Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les aventures du jeune Comte Potowski, Vol. 1 (of 2) - Un roman de cœur par Marat, l'ami du peuple
Author: Marat, Jean-Paul
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les aventures du jeune Comte Potowski, Vol. 1 (of 2) - Un roman de cœur par Marat, l'ami du peuple" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  UN
  ROMAN DE COEUR,

  PAR
  MARAT,
  L'AMI DU PEUPLE;

  Publié pour la première fois, en son entier, d'après le manuscrit
  autographe, et précédé d'une notice littéraire;

  Par le bibliophile JACOB.

  I.

  PARIS,
  CHEZ LOUIS CHLENDOWSKI.
  8, RUE DU JARDINET.

  1848.



Imprimerie de Cosson, rue du Four-Saint-Germain, 47.



PRÉFACE.


L'authenticité de cet ouvrage inédit de Marat est incontestable: le
manuscrit original, entièrement autographe, est resté, pendant plus d'un
mois, exposé dans les bureaux du SIÈCLE, où le public a été admis à le
voir; il n'y avait pas de doute possible pour quiconque connaît
l'écriture de l'auteur. Ce manuscrit, qui depuis dix ans était entré
dans la bibliothèque de M. Aimé Martin, figure sous le nº 713 du
catalogue de cette précieuse bibliothèque et doit être vendu aux
enchères publiques, le 25 novembre prochain.

La publication du roman de Marat, faite dans un journal, avait été
réduite aux conditions de la presse périodique, c'est-à-dire tronquée et
même altérée: le journal ne pouvait accepter certains détails, certaines
scènes d'un genre un peu trop vif, qui eussent blessé peut-être la
louable pruderie du feuilleton; mais le livre n'ayant pas de ces
réserves timorées à garder avec ses lecteurs, nous avons jugé nécessaire
de rétablir tout ce que le journal avait supprimé et de ne rien changer
au style du manuscrit, sans toutefois en respecter l'orthographe bizarre
et souvent incorrecte.

Il a fallu cependant se reporter au temps où l'ouvrage a été composé,
pour conserver l'orthographe, alors usitée, des noms historiques et
géographiques polonais: c'eût été commettre un véritable anachronisme,
que d'écrire ces noms autrement qu'ils sont écrits dans tous les livres
du XVIIIe siècle. Nous avons dû les laisser tels qu'on les avait
francisés à cette époque où les relations avec la Pologne n'étaient pas
assez fréquentes pour qu'on eût des idées justes et exactes à l'égard de
ce pays. De là, une foule d'erreurs étranges dans le roman de Marat, qui
prend quelquefois un nom d'homme pour un nom de ville et réciproquement.
On n'eût pas corrigé ces fautes qui nous semblent si grossières
aujourd'hui et qui existent dans la plupart des romans français
contemporains, sans altérer le caractère de l'oeuvre même. Il
appartiendra aux éditeurs futurs d'apprendre à Marat la géographie de la
Pologne, par exemple, et de rectifier le texte dans les notes. Quant à
cette première édition, qui ne paraît qu'en 1847, Marat s'y montre aussi
naïvement que si son roman eût été imprimé en 1775, à Amsterdam, chez
Marc-Michel Rey, avec la _Nouvelle-Héloïse_ de J.-J. Rousseau.

Il est donc nécessaire, en le lisant, de se rappeler la date de la
composition et le goût littéraire de ce temps-là, pour apprécier les
qualités réelles de l'ouvrage, à travers les descriptions pittoresques,
les dissertations sentimentales et les thèses philosophiques dont
l'action est surchargée. On comprendra que l'apparition du _Roman de
coeur_ de Marat aurait été un événement dans la littérature lorsque la
_Nouvelle-Héloïse_, _Candide_ et le _Sopha_ faisaient les délices de la
société française, la plus polie et la plus spirituelle de l'Europe.



MARAT

PHILOSOPHE ET ROMANCIER.


Il y a six ans à peine, Marat n'était pas tout-à-fait mort sous le
poignard de Charlotte Corday, puisque sa soeur, Albertine Marat, vivait
encore à Paris, fidèle héritière des idées et des doctrines de ce
terrible Ami du Peuple.

Mademoiselle Marat semblait avoir recueilli en elle-même l'âme forte et
passionnée de son frère, qu'elle pleurait sans cesse, comme si elle ne
l'eût perdu que de la veille.

C'était une républicaine inflexible, que l'âge n'avait pas refroidie,
que les événements n'avaient pas changée; vainement le Directoire, le
Consulat, l'Empire, la Restauration et même la Révolution de juillet
1830 étaient venus successivement bouleverser ou métamorphoser la face
du pays: elle n'y avait pas pris garde, semblable à une somnambule qui
poursuit son rêve sans tenir compte des objets extérieurs, et qu'on
n'éveille pas en sursaut, de peur de la voir tomber foudroyée; elle
rêvait donc que l'esprit de 93 planait autour d'elle et que Marat
veillait toujours sur son peuple.

Rien ne saurait rendre l'impression profonde et presque douloureuse
qu'on éprouvait à entendre les prédications démagogiques de cette
prêtresse de notre grande Révolution, et surtout l'éternelle oraison
funèbre de son héros, de son dieu, de ce Marat qu'on ne nomme pas sans
horreur et sans effroi.

Il faut l'avouer, elle ne nous montrait pas Marat tel que nous le
connaissons, tel que l'histoire nous l'a couvert de boue et de sang;
elle en faisait un être exclusivement vertueux, animé des plus purs
sentiments de patriotisme, bon et généreux, que sais-je! simple et
candide, un véritable philosophe enfin, qui avait mission de régénérer
le monde, ou du moins la France.

On comprenait, à ce panégyrique prononcé avec une conviction solennelle,
que le fanatisme sans-culotte avait pu comparer Marat à Jésus-Christ,
l'Évangile au journal de l'_Ami du Peuple_, et composer une prière
adressée sans doute à la guillotine, et commençant ainsi: _O sacré coeur
de Jésus! ô sacré coeur de Marat!_

Cette vieille femme, à la physionomie dure et sévère, au regard fier et
inspiré, à la parole ardente et audacieuse, survivait donc à son frère,
d'effroyable mémoire, pour lui décerner une espèce de culte, pour lui
refaire un panthéon dans la pauvre demeure où elle s'était retirée avec
les reliques de celui qu'elle appelait hautement le _martyr de la
liberté_, avec les livres, les papiers et les manuscrits de Jean-Paul
Marat.

Bien des hommes curieux de s'instruire du passé, bien des esprits
préoccupés de l'étude de cette Révolution si pleine de mystères, bien
des vieillards qui avaient vu, bien des jeunes gens qui n'avaient fait
que lire, allèrent alors interroger les souvenirs de la soeur de Marat
et s'en retournèrent émus ou étonnés, n'osant porter un jugement de
réprobation ou d'absolution sur les actes, sur le caractère de cet
étrange Ami du Peuple.

Parmi ceux qui aimaient à remonter, pour ainsi dire, à la source de la
Révolution et qui se trouvaient quelquefois réunis chez mademoiselle
Marat, nous citerons seulement un penseur, un publiciste de grand
mérite, M. Haureau, le savant et judicieux auteur de l'_Histoire
littéraire du Maine_; un littérateur ingénieux, M. de Labédollière; un
poète, M. Esquiros; un témoin éclairé et impartial des faits et gestes
de la République et de ses enfants, M. le colonel Maurin, bien connu par
la précieuse collection révolutionnaire qu'il ramasse depuis quarante
ans; un écrivain distingué de l'école sentimentale de Bernardin de
Saint-Pierre, M. Aimé-Martin, cet excellent homme qui vient de
s'éteindre immortalisé par l'adieu de Lamartine.

Aimé-Martin était un esprit doux, tendre et honnête: il n'avait jamais
tourné les yeux vers la période révolutionnaire que pour en détester les
agents et que pour en plaindre les victimes. Le nom de Marat lui
inspirait un invincible dégoût.

Eh bien! il surmontait ce dégoût, il le cachait même sous un air froid
et poli, quand il se rendait chez la soeur du _monstre_, comme il le
désignait avec une énergique indignation.

Qu'allait-il donc faire dans cette maison?

Aimé-Martin était, avant tout, bibliophile, autographile, amateur et
collecteur de livres et d'autographes. Or, c'était aux manuscrits de
Marat qu'il en voulait, et un jour (il fallut sans doute qu'Albertine
eût bien faim, pour vendre la dépouille littéraire de son frère) il
emporta sous son bras le volume autographe qui l'empêchait de dormir
depuis qu'il en avait appris l'existence; un roman inédit, un roman de
coeur, inventé, pensé, écrit par Marat: _Les aventures du jeune comte
Potowsky_.

Une fois légitime possesseur de ce singulier trésor, Aimé-Martin se
dispensa de fréquenter le petit club d'Albertine, qui mourut peu de
temps après en distribuant les papiers du _Sacré-Coeur de Marat_.

Allez visiter l'intéressante collection du vénérable colonel Maurin, et
vous y verrez les épreuves de journal que Marat corrigeait dans son bain
lorsqu'il fut frappé par Charlotte Corday: ces épreuves ont été teintes
de son sang; vous y verrez les couronnes civiques que le peuple décerna
plus d'une fois à son défenseur; vous y verrez les portraits et les
bustes qui furent un moment les idoles de la nation.

Quant au roman de Marat, recueil de 240 pages écrites de sa plus jolie
écriture, avec ses fautes d'orthographe ordinaires, il fut revêtu d'une
charmante reliure _janséniste_ en maroquin noir par un habile artiste,
Niédrée ou Bauzonnet, et il demeura caché dans la bibliothèque
d'Aimé-Martin jusqu'à sa mort. C'est dans cette bibliothèque que nous
sommes allés le chercher pour le mettre en lumière.

Aimé-Martin s'était toujours refusé à publier cet ouvrage remarquable à
différents titres, malgré nos instances: il nous permit, toutefois, de
l'examiner, et nous en signala même les passages les plus singuliers.

Il voulait, disait-il, avoir seul le privilége de connaître, de
conserver le véritable Marat, Marat philosophe, Marat sentimental, Marat
écrivain, Marat romancier.

--Il y a eu deux Marat, nous disait-il avec cette originalité de
causerie fine et spirituelle qu'on se plaisait tant à écouter chez lui
et chez Charles Nodier: le Marat que tout le monde sait, l'affreux,
l'exécrable pourvoyeur de la guillotine, qui demandait cinq cent mille
têtes pour orner son autel de la patrie, je n'en parlerai pas; je
voudrais croire, pour l'honneur de l'humanité, qu'un pareil scélérat n'a
jamais vécu; mais l'autre Marat, dont personne aujourd'hui ne soupçonne
l'existence, celui qui fut l'élève et l'admirateur de Jean-Jacques
Rousseau, l'ami de la nature, ce qui vaut mieux que d'être à sa façon
l'_Ami du Peuple_, le savant auteur de plusieurs découvertes dignes de
Newton dans la chimie et la physique, l'écrivain énergique et coloré qui
a fait un livre de philosophie digne du philosophe de Genève...

--Et c'est Marat qui a fait tout cela? interrompis-je; j'avouerai
n'avoir rien lu de lui, excepté quelques hideuses citations de son
journal.

--Le journal du second Marat? mais le premier n'a écrit que des ouvrages
scientifiques, philosophiques et littéraires; le premier était médecin
des gardes-du-corps du comte d'Artois; il mourut ou plutôt il disparut à
la fin de l'année 1789 pour faire place à son odieux homonyme.

--Je les ai beaucoup connus l'un et l'autre! reprit Nodier, qui se
trouvait là, et qui avait la manie de se faire contemporain de tous les
acteurs de la Révolution, qu'il ne vit pas même passer devant son
berceau. Mais il me semble que le bourreau devait être fils du médecin,
et que celui-ci, en coupant des têtes de grenouilles pour ses
expériences de physique, avait enseigné au second à couper des têtes
d'hommes.

--Ne parlons pas de ce cannibale, repartit Aimé-Martin; mais de l'autre,
tant qu'il vous plaira. C'était une belle âme qui s'ouvrait à tous les
sentiments nobles et généreux; il prit Rousseau et Montesquieu pour
modèles: il eût mérité de se placer à côté d'eux, comme moraliste, comme
écrivain. Par malheur, il osa s'attaquer à la secte des philosophes, à
Voltaire surtout, à Helvétius, à Diderot: il fut écrasé ou plutôt
étouffé dans l'obscurité. Je ne doute pas que l'injustice de ses
contemporains à son égard ne l'ait poussé à changer de route et à
s'éloigner de la scène des sciences et des lettres: «Siècle ingrat,
dit-il alors, tu n'as pas voulu accepter le savant qui t'a révélé le
vrai système de la lumière, des couleurs, de l'électricité, le
philosophe qui t'a appris ce que c'est que l'homme; eh bien! tu
accepteras avec épouvante le vampire qui boira le meilleur de ton
sang!»,

--Je ne me suis pas encore rendu compte, dit Charles Nodier, de la
transformation du royaliste en démagogue furieux, de l'élève de Rousseau
en séïde de Danton; il y a, entre ces deux personnages, une solution de
continuité immense que je voudrais m'expliquer.

--Dites-moi seulement, répliquai-je, vous qui avez connu le premier
Marat, s'il était aussi laid, aussi repoussant que le second?

--Il n'était pas laid, puisqu'il était aimé et amoureux, objecta Nodier.

--Marat a été aimé par une femme! m'écriai-je.

--Assurément, dit Aimé-Martin; celui qui a répandu son coeur dans ce
roman, était inspiré par une passion véritable, comme Rousseau composant
la _Nouvelle Héloïse_.

--Voilà de quoi réhabiliter Marat, repris-je; malheureusement on n'y
croira pas.

--Oui, si le manuscrit autographe n'était pas là, si l'on n'avait pas
d'ailleurs le traité _De l'Homme_, rempli de tableaux voluptueux et
d'images gracieuses.

--En vérité, vous me donnez goût à étudier votre Marat, et s'il se peut
faire, nous lui rendrons la place qui lui appartient parmi les
philosophes et les écrivains français.

Je me mis à l'oeuvre, et je commençai par lire le roman posthume que me
confia Aimé-Martin: je crus relire la _Nouvelle Héloïse_, et par
intervalles, à ma grande surprise, les _Amours du chevalier de Faublas_.
Je compris alors comment Marat, après sa métempsychose, gardait tant de
haine contre Louvet: c'était sans doute jalousie de métier.

Je fus donc amené sans répugnance à rechercher et à lire tous les
ouvrages du premier Marat, et j'y trouvai, comme Aimé-Martin me l'avait
annoncé, le savant profond et hardi, le philosophe sagace et
intelligent, le moraliste sensible et passionné, l'écrivain pittoresque,
assez élégant, mais peu correct; enfin, ce que Nodier ni Aimé-Martin
n'eussent pas reconnu, le législateur sage et humain.

Ce sont ces découvertes assez inattendues que je voudrais démontrer au
plus incrédule, en publiant pour la première fois ce roman inédit, qui,
quoique signé par Marat, ne serait peut-être pas désavoué par l'auteur
de la _Nouvelle Héloïse_.

La jeunesse de Marat s'est passée dans l'étude et la méditation.

«Il paraît, dit Fabre d'Églantine dans le _Portrait de Marat_, que les
premières années de sa vie se sont écoulées à la campagne ou dans les
lieux simples et retirés: c'est là que la bonté de son naturel s'était
développée et consolidée par l'aspect de la nature et des hommes les
plus rapprochés d'elle et par l'influence d'un état de moeurs simples et
paisibles.»

Il était né comme Jean-Jacques, au pied des Alpes, à Baudry, petit
village de la principauté de Neufchâtel, et avant d'étudier l'homme, il
avait étudié la nature.

Ses ouvrages sont tout parsemés de descriptions champêtres qui ne
feraient pas mauvais effet dans _Émile_ ou dans les _Promenades d'un
penseur solitaire_; par exemple:

«A la vue d'une belle campagne, dont le soleil nuance l'émail, de ses
rayons changeants, à la fin d'une journée sereine, on ressent un plaisir
secret qu'on goûte rarement ailleurs. La verdure de la prairie, le doux
parfum des fleurs, le chant harmonieux des oiseaux et la fraîche haleine
des zéphirs portent insensiblement la gaîté dans l'âme: on sent couler
une douce paix dans le coeur; on éprouve une espèce d'enchantement
involontaire auquel presque personne ne résiste. Autant la vue d'un
charmant séjour est propre à nous inspirer la joie, autant la vue d'un
affreux désert est propre à nous inspirer la tristesse. Des plaines sans
gazon et sans fleurs, des arbres desséchés ou couverts d'un sombre
feuillage, des masses énormes de rochers dépouillés de verdure et
noircis par le temps, le bruit des torrents qui se précipitent avec
fracas du haut des montagnes, mêlé au croassement des corbeaux et aux
cris lugubres des aigles, objets affreux qui font passer la tristesse
dans l'âme par tous les sens!»

Le Marat qui a tracé ce tableau agreste dans le _Traité de l'Homme_,
liv. III, est-il bien le même que ce Marat qui, après avoir dit dans son
_Appel à la Nation_ en 1790: «Quelques têtes abattues à propos arrêtent
pour longtemps les ennemis publics!» et dans son placard _C'en est fait
de nous_: «Cinq à six cents têtes abattues vous auraient assuré repos,
liberté et bonheur!» demandait cinq cent mille têtes deux ans plus tard?

Il aimait les fleurs, les ruisseaux, les zéphyrs _au souffle lascif_, ce
bon M. Marat, médecin des gardes-du-corps de Monsieur. «Personne plus
que moi n'abhorre l'effusion du sang, s'écrie l'_Ami du Peuple_ dans son
adresse _aux Patriotes français_, placardée dans Paris le 10 août 1792;
mais, pour empêcher qu'on en fasse verser à flots, je vous presse d'en
verser quelques gouttes!»

Saint-Lambert et Roucher, dans leurs poèmes, Rousseau et Bernardin de
Saint-Pierre, dans leurs ouvrages moraux, Gessner et Florian, dans leurs
idylles, nous ont répété cent fois que l'homme vertueux était l'amant de
la nature. Ils avaient compté sans Marat, l'_Ami du Peuple_.

Celui-ci aimait tant la nature, qu'il se regardait comme le plus
vertueux des Génevois: «Je respecte la vérité, j'adore la justice, et je
ne veux que le bien!» s'écriait-il dans son _Appel à la Nation_; il
avait conscience de sa vertu, puisqu'il en parlait à chaque instant:
«Que l'homme honnête qui a quelque reproche à me faire se montre,
écrivait-il dans sa _Dénonciation au tribunal du public contre Necker_,
et si jamais j'ai manqué aux lois de la plus austère vertu, je le prie
de publier les preuves de mon déshonneur!»

Cette vertu n'allait pas jusqu'à lui défendre d'employer la sensibilité
de son coeur, peut-être même la sensualité de son organisation, avant
que la politique en eût fait un fidèle époux, sinon une statue de
marbre.

Le citoyen Ballin vante la _sévérité des moeurs_ de Marat, dans
l'oraison funèbre qu'il lui consacra sous le titre de: _Marat, du séjour
des immortels, aux Français!_

Mais J. M. Henriquez, dans la _Dépanthéonisation de Marat, patron des
hommes de sang et des terroristes_, publiée, il est vrai, après le 9
thermidor, ne craint pas de nous représenter Marat comme un libertin:

«Marat, adonné au plus crapuleux libertinage, avait pour déesse une de
ces femmes vendeuses de voluptés, et qu'une loi sage ne peut avouer pour
épouse légitime sans autoriser la subversion du corps social... Est-il
vrai que Marat ait été marié? Est-il mort dans le concubinage? S'il
était marié, que d'outrages faits à la foi conjugale!»

Marat n'était pas marié, mais il avait une maîtresse qui vivait
maritalement avec lui, à l'époque de son assassinat.

Cette audacieuse maîtresse, que Marat ne s'est pas contenté de peindre
en buste dans le roman des _Aventures du jeune comte Potowsky_, était
devenue ce que deviennent toutes choses en vieillissant, décrépite et
enlaidie; elle n'en était que plus attachée à Marat, qu'elle admirait
autant qu'elle l'avait aimé et dont elle osait quelquefois s'approprier
le redoutable nom.

Ce fut en signant _femme Marat_, qu'elle écrivit au baron de B...
(Besenval), qui avait pris la défense de Necker, dénoncé par Marat au
tribunal du public: «On peut vous mettre au nombre de ces petits roquets
qui, ne pouvant plus aboyer par vieillesse, toussent, toussent, pour
donner des preuves de leur existence.»

Le baron répondit en baron, très-poliment, en se félicitant de ce que
son petit livre lui avait valu l'honneur de recevoir une lettre de
madame Marat. Il ajouta pourtant en post-scriptum: «Quelques-uns de mes
amis m'ont voulu soutenir que M. Marat n'était point marié... Qu'il ait
une femme à lui ou à un autre, qui ait le droit de prendre son nom, ou
qui ne fasse qu'en emprunter le droit, cela m'est égal.»

Cette femme, qui écrivait par la petite poste à un baron, ne savait pas
lire, si l'on en croit Vincent Formaleoni, canonnier de Paris, auteur
anonyme d'un _Éloge de Jean-Paul Marat_.

Ce Vincent Formaleoni nous apprend que Marat, décrété d'accusation et de
prise de corps, poursuivi par les gardes nationaux du général Lafayette,
ne dut sa liberté et son salut qu'au dévoûment d'une _femme généreuse et
sensible_.

Est-ce la même qui s'intitula _veuve Marat_, quand l'Ami du Peuple ne
fut plus là pour l'envelopper d'ombre et de mystère, et qui obtint sous
ce titre une pension civique qu'elle dut moins à ses droits qu'à la
munificence de l'Assemblée nationale?

«Enthousiaste de la liberté, dit Formaleoni, la femme forte avait conçu
la plus haute idée des vertus de Marat. Une noble passion succéda aux
sentiments de l'estime... L'hospitalité et l'amour furent assez
ingénieux pour dérober Jean-Paul Marat aux poursuites de ses
persécuteurs.»

On m'assure que l'_amour_ et l'_hospitalité_ représentent deux femmes
qui étaient d'intelligence pour sauver Marat: mademoiselle Fleury, du
Théâtre-Français, sous le nom de l'Hospitalité, et l'héroïne du roman,
sous le nom de l'Amour.

L'Amour hérita de l'imprimerie et des manuscrits de Marat, qui ne lui
laissa d'ailleurs qu'un assignat de vingt-cinq sous, comme le déclara
fièrement Albertine Marat dans sa _Réponse aux détracteurs de l'Ami du
Peuple_, où elle avouait que son frère avait été «obligé, pour exister,
à accepter les sacrifices qu'a faits pour lui sa _compagne_.»

Compagne, maîtresse ou veuve, elle fut d'accord avec mademoiselle Marat
pour publier les oeuvres politiques de l'Ami du Peuple: cette édition
devait former quinze volumes in-8º, y compris un ouvrage posthume
intitulé l'_École du citoyen_.

Le prospectus parut seul, annonçant qu'on s'abonnait chez la citoyenne
veuve Marat, rue Marat, nº 30, au prix de cinq livres par volume de 480
pages; mais dès que le premier volume fut mis sous presse, Robespierre
fit saisir, dit-on, le matériel de l'imprimerie et arrêta la publication
comme dangereuse à son parti.

Ce prospectus est le dernier signe de vie qu'ait donné cette veuve
Marat, qui s'était enfermée avec lui dans le souterrain fameux «où la
pudeur serait superflue» selon l'auteur du _Panégyrique de Marat_,
imprimé en l'an III; cet auteur malicieux a prétendu que Charlotte
Corday avait puni Marat de ses insolentes privautés, Marat qui allait
«sautillant de nymphe en nymphe, et qui aimait à nager dans des torrents
de délices.»

La veuve, que plus d'un historien du temps a traitée de mégère, eut
l'air en effet de satisfaire un sentiment personnel de jalousie,
lorsqu'elle se jeta sur Charlotte Corday et la meurtrit de coups en
vomissant contre elle mille sales injures.

Quoi qu'il en soit, Marat avait connu l'amour; son livre _De l'Homme_ en
parle avec trop de science pour que ce soit seulement le résultat de la
réflexion et du ouï-dire; il y revient si souvent dans le cours de cet
ouvrage, qu'il s'excuse de tirer ainsi ses exemples de l'amour (t. II,
p. 374): «Que les critiques me montrent donc, s'écrie-t-il, une autre
passion tenant au physique qui puisse fournir un tableau supportable!»

On ne supporterait pas maintenant les différents tableaux que lui
fournit cette passion peinte d'après nature.

C'est lui, toujours lui qui se pose en scène; ici, il fait un tendre
aveu: «Lorsque vous pressez une maîtresse pudique de vous ouvrir son
coeur, quoique soumise à regret aux leçons de sa mère, n'attendez pas
néanmoins qu'elle vous avoue ses vrais sentiments; c'est toujours de
l'amitié qu'elle a pour vous, mais quand lassée d'une longue et pénible
résistance, cette fille dissimulée laisse enfin triompher son heureux
amant...»

