courant de l'année 1792. En lui s'éteignit
la descendance masculine de Louis de la Rochefoucauld et de Marthe du
Casse. Marié deux fois, sans avoir eu d'enfant, le duc Louis-Alexandre
ne laissa que des sœurs.


L'amiral du Casse laissait, pour héritier de son nom, un neveu, Jean
du Casse, son filleul, né à Saubusse en 1680, bon et beau garçon,
spirituel, franc, loyal, d'une nature impétueuse, mais incapable de
s'astreindre à aucune règle, imprévoyant de l'avenir, oublieux de
la veille, peu soucieux du lendemain, avec cela plein de sens et de
justesse, lorsqu'on le forçait à la réflexion et au raisonnement. En
1701 il venait d'atteindre sa vingtième année et était à Bayonne,
auprès de sa sœur Suzette du Casse mariée à Jean de Vidon, lorsque leur
oncle vint faire un court séjour dans cette ville.

Le futur lieutenant général des armées navales mit toute son influence
à la disposition de son neveu pour lui faciliter l'entrée de la
carrière qu'il voudrait embrasser, proposant de lui obtenir un brevet
d'officier dans la marine royale. Voyant que le jeune homme montrait
peu d'empressement pour le noble métier des armes, son oncle offrit de
lui acheter, de ses propres deniers, une charge dans la magistrature.
Même refus de la part du récalcitrant, qui ne voyait pas la nécessité
de changer de condition, se trouvant fort heureux de la vie qu'il
menait. Là-dessus colère de l'oncle, dissertations sans fin sur le
devoir de se rendre utile à ses compatriotes, longues homélies sur
les aventures galantes du neveu qui désolaient sa sœur et faisaient
scandale dans la bonne ville de Bayonne.

Jean entendait avec le plus beau flegme du monde toutes les sages
exhortations de son parrain, et persévérait dans sa folle existence.

Il fit tant et si bien qu'il s'aperçut, au commencement de l'année
1704, qu'il avait entièrement dissipé son faible patrimoine.
Trouvant que la bourse de sa sœur et de son beau-frère, très-bons et
très-indulgents pour ses peccadilles, devait être considérée par lui
comme sienne propre, il s'avisa de vouloir y puiser. Une première fois
ce fut facile, une seconde moins; une troisième demande ne fut pas
accueillie. Le beau-frère refusa, non pas qu'il manquât de générosité,
mais dans l'espoir de faire changer Jean de conduite et de l'amener à
suivre ses avis.

«Un oncle est un caissier donné par la nature,» devait écrire plus tard
un poëte dramatique; c'était assez l'opinion du jeune homme. Refusé,
de sa sœur, il s'adressa à son parrain. Celui-ci reçut la requête
au moment où il allait prendre la mer avec le comte de Toulouse. Il
répondit à Jean qu'il était tout disposé à faire ce que déjà il avait
proposé; que la campagne prête à s'ouvrir était une occasion unique;
qu'il l'engageait donc à le rejoindre, se chargeant de lui obtenir
une commission pour servir près de lui, sur son vaisseau; ajoutant
qu'à cette condition sa bourse lui serait ouverte et qu'il en pourrait
user largement; mais que s'il refusait, il ne devait plus compter sur
l'oncle et parrain.

Jean du Casse, malgré tout ce que put dire sa famille, refusa net les
propositions de l'amiral et imagina, pour faire pièce à ses parents
de Bayonne, le plus singulier plan de conduite. Il achète une barque,
l'amarre à la rive gauche de l'Adour et fait publier par le crieur
public à travers les rues de la ville que «Le sieur Jean du Casse se
tiendra chaque jour, du lever au coucher du soleil, à la disposition de
ses concitoyens, pour faire traverser l'Adour, moyennant un _sol_ par
homme et sans rétribution pour les _dames_ et _damoiselles_.»

Cette annonce fit le bonheur des habitants de la ville. Tout Bayonne
fut voir le beau-frère du riche Jean de Vidon, le neveu du célèbre chef
d'escadre chevalier de Saint-Louis, conduisant gravement sa barque et
acceptant un sou de n'importe qui pour la traversée du fleuve.

Le jeune homme écrivit à sa sœur qu'il s'était empressé de déférer aux
sages avis de son mari en se rendant utile à ses compatriotes, aux
conseils de leur oncle en se faisant marin puisqu'il naviguait sur
l'Adour; il signa sa lettre: Jean du Casse, _batelier_.

Ce véritable tour d'écolier fit rire toute la ville, excepté les Vidon.
Néanmoins ils ne voulurent pas céder. Ils avaient seulement grande
crainte que cette belle équipée ne vînt aux oreilles de leur oncle, qui
aurait pu mal prendre la chose, étant devenu fier et assez orgueilleux
depuis le mariage de sa fille avec un gentilhomme de la maison de la
Rochefoucauld.

Jean exerçait, depuis quelque temps, ses nouvelles fonctions de
batelier, consciencieusement, à la grande joie de tous ses amis, les
_gandins_ de l'époque dans la bonne ville de Bayonne, lorsqu'une jeune
et jolie personne, originaire de Saubusse, Mlle Estiennette de Jordain,
riche orpheline, qui vivait à Bayonne chez des parents éloignés M. et
Mme de Saint-Forcet, se présenta, avec eux pour passer l'Adour et se
rendre au bourg Saint-Esprit.

Pendant la traversée, Estiennette de Jordain, gaie comme une
pensionnaire de vingt ans échappée de son couvent, riait aux éclats de
toutes les réflexions qu'elle faisait à voix basse à ses deux parents,
et qui lui étaient inspirées par la vue du batelier qu'elle avait
connu dans une condition bien différente. Elle s'agita tant et si bien
qu'elle tomba dans le fleuve. Confier le gouvernail du frêle esquif à
M. de Saint-Forcet et se jeter à l'eau fut pour Jean l'affaire d'un
instant. Il saisit la jeune fille prête à périr et vint la déposer
entre les bras des siens. Revenue à elle, ses premiers regards furent
pour son sauveur. Le lendemain celui-ci, ayant été savoir de ses
nouvelles, fut reçu par toute la famille qui l'engagea à renouveler
sa visite. Un jeune homme de vingt-quatre ans ne se fait jamais prier
pour aller voir une belle personne. Il revint le lendemain, puis le
surlendemain, et les jours suivants; le résultat de ses visites fut que
la jeune fille déclara qu'elle n'aurait jamais d'autre mari que lui.
Les parents s'y opposèrent, objectant le manque de fortune du futur;
mais son beau-frère Vidon, ayant reçu les confidences du jeune homme
également amoureux, vint lever tous les obstacles en déclarant qu'il
donnait à Jean un intérêt dans ses affaires d'armateur; dès lors on ne
songea plus qu'aux apprêts du mariage qui fut célébré au mois d'août
1704.

Mademoiselle de Jordain[9] exigea que l'on inscrivît dans l'acte que
son mari était _batelier_, afin que ce mot rappelât dans l'avenir, à la
mémoire de ses futurs enfants, le courageux dévouement de leur père.

  [9] Jordain, porte d'argent à 3 canettes de sable sur une rivière
  ondée d'azur.—Chef d'or chargé de trois étoiles de sable.

C'est ce même acte de mariage, auquel il a été fait allusion au
commencement de ce volume, à cause de la singularité de l'orthographe.
En effet, la plupart des noms y sont écrits de deux manières
différentes. Ainsi la future est qualifiée Estiennette de Jourdain;
elle signe E. de Jordain. Parmi les témoins, l'un est appelé Portau, et
signe du Pourtau; un autre, André Nolibois, signe André de Nolibosc.
Enfin le beau-frère du marié se change en Jean de _B_idon, tandis qu'il
signe Jean de _V_idon, qui est son nom véritable.

Cet acte est le premier où _Du Casse_ soit écrit _Ducasse_, orthographe
qui règne dans la plupart des actes rédigés à Bayonne.

