Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3740, 7 Novembre 1914
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3740, 7 Novembre 1914" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



    Au lecteur.

    Cette version numérisée reproduit intégralement le texte
    original, et l’orthographe d’origine a été conservée. Seules
    quelques erreurs typographiques évidentes ont été corrigées.
    La liste de ces corrections se trouve à la fin du texte.

    La ponctuation a également fait l’objet de quelques corrections
    mineures.



                            L’ILLUSTRATION

  _Prix du Numéro: Un Franc._                 _72e Année.--Nº 3740._

                        SAMEDI 7 NOVEMBRE 1914


  [Illustration: UNE JOURNÉE HISTORIQUE DE L’AMITIÉ FRANCO-BELGE

  G{al} JOFFRE--M. DE BROQUEVILLE--M. MILLERAND--LE ROI--M. POINCARÉ

  Le roi Albert et le président de la République française, suivis
  de M. Millerand, du général Joffre et de M. de Broqueville,
  pénètrent dans l’Hôtel de Ville de Furnes, à quelques kilomètres
  du front de combat, le 1er novembre.

  _Voir l’article, page 339._]



LES GRANDES HEURES


LES ANONYMES

Combien est grande la détresse du soldat qui n’a sur sa tombe de
bataille hâtivement creusée et parée qu’une croix de bois où déjà
s’efface une inscription devenue illisible! Et pourtant cette détresse
est avantageuse encore et privilégiée si vous la comparez à celle des
morts _perdus_, disparus à jamais, engloutis dans les profondeurs
de l’immense inconnu, comme le marin dans le sein des flots. Devant
le petit tumulus des premiers on peut au moins se dire: «Un homme
est là qui est tombé pour son pays. Je ne sais pas quel il est... je
sais qu’il est là.» Il ne m’en faut pas plus pour que mon esprit se
recueille et que le renflement de terre s’offre à mes deux genoux
comme un parfait prie-Dieu... Mais s’il n’y a pas de tumulus, pas de
croix, pas d’écriteau, même pas ce léger renflement, si vite affaissé
et aplati, qui m’indique à moi, défunt de demain, la place du vivant
d’hier et si cependant, malgré l’absence totale de signes extérieurs,
quels qu’ils soient, je suis amené à me poser, dans le doute, la
question terrible: «Peut-être y a-t-il là des morts? oui... des morts
dissimulés et que rien ne révèle?»... si je dois, en ce cas, les
prévoir, les soupçonner, les chercher, les deviner et les trouver,
dans une certitude uniquement morale, et les repérer en quelque sorte,
partout et nulle part, contre toute apparence matérielle,... alors
j’éprouve une espèce de mal affreux et d’angoisse désolée. Ces morts
anonymes m’obsèdent. Je reconstitue leur obscure Iliade.

Pourquoi, plus que d’autres, étaient-ils voués à la radiation complète,
irrévocable? Est-ce exprès, intentionnellement qu’ils furent supprimés,
sans que l’on en parlât, sans qu’ait été publiée la moindre mention
publique de leur décès et du lieu de leur sépulture? Non! Si l’on n’en
a rien dit, ce n’est ni par oubli ni par indifférence, _mais parce
qu’ils étaient trop et qu’on n’a pas eu le temps_! Ils formaient un
«ensemble», ils constituaient le champ prodigieux et illimité de la
future récolte, aussi sont-ils tombés par centaines, par milliers, et
bien davantage, comme se couchent sous la faux les innombrables épis,
et, de même qu’eux, ils sont demeurés impersonnels par la continuité
magnifique et inépuisable de leur chute... Quand on célèbre la beauté
de la moisson, s’inquiète-t-on de l’histoire et du passé de chaque
tige? Nul ne s’en préoccupe; on ne songe qu’au pain qui nourrira les
hommes. Mais il n’est pas défendu à quelques rêveurs équitables retenus
en arrière d’essayer de citer, sans les connaître, ces héros innommés
qui n’ont pas brillé dans les ordres du jour et qui méritaient, plus
d’une fois, d’y figurer, ces soldats simples, sans orgueil, qui par
rangées toutes pareilles se sont succédé à terre, étendus roide le jour
ou dans les ténèbres, et qui défigurés par l’obus ou par le masque de
l’agonie ont tout perdu, jusqu’à leur ressemblance... sur lesquels n’a
pu être retrouvée la médaille d’étain attachée à leur poignet par un
cordon noir... ceux qui, frappés, ont été mourir à leur aise dans des
coins, dans des cachettes où on ne les a découverts qu’au bout d’une ou
deux semaines... ou bien qui, broyés par les roues des caissons et les
sabots de la cavalerie, offraient une vue insoutenable et qui ont pour
ainsi dire exigé eux-mêmes qu’on les inhumât tout de suite, sans les
regarder, dans un infernal désarroi, en détournant les yeux d’horreur
et de compassion... et ceux encore que l’on a dû, pour plus de hâte,
incinérer, comme font les Indiens des bords du Gange qui sont venus ici
promener leurs turbans.

Tous ceux-là... c’est sur eux qu’en ces jours d’inexprimable deuil je
me penche, avec une torche à la main, pour tâcher de les discerner et
de les éclairer dans le gouffre mystérieux de la fosse commune. Pauvres
gens! Ils n’ont rien demandé et on ne leur a rien accordé, même pas une
planche où soient tracés deux mots. Ils ont été «évacués» sans un merci
nominatif. Ils ne sont pas difficiles. D’ailleurs nous sommes sûrs que
s’ils retrouvaient la parole ils ne réclameraient pas. Ils diraient:
«C’est bien ainsi.» Et cependant, pour leurs parents, pour ceux qui les
aimaient, ils seront maintenant des morts plus écartés, très différents
des autres, ils demeureront _des disparus_, ceux qui, à partir d’une
certaine date ont cessé de donner signe de vie, sans que malgré toutes
les recherches, on ait jamais eu ensuite un seul indice et le moindre
détail relatifs aux circonstances et à la façon dont ils ont été rayés
du nombre des humains. Leur famille désemparée se sentira éternellement
«coupée» d’eux, plus privée de leur absence que si l’on savait où sont
présents leurs restes inanimés. Car c’est une oppression à nulle autre
pareille--quand il s’agit d’un mort--que d’être «dans le vague» et de
se répéter sans relâche: «Où sont-ils?» Voilà la question. Ici? Là?
Plus près? Plus loin? En Alsace? Dans les Vosges? Dans l’Aisne? Dans la
Marne? En haut? En bas? On s’est battu dans tant d’endroits que l’on
est mort un peu partout! Comment savoir? Quel embarras!

