Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Lucien Leeuwen ou l'Amarante et le Noir - Tome Second
Author: Stendhal
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Lucien Leeuwen ou l'Amarante et le Noir - Tome Second" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



D'Hooghe (Images generously made available by Internet
Archive.)



"_Mes Livres_"

STENDHAL

LUCIEN LEUWEN

OU

L'AMARANTE ET LE NOIR

Oeuvre posthume reconstituée par

Jean de Mitty

Ornée de bois dessinés et gravés par

Maximilien Vox

TOME SECOND

À PARIS

"_LE LIVRE_"

9, RUE COETLOGON

1923

[Illustration 01]



DEUXIÈME PARTIE



_Lecteur bénévole._


_En arrivant à Paris, il me faut faire grands efforts pour ne pas
tomber dans quelques personnalités. Ce n'est pas que je n'aime beaucoup
la satire, mais en fixant l'œil du lecteur sur la figure grotesque
de quelque ministre, le cœur de ce lecteur fait banqueroute à l'intérêt
que je veux lui inspirer pour les autres personnages._

_Cette chose si amusante: la satire personnelle, ne convient donc point,
par malheur, à la narration de l'histoire._

_Les personnalités sont charmantes quand elles sont vraies et point
exagérées, et c'est une tentation que ce que nous voyons depuis vingt
ans est bien fait pour nous ôter._

_«Quelle duperie, dit Montesquieu, que de calomnier l'inquisition!»_

_Il eût dit de nos jours: «Comment ajouter à l'amour de l'argent, à la
crainte de perdre sa place, et an désir de tout faire pour deviner la
fantaisie du maître, qui font l'âme de tous les discours hypocrites, de
tout ce qui mange plus de 50.000 francs au budget?»_

_Je professe qu'au-dessus de 50.000 francs la vie privée doit cesser
d'être murée._

_Mais la satire de cet heureux du budget n'entre point dans mon plan. Le
vinaigre est en lui-même une chose excellente, mais mélangé avec une
crème, il gâte tout._

_J'ai donc fait tout ce que j'ai pu pour que vous ne puissiez
reconnaître, ô lecteur bénévole, un ministre de ces derniers temps qui
voulut jouer un mauvais tour à Leuwen._

_Quel plaisir auriez-vous à voir en détail que ce ministre était voleur,
insolent, de peur de perdre sa place, et ne se permettait pas un mot qui
ne fut une fausseté? Comme rien d'un peu élevé n'est jamais entré dans
son âme, la vue seulement de cette âme vous donnerait du dégoût, ô
lecteur bénévole, et bien plus encore si j'avais le malheur de vous faire
deviner les traits doucereux et ignobles qui recouvraient cette âme
plate._

_C'est bien assez de voir ces gens-là quand on va les solliciter le
matin._

«Non raziona di loro, ma guarda e passa.»


H. B.



[Illustration 02]



PARIS


«Je ne veux point abuser de mon titre de père pour vous contrarier;
soyez libre, mon fils!»

Ainsi, établi dans un fauteuil admirable, devant un bon feu, parlait M.
Leuwen père à Lucien, son fils et notre héros. Le cabinet où avait lieu
la conférence entre le père et le fils, venait d'être arrangé avec le
plus grand luxe sur les dessins de M. Leuwen lui-même. Il avait placé
dans ce nouvel ameublement les trois ou quatre bonnes gravures qui
avaient paru dans l'année, en France et en Italie, et un admirable
tableau de l'École romaine, dont il venait de faire l'acquisition. La
cheminée de marbre blanc contre laquelle s'appuyait Lucien avait été
sculptée dans l'atelier de T..., et la glace de huit pieds de haut sur
six de large, placée au-dessus, avait figuré dans l'exposition de 1834
comme absolument sans défaut.

Il y avait loin de là au misérable salon dans lequel, à Nancy, Lucien
promenait ses inquiétudes. En dépit de sa douleur profonde, la partie
parisienne et vaniteuse de son âme était sensible à cette différence. Il
n'était plus dans des pays barbares; il se trouvait de nouveau au sein
de sa patrie.

«--Mon ami, dit M. Leuwen père, le thermomètre monte trop vite;
faites-moi le plaisir de pousser le bouton de ce ventilateur numéro 2...,
là..., derrière la cheminée...; fort bien. Donc, je ne prétends nullement
abuser de mon titre pour _abréger_ votre liberté. Faites absolument ce
qui vous conviendra.»

Lucien, devant la cheminée, avait l'air sombre, agité, tragique; l'air,
en un mot, que nous devrions trouver à un jeune premier de tragédie
malheureux par l'amour. Il cherchait avec un effort pénible à quitter
cet air farouche, pour prendre l'apparence du respect et de l'amour
filial le plus sincère, sentiments très vivants dans son cœur.

Mais l'horreur de sa situation, depuis la dernière soirée passée à Nancy,
lui avait ôté l'emploi de sa physionomie.

«--Votre mère prétend, continua M. Leuwen, que vous ne voulez plus
retourner à Nancy. Ne retournez pas en province; à Dieu ne plaise que je
m'érige en tyran. Pourquoi ne feriez-vous pas des folies, et même des
sottises? Il y en a une pourtant, mais une seule, à laquelle je ne
consentirai pas, parce qu'elle a des suites: c'est le mariage. Mais vous
avez la ressource des _sommations respectueuses..._, et, pour cela, je ne
me brouillerai pas avec vous. Nous plaiderons, mon ami, en dînant
ensemble.

«--Mais, mon père, répondit Lucien comme revenant de bien loin, il n'est
nullement question de mariage.

«--Eh bien, si vous ne songez pas au mariage, moi j'y songerai.
Réfléchissez à ceci: je puis vous marier à une fille riche et pas plus
sotte qu'une pauvre, car il est fort possible qu'après moi vous ne soyez
pas riche. Ce peuple-ci est si fou, qu'avec une épaulette, une fortune
bornée est très supportable pour l'amour-propre. La pauvreté n'est que
la pauvreté, ce n'est pas grand'chose; il n'y a pas le mépris. Mais tu
croiras ces choses-là, dit M. Leuwen en changeant de ton, quand tu les
auras vues toi-même... Je dois te sembler un radoteur. Donc, brave
sous-lieutenant, vous ne voulez plus de l'état militaire?

«--Puisque vous êtes si bon que de raisonner avec moi, au lieu de
commander, non, je ne veux plus de l'état militaire en temps de paix,
c'est-à-dire passer ma soirée à jouer au billard et à m'enivrer au café,
et encore avec défense de prendre, sur la table de marbre mal essuyée,
d'autre journal que le _Journal de Paris._

«Dès que nous sommes trois officiers à nous promener ensemble, un au
moins peut passer pour espion dans l'esprit des deux autres.

«Le colonel, autrefois intrépide soldat, s'est transformé, sous la
baguette du juste-milieu, en commissaire de police.»

M. Leuwen père sourit comme malgré lui.

Lucien comprit et ajouta avec empressement:

«--Je ne prétends point tromper un homme aussi clairvoyant; je ne l'ai
jamais prétendu, croyez-le bien, mon père. Mais enfin il fallait bien
commencer mon conte par un bout.

«Ce n'est donc point pour des motifs raisonnables que, si vous le
permettez, je quitterai l'état militaire, mais cependant c'est une
démarche raisonnable. Je sais donner un coup de lance et commander à
cinquante hommes qui donnent des coups de lance; je sais vivre
convenablement avec trente-cinq camarades, dont cinq ou six font des
rapports de police. Je sais donc le _métier._ Si la guerre survient, mais
une vraie guerre, dans laquelle le général en chef ne trahisse pas son
armée, je demanderai la permission de faire une campagne ou deux. La
guerre, suivant moi, ne peut pas durer davantage, si le général en chef
ressemble un peu à Washington. Si ce n'est qu'un pillard habile et brave,
comme..., je me retirerai une seconde fois.

«--Ah! c'est là votre politique, reprit son père avec ironie. Diable!
c'est de la haute vertu! Mais la politique, c'est bien long! Que
voulez-vous, pour vous, personnellement?

«--Vivre à Paris ou faire de grands voyages: l'Amérique, la Chine.

«--Vu mon âge et celui de votre mère, tenons-nous-en à Paris. Si j'étais
l'enchanteur Merlin et que vous n'eussiez qu'un mot à dire pour arranger
le matériel de votre destinée, que demanderiez-vous? Voudriez-vous
être commis dans mon comptoir, ou employé dans le bureau particulier d'un
ministre qui va se trouver en possession d'une grande influence sur la
destinée de la France? M. de Vaize, en un mot. Demain, il peut être
ministre de l'Intérieur.

«--M. de Vaize! ce pair de France qui a tant de goût pour
l'administration, ce grand travailleur?

«--Précisément! répondit M. Leuwen en riant et admirant la haute vertu
des intentions et la bêtise des perceptions de son fils.

«--Je n'aime pas assez l'argent pour entrer au comptoir.

«--Mais si après moi vous êtes pauvre?

«--Du moins à la dépense que j'ai faite à Nancy, maintenant je suis
riche; et pourquoi cela ne durerait-il pas bien longtemps?

«--Parce que 65 n'est pas égal à 24.

«--Mais cette différence...»

La voix de Lucien s'attendrissait.

«--Pas de phrases, monsieur, je vous rappelle à l'ordre. La politique et
le sentiment nous écartent également de l'objet à l'ordre du jour:


_Sera-t-il Dieu,
Table ou cuvette?_


«C'est de vous qu'il s'agit et c'est à quoi nous cherchons une réponse.
Le comptoir vous ennuie et vous aimez mieux le bureau particulier du
comte de Vaize?

«--Oui, mon père.

«--Maintenant, paraît une grande difficulté: serez-vous assez coquin pour
cet emploi?»

Lucien tressaillit; son père le regarda avec le même air gai et sérieux
tout à la fois.

Après un silence, M. Leuwen reprit:

«--Oui, monsieur le sous-lieutenant, serez-vous assez coquin?

«Vous serez à même de voir une foule de petites manœuvres; voulez-vous,
vous subalterne, aider le ministre dans ces choses ou le contrecarrer?
_That is the question?_ et c'est là-dessus que vous répondrez ce soir,
après l'Opéra, car ceci est un secret: pourquoi n'y aurait-il pas crise
ministérielle en ce moment? La finance et la guerre ne se sont-elles pas
dit des gros mots pour la vingtième fois? Je suis fourré là dedans: je
puis ce soir, je puis demain, je ne pourrai plus après-demain vous nicher
d'une façon brillante.

«Je ne vous dissimule pas que les mères jetteront les yeux sur vous, pour
vous faire épouser leurs filles; en un mot, la position _la plus
honorable_, comme disent les sots; mais serez-vous assez coquin pour la
remplir? Réfléchissez donc à ceci: jusqu'à quel point vous sentez-vous la
force d'être un coquin, c'est-à-dire d'aider à faire une petite coquinerie?
Car depuis quatre ans il n'est plus question de verser du sang...

«--Tout au plus de voler l'argent, interrompit Lucien.

«--_Du pauvre peuple_, interrompit à son tour M. Leuwen d'un air piteux.
Mais il est un peu bête et ses députés un peu sots et pas mal
intéressés...

«--Et que désirez-vous que je sois? demanda Lucien d'un air simple.

«--Un coquin! reprit le père, je veux dire un homme politique, un
Martignac, je n'irai pas jusqu'à dire un Talleyrand. À votre âge et dans
vos journaux, on appelle ça être un coquin. Dans dix ans, vous saurez
que Colbert, que Sully, que le cardinal de Richelieu, en un mot que tout
ce qui a été homme politique, c'est-à-dire dirigeant les hommes, s'est
élevé au moins à ce premier degré de coquinerie que je désire vous voir.
N'allez pas faire comme N... qui, nommé secrétaire général de la police,
au bout de quinze jours donna sa démission parce que cela était trop
sale. Il est vrai que, dans le temps, on faisait fusiller _Frotté_ par
des gendarmes chargés de le conduire de sa maison en prison. Les
gendarmes savaient qu'il tenterait de s'échapper en route et les
obligerait à le tuer.

«--Diable! dit Lucien.

«--Oui. Le préfet Cafarelli, ce brave homme, préfet à Troyes et mon ami,
dont vous vous souvenez peut-être, un homme de cinq pieds six pouces,
grand, à cheveux gris...

«--Oui, je m'en souviens très bien. Ma mère lui donnait la belle chambre
à damas rouge, à l'angle du château, quand nous habitions Plancy...

«--C'est ça; il perdit sa préfecture parce qu'il ne voulut pas être
assez coquin.

«Ah! diable, _mon jeune ami_, comme disent les pères nobles, vous êtes
étonné?

«--_On le serait à moins_, répond souvent le jeune premier, dit Lucien.
Je croyais que les Jésuites seuls et la Restauration...

«--Ne croyez rien, mon ami, que ce que vous aurez vu, et vous serez plus
sage.

«Maintenant, à cause de cette maudite liberté de la presse, dit M. Leuwen
en riant, il n'y a plus moyen de traiter les gens à la _Frotté._ Les
ombres les plus noires du tableau actuel ne sont plus fournies que par
des pertes d'argent ou de place.

«Et ce soir votre réponse, claire, nette, sans phrases sentimentales,
surtout. Demain, peut-être, je ne pourrai plus _rien pour mon fils._»

Ces mots furent dits d'une façon à la fois noble et sentimentale, comme
eût fait Monvel, le grand acteur.

«--À propos, dit-il en revenant, vous savez sans doute que _sans votre
père_ vous seriez à l'_Abbaye._ J'ai écrit au général D...; j'ai dit que
je vous avais envoyé un courrier parce que votre mère était fort
malade. Je vais passer à la Guerre pour que votre congé antidaté arrive
au colonel; de votre coté, écrivez-lui et lâchez de le séduire.

«--Je voulais vous parler de l'Abbaye. Je pensais à deux jours de prison,
et à remédier à tout par ma démission...

«--Pas de démission, mon ami; il n'y a que les sots qui donnent leur
démission. Je prétends bien que vous serez toute votre vie un jeune
militaire de la plus haute distinction attiré par la politique. Une
véritable _perte pour l'armée_, comme disent les _Débats..._»


* * *


La distraction violente causée par la réponse catégorique, décisive,
demandée par son père, fut une première consolation pour Lucien. Pendant
le voyage de Nancy à Paris il n'avait pas réfléchi; il fuyait la douleur.
Le mouvement physique lui tenait lieu de mouvement moral. Depuis son
arrivée, il était dégoûté de lui-même et de la vie. Parler avec quelqu'un
lui était un supplice; à peine pouvait-il prendre sur lui de parler une
heure avec sa mère.

«--Je suis un grand sot, je suis un grand fou! J'ai estimé ce qui n'est
pas estimable: le cœur d'une femme, et, la désirant avec passion, je n'ai
pas su l'obtenir. Il faut ou quitter la vie, ou me corriger profondément.»

Le plaisant, c'est que tous les amis de Mme Leuwen lui faisaient
compliment sur l'excellente tenue que son fils avait acquise. «C'est
maintenant l'homme sage, disait-on de toutes parts, l'homme fait pour
satisfaire l'ambition d'une mère.»

Tourmenté par la nécessité de donner le soir même une réponse décisive,
il alla dîner seul, car il fallait parler et être aimable à la maison, ou
bien il pleuvrait des épigrammes, et l'usage était de n'épargner personne.

Après dîner, il erra sur les boulevards et ensuite dans les rues; il
craignait de rencontrer des amis sur le boulevard et chaque minute était
précieuse et pouvait lui donner l'idée d'une réponse. En passant sur
la place Beauvau, il entra machinalement dans un cabinet de lecture, mal
éclairé, et ou il espérait trouver peu de monde.

Il ouvrit un livre au hasard; c'était un ennuyeux moraliste qui avait
divisé sa drogue par portraits détachés, comme Vauvenargues:


_Edgar ou le Parisien de vingt ans._


«--Qu'est-ce qu'un jeune homme qui ne connaît pas les hommes? Qui n'a
vécu qu'avec des gens polis ou avec des subordonnés, ou des êtres dont
il ne choquait pas les intérêts? Edgar n'a pour garant de son mérite que
les magnifiques promesses qu'il se fait à lui-même. Ce n'est tout au plus
qu'un brillant _Peut-être..._»

Lucien relisait chaque phrase de cette morale deux et même trois fois: il
en examinait le sens et la vérité.

Sa rêverie sombre fit lever le nez aux lecteurs du _Journal du soir_; il
s'en aperçut, paya avec humeur, et sortit. Il se promenait sur la place
Beauvau, devant le cabinet littéraire.

«--Je serai un coquin!» s'écria-t-il tout à coup.

Il passa encore un quart d'heure à bien tâter son courage, puis appela un
cabriolet et courut à l'Opéra.

«--Je vous cherchais,» lui dit son père qu'il trouva errant dans le foyer.

Ils montèrent rapidement dans la loge de M. Leuwen; ils y trouvèrent
trois demoiselles en costume de sylphides.

«--Elles ne comprendront pas un mot de ce que nous dirons; aussi ne nous
gênons pas.

«--Messieurs, nous lisons dans vos yeux, dit l'une d'elles, des choses
beaucoup trop sérieuses pour nous. Nous allons sur le théâtre... Soyeux
heureux, si vous le pouvez, sans nous.

«--Eh bien, vous sentez-vous l'âme assez scélérate pour entrer dans la
carrière des honneurs?

«--Je serai sincère avec vous, mon père. L'excès de votre indulgence
m'étonne et augmente ma reconnaissance et mon respect. Par suite de
malheurs sur lesquels je ne puis m'expliquer, même avec mon père, je me
trouve dégoûté de moi-même et de la vie. Comment choisir telle ou telle
carrière?

«Tout m'est également indifférent, je puis dire odieux.

«Le seul état qui me conviendrait serait celui d'un mourant à
l'Hôtel-Dieu, et ensuite peut-être celui d'un sauvage qui est obligé de
chasser ou de pêcher pour sa subsistance de chaque jour. Cela n'est ni
beau ni honorable pour un jeune homme de vingt-quatre ans..., aussi
personne n'aura jamais cette confidence...

«--Quoi? pas même votre mère...?

«--Ses consolations augmenteraient mon martyre: elle souffrirait trop de
me voir dans ce malheureux état.»

L'égoïsme de M. Leuwen eut une jouissance qui l'attacha un peu à son
fils. «Il a, se dit-il, des secrets pour sa mère qui n'en sont pas pour
moi.»

«--Si je reviens à la sensibilité pour les choses extérieures, il se peut
que je me trouve étrangement choqué des exigences de l'état que j'aurais
choisi. Une place dans votre comptoir pouvant se quitter sans scandaliser
personne, je devrais peut-être la choisir.

«--Je dois vous communiquer une donnée importante de plus: vous serez
plus utile à mes intérêts comme secrétaire du ministre de l'Intérieur
que comme chef de correspondance dans mon bureau; vos qualités comme
homme du monde me seraient inutiles dans mon bureau.»

Lucien fut adroit pour la première fois depuis _son cocuage._

C'était le mot qu'il employait avec une amère ironie, car pour torturer
davantage son âme, il se regardait comme un mari trompé et s'appliquait
la masse de ridicule et d'antipathie dont le théâtre et le monde
affublent cet état. Comme s'il y avait encore des caractères d'état!

Il allait conclure pour la place au ministère, principalement par
curiosité; il connaissait le comptoir et n'avait pas la moindre idée de
l'intérieur intime d'un ministre. Il se faisait une fête d'approcher M.
le comte de Vaize, travailleur infatigable et le premier administrateur
de France, disaient les journaux; un homme qu'on comparait au comte Daru
de l'empereur.

À peine son père eut-il cessé de parler.

«--Ce mot me décide, s'écria-t-il avec une fausseté naïve qui pouvait
donner de l'espoir pour l'avenir. Je penchais pour le comptoir, mais je
m'engage au ministère sous la condition que je ne contribuerai à aucun
assassinat comme ceux du maréchal Ney, du colonel Caron, de Frotté, etc.
Je m'engage tout au plus pour des friponneries d'argent, et, enfin, peu
sur de moi-même, je ne m'engage que pour un an.

«--C'est bien peu pour le monde; on dira: il ne peut pas tenir en place
plus de six mois. Peut-être aurez-vous du dégoût dans les commencements,
et de l'indulgence pour les faiblesses des hommes six mois plus tard.

Pouvez-vous, par amitié pour moi, me sacrifier six mois de plus, et me
promettre de ne pas quitter les bureaux de la rue de Grenelle avant
dix-huit mois?

«--Je vous donne ma parole pour dix-huit mois, toujours à moins
d'assassinat: par exemple si mon ministre engageait quatre ou cinq
officiers à se battre en duel successivement contre un député trop
éloquent, incommode pour le budget.

«--Ah! monsieur, dit M. Leuwen en riant de tout son cœur, d'où
sortez-vous? Il n'y aura jamais de ces crimes-là, et pour cause!

«--Ce serait-là un cas rédhibitoire, continua son fils sérieusement.
Je partirais à l'instant pour l'Angleterre.

«--Mais qui sera juge des crimes, homme vertueux?

«--Vous, mon père.

«--Les friponneries, les mensonges, les manœuvres, ne rompront pas notre
marché?

«--Je ne ferai pas les pamphlets menteurs...

«--Fi donc! Cela regarde les gens de lettres. Dans le genre sale, vous
dirigez; vous ne faites jamais. Voici le principe: tout gouvernement,
même celui des États-Unis, ment toujours et en tout; quand il ne peut pas
mentir sur le fond, il ment sur le détail. Ensuite, il y a les _bons_
mensonges et les _mauvais._ Les _bons_ sont ceux que croit le petit
public de cinquante louis de rente à douze ou quinze mille francs. Les
_excellents_ attrapent quelques gens à voiture. Les _excécrables_ sont
ceux que personne ne croit et qui ne sont répétés que par les
ministériels éhontés. Ceci est bien entendu. Voilà une première _maxime
d'État_; elle ne doit jamais sortir de votre mémoire ni de votre bouche.

«--J'entre dans une caverne de voleurs, mais tous leurs secrets, petits
et grands, sont confiés à mon honneur.

«--Le gouvernement escamote les droits et l'argent des populations tout
en jurant, tous les matins, de les respecter. Vous souvenez-vous du fil
rouge que l'on trouve au centre de tous les cordages, gros ou petits,
appartenant à la marine royale d'Angleterre? Ou plutôt vous souvenez-vous
de Werther, où j'ai lu je crois cette belle chose?

«--Très bien.

«--Voilà l'image d'une corporation ou d'un homme qui a un mensonge _de
fond_ à soutenir. Jamais de vérité pure et simple: voyez les
_doctrinaires._

«--Les mensonges de Napoléon n'étaient pas aussi grossiers à beaucoup près.

«--Il n'y a que deux choses sur lesquelles on n'ait pas encore trouvé
moyen d'être hypocrite: amuser quelqu'un dans la conversation et gagner
une bataille. Du reste ne parlons pas de Napoléon. Laissez le sens
moral à la porte en entrant au ministère, comme de son temps on laissait
l'amour de la patrie en entrant dans sa garde.

«Voulez-vous être un _joueur d'échecs_ pendant dix-huit mois, et n'être
rebuté par aucune affaire d'argent? Le sang seul vous arrêterait?

«--Oui, mon père.

«--Eh bien, n'en parlons plus.»

Et M. Leuwen s'enfuit de sa loge. Lucien remarqua qu'il marchait comme
un jeune homme de vingt ans.

C'est que cette conversation avec un niais l'avait mortellement excédé.


* * *


Dans le fait, Lucien était moins malheureux. Dix fois par jour, la pensée
de Nancy était remplacée par celle-ci:

«--À quel genre de besogne est-ce qu'ils vont me mettre?»

Il lisait tous les journaux avec un intérêt bien nouveau pour lui.

Sa mère lui dit:

«--Tu écris bien mal; tu ne formes pas tes lettres.

«--Ce n'est que trop vrai.

«--Eh bien, si tu vas rue de Grenelle, écris encore plus mal. Que jamais
ton écriture ne puisse passer sous les yeux du roi sans être recopiée.
Cela t'évitera l'ennui de transcrire des pièces secrètes, et, ce qui
vaut mieux, ton écriture ne restera pas attachée à des choses qui peuvent
être déshonorantes, ou à des souvenirs pénibles dans dix ans.

«Vois les changements qui ont eu lieu en France depuis trente-huit ans.
Pourquoi l'avenir ne ressemblerait-il pas au passé?

«La révolution est faite dans les choses, dit toujours ton père pour me
tranquilliser; mais une ambition effrénée n'est-elle pas descendue dans
les plus bas rangs, dans les rangs les plus infimes? Un garçon cordonnier
veut devenir un Napoléon.

«--Je ne vois que ce moyen pour acquérir de l'expérience et me _colleter_
avec la nécessité; mais une plaisanterie comme celle sur Caron ou le duc
d'Enghien me ferait fuir au bout du monde...»

Une idée bien lâche qu'il avail déjà repoussée plusieurs lois, se
présenta avec une vivacité à laquelle il ne put résister:

«--Si je campais là le ministère et retournais à Nancy et au régiment; si
je lui demandais pardon du mal qu'elle m'a fait, ou plutôt si je ne lui
parlais pas de ce que j'ai vu, ce qui est plus juste; pourquoi ne me
recevrait-elle pas comme la veille de ce jour fatal? En quoi puis-je être
offensé, raisonnablement, moi, qui ne suis point son amant, de rencontrer
la preuve qu'elle a eu un autre amant avant de me connaître?»

Huit jours après l'entretien à l'Opéra, le _Moniteur_ portait
l'acceptation de la démission de M. C..., ministre de l'Intérieur; la
nomination à cette place de M. le comte de Vaize, pair de France; des
ordonnances analogues pour quatre autres ministres, et, beaucoup plus
bas, dans un coin obscur: «Par ordonnance du..., MM. R..., N..., et
Lucien Leuwen, ont été nommés maîtres des requêtes. M. Lucien Leuwen est
chargé du bureau particulier de M. le comte de Vaize, ministre de
l'Intérieur.»

Pendant que Lucien recevait de son père les premières leçons de sens
commun, voici ce qui se passait à Nancy. Quand, le surlendemain du
brusque départ de Lucien, cet événement fut connu de M. de Sanréal, du
comte Roller et des autres conspirateurs qui avaient dîné ensemble pour
arranger un duel contre lui, ils pensèrent tomber de leur haut.

Leur admiration pour M. Dupoirier fut sans bornes; ils ne pouvaient
deviner ses moyens de succès.

Suivant un premier mouvement, toujours généreux et dangereux, ces
messieurs oublièrent leur répugnance pour ce bourgeois de mauvais ton, et
allèrent en corps lui faire une visite.

Et comme le provincial est avide de tout ce qui peut prendre un air
officiel et le tirer de la monotonie de sa vie habituelle, ces messieurs
montèrent avec gravité au troisième étage du docteur. Ils entrèrent en
saluant, sans mot dire, et, s'étant rangés, en baie contre la muraille,
M. de Sanréal porta la parole. Parmi beaucoup de lieux communs, la phrase
suivante frappa M. Dupoirier.

«--Si vous songez à la Chambre des députés de Louis-Philippe et qu'il
vous convienne de paraître aux élections, nous vous promettons nos voix
et toutes celles dont chacun de nous peut disposer.»

Le discours fini, M. Ludwig Roller s'avança d'un air gauche. Sa figure
sèche se couvrit d'un nombre infini de rides nouvelles; il fit une
grimace et enfin dit d'un air piqué:

«--Moi seul, peut-être, je ne dois pas de remerciements à M. Dupoirier:
il m'a privé du plaisir de punir cet insolent, ou du moins d'essayer d'y
faire mon possible. Mais je devais ce sacrifice aux ordres de Sa
Majesté Charles X, et, quoique partie lésée dans cette circonstance, je
n'en fais pas moins à M. Dupoirier les mêmes offres de service que ces
messieurs.»

L'orgueil de Dupoirier, et sa manie de parler en public, triomphaient.

Il faut avouer qu'il parla admirablement, mais il se garda bien
d'expliquer pourquoi et comment Lucien était parti.

Il sut attendrir ses auditeurs: Sanréal pleurait tout à fait, Ludwig
Roller lui-même serra la main du docteur avec cordialité en quittant le
cabinet.

La porte fermée, Dupoirier éclata de rire: il venait de parler pendant
quarante minutes, il avait eu beaucoup de succès et il se moquait
parfaitement des gens qui l'avaient écouté.

C'était là, pour ce coquin singulier, les trois éléments de plaisir les
plus vifs.

Un autre chef de parti, aussi honnête que Dupoirier l'était peu,
Gauthier, le républicain, était resté fort étonné et encore plus effrayé
du départ de Lucien:

«--Ne m'avoir rien dit, à moi qui l'aimais tant! Ah! cœurs parisiens:
politesse infinie et sentiment nul! Je le croyais un peu différent des
autres; il me semblait qu'il y avait de la chaleur et de l'enthousiasme
au fond de cette âme!...»

Les mêmes sentiments, mais poussés à un bien autre degré d'énergie,
agitaient le cœur de Mme de Chasteller:

«--Ne m'avoir pas écrit, à moi qu'il jurait de tant aimer! À moi, hélas!
dont il voyait la faiblesse!»

Cette idée lui était trop horrible; elle finit par se persuader que la
lettre de Lucien avait été interceptée.

«--Est-ce que je reçois une réponse de Mme de Constantin? Et je lui ai
écrit au moins six fois depuis que je suis malade!...»

Le lecteur doit savoir que la directrice de la poste aux lettres de Nancy
pensait bien. À peine M. le marquis de Pointcarré vit-il sa fille malade
et dans l'impossibilité de sortir, qu'il se transporta chez Mme Cunier,
petite dévote de trois pieds et demi de haut. Après les premiers
compliments:

«--Vous êtes trop bonne chrétienne, madame, et trop bonne royaliste, lui
dit-il avec onction, pour n'avoir pas une idée juste de ce que doit être
l'autorité du roi et des commissaires établis par lui, durant son
absence...»

Après l'hypocrisie élégante de ce père qui voulait hériter de sa fille,
et la fausseté plus plate et moins déguisée d'une dévote de profession,
après la promesse d'une bonne place dans le cas où Charles X ou Henry V
remonteraient sur le trône de leurs pères; après avoir parlé de franchise,
de cordialité, de vertu, pendant sept quarts d'heure, ces deux aimables
personnes tombèrent d'accord sur les articles suivants:

1° Aucune lettre du préfet, du maire, du lieutenant de gendarmerie ne
sera jamais livrée à M. le marquis. Mme Cunier lui montrera seulement,
sans s'en dessaisir, les lettres écrites par M. le grand vicaire Rey,
l'abbé Olivier, etc.

Toute la conversation de M. de Pointcarré avait porté sur ce premier
article. En cédant il obtint un triomphe complet sur le second:

2° Toutes les lettres adressées à Mme de Chasteller seront remises à M.
le marquis, qui se charge de les donnera madame sa fille, retenue au lit
par la maladie.

3° Toutes les lettres écrites par Mme de Chasteller seront montrées à M.
le marquis.

Il fut tacitement convenu que le marquis pourrait s'en saisir pour les
faire parvenir par une voie plus économique que la poste. Mais, dans ce
cas, qui entraînait une perte de deniers pour l'État, Mme Cunier, sa
représentante dans la présente affaire, pourrait naturellement s'attendre
à un cadeau d'un panier de bon vin du Rhin de seconde qualité.

Dès le surlendemain de cette conversation, Mme Cunier remit un paquet,
fermé par elle, au vieux Saint-Jean, valet de chambre du marquis.

Ce paquet contenait, une toute petite lettre de Mme de Constantin. Son
ton était doux et tendre.

«--Bavardage insignifiant,» se dit le marquis en la serrant dans son
bureau, et, un quart d'heure après, on vit le vieux valet de chambre
portant à Mme Cunier un panier de seize bouteilles de vin du Rhin.

Le caractère de Mme de Chasteller était la douceur et la nonchalance.
Rien ne parvenait à agiter cette âme douce et noble, amante de ses
pensées et de la solitude. Mais, placée par le malheur hors de son état
habituel, les décisions ne lui coûtaient rien; elle envoya son valet de
chambre jeter à la poste au bourg de Darney, une lettre adressée à Mme
de Constantin.

Une heure après le départ du valet de chambre, quelle ne fut pas la
surprise de Mme de Chasteller en voyant Mme de Constantin entrer dans sa
chambre.

Ce moment fut bien doux pour les deux amies.

«--Quoi, ma chère Bathilde, dit enfin Mme de Constantin, quand on put
parler après les premiers transports; six semaines sans un mot de toi! Et
c'est par hasard que j'apprends d'un des agents que M. le préfet emploie
pour les élections, que tu es malade et que ton état donne des
inquiétudes...

«--Je t'ai écrit huit lettres au moins.

«--Ma chère, ceci est trop fort; il est un point où la bonté devient
duperie...

«--Il croit bien faire...»

Ceci voulait dire «_mon père_ croit bien faire,» car l'indulgence de Mme
de Chasteller n'allait pas sans voir ce qui se passait autour d'elle;
mais le dégoût inspiré parles petites manœuvres dont elle suivait le
développement n'avait d'autre effet que de redoubler son amour pour
l'isolement.

Ce qui lui convenait de la société, c'étaient les plaisirs des beaux-arts,
le spectacle, une promenade brillante, un bal très nombreux. Quand elle
voyait un salon avec six personnes, elle frémissait, elle était sûre que
quelque chose de bas allait la blesser vivement.

C'était un caractère tout opposé qui faisait compter pour beaucoup dans
la société, Mme de Constantin. Une humeur vive, entreprenante,
s'attaquant aux difficultés et aimant à se moquer de tous les ridicules,
faisait considérer Mme de Constantin comme l'une des femmes du département
qu'il était le plus dangereux d'offenser. Son mari, très bel homme, et
assez riche, s'occupait avec passion de tout ce qu'elle lui indiquait.
Depuis deux ans, par exemple, il ne songeait qu'à un moulin à vent, en
pierre, qu'il ferait construire sur une vieille tour, voisine de son
château, et qui devait lui rapporter 40 pour 100. Depuis trois mois il
négligeait le moulin et ne songeait qu'à la Chambre des députés. Comme il
n'avait point d'esprit, n'avait jamais offensé personne et passait pour
s'acquitter avec complaisance et exactitude des petites commissions
qu'on lui donnait, il avait des chances.

«--Nous croyons être assurés de l'élection de M. de Constantin. Le préfet
le porte en seconde ligne, par la peur qu'il a du marquis de Croisans,
_notre rival_, ma chère.»

Mme de Constantin dit ce mot en riant.

«--Le candidat ministériel sera perdu. C'est un friponneau assez méprisé;
et, la veille de l'élection, on fera courir trois lettres de lui qui
prouvent clairement qu'il s'adonne au noble métier d'espion. Si nous
réussissons, le lendemain du grand jour nous partons pour Paris, où nous
restons au moins six grands mois, et tu viens avec nous.»

Ce mot fit rougir Mme de Chasteller.

«--Eh! bon Dieu! ma chère, fit Mme de Constantin en s'interrompant, que
se passe-t-il donc?»

Mme de Chasteller était pourpre. Elle aurait été heureuse en ce moment
que son amie eût reçu la lettre que le valet de chambre portait à Darney.
Là se trouvait le mot fatal: «Une personne que tu aimes a donné son cœur.»

Elle dit enfin avec une honte infinie:

«--Hélas! mon amie, il y a un homme qui doit croire que je l'aime, et,
ajouta-t-elle en baissant tout à fait la tête, il ne se trompe guère.

«--Que tu es folle, s'écria Mme de Constantin. Réellement, si je te
laisse encore un an ou deux à Nancy, tu vas prendre toutes les manières
de sentir d'une religieuse. Et où est le mal, grand Dieu! qu'une jeune
veuve de vingt-quatre ans, qui n'a pour unique soutien qu'un père de
soixante et onze ans, lequel, par excès de tendresse, intercepte toutes
ses lettres, songeât à choisir un mari, un appui, un soutien...?

«--Hélas! ce ne sont pas toutes ces bonnes raisons; je mentirais si
j'acceptais tes louanges. Il se trouve par hasard qu'il est riche et
assez né, mais il aurait été pauvre et fils d'un fermier qu'il en eût été
de même, que tout se serait passé exactement de même.»

Mme de Constantin exigea une histoire suivie; rien ne l'intéressait comme
les histoires d'amours sincères, et elle avait une amitié passionnée pour
Mme de Chasteller.

«--Il commença par tomber de cheval deux fois sous mes fenêtres...»

Mme de Constantin fut saisie d'un rire fou. Les yeux remplis de larmes,
elle put dire, en s'interrompant vingt fois:

«--Ainsi, ma chère Bathilde... tu ne peux pas appliquer... à ce puissant
vainqueur... le mot obligé de la province... _c'est un beau cavalier._»

L'injustice faite à Lucien ne fit que redoubler l'intérêt avec lequel Mme
de Chasteller raconta à son amie ce qui s'était passé depuis six mois.

Mais toute la partie tendre ne toucha guère Mme de Constantin: elle ne
croyait pas aux grandes passions.

Cependant, sur la fin du récit, qui fut infini, elle devint pensive.

«--Ton M. Leuwen est-il un don Juan terrible pour nous autres pauvres
femmes, ou est-ce un enfant sans expérience? Sa conduite n'a rien de
naturel...

«--Dis qu'elle n'a rien de commun, rien de convenu d'avance,» reprit
Mme de Chasteller avec une vivacité bien rare chez elle, et elle ajouta
avec une sorte d'enthousiasme: «C'est pour cela qu'il m'est cher. Ce
n'est point un nigaud qui a lu des romans...»

Le discours des deux amies fut infini sur ce point.

Mme de Constantin garda ses méfiances; elles furent même augmentées par
le profond intérêt, qu'à son grand chagrin, elle découvrait chez son amie.

Elle avait espéré d'abord un petit amour bien convenable, pouvant conduire
à un mariage avantageux si toutes les convenances se rencontraient; sinon
un voyage en Italie, ou les distractions d'un hiver à Paris, effaceraient
le ravage produit par trois mois de visites journalières. Au lieu de cela,
cette femme douce, timide, indolente, que rien ne pouvait émouvoir, elle
la trouvait absolument folle et prête à prendre tous les partis.

«--Mon cœur me dit, disait de temps en temps Mme de Chasteller, qu'il m'a
lâchement abandonnée. Quoi! ne pas m'écrire!

«--Mais de toutes les lettres que je t'ai écrites, pas une seule n'est
arrivée, disait Mme de Constantin.

«--Comment n'a-t-il pas dit à un postillon, reprenait Mme de Chasteller
avec un feu bien singulier, comment n'a-t-il pas dit à un postillon, à
dix lieues d'ici: «Mon ami, voilà cent francs, allez vous-même remettre
cette lettre à Mme de Chasteller, à Nancy, rue de la Pompe. Donnez-la à
elle-même et non à une autre.»

«--Il aura écrit en partant... écrit de nouveau en arrivant à Paris.

«--Et voilà neuf jours qu'il est parti. Jamais je ne lui ai avoué tout à
fait mes soupçons sur le sort de mes lettres, mais il sait ce que je
pense sur toutes choses...»


* * *


Les soupçons de Mme de Chasteller lui fournirent une objection décisive
à la proposition de suivre Mme de Constantin à Paris, si son mari était
nommé député.

«--N'aurais-je pas l'air, lui dit-elle, de _courir après_ M. Leuwen?»

Pendant les quinze jours qui suivirent, cette objection occupa seule les
moments les plus intimes de la conversation des deux amies.

Trois jours après l'arrivée de Mme de Constantin, Mlle Bérard fut payée
magnifiquement et renvoyée. Avec son activité ordinaire, Mme de
Constantin interrogea la bonne Mlle Beaulieu et congédia Anne-Marie.

M. le marquis de Pointcarré, extrêmement attentif à ces petits événements
domestiques, comprit qu'il avait une rivale invincible dans l'âme de sa
fille.

C'était un peu l'espoir de Mme de Constantin; son activité continue
rendit la santé à Mme de Chasteller. Elle voulut être menée dans le monde
et, sous ce prétexte, elle força son amie à paraître presque chaque
soir chez Mmes de Puy-Laurens, d'Hocquincourt, de Marcilly, de Serpierre,
de Commercy, etc.

Elle voulait bien établir que Mme de Chasteller n'était pas au désespoir
du départ de M. Leuwen.

En voiture, un soir, en allant chez Mme de Puy-Laurens:

«--Quel est l'homme le plus actif, le plus impertinent, le plus influent
de toute votre jeunesse? demanda Mme de Constantin.

«--C'est M. de Sanréal, sans doute répondit Mme de Chasteller en souriant.

«--Eh bien, je vais attaquer ce grand cœur dans ton intérêt. Dans le
mien, dis-moi, dispose-t-il de quelques voix?

«--Il a des notaires, un agent, des fermiers... Cet homme est aimable
parce qu'il a 40.000 livres de rente au moins.

«--Et qu'en fait-il?

«--Il s'enivre soir et matin, et il a deux chevaux.

«--C'est-à-dire qu'il s'ennuie. Je vais le séduire. Est-ce que jamais une
femme un peu bien a voulu le séduire?

«--J'en doute; il faut d'abord trouver le secret de ne pas mourir d'ennui
en l'écoutant.»

En peu de jours, Mme de Constantin devina, sous une écorce grossière,
l'esprit supérieur du Dr Dupoirier, et se lia tout à fait avec lui.

Cet ours n'avait jamais vu une jolie femme non malade lui adresser la
parole deux fois de suite. En province, les médecins n'ont pas encore
succédé aux confesseurs.

«--Vous serez notre collègue, cher docteur, lui disait-elle; nous
voterons ensemble, nous ferons et déferons les ministères. Nos dîners
vaudront bien les leurs, et vous me donnerez votre voix, n'est-ce pas?
Mais j'oubliais... Vous êtes légitimiste furibond, et nous...
antirépublicains modérés...»

Au bout de quelques jours, Mme de Constantin fit une découverte bien
utile: Mme d'Hocquincourt était au désespoir du départ de Leuwen. Le
silence farouche de cette femme si gaie, si parlante, qui autrefois était
l'âme de la société, sauvait Mme de Chasteller; personne presque ne
songeait à dire qu'elle avait perdu son attentif.

Mme d'Hocquincourt n'ouvrait la bouche que pour parler de Paris et de
ses projets de voyage aussitôt après les élections.

Un jour Mme de Serpierre lui dit méchamment:

«--Vous y retrouverez M. d'Antin...»

Elle la regarda avec un étonnement profond qui fut bien amusant pour Mme
de Constantin. Mme d'Hocquincourt avait oublié jusqu'à l'existence de
M. d'Antin!

Mme de Constantin ne trouva de propos réellement dangereux pour son amie
que dans le salon de Mme de Serpierre.

«--Mais, lui disait-elle, comment peut-on avoir la prétention de marier
une fille aussi cruellement, aussi ridiculement laide, à un jeune homme
riche, de Paris, et sans que ce jeune homme ait jamais dit un mot
encourageant? Cela est fou réellement. Il faudrait des millions pour
qu'un Parisien osât entrer dans un salon avec une telle figure...

«--M. Leuwen n'est pas ainsi, tu ne le connais pas. S'il l'aimait, le
blâme de la société serait méprisé par lui, ou plutôt il ne le verrait
pas.»

Et elle expliqua pendant cinq minutes le caractère de Lucien. Ces
explications avaient le pouvoir de rendre son amie très pensive.

Mais à peine Mme de Constantin eut-elle vu cinq ou six fois la bonne
Théodelinde, qu'elle fut touchée de la tendre amitié qu'elle avait pour
Leuwen. Ce n'était pas de l'amour, la pauvre fille n'osait pas. Elle
s'exagérait peut-être les désavantages de sa taille et de sa figure.
C'était sa mère qui avait des prétentions fondées sur ce que sa haute
noblesse lorraine honorait trop un petit roturier.

«--Mais que fait-on à Paris de ce lustre-là?» lui disait un jour
Théodelinde.

Le vieux M. de Serpierre plut aussi beaucoup à Mme de Constantin; il
avait un cœur admirable de bonté et passait son temps à soutenir des
doctrines atroces.

Mme de Constantin, avec sa jolie figure un peu commune, mais si
appétissante à regarder, avec son activité, sa politesse parfaite et son
adresse insinuante, eut bientôt fait la paix de son amie avec la maison
Serpierre.

«--Je garde ma pensée, dit d'un air mutin Mme de Serpierre la dernière
fois qu'on traita cette question délicate.

«--À la bonne heure, ma chère amie, dit le bon lieutenant du roi à
Colmar; mais ne parlons plus de cela, autrement les méchants diraient que
nous allons à la chasse aux maris.»

Il y avait bien dix ans que M. de Serpierre n'avait trouvé un mot aussi
dur; celui-ci fit époque dans sa famille, et la réputation de Leuwen,
jusque-là séducteur de Mlle Théodelinde, fut rétablie.

Tous les jours, pour fuir le malheur d'être rencontrées par des électeurs
auxquels il eût fallu faire bon accueil, les deux amies faisaient de
grandes promenades au _Chasseur vert._

Mme de Chasteller aimait à revoir ce charmant _Café Haus._

Ce fut là que _l'ultimatum_ du voyage de Paris fut arrêté.

«--Ta conscience elle-même, si timorée, ne pourra t'appliquer ce mot
humiliant et vulgaire: _courir après un amant_, si tu te jures à
toi-même de ne jamais lui parler.

«--Eh bien, soit! dit Mme de Chasteller saisissant cette idée. À ces
conditions je consens, et mes scrupules s'évanouissent. Si je le
rencontrais au bois de Boulogne et s'il s'approchait de moi en
m'adressant la parole, je ne lui répondrais pas un seul mot, avant
d'avoir revu le _Chasseur vert._»

Mme de Constantin la regardait étonnée.

«--Si je voulais lui parler, je partirais pour Nancy, et ce n'est
qu'après avoir touché barre ici que je me permettrais de lui répondre.»

Il y eut un silence.

«--Ceci est un vœu!» reprit Mme de Chasteller avec un sérieux qui fit
sourire son amie.

Le lendemain, en revenant au _Chasseur vert_, Mme de Constantin remarqua
un cadre dans la voiture. C'était une belle Sainte-Cécile, gravée par
Perfetti, offerte jadis par Leuwen. Mme de Chasteller pria le maître du
cale de placer cette gravure au-dessus de son comptoir.

«--_Je vous la redemanderai peut-être un jour._ Et jamais, ajouta-t-elle
tout bas en s'éloignant, je n'aurai la faiblesse d'adresser môme un seul
mot à M. Leuwen tant que cette gravure sera ici. C'est ici qu'a commencé
cette préoccupation _fatale!_

«--Halte-là! sur ce mot _fatal._ Grâce au ciel, l'amour n'est point un
_devoir_ comme c'est un plaisir; ne le prenons donc point au tragique.
Quand ton âge, réuni au mien, fera cinquante ans, nous serons tristes,
raisonnables, lugubres, tant qu'il te plaira; nous ferons ce beau
raisonnement de mon beau-père: «Il pleut, tant pis! Il fait beau, tant
pis encore!» Tu t'ennuyais à périr, jouant la colère contre Paris sans
être en colère, arrive un beau jeune homme...

«--Mais il n'est pas très bien...

«--Arrive un beau jeune homme, sans épithète, tu l'aimes, tu es occupée,
l'ennui s'envole bien loin, el tu appelles cet amour-là _fatal?_»

Le départ arrêté, il y eut de grandes scènes à ce sujet avec M. de
Pointcarré. Heureusement Mme de Constantin soutint la plus grande part
du dialogue, et le marquis avait une peur mortelle de sa gaieté
quelquefois ironique.

«--Cette femme-là _dit tout._ Il n'est pas difficile d'être aimable quand
on ne se refuse rien, répétait-il un soir fort piqué, à Mme de
Puy-Laurens; il n'est pas difficile d'avoir de l'esprit quand on se
permet tout.

--Eh bien, mon cher marquis, engagez Mme de Serpierre, que voilà là-bas,
à ne se rien refuser, et nous allons voir si nous serons amusés.

«--Des propos toujours ironiques, disait le marquis avec humeur; rien
n'est sacré aux yeux de cette femme-là.

«--Jamais personne au monde n'eut l'esprit de Mme de Constantin, dit M.
de Sanréal, prenant la parole d'un air imposant; et si elle se moque des
prétentions ridicules, à qui la faute?

«--Aux prétentions, dit Mme de Puy-Laurens, curieuse de voir ces deux
êtres se gourmer.

«--Oui, ajouta Sanréal, aux prétentions, aux tyrannies.»

Heureux d'avoir une idée, plus heureux d'être approuvé par Mme de
Puy-Laurens, ce qui ne lui était peut-être jamais arrivé, M. de Sanréal
tint la parole pendant un gros quart d'heure, et retourna sa pauvre
idée dans tous les sens.