Aussitôt que le mariage avait été convenu, on s'était empressé d'en
faire part au chef d'escadre, l'informant en même temps des diverses
circonstances qui l'avaient amené. La lettre fut longtemps en route; le
valeureux marin, à qui elle était destinée, servait en ce moment sur
les vaisseaux du comte de Toulouse sur le point de livrer la bataille
de Vélez-Malaga. La lettre ne joignit du Casse qu'à Toulon, à son
retour de cette campagne. Le récit de la folle aventure de son neveu
le divertit beaucoup; le dénoûment le réjouit encore davantage, et
il répondit à la nouvelle qu'on lui apprenait par l'envoi d'un bateau
lilliputien rempli de magnifiques bijoux pour la femme du _batelier_.

Il vit sa nouvelle nièce lors d'un voyage qu'il fit deux ans plus tard,
quand il fut envoyé en mission auprès du roi d'Espagne. Elle lui plut
et il le lui témoigna par de grandes libéralités. L'amiral aida aussi
beaucoup les importantes entreprises d'armateur de Jean de Vidon, qui
avait associé son beau-frère à ses affaires.

Suzette du Casse, de son mariage avec Jean de Vidon, n'eut qu'une
fille, Agne, grande héritière qui épousa le plus riche habitant de
Bayonne, Etienne de Lormand. De cette union naquit Nicolas de Lormand,
écuyer, père du richissime Jacques Lormand, célèbre dans le Béarn
par son testament, qui déshéritait toute sa famille pour laisser sa
fortune à des couvents, hôpitaux, et autres établissements publics
ou religieux, entre autres la cathédrale de Bayonne, à laquelle il
légua quarante mille livres de rente, qui ont servi à élever dans ce
magnifique monument des petites chapelles bariolées, des couleurs les
plus criardes et d'un parfait mauvais goût.

Jean du Casse et Estiennette de Jordain eurent plusieurs enfants, dont
trois, Pierre-Xavier, Elisabeth et Jeanne, entrèrent en religion.
L'aîné des fils, Bernard, né le 11 juillet 1714, et baptisé le
lendemain à la cathédrale de Bayonne, eut pour parrain son oncle
maternel Bernard de Jordain, alors à Nantes, et pour marraine sa
cousine germaine, du côté de son père, Agne de Vidon.

Cet heureux événement fut suivi, un an plus tard, d'un grand deuil
pour toute la famille, la mort de l'amiral du Casse. Bernard ne connut
donc pas son illustre oncle, mais il conserva toujours la plus grande
vénération pour sa mémoire.

Il le prouva d'une manière éclatante dans une circonstance solennelle.

L'affection et l'estime de ses concitoyens l'avaient élevé à la charge
d'échevin. Il exerçait cette charge depuis plusieurs années lorsque le
conseil de la ville lui offrit de solliciter du roi l'autorisation pour
lui d'ajouter à son nom celui de la cité, de s'appeler à l'avenir du
Casse de Bayonne, et d'écarteler ses armes patrimoniales de celles de
son pays natal.

Bernard refusa, préférant garder le nom plus modeste, illustré par son
grand-oncle.

Il ressemblait beaucoup à ce dernier physiquement et sous le rapport
de l'intelligence; il était comme son père, Jean, d'un commerce
très-agréable dans la vie sociale, pétillant d'esprit, avec une
grande mobilité dans le caractère, excessivement original, parfois
même un peu braque. Cela ne l'empêcha pas de rester toujours dans de
très-bons termes, non-seulement avec ceux de ses proches parents et
amis qui habitaient Bayonne, mais même avec des parents éloignés qui ne
venaient que peu ou pas dans le Béarn, comme Paul du Casse, capitaine
au régiment de Touraine, Jacques-Xavier du Casse, chancelier garde
des sceaux au parlement de Toulouse, Frédéric de la Rochefoucauld duc
d'Anville, etc., etc.

Il avait épousé Marthe Rigal[10], dont il eut plusieurs enfants.

  [10] Rigal porte de gueules, à un chef d'azur chargé de trois besants
  d'or.

Deux entrèrent dans les ordres et devinrent, l'un chanoine de la
cathédrale de Bayonne, l'autre curé d'Ondres, en Béarn.

Une fille, Élisabeth, fit un mariage riche. Elle épousa un banquier du
Midi; leur petit-fils est devenu ministre, sénateur et grand-croix de
la Légion d'honneur.

Un des fils de Bernard passa en Amérique.

Le plus jeune fut:

  JACQUES-NICOLAS-XAVIER DU CASSE,

  Maréchal des camps et armées du Roi, cordon-rouge de l'ordre royal et
  militaire de Saint-Louis.

A peine âgé de dix-neuf ans, il reçut une commission de sous-lieutenant
au régiment de Navarre. Le 15 septembre 1791, par suite de la loi
de remaniement de l'armée, il passa dans le cinquième régiment
d'infanterie, de nouvelle formation. Neuf mois plus tard, indigné des
excès révolutionnaires et froissé dans ses sentiments royalistes, il
envoya sa démission au ministre de la guerre, qui lui répondit le 25
juin 1792:

  «J'ai mis sous les yeux du Roi, monsieur, les motifs qui vous ont
  déterminé à renoncer à l'emploi de sous-lieutenant auquel Sa Majesté
  vous avait nommé le 15 septembre de l'année dernière, dans le
  cinquième régiment d'infanterie, pour suivre une autre carrière, et
  je vous préviens qu'elle a accepté votre démission.»

Toutefois, le jeune officier démissionnaire ne quitta pas la France.
Son ardent patriotisme ne se serait pas plié aux exigences de
l'émigration. Si l'empereur d'Allemagne, François II, passant une revue
de ses troupes et fier de leur belle tenue, lui eût dit: «Voilà de quoi
bien battre les sans-culottes,» Xavier du Casse, lui aussi, n'aurait
pas pu s'empêcher de répondre, comme le fit un gentilhomme français
émigré: «C'est ce qu'il faudra voir.»

Resté à Paris, Xavier du Casse, lors de la journée du 10 août, accourut
au château, ainsi que d'autres officiers démissionnaires, mettre son
épée à la disposition du Roi, qui ne sut pas utiliser les offres d'un
grand nombre de braves gentilshommes, et laissa, par une bonté mal
entendue, massacrer les Suisses et la plupart de ses défenseurs.

Recherché pour ce fait, le jeune du Casse faillit périr sur l'échafaud;
il n'eut d'autre ressource pour échapper aux massacres de Paris que
de gagner la frontière des Pyrénées; mais, au lieu de passer en
Espagne, il demanda un asile à la grande famille militaire. Nommé
lieutenant-adjoint aux adjudants-généraux à l'armée des Pyrénées
occidentales, il ne tarda pas à s'élever par son mérite et par son
courage. Aussi, lors de la création de la Légion d'honneur, bien que
simple adjudant-commandant (chef de bataillon), il fut un des premiers
(_le dixième_) promu officier de l'ordre.

Chef d'état-major de la division territoriale à Bourges en 1804, il
épousa l'une des plus jolies personnes de cette ville. Ce mariage
le rendait beau-frère d'un gentilhomme connu pour ses opinions
légitimistes, M. de Villeneuve Busson, allié de M. Hyde de Neuville,
compromis dans toutes les affaires de la chouannerie, devenu plus tard
ministre sous Charles X.

Xavier du Casse était un brave soldat, un officier fort instruit, un
excellent militaire et un écrivain distingué, mais spirituel, moqueur,
caustique à l'excès, toujours enclin à la critique et très-frondeur.
Si l'on ajoute à ces qualités et à ces défauts ses attaches dans le
parti royaliste, on comprend qu'il fût assez mal vu par Napoléon,
qui, connaissant tous les officiers de son armée, se montrait peu
bienveillant pour ceux qui faisaient de l'opposition.

Aussi le colonel du Casse fut-il souvent mis de côté sous le premier
empire. A la retraite en mai 1809, il fut rappelé à l'activité en
1810 et envoyé en Westphalie en qualité de directeur du personnel du
ministère de la guerre westphalien. Ces fonctions dans ce singulier
royaume lui convenant peu, au bout d'une année il obtint de passer à
l'état-major général du 11e corps d'armée.