Les soupirs montent à nos lèvres et les larmes à nos yeux...
Arrêtons-les. Dominons-nous... Regardons ces morts sans fléchir et ne
les plaignons pas. Leur anéantissement, qui nous semble plus profond,
n’est qu’une trompeuse apparence. Anonymes, ils ont la gloire solide et
sûre des forces qui ne sont profitables qu’à la condition de demeurer
secrètes. Leurs moyens isolés, épars, remportent le succès du faisceau
et de la cohésion, précisément par le sacrifice de la personnalité.
Beaucoup plus ambitieux parce qu’ils sont plus détachés, ils
_n’obtiennent_ qu’en _renonçant_, jusqu’à la fin, même après la vie.
Grâce à cette manière ils deviennent les sources cachées, mais les plus
actives et les plus riches, de la vie nouvelle prête à jaillir, ils
sont l’humus, l’engrais miraculeux de l’idéal futur, le terrain spécial
de la résurrection, le domaine public de l’immortalité. Quoi? Des
tombeaux courants? Des petits carrés? Des morceaux de patrie chichement
mesurés, au centimètre? à eux? Des plates-bandes à ces géants? Vous n’y
pensez pas?... Ils ont davantage et méritent mieux. Ils sont l’Armée,
l’armée innombrable, obscure et magnifique, la masse, la houle, le
flot débordant auquel tout appartient: les espaces illimités qu’ils
ont couverts de leurs nappes épaisses, toutes les régions qu’ils ont
gagnées en y passant, les sols marneux, les craies de Champagne, les
dunes de Flandre, les sables mouvants, les pics, les marécages...,
toutes ces étendues sont leur bien, leur empire... et c’est à peine
suffisant. L’incertitude, l’ignorance même de la place insoupçonnable
où ils se sont tous si savamment tapis, communique à leur sépulture
un vaste et spécial mystère. Ainsi, respectons, puisqu’ils l’ont
voulue, l’énigme de leurs os. Comprenons qu’en acceptant de ne les
chercher nulle part, nous les trouverons mieux partout, et ne les
rapetissons pas en prétendant les localiser. Vainqueurs posthumes, ils
s’assimilent au sol par une liaison plus étroite et justifiée, ils
ont la plus pure et la plus certaine des «concessions», parce qu’elle
est presque immatérielle. Personne ne peut profaner leurs restes
insaisissables. Ils échappent aux méfaits des survivants, aux caprices
de l’ingratitude, et leur dépouille n’ayant pas reçu d’éphémères
honneurs sera plus longtemps vénérée. Ils auront les soins assidus de
la nature dont le tranquille zèle jamais ne cesse et ne se ralentit,
dont la mémoire est régulière. Sur eux l’herbe verte, les fleurs, la
neige et les feuilles mortes seront toujours renouvelées.

Aussi ne pourra-t-on plus fouler un champ, se baisser sous les
branches, traverser une prairie... regarder simplement à terre sans
ranimer l’image inconnue de ces morts et les envelopper d’un grand
manteau d’amour. Nous les sentirons avec nous, plus mêlés à la vie,
plus libres, ayant des coudées plus franches que s’ils étaient relégués
dans l’enceinte des nécropoles... Ils feront partie des saisons. L’an
prochain devant un blé plus beau, devant une vigne plus lourde, on
dira: «Ce blé qui mûrit vient du fond de leurs entrailles... Le sang de
cette grappe est le vin de leur cœur...»

                                   *
                                  * *

Et à côté de ceux-là, «_des anonymes de la mort_», en voici d’autres
qu’il faut également tirer de l’ombre et dévoiler: _les anonymes de
la vie_, les discrets acharnés du bien, les modestes du sacrifice et
les honteux du dévouement: sœurs de charité, infirmières, médecins,
brancardiers, bourgeois, employés, ouvriers, petites gens, passants de
la rue et des abords de la bataille, dont la guerre a fait des héros
qui refusent d’être en vedette.

Dans l’ordinaire, ils étaient «comme tout le monde». Mais la pitié,
la douleur, la colère patriotique, la furie de la compassion les ont
soudainement révélés aux autres et à eux-mêmes.

Quand la ville a été un matin secouée de terreur, qu’on a dit: «Ils
arrivent!» que sous l’aboiement des premiers boulets les habitants
se sont enfuis dans un hallali d’épouvante... les anonymes de la
vie, qui auraient pu partir eux aussi et souvent dans d’excellentes
conditions, sont restés... d’abord en manière de blâme et de reproche
à la panique, et puis pour étayer ceux qui étaient forcés de demeurer,
que tout et rien ne retenaient sans doute, mais qu’une irrésistible
puissance de tendresse et de déchirement clouait et attachait à leur
cité, au quartier, à la maison, à la chambre, à leur bien, à ce qui
avait été jusqu’à ce jour leur courte joie sur la terre... Ceux-là
méritaient maintenant qu’on les aidât, qu’on ne les lâchât pas... Au
noble soin de rallier leur détresse et de protéger leur impuissance,
_ces anonymes_ se sont voués, de toutes parts, avec un courage qui
imposera l’admiration et le respect pour des siècles. Des femmes, des
jeunes filles de hardiesse virginale, des timides citoyens galvanisés
de bravoure, des prêtres, des vieillards, des hommes de devoir, de
sagesse et d’autorité ont surgi d’entre les blessés et les morts, sont
nés des cendres et des ruines, pour être à la hauteur du désastre et
pour élever les âmes au-dessus des panaches de l’incendie. Rien ne
leur fut impossible. Organiser la résistance et le salut, atténuer le
ravage, aller au-devant de l’ennemi sans attendre qu’il vienne à vous,
avoir mieux que du cœur: de la tête, parler la voix tranquille et les
yeux clairs aux officiers casqués, discuter avec eux, débattre pied
à pied le chiffre de l’impôt du sang et s’offrir soi-même en otage,
faute de mieux; donner sa vie en caution, tomber enfin d’accord forcé
sur la somme et courir par les rues fumantes la quêter, la réunir, la
rapporter en tas et puis subir alors des exigences nouvelles, être
pressuré davantage, contraint de retourner obéir à ces prétentions
exorbitantes, et au milieu de tout cela, que l’on réussisse ou que
l’on échoue, se maintenir en belle allure morale et en dignité
française... quoi qu’il puisse arriver!... c’est ce qu’ont fait pendant
des jours et des semaines, des êtres surhumains, merveilleux, qui se
sont multipliés, épuisés en marches, en paroles, en raisonnements, en
discussions serrées, en ripostes troublantes, qui ont accompli des
prodiges d’adresse, d’éloquence palpitante et fière pour essayer, sinon
d’attendrir, du moins d’ébranler et de convaincre le Teuton... et qui
plusieurs fois, par la logique, la raison, le bon sens, le tour et la
présence d’esprit de leur volonté, y sont presque parvenus... Autre
guerre dans la grande, et faite, elle aussi, sous les balles, pendant
qu’éclatent les obus, que crépitent les toits en flammes.

Et ce sont toujours ces mêmes _anonymes_ qui, entre les chevaux des
uhlans, ont suivi à pied, ont été conduits hors de la ville nu-tête, au
vent du désastre, comme dans les peintures du moyen âge, qui ont été
menacés du fusil, de la corde et du revolver, que l’on a mis en joue et
que l’on a relâchés... quand on a vu qu’ils n’avaient pas peur.

Faut-il aussi parler des secours matériels, spirituels, des remèdes,
des soins, des soupes, des viatiques de toutes sortes qu’ils ont portés
parmi les éboulements? des victimes qu’ils ont sauvées _in extremis_,
des réfugiés qu’ils ont retirés des caves après qu’ils les y avaient
cachés, des prêtres et des médecins qu’ils ont été quérir à tout prix
et qui sont venus, par le plus court chemin,... des enfants qu’ils
ont ravis sous leurs manteaux, dans une fuite atroce, comme s’ils les
volaient?... Pensez-vous aux escaliers de maison vacillante, de tours
prêtes à crouler, de clochers et de souterrains montés et dégringolés,
quatre à quatre, sous la pluie d’enfer...? Et les nuits sans sommeil,
prolongées à tant écouter! où l’heure est martelée chaque minute,
chaque seconde par un abominable fracas qui ne se tait jamais! Et les
prières suprêmes! les baisers du dernier soupir! les sanglots retenus
quand on n’en peut plus et que l’on se croit au moment décisif et
convoité de paraître devant Dieu... Enfin! Enfin! Plus de terre!

Eh bien, après avoir vécu toutes ces grandeurs et toutes ces horreurs,
et en avoir triomphé, par miracle, après avoir vu venir et repartir
l’Allemand, après avoir espéré, désespéré, souffert l’inimaginable
et surmené toutes les forces de leur corps et de leur cœur... les
«anonymes de la vie» _ne veulent pas qu’on en parle_, à eux ni à
personne... Vous les interrogez, vous leur demandez: «Qui êtes-vous?
Votre nom?--Inutile, vous disent-ils, nous ne sommes rien. Ne me nommez
pas, je vous le défends.--Mais pourquoi? Il faut pourtant bien que
j’apprenne à l’univers qui a fait toutes ces actions?--Non. Ou alors,
dites que c’est la Ville! C’est Reims, c’est Lille, c’est Arras. Ce
n’est pas nous. Nous autres nous disparaissons. Nous avons joué notre
rôle. Ne nous recherchez pas. Nous rentrons dans les catacombes, dans
la cellule de notre vie.»