Mme de Constantin accepta deux ou trois dîners magnifiques qui réunirent
toute la bonne compagnie de Nancy. Quand M. de Sanréal, faisant sa cour,
ne trouvait rien absolument à lui dire, elle lui demandait sa voix
électorale pour la centième fois. Elle était sûre de quelque protestation
bizarre. Il lui jurait qu'il lui était dévoué, lui, son homme d'affaires,
son notaire et ses fermiers.

«--Et de plus, madame, j'irai vous voir à Paris.

«--À Paris, je ne vous recevrai qu'une fois par semaine, disait-elle en
regardant Mme de Puy-Laurens. Ici nous nous connaissons tous, là, vous me
compromettriez. Un jeune homme! Votre fortune, vos chevaux, votre état
dans le monde! Une fois la semaine, je dis trop..., deux visites par
mois, tout au plus...»

Jamais Sanréal ne s'était trouvé à pareille fête. Il eût volontiers pris
acte, par-devant notaire, des choses aimables que lui adressait Mme de
Constantin, une femme d'esprit.

Il lui donnait ce titre au moins vingt fois par jour et avec une voix de
stentor, ce qui faisait beaucoup d'effet.

À cause de ses beaux yeux, il eut une grande querelle avec M. de
Pointcarré, auquel il déclara tout net qu'il prétendait aller au collège
électoral, sauf à prêter serment à Louis-Philippe.

«--Qui croit aux serments en France aujourd'hui? Louis-Philippe même
croit-il aux siens? Des voleurs m'arrêtent au coin d'un bois, ils sont
trois contre un, et me demandent un serment. Irais-je le refuser? Ici le
gouvernement est le voleur, qui prétend me voler ce droit d'élire un
député qu'a tout Français. Le gouvernement a ses préfets, ses gendarmes;
irai-je le combattre? Non, ma foi! je le paierai en monnaie de singe,
comme lui-même paie les partis.»

Dans quel pamphlet M. de Sanréal avait-il pris ces trois phrases? Car
personne ne le soupçonnait jamais de les avoir inventées.

Mme de Constantin qui lui donnait des idées tous les soirs, se serait
bien gardée de répandra des raisonnements qui eussent pu choquer le
préfet du département.


* * *


Le soir du jour où le nom de Leuwen avait paru si glorieux dans le
_Moniteur_, ce maître des requêtes, outré de fatigue et de dégoût, était
assis chez sa mère dans un petit coin sombre du salon, comme un
misanthrope. Accablé des compliments auxquels il avait été en butte toute
la journée, les mots de carrière superbe, de bel avenir, de premier pas
brillant, papillotaient devant ses yeux et lui faisaient mal à la tête.
Il était fatigué des réponses, la plupart de mauvaise grâce et mal
tournées, qu'il avait faites à tant de compliments, tous fort bien faits
et encore mieux dits: c'est là le talent de l'habitant de Paris.

«--Maman, voilà donc le bonheur! dit-il à sa mère quand ils furent seuls.

«--Mon fils, il n'y a point de bonheur avec l'extrême fatigue, à moins
que l'esprit ne soit amusé ou que l'imagination ne se charge de peindre
vivement le bonheur à venir. Des compliments trop répétés sont fort
ennuyeux, et vous n'ôtes ni assez enfant, ni assez vieux, ni assez
ambitieux, ni assez vaniteux pour rester ébahi devant un uniforme de
maître des requêtes.»

M. Leuwen ne parut qu'une heure après la fin de l'Opéra.

«--Demain, à huit heures, dit-il à son fils, je vous présente à votre
ministre, si vous n'avez rien de mieux à faire.»

Le lendemain, à huit heures moins cinq minutes, Lucien était dans la
petite antichambre de l'appartement de son père.

Huit heures sonnèrent.

«--Pour rien au monde, monsieur, dit à Lucien, Anselme, le vieux valet
de chambre, je n'entrerais chez monsieur avant qu'il sonne.»

Enfin la sonnette se fit entendre à dix heures et demie.

«--Je suis fâché de t'avoir fait attendre, mon ami, dit M. Leuwen avec
bonté.

«--Moi, peu importe..., mais le ministre?

«--Le ministre est fait pour attendre, quand il le faut. Il a, ma foi,
plus besoin de moi, que moi de lui; il a besoin de ma banque et peur
de mon salon.

«Mais te donner deux heures d'ennui, à toi, mon fils, un homme que j'aime
et que j'estime, ajouta-t-il en riant, c'est fort différent. J'ai bien
entendu sonner huit heures, mais je sentais un peu de transpiration,
j'ai voulu attendre qu'elle fût bien passée. À soixante-cinq ans la vie
est un problème..., et il ne faut pas l'embrouiller par des difficultés
imaginaires. Mais comme te voilà fait, dit-il en s'interrompant. Tu as
l'air bien jeune! Va prendre un habit moins frais, un gilet noir...
arrange mal tes cheveux... tousse quelquefois... tâche de te donner
vingt-huit ou trente ans... La première impression fait beaucoup avec un
imbécile: il n'a pas le temps de penser. Rappelle-toi: n'être jamais très
bien vêtu tant que tu seras dans les affaires.»

On partit après une grande heure de toilette; le comte de Vaize n'était
point sorti. L'huissier accueillit avec empressement le nom de MM.
Leuwen, et les annonça sans délai.

«--Son Excellence nous attendait, dit M. Leuwen, à son fils, en
traversant trois salons où les solliciteurs étaient étagés selon leur
mérite de leur rang dans le monde.

MM. Leuwen trouvèrent Son Excellence fort occupée à mettre en ordre, sur
un bureau de citronnier chargé de ciselures de mauvais goût, trois ou
quatre cents lettres.

«--Vous me trouvez occupé de ma circulaire, mon cher Leuwen. Il faut
que je fasse une circulaire qui sera déchiquetée par le _National_, par
la _Gazette_, etc..., et messieurs mes commis me font attendre depuis
deux heures la collection des circulaires de mes prédécesseurs. Je suis
curieux de savoir comment ils ont franchi le pas... Je suis fâché de ne
l'avoir pas faite..., un homme d'esprit comme vous m'avertirait des
phrases qui peuvent donner prise.»

Son Excellence continua ainsi pendant vingt minutes. Pendant ce temps,
Lucien l'examinait.

M. de Vaize annonçait une cinquantaine d'années; il était grand et assez
bien fait. De beaux cheveux grisonnants, des traits fort réguliers, une
tête haute, prévenaient en sa faveur. Mais cette impression ne durait pas.

Au second regard, on remarquait un front bas, couvert de rides, excluant
toute idée de pensée. Lucien fut étonné et fâché de trouver à ce grand
administrateur l'air plus que commun, l'air valet de chambre. Il avait
de grands bras dont il ne savait que faire, et ce qui est pis, Lucien
crut entrevoir que Son Excellence cherchait à se donner des grâces
imposantes. Il parlait trop haut et s'écoutait parler.

M. Leuwen père, presque en interrompant l'éloquence du ministre, trouva
le moment de dire les paroles sacramentales:

«--J'ai l'honneur de présenter mon fils à Votre Excellence.

«--J'en veux faire un ami; il sera mon premier aide de camp. Nous aurons
bien de la besogne... mon prédécesseur a tout laissé dans un désordre
complet. Les commis qu'il a fourrés ici, au lieu de me répondre par des
faits et des notions exactes, me font des phrases.

«Vous me voyez ici devant le bureau de ce pauvre Corbière! Qui m'eût dit,
quand je le combattais à la Chambre des pairs et qu'il me répondait avec
sa petite voix de chat qu'on écorche, que je m'assoierais dans son
fauteuil un jour? C'était une tête étroite, sa vue était courte, mais il
ne manquait pas de sens dans les choses qu'il apercevait. Il avait de la
sagacité, mais c'était bien l'antipode de l'éloquence, outre que sa mine
de chat fâché donnait aux plus indifférents l'envie de le contredire. M.
de Villèle eût mieux fait de s'adjoindre un homme éloquent, Martignac,
par exemple...»

Ici, dissertation sur le système de M. de Villèle. Ensuite M. de Vaize
prouva que la justice est le premier besoin des sociétés. De là, il passa
à expliquer comment la bonne foi est la hase du crédit, et dit à ces
messieurs qu'un gouvernement partial et injuste se _suicide_ de ses
propres mains.

La présence de M. Leuwen père avait semblé lui en imposer d'abord, mais
bientôt, enivré de ses paroles, il oublia qu'il parlait devant un homme
dont Paris répétait les épigrammes. Il prit des airs imposants et finit
par l'éloge de son prédécesseur, qui passait généralement pour avoir
économisé 800.000 francs pendant son ministère d'une année.

«--Ceci est trop magnanime pour moi, mon cher comte,» lui dit M. Leuwen,
et il s'évada.

Mais le ministre était en train de parler; il prouva à son secrétaire
intime que, sans probité, l'on ne peut pas être un grand ministre.

Enfin Son Excellence installa Lucien dans un magnifique bureau, à vingt
pas de son cabinet particulier.

Celui-ci fut surpris par la vue d'un jardin charmant dans lequel
donnaient ses croisées; c'était un contraste piquant avec la sécheresse
de toutes les sensations dont il était assailli.

Il se mit à considérer les arbres avec attendrissement.

En s'asseyant, il remarqua de la poudre sur le dossier de son fauteuil.

«--Mon prédécesseur n'avait pas de ces idées-là,» se dit-il en riant.

Bientôt, en voyant l'écriture sage, très grosse et très bien formée de ce
prédécesseur, il eut le sentiment de la vieillerie au suprême degré.

«--Il me semble que ce cabinet sue l'éloquence vide et l'emphase plate.»

Il décrocha deux ou trois gravures de l'École française: _Ulysse arrêtant
le char de Pénélope_, par Fragonard, _Le Barbier_, etc., et les envoya
dans les bureaux.

Il les remplaça plus tard par des gravures d'Anderloni et de Morghen.

Le ministre revint une heure après et lui remit une liste de vingt-cinq
personnes qu'il fallait inviter pour le lendemain.

«--J'ai décidé qu'au moment où l'horloge du ministère sonne l'heure,
le portier vous apportera toutes les lettres arrivées à mon adresse.

Vous me donnerez sans délai ce qui viendra des Tuileries ou des
ministères, vous ouvrirez tout le reste et m'en ferez un extrait en une
ligne ou deux tout au plus; mon temps est précieux.»

À peine fut-il sorti, huit ou dix commis vinrent faire connaissance avec
le maître des requêtes dont l'air déterminé et froid leur parut de bien
mauvais augure.

Pendant toute cette journée, remplie d'un cérémonial faux à couper au
couteau, Lucien fut plus froid encore et plus ironique qu'au régiment.
Il lui semblait être séparé par dix années d'expérience impitoyable
de ce moment de premier début à Nancy.

Il trouva, en rentrant à la maison, son père d'une gaieté parfaite.

«--Voici deux petites assignations, lui dit-il, qui sont les suites
naturelles de vos dignités du matin.»

C'étaient deux cartes d'abonnement à l'Opéra et aux Bouffes.

«--Ah! mon père, ces plaisirs me font peur.

«--Vous m'avez accordé dix-huit mois au lieu d'un an, pour une certaine
position dans le monde. Pour rendre la grâce complète, promettez-moi de
passer une demi-heure chaque soir dans ces _temples du plaisir_,
particulièrement vers la fin des plaisirs, à onze heures.

«--Je le promets. Ainsi je n'aurai pas une pauvre petite heure de
tranquillité dans toute la journée!

«--Et le dimanche donc!»

Le second jour, le ministre dit à Lucien:

«--Je vous charge d'accorder des rendez-vous à cette foule de figures
qui afflue chez un ministre nouvellement nommé. Éloignez l'intrigant de
Paris, faufilé avec des femmes de moyenne vertu; ces gens-là sont
capables de tout, même de ce qu'il y a de plus noir. Faites accueil au
pauvre diable de provincial entêté de quelque idée folle. Le solliciteur
portant avec une élégance parfaite un habit râpé, est un fripon, il
habite à Paris. S'il valait quelque chose, je le rencontrerais dans un
salon, il trouverait quelqu'un pour me le présenter et répondre de lui.»

Peu de jours après, Lucien invita à dîner un peintre, La Croix, homme de
beaucoup d'esprit, qui portait le nom d'un préfet destitué par M. de
Polignac. Justement, ce jour-là, le ministre n'avait que des préfets.

Le soir, quand le comte de Vaize se trouva seul dans son salon, avec sa
femme et Leuwen, il rit beaucoup de la mine attentive des préfets qui,
voyant dans le peintre un candidat à préfecture, destiné à les remplacer,
l'observaient d'un œil jaloux.

«--Et pour fortifier le quiproquo, disait le ministre, j'ai adressé dix
fois la parole à La Croix, et toujours sur de graves sujets
d'administration.

«--C'est donc pour cela qu'il avait l'air si ennuyé et si ennuyeux, dit
la petite comtesse de Vaize, de sa voix douce et timide.

«C'était à ne pas le reconnaître: je voyais sa petite figure spirituelle
par-dessus un des bouquets du plateau. Je ne pouvais deviner ce qui lui
arrivait... Il maudissait votre dîner.

«--On ne maudit point un dîner chez un ministre, dit le comte de Vaize,
à demi sérieux.

«--Voilà la griffe du lion», pensa Leuwen.

Mme de Vaize, fort sensible à ces coups de boutoir, avait pris un air
morne.

«--Ce petit Lucien va me faire jouer un sot rôle chez son père, pensa
le ministre.

«Il veut avoir des commandes, reprit-il d'un air gai, et, parbleu, à
votre recommandation, je lui en donnerai. Je remarque que, de façon ou
d'autre, il vient ici deux fois la semaine.

«--Dites-vous vrai? Me promettez-vous des tableaux pour lui? Et cela sans
qu'il soit besoin de vous solliciter?

«--Ma parole!

«--En ce cas j'en fais un ami de la maison.

«--Ainsi, madame, vous aurez deux hommes d'esprit: M. La Croix et M.
Leuwen.»

Le ministre partit de ce propos pour plaisanter Lucien un peu trop
rudement sur la méprise qui l'avait fait inviter à dîner M. La Croix,
peintre d'histoire.

Lucien réveillé, répondit à Son Excellence sur le ton de la parfaite
égalité, ce qui choqua beaucoup le ministre.

Lucien le vit, et continua à parler avec une aisance qui l'étonna et
l'amusa.

Il aimait à se retrouver avec Mme de Vaize, jolie, très timide, bonne,
et qui, en lui parlant, oubliait parfaitement qu'elle était une jeune
femme et lui un jeune homme. Cet arrangement convenait beaucoup à notre
héros.

«--Ainsi me voilà, se disait-il, sur le ton de l'intimité avec deux êtres
dont je ne connaissais pas la figure il y a huit jours, et dont l'un
m'amuse, surtout quand il m'attaque, et dont l'autre m'intéresse.»

Il mit beaucoup d'attention à sa besogne; il lui sembla que le ministre
voulait prendre avantage de l'erreur de nom dans l'invitation à dîner,
pour lui attribuer l'aimable légèreté de la première jeunesse.

«--Vous êtes un grand administrateur, monsieur le comte, en ce sens je
vous respecte; mais l'épigramme à la main, je suis votre homme, et, vu
vos honneurs, j'aime mieux risquer d'être un peu trop ferme que vous
laisser empiéter sur ma dignité. Cela vous indiquera d'ailleurs que je
me moque parfaitement de ma place, tandis que vous adorez la votre.»

Au bout de huit jours de cette vie-là, Lucien fut de retour sur la
terre; il avait surmonté l'ébranlement produit par la dernière soirée
à Nancy. Son premier remords fut de n'avoir pas écrit à M. Gauthier; il
lui fit une lettre infinie, et, il faut l'avouer, assez imprudente.
Il signa d'un nom en l'air et chargea le préfet de Strasbourg de la
mettre à la poste.

«--Venant de Strasbourg, elle échappera peut-être à Mlle Cunier.»

Telle était la vie de Lucien: six heures au bureau de la rue de Grenelle
le matin, une heure au moins à l'Opéra, le soir. Son père, sans le lui
dire, l'avait précipité dans un travail de toutes les minutes.

«--C'est l'unique moyen, disait-il à Mme Leuwen, de parer au coup de
pistolet, si toutefois nous en sommes là, ce que je suis loin de croire.
Sa vertu si ennuyeuse l'empêcherait de nous laisser seuls, et outre cela,
il y a l'amour de la vie et la curiosité de lutter avec le monde.»

Par amitié pour sa femme, M. Leuwen s'est entièrement appliqué à résoudre
ce problème.

«--Vous ne pouvez vivre sans votre fils, et moi sans vous, et je vous
avouerai que depuis que je le suis de près, il ne me semble plus aussi
plat. Il répond quelquefois aux épigrammes de son ministre, et le
ministre l'admire. Et à tout prendre, les jeunes reparties un peu
impétueuses de Lucien valent mieux que les vieilles épigrammes sans
pointes du comte de Vaize... Reste à voir comment il prendra la première
friponnerie de Son Excellence.

«--Lucien a toujours la plus haute idée des talents de M. de Vaize.

«--C'est là notre seule ressource. C'est une admiration qu'il faut
soigneusement entretenir. Mon unique moyen, après avoir nié tant que je
pourrai le coup de canif donné à la probité, sera de dire: un ministre de
ce talent est-il trop payé à 400.000 francs par an?

«Là-dessus je lui prouverai que Sully a été un voleur. Trois ou quatre
jours après, je paraîtrai avec ma réserve, qui est _superbe_: le général
Bonaparte, en 1796, en Italie, volait. Auriez-vous préféré un honnête
homme comme Moreau, se laissant battre en 1798 à Cassano, à Novi, etc...?
Moreau coûtait au trésor 200.000 francs peut-être, et Bonaparte trois
millions... J'espère que Lucien ne trouvera pas de réponse, et je vous
réponds de son séjour à Paris, tant qu'il admirera M. de Vaize.

«--Si vous pouvez gagner le bout de l'année, dit Mme Leuwen il aura
oublié sa Mme de Chasteller.

«--Je ne sais, vous lui avez fait un cœur si constant! Vous n'avez jamais
pu vous déprendre de moi..., vous m'avez toujours aimé malgré ma conduite
abominable. Pour un cœur tout d'une pièce, tel que celui que vous avez
fait à votre fils, il faudrait un nouveau goût. J'attends une occasion
favorable pour le présenter à Mme Grandet.

«--Elle est bien jolie, bien jeune, bien brillante.

«--Et de plus veut absolument avoir une grande passion.

«--Si Lucien devine l'affectation, il prendra la fuite, etc...»

Un jour de grand soleil, vers les deux heures et demie, le ministre
entra dans le bureau de Leuwen, la figure fort rouge, les yeux hors de
la tête et comme hors de lui.

«--Courez auprès de M. votre père..., mais d'abord copiez cette dépêche
télégraphique... Veuillez prendre copie aussi de cette note que j'envoie
au _Journal de Paris..._ Vous sentez toute l'importance et le secret
de la chose?...»

Il ajouta, pendant que Lucien copiait:

«--Je ne vous engage pas à prendre le cabriolet du ministère et pour
cause. Prenez un cabriolet sous la porte cochère en face, donnez-lui six
francs d'avance, et, pour Dieu, trouvez M. votre père avant la clôture
de la Bourse. Elle ferme à trois heures et demie, comme vous le savez...»

Lucien, prêt à partir et son chapeau à la main regardait le ministre
haletant et ayant peine à parler. En le voyant entrer, il l'avait cru
destitué, mais le télégramme l'avait mis sur la voie. Le ministre s'enfuit,
puis rentra, et dit d'un ton impérieux:

«--Vous me remettrez à moi, à moi, monsieur, les deux copies que vous
venez de faire et, sur votre vie, vous ne les montrerez qu'à M. votre
père.»

Cela dit, il s'enfuit de nouveau.

«--Voilà qui est bien grossier et bien ridicule, se dit Lucien. Il n'est
propre qu'à suggérer l'idée d'une vengeance trop facile.

«Voilà donc tous mes soupçons avérés... Son Excellence joue à la Bourse
et je suis bel et bien complice d'une friponnerie.»

Il eut beaucoup de peine à trouver son père; enfin, comme il faisait un
beau froid et encore un peu de soleil, il eut l'idée d'aller le chercher
sur le boulevard, et il le trouva en contemplation devant un énorme
poisson, exposé au coin de la rue de Choiseul.

M. Leuwen le reçut assez mal et ne voulut point monter dans son cabriolet.

«--Au diable ton casse-cou, je ne monte que dans ma voiture, quand toutes
les Bourses du monde devraient fermer sans moi.»

Lucien courut chercher cette voiture au coin de la rue de la Paix, où
elle attendait. Enfin, à trois heures et quart, au moment, où la Bourse
allait fermer, M. Leuwen y entra. Il ne reparut chez lui qu'à six heures.

«--Va chez ton ministre, donne lui ce mot et attends-toi à être mal reçu.

«--Eh bien, tout ministre qu'il est, je vais lui répondre ferme,» dit
Lucien, piqué de jouer un rôle dans une friponnerie.

Il trouva M. de Vaize an milieu de vingt généraux, on venait d'annoncer
le dîner. Déjà le maréchal N... donnait le bras à Mme de Vaize. Le
ministre debout au milieu du salon, faisait de l'éloquence, mais en
voyant Lucien il n'acheva pas sa phrase. Il partit comme un trait en
lui faisant signe de le suivre; arrivé dans son cabinet, il ferma la
porte à clef et enfin se jeta sur le billet. Il faillit devenir fou de
joie, il serra Lucien dans ses longs bras vivement et à plusieurs
reprises. Celui-ci, debout, son habit noir boutonné jusqu'au menton,
le regardait avec dégoût.

«--Voilà donc un voleur, se disait-il, et un voleur en action! Dans sa
joie comme dans son anxiété, il a des gestes de laquais...»

Le ministre avait oublié son dîner; c'était la première affaire qu'il
faisait à la Bourse, et il était hors de lui de ce gain de quelques
milliers de francs. Le plaisant, c'est qu'il en avait une sorte
d'orgueil: il se sentait ministre dans toute l'étendue du mot.

«--Cela est divin, mon ami, dit-il à Lucien, en revenant avec lui vers
la salle à manger. Au reste... il faudra voir demain à la revente.»

Tout le monde était à table, mais par respect pour Son Excellence on
n'avait pas osé commencer. La pauvre Mme de Vaize était rouge et
transpirait d'anxiété. Les vingt-cinq convives, assis en silence,
voyaient bien qu'il fallait parler, mais ne trouvaient rien à dire et
faisaient la plus sotte figure. Ce silence était interrompu de temps à
autre par les mots timides et à peine articulés de Mme de Vaize, qui
offrait une assiette de soupe au maréchal, son voisin, et les gestes de
refus de ce dernier faisaient le centre d'attention le plus comique.

Le ministre était tellement ému qu'il avait perdu cette assurance si
vantée dans ses journaux; l'air ahuri, il balbutia quelques mots en
prenant place.

Le silence était si complet et tout le monde tellement mal à son aise,
que Lucien put entendre ces mots:

«--Il est bien troublé, disait à voix basse son voisin, un colonel.
Serait-il chassé?

«--La joie surnage,» répondit sur le même ton un vieux général en
cheveux blancs.

Le soir, à l'Opéra, toute l'attention de Lucien était pour cette triste
pensée.

«--Mon père participe à cette manœuvre... On peut répondre qu'il fait son
métier de banquier... Il sait une nouvelle, il en profite..., il ne
trahit aucun serment, mais sans le receleur il n'y aurait pas de voleur.»

Cette réponse ne lui rendait point la paix de l'âme.

Toutes les grâces de Mme Raymonde, qui vint le trouver dans la loge dès
qu'elle le vit, ne purent en tirer un mot. _L'ancien homme_ prenait le
dessus.

«--Le matin avec des voleurs, le soir avec des catins!» se disait-il
amèrement.

Le lendemain, le comte de Vaize entra en courant dans le bureau de
Lucien; il ferma la porte à clef. L'expression de ses yeux était étrange.

«--Mon cher ami, courez chez M. votre père, dit-il d'une voix entrecoupée.
Il faut que je lui parle, _absolument._ Faites tout au monde pour l'amener
au ministère, puisque enfin, moi je ne puis pas me montrer dans le
comptoir de MM. Leuwen et Cie.»

Lucien le regardait attentivement.

«--Il n'a pas la moindre vergogne en me parlant de son vol!»

M. Leuwen reçut en riant la communication que son fils était chargé de
lui faire.

«--Ah! parce qu'il est ministre, il voudrait me faire courir! Dis-lui de
ma part que je n'irai pas à son ministère, et que je le prie instamment
de ne pas venir chez moi. L'affaire d'hier est terminée; j'en fais
d'autres aujourd'hui.»

Comme Lucien se hâtait de partir:

«--Reste donc un peu...! Il ne faut pas gâter les grands hommes, autrement
ils se négligent. Tu me dis qu'il prend un ton familier et grossier avec
toi. Avec toi est de trop. Dès que cet homme ne déclame pas au milieu de
son salon, domine un préfet accoutumé à parler tout seul, il est grossier
avec tout le monde. C'est que toute sa vie s'est passée à réfléchir sur
l'art de gouverner les hommes et les conduire au bonheur par la vertu.»

M. Leuwen regardait son fils pour voir si cette phrase passerait. Lucien
ne fit, pas attention au ridicule des mots.

«--Comme il est encore loin d'écouter son interlocuteur et de savoir
profiter de ses fautes!» pensa M. Leuwen.

«--C'est un artiste, mon fils. Son art exige un habit brodé et un
carrosse, comme l'art d'Ingres et de Prud'hon exige un chevalet et des
pinceaux. Aimerais-tu mieux un artiste parfaitement poli, gracieux, d'un
ton parfait, faisant des croûtes, ou un homme au ton grossier, occupé du
fond des choses et non des formes, et produisant des chefs-d'œuvre? Si,
après deux ans de ministère, M. de Vaize te présente vingt départements
où l'agriculture aura fait un pas, trente autres dans lesquels la
moralité publique se soit augmentée, ne lui pardonneras-tu pas une
réflexion négligée ou même grossière en parlant à son premier aide de
camp, jeune homme qu'il aime et estime et qui d'ailleurs lui est
nécessaire?»

M. Leuwen parla longtemps, sans pouvoir engager la conversation avec
son fils. Il n'aima pas cet air rêveur.

«--J'ai vu trois ou quatre agents de change attendre dans le premier
salon,» dit Lucien, et il se levait pour retourner à la rue de Grenelle.

«--Mon ami, lui dit son père, toi qui as de bons yeux, lis-moi un peu les
_Débats_, la _Quotidienne_ et le _National._»

Lucien se mit à lire tout haut, et, malgré lui, ne put s'empêcher de
sourire.

M. de Vaize était comme hors de lui quand Lucien rentra.

Il le trouva dans son bureau, «où il était venu plus de dix fois», lui
dit le garçon de bureau, parlant à mi-voix et de l'air du plus profond
respect.

«--Eh bien, monsieur? lui dit le ministre d'un air hagard.

«--Rien de nouveau, répondit Lucien avec la plus belle tranquillité; je
quitte mon père par ordre duquel j'ai attendu. Il ne viendra pas et vous
prie instamment de ne pas aller chez lui. L'affaire d'hier est terminée
et il en fait d'autres aujourd'hui.»

M. de Vaize devint pourpre et se hâta de quitter le bureau de son
secrétaire.

«--Je vois l'argument sur lequel se fonde l'insolence de cet homme, se
disait-il en se promenant à grands pas dans son cabinet. Une ordonnance
du roi fait un ministre, une ordonnance ne peut faire un homme comme M.
Leuwen. Voilà à quoi en arrive le gouvernement en ne vous laissant en
place qu'un an ou deux. Est-ce qu'un banquier eut refusé à Colbert de
passer chez lui?»

Après cette comparaison judicieuse, le colérique ministre tomba dans une
rêverie profonde.

«--Ne pourrais-je pas me passer de cet insolent? Mais sa probité est
célèbre presque autant que sa méchanceté. C'est un homme de plaisir, un
viveur, qui depuis vingt ans se moque de tout ce qu'il y a de plus
respectable... C'est le Talleyrand de la Bourse...; ses épigrammes font
loi dans ce monde-là depuis la révolte de Juillet. Et ce _monde-là_ se
rapproche tous les jours davantage du grand monde. Son salon réunit tout
ce qu'il y a d'hommes d'esprit parmi les gens d'affaires. Il s'est faufilé
avec tous les diplomates qui vont à l'Opéra... Villèle le consultait...»

M. Leuwen avait prévu tous ces mouvements. Le soir, il dit à son fils:

«--Ton ministre m'a écrit comme un amant à sa maîtresse. J'ai été obligé
de lui répondre, et cela me pèse. Je suis comme toi, je n'aime pas assez
le _métal_ pour me beaucoup gêner. Apprends à faire l'opération de Bourse;
rien n'est plus simple pour un grand géomètre, élève de l'École
polytechnique. M. Métral, mon commis, te donnera des leçons. Tu me rendras
un service personnel si tu te rends capable d'être l'intermédiaire
entre M. de Vaize et moi. Il tourne autour de moi, mais depuis notre
dernière opération je n'ai voulu lui livrer que des mots gais. D'ici à
huit jours, s'il ne peut le mater, il te fera la cour. Comment vas-tu
recevoir un ministre te faisant la cour? Sens-tu l'avantage d'avoir un
père? C'est une chose fort utile à Paris.

«--J'aurais trop à dire sur ce dernier article et vous n'aimez pas le
provincial tendre.

«Quant à Son Excellence, pourquoi ne serais-je pas naturel avec lui,
comme je le suis avec tout le monde?

«--Ressource de paresseux, fi donc!

«--Je veux dire que je serai froid, respectueux, et laissant toujours
paraître, même fort clairement, le désir de voir se terminer la
communication sérieuse avec un si grand personnage.

«--Serais-tu de force à hasarder le propos léger et un peu moqueur? Il
dirait: digne fils d'un tel père!

«--L'idée plaisante qui vous vient en une seconde ne se présente à moi
qu'au bout de deux minutes.

«--Bravo! Tu vois les choses par le côté utile et, ce qui est pis
encore, par le _côté honnête._ Tout cela est déplacé et ridicule en
France. Vois ton saint-simonisme! Il avait du bon et pourtant il est
resté odieux et inintelligible au premier étage, au deuxième et même
au troisième; on ne s'en occupe un peu que dans la mansarde. Ce peuple-ci
ne sera à la hauteur de la raison que vers l'an 1900. Jusque-là, il faut
voir d'instinct les choses par le côté plaisant, et n'apercevoir _l'utile
et l'honnête_ que par un effort de volonté. Je me serais gardé d'entrer
dans ces détails avant ton voyage à Nancy; maintenant je trouve du
plaisir à parler avec toi. Connais-tu cette plante de laquelle on dit que
plus on la foule aux pieds, plus elle prospère? Je voudrais en avoir, si
elle existe; j'en demanderai à mon ami Thouin, et je t'en enverrai un
bouquet. Cette plante est l'image de la conduite envers M. de Vaize.

«--Mais, mon père, la reconnaissance...

«--Mais, mon fils, c'est un animal. Est-ce sa faute si le hasard l'a jeté
dans l'administration? Ce n'est, pas un homme comme nous, sensible aux
bons procédés, à l'amitié continue. Les procédés délicats, il les
prendrait pour de la faiblesse. C'est un préfet insolent après dîner qui,
pendant vingt années de sa vie, a tremblé tous les matins de trouver sa
destitution dans le _Moniteur._ Les écailles ne sont pas encore tombées
de tes yeux; ne crois aveuglément personne, pas même moi! Tu verras tout
cela dans un an. Quant à la reconnaissance, je le conseille de rayer ce
mot de tes papiers. Il y a eu convention, contrat bilatéral avec le comte
de Vaize, aussitôt après ton retour à Paris. Il s'est engagé: 1°, à
arranger ta désertion avec son collègue de la guerre; 2°, à te faire
maître des requêtes, secrétaire particulier, avec la croix au bout de
l'année. Par contre, mon salon et moi sommes engagés à vanter son crédit,
ses talents, ses vertus, sa probité surtout. J'ai fait réussir sa
nomination à la Bourse, aussi je me charge de faire de compte à demi
toutes les affaires de Bourse basées sur des dépêches télégraphiques.
Maintenant il prétend que je me suis engagé pour les affaires de Bourse
basées sur les délibérations du conseil des ministres,--mais cela n'est
point. J'ai M. N..., le ministre des Finances qui ne sait rien
administrer, mais qui sait deviner et lire sur les physionomies. Il voit
l'intention du roi huit jours à l'avance; le pauvre de Vaize ne sait pas
la voir à une heure de distance. Il a été déjà battu à plate couture,
dans deux conseils, depuis un mois à peine qu'il est au ministère.
Mets-toi bien dans la tête que M. de Vaize ne peut se passer de mon
fils. Si je devenais un imbécile, si je fermais mon salon, si je n'allais
plus à l'Opéra, il pourrait peut-être songera s'arranger avec une autre
maison; encore je ne le crois pas de cette force de tête-là. Il va te
battre froid cinq ou six jours, après quoi il y aura explosion de
confiance. C'est le moment que je crains. Si tu as l'air comblé,
reconnaissant, d'un commis à cent louis, ces sentiments louables joints
à ton air si jeune te classent à jamais parmi les dupes que l'on peut
accabler de travail, compromettre, humilier à merci et à miséricorde,
comme jadis _on taillait le tiers état._ Aurais-tu l'esprit de suivre
ce programme?»

Pendant les jours qui suivirent cette leçon paternelle, le ministre
parlait à Lucien d'un air abstrait, comme un homme accablé de hautes
affaires, Lucien répondait le moins possible et faisait la cour à Mme la
comtesse de Vaize.

Un matin, le ministre entra dans son bureau, suivi d'un garçon qui
portait un énorme portefeuille: le garçon sorti, il poussa lui-même le
verrou de la porte et, s'asseyant familièrement à côté de Lucien:

«--Ce pauvre C..., mon prédécesseur, était sans doute un fort honnête
garçon, lui dit-il; mais le public a d'étranges idées sur son compte.
On prétend qu'il faisait des affaires.

«Voici, par exemple, un portefeuille de l'administration des Enfants
trouvés. C'est un objet, de sept ou huit millions. Puis-je de bonne foi
demander au chef de bureau qui conduit tout cela depuis dix ans, s'il
y a eu des abus?

«Je ne puis qu'essayer de deviner; M. Coitat, le chef de la police du
ministère, me dit bien que Mme M..., la femme du chef de bureau susdit,
dépense quinze ou vingt mille francs. Les appointements du mari sont de
douze mille et ils ont deux ou trois petites propriétés sur lesquelles
j'attends des renseignements. Mais tout cela est bien éloigné, bien vague,
bien peu concluant, et, à moi, il me faut des faits. Donc pour lier M.
M..., je lui ai demandé un rapport général et approfondi: le voici avec
les pièces à l'appui. Enfermez-vous, cher ami, comparez les pièces au
rapport, et dites-moi votre avis.»

Lucien admira la physionomie du ministre; elle était convenable, sans
morgue. Il se mit aussitôt au travail et, trois heures après, il écrivit
au ministre: «_Ce rapport n'est pas approfondi_, ce sont des phrases.
M. M.... ne convient franchement d'aucun fait; je n'ai pas trouvé une
seule assertion sans quelque faux-fuyant. M. M... _ne se lie_ nullement.
C'est une dissertation bien écrite, redondante d'humanité, c'est un
article de journal, mais l'auteur semble brouillé avec Barrème.»

Quelques minutes après, le ministre accourut; ce fut une explosion de
tendresse. Il serrait Lucien dans ses bras:

«--Que je suis heureux d'avoir un tel capitaine dans mon régiment! etc...»

Lucien s'attendait à avoir beaucoup de peine à être hypocrite.

Ce fut sans la moindre hésitation qu'il prit l'air d'un homme qui désire
voir finir l'accès de confiance. À cette seconde entrée. M. de Vaize lui
parut un comédien de campagne qui charge trop. Il le trouva manquant de
noblesse presque autant que le colonel Malher mais l'air faux était bien
plus visible chez le ministre.

La froideur de Lucien, écoutant les éloges de son talent, était tellement
glaciale, que le ministre tout déconcerté se mit à dire du mal du chef de
bureau M...

Une chose frappa Lucien: le ministre n'avait pas lu le travail de M. M...

«--Votre Excellence est tellement accablée par les grandes discussions
du conseil et par la préparation du budget de son département, qu'elle
n'a pas eu le temps de lire ce rapport de M. M... qu'elle censure et
avec raison!...»

Le ministre eut un mouvement de vive colère. Attaquer son aptitude au
travail, douter des quatorze heures que, de jour et de nuit, disait-il,
il passait devant son bureau!

«--Parbleu, monsieur, prouvez-moi cela, dit-il en rougissant.

«--À mon tour,» pensa Lucien.

Il triompha parla modération, par la clarté, par la respectueuse
politesse. Il démontra clairement au ministre qu'il n'avait pas lu le
rapport du pauvre M. M... si injurié.

Deux ou trois fois, M. de Vaize voulut tout terminer en embrouillant
les questions.

Son Excellence sortit du cabinet en fureur et Lucien l'entendit
maltraiter le pauvre chef de division que l'huissier avait introduit
dans son cabinet. La voix redoutable du ministre passa jusqu'à
l'anti-chambre correspondant à la porte dérobée par laquelle on entrait
dans le bureau de Leuwen. Un ancien domestique, placé la par le crédit
du ministre, et que Lucien soupçonnait fort d'être un espion, entra sans
être appelé.

«--Est-ce que Son Excellence a besoin de quelque chose?

«--Non pas Son Excellence, mais moi; j'ai à vous prier fort sérieusement
de ne pas entrer ici quand je ne sonne pas.»


* * *


Un des bonheurs de Lucien avait été de ne pas trouver à Paris son cousin
Ernest Déverloy, futur membre de l'Académie des sciences morales et
politiques. Un des académiciens moraux, qui donnait quelques mauvais
dîners et disposait de trois voix, outre la sienne, avait eu besoin
d'aller aux eaux de Vichy, et Déverloy s'était donné le rôle de
garde-malade. Cette abnégation de deux ou trois mois avait produit le
meilleur effet à l'Académie morale.

«--C'est un homme à coté duquel il est bien agréable de s'asseoir»,
disait M. Boneau, un des meneurs de cette société.

«--La campagne d'Ernest aux eaux de Vichy, ajoutait M. Leuwen, avance
de quatre ans son entrée à l'Institut.

«--Ne vaudrait-il pas mieux pour vous, mon père, avoir un tel fils?
répliquait Lucien presque attendri.

«--Je t'aime encore mieux avec ta vertu. Je ne suis pas en peine de
l'avancement d'Ernest, il aura bientôt pour 30.000 francs de places,
comme le philosophe Cousin.»

Il y avait dans les bureaux du comte de Vaize un M. Desbacs, dont la
position sociale avait quelques points de rapport avec celle de Lucien.

Il avait de la fortune, et M. de Vaize l'appelait son cousin; mais il
n'avait pas un salon accrédité et un dîner renommé toutes les semaines,
pour le soutenir dans le monde. Il sentait vivement cette différence et
tâchait de s'accrocher à Lucien.

M. Desbacs était d'un caractère sournois et c'est ce qui malheureusement
se lisait trop sur sa figure, extrêmement pâle et fort marquée par la
petite vérole. Cette figure n'avait guère d'autre expression que celle
d'une politesse feinte et d'une bonhomie qui rappelait celle de Tartufe.
Des cheveux absolument noirs, sur cette face blême, fixaient trop les
regards.

Avec ce désavantage, qui était grand, comme M. Desbacs disait toujours
tout ce qui est convenable et jamais rien au delà, il avait fait des
progrès rapides dans les salons de Paris. Il avait été sous-préfet,
destitué par M. de Martignac, comme trop jésuite, et c'était un des
commis les plus habiles qu'eut le ministère de l'Intérieur.

Lucien était, comme toutes les âmes tendres, au désespoir: tout lui
semblait indifférent; il ne choisissait pas les hommes et se liait avec
ce qui se présentait. Il ne s'aperçut même pas que M. Desbacs lui
faisait la cour. Celui-ci vit que Lucien désirait réellement s'instruire
et travailler, et il se donnait à lui comme chercheur de renseignements,
non seulement dans les bureaux du ministère de l'Intérieur, mais dans tous
les bureaux de Paris. Rien n'est plus commode et n'abrège plus les
travaux. En revanche, M. Desbacs ne manquait jamais au dîner que Mme
Leuwen avait fondé, une fois la semaine, pour les employés du ministère
de l'Intérieur qui se liaient avec son fils.

«--Vous vous liez là avec d'étranges figures, disait son mari; des
espions subalternes, peut-être.

«--Ou bien des gens de mérite inconnus. Béranger a été commis à dix-huit
cents francs.

«Mais quoi qu'il en soit, on voit trop dans les façons de Lucien que la
présence des hommes l'importune et l'irrite. C'est le genre de
misanthropie que l'on pardonne le moins.»

Le but de M. Leuwen était de ne pas laisser un quart d'heure de solitude
à son fils. Il trouvait qu'avec son heure à l'Opéra tous les soirs, le
pauvre garçon n'était pas assez... bouclé.

Il le rencontra au foyer des Bouffes.

«--Voulez-vous que je vous mène chez Mme Grandet? Elle est éblouissante
ce soir; c'est sans contredit la plus jolie femme de la salle. Et je ne
veux pas vous vendre chat en poche. Je vous mène d'abord chez Dufresnoy
dont la loge est à côté de celle de Mme Grandet.

«--Je serais si heureux, mon père, de n'adresser la parole qu'à vous ce
soir.

«--Il faut que le monde connaisse votre figure du vivant de mon salon.»

Déjà plusieurs fois, M. Leuwen avait voulu le conduire dans vingt maisons
du juste-milieu, fort convenables pour le chef de bureau particulier du
ministre de l'Intérieur. Lucien avait toujours trouvé des prétextes pour
refuser.

Il disait:

«--Je suis encore trop sot. Laissez-moi me guérir de ma distraction; je
tomberais dans quelque gaucherie qui s'attacherait à mon nom et me
discréditerait, me déshonorerait à jamais... C'est une grande chose que
de débuter.»

Mais comme une âme au désespoir n'a de force pour rien, ce soir-là il se
laissa entraîner dans la loge de M. Dufresnoy, receveur général, et
ensuite, une heure plus tard, dans le salon de M. Grandet, ancien
fabricant fort riche, et juste-milieu furibond. L'hôtel parut charmant
à Lucien, le salon magnifique, mais M. Grandet d'un ridicule trop noir.

Le soir du dîner qui suivit la présentation de Lucien, M. Grandet exprima,
tout haut, devant trente personnes au moins,  le désir que M. N..., de
l'opposition, mourût d'une blessure qu'il venait de recevoir dans
un duel célèbre.

La beauté éblouissante de Mme Grandet, ne put faire oublier à Lucien le
dégoût profond inspiré par son mari.

C'était une femme de vingt-trois à vingt-quatre ans au plus: il était
impossible d'imaginer des traits plus réguliers, une beauté plus délicate
et plus parfaite. On eût dit une figure d'ivoire. Elle chantait fort bien;
c'était une élève de Rubini. Son mérite pour les aquarelles était célèbre,
et son mari lui faisait quelquefois le compliment de lui en voler une
qu'il envoyait vendre et qu'on payait 300 francs.

Mais elle ne se contentait pas du mérite d'être un excellent peintre:
c'était encore une bavarde effrénée. Malheur à la conversation, si
quelqu'un venait à prononcer les mots terribles de bonheur, religion,
civilisation, pouvoir légitime, mariage, etc...

«--Je crois, Dieu me pardonne, qu'elle tient à imiter Mme de Staël, se
dit Lucien en écoulant une de ses _tartines._ Elle ne laisse rien passer
sans y clouer son mot. Le mot est juste, mais il est d'un plat à mourir,
quoique exprimé avec noblesse et délicatesse. Je parierais qu'elle fait
provision d'esprit dans les manuels à trois francs.»

Malgré son dégoût parfait pour la beauté aristocratique et les grâces
imitatives de Mme Grandet. Lucien était fidèle à sa promesse et, deux
fois par semaine, il paraissait dans le salon le plus aimable du
juste-milieu.

Un soir qu'il rentrait à minuit et qu'il répondait à sa mère avoir été
chez les Grandet:

«--Qu'as-lu fait pour le tirer de pair aux yeux de Mme Grandet? lui
demanda son père.

«--J'ai imité les talents qui la font si séduisante: j'ai fait une
aquarelle.

«--Et quel sujet a choisi la galanterie, lui dit Mme Leuwen?

«--Un moine espagnol monté sur un âne, et que Rodil envoie pendre.

«--Quelle horreur! Quel caractère vous vous donnez dans cette maison!
s'écria Mme Leuwen; et encore ce caractère n'est pas le vôtre. Vous en
avez tous les inconvénients, sans les avantages. Mon fils, un bourreau!

«--Votre fils, un héros! voilà ce que Mme Grandet voit dans les supplices
décernés sans ménagement à qui ne pense pas connue elle. Une jeune femme
qui aurait de la délicatesse, de l'esprit, qui verrait les choses comme
elles sont, enfin, qui aurait le bonheur de vous ressembler un peu, me
prendrait pour un vilain être, par exemple pour un séide des ministres,
qui veut devenir préfet et chercher en France des rues Transnonain. Mais
Mme Grandet vise au génie, à la grande passion, à l'esprit brillant. Pour
une pauvre petite femme qui n'a que du bonheur, et encore des plus
communs, un moine envoyé à la mort, dans un pays superstitieux, et par un
général juste-milieu, c'est sublime.

«--Ainsi, tu vas prendre le triste caractère d'un don Juan,» dit Mme
Leuwen avec un profond soupir.

M. Leuwen éclata de rire.

«--Ah! que cela est bon. Lucien un don Juan! Mais, mon ange, il faut que
vous l'aimiez avec bien de la passion pour déraisonner ainsi. Heureux
qui bat la campagne par l'effet d'une passion! Et mille fois heureux
qui déraisonne par amour, dans ce siècle où l'on ne déraisonne que par
impuissance ou médiocrité d'esprit. Le pauvre Lucien sera toujours dupe
de toutes les femmes qu'il aimera. Je vois dans ce cœur-là du fonds pour
être dupé jusqu'à cinquante ans. As-tu deviné quel est l'amant de la dame?

«--Ce cœur est si sec, que je la croyais sage.

«--Mais sans amant il manquerait quelque chose a son état de maison. Le
choix est tombé sur M. Crapart.

«--Quoi? le chef de la police de mon ministère?

«--_The same_, et par lequel vous pourriez faire espionner votre
maîtresse aux frais de l'État.»

Sur ce mot, Lucien devint taciturne. Sa mère devina son secret.

«--Je le trouve pâle, mon ami. Prends ton bougeoir, et, de grâce, sois
toujours dans ton lit avant l'heure.

«--Si j'avais eu M. Crapart à Nancy, se disait Lucien, j'aurais su,
autrement qu'en le voyant, ce qu'il arrivait à Mme de Chasteller. Et que
serait-il arrivé si je l'eusse connu un mois plus tôt? J'aurais perdu un
peu plus tôt les plus beaux jours de ma vie. J'aurais été condamné un mois
plus tôt à vivre le matin avec un fripon Excellence, et le soir avec une
coquine, la femme la plus considérée de Paris.»

On voit combien l'âme de Lucien souffrait encore.


* * *


Un soir vers les cinq heures, en revenant des Tuileries, le ministre fit
appeler Lucien dans son cabinet. Notre héros le trouva pâle comme un mort.

«Voici une affaire, mon cher Leuwen. Il s'agit, pour vous, de la mission
la plus délicate...»

À son insu, Lucien prit l'air altier du refus, et le ministre se hâta
d'ajouter:

«--...Et la plus honorable.»

Après ce mot, l'air hautain de Lucien ne se radoucit pas beaucoup. Il
n'avait pas grande idée de l'honneur que l'on peut acquérir en servant
Son Excellence.

Sur quoi, celle-ci continua:

«--Vous savez que nous avons le bonheur de vivre sous cinq polices...
Mais vous le savez comme le public et non comme il faut le savoir, pour
agir avec sûreté. Oubliez donc, de grâce, tout ce que vous croyez savoir
là-dessus. Pour être lus, les journaux de l'opposition enveniment toutes
les choses. Gardez-vous de confondre ce que le public croit vrai, avec ce
que je vous apprendrai. Autrement, vous vous tromperez en agissant.
N'oubliez pas, surtout, mon cher Leuwen, que le plus coquin a de la
vanité et de l'honneur, à sa manière. Aperçoit-il le mépris chez vous,
il devient intraitable.

«Pardonnez ces détails, mon ami; je désire vivement vos succès...»