Au mois de novembre 1812, il fut investi du commandement du grand-duché
de Mecklembourg et envoyé en cette qualité à Rostock. Pendant qu'il
occupait ce poste, on lui proposa un million s'il voulait _fermer les
yeux_ pendant la visite d'un bâtiment chargé de marchandises anglaises.

Xavier du Casse fit son devoir et resta fidèle à l'honneur, en
repoussant cette offre.

Au commencement de 1814, le maréchal Augereau ayant reçu le
commandement de l'armée de Lyon, désigna pour son chef d'état-major
général le colonel du Casse.

Nommé général de brigade le 23 mars 1814, Xavier du Casse fit toute
cette campagne avec le maréchal. Après l'abdication de Napoléon, il fut
chargé de pourvoir à la sécurité de l'empereur pendant que le souverain
déchu traverserait les départements occupés par l'armée de Lyon. Le 24
avril 1814, il écrivit de Valence, à ce sujet, au duc de Castiglione:

  «J'ai attendu le retour de l'officier que j'avais envoyé à Loriol,
  pour rendre compte à Votre Excellence du passage de l'empereur.
  Après avoir traversé l'Isère, Sa Majesté a été accueillie par les
  soldats de garde au Pont-Brûlé par les cris de _Vive l'Empereur!_
  A Valence il ne s'est point arrêté, comme on l'avait annoncé, pour
  déjeuner; il a traversé rapidement le faubourg. Les grenadiers du
  quartier général, les hussards de l'escorte de Votre Excellence et
  la compagnie des chasseurs autrichiens lui ont rendu les honneurs
  militaires. Le peuple et les soldats ont été calmes; pas un cri
  ne s'est élevé. Il a montré de l'émotion en voyant les grenadiers
  français et les a salués avec attendrissement. Plusieurs d'entre eux
  (ceci n'est point une exagération) versaient des larmes.

  «J'ai éprouvé moi-même un serrement de cœur dont je ne suis pas
  encore revenu. Il a changé de chevaux hors de la ville sur la route
  de Loriol. Là, plusieurs soldats ont crié _Vive l'Empereur!_

  «—Mes amis, leur a-t-il dit, je ne suis plus votre empereur, c'est
  _Vive Louis XVIII_ qu'il faut crier.»

  «—Vous serez toujours mon empereur,» a répondu un voltigeur du 67e
  régiment, en s'élançant à la portière et en lui pressant la main. Il
  a porté la sienne sur ses yeux et a dit au général Bertrand:

  «—Ce brave homme me fait mal.»

  «Entre la Paillasse et Loriol, les voitures ont rencontré la brigade
  Ordonneau. Les régiments ont fait front, ont battu aux champs et lui
  ont rendu les honneurs militaires. Des soldats, en faible minorité,
  ont crié _Vive l'Empereur!_

  «Il a appelé le général Ordonneau et a causé quelques instants avec
  lui. Apercevant le colonel Teulet du 67e, il a dit: «Ce colonel sort
  de ma garde;» il s'est entretenu avec lui. Arrivé à Loriol, il a été
  environné par les canonniers de l'artillerie de la 1re division qui
  n'en part que demain. Un d'eux lui a dit:

  «S'il y avait deux cent mille hommes comme moi, nous vous enlèverions
  et vous remettrions à notre tête; ce ne sont pas vos soldats qui vous
  ont trahi: ce sont vos généraux.»

  «Il a eu un mouvement convulsif, que le général Bertrand a calmé en
  lui serrant le bras. Il est parti de Loriol avec le projet de se
  reposer à Montélimart. Il paraît craindre de passer à Avignon et à
  Aix. L'escorte de vos hussards l'a quitté à Loriol.»

Si Xavier du Casse se fit mal noter sous le premier empire par son
esprit d'opposition et ses boutades sarcastiques contre le gouvernement
établi, la lettre qu'on vient de lire montre que, gentilhomme et
soldat, il n'eut que des paroles pleines d'égards et de respect pour
le héros tombé.

Après avoir assuré la sécurité du passage de Napoléon, le général fut
chargé, quelques jours plus tard, d'escorter Mme la duchesse d'Orléans
qui rentrait en France. Pendant les quelques jours qu'il accompagna
cette princesse, il adressa à sa femme plusieurs lettres, et dans
toutes il écrivait que sa conviction était que la branche cadette avait
l'idée de remplacer sur le trône de France la branche aînée.

Cette tendance de la famille d'Orléans affligeait le général, dévoué
serviteur de la maison royale, heureux de voir le sceptre dans les
mains d'un frère du roi martyr, sous le règne duquel il avait fait
ses débuts dans la vie militaire comme sous-lieutenant au régiment de
Navarre.

Nommé chevalier de Saint-Louis, le 29 juillet 1814, commandeur de la
Légion d'honneur le 9 novembre, le général du Casse fut appelé, le 23
janvier 1815, au commandement du département du Var, à Toulon. Il s'y
trouvait lors du retour de l'île d'Elbe. Il fit arrêter l'avant-garde
de Napoléon, composée de vingt-cinq hommes sous les ordres d'un
capitaine.

Le gouvernement de la Provence était exercé par un maréchal de l'empire
qui, depuis le retour de Louis XVIII, s'était montré le chaud partisan
de la branche aînée. Tout à coup, sur la nouvelle du débarquement, le
maréchal réunit les officiers sous ses ordres et leur prêche l'amour de
l'empereur.

Le général du Casse, indigné, émet en termes assez peu mesurés l'avis
de garder le serment de fidélité fait au Roi, et de soutenir la lutte
contre Napoléon. Seul de son opinion, il la maintient énergiquement et,
s'adressant directement au gouverneur de la Provence, il lui demande ce
que signifie un pareil changement de conduite, un semblable langage,
une telle palinodie.

Le maréchal furieux vient à lui, le pousse dans une pièce voisine:

«Mais malheureux, s'écrie-t-il, tu veux donc te faire fusiller;
tais-toi.»

Le fait est que le général n'échappa qu'à grand'peine à la mort. Le
bruit de son attitude résolûment royaliste s'étant répandu dans la
garnison, les troupes voulurent lui faire un mauvais parti. Des soldats
ivres, le sabre à la main, envahirent sa demeure; il fut sauvé, grâce à
la présence d'esprit de son hôtesse, femme courageuse, qui parvint à le
dérober à la fureur des assassins.

Le duc de Rivière était dans la ville et partait le jour même pour
Constantinople, comme ambassadeur du Roi. Il proposa au général et à sa
femme de les prendre à son bord et de les emmener en Orient, mais la
baronne du Casse refusa cette offre obligeante ne voulant pas quitter
la France, où elle aurait été obligée de laisser un enfant en nourrice.

Le général du Casse, étant parvenu à sortir de la ville, vint se mettre
à la disposition de Mme la Dauphine, qui essayait d'organiser la
résistance dans le midi de la France. Lors de la formation par M. le
duc d'Angoulême d'une petite armée, il fut attaché par le prince à son
état-major général. Il était alors sans aide de camp. Ayant désigné un
jeune officier, M. Mottet, pour remplir cette fonction, il reçut de M.
le Dauphin la flatteuse lettre suivante datée du Pont Saint-Esprit, 1er
avril 1815.

  «Monsieur le maréchal de camp baron du Casse,

  «J'ai reçu votre lettre du 28 mars; elle contient une demande que je
  vous accorde avec plaisir. J'approuve que M. Mottet vous soit attaché
  en qualité de lieutenant aide de camp avec les appointements de son
  grade. Je ne doute pas qu'il ne soit très-digne de cette faveur,
  _puisqu'il m'est présenté par vous de qui la duchesse d'Angoulême a
  eu si fort à se louer et que je tiens pour un des bons serviteurs du
  Roi_. Comptez bien sur toute mon estime. Votre affectionné,

  «LOUIS-ANTOINE.»

Dans le courant du mois d'avril le général du Casse reçut du ministre
de la guerre impérial l'ordre de venir à Paris se justifier de sa
conduite. Loin d'obtempérer à cette injonction il se jeta dans les
montagnes d'Auvergne et il fit bien. L'empereur était convaincu, à
tort croyons-nous, que le général du Casse était l'auteur du fameux
passage de la proclamation d'Augereau en 1814, disant que Napoléon
_n'avait pas su mourir en soldat_. L'empereur prétendait que le duc
de Castiglione était trop _bête_ pour avoir trouvé à lui tout seul
cette phrase, qui avait dû lui être soufflée par son spirituel mais
mordant chef d'état-major. Aussi Napoléon voulait-il profiter de la
conduite du baron du Casse dans le Midi pour faire passer cet officier
général devant un conseil de guerre; le bruit courait même qu'il
l'aurait volontiers vu condamner à mort pour crime de rébellion contre
l'autorité impériale. Pendant toute la durée des Cent-Jours le général
du Casse resta caché, sous un nom supposé, en Auvergne.

Le 1er septembre, Louis XVIII le nomma au commandement de la Nièvre. En
1816, Mme la duchesse d'Angoulême, qui l'aimait et l'estimait beaucoup,
vint à Nevers. Trouvant dans le salon de la préfecture le corps
d'officiers des chasseurs de l'Isère, elle éleva soudain la voix:

«Messieurs, leur dit-elle, vous êtes bien heureux d'être sous les
ordres du général du Casse: _c'est le modèle de l'honneur et de la
fidélité_.»

C'était, en peu de mots, le plus bel éloge que l'on puisse faire d'un
soldat.

Ce régiment des chasseurs de l'Isère était commandé par le marquis de
la Roche-Fontenilles, neveu du lieutenant général honoraire marquis
de Fontenilles, et cousin du comte Honoré de Fontenilles, devenu plus
tard aide de camp de M. le Dauphin; le général du Casse, fort lié avec
l'oncle et avec le cousin, avait pris en grande affection M. de la
Roche-Fontenilles, et pendant son séjour à Nevers il le maria avec Mlle
de la Rochefoucauld, fille d'une amie de la baronne du Casse.

Le 1er décembre 1817, le général fut mis en non-activité.

Monsieur, comte d'Artois, depuis Charles X, vit avec peine retirer un
commandement effectif à l'un des plus fidèles serviteurs du Roi; aussi
écrivit-il, le 7 février, au baron du Casse le billet suivant:

  «Le général du Casse peut être assuré que je ne néglige aucun moyen
  pour qu'il soit promptement emploié (_sic_) comme il mérite si bien
  de l'être.

  «CHARLES-PHILIPPE.»

Au-dessous et tracés de la main du général, on lit ces quelques
mots: «Cette lettre m'a été écrite lorsque j'ai été destitué de mon
commandement par M. le maréchal Saint-Cyr, pour avoir favorisé les
élections des deux candidats royalistes.»

Il faut convenir que jamais gouvernement n'a poussé, aussi loin que la
Restauration, l'honnêteté politique.

Il serait difficile, croyons-nous, sous les règnes qui ont suivi,
de trouver un seul exemple d'un officier général relevé de son
commandement pour avoir favorisé l'élection d'un candidat dévoué au
gouvernement existant.

Quelle distance franchie pour en arriver aux candidatures officielles!

Tous les princes de la branche aînée voulurent, dans cette
circonstance, bien prouver au baron du Casse que cette disgrâce
momentanée n'enlevait rien à l'estime qu'ils éprouvaient pour lui;
c'est ainsi que M. le Dauphin fit écrire, le 31 août 1818, par son
secrétaire des commandements, le baron de Giresse de la Beyrie, à Mme
du Casse la lettre suivante:

  «Madame la baronne, j'ai l'honneur de vous informer que Monseigneur,
  duc d'Angoulême, est dans l'intention de recommander monsieur votre
  fils au ministre de la guerre pour une place gratuite à l'école de
  Saint-Cyr ou à celle de la Flèche.

  «Je suis heureux d'avoir à vous faire connaître les dispositions
  favorables de Son Altesse royale et de trouver cette occasion de
  vous offrir l'hommage des sentiments respectueux avec lesquels
  j'ai l'honneur d'être, madame la baronne, votre très-humble et
  très-obéissant serviteur.

  Signé: GIRESSE DE LA BEYRIE.»

Au commencement de 1829, le général du Casse fut appelé à commander le
département de la Somme à Amiens.

Le 16 mai 1821, il fut nommé grand-officier de la Légion d'honneur.

Le 24 mars 1822, il fut choisi, avec le marquis de Rougé, pair
la France, par le comité central de l'association paternelle des
chevaliers de Saint-Louis, pour être commissaire honoraire du comité du
département de la Somme.

Dans le courant de 1824, il fut question, dans les sphères militaires,
d'une promotion de lieutenants-généraux. A l'insu de son mari, la
baronne du Casse écrivit à Monsieur, comte d'Artois, pour lui rappeler
les services rendus par le général à la famille royale. Le 20 juillet
elle reçut du chef d'état-major de ce prince, le maréchal-de-camp baron
de Kentzinger, la lettre suivante:

  «Madame la baronne, _Monsieur_ a lu, avec un véritable intérêt, la
  lettre que vous avez adressée à S. A. R. en date du 23 de ce mois,
  et je suis chargé d'avoir l'honneur de vous informer que, désirant
  donner à M. le général du Casse, votre mari, une preuve de l'intérêt
  qu'il lui porte, _Monsieur_ a prié le ministre de la guerre de le
  proposer au Roi pour le _cordon rouge_, en attendant qu'il soit
  possible de faire une promotion dans l'état-major général de l'armée;
  mais S. E. ayant fait observer à _Monsieur_ que le Roi avait décidé
  qu'il ne serait pas fait de promotion cette année dans _l'ordre_ de
  Saint-Louis, vu que le nombre des commandeurs existant excède encore
  de 29 le cadre tel qu'il a été fixé par les ordonnances royales,
  _Monsieur_ ne voit pas sans peine le retard apporté au désir qu'a S.
  A. R. de donner à M. le général du Casse, dont il apprécie depuis
  longtemps les bons services et le dévouement, un témoignage de la
  satisfaction qu'il a de sa belle conduite dans les temps difficiles,
  dont la mémoire ne s'effacera jamais du souvenir de ce bon prince.

  «J'éprouve, en mon particulier, un bien grand regret de ne pouvoir
  vous faire une réponse conforme à votre attente, et vous prie, madame
  la baronne, de faire agréer ces regrets à M. le général, en recevant
  vous-même, avec bonté, l'expression de mes sentiments les plus
  sincères et les plus respectueux.»

L'avénement de Charles X en 1824 fut l'occasion de nombreuses
promotions. Le général du Casse reçut le 25 mai du ministre de la
guerre la lettre suivante:

  «Monsieur le baron, je m'empresse de vous informer que le Roi, par
  ordonnance du 23 de ce mois, a daigné vous élever à la dignité de
  commandeur de Saint-Louis.

  «Les insignes vous seront remis par Sa Majesté elle-même et adressés
  d'après ses ordres.

  «Certain de votre gratitude pour cette haute faveur, récompense de
  vos services, je me trouve heureux d'avoir reçu du Roi l'ordre de
  vous l'annoncer.

  «J'ai l'honneur d'être, monsieur le baron, avec une considération
  distinguée, votre très-humble et très-obéissant serviteur. (Signé:)
  marquis de Clermont-Tonnerre.

  _P. S._ «Sa Majesté, dont j'ai pris les ordres, vous autorise à vous
  revêtir immédiatement des insignes.»

Le général du Casse, comme le plus ancien des maréchaux de camp de la
16e division militaire, remplaçait quelquefois le lieutenant général
commandant à Rouen. Il remplissait cet intérim en 1826, lorsque madame
la duchesse de Berry vint faire un court séjour dans la capitale de la
Normandie. La princesse était accompagnée de son chevalier d'honneur,
le duc de Lévis. On sait que l'illustre et antique maison de Lévis a la
prétention de descendre d'un cousin de la sainte Vierge. Beaucoup de
gens ont entendu parler du tableau exécuté sur les données d'un membre
de cette famille, et où le premier de sa race est représenté parlant à
la sainte Vierge, le chapeau à la main:

«Mon cousin, dit la mère de Notre-Seigneur, couvrez-vous.

—Ma cousine, c'est pour ma commodité.»

A un grand déjeuner auquel assistait madame la duchesse de Berry,
le duc de Lévis se fit attendre. La princesse dit que son chevalier
d'honneur s'était sans doute mis en retard en allant voir la
cathédrale. «Je suis désolé de n'avoir pas été prévenu, s'écria
le préfet, car il aura trouvé les portes fermées.» La princesse
s'associant aux regrets du préfet, le général du Casse se prit à dire:

«Que Votre Altesse royale se rassure, la sainte Vierge saura bien faire
ouvrir une porte à son cousin.»

La princesse trouva le propos plaisant, et, le duc étant arrivé, elle
s'empressa de le lui répéter. M. de Lévis, au lieu d'en rire, parut peu
satisfait.

Deux ans plus tard, au mois de septembre 1828, le Roi vint à Amiens. Le
soir de son arrivée, un grand bal officiel fut donné. Le préfet, chargé
des présentations, voulut nommer à Sa Majesté la baronne du Casse.

«Oh! c'est inutile, dit en souriant Charles X, Mme du Casse est pour
nous une ancienne connaissance.»

Ce disant, il lui prit affectueusement la main, puis, apercevant à
côté d'elle son plus jeune fils, le Roi embrassa l'enfant avec la plus
grande bonté.

Malgré son mérite militaire, reconnu par les divers ministres qui se
succédèrent au département de la guerre, malgré son dévouement à la
branche aînée, le maréchal de camp du Casse vit arriver 1830 sans avoir
été promu au grade de lieutenant général, et cependant ce grade avait
été accordé à la plupart des officiers moins anciens que lui, n'ayant
pas autant de services de guerre, à beaucoup près, et n'étant pas aussi
dévoués aux princes légitimes.

Il faut dire à la vérité que le baron du Casse était peu courtisan; il
ne se montrait jamais au pavillon Marsan. Une seule fois sa femme le
détermina à s'y rendre. C'était au commencement de 1830; des intérêts
de famille importants réclamaient la présence du général dans le
Béarn, son pays natal. Il vint trouver M. le Dauphin et lui demanda
l'inspection générale de Bayonne. Envoyer dans cette ville tel ou tel
maréchal de camp était insignifiant. Au lieu d'accéder à ce désir, le
Dauphin répondit:

«Impossible, impossible, mon cher du Casse; je connais mes devoirs,
voyez-vous; j'ai beaucoup à faire pour les généraux de mon armée du
Trocadéro.»

Stupéfait de ce refus, le baron du Casse dit avec colère au prince:

«Votre Altesse Royale prétend connaître ses devoirs; moi je prétends
connaître mes droits.

«Où étaient donc les généraux de l'armée du Trocadéro, lorsqu'en 1815,
seul, à Toulon, j'exposai mes jours par fidélité à la famille royale?
Il y a quinze ans que je suis maréchal de camp; j'ai conquis tous mes
grades, y compris celui de général, sur les champs de bataille, sous
l'_autre_[11]. Je n'en dois aucun à la Restauration; je ne lui devrai
rien désormais, car je ne lui demanderai jamais rien à l'avenir».

  [11] C'est ainsi qu'à la Cour on désignait Napoléon Ier.

Puis, saluant le prince, le général sort, dans un état d'exaspération
qui lui fait pousser, à lui le gentilhomme poli et bien élevé s'il en
fut, l'oubli des convenances au point de frapper les portes avec une
violence telle que les huissiers en demeurent ébahis.

Il venait de quitter le salon du Dauphin lorsqu'il rencontre Mme la
duchesse d'Angoulême.

La princesse, remarquant le visage altéré du général, s'informe avec
bonté du motif de l'exaltation où elle le trouve. Au récit de la scène
qui vient d'avoir lieu, elle l'engage à voir le Roi.

Charles X reçoit le général avec sa bienveillance habituelle et son
sourire accoutumés, mais veut le renvoyer à M. le Dauphin. En vain le
baron du Casse explique ce qui vient de se passer; il ne peut obtenir
du souverain que cette réponse:

«Moi je ne puis rien, je ne me mêle pas des affaires de l'armée.
Adressez-vous à mon fils.

—Sire, dit alors le baron du Casse, l'illustre aïeul de Votre Majesté,
le roi Henri IV, de glorieuse mémoire, se plaçait au milieu de ses
amis et de là il tendait une main secourable à ses ennemis. Votre
Majesté agit différemment. Elle se place au milieu de ses ennemis et
de là elle ne tend même pas une main secourable à ses amis. Je désire
vivement que Votre Majesté n'ait jamais à regretter cette manière
d'agir.»

Là-dessus le général quasi honteux de sa première et unique démarche,
quitte les Tuileries. Il n'y rentra jamais.

Au mois de juillet suivant parurent les ordonnances.

La garnison d'Amiens se composait d'un bataillon du 36e de ligne,
de deux escadrons du 2e chasseurs à cheval, d'un bel escadron de
carabiniers, commandé par un vigoureux et loyal officier, le comte
d'Auberville.

L'émeute grondait sourdement, mais, en présence de l'attitude énergique
du commandant de la subdivision, n'osait éclater. Au bout de peu
de jours, des diligences arrivent de Paris, surmontées du drapeau
tricolore. Les voyageurs en descendent arborant la cocarde tricolore.
Le général fait enlever ces emblèmes et défendre de les porter.

La préfecture, effrayée, demande des troupes pour se garder, des
troupes pour garder chaque poste de la ville. Son habitude de la
guerre fait comprendre au baron du Casse qu'avec aussi peu de monde,
disséminer ainsi ses hommes serait risquer ou de les faire enlever
par les émeutiers, ou de les voir fraterniser. Il refuse net, réunit
son bataillon d'infanterie et ses trois escadrons, avec deux pièces
d'artillerie de campagne qu'il avait sur la place Périgord au centre de
la ville.

Il envoie un officier prévenir le colonel Durocheret, commandant le
24e de ligne au camp de Saint-Omer, qu'il va se retirer à la citadelle
d'Amiens, et que si le général commandant le camp veut, avec ses
troupes, marcher sur Paris, il pourra passer par la capitale de la
Picardie, dont il trouvera les portes ouvertes; et que lui, baron du
Casse, se joindra au commandant du camp avec les forces dont il dispose
pour marcher contre la révolution parisienne.

Puis, se mettant en devoir d'exécuter son projet, le général vient
se placer à la tête de ses soldats, déclarant qu'il va sortir de la
ville et prendre position à la citadelle. Les Amiénois, prêts à se
soulever, comprenant l'importance de retenir prisonnier dans leurs murs
le commandant de la subdivision et ses troupes peu nombreuses, veulent
s'opposer à leur départ; en un instant la petite garnison se trouve
entourée d'une foule armée considérable et hostile, occupant les issues
de la place Périgord.

Le général, en face de la population ouvrière menaçante et prête à
prendre l'offensive, ordonne deux sommations, fait charger ses deux
uniques pièces de canon, puis baïonnettes au bout des fusils, tambours
battant, drapeau blanc déployé, se met en marche par le faubourg
Saint-Leu, faubourg populeux, le Belleville d'Amiens; le passage
s'ouvre, l'immense foule n'ose le disputer.

Une fois à la citadelle, le général fait demander des vivres pour ses
hommes et pour ses chevaux; on refuse de lui en fournir.

On veut le prendre par la famine.

Le baron du Casse envoie un sous-officier dire à la municipalité que:

«Si, une heure après son message, il n'a pas double ration de vivres
pour ses chevaux et pour ses hommes, il brûle le faubourg Saint-Leu,
et, après le faubourg, la ville tout entière, ajoutant que: «Amiens
brûlé, il s'en ira ailleurs avec ses troupes.»

Comme on le savait homme à exécuter sa menace, à l'heure dite, on
s'empressa de lui fournir tout ce qu'il voulut, et la ville tenue en
respect par la citadelle, resta calme.

Le général se maintint plusieurs jours en position, attendant l'arrivée
du camp de Saint-Omer pour marcher sur Paris; le camp ne donna pas
signe de vie en temps opportun.