Ah! cela! c ’est le sommet du magnifique, le sublime qui déconcerte!
Puisque vous aussi, humbles et glorieux combattants, vous voulez, comme
la foule des soldats tombés, rester à l’écart et dans l’ombre après
la bataille, nous exaucerons votre vœu. Mais malgré vous, plus tard,
le secret percera... Si vite qu’en vous effaçant vous glissiez dans
l’avenir, par les rues de vos villes dévastées et reconstruites, le
long de vos cathédrales toujours debout, on saura vous deviner. Vous
ne passerez plus qu’au milieu d’un murmure ardent de reconnaissance.
On vous désignera d’une main qui bénit: «Celui-là, cet homme à barbe
blanche... Cette mère et sa fille... au tournant du parvis... Ils en
étaient... Sans eux!... Ce sont nos bienfaiteurs! les sauveurs, les
gardiens de la cité!

  HENRI LAVEDAN.



LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE A DUNKERQUE ET A FURNES


M. Raymond Poincaré vient, pour la seconde fois, de passer quelques
jours au milieu des troupes: voyage de bon augure, qui a coïncidé avec
d’heureuses nouvelles du front, et qui a été marqué, pour le président
de la République, par deux visites d’un haut intérêt.

Arrivé à Paris le jeudi 29 octobre, M. Poincaré consacrait tout
d’abord ses deux premières journées de séjour à visiter les gares où
passent les blessés, divers hôpitaux où ils sont soignés, à rendre
hommage, à la veille de la Toussaint, aux morts inhumés dans les
cimetières militaires des environs de Paris. Samedi, guidé par le
général Galliéni, le chef de l’Etat parcourait plusieurs sections du
camp retranché de Paris, s’intéressant à l’installation des travaux
de défense, descendant alertement dans les tranchées, et surtout
félicitant chaleureusement les nombreux territoriaux qu’il rencontra
à leur poste, de leur entrain, de leur zèle, de leur patriotique
dévouement. Enfin poussant jusqu’aux champs de bataille de la Marne, il
y saluait de nombreuses tombes de combattants anglais ou français.

Le lendemain, dimanche, M. Raymond Poincaré partait pour Dunkerque.
M. Millerand, ministre de la Guerre, l’accompagnait. A Dunkerque, ils
rencontraient lord Kitchener, ministre de la Guerre britannique, M. de
Broqueville, ministre de la Guerre de Belgique, et, tout naturellement,
le général Joffre. Des longs entretiens qui eurent lieu résulta, plus
que jamais, la certitude d’un accord complet entre les alliés. Le soir,
le président retenait à dîner M. de Broqueville et lord Kitchener.
Puis, dans la nuit, le chef du War Office repartait pour Londres.

Lundi, le président de la République, en compagnie du ministre de la
Guerre, du général Joffre et du général Duparge, secrétaire général
de la Présidence, franchissant la frontière, se rendait en Belgique
saluer le roi des Belges et sa vaillante armée. Le roi Albert, informé
de ce projet, était venu au-devant de ses hôtes jusqu’à la frontière.
Rien ne saurait dire la cordialité, la chaleur de cette entrevue, en
un pareil moment. En termes émus, M. Poincaré exprima de nouveau à
l’héroïque souverain sa fervente admiration, celle de la France entière
pour la magnifique attitude de la nation et de l’armée belges groupées
derrière leur roi, et les vœux que tous nous formons pour la Belgique,
dont la cause, autant que la nôtre, nous est sacrée; le remerciant, le
roi Albert fit un vif éloge de l’armée française. Puis il conduisit, en
automobile, à la résidence royale, le président, qui put offrir à la
reine ses respectueux hommages.

De là, les deux chefs d’Etat, avec les deux ministres de la Guerre et
le général Joffre, gagnaient Furnes, que nos avions protégeaient contre
les taubes. Des troupes, belges et françaises, étaient massées sur la
place de l’Hôtel-de-Ville. Le roi et le président, aux accents de la
_Marseillaise_ et de la _Brabançonne_, les passèrent en revue. Une
longue et affectueuse entrevue suivit, dans l’un des salons de l’Hôtel
de Ville, à la suite de laquelle le roi tint encore à reconduire M.
Raymond Poincaré aussi loin que possible, dans la direction d’Ypres,
où opèrent avec une endurance, une ardeur admirables, des troupes
françaises au milieu desquelles le président, le ministre de la Guerre
et le généralissime allaient terminer leur journée.



LES HÉROS DE NOTRE PAYS

LETTRE DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL DANS LE NORD

  31 octobre 1914.


Je voudrais que _L’Illustration_ me permît de donner à cet article le
premier titre que j’avais choisi: _Chez les poilus du..._

Le terme vous crispe un peu la bouche?

C’est que vous n’avez pas entendu le jeune chef qui les commande
prononcer: «Mes poilus!» Il articule cela avec une soudaine
camaraderie, en avançant légèrement le menton et en arquant les lèvres;
il appuie sur les syllabes, hausse le ton, sourit des yeux, paraît,
à la fois, se contraindre à la trivialité et résister au souffle
d’orgueil qui l’entraîne,--et le mot, aussitôt, vous entre dans
l’esprit avec l’état civil qu’il faut pour qu’on ne lui discute plus
le droit de se faire une place dans votre vocabulaire. Si vous aviez
entendu le colonel P... le lancer, vous l’emploieriez sans gêne et vous
en éprouveriez une satisfaction pareille à celle qui vous saisit en
revêtant un costume qui vous sied ou en maniant un objet nouveau dont
la forme vous enchante.

Et si vous connaissiez les poilus, donc!

Je veux vous en parler, parce que, durant cette semaine où le souvenir
de nos morts nous obsède, où l’atmosphère porte la mélancolie
renouvelée qui nous vient des journées étroites qui accourent et des
anciennes tristesses qui remontent, où, cette année, il y aura tant
de voiles et tant de larmes, où, déjà, nous ne nous défendons plus
d’appréhender l’ère des deuils qui suivra le temps glorieux de la
Victoire, je dois à ces diables terrés de telles heures d’enthousiasme
et une allégresse si réconfortante que je voudrais vous les communiquer.

Vous vous imaginez que la vie dans les tranchées est lugubre, que les
visages y sont marqués de chagrin, que les épaules s’y voûtent, que le
meilleur de notre gaieté est noyé, qu’il n’y a de place que pour les
entretiens sévères et pour les chuchotements?

Détrompez-vous, sous peine de faire injure à nos frères qui combattent.
Les héros de notre pays n’ont pas, d’ordinaire, cette allure de
condamnés. Ce sont de simples hommes, un peu plus gais que de coutume,
qui s’accommodent sans façon de tout ce qu’ils ne peuvent éviter de
désagréable et qui, pour le reste, se «débrouillent», chacun d’eux
selon ses facultés.

Je reviens de chez eux les muscles retrempés, l’esprit fouetté, le
cœur gonflé, la tête bourrée d’histoires, mais je ne puis me faire à
cette idée que, sous l’invisible réseau des obus et des balles, posté
en pleine bataille, je n’ai rien vu de la bataille. Des champs vides,
des moulins à vent démolis, des bois au pied desquels jaillissent
à l’improviste les bouquets noirs des gros obus ou bien de petits
nuages blancs qui s’accrochent subitement à la lisière, se gonflent et
disparaissent... C’est tout ce que l’on surprend de la bataille! Quant
à ce que l’on entend, c’est une autre affaire...

                                   *
                                  * *

Mais je veux vous parler des poilus!

Il y avait fête chez eux, l’autre jour. On décorait un jeune aide-major
qui, en pleine action, aux environs de Capy, était allé ramasser
des blessés et s’était trouvé pris dans une dégelée de mitraille.
Ils étaient trois ou quatre à sa mesure qui, sans se préoccuper de
la musique infernale du plomb et de l’acier, acharnés à leur tâche,
faisaient des pansements comme à l’hôpital, quand un shrapnell éclata
au-dessus d’eux; on se regarda, on se compta, quelqu’un envoya un bon
mot et l’on se remit à la besogne. Mais un autre projectile arriva;
celui-ci était un obus qui tomba au milieu du groupe, tua des blessés,
en blessa d’autres à nouveau et coucha tout le monde. Le médecin-major,
qui commandait le service, se redressa et, s’apercevant que son aide ne
mettait pas assez de hâte à l’imiter, lui cria:

--Dites donc, cher ami, la pause n’a pas sonné!

Et l’autre de répliquer paisiblement:

--Pardon, monsieur le médecin-major, mais je crois que j’ai l’humérus
brisé.

C’est, ma foi, une belle réponse de médecin qui ne perd pas l’esprit!

Il avait bien l’humérus brisé... les «circonstances» n’avaient pas
troublé son diagnostic.

On l’a décoré cette semaine.

  [Illustration: L’arrivée du colonel: devant le drapeau déployé, se
  tient le héros de la fête.]

  [Illustration: La visite de l’aide-major Lucien à ses camarades,
  après la cérémonie.]

  UNE CÉRÉMONIE MILITAIRE SUR LA LIGNE DES TRANCHÉES.--La remise de
  la croix de la Légion d’honneur à un aide-major blessé.


Quelques jours avant, le colonel P... lui avait écrit: «Vous avez la
croix.

Je pourrais vous l’envoyer à l’ambulance; je préfère vous la remettre
sur le front. Vous nous manquez, nous serons tous contents de vous
revoir...»

Et l’on a conduit l’aide-major Lucien sur le front, sur le front même,
à 600 mètres des tranchées allemandes, avec prise d’armes et drapeau
déployé.

J’étais de la fête et c’est une des plus belles fêtes de ma vie. Jamais
je n’ai vu plus de grandeur dans pareille simplicité, jamais semblable
cérémonie n’avait revêtu pour moi une telle signification! Et jamais,
non plus, le drapeau ne m’avait paru plus clair, plus gai, plus crâne,
plus beau, plus chérissable que sur cette route, au milieu de ces
cultures, dans cette plaine, au-dessus de laquelle, inlassablement,
depuis trois semaines, court le métal porte-destin.

                                   *
                                  * *

Pour atteindre l’endroit qu’avait choisi le colonel, il fallait
descendre à l’orée d’un boqueteau et franchir un joli petit espace
dénudé que les poilus de là-bas connaissent bien et qu’ils n’abordent
jamais sans grommeler: «Attention au fou!»

Mais vous ignorez ce qu’est le _fou_? C’est un Boche qui est perché
sur un arbre et qui tire sur tout ce qui s’agite de ce côté. Ils sont
peut-être plusieurs: n’importe! On prononce en entendant le sifflement
d’une balle: «Encore des nouvelles du fou!» Il serait, d’ailleurs,
parfaitement injuste de ne pas reconnaître que le fou est un excellent
tireur; le soir de ce jour-là, nous avons rencontré un soldat qui
pouvait l’affirmer, preuve au bras,--et la preuve était chaude.

Nous étions bien une vingtaine qui devions traverser la région
exploitée par ce maniaque et il y aurait eu, pour lui, un joli tableau
à faire; mais il faut croire que le perché mangeait sa soupe ou qu’il
ne voulait pas troubler notre fête. Nous passâmes par petits groupes, à
peine inquiétés par quelques mouches, qui sont nombreuses cette année;
à 200 mètres de là, le piquet d’honneur avait pris les armes.

On aurait dit que chaque homme avait conscience du bon tour qu’on
jouait aux voisins. Les visages étaient épanouis, les yeux avaient des
éclairs malicieux; on s’amusait, allons!

Le colonel, lui aussi, prenait du bon temps. Pourtant, c’était le moins
insouciant; il aurait été si désolé qu’il y eût de la casse! De temps à
autre, l’oreille tendue, il levait les yeux vers la cime des arbres...

Une brindille se détacha d’une branche et tomba.

Enfin, la compagnie sortit de la tranchée, s’aligna et, aussitôt, un
commandement éclata:

--Présentez... arme!

A cet instant, le drapeau apparut sur la route.

On ne vit plus que LUI et je m’imaginai que, là-bas, tout près, on
devait suivre le jeu de son étoffe dans le vent. Il me semblait
immense, il me semblait éclatant: il était immense, il était éclatant
et l’officier qui le portait ne le diminuait pas.

Coupait-on encore du bois à la cime des arbres?... Nous ne nous en
préoccupions plus.

Une bordée de notre 75 nous calotta. Nous nous trouvions dans la ligne
de tir et le son nous arrivait, sec et dur, à croire que nous avions la
batterie à 100 mètres et que nous en recevions le souffle.

Et, pendant que le canon continuait à cogner, la parade se déroula,
sans hâte, sans bravade, strictement, gravement et gaillardement, à la
française! Le petit aide-major que l’on décorait était peut-être celui
qui dissimulait le mieux son émotion; il se tenait devant le drapeau,
sans plus de gêne que s’il se fût trouvé dans son laboratoire...
J’avais oublié de vous informer que c’était un agrégé de Nancy, un
_intellectuel_, comme l’on disait. Lorsque le drapeau défila, il lui
adressa un beau salut de la main gauche, à la manière d’un vieil
invalide qui est bien empêché de saluer de l’autre main; il n’avait
plus du tout l’air d’un intellectuel.

                                   *
                                  * *

Ensuite, le colonel, qui nous avait priés à déjeuner, nous introduisit
dans la salle à manger qui est de construction et de style 1914: trois
marches pour y pénétrer, des murs uniformément bruns--terre de Sienne,
si vous voulez--un plafond aux poutres apparentes sur fond de gerbes
de blé, assez haut pour permettre au plus bel homme du régiment de se
tenir debout sans courber la taille... Coquetterie: la table, à la
nappe blanche immaculée, était parée de fleurs.

Voyez-vous, il y a des détails qu’on ne trouve que chez nous et qui
sont la marque de notre âme.

  [Illustration:

  _Médecin principal Vieu._--_Colonel P..._--_Aide-major Lucien._

  La salle à manger fleurie du colonel.]

Ces fleurs, sur cette table, dans une tranchée perdue au milieu des
champs de betteraves et des labours, loin de tout jardin, citait
la plus délicate joie des yeux pour excuser le plus détestable des
menus. Elle assaisonna le plus délicat des repas de guerre et je me
souviendrai de ce poulet Marengo avec autant de gratitude que je me
rappellerai le corton dont on l’arrosa.

Par un bienheureux hasard, la batterie qui était devant nous annonçait
chaque service et, quand nous en fûmes au dessert, les gros canons se
mirent de la partie.

Alors le colonel se leva et porta un toast, très court, très noble...

C’est vraiment une jolie figure que cet homme-là! Dans le labyrinthe de
ses taupinières, sur sa route ou sur le banc de terre de son «bureau»,
parmi ses hommes ou parmi ses officiers, il apporte partout une bonne
grâce limpide et aisée, une politesse mesurée, un souci d’élégance
de parfait homme du monde, mais tout cela marié à quelque chose de
discrètement strict et de martial qui chasse toute pensée de frivolité.
Ce matin d’octobre, quand, debout et le verre en main, il articula le
mot _France_, il me parut que le mot, qui avait tremblé dans sa gorge,
nous frappait en pleine poitrine.

Les circonstances y étaient pour leur part, bien sûr,--et le décor
aussi. Mais le ton et l’homme y étaient pour la leur. C’était un
_gentleman_ qui s’exprimait,--et mieux: un _gallant gentleman_.