Le ministre était tout à sa douleur. Son œil hagard se détachait sur des
joues d'une pâleur mortelle. Il continua:

«--Ce diable de général B... ne pense qu'à une chose: devenir
lieutenant-général. Il est, comme vous le savez, chef de la police du
château. Mais ce n'est pas tout; il veut être ministre de la Guerre, et
comme tel, se montre habile dans la partie la plus difficile et, à vrai
dire, la seule difficile de ce pauvre ministère, ajouta avec mépris le
grand administrateur. «Veiller à ce que trop d'intimité ne s'établisse
pas entre les soldats et les citoyens, et maintenir entre eux les
duels suivis de mort à six par mois. C'est le chiffre arrêté par le
conseil des ministres.» Le général N... s'était contenté jusqu'ici de
faire courir, dans les casernes, des bruits d'attaques et de guets-apens,
commis par dus gens du bas peuple, par des ouvriers, contre des militaires
isolés. Ces classes sont sans cesse rapprochées par la _douce égalité_;
elles s'estiment; il faut donc, pour les désunir, un soin continu dans la
police militaire. Le général B... me tourmente sans cesse pour que je
fasse insérer dans _nos journaux_ des récits exacts de toutes les
querelles de cabaret, de toutes les grossièretés de corps de garde, de
toutes les rixes d'ivrognes qu'il reçoit de ses agents déguisés. Ces
messieurs sont chargés d'observer l'ivresse sans jamais y succomber.
Toutes ces choses font le supplice de nos gens de lettres.

«--Comment espérer, disent-ils, quelque effet d'une phrase délicate, d'un
trait d'ironie, après ces saletés?»

«--Qu'importe à la bonne compagnie des scènes de cabaret, toujours les
mêmes? À l'exposé de ces vilenies, le lecteur un peu littéraire jette le
journal, et, non sans raison, ajoute quelque mot de mépris sur les
gens de lettres salariés.

«Quelque adresse qu'y mettent ces messieurs de la littérature, le public
ne lit plus ces querelles dans lesquelles deux pauvres ouvriers maçons
auraient assommé trois grenadiers armés de leurs sabres, sans
l'intervention miraculeuse du poste voisin.

«Les soldats mêmes, dans les casernes, se moquent de cette partie de nos
journaux que je fais jeter dans les corridors. Dans cet état de choses,
ce diable de B..., tourmenté par les deux étoiles qui sont sur ses
épaulettes, a entrepris d'avoir des faits. Or, mon ami, ajouta le Ministre
en baissant la voix, l'affaire du pont Royal, si vertement démentie dans
nos journaux d'hier matin, n'est que trop vraie.

«L'homme le plus dévoué du général B..., employé à trois cents francs par
mois, a entrepris, mercredi passé, de désarmer un conscrit bien niais
qu'il guettait depuis huit jours. Ce conscrit fut mis en sentinelle, au
beau milieu du pont Royal, à minuit. Une demi-heure après, le mouchard
s'avance en imitant l'ivrogne, tout à coup se jette sur lui et veut lui
arracher son fusil. Ce diable de conscrit, si niais en apparence et choisi
sur sa mine, recule d'un pas et campe au mouchard un coup de fusil dans le
ventre. Le conscrit s'est trouvé être un chasseur des montagnes du
Dauphiné.

«Voilà donc le policier blessé mortellement. L'ennuyeux c'est qu'il n'est
pas mort.

«C'est là l'affaire. Maintenant, le problème à résoudre: cet homme sait
qu'il n'a que trois ou quatre jours à vivre; _qui nous répond de sa
discrétion?_

«Le roi vient de faire une scène épouvantable au général B...
Malheureusement je me suis trouvé là, sous la main, et le roi a prétendu
que moi seul avais tout le tact nécessaire pour faire finir cette cruelle
affaire comme il faut. Si j'étais moins connu, j'irais voir le blessé qui
est à l'Hôtel-Dieu, et étudier les personnes qui approchent son lit. Mais
ma présence seule centuplerait le venin de cette affaire. Le général B...
paye mieux ses employés de police que moi les miens. De plus, il doit être
furieux de la scène de ce matin et des éloges dont j'ai été l'objet en sa
présence et presque à ses dépens. Un homme d'esprit connue vous devine la
vérité. Si mes agents font quelque chose qui vaille auprès du lit de
douleur de cet homme, ils auront soin de remettre leur rapport dans mon
cabinet cinq minutes après qu'ils m'auront vu sortir de l'hôtel de la rue
de Grenelle, et une heure auparavant le général B... les aura interrogés
tout à son aise. Maintenant, mon cher Lucien, voulez-vous me tirer d'un
grand embarras?»

Après un petit silence, Lucien répondit:

«--Oui, monsieur.»

Mais l'expression de ses traits était infiniment moins rassurante que sa
réponse.

Lucien continua d'un air glacial:

«--Je suppose que je n'aurai pas à parler au chirurgien.

«--Très bien, mon ami, très bien. Vous devinez tout le poids de la
question, se hâta de répondre le ministre. Le général B... a déjà agi et
trop agi. Ce chirurgien est un colosse dénommé Monod, qui ne lit que
le _Courrier Fronçais_ au café de l'Hôpital.»

Lucien était violemment agité; après un silence inquiétant, il finit par
dire au ministre:

«--Je ne veux pas être inutile. Si j'accepte de Votre Excellence de me
conduire envers le blessé comme le ferait l'homme le plus tendre,
j'accepte la mission.

«--Cette condition me fait injure,» s'écria le ministre d'un ton
affectueux.

Et réellement les idées d'empoisonnement ou seulement d'opium lui
faisaient horreur. Lorsqu'il avait été question, dans le conseil, d'opium
pour calmer les douleurs du malheureux policier, il avait pâli.

«--Rappelons-nous, ajouta-t-il avec effusion, l'opium tant reproché au
général Bonaparte sous les murs de Jaffa.

«Ne nous exposons pas à être en butte pour toute la vie aux calomnies
des journaux républicains, et ce qui est bien pis, des journaux
légitimistes qui pénètrent dans les salons.»

Ce mouvement vrai et vertueux diminua l'angoisse horrible de Lucien. Il
se disait:

«--Ceci est bien pis que tout ce que j'aurais pu rencontrer au régiment.
Là, sabrer ou fusiller un pauvre ouvrier égaré ou même innocent; ici, se
trouver mêlé toute la vie à un ignoble récit d'empoisonnement. Si j'ai du
courage, qu'importe la forme du danger?»

Et il dit d'un ton résolu:

«--Je vous seconderai, monsieur le comte. Je me repentirai peut-être
toujours de ne pas tomber malade à l'instant, garder le lit huit jours et
ensuite revenir au bureau, et, si je vous trouvais trop changé, donner
ma démission.

«Le ministre est trop honnête homme (et il pensait: trop engagé avec mon
père) pour me persécuter avec les grands bras du pouvoir. Mais je suis las
de reculer devant le danger. Puisque la vie au XIXe siècle est si pénible,
je ne changerai pas d'état pour la troisième fois. Je vois fort bien à
quelles affreuses calomnies j'expose tout le reste de mes jours. Je vais
donc agir avec l'inquiétude continue à chaque démarche de la possibilité
de la justifier dans un mémoire imprimé.

«Peut-être, monsieur le comte, eût-il été mieux, même pour vous, de
laisser ces démarches à des agents couverts par l'épaulette. Le Français
pardonne beaucoup à l'uniforme.»

Le ministre fit un mouvement.

«--Je ne veux, monsieur le comte, ni vous donner des conseils, non
demandés et d'ailleurs tardifs, ni encore moins vous insulter. Je n'ai
pas voulu vous demander une heure pour réfléchir, et, naturellement,
j'ai pensé tout haut...»

Cela fut dit d'un ton si simple, mais en même temps si mâle, que la
figure morale de Lucien changea aux yeux du ministre.

«--C'est un homme, et un homme ferme, pensa-t-il. Tant mieux. Je maudirai
moins l'effroyable pouvoir de son père.

«Mes affaires du télégraphe sont enterrées à jamais; et je puis, en
conscience, fermer la bouche à celui-ci par une préfecture; ce sera une
façon fort honnête de m'acquitter avec le père, s'il ne meurt pas d'ici
là d'une indigestion--et en même temps de _lier_ son salon.»

«--Voici, dit-il, une lettre qui place sous vos ordres tout ce que vous
rencontrerez dans les hôpitaux, et voici de l'or.»

Lucien s'approcha d'une table pour écrire un mot de reçu.

«--Que faites-vous là, mon cher, un reçu entre nous? dit le ministre avec
une légèreté guindée.

«--Monsieur le comte, tout ce que nous faisons ici peut être un jour
imprimé! répondit Lucien avec le sérieux d'un homme qui dispute sa tête
à l'échafaud.

«--Attendez-vous à trouver auprès du lit de Kortis,--c'est le nom du
policier,--un agent du _National_ ou de la _Tribune_; surtout pas
d'emportement, pas de duel avec ces messieurs. Vous sentez quel immense
avantage pour eux, et comme le général B... triompherait de mon pauvre
ministère?

«--Je vous réponds que je n'aurai pas de duel, ou du moins du vivant
de Kortis.

«--C'est la grande affaire du jour. Dès que vous aurez fait ce qui est
possible, cherchez-moi partout. Voici mon itinéraire. Vous m'obligeriez
infiniment en me tenant au courant de tout ce que vous ferez.

«--Votre Excellence m'a-t-elle mis au courant de tout? dit Lucien d'un
air significatif.

«--D'honneur! répondit le ministre. Je n'en ai pas dit un mot à personne,
et, de mon côté, je vous livre l'affaire vierge.

«--Votre Excellence me permettra de lui dire, avec tout le respect que je
lui dois, que dans le cas où j'apercevrais quelqu'un de la police, je me
retirerais. Un tel voisinage n'est pas fait pour moi.

«--De ma police, oui, mon cher aide de camp. Mais puis-je être responsable
envers vous des sottises que peuvent faire les autres polices? Je ne veux
ni ne puis rien vous cacher. Oui me répond qu'aussitôt après mon départ,
on n'a pas donné la même commission à un autre ministre? L'inquiétude est
grande au château.

«L'article du _National_ est abominable de modération... Il y a une
finesse, une hauteur de mépris...! On le lira jusqu'au bout dans les
salons. Ce n'est point le ton de la _Tribune._ Ah! ce roi qui n'a pas
fait Carrel conseiller d'État!

«Mais Carrel aurait refusé, et avec raison. Il vaut mieux être candidat
à la présidence de la République française, que conseiller d'État. Un
conseiller d'État a douze mille francs, et lui reçoit trente-six mille
pour dire ce qu'il pense. D'ailleurs, son nom est dans toutes les bouches.

«Adieu, adieu, mon cher; bonne chance, je vous ouvre un crédit illimité.
Tenez-moi au courant. Si je ne suis pas ici, soyez assez bon pour me
chercher.»

Lucien retourna à son cabinet avec le pas assuré d'un homme qui marche
à l'assaut d'une batterie.

Il trouva Desbacs dans son bureau.

«--La femme de Kortis a écrit. Voici la lettre.» Lucien la prit.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

«Mon malheureux époux n'est pas entouré de soins suffisants à l'hôpital.
Pour que mon cœur puisse lui prodiguer les soins que je lui dois, il faut
de toute nécessité que je me fasse remplacer auprès de ces malheureux
enfants qui vont être orphelins.

«Mon mari est frappé à mort sur les marches du trône et de l'autel. Je
réclame de la justice de Votre Excellence...»

«--Au diable l'Excellence, pensa Lucien. Quelle heure? dit-il en
s'adressant à Desbacs, voulant ainsi s'assurer un témoin irrécusable.

«--Six heures moins un quart. Il n'y a plus un chat dans les bureaux.»

Lucien marqua cette heure sur une feuille de papier, et appela le garçon
de bureau espion.

«--Si l'on vient me demander dans la soirée, dites que je suis sorti à
six heures.»

Il remarqua encore que l'œil de Desbacs, ordinairement si calme, était
étincelant de curiosité et d'envie de savoir.

«--Vous pourriez bien n'être qu'u  coquin, mon ami, pensait Lucien, ou
peut-être même un espion du général B...»

«--C'est que, tel que vous me voyez, reprit-il d'un air indifférent,
j'ai promis d'aller dîner à la campagne. On va croire que je me fais
attendre comme un grand seigneur.»

Et il regarda l'œil de Desbacs qui, à l'instant, perdit son feu.

Lucien vola à l'Hôtel-Dieu et se fit conduire par le portier au
chirurgien de garde. Dans les cours de l'hôpital, il rencontra deux
médecins, déclina ses noms et qualités, et pria ces messieurs de
l'accompagner à l'instant. Et il mit tant de politesse dans ses
manières, que ces messieurs n'eurent pas l'idée de le refuser.

«--Quelle heure est-il? demanda-t-il au portier qui marchait devant eux.

«--Six heures et demie.

«--Ainsi je n'aurai mis que dix-huit, minutes du ministère ici, et je
puis le prouver.»

En arrivant auprès du chirurgien de garde, il le pria de prendre
communication de la lettre du ministre.

«--Messieurs, dit-il aux trois médecins qu'il avait auprès de lui, on a
calomnié l'administration du ministère de l'intérieur, à propos d'un
blessé, Kortis, qui appartient, dit-on, au parti républicain... Le mot
_d'opium_ a été prononcé. Il convient à l'honneur de votre hôpital et à
votre responsabilité comme employés du gouvernement, d'entourer de la
plus grande publicité tout ce qui se passera autour du lit de ce blessé.
Il ne faut pas que les journaux de l'opposition puissent nous calomnier.
Peut-être enverront-ils des agents. Ne trouveriez-vous pas convenable,
messieurs, d'appeler M. le médecin ou M. le chirurgien en chef, et
d'expédier des élèves internes à ces messieurs. Et ne serait-il pas à
propos de mettre, dès cet instant, auprès du lit de Kortis, deux
infirmiers, _gens sages et incapables de mensonges?_»

Ces mots furent compris par le plus âgé des médecins présents, dans le
sens qu'on leur eût donné quatre ans plus tôt. Il désigna deux infirmiers,
ayant jadis appartenu à la Congrégation, et coquins consommés. L'un des
chirurgiens se détacha pour aller les installer sur-le-champ.

Les médecins et les chirurgiens affluèrent vite dans la salle de garde,
mais il régnait un grand silence et tous avaient l'air morne.

«--Je me propose, messieurs, leur dit Lucien, au nom de M. le ministre
de l'Intérieur, dont j'ai l'ordre dans ma poche, de traiter Kortis comme
s'il appartenait à la classe la plus riche. Il me semble que cette
marche convient à tous.»

Il y eut un assentiment méfiant, mais général.

«--Ne conviendrait-il pas, messieurs, de nous rendre _tous_ autour du lit
du blessé, et ensuite de faire une consultation? Je ferai un bout de
procès-verbal de ce qui sera dit, et je le porterai à M. le ministre de
l'Intérieur.»

L'air résolu de Lucien en imposa à ces messieurs, dont la plupart avaient
disposé de leur soirée et comptaient la passer d'une façon plus profitable
ou plus gaie.

«--Mais, monsieur, j'ai vu Kortis ce matin, dit d'un air pointu une petite
figure sèche; c'est un homme mort. À quoi bon une consultation?

«--Monsieur, je placerai votre observation au commencement du
procès-verbal.

«--Mais, je ne parlais pas dans l'intention que mon observation fût
répétée.

«--_Répétée!_ monsieur, vous vous oubliez. J'ai l'honneur de vous donner
ma parole que tout ce qui est dit ici sera fidèlement reproduit dans le
procès-verbal; votre dire, monsieur, comme ma réponse.»

Les paroles de Lucien n'étaient pas mal, mais il devint fort rouge en
les prononçant, ce qui pouvait envenimer la chose.

«--Nous ne voulons tous, certainement, que la guérison du blessé,» se
dit le plus âgé des médecins, pour mettre le holà.

Il ouvrit la porte et l'on se mit en marche. Trois ou quatre passants se
joignirent au cortège dans les cours de l'hôpital. Enfin le chirurgien en
chef arriva comme on ouvrait la porte de la salle où était Kortis. On
entra chez un portier voisin.

Lucien pria le chirurgien de s'approcher avec lui d'un quinquet, lui fit
lire la lettre du ministre, et raconta ce qui avait été fait depuis son
arrivée à l'hôpital.

Ce chirurgien en chef était un fort honnête homme, et malgré un ton
d'emphase bourgeoise, ne manquait pas de tact. Il comprit que l'affaire
pouvait être importante.

«--Ne faisons rien sans M. Monod, dit-il à Lucien. Il loge à deux pas de
l'hôpital.

«--Ah! pensa Lucien, c'est le chirurgien qui a repoussé par un coup de
poing l'idée de l'opium.»

Au bout de quelques minutes, M. Monod arriva en grommelant; on avait
interrompu son dîner et il songeait aussi un peu aux suites de son coup
de poing. Quand il sut de quoi il s'agissait:

«--Eh bien, messieurs, dit-il à Lucien et au chirurgien en chef--c'est un
homme mort. Voilà tout. C'est un miracle qu'il vive encore avec une balle
dans le ventre, et non seulement la balle, mais encore des lambeaux de
drap, la bourre du fusil, que sais-je moi? Vous songez bien que je ne
suis pas allé sonder une telle blessure. La peau a été brûlée par la
chemise, qui a pris feu.»

En parlant ainsi, on arriva au malade. Lucien lui trouva la physionomie
résolue et l'air pas trop coquin--moins coquin que Desbacs.

«--Monsieur, lui dit-il, en rentrant chez moi, j'ai trouvé cette lettre
de Mme Kortis...

«--Madame... madame... Une drôle de madame! qui mendiera son pain dans
huit jours...

«--Monsieur, à quelque parti que vous apparteniez, _res sacra miser_, le
ministre ne veut voir en vous qu'un homme qui souffre.

«On dit que vous ôtes un ancien militaire; je suis lieutenant au 27e de
lanciers. En qualité de camarade, permettez-moi de vous offrir quelques
petits secours temporaires...

«--Voilà qui s'appelle parler! dit le blessé. Ce matin il est encore venu
un monsieur avec l'espérance d'une pension... Eau bénite de cour, rien de
comptant. Mais vous, mon lieutenant, c'est bien différent, et je vous
parlerai...»

Lucien se hâta d'interrompre et, se tournant vers les médecins ou
chirurgiens qui l'entouraient:

«--Monsieur, dit-il au chirurgien en chef, je suppose que la présidence
de la consultation vous appartient.

«--Je le pense aussi, répondit le chirurgien, si ces messieurs n'ont pas
d'objections...

«--En ce cas, comme mon devoir est de prier celui de ces messieurs que
vous aurez la bonté de désigner, de dresser un procès-verbal fort
circonstancié de tout ce que nous faisons, il serait peut-être bon que
vous fissiez la désignation de la personne qui voudra bien écrire...»

Et comme il entendait une conversation peu agréable pour le pouvoir qui
commençait à s'établir à voix basse, il ajouta:

«--Il faudrait que chacun de nous parlât à son tour...»

Cette gravité ferme en imposa enfin. Le blessé fut examiné et interrogé
régulièrement.

M. Monod, chirurgien de la salle, fit un rapport succinct. Ensuite on
quitta le lit du malade, et dans une salle à part se fit la consultation
que M. Monod écrivit pendant qu'un jeune médecin, portant un nom bien
connu dans les sciences, écrivait le procès-verbal sous la dictée de
Leuwen.

Sur sept médecins ou chirurgiens, cinq conclurent à la mort possible à
chaque instant, et certaine--avant deux ou trois jours. Un des sept
proposa l'opium.

«--Ah! voilà le coquin gagné par le général B...» pensa Lucien.

C'était un monsieur fort élégant, avec des cheveux blonds, et portant à
sa boutonnière deux énormes rubans.

Lucien lut sa pensée dans les yeux de l'assistance. On fit justice de
cette proposition en deux mots. Un autre proposa une saignée abondante au
pied, pour prévenir l'hémorragie dans les entrailles.

Lucien ne voyait rien de politique dans cette nouvelle proposition, mais
M. Monod lui fit changer d'avis en disant de sa grosse voix et d'un ton
significatif:

«--Cette saignée n'aurait qu'un effet hors de doute, celui d'ôter la
parole au blessé.

«--Je la repousse de toutes mes forces, dit un chirurgien honnête homme.

«--Et moi!

«--Et moi!

«--Et moi!

«--Il y a majorité, ce me semble,» dit Lucien d'un ton fort animé.

La consultation et le procès-verbal furent signés à dix heures un quart.
MM. les médecins et chirurgiens parlaient tous de malades à voir et se
sauvaient à mesure qu'ils avaient signé.

Lucien resta seul avec le chirurgien Monod.

«--Je vais revoir le blessé, dit-il.

«--Et moi achever de dîner. Vous le trouverez peut-être mort. Il peut
passer comme un poulet. Au revoir.»

Et Lucien rentra dans la salle des blessés. Il fut choqué de l'obscurité
et de l'odeur. De temps en temps, s'entendaient des gémissements faibles.
Notre héros n'avait jamais rien vu de semblable. La mort était pour lui
quelque chose de terrible, sans doute, mais propre et de bon ton.

Il s'approcha du lit du blessé.

Les deux infirmiers étaient à demi couchés sur leurs chaises, les pieds
étendus sur une chaise percée. Ils dormaient et semblaient ivres.

Le blessé avait les yeux bien ouverts.

«--Les parties nobles ne sont pas offensées, ou bien vous seriez mort
dans la première nuit. Vous êtes bien moins dangereusement blessé que
vous ne le croyez.

«--Bah! dit Kortis avec impatience, comme se moquant de cet espoir.

«--Mon cher camarade, ou vous mourrez, ou vous vivrez, dit Lucien d'un
ton mâle, résolu et même affectueux.

«--Il n'y a pas de _ou_, mon lieutenant. Je suis un homme _frit._

«--Dans tous les cas, regardez-moi comme votre ministre des Finances...

«--Comment? Le ministre des Finances me donnerait une pension? Quand je
dis _moi_, c'est à ma pauvre femme?»

Lucien regarda les deux infirmiers; ils ne jouaient pas l'ivresse et
étaient hors d'état d'entendre ou du moins de comprendre.

«--Oui, mon camarade, _si vous ne jasez pas._»

Les yeux du mourant s'éclaircirent et se fixèrent sur Leuwen avec une
expression étonnante.

«--Vous m'entendez, mon camarade?

«Oui, mais à condition que je ne serai pas empoisonné. Je vais mourir, je
m'en f..., mais voyez-vous, j'ai l'idée que dans ce que l'on me donne...

«--Vous vous trompez. D'ailleurs, n'avalez rien de ce que fournit
l'hôpital. Vous avez de l'argent.

«--Dès que j'aurai tapé de l'œil, ces bougres vont le voler.

«--Voulez-vous, mon camarade, que je vous envoie votre femme?

«--F...! mon lieutenant, vous êtes un brave homme. Je donnerai vos dix
napoléons à ma pauvre femme.

«--N'avalez que ce que votre femme vous présentera. J'espère que c'est
parlé, cela?... D'ailleurs, je vous donne ma parole d'honneur qu'il n'y
a rien de suspect...

«--Voulez-vous approcher votre oreille, mon lieutenant! Sans vous
commander... mais quoi! le moindre mouvement me tue...

«--Eh bien, comptez sur moi, dit Lucien en s'approchant.

«--Comment vous appelez-vous?

«--Lucien Leuwen, sous-lieutenant au 27e de lanciers.

«--Pourquoi n'êtes-vous pas en uniforme?

--Je suis en permission à Paris, et détaché près le ministre de
l'Intérieur.

«--Où logez-vous? Pardon, excuse... voyez-vous...

«--Rue de Londres, 43...

«--Ah! le fils de ce riche banquier Van Peters et Leuwen...

Après un petit silence:

«--Précisément.

«--Enfin, quoi! je vous crois. Ce matin, pendant que j'étais examiné
après le pansement, j'ai entendu qu'on proposait de me donner de
_l'opium_, à ce grand chirurgien si puissant. Il a juré, et puis ils se
sont éloignés. J'ai ouvert les yeux, mais j'avais la vue trouble; la
perte de sang... Enfin, suffit! Le chirurgien a-t-il consenti à la
proposition ou n'a-t-il pas voulu?

«--Êtes-vous bien sur de cela? dit Lucien fort embarrassé! Je ne croyais
pas le parti républicain si alerte...

Le blessé le regarda.

«--Mon lieutenant, sauf votre respect, vous le savez aussi bien que moi
d'où ça vient.

«--Je déteste ces horreurs; j'abhorre et je méprise les hommes qui se les
permettent. Comptez sur moi. Je vous ai amené sept médecins, comme on le
ferait pour un général. Comment voulez-vous que tant de gens s'entendent
pour une manigance? Vous avez de l'argent, appelez votre femme ou un
parent, et ne buvez que ce qu'ils vous auront acheté.

«--Enfin, quoi! dit le malade, j'ai été caporal au 3e de ligne, à
Montmirail. Je sais bien qu'il faut sauter le pas, mais je n'aime pas à
être empoisonné. Je ne suis pas honteux, et, ajouta-t-il en changeant de
physionomie, _dans mon métier_ il ne faut pas être honteux. S'il avait du
sang dans les veines, après ce que j'ai fait pour lui et à sa demande,
vingt fois répétée, le général B... devrait être là, à votre place.
Êtes-vous son aide de camp?

«--Je ne l'ai jamais vu.

«--L'aide de camp s'appelle Saint-Vincent, et non pas Leuwen, dit le
blessé comme en se parlant à lui-même. Il y a une chose que j'aimerais
mieux que votre argent.

«--Dites.

«--Si c'était un effet de votre bonté, je ne me laisserai panser que
lorsque vous serez là. Car voyez-vous, mon lieutenant, quand ils verront
que je ne veux pas boire leur opium... en me pansant... crac, un coup de
lancette est bien vite donné, là, dans le ventre. Et y a me brûle .. ça
me brûle... Ça ne durera pas; ça ne peut pas durer. Pour demain,
voulez-vous ordonner, car vous commandez ici... Et pourquoi
commandez-vous? Et sans uniforme encore!... Enfin, au moins, pansé sous
vos yeux. Et le grand chirurgien puissant, a-t-il dit oui ou non? Voilà
le fait...»

La tête s'embarrassait.

«--Ne _jasez pas_, dit Lucien. Je vous prends sous ma protection et je
vais vous envoyer votre femme.

«--Vous êtes un bien brave homme. Le riche banquier Leuwen, qui
entretient Mlle de Brions de l'Opéra, ça ne triche pas comme le général
B...

«--Certainement je ne triche pas. Tenez, ne me parlez jamais du
général B..., ni de personne, voilà encore dix napoléons.

«--Comptez-les-moi dans la main. Lever la tête me fait trop mal au
ventre.»

Lucien compta les napoléons à voix basse, et en les faisant sentir comme
il les mettait dans la main du blessé.

«--Motus! dit celui-ci.

«--Motus. Si vous parlez, on vous vole votre argent. Ne parlez qu'à moi
et quand nous sommes seuls. Je viendrai vous voir tous les jours, jusqu'à
ce que vous soyez en convalescence.»

Lucien passa encore quelques instants auprès du blessé, dont la tête
semblait se perdre. Il courut ensuite dans la rue de Braque, où logeait
Kortis, et trouva la femme de celui-ci entourée de commères qu'il eut
assez de peine à faire retirer.

«--_Je côtoie le mépris et la mort_, se répétait-il en s'en allant, mais
j'ai bien mené ma barque.»

Enfin, comme onze heures sonnaient à Saint-Eustache, Lucien remonta dans
son cabriolet. Il s'aperçut qu'il mourait de faim, n'ayant pas dîné et
presque toujours parlé.

«--Actuellement, il faut chercher le ministre...»

Mais il ne le trouva pas à l'hôtel de la rue de Grenelle. Il écrivit un
mot, fit changer le cheval du cabriolet et le domestique, et alla au
ministère des Finances. M. de Vaize en était sorti depuis longtemps.

«--C'est assez de zèle comme cela,» pensa-t-il, et il s'arrêta dans un
café pour dîner. Puis il remonta en voiture après quelques minutes, fit
deux courses inutiles dans la chaussée d'Antin, et comme il passait
devant le ministère des Affaires étrangères l'idée lui vint d'y faire
frapper. Le portier répondit que M. le ministre de l'Intérieur était chez
son Excellence. Mais l'huissier ne voulut pas l'annoncer et interrompre
ainsi la conférence de Leurs Excellences. Lucien, qui savait qu'il y avait
une porte dérobée, eut peur que son ministre lui échappât; il était las
de courir et n'avait pas envie de retourner rue de Grenelle.

Il insista encore, et l'huissier refusa avec hauteur.

«--Parbleu, j'ai l'honneur de vous répéter que je suis porteur d'un ordre
auprès de M. le ministre de l'Intérieur. J'entrerai. Appelez la garde, si
vous voulez, mais j'entrerai de force. Je vous répète que je suis M.
Lucien Leuwen, maître des requêtes.»

Quatre ou cinq domestiques étaient accourus pour défendre la porte.

Voyant qu'il allait avoir à combattre cette canaille, Lucien eut l'idée
d'arracher les cordons des deux sonnettes à force de sonner.

Au mouvement de respect que firent les laquais, il s'aperçut que M. le
comte de Beauséant, ministre des Affaires étrangères, entrait dans le
salon.

Il ne l'avait jamais vu.

«--Monsieur le comte, je me nomme Lucien Leuwen, maître des requêtes.
J'ai un million d'excuses à demander à Votre Excellence. Mais je cherche
M. le comte de Vaize, depuis deux heures, et par son ordre exprès; il
faut que je lui parle pour une affaire importante et pressée.

«--_Quelle affaire... pressée?_ dit le ministre avec une fatuité rare et
en redressant sa petite personne.

«--Parbleu, je vais te faire changer de ton, pensa Lucien, et il ajouta
de grand sang-froid et avec une prononciation marquée:

«--L'affaire Kortis, monsieur le comte; cet homme blessé sur le pont
d'Austerlitz par un soldat qu'il voulait désarmer.

«--Sortez!» dit le ministre aux valets.

Et comme l'huissier restait:

«--Mais sortez donc!...»

L'huissier sorti, il dit à Leuwen:

«--Monsieur, le mot Kortis eût suffi, sans les explications.»

L'empressement du ton de voix et des gestes était rare.

«--Monsieur le comte, je suis nouveau dans les affaires. Dans la société
de mon père, M. Leuwen, je n'ai pas été accoutumé à être reçu avec
l'accueil que Votre Excellence m'a fait. J'ai interrompu aussi
rapidement que possible un état de choses désagréable et peu convenable.

«--Comment, monsieur, _peu convenable_, dit le ministre en prononçant du
nez, en relevant la tête et en redoublant d'impertinence. Mesurez vos
paroles.

--Si vous en ajoutez une seule, sur ce ton, monsieur le comte, je donne
ma démission, et nous mesurerons nos épées. La fatuité, monsieur, ne m'en
a jamais imposé.»

M. de Vaize venait d'un cabinet éloigné pour savoir ce qui se passait; il
entendit les derniers mots de Lucien, et vit, que lui, de Vaize, pouvait
en être la cause indirecte.

«--De grâce, mon ami, de grâce, dit-il à Leuwen. Mon cher collègue, c'est
le jeune officier dont je vous parlais. N'allons pas plus loin.

«--Il n'y a qu'une façon de ne pas aller plus loin, dit Lucien avec un
sang-froid qui cloua les ministres dans le silence. Il n'y a absolument
qu'une façon, répéta-t-il d'un air glacial. C'est de ne pas ajouter un
seul petit mot sur cet incident, et de supposer que l'huissier m'a
annoncé à Vos Excellences.

«--Mais, monsieur! dit le ministre des Affaires étrangères en se
redressant vivement.

«--J'ai un million de pardons à demander à Votre Excellence. Mais si
Votre Excellence ajoute encore un mot, je donne ma démission à M. de
Vaize, que voilà, et je vous insulte de façon à rendre une réparation
nécessaire.

«--Allons-nous-en, allons-nous-en!» s'écria M. de Vaize fort troublé,
entraînant Lucien.

Celui-ci prêta l'oreille pour entendre ce que disait le ministre...;
il n'entendit rien.

Une fois en voiture, il pria M. de Vaize, qui commençait un discours
paternel, de lui permettre d'abord de lui rendre compte de l'affaire
Kortis. Comme on arrivait dans la rue de Grenelle, et comme Lucien
finissait de rendre compte de sa mission, M. de Vaize essaya de
reprendre son discours onctueux.

«--Monsieur le comte, je travaille pour Votre Excellence depuis cinq
heures du soir. Il est une heure. Souffrez que je monte dans mon cabriolet
qui suit votre voiture. Je suis mort de fatigue.»

Le ministre se laissa quitter, Lucien monta dans son cabriolet et dit à
son domestique de conduire. Il était réellement exténué.

En passant sur le pont Louis XV, le domestique lui dit:

«--Voilà le ministre.»

Il retournait chez son collègue, malgré l'heure avancée.

Chez lui, Lucien trouva son père, un bougeoir à la main qui montait
se coucher.

Malgré l'envie passionnée d'avoir l'avis d'un homme de tant d'esprit
sur cette affaire:

«--Il est vieux, et il ne faut pas l'empêcher de dormir. À demain les
affaires.»

Effectivement, le lendemain à dix heures, il conta tout à son père qui
se mit à rire.

«--M. de Vaize te mènera demain dîner chez son collègue, aux Affaires
étrangères. Mais voilà assez de duels dans ta vie; maintenant ils seraient
de mauvais ton pour toi. Ces messieurs se seront promis de te destituer
dans deux mois, ou de te faire nommer préfet à Briançon ou à Pondichéry.
Mais si cette place éloignée ne te convient pas plus qu'à moi, je leur
ferai peur et j'empêcherai cette disgrâce. Du moins, je le tenterai avec
quelques chances de succès.»

Le dîner du ministère des Affaires étrangères se fit attendre jusqu'au
surlendemain, et dans l'intervalle, Lucien, toujours occupé de l'affaire
Kortis, ne permit pas que M. de Vaize lui reparlât de l'incident.

Quelques jours après, M. Leuwen raconta l'anecdote à trois ou quatre
diplomates. Il ne cacha que le nom de Kortis et le genre de l'affaire
importante qui obligeait Lucien à chercher son ministre à une heure
du matin.

Après des démarches au ministère des Affaires étrangères et une audience
au château, M. Leuwen pria Lucien de le suivre.

«--Viens ici, que je répète pour la deuxième fois la conversation que
j'ai eu l'honneur d'avoir avec ton ministre. Mais pour ne pas m'exposer
à une troisième répétition, allons chez ta mère.»

À la fin de la conférence chez Mme Leuwen, Lucien crut pouvoir accorder
un mot de remerciement à son père.

«--Tu deviens commun, mon ami, sans t'en douter. Tu ne m'as jamais tant
amusé que depuis un mois. Enfin je t'aime, et la mère te dira que
jusqu'ici, pour employer un mot des livres ascétiques, je l'aimais en toi.
Mais il faut payer mon amitié d'un peu de gêne.

«--De quoi s'agit-il?

«--Suis-moi.»

Arrivé dans sa chambre:

«--Il est capital que tu te laves de la calomnie d'être saint-simonien.
Ton air sérieux et même important peut lui donner cours.

«--Rien de plus simple, un coup d'épée...

«--Oui, pour le donner la réputation de duelliste, presque aussi triste
que celle de saint-simonien. Je t'en prie, plus de duel sous aucun
prétexte.

«--Et que faut-il donc?

«--Aimer. Rien de moins. Il faut séduire Mme Grandet.

«--Mais, mon père, est-ce que je n'ai pas l'honneur d'être amoureux,
déjà, de Mlle Raymonde?»

Lucien demanda au ministre un congé de quatre jours pour terminer
quelques affaires d'intérêt à Nancy. Il se sentait depuis quelque temps
une envie folle de revoir la petite fenêtre de Mme de Chasteller. Après
avoir obtenu le congé du ministre, Lucien en parla à ses parents qui ne
trouvèrent pas d'inconvénient à un petit voyage à Strasbourg. Là-dessus,
un beau jour, arriva Mme d'Hocquincourt qui débuta par la folie de venir
le trouver au ministère.

«--Prenons Mme d'Hocquincourt, se dit Lucien; je ne l'aurai jamais, mais
elle va faire mille folies; je m'en tiendrai pour les besoins physiques
à Mlle Raymonde.

«--J'ai gagné bien de l'argent par ton _télégraphe_, dit M. Leuwen à
son fils, et jamais ta présence n'a été aussi nécessaire.»

Le soir même, Lucien trouva à dîner, chez son père, son cousin Ernest
Déverloy. Celui-ci était fort triste. Son savant, qui lui avait promis
quatre voix à l'Académie des sciences politiques, était mort aux eaux de
Vichy, et après l'a voir dûment enterré, Ernest s'aperçut qu'il venait
de perdre quatre mois de soins ennuyeux et de gagner un ridicule.

«--Car il faut réussir, disait-il à Lucien, et si jamais je me dévoue
à un membre de l'Institut, je le prendrai de meilleure santé. Tu as une
grande passion et parbleu! tu es bien heureux. On s'occupe de toi! Il
ne s'agit que d'en deviner l'objet. Je le dirai bientôt quels sont les
beaux yeux qui t'ont enlevé ta gaieté. Heureux Lucien! tu occupes le
public. Qu'on est chançard d'être né d'un père qui donne à dîner et qui
reçoit _Pozzo di Borgo_ et la haute diplomatie. Si j'avais été le fils
d'un tel père, je serais pour tout cet hiver le héros de Paris, et la
mort de mon savant m'eût été plus utile que sa vie. Faute d'un père tel
que le tien, je fais des miracles et cela ne compte pas, ou ne compte que
pour me faire appeler intrigant.»

Lucien trouva les mêmes bruits sur son compte chez quelques anciennes
amies de sa mère, qui avaient des salons de second ordre où il était reçu
avec amitié.

Le petit Desbacs, auquel il donna quelque liberté de parler de choses
étrangères aux affaires, lui avoua que les personnes les mieux instruites
parlaient de lui comme d'un jeune homme destiné aux plus grandes choses,
mais arrêté tout court par une grande passion.

«--Ah! mon cher, que vous êtes heureux, surtout si vous n'aviez pas cette
passion.»

Lucien se détendait du mieux qu'il le pouvait.

Mais il était loin de deviner qu'il devait sa réputation à son père,
lequel, réellement, depuis l'aventure du ministère des Affaires
étrangères, avait pris de l'amitié pour lui jusqu'au point d'aller à la
Bourse, par ces jours froids et humides, chose à laquelle, depuis le
jour où il avait eu 60 ans, rien n'avait pu le décider. M. Leuwen songeait
à Mme de Thémines, vieille amie de 20 ans et fort liée avec Mme Grandet.
Depuis bien des années il prenait soin de sa fortune, et c'est un grand
service à Paris et pour lequel la reconnaissance est sans bornes, car,
dans la déroute des dignités et de la noblesse d'origine, l'argent est
resté la seule chose essentielle, et l'argent sans inquiétudes est la
belle chose des belles choses. M. Leuwen alla lui demander des nouvelles
de Mme Grandet.

Il voyait Mme de Thémines une fois la semaine, ou chez lui ou chez elle,
parce qu'il habitait auprès d'elle. Il prit son rôle au sérieux.

Même il alla plus loin, et jugea qu'à son âge il pouvait entreprendre de
la tromper net et de supprimer dans l'histoire de son fils le nom de Mme
de Chasteller. Des aventures de son fils il fit une histoire fort jolie,
et après avoir amusé Mme de Thémines pendant toute la fin d'une soirée,
finit par lui avouer des inquiétudes sérieuses sur son fils qui, depuis
trois mois qu'il était admis dans les salons de Mme Grandet, était d'une
tristesse mortelle. Il craignait un amour sérieux qui dérangerait ses
projets de mariage pour son Lucien.

«--Ce qu'il y a de singulier, lui dit Mme de Thémines, c'est que depuis
son retour d'Angleterre, Mme Grandet est fort changée. Il y a aussi du
chagrin dans cette tête-là.»

Pour prendre les choses par ordre, voici ce que M. Leuwen apprit de Mme
de Thémines et de ses amies, qu'il vit séparément, et nous y ajouterons
aussi ce que des mémoires particuliers nous ont fait savoir sur cette
femme célèbre.

Mme Grandet se voyait à peu près la plus jolie femme de Paris, ou du
moins, on ne pouvait citer les dix plus jolies sans la mettre du nombre.
Ce qui brillait surtout en elle, c'était une taille élancée, souple,
charmante. Elle avait les plus beaux cheveux blonds du monde. C'était
une beauté dans le genre des jeunes Vénitiennes de Paul Véronèse. Les
traits étaient jolis, mais pas très distingués. Pour son cœur, il était
à peu près l'opposé de ce que l'on se figure comme étant le cœur italien.
Le sien était parfaitement étranger à tout ce qu'on appelle émotions
tendres et enthousiasme, et cependant elle passait sa vie à jouer ces
sentiments. Lucien l'avait trouvée dix fois s'apitoyant sur les
infortunes de quelques prêtres prêchant l'évangile en Chine ou sur la
misère d'une famille appartenant dans sa province _à tout ce qu'il y a de
mieux._ Mais dans le secret de son cœur, rien ne lui paraissait plus
ridicule, plus bourgeois en un mot, que d'être attendrie. Elle voyait
en cela la marque la plus sûre d'une âme faible. Elle lisait souvent les
Mémoires du cardinal de Retz; ils avaient pour elle le charme qu'elle
cherchait vainement dans les romans. Le rôle politique de mesdames de
Longueville et de Chevreuse était pour elle ce que sont les aventures
de tendresse et de danger pour un jeune homme de dix-huit ans.

«--Quelles positions superbes, se disait Mme Grandet, si elles eussent
su se garantir de ces erreurs de conduite qui donnent tant de prise
sur nous!»

L'amour même, dans ce qu'il y a de plus réel, ne lui semblait, qu'une
corvée, qu'un ennui. C'est peut-être à cette tranquillité d'âme qu'elle
devait son étonnante fraîcheur, ce teint admirable qui eût pu lutter avec
celui des plus belles Allemandes; cet air de fraîcheur qui était comme
une fête pour les yeux. Aussi aimait-elle à se laisser voir à neuf heures
du matin, au sortir du lit. C'est alors surtout qu'elle était
incomparable: il fallait songer au ridicule du mot, pour résister au
plaisir de la comparer à l'aurore. Aucune de ses rivales ne pouvait
approcher d'elle sous le rapport de la fraîcheur du teint. Aussi son
bonheur était-il de prolonger jusqu'au grand jour les bals qu'elle
donnait, et de faire déjeuner les danseurs au soleil, les volets ouverts.
Si quelque femme, sans se douter de ce coup de Jarnac, était restée à
l'étourdie, entraînée par le plaisir de la danse, Mme Grandet triomphait.
C'était le seul moment dans la vie où son âme perdit terre, et ces
humiliations de ses rivales étaient l'unique chose à quoi sa beauté lui
semblait bonne. La musique, la peinture, l'amour lui semblaient des
niaiseries inventées par et pour les petites âmes. Et elle passait sa vie
à goûter un plaisir sérieux, disait-elle, dans sa loge aux Bouffes; car,
avait-elle soin d'ajouter, les chanteurs italiens ne sont pas excommuniés.

Le matin, elle peignait des aquarelles avec un talent vraiment fort
distingué. Cela lui semblait aussi nécessaire à une femme du grand monde
qu'un métier à broder, et bien moins ennuyeux. Une chose marquait qu'elle
n'avait pas l'âme noble: c'était l'habitude et presque la nécessité de se
comparer aux grandes dames du faubourg Saint-Germain. Elle avait engagé
son mari à la conduire en Angleterre, pour voir si elle trouverait une
blonde qui eût plus de fraîcheur, et pour savoir si elle aurait peur à
cheval. Elle avait rencontré dans les élégants Country-Seats où elle avait
été invitée, l'ennui, mais non le sentiment de la moindre crainte.

Quand Lucien lui fut présenté, elle revenait d'Angleterre, et ce séjour
en ce pays avait envenimé l'admiration, voisine de l'envie, qu'elle
éprouvait pour la noblesse d'origine. Mme Grandet n'avait été en
Angleterre que la femme d'un des juste-milieu de Juillet les plus
distingués par la faveur du roi, mais à chaque instant elle s'était
sentie la femme d'un marchand. Ses cent mille livres de rente qui la
tiraient si fort du pair à Paris, en Angleterre n'étaient presque qu'une
vulgarité de plus.

Elle vivait donc avec ce grand souci:

«--Il faut n'être plus femme de marchand; devenir une Montmorency!»

Son mari était un gros et grand homme de quarante ans, fort bien portant.
Il n'y avait pas de veuvage à espérer. Mais elle ne s'arrêta pas longtemps
à cette idée: sa grande fortune l'avait éloignée de bonne heure, et par
orgueil, des voies obliques. Elle méprisait tout ce qui était crime. Il
s'agissait de devenir une Montmorency sans rien se permettre qu'elle
n'eût pu avouer. C'était comme la diplomatie de Louis XIV quand il était
heureux.

Son mari, colonel de la garde nationale, avait bien remplacé les Rohan
et les Montmorency, politiquement parlant, mais quant à elle,
personnellement, sa fortune était encore à faire.

Qu'est-ce qu'une Montmorency, à peine âgée de vingt-trois ans et avec
une immense fortune, ferait de son bonheur? Et ce n'était pas encore là
toute la question. Ne fallait-il pas faire encore autre chose, pour
arriver à être regardée dans le monde à peu près comme cette Montmorency
le serait?

Une haute et sublime dévotion, ou bien de l'esprit comme Mme de Staël,
ou bien une illustre amitié. Devenir l'amie intime de la reine ou de Mme
Adélaïde, ou une sorte de Mme de Polignac de 1785; être à la tête de la
cour et donner des soupers à la reine. Ou encore, à défaut de tout cela,
une amitié dans le faubourg Saint-Germain.

Toutes ces possibilités occupaient tour à tour son esprit, et
l'accablaient, car elle avait plus de persévérance et de courage que
d'esprit. Elle ne savait pas se faire aider, elle avait bien deux amies,
Mmes de Thémines et de Travel, mais elle n'accordait sa confiance que
pour une partie seulement des projets qui l'empêchaient de dormir.

Un peu avant le voyage de Lucien à Nancy, Mme Grandet ne voyant rien se
réaliser de ses ambitions, s'était dit ceci:

«--Ne serait-ce pas négliger un avantage actuel et perdre une grande
chance de distinction, que de ne pas inspirer un grand amour, célèbre par
le malheur de l'amoureuse? Ne serait-il pas admirable, dans toutes les
suppositions, qu'un homme distingué allât voyager en Amérique pour
m'oublier, moi qui ne lui accordais jamais un moment d'attention?»

Ce fut dans ces circonstances intimes et tout à fait inconnues de M.
Leuwen le père, que Mme de Thémines, un matin, vint passer une heure avec
sa jeune amie pour savoir si dans ce cœur il y avait quelque chose pour
Lucien. Après avoir ménagé l'état de sa vanité et de son ambition, Mme
de Thémines lui dit:

«--Vous faites des malheureux, ma belle, et vous les choisissez bien.

«--Je suis si éloignée de choisir, répondit sérieusement Mme Grandet, que
j'ignore jusqu'au nom du malheureux chevalier. Est-ce un homme de
naissance?

«--La naissance ne lui manque pas.

«--Trouve-t-on vraiment de bonnes manières sans naissance? fit Mme Grandet
avec découragement.

«--Que j'aime le ton parfait qui vous distingue! s'écria Mme de Thémines.
Malgré la plate adoration qu'on a pour l'esprit, cet acide de vitriol qui
ronge tout, vous ne l'admettez pas comme compensation des bonnes manières.
Ah! que vous êtes bien des nôtres!

«Mais je croirais assez que votre victime nouvelle a des manières
distinguées. Il est vrai qu'il est habituellement si triste depuis qu'il
vient ici, qu'il n'est pas bien facile d'en juger. C'est la gaieté d'un
homme, c'est le genre de ses plaisanteries et sa manière de les dire, qui
marquent sa place dans la société. Si celui que vous rendez malheureux
appartenait à une famille de noblesse, il appartiendrait indubitablement
au premier rang.

«--Ah! c'est M. Leuwen, le maître des requêtes?

«--Eh bien! c'est vous ma belle, qui le conduirez au tombeau.

«--Ce n'est pas l'air malheureux que je lui trouve, dit Mme Grandet;
c'est l'air ennuyé.»

On ajouta à peine quelques mots, Mme de Thémines laissa tomber le discours
sur la politique et dit, à propos de quelque chose:

«--Ce sont les gens que vous recevez chez vous qui font et défont les
ministres.

«--Mais je suis bien loin de recevoir exclusivement ces messieurs.

«--Ne désertez pas une belle position, ma chère. Déjà une fois, sous
Louis XIV, comme le rabâche sans cesse ce méchant duc de Saint-Simon que
vous aimez tant, les bourgeois ont pris le ministère. Qu'étaient
Colbert, Séguier? À la longue les ministres font la fortune de leurs amis.

«Qui fait les ministres aujourd'hui? Les Rothschild, les Leuwen, les...
À propos, n'est-ce pas M. Pozzo di Borgo qui disait l'autre jour que M.
Leuwen avait fait une scène au ministre des Affaires étrangères à propos
de son fils, ou bien c'est le fils qui au milieu de la nuit, est allé
faire une scène à ce ministre...»

Mme Grandet raconta tout ce qu'elle savait sur l'affaire; c'était la
vérité, à peu près, mais racontée à l'avantage des Leuwen.

Le soir, Mme de Thémines crut pouvoir rassurer M. Leuwen le père et lui
dire qu'il n'y avait ni amour, ni galanterie, entre son fils et la belle
Mme Grandet.


* * *


M. Leuwen était, un homme gros et fort; il avait le teint fleuri, l'œil
vif et de jolis cheveux gris bouclés. Son habit, son gilet, étaient un
modèle de cette élégance modeste qui convient à un homme âgé. On trouvait
dans toute sa personne quelque chose d'assuré. À son œil noir, à ses
brusques changements de physionomie, on l'eût pris plutôt pour un peintre,
pour un homme de génie (comme il n'y en a plus) que pour un banquier
célèbre. Il paraissait dans beaucoup de salons, mais il abhorrait les gens
graves; il passait sa vie avec les diplomates, gens d'esprit, et le corps
respectable des danseuses de l'Opéra. Il était leur providence dans les
petites affaires d'argent; tous les soirs on le trouvait au foyer de
l'Opéra. Il faisait assez peu de cas de la société qui s'appelle _bonne._
L'impudence et le charlatanisme, sans lesquels on ne réussit pas,
l'importunaient. Il ne craignait, comme nous l'avons dit, que deux choses
au monde: les ennuyeux et l'air humide. Pour fuir ces deux pestes, il
faisait des choses qui eussent donné des ridicules à tout autre. Se
promenant sur le boulevard, son laquais lui donnait un manteau pour passer
devant la rue de la Chaussée-d'Antin. Il changeait d'habit cinq ou six
fois par jour au moins, suivant le vent qui soufflait, et il avait pour
cela des appartements dans tous les quartiers de Paris. Il ne disait
jamais la vérité qu'à sa femme, qui l'adorait, mais aussi il la lui disait
toute. Elle était pour lui comme une seconde mémoire à laquelle il tenait
plus qu'à la sienne propre. D'abord, il avait voulu s'imposer quelque
réserve quand son fils était en tiers, mais cette réserve était incommode
et gâtait l'entretien. Mme Leuwen aimait à ne pas se priver de la présence
de son fils, et comme il le jugeait fort discret, il avait fini par tout
dire devant lui. L'intérieur de ce vieillard, dont les mots méchants
faisaient si peur, était des plus gais.

À l'époque dont il est question ici, M. Leuwen était triste, agité.
Pendant quelques jours, il joua fort gros jeu, se permit même d'aller à
la Bourse, et Mlles des Brions, sa maîtresse, donna deux soirées dansantes
dont il fit les honneurs.

Une nuit, à deux heures du matin, en revenant de l'une de ces soirées, il
trouva son fils qui se chauffait dans le salon, el son chagrin éclata.

«--Allez pousser le verrou de cette porte...»

Et comme Lucien revenait près de la cheminée:

«--Savez-vous le ridicule affreux dans lequel je suis tombé? dit-il avec
humeur.

«--Et lequel, mon père? je ne me serais jamais douté...

«--Je vous aime, et par conséquent vous me rendez malheureux, car la
première des peines, c'est d'aimer, fit-il en s'animant de plus en plus
et en prenant un ton sérieux que son fils ne lui connaissait pas. Dans
ma longue carrière, je n'ai connu qu'une exception, mais aussi elle est
unique. J'aime votre mère, elle est nécessaire à ma vie, et elle ne m'a
jamais donné un grain de malheur. Au lieu de vous regarder comme mon
rival dans son cœur, je me suis avisé devons aimer, et c'est un ridicule
dans lequel je m'étais bien juré de ne jamais tomber. _Vous m'empêchez
de dormir._»

À ce mot Lucien devint tout à fait sérieux. Son père n'exagérait jamais
et il comprit qu'il allait avoir affaire à un accès de colère réel.

M. Leuwen était d'autant plus irrité qu'il parlait à son fils après
s'être promis, quinze jours durant, de ne pas lui dire un mot de ce qui
le tourmentait.

«--Daignez m'attendre, dit-il avec amertume.

Il revint bientôt avec un petit portefeuille en cuir de Russie.

«--Il y a là 12.000 francs. Si vous ne les prenez pas, je crois que nous
nous brouillerons.

«--Le sujet de la querelle serait neuf, dit Lucien en souriant. Les rôles
sont renversés et...

«--Oui, ce n'est pas mal. Voilà du petit esprit. Mais, en un mot comme en
mille, il faut que vous preniez une grande passion pour Mlle Gosselin,
la petite danseuse. Et n'allez pas lui donner votre argent et puis vous
sauver à cheval, dans les bois de Meudon ou au diable, comme c'est votre
belle habitude. Il s'agit de passer vos soirées avec elle, de lui donner
tous vos moments. Il faut en être fou.

«--Fou de Mlle Gosselin?

«--Le diable t'emporte! Fou de Mlle Gosselin ou d'une autre. Qu'est-ce que
cela fait? Il convient que le public sache que tu as une maîtresse.

«--Et, mon père, la raison de cet ordre si sévère?

«--Tu la sais fort bien. Voilà que tu deviens de mauvaise foi en parlant
avec ton père, et de tes intérêts encore. Que le diable t'emporte, et
qu'après t'avoir emporté, il ne te rapporte jamais! Je suis certain
que si je passais deux mois sans le voir, je ne penserais plus à toi.
Que n'es-tu resté à Nancy! Cela fallait fort bien: tu aurais été le
digne héros de deux ou trois bégueules...

Lucien devint pourpre...

«--Mais dans la position que je l'ai faite, ton fichu air sérieux et
même triste, si admis en province, où il est l'exagération de la mode,
n'est propre qu'a le donner dans le ridicule abominable de n'être au fond
qu'un fichu saint-simonien.

«--Mais je ne suis pas saint-simonien: je crois vous l'avoir prouvé.

«--Eh! sois-le, saint-simonien! sois encore mille fois plus sot, mais ne
le parais pas.

«--Mon père, je serai plus gai, plus causeur, je passerai deux heures à
l'Opéra au lieu d'une.

«--Est-ce qu'on change de caractère? Est-ce que tu seras jamais folâtre
ou léger? Or, toute ta vie, si je n'y mets ordre, mais ordre d'ici à
quinze jours, ton sérieux passera non pour l'enseigne du _bon sens_,
non pour la conséquence d'une bonne chose, mais pour tout ce qu'il y a
de plus antipathique à la bonne compagnie. Et quand ici l'on s'est mis
à dos la bonne compagnie, il faut accoutumer son amour-propre à recevoir
dix coups d'épingle par jour, auquel cas la meilleure ressource est de se
brûler la cervelle ou d'aller s'enfermer à la Trappe. Voilà où tu en
étais il y a deux mois, moi me tuant à faire comprendre que tu me ruinais
en folies de jeune homme. Et en ce bel état, avec ce fichu bon sens sur la
figure, tu vas te faire un ennemi du comte de Beauséant, le ministre des
Affaires étrangères, un renard qui ne te pardonnera jamais si tu parviens
à faire quelque figure dans le monde, et si tu t'avises à parler encore
de l'affaire, pour laquelle tu veux l'obliger a se couper la gorge avec
toi, ce qu'il n'aime pas.

«Tu en trouveras d'autres, fort bien reçus dans le monde, hommes d'esprit
et, de plus, espions du ministère des Affaires étrangères. Prétends-tu
les tuer tous en duel? Et si tu es tué, que devient ta mère? car le diable
m'emporte si je pense à toi après que je ne te verrai plus. Pour toi,
depuis trois mois, je cours les chances de prendre un accès de goutte qui
peut fort bien m'enlever. Je passe ma vie à cette Bourse qui est plus
humide que jamais depuis que j'y mets les pieds.

«--Ainsi, vous faites la guerre au pauvre petit quart d'heure de liberté
que je puis encore avoir! Sans reproche, vous m'avez pris tous mes
moments. Il n'est pas de pauvre diable d'ambitieux qui travaille autant
que moi, car je compte pour travail, et le plus pénible, dans la
disposition d'esprit où je me trouve, les séances à l'Opéra...

«--Si tu partais, en revenant au bout de six mois tu trouverais ta
réputation complètement perdue, et tes mauvaises qualités seraient
établies sur des faits incontestables et parfaitement oubliés. C'est ce
qu'il y a de pire pour une réputation. Il faut ensuite ramener l'attention
du public et se donner l'inflammation à la blessure pour la guérir.
M'entends-tu?

«--Que trop, hélas! Je vois que vous ne voulez pas de six mois de voyage
ou de six mois de présence, en échange de Mlle Gosselin.

«--Ah! tu parais devenir raisonnable, le ciel en soit béni! Mais comprends
donc que je ne suis pas baroque. Mme de Beauséant dispose de vingt, de
trente, peut-être de quarante espions diplomatiques, appartenant à la
bonne compagnie et plusieurs à la très haute société. Il y a là des
espions volontaires, tels que X... qui a quarante mille livres de rente.
Mme la princesse de Morvan est à ses ordres.

«Ces gens ne manquent pas de tact, la plupart ont servi sous dix ou douze
ministres et la personne qu'ils ont étudiée de plus près avec le plus de
soin, c'est naturellement leur ministre. Je les ai surpris jadis, ayant
des conférences entre eux à ce sujet. Même j'ai été consulté par demi ou
trois qui m'ont des obligations d'argent. Quatre ou cinq,--M. le comte
X... par exemple, que tu vois chez moi,--quand ils peuvent donner une
nouvelle, veulent jouer à la rente et n'ont pas toujours ce qu'il faut
pour couvrir les différences. Je leur rends service, par-ci par-là, pour
de petites sommes. Enfin, pour le dire tout, j'ai obtenu l'aveu, il y a
deux jours, que le Beauséant a une colère bleue, contre toi. Il passe pour
n'avoir du cœur que lorsqu'il y a un grand cordon à gagner. Peut-être
rougit-il de s'être trouvé faible en ta présence. Le pourquoi de sa peine,
je l'ignore, mais il te fait l'honneur de te haïr.

«Ce dont je suis sur, c'est qu'on a organisé la mise en circulation d'une
calomnie qui tend à te faire passer pour saint-simonien, retenu à grand
peine dans le monde par ton amitié pour moi. Après moi, tu arboreras le
saint-simonisme et tu te feras chef de quelque nouvelle religion.

«Je ne répondrais pus même, si la colère de Beauséant lui dure, que
quelqu'un de ces espions ne le servît avec trop de zèle... Plusieurs de
ces messieurs, malgré leurs brillants cabriolets, ont souvent le plus
urgent besoin d'une gratification de cinquante louis et seraient trop
heureux d'accrocher cette somme au moyen d'un duel. C'est à cause de cette
partie de mon discours que j'ai la faiblesse de parler. Tu me fais faire,
coquin, ce qui ne m'est pas arrivé depuis quinze ans: manquer à la parole
que je me suis donnée à moi-même. C'est à cause de la gratification de
cinquante louis, gagnée si l'on t'envoie _ad patres_, que je n'ai pas pu
te parler devant ta mère. Si elle le perd, elle meurt, et j'aurai beau
faire des folies, rien ne pourrait me consoler de sa perte,
et,--ajouta-t-il avec emphase,--nous aurions une famille effacée du monde.

«--Je tremble que vous ne vous moquiez de moi, dit Lucien d'une voix qui
semblait s'éteindre à chaque mot. Quand vous me faites une épigramme, elle
me semble si bonne que je me la répète pendant huit jours contre moi-même,
et le Méphistophélès que j'ai en moi, triomphe de la partie agissante. Ne
me plaisantez pas, car je saurai être sincère. Ne me persiflez pas pour
une chose que vous savez sans doute, mais que je n'ai jamais avouée à âme
qui vive.

«--Diable! c'est du neuf en ce cas. Je ne t'en parlerai jamais.

«--Je tiens, ajouta Lucien d'une voix brève et en regardant le parquet, à
être fidèle à une maîtresse que je n'ai jamais eue. Le moral entre pour
si peu dans mes relations avec Mme Raymonde qu'elle ne me donne presque
pas de remords. Et cependant--vous allez vous moquer de moi--elle m'en
donne souvent! quand je la trouve gentille. Mais quand je ne lui fais pas
la cour, je suis triste, sombre et il me vient des idées de suicide--car
rien ne m'amuse... Répondre à votre tendresse c'est seulement un devoir
moins pénible que les autres.

Je n'ai trouvé de distraction complète qu'auprès du lit de ce malheureux
Kortis, et encore à quel prix! Je côtoyais l'infamie!

«Mais vous vous moquez de moi, dit Lucien, en osant relever les yeux à la
dérobée.

«--Pas du tout. Heureux qui a une passion, fût-ce d'être amoureux d'un
diamant, comme cet Espagnol dont Tallemant des Réaux raconte l'histoire.

«La vieillesse n'est, autre chose que la privation de folies, l'absence
d'illusions et de passions. Je place l'absence des folies bien avant la
diminution des forces physiques. Je voudrais être amoureux, fût-ce de
la plus laide cuisinière de Paris, et qu'elle répondît à ma flamme.

«Je dirai comme saint Augustin: «_Credo quia absurdum._» Plus la passion
serait absurde, plus je l'envierais.»

Et la physionomie de M. Leuwen prit un caractère de solennité que Lucien
ne lui avait jamais vu. (C'est que M. Leuwen n'était jamais absolument
sérieux. Quand il n'avait personne de qui se moquer, il se moquait de
lui-même, souvent sans que Mme Leuwen même s'en aperçût.) Ce changement
de physionomie plut à notre héros et encouragea sa faiblesse.

«--Eh bien, reprit-il d'une voix plus assurée, si je fais la cour à Mlle
Gosselin ou à toute autre demoiselle célèbre, tôt ou tard, je serai obligé
d'être heureux, et c'est ce qui me fait horreur. Ne vous est-il pas égal
que je prisse une femme honnête?»

M. Leuwen éclata de rire.

«--Ne... te... fâche pas, dit-il en étouffant. Je resterai fidèle... à
notre traité; c'est de la partie réservée du traité... que je ris... Et
où diable... prendras-tu ta femme honnête?...

«Ah! mon Dieu, fit-il en riant aux larmes, et quand enfin, un beau jour...
ta femme honnête confessera sa sensibilité à ta passion, quand enfin
sonnera l'heure du berger... que fera le berger?...

«--Je lui reprocherai gravement de manquer à la vertu, dit Lucien d'un
grand sang-froid. Cela ne sera-t-il pas digne de ce siècle moral?

«--Pour que la plaisanterie fût bonne, il faudrait choisir cette maîtresse
dans le faubourg Saint-Germain.

«--Mais vous n'êtes pas duc, et je ne sais pas avoir de l'esprit et de
la gaieté, en ménageant trois ou quatre préjugés saugrenus, dont nous
rions même dans nos salons du juste-milieu, si stupides d'ailleurs.»

Tout en parlant, Lucien vint à songer à quoi il s'engageait
insensiblement; il tourna à la tristesse sur-le-champ, et dit malgré lui:

«--Quoi, mon père, une grande passion! Avec ses assiduités, sa constance,
son occupation de tous les moments.

«--_Fais ton arrêt toi-même, et choisis ton supplice._ J'en conviens, la
plaisanterie serait meilleure avec une vertu à haute pitié et à privilège.
Et d'ailleurs le pouvoir, qui est une bonne chose, se retire de ces
gens-là, quand ils viennent à nous.

«Eh bien! parmi nous autres, nouvelle noblesse, gagnée en écrasant ou en
escamotant la révolution de Juillet...

«--Ah! je vois où vous voulez en venir.

«--Eh bien! dit M. Leuwen du ton de la plus parfaite bonne foi, où veux-tu
trouver mieux? N'est-ce pas une vertu, _d'après_ celles du faubourg
Saint-Germain?

«--Comme Dangeau n'était pas un grand seigneur, mais d'après un grand
seigneur! Ah! elle est trop ridicule à mes yeux; jamais je ne pourrai
m'accoutumer à avoir une grande passion pour Mme Grandet. Dieu! quel
flux de paroles, quelles prétentions!

«--Chez Mlle Gosselin, tu auras des gens désagréables et de mauvais ton.
D'ailleurs plus elle est différente de ce que l'on a aimé, moins il y a
d'infidélité.»

M. Leuwen alla se promener à l'autre bout du salon. Il se reprochait
cette allusion.

«--J'ai manqué au traité. Cela est mal, fort mal. Quoi! même avec mon
fils, ne puis-je pas me permettre de penser tout haut?

«Mon ami, ma dernière phrase ne vaut rien et je parlerai mieux à l'avenir.
Mais voilà trois heures qui sonnent. Si tu fais ce sacrifice, c'est pour
moi et uniquement pour moi. Je ne te dirai point que, comme le prophète,
tu vis dans un nuage depuis plusieurs mois, et qu'au sortir du nuage, tu
seras tout étonné du nouvel aspect de toutes choses. Tu en croiras
toujours plus les sensations que mes récits. Ainsi ce que mon amitié te
demande, c'est le sacrifice de six mois de ta vie. Il n'y aura de très
amer que le premier. Ensuite tu prendras certaines habitudes dans ce
salon où vont quelques hommes paisibles, si toutefois tu n'en es pas
expulsé par la vertu terrible de Mme Grandet, auquel cas nous chercherions
une autre vertu. Te sens-tu le courage de signer un engagement de six
mois?»

Lucien se promenait dans le salon et ne répondait pas.

«--Si tu dois signer le traité, signons-le tout de suite, et tu me
donneras une bonne nuit, car,--fit-il en souriant,--depuis quinze jours,
à cause de vos beaux yeux, je ne dors plus.»

Lucien s'arrêta, le regarda et se jeta dans ses bras. M. Leuwen père fut
très sensible à cette embrassade; il avait soixante-cinq ans!

Lucien lui dit, pendant qu'il était dans ses bras:

«--Ce sera le dernier sacrifice que vous me demanderez?

«--Oui, mon ami, je te le promets. Tu fais mon bonheur. Adieu!»

Lucien resta debout dans le salon, profondément pensif. Ce mot si
touchant: _tu fais mon bonheur_, retentissait dans son cœur.

Mais d'un autre côté, faire la cour à Mme Grandet lui semblait une
chose horrible.

«--Voyons ce que dit la raison, se dit-il tout à coup. Quand je n'aurais
pour mon père aucun des sentiments que je lui dois en stricte justice,
je suis obligé de lui obéir, car enfin j'ai été incapable de gagner
quatre-vingt-quinze francs par mois. Si mon père ne me donnait pas ce
qu'il faut pour vivre à Paris, ce que je devrais faire pour gagner de quoi
vivre ne serait-il pas plus pénible que de faire la cour à Mme Grandet?»

Lucien prolongea longtemps son examen. Comment ferait-il le lendemain
pour marquer à Mme Grandet qu'il l'adorait. Et ce mot le jeta peu à peu
dans le profond et tendre souvenir de Mme de Chasteller. Il y trouva tant
de charme qu'il finit par se dire:

«--À demain les affaires.»

Ce demain n'était qu'une façon de parler. Quand il éteignit sa bougie,
les tristes bruits d'une matinée d'hiver remplissaient déjà la rue.

Il eut, ce jour-là, beaucoup de travail au bureau de la rue de Grenelle
et à la Bourse. Jusqu'à deux heures, il examina les articles d'un grand
règlement qu'il fallait rendre le soir même. Depuis quelque temps le
ministre avait pris l'habitude de renvoyer à l'examen sérieux de Lucien
les rapports de ses chefs de division, travail qui exigeait plutôt du bon
sens et de la probité qu'une profonde connaissance des 4.400 lois, arrêts,
circulaires, qui régissaient le ministère de l'Intérieur. Le ministre
avait donné à ces rapports de Lucien le nom de _sommaires succincts_, et
ces sommaires succincts avaient souvent de dix à quinze pages. Très occupé
par les affaires du télégraphe, Lucien avait été obligé de laisser en
retard plusieurs de ces travaux. Il prit un cabriolet qui roula rapidement
vers le comptoir de son père et, de là, à la Bourse. Comme à l'ordinaire,
il se garda bien d'y entrer, mais attendit des nouvelles de ses agents
dans les cafés voisins et en regardant les boutiques d'estampes.

Tout à coup, il rencontra trois domestiques de son père qui le cherchaient
partout pour lui remettre un billet de deux lignes:

«Courez à la Bourse. Entrez-y vous-même et arrêtez toute l'opération.
Coupez net. Faites revendre, même à perte, et cela fait, venez bien vite
me parler.»

Cet ordre l'étonna beaucoup; il courut l'exécuter et il eut assez de
peine. Enfin il put courir chez son père.

«--Eh bien, as-tu défait cette affaire?

«--Tout à fait: mais pourquoi la défaire? elle me semble...

«--C'est de bien loin, la meilleure affaire dont nous nous soyons
occupés. Il y avait là trois cent mille francs à réaliser. Ton ministre
te le dira si tu sais l'interroger. Va le retrouver, il est fou
d'inquiétude.»

Lucien courut au ministère et trouva M. de Vaize qui attendait enfermé
à double tour dans sa chambre et tourmenté par une profonde agitation.

«--Êtes-vous parvenu à tout défaire?

«--Tout absolument, à dix mille francs près que j'avais fait acheter par
un M. Bourbon que je n'ai pas retrouvé.

«--Ah! cher ami, je sacrifierais un billet de cinq cents francs, je
sacrifierais même un billet de mille francs pour ravoir cette bribe et
ne pas paraître avoir fait la moindre affaire sur cette damnée dépêche. Il
y a longtemps que je ne doute plus de votre prudence et que je suis sur
de vous. _On_ se réserve cette affaire, et encore c'est par miracle que
je l'ai su. Il faut à tout prix retrouver M. Bourbon et retirer les dix
mille francs. Et il faut encore que demain vous soyez assez complaisant
pour acheter une jolie montre de femme. Voici deux mille francs, faites
bien les choses: allez jusqu'à trois mille au besoin. Peut-on pour cela
avoir quelque chose de présentable?

«--Je le crois.

«--Eh bien, il faudra faire remettre cette jolie montre de femme, par une
personne sûre, et avec un volume des romans de Balzac, portant un chiffre
impair: 3, 1, 5, à Mme Lavernange, rue Sainte-Anne, n° 90. À présent que
vous savez tout, mon ami, encore un acte de complaisance; ne laissez pas
la chose faite à demi. Raccrochez-moi ces dix mille francs et qu'il ne
soit pas dit ou du moins que l'on ne puisse pas prouver, à qui de droit,
que j'ai fait, moi ou les miens, la moindre affaire sur cette dépêche...

«--Votre Excellence ne doit avoir aucune inquiétude à ce sujet», dit
Lucien en prenant congé avec tout le respect possible.

Il n'eut aucune peine à trouver ce M. Bourbon qui dînait tranquillement
à son troisième étage avec sa femme et ses enfants, et moyennant
l'assurance de payer la différence à la revente, le soir même, au café
Tortoni, ce qui pouvait monter à cinquante ou cent francs, toute trace de
l'opération fut anéantie, ce dont Lucien prévint le ministre par un mot.

Il arriva chez son père à la fin du dîner... Il était tout joyeux, et la
corvée du soir, dans le salon de Mme Grandet ne lui semblait plus qu'une
chose fort simple. Tant il est vrai que les caractères qui ont leur
imagination pour ennemie doivent agir beaucoup avant d'accomplir une chose
pénible, et jamais y réfléchir.

«--Ma mère, pardonnez-moi tontes les choses communes que je vais dire avec
emphase, dit Lucien à sa mère, en la quittant sur les neuf heures.»

En entrant à l'hôtel Grandet, il examinait curieusement le portier, et
cette cour, cet escalier, au milieu desquels il allait manœuvrer. Tout
était magnifique, mais trop neuf. Dans l'antichambre, un paravent de
velours bleu garni de clous d'or, et un peu usé, disait aux passants:
_Ce n'est pas d'hier seulement que nous sommes riches..._

Lucien trouva Mme Grandet en petit comité: il y avait sept à huit
personnes dans l'élégante rotonde où elle recevait à cette heure. Elle
examinait, avec des bougies que l'on plaçait successivement sur tous
les points, un buste de Cléopâtre, que l'on venait de lui envoyer.
L'expression de la reine d'Égypte était simple et noble. Toutes les
personnes présentes faisaient des phrases et l'admiraient.

Un député du centre complaisant, attaché à la maison, proposa une poule
au billard.

Lucien reconnut la grosse voix qui, à la Chambre, est chargée de rire,
quand par hasard on fait quelque proposition généreuse.

Mme Grandet sonna avec empressement pour faire éclairer le billard.

Tout semblait à Lucien avoir une physionomie nouvelle.

«--Il est bon à quelque chose, pensa-t-il, d'avoir des projets, quelque
ridicules qu'ils soient. Elle a une taille charmante et le jeu de billard
fournit cent occasions de se placer dans les poses les plus gracieuses.
Il est étonnant que les convenances religieuses du faubourg Saint-Germain
ne se soient pas encore avisées de proscrire ce jeu!»

Au billard, Lucien commença à parler et ne cessa presque plus. Sa gaieté
augmentait à mesure que le succès de ses propos communs et lourds venait
chasser l'image de l'embarras que devait lui causer l'ordre de faire la
cour à Mme Grandet. Il se donnait l'esprit de se moquer de lui-même, de ce
qu'il disait; c'était de l'esprit d'arrière-boutique, des anecdotes
imprimées partout, des nouvelles de journaux.

Il considérait avec une admiration assez peu dissimulée les charmantes
poses que prenait Mme Grandet.

«--Grand Dieu! qu'eût dit Mme de Chasteller si elle avait surpris un de
ces regards.

_Mais il finit l'oublier pour être heureux ici!_» se dit-il, et il éloigna
cette idée fatale, mais pas assez vite pour que son regard n'eût pas l'air
fort ému.

Mme Grandet le regardait elle-même d'une façon assez singulière; point
tendre, il est vrai, mais assez étonnée. Elle se rappelait vivement tout
ce que Mme de Thémines lui avait appris quelques jours auparavant de la
passion que Lucien avait pour elle.

«--Réellement il est présentable, pensait-elle; il a beaucoup de
distinction.»

À la poule, le hasard avait donné à Leuwen la bille n° 6. Un grand jeune
homme silencieux, apparemment adorateur muet de la maison, eut le n° 5 et
Grandet le n° 4.

Lucien essaya de tuer le 5, y réussit, et se trouva par là chargé de jouer
sur Mme Grandet et de la faire gagner, ce dont il s'acquitta avec assez de
grâce. Il tentait tou jours les coups les plus difficiles, et avait le
malheur de ne jamais faire la bille de Mme Grandet, et de la placer
presque toujours dans une position avantageuse.

Mme Grandet était heureuse.

«--La chance de gagner une poule de vingt francs donnerait-elle de
l'émotion à cette âme de femme de chambre logée dans un si beau corps?
La poule va finir: voyons si ma conjecture est fondée.»

Il se laissa tuer; alors ce fut le n° 7 à jouer sur Mme Grandet. Ce
numéro était tenu parmi préfet en congé, grand hâbleur et porteur de
toutes les prétentions, même de celle de bien jouer au billard. Ce fat
montrait une exaltation de mauvais goût à parler des coups qu'il allait
faire, et menaçait Mme Grandet de faire sa bille ou de la mal placer.

Celle-ci, voyant son sort changé par la mort de Leuwen, prit de l'humeur,
les coins de sa bouche si fraîche se serrèrent contre ses dents.

Au troisième mauvais coup que lui infligeait le préfet, elle regarda
Lucien avec une expression de regret. Bientôt, en effet, elle perdit la
partie, mais Lucien avait fait de tels progrès dans son esprit, qu'elle
jugea à propos de lui adresser une petite dissertation géométrique
et profonde, sur les angles que forment les billes d'ivoire en frappant
les bandes du billard. Leuwen fit des objections.

«--Ah! vous êtes un élève de l'École polytechnique! Mais vous êtes un
élève chassé et sans doute pas très fort en géométrie.»

Il invoqua des expériences, on mesura des distances sur le billard. Mme
Grandet eut l'occasion d'étaler de charmantes poses et de jeter des éclats
de voix. De ce moment, Lucien fut vraiment bien; Mme Grandet ne quitta les
expériences que pour lui offrir de faire une partie de billard avec elle.

Sur les dix heures, il vint assez de monde, et sur les onze heures, M.
Grandet arriva avec un ministre. Bientôt survint un second ministre, et,
sur ses pas, les trois ou quatre députés les plus influents. Cinq ou six
savants qui se trouvaient là, se mirent à faire bravement la cour aux
Ministres et même aux députés. Ils eurent aussitôt pour rivaux deux ou
trois littérateurs célèbres, un peu moins plats dans la forme, et,
peut-être, plus esclaves au fond, mais cachant leur bassesse sous une
urbanité parfaite. Ils débitaient d'une voix périodique et adoucie des
compliments indirects et admirables de délicatesse.

À ce moment, Mme Grandet vint, du bout du salon, adresser la parole à
Lucien.

«--Voilà une impertinence, se dit-il en riant. Où diable a-t-elle pris
cette attention délicate? Serais-je duc sans le savoir?»

Les députés étaient devenus abondants dans le salon. Ils parlaient haut
et cherchaient à faire du bruit. Ils levaient le plus possible leurs têtes
grisonnantes et essayaient de se donner des mouvements brusques. L'un
posait sa belle boîte d'or sur la table où il jouait de façon à faire
retourner les voisins; un autre s'établissait sur sa chaise, la faisait
remuer à chaque instant sur le parquet, sans égard pour les oreilles des
personnes présentes.

Ils avaient tous l'importance du gros propriétaire qui vient de renouveler
un bail avantageux.

Celui qui se remuait avec tant de bruit sur sa chaise vint, un instant
après, dans la salle de billard et demanda à Lucien la _Gazette de France_
qu'il lisait. Il pria pour ce petit service d'un air si bas, que notre
héros en fut tout attendri. Cet ensemble lui rappelait Nancy.

Il sortit de sa rêverie en entendant rire à ses côtés. Un écrivain célèbre
racontait une anecdote fort plaisante sur l'abbé Barthélemy, auteur du
_Voyage d'Anacharsis_; puis vint une anecdote sur Marmontel, ensuite une
troisième sur l'abbé Delille.

«--Le fond de toute cette gaieté est sec et triste. Ces gens d'académie
ne vivent que sur les ridicules de leurs prédécesseurs. Ils mourront
banqueroutiers, eux et leurs successeurs. Ils sont trop timides, même
pour faire des sottises.»

Au commencement de la quatrième anecdote sur les ridicules de Chénier,
Lucien n'y put tenir et regagna le grand salon, par une galerie garnie de
bustes et que l'on tenait moins éclairée. Devant une porte, il rencontra
Mme Grandet qui lui adressa encore la parole.

«--Je serais un ingrat si je ne me rapprochais pas de son groupe, au cas
où il lui prendrait envie de faire sa Mme Staël.»

Il n'eut pas longtemps à attendre.

On avait, ce soir-là, présenté à Mme Grandet un jeune savant allemand, à
grands cheveux blonds séparés au milieu du front, et horriblement maigre.
Elle parla d'Homère, de l'École d'Alexandrie, des découvertes faites par
les Allemands. On en vint aux antiquités chrétiennes, et pour en parler,
Mme Grandet prit un air sérieux, les coins de sa bouche s'abaissèrent.

Cet Allemand, nouvellement présenté, ne se mit-il pas à attaquer la messe,
en présence d'une bourgeoise de la cour de Louis-Philippe? (Ces Allemands
sont les rois de l'inconvenance.)

La messe n'était au Ve siècle, disait-il, qu'une réunion où l'on rompait
le pain en mémoire de Jésus-Christ. C'était une sorte de thé de gens bien
pensants. Il n'entrait dans l'idée de personne que l'on fit actuellement
quelque chose différant le moins du monde d'une action ordinaire, et
encore moins que l'on fit un miracle du changement de pain et de vin dans
le corps et le sang du Sauveur. Ce thé des premiers chrétiens a augmenté
d'importance et la messe s'est formée.

«--Mais, grand Dieu! où voyez-vous cela, monsieur? disait Mme Grandet
effrayée. Apparemment dans quelques-uns de vos autours allemands,
ordinairement pourtant si amis des idées sublimes et mystérieuses, et par
là si chères à tout ce qui pense bien. Quelques-uns se seront égarés, et
leur langue, malheureusement si peu connue de mes légers compatriotes,
les met à l'abri de toute réfutation.

«--Non, madame! Les Français aussi sont fort savants, reprenait le jeune
dialecticien allemand qui, pour faire durer les discussions, avait appris
un formulaire de politesse. La littérature française est si belle, les
Français ont tant de trésors, qu'ils sont comme les gens tropriches, ils
ignorent leurs richesses. Toute celle histoire véritable de la messe, je
l'ai trouvée dans le Père Mabillon, qui vient de donner son nom à une des
rues de votre brillante capitale. À la vérité, cela ne figure pas dans
le texte de Mabillon--le pauvre moine ne l'eût pas osé--mais dans les
notes. Votre messe, madame, estime invention d'hier.»

Mme Grandet avait répondu jusque-là par des phrases entrecoupées et
insignifiantes, à quoi notre Allemand, relevant ses lunettes, répliquait
par des faits, et comme on les lui contestait par des citations, le
monstre faisait preuve d'une mémoire étonnante.

Mme Grandet était excessivement contrariée.

«--Comme Mme de Staël, se disait-elle, eût été belle dans ce moment, au
milieu d'un cercle si nombreux et si attentif. Il y a au moins trente
personnes qui nous écoutent, et je vais rester sans un mot de réponse et
il est trop tard pour me lâcher.»

Après avoir compté les auditeurs qui, après s'être moqués de l'étrange
tournure de l'Allemand, commençaient maintenant à l'admirer, précisément
à cause de sa dégaine et de la façon de relever ses lunettes, les yeux
de Mme Grandet rencontrèrent ceux de Lucien.

Dans sa terreur, elle lui demanda presque grâce.

Elle venait d'éprouver que son regard le plus enchanteur n'avait aucun
effet sur ce jeune Allemand qui s'écoutait parler et ne voyait rien.

Lucien vit dans ce regard suppliant un appel à la bravoure; il perça le
cercle et vint se placer auprès du dialecticien.

Il avait un peu trop compté sur ses moyens, et enfin, comme il ne savait
pas le premier mot de cette question, pas même dans quelle langue avait
écrit Mabillon, il fut battu. Mais Mme Grandet était sauvée. À une heure,
il quitta cette maison où l'on avait tout fait pour chercher à lui plaire.
Son âme était desséchée. Ce fut avec délices qu'il se permit un
tête-à-tête d'une heure avec le souvenir de Mme de Chasteller. Les gens de
lettres, les savants, les députés dont il venait de voir la fleur ce
soir-là, le faisaient douter de la possibilité d'existence d'êtres comme
Mme de Chasteller. D'ailleurs toutes ces personnes n'avaient garde de
paraître dans le salon horriblement méchant de M. Leuwen père. Là, tout le
monde se moquait de tout le monde, tant pis pour les sols et pour les
hypocrites qui n'avaient pas infiniment d'esprit. Les titres de duc, de
pair de France, de colonel de la garde nationale--comme l'avait éprouvé
M. Grandet--ne mettait personne à l'abri de l'ironie la plus gaie.

«--Je n'ai rien à demander à la faveur des hommes, gouvernants ou
gouvernés, disait quelquefois M. Leuwen dans son salon. Je ne m'adresse
qu'à leur bourse. C'est à moi de leur prouver, dans mon cabinet, le malin,
que leurs intérêts et les miens sont les mêmes. Hors de mon cabinet, je
n'ai qu'un intérêt: me délasser et rire des sots, qu'ils soient sur le
trône ou dans la crotte. Ainsi, mes amis, moquez-vous de moi, si vous
pouvez.»

Toute la matinée du lendemain, Lucien travailla à voir clair dans une
dénonciation sur Alger, faite par un M. Gaudin. Le roi avait demandé un
avis motivé à M. le comte de Vaize, lequel avait été d'autant plus
flatté que cette affaire regardait le ministère de la guerre. Il avait
passé la nuit à faire un beau travail, puis il avait fait appeler Lucien:

«--Mon ami, critiquez-moi cela impitoyablement, dit-il en lui remettant
son cahier tout barbouillé. Trouvez-moi des objections. J'aime mieux être
critiqué en secret par mon aide de camp, que par mes collègues
en plein conseil. À mesure que vous ne vous servirez plus d'une de mes
pages, faites-la copier par un commis discret; n'importe l'écriture. Comme
il est fâcheux que la vôtre soit si détestable. Réellement, vous ne formez
pas vos lettres. Ne pourriez-vous pas tenter une réforme?

«--Est-ce qu'on réforme l'habitude? Si cela se pouvait combien de voleurs
qui ont deux millions deviendraient honnêtes hommes...

«--Ce Gaudin prétend que le général lui a fermé la bouche avec 1.500
louis... Au reste, mon cher ami, j'ai besoin de la mise au net et de
votre critique avant huit heures. Je veux mettre cela dans mon
portefeuille. Mais je vous demande une critique sans pitié. Si je pouvais
compter que votre père ne tirerait pas une épigramme des trésors de la
Casbah, je payerais au poids de l'or son avis sur cette question...»

Lucien feuilletait la minute du ministre qui avait douze pages.

«--Pour tout au monde, mon père ne lirait un rapport aussi long, et
encore il faudra vérifier les pièces.»

Il trouva que cette affaire était aussi difficile, pour le moins, que
l'origine de la monarchie.

À sept heures et demie, il envoya au ministre son travail, et ce travail
était aussi long que le rapport du comte de Vaize et sa mise au net.

Sa mère avait fait naître des incidents pour prolonger le dîner, et à
son arrivée il n'était pas encore fini.

«--Qui t'amène si tard? dit M. Leuwen.

«--Son amitié pour sa mère, dit Mme Leuwen; certainement il eût été plus
commode pour lui d'aller au cabaret. Que puis-je faire pour te marquer ma
reconnaissance? demanda-t-elle à son fils.

«--Engager mon père à me donner son avis sur un petit opuscule de ma façon
que j'ai là, dans ma poche...»

Et l'on parla d'Alger, de la Casbah, de 48 millions, de 13 millions volés
jusqu'à neuf heures et demie.

«--Et Mme Grandet?

«--Je l'avais tout à fait oubliée...

«--Il faut y retourner... et dès demain...»


* * *


Lucien était tout homme d'affaires ce jour-là; il courut chez Mme Grandet
comme il serait allé à son bureau pour une affaire en retard. Il traversa
lentement la cour, l'escalier, l'antichambre, en souriant de la facilité
de l'affaire dont il allait s'occuper. Il avait le même plaisir qu'à
retrouver une pièce importante, un instant égarée au moment où on la
chercherait pour un rapport au roi.

Il trouva Mme Grandet entourée de douze complaisants ordinaires; ces
messieurs disputaient sur un certain M. Greslin, nommé référendaire à la
Cour des comptes--moyennant 12.000 francs comptés à la cousine de la
maîtresse du comte de Vaize. Celui-ci s'enquérait si l'épicier du coin,
major de la garde nationale et fournisseur de l'État, oserait mécontenter
les _bonnes_ pratiques et votait dans le sens de son journal. Un autre
de ces messieurs, jésuite avant 1800 et maintenant lieutenant de
grenadiers, décoré, venait de dire qu'un des commis de l'épicier était
abonné au _National_, ce qu'il n'eût certes osé faire si son patron avait
eu toute l'horreur convenable pour cette rapsodie républicaine et
désorganisatrice. Chaque mot diminuait sensiblement aux yeux de Lucien la
beauté de Mme Grandet. Pour comble de misère, elle se mêlait fort à cette
discussion qui n'eût pas déparé la loge d'un portier. Il s'aperçut aussi
qu'elle le recevait froidement et il en fut amusé.

Mme Grandet se dit tout à coup presque en riant, mouvement rare chez elle:

«--S'il a pour moi cette passion que Mme de Thémines lui prête, il faut le
rendre tout à fait fou. Et pour cela le régime des rigueurs convient
peut-être à ce beau jeune homme, et me convient certainement beaucoup.»

Au bout d'une demi-heure, Lucien se voyant décidément reçu avec une
froideur marquée, se trouva à l'égard de Mme Grandet dans la situation
d'un connaisseur qui marchande un tableau médiocre: tant qu'il compte
l'avoir pour quelques louis, il exagère ses beautés; les prétentions du
vendeur s'élevant, le tableau devient ridicule et le connaisseur ne voit
que les défauts.

«--Je suis ici, pensait Lucien, pour avoir une grande passion aux yeux
de ces nigauds. Or, que fait-on, quand, dévoré par un amour violent, on
se voit aussi mal reçu par l'objet de sa flamme? On tombe dans la plus
sombre et silencieuse mélancolie!»

Et il ne dit plus un mot.

Sur les dix heures arriva à grand bruit M. de Torset, jeune ex-député,
fort bel homme, et rédacteur éloquent d'un journal ministériel.

«--Avez-vous lu le _Messager_, madame? dit-il en s'approchant de la
maîtresse de la maison d'un air commun, presque familier, et comme
voulant faire prendre acte de cette familiarité avec une jeune femme
dont le monde s'occupait. Ils ne peuvent répondre à ces quelques lignes,
que j'ai lancées ce matin, sur l'exaltation et la dernière période des
idées de ces réformistes. J'ai traité en deux mots l'augmentation du
nombre des électeurs. L'Angleterre en a 800.000, et nous 180.000
seulement. Mais si je jette un coup d'œil rapide sur l'Angleterre, que
vois-je avant tout? Quelle sommité frappe mon regard de son éclat
brillant? Une aristocratie puissante et respectée, une aristocratie qui
a des racines profondes dans les habitudes de ce peuple sérieux avant
tout, et sérieux parce qu'il est biblique. Que vois-je de ce côté-ci du
détroit? Des gens riches pour tout potage. Dans deux ans l'héritier de
leur nom et de leur richesse sera peut-être à Sainte-Pélagie.

«--Ce Gascon impudent se croit obligé de parler comme les livres de M.
de Chateaubriand,» se dit Lucien.

Il entendit tant de sottises, il vit tant de sentiments bas et mesquins
étalés avec orgueil, qu'à un moment il crut être dans l'antichambre de
son père.

«--Quand ma mère a des laquais qui causent comme M. de Torset, elle les
renvoie.»

Lorsque arriva l'inévitable proposition d'une poule, il vit que M. de
Torset se disposait à prendre une bille. Et comme il ne se sentait pas
la force de remuer autour du billard, il sortit silencieusement avec la
démarche lente qui convient au malheur.

«--Il n'est que onze heures,» se dit-il, et pour la première fois de la
saison, il courut à l'Opéra avec quelque plaisir.

Il trouva Mlle Gosselin dans la loge grillée de son père: elle était
seule depuis un quart d'heure et mourait d'envie de parler. Il l'écouta
avec un plaisir qui le surprit, et fut charmant pour elle. Au plus fort
de la causerie, la porte de la loge s'ouvrit avec fracas pour donner
passage à S. E. le comte de Vaize.

«--C'est vous que je cherchais, dit-il à Lucien, avec un sérieux qui
n'était pas exempt d'importance. Cette petite fille est-elle sûre?»

Quelque bas que ces derniers mots fussent prononcés, Mlle Gosselin les
saisit.

«--C'est une question que l'on ne m'a jamais faite impunément,
s'écria-t-elle, et puisque je ne puis pas chasser Votre Excellence, je
remets ma vengeance à la Chambre prochaine!» et elle s'enfuit.

«--Pas mal, dit Lucien en riant, réellement pas mal!

«--Mais peut-on, quand en est dans les affaires, et dans les plus
grandes, être aussi léger que vous! grommela le ministre avec l'humeur
naturelle à l'homme qui, embrouillé dans des pensées difficiles, se voit
distrait par une fadaise.

«--Je me suis vendu corps et âme à Votre Excellence pour les matinées;
mais il est onze heures du soir, et, parbleu, les soirées sont à moi. Que
m'en donnerez-vous si je les vends? fit Lucien toujours gaiement.

«--Je vous ferai lieutenant, de sous-lieutenant que vous êtes!

«--Hélas! cette monnaie est fort belle, mais je ne saurais qu'en faire.

«--Il viendra un moment où vous en sentirez tout le poids. Mais nous
n'avons pas le temps de faire de la philosophie!... Pouvez-vous fermer
cette loge?

«--Rien n'est plus facile,» et Lucien tira le verrou.

Pendant ce temps, le comte de Vaize regardait si l'on pouvait entendre des
loges voisines. Il n'y avait personne, et malgré coin Son Excellence se
cacha soigneusement derrière une colonne.

«--Par votre mérite, vous êtes devenu mon premier aide de camp. Votre
place n'était rien et je ne vous y avais appelé que pour faire la conquête
de M. votre père: vous avez créé la place, elle n'est point sans
importance! Je viens de parler de vous au roi.»

Le ministre s'arrêta, s'attendant à un grand effet; il regarda
attentivement Lucien et ne vit qu'une attention triste.

«--Malheureuse monarchie! pensa le comte de Vaize! Le nom du roi est
dépouillé de tout son effet magique. Il est réellement impossible de
gouverner avec ces petits journaux qui démolissent tout.»

Après un silence de dix secondes:

«--Mon ami, reprit-il, le roi approuve que je vous charge d'une double
mission électorale.

«--Votre Excellence n'ignore pas que ces missions ne sont précisément
pas tout ce qu'il y a de plus honorable aux yeux d'un public abusé.

«--C'est ce que je suis loin d'accorder, permettez-moi de vous le dire;
j'ai plus d'expérience que vous.

«--Et moi, monsieur le comte, j'ai assez d'indépendance et trop peu de
dévouement au pouvoir, pour supplier Votre Excellence de confier ces
sortes de missions à un plus digne!

«--Mais, mon ami, c'est un des devoirs de votre place, de cette place
dont vous avez fait quelque chose.

«--En ce cas, j'ai une seconde prière à ajouter à la première; c'est celle
d'agréer ici ma démission et mes remerciements de vos bontés pour moi.

«--Je ne puis parler de cette démission qu'avec M. votre père...

«--Je voudrais bien, monsieur le comte, ne pas être obligé à chaque
instant d'avoir recours au génie de mon père; s'il convient à Votre
Excellence de m'expliquer ces missions, et s'il n'y a pas de combat de
la rue Transnonain au fond de cette affaire, je pourrai m'en charger.

«--Je gémis comme vous sur les accidents terribles qui peuvent survenir
dans l'emploi trop rapide de la force la plus légitime. Mais vous sentez
bien qu'un accident déploré et réparé autant que possible, ne prouve rien
contre un système. Est-ce qu'un homme qui blesse son ami à la chasse, par
accident, est un assassin?

«--M. de Torset nous a parlé pendant une grande demi-heure, ce soir, sur
cet inconvénient exagéré par la mauvaise presse.

«--Torset est un sot, et c'est parce que nous n'avons pas de Leuwen, ou
parce qu'ils manquent de liant dans le caractère, que nous sommes
quelquefois obligés d'employer des Torset. Car enfin il faut bien que la
machine marche. Les arguments et les mouvements d'éloquence pour lesquels
ces messieurs sont payés, ne sont pas faits pour des intelligences comme
la vôtre: mais dans une armée nombreuse, tous les soldats ne sont pas des
héros de délicatesse.

«--Mais qui m'assure qu'un autre ministre n'emploiera pas en mon honneur
précisément les mêmes termes dont Votre Excellence se sert pour le
panégyrique de M. de Torset?

«--Ma foi, mon ami, vous êtes intraitable!»

Ceci fut dit avec naturel et bonhomie, et Lucien était encore si jeune
que le ton de ces paroles amena la réponse prévue.

«--Non, monsieur le comte, car, pour ne pas chagriner mon père, je suis
prêt à prendre ces missions, s'il n'y a pas de sang au bout.

«--Est-ce que nous avons le pouvoir de répandre du sang? dit le ministre
avec une voix différentiel où il y avait du reproche et presque du regret.

Ce mot venant du cœur frappa Lucien:

«--Voilà un inquisiteur tout trouvé.»

De son côté le ministre songeait:

«--À quoi nous en sommes réduits avec nos subalternes! Si nous en trouvons
de respectueux, ce sont des hommes douteux, prêts à nous vendre au
National ou à Henry V!

«--Il s'agit de deux choses, mon cher aide de camp, continua-t-il tout
haut. Allez faire une apparition à Champagnié, dans le Cher, où M. votre
père a de grandes propriétés, parlez à vos hommes d'affaires, et, par
leur secours, tâchez de deviner ce qui rend la nomination de M. Bouleau
si incertaine. Le préfet, M. de Riquebourg, est un brave homme très
dévoué, très dévoué! mais qui me fait l'effet d'un imbécile. Vous serez
accrédité auprès de lui, vous aurez de l'argent à distribuer sur les bords
de la Loire, et, de plus, trois débits de tabac. Je crois même qu'il y
aura deux directions de la poste aux lettres; le ministre des Finances
ne m'a pas encore répondu à cet égard, mais je vous dirai cela par
télégraphe. De plus, vous pourrez faire destituer à peu près qui vous
voudrez. Vous êtes sage, vous n'userez de tous ces droits qu'avec
discrétion. Ménagez l'ancienne noblesse et le clergé, entre eux et nous,
_il n'y a que la vie d'un enfant._ Point de pitié pour les républicains,
surtout pour les jeunes gens qui ont reçu une bonne éducation et qui
n'ont pas de quoi vivre. Et comme vous savez que mes bureaux sont pavés
d'espions, vous m'écrirez les choses importantes sous le couvert de M.
votre père. Mais l'élection de Champagnié ne me chagrine pas infiniment.

«M. Malot, le libéral et le rival de Bouleau, est un hâbleur; il n'est
plus jeune, et, de plus, il s'est fait peindre en uniforme de capitaine
de la garde nationale, bonnet à poil en tête. Pour me moquer de lui, j'ai
dissous sa garde huit jours après. Un tel homme ne doit pas être
insensible à un ruban rouge qui ferait un bel effet dans son portrait.
En tous les cas, c'est un hâbleur, impudent et vide qui, à la Chambre,
fera tort à son parti. Vous étudierez les moyens de capter Malot en cas
de non réussite pour ce fidèle Bouleau.

«Mais le grave de l'affaire c'est Caen, dans la Normandie. Vous donnerez
un jour ou deux aux affaires de Champagnié, et vous vous rendrez en toute
hâte à Caen. Il faut à tout prix que M. Mairobert ne soit pas élu. C'est
un homme de tête et d'esprit. Avec douze ou quinze têtes comme celle-là,
la Chambre serait ingouvernable. Je vous donne à peu près carte blanche,
places à accorder, argent, et destitutions. Ces décisions pourraient être
contrariées par deux pairs, des nôtres, qui ont de grands biens dans le
pays. Mais la Chambre des pairs n'est pas gênante, et je ne veux à aucun
prix de M. Mairobert. Il est riche, il n'a pas de parents pauvres, el il
a la croix. Bien à faire de ce côté-là. Le préfet de Caen, M. Crépu, a
tout le zèle qui ne vous brûle pas. Il a fait lui-même un pamphlet contre
M. Mairobert et il a eu l'étourderie de le faire imprimer là-bas, dans le
chef-lieu de sa préfecture. Je viens de lui ordonner par le télégraphe de
demain matin, de ne pas en distribuer un seul exemplaire. M. de Torset a
aussi composé un pamphlet, dont vous prendrez trois cents exemplaires
dans votre voiture. Enfin, vous serez le maître de distribuer ou de ne
pas distribuer ces pamphlets. Si vous voulez en faire un vous-même, ou
bien un extrait des deux autres, vous m'obligeriez sensiblement. Mais
faites tout au monde pour empêcher l'élection de M. Mairobert. Écrivez-moi
deux fois par jour. Je vous donne ma parole d'honneur de lire vos
lettres.»

Lucien se mit à rire.

«--Anachronisme! monsieur le comte! Nous ne sommes plus au temps de
Samuel Bernard. Que peut le roi pour moi en choses raisonnables? Quant
aux distinctions, M. de Torset dîne une fois ou deux, tous les mois chez
Leurs Majestés. Réellement les moyens de récompense manquent à votre
monarchie.

«--Pas tant que vous croyez. Si M. Mairobert est élu, malgré vos bons et
loyaux services, vous serez lieutenant. S'il n'est pas nommé, vous serez
lieutenant d'état-major, avec le ruban.

«--M. de Torset n'a pas manqué de nous apprendre ce soir qu'il est
officier de la Légion d'honneur depuis huit jours, apparemment à cause de
son article sur les maisons ruinées par le canon, à Lyon. Au reste, je
me souviens du conseil donné par le maréchal Bournonville au roi d'Espagne
Ferdinand VIl. Il est minuit, je partirai à deux heures du matin.

«--Bravo, bravo, mon ami. Faites vos instructions dans le genre que je
vous ai indiqué, et vos lettres aux préfets et aux généraux. Je signerai
le tout avant de me coucher, à une heure et demie. Probablement, il me
faudra encore passer la nuit pour ces diables d'élections.

«--Pourrais-je emmener M. Coffe, qui a du sang-froid pour deux?

«--Mais je resterai seul.

«--Seul, avec quatre cents commis! Et M. Desbacs?

«--C'est un petit coquin trop malléable, qui trahira plus d'un ministre
avant d'être conseiller d'État. Cependant emmenez qui vous voudrez, même
ce Coffe. Pas de Mairobert à tout prix. Je vous attends à une heure et
demie.»


* * *


Lucien monta chez sa mère, on lui donna la calèche de voyage de la maison
de banque qui était toujours prête, et à trois heures du matin il était en
route pour le département du Cher.

La voiture était encombrée de pamphlets électoraux, il y en avait partout,
et jusque sur l'impériale. À peine restait-il de la place pour Lucien et
M. Coffe. À six heures du soir, ils arrivèrent à Blois et s'y arrêtèrent
pour dîner.

Tout à coup, un bruit énorme se fit devant l'auberge et l'hôte entra tout
pâle.

«--Messieurs, sauvez-vous, on veut piller votre voiture.

«--Et pourquoi? demanda Lucien.

«--Ah! vous le savez mieux que moi.

«--Comment!» fit Lucien furieux, et il sortit vivement du salon qui était
au rez-de-chaussée.

Il fut accueilli par des cris assourdissants:

«--À bas l'espion, à bas le commissaire de police!»

Rouge comme un coq, il prit sur lui de ne pas répondre et voulut
s'approcher de la voiture. La foule s'écarta un peu. Pendant qu'il ouvrait
la portière, une énorme pelletée de boue tomba sur sa figure et de là
sur sa cravate, et comme il parlait à M. Coffe dans ce moment, la boue
lui entra même dans la bouche.

Un grand commis voyageur, à favoris rouges, qui fumait tranquillement au
balcon du premier étage chargé de voyageurs qui se trouvaient dans
l'hôtel, dit en criant au peuple:

«--Voyez comme il est sale! Vous avez mis son âme sur sa figure.»

Ce propos fut accueilli par un éclat de rire général qui se prolongea
dans toute la rue avec bruit et dura bien cinq minutes.

Lucien se retourna vivement vers le balcon pour chercher à deviner parmi
ces figures qui riaient d'un rire affecté, celui qui avait parlé de lui.
Mais deux gendarmes au galop arrivèrent sur la foule. Le balcon fut vidé
en un instant et la foule se dissipa, dans les rues latérales. Ivre de
colère, Lucien voulut entrer dans la maison pour chercher l'homme qui
l'avait insulté, mais l'hôte avait barricadé la porte; ce fut en vain
que notre héros y donna des coups de poing et de pied.

«--Filez rapidement, messieurs, disait le brigadier de gendarmerie d'un
ton grossier, et riant lui-même de l'état de Leuwen. Je n'ai que trois
hommes et ils peuvent revenir avec des pierres.»

Pendant ce temps, on attelait les chevaux en toute hâte. Lucien était
fou à force de colère et parlait à Coffe qui ne répondait pas et tâchait,
à l'aide d'un grand couteau de cuisine, d'ôter le plus gros de la boue
fétide dont les manches de son habit étaient couvertes.

«--Il faut que je retrouve l'homme qui m'a insulté, ne cessait de répéter
Lucien.

«--Dans le métier que nous faisons, vous et moi, répondit enfin Coffe avec
un grand sang-froid, il faut secouer les oreilles et aller en avant.»

L'hôte survint; il était sorti par une porte de derrière, et ne put ou ne
voulut répondre à Leuwen.

«--Payez-moi, monsieur, cela vaudra mieux. C'est 42 francs.

«--Vous vous moquez! Un dîner pour deux, 42 francs?

«--Je vous conseille de filer, dit le brigadier en intervenant. Ils vont
revenir avec des tronçons de chou.»

Lucien remarqua que l'hôte remerciait le gendarme du coin de l'œil.

«--Comment avez-vous l'audace...

«--Monsieur, allons chez le juge de paix, répliqua l'hôte avec l'insolence
d'un homme de cette classe. Tous les voyageurs de mon hôtel ont été
effrayés. Il y a un Anglais et sa femme qui ont loué chez moi la moitié
du premier pour deux mois, et il m'a déclaré que si je recevais chez
moi des...

«--Des quoi? fit Lucien pâle de colère, en courant à la voiture pour
prendre son sabre.

«--Délogeons, dit Coffe, voici le peuple qui revient.» Il jeta 42 francs
à l'aubergiste, et l'on partit.

«--Je vous attendrai hors la ville; je vous ordonne de venir m'y
rejoindre.

«--Ah! j'entends, répondit le brigadier, en souriant avec mépris, monsieur
le commissaire a peur.»

La foule commençait à se reformer au bout de la rue.

Arrivé à vingt pas de celle-ci, le postillon prit le galop malgré les cris
de Lucien.

La boue et les tronçons de chou pleuvaient de tous côtés dans la calèche.
Malgré un brouhaha épouvantable, ces messieurs eurent le plaisir d'entendre
les plus sales injures.

En approchant de la porte, il fallut mettre les chevaux au trot à cause du
pont fort étroit. Il y avait là huit ou dix criards.

«--À l'eau, à l'eau! criaient-ils.

«--Ah! c'est le lieutenant Leuwen, dit un homme en capote verte déchirée;
apparemment un lancier congédié.

«--À l'eau Leuwen, à l'eau Leuwen!» se mit-on à crier à l'instant.

À vingt pas hors de la ville, tout était calme. Le brigadier arriva
bientôt.

«--Je vous félicite, messieurs, dit-il aux voyageurs, vous l'avez échappé
belle.»

Son air goguenard acheva de mettre Lucien hors de lui. Il lui ordonna
de lire son passeport, et ensuite:

«--Quelle peut être la cause de tout ceci? demanda-t-il.

«--Eh! monsieur, vous le savez vous-même et mieux que moi. Vous êtes le
commissaire de police qui vient pour les élections. Vos papiers imprimés
que vous aviez sur l'impériale de votre calèche, sont tombés en entrant
en ville, vis-à-vis du Café National où on les a lus; on vous a reconnu,
et, ma foi, il est bien heureux qu'ils n'aient pas eu des pierres.»

M. Coffe monta tranquillement sur le siège de devant de la calèche.

«--En effet, il n'y a plus rien, dit-il à Leuwen en inspectant
l'impériale.

«--Ce paquet était-il pour le Cher ou pour M. Mairobert?

«--Contre M. Mairobert. C'est le pamphlet de Torset.»

La figure du gendarme pendant ce court dialogue désolait Lucien. Il lui
donna vingt francs et le congédia.

Le brigadier fit mille remerciements.

«--Messieurs, ajouta-t-il, les Blaisois ont la tête chaude. Les messieurs
comme vous autres ne traversent la ville que de nuit.

«--F...-moi le camp, lui dit Lucien, et, s'adressant au postillon: Marche
au galop, toi!

«--N'ayez donc pas tant de peur, s'exclama celui-ci en ricanant. Il n'y a
personne sur la route.»

Au bout de cinq minutes de galop:

«--Hé bien, Coffe?

«--Hé bien, répondit Coffe froidement, le ministre vous donne le bras au
sortir de l'Opéra; les maîtres de requêtes, les préfets en congé, les
députés à entrepôts de tabac envient votre fortune. Ceci est la
contrepartie. C'est tout simple.

«--Votre sang-froid me ferait devenir fou. Ces indignités, ces propos
atroces, cette boue!

«--Cette boue, c'est pour nous la noble poussière du champ de bataille.
Cette huée publique vous comptera: ce sont les actions d'éclat dans la
carrière que vous avez prise, et où ma pauvreté et ma reconnaissance me
portent à vous suivre.

«--C'est-à-dire que si vous aviez 1.200 francs de rentes, vous ne seriez
pas ici.

«--Si j'avais 300 francs de rente seulement, je ne servirais pas le
ministère qui retient des milliers de pauvres diables dans les horribles
cachots de Mazas, de Saint-Michel et de Clairvaux.»

Un profond silence suivit cette réponse trop sincère, et ce silence dura
pendant trois lieues.

À quelque distance d'un village, dont on apercevait le clocher pointu
s'élever derrière une colline nue et sans arbres, Lucien fit arrêter:

«--Il y aura 20 francs pour vous, dit-il au postillon, si vous ne dites
rien de l'émeute.

«--À la bonne heure, 20 francs, c'est bon, je vous remercie. Mais, not'
maître, votre figure si pâle de la venette que vous venez d'avoir, mais
votre belle calèche anglaise couverte de boue, ça va sembler drôle, on
jasera. Ce ne sera pourtant pas moi qui aurai jasé.

«--Dites que vous avez versé, et aux gens de la poste qu'il y aura 20
francs pour eux s'ils attellent en trois minutes; puis se tournant vers
Coffe:

«--Et être obligés de nous cacher!

«--Voulez-vous être reconnu ou pas reconnu?

«--Je voudrais être à cent pieds sous terre, ou avoir votre impassibilité.

«--Que me conseillez-vous, Coffe? dit Lucien, les larmes aux yeux,
lorsqu'ils furent partis. Je veux envoyer ma démission et vous céder la
mission, ou, si cela vous déplaît, je manderai M. Desbacs. Moi,
j'attendrai huit jours et je reviendrai châtier l'insolent.

«--Je vous conseille de faire laver votre calèche à la première poste, de
continuer comme si de rien n'était, et de ne dire jamais mot de cette
aventure à qui que ce soit, car tout le monde rirait.

«--Quoi? vous voulez que je supporte toute ma vie cette idée d'avoir été
insulté impunément.

«--Si vous avez la peau si tendre au mépris, pourquoi quitter Paris?

«--Quel moment nous avons passé à la porte de cet hôtel! Toute ma vie, ce
quart d'heure sera à me brûler, comme de la braise sur ma poitrine.

«--Ce qui rendait l'aventure piquante, répliqua Coffe, c'est qu'il n'y
avait pas le moindre danger et que nous avions tout le loisir de goûter
le mépris. La rue était pleine de boue, mais parfaitement bien pavée; pas
une seule pierre de disponible. C'est la première fois que j'ai senti la
honte. Quand j'ai été arrêté pour Sainte-Pélagie, trois ou quatre
personnes seulement s'en sont aperçues comme je montais en fiacre, et
l'une d'elles a dit avec beaucoup de bonté et de pitié:

«--Le pauvre diable!»

Lucien ne répondait pas. Coffe continuait à penser tout haut avec une
cruelle franchise:

«--J'ai songé au mot célèbre. On avale le mépris, mais on ne le mâche pas.

«--Mon ami, dit Lucien tout à coup, je compte que vous ne rirez avec
personne de mes angoisses?

«--Vous m'avez tiré de Sainte-Pélagie où j'aurais dû faire mes cinq ans,
et il va plusieurs années que nous sommes liés.

«--Eh bien, mon cœur est faible; j'ai besoin de parler, et je parlerai si
vous me promettez une discrétion éternelle.

«--Je le promets.

«--Je déserterai là, sur la grande route. Je me fais conduire à Rochefort,
et de là il est facile de s'embarquer pour l'Amérique sous un nom supposé.
Au bout de deux ans, je puis revenir à Blois et souffleter le jeune homme
le plus marquant de la ville. J'ai mal conduit toute ma vie; je suis dans
un bourbier sans issue!

«--Soit, mais quelque raison que vous ayez, vous ne pouvez pas déserter
au milieu de la bataille, comme les Saxons à Leipzig. Cela n'est pas bien,
et vous créerait des remords par la suite, du moins je le crains. Fâchez
d'oublier et surtout pas un mot à M. de Riquebourg, le préfet du Cher.»

La nuit tomba tout à coup: l'obscurité devint profonde. Coffe voyait
Leuwen changer de position toutes les cinq minutes.

«--Il se tord comme saint Laurent sur le gril, pensait-il. Il est
fâcheux qu'il ne trouve pas de lui-même un remède à sa position.
Cependant, ajouta-t-il, après un quart d'heure de réflexions et de
déductions mathématiques, je lui dois de m'avoir tiré de cette chambre
de Sainte-Pélagie, grande à peu près comme cette calèche. Il est
malheureux par sa faute, malheureux avec de la santé, de l'argent et de
la jeunesse à revendre. Quel sot! et comme je le haïrais s'il ne m'avait
tiré de Sainte-Pélagie! À l'école, quel présomptueux et quel bavard!
Parler, parler, toujours parler. Mais cependant, il faut l'avouer, jamais
le moindre mot inconvenant, et cela fait un fameux point pour lui,
lorsqu'il me fit sortir de prison... oui, mais pour faire de moi un
apprenti bourreau. Le bourreau est plus estimable...; c'est par pur
enfantillage, par suite de leur sottise ordinaire, que les hommes l'ont
pris en grippe. Il remplit un devoir, un devoir nécessaire, indispensable.
Et nous! nous qui sommes sur la route de tous les honneurs que peut
distribuer la société, nous voilà en train de commettre une infamie, une
infamie _nuisible._ Le peuple qui se trompe si souvent, par hasard a eu
raison cette fois.»

À cet instant, Lucien soupira.

«--Le voilà qui souffre de son absurdité. Il prétend réunir les profits
du ministériel avec la sensibilité délicate de l'homme d'honneur. Quoi de
plus sot! Il connaît le mépris public, comme moi, aussi dans les premiers
jours de Sainte-Pélagie. Quand je pensais que les voisins de mon magasin
pouvaient me croire un banquier frauduleux!»

Le souvenir de cette si vive douleur fut assez puissant pour porter Coffe
à parler.

«--Nous ne serons pas en ville avant onze heures, voulez-vous débarquer
à l'auberge ou chez le préfet?

«--S'il est debout, voyons le préfet.»

Lucien avait la faiblesse dépenser tout haut devant son ami. Il avait
toute honte bue, puisqu'il avait pleuré. Il ajouta:

«--Je ne puis être plus contrarié que je ne le suis. Jetons la dernière
ancre de salut qui reste au misérable, faisons notre devoir.

«--Vous avez raison, dit froidement Coffe. Dans l'excès du malheur, et
surtout du pire des malheurs, celui qui a pour cause le mépris de
soi-même, faire son devoir et agir est en effet la seule ressource.
_Experto crede Roberto._ Je n'ai pas passé ma vie sur des roses, allez.
Si vous m'en croyez, vous secouerez les oreilles et tâcherez d'oublier
l'algarade de Blois. Vous êtes bien éloigné encore du comble des malheurs:
vous n'avez pas lieu de vous mépriser vous-même. Le juge le plus sévère
ne pourrait voir que de l'imprudence dans votre fait. Vous avez jugé de
la vie d'un _ministériel_ par ce qu'on en voit à Paris, où ils ont le
monopole de tous les agréments que peut donner la société. Ce n'est qu'en
province que le ministériel voit le mépris que lui accorde si
libéralement la grande majorité des Français. Vous n'avez pas la peau
assez dure pour ne pas sentir le mépris public. Mais on s'y accoutume.
On n'a qu'à mettre son orgueil ailleurs. Voyez M. de Talleyrand. On peut
même observer à l'égard de cet homme célèbre, que lorsque le mépris est
devenu lieu commun, il n'y a plus que les sots qui l'expriment; or, les
sots, parmi nous, gâtent jusqu'au mépris.

«--Voilà une drôle de consolation que vous me donnez là, dit Lucien assez
brusquement.

«--C'est, ce me semble, la seule dont vous soyez susceptible. Il faut
d'abord dire la vérité quand on entreprend la tâche ingrate de consoler
un homme de cœur. Je suis un chirurgien cruel en apparence, je sonde la
plaie jusqu'au fond, mais je puis guérir.

«Vous souvient-il que le cardinal de Retz, qui avait le cœur si haut,
l'homme de France auquel on a vu peut-être le plus de courage, ayant
donné d'impatience un coup de pied au cul à son écuyer qui faisait quelque
sottise pommée, fut accablé de coups de canne et rossé d'importance par
cet homme qui se trouva beaucoup plus fort que lui?

«Eh bien, cela est plus piquant que de recevoir de la boue d'une populace
qui vous croit l'auteur de l'abominable pamphlet que vous portez en
Normandie. À le bien prendre, c'est à l'insolence si provocante de ce fat
de Torset qu'on a jeté cette boue. Si vous aviez été Anglais, cet accident
vous eût trouvé presque insensible. Lord Wellington l'a éprouvé trois ou
quatre fois dans sa vie.»

Coffe prit la main de Lucien, et Lucien pleura pour la seconde fois.

«--Et ce soldat, ce lancier qui m'a reconnu, qui a crié: à bas Leuwen!

«--Ce soldat a appris au peuple de Blois le nom de l'auteur de l'infâme
pamphlet de Torset.

«--Mais comment sortir de la boue où je suis plongé, au moral comme au
physique? s'écria Lucien avec la dernière amertume. Encore enfant, j'ai
fait ce que j'ai pu pour être utile et estimable. J'ai travaillé dix
heures par jour, pendant trois ans. Le métier de soldat conduit maintenant
à une action comme celle de la rue Transnonain. Faut-il que le malheureux
officier qui attendait l'époque de la guerre dans un régiment donne sa
démission au milieu des balles d'une émeute?

«--Non, parbleu, et vous avez bien fait de quitter l'armée.

«--Me voici dans l'administration. Vous savez que je travaille en
conscience, de neuf heures du matin à quatre heures. J'expédie bien vingt
affaires, et souvent importantes. Si à dîner, je crains d'avoir oublié
quelque chose d'urgent, au lieu de rester auprès du feu, avec ma mère,
je reviens au bureau où je me fais maudire par le commis de garde qui ne
m'attendait pas à ce moment. Pour ne pas faire de la peine à mon père,
je me suis laissé entraîner dans cette exécrable mission. Me voilà obligé
de calomnier un honnête homme, comme M. Mairobert, avec tous les moyens
dont un gouvernement dispose; je suis couvert de boue et on me crie que
mon âme est sur ma figure. Que devenir? Manger le bien gagné par mon père,
ne rien faire, n'être bon à rien! Attendre ainsi la vieillesse et me
mépriser moi-même. Que faire? Quel état prendre?

«--Quand on a le malheur de vivre sons un gouvernement fripon, un malheur
plus grand, à mon sens, est de raisonner trop juste et de voir la vérité.
L'agriculture et le commerce sont les seuls métiers indépendants. À vivre
au milieu des champs, à cinquante lieues de Paris, parmi nos paysans qui
sont encore des bêtes brutes, j'ai préféré le commerce. Il est vrai qu'il
faut y supporter et partager certains usages sordides, établis par la
barbarie du XVIle siècle et soutenus aujourd'hui par les gens âgés, avares
et tristes, qui sont le fléau du commerce. Ces usages sont comme les
cruautés du moyen âge, qui n'étaient pas des cruautés de leur temps et
qui ne sont devenues telles que par les progrès de l'humanité. Mais
enfin, ces usages sordides, dût-on finir par les trouver naturels, valent
mieux que d'égorger des bourgeois tranquilles, rue Transnonain, ou, ce qui
est pis et plus bas encore, justifier de telles choses dans les pamphlets
que nous colportons.

«--Je devrai donc changer une troisième fois d'état!

«--Vous avez un mois pour songer à cela. Mais déserter au milieu du
combat, ou vous embarquer à Rochefort comme vous en aviez l'idée, vous
donnera aux yeux de la société une teinte de folie pusillanime dont vous
ne vous laverez jamais. Aurez-vous le caractère de mépriser le jugement
de la société au milieu de laquelle vous êtes né? Lord Byron n'a pas eu
cette force. Le cardinal de Retz lui-même ne l'a pas eue. Napoléon, qui se
croyait noble, a frémi devant l'opinion du faubourg Saint-Germain. Un faux
pas, dans la situation où vous vous trouvez, vous conduit au suicide.
Songez à ce que vous me disiez il y a un mois, de la haine adroite du
ministre, à la tête de quarante espions de bonne compagnie.»

Après avoir fait l'effort de parler aussi longtemps, Coffe se tut, et
quelques minutes après, on arriva à la ville, chef-lieu du département
du Cher. Le préfet, M. de Riquebourg, les reçut en bonnet de coton,
mangeant une omelette, seul dans son cabinet, sur une petite table
ronde. Il appela sa cuisinière Marion avec laquelle il discuta fort
posément sur ce qui restait dans le garde-manger, et sur ce qui pourrait
être le plus tôt prêt pour le souper de ces messieurs.

«--Ils ont dix-neuf lieues dans le ventre, dit-il à sa cuisinière, faisant
allusion à la distance parcourue par les voyageurs depuis leur dîner à
Blois.»

La cuisinière partie.

«--C'est moi, messieurs qui compte avec ma cuisinière; par ce moyen ma
femme n'a que l'embarras des bambins. Et puis, tout en laissant bavarder
cette fille, je sais tout ce qui se passe chez moi, car ma conversation,
messieurs, est toute dénoncée à la police et je suis environné d'ennemis.
Vous n'avez pas idée, messieurs, des frais que je fais. Par exemple, j'ai
un perruquier libéral pour moi, et le coiffeur des dames légitimistes
pour ma femme. Vous comprenez que je pourrais fort bien me faire la barbe.
J'ai deux petits procès que j'entretiens uniquement pour donner occasion
de venir à la préfecture au procureur, M. Clapier, l'un des libéraux les
plus malins du pays, et à M. Le Beau, l'avocat, personnage éloquent,
modéré, pieux comme les grands propriétaires qu'il sert. Ma place,
messieurs, ne tient qu'à un fil... Si je ne suis pas un peu protégé par
Son Excellence, je suis le plus malheureux des hommes. J'ai eu pour
ennemi, en première ligne, Mgr l'évêque; c'est le plus dangereux.--Il
n'est pas sans relations avec quelqu'un qui approche de bien près
l'oreille de S. M. la reine. De plus, les lettres de Monseigneur ne
passent point par la poste. La noblesse dédaigne de venir dans mon salon
et me harcèle avec son Henry V et son suffrage universel. J'ai enfin ces
malheureux républicains; ils ne sont qu'une poignée et font du bruit comme
mille. Le croiriez-vous, messieurs, les fils des familles les plus riches,
à mesure qu'ils arrivent à dix-huit ans, n'ont pas de honte d'être de ce
parti! Dernièrement, pour payer l'amende de 5.000 francs à laquelle j'ai
fait condamner le journal insolent qui semblait approuver le charivari
donné à notre digne substitut du procureur général, les jeunes gens nobles
ont donné 67 francs, et les jeunes gens riches, non nobles, 89 francs.
Cela n'est-il pas horrible? nous qui garantissons leurs propriétés
contre la République!

«--Et les ouvriers? demanda Coffe.

«--53 francs, monsieur: cela fait horreur, 53 francs, tout en sous. La
plus forte contribution parmi ces gens-là a été de six sous, et c'est le
cordonnier de mes filles qui a eu le front de donner ces six sous!

«--J'espère que vous ne l'employez plus», dit Coffe en fixant un œil
scrutateur sur le pauvre préfet.

Celui-ci eut l'air très embarrassé, car il n'osait mentir, redoutant la
contre-police de ces messieurs.

«--Je serai franc, dit-il enfin, la franchise est la base de mon
caractère. Barthélemy est le seul cordonnier pour femmes de la ville. Les
autres chaussent les femmes du peuple... et mes filles n'ont jamais voulu
consentir. Je lui ai fait cependant une bonne semonce.»

Excédé de tous ces détails, à minuit moins le quart, Lucien dit assez
brusquement à M. de Riquebourg:

«--Vous plairait-il, monsieur, de lire cette lettre de S. E. le ministre
de l'Intérieur?»

Le préfet la lut deux fois, très posément. Les deux jeunes gens se
regardaient.

«--C'est une grand diable de chose que ces élections, dit le préfet, et
qui depuis trois semaines m'empêche de dormir, moi qui, grâce à Dieu, en
temps ordinaire, n'entends pas tomber ma dernière pantoufle. Si, entraîné
par mon zèle pour le gouvernement du roi, je me laissais aller à quelque
mesure un peu trop acerbe envers mes administrés, je perdrais la paix
de l'âme. Ah! mes jeunes amis, conservez longtemps la paix de l'âme! Ne
vous permettez jamais en administration la moindre action, je ne dis pas
douteuse aux yeux de l'honneur, mais douteuse à vos propres yeux. Sans la
paix de l'âme, y a-t-il possibilité de bonheur?»

Le souper était servi.

«--Ah! misérable, pensait Lucien, es-tu fait pour me torturer! et quoique
mourant de faim, il éprouva une telle contraction de diaphragme qu'il
ne put avaler une seule bouchée.

«--Mangez donc, monsieur le commissaire, disait le préfet. Imitez
monsieur votre adjoint.

«--Secrétaire seulement, monsieur,» répliqua Coffe en continuant à manger
comme un loup.

Ce mot jeté avec force parut cruel à Lucien. Il ne put s'empêcher de
regarder son ami.

«--Vous ne voulez donc pas m'aider à porter l'infamie de ma mission?»
disait ce regard.

Coffe ne comprit rien. C'était un homme parfaitement raisonnable, mais
nullement délicat.

«--Mangez donc, monsieur le commissaire.»

Coffe qui comprit enfin que ce malheureux titre choquait Lucien, dit au
préfet:

«--Maître des requêtes, s'il vous plaît, monsieur.

«--Ah! maître des requêtes, fit le préfet étonné. Et c'est toute notre
ambition, à nous autres, pauvres préfets de province, après avoir fait
deux ou trois bonnes élections!

«--Est-ce naïveté sotte, est-ce un malin? se demandait Lucien peu disposé
à l'indulgence.

«--Mangez donc, monsieur le maître des requêtes. Si vous ne devez
m'accorder que trente-six heures, comme le dit le ministre dans sa lettre,
j'ai à vous dire bien des choses, à vous communiquer bien des détails, à
vous soumettre bien des mesures, avant après-demain, à midi, qui serait
l'heure où vous quitteriez l'hôtel de la Préfecture.

«Demain, j'ai le projet de vous prier de recevoir une cinquantaine de
personnes, une cinquantaine d'administrateurs douteux, ou timides, et
d'ennemis non déclarés ou timides aussi. Les sentiments de tous seront
stimulés, je n'en doute pas, par l'avantage de parler à un fonctionnaire
qui, lui-même, parle au ministre. D'ailleurs cette audience que vous leur
accorderez et dont toute la ville parlera, sera, pour eux, un engagement
solennel. Parler au ministre, c'est un grand avantage, une belle
prérogative, monsieur le maître des requêtes. Que peuvent nos froides
dépêches, nos dépêches qui, pour être claires, ont besoin d'être longues?
Que peuvent-elles auprès du compte rendu vif et intéressant d'un
administrateur qui peut dire: «_J'ai vu!_»

Ces propos duraient encore à une heure et demie du matin. Coffe, qui
mourait de sommeil, était allé s'informer des lits. Le préfet en profita
pour demander à Leuwen s'il pouvait parler devant le secrétaire.

«--Certainement, monsieur le préfet, M. Coffe travaille dans le bureau
particulier du ministre, et a, pour les élections, toute la confiance de
Son Excellence.»

Au retour de Coffe, M. de Riquebourg se crut obligé de reprendre toutes
les considérations qu'il avait déjà exposées à Lucien, en y ajoutant cette
fois les noms propres. Mais ces noms, tous également inconnus pour les
deux voyageurs, ne faisaient qu'embrouiller à leurs yeux le système
d'influence que M. le préfet se proposait d'exercer. Coffe, contrarié
de ne pouvoir dormir, voulut du moins travailler sérieusement, et, avec
l'autorisation de M. le maître des requêtes, comme il eut soin de
l'exprimer, il se mit à presser de questions M. de Riquebourg.

Ce bon préfet, si moral et si soigneux de ne pas se préparer des remords,
articula enfin que le département était fort mal disposé, parce que huit
pairs de France, dont deux étaient grands propriétaires, avaient fait
nommer un nombre considérable de petits fonctionnaires, et les couvraient
de leur protection.

«--Si vous étiez arrivés quinze jours plus tôt, nous eussions pu ménager
quelques destitutions salutaires.

«--Mais, monsieur, n'avez-vous pas écrit dans ce sens au ministre? Il y
est, je crois, question de la destitution d'une directrice de la poste
aux lettres?

«--Mme Durand, la belle-mère de M. Duchodeau? La pauvre femme! Elle pense
fort mal, il est vrai, mais cette destitution, si elle arrive à temps,
fera peur à deux ou trois fonctionnaires du canton de Pourville; l'un est
son gendre, et les autres ses cousins. Mais ce n'est pas là que sont mes
grands besoins: c'est à Mélan, où, comme je viens d'avoir l'honneur de
vous le montrer sur ma carte électorale, nous avons contre nous une
majorité de vingt-sept voix au moins.

«--Mais, monsieur, j'ai dans mon portefeuille les copies de vos lettres.
Si je ne me trompe, vous n'avez par parlé du canton de Mélan au ministre?
interrompit Lucien.

«--Eh, monsieur le maître des requêtes, comment voulez-vous que j'écrive
de telles choses? M. le comte d'Allevard, pair de France, ne voit-il pas
votre ministre tous les jours? Ses lettres à son homme d'affaires, le
bonhomme Ruffé, notaire, ne sont remplies que de choses qu'il a entendu
dire la veille ou l'avant-veille, par son S. Ex. M. le comte de Vaize,
quand il eut l'honneur de dîner avec Elle. Ces dîners sont fréquents, à
ce qu'il parait. On n'écrit pas de telles choses, monsieur. Je suis père
de famille. Demain, j'aurai l'honneur de vous présenter Mme de Riquebourg
et mes quatre filles. Il faut songer à établir tout cela. Mon fils est
sergent au 86e, depuis deux ans; il faut le faire nommer sous-lieutenant,
et je vous avouerai franchement, monsieur le maître des requêtes, et sous
le sceau de la confession, qu'un mot de M. d'Allevard peut me perdre, et
M. d'Allevard qui veut détourner un chemin public qui passe dans son parc,
protège tout le monde dans le canton de Mélan. Pour moi, monsieur le
maître des requêtes, la simple perspective de changer de préfecture,
serait un désastre. Les trois mariages que Mme de Riquebourg a ébauchés
pour ses filles ne seraient plus possibles.»

Ce ne fut que vers les deux heures du matin que les questions pressantes
de l'inflexible Coffe forcèrent le préfet à faire connaître une grande
manœuvre à laquelle, depuis le commencement de la soirée, il renvoyait
sans cesse.

«--C'est ma seule et unique ressource, messieurs, et si elle est connue,
si l'on peut seulement s'en douter douze heures avant l'élection, tout est
perdu. Car, messieurs, ce département est le plus mauvais de France.
Vingt-sept abonnements au _National_ et huit à la _Tribune!_ Mais à vous,
messieurs, qui avez l'oreille du ministre, je n'ai rien à cacher. Or donc,
il faut savoir que je ne lancerai ma manœuvre électorale, je ne mettrai le
feu à la mine que lorsque je verrai la nomination du président à demi
décidée; si cela éclatait trop tôt, deux heures suffiraient pour perdre
l'élection, comme aussi la position de votre très humble serviteur.

«Nous posons donc que nous portons pour candidat du gouvernement M.
Jean-Pierre Bouleau, maître de forges à Champagnié; que nous avons pour
rival, à chances probables et malheureusement plus que probables, M.
Malot, ex-chef de bataillon de l'ex-garde nationale de Champagnié. Je
dis _ex_, quoiqu'elle ne soit que suspendue, mais il fera beau jour quand
elle s'assemblera de nouveau. Donc, messieurs. M. Bouleau, ami du
gouvernement--car il a une peur du diable d'une réduction de droits sur
les fers étrangers--et M. Malot, ennemi du gouvernement, négociant
drapier et négociant en bois de construction et bois de chauffage. M.
Malot a de fortes rentrées à opérer à Nantes. Deux heures avant le
dépouillement du scrutin pour la nomination du président, un courrier de
commerce, réellement parti de Nantes, lui apporte la nouvelle alarmante
que deux négociants de là-bas que je connais bien et qui tiennent en leurs
mains une partie de sa fortune, sont sur le point de sauter, et aliènent
déjà leurs propriétés à leurs amis, moyennant des actes de vente
antidatés. Mon homme perd la tête et plante là toutes les élections du
monde...

«--Mais comment ferez-vous arriver un courrier réel de Nantes, précisément
à point?

«--Par l'excellent Chauveau, le secrétaire général de la préfecture à
Nantes, et mon ami intime. Il faut savoir que la ligne du télégraphe de
Nantes ne passe qu'à deux lieues d'ici, et Chauveau, qui sait que mon
élection ne commence que le 23, s'attend à un mot de moi, le 23 au soir,
ou le 24 au matin. Une fois que M. Malot aura la puce à l'oreille pour ses
affaires de Nantes, je me tiens en grand uniforme dans les environs de la
salle des Ursulines où se fait l'élection. Malot absent, je n'hésite pas
à adresser la parole aux électeurs paysans, et, ajouta M. de Riquebourg,
en baissant extrêmement la voix, si le président du collège électoral est
fonctionnaire public, même libéral, je lâche à mes électeurs en guêtres
des bulletins où j'ai flanqué en grosses lettres: _Jean-Pierre Bouleau,
maître de forges._ Je gagnerai bien dix voix de cette façon. Ces électeurs
sachant que Malot est sur le point de faire banqueroute...

«--Comment banqueroute? demanda Lucien en fronçant le sourcil.

«--Eh, monsieur le maître des requêtes, répondit M. de Riquebourg d'un
air encore plus bénin que de coutume, puis-je empêcher que les bavards de
la ville, exagérant tout comme de coutume, ne voient dans la faillite des
correspondants de Malot à Nantes la nécessité pour lui de suspendre ses
payements ici? Car avec quoi vivait-il jusqu'ici, ajouta le préfet
affermissant sa voix, si ce n'est avec l'argent qu'il tirait de Nantes
pour les bois qu'il y envoie?»

Coffe souriait et avait toutes les peines du monde à ne pas éclater.

«--Cette brèche faite au crédit de M. Malot ne pourrait-elle point, en
alarmant les personnes qui ont dos fonds chez lui, annuler une suspension
de payements véritable?

«--Eh! tant mieux, morbleu, dit le préfet s'oubliant tout à fait. Je ne
l'aurai plus sur les bras lors de la réélection pour la garde nationale,
si elle a lien.»

Coffe était aux anges.

«--Tant de succès, monsieur...

«--Eh, messieurs, la République coule à pleins bords. La digue contre ce
torrent qui emporterait nos têtes et nos maisons, c'est le roi, messieurs,
uniquement le roi. Il faut faire face au feu. Tant pis pour les maisons
qu'il faudra abattre afin de sauver les autres. Moi, messieurs, quand
l'intérêt du roi parle, ces choses-là me sont égales comme deux œufs.

«--Bravo! monsieur le préfet, mille fois bravo! _Sic itur ad astra_,
c'est-à-dire au Conseil d'État.

«--Je ne suis pas assez riche, monsieur. 12.000 francs et Paris me
ruineraient avec ma nombreuse famille! La préfecture de Bordeaux, celle
de Marseille, de Lyon, avec de bonnes dépenses secrètes: Lyon, par
exemple, doit être excellentissime. Mais revenons à notre sujet, il se
fait tard. Donc, je garantis dix voix, gagnées personnellement. Mon
terrible évêque a un petit grand vicaire, fin matois et grand amateur de
l'_espèce._ S'il convenait à Son Excellence de faire les frais, je
remettrais 25 louis à M. Crochard, le grand vicaire, pour faire des
aumônes à de pauvres prêtres. Vous me direz, monsieur, que donner de
l'argent au parti jésuitique, c'est porter des ressources à l'ennemi.
Mais ces 25 louis me donneront une dizaine de voix, dont M. Crochard
dispose, et plutôt douze que dix.

«--Le Crochard prendra votre argent et se moquera de vous, dit Lucien.

«--Oh! que non! On ne se moque pas d'un préfet, répondit M. de Riquebourg
en ricanant et choqué du mot. Nous avons certain dossier avec trois
lettres originales du sieur Crochard. Il s'agit d'une petite fille du
couvent de Saint-Denis-Sambucy. Je lui ai juré que j'avais brûlé ces
lettres, lors d'un petit service qu'il m'a rendu auprès de l'évêque, mais
le vieux Crochard n'en croit pas un mot.

«--Vous dites douze voix, ou au moins dix? demanda Leuwen.

«--Oui, monsieur, fit le préfet étonné.

«--Je vous donne ces 25 louis», et Lucien, s'approchant de la table,
écrivit un bon de cette somme pour le caissier du ministère.

La mâchoire inférieure de M. de Riquebourg s'abaissa lentement; sa
considération pour Leuwen ne connut plus de bornes.

«--Ma foi, monsieur, c'est y aller bon jeu bon argent. Encore autre
chose: M. Rouleau a un neveu, avocat à Paris, et homme de lettres, qui
a fait une pièce à l'Ambigu. Ce neveu, qui n'est point un sot, a reçu
mille écus de son oncle pour faire des démarches en faveur du maintien
du droit sur les fers. Il a écrit des articles de journaux à ce sujet.
Enfin, il m'arrive une lettre de Paris qui m'annonce que M. Bouleau neveu
sera nommé secrétaire général au ministère des Finances. Or, dix-sept
électeurs libéraux,--je suis sur du chiffre,--ont des intérêts directs au
ministère des Finances et Bouleau leur déclarera net que si l'on vote
contre lui, son neveu s'en _souviendra._ Maintenant, monsieur le maître
des requêtes, daignez jeter un coup d'œil sur le bordereau des votes:


Électeurs inscrits                613
Présents au collège, au plus      400
Constitutionnels dont je suis sûr 178
Votants pour M. Malot, que je
gagnerai personnellement           10
Votes jésuites dirigés en secret
par M. Crochard                    10
Total                             198


«Il me manque deux voix et la nomination de M. Bouleau neveu aux
finances me donne au moins six voix. Majorité, quatre voix. Ensuite,
monsieur, si vous m'autorisez, dans un cas extrême, à promettre quatre
destitutions, je pourrai promettre au ministre une majorité, non de
quatre misérables voix, mais de douze et peut-être de dix-huit voix.
Bouleau est un imbécile, qui, de la vie, n'a porté ombrage à personne.
Il me répète bien tous les jours que personnellement il a une douzaine de
voix, mais rien n'est moins clair. Tout cela coûte cher, monsieur, et je
ne puis pas, moi, père de famille, faire la guerre absolument à mes
dépens. Le ministre, par sa dépêche timbrée particulière, m'a ouvert un
crédit de 1.200 francs pour les élections. Sur ce crédit, j'ai déjà
dépensé 1.920 francs. Je pense que Son Excellence est trop juste pour me
laisser sur les bras ces 720 francs?

«--Si vous réussissez, il n'y a pas de doute, dit Lucien. En cas
contraire, je vous dirai, monsieur, que mes instructions ne parlent pas
de cet objet.»

M. de Riquebourg roulait dans ses mains le bon de 500 francs, signé
Leuwen. Tout à coup il s'aperçut que cette écriture était la même que
celle de la lettre timbrée particulière, dont il n'avait raconté qu'une
partie à ces messieurs, par discrétion. Dès ce moment, son respect pour
M. le maître des requêtes fut immense.

«--Il n'y a pas deux mois, ajouta M. de Riquebourg, tout rouge d'émotion
de parler à un favori du ministre, que Son Excellence a daigné m'écrire
une lettre de sa main sur la grande affaire N...

«--Le roi y attache la plus grande importance.»

Le préfet ouvrit le secret d'un grand bureau et en tira la lettre du
ministre qu'il lut tout haut et qu'il passa ensuite à ces messieurs.

«--C'est de la main de Cromier, dit Coffe.

«--Quoi ce n'est pas de Son Excellence? dit le préfet ébahi. Je ne connais
en écritures, messieurs!»

Et comme M. de Riquebourg ne songeait pas à sa voix, elle avait pris un
son aigre, et un ton moqueur, entre le reproche et la menace.

«--M. de Riquebourg est en effet connaisseur en écritures, dit Coffe, qui
n'avait plus envie de dormir et de temps en temps se versait de grands
verres de vin blanc de Saumur. Rien ne ressemble davantage à la main de
Son Excellence que celle du petit Cromier, surtout quand il cherche la
ressemblance.»

Le préfet fit quelques objections: il était humilié, car la pièce de
résistance de sa vanité comme de son espoir d'avancement, c'étaient les
lettres de la propre main du ministre.

À la fin il fut convaincu par Coffe, qui était sans pitié pour son
honorable amphitryon depuis qu'il pensait à la banqueroute possible de
M. Malot, le drapier marchand de bois. Le préfet en resta pétrifié.

«--Quatre heures sonnent, ajouta Coffe. Si nous prolongeons la séance,
nous ne pourrons pas être debout à neuf heures comme le veut M. le
préfet.»

M. de Riquebourg prit le mot _veut_ pour un reproche.

«--Messieurs, dit-il en se levant et en saluant jusqu'à terre, je ferai
convoquer pour neuf heures et demie les personnes que je vous prie
d'admettre à votre première audience, et j'entrerai moi-même dans vos
chambres à dix heures sonnantes. Jusqu'à ce que vous me voyiez, dormez
sur l'une ou l'autre oreille.»

Malgré leurs protestations, M. de Riquebourg voulut indiquer lui-même à
ces messieurs leurs deux chambres, communiquant par un petit salon. Il
poussa les attentions jusqu'à regarder sous les lits.

«--Cet homme n'est point un sot au fond, dit Coffe à Lucien lorsque le
préfet les eut quittés. Voyez!»

Et il indiquait une table sur laquelle un poulet froid, du rôti de lièvre,
du vin et des fruits étaient déposés avec propreté. Et il se mit à
resouper de fort bon appétit.

Les deux voyageurs ne se séparèrent qu'à cinq heures du matin. Lucien,
comme il convient à un bon employé, était tout occupé de l'élection de
M. Bouleau, et avant de se mettre au lit, relut le bordereau des votes
qu'il s'était fait remettre par le bon M. de Riquebourg.

À dix heures précises, celui-ci entra dans sa chambre, suivi de la fidèle
Marion qui portait un cabaret avec du café au lait. Marion était elle-même
suivie d'un petit jockey qui portait un autre cabaret avec du thé, du
beurre et une bouilloire.

«--L'eau est bien chaude..., on va vous faire du feu. Ne vous pressez
nullement...; prenez du thé ou du café. Le déjeuner à la fourchette est
indiqué à onze heures, et, à six heures, dîner de quarante personnes.
Votre arrivée fait le meilleur effet, le général est susceptible comme
un sot, l'évêque est furibond et fanatique...; si vous le jugez à propos,
ma voiture sera attelée à onze heures et demie et vous pourrez donner
dix minutes à chacun de ces fonctionnaires. Ne vous pressez pas. Les
quatorze personnes que j'ai réunies pour votre première audience,
n'attendent que depuis neuf heures et demie.

«--J'en suis désolé, dit Lucien.

«--Bah! bah! ce sont des gens à nous, des gens qui mangent du budget;
ils sont faits pour attendre.»

Lucien avait horreur de tout ce qui pouvait ressembler à un manque
d'égards. Il s'habilla en courant et fut recevoir les quatorze
fonctionnaires.

Il resta atterré devant leur pesanteur, leur bêtise, devant leur adoration
à son égard.

«--Je serais le prince royal qu'ils ne salueraient pas plus bas!»

Il fut bien étonné lorsque Coffe lui dit:

«--Vous les avez mécontentés... ils vous trouveront de la hauteur.

«--De la hauteur?

«--Sans doute. Vous avez eu des idées, ils ne vous ont pas compris. Vous
avez eu cent fois trop d'esprit pour ces animaux-là. _Vous tendez vos
filets trop haut._ Voici l'heure du déjeuner. Vous allons voir Mlles de
Riquebourg.

L'une de ces demoiselles était plus laide que ses sœurs, mais paraissait
moins fière des grandeurs de sa famille. Elle ressemblait un peu à
Théodelinde de Serpierre. Ce souvenir fut tout-puissant sur Lucien; dès
qu'il s'en fut aperçu, il parla avec intérêt à Mlle Augustine, et Mme de
Riquebourg vit sur-le-champ un brillant mariage pour sa fille.

Le préfet rappela au maître des requêtes les visites au général et à
l'évêque. Lorsque le déjeuner finit, à une heure, Lucien monta en voiture,
laissant derrière lui quatre ou cinq groupes d'amis plus ou moins sûrs du
gouvernement, parqués soigneusement dans différents bureaux de la
préfecture.

Coffe n'avait pas voulu suivre son ancien camarade: il comptait courir un
peu la ville et s'en faire une idée, mais il eut à recevoir la visite
officielle de M. le secrétaire général et de MM. les commis de la
préfecture.

«--Je vais aider au débit de l'orviétan,» se dit-il, et avec son
sang-froid inaltérable, il sut donnera ces messieurs une haute idée de
la mission qu'il remplissait.

Au bout de dix minutes, il les renvoya sèchement, et il s'échappait pour
voir la ville, quand le préfet, qui le guettait, l'empoigna au passage et
l'obligea d'écouler la lecture de toutes les lettres adressées par
lui au comte de Vaize au sujet des élections.

«--Ce sont des articles de journaux de troisième ordre, pensait Coffe
indigné. Ça ne serait pas payé plus de douze francs par le plus piètre
de nos journaux ministériels.»

Au moment où Coffe se ménageait un prétexte pour échapper au préfet,
Lucien entra, suivi du général comte de Beauvoir. C'était un homme de
haute taille, à figure blonde et grasse, d'une rare insignifiance, très
poli, très élégant, mais qui, à la lettre, ne comprenait pas un mot de
ce que l'on disait devant lui. Les élections semblaient lui avoir troublé
la cervelle. À tout propos il répétait: Cela regarde l'autorité
administrative. Coffe vit par ses discours qu'il en était encore à deviner
l'objet de la mission de Leuwen, et cependant celui-ci, la veille au soir
même, lui avait envoyé une lettre du ministre on ne peut plus explicite.

Les audiences de l'après-midi furent de plus en plus absurdes. Lucien
était mort de fatigue et n'avait pas une idée. Alors il fut parfaitement
convenable, et le préfet conçut une haute idée de son intelligence. Aussi
bien, dans les quatre ou cinq dernières audiences, qui furent
individuelles, accordées aux personnages importants, il fut parfait et de
la banalité la plus convenable. Le préfet lui présenta M. le grand-vicaire
Crochard. C'était un personnage maigre, à figure de pénitent, et à ses
discours Lucien le jugea fait à point pour recevoir vingt-cinq louis et
faire agir à sa guise une douzaine d'électeurs jésuites.

Tout alla bien jusqu'au dîner. À six heures le salon de la préfète
comptait quarante-trois personnages d'élite de la ville. La porte s'ouvrit
à deux battants, mais le préfet fut contrarié en voyant paraître Lucien
sans uniforme. Lui, le général, les colonels, étaient en grande tenue.
Excédé de fatigue et d'ennui, Lucien prit place à la droite de Mme de
Riquebourg, ce qui fit faire la mine au général comte de Beauvoir. Comme
on n'avait pas épargné les bûches du gouvernement, il faisait une chaleur
tellement épouvantable, qu'avant la fin du dîner--qui dura sept quarts
d'heure--Lucien craignit de faire une scène ou de se trouver mal.

Après dîner, il demanda la permission d'aller faire un tour dans les
jardins de la préfecture; il fut obligé de dire au préfet qui s'attachait
à lui et voulait le suivre:

«--Je vais donner mes instructions à M. Coffe, au sujet des lettres qu'il
doit me faire signer avant le départ de la poste.

«--Quelle journée!» se dirent les voyageurs.

Il fallut malheureusement rentrer, et avoir cinq ou six apartés dans les
embrasures des fenêtres du salon avec des hommes importants, amis du
gouvernement, qui tous lui parlèrent de la nullité désespérante de M.
Bouleau, lequel, durant tout le dîner, avait parlé des fers et de la
nécessité de prohiber les fers anglais, de façon à lasser la patience même
des fonctionnaires d'une ville de province. Plusieurs de ces messieurs
trouvaient absurde que la _Tribune_ en fût à son cent quatrième procès,
et que la prison préventive retînt tant de centaines de pauvres gens. Ce
fut à combattre cette hérésie dangereuse que Lucien consacra sa soirée.
Il cita, avec assez de brillant dans l'expression, les Grecs du bas empire
qui disputaient sur _la lumière incréée_, tandis que les Osmanlis
escaladaient les murs de Constantinople.

Voyant l'effet qu'avait produit ce trait d'érudition. Lucien déserta la
préfecture et fit un signe à Coffe. Il était dix heures du soir.

«--Voyons un peu la ville,» se disaient les pauvres jeunes gens.

Un quart d'heure après, ils cherchaient à démêler l'architecture d'une
église un peu gothique, lorsqu'ils furent rejoints par M. de Riquebourg.

«--Je vous cherchais, messieurs.»

La patience fut sur le point d'échapper à Lucien.

«--Mais, monsieur le préfet, le courrier ne part-il pas à minuit?

«--Entre minuit et une heure.

«--Eh bien, M. Coffe a une mémoire si étonnante que, tel que vous me
voyez, je lui dicte mes dépêches, il les retient à merveille et souvent
corrige les répétitions et autres petites fautes dans lesquelles je puis
tomber. J'ai tant d'affaires, vous ne connaissez que la moitié de mes
embarras!»

Par de tels propos, et d'autres plus ridicules encore, Lucien et Coffe
eurent toutes les peines du monde à renvoyer M. de Riquebourg à sa
préfecture.

Les deux amis rentrèrent à onze heures et firent une lettre de deux lignes
au ministre. Cette lettre, adressée à M. Leuwen père, fut jetée à la poste
par Coffe. Le préfet fut bien étonné lorsque à onze heures trois quarts
son huissier vint lui dire que M. le maître des requêtes n'avait pas remis
des lettres pour Paris. Cet étonnement redoubla quand la directrice des
postes ajouta qu'aucune dépêche adressée au ministre n'avait été apportée
à la poste: ces faits plongèrent M. le préfet dans les plus graves soucis.

Le lendemain, à sept heures, il fit demander une audience à Lucien pour
lui présenter le travail des destitutions. M. de Riquebourg en demandait
sept; Lucien eut toutes les peines du monde à réduire ses demandes à
quatre.

Pour la première fois, le préfet qui jusque-là avait été humble jusqu'à
la servilité, voulut prendre un ton ferme et parla de responsabilité. À
quoi Lucien répondit avec la dernière impertinence, et termina par refuser
le dîner que le préfet avait fait préparer pour deux heures: un dîner
d'amis intimes où il n'y avait que dix-sept personnes. Il alla faire une
visite à Mme de Riquebourg et partit à midi précis comme le portaient
les instructions qu'il s'était faites, et sans vouloir permettre au préfet
de rentrer en matière.

Heureusement pour les voyageurs, la route traversait une suite de collines
où ils firent deux lieues à pied, au grand scandale du postillon.

Cette effroyable activité de trente-six heures avait placé déjà bien loin
le souvenir des huées et de la boue de Blois. Ils firent un grand détour
pour aller voir les ruines de la célèbre abbaye de N... Ils les trouvèrent
admirables, et ne purent, en véritables élèves de l'École polytechnique,
résister à l'envie d'en mesurer quelques parties. Cette diversion délassa
beaucoup les voyageurs. Le vulgaire et le plat qui avaient encombré leur
cerveau furent emportés par les discussions sur la convenance de l'art
gothique avec la religion.

«--Rien n'est bête comme votre église de la Madeleine, dont les journaux
sont si fiers. Un temple grec respirant la gaieté et le bonheur, pour
abriter les mystères terribles de la religion des épouvantements.
Saint-Pierre de Rome lui-même n'est qu'une brillante absurdité; mais en
1500, lorsque Raphaël et Michel-Ange y travaillaient, Saint-Pierre n'était
pas absurde. La religion de Léon X était gaie; le pape plaçait par la main
de Raphaël, dans les ornements de sa galerie favorite, les amours du cygne
et de Léda, répétées vingt fois. Saint-Pierre est devenu absurde depuis
le jansénisme de Pascal, se reprochant le plaisir d'aimer sa sœur, et
depuis que les plaisanteries de Voltaire ont resserré si étroitement le
cercle des convenances religieuses comme nous disons dans le commerce.»

Le troisième jour, à midi, les voyageurs aperçurent à l'horizon les
clochers pointus de Caen, chef-lieu du département où l'on redoutait tant
l'élection de M. Mairobert.

La gaieté de Lucien tomba aussitôt; se tournant vers Coffe, avec un grand
soupir:

«--Je pense tout haut avec vous, mon cher Coffe. J'ai toute honte bue...,
vous m'avez vu pleurer... Quelle nouvelle infamie vais-je faire ici?

«--Effacez-vous; bornez-vous à seconder les mesures du préfet; travaillez
moins sérieusement à la chose.

«--Ce fut une faute d'aller loger à la préfecture, chez M. de Riquebourg.

«--Sans doute, mais cette faute part du sérieux avec lequel vous
travaillez, et de l'ardeur avec laquelle vous marchez au résultat.»

En approchant de Caen, les voyageurs remarquèrent beaucoup de gendarmes
sur la route, et certains bourgeois, marchant raide, en redingote et avec
de gros bâtons.

«--Si je ne me trompe, voici les assommeurs de la Bourse, dit Coffe.

«--.Mais a-t-on assommé à la Bourse? N'est-ce pas la _Tribune_ qui a
inventé cela?

«--Pour ma part, j'ai reçu cinq ou six coups de bâton, et la chose aurait
mal fini, si je ne me fusse trouvé un grand compas avec lequel je fis
mine d'éventrer ces messieurs. Leur digne chef, M. B..., était à dix pas
de là, à une fenêtre de l'entresol. Je me sauvai par la rue des Colonnes.»

En arrivant aux portes de la ville, on examina pendant dix minutes les
passeports des voyageurs, et comme Lucien se fâchait, un homme d'un
certain âge, grand et fort, et badinant avec un énorme bâton, l'envoya
faire f... en termes forts clairs.

«--Monsieur, je m'appelle Leuwen, maître des requêtes, et je vous regarde
comme un goujat. Donnez-moi votre nom, si vous l'osez.

«--Je m'appelle _Lustucru_, répondit l'homme au bâton en ricanant et en
tournant autour de la voiture. Donnez mon nom à votre procureur du roi,
monsieur l'homme brave. Si jamais nous nous rencontrons en Suisse,
ajouta-t-il à voix basse, vous aurez une paire de soufflets.

«--Espion déguisé! lui cria Lucien.

«--Ma foi, dit Coffe en riant presque, je serai ravi de vous voir bafoué
un peu, comme je le fus jadis place de la Bourse.

«--Au lieu d'un compas, j'ai des pistolets.

«--Vous pourrez tuer impunément ce gendarme déguisé. Il a l'ordre de ne
pas se fâcher, et peut-être à Montmirail ou à Waterloo, était-ce un
brave soldat. Aujourd'hui nous appartenons au même régiment; ne nous
lâchons pas, dit Coffe avec un rire amer.

«--Vous êtes cruel.

«--Je suis vrai quand on m'interroge; c'est à prendre ou à laisser.»

Les larmes en vinrent aux yeux de Lucien. En arrivant à l'auberge, il
prit la main de Coffe.

«--Je suis un enfant...

«--Non pas, vous êtes un heureux du siècle, comme disent les prédicateurs,
et vous n'avez jamais eu de besogne désagréable à faire.»

L'hôte mit beaucoup de mystère à les recevoir: il y avait des appartements
et il n'y en avait pas; il ne pouvait savoir...

Le fait est que l'hôte fit prévenir la préfecture. Les auberges, qui
redoutaient les vexations des gendarmes et des agents de police, avaient
reçu l'ordre de ne point fournir des appartements aux partisans de M.
Mairobert.

Le préfet, M. Crépu, donna l'autorisation de loger MM. Leuwen et Coffe.
À peine dans leurs chambres, un monsieur très jeune, fort bien mis, mais
évidemment, armé de pistolets, vint leur remettre, sans mot dire, deux
exemplaires d'un pamphlet in-18, couvert de papier rouge et fort mal
imprimé. C'était la collection de tous les articles ultra-libéraux que
M. Crépu de Séranville avait publiés dans le _National_, le _Globe_,
le _Courrier_, et autres journaux libéraux de 1829.

«--Ce n'est pas mal, dit Coffe; il écrit bien.

«--Quelle emphase! quelle plate imitation de M. de Chateaubriand! À tout
moment les mots sont détournés de leur sens naturel.»

Ils lurent interrompus par un agent de police qui vint, en souriant
platement, leur remettre deux autres pamphlets.

«--Voilà deux louis; c'est l'argent des contribuables, dit Coffe. Eh!
parbleu..., mais e'est notre pamphlet; c'est celui que nous avons perdu
à Blois, c'est du Torset tout pur.»

Et ils se remirent à lire les articles qui faisaient briller autrefois,
dans le _Globe_, le nom de M. Crépu de Séranville.

«--Allons voir ce renégat, proposa Leuwen.

«--Je ne suis pas d'accord avec vous. Il ne croyait pas plus en 1829 aux
doctrines libérales, qu'aujourd'hui à l'ordre public et à la stabilité.
Sous Napoléon, il se fût fait tuer pour être capitaine. Le seul avantage
de l'hypocrisie d'alors sur celle de maintenant, de 1809 sur 1834, c'est
que l'hypocrisie d'alors ne pouvait se passer de bravoure, dualité qui,
en temps de guerre, n'admet pas d'autres sentiments mesquins. Le malheur
de ces pauvres préfets, c'est que leur maître actuel n'exige d'eux que les
qualités d'un procureur de Basse-Normandie.»

Ce fut dans ces dispositions philosophiques, considérant les Français du
XIXe siècle sans haine ni amour, et uniquement comme des machines menées
par les possesseurs du budget, que Leuwen et Coffe entrèrent à la
préfecture de Caen.

Un valet de chambre, vêtu avec un soin rare en province, les introduisit
dans un salon élégant. Des portraits à l'huile de tous les membres de la
famille royale ornaient ce salon, qui n'eût pas été déplacé dans une des
maisons les plus luxueuses de Paris.

«--Ce renégat va nous faire attendre ici au moins dix minutes.

«--J'ai justement apporté le pamphlet composé de ses articles. S'il nous
fait attendre plus de cinq minutes, il me trouvera plongé dans la lecture
de ses ouvrages.»

Ces messieurs se chauffaient près de la cheminée, lorsque Lucien s'aperçut
que les cinq minutes d'attente étaient expirées; il s'établit dans un
fauteuil, tournant le dos à la porte, et continua la conversation, ayant
à la main le pamphlet in-18, couvert de papier rouge.

On entendit un bruit léger. Lucien devint attentif à sa lecture. Une porte
s'ouvrit, et Coffe, que la rencontre de ces deux fats amusait assez, vit
paraître un être maigre, petit, très mince, fort élégant. Il était, dès
le matin, en pantalon noir collant, avec des bas qui dessinaient la jambe
la plus grêle, peut-être, de son département. À la vue du pamphlet que
Lucien ne remit dans sa poche que quatre ou cinq mortelles minutes après
l'entrée de M. de Séranville, la figure de celui-ci prit une couleur de
rouge foncé. Coffe remarqua que les coins de sa bouche se contractaient.
Le ton de Leuwen était froid, simple, militaire, un peu goguenard.

«--C'est singulier, pensait Coffe, comme l'habit militaire a besoin de
peu de temps pour s'incruster dans le caractère du Français qui le porte.
Voilà un enfant qui n'a été militaire--et quel militaire!--que pendant
dix mois; et toute sa vie, sa jambe, ses bras trahiront le soldat. Il
n'est pas étonnant que les Gaulois aient été le peuple le plus brave de
l'antiquité. Le plaisir de porter un insigne militaire bouleverse ces
gens-là, mais leur inspire aussi, avec la dernière violence, deux ou
trois vertus auxquelles ils ne manquent jamais.»

Pendant ces réflexions philosophiques et peut-être légèrement curieuses,
car Coffe était pauvre et y pensait souvent, la conversation entre Lucien
et le préfet s'engageait sérieusement sur les élections.

Le petit préfet parlait lentement et avec une extrême affectation
d'élégance; mais il était évident qu'il se contenait.

«--Vous plairait-il, monsieur le préfet, de me confier le bordereau de
vos élections?»

M. de Séranville hésita évidemment et enfin avoua le savoir par cœur,
mais ne l'avoir pas écrit.

«--M. Coffe, mon adjoint dans ma mission,» présenta Lucien,--et il
insista sur les qualités de son camarade parce qu'il lui semblait que
le préfet n'accordait à celui-ci que peu de place dans son attention.--M.
Coffe aura peut-être un crayon et, si vous le permettez, notera les
chiffres que vous aurez la bonté de nous confier.»

L'ironie de ces derniers mots ne fut pas perdue pour M. de Séranville.
Sa mine fut réellement agitée pendant que Coffe, avec le sang-froid le
plus provocant dévissait l'écritoire du portefeuille en cuir de Russie
de M. le maître des requêtes.

«--À nous deux, nous mettrons ce petit homme sur le gril. L'amusant,
c'est de le retenir le plus longtemps possible dans cette agréable
position,» pensait Coffe.

L'arrangement de l'écritoire, ensuite de la table, prit bien une minute
et demie, durant laquelle Lucien fut de la froideur et du silence les
plus parfaits.

«--Le fat militaire l'emporte sur le fat civil,» se disait Coffe.

Quand il fut commodément installe pour écrire:

«--S'il vous convient de nous communiquer votre bordereau, nous pourrons
en prendre note.

«--Certainement, certainement, répondit le préfet:

Électeurs inscrits, 1.280.

Présents probablement, 900.

M. de Bourdoulier, candidat constitutionnel, 400.

M. Mairobert, 500.»

Et il n'ajouta aucun détail sur les nuances qui formaient ces chiffres
totaux de 400 et de 500. Lucien ne jugea pas convenable de demander autre
chose. Après quoi M. de Séranville s'excusa de ne les pouvoir loger à la
préfecture, à cause des ouvriers qui étaient en train de faire des
réparations et qui l'empêchaient d'offrir les pièces les plus
confortables. Il n'invita ces messieurs à dîner que pour le lendemain.

Les trois personnages se quittèrent avec une froideur qui ne pouvait être
plus grande sans être marquée.

«--Celui-ci est bien moins ennuyeux que le Riquebourg, dit gaiement
Lucien, une fois dans la rue.

«--Et vous avez été infiniment plus homme d'État, c'est-à-dire
parfaitement insignifiant.

«--M. de Séranville n'admet aucune comparaison avec ce bon bourgeois de
Riquebourg qui dissertait sur les comptes de sa cuisinière. Il est bien
plus commode, il n'est nullement ridicule, et beaucoup plus confit en
méfiance et méchanceté, comme dirait mon père.

«--Serait-ce un fanatique sombre qui aurait besoin d'agir, de comploter,
de faire sentir son pouvoir aux hommes? Il aura mis ce besoin de venin
au service de son ambition, comme jadis, il l'employait dans la critique
des ouvrages littéraires de ses rivaux.

«--Il a plutôt du sophiste qui aime à parler et à ergoter parce qu'il
s'imagine raisonner puissamment. Cet homme serait puissant dans un comité
de la Chambre des députés. Ce serait un Mirabeau pour notaires de
campagne.»

Tout en causant, les deux amis parcouraient gaiement la ville. Il était
évident que quelque chose d'extraordinaire agitait la démarche
ordinairement si lourde des bourgeois de province.

«--Ces gens-ci n'ont pas l'air apathique qui leur est habituel.

«--Vous verrez qu'au bout de trente on quarante ans d'élections, le
provincial sera moins bête.»

Il y avait à Caen une collection d'antiquités romaines, trouvées à
Lillebonne. Les voyageurs la visitèrent et perdirent un grand temps à
discuter avec le custode, sur l'antiquité d'une chimère tellement verdie
par le temps que la forme en était presque perdue. Le custode, d'après le
bibliothécaire de la ville, la faisait remonter à 2.700 ans, quand nos
voyageurs furent abordés par un monsieur qui leur dit très poliment:

«--Ces messieurs voudront-ils bien me pardonner si je leur adresse la
parole sans être connu? Je suis le valet de chambre du général Fari, qui
attend ces messieurs depuis une heure à leur auberge et qui les prie
d'agréer ses excuses s'il les fait avertir. Le général Fari m'a chargé
de dire à ces messieurs ces propres mots: _Le temps presse._

«--Nous vous suivons, dit Lucien. Voilà un valet de chambre qui me
plairait.

«--Reste à savoir si nous pourrons dire tel valet, tel maître. Dans le
fait, nous étions un peu enfants d'examiner des antiquités, tandis que
nous sommes chargés de construire le présent.»

Ils trouvèrent la porte de leur auberge suffisamment garnie de gendarmes,
et, dans leur salon, un homme de cinquante ans, à figure rouge, l'air un
peu paysan, mais des yeux animés et doux, et des manières qui ne
démentaient pas ce que promettait le regard. C'était le général Fari,
commandant la division. Sous les façons un peu communes d'un homme qui,
pendant cinq ans, avait été simple dragon, il était difficile d'avoir plus
de véritable politesse, et, à ce qu'il parut, d'entendre mieux les
affaires. Coffe fut étonné de le trouver absolument exempt de toute
fatuité militaire. Ses bras et ses jambes remuaient comme ceux d'un homme
d'esprit ordinaire. Son zèle pour faire élire M. de Bourdoulier et pour
éloigner M. Mairobert, n'avait aucune nuance de méchanceté ni même
d'animosité. Il parlait de M. Mairobert comme il aurait fait d'un général
prussien commandant la ville qu'il assiégeait. Il parlait avec beaucoup
d'égards de tout le monde, et même du préfet; toutefois il était évident
qu'il n'était pas infidèle à la règle qui fait du général l'ennemi naturel
et instinctif du préfet. À peine avait-il reçu la lettre du ministre, que
Leuwen lui avait envoyée en arrivant, qu'il l'avait cherché!

«--Mais vous étiez à la préfecture; messieurs, je vous l'avoue, je
tremble pour vos élections. Les cinq cents votants de M. Mairobert sont
énergiques, pleins de conviction, et peuvent faire des prosélytes. Nos
quatre cents votants sont silencieux, tristes et, je trancherai le mot
avec vous, messieurs, je les trouve honteux de leur rôle. Ce diable de M.
Mairobert est le plus honnête homme du monde, riche, obligeant. Il n'a
jamais été qu'une fois en colère dans sa vie, et encore poussé à bout
par le pamphlet noir.

«--Quel pamphlet? demanda Leuwen.

«--Quoi, messieurs, M. le préfet ne vous a point remis un pamphlet
couvert de papiers de deuil?

«--Vous m'en donnez la première nouvelle. Je vous serais vraiment obligé,
mon général, si vous pouviez me le procurer.

«--Le voici.

«--Comment? C'est le pamphlet du préfet? N'a-t-il pas reçu l'ordre par
télégraphe de n'en pas laisser sortir un seul exemplaire de son imprimerie?

«--M. de Séranville a pris sur lui de ne pas obéir à cet ordre. Ce
pamphlet est peut-être un peu dur; il circule depuis avant-hier, et
produit, je ne vous le dissimule point, messieurs, l'effet le plus
déplorable. Du moins telle est ma façon de voir les choses.»

Lucien qui n'avait vu que le manuscrit, dans le cabinet du ministre, le
parcourut rapidement. Et comme un manuscrit est toujours obscur, les
traits de sottise et même de calomnie contre M. Mairobert lui semblaient
cent fois plus forts.

«--Grand Dieu!» disait-il en lisant, et son accent était bien plus celui
de l'honnête homme froissé que du commissaire aux élections, choqué d'une
fausse manœuvre.

«--Et l'élection se fait après-demain, et comme M. Mairobert est
généralement estimé dans le pays, ceci décidera à agir les honnêtes gens
indolents et même les timides.

«--Je crains bien, dit le général, que ce pamphlet ne lui donne quarante
voix de cette espèce.

«--On accuse ici M. Mairobert de gagner ses procès en donnant à dîner aux
juges du tribunal de première instance.

«--C'est l'homme le plus généreux. Il a des procès, car enfin, nous
sommes en Normandie, ajouta le général en souriant, et il les gagne parce
que c'est un homme d'un caractère ferme, mais tout le département sait
qu'il n'y a pas deux ans, il a rendu comme aumône à une veuve la somme
qu'elle avait été condamnée à lui payer. M. Mairobert a plus de soixante
mille livres de rente, et chaque année presque il fait des héritages de
douze ou quinze mille livres de rente. Il a sept ou huit oncles tous
riches et non mariés. Il a peut-être quarante fermiers dans le pays,
auxquels il double les bénéfices qu'ils font. Le fermier prouve à M.
Mairobert que sa femme, ses enfants et lui ont gagné cinq cents francs
cette année. M. Mairobert lui remet une somme pareille remboursable
dans dix ans sans intérêts. Comme conseiller de préfecture provisoire,
il a mené la préfecture et a tout fait en 1814 pendant la présence des
étrangers. Il a tenu tête à un colonel insolent et l'a chassé de la
préfecture le pistolet à la main. Enfin, c'est un homme complet.»

Lucien parcourut encore quelques phrases du pamphlet.

«--Vous avez raison, mon général, nous sommes au commencement d'une
bataille qui peut devenir une déroute. Quoique M. Coffe et moi n'ayons
pas l'honneur d'être connus de vous, nous vous demandons une confiance
entière pendant les trois jours qui nous restent encore jusqu'au scrutin
définitif. Je puis disposer de cent mille écus, j'ai sept à huit places
à donner, et autant de destitutions à demander par télégraphe. Voilà
quelles sont mes instructions, que je ne confie qu'à vous.

«--Monsieur Leuwen, répondit le général Fari, je n'aurai pas de secrets
pour vous, comme vous n'en avez pas eu pour moi: _il est trop tard._ Si
vous étiez venu il y a deux mois, si M. le préfet avait écrit moins et
parlé davantage, peut-être eussions-nous pu gagner les gens timides.
Tout ce qui est riche ici n'apprécie pas convenablement le gouvernement
du roi, mais a une peur terrible de la république. Néron, Caligula, le
diable régneraient, qu'on les soutiendrait par peur de la république.
Nous sommes sûrs de 300 voix de gens riches; nous en aurions 350, mais
il faut calculer sur 300 jésuites et sur 15 ou 20 jeunes gens poitrinaires
ou réellement de bonne foi, qui voteront d'après les ordres de Mgr
l'évêque, lequel lui-même s'entend avec le comité de Henri V. Il y a dans
le département 33 ou 36 républicains décidés: s'il s'agissait de voler
entre la monarchie et la république, sur 900 voix, nous en aurions 860
contre 40. Mais on voudrait que la _Tribune_ n'en fût pas à son cent
quatrième procès et surtout que le gouvernement du roi n'humiliât pas la
nation à l'égard des étrangers. De là, 500 voix qu'espèrent les partisans
de M. Mairobert. Le préfet n'a aucune influence personnelle et manque de
rondeur apparente. Il parle trop bien, et il est incapable de séduire un
bas Normand au bout d'une demi-heure de conversation. Il est terrible,
même avec ses commissaires de police, qui sont pourtant à plat ventre
devant lui. Voyant qu'il manquait d'influence, M. de Séranville s'est
jeté dans le système des circulaires et des lettres menaçantes aux maires.
J'en connais plus de quarante parmi ceux-ci que ces menaces continuelles
ont fait _cabrer._ Il _ratera_ son élection et, ma foi, tant mieux; il
sera déplacé et nous en serons débarrassés.»

Le général, Lucien et Coffe raisonnèrent longtemps; on retournait les
chiffres de toutes les façons et malgré tout on arrivait toujours pour
M. Mairobert à 450 voix au moins. Une seule voix de plus donnait la
majorité dans un collège de 900 électeurs.

«--Mais l'évêque doit avoir un grand vicaire favori; si l'on donnait
10.000 francs à celui-ci...

«--Il a de l'aisance et veut devenir évêque. D'ailleurs, il ne serait
peut-être pas impossible qu'il fût honnête homme. Ça s'est vu.

«--Ma foi, comme il fait soleil, dit Lucien à Coffe, lorsque le général
fut parti, et comme il n'est qu'une heure et demie de l'après-midi, j'ai
envie de faire une dépêche télégraphique au ministre. Il vaut mieux qu'il
sache la vérité.

«--Ce n'est pas un moyen de faire votre cour; cette vérité est amère. Et
que pensera-t-on de vous à la cour si, après tout, M. Mairobert n'est pas
nommé?

«--Ma foi, c'est assez d'être un coquin au fond, je ne veux pas l'être
dans la forme. J'en agis avec M. de Vaize comme je voudrais qu'on en agît
avec moi.»

Il écrivit la dépêche, Coffe l'approuva en lui faisant ôter trois mots
qu'il remplaça par un seul. Lucien sortit seul pour aller à la préfecture,
et monta au bureau du télégraphe. Il pria le directeur de transmettre
sa dépêche sans délai, et comme celui-ci paraissait embarrassé et faisait
des phrases, Lucien qui regardait sa montre et craignait les brumes dans
une journée d'hiver, finit par lui parler fortement et clairement. Le
directeur lui insinua qu'il ferait bien d'aller voir le préfet.

M. de Séranville parut fort contrarié; il relut plusieurs fois les
pouvoirs de Leuwen, et, au total, imita son commis. Impatienté d'avoir
attendu trois quarts d'heure, Lucien dit enfin:

«--Veuillez, monsieur, me répondre clairement.

«--Monsieur, je tâche d'être toujours clair, répondit le préfet fort
piqué.

«--Vous convient-il, monsieur, de faire passer cette dépêche?

«--Il me semble, monsieur, que je pourrais voir cette dépêche.

«--Vous vous écartez de la clarté qu'après trois quarts d'heure perdus
vous m'aviez fait espérer. Je n'admets plus de périphrases. La journée
s'avance. De votre part, différer la réponse, c'est me la donner négative,
tout en n'osant pas dire non.

«--En n'osant pas! monsieur...

«--Voulez-vous, monsieur, ou ne voulez-vous pas faire passer ma dépêche?

«--Eh bien, monsieur, jusqu'à ce moment c'est moi qui suis le préfet de
Caen, et je vous réponds non.»

Ce «non» fut dit avec la rage d'un pédant outragé.

«--Je vais avoir l'honneur de vous faire ma question par écrit; j'espère
que vous oserez par écrit aussi me répondre. Après quoi j'enverrai un
courrier au ministre.

«--Un courrier, un courrier! Vous n'aurez ni chevaux, ni courrier, ni
passeport. Savez-vous qu'au sortir de la ville il y a ordre de rien
laisser passer sans passeport signé de moi, et encore avec un signe
particulier?

«--Eh bien, monsieur le préfet, dit Lucien en mettant un intervalle
fortement marqué entre chacun de ses mots, il n'y a plus de gouvernement
possible. J'ai des ordres pour le général, et je vais, du moment que vous
n'obéissez pas au ministre de l'Intérieur, lui demander de vous faire
arrêter.

«--Me faire arrêter, morbleu!»

Et le petit préfet s'élança sur Lucien qui prit une chaise et l'arrêta
à trois pas de distance.

«--Monsieur le préfet, avec ces façons-là, vous serez battu et puis
arrêté. Je ne sais pas si vous serez content.

«--Vous êtes un insolent et vous me rendrez raison!

«--Vous auriez besoin que je vous rendisse la raison. Pour le présent,
je me bornerai à vous dire que mon mépris pour vous est complet, mais
je ne vous accorderai l'honneur de tirer l'épée avec moi que le
lendemain de l'élection de M. Mairobert. Je vais faire part de mes
instructions au général.»

Ce mot parut mettre le préfet tout à fait hors de lui.

«--Si le général obéit, comme je n'en doute pas, aux ordres du ministre
de la Guerre, vous serez arrêté, et moi mis en possession du télégraphe.
Si le général ne pense pas devoir me prêter main-forte, je vous laisse,
monsieur, tout l'honneur de faire élire M. Mairobert et je pars pour
Paris, et passerai quand même les portes de la ville. À Paris, comme ici,
je serai toujours prêt à vous renouveler l'hommage de mon mépris pour
vos talents comme pour votre caractère. Adieu, monsieur.»

Comme Lucien s'en allait, on frappa violemment à la porte qu'il allait
ouvrir et dont M. de Séranville avait poussé le verrou aux premières
paroles un peu trop acerbes de leur conversation. Lucien ouvrit.

«--Dépêche télégraphique, dit le directeur du télégraphe.

«--Donnez, dit le préfet, avec la hauteur la plus dépourvue de politesse.»

Le malheureux directeur restait pétrifié. Il connaissait le préfet comme
un homme violent et n'oubliant jamais de se venger.

«--Donnez donc, morbleu!

«--La dépêche est pour M. Leuwen, dit le directeur d'une voix éteinte.

«--Eh bien, monsieur, vous êtes préfet, dit M. de Séranville avec un
rire amer et en montrant les dents. Je vous cède la place; et il sortit
en poussant la porte de façon à ébranler tout le cabinet.

«--Voulez-vous me communiquer cette terrible dépêche?

«--La voici, mais M. le préfet me dénoncera. Je vous en supplie, veuillez
me soutenir.»

Leuwen lut:


_M. Leuwen aura la direction supérieure des élections._

_Supprimer le pamphlet absolument._

_M. Leuwen répondra au moment même._


«--Voici ma réponse,» dit Lucien:


_Tout va au plus mal._

_M. Mairobert a dix voix de majorité au moins._

_Je me querelle avec le préfet._


«--Expédiez-moi ceci. Je vous le dis à regret, monsieur; les
circonstances sont graves. Je ne voudrais pas blesser votre délicatesse,
mais dans votre intérêt même, je vous avertis que, si cette dépêche ne
parvient pas ce soir à Paris, ou si âme qui vive en a connaissance ici,
je demande votre changement par le télégraphe de demain.

«--Ah! monsieur, mon zèle...

«--Je vous jugerai demain. Allez, monsieur, et ne perdez pas de temps.»

Lorsque le directeur du télégraphe fut sorti, Lucien regarda autour de
lui et, après une seconde, éclata de rire. Il se trouvait seul, à la table
du préfet: il y avait là son mouchoir, sa tabatière ouverte, ses papiers
étalés.

Il alla ouvrir la porte, appela un huissier qu'il fit rentrer, et se mit
à écrire sur la table du préfet, mais du côté opposé à la cheminée, pour
s'ôter autant que possible l'apparence de lire les papiers épars sur la
table. Il écrivit à M. de Séranville:

«Si vous m'en croyez, monsieur, jusqu'au lendemain des élections, nous
regarderons ce qui s'est passé depuis une heure comme non avenu. Pour ma
part, je ne ferai confidence de cette scène, désagréable à personne de la
ville. Dans deux heures, à sept heures du soir, j'envoie un courrier à
S. E. M. le ministre de l'Intérieur. J'ai l'honneur de vous demander un
passeport que je vous supplie de me faire parvenir avant six heures et
demie. Il serait convenable d'y apposer les signes nécessaires pour que
le commis ne soit pas retardé aux portes de Caen. Mon courrier, en sortant
de chez moi, passera à la préfecture pour prendre vos lettres en galopant
vers Paris.

«Je suis, monsieur..., etc.

L. Leuwen.»


Il appela l'huissier qui, debout près de la porte, était pâle comme un
mort, et il cacheta la lettre.

«--Remettez cela à M. le préfet.

«--Est-ce que M. de Séranville est encore préfet? demanda l'huissier.

«--Remettez ces lettres à M. le préfet; et Lucien quitta la préfecture
avec beaucoup de froideur et de dignité.

«--Ma foi, vous avez agi comme un enfant, dit Coffe, quand Leuwen lui
raconta la menace de faire arrêter M. de Séranville.

«--Je ne pense pas. D'abord je n'étais pas précisément en colère, j'ai
eu le temps de réfléchir un peu à ce que j'allais faire. S'il y a un
moyen au monde d'empêcher l'élection de M. Mairobert, c'est le départ
du préfet actuel, et son remplacement provisoire par un conseiller de
préfecture. Le ministre m'a dit qu'il donnerait 500.000 francs pour
n'avoir pas vis-à-vis de lui à la Chambre M. Mairobert. Pesez ces mots.
L'argent résume tout.»

Le général arriva sur ces entrefaites.

«--Je viens vous apporter mes rapports.

«--Général, lui dit Lucien, voulez-vous partager mon dîner d'auberge?
Comme j'envoie un courrier, je désirerais que vous corrigiez ce que je
vais dire sur l'état des esprits. Il vaut mieux, me semble-t-il, que
le ministre sache la vérité.

«--Nous avons encore le temps, avant votre courrier, répondit le général,
d'entendre deux commissaires de police et l'officier qui me seconde pour
les élections. Comme je puis me tromper, je ne voudrais pas que vous
vissiez les choses uniquement par mes yeux.»

À ce moment, on annonça M. le president Donis d'Angel.

«--Quel homme est-ce?

«--C'est un bavard insupportable, expliquant longuement ce dont on n'a
quoi faire, et sautant à pieds joints sur les choses difficiles.
D'ailleurs, nageant entre deux eaux, et entretenant des relations avec
les personnes qui dans le département nous sont hostiles. Il nous fera
perdre un temps précieux, et comme il faut vingt-sept heures à votre
courrier pour gagner Paris, il me semble que vous ne sauriez l'expédier
trop vite, si toutefois vous voulez en expédier un, ce que je suis loin
de vous conseiller. Ce que je vous conseille réellement, c'est de renvoyer
M. Donis d'Angel à ce soir à dix heures ou à demain matin.»

Ainsi fut fait. Malgré la sincérité et la probité des interlocuteurs, le
dîner fut triste, sérieux et court. Au dessert parurent deux commissaires
de police, et ensuite un petit lieutenant, nommé Milière, aussi madré que
les commissaires, et qui prétendait bien gagner la croix avec cette
élection.

Enfin, à sept heures et demie, le courrier partit pour Paris, portant à
M. le comte de Vaize le bordereau dos élections et trente pages de
détails explicatifs. Dans une dépêche à part, Lucien donnait au ministre
le narré exact de sa dispute avec le préfet; il rapportait le dialogue
avec la même exactitude que s'il avait été écrit par un sténographe. À
neuf heures, le général revint chez Lucien, lui apportant de nouveaux
rapports replis du canton de Risset. Il l'avertit aussi que, dès six
heures, le préfet avait fait partir pour Paris un courrier, avec une
avance sur le sien de une heure et demie, et que probablement ce dernier
ne désirait pas bien vivement attendre son camarade...

«--Vous conviendrait-il, général, de m'accompagner demain matin chez les
cinquante citoyens les plus recommandables de la ville? Cette démarche
peut être tournée en ridicule, mais si elle nous fait seulement gagner
deux voix, c'est un succès.

«--Ce serait avec beaucoup de plaisir que je vous accompagnerai partout,
monsieur, mais le préfet...»

Après avoir longuement discuté sur les moyens de ménager la vanité
maladive de ce fonctionnaire, il fut convenu que le général et Leuwen lui
écriraient chacun de leur côté. Le valet de chambre du général porta les
deux lettres à la préfecture; M. de Séranville le fit entrer et le
questionna beaucoup. Cette union de Leuwen et du général Fari le mettait
au désespoir. Il répondit par écrit, aux deux lettres, qu'il était
indisposé et au lit. Les visites du lendemain convenues, ou arrêta la
liste des visités; le petit lieutenant Milière fut appelé de nouveau et
passa dans une chambre voisine pour dicter à Coffe un mot sur chacun de
ces messieurs. Le général et Lucien se promenaient en silence, cherchant
quelque moyen de sortir d'embarras.

«--Le ministre ne peut plus vous être d'aucun secours. Il est trop tard...

«--Sans doute, mais à l'armée, vous avez souvent hasardé de faire charger
un régiment lorsque la bataille était perdue aux trois quarts. Nous sommes
dans le même cas; que pouvons-nous perdre? D'après les derniers rapports
du canton de Risset, il n'y a plus d'espoir...; une vingtaine de vos amis
voteront pour M. Mairobert uniquement pour se débarrasser de M. de
Séranville. Dans cet état désespéré, n'y aurait-il pas moyen de tenter une
démarche auprès du chef du parti légitimiste, M. de Cerna?»

Le général s'arrêta court au milieu du salon.

«--Je lui dirai ceci, continua Lucien: je fais nommer celui de vos
électeurs que vous me désignerez; je lui donne les trois cent quarante
voix du gouvernement. Pouvez-vous ou voulez-vous envoyer des courriers à
cent gentilshommes campagnards? Avec ces cent voix et les nôtres nous
excluons M. Mairobert de la Chambre. Que nous fait un légitimiste de plus?
D'abord, il est à parier mille contre un, que ce sera un imbécile ou un
ennuyeux que personne n'écoutera. Eût-il le talent de Berryer, ce
représentant ne représentera rien, si ce n'est lui-même, et un parti peu
dangereux, cent ou cent cinquante mille de Français riches, tout au plus.
Si j'ai bien compris le ministre, mieux vaut dix légitimistes à la Chambre
qu'un seul Mairobert, représentant de tous les petits propriétaires de la
basse Normandie.»

Le générai se promena longtemps sans rien répondre.

«--C'est une idée, mais elle est bien dangereuse pour vous. Le ministre
qui est à cent lieues du champ de bataille vous blâmera. Je ne vous
demande pas quels sont vos rapports avec M. le comte de Vaize, mais enfin
j'ai soixante et un ans, je pourrais être votre père... Permettez-moi
d'aller jusqu'au bout de ma pensée: Fussiez-vous le fils du ministre, ce
parti extrême que vous proposez serait dangereux pour vous. Quant à moi,
monsieur, ceci n'étant pas une action de guerre, mon rôle est de rester
en deuxième et même troisième ligne. Comme je ne suis pas fils de
ministre, ajouta-t-il en souriant, vous m'obligeriez infiniment en évitant
de dire que vous m'avez fait part de ce projet d'union avec les
légitimistes. Si cette élection tourne mal, il y aura quelqu'un de
sévèrement blâmé, je désire donc rester dans la demi-teinte.

«--Je vous donne ma parole d'honneur que personne ne saura jamais que je
vous ai parlé de cette idée. J'aurai l'honneur de vous remettre, avant
votre sortie, une lettre qui le prouve. Quant à l'intérêt que vous
daignez prendre à ma jeunesse, mes remerciements sont sincères comme
votre bienveillance, mais je vous avouerai que je ne cherche que le
succès de l'élection. Toutes les considérations personnelles sont
secondaires pour moi. Je désirais ne pas employer le moyen des
destitutions--un moyen infâme.--Malheureusement, il n'y a pas dix heures
que je suis à Caen, je n'y connais personne absolument et le préfet me
traite en rival. Si M. de Vaize veut être juste, il considérera tout
cela. Mais je ne me pardonnerais jamais de faire de mes craintes un moyen
de ne pas agir. Ce serait à mes yeux la pire des platitudes. Ceci bien
posé, voulez-vous, mon général, me donner des avis, vous qui connaissez
le pays? Ou me forcerez-vous à me livrer uniquement à ces deux
commissaires de police, sans doute disposés à me vendre au parti
légitimiste, tout comme au parti républicain?

«--Je ne vous dis ni oui, ni non, attendu que ce n'est pas là une action
de guerre ou de rébellion. Je ne puis avoir d'opinion sur la mesure que
vous prenez; mais si pour son exécution--dont à vous seul incombe la
responsabilité--vous me faites des questions, je suis prêt à vous
répondre.

«--Mon général, je vais écrire le dialogue que nous venons d'avoir
ensemble, je le signerai et vous le remettrai.

«--Nous en ferons deux copies, comme pour une capitulation.

«--Convenu. Quels sont donc les moyens d'exécution? Comment puis-je
parvenir à M. de Cerna sans l'effrayer?»

Le général Fari réfléchit quelques minutes.

«--Vous ferez appeler le président Donis d'Angel, ce bavard impitoyable
qui ferait pendre son père pour avoir lu Courier. D'ailleurs vous n'aurez
pas à le faire appeler; il viendra lui-même ici. Je vous conseillerai de
lui faire lire nos instructions, de lui faire remarquer que le ministre
a une telle confiance en vous qu'il nous a chargé de rédiger vous-même
vos instructions. Une fois que Donis d'Angel, qui n'est pas mal méfiant,
vous croira bien avec le ministre, il n'aura rien à vous refuser. Il l'a
bien montré dans le dernier procès de délit de presse, où il a fait preuve
d'une si insigne mauvaise foi, qu'il s'est fait huer par les petits
garçons de la ville. Au reste, vous avez peu de chose à lui demander:
uniquement de nous mettre en rapport avec M. Donis Disjonval, son oncle,
vieillard calme, discret et point trop imbécile pour son âge. Si le
président parle comme il faut à son oncle Disjonval, celui-ci vous fera
obtenir une audience de M. de Cerna. Mais où et comment? je n'en sais
rien. Prenez garde aux pièges. D'autrepart, M. de Cerna voudra-t-il vous
voir? C'est ce que je ne puis non plus vous dire.

«--Le parti légitimiste n'a-t-il pas un sous-chef?

«--Sans doute, le marquis de Bron, mais qui se garderait bien de faire la
moindre chose sans l'autorisation de M. de Cerna. Vous trouverez en
celui-ci un petit blond sans barbe, de soixante-sept à soixante-huit
ans, et qui, à tort ou à raison, passe pour l'homme le plus fin de toute
la Normandie. En 1792, ce fut un patriote furibond, aujourd'hui c'est un
renégat: la pire espèce de coquins. En un mot, c'est Machiavel en
personne. Un jour, ne m'a-t-il point proposé de me faire décorer? Il
prétendait que par la reine il m'obtiendrait le cordon de grand officier
de la Légion d'honneur.

«--Je serai avec lui d'une extrême franchise.

«--Mais le préfet, comment vous arrangerez-vous avec lui? Comment
donnerez-vous les trois cent vingt voix du gouvernement à M. de Cerna?

«--Je demanderai un ordre par le télégraphe et je persuaderai M. de
Séranville, et si je n'obtiens ni l'un ni l'autre, je pars pour Paris.»

Pour la seconde fois, il se fit répéter tous les détails. En dix heures
de temps, il avait vu passer devant lui deux ou trois cents noms propres,
il avait assuré de son mépris un homme qu'il n'avait jamais vu, et il
faisait maintenant son contident intime d'un autre homme inconnu la
veille.

Le président Donis se fit annoncer. C'était un monsieur maigre, avec une
tête à traits carrés, de beaux yeux noirs et des cheveux blancs assez
rares, et d'énormes boucles d'or à ses souliers. Il n'eût pas été mal,
mais il souriait constamment, et avec un air qui jouait la franchise.
C'est la plus impatientante des espèces de fausseté.

«--Monsieur le président, dit Lucien, je désire d'abord vous donner
connaissance de mes instructions.»

Il lui parla ensuite de sa façon d'être avec M. le comte de Vaize, des
millions de son père, et puis, d'après les conseils du général, le laissa
causer seul pendant trois grands quarts d'heure.

Lorsque le président fut tout fait las et qu'il insinua de cinq ou six
façons différentes ses droits évidents à la croix, Lucien prit la parole
à son tour.

«--Le ministre sait tout. Vos droits sont connus. J'ai besoin que vous me
présentiez demain à monsieur votre oncle Donis Disjonval, lequel,
lui-même, me procurera une entrevue avec M. de Cerna.»

À cette étrange proposition, le président pâlit.

«--Du reste, ajouta Lucien, j'ai l'ordre d'indemniser largement les amis
du gouvernement des frais que je puis leur occasionner. Mais le temps
presse. Je donnerai cent louis pour voir M. de Cerna le plus tôt.

«--En prodiguant l'argent, pensait Leuwen, je donnerai une haute idée à
cet homme du degré de confiance que S. Exe. M. le ministre daigne
m'accorder.»

Nous épargnons au lecteur les finasseries d'un juge de province qui veut
avoir la croix; chez Lucien, le dégoût moral alla presque au mal de cœur
physique.

«--Malheureuse France! Je ne croyais pas que les juges en fussent là.
Quel excès de coquinerie!»

Une idée l'illumina tout à coup.

«--Dernièrement, dit-il, votre cour a fait gagner tous leurs procès aux
_anarchistes...._

«--Hélas! je le sais bien, interrompit le président, presque les larmes
aux yeux et du ton le plus piteux. S. Exe. M. le ministre de la Justice
m'a écrit pour me le reprocher.»

Il raconta ensuite avec des détails interminables et dont aucun n'avait
l'air sincère, tous les moyens pris par lui pour faire perdre leurs procès
aux anarchistes. Il se plaignit du jury qui, selon lui, était une
institution détestable dont il était urgent de se débarrasser au plus
vite.

«--C'est la faction des timides, monsieur le maître des requêtes, qui
perdra le gouvernement et la France. Le conseiller Ducros, auquel je
reprochai son vote en faveur d'un cousin de M. Lefèvre, le journaliste
et anarchiste libéral de Honfleur, n'a-t-il pas eu le front de me
répondre:

«Monsieur le président, j'ai été substitut sous le Directoire, auquel
j'ai prêté serment; juge de première instance sous Bonaparte, auquel
j'ai prêté serment; président de tribunal sous Louis XVIII en 1814,
confirmé par Napoléon dans les Cent-Jours; appelé à un siège plus
avantageux par Louis XVIII revenant de Gand, nommé conseiller par Charles
X, et je prétends mourir conseiller. Or, si la République vient, cette
fois-ci nous ne resterons plus inamovibles. Qui se vengeront les premiers,
si ce n'est les journalistes? Voyez ce qui est arrivé aux pairs qui ont
condamné le maréchal Ney. En un mot, j'ai cinquante-cinq ans; donnez-moi
l'assurance que vous durerez dix ans, et je vote avec vous.» Quelle
horreur, monsieur, quel égoïsme! Et cet infâme raisonnement, je le lis
dans tous les yeux.»

Quand Lucien fut remis de l'émotion causée par ces confidences, il dit
de l'air le plus froid qu'il put prendre:

«--Monsieur, la conduite équivoque de la cour de Caen--j'emploie les
termes les plus modérés--sera compensée par celle du président Donis,
s'il me procure l'entrevue que je sollicite avec M. de Cerna, et si cette
demande _reste ensevelie dans l'ombre du plus profond mystère._

«--Il est onze heures et un quart. Il n'est pas impossible que le whist
de mon oncle, le respectable Donis Disjonval, se soit prolongé jusqu'à ce
moment. J'ai ma voiture en bas, voulez-vous hasarder, monsieur, une course
qui peut être inutile? D'ailleurs les espions du parti anarchiste ne
pourront nous voir; marcher de nuit est toujours préférable.»

Lucien suivit le président, qui parlait toujours et revenait sur le
danger de prodiguer la croix; selon lui, le gouvernement pouvait tout
faire avec des croix.

«--Malgré l'heure indue, je remarque beaucoup de monde.

«--Ce sont ces malheureuses élections. Vous n'avez pas idée, monsieur,
du mal qu'elles font. Il faudrait que la Chambre ne fût élue que tous les
dix ans; ce serait plus constitutionnel.»

Le président se jeta tout à coup à la portière en disant tout bas à son
cocher d'arrêter.

«--Voilà mon oncle devant nous.»

Lucien aperçut un vieux domestique qui allait au petit pas, portant une
chandelle allumée dans une lanterne ronde en fer-blanc, garnie de deux
vitres d'un pied de diamètre. M. Donis Disjonval le suivait d'un pas
assez ferme.

«--Il rentre chez lui, dit le président. Il n'aime pas que j'aie une
voiture; laissons-le filer, puis nous descendrons.»

C'est ce qui fut fait, mais il fallut frapper longtemps à la porte de
l'allée. Les visiteurs furent reconnus à travers une petite fenêtre
grillée, pratiquée dans la porte, et admis enfin en présence du vieux
M. Disjonval.

«--Le service du roi m'appelle auprès de vous, mon respectable oncle, et
le service du roi ne connaît pas d'heure indue. Permettez que je vous
présente M. le maître des requêtes Leuwen.»

Les yeux bleus du vieillard peignaient l'étonnement et presque la
stupidité. Après cinq à six minutes, il engagea ces messieurs à s'asseoir,
et ne parut comprendre de quoi il s'agissait qu'après un gros quart
d'heure.

«--Le président prononce toujours le roi, tout court, pensait Lucien, et
je parierais cent contre un que ce bon vieillard entend le roi Charles X.»

M. Donis Disjonval dit enfin, après s'être fait répéter une seconde fois
tout ce que son neveu lui expliquait depuis vingt minutes:

«--Demain, je vais entendre la messe à Sainte-Gudule; à huit heures et
demie, en sortant après mon action de grâces, je passerai par la rue des
Carmes et monterai chez le respectable M. de Cerna. Je ne puis vous dire
sûrement si ses occupations si nombreuses et si importantes, aussi ses
devoirs de piété, lui permettront de me donner audience comme il le
faisait il y a vingt ans, avant d'avoir tant d'affaires sur les bras. Nous
étions plus jeunes alors, tout allait plus vite, les élections n'étaient
pas connues. La ville ce soir a l'air en émeute comme en 1789.»

Lucien remarqua que le président n'était pas bavard en présence de son
oncle; il maniait même avec assez d'adresse l'esprit du vieillard qui, sa
petite tête coiffée d'un énorme bonnet, paraissait bien avoir soixante-dix
ans.

«--Demain, aussitôt que j'aurai vu mon oncle, sur les huit heures et
demie, dit le président à Lucien lorsqu'ils furent sortis, j'aurai
l'honneur de me rendre chez vous. Mais peut-être vaudrait-il mieux,
comme vous n'êtes pas connu, que vous eussiez la bonté de venir vous-même,
à neuf heures un quart, chez mon cousin Maillet, 9, rue des Clercs.»

Le lendemain, à l'heure convenue, Lucien laissa le général dans sa
voiture, sur le cours Napoléon, et courut chez M. Maillet. Le président
y arrivait de son côté.

«--Bonnes nouvelles! M. de Cerna accorde l'entrevue à l'instant même, ou
bien ce soir à cinq heures.

«--J'aime mieux tout de suite.

«--M. de Cerna prend son chocolat chez Mme Blachet, rue des Carmes, n° 7.
Cette rue est très solitaire. Toutefois, si vous m'en croyez, je n'aurai
pas l'honneur de vous accompagner. M. de Cerna est grand partisan du
mystère et n'aime pas ce qu'il appelle la publicité inutile.

«--Je vais le chercher seul.

«--Rue des Carmes, n° 7, au second, sur le derrière. Il faudra frapper
à la porte deux coups avec le dos du doigt, et puis cinq. Vous comprenez,
Henri V est le second de nos rois, Charles X le premier.»

Lucien, absorbé par le sentiment du devoir, était comme un général qui
commande en chef et s'aperçoit qu'il va perdre la bataille. Tous les
détails que nous avons rapportés l'amusaient, mais il cherchait à n'y
pas penser, de peur d'être distrait. Il y avait sans doute une personne
aux écoutes derrière la porte de Mme Blachet, car à peine eut-il frappé
les deux, puis les cinq coups, qu'il entendit parler à voix basse.

Après un certain temps, on lui ouvrit et on l'introduisit dans une pièce
obscure, dont la boiserie était peinte en blanc et les carreaux de vitre
enfumés. Un véritable bureau de prison gardé par un homme qui avait une
figure jaune, des traits effacés et l'air malade. C'était M. de Cerna.
Il montra de la main une chaise à grand dossier en noyer. Sur la
cheminée, au lieu de glace il y avait un grand crucifix noir.

«--Que réclamez-vous de mon ministère, monsieur?

«--Louis-Philippe, le roi mon maître, m'envoie à Caen pour empêcher
l'élection de M. Mairobert. Elle est probable, toutefois, car il dispose
sur 900 voix, de 410. Le roi, mon maître, ne dispose que de 310 voix.
S'il vous convient, monsieur, de faire élire un de vos amis, à l'exclusion
de M. Mairobert, je vous offre ces 310 voix. Joignez-y les 100 voix de vos
gentilshommes de campagne, et vous aurez à la Chambre un homme de votre
couleur. Je ne vous demande qu'une chose: c'est qu'il soit électeur et du
pays.

«--Ah! vous avez peur de M. Berryer?

«--Je n'ai peur de personne.

«--Oserais-je vous demander vos lettres de créance?

«--Les voici, dit Lucien, qui n'hésita pas à mettre dans la main de M.
de Cerna la lettre du ministre de l'intérieur à M. le préfet.

«--Vos pouvoirs sont très grands, monsieur, dit M. de Cerna après avoir
lu; ils sont faits pour donner une haute idée des missions, dont, si
jeune encore, vous êtes chargé. Oserais-je vous demander si vous étiez
déjà au service sous nos rois légitimes, avant la fatale...

«--Permettez-moi, monsieur, de vous interrompre. Je respecte toutes les
opinions professées par un galant homme, et c'est à ce titre que je me
sentirai disposé à honorer les vôtres.»

Après cinquante minutes de discussion, M. de Cerna prit un air hautain
et impertinent.

«--Il est trop tard, dit-il; mais au lieu de rompre la conférence, il
chercha à convertir Lucien. Notre héros était sur la défensive et tâchait
d'amener l'idée d'argent. Il ne se défendit pas avec trop d'obstination.
Dans le cours de la conversation, il parla des millions de son père et
remarqua que c'était la seule chose qui fit impression sur M. de Cerna.

«--Vous ôtes jeune, mon fils; permettez-moi ce nom qui comporte
l'expression de mon estime. Songez à votre avenir. Je crois bien que vous
n'avez pas vingt-cinq ans encore.

«--J'en ai vingt-six passés.

«--Eh bien, mon fils, sans vouloir le moins du monde médire de la
bannière sous laquelle vous combattez, et en me réduisant à ce qui est
strictement nécessaire pour l'expression de ma pensée--d'ailleurs
pleine de bienveillance pour vos intérêts dans ce monde et dans
l'autre--croyez-vous une cette bannière flottera encore la même dans
quatorze ans d'ici, quand vous serez parvenu à quarante ans, à cet âge
de maturité qu'un homme sage doit toujours avoir devant les yeux, comme
le point décisif de la carrière? Si vous daignez revenir voir un pauvre
vieillard, ma porte vous sera toujours ouverte. Je quitterai tout pour
ramener au bercail un homme de votre importance dans le monde, et qui,
si jeune, développe une telle maturité de pensée. Car moins je partage
vos illusions sur le compte d'un roi élevé par la révolte, plus j'ai été
bien placé pour juger du talent que vous avez déployé pour amener une
conclusion.»

Lucien alla rendre compte de tout au général Fari, cloué à son hôtel par
les rapports qu'il recevait de tous côtés. De là, il monta au bureau du
télégraphe et expédia la dépêche suivante:

«La nomination de M. Mairobert est regardée comme certaine. Voulez-vous
dépenser cent mille francs et avoir un légitimiste au lieu de M.
Mairobert? En ce cas, adressez une dépêche au receveur.»

À cinq heures, il était mort de fatigue; il n'avait, pas pris un seul
instant de repos. Cette journée pouvait bien compter comme la plus active
de sa vie. Il lui restait encore la corvée de dîner à la préfecture; le
petit lieutenant l'avait averti que les deux meilleurs espions du préfet
étaient à ses trousses.

«--Ce petit ergoteur de Séranville doit être bouffi de rage contre vous,
disait Coffe à Lucien, comme ils s'en allaient chez le préfet. Car enfin
vous faites son métier depuis deux jours, tandis que lui écrit des
centaines de lettres et en réalité ne fait rien. J'en conclus qu'à Paris
il sera loué et vous blâmé, mais quoi qu'il vous fasse ce soir, ne vous
mettez pas en colère. Si nous étions au moyen âge, je craindrais pour vous
le poison. Je vois dans ce petit sophiste la rage de l'auteur sifflé.»

La voiture s'arrêta à la porte de l'hôtel de la préfecture. Il y avait
huit ou dix gendarmes stationnés sur le premier et sur le second repos de
l'escalier. Ils se levèrent quand Lucien passa. Le préfet était fort
pâle, et reçut ces messieurs avec une politesse contrainte et qui ne fut
pas assouplie par l'accueil empressé que chacun fit à Lucien. Le dîner se
passa tristement; tout le monde prévoyait la défaite du lendemain. Chacun
se disait: le préfet sera destitué ou envoyé ailleurs, et je dirai que
c'est lui qui a fait tout le mal. Ce jeune blanc-bec, comme fils du
banquier du ministre, est déjà maître des requêtes; ce pourrait bien être
le successeur en herbe.»

Lucien mangeait comme un loup et était fort gai. Vers le milieu du second
service, Coffe, à qui rien n'échappait, remarqua que le préfet s'épongeait
le front à chaque instant. Tout à coup on entendit un grand bruit: c'était
un courrier qui arrivait de Paris et qui entrait avec fracas dans la
salle.

Machinalement, le directeur des Impositions indirectes, placé près de la
porte, dit au courrier:

«--Voilà M. le préfet.--M. de Séranville se leva.

«--Ce n'est pas au préfet de Séranville que j'ai affaire, répondit le
courrier d'un ton emphatique et grossier. C'est à M. Leuwen, maître des
requêtes.

«--Quelle humiliation... Je ne suis plus préfet, pensa M. de Séranville,
et il retomba sur sa chaise. Il appuya les deux bras sur la table, et se
cacha la tête dans les mains.

«--M. le préfet se trouve mal, s'écria le secrétaire général, en
regardant Lucien comme pour lui demander pardon de l'acte d'humanité
qu'il allait accomplir. En effet, M. de Séranville était évanoui; on le
porta près d'une fenêtre qu'on ouvrit. Pendant ce temps, Lucien s'étonnait
du peu d'intérêt de la dépêche du ministre. C'était une grande lettre de
M. de Vaize sur sa belle conduite à Blois; le ministre ajoutait de sa
main qu'on rechercherait et punirait sévèrement les auteurs de l'émeute,
et qu'il avait lui-même lu au conseil du roi la lettre de Leuwen qu'on
avait trouvée fort bien.

«--Et de l'élection d'ici, pas un mot. C'était bien la peine d'envoyer un
courrier.»

Il s'approcha de la fenêtre ouverte près de laquelle était le préfet
auquel on frottait les tempes avec de l'eau de Cologne. Il dit un mot
honnête et ensuite demanda la permission de passer un moment dans une
chambre voisine avec M. Coffe.

«--Concevez-vous, dit-il à celui-ci en lui donnant la dépêche du
ministre, qu'on envoie un courrier pour une telle lettre?»

Et il se mit à lire une lettre de sa mère, qui altéra rapidement sa
physionomie riante. Mme Leuwen voyait la vie de son fils en péril, _et
pour une cause si sale_, ajoutait-elle.

«--Quitte tout et reviens... Je suis seule. Ton père a eu une velléité
d'ambition; il est allé dans le département de l'Aveyron, à deux cents
lieues de Paris, pour tacher de se faire élire député.»

Il donna cette nouvelle à Coffe.

«--Voici la lettre qui a fait envoyer le courrier. Mme Leuwen aura exigé
que sa lettre vous parvînt rapidement. Au total, il n'y a pas là de quoi
vous affliger. Il me semble que votre rôle est auprès de ce petit jésuite
qui meurt de haine rentrée. Moi je vais achever de l'assommer par mon air
important.»

Coffe fut en effet parfait en rentrant dans la salle à manger. Il avait
tiré de sa poche huit ou dix rapports d'élections qu'il avait fourrés dans
la dépêche, et la portait connue un saint sacrement. M. de Séranville
avait repris connaissance, et au milieu de ses angoisses, regardait Lucien
et Coffe d'un air mourant. L'état de ce méchant personnage toucha Lucien;
il ne vit en lui qu'un homme souffrant.

«--Il faut le soulager de notre présence,» et après quelques mots polis
se retira.

Le courrier lui courut après dans l'escalier pour lui demander ses ordres.

«--M. le maître des requêtes vous réexpédiera demain,» dit Coffe avec une
gravité parfaite.

Le lendemain était le grand jour des élections. Dès sept heures, Lucien
était chez M. Disjonval, qui le reçut avec un empressement marqué.

«--Si je n'ai pas aujourd'hui et de bonne heure le crédit de cent mille
francs sur le receveur, j'aurai eu du moins l'honneur de vous être
présenté, et j'aurai eu aussi avec le respectable M. de Cerna une
conférence qui a fait sur mon cœur une profonde impression, ayant appris
à redoubler l'estime que j'avais déjà pour des hommes qui voient le
bonheur de notre chère patrie dans une autre roule que celle que je
crois la plus sûre...»

Nous faisons grâce au lecteur des phrases polies qu'inspirait à Lucien
le désir de voir ces messieurs prendre patience jusqu'à l'arrivée de la
dépêche.

À neuf heures, il rentra à son auberge où Coffe avait préparé deux
immenses lettres de narrations et d'explications.

«--Quel drôle de style! fit Lucien en les signant.

«--Emphatique et plat, et surtout jamais simple; c'est ce qu'il faut pour
les bureaux.»

Le courrier fut renvoyé à Paris.

Le général Fari avait fait louer, depuis un mois, par son petit aide de
camp Milière, un appartement au premier étage en face de la salle des
Ursulines où se faisaient les élections. Il s'établit là dès dix heures
du matin avec Lucien et Coffe. Ces messieurs avaient de quart d'heure en
quart d'heure, des nouvelles par des affidés du général. Les affidés de
la préfecture, ayant appris l'arrivée et l'incident du courrier de la
veille, et voyant dans Lucien le préfet futur si M. de Séranville manquait
l'élection, faisaient, à tout moment, passer à Lucien des cartes avec des
avis au crayon rouge. Les pointages se trouvèrent fort justes.

Un petit imprimé avait été distribué avec profusion aux électeurs:


_Honnêtes gens de tous les partis, qui aimez le pays dans lequel vous
êtes nés!_

_Éloignez M. le préfet de Séranville!_

_Si M. Mairobert est élu député, M. le préfet sera destitué ou nommé
ailleurs. Qu'importe après tout le député nommé! Chassons un préfet
tracassier et menteur._

_À qui n'a-t-il pas manqué de parole?_


Vers midi, l'élection du président prenait la plus mauvaise tournure.
Tous les électeurs du canton de Risset votaient en faveur de M. Mairobert.
Tous les quarts d'heure Lucien envoyait Coffe regarder le télégraphe; il
grillait de voir arriver la réponse à sa dépêche numéro 2.

«--Le préfet est bien capable de faire retarder cette dépêche, disait le
général. Il serait bien digne de lui d'avoir envoyé un de ses commis à la
station voisine du télégraphe, qui est à quatre lieues d'ici, de l'autre
côté de la colline, pour tout arrêter. C'est par des traits de cette
espèce qu'il croit être un nouveau Mazarin. Car il connaît son histoire
de France, notre bon préfet.»

Le lieutenant Milière offrit de monter à cheval et d'aller en un temps de
galop, sur la colline, observer les mouvements de la deuxième station du
télégraphe. Mais Coffe lui demanda son cheval et courut à sa place.

Il y avait mille personnes au moins devant la salle des Ursulines. Lucien
descendit sur la place pour juger de l'esprit général des conversations;
il fut reconnu. Le peuple, lorsqu'il se voit en masse, est insolent. Des
cris partaient de la foule:

«--Regardez donc ce petit commissaire de police, ce freluquet envoyé de
Paris pour espionner le préfet.»

Il n'y fut presque pas sensible.

Deux heures sonnaient; le télégramme ne venait pas.

Lucien séchait d'impatience. Il alla voir M. Disjonval qui le reçut d'un
air piqué.

«--Voilà, se dit-il, un homme qui croit que je me suis moqué de lui; il y
va franc jeu avec moi et je jurerais qu'il a retardé le vote de ses amis,
à la vérité peu nombreux, pour attendre le résultat de ma demande
au ministre.»

Au moment où il cherchait à prouver à M. Disjonval qu'il n'avait pas
voulu le tromper, Coffe accourut tout haletant.


«--Le télégraphe marche.

«--Daignez m'attendre chez vous encore un quart d'heure, dit Lucien à M.
Disjonval; je vole au bureau du télégraphe.»

Il revint en courant vingt minutes après.

«--Voilà la dépêche originale, dit-il:


_Le ministre des Finances à M. le Receveur général. Remettez cent mille
francs à M. le général Fari ou à M. Leuwen._


«--Et le télégraphe marche encore...

«--Je vais au collège, répondit M. Disjonval, qui paraissait persuadé. Je
ferai ce que je pourrai pour la nomination de notre candidat: nous portons
M. de Crémieux. De là je cours chez M. de Cerna: je vous engage aussi à y
aller sans délai.»

La porte de l'appartement de M. de Cerna était grande ouverte; il y avait
foule dans l'antichambre que Lucien et Coffe traversèrent en volant.

«--Monsieur, voici la dépêche de Paris.

«--Parfait. J'ose espérer que vous n'avez aucune objection à faire contre
M. de Crémieux?

«--Monsieur le général Fari et moi approuvons M. de Crémieux. S'il est
élu au lieu de M. Mairobert, le général et moi vous remettons les cent
mille francs. En attendant l'événement, dans quelles mains voulez-vous
que je dépose la somme?

«--La calomnie veille autour de nous, monsieur. C'est déjà beaucoup que
quatre personnes, quelque honorables qu'elles soient, sachent un secret
dont l'opinion publique peut abuser. Je compte, monsieur, ajouta M. de
Cerna en désignant Coffe, vous, moi et M. Disjonval. À quoi bon faire voir
le détail à M. le général Fari, d'ailleurs si digne de toute
considération?

«--Mais je suis trop jeune pour me charger seul de la responsabilité
d'une dépense secrète aussi forte»--et avec beaucoup d'adresse, il fit
consentir M. de Cerna à l'intervention du général.

Il fut donc convenu que les cent mille francs seraient déposés dans une
cassette, dont le général Fari et M. Ledoyen, un ami de M. de Cerna,
auraient chacun une clef.

À son retour à l'appartement situé vis-à-vis de la salle des Ursulines,
Lucien trouva le général extrêmement rouge. L'heure approchait à laquelle
il avait résolu d'aller déposer son vote, et il craignait d'être hué.
Malgré ce souci personnel, il fut néanmoins sensible à la considération
que lui témoignait M. de Cerna.

Sur ces entrefaites, on reçut de M. Disjonval un mot qui priait M. Leuwen
de lui envoyer Coffe. Celui-ci revint une demi-heure après, et annonça
qu'il venait de voir monter à cheval et courir au galop vingt agents s'en
allant dans les campagnes chercher cent soixante électeurs légitimistes.

«--Voilà l'heure, dit tout à coup le général fort ému. Il endossa son
uniforme et traversa la rue pour aller voter. La foule s'ouvrit devant
lui. Le général entra dans la salle, et au moment où il approchait du
bureau, des applaudissements éclatèrent parmi les électeurs
Mairobertistes.

«--Ce n'est pas un plat coquin comme le préfet, disait-on tout haut. Il
n'a que ses appointements pour vivre, et il a une famille à nourrir.»

À quatre heures, Lucien expédia cette dépêche:


_Les chefs légitimistes paraissent de bonne foi. Des observateurs placés
aux portes de la ville ont vu sortir vingt agents qui vont dans la
campagne chercher cent soixante électeurs légitimistes. Si quatre-vingts
ou cent électeurs arrivent le 18 avant midi, Hampden ne sera pas élu. Dans
le moment. M. Hampden a la majorité pour la présidence du collège. Le
scrutin sera dépouillé à cinq heures._


Le directeur du télégraphe envoya une nouvelle dépêche ministérielle:


_J'approuve vos projets. Donnez cent mille francs; un légitimiste
quelconque, même M. Berryer, vaut mieux que M. Hampden._


«--Je ne comprends pas, dit le général. Que veut dire Hampden?

«--Hampden veut dire Mairobert; c'est le nom dont j'ai convenu avec le
ministre.»

Le scrutin dépouillé donna:


Électeurs présents                           873
Majorité                                     437
Voix à M. Mairobert                          451
Voix à M. de Bourdoulier, candidat du préfet 389
Voix à M. de Crémieux                         19
Voix perdues                                  14


Ces dix-neuf voix à M. de Crémieux firent plaisir au général et à Lucien;
elles prouvaient presque que M. de Cerna ne s'était pas joué d'eux.

À six heures, des valeurs s'élevant à cent mille francs, furent remises
par le receveur général lui-même entre les mains du général Fari et de
Lucien, qui lui donnèrent un reçu.

M. Ledoyen se présenta aussitôt. C'était un fort riche propriétaire,
généralement estimé. La cérémonie de la cassette fut effectuée, et il y
eut parole d'honneur réciproque de remettre la cassette et son contenu à
M. Ledoyen si tout autre que M. Mairobert était élu, à M. le général Fari
si M. Mairobert était élu.

M. Ledoyen parti, on dîna.

«--Maintenant, la grande affaire, c'est le préfet, dit le général,
extraordinairement gai ce soir-là. Prenons courage et montons à l'assaut.
Il y aura bien neuf cents votants demain.


M. de Bourdoulier a eu 389
M. de Crémieux          19

Total                  408


Nous voilà avec 408 voix sur 873. Supposons que les vingt-sept voix
arrivées demain matin donnent dix-sept voix à M. Mairobert et dix à nous.
Nous aurons:


M. de Crémieux avec 418
M. Mairobert avec   468


Et alors, cinquante et une voix de M. de Cerna donneront la majorité à M.
de Crémieux.

Ces chiffres furent retournés de cent façons par le général, Lucien,
Coffe et le lieutenant Milière, les seuls convives de ce dîner.

«--Appelons nos deux meilleurs agents,» dit le général.

Ces messieurs parurent et, après une assez longue discussion, avouèrent
d'eux-mêmes que la présence des légitimistes déciderait de la victoire.

«--Et maintenant à la préfecture!

«--Si vous ne voyez pas d'indiscrétion à ma demande, je vous prierais,
mon général, de porter la parole.

«--Cela est un peu contre nos conventions; je m'étais réservé un rôle
tout à fait secondaire. Mais enfin, _j'ouvrirai le débat_, comme on dit
en Angleterre.»

Le général tenait beaucoup à montrer _qu'il avait des lettres!_ mais ce
brave homme avait bien mieux: un rare bon sens et de la bonté.

À peine eut-il expliqué au préfet qu'on le suppliait de donner à M. de
Crémieux les voix dont il avait disposé la veille, lors de la nomination
du président, que celui-ci l'interrompit d'un ton aigre:

«--Je ne m'attendais pas à moins après toutes ces communications
télégraphiques. Mais enfin, messieurs, je ne suis pas encore destitué, et
M. Leuwen n'est pas encore préfet.»

Tout ce que la colère peut mettre dans la bouche d'un petit sophiste
sournois, fut adressé par M. de Séranville au général et à Lucien. La
scène dura cinq heures. Le général ne perdit un peu patience que
vers la fin.

«--Votre élection est évidemment perdue; laissez-la mourir entre les
mains de M. Leuwen. Comme les médecins appelés trop lard, M. Leuwen aura
tout l'odieux de la mort du malade.

«--Il aura ce qu'il voudra ou ce qu'il pourra, mais jusqu'à ma
destitution, il n'aura pas la préfecture.»

Ce fut sur cette réponse de M. de Séranville que Lucien fut obligé de
retenir le général.

«--Un homme qui trahirait le gouvernement, dit le général, ne pourrait
pas faire mieux que vous, monsieur le préfet, et c'est ce que je vais
écrire au ministre. Adieu, monsieur.»

À minuit et demi, en sortant de la préfecture, Lucien voulait apprendre
ce beau résultat à M. de Cerna.

«--Si vous m'en croyez, monsieur Leuwen, attendez à demain matin, après
votre dépêche télégraphique. Laissons ces alliés suspects. D'ailleurs ce
petit animal de préfet peut se raviser.»

À cinq heures et demie, le lendemain, Lucien attendait le jour dans le
bureau du télégraphe. Dès qu'on put voir clair, la dépêche suivante fut
expédiée:

«--Le préfet a refusé ses 389 voix à M. de Crémieux. Le concours des 70
à 80 voix que le général Fari et M. Leuwen attendaient des légitimistes
devient inutile, et M. Hampden va être élu.»

Lucien, mieux avisé, n'écrivit pas à MM. Disjonval et de Cerna, mais il
alla les voir et leur expliqua le malheur survenu, avec tant de simplicité
et de sincérité évidente, que ces messieurs, qui connaissaient le génie
du préfet, finirent par croire à la bonne foi de Leuwen.

«--L'esprit de ce petit préfet des grandes journées, dit M. de Cerna, est
comme les cornes des boues de mon pays: noir, dur et tortu.»

Le pauvre Lucien était tellement emporté par l'envie de ne pas passer
pour un coquin, qu'il supplia M. Disjonval d'accepter de sa bourse le
remboursement des frais qu'avait pu entraîner la convocation
extraordinaire des électeurs légitimistes. M. Disjonval refusa, mais avant
de quitter la ville de Caen, Lucien lui fit remettre 500 francs par le
président Donis d'Angel.

Le grand jour de l'élection, à dix heures, le courrier de Paris apporta
cinq lettres, annonçant que M. Mairobert était mis en accusation à Paris
comme facteur du grand mouvement insurrectionnel républicain dont on
parlait alors. Aussitôt douze des négociants les plus riches déclarèrent
qu'ils ne donneraient pas leurs voix à M. Mairobert.

«--Voilà qui est bien digne du préfet, dit le général à Lucien avec
lequel il avait repris le poste d'observation vis-à-vis de la salle
d'élections. Il serait plaisant après tout que ce petit sophiste réussit.
C'est bien alors, ajouta-t-il avec la gaieté et la générosité d'un homme
de cœur, que pour peu que le ministre fût votre ennemi, et eût besoin d'un
boue émissaire, vous joueriez un joli rôle.

«--Je recommencerais mille fois. Quoique la bataille fût perdue, j'ai
donné quand même.

«--Vous êtes un brave garçon... Permettez-moi cette locution familière,
corrigea bien vite le bon général, craignant d'avoir manqué à la politesse
qui était pour lui comme une langue étrangère apprise sur le tard.

Lucien lui serra la main avec émotion et laissa parler son cœur.

À onze heures, on constata la présence de 948 électeurs.

Au moment où un émissaire du général venait de lui donner ce chiffre,
M. le président Donis d'Angel voulut forcer toutes les consignes pour
pénétrer dans l'appartement, mais n'y réussit pas.

«--Recevons-le un instant, dit Lucien.

«--Ah! que non. Ce pourrait être la base d'une calomnie. Allez recevoir
ce digne président et ne vous laissez pas trahir par votre honnêteté
naturelle.

«--Il m'apportait l'assurance que, malgré les contre-ordres de ce matin,
il y a 49 légitimistes et 11 partisans du préfet gagnés en faveur de M.
de Crémieux, dans la salle des Ursulines.»

L'élection suivit son cours paisible; les figures étaient plus sombres
que la veille. La pauvre nouvelle du préfet, sur la mise en accusation
de M. Mairobert, avait mis en colère cet homme si sage jusque-là, et
surtout ses partisans. Deux ou trois fois on fut sur le point d'éclater,
mais un beau-frère de M. Mairobert, monta sur une charrette, arrêtée à
cinquante pas de la salle des Ursulines, et parla à la foule.

«--Renvoyons notre vengeance à quarante-huit heures après l'élection,
autrement, la majorité vendue de la Chambre des députés l'annulera.»

Ce bref discours fut bientôt imprimé à vingt mille exemplaires. On eut
même l'idée d'apporter une presse sur la place. Lucien, qui se promenait
hardiment partout, ne fut point insulté ce jour-là; il remarqua que la
foule sentait sa force. À moins de la mitrailler à distance, aucune
puissance ne pouvait agir sur elle.

«--Voilà le peuple vraiment souverain!» pensait-il.

Il revenait de temps en temps à l'appartement d'observation; l'avis du
lieutenant Milière était que personne n'aurait la majorité pour cette
fois.

À quatre heures, il arriva une dépêche télégraphique au préfet, qui lui
ordonnait de porter ses votes aux légitimistes désignés par le général
Fari et Leuwen. Mais il ne fit rien dire. À quatre heures un quart, Lucien
eut une dépêche dans le même sens.

Sur quoi Coffe s'écria:

Un peu moins de fortune, et plus tôt arrivée!

Le général fut charmé de la citation et se la fit répéter.

À ce moment, ils furent étourdis par un vivat étourdissant.

«--Est-ce joie, est-ce révolte? se demandèrent-ils en courant à la
fenêtre.

«--C'est la joie, dit le général avec un soupir. Nous sommes foutus!»

En effet, un émissaire qui arrivait l'habit déchiré, tant il avait eu
de peine à traverser la foule, apportait le bulletin du dépouillement du
scrutin:


Électeurs présents                    948
Majorité                              475
M. Mairobert                          475
M. de Bourdoulier, candidat du préfet 401
M. de Crémieux                         61
M. Sauvage, républicain, voulant
le caractère des Français par des
lois draconiennes                       0
Vois perdues                            2


Le soir, la ville fut entièrement illuminée.

«--Mais où sont donc les fenêtres des 401 partisans du préfet?» disait
Lucien à Coffe.

La réponse fut un bruit effroyable de vitres cassées; c'étaient les
fenêtres du président Donis d'Angel.

Le lendemain, Lucien s'éveilla à onze heures et s'en alla tout seul se
promener dans toute la ville. Une singulière pensée s'était rendue
maîtresse de son esprit.

«--Que dirait Mme de Chasteller si je lui racontais ma conduite?»

Il fut bien une heure avant de trouver la réponse à cette question, et
cette heure lui fut bien douce.


* * *


En approchant de Paris, il vint par hasard à penser à la rue où logeait
Mme Grandet, et ensuite à elle.

Il partit d'un éclat de rire.

«--Qu'avez-vous donc?» lui demanda Coffe.

«--Rien. J'avais oublié le nom d'une belle dame pour qui j'ai une grande
passion.

«--Je croyais que vous pensiez à l'accueil que va vous faire votre
ministre.

«--Le diable l'emporte... Il me recevra froidement, me demandera l'état
de mes déboursés et trouvera que c'est bien cher.

«--Tout dépend du rapport que ses espions lui auront fait sur votre
mission. Votre conduite a été furieusement imprudente: vous avez donné
pleinement dans cette folie de la première jeunesse qu'on appelle _le
zèle._»

Lucien avait à peu près deviné. Le comte de Vaize le reçut avec la
politesse ordinaire, mais ne lui fit aucune question sur les élections,
aucun compliment sur son voyage; il le traita absolument comme s'il
l'avait vu la veille. À la fin de l'entretien, il gagna son bureau,
occupé, durant son absence, par Desbacs, qui avait rempli sa place. Ce
petit homme fut très froid en lui faisant la remise des affaires
courantes, lui qui avant le voyage était à ses pieds. Lucien ne dit
rien à Coffe qui travaillait dans une pièce voisine et qui, de son côté,
éprouvait un accueil encore plus significatif. À cinq heures et demie, il
l'appela pour aller dîner ensemble. Dès qu'ils furent seuls dans un
cabinet de restaurant:

«--Eh bien? dit Lucien en riant.

«--Eh bien, tout ce que vous avez fait de bien et d'admirable pour tâcher
de sauver une cause perdue, n'est qu'un _péché splendide._ Vous serez bien
heureux si vous échappez au reproche de jacobinisme ou de carlisme. On en
est encore dans les bureaux à trouver un nom pour votre crime; on n'est
d'accord que sur son énormité. Tout le monde épie la façon dont le
ministre vous traite. Vous vous êtes cassé le cou.

«--La France est bien heureuse, répondit Lucien gaiement, que ces coquins
de ministres ne sachent pas profiter de cette folie de jeunesse que vous
appelez le zèle. Je serais curieux de savoir si un général en chef
traiterait de même un officier qui, dans une déroute, aurait fait mettre
pied à terre à un régiment de dragons, pour marcher à l'assaut d'une
batterie enfilant la grande route et tuant horriblement de monde?»

Après de longs discours, Lucien apprit à Coffe qu'il n'avait point épousé
une parente du ministre et qu'il n'avait rien à demander.

«--Mais alors, dit Coffe étonné, d'où venait avant votre mission la bonté
marquée du ministre? Maintenant, après les lettres de M. de Séranville,
pourquoi ne vous brise-t-il pas?

--Il a peur du salon de mon père. Si je n'avais pas pour père l'homme
d'esprit le plus redouté de Paris, j'aurais été comme vous, jamais je ne
me relevais de la profonde disgrâce où nous a jetés noire républicanisme
de l'École polytechnique. Dites-moi, croyez-vous qu'un gouvernement
républicain fut aussi absurde que celui-ci?

«--Il serait moins absurde, mais plus violent. Ce serait souvent un loup
enragé. En voulez-vous la preuve? Elle n'est pas loin de nous. Quelles
mesures prendriez-vous dans les deux départements de MM. de Riquebourg
et de Séranville, si demain vous étiez un ministre de l'Intérieur
tout-puissant?

«--Je nommerais M. Mairobert préfet; je donnerais au général Fari le
commandement des deux départements.

«--Songez au contre-coup de ces mesures et à l'exaltation que prendraient
dans les deux départements Riquebourg et Séranville, tous les partisans
du bon sens et de la justice. M. Mairobert serait roi de son département;
et si ce département s'avisait d'avoir une opinion sur ce qui se fait à
Paris? Pour parler seulement de ce que nous connaissons, si ce département
s'avisait de jeter un œil raisonnable sur ces trois cent cinquante nigauds
emphatiques qui grattent du papier dans la rue de Grenelle, et parmi
lesquels nous comptons? Si les départements voulaient à l'Intérieur
quelques hommes de métier à 10.000 francs d'appointements et 10.000 francs
de frais de bureau, signant tout ce qui est d'intérêt secondaire, que
deviendraient les trois cent quarante au moins de ces commis, chargés de
faire au bon sens une guerre acharnée?

Et de proche en proche, que deviendrait le roi? Tout gouvernement est un
mal, mais un mal qui préserve d'un plus grand.

«--C'est ce que disait M. Gauthier, l'homme le plus sage que j'aie connu,
un républicain de Nancy. Que n'est-il ici à raisonner avec nous? Du reste,
c'est un homme qui lit la _Théorie des fonctions_ de Lagrange, aussi bien
que vous et cent fois mieux que moi, etc.»

Le discours fut infini entre les deux amis, car Coffe, ne sachant résister
à Lucien, s'en était fait aimer, et par reconnaissance se croyait obligé
de lui répondre. Il ne revenait pas de son étonnement qu'étant aussi
riche, Lucien ne fût pas plus absurde.

Entraîné par cette idée, il lui demanda:

«--Êtes-vous né à Paris?

«--Oui, sans doute.

«--Et M. votre père avait cet hôtel magnifique à cette époque, et vous
alliez vous promener en voiture à trois ans?

«--Mais, sans doute... Pourquoi ces questions?

«--Parce que je suis étonné de ne vous trouver ni absurde, ni sec: il
faut espérer que cela durera. Vous devez voir par le succès de votre
mission que la société repousse vos qualités actuelles. Si vous vous
étiez borné à vous faire couvrir de boue à Blois, le ministre vous eût
donné la croix.

«--Du diable si je pense encore à cette mission.

«--Vous auriez tort; c'est la plus belle et la plus curieuse expérience
de votre vie. Jamais, quoi que vous fassiez, vous n'oublierez le général
Fari, MM. de Séranville, de Riquebourg, de Cerna, Donis d'Angel, etc.

«--Jamais.

«--Eh bien, le plus ennuyeux de l'expérience morale est fait. C'est le
commencement, l'exposition des faits. Au ministère, vous achèverez votre
éducation. Seulement pressez-vous, car il est possible que le de Vaize ait
déjà inventé quelque coup de Jarnac pour vous éloigner tout doucement
sans fâcher monsieur votre père.

«--Ah! à propos, mon père est député de l'Aveyron, après trois
ballottages et à la flatteuse majorité de sept voix!

«--Vous ne m'aviez pas parlé de sa candidature...

«--Je la trouvais ridicule et d'ailleurs n'eus pas le temps d'y trop
songer; je ne l'appris que par ce courrier extraordinaire qui donna une
pâmoison à M. de Séranville.»

Deux jours après, le comte de Vaize disait à Lucien:

«--Lisez ce papier.»

C'était une première liste de gratifications à propos des élections. Le
ministre, en la lui donnant, souriait d'un air de bonté qui semblait
dire: «Vous n'avez rien fait qui vaille, et cependant voyez comme je vous
traite.»

Il y avait trois gratifications de 10.000 francs, et à coté du nom des
gratifiés, la mention: _Succès._ La quatrième ligne portait: M. Lucien
Leuwen, maître des requêtes, _non succès._ M. Mairobert nommé à une
majorité _d'une voix..._ 8.000 francs.

«--Eh bien, fit M. de Vaize, tient-on la parole qu'on vous donna à
l'Opéra?»

Lucien exprima toute sa reconnaissance, puis ajouta:

«--J'ai une prière à adresser à Votre Excellence: je désirerais que mon
nom ne figurât pas sur la liste.

«--J'entends, dit le ministre, dont la figure prit sur-le-champ
l'expression la plus sérieuse. Vous voulez la croix, mais en vérité,
après tant de folies, je ne puis la demander pour vous. Vous êtes plus
jeune de caractère que d'âge. Demandez à Desbacs l'étonnement que
causaient vos dépêches télégraphiques, arrivant coup sur coup et ensuite
vos lettres.

«--C'est parce que je sens tout cela que je prie Votre Excellence de ne
pas songer à moi pour la croix, et encore moins pour la gratification.

«--Prenez garde, cria le ministre en colère, je suis homme à vous prendre
au mot. Allons, prenez une plume, et à côté de votre nom mettez ce que
vous voudrez.»

Lucien écrivit à coté de son nom: _ni croix, ni gratification; élection
manquée_, et puis, au bas du papier:

--M. Coffe... 2.500 francs.

«--Je porte ce papier au Château, songez-y bien. Il serait inutile que
par la suite votre père me parlât à ce sujet.

«--Les hautes occupations de Votre Excellence l'empêchent de garder le
souvenir de notre conversation à l'Opéra. Je manifestai le vœu le plus
précis que mon père n'eût plus à s'occuper de ma fortune politique.

«--Eh bien, alors, expliquez à mon ami Leuwen comment s'est passée
l'affaire de la gratification, et comment, vous ayant porté pour 8.000
francs, vous avez biffé tout cela. Adieu, monsieur.»

À peine la voiture de Son Excellence eut-elle quitté l'hôtel, que Mme
la comtesse de Vaize fit appeler Lucien.

«--Diable, se dit-il en l'apercevant, elle est bien jolie aujourd'hui.
Pas l'air timide et des yeux de feu; que signifie ce changement?

«--Vous nous tenez rigueur depuis votre retour, monsieur. J'attendais
toujours une occasion pour vous parler en détail. Je vous assure que
personne plus que moi n'a défendu vos dépêches avec plus de suite. J'ai
empêché avec le plus grand courage qu'on en dit du mal devant moi à
table. Tout le monde peut se tromper et j'ai une bonne nouvelle à vous
annoncer. Vos ennemis pourraient plus tard vous calomnier à propos de
cette mission, et, quoique sachant que les questions d'argent ne vous
touchent que médiocrement, j'ai obtenu de mon mari, pour fermer la bouche
à ces ennemis, qu'il vous présentât au roi pour une gratification de
8.000 francs. Je voulais 10.000, mais M. de Vaize m'a fait voir que cette
somme était réservée aux plus grands succès, et les lettres reçues hier
de M. de Séranville et du maire de Caen sont affreuses pour vous.»

Tout cela fut dit avec beaucoup plus de paroles, et, par conséquent, avec
beaucoup plus de mesure et de retenue féminine. Aussi Lucien y fut-il très
sensible. Il lui raconta qu'il venait d'effacer son nom.

«--Mon Dieu, seriez-vous piqué? Vous aurez la croix à la première
occasion, je vous le promets.»

Ce qui voulait dire: Allez-vous nous quitter?

L'accent de ces mots le toucha profondément; il fut sur le point de lui
baiser la main.

«--Si je m'attachais à elle, pensait-il, que de dîners ennuyeux il faudra
supporter! et avec la figure du mari de l'autre côté de la table!»

Cette réflexion ne lui prit pas une demi-seconde.

«--Je viens d'effacer mon nom, reprit-il, mais puisque vous daignez
témoigner de l'intérêt pour mon avenir, je vous dirai la véritable raison
de mon refus. Ces titres de gratification peuvent être imprimés un jour et
me donner une célébrité fâcheuse. Je suis trop jeune pour m'exposer à ce
danger.

«--Oh! mon Dieu, dit Mme de Vaize avec l'accent de la terreur,
croyez-vous la république si près de nous?»

La peur lui avait fait oublier ses velléités d'amitié, et devant cette
sécheresse, Lucien tomba dans une profonde rêverie.

«--Vous êtes fâché?

«--Je vous demande pardon. Y a-t-il longtempsque je suis tombé dans
cette rêverie?

«--Trois minutes au moins, répondit-elle avec un air de bonté, mais à
cette bonté qu'elle tenait à marquer, se mêlait un peu du reproche de la
femme d'unministre puissant qui n'est pas accoutumée à de pareilles
distractions, et en tête-à-tête encore.

«--C'est que je suis sur le point d'éprouver pour vous, madame, un
sentiment trop tendre, et je me le reprochais...»

Après cette petite coquinerie, comme il n'avait plus rien à dire à Mme
de Vaize, il ajouta encore quelques mots polis, et la laissa toute rouge
et tout émue, pour aller s'enfermer dans son bureau.

«--J'oublie de vivre. Ces sottises d'ambition me distraient de la seule
chose au monde qui ait de la réalité pour moi. C'est drôle de sacrifier
son cœur à l'ambition, tout en n'étant pas ambitieux!... Il faut aller
à Nancy. Attendons d'abord mon père qui revient un de ces jours. C'est
un devoir, et puis je serais bien aise d'avoir son opinion sur ma conduite
à Caen, tant sifflée au ministère.»

Le plaisir d'aller à Nancy changea le cours de ses pensées et le rendit,
le soir, chez Mme Grandet, extrêmement brillant. Dans le petit salon
ovale, au milieu de trente personnes peut-être, il fut le centre de la
conversation et fit cesser tous les entretiens particuliers pendant vingt
minutes au moins. Ce succès électrisa Mme Grandet.

«--Avec deux ou trois hommes comme celui-ci, chaque soirée, mon salon
sera le premier de Paris.»

Comme on passait au billard, elle se trouva à côté de Lucien, séparée du
reste de la société.

«--Que faisiez-vous le soir, pendant cette course en province?

«--Je pensais à une jeune femme de Paris pour laquelle j'ai une grande
passion.»

Ce fut le premier mot de ce genre qu'il eût jamais dit à Mme Grandet: il
arrivait à propos. Pendant toute la soirée il fut pour elle du dernier
tendre.


* * *


M. Leuwen revint tout joyeux de son élection dans le département de
l'Aveyron.

«--L'air y est chaud, les perdrix excellentes, les hommes plaisants. Je
suis chargé par mes commettants de quatre-vingt-trois commissions, en
outre de celles dont on me chargera par lettre: quatre paires de bottes
bien confectionnées; une route de cinq quarts de lieue de longueur pour
conduire à la maison de campagne de M. Castanet, etc., etc.»

Et M. Leuwen continua à raconter à Mme Leuwen et à son fils les intrigues
au moyen desquelles il avait obtenu une majorité triomphante de sept voix.

«--Enfin, je ne me suis pas ennuyé un moment dans ce département, et si
j'y avais eu ma femme, j'aurais été parfaitement heureux. Il y avait bien
des années que je n'avais parlé aussi longtemps et à un aussi grand nombre
d'ennuyeux. Aussi suis-je saturé de platitudes et d'ennuis officiels.»

On peut penser comme Lucien fut reçu lorsqu'il parla d'absence.

«--Je te renie à jamais, lui dit son père avec une vivacité gaie. Redouble
d'assiduité et d'attention auprès de ton ministre; et si tu as du cœur,
campe un enfant à sa femme! Et maintenant raconte-moi les aventures de
ton voyage.

«--Voulez-vous mon histoire longue ou courte?

«--Longue, dit Mme Leuwen; elle m'a fort amusée et je l'entendrais une
seconde fois avec plaisir. Je serais fort, curieuse de voir ce que vous en
penserez, ajouta-t-elle en se tournant vers son mari.

«--Eh bien, répondit M. Leuwen, il est dix heures trois quarts, qu'on
fasse du punch et commence.»

Mme Leuwen fit un signe au valet de chambre et la porte fut fermée.

Lucien expédia en cinq minutes l'avanie de Blois et les menus incidents
du voyage, et raconta longuement ce que le lecteur connaît déjà.

Vers le milieu du récit, M. Leuwen commença à faire des questions.

«--Plus de détails, plus de détails, disait-il à son fils; il n'y a
d'originalité et de vérité que dans les détails.

«Et voilà comment ton ministre t'a traité à ton retour! Il semblait
vivement contrarié.

«--Ai-je bien ou mal agi? En vérité je l'ignore, disait Lucien. Sur le
champ de bataille, dans la vivacité de l'action, je croyais avoir mille
fois raison. Ici, les doutes commencent à se faire jour.

«--Et moi, je n'en ai pas, répondit Mme Leuwen. Tu t'es conduit comme le
plus brave homme aurait pu faire.»

Elle plaidait en faveur de son fils et avait peur de solliciter
l'approbation de M. Leuwen qui ne disait rien.

«--Ce qui est fait est fait, continuait Lucien. Je me moque parfaitement
du Brid'oison de la rue de Grenelle. Mais mon orgueil est alarmé; quelle
opinion dois-je avoir de moi-même? Ai-je quelque valeur? Voilà ce que je
vous demande, mon père. J'ai pu atténuer les faits, en ma faveur, en vous
les racontant, et alors les mesures que j'ai prises d'après ces faits
seraient justifiées à mon insu.

«--Ce M. Coffe me fait l'effet d'un méchant homme, dit Mme Leuwen.

«--Maman, vous vous trompez. Ce n'est qu'un homme découragé. S'il avait
quatre cents francs de rente, il se retirerait dans les rochers de la
Sainte-Baume, à quelques lieues de Marseille. Il est dommage que vous
ayez cette opinion de lui, car je voulais obtenir de mon père qu'il
entendît le récit de ma campagne, fait par ce fidèle aide de camp qui
souvent n'a pas été de la même opinion que moi. Et jamais je n'obtiendrai
une seconde séance de mon père, si vous ne la sollicitez avec moi.

«--Mais cela m'intéresse, répliqua M. Leuwen. Si votre Coffe veut venir
dîner ici demain, serons-nous seuls? demanda-t-il à sa femme.

«--Nous avions un demi-engagement avec Mme de Thémines.

«--Nous dînerons ici, nous trois et M. Coffe. S'il est du genre ennuyeux,
comme je le crains, il le sera moins à table. La porte sera fermée, et
nous serons servis par Anselme.»

Lucien amena Coffe le lendemain, mais non sans peine.

Par la froideur et la simplicité de son récit, il fit la conquête de
M. Leuwen.

«--Je vous remercie, monsieur, lui dit-il, de n'être pas Gascon. J'ai une
indigestion de gens hâbleurs qui sont tou jours surs du succès du
lendemain sauf à vous servir une platitude, lorsque le lendemain vous leur
reprochez la défaite.»

Mme Leuwen était enchantée d'avoir une seconde édition des prouesses de
son fils. Et à neuf heures, comme Coffe voulait se retirer, M. Leuwen
insista pour le conduire dans sa loge à l'Opéra. Avant la fin de la
soirée, le député de l'Aveyron lui dit:

«--Je suis bien fâché que vous soyez au ministère. Je vous aurais offert
une place de quatre mille francs chez moi. Depuis la mort de ce pauvre Van
Peters, je ne travaille pas assez, et depuis la sotte conduite du comte de
Vaize, à l'égard de ce héros-là, fit-il en désignant son fils, je me sens
une velléité de faire six semaines de demi-opposition. Morbleu, monsieur
le ministre, vous me paierez votre sottise. Il serait indigne de moi de me
venger comme votre banquier. Toute vengeance coûte à qui se venge, et
comme banquier, je ne puis sacrifier un iota sur la probité.»

Et il tomba dans une longue rêverie. Lucien, qui trouvait la séance un
peu longue, aperçut Mlle Gosselin dans une loge et disparut.

«--Aux armes! dit tout à coup M. Leuwen, en sortant de sa méditation. Il
faut agir. Quelle heure est-il?

«--Je n'ai pas de montre, dit Coffe froidement, et il ne résista pas à la
vanité d'ajouter:

«--Monsieur votre fils m'a tiré de Sainte-Pélagie; dans ma faillite j'ai
placé ma montre dans le bilan.

«--Parfaitement honnête, parfaitement honnête! répondit M. Leuwen d'un
air distrait. Puis-je compter sur votre silence? Je vous demande de ne
prononcer jamais ni mon nom ni celui de mon fils.

«--Je vous le promets; c'est ma coutume.

«--Faites-moi l'honneur de venir dîner demain chez moi. S'il y a du monde,
je ferai servir dans ma chambre; nous ne serons que trois, mon fils et
vous, monsieur. Votre raison sage et ferme me plaît beaucoup, et je désire
vivement trouver grâce devant votre misanthropie, si toutefois vous êtes
misanthrope.

«--Oui, monsieur, pour trop aimer les hommes.» Quinze jours après cet
entretien, le changement opéré chez M. Leuwen étonnait tout le monde. Il
faisait sa société habituelle de trente à quarante députés nouvellement
élus et des plus sots, et l'incroyable était qu'il ne persiflait jamais.
Un diplomate de ses amis eut des inquiétudes sérieuses:

«--Il n'est plus insolent envers les imbéciles, il leur parle
sérieusement, son caractère change. Nous allons le perdre.»

M. Leuwen suivait assidûment les soirées que le ministre de l'Intérieur
donnait aux députés. Trois ou quatre affaires se présentèrent où il servit
admirablement les intérêts de M. de Vaize.

«--Enfin, je suis venu à bout de ce caractère de feu, disait celui-ci:
je l'ai maté. À cause de son fils, le voilà à mes pieds.»

Le résultat de ce raisonnement fut un brin de supériorité pris par le
ministre à l'égard du député de l'Aveyron, à qui la nuance n'échappa point
et dont il fit ses délices. Comme M. de Vaize ne faisait pas sa société
des gens d'esprit, et pour cause, il ne sut pas l'étonnement que causait
le changement d'habitudes de M. Leuwen parmi ces hommes actifs et fins
qui font leur fortune par le gouvernement. Mme Leuwen ne revenait pas de
son étonnement; tous les jours, il y avait à dîner cinq on six députés au
moins, à qui il adressait des propos dans ce genre:

«--Ce dîner, que je vous prie d'accepter toutes les fois que vous ne
serez pas invités chez les ministres ou chez le roi, coûterait plus de 80
francs par tête dans les grands restaurants. Par exemple, voilà un
turbot...»

Et là-dessus l'histoire du turbot, le prix qu'il avait coûté, sa
provenance, etc...

«--Lundi passé, ce même turbot, et quand je dis le même, je me trompe...
celui-ci s'agitait dans la mer de la Manche, mais un turbot de même poids
et aussi frais eut coûté dix francs de moins...»

Et il évitait de regarder sa femme en débitant ces belles choses.

Il ménageait avec un art infini l'attention de ses députés. Presque
toujours il leur faisait part de ses réflexions comme celle sur le turbot
ou bien d'anecdotes dans lesquelles des cochers de fiacre menaient à la
campagne des imprudents qui ne connaissaient pas les rues de Paris. Mais
il réservait toutes les forces d'esprit de ces messieurs pour cette idée
difficile qu'il présentait de mille façons différentes:

«--L'union fait la force. Si ce principe est vrai partout, il l'est
surtout dans les assemblées délibérantes. Il n'y a d'exceptions que
lorsqu'il y a un Mirabeau et un général Foy. Mais qui est-ce qui est
Mirabeau? Pas moi, pour sûr. Nous comptons pour quelque  chose si aucun
de nous ne tient avec opiniâtreté à sa manière de voir. Nous sommes vingt
amis. Eh bien! il faut que chacun de nous pense comme pense la majorité,
qui est de onze. Demain on mettra un article de loi en délibération dans
la Chambre. Après dîner, ici, entre nous, mettons en délibération cet
article de loi. Pour moi, qui n'ai sur vous d'autre avantage que celui de
connaître les roueries de Paris depuis quarante-cinq ans, je sacrifierai
toujours ma pensée à celle de la majorité de mes amis, car enfin, quatre
yeux voient mieux que deux. Nous mettons donc en délibération l'opinion
qu'il faudra avoir demain; si nous sommes vingt, comme je l'espère, et que
onze d'entre nous disent _oui_, il faut absolument que les neuf autres
disent _oui_, quand même ils seraient passionnément attachés au _non._
C'est là le secret de notre force. Et si jamais nous arrivons à réunir
trente voix, sûres, les ministres n'auront plus aucune grâce à nous
refuser. Nous ferons un _mémorandum_ des choses que chacun de nous désire
le plus obtenir pour sa famille... Je parle de choses faisables. Lorsque
chacun de nous aura obtenu une grâce, de valeur à peu près égale, nous
passerons à une seconde liste. Que dites-vous, messieurs, de ce plan de
campagne législative?»

M. Leuwen avait choisi les vingt députés les plus dénués de relations,
les plus étonnés de leur séjour à Paris, les plus lourds d'esprit. Pour
leur expliquer cette théorie, il les invitait à dîner. Ils étaient presque
tous du Midi, quelques Auvergnats, ou gens habitant sur la ligne de
Perpignan à Bordeaux. La grande affaire de M. Leuwen était de ne pas
offenser leur amour-propre; quoique cédant partout et en tout, il n'y
réussissait pas toujours. Il avait un coin de bouche moqueur qui les
effarouchait; deux ou trois trouvèrent qu'il avait l'air de se moquer
d'eux et s'éloignèrent de ses dîners. Il les remplaça heureusement par
ces députés à trois lits et à quatre filles, et qui veulent placer fils
et gendres.

Un mois environ après l'ouverture de la session et à la suite d'une
vingtaine de dîners, il jugea sa troupe assez aguerrie pour la mener au
feu. Un jour, après un excellent dîner, il les fit passer dans une chambre
à part el voter gravement sur une question d'importance que l'on devait
discuter le lendemain. Malgré toute la peine qu'il se donna pour faire
comprendre, d'une façon indirecte d'ailleurs, de quoi il s'agissait à ses
députés, au nombre de dix-neuf, douze votèrent pour le côté absurde de la
question. M. Leuwen leur avait promis d'avance de parler en faveur de la
majorité. À la vue de cette absurdité, il eut une faiblesse humaine: il
chercha à éclairer cette majorité par des explications qui durèrent une
heure et demie. Il fut repoussé avec perte. Le lendemain, intrépidement,
et pour son début à la Chambre, il soutint une sottise palpable. Il fut
secoué dans tous les journaux, à peu près sans exception, mais la petite
troupe lui sut un gré infini.

Nous supprimons les détails infinis et aussi les soinsque lui coûtait son
troupeau de fidèles. Par peur qu'on ne séduisît ses Auvergnats, il allait
quelquefois avec eux chercher une chambre garnie, ou marchander chez les
tailleurs qui vendaient des pantalons tout faits dans les passages. S'il
l'eût osé, il les aurait logés, comme il les nourrissait à peu près. Avec
des soins de tous les jours qui, par leur extrême nouveauté, l'amusaient,
il arriva rapidement à vingt-neuf voix. Alors M. Leuwen prit le parti de
n'inviter jamais un député à dîner qui ne fût de ces vingt-neuf; presque
chaque jour il en amenait de la Chambre, après la séance, une berline
toute pleine. Un journaliste de ses amis feignit de l'attaquer en
proclamant l'existence de la _Légion du Midi_, forte de vingt-neuf
membres. La seconde fois que cette légion eut l'occasion de révéler son
existence, M. Leuwen la fit délibérer la veille, après dîner, et fidèles
à leur instinct, dix-neuf députés votèrent pour le côté absurde de la
question. Le lendemain, le député montait à la tribune et le parti absurde
l'emporta dans la Chambre à une majorité de huit voix. Nouvelles diatribes
dans les journaux contre la _Légion du Midi._

Comme M. Leuwen avait des amis aux Finances, il distribua parmi ses
fidèles une direction de poste dans un village du Languedoc, et deux
distributions de tabac. Trois jours après, il essaya de ne point mettre
en délibération, faute de temps, une question à laquelle un ministre
attachait un intérêt personnel. Ce ministre arrive à la Chambre en grand
uniforme, radieux et sur de son fait; il va serrer la main à ses amis et
caresse du regard les bancs de ses fidèles. Le rapporteur paraît et
conclut en faveur du ministre. Un juste-milieu furibond succède et appuie
le rapporteur. La Chambre s'ennuyait et allait approuver le projet à une
forte majorité. Les députés de la Légion ne savaient que penser. Alors M.
Leuwen, libre de son opinion, monte à la tribune et, malgré la faiblesse
de sa voix, obtient une attention religieuse. Il trouve, dès le début de
son discours, trois ou quatre traits fins et méchants. Le premier fit
sourire quinze ou vingt députés voisins de la tribune, le second fit rire
d'une façon sensible et produisit un murmure de plaisir, le troisième, à
la vérité fort méchant, fit rire aux éclats. Le ministre intéressé demanda
la parole et parla sans succès. Le comte de Vaize, accoutumé au silence de
la Chambre, vint au secours de son collègue. C'était ce que M. Leuwen
souhaitait avec passion depuis deux mois; il alla supplier son collègue de
lui céder son tour. Comme le comte de Vaize avait répondu assez bien à une
des plaisanteries de M. Leuwen, celui-ci demanda la parole pour un fait
personnel. Le président la lui refuse, alors la Chambre la lui accorde au
lieu d'un autre député qui cède son tour. Ce second discours fut un
triomphe pour M. Leuwen. Il se livra à toute sa méchanceté et trouva
contre M. de Vaize des traits d'autant plus cruels qu'ils étaient
inattaquables dans la forme. Huit ou dix fois, la Chambre entière éclata
de rire, trois ou quatre fois elle le couvrit de bravos. Comme sa voix
était très faible, on eût entendu, pendant qu'il parlait, voler une mouche
dans la salle. C'était un succès pareil à ceux que l'aimable Andrieux
obtenait jadis aux séances publiques de l'Académie. M. de Vaize s'agitait
sur son banc, et faisait signe tour à tour aux riches banquiers membres
de la Chambre et amis de M. Leuwen. Il était furieux et parla de duel à
ses collègues.

«--L'odieux serait si grand, si vous arriviez à tuer ce petit vieillard,
qu'il retomberait sur le ministère tout entier,» lui dit le ministre de
la guerre.

Le succès de M. Leuwen dépassa toutes les espérances. Son discours--si
l'on peut appeler ainsi une diatribe méchante, charmante, piquante--était
le débordement d'un cœur ulcéré qui s'est contenu pendant deux mois; il
marqua la séance la plus agréable que la session eût offerte jusque-là.
Personne ne put se faire écouter après qu'il fut descendu de la tribune.

Il n'était que quatre heures et demie; après un moment de conversation,
tous les députés s'en allèrent et laissèrent seul, avec le président, un
lourd juste-milieu qui essayait de combattre la brillante improvisation de
M. Leuwen. Horriblement fatigué, celui-ci alla se mettre au lit. Mais il
fut un peu ranimé le soir, vers les neuf heures, quand il eut ouvert sa
porte. Les compliments pleuvaient, des députés qui ne lui avaient jamais
parlé venaient le féliciter et lui serrer la main.

«--Demain, si vous m'accordez la parole, je traiterai à fond le sujet,
leur disait-il.

«--Mais, mon ami, vous voulez vous tuer,» répétait Mme Leuwen, fort
inquiète.

La plupart des journalistes vinrent dans la soirée lui demander son
discours; il leur montra une carte à jouer, sur laquelle il avait marqué
cinq idées à développer. Quand ils virent que le discours avait été
réellement improvisé, leur admiration fut sans bornes. Le nom de Mirabeau
fut prononcé sans rire. À dix heures, le sténographe du _Moniteur_ vint
apporter le discours à corriger.

«--Cela me dispensera de reparler demain,» et il ajouta cinq ou six
phrases d'un bon sens profond, dessinant clairement l'opinion qu'il
voulait faire prévaloir.

Ce qu'il y avait de plus plaisant, c'était l'enchantement des députés de
sa réunion, qui assistèrent à ce triomphe pendant toute la soirée; ils
croyaient tous avoir parlé et lui fournissaient les arguments qu'il aurait
dû faire valoir. M. Leuwen admirait ces arguments avec sérieux.

«--D'ici à un mois, votre fils sera commis à cheval, dit-il à l'oreille
de l'un d'eux; et le vôtre, chef de bureau à la sous-préfecture, disait-il
à un autre.»

Le lendemain matin, Lucien faisait une drôle de mine, dans son bureau, à
vingt pas de la table où écrivait le comte de Vaize, sans doute furibond.
Son Excellence put entendre le bruit que faisaient en entrant les commis
qui venaient féliciter Lucien sur le talent de son père. Ce pauvre
ministre était hors de lui; quoique les affaires l'exigeassent, il ne put
prendre sur lui de voir Lucien. Vers les deux heures, il partit pour le
château, et à peine fut-il sorti que la jeune comtesse fit appeler Leuwen.

«--Ah! monsieur, vous voulez donc nous perdre: le ministre est hors de lui
et n'a pas fermé l'œil. Vous serez lieutenant, vous aurez la croix, mais
donnez-nous le temps.»

La comtesse de Vaize était elle-même fort pâle. Lucien fut charmant pour
elle et presque tendre; il la consola et la persuada de son mieux de ce
qui était vrai, c'est qu'il n'avait pas eu la moindre idée de l'attaque
projetée par son père.

«--Je puis vous jurer, madame, que depuis six semaines, mon père ne m'a
pas parlé une seule fois d'affaires sérieuses.

«--M. de Vaize sent bien tous ses torts. Il aurait dû vous récompenser
autrement. Mais aujourd'hui, il dit que c'est impossible, après une levée
de boucliers aussi atroce.

«--Madame la comtesse, répondit Lucien d'un air très doux, le fils d'un
député opposant peut être désagréable à voir; si ma démission pouvait
faire plaisir à M. le ministre...

«--Ah! monsieur, ne croyez point cela. Mon mari ne me pardonnerait jamais
s'il savait que ma conversation avec vous a été maladroite au point de
vous faire prononcer ce mot de démission. C'est plutôt de conciliation
qu'il s'agit.»

Et cette jolie femme se mit à pleurer. Lucien fit son possible pour la
consoler, mais en séparant avec soin dans ses consolations ce qu'il devait
dire à une femme affligée de ce qui devait être répété à l'homme qui
l'avait maltraité à son retour de mission.

Après ses succès, M. Leuwen passa huit jours au lit. Un jour de repos eut
suffi, mais il connaissait son pays où le charlatanisme à côté du mérite
est comme un zéro à la droite d'un chiffre; il décuple sa valeur. Ce fut
donc au lit qu'il reçut les félicitations de plus de cent membres de la
Chambre. Il refusa huit ou dix députés non dépourvus de talent qui
voulaient s'enrôler dans la _Légion du Midi._

«--Nous sommes plutôt une réunion d'amis qu'une société de politiciens...
Votez avec nous, secondez-nous pendant cette session, et si cette
fantaisie, qui nous honore, vous dure encore l'année prochaine, ces
messieurs, accoutumés à vous voir partager nos opinions, toutes de
conscience, iront eux-mêmes vous engager à venir à nos dîners de bons
garçons...

«--Il faut déjà le comble de l'abnégation et de l'adresse pour mener ces
vingt-neuf oisons. One serait-ce s'ils étaient quarante ou cinquante,
et encore avec quelques gens d'esprit, dont chacun voudrait être mon
lieutenant et bientôt évincerait le capitaine.»

Quelques jours après, le télégraphe apporta d'Espagne une nouvelle qui
probablement devait faire baisser les fonds. Le ministre hésita beaucoup
à donner l'avis ordinaire à son banquier.

«--Ce serait pour lui un nouveau triomphe, pensait M. de Vaize, que de me
voir piqué au point de négliger mes affaires. Mais halte-là!»

Il fit appeler Lucien et, sans presque le regarder en face, lui donna
l'avis à transmettre à son père. L'affaire se fit comme à l'ordinaire et
M. Leuwen en profita pour envoyer à M. de Vaize, le surlendemain du
rachat des rentes, le bordereau de cette dernière opération et le restant
des bénéfices de trois ou quatre opérations précédentes. De telle sorte
qu'à quelques centaines de francs près, la maison Leuwen ne devait rien à
M. le comte de Vaize.

Coffe était en grande faveur auprès de M. Leuwen, faveur basée sur cette
grande qualité, disait l'illustre député: il n'est pas Gascon. Il
l'employait à faire des recherches, et comme M. de Vaize le sut, il raya
Coffe sur la liste des gratifications où Lucien l'avait inscrit pour
2.500 fr.

«--Voilà qui est de bien mauvais goût, dit en riant M. Leuwen, et il
donna 4.000 francs à l'ami de Lucien.

À sa seconde sortie, M. Leuwen alla voir le ministre des Finances, qu'il
connaissait de longue main.

«--Eh bien, parlerez-vous aussi contre moi? lui dit celui-ci gaiement.

«--Certainement, à moins que vous ne répariez la sottise de votre collègue
le comte de Vaize.» Et il raconta l'histoire de Coffe.

Le ministre, homme d'esprit, ne fit aucune question sur le protégé du
député.

«--On dit que le comte de Vaize a employé M. votre fils dans nos
élections, et que ce fut M. votre fils qui fut attaqué à Blois dans une
émeute.

«--Il a eu cet honneur-là.

«--Et je n'ai point vu son nom sur la liste de gratifications apportée au
conseil?

«--Mon fils avait effacé son nom et porté celui de M. Coffe. Mais ce bon
M. Coffe n'est pas heureux avec le comte de Vaize.

«--Ce pauvre de Vaize a du talent, et parle bien à la Chambre, mais il
manque tout à fait de tact. Voilà une belle économie qu'il a faite là,
aux dépens de M. Coffe.»

Huit jours après cet entretien, Coffe était nommé sous-chef aux Finances,
avec six mille d'appointements, et la condition expresse de ne jamais
paraître au ministère.

«--Êtes-vous content, dit le ministre à M. Leuwen, dans les couloirs de
la Chambre.

«--Oui, de vous!»

Quinze jours après, dans une discussion où le ministre de l'Intérieur
venait d'avoir un beau succès; au moment où on allait voter, on disait de
toutes parts autour de M. Leuwen: majorité de quatre-vingts voix. Il
monta à la tribune et commença par parler de son âge et de sa faible voix:
aussitôt régna un profond silence. Il fit un discours de dix minutes,
serré, raisonné, après quoi, pendant cinq minutes, il se moqua des
raisonnements du comte de Vaize.

La Chambre, si silencieuse pendant la première partie, murmura de plaisir
dix ou vingt fois.

«--Aux voix! aux voix! crièrent pour interrompre M. Leuwen trois ou
quatre juste-milieux imbéciles.

«--Eh bien, oui, aux voix, messieurs les interrupteurs. Je vous en défie,
et pour laisser le temps de voter, je descends de la tribune. Aux voix,
messieurs, cria-t-il avec sa petite voix, en passant devant les ministres.

La Chambre tout entière et même les tribunes éclatèrent de rire. En vain,
le président prétendait-il qu'il était trop tard pour aller aux voix.

«--Il n'est pas cinq heures, cria M. Leuwen de sa place. D'ailleurs, si
vous ne voulez pas nous laisser voter, je remonte à la tribune demain.
Aux voix!»

Le président fut forcé de laisser voler, et le ministère l'emporta à la
majorité de _une voix._

Le soir les ministres se réunirent pour laver la tête à M. de Vaize.

Le ministre des Finances se chargea de l'exécution. Il raconta à ses
collègues l'aventure de Coffe, l'émeute de Blois, etc... M. Leuwen et son
fils occupèrent toute la soirée de ces graves personnages. On força le
comte de Vaize de tout avouer, et l'affaire Kortis, et les élections de
Caen, mal dirigées par lui.

Le ministre de la guerre alla le soir même chez le roi et fit signer deux
ordonnances: la première nommant Lucien Leuwen, lieutenant d'état-major;
la seconde lui accordant la croix pour blessure reçue à Blois dans une
mission à lui confiée.

À onze heures, les ordonnances étaient signées; avant minuit, M. Leuwen
en avait une expédition avec un mot aimable du ministre des Finances; à
une heure du matin, ce ministre avait un mot de M. Leuwen qui demandait
huit petites places et remerciait très froidement des grâces incroyables
accordées à son fils.

Le lendemain, à la Chambre, le même ministre lui dit:

«--Mon cher ami, il ne faut pas être insatiable.

«--En ce cas, cher ami, il faut être patient! et M. Leuwen se fit inscrire
pour avoir la parole le lendemain. Il invita tous ses amis à dîner pour le
soir même.

«--Messieurs, dit-il en se mettant à table, voici une petite liste des
places que j'ai demandées à M. le ministre des Finances, qui a cru me
fermer la bouche en donnant la croix à mon fils. Mais, si avant quatre
heures demain, nous n'avons pas cinq au moins de ces emplois qui nous
sont dus si justement, nous réunissons nos vingt-neuf boules noires et
onze autres qui me sont promises dans la salle, ce qui fait quarante
voix; de plus je m'engage à secouer ce bon ministre de l'Intérieur qui,
avec M. de Beauséant, s'oppose seul à nos demandes. Qu'en pensez-vous,
messieurs?»

Le lendemain, à la Chambre, quelques moments avant que fût voté l'objet à
l'ordre du jour, le ministre des Finances prit à part M. Leuwen et lui
annonça que cinq des places demandées étaient accordées.

«--La parole de Votre Excellence est de l'or en barre pour moi: mais les
cinq députés dont j'ai épousé les intérêts désireraient avoir un avis
officiel. Ils seront incrédules jusque-là...

«--Leuwen, cela est trop fort!--et le ministre rougit jusqu'au blanc
des yeux. De Vaize a raison...

«--Eh bien alors, la guerre!» et un quart d'heure après il montait à la
tribune.

On alla aux voix et le ministère n'eut qu'une majorité de trente-sept
voix qui fut jugée fort alarmante. Le soir même, le conseil des ministres,
présidé par le roi, discuta longuement sur le compte de M. Leuwen.

Le comte de Beauséant proposa de lui faire peur.

«--C'est un homme d'humeur; son associé, Van Peters, me le disait souvent.
Quelquefois il a les vues les plus nettes des choses; en d'autres moments,
pour satisfaire un caprice, il sacrifierait sa fortune et lui avec. Si
nous l'irritons, il nous fera autant et plus de mal dans une soirée à
l'Opéra que dans une séance de la Chambre.

«--On peut l'attaquer dans son fils, dit le comte de Beauséant. C'est un
petit sot que l'on vient de faire lieutenant.

«--Ce n'est pas _on_, monsieur, répondit vertement le ministre de la
guerre; c'est moi, qui, par métier, dois me connaître en fait de bravoure;
c'est moi qui l'ai nommé lieutenant. Quand il était sous-lieutenant de
lanciers, il a pu être peu poli, un soir, chez vous, en cherchant le comte
de Vaize pour lui rendre compte de l'affaire Kortis, affaire qu'il a très
bien menée. On ajoute même des détails; _on_ a raconté la scène à des gens
qui s'en souviennent!--et le vieux général élevait la voix.

«--Il me semble, dit le roi, qu'il y a des moments où il vaudrait mieux
discuter raisonnablement..., ne pas tomber dans les personnalités et
surtout ne pas élever la voix.

«--Sire, répliqua le ministre des Affaires étrangères, le respect que je
dois à Votre Majesté me ferme la bouche, mais partout où je rencontrerai
monsieur...

«--Votre Excellence trouvera mon adresse dans l'Almanach royal,» dit le
général.

Le lendemain du conseil, on fit faire des ouvertures à M. Leuwen. Il en
fut profondément étonné.

«--Comment? Il se trouve quelqu'un qui prend au sérieux mon verbiage
parlementaire! J'ai donc de l'influence? Il le faut bien, puisqu'un grand
parti, ou, pour parler mieux, une grande fraction de la Chambre me propose
un traité d'alliance.»

Néanmoins, cela lui parut si ridicule qu'il n'en parla même pas à sa
femme, et jusque-là Mme Leuwen avait eu ses moindres pensées.

Le roi fit appeler M. Leuwen à l'insu de ses ministres. En recevant cette
communication de M. de Romel, officier d'ordonnance du roi, le vieux
banquier rougit de plaisir. (Il avait déjà vingt ans quand la royauté
tomba en 1793.) Toutefois, s'apercevoir de son trouble et le dominer, ne
fut que l'affaire d'un instant pour cet homme vieilli dans les salons de
Paris. Il fut avec l'officier d'ordonnance d'une froideur qui pouvait
passer également pour du respect profond, ou pour un manque complet
d'empressement.

«--Je vais jouer le rôle si connu de Samuel Bernard, promené par Louis
XIV dans les jardins de Versailles,» se dit M. Leuwen en regardant
s'éloigner le cabriolet.

Cette idée suffit pour lui rendre tout le feu de la première jeunesse.

Au château, il fut parfaitement convenable.

Le procureur de basse Normandie, qu'était Louis-Philippe, commença par lui
dire:

«--Un homme tel que vous!...»

Mais trouvant ce plébéien malin, et voyant qu'il perdait son temps
inutilement; ne voulant pas, d'un autre côté, lui donner par la longueur
de l'entrevue, une idée exagérée du service qu'il était obligé de lui
demander, en moins d'un quart d'heure il revint à la bonhomie.

En observant cechangement de ton chez un homme si adroit, M. Leuwen fut
content de lui, et ce premier succès lui rendit la continuée. On lui
disait de l'air le plus paternel, et comme si dans ce qu'on lui disait de
marqué on y était obligé par les circonstances:

«--J'ai voulu vous voir, mon cher monsieur, à l'insu de mes ministres.
Demain aura lieu, selon toute apparence, le scrutin définitif sur la loi
des dotations. Je vous avouerai, monsieur, que je prends à cette loi un
intérêt tout personnel. Je suis bien sur qu'elle passera par assis et
levé; n'est-ce point votre avis?

«--Oui, sire.

«--Mais au scrutin j'aurai un bel et bon rejet par sept ou huit boules
noires. N'est-ce pas?

«--Oui, sire.

«--Eh bien, rendez-moi ce service: parlez contre, si vous le trouvez
nécessaire à votre position, mais donnez-moi vos trente-cinq voix. C'est
un service personnel que j'ai tenu à vous demander moi-même.

«--Sire, je n'ai que vingt-sept voix en ce moment, en comptant la mienne.

«--Ces pauvres ministres se sont effrayés ou plutôt piqués, parce que
vous aviez donné une liste de huit petites places subalternes; je n'ai pas
besoin de vous dire que j'approuve d'avance cette liste. Je vous engage
même à y ajouter quelque chose pour vous, ou pour le lieutenant Leuwen.

«--Sire, répondit M. Leuwen, je demande à Votre Majesté de ne rien
signer, ni pour nous, ni pour mes amis, et je lui fais hommage de mes voix
pour demain.

«--Parbleu, vous êtes un brave homme!» dit le roi, jouant, et pas trop
mal, la franchise à la Henri IV. Il fallait beaucoup de perspicacité pour
n'y être pas pris.

Sa Majesté parla encore un bon quart d'heure dans ce sens.

«--Sire, il est impossible que M. de Beauséant, ministre des Affaires
étrangères, pardonne jamais à mon fils. Ce ministre a peut-être manqué un
peu de fermeté personnelle envers ce jeune homme plein de feu, que Votre
Majesté appelle le lieutenant Leuwen. Je demande à Votre Majesté de ne
jamais croire un mot des rapports que M. de Beauséant fera faire sur mon
fils par sa police, ou même par celle du bon M. de Vaize, mon ami.

«--_Que vous servez avec tant de probité!_» dit le roi, l'œil brillant
de finesse.

Cette obéissance, si prompte et si entière, eut l'air d'étonner un peu
ce grand personnage. Il vit que M. Leuwen n'avait aucune grâce à lui
demander, et comme il n'était pas accoutumé à donner ou à recevoir rien
pour rien, il avait calculé que les vingt-sept voix lui coûteraient dans
les 27.000 francs.

«--Sire, continua le banquier, je me suis fait une position dans le monde
en ne refusant rien à mes amis, et en ne me refusant rien contre mes
ennemis. C'est une vieille habitude, et je supplie Votre Majesté de ne pas
me demander de changer de caractère envers les ministres. Ils ont pris des
airs de hauteur avec moi, et jusqu'à ce bon M. Bardoux, des Finances, qui
m'a dit gravement, à propos des petites places en question:

«--Vous abusez, monsieur!

«--Je présente respectueusement à Votre Majesté ces vingt-sept voix dont
je dispose, mais je la supplie de me laisser me moquer de ses ministres.»

C'est ce dont M. Leuwen s'acquitta le lendemain à la Chambre, avec une
verve et une gaieté admirables. La loi, à laquelle le roi prétendait
tenir, passa à une majorité de treize voix, dont six appartenaient aux
ministres. Lorsqu'on proclama le résultat, M. Leuwen placé au second banc
de la gauche, à trois pas du banc ministériel, dit tout haut:

«--Ce ministère s'en va; bon voyage!»

Le mot fut à l'instant répété par tous les députés voisins du banquier.

Trois jours après le vote de la loi, M. Bardoux, le ministre des Finances,
s'approcha de M. Leuwen et lui dit à mi-voix:

«--Les places sont accordées.

«--Fort bien, mon cher Bardoux, mais vous vous devez à vous-même de ne
point contresigner ces grâces. Laissez cela à votre successeur.
J'attendrai.»

Ordinairement la _Légion du Midi_ dînait au grand complet chez M. Leuwen
le lundi. Ce jour avait été choisi pour mieux pouvoir convenir de la
campagne parlementaire à mener pendant la semaine.

«--Lequel de vous, messieurs, leur dit M. Leuwen, aurait pour agréable de
dîner au Château?»

À ces mots, les bons députés le virent l'égal d'un dieu.

On convint que M. Chapeau, l'un d'entre eux, aurait le premier cet
honneur, et que plus tard, avant la fin de la session, on solliciterait
le même honneur pour M. Cambray.

«--J'ajouterai à ces deux noms ceux de MM. Lamorte et Debrée, qui ont
voulu nous quitter.»

Ces messieurs bredouillèrent et firent des excuses.

M. Leuwen alla solliciter l'aide de camp de service de Sa Majesté, et
moins de quinze jours après, les quatre députés les plus obscurs de la
Chambre furent engagés à dîner chez le roi. M. Cambray fut tellement
comblé par cette faveur qu'il tomba malade et ne put en profiter. Le
lendemain de ce dîner, M. Leuwen pensa qu'il devait profiler de la
faiblesse de ces gens, auxquels l'esprit seul manquait pour être méchants.

«--Messieurs, leur dit-il, si Sa Majesté m'accordait une croix, lequel
parmi vous devra-t-il être l'heureux chevalier?»

Les députés demandèrent huit jours pour se concerter, mais ils ne purent
tomber d'accord. La semaine suivante, on alla au scrutin, et M. Lamorte
fut désigné pour la croix.

Depuis longtemps, M. Leuwen avait osé avouer à Mme Leuwen ses projets
d'ambition.

«--Je commence à songer sérieusement à tout ceci. Le succès est venu me
chercher, moi qui, à la Chambre, parle connue dans un salon. Et le
plaisant c'est que, si ce ministère qui ne bat plus que d'une aile,
vient à tomber, je ne saurai plus que dire. Car enfin je n'ai d'opinion
sur rien et ce n'est certainement pas à mon âge que j'irai travailler à
m'en former une.

«--La _Gazette_ vous appelle le Maurepas de cette époque. Je voudrais
bien avoir sur vous l'influence que Mme de Maurepas avait sur son mari,
pour vous empêcher d'être ministre. Vous en mourrez, avec votre
tempérament...

«--Il y aurait un autre inconvénient plus grand. Je me ruinerais. La
perte de ce pauvre Van Peters se fait vivement sentir. Nous avons été
fixés dernièrement par deux banqueroutes d'Amsterdam, causées uniquement
par sa mort. Je ne suis pas allé en Hollande, où la chose se serait
arrangée, à cause de cette maudite Chambre. Et ce maudit Lucien, que
voilà, est la cause première de mes embarras. D'abord il m'a enlevé la
moitié de votre cœur, ensuite il devrait connaître le prix de l'argent
et être à la tête de ma maison de banque. A-t-on jamais vu un homme né
riche, qui ne songe pas à doubler sa fortune? Il mériterait d'être pauvre.
Sans la sottise du comte de Vaize à son égard, jamais je n'aurais songé
à me faire une position à la Chambre. Maintenant j'ai pris goût à ce jeu,
et je vais avoir une bien autre part à la chute de ce ministère--s'il
tombe toutefois--que je n'en ai eu à sa formation. Aussi bien, une
objection terrible se présente. Que puis-je demander? Si je ne prends
rien de substantiel, au bout de deux mois, le ministère que j'aurai aidé
à naître se moquera de moi et je me trouverai dans une fausse position.

Receveur général? Cela ne signifie rien pour moi, et c'est un avantage
trop subalterne pour ma position actuelle à la Chambre. Faire nommer
Lucien préfet, malgré lui, c'est ménager à celui de mes amis qui sera
ministre le moyen de me jeter de la boue en le destituant. Et c'est ce
qui arriverait au bout de trois mois.

«--Mais ne serait-ce pas un beau rôle que de faire le bien et de ne rien
prendre? dit Mme Leuwen.

«--C'est ce que notre public ne croira jamais. M. de la Fayette a joué ce
rôle-là pendant quarante ans et a toujours été sur le point d'être
ridicule. Le public est trop gangrené pour comprendre ces choses-là. Pour
les trois quarts des gens de Paris, M. de la Fayette eût été un homme
admirable s'il avait volé quatre millions. Si je refusais le ministère et
montais ma maison de manière à dépenser cent mille écus par an, tout en
achetant des terres--ce qui montrerait que je ne me ruine pas--on
ajouterait foi à mon génie et je garderais la supériorité sur tous ces
fripons qui vont se disputer les ministères. Et si tu ne me résous pas
cette question: Que puis-je demander? fit-il en riant et en s'adressant
à son fils, je te regarde comme un être sans imagination, el n'ai d'autre
parti à prendre que de jouer la petite santé et d'aller passer trois mois
en Italie, pour laisser faire le ministère sans moi. Au retour je me
trouverai effacé, mais ne serai pas ridicule. Maintenant, ma chère amie,
ajouta-t-il en prenant les mains de sa femme, j'ai une grande corvée à
vous demander: il s'agirait de donner deux bals.

«Deux grands bals! Si le premier n'est pas brillant, nous nous
dispenserons du second; mais je crois bien que nous aurons _toute la
France_, comme on disait dans ma jeunesse.»

Effectivement, les deux bals eurent lieu avec un immense succès et furent
pleinement favorisés par la mode.

Le maréchal, ministre de la guerre, arriva des premiers. La Chambre des
députés afflua en masse. L'événement de la soirée fut le long entretien
particulier du ministre de la guerre et de M. Leuwen. Et ce qu'il y avait
de singulier, c'est que, pendant cet aparté qui fit ouvrir de grands yeux
aux cent quatre-vingts députés présents, le maréchal avait réellement
parlé d'affaires au banquier.

«--Je suis bien embarrassé, avait-il dit. En fait de choses raisonnables,
que trouveriez-vous à faire pour M. votre fils? Le voulez-vous préfet?
Rien de si simple. Le voudriez-vous secrétaire d'ambassade? Mais il y a
là une hiérarchie gênante! Je le nommerai second et dans trois mois
premier.

«--_Dans trois mois?_» demanda M. Leuwen avec un air naturellement
dubitatif et bien loin d'être exagéré.»

Le maréchal, dans toute autre circonstance, eût pris ces mots pour une
violence. Il répondit avec une grande bonne foi:

«--Voilà une difficulté! Donnez-moi le moyen de la lever.»

M. Leuwen, ne trouvant rien à répondre ou ne voulant pas répondre, se
jeta sur la reconnaissance, sur l'amitié, sur la sympathie que lui
inspirait cette démarche.

Et ces deux plus grands trompeurs de Paris étaient sincères. Telle fut
aussi la réflexion de Mme Leuwen, lorsque son mari lui rapporta
l'entretien.

Au second bal, tous les ministres furent obligés de paraître. La pauvre
petite Mme de Vaize pleurait presque, en disant à Lucien:

«--Aux bals de la saison prochaine, c'est vous qui serez ministres, et
c'est moi qui viendrai chez vous.

«--Je ne vous serai pas plus dévoué alors qu'aujourd'hui; cela est
impossible. Mais qui serait ministre dans cette maison? Ce n'est pas moi,
et ce serait encore moins mon père.

«--Vous n'en clés que plus méchants. Vous nous renversez et ne savez qui
mettre à la place. Et tout cela parce que M. de Vaize ne vous a pas assez
fait la cour lorsque vous êtes revenu de cette mission...

«--Je suis désolé de votre chagrin. Que ne puis-je vous consoler en vous
donnant mon cœur... Mais vous savez bien qu'il est _vôtre_ depuis
longtemps.»

Tout cela fut dit avec assez de sérieux pour ne pas avoir l'air d'une
impertinence.

Mme de Vaize ne répondit pas, mais son regard parla pour elle.

«--Si j'étais parfaitement sûre qu'il m'aime, pensait-elle, le bonheur
d'être à lui serait peut-être la seule consolation possible au malheur
de perdre le ministère.»

À l'empressement que de tous côtés on marquait à M. Leuwen, le monde
voyait de plus en plus que le nouveau et déjà célèbre député allait
représenter la Bourse et les intérêts d'argent dans la crise
ministérielle. Et cependant l'ennui de M. Leuwen était grand. Tandis qu'on
enviait sa situation, il voyait, lui, l'impossibilité de la faire durer.

«--Je retarde tout, disait-il à sa femme et à son fils, et au milieu de
ces retards, il ne me vient pas une idée. Qui est-ce qui me fera la
charité d'une idée?

«--Vous ne pouvez pas prendre votre glace et vous avez peur qu'elle ne se
fonde, répliquait Mme Leuwen. Cruelle situation pour un gourmand!

«--Et je meurs de peur de regretter ma glace quand elle sera fondue!»

Toute l'attention de M. Leuwen était appliquée maintenant a retarder la
chute du ministère. Ce fut dans ce sens qu'il dirigea ses trois ou quatre
conversations avec un grand personnage. Il ne pouvait pas être ministre,
il ne savait qui porter au ministère, et si un ministère se faisait sans
lui, sa position était perdue. Il y avait bien M. Grandet, qui, depuis
deux mois, le harcelait de ses demandes, et mettait en œuvre l'influence
d'amis communs.

«--Mais il va arriver à la pairie; que lui faut-il encore?

«--Il veut être ministre.

«--Ministre, lui, grand Dieu! Mais ses chefs de division comme ses
huissiers se moqueront de lui.

«--Il a cette importance épaisse et sotte qui plaît tant à la Chambre des
députés, et puis le degré juste de grossièreté, et d'esprit cauteleux à
la Villèle, pour être de plain-pied et à deux de jeu avec l'immense
majorité du Parlement.

«--Dès que, dans une affaire quelconque, un homme ne se rendra pas à un
bénéfice d'argent, à une place pour sa famille, ou à quelques croix, il
criera à l'hypocrisie. Il dit n'avoir jamais vu que trois dupes en France,
MM. de la Fayette, Dupont de l'Eure et Dupont de Nemours, qui entendait le
langage des oiseaux. S'il avait encore quelque esprit, quelque
instruction, quelque vivacité..., il pourrait faire illusion. Mais le
moins clairvoyant aperçoit tout de suite le marchand de gingembre enrichi
qui veut devenir duc. Le comte de Vaize est un Voltaire pour l'esprit
et un J.-J. Rousseau pour le sentiment romanesque à côté de M. Grandet.»

Depuis le grand succès que son second discours à la Chambre avait valu à
M. Leuwen, Lucien remarqua qu'il était un tout autre personnage dans le
salon de Mme Grandet. Il y était accueilli avec de grandes démonstrations
et il ne tenait qu'à lui de pousser plus loin les choses. Pendant ce
temps, sa position de secrétaire d'un ministre turlupiné par son père,
était devenue fort délicate. Comme par un accord tacite, ils ne se
parlaient presque plus que pour se dire des choses polies. Un garçon de
bureau portait les papiers d'un cabinet à l'autre. Pour lui marquer sa
confiance, le ministre l'accablait des grandes affaires du ministère.

«--Croit-il arriver à me faire crier grâce?»

Et il travailla autant que trois chefs de bureau. Il arrivait le matin à
sept heures, et, bien des fois, pendant le dîner, il faisait faire des
copies dans le comptoir de son père, et retournait le soir au ministère
pour les placer sur le bureau de Son Excellence. Mme de Vaize le faisait
appeler trois ou quatre fois par semaine et lui volait un temps précieux
pour ses paperasses. Mme Grandet trouvait aussi des prétextes fréquents
pour le voir dans la journée. Par amitié et par reconnaissance pour son
père, Lucien cherchait à profiter de ces occasions pour se donner les
apparences d'un amour vrai. Bien plus, pour plaire à Mme Grandet, il
était devenu d'une recherche extrême dans sa toilette; il marquait parmi
les jeunes gens de Paris qui mettent le plus de soin à s'habiller.

Tout cet ensemble de choses durait depuis environ six semaines, quand,
un beau jour Mme Grandet écrivit à M. Leuwen pour lui demander une heure
de conversation, le lendemain à dix heures, chez Mme de Thémines. Au début
de l'entretien, elle commença par des protestations infinies. M. Leuwen
restait grave et impassible. Il comptait les minutes à la pendule de la
cheminée. Enfin, ouvertement, Mme Grandet lui demanda un ministère pour
son mari.

«--Le roi aime beaucoup M. Grandet, ajouta-t-elle, et serait fort content
de le voir arriver aux grandes affaires. Nous avons, de cette
bienveillance du Château, des preuves que je vous détaillerai si vous le
souhaitez et m'en accordez le loisir.»

À ces mots, M. Leuwen prit un air extrêmement froid; la scène commençait
à l'amuser. Mme Grandet, alarmée et presque décontenancée, malgré la
ténacité de son esprit, qui ne s'effarouchait pas pour peu de chose, se
mit à parler de l'amitié réciproque des deux familles.

À ces phrases affectueuses qui demandaient un signe d'assentiment, M.
Leuwen resta silencieux. La chose en vint à ce point de gravité, que Mme
Grandet prit le parti de demander ce qu'il pouvait y avoir contre elle.
M. Leuwen, qui depuis trois quarts d'heure gardait le silence, avait
toutes les peines du monde en ce moment à ne pas éclater de rire.

«--Si je ris, pensait-il, elle s'apercevra que je me moque d'elle, et
je manque l'occasion d'avoir le vrai _tirant d'eau_ de cette vertu si
célèbre.»

Il commença par demander des pardons infinis sur la communication qu'il
allait faire, et puis il prononça ces mots d'une voix basse et
profondément émue:

«--Je vous avoue, madame, que je ne puis vous aimer, car vous serez cause
que mon fils mourra de la poitrine!»

Et il se sentit saisi par une telle envie de rire, qu'il s'enfuit. Mme
Grandet, après avoir mis le verrou à la porte, resta près d'une heure
immobile sur son fauteuil. Pensive, elle tenait les yeux ouverts comme la
Phèdre de M. Guérin au Luxembourg. Jamais ambitieuse, tourmentée par dix
ans d'attente, n'a désiré le ministère comme elle le souhaitait à cette
heure.

«--Quel rôle à jouer que celui d'une Mme Roland, au milieu d'une société
qui se décompose. Et dans les salons, arriver à une belle position, en
inspirant une passion grande et malheureuse, dont l'homme le plus
distingué du faubourg Saint-Germain serait la victime. Le nom de Grandet
est encore inconnu, mais une fois qu'il aura passé par le ministère, il
sera célèbre à jamais. Des millions de Français ne connaissent des gens
qui forment la première classe de la société, que les noms qui ont figuré
dans les ministères...»

Elle divagua longtemps de la sorte.

Lucien, qui n'était pas dans la confidence de la démarche faite par son
père, remarqua bien, en revenant, voir Mme Grandet, quelque chose de moins
guindé et de plus naturel dans sa manière d'être. Il eût été bien plus
surpris en apprenant que celle-ci, après une nuit agitée et remplie de
visions de grandeur, s'était réveillée eu pensant à lui, et trouvant que
décidément il lui plaisait chaque jour davantage. C'était par lui que
toutes les grandeurs rêvées, que toute cette nouvelle vie devaient lui
arriver.

Aussi le soir, en le voyant entrer dans son salon, rougit-elle de plaisir.

«--Quel air noble! Quelles manières parfaites! Combien peu d'empressement!
Et quelle différence des autres jeunes gens qui, devant moi, ont l'air
de dévots à l'église...»

Pendant que Lucien s'étonnait de la physionomie singulière de l'accueil
qui lui était fait ce soir-là, sa mère avait une grande conversation avec
M. Leuwen.

«--Eh, mon ami, lui disait-elle, l'ambition vous a tourné la tête! Et une
si bonne tête, grand Dieu! Votre position va en souffrir!»

Notre lecteur s'étonnera peut-être de ce qu'une femme qui, à quarante-cinq
ans, était encore la meilleure amie de son mari, fût sincère avec lui.
C'est qu'avec un homme d'un esprit, aussi singulier et un peu fou, comme
M. Leuwen, il eût été excessivement dangereux de n'être point parfaitement
sincère. Au milieu d'un monde si menteur, et dans les relations intimes,
plus menteuses peut-être que celles de société, ce parfum de franchise
avait un charme auquel le temps n'ôtait rien de sa fraîcheur.

Jamais M. Leuwen n'avait été si près de mentir qu'à ce moment. Comme son
succès à la Chambre ne lui avait coûté aucun travail, il ