Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Selections from Saint-Simon
Author: Saint-Simon, Louis de Rouvroy, duc de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Selections from Saint-Simon" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://www.pgdpcanada.net



                      CAMBRIDGE UNIVERSITY PRESS
                          C. F. CLAY, MANAGER
                      LONDON: FETTER LANE, E.C. 4

                      NEW YORK: G. P. PUTNAM’S SONS

                      BOMBAY   }
                      CALCUTTA } MACMILLAN AND CO., LTD.
                      MADRAS   }

                      TORONTO: J. M. DENT AND SONS, LTD.
                      TOKYO: MARUZEN-KABUSHIKI-KAISHA

                          ALL RIGHTS RESERVED



                            SELECTIONS FROM

                              SAINT-SIMON


                               EDITED BY
                          ARTHUR TILLEY, M.A.

                        FELLOW AND LECTURER OF
                       KING’S COLLEGE, CAMBRIDGE


                               CAMBRIDGE
                        AT THE UNIVERSITY PRESS
                                 1920



PREFACE


It is not every lover of French literature who has the leisure or
the courage to read the whole of Saint-Simon’s _Mémoires_, the text
of which fills eighteen and a half volumes of the edition of MM.
Chéruel and Ad. Régnier _fils_. Nor is it all of equal interest. I
thought, therefore, that a selection might prove acceptable to the
busy or faint-hearted reader, and perhaps even whet his appetite for
the work itself. In making the selection I have practically confined
myself to the first two-thirds of the _Mémoires_, that is to say, to
the reign of Louis XIV, and I have chosen the passages with a view to
illustrating that reign during the period of its declining splendour.
In the first four chapters we have the Roi-Soleil and Mme de Maintenon
presented to us in their daily life. There follows the account of the
review at Compiègne, which gives us some measure of Louis’s boundless
extravagance, and the greater part of the famous chapters on the death
of Monseigneur, surely one of the greatest things in literature. Lastly
there are thirteen portraits, including such masterpieces as Conti,
Cardinal d’Estrées, Fénelon, the Duke and Duchess of Burgundy, and
the Duke of Orléans. In my notes I have confined myself to the modest
task of illustrating Saint-Simon from himself, and of supplying such
other biographical details as seemed necessary. No one can annotate
Saint-Simon without being indebted to M. de Boislisle’s masterly
edition now in progress, but for my purpose the full and careful index
of MM. Chéruel and Régnier has been of even greater service. The index
to vols. I.-XXVIII. of M. de Boislisle’s edition appeared after my work
was practically finished.

  A. T.

  CAMBRIDGE,
  _December, 1919_.



CONTENTS


                                                    PAGE

  INTRODUCTION                                        ix

     I. LOUIS XIV                                      1

    II. MME DE MAINTENON                              42

   III. THE DAILY LIFE OF LOUIS XIV                   69

    IV. MADAME AND MME DE MAINTENON                   90

     V. THE REVIEW AT COMPIÈGNE                       93

    VI. THE DEATH OF MONSEIGNEUR                     106

   VII. PORTRAITS:
         1. ACHILLE DE HARLAY                        140
         2. MME DE CASTRIES                          142
         3. LE NOSTRE                                143
         4. VENDÔME                                  144
         5. VAUBAN                                   146
         6. D’ANTIN                                  152
         7. LE PRINCE DE CONTI                       157
         8. LE DUC ET LA DUCHESSE DE BOURGOGNE       160
         9. CARDINAL D’ESTRÉES                       172
        10. BEAUVILLIER                              177
        11. FÉNELON                                  180
        12. VILLEROY                                 189
        13. LE DUC D’ORLÉANS                         191

  VIII. THE ABBÉ DUBOIS AND THE SEE OF CAMBRAI       210

  APPENDIX A. THE COUNCILS AND THE SECRETARIES OF
    STATE                                            215

  APPENDIX B. EXTRACTS FROM VAUBAN, _Projet d’une
    dîme royale_                                     217

  INDEX OF PERSONS MENTIONED IN THE NOTES            219

  PLAN OF THE CHÂTEAU DE VERSAILLES                   66



INTRODUCTION


“People who are old enough to write memoirs have usually lost their
memory.” This epigrammatic remark with which a recent writer, not
old enough to have lost his memory, opens his reminiscences, has
considerable truth in it. Historians now recognise that “memoirs do
not supply the certainty of history,” for if the writers have dim
memories, they have also lively imaginations. Saint-Simon, the prince
of memoir-writers, did not, it is true, begin to transcribe his
memoirs till he was well past sixty, but from the age of twenty he
had collected materials and made systematic notes. His memoirs were
not merely the pastime of his old age but the serious business of his
whole life. The result is that he has left us a picture of the Court of
Versailles at the close of the seventeenth century and the beginning of
the eighteenth which is unsurpassed in interest. This interest is above
all things human. The men and women who fill his canvas are vividly
alive. With a few powerful and incisive strokes he first sketches
their lineaments and then with merciless penetration proceeds to lay
bare their souls. But his memoirs are also coloured by his own alert
and energetic personality. They not only portray his age, but they
reveal himself; to judge of the fidelity of the picture, we must know
something of the man.

Saint-Simon came of an ancient stock, being descended in the direct
male line from Matthieu de Rouvroy, surnamed Le Borgne, who fought
at Crécy and Poitiers, and Marguerite de Saint-Simon. His immediate
ancestors, a branch of the family which dropped the name of Rouvroy
for that of Saint-Simon, if not exactly illustrious, followed their
monarchs loyally in war and administered their estates successfully
in peace. His father, Claude de Saint-Simon, who was born in 1607,
chiefly owing to his address in the hunting field rose into high favour
with Louis XIII, who created him a _duc et pair_ in 1636. But he fell
into disgrace soon afterwards and was ordered by Richelieu to retire
from the Court to the fortress of Blaye on the Gironde, of which he
was governor. His vacillating attitude on the outbreak of the Fronde
made him acceptable neither to Mazarin nor to the rebellious princes,
and he did not return to Paris till after the troubles were over. In
1672 he married as his second wife Charlotte de l’Aubespine, by whom
he had an only son, born on January 16, 1675, and christened Louis
after his royal godfather. At the age of seven, the young Vidame de
Chartres, according to the custom of many noble families, was put
under the charge of a governor, but his character and opinions were
largely moulded by his father and mother. The latter, a highly virtuous
woman of method and good sense, applied herself assiduously to the
development of his mind and body. From his father he imbibed a profound
antipathy for Mazarin, the families of Lorraine, Bouillon, and Rohan,
and all Secretaries of State.

In December, 1691, when he was nearly seventeen, he was formally
presented to the King, and enrolled as a cadet in the regiment of the
Grey Musketeers. In this capacity he took part in the siege of Namur,
which is the first event recorded in his memoirs. In 1693, having been
given the command of a company of cavalry, he fought at Neerwinden, and
at the end of the campaign bought the colonelcy of a regiment. Shortly
before this he had succeeded his father as governor of Blaye and
Senlis. He was only nineteen, when he gave a signal proof of his energy
and of the importance which he attached to matters of precedence,
by helping to organise a resistance to the claim of the Maréchal de
Luxembourg to take precedence of all _ducs et pairs_ except the Duc
d’Uzès. The Dukes lost their case, largely, Saint-Simon alleges, owing
to the partiality of the First President of the _Parlement_, Achille de
Harlay.

In the following year (1695) he married Gabrielle de Durfort, the
eldest daughter of the Maréchal-Duc de Lorges, a nephew of Turenne.
She was a blonde with a fine complexion and figure, and being a modest
and excellent woman made him an admirable wife. He on his side was a
devoted husband, and he always speaks of her in his _Memoirs_ with the
greatest affection and esteem.

After the Peace of Ryswick (1697) his regiment was disbanded, and,
on the outbreak of the War of the Spanish Succession, five years
later, failing to receive a nomination as Brigadier, he retired from
the service on the plea of ill-health. “Voilà encore un homme qui
nous quitte,” said the King, and he looked coldly on Saint-Simon in
consequence. It was characteristic of the little Duke’s overweening
sense of his own importance that before taking this step he held a
solemn consultation with six distinguished friends, the Chancellor
Pontchartrain, and five Dukes, Lorges, Durfort-Duras, Choiseul,
Beauvillier, and La Rochefoucauld, of whom the first three were
Marshals of France.

The loss to the army was not irremediable, and the gain to literature
was immense. Henceforth Saint-Simon could devote himself with
singleness of purpose to the real business of his life. It was in July,
1694, in the camp of Germersheim on the Old Rhine, that “he began to
write his memoirs,” by which expression we must understand, not that
he began to write a continuous narrative, but that from this time he
systematised his observations and inquiries and made careful notes of
the results. We learn from a letter to his friend, M. de Rancé, the
famous reformer of La Trappe, that his original intention was to relate
in detail all personal matters and merely to touch superficially on
general events. But he soon abandoned this idea and in his account of
the years immediately succeeding his retirement from the army there is
little mention of himself.

His chief friends and allies at this period were all men considerably
older than himself--the two inseparables, the Duc de Beauvillier and
the Duc de Chevreuse, who had both married daughters of Colbert, the
Maréchal de Boufflers, the Chancellor Pontchartrain, and Chamillart,
the Secretary of State for War. It was through the good offices
of Chamillart and Maréchal, the King’s surgeon, that “he became
reconciled,” as he characteristically expresses it, with Louis XIV. But
he had his enemies as well as his friends, and chief among them were
the members of the _coterie_ which, as so often happens towards the end
of a long reign, the common hope of favours to come had attracted round
the heir to the throne. An important member of this “Cabale de Meudon,”
as Saint-Simon calls it, was the Duc de Vendôme, and when in 1708 Louis
XIV made the mistake of associating his grandson, the Duc de Bourgogne,
with him in the command of the army of Flanders, and dissensions arose
between the two commanders, the Cabal warmly espoused Vendôme’s cause.
Their unscrupulous intrigues against the Duc de Bourgogne roused the
wrath of Saint-Simon, who as the ally of M. de Beauvillier, the young
Prince’s former governor, was well disposed in his favour. Throughout
the years 1708 and 1709 he threw himself into the contest with his
accustomed vigour, and in the following year he helped to achieve a
notable victory over the hated Cabal in another field, that of the
marriage of the Duc de Berry, Monseigneur’s youngest son. The candidate
of Monseigneur’s party was Mlle de Bourbon, while the Duchesse de
Bourgogne, well served by Saint-Simon and his friends, favoured the
daughter of the Duc d’Orléans. Saint-Simon’s organisation of the
“Cabale de Mademoiselle” was a masterpiece of skilful intrigue, and he
conducted the campaign with a passionate energy which is faithfully
reflected in his narrative. When, however, the coarse and depraved
character of the new Duchess revealed itself he bitterly regretted his
success.

But the marriage had one beneficial, if unlooked for, result. The
Duchesse de Saint-Simon, greatly against her inclination and that of
her husband, was appointed lady-in-waiting to the new Duchess, and had
assigned to her a set of apartments at Versailles, consisting of an
antechamber and five rooms, each with a dark little cabinet opening out
of it. In one of these Saint-Simon established himself with his books
and his _bureau de travail_. It was an unrivalled post of observation,
which his friends christened appropriately “his workshop.” Meanwhile
his intimacy with Beauvillier and Chevreuse brought him into relations
with the Duc de Bourgogne, and the only thorn in his felicity was the
Cabale de Meudon, which he believed to be bent on his destruction. But
from this he was delivered by the Dauphin’s death from small-pox in
April, 1711. The next ten months were the happiest of his whole life
at Court. His relations with the new Dauphin became more intimate,
and in numerous private conversations he discussed with him projects
of political reform. Then in 1712 the French Marcellus, the star of
noble hopes and aspirations, followed his father to the grave. The blow
hit Saint-Simon almost as hard as it did Fénelon. “The sense of my
personal loss, the immeasurably greater loss of France, and above all
the vanished figure of that incomparable Dauphin pierced my heart and
paralysed my faculties.”

Two years later he refers in melancholy accents to his changed
position. Chevreuse, Beauvillier, and Boufflers were dead,
Pontchartrain had retired from office, Chamillart was in disgrace. The
one link left to him with the Court was the Duc d’Orléans, who by the
death of the Duc de Berry in May, 1714, was marked out as the future
regent of the kingdom. In spite of his unpopularity Saint-Simon, who
had for some years now been on friendly terms with him, drew to him
more closely. He reprobated his licentious and scandalous life, but
he defended him against the false accusations of his enemies, and
effectively countermined the intrigues of the party that was plotting
against him in favour of the Duc du Maine.

On Louis XIV’s death it was partly owing to Saint-Simon’s vehement and
energetic insistence that Orléans roused himself from his habitual
indolence and persuaded the _Parlement_ to set aside the testament of
the late King, which, while it conferred on him the Regency, had put
the real power in the hands of the Duc du Maine. Saint-Simon was made a
member of the Council of Regency, and the introduction of departmental
Councils, in place of the Secretaries of State, was more or less in
accord with his own proposals.

The new form of administration, however, was not a success and after
a trial of two years was abandoned. Nor did Saint-Simon himself shew
any political capacity. He was wanting in tact and adaptability, and
worse than this he frittered away on futile questions of precedence
and etiquette the time and energy that might have been given to really
important matters. Such influence as he had with the Regent came to an
end with the rise to power of Dubois, who gladly furthered his request
to be sent on a special mission to Spain (1721).

On the death of the Regent (1722) he left the Court and lived for
some time with his family in a house which he rented in the Rue
Saint-Dominique. But after the marriage of his two sons he resided for
at least half the year at his _château_ of La Ferté-Vidame, about 30
miles north-west of Chartres. The _château_ itself, which, as we know
from engravings, had the air of a feudal fortress, and in every room of
which hung a portrait of Louis XIII, no longer exists. But the park,
enclosed by a wall of nearly nine miles, and the forest beyond have
preserved their original character.

Here Saint-Simon began and completed the definitive version of his
_Memoirs_, and here in 1743, to his overwhelming grief, he lost his
wife, his faithful companion of nearly fifty years. Other misfortunes
followed; his two sons preceded him to the grave, and he was driven by
his debts to make over the whole of his property to his creditors. He
died at Paris in 1755 at the age of eighty. The lives of his father and
himself cover between them nearly a century and a half.

Saint-Simon, as we see him in Rigaud’s portrait, was small and
delicate--a typical old man’s child--with an extremely alert and eager
face. It has been observed that he is seldom mentioned in contemporary
memoirs, but these are not numerous for the latter part of the reign of
Louis XIV, while three of the chief memoir-writers of the Regency, when
Saint-Simon was most prominent, Barbier, Buvat, and Marais, did not
belong to Court circles. When he is mentioned it is in no complimentary
terms. D’Argenson attacks him for advocating severe measures against
the Duc du Maine after the conspiracy of Cellamare. “Mark,” he says,
“the odious and bloodthirsty character (_anthropophage_) of this little
saint without genius.” But then Saint-Simon in his on the whole highly
favourable portrait of D’Argenson’s father, the celebrated head of the
Paris police, had said that his character was supple, and that his
terrifying appearance resembled that of the three judges of Hades.

It was inevitable that Saint-Simon’s irascibility, intractability,
and aristocratic pretensions should arouse considerable enmity, and
in the songs and satires of the day he is attacked under the name of
_boudrillon_ (_bout d’homme_) and _petit furibond_. Mme de Maintenon
declared that he was “glorieux, frondeur et plein de vues,” and we
have an interesting commentary on this remark in his report of a
conversation which took place between the Duchesse de Bourgogne and
his wife. The Duchess told her that he had many powerful enemies
and that the King had conceived a strong prejudice against him. His
intelligence, she said, and his knowledge and capacity for ideas were
recognised as far above the ordinary, but everybody was afraid of him,
and they could not endure his arrogance and his outspoken criticisms on
persons and institutions.

These criticisms would have been more valuable if they had been less
concerned with futilities, and less biased by aristocratic prejudices.
But Saint-Simon was at heart a true patriot, and was keenly alive to
the evils which were sapping the forces of his country. He agreed with
reformers like Fénelon and Chevreuse and the Abbé de Saint-Pierre in
regarding the absolutism of the King as the chief source of danger,
and he shared their dislike of the Controller-General and the four
Secretaries of State as the agents of this absolutism. He strongly
reprobated the King’s love of war and glory, and the boundless
extravagance, which he not only practised himself but encouraged
in others. Like La Bruyère and Fénelon, Saint-Simon saw with a
compassionate eye the wide-spread misery by which all this glory and
magnificence was purchased. He has drawn a moving picture of the
terrible winter of 1708-1709, when famine stalked through the land and
crushing taxation on the top of high prices “completed the devastation
of France.”

Mme de Maintenon further complained that he was “plein de vues,” by
which she doubtless meant much the same thing as Louis XIV, when he
called Fénelon chimerical. For in Saint-Simon’s schemes for reform,
as in Fénelon’s, there was a strong Utopian element, which did not
sufficiently take into account the hard facts of political life and
the shortcomings of human nature. They both looked back too fondly
on the past, they both exaggerated the value of the nobles and the
Estates General--Saint-Simon laying more stress on the former, Fénelon
on the latter--as checks to absolutism. That there should be a certain
similarity between their ideas is only to be expected, for though they
were not personally acquainted, they had a common link in the Duc de
Bourgogne, and it was just at the time that Saint-Simon was having
frequent conferences with the latter that his two great friends, the
Duc de Beauvillier and the Duc de Chevreuse, held long conversations on
affairs of state with Fénelon at Chaulnes (November, 1711). From the
conferences of Saint-Simon and the Duc de Bourgogne sprang the _Projets
de gouvernement_, the manuscript of which was found among Saint-Simon’s
papers, and which is undoubtedly from his pen. The conversations at
Chaulnes were summarised in the series of short maxims, known as the
_Tables de Chaulnes_, which represent Fénelon’s nearest approach to
practical politics.

However deserving of consideration Saint-Simon’s views may have been,
his insistence on them in season and out of season cannot have helped
to commend them or to make him popular at Court. In his old age he is
said to have been a delightful talker, but at Versailles he must have
sometimes proved an intolerable bore. “Il faut tenir votre langue,”
said Louis XIV to him when he accepted the appointment for his wife.
One wonders at the patience with which the Duke of Orleans endured
his moral lectures and political disquisitions. But the Duke was too
indolent to escape them, and while he must have derived considerable
amusement from the peculiarities of his friend’s character he evidently
appreciated his transparent honesty. For with all his faults and
prejudices, his vanity, his hate, and his vindictiveness, Saint-Simon
was essentially honest. It is true that in his intercourse with some
men, as for instance Père Tellier, the Duc de Noailles, and Cardinal
Dubois, he did not act up to the character which he claims for himself
of “droit, franc, libre, naturel, et beaucoup trop simple,” but if
his curiosity and thirst for information led him sometimes to assume
a friendliness which he did not feel, or if in the slippery days of
the Regency he had to meet duplicity with duplicity, he was honest at
heart, and he had no lack of moral courage.

He carried this sincerity into his religion. D’Argenson may sneer
at him as a _petit dévot_, but his piety was at any rate perfectly
genuine. It was the fruit, partly of a careful religious education,
and partly of the influence of the Abbé de Rancé. For the monastery
of La Trappe was only fifteen miles from La Ferté-Vidame and
Saint-Simon often visited it as a child in company with his father.
When he came to man’s estate he regarded his father’s friend with
that deep and whole-hearted admiration which was one of the finer
traits of his character. Every year during the Abbé’s life-time--he
died in 1700--Saint-Simon went into retreat at the monastery during
Passion-week, and he often consulted the Abbé on matters of conscience.
From the Abbé he learnt to look with disfavour on Jansenism, but,
as he came to judge more for himself, he was impressed by the noble
lives of “Les Messieurs de Port-Royal,” and he declared that recent
centuries had produced nothing more saintly, more pure, more learned,
more practical, and more elevated, than that famous society. With the
Jesuits he was on good terms all his life, and his portrait of Père La
Chaise is kindly and appreciative. But in his later volumes he often
speaks of them in a hostile spirit, and though he was outwardly on good
terms with Père Tellier he cordially disliked him, and his portrait
of him is one of the most unflattering in his gallery. In questions
of ecclesiastical policy he was, as might be expected from one who
was a patriot before he was a Churchman and who did not pretend to
theological learning, a convinced Gallican. It was as such, and not
as an upholder of Jansenism, that he was strongly opposed to the bull
_Unigenitus_.

We have seen that Saint-Simon began to make notes for his _Memoirs_ in
July, 1694. Probably these took more or less the form of a diary and
consisted of personal impressions, information that he had picked up
from various sources, and so forth. Then in 1729 his friend the Duc
de Luynes procured for him the journal which the Duke’s grandfather,
the Marquis de Dangeau, had kept with extraordinary regularity and
accuracy from 1684 down to his death in 1720. Philippe de Courcillon,
Marquis de Dangeau, had come to the Court of Louis XIV with no
particular advantages of birth, or wealth, or interest. But by his
readiness to oblige, his adaptability, and his honesty he made himself
indispensable. Among his accomplishments was that of writing _vers
de société_ with great facility, which procured his election to the
_Académie française_ at the age of thirty. But his chief passport to
favour and fortune was his skill and success, coupled with perfect
probity, in all kinds of card-games. This is Mme de Sévigné’s account
of a game of _reversi_ at Versailles in 1676, in which the King, the
Queen, Mme de Montespan, Mme de Soubise, Dangeau, and others took part:

  Je voyais jouer Dangeau; et j’admirais combien nous sommes sots
  auprès de lui. Il ne songe qu’à son affaire, et gagne où les
  autres perdent; il ne néglige rien, il profite de tout, il n’est
  point distrait: en un mot, sa bonne conduite défie la fortune;
  aussi les deux cent mille francs en dix jours, les cent mille
  écus en un mois, tout cela se met sur le livre de sa recette.

Dangeau’s memoirs are little more than a Court journal, in which he
seldom allows himself a comment. But the regularity with which it is
noted up day by day, the accuracy of its information, and the multitude
of small details in which it abounds, make it a useful and valuable
authority, as Sainte-Beuve has shewn in the five _causeries_ which he
devoted to it[1]. A couple of citations from the year 1688, complete
for the day to which they refer, will give an idea of its character:

  [1] _Journal_ du Marquis de Dangeau, ed. Soulié, Dussieux, De
  Chennevières, Mantz, De Montaiglon, 19 vols. 1854; Sainte-Beuve,
  _Causeries du Lundi_, XI.

    _Lundi, 26 [janvier] à Versailles._ Le roi alla tirer;
    Monseigneur courut le loup; le soir, il y eut appartement.--Le
    roi dit qu’il vouloit recommencer à Marly de courre le cerf à
    cheval. Depuis sa maladie il ne l’avoit couru qu’en calèche.
    On dit que M. de Noirmoustier, qui est aveugle, va épouser la
    veuve de feu M. de Brémont qui est fort riche.

    _Lundi, 1er mars, à Versailles._ Le roi dîna à son petit
    couvert, et alla tirer. Monseigneur courut le loup, qui le mena
    fort loin d’ici; il n’arriva qu’à onze heures du soir.--Il y
    eut comédie.--Après souper M. le Duc donna bal en masque chez
    lui, où Monseigneur demeura jusqu’à la fin, malgré la fatigue
    de la journée; les officiers de la garde prétendent qu’il a
    fait plus de quarante lieues aujourd’hui.

It is but fair to add that the average entry for the day is rather
longer than this, and not so wholly devoid of interest. Saint-Simon is
superb in his contempt:

    La bassesse d’un humble courtisan, le culte du maître et de
    tout ce qui est ou sent la faveur, la prodigalité des plus
    fades et des plus misérables louanges, l’encens éternel et
    suffoquant jusque des actions du Roi les plus indifférentes,
    la terreur et la fadeur suprême qui ne l’abandonnent nulle
    part pour ne blesser personne, excuser fort, principalement
    dans les généraux et les autres personnes du goût du Roi, de
    Mme de Maintenon, des ministres, toutes ces choses éclatent
    dans toutes les pages, dont il est rare que chaque journée en
    remplisse plus d’une, et dégoûtent merveilleusement.

But Saint-Simon recognised that this commonplace and uncritical
Journal, with its accurate chronology and its orderly arrangement,
could be of great service to anyone who wished to write true
memoirs[2]. Accordingly he had a copy made of the work and during the
years 1729-1738 busied himself with adding notes. Some of these were
of considerable length, such as the original draft of the _tableau_ or
long digression on the character of Louis XIV and his reign, and an
elaborate portrait of Louvois, which was not inserted in the _Memoirs_.
About the year 1739 he began to arrange his materials which consisted
of the Journal with the notes, other notes which he had accumulated
during the last forty-five years, portraits, detailed descriptions,
and various essays on the history and genealogy of certain families.
He was now able to begin writing out his _Memoirs_ in full. In 1740 he
was dealing with the events of 1701. In 1741 or 1742 he had reached the
year 1709. By September, 1745, he had come to the end of the reign of
Louis XIV, and the _tableau_ in its final form was written between that
date and March, 1746. The whole work, which ends with the death of the
Regent, was completed in 1751.

  [2] XVII. 142. The account of Dangeau and his memoirs which
  Saint-Simon here gives on the occasion of his death (pp. 134-144)
  is fuller than the earlier portrait in vol. I. 343-346. La
  Bruyère’s Pamphile (_Des Grands_) is evidently meant for Dangeau,
  and Saint-Simon so accepts it.

On Saint-Simon’s death his _Memoirs_ with his other papers were claimed
by his creditors, but the Government took possession of them, and they
were read in manuscript by various persons, including Mme du Deffand,
who recognised their remarkable merit. Extracts were printed by the
Abbé de Voisnenon, and incomplete editions appeared in 1788, 1791,
and 1818. But it was not till 1829-1830 that the first authentic and
complete edition was published in 21 volumes by General de Saint-Simon.
It was, however, badly edited and in 1856-1858, the manuscript having
been sold by the General to MM. Hachette for 100,000 francs, Chéruel
published a new edition in 20 volumes. This was followed by another
edition under the same editorship, with the assistance of Ad. Régnier
_fils_ (23 vols. 1873-1886). Neither of these editions was furnished
with notes, and before the later one was completed M. de Boislisle had
begun to edit for the same firm a noble annotated edition, which is now
in progress. The first volume appeared in 1879 and it has now reached
the thirtieth. The twenty-eighth contains the famous _tableau_ of the
reign of Louis XIV, and the twenty-ninth (1918) consists of an index to
all the previous volumes.

The materials which Saint-Simon had accumulated for his great design
were derived from many sources, written and oral. His written sources
included, besides the Journal of Dangeau, numerous memoirs and
histories which were his favourite reading, the great genealogical work
of Père Anselme, published in 1674, the _Grand Dictionnaire Historique_
of Moreri, which appeared in the same year, and the work of the German
genealogist Imhof, _Excellentium in Gallia Familiarum Genealogiae_
(1687), all of which no doubt had a place in his own library of 6000
volumes.

His oral sources are fairly well known to us, for he generally
indicates the quarter from which he derives his information. First
in importance were the three ministers, Pontchartrain, Chamillart,
and Beauvillier, with all of whom he was very intimate. But both
Beauvillier and Chevreuse knew how to be reticent with their young
friend when occasion required, and he says that they gave him much less
information than either Pontchartrain or the Maréchal de Boufflers.
Another useful _liaison_--to use his favourite term--was that with the
Duc and Duchesse de Villeroy, both of whom were great friends of Mme de
Caylus, Mme de Maintenon’s cousin. The Duc was a son of the Maréchal
de Villeroy and the Duchesse was a daughter of Louvois. Mme de Levis,
a daughter of the Duc de Chevreuse, was also of some service, for
she was intimate with Mme de Maintenon. The young Duchesse de Lorges,
Mme de Saint-Simon’s sister-in-law, was a daughter of Chamillart,
and her sister was married to that ardent courtier, the Duc de La
Feuillade. Saint-Simon tells us that he generally ended his day with
a visit to these ladies, from whom he often learnt something. More
suspicious sources of information were the Maréchale de Rochefort,
bedchamber-woman to the Dauphine, and friend in succession to all
the royal favourites-in-chief; her daughter, Mme de Blansac; and the
celebrated Lauzun who married another sister-in-law of Saint-Simon.
A Gascon by birth and a _farceur_ by temperament, he evidently
enjoyed pulling his brother-in-law’s leg, and the long chapter which
Saint-Simon devotes to him just before the close of the _Memoirs_,
though full of amusing and interesting matter, must not be accepted as
gospel truth.

One of the most curious figures at the Court was Mme de La Chausseraye,
at one time lady-in-waiting to Madame. Thanks to her _esprit_
and her talent for intrigue, she acquired great influence with
various ministers and became very rich, losing large sums at cards,
but recouping herself by the good things which the King and the
Controller-General put in her way. The King was much diverted by her
amusing conversation, and she declared that she had won and kept his
favour by the sole method of hiding her intelligence and leaving him
with a sense of his intellectual superiority. When it is added that
she had also great credit with the royal valets, it may be imagined
how useful she was to Saint-Simon, and how eagerly he cultivated her
society. “J’étois sur elle sur un pied d’amitié et de recherche[3].”
One can also imagine his feelings when many years after her death he
learnt from her confessor that she had written “very curious” memoirs,
but that by his advice she had committed them to the flames.

  [3] See _Mémoires_, IV. 222-224; XIII. 90-97.

Saint-Simon’s curiosity was unbounded and he left no channel of
information untapped. “Je me suis toujours instruit journellement de
toutes choses par des canaux purs, directs et certains, et de toutes
choses grandes et petites[4].” And among his more lowly channels were
the royal valets. For, as he says, “le hasard apprend souvent par les
valets les choses qu’on croit bien cachées.” He was on excellent terms
with Bontemps, the King’s chief valet, who died in 1701 at the age of
eighty, a man of high character, thoroughly honest and disinterested,
and with Bloin, who was in the King’s service at the time of his
death. Another serviceable informant, in a somewhat higher position,
was Georges Maréchal, who was appointed first royal surgeon in 1703,
“l’honneur et la probité même.”

  [4] _Mémoires_, VII. 19. The page and a half which precedes this
  throws considerable light on Saint-Simon’s sources of information.

Whenever any chance occasion offered of obtaining special information
Saint-Simon pounced upon it with eager avidity. He describes, for
instance, how he travelled from Fontainebleau to Paris with the Marquis
de Louville, head of the French household of the King of Spain, and how
he put so many questions to him that the poor man arrived _sans voix
et ne pouvant plus parler_. Later he records a conversation with the
Princesse des Ursins, who had also just returned from Spain. It lasted
eight hours, “which seemed to him eight minutes.”

In the concluding chapter of his _Memoirs_ he claims for them accuracy
and veracity. He says that the greater part is based on his own
personal experience, and that the rest comes to him at first hand from
the actors in the events that he narrates. “I give their names, which,
as well as my intimacy with them, are beyond all suspicion. When my
information comes from a less sure source I call attention to it, and
when I am ignorant, I am not ashamed to avow it.”

This claim is made in all good faith, and as far as the sources of
information go it is not far from the truth. But when one goes on
to inquire how Saint-Simon has dealt with his sources, the result is
not quite so satisfactory. For he suffers from the three failings
which are the chief sources of error in a historian. Firstly, he is
careless--chiefly, indeed, about figures and dates, but he sometimes
copies Dangeau incorrectly. Secondly, he is uncritical. Though he
does not retail mere gossip, he readily believes current stories. The
ministers, the court-ladies, the valets from whom he obtained his
information may have told him what they believed to be the truth,
but Saint-Simon did not cross-examine them or otherwise control
their statements. Moreover, some of his witnesses are evidently
untrustworthy, whether from self-interest, or whether, like Lauzun,
they were given to drawing upon their own invention. Thus Saint-Simon’s
account of some of the events narrated in his _Memoirs_ has been
disproved by modern criticism. The death, for instance, of Monsieur’s
first wife, Henrietta of England, was certainly due to natural causes,
and not, as Saint-Simon says, to poison.

The third and chief disturbing element which must be taken into
account in judging of Saint-Simon’s veracity is prejudice--and that
no mere ordinary prejudice, but rather a bundle of prejudices, all
intensified to the height of passion. As we have seen, his father
had instilled into him the dislike of certain families and of all
Secretaries of State. It was probably too his father who implanted
in him that excessive estimate of his importance as a _duc et pair_
from which sprang his contempt for the whole _bourgeoisie_, including
the _noblesse de robe_, and his prejudice against the monarch who
chose his ministers almost exclusively from that class. It was the
same aristocratic prejudice which inspired his hatred of “the widow
Scarron,” and his dislike of Villars, whom as the great-grandson of a
_greffier_ he could not forgive for being made a Duke. Some, however,
of his prejudices were due to nobler motives. It was Vendôme’s sloth
and debauchery that blinded him to that commander’s high qualities in
the field. It was his righteous indignation at the “double adultery”
of Louis XIV and Mme de Montespan that filled him with hatred against
their bastards. It was the scandal of the official recognition of the
royal harem that still further prejudiced him against the King.

But there were also less worthy prejudices, inspired by more personal
feelings. The malignant portrait of Achille de Harlay is partly a
reprisal for that magistrate’s supposed partiality in the matter of
Luxembourg’s dispute with his fellow dukes and peers. The estimate
of the _grand_ Dauphin might have been less contemptuous but for
Saint-Simon’s enmity with that _cabale de Meudon_ of which the Dauphin
was the centre. Other portraits coloured by the passion of a strong
antipathy are those of Père Tellier, the Cardinal de Bouillon, the
Duc de Noailles, and the Maréchal de Villars. Blackest of all is the
famous portrait of Cardinal Dubois. But though it shews evident signs
of personal resentment and class prejudice, and though it has been
alleged on the Cardinal’s behalf that an honest woman like Madame and
a saint like Fénelon gave him their friendly esteem[5], Saint-Simon’s
reading of his character may be mainly due to a deeper insight and a
more searching analysis.

  [5] Madame changed her opinion later. See below, p. 198, n. 253.

But Saint-Simon was a good lover as well as a good hater, and many
of his portraits are coloured by the promptings of warm affection.
His estimate of the Duc de Bourgogne is, as Sainte-Beuve has pointed
out, more favourable than Fénelon’s. His finished picture of Cardinal
d’Estrées and his slighter sketch of Cardinal Janson are admirable
examples of kindly portraiture. To the Maréchal de Boufflers and to
the Chancellor Pontchartrain and his wife he pays noble tributes of
admiring friendship. His praise of Catinat, that able commander and
disinterested patriot, reads like a page of Plutarch. Memorable too are
the portraits of the two Dukes, Beauvillier and Chevreuse, for whom he
reserved his deepest affection. He is not blind to their limitations or
their failings, but he praises them with the sympathetic comprehension
of one who, honest and high-minded himself, can appreciate these
qualities to the full when they are displayed in the persons of his
friends. The portrait of the Duc de Montfort, the son of his friend the
Duc de Chevreuse, is a masterpiece of admiring sympathy[6].

  [6] IV. 143.

To these two classes of favourable and unfavourable portraits, the
former softened by affection, the latter exaggerated by hate, must
be added a large number of portraits in which good and bad are
intermingled, and which bear throughout the stamp of an impartial
estimate. One of the finest of these is the Prince de Conti; less
elaborate but hardly less skilful is the Cardinal de Rohan. But the
palm for this class of portrait must be awarded to that of the Duke
of Orleans. As one of the protagonists in Saint-Simon’s drama he is
naturally a prominent figure and the general impression that we get
of his character is deepened by numerous touches. But just before the
close of Louis XIV’s reign he is presented in a long and leisurely
digression, which forms one of the great chapters in Saint-Simon’s
narrative. At the other end of the scale to this full-length and
elaborately drawn portrait are the little miniatures of minor
personages with which the work is interspersed. Among the most notable
are Mme de Castries, the Duchesse de Gesvres, M. du Guet, Le Haquais,
Toussaint Rose, one of the King’s secretaries, and Bontemps, his chief
valet.

But whether the portraits are finished works of art or mere sketches,
whether they are inspired by hatred or by admiration, whether they are
partial or impartial, they all alike have this virtue that they are
intensely alive. We know the originals both in their outward semblance
and in their inmost being. While Racine is concerned only with souls,
while La Bruyère’s main interest is in habits and manners as an index
to character, Saint-Simon, who began his survey of humanity just before
his two older contemporaries finished theirs, gives us body and soul
alike. In this he resembles Balzac, but he has this advantage over the
great novelist that dealing with real men and women, and not with the
creatures of his imagination, he is never tempted to make the outward
appearance match the inner character. Nor, as superficial judges are
apt to do in real life, does he hastily infer the character from the
outward appearance. He deals with both on their merits; he first calls
up before us the outward man, and then he gives us his character from
an independent study of his idiosyncrasies and actions. “The features
of the portrait,” to borrow Montaigne’s phrase, “may go astray,” but we
have before us a living man, drawn by a supreme artist. Thus the whole
work, if not like Balzac’s, a complete _comédie humaine_, may be fitly
called the _Comédie de Versailles_.

For Saint-Simon does not merely give us living men and women, he shews
them to us in action, he reproduces their movements, their gestures,
their tricks of speech. There is nothing more wonderful in the whole
of French literature than his account of the _spectacle de Versailles_
after the death of Monseigneur. It is not in the literal sense a drama,
for it lacks a plot to give it unity, but it is a superb dramatic
_tableau_, glowing with life and throbbing with a passionate intensity.

The best commentary on this comedy is La Bruyère’s chapter _On the
Court_, the essence of which is distilled in the following passage:

    Il y a un pays où les joies sont visibles, mais fausses; et les
    chagrins cachés, mais réels. Qui croirait que l’empressement
    pour les spectacles, que les éclats et les applaudissements aux
    théâtres de _Molière_ et d’_Arlequin_, les repas, la chasse,
    les ballets, les carrousels, couvrissent tant d’inquiétudes, de
    soins et de divers intérêts, tant de craintes et d’espérances,
    de passions si vives et des affaires si sérieuses?

When La Bruyère printed this _remarque_ in the first edition of _Les
Caractères_ (1688), the Court of Louis XIV, partly under the influence
of Mme de Maintenon and partly as the result of the King’s serious
illness in 1686, had begun to wear that aspect of seriousness and gloom
which overshadowed it during the remaining years of the reign. The
conversion of the King to the regular observance of Catholic practices,
and the general atmosphere of piety which this conversion diffused
shewed itself in various ways, and amongst others in the repression of
pleasures to which with advancing years he was becoming less inclined.
In the very year 1694 in which Saint-Simon began to make notes for his
_Memoirs_ Bossuet attacked the stage in his well-known _Maximes et
Réflexions sur la Comédie_. In 1696 the police made a sudden descent
on the Hôtel de Bourgogne and summarily suppressed the Italian actors.
From this time for many years the only theatre in Paris was the
_Comédie Française_.

Versailles became more and more serious and gloomy. “La vie de la cour
est un jeu sérieux, mélancolique,” says La Bruyère in the _remarque_
which follows that quoted above. A far worse feature was the inevitable
growth of hypocrisy. “Un (faux) dévot est celui qui, sous un roi athée,
serait athée.” A good story in illustration of this hypocrisy is told
by Saint-Simon. On Thursday and Sunday evenings during the winter it
was the King’s habit to attend the service of benediction in the chapel
at Versailles, which in consequence was always filled with the ladies
of the Court. But, if it became known that the King was not going to
attend, the chapel was nearly empty. One evening M. de Brissac, major
of the body-guard, an honest man who hated shams, came into the chapel
just before the service and announced that His Majesty was not coming,
whereupon all the ladies except three or four quietly withdrew, and
when the King arrived he was much surprised to find the chapel empty.
On Brissac’s telling him after the service what had happened, he
laughed heartily, but the ladies, says Saint-Simon, would gladly have
strangled Brissac. This anecdote well illustrates the hypocrisy of the
age. Beneath the outward veneer of piety free thought and immorality
reigned unchecked. Memoirs, letters, and sermons all confirm the truth
of Saint-Simon’s picture. In his funeral oration on the Prince de
Conti, who died in 1707, Massillon speaks of “un siècle, où la religion
est devenue le jouet, ou de la débauche, ou d’une fausse science.”
In a well-known letter written by Mme de Maintenon to the Princesse
des Ursins in the same year she says, “Je vous avoue, Madame, que les
femmes de ce temps-ci me sont insupportables: leur habillement insensé
et immodeste, leur tabac, leur vin, leur gourmandise, leur grossièreté,
leur paresse, tout cela est si opposé à mon goût, et, ce me semble, à
la raison, que je ne puis le souffrir.” There was no worse specimen of
her sex than the Duchesse de Berry, whose marriage Saint-Simon had done
so much to promote, and of whom he says in his portrait of her, drawn
at the close of Louis XIV’s reign, that “except for avarice, she was a
model of all the vices[7].”

  [7] _Mémoires_, ed. Chéruel, XI. 198-204.

The men were naturally no better than the women, and at the _hôtel_ in
the Temple of the Grand Prior of Vendôme he and his brother, the Duc
de Vendôme, especially during the years between the Peace of Ryswick
(1697) and the outbreak of the War of the Spanish Succession (1701),
gave cynical displays of drunkenness and debauchery.

A less vicious characteristic of the society of Versailles, but one
greatly at variance with the refinement which we associate with the
age of Louis XIV, was the love of brutal and even cruel horse-play.
We read in Saint-Simon of a poor old woman named Mme Panache, whose
pockets the princes and princesses used to fill with roast and stewed
meat, till the sauce ran down her petticoats. Or they would fillip her
face and laugh at her fury, at not being able to tell who had struck
her--for she could not see beyond the end of her nose. Another butt was
the Princesse d’Harcourt, ugly, dirty, greedy, malicious, dishonest.
She never missed a religious service, and was a constant communicant,
generally after having played at cards--and openly cheated--till four
in the morning. She certainly did not deserve much consideration, but
her character hardly justified the Duchess of Burgundy and her ladies
in making their way into her bedroom and pelting her with snowballs for
half-an-hour[8].

  [8] _Mémoires_, III, 346-351.

Practical joking, even when it was more or less friendly, often took
a brutal or disgusting form. Louis XIV himself, that model of dignity
and high-breeding, used to amuse himself with putting hair into the
butter and tarts destined for Mlle de Montpensier and Mme de Thianges
(the sister of Mme de Montespan), both of whom were very particular
about their food. The Duc de Bourbon, La Bruyère’s pupil, and his
Duchess especially distinguished themselves in this unpleasant fashion.
The Duchess once flung a glass of water in the face of Santeul, the
distinguished Latin poet, who was their habitual guest at Chantilly,
and the Duke nearly killed him by emptying his snuff-box into his
glass of champagne. On a par with these elementary notions of social
merriment was the complete want of privacy and the lack of even
ordinary decency. It is not too much to say that the standard of
comfort at the Court of Versailles in the days of the _grand monarque_
was lower than that of an English labourer at the present day.

The lack of privacy which strikes the modern reader of Saint-Simon
presumably did not trouble his contemporaries, to whom it would have
seemed only natural. Certainly it did not trouble Louis XIV, who
suffered from it more than anybody, but who seems to have delighted
in the perpetual presence of his courtiers, as giving him ample
opportunity of observing their goings in and goings out. It was part
of the _espionnage_ which was one of the worst features of the _ancien
régime_, and which shewed itself in more unpleasant forms, such as the
strict police supervision exercised by that most capable of chiefs,
Marc-René d’Argenson, and the habitual opening of letters, whatever
the rank of the writers. An even more unpleasant sign of despotic
government was the practice of granting _lettres de cachet_ on the
unsupported statement of the applicant.

Another feature of the reign which marks the semi-oriental character
of the rule of Louis XIV was the cult--for it cannot be called less--of
the monarch. “Qui considérera que le visage du prince fait toute la
félicité du courtisan, qu’il s’occupe et se remplit pendant toute sa
vie de le voir et d’en être vu, comprendra un peu comment voir Dieu
peut faire toute la gloire et tout le bonheur des Saints.” So writes La
Bruyère, and his commentator cites apt passages from the letters of Mme
de Sévigné and her cousin Bussy-Rabutin, of the Maréchal de Villeroy
and the Duc de Richelieu, to illustrate his remark. It was, indeed,
literally true of such typical courtiers as Dangeau and D’Antin and La
Rochefoucauld, the son of the author of the _Maxims_, who sometimes,
says Saint-Simon, went for ten years without spending a night away
from the Court, and in over forty years did not sleep twenty times at
Paris. “Jamais valet ne le fut de personne avec tant d’assiduité et de
bassesse, il faut lâcher le mot, avec tant d’esclavage.” As La Bruyère
says without any hesitation, “Qui est plus esclave qu’un courtisan
assidu, si ce n’est un courtisan plus assidu?” Nor must we forget that
prince of flatterers, the Cardinal de Polignac, of whom Saint-Simon
tells us that once, when it was beginning to rain at Marly and the
King made a civil remark about his fine coat, he replied, “It is
nothing, Sire; the rain at Marly does not wet one.” There were plenty
of courtiers at Versailles who were ready to say with the fox in La
Fontaine’s fable,

    Eh bien! manger moutons, canaille, sotte espèce,
    Est-ce un péché? non, non; vous leur fîtes, Seigneur,
        En les croquant, beaucoup d’honneur.

What wonder if the Roi-Soleil, surrounded by so many adoring
satellites, came almost to believe in his own divinity?

In this worship of the King Saint-Simon was very far from taking part,
but on the other hand he entered with zest into all the futilities of
precedence and etiquette which formed the most serious business of
the Court. The right to wear one’s hat, or, in the case of a woman,
to be seated in the royal presence (called _le droit du tabouret_),
the right to be kissed by royalty, the right to a chair with arms, or
merely to a folding-chair--all these were privileges which were claimed
and contested with the utmost keenness, and which figure largely in
the pages of our chronicler. It is with the utmost gravity that he
relates the visit of the Elector of Cologne, Prince Clement of Bavaria,
brother-in-law of Monseigneur, to Versailles in 1706; how the King,
“standing and uncovered, received him with all the grace imaginable”;
how he was presented to the Duchess of Burgundy, who received him
standing, but did not kiss him, “because in the King’s presence she
kisses nobody”; how he was next conducted to the bedroom of Madame,
who kissed him and had a long conversation with him in German; and how
finally he visited in her bed the Duchess of Orleans, who also kissed
him. “Il ne s’assit nulle part.”

A good instance of the passionate tenacity with which Saint-Simon took
part in controversies on the most trivial questions of etiquette is
what he calls _l’affaire de la quête_, to which he devotes no less
than ten pages. On certain great festivals of the Church, when the
King attended mass or vespers, it was the practice for the Queen, or,
after her death, the Dauphine, to appoint one of the court-ladies to
take round the bag. But the Lorraine princesses, who, according to
Saint-Simon, the life-long enemy of their house, were always trying
to usurp the privileges of princesses of the blood, quietly avoided
this duty. Hence a long and bitter altercation, largely fomented by
Saint-Simon, which resulted in the little Duke, on the advice of his
friend Chamillart, obtaining an audience with the King, at which,
according to his own account, he put the matter before him with great
boldness and complete success. Saint-Simon apologises for the length
of his narrative, but says with perfect truth that it is from the
circumstantial account of such affairs that we get a knowledge of
the Court and especially of the King, “so difficult to reach, so
formidable to his intimates, so full of his despotism,... and yet
capable of understanding reason when it was put forcibly before him,
provided only the speaker flattered his love of despotism and seasoned
his remarks with the most profound respect[9].”

  [9] _Mémoires_, IV. 42-52.

Other questions of privilege loom even larger in Saint-Simon’s
narrative. The “_monstrueuse usurpation du bonnet_ or the claim of
_Messieurs du Parlement_” to address the _ducs et pairs_ without
uncovering fills two whole chapters[10], while the famous account of
the _lit de justice_ of August 26, 1718, which records the triumph of
the dukes and peers over two of the chief objects of Saint-Simon’s
detestation, the _Parlement_ and the Duc du Maine, occupies from
first to last more than half a volume[11]. The narrative has not the
same interest as that of the death of Monseigneur, but the passage in
which Saint-Simon literally gloats over his triumph is one of the most
remarkable in his whole memoirs.

  [10] _Mémoires_, XI. 1-54.

  [11] XV. 336-473; XVI. 1-96.

    Ce fut là où je savourai avec tous les délices qu’on ne peut
    exprimer le spectacle de ces fiers légistes, qui osent nous
    refuser le salut, prosternés à genoux, et rendre à nos pieds un
    hommage au trône, tandis qu’assis et couverts, sur les hauts
    sièges du côté du même trône, ces situations et ces postures,
    si grandement disproportionnées, plaident seules avec tout le
    perçant de l’évidence la cause de ceux qui, véritablement et
    d’effet, sont _laterales Regis_ contre ce _vas electum_ du
    tiers état. Mes yeux fichés, collés sur ces bourgeois superbes,
    parcouroient tout ce grand banc à genoux ou debout, et les
    amples replis de ces fourrures ondoyantes à chaque génuflexion
    longue et redoublée, qui ne finissoit que par le commandement
    du Roi par la bouche du garde des sceaux, vil petit gris qui
    voudroit contrefaire l’hermine en peinture, et ces têtes
    découvertes et humiliés à la hauteur de nos pieds....

    Moi cependant je me mourois de joie. J’en étois à craindre
    la défaillance; mon cœur dilaté à l’excès, ne trouvoit plus
    d’espace à s’étendre. La violence que je me faisois pour ne
    rien laisser échapper étoit infinie, et néanmoins ce tourment
    étoit délicieux.

At the point of laying down his pen Saint-Simon asks indulgence for
his style in favour of the truth and exactitude which are “the law
and the soul” of his memoirs. We have seen that in the matter of
truth and exactitude the _Memoirs_ leave something to be desired, but
the style needs no apology. The negligences, the repetitions, the
occasional obscurity arising from the length of the sentences, to
which Saint-Simon pleads guilty, are nothing compared with the general
impression of individuality and life. _Je ne fus jamais un sujet
académique._ There is certainly nothing academic about Saint-Simon’s
style. It is the style of a man who does not stop to consult a
dictionary as to the propriety of his words or the correctness of his
constructions, but who is content to use the current language of his
day. It is the style of a man who writes under the stress of strong
emotion and vivid imagination. We seem to see the pen quivering in the
writer’s fingers as he urges it across the paper in a vain endeavour
to keep pace with the rapidity of his thought. There are passages,
as for instance, the one just cited, which literally vibrate with
passion, and the wonder is that while the passion of the orator or
the pamphleteer or the satirist is but a transient outburst, that
of Saint-Simon, writing, as he often does, years after the event,
still glows at a white heat. Moreover, the more violent his passion
the better he writes. Nowhere is his style more vivid than when he
is recounting the _affaire du bonnet_. He is equally vigorous and
impressive in his attack on Villars at the time of his appointment
to the command in Flanders in 1710[12], and in that on Père Tellier
in connexion with the bull _Unigenitus_[13]. His favourite words to
express eagerness--_pétiller_, _sécher_, _griller_--are all suggestive
of the extreme nervous tension under which he habitually wrote.

  [12] VIII. 32-34.

  [13] _ib._ 214-217.

Further, it is the style of one who observes closely, and visualises
clearly. Some of his portraits stand out as if bitten into metal by
the burin of an engraver. A good example of the lively force of his
writing is the account of his conversation with the Duc de Beauvillier
about the Duc de Bourgogne and Vendôme. Though the sentence in which
he contrasts the characters of the two commanders runs to nearly
five hundred and fifty words, it is not in the least involved. It
reads like the outpouring of a brilliant talker to whom intense hate
has given a lucidity and a power of just expression which is little
short of miraculous. The vividness and the colour which help to make
Saint-Simon’s style so arresting are greatly helped by his use of
homely but pregnant similes, as when he speaks of Mme de Maintenon as
seeing the world _par le trou d’une bouteille_, or describes Mme de
Castries as _une espèce de biscuit manqué_. Nor does he shrink from
coining a word, if necessary, though doubtless some of his words, which
appear unusual to the modern reader, were current in the conversation
of his day.

It must not be imagined that the interest of the _Memoirs_ is always
sustained at the same high level. The minor squabbles about etiquette
and precedence, the whisperings of contemporary gossip have not
the same relish for the modern reader as they had for Saint-Simon.
There are certain genealogical chapters, notably the long one on the
Rohan family, which will deter all but the stoutest genealogist. But
when these deductions have been made the residue is of unsurpassing
interest. “With Shakespeare and Saint-Simon,” says Taine, “Balzac is
the greatest storehouse of human documents that we possess,” and the
claim which he makes on behalf of Saint-Simon is not exaggerated.



WORKS OF SAINT-SIMON


  _Mémoires_, ed. A. Chéruel, 20 vols. 1856-1858; ed. A. Chéruel
    and Ad. Régnier _fils_, 22 vols. 1873-1881; ed. A. de Boislisle,
    1879-1919, vols. I.-XXX.--vol. XXIX. consists of an index to all
    the preceding volumes (_Grands Écrivains de la France_).

  _Écrits inédits_, ed. P. Faugère, 8 vols. 1880-1893.

  A selection from the _Mémoires_ has been made by C. de Lanneau
  under the title of _Scènes et portraits_, 2 vols. 1876; 1914.
  There is another, under the title of _La Cour de Louis XIV_, in
  the Collection Nelson.

  There are two English abridged translations, one by Bayle St
  John, 4 vols. 1857 (and New York, 1902), the other, with notes,
  by Francis Arkwright, 6 vols. 1915-1918.



BIOGRAPHICAL AND CRITICAL STUDIES


  A. Chéruel, _Saint-Simon considéré comme historien de Louis XIV_,
    1865; _Notice sur la vie et les mémoires du Duc de Saint-Simon_,
    1876.

  Sainte-Beuve, _Causeries du Lundi_, III (slight) and XV;
    _Nouveaux Lundis_, X.

  Taine, _Essais de critique et d’histoire_.

  G. Boissier, _Saint-Simon_, 1892 (_Les grands écrivains
    français_).

  É. Faguet, _Dix-septième siècle_.

  A. Le Breton, _La “Comédie Humaine” de Saint-Simon_, 1914.

  C. W. Collins, _Saint-Simon_, Edinburgh, 1880.

  E. Cannan, _The Duke of Saint-Simon_, Oxford, 1886 (Lothian Prize
    Essay).



I

LOUIS XIV[14]

  [14] Ed. Chéruel, XII. cc. I and IV; ed. Boislisle, XXVIII. 1-53,
  126-175. This digression on the character and reign of Louis
  XIV was written in September, 1745, but it reproduces almost
  textually the long note which Saint-Simon added to the Memoirs
  of Dangeau ten years earlier. It should be compared with his
  _Parallèle des trois premiers rois Bourbon_ (Écrits inédits, I.)
  and with the _Relation de la Cour de France en 1690_ of Ezekiel
  Spanheim (ed. E. Bourgeois, 1900), the envoy of the Great Elector
  of Brandenburg.


Ce fut un prince à qui on ne peut refuser beaucoup de bon, même de
grand, en qui on ne peut méconnoître plus de petit et de mauvais,
duquel il n’est pas possible de discerner ce qui étoit de lui ou
emprunté, et dans l’un et dans l’autre rien de plus rare que des
écrivains qui en aient été bien informés, rien de plus difficile
à rencontrer que des gens qui l’aient connu par eux-mêmes et par
expérience et capables d’en écrire, en même temps assez maîtres
d’eux-mêmes pour en parler sans haine ou sans flatterie, de n’en rien
dire que dicté par la vérité nue en bien et en mal. Pour la première
partie on peut ici compter sur elle; pour l’autre on tâchera d’y
atteindre en suspendant de bonne foi toute passion.

Il ne faut point parler ici de ses premières années. Roi presque en
naissant, étouffé par la politique d’une mère qui vouloit gouverner,
plus encore par le vif intérêt d’un pernicieux ministre, qui hasarda
mille fois l’État pour son unique grandeur, et asservi sous ce joug
tant que vécut ce premier ministre, c’est autant de retranché sur le
règne de ce monarque. Toutefois il pointoit sous ce joug. Il sentit
l’amour, il comprenoit l’oisiveté comme l’ennemie de la gloire; il
avoit essayé de foibles parties de main vers l’un et vers l’autre; il
eut assez de sentiment pour se croire délivré à la mort de Mazarin,
s’il n’eut pas assez de force pour se délivrer plus tôt. C’est même
un des beaux endroits de sa vie, et dont le fruit a été du moins de
prendre cette maxime, que rien n’a pu ébranler depuis, d’abhorrer tout
premier ministre, et non moins tout ecclésiastique dans son conseil.
Il en prit dès lors une autre, mais qu’il ne put soutenir avec la même
fermeté, parce qu’il ne s’aperçut presque pas dans l’effet qu’elle lui
échappa sans cesse: ce fut de gouverner par lui-même, qui fut la chose
dont il se piqua le plus, dont on le loua et le flatta davantage, et
qu’il exécuta le moins.

Né avec un esprit au-dessous du médiocre[15], mais un esprit capable
de se former, de se limer, de se raffiner, d’emprunter d’autrui sans
imitation et sans gêne, il profita infiniment d’avoir toute sa vie vécu
avec les personnes du monde qui toutes en avoient le plus, et des plus
différentes sortes, en hommes et en femmes de tout âge, de tout genre
et de tous personnages.

  [15] This is a mistake. Louis XIV had common sense, prudence, and
  sagacity, and, if he lacked initiative and originality, he could
  understand what was explained to him.

S’il faut parler ainsi d’un roi de vingt-trois ans, sa première entrée
dans le monde fut heureuse en esprits distingués de toute espèce.
Ses ministres au dedans et au dehors étoient alors les plus forts de
l’Europe, ses généraux les plus grands, leurs seconds les meilleurs, et
qui sont devenus des capitaines en leur école, et leurs noms aux uns
et aux autres ont passé comme tels à la postérité d’un consentement
unanime. Les mouvements dont l’État avoit été si furieusement agité
au dedans et au dehors, depuis la mort de Louis XIII, avoient formé
quantité d’hommes qui composoient une cour d’habiles et d’illustres
personnages et de courtisans raffinés.

La maison de la comtesse de Soissons[16], qui, comme surintendante
de la maison de la Reine, logeoit à Paris aux Tuileries, où étoit
la cour, qui y régnoit par un reste de la splendeur du feu cardinal
Mazarin, son oncle, et plus encore par son esprit et son adresse,
en étoit devenue le centre, mais fort choisi. C’étoit où se rendoit
tous les jours ce qu’il y avoit de plus distingué en hommes et en
femmes, qui rendoit cette maison le centre de la galanterie de la
cour, et des intrigues et des menées de l’ambition, parmi lesquelles
la parenté influoit beaucoup, autant comptée, prisée et respectée
lors, qu’elle est maintenant oubliée. Ce fut dans cet important et
brillant tourbillon où le Roi se jeta d’abord, et où il prit cet air
de politesse et de galanterie qu’il a toujours su conserver toute sa
vie, qu’il a si bien su allier avec la décence et la majesté. On peut
dire qu’il étoit fait pour elle, et qu’au milieu de tous les autres
hommes, sa taille, son port, les grâces, la beauté, et la grande mine
qui succéda à la beauté, jusqu’au son de sa voix et à l’adresse et
la grâce naturelle et majestueuse de toute sa personne, le faisoient
distinguer jusqu’à sa mort comme le roi des abeilles, et que, s’il ne
fût né que particulier, il auroit eu également le talent des fêtes,
des plaisirs, de la galanterie, et de faire les plus grands désordres
d’amour. Heureux s’il n’eût eu que des maîtresses semblables à Mme de
la Vallière, arrachée à elle-même par ses propres yeux, honteuse de
l’être, encore plus des fruits de son amour, reconnus et élevés malgré
elle, modeste, désintéressée, douce, bonne au dernier point, combattant
sans cesse contre elle-même, victorieuse enfin de son désordre par les
plus cruels effets de l’amour et de la jalousie, qui furent tout à
la fois son tourment et sa ressource, qu’elle sut embrasser assez au
milieu de ses douleurs pour s’arracher enfin, et se consacrer à la plus
dure et la plus sainte pénitence! Il faut donc avouer que le Roi fut
plus à plaindre que blâmable de se livrer à l’amour, et qu’il mérite
louange d’avoir su s’en arracher par intervalles en faveur de la gloire.

  [16] Olympe Mancini, who married the Comte de Soissons of the
  royal house of Savoy. She was the mother of Prince Eugène.

Les intrigues et les aventures que, tout roi qu’il étoit, il essuya
dans ce tourbillon de la comtesse de Soissons, lui firent des
impressions qui devinrent funestes, pour avoir été plus fortes que lui.
L’esprit, la noblesse de sentiments, se sentir, se respecter, avoir
le cœur haut, être instruit, tout cela lui devint suspect, et bientôt
haïssable. Plus il avança en âge, plus il se confirma dans cette
aversion. Il la poussa jusque dans ses généraux et dans ses ministres,
laquelle dans eux ne fut contre-balancée que par le besoin, comme on
le verra dans la suite. Il vouloit régner par lui-même. Sa jalousie
là-dessus alla sans cesse jusqu’à la foiblesse. Il régna en effet
dans le petit; dans le grand il ne put y atteindre, et jusque dans
le petit il fut souvent gouverné. Son premier saisissement des rênes
de l’empire fut marqué au coin d’une extrême dureté et d’une extrême
duperie. Fouquet[17] fut le malheureux sur qui éclata la première;
Colbert fut le ministre de l’autre, en saisissant seul toute l’autorité
des finances, et lui faisant accroire qu’elle passoit toute entre ses
mains, par les signatures dont il l’accabla à la place de celles que
faisoit le surintendant, dont Colbert supprima la charge, à laquelle il
ne pouvoit aspirer.

  [17] Nicolas Fouquet (1615-1680), the well-known _surintendant
  des finances_, aspired to succeed Mazarin, but his ambitions
  were thwarted by Louis announcing his intention to be his own
  chief minister. He was arrested on September 5, 1661, and his
  trial for malversation of the finances began in the following
  November. The verdict was not given till December, 1664, when
  the majority of the judges condemned him to perpetual banishment
  with confiscation of his property. This was changed by Louis with
  _extrême dureté_ to imprisonment for life. (See J. Lair, _Nicolas
  Fouquet_, 2 vols. 1890, and Mme de Sévigné’s letters.)

La préséance solennellement cédée par l’Espagne, et la satisfaction
entière qu’elle fit de l’insulte faite à cette occasion par le baron de
Vatteville au comte depuis maréchal d’Estrades, ambassadeurs des deux
couronnes à Londres[18], et l’éclatante raison tirée de l’insulte faite
au duc de Crequy, ambassadeur de France, par le gouverneur de Rome, par
les parents du Pape et par les Corses de sa garde, furent les prémices
de ce règne par soi-même[19].

  [18] This episode, in which the Spanish ambassador was clearly
  in the wrong, took place in 1661. The last act of the Maréchal
  d’Estrades’s long and successful diplomatic career was the Treaty
  of Nymegen (1678). He died in 1685, leaving memoirs (9 vols.
  1743) which Saint-Simon qualifies as “excellent.”

  [19] On this occasion (August, 1662) the provocation came from
  the French side, but Louis XIV loudly demanded reparation for the
  insults offered to his ambassador by the Pope’s Corsican guards.
  By the treaty of Pisa (February, 1664) he obtained it in a form
  which was thoroughly humiliating to Alexander VII.

Bientôt après, la mort du roi d’Espagne fit saisir à ce jeune prince
avide de gloire une occasion de guerre, dont les renonciations si
récentes, et si soigneusement stipulées dans le contrat de mariage de
la Reine, ne purent le détourner. Il marcha en Flandres; ses conquêtes
y furent rapides; le passage du Rhin fut signalé; la triple alliance
de l’Angleterre, la Suède et la Hollande ne fit que l’animer. Il alla
prendre en plein hiver toute la Franche-Comté, qui lui servit, à la
paix d’Aix-la-Chapelle, à conserver des conquêtes de Flandres en
rendant la Franche-Comté[20].

  [20] The War of Devolution began in May, 1667, and the peace
  of Aix-la-Chapelle was signed in the May following. The famous
  passage of the Rhine did not take place till 1672.

Tout étoit florissant dans l’État, tout y étoit riche. Colbert avoit
mis les finances, la marine, le commerce, les manufactures, les lettres
même, au plus haut point; et ce siècle, semblable à celui d’Auguste,
produisoit à l’envi des hommes illustres en tout genre, jusqu’à ceux
mêmes qui ne sont bons que pour les plaisirs.

Le Tellier et Louvois son fils, qui avoient le département de la
guerre, frémissoient des succès et du crédit de Colbert, et n’eurent
pas de peine à mettre en tête au Roi une guerre nouvelle, dont les
succès causèrent une telle frayeur à l’Europe que la France ne l’en a
pu remettre, et que, après y avoir pensé succomber longtemps depuis,
elle en sentira longtemps le poids et les malheurs. Telle fut la
véritable cause de cette fameuse guerre de Hollande à laquelle le
Roi se laissa pousser, et que son amour pour Mme de Montespan rendit
si funeste à son État et à sa gloire. Tout conquis, tout pris, et
Amsterdam prête à lui envoyer ses clefs, le Roi cède à son impatience,
quitte l’armée, vole à Versailles, et détruit en un instant tout le
succès de ses armes. Il répara cette flétrissure par une seconde
conquête de la Franche-Comté, en personne, qui pour cette fois est
demeurée à la France.

En 1676, le Roi retourna en Flandres, prit Condé; et Monsieur Bouchain.
Les armées du Roi et du prince d’Orange s’approchèrent si près et si
subitement qu’elles se trouvèrent en présence, et sans séparation,
auprès de la cense d’Heurtebise[21]. Il fut donc question de décider
si on donneroit bataille, et de prendre son parti sur-le-champ.
Monsieur n’avoit pas encore joint de Bouchain, mais le Roi étoit sans
cela supérieur à l’armée ennemie. Les maréchaux de Schomberg[22],
Humières[23], la Feuillade[24], Lorges, etc., s’assemblèrent à cheval
autour du Roi, avec quelques-uns des plus distingués d’entre les
officiers généraux et des principaux courtisans, pour tenir une espèce
de conseil de guerre. Toute l’armée crioit au combat, et tous ces
Messieurs voyoient bien ce qu’il y avoit à faire; mais la personne du
Roi les embarrassoit, et bien plus Louvois, qui connoissoit son maître,
et qui cabaloit depuis deux heures que l’on commençoit d’apercevoir où
les choses en pourroient venir. Louvois, pour intimider la compagnie,
parla le premier, en rapporteur, pour dissuader la bataille. Le
maréchal d’Humières, son ami intime et avec grande dépendance, et le
maréchal de Schomberg, qui le ménageoit fort, furent de son avis. Le
maréchal de la Feuillade, hors de mesure avec Louvois, mais favori
qui ne connoissoit pas moins bien de quel avis il falloit être,
après quelques propos douteux, conclut comme eux. M. de Lorges[25],
inflexible pour la vérité, touché de la gloire du Roi, sensible au bien
de l’État, mal avec Louvois comme le neveu favori de M. de Turenne
tué l’année précédente, et qui venoit d’être fait maréchal de France
malgré ce ministre, et capitaine des gardes du corps, opina de toutes
ses forces pour la bataille, et il en déduisit tellement les raisons,
que Louvois même et les maréchaux demeurèrent sans repartie. Le peu de
ceux de moindre grade qui parlèrent après osèrent encore moins déplaire
à Louvois; mais ne pouvant affoiblir les raisons de M. le maréchal de
Lorges, ils ne firent que balbutier. Le Roi, qui écoutoit tout, prit
encore les avis, ou plutôt simplement les voix, sans faire répéter ce
qui avoit été dit par chacun, puis, avec un petit mot de regret de se
voir retenu par de si bonnes raisons, et du sacrifice qu’il faisoit de
ses desirs à ce qui étoit de l’avantage de l’État, tourna bride, et il
ne fut plus question de bataille.

  [21] The farm of Urtebise, as it should be written.

  [22] Frederick Hermann, Duke of Schomberg or Schönberg
  (1618-1690), was by birth a German, but he served in the French
  army for more than thirty years. After the revocation of the
  Edict of Nantes he was allowed to retire to Portugal. In 1688 he
  accompanied William of Orange to England, was created a Duke,
  was made Commander-in-chief of the forces in Ireland, and was
  killed at the battle of the Boyne. He is buried in St Patrick’s
  Cathedral, Dublin.

  [23] Louis de Crevant, Marquis and afterwards Duc d’Humières. For
  a short portrait of him see I. 196-7. He died in 1694.

  [24] François d’Aubusson, Duc de La Feuillade, was a devoted
  courtier of Louis XIV. He gave a proof of his devotion by making
  the Place des Victoires and adorning it with a statue of his
  master in gilded bronze.

  [25] Guy de Durfort, Duc de Lorges, was a nephew of Turenne and
  father-in-law to Saint-Simon. For his portrait see II. 329-342.

Le lendemain, et c’est de M. le maréchal de Lorges que je le tiens, qui
étoit la vérité même, et à qui je l’ai ouï raconter plus d’une fois et
jamais sans dépit, le lendemain, dis-je, il eut occasion d’envoyer un
trompette aux ennemis qui se retiroient. Ils le gardèrent un jour ou
deux en leur armée. Le prince d’Orange le voulut voir, et le questionna
fort sur ce qui avoit empêché le Roi de l’attaquer, se trouvant le
plus fort, les deux armées en vue si fort l’une de l’autre, et en rase
campagne, sans quoi que ce soit entre-deux. Après l’avoir fait causer
devant tout le monde, il lui dit avec un sourire malin, pour montrer
qu’il étoit tôt averti, et pour faire dépit au Roi, qu’il ne manquât
pas de dire au maréchal de Lorges qu’il avoit grand’raison d’avoir
voulu, et si opiniâtrément soutenu la bataille; que jamais lui ne
l’avoit manqué si belle, ni été si aise que de s’être vu hors de portée
de la recevoir; qu’il étoit battu sans ressource et sans le pouvoir
éviter s’il avoit été attaqué, dont il se mit en peu de mots à déduire
les raisons. Le trompette, tout glorieux d’avoir eu avec le prince
d’Orange un si long et si curieux entretien, le débita non-seulement
à M. le maréchal de Lorges, mais au Roi, qui à la chaude le voulut
voir, et de là aux maréchaux, aux généraux et à qui le voulut entendre,
et augmenta ainsi le dépit de l’armée et en fit un grand à Louvois.
Cette faute, et ce genre de faute, ne fit que trop d’impression
sur les troupes, et partout excita de cruelles railleries parmi le
monde et dans les cours étrangères. Le Roi ne demeura guère à l’armée
depuis, quoique on ne fût qu’au mois de mai. Il s’en revint trouver sa
maîtresse.

L’année suivante, il retourna en Flandres, il prit Cambray, et
Monsieur fit cependant le siège de Saint-Omer. Il fut au-devant du
prince d’Orange qui venoit secourir la place, lui donna bataille près
de Cassel[26] et remporta une victoire complète, prit tout de suite
Saint-Omer, puis alla rejoindre le Roi. Ce contraste fut si sensible
au monarque que jamais depuis il ne donna d’armée à commander à
Monsieur. Tout l’extérieur fut parfaitement gardé; mais dès ce moment
la résolution fut prise, et toujours depuis bien tenue.

  [26] About 12 miles N.E. of Saint-Omer.

L’année d’après le Roi fit en personne le siège de Gand[27], dont
le projet et l’exécution fut le chef-d’œuvre de Louvois. La paix
de Nimègue[28] mit fin cette année à la guerre avec la Hollande,
l’Espagne, etc.; et au commencement de l’année suivante, avec
l’Empereur et l’Empire. L’Amérique, l’Afrique, l’Archipel, la Sicile
ressentirent vivement la puissance de la France; et en 1684 Luxembourg
fut le prix des retardements des Espagnols à satisfaire à toutes les
conditions de la paix. Gênes bombardée se vit forcée à venir demander
la paix par son doge en personne accompagné de quatre sénateurs,
au commencement de l’année suivante. Depuis, jusqu’en 1688, le
temps se passa dans le cabinet, moins en fêtes qu’en dévotion et en
contrainte. Ici finit l’apogée de ce règne, et ce comble de gloire et
de prospérité. Les grands capitaines, les grands ministres au dedans et
au dehors n’étoient plus; mais il en restoit les élèves. Nous en allons
voir le second âge, qui ne répondra guère au premier, mais qui en tout
fut encore plus différent du dernier.

  [27] Ghent capitulated after a six days’ siege on March 9, 1678.

  [28] Peace with Holland was signed at Nymegen on August 10, 1678,
  with Spain on September 17, and with the Empire on February 5,
  1679.

La guerre de 1688 eut une étrange origine, dont l’anecdote, également
certaine et curieuse, est si propre à caractériser le Roi et Louvois
son ministre qu’elle doit tenir place ici[29]. Louvois, à la mort de
Colbert, avoit eu sa surintendance des bâtiments. Le petit Trianon de
porcelaine, fait autrefois pour Mme de Montespan, ennuyoit le Roi,
qui vouloit partout des palais. Il s’amusoit fort à ses bâtiments. Il
avoit aussi le compas dans l’œil pour la justesse, les proportions, la
symétrie, mais le goût n’y répondoit pas, comme on le verra ailleurs.
Ce château ne faisoit presque que sortir de terre, lorsque le Roi
s’aperçut d’un défaut à une croisée qui s’achevoit de former, dans la
longueur du rez-de-chaussée. Louvois, qui naturellement étoit brutal,
et de plus gâté jusqu’à souffrir difficilement d’être repris par son
maître, disputa fort et ferme, et maintint que la croisée étoit bien.
Le Roi tourna le dos, et s’alla promener ailleurs dans le bâtiment.

  [29] This anecdote has already been related by Saint-Simon in an
  earlier volume. That it was the origin of the war of 1688 has
  been disproved by C. Rousset in his _Histoire de Louvois_.

Le lendemain il trouve le Nostre[30], bon architecte, mais fameux par
le goût des jardins, qu’il a commencé à introduire en France, et dont
il a porté la perfection au plus haut point. Le Roi lui demanda s’il
avoit été à Trianon. Il répondit que non. Le Roi lui expliqua ce qui
l’avoit choqué, et lui dit d’y aller. Le lendemain même question,
même réponse; le jour d’après autant. Le Roi vit bien qu’il n’osoit
s’exposer à trouver qu’il eût tort, ou à blâmer Louvois. Il se fâcha,
et lui ordonna de se trouver le lendemain à Trianon lorsqu’il y iroit,
et où il feroit trouver Louvois aussi. Il n’y eut plus moyen de reculer.

  [30] See below for a portrait of Le Nostre.

Le Roi les trouva le lendemain tous deux à Trianon. Il y fut d’abord
question de la fenêtre. Louvois disputa; le Nôtre ne disoit mot. Enfin
le Roi lui ordonna d’aligner, de mesurer, et de dire après ce qu’il
auroit trouvé. Tandis qu’il y travailloit, Louvois, en furie de cette
vérification, grondoit tout haut, et soutenoit avec aigreur que cette
fenêtre étoit en tout pareille aux autres. Le Roi se taisoit et
attendoit, mais il souffroit. Quand tout fut bien examiné, il demanda
au Nôtre ce qui en étoit; et le Nôtre à balbutier. Le Roi se mit en
colère, et lui commanda de parler net. Alors le Nôtre avoua que le Roi
avoit raison, et dit ce qu’il avoit trouvé de défaut. Il n’eut pas plus
tôt achevé que le Roi, se tournant à Louvois, lui dit qu’on ne pouvoit
tenir à ses opiniâtretés, que sans la sienne à lui, on auroit bâti de
travers, et qu’il auroit fallu tout abattre aussitôt que le bâtiment
auroit été achevé: en un mot, il lui lava fortement la tête.

Louvois, outré de la sortie, et de ce que courtisans, ouvriers et
valets en avoient été témoins, arrive chez lui furieux. Il y trouva
Saint-Pouange, Villacerf, le chevalier de Nogent, les deux Tilladets,
quelques autres féaux intimes, qui furent bien alarmés de le voir en
cet état. “C’en est fait, leur dit-il; je suis perdu avec le Roi, à
la façon dont il vient de me traiter pour une fenêtre. Je n’ai de
ressource qu’une guerre qui le détourne de ses bâtiments et qui me
rende nécessaire, et par...! il l’aura.” En effet, peu de mois après il
tint parole, et malgré le Roi et les autres puissances, il la rendit
générale. Elle ruina la France au dedans, ne l’étendit point au dehors,
malgré la prospérité de ses armes, et produisit au contraire des
événements honteux.

Celui de tous qui porta le plus à plomb sur le Roi fut sa dernière
campagne, qui ne dura pas un mois. Il avoit en Flandres deux armées
formidables, supérieures du double au moins à celle de l’ennemi, qui
n’en avoit qu’une. Le prince d’Orange étoit campé à l’abbaye de Parc,
le Roi n’en étoit qu’à une lieue, et M. de Luxembourg avec l’autre
armée à une demi-lieue de celle du Roi, et rien entre les trois armées.
Le prince d’Orange se trouvoit tellement enfermé qu’il s’estimoit sans
ressource dans les retranchements qu’il fit relever à la hâte autour
de son camp, et si perdu qu’il le manda à Vaudemont[31], son ami
intime, à Bruxelles, par quatre ou cinq fois, et qu’il ne voyoit nulle
sorte d’espérance de pouvoir échapper ni sauver son armée. Rien ne la
séparait de celle du Roi que ces mauvais retranchements, et rien de
plus aisé ni de plus sûr que de le forcer avec l’une des deux armées,
et de poursuivre la victoire avec l’autre toute fraîche, et qui toutes
deux étoient complètes, indépendamment l’une de l’autre, en équipages
de vivres et d’artillerie à profusion.

  [31] Charles-Henri, Prince de Vaudemont, a legitimatised son of
  Charles IV, Duke of Lorraine. See I. 494-497.

On étoit aux premiers jours de juin, et que ne promettoit pas une telle
victoire au commencement d’une campagne! Aussi l’étonnement fut-il
extrême et général dans toutes les trois armées lorsqu’on y apprit
que le Roi se retiroit, et faisoit deux gros détachements de presque
toute l’armée qu’il commandoit en personne: un pour l’Italie, l’autre
pour l’Allemagne sous Monseigneur. M. de Luxembourg, qu’il manda le
matin de la veille de son départ pour lui apprendre ces nouvelles
dispositions, se jeta à genoux, et tint les siens longtemps embrassés
pour l’en détourner, et pour lui remontrer la facilité, la certitude et
la grandeur du succès en attaquant le prince d’Orange. Il ne réussit
qu’à importuner d’autant plus sensiblement qu’il n’y eut pas un mot à
lui opposer. Ce fut une consternation dans les deux armées qui ne se
peut représenter. On a vu que j’y étois. Jusqu’aux courtisans, si aises
d’ordinaire de retourner chez eux, ne purent contenir leur douleur.
Elle éclata partout aussi librement que la surprise, et à l’une et à
l’autre succédèrent de fâcheux raisonnements.

Le Roi partit le lendemain pour aller rejoindre Mme de Maintenon et les
dames, et retourner avec elles à Versailles[32], pour ne plus revoir la
frontière ni d’armées que pour le plaisir et en temps de paix.

  [32] This accusation is untrue.

La victoire de Neerwinden[33], que M. de Luxembourg remporta six
semaines après sur le prince d’Orange, que la nature, prodigieusement
aidée de l’art en une seule nuit avoit furieusement retranché,
renouvela d’autant plus les douleurs et les discours, qu’il s’en
falloit tout que le poste de l’abbaye de Parc ressemblât à celui de
Neerwinden, presque tout que nous eussions les mêmes forces, et plus
que tout que, faute de vivres et d’équipages suffisants d’artillerie,
cette victoire pût être poursuivie.

  [33] For this battle, called Landen by English writers (July 29,
  1693), see I. 87, and Macaulay, _Hist. of England_, c. XX.

Pour achever ceci tout à la fois, on sut que le prince d’Orange, averti
du départ du Roi, avoit mandé à Vaudemont qu’il en avoit l’avis d’une
main toujours bien avertie, et qui ne lui en avoit jamais donné de
faux, mais que pour celui-là il ne pouvoit y ajouter foi, ni se livrer
à l’espérance, et par un second courrier, que l’avis étoit vrai, que
le Roi partoit, que c’étoit à son esprit de vertige et d’aveuglement
qu’il devoit uniquement une si inespérée délivrance. Le rare est que
Vaudemont, établi longtemps depuis en notre cour, l’a souvent conté à
ses amis, même à ses compagnies, et jusque dans le salon de Marly.

La paix qui suivit cette guerre, et après laquelle le Roi et l’État
aux abois soupiroient depuis longtemps, fut honteuse. Il fallut en
passer par où M. de Savoie[34] voulut, pour le détacher de ses alliés,
et reconnoître enfin le prince d’Orange pour roi d’Angleterre, après
une si longue suite d’efforts, de haine et de mépris personnels, et
recevoir encore Portland[35], son ambassadeur, comme une espèce de
divinité. Notre précipitation nous coûta Luxembourg, et l’ignorance
militaire de nos plénipotentiaires, qui ne fut point éclairée du
cabinet, donna aux ennemis de grands avantages pour former leur
frontière. Telle fut la paix de Ryswick conclue en septembre 1697.

  [34] The Duke of Savoy.

  [35] William Bentinck, Earl of Portland (1649-1709), a Dutchman
  by birth, was greatly trusted by William of Orange. For his
  conferences with Boufflers, which resulted in the Peace of
  Ryswick, see I. 461-462; Macaulay, c. XXII. For his embassy to
  France in 1698, the magnificence of which made a great impression
  on the French people, see II. 19-23. It is described at great
  length by Macaulay, c. XXIII.

Le repos des armes ne fut guère que de trois ans, et on sentit
cependant toute la douleur des restitutions de pays et de places que
nous avions conquis, avec le poids de tout ce que la guerre avoit
coûté. Ici se termine le second âge de ce règne.

Le troisième s’ouvrit par un comble de gloire et de prospérité inouïe.
Le temps en fut momentané. Il enivra et prépara d’étranges malheurs,
dont l’issue a été une espèce de miracle. D’autres sortes de malheurs
accompagnèrent et conduisirent le Roi au tombeau, heureux s’il n’eût
survécu que de peu de mois l’avénement de son petit-fils à la totalité
de la monarchie d’Espagne, dont il fut d’abord en possession sans coup
férir. Cette dernière époque est encore si proche de ce temps qu’il n’y
a pas lieu de s’y étendre. Mais ce peu qui a été retracé du règne du
feu Roi étoit nécessaire pour mieux faire entendre ce qu’on va dire de
sa personne, en se souvenant toutefois de ce qui s’en trouve épars dans
ces _Mémoires_, et ne se dégoûtant pas s’il s’y en trouve de redites,
nécessaires pour mieux rassembler et former un tout.

Il faut encore le dire. L’esprit du Roi étoit au-dessous du médiocre,
mais très capable de se former. Il aima la gloire, il voulut l’ordre et
la règle. Il étoit né sage, modéré, secret, maître de ses mouvements
et de sa langue; le croira-t-on? il étoit né bon et juste, et Dieu lui
en avoit donné assez pour être un bon roi, et peut-être même un assez
grand roi. Tout le mal lui vint d’ailleurs. Sa première éducation
fut tellement abandonnée, que personne n’osoit approcher de son
appartement. On lui a souvent ouï parler de ces temps avec amertume,
jusque-là qu’il racontoit qu’on le trouva un soir tombé dans le bassin
du jardin du Palais-Royal à Paris, où la cour demeuroit alors.

Dans la suite, sa dépendance fut extrême. A peine lui apprit-on à
lire et à écrire, et il demeura tellement ignorant que les choses le
plus connues d’histoire, d’événements, de fortunes, de conduites,
de naissance, de lois, il n’en sut jamais un mot[36]. Il tomba, par
ce défaut et quelquefois en public, dans les absurdités les plus
grossières.

  [36] This account of Louis XIV’s éducation has been shewn
  by modern historians to be incorrect. Cp. Primi Visconti,
  _Mémoires_, 191-192. But it is true that he hated reading. “La
  seule vue d’un livre le fatigue” (_ib._). “Il avait la lecture en
  horreur,” says Madame (_Corr._ III. 36).

M. de la Feuillade plaignant exprès devant lui le marquis de Renel,
qui fut tué depuis lieutenant général et mestre de camp général de la
cavalerie, de n’avoir pas été chevalier de l’ordre en 1661, le Roi
passa, puis dit avec mécontentement qu’il falloit aussi se rendre
justice. Renel étoit Clermont Gallerande ou d’Amboise, et le Roi,
qui depuis n’a été rien moins que délicat là-dessus, le croyoit un
homme de fortune. De cette même maison étoit Montglat, maître de sa
garde-robe, qu’il traitoit bien et qu’il fit chevalier de l’ordre en
1661, qui a laissé de très bons _Mémoires_[37]. Montglat avoit épousé
la fille du fils du chancelier de Cheverny. Leur fils unique porta
toute sa vie le nom de Cheverny[38], dont il avoit la terre[39]. Il
passa sa vie à la cour, et j’en ai parlé quelquefois, ou dans les
emplois étrangers. Ce nom de Cheverny trompa le Roi; il le crut peu de
chose; il n’avoit point de charge, et ne put être chevalier de l’ordre.
Le hasard détrompa le Roi à la fin de sa vie. Saint-Hérem[40] [qui]
avoit passé la sienne grand louvetier, puis gouverneur et capitaine
de Fontainebleau, ne put être chevalier de l’ordre. Le Roi, qui le
savoit beau-frère de Courtin, conseiller d’État, qu’il connoissoit,
le crut par là fort peu de chose. Il étoit Montmorin, et le Roi ne le
sut que fort tard par M. de la Rochefoucauld[41]. Encore lui fallut-il
expliquer quelles étoient ces maisons, que leur nom ne lui apprenoit
pas.

  [37] Relating to the years 1635-1660.

  [38] Louis, Comte de Cheverny, filled the posts of ambassador to
  Germany and to Denmark, and of governor to the Duc de Chartres.
  He married a niece of Colbert.

  [39] The _château_ (eight miles E. of Blois), built about 1634,
  is a stately but not very interesting example of the architecture
  of the period. Saint-Simon stayed there (VI. 41).

  [40] François-Gaspard de Montmorin, Marquis Saint-Hérem.
  Chateaubriand’s friend, Mme de Beaumont, was a Montmorin.

  [41] Son of the author of the _Maximes_; an assiduous but
  thoroughly honest courtier.

Il sembleroit à cela que le Roi auroit aimé la grande noblesse, et ne
lui en vouloit pas égaler d’autres; rien moins. L’éloignement qu’il
avoit pris de celle des sentiments, et sa foiblesse pour ses ministres,
qui haïssoient et rabaissoient, pour s’élever, tout ce qu’ils n’étoient
pas et ne pouvoient pas être, lui avoit donné le même éloignement pour
la naissance distinguée. Il la craignoit autant que l’esprit; et si ces
deux qualités se trouvoient unies dans un même sujet, et qu’elles lui
fussent connues, c’en étoit fait.

Ses ministres, ses généraux, ses maîtresses, ses courtisans
s’aperçurent, bientôt après qu’il fut le maître, de son foible plutôt
que de son goût pour la gloire. Ils le louèrent à l’envi et le
gâtèrent. Les louanges, disons mieux, la flatterie lui plaisoit à tel
point, que les plus grossières étoient bien reçues, les plus basses
encore mieux savourées. Ce n’étoit que par là qu’on s’approchoit de
lui, et ceux qu’il aima n’en furent redevables qu’à heureusement
rencontrer, et à ne se jamais lasser en ce genre. C’est ce qui donna
tant d’autorité à ses ministres, par les occasions continuelles qu’ils
avoient de l’encenser, surtout de lui attribuer toutes choses, et de
les avoir apprises de lui. La souplesse, la bassesse, l’air admirant,
dépendant, rampant, plus que tout l’air de néant sinon par lui, étoient
les uniques voies de lui plaire. Pour peu qu’on s’en écartât on n’y
revenoit plus, et c’est ce qui acheva la ruine de Louvois.

Ce poison ne fit que s’étendre. Il parvint jusqu’à un comble incroyable
dans un prince qui n’étoit pas dépourvu d’esprit et qui avoit de
l’expérience. Lui-même, sans avoir ni voix ni musique[42], chantoit
dans ses particuliers les endroits les plus à sa louange des prologues
des opéras. On l’y voyoit baigné, et jusqu’à ses soupers publics au
grand couvert, où il y avoit quelquefois des violons, il chantonnoit
entre ses dents les mêmes louanges quand on jouoit les airs qui étoient
faits dessus.

  [42] On the contrary Louis had a good ear, sang well, and had
  considerable musical taste.

De là ce desir de gloire qui l’arrachoit par intervalles à l’amour;
de là cette facilité à Louvois de l’engager en de grandes guerres,
tantôt pour culbuter Colbert, tantôt pour se maintenir ou s’accroître,
et de lui persuader en même temps qu’il étoit plus grand capitaine
qu’aucun de ses généraux, et pour les projets et pour les exécutions,
en quoi les généraux l’aidoient eux-mêmes pour plaire au Roi. Je dis
les Condé, les Turenne, et à plus forte raison tous ceux qui leur ont
succédé. Il s’approprioit tout avec une facilité et une complaisance
admirable en lui-même, et se croyoit tel qu’ils le dépeignoient en lui
parlant. De là ce goût de revues, qu’il poussa si loin que ses ennemis
l’appeloient le roi des revues, ce goût de sièges pour y montrer
sa bravoure à bon marché[43], s’y faire retenir à force, étaler sa
capacité, sa prévoyance, sa vigilance, ses fatigues, auxquelles son
corps robuste et admirablement conformé, étoit merveilleusement propre,
sans souffrir de la faim, de la soif, du froid, du chaud, de la pluie,
ni d’aucun mauvais temps. Il étoit sensible aussi à entendre admirer,
le long des camps, son grand air et sa grande mine, son adresse à
cheval et tous ses travaux. C’étoit de ses campagnes et de ses troupes
qu’il entretenoit le plus ses maîtresses, quelquefois ses courtisans.
Il parloit bien, en bons termes, avec justesse; il faisoit un conte
mieux qu’homme du monde, et aussi bien un récit. Ses discours les plus
communs n’étoient jamais dépourvus d’une naturelle et sensible majesté.

  [43] This reflection on the king’s courage is undeserved, though
  it is true that he took part in numerous sieges and not in a
  single battle.

Son esprit, naturellement porté au petit, se plut en toutes sortes
de détails. Il entra sans cesse dans les derniers sur les troupes:
habillements, armements, évolutions, exercices, discipline, en un
mot, toutes sortes de bas détails. Il ne s’en occupoit pas moins sur
ses bâtiments, sa maison civile, ses extraordinaires de bouche; il
croyoit toujours apprendre quelque chose à ceux qui en ces genres-là
en savoient le plus, qui de leur part recevoient en novices des leçons
qu’ils savoient par cœur il y avoit longtemps. Ces pertes de temps, qui
paroissoient au Roi avec tout le mérite d’une application continuelle,
étoient le triomphe de ses ministres, qui avec un peu d’art et
d’expérience à le tourner, faisoient venir comme de lui ce qu’ils
vouloient eux-mêmes et qui conduisoient le grand selon leurs vues et
trop souvent selon leur intérêt, tandis qu’ils s’applaudissoient de le
voir se noyer dans ces détails[44].

  [44] M. de Boislisle cites in support of this Fénelon’s
  celebrated _Lettre à Louis XIV_ (_Correspondance_, II. 329 ff.).

La vanité et l’orgueil, qui vont toujours croissant, qu’on nourrissoit
et qu’on augmentoit en lui sans cesse, sans même qu’il s’en aperçut, et
jusque dans les chaires par les prédicateurs en sa présence, devinrent
la base de l’exaltation de ses ministres par-dessus toute autre
grandeur. Il se persuadoit par leur adresse que la leur n’étoit que la
sienne, qui, au comble en lui, ne se pouvoit plus mesurer, tandis qu’en
eux elle l’augmentoit d’une manière sensible, puisqu’ils n’étoient rien
par eux-mêmes, et utile en rendant plus respectables les organes de
ses commandements qui les faisoient mieux obéir. De là les secrétaires
d’État et les ministres successivement à quitter le manteau, puis
le rabat, après l’habit noir, ensuite l’uni, le simple, le modeste,
enfin à s’habiller comme les gens de qualité; de là à en prendre les
manières, puis les avantages, et par échelons admis à manger avec le
Roi, et leurs femmes, d’abord sous des prétextes personnels, comme Mme
Colbert longtemps avant Mme de Louvois, enfin, des années après elle,
toutes à titre de droit des places de leurs maris, manger et entrer
dans les carrosses, et n’être en rien différentes des femmes de la
première qualité.

De ce degré, Louvois, sous divers prétextes, ôta les honneurs civils
et militaires dans les places et dans les provinces à ceux à qui on
ne les avoit jamais disputés, et à cesser d’écrire _Monseigneur_ aux
mêmes, comme il avoit toujours été pratiqué. Le hasard m’en a conservé
trois de M. Colbert, lors contrôleur général, ministre d’État et
secrétaire d’État, à mon père à Blaye, dont la suscription et le dedans
le traitent de _Monseigneur_, et que Mgr le duc de Bourgogne, à qui je
les montrai, vit avec grand plaisir. M. de Turenne, dans l’éclat où
il étoit alors, sauva le rang de prince de l’écriture, c’est-à-dire sa
maison, qui l’avoit eu par le cardinal Mazarin, et conséquemment les
maisons de Lorraine et de Savoie; car les Rohans ne l’ont jamais pu
obtenir, et c’est peut-être la seule chose où ait échoué la beauté de
Mme de Soubise. Ils ont été plus heureux depuis. M. de Turenne sauva
aussi les maréchaux de France pour les honneurs militaires; ainsi pour
sa personne il conserva les deux. Incontinent après, Louvois s’attribua
ce qu’il venoit d’ôter à bien plus grands que lui, et le communiqua aux
autres secrétaires d’État. Il usurpa les honneurs militaires, que ni
les troupes, ni qui que ce soit, n’osa refuser à sa puissance d’élever
et de perdre qui bon lui sembloit; et il prétendit que tout ce qui
n’étoit point duc ni officier de la couronne, ou ce qui n’avoit point
le rang de prince étranger ni de tabouret de grâce[45], lui écrivît
_Monseigneur_, et lui leur répondre dans la souscription: _très humble
et très affectionné serviteur_, tandis que le dernier maître des
requêtes, ou conseiller au Parlement, lui écrivoit _Monsieur_, sans
qu’il ait jamais prétendu changer cet usage.

  [45] The right to sit on a stool in the presence of royalty. See
  Saint-Simon, _Mém._ II. 76-77; 238-240.

Ce fut d’abord un grand bruit: les gens de la première qualité, les
chevaliers de l’ordre, les gouverneurs et les lieutenants généraux
des provinces, et, à leur suite, les gens de moindre qualité, et les
lieutenants généraux des armées se trouvèrent infiniment offensés
d’une nouveauté si surprenante et si étrange. Les ministres avoient su
persuader au Roi l’abaissement de tout ce qui étoit élevé, et que leur
refuser ce traitement, c’étoit mépriser son autorité et son service,
dont ils étoient les organes, parce que d’ailleurs, et par eux-mêmes,
ils n’étoient rien. Le Roi, séduit par ce reflet prétendu de grandeur
sur lui-même, s’expliqua si durement à cet égard, qu’il ne fut plus
question que de ployer sous ce nouveau style, ou de quitter le service,
et tomber en même temps, ceux qui quittoient, et ceux qui ne servoient
pas même, dans la disgrâce marquée du Roi, et sous la persécution des
ministres, dont les occasions se rencontroient à tous moments.

Plusieurs gens distingués qui ne servoient point, et plusieurs gens
de guerre du premier mérite et des premiers grades, aimèrent mieux
renoncer à tout et perdre leur fortune, et la perdirent en effet, et la
plupart pis encore; et dans la suite assez prompte, peu à peu personne
ne fit plus aucune difficulté là-dessus.

De là l’autorité personnelle et particulière des ministres montée au
comble, jusqu’en ce qui ne regardoit ni les ordres ni le service du
Roi, sous l’ombre que c’étoit la sienne; de là ce degré de puissance
qu’ils usurpèrent; de là leurs richesses immenses, et les alliances
qu’ils firent tous à leur choix.

Quelque ennemis qu’ils fussent les uns des autres, l’intérêt commun
les rallioit chaudement sur ces matières, et cette splendeur usurpée
sur tout le reste de l’État dura autant que dura le règne de Louis
XIV. Il en tiroit vanité, il n’en étoit pas moins jaloux qu’eux; il ne
vouloit de grandeur que par émanation de la sienne. Toute autre lui
étoit devenue odieuse. Il avoit sur cela des contrariétés qui ne se
comprenoient pas, comme si les dignités, les charges, les emplois avec
leurs fonctions, leurs distinctions, leurs prérogatives n’émanoient
pas de lui comme les places de ministre et les charges de secrétaire
d’État[46] qu’il comptoit seules de lui, lesquels pour cela il portoit
au faîte, et abattoit tout le reste sous leurs pieds.

  [46] See Appendix A.

Une autre vanité personnelle l’entraîna encore dans cette conduite.
Il sentoit bien qu’il pouvoit accabler un seigneur sous le poids de
sa disgrâce, mais non pas l’anéantir, ni les siens, au lieu qu’en
précipitant un secrétaire d’État de sa place, ou un autre ministre
de la même espèce, il le replongeoit lui et tous les siens dans la
profondeur du néant d’où cette place l’avoit tiré, sans que les
richesses qui lui pourroient rester le pussent relever de ce non-être.
C’est là ce qui le faisoit se complaire à faire régner ses ministres
sur les plus élevés de ses sujets, sur les princes de son sang en
autorité comme sur les autres, et sur tout ce qui n’avoit ni rang
ni office de la couronne, en grandeur comme en autorité au-dessus
d’eux. C’est aussi ce qui éloigna toujours du ministère tout homme
qui pouvoit y ajouter du sien ce que le Roi ne pouvoit ni détruire ni
lui conserver, ce qui lui auroit rendu un ministre de cette sorte en
quelque façon redoutable et continuellement à charge, dont l’exemple
du duc de Beauvillier[47] fut l’exception unique dans tout le cours de
son règne, comme il a été remarqué en parlant de ce duc, le seul homme
noble qui ait été admis dans son conseil depuis la mort du cardinal
Mazarin jusqu’à la sienne, c’est-à-dire pendant cinquante-quatre ans;
car, outre ce qu’il y auroit à dire sur le maréchal de Villeroy, le
peu de mois qu’il y a été depuis la mort du duc de Beauvillier jusqu’à
celle du Roi ne peut pas être compté, et son père n’a jamais entré dans
le conseil d’État[48].

  [47] See below for his portrait.

  [48] This is a mistake. The first Maréchal de Villeroy was
  appointed a minister in 1661.

De là encore la jalousie si précautionnée des ministres, qui rendit
le Roi si difficile à écouter tout autre qu’eux, tandis qu’il
s’applaudissoit d’un accès facile, et qu’il croyoit qu’il y alloit de
sa grandeur, de la vénération et de la crainte dont il se complaisoit
d’accabler les plus grands, de se laisser approcher autrement qu’en
passant. Ainsi le grand seigneur comme le plus subalterne de tous
états, parloit librement au Roi en allant ou revenant de la messe, en
passant d’un appartement à un autre, ou allant monter en carrosse; les
plus distingués, même quelques autres, à la porte de son cabinet, mais
sans oser l’y suivre. C’est à quoi se bornoit la facilité de son accès.
Ainsi on ne pouvoit s’expliquer qu’en deux mots, d’une manière fort
incommode, et toujours entendu de plusieurs qui environnoient le Roi,
ou, si on étoit plus connu de lui, dans sa perruque, ce qui n’étoit
guère plus avantageux. La réponse sûre étoit un “je verrai[49],”
utile à la vérité pour s’en donner le temps, mais souvent bien peu
satisfaisante, moyennant quoi tout passoit nécessairement par les
ministres, sans qu’il pût y avoir jamais d’éclaircissement, ce qui les
rendoit les maîtres de tout, et le Roi le vouloit bien, ou ne s’en
apercevoit pas.

  [49] This habitual answer of Louis is referred to by several
  contemporary writers. Madame tells a good story about it (_Corr._
  I. 169).

D’audiences à en espérer dans son cabinet, rien n’étoit plus rare, même
pour les affaires du Roi dont on avoit été chargé. Jamais, par exemple,
à ceux qu’on envoyoit ou qui revenoient d’emplois étrangers, jamais à
pas un officier général, si on en excepte certains cas très singuliers,
et encore, mais très rarement, quelqu’un de ceux qui étoient chargés
de ces détails de troupes où le Roi se plaisoit tant; de courtes aux
généraux d’armées qui partoient, et en présence du secrétaire d’État de
la guerre, de plus courtes à leur retour, quelquefois ni en partant,
ni en revenant. Jamais de lettres d’eux qui allassent directement au
Roi sans passer auparavant par le ministre, si on en excepte quelques
occasions infiniment rares et momentanées, et le seul M. de Turenne sur
la fin, qui, ouvertement brouillé avec Louvois, et brillant de gloire
et de la plus haute considération, adressoit ses dépêches au cardinal
de Bouillon[50], qui les remettoit directement au Roi, qui n’en étoient
pas moins vues après par le ministre, avec lequel les ordres et les
réponses étoient concertés.

  [50] Emmanuel-Théodore de La Tour d’Auvergne (1644-1715). See for
  his biography and portrait XI. 94-102. He was a nephew of Turenne.

La vérité est pourtant que, quelque gâté que fût le Roi sur sa grandeur
et sur son autorité, qui avoit étouffé toute autre considération en
lui, il y avoit à gagner dans ses audiences, quand on pouvoit tant
faire que de les obtenir, et qu’on savoit s’y conduire avec tout le
respect qui étoit dû à la royauté et à l’habitude. Outre ce que j’en ai
su d’ailleurs, j’en puis parler par expérience. On a vu en leur temps
ici que j’ai obtenu, et même usurpé, et forcé le Roi fort en colère
contre moi, et toujours sorti lui persuadé et content de moi, et le
marquer après et à moi et à d’autres. Je puis donc aussi parler de ces
audiences qu’on en avoit quelquefois par ma propre expérience.

Là, quelque prévenu qu’il fût, quelque mécontentement qu’il crût avoir
lieu de sentir, il écoutoit avec patience, avec bonté, avec envie de
s’éclaircir et de s’instruire; il n’interrompoit que pour y parvenir.
On y découvroit un esprit d’équité et de desir de connoître la vérité,
et cela quoique en colère quelquefois, et cela jusqu’à la fin de sa
vie. Là, tout se pouvoit dire, pourvu, encore une fois, que ce fût avec
cet air de respect, de soumission, de dépendance, sans lequel on se
seroit encore plus perdu que devant, mais avec lequel aussi, en disant
vrai, on interrompoit le Roi à son tour, on lui nioit crûment des faits
qu’il rapportoit, on élevoit le ton au-dessus du sien en lui parlant,
et tout cela non-seulement sans qu’il le trouvât mauvais, mais se
louant après de l’audience qu’il avoit donnée et de celui qui l’avoit
eue, se défaisant des préjugés qu’il avoit pris, ou des faussetés qu’on
lui avoit imposées, et le marquant après par ses traitements. Aussi les
ministres avoient-ils grand soin d’inspirer au Roi l’éloignement d’en
donner, à quoi ils réussirent comme dans tout le reste.

C’est ce qui rendoit les charges qui approchoient de la personne du
Roi si considérables, et ceux qui les possédoient si considérés, et
des ministres mêmes, par la facilité qu’ils avoient tous les jours
de parler au Roi, seuls, sans l’effaroucher d’une audience qui étoit
toujours sue, et de l’obtenir sûrement, et sans qu’on s’en aperçût,
quand ils en avoient besoin. Surtout les grandes entrées, par cette
même raison, étoient le comble des grâces, encore plus que de la
distinction, et c’est ce qui, dans les grandes récompenses des
maréchaux de Boufflers[51] et de Villars[52], les fit mettre de niveau
à la pairie et à la survivance de leurs gouvernements à leurs enfants
tout jeunes, dans le temps que le Roi n’en donnoit plus à personne.

  [51] Louis-François, Marquis and afterwards Duc de Boufflers
  (1644-1711), distinguished himself at Fleurus and Steinkirk.
  His defence of Lille against the allied troops (1708) was the
  admiration of all Europe. His brilliant charge at Malplaquet
  (1709) saved the retreat of the French army from becoming a rout.
  He was a friend of Saint-Simon, who had a great admiration for
  him. See his portrait, IX. 92-94.

  [52] Louis-Hector, Marquis and then Duc de Villars (1653-1734),
  was the best French general in the War of the Spanish Succession.
  In 1712 he gained a notable victory over the allies at Denain.
  Saint-Simon’s portrait of him (III. 322-327) shews strong
  prejudice. It should be corrected by the judicial estimate of
  Sainte-Beuve, who devoted five _causeries_ to him (_Caus. du
  Lundi_, XIII).

C’est donc avec grande raison qu’on doit déplorer avec larmes l’horreur
d’une éducation uniquement dressée pour étouffer l’esprit et le cœur de
ce prince, le poison abominable de la flatterie la plus insigne, qui le
déifia dans le sein même du christianisme, et la cruelle politique de
ses ministres, qui l’enferma, et qui pour leur grandeur, leur puissance
et leur fortune l’enivrèrent de son autorité, de sa grandeur, de sa
gloire jusqu’à le corrompre, et à étouffer en lui, sinon toute la
bonté, l’équité, le desir de connoître la vérité, que Dieu lui avoit
donné, au moins l’émoussèrent presque entièrement, et empêchèrent au
moins sans cesse qu’il fit aucun usage de ces vertus, dont son royaume
et lui-même furent les victimes.

De ces sources étrangères et pestilentielles lui vint cet orgueil,
que ce n’est point trop de dire que, sans la crainte du diable que
Dieu lui laissa jusque dans ses plus grands désordres, il se seroit
fait adorer et auroit trouvé des adorateurs; témoin entre autres ces
monuments si outrés, pour en parler même sobrement, sa statue de la
place des Victoires[53], et sa païenne dédicace, où j’étois, où il prit
un plaisir si exquis; et de cet orgueil en tout le reste qui le perdit,
dont on vient de voir tant d’effets funestes, et dont d’autres plus
funestes encore se vont retrouver.

  [53] See above, p. 6, n. 24. The statue which represented Louis
  XIV trampling on a three-headed Cerberus (symbolical of the
  triple alliance) was made by the Dutch sculptor Martin Desjardins
  (Van den Bogaart). The “pagan” ceremony of dedication took place
  on March 28, 1686.


La cour fut un autre manège de la politique du despotisme. On vient
de voir celle qui divisa, qui humilia, qui confondit les plus grands,
celle qui éleva les ministres au-dessus de tous, en autorité et en
puissance par-dessus les princes du sang, en grandeur même par-dessus
les gens de la première qualité, après avoir totalement changé leur
état. Il faut montrer les progrès en tous genres de la même conduite
dressée sur le même point de vue.

Plusieurs choses contribuèrent à tirer pour toujours la cour hors de
Paris, et à la tenir sans interruption à la campagne[54]. Les troubles
de la minorité, dont cette ville fut le grand théâtre, en avoient
imprimé au Roi de l’aversion, et la persuasion encore que son séjour
y étoit dangereux, et que la résidence de la cour ailleurs rendroit à
Paris les cabales moins aisées par la distance des lieux, quelque peu
éloignés qu’ils fussent, et en même temps plus difficiles à cacher par
les absences si aisées à remarquer. Il ne pouvoit pardonner à Paris sa
sortie fugitive de cette ville la veille des Rois 16[49], ni de l’avoir
rendue, malgré lui, témoin de ses larmes, à la première retraite de
Mme de la Vallière. L’embarras des maîtresses, et le danger de pousser
de grands scandales au milieu d’une capitale si peuplée, et si remplie
de tant de différents esprits, n’eut pas peu de part à l’en éloigner.
Il s’y trouvoit importuné de la foule du peuple à chaque fois qu’il
sortoit, qu’il rentroit, qu’il paroissoit dans les rues; il ne l’étoit
pas moins d’une autre sorte de foule de gens de la ville, et qui
n’étoit pas pour l’aller chercher assidûment plus loin. Des inquiétudes
aussi, qui ne furent pas plus tôt aperçues que les plus familiers de
ceux qui étoient commis à sa garde, le vieux Noailles, M. de Lauzun,
et quelques subalternes, firent leur cour de leur vigilance, et furent
accusés de multiplier exprès de faux avis, qu’ils se faisoient donner
pour avoir occasion de se faire valoir et d’avoir plus souvent des
particuliers avec le Roi; le goût de la promenade et de la chasse, bien
plus commodes à la campagne qu’à Paris, éloigné des forêts et stérile
en lieux de promenades; celui des bâtiments qui vint après, et peu à
peu toujours croissant, ne lui en permettoit pas l’amusement dans une
ville où il n’auroit pu éviter d’y être continuellement en spectacle;
enfin l’idée de se rendre plus vénérable en se dérobant aux yeux de
la multitude, et à l’habitude d’en être vu tous les jours: toutes ces
considérations fixèrent le Roi à Saint-Germain bientôt après la mort de
la Reine sa mère[55].

  [54] During the last twenty-seven years of his reign (1688-1715)
  Louis only visited Paris five times.

  [55] Anne of Austria died January 19, 1666.

Ce fut là où il commença à attirer le monde par les fêtes et les
galanteries, et à faire sentir qu’il vouloit être vu souvent.

L’amour de Mme de la Vallière, qui fut d’abord un mystère, donna lieu
à de fréquentes promenades à Versailles, petit château de cartes
alors, bâti par Louis XIII ennuyé, et sa suite encore plus, d’y avoir
souvent couché dans un méchant cabaret à rouliers et dans un moulin à
vent, excédés de ses longues chasses dans la forêt de Saint-Léger et
plus loin encore, loin alors de ces temps réservés à son fils où les
routes, la vitesse des chiens et le nombre gagé des piqueurs et des
chasseurs à cheval a rendu les chasses si aisées et si courtes. Ce
monarque ne couchoit jamais ou bien rarement à Versailles qu’une nuit,
et par nécessité; le Roi son fils pour être plus en particulier avec
sa maîtresse, plaisirs inconnus au Juste, au héros digne fils de saint
Louis, qui bâtit ce petit Versailles.

Ces petites parties de Louis XIV y firent naître peu à peu ces
bâtiments immenses qu’il y a faits; et leur commodité pour une
nombreuse cour, si différente des logements de Saint-Germain, y
transporta tout à fait sa demeure peu de temps avant la mort de la
Reine. Il y fit des logements infinis, qu’on lui faisoit sa cour de
lui demander, au lieu qu’à Saint-Germain, presque tout le monde avoit
l’incommodité d’être à la ville, et le peu qui étoit logé au château y
étoit étrangement à l’étroit[56].

  [56] For Versailles see L. Dussieux, _Le château de Versailles_,
  vol. I. 1881; P. de Nolhac, _La création de Versailles_, 1901; A.
  Pératé, _Versailles_ (_Les villes d’art célèbres_).

Les fêtes fréquentes, les promenades particulières à Versailles, les
voyages furent des moyens que le Roi saisit pour distinguer et pour
mortifier en nommant les personnes qui à chaque fois en devoient être,
et pour tenir chacun assidu et attentif à lui plaire. Il sentoit qu’il
n’avoit pas à beaucoup près assez de grâces à répandre pour faire un
effet continuel. Il en substitua donc aux véritables d’idéales, par la
jalousie, les petites préférences qui se trouvoient tous les jours,
et pour ainsi dire à tous moments, par son art. Les espérances que
ces petites préférences et ces distinctions faisoient naître, et la
considération qui s’en tiroit, personne ne fut plus ingénieux que lui
à inventer sans cesse ces sortes de choses. Marly, dans la suite, lui
fut en cela d’un plus grand usage, et Trianon où tout le monde, à la
vérité, pouvoit lui aller faire sa cour, mais où les dames avoient
l’honneur de manger avec lui, et où à chaque repas elles étoient
choisies; le bougeoir qu’il faisoit tenir tous les soirs à son coucher
par un courtisan qu’il vouloit distinguer, et toujours entre les plus
qualifiés de ceux qui s’y trouvoient, qu’il nommoit tout haut au sortir
de sa prière. Les justaucorps à brevet fut une autre de ces inventions.
Il étoit bleu doublé de rouge avec les parements et la veste rouge,
brodés d’un dessin magnifique or et un peu d’argent, particulier à ces
habits. Il n’y en avoit qu’un nombre, dont le Roi, sa famille, et les
princes du sang étoient; mais ceux-ci, comme le reste des courtisans,
n’en avoient qu’à mesure qu’il en vaquoit. Les plus distingués de la
cour par eux-mêmes ou par la faveur les demandoient au Roi, et c’étoit
une grâce que d’en obtenir. Le secrétaire d’État ayant la maison du Roi
en son département[57] en expédioit un brevet, et nul d’eux n’étoit à
portée d’en avoir. Ils furent imaginés pour ceux, en très petit nombre,
qui avoient la liberté de suivre le Roi aux promenades de Saint-Germain
à Versailles sans être nommés, et depuis que cela cessa, ces habits
ont cessé aussi de donner aucun privilège, excepté celui d’être portés
quoique on fût en deuil de cour ou de famille, pourvu que le deuil ne
fût pas grand ou qu’il fût sur ses fins, et dans les temps encore où
il étoit défendu de porter de l’or et de l’argent. Je ne l’ai jamais
vu porter au Roi, à Monseigneur ni à Monsieur, mais très souvent aux
trois fils de Monseigneur et à tous les autres princes, et jusqu’à la
mort du Roi, dès qu’il en vaquoit un, c’étoit à qui l’auroit entre
les gens de la cour les plus considérables, et si un jeune seigneur
l’obtenoit c’étoit une grande distinction. Les différentes adresses de
cette nature qui se succédèrent les unes aux autres, à mesure que le
Roi avança en âge, et que les fêtes changeoient ou diminuoient, et les
attentions qu’il marquoit pour avoir toujours une cour nombreuse, on ne
finiroit point à les expliquer.

  [57] See Appendix A.

Non-seulement il étoit sensible à la présence continuelle de ce qu’il
y avoit de distingué, mais il l’étoit aussi aux étages inférieurs. Il
regardoit à droite et à gauche à son lever, à son coucher, à ses repas,
en passant dans les appartements, dans ses jardins de Versailles, où
seulement les courtisans avoient la liberté de le suivre; il voyoit
et remarquoit tout le monde; aucun ne lui échappoit, jusqu’à ceux qui
n’espéroient pas même être vus. Il distinguoit très bien en lui-même
les absences de ceux qui étoient toujours à la cour, celles des
passagers qui y venoient plus ou moins souvent; les causes générales
ou particulières de ces absences, il les combinoit, et ne perdoit pas
la plus légère occasion d’agir à leur égard en conséquence. C’étoit un
démérite aux uns, et à tout ce qu’il y avoit de distingué, de ne faire
pas de la cour son séjour ordinaire, aux autres d’y venir rarement, et
une disgrâce sûre pour qui n’y venoit jamais, ou comme jamais. Quand
il s’agissoit de quelque chose pour eux: “Je ne le connois point,”
répondoit-il fièrement. Sur ceux qui se présentoient rarement: “C’est
un homme que je ne vois jamais”; et ces arrêts-là étoient irrévocables.
C’étoit un autre crime de n’aller point à Fontainebleau, qu’il
regardoit comme Versailles, et pour certaines gens de ne demander pas
pour Marly, les uns toujours, les autres souvent, quoique sans dessein
de les y mener, les uns toujours ni les autres souvent; mais si on
étoit sur le pied d’y aller toujours, il falloit une excuse valable
pour s’en dispenser, hommes et femmes de même. Surtout il ne pouvoit
souffrir les gens qui se plaisoient à Paris. Il supportoit assez
aisément ceux qui aimoient leur campagne, encore y falloit-il être
mesuré ou avoir pris ses précautions avant d’y aller passer un temps un
peu long.

Cela ne se bornoit pas aux personnes en charge, ou familières, ou bien
traitées, ni à celles que leur âge ou leur représentation marquoit plus
que les autres. La destination seule suffisoit dans les gens habitués
à la cour. On a vu sur cela, en son lieu, l’attention qu’eut le Roi à
un voyage que je fis à Rouen pour un procès, tout jeune que j’étois, et
à m’y faire écrire de sa part par Pontchartrain[58] pour en savoir la
raison.

  [58] Jérôme Phélypeaux, Comte de Pontchartrain (1674-1747),
  was associated with his father in the ministry of _La Marine
  et la Maison du Roi_ in his nineteenth year, succeeding him
  when he became Chancellor in 1699. His administration was
  deplorable. Saint-Simon’s portrait of him is as life-like as it
  is unflattering (_Mém._ IV. 194-5; IX. 10-13).

Louis XIV s’étudioit avec grand soin à être bien informé de ce
qui se passoit partout, dans les lieux publics, dans les maisons
particulières, dans le commerce du monde, dans le secret des familles
et des liaisons. Les espions et les rapporteurs étoient infinis. Il en
avoit de toute espèce: plusieurs qui ignoroient que leurs délations
allassent jusqu’à lui, d’autres qui le savoient, quelques-uns qui lui
écrivoient directement en faisant rendre leurs lettres par les voies
qu’il leur avoit prescrites, et ces lettres-là n’étoient vues que de
lui, et toujours avant toutes autres choses, quelques autres enfin
qui lui parloient quelquefois secrètement dans ses cabinets, par les
derrières. Ces voies inconnues rompirent le cou à une infinité de gens
de tous états, sans qu’ils en aient jamais pu découvrir la cause,
souvent très injustement, et le Roi, une fois prévenu, ne revenoit
jamais, ou si rarement que rien ne l’étoit davantage[59].

  [59] For this system of _espionnage_ see _Mém._ IV. 318.

Il avoit encore un défaut bien dangereux pour les autres, et souvent
pour lui-même par la privation de bons sujets. C’est que, encore qu’il
eût la mémoire excellente et pour reconnoître un homme du commun qu’il
avoit vu une fois, au bout de vingt ans, et pour les choses qu’il
avoit sues, et qu’il ne confondoit point, il n’étoit pourtant pas
possible qu’il se souvînt de tout, au nombre infini de ce qui chaque
jour venoit à sa connoissance. S’il lui étoit revenu quelque chose de
quelqu’un qu’il eût oublié de la sorte, il lui restoit imprimé qu’il
y avoit quelque chose contre lui, et c’en étoit assez pour l’exclure.
Il ne cédoit point aux représentations d’un ministre, d’un général,
de son confesseur même, suivant l’espèce de chose ou de gens dont il
s’agissoit. Il répondoit qu’il ne savoit plus ce qui lui en étoit
revenu, mais qu’il étoit plus sûr d’en prendre un autre dont il ne lui
fût rien revenu du tout.

Ce fut à sa curiosité que les dangereuses fonctions du lieutenant de
police furent redevables de leur établissement[60]. Elles allèrent
depuis toujours croissant. Ces officiers ont tous été sous lui plus
craints, plus ménagés, aussi considérés que les ministres, jusque
par les ministres mêmes, et il n’y avoit personne en France, sans en
excepter les princes du sang, qui n’eût intérêt de les ménager, et qui
ne le fît. Outre les rapports sérieux qui lui revenoient par eux, il
se divertissoit d’en apprendre toutes les galanteries et toutes les
sottises de Paris. Pontchartrain, qui avoit Paris et la cour dans son
département, lui faisoit tellement sa cour par cette voie indigne, dont
son père étoit outré, qu’elle le soutint souvent auprès du Roi, et de
l’aveu du Roi même, contre de rudes atteintes auxquelles sans cela il
auroit succombé, et on l’a su plus d’une fois par Mme de Maintenon,
par Mme la duchesse de Bourgogne, par M. le comte de Toulouse, par les
valets intérieurs.

  [60] The first Lieutenant-general of police was La Reynie who was
  appointed in 1667. He was succeeded in 1697 by Marc-René, Marquis
  d’Argenson, who raised his department to the highest pitch of
  efficiency. See P. Clément _La police sous Louis XIV_, 2nd ed.
  1866, and P. Cottin, _Rapports de police de René d’Argenson_,
  1866.

Mais la plus cruelle de toutes les voies par laquelle le Roi fut
instruit bien des années avant qu’on s’en fut aperçu, et par laquelle
l’ignorance et l’imprudence de beaucoup de gens continua toujours
encore de l’instruire, fut celle de l’ouverture des lettres. C’est ce
qui donna tant de crédit aux Pajots et aux Rouillés[61], qui en avoient
la ferme, qu’on ne put jamais ôter, ni les faire guère augmenter,
par cette raison si longtemps inconnue, et qui s’y enrichirent si
énormément tous, aux dépens du public et du Roi même.

  [61] The postal service was in the hands of several generations
  of the Pajot and Rouillé families from 1665 to 1760. See
  Boislisle, XXVIII. 139, nn. 1 and 2.

On ne sauroit comprendre la promptitude et la dextérité de cette
exécution. Le Roi voyoit l’extrait de toutes les lettres où il y
avoit des articles que les chefs de la poste, puis le ministre qui
la gouvernoit, jugeoient devoir aller jusqu’à lui, et les lettres
entières quand elles en valoient la peine par leur tissu, ou par
la considération de ceux qui étoient en commerce. Par là les gens
principaux de la poste, maîtres et commis, furent en état de supposer
tout ce qu’il leur plut et à qui il leur plut; et comme peu de chose
perdoit sans ressource, ils n’avoient pas besoin de forger ni de suivre
une intrigue. Un mot de mépris sur le Roi ou sur le gouvernement,
une raillerie, en un mot, un article de lettre spécieux et détaché,
noyoit sans ressource, sans perquisition aucune, et ce moyen étoit
continuellement entre leurs mains. Aussi à vrai et à faux est-il
incroyable combien de gens de toutes les sortes en furent plus ou moins
perdus. Le secret étoit impénétrable, et jamais rien ne coûta moins au
Roi que de se taire profondément et de dissimuler de même.

Ce dernier talent, il le poussa souvent jusqu’à la fausseté, mais avec
cela jamais de mensonge, et il se piquoit de tenir parole. Aussi ne
la donnoit-il presque jamais. Pour le secret d’autrui, il le gardoit
aussi religieusement que le sien. Il étoit même flatté de certaines
confessions et de certaines confidences et même confiances; et il n’y
avoit maîtresse, ministre ni favori qui pût y donner atteinte, quand le
secret les auroit même regardés.

On a su, entre beaucoup d’autres, l’aventure fameuse d’une femme
de nom, lequel a toujours été pleinement ignoré et jusqu’au soupçon
même, qui séparée de lieu depuis un an d’avec son mari, se trouvant
grosse et sur le point de le voir arriver de l’armée, à bout enfin de
tous moyens, fit demander en grâce au Roi une audience secrète, dont
qui que ce soit ne pût s’apercevoir, pour l’affaire du monde la plus
importante. Elle l’obtint. Elle se confia au Roi dans cet extrême
besoin, et lui dit que c’étoit comme au plus honnête homme de son
royaume. Le Roi lui conseilla de profiter d’une si grande détresse pour
vivre plus sagement à l’avenir, et lui promit de retenir sur-le-champ
son mari sur la frontière, sous prétexte de son service, tant et si
longtemps qu’il ne pût avoir aucun soupçon, et de ne le laisser revenir
sous aucun prétexte. En effet, il en donna l’ordre le jour même à
Louvois, et lui défendit non-seulement tout congé, mais de souffrir
qu’il s’absentât un seul jour du poste qu’il lui assignoit pour y
commander tout l’hiver. L’officier, qui étoit distingué, et qui n’avoit
rien moins que souhaité, encore moins demandé, d’être employé l’hiver
sur la frontière, et Louvois qui y avoit aussi peu pensé, furent
également surpris et fâchés. Il n’en fallut pas moins obéir à la lettre
et sans demander pourquoi, et le Roi n’en a fait l’histoire que bien
des années après, et que lorsqu’il fut bien sûr que les gens que cela
regardoit ne se pouvoient plus démêler, comme en effet ils n’ont jamais
pu l’être, pas même du soupçon le plus vague ni le plus incertain.

Jamais personne ne donna de meilleure grâce et n’augmenta tant par là
le prix de ses bienfaits. Jamais personne ne vendit mieux ses paroles,
son souris même, jusqu’à ses regards. Il rendit tout précieux par le
choix et la majesté, à quoi la rareté et la brèveté de ses paroles
ajoutoit beaucoup. S’il les adressoit à quelqu’un, ou de question, ou
de choses indifférentes, toute l’assistance le regardoit; c’étoit une
distinction dont on s’entretenoit, et qui rendoit toujours une sorte
de considération. Il en étoit de même de toutes les attentions et les
distinctions, et des préférences, qu’il donnoit dans leurs proportions.
Jamais il ne lui échappa de dire rien de désobligeant à personne, et
s’il avoit à reprendre, à réprimander ou à corriger, ce qui étoit fort
rare, c’étoit toujours avec un air plus ou moins de bonté, presque
jamais avec sécheresse, jamais avec colère, si on excepte l’unique
aventure de Courtenvaux, qui a été racontée en son lieu[62], quoique il
ne fût pas exempt de colère, quelquefois avec un air de sévérité.

  [62] IV. 317-319. Michel-François Le Tellier, Marquis de
  Courtenvaux, was the eldest son of Louvois, “un fort petit homme,
  obscurément débauché, avec une voix ridicule... avare et taquin,
  et quoique modeste et respectueux, fort colère, et peu maître de
  soi quand il se capriçoit: en tout un fort sot homme.” Le Nôtre
  told Dr Lister that he had never seen Louis XIV in a passion.
  Saint-Simon gives another instance, when he broke his cane over a
  valet’s back (I. 263-264).

Jamais homme si naturellement poli[63], ni d’une politesse si fort
mesurée, si fort par degrés, ni qui distinguât mieux l’âge, le mérite,
le rang, et dans ses réponses, quand elles passoient le _je verrai_,
et dans ses manières. Ces étages divers se marquoient exactement dans
sa manière de saluer et de recevoir les révérences, lorsqu’on partoit
ou qu’on arrivoit. Il étoit admirable à recevoir différemment les
saluts à la tête des lignes à l’armée ou aux revues. Mais surtout pour
les femmes rien n’étoit pareil. Jamais il n’a passé devant la moindre
coiffe sans soulever son chapeau, je dis aux femmes de chambre, et
qu’il connoissoit pour telles, comme cela arrivoit souvent à Marly.
Aux dames, il ôtoit son chapeau tout à fait, mais de plus ou moins
loin; aux gens titrés, à demi, et le tenoit en l’air ou à son oreille
quelques instants plus ou moins marqués. Aux seigneurs, mais qui
l’étoient, il se contentoit de mettre la main au chapeau. Il l’ôtoit
comme aux dames pour les princes du sang. S’il abordoit des dames,
il ne se couvrait qu’après les avoir quittées. Tout cela n’étoit que
dehors; car dans la maison il n’étoit jamais couvert. Ses révérences,
plus ou moins marquées, mais toujours légères, avoient une grâce et une
majesté incomparables, jusqu’à sa manière de se soulever à demi à son
souper pour chaque dame assise qui arrivoit, non pour aucune autre, ni
pour les princes du sang; mais sur les fins cela le fatiguoit, quoique
il ne l’ait jamais cessé, et les dames assises évitoient d’entrer à son
souper quand il étoit commencé. C’étoit encore avec la même distinction
qu’il recevoit le service de Monsieur, de M. le duc d’Orléans,
des princes du sang; à ces derniers, il ne faisoit que marquer, à
Monseigneur de même, et à Messeigneurs ses fils par familiarité; des
grands officiers, avec un air de bonté et d’attention.

  [63] “Personne au monde n’est aussi poli que notre roi,” writes
  Madame in 1706.

Si on lui faisoit attendre quelque chose à son habiller, c’étoit
toujours avec patience. Exact aux heures qu’il donnoit pour toute sa
journée; une précision nette et courte dans ses ordres. Si dans les
vilains temps d’hiver qu’il ne pouvoit aller dehors, qu’il passât chez
Mme de Maintenon un quart d’heure plus tôt qu’il n’en avoit donné
l’ordre, ce qui ne lui arrivoit guères, et que le capitaine des gardes
en quartier ne s’y trouvât pas, il ne manquoit point de lui dire après
que c’étoit sa faute à lui d’avoir prévenu l’heure, non celle du
capitaine des gardes de l’avoir manqué. Aussi, avec cette règle qui ne
manquoit jamais, étoit-il servi avec la dernière exactitude, et elle
étoit d’une commodité infinie pour les courtisans[64].

  [64] Avec un almanach et une montre, on pouvait à cent lieues
  de lui dire à justesse ce qu’il faisoit. Il vouloit une grande
  exactitude dans son service; mais il y étoit exact le premier
  (_Parallèle des trois premiers rois Bourbon_). And cp. Primi
  Visconti, _Mém._ pp. 31-33.

Il traitoit bien ses valets, surtout les intérieurs. C’étoit parmi eux
qu’il se sentoit le plus à son aise, et qu’il se communiquoit le plus
familièrement, surtout aux principaux. Leur amitié et leur aversion
a souvent eu de grands effets. Ils étoient sans cesse à portée de
rendre de bons et de mauvais offices; aussi faisoient-ils souvenir de
ces puissants affranchis des empereurs romains, à qui le sénat et les
grands de l’empire faisoient leur cour, et ployoient sous eux avec
bassesse. Ceux-ci, dans tout ce règne, ne furent ni moins comptés ni
moins courtisés. Les ministres même les plus puissants les ménageoient
ouvertement, et les princes du sang, jusqu’aux bâtards, sans parler de
tout ce qui est inférieur, en usoient de même. Les charges des premiers
gentilshommes de la chambre furent plus qu’obscurcies par les premiers
valets de chambre, et les grandes charges ne se soutinrent que dans
la mesure que les valets de leur dépendance ou les petits officiers
très subalternes approchoient nécessairement plus ou moins du Roi.
L’insolence aussi étoit grande dans la plupart d’eux, et telle qu’il
falloit savoir l’éviter, ou la supporter avec patience.

Le Roi les soutenoit tous, et il racontoit quelquefois avec
complaisance que, ayant dans sa jeunesse envoyé, pour je ne sais quoi,
une lettre au duc de Montbazon[65], gouverneur de Paris, qui étoit
en une de ses maisons de campagne près de cette ville, par un de ses
valets de pied, il y arriva comme M. de Montbazon alloit se mettre à
table, qu’il avoit forcé ce valet de pied de s’y mettre avec lui, et le
conduisit, lorsqu’il le renvoya, jusque dans la cour, parce qu’il étoit
venu de la part du Roi.

  [65] Hercule de Rohan, Duc de Montbazon (1568-1654), father of
  the celebrated Duchesse de Chevreuse.

Il ne manquoit guères aussi de demander à ses gentilshommes
ordinaires, quand ils revenoient de sa part de faire des compliments
de conjouissance ou de condoléances aux gens titrés, hommes et femmes,
mais à nuls autres, comment ils avoient été reçus, et il auroit trouvé
bien mauvais qu’on ne les eût pas fait asseoir, et conduits fort loin,
les hommes au carrosse.

Rien n’étoit pareil à lui aux revues, aux fêtes, et partout où un
air de galanterie pouvoit avoir lieu par la présence des dames. On
l’a déjà dit, il l’avoit puisée à la cour de la Reine sa mère, et
chez la comtesse de Soissons; la compagnie de ses maîtresses l’y
avoit accoutumé de plus en plus; mais toujours majestueuse, quoique
quelquefois avec de la gaieté, et jamais devant le monde rien de
déplacé ni d’hasardé; mais jusqu’au moindre geste, son marcher, son
port, toute sa contenance, tout mesuré, tout décent, noble, grand,
majestueux, et toutefois très naturel, à quoi l’habitude et l’avantage
incomparable et unique de toute sa figure donnoit une grande facilité.
Aussi, dans les choses sérieuses, les audiences d’ambassadeurs, les
cérémonies, jamais homme n’a tant imposé; et il falloit commencer par
s’accoutumer à le voir, si en le haranguant on ne vouloit s’exposer à
demeurer court. Ses réponses en ces occasions étoient toujours courtes,
justes, pleines, et très rarement sans quelque chose d’obligeant,
quelquefois même de flatteur, quand le discours le méritoit. Le respect
aussi qu’apportoit sa présence, en quelque lieu qu’il fût, imposoit un
silence, et jusqu’à une sorte de frayeur.

Il aimoit fort l’air et les exercices, tant qu’il en put faire.
Il avoit excellé à la danse, au mail, à la paume. Il étoit encore
admirable à cheval à son âge. Il aimoit à voir faire toutes ces choses
avec grâce et adresse. S’en bien ou mal acquitter devant lui étoit
mérite ou démérite. Il disoit que, de ces choses qui n’étoient point
nécessaires, il ne s’en falloit pas mêler si on ne les faisoit pas
bien. Il aimoit fort à tirer, et il n’y avoit point de si bon tireur
que lui, ni avec tant de grâces. Il vouloit des chiennes couchantes
excellentes; il en avoit toujours sept ou huit dans ses cabinets, et
se plaisoit à leur donner lui-même à manger pour s’en faire connoître.
Il aimoit fort aussi à courre le cerf, mais en calèche, depuis qu’il
s’étoit cassé le bras en courant à Fontainebleau, aussitôt après la
mort de la Reine. Il étoit seul dans une manière de soufflet[66], tiré
par quatre petits chevaux, à cinq ou six relais, et il menoit lui-même
à toute bride, avec une adresse et une justesse que n’avoient pas les
meilleurs cochers, et toujours la même grâce à tout ce qu’il faisoit.
Ses postillons étoient des enfants depuis neuf ou dix ans jusqu’à
quinze, et il les dirigeoit.

  [66] A small four-wheeled carriage with a folding hood.

Il aima en tout la splendeur, la magnificence, la profusion. Ce goût
il le tourna en maxime par politique, et l’inspira en tout à sa cour.
C’étoit lui plaire que de s’y jeter en tables, en habits, en équipages,
en bâtiments, en jeu. C’étoient des occasions pour qu’il parlât aux
gens. Le fond étoit qu’il tendoit et parvint par là à épuiser tout
le monde en mettant le luxe en honneur, et pour certaines parties
en nécessité, et réduisit ainsi peu à peu tout le monde à dépendre
entièrement de ses bienfaits pour subsister. Il y trouvoit encore la
satisfaction de son orgueil par une cour superbe en tout, et par une
plus grande confusion qui anéantissoit de plus en plus les distinctions
naturelles.

C’est une plaie qui, une fois introduite, est devenue le cancer
intérieur qui ronge tous les particuliers--parce que de la cour il
s’est promptement communiqué à Paris et dans les provinces et les
armées, où les gens en quelque place ne sont comptés qu’à proportion
de leur table et de leur magnificence, depuis cette malheureuse
introduction--qui ronge tous les particuliers, qui force ceux d’un
état à pouvoir voler, à ne s’y pas épargner pour la plupart, dans la
nécessité de soutenir leur dépense; et que la confusion des états, que
l’orgueil, que jusqu’à la bienséance entretiennent, qui par la folie du
gros va toujours en augmentant, dont les suites sont infinies, et ne
vont à rien moins qu’à la ruine et au renversement général.

Rien jusqu’à lui n’a jamais approché du nombre et de la magnificence de
ses équipages de chasses et de toutes ses autres sortes d’équipages.
Ses bâtiments, qui les pourroit nombrer? En même temps, qui n’en
déplorera pas l’orgueil, le caprice, le mauvais goût? Il abandonna
Saint-Germain, et ne fit jamais à Paris ni ornement ni commodité, que
le pont Royal, par pure nécessité, en quoi, avec son incomparable
étendue, elle est si inférieure à tant de villes dans toutes les
parties de l’Europe.

Lorsqu’on fit la place de Vendôme, elle étoit carrée. M. de Louvois
en vit les quatre parements bâtis. Son dessein étoit d’y placer la
Bibliothèque du Roi, les Médailles, le Balancier, toutes les académies,
et le Grand Conseil, qui tient ses séances encore dans une maison
qu’il loue. Le premier soin du Roi, le jour de la mort de Louvois, fut
d’arrêter ce travail, et de donner ses ordres pour faire couper à pans
les angles de la place, en la diminuant d’autant, de n’y placer rien de
ce qui y étoit destiné, et de n’y faire que des maisons, ainsi qu’on la
voit.

Saint-Germain, lieu unique pour rassembler les merveilles de la vue,
l’immense plein pied d’une forêt toute joignante, unique encore par
la beauté de ses arbres, de son terrain, de sa situation, l’avantage
et la facilité des eaux de source sur cette élévation, les agréments
admirables des jardins, des hauteurs et des terrasses, qui les unes
sur les autres se pouvoient si aisément conduire dans toute l’étendue
qu’on auroit voulu, les charmes et les commodités de la Seine, enfin
une ville toute faite, et que sa position entretenoit par elle-même, il
l’abandonna pour Versailles[67], le plus triste et le plus ingrat de
tous les lieux, sans vue, sans bois, sans eau, sans terre, parce que
tout y est sable mouvant ou marécage, sans air par conséquent, qui n’y
peut être bon.

  [67] The court was installed at Versailles in 1682, but the
  palace was not completed till 1688.

Il se plut à tyranniser la nature, à la dompter à force d’art et de
trésors. Il y bâtit tout l’un après l’autre, sans dessein général; le
beau et le vilain furent cousus ensemble, le vaste et l’étranglé. Son
appartement et celui de la Reine y ont les dernières incommodités, avec
les vues de cabinets et de tout ce qui est derrière les plus obscures,
les plus enfermées, les plus puantes. Les jardins, dont la magnificence
étonne, mais dont le plus léger usage rebute, sont d’aussi mauvais
goût. On n’y est conduit dans la fraîcheur de l’ombre que par une vaste
zone torride, au bout de laquelle il n’y a plus, où que ce soit, qu’à
monter et à descendre; et avec la colline, qui est fort courte, se
terminent les jardins. La recoupe y brûle les pieds; mais sans cette
recoupe on y enfoncerait ici dans les sables, et là dans la plus noire
fange. La violence qui y a été faite partout à la nature repousse et
dégoûte malgré soi. L’abondance des eaux forcées et ramassées de
toutes parts les rend vertes, épaisses, bourbeuses; elles répandent
une humidité malsaine et sensible, une odeur qui l’est encore plus.
Leurs effets, qu’il faut pourtant beaucoup ménager, sont incomparables;
mais de ce tout, il résulte qu’on admire et qu’on fuit. Du côté de la
cour, l’étranglé suffoque, et ces vastes ailes s’enfuient sans tenir à
rien. Du côté des jardins, on jouit de la beauté du tout ensemble; mais
on croit voir un palais qui a été brûlé, où le dernier étage et les
toits manquent encore. La chapelle qui l’écrase, parce que Mansart[68]
vouloit engager le Roi à élever le tout d’un étage, a de partout la
triste représentation d’un immense catafalque. La main-d’œuvre y est
exquise en tous genres, l’ordonnance nulle; tout y a été fait pour la
tribune, parce que le Roi n’alloit guères en bas, et celles des côtés
sont inaccessibles, par l’unique défilé qui conduit à chacune. On ne
finiroit point sur les défauts monstrueux d’un palais si immense et
si immensément cher, avec ses accompagnements, qui le sont encore
davantage: orangerie, potagers, chenils, grande et petite écuries
pareilles, commun prodigieux; enfin une ville entière où il n’y avoit
qu’un très misérable cabaret, un moulin à vent, et ce petit château de
carte que Louis XIII y avoit fait pour n’y plus coucher sur la paille,
qui n’étoit que la contenance étroite et basse autour de la cour de
Marbre, qui en faisoit la cour, et dont le bâtiment du fond n’avoit que
deux courtes et petites ailes. Mon père l’a vu, et y a couché maintes
fois. Encore ce Versailles de Louis XIV, ce chef-d’œuvre si ruineux et
de si mauvais goût, et où les changements entiers des bassins et de
bosquets ont enterré tant d’or qui ne peut paroître, n’a-t-il pu être
achevé.

  [68] Jules Hardouin, nephew and pupil of François Mansart or
  Mansard, whose name he took.

Parmi tant de salons entassés l’un sur l’autre, il n’y a ni salle de
comédie, ni salle à banquets, ni de bal; et devant et derrière il reste
beaucoup à faire. Les parcs et les avenues, tous en plants, ne peuvent
venir. En gibier, il faut y en jeter sans cesse; en rigoles de quatre
et cinq lieues de cours, elles sont sans nombre; en murailles enfin,
qui par leur immense contour enferment comme une petite province du
plus triste et du plus vilain pays du monde.

Trianon, dans ce même parc, et à la porte de Versailles, d’abord maison
de porcelaine à aller faire des collations, agrandie après pour y
pouvoir coucher, enfin palais de marbre, de jaspe et de porphyre, avec
des jardins délicieux; la Ménagerie vis-à-vis, de l’autre côté de la
croisée du canal de Versailles, toute de riens exquis, et garnie de
toutes sortes d’espèces de bêtes à deux et à quatre pieds les plus
rares; enfin Clagny[69], bâti pour Mme de Montespan en son propre,
passé au duc du Maine, au bout de Versailles, château superbe avec ses
eaux, ses jardins, son parc; des aqueducs dignes des Romains de tous
les côtés; l’Asie ni l’antiquité n’offrent rien de si vaste, de si
multiplié, de si travaillé, de si superbe, de si rempli de monuments
les plus rares de tous les siècles, en marbres les plus exquis de
toutes les sortes, en bronzes, en peintures, en sculptures, ni de si
achevé des derniers.

  [69] Clagny was one of Mansard’s first works and won him the
  favour of Louis XIV. It no longer exists.

Mais l’eau manquoit quoi qu’on pût faire, et ces merveilles de l’art en
fontaines tarissoient, comme elles font encore à tous moments, malgré
la prévoyance de ces mers de réservoirs qui avoient coûté tant de
millions à établir et à conduire sur le sable mouvant et sur la fange.
Qui l’auroit cru? ce défaut devint la ruine de l’infanterie. Mme de
Maintenon régnoit; on parlera d’elle à son tour. M. de Louvois alors
étoit bien avec elle; on jouissoit de la paix. Il imagina de détourner
la rivière d’Eure entre Chartres et Maintenon, et de la faire venir
toute entière à Versailles. Qui pourra dire l’or et les hommes que la
tentative obstinée en coûta pendant plusieurs années, jusque-là qu’il
fut défendu, sous les plus grandes peines, dans le camp qu’on y avoit
établi, et qu’on y tint très longtemps, d’y parler des malades, surtout
des morts, que le rude travail et plus encore l’exhalaison de tant de
terres remuées tuoient[70]? Combien d’autres furent des années à se
rétablir de cette contagion! combien n’en ont pu reprendre leur santé
pendant le reste de leur vie! Et toutefois, non-seulement les officiers
particuliers, mais les colonels, les brigadiers, et ce qu’on y employa
d’officiers généraux, n’avoient pas, quels qu’ils fussent, la liberté
de s’en absenter un quart d’heure, ni de manquer eux-mêmes un quart
d’heure de service sur les travaux. La guerre enfin les interrompit
en 1688, sans qu’ils aient été repris depuis; il n’en est resté que
d’informes monuments, qui éterniseront cette cruelle folie[71].

  [70] The mortality among the workmen was very high.

  [71] Nothing now remains but fourteen arches of the aqueduct.

A la fin, le Roi, lassé du beau et de la foule, se persuada qu’il
vouloit quelquefois du petit et de la solitude. Il chercha autour de
Versailles de quoi satisfaire ce nouveau goût. Il visita plusieurs
endroits; il parcourut les coteaux qui découvrent Saint-Germain et
cette vaste plaine qui est au bas, où la Seine serpente et arrose
tant de gros lieux et de richesses en quittant Paris. On le pressa de
s’arrêter à Lucienne, où Cavoye eut depuis une maison dont la vue est
enchantée; mais il répondit que cette heureuse situation le ruineroit,
et que, comme il vouloit un rien, il vouloit aussi une situation qui ne
lui permît pas de songer à y rien faire.

Il trouva derrière Lucienne un vallon étroit, profond, à bords
escarpés, inaccessible par ses marécages, sans aucune vue, enfermé
de collines de toutes parts, extrêmement à l’étroit, avec un méchant
village sur le penchant d’une de ces collines qui s’appeloit Marly.
Cette clôture sans vue, ni moyen d’en avoir, fit tout son mérite;
l’étroit du vallon où on ne se pouvoit étendre y en ajouta beaucoup.
Il crut choisir un ministre, un favori, un général d’armée. Ce fut
un grand travail que dessécher ce cloaque de tous les environs que y
jetoient toutes leurs voiries, et d’y rapporter des terres. L’ermitage
fut fait. Ce n’étoit que pour y coucher trois nuits, du mercredi au
samedi, deux ou trois fois l’année, avec une douzaine au plus de
courtisans en charges les plus indispensables.

Peu à peu l’ermitage fut augmenté; d’accroissement en accroissement,
les collines taillées pour faire place et y bâtir, et celle du bout
largement emportée pour donner au moins une échappée de vue fort
imparfaite. Enfin, en bâtiments, en jardins, en eaux, en aqueducs, en
ce qu’est si connu et si curieux sous le nom de machine de Marly[72],
en parcs, en forêt ornée et renfermée, en statues, en meubles précieux,
Marly est devenu ce qu’on le voit encore, tout dépouillé qu’il est
depuis la mort du Roi: en forêts toutes venues et touffues qu’on y a
apportées en grands arbres de Compiègne, et de bien plus loin sans
cesse, dont plus des trois quarts mouroient, et qu’on remplaçoit
aussitôt; en vastes espaces de bois épais et d’allées obscures,
subitement changées en immenses pièces d’eau où on se promenoit en
gondoles, puis remises en forêts à n’y pas voir le jour dès le moment
qu’on les plantoit, je parle de ce que j’ai vu en six semaines; en
bassins changés cent fois; en cascades de même à figures successives
et toutes différentes; en séjours de carpes ornés de dorures et de
peintures les plus exquises, à peine achevées, rechangées et rétablies
autrement par les mêmes maîtres, et cela une infinité de fois; cette
prodigieuse machine, dont on vient de parler, avec ses immenses
aqueducs, ses conduites et ses réservoirs monstrueux uniquement
consacrée à Marly sans plus porter d’eau à Versailles; c’est peu de
dire que Versailles tel qu’on l’a vu n’a pas coûté Marly.

  [72] This hydraulic machine, so much admired at the time, was
  really a clumsy affair.

Que si on y ajoute les dépenses de ces continuels voyages, qui
devinrent enfin au moins égaux aux séjours de Versailles, souvent
presque aussi nombreux, et tout à la fin de la vie du Roi le séjour le
plus ordinaire, on ne dira point trop sur Marly seul en comptant par
milliards.

Telle fut la fortune d’un repaire de serpents et de charognes, de
crapauds et de grenouilles, uniquement choisi pour n’y pouvoir
dépenser. Tel fut le mauvais goût du Roi en toutes choses, et ce
plaisir superbe de forcer la nature, que ni la guerre la plus pesante,
ni la dévotion ne put émousser.



II

MADAME DE MAINTENON[73]

  [73] Ed. Chéruel, XII. c. vii; ed. Boislisle, XXVIII. 242-281.

    Saint-Simon’s account of Mme de Maintenon (XII. cc. vi-viii)
    is strongly coloured by prejudice, but this hardly at all
    affects that part of it which relates to her daily life and
    habits. To arrive at a fair estimate we should study her in
    her correspondence, of which there is an excellent selection
    by A. Geffroy, _Mme de Maintenon d’après sa correspondance_, 2
    vols. 1887. See especially II. 43-52 for her _entretien_ with
    Mme Glapion in 1705, in which she gives a detailed account of
    her daily round. Further light on her character may be obtained
    from the memoirs of Mme de Caylus, her niece _à la mode de
    Bretagne_ (_Souvenirs et correspondance_, ed. E. Raunié,
    1889), and of Mlle d’Aumale, a _demoiselle_ of Saint-Cyr
    (D’Haussonville and Hanotaux, _Souvenirs sur Mme de Maintenon_,
    I. 1901).

    Françoise d’Aubigné was born November 27, 1635, in the prison
    of Niort, where her father Constant d’Aubigné, the unworthy
    son of the stout Huguenot leader and distinguished writer
    Agrippa d’Aubigné, was incarcerated. She was baptised as a
    Catholic, but she was brought up in the Protestant faith by
    her aunt the Marquise de Villette, the favourite daughter of
    Agrippa d’Aubigné. In 1645, her father having been released
    on the death of Richelieu three years previously, she went
    with her parents to the Island of Martinique, and nearly died
    on the voyage. On her father’s death she returned to France
    with her mother (1647) and was again intrusted to the care
    of Mme de Villette. But by order of Anne of Austria she was
    handed over to her godmother, Mme de Neuillant, who tried in
    vain to convert her to Catholicism. She was then sent to an
    Ursuline Convent at Paris, where, harshness and persecution
    having failed, she finally yielded to gentler methods. She now
    rejoined her mother and shared her poverty till her death in
    1650. In 1652 Mme de Neuillant arranged for her a marriage with
    the poet Scarron, who was forty-two and a helpless cripple.
    He died in 1660, leaving debts which more than swallowed up
    his small estate, and all that his widow had to live on was a
    pension of 2000 _livres_ bestowed on her by the Queen-Mother.
    As Scarron’s wife she had played hostess to many people of
    wit and fashion, and with these she kept up her relations.
    Especially she frequented the salons of Mme d’Albret and Mme
    de Richelieu, where she made friends with Mme de Montespan, a
    relative of Mme d’Albret. This led to her accepting the post
    of governess to the children whom that haughty favourite had
    borne to Louis XIV. In 1674, with her own savings and with
    200,000 _livres_ given her by the King for her services, she
    bought the estate of Maintenon, which was made a Marquisate in
    the following year. Her influence over Louis began in January,
    1680, when she was appointed second Bedchamber-woman to the
    Dauphine. In 1683 the Queen Marie Thérèse died of a sudden
    illness, and in the following year--probably in January, but
    the exact date is not known--Mme de Maintenon was married in
    secret to Louis XIV.


Ce grand pas fait de l’expulsion sans retour de Mme de Montespan, Mme
de Maintenon prit un nouvel éclat. Ayant manqué pour la seconde fois
la déclaration de son mariage, elle comprit qu’il n’y avoit plus à y
revenir, et eut assez de force sur elle-même pour couler doucement
par-dessus, et ne se pas creuser une disgrâce pour n’avoir pas été
déclarée reine. Le Roi, qui se sentit affranchi, lui sut un gré de
cette conduite qui redoubla pour elle son affection, sa considération,
sa confiance. Elle eût peut-être succombé sous le poids de l’éclat de
ce qu’elle avoit voulu paroître, elle s’établit de plus en plus par la
confirmation de sa transparente énigme.

Mais il ne faut pas s’imaginer que, pour en user et s’y soutenir,
elle n’eût besoin d’aucune adresse. Son règne, au contraire, ne fut
qu’un continuel manège, et celui du Roi une perpétuelle duperie.
Elle ne voyoit personne chez elle en visite, et n’en rendoit jamais
aucune. Cela n’avoit que fort peu d’exceptions. Elle alloit voir
la reine d’Angleterre et la recevoit chez elle, quelquefois chez
Mme de Montchevreuil[74], sa plus intime amie, qui alloit très
ordinairement chez elle. Depuis sa mort elle alla voir quelquefois M.
de Montchevreuil, mais rarement, qui entroit chez elle toutes les
fois qu’il vouloit, mais des instants. Le duc de Richelieu[75] eut
toute sa vie le même privilège. Elle alloit quelquefois encore chez
Mme de Caylus[76], sa bonne nièce, qui étoit souvent chez elle. Si,
en deux ans une fois, elle alloit chez la duchesse du Lude[77], ou
quelque femme aussi marquée, entre trois ou quatre au plus, c’étoit
une distinction et une nouvelle, quoique il ne s’agît que d’une simple
visite. Mme d’Heudicourt[78], son ancienne amie, alloit aussi chez
elle à peu près quand elle vouloit, et sur les fins le maréchal de
Villeroy[79], quelquefois Harcourt[80], jamais d’autres. On a vu,
lors du brillant voyage de Mme des Ursins[81], qu’elle alloit aussi
très souvent chez elle en particulier à Marly; et Mme de Maintenon
la fut voir une fois. Jamais elle n’alloit chez aucune princesse du
sang, même chez Madame. Aucune d’elles aussi n’alloit chez elle, à
moins que ce ne fût par audiences, ce qui étoit extrêmement rare et
qui faisoit nouvelle. Mais si elle avoit à parler aux filles du Roi,
ce qui n’arrivoit pas souvent, et presque jamais que pour leur laver
la tête, elle les envoyoit chercher. Elles y arrivoient tremblantes,
et en sortoient en pleurs. Pour le duc du Maine, les portes tombèrent
toujours devant lui en quelque lieu qu’il fût; et depuis le mariage
du duc de Noailles[82], il la voyoit aussi quand il vouloit, son père
avec ménagement, sa mère fort à lèche-doigt[83]; le Roi et elle la
craignoient et ne l’aimoient point.

  [74] Wife of Henri de Mornay, Marquis de Montchevreuil, the
  governor of the Duc du Maine. Mme de Caylus describes her as “une
  femme froide et sèche dans le commerce, d’une figure triste,
  d’un esprit au-dessous du médiocre, et d’un zèle capable de
  dégoûter les plus dévots de la piété.” Saint-Simon’s portrait is
  equally unflattering: “Une grande créature maigre, jaune, qui
  rioit niais, et montroit de longues vilaines dents, dévote à
  l’outrance” (IV. 35), and Madame on hearing of her death writes:
  “ça fait une méchante femme de moins en ce monde” (_Corr._ I.
  214).

  [75] Armand-Jean Du Plessis, great-nephew of the Cardinal.

  [76] Mme de Caylus (Marthe-Marguerite de Valois) was the daughter
  of the Marquis de Villette, Mme de Maintenon’s first cousin,
  and was thus her _nièce à la mode de Bretagne_. In her father’s
  absence in America Mme de Maintenon carried her off and made her
  a Catholic, and in 1686, when she was in her thirteenth year,
  married her to the Comte de Caylus, a confirmed drunkard. She was
  one of the most attractive women of her day, and her memoirs are
  a lively source of information for Mme de Maintenon and the Court
  generally. Her stepmother, the Marquise de Villette, married, as
  his second wife, Henry St John, Viscount Bolingbroke.

  [77] Wife of Henri de Daillon, Comte and afterwards Duc du Lude,
  Grand-Master of the Artillery. In 1696 she was made principal
  lady-in-waiting (_dame d’honneur_) to the future Duchess of
  Burgundy. She was a Béthune by birth, the great-granddaughter of
  Sully.

  [78] Bonne de Pons, Marquise d’Heudicourt. Mme de Caylus
  speaks of her as “bizarre, naturelle, sans jugement, pleine
  d’imagination, toujours nouvelle et divertissante.” Saint-Simon
  in reporting her death in 1709 calls her a “démon domestique”
  and a “mauvaise fée,” but he adds: “On ne pouvoit avoir plus
  d’esprit ni plus agréable, ni savoir plus de choses, ni être
  plus plaisante, plus amusante, plus divertissante, sans vouloir
  l’être” (IV. 345).

  [79] See below for his portrait.

  [80] Henri, Marquis and afterwards Duc d’Harcourt (1654-1718),
  of the branch of Beuvron-Harcourt. As a lieutenant-general he
  had a large share in the victory of Neerwinden. He was appointed
  Ambassador to Spain in 1697, and it was in a great measure due to
  him that the Duc d’Anjou was nominated heir to Charles II. After
  the new king’s accession his influence increased, and as a reward
  for his services he was created a Duke and a Marshal of France.
  For portraits of him see III. 210-212, 391-3.

  [81] Anne-Marie de La Trémoïlle (_circ._ 1646-1722) married as
  her second husband Flavio Orsini, Duca di Bracciano (1675), and
  on his death in 1698 took the title of Princesse des Ursins
  (Orsini). Appointed _Camarera mayor_ to the Queen of Spain in
  1701 in order to support the French influence, she dominated
  the King, till December, 1714, when she was summarily dismissed
  by his second wife, Elizabeth Farnese. “La princesse des Ursins
  gouverne le roi d’Espagne comme moi mon chien Titi,” says Madame.
  See Saint-Simon, III. 78-81, and XI. 116, where he records a
  _tête-à-tête_ with her which lasted eight hours. “Ces huit heures
  de conversation avec une personne qui y fournissoit tant de
  choses me parurent huit moments.” Part of her correspondence with
  Mme de Maintenon is preserved in a copy in the British Museum. It
  has been printed under the title of _Lettres inédites de Mme de
  Maintenon et Mme des Ursins_, 4 vols. 1826, but the editing is
  careless and inaccurate. Sainte-Beuve has two good articles on
  her (_Caus. du Lundi_, V. 401 ff.).

  [82] The Duc de Noailles, as Comte d’Ayen, married Mlle
  d’Aubigné, Mme de Maintenon’s niece.

  [83] Rarely.

Le cardinal de Noailles[84], jusqu’à l’affaire de la constitution, la
voyoit réglément en particulier le jour qu’il avoit son audience du
Roi, une fois la semaine; et après, le cardinal de Bissy[85] à peu
près tant qu’il voulut, et le cardinal de Rohan[86] avec mesure.
Son frère[87], tant qu’il vécut, la désola. Il entroit chez elle à
toute heure, lui tenoit des propos de l’autre monde, et lui faisoit
souvent des sorties. De crédit avec elle, pas le moins du monde. Sa
belle-sœur ne parut jamais à la cour ni dans le monde; Mme de Maintenon
la traitoit bien par pitié, sans que cela allât au plus petit crédit;
mais elle dînoit quelquefois avec elle, et ne la laissoit venir à
Versailles que le moins qu’elle pouvoit, peut-être deux ou trois fois
l’an au plus, et coucher une nuit. Godet[88], évêque de Chartres, et
Aubigny[89], archevêque de Rouen, elle ne les voyoit qu’à Saint-Cyr.

  [84] Archbishop of Paris from 1695 to 1729 and uncle of the
  Duc de Noailles. He favoured the Jansenists, and when in
  answer to the King’s demand for a Constitution against the
  _Réflexions morales_ of Père Quesnel the Pope (Clement XI)
  issued the Bull _Unigenitus_, he opposed its reception. His
  nomination as Archbishop had been warmly supported by Mme de
  Maintenon, but his attitude to the Constitution made a breach
  between them in ecclesiastical matters. Saint-Simon’s estimate of
  him (XII. 138-140) is a fair one.

  [85] Henri de Thiard, Cardinal de Bissy, Bishop de Toul and
  afterwards of Meaux, succeeded to the influence in ecclesiastical
  matters which the Cardinal de Noailles and Godet Des Marais,
  Bishop of Chartres, had had with Mme de Maintenon.

  [86] He and Cardinal de Bissy were the leaders of the Jesuit
  party. His high birth, great wealth, and charm of looks and
  manner gave him great influence. Saint-Simon has a most
  interesting portrait of him (_Mém._ X. 28-32).

  [87] Charles, Comte d’Aubigné, was a hopeless spendthrift, and
  in spite of the numerous appointments which Mme de Maintenon
  obtained for him was always out at elbows. On his death (1703)
  she wrote: “J’ai pleuré M. d’Aubigné; il étoit mon frère, et il
  m’aimoit fort; il étoit bon dans le fond, mais il avoit vécu
  dans de si grandes désordres que je puis dire qu’il ne m’a donné
  de joie que dans la manière dont il est mort.” See Saint-Simon,
  _Mém._ I. 478-480. “C’étoit un panier percé, fou à enfermer, mais
  plaisant, avec de l’esprit et des saillies;... avec cela bon
  homme et honnête homme, poli.” He habitually referred to the king
  as his brother-in-law.

  [88] Godet Des Marais was a Sulpician, a disciple of _Père_
  Olier. See Saint-Simon, _Mém._ VII. 123-126.

  [89] Claude-Maur d’Aubigny or d’Aubigné was of an old family of
  Anjou the connexion of which with that of Mme de Maintenon was
  very doubtful, but they were now glad to claim cousinship with
  the powerful favourite, whose nobility did not go back beyond her
  grandfather.

Ses audiences étoient pour le moins aussi difficiles à obtenir
que celles du Roi; et le peu qu’elle en accordoit, presque toutes
à Saint-Cyr, où on alloit la trouver au jour et heure donnée. On
l’attendoit à Versailles à sortir de chez elle ou à y rentrer, quand
on avoit un mot à lui dire, gens de peu et même pauvres gens, et
personnes considérables. On n’avoit là qu’un instant, et c’étoit à qui
le saisiroit. Les maréchaux de Villeroy, Harcourt, souvent Tessé[90],
quelquefois dans les derniers temps M. de Vaudemont[91], lui ont parlé
de la sorte, et si c’étoit en rentrant chez elle, ils ne la suivoient
pas au delà de son antichambre, où elle coupoit très court et les
laissoit. Bien d’autres lui ont parlé de la sorte. Moi jamais en pas un
lieu, que ce que j’ai rapporté. Un très petit nombre de dames, à qui
le Roi étoit accoutumé et qui étoient de ses particuliers, la voyoient
quelquefois aux heures où le Roi n’étoit pas, et rarement quelques-unes
dînoient avec elle.

  [90] The Maréchal-comte de Tessé was a skilful general, but he
  lacked decision, and he was more successful as a diplomatist. It
  was he who under orders from Louvois sacked Heidelberg and blew
  up the _château_. Saint-Simon’s portrait of him (III. 388-9) is
  less than fair. His _Mémoires et Lettres_ were published in 2
  vols. in 1806.

  [91] See above, p. 10, n. 31.

Ses matinées, qu’elle commençoit de fort bonne heure, étoient remplies
par des audiences obscures de charité ou de gouvernement spirituel;
quelquefois par quelques ministres, très rarement par quelques généraux
d’armée; encore ces derniers, quand ils avoient un rapport particulier
à elle, comme les maréchaux de Villars, de Villeroy, d’Harcourt et
quelquefois Tessé. Assez souvent, dès huit heures du matin et plus tôt,
elle alloit chez quelque ministre. Rarement elle dînoit chez eux, avec
leurs femmes et une compagnie fort trayée. C’étoient là les grandes
faveurs, et une nouvelle, mais qui ne menoient à rien qu’à de l’envie
et à quelque considération. M. de Beauvillier[92] fut des premiers et
des plus longtemps favorisés de ces dîners[93], et fréquents, comme on
l’a remarqué ailleurs, jusqu’à ce que Godet, évêque de Chartres, en
renversa les escabelles, et arrêta tout court les progrès de Fénelon,
qui s’étoit fait leur docteur. Les ministres chargés de la guerre,
surtout des finances, furent toujours ceux à qui Mme de Maintenon avoit
le plus affaire, et qu’elle cultiva. Rarement, et plus que rarement,
alla-t-elle chez les autres, mais pour affaires, et souvent d’État, et
dès le matin, sans jamais dîner chez ces derniers.

  [92] See below for his portrait.

  [93] Saint-Simon, I. 274, says that Mme de Maintenon dined
  regularly once, and sometimes twice a week, either at the Hôtel
  de Beauvillier or the Hôtel de Chevreuse at Versailles with the
  two Dukes and their wives. But the affair of Quietism put an end
  to their intimate meetings, for both Dukes were close allies of
  Fénelon.

L’ordinaire, dès qu’elle étoit levée, c’étoit de s’en aller à
Saint-Cyr[94], et d’y dîner dans son appartement seule, ou avec quelque
favorite de la maison, d’y donner des audiences le moins qu’elle
pouvoit, d’y régenter au dedans, d’y gouverner l’Église au dehors,
d’y lire et d’y répondre des lettres, d’y gouverner des monastères
de Filles de toutes parts, d’y recevoir des avis et des lettres
d’espionnages, et de revenir à peu près justement au temps que le Roi
passoit chez elle. Devenue plus vieille et plus infirme, en arrivant
entre sept et huit heures du matin à Saint-Cyr, elle s’y mettoit au lit
pour se reposer, ou faire quelque remède.

  [94] For Mme de Maintenon and Saint-Cyr see Sainte-Beuve, _Caus.
  du Lundi_, VIII. 473, an article inspired by T. Lavallée, _Mme de
  Maintenon et la maison royale de Saint-Cyr_.

A Fontainebleau, elle avoit une maison à la ville, où elle alloit
souvent pour y faire les mêmes choses qu’à Saint-Cyr. A Marly, elle
s’étoit fait accommoder un petit appartement qui avoit une fenêtre dans
la chapelle. Elle en faisoit souvent le même usage que de Saint-Cyr;
mais cela s’appeloit le Repos, et ce Repos étoit inaccessible, sans
exception que de Mme la duchesse de Bourgogne.

A Marly, à Trianon, à Fontainebleau, le Roi alloit chez elle les matins
des jours qu’il n’y avoit point de conseil, et qu’elle n’étoit pas à
Saint-Cyr; à Fontainebleau, depuis sa messe jusqu’au dîner, quand le
dîner n’étoit pas quelquefois au sortir de la messe pour aller courre
le cerf; et il y étoit une heure et demie, et quelquefois davantage.
A Trianon et à Marly, la visite duroit beaucoup moins, parce que,
en sortant de chez elle, il s’alloit promener dans ses jardins. Ces
visites étoient presque toujours tête à tête, sans préjudice de celles
de toutes les après-dînées, qui étoient rarement tête à tête que fort
peu de temps, parce que les ministres y venoient chacun à son tour
travailler avec le Roi. Le vendredi, qu’il arrivoit souvent qu’il n’y
en avoit point, c’étoient les dames familières avec qui il jouoit, ou
une musique; ce qui se doubla et tripla de jours tout à la fin de sa
vie.

Vers les neuf heures du soir, deux femmes de chambre venoient
déshabiller Mme de Maintenon. Aussitôt après, son maître d’hôtel et un
valet de chambre apportoient son couvert, un potage et quelque chose
de léger. Dès qu’elle avoit achevé de souper, ses femmes la mettoient
dans son lit, et tout cela en présence du Roi et du ministre, qui
n’en discontinuoit pas son travail, et qui n’en parloit pas plus bas,
ou, s’il n’y en avoit point, des dames familières. Tout cela gagnoit
dix heures, que le Roi alloit souper, et en même temps on tiroit les
rideaux de Mme de Maintenon.

Dans les voyages, c’étoit la même chose. Elle partoit de bonne heure
avec quelque favorite, comme Mme de Montchevreuil toujours tant
qu’elle vécut, Mme d’Heudicourt, Mme de Dangeau[95], Mme de Caylus.
Un carrosse du Roi la menoit, toujours affecté pour elle, même pour
aller de Versailles, etc., à Saint-Cyr; et des Épinais, écuyer de la
petite écurie, la mettoit dans le carrosse, et l’accompagnoit à cheval;
c’étoit sa tâche de tous les jours. Dans les voyages, le carrosse de
Mme de Maintenon menoit ses femmes de chambre, et suivoit celui du Roi
où elle étoit. Elle s’arrangeoit de façon que le Roi, en arrivant, la
trouvoit toute établie lorsqu’il passoit chez elle. Partie autorité,
partie invention de seconde dame d’atour de la Dauphine de Bavière[96],
son carrosse et sa chaise, avec ses porteurs ayant sa livrée, entroient
partout comme ceux des gens titrés.

  [95] The Marquise de Dangeau, _née_ Löwenstein, was of the family
  of the Electors of Bavaria. She was an excellent woman, of great
  charm and beauty, and was a close friend of Mme de Maintenon,
  with whom she frequently corresponded. “Elle est la favorite de
  la pantocrate... on dit qu’elle a sur celle-ci un pouvoir aussi
  absolu que celui de la dame sur le Roi.” (_Corr. de Madame_, I.
  237.)

  [96] Marie-Anne-Christine, sister of Maximilian II, Elector of
  Bavaria, married the Dauphin in 1686 and died in 1690.

Reine en particulier à l’extérieur pour le ton, le siège, et la
place en présence du Roi, de Monseigneur, de Monsieur, de la cour
d’Angleterre et de qui que ce fût, elle étoit très simple particulière
au dehors, et toujours aux dernières places. J’en ai vu les fins
aux dîners du Roi à Marly, mangeant avec lui et les dames, et à
Fontainebleau en grand habit chez la reine d’Angleterre, comme je l’ai
remarqué ailleurs, cédant absolument sa place, et se reculant partout
pour les femmes titrées, même pour des femmes de qualité distinguée, ne
se laissant jamais forcer par les titrées, mais par celles de qualité
ordinaire avec un air de peine et de civilité, et par tous ces endroits
polie, affable, parlante, comme une personne qui ne prétend rien et
qui ne montre rien, mais qui imposoit fort, à ne considérer que ce qui
étoit autour d’elle.

Toujours très bien mise, noblement, proprement, de bon goût, mais très
modestement et plus vieillement alors que son âge. Depuis qu’elle ne
parut plus en public, on ne voyoit que coiffes et écharpe noire quand
par hasard on l’apercevoit.

Elle n’alloit jamais chez le Roi qu’il ne fût malade, ou que les matins
des jours qu’il avoit pris médecine, et à peu près de même chez Mme la
duchesse de Bourgogne, jamais ailleurs pour aucun devoir.

Chez elle, avec le Roi, ils étoient chacun dans leur fauteuil, une
table devant chacun d’eux, aux deux coins de la cheminée, elle du
côté du lit, le Roi le dos à la muraille du côté de la porte de
l’antichambre, et deux tabourets devant sa table, un pour le ministre
qui venoit travailler, l’autre pour son sac. Les jours de travail, ils
n’étoient seuls ensemble que fort peu de temps avant que le ministre
entrât, et moins encore fort souvent après qu’il étoit sorti. Le Roi
venoit au lit de Mme de Maintenon, où il se tenoit debout fort peu, lui
donnoit le bonsoir, et s’en alloit se mettre à table. Telle étoit la
mécanique de chez Mme de Maintenon[97]. On a vu sur Mme la duchesse de
Bourgogne ce qui l’y regardoit, tant qu’elle a vécu.

  [97] See later, p. 65, for a passage from vol. VI. in which
  Saint-Simon describes the “mécanique de chez Mme de Maintenon” at
  greater length.

Pendant le travail, Mme de Maintenon lisoit ou travailloit en
tapisserie. Elle entendoit tout ce qui se passoit entre le Roi et le
ministre, qui parloient tout haut. Rarement elle y mêloit son mot,
plus rarement ce mot étoit de quelque conséquence. Souvent le Roi lui
demandoit son avis; alors elle répondoit avec de grandes mesures[98].
Jamais, ou comme jamais, elle ne paroissoit affectionner rien, et moins
encore s’intéresser pour personne; mais elle étoit d’accord avec le
ministre, qui n’osoit en particulier ne pas convenir de ce qu’elle
vouloit, ni encore moins broncher en sa présence. Dès qu’il s’agissoit
donc de quelque grâce ou de quelque emploi, la chose étoit arrêtée
entre eux avant le travail où la décision s’en devoit faire, et c’est
ce qui la retardoit quelquefois, sans que le Roi ni personne en sût la
cause.

  [98] The extent of Mme de Maintenon’s influence on the government
  has been much discussed. See A. de Boislisle’s note on this
  passage (XXVII. 254, n. 5), and Lavisse, _Hist. de France_, VIII.
  Pt I. 282-5, 431-6. The opinion of both these authorities is that
  Saint-Simon’s account of her share in affairs is not exaggerated.
  She was certainly much concerned with Spanish politics, she
  corresponded regularly with Villars during all his campaigns from
  1703, and she took a large part in all religious questions.

Elle mandoit au ministre qu’elle vouloit lui parler auparavant. Il
n’osoit mettre la chose sur le tapis qu’il n’eût reçu ses ordres, et
que la mécanique roulante des jours et des temps leur eût donné le
loisir de s’entendre. Cela fait, le ministre proposoit et montroit une
liste. Si de hasard le Roi s’arrêtoit à celui que Mme de Maintenon
vouloit, le ministre s’en tenoit là, et faisoit en sorte de n’aller pas
plus loin. Si le Roi s’arrêtoit à quelque autre, le ministre proposoit
de voir ceux qui étoient aussi à portée, laissoit après dire le Roi,
et en profitoit pour exclure. Rarement proposoit-il expressément celui
à qui il en vouloit venir, mais toujours plusieurs, qu’il tâchoit
de balancer également pour embarrasser le Roi sur le choix. Alors
le Roi lui demandoit son avis, il parcourait encore les raisons de
quelques-uns, et appuyoit enfin sur celui qu’il vouloit. Le Roi presque
toujours balançoit, et demandoit à Mme de Maintenon ce qu’il lui en
sembloit. Elle sourioit, faisoit l’incapable, disoit quelquefois un
mot de quelque autre, puis revenoit, si elle ne s’y étoit pas tenue
d’abord, sur celui que le ministre avoit appuyé, et déterminoit;
tellement que les trois quarts des grâces et des choix, et les trois
quarts encore du quatrième quart de ce qui passoit par le travail des
ministres chez elle, c’étoit elle qui en disposoit. Quelquefois aussi,
quand elle n’affectionnoit personne, c’étoit le ministre même, avec
son agrément et son concours, sans que le Roi en eût aucun soupçon. Il
croyoit disposer de tout et seul, tandis qu’il ne disposoit, en effet,
que de la plus petite partie, et toujours encore par quelque hasard,
excepté des occasions rares de quelqu’un qu’il s’étoit mis dans la
fantaisie, ou si quelqu’un qu’il vouloit favoriser lui avoit parlé pour
quelqu’un.

En affaires, si Mme de Maintenon les vouloit faire réussir, manquer, ou
tourner d’une autre façon, ce qui étoit beaucoup moins ordinaire que ce
qui regardoit les emplois et les grâces, c’étoit la même intelligence
entre elle et le ministre, et le même manège à peu près. Par ce détail,
on voit que cette femme habile faisoit presque tout ce qu’elle vouloit,
mais non pas tout, ni quand et comme elle vouloit.

Il y avoit une autre ruse si le Roi s’opiniâtroit: c’étoit alors
d’éviter la décision en brouillant et allongeant la matière, en en
substituant une autre comme venant à propos de celle-là, et qui la
détournât, ou en proposant quelque éclaircissement à prendre. On
laissoit ainsi émousser les premières idées, et on revenoit une autre
fois à la charge avec la même adresse, qui très souvent réussissoit.
C’étoit encore presque la même chose pour charger ou diminuer les
fautes, faire valoir les lettres et les services, ou y glisser
légèrement, et préparer ainsi la perte ou la fortune.

C’est là ce qui rendoit ce travail chez Mme de Maintenon si important
pour les particuliers, et c’est ce qui rendoit les ministres si
nécessaires à Mme de Maintenon à avoir dans sa dépendance. C’est aussi
ce qui les aida puissamment à s’élever à tout, et à augmenter sans
cesse leur crédit et leur pouvoir, et pour eux et pour les leurs, parce
que Mme de Maintenon leur faisoit litière de toutes ces choses pour se
les attacher entièrement.

Quand ils étoient près de venir travailler, ou qu’ils sortoient de chez
elle, elle prenoit son temps de sonder le Roi sur eux, de les excuser
ou de les vanter, de les plaindre de leur grand travail, d’en exalter
le mérite, et s’il s’agissoit de quelque chose pour eux, d’en préparer
les voies, quelquefois d’en rompre la glace, sous prétexte de leur
modestie et du service du Roi, qui demandoit qu’ils fussent excités à
le soulager et à faire de bien en mieux. Ainsi c’étoit entre eux un
cercle de besoins et de services réciproques, dont le Roi ne se doutoit
pas le moins du monde. Aussi les ménagements entre eux étoient-ils
infinis et continuels.

Mais, si Mme de Maintenon ne pouvoit rien, ou presque rien, sans eux,
de ce qui passoit par eux, eux aussi ne pouvoient se maintenir sans
elle, beaucoup moins malgré elle. Dès qu’elle se voyoit à bout de les
pouvoir ramener à son point quand ils s’en étoient écartés, ou qu’ils
étoient tombés en disgrâce auprès d’elle, leur perte étoit jurée;
elle ne les manquoit pas. Il lui falloit du temps, des couleurs,
des souplesses, quelquefois beaucoup, comme lorsqu’elle perdit
Chamillart[99]. Louvois y avoit succombé avant lui. Pontchartrain[100]
ne s’en sauva qu’à l’aide de son esprit, qui plaisoit au Roi, et des
épines des finances pendant la guerre, et du sens et de l’adresse de sa
femme demeurée longtemps bien avec Mme de Maintenon, depuis même qu’il
y fut mal, enfin par la porte dorée de la chancellerie, qui s’ouvrit
bien à propos pour lui. Le duc de Beauvillier y pensa faire naufrage
par deux fois à longue distance l’une de l’autre, et n’en auroit pas
échappé sans deux espèces de miracles, comme on l’a vu ici en son temps.

  [99] Michel de Chamillart succeeded Pontchartrain as
  Controller-general in 1699, and on the death of Barbezieux
  in 1701 was appointed Secretary of State for War. He was
  conciliatory, industrious, and honest, but his lack of
  intelligence and his obstinacy made him a thoroughly incompetent
  minister. He was dismissed in 1709. See II. 420-421, VI. 439.

  [100] Louis Phélypeaux, grandson of a Secretary of State under
  Louis XIII, was appointed Controller-general in 1689 and
  Chancellor ten years later. See II. 226.

Si les ministres, et les plus accrédités, en étoient là avec Mme de
Maintenon, on peut juger de ce qu’elle pouvoit à l’égard de toutes les
autres sortes de personnes bien moins à portée de se défendre, et même
de s’apercevoir. Bien des gens eurent donc le cou rompu sans en avoir
pu imaginer la cause, et se donnèrent bien des sortes de mouvements
pour la découvrir, et pour y remédier, et très inutilement.

Le court et rare travail des généraux d’armée se passoit ordinairement
les soirs en sa présence et du secrétaire d’État de la guerre. Par
celui de Pontchartrain, rempli du rapport des espionnages et des
histoires de toute espèce de Paris et de la cour, elle étoit à portée
de faire beaucoup de bien et de mal. Torcy[101] ne travailloit point
chez elle, et ne la voyoit comme jamais. Aussi ne l’aimoit-elle
point, et moins encore sa femme, dont le nom d’Arnauld gâtoit tout
leur mérite. Torcy avoit les postes; c’étoit par lui que le secret en
passoit au Roi tête à tête, et le Roi souvent en portoit des morceaux
à lire à Mme de Maintenon; mais cela n’avoit point de suite; elle n’en
savoit que par lambeaux, selon ce que le Roi s’avisoit de lui en dire
ou de lui en porter.

  [101] Jean-Baptiste Colbert, Marquis de Torcy, son of Charles
  Colbert, Marquis de Croissy (brother of the great Colbert),
  succeeded his father as Secretary of State for Foreign Affairs
  in 1696. He married a daughter of Simon Arnauld, Marquis de
  Pomponne, who was Foreign Minister from 1671 to 1679. His
  _Mémoires_ are an important source of information for the period
  1697-1713.

Toutes les affaires étrangères passoient au conseil d’État, ou si
c’étoit quelque chose de pressé, Torcy le portoit sur-le-champ au Roi,
ainsi à des heures rompues, et point de travail réglé et particulier
avec lui. Mme de Maintenon eût fort desiré ce genre de travail réglé
chez elle, pour avoir la même influence sur les affaires d’État, et sur
ceux qui s’en mêloient, comme elle l’avoit sur les autres parties. Mais
Torcy sut bien sagement se préserver de ce dangereux piége. Il s’en
défendit toujours, en disant modestement qu’il n’avoit point d’affaires
pour entretenir ce travail. Ce n’étoit pas que le Roi ne lui dît tout
là-dessus; mais elle sentoit toute la différence d’assister à un
travail réglé où elle agissoit avec loisir, adresse et mesures prises,
ou d’être obligée de prendre son parti entre le Roi et elle sur ce
qu’il lui apprenoit de cette matière, et de n’avoir d’autre ressource
qu’en elle-même, et d’aller de front avec lui, si elle vouloit une
chose plutôt qu’une autre, nuire aux gens à découvert, ou les servir de
même.

Le Roi y étoit même fort en garde. Il lui est arrivé plusieurs fois
que, lorsqu’on ne s’y prenoit pas avec assez de tour et de délicatesse,
et qu’il apercevoit que le ministre ou le général d’armée favorisoit
un parent ou un protégé de Mme de Maintenon, il tenoit ferme contre,
pour cela même; puis disoit, partie fâché, partie se moquant d’eux:
“Un tel a bien fait sa cour; car il n’a pas tenu à lui de bien servir
un tel, parce qu’il est parent ou protégé de Mme de Maintenon.” Et ces
coups de caveçon la rendoient très timide et très mesurée, quand il
étoit question de se montrer au Roi à découvert sur quelque chose ou
sur quelqu’un. Aussi répondoit-elle toujours à quiconque s’adressoit à
elle, même pour les moindres choses, qu’elle ne se mêloit de rien; et
si bien rarement elle s’ouvroit davantage et que la chose regardât le
département d’un ministre sur lequel elle comptât, elle renvoyoit à lui
et promettoit de lui en parler; mais encore une fois, rien n’étoit plus
rare. On ne laissoit pas cependant d’aller à elle, pour, par ce devoir,
ne l’avoir pas contraire, et par l’espérance aussi que, nonobstant
cette réponse banale, elle feroit peut-être ce qu’on desiroit, comme
cela arrivoit quelquefois.

Il y avoit peut-être cinq ou six personnes au plus de tous états,
desquels la plupart étoient de ces amis de son ancien temps, à qui elle
répondoit plus franchement, quoique toujours foiblement et mesurément,
et pour qui en effet elle agissoit au mieux qu’il lui étoit possible;
ce néanmoins réussissant très ordinairement pour eux, elle n’y
réussissoit pas toujours.

Ce fut par le desir extrême de se mêler des affaires étrangères, comme
elle se mêloit de toutes les autres, et l’impossibilité d’en attirer
le travail chez elle, qu’elle prit le parti, qu’on a détaillé en
son temps, de tous les manèges par lesquels elle rendit la princesse
des Ursins maîtresse de tout en Espagne, et l’y maintint jusqu’à la
paix d’Utrecht, aux dépens de Torcy et des ambassadeurs de France en
Espagne, c’est-à-dire, comme on l’a vu, aux dépens de l’Espagne et de
la France, parce que Mme des Ursins eut l’adresse de lui faire tout
passer par les mains, et de lui persuader qu’elle ne gouvernoit la cour
et l’État en Espagne que sous ses ordres et par ses volontés. Revenons
un moment à ces coups de caveçon du Roi dont on vient de parler.

Le Tellier, dans des temps bien antérieurs, et longtemps avant d’être
chancelier de France, connoissoit bien le Roi là-dessus. Un de ses
meilleurs amis, car il en avoit parce qu’il savoit en avoir, l’avoit
prié de quelque chose qu’il desiroit fort et qui devoit être proposé
dans le travail particulier de ce ministre avec le Roi. Le Tellier
l’assura qu’il y feroit tout son possible. Son ami ne goûta point
sa réponse, et lui dit franchement que dans la place et le crédit
où il étoit, ce n’étoit pas de celles-là qu’il lui falloit donner.
“Vous ne connoissez pas le terrain, lui répliqua le Tellier. De vingt
affaires que nous portons ainsi au Roi, nous sommes sûrs qu’il en
passera dix-neuf à notre gré; nous le sommes également que la vingtième
sera décidée au contraire. Laquelle des vingt sera décidée contre
notre avis et notre desir, c’est ce que nous ignorons toujours, et
très souvent c’est celle où nous nous intéressons le plus. Le Roi se
réserve cette bisque[102] pour nous faire sentir qu’il est le maître
et qu’il gouverne; et si par hasard il se présente quelque chose sur
quoi il s’opiniâtre, et qui soit assez importante pour que nous nous
opiniâtrions aussi, ou pour la chose même, ou pour l’envie que nous
avons qu’elle réussisse comme nous le desirons, c’est très souvent
alors, dans le rare que cela arrive, une sortie sûre; mais, à la
vérité, la sortie essuyée et l’affaire manquée, le Roi, content d’avoir
montré que nous ne pouvons rien et peiné de nous avoir fâchés, devient
après souple et flexible, en sorte que c’est alors le temps où nous
faisons tout ce que nous voulons.”

  [102] Advantage, a metaphor from tennis.

C’est, en effet, comme le Roi se conduisit avec ses ministres toute sa
vie, toujours parfaitement gouverné par eux, même par les plus jeunes
et les plus médiocres, même par les moins accrédités et considérés et
toujours en garde pour ne l’être point, et toujours persuadé qu’il
réussissoit pleinement à ne le point être.

Il avoit la même conduite avec Mme de Maintenon, à qui de fois à
autre il faisoit des sorties terribles, et dont il s’applaudissoit.
Quelquefois elle se mettoit à pleurer devant lui, et elle étoit
plusieurs jours sur de véritables épines. Quand elle eut mis Fagon[103]
auprès du Roi, au lieu de d’Aquin, qu’elle fit chasser, parce qu’il
étoit de la main de Mme de Montespan, et pour avoir un homme tout à
elle et de beaucoup d’esprit, qu’elle s’étoit attaché dans les voyages
aux eaux où il avoit suivi le duc du Maine, et un homme dont elle pût
tirer un continuel parti dans cette place intime de premier médecin,
qu’elle voyoit tous les matins, elle faisoit la malade quand il lui
arrivoit de ces scènes, et c’étoit d’ordinaire par où elle les faisoit
finir avec le plus d’avantage.

  [103] Guy Fagon succeeded Daquin, a converted Jew, in 1693,
  through the influence of Mme de Maintenon. His great talent
  was combined with fearless honesty and much charm of manner.
  Saint-Simon did not like him, but he recognised his merits and
  attainments. See I. 105-6. Like William III, who once consulted
  him, he was an “asthmatic skeleton,” and like William’s opponent,
  Luxembourg, he was hunch-backed.

Ce n’est pas que cet artifice, ni même la réalité la plus effective,
eût aucun pouvoir d’ailleurs de contraindre le Roi en quoi que ce pût
être. C’étoit un homme uniquement personnel, et qui ne comptoit tous
les autres, quels qu’ils fussent, que par rapport à soi. Sa dureté
là-dessus étoit extrême. Dans les temps les plus vifs de sa vie pour
ses maîtresses, leurs incommodités les plus opposées aux voyages
et au grand habit de cour, car les dames les plus privilégiées ne
paroissoient jamais autrement dans les carrosses ni en aucun lieu de
cour, avant que Marly eût adouci cette étiquette, rien, dis-je, ne les
en pouvoit dispenser. Grosses, malades, moins de six semaines après
leurs couches, dans d’autres temps fâcheux, il falloit être en grand
habit, parées et serrées dans leurs corps, aller en Flandres, et plus
loin encore, danser, veiller, être des fêtes, manger, être gaies et
de bonne compagnie, changer de lieu, ne paroître craindre, ni être
incommodées du chaud, du froid, de l’air, de la poussière, et tout cela
précisément aux jours et aux heures marquées, sans déranger rien d’une
minute.

Ses filles, il les a traitées toutes pareillement. On a vu en son
temps qu’il n’eut pas plus de ménagement pour Mme la duchesse de
Berry, ni même pour Mme la duchesse de Bourgogne, quoi que Fagon, Mme
de Maintenon, etc., pussent dire et faire, quoique il aimât Mme la
duchesse de Bourgogne aussi tendrement qu’il en étoit capable, qui
toutes les deux s’en blessèrent, et ce qu’il en dit avec soulagement,
quoique il n’y eût point encore d’enfants.

Il voyageoit toujours son carrosse plein de femmes: ses maîtresses,
après ses bâtardes, ses belles-filles, quelquefois Madame, et des dames
quand il y avoit place. Ce n’étoit que pour les rendez-vous de chasse,
les voyages de Fontainebleau, de Chantilly, de Compiègne, et les vrais
voyages, que cela étoit ainsi. Pour aller tirer, se promener, ou pour
aller coucher à Marly ou à Meudon, il alloit seul dans une calèche.
Il se défioit des conversations que ses grands officiers auroient pu
tenir devant lui dans son carrosse; et on prétendoit que le vieux
Charost, qui prenoit volontiers ces temps-là pour dire bien des choses,
lui avoit fait prendre ce parti, il y avoit plus de quarante ans. Il
convenoit aussi aux ministres, qui sans cela auroient eu de quoi être
inquiets tous les jours, et à la clôture exacte qu’en leur faveur
lui-même s’étoit prescrite, et à laquelle il fut si exactement fidèle.
Pour les femmes, ou maîtresses d’abord, ou filles ensuite, et le peu
de dames qui pouvoient y trouver place, outre que cela ne se pouvoit
empêcher, les occasions en étoient restreintes à une grande rareté, et
le babil fort peu à craindre.

Dans ce carrosse, lors des voyages, il y avoit toujours beaucoup de
toutes sortes de choses à manger: viandes, pâtisseries, fruits. On
n’avoit pas sitôt fait un quart de lieue que le Roi demandoit si on ne
vouloit pas manger. Lui jamais ne goûtoit à rien entre ses repas, non
pas même à aucun fruit, mais il s’amusoit à voir manger, et manger à
crever. Il falloit avoir faim, être gaies, et manger avec appétit et de
bonne grâce, autrement il ne le trouvoit pas bon, et le montroit même
aigrement: on faisoit la mignonne, on vouloit faire la délicate, être
du bel air; et cela n’empêchoit pas que les mêmes dames ou princesses
qui soupoient avec d’autres à sa table le même jour, ne fussent
obligées, sous les mêmes peines, d’y faire aussi bonne contenance que
si elles n’avoient mangé de la journée. Avec cela, d’aucuns besoins
il n’en falloit point parler, outre que pour des femmes ils auraient
été très embarrassants avec les détachements de la maison du Roi, et
les gardes du corps devant et derrière le carrosse, et les officiers
et les écuyers aux portières, qui faisoient une poussière qui dévorait
tout ce qui étoit dans le carrosse. Le Roi, qui aimoit l’air, en
vouloit toutes les glaces baissées, et auroit trouvé fort mauvais que
quelque dame eût tiré le rideau contre le soleil, le vent ou le froid.
Il ne falloit seulement pas s’en apercevoir, ni d’aucune autre sorte
d’incommodité, et alloit toujours extrêmement vite, avec des relais le
plus ordinairement. Se trouver mal étoit un démérite à n’y plus revenir.

Mme de Maintenon, qui craignoit fort l’air et bien d’autres
incommodités, ne put gagner là-dessus aucun privilège. Tout ce qu’elle
obtint, sous prétexte de modestie et d’autres raisons, fut de voyager à
part, de la manière que je l’ai rapporté; mais en quelque état qu’elle
fût, il falloit marcher, et suivre à point nommé, et se trouver arrivée
et rangée avant que le Roi entrât chez elle. Elle fit bien des voyages
à Marly, dans un état à ne pas faire marcher une servante; elle en
fit un à Fontainebleau qu’on ne savoit pas véritablement si elle ne
mourrait pas en chemin. En quelque état qu’elle fût, le Roi alloit chez
elle à son heure ordinaire, et y faisoit ce qu’il avoit projeté; tout
au plus elle étoit dans son lit. Plusieurs fois, y suant la fièvre à
grosses gouttes, le Roi, qui, comme on l’a dit, aimoit l’air, et qui
craignoit le chaud dans les chambres, s’étonnoit en arrivant de trouver
tout fermé, et faisoit ouvrir les fenêtres, et n’en rabattoit rien,
quoique il la vît dans cet état, et jusqu’à dix heures qu’il s’en
alloit souper, et sans considération pour la fraîcheur de la nuit. S’il
devoit y avoir musique, la fièvre, le mal de tête n’empêchoit rien, et
cent bougies dans les yeux. Ainsi le Roi alloit toujours son train,
sans lui demander jamais si elle n’en étoit point incommodée.

Les gens de Mme de Maintenon, car tout en est curieux, étoient en très
petit nombre, peu répandus, modestes, respectueux, humbles, silencieux,
et ne s’en firent jamais accroire. C’étoit l’air de la maison, et ils
n’y seroient pas demeurés sans cela. Ils y faisoient avec le temps une
fortune modérée, suivant leur état, et qui ne pouvoit donner d’envie ni
occasion de parler; tous demeuroient dans une obscurité plus ou moins
aisée. Ses femmes passoient leur vie enfermées chez elle. Non-seulement
elle ne vouloit point qu’elles sortissent, mais elle les empêchoit de
recevoir personne, et la fortune qu’elle leur faisoit étoit courte et
rare. Le Roi les connoissoit toutes et tous; il étoit familier avec
eux, et y causoit souvent, lorsqu’il passoit quelquefois chez elle
avant qu’elle y fût rentrée.

Il n’y avoit d’un peu distingué que cette ancienne servante du temps
qu’après la mort de Scarron elle étoit à la charité de Saint-Eustache,
logée dans cette montée où cette servante faisoit sa chambre et son
petit pot-au-feu dans la même chambre. Nanon de ce temps-là, et que
Mme de Maintenon a toujours appelée ainsi, qui d’abord avoit été son
unique domestique, et qui l’avoit constamment suivie et servie dans
tous ses divers états, étoit devenue Mlle Balbien, dévote comme elle,
et vieille. Elle étoit d’autant plus importante qu’elle avoit toute la
confiance domestique de Mme de Maintenon, et l’œil sur ces demoiselles
qu’on a vu ailleurs qui se succédoient de Saint-Cyr auprès d’elle, sur
ses nièces, et sur Mme la duchesse de Bourgogne même, qui ne l’ignoroit
pas, et qui habilement, sans la gâter, en avoit fait sa bonne amie.
Elle se coiffoit et s’habilloit comme sa maîtresse; elle affectoit d’en
tout imiter. A commencer par les enfants légitimes et les bâtards, à
continuer par les princes du sang et par les ministres, il n’y avoit
celui ni celle qui ne la ménageât, et qui ne fût en contrainte, et,
le dirai-je, en respect devant elle. S’en servoit qui pouvoit pour de
l’argent, quoique au fond elle se mêlât de fort peu de chose. Elle
étoit très raisonnablement sotte; et n’étoit méchante que rarement, et
encore par bêtise, quoique ce fût une personne toute composée, toute
sur le merveilleux, et qui ne se montroit presque jamais. On en a
pourtant vu un échantillon à propos de la place qu’eut la duchesse du
Lude, que, quatre heures devant, le Roi avoit paru si éloigné de lui
donner. Sa protection pour aller à Marly ne lui fut pas infructueuse.
Elle avoit l’air doux, humble, empesé, important, et toutefois
respectueux.

On l’a dit, Mme de Maintenon étoit particulière en public; hors de
ses yeux, reine, quelquefois même sous ses yeux, comme à l’attaque de
Compiègne dont il [a] été parlé ici en son temps, et aux promenades
de Marly, quand par complaisance elle en faisoit quelqu’une où le
Roi vouloit lui montrer quelque chose de nouvellement achevé. Je me
trouve, je l’avoue, entre la crainte de quelques redites et celle de
ne pas expliquer assez en détail des curiosités que nous regrettons
dans toutes les Histoires, et dans presque tous les Mémoires des
divers temps. On voudroit y voir les princes, avec leurs maîtresses
et leurs ministres, dans leur vie journalière. Outre une curiosité si
raisonnable, on en connoîtroit bien mieux les mœurs du temps et le
génie des monarques, celui de leurs maîtresses et de leurs ministres,
de leurs favoris, de ceux qui les ont le plus approchés, et les
adresses qui ont été employées pour les gouverner ou pour arriver aux
divers buts qu’on s’est proposés. Si ces choses doivent passer pour
curieuses, et même pour instructives dans tous les règnes, à plus
forte raison d’un règne aussi long et aussi rempli que l’a été celui de
Louis XIV, et d’un personnage unique dans la monarchie depuis qu’elle
est connue, qui a, trente-deux ans durant, revêtu ceux de confidente,
de maîtresse, d’épouse, de ministre, et de toute-puissante, après avoir
été si longuement néant, et comme on dit, avoir si longtemps et si
publiquement rôti le balai. C’est ce qui m’enhardit sur l’inconvénient
des redites. Tout bien considéré, j’estime qu’il vaut mieux hasarder
qu’il m’en échappe quelqu’une que ne pas mettre sous les yeux un tout
ensemble si intéressant. Revenons donc un moment sur nos pas.

Reine dans le particulier, Mme de Maintenon n’étoit jamais que dans un
fauteuil, et dans le lieu le plus commode de sa chambre, devant le Roi,
devant toute la famille royale, même devant la reine d’Angleterre. Elle
se levoit tout au plus pour Monseigneur et pour Monsieur, parce qu’ils
alloient rarement chez elle; M. le duc d’Orléans, ni aucun prince du
sang, jamais que par audiences, et comme jamais; mais Monseigneur,
Messeigneurs ses fils, Monsieur et M. le duc de Chartres[104], toujours
en partant pour l’armée, et le soir même qu’ils en arrivoient, ou, s’il
étoit trop tard, de bonne heure le lendemain. Pour aucun autre fils de
France, leurs épouses, ou les bâtardes du Roi, elle ne se levoit point,
ni pour personne, sinon un peu pour les personnes ordinaires avec qui
elle n’avoit point de familiarité, et qui en obtenoient des audiences;
car modeste et polie, elle l’a toujours affecté à ces égards-là.

  [104] Monseigneur is the Dauphin, and Monsieur the king’s
  brother. The latter’s son, the Duc d’Orléans, afterwards Régent,
  had the title of Duc de Chartres till his father’s death in 1701.

Presque jamais elle n’appeloit Madame la Dauphine que “mignonne,” même
en présence du Roi et des dames familières et des dames du palais,
et cela jusqu’à sa mort, et quand elle parloit d’elle ou de Mme la
duchesse de Berry, et devant les mêmes, jamais elle ne disoit que “la
duchesse de Bourgogne” et “la duchesse de Berry,” ou “la Dauphine,”
très rarement “Madame la Dauphine,” et de même “le duc de Bourgogne,”
“le duc de Berry,” “le Dauphin,” presque jamais “Monsieur le Dauphin”:
on peut juger des autres.

On a vu comment elle mandoit les princesses, légitimes et bâtardes,
comme elle leur lavoit la tête, les transes avec quoi elles venoient
à ses ordres, les pleurs avec lesquels elles s’en retournoient, et
leurs inquiétudes tant que la disgrâce durait, et qu’il n’y avoit que
Mme la duchesse de Bourgogne qui eût pris le dessus avec les grâces
nonpareilles et ce soin attentif qu’on en a vu en parlant d’elle. Elle
ne l’appeloit jamais que “ma tante.”

Ce qui étonnoit toujours, c’étoient les promenades qu’on vient de dire
qu’elle faisoit avec le Roi par excès de complaisance dans les jardins
de Marly. Il auroit été cent fois plus librement avec la Reine, et
avec moins de galanterie. C’étoit un respect le plus marqué, quoique
au milieu de la cour et en présence de tout ce qui s’y vouloit trouver
des habitants de Marly. Le Roi s’y croyoit en particulier, parce
qu’il étoit à Marly. Leurs voitures alloient joignant à côté l’une de
l’autre, car presque jamais elle ne montoit en chariot: le Roi seul
dans le sien, elle dans une chaise à porteurs. S’il y avoit à leur
suite Madame la Dauphine ou Mme la duchesse de Berry, ou des filles du
Roi, elles suivoient ou environnoient à pied, ou si elles montoient
en chariot avec des dames, c’étoit pour suivre, et à distance, sans
jamais doubler. Souvent le Roi marchoit à pied à côté de la chaise.
A tous moments il ôtoit son chapeau et se baissoit pour parler à Mme
de Maintenon, ou pour lui répondre si elle lui parloit, ce qu’elle
faisoit bien moins souvent que lui, qui avoit toujours quelque chose à
lui dire ou à lui faire remarquer. Comme elle craignoit l’air dans les
temps même les plus beaux et les plus calmes, elle poussoit à chaque
fois la glace de côté de trois doigts, et la refermoit incontinent.
Posée à terre à considérer la fontaine nouvelle, c’étoit le même
manège. Souvent alors la Dauphine se venoit percher sur un des bâtons
de devant, et se mettoit de la conversation, mais la glace de devant
demeurait toujours fermée. A la fin de la promenade, le Roi conduisoit
Mme de Maintenon jusqu’auprès du château, prenoit congé d’elle, et
continuoit sa promenade. C’étoit un spectacle auquel on ne pouvoit
s’accoutumer. Ces bagatelles échappent presque toujours aux Mémoires;
elles donnent cependant plus que tout l’idée juste de ce que l’on y
recherche, qui est le caractère de ce qui a été, qui se présente ainsi
naturellement par les faits.

La conduite des belles-petites-filles du Roi et de ses bâtardes, les
ordres à y mettre et à y donner, les galanteries et la dévotion, ou la
régularité des dames de la cour, les aventures diverses, le maintien
des femmes des ministres, et celui des ministres mêmes, les espionnages
de toutes les sortes dont la cour étoit pleine, les parties qui se
faisoient de ces princesses avec les jeunes dames, ou celles de leur
âge, et tout ce qui s’y passoit, les punitions qui alloient quelquefois
à être en pénitence, et même chassée; les récompenses, qui étoient
la distribution arrêtée tout à fait, ou plus ou moins fréquentes des
distinctions, d’être des voyages de Marly, ou des amusements de la
Dauphine, toutes ces choses entroient dans les occupations de Mme de
Maintenon. Elle en amusoit le Roi, enclin à les prendre sérieusement;
elles étoient utiles à entretenir la conversation, à servir ou à nuire,
et à prendre de loin des tournants auprès du Roi sur bien des choses
qu’elle y savoit habilement faire entrer de droite et de gauche.

On a déjà vu qu’elle répondoit à tout ce qui avoit recours à elle:
qu’elle ne se mêloit de rien; et que ce qui l’approchoit de bien
près n’avoit pas peu à essuyer de cette prodigieuse inconstance
naturelle, qui, sans autre cause, changeoit si souvent ses goûts,
ses inclinations, ses volontés. Les remèdes qu’on y cherchoit y
étoient des poisons. L’unique parti à prendre étoit de glisser, de
se tenir plus réservé, plus à l’écart, comme on se met à couvert de
la pluie en se détournant un peu de son chemin. Quelquefois elle se
rapprochoit et se rouvroit d’elle-même, comme d’elle-même elle s’étoit
fermée et éloignée, sinon il n’y avoit point de ressource à espérer.
Ces mutations, qui étoient également en gens et en choses, étoient
accablantes pour les ministres, pour les personnes qui se trouvoient
en quelque commerce d’affaires avec elle, et pour les femmes dont, en
très petit nombre et très rare, elle s’étoit imaginée de vouloir régler
la conduite. Ce qui lui plaisoit hier, pas plus loin que cela, étoit
un démérite aujourd’hui; ce qu’elle avoit approuvé, même suggéré, elle
le blâmoit ensuite, tellement qu’on ne savoit jamais si on étoit digne
d’amour ou de haine. C’eût été se perdre de lui montrer en excuse cette
variation, qui s’étendoit, sur ces personnes choisies, jusqu’à leur
manière de s’habiller et de se coiffer, et personne de tout ce qui à
divers titres l’a approchée de près n’a été exempt, plus ou moins,
de ces hauts et bas insupportables. La domination et le gouvernement
furent les seules choses sur lesquelles elle n’en eut jamais.

  [Illustration: CHÂTEAU DE VERSAILLES--PART OF THE FIRST STORY.
  After Blondel.

  C   Salons.
  F   Apartments of Mme de Maintenon.
  H   Great Hall of the Guard.
  I   Hall of the Queen’s Guard.
  J   }
  L   } The Queen’s apartments, later those of the Duchesse
  M   }   de Bourgogne.
  K   Vestibule.
  N   Salon de la Paix.
  O   Great Gallery.
  P   Salon de la Guerre.
  Q   Salon d’Apollon or du Trône.
  R   Chambre du lit, later Salle de Mercure.
  S   Ball-room, later Salle de Mars.
  T   Billiard-room, later Salle de Diane.
  U   Salle, later Salle de Vénus.
  V   Salon de l’Abondance.
  X   Cabinet of Medals.
  Z   Ambassadors’ staircase.
  Z_{1}  Small gallery.
  a   Queen’s staircase.
  b   Salle used as a passage.
  c   Hall of the King’s Guard.
  d   Antechamber.
  e   Great antechamber, later the Œil de Bœuf.
  f   Bedroom of Louis XIV.
  g   Cabinet du Roi.
  h   Cabinet des Perruques ou des Termes.
  i   Billiard-room.
  j   } Cabinet des Agates.
  k   }
  l   Oval Salon.
  11  Cour de service.
  12  Cour de la Reine.
  13  Cour de marbre.
  14  Cour des cerfs.]

L’appartement de Mme de Maintenon étoit de plein pied et faisant
face à la salle des gardes du Roi. L’antichambre étoit plutôt un
passage, long en travers, étroit jusqu’à une autre antichambre toute
pareille de forme, dans laquelle les seuls capitaines des gardes
entroient, puis une grande chambre très profonde. Entre la porte par
où on y entrait de cette seconde antichambre et la cheminée étoit le
fauteuil du Roi, adossé à la muraille, une table devant lui, et un
ployant autour pour le ministre qui travailloit. De l’autre côté de la
cheminée, une niche de damas rouge et un fauteuil où se tenoit Mme de
Maintenon, avec une petite table devant elle; plus loin, son lit dans
un enfoncement; vis-à-vis les pieds du lit, une porte et cinq marches
à monter; puis un fort grand cabinet, qui donnoit dans la première
antichambre de l’appartement de jour de Mgr le duc de Bourgogne, que
cette porte enfiloit, et qui est aujourd’hui l’appartement du cardinal
Fleury. Cette première antichambre ayant à droite cet appartement,
et à gauche ce grand cabinet de Mme de Maintenon, descendoit, comme
encore aujourd’hui, par cinq marches dans le salon de marbre contigu
au palier du grand degré du bout des deux galeries, haute et
basse, dites de Mme la duchesse d’Orléans et des Princes. Tous les
soirs, Mme la duchesse de Bourgogne jouoit dans le grand cabinet de
Mme de Maintenon avec les dames à qui on avoit donné l’entrée, qui ne
laissoit pas d’être assez étendue, et de là entroit tant et si souvent
qu’elle vouloit dans la pièce joignante, qui étoit la chambre de Mme
de Maintenon, où elle étoit avec le Roi, la cheminée entre eux deux.
Monseigneur, après la comédie, montoit dans ce grand cabinet, où le Roi
n’entroit point, et Mme de Maintenon presque jamais.