Là, il est séparé de ce qu'il aime: «L'amant malheureux éloigné de sa
maîtresse chérie promène languissamment ses regards autour de lui; sans
cesse occupé de cette chère image, il ne prend aucun intérêt à tout le
reste; dans sa douce mélancolie, il recherche la retraite, la solitude,
le silence des bois...»

Plus loin, il est inhumain à l'égard d'une belle, qui se meurt d'amour
pour lui: «Après les fureurs d'une passion irritée, son âme succombe à
ses maux, un feu interne la consume et la tient sans cesse éveillée;
bientôt ses forces l'abandonnent... Déjà le lustre de ses beaux yeux est
éteint...»

Ailleurs, enfin, il s'écrie comme Bertin l'élégiaque: _Elle est à moi!_
et il chante un hymne à l'amour vainqueur: «L'amour élève le pouls,
enflamme l'oeil, anime le teint, embellit la face, donne la vie à ses
traits et la grâce à tous ses mouvements.»

Oui, l'amour embellissait la face de Marat.

«Ses traits étaient hideux», dit le rédacteur de son article dans la
_Biographie universelle_; «Sa laideur affreuse, dit l'auteur de son
_Panégyrique_ cité plus haut, coopère prodigieusement à ses triomphes.
On voit avec étonnement en lui tous les magots de la Chine avec
désavantage. Sa physionomie offre à l'oeil surpris des traits confondus
de l'hyène, du furet, du singe et du crapaud.»

Nous avons vu la toile, admirable d'horreur, où David l'a peint mort
dans sa baignoire, et nous doutons que la laideur humaine puisse aller
au-delà; mais Marat tombant sous le couteau qui ne lui donna pas le
temps de mourir de la maladie qu'il combattait en vain depuis trois ans
(«il avait, dit Henriquez, le cerveau exalté par certaines pilules dans
lesquelles il entre certaine dose de mercure»), Marat n'était plus Marat
amoureux, philosophe et romancier.

Fabre d'Églantine, du moins, en a tracé un portrait moins horrible et
plus ressemblant: «Il était de la plus petite stature; à peine avait-il
cinq pieds de haut. Il était néanmoins taillé en force, sans être gros
ni gras; il avait les épaules et l'estomac larges, le ventre mince, les
cuisses courtes et écartées, les jambes cambrées, les bras forts, et il
les agitait avec vigueur et grâce. Sur un col assez court il portait une
tête d'un caractère très-prononcé: il avait le visage large et osseux,
le nez aquilin, épaté et même écrasé; le dessous du nez proéminent et
avancé; la bouche moyenne et souvent crispée dans l'un de ses coins par
une contraction fréquente; les lèvres minces; le front grand; les yeux
de couleur gris-jaune, spirituels, vifs, perçants, sereins,
naturellement doux, même gracieux, et d'un regard assuré; le sourcil
rare, le teint plombé et flétri, la barbe noire, les cheveux bruns et
négligés.»

Ne voilà-t-il pas la laideur de Marat presque réhabilitée?

Il était loin de se croire laid, puisqu'il savait sa physionomie
expressive:

«Dans les passions, dit-il, la face de l'homme devient un tableau vivant
où chaque mouvement de l'âme est rendu avec force et délicatesse.»

Il savait aussi que ses yeux _gris-jaune_ n'étaient pas sans pouvoir sur
le beau sexe, ce qui lui faisait penser que l'oeil est de toutes les
parties du visage celle qui contribue le plus à la beauté ou à
l'expression. «C'est dans cet organe admirable, dit-il, que l'âme se
peint principalement; il en exprime les émotions les plus tumultueuses
et les sentiments les plus doux.»

Il se flattait donc que son âme lui gagnerait les coeurs que sa figure
eût pu lui aliéner.

L'âme de Marat!

Il ne badinait pas là-dessus, il proclamait hautement l'immortalité de
l'âme, et dès le début de son livre _De l'Homme_, il avait averti les
lecteurs qui se trouveraient en désaccord avec lui sur cette question,
qu'il n'écrivait pas pour eux. Il était si bien persuadé de l'existence
de l'âme, qu'il en avait fixé le siége dans les méninges ou tuniques du
cerveau.

Voltaire le plaisanta sur la place préfixe qu'il donnait à l'âme, en
l'appelant le _maréchal des logis de S. A. S. l'Ame_; mais les
découvertes récentes de la physiologie ont prouvé que le logement
n'était pas mal trouvé, et que Marat aurait dû y mettre le principe de
la vie plutôt que l'âme, pour parler en anatomiste.

On voit que dès-lors, dés l'année 1775, il s'était occupé de la
décapitation, sans prévoir les effets de la guillotine: «L'âme n'a plus
de puissance sur le corps, dit-il, une fois que la tête en est séparée,»
(t. Ier, p. 92.)

Dans cet ouvrage si neuf et si extraordinaire, imprimé en 1775 chez le
libraire-éditeur de Rousseau, Marc-Michel Rey, à Amsterdam, on sent déjà
Marat qui perce, ou plutôt on pressent ce qu'il est capable de devenir
sous l'influence des événements.

Le chapitre sur la Pitié, où il réfute un prétendu paradoxe de Voltaire,
est une révélation menaçante du Marat sanguinaire caché dans la peau du
philosophe: «il est aisé de se convaincre que la nature n'a pas fait
l'homme compatissant... La pitié est un sentiment factice, acquis dans
la société. Ce sentiment naît de l'idée de la douleur et des rapports de
forme avec les êtres sensibles... La pitié n'est autre chose que notre
sensibilité tournée par la pensée vers ceux auxquels nous nous
identifions... N'entretenez jamais l'homme d'idées de bonté, de douceur,
de bienfaisance, et il méconnaîtra toute sa vie jusqu'au nom de pitié...
Ainsi, longtemps frappée du même spectacle, l'âme n'en sent plus
l'impression; elle s'endurcit à l'aspect des misères humaines; elle
s'accoutume à voir souffrir, et elle devient impitoyable.»

Telle devint l'âme de Marat, quoique Fabre d'Églantine fasse l'éloge de
sa _bonhomie naturelle_: «Il avait plus que de la bonhomie, dit-il.
L'une des bases de son caractère était cette pudeur ineffaçable
qu'engendrent et nourrissent toujours dans une âme honnête la
simplicité, l'amour du vrai, le sentiment du beau et du bon.»

Marat avait dit lui-même dans son livre _De l'Homme_: «N'est-ce pas
l'amour du beau et de l'honnête qui devient au coeur du sage une source
inaltérable de sentiments délicieux, et lui fait éprouver au milieu des
alarmes cette douce paix que l'infortune ne peut troubler?»

Le conventionnel Boileau, qui osa monter à la tribune pour accuser
Marat, en disant: «Voici ce que ce tigre a écrit avec ses griffes de
sang!» eût été bien surpris à la lecture du traité sur _l'Homme_.

Dans ce traité, Marat se passionne pour les sentiments élevés, pour les
passions _factices_ de l'imagination, pour l'amour de la gloire, pour
l'amour de la patrie. «Les âmes passionnées de la gloire, dit-il, aiment
l'estime pour l'estime, et la fumée de la réputation pour elle-même...
C'est l'amour de la patrie, dit-il plus loin, qui porta les Posthumius,
les Curtius, les Décius à se dévouer pour elle; c'est lui qui, dans
Aristide, ce héros pacifique et juste, donna l'exemple de la modération
la plus rare, lui fit respecter la liberté de ses ingrats concitoyens,
avec la puissance de les opprimer, vivre en homme privé, pouvant
commander en maître, suivre constamment les lois de l'austère vertu et
conserver pendant le cours de sa longue vie son âme innocente et pure;
c'est lui qui produisit l'incorruptible voeu de Caton!...»

Marat déifiait déjà les héros des républiques grecque et romaine.

Cependant on peut supposer que Marat se fût borné à des travaux de
science et de philosophie, si ces travaux lui avaient rapporté l'honneur
et le profit qu'ils méritaient, si les académies ne s'étaient coalisées
en quelque sorte pour tenir ses découvertes sous le boisseau, si
Voltaire et les encyclopédistes n'avaient pas foudroyé de leurs dédains
le livre _De l'Homme_.

Imprudent Marat, qui avait osé, dans son discours préliminaire, énumérer
les philosophes physiologistes sans nommer Voltaire, et qui ne l'avait
nommé dans son ouvrage que pour l'accuser de légèreté et
d'inconséquence!

Voltaire, âgé alors de plus de 82 ans, se fit journaliste pour répondre
à cet adversaire qu'il invitait à se consacrer à ses malades plutôt qu'à
la philosophie. Voltaire n'eut pas de peine à mettre l'auteur hors de
combat et son livre hors de cause.

Ce livre, qui devait placer Marat entre Lecat et Cabanis, tomba du
ridicule dans l'oubli.

Marat n'osa plus s'essayer dans le genre philosophique, il ne publia pas
même son roman des _Aventures du comte Potowski_, composé à cette époque
et prêt à paraître. Il se concentra tout entier dans les recherches
scientifiques, et il fit imprimer, seulement après la mort de Voltaire,
ses belles découvertes sur la lumière et l'optique, sur le feu et sur
l'électricité.

Voltaire ne ressuscita pas pour l'attaquer de nouveau, mais Marat trouva
dans l'Académie des Sciences une opposition non moins vive et plus
compacte que naguère dans la littérature. Il avait délivré aux
académiciens tant de brevets d'ignorance, que ce fut un parti pris de
nier ses découvertes ou de les passer sous silence.

Tous les efforts de Marat ne réussirent pas à vaincre cette ligue de
savants qu'il combattit sans relâche de 1779 à 1785.

Il était redouté depuis trois ans sous le nom d'_Ami du Peuple_, quand
il rappela aux académiciens, ses ennemis, qu'il pouvait se venger, en
leur adressant comme un adieu menaçant, en 1791, son pamphlet des
_Charlatans modernes_ ou _Lettres sur le Charlatanisme académique_. Il
ne songeait guère alors à reprendre ses expériences de physique!

Mais si l'espace nous manque pour montrer le médecin devenu tout-à-coup
grand législateur dans un admirable écrit: _la Constitution_, qui n'est
pas même connu par son titre, l'espace nous manque aussi pour
caractériser le talent littéraire de Marat avant la Révolution. Je ne
puis, par des citations choisies même dans ses oeuvres scientifiques,
prouver que son style se modelait souvent sur celui de Rousseau, et que
le but qu'il s'est proposé sans cesse a été d'imiter l'auteur d'_Émile_
et de la _Nouvelle Héloïse_.

C'est le sublime Rousseau qu'il invoque dans la péroraison du deuxième
volume du traité _De l'Homme_, ce qui fit dire à Voltaire: «Il est
plaisant qu'un médecin cite deux romans, au lieu de citer Boerhave et
Hippocrate.»

Voltaire ignorait que ce médecin avait lui-même un roman en
portefeuille, un roman de sentiment, un roman d'amour, auquel il eût pu
mettre cette épigraphe tirée de son livre de philosophie: «L'amant
sensuel ne peut se passer de jouissance, le véritable amant ne peut se
passer de coeur.» Fabre d'Églantine donne à Marat un certificat de
sensibilité; il connaissait sans doute les _Aventures du comte
Potowsky_.

C'est donc avec raison que le citoyen Morel, capitaine au premier
bataillon du Jura, s'écrie dans son _Éloge funèbre de Marat_: «Comme
Jésus, Marat fut extrêmement sensible et humain; il avait l'âme sublime
de Rousseau!»

Vienne maintenant quelque citoyen critique, qui fasse le parallèle
impartial des _Aventures du comte Potowsky_ et de la _Nouvelle Héloïse_,
et qui rende enfin à Marat ce qui est à Marat, comme Jésus rendait à
César ce qui est à César.

PAUL L. JACOB, bibliophile.



LES AVENTURES

DU

JEUNE COMTE POTOWSKI.



I.

GUSTAVE POTOWSKI A SIGISMOND PANIN.


A Pinsk en Polésie.

Quitte ces assemblées tumultueuses, ces bruyants plaisirs, ces concerts,
ces danses, ces fêtes et tous ces jeux auxquels tu as recours pour
charmer ton ennui. Il est pour un coeur sensible, pour toi, cher Panin,
une source de joie plus pure. Veux-tu la connaître, viens vers ton ami,
et contemple son bonheur.

Quand la félicité daigne descendre sur la terre pour visiter les
mortels, elle cherche, et ne trouve que le sein des amants où elle
puisse se reposer. Elle se plaît avec deux coeurs unis, appuyés l'un sur
l'autre, et endormis ensemble dans une paix voluptueuse.

Que l'amour est un charmant délire! Dans sa douce ivresse, l'âme inondée
de plaisir s'écoute en silence: dans ses vifs transports, elle se fond
et s'écoule. Malheureux qui ne l'éprouva jamais!

Habitué dès mon jeune âge à vivre avec Lucile dans une douce
familiarité, je ne connaissais encore que l'amitié, lorsqu'au milieu de
nos amusements, les ris s'enfuirent tout-à-coup. Lucile devint rêveuse:
peu à peu les rubis de ses lèvres perdirent leur éclat, les roses de ses
joues pâlirent, le doux son de sa voix s'altéra. A sa vivacité naturelle
avait succédé une sorte de langueur, et l'on découvrait dans ses regards
je ne sais quoi d'inquiet et de tendre.

Cette langueur passa de l'âme de Lucile dans la mienne. Un nouveau
sentiment de plaisir semblait s'y arrêter. Je me sentais attendri, et je
ne savais pourquoi. Les jeux folâtres, qui avaient amusé notre enfance,
commençaient à m'ennuyer. Je n'aimais plus à courir: les ris, le fracas,
la lumière, la dissipation me déplaisaient; et pour la première fois mon
âme s'écoutait en silence.

Je n'étais content qu'auprès de Lucile, et j'étais chagrin dès que je la
quittais. Même auprès d'elle la gaîté parut m'abandonner, et je
commençai à ne me trouver bien nulle part. Sous les yeux de nos parents,
je désirais d'être seul avec Lucile; loin des témoins incommodes, je
craignais de la trouver seule: je sentais que j'avais quelque chose à
lui dire, et ne pouvais démêler quoi.

Un jour que j'étais plus gai qu'à l'ordinaire, je voulus l'embrasser.
Elle s'y opposa; et les efforts que je fis pour m'en rendre maître,
ayant dérangé son fichu, j'entrevis sous la gaze deux petits charmes
naissants que Cupidon semblait avoir placés lui-même. A cette vue, je
sentis palpiter mon coeur.

Lucile parut fâchée, et allait s'échapper; je la retins, et la fixai
longtemps. Elle baissait la vue. A la fin je rencontrai ses yeux; et ce
coup-d'oeil, lancé et rencontré au hasard, alluma dans mon sein la
flamme qui le dévore.

Longtemps nous nous en tînmes à de simples regards.

Je ne pouvais vivre un instant sans Lucile. Lucile ne s'accommodait pas
mieux de mon absence, mais elle n'était plus aussi familière, aussi
naïve, aussi affectueuse; elle semblait se refuser à mes innocentes
caresses; lorsque je lui dérobais un baiser, la pudeur colorait ses
joues; lorsque je la pressais contre mon sein, elle cherchait à se
dégager; lorsque je la retenais dans mes bras, elle tremblait de
crainte.

L'amour produisit sur le corps de Lucile un changement plus frappant
encore que sur son âme. A mesure qu'il se développait, chaque jour elle
devenait plus belle: semblable à une tendre fleur qui, sentant au matin
l'influence des rayons du soleil, ouvre ses boutons, étend ses feuilles,
épanouit ses fleurs, et paraît avec un nouvel éclat.

Un soir que nous étions sur le gazon fleuri au pied d'un arbre touffu,
mille petits oiseaux s'égayaient parmi le feuillage, et faisaient
retentir les airs de leurs chants amoureux. Je sentais une douce émotion
parcourir de veine en veine tout mon corps. Je tenais une main de Lucile
et n'osais lui parler; elle me regardait en silence: mais nos regards
s'étaient tout dit, avant que notre voix s'en fût mêlée.

Enfin je hasarde de lui ouvrir mon jeune coeur. A chaque mot que je
prononce, sa bouche sourit amoureusement, et un coloris plus animé que
celui des roses se répand sur son joli visage.

A peine lui eus-je fait l'aveu de l'émotion nouvelle que je ressentais,
que j'obtins d'elle un pareil aveu pour réponse. Il n'était pas dans
notre caractère de dissimuler: d'ailleurs comme l'amour que nous
éprouvions l'un pour l'autre ne différait guère de l'amitié que par un
sentiment plus vif, nous fûmes bientôt à notre aise, et le mystère de
notre nouvelle situation fit place à un retour de confiance.

L'amour perçait insensiblement et faisait des progrès. Nos entretiens
devenaient plus fréquents, plus animés, plus intimes. En nous
entretenant de l'état de nos coeurs, nous avions toujours quelque chose
à nous dire, comme si nous eussions oublié ce que nous nous étions dit
tant de fois. Lorsque je l'assurais combien elle m'était chère, elle me
faisait sentir qu'elle le savait: mais lorsqu'elle me parlait de sa
tendresse, souvent je feignais de ne pas l'en croire, pour avoir le
plaisir de l'ouïr de nouveau.

Quelquefois il s'élevait entre nous de petits débats, et toujours elle
scélait ses tendres protestations par un baiser encore plus tendre.
Alors je sentais couler dans mon âme cette joie délicieuse qui fait le
bonheur des amants.

Dès-lors notre inclination mutuelle devint de jour en jour plus tendre.

Aujourd'hui elle est telle qu'il semble que nous n'avons qu'une vie et
qu'une âme. Nos coeurs s'entendent et s'entretiennent. Si j'attache les
yeux sur Lucile, elle me regarde avec l'expression la plus vive du
sentiment. Si je soupire, elle soupire à son tour. Si je lui jure que je
l'adore, elle me jure que je suis adoré. Si je lui dis qu'elle fait le
bonheur de ma vie, elle me répond que je fais le charme de la sienne.

O tendre union! Céleste flamme! Six ans l'ont épurée et nourrie dans mon
coeur. Six ans j'en ai goûté la douce ivresse.

Que te dire? Je ne trouve de plaisir qu'aux côtés de Lucile, et ce
plaisir est toujours nouveau.

Quand je la vois me sourire tendrement, mon coeur palpite de joie. Quand
je lui donne un baiser, je cueille sur ses lèvres de roses un nectar
plus doux que celui que l'abeille exprime des fleurs. Mais, quand
mollement penché sur son sein je savoure le plaisir d'être aimé, je me
crois au nombre des dieux.

Cher ami! depuis quelques années tu as renoncé à l'amour: que de temps
perdu pour le bonheur!

De Varsovie, le 12 février, 1769.



II

SIGISMOND A GUSTAVE.


L'amour, dit-on, est un fruit délicieux, que le ciel a accordé à la
terre, pour faire le charme de la vie. Cher Potowski! tu n'en connais
que les douceurs; je n'en connus que l'amertume.

Comme toi, j'aimais autrefois à soupirer auprès des belles: mais si
souvent dupe de leur duplicité, jouet de leurs caprices, j'ai enfin
appris à fuir leur commerce dangereux.

Pourrais-tu le croire? Je préfère à leurs fausses caresses, le plaisir
d'en médire. Dévoiler leurs artifices, publier leurs intrigues, et rire
de leur tourment au milieu d'un cercle d'amis aussi dégoûtés que moi;
voilà le seul plaisir qu'il m'en reste.

Lorsque le feu de la conversation commence à s'éteindre, nous prenons en
main la coupe enchanteresse; un jus pétillant vient au secours de
l'esprit, ranime nos propos, nous inspire de nouvelles saillies, et fait
renaître la joie parmi nous.

Au sortir de ces entretiens, je reviens au milieu des femmes, leur
montrer mon mépris et ma gaîté.

De Pinsk, le 23 février 1769.



III

LUCILE SOBIESKA A CHARLOTTE SAPIEHA.


A Lublin.

Tu t'étonnes, Charlotte, que je sois si éprise de Gustave: Mais peux-tu
le trouver étrange? Eh! comment n'aimerais-je point un aimable homme qui
m'adore, un homme tout occupé de mes plaisirs et de mon bonheur?

D'ailleurs cette fraîche jeunesse, cette beauté ravissante, ces regards
tendres et animés, ce sourire fin et gracieux, cette voix touchante, et
tant d'autres agréments qui lui sont propres, n'ont-ils pas droit de lui
captiver les coeurs?

Que si tu ne fais point de cas des attraits de sa figure: ne
compteras-tu pour rien non plus les belles qualités de son âme?

Te dire que mon amant a tous les talents de son état, et tous les
agréments d'un homme du monde serait trop peu de chose.

Mais Gustave a de l'esprit, il le sait et il n'en est pas vain: jamais
il ne le fit servir à désoler le bon sens, ni à affliger les sots.

Il aime les plaisirs, mais il veut les choisir: il méprise ceux qui
manquent de délicatesse, préfère ceux qui récréent à ceux qui ne font
qu'étourdir, et ne recherche avec ardeur que ceux qui respirent la
tendresse.

Modéré dans ses plaisirs, il sait s'arrêter avant le dégoût. Son humeur
est toujours égale: jamais on ne le voit d'une gaîté effrénée, puis,
d'une morne tristesse.

Il est riche, aime la dépense, et accorde à son rang ce qu'il exige:
mais il ne donne rien au faste, aux caprices, à l'extravagance. Il est
quelquefois magnifique; plus souvent généreux, il destine aux infortunés
une partie de son superflu, et toujours il sait leur cacher la main qui
les soulage.

Il a l'âme fière, mais sans arrogance: il n'est point entiché de sa
naissance, et il respecte plus dans l'homme le mérite que les dignités.

Il est bouillant et ne peut souffrir un affront; mais sa colère n'est
pas féroce: son ressentiment passe comme un éclair, et la moindre excuse
suffit pour le désarmer.

Jamais jeune homme ne reçut une meilleure éducation: mais chez lui, la
nature semble avoir tout fait. Son beau naturel, bien dirigé dès
l'enfance, est tel qu'il peut s'y abandonner sans crainte et sans
précaution. La décence, la candeur, la tendresse en font la base. Ennemi
du vice, indulgent aux ridicules, docile aux usages innocents,
incorruptible aux mauvais exemples, il est respecté de tout le monde,
aimé de toutes ses connaissances, et chéri de tous ses amis.

Tel est mon amant; et tu veux que je justifie ma flamme. Va, Charlotte,
je m'applaudis de mon choix, et je ne crains point d'en être jamais
punie.

De Varsovie, le 29 février 1769.



IV

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Au simple ton de ta lettre, cher Panin, il est hors de doute que tu
aimes encore les belles. Ce que tu prends pour aversion, n'est que
ressentiment. Il passera un jour ce ressentiment; tu peux t'y attendre,
et je te verrai de nouveau enlacé. Mais en attendant que tu
m'entretiennes de ta passion pour quelque jolie enchanteresse; je vais
t'entretenir de la mienne.

Quoique mon amour pour Lucile n'ait pas attendu la réflexion pour
naître, et que je n'aie jamais cherché à m'éclairer sur le choix d'une
épouse, je vois avec transport que la fortune m'a mieux servi que la
sagesse ne l'eût pu faire.

Lucile n'a point ces grâces brillantes et légères dont le monde fait
tant de cas, ni cette humeur folâtre, ce babil frivole, ce petit manége,
ces aimables caprices qui vont si bien à quelques jolies femmes. Mais à
une belle figure, relevée par des grâces touchantes, elle joint une âme
tendre, noble, élevée; un esprit solide, enjoué, délicat: et je ne sais
quels charmes invincibles qui lui captivent tous les coeurs.

Avec tant de belles qualités, un peu de vanité serait bien excusable:
toutefois Lucile n'est point vaine. Au milieu de ses compagnes, elle se
distingue toujours comme la rose parmi les autres fleurs: tout le monde
admire sa beauté, elle seule paraît oublier ses attraits: on l'écoute
avec ravissement, elle seule ne s'aperçoit point du plaisir qu'elle
cause.

Mais quel charme elle donne aux vertus douces et bienfaisantes, dont
elle est un modèle vivant. Quelles attentions pour ses parents! Jamais
fille n'en eut de plus marquées. Toujours elle leur obéit avec douceur:
souvent elle n'attend pas l'ordre, elle devine; et tout ce qu'ils
peuvent désirer est fait avant qu'ils se soient aperçus qu'elle y pense.

Avec quel zèle elle ouvre la porte à l'honnête pauvreté! Quel air
d'attendrissement elle a pour les malheureux! Comme elle se plaît à
ramener la joie dans un coeur flétri!

Hé! ne dirai-je rien de cette sensibilité délicate qui craint d'offenser
ou de déplaire, de cette ouverture de coeur qui gagne la confiance, de
cette modestie qui imprime le respect, de cette aimable pudeur, de cette
timidité enchanteresse qui la rendent si séduisante.