Les événements se succédaient avec rapidité, Charles X était en marche
vers Cherbourg. La révolution triomphante s'apprêtait à faire succéder,
à la lieutenance générale légitime, la monarchie usurpatrice.

Le contre-coup de ces malheurs se faisait sentir en Picardie. Quelques
sous-officiers du régiment de chasseurs à cheval voulaient arborer la
cocarde tricolore.

Le général l'apprend, réunit ses troupes, déclare «qu'il vient d'écrire
à Paris pour demander sa mise à la retraite; qu'aussitôt relevé de son
commandement il le remettra entre les mains du plus ancien officier
supérieur, mais que, tant qu'il l'exercera, ce sera au nom du roi
Charles X, et qu'il ne fera pas flotter dans sa subdivision un autre
drapeau que le drapeau blanc.»

Toutefois il autorise les quelques hommes qui le demanderont à quitter
individuellement la cocarde blanche, mais en s'éloignant de leur corps.
Deux ou trois sous-officiers seulement quittèrent leurs camarades.

L'intention du général du Casse de remettre son commandement aux mains
d'un officier supérieur de la garnison fut vite connue dans la ville.
L'administration préfectorale légitime avait disparu. La cité était
à la merci d'une garde nationale, mal intentionnée et inintelligente
comme toutes les gardes nationales. Les habitants paisibles, effrayés
à l'idée de la retraite du baron du Casse, vinrent en députation le
supplier de revenir dans la ville avec la garnison. Il y consentit à la
condition expresse de rentrer à son quartier général avec les couleurs
blanches. Ainsi fut fait. Le drapeau blanc flottait encore sur les
monuments d'Amiens, alors que le duc d'Orléans avait déjà escaladé les
marches de son trône bourgeois.

Enfin le _Moniteur officiel_ du 20 parut, avec la réponse à la
demande de retraite du baron du Casse sous forme d'ordonnance
de Louis-Philippe, qui mettait à la réforme le commandant de la
subdivision de la Somme, ainsi que plusieurs autres officiers connus
pour leur dévouement à la branche aînée.

Le chevalier Christiani, maréchal de camp, fut envoyé à Amiens par le
nouveau gouvernement.

Néanmoins Louis-Philippe, suivant en cela la conduite maladroite
commune à tous les souverains, était disposé à faire beaucoup pour
rallier un ennemi aussi déclaré que le baron du Casse. Les princes
s'imaginent modifier les convictions; ils abaissent les caractères,
et voilà tout. Quoi qu'il en soit, le général fut prévenu que, s'il
voulait demander à reprendre du service, il ne tarderait pas à être
promu au grade de lieutenant général.

En même temps, une députation d'Amiénois, de toutes les conditions,
vint le prier de permettre à la ville d'adresser au nouveau roi une
pétition pour que son commandement lui fût conservé. Il refusa.

«J'ai depuis quinze ans, dit-il, après avoir juré fidélité en 1814 à la
branche aînée, tenu religieusement mon serment; je n'irai pas, sur la
fin de ma carrière, chanter la palinodie. Ce que fait la ville d'Amiens
me touche profondément; mais je ne saurais accepter son offre; j'ai
droit à ma retraite; je la prends.»

Le général du Casse demeura peu de temps à Amiens. N'ayant pour toute
fortune que sa retraite de cinq mille francs, il n'avait pas de quoi
vivre d'une manière convenable dans une ville où il avait occupé la
première place.

Il se rendit d'abord auprès de son beau-frère M. de Villeneuve-Busson,
puis se retira près de Bayonne, son pays natal, dans un petit village
nommé Saint-Pierre d'Irube. Là, malgré la modeste existence que
son faible revenu le forçait à mener, sa situation personnelle,
considérable dans le parti légitimiste, le mêla à tous les événements
importants dont la frontière d'Espagne fut le théâtre, pendant la
guerre qui éclata dans le nord de la péninsule ibérique, après la mort
de Ferdinand VII.

Le baron du Casse mourut en 1836, laissant deux fils. L'un Hermann,
alors lieutenant-colonel du 5e de Navarre dans l'armée carliste, est
mort en 1870, après avoir occupé divers postes dans la diplomatie
française; l'autre, Albert, officier d'état-major à l'époque dont nous
parlons, aujourd'hui conseiller à la Cour des comptes, a épousé, en
1841, la fille du lieutenant-général Jean-Baptiste Girard, créé duc de
Ligny après Waterloo, dont il n'a eu qu'un fils:

  ROBERT DU CASSE.



TABLE DES MATIÈRES


                                                                  Pages.
  LIVRE PREMIER

  SÉNÉGAL. De 1646 à 1686.                                             7


  LIVRE II

  SURINAM. De 1686 à 1691.                                            57


  LIVRE III

  S.-DOMINGUE. De 1691 à 1697.                                        93


  LIVRE IV

  CARTHAGÈNE, De 1697 à 1699.                                        157


  LIVRE V

  STE-MARTHE ET VÉLEZ-MALAGA.                                        237
  (1700-1705).


  LIVRE VI

  CADIX. De 1705 à 1707.—Guerre
  de la succession d'Espagne, négociations
  diplomatiques.                                                     287


  LIVRE VII

  LA MARTINIQUE. LES GALIONS.
  BARCELONE. De 1707 à 1715.                                         341



Noms des personnages qui figurent dans cet ouvrage.


  Roi d'Adon, 66.

  Comte d'Aguilar, 324, 326.

  Don Diègue d'Alarçon, 234.

  Duc d'Albuquerque, 251, 252, 255, 257, 356.

  Duchesse d'Albuquerque, 252.

  D'Aligre, 397, 409.

  Amelot de la Houssaye, 314.

  Charles Amelot, comte de la Roussille, 314.

  Antoine-Jean Amelot de Chaillou, 314.

  Jean Amelot, 314.

  Jean-Jacques Amelot de Chaillou, 314.

  Michel Amelot, marquis de Gournay, 310, 314, 315, 321, 323, 325, 326,
  327.

  Louis-Antoine, Dauphin, duc d'Angoulême, 429, 440, 442, 443, 444.

  Marie-Thérèse de France, duchesse d'Angoulême, 439, 441.

  Marquis Anjorrant, 11.

  D'Arbouville, 78.

  Duc d'Atrisco, 316.

  Comte d'Auberville, 452.

  Augereau, duc de Castiglione, 434, 435, 436, 440.

  D'Aulnay, 263.

  Comte d'Ayrones, 325.


  Roi de Baol, 18, 19, 38, 59.

  De Beauregard, 106, 108, 109, 112, 117, 127.

  Michel Begon, 84.

  Begon, marquis de la Rouzière, 84.

  Le bailli de Bellefontaine, 388, 392, 393, 394, 400, 401, 404, 405,
  407, 412, 413.

  Le chevalier de Belle-Isle, 280.

  Amiral anglais Benbow, 257, 258, 259, 260, 261, 262, 264, 265, 266.

  De Bernanos, 121, 122.

  Samuel Bernard, comte de Coubert, 249.

  Marie Caroline de Naples, duchesse de Berry, 447, 448.

  De Berthomier, 367.

  Général Bertrand, 436.

  Fitzjames, duc de Berwick, 332, 384, 408, 411, 418.

  Binan, 364.

  Prince de Bismarck, 81.

  Comte de Blénac, 77, 78, 79.

  Blout, 183.

  Comte du Boissy-Ramé, 124, 125, 191, 233.

  Marquis de Bonnac, 376.

  Bonnin de la Bonninière de Beaumont, 153.

  Charles de Bottière, 415.

  Bourdier de La Mourlière, 415.

  Roi de Bourzin ou de Sin, 18, 19, 38.

  De Brem, 152.

  Jean de Brémand, 28, 31, 32, 33, 34, 101.

  Marquis de Brémond d'Ars, 345.

  Electeur de Brandebourg, 17.

  Amiral anglais Byngs, 17.


  Carcavis, 153.

  Marquis de Castel dos Rios, 298, 301.

  Cateline, 395.