Je ne vous ai pas encore entretenu de ses poilus! Je voudrais vous
en parler comme il en parle lui-même; ce serait rendre hommage aux
meilleurs soldats de France, à ceux de ce régiment et à ceux des
autres corps, à tous ceux qui vont au feu sans forfanterie, carrément,
gaiement, et à tous ceux qui, entre deux charges, se sont organisés,
dans leurs galeries souterraines, une existence de petits propriétaires
troglodytes,--chasseurs à l’affût toujours en éveil, silencieux, joyeux
et passionnés trappeurs.

  GASTON CHÉRAU.

  (_A suivre._)



  [Illustration: Le commandant d’un groupe d’artillerie à son poste
  de commandement: à sa droite, le téléphoniste qui transmet les
  ordres.]

  [Illustration: Batterie d’artillerie française de 75, dissimulée
  sous des monceaux de paille et qu’aucun aviateur ne pourrait
  repérer.]

  [Illustration: Un groupe d’ennemis, tués net par un seul obus
  explosif de 75, semblent dormir, dans des poses naturelles, au
  pied d’un tas de bois.]

  IMAGES DE GUERRE MODERNE


  [Illustration: M. Poincaré.--Général Galliéni.

  Le président de la République félicite de leur zèle les
  territoriaux qui travaillent aux retranchements.]


  [Illustration: Le Président et les généraux sont descendus au
  fond d’une tranchée.]

  [Illustration: Une tranchée-type d’infanterie.]

  [Illustration: Lecture sur place de la carte.]

  LE GÉNÉRAL GALLIÉNI FAIT VISITER AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
  LE CAMP RETRANCHÉ DE PARIS

  _Voir l’article, page 339._


  [Illustration: Sur la place de l’Hôtel-de-Ville, à Furnes
  (Belgique), l’automobile où ont pris place côte à côte le roi des
  Belges et le président de la République française passe sur le
  front des troupes qui saluent.]

  [Illustration: Le Président et le Roi.--Général Joffre.]

  LE ROI ALBERT, LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET LE GÉNÉRAL JOFFRE
  A FURNES

  _Voir la gravure de première page et l’article, page 339._



DEUX ENGAGÉS DE LA GUERRE DE 1914


Ces deux soldats fraternellement unis, et pourtant si dissemblables,
ont une bien belle histoire. La voici:


Dès les premiers jours d’août, quand éclata la guerre, le père D...,
un fils d’Auvergne, devenu petit commerçant dans la banlieue de Paris,
parut se transformer. Vieux sang ne saurait mentir. Il se souvenait
de son service militaire, au Tonkin, et aussi qu’il avait eu un oncle
tué à Reichshoffen. En dépit des objections des autorités et de son
épouse, il réussit à fonder une garde civique. Des individus à mine
équivoque rôdaient par le pays. Le fusil de chasse à l’épaule, le père
D... aperçut un jour un promeneur suspect. Par trois fois, il le somma
vainement de montrer ses papiers. Alors coup de feu à chevrotines...
Le père D... s’approcha. L’homme était à terre. Dans ses poches, des
statistiques, des plans de forts. Le maire, le commissaire spécial
furent mandés. On se transporta au domicile du personnage. On trouva
un uniforme de capitaine de la landwehr et l’ordre de rejoindre son
régiment à Paris! Le vieux chasseur fit un cran à sa ceinture: il avait
tué son premier _Boche_.

Mais ce n’était là qu’un préambule. Une obsession tourmentait le père
D... Il en avait bien touché un mot à son épouse, mais la digne femme
avait poussé les hauts cris. Et ses affaires, et ses enfants, et
elle-même! La guerre! A cinquante ans! Mais il était fou!

Un jour, enfin, il n’y tint plus et se présenta au bureau de
recrutement. On était peu disposé à l’écouter; mais il montra tant
d’éloquence qu’on finit par accepter ce vétéran à la barbe plus blanche
que grise, au nez orné d’une paire de lunettes.

Vers la mi-septembre, le père D... se trouvait sur le front. C’est
ici que l’épopée commence. Simple soldat à son arrivée au régiment,
il était promu caporal huit jours après, sergent dix jours plus tard.
Désirait-on des volontaires pour un coup de main? C’était toujours le
père D... qui de sa voix caverneuse répondait le premier: «Présent!»
Signalait-on là-bas, dans la tranchée, un tireur _boche_ trop adroit?
C’était lui qui se chargeait de le descendre. Le régiment donnait-il
tout entier à l’attaque? C’était encore lui qui se glissait au
premier rang. Il fut, avec son colonel, un brave entre les braves, le
merveilleux entraîneur de son régiment. Ce vieil homme, par son humeur
endiablée, son insouciance, son courage, donnait l’exemple à tous. Les
jeunes recrues lui demandaient conseil et ne redoutaient rien tant que
son blâme. Les trembleurs n’osaient se montrer devant lui. Au fait,
depuis qu’il était là, il n’y avait plus de trembleurs!

Voilà que l’assaut est ordonné contre une position qui domine ces
profondes carrières à sangliers où les Allemands se retranchent. La
nuit tombe. La tâche sera rude. Le colonel s’est porté en avant. En
tête des éclaireurs, il aperçoit le père D..., le corps plié, le fusil
à la main, l’œil aux aguets...

--Encore toi!

--Toujours moi, mon colonel.

--A ton âge! Mais tu n’es pas à ta place, ici!

--Vous non plus, mon colonel!

--Tais-toi! Je te fais adjudant!

  [Illustration: Deux engagés de 50 et de 17 ans.]

... Beaucoup sont demeurés sur le plateau jonché déjà de tant de
cadavres! Mais la position a été enlevée à la baïonnette. Hélas! le
vieux sergent n’aura pas vu la victoire. A 1.200 mètres de la ligne de
tranchées, il a tiré le premier coup de fusil sur une ombre imprudente.
La tache noire s’est effondrée. Les obus, les fusils, les mitrailleuses
ont riposté. Un shrapnell a décoiffé d’abord le père D..., effleurant
son crâne. Le sang coule et l’aveugle:

--Hardi! les enfants. Et, si je tombe, ne perdez pas la direction. Le
groupe d’arbres, à gauche du croissant de la lune!

Il n’avait pas achevé qu’une balle lui brisait l’avant-bras droit. Il
tomba.

--Veux-tu bien me laisser là! A gauche du croissant, je te dis!

Il n’est plus bon à rien pour aujourd’hui... Rampant à travers les
betteraves, il a pu réussir à regagner la crête du plateau où des
ambulances l’ont recueilli.

Dans le train de blessés, le père D... a retrouvé sa bonne humeur:

--Une fracture, les gars! une simple fracture! Le sang est bon. D’ici
vingt jours, tout ça sera raccommodé. Comme adjudant, plus de fusil à
porter. J’aurai quand même plaisir à en descendre encore quelques-uns.
La musique des «boîtes à singe» et du «moulin à café» commence à me
manquer!

En style de guerre 1914 on désigne sous ces vocables l’obus et la
mitrailleuse.

A chaque station, le père D... baise galamment les mains des
demoiselles de la Croix-Rouge qui lui offrent de bonnes choses... Mais
une ombre passe sur son visage... Il soulève son képi et grattant,
de son geste familier, cette dure caboche auvergnate que les obus
allemands n’ont pu entamer:

--Tout de même, qu’est-ce que va dire ma femme quand je rentrerai à la
maison?...