Chez elle rien n'est gêné, tout est naïf, tout est naturel, tout a
l'aisance de l'habitude et pour te faire son portrait en un mot: c'est
la Vertu sous les traits de la Beauté.

Heureux celui qu'un doux hymen doit unir à Lucile! Il n'aura à craindre
que le malheur de la perdre ou de lui survivre. Cet heureux mortel, cher
Panin, tu le connais: c'est ton ami.

De Varsovie, le 19 mars 1769.



V

LUCILE A CHARLOTTE.


A Lublin.

Je ne pense qu'à Potowski. Allumée au flambeau de l'amour, mon
imagination me présente partout sa douce image. Sans cesse je la vois,
elle me suit le jour, elle me suit la nuit, et ne me quitte pas même
durant mon sommeil. Avec quel transport mon âme s'élance vers lui! je
l'aime, je l'adore; et ce qui le rend si cher à mon coeur, c'est moins
sa beauté que sa vertu; c'est moins la violence que la pureté de sa
flamme.

Hier, comme nous étions à faire de la musique sous un des arbres du
jardin, en extase à l'ouïe d'un air flatteur qu'il me chantait, je
laissai échapper mon théorbe, et les yeux fermés je reposais mollement
sur le gazon fleuri.

Bientôt il s'avança vers moi et se plaisait à me contempler; mais il n'a
point avec audace levé le voile pour parcourir mes charmes; ses chastes
mains ont respecté jusqu'à la gaze légère dont ma gorge était couverte.

Puis, approchant sa bouche, il pressait tendrement mes lèvres et
couvrait mes joues de baisers amoureux. Je ne sais quelle émotion
inconnue pénétrait alors tout mon être; j'étais languissante dans les
bras du plaisir.

Réveillée par ses tendres caresses, je fis la surprise, la fâchée, je me
levai et voulus m'éloigner; mais il me retint dans ses bras, me prit la
main, et me dit d'un ton de voix enchanteur, en me regardant d'un air
tendre:

--Quoi, ma Lucile, t'offenser de ces libertés innocentes, tandis que tu
étais à la discrétion de ton amant? Apprends à le mieux connaître. Non,
non, avec lui jamais tu ne seras en danger. Or çà, mon ange, faisons la
paix, et pour gage de mon pardon donne-moi un doux baiser. Tu me le
refuses; hé bien! je le prendrai moi-même.

Chère Charlotte, je ne pus m'en défendre, et tandis qu'il collait ses
lèvres aux miennes, mon coeur palpitait de joie, la volupté se glissait
dans mes veines.

Rien n'égalait mon embarras; je n'osais le fixer; et certes, je ne sais
ce que je serais devenue, s'il se fût aperçu des émotions qui agitaient
mon sein.

Toi qui te piques d'avoir vu bien des choses, vis-tu jamais un amant
plus tendre, plus décent, plus respectueux?

Une douce habitude de vivre ensemble resserre chaque jour les noeuds qui
nous attachent l'un à l'autre. A ses côtés je ne connais point le
chagrin; l'ennui ne se mêle jamais au paisible cours de ma vie, et le
dégoût n'ose en approcher. Avec lui il n'est point d'aurore qui en se
levant ne me promette une journée sereine et ne me fasse goûter quelque
plaisir nouveau.

De Varsovie, le 5 avril 1769.



VI

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Sirad.

Me voici depuis quelques jours à Lencini pour y passer une partie de la
belle saison.

Hier, les comtes Sobieski, Kodna et Bressin firent partie d'aller en
famille passer la journée à l'île Tarnow. J'étais convenu de les joindre
à la maisonnette que le dernier a fait bâtir sur le bord du lac, où la
compagnie devait s'embarquer.

A mon arrivée, je trouvai les hommes dans le salon à parler politique.
Les femmes avaient passé dans le parterre, et j'aperçus les jeunes
rangées autour d'un bassin et occupées à s'admirer dans l'onde limpide,
chacune une houlette à la main.

Je fus frappé de la coquetterie de leur parure. Avec quel soin elles
s'étaient ajustées! Combien leur beauté s'était embellie encore par les
secours de l'art! Combien la gaze, la chenille, la dentelle, donnaient
de lustre à des charmes à demi-voilés! Combien les rubans et les cordons
relevaient artistement leurs robes pour montrer une chaussure délicate,
ou plutôt des petits pieds mignons!

Parmi ces gentilles bergères qui attiraient les désirs sur leurs pas,
qui n'eût distingué Lucile à l'élégance de sa taille, à son air noble, à
son port majestueux?

Elle était vêtue d'une robe blanche, dont l'étoffe lustrée flottait à
grands plis autour de son corps, ses cheveux bouclés par les mains de la
nature tombaient avec grâce sur son col d'albâtre et se roulaient sur
son beau sein; un voile léger dérobait à l'oeil des charmes où les
coeurs viennent se prendre.

Un petit chapeau d'osier entouré d'une guirlande de fleurs s'abaissait
sur ses beaux yeux.

Je ne pouvais me lasser de l'admirer sous cet ajustement, je croyais
voir une Grâce décente entre des nymphes vives et légères.

On servit quelques rafraîchissements et nous gagnâmes le bateau.

Déjà les bateliers font blanchir l'écume sous leurs rames, le rivage
fuit loin de nous, et nous découvrons les fertiles coteaux de l'île.

Au pied de ces coteaux, quelques villages s'avancent en amphithéâtre sur
les bords du lac, et leur image est répétée dans le cristal de l'onde.
D'autres villages s'étendent dans les vallées; les flèches brillantes de
leurs clochers s'élèvent dans les airs, dominent d'espace en espace les
paysages d'alentour, et couronnent ce riant tableau.

On voyait des troupeaux nombreux errer dans la prairie, et l'on
entendait de loin les chansons des bergères et des bergers dansant au
son des chalumeaux à l'ombre des bosquets.

Nous abordâmes dans un golfe où les eaux amoncelées dorment depuis le
commencement des siècles dans des prisons profondes.

Trois voitures découvertes nous attendaient sur le rivage.

Nous arrivons; les barrières s'ouvrent, et le séjour enchanté du Nonce
s'offre à nos regards. A droite s'étend une vaste prairie, coupée par
plusieurs branches d'une jolie rivière qui la traverse et bordée d'un
parc où bondissent des troupeaux de daims.

A gauche s'élève un riche coteau couvert de vignes et surmonté de deux
rochers élancés vers le ciel qui ombragent de leurs sommets la plaine
d'alentour.

A chaque pas on croit voir les jeux variés de la nature: tantôt c'est
une nappe d'eau, où le hazard semble avoir jeté un pont; tantôt c'est un
antre où mille petits ruisseaux vont se perdre; tantôt ce sont des
bouquets d'arbres pittoresquement plantés.

Un superbe palais se présente dans l'enfoncement.

A mesure qu'on avance, une perspective charmante se renouvelle et
s'allonge devant l'oeil qui la contemple. Quelles masses! Quels groupes!
Partout la sagesse et le choix ont empreint leur caractère. Partout la
nature et l'art sont admirablement combinés. L'intelligence éclate dans
tous les points de l'ouvrage, rien n'y brille que d'un éclat propre à
faire valoir le reste; point de beautés prodiguées en vain.

Mais c'est autour du château que les beaux-arts ont rassemblé les amours
et les ris.

On n'y arrive point par de longues allées tirées au cordeau et semées de
sable. Il n'est pas non plus entouré de ces ennuyeux parterres dessinés
en symétrie, où l'on ne voit que quelques fleurs rangées dans de petits
carrés, des arbrisseaux mutilés, et des planches de coquillages. Situé
sur un monticule d'où l'oeil d'un seul regard embrasse toute l'étendue
du domaine, il s'ouvre par derrière dans un joli bosquet.

Ce bosquet n'est pas non plus un bois dessiné comme tant d'autres. On
n'y voit point les arbres alignés et taillés en berceaux se répondre les
uns aux autres, mais placés dans un heureux désordre et coupés de
sentiers qui par leurs contours variés ménagent toujours à l'oeil de
nouvelles surprises.

De distance en distance on y trouve des bassins où nagent des cygnes, et
où se baignent des nymphes mêlées avec des tritons: des niches où un
faune ou un satire retient une timide bergère.

Ici on voit Flore environnée de petits génies qui lui présentent des
fleurs. Là, Pomone entourée d'autres génies qui lui apportent des
fruits. Plus loin, des bacchantes invitent le dieu du vin à remplir sa
coupe joyeuse. Plus loin encore des bergers sacrifient à Pan.

L'extérieur du palais répond à la magnificence des dehors, et
l'intérieur paraît le temple de la volupté. Tout ce que l'art inventa
jamais pour faire les délices de la vie y est étalé avec goût; tout y
inspire l'amour et respire le plaisir. Je ne pouvais me lasser
d'admirer: dans mon extase, je croyais être dans un de ces palais que la
brillante fiction a pris soin de parer.

Le nonce, tu le sais, est un de ces sybarites dont l'air ouvert et
content annonce un coeur libre et joyeux, un de ces aimables fous qui ne
veulent que s'amuser. Il nous reçut avec empressement; et après nous
avoir fait voir les lambris dorés, les riches ameublements et les autres
raretés de ce délicieux séjour, il nous conduisit sous des berceaux
fleuris, où nous trouvâmes des tables délicatement servies.

Il fit les honneurs de sa maison avec des grâces enchanteresses. Pour
entretenir la gaîté, il avait rassemblé autour de nous tous les
plaisirs; on aurait cru qu'ils connaissaient sa voix, et que dès qu'il
le voulait ils accouraient en foule.

Nous fûmes servis par de jolies bergères vêtues de blanc et couronnées
de fleurs; nous eûmes des vins exquis et une musique digne d'être
entendue à la table des dieux.

Après le dîner, la compagnie se sépara; chacun tira d'un côté différent.
Je joignis Lucile et nous prîmes le chemin du bosquet.

A peine avions-nous fait trois cents pas, que nous nous trouvâmes
vis-à-vis d'une grotte d'où sort un ruisseau qui, divisé en plusieurs
filets, serpente sur la verdure; nous nous assîmes sur le gazon semé de
violettes et de primevères.

Lucile se mit à considérer l'onde qui fuyait en murmurant. Bientôt les
zéphirs légers vinrent jouer avec ses blondes tresses et caresser les
sens de leur souffle lascif, tandis que les oiseaux amoureux se
contaient leur martyre sur les buissons d'alentour.

J'étais à ses pieds, occupé à la contempler: jamais elle ne m'avait paru
si belle. En voyant cette fraîche jeunesse, ce teint de lis et de roses,
ces lèvres vermeilles qui appellent le baiser, ce sourire des grâces,
ces yeux pleins de douceur et de feu, j'oubliai que j'aimais une
mortelle.

Je me sentais ému.

L'influence de cette saison charmante, où la nature invite toutes ses
créatures à l'amour; les tendres regards que Lucile me jetait de temps
en temps, les sons mélodieux qui frappaient mon oreille achevèrent
d'enivrer mon coeur, déjà échauffé par la musique, le vin et les
tableaux voluptueux.

Je passai un bras autour de la ceinture de Lucile, je lui pris la main
et commençai à lui faire quelques-unes de ces timides caresses que
l'amour semble dérober à la pudeur. Lucile fit un doux effort pour se
dégager, je lui opposai une douce résistance.

Mes yeux tendrement attachés sur elle rencontrèrent les siens, et nos
regards se confondirent avec une douce langueur, que je pris pour un
tendre aveu.

Tandis que mon coeur s'abreuvait de volupté, une émotion soudaine
s'empara de mes sens; mon oeil enflammé dévorait ses charmes.

Puis tout-à-coup cédant à mes transports amoureux, je couvris son visage
de baisers; je portai mes lèvres sur sa belle gorge; j'osai malgré elle
approcher une main avide...

Lucile irritée arrêta mon audace et me quitta d'un air indigné. A
l'instant revenu de mon délire comme par une espèce d'enchantement, je
la suivis pour lui demander grâce; elle ne daigna pas m'écouter.

Pénétré de douleur, je marchais en silence à son côté, la tête baissée
et n'osant lever les yeux.

Lorsque nous fûmes prêts à rejoindre la compagnie, j'essayai de
reprendre ma gaîté, crainte que mon air abattu ne fournît matière aux
soupçons; mais il n'y eut pas moyen: mes ris étaient forcés, j'avais la
mort dans le coeur, et je ne cessais d'attacher les yeux sur Lucile, qui
me jetait à la dérobée quelques regards.

Le reste de la journée se passa en jeux, mais je n'y pris aucune part:
tout m'ennuyait, j'étais fâché de voir les autres s'amuser et ne
soupirais qu'après le moment de partir.

Il arriva enfin ce moment désiré.

Le bateau est lancé, il fend l'onde; déjà le rivage fuyait loin de nous
et nous commencions à perdre de vue la riante perspective qui, le matin,
nous avait enchantés, lorsqu'un vent frais s'éleva soudain; bientôt la
surface des eaux se ride, nos voiles s'enflent, les vents se déchaînent,
et notre frêle barque est abandonnée à la merci des flots.

Les rameurs frappaient l'onde à coups redoublés pour tâcher de gagner le
port, mais en vain. La fureur des vents augmenta et nous fûmes poussés
vers la côte opposée, au milieu des écueils.

On voyait les vagues se briser contre des rochers qui les repoussaient,
après avoir blanchi de leur vaine écume ces masses immobiles.

Comme nous étions prêts à échouer, un courant nous entraîna au large,
mais nous ne semblions avoir évité un danger que pour succomber à un
autre: les ondes s'élevaient à une hauteur prodigieuse et paraissaient
vouloir se refermer sur nous.

A force de lutter contre les vents et les flots nous gagnâmes une espèce
de petite baie.

Le ciel était couvert de sombres nuages; les foudres s'allumaient dans
leur sein et descendaient en serpentant sur la foret voisine.

La consternation augmenta parmi nous. Nos femmes effrayées cherchaient à
se cacher. Lucile pâle, muette et tremblante, se réfugie dans mes bras,
elle y reste immobile, et se repose dans un doux abandon sur mon sein.

Te l'avouerai-je? Panin. Charmé de sentir dans mes bras mon doux trésor,
je n'étais point fâché de cette tempête.

La nuit vint augmenter les ténèbres; les éclairs fendaient la nue, la
foudre volait de toute part, le tonnerre grondait dans la profondeur des
cieux, ses longs roulements se répondaient d'une côte à l'autre; les
vents soufflaient avec plus d'impétuosité, et les vagues écumantes
élancées dans les airs semblaient découvrir le fond des abîmes à la
lueur des feux célestes.

Lucile, à demi-morte et me tenant la main, me dit d'une voix presque
éteinte:

  «Ami! le cours de notre vie est fourni; la mort va nous précipiter
  dans ces gouffres profonds; puissions-nous, du moins, nous y tenir
  embrassés et n'avoir qu'un seul tombeau!»

Quoique mon courage commençât à s'ébranler, je tâchai de la rassurer;
puis, recueillis l'un et l'autre dans le silence, nous nous tînmes
étroitement embrassés, en attendant que le cruel destin disposât de nos
jours.

Enfin la tourmente s'apaise, les nuées crèvent, une pluie abondante fond
sur nous, le globe argenté de la lune paraît derrière les nuages; sa
lumière tremblante brille sur la surface de l'onde agitée: les nuages se
dissipent, le ciel s'éclaircit, et le sombre azur de la voûte céleste,
semé de brillantes étoiles offre un spectacle enchanteur.

Bientôt nous eûmes sous les yeux un spectacle plus enchanteur encore.

A la blancheur de l'aube du jour s'était mêlée cette légère teinte d'or
et de pourpre qui devance le char de l'aurore. Le soleil s'élance de
dessous l'horizon, et semble faire sortir ses feux étincelants du sein
des eaux. A l'éclat de sa vive lumière, l'obscurité disparaît, les
ombres fuient, son disque se dégage, il s'élève, ses rayons se
projettent à grands flots sur la plaine liquide: l'horizon s'étend, et
la terre s'offre à notre vue.

Déjà le sommet des montagnes paraît doré, nous reconnaissons le rivage;
les vents sont enchaînés, la surface de l'eau ne paraît plus qu'une
glace unie, les bateliers forcent de rames, et nous entrons dans le
port.

Arrivés à Warzimow, nous nous séparâmes. Je pris congé de Lucile, qui me
fit promettre de revenir bientôt auprès d'elle.


_En continuation._

J'ai trouvé ce matin avec Lucile une parente éloignée de la comtesse que
je n'avais pas vue depuis longtemps.

C'est une jeune veuve, à cheveux noirs, à grands yeux bleus, à nez
aquilin, à lèvres vermeilles, à petite bouche, et à tout prendre d'une
assez jolie figure. Elle ne dit pas qu'elle cherche un mari; mais on le
devine.

Sans être belle, elle plaît beaucoup; elle a des manières libres et
aisées qui enchantent, et une certaine gentillesse dans l'esprit qui
enchante encore plus. Elle est de l'illustre famille des Bajoski et
passe pour avoir de grands biens.

Ne serait-ce point là ton fait?

De Lencici, le 15 mai 1769.



VII

SOPHIE BAJOSKI A SA COUSINE.


J'ai sous les yeux un couple d'amants heureux. Enveloppés des ombres du
mystère, ils se livrent en silence au plaisir de s'aimer; ils ne
paraissent avoir d'autre soin que celui de se plaire, et tout occupés
l'un de l'autre ils se suffisent à eux-mêmes.

Tu connais la maîtresse: la charmante Lucile. Je vais te peindre
l'amant.

C'est un jeune homme de moyenne taille; mais de la plus séduisante
figure du monde. A un teint brun et animé il joint de grands yeux bien
fendus pleins de vivacité et de douceur, une moustache naissante, une
bouche dessinée par l'amour, des cheveux d'un noir d'ébène, une jambe
faite au tour et une main douce, blanche et potelée.

Gustave (c'est son nom) est pétri de grâces; mais il n'a point ces airs
légers, tranchants, avantageux, comme tant d'autres jeunes gens, et il
n'en plaît que davantage.

Quoique d'un naturel vif et sensible, il est peu porté à la galanterie.
Il n'est pas fait pour chercher les bonnes fortunes; je ne sais même
s'il saurait profiter de celles qui se présentent. Il me semble si neuf
que je parierais tout au monde qu'il n'a encore cueilli que les
premières fleurs de l'amour.

Il est si épris de sa Lucile, qu'il n'a d'yeux que pour elle. Aux côtés
d'une autre femme il paraît mal à son aise et s'ennuyer beaucoup: mais à
ceux de sa belle, son oeil brille d'un feu divin, sa bouche sourit
amoureusement, toutes les grâces s'animent sur son visage, il est
charmant et enjoué.

Je suis assez familière avec lui, et je lui dis souvent le petit mot
pour rire; mais il n'entend pas malice.

Tu me diras peut-être que j'en suis amoureuse. Je ne sais; mais je
n'aime point à être longtemps sans le voir, je ne le revois jamais sans
plaisir et je cherche quelquefois à me trouver sur ses pas. Ce qui me
plaît le plus en lui n'est pas précisément sa beauté; son air novice a
quelque chose qui me flatte davantage et sa froideur auprès de moi pique
ma vanité.

Qu'il serait doux, Rosette, de lui toucher le coeur, de lui donner la
première leçon du plaisir amoureux.

Du château de Kamine, près Warzimow, le 20 mai 1769.



VIII

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Sirad.

Chaque fois que je vois Lucile, je découvre en elle quelque chose qui
m'enchante.

Jamais fille n'eut plus d'égards pour tout le monde; jamais fille ne
craignit plus de déplaire, mais jamais fille aussi ne sut mieux l'art de
concilier les prédilections avec les bienséances. Cet art qui fait
l'étude des coquettes, Lucile le sait sans l'avoir appris: je me trompe,
c'est l'amour qui le lui a enseigné.

Il faut que je te rapporte un petit incident qui a fait naître ces
réflexions; puisque je n'ai rien de mieux à faire pour le présent que de
t'entretenir, et que tu n'as (je pense) rien de mieux à faire non plus
que de m'écouter.

Nous avons passé la soirée avec plusieurs jeunes gens des deux sexes sur
les prés fleuris du Staroste de Tarzin.

Lucile, tu le sais, est belle sans ornements, et n'a besoin de rien pour
relever l'éclat de ses charmes: cependant elle est passionnée des
fleurs, elle en porte presque toujours; ce sont ses perles et ses rubis.

Quelques cavaliers qui connaissent son goût, se mirent à en cueillir. Je
suivis leur exemple. Le plus empressé à lui en présenter fut un jeune
seigneur français. Lucile accepte. Les autres vinrent ensuite à la file,
chacun avec son offrande. Elle voulut d'abord s'excuser, enfin elle se
rendit à leurs instances: mais de toutes ces fleurs elle fit un paquet
qu'elle garda à la main.

Tandis que ces agréables l'abordaient, mes yeux suivaient les siens sans
qu'elle s'en aperçût.

Vint mon tour. J'avais choisi à dessein quelques chétifs brins de muguet
que je lui présentai avec ce compliment:

  «Je suis fâché, ma Lucile, que chacun m'ait ainsi prévenu.»

Elle les prit, et les plaça sur son sein, en me jetant un regard tendre.
Que de choses obligeantes disait ce regard! Tous remarquèrent cette
distinction; quelques-uns même en furent jaloux.

  «C'est lui sans doute qui l'a rendue sensible?» disait à basse voix le
  plus piqué.

Je ne voulus pas toutefois jouir de mon triomphe à leurs yeux. Je
m'éloignai et cessai de regarder Lucile: mais c'était pour aller penser
à elle à l'écart.

Cher Panin! ses charmes me touchent; mais ses manières m'enchantent.
Tout ce qu'elle dit, tout ce qu'elle fait a les grâces de la simplicité;
et elle est si naïve qu'elle ne parle jamais que le langage du coeur;
mais en même temps, quelle délicatesse de procédés jusque dans les plus
petites choses. De quel prix elle sait rendre ses moindres faveurs!

Quand je l'entends louer par ceux qui la connaissent, ces louanges me
touchent plus encore que si elles m'étaient personnelles, et j'ai peine
à modérer ma joie: mais lorsque je pense que j'ai su toucher son coeur,
et que je suis l'objet de ses chastes feux, je ne puis réprimer mes
transports.

De Lencici, le 30 mai 1769.



IX

DU MÊME AU MÊME.


A Sirad.

A l'exemple de tant d'autres aspirants, je n'ai point fait la cour à la
mère pour obtenir la fille. Je ne sais même si la comtesse m'avait
d'abord choisi au fond de son coeur pour l'époux de Lucile. Mais elle a
vu notre inclination mutuelle naître et se développer sous ses yeux.
Jamais elle n'y mit obstacle et toujours elle me témoigna beaucoup de
bonté.

Au commencement j'avais pour elle cette espèce d'amitié, qu'ont
d'ordinaire les enfants pour ceux qui les caressent. Dès que j'ai fait
usage de ma raison, cette amitié enfantine s'est changée en vrai
attachement, que rien n'altéra jamais.

Cette respectable mère s'est chargée elle-même de l'éducation de sa
fille et pour mieux diriger son heureux naturel, elle en devint l'amie
et la compagne. Lorsque le coeur de Lucile commença à s'ouvrir à la
tendresse, elle en fut la confidente. Lucile n'avait rien de caché pour
sa mère, et je ne m'en cachais pas non plus.

Je ne voyais en elle qu'une amie, et même une amie si intime que si mon
coeur et ses vertus ne m'eussent sans cesse rappelé le respect que je
lui dois, sa familiarité me l'eût fait oublier. Ce n'est pourtant pas
qu'elle ne me reprenne quelquefois, mais c'est toujours sous l'air du
badinage qu'elle déguise ses leçons.

Malgré que je n'aie jamais eu lieu de me repentir de ma confiance, je ne
suis cependant plus aussi ouvert, et je m'en veux mal. A mesure que
j'avance en âge, il me semble que sa présence me gêne. Devant elle, mon
coeur n'ose plus s'épancher avec Lucile. Cela n'est pas étrange.
L'amour, dit-on, aime à s'envelopper des voiles du mystère.

Pourquoi toujours te tenir sur tes terres, cher Panin? Que ne viens-tu
nous faire une petite visite? Doutes-tu que nous n'ayons grand plaisir à
te voir?

De Varsovie, le 1er juin 1769.



X

DU MÊME AU MÊME.


A Pinsk.

Aujourd'hui il y avait assemblée chez le comte Sobieski; et, comme tu
peux bien croire, j'y étais invité.

Lorsque j'arrivai, la compagnie était déjà nombreuse; et il n'y manquait
pas de jolies femmes. Je ne sais de quel astre puissant elles sentaient
la douce influence: mais elles avaient toutes cet air de volupté qui
semble appeler le plaisir, et ce tendre babil qui captive les coeurs,
pour ne rien dire de leur ajustement, qui n'était sûrement pas fait pour
les rebuter.

Parmi ces coquettes je ne fis guères attention qu'à la Castellane
Bomiska. A la fleur de l'âge, elle joint une beauté si éclatante, des
manières si affectueuses, un air de langueur si attrayant, une voix si
touchante, des regards si parlants, et ce petit manége si propre à faire
des conquêtes qu'il est impossible de ne pas la distinguer. On dit que
dans sa jeunesse ses amies avaient coutume de la railler sur son air
d'innocence: mais elle a fait dès-lors quelque séjour à Paris; et
certes, elle n'a pas mal profité des leçons des Français.

Avant le dîner la conversation tomba sur quelques petites anecdotes qui
entretiennent la curiosité des oisifs de Varsovie.

La Castellane se mit à raconter les aventures galantes de la princesse
Gal... Elle assaisonna de tant de sel la malignité de ses réflexions et
répandit tant de grâce sur son récit qu'il devint très-amusant. On rit
beaucoup, puis l'on se mit à table.

Tandis qu'on servait le café, elle recommença ses propos badins.
Jalouses de sa beauté et de son esprit les autres femmes se retirèrent à
l'écart: nous fîmes un cercle autour d'elle, tous nos yeux attachés sur
cette belle bouche qui savait si bien débiter d'agréables petits riens:
les ris recommencèrent et l'on s'amusa encore beaucoup.

Comme l'on était à rire, les instruments qui commençaient à se faire
entendre nous appelèrent dans la grande salle. En y passant, je donnai
la main à cette aimable conteuse, et l'assurai qu'elle était charmante:
ce qu'elle n'eut pas de peine à croire.

Elle reçut ce propos galant avec une tranquille complaisance, comme un
hommage qui lui était dû.

Je me plaçai à son côté.

On n'attendait pour ouvrir le bal que Lucile; et comme elle n'arrivait
point, sa mère pria qu'on n'y fît pas d'attention Néanmoins, on attendit
encore quelque temps, et sur les instances de la comtesse, on commença
la danse. Ce fut par un quadrille.

Le jeune Lublin s'approcha de ma voisine et l'invita à danser avec lui.
En même temps trois autres cavaliers s'adressèrent aux plus jolies de la
compagnie. Quoique jeunes, lestes et bien faites, on n'eut cependant les
yeux que sur la Castellane. Que de précision, que de légèreté, que de
grâce dans les mouvements de cette séduisante figure! Quelle âme ses
regards donnaient à sa danse! Ses rivales voulurent par émulation donner
le même agrément à la leur: mais on ne vit qu'elle dans la fête.

Le quadrille fini, elle vint reprendre sa place; Lublin l'y suivit.

Que de femmes qui se piquent d'être belles et aimables, lui dis-je
doucement, doivent souffrir en votre compagnie. C'est un malheur qui
vous est attaché que celui de faire des jalouses, et ce malheur, je
crois, vous suit partout.

Vous aimez à plaisanter, répondit-elle en souriant et me serrant
doucement la main.

Te l'avouerai-je? A ses côtés, une certaine émotion s'était emparée de
mon âme: déjà j'aimais le doux poison qui coulait dans mes veines, et je
me surpris de nouveau à lui dire des douceurs. Je n'étais pas toutefois
si absorbé, que de temps à autre je ne cherchasse des yeux Lucile. Hé!
pouvais-je l'oublier?

Elle venait d'entrer et s'était mise sans bruit dans un coin. Je la
comparai secrètement à la belle danseuse et le parallèle fut tout à son
avantage.

Leur taille est à peu près de la même élégance, leur teint de la même
blancheur, leur physionomie également spirituelle. La beauté de Lucile,
il est vrai, n'est pas aussi régulière; mais elle a quelque chose qui
plaît davantage et qui plaît plus longtemps. Elle n'a point comme la
Castellane ce talent d'éblouir les yeux; mais elle a celui de captiver
les coeurs: elle n'a pas l'ombre de la coquetterie, ses manières ne sont
que le développement des grâces que la nature lui a prodiguées.

Elle n'a pas non plus cet air voluptueux qui éclate dans la contenance
de l'autre; son maintien est décent, réservé et l'on voit sur son visage
cette aimable pudeur qui est le plus grand charme de la beauté.

Déjà mon coeur était retourné vers elle, ou plutôt il ne l'avait point
quittée: je commençais à négliger la Castellane; mais je ne voulais pas
la planter brusquement.

Lucile s'étant aperçue de mon assiduité auprès de cette belle personne,
me fixait d'un air inquiet. J'étais charmé de son embarras et ne faisais
pas semblant de m'en apercevoir.

Comme je vins à lever les yeux, je rencontrai les siens, et elle me jeta
un de ces regards qui semblent pénétrer jusqu'au fond de l'âme. A
l'instant percé comme d'un trait, je sentis un cuisant remords de m'être
ainsi oublié. Je rougis de ma faiblesse, et me la reprochai comme un
crime.

Tandis que la réflexion empoisonnait ainsi le plaisir que j'avais goûté,
je n'attendais plus pour quitter la Castellane que la fin d'une
historiette qu'elle était à conter, et cette historiette ne finissait
point. J'avais de fréquentes absences; mais elle rappelait de temps en
temps mon attention par de petits coups d'éventail. Que faire? Il
fallait bien supporter de bonne grâce mon ennui.

Cependant un beau jeune homme, qui avait été introduit par un ami de la
maison, s'était approché de Lucile. Il avait pour elle tous les soins
d'une galanterie empressée et je surpris des regards qu'il n'était que
trop aisé d'entendre. Quoique mon impatience fût extrême, je pris le
parti de dissimuler; mais j'observais du coin de l'oeil tout ce qui se
passait.

Lucile ne cherchait proprement pas à lui plaire; elle n'était néanmoins
pas fâchée, je crois, d'avoir matière à se venger de ma négligence: elle
faisait semblant de l'écouter.

A peine avais-je détourné un instant la tête, que je le vis penché sur
le dossier de la chaise de Lucile, lui disant un mot à l'oreille. Elle
baissait les yeux et rougissait avec beaucoup de grâce.

Je croyais voir en lui un rival.

A cette idée, je sentis mon sang bouillonner dans mes veines; je parvins
cependant à cacher mon émotion.

Dès que je trouvai le moment de m'éloigner de mon éternelle conteuse, je
m'approchai de Lucile. J'aurais voulu lui parler; mais ce jeune importun
ne la quittait point. J'étais inquiet. Elle s'en aperçut, et se mit à
sourire. Mon inquiétude redoubla, et je me fis violence pour ne point
éclater.

Toute la soirée, j'eus à dévorer mon chagrin.

Lorsque la compagnie se fut retirée, j'abordai Lucile; elle avait les
yeux baissés et paraissait rêveuse. Nous n'osions nous regarder, mais
nous nous entendions sans rien dire, et chacun craignait de rompre le
silence.

Enfin je voulus lui parler; elle refusa de m'écouter; je voulus lui
prendre la main; elle la retira avec humeur; elle s'éclipsa ensuite et
ne se laissa plus voir du reste de la soirée.

Ces procédés me pénétraient de douleur, et je me retirai chez moi, en
maudissant pour la première fois la bizarrerie du sexe.

De Varsovie, le 15 juin 1769.



XI

LUCILE A CHARLOTTE.


A Tarzin.

Que tu es heureuse, Charlotte, de pouvoir t'amuser de tout! Tu ris, tu
chantes, tu folâtres, rien ne t'afflige; et il ne faut souvent qu'un
rien pour me faire pleurer.

Hier, je passai bien mal mon temps; tu pus t'en apercevoir; mais ce que
tu ne sais pas, c'est qu'après que tu fus partie, je le passai plus mal
encore. De toute la nuit je ne pus fermer l'oeil, tant mon âme est
agitée: je ne sais quand le calme s'y rétablira.

Ne remarquas-tu pas comment toutes ces femmes avaient cherché à paraître
jolies? Mais comme si ce n'était pas assez pour des coquettes de se
montrer dans tout l'éclat d'une parure éblouissante, elles avaient eu
grand soin de ne pas trop couvrir leurs charmes et de mettre en jeu
mille petits artifices innocents, ainsi qu'elles les appellent.

Parmi ces beautés pudiques qui se prodiguaient de la sorte, il y avait
une brune à grands yeux bleus, d'une figure assez intéressante, et qui
aurait même des grâces, si elle ne les gâtait à force d'affectation.

Pris-tu garde comme elle s'écoutait avec complaisance, se souriait à
elle-même, s'admirait avec volupté et ne cessait de s'applaudir de ses
charmes. Elle ne m'avait pas l'air non plus d'être fort cruelle. Quelle
mollesse dans sa contenance! Quelle liberté dans ses propos! Quelle
volupté dans ses regards!

Tous les cavaliers s'empressèrent à l'envi de lui faire la cour; et
c'était un plaisir de la voir au milieu de ses adorateurs leur
distribuer de petites faveurs. A l'un un sourire furtif; à l'autre un
petit coup d'éventail; à celui-ci un mot à l'oreille; à celui-là un
léger serrement de main. Que te dirai-je? C'est un parfait modèle de
coquetterie. Personne ne trompe son monde avec tant d'adresse et de
grâce.

Pourrais-tu le croire? Gustave lui-même but à la coupe de cette
enchanteresse et me laissa pour elle.

Quand elle fut partie, il revint à moi et voulut réparer dans le
particulier l'affront qu'il m'avait fait en public. Je le reçus d'un air
froid et réservé. Interdit, il balbutia quelques mots mêlés d'excuses et
de reproches; mais je me levai sans l'écouter et le plantai là.

Voici la première fois, Charlotte, que mon coeur connaît les craintes de
la jalousie.

Tandis que j'étais seule à rêver dans un coin, un jeune cavalier de la
compagnie qui paraissait peu se plaire aux contes scandaleux de cette
coquette, essaya, je pense, de me tirer de ma rêverie.

  «Vous avez sans doute, me dit-il en m'abordant, l'art de charmer le
  temps, puisque vous ne daignez prendre aucune part à la conservation.»

  «--Le temps me pèse peu, lui répondis-je; on m'a appris dès mon
  enfance l'art de le trouver court.»

Il se prévalut de cette réponse pour enfiler mon éloge; il me dit mille
choses obligeantes et ne quitta ses fades louanges que pour me fatiguer
par ses attentions.

Enchantée toutefois que l'occasion se présentât de mortifier Gustave, je
les reçus avec moins de répugnance, que je ne l'eusse fait en toute
autre rencontre. Je feignis même de l'écouter avec complaisance; mais je
craignais que Gustave ne pénétrât le motif secret du plaisir que
j'affectai de prendre.

Hélas! me serais-je jamais attendue d'avoir un jour à me venger ainsi de
lui? C'en est fait, je ne l'estime plus. Par quelle fatalité faut-il que
je l'aime encore? Mon coeur se révolte contre ma raison. Je voudrais
l'oublier, et malgré moi je soupire.

Peut-être entreprendra-t-il de se plaindre à son tour? Tandis que le
jeune homme qui était auprès de moi me tenait un propos flatteur, je
vins à jeter les yeux sur Gustave, et je le vis faire quelque agacerie à
ma rivale. Il ne me fut pas possible de résister aux émotions qui
s'élevaient dans mon coeur: bientôt je sentis mon visage tout en feu; je
baissai la tête pour cacher ma rougeur.

Mon voisin ne douta pas qu'il ne fût l'objet de cet embarras, il se
retira d'un air triomphant; et aujourd'hui j'en ai reçu une déclaration
d'amour.

Je ne sais comment faire pour me raccommoder avec Gustave; mais je sais
bien que je voudrais que cela fût déjà fait.

De Varsovie, le 16 juin 1769.



XII

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

L'amour naît dans un instant, et toujours sans peine: mais qu'il en
coûte pour le conserver!

Rien n'est si délicat. Sensible à l'excès, une bagatelle l'offense, la
réserve le blesse, la défiance le révolte, et les plus légères atteintes
lui deviennent mortelles. Voilà les peintures que nous en font les
poètes. Peintures trop vraies pour mon malheur.

Je me vantais un jour de n'en connaître que les douceurs et d'avoir seul
cueilli la rose sous l'épine: que les temps ont changé!

Lucile continue à prendre avec moi un air de froideur qui m'afflige,
elle évite de se trouver sur mes pas, et lorsque je veux saisir le
moment d'un tête-à-tête, à l'instant elle s'approche de sa mère sous
divers prétextes.

Ces procédés me font naître quelques soupçons. Serait-elle éprise de cet
inconnu? Il est jeune, aimable et d'une figure séduisante. J'ai suivi
Lucile de près; et chaque épreuve redouble mon inquiétude.

Hier je voulais absolument m'aboucher avec elle. Ne la trouvant point
dans sa chambre, je passai dans son cabinet de toilette; elle n'y était
pas non plus: mais je vis sur sa table une lettre et un bracelet à
portrait.

Je m'approche: quelle fut ma surprise, lorsqu'à ce portrait je reconnus
mon rival! Je ne pus résister à la tentation d'ouvrir la lettre, quelque
bas que me parût ce procédé; je la parcourus en tremblant: elle était
conçue en ces termes:

  «Qu'ils sont doux, mademoiselle, les moments qu'on passe auprès de
  vous; et que l'heureux mortel qui a su toucher votre coeur sait mal en
  profiter!

  »Peut-on admirer les grâces, la beauté, l'esprit, la vertu, sans
  désirer s'attacher votre personne? Au cas que votre coeur ne fût pas
  engagé sans retour, le mien oserait vous promettre l'amour le plus
  tendre.

  »Si je puis me flatter de quelque espoir, le prince Toninski mon
  parent fera les démarches nécessaires auprès du comte votre père.
  C'est à lui que vous aurez la bonté d'adresser votre réponse, que
  j'attends avec l'impatience de l'amant le plus sincère et le plus
  passionné.

  »Le bracelet que vous trouverez inclus, vous dira de qui vient ce
  billet.»

Je ne pouvais en achever la lecture; je sentais mon coeur se flétrir,
mon sang se glacer dans mes veines, et mes genoux se dérober sous moi.

Dès que je fus un peu revenu de ma consternation:

Il y a sûrement ici du mystère, m'écriai-je. C'est une trame que Lucile
me cache. Lucile infidèle! O ciel! Lucile, l'innocence même, la candeur,
l'ingénuité. Non, non, cela n'est pas possible... et cependant cela
n'est que trop assuré; autrement, pourquoi ce silence? Qui pourrait
l'avoir déterminée à me cacher ce qui se passe? Peut-être est-elle
piquée encore? Ah, que ne puis-je le croire!... Mais si ce n'était que
pique, les soumissions que je lui ai faites l'eussent désarmée; elle
n'eût pu tenir si longtemps contre mes soupirs et mes regrets. A la vue
des marques de mon repentir, elle eût pris pitié de moi, et m'eût rendu
son amour. Mais non: depuis qu'elle a vu ce nouveau venu, elle m'évite,
elle refuse de m'entendre, elle me rebute et s'efforce de me congédier.
Hélas! je le vois trop: elle voudrait m'éloigner pour se livrer en
liberté à celui qu'elle me préfère. Ah! je suis trahi, je n'en puis
douter.

Emporté par mon ressentiment, j'éclatais en plaintes amères, et je
cherchais à voir ma dissimulée maîtresse pour l'accabler de reproches
avant de lui dire adieu.

En descendant l'escalier, je trouvai sa femme de chambre.

  «Où est Lucile?

  «--A se promener dans le jardin avec la comtesse.»

J'y courus.

Chemin faisant, la réflexion vint à mon secours.

Pourquoi tant de précipitation? me suis-je dit. Peut-être je m'alarme
d'une chimère. Voyons du moins si elle est coupable; car s'il arrivait
qu'elle fût innocente, comment réparer jamais l'injure que je lui aurais
faite?

Dans cet instant, je l'aperçus.

Elle ne se douta pas de ce qui s'était passé. Je m'avance à sa rencontre
et l'aborde en dissimulant mon chagrin. Elle me témoigne plus de
froideur que jamais.

  «C'en est fait, disais-je en moi-même, elle a tourné vers mon rival
  ses voeux, et ne veut plus écouter les miens.»

Mon premier mouvement, si nous avions été seuls, aurait été d'éclater,
je n'osais cependant le faire en présence de sa mère, qui venait de nous
joindre.

Lucile, de son côté, s'efforçait de dissimuler, elle m'adressait souvent
la parole et voulait paraître gaie; mais son regard était vague, des
sourires forcés venaient se placer sur ses lèvres, et son enjouement
était affecté. Je n'étais pas dupe de ce retour de bon accueil.

  «La perfide, me disais-je tout bas, veut prévenir une explication en
  présence de sa mère; elle craint les éclats d'une rupture, elle
  tremble que je ne lui reproche sa perfidie.»

Je ne savais quel parti prendre. Une multitude de pensées affligeantes
se présentaient à mon esprit. Mes craintes ne me paraissaient que trop
bien fondées. Je ne doutais plus que Lucile n'aimât ce jeune homme. Je
ne pouvais me l'ôter de l'idée, je me le représentais toujours comme un
rival dangereux prêt à détruire mon bonheur; et dans la chaleur de la
passion, je formai le projet de l'immoler à mon amour, et de venir
ensuite expirer aux yeux de mon infidèle.

Après avoir fait deux ou trois tours de jardin, je prétextai quelque
affaire et me retirai bien résolu de ne pas laisser jouir mon rival de
son triomphe. A mon arrivée chez moi, j'ai donné ordre à l'un de mes
gens d'épier tous ceux qui iraient chez le comte.

S'il m'a enlevé le coeur de Lucile, du moins ne mourrai-je point sans
vengeance.

Je connais ton humeur, Panin; si tu ne me plains pas, garde-toi
d'insulter à mon infortune par des plaisanteries hors de saison, ou bien
nous sommes brouillés sans retour.

De Varsovie, le 19 juin 1769.



XIII

SIGISMOND A GUSTAVE.


A Varsovie.

Je viens de recevoir ta lettre du 19 de ce mois.

  «Ah! ah! m'écriais-je en la parcourant, le voilà enfin qui a bu dans
  la coupe amère. Le pauvre garçon!»

Cher Potowski, malgré tes menaces je ne puis m'empêcher de t'en
féliciter.

Lucile serait-elle donc lasse de son Gustave? Sur ma parole, elle en
trouvera difficilement un autre aussi bien partagé du côté de la figure;
et à coup sûr elle n'en trouvera point qui l'aime d'aussi bonne foi.
Mais elle a peut-être envie du titre de princesse; et que ne sacrifie
pas une femme à sa vanité!

Rien n'est plus faible, plus léger, plus vain que l'amour des belles; ce
n'est tout au plus qu'un goût passager; l'ivresse qui en fait le charme,
elles ne la connaissent point. Au charmant délire de deux coeurs qui
s'aiment, elles préfèrent le plaisir de faire des conquêtes, et jamais
on ne peut leur ôter ce fond de coquetterie que la nature leur inspire
presqu'en naissant.

Que tu connais peu les femmes! Le croiras-tu? Il en est qui s'amusent à
allumer les désirs de leurs adorateurs, pour le plaisir cruel de rire de
leur tourment. D'autres font métier de se jouer du malheureux qui les
adore, et d'accorder leurs faveurs au galant adroit qui affecte le plus
de les mépriser. D'autres, plus perfides encore, flattent nos désirs et
ne nous promettent que des douceurs, tant qu'elles se bercent de
l'espoir de nous captiver, mais une fois assurées de l'amant, elles
trompent cruellement l'époux. Enfin elles sont toutes également volages;
leurs yeux se promènent sans cesse sur de nouveaux objets, et leur coeur
est toujours prêt à se fixer sur celui qui flatte le plus leur ambition.

Ne va pas te fâcher, Potowski, si je te dis ce que je pense, des
procédés de ta Lucile. Je sais qu'elle est séduisante avec son air
d'ingénuité; on s'y laisserait prendre aisément. Mais elle a le coeur
tout aussi susceptible qu'une autre. Eh! crois-tu bonnement que la
nature ait dû faire un miracle en ta faveur?

Combien de fois je me suis diverti de ta simplicité lorsque tu
t'extasiais sur son amour! Ce n'était que pour tes beaux yeux qu'elle se
parait; elle ne cherchait à paraître aimable que pour te plaire; son
petit coeur ne palpitait que pour toi; et tu en étais bien sûr, car elle
te l'avait juré si souvent.

Hé bien! qu'en dis-tu? Pauvre dupe! Oui, consume-toi à présent auprès
d'elle; fais-lui bien des soumissions, pousse bien des soupirs, verse
bien des larmes, éclate bien en reproches, si cela peut te soulager.
Mais prends garde qu'à force d'être triste, inquiet, jaloux, tu ne
l'excèdes, et ne l'obliges enfin à prendre le parti de te congédier
nettement, si toutefois tu ne l'es pas déjà.

Le début de ta lettre m'a frappé; mais je n'ai pu m'empêcher de rire en
voyant la finale.

Se couper la gorge pour une femme! Cela est un peu violent; quoiqu'on se
la coupe souvent à moins. Ami, je te conseille de remettre la partie à
une autre fois et de prendre ton parti en galant homme.

Ton amante est jolie, j'en conviens; mais si tu l'as perdue, tu en seras
quitte pour en chercher une autre. Est-il dit qu'il faille toujours
aimer la même?

Que tu es encore enfant! Je voudrais bien une fois te voir un peu plus
raisonnable.

De Pinsk, le 25 juin 1769.



XIV

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Cinq jours s'étaient passés, lorsque mon émissaire m'apprit qu'il venait
d'apercevoir trois cavaliers postés dans le petit bois derrière le
palais du comte Sobieski; et à quelque distance, un carrosse attelé de
quatre chevaux.

Cette nouvelle ne me laissa plus de doutes sur le malheur que je
redoutais.

A l'instant je monte à cheval avec deux de mes gens, et nous allons à
l'endroit indiqué. Nous les aperçûmes de loin, qui se promenaient dans
le bois: mais pour les joindre plus sûrement, nous fîmes un détour, et
nous mesurâmes notre marche de manière à les rencontrer sans qu'ils
pussent l'éviter.

Nous n'en étions qu'à quelques pas, lorsque je reconnus mon rival.

A son aspect, je sentis ma colère s'enflammer: je m'avançai vers lui, et
lui demandai avec aigreur ce qu'il faisait dans ces lieux. Il me
répondit d'un ton moqueur en m'apostrophant de noms injurieux, et mit à
l'instant le sabre à la main.

  --Ce n'est qu'à toi que j'en veux, lui répliquai-je, et notre
  différent se décidera entre nous tout-à-l'heure: tes gens et les miens
  demeureront spectateurs.

Puis, tout-à-coup, fondant sur lui, je le blesse au bras droit, et le
désarme: il tombe de cheval en demandant quartier.

Le sang coulait à gros bouillons de la blessure, j'y apposai moi-même un
bandage, tout en lui reprochant sa perfidie. L'état de faiblesse où il
se trouvait me fit craindre qu'il ne fût blessé mortellement. Je versai
sur sa face un flacon d'eau de senteur.

Quand ses forces furent un peu ranimées, il entr'ouvrit les yeux,
souleva sa tête, et me dit d'un ton mourant:

  «J'ai peut-être quelques torts avec vous, et j'en suis bien puni, mais
  pourrais-je être à blâmer d'aimer ce qui est si aimable? Allez, je ne
  me reproche pas d'avoir voulu vous enlever votre maîtresse; mais de
  n'avoir su toucher son coeur.»

En même temps, il fit tirer une lettre de sa poche, qu'il me présenta.

Je l'ouvris, reconnus la main de Lucile, et lus ces paroles:

  «Je vous remercie, Monsieur, de l'honneur que vous me faites en
  m'offrant votre main; je ne puis l'accepter, un autre possède mon
  coeur. Ce soir votre bracelet vous sera remis par une personne de
  confiance.»

Je ne pouvais détacher mes yeux de dessus ce papier, je le relus
plusieurs fois, et chaque fois il jetait mon âme dans une étrange
agitation. Mille sentiments contraires semblaient la partager. Je
sentis, il est vrai, la jalousie s'éteindre dans mon coeur; mais ce
n'était que pour le sentir déchiré de remords. L'idée de mes procédés
envers Lucile me pénétrait de douleur et je n'osais penser à l'état où
j'avais réduit cet infortuné rival.

Tandis que j'étais en proie à ces affligeantes pensées, son bandage se
dérangea, il perdit beaucoup de sang, et ses yeux se couvrirent une
seconde fois des ombres de la mort.

  --Il expire! s'écria celui de ses gens qui était à lui soutenir la
  tête.

Arraché par ce cri à mes sombres rêveries, j'abaisse la vue sur ce corps
pâle et immobile: Je le crus sans vie. Dans l'excès de ma douleur, je me
jetai sur lui.

Je ne sais ce que je devins alors, mais je me suis réveillé dans mon
appartement. Peu après on est venu m'apprendre que la blessure du nonce
de Mazovie (c'est le titre de mon rival) n'était pas dangereuse. Cette
nouvelle m'a un peu tranquillisé.

A présent mon agitation est moins cruelle; mais je ne puis me défendre
d'une noire mélancolie, et tu penses bien quel peut en être l'objet.

Tu t'impatientes sans doute du récit de mes infortunes.

Il me semble te voir jeter ma lettre sur ta table, en levant les
épaules, et t'entendre dire d'un ton de pitié: Pourquoi me remplir la
tête de ses folies et de ses plaintes? Que ne fait-il comme moi.

Patience, cher Panin. Il y a temps pour tout. Avant de prendre congé de
l'amour, il t'a fait passer plus d'un mauvais moment. Tu étais bien aise
alors de verser tes chagrins dans le sein d'un ami. Ne trouve donc pas
mauvais que je fasse de même.

De Varsovie, le 27 juin 1769.



XV

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Tu as pris plaisir sans doute à alarmer mon amour, et à me tenir sur les
épines. Si ta lettre fût venue plutôt, elle m'eût fait une terrible
peur: mais tu ne jouiras pas de ta méchanceté.

Comme je m'abusai sur le compte de Lucile!

Ce que je prenais pour intrigue n'était que ressentiment, que dépit
simulé. Humiliée de mes attentions pour cette coquette, son âme sensible
s'est trouvée exposée aux premières atteintes de la jalousie et sa
délicatesse blessée ne lui a pas permis de chercher aucune explication,
ni même de me laisser entrevoir son chagrin.

Après ce qui s'était passé, je brûlais d'envie de voir Lucile; et
cependant j'avais peine à m'y rendre. J'aurais fort souhaité que
quelqu'un m'eût épargné l'embarras d'une explication avec elle.

Tandis que j'étais ainsi en suspens, la raison prit enfin le dessus.

  --Quoi donc, me suis-je dit, la mauvaise honte m'arrête? Je n'ai pas
  craint d'affliger Lucile si mal à propos, craindrai-je d'adoucir le
  coup cruel que je lui ai porté? Ah! quand l'amour n'attendrait pas de
  moi cette démarche, je la dois à la justice.»

Honteux de ma faute, et pénétré de regret, je me rends chez le comte
Sobieski. Ils avaient déjà eu vent de mon affaire.

Je me fais annoncer.

A peine étais-je au haut de l'escalier, que la porte s'ouvre, mon coeur
palpite: Lucile paraît.

Je n'osai lever ni les yeux ni la voix. Cependant elle s'avance et se
jette à mon cou. Je reçois ses embrassements d'un air confus. Étonnée
que je répondisse si mal à sa tendresse, elle recule quelques pas, son
coeur est prêt à éclater, ses yeux se remplissent de larmes, elles
roulent comme des perles sur ses belles joues qu'elles embellissent
encore.

  --D'où vient cet air sombre, Potowski, me dit-elle en sanglottant.
  Après une si longue absence es-tu fâché de me revoir? Que t'ai-je
  fait? Tu détournes les yeux...»

Tout ce que les grâces éplorées ont d'attendrissant était peint sur son
visage.

Comme je continuai à garder le silence, elle se laissa aller sur un
sopha, et se mit à pleurer amèrement. Mon coeur ne put soutenir cette
dernière atteinte. Je courus à elle.

  --Viens, chère âme de ma vie, lui dis-je, en la pressant contre mon
  sein, laisse-moi essuyer tes larmes.»

Lorsque mon coeur fut soulagé par les pleurs.

  «C'est moi, chère Lucile, repris-je, qui suis indigne de ta tendresse;
  et c'est le sentiment de ma faute qui a si longtemps retenu les
  démonstrations de ma joie. Pourras-tu me pardonner?»

Elle leva sur moi ses beaux yeux mouillés de larmes, et me tendit sa
main que je pressais longtemps contre mes lèvres.

Comme je poussais un profond soupir.

  «Ah, Gustave! pourquoi avoir ainsi exposé votre vie pour des riens?»

  --Des riens, Lucile, quoi! appelles-tu des riens de me voir enlever
  ton coeur?

  --Quelle illusion!

  --Du moins m'as-tu donné sujet de le croire par tes procédés
  repoussants. J'avais beau te demander grâce, soupirer, gémir, toujours
  je te trouvais inexorable. Voulais-je m'aboucher? cette faible
  consolation même m'était refusée. Tu as été piquée de quelques
  attentions que j'ai eues pour une évaporée; mais puisqu'elles te
  déplaisaient pourquoi ne me l'avoir pas donné à connaître? au moindre
  signe tu aurais vu combien peu j'en étais coiffé.

  --Était-ce à moi à vous prescrire ce sacrifice? Amants ou époux,
  l'infidélité est un privilége que votre sexe s'est réservé; que ne
  savais-je, si vous ne vouliez pas vous en prévaloir? Pourquoi m'être
  plainte? Il me paraissait inutile de courir après un volage qui me
  laissait pour la première venue, et je dédaignais de devoir à la pitié
  son retour. Ainsi forcée de supporter patiemment votre inconstance, je
  renfermai ma douleur dans mon sein, et gémissais au fond de mon coeur.

  --Ah! Lucile! peux-tu faire cet outrage à mon amour?

Elle parut fâchée de m'avoir fait sentir aussi vivement ma faute.
Cependant je me la reprochais plus vivement encore.

  «Hélas! disais-je tout bas, pouvais-je sous ses yeux m'occuper d'une
  coquette! Elle qui au milieu des assemblées les plus brillantes, et
  environnée de jeunes gens aimables, ne s'occupa jamais que de moi!»

Quand je fus un peu revenu de ma consternation:

  --Tu m'affliges, Lucile, repris-je, avec tes soupçons injurieux. Ah!
  de grâce, épargne ces regrets à ton amant, qui est au désespoir de se
  les être attirés.»

A ces mots, elle me sourit avec douceur, ses yeux s'attachèrent sur les
miens avec l'expression la plus naïve de la tendresse; je signai mon
pardon sur sa bouche, et mon coeur satisfait se livra de nouveau tout
entier au plaisir d'aimer.

A présent que l'orage est passé, je te permets, cher ami, de rire de moi
tout à ton aise.

De Varsovie, le 5 juillet 1769.



XVI

SOPHIE A SA COUSINE.


A Biella.

Je me sais retirée de la capitale où j'ai dessein de séjourner jusqu'à
ce que la Pologne soit pacifiée.

Mon château est trop près du théâtre de la guerre pour continuer à en
faire le lieu de ma résidence: peut-être, chère cousine, qu'une passion
bien différente de la crainte contribue encore à me déterminer de fixer
ici mon séjour.

Je ne connaissais pas l'amour, et déjà je croyais en avoir épuisé les
douceurs; je n'avais pas encore senti ces vifs élans, ces désirs
empressés, ce feu victorieux, cette invincible flamme qui porte le
trouble à nos coeurs et l'ivresse à nos sens.

Engagée contre ma volonté sous les lois de l'hymen, je haïssais sans
l'aimer le malheureux qui m'aimait. Je lui prodiguais mes froides
caresses comme je l'eusse fait au premier venu. Semblable à ces femmes
mercenaires qui font de l'amour un trafic honteux, mettent leurs faveurs
à prix et se vendent aux plaisirs d'un maître. Bientôt j'éprouvai entre
ses bras les horreurs du dégoût.

Longtemps j'eus à endurer ce martyre; enfin la mort eut pitié de mon
triste destin et rompit mes chaînes.

Une fois maîtresse de moi-même, je me vis de nouveau environnée
d'adorateurs et fis quelques conquêtes: mais j'avais le goût des
plaisirs sans l'embarras du choix: j'ignorais ce que c'est qu'être
amoureuse: Gustave seul me l'a appris.

Je croyais ne pas l'aimer; hélas! je sens que je l'adore. Que ne sait-il
l'état de mon coeur! Que ne puis-je le voir à mes genoux, plein de la
même ardeur m'exprimer sa tendresse! que ne puis-je dans mes bras lui
faire oublier l'univers!

Je le désire, mais que je suis loin de l'espérer.

Longtemps j'ai renfermé dans mon sein ce fatal secret; mais ma constance
est épuisée: il faut lui en faire l'aveu.

Je n'ose m'abandonner sans précaution au plaisir que j'ai de le voir et
de l'entendre. Plus ce plaisir est grand, plus j'ai soin de dissimuler.
En présence de sa belle, je ne me permets jamais le plus petit mot de
douceur; je commande à mes yeux mêmes de retenir leur langage: ma main
seule, en pressant furtivement la sienne, lui exprime quelquefois en
tremblant ma tendresse.

Ce n'est que dans le particulier que je cherche à lui faire démêler par
mes regards ce qui se passe dans mon coeur: mais il fait comme s'il ne
m'entendait pas; il n'est point touché de mes attentions; et quelque
agacerie que je lui fasse, il garde toujours auprès de moi un maintien
réservé. Non que la crainte de déplaire balance en lui le désir d'être
heureux; mais il n'est réellement point entreprenant: je ne crois pas
même qu'il y ait au monde de jeune fille plus novice.

Le croiras-tu? Au lieu de me rebuter, sa froideur ne sert
malheureusement qu'à approfondir l'impression qu'il a faite sur mon
coeur.

Deux mois s'étaient passés en légères tentatives sans succès, et je vis
bien qu'il fallait lui ménager de plus fortes épreuves.

Je ne te dirai pas tout le manége que j'ai employé depuis quelques
jours, pour allumer ses désirs et me faire attaquer.

Je veux seulement t'en rapporter un trait.

Jeudi dernier je me trouvai seule avec lui, et comme je le vis de fort
belle humeur, j'engageai la conversation sur les tours galants de la
palatine B..., qui font à Varsovie la nouvelle du jour, et je n'oubliai
pas d'appuyer sur la manière dont elle s'est arrangée avec son époux.

  --Cela est comique, observa-t-il en riant, d'être la confidente de son
  mari et le complaisant de sa femme.

  --Vous m'avouerez que c'est ce qui s'appelle se consoler en galant
  homme, lui dis-je en portant la main sur la sienne que je pressai
  doucement et en lui jetant un regard tendre. Quoi, si vous aviez une
  femme coquette, ne feriez-vous pas de même? Dès qu'on ne trouve pas le
  plaisir chez soi, il faut bien l'aller chercher ailleurs.

  --Quand on est de cette humeur, on fait bien de s'arranger. Que chacun
  vive à sa guise, j'y consens; mais je ne prendrai jamais de femme
  coquette, et je n'aimerai point que Lucile et moi en vinssions ainsi à
  nous passer nos torts.

  --Pourquoi non? quand l'usage et le bon ton vous y autoriseraient.
  Trouvez-vous donc que ce soit si mal fait que d'aimer le plaisir, et
  ce qui l'inspire. Il est doux de vivre au gré de ses désirs. Du moins
  conviendrez-vous qu'il est assez agréable de changer d'objet. Rien
  n'est si incommode que la fidélité. Avec elle l'amour n'est jamais
  sans alarmes. La jalousie, les reproches, les éclats, les pleurs,
  voilà son triste cortége.

  --Je ne sais, répliqua-t-il avec un ton de bonhomie qui me pénétrait.
  Je n'ai jamais aimé que Lucile, et je ne crois pas qu'il me fût
  possible de jamais en aimer d'autre.

Sa belle approchait, et elle m'eût surpris à lui dire des douceurs, si
je n'eusse bien vite changé de propos.

Je ne suis pas contente de ce début, comme tu le penses bien.

Cette première épreuve m'ayant si mal réussi, je veux lui en ménager une
seconde, plus propre à le mettre sur la voie. Peut-être est-il craintif
en public? Mais je verrai s'il a assez d'esprit pour se prévaloir de
l'occasion, et se dédommager dans le tête-à-tête. Les procédés galants
vont tout seul avec une jolie femme, quand on la trouve sans défense.

Adieu, chère cousine. J'ai en vue certain stratagème peu commun, et je
ne doute pas qu'il n'ait un succès complet.

De Varsovie, le 30 juillet 1769.



XVII

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Ce matin j'ai reçu la visite du nonce de Mazovie et jamais je ne fus
plus surpris.

Il avait l'air un peu défait. Je lui demandai des nouvelles de sa santé.

  --Je me porte aussi bien, répondit-il, qu'on peut l'espérer, d'un
  homme dans mon état. Vous voyez qu'il ne me reste qu'une légère
  roideur. (En même temps il remuait son bras). Il faut en convenir,
  j'en ai été quitte à assez bon marché.

  --J'en suis charmé; mais je l'aurais été bien davantage, que vous ne
  vous fussiez point mis dans ce cas.

  --Ma foi, c'est votre faute.

  --Comment cela, je vous prie?

  --Le voici. Ne vous rappelez-vous pas d'avoir passé la soirée, il y a
  deux mois environ, chez le prince Toninski?

  --Oui.

  --Ne vous rappelez-vous pas d'y avoir fait à la princesse l'éloge de
  la fille du comte Sobieski?

  --Oui.

  --Hé bien! dans la chambre voisine il y avait un jeune homme un peu
  incommodé, et ce jeune homme c'était moi.

  --Fort bien.

  --De mon lit j'écoutais votre conversation, et je n'en perdis pas un
  mot. Tout ce que vous racontâtes des charmes et des vertus de votre
  amante, alluma dans mon coeur un ardent désir de la voir. J'en
  cherchai l'occasion, qui se présenta bientôt dans la fête où nous
  fîmes connaissance. Au portrait que vous aviez fait de Lucile, je la
  distinguai entre ses compagnes; et, à vous dire vrai, je trouvai bien
  faible votre pinceau. Quelle figure intéressante! disais-je en
  l'admirant. Quelle élégante taille! Quel air noble! Quel teint de lis
  et de roses! Que de douceur dans les traits! Que de tendresse dans le
  regard! Que de finesse dans le sourire! Que de grâce dans les
  manières! Que de modestie dans le maintien! Je la considérais avec
  volupté et cherchais à démêler dans ses traits tout ce que je savais
  qu'elle devait avoir dans l'âme. Tandis que vous étiez à vous amuser
  auprès d'une coquette, Lucile alla se mettre dans un coin: je saisis
  ce moment pour lier conversation avec elle. Je l'abordai. Durant notre
  entretien, j'admirai la vivacité, la finesse, l'aménité de son esprit;
  je crus voir dans sa personne tout ce qui peut rendre heureux un homme
  délicat et sensible. A ses côtés, je sentis mon coeur plus puissamment
  attiré vers elle. Mon amour se développa même avec tant de rapidité et
  de violence, que j'oubliai un instant qu'elle avait un amant, et ne
  songeai plus qu'à me féliciter de cette inclination vertueuse. Mon
  illusion ne fut pas de longue durée. Mais comme nous sommes tous
  portés naturellement à nous flatter, soit folie, soit orgueil, je ne
  désespérais pas de vous supplanter. Je sentais bien que la chose
  n'était pas facile. Pour y réussir, il fallait faire ma cour, gagner
  la confiance, et devenir ami avant de prétendre au titre d'amant.
  C'eût été sans doute le parti le plus sage; mais ce n'était pas celui
  dont s'accommodait le mieux mon coeur impatient: je voulais aller vite
  en besogne. N'osant lui faire de bouche l'aveu du choix de mon coeur,
  je remis ce soin à ma plume: je lui offris ma main, et j'en reçus la
  réponse que je vous ai communiquée. La lettre de Lucile m'alarma.
  Cependant, quoique je visse bien que je ne devais pas compter sur un
  retour de tendresse, son refus ne fit qu'irriter mon amour, et égarer
  ma raison; en proie à ce délire, je ne songeai plus qu'aux moyens de
  la posséder à quelque prix que ce fût. Néanmoins la réflexion me
  revint pour un moment, et je raisonnais ainsi: Quoi, son coeur n'est
  plus libre? Irai-je donc épouser une femme qui ne m'aime point? Non,
  non, le souvenir de celui qu'elle aime la poursuivrait dans mes bras
  et ses froides caresses feraient mon supplice. Mais aussi renoncer à
  elle! mon coeur n'était pas capable de ce douloureux sacrifice. Quel
  parti prendre? Tandis que j'étais en suspens, un rayon d'espérance
  vint luire dans mon âme. Peut-être, me disais-je, son penchant pour
  mon rival n'est-il pas bien fort. Une fois à moi, son inclination
  changera. Les soins que je prendrai de lui plaire la forceront de
  m'estimer; puis je gagnerai sa confiance, son amitié; et quand on vit
  ensemble, de l'amitié à l'amour il n'y a pas bien loin. Je formai donc
  le projet de l'enlever, résolu d'y périr ou d'y parvenir. Vous savez
  le succès de cette téméraire entreprise. Que tout soit oublié,
  ajouta-t-il en me tendant la main; je ne veux plus troubler vos
  amours: j'étais votre rival, je serai votre ami.

  --J'accepte votre amitié pourvu qu'elle soit sincère, et que l'offre
  que vous m'en faites ne soit pas un artifice pour vous ménager la
  facilité d'en venir à vos fins. Et aussi y aurait-il peu à gagner de
  troubler mon bonheur: souvenez-vous qu'on ne m'enlèvera Lucile qu'avec
  la vie.

  --Je m'offenserais de vos soupçons injurieux, si je ne vous avais
  donné raison de vous plaindre de moi; mais souvenez-vous, de votre
  côté, que jamais mon coeur ne connut la dissimulation ni les vils
  détours. La faiblesse où me jette la perte de mon sang avait
  presqu'éteint ma passion pour votre maîtresse. Pendant ces moments de
  calme, j'ai fait des réflexions bien propres à m'en guérir
  entièrement. A présent j'ai l'âme tranquille: pour preuve de ma
  sincérité, je renonce dorénavant à voir votre amante.

  Puisque vous êtes si fort de bonne foi, je rougirais d'être moins
  généreux que vous. Non-seulement je n'exige pas que vous renonciez à
  voir Lucile, mais je vous demande le plaisir d'accepter ma soupe
  demain; vous dînerez avec elle. Lucile vous pardonnera aisément
  d'avoir voulu me l'enlever, en considération des motifs qui vous y ont
  porté, quoiqu'elle eût été au désespoir si vous aviez réussi; et vous
  ne serez fâchés ni l'un ni l'autre, je pense, de vous connaître un peu
  mieux.

Après quelques compliments de part et d'autre, il prit congé.

Que te dirai-je? Autant que j'en puis juger par cet échantillon, il me
paraît que ce jeune homme a reçu de la nature une âme susceptible des
plus vives passions, jointe à un caractère fort élevé. Il s'abandonne à
la fougue des désirs; mais il n'est pas toujours sourd à la voix de la
raison: il connaît le devoir et sait y sacrifier.

De Varsovie, le 11 août 1769.



XVIII

SOPHIE A SA COUSINE.


A Biella.

Hier je fis partie avec Lucile et son amant d'aller de bon matin voir la
chasse aux filets dans les champs de Dasco. A dire le vrai, je n'en
avais nulle envie. Je voulais seulement que Gustave vînt m'éveiller.

Quoique je n'aie pas à me plaindre de ma figure, et que je me fusse
contentée avec tout autre du simple attrait de mes charmes, il fallait
paraître jolie autant qu'il se pourrait. Je sautai donc en place au
lever de l'aurore, je fis ma toilette, et n'oubliai pas les doux
parfums; puis, j'allai me remettre au lit en attendant l'aimable garçon
après avoir eu soin toutefois d'écarter les rideaux afin de laisser
passage à la lumière.

Comme j'étais à rêver yeux ouverts, un domestique vint m'avertir qu'il
était temps de me lever. Peu après j'entends frapper à la porte de la
maison, c'est Gustave.

Déjà Lucile était à finir sa toilette; elle me croyait à la mienne; et
pour n'avoir pas à attendre, elle envoya Potowski me talonner. Je
l'entends monter. A l'instant je pousse la couverture au pied du lit, je
laisse sortir une jambe, et un de mes bras couronnait ma tête, ma gorge
était découverte; et un linceul négligemment jeté voilait le reste.

C'est ainsi à peu près que les peintres représentent la belle Ariadne
lorsqu'elle fut trouvée par Bacchus.

La porte de ma chambre s'ouvre. Il approche doucement, entr'ouvre les
courtines.

Je feignais de dormir, m'attendant de me sentir couverte de ses baisers.
Quel autre me trouvant dans cette attitude eût pu réprimer ses
transports amoureux? Mais ce froid mortel, le croiras-tu? ne me toucha
pas même du bout du doigt. A-t-on rien vu de si novice, de si sot, de si
impatientant?

  --C'est donc ainsi, belle dormeuse, dit-il tout haut, que vous prenez
  le frais?

Je fis semblant de m'éveiller en sursaut.

  --Ciel, m'écriai-je en ouvrant les yeux, que faites-vous ici!
  retirez-vous, Gustave!

Et comme si je fusse réellement honteuse d'avoir été surprise dans cet
équipage, je m'enveloppai de mes draps.

  --Je m'étais bien douté, reprit-il en riant, que vous êtes fort
  matinière.

Accablée de sa froideur:

  --Retirez-vous! lui criai-je une seconde fois, d'un ton dont il ne
  soupçonnait guères le motif.

  --Ne craignez rien, je vous laisse, mais faites vite: savez-vous qu'il
  y a une heure qu'on vous attend.

Il se retira et je me levai, piquée jusqu'au vif de sa froide légèreté.

Quelle est donc sa fascination pour cette fille?

Je suis aussi grande, aussi bien prise qu'elle; je ne lui cède point en
attraits, et je suis plus enjouée. Il lui trouve tous les charmes, des
grâces: mais c'est une beauté molle et inanimée. J'ai du moins de la
vivacité, moi. Il est enchanté de son humeur caressante; mais ses
caresses n'ont rien de piquant, rien de flatteur. Avec son air ingénu et
languissant, à peine dirait-on qu'elle a une âme sensible. Elle est si
insipide que je m'étonne qu'il n'en soit pas déjà dégoûté.

A peine avais-je fait cette vive sortie, que je fus tout-à-coup saisie
d'une espèce de remords.

Quel rôle bas je viens de jouer! Pour le captiver je cherche à corrompre
son coeur. Ah! si j'ai le malheur de réussir, qu'il me fera payer cher
les soins que je prends à le séduire. Insensée que je suis! Comment me
sera-t-il fidèle, si je lui ai fait un jeu de la fidélité et un
épouvantail de la vertu? Et puis quel agrément alors de lui être unie.
C'est de sa candeur autant que de sa beauté dont je suis si éprise: de
quel prix serait à mes yeux un coeur avili par les vices que je lui
aurai prêchés? C'est sa belle âme qui m'enchante, et je travaille à le
rendre indigne de moi. Le dispenser à présent des devoirs que je lui
imposerai dans la suite, quelle extravagance! Changera-t-il de moeurs en
changeant d'état? Les goûts frivoles et vils que je lui aurai inspirés
pour le détacher de sa belle, disparaîtront-ils devant moi? Non, pour
gagner son coeur, il faut paraître à ses yeux un objet plus digne que
Lucile. Hélas! je sens le ridicule, la bassesse de mes procédés; j'en
suis humiliée, et pour comble de malheur, mon faible coeur n'a pas la
force d'y renoncer. Par quelle fatalité faut-il que je suive encore un
parti que je condamne?

Comme j'étais enfoncée dans ces sombres réflexions, Lucile vint m'en
tirer. J'étais attendue.

La comtesse et son époux furent de la partie. La prise de tant
d'oiselets fournit divers incidents agréables. La joie fut vive et
brillante; mais mon coeur n'osait s'y livrer.

Sans cesse l'image de Gustave venait s'offrir à mon esprit agité. Cruel
garçon! que t'ai-je fait, pour troubler ainsi mon repos? Que suis-je
venue faire ici? Avant de t'avoir vu j'étais si tranquille! Je m'amusais
si bien!

Ah, ma chère, que le monde est insipide. Que ses amusements sont froids
pour un coeur épris comme le mien! Répandue dans les sociétés les plus
brillantes: sollicitée par tous les plaisirs, pourrais-tu le croire?
Oui, je n'envie que le sort de Lucile. Je voudrais plaire à son amant:
l'entendre dire qu'il m'aime serait toute mon ambition, et le soin de
faire son bonheur mon unique étude.

De Varsovie, le 1er septembre 1769.



XIX

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Tous mes voeux sont remplis, Lucile est à moi: nos parents, qui ont vu
naître notre inclination mutuelle, consentent à la voir couronnée. Mon
amour est à son comble. Je n'attends plus que l'heureux moment de le
consacrer au pied des autels.

Déjà tout se prépare pour la cérémonie, qui est fixée au 24 du mois
prochain.

Cher ami, renvoie ton voyage de quelques jours, et viens prendre part à
la fête.

De Varsovie, le 25 septembre 1769.



XX

SOPHIE A SA COUSINE.


A Biella.

Qu'il est difficile de toujours lutter contre un penchant qui plaît!

Longtemps j'ai tâché de vaincre ma passion pour Gustave: mais mon faible
coeur ne peut plus s'en défendre. Je ne puis vivre sans lui; à peine
puis-je être un jour sans le voir, et son absence ne m'est pas moins
pénible qu'à Lucile. Hé bien, il faut que je la supplante.

Hélas où mon esprit s'égare! Dans quel nouvel abîme je vais me plonger!
Ah! ma chère, que ne peut point la beauté sur une âme, puisqu'elle lui
fait oublier son devoir et le soin de son repos?

Pour posséder Gustave, il faut gagner la confiance de Lucile, se rendre
maîtresse de ses secrets, faire naître adroitement entre eux de la
jalousie, et les brouiller l'un avec l'autre. Quoi, j'oublierai la
pitié? Je serai fausse par système? J'irai d'erreur en erreur, de crime
en crime? Je me rendrai méprisable à mes propres yeux?

Mais que m'importe de vivre sans remords, s'il faut vivre infortunée!
Les maximes de mon siècle seront mon excuse. Ne m'as-tu pas dit toi-même
cent fois que la vertu n'est uniquement faite que pour les sots qui y
croient; qu'il ne faut avoir d'autre règle de conduite que son plaisir;
que la sagesse consiste à savoir jouir du présent, et que tout finit
avec nous. Tu n'as fait de ces maximes qu'une trop heureuse expérience:
depuis longtemps tu ne vis que pour toi. Que ne puis-je t'imiter, et
être aussi fortunée!


_P. S._ Il s'est élevé un différent entre les comtes Sobieski et
Potowski au sujet des confédérés. On craint une rupture. Lucile est dans
des transes continuelles dont je ne suis pas fâchée, et je ne sais
pourquoi.

De Varsovie, le 15 octobre 1769.



XXI

GUSTAVE A LUCILE.


Depuis quelque temps je vois avec chagrin les débats de nos parents au
sujet des confédérés. Déjà ils ont fait naître du refroidissement entre
nos familles; le jour de notre union est renvoyé, je ne puis plus te
voir aussi souvent que je le souhaite, et je tremble qu'à la fin cette
mésintelligence n'ait des suites funestes pour notre bonheur.

Hélas! nous touchons peut-être au moment d'être séparés pour jamais.

Chère Lucile, prévenons par un noeud indissoluble le coup fatal dont le
destin nous menace. Viens, âme de ma vie, viens, présentons-nous aux
autels de l'hymen, et qu'un doux lien nous unisse. Nous tenons encore
dans nos mains l'arrêt de notre sort: le laisserons-nous prononcer sans
retour?

O ma Lucile, ne ferme pas ton oreille à la voix de ton amant. Rends-toi
à son ardente prière, ouvre ton âme aux plus doux sentiments et
garde-toi bien de résister au plus puissant des dieux qui veut couronner
notre bonheur.

De la rue Neuve, le 27 octobre 1769.



XXII

LUCILE A GUSTAVE.


Tes craintes ne font qu'augmenter les miennes, et achever de porter la
mort dans mon coeur. Mais comment écouter tes conseils?

Une fille, sans être dénaturée, ne peut prévenir de la sorte le refus de
ses parents.

Tant que les auteurs de mes jours ne consentiront point à notre union,
les dieux s'y opposent. Si je n'avais à consulter que mon coeur, ils le
savent, cher Gustave, dès ce moment je serais à toi.

De la rue Bressi, le 28 octobre 1769.



XXIII

GUSTAVE A LUCILE.


Ce que je redoutais si fort est enfin arrivé!

Nos familles sont divisées: rien ne peut les réconcilier. Tu m'échappes.
Je ne puis soutenir ce revers; mon coeur se brise de douleur.

Ah! Lucile, que n'as-tu suivi mes conseils!

De la rue Neuve, le 29 décembre 1769.



XXIV

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Je touchais à l'objet de mes voeux. J'allais m'unir à Lucile. Comblée
des dons de la fortune, de la jeunesse, de la beauté, de la vertu, tous
ceux qui la connaissent enviaient mon sort. Que manquait-il à mon
bonheur? L'heure nuptiale était arrêtée. J'attendais mon épouse sous des
lambris dorés. Déjà la volupté faisait briller à mes yeux ses attraits
séducteurs, et mon coeur enivré de joie se livrait à ses transports.

Mais tandis que le plaisir s'offrait à mon esprit sous la plus flatteuse
image, le destin jaloux minait sourdement mon bonheur. Les feux de la
discorde, qu'il souillait de toute part, ont pénétré jusqu'au sein de
nos familles: il m'arrache ma maîtresse.

Hélas! mon bonheur s'est évanoui comme un songe. Ces riantes idées qui
enchantaient mon âme ont fini par devenir des pensées douloureuses; et
ce palais, qui devait voir deux époux couronnés, n'est plus qu'un temple
de deuil et de larmes.

La source de la joie est tarie dans mon coeur. Dégoûté du présent, je
redoute l'avenir et suis insensible à tout, excepté à ma douleur.

Aujourd'hui, cher Panin, le soleil s'est couché sur mon bonheur: à son
lever qu'il va me trouver malheureux!

De Varsovie, le 29 décembre 1769.



XXV

DU MÊME AU MÊME.


A Pinsk.

Ah! cher ami, que n'ai-je un père comme le tien! Cet homme aimable!
jamais il ne se livra à la fougue des désirs, et ne ferma son oreille à
la voix de la raison. L'expérience des choses du monde le rendit sage de
bonne heure, et le calme de son âme le garantit toujours de la folie des
partis. S'il en épousait un, ce serait sûrement celui de la justice. Sa
vertu est éclairée, et la sagesse seule semble le gouverner.

Mais le mien est emporté, fier, ambitieux; il ne connaît que ses
passions et ne compte pour rien le malheur d'un fils.

Le voilà maintenant à ne s'occuper que des mécontentements des factieux.
Il a épousé leur cause avec tant de chaleur qu'il s'est déjà brouillé
avec le comte Sobieski, et je tremble qu'il ne s'oublie au point de
prendre parti parmi eux, malgré tous mes efforts pour l'en détourner.


_P. S._ Malgré que mon père ait rompu avec le comte Sobieski, il ne m'a
point fait un devoir de suivre son exemple.

Quel motif peut l'avoir retenu? Serait-ce que sa haine ne s'est point
étendue jusqu'à Lucile? Serait-ce la honte de rétracter les éloges qu'il
en a faits, ou bien la crainte de porter le désespoir dans mon coeur? Je
ne sais. Je m'aperçois néanmoins qu'il n'est pas flatté que je continue
à la voir si assiduement.

De Varsovie, le 19 janvier 1770.



XXVI

SOPHIE A SA COUSINE.


A Biella.

Qui le croirait? Lucile me prend pour sa confidente et je suis sa
rivale. Me voilà donc maîtresse des secrets de son coeur, et cela sans
l'avoir cherché. Le sort pouvait-il mieux me servir?

La conformité d'âge et d'état, plus que celle de caractère nous avait
unies: la pitié a resserré ces noeuds.

Depuis quelque temps Lucile me découvre ses inquiétudes, et comme rien
n'est plus propre à gagner le coeur des malheureux que la part que l'on
prend à leur affliction; je parais si sensible à sa douleur et la flatte
si bien que cette fille crédule ne met plus de bornes à l'effusion de
son âme.

Je viens de prendre de secrètes mesures pour assurer la réussite de mon
projet; déjà j'ai commencé à les mettre en exécution et rien ne pourra
les déconcerter. Il semble que le destin lui-même ait pris à tâche d'en
hâter le succès.

Comme Lucile me parlait de la mésintelligence qui règne de plus en plus
entre son père et celui de son amant,

  --Vous voyez, lui dis-je, que Gustave ne se montre plus ici, que
  lorsqu'il est sûr de ne pas y trouver le comte. Qui sait si les
  sentiments de la comtesse à son égard ne s'altéreront pas aussi? Pour
  l'intérêt de votre amour, Lucile, il serait à propos de ne plus en
  faire votre confidente; l'aveugle confiance que vous avez en elle
  pourrait bien un jour entraîner la ruine de votre bonheur. Croyez-moi,
  ne lui faites plus voir les lettres que vous recevez de Gustave, et
  qu'il ne vous en écrive plus que sous le couvert de quelque personne
  sur qui vous puissiez compter.

  --Je n'eus jamais rien de caché pour ma mère, me répondit-elle, et
  jamais je n'eus lieu de m'en repentir.

  --Que vous connaissez peu le monde, Lucile! Il y a trois mois qu'on
  préparait vos habits de noces; eussiez-vous dit alors que vous seriez
  aujourd'hui sur le point de perdre votre amant?

  La malheureuse m'écouta; je connaissais son âme, elle n'examina rien,
  et comme si ce n'était pas assez de s'en laisser imposer, elle-même me
  chargea encore de ce fatal office.

  --Vous nous permettez donc de nous servir de votre couvert.

  --Si vous ne trouvez personne plus digne de votre confiance, Lucile,
  je n'ai rien à vous refuser.

  --Qui plus que vous? ma chère Sophie.

Quelles obscures intrigues je nourris sous ses yeux!

Pour mieux abuser de sa confiance, j'affecte que ses intérêts me sont
chers; j'en atteste l'amitié: mais loin d'en remplir les devoirs, je la
trahis, je l'immole à mon amour. Eh! avec quel front? Je lui souris, je
la flatte, je la caresse, tout en lui préparant des soupirs, des larmes
et des regrets. Enfin, ce qui est le comble de l'artifice, je lui montre
un visage abattu, et puis je ris en secret des maux que je lui ai faits.

Ah! je n'ose y penser.

De Varsovie, le 26 janvier 1770.



XXVII

GUSTAVE A LUCILE.


Tout est perdu. Mon père s'est enrôlé dans le parti des confédérés et il
parle de me faire suivre son exemple.

Non, non, chère Lucile, je ne te quitterai pas. Plutôt mourir que de
m'éloigner de toi. Mon père n'est pas impitoyable. Pour m'arracher de
tes bras, il faut qu'il me donne la mort.

Je vais lui parler; pourra-t-il ne pas être touché de mes larmes? Je me
jetterai à ses pieds, j'embrasserai ses genoux, et ne le laisserai point
qu'il ne m'ait permis de rester. S'il refuse, c'en est fait, je renonce
à la vie.

De la rue Neuve, le 25 février 1770.



XXVIII

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Mon père vient de s'enrôler dans le parti des confédérés. J'en suis au
désespoir; mais je ne peux sans indignation l'entendre justifier sa
démarche.

Que les hommes sont petits jusque dans leurs injustices! Ils n'ont pas
le courage de s'avouer les vils motifs qui les font agir; il faut
toujours qu'ils les masquent à leurs propres yeux, crainte d'en
apercevoir toute la difformité.

Pourquoi attribuer au devoir ce que l'on ne fait que par passion? Eh!
qui ignore la source des malheurs qui nous affligent? Hélas, n'est-ce
pas toujours ces vieilles semences de discorde qui depuis si longtemps
désolent la malheureuse Pologne et la minent lentement: ce poison des
préjugés religieux, ces rivalités nationales, ces vues ambitieuses des
factieux? Presque toujours l'État a été divisé en deux partis, dont le
plus fort n'a jamais régné que par la violence. Les dissidents n'ont-ils
pas toujours été opprimés?

Je ne veux pas justifier la Russie d'avoir épousé leur cause avec tant
de chaleur et d'en être venue à des voies de fait contre quelques-uns de
leurs adversaires: mais les confédérés ne sont-ils pas visiblement dans
le tort?

                   *       *       *       *       *

Les dissidents demandaient le libre exercice de leur religion et
l'entrée aux emplois publics. Eh! quoi de plus juste, cher Panin, que de
les rétablir dans des droits dont ils étaient en possession depuis
plusieurs siècles, et dont ils ont été injustement dépouillés au
commencement de celui-ci? Pourquoi avoir voulu maintenir comme lois
d'État des abus introduits par l'oppression? Mais quand les dissidents
n'auraient jamais joui de ces droits, que demandaient-ils qu'ils ne
fussent autorisés à prétendre? N'est-il pas bien raisonnable que chacun
puisse servir son Dieu à sa manière, et que tout citoyen ait part aux
avantages d'un gouvernement dont il aide à supporter la charge?

L'ambition, l'envie, la haine, le fanatisme, le ressentiment, le désir
de vengeance couverts des spécieux prétextes de religion et de justice,
voilà quelles sont aujourd'hui, parmi nous, les vraies semences de
discorde. Elles eussent d'abord éclaté en dissensions civiles, sans la
crainte des armes de la Russie; mais elles fermentèrent longtemps en
silence, et quand elles eurent bien fermenté, toutes ces passions
suspendues comme un torrent arrêté par une forte digue, rompirent leur
cours au moindre choc.

L'interrègne qui suivit la mort d'Auguste III fut l'avant-coureur de la
tempête.

Le mécontentement des ambitieux, à qui la crainte avait extorqué leur
suffrage en faveur du nouveau roi ne tarda pas à éclater. Ils se
déchaînèrent contre lui et commencèrent à répandre sourdement les feux
de la sédition.

Je ne veux pas non plus justifier l'impératrice d'avoir forcé les
suffrages des électeurs et fait tomber le choix sur une de ses
créatures. Mais Poniatowski en vaut bien un autre, de l'aveu même de ses
ennemis. Il est plus instruit que les nobles ne le sont généralement
parmi nous; il est moins ami de la crapule; il est d'un naturel doux,
humain, généreux, et il aime les arts et la paix. Ceux qui s'élèvent
contre lui et qui voudraient lui arracher sa couronne, auraient-ils
choisi mieux? Est-ce la vertu qui décide des voix à la diète? N'est-ce
pas, au contraire, le crédit et la force.

On voit les membres de ces honteuses assemblées traiter des affaires
d'État, glaive en main; on y voit les plus intrigants et les plus
accrédités proposer ce qui leur plaît, et le plus fort arracher au plus
faible son consentement.

Les mécontents, qui travaillaient à exciter des soulèvements dans
l'État, eurent recours au prétexte obscur de la religion et projetèrent
d'envelopper le monarque dans la destruction de leurs ennemis. Ils
mirent donc en jeu les prêtres, toujours prêts à enflammer les esprits
au nom du Dieu de paix. Bientôt le fanatisme représenta les malheureux
dissidents comme les ennemis de la divinité. On refusa à ces sectaires
l'entrée aux diètes, l'admission aux délibérations nationales et les
autres droits de citoyens.

Opprimés dans leur patrie, ils eurent recours à leur protectrice, qui
sollicita vivement la république de les rétablir dans leurs droits. Ces
sollicitations ne furent point écoutées. Dans l'espoir de briser leurs
chaînes les dissidents formèrent une confédération. L'impératrice les
prit sous sa protection, mais elle invita en même temps les nobles
Polonais de s'assembler extraordinairement pour remédier aux désordres
de l'État.

Aussitôt il se forma des confédérations particulières, et afin d'obvier
aux malheurs de l'anarchie, ces confédérations se réunirent en une
seule, qui demanda le rétablissement de l'ordre public à une diète
protégée par la Russie.

La diète s'étant assemblée, l'impératrice y fit proposer d'entretenir
perpétuellement en Pologne un corps auxiliaire de troupes russes pour le
maintien de la tranquillité publique.

Quelques sénateurs frondèrent contre cette proposition. Dans les
diètines, ils ne cessaient d'enflammer les esprits. L'ambassadeur de
cette princesse à notre cour, qui éclairait leurs démarches, les fit
arrêter de nuit.

A l'instant les factieux, pensant qu'il n'y avait point de temps à
perdre, sonnèrent l'alarme et se soulevèrent de toute part. Chaque jour
on entendait parler de quelque nouvelle conjuration. Enfin, on vit de
tous côtés les mécontents prendre les armes, porter le fer et le feu
dans les entrailles de leur patrie et commettre les plus horribles
excès.

Voilà l'ouvrage de ces factieux qui se parent du beau titre de
patriotes. Ah! si les dieux sont justes, ils ne doivent attendre de leur
inique entreprise que la mort ou la honte d'être vaincus, la misère et
les fers.

Pourquoi faut-il que mon père se soit enrôlé dans leur parti!

Ah! cher Panin, l'indignation s'élève dans mon coeur. Je suis en proie à
la tristesse, et dans l'excès de ma douleur je foule aux pieds cette
terre, où il faudra peut-être bientôt m'arracher à ce que j'aime.

De Varsovie, le 30 février 1770.



XXIX

SIGISMOND A GUSTAVE.


A Varsovie.

Comme je te savais content, et que je n'avais rien de particulier à te
marquer, je ne t'ai pas donné de mes nouvelles depuis quelques mois.

Voilà donc un nouvel orage qui s'amasse sur ta tête.

Cher ami, je te plains, c'est tout ce que je puis à présent pour ton
service, d'autres te prêcheraient bien fort la patience: mais on me l'a
si souvent recommandée en vain, que c'est aujourd'hui pour moi un remède
décrié. Lors néanmoins que tu seras un peu mieux disposé à entendre
raison, je te dirai que c'est le sort des amours d'être accompagnés de
traverses, et que tu ne dois pas prétendre être le seul exempté de la
commune loi. Au reste ta douleur n'est pas bien forte, puisqu'elle te
permet encore de philosopher tout à ton aise, non toutefois sans un peu
d'humeur et beaucoup de prévention.

Il est dur, je le sens, mon cher Potowski, d'être obligé de sacrifier le
bonheur de sa vie aux volontés d'un père: mais ne va pas t'imaginer que
les confédérés soient aussi à blâmer que tu le prétends.

Il faudrait être bien aveugle pour ne pas s'apercevoir que nos malheurs
sont l'ouvrage de la czarine. C'est elle qui a excité sous main les
dissidents à réclamer leurs prérogatives et à implorer son secours.
C'est elle qui a mis de force la couronne de Pologne sur la tête d'une
de ses créatures, et c'est elle aujourd'hui qui par le fer et le feu
nous force de subir aujourd'hui le joug.

Je conviens avec toi que les dissidents ont raison de prétendre rentrer
dans leurs droits. Ils en ont été dépouillés injustement: mais observe
qu'il y a près de soixante ans. D'abord ils se récrièrent fort et
implorèrent le secours des puissances voisines. Celles qui étaient le
plus intéressées à maintenir leur religion en Pologne, se contentèrent
de solliciter la république de rétablir les dissidents dans la
jouissance de leurs droits. Bien que leurs sollicitations ne fussent
point écoutées, elles n'ont point pris fait et cause. Il n'y a que
Catherine qui, par un principe d'humanité et pour des vues purement
chrétiennes, comme elle le dit et comme tu as la sottise de le croire,
se soit armée pour eux. Lis attentivement, je te prie, sa déclaration
faite en 1766 au roi et à la république. Après avoir menacé tout
Polonais qui attaquerait les dissidents de le traiter en séditieux et en
ennemi de l'État, elle proteste qu'elle se croit au-dessus de tous les
soupçons par lesquels on pourrait lui prêter des vues particulières
contre l'indépendance et les intérêts de la république. (Je le crois, et
certes elle n'est pas accoutumée à rougir pour si peu de choses); puis
elle déclare qu'elle n'a formé aucune prétention contre la Pologne; que
loin de chercher dans les troubles qui l'agitent son agrandissement
personnel, elle ne veut que les calmer: que si contre ses intentions
l'esprit de discorde allume une guerre civile ou une guerre étrangère
qui menace les possessions de la république, S. M. I. les lui garantit,
et rejettera tout traité de paix qui renfermerait des articles
contraires à cette volonté. L'événement, Gustave, t'apprendra combien
peu une tête couronnée se fait de peine d'en imposer, et avec quelle
bonne grâce elle sait mentir. En attendant faisons quelques
commentaires.

Dupes de ces protestations ou plutôt intimidées par les horreurs de
l'anarchie, les confédérations particulières se réunirent en une
confédération générale pour demander le rétablissement de l'ordre public
à une Diète protégée par la Russie.

Les nobles Polonais firent même la sottise d'envoyer à la czarine quatre
ministres plénipotentiaires pour: «La remercier en leur nom de l'intérêt
qu'elle daignait prendre au rétablissement de la forme de la république,
et la supplier au nom de toute la nation d'accorder sa garantie à ce qui
serait statué par les membres de la Diète, pour le maintien de la paix
et la conservation des droits de tout citoyen.»

Cependant la czarine fit assurer de nouveau la république de tout
l'intérêt qu'elle prenait en qualité d'amie et d'alliée aux troubles qui
l'agitaient. Des plaisants pourraient observer que cet intérêt était
effectivement bien vif; laissons-les s'égayer; c'est du sérieux qu'il te
faut.

Tout allait donc bien comme tu vois: mais ce n'était pas cela que
demandait notre bonne voisine. Car la Diète ne fut pas plutôt assemblée,
qu'elle y fit proposer d'entretenir perpétuellement en Pologne un corps
auxiliaire de troupes russes, pour le maintien de la tranquillité
publique.

Quoique Auguste II et Pierre Ier en fussent convenus par le traité de
Birzen, cette proposition tendait trop visiblement à l'asservissement de
la nation pour passer sans opposition. Elle aurait passé cependant si
quatre vrais patriotes ne s'y fussent opposés, et n'eussent tâché d'en
faire apercevoir le danger à leurs concitoyens.

L'ambassadeur russe auprès de la république éclairait leurs démarches,
et dans la crainte qu'ils ne missent obstacle aux projets de sa
souveraine, il les fit arrêter de nuit à Varsovie par des troupes
impériales.

La consternation fut générale.

Le roi et la Diète assemblée enjoignirent à leur résident à
Saint-Pétersbourg, de demander l'élargissement des sénateurs arrêtés, et
pour l'obtenir, d'employer auprès de l'impératrice tout le poids que
pourrait avoir la prière d'un roi ou d'une nation.

Leur élargissement eût apaisé les esprits, mais on voulait les
enflammer.

Après avoir exercé un acte inoui de souveraineté, au milieu de la
capitale d'un État étranger, la Czarine prit un ton tendrement insolent.

A tant de basses soumissions qui lui avaient été faites, elle répondit:
«Qu'elle ne pouvait se rendre aux prières du roi et de la république,
sans renoncer à leur rendre le service le plus réel.» (La bonne âme!)
«Qu'étant sûre de ses principes, sa conduite doit être conséquente. Que
son ministre en Pologne a exécuté ses ordres.» (Oh! je le crois.) «Et
n'a rien fait qui n'ait été publiquement annoncé dans les délibérations
de S. M. I.» (Il n'en fut jamais question.) «En faisant arrêter quatre
séditieux indignes des regrets de leur nation. Que les rendre à la
république, c'est la leur livrer.»

(Note s'il te plaît, que du nombre de ces quatre prétendus séditieux se
trouve un vieillard infirme, et un jeune homme à peine sorti de
l'enfance, personnages fort à craindre assurément.)

Cette réponse fit ouvrir les yeux au gros de la nation, et souffrir
impatiemment la présence des troupes russes.

Pour étouffer ces murmures, de nouveaux renforts arrivèrent de Russie,
malgré qu'on n'eût stipulé que sept mille hommes de troupes auxiliaires.

Cependant la Diète se termina par un traité solennel, fait sous la
garantie de la Russie.

Les dissidents furent rétablis dans leurs droits. Tout semblait pacifié,
mais de ce calme apparent devaient bientôt sortir les feux des
dissensions civiles.

Les Russes favorisaient leurs protégés d'une manière affectée. Ceux du
parti opposé, alarmés des desseins de la Czarine se consultèrent. Il se
forma de toute part des confédérations, et l'on vit la moitié des
citoyens déclarer la guerre à l'autre moitié.

L'amour t'aveugle, cher Gustave; et cela n'est pas étrange, puisqu'il a
fait déraisonner tant de sages: mais il n'est que trop certain que
Catherine II cache sous des prétextes artificieux des vues ambitieuses.
Elle suit un projet formé depuis longtemps par ses prédécesseurs.

Pourquoi entretenir des troupes en Pologne, si ce n'est pour l'asservir?
Pourquoi ces nouvelles légions qui viennent inonder les terres de la
république, si ce n'est pour retenir par la terreur des armes ceux qui
voudraient s'opposer à ses desseins? Quoi, tout cet appareil formidable
ne serait que pour soutenir un petit parti qui l'intéresse peu, si même
il l'intéresse du tout? Et ces actes de souveraineté exercés chez une
puissance étrangère ne seraient que le devoir d'une puissance alliée?
Non, non, ce sont autant de présages de la servitude qu'on nous prépare.

Tu me fais rire avec ton éloge du protégé de Catherine. Poniatowski, je
l'avoue, n'a aucun vice fort à craindre dans un monarque, surtout dans
un monarque polonais qui n'a guères que le nom et le faste d'un
potentat; mais il n'a aucune des vertus que doivent avoir les rois.
Faible, inappliqué, sans fermeté, sans courage, sans soin des affaires
de la nation et sans amour pour ses peuples; on va commencer son règne
par des fêtes, et il continuera de même.

Mollement endormi sur le trône, ou occupé de soins frivoles, il consume
en délices ses gros revenus, rassemblant autour de lui une troupe
d'artistes, de comédiens, de baladins, de virtuosi de toute espèce, et
passe son temps à régler les décorations d'une scène, l'habillement d'un
acteur, l'économie d'une toilette, quand toutefois il n'est pas à
languir dans les bras d'une femme. Ce n'est pas là, tu dois en convenir,
le devoir d'un prince, quoique ce soit malheureusement le métier de la
plupart des rois.

Encore si se réveillant de sa léthargie au bruit des dissensions
civiles, renonçant à sa honteuse mollesse, et rappelant à son esprit la
dignité de son emploi, il eût cherché à prendre de sages mesures pour
apaiser les esprits irrités; ou du moins, si se reposant fièrement sur
son courage, et se mettant à la tête de ses partisans, il eût essayé de
soumettre les séditieux. Mais non, tranquille au fond de son palais, il
voit d'un oeil apathique ses États envahis et ses sujets s'entr'égorger.

Funestes dissensions! Quoique je n'aie point épousé de parti, déjà j'en
ai goûté les fruits amers. La plupart de mes parents, comme de faux amis
dont la tendresse s'est changée en haine, s'élèvent contre moi et
déchirent le sein qu'ils ont caressé. Mais ce n'est pas là le plus fort
de mes chagrins. Je vois avec effroi les malheurs prêts à fondre sur la
Pologne.

Cher Potowski! quel Dieu bienfaisant aura pitié de nous?

L'avenir me fait trembler, le présent m'humilie lors même que nous
n'aurions rien à craindre de l'ambition de nos voisins.

Semblables à des enfants mutins qui ne savent pas se conduire eux-mêmes:
des étrangers viennent s'interférer dans nos démêlés, faire la loi chez
nous; et il faut que nous le trouvions bon. Si nous nous récrions, on
nous menace du fouet. Ce n'est pas que ces médiateurs officieux
s'embarrassent aucunement de notre bonheur: mais il est doux de
commander chez les autres, et ils satisfont leur orgueil à nos dépens.

Pour un vaste empire comme le nôtre, quel triste rôle nous jouons dans
le monde!

Mais c'est notre faute. Nous vivons dans une espèce d'anarchie. Nous ne
savons ce que c'est que de nous soumettre à la justice. Pour des riens
nous avons recours au fer; et des affaires, souvent peu importantes,
nous réduisent aux plus fâcheuses extrémités. Que si au lieu de nous
entre déchirer, nous tournions nos armes contre nos ennemis communs,
nous nous ferions respecter, nous serions en état de faire la loi chez
les autres: au lieu d'être forcés de la recevoir honteusement chez nous.

De Pinsk, le 3 mars 1770.



XXX

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Il y a quelques jours que mon père me fit sentir que je devais me
disposer à entrer en campagne avec lui. Je me flattais que la chose
n'était pas si sérieuse, qu'il le faisait paraître. Toutefois, pour ne
pas lui donner lieu de s'expliquer plus clairement, je ne témoignai
aucune répugnance, mais j'évitai de me trouver tête à tête avec lui: je
fis même une partie de chasse sur la terre de Minsko.

A mon retour, il ne me parla de rien: je croyais son projet oublié, et
déjà je commençais à me livrer à la joie. Mais qu'elle a été de courte
durée!

Hier matin, il entra dans ma chambre et me demanda si mes préparatifs
étaient faits; il ajouta qu'il n'attendait que moi pour partir.

  --Ha, mon père, m'écriai-je d'un ton de désespoir, je mourrai plutôt
  que de quitter Lucile: arrachez-moi la vie; mais n'exigez pas de moi
  ce cruel sacrifice.

A peine avais-je achevé ces mots qu'il me dit avec aigreur:

  --Fils indigne du père qui t'a donné le jour: voilà donc comment tu
  soutiens l'honneur de ton nom. Quoi, lorsque l'orgueil d'une princesse
  étrangère attente à la liberté de l'État; lorsque des ambitieux nous
  dépouillent des honneurs qui nous appartiennent en propre, et que des
  ennemis cruels ont résolu la perte de ton pays, tu ne te prépares pas
  à le venger?

Je ne répondis que par mon silence. Dieux quel combat s'éleva dans mon
faible coeur entre l'amour et la nature?

  --Allons, Gustave, décide-toi; obéis ou renonce à ma tendresse.

Le trouble de mon âme me tenait immobile, je n'avais pas la force
d'ouvrir la bouche.

  --Quoi, tu balances entre une maîtresse et ton père?

  --Vous me percez le coeur.

  --Hé bien, reste, fils dénaturé, mais crains ma malédiction.

A l'ouïe de ces paroles terribles, je croyais sortir d'un sommeil
douloureux, je gardais le silence; enfin je revins à moi, et je
répondis:

  --Non, mon père, je ne veux pas me charger de votre malédiction: et
  puisque l'honneur m'enchaîne à vos destinées, je suis résolu de vous
  suivre. La seule grâce que je vous demande, c'est de me donner le
  temps de préparer Lucile à mon départ.

  --J'entends, tu espères qu'en tirant en longueur tu pourras me
  fléchir. L'indigne fils que j'ai! Te voilà vaincu par les charmes
  d'une fille, par les attraits d'une vie lâche et voluptueuse! Sont-ce
  là des sentiments dignes de tes ancêtres?

  --O mon père, pardonnez à ma douleur; maintenant je ne puis que
  m'affliger; peut-être dans la suite serai-je plus disposé à me montrer
  digne d'eux. Laissez-moi un instant pleurer Lucile; vous savez mieux
  que moi combien elle mérite d'être pleurée.

En prononçant ces mots, je fondais en larmes, et les sanglots
étouffèrent ma voix.

Mon père, ne voulant pas donner à ma douleur le temps de s'exhaler par
de tristes réflexions, redoubla ses instances, et me dit d'un ton
sévère:

  --Connais ton devoir!

Puis me saisissant la main avec effort:

  --Suis-moi, ajouta-t-il, je te l'ordonne!

Entraîné par son autorité, il fallut obéir. Il me conduisit dans son
appartement, où je trouvai deux domestiques à faire des malles.

  --Vois ce que tu veux emporter, Gustave, et dépêche! A trois heures,
  il faut que nos équipages soient prêts.

Je fis à la hâte une liste de ce dont j'avais le plus besoin, et la
donnai à mon valet de chambre.

Comme je voyais emballer mon bagage, j'entendis tout-à-coup dans la cour
un bruit confus d'hommes et de chevaux.

Je m'approchai de la fenêtre. C'était un détachement des vassaux de mon
père qui s'étaient rendus à ses ordres.

Tandis qu'il était occupé avec eux, je m'échappai un instant pour
prendre congé de Lucile. Elle était sortie avec Sophie; je ne trouvai
que la comtesse au logis.

  --Hé quoi! vous nous quittez, Gustave, me dit-elle, vous laissez
  Lucile. Que de regrets vous allez causer!

  --Je ne suis pas à moi, vous le savez, madame; mon père m'ordonne de
  le suivre. Que voudriez-vous que je fisse? Renoncerai-je à son amitié?
  Irai-je me charger de sa malédiction? Sacrifierai-je le devoir à
  l'amour? Je chéris Lucile; mais il faut la quitter. Les Dieux savent
  ce qu'il m'en coûte; j'en mourrai de douleur.

A ces mots elle me serra dans ses bras, et me dit d'un ton attendri:

--Il faut donc se soumettre au destin.

On avait envoyé quelques domestiques après Lucile. Impatient de la voir
venir, j'étais sans cesse à regarder ma montre. Le moment de partir
approchait, et elle ne venait pas.

Désespéré de ce contre temps, je m'avance vers la comtesse pour lui
faire mes adieux:

  --Allez, me dit-elle, en m'embrassant, allez digne fils d'un meilleur
  père; je ne vous retiens plus: allez, soyez heureux, et que le ciel
  vous rende bientôt à nos désirs.

Cependant je l'arrosai de mes larmes, je gémissais, je commençais des
paroles entrecoupées et n'en pouvais achever aucune: enfin je la
quittai.

En rentrant je trouvai mon père à table qui m'attendait. Je pris un
morceau; puis nous montâmes à cheval, et je partis en maudissant le
destin.

Qu'il est cruel, cher Panin, de renoncer au monde lorsque l'on commence
d'en jouir, d'être entraîné d'une maison dont la présence de tant d'amis
faisait une demeure délicieuse, et de quitter une maîtresse chérie, au
moment où on dressait le lit nuptial.

Ah! lorsque la beauté me sourit et me tend les bras; faible jouet des
caprices d'un père! faut-il que je serve de victime à son ambition!
Qu'elle m'a déjà coûté de larmes! qu'elle va m'en coûter encore!

De Parcow, le 25 mars 1770.



XXXI

LUCILE A CHARLOTTE.


A Lublin.

Pourrais-tu le croire? Gustave est parti sans me dire adieu. Cruel
amant, va chercher une folle gloire dans les combats: fuis où ton coeur
t'appelle: mais puisse l'image de la malheureuse Lucile en proie à son
désespoir te poursuivre sans cesse.

Je roule dans mon âme de sombres pensées. Fatigues, famine, maladies,
combats, carnage; tout ce qu'il y a de plus sinistre se présente à mon
esprit: et comme si ce n'était pas assez de ces maux, la jalousie s'y
joint encore pour déchirer mon coeur. Hélas! loin de moi, il
m'abandonnera peut-être; peut-être que quelqu'autre captivera son coeur.

Ah! Charlotte, je succombe à la douleur, et dans l'excès de ma
tristesse, je n'ai pas même la force de verser des larmes.

De Varsovie, le 26 mars 1770.



XXXII

GUSTAVE A LUCILE.


A Varsovie.

Entraîné loin de toi par l'autorité d'un père barbare, j'ai longtemps
cherché l'occasion de lui échapper. Elle s'est offerte enfin pour mon
repos, mais trop tard au gré de mes désirs.

A peine arrivé au rendez-vous général, que le sort vient de nous
séparer!

Je me déroberai pendant la nuit, je marcherai à la clarté de la lune:
demain au coucher du soleil, je me rendrai au kikajon du parc. Je te
conjure d'aller m'y attendre, je ne vis que pour toi.

De Parcow, le 27 mars 1770.



XXXIII

LUCILE A CHARLOTTE.


A Lublin.

J'accusais Gustave de cruauté, ah! je lui faisais tort.

A la nouvelle du parti que voulait lui faire prendre son père, je fus
pénétrée du plus mortel chagrin. Je m'attendais à le voir. Trois jours
s'étaient passés et il ne paraissait point. Trois jours se passèrent
encore à l'attendre vainement.

Comme j'étais en proie à mon inquiétude, j'appris enfin qu'il était
parti.

Rien n'égalait ma douleur. Dieux! dans quel état se trouvait mon âme,
lorsque j'en reçus un billet. Il me donnait un rendez-vous. J'y allai
avant l'heure fixée. L'amour et l'impatience précipitaient mes pas.

Les yeux tournés vers l'endroit d'où il devait venir, au moindre bruit
mon coeur palpite. La porte s'ouvre; c'est lui, il court, il vole, il me
presse contre son sein et me fixe en soupirant; son coeur est prêt à
éclater: puis tout-à-coup oubliant sa douleur, il paraît enivré de
plaisir, et dans un transport de joie, il me saisit, me serre éplorée
entre ses bras et me couvre de baisers.

Le feu de son coeur pénètre dans le mien; nos bouches se pressent et nos
âmes cherchent à se confondre; nous nous jurons cent fois un amour
éternel et scellons nos serments par de nouveaux baisers.

Soudain il suspend ses caresses, garde quelque temps le silence, pousse
de longs gémissements, appuie sa tête sur mon sein qu'il arrose de ses
larmes, et d'une voix glacée par le désespoir:

«Chère Lucile, dit-il, le cruel destin nous sépare, mais je te laisse
mon coeur: je vole où m'appelle un injuste devoir. Sois-moi fidèle,
bientôt le ciel propice te rendra ton amant.»

A ces mots, il s'arrache avec effort de mes bras, et me laisse
défaillante dans ceux de Baboushow.

De Varsovie, le 1er avril 1770.



XXXIV

LUCILE A GUSTAVE.


A Tarnopol.

Je ne peux, cher Potowski, me consoler de ton départ. On a beau chercher
à m'égayer; mon coeur demeure flétri au milieu des parties les plus
brillantes. J'ai toujours devant les yeux ta triste image. Il me semble
te voir dans l'instant où tu t'arrachas de mon sein.

Loin de la foule importune je vais souvent promener mes pas solitaires
sur ces bords fleuris où tu aimais à reposer près de moi. Mais au lieu
d'adoucir ma douleur, tout y renouvelle le sentiment de mes peines, tout
m'y retrace nos entretiens, nos serments, tout m'y rappelle un triste
souvenir.

Ici, dis-je toute seule, il me fit l'aveu de sa flamme; là je reçus les
premiers gages de sa tendresse.

Et je demeure immobile, arrosant la terre de mes larmes.

Il semble que tout ce qui m'environne prenne part à ma douleur. Les
oiseaux ne font plus retentir l'air que de tristes accents, les échos ne
leur répondent que par des plaintes; les zéphirs gémissent parmi le
feuillage et le murmure des ruisseaux imite mes soupirs.

Lorsque tu fus parti, je me plaignais de ne pouvoir pleurer. Hélas! que
cette vaine consolation m'est bien rendue. Le jour deux ruisseaux de
larmes coulent sans cesse de mes yeux; la nuit j'en arrose ma couche, et
la source n'en peut tarir.


_P. S._ J'oubliai de te dire de m'adresser tes lettres sous le couvert
de Sophie. C'est par son canal que je te ferai passer les miennes.

Adieu, écris-moi souvent.

De Varsovie, le 9 avril 1770.



XXXV

SOPHIE A SA COUSINE.


A Biella.

Lorsque Gustave fut parti rien n'égalait le désespoir de Lucile.

Elle tomba sans connaissance dans les bras de sa suivante et resta
longtemps plongée dans une douleur stupide. Quelquefois elle en sortait
pour appeler son amant, tourner les yeux du côté où il avait disparu,
tendre les bras comme pour l'embrasser et elle y retombait bientôt
après.

A cet accablement a succédé une morne tristesse, la langueur de son
regard étale tout l'ennui de son âme, et son coeur flétri se refuse à
toute espèce de consolation.

Sa chambre ne résonne plus de ses chants, mais elle y tient souvent de
tristes soliloques:

  «Est-il donc vrai, cher Potowski, (s'écriait-elle l'autre jour) est-il
  donc vrai que tu m'as laissée? Hélas! il ne me reste plus de toi que
  le souvenir de t'avoir possédé. O beaux jours! jours trop rapidement
  écoulés! vous ne reviendrez plus. Que je suis malheureuse.»

Puis elle soupirait amèrement.

Te l'avouerai-je, son état me fait compassion et quand je la vois si
affligée, je ne me sens plus la force de la supplanter. Hélas! n'ai-je
pas assez de mes peines, sans m'embarrasser encore de celles d'autrui?

Aujourd'hui Lucile paraît plus tranquille que d'ordinaire. Je viens de
lui remettre une lettre de Gustave, elle l'a ouverte avec transport.

Tandis qu'elle la parcourait, on voyait la sérénité se rétablir sur son
visage; elle l'a lue plusieurs fois; puis, les yeux attachés sur le
papier, elle disait à voix basse:

  «Cher Potowski, toi dont la vue seule faisait ma joie, si le ciel
  conserve tes jours, et te laisse à ta maîtresse, mon âme est contente;
  je lui pardonne tout. Mais hélas! que la vie est lente, et le terme de
  mon bonheur éloigné!»

Je ne saurais rendre raison des divers mouvements qui agitent mon sein;
à mesure que la plaie de son coeur paraît se fermer, je sens la mienne
se rouvrir. Mes bonnes résolutions se sont évanouies; mon premier projet
me trotte de nouveau par la tête.

Ah! Rosette, je suis honteuse de la bassesse de mes sentiments.

De Varsovie, le 1er mai 1770.



XXXVI

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Que ce monde est changé!

Arrachés par la discorde du brillant théâtre de la vie où nous
folâtrions, nous paraissons sur une nouvelle scène où tout est en
désordre, en confusion, en alarmes. Au son de la trompette guerrière,
appelés dans les champs de la fureur, souvent nous sommes exposés aux
plus dures fatigues, aux injures du temps, à la faim, à la soif,
toujours occupés à fuir ou à poursuivre de cruels ennemis, et
tour-à-tour la proie les uns des autres.

Le parti de l'iniquité semble sans cesse renaître de ses cendres. Chaque
jour on voit se former quelque confédération, quelque conjuration
nouvelle, sous le beau nom de vengeurs de l'État, de défenseurs de la
patrie.

Parler de justice? Ah les misérables! Ils brisent sans scrupules les
barrières des lois, et foulent aux pieds sans remords les devoirs les
plus sacrés. Livrés à leurs basses vues, ils s'enrôlent chacun dans
diverses factions. Le fils combat contre le père, le frère contre le
frère, l'ami contre l'ami, et dans les transports de leur fureur
brutale, on les voit courant par troupes effrénées, le fer et le feu à
la main, répandre partout la terreur et l'effroi, ravager les provinces,
dévaster les campagnes, piller, brûler, saccager. On dirait qu'ils se
font un jeu cruel de détruire autour d'eux jusqu'aux germes du bonheur.

Que cette conduite est révoltante dans des êtres malheureux qui ne sont
nés que de l'amour, ne subsistent que par l'amour, ne goûtent du bonheur
qu'à s'aimer, et n'ont pour s'aimer qu'un instant!

Quelle foule de fléaux divers assiégent l'humanité! Les orages, les
tremblements de terre, les volcans, l'incendie, la famine, la peste
ravagent tour-à-tour le monde. Insensés que nous sommes! fallait-il
encore y ajouter les horreurs de la guerre?

Nous voici à Timkow: un corps de cinq mille Polonais avec un ramassis de
Tartares, de Français, d'Allemands, qui sont accourus au bruit de nos
dissensions pour s'enrichir de nos dépouilles! Vils aventuriers!
semblables à des oiseaux de proie attirés par l'odeur des cadavres!

Au lieu de marcher contre l'ennemi, nos braves guerriers parlent de
faire une incursion sur les terres de quelques dissidents. Hélas!
faut-il que je sois enrôlé parmi ces barbares? Me voilà forcé de
partager toutes leurs horreurs.

De Timkow, le 15 mai 1770.



XXXVII

DU MÊME AU MÊME.


A Pinsk.

Il s'est passé le 17 quelqu'affaire entre nous et les Russes, mais de
trop petite importance pour être rapportée.

Nous apprîmes il y a trois jours qu'un gros d'infanterie ennemie
s'avançait de nos côtés.

Birinski était instruit de leur marche et leur avait caché la sienne; il
s'était saisi de presque tous les passages, tenait les défilés et se
disposait à tomber sur eux dans le temps qu'ils s'y attendaient le
moins.

Déjà ils étaient fort près, lorsqu'ils eurent vent de nos dispositions.
A l'instant ils font une contre-marche et se montrent le lendemain matin
sur une hauteur à quelque distance de nous.

Dès que nous les aperçûmes, Birinski expédia un courrier à Twarowski
pour lui demander un renfort.

Vers les dix heures, les ennemis firent quelques mouvements et vinrent à
nous. Nous les attendîmes de pied ferme.

Tout se dispose à l'attaque. La trompette donne le signal. Bientôt les
deux armées sont enveloppées d'un tourbillon de flamme et de fumée: l'on
entend un bruit effroyable de décharges, de cris d'hommes et de
hennissements de chevaux. Le feu cesse, le jour renaît et le fer choisit
sa victime. Semblables à des lions féroces, les combattants se
précipitent les uns contre les autres avec acharnement. Des deux côtés
on voit voler la mort. La fureur des ennemis redouble, partout ils
portent la terreur et l'effroi.

Birinski, le sabre à la main, faisait des prodiges de valeur; il voit
ses troupes qui plient: les yeux ardents de colère et la bouche écumante
de rage, il vole à eux et s'efforce en vain de les ramener au combat.

Nous battons en retraite: l'ennemi animé au carnage nous poursuit et
atteint quelques fuyards qui tombent sous ses coups. Soudain un nuage
épais s'abat sur le camp, nous dérobe aux vainqueurs et nous sauve comme
par miracle.

Une pluie abondante qui tomba ensuite servit encore à séparer les
combattants.

La nuit s'avançait lorsque le ciel redevint serein, et nous profitâmes
de l'obscurité pour nous retirer à Marianow.

Tandis que mes camarades s'entretiennent de cette malheureuse affaire,
je profite d'un moment de loisir pour t'apprendre notre défaite.

Voilà un beau commencement de campagne, et certes il est bien juste
qu'après avoir épousé une pareille cause nous n'ayons pas sujet de nous
en glorifier!

Je n'ai reçu dans l'engagement qu'une fort légère blessure au bras
gauche: je veux cacher cet accident à Lucile; je te prie de lui laisser
ignorer, si tu as occasion de la voir.

Que tu es heureux, cher ami, de pouvoir passer tes jours loin du fracas
des armes.


_P. S._ Suivant les derniers avis, les Ottomans sont prêts à entrer de
nouveau en Pologne; ils doivent avoir passé le Driester à Dombassar.

Voilà nos malheureuses provinces inondées de troupes étrangères. Je
frémis à l'idée des horreurs qu'elles vont commettre.

De Marianow, le 21 mai 1770.



XXXVIII

DU MÊME AU MÊME.


A Pinsk.

Le renfort que nous avions demandé arriva le lendemain matin près de
Marianow. Nous le joignîmes et marchâmes droit aux ennemis. Ils étaient
dispersés sur le champ de bataille. A notre approche, ils firent une
retraite précipitée.

Birinski se mit à leur poursuite avec le gros de notre armée. Loveski et
moi restâmes avec une petite troupe pour reconnaître nos morts.

Nous nous mîmes donc à parcourir le champ de bataille. Ciel! quel
horrible spectacle! Une campagne inondée de sang et jonchée de cadavres,
tous couverts de blessures et étendus les uns sur les autres.

A cet aspect je détournai plusieurs fois les yeux, saisi d'horreur et de
compassion. Insensés que nous sommes! Au milieu du tumulte des armes,
pleins d'une bouillante ardeur, nous ne demandons qu'à nous distinguer,
nous nous animons à l'ouïe des clairons, le glaive en main nous marchons
au combat, nous fondons sur nos ennemis avec rage, donnons ou recevons
la mort, et nous nous faisons un jeu cruel de nous entr'égorger. Mais
lorsque dans un de ces moments de calme où la raison nous est rendue,
nous venons à jeter les yeux sur les maux cruels que nous avons faits,
quelles tristes pensées s'élèvent dans notre esprit, de quels regrets ne
sommes-nous point pénétrés!

Je ne pouvais retenir mes larmes.

--Quelle fureur aveugle pousse les barbares humains? m'écriai-je dans un
transport de douleur. Ils ont si peu de jours à vivre! ces jours sont
déjà si malheureux! pourquoi précipiter une mort si prochaine? pourquoi
ajouter tant de sujets d'affliction à l'amertume dont les Dieux ont
rempli cette courte vie?

--Hélas! me dit Loveski, c'est ici qu'il faut venir contempler la vanité
des choses humaines, et jeter un regard de pitié sur les grandeurs de ce
monde. Que d'ambitieux attirés sous les drapeaux par une lueur trompeuse
n'ont moissonné dans les combats que misère et souffrances! Que
d'hommes, hélas! pleins de vie et de santé, sont aujourd'hui dans les
bras de la mort! Combien, étendus maintenant sur la poudre, jouaient
naguère un rôle brillant. Combien, qui n'abaissaient sur les autres que
des regards dédaigneux, sont précipités pêle-mêle dans le même tombeau!
que de seigneurs sublimes dont la puissance est brisée! que de héros
magnanimes étendus sur les lâches qui leur donnèrent la mort! que de
princes ensevelis auprès des flatteurs qui les disaient immortels! Voilà
donc le terme de l'ambition! A cette idée, Gustave, comme nos désirs
lâchent prise à leurs objets frivoles! Ici finit la gloire avec la vie.
Ici s'évanouissent les titres, les dignités, les grandeurs, et toutes
ces vaines distinctions inventées par l'orgueil. Ici tout est égal et de
niveau: grands, petits, soldats, capitaines, tous ne forment qu'un
groupe confus dont les différences se perdent dans la fosse.

Cependant nous allions, tête baissée, examinant les cadavres étendus sur
la poudre. Nous reconnûmes plusieurs de nos gens et quelques-unes de nos
connaissances. Lorsque nous eûmes donné les ordres nécessaires pour
enterrer les morts, et emporter quelques blessés qui respiraient encore,
nous nous retirâmes sous nos tentes dans un morne silence, et ensevelis
dans de tristes réflexions.


_P. S._ Mon père est passé en Turquie pour y solliciter de nouveaux
secours. Il a laissé le commandement de sa troupe au régimentaire
Baluski, au cas où je vinsse à me retirer.

De Marianow, le 25 mai 1770.



XXXIX

SOPHIE A SA COUSINE.


A Biella.

Hier je reçus une lettre de Gustave pour Lucile. Mon coeur palpitait en
la tenant dans mes mains. Je balançais si je la remettrais ou si je
l'ouvrirais. A la fin, je cédai à ma curiosité.

Cette lettre ne contenait que des reproches à sa belle sur son long
silence, et des protestations d'amour. Le ton touchant dont il se
plaignait et la délicatesse de ses sentiments m'arrachèrent quelques
larmes.

A peine l'avais-je serrée dans ma cassette que Lucile entra dans ma
chambre, le mouchoir aux yeux, et me dit:

  --Voilà déjà deux mois que Gustave est parti et je ne vois point venir
  de ses nouvelles; cette vaine attente jette la désolation dans mon
  âme. Attentive à tout ce qu'on débite du parti auquel il est attaché,
  je le suis en idée de lieu en lieu; je cours avec lui les mêmes
  hasards, les mêmes dangers. Maintenant le voilà à l'extrémité du
  royaume, poursuivi par de cruels ennemis. Je n'ose me livrer à mes
  affligeantes pensées: peut-être est-il déjà tombé sous un fer
  meurtrier. Ah! ma chère, j'ai perdu l'espoir de le revoir.

En prononçant ces mots, elle se pencha vers une table, appuya sa tête
sur ses deux mains, et fondit en larmes.

Mon trouble égalait le sien, je me sentais attendrie: j'aurais voulu
n'avoir pas décacheté la lettre; je fus même sur le point de la lui
remettre toute décachetée. L'embarras où je me trouvais était extrême;
je tremblais qu'elle ne vînt à lever les yeux sur moi et à s'en
apercevoir.

Enfin, lorsque je fus un peu remise je tâchai de la consoler.

  --Pourquoi vous affliger ainsi pour des chimères, Lucile? Combien
  d'accidents imprévus peuvent retarder l'arrivée d'une lettre dans
  l'état où est le royaume. Un peu de patience. Vous êtes peut-être à la
  veille de recevoir des nouvelles de Gustave.

Ces paroles firent glisser un rayon d'espérance dans son coeur, et
adoucirent un peu ses noirs soucis.

Elle ne fut pas plutôt sortie que je recachetai la lettre et l'envoyai
sous couvert à un ami à Cracovie, pour me l'expédier sans délai par la
poste. Dès qu'elle arriva, je la remis à Lucile.

Elle la saisit avec transport, la pressa contre ses lèvres, l'ouvrit
avec précipitation. Bientôt des pleurs de joie inondèrent le papier.

Après l'avoir relue deux ou trois fois, elle examina le cachet et parut
surprise de ne pas voir celui de Gustave. (Heureusement, je m'étais
servie d'un cachet de fantaisie). Elle fit quelques réflexions et n'en
parla plus.

Le rôle que j'ai entrepris me déplaît beaucoup.

Chère Rosette, que ne suis-je comme toi, une âme à l'épreuve! Tu ne
serais pas embarrassée en pareil cas: tu ne t'émeus pas pour si peu de
chose. Que veux-tu? Il n'est pas donné à toutes les femmes d'être des
héroïnes.

De Varsovie, le 29 mai 1770.



XL

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Loveski vint avant-hier, dans un brillant équipage de cavalier, mettre
pied à terre à ma tente. Après avoir discouru de choses et d'autres, il
garda un instant le silence; puis, il vint m'embrasser et me parla
ainsi:

  --Cher Gustave, tu vois peut être ton ami pour la dernière fois. Notre
  commandant, incapable par ses blessures de continuer son service, m'a
  remis le bâton, jusqu'à ce qu'il soit en état de le reprendre.
  L'ennemi est peu éloigné. Demain, j'espère le charger à la tête des
  troupes, et sois sûr que je ne perdrai la bataille qu'avec la vie.
  Pour venir à nous, il doit traverser le bois voisin; va t'y poster à
  la nuit tombante avec un détachement de cinq cents hommes; laisse-le
  s'engager; dès qu'il sera passé, fais-moi signal, je m'avancerai à
  l'instant; tandis que tu l'attaqueras en queue je le chargerai en
  tête.

Nous convînmes du lieu de l'embuscade et du signal.

  --Si je triomphe, reprit Loveski, accours dans mes bras, je partagerai
  avec toi mes lauriers. Si je suis vaincu, fuis: notre amitié serait un
  crime impardonnable aux yeux des jaloux; ils chercheraient à se venger
  sur toi de leur défaite.

Dès qu'il eut achevé, il reçut mes embrassements et me fit ses adieux.

Cher Panin, j'ai vu l'élévation de notre ami commun sans jalousie; je
n'ai pas même songé à l'en féliciter.

Tandis qu'il me parlait, un saisissement involontaire parcourait mes
veines: même à présent, je ne sais quelle secrète horreur continue à
s'emparer de mon âme.

Cette année ne sera pas moins signalée par les défaites des confédérés
que la précédente.

Twarowski, qui en commandait un parti considérable, a été battu à plates
coutures près du bourg de Nadvorn.

Un autre parti considérable, qui tenait la campagne avec cinq cents
Tartares Liponiens sous les ordres de Poulawski, ont été presque tous
taillés en pièces à Lwow.

Ah! les dieux sont justes! ils se déclarent contre les coupables.

De Boukovina, le 7 juin 1770.



XLI

DU MÊME AU MÊME.


De Pinsk.

Cher Loveski, digne fils du meilleur des pères; toi, dont l'âme
vertueuse était un trésor de morale, dont la bouche éloquente était
l'organe de la sagesse, dont le coeur simple et droit était l'asile de
la candeur; le sourire sur les lèvres, tu prodiguais autour de toi la
tendresse et épanchais sans réserve ton âme pure dans le sein de
l'amitié.

Avec quel plaisir nous nous entretenions ensemble de sujets badins et
sérieux, loin de ces hommes vains et superbes, consacrés à la frivolité!
Nous nous aimions pour devenir plus sages.

Que de beaux jours d'été nous avons embellis, assis ensemble au bord
d'un ruisseau, et respirant, avec la fraîche haleine du zéphir, le doux
sentiment de l'amitié! Que de jours d'hiver nous avons égayés, assis
ensemble au coin du feu, et versant dans nos coupes les saillies et la
joie!

Hélas! il n'est plus. Dans le printemps de sa vie, lorsque le feu de la
jeunesse brillait dans ses yeux et que la santé pétillait dans ses
veines, il est tombé sous le fer d'un cruel ennemi. Infortuné jeune
homme! tes vertus ne t'assuraient-elles pas déjà l'estime publique?
fallait-il encore pour t'illustrer des marques de distinction? Séduit
par leur éclat, emporté par la fougue de la passion, tu acceptes, plein
de joie, ce poste dangereux, te promettant les succès que se promettait
ton jeune coeur. Hélas! eusses-tu pensé que tu courrais à ta perte?

Revêtu de ses nouvelles marques de dignité, il attendait avec impatience
le lever du soleil, brûlant d'envie de signaler sa valeur.

Le jour renaît, l'heure fatale arrive; les ennemis s'approchent, ils
passent, je donne le signal.

Déjà Loveski avançait à la tête de ses brigades. Il découvre leurs
poudreux escadrons; à leur vue, il ne peut modérer son ardeur, il fond
sur eux le sabre à la main. L'ennemi étonné veut reculer.

Je sors d'embuscade.

Nous le serrons de près, ses escadrons sont enfoncés: ils fuient; nos
combattants les poursuivent et ne songent plus qu'à en faire carnage.

Au milieu de la mêlée, tout-à-coup j'entends retentir le nom de Loveski.
Mes yeux le cherchent: je le vois seul, poursuivant un de leurs chefs.
Soudain quelques fuyards font volte-face et veulent l'envelopper; il se
défend, je vole à son secours avec deux des miens; déjà nous sommes
prêts à le joindre, mais il tombe à nos yeux percé du coup fatal qui
vient de trancher le fil de ses jours.

On l'emporte à l'écart. Le voilà dans un lieu de sûreté. Je m'efforce de
le rappeler à la vie. Il ouvre enfin les yeux et reconnaît son ami.

Ses plaies s'envenimaient: il sent le danger de son état et n'en est
point alarmé.

Ah! cher Panin! comment te faire le touchant portrait de Loveski dans
les bras de la mort? Quel air de tranquillité il conservait au milieu de
ses tourments! Quel air triomphant dans ses traits au milieu des ombres
du trépas! Lui-même il me consolait et soutenait mon courage.

Séduit par sa constance, je croyais sa fin éloignée; la joie renaît dans
mon âme. Mais, hélas! combien elle dura peu! Bientôt les forces
l'abandonnent.

Penché sur son lit funèbre, le coeur dans des angoisses mortelles,
j'essuyais ses froides blessures et soutenais sa tête défaillante.

Déjà le flambeau de sa vie ne jetait plus que de faibles lueurs, je
comptais avec effroi les moments qui lui restaient à vivre; il veut
élever sa voix mourante, ses yeux presqu'éteints me cherchent encore.
Ses mourantes mains serrent faiblement les miennes et je recueille ses
derniers soupirs.

Le bruit de sa mort se répand. Mais au lieu de voir ses amis accourir en
foule se ranger avec respect autour de sa tombe, comme dans un poste
d'honneur, pleins d'envie et de haine, ils fuient tous et dédaignent de
lui rendre les devoirs de la sépulture.

Ainsi, après avoir quitté la vie sans bruit, il est descendu sans
appareil dans l'empire des morts. Les solennités les plus simples ont
été négligées, et celui qu'avaient illustré les vertus les plus
sublimes, le génie le plus vaste, la naissance la plus distinguée, ne
reçut pas même des honneurs vulgaires. Chère ombre, pardonne à la
nécessité!

Atteint moi-même d'un trait cruel et tout couvert de sang, je lui creuse
une fosse; mes mains tremblantes l'y portent; je lui élève à la hâte un
monument. J'arrose sa tombe de mes larmes et lui fais mes derniers
adieux d'une voix étouffée de sanglots.

Quand la mort nous enlève un ami, ceux qui nous restent nous exhortent à
nous consoler de sa perte. Ils s'empressent d'essuyer nos larmes. Ah
cruels! gardez vos soins officieux, laissez couler nos pleurs. Après la
perte que j'ai faite, puis-je trop en répandre!

A la triste nouvelle de Loveski décédé, cher Panin, je vois couler tes
larmes, j'entends tes regrets, et, comme moi, tu ne craindras pas de
trop t'abandonner à la douleur.

Que d'autres conservent la mémoire de leurs amis dans un buste ou une
triste épitaphe. Pour moi, je porterai celle de Loveski gravée dans mon
âme. Chaque jour j'irai pleurer sur sa fosse, et mon coeur sera la lampe
sépulcrale qui brûlera sur son tombeau.

De Boukovina, le 10 juin 1770.



XLII

GUSTAVE A LA COMTESSE SOBIESKA.


Quittez au plutôt Varsovie, madame, avec tous ceux qui vous sont chers.

Les confédérés en veulent aux jours du roi et ne manqueront pas de faire
outrage à tous ceux de son parti.

Retirez-vous dans votre terre d'Osselin: il n'y a pas d'apparence qu'ils
aient des vues de côté-là.

Je n'ai le temps que de vous assurer des sentiments de ma considération,
et Lucile de ceux de mon amour.

Des environs de Sokol, le 15 juin 1770.



XLIII

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Je gémissais encore de la perte de Loveski, lorsque nous vint la
nouvelle de la malheureuse journée de Kodna.

Quelques fuyards arrivés à Sokol m'apprirent que plus de onze cents
confédérés avaient été taillés en pièces, que Soboski, Lubow, Bominski
étaient restés sur le champ de bataille, et que Bressini, dangereusement
blessé, s'était retiré à Stanislaw.

Tu sais mon attachement pour ce cher cousin. Comme j'en étais fort peu
éloigné, je me rendis près de lui, et le trouvai à l'extrémité dans les
bras de son père.

Une pâleur mortelle s'était répandue sur sa face, ses yeux étaient
presque éteints. Il voulut faire ses derniers adieux à ceux qui
l'environnaient; mais en ouvrant la bouche, il expira.

A peine eut-il rendu l'âme, que son père remplit la chambre de ses
tristes gémissements.

  --Malheureux, s'écriait-il, d'avoir vécu jusqu'à ce jour! Que n'ai-je
  perdu la vie dans le combat! Je serais mort sans amertume. Maintenant
  je vais traîner une vieillesse douloureuse. O mon fils! ô mon cher
  fils! quand je perdis ton frère, je t'avais pour me consoler. Tout est
  fini pour moi. Antoine! Stanislas! ô mes chers enfants, je crois que
  c'est aujourd'hui que je vous perds tous deux: la mort de l'un rouvre
  les plaies que la mort de l'autre avait faites au fond de mon coeur.
  Je ne vous verrai plus.

Je l'écoutais dans un morne silence, en mêlant mes larmes aux siennes,
tandis que ceux qui étaient auprès de lui s'efforçaient de le consoler.

Cher Panin, suis-je donc destiné à épuiser toutes les rigueurs de la
fortune? La cruelle ne se lasse point de me persécuter. Chaque jour elle
m'enlève les parties de moi-même les unes après les autres, et me laisse
isolé sur cette terre. De tant d'amis qui faisaient autrefois mes
délices, tu es le seul qui me reste: et ce n'est plus hélas! que pour
verser ma douleur dans ton sein.

Pour surcroît de malheur, je viens de recevoir avis que le Staroste de
Sandomir, mon arrière oncle, indigné de voir que mon père était entré
dans la confédération de Bar, m'avait déshérité.

Que l'état de mon âme est sombre! je ne puis plus supporter la
compagnie. Je cherche la solitude. Je vais visiter les tombeaux; et là,
assis au milieu des morts, je réfléchis sur la vanité des choses de la
vie.

De Sokol, le 20 juin 1770.


_P. S._ La mauvaise fortune des confédérés les suit partout. Leur grosse
armée a été défaite à Joulkna. L'ennemi est à leur poursuite. Errants,
divisés, sans chefs, ils ne sauraient manquer d'être taillés en pièces.



XLIV

SOPHIE A SA COUSINE.


A Biella.

Pour m'ôter un peu de devant les yeux la triste image de Lucile, j'ai
été passer quelques jours chez le comte Ogiski, où certainement il n'a
tenu qu'à moi de m'égayer.

Le grand chambellan du roi, ennuyé d'un procès qu'il défendait contre le
comte, au sujet d'un héritage considérable, ayant proposé son hymen avec
la fille unique de sa partie adverse comme un moyen de terminer à
l'amiable leur différent, sa proposition fut acceptée, et la jeune
héritière consentit avec joie à être le gage de réconciliation entre les
deux familles.

Il y a trois semaines qu'il s'est rendu ici pour effectuer cette
alliance. Dès-lors chaque jour a été une nouvelle fête, dont tout ce qui
a jamais été inventé pour le plaisir relevait l'éclat.

La petite comtesse est bien la plus jolie brune qu'ait jamais formée
l'amour. Elle a une taille charmante, ses cheveux effacent le noir de
l'ébène et son teint la blancheur des lis. Ses yeux étincelants sont
couronnés par deux sourcils admirablement dessinés. Ses lèvres
vermeilles laissent entrevoir deux rangées de perles enchassées dans le
corail; une main délicate et potelée termine un bras bien arrondi. Elle
a une vivacité enchanteresse, une voix brillante, un regard qui annonce
le désir, et elle semble ne respirer que la volupté.

L'époux n'est pas bel homme; mais son caractère est charmant: c'est la
gaîté, la complaisance, la galanterie même.

Hier, il ratifia son mariage au pied des autels, et il fallait voir les
transports de sa joie au retour de la cérémonie!

Sa chère moitié ne paraissait pas trop gaie. Peut-être était-elle un peu
troublée de l'approche du lit nuptial ou plutôt préoccupée des plaisirs
qui l'attendaient. Certainement elle n'a pas passé la nuit entière à
dormir; je crois même avoir entendu les soupirs de sa pudeur expirante,
car la chambre que j'occupe est voisine de celle où le mariage a dû se
consommer.

Nos nouveaux époux se sont levés fort tard. Te l'avouerais-je? quand
j'ai vu cette jeune femme à son réveil, le teint animé, les yeux
languissants, la bouche riante, me dire par ses regards qu'elle venait
d'être heureuse, je n'ai pu m'empêcher de jeter sur elle un oeil
d'envie.

Ah! chère Rosette, c'est à moi seule que l'amour n'a point ouvert ses
trésors. Ces traits brûlants dont il blesse les amants heureux, cette
douce ivresse et ces transports ravissants où il les plonge tour-à-tour,
je ne les connus jamais. Qu'il est triste d'avoir vu s'écouler devant
moi sans plaisirs tant d'années qui pouvaient être délicieuses!
Devrait-ce être là le sort d'une femme de vingt-deux ans... à qui le
ciel a donné de quoi plaire et plus encore de quoi aimer?


_En continuation._

Qu'ils sont heureux! Leurs regards expriment le délire de deux coeurs
enivrés de plaisir. Ils s'aiment sans inquiétude, se possèdent sans
dégoût, et ne sont occupés qu'à jouir de leur bonheur.

La jolie chose, Rosette, que le mariage, tant que l'amour garantit les
amants de la froideur des époux.

De Suross en Polakie, le 21 juin 1770.



XLV

SIGISMOND A GUSTAVE.


A Sokol.

J'étais allé faire une petite course à Cracovie.

A mon retour, j'ai trouvé un paquet de tes lettres, où j'ai vu avec
chagrin le long enchaînement de tes malheurs et la triste fin de notre
ami commun.

Je te plains, cher Gustave, mais mes larmes sont pour Loveski. Imprudent
jeune homme! fallait-il ainsi courir au devant du destin, pour laisser
après soi tant de regrets?

Je te remercie, Potowski, au nom de l'amitié la plus tendre, des soins
que tu as pris de lui rendre les derniers devoirs. Mais que je suis
indigné contre ces faux amis qui l'ont ainsi abandonné dans ses derniers
moments! Ah! les traîtres! qu'ils ne viennent jamais se présenter devant
moi, ou je saurai les démasquer!

Hélas! quel triste théâtre est devenue notre malheureuse Pologne! On
n'entend nulle part que les cris des dissensions civiles. Tout le
royaume est en feu, et dans ce concours tumultueux d'hommes acharnés les
uns contre les autres, ce n'est plus que vengeance, fureur, dévastations
et massacres. Il n'y a presque point de famille dans l'État qui ne soit
plongée dans l'affliction. Ici, une mère éplorée redemande son fils, une
épouse son époux; là, les soeurs pleurent un frère, les amis un ami.

Hélas! j'ai eu beau m'éloigner de la folie des factions, me voilà
moi-même enveloppé dans le désastre commun; ma maison n'en est pas moins
remplie de deuil et de larmes.

Insensés que nous sommes, d'attirer ainsi sur nous la désolation et la
mort!

Heureux les peuples assez sages pour vouloir jouir des douceurs de la
paix.

De Pinsk, le 22 juin 1770.



XLVI

SOPHIE A SA COUSINE.


A Biella.

A mon retour de Suross, j'ai trouvé Lucile dans l'affliction au sujet
d'un bruit qui s'est répandu, de l'entière défaite des confédérés à
Broda, où Gustave doit s'être trouvé. Elle craint qu'il ne soit resté
dans l'affaire.

  «Ah! chère Sophie, s'écria-t-elle en me voyant, c'en est fait, je ne
  le reverrai plus; presque tous ceux de son parti ont été taillés en
  pièces, le reste a été fait prisonnier, aucun n'a échappé. Je n'ose
  même me flatter qu'il soit dans les fers; tout ce qu'il y a de plus
  sinistre vient s'offrir à mon esprit, pour mettre le comble à mon
  désespoir. Je me le représente percé de mille coups; je crois voir sa
  tête séparée de son corps, et ce corps pâle et livide étendu sur la
  poudre.»

Je me mis auprès d'elle pour tâcher de la consoler, mais elle ne
m'écouta point.

  «Hélas! devait-il donc périr ainsi à la fleur de ses ans,
  continua-t-elle en se penchant sur mon cou? Les barbares! ils ont eu
  le coeur de plonger leurs mains dans son sang. Quel sentiment de
  vengeance s'élève dans mon coeur! Soleil éclipse-toi; refuse ta
  lumière à cette race odieuse de brigands, ou si tu te montres encore,
  que ce soit pour les consumer de tes feux. Infortunée que je suis!
  Hélas! qu'est devenu ce bonheur dont je m'étais flattée, cet avenir
  dont je m'étais formé de si riantes images, cette chaîne de jours
  fortunés? ils ont disparu comme un songe, et n'ont laissé après eux
  que douleur, tristesse et désolation. Ah! la vie n'est plus pour moi
  qu'un fardeau insupportable. Que ne puis-je à présent finir ma triste
  carrière. Cruel destin! Si tu voulais m'arracher à ce que j'ai de plus
  cher au monde, que n'ai-je aussi été en butte à tes coups, que le même
  tombeau ne m'a-t-il pas réunie à mon amant?»

En prononçant ces mots elle tomba dans mes bras et resta sans sentiment.

Faut-il le dire, Rosette, je n'ai plus pour Lucile la même amitié,
depuis que je suis devenue sa rivale; et ses larmes commencent déjà à ne
plus me toucher.

La conjoncture est favorable, il faut en profiter. Depuis que le bruit
de cette bataille s'est répandu, Lucile tremble que Gustave n'ait payé
de sa vie: faisons qu'elle n'en doute plus.

Du château d'Osselin, le 25 juin 1770.



XLVII

GUSTAVE A SIGISMOND.


A Pinsk.

Ah! cher Panin, dans quelle troupe de brigands je suis enrôlé! Comment
te décrire les horreurs dont mes yeux ont été témoins?

Avant-hier, le régimentaire Marozoski reçut avis qu'un détachement russe
se trouvait cantonné dans le village de Longa pour couvrir les terres de
l'évêque de Kiovie. A l'instant il monte à cheval et y court avec les
siens.

Je l'avais joint en chemin. La nuit était déjà avancée lorsque nous
arrivâmes devant la place; un calme profond régnait en ces lieux.

A notre approche point de gardes, point de passants, point de lumières
aux fenêtres: chacun paraît endormi dans une sécurité profonde. Combien
il nous eût été facile de faire prisonnier l'ennemi! Mais le barbare
Marozoski ne prend conseil que de son ressentiment; il veut laver dans
le sang l'affront qu'il a reçu et en tirer une horrible vengeance. Il
ordonne qu'on mette le feu aux deux bouts du village et le fait
envelopper par ses troupes aussi sanguinaires que lui.

Ciel, quel spectacle! Des tourbillons de fumée s'élèvent dans les nues;
déjà la flamme brille dans leur sein; les cris des malheureuses victimes
retentissent de toutes parts, tout est en alarmes; hommes, femmes,
chacun se précipite, à demi-nus, hors des maisons. On voyait fuir des
mères éplorées tenant à leur cou de petits enfants et d'autres par la
main; des vieillards portés par des jeunes gens se sauvaient de leurs
demeures embrasées; des malheureux à demi-brûlés se traînaient par les
rues, poussant des cris douloureux, et levant vers le ciel leurs mains
tremblantes, semblables à des victimes à demi-égorgées qui se dérobent
au couteau sacré et fuyent de l'autel.

Cependant Marozoski avec sa troupe forcenée resserre ces infortunés et
poursuit les fuyards à la lueur des flammes. Ils reconnaissent leur
malheur, mais ils ont beau implorer miséricorde, il est sourd à leurs
cris: un fils est renversé tandis qu'il cherche à préserver les jours de
son père; la mère, noyée dans le sang de ses enfants, et le soldat
égorgé en demandant quartier à genoux.

A la vue de ces horreurs, que je n'eusse jamais pu prévoir, je ne
pouvais retenir mes larmes. Je courais de tous côtés.

  «Ah! cruels! arrêtez. Quelle fureur brutale vous possède?»

Ils étaient inexorables: tout ce qui échappa au feu fut moissonné par le
fer.

La douleur et l'indignation se disputaient à l'envi mon coeur.
L'exécration se mêlait à mes voeux: transporté de fureur moi-même, je
commande à ma troupe de fondre sur ces barbares, ils refusent d'obéir;
seul, je tournai mes mains contre eux, et en immolai quelques-uns aux
mânes plaintives de tant d'innocentes victimes.

Non, je ne pense jamais à ces horribles excès sans frémir. Hélas!
sont-ce donc là les fruits de l'amour de la patrie et de la justice dont
ces scélérats avaient l'audace de se couvrir?

Encore s'il n'eût péri que le soldat! mais l'artisan, mais le laboureur,
mais les vieillards, les femmes, les enfants! Que d'innocents furent
immolés à la fureur de ces brigands! Ah! les dieux le virent, et ils
n'en eurent pas pitié.

De Radomis, le 3 juillet 1770.


_P. S._ Depuis l'instant que Lucile reçut mes adieux je n'ai point eu de
ses nouvelles; je ne sais que penser de ce long silence, mes inquiétudes
sont indicibles. Informe-toi et me tire d'embarras.


FIN DU PREMIER VOLUME.


COULOMMIERS--IMPRIMERIE DE A. MOUSSIN.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les aventures du jeune Comte Potowski, Vol. 1 (of 2) - Un roman de cœur par Marat, l'ami du peuple" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home