  Roi de Cayor, 18, 19, 39, 40.

  Marquis del Cazar, 292.

  Chabot, 11.

  Chacon, 306.

  Chamillart, marquis de la Suze, 142.

  De Champmeslin, 343.

  De Chapiseau, 284.

  Archiduc Charles, 274, 323, 329, 358, 359.

  Charles X, 432, 442, 445, 446, 448, 449, 451, 455, 456.

  Charles-Quint, 354.

  Charlevoix, 147, 149.

  Chevalier de Charritte, 346, 358, 362, 364, 366, 368, 372.

  Charton, 364.

  Marquis de Chateaurenault, 280.

  De Chavagnac, 343.

  Chaze, 354.

  Chazelet, 415.

  De Chipeaudière, 356.

  Comte de Choiseul, 363, 364.

  Duchesse de Choiseul-Stainville, 365.

  Christiani, 457.

  Marquis (depuis duc) de Clermont-Tonnerre, 446.

  Duchesse de Clermont-Tonnerre, 381.

  Amiral anglais de Codrington, 88.

  Baron de Cœurs, 290.

  Maréchal de Cœuvres, 281, 328.

  Vicomte de Coetlogon, 150, 164, 166, 169, 202.

  Baron de Cohorn, 142.

  Colbert, 43.

  De Colleville, 290.

  R. Père Combaud, 372, 373, 374.

  Roi de Commendo, 65.

  Charlotte de Roye de Roucy, princesse de Condé, 269.

  Cooper Vade, 257.

  John Constable, 258.

  De Cossé, 267.

  Cotny, 181.

  De Courcy, 152, 263.

  Crozat, 355.

  Crussol, duc d'Uzès, 381.

  De Croy ou Crouy, 263.

  Comte de Cussy, 82, 86, 90, 96.


  Damel, roi de Cayor, 18, 19, 41.

  D'Aire, 312, 313.

  Chevalier d'Amon, 68, 101, 107, 311.

  Danzé, 121.

  Darjou, 12.

  Daspoigny, 78.

  Comte d'Auberville, 452.

  D'Aubenton, 292, 327, 333, 348.

  De Larbre, vj.

  Corneille Der-Lyncourt, 23, 24, 25, 26, 27.

  Chevalier des Augiers, 123, 125, 129, 130, 137, 138, 190, 193, 196,
  210.

  D'Escoulan, 279.

  Des Landes ou d'Eslandes, 117.

  Marquis d'Esragny, 84, 88, 89.

  Bertrand Destanguet, 12, 253.

  D'O, 347.

  Drolin, 263.

  Dubois, 417.

  Du Buisson des Varennes, 151, 162, 165, 206.

  Albert du Casse, 459.

  Eugénie fille de J.-P. Girard duc de Ligny, femme d'Albert du Casse,
  459.

  Amiral du Casse, de la page 1 à la page 418.

  Amirale du Casse, née Marthe de Baudry, 113, 116, 229, 269, 270, 293,
  419.

  Bertrand du Casse, 12, 273.

  Marguerite de Lavigne, femme de Bertrand du Casse, 12, 273.

  Elisabeth du Casse, 430.

  Bernard du Casse, échevin de Bayonne, 14, 428, 429, 430.

  Marthe Rigal, femme de Bernard du Casse, 429.

  Hermann du Casse, 262, 459.

  Guillaume du Casse, 11.

  Jean du Casse, 11, 46, 273, 285, 333, 420, 421, 422, 423, 424, 425,
  426, 427, 428.

  Estiennette de Jordain, femme de Jean du Casse, 11, 285, 424, 425,
  428.

  Marthe du Casse, marquise de la Rochefoucauld de Roye (voir la
  Rochefoucauld).

  Paul du Casse, chevalier de Saint-Louis, 429.

  Jacques-Xavier du Casse, chancelier garde des sceaux au parlement,
  429.

  Jacques-Nicolas-Xavier du Casse, maréchal des camps et armées, 366, de
  440 à 459.

  La baronne Xavier du Casse, 432, 442, 443, 445.

  Suzette du Casse, femme de Jean de Vidon, 273, 420.

  Du Ché, 152.

  Ducrot, 152.

  Du Gibanel, 279.

  Du Guay-Trouin, 355, 356, 357.

  Du Houx, 263, 320.

  Du Liscoët, 152.

  Du Maitz de Goimpy, 69.

  Dumas, 117.

  Du Mesnil, 263.

  Du Paty, 121.

  Du Planta, 107.

  Du Pourtau, 426.

  Du Quesne-Monnier, 311, 339.

  Durfort, duc de Duras, 269.

  Chevalier du Rollon, 105, 107, 109, 114, 169, 193, 197.

  Du Romegou, 131.

  Du Tertre, 326.

  Du Tilleul ou du Thilleul, 147, 152, 160, 177, 178, 194.

  Du Touchet, 263.

  Du Trolon, 263.


  D'Escoulan, 279.

  Marquis d'Esragny, (voir Desragny).

  Amiral Jean d'Estrées, 17, 18, 29, 32.


  Général Faidherbe, 9, 63.

  Faugère, vj.

  Chevalier de Fayet, 409.

  Ferdinand VII, 458.

  Comte de Fernand-Nunez, 305.

  Chevalier de Ferrière, 152.

  De Firmont, 152.

  De Foncalade, 306.

  Marquis de Fontenilles, lieutenant général honoraire, 442.

  Honoré de la Roche, marquis de Fontenilles, maréchal de camp, 442.

  Chevalier de Forville, 152.

  De Francine, 151.

  François (2), empereur d'Allemagne, 431.

  De Fricambault, 263.


  Gabaret, 280.

  Don Alonso Garcias, 409.

  Chevalier de Gaëtan, 409.

  Chevalier de Galliffet, 125, 127, 133, 180, 184, 185, 188, 229, 230,
  236, 264, 267.

  Capitaine de Gennes, 72.

  Du Gibanel, 279.

  Girard, duc de Ligny, 459.

  De Girardin, 120, 121.

  Baron de Giresse de la Beyrie, 443, 444.

  De Gombault, 151.

  De Graff, 111, 112, 113, 120, 125, 126.

  Duc de Gramont, 290, 291, 302, 303.

  Amiral anglais Graydon, 290, 291, 302, 303.

  Madame de Grossard, 363, 364.

  Maréchal marquis de Grouchy, 142, 143.

  Nicolas de Grouchy, 250, 251, 276.

  Guillaume, empereur d'Allemagne, roi de Prusse, 81.

  Don Fr. Guiral, 409.


  Hennequin, 363, 364.

  Henri IV, 451.

  Hohenzollern, 13.

  Hopsake, 29, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38.

  D'Hozier, 10.

  Hubert, 28.

  Thomas Hudson, 258.

  Hyde de Neuville, 432.


  Marquis d'Infréville, 276.


  Jacques II, roi d'Angleterre, 244.

  Chevalier de Jaucourt, 152, 162.

  Jonchée, 374.

  Bernard de Jordain, 428.

  Etiennette de Jordain, (voir du Casse).

  De Jourdan, 355.

  Lord Jusquin, 97.

  Justiniani, 409.


  Kalembourg, 277.

  Baron de Kentzinger, 447.

  Richard Kirby, 257.


  Etienne de Laborde, 12, 273.

  Lefebvre de La Boulaye, 120, 121, 125, 126.

  De la Barre, 74.

  Labrousse (Biographie universelle), 59.

  De la Chesneau, 152, 162.

  Chevalier de la Fayette, 343.

  Duc de la Feuillade, 142.

  De Lagny, 72.

  De Laiguillette, 344.

  De la Lande, 152.

  De la Mirande, 279.

  De la Mothe d'Hérant ou La Mothe d'Ayran, 131, 137, 138, 151.

  De la Mothe Michel, 151.

  Marquis de Langeron, 289, 294.

  De la Rigaudière, 334, 413.

  De la Roche Allard, 295.

  De la Roche du Vigier, 152, 165.

  De la Roche Hercule, 409.

  Marquis de la Rochefontenilles, 442.

  La Rochefoucauld, marquise de la Rochefontenilles, 442.

  Marthe du Casse, marquise de la Rochefoucauld de Roye, 271, 293, 380,
  387, 419.

  Louis de la Rochefoucauld, chevalier de Roucy, marquis de Roye, 250,
  253, 255, 256, 263, 264, 268, 269, 270, 274, 275, 381, 414, 415, 419.

  La Rochefoucauld, comte de Roucy, 250.

  La Rochefoucauld, comte de Durtal, 375, 376, 379.

  La Rochefoucauld, comte de Roye, 269.

  Louis-Jean-Frédéric de la Rochefoucauld, duc d'Anville, 419, 429.

  Ducs de la Rochefoucauld, 381.

  Louis-Alexandre, duc de la Rochefoucauld, de Liancourt et de la
  Roche-Guyon, 419.

  Chevalier de La Salle Saint-Cricq, 279, 311.

  Ducs de la Trémoïlle, 381.

  Marquis de la Velez, 102.

  Marguerite de Lavigne (voir du Casse).

  Lavigne, 365.

  Le Faucheux, 363, 364.

  Le Gendre, 357.

  De Léons, 179.

  Lepage, 200, 201.

  De Lépinay, 263.

  Lesguille, 279.

  Bertrande de Letronques, 12, 273.

  Le Tellier marquis de Louvois, 81.

  Duc de Lévis, 447, 448.

  Chevalier de Lévis-Mirepoix, 150, 160, 161, 162, 169.

  Levot, 184.

  De Lignières, 279.

  Le Logivières, 308.

  De Longuejoue, 153.

  Durfort, duc de Lorge, 269.

  Chevalier de Lorière, 124.

  Etienne de Lormand, 427.

  Nicolas de Lormand, 427.

  Jacques Lormand, 427.

  Le bailly de Lorraine, 280.

  Barons et marquis de Lort de Sérignan (voir Sérignan).

  Comte de Los Rios, 170.

  Louis XIV, de 1 à 418.

  Louis XV, 418.

  Louis XVI, 102, 430, 431.

  Louis XVIII, 438, 441, 445.

  De Lusignan, 279.


  Patrice de Mac-Mahon, duc de Magenta, 252.

  Françoise d'Aubigné, marquise de Maintenon, 377.

  Marcary, 183.

  De Marillac, 279.

  Louis de Viesse de Marmont, duc de Raguse, 381.

  De Marolles, 151, 152, 168, 169.

  Marquis de Marry, 386, 388, 398, 399, 404, 408.

  Mithon, 359, 360.

  De Monségur, 62, 117.

  de Montrosier, 169.

  De Monts, 151.

  Moreau, 263.

  Chevalier de Mornay, 146, 147, 151.

  Mottet, 439.

  De Muin (Le Gras du Luart), 250, 263.


  Napoléon Ier, 439, 440, 441.

  Napoléon III, 253.

  De Nesta, 409.

  De Noailles, 272.

  André de Nolibois, 426.

  Nolivos, 364.


  Général Ordonneau, 436.

  Louis-Philippe, duc d'Orléans, 456, 457.

  Marie-Amélie, duchesse d'Orléans, 437.

  Philippe d'Orléans, régent, 417.

  Orry, 331.

  Chevalier d'Orvilliers, 75.

  Le chevalier Perrot, 279.

  Doublet, marquis de Persan, 249.

  Don Andreas de Pes, 409.

  Lord Peterborough, 325.

  Phélippeaux, comte de Pontchartrain, 84, 99, 101, 103, 111, 115, 118,
  127, 129, 131, 132, 205, 229, 230.

  Pierre, 182.

  Baron de Pointis, de 129 à 230, de 281 à 293, 380.

  Chevalier de Pointis, 152.

  Arnauld, marquis de Pomponne, 44.

  Jeanne Poisson, marquise de Pompadour, 416.

  Comte de Ponancey, 47.

  Jérôme Pontchartrain, 239, 240, 241, 254, 265-271, 283, 285, 289,
  291-297, 300, 304-308, 312, 321, 324, 330, 332, 333, 337, 384, 393,
  401, 403, 407, 411.

  De Poudens, 250, 263, 243.


  Du Quesne (voir Du Quesne).


  Rache, 183.

  Chevalier de Rancé, 344.

  Marquis de Relingue, 280.

  Chevalier Renau, 190, 193, 195, 210.

  De Renneville, 250, 254, 255, 257.

  Vicomte Hubert de Fontaine de Resbecq, vj.

  Chevalier de Richemont, 22.

  De Ricouart, 263.

  Marthe Rigal de Saboulin, femme de Bernard du Casse (voir Du Casse).

  Don Rivera, 409.

  Duc de Rivière, 439.

  De Rochebone, 152.

  Amiral anglais Rook, 276.

  Marquis de Rougé, 444.

  Thomas de Royan, 62.

  Roucy et Roye (voir La Rochefoucauld).


  De Sabran, 153.

  De Saint-André, 263.

  Le père Saint-Géry, 364.

  De Saint-Forcet, 424, 425.

  De Saint-Laurent, 55.

  Duc de Saint-Simon, 10, 74, 271, 272, 273, 347, 378, 381, 382, 416.

  Chevalier de Sainte-Marie, 67, 101.

  De Sainte-Maure, 278.

  De Saint-Vandrille, 137.

  Salles, 183.

  Don Diego de San Estevan, 409.

  De Sartines, 260.

  Jean de Sauques, 12, 273.

  Maréchal Maurice de Saxe, 387.

  Mlle de Scudéri, 13.

  Colbert, marquis de Seignelay, 43, 44, 45, 70, 71, 84.

  Don Sellamo, 409.

  Arthur de Lort, comte de Sérignan, 317.

  Henry de Lort, marquis de Sérignan, 316.

  Jacques-Joseph de Sérignan, baron de Lort, 311, 316, 317, 318, 319.

  Marie de Grasset, marquise de Sérignan, 316.

  De Serquigny, 343.

  Don Antonio Serrano, 409.

  Showel, 277, 278, 279.

  Chevalier de Sigolas, 153.

  De Sigy, 263.

  Simoneau, 152.

  Don Solado, 409.

  Chevalier de Sorel, 152.


  Talleyrand-Périgord, prince de Bénévent, 81.

  De Terville, 315.

  Maréchal de Tessé, 328.

  Teulet, 436.

  De Thésut, 151.

  Marquis de Tierceville, 262, 264.

  Colbert de Torcy, 279.

  Marquis de Torcy, 376, 377, 378.

  Louis-Antoine de Bourbon, légitimé de France, comte de Toulouse, 275,
  280, 281, 282, 283, 312, 328, 329, 350, 426.

  Doria, duc de Tursis, 270.


  D'Urfé, 13.

  La Trémoïlle, princesse des Ursins, 325, 377, 382, 383.

  Crussol, duc d'Uzès, 381.


  De Val, 311.

  Marquis de Valdecania, 296, 305, 306, 307.

  De Valeille, 344.

  Georges Walton, 257.

  Jacques de Vanolles, 249.

  Maréchal de Vauban, 142, 143.

  De Vaujour, 152, 220.

  De Vauvré, 384, 385, 389, 390, 391, 394, 400, 405, 406, 407, 412.

  Chevalier de Vaux, 163.

  De Velasco, 325.

  Duc de Vendosme, 357, 378, 401, 402, 403.

  Bourbon, comte de Vermandois, 184.

  Chevalier de Vezins, 152.

  Anne de Vidon, 427, 428.

  Jean de Vidon, 273, 420, 423, 425.

  Marquis de Villadarias, 281.

  Marquis de Vilette-Mursay, 276, 277, 278, 280, 317, 318.

  Maréchal duc de Villars, 314.

  Étienne de Villeneuve Busson, 432, 459.

  De Villiers de l'Isle Adam, 343.

  Samuel Vincent, 258.

  Arouet de Voltaire, 417.


  Don François Ximenès, 165.


FIN DE LA TABLE.


Paris.—Imp. JULES LE CLERE et Co, rue Cassette, 29.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'amiral Du Casse, Chevalier de la Toison d'Or (1646-1715)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home