Dans l’hôpital où est maintenant le père D... se trouve un autre engagé
volontaire, mais de la plus jeune génération, celui-là. Il n’a que
dix-sept ans. On appelle l’un le «vieux», et l’autre le «gosse». Ce
«gosse», enfant de Lorraine, a aussi quelques exploits à son actif.
Un Prussien qui avait réussi, un jour, à gagner nos lignes afin de
se faire capturer, assura que nombre de ses camarades l’imiteraient
volontiers. Le gamin, qui parle l’allemand, s’offrit pour l’accompagner
jusqu’à la tranchée d’où il s’était échappé. Au crépuscule, le plan
fut exécuté. Devant la tranchée que nul officier ne surveillait à cet
instant, Français et Allemand vantèrent les charmes de la captivité.
Plus de coups de schlague, une bonne nourriture, finie la corvée!
Dix-huit lâches se laissèrent convaincre et abandonnèrent leur poste
pour les suivre... Le cortège désarmé se mit en marche... Mais bientôt
les autres Allemands, revenus de leur surprise, ouvraient le feu... Une
batterie entra même en action:

--Je franchissais nos lignes avec mes dix-huit prisonniers et mon
guide, raconte le «gosse», quand j’entendis siffler un obus. J’ai trop
d’expérience pour ne point connaître à l’avance où un obus va tomber.
Celui-là nous arrivait en plein dessus. Alors, je poussai brusquement
mon guide devant moi... Pfuitt! Boum! C’était un bon diable, ce
_Boche_... Il m’avait été utile... Mais que voulez-vous? Il a tout pris!

Lui en fut quitte pour une forte contusion. A l’hôpital, les majors, le
voyant surmené, voulurent le rendre pour un mois aux jupes de sa mère.
Mais le «gosse» n’entendit pas de cette oreille. Dans quelques jours,
avec le «vieux», il retournera au front.



  [Illustration: Officiers de highlanders d’outre-Atlantique.]

  [Illustration: Étendard du régiment d’Infanterie Princesse
  Patricia.]

  LES CONTINGENTS CANADIENS DE L’ARMÉE BRITANNIQUE OPÉRANT EN
  FRANCE


  [Illustration: LE JOUR DES MORTS (1914)

  _Dessin de LUCIEN JONAS._]



  [Illustration:

  RENCONTRE NOCTURNE

  _Dessin de GEORGES SCOTT._]

   _Il y aura, en des temps plus calmes, tout un véritable
  «romancero» à écrire sur le rôle de l’automobile et la vie des
  chauffeurs en campagne. Il sera fertile en péripéties émouvantes,
  et neuves, surtout, et pleines d’imprévu. Que de rencontres
  étranges ainsi, au coin d’un bois, au détour d’une route, où
  l’homme du volant dut rivaliser de sang-froid avec son compagnon,
  son garde du corps! Que de traits élégants où l’esprit français,
  fertile en ressources, triompha de la lourdeur ennemie et où,
  grâce à un coup de volant décisif, à l’allumage brusque des
  phares électriques qui effraie les chevaux, ou enfin à quelques
  adroits coups de fusil, furent sauvés la voiture et ceux qui la
  montaient!_



  [Illustration: Peloton de hussards français dans les brouillards
  de la Somme: un renseignement]

  [Illustration: Les lanciers de l’armée britannique prennent grand
  soin de ménager leurs montures.]

  LA CAVALERIE LÉGÈRE DES ARMÉES ALLIÉES



  [Illustration: LE DÉNOUEMENT D’UN DUEL AÉRIEN: VAINQUEUR ET VAINCU

  _Dessin de GEORGES SCOTT, d’après le croquis d’un témoin
  oculaire._]

  Si les aviateurs des diverses armées alliées accomplissent
  chaque jour des prouesses, ces exploits n’ont en général pour
  témoins que les bataillons ennemis; les nôtres les connaissent
  seulement par le rapport ou... par les journaux. Pourtant, il
  n’est pas un soldat du front qui ne rêve d’assister à un combat
  aérien, prêt à applaudir aux derniers tournoiements de l’avion
  allemand blessé à mort. De ces rencontres il n’a encore été
  pris, il ne sera peut-être pris aucun cliché. Des indications et
  un croquis fournis par un spectateur du combat que nous avons
  déjà mentionné (numéro du 24 octobre) ont du moins permis d’en
  représenter très exactement la phase finale. C’était à Jonchery,
  près de Reims. Un avion allemand, du type «Aviatik», après
  avoir survolé nos troupes, se préparait à regagner son camp.
  Aussitôt, le sergent Frantz et le soldat Quenault s’envolent sur
  un biplan armé d’une mitrailleuse. Arrivé à une grande hauteur,
  l’appareil français attaque son adversaire de flanc: bientôt le
  moteur de celui-ci explose, déterminant l’incendie de l’appareil
  qui s’abat lourdement dans les lignes françaises. Des deux côtés
  les soldats étaient sortis de leurs tranchées pour mieux suivre
  les péripéties du drame. Tandis que les débris de l’ «Aviatik»
  achevaient de flamber près de deux corps carbonisés, ils virent
  le biplan français descendre majestueusement, en décrivant de
  grands orbes autour du brasier.



  [Illustration: LE CHAMP DE BATAILLE DES FLANDRES ET DE L’ARTOIS

  _Croquis panoramique par L. TRINQUIER_]



  [Illustration: LES FUNÉRAILLES DU ROI CAROL Ier DE ROUMANIE A
  BUCAREST

  Le char funèbre, suivi par le cheval favori du souverain, par
  le nouveau roi Ferdinand Ier (que désigne le signe ×), marchant
  entre ses fils, les princes Carol et Nicolas, et par un immense
  cortège, passe sur le grand boulevard Lascar-Catargiu.

  _Photographie C.-G. Basiliad, prise le 12 octobre, et parvenue
  à Paris le 30 seulement, par suite des difficultés des
  communications._]


  [Illustration: Les mêmes deuils que chez nous: une femme et
  ses enfants devant le corps d’un volontaire serbe mort de ses
  blessures.]

  [Illustration: Les mêmes tranchées que sur les lignes de l’Aisne
  en Bosnie, devant les hauteurs occupées par les Autrichiens.]

  LA CAMPAGNE SERBE CONTRE L’AUTRICHE

  _Phot. de notre correspondant, S. Tchernoff._



  [Illustration: LE GOUVERNEMENT BELGE AU HAVRE.--Une cérémonie
  quotidienne: chaque matin, devant l’hôtel affecté au ministère
  de la Guerre de Belgique, les couleurs nationales belges sont
  hissées au sommet d’un mât et saluées par la garde ainsi que par
  le personnel et les officiers du ministère.]



LA QUATORZIÈME SEMAINE DE GUERRE

29 OCTOBRE-4 NOVEMBRE


La bataille continue avec une violence croissante sur tout l’immense
front de la mer du Nord à la plaine d’Alsace; mais entre la Lys et
la mer se joue sans doute la partie décisive. Si ardente que soit la
mêlée dans beaucoup de régions, nulle part autant d’hommes ne sont aux
prises; nulle part autant de races humaines ne participèrent à une
guerre; nulle part aussi une telle accumulation de moyens d’attaque
et de défense n’a encore été constatée. La bataille du droit et de la
civilisation contre la barbarie a recruté des soldats jusque parmi les
peuplades variées de l’Inde, les Arabes et les Berbères de l’Afrique du
Nord, les nègres de l’Afrique occidentale. Les navires de l’Angleterre
et de la France prennent une part considérable et glorieuse aux combats
sur la terre ferme; l’aviation y participe par des flottes aériennes
plus considérables et plus agissantes que celles jusqu’ici mises en
ligne. Lorsqu’on connaîtra par le détail tous ces événements qui nous
sont à peine révélés, les fictions les plus extraordinaires de Jules
Verne et de ses imitateurs paraîtront bien dépassées.

Toute la semaine, les Allemands ont déployé une activité confinant
à la furie. Ce n’est pas seulement vers Dunkerque et Calais qu’ils
ont voulu percer: leurs opérations contre Arras paraissaient menacer
Boulogne; en Picardie, ils voudraient trouer dans la direction
d’Amiens; sur l’Aisne, on dirait qu’ils veulent retourner vers l’Ourcq
et la Marne; par l’Argonne, la Meuse et la Woëvre, ils tentent
d’envelopper Verdun; enfin du côté de la Seille, ils poussent de
nouvelles pointes sur Nancy. Chaque jour les communiqués employaient
les mêmes termes: «Violentes attaques sur tout le front.» Ces attaques
ont été presque partout infructueuses, malgré l’effrayante consommation
d’hommes qu’elles ont demandée à l’ennemi. C’est à plus de 200.000
que le colonel Repington, du _Times_, évalue le nombre des soldats
sacrifiés par le commandement allemand depuis un mois. Cette semaine
particulièrement sanglante s’est achevée par des symptômes de victoire
qu’a soulignés la visite du président de la République à nos vaillantes
troupes et par l’excursion sur le front même de la bataille, accomplie
par M. Poincaré en compagnie de l’admirable roi des Belges.


LA BATAILLE DES FLANDRES

Les Allemands ont d’abord porté leur principale action sur les bords
de l’Yser, entre l’embouchure du petit fleuve et Dixmude. Grâce à des
masses sans cesse renouvelées ils avaient pu franchir le cours d’eau,
et même dépasser le chemin de fer en occupant Ramscappelle et Perwyse.
Les troupes belges ont eu recours à la mesure suprême des inondations:
rompant les digues de l’Yser, tendant les barrages, nos amis ont amené
le flot insidieux dans la plaine basse des polders. En même temps,
aidés par nos troupes, ils enlevaient les villages occupés, et, sur
les chaussées dominant les eaux, ont refoulé les colonnes ennemies
du côté opposé, en leur infligeant des pertes considérables. Aux
dernières nouvelles, Belges et Français avaient à leur tour traversé
la rivière et se portaient vers la route d’Ostende à Dixmude où déjà
serait parvenue à Leffinghe une colonne qui longea les dunes, tandis
qu’une autre occupa Lombaertzyde le 3 novembre. Nous sommes donc près
d’Ostende.

Devant cette difficulté de se diriger vers la frontière française
par le littoral, devant l’inondation qui gagne chaque jour, l’ennemi
a porté son effort vers le Sud, contre la ville d’Ypres. Ne pouvant
aborder celle-ci par le Nord, ayant été chassé de Dixmude réduit en
cendres et se trouvant en présence de forces alliées victorieuses
occupant, entre Ypres et Roulers, les bourgs de Langemarck et de
Parschendaele, il a dû se diriger sur un front étendu entre Roulers
et Menin, où il a engagé de nombreux corps d’armée; depuis lors,
c’est au Sud-Est et au Sud d’Ypres que la bataille a lieu; elle fut
particulièrement ardente entre le canal d’Ypres à la Lys et le ruisseau
de la Douve, autour du village de Messines, situé à mi-chemin d’Ypres
et d’Armentières. Les positions ou points d’appui ont été pris et
repris plusieurs fois; Anglais et Français ont rivalisé d’ardeur dans
la résistance contre le flot allemand et dans les contre-attaques.
Les nouvelles du 4 novembre disaient que nous avions maintenu notre
front sur tous les points et que malgré des alternatives d’avance et
de recul, nous étions en progrès. Sur le reste du théâtre flamand
d’opérations, c’est-à-dire dans la Flandre française, autour des villes
populeuses de Lille, Roubaix, Tourcoing, Halluin et Armentières, le
silence a été complet, mais quelques indications furent fournies
sur les combats livrés par les troupes britanniques aux abords de
la Bassée. Les Allemands ont dirigé contre nos alliés de violentes
attaques, à l’aide de forces très supérieures en nombre. Un moment
obligés de reculer, les Anglais ont repris vigoureusement l’offensive,
repoussé l’ennemi et repris position en avant des points d’où ils
avaient été chassés. Toutes les attaques qui eurent lieu depuis dans
cette direction sont restées infructueuses. Il en fut de même jusqu’à
Arras, par les plaines de Lens et de Vimy.

A Arras, qui reste occupé par nous, l’ennemi a fait de violentes
tentatives les 1er, 2 et 3 novembre; tout en continuant le bombardement
de la malheureuse cité, il a cherché à parvenir au cœur de celle-ci;
mais nous tenions bon dans les villages de la banlieue immédiate et les
faubourgs; partout l’assaillant a été repoussé.


PICARDIE ET CHAMPAGNE

Les combats se sont poursuivis au Sud d’Arras jusqu’à l’Oise. Entre
Arras et la Somme, il semble que tout se soit borné à des attaques
contre nos positions, suivies de retours offensifs de notre part, nous
faisant gagner quelques points retranchés par l’adversaire. Mais plus
au Sud, en arrière, à l’Ouest de Roye et de Nesle, des deux côtés du
chemin de fer de Tergnier à Amiens, l’ennemi a renouvelé l’effort
entrepris depuis tant de semaines pour tâcher d’atteindre la capitale
picarde. Il n’y a pas réussi; c’est nous qui, vers le 30 octobre, avons
atteint, aux abords immédiats de Chaulnes, le bourg de Lihons, et, plus
au Sud, à quelque distance de Roye, le village du Quesnoy-en-Santerre.

Contre le rideau ainsi avancé vers l’Est, les Allemands ont dirigé de
furieuses tentatives, pendant trois jours; jusqu’au 3 novembre, tous
leurs efforts se sont brisés contre la ténacité de nos soldats appuyés
par notre puissante artillerie; même, le 4, nous faisions un nouveau
pas vers l’Est.


  [Illustration: Ligne générale (en grisé) des opérations
  militaires, à la fin d’octobre, de la mer du Nord à Nancy.

  _Voir aussi la carte de la couverture et, pour la bataille des
  Flandres, le croquis panoramique des pages 350-351._]


  [Illustration: LA BATAILLE DES DUNES, SUR LA COTE BELGE, ENTRE
  NIEUPORT ET OSTENDE

  _Fac-similé d’un croquis exécuté sur place et résumant les
  observations d’un dessinateur correspondant de guerre, M. H. C.
  Seppings Wright, qui s’était posté près d’une ambulance belge
  dans les dunes._]


  [Illustration: UN VILLAGE DEUX FOIS PRIS PAR LES ALLEMANDS ET
  DEUX FOIS REPRIS PAR NOTRE INFANTERIE

  _Dessin exécuté par M. Sydney Adamson, à Sommesous (village de la
  Marne, non loin de Vitry-le-François), d’après les indications
  précises d’officiers ayant participé aux combats de septembre sur
  ce point et qui ont certifié exacte la composition de l’artiste
  anglais._]


Sur l’Aisne, des événements auxquels les communiqués allemands ont
donné une importance vraiment excessive se sont produits en amont de
Soissons, autour de la petite ville de Vailly. Nous avions entrepris
sur les plateaux de la rive droite de la rivière une marche en avant
qui, heureuse entre la forêt de Laigue et Soissons, a échoué sur
les plateaux au Nord de Vailly--près de Condé--nos colonnes s’étant
heurtées à des forces très supérieures. Cet insuccès fut compensé le
1er novembre par l’échec des Allemands qui tentaient de poursuivre leur
avantage par des attaques de jour et de nuit. Le 2, les Allemands,
une fois encore renforcés, nous faisaient reculer sur la rive droite
de l’Aisne jusqu’à Bourg-en-Comin, en amont de Vailly; mais mardi
nous reprenions l’offensive et approchions de Bray-en-Laonnois par la
reprise de la ferme du Metz. Depuis lors notre avantage s’affirme.

Sur le reste du front, en Champagne, les Allemands ont manifesté
une recrudescence d’activité se traduisant surtout par une violente
canonnade à l’aide de leur artillerie lourde et la reprise du
bombardement de Reims. Plus à l’Est, du 30 octobre au 2 novembre, nous
avons gagné de tranchée en tranchée au Nord de Souain, malgré une
action d’artillerie presque ininterrompue.

Dans l’Argonne, la bataille commencée la semaine dernière, à travers la
forêt, entre Vienne-la-Ville et Varennes, a continué toute la semaine.
Les Allemands, pour s’assurer la communication à travers ces grands
bois, nous ont attaqués avec fureur; chacune de ces tentatives a été
repoussée avec des pertes considérables pour l’ennemi, et, le mardi 3,
nous le rejetions au Nord du chemin de Varennes.

Sur la Meuse, dans le massif des Côtes et dans la Woëvre, il n’y a pas
eu moins d’activité; les Allemands cherchent évidemment à envelopper le
camp retranché de Verdun dans le but d’entreprendre le siège de cette
grande place. L’armée qui manœuvre de ce côté, vers Saint-Mihiel, en
Woëvre, au Nord de Verdun, a partout tenu l’ennemi à distance et gagné
sur lui; elle a dépassé Pont-à-Mousson et, sans doute, atteint la
frontière. Au Nord de Verdun, où le puissant fort de Douaumont avait
été canonné pendant vingt-quatre heures sans subir, d’ailleurs, le
moindre dégât, nos troupes ont obligé les assaillants à évacuer les
positions lointaines d’où ils essayaient le bombardement du fort.

Pendant que des détachements français opèrent dans la vallée
supérieure de la Seille, vers Château-Salins, l’ennemi a esquissé une
contre-offensive contre Nomény au Nord de Nancy; sa reconnaissance a
été rudement reçue et rejetée sur le territoire annexé.

Dans les Vosges moyennes, les Allemands maîtres du chaînon du
Ban-de-Sapt, qui se dirige du col de Saales vers Raon-l’Etape,
bombardaient presque journellement Saint-Dié; une brillante attaque
les a rejetés sur le versant alsacien pendant que d’autres forces,
franchissant le col de Sainte-Marie-aux-Mines, prenaient possession
des hauteurs au-dessus de la petite ville portant ce nom.

La semaine, on le voit, a été marquée par de nombreux événements de
guerre, mais c’est vers la Flandre surtout que s’est portée et que se
porte encore l’attention.


LES OPÉRATIONS RUSSES

Peu de nouvelles, cette semaine, mais elles sont excellentes en ce
qu'elles montrent les armées allemandes et autrichiennes obligées à
une retraite semblable à une déroute. Si, dans la Prusse orientale,
les Allemands résistent, grâce au réseau de lacs et de rivières qui
entourent Lyck, ils se replient au Sud de la Vistule vers la Wartha,
aussi rapidement que le permettent des routes boueuses transformées
en fondrières. Ils ont dû abandonner précipitamment la grande ville
de Lodz avec tous les approvisionnements qui y étaient réunis, et ils
continuent leur navrante retraite, poursuivis par les Cosaques.

Au Sud de la rivière Piliza, les vaincus d’Ivangorod avaient trouvé
des terrains de défense dans les forêts qui couvrent ce territoire. Du
24 au 28 octobre, Allemands et Autrichiens résistèrent avec une sombre
énergie, mais ils finirent par être rejetés, laissant Radom aux mains
de nos alliés. Aux confins de la Galicie, les Autrichiens n’ont pas été
plus heureux; ils sont refoulés dans la direction de Kielce et même
au delà. Sur le San, des combats ardents ont eu lieu, tournant tous à
l’avantage des Russes qui achèvent de réduire la forteresse de Przemysl.


DANS LES PAYS SERBES

Les hostilités se poursuivent entre les Serbes et les Autrichiens sans
qu’aucun résultat décisif soit obtenu. L’intérêt se porte plutôt vers
le mont Lovcen et les Bouches de Cattaro. Les batteries françaises,
installées sur la montagne, ne tarderont pas à avoir raison des
fortifications autrichiennes. Déjà plusieurs forts ont été détruits, et
le feu de nos pièces n’aura bientôt d’autre objectif que les navires
autrichiens enfermés dans ce golfe étrangement indenté et que bloque la
flotte anglo-française.


LA TURQUIE

Un grave événement s’est produit, transportant la guerre jusque dans la
mer Noire et dans le désert du Sinaï. Dans la nuit du 28 au 29 octobre,
deux contre-torpilleurs turcs, pénétrant dans le port d’Odessa, ont
coulé une canonnière russe et canonné le paquebot français _Portugal_.
Dans la matinée du jeudi 29, un croiseur a bombardé la gare et la
ville de Théodosia en Crimée. Le même jour, un autre croiseur, le
_Hamidieh_, faisait acte d’hostilité devant Novorossisk, à l’entrée de
la mer d’Azov. Cette agression en pleine paix a amené le rappel des
ambassadeurs français, anglais et russe à Constantinople, et la remise
des passeports aux ambassadeurs turcs dans les trois pays alliés.

Ces événements ont eu leur contre-coup aux confins de l’Afrique et de
l’Asie. L’armée russe du Caucase a franchi la frontière d’Arménie,
bousculant les postes turcs.

De leur côté, les Anglais, apprenant que les Turcs, avec leurs
contingents arabes, se préparaient à attaquer le canal de Suez sous
la direction d’officiers allemands, n’ont pas attendu l’exécution de
cette menace. Ils se sont portés au fond du golfe d’Akaba, qui, avec le
golfe de Suez, entoure la presqu’île du Sinaï, et ont attaqué le fort
d’Akaba, bâti à l’extrémité des rivages, sur la frontière même. Cette
forteresse, dont un officier allemand, dit-on, organisait la défense, a
été rapidement enlevée.

Enfin, à peine la rupture était-elle consommée que la flotte
anglo-française allait bombarder les forts des Dardanelles: elle ouvrit
le feu le 3 novembre à 5 heures du matin.


SUR MER

Pendant que la grande flotte anglaise maintient dans ses ports la
flotte allemande qui devait jouer un rôle si éclatant, et dont
aucune grande unité n’ose sortir; pendant qu’une escadre anglaise
participe à la bataille des Flandres; pendant que la flotte française
est maîtresse de l’Adriatique,--les croiseurs allemands des mers
lointaines continuent leurs exploits. Grâce à un odieux subterfuge,
en se maquillant en croiseur russe, l’_Emden_ a assailli et coulé à
Poulo-Pinang, dans la presqu’île de Malacca, un croiseur russe. Le
torpilleur français _Mousquet_ n’a pas craint de s’attaquer au gros
navire; mais la lutte était par trop inégale; le vaillant petit bateau
a été coulé à son tour.


EN AFRIQUE

La guerre s’étend au vaste continent africain. Les Anglais et les
Français ont conquis ce Cameroun dont les Allemands étaient si
fiers. De leur côté, les Allemands ont envahi l’Angola portugais;
la jeune république doit envoyer contre eux une escadre et un corps
expéditionnaire. Enfin, dans l’Afrique australe, les Allemands ont
soudoyé un traître, le colonel Maritz, qui s’est révolté contre les
Anglais. L’ancien général boer, Christian de Wet, s’est joint à lui
avec le général Beyers, mais un autre héros de la grande guerre
africaine, le général Botha, marche contre les insurgés et en a
rapidement raison.

  ARDOUIN-DUMAZET.



LA DÉFENSE DE GERBEVILLER


C’est par suite d’une confusion, nous écrit un correspondant des plus
qualifiés, que M. Gabriel Louis-Jaray a attribué à une section de nos
admirables alpins la belle défense de Gerbeviller. Les alpins se sont
vaillamment battus partout où ils ont été engagés. Mais, à Gerbeviller,
c’est une section de chasseurs du 2e bataillon qui tint toute une
journée contre des forces considérables. L’adjudant qui commandait
cette section est aujourd’hui sous-lieutenant.


  [Illustration: Composition des forces navales de la Russie et de
  la Turquie dans la mer Noire.]


       *       *       *       *       *


    Corrections.

    Page 341: «mon eaux» remplacé par «monceaux» (sous des monceaux
              de paille).
    Page 344: «higlanders» remplacé par «highlanders» (Officiers de
              highlanders d’outre-Atlantique).
    Page 353: «par» remplacé par «pour» (pour la bataille des
              Flandres).
    Page 356: «Aisme» remplacé par «Aisne» (sur la rive droite de
              l’Aisne).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3740, 7 Novembre 1914" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home