Avant le souper du Roi, les gens de Mme de Maintenon lui apportoient
son potage avec son couvert, et quelque autre chose encore. Elle
mangeoit, ses femmes et un valet de chambre la servoient, toujours
le Roi présent, et presque toujours travaillant avec un ministre. Le
souper achevé, qui étoit court, on emportoit la table; les femmes de
Mme de Maintenon demeuroient, qui tout de suite la déshabilloient en
un moment et la mettoient au lit. Lorsque le Roi étoit averti qu’il
étoit servi, il alloit dire un mot à Mme de Maintenon, puis sonnoit
une sonnette qui répondoit au grand cabinet. Alors Monseigneur, s’il y
étoit, Mgr et Mme la duchesse de Bourgogne, M. le duc de Berry, et les
dames qui étoient à elle entroient à la file dans la chambre de Mme de
Maintenon, ne faisoient presque que la traverser, précédoient le Roi,
qui alloit se mettre à table, suivi de Mme la duchesse de Bourgogne et
de ses dames. Celles qui n’étoient point à elle, ou s’en alloient, ou
si elles étoient habillées pour aller au souper, car le privilège de
ce cabinet étoit d’y faire sa cour à Mme la duchesse de Bourgogne sans
l’être, elles faisoient le tour par la grand’salle des gardes, sans
entrer dans la chambre de Mme de Maintenon. Nul homme, sans exception
que de ces trois princes, n’entroit dans ce grand cabinet[105].

  [105] Ed. Chéruel, VI. 203-204; ed. Boislisle, XVI. 470-473.
  The plan on page 66 is reproduced from Dussieux, _Le château de
  Versailles_, 2 vols. Versailles, 1881, I. plan 7. It will be seen
  that the two antechambers are there represented as nearly square.
  The _appartement de jour_ of the Duc de Bourgogne is apparently
  the same as the hall of the Queen’s Guard (H). The _salon de
  marbre_ is marked I on the plan.



III

THE DAILY LIFE OF LOUIS XIV[106]

  [106] Ed. Chéruel, XII. c. ix; ed. Boislisle, XXVIII. 330-381.


Après avoir exposé avec la vérité et la fidélité la plus exacte tout
ce qui est venu à ma connoissance par moi-même, ou par ceux qui ont vu
ou manié les choses et les affaires pendant les vingt-deux dernières
années[107] de Louis XIV, et l’avoir montré tel qu’il a été, sans
aucune passion, quoique je me sois permis les raisonnements résultant
naturellement des choses, il ne me reste plus qu’à exposer l’écorce
extérieure de la vie de ce monarque, depuis que j’ai continuellement
habité à sa cour.

  [107] Saint-Simon began to write his memoirs in 1694.

Quelque insipide et peut-être superflu qu’un détail, encore si public,
puisse paroître après tout ce qu’on a vu d’intérieur, il s’y trouvera
encore des leçons pour les rois qui voudront se faire respecter et qui
voudront se respecter eux-mêmes. Ce qui m’y détermine encore, c’est que
l’ennuyeux, je dirai plus, le dégoûtant pour un lecteur instruit de
ce dehors public, par ceux qui auront pu encore en avoir été témoins,
échappe bientôt à la connoissance de la postérité, et que l’expérience
nous apprend que nous regrettons de ne trouver personne qui se soit
donné une peine pour leur temps si ingrate, mais pour la postérité,
curieuse, et qui ne laisse pas de caractériser les princes qui ont fait
autant de bruit dans le monde que celui dont il s’agit ici. Quoique il
soit difficile de ne pas tomber en quelques redites, je m’en défendrai
autant qu’il me sera possible.

Je ne parlerai point de la manière de vivre du Roi quand il s’est
trouvé dans ses armées; ses heures y étoient déterminées par ce qui se
présentoit à faire, en tenant néanmoins régulièrement ses conseils;
je dirai seulement qu’il n’y mangeoit soir et matin qu’avec des
gens d’une qualité à pouvoir avoir cet honneur. Quand on y pouvoit
prétendre, on le faisoit demander au Roi par le premier gentilhomme
de la chambre en service. Il rendoit la réponse, et dès le lendemain,
si elle étoit favorable, on se présentoit au Roi lorsqu’il alloit
dîner, qui vous disoit: “Monsieur, mettez-vous à table.” Cela fait,
c’étoit pour toujours, et on avoit après l’honneur d’y manger quand
on vouloit, avec discrétion. Les grades militaires, même d’ancien
lieutenant général, ne suffisoient pas. On a vu que M. de Vauban,
lieutenant général si distingué depuis tant d’années, y mangea pour
la première fois à la fin du siège de Namur, et qu’il fut comblé de
cette distinction; comme aussi les colonels de qualité distinguée y
étoient admis sans difficulté. Le Roi fit le même honneur à Namur à
l’abbé de Grancey[108], qui s’exposoit partout à confesser les blessés
et à encourager les troupes. C’est l’unique abbé qui ait eu cet
honneur. Tout le clergé en fut toujours exclu, excepté les cardinaux
et les évêques-pairs, ou les ecclésiastiques ayant rang de prince
étranger. Le cardinal de Coislin[109], avant d’avoir la pourpre, étant
évêque d’Orléans, premier aumônier et suivant le Roi en toutes ses
campagnes, et l’archevêque de Reims, qui suivoit le Roi comme maître
de sa chapelle, y voyoit manger le duc et le chevalier de Coislin, ses
frères, sans y avoir jamais prétendu. Nul officier des gardes du corps
n’y a mangé non plus, quelque préférence que le Roi eût pour ce corps,
que le seul marquis d’Urfé[110] par une distinction unique, je ne
sais qui la lui valut en ces temps reculés de moi; et du régiment des
gardes, jamais que le seul colonel, ainsi que les capitaines des gardes
du corps.

  [108] First almoner to Monsieur, “médiocre prêtre, mais fort
  brave et fort bon homme.” He was killed at the battle of Turin in
  1706.

  [109] Universally beloved for his piety, humanity, and devotion
  to his see. See for his portrait IV. 366-369.

  [110] Joseph-Marie de Lascaris, a gentleman of Monseigneur’s
  household.

A ces repas tout le monde étoit couvert; c’eût été un manque de
respect dont on vous auroit averti sur-le-champ de n’avoir pas son
chapeau sur sa tête; Monseigneur même l’avoit: le Roi seul étoit
découvert. On se découvroit quand le Roi vous parloit, ou pour parler
à lui, et on se contentoit de mettre la main au chapeau pour ceux qui
venoient faire leur cour le repas commencé, et qui étoient de qualité
à avoir pu se mettre à table. On se découvroit aussi pour parler à
Monseigneur et à Monsieur, ou quand ils vous parloient. S’il y avoit
des princes du sang, on mettoit seulement la main au chapeau pour
leur parler ou s’ils vous parloient. Voilà ce que j’ai vu au siège de
Namur, et ce que j’ai su de toute la cour. Les places qui approchoient
du Roi se laissoient aussi aux titres, et après aux grades; si on en
avoit laissé qui ne s’en remplissent pas, on se rapprochoit. Quoique
à l’armée, les maréchaux de France n’y avoient point de préférence
sur les ducs, et ceux-ci, et les princes étrangers, ou qui en avoient
rang, se plaçoient les uns avec les autres comme ils se rencontroient,
sans affectation. Mais duc, prince ou maréchal de France, si le hasard
faisoit qu’ils n’eussent pas encore mangé avec le Roi, il falloit
s’adresser au premier gentilhomme de la chambre. On juge bien que cela
ne faisoit pas de difficulté. Il n’y avoit là-dessus que les princes du
sang exceptés. Le Roi seul avoit un fauteuil; Monseigneur même, et tout
ce qui étoit à table, avoient des sièges à dos de maroquin noir, qui
se pouvoient briser pour les voiturer, qu’on appeloit des perroquets.
Ailleurs qu’à l’armée, le Roi n’a jamais mangé avec aucun homme, en
quelque cas que ç’ait été, non pas même avec aucun prince du sang,
qui n’y ont mangé qu’à des festins de leurs noces, quand le Roi les a
voulu faire, comme on en a vu le oui et le non en leurs temps. Revenons
maintenant à la cour.

A huit heures, le premier valet de chambre en quartier, qui avoit
couché seul dans la chambre du Roi, et qui s’étoit habillé,
l’éveilloit. Le premier médecin, le premier chirurgien, et sa nourrice
tant qu’elle a vécu, entroient en même temps. Elle alloit le baiser,
les autres le frottoient, et souvent lui changeoient de chemise, parce
qu’il étoit sujet à suer. Au quart, on appeloit le grand chambellan,
en son absence le premier gentilhomme de la chambre d’année, avec
eux les grandes entrées. L’un de ces deux ouvroit le rideau qui
étoit refermé, et présentoit l’eau bénite du bénitier du chevet du
lit. Ces Messieurs étoient là un moment, et c’en étoit un de parler
au Roi s’ils avoient quelque chose à lui dire ou à lui demander, et
alors les autres s’éloignoient; quand aucun d’eux n’avoit à parler,
comme d’ordinaire, ils n’étoient là que quelques moments. Celui qui
avoit ouvert le rideau et présenté l’eau bénite présentoit le livre
de l’office du Saint-Esprit, puis passoient tous dans le cabinet du
Conseil. Cet office fort court dit, le Roi appeloit; ils rentroient. Le
même lui donnoit sa robe de chambre, et ce pendant les secondes entrées
ou brevets d’affaires entroient; peu de moments après, la chambre;
aussitôt, ce qui étoit là de distingué, puis tout le monde, qui
trouvoit le Roi se chaussant; car il se faisoit presque tout lui-même,
avec adresse et grâce. On lui voyoit faire la barbe de deux jours l’un,
et il avoit une petite perruque courte, sans jamais en aucun temps,
même au lit, les jours de médecine, paroître autrement en public.
Souvent il parloit de chasse, et quelquefois quelque mot à quelqu’un.
Point de toilette à portée de lui; on lui tenoit seulement un miroir.

Dès qu’il étoit habillé, il alloit prier Dieu à la ruelle de son lit,
où tout ce qu’il y avoit de clergé se mettoit à genoux, les cardinaux
sans carreau; tous les laïques demeuroient debout, et le capitaine des
gardes venoit au balustre pendant la prière, d’où le Roi passoit dans
son cabinet.

Il y trouvoit ou y étoit suivi de tout ce qui avoit cette entrée, qui
étoit fort étendue par les charges, qui l’avoient toutes. Il y donnoit
l’ordre à chacun pour la journée; ainsi on savoit, à un demi-quart
d’heure près, tout ce que le Roi devoit faire. Tout ce monde sortoit
ensuite. Il ne demeuroit que les bâtards, MM. de Montchevreuil[111] et
d’O[112], comme ayant été leurs gouverneurs, Mansart[113], et après
lui d’Antin[114], qui tous entroient, non par la chambre mais par les
derrières, et les valets intérieurs. C’étoit là leur bon temps aux uns
et aux autres, et celui de raisonner sur les plans des jardins et des
bâtiments, et cela duroit plus ou moins, selon que le Roi avoit affaire.

  [111] See above, p. 43, n. 74.

  [112] Claude-Gabriel, Marquis d’O, governor of the Comte de
  Toulouse. He was originally called Villers, but he took the name
  and arms of the family of D’O, whose _château_ in Normandy dates
  from about 1505. A considerable portion of the original structure
  still remains.

  [113] See above, p. 38, n. 68.

  [114] The Duc d’Antin, son of Mme de Montespan by her husband,
  was the type of a perfect courtier. He succeeded Mansart as
  director-general of the royal buildings. Sainte-Beuve has an
  excellent article on him (_Caus. du Lundi_, V. 378 ff.).

Toute la cour attendoit cependant dans la galerie, le capitaine des
gardes seul dans la chambre, assis à la porte du cabinet, qu’on
avertissoit quand le Roi vouloit aller à la messe, et qui alors
entroit dans le cabinet. A Marly, la cour attendoit dans le salon; à
Trianon, dans les pièces de devant, comme à Meudon; à Fontainebleau, on
demeuroit dans la chambre et l’antichambre.

Cet entre-temps étoit celui des audiences, quand le Roi en accordoit,
ou qu’il vouloit parler à quelqu’un, et des audiences secrètes des
ministres étrangers, en présence de Torcy. Elles n’étoient appelées
secrètes que pour les distinguer de celles qui se donnoient sans
cérémonie à la ruelle du lit, au sortir de la prière, qu’on appeloit
particulières, où celles de cérémonie se donnoient aussi aux
ambassadeurs.

Le Roi alloit à la messe, où sa musique chantoit toujours un motet. Il
n’alloit en bas qu’aux grandes fêtes, ou pour des cérémonies. Allant et
revenant de la messe, chacun lui parloit qui vouloit, après l’avoir dit
au capitaine des gardes si ce n’étoit gens distingués, et il y alloit,
et rentroit par la porte des cabinets dans la galerie. Pendant la
messe, les ministres étoient avertis, et s’assembloient dans la chambre
du Roi, où les gens distingués pouvoient aller leur parler ou causer
avec eux. Le Roi s’amusoit peu au retour de la messe, et demandoit
presque aussitôt le conseil. Alors la matinée étoit finie.

Le dimanche il y avoit conseil d’État[115], et souvent les lundis;
les mardis, conseil de finance; les mercredis, conseil d’État; les
samedis, conseil de finances. Il étoit rare qu’il y en eût deux par
jour, et qu’il s’en tînt les jeudis ni les vendredis. Une ou deux
fois le mois, il y avoit un lundi matin conseil de dépêches; mais les
ordres que les secrétaires d’État prenoient tous les matins, entre
le lever et la messe, abrégeoient et diminuoient fort ces sortes
d’affaires. Tous les ministres étoient assis en rang entre eux, après
le chancelier et le duc de Beauvillier, et le maréchal de Villeroy, et
qui succéda au duc de Beauvillier, excepté au conseil de dépêches, où
tous étoient debout, tout du long, excepté les fils de France quand
il y en avoit, le chancelier et le duc de Beauvillier. Rarement, pour
des affaires extraordinaires évoquées, et vues dans un bureau de
conseillers d’État, ces mêmes conseillers d’État venoient à un conseil
donné exprès de finance ou de dépêche, mais où on ne parloit que de
cette seule affaire. Alors tous étoient assis, et les conseillers
d’État y coupoient les secrétaires d’État et le contrôleur général,
suivant leur ancienneté de conseiller d’État entre eux, et un maître
des requêtes rapportoit debout, lui et les conseillers d’État en robes.
Le jeudi matin étoit presque toujours vuide. C’étoit le temps des
audiences que le Roi vouloit donner, et le plus souvent des audiences
inconnues, par les derrières; c’étoit aussi le grand jour des bâtards,
des bâtiments, des valets intérieurs, parce que le Roi n’avoit rien
à faire. Le vendredi après la messe étoit le temps du confesseur,
qui n’étoit borné par rien, et qui pouvoit durer jusqu’au dîner. A
Fontainebleau, ces matins-là qu’il n’y avoit point de conseil, le Roi
passoit très ordinairement de la messe chez Mme de Maintenon; et de
même à Trianon et à Marly, quand elle n’étoit pas allée dès le matin à
Saint-Cyr. C’étoit le temps de leur tête-à-tête sans ministre et sans
interruption, et à Fontainebleau jusqu’à dîner. Souvent, les jours
qu’il n’y avoit pas de conseil, le dîner étoit avancé plus ou moins
pour la chasse ou la promenade. L’heure ordinaire étoit une heure; si
le Conseil duroit encore, le dîner attendoit, et on n’avertissoit point
le Roi. Après le conseil de finance, Desmarets restoit souvent seul à
travailler avec le Roi.

  [115] For the various Councils see Appendix A.

Le dîner étoit toujours au petit couvert, c’est-à-dire seul dans sa
chambre, sur une table carrée vis-à-vis la fenêtre du milieu. Il étoit
plus ou moins abondant; car il ordonnoit le matin petit couvert ou très
petit couvert; mais ce dernier étoit toujours de beaucoup de plats
et de trois services sans le fruit. La table entrée, les principaux
courtisans entroient, puis tout ce qui étoit connu, et le premier
gentilhomme de la chambre en année alloit avertir le Roi. Il le servoit
si le grand chambellan n’y étoit pas.

Le marquis de Gesvres, depuis duc de Tresmes[116], prétendit que,
le dîner commencé, M. de Bouillon arrivant ne lui pouvoit ôter le
service, et fut condamné. J’ai vu M. de Bouillon arriver derrière le
Roi au milieu du dîner, et M. de Beauvillier, qui servoit, lui vouloir
donner le service, qu’il refusa poliment, et dit qu’il toussoit trop
et étoit trop enrhumé. Ainsi il demeura derrière le fauteuil, et M. de
Beauvillier continua le service, mais à son refus public. Le marquis
de Gesvres avoit tort: le premier gentilhomme de la chambre n’a que
le commandement dans la chambre, etc., et nul service; c’est le grand
chambellan qui l’a tout entier, et nul commandement; ce n’est qu’en
son absence que le premier gentilhomme de la chambre sert; mais si le
premier gentilhomme de la chambre est absent, et qu’il n’y en ait aucun
autre, ce n’est point le grand chambellan qui commande dans la chambre,
c’est le premier valet de chambre.

  [116] Bernard-François Potier, Marquis de Gesvres and afterwards
  Duc de Tresmes, first gentleman of the royal household.

J’ai vu, mais fort rarement, Monseigneur et Messeigneurs ses fils
au petit couvert, debout, sans que jamais le Roi leur ait proposé
un siège. J’y ai vu continuellement les princes du sang et les
cardinaux tout du long. J’y ai vu assez souvent Monsieur, ou venant
de Saint-Cloud voir le Roi, ou sortant du conseil de dépêches, le
seul où il entroit. Il donnoit la serviette et demeuroit debout; un
peu après, le Roi, voyant qu’il ne s’en alloit point, lui demandoit
s’il ne vouloit point s’asseoir; il faisoit la révérence, et le
Roi ordonnoit qu’on lui apportât un siège; on mettoit un tabouret
derrière lui. Quelques moments après, le Roi lui disoit: “Mon frère,
asseyez-vous donc.” Il faisoit la révérence, et s’asseoyoit jusqu’à
la fin du dîner, qu’il présentoit la serviette. D’autrefois, quand il
venoit de Saint-Cloud, le Roi en arrivant à table demandoit un couvert
pour Monsieur, ou bien lui demandoit s’il ne vouloit pas dîner. S’il
le refusoit, il s’en alloit un moment après sans qu’il fût question
de siège; s’il l’acceptoit, le Roi demandoit un couvert pour lui. La
table étoit carrée; il se mettoit à un bout, le dos au cabinet. Alors
le grand chambellan, s’il servoit, ou le premier gentilhomme de la
chambre, donnoit à boire et des assiettes à Monsieur, et prenoit de
lui celles qu’il ôtoit, tout comme il faisoit au Roi; mais Monsieur
recevoit tout ce service avec une politesse fort marquée. S’ils
alloient à son lever, comme cela leur arrivoit quelquefois, ils ôtoient
le service au premier gentilhomme de sa chambre, et le faisoient, dont
Monsieur se montroit fort satisfait. Quand il étoit au dîner du Roi, il
remplissoit et il égayoit fort la conversation. Là, quoique à table,
il donnoit la serviette au Roi en s’y mettant et en sortant; et, en la
rendant au grand chambellan, il y lavoit. Le Roi, d’ordinaire, parloit
peu à son dîner, quoique par-ci par-là quelques mots, à moins qu’il n’y
eût de ces seigneurs familiers avec qui il causoit un peu plus, ainsi
qu’à son lever.

De grand couvert à dîner, cela étoit extrêmement rare: quelques grandes
fêtes, ou à Fontainebleau quelquefois, quand la reine d’Angleterre y
étoit. Aucune dame ne venoit au petit couvert; j’y ai seulement vu très
rarement la maréchale de la Mothe[117], qui avoit conservé cela d’y
avoir amené les enfants de France, dont elle avoit été gouvernante. Dès
qu’elle y paroissoit, on lui apportoit un siège, et elle s’asseoyoit;
car elle étoit duchesse à brevet.

  [117] Louise de Prie, wife of Philippe, Maréchal de La Mothe. See
  for her portrait VI. 222-224. She was beautiful and virtuous, “la
  meilleure femme du monde.”

Au sortir de table, le Roi rentroit tout de suite dans son cabinet.
C’étoit là un des moments de lui parler, pour des gens distingués. Il
s’arrêtoit à la porte un moment à écouter, puis il entroit, et très
rarement l’y suivoit-on, jamais sans le lui demander, et c’est ce qu’on
n’osoit guères. Alors il se mettoit avec celui qui le suivoit dans
l’embrasure de la fenêtre la plus proche de la porte du cabinet, qui se
fermoit aussitôt, et que l’homme qui parloit au Roi rouvroit lui-même
pour sortir, en quittant le Roi. C’étoit encore le temps des bâtards
et des valets intérieurs, quelquefois des bâtiments, qui attendoient
dans les cabinets de derrière, excepté le premier médecin, qui étoit
toujours au dîner, et qui suivoit dans les cabinets. C’étoit aussi le
temps où Monseigneur se trouvoit quand il n’avoit pas vu le Roi le
matin; il entroit et sortoit par la porte de la galerie.

Le Roi s’amusoit à donner à manger à ses chiens couchants, et avec
eux plus ou moins, puis demandoit sa garde-robe, et changeoit devant
le très peu de gens distingués qu’il plaisoit au premier gentilhomme
de la chambre d’y laisser entrer, et tout de suite le Roi sortoit par
derrière et par son petit degré dans la cour de Marbre pour monter en
carrosse; depuis le bas de ce degré jusqu’à son carrosse, lui parloit
qui vouloit, et de même en revenant.

Le Roi aimoit extrêmement l’air, et quand il en étoit privé, sa santé
en souffroit par des maux de tête et par des vapeurs, que lui avoit
causés un grand usage de parfums autrefois, tellement qu’il y avoit
bien des années, que, excepté l’odeur de la fleur d’orange, il n’en
pouvoit souffrir aucune, et qu’il falloit être fort en garde de n’en
avoir point, pour peu qu’on eût à l’approcher.

Comme il étoit peu sensible au froid et au chaud, même à la pluie, il
n’y avoit que des temps extrêmes qui l’empêchassent de sortir tous les
jours. Ces sorties n’avoient que trois objets: courre le cerf, au moins
une fois la semaine, et souvent plusieurs, à Marly et à Fontainebleau,
avec ses meutes et quelques autres; tirer dans ses parcs, et homme en
France ne tiroit si juste, si adroitement, ni de si bonne grâce, et il
y alloit aussi une ou deux fois la semaine, surtout les dimanches et
les fêtes qu’il ne vouloit point de grandes chasses, et qu’il n’avoit
point d’ouvriers; les autres jours voir travailler et se promener
dans ses jardins et ses bâtiments; quelquefois des promenades avec
des dames, et la collation pour elles, dans la forêt de Marly et dans
celle de Fontainebleau; et dans ce dernier lieu, des promenades avec
toute la cour autour du canal, qui étoit un spectacle magnifique, où
quelques courtisans se trouvoient à cheval. Aucuns ne le suivoient en
ses autres promenades que ceux qui étoient en charges principales qui
approchoient le plus de sa personne, excepté lorsque, assez rarement,
il se promenoit dans ses jardins de Versailles, où lui seul étoit
couvert, ou dans ceux de Trianon, lorsqu’il y couchoit et qu’il y étoit
pour quelques jours, non quand il y alloit de Versailles s’y promener
et revenir après. A Marly de même; mais s’il y demeuroit, tout ce qui
étoit du voyage avoit toute liberté de l’y suivre dans les jardins, l’y
joindre, l’y laisser, en un mot, comme ils vouloient.

Ce lieu avoit encore un privilège qui n’étoit pour nul autre; c’est
qu’en sortant du château, le Roi disoit tout haut: _Le chapeau,
Messieurs_; et aussitôt courtisans, officiers des gardes du corps, gens
des bâtiments se couvroient tous, en avant, en arrière, à côté de lui,
et il auroit trouvé mauvais si quelqu’un eût non-seulement manqué,
mais différé à mettre son chapeau, et cela duroit toute la promenade,
c’est-à-dire quelquefois quatre et cinq heures en été, ou en d’autres
saisons, quand il mangeoit de bonne heure à Versailles pour s’aller
promener à Marly, et n’y point coucher.

La chasse du cerf étoit plus étendue. Y alloit à Fontainebleau qui
vouloit; ailleurs, il n’y avoit que ceux qui en avoient obtenu la
permission une fois pour toutes, et ceux qui en avoient obtenu le
justaucorps, qui étoit uniforme, bleu, avec des galons, un d’argent
entre deux d’or, doublé de rouge. Il y en avoit un assez grand nombre,
mais jamais qu’une partie à la fois, que le hasard rassembloit. Le Roi
aimoit à y avoir une certaine quantité, mais le trop l’importunoit, et
troubloit la chasse. Il se plaisoit qu’on l’aimât, mais il ne vouloit
pas qu’on y allât sans l’aimer; il trouvoit cela ridicule, et ne savoit
aucun mauvais gré à ceux qui n’y alloient jamais.

Il en étoit de même du jeu, qu’il vouloit gros et continuel dans le
salon de Marly pour le lansquenet, et force tables d’autres jeux par
tout le salon. Il s’amusoit volontiers à Fontainebleau, les jours
de mauvais temps, à voir jouer les grands joueurs à la paume, où il
avoit excellé autrefois[118], et à Marly très souvent, à voir jouer au
mail[119], où il avoit aussi été fort adroit.

  [118] He was not, however, so devoted to the game as some of his
  predecessors, e.g. Francis I, Henry II, and Henry IV. The best
  player of this time was a certain Jourdan, who was paid a yearly
  salary of 800 livres for coaching the royal princes. But tennis
  was on the decline in the reign of Louis XIV. In 1596 there were
  250 courts (_tripots_) in Paris alone, in 1657 114, in 1780 only
  10 (J.-J. Jusserand, _Les Sports dans l’ancienne France_, 1901,
  pp. 240-265).

  [119] The game of _mail_ was universally popular in France in the
  16th and 17th centuries. It was a form of golf, played with a
  long-handled mallet and a wooden ball, and was sometimes called
  _palemail_ (cp. our Pall Mall) from _pila_ and _malleus_. It is
  still played at Montpellier (see Jusserand, pp. 304-314).

Quelquefois, les jours qu’il n’y avoit point de conseil, qui n’étoient
pas maigres, et qu’il étoit à Versailles, il alloit dîner à Marly ou
à Trianon avec Mme la duchesse de Bourgogne, Mme de Maintenon et des
dames, et cela devint beaucoup plus ordinaire ces jours-là les trois
dernières années de sa vie. Au sortir de table, en été, le ministre qui
devoit travailler avec lui arrivoit, et quand le travail étoit fini, il
passoit jusqu’au soir à se promener avec les dames, à jouer avec elles,
et assez souvent à leur faire tirer une loterie toute de billets
noirs, sans y rien mettre; c’étoit ainsi une galanterie de présents
qu’il leur faisoit, au hasard, de choses à leur usage, comme d’étoffes
et d’argenterie, ou de joyaux ou beaux ou jolis, pour donner plus au
hasard. Mme de Maintenon tiroit comme les autres, et donnoit presque
toujours sur-le-champ ce qu’elle avoit gagné. Le Roi ne tiroit point,
et souvent il y avoit plusieurs billets sous le même lot. Outre ces
jours-là, il y avoit assez souvent de ces loteries quand le Roi dînoit
chez Mme de Maintenon. Il s’avisa fort tard de ces dîners, qui furent
longtemps rares, et qui sur la fin vinrent à une fois la semaine avec
les dames familières, avec musique et jeu. A ces loteries, il n’y avoit
que des dames du palais et des dames familières, et plus de dames du
palais depuis la mort de Madame la Dauphine; mais il y en avoit trois,
Mmes de Levis[120], Dangeau[121] et d’O[122], qui étoient familières.
L’été, le Roi travailloit chez lui, au sortir de table, avec les
ministres, et lorsque les jours s’accourcissoient, il y travailloit le
soir chez Mme de Maintenon.

  [120] Marie-Françoise d’Albert, a daughter of the Duc de
  Chevreuse, and wife of the Marquis, afterwards Duc de Levis.

  [121] See Introduction.

  [122] The Marquise d’O, _née_ Guilleragues, _dame du palais_
  to the Duchesse de Bourgogne. “Elle avoit beaucoup d’esprit,
  plaisante, complaisante, toute à tous et amusante.” For her
  husband see above, p. 73, n. 112.

A son retour de dehors, lui parloit qui vouloit, depuis son carrosse
jusqu’au bas de son petit degré. Il se rhabilloit comme il avoit changé
d’habit, et restoit dans son cabinet. C’étoit le meilleur temps des
bâtards, des valets intérieurs et des bâtiments. Ces intervalles-là,
qui arrivoient trois fois par jour, étoient leurs temps, celui des
rapporteurs de vive voix ou par écrit, celui où le Roi écrivoit, s’il
avoit à écrire lui-même. Au retour de ses promenades, il étoit une
heure et plus dans ses cabinets, puis passoit chez Mme de Maintenon, et
en chemin lui parloit encore qui vouloit.

A dix heures il étoit servi. Le maître d’hôtel en quartier, ayant
son bâton, alloit avertir le capitaine des gardes en quartier dans
l’antichambre de Mme de Maintenon, où, averti lui-même par un garde
de l’heure, il venoit d’arriver. Il n’y avoit que les capitaines des
gardes qui entrassent dans cette antichambre, qui étoit fort petite,
entre la chambre où étoient le Roi et Mme de Maintenon, et une autre
très petite antichambre pour les officiers, et le dessus public du
degré, où le gros étoit. Le capitaine des gardes se montrait à l’entrée
de la chambre, disant au Roi qu’il étoit servi, revenoit dans l’instant
dans l’antichambre. Un quart d’heure après, le Roi venoit souper,
toujours au grand couvert, et depuis l’antichambre de Mme de Maintenon
jusqu’à sa table, lui parloit encore qui vouloit.

A son souper, toujours au grand couvert, avec la maison royale,
c’est-à-dire uniquement les fils et filles de France et les petits-fils
et petites-filles de France, étoient toujours grand nombre de
courtisans, et de dames tant assises que debout, et la surveille des
voyages de Marly toutes celles qui vouloient y aller; cela s’appeloit
se présenter pour Marly. Les hommes demandoient le même jour le matin,
en disant au Roi seulement: “Sire, Marly.” Les dernières années le
Roi s’en importuna: un garçon bleu écrivoit dans la galerie les noms
de ceux qui demandoient, et qui y alloient se faire écrire. Pour les
dames, elles continuèrent toujours à se présenter.

Après souper, le Roi se tenoit quelques moments debout, le dos au
balustre du pied de son lit, environné de toute la cour; puis, avec
des révérences aux dames, passoit dans son cabinet, où en arrivant
il donnoit l’ordre. Il y passoit un peu moins d’une heure avec ses
enfants légitimes et bâtards, ses petits-enfants légitimes et bâtards,
et leurs maris ou leurs femmes, tous dans un cabinet, le Roi dans
un fauteuil, Monsieur dans un autre, qui dans le particulier vivoit
avec le Roi en frère, Monseigneur debout ainsi que tous les autres
princes, et les princesses sur des tabourets. Madame y fut admise après
la mort de Madame la Dauphine. Ceux qui entroient par les derrières
s’y trouvoient, et qu’on a nommés, et les valets intérieurs avec
Chamarande, qui avoit été premier valet de chambre en survivance de son
père, et qui étoit devenu depuis premier maître d’hôtel de Madame la
Dauphine de Bavière, et lieutenant général distingué, fort à la mode
dans le monde, et avec fort peu d’esprit un fort galant homme, et bien
reçu partout.

Les dames d’honneur des princesses, et les dames du palais de jour,
attendoient dans le cabinet du Conseil, qui précédoit celui où étoit le
Roi à Versailles, et ailleurs. A Fontainebleau, où il n’y avoit qu’un
grand cabinet, les dames des princesses qui étoient assises achevoient
le cercle avec les princesses, au même niveau et sur mêmes tabourets;
les autres dames étoient derrière, en liberté de demeurer debout, ou
de s’asseoir par terre sans carreau, comme plusieurs faisoient. La
conversation n’étoit guère que de chasse ou de quelque autre chose
aussi indifférente.

Le Roi, voulant se retirer, alloit donner à manger à ses chiens, puis
donnoit le bonsoir, passoit dans sa chambre à la ruelle de son lit, où
il faisoit sa prière comme le matin, puis se déshabilloit. Il donnoit
le bonsoir d’une inclination de tête, et tandis qu’on sortoit, il se
tenoit debout au coin de la cheminée, où il donnoit l’ordre au colonel
des gardes seul; puis commençoit le petit coucher, où restoient les
grandes et secondes entrées ou brevets d’affaires. Cela étoit court.
Ils ne sortoient que lorsqu’il se mettoit au lit. Ce moment en étoit un
de lui parler pour ces privilégiés; alors tous sortoient quand ils en
voyoient un attaquer le Roi, qui demeuroit seul avec lui.

Lorsque le Roi mourut, il y avoit dix ou douze ans que ce qui n’avoit
point ces entrées ne demeuroit plus au coucher, depuis une longue
attaque de goutte que le Roi avoit eue, en sorte qu’il n’y avoit plus
de grand coucher, et que la cour étoit finie au sortir du souper. Alors
le colonel des gardes prenoit l’ordre avec tous les autres, et les
aumôniers de quartier, et le grand et le premier aumônier sortoient
après la prière.

Les jours de médecine, qui revenoient tous les mois au plus loin, il
la prenoit dans son lit, puis entendoit la messe, où il n’y avoit que
les aumôniers et les entrées. Monseigneur et la maison royale venoient
le voir un moment; puis M. du Maine, M. le comte de Toulouse, lequel y
demeuroit peu, et Mme de Maintenon venoient l’entretenir. Il n’y avoit
qu’eux et les valets intérieurs dans le cabinet, la porte ouverte. Mme
de Maintenon s’asseyoit dans le fauteuil au chevet du lit. Monsieur
s’y mettoit quelquefois, mais avant que Mme de Maintenon fût venue, et
d’ordinaire après qu’elle étoit sortie; Monseigneur toujours debout, et
les autres de la maison royale un moment. M. du Maine, qui y passoit
toute la matinée, et qui étoit fort boiteux, se mettoit auprès du lit
sur un tabouret, quand il n’y avoit personne que Mme de Maintenon et
son frère. C’étoit où il tenoit le dé à les amuser tous deux, et où
souvent il en faisoit de bonnes. Le Roi dînoit dans son lit, sur les
trois heures, où tout le monde entroit, puis se levoit, et il n’y
demeuroit que les entrées. Il passoit après dans son cabinet, où il
tenoit conseil, et après il alloit à l’ordinaire chez Mme de Maintenon,
et soupoit à dix heures au grand couvert.

Le Roi n’a de sa vie manqué la messe qu’une fois à l’armée, un jour
de grande marche, ni aucun jour maigre, à moins de vraie et très rare
incommodité. Quelques jours avant le carême, il tenoit un discours
public à son lever, par lequel il témoignoit qu’il trouverait fort
mauvais qu’on donnât à manger gras à personne, sous quelque prétexte
que ce fût, et ordonnoit au grand prévôt d’y tenir la main, et de lui
en rendre compte. Il ne vouloit pas non plus que ceux qui mangeoient
gras mangeassent ensemble, ni autre chose que bouilli et rôti fort
court, et personne n’osoit outre-passer ses défenses; car on s’en
serait bientôt ressenti. Elles s’étendoient à Paris, où le lieutenant
de police y veilloit et lui en rendoit compte. Il y avoit douze ou
quinze ans qu’il ne faisoit plus de carême; d’abord quatre jours
maigres, puis trois, et les quatre derniers de la semaine sainte. Alors
son très petit couvert étoit fort retranché les jours qu’il faisoit
gras; et le soir au grand couvert tout étoit collation[123], et le
dimanche tout étoit en poisson; cinq ou six plats gras tout au plus,
tant pour lui que pour ceux qui à sa table mangeoient gras. Le vendredi
saint, grand couvert matin et soir, en légumes, sans aucun poisson, ni
à pas une de ses tables.

  [123] A light meal which took the place of supper on fast-days.
  Readers of Pascal will recollect how in the fifth Provincial
  Letter the friendly Jesuit relieves the writer of the duty of
  fasting, if he could not sleep without a proper supper.

Il manquoit peu de sermons l’avent et le carême, et aucune des
dévotions de la semaine sainte, des grandes fêtes, ni les deux
processions du Saint Sacrement, ni celles des jours de l’ordre du
Saint-Esprit, ni celle de l’Assomption. Il étoit très respectueusement
à l’église. A sa messe tout le monde étoit obligé de se mettre à genoux
au _Sanctus_, et d’y demeurer jusqu’après la communion du prêtre; et
s’il entendoit le moindre bruit ou voyoit causer pendant la messe, il
le trouvoit fort mauvais. Il manquoit rarement le salut les dimanches,
s’y trouvoit souvent les jeudis, et toujours pendant toute l’octave du
Saint Sacrement. Il communioit toujours en collier de l’Ordre, rabat et
manteau, cinq fois l’année, le samedi saint à la paroisse, les autres
jours à la chapelle, qui étoient la veille de la Pentecôte, le jour de
l’Assomption, et la grand messe après, la veille de la Toussaint et la
veille de Noël, et une messe basse après celle où il avoit communié,
et ces jours-là point de musique à ses messes, et à chaque fois il
touchoit les malades. Il alloit à vêpres les jours de communion, et
après vêpres il travailloit dans son cabinet, avec son confesseur,
à la distribution des bénéfices qui vaquoient; il n’y avoit rien de
plus rare que de lui voir donner aucun bénéfice en d’autres temps; il
alloit le lendemain à la grand messe et à vêpres. A matines et à trois
messes de minuit en musique, et c’étoit un spectacle admirable que la
chapelle; le lendemain à la grand messe, à vêpres, au salut. Le jeudi
saint, il servoit les pauvres à dîner, et après la collation, il ne
faisoit qu’entrer dans son cabinet, et passoit à la tribune adorer
le Saint Sacrement, et se venoit coucher tout de suite. A la messe,
il disoit son chapelet (il n’en savoit pas davantage), et toujours à
genoux, excepté à l’évangile. Aux grandes messes, il ne s’asseyoit dans
son fauteuil qu’aux temps où on a coutume de s’asseoir. Aux jubilés,
il faisoit presque toujours ses stations à pied; et tous les jours de
jeûne, et ceux du carême où il mangeoit maigre, il faisoit seulement
collation.

Il étoit toujours vêtu de couleur plus ou moins brune avec une légère
broderie, jamais sur les tailles, quelquefois rien qu’un bouton d’or,
quelquefois du velours noir. Toujours une veste de drap ou de satin
rouge, ou bleue, ou verte, fort brodée. Jamais de bague, et jamais de
pierreries qu’à ses boucles de souliers, de jarretières, et de chapeau
toujours bordé de point d’Espagne avec un plumet blanc. Toujours le
cordon bleu dessous, excepté des noces ou autres fêtes pareilles qu’il
le portoit par dessus, fort long avec pour huit ou dix millions de
pierreries. Il étoit le seul de la maison royale et des princes du sang
qui portât l’Ordre dessous, en quoi fort peu de chevaliers de l’Ordre
l’imitoient, et aujourd’hui presque aucun ne le porte dessus, les bons
par honte de leurs confrères, et ceux-là embarrassés de le porter.

Jusqu’à la promotion de 1661 inclusivement, les chevaliers de l’Ordre
en portoient tous le grand habit à toutes les trois cérémonies de
l’Ordre, y alloient à l’offrande, et y communiant. Le Roi retrancha
lors le grand habit, l’offrande et la communion. Henri III l’avoit
prescrite à cause des huguenots et de la Ligue. La vérité est qu’une
communion générale, publique, en pompe, prescrite à jour nommé trois
fois l’an à des courtisans, devient une terrible et bien dangereuse
pratique, qu’il a été très bon d’ôter; mais pour l’offrande, qui étoit
majestueuse, où il n’y a plus que le Roi qui y aille, et le grand
habit de l’Ordre réduit aux jours de réception, et le plus souvent
encore seulement pour ceux qui sont reçus, cela ôte toute la beauté de
la cérémonie. A l’égard du repas en réfectoire avec le Roi, on a dit
ailleurs ce qui l’a fait supprimer.

Il ne se passoit guère quinze jours que le Roi n’allât à Saint-Germain,
même après la mort du roi Jacques II. La cour de Saint-Germain venoit
aussi à Versailles, mais plus souvent à Marly, et souvent y souper, et
nulle fête de cérémonie ou de divertissement qu’elle n’y fût invitée,
qu’elle n’y vînt et dont elle ne reçût tous les honneurs. Ils étoient
réciproquement convenus de se recevoir et se conduire dans le milieu
de leur appartement. A Marly, le Roi les recevoit et les conduisoit
à la porte du petit salon du côté de la Perspective, et les y voyoit
descendre et monter dans leur chaise à porteurs; à Fontainebleau, tous
les voyages, au haut de l’escalier à fer à cheval, depuis que le Roi
leur eut accordé de ne les aller plus recevoir et conduire au bout de
la forêt. Rien n’étoit pareil aux soins, aux égards, à la politesse
du Roi pour eux, ni à l’air de majesté et de galanterie avec lequel
cela se passoit à chaque fois; on en a parlé ailleurs plus au long.
A Marly, ils demeuroient en arrivant un quart d’heure dans le salon,
debout au milieu de toute la cour, puis passoient chez le Roi ou chez
Mme de Maintenon. Le Roi n’entroit jamais dans le salon que pour le
traverser, pour des bals, ou pour y voir jouer un moment le jeune roi
d’Angleterre ou l’électeur de Bavière. Les jours de naissance ou de la
fête du Roi et de sa famille, si observés dans les cours de l’Europe,
ont toujours été inconnus dans celle du Roi, en sorte que jamais il n’y
en a été fait la moindre mention en rien, ni différence aucune de tous
les autres jours de l’année.

Louis XIV ne fut regretté que de ses valets intérieurs, de peu d’autres
gens, et des chefs de l’affaire de la Constitution. Son successeur
n’en étoit pas en âge. Madame n’avoit pour lui que de la crainte et de
la bienséance. Mme la duchesse de Berry ne l’aimoit pas, et comptoit
aller régner. M. le duc d’Orléans n’étoit pas payé pour le pleurer, et
ceux qui l’étoient n’en firent pas leur charge. Mme de Maintenon étoit
excédée du Roi depuis la perte de la Dauphine; elle ne savoit qu’en
faire ni à quoi l’amuser; sa contrainte en étoit triplée, parce qu’il
étoit beaucoup plus chez elle, ou en parties avec elle. Sa santé, ses
affaires, les manèges qui avoient fait tout faire, ou pour parler plus
exactement, qui avoient tout arraché pour le duc du Maine, avoient fait
essuyer continuellement d’étranges humeurs, et souvent des sorties, à
Mme de Maintenon. Elle étoit venue à bout de ce qu’elle avoit voulu;
ainsi, quoi qu’elle perdît en perdant le Roi, elle se sentit délivrée,
et ne fut capable que de ce sentiment. L’ennui et le vide dans la
suite rappelèrent les regrets; mais comme elle n’influa plus rien de
sa retraite, il n’est pas temps de parler d’elle, ni des occupations
qu’elle s’y fit.

On a vu jusqu’à quelle joie, à quelle barbare indécence le prochain
point de vue de la toute puissance jeta le duc du Maine. La
tranquillité glacée de son frère ne s’en haussa ni baissa. Madame
la Duchesse, affranchie de tous ses liens, n’avoit plus besoin de
l’appui du Roi, elle n’en sentoit que la crainte et la contrainte,
elle ne pouvoit souffrir Mme de Maintenon; elle ne pouvoit douter
de la partialité du Roi pour le duc du Maine dans leur procès de la
succession de Monsieur le Prince; on lui reprochoit depuis toute sa
vie qu’elle n’avoit point de cœur, mais seulement un gisier[124]; elle
se trouva donc fort à son aise et en liberté, et n’en fit pas grandes
façons.

  [124] Apparently a provincial form of _gésier_ = gizzard.

Mme la duchesse d’Orléans me surprit. Je m’étois attendu à de la
douleur; je n’aperçus que quelques larmes qui, sur tous sujets, lui
couloient très aisément des yeux, et qui furent bientôt taries. Son
lit, qu’elle aimoit fort, suppléa à tout pendant quelques jours,
avec la façon de l’obscurité qu’elle ne haïssoit pas; mais bientôt
les rideaux des fenêtres se rouvrirent, et il n’y parut plus qu’en
rappelant de fois à autre quelque bienséance. Pour les princes du sang,
c’étoient des enfants.

La duchesse de Ventadour[125] et le maréchal de Villeroy donnèrent un
peu la comédie; pas un autre n’en prit même la peine. Mais quelques
vieux et plats courtisans, comme Dangeau[126], Cavoye[127], et un très
petit nombre d’autres, qui se voyoient hors de toute mesure, quoique
tombés d’une fort commune situation, regrettèrent de n’avoir plus
à se cuider parmi les sots, les ignorants, les étrangers, dans les
raisonnements et l’amusement journalier d’une cour qui s’éteignoit avec
le Roi.

  [125] At one time lady-in-waiting to Madame, who calls her
  “la pauvre Doudon,” and her husband “a monster.” He was, says
  Saint-Simon (XIV. 123), “un homme fort laid et fort contrefait,
  qui avec beaucoup d’esprit et de valeur, avoit toujours mené la
  vie la plus obscure et la plus débauchée.” She was a daughter of
  the Maréchale de La Mothe (see above, p. 77, n. 117).

  [126] See aqwIntroduction.

  [127] The Marquis de Cavoye, without birth or intelligence, rose
  to a position of high consideration at the Court. “Without the
  court,” says Saint-Simon, “he was like a fish out of water.” He
  fought several duels, in spite of the edicts against duelling,
  and was known as “le brave Cavoye.” For his career and marriage
  see I. 299-302.

Tout ce qui la composoit étoit de deux sortes: les uns, en espérance de
figurer, de se mêler, de s’introduire, étoient ravis de voir finir un
règne sous lequel il n’y avoit rien pour eux à attendre; les autres,
fatigués d’un joug pesant, toujours accablant, et des ministres bien
plus que du Roi, étoient charmés de se trouver au large; tous, en
général, d’être délivrés d’une gêne continuelle, et amoureux des
nouveautés.

Paris, las d’une dépendance qui avoit tout assujetti, respira dans
l’espoir de quelque liberté, et dans la joie de voir finir l’autorité
de tant de gens qui en abusoient. Les provinces, au désespoir de leur
ruine et de leur anéantissement, respirèrent et tressaillirent de joie,
et les parlements et toute espèce de judicature, anéantie par les édits
et par les évocations, se flatta, les premiers de figurer, les autres
de se trouver affranchis. Le peuple, ruiné, accablé, désespéré, rendit
grâces à Dieu, avec un éclat scandaleux, d’une délivrance dont ses plus
ardents desirs ne doutoient plus.

Les étrangers, ravis d’être enfin, après un si long cours d’années,
défaits d’un monarque qui leur avoit si longuement imposé la loi, et
qui leur avoit échappé par une espèce de miracle au moment qu’ils
comptoient le plus sûrement de l’avoir enfin subjugué, se continrent
avec plus de bienséance que les François. Les merveilles des trois
quarts premiers de ce règne de plus de soixante-dix ans, et la
personnelle magnanimité de ce roi jusqu’alors si heureux, et si
abandonné après de la fortune pendant le dernier quart de son règne,
les avoit justement éblouis. Ils se firent un honneur de lui rendre
après sa mort ce qu’ils lui avoient constamment refusé pendant sa vie.
Nulle cour étrangère n’exulta; tous se piquèrent de louer et d’honorer
sa mémoire.

L’Empereur en prit le deuil comme d’un père; et quoique il y eût quatre
ou cinq mois depuis la mort du Roi jusqu’au carnaval, toute espèce
de divertissement fut défendu à Vienne, et observé exactement. Le
monstrueux fut que, sur la fin du carnaval, il y eut un bal unique,
avec une espèce de fête, que le comte du Luc, ambassadeur de France,
n’eut pas honte de donner aux dames, qui le séduisirent par l’ennui
d’un carnaval si triste. Cette complaisance ne le fit pas estimer à
Vienne ni ailleurs; en France on se contenta de l’ignorer. Pour nos
ministres et les intendants des provinces, les financiers, et ce qu’on
peut appeler la canaille, ceux-là sentirent toute l’étendue de leur
perte. Nous allons voir si le royaume eut tort ou raison des sentiments
qu’il montra, et s’il trouva bientôt après qu’il eût gagné ou perdu.



IV

MADAME AND MME DE MAINTENON[128]

  [128] Ed. Chéruel, III. 37-40; ed. Boislisle, VIII. 349-355.


Le samedi 11 juin, la cour retourna à Versailles, où en arrivant le Roi
alla voir Madame, M. et Mme de Chartres, chacun dans leur appartement;
elle, fort en peine de la situation où elle se trouvoit avec le Roi,
dans une occasion où il y alloit du tout pour elle, et avoit engagé la
duchesse de Ventadour de voir Mme de Maintenon. Elle le fit: Mme de
Maintenon ne s’expliqua qu’en général, et dit seulement qu’elle iroit
chez Madame au sortir de son dîner, et voulut que Mme de Ventadour[129]
se trouvât chez Madame et fût en tiers pendant sa visite. C’étoit le
dimanche[130], le lendemain du retour de Marly. Après les premiers
compliments, ce qui étoit là sortit, excepté Mme de Ventadour. Alors
Madame fit asseoir Mme de Maintenon, et il falloit pour cela qu’elle en
sentît tout le besoin. Elle entra en matière sur l’indifférence avec
laquelle le Roi l’avoit traitée pendant toute sa maladie, et Mme de
Maintenon la laissa dire tout ce qu’elle voulut, puis lui répondit que
le Roi lui avoit ordonné de lui dire que leur perte commune effaçoit
tout dans son cœur, pourvu que dans la suite il eût lieu d’être plus
content d’elle qu’il n’avoit eu depuis quelque temps, non-seulement
sur ce qui regardoit ce qui s’étoit passé à l’égard de M. le duc
de Chartres, mais sur d’autres choses encore plus intéressantes,
dont il n’avoit pas voulu parler, et qui étoient la vraie cause de
l’indifférence qu’il avoit voulu lui témoigner pendant qu’elle avoit
été malade. A ce mot, Madame, qui se croyoit bien assurée, se récrie,
proteste qu’excepté le fait de son fils elle n’a jamais rien dit ni
fait qui pût déplaire, et enfile des plaintes et des justifications.
Comme elle y insistoit le plus, Mme de Maintenon tire une lettre de
sa poche et la lui montre, en lui demandant si elle en connoissoit
l’écriture. C’étoit une lettre de sa main à sa tante la duchesse
d’Hanovre[131], à qui elle écrivoit tous les ordinaires, où, après des
nouvelles de cour, elle lui disoit en propres termes qu’on ne savoit
plus que dire du commerce du Roi et de Mme de Maintenon, si c’étoit
mariage ou concubinage, et de là tomboit sur les affaires du dehors et
sur celles du dedans, et s’étendoit sur la misère du royaume, qu’elle
disoit ne s’en pouvoir relever. La poste l’avoit ouverte, comme elle
les ouvroit et les ouvre encore presque toutes, et l’avoit trouvée trop
forte pour se contenter, à l’ordinaire, d’en donner un extrait, et
l’avoit envoyée au Roi en original. On peut penser si, à cet aspect et
à cette lecture, Madame pensa mourir sur l’heure. La voilà à pleurer,
et Mme de Maintenon à lui représenter modestement l’énormité de
toutes les parties de cette lettre, et en pays étranger; enfin Mme de
Ventadour à verbiager, pour laisser à Madame le temps de respirer et
de se remettre assez pour dire quelque chose. Sa meilleure excuse fut
l’aveu de ce qu’elle ne pouvoit nier, des pardons, des repentirs, des
prières, des promesses.

  [129] See above, p. 87, n. 2.

  [130] The interview really took place on the previous Saturday.

  [131] The Electress Sophia, mother of George I.

Quand tout cela fut épuisé, Mme de Maintenon la supplia de trouver
bon qu’après s’être acquittée de la commission que le Roi lui avoit
donnée, elle pût aussi lui dire un mot d’elle-même, et lui faire ses
plaintes de ce qu’après l’honneur qu’elle lui avoit fait autrefois
de vouloir bien desirer son amitié et de lui jurer la sienne, elle
avoit entièrement changé depuis plusieurs années. Madame crut avoir
beau champ: elle répondit qu’elle étoit d’autant plus aise de cet
éclaircissement, que c’étoit à elle à se plaindre du changement de Mme
de Maintenon, qui tout d’un coup l’avoit laissée et abandonnée, et
forcée de l’abandonner à la fin aussi, après avoir longtemps essayé de
la faire vivre avec elle comme elles avoient vécu auparavant. A cette
seconde reprise, Mme de Maintenon se donna le plaisir de la laisser
enfiler comme à l’autre les plaintes, et de plus les regrets et les
reproches: après quoi elle avoua à Madame qu’il étoit vrai que c’étoit
elle qui la première s’étoit retirée d’elle, et qui n’avoit osé s’en
rapprocher, que ses raisons étoient telles qu’elle n’avoit pu moins
que d’avoir cette conduite; et par ce propos fit redoubler les plaintes
de Madame, et son empressement de savoir quelles pouvoient être ses
raisons. Alors Mme de Maintenon lui dit que c’étoit un secret qui
jusqu’alors n’étoit jamais sorti de sa bouche, quoique elle en fût en
liberté depuis dix ans qu’étoit morte celle qui le lui avoit confié
sur sa parole de n’en parler à personne; et de là raconte à Madame
mille choses plus offensantes les unes que les autres qu’elle avoit
dites d’elle à Madame la Dauphine, lorsqu’elle étoit mal avec cette
dernière, qui dans leur raccommodement le lui avoit redit de mot à mot.
A ce second coup de foudre, Madame demeura comme une statue. Il y eut
quelques moments de silence. Mme de Ventadour fit son même personnage,
pour laisser reprendre les esprits à Madame, qui ne sut faire que comme
l’autre fois, c’est-à-dire qu’elle pleura, cria, et pour fin demanda
pardon, avoua; puis repentirs et supplications. Mme de Maintenon
triompha froidement d’elle assez longtemps, la laissant s’engouer de
parler, de pleurer et lui prendre les mains. C’étoit une terrible
humiliation pour une si rogue et fière Allemande. A la fin, Mme de
Maintenon se laissa toucher, comme elle l’avoit bien résolu, après
avoir pris toute sa vengeance. Elles s’embrassèrent, elles se promirent
oubli parfait et amitié nouvelle; Mme de Ventadour se mit à en pleurer
de joie, et le sceau de la réconciliation fut la promesse de celle
du Roi, et qu’il ne lui dirait pas un mot des deux matières qu’elles
venoient de traiter: ce qui, plus que tout, soulagea Madame. Tout se
sait enfin dans les cours, et, si je me suis peut-être un peu étendu
sur ces anecdotes, c’est que je les ai sues d’original et qu’elles
m’ont paru très curieuses[132].

  [132] M. de Boislisle says that Saint-Simon’s informant was
  probably not Mme de Ventadour, with whom he was on bad terms,
  but Mme de Clérembault, widow of the Maréchal de Clérembault,
  who was one of Madame’s ladies-in-waiting, and whom Saint-Simon
  frequently met at her cousins’, the Pontchartrains. For an
  amusing portrait of her see III. 243-245, and for some additional
  touches, XIX. 84-85. Out of doors and in the galleries at
  Versailles she always wore a black velvet mask to preserve
  her complexion. She was passionately fond of cards, but being
  very miserly did not like high play. She had a wide knowledge
  of history, was well informed on other subjects, and had more
  _esprit_ than any woman of her day.

With Saint-Simon’s account of this interview may be compared Madame’s,
which is given in a letter to the Electress Sophia (_Corr._ I. 241-242).



V

THE REVIEW AT COMPIÈGNE[133]

  [133] Ed. Chéruel, II. c. viii; ed. Boislisle, V. 348-375. The
  review took place in September, 1698.


Il n’étoit question que de Compiègne[134], où soixante mille hommes
venoient former un camp. Il en fut en ce genre comme du mariage de Mgr
le duc de Bourgogne au sien; le Roi témoigna qu’il comptoit que les
troupes seroient belles et que chacun s’y piqueroit d’émulation; c’en
fut assez pour exciter une telle émulation, qu’on eut, après tout, lieu
de s’en repentir. Non-seulement il n’y eut rien de si parfaitement
beau que toutes les troupes, et toutes à tel point qu’on ne sut à
quels corps en donner le prix; mais leurs commandants ajoutèrent à la
beauté majestueuse et guerrière des hommes, des armes, des chevaux, les
parures et la magnificence de la cour, et les officiers s’épuisèrent
encore par des uniformes qui auroient pu orner des fêtes.

  [134] Fifty-two miles N.E. of Paris. Jeanne d’Arc was taken
  prisoner before its walls.

Les colonels, et jusqu’à beaucoup de simples capitaines, eurent des
tables abondantes et délicates; six lieutenants généraux et quatorze
maréchaux de camp employés s’y distinguèrent par une grande dépense;
mais le maréchal de Boufflers étonna par sa dépense et par l’ordre
surprenant d’une abondance et d’une recherche de goût, de magnificence
et de politesse qui, dans l’ordinaire de la durée de tout le camp et
à toutes les heures de la nuit et du jour, put apprendre au Roi même
ce que c’étoit que donner une fête vraiment magnifique et superbe,
et à Monsieur le Prince, dont l’art et le goût y surpassoit tout le
monde, ce que c’étoit que l’élégance, le nouveau et l’exquis. Jamais
spectacle si éclatant, si éblouissant, il le faut dire, si effrayant,
et en même temps rien de si tranquille que lui et toute sa maison dans
ce traitement universel, de si sourd que tous les préparatifs, de si
coulant de source que le prodige de l’exécution, de si simple, de
si modeste, de si dégagé de tout soin que ce général, qui néanmoins
avoit tout ordonné et ordonnoit sans cesse, tandis qu’il ne paroissoit
occupé que des soins du commandement de cette armée. Les tables sans
nombre, et toujours neuves, et à tous les moments servies à mesure
qu’il se présentoit ou officiers, ou courtisans, ou spectateurs.
Jusqu’aux bayeurs les plus inconnus, tout étoit retenu, invité, et
comme forcé par l’attention, la civilité et la promptitude du nombre
infini de ses officiers; et pareillement toutes sortes de liqueurs
chaudes et froides, et tout ce qui peut être le plus vastement et le
plus splendidement compris dans le genre des rafraîchissements, les
vins françois, étrangers, ceux de liqueur les plus rares, y étoient
comme abandonnés à profusion; et les mesures étoient si bien prises
que l’abondance de gibier et de venaison arrivoit de tous côtés, et
que les mers de Normandie, de Hollande, d’Angleterre, de Bretagne, et
jusqu’à la Méditerranée, fournissoient tout ce qu’elles avoient de plus
monstrueux et de plus exquis, à jours et point nommés, avec un ordre
inimitable, et un nombre de courriers et de petites voitures de poste
prodigieux. Enfin jusqu’à l’eau, qui fut soupçonnée de se troubler ou
de s’épuiser par le grand nombre de bouches, arrivoit de Sainte-Reine,
de la Seine et des sources les plus estimées. Et il n’est possible
d’imaginer rien en aucun genre qui ne fût là sous la main, et pour le
dernier survenant de paille[135] comme pour l’homme le plus principal
et le plus attendu: des maisons de bois meublées comme les maisons de
Paris les plus superbes, et tout en neuf et fait exprès, avec un goût
et une galanterie singulière, et des tentes immenses, magnifiques, et
dont le nombre pouvoit seul former un camp; les cuisines, les divers
lieux, et les divers officiers pour cette suite sans interruption de
tables et pour tous leurs différents services, les sommelleries, les
offices, tout cela formoit un spectacle dont l’ordre, le silence,
l’exactitude, la diligence et la parfaite propreté ravissoit de
surprise et d’admiration.

  [135] For the merest nobody.

Ce voyage fut le premier où les dames traitèrent d’ancienne délicatesse
ce qu’on n’eût osé leur proposer: il y en eut tant qui s’empressèrent
à être du voyage, que le Roi lâcha la main et permit à celles qui
voudroient de venir à Compiègne; mais ce n’étoit pas où elles
tendoient: elles vouloient toutes être nommées, et la nécessité, non
la liberté, du voyage, et c’est ce qui leur fit sauter le bâton[136]
de s’entasser dans les carrosses des princesses. Jusqu’alors, tous les
voyages que le Roi avoit faits, il avoit nommé des dames pour suivre
la Reine ou Madame la Dauphine dans les carrosses de ces premières
princesses; ce qu’on appela les princesses, qui étoient les bâtardes
du Roi, avoient leurs amies et leur compagnie pour elles, qu’elles
faisoient agréer au Roi, et qui alloient dans leurs carrosses à
chacune, mais qui le trouvoient bon et qui marchoient sur ce pied-là.
En ce voyage-ci, tout fut bon pourvu qu’on allât. Il n’y en eut
aucune dans le carrosse du Roi que la duchesse du Lude[137] avec les
princesses. Monsieur et Madame demeurèrent à Saint-Cloud et à Paris.

  [136] Saint-Simon frequently uses this expression in the sense of
  compelling a person to do something against his will.

  [137] Wife of the Duc du Lude (see above, p. 44, n. 77).

La cour en hommes fut extrêmement nombreuse, et tellement que pour la
première fois à Compiègne, les ducs furent couplés. J’échus avec le duc
de Rohan[138] dans une belle et grande maison du sieur Chambaudon, où
nous fûmes, nous et nos gens, fort à notre aise. J’allai avec M. de la
Trémoïlle[139] et le duc d’Albret[140], qui me reprochèrent un peu que
j’en avois fait une honnêteté à M. de Bouillon, qui en fut fort touché;
mais je crus la devoir à ce qu’il étoit, et plus encore à l’amitié
intime qui étoit entre lui et M. le maréchal de Lorges, et qui, en
outre, étoient cousins germains.

  [138] Louis, Duc de Rohan-Chabot, brother of Mme de Soubise.

  [139] Charles, Duc de La Trémoïlle, “un fort grand homme, le plus
  noblement, et le plus mieux fait de la cour; et qui, avec un fort
  vilain visage, sentait le mieux son grand seigneur” (VI. 396). He
  was a great friend of Saint-Simon.

  [140] Son-in-law of the Duc de La Trémoïlle and son of the Duc de
  Bouillon, with whom he was in litigation.

Les ambassadeurs furent conviés d’aller à Compiègne. Le vieux Ferreiro,
qui l’étoit de Savoie, leur mit dans la tête de prétendre le _pour_: il
assura qu’il l’avoit eu autrefois à sa première ambassade en France;
celui de Portugal allégua que Monsieur, le menant à Montargis, le lui
avoit fait donner par ses maréchaux des logis, ce qui, disoit-il, ne
s’étoit fait que sur l’exemple de ceux du Roi, et le nonce maintint que
le nonce Cavallerini l’avoit eu avant d’être cardinal. Pomponne, Torcy,
les introducteurs des ambassadeurs, Cavoye[141], protestèrent tous que
cela ne pouvoit être, que jamais ambassadeur ne l’avoit prétendu, et il
n’y en avoit pas un mot sur les registres; mais on a vu quelle foi les
registres peuvent porter. Le fait étoit que les ambassadeurs sentirent
l’envie que le Roi avoit de leur étaler la magnificence de ce camp, et
qu’ils crurent en pouvoir profiter pour obtenir une chose nouvelle.
Le Roi tint ferme; les allées et venues se poussèrent jusque dans les
commencements du voyage, et ils finirent par n’y point aller. Le Roi
en fut si piqué, que lui, si modéré et si silencieux, je lui entendis
dire à son souper, à Compiègne, que s’il faisoit bien il les réduiroit
à ne venir à la cour que par audiences comme il se pratiquoit partout
ailleurs.

  [141] Quarter-Master-General of the Royal Household (see above,
  p. 88, n. 127).

Le _pour_ est une distinction dont j’ignore l’origine, mais qui en
effet n’est qu’une sottise; elle consiste à écrire en craie sur les
logis: “_Pour_ Monsieur un tel,” ou simplement écrire: “Monsieur un
tel.” Les maréchaux des logis, qui marquent ainsi tous les logements
dans les voyages, mettent ce _pour_ aux princes du sang, aux cardinaux
et aux princes étrangers. M. de la Trémoïlle l’a aussi obtenu, et la
duchesse de Bracciano, depuis princesse des Ursins[142]. Ce qui me
fait appeler cette distinction une sottise, c’est qu’elle n’emporte
ni primauté ni préférence de logement: les cardinaux, les princes
étrangers et les ducs sont logés également entre eux, sans distinction
quelconque, qui est toute renfermée dans ce mot _pour_, et n’opère
d’ailleurs quoi que ce soit. Ainsi ducs, princes étrangers, cardinaux
sont logés sans autre différence entre eux après les charges du service
nécessaire, après eux les maréchaux de France, ensuite les charges
considérables, et puis le reste des courtisans. Cela est de même dans
les places; mais quand le Roi est à l’armée, son quartier est partagé,
et la cour est d’un côté et le militaire de l’autre, sans avoir rien
de commun; et s’il se trouve à la suite du Roi des maréchaux de France
sans commandement dans l’armée, ils ne laissent pas d’être logés du
côté militaire et d’y avoir les premiers logements.

  [142] See above, p. 44, n. 81.

Le jeudi 28 août, la cour partit pour Compiègne; le Roi passa à
Saint-Cloud, coucha à Chantilly, y demeura un jour, et arriva le samedi
à Compiègne. Le quartier général étoit au village de Condun, où le
maréchal de Boufflers[143] avoit des maisons outre ses tentes. Le Roi y
mena Mgr le duc de Bourgogne et Mme la duchesse de Bourgogne, etc., qui
y firent une collation magnifique, et qui y virent les ordonnances dont
j’ai parlé ci-dessus avec tant de surprise, qu’au retour à Compiègne,
le Roi dit à Livry[144], qui par son ordre avoit préparé des tables au
camp pour Mgr le duc de Bourgogne, qu’il ne falloit point que ce prince
en tînt; que quoi qu’il pût faire, ce ne serait rien en comparaison de
ce qu’il venoit de voir, et que quand son petit-fils iroit à l’avenir
au camp, il dîneroit chez le maréchal de Boufflers. Le Roi s’amusa
fort à voir et à faire voir les troupes aux dames, leur arrivée,
leur campement, leurs distributions, en un mot tous les détails d’un
camp, des détachements, des marches, des fourrages, des exercices,
de petits combats, des convois. Mme la duchesse de Bourgogne, les
princesses, Monseigneur, firent souvent collation chez le maréchal,
où la maréchale de Boufflers leur faisoit les honneurs. Monseigneur y
dîna quelquefois, et le Roi y mena dîner le roi d’Angleterre, qui vint
passer trois ou quatre jours au camp. Il y avoit longues années que le
Roi n’avoit fait cet honneur à personne, et la singularité de traiter
deux rois ensemble fut grande. Monseigneur et les trois princes ses
enfants y dînèrent aussi, et dix ou douze hommes des principaux de
la cour et de l’armée. Le Roi pressa fort le maréchal de se mettre à
table; il ne voulut jamais: il servit le Roi et le roi d’Angleterre, et
le duc de Gramont[145], son beau-père, servit Monseigneur. Ils avoient
vu, en y allant, les troupes à pied, à la tête de leurs camps; et en
revenant, ils virent faire l’exercice à toute l’infanterie, les deux
lignes face à face l’une de l’autre. La veille, le Roi avoit mené le
roi d’Angleterre à la revue de l’armée. Mme la duchesse de Bourgogne
la vit dans son carrosse; elle y avoit Madame la Duchesse[146], Mme la
princesse de Conti[147] et toutes les dames titrées; deux autres de ses
carrosses la suivirent, remplis de toutes les autres dames.

  [143] See above, p. 22, n. 51. He was Commander-in-chief of the
  camp under the Duc de Bourgogne.

  [144] First _maître-d’hôtel_ to the king.

  [145] Antoine IV, son of Antoine III, Maréchal de Gramont, and
  younger brother of the Comte de Guiche, who predeceased his
  father.

  [146] The Duchesse de Bourbon, daughter of Louis XIV and Mme de
  Montespan.

  [147] Daughter of Louis XIV and Mlle de La Vallière, and widow of
  Louis-Armand, Prince de Conti.

Il arriva sur cette revue une plaisante aventure au comte de
Tessé[148]. Il étoit colonel général des dragons. M. de Lauzun lui
demanda deux jours auparavant, avec cet air de bonté, de douceur et de
simplicité qu’il prenoit presque toujours, s’il avoit songé à ce qu’il
lui falloit pour saluer le Roi à la tête des dragons; et là-dessus
entrèrent en récit du cheval, de l’habit et de l’équipage. Après les
louanges: “Mais le chapeau, lui dit bonnement Lauzun, je ne vous en
entends point parler!--Mais non, répondit l’autre; je compte d’avoir un
bonnet.--Un bonnet! reprit Lauzun, mais y pensez-vous? un bonnet! cela
est bon pour tous les autres, mais le colonel général avoir un bonnet!
Monsieur le comte, vous n’y pensez pas.--Comment donc? lui dit Tessé,
qu’aurois-je donc?” Lauzun le fit danser, et se fit prier longtemps, en
lui faisant accroire qu’il savoit mieux qu’il ne disoit. Enfin, vaincu
par ses prières, il lui dit qu’il ne lui vouloit pas laisser commettre
une si lourde faute; que cette charge ayant été créée pour lui, il
en savoit bien toutes les distinctions, dont une des principales
étoit, lorsque le Roi voyoit les dragons, d’avoir un chapeau gris.
Tessé surpris avoue son ignorance, et dans l’effroi de la sottise où
il seroit tombé sans cet avis si à propos, se répand en actions de
grâces, et s’en va vite chez lui dépêcher un de ses gens à Paris pour
lui rapporter un chapeau gris. Le duc de Lauzun avoit bien pris garde
à tirer adroitement Tessé à part pour lui donner cette instruction, et
qu’elle ne fût entendue de personne; il se doutoit bien que Tessé, dans
la honte de son ignorance, ne s’en vanteroit à personne, et lui aussi
se garda bien d’en parler.

  [148] See above, p. 46, n. 90.

Le matin de la revue, j’allai au lever du Roi, et contre sa coutume,
j’y vis M. de Lauzun y demeurer, qui, avec ses grandes entrées,
s’en alloit toujours quand les courtisans entroient. J’y vis aussi
Tessé avec un chapeau gris, une plume noire et une grosse cocarde,
qui piaffoit et se pavanoit de son chapeau. Cela, qui me parut
extraordinaire, et la couleur du chapeau, que le Roi avoit en aversion
et dont personne ne portoit plus depuis bien des années, me frappa
et me le fit regarder, car il étoit presque vis-à-vis de moi, et M.
de Lauzun assez près de lui, un peu en arrière. Le Roi, après s’être
chaussé, et parlé à quelques-uns, avise enfin ce chapeau. Dans la
surprise où il en fut, il demanda à Tessé où il [l’]avoit pris.
L’autre, s’applaudissant, répondit qu’il lui étoit arrivé de Paris.
“Et pourquoi faire? dit le Roi.--Sire, répondit l’autre, c’est que
Votre Majesté nous fait l’honneur de nous voir aujourd’hui.--Eh bien!
reprit le Roi, de plus en plus surpris; que fait cela pour un chapeau
gris?--Sire, dit Tessé, que cette réponse commençoit à embarrasser,
c’est que le privilège du colonel général est d’avoir ce jour-là un
chapeau gris.--Un chapeau gris! reprit le Roi, où diable avez-vous
pris cela?--M. de Lauzun, Sire, pour qui vous avez créé la charge,
qui me l’a dit”: et à l’instant, le bon duc à pouffer de rire et
s’éclipser. “Lauzun s’est moqué de vous, répondit le Roi un peu
vivement: croyez-moi, envoyez tout à l’heure ce chapeau-là au général
des Prémontrés[149].” Jamais je ne vis homme plus confondu que Tessé:
il demeura les yeux baissés, et regardant ce chapeau avec une tristesse
et une honte qui rendit la scène parfaite. Aucun des spectateurs ne se
contraignit de rire, ni des plus familiers avec le Roi d’en dire son
mot. Enfin Tessé reprit assez ses sens pour s’en aller; mais toute la
cour lui en dit sa pensée, et lui demanda s’il ne connoissoit point
encore M. de Lauzun, qui en rioit sous cape quand on lui en parloit.
Avec tout cela, Tessé n’osa s’en fâcher, et la chose, quoique un peu
forte, demeura en plaisanterie, dont Tessé fut longtemps tourmenté et
bien honteux.

  [149] The order of Premonstratensian Canons was founded by St
  Norbert about 1120. The original house was at Prémontré in the
  forest of Coucy.

Presque tous les jours, les enfants de France dînoient chez le
maréchal de Boufflers, quelquefois Mme la duchesse de Bourgogne, les
princesses et les dames, mais très souvent des collations. La beauté
et la profusion de la vaisselle pour fournir à tout, et toute marquée
aux armes du maréchal, fut immense et incroyable; ce qui ne le fut pas
moins, l’exactitude des heures et des moments de tout service partout:
rien d’attendu, rien de languissant, pas plus pour les bayeurs du
peuple, et jusqu’à des laquais, que pour les premiers seigneurs, à
toutes heures et à tous venants. A quatre lieues autour de Compiègne,
les villages et les fermes étoient remplis de monde, et François et
étrangers, à ne pouvoir plus contenir personne; et cependant tout se
passa sans désordre. Ce qu’il y avoit de gentilshommes et de valets
de chambre chez le maréchal étoit un monde, tous plus polis et plus
attentifs les uns que les autres à leurs fonctions de retenir tout
ce qui paroissoit, et les faire servir depuis cinq heures du matin
jusqu’à dix et onze heures du soir, sans cesse et à mesure, et à faire
les honneurs, et une livrée prodigieuse avec grand nombre de pages. J’y
reviens malgré moi, parce que quiconque l’a vu ne le peut oublier ni
cesser d’en être dans l’admiration et l’étonnement, et de l’abondance,
et de la somptuosité, et de l’ordre, qui ne se démentit jamais d’un
seul moment ni d’un seul point.

Le Roi voulut montrer des images de tout ce qui se fait à la guerre;
on fit donc le siège de Compiègne dans les formes, mais fort abrégées:
lignes, tranchées, batteries, sapes, etc. Crenan défendoit la place.
Un ancien rempart tournoit du côté de la campagne autour du château;
il étoit de plain-pied à l’appartement du Roi, et par conséquent
élevé, et dominoit toute la campagne. Il y avoit au pied une vieille
muraille et un moulin à vent, un peu au delà de l’appartement du Roi,
sur le rempart, qui n’avoit ni banquette ni mur d’appui. Le samedi
13 septembre fut destiné à l’assaut: le Roi, suivi de toutes les
dames, et par le plus beau temps du monde, alla sur ce rempart; force
courtisans, et tout ce qu’il y avoit d’étrangers considérables. De là,
on découvroit toute la plaine et la disposition de toutes les troupes.
J’étois dans le demi-cercle, fort près du Roi, à trois pas au plus,
et personne devant moi. C’étoit le plus beau coup d’œil qu’on pût
imaginer que toute cette armée, et ce nombre prodigieux de curieux de
toutes conditions, à cheval et à pied, à distance des troupes pour ne
les point embarrasser, et ce jeu des attaquants et des défendants à
découvert, parce que, n’y ayant rien de sérieux que la montre et qu’il
n’y avoit de précaution à prendre pour les uns et les autres que la
justesse des mouvements[150]. Mais un spectacle d’une autre sorte,
et que je peindrois dans quarante ans comme aujourd’hui, tant il me
frappa, fut celui que, du haut de ce rempart, le Roi donna à toute son
armée et à cette innombrable foule d’assistants de tous états, tant
dans la plaine que dessus le rempart même.

  [150] This incorrect phrase is as Saint-Simon wrote it.

Mme de Maintenon y étoit en face de la plaine et des troupes, dans sa
chaise à porteurs, entre ses trois glaces, et ses porteurs retirés.
Sur le bâton de devant, à gauche, étoit assise Mme la duchesse de
Bourgogne; du même côté, en arrière et en demi-cercle, debout, Madame
la Duchesse, Mme la princesse de Conti et toutes les dames, et derrière
elles des hommes; à la glace droite de la chaise, le Roi debout, et,
un peu en arrière, un demi-cercle de ce qu’il y avoit en hommes de
plus distingué. Le Roi étoit presque toujours découvert, et à tous
moments se baissoit dans la glace pour parler à Mme de Maintenon, pour
lui expliquer tout ce qu’elle voyoit et les raisons de chaque chose.
A chaque fois, elle avoit l’honnêteté d’ouvrir sa glace de quatre ou
cinq doigts, jamais de la moitié, car j’y pris garde, et j’avoue que je
fus plus attentif à ce spectacle qu’à celui des troupes. Quelquefois
elle ouvrait pour quelque question au Roi; mais presque toujours
c’étoit lui qui, sans attendre qu’elle lui parlât, se baissoit tout à
fait pour l’instruire, et quelquefois qu’elle n’y prenoit pas garde,
il frappoit contre la glace pour la faire ouvrir. Jamais il ne parla
qu’à elle, hors pour donner des ordres en peu de mots et rarement,
et quelques réponses à Mme la duchesse de Bourgogne, qui tâchoit de
se faire parler, et à qui Mme de Maintenon montrait et parloit par
signes de temps en temps, sans ouvrir la glace de devant, à travers
laquelle la jeune princesse lui crioit quelque mot. J’examinois fort
les contenances: toutes marquoient une surprise honteuse, timide,
dérobée, et tout ce qui étoit derrière la chaise et les demi-cercles
avoient plus les yeux sur elle que sur l’armée, et tout dans un respect
de crainte et d’embarras. Le Roi mit souvent son chapeau sur le haut de
la chaise, pour parler dedans, et cet exercice si continuel lui devoit
fort lasser les reins. Monseigneur étoit à cheval dans la plaine,
avec les princes ses cadets, et Mgr le duc de Bourgogne, comme à tous
les autres mouvements de l’armée, avec le maréchal de Boufflers, en
fonction de général. C’étoit sur les cinq heures de l’après-dînée, par
le plus beau temps du monde et le plus à souhait.

Il y avoit, vis-à-vis la chaise à porteurs, un sentier taillé en
marches roides, qu’on ne voyoit point d’en haut, et une ouverture
au bout, qu’on avoit faite dans cette vieille muraille pour pouvoir
aller prendre les ordres du Roi d’en bas, s’il en étoit besoin. Le cas
arriva: Crenan envoya Canillac[151], colonel de Rouergue, qui étoit un
des régiments qui défendoient, pour prendre l’ordre du Roi sur je ne
sais quoi. Canillac se met à monter, et dépasse jusqu’un peu plus que
les épaules: je le vois d’ici aussi distinctement qu’alors. A mesure
que la tête dépassoit, il avisoit cette chaise, le Roi et toute cette
assistance, qu’il n’avoit point vue ni imaginée, parce que son poste
étoit en bas, au pied du rempart, d’où on ne pouvoit découvrir ce qui
étoit dessus. Ce spectacle le frappa d’un tel étonnement qu’il demeura
court à regarder, la bouche ouverte, les yeux fixes, et le visage sur
lequel le plus grand étonnement étoit peint. Il n’y eut personne qui
ne le remarquât, et le Roi le vit si bien qu’il lui dit avec émotion:
“Eh bien! Canillac, montez donc.” Canillac demeuroit; le Roi reprit:
“Montez donc; qu’est[-ce] qu’il y a?” Il acheva donc de monter, et
vint au Roi à pas lents, tremblants, et passant les yeux à droite et à
gauche, avec un air éperdu. Je l’ai déjà dit: j’étois à trois pas du
Roi; Canillac passa devant moi, et balbutia fort bas quelque chose.
“Comment dites-vous? dit le Roi; mais parlez donc.” Jamais il ne put
se remettre. Il tira de soi ce qu’il put. Le Roi, qui n’y comprit pas
grand’chose, vit bien qu’il n’en tireroit rien de mieux, répondit aussi
ce qu’il put, et ajouta d’un air chagrin: “Allez, Monsieur.” Canillac
ne se le fit pas dire deux fois, et regagna son escalier, et disparut.
A peine étoit-il dedans, que le Roi, regardant autour de lui: “Je ne
sais pas ce qu’a Canillac, dit-il, mais il a perdu la tramontane, et
n’a plus su ce qu’il me vouloit dire.” Personne ne répondit.

  [151] Marquis de Canillac, Colonel of the Rouergue regiment. For
  his portrait see XI. 233-235. He was one of the _roués_ of the
  Regency.

Vers le moment de la capitulation, Mme de Maintenon apparemment demanda
permission de s’en aller; le Roi le cria: “Les porteurs de Madame!”
Ils vinrent et l’emportèrent. Moins d’un quart d’heure après, le Roi se
retira, suivi de Mme la duchesse de Bourgogne et de presque tout ce qui
étoit là. Plusieurs se parlèrent des yeux et du coude en se retirant,
et puis à l’oreille bien bas: on ne pouvoit revenir de ce qu’on venoit
de voir. Ce fut le même effet parmi tout ce qui étoit dans la plaine:
jusqu’aux soldats demandoient ce que c’étoit que cette chaise à
porteurs et le Roi à tous moments baissé dedans; il fallut doucement
faire taire les officiers et les questions des troupes. On peut juger
de ce qu’en dirent les étrangers, et de l’effet que fit sur eux un tel
spectacle. Il fit du bruit par toute l’Europe, et y fut aussi répandu
que le camp même de Compiègne avec toute sa pompe et sa prodigieuse
splendeur. Du reste, Mme de Maintenon se produisit fort peu au camp,
et toujours dans son carrosse avec trois ou quatre familières, et alla
voir une fois ou deux le maréchal de Boufflers et les merveilles du
prodige de sa magnificence.

Le dernier grand acte de cette scène fut l’image d’une bataille entre
la première et la seconde ligne entières, l’une contre l’autre. M.
Rosen[152], le premier des lieutenants généraux du camp, la commanda
ce jour-là contre le maréchal de Boufflers, auprès duquel étoit Mgr
le duc de Bourgogne comme le général. Le Roi, Mme la duchesse de
Bourgogne, les princes, les dames, toute la cour et un monde de curieux
assistèrent à ce spectacle, le Roi et tous les hommes à cheval, les
dames en carrosse. L’exécution en fut parfaite en toutes ses parties
et dura longtemps. Mais quand ce fut à la seconde ligne à ployer et à
faire retraite, Rosen ne s’y pouvoit résoudre, et c’est ce qui allongea
fort l’action. M. de Boufflers lui manda plusieurs fois, de la part de
Mgr le duc de Bourgogne, qu’il étoit temps. Rosen entroit en colère,
et n’obéissoit point. Le Roi en rit fort, qui avoit tout réglé, et
qui voyoit aller et venir les aides de camp et la longueur de tout ce
manège, et dit: “Rosen n’aime point à faire le personnage de battu.”
A la fin il lui manda lui-même de finir et de se retirer. Rosen obéit,
mais fort mal volontiers, et brusqua un peu le porteur d’ordre. Ce fut
la conversation du retour et de tout le soir.

  [152] Conrad, Marquis de Rosen, “un grand homme sec, qui sentoit
  son reître, et qui auroit fait peur du coin d’un bois” (III. 381).

Enfin, après des attaques de retranchements, et toutes sortes d’images
de ce qui se fait à la guerre, et des revues infinies, le Roi partit de
Compiègne le lundi 22 septembre, et s’en alla avec sa même carrossée à
Chantilly, y demeura le mardi, et arriva le mercredi à Versailles, avec
autant de joie de toutes les dames qu’elles avoient eu d’empressement
à être du voyage: elles ne mangèrent point avec le Roi à Compiègne, et
y virent Mme la duchesse de Bourgogne aussi peu qu’à Versailles; il
falloit aller au camp tous les jours, et la fatigue leur parut plus
grande que le plaisir, et encore plus que la distinction qu’elles
s’en étoient proposée. Le Roi, extrêmement content de la beauté des
troupes, qui toutes avoient habillé, et avec tous les ornements que
leurs chefs avoient pu imaginer, fit donner en partant six cents francs
de gratification à chaque capitaine de cavalerie et de dragons, et
trois cents francs à chaque capitaine d’infanterie; il en fit donner
autant aux majors de tous les régiments, et distribua quelques grâces
dans sa maison. Il fit au maréchal de Boufflers un présent de cent
mille francs. Tout cela ensemble coûta beaucoup; mais, pour chacun,
ce fut une goutte d’eau. Il n’y eut point de régiment qui n’en fût
ruiné pour bien des années, corps et officiers, et, pour le maréchal
de Boufflers, je laisse à penser ce que ce fut que cent mille francs
à la magnificence, incroyable à qui l’a vue, dont il épouvanta toute
l’Europe par les relations des étrangers qui en furent témoins, et qui,
tous les jours, n’en pouvoient croire leurs yeux.



VI

THE DEATH OF MONSEIGNEUR[153]

  [153] Ed. Chéruel, VIII. cc. xii and part of xiii; ed. Boislisle,
  XXI. 5-57 and 85-89.


Ce prince, allant, comme je l’ai dit, à Meudon[154] le lendemain
des fêtes de Pâques, rencontra à Chaville un prêtre qui portoit
Notre-Seigneur à un malade, et mit pied à terre pour l’adorer à genoux
avec Mme la duchesse de Bourgogne. Il demanda à quel malade on le
portoit: il apprit que ce malade avoit la petite vérole. Il y en avoit
partout quantité. Il ne l’avoit eue que légère, volante, et enfant;
il la craignoit fort. Il en fut frappé, et dit le soir à Boudin, son
premier médecin, qu’il ne seroit pas surpris s’il l’avoit. La journée
s’étoit cependant passée tout à fait à l’ordinaire.

  [154] The _château_ of Meudon was built for the Dauphin by J.-H.
  Mansard in 1698.

Il se leva le lendemain jeudi 9, pour aller courre le loup; mais en
s’habillant il lui prit une foiblesse qui le fit tomber dans sa chaise.
Boudin le fit remettre au lit. Toute la journée fut effrayante par
l’état du pouls. Le Roi, qui en fut foiblement averti par Fagon[155],
crut que ce n’étoit rien, et s’alla promener à Marly après son
dîner, où il eut plusieurs fois des nouvelles de Meudon. Mgr et Mme
la duchesse de Bourgogne y dînèrent, et ne voulurent pas quitter
Monseigneur d’un moment. La princesse ajouta aux devoirs de belle-fille
toutes les grâces qui étoient en elle, et présenta tout de sa main à
Monseigneur. Le cœur ne pouvoit pas être troublé de ce que l’esprit lui
faisoit envisager comme possible; mais les soins et l’empressement n’en
furent pas moins marqués, sans air d’affectation ni de comédie. Mgr le
duc de Bourgogne, tout simple, tout saint, tout plein de ses devoirs,
les remplit outre mesure; et quoique il y eût déjà un grand soupçon de
petite vérole, et que ce prince ne l’eût jamais eue, ils ne voulurent
pas s’éloigner un moment de Monseigneur, et ne le quittèrent que pour
le souper du Roi.

  [155] See above, p. 57, n. 103.

A leur récit, le Roi envoya le lendemain matin, vendredi 10, des ordres
si précis à Meudon qu’il apprit à son réveil le grand péril où on
trouvoit Monseigneur. Il avoit dit la veille, en revenant de Marly,
qu’il iroit le lendemain matin à Meudon, pour y demeurer pendant toute
la maladie de Monseigneur, de quelque nature qu’elle pût être; et en
effet il s’y en alla au sortir de la messe. En partant, il défendit à
ses enfants d’y aller; il le défendit en général à quiconque n’avoit
pas eu la petite vérole, avec une réflexion de bonté, et permit à tous
ceux qui l’avoient eue de lui faire leur cour à Meudon, ou de n’y aller
pas, suivant le degré de leur peur ou de leur convenance.

Du Mont[156] renvoya plusieurs de ceux qui étoient de ce voyage de
Meudon, pour y loger la suite du Roi, qu’il borna à son service le
plus étroit, et à ses ministres, excepté le Chancelier, qui n’y coucha
pas, pour y travailler avec eux. Madame la Duchesse[157] et Mme la
princesse de Conti[158], chacune uniquement avec sa dame d’honneur,
Mlle de Lislebonne, Mme d’Espinoy et Mlle de Melun[159], comme si
particulièrement attachées à Monseigneur, et Mlle de Bouillon,
parce qu’elle ne quittoit point son père, qui suivit comme grand
chambellan[160], y avoient devancé le Roi, et furent les seules dames
qui y demeurèrent, et qui mangèrent les soirs avec le Roi, qui dîna
seul comme à Marly. Je ne parle point de Mlle Choin[161], qui y dîna
dès le mercredi, ni de Mme de Maintenon, qui vint trouver le Roi
après dîner avec Mme la duchesse de Bourgogne. Le Roi ne voulut point
qu’elle approchât de l’appartement de Monseigneur, et la renvoya assez
promptement. C’est où en étoient les choses lorsque Mme de Saint-Simon
m’envoya le courrier, les médecins souhaitant la petite vérole, dont on
étoit persuadé, quoique elle ne fût pas encore déclarée.

  [156] Governor of Meudon and a friend of Saint-Simon’s.

  [157] See above, p. 98, n. 146.

  [158] See above, p. 98, n. 147.

  [159] Mlle de Lislebonne and Mme d’Espinoy were daughters of
  Anne, Comtesse de Lislebonne, a legitimatised daughter of Charles
  IV, Duke of Lorraine, and widow of a younger brother of the Duc
  d’Elbeuf. They were both tall and had good figures; the elder,
  Mlle de Lislebonne, was plain, and the younger, wife of Louis
  de Melun, Prince d’Espinoy, was handsome. Mlle de Melun was her
  sister-in-law.

  [160] Godefroi-Maurice, Duc de Bouillon, was a nephew of Turenne.

  [161] Saint-Simon called Mlle Choin the Maintenon of Monseigneur,
  but he twice says that they were never married, and this view is
  confirmed by other evidence.

Je continuerai à parler de moi avec la même vérité dont [je] traite les
autres et les choses, avec toute l’exactitude qui m’est possible. A la
situation où j’étois à l’égard de Monseigneur et de son intime cour,
on sentira aisément quelle impression je reçus de cette nouvelle[162]:
je compris, par ce qui m’étoit mandé de l’état de Monseigneur, que la
chose en bien ou en mal seroit promptement décidée; je me trouvois fort
à mon aise à la Ferté[163]: je résolus d’y attendre des nouvelles de
la journée; je renvoyai un courrier à Mme de Saint-Simon, et je lui en
demandai un pour le lendemain. Je passai la journée dans un mouvement
vague et de flux et de reflux qui gagne et qui perd du terrain, tenant
l’homme et le chrétien en garde contre l’homme et le courtisan, avec
cette foule de choses et d’objets qui se présentoient à moi dans une
conjoncture si critique, qui me faisoit entrevoir une délivrance
inespérée, subite, sous les plus agréables apparences pour les suites.

  [162] For Saint-Simon’s enmity with the “Cabale de Meudon,” see
  the Introduction.

  [163] Saint-Simon spent Easter in every year at his country-seat
  of La Ferté-Vidame.

Le courrier que j’attendois impatiemment arriva le lendemain, dimanche
de Quasimodo[164], de bonne heure dans l’après-dînée. J’appris par lui
que la petite vérole étoit déclarée, et alloit aussi bien qu’on le
pouvoit souhaiter, et je le crus d’autant mieux que j’appris que la
veille, qui étoit celle du dimanche de Quasimodo, Mme de Maintenon,
qui à Meudon ne sortoit point de sa chambre, et qui y avoit Mme de
Dangeau[165] pour toute compagnie, avec qui elle mangeoit, étoit allée
dès le matin à Versailles, y avoit dîné chez Mme de Caylus[166], où
elle avoit vu Mme la duchesse de Bourgogne, et n’étoit pas retournée de
fort bonne heure à Meudon.

  [164] The first Sunday after Easter or Low Sunday, so called
  because the Introit of the Mass for that day begins with _Quasi
  modo geniti_ (as new-born babes) from 1 Pet. ii. 2.

  [165] See Introduction.

  [166] See above, p. 44, n. 76.

Je crus Monseigneur sauvé, et voulus demeurer chez moi; néanmoins je
crus conseil, comme j’ai fait toute ma vie, et m’en suis toujours
bien trouvé: je donnai ordre à regret pour mon départ le lendemain,
qui étoit celui de la Quasimodo, 13 avril, et je partis en effet de
bon matin. Arrivant à la Queue, à quatorze lieues de la Ferté et à
six de Versailles, un financier qui s’appeloit la Fontaine, et que
je connoissois fort pour l’avoir vu toute ma vie à la Ferté, chargé
de Senonches et des autres biens de feu Monsieur le Prince de ce
voisinage, aborda ma chaise comme je relayois; il venoit de Paris et de
Versailles, où il avoit vu des gens de Madame la Duchesse: il me dit
Monseigneur le mieux du monde, et avec des détails qui le faisoient
compter hors de danger. J’arrivai à Versailles rempli de cette opinion,
qui me fut confirmée par Mme de Saint-Simon et tout ce que je vis de
gens, en sorte qu’on ne craignoit plus que par la nature traîtresse de
cette sorte de maladie dans un homme de cinquante ans fort épais.

Le Roi tenoit son Conseil et travailloit le soir avec ses ministres,
comme à l’ordinaire. Il voyoit Monseigneur les matins et les soirs,
et plusieurs fois l’après-dînée, et toujours longtemps dans la ruelle
de son lit. Ce lundi que j’arrivai, il avoit dîné de bonne heure,
et s’étoit allé promener à Marly, où Mme la duchesse de Bourgogne
l’alla trouver. Il vit en passant au bord des jardins de Versailles
Messeigneurs ses petits-fils, qui étoient venus l’y attendre, mais
qu’il ne laissa pas approcher, et leur cria bonjour. Mme la duchesse de
Bourgogne avoit eu la petite vérole; mais il n’y paroissoit point.

Le Roi ne se plaisoit que dans ses maisons, et n’aimoit point à être
ailleurs. C’est par ce goût que ses voyages à Meudon étoient rares et
courts, et de pure complaisance. Mme de Maintenon s’y trouvoit encore
plus déplacée. Quoique sa chambre fût partout un sanctuaire où il
n’entroit que des femmes de la plus étroite privance, il lui falloit
partout une autre retraite entièrement inaccessible, sinon à Mme la
duchesse de Bourgogne, encore pour des instants, et seule. Ainsi, elle
avoit Saint-Cyr pour Versailles et pour Marly, et à Marly encore ce
Repos dont j’ai parlé ailleurs; à Fontainebleau sa maison à la ville.
Voyant donc Monseigneur si bien, et conséquemment un long séjour à
Meudon, les tapissiers du Roi eurent ordre de meubler Chaville, maison
du feu chancelier le Tellier, que Monseigneur avait achetée et mise
dans le parc de Meudon; et ce fut à Chaville où Mme de Maintenon
destina ses retraites pendant la journée.

Le Roi avoit commandé la revue des gens d’armes et des chevau-légers
pour le mercredi: tellement que tout sembloit aller à souhait.
J’écrivis en arrivant à Versailles à M. de Beauvillier[167], à Meudon,
pour le prier de dire au Roi que j’étois revenu sur la maladie de
Monseigneur, et que je serois allé à Meudon, si, n’ayant pas eu la
petite vérole, je ne me trouvois dans le cas de la défense. Il s’en
acquitta, me manda que mon retour avoit été fort à propos, et me
réitéra de la part du Roi la défense d’aller à Meudon, tant pour moi
que pour Mme de Saint-Simon, qui n’avoit point eu non plus la petite
vérole. Cette défense particulière ne m’affligea point du tout. Mme la
duchesse de Berry, qui l’avoit eue, n’eut point le privilège de voir le
Roi, comme Mme la duchesse de Bourgogne: leurs deux époux ne l’avoient
point eue. La même raison exclut M. le duc d’Orléans de voir le Roi;
mais Mme la duchesse d’Orléans, qui n’étoit pas dans le même cas, eut
permission de l’aller voir, dont elle usa pourtant fort sobrement.
Madame ne le vit point, quoique il n’y eût point pour elle de raison
d’exclusion, qui, excepté les deux fils de France, par juste crainte
pour eux, ne s’étendit dans la famille royale que selon le goût du Roi.

  [167] See below for his portrait.

Meudon, pris en soi, avoit aussi ses contrastes: la Choin y étoit dans
son grenier; Madame la Duchesse, Mlle de Lislebonne et Mme d’Espinoy
ne bougeoient de la chambre de Monseigneur, et la recluse n’y entroit
que lorsque le Roi n’y étoit pas, et que Mme la princesse de Conti,
qui y étoit aussi fort assidue, étoit retirée. Cette princesse sentit
bien qu’elle contraindrait cruellement Monseigneur, si elle ne le
mettoit en liberté là-dessus, et elle le fit de fort bonne grâce: dès
le matin du jour que le Roi arriva, et elle y avoit déjà couché, elle
dit à Monseigneur qu’il y avoit longtemps qu’elle n’ignorait pas ce
qui étoit dans Meudon, qu’elle n’avoit pu vivre hors de ce château
dans l’inquiétude où elle étoit, mais qu’il n’étoit pas juste que son
amitié fût importune; qu’elle le prioit d’en user très librement, de la
renvoyer toutes les fois que cela lui conviendrait, et qu’elle auroit
soin, de son côté, de n’entrer jamais dans sa chambre sans savoir si
elle pouvoit le voir sans l’embarrasser. Ce compliment plut infiniment
à Monseigneur. La princesse fut en effet fidèle à cette conduite, et
docile aux avis de Madame la Duchesse et des deux Lorraines pour sortir
quand il étoit à propos, sans air de chagrin ni de contrainte, et
revenoit après, quand cela se pouvoit, sans la plus légère humeur, en
quoi elle mérita de vraies louanges.

C’étoit Mlle Choin dont il étoit question, qui figurait à Meudon,
avec le P. Tellier[168], d’une façon tout à fait étrange. Tous deux
incognito, relégués chacun dans leur grenier, servis seuls chacun
dans leur chambre, vus des seuls indispensables, et sus pourtant de
chacun, avec cette différence que la demoiselle voyoit Monseigneur nuit
et jour, sans mettre le pied ailleurs, et que le confesseur alloit
chez le Roi et partout, excepté dans l’appartement de Monseigneur ni
dans tout ce qui en approchoit. Mme d’Espinoy portoit et rapportoit
les compliments entre Mme de Maintenon et Mlle Choin. Le Roi ne la
vit point. Il croyoit que Mme de Maintenon l’avoit vue: il le lui
demanda un peu sur le tard; il sut que non, et il ne l’approuva pas.
Là-dessus Mme de Maintenon chargea Mme d’Espinoy d’en faire ses excuses
à Mlle Choin, et de lui dire qu’elle espéroit qu’elles se verraient:
compliment bizarre d’une chambre à l’autre, sous le même toit. Elles ne
se virent jamais depuis.

  [168] Michel Le Tellier, the Jesuit confessor of Louis XIV. See
  VI. 241-243 for a highly unfavourable portrait of him. “Il eût
  fait peur au coin d’un bois; sa physionomie étoit ténébreuse,
  fausse, terrible; les yeux, ardents, méchants, extrêmement de
  travers: on étoit frappé en le voyant.... Grossier et ignorant
  à surprendre, insolent, impudent, impétueux, ne connoissant ni
  monde, ni mesure, ni degrés, ni ménagements, ni qui que ce fût,
  et à qui tous les moyens étoient bons pour arriver à ses fins.”

Versailles présentoit une autre scène: Mgr et Mme la duchesse de
Bourgogne y tenoient ouvertement la cour, et cette cour ressembloit à
la première pointe de l’aurore. Toute la cour étoit là rassemblée; tout
Paris y abondoit, et comme la discrétion et la précaution ne furent
jamais françoises, tout Meudon y venoit, et on en croyoit les gens sur
leur parole de n’être pas entrés chez Monseigneur ce jour-là. Lever et
coucher, dîner et souper avec les dames, conversations publiques après
les repas, promenades, étoient les heures de faire sa cour, et les
appartements ne pouvoient contenir la foule; courriers à tous quarts
d’heure, qui rappeloient l’attention aux nouvelles de Monseigneur,
cours de maladie à souhait, et facilité extrême d’espérance et de
confiance; desir et empressement de tous de plaire à la nouvelle cour;
majesté et gravité gaie dans le jeune prince et la jeune princesse,
accueil obligeant à tous, attention continuelle à parler à chacun, et
complaisance dans cette foule, satisfaction réciproque; duc et duchesse
de Berry à peu près nuls. De cette sorte s’écoulèrent cinq jours,
chacun pensant sans cesse aux futurs contingents, tâchant d’avance de
s’accommoder à tout événement.

Le mardi 14 avril, lendemain de mon retour de la Ferté à Versailles,
le Roi, qui, comme j’ai dit, s’ennuyoit à Meudon, donna à l’ordinaire
conseil des finances le matin, et, contre sa coutume, conseil de
dépêches l’après-dînée, pour en remplir le vide. J’allai voir le
Chancelier à son retour de ce dernier conseil, et je m’informai
beaucoup à lui de l’état de Monseigneur. Il me l’assura bon, et me dit
que Fagon lui avoit dit ces mêmes mots: que les choses alloient selon
leurs souhaits, et au delà de leurs espérances. Le Chancelier me parut
dans une grande confiance, et j’y ajoutai foi d’autant plus aisément
qu’il étoit extrêmement bien avec Monseigneur, et qu’il ne bannissoit
pas toute crainte, mais sans en avoir d’autre que celle de la nature
propre à cette sorte de maladie.

Les harengères de Paris, amies fidèles de Monseigneur, qui s’étoient
déjà signalées à cette forte indigestion qui fut prise pour apoplexie,
donnèrent ici le second tome de leur zèle. Ce même matin, elles
arrivèrent en plusieurs carrosses de louage à Meudon. Monseigneur les
voulut voir: elles se jetèrent au pied de son lit, qu’elles baisèrent
plusieurs fois, et ravies d’apprendre de si bonnes nouvelles, elles
s’écrièrent dans leur joie qu’elles alloient réjouir tout Paris et
faire chanter le _Te Deum_. Monseigneur, qui n’étoit pas insensible
à ces marques d’amour du peuple, leur dit qu’il n’étoit pas encore
temps, et après les avoir remerciées, il ordonna qu’on leur fît voir
sa maison, qu’on les traitât à dîner, et qu’on les renvoyât avec de
l’argent.

Revenant chez moi, de chez le Chancelier, par les cours, je vis Mme la
duchesse d’Orléans se promenant sur la terrasse de l’aile Neuve, qui
m’appela, et que je ne fis semblant de voir ni d’entendre, parce que la
Montauban étoit avec elle, et je gagnai mon appartement l’esprit fort
rempli de ces bonnes nouvelles de Meudon. Ce logement étoit dans la
galerie haute de l’aile Neuve, qu’il n’y avoit presque qu’à traverser
pour être dans l’appartement de M. et de Mme la duchesse de Berry, qui
ce soir-là devoient donner à souper chez eux à M. et à Mme la duchesse
d’Orléans et à quelques dames, dont Mme de Saint-Simon se dispensa sur
ce qu’elle avoit été un peu incommodée.

Il y avoit peu que j’étois dans mon cabinet seul avec Coëttenfao, qu’on
m’annonça Mme la duchesse d’Orléans, qui venoit causer en attendant
l’heure du souper. J’allai la recevoir dans l’appartement de Mme de
Saint-Simon, qui étoit sortie, et qui revint bientôt après se mettre
en tiers avec nous. La princesse et moi étions, comme on dit, gros de
nous voir et de nous entretenir dans cette conjoncture, sur laquelle
elle et moi nous pensions si pareillement. Il n’y avoit guère qu’une
heure qu’elle étoit revenue de Meudon, où elle avoit vu le Roi, et il
en étoit alors huit du soir de ce même mardi 14 avril.

Elle me dit la même expression dont Fagon s’étoit servi, que j’avois
apprise du Chancelier; elle me rendit la confiance qui régnoit dans
Meudon; elle me vanta les soins et la capacité des médecins, qui ne
négligeoient pas jusqu’aux plus petits remèdes qu’ils ont coutume de
mépriser le plus; elle nous en exagéra le succès; et pour en parler
franchement et en avouer la honte, elle et moi nous lamentâmes ensemble
de voir Monseigneur échapper, à son âge et à sa graisse, d’un mal si
dangereux. Elle réfléchissoit tristement, mais avec ce sel et ces tons
à la Mortemart[169], qu’après une dépuration de cette sorte il ne
restoit plus la moindre pauvre petite espérance aux apoplexies, que
celle des indigestions étoit ruinée sans ressource depuis la peur que
Monseigneur en avoit prise et l’empire qu’il avoit donné sur sa santé
aux médecins; et nous conclûmes plus que langoureusement qu’il falloit
désormais compter que ce prince vivroit et régneroit longtemps: de là,
des raisonnements sans fin sur les funestes accompagnements de son
règne, sur la vanité des apparences les mieux fondées d’une vie qui
promettoit si peu, et qui trouvoit son salut et sa durée au sein du
péril et de la mort. En un mot, nous nous lâchâmes, non sans quelque
scrupule qui interrompoit de fois à autre cette rare conversation,
mais qu’avec un tour languissamment plaisant elle ramenoit toujours à
son point. Mme de Saint-Simon, tout dévotement, enrayoit tant qu’elle
pouvoit ces propos étranges; mais l’enrayure cassoit, et entretenoit
ainsi un combat très singulier entre la liberté des sentiments
humainement pour nous très raisonnables, mais qui ne laissoit pas de
nous faire sentir qu'ils n’étoient pas selon la religion.

  [169] Mme de Montespan, the mother of the Duchess, was the
  daughter of Gabriel de Rochechouart, Duc de Mortemart.

Deux heures s’écoulèrent de la sorte entre nous trois, qui nous
parurent courtes, mais que l’heure du souper termina. Mme la duchesse
d’Orléans s’en alla chez Madame sa fille, et nous passâmes dans ma
chambre, où bonne compagnie s’étoit cependant assemblée, qui soupa avec
nous.

Tandis qu’on étoit si tranquille à Versailles, et même à Meudon, tout y
changeoit de face. Le Roi avoit vu Monseigneur plusieurs fois dans la
journée, qui étoit sensible à ces marques d’amitié et de considération.
Dans la visite de l’après-dînée, avant le conseil des dépêches, le Roi
fut si frappé de l’enflure extraordinaire du visage et de la tête,
qu’il abrégea, et qu’il laissa échapper quelques larmes en sortant de
la chambre. On le rassura tant qu’on put, et, après le conseil des
dépêches, il se promena dans les jardins.

Cependant Monseigneur avoit déjà méconnu Mme la princesse de Conti,
et Boudin en avoit été alarmé. Ce prince l’avoit toujours été. Les
courtisans le voyoient tous les uns après les autres; les plus
familiers n’en bougeoient jour et nuit. Il s’informoit sans cesse à
eux si on avoit coutume d’être, dans cette maladie, dans l’état où il
se sentoit. Dans les temps où ce qu’on lui disoit pour le rassurer
lui faisoit le plus d’impression, il fondoit sur cette dépuration des
espérances de vie et de santé, et en une de ces occasions, il lui
échappa d’avouer à Mme la princesse de Conti qu’il y avoit longtemps
qu’il se sentoit fort mal sans en avoir voulu rien témoigner, et dans
un tel état de foiblesse que, le jeudi saint dernier, il n’avoit pu
durant l’office tenir sa _Semaine sainte_ dans ses mains.

Il se trouva plus mal vers quatre heures après midi, pendant le conseil
des dépêches: tellement que Boudin proposa à Fagon d’envoyer querir du
conseil, lui représenta qu’eux, médecins de la cour, qui ne voyoient
jamais aucune maladie de venin, n’en pouvoient avoir d’expérience, et
le pressa de mander promptement des médecins de Paris; mais Fagon
se mit en colère, ne se paya d’aucunes raisons, s’opiniâtra au refus
d’appeler personne, à dire qu’il étoit inutile de se commettre à des
disputes et à des contrariétés, soutint qu’ils feroient aussi bien et
mieux que tout le secours qu’ils pourroient faire venir, voulut enfin
tenir secret l’état de Monseigneur, quoique il empirât d’heure en
heure, et que sur les sept heures du soir quelques valets et quelques
courtisans même commençassent à s’en apercevoir; mais tout en ce genre
trembloit sous Fagon: il étoit là, et personne n’osoit ouvrir la
bouche pour avertir le Roi ni Mme de Maintenon. Madame la Duchesse et
Mme la princesse de Conti, dans la même impuissance, cherchoient à se
rassurer. Le rare fut qu’on voulut laisser mettre le Roi à table pour
souper, avant d’effrayer par de grands remèdes, et laisser achever son
souper sans l’interrompre et sans l’avertir de rien, qui, sur la foi de
Fagon et le silence public, croyoit Monseigneur en bon état, quoique il
l’eût trouvé enflé et changé dans l’après-dînée, et qu’il en eût été
fort peiné.

Pendant que le Roi soupoit ainsi tranquillement, la tête commença à
tourner à ceux qui étoient dans la chambre de Monseigneur. Fagon et
les autres entassèrent remèdes sur remèdes, sans en attendre l’effet.
Le curé, qui tous les soirs avant de se retirer chez lui alloit savoir
des nouvelles, trouva, contre l’ordinaire, toutes les portes ouvertes,
et les valets éperdus. Il entra dans la chambre, où voyant de quoi il
n’étoit que trop tardivement question, il courut au lit, prit la main
de Monseigneur, lui parla de Dieu, et le voyant plein de connoissance,
mais presque hors d’état de parler, il en tira ce qu’il put pour une
confession, dont qui que ce soit ne s’étoit avisé, lui suggéra des
actes de contrition. Le pauvre prince en répéta distinctement quelques
mots, confusément les autres, se frappa la poitrine, serra la main au
curé, parut pénétré des meilleurs sentiments, et reçut d’un air contrit
et desireux l’absolution du curé.

Cependant le Roi sortoit de table, et pensa tomber à la renverse
lorsque Fagon, se présentant à lui, lui cria tout troublé, que tout
étoit perdu. On peut juger quelle horreur saisit tout le monde en ce
passage si subit d’une sécurité entière à la plus désespérée extrémité.

Le Roi, à peine à lui-même, prit à l’instant le chemin de l’appartement
de Monseigneur, et réprima très sèchement l’indiscret empressement de
quelques courtisans à le retenir, disant qu’il vouloit voir encore son
fils, et s’il n’y avoit plus de remède. Comme il étoit près d’entrer
dans la chambre, Mme la princesse de Conti, qui avoit eu le temps
d’accourir chez Monseigneur dans ce court intervalle de la sortie de
table, se présenta pour l’empêcher d’entrer; elle le repoussa même
des mains, et lui dit qu’il ne falloit plus désormais penser qu’à
lui-même. Alors le Roi, presque en foiblesse d’un renversement si subit
et si entier, se laissa aller sur un canapé qui se trouva à l’entrée
de la porte du cabinet par lequel il étoit entré, qui donnoit dans la
chambre: il demandoit des nouvelles à tout ce qui en sortoit, sans que
presque personne osât lui répondre. En descendant chez Monseigneur, car
il logeoit au-dessus de lui, il avoit envoyé chercher le P. Tellier,
qui venoit de se mettre au lit. Il fut bientôt rhabillé et arrivé
dans la chambre; mais il n’étoit plus temps, à ce qu’ont dit depuis
tous les domestiques, quoique le jésuite, peut-être pour consoler le
Roi, lui eût assuré qu’il avoit donné une absolution bien fondée. Mme
de Maintenon, accourue auprès du Roi, et assise sur le même canapé,
tâchoit de pleurer. Elle essayoit d’emmener le Roi, dont les carrosses
étoient déjà prêts dans la cour; mais il n’y eut pas moyen de l’y faire
résoudre que Monseigneur ne fût expiré.

Cette agonie sans connoissance dura près d’une heure depuis que le Roi
fut dans le cabinet. Madame la Duchesse et Mme la princesse de Conti
se partageoient entre les soins du mourant et ceux du Roi, près duquel
elles revenoient souvent, tandis que la Faculté confondue, les valets
éperdus, le courtisan bourdonnant, se poussoient les uns les autres, et
cheminoient sans cesse sans presque changer de lieu. Enfin le moment
fatal arriva: Fagon sortit, qui le laissa entendre.

Le Roi, fort affligé, et très peiné du défaut de confession, maltraita
un peu ce premier médecin, puis sortit, emmené par Mme de Maintenon et
par les deux princesses. L’appartement étoit de plein pied à la cour,
et comme il se présenta pour monter en carrosse, il trouva devant lui
la berline[170] de Monseigneur. Il fit signe de la main qu’on lui
amenât un autre carrosse, par la peine que lui faisoit celui-là. Il
n’en fut pas néanmoins tellement occupé que, voyant Pontchartrain, il
ne l’appelât pour lui dire d’avertir son père et les autres ministres
de se trouver le lendemain matin, un peu tard, à Marly, pour le conseil
d’État ordinaire du mercredi. Sans commenter ce sens froid, je me
contenterai de rapporter la surprise extrême de tous les témoins et de
tous ceux qui l’apprirent. Pontchartrain répondit que, ne s’agissant
que d’affaires courantes, il vaudrait mieux remettre le conseil d’un
jour que de l’en importuner. Le Roi y consentit. Il monta avec peine
en carrosse, appuyé des deux côtés, Mme de Maintenon tout de suite
après, qui se mit à côté de lui; Madame la Duchesse et Mme la princesse
de Conti montèrent après elle, et se mirent sur le devant. Une foule
d’officiers de Monseigneur se jetèrent à genoux tout du long de la
cour, des deux côtés, sur le passage du Roi, lui criant avec des
hurlements étranges d’avoir compassion d’eux, qui avoient tout perdu et
qui mouraient de faim.

  [170] A form of coach invented at Berlin, much used for
  travelling, being lighter and better hung than an ordinary
  post-chaise.

Tandis que Meudon étoit rempli d’horreur, tout étoit tranquille à
Versailles, sans en avoir le moindre soupçon. Nous avions soupé; la
compagnie, quelque temps après, s’étoit retirée, et je causois avec
Mme de Saint-Simon, qui achevoit de se déshabiller pour se mettre au
lit, lorsqu’un ancien valet de chambre à qui elle avoit donné une
charge de garçon de la chambre de Mme la duchesse de Berry, et qui y
servoit à table, entra tout effarouché. Il nous dit qu’il falloit qu’il
y eût de mauvaises nouvelles de Meudon; que Mgr le duc de Bourgogne
venoit d’envoyer parler à l’oreille à M. le duc de Berry, à qui les
yeux avoient rougi à l’instant; qu’aussitôt il étoit sorti de table,
et que, sur un second message fort prompt, la table où la compagnie
étoit restée s’étoit levée avec précipitation, et que tout le monde
étoit passé dans le cabinet. Un changement si subit rendit ma surprise
extrême; je courus chez Mme la duchesse de Berry aussitôt: il n’y
avoit plus personne; ils étoient tous allés chez Mme la duchesse de
Bourgogne. J’y poussai tout de suite.

J’y trouvai tout Versailles rassemblé ou y arrivant, toutes les dames
en déshabillé, la plupart prêtes à se mettre au lit, toutes les portes
ouvertes, et tout en trouble. J’appris que Monseigneur avoit reçu
l’extrême-onction, qu’il étoit sans connoissance et hors de toute
espérance, et que le Roi avoit mandé à Mme la duchesse de Bourgogne
qu’il s’en alloit à Marly, et de le venir attendre dans l’avenue entre
les deux écuries, pour le voir en passant.

Le spectacle attira toute l’attention que j’y pus donner parmi les
divers mouvements de mon âme et ce qui tout à la fois se présenta à
mon esprit. Les deux princes et les deux princesses étoient dans le
petit cabinet derrière la ruelle du lit; la toilette pour le coucher
étoit à l’ordinaire dans la chambre de Mme la duchesse de Bourgogne,
remplie de toute la cour en confusion; elle alloit et venoit du cabinet
dans la chambre, en attendant le moment d’aller au passage du Roi,
et son maintien, toujours avec ses mêmes grâces, étoit un maintien
de trouble et de compassion que celui de chacun sembloit prendre
pour douleur; elle disoit ou répondoit, en passant devant les uns
et les autres, quelques mots rares. Tous les assistants étoient des
personnages vraiment expressifs; il ne falloit qu’avoir des yeux, sans
aucune connoissance de la cour, pour distinguer les intérêts peints
sur les visages, ou le néant de ceux qui n’étoient de rien: ceux-ci
tranquilles à eux-mêmes, les autres pénétrés de douleur ou de gravité
et d’attention sur eux-mêmes, pour cacher leur élargissement et leur
joie.

Mon premier mouvement fut de m’informer à plus d’une fois, de ne croire
qu’à peine au spectacle et aux paroles, ensuite de craindre trop peu
de cause pour tant d’alarme, enfin de retour sur moi-même, par la
considération de la misère commune à tous les hommes, et que moi-même
je me trouverois un jour aux portes de la mort. La joie néanmoins
perçoit à travers les réflexions momentanées de religion et d’humanité
par lesquelles j’essayois de me rappeler; ma délivrance particulière
me sembloit si grande et si inespérée qu’il me sembloit, avec une
évidence encore plus parfaite que la vérité, que l’État gagnoit tout en
une telle perte. Parmi ces pensées, je sentois malgré moi un reste de
crainte que le malade en réchappât, et j’en avois une extrême honte.

Enfoncé de la sorte en moi-même, je ne laissai pas de mander à Mme de
Saint-Simon qu’il étoit à propos qu’elle vînt, et de percer de mes
regards clandestins chaque visage, chaque maintien, chaque mouvement,
d’y délecter ma curiosité, d’y nourrir les idées que je m’étois formées
de chaque personnage, qui ne m’ont jamais guère trompé, et de tirer de
justes conjectures de la vérité de ces premiers élans, dont on est si
rarement maître, et qui par là, à qui connoît la carte et les gens,
deviennent des indications sûres des liaisons et des sentiments les
moins visibles en tous autres temps rassis.

Je vis arriver Mme la duchesse d’Orléans, dont la contenance
majestueuse et compassée ne disoit rien; elle entra dans le petit
cabinet, d’où bientôt après elle sortit avec M. le duc d’Orléans,
duquel l’activité et l’air turbulent marquoient plus l’émotion du
spectacle que tout autre sentiment. Ils s’en allèrent, et je le
remarque exprès par ce qui bientôt après arriva en ma présence.

Quelques moments après, je vis de loin, vers la porte du petit cabinet,
Mgr le duc de Bourgogne avec un air fort ému et peiné; mais le coup
d’œil que j’assenai vivement sur lui ne m’y rendit rien de tendre, et
ne me rendit que l’occupation profonde d’un esprit saisi.

Valets et femmes de chambre crioient déjà indiscrètement, et leur
douleur prouva bien tout ce que cette espèce de gens alloit perdre.
Vers minuit et demi, on eut des nouvelles du Roi, et aussitôt je vis
Mme la duchesse de Bourgogne sortir du petit cabinet avec Mgr le duc de
Bourgogne, l’air alors plus touché qu’il ne m’avoit paru la première
fois, et qui rentra aussitôt dans le cabinet. La princesse prit à sa
toilette son écharpe et ses coiffes, debout et d’un air délibéré,
traversa la chambre, les yeux à peine mouillés, mais trahie par de
curieux regards lancés de part et d’autre à la dérobée, et, suivie
seulement de ses dames, gagna son carrosse par le grand escalier.

Comme elle sortit de sa chambre, je pris mon temps pour aller chez
Mme la duchesse d’Orléans, avec qui je grillois d’être. Entrant chez
elle, j’appris qu’ils étoient chez Madame; je poussai jusque-là à
travers leurs appartements. Je trouvai Mme la duchesse d’Orléans qui
retournoit chez elle, et qui, d’un air fort sérieux, me dit de revenir
avec elle. M. le duc d’Orléans étoit demeuré. Elle s’assit dans sa
chambre, et auprès d’elle la duchesse de Villeroy[171], la maréchale de
Rochefort[172], et cinq ou six dames familières. Je petillois cependant
de tant de compagnie; Mme la duchesse d’Orléans, qui n’en étoit pas
moins importunée, prit une bougie et passa derrière sa chambre. J’allai
alors dire un mot à l’oreille à la duchesse de Villeroy: elle et moi
pensions de même sur l’événement présent; elle me poussa, et me dit
tout bas de me bien contenir. J’étouffois de silence parmi les plaintes
et les surprises narratives de ces dames, lorsque M. le duc d’Orléans
parut à la porte du cabinet et m’appela.

  [171] Marguerite Le Tellier, daughter of Louvois. For her
  portrait see VIII. 310 f.

  [172] Marie de Laval, widow of the Maréchal-Marquis de Rochefort,
  formerly Bedchamber-woman to the Dauphine.

Je le suivis dans son arrière-cabinet en bas sur la galerie, lui
près de se trouver mal, et moi les jambes tremblantes de tout ce qui
se passoit sous mes yeux et au dedans de moi. Nous nous assîmes par
hasard vis-à-vis l’un de l’autre: mais quel fut mon étonnement lorsque
incontinent après je vis les larmes lui tomber des yeux: “Monsieur!”
m’écriai-je en me levant dans l’excès de ma surprise. Il me comprit
aussitôt, et me répondit d’une voix coupée et pleurant véritablement:
“Vous avez raison d’être surpris, et je le suis moi-même; mais le
spectacle touche. C’est un bon homme avec qui j’ai passé ma vie; il
m’a bien traité et avec amitié tant qu’on l’a laissé faire et qu’il
a agi de lui-même. Je sens bien que l’affliction ne peut pas être
longue; mais ce sera dans quelques jours que je trouverai tous les
motifs de me consoler dans l’état où on m’avoit mis avec lui; mais
présentement le sang, la proximité, l’humanité, tout touche, et les
entrailles s’émeuvent.” Je louai ce sentiment; mais j’en avouai mon
extrême surprise par la façon dont il étoit avec Monseigneur. Il se
leva, se mit la tête dans un coin, le nez dedans, et pleura amèrement
et à sanglots, chose que, si je n’avois vue, je n’eusse jamais crue.
Après quelque peu de silence, je l’exhortai à se calmer: je lui
représentai qu’incessamment il faudroit retourner chez Mme la duchesse
de Bourgogne, et que si on l’y voyoit avec des yeux pleureux, il n’y
avoit personne qui ne s’en moquât comme d’une comédie très déplacée,
à la façon dont toute la cour savoit qu’il étoit avec Monseigneur. Il
fit donc ce qu’il put pour arrêter ses larmes, et pour bien essuyer et
retaper ses yeux. Il y travailloit encore, lorsqu’il fut averti que Mme
la duchesse de Bourgogne arrivoit, et que Mme la duchesse d’Orléans
alloit retourner chez elle. Il la fut joindre, et je les y suivis.

Mme la duchesse de Bourgogne, arrêtée dans l’avenue entre les deux
écuries, n’avoit attendu le Roi que fort peu de temps; dès qu’il
approcha, elle mit pied à terre et alla à sa portière. Mme de
Maintenon, qui étoit de ce même côté, lui cria: “Où allez-vous, Madame?
N’approchez pas; nous sommes pestiférés.” Je n’ai point su quel
mouvement fit le Roi, qui ne l’embrassa point à cause du mauvais air.
La princesse à l’instant regagna son carrosse, et s’en revint.

Le beau secret que Fagon avoit imposé sur l’état de Monseigneur avoit
si bien trompé tout le monde, que le duc de Beauvillier étoit revenu à
Versailles après le conseil de dépêches, et qu’il y coucha contre son
ordinaire depuis la maladie de Monseigneur. Comme il se levoit fort
matin, il se couchoit toujours sur les dix heures, et il s’étoit mis au
lit sans se défier de rien. Il n’y fut pas longtemps sans être réveillé
par un message de Mme la duchesse de Bourgogne, qui l’envoya chercher,
et il arriva dans son appartement peu avant son retour du passage du
Roi. Elle retrouva les deux princes et Mme la duchesse de Berry, avec
le duc de Beauvillier, dans ce petit cabinet où elle les avoit laissés.

Après les premiers embrassements d’un retour qui signifioit tout, le
duc de Beauvillier, qui les vit étouffants dans ce petit lieu, les fit
passer par la chambre dans le salon qui la sépare de la galerie, dont,
depuis quelque temps, on avoit fermé ce salon d’une porte pour en faire
un grand cabinet. On y ouvrit des fenêtres, et les deux princes, ayant
chacun sa princesse à son côté, s’assirent sur un même canapé près des
fenêtres, le dos à la galerie, tout le monde épars, assis et debout, et
en confusion dans ce salon, et les dames les plus familières par terre
aux pieds ou proche du canapé des princes.

Là, dans la chambre et par tout l’appartement, on lisoit apertement
sur les visages. Monseigneur n’étoit plus; on le savoit, on le disoit;
nul contrainte ne retenoit plus à son égard, et ces premiers moments
étoient ceux des premiers mouvements peints au naturel, et pour lors
affranchis de toute politique, quoique avec sagesse, par le trouble,
l’agitation, la surprise, la foule, le spectacle confus de cette nuit
si rassemblée.

Les premières pièces offroient les mugissements contenus des valets,
désespérés de la perte d’un maître si fait exprès pour eux, et pour les
consoler d’une autre qu’ils ne prévoyoient qu’avec transissement, et
qui par celle-ci devenoit la leur propre. Parmi eux s’en remarquoient
d’autres des plus éveillés de gens principaux de la cour, qui étoient
accourus aux nouvelles, et qui montroient bien à leur air de quelle
boutique ils étoient balayeurs.

Plus avant commençoit la foule des courtisans de toute espèce. Le plus
grand nombre, c’est-à-dire les sots, tiroient des soupirs de leurs
talons, et, avec des yeux égarés et secs, louoient Monseigneur, mais
toujours de la même louange, c’est-à-dire de bonté, et plaignoient
le Roi de la perte d’un si bon fils. Les plus fins d’entre eux, ou
les plus considérables, s’inquiétoient déjà de la santé du Roi; ils
se savoient bon gré de conserver tant de jugement parmi ce trouble,
et n’en laissoient pas douter par la fréquence de leurs répétitions.
D’autres, vraiment affligés, et de cabale frappée, pleuroient
amèrement, ou se contenoient avec un effort aussi aisé à remarquer que
les sanglots. Les plus forts de ceux-là, ou les plus politiques, les
yeux fichés à terre, et reclus en des coins, méditoient profondément
aux suites d’un événement si peu attendu, et bien davantage sur
eux-mêmes. Parmi ces diverses sortes d’affligés, point ou peu de
propos, de conversation nulle, quelque exclamation parfois échappée à
la douleur, et parfois répondue par une douleur voisine, un mot en un
quart d’heure, des yeux sombres ou hagards, des mouvements de mains
moins rares qu’involontaires, immobilité du reste presque entière;
les simples curieux et peu soucieux presque nuls, hors les sots, qui
avoient le caquet en partage; les questions, et le redoublement du
désespoir des affligés, et l’importunité pour les autres. Ceux qui
déjà regardoient cet événement comme favorable avoient beau pousser
la gravité jusqu’au maintien chagrin et austère; le tout n’étoit
qu’un voile clair, qui n’empêchoit pas de bons yeux de remarquer et
de distinguer tous leurs traits. Ceux-ci se tenoient aussi tenaces
en place que les plus touchés, en garde contre l’opinion, contre
la curiosité, contre leur satisfaction, contre leurs mouvements;
mais leurs yeux suppléoient au peu d’agitation de leurs corps. Des
changements de posture, comme des gens peu assis ou mal debout; un
certain soin de s’éviter les uns les autres, même de se rencontrer des
yeux; les accidents momentanés qui arrivoient de ces rencontres; un je
ne sais quoi de plus vif, de plus libre en toute la personne, à travers
le soin de se tenir et de se composer; un vif, une sorte d’étincelant
autour d’eux, les distinguoit malgré qu’ils en eussent.

Les deux princes et les deux princesses assises à leurs côtés, prenant
soin d’eux, étoient les plus exposés à la pleine vue. Mgr le duc de
Bourgogne pleuroit d’attendrissement et de bonne foi, avec un air de
douceur, des larmes de nature, de religion, de patience. M. le duc de
Berry, tout d’aussi bonne foi, en versoit en abondance, mais des larmes
pour ainsi dire sanglantes, tant l’amertume en paroissoit grande, et
poussoit non des sanglots, mais des cris, mais des hurlements. Il se
taisoit parfois, mais de suffocation, puis éclatoit, mais avec un tel
bruit, et un bruit si fort, la trompette forcée du désespoir, que la
plupart éclatoient aussi à ces redoublements si douloureux, ou par
un aiguillon d’amertume, ou par un aiguillon de bienséance. Cela fut
au point qu’il fallut le déshabiller là même, et se précautionner
de remèdes et de gens de la Faculté. Mme la duchesse de Berry étoit
hors d’elle; on verra bientôt pourquoi. Le désespoir le plus amer
étoit peint avec horreur sur son visage. On y voyoit comme écrit une
rage de douleur, non d’amitié, mais d’intérêt; des intervalles secs,
mais profonds et farouches, puis un torrent de larmes et de gestes
involontaires, et cependant retenus, qui montroit une amertume d’âme
extrême, fruit de la méditation profonde qui venoit de précéder.
Souvent réveillée par les cris de son époux, prompte à le secourir, à
le soutenir, à l’embrasser, à lui présenter quelque chose à sentir,
on voyoit un soin vif pour lui, mais tôt après une chute profonde en
elle-même, puis un torrent de larmes qui lui aidoient à suffoquer
ses cris. Mme la duchesse de Bourgogne consoloit aussi son époux,
et y avoit moins de peine qu’à acquérir le besoin d’être elle-même
consolée, à quoi pourtant, sans rien montrer de faux, on voyoit bien
qu’elle faisoit de son mieux pour s’acquitter d’un devoir pressant de
bienséance sentie, mais qui se refuse au plus grand besoin: le fréquent
moucher répondoit aux cris du prince son beau-frère; quelques larmes
amenées du spectacle, et souvent entretenues avec soin, fournissoient
à l’art du mouchoir pour rougir et grossir les yeux et barbouiller le
visage, et cependant le coup d’œil fréquemment dérobé se promenoit sur
l’assistance et sur la contenance de chacun.

Le duc de Beauvillier, debout auprès d’eux, l’air tranquille et froid,
comme à chose non avenue ou à spectacle ordinaire, donnoit ses ordres
pour le soulagement des princes, pour que peu de gens entrassent,
quoique les portes fussent ouvertes à chacun, en un mot pour tout ce
qu’il étoit besoin, sans empressement, sans se méprendre en quoi que
ce soit ni aux gens ni aux choses: vous l’auriez cru au lever ou au
petit couvert, servant à l’ordinaire. Ce flegme dura sans la moindre
altération, également éloigné d’être aise par religion et de cacher
aussi le peu d’affliction qu’il ressentoit, pour conserver toujours la
vérité.

Madame, rhabillée en grand habit, arriva hurlante, ne sachant bonnement
pourquoi ni l’un ni l’autre, les inonda tous de ses larmes en les
embrassant, fit retentir le château d’un renouvellement de cris, et
fournit un spectacle bizarre d’une princesse qui se remet en cérémonie,
en pleine nuit, pour venir pleurer et crier parmi une foule de femmes
en déshabillé de nuit, presque en mascarades.

Mme la duchesse d’Orléans s’étoit éloignée des princes, et s’étoit
assise le dos à la galerie, vers la cheminée, avec quelques dames. Tout
étant fort silencieux autour d’elle, ces dames peu à peu se retirèrent
d’auprès elle, et lui firent grand plaisir. Il n’y resta que la
duchesse Sforze[173], la duchesse de Villeroy, Mme de Castries[174],
sa dame d’atour, et Mme de Saint-Simon. Ravies de leur liberté, elles
s’approchèrent en un tas, tout le long d’un lit de veille à pavillon et
le joignant, et comme elles étoient toutes affectées de même à l’égard
de l’événement qui rassembloit là tant de monde, elles se mirent à en
deviser tout bas ensemble dans ce groupe avec liberté.

  [173] Niece of Mme de Montespan and widow of the Duke of Sforza.

  [174] See below, p. 142, for her portrait.

Dans la galerie et dans ce salon il y avoit plusieurs lits de veille,
comme dans tout le grand appartement, pour la sûreté, où couchoient
des Suisses de l’appartement et des frotteurs, et ils y avoient été
mis à l’ordinaire avant les mauvaises nouvelles de Meudon. Au fort de
la conversation de ces dames, Mme de Castries, qui touchoit au lit,
le sentit remuer, et en fut fort effrayée, car elle l’étoit de tout,
quoique avec beaucoup d’esprit. Un moment après elles virent un gros
bras presque nu relever tout à coup le pavillon, qui leur montra un bon
gros Suisse entre deux draps, demi-éveillé et tout ébahi, très long à
reconnoître son monde, qu’il regardoit fixement l’un après l’autre,
qui enfin, ne jugeant pas à propos de se lever en si grande compagnie,
se renfonça dans son lit et ferma son pavillon. Le bonhomme s’étoit
apparemment couché avant que personne eût rien appris, et avoit assez
profondément dormi depuis pour ne s’être réveillé qu’alors. Les plus
tristes spectacles sont assez souvent sujets aux contrastes les plus
ridicules: celui-ci fit rire quelque dame de là autour, et quelque peur
à Mme la duchesse d’Orléans et à ce qui causoit avec elle, d’avoir
été entendues; mais, réflexion faite, le sommeil et la grossièreté du
personnage les rassura.

La duchesse de Villeroy, qui ne faisoit presque que les joindre,
s’étoit fourrée un peu auparavant dans le petit cabinet, avec la
comtesse de Roucy[175] et quelques dames du palais, dont Mme de
Levis[176] n’avoit osé approcher, par penser trop conformément à la
duchesse de Villeroy. Elles y étoient quand j’arrivai.

  [175] Daughter of the Duc d’Arpajou and wife of the Comte de
  Roucy, who was a nephew of the Maréchal de Lorges. “C’étoit
  une personne extrêmement laide, qui avoit de l’esprit, fort
  glorieuse, pleine d’ambition, folle des moindres distinctions,
  engouée à l’excès de la cour... qui vivoit noyée de biens,
  d’affaires et de créanciers, envieuse, haineuse, par conséquent
  peu aimée, et qui, pour couronner tout cela, ne manquoit point de
  grand messes à la paroisse et rarement à communier tous les huit
  jours. Son mari n’avoit qu’une belle, mais forte figure: glorieux
  et bas plus qu’elle, panier percé qui jouoit tout et perdoit
  tout... Il étoit de tout avec Monseigneur.” (I. 346.)

  [176] See above, p. 80, n. 120.

Je voulois douter encore, quoique tout me montrât ce qui étoit, mais
je ne pus me résoudre à m’abandonner à le croire que le mot ne m’en
fût prononcé par quelqu’un à qui on pût ajouter foi. Le hasard me
fit rencontrer M. d’O[177], à qui je le demandai, et qui me le dit
nettement. Cela su, je tâchai de n’en être pas bien aise. Je ne sais
pas trop si j’y réussis bien, mais au moins est-il vrai que ni joie
ni douleur n’émoussèrent ma curiosité, et qu’en prenant bien garde
à conserver toute bienséance, je ne me crus pas engagé par rien au
personnage douloureux. Je ne craignois plus les retours du feu de
la citadelle de Meudon, ni les cruelles courses de son implacable
garnison, et je me contraignis moins qu’avant le passage du Roi pour
Marly de considérer plus librement toute cette nombreuse compagnie,
d’arrêter mes yeux sur les plus touchés et sur ceux qui l’étoient le
moins avec une affection différente, de suivre les uns et les autres de
mes regards, et de les en percer tous à la dérobée. Il faut avouer que,
pour qui est bien au fait de la carte intime d’une cour, les premiers
spectacles d’événements rares de cette nature, si intéressante à tant
de divers égards, sont d’une satisfaction extrême: chaque visage vous
rappelle les soins, les intrigues, les sueurs employées à l’avancement
des fortunes, à la formation, à la force des cabales, les adresses à se
maintenir et à en écarter d’autres, les moyens de toute espèce mis en
œuvre pour cela, les liaisons plus ou moins avancées, les éloignements,
les froideurs, les haines, les mauvais offices, les manèges, les
avances, les ménagements, les petitesses, les bassesses de chacun,
le déconcertement des uns au milieu de leur chemin, au milieu ou au
comble de leurs espérances, la stupeur de ceux qui en jouissoient en
plein, le poids donné du même coup à leurs contraires et à la cabale
opposée, la vertu de ressort qui pousse dans cet instant leurs menées
et leurs concerts à bien, la satisfaction extrême et inespérée de
ceux-là, et j’en étois des plus avant, la rage qu’en conçoivent les
autres, leur embarras et leur dépit à le cacher, la promptitude des
yeux à voler partout en sondant les âmes à la faveur de ce premier
trouble de surprise et de dérangement subit, la combinaison de tout ce
qu’on y remarque, l’étonnement de ne pas trouver ce qu’on avoit cru
de quelques-uns, faute de cœur ou d’assez d’esprit en eux, et plus en
d’autres qu’on n’avoit pensé: tout cet amas d’objets vifs et de choses
si importantes forme un plaisir à qui le sait prendre qui, tout peu
solide qu’il devient, est un des plus grands dont on puisse jouir dans
une cour.

  [177] See above, p. 73, n. 112.

Ce fut donc à celui-là que je me livrai tout entier en moi-même, avec
d’autant plus d’abandon que, dans une délivrance bien réelle, je me
trouvois étroitement lié et embarqué avec les têtes principales qui
n’avoient point de larmes à donner à leurs yeux. Je jouissois de leur
avantage sans contre-poids, et de leur satisfaction qui augmentoit
la mienne, qui consolidoit mes espérances, qui me les élevoit, qui
m’assuroit un repos auquel, sans cet événement, je voyois si peu
d’apparence que je ne cessois point de m’inquiéter d’un triste avenir,
et que d’autre part, ennemi de liaison, et presque personnel, des
principaux personnages que cette perte accabloit, je vis [du] premier
coup d’œil vivement porté, tout ce qui leur échappoit et tout ce qui
les accableroit, avec un plaisir qui ne se peut rendre. J’avois si
fort imprimé dans ma tête les différentes cabales, leurs subdivisions,
leurs replis, leurs divers personnages et leurs degrés, la connoissance
de leurs chemins, de leurs ressorts, de leurs divers intérêts, que la
méditation de plusieurs jours ne m’auroit pas développé et représenté
toutes ces choses plus nettement que ce premier aspect de tous ces
visages, qui me rappeloient encore ceux que je ne voyois pas, et qui
n’étoient pas les moins friands à s’en repaître.

Je m’arrêtai donc un peu à considérer le spectacle de ces différentes
pièces de ce vaste et tumultueux appartement. Cette sorte de désordre
dura bien une heure, où la duchesse du Lude[178] ne parut point,
retenue au lit par la goutte. A la fin M. de Beauvillier s’avisa qu’il
étoit temps de délivrer les deux princes d’un si fâcheux public. Il
leur proposa donc que M. et Mme la duchesse de Berry se retirassent
dans leur appartement, et le monde de celui de Mme la duchesse
de Bourgogne. Cet avis fut aussitôt embrassé. M. le duc de Berry
s’achemina donc, partie seul et quelquefois appuyé par son épouse, Mme
de Saint-Simon avec eux, et une poignée de gens. Je les suivis de loin,
pour ne pas exposer ma curiosité plus longtemps. Ce prince vouloit
coucher chez lui; mais Mme la duchesse de Berry ne le voulut pas
quitter. Il était si suffoqué et elle aussi, qu’on fit demeurer auprès
d’eux une Faculté complète et munie.

  [178] See above, p. 44, n. 77.

Toute leur nuit se passa en larmes et en cris. De fois à autre M. le
duc de Berry demandoit des nouvelles de Meudon, sans vouloir comprendre
la cause de la retraite du Roi à Marly. Quelquefois il s’informoit
s’il n’y avoit plus d’espérance. Il vouloit envoyer aux nouvelles; et
ce ne fut qu’assez avant dans la matinée que le funeste rideau fut
tiré de devant ses yeux, tant la nature et l’intérêt ont de peine à se
persuader des maux extrêmes sans remède. On ne peut rendre l’état où il
fut quand il se sentit enfin dans toute son étendue. Celui de Mme la
duchesse de Berry ne fut guère meilleur, mais qui ne l’empêcha pas de
prendre de lui tous les soins possibles.

La nuit de M. et de Mme la duchesse de Bourgogne fut plus tranquille;
ils se couchèrent assez paisiblement. Mme de Levis dit tout bas à la
princesse que, n’ayant pas lieu d’être affligée, il seroit horrible
de lui voir jouer la comédie. Elle répondit bien naturellement
que, sans comédie, la pitié et le spectacle la touchoient et la
bienséance la contenoit, et rien de plus; et en effet elle se tint
dans ces bornes-là, avec vérité et avec décence. Ils voulurent que
quelques-unes des dames du palais passassent la nuit dans leur chambre
dans des fauteuils. Le rideau demeura ouvert, et cette chambre devint
aussitôt le palais de Morphée. Le prince et la princesse s’endormirent
promptement, s’éveillèrent une fois ou deux un instant; à la vérité,
ils se levèrent d’assez bonne heure, et assez doucement. Le réservoir
d’eau étoit tari chez eux; les larmes ne revinrent plus depuis que
rares et foibles, à force d’occasion. Les dames qui avoient veillé et
dormi dans cette chambre contèrent à leurs amis ce qui s’y étoit passé.
Personne n’en fut surpris, et comme il n’y avoit plus de Monseigneur,
personne aussi n’en fut scandalisé.

Mme de Saint-Simon et moi, au sortir de chez M. et Mme la duchesse de
Berry, nous fûmes encore deux heures ensemble. La raison, plutôt que le
besoin, nous fit coucher, mais avec si peu de sommeil qu’à sept heures
du matin j’étois debout; mais, il faut l’avouer, de telles insomnies
sont douces, et de tels réveils savoureux.

L’horreur régnoit à Meudon. Dès que le Roi en fut parti, tout ce qu’il
y avoit de gens de la cour le suivirent, et s’entassèrent dans ce
qui se trouva de carrosses, et dans ce qu’il en vint aussitôt après.
En un instant Meudon se trouva vide. Mlle de Lislebonne et Mlle de
Melun montèrent chez Mlle Choin, qui, recluse dans son grenier, ne
faisoit que commencer à entrer dans les transes funestes. Elle avoit
tout ignoré; personne n’avoit pris soin de lui apprendre de tristes
nouvelles; elle ne fut instruite de son malheur que par les cris. Ces
deux amies la jetèrent dans un carrosse de louage qui se trouva encore
là par hasard, y montèrent avec elle, et la menèrent à Paris.

Pontchartrain, avant partir, monta chez Voysin[179]. Il trouva ses gens
difficiles à ouvrir, et lui profondément endormi; il s’étoit couché
sans aucun soupçon sinistre, et fut étrangement surpris à ce réveil. Le
comte de Brionne[180] le fut bien davantage. Lui et ses gens s’étoient
couchés dans la même confiance; personne ne songea à eux. Lorsqu’en se
levant il sentit ce grand silence, il voulut aller aux nouvelles, et ne
trouva personne, jusqu’à ce que, dans cette surprise, il apprit enfin
ce qui étoit arrivé.

  [179] Daniel-François Voysin succeeded Chamillart as Secretary of
  State for War in 1709. For his portrait see VI. 444-446.

  [180] Henri de Lorraine, Comte de Brionne, son of the Comte
  d’Armagnac, _grand écuyer_, known as M. le Grand. He was the best
  dancer of his day, “un assez honnête homme, mais si court et si
  plat que rien n’étoit au-dessous... d’un mérite qui se servit
  borné aux jambons s’il fût né d’un père qui en eût vendu” (IX.
  286-287).

Cette foule de bas officiers de Monseigneur, et bien d’autres, errèrent
toute la nuit dans les jardins. Plusieurs courtisans étoient partis
épars à pied. La dissipation fut entière et la dispersion générale. Un
ou deux valets au plus demeurèrent auprès du corps, et, ce qui est très
digne de louange, la Vallière[181] fut le seul des courtisans qui, ne
l’ayant point abandonné pendant sa vie, ne l’abandonna point après sa
mort. Il eut peine à trouver quelqu’un pour aller chercher des capucins
pour venir prier Dieu auprès du corps. L’infection en devint si prompte
et si grande que l’ouverture des fenêtres qui donnoient en portes sur
la terrasse ne suffit pas, et que la Vallière, les capucins et ce très
peu de bas étage qui étoit demeuré passèrent la nuit dehors. Du Mont
et Casaus son neveu, navrés de la plus extrême douleur, y étoient
ensevelis dans la Capitainerie. Ils perdoient tout après une longue vie
toute de petits soins, d’assiduité, de travail, soutenue par les plus
flatteuses et les plus raisonnables espérances, et les plus longuement
prolongées, qui leur échappoient en un moment. A peine, sur le matin,
du Mont put-il donner quelques ordres. Je plaignis celui-là avec amitié.

  [181] Charles-François de La Baume le Blanc, Marquis afterwards
  Duc de La Vallière. He was the great-nephew of Louise de La
  Vallière.

On s’étoit reposé sur une telle confiance que personne n’avoit songé
que le Roi pût aller à Marly. Aussi n’y trouva-t-il rien de prêt:
point de clefs des appartements, à peine quelque bout de bougie, et
même de chandelle. Le Roi fut plus d’une heure dans cet état, avec Mme
de Maintenon, dans son antichambre à elle, Madame la Duchesse, Mme la
princesse de Conti, Mmes de Dangeau et de Caylus, celle-ci accourue
de Versailles auprès de sa tante. Mais ces deux dames ne se tinrent
que peu, par-ci par-là, dans cette antichambre, par discrétion. Ce
qui avoit suivi et qui arrivoit à la file étoit dans le salon, en
même désarroi et sans savoir où gîter. On fut longtemps à tâtons,
et toujours sans feu, et toujours les clefs mêlées, égarées par
l’égarement des valets. Les plus hardis de ce qui étoit dans le salon
montrèrent peu à peu le nez dans l’antichambre, où Mme d’Espinoy ne
fut pas des dernières, et de l’un à l’autre tout ce qui étoit venu
s’y présenta, poussés de curiosité et de desir de tâcher que leur
empressement fût remarqué. Le Roi, reculé en un coin, assis entre Mme
de Maintenon et les deux princesses, pleuroit à longues reprises. Enfin
la chambre de Mme de Maintenon fut ouverte, qui le délivra de cette
importunité. Il y entra seul avec elle, et y demeura encore une heure.
Il alla ensuite se coucher, qu’il étoit près de quatre heures du matin,
et la laissa en liberté de respirer et de se rendre à elle-même. Le Roi
couché, chacun sut enfin où loger, et Bloin eut ordre de répandre que
les gens qui desireroient des logements à Marly s’adressassent à lui,
pour qu’il en rendît compte au Roi et qu’il avertît les élus.

Monseigneur étoit plutôt grand que petit, fort gros, mais sans être
trop entassé, l’air fort haut et fort noble, sans rien de rude, et il
auroit eu le visage fort agréable si M. le prince de Conti, le dernier
mort, ne lui avoit pas cassé le nez par malheur en jouant, étant tous
deux enfants. Il étoit d’un fort beau blond, avoit le visage fort rouge
de hâle partout et fort plein, mais sans aucune physionomie, les plus
belles jambes du monde, les pieds singulièrement petits et maigres.
Il tâtonnoit toujours en marchant, et mettoit le pied à deux fois: il
avoit toujours peur de tomber, et il se faisoit aider pour peu que
le chemin ne fût pas parfaitement droit et uni. Il étoit fort bien à
cheval et y avoit grande mine, mais il n’y étoit pas hardi. Casaus
couroit devant lui à la chasse; s’il le perdoit de vue, il croyoit
tout perdu; il n’alloit guère qu’au petit galop, et attendoit souvent
sous un arbre ce que devenoit la chasse, la cherchoit lentement,
et s’en revenoit. Il avoit fort aimé la table, mais toujours sans
indécence. Depuis cette grande indigestion qui fut prise d’abord pour
apoplexie, il ne faisoit guère qu’un vrai repas, et se contenoit fort,
quoique grand mangeur comme toute la maison royale. Presque tous ses
portraits[182] lui ressemblent bien.

  [182] The best-known is that by Mignard in the Louvre, painted
  in 1689. It represents the Dauphin with his wife and his three
  children.

De caractère, il n’en avoit aucun; du sens assez, sans aucune sorte
d’esprit, comme il parut dans l’affaire du testament du roi d’Espagne;
de la hauteur, de la dignité par nature, par prestance, par imitation
du Roi; de l’opiniâtreté sans mesure, et un tissu de petitesses
arrangées, qui formoient tout le tissu de sa vie; doux par paresse et
par une sorte de stupidité, dur au fond, avec un extérieur de bonté
qui ne portoit que sur des subalternes, et sur des valets, et qui ne
s’exprimoit que par des questions basses; il étoit avec eux d’une
familiarité prodigieuse, d’ailleurs insensible à la misère et à la
douleur des autres, en cela peut-être plutôt en proie à l’incurie et à
l’imitation qu’à un mauvais naturel; silencieux jusqu’à l’incroyable,
conséquemment fort secret, jusque-là qu’on a cru qu’il n’avoit jamais
parlé d’affaires d’État à la Choin, peut-être que parce que tous [deux]
n’y entendoient guère. L’épaisseur d’une part, la crainte de l’autre,
formoient en ce prince une retenue qui a peu d’exemples; en même temps
glorieux à l’excès, ce qui est plaisant à dire d’un Dauphin, jaloux du
respect, et presque uniquement attentif et sensible à ce qui lui étoit
dû, et partout. Il dit une fois à Mlle Choin, sur ce silence dont elle
lui parloit, que les paroles de gens comme lui portant un grand poids,
et obligeant ainsi à de grandes réparations quand elles n’étoient pas
mesurées, il aimoit mieux très souvent garder le silence que de parler.
C’étoit aussi plus tôt fait pour sa paresse et sa parfaite incurie; et
cette maxime excellente, mais qu’il outroit, étoit apparemment une des
leçons du Roi ou du duc de Montausier qu’il avoit le mieux retenue.

Son arrangement étoit extrême pour les affaires particulières: il
écrivoit lui-même toutes ses dépenses prises sur lui; il savoit ce
que lui coûtoient les moindres choses, quoique il dépensât infiniment
en bâtiments, en meubles, en joyaux de toute espèce, en voyages de
Meudon, et à l’équipage du loup, dont il s’étoit laissé accroire
qu’il aimoit la chasse. Il avoit fort aimé toute sorte de gros jeu,
mais depuis qu’il s’étoit mis à bâtir il s’étoit réduit à des jeux
médiocres; du reste, avare au delà de toute bienséance, excepté de très
rares occasions, qui se bornoient à quelques pensions à des valets ou
à quelques médiocres domestiques; mais assez d’aumônes au curé et aux
capucins de Meudon.

Il est inconcevable le peu qu’il donnoit à la Choin, si fort sa
bien-aimée: cela ne passoit point quatre cents louis par quartier, en
or, quoi qu’ils valussent, faisant pour tout seize cents louis par an.
Il les lui donnoit lui-même, de la main à la main, sans y ajouter ni
s’y méprendre jamais d’une pistole, et tout au plus une boîte ou deux
par an; encore y regardoit-il de fort près.

Il faut rendre justice à cette fille, et convenir aussi qu’il est
difficile d’être plus désintéressée qu’elle l’étoit, soit qu’elle
en connût la nécessité avec ce prince, soit plutôt que cela lui fût
naturel, comme il a paru dans tout le tissu de sa vie. C’est encore un
problème si elle étoit mariée; tout ce qui a été le plus intimement
initié dans leurs mystères s’est toujours fortement récrié qu’il n’y a
jamais eu de mariage. Ce n’a jamais été qu’une grosse camarde brune,
qui avec toute la physionomie d’esprit, et aussi le jeu, n’avoit l’air
que d’une servante, et qui longtemps avant cet événement-ci étoit
devenue excessivement grasse, et encore vieille et puante; mais de la
voir aux _parvulo_[183] de Meudon, dans un fauteuil devant Monseigneur,
en présence de tout ce qui y étoit admis, Mme la duchesse de Bourgogne
et Mme la duchesse de Berry, qui y fut tôt introduite, chacune sur un
tabouret, dire devant Monseigneur et tout cet intérieur _la duchesse de
Bourgogne_ et _la duchesse de Berry_ et _le duc de Berry_, en parlant
d’eux, répondre souvent sèchement aux deux filles de la maison, les
reprendre, trouver à redire à leur ajustement, et quelquefois à leur
air et à leur conduite, et le leur dire, on a peine à tout cela à ne
pas reconnoître la belle-mère et la parité avec Mme de Maintenon. A la
vérité, elle ne disoit pas _mignonne_ en parlant à Mme la duchesse de
Bourgogne, qui l’appeloit _Mademoiselle_, et non _ma tante_; mais aussi
c’étoit toute la différence d’avec Mme de Maintenon. D’ailleurs encore
cela n’avoit jamais pris de même entre elles. Madame la Duchesse, les
deux Lislebonnes et tout cet intérieur y étoit un obstacle; et Mme la
duchesse de Bourgogne, qui le sentoit et qui étoit timide, se trouvoit
toujours gênée et en brassière à Meudon, tandis qu’entre le Roi et Mme
de Maintenon elle jouissoit de toute aisance et de toute liberté. De
voir encore Mlle Choin à Meudon, pendant une maladie si périlleuse,
voir Monseigneur plusieurs fois le jour, le Roi non-seulement le
savoir, mais demander à Mme de Maintenon, qui, à Meudon non plus
qu’ailleurs, ne voyoit personne, et qui n’entra peut-être pas deux fois
chez Monseigneur, lui demander, dis-je, si elle avoit vu la Choin,
et trouver mauvais qu’elle ne l’eût pas vue, bien loin de la faire
sortir du château, comme on le fait toujours en ces occasions, c’est
encore une preuve du mariage d’autant plus grande que Mme de Maintenon,
mariée elle-même, et qui affichoit si fort la pruderie et la dévotion,
n’avoit, ni le Roi non plus, aucun intérêt d’exemple et de ménagement à
garder là-dessus s’il n’y avoit point de sacrement, et on ne voit point
qu’en aucun temps la présence de Mlle Choin ait causé le plus léger
embarras. Cet attachement incompréhensible, et si semblable en tout à
celui du Roi, à la figure près de la personne chérie, est peut-être
l’unique endroit par où le fils ait ressemblé au père.

  [183] _Parvulo_ (= en _petit comité_) was the name given to the
  gatherings of Monseigneur’s little circle of intimates.

Monseigneur, tel pour l’esprit qu’il vient d’être représenté, n’avoit
pu profiter de l’excellente culture qu’il reçut du duc de Montausier,
et de Bossuet et de Fléchier, évêques de Meaux et de Nîmes. Son peu de
lumière, s’il en eut jamais, s’éteignit au contraire sous la rigueur
d’une éducation dure et austère[184], qui donna le dernier poids à sa
timidité naturelle, et le dernier degré d’aversion pour toute espèce,
non pas de travail et d’étude, mais d’amusement d’esprit, en sorte que,
de son aveu, depuis qu’il avoit été affranchi des maîtres, il n’avoit
de sa vie lu que l’article de Paris de la _Gazette de France_, pour y
voir les morts et les mariages.

  [184] The Duc de Montausier frequently administered personal
  chastisement to the Dauphin, often for very minor offences.

Tout contribua donc en lui, timidité naturelle, dur joug d’éducation,
ignorance parfaite et défaut de lumière, à le faire trembler devant le
Roi, qui, de son côté, n’omit rien pour entretenir et prolonger cette
terreur toute sa vie. Toujours roi, presque jamais père avec lui, ou
s’il lui en échappa bien rarement quelques traits, ils ne furent jamais
purs et sans mélange de royauté, non pas même dans les moments les plus
particuliers et les plus intérieurs. Ces moments même étoient rares
tête à tête, et n’étoient que des moments presque toujours en présence
des bâtards et des valets intérieurs, sans liberté, sans aisance,
toujours en contrainte et en respect, sans jamais oser rien hasarder
ni usurper, tandis que tous les jours il voyoit faire l’un et l’autre
au duc du Maine avec succès, et Mme la duchesse de Bourgogne dans une
habitude de tous les temps particuliers, des plus familiers badinages,
et des privautés avec le Roi quelquefois les plus outrées. Il en
sentoit contre eux une secrète jalousie, mais qui ne l’élargissoit pas.
L’esprit ne lui fournissoit rien comme à M. du Maine, fils d’ailleurs
de la personne et non de la royauté, et en telle disproportion qu’elle
n’étoit point en garde. Il n’étoit plus de l’âge de Mme la duchesse de
Bourgogne, à qui on passoit encore les enfances par habitude et par la
grâce qu’elle y mettoit; il ne lui restoit donc que la qualité de fils
et de successeur, qui étoit précisément ce qui tenoit le Roi en garde,
et lui sous le joug.


De ce long et curieux détail il résulte que Monseigneur étoit sans vice
ni vertu, sans lumières ni connoissances quelconques, radicalement
incapable d’en acquérir, très paresseux, sans imagination ni
production, sans goût, sans choix, sans discernement, né pour l’ennui,
qu’il communiquoit aux autres, et pour être une boule roulante au
hasard par l’impulsion d’autrui, opiniâtre et petit en tout à l’excès,
de l’incroyable facilité à se prévenir et à tout croire qu’on a vue,
livré aux plus pernicieuses mains, incapable d’en sortir ni de s’en
apercevoir, absorbé dans sa graisse et dans ses ténèbres, et que, sans
avoir aucune volonté de mal faire, il eût été un roi pernicieux.

Le pourpre, mêlé à la petite vérole dont il mourut, et la prompte
infection qui en fut la suite, firent juger également inutile et
dangereuse l’ouverture de son corps. Il fut enseveli, les uns ont dit
par des Sœurs grises[185], les autres par des frotteurs du château,
d’autres par les plombiers mêmes qui apportèrent le cercueil. On jeta
dessus un vieux poêle[186] de la paroisse, et sans aucun accompagnement
que des mêmes qui y étoient restés, c’est-à-dire du seul la Vallière,
de quelques subalternes et des capucins de Meudon, qui se relevèrent
à prier Dieu auprès du corps, sans aucune tenture, ni luminaire que
quelques cierges.

  [185] The sisters of the _Congrégation des Filles de la Charité_,
  organised by St Vincent de Paul in 1633.

  [186] = pall (from _pallium_).

Il étoit mort vers minuit du mardi au mercredi; le jeudi il fut
porté à Saint-Denis dans un carrosse du Roi, qui n’avoit rien de
deuil, et dont on ôta la glace de devant pour laisser passer le bout
du cercueil. Le curé de Meudon et le chapelain en quartier chez
Monseigneur y montèrent. Un autre carrosse du Roi suivit, aussi sans
aucun deuil, au derrière duquel montèrent le duc de la Trémoïlle[187],
premier gentilhomme de la chambre, point en année, et Monsieur de
Metz[188], premier aumônier; sur le devant, Dreux[189], grand maître
des cérémonies, et l’abbé de Brancas[190], aumônier de quartier chez
Monseigneur, depuis évêque de Lisieux, et frère du maréchal de
Brancas[191] des gardes du corps, des valets de pied et vingt-quatre
pages du Roi portant des flambeaux. Ce très simple convoi partit de
Meudon sur les six ou sept heures du soir, passa sur le pont de Sèvres,
traversa le bois de Boulogne, et par la plaine de Saint-Ouen gagna
Saint-Denis, où tout de suite le corps fut descendu dans le caveau
royal, sans aucune sorte de cérémonie.

  [187] See above, p. 95, n. 139.

  [188] Henri-Charles Du Cambout, Duc de Coislin and Bishop of
  Metz. He was nephew of Cardinal de Coislin, and had succeeded to
  the dukedom on the death of his elder brother in 1710.

  [189] Marquis de Dreux, son-in-law of Chamillart. “Son ignorance
  et sa brutalité étoient égales, et au comble” (XII. 318).

  [190] Henri-Ignace de Brancas.

  [191] For the Maréchal-Marquis de Brancas see XII. 240-241. He
  was a friend of Saint-Simon’s.

Telle fut la fin d’un prince qui passa près de cinquante ans à faire
faire des plans aux autres, tandis que sur le bord du trône il mena
toujours une vie privée, pour ne pas dire obscure, jusque-là qu’il ne
s’y trouve rien de marqué que la propriété de Meudon et ce qu’il y
a fait d’embellissement. Chasseur sans plaisir, presque voluptueux,
mais sans goût, gros joueur autrefois pour gagner, mais depuis qu’il
bâtissoit sifflant dans un coin du salon de Marly, et frappant des
doigts sur sa tabatière, ouvrant de grands yeux sur les uns et les
autres sans presque regarder, sans conversation, sans amusement, je
dirois volontiers sans sentiment et sans pensée, et toutefois, par
la grandeur de son être, le point aboutissant, l’âme, la vie de la
cabale la plus étrange, la plus terrible, la plus profonde, la plus
unie, nonobstant ses subdivisions, qui ait existé depuis la paix
des Pyrénées, qui a scellé la dernière fin des troubles nés de la
minorité du Roi. Je me suis un peu longuement arrêté sur ce prince
presque indéfinissable, parce qu’on ne peut le faire connoître que
par des détails. On seroit infini à les rapporter tous. Cette matière
d’ailleurs est assez curieuse pour permettre de s’étendre sur un
Dauphin si peu connu, qui n’a jamais été rien ni de rien en une si
longue et si vaine attente de la couronne, et sur qui enfin la corde a
cassé de tant d’espérances, de craintes et de projets[192].

  [192] See for other accounts of the Dauphin’s death
  _Correspondance de Madame_, II. 143 ff. and _Mme de Maintenon
  d’après sa correspondance_, II. 275 ff. Cp. also Massillon’s
  Oraison funèbre, in which he dwells on the Dauphin’s _bonté_
  or good-nature, and on his complete submission to Louis XIV,
  “Toujours entre les mains du roi, et toujours charmé d’y être.”



VII

PORTRAITS


I. ACHILLE DE HARLAY

    ACHILLE DE HARLAY (1639-1712), a great-nephew of the celebrated
    magistrate of the same name who was Chancellor to Henri III,
    was appointed First President of the Paris _Parlement_ in 1689.
    Saint-Simon was violently prejudiced against him on account of
    the partiality which he believed him to have shewn to the Duc
    de Luxembourg in his case against his fellow _ducs et pairs_
    (see Introduction). He returns to the charge in vol. V. with an
    even more furious attack, and a report of some of his malicious
    sayings (pp. 166-171). See for a judicial estimate of his
    character based on contemporary evidence Boislisle, XIV. 371,
    n. 2, and 617-622.

    The truth seems to be that with great capacity and perfect
    integrity he had a malicious and biting tongue and the
    reputation of being a Tartuffe.

Harlay étoit fils d’un autre procureur général du Parlement et d’une
Bellièvre, duquel le grand-père fut ce fameux Achille d’Harlay,
premier président du Parlement après ce célèbre Christophle de Thou,
son beau-père, lequel étoit père de ce fameux historien. Issu de ces
grands magistrats, Harlay en eut toute la gravité, qu’il outra en
cynique, en affecta le désintéressement et la modestie, qu’il déshonora
l’une par sa conduite, l’autre par un orgueil raffiné, mais extrême,
et qui, malgré lui, sautoit aux yeux. Il se piqua surtout de probité
et de justice, dont le masque tomba bientôt. Entre Pierre et Jacques
il conservoit la plus exacte droiture; mais dès qu’il apercevoit un
intérêt ou une faveur à ménager, tout aussitôt il étoit vendu. La suite
de ces _Mémoires_ en pourra fournir des exemples; en attendant, ce
procès-ci le manifesta à découvert.

Il étoit savant en droit public, il possédoit fort le fond des diverses
jurisprudences, il égaloit les plus versés aux belles-lettres, il
connoissoit bien l’histoire, et savoit surtout gouverner sa compagnie
avec une autorité qui ne souffroit point de réplique, et que nul
autre premier président n’atteignit jamais avant lui. Une austérité
pharisaïque le rendoit redoutable par la licence qu’il donnoit à
ses répréhensions publiques, et aux parties, et aux avocats, et aux
magistrats, en sorte qu’il n’y avoit personne qui ne tremblât d’avoir
affaire à lui. D’ailleurs, soutenu en tout par la cour, dont il étoit
l’esclave, et le très humble serviteur de ce qui y étoit en vraie
faveur, fin courtisan et singulièrement rusé politique, tous ces
talents, il les tournoit uniquement à son ambition de dominer et de
parvenir, et de se faire une réputation de grand homme; d’ailleurs,
sans honneur effectif, sans mœurs dans le secret, sans probité
qu’extérieure, sans humanité même, en un mot un hypocrite parfait, sans
foi, sans loi, sans Dieu et sans âme, cruel mari, père barbare, frère
tyran, ami uniquement de soi-même, méchant par nature, se plaisant à
insulter, à outrager, à accabler, et n’en ayant de sa vie perdu une
occasion. On feroit un volume de ses traits, et tous d’autant plus
perçants qu’il avoit infiniment d’esprit, l’esprit naturellement porté
à cela, et toujours maître de soi pour ne rien hasarder dont il pût
avoir à se repentir.

Pour l’extérieur, un petit homme vigoureux et maigre, un visage en
losange, un nez grand et aquilin, des yeux beaux, parlants, perçants,
qui ne regardoient qu’à la dérobée, mais qui, fixés sur un client ou
sur un magistrat, étoient pour le faire rentrer en terre; un habit peu
ample, un rabat presque d’ecclésiastique, et des manchettes plates,
comme eux, une perruque fort brune et fort mêlée de blanc, touffue,
mais courte, avec une grande calotte par-dessus. Il se tenoit et
marchoit un peu courbé, avec un faux air plus humble que modeste, et
rasoit toujours les murailles pour se faire faire place avec plus de
bruit, et n’avançoit qu’à force de révérences respectueuses et comme
honteuses à droite et à gauche, à Versailles[193].

  [193] Ed. Chéruel, I. 136-137; ed. Boislisle, II. 53-55.

2. MME DE CASTRIES

    MARIE-ELISABETH DE VIVONNE, daughter of Louis-Victor de
    Rochechouart, Duc de Vivonne, the brother of Mme de Montespan,
    and wife of the Marquis de Castries. She died in 1718.

Mme de Castries étoit un quart de femme, une espèce de biscuit manqué,
extrêmement petite, mais bien prise, et auroit passé dans un médiocre
anneau: ni derrière, ni gorge, ni menton, fort laide, l’air toujours
en peine et étonné; avec cela une physionomie qui éclatoit d’esprit et
qui tenoit encore plus parole. Elle savoit tout: histoire, philosophie,
mathématiques, langues savantes, et jamais il ne paroissoit qu’elle
sût mieux que parler françois; mais son parler avoit une justesse,
une énergie, une éloquence, une grâce jusque dans les choses les plus
communes, avec ce tour unique qui n’est propre qu’aux Mortemarts.
Aimable, amusante, gaie, sérieuse, toute à tous, charmante quand elle
vouloit plaire, plaisante naturellement, avec la dernière finesse,
sans la vouloir être, et assénant aussi les ridicules à ne les jamais
oublier; glorieuse, choquée de mille choses, avec un ton plaintif qui
emportoit la pièce, cruellement méchante quand il lui plaisoit, et
fort bonne amie, polie, gracieuse, obligeante en général; sans aucune
galanterie, mais délicate sur l’esprit, et amoureuse de l’esprit
où elle le trouvoit à son gré; avec cela un talent de raconter qui
charmoit, et quand elle vouloit faire un roman sur-le-champ, une source
de production, de variété et d’agrément qui étonnoit. Avec sa gloire,
elle se croyoit bien mariée, par l’amitié qu’elle eut pour son mari:
elle l’étendit sur tout ce qui lui appartenoit, et elle étoit aussi
glorieuse pour lui que pour elle; elle en recevoit le réciproque et
toutes sortes d’égards et de respects[194].

  [194] Ed. Chéruel, I. 390-391 (see also XII. 419, and XIV. 391);
  ed. Boislisle, III. 332-333.

3. LE NOSTRE

    ANDRÉ LE NOSTRE (1613-1700) attracted the notice of Louis
    XIV by his great work at Vaux-le-Vicomte, the princely
    residence of Fouquet. Among the famous gardens designed by
    him were Versailles, the Tuileries, Trianon, the terrace of
    Saint-Germain, Saint-Cloud, and Chantilly. Dr Martin Lister
    visited him in 1698 and found him “quick and lively[195].”

  [195] _A journey to Paris in the year 1698._ London, 1699.

Le Nostre mourut presque en même temps, après avoir vécu
quatre-vingt-huit ans dans une santé parfaite, sa tête et toute la
justesse et le bon goût de sa capacité, illustre pour avoir le premier
donné les divers dessins de ces beaux jardins qui décorent la France,
et qui ont tellement effacé la réputation de ceux d’Italie, qui en
effet ne sont plus rien en comparaison, que les plus fameux maîtres en
ce genre viennent d’Italie apprendre et admirer ici. Le Nostre avoit
une probité, une exactitude et une droiture qui le faisoit estimer
et aimer de tout le monde. Jamais il ne sortit de son état ni ne se
méconnut, et fut toujours parfaitement désintéressé. Il travailloit
pour les particuliers comme pour le Roi, et avec la même application,
ne cherchoit qu’à aider la nature, et à réduire le vrai beau aux moins
de frais qu’il pouvoit. Il avoit une naïveté et une vérité charmante.
Le Pape pria le Roi de le lui prêter pour quelques mois; en entrant
dans la chambre du Pape, au lieu de se mettre à genoux, il courut à
lui: “Eh! bonjour, lui dit-il, mon Révérend Père, en lui sautant au
col, et l’embrassant et le baisant des deux côtés; eh! que vous avez
bon visage, et que je suis aise de vous voir, et en si bonne santé!” Le
Pape, qui étoit Clément X, Altieri, se mit à rire de tout son cœur; il
fut ravi de cette bizarre entrée, et lui fit mille amitiés.

A son retour, le Roi le mena dans ses jardins de Versailles, où il lui
montra ce qu’il y avoit fait depuis son absence. A la colonnade, il ne
disoit mot; le Roi le pressa d’en dire son avis: “Eh bien! Sire, que
voulez-vous que je vous dise? d’un maçon vous avez fait un jardinier
(c’étoit Mansart), il vous a donné un plat de son métier.”

Le Roi se tut, et chacun sourit; et il étoit vrai que ce morceau
d’architecture, qui n’étoit rien moins qu’une fontaine et qui la
vouloit être, étoit fort déplacé dans un jardin. Un mois avant sa mort,
le Roi, qui aimoit à le voir et à le faire causer[196], le mena dans
ses jardins, et à cause de son grand âge, le fit mettre dans une chaise
que des porteurs rouloient à côté de la sienne, et le Nostre disoit
là: “Ah! mon pauvre père, si tu vivois et que tu pusses voir un pauvre
jardinier comme moi, ton fils, se promener en chaise à côté du plus
grand roi du monde, rien ne manqueroit à ma joie.” Il étoit intendant
des bâtiments, et logeoit aux Tuileries, dont il avoit soin du jardin,
qui est de lui, et du palais. Tout ce qu’il a fait est encore fort
au-dessus de tout ce qui a été fait depuis, quelque soin qu’on ait pris
de l’imiter et de travailler d’après lui le plus qu’il a été possible.
Il disoit des parterres qu’ils n’étoient que pour les nourrices, qui,
ne pouvant quitter leurs enfants, s’y promenoient des yeux et les
admiraient du second étage. Il y excelloit néanmoins, comme dans toutes
les parties des jardins; mais il n’en faisoit aucune estime, et il
avoit raison, car c’est où on ne se promène jamais[197].

  [196] “No man talks with more freedom to him [Louis XIV],” says Lister.

  [197] Ed. Chéruel, II. 344-345; ed. Boislisle, VII. 190-194.

4. VENDÔME

    LOUIS-JOSEPH, Duc de VENDÔME (1654-1712), was the grandson
    of César, Duc de Vendôme, the son of Henri IV and Gabrielle
    d’Estrées. Having distinguished himself at Steinkirk and in
    Piedmont, he was given the command of the army of Catalonia
    (1695) and the capture of Barcelona by his troops was an
    important factor in bringing about the peace of Ryswick (1697).
    In the war of the Spanish Succession he was less successful,
    but on being sent as general to Spain in 1710 he restored
    the fallen fortunes of Philip V. Saint-Simon is blinded by
    prejudice to his very real military talent. His soldiers adored
    him. See Voltaire, _Le siècle de Louis XIV_, pp. 209-210, and
    Boislisle, XIII. 564-567.

Il étoit d’une taille ordinaire pour la hauteur, un peu gros, mais
vigoureux, fort et alerte; un visage fort noble et l’air haut, de
la grâce naturelle dans le maintien et dans la parole, beaucoup
d’esprit naturel, qu’il n’avoit jamais cultivé, une énonciation facile,
soutenue d’une hardiesse naturelle, qui se tourna depuis en audace
la plus effrénée, beaucoup de connoissance du monde, de la cour, des
personnages successifs, et sous une apparente incurie, un soin et une
adresse continuelle à en profiter en tout genre; surtout admirable
courtisan, et qui sut tirer avantage jusque de ses plus grands vices,
à l’abri du foible du Roi pour sa naissance; poli par art, mais avec
un choix et une mesure avare, insolent à l’excès dès qu’il crut le
pouvoir oser impunément, et, en même temps, familier et populaire avec
le commun par une affectation qui voiloit sa vanité, et le faisoit
aimer du vulgaire; au fond, l’orgueil même, et un orgueil qui vouloit
tout, qui dévoroit tout. A mesure que son rang s’éleva et que sa faveur
augmenta, sa hauteur, son peu de ménagement, son opiniâtreté jusqu’à
l’entêtement, tout cela crût à proportion, jusqu’à se rendre inutile
toute espèce d’avis, et se rendre inaccessible qu’à un nombre très
petit de familiers et à ses valets. La louange, puis l’admiration,
enfin l’adoration, furent le canal unique par lequel on pût approcher
ce demi-dieu, qui soutenoit des thèses ineptes sans que personne osât,
non pas contredire, mais ne pas approuver.


Sa paresse étoit à un point qui ne se peut concevoir. Il a pensé être
enlevé plus d’une fois pour s’être opiniâtré dans un logement plus
commode, mais trop éloigné, et risqué les succès de ses campagnes,
donné même des avantages considérables à l’ennemi, par ne se pouvoir
résoudre à quitter un camp où il se trouvoit logé à son aise. Il voyoit
peu à l’armée par lui-même; il s’en fioit à ses familiers, que très
souvent encore il n’en croyoit pas. Sa journée, dont il ne pouvoit
troubler l’ordre ordinaire, ne lui permettoit guère de faire autrement.
Sa saleté étoit extrême; il en tiroit vanité: les sots le trouvoient
un homme simple. Il étoit plein de chiens et de chiennes dans son lit,
qui y faisoient leurs petits à ses côtés. Lui-même ne s’y contraignoit
de rien. Une de ses thèses étoit que tout le monde en usoit de même,
mais n’avoit pas la bonne foi d’en convenir comme lui. Il le soutint un
jour à Mme la princesse de Conti, la plus propre personne du monde et
la plus recherchée dans sa propreté[198].

  [198] Ed. Chéruel, IV. 383 ff.; Boislisle, XIII. 280 ff.

5. VAUBAN

    SÉBASTIEN LE PRESTRE, Seigneur de VAUBAN (1633-1707), was
    rewarded in 1703 with a marshal’s _bâton_ for his great
    services as a military engineer. He was equally skilled in the
    art of fortifying towns and in that of besieging them.

Vauban s’appeloit le Prestre, petit gentilhomme de Bourgogne tout au
plus, mais peut-être le plus honnête homme et le plus vertueux de
son siècle, et avec la plus grande réputation du plus savant homme
dans l’art des sièges et de la fortification, le plus simple, le plus
vrai et le plus modeste. C’étoit un homme de médiocre taille, assez
trapu, qui avoit fort l’air de guerre, mais en même temps un extérieur
rustre et grossier, pour ne pas dire brutal et féroce. Il n’étoit rien
moins; jamais homme plus doux, plus compatissant, plus obligeant,
mais respectueux sans nulle politesse, et le plus avare ménager de la
vie des hommes, avec une valeur qui prenoit tout sur soi et donnoit
tout aux autres. Il est inconcevable qu’avec tant de droiture et de
franchise, incapable de se prêter à rien de faux ni de mauvais, il ait
pu gagner au point qu’il fit l’amitié et la confiance de Louvois et du
Roi.

Ce prince s’étoit ouvert à lui, un an auparavant, de la volonté qu’il
avoit de le faire maréchal de France: Vauban l’avoit supplié de faire
réflexion que cette dignité n’étoit point faite pour un homme de son
état, qui ne pouvoit jamais commander ses armées, et qui les jetteroit
dans l’embarras si, faisant un siège, le général se trouvoit moins
ancien maréchal de France que lui. Un refus si généreux, et appuyé de
raisons que la seule vertu fournissoit, augmenta encore le desir du Roi
de la couronner.

Vauban avoit fait cinquante-trois sièges en chef, dont une vingtaine
en présence du Roi, qui crut se faire maréchal de France soi-même et
honorer ses propres lauriers en donnant le bâton à Vauban. Il le reçut
avec la même modestie qu’il avoit marqué de désintéressement. Tout
applaudit à ce comble d’honneur, où aucun autre de ce genre n’étoit
parvenu avant lui et n’est arrivé depuis. Je n’ajouterai rien ici sur
cet homme véritablement fameux; il se trouvera ailleurs occasion d’en
parler encore[199].

  [199] Ed. Chéruel, III. 379-380; ed. Boislisle, XI. 27-30.


On a vu quel étoit Vauban, à l’occasion de son élévation à l’office de
maréchal de France. Maintenant nous l’allons voir réduit au tombeau par
l’amertume de la douleur, pour cela même qui le combla d’honneur, et
qui ailleurs qu’en France lui eût tout mérité et acquis.

Patriote comme il l’étoit, il avoit toute sa vie été touché de la
misère du peuple et de toutes les vexations qu’il souffroit. La
connoissance que ses emplois lui donnoient de la nécessité des
dépenses, et du peu d’espérance que le Roi fût pour retrancher celles
de splendeur et d’amusements, le faisoit gémir de ne voir point de
remède à un accablement qui augmentoit son poids de jour en jour.

Dans cet esprit, il ne fit point de voyage, et il traversoit souvent
le royaume de tous les biais, qu’il ne prît partout des informations
exactes sur la valeur et le produit des terres, sur la sorte de
commerce et d’industrie des provinces et des villes, sur la nature et
l’imposition des levées, sur la manière de les percevoir. Non content
de ce qu’il pouvoit voir et faire par lui-même, il envoya secrètement
partout où il ne pouvoit aller, et même où il avoit été et où il
devoit aller, pour être instruit de tout, et comparer les rapports
avec ce qu’il auroit connu par lui-même. Les vingt dernières années
de sa vie au moins furent employées à ces recherches, auxquelles il
dépensa beaucoup. Il les vérifia souvent, avec toute l’exactitude et la
justesse qu’il y put apporter, et il excelloit en ces deux qualités.
Enfin il se convainquit que les terres étoient le seul bien solide, et
il se mit à travailler à un nouveau système.

Il étoit bien avancé, lorsqu’il parut divers petits livres du sieur
de Boisguilbert[200], lieutenant général au siège de Rouen, homme de
beaucoup d’esprit de détail et de travail, frère d’un conseiller au
parlement de Normandie, qui de longue main touché des mêmes vues que
Vauban, y travailloit aussi depuis longtemps. Il y avoit déjà fait du
progrès avant que le Chancelier eût quitté les finances. Il vint exprès
le trouver, et comme son esprit vif avoit du singulier, il lui demanda
de l’écouter avec patience, et tout de suite lui dit que d’abord il le
prendrait pour un fou, qu’ensuite il verroit qu’il méritoit attention,
et qu’à la fin il demeureroit content de son système. Pontchartrain,
rebuté de tant de donneurs d’avis qui lui avoient passé par les mains,
et qui étoit tout salpêtre, se mit à rire, lui répondit brusquement
qu’il s’en tenoit au premier, et lui tourna le dos. Boisguilbert,
revenu à Rouen, ne se rebuta point du mauvais succès de son voyage;
il n’en travailla que plus infatigablement à son projet, qui étoit à
peu près le même que celui de Vauban, sans se connoître l’un l’autre.
De ce travail naquit un livre savant et profond sur la matière, dont
le système alloit à une répartition exacte, à soulager le peuple de
tous les frais qu’il supportoit et de beaucoup d’impôts, qui faisoit
entrer les levées directement dans la bourse du Roi, et conséquemment,
ruineux à l’existence des traitants, à la puissance des intendants, au
souverain domaine des ministres des finances. Aussi déplut-il à tous
ceux-là autant qu’il fut applaudi de tous ceux qui n’avoient pas les
mêmes intérêts. Chamillart, qui avoit succédé à Pontchartrain[201],
examina ce livre; il en conçut de l’estime: il manda Boisguilbert deux
ou trois fois à l’Étang, et y travailla avec lui à plusieurs reprises,
en ministre dont la probité ne cherche que le bien.

  [200] _Détail de la France sous le règne de Louis XIV_, the chief
  work of Boisguilbert or Boisguillebert, was first published at
  Rouen in 1695.

  [201] Chamillart succeeded Pontchartrain as Controller-general in
  1699.

En même temps, Vauban, toujours appliqué à son ouvrage, vit celui-ci
avec attention, et quelques autres du même auteur qui le suivirent;
de là il voulut entretenir Boisguilbert. Peu attaché aux siens, mais
ardent pour le soulagement des peuples et pour le bien de l’État, il
les retoucha et les perfectionna sur ceux-ci, et y mit la dernière
main. Ils convenoient sur les choses principales, mais non en tout.

Boisguilbert vouloit laisser quelques impôts sur le commerce
étranger et sur les denrées à la manière de Hollande, et s’attachoit
principalement à ôter les plus odieux, et surtout les frais immenses,
qui, sans entrer dans les coffres du Roi, ruinoient les peuples à la
discrétion des traitants et de leurs employés, qui s’y enrichissoient
sans mesure, comme cela est encore aujourd’hui et n’a fait qu’augmenter
sans avoir jamais cessé depuis.

Vauban, d’accord sur ces suppressions, passoit jusqu’à celle des
impôts mêmes: il prétendoit n’en laisser qu’un unique, et avec cette
simplification remplir également leurs vues communes sans tomber en
aucun inconvénient. Il avoit l’avantage sur Boisguilbert de tout ce
qu’il avoit examiné, pesé, comparé et calculé lui-même, en ses divers
voyages, depuis vingt ans, de ce qu’il avoit tiré du travail de ceux
que, dans le même esprit, il avoit envoyés depuis plusieurs années
en diverses provinces, toutes choses que Boisguilbert, sédentaire à
Rouen, n’avoit pu se proposer, et l’avantage encore de se rectifier
par les lumières et les ouvrages de celui-ci; par quoi il avoit raison
de se flatter de le surpasser en exactitude et en justesse, base
fondamentale de pareille besogne. Vauban donc abolissoit toutes sortes
d’impôts auxquels il en substituoit un unique, divisé en deux branches,
auxquelles il donnoit le nom de dîme royale: l’une sur les terres,
par un dixième de leur produit; l’autre léger, par estimation, sur le
commerce et l’industrie, qu’il estimoit devoir être encouragés l’un
et l’autre, bien loin d’être accablés. Il prescrivoit des règles très
simples, très sages et très faciles pour la levée et la perception de
ces deux droits, suivant la valeur de chaque terre, et par rapport au
nombre d’hommes sur lequel on peut compter avec le plus d’exactitude
dans l’étendue du royaume. Il ajouta la comparaison de la répartition
en usage avec celle qu’il proposoit, les inconvénients de l’une et de
l’autre, et réciproquement leurs avantages, et conclut par des preuves
en faveur de la sienne, d’une netteté et d’une évidence à ne s’y
pouvoir refuser. Aussi cet ouvrage[202] reçut-il les applaudissements
publics, et l’approbation des personnes les plus capables de ces
calculs et de ces comparaisons et les plus versées en toutes ces
matières, qui en admirèrent la profondeur, la justesse, l’exactitude et
la clarté.

  [202] The _Projet d’une Dîme royale_ was published anonymously at
  Rouen in 1707, and steps were immediately taken to suppress it.
  See Appendix B.

Mais ce livre avoit un grand défaut: il donnoit à la vérité au Roi
plus qu’il ne tiroit par les voies jusqu’alors pratiquées, il sauvoit
aussi les peuples de ruine et de vexations, et les enrichissoit en leur
laissant tout ce qui n’entroit point dans les coffres du Roi, à peu
de choses près; mais il ruinoit une armée de financiers, de commis,
d’employés de toute espèce, il les réduisoit à chercher à vivre à leurs
dépens, et non plus à ceux du public, et il sapoit par les fondements
ces fortunes immenses qu’on voit naître en si peu de temps. C’étoit
déjà de quoi échouer.

Mais le crime fut qu’avec cette nouvelle pratique tomboit l’autorité
du contrôleur général, sa faveur, sa fortune, sa toute-puissance, et,
par proportion, celles des intendants des finances, des intendants de
provinces, de leurs secrétaires, de leurs commis, de leurs protégés,
qui ne pouvoient plus faire valoir leur capacité et leur industrie,
leurs lumières et leur crédit, et qui de plus tomboient du même coup
dans l’impuissance de faire du bien ou du mal à personne. Il n’est
donc pas surprenant que tant de gens si puissants en tout genre, à qui
ce livre arrachoit tout des mains, ne conspirassent contre un système
si utile à l’État, si heureux pour le Roi, si avantageux aux peuples
du royaume, mais si ruineux pour eux. La robe entière en rugit pour
son intérêt: elle est la modératrice des impôts par les places qui en
regardent toutes les sortes d’administration, et qui lui sont affectées
privativement à tous autres, et elle se le croit en corps avec plus
d’éclat par la nécessité de l’enregistrement des édits bursaux.

Les liens du sang fascinèrent les yeux aux deux gendres de M.
Colbert[203], de l’esprit et du gouvernement duquel ce livre s’écartoit
fort, et furent trompés par les raisonnements vifs et captieux de
Desmaretz[204], dans la capacité duquel ils avoient toute confiance,
comme au disciple unique de Colbert son oncle, qui l’avoit élevé et
instruit; Chamillart, si doux, si amoureux du bien, et qui n’avoit
pas, comme on l’a vu, négligé de travailler avec Boisguilbert, tomba
sous la même séduction de Desmaretz. Le Chancelier, qui se sentoit
toujours d’avoir été, quoique malgré lui, contrôleur général des
finances, s’emporta. En un mot, il n’y eut que les impuissants et les
désintéressés pour Vauban et Boisguilbert, je veux dire l’Église et la
noblesse; car pour les peuples, qui y gagnoient tout, ils ignorèrent
qu’ils avoient touché à leur salut, que les bons bourgeois seuls
déplorèrent.

  [203] Beauvillier and Chevreuse.

  [204] Nicolas Desmaretz succeeded Chamillart as
  Controller-general in 1708. His father married Colbert’s sister.
  “C’étoit un grand homme très bien fait, d’un visage et d’une
  physionomie agréable, qui annonçoit la sagesse et la douceur, qui
  étoient les deux choses du monde qu’il tenoit le moins” (II. 324).

Ce ne fut donc pas merveilles si le Roi, prévenu et investi de la
sorte, reçut très mal le maréchal de Vauban lorsqu’il lui présenta son
livre[205], qui lui étoit adressé dans tout le contenu de l’ouvrage. On
peut juger si les ministres à qui il le présenta lui firent un meilleur
accueil. De ce moment, ses services, sa capacité militaire, unique en
son genre, ses vertus, l’affection que le Roi y avoit mise, jusqu’à
croire se couronner de lauriers en l’élevant, tout disparut à l’instant
à ses yeux: il ne vit plus en lui qu’un insensé pour l’amour du public,
et qu’un criminel qui attentoit à l’autorité de ses ministres, par
conséquent à la sienne; il s’en expliqua de la sorte sans ménagement.

  [205] Vauban presented his book in manuscript to the king at the
  end of 1699. It was modified and completed in 1704.

L’écho en retentit plus aigrement encore dans toute la nation offensée,
qui abusa sans aucun ménagement de sa victoire; et le malheureux
maréchal, porté dans tous les cœurs françois, ne put survivre aux
bonnes grâces de son maître, pour qui il avoit tout fait, et mourut
peu de mois après, ne voyant plus personne, consommé de douleur et
d’une affliction que rien ne put adoucir, et à laquelle le Roi fut
insensible, jusqu’à ne pas faire semblant de s’apercevoir qu’il eût
perdu un serviteur si utile et si illustre. Il n’en fut pas moins
célébré par toute l’Europe, et par les ennemis mêmes, ni moins
regretté en France de tout ce qui n’étoit pas financier ou suppôts de
financiers[206].

  [206] Ed. Chéruel, V. 149-154; ed. Boislisle, XIV. 323-339.

6. D’ANTIN

    LOUIS-ANTOINE DE PARDAILLAN DE GONDRIN, Marquis and afterwards
    Duc d’ANTIN (1665-1736), was the son of M. and Mme de
    Montespan. He was the type of a perfect courtier, but it was
    not till 1707, after paying court assiduously for twenty-five
    years, that he succeeded in winning the favour of Louis XIV
    who conferred on him the governorship of Orleans. “Me voilà
    dégelé!” On the death of J.-H. Mansard he became Superintendent
    of the royal buildings. See XII. 239, and Sainte-Beuve, _Caus.
    du Lundi_, V. 478 ff.

Né avec beaucoup d’esprit naturel, il tenoit de ce langage charmant
de sa mère et du gascon de son père, mais avec un tour et des grâces
naturelles qui prévenoient toujours. Beau comme le jour étant jeune, il
en conserva de grands restes jusqu’à la fin de sa vie, mais une beauté
mâle et une physionomie d’esprit. Personne n’avoit ni plus d’agréments,
de mémoire, de lumière, de connoissance des hommes et de chacun, d’art
et de ménagement pour savoir les prendre, plaire, s’insinuer, et parler
toutes sortes de langages; beaucoup de connoissances et des talents
sans nombre, qui le rendoient propre à tout, avec quelque lecture.
Un corps robuste, et qui sans peine fournissoit à tout, répondoit au
génie, et quoique peu à peu devenu fort gros, il ne lui refusoit ni
veilles ni fatigues. Brutal par tempérament, doux, poli par jugement,
accueillant, empressé à plaire, jamais il ne lui arrivoit de dire
mal de personne. Il sacrifia tout à l’ambition et aux richesses,
quoique prodigue, et fut le plus habile et le plus raffiné courtisan
de son temps, comme le plus incompréhensiblement assidu: application
sans relâche, fatigues incroyables pour se trouver partout à la fois,
assiduité prodigieuse en tous lieux différents, soins sans nombre,
vues en tout, et cent à la fois, adresses, souplesses, flatteries
sans mesure, attention continuelle et à laquelle rien n’échappoit,
bassesses infinies, rien ne lui coûta, rien ne le rebuta vingt ans
durant, sans aucun autre succès que la familiarité qu’usurpoit sa
gasconne impudence, avec des gens que tout lui persuadoit avec raison
qu’il falloit violer quand on étoit à portée de le pouvoir. Aussi n’y
avoit-il pas manqué avec Monseigneur, dont il étoit menin[207], et
duquel son mariage l’avoit fort approché: il avoit épousé la fille
aînée du duc d’Uzès[208] et de la fille unique du duc de Montausier,
dont la conduite obscure et peu régulière ne l’empêcha jamais de vivre
avec elle et avec tous les siens avec une considération très marquée,
et prenant une grande part à eux tous, ainsi qu’à ceux de la maison de
sa mère. Sa table, ses équipages, toute sa dépense étoit prodigieuse,
et la fut dans tous les temps. Son jeu furieux le fit subsister
longtemps: il y étoit prompt, exact en comptes, bon payeur, sans
incidents, les jouoit tous fort bien, heureux à ceux de hasard, et avec
tout cela, fort accusé d’aider la fortune.

  [207] Menin = a gentleman of the household.

  [208] Emmanuel II de Crussol, senior _duc et pair_, the creation
  being of 1572. The finest part of his _château_, which is
  half-way between Alais and Avignon, was built in the sixteenth
  century.

Sa servitude fut extrême à l’égard des enfants de sa mère, sa patience
infinie aux rebuts. On a vu celui qu’ils essuyèrent pour lui, lorsqu’à
la mort de son père ils demandèrent tous au Roi de le faire duc, et si
le dénouement qui se verra bientôt n’eût découvert ce qui avoit rendu
tant d’années et de ressorts inutiles, on ne pourrait le concevoir.
On a vu comment sa mère lui fit quitter solennellement le jeu en
lui assurant une pension de dix mille écus, combien le Roi trouva
ridicule l’éclat de la profession qu’il en fit, et comment peu à peu
il le reprit, deux ans après, tout aussi gros qu’auparavant. Une
autre disparate qu’il fit pendant cette abstinence de jeu lui réussit
tout aussi mal: il se mit dans la dévotion, dans les jeûnes, qu’il
ne laissoit pas ignorer, et qui durent coûter à sa gourmandise et à
son furieux appétit; il affecta d’aller tous les jours à la messe, et
une régularité extérieure. Il soutint cette tentative près de deux
ans; à la fin, la voyant sans succès, il s’en lassa, et peu à peu,
avec le jeu, il reprit son premier genre de vie. Avec de tels défauts
si reconnus, il en eut un plus malheureux que coupable, puisqu’il ne
dépendoit pas de lui, dont il souffrit plus que de pas un: c’étoit une
poltronnerie, mais telle, qu’il est incroyable ce qu’il faut qu’il
ait pris sur lui pour avoir servi si longtemps. Il en a reçu en sa
vie force affronts, avec une dissimulation sans exemple. Monsieur le
Duc, méchant jusqu’à la barbarie, étant de jour au bombardement de
Bruxelles, le fit venir à la tranchée pour dîner avec lui; aussitôt
il donna le mot, mit toute la tranchée dans la confidence, et un peu
après s’être mis à table, voilà une vive alarme, une grande sortie
des ennemis, et tout l’appareil d’un combat chaud et imminent. Quand
Monsieur le Duc[209] s’en fut assez diverti, il regarda d’Antin:
“Remettons-nous à table, lui dit-il; la sortie n’étoit que pour toi.”
D’Antin s’y remit sans s’en émouvoir, et il n’y parut pas.

  [209] The Duc de Bourbon, La Bruyère’s pupil.

Une autre fois, M. le prince de Conti, qui ne l’aimoit pas, à cause
de M. du Maine et de M. de Vendôme[210], visitoit des postes à je ne
sais plus quel siège, et trouva d’Antin dans un assez avancé. Le voilà
à faire ses grands rires, qui lui cria: “Comment, d’Antin, te voilà
ici et tu n’es pas encore mort!” Cela fut avalé avec tranquillité,
et sans changer de conduite avec ces deux princes, qu’il voyoit très
familièrement. La Feuillade[211], fort envieux et fort avantageux, lui
fit une incartade aussi gratuite que ces deux-là. Il étoit à Meudon,
à deux pas de Monseigneur, dans la même pièce. Je ne sais sur quoi
on vint à parler de grenadiers, ni ce que dit d’Antin, qui forma une
dispute fort légère, et plutôt matière de conversation. Tout d’un coup:
“C’est bien à vous, lui dit la Feuillade en élevant le ton, à parler
de grenadiers! et où en auriez-vous vu?” D’Antin voulut répondre: “Et
moi, interrompit la Feuillade, j’en ai vu souvent en des endroits
dont vous n’auriez osé approcher de bien loin.” D’Antin se tut, et la
compagnie resta stupéfaite. Monseigneur, qui l’entendit, n’en fit pas
semblant, et dit après que, s’il avoit témoigné l’avoir ouï, il n’avoit
plus de parti à prendre que celui de faire jeter la Feuillade par les
fenêtres, pour un si grand manque de respect en sa présence. Cela passa
doux comme lait, et il n’en fut autre chose. En un mot, il étoit devenu
honteux d’insulter d’Antin.

  [210] See above, pp. 144-6.

  [211] Louis d’Aubusson, Duc de La Feuillade (1673-1725), was
  son of the Maréchal-Duc who built the place des Victoires for
  his statue of Louis XIV (see above, p. 6, n. 24). He married a
  daughter of Chamillart. Saint-Simon has a striking portrait of
  him. “Son commerce, à qui ne vouloit s’amuser, étoit charmant;
  il étoit magnifique en tout, libéral, poli, fort brave et
  fort galant, gros et beau joueur.... Son ambition étoit sans
  bornes.... C’étoit un cœur corrompu à fond, une âme de boue,
  un impie de bel air et de profession; pour tout dire, le plus
  solidement malhonnête homme qui ait paru de longtemps” (III.
  196). He was an incapable commander and was badly defeated before
  Turin in 1706.

Il faut convenir que c’étoit grand dommage qu’il eût un défaut si
infamant, sans lequel on eût peut-être difficilement trouvé un
homme plus propre que lui à commander les armées: il avoit les vues
vastes, justes, exactes, de grandes parties de général, un talent
singulier pour les marches, les détails de troupes, de fourrages, de
subsistances, pour tout ce qui fait le meilleur intendant d’armée, pour
la discipline, sans pédanterie et allant droit au but et au fait, une
soif d’être instruit de tout, qui lui donnoit une peine infinie et lui
coûtoit cher en espions. Ces qualités le rendoient extrêmement commode
à un général d’armée; le maréchal de Villeroy et M. de Vendôme s’en
sont très utilement servis. Il avoit toujours un dessinateur ou deux,
qui prenoient tant qu’ils pouvoient les plans des pays, des marches,
des camps, des fourrages et de ce qu’ils pouvoient de l’armée des
ennemis. Avec tant de vues, de soins, d’applications différentes à la
cour et à la guerre, toujours à soi, toujours la tête libre et fraîche,
despotique sur son corps et sur son esprit, d’une société charmante,
sans tracasserie, sans embarras, avec de la gaieté et un agrément tout
particulier, affable aux officiers, aimable aux troupes, à qui il étoit
prodigue avec art et avec goût, naturellement éloquent et parlant à
chacun sa propre langue, aisé en tout, aplanissant tout, fécond en
expédients et capable à fond de toutes sortes d’affaires, c’étoit un
homme certainement très rare. Cette raison m’a fait étendre sur lui,
et il est bon de faire connoître d’avance ce courtisan, jusqu’ici si
délaissé, qui va devenir un personnage pour le reste de sa vie. Fait
et demeuré comme il étoit, il n’est pas surprenant qu’il ait eu autant
d’envie de s’accrocher aux Noailles. Le surprenant est que sa mère y
ait non-seulement consenti, mais qu’elle l’ait desiré plus que lui
encore, avec sa retraite et sa dévotion véritable, pour se rapprocher
Mme de Maintenon, qu’elle avoit tant de raisons de haïr et de se la
croire irréconciliable. Elle lui écrivit plusieurs lettres flatteuses
à l’occasion de ce mariage; elle n’en reçut que des réponses sèches,
et néanmoins fit tout pour le conclure, dans le dessein de lui plaire,
tant sont fortes les chaînes du monde, auquel trop souvent on croit de
bonne foi avoir entièrement renoncé, et que cependant, malgré tout ce
qu’on en a éprouvé, il se trouve qu’on y tient encore[212].

  [212] Ed. Chéruel, V. 269-273; ed. Boislisle, XV. 108 ff.

7. LE PRINCE DE CONTI

    FRANÇOIS-LOUIS DE BOURBON (1664-1709), younger son of Armand,
    Prince de Conti, and nephew of the great Condé, inherited his
    father’s title on the death of his elder brother in 1685. He
    fought with distinction at Fleurus, Steinkirk, and Neerwinden.
    In 1697 he was elected King of Poland, but, being unable to
    maintain himself against his rival the Elector of Saxony, he
    renounced his claim and returned to France. Louis XIV, who
    was jealous of his brilliance and capacity, regarded him with
    disfavour, but just before his last illness he was appointed to
    the command of the army in Flanders. He married his cousin, a
    daughter of Henri-Jules, Prince de Condé.

Sa figure avoit été charmante; jusqu’aux défauts de son corps et de
son esprit avoient des grâces infinies; des épaules trop hautes, la
tête un peu penchée de côté, un rire qui eût tenu du braire dans un
autre, enfin une distraction étrange. Galant avec toutes les femmes,
amoureux de plusieurs, bien traité de beaucoup, il étoit encore coquet
avec tous les hommes: il prenoit à tâche de plaire au cordonnier, au
laquais, au porteur de chaise, comme au ministre d’État, au grand
seigneur, au général d’armée, et si naturellement que le succès en
étoit certain. Il fut aussi les constantes délices du monde, de la
cour, des armées, la divinité du peuple, l’idole des soldats, le héros
des officiers, l’espérance de ce qu’il y avoit de plus distingué,
l’amour du Parlement, l’ami avec discernement des savants, et souvent
l’admiration de la Sorbonne, des jurisconsultes, des astronomes et des
mathématiciens les plus profonds. C’étoit un très bel esprit, lumineux,
juste, exact, vaste, étendu, d’une lecture infinie, qui n’oublioit
rien, qui possédoit les histoires générales et particulières, qui
connoissoit les généalogies, leurs chimères et leurs réalités,
qui savoit où il avoit appris chaque chose et chaque fait, qui en
discernoit les sources, et qui retenoit et jugeoit de même tout ce que
la conversation lui avoit appris, sans confusion, sans mélange, sans
méprise, avec une singulière netteté[213].

  [213] Oui, Messieurs, quelle étendue de connoissances dans
  le prince de Conti! On eût dit qu’il étoit de toutes sortes
  de professions: guerre, belles-lettres, histoire, politique,
  jurisprudence, physique, théologie même. (Massillon, _Oraison
  funèbre_.)

M. de Montausier et Monsieur de Meaux, qui l’avoient vu élever auprès
de Monseigneur, l’avoient toujours aimé avec tendresse, et lui eux
avec confiance; il étoit de même avec les ducs de Chevreuse et de
Beauvillier, et avec l’archevêque de Cambray[214] et les cardinaux
d’Estrées[215] et de Janson[216]. Monsieur le Prince le héros ne se
cachoit pas d’une prédilection pour lui au-dessus de ses enfants; il
fut la consolation de ses dernières années, il s’instruisit dans son
exil et sa retraite auprès de lui, il écrivit sous lui beaucoup de
choses curieuses. Il fut le cœur et le confident de M. de Luxembourg
dans ses dernières années.

  [214] Fénelon.

  [215] His portrait is given below.

  [216] Toussaint de Forbin, Cardinal de Janson, Bishop of Beauvais
  and Grand Almoner, was a particular friend of Saint-Simon’s, and
  his death in 1709 is the occasion for a noble portrait of him
  (III. 9-12): “Il étoit plein d’honneur et de vertu, il avoit un
  grand amour de ses devoirs et de sa piété.... Il avoit l’âme
  et toutes les manières d’un grand seigneur, doux et modeste,
  l’esprit d’un grand ministre né pour les affaires, le cœur d’un
  excellent évêque, point cardinal, au-dessus de sa dignité, tout
  françois sur nos libertés et nos maximes du royaume sur les
  entreprises de Rome.”

Chez lui l’utile et le futile, l’agréable et le savant, tout étoit
distinct et en sa place. Il avoit des amis: il savoit les choisir,
les cultiver, les visiter, vivre avec eux, se mettre à leur niveau
sans hauteur et sans bassesse. Il avoit aussi des amies indépendamment
d’amour; il en fut accusé de plus d’une sorte, et c’étoit un de ses
prétendus rapports avec César. Doux jusqu’à être complaisant dans le
commerce, extrêmement poli, mais d’une politesse distinguée selon le
rang, l’âge, le mérite, et mesuré avec tous, il ne déroboit rien à
personne; il rendoit tout ce que les princes du sang doivent, et qu’ils
ne rendent plus; il s’en expliquoit même et sur leurs usurpations et
sur l’histoire des usages et de leurs altérations. L’histoire des
livres et des conversations lui fournissoit de quoi placer, avec un art
imperceptible, ce qu’il pouvoit de plus obligeant sur la naissance,
les emplois, les actions. Son esprit étoit naturel, brillant, vif, ses
reparties promptes, plaisantes, jamais blessantes, le gracieux répandu
partout, sans affectation; avec toute la futilité du monde, de la cour,
des femmes, et leur langage avec elles, l’esprit solide et infiniment
sensé; il en donnoit à tout le monde, il se mettoit sans cesse et
merveilleusement à la portée et au niveau de tous, et parloit le
langage de chacun avec une facilité nonpareille. Tout en lui prenoit un
air aisé. Il avoit la valeur des héros, leur maintien à la guerre, leur
simplicité partout, qui toutefois cachoit beaucoup d’art. Les marques
de leurs talents pourroient passer pour le dernier coup de pinceau de
son portrait; mais, comme tous les hommes, il avoit sa contre-partie.

Cet homme si aimable, si charmant, si délicieux, n’aimoit rien. Il
avoit et vouloit des amis, comme on veut et qu’on a des meubles. Encore
qu’il se respectât, il étoit bas courtisan; il ménageoit tout, et
montroit trop combien il sentoit ses besoins en tous genres de choses
et d’hommes; avare, avide de bien, ardent, injuste.

Le Roi étoit véritablement peiné de la considération qu’il ne pouvoit
lui refuser, et qu’il étoit exact à n’outrepasser pas d’une ligne. Il
ne lui avoit jamais pardonné son voyage d’Hongrie[217]. Les lettres
interceptées qui lui avoient été écrites et qui avoient perdu les
écrivains, quoique fils de favoris, avoient allumé une haine dans
Mme de Maintenon et une indignation dans le Roi que rien n’avoit pu
effacer. Les vertus, les talents, les agréments, la grande réputation
que ce prince s’étoit acquise, l’amour général qu’il s’étoit concilié
lui étoient tournés en crimes. Le contraste de M. du Maine excitoit un
dépit journalier dans sa gouvernante et dans son tendre père, qui leur
échappoit malgré eux. Enfin la pureté de son sang, le seul qui ne fut
point mêlé avec la bâtardise, étoit un autre démérite qui se faisoit
sentir à tous moments. Jusqu’à ses amis étoient odieux, et le sentoient.

  [217] In 1683 the Prince de Conti and his brother had taken part,
  without the king’s permission, in the campaign against the Turks.

Toutefois, malgré la crainte servile, les courtisans mêmes aimoient à
s’approcher de ce prince: on étoit flatté d’un accès familier auprès
de lui; le monde le plus important, le plus choisi, le couroit;
jusque dans le salon de Marly il étoit environné du plus exquis; il
y tenoit des conversations charmantes sur tout ce qui se présentoit
indifféremment; jeunes et vieux y trouvoient leur instruction et leur
plaisir, par l’agrément avec lequel il s’énonçoit sur toutes matières,
par la netteté de sa mémoire, par son abondance sans être parleur. Ce
n’est point une figure, c’est une vérité cent fois éprouvée, qu’on
y oublioit l’heure des repas. Le Roi le savoit; il en étoit piqué,
quelquefois même il n’étoit pas fâché qu’on pût s’en apercevoir. Avec
tout cela on ne pouvoit s’en déprendre; la servitude si régnante jusque
sur les moindres choses y échoua toujours.

Jamais homme n’eut tant d’art caché sous une simplicité si naïve,
sans quoi que ce soit d’affecté en rien. Tout en lui couloit de
source; jamais rien de tiré, de recherché; rien ne lui coûtoit. On
n’ignoroit pas qu’il n’aimoit rien, ni ses autres défauts; on les lui
passoit tous, et on l’aimoit véritablement, quelquefois jusqu’à se le
reprocher, toujours sans s’en corriger[218].

  [218] Ed. Chéruel, VI. 271-275; ed. Boislisle, XVII. 121 ff. Cp.
  with this full-length portrait the following in miniature by
  Mme de Caylus. “Avec toutes les connoissances et l’esprit qu’on
  peut avoir il n’en montroit qu’autant qu’il convenoit à ceux
  qu’il parloit: simple et naturel, profond et solide, frivole
  même quand il falloit le paroître, il plaisoit à tout le monde”
  (_Souvenirs_, p. 118). Cp. also Massillon’s _Oraison funèbre_.
  He dwells on Conti’s wide knowledge, and his affability towards
  high and low alike. “Un héros et un prince humain.” But, as is
  inevitable in a funeral oration, he omits the _contre-partie_.

8. LE DUC ET LA DUCHESSE DE BOURGOGNE

    MARIE-ADELAÏDE of Savoy, grand-daughter of Monsieur and
    Henrietta of England, came to France in 1696 shortly before her
    eleventh birthday, and was married to the Duc de BOURGOGNE a
    year later. She died of measles on February 12, 1712. There is
    a good bust of her by Coysevox at Versailles.

Jamais princesse arrivée si jeune ne vint si bien instruite, et ne sut
mieux profiter des instructions qu’elle avoit reçues. Son habile père
qui connoissoit à fond notre cour, la lui avoit peinte, et lui avoit
appris la manière unique de s’y rendre heureuse. Beaucoup d’esprit
naturel et facile l’y seconda, et beaucoup de qualités aimables lui
attachèrent les cœurs, tandis que sa situation personnelle avec son
époux, avec le Roi, avec Mme de Maintenon lui attira les hommages de
l’ambition. Elle avoit su travailler à s’y mettre dès les premiers
moments de son arrivée; elle ne cessa, tant qu’elle vécut, de continuer
un travail si utile, et dont elle recueillit sans cesse tous les
fruits. Douce, timide, mais adroite, bonne jusqu’à craindre de faire la
moindre peine à personne, et toute légère et vive qu’elle étoit, très
capable de vues et de suite de la plus longue haleine; la contrainte
jusqu’à la gêne, dont elle sentoit tout le poids, sembloit ne lui rien
coûter. La complaisance lui étoit naturelle, couloit de source; elle en
avoit jusque pour sa cour.

Régulièrement laide, les joues pendantes, le front trop avancé, un nez
qui ne disoit rien, de grosses lèvres mordantes, des cheveux et des
sourcils châtain brun, fort bien plantés, des yeux les plus parlants
et les plus beaux du monde, peu de dents et toutes pourries, dont elle
parloit et se moquoit la première, le plus beau teint et la plus belle
peau, peu de gorge, mais admirable, le cou long, avec un soupçon de
goître qui ne lui seyoit point mal, un port de tête galant, gracieux,
majestueux, et le regard de même, le sourire le plus expressif, une
taille longue, ronde, menue, aisée, parfaitement coupée, une marche
de déesse sur les nuées. Elle plaisoit au dernier point; les grâces
naissoient d’elles-mêmes de tous ses pas, de toutes ses manières, et de
ses discours les plus communs. Un air simple et naturel toujours, naïf
assez souvent, mais assaisonné d’esprit, charmoit, avec cette aisance
qui étoit en elle jusqu’à la communiquer à tout ce qui l’approchoit.

Elle vouloit plaire même aux personnes les plus inutiles et les plus
médiocres, sans qu’elle parût le rechercher. On étoit tenté de la
croire toute et uniquement à celles avec qui elle se trouvoit. Sa
gaieté, jeune, vive, active, animoit tout, et sa légèreté de nymphe
la portoit partout, comme un tourbillon qui remplit plusieurs lieux
à la fois, et qui y donne le mouvement et la vie. Elle ornoit tous
les spectacles, étoit l’âme des fêtes, des plaisirs, des bals, et y
ravissoit par les grâces, la justesse et la perfection de sa danse.
Elle aimoit le jeu, s’amusoit au petit jeu, car tout l’amusoit; elle
préféroit le gros, y étoit nette, exacte, la plus belle joueuse du
monde, et en un instant faisoit le jeu de chacun; également gaie et
amusée à faire, les après-dînées, des lectures sérieuses, à converser
dessus, et à travailler avec ses dames sérieuses: on appeloit ainsi
ses dames du palais les plus âgées. Elle n’épargna rien, jusqu’à sa
santé, elle n’oublia pas jusqu’aux plus petites choses, et sans cesse,
pour gagner Mme de Maintenon, et le Roi par elle. Sa souplesse à leur
égard étoit sans pareille, et ne se démentit jamais d’un moment. Elle
l’accompagnoit de toute la discrétion que lui donnoit la connoissance
d’eux, que l’étude et l’expérience lui avoient acquise, pour les degrés
d’enjouement ou de mesure qui étoient à propos. Son plaisir, ses
agréments, je le répète, sa santé même, tout leur fut immolé. Par cette
voie elle s’acquit une familiarité avec eux dont aucun des enfants du
Roi, non pas même ses bâtards, n’avoient pu approcher.

En public, sérieuse, mesurée, respectueuse avec le Roi, et en timide
bienséance avec Mme de Maintenon, qu’elle n’appeloit jamais que _ma
tante_, pour confondre joliment le rang et l’amitié; en particulier,
causante, sautante, voltigeante autour d’eux, tantôt perchée sur le
bras du fauteuil de l’un ou de l’autre, tantôt se jouant sur leurs
genoux, elle leur sautoit au col, les embrassoit, les baisoit, les
caressoit, les chiffonnoit, leur tiroit le dessous du menton, les
tourmentoit, fouilloit leurs tables, leurs papiers, leurs lettres,
les décachetoit, les lisoit quelquefois malgré eux, selon qu’elle les
voyoit en humeur d’en rire, et parlant quelquefois dessus; admise
à tout, à la réception des courriers qui apportoient les nouvelles
les plus importantes, entrant chez le Roi à toute heure, même des
moments pendant le conseil, utile et fatale aux ministres mêmes,
mais toujours portée à obliger, à servir, à excuser, à bien faire, à
moins qu’elle ne fût violemment poussée contre quelqu’un, comme elle
fut contre Pontchartrain, qu’elle nommoit quelquefois au Roi _votre
vilain borgne_, ou par quelque cause majeure, comme elle la fut contre
Chamillart; si libre, qu’entendant un soir le Roi et Mme de Maintenon
parler avec affection de la cour d’Angleterre dans les commencements
qu’on espéra la paix par la reine Anne: “Ma tante, se mit-elle à dire,
il faut convenir qu’en Angleterre les reines gouvernent mieux que les
rois, et savez-vous bien pourquoi, ma tante?” et toujours courant et
gambadant, “c’est que sous les rois ce sont les femmes qui gouvernent,
et ce sont les hommes sous les reines.” L’admirable est qu’ils en
rirent tous deux, et qu’ils trouvèrent qu’elle avoit raison.


Avec toute cette galanterie, jamais femme ne parut se soucier moins de
sa figure, ni y prendre moins de précaution et de soin: sa toilette
étoit faite en un moment; le peu même qu’elle duroit n’étoit que pour
la cour. Elle ne se soucioit de parure que pour les bals et les fêtes,
et ce qu’elle en prenoit en tout autre temps, et le moins encore qu’il
lui étoit possible, n’étoit que par complaisance pour le Roi. Avec
elle s’éclipsèrent joie, plaisirs, amusements mêmes, et toutes espèces
de grâces; les ténèbres couvrirent toute la surface de la cour. Elle
l’animoit toute entière; elle en remplissoit tous les lieux à la fois;
elle y occupoit tout, elle en pénétroit tout l’intérieur; si la cour
subsista après elle, ce ne fut plus que pour languir. Jamais princesse
si regrettée, jamais il n’en fut si digne de l’être. Aussi les regrets
n’en ont-ils pu passer, et l’amertume involontaire et secrète en est
constamment demeurée, avec un vuide affreux qui n’a pu être diminué.


Monseigneur le Dauphin, malade et navré de la plus intime et de la plus
amère douleur, ne sortit point de son appartement, où il ne voulut
voir que Monsieur son frère, son confesseur, et le duc de Beauvillier,
qui malade depuis sept ou huit jours dans sa maison de la ville, fit
un effort pour sortir de son lit, pour aller admirer dans son pupille
tout ce que Dieu y avoit mis de grand, qui ne parut jamais tant qu’en
cette affreuse journée et en celles qui suivirent jusqu’à sa mort. Ce
fut, sans s’en douter, la dernière fois qu’ils se virent en ce monde.
Cheverny[219], d’O[220] et Gamaches[221] passèrent la nuit dans son
appartement, mais sans le voir que des instants.

  [219] See above, p. 14, n. 38.

  [220] See above, p. 73, n. 112.

  [221] Claude Rouault, Marquis des Gamaches.

Le samedi matin 13 février, ils le pressèrent de s’en aller à Marly,
pour lui épargner l’horreur du bruit qu’il pouvoit entendre sur sa
tête, où la Dauphine étoit morte. Il sortit à sept heures du matin,
par une porte de derrière de son appartement, où il se jeta dans une
chaise bleue qui le porta à son carrosse. Il trouva, en entrant dans
l’une et dans l’autre, quelques courtisans plus indiscrets encore
qu’éveillés, qui lui firent leur révérence, et qu’il reçut avec un air
de politesse. Ces trois menins[222] vinrent dans son carrosse avec
lui. Il descendit à la chapelle, entendit la messe, d’où il se fit
porter en chaise à une fenêtre de son appartement, par où il entra.
Mme de Maintenon y vint aussitôt: on peut juger quelle fut l’angoisse
de cette entrevue; elle ne put y tenir longtemps, et s’en retourna. Il
lui fallut essuyer princes et princesses, qui par discrétion n’y furent
que des moments, même Mme la duchesse de Berry et Mme de Saint-Simon
avec elle, vers qui le Dauphin se tourna avec un air expressif de leur
commune douleur. Il demeura quelque temps seul avec M. le duc de Berry.
Le réveil du Roi approchant, ses trois menins entrèrent, et j’hasardai
d’entrer avec eux. Il me montra qu’il s’en apercevoit, avec un air de
douceur et d’affection qui me pénétra; mais je fus épouvanté de son
regard, également contraint, fixe, avec quelque chose de farouche, du
changement de son visage, et des marques plus livides que rougeâtres
que j’y remarquai en assez grand nombre et assez larges, et dont ce
qui étoit dans la chambre s’aperçut comme moi. Il étoit debout, et
peu d’instants après on le vint avertir que le Roi étoit éveillé.
Les larmes, qu’il retenoit, lui rouloient dans les yeux. A cette
nouvelle il se tourna sans rien dire, et demeura. Il n’y avoit que ses
trois menins et moi, et du Chesne[223]; les menins lui proposèrent
une fois ou deux d’aller chez le Roi: il ne remua ni ne répondit. Je
m’approchai, et je lui fis signe d’aller, puis je lui proposai à voix
basse. Voyant qu’il demeuroit et se taisoit, j’osai lui prendre le
bras, lui représenter que tôt ou tard il falloit bien qu’il vît le Roi,
qu’il l’attendoit, et sûrement avec desir de le voir et de l’embrasser,
qu’il y avoit plus de grâce à ne pas différer; et en le pressant de
la sorte, je pris la liberté de le pousser doucement. Il me jeta un
regard à percer l’âme, et partit. Je le suivis quelques pas, et m’ôtai
de là pour prendre haleine. Je ne l’ai pas vu depuis. Plaise à la
miséricorde de Dieu que je le voie éternellement où sa bonté sans doute
l’a mis[224]!

  [222] Cheverny, D’O, and Gamaches.

  [223] First valet to the Duke.

  [224] Ed. Chéruel, IX. 195 ff.; ed. Boislisle, XXII. 279 ff.

    The disquieting symptoms which Saint-Simon had noticed in the
    Duc de Bourgogne rapidly developed into an attack of measles,
    which proved fatal on February 18, six days after the death of
    his wife.

Ce prince, héritier nécessaire, puis présomptif, de la couronne, naquit
terrible, et sa première jeunesse fit trembler. Dur et colère jusqu’aux
derniers emportements, et jusque contre les choses inanimées; impétueux
avec fureur, incapable de souffrir la moindre résistance, même des
heures et des éléments, sans entrer en des fougues à faire craindre
que tout ne se rompît dans son corps; opiniâtre à l’excès; passionné
pour toute espèce de volupté, et des femmes, et ce qui est rare à la
fois, avec un autre penchant tout aussi fort. Il n’aimoit pas moins le
vin, la bonne chère, la chasse avec fureur, la musique avec une sorte
de ravissement, et le jeu encore, où il ne pouvoit supporter d’être
vaincu, et où le danger avec lui étoit extrême. Enfin livré à toutes
les passions et transporté de tous les plaisirs; souvent farouche,
naturellement porté à la cruauté; barbare en railleries et à produire
les ridicules avec une justesse qui assommoit. De la hauteur des cieux
il ne regardoit les hommes que comme des atomes avec qui il n’avoit
aucune ressemblance quels qu’ils fussent. A peine Messieurs ses frères
lui paroissoient-ils intermédiaires entre lui et le genre humain,
quoique on [eût] toujours affecté de les élever tous trois ensemble
dans une égalité parfaite. L’esprit, la pénétration brilloient en lui
de toutes parts: jusque dans ses furies ses réponses étonnoient; ses
raisonnements tendoient toujours au juste et au profond, même dans
ses emportements. Il se jouoit des connoissances les plus abstraites.
L’étendue et la vivacité de son esprit étoient prodigieuses, et
l’empêchoient de s’appliquer à une seule chose à la fois, jusqu’à l’en
rendre incapable. La nécessité de le laisser dessiner en étudiant, à
quoi il avoit beaucoup de goût et d’adresse, et sans quoi son étude
étoit infructueuse, a peut-être beaucoup nui à sa taille.

Il étoit plutôt petit que grand, le visage long et brun, le haut
parfait, avec les plus beaux yeux du monde, un regard vif, touchant,
frappant, admirable, assez ordinairement doux, toujours perçant, et
une physionomie agréable, haute, fine, spirituelle jusqu’à inspirer de
l’esprit; le bas du visage assez pointu, et le nez long, élevé, mais
point beau, n’alloit pas si bien; des cheveux châtains si crépus et en
telle quantité qu’ils bouffoient à l’excès; les lèvres et la bouche
agréables quand il ne parloit point, mais quoique ses dents ne fussent
pas vilaines, le râtelier supérieur s’avançoit trop, et emboîtoit
presque celui de dessous, ce qui, en parlant et en riant, faisoit un
effet désagréable. Il avoit les plus belles jambes et les plus beaux
pieds qu’après le Roi j’aie jamais vues à personne, mais trop longues,
aussi bien que ses cuisses, pour la proportion de son corps. Il sortit
droit d’entre les mains des femmes. On s’aperçut de bonne heure que
sa taille commençoit à tourner; on employa aussitôt et longtemps le
collier et la croix de fer, qu’il portoit tant qu’il étoit dans son
appartement, même devant le monde, et on n’oublia aucun des jeux et des
exercices propres à le redresser. La nature demeura la plus forte: il
devint bossu, mais si particulièrement d’une épaule qu’il en fut enfin
boiteux, non qu’il n’eût les cuisses et les jambes parfaitement égales,
mais parce qu’à mesure que cette épaule grossit, il n’y eut plus, des
deux hanches jusqu’aux deux pieds, la même distance, et au lieu d’être
à plomb, il pencha d’un côté. Il n’en marchoit ni moins aisément, ni
moins longtemps, ni moins vite, ni moins volontiers, et il n’en aima
pas moins la promenade à pied, et à monter à cheval, quoique il y fût
très mal. Ce qui doit surprendre, c’est qu’avec des yeux, tant d’esprit
si élevé, et parvenu à la vertu la plus extraordinaire et à la plus
éminente et la plus solide piété, ce prince ne se vit jamais tel qu’il
étoit pour sa taille, ou ne s’y accoutuma jamais: c’étoit une foiblesse
qui mettoit en garde contre les distractions et les indiscrétions, et
qui donnoit de la peine à ceux de ses gens qui, dans son habillement et
dans l’arrangement de ses cheveux, masquoient ce défaut naturel le plus
qu’il leur étoit possible, mais bien en garde de lui laisser sentir
qu’ils aperçussent ce qui étoit si visible. Il en faut conclure qu’il
n’est pas donné à l’homme d’être ici-bas exactement parfait.

Tant d’esprit, et une telle sorte d’esprit, joint à une telle vivacité,
à une telle sensibilité, à de telles passions, et toutes si ardentes,
n’étoit pas d’une éducation facile. Le duc de Beauvillier, qui en
sentoit également les difficultés et les conséquences, s’y surpassa
lui-même par son application, sa patience, la variété des remèdes.
Peu aidé par les sous-gouverneurs, il se secourut de tout ce qu’il
trouva sous sa main. Fénelon, Fleury[225], sous-précepteur, qui a donné
une si belle _Histoire de l’Église_, quelques gentilshommes de la
manche, Moreau, premier valet de chambre, fort au-dessus de son état
sans se méconnoître, quelques rares valets de l’intérieur, le duc de
Chevreuse seul du dehors, tous mis en œuvre, et tous en même esprit,
travaillèrent chacun sous la direction du gouverneur, dont l’art,
déployé dans un récit, feroit un juste ouvrage, également curieux et
instructif. Mais Dieu, qui est le maître des cœurs, et dont le divin
esprit souffle où il veut, fit de ce prince un ouvrage de sa droite,
et, entre dix-huit et vingt ans il accomplit son œuvre. De cet abîme
sortit un prince affable, doux, humain, modéré, patient, modeste,
pénitent, et, autant et quelquefois au delà de ce que son état pouvoit
comporter, humble et austère pour soi. Tout appliqué à ses devoirs, et
les comprenant immenses, il ne pensa plus qu’à allier les devoirs de
fils et de sujet avec ceux auxquels il se voyoit destiné. La brèveté
des jours faisoit toute sa douleur. Il mit toute sa force et sa
consolation dans la prière, et ses préservatifs en de pieuses lectures.
Son goût pour les sciences abstraites, sa facilité à les pénétrer lui
déroba d’abord un temps qu’il reconnut bientôt devoir à l’instruction
des choses de son état, et à la bienséance d’un rang destiné à régner,
et à tenir en attendant une cour.

  [225] The Abbé Claude Fleury (1640-1723) was _sous-précepteur_
  to the Dauphin under Bossuet, and to the Duc de Bourgogne under
  Fénelon. The first volume of his great _Histoire ecclésiastique_
  appeared in 1691, and in 1696 he succeeded La Bruyère in the
  _Académie Française_.

L’apprentissage de la dévotion et l’appréhension de sa foiblesse pour
les plaisirs le rendirent d’abord sauvage. La vigilance sur lui-même,
à qui il ne passoit rien, et à qui il croyoit devoir ne rien passer,
le renferma dans son cabinet, comme dans un asile impénétrable aux
occasions. Que le monde est étrange! il l’eût abhorré dans son premier
état, et il fut tenté de mépriser le second. Le prince le sentit; il
le supporta; il attacha avec joie cette sorte d’opprobre à la croix
de son Sauveur pour se confondre soi-même dans l’amer souvenir de son
orgueil passé. Ce qui lui fut de plus pénible, il le trouva dans les
traits appesantis de sa plus intime famille. Le Roi, avec sa dévotion
et sa régularité d’écorce, vit bientôt avec un secret dépit un prince
de cet âge censurer, sans le vouloir, sa vie par la sienne, se refuser
un bureau neuf pour donner aux pauvres le prix qui y étoit destiné, et
le remercier modestement d’une dorure nouvelle dont on vouloit rajeunir
son petit appartement. On a vu combien il fut piqué de son refus trop
obstiné de se trouver à un bal de Marly le jour des Rois; véritablement
ce fut la faute d’un novice; il devoit ce respect, tranchons le mot,
cette charitable condescendance, au Roi son grand-père, de ne l’irriter
pas par cet étrange contraste; mais au fond et en soi action bien
grande, qui l’exposoit à toutes les suites du dégoût de soi qu’il
donnoit au Roi, et aux propos d’une cour dont ce roi étoit l’idole, et
qui tournoit en ridicule une telle singularité.


Cette grande et sainte maxime, que les rois sont faits pour leurs
peuples, et non les peuples pour les rois ni aux rois, étoit si avant
imprimée en son âme qu’elle lui avoit rendu le luxe et la guerre
odieuse. C’est ce qui le faisoit quelquefois expliquer trop vivement
sur la dernière, emporté par une vérité trop dure pour les oreilles du
monde, qui a fait quelquefois dire sinistrement qu’il n’aimoit pas la
guerre. Sa justice étoit munie de ce bandeau impénétrable qui en fait
toute la sûreté. Il se donnoit la peine d’étudier les affaires qui
se présentoient à juger devant le Roi aux conseils de finance et des
dépêches, et si elles étoient grandes, il y travailloit avec les gens
du métier, dont il puisoit des connoissances sans se rendre esclave de
leurs opinions. Il communioit au moins tous les quinze jours, avec un
recueillement et un abaissement qui frappoit, toujours en collier de
l’ordre et en rabat et manteau court. Il voyoit son confesseur jésuite
une ou deux fois la semaine, et quelquefois fort longtemps, ce qu’il
abrégea beaucoup dans la suite, quoique il approchât plus souvent de la
communion.

Sa conversation étoit aimable, tant qu’il pouvoit solide, et par goût;
toujours mesurée à ceux avec qui il parloit. Il se délassoit volontiers
à la promenade: c’étoit là où elles paroissoient le plus[226]. S’il
s’y trouvoit quelqu’un avec qui il pût parler de sciences, c’étoit
son plaisir, mais plaisir modeste, et seulement pour s’amuser et
s’instruire, en dissertant quelque peu et en écoutant davantage. Mais
ce qu’il y cherchoit le plus, c’étoit l’utile, des gens à faire parler
sur la guerre et les places, sur la marine et le commerce, sur les
pays et les cours étrangères, quelquefois sur des faits particuliers,
mais publics, et sur des points d’histoire ou des guerres passées
depuis longtemps. Ces promenades, qui l’instruisoient beaucoup, lui
concilioient les esprits, les cœurs, l’admiration, les plus grandes
espérances. Il avoit mis à la place des spectacles, qu’il s’étoit
retranchés depuis fort longtemps, un petit jeu où les plus médiocres
bourses pouvoient atteindre, pour pouvoir varier et partager l’honneur
de jouer avec lui, et se rendre cependant visible à tout le monde. Il
fut toujours sensible au plaisir de la table et de la chasse: il se
laissoit aller à la dernière avec moins de scrupule, mais il craignoit
son foible pour l’autre, et il y étoit d’excellente compagnie quand il
s’y laissoit aller.

  [226] This is the text of the manuscript.

Il connoissoit le Roi parfaitement; il le respectoit, et sur la fin
il l’aimoit en fils, et lui faisoit une cour attentive de sujet, mais
qui sentoit quel il étoit. Il cultivoit Mme de Maintenon avec les
égards que leur situation demandoit. Tant que Monseigneur vécut, il lui
rendoit tout ce qu’il devoit avec soin; on y sentoit la contrainte,
encore plus avec Mlle Choin, et le malaise avec tout cet intérieur
de Meudon. On en a tant expliqué les causes, qu’on n’y reviendra pas
ici. Le prince admiroit, autant pour le moins que tout le monde, que
Monseigneur, qui, tout matériel qu’il étoit, avoit beaucoup de gloire,
n’avoit jamais pu s’accoutumer à Mme de Maintenon, ne la voyoit que
par bienséance, et le moins encore qu’il pouvoit, et toutefois avoit
aussi en Mlle Choin sa Maintenon autant que le Roi avoit la sienne,
et ne lui asservissoit pas moins ses enfants que le Roi les siens à
Mme de Maintenon. Il aimoit les princes ses frères avec tendresse,
et son épouse avec la plus grande passion. La douleur de sa perte
pénétra ses plus intimes moëlles. La piété y surnagea par les plus
prodigieux efforts. Le sacrifice fut entier; mais il fut sanglant.
Dans cette terrible affliction, rien de bas, rien de petit, rien
d’indécent. On voyoit un homme hors de soi, qui s’extorquoit une
surface unie, et qui y succomboit. Les jours en furent tôt abrégés.
Il fut le même dans sa maladie: il ne crut point en relever; il en
raisonnoit avec ses médecins dans cette opinion; il ne cacha pas sur
quoi elle étoit fondée; on l’a dit il n’y a pas longtemps, et tout ce
qu’il sentit depuis le premier jour jusqu’au dernier l’y confirma de
plus en plus. Quelle épouvantable conviction de la fin de son épouse
et de la sienne! Mais, grand Dieu! quel spectacle vous donnâtes en
lui, et que n’est-il permis encore d’en révéler des parties également
secrètes, et si sublimes qu’il n’y a que vous qui les puissiez donner
et en connoître tout le prix! quelle imitation de Jésus-Christ sur la
croix! on ne dit pas seulement à l’égard de la mort et des souffrances,
elle s’éleva bien au-dessus. Quelles tendres, mais tranquilles vues!
Quel surcroît de détachement! Quels vifs élans d’actions de grâces
d’être préservé du sceptre et du compte qu’il en faut rendre! Quelle
soumission, et combien parfaite! Quel ardent amour de Dieu! Quel
perçant regard sur son néant et ses péchés! Quelle magnifique idée de
l’infinie miséricorde! Quelle religieuse et humble crainte! Quelle
tempérée confiance! Quelle sage paix! Quelles lectures! Quelles
prières continuelles! Quel ardent desir des derniers sacrements! Quel
profond recueillement! Quelle invincible patience! Quelle douceur!
Quelle constante bonté pour tout ce qui l’approchoit! Quelle charité
pure qui le pressoit d’aller à Dieu! La France tomba enfin sous ce
dernier châtiment; Dieu lui montra un prince qu’elle ne méritoit pas.
La terre n’en étoit pas digne; il étoit mûr déjà pour la bienheureuse
éternité[227].

  [227] Ed. Chéruel, IX. 209 ff.; ed. Boislisle, XXII. 305 ff.
  Sainte-Beuve (_Caus. du Lundi_, X. 42 ff.) notes that Saint-Simon
  gives one a more favourable impression of the Duc de Bourgogne
  than we get from Fénelon’s letters.

9. CARDINAL D’ESTRÉES

    CÉSAR, Cardinal d’ESTRÉES (1627-1717), was the third son of
    François-Annibal Maréchal-Duc d’Estrées, a distinguished
    soldier and diplomatist, who died in 1670 at the age of
    ninety-seven, and nephew of the celebrated Gabrielle d’Estrées.
    His brother, Jean, who lived to be eighty-three, and his
    nephew, Victor-Marie, who died at seventy-seven, were both
    Marshals of France. The Cardinal, though he never published a
    line, was elected to the _Académie française_ at the age of
    twenty-eight.

Le cardinal d’Estrées mourut à Paris, dans son abbaye de
Saint-Germain-des-Prés, à quatre-vingt-sept ans presque accomplis,
ayant toujours joui d’une santé parfaite de corps et d’esprit,
jusqu’à cette maladie qui fut fort courte, et qui lui laissa sa tête
entière jusqu’à la fin. Il est juste et curieux de s’arrêter un peu
sur un personnage toute sa vie considérable, et qui à sa mort étoit
cardinal-évêque d’Albano, abbé de Longpont, du Mont-Saint-Éloi, de
Saint-Nicolas-aux-Bois, de la Staffarde en Piémont, où Catinat[228]
gagna une célèbre bataille avant d’être maréchal de France, de
Saint-Claude en Franche-Comté, dont l’abbé d’Estrées son neveu étoit
coadjuteur, et dont on a fait un évêché depuis quelques années,
d’Anchin en Flandres, et de Saint-Germain-des-Prés dans Paris. Il étoit
aussi commandeur de l’Ordre[229], de la promotion de 1688.

  [228] Nicolas de Catinat commanded with success the French army
  in Piedmont in the campaigns of 1690-1696 against Victor-Amédée
  of Savoy. His most important victory was gained at Staffarde in
  1690. He was created a Marshal in the following year. In the War
  of the Spanish Succession he was less successful. In a short
  portrait (IX. 188-189) Saint-Simon does full justice to his
  character, “to his wisdom, his modesty, his disinterestedness,
  his great ability as a commander,” and he compares him in his
  simplicity, his frugality, his contempt for the world, his peace
  of soul, to the great Roman generals who after their well-merited
  triumphs returned to their plough, faithful lovers of their
  country, which they had served so well, and heedless of its
  ingratitude.

  [229] The order of the Saint-Esprit.


Né en 1627, il avoit vécu quarante ans avec son père, et su profiter de
ses leçons et de sa considération. La liaison la plus intime fut toute
sa vie constante entre ses neveux et petits-neveux de Vendôme et lui,
dont il fut le conseil toute sa vie, et le cardinal y participa dès sa
jeunesse. C’étoit l’homme du monde le mieux et le plus noblement fait
de corps et d’âme, d’esprit et de visage, qu’on voyoit avoir été beau
en jeunesse, et qui étoit vénérable en vieillesse, l’air prévenant
mais majestueux, de grande taille, des cheveux presque blancs, une
physionomie qui montroit beaucoup d’esprit, et qui tenoit parole, un
esprit supérieur et un bel esprit, une érudition rare, vaste, profonde,
exacte, nette, précise, beaucoup de vraie et de sage théologie,
attachement constant aux libertés de l’Église gallicane et aux maximes
du royaume, une éloquence naturelle, beaucoup de grâce et de facilité
à s’énoncer, nulle envie d’en abuser, ni de montrer de l’esprit et du
savoir, extrêmement noble, désintéressé, magnifique, libéral, beaucoup
d’honneur et de probité, grande sagacité, grande pénétration, bon et
juste discernement, souvent trop de feu en traitant les affaires. Il
avoit été galant dans sa jeunesse, et il l’étoit demeuré sans blesser
aucune bienséance. Parmi un courant d’affaires, la plupart de sa vie
continuelles, réglé en tout, aumônier, et très homme de bien. C’étoit
l’homme du monde de la meilleure compagnie, la plus instructive, la
plus agréable, et dont la mémoire toujours présente n’avoit jamais rien
oublié ni confondu de tout ce qu’il avoit su, vu et lu; toujours gai,
égal, et sans la moindre humeur, mais souvent singulièrement distrait;
qui aimoit à faire essentiellement plaisir, à servir, à obliger, qui
s’y présentoit aisément, et qui ne s’en prévaloit jamais. Il savoit
haïr aussi et le faire sentir: mais il savoit encore mieux aimer.
C’étoit un homme très généreux: il étoit aussi fort courtisan et fort
attentif aux ministres et à la faveur, mais avec dignité, un désinvolte
qui lui étoit naturel, et incapable de rien de ce qu’il ne croyoit pas
devoir faire. Jamais les jésuites ne purent l’entamer sur rien, ni le
Roi sur eux, ni sur ce qu’on lui faisoit passer pour jansénisme, ni en
dernier lieu, comme on l’a vu sur la constitution, ni de l’empêcher
d’agir, et même de parler sur toutes ces matières avec la plus grande
liberté, sans que sa considération en ait baissé auprès du Roi.

Tant de grandes et d’aimables qualités le firent généralement aimer
et respecter; sa science, son esprit, sa fermeté, sa liberté, le
perçant de ses expressions quand il lui plaisoit, une plaisanterie
fine et quelquefois poignante, un tour charmant, le faisoient craindre
et ménager, et cela jusqu’à sa mort, par ceux qui étoient devenus la
terreur de tout le monde. Avec beaucoup de politesse mais distinguée,
il savoit se sentir; il étoit quelquefois haut, quelquefois colère; ce
n’étoit pas un homme qu’il fît bon tâtonner sur rien. Ce tout ensemble
faisoit un homme extrêmement aimable et sûr, et lui donna toujours un
grand nombre d’amis.

Il fut évêque-duc de Laon à vingt-cinq ans, sacré à vingt-sept, et
brilla fort cinq ans après en l’assemblée du clergé de 1660. Il eut la
principale part à finir l’affaire fameuse des quatre évêques par ce
qu’on a nommé la paix de Clément IX[230].

  [230] Four bishops, of whom the chief was Nicolas Pavillon,
  the devout Bishop of Alet, had formally protested against the
  persecution of the nuns of Port-Royal in order to force them to
  sign the “formulary” declaring that the _Augustinus_ had been
  rightly condemned. At last in 1668 they were induced to make an
  ambiguous submission, with which Clement IX declared himself
  satisfied. A medal was struck to celebrate the “Peace of the
  Church,” but the peace was a sham one, as the Jesuits well knew.


Il fut cardinal de Clément X en 1671, mais _in petto_, déclaré enfin
l’année suivante, protecteur des affaires de Portugal, et se trouva en
1676 au conclave où Innocent XI fut élu; six mois après il fut à Munich
pour le mariage de Monseigneur. Il se démit en 1681 en faveur de son
neveu, fils du duc d’Estrées, de son évêché; et, tout cardinal qu’il
étoit depuis dix ans, il demanda et obtint un brevet de conservation du
rang et honneurs de duc et pair.


Devenu abbé de Saint-Germain-des-Prés, il vécut avec ses religieux
comme un père, et tous les soirs il avoit deux, trois ou quatre moines
savants qui venoient l’entretenir de leurs ouvrages jusqu’à son
coucher, qui avouoient qu’ils apprenoient beaucoup de lui[231].

  [231] Mabillon and Montfaucon, perhaps the two most learned of
  the Bénédictines of St Maur, were both at Saint-Germain-des-Prés
  when the Cardinal was abbot.

Il ne pouvoit ouïr parler de ses affaires domestiques. Pressé et
tourmenté par son intendant et son maître d’hôtel de voir enfin ses
comptes, qu’il n’avoit point vus depuis grand nombre d’années, il leur
donna un jour. Ils exigèrent qu’il fermeroit sa porte pour n’être
pas interrompus; il y consentit avec peine, puis se ravisa, et leur
dit que, pour le cardinal Bonsy[232] au moins, qui étoit à Paris,
son ami et son confrère, il ne pouvoit s’empêcher de le voir, mais
que ce seroit merveilles si ce seul homme, qu’il ne pouvoit refuser,
venoit précisément ce jour-là. Tout de suite il envoya un domestique
affidé au cardinal Bonsy, le prier avec instance de venir chez lui un
tel jour entre trois et quatre heures, qu’il le conjuroit de n’y pas
manquer, et qu’il lui en diroit la raison, mais, sur toutes choses,
qu’il parût venir de lui-même. Il fit monter son suisse dès le matin
du jour donné, à qui il défendit de laisser entrer qui que ce fût de
toute l’après-dînée, excepté le seul cardinal Bonsy, qui sûrement ne
viendrait pas; mais, s’il s’en avisoit, de ne le pas renvoyer. Ses
gens, ravis d’avoir à le tenir toute la journée sur ses affaires sans
y être interrompus, arrivent sur les trois heures; le cardinal laisse
sa famille et le peu de gens qui pour ce jour-là avoient dîné chez
lui, et passe dans un cabinet où ses gens d’affaires étalèrent leurs
papiers. Il leur disoit mille choses ineptes sur sa dépense, où il
n’entendoit rien, et regardoit sans cesse vers la fenêtre, sans en
faire semblant, soupirant en secret après une prompte délivrance. Un
peu avant quatre heures, arrive un carrosse dans la cour; ses gens
d’affaires se fâchent contre le suisse, et crient qu’il n’y aura donc
pas moyen de travailler. Le cardinal ravi s’excuse sur les ordres
qu’il a donnés. “Vous verrez, ajouta-t-il, que ce sera ce cardinal
Bonsy, le seul homme que j’aie excepté, et qui tout juste s’avise de
venir aujourd’hui.” Tout aussitôt on le lui annonce; lui à hausser
les épaules, mais à faire ôter les papiers et la table, et les gens
d’affaires à s’en aller en pestant. Dès qu’il fut seul avec Bonsy, il
lui conta pourquoi il lui avoit demandé cette visite, et à en bien rire
tous deux. Oncques depuis ses gens d’affaires ne l’y rattrapèrent, et,
de sa vie, n’en voulut ouïr parler.

  [232] For a charming portrait of this Cardinal see III. 426-429.
  He was Archbishop of Narbonne and grand almoner to the Queen. He
  died in 1703. The Marquis de Castries (see above, p. 142) was
  his nephew.

Il falloit bien qu’ils fussent honnêtes gens et entendus: sa table
étoit tous les jours magnifique, et remplie à Paris et à la cour
de la meilleure compagnie; ses équipages l’étoient aussi; il avoit
un nombreux domestique, beaucoup de gentilshommes, d’aumôniers, de
secrétaires; il donnoit beaucoup aux pauvres, à pleines mains à son
frère le maréchal et à ses enfants, qui lors n’étoient pas à leur aise,
et il mourut sans devoir un seul écu à qui que ce fût.

Sa mort, à laquelle il se préparoit depuis longtemps, fut ferme, mais
édifiante et fort chrétienne; la maladie fut courte, et il n’en avoit
jamais eue, la tête entière jusqu’à la fin. Il fut universellement
regretté, tendrement de sa famille, de ses amis, dont il avoit
beaucoup, des pauvres, de son domestique, et de ses religieux qui
sentirent tout ce qu’ils perdoient en lui, et qui trouvèrent bientôt
après qu’ils avoient changé un père pour un loup et pour un tyran.


Un mot de lui au Roi dure encore. Il étoit à son dîner, toujours fort
distingué du Roi dès qu’il paroissoit devant lui. Le Roi, lui adressant
la parole, se plaignit de l’incommodité de n’avoir plus de dents. “Des
dents, Sire, reprit le cardinal, eh! qui est-ce qui en a?” Le rare de
cette réponse est qu’à son âge il les avoit encore blanches et fort
belles, et que sa bouche, fort grande mais agréable, étoit faite de
façon qu’il les montrait beaucoup en parlant; aussi le Roi se prit-il
à rire de la réponse, et toute l’assistance, et lui-même, qui ne s’en
embarrassa point du tout[233].

  [233] Ed. Chéruel. X. 344 ff.; ed. Boislisle, XXV. 163 ff.

10. BEAUVILLIER

    PAUL, Duc de BEAUVILLIER (1648-1714), who filled the offices of
    Governor of the Duc de Bourgogne, Chef du conseil des finances,
    and Minister of State, was regarded by Saint-Simon with deep
    and reverent affection. He and the Duc de Chevreuse had married
    daughters of Colbert, and the close friendship of the two
    brothers-in-law and their families is frequently referred to
    in Saint-Simon’s memoirs. The well-known intimacy between both
    Dukes and Fénelon is charmingly expressed in the latter’s
    correspondence.

Il étoit grand, fort maigre, le visage long et coloré, un fort grand
nez aquilin, la bouche enfoncée, des yeux d’esprit et perçants, le
sourire agréable, l’air fort doux, mais ordinairement fort sérieux
et concentré. Il étoit né vif, bouillant, emporté, aimant tous les
plaisirs. Beaucoup d’esprit naturel, le sens extrêmement droit, une
grande justesse, souvent trop de précision; l’énonciation aisée,
agréable, exacte, naturelle, l’appréhension vive, le discernement
bon, une sagesse singulière, une prévoyance qui s’étendoit vastement,
mais sans s’égarer; une simplicité et une sagacité extrêmes et qui ne
se nuisoient point l’une à l’autre; et depuis que Dieu l’eut touché,
ce qui arriva de très bonne heure, je crois pouvoir avancer qu’il ne
perdit jamais sa présence, d’où on peut juger, éclairé comme il étoit,
jusqu’à quel point il porta la piété. Doux, modeste, égal, poli avec
distinction, assez prévenant, d’un accès facile et honnête jusqu’aux
plus petites gens, ne montrant point sa dévotion, sans la cacher aussi,
et n’en incommodant personne, mais veillant toutefois ses domestiques,
peut-être de trop près; sincèrement humble, sans préjudice de ce qu’il
devoit à ce qu’il étoit, et si détaché de tout, comme on l’a vu sur
plusieurs occasions qui ont été racontées, que je ne crois pas que les
plus saints moines l’aient été davantage. L’extrême dérangement des
affaires de son père lui avoit néanmoins donné une grande attention
aux siennes, ce qu’il croyoit un devoir, qui ne l’empêchoit pas d’être
vraiment magnifique en tout, parce qu’il estimoit que cela étoit de son
état.

Sa charité pour le prochain le resserroit dans des entraves qui le
raccourcissoient par la contrainte de ses lèvres, de ses oreilles, de
ses pensées, dont on a vu les inconvénients en plusieurs endroits. Le
ministère, la politique, la crainte trop grande du Roi, augmentèrent
encore cette attention continuelle sur lui-même, d’où naissoit un
contraint, un concentré, dirois-je même un pincé, qui éloignoit de lui,
et un goût de particulier très resserré, et de solitude qui convenoit
peu à ses emplois, qui l’isoloit, qui, excepté ses fonctions, parmi
lesquelles je range sa table ouverte le matin, lui faisoit un désert de
la cour, et lui laissoit ignorer tout ce qui n’étoit pas les affaires
où ses emplois l’engageoient nécessairement. On a vu où cela pensa
le précipiter plus d’une fois, sans la moindre altération de la paix
de son âme, ni la plus légère tentation de s’élargir là-dessus. Son
cœur [étoit] droit, bon, tendre, peu étendu; mais ce qu’il aimoit, il
l’aimoit bien, pourvu qu’il pût aussi l’estimer.

Sa crainte du Roi, celle de se commettre, ses précisions,
engourdissoient trop son desir sincère de servir ses amis. Il fut tout
autre, comme on l’a vu, sur cela comme sur tout le reste, après la mort
de Monseigneur, et on ne put douter alors qu’il se plaisoit à servir
ses amis en petites et en grandes choses.


Il épousa Mme de Beauvillier en 1671; le triste état des affaires
de sa maison, que son père avoit ruinées, les engagea à faire cette
alliance de la troisième fille de M. Colbert avec de grands biens.
L’aînée avoit épousé quatre ans auparavant le duc de Chevreuse, et
huit ans après la dernière fut mariée au duc de Mortemart. Les ducs
de Chevreuse[234] et de Beauvillier et leurs femmes se trouvèrent
si parfaitement faits l’un pour l’autre, que ce ne fut qu’un cœur,
qu’une âme, qu’une même pensée, un même sentiment toute leur vie,
une amitié, une considération, une complaisance, une déférence, une
confiance réciproque. Elle étoit pareille entre les deux sœurs, et
la devint bientôt entre les deux beaux-frères. Vivant tous deux à la
cour, attachés par leurs charges, et par la place de dame du palais de
leurs femmes, ils se voyoient sans cesse, et mangeoient par semaine
l’un chez l’autre, ce qui dura jusqu’à ce que les grands emplois du duc
de Beauvillier l’obligèrent à tenir une table publique; ils ne s’en
voyoient guère moins, rarement une seule fois par jour tant qu’ils
vécurent. Il étoit rare aussi d’être ami de l’un à un certain point
sans l’être aussi de l’autre et de leurs épouses.

  [234] Charles-Honoré d’Albert, Duc de Luynes et de Chevreuse, was
  the grandson of the Constable de Luynes, the minister of Louis
  XIII, and the son of the Duc de Luynes who retired to Port-Royal
  and was the friend of Pascal. The Dukedom of Chevreuse came from
  his grandmother, who after the Constable’s death married the Duc
  de Chevreuse, the youngest son of Henri de Guise (_Le Balafré_),
  and in the days of the Fronde was conspicuous for her intrigues.
  He died in 1712, nearly two years before his brother-in-law. See
  IX. 378-387 for a charming portrait.

La piété du duc de Beauvillier, qui commença de fort bonne heure, le
sépara assez de ceux de son âge. Étant à l’armée, à une promenade du
Roi, dans laquelle il servoit, il marchoit seul un jour un peu en
avant; quelqu’un, le remarquant, se prit à dire qu’il faisoit là sa
méditation. Le Roi, qui l’entendit, se tourna vers celui qui parloit,
et le regardant: “Oui, dit-il, voilà M. de Beauvillier, qui est un des
plus sages hommes de la cour et de mon royaume.” Cette subite et courte
apologie fit taire et donna fort à penser, en sorte que les gloseurs
demeurèrent en respect devant son mérite.


M. de Beauvillier voyoit les choses comme elles étoient: il étoit
ennemi des chimères, il pesoit tout avec exactitude, comparoit
les partis avec justesse, demeuroit inébranlable dans son choix
sur des fondements certains. M. de Chevreuse, avec plus d’esprit,
et sans comparaison plus de savoir en tout genre, voyoit tout en
blanc et en pleine espérance, jusqu’à ce qui en offrait le moins,
n’avoit pas la justesse de l’autre, ni le sens si droit. Son trop
de lumières point assez ramassées l’éblouissoit par de faux jours,
et sa facilité prodigieuse de concevoir et de raisonner lui ouvroit
tant de routes qu’il étoit sujet à l’égarement, sans s’en apercevoir
et de la meilleure foi du monde. Ces inconvénients n’étoient jamais
en M. de Beauvillier, qui étoit préférable dans un conseil, et M. de
Chevreuse dans toutes les académies. Il avoit aussi une élocution plus
naturellement diserte, entraînante, et dangereuse aussi, par les grâces
qui y naissoient d’elles-mêmes, à entraîner dans le faux à force de
chaînons, quand on lui avoit passé une fois ses premières propositions
en entier faute d’attention assez vigilante, et de donner par cet
entraînement dans un faux qu’à la fin on apercevoit tout entier,
mais déjà dans le branle forcé de s’y sentir précipité. Enfin, pour
achever ce contraste de deux hommes si unis jusqu’à n’être qu’un, le
duc de Chevreuse ne pouvoit se lever ni se coucher; M. de Beauvillier,
réglé en tout, se levoit fort matin, et se couchoit de bonne heure,
c’est-à-dire qu’il sortoit de table au commencement du fruit, et qu’il
étoit couché avant que le souper fût fini[235].

  [235] Ed. Chéruel, X. 276 ff.; ed. Boislisle, XXV. 42 ff.

11. FÉNELON

    FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE-FÉNELON was born in his
    ancestral _château_ of Périgord in 1651. He was appointed tutor
    to the Duc de Bourgogne in 1689 and Archbishop of Cambrai in
    1695. In the following year his championship of Mme Guyon and
    the doctrine of Quietism brought him into disgrace with Louis
    XIV, and his residence at Cambrai became virtually an exile. He
    administered his see with the dignity of a _grand seigneur_,
    the capacity of a man of affairs, and the piety of a true
    Christian. His death in 1715 was the occasion for the following
    portrait, of which the earlier one in vol. VIII. (pp. 419-423)
    may be regarded as a first sketch. For a still earlier and a
    less favourable one, written when Fénelon was appointed to the
    see of Cambrai, see I. 271-275.

Ce prélat étoit un grand homme maigre, bien fait, pâle, avec un grand
nez, des yeux dont le feu et l’esprit sortoient comme un torrent, et
une physionomie telle que je n’en ai point vu qui y ressemblât, et
qui ne se pouvoit oublier, quand on ne l’auroit vu qu’une fois. Elle
rassembloit tout, et les contraires ne s’y combattoient pas. Elle avoit
de la gravité et de la galanterie, du sérieux et de la gaieté; elle
sentoit également le docteur, l’évêque et le grand seigneur; ce qui
y surnageoit, ainsi que dans toute sa personne, c’étoit la finesse,
l’esprit, les grâces, la décence, et surtout la noblesse. Il falloit
effort pour cesser de le regarder. Tous ses portraits sont parlants,
sans toutefois avoir pu attraper la justesse de l’harmonie qui frappoit
dans l’original, et la délicatesse de chaque caractère que ce visage
rassembloit. Ses manières y répondoient dans la même proportion, avec
une aisance qui en donnoit aux autres, et cet air et ce bon goût qu’on
ne tient que de l’usage de la meilleure compagnie et du grand monde,
qui se trouvoit répandu de soi-même dans toutes ses conversations; avec
cela une éloquence naturelle, douce, fleurie, une politesse insinuante,
mais noble et proportionnée, une élocution facile, nette, agréable, un
air de clarté et de netteté pour se faire entendre dans les matières
les plus embarrassées et les plus dures; avec cela un homme qui ne
vouloit jamais avoir plus d’esprit que ceux à qui il parloit, qui se
mettoit à la portée de chacun sans le faire jamais sentir, qui les
mettoit à l’aise et qui sembloit enchanter, de façon qu’on ne pouvoit
le quitter, ni s’en défendre, ni ne pas chercher à le retrouver. C’est
ce talent si rare, et qu’il avoit au dernier degré, qui lui tint tous
ses amis si entièrement attachés toute sa vie, malgré sa chute, et qui,
dans leur dispersion, les réunissoit pour se parler de lui, pour le
regretter, pour le desirer, pour se tenir de plus en plus à lui, comme
les Juifs pour Jérusalem, et soupirer après son retour, et l’espérer
toujours, comme ce malheureux peuple attend encore et soupire après
le Messie. C’est aussi par cette autorité de prophète, qu’il s’étoit
acquise sur les siens, qu’il s’étoit accoutumé à une domination qui,
dans sa douceur, ne vouloit point de résistance. Aussi n’auroit-il pas
longtemps souffert de compagnon s’il fût revenu à la cour et entré dans
le Conseil, qui fut toujours son grand but; et une fois ancré et hors
des besoins des autres, il eût été bien dangereux non-seulement de lui
résister, mais de n’être pas toujours pour lui dans la souplesse et
dans l’admiration.

Retiré dans son diocèse, il y vécut avec la piété et l’application d’un
pasteur, avec l’art et la magnificence d’un homme qui n’a renoncé à
rien, qui se ménage tout le monde et toutes choses[236]. Jamais homme
n’a eu plus que lui la passion de plaire, et au valet autant qu’au
maître; jamais homme ne l’a portée plus loin, avec une application
plus suivie, plus constante, plus universelle; jamais homme n’y a plus
entièrement réussi. Cambray est un lieu de grand abord et de grand
passage; rien d’égal à la politesse, au discernement, à l’agrément
avec lequel il recevoit tout le monde. Dans les premières années on
l’évitoit, il ne couroit après personne; peu à peu les charmes de ses
manières lui rapprochèrent un certain gros. A la faveur de cette petite
multitude, plusieurs de ceux que la crainte avoit écartés, mais qui
desiroient aussi de jeter des semences pour d’autres temps, furent
bien aises des occasions de passer à Cambray. De l’un à l’autre tous y
coururent. A mesure que Mgr le duc de Bourgogne parut figurer, la cour
du prélat grossit, et elle en devint une effective aussitôt que son
disciple fut devenu Dauphin. Le nombre de gens qu’il avoit accueillis,
la quantité de ceux qu’il avoit logés chez lui passants par Cambray,
les soins qu’il avoit pris des malades et des blessés qu’en diverses
occasions on avoit portés dans sa ville, lui avoient acquis le cœur des
troupes. Assidu aux hôpitaux et chez les moindres officiers, attentif
aux principaux, en ayant chez lui en nombre et plusieurs mois de suite
jusqu’à leur parfait rétablissement, vigilant en vrai pasteur au
salut de leurs âmes, avec cette connoissance du monde qui les savoit
gagner et qui en engageoit beaucoup à s’adresser à lui-même, et il ne
se refusoit pas au moindre des hôpitaux qui vouloit aller à lui, et
qu’il suivoit comme s’il n’eût point eu d’autres soins à prendre, il
n’étoit pas moins actif au soulagement corporel. Les bouillons, les
nourritures, les consolations des dégoûts, souvent encore les remèdes,
sortoient en abondance de chez lui, et dans ce grand nombre un ordre et
un soin que chaque chose fût du meilleur en sa sorte qui ne se peut
comprendre. Il présidoit aux consultations les plus importantes; aussi
est-il incroyable jusqu’à quel point il devint l’idole des gens de
guerre, et combien son nom retentit jusqu’au milieu de la cour.

  [236] See E. de Broglie, _Fénelon à Cambrai_, 1884.

Ses aumônes, ses visites épiscopales réitérées plusieurs fois l’année,
et qui lui firent connoître par lui-même à fond toutes les parties
de son diocèse, la sagesse et la douceur de son gouvernement, ses
prédications fréquentes dans la ville et dans les villages, la facilité
de son accès, son humanité avec les petits, sa politesse avec les
autres, ses grâces naturelles qui rehaussoient le prix de tout ce qu’il
disoit et faisoit, le firent adorer de son peuple, et les prêtres dont
il se déclaroit le père et le frère, et qu’il traitoit tous ainsi,
le portoient tous dans leurs cœurs. Parmi tant d’art et d’ardeur de
plaire, et si générale, rien de bas, de commun, d’affecté, de déplacé,
toujours en convenance à l’égard de chacun; chez lui abord facile,
expédition prompte et désintéressée; un même esprit, inspiré par le
sien, en tous ceux qui travailloient sous lui dans ce grand diocèse;
jamais de scandale ni rien de violent contre personne; tout en lui
et chez lui dans la plus grande décence. Ses matinées se passoient
en affaires du diocèse. Comme il avoit le génie élevé et pénétrant,
qu’il y résidoit toujours, qu’il ne se passoit point de jour qu’il ne
réglât ce qui se présentoit, c’étoit chaque jour une occupation courte
et légère. Il recevoit après qui le vouloit voir, puis alloit dire
la messe, et il y étoit prompt; c’étoit toujours dans sa chapelle,
hors les jours qu’il officioit, ou que quelque raison particulière
l’engageoit à l’aller dire ailleurs. Revenu chez lui, il dînoit avec
la compagnie, toujours nombreuse, mangeoit peu et peu solidement,
mais demeuroit longtemps à table pour les autres, et les charmoit
par l’aisance, la variété, le naturel, la gaieté de sa conversation,
sans jamais descendre à rien qui ne fût digne et d’un évêque et d’un
grand seigneur; sortant de table il demeuroit peu avec la compagnie.
Il l’avoit accoutumée à vivre chez lui sans contrainte, et à n’en
pas prendre pour elle. Il entroit dans son cabinet et y travailloit
quelques heures, qu’il prolongeoit s’il faisoit mauvais temps et qu’il
n’eût rien à faire hors de chez lui.

Au sortir de son cabinet il alloit faire des visites ou se promener
à pied hors la ville. Il aimoit fort cet exercice et l’allongeoit
volontiers, et, s’il n’y avoit personne de ceux qu’il logeoit, ou
quelque personne distinguée, il prenoit quelque grand vicaire et
quelque autre ecclésiastique, et s’entretenoit avec eux du diocèse, de
matières de piété ou de savoir; souvent il y mêloit des parenthèses
agréables. Les soirs, il les passoit avec ce qui logeoit chez lui,
soupoit avec les principaux de ces passages d’armées quand il en
arrivoit, et alors sa table étoit servie comme le matin. Il mangeoit
encore moins qu’à dîner, et se couchoit toujours avant minuit. Quoique
sa table fût magnifique et délicate, et que tout chez lui répondît
à l’état d’un grand seigneur, il n’y avoit rien néanmoins qui ne
sentît l’odeur de l’épiscopat et de la règle la plus exacte, parmi
la plus honnête et la plus douce liberté. Lui-même étoit un exemple
toujours présent, mais auquel on ne pouvoit atteindre; partout un vrai
prélat, partout aussi un grand seigneur, partout encore l’auteur de
_Télémaque_. Jamais un mot sur la cour, sur les affaires, quoi que ce
soit qui pût être repris, ni qui sentît le moins du monde bassesse,
regrets, flatterie; jamais rien qui pût seulement laisser soupçonner
ni ce qu’il avoit été, ni ce qu’il pouvoit encore être. Parmi tant de
grandes parties, un grand ordre dans ses affaires domestiques, et une
grande règle dans son diocèse; mais sans petitesse, sans pédanterie,
sans avoir jamais importuné personne d’aucun état sur la doctrine.

Les jansénistes étoient en paix profonde dans le diocèse de Cambray,
et il y en avoit grand nombre; ils s’y taisoient, et l’archevêque
aussi à leur égard. Il auroit été à desirer pour lui qu’il eût laissé
ceux de dehors dans le même repos; mais il tenoit trop intimement aux
jésuites, et il espéroit trop d’eux, pour ne leur pas donner ce qui
ne troubloit pas le sien. Il étoit aussi trop attentif à son petit
troupeau choisi, dont il étoit le cœur, l’âme, la vie et l’oracle, pour
ne lui pas donner de temps en temps la pâture de quelques ouvrages
qui couroient entre leurs mains avec la dernière avidité, et dont les
éloges retentissoient. Il fut rudement réfuté par les jansénistes,
et il est vrai de plus que le silence en matière de doctrine auroit
convenu à l’auteur si solennellement condamné du livre des _Maximes des
saints_[237]; mais l’ambition n’étoit rien moins que morte; les coups
qu’il recevoit des réponses des jansénistes lui devenoient de nouveaux
mérites auprès de ses amis, et de nouvelles raisons aux jésuites de
tout faire et de tout entreprendre pour lui procurer le rang et les
places d’autorité dans l’Église et dans l’État. A mesure que les temps
orageux s’éloignoient, que ceux de son Dauphin s’approchoient, cette
ambition se réveilloit fortement, quoique cachée sous une mesure qui
certainement lui devoit coûter. Le célèbre Bossuet, évêque de Meaux,
n’étoit plus, ni Godet, évêque de Chartres[238]; la Constitution avoit
perdu le cardinal de Noailles[239]; le P. Tellier[240] étoit devenu
tout-puissant. Ce confesseur du Roi étoit totalement à lui ainsi que
l’élixir du gouvernement des jésuites, et la Société entière faisoit
profession de lui être attachée depuis la mort du P. Bourdaloue[241],
du P. Gaillard et de quelques autres principaux qui lui étoient
opposés, qui en retenoient d’autres, et que la politique des supérieurs
laissoit agir, pour ne pas choquer le Roi ni Mme de Maintenon contre
tout le corps; mais ces temps étoient passés, et tout ce formidable
corps lui étoit enfin réuni. Le Roi, en deux ou trois occasions depuis
peu, n’avoit pu s’empêcher de le louer. Il avoit ouvert ses greniers
aux troupes dans un temps de cherté et où les munitionnaires étoient
à bout, et il s’étoit bien gardé d’en rien recevoir, quoique il en
eût tiré de grosses sommes en le vendant à l’ordinaire. On peut juger
que ce service ne demeura pas enfoui, et ce fut aussi ce qui fit
hasarder pour la première fois de nommer son nom au Roi. Le duc de
Chevreuse avoit enfin osé l’aller voir, et le recevoir une autre fois
à Chaulnes[242], et on peut juger que ce ne fut pas sans s’être assuré
que le Roi le trouvoit bon.

  [237] _Les Maximes des saints_ was published in 1697 and was
  condemned by the Court of Rome in 1699.

  [238] See above, p. 46, n. 88.

  [239] See above, p. 45, n. 84.

  [240] See above, p. 111, n. 168.

  [241] 1704.

  [242] The meeting between Chevreuse and Fénelon at Chaulnes,
  where the Duke had a _château_, took place in November, 1711. As
  the result of their long political conversations Fénelon drew
  up a document entitled _Plans de gouvernement concertés avec
  le Duc de Chevreuse pour être proposés au Duc de Bourgogne_.
  It consisted of mere heads of chapters arranged under seven
  sections which Fénelon called _tables_. Hence the name, _Tables
  de Chaulnes_, which the document usually bears.

Fénelon, rendu enfin aux plus flatteuses et aux plus hautes espérances,
laissa germer cette semence d’elle-même; mais elle ne put venir à
maturité. La mort si peu attendue du Dauphin l’accabla, et celle du duc
de Chevreuse, qui ne tarda guère après, aigrit cette profonde plaie;
la mort du duc de Beauvillier la rendit incurable, et l’atterra. Ils
n’étoient qu’un cœur et qu’une âme, et, quoique ils ne se fussent
jamais vus depuis l’exil, Fénelon le dirigeoit de Cambray jusque
dans les plus petits détails. Malgré sa profonde douleur de la mort
du Dauphin, il n’avoit pas laissé d’embrasser une planche dans ce
naufrage. L’ambition surnageoit à tout, se prenoit à tout[243]. Son
esprit avoit toujours plu à M. le duc d’Orléans. M. de Chevreuse avoit
cultivé et entretenu entre eux l’estime et l’amitié, et j’y avois aussi
contribué par attachement pour le duc de Beauvillier, qui pouvoit tout
sur moi. Après tant de pertes et d’épreuves les plus dures, ce prélat
étoit encore homme d’espérances; il ne les avoit pas mal placées. On a
vu les mesures que les ducs de Chevreuse et de Beauvillier m’avoient
engagé de prendre pour lui auprès de ce prince, et qu’elles avoient
réussi de façon que les premières places lui étoient destinées, et que
je lui en avois fait passer l’assurance par ces deux ducs dont la piété
s’intéressoit si vivement en lui, et qui étoient persuadés que rien ne
pouvoit être si utile à l’Église, ni si important à l’État, que de le
placer au timon du gouvernement; mais il étoit arrêté qu’il n’auroit
que des espérances. On a vu que rien ne le pouvoit rassurer sur moi, et
que les ducs de Chevreuse et de Beauvillier me l’avouoient. Je ne sais
si cette frayeur s’augmenta par leur perte, et s’il crut que, ne les
ayant plus pour me tenir, je ne serois plus le même pour lui, avec qui
je n’avois jamais eu aucun commerce, trop jeune avant son exil, et sans
nulle occasion depuis. Quoi qu’il en soit, sa foible complexion ne put
résister à tant de soins et de traverses. La mort du duc de Beauvillier
lui donna le dernier coup. Il se soutint quelque temps par effort de
courage, mais ses forces étoient à bout. Les eaux, ainsi qu’à Tantale,
s’étoient trop persévéramment retirées du bord de ses lèvres toutes les
fois qu’il croyoit y toucher pour y éteindre l’ardeur de sa soif.

  [243] It will be seen that Saint-Simon insists strongly on
  Fénelon’s ambition. He certainly had the spirit of domination,
  but that he aspired to be the Richelieu of the future monarch is
  very doubtful, and there is no evidence to bear out Saint-Simon’s
  insinuation that on the Duc de Bourgogne’s death he turned his
  attention to the Duc d’Orléans.

Il fit un court voyage de visite épiscopale, il versa dans un endroit
dangereux, personne ne fut blessé, mais il vit tout le péril, et eut
dans sa foible machine toute la commotion de cet accident. Il arriva
incommodé à Cambray, la fièvre survint, et les accidents tellement coup
sur coup qu’il n’y eut plus de remède; mais sa tête fut toujours libre
et saine. Il mourut à Cambray le 7 janvier de cette année, au milieu
des regrets intérieurs, et à la porte du comble de ses desirs. Il
savoit l’état tombant du Roi; il savoit ce qui le regardoit après lui.
Il étoit déjà consulté du dedans et recourtisé du dehors, parce que
le goût du soleil levant avoit déjà percé. Il étoit porté par le zèle
infatigablement actif de son petit troupeau, devenu la portion d’élite
du grand parti de la constitution par la haine des anciens ennemis de
l’archevêque de Cambray, qui ne l’étoient pas moins de la doctrine des
jésuites, qu’il s’agissoit, de tolérée à grand peine qu’elle avoit été
depuis son père Molina, de rendre triomphante, maîtresse et unique. Que
de puissants motifs de regretter la vie, et que la mort est amère dans
des circonstances si parfaites et si à souhait de tous côtés! Toutefois
il n’y parut pas. Soit amour de la réputation, qui fut toujours un
objet auquel il donna toute préférence, soit grandeur d’âme, qui
méprise enfin ce qu’elle ne peut atteindre, soit dégoût du monde si
continuellement trompeur pour lui, et de sa figure qui passe, et qui
alloit lui échapper, soit piété ranimée par un long usage, et ranimée
peut-être par ces tristes mais puissantes considérations, il parut
insensible à tout ce qu’il quittoit, et uniquement occupé de ce qu’il
alloit trouver, avec une tranquillité, une paix, qui n’excluoit que le
trouble, et qui embrassoit la pénitence, le détachement, le soin unique
des choses spirituelles et de son diocèse, enfin une confiance qui ne
faisoit que surnager à l’humilité et à la crainte.

Dans cet état, il écrivit au Roi une lettre sur le spirituel de son
diocèse, qui ne disoit pas un mot sur lui-même, qui n’avoit rien que
de touchant et qui ne convînt au lit de la mort à un grand évêque. La
sienne, à moins de soixante-cinq ans, munie des sacrements de l’Église,
au milieu des siens et de son clergé, put passer pour une grande leçon
à ceux qui survivoient, et pour laisser de grandes espérances de celui
qui étoit appelé. La consternation dans tous les Pays-Bas fut extrême.
Il y avoit apprivoisé jusqu’aux armées ennemies, qui avoient autant et
même plus de soin de conserver ses biens que les nôtres. Leurs généraux
et la cour de Bruxelles se piquoient de le combler d’honnêtetés et
des plus grandes marques de considération, et les protestants pour le
moins autant que les catholiques. Les regrets furent donc sincères et
universels dans toute l’étendue des Pays-Bas. Ses amis, sur tous son
petit troupeau, tombèrent dans l’abîme de l’affliction la plus amère.
A tout prendre, c’étoit un bel esprit et un grand homme. L’humanité
rougit pour lui de Mme Guyon, dans l’admiration de laquelle, vraie ou
feinte, il a toujours vécu, sans que ses mœurs aient jamais été le
moins du monde soupçonnées, et est mort après en avoir été le martyr,
sans qu’il ait été jamais possible de l’en séparer. Malgré la fausseté
notoire de toutes ses prophéties, elle fut toujours le centre où tout
aboutit dans ce petit troupeau, et l’oracle suivant lequel Fénelon
vécut et conduisit les autres[244].

  [244] Ed. Chéruel, XI. 58-66; ed. Boislisle, XXVI. 74-85. It must
  be remembered that Saint-Simon expressly says of Fénelon: “Je ne
  le connoissois que de visage, trop jeune quand il fut exilé; je
  ne l’avois pas vu depuis” (X. 287).

12. VILLEROY

    FRANÇOIS DE NEUFVILLE, Maréchal-Duc de VILLEROY (1644-1730),
    was great-grandson of Nicolas de Neufville, Seigneur de
    Villeroy, minister to Henry III and Henry IV, grandson of
    the first Marquis de Villeroy, and son of the Maréchal-Duc
    de Villeroy, governor of Louis XIV. He was brought up with
    the king, who in consequence always regarded him with favour.
    “Prince Charming” in society, he served with distinction in the
    earlier wars of the reign. But as a Commander-in-chief he was a
    failure, and his signal defeat by Marlborough at Ramillies in
    1706 was largely due to his incapacity. La Bruyère’s Ménippe
    (_Du mérite personnel_) is generally regarded as a portrait of
    him.

Le maréchal de Villeroy a tant figuré, devant et depuis, qu’il
est nécessaire de le faire connoître. C’étoit un grand homme bien
fait, avec un visage fort agréable, fort vigoureux, sain, qui sans
s’incommoder faisoit tout ce qu’il vouloit de son corps. Quinze et
seize heures à cheval ne lui étoient rien, les veilles pas davantage.
Toute sa vie nourri et vivant dans le plus grand monde; fils du
gouverneur du Roi, élevé avec lui, dans sa familiarité dès leur
première jeunesse, galant de profession, parfaitement au fait des
intrigues galantes de la cour et de la ville, dont il savoit amuser
le Roi, qu’il connoissoit à fond, et des foiblesses duquel il sut
profiter, et se maintenir en osier de cour dans les contre-temps qu’il
essuya avant que je fusse dans le monde. Il étoit magnifique en tout,
fort noble dans toutes ses manières, grand et beau joueur sans se
soucier du jeu, point méchant gratuitement, tout le langage et les
façons d’un grand seigneur et d’un homme pétri de la cour; glorieux à
l’excès par nature, bas aussi à l’excès pour peu qu’il en eût besoin,
et à l’égard du Roi et de Mme de Maintenon valet à tout faire.

Il avoit cet esprit de cour et du monde que le grand usage donne,
et que les intrigues et les vues aiguisent, avec ce jargon qu’on y
apprend, qui n’a que le tuf[245], mais qui éblouit les sots, et que
l’habitude de la familiarité du Roi, de la faveur, des distinctions, du
commandement rendoit plus brillant, et dont la fatuité suprême faisoit
tout le fond. C’étoit un homme fait exprès pour présider à un bal, pour
être le juge d’un carrousel, et, s’il avoit eu de la voix, pour chanter
à l’Opéra les rôles de roi et de héros; fort propre encore à donner
les modes, et à rien du tout au delà. Il ne se connoissoit ni en gens
ni en choses, pas même en celles de plaisir, et parloit et agissoit
sur parole; grand admirateur de qui lui imposoit, et conséquemment
dupe parfaite, comme il le fut toute sa vie, de Vaudemont[246], de
Mme des Ursins[247] et des personnages éclatants; incapable de bon
conseil, incapable encore de toute affaire, même d’en rien comprendre
par delà l’écorce, au point que, lorsqu’il fut dans le conseil, le
Roi étoit peiné de cette ineptie, au point d’en baisser la tête, d’en
rougir et de perdre sa peine à le redresser, et à tâcher de lui faire
comprendre le point dont il s’agissoit. C’est ce que j’ai su longtemps
après de Torcy[248], qui étoit étonné au dernier point de la sottise
en affaires d’un homme de cet âge, si rompu à la cour. Il y étoit
en effet si rompu qu’il en étoit corrompu. Il se piquoit néanmoins
d’être fort honnête homme; mais comme il n’avoit point de sens, il
montroit la corde fort aisément, aux occasions mêmes peu délicates,
où son peu de cervelle le trahissoit, peu retenu d’ailleurs quand
ses vues, ses espérances et son intérêt, même l’envie de plaire et
de flatter, ne s’accordoient pas avec la probité. C’étoit toujours,
hors des choses communes, un embarras et une confiance dont le mélange
devenoit ridicule. On distinguoit l’un d’avec l’autre, on voyoit qu’il
ne savoit où il en étoit; quelque _sproposito_ prononcé avec autorité,
étayé de ses grands airs, étoit ordinairement sa ressource. Il étoit
brave de sa personne; pour la capacité militaire on en [a] vu les
funestes fruits. Sa politesse avoit une hauteur qui repoussoit, et
ses manières étoient par elles-mêmes insultantes quand il se croyoit
affranchi de la politesse par le caractère des gens. Aussi étoit-ce
l’homme du monde le moins aimé, et dont le commerce étoit le plus
insupportable, parce qu’on [n’]y trouvoit qu’un tissu de fatuité,
de recherche et d’applaudissement de soi, de montre de faveur et de
grandeur de fortune, un tissu de questions qui en interrompoient les
réponses, qui souvent ne les attendoient pas, et qui toujours étoient
sans aucun rapport ensemble. D’ailleurs nulle chose que des contes de
cour, d’aventures, de galanteries; nulle lecture, nulle instruction,
ignorance crasse sur tout, plates plaisanteries, force vent et parfait
vide. Il traitoit avec l’empire le plus dur les personnes de sa
dépendance. Il est incroyable les traitements continuels que jusqu’à sa
mort il a faits continuellement à son fils qui lui rendoit des soins
infinis et une soumission sans réplique, et j’ai su par des amis de
Tallart[249], dont il étoit fort proche, et l’a toujours protégé, qu’il
le mettoit sans cesse au désespoir, même parvenu à la tête de l’armée.
Enfin la fausseté, et la plus grande, et la plus pleine opinion de
soi en tout genre mettent la dernière main à la perfection de ce trop
véritable tableau[250].

  [245] Which has no solidity.

  [246] See above, p. 10, n. 31.

  [247] See above, p. 44, n. 81.

  [248] Jean-Baptiste Colbert, Marquis de Torcy (1665-1746), was
  the son of the Marquis de Croissy, Colbert’s brother. After
  filling the post of Ambassador to England, he became Secretary of
  State for Foreign Affairs in 1696. His Memoirs are an important
  source for the diplomatic history of the War of the Spanish
  Succession. Saint-Simon became intimate with him during the
  Regency and obtained from him much information.

  [249] Camille d’Hostun, Comte de Tallart (1652-1728), received
  his Marshal’s bâton in 1703. A good strategist but a poor
  tactician, he was defeated and taken prisoner at Blenheim in 1704
  and remained in England till 1711. For his portrait see III.
  390-391.

  [250] Ed. Chéruel, XI. 218-220; Boislisle, XXVI. 341-345. Cp. the
  short but even more severe estimate under the year 1722 (XIX.
  12-13).

13. LE DUC D’ORLÉANS

    PHILIPPE, DUC D’ORLÉANS (1674-1723), Regent of France after the
    death of Louis XIV, was the only son of Monsieur, the brother
    of Louis XIV, by his second wife, Charlotte Elizabeth, daughter
    of the Elector Palatine. Till his father’s death in 1701 he was
    called the Duc de Chartres.

M. le duc d’Orléans étoit de taille médiocre au plus, fort plein,
sans être gros, l’air et le port aisé et fort noble, le visage large,
agréable, fort haut en couleur, le poil noir et la perruque de même.
Quoique il eût fort mal dansé, et médiocrement réussi à l’académie,
il avoit dans le visage, dans le geste, dans toutes ses manières une
grâce infinie, et si naturelle qu’elle ornoit jusqu’à ses moindres
actions, et les plus communes. Avec beaucoup d’aisance quand rien ne
le contraignoit, il étoit doux, accueillant, ouvert, d’un accès facile
et charmant, le son de la voix agréable, et un don de la parole qui
lui étoit tout particulier en quelque genre que ce pût être, avec une
facilité et une netteté que rien ne surprenoit, et qui surprenoit
toujours. Son éloquence étoit naturelle jusque dans les discours les
plus communs et les plus journaliers, dont la justesse étoit égale
sur les sciences les plus abstraites, qu’il rendoit claires, sur les
affaires de gouvernement, de politique, de finance, de justice, de
guerre, de cour, de conversation ordinaire, et de toutes sortes d’arts
et de mécanique. Il ne se servoit pas moins utilement des Histoires
et des Mémoires, et connoissoit fort les maisons. Les personnages de
tous les temps et leurs vies lui étoient présentes, et les intrigues
des anciennes cours comme celles de son temps. A l’entendre, on lui
auroit cru une vaste lecture. Rien moins. Il parcourait légèrement,
mais sa mémoire étoit si singulière qu’il n’oublioit ni choses, ni
noms, ni dates, qu’il rendoit avec précision, et son appréhension étoit
si forte qu’en parcourant ainsi, c’étoit en lui comme s’il eût tout lu
fort exactement. Il excelloit à parler sur-le-champ, et en justesse
et en vivacité, soit de bons mots, soit de reparties. Il m’a souvent
reproché, et d’autres plus que lui, que je ne le gâtois pas; mais je
lui ai souvent aussi donné une louange qui est méritée par bien peu
de gens, et qui n’appartenoit à personne si justement qu’à lui: c’est
qu’outre qu’il avoit infiniment d’esprit et de plusieurs sortes, la
perspicacité singulière du sien se trouvoit jointe à une si grande
justesse, qu’il ne se serait jamais trompé en aucune affaire s’il avoit
suivi la première appréhension de son esprit sur chacune. Il prenoit
quelquefois cette louange de moi pour un reproche, et il n’avoit pas
toujours tort; mais elle n’en étoit pas moins vraie. Avec cela nulle
présomption, nulle trace de supériorité d’esprit ni de connoissance,
raisonnant comme d’égal à égal avec tous, et donnant toujours de la
surprise aux plus habiles. Rien de contraignant ni d’imposant dans la
société, et quoique il sentît bien ce qu’il étoit, et de façon même
de ne le pouvoir oublier en sa présence, il mettoit tout le monde à
l’aise, et lui-même comme au niveau des autres.

Il gardoit fort son rang en tout genre avec les princes du sang, et
personne n’avoit l’air, le discours, ni les manières plus respectueuses
que lui, ni plus noble avec le Roi et avec les fils de France. Monsieur
avoit hérité en plein de la valeur des rois ses père et grand-père,
et l’avoit transmise toute entière à son fils. Quoique il n’eût aucun
penchant à la médisance, beaucoup moins à ce qu’on appelle être
méchant, il étoit dangereux sur la valeur des autres. Il ne cherchoit
jamais à en parler, modeste et silencieux même à cet égard sur ce qui
lui étoit personnel, et racontoit toujours les choses de cette nature
où il avoit eu le plus de part, donnant avec équité toute louange aux
autres et ne parlant jamais de soi; mais il se passoit difficilement
de pincer ceux qu’il ne trouvoit pas ce qu’il appeloit francs du
collier, et on lui sentoit un mépris et une répugnance naturelle à
l’égard de ceux qu’il avoit lieu de croire tels. Aussi avoit-il le
foible de croire ressembler en tout à Henri IV, de l’affecter dans ses
façons, dans ses reparties, de se le persuader jusque dans sa taille
et la forme de son visage, et de n’être touché d’aucune autre louange
ni flatterie comme de celle-là qui lui alloit au cœur. C’est une
complaisance à laquelle je n’ai jamais pu me ployer. Je sentois trop
qu’il ne recherchoit pas moins cette ressemblance dans les vices de ce
grand prince que dans ses vertus, et que les uns ne faisoient pas moins
son admiration que les autres. Comme Henri IV, il étoit naturellement
bon, humain, compatissant, et cet homme si cruellement accusé du
crime le plus noir et le plus inhumain, je n’en ai point connu de
plus naturellement opposé au crime de la destruction des autres, ni
plus singulièrement éloigné de faire peine même à personne, jusque-là
qu’il se peut dire que sa douceur, son humanité, sa facilité avoient
tourné en défaut, et je ne craindrai pas de dire qu’il tourna en vice
la suprême vertu du pardon des ennemis, dont la prodigalité sans cause
ni choix tenoit trop près de l’insensible, et lui a causé bien des
inconvénients fâcheux et des maux dont la suite fournira des exemples
et des preuves.

Je me souviens qu’un an peut-être avant la mort du Roi, étant monté de
bonne heure après dîné chez Mme la duchesse d’Orléans à Marly, je la
trouvai au lit pour quelque migraine, et M. le duc d’Orléans seul dans
la chambre, assis dans le fauteuil du chevet du lit. A peine fus-je
assis que Mme la duchesse d’Orléans se mit à me raconter un fait du
prince et du cardinal de Rohan[251], arrivé depuis peu de jours, et
prouvé avec la plus claire évidence. Il rouloit sur des mesures contre
M. le duc d’Orléans pour le présent et l’avenir, et sur le fondement
de ces exécrables imputations si à la mode par le crédit et le cours
que Mme de Maintenon et M. du Maine s’appliquoient sans cesse à leur
donner. Je me récriai d’autant plus que M. le duc d’Orléans avoit
toujours distingué et recherché, je ne sais pourquoi, ces deux frères,
et qu’il croyoit pouvoir compter sur eux: “Et que dites-vous de M.
le duc d’Orléans, ajouta-t-elle ensuite, qui, depuis qu’il le sait,
qu’il n’en doute pas, et qu’il n’en peut douter, leur fait tout aussi
bien qu’à l’ordinaire?” A l’instant je regardai M. le duc d’Orléans
qui n’avoit dit que quelques mots pour confirmer le récit de la chose
à mesure qu’il se faisoit, et qui étoit couché négligemment dans sa
chaise, et je lui dis avec feu: “Pour cela, Monsieur, il faut dire la
vérité, c’est que depuis Louis le Débonnaire il n’y en eut jamais un si
débonnaire que vous.” A ces mots, il se releva dans sa chaise, rouge de
colère jusqu’au blanc des yeux, balbutiant de dépit contre moi qui lui
disois, prétendoit-il, des choses fâcheuses, et contre Mme la duchesse
d’Orléans qui les lui avoit procurées, et qui rioit. “Courage,
Monsieur, ajoutai-je, traitez bien vos ennemis, et fâchez-vous contre
vos serviteurs. Je suis ravi de vous voir en colère, c’est signe que
j’ai mis le doigt sur l’apostume; quand on la presse, le malade crie.
Je voudrois en faire sortir tout le pus, et après cela vous seriez tout
un autre homme et tout autrement compté.” Il grommela encore un peu et
puis s’apaisa. C’est là une des deux occasions seules où il se soit
jamais mis en vraie colère contre moi. Je rapporterai l’autre en son
temps.

  [251] See above, p. 46, n. 86.

Deux ou trois ans après la mort du Roi, je causois à un coin de la
longue et grande pièce de l’appartement des Tuileries, comme le conseil
de régence alloit commencer dans cette même pièce où il se tenoit
toujours, tandis que M. le duc d’Orléans étoit tout à l’autre bout,
parlant à quelqu’un dans une fenêtre. Je m’entendis appeler comme de
main en main; on me dit que M. le duc d’Orléans me vouloit parler.
Cela arrivoit souvent en se mettant au Conseil. J’allai donc à cette
fenêtre où il étoit demeuré. Je trouvai un maintien sérieux, un air
concentré, un visage fâché qui me surprit beaucoup. “Monsieur, me
dit-il d’abordée, j’ai fort à me plaindre de vous que j’ai toute ma
vie compté pour le meilleur de mes amis.--Moi, Monsieur! plus étonné
encore, qu’y a-t-il donc, lui dis-je, s’il vous plaît?--Ce qu’il y
a, répondit-il avec une mine encore plus colère, chose que vous ne
sauriez nier, des vers que vous avez faits contre moi.--Moi, des
vers! répliquai-je; hé! qui diable vous conte de ces sottises-là? et
depuis près de quarante ans que vous me connoissez, est-ce que vous ne
savez pas que de ma vie je n’ai pu faire, non pas deux vers, mais un
seul?--Hon, par...! reprit-il, vous ne pouvez nier ceux-là, et tout
de suite me chante un _pont-neuf_ à sa louange dont le refrain étoit:
_Notre régent est débonnaire, la la, il est débonnaire_, avec un grand
éclat de rire.--Comment! lui dis-je, vous vous en souvenez encore? et
en riant aussi, pour la vengeance que vous en prenez, souvenez-vous-en
du moins à bon escient.” Il demeura à rire longtemps, à ne s’en pouvoir
empêcher avant de se mettre au Conseil. Je n’ai pas craint d’écrire
cette bagatelle, parce qu’il me semble qu’elle peint.

Il aimoit fort la liberté, et autant pour les autres que pour lui-même.
Il me vantoit un jour l’Angleterre sur ce point, où il n’y a point
d’exils ni de lettres de cachet, et où le Roi ne peut défendre que
l’entrée de son palais ni tenir personne en prison, et sur cela me
conta en se délectant, car tous nos princes vivoient lors, qu’outre
la duchesse de Portsmouth, Charles II avoit bien eu de petites
maîtresses; que le grand prieur[252], jeune et aimable en ce temps-là,
qui s’étoit fait chasser pour quelque sottise, étoit allé passer son
exil en Angleterre, où il avoit été fort bien reçu du roi. Pour le
remerciement, il lui débaucha une de ces petites maîtresses dont le
roi étoit si passionné alors qu’il lui fit demander grâces, lui offrit
de l’argent, et s’engagea de le raccommoder en France. Le grand prieur
tint bon. Charles lui fit défendre le palais. Il s’en moqua, et alloit
tous les jours à la comédie avec sa conquête, et s’y plaçoit vis-à-vis
du roi. Enfin le roi d’Angleterre, ne sachant plus que faire pour
s’en délivrer, pria tellement le Roi de le rappeler en France qu’il
le fut. Mais le grand prieur tint bon, dit qu’il se trouvoit bien en
Angleterre, et continua son manège. Charles outré en vint jusqu’à faire
confidence au Roi de l’état où le mettoit le grand prieur, et obtint un
commandement si absolu et si prompt qu’il le fit repasser incontinent
en France. M. le duc d’Orléans admirait cela, et je ne sais s’il
n’aurait pas voulu être le grand prieur. Je lui répondis que j’admirais
moi-même que le petit-fils d’un roi de France se pût complaire dans
un si insolent procédé, que moi sujet, et qui, comme lui, n’avois
aucun trait au trône, je trouvois plus que scandaleux et extrêmement
punissable. Il n’en relâcha rien, et faisoit toujours cette histoire
avec volupté. Aussi d’ambition de régner ni de gouverner, n’en avoit-il
aucune. S’il fit une pointe tout à fait insensée pour l’Espagne, c’est
qu’on la lui avoit mise dans la tête. Il ne songea même, comme on le
verra, tout de bon à gouverner que lorsque force fut d’être perdu
et déshonoré, ou d’exercer les droits de sa naissance, et, quant à
régner je ne craindrai pas de répondre que jamais il ne le desira, et
que, le cas forcé arrivé, il s’en seroit trouvé également importuné
et embarrassé. Que vouloit-il donc? me demandera-t-on; commander les
armées tant que la guerre auroit duré, et se divertir le reste du temps
sans contrainte ni à lui ni à autrui.

  [252] Philippe, brother of the Duc de Vendôme, Grand Prior
  of France and Chevalier of the Order of Malta. He was very
  good-looking (in his youth), a brilliant conversationalist,
  extremely rich--he enjoyed the revenues of six abbeys--and a
  finished blackguard. For his portrait see Saint-Simon, III. 392:
  “Menteur, escroc, fripon, voleur, malhonnête homme jusque dans la
  moelle des os... le plus désordonné et le plus grand dissipateur
  du monde.” His supper parties at the Temple were notorious for
  their cynical debauchery. According to Saint-Simon he was carried
  to bed dead-drunk every night for thirty years.

C’étoit en effet à quoi il étoit extrêmement propre. Une valeur
naturelle, tranquille, qui lui laissoit tout voir, tout prévoir, et
porter les remèdes, une grande étendue d’esprit pour les échecs d’une
campagne, pour les projets, pour se munir de tout ce qui convenoit à
l’exécution, pour s’en aider à point nommé, pour s’établir d’avance
des ressources et savoir en profiter bout à bout, et user aussi avec
une sage diligence et vigueur de tous les avantages que lui pouvoit
présenter le sort des armes. On peut dire qu’il étoit capitaine,
ingénieur, intendant d’armée, qu’il connoissoit la force des troupes,
le nom et la capacité des officiers, et les plus distingués de chaque
corps, s’en faire adorer, les tenir néanmoins en discipline, exécuter,
en manquant de tout, les choses les plus difficiles. C’est ce qui a été
admiré en Espagne, et pleuré en Italie, quand il y prévit tout, et que
Marsin lui arrêta les bras sur tout. Ses combinaisons étoient justes
et solides tant sur les matières de guerre que sur celles d’État; il
est étonnant jusqu’à quel détail il en embrassoit toutes les parties
sans confusion, les avantages et les désavantages des partis qui se
présentoient à prendre, la netteté avec laquelle il les comprenoit
et savoit les exposer, enfin la variété infinie et la justesse de
toutes ses connoissances sans en montrer jamais, ni en avoir en effet
meilleure opinion de soi.

L’abbé du Bois[253] étoit un petit homme maigre, effilé, chafouin, à
perruque blonde, à mine de fouine, à physionomie d’esprit, qui étoit
en plein ce qu’un mauvais françois appelle un sacre mais que ne se
peut guère exprimer autrement. Tous les vices combattoient en lui à
qui en demeureroit le maître. Ils y faisoient un bruit et un combat
continuel entre eux. L’avarice, la débauche, l’ambition étoient ses
dieux; la perfidie, la flatterie, les servages, ses moyens; l’impiété
parfaite, son repos; et l’opinion que la probité et l’honnêteté sont
des chimères dont on se pare, et qui n’ont de réalité dans personne,
son principe, en conséquence duquel tous moyens lui étoient bons. Il
excelloit en basses intrigues, il en vivoit, il ne pouvoit s’en passer,
mais toujours avec un but où toutes ses démarches tendoient, avec
une patience qui n’avoit de terme que le succès, ou la démonstration
réitérée de n’y pouvoir arriver, à moins que, cheminant ainsi dans la
profondeur et les ténèbres, il ne vît jour à mieux en ouvrant un autre
boyau. Il passoit ainsi sa vie dans les sapes. Le mensonge le plus
hardi lui étoit tourné en nature avec un air simple, droit, sincère,
souvent honteux. Il auroit parlé avec grâce et facilité, si, dans le
dessein de pénétrer les autres en parlant, et la crainte de s’avancer
plus qu’il ne vouloit, ne l’avoit accoutumé à un bégayement factice qui
le déparoit, et qui, redoublé quand il fut arrivé à se mêler de choses
importantes, devint insupportable, et quelquefois inintelligible.
Sans ses contours et le peu de naturel qui perçoit malgré ses soins,
sa conversation auroit été aimable. Il avoit de l’esprit, assez de
lettres, d’histoire et de lecture, beaucoup de monde, force envie de
plaire et de s’insinuer, mais tout cela gâté par une fumée de fausseté
qui sortoit malgré lui de tous ses pores, et jusque de sa gaieté, qui
attristoit par là. Méchant d’ailleurs avec réflexion, et par nature et
par raisonnement, traître et ingrat, maître expert aux compositions
des plus grandes noirceurs, effronté à faire peur étant pris sur le
fait, desirant tout, enviant tout, et voulant toutes les dépouilles.
On connut après, dès qu’il osa ne se plus contraindre, à quel point il
étoit intéressé, débauché, inconséquent, ignorant en toute affaire,
passionné toujours, emporté blasphémateur et fou, et jusqu’à quel point
il méprisa publiquement son maître et l’État, le monde sans exception
et les affaires, pour les sacrifier à soi tous et toutes, à son crédit,
à sa puissance, à son autorité absolue, à sa grandeur, à son avarice, à
ses frayeurs, à ses vengeances. Tel fut le sage à qui Monsieur confia
les mœurs de son fils unique à former, par le conseil de deux hommes
qui ne les avoient pas meilleures, et qui en avoient bien fait leurs
preuves.

  [253] Guillaume Dubois, the son of an apothecary, was born at
  Brive in 1656. After being tutor in several private families, he
  was appointed first assistant-tutor and then tutor to the young
  Duc de Chartres and succeeded in winning his complete confidence.
  Compare the portrait drawn by Saint-Simon after his death (1723),
  IV. 138 ff. The Archbishopric of Cambrai, seven abbeys, and his
  stipends as first minister and head of the postal-service, gave
  him an income of 574,000 _livres_. “He had an extraordinarily
  lucid mind, a surprising power of work, and a determined will.
  No scruples troubled him.... He was a mixture of Gil Blas and
  Frontin” (Carré). The same writer points out that Fénelon gave
  him his friendship and esteem, and that Madame corresponded with
  him for fifteen years and evidently thought highly of him. But in
  1721 she writes: “He has poisoned my whole life.”

Un si bon maître ne perdit pas son temps auprès d’un disciple tout
neuf encore, et en qui les excellents principes de Saint-Laurent[254]
n’avoient pas eu le temps de prendre de fortes racines, quelque
estime et quelque affection qu’il ait conservée toute sa vie pour cet
excellent homme. Je l’avouerai ici avec amertume, parce que tout doit
être sacrifié à la vérité: M. le duc d’Orléans apporta au monde une
facilité, appelons les choses par leur nom, une foiblesse qui gâta sans
cesse tous ses talents, et qui fut à son précepteur d’un merveilleux
usage toute sa vie. Hors de toute espérance du côté du Roi depuis la
folie d’avoir osé lui demander sa nomination au cardinalat, il ne
songea plus qu’à posséder son jeune maître par la conformité à soi. Il
le flatta du côté des mœurs pour le jeter dans la débauche, et lui en
faire un principe pour se bien mettre dans le monde, jusqu’à mépriser
tous devoirs et toutes bienséances, ce qui le feroit bien plus ménager
par le Roi qu’une conduite mesurée; il le flatta du côté de l’esprit,
dont il le persuada [qu’]il en avoit trop et trop bon pour être la
dupe de la religion, qui n’étoit, à son avis, qu’une invention de
politique, et de tous les temps, pour faire peur aux esprits ordinaires
et retenir les peuples dans la soumission. Il l’infatua encore de son
principe favori que la probité dans les hommes et la vertu dans les
femmes ne sont que des chimères sans réalité dans personne, sinon
dans quelques sots en plus grand nombre qui se sont laissé imposer
ces entraves comme celle de la religion, qui en sont des dépendances,
et qui pour la politique sont du même usage, et fort peu d’autres qui
ayant de l’esprit et de la capacité se sont laissé raccourcir l’un et
l’autre par les préjugés de l’éducation. Voilà le fonds de la doctrine
de ce bon ecclésiastique, d’où suivoit la licence de la fausseté, du
mensonge, des artifices, de l’infidélité, de la perfidie, de toute
espèce de moyens, en un mot, tout crime et toute scélératesse tournés
en habileté, en capacité, en grandeur, liberté et profondeur d’esprit,
de lumière et de conduite, pourvu qu’[on] sût se cacher et marcher à
couvert des soupçons et des préjugés communs.

  [254] The Duke of Orleans’s first tutor.

Malheureusement tout concourut en M. le duc d’Orléans à lui ouvrir
le cœur et l’esprit à cet exécrable poison; une neuve et première
jeunesse, beaucoup de force et de santé, les élans de la première
sortie du joug et du dépit de son mariage et de son oisiveté, l’ennui
qui suit la dernière, cet amour, si fatal en ce premier âge, de ce bel
air qu’on admire aveuglément dans les autres, et qu’on veut imiter et
surpasser, l’entraînement des passions, des exemples et des jeunes gens
qui y trouvoient leur vanité et leur commodité, quelques-uns leurs
vues à le faire vivre comme eux et avec eux. Ainsi il s’accoutuma à la
débauche, plus encore au bruit de la débauche jusqu’à n’avoir pu s’en
passer, et qu’il ne s’y divertissoit qu’à force de bruit, de tumulte et
d’excès. C’est ce qui le jeta à en faire souvent de si étranges et de
si scandaleuses, et comme il vouloit l’emporter sur tous les débauchés,
à mêler dans ses parties les discours les plus impies et à trouver un
raffinement précieux à faire les débauches les plus outrées aux jours
les plus saints, comme il lui arriva pendant sa régence plusieurs
fois le vendredi saint de choix et les jours les plus respectables.
Plus on étoit suivi, ancien, outré en impiété et en débauche, plus il
considérait cette sorte de débauchés, et je l’ai vu sans cesse dans
l’admiration poussée jusqu’à la vénération pour le grand prieur, parce
qu’il y avoit quarante ans qu’il ne s’étoit couché qu’ivre, et qu’il
n’avoit cessé d’entretenir publiquement des maîtresses et de tenir des
propos continuels d’impiété et d’irréligion. Avec de tels principes et
la conduite en conséquence, il n’est pas surprenant qu’il ait été faux
jusqu’à l’indiscrétion de se vanter de l’être, et de se piquer d’être
le plus raffiné trompeur.

Lui et Mme la duchesse de Berry disputoient quelquefois qui des deux
en savoit là-dessus davantage, et quelquefois à sa toilette devant Mme
de Saint-Simon, et ce qui y étoit avant le public, et M. le duc de
Berry même, qui étoit fort vrai et qui en avoit horreur, et sans que
M[me] de Saint-Simon, qui n’en souffrait pas moins et pour la chose
et pour l’effet, pût la tourner en plaisanterie, ni leur faire sentir
la porte pour sortir d’une telle indiscrétion. M. le duc d’Orléans en
avoit une infinie dans tout ce qui regardoit la vie ordinaire et sur
ce qui le regardoit lui-même. Ce n’étoit pas injustement qu’il étoit
accusé de n’avoir point de secret. La vérité est qu’élevé dans les
tracasseries du Palais-Royal, dans les rapports, dans les redits dont
Monsieur vivoit et dont sa cour étoit remplie, M. le duc d’Orléans en
avoit pris le détestable goût et l’habitude, jusqu’à s’en être fait une
sorte de maxime de brouiller tout le monde ensemble, et d’en profiter
pour n’avoir rien à craindre des liaisons, soit pour apprendre par
les aveux, les délations et les piques, et par la facilité encore de
faire parler les uns contre les autres. Ce fut une de ses principales
occupations pendant tout le temps qu’il fut à la tête des affaires,
et dont il se sut le plus de gré, mais qui, tôt découverte, le rendit
odieux et le jeta en mille fâcheux inconvénients. Comme il n’étoit
pas méchant, qu’il étoit même fort éloigné de l’être, il demeura dans
l’impiété et la débauche où du Bois l’avoit premièrement jeté, et que
tout confirma toujours en lui par l’habitude, dans la fausseté, dans
la tracasserie des uns aux autres, dont qui que ce soit ne fut exempt,
et dans la plus singulière défiance qui n’excluoit pas en même temps
et pour les mêmes personnes de la plus grande confiance; mais il en
demeura là sans avoir rien pris du surplus des crimes familiers à son
précepteur.

Revenu plus assidûment à la cour, à la mort de Monsieur, l’ennui
l’y gagna et le jeta dans les curiosités de chimie dont j’ai parlé
ailleurs, et dont on sut faire contre lui un si cruel usage. On a peine
à comprendre à quel point ce prince étoit incapable de se rassembler du
monde, je dis avant que l’art infernal de Mme de Maintenon et du duc du
Maine l’en eût totalement séparé; combien peu il étoit en lui de tenir
une cour; combien avec un air désinvolte il se trouvoit embarrassé
et importuné du grand monde, et combien dans son particulier, et
depuis dans sa solitude au milieu de la cour quand tout le monde l’eut
déserté, il se trouva destitué de toute espèce de ressource avec tant
de talents, qui en devoient être une inépuisable d’amusements pour
lui. Il étoit né ennuyé, et il étoit si accoutumé à vivre hors de
lui-même, qu’il lui étoit insupportable d’y rentrer, sans être capable
de chercher même à s’occuper. Il ne pouvoit vivre que dans le mouvement
et le torrent des affaires, comme à la tête d’une armée, ou dans les
soins d’y avoir tout ce dont il auroit besoin pour les exécutions de
la campagne, ou dans le bruit et la vivacité de la débauche. Il y
languissoit dès qu’elle étoit sans bruit et sans une sorte d’excès
et de tumulte, tellement que son temps lui étoit pénible à passer.
Il se jeta dans la peinture après que le grand goût de la chimie fut
passé ou amorti par tout ce qui s’en étoit si cruellement publié. Il
peignoit presque toute l’après-dînée à Versailles et à Marly. Il se
connoissoit fort en tableaux; il les aimoit; il en ramassoit et il en
fit une collection qui en nombre et en perfection ne le cédoit pas aux
tableaux de la couronne. Il s’amusa après à faire des compositions de
pierres et de cachets à la merci du charbon, qui me chassoit souvent
d’avec lui, et des compositions de parfums les plus forts, qu’il aima
toute sa vie, et dont je le détournois, parce que le Roi les craignoit
fort, et qu’il sentoit presque toujours. Enfin jamais homme né avec
tant de talents de toutes les sortes, tant d’ouverture et de facilité
pour s’en servir, et jamais vie de particulier si désœuvrée ni si
livrée au néant et à l’ennui. Aussi Madame ne le peignit-elle pas moins
heureusement qu’avoit fait le Roi par l’apophthegme qu’il répondit sur
lui à Maréchal, et que j’ai rapporté.

Madame étoit pleine de contes et de petits romans de fées: elle disoit
qu’elles avoient toutes été conviées à ses couches, que toutes y
étoient venues, et que chacune avoit doué son fils d’un talent, de
sorte qu’il les avoit tous; mais que par malheur on avoit oublié une
vieille fée disparue depuis si longtemps qu’on ne se souvenoit plus
d’elle, qui, piquée de l’oubli, vint appuyée sur son petit bâton, et
n’arriva qu’après que toutes les fées eurent fait chacune leur don à
l’enfant; que, dépitée de plus en plus, elle se vengea en le douant de
rendre absolument inutiles tous les talents qu’il avoit reçus de toutes
les autres fées, d’aucun desquels, en les conservant tous, il n’avoit
jamais pu se servir. Il faut avouer qu’à prendre la chose en gros le
portrait est parlant[255].

  [255] Cp. _Corr. de Madame_, II. 169.

Un des malheurs de ce prince étoit d’être incapable de suite dans rien,
jusqu’à ne pouvoir comprendre qu’on en pût avoir. Un autre, dont j’ai
déjà parlé, fut une espèce d’insensibilité qui le rendoit sans fiel
dans les plus mortelles offenses et les plus dangereuses; et comme le
nerf et le principe de la haine et de l’amitié, de la reconnoissance
et de la vengeance est le même, et qu’il manquoit de ce ressort, les
suites en étoient infinies et pernicieuses. Il étoit timide à l’excès,
il le sentoit et il en avoit tant de honte qu’il affectoit tout le
contraire, jusqu’à s’en piquer. Mais la vérité étoit, comme on le
sentit enfin dans son autorité par une expérience plus développée,
qu’on n’obtenoit rien de lui, ni grâce ni justice, qu’en l’arrachant
par crainte, dont il étoit infiniment susceptible, ou par une extrême
importunité. Il tâchoit de s’en délivrer par des paroles, puis par des
promesses, dont sa facilité le rendoit prodigue, mais que qui avoit
de meilleures serres lui faisoit tenir. De là tant de manquements de
paroles qu’on ne comptoit plus les plus positives pour rien, et tant de
paroles encore données à tant de gens pour la même chose qui ne pouvoit
s’accorder qu’à un seul, ce qui étoit une source féconde de discrédit
et de mécontents. Rien ne le trompa et ne lui nuisit davantage que
cette opinion qu’il s’étoit faite de savoir tromper tout le monde.
On ne le croyoit plus, lors même qu’il parloit de la meilleure foi,
et sa facilité diminua fort en lui le prix de toutes choses. Enfin
la compagnie obscure, et pour la plupart scélérate, dont il avoit
fait sa société ordinaire de débauche, et que lui-même ne feignoit
pas de nommer publiquement ses roués, chassa la bonne, jusque dans sa
puissance, et lui fit un tort infini.

Sa défiance sans exception étoit encore une chose infiniment
dégoûtante avec lui, surtout lorsqu’il fut à la tête des affaires, et
le monstrueux unisson à ceux de sa familiarité hors de débauche. Ce
défaut, qui le mena loin, venoit tout à la fois de sa timidité, qui
lui faisoit craindre ses ennemis les plus certains, et les traiter
avec plus de distinctions que ses amis, de sa facilité naturelle,
d’une fausse imitation d’Henri IV, dont cela même n’est ni le plus
beau ni le meilleur endroit, et de cette opinion malheureuse que
la probité étoit une parure fausse, sans réalité, d’où lui venoit
cette défiance universelle. Il étoit néanmoins très persuadé de la
mienne, jusque-là qu’il me l’a souvent reprochée comme un défaut et
un préjugé d’éducation qui m’avoit resserré l’esprit et accourci les
lumières, et il m’en a dit autant de Mme de Saint-Simon, parce qu’il la
croyoit vertueuse. Je lui avois aussi donné des preuves d’attachement
trop fortes, trop fréquentes, trop continuelles dans les temps les
plus dangereux, pour qu’il en pût douter, et néanmoins voici ce qui
m’arriva dans la seconde ou troisième année de la régence, et je le
rapporte comme un des plus forts coups de pinceau, et si dès lors mon
désintéressement lui avoit été mis en évidence par les plus fortes
coupelles, comme on le verra par la suite.

On étoit en automne. M. le duc d’Orléans avoit congédié les Conseils
pour une quinzaine. J’en profitois pour aller passer ce temps à la
Ferté; je venois de passer une heure seul avec lui, j’en avois pris
congé et j’étois revenu chez moi, où, pour être en repos, j’avois fermé
ma porte. Au bout d’une heure au plus, on me vint dire que Biron[256]
étoit à la porte, qu’il ne se vouloit point laisser renvoyer, et qu’il
disoit qu’il avoit ordre de M. le duc d’Orléans, qui l’envoyoit, de me
parler de sa part. Il faut ajouter que mes deux fils avoient chacun un
régiment de cavalerie, et que tous les colonels étoient lors par ordre
à leurs corps. Je fis entrer Biron avec d’autant plus de surprise, que
je ne faisois que de quitter M. le duc d’Orléans. Je demandai donc avec
empressement ce qu’il y avoit de si nouveau. Biron fut embarrassé, et
à son tour s’informa où étoit le marquis de Ruffec. Ma surprise fut
encore plus grande; je lui demandai ce que cela vouloit dire. Biron,
de plus en plus empêtré, m’avoua que M. le duc d’Orléans en étoit
inquiet, et l’envoyoit à moi pour le savoir. Je lui dis qu’il étoit à
son régiment comme tous les autres, et logé dans Besançon chez M. de
Levis[257], qui commandoit en Franche-Comté. “Mais, me dit Biron, je le
sais bien; n’auriez-vous point quelque lettre de lui?--Pourquoi faire?
répondis-je.--C’est que franchement, puisqu’il vous faut tout dire, M.
le duc d’Orléans, me répondit-il, voudroit voir de son écriture.” Il
m’ajouta que peu après que je l’eus quitté, il étoit descendu dans le
petit jardin de Mme la duchesse d’Orléans, laquelle étoit à Montmartre;
que la compagnie ordinaire, c’est-à-dire les roués et les p...., s’y
promenoient avec lui; qu’il étoit venu un commis de la poste avec des
lettres, à qui il avoit parlé quelque temps en particulier; qu’après
cela il avoit appelé lui Biron, lui avoit montré une lettre datée de
Madrid du marquis de Ruffec à sa mère, et que là-dessus il lui avoit
donné sa commission de me venir trouver.

  [256] Armand-Charles de Gontaut, Marquis afterwards Duc de Biron.

  [257] Charles-Eugène, Marquis afterwards Duc de Levis.

A ce récit je sentis un mélange de colère et de compassion, et je ne
m’en contraignis pas avec Biron. Je n’avois point de lettres de mon
fils, parce que je les brûlois à mesure comme tous papiers inutiles.
Je chargeai Biron de dire à M. le duc d’Orléans une partie de ce que
je sentois; que je n’avois pas la plus légère connoissance avec qui
que ce fût en Espagne, et le lieu où mon fils étoit; que je le priois
instamment de dépêcher sur-le-champ un courrier à Besançon, pour
le mettre en repos par ce qu’il lui rapporteroit. Biron, haussant
les épaules, me dit que tout cela étoit bel et bon, mais que si je
retrouvois quelque lettre du marquis de Ruffec, il me prioit de la
lui envoyer sur-le-champ, et qu’il mettrait ordre qu’elle lui parvînt
même à table, malgré l’exacte clôture de leurs soupers. Je ne voulus
pas retourner au Palais-Royal pour y faire une scène, et je renvoyai
Biron. Heureusement Mme de Saint-Simon rentra quelque temps après; je
lui contai l’aventure. Elle trouva une dernière lettre du marquis de
Ruffec, que nous envoyâmes à Biron. Elle perça jusqu’à table, comme il
me l’avoit dit. M. le duc d’Orléans se jeta dessus avec empressement.
L’admirable est qu’il ne connoissoit point son écriture. Non-seulement
il la regarda, mais il la lut; et comme il la trouva plaisante, il en
régala tout haut sa compagnie, dont elle devint l’entretien, et lui
tout à coup affranchi de ses soupçons. A mon retour de la Ferté, je le
trouvai honteux avec moi, et je le rendis encore davantage par ce que
je lui dis là-dessus.

Il revint encore d’autres lettres de ce prétendu marquis de Ruffec. Il
fut arrêté longtemps après à Bayonne, à table chez Dadoncourt, qui y
commandoit, et qui en prit tout à coup la résolution sur ce qu’il lui
vit prendre des olives avec une fourchette. Il avoua au cachot qui il
étoit, et ses papiers décelèrent le libertinage du jeune homme qui
court le pays, et qui, pour être bien reçu et avoir de l’argent, prit
le nom de marquis de Ruffec, se disoit brouillé avec moi, écrivoit à
Mme de Saint-Simon pour se raccommoder par elle et la prier de payer
ce qu’on lui prêtoit, le tout pour qu’on vît ses lettres, et que cela,
joint à ce qu’il disoit de la famille, le fît croire mon fils et lui
en procurât les avantages. C’étoit un grand garçon bien fait, avec
de l’esprit, de l’adresse et de l’effronterie, qui étoit fils d’un
huissier de Madame, qui connoissoit toute la cour, et qui, dans le
dessein qu’il avoit pris de passer pour mon fils, s’étoit bien informé
de la famille pour en parler juste et n’être point surpris. On le fit
enfermer pour quelque temps. Il avoit auparavant couru le monde sous
d’autres noms; il crut que celui de mon fils, de l’âge duquel il se
trouvoit à peu près, lui rendroit davantage.

La curiosité d’esprit de M. le duc d’Orléans, jointe à une fausse idée
de fermeté et de courage, l’avoit occupé de bonne heure à chercher
à voir le diable, et à pouvoir le faire parler. Il n’oublioit rien,
jusqu’aux plus folles lectures, pour se persuader qu’il n’y a point
de Dieu, et il croyoit le diable jusqu’à espérer de le voir et de
l’entretenir. Ce contraste ne se peut comprendre, et cependant il
est extrêmement commun. Il y travailla avec toutes sortes de gens
obscurs, et beaucoup avec Mirepoix, mort en 1699, sous-lieutenant
des mousquetaires noirs, frère aîné du père de Mirepoix, aujourd’hui
lieutenant général et chevalier de l’ordre. Ils passoient les nuits
dans les carrières de Vanves et de Vaugirard à faire des invocations.
M. le duc d’Orléans m’a avoué qu’il n’avoit jamais pu venir à bout de
rien voir ni entendre, et se déprit enfin de cette folie. Ce ne fut
d’abord que par complaisance pour Mme d’Argenton, mais après par un
réveil de curiosité, qu’il s’adonna à faire regarder dans un verre
d’eau le présent et le futur, dont j’ai rapporté sur son récit des
choses singulières, et il n’étoit pas menteur. Faux et menteur, quoique
fort voisins, ne sont pas même chose, et quand il lui arrivoit de
mentir, ce n’étoit jamais que, lorsque pressé sur quelque promesse ou
sur quelque affaire, il y avoit recours malgré lui pour sortir d’un
mauvais pas.

Quoique nous nous soyons souvent parlé sur la religion, où, tant que
j’ai pu me flatter de quelque espérance de le ramener, je me tournois
de tout sens avec lui pour traiter cet important chapitre sans le
rebuter, je n’ai jamais pu démêler le système qu’il pouvoit s’être
forgé, et j’ai fini par demeurer persuadé qu’il flottoit sans cesse
sans s’en être jamais pu former. Son desir passionné, comme celui de
ses pareils en mœurs, étoit qu’il n’y eût point de Dieu; mais il avoit
trop de lumière pour être athée, qui sont une espèce particulière
d’insensés bien plus rare qu’on ne croit. Cette lumière l’importunoit,
il cherchoit à l’éteindre et n’en put venir à bout. Une âme mortelle
lui eût été une ressource; il ne réussit pas mieux dans les longs
efforts qu’il fit pour se la persuader. Un Dieu existant et une âme
immortelle le jetoient en un fâcheux détroit, et il ne se pouvoit
aveugler sur la vérité de l’un et de l’autre. Le déisme lui parut un
refuge, mais ce déisme trouva en lui tant de combats, que je ne trouvai
pas grand peine à le ramener dans le bon chemin, après que je l’eus
fait rompre avec Mme d’Argenton. On a vu avec quelle bonne foi de sa
part par ce qui en a été raconté. Elle s’accordoit avec ses lumières
dans cet intervalle de suspension de débauche. Mais le malheur de son
retour vers elle le rejeta d’où il étoit parti. Il n’entendit plus
que le bruit des passions qui s’accompagna pour l’étourdir encore des
mêmes propos d’impiété, et de la folle affectation de l’impiété. Je ne
puis donc savoir que ce qu’il n’étoit pas, sans pouvoir dire ce qu’il
étoit sur la religion. Mais je ne puis ignorer son extrême malaise
sur ce grand point, et n’être pas persuadé qu’il ne se fût jeté de
lui-même entre les mains de tous les prêtres et de tous les capucins
de la ville, qu’il faisoit trophée de tant mépriser, s’il étoit tombé
dans une maladie périlleuse qui lui en auroit donné le temps. Son
grand foible en ce genre étoit de se piquer d’impiété et d’y vouloir
surpasser les plus hardis.

Je me souviens qu’une nuit de Noël à Versailles, où il accompagna le
Roi à matines et aux trois messes de minuit, il surprit la cour par
sa continuelle application à lire dans le livre qu’il avoit apporté,
et qui parut un livre de prière. La première femme de chambre de Mme
la duchesse d’Orléans, ancienne dans la maison, fort attachée et fort
libre, comme le sont tous les vieux bons domestiques, transportée de
joie de cette lecture, lui en fit compliment chez Mme la duchesse
d’Orléans le lendemain, où il y avoit du monde. M. le duc d’Orléans se
plut quelque temps à la faire danser, puis lui dit: “Vous êtes bien
sotte, Mme Imbert; savez-vous donc ce que je lisois? C’étoit Rabelais,
que j’avois porté de peur de m’ennuyer.” On peut juger de l’effet
de cette réponse. La chose n’étoit que trop vraie, et c’étoit pure
fanfaronnade. Sans comparaison des lieux ni des choses, la musique
de la chapelle étoit fort au-dessus de celle de l’Opéra et de toutes
les musiques de l’Europe; et comme les matines, laudes et les trois
messes basses de la nuit de Noël duraient longtemps, cette musique s’y
surpassoit encore. Il n’y avoit rien de si magnifique que l’ornement
de la chapelle et que la manière dont elle étoit éclairée. Tout y
étoit plein; les travées de la tribune remplies de toutes les dames
de la cour en déshabillé, mais sous les armes. Il n’y avoit donc
rien de si surprenant que la beauté du spectacle, et les oreilles y
étoient charmées. M. le duc d’Orléans aimoit extrêmement la musique;
il la savoit jusqu’à composer, et il s’est même amusé à faire lui-même
une espèce de petit opéra, dont la Fare[258] fit les vers, et qui
fut chanté devant le Roi; cette musique de la chapelle étoit donc
de quoi l’occuper le plus agréablement du monde, indépendamment de
l’accompagnement d’un spectacle si éclatant, sans avoir recours à
Rabelais; mais il falloit faire l’impie et le bon compagnon[259].

  [258] Charles-Auguste, Marquis de La Fare (1644-1712), a
  writer of light verse, whose life was wasted in indolence and
  ignoble pleasures. He was a constant guest at the Temple. See
  Sainte-Beuve, _Caus. du Lundi_, X.

  [259] Ed. Chéruel, XI. 165 ff.; ed. Boislisle, XXVI. 266 ff.



VIII

THE ABBÉ DUBOIS AND THE SEE OF CAMBRAI[260]

  [260] Ed. Chéruel, XVII. 20 ff.


Cambray vaquoit, comme on l’a vu naguère, par la mort à Rome
du cardinal de la Trémoïlle[261], c’est-à-dire le plus riche
archevêché[262] et un des plus grands postes de l’Église. L’abbé du
Bois n’étoit que tonsuré; cent cinquante mille livres de rente le
tentèrent, et peut-être bien autant ce degré pour s’élever moins
difficilement au cardinalat. Quelque impudent qu’il fût, quel que fût
l’empire qu’il avoit pris sur son maître, il se trouva fort embarrassé
et masqua son effronterie de ruse; il dit à M. le duc d’Orléans qu’il
avoit fait un plaisant rêve, et lui conta qu’il avoit rêvé qu’il étoit
archevêque de Cambray. Le Régent, qui sentit où cela alloit, fit la
pirouette et ne répondit rien. Du Bois, de plus en plus embarrassé,
bégaya et paraphrasa son rêve; puis, se rassurant d’effort, demanda
brusquement pourquoi il ne l’obtiendroit pas, Son Altesse Royale, de
sa seule volonté, pouvant faire ainsi sa fortune. M. le duc d’Orléans
fut indigné, même effrayé, quelque peu scrupuleux qu’il fût au choix
des évêques, et d’un ton de mépris, lui répondit: “Qui? toi, archevêque
de Cambray?” en lui faisant sentir sa bassesse et plus encore le
débordement et le scandale de sa vie. Du Bois s’étoit trop avancé pour
demeurer en si beau chemin; lui cita des exemples. Malheureusement il
n’y en avoit que trop, et en bassesse et en étranges mœurs, grâces,
comme on l’a vu ailleurs, à Godet, évêque de Chartres, avec ses
séminaristes de néant et ignorants dont il remplit les évêchés, au P.
Tellier et à la constitution, pour bassesse, ignorance, et mauvaises
mœurs tout à la fois, et à ceux qui l’ont suivi.

  [261] Saint-Simon in relating his death at Rome speaks of his
  ignorance, his indecent and disorderly life, his queer figure,
  and his ill-timed jokes. Though besides the rich see of Cambrai
  he held five abbeys, he died nearly bankrupt. He was brother to
  the Princesse des Ursins, to whom he owed his promotion (see XVI.
  444 f.).

  [262] The income of the see was 120,000 _livres_.

M. le duc d’Orléans, moins touché de raisons si mauvaises qu’embarrassé
de résister à l’ardeur de la poursuite d’un homme qu’il n’avoit plus
accoutumé à contredire sur rien, chercha à se tirer d’affaire, et
lui dit: “Mais tu es un sacre, et qui est l’autre sacre qui voudra
te sacrer?--Ah! s’il ne tient qu’à cela, reprit vivement l’abbé,
l’affaire est faite; je sais bien qui me sacrera, il n’est pas loin
d’ici.--Et qui diable est celui-là, répondit le Régent, qui osera te
sacrer?--Voulez-vous le savoir? répliqua l’abbé; et ne tient-il qu’à
cela encore une fois?--Hé bien! qui? dit le Régent.--Votre premier
aumônier, reprit du Bois, qui est là dehors; il ne demandera pas mieux;
je m’en vais le lui dire”; embrasse les jambes de M. le duc d’Orléans,
qui demeure court et pris sans avoir la force du refus, sort, tire
l’évêque de Nantes à part, lui dit qu’il a Cambray, le prie de le
sacrer, qui le lui promet à l’instant; rentre, caracole, dit à M. le
duc d’Orléans qu’il vient de parler à son premier aumônier, qui lui a
promis de le sacrer, remercie, loue, admire, scelle de plus en plus son
affaire, en la comptant faite et en persuadant le Régent, qui n’osa
jamais dire que non. C’est de la sorte que du Bois se fit archevêque de
Cambray.


Du Bois, sous prétexte des affaires dont il étoit chargé, obtint un
bref pour recevoir à la fois tous les ordres, et se dispensa lui-même
de toute retraite pour s’y préparer. Il alla donc un matin à quatre
ou cinq lieues de Paris, où dans une église paroissiale du diocèse
de Rouen, du grand vicariat de Pontoise, Tressan[263], évêque de
Nantes, premier aumônier de M. le duc d’Orléans, donna dans la même
messe basse, qu’il célébra _extra tempora_, le sous-diaconat, le
diaconat et la prêtrise à l’abbé du Bois, et en fut après récompensé de
l’archevêché de Rouen et des économats à la mort de Besons, qui avoit
l’un et l’autre, et qui ne le fit pas longtemps attendre.

  [263] Louis de La Vergne de Tressan.


J’achèverai tout de suite ce qui regarde cette matière pour ne la
pas séparer, et n’avoir pas à y revenir. On y trouvera une anecdote
curieuse sur l’autorité de l’abbé du Bois sur son maître, et sur la
frayeur et le danger de lui déplaire. Il eut ses bulles au commencement
de mai, et fut sacré le dimanche 9 juin. Tout Paris et toute la cour
y fut conviée. Je ne le fus point; j’étois lors mal avec lui, parce
que je ne le ménageois guère avec M. le duc d’Orléans, sur ses vues
du cardinalat et sur son abandon dans les affaires à ce qui convenoit
aux Anglois et à l’Empereur, par lesquels il comptoit d’arriver à
la pourpre romaine. Comme il redoutoit ma liberté, ma franchise, ma
façon de parler à M. le duc d’Orléans qui lui faisoit de fréquentes
impressions, quoique je m’en donnasse assez rarement la peine, et
qu’il avoit celle de les effacer, il revenoit à moi de temps en temps,
me ménageoit, me courtisoit, toujours pourtant détournant tant qu’il
pouvoit la confiance de M. le duc d’Orléans en moi, qu’il resserroit
sans cesse, mais qu’il ne pouvoit arrêter totalement ni même longtemps,
quoique, comme je l’ai dit, je me retirasse beaucoup par le dégoût de
tout ce que je voyois. Ainsi nous étions bien en apparence quelquefois,
et souvent mal.

Ce sacre devoit être magnifique, et M. le duc d’Orléans y devoit
assister. J’en dirai quelques mots dans la suite. Plus la nomination
et l’ordination de l’abbé du Bois avoit fait de bruit, de scandale et
d’horreur, plus les préparatifs superbes de son sacre les augmentoient,
et plus l’indignation en éclatoit contre M. le duc d’Orléans. Je fus
donc le trouver la veille de cet étrange sacre, et d’abordée je lui
dis ce qui m’amenoit. Je le fis souvenir que je ne lui avois jamais
parlé de la nomination de l’abbé du Bois à Cambray, parce qu’il savoit
bien que je ne lui parlois jamais des choses faites; que je ne lui
en parlerois pas encore, si je n’avois appris qu’il devoit aller le
lendemain à son sacre; que je me tairois avec lui de la façon dont il
se faisoit, telle qu’il ne pourroit mieux, si l’usage étoit encore
de faire des princes du sang évêques, et qu’il fût question de son
second fils, parce [que] je regardois cela comme chose déjà faite,
mais que mon attachement pour lui ne me permettoit pas de lui cacher
l’épouvantable effet que faisoit universellement une nomination de tous
points si scandaleuse, une ordination si sacrilège, des préparatifs de
sacre si inouïs pour un homme de l’extraction, de l’état, des mœurs
et de la vie de l’abbé du Bois, non pour lui reprocher ce qui n’étoit
plus réparable, mais pour qu’il sût à quel point en étoit la générale
indignation contre lui, et que de là il conclût ce que ce seroit pour
lui d’y mettre le comble en allant lui-même à ce sacre; je le conjurai
de sentir quel seroit ce contraste avec l’usage, non-seulement des
fils de France, mais des princes du sang, de n’aller jamais à aucun
sacre, parce que je n’appelois pas y aller la curiosité d’en voir un
une fois en leur vie, que les rois et les personnes royales avoient
eue quelquefois; j’ajoutai qu’à l’opinion que sa vie et ses discours
ne donnoient que trop continuellement de son défaut de toute religion,
on ne manqueroit pas de dire, de croire et de répandre qu’il alloit à
ce sacre pour se moquer de Dieu et insulter son Église; que l’effet de
cela étoit horrible et toujours fort à craindre, et qu’on y ajouteroit
avec raison que l’orgueil de l’abbé du Bois abusoit de lui en tout,
et que ce trait public de dépendance, par une démarche si étrangement
nouvelle et déplacée, lui attireroit une haine, un mépris, une honte
dont les suites étoient à redouter, que je ne lui en parlois qu’en
serviteur entièrement désintéressé; que son absence ou sa présence à ce
sacre ne changeroit rien à la fortune de l’abbé du Bois, qui ne seroit
ni plus ni moins archevêque de Cambray, et n’obscurciroit en rien la
splendeur préparée pour ce sacre, telle qu’elle ne pourroit être plus
grande, si on avoit un fils de France à sacrer; qu’en vérité c’en étoit
bien assez pour un du Bois, sans prostituer son maître aux yeux de
toute la France, et bientôt après de toute l’Europe, par la bassesse
inouïe d’une démarche où on verroit bien que l’extrême pouvoir de du
Bois sur lui l’auroit entraîné de force. Je finis par le conjurer de
n’y point aller, et par lui dire qu’il savoit en quels termes actuels
l’abbé du Bois et moi étions ensemble; que j’étois le seul homme de
marque qu’il n’eût point convié; que nonobstant tout cela, s’il me
vouloit promettre et me tenir sa parole de n’aller point à ce sacre,
je lui donnois la mienne d’y aller, moi, et d’y demeurer tout du long,
quelque horreur que j’en eusse et quelque blessé que je fusse de ce que
cela feroit sûrement débiter que ce trait de courtisan étoit pour me
raccommoder avec lui, moi si éloigné d’une pareille misère et qui osai
me vanter, puisqu’il le falloit aujourd’hui, d’avoir jusqu’à ce moment
conservé chèrement toute ma vie mon pucelage entier sur les bassesses.

Ce propos, vivement prononcé et encore plus librement et plus
énergiquement étendu, fut écouté d’un bout à l’autre. Je fus surpris
qu’il me dit que j’avois raison, que je lui ouvrais les yeux, plus
encore qu’il m’embrassa, me dit que je lui parlois en véritable ami, et
qu’il me donnoit sa parole et me la tiendrait de n’y point aller. Nous
nous séparâmes là-dessus, moi le confirmant encore, lui promettant de
nouveau que j’irois, et lui me remerciant de cet effort. Il n’eut nulle
impatience, nulle envie que je m’en allasse, car je le connoissois
bien, et je l’examinois jusqu’au fond de l’âme, et ce fut moi qui le
quittai, bien content de l’avoir détourné d’une si honteuse démarche et
si extraordinaire. Qui n’eût dit qu’il ne m’eût tenu parole? car on va
voir qu’il le vouloit; mais voici ce qui arriva[264].

  [264] How the Regent was persuaded after all to be present at
  the consecration and how Saint-Simon got his information on this
  point may be read in the two pages which follow. The whole story
  is too characteristic of the Regent, Dubois, and Saint-Simon to
  be omitted.

  [=Note=: these two pages do not appear in the printed book.]



APPENDIX A

1. _The Councils._


In the reign of Louis XIV there were four chief councils, the _Conseil
d’État_ known unofficially as the _Conseil d’en haut_, the _Conseil des
dépêches_, the _Conseil des finances_, and the _Conseil des parties_.

Of these the _Conseil d’État_ was by far the most important. It
consisted of not less than four and not more than five members,
nominated by the King at his pleasure without any formality. They were
chosen from the Secretaries of State, the Controller-General and the
_Chef du Conseil des finances_, but no office carried with it a seat
in the council. They had the title of _Ministre d’État_, or briefly
_Ministre_. The appointment was for life, but might be terminated by
dismissal or resignation.

The following are the names of those who sat in the _Conseil d’État_
from the death of Mazarin to the death of Louis XIV: Fouquet, Le
Tellier, Lionne, Colbert, Villeroy _père_, Pomponne, Louvois, Croissy,
Le Peletier, Seignelay, Pontchartrain, Beauvillier, Torcy, Chamillart,
Desmaretz, Voysin, Villeroy _fils_. Of these seventeen, eight were
fathers and sons, viz. the two Villeroys, Le Tellier and Louvois,
Colbert and Seignelay, Croissy and Torcy. Only three, the Villeroys and
Beauvillier, were _ducs et pairs_, or even belonged to the old nobility.

The Council met in the presence of the King every Sunday, Wednesday and
Thursday, and every other Monday.

The _Conseil des dépêches_, also presided over by the King, met once a
fortnight. It was composed of the Chancellor, the Ministers, and the
Secretaries of State.

The _Conseil royal des finances_, also presided over by the King,
consisted of the Chancellor, the _Chef du Conseil des finances_, the
Controller-General, and two councillors.

The _Conseil des parties_, also called the _Conseil privé_, sat, not in
the royal apartments, but in the _Palais de justice_. It was usually
presided over, not by the King, but by the Chancellor, and was composed
of thirty _conseillers d’État_ and over eighty masters of requests. It
was the supreme judicial and administrative body of the kingdom.

(See A. de Boislisle, _Les Conseils sous Louis XIV_, Appendices
to vols. IV.-VII. of his edition of Saint-Simon’s _Memoirs_, and
separately, 1901.)


2. _The Secretaries of State._

The four Secretaries of State divided between them the administration
of the Provinces. In addition each had his special department. These
were four--Foreign Affairs, War, the King’s Household and the Navy, and
the Protestants (_La Religion prétendue réformée_), of which the last
became less and less important.



APPENDIX B

From VAUBAN’s _Projet d’une dîme royale_.


Par toutes les recherches que j’ai pu faire, depuis plusieurs
années que je m’y applique, j’ai fort bien remarqué que dans ces
derniers temps, près de la dixième partie du peuple est réduite à la
mendicité, et mendie effectivement; que des neuf autres parties, il
y en a cinq qui ne sont pas en état de faire l’aumône à celle-là,
parce qu’eux-mêmes sont réduits, à très-peu de chose près, à cette
malheureuse condition; que des quatre autres parties qui restent, les
trois sont fort malaisées, et embarrassées de dettes et de procès;
et que, dans la dixième, où je mets tous les gens d’épée, de robe,
ecclésiastiques et laïques, toute la noblesse haute, la noblesse
distinguée, et les gens en charge militaire et civile, les bons
marchands, les bourgeois rentés et les plus accommodés, on ne peut pas
compter sur cent mille familles; et je ne croirais pas mentir quand je
dirais qu’il n’y en a pas dix mille, petites ou grandes, qu’on puisse
dire être fort à leur aise; et qui en ôterait les gens d’affaires,
leurs alliés et adhérents couverts et découverts, et ceux que le roi
soutient par ses bienfaits, quelques marchands, etc., je m’assure que
le reste serait en petit nombre[265].

  [265] Vauban estimated the population of France in 1707 at 18½ millions.


Je me sens encore obligé d’honneur et de conscience de représenter à
Sa Majesté qu’il m’a paru que de tout temps on n’avait pas eu assez
d’égard en France pour le menu peuple, et qu’on en avait fait trop
peu de cas; aussi c’est la partie la plus ruinée et la plus misérable
du royaume; c’est elle, cependant, qui est la plus considérable par
son nombre et par les services réels et effectifs qu’elle lui rend;
car c’est elle qui porte toutes les charges, qui a toujours le plus
souffert, et qui souffre encore le plus; et c’est sur elle aussi que
tombe toute la diminution des hommes qui arrive dans le royaume.



INDEX OF PERSONS MENTIONED IN THE NOTES


  Albret, Duc d’, 95 (n. 140)
  Antin, Duc d’, 73 (n. 114)
  Argenson, Marc-René, Marquis d’, 29 (n. 60)
  Aubigné, Charles, Comte d’, 46 (n. 87)
  ---- or Aubigny, Claude-Maur, Archbishop of Rouen, 46 (n. 89)

  Biron, Duc de, 205 (n. 256)
  Bissy, Cardinal de, 45 (n. 85)
  Boisguilbert or Boisguillebert, Pierre Le Pesant, Sieur de, 148 (n. 200)
  Boufflers, Maréchal-duc de, 22 (n. 51)
  Bouillon, Cardinal de, 21 (n. 50)
  ---- Duc de, 107 (n. 160)
  Bourbon, Duc de, 154 (n. 209)
  ---- Duchesse de, 98 (n. 146)
  Brancas, Abbé de, 138 (n. 190)
  ---- Maréchal-marquis de, 139 (n. 191)
  Brionne, Comte de, 131 (n. 180)

  Canillac, Marquis de, 103 (n. 151)
  Catinat, Maréchal de, 172 (n. 228)
  Cavoye, Marquis de, 89 (n. 127)
  Caylus, Comtesse de, 44 (n. 76)
  Chamillart, Michel de, 53 (n. 99)
  Cheverny, Comte de, 14 (n. 38)
  Chevreuse, Duc de, 178 (n. 234)
  Choin, Mlle, 107 (n. 161)
  Clérembault, Maréchale de, 92 (n. 132)
  Coislin, Cardinal de, 70 (n. 109)
  Conti, Princesse de, 98 (n. 147)
  Courtenvaux, Marquis de, 32 (n. 62)

  Dangeau, Marquise de, 49 (n. 95)
  Dauphine, La, wife of Monseigneur, 49 (n. 96)
  Desmaretz, Nicolas, 151 (n. 204)
  Des Ursins, Princesse, 44 (n. 81)
  Dreux, Marquis de, 138 (n. 189)
  Dubois, Abbé afterwards Cardinal, 198 (n. 253)

  Espinoy, Mme d’, 107 (n. 159)

  Fagon, Guy, 57 (n. 103)
  Fouquet, Nicolas, 4 (n. 17)

  Gesvres, Marquis de, 75 (n. 116)
  Godet Des Marais, Bishop of Chartres, 46 (n. 88)
  Gramont, Antoine IV, Duc de, 98 (n. 145)
  Grancey, Abbé de, 70 (n. 108)

  Harcourt, Duc d’, 44 (n. 80)
  Heudicourt, Marquise d’, 44 (n. 78)
  Humières, Duc d’, 6 (n. 23)

  Janson, Cardinal de, 158 (n. 216)

  La Fare, Marquis de, 209 (n. 258)
  La Feuillade, François d’Aubusson, Duc de, 6 (n. 24)
  ---- Louis d’Aubusson, Duc de, son of the preceding, 154 (n. 211)
  La Mothe, Maréchale de, 77 (n. 117)
  La Rochefoucauld, François VII, Duc de, 14 (n. 41)
  La Trémoïlle, Duc de, 95 (n. 139)
  La Vallière, Duc de, 132 (n. 181)
  Le Tellier, Michel, 111 (n. 168)
  Levis, Marquise de, 80 (n. 120)
  ---- Marquis de, 205 (n. 257)
  Lislebonne, Mlle de, 107 (n. 159)
  Livry, M. de, 97 (n. 144)
  Lorges, Duc de, 6 (n. 25)
  Lude, Duchesse du, 44 (n. 77)

  Mansart or Mansard, architect, 38 (n. 68)
  Melun, Mlle de, 107 (n. 159)
  Metz, Bishop of (Duc de Coislin), 138 (n. 188)
  Mont, Hyacinthe de Gaureaul Seigneur du, 107 (n. 156)
  Montbazon, Duc de, 34 (n. 65)
  Montchevreuil, Marquis de, 43 (n. 74)
  ---- Marquise de, 43 (n. 74)

  Noailles, Cardinal de, 45 (n. 84)
  ---- Duc de, 45 (n. 82)

  O, Marquis d’, 73 (n. 112)
  ---- Marquise d’, 80 (n. 122)

  Pontchartrain, Jérôme Phélypeaux, Comte de, 28 (n. 58)
  ---- Louis Phélypeaux, Comte de, father of the preceding, 53 (n. 100)
  Portland, Earl of, 12 (n. 35)

  Richelieu, Duc de, 44 (n. 75)
  Rochefort, Marquise de, 121 (n. 172)
  Rohan, Cardinal de, 46 (n. 86)
  Rohan-Chabot, Duc de, 95 (n. 138)
  Rosen, Marquis de, 104 (n. 152)
  Roucy, Comtesse de, 127 (n. 175)

  Saint-Hérem, Marquis de, 14 (n. 40)
  Schomberg, Duke of, 6 (n. 22)
  Sforze (Sforza), Duchesse de, 126 (n. 173)
  Soissons, Comtesse de (Olympe Mancini), 2 (n. 16)

  Tessé, Maréchal-comte de, 46 (n. 90)
  Torcy, Marquis de, 54 (n. 101)
  Tressan, Louis de La Vergne de, Bishop of Nantes, 211 (n. 263)

  Urfé, Marquis d’, 70 (n. 110)
  Uzès, Duc d’, 153 (n. 208)

  Vaudemont, Prince de, 10 (n. 31)
  Vendôme, Philippe, Chevalier de, 196 (n. 252)
  Ventadour, Duchesse de, 87 (n. 125)
  Villars, Duc de, 23 (n. 52)
  Villeroy, Duchesse de, 121 (n. 171)
  Voysin, Daniel-François, 131 (n. 179)



CAMBRIDGE: PRINTED BY J. B. PEACE, M.A., AT THE UNIVERSITY PRESS


                 *        *        *        *        *


                          =TRANSCRIBER NOTES=

  Original spelling and grammar have been generally retained,
  but a few obvious typographical errors were silently
  corrected. Missing or unclear punctuation was also silently
  corrected. Footnotes were renumbered consecutively, and
  references to the footnotes added in the Index.

  A cover was created for this eBook and placed in the public
  domain.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Selections from Saint-Simon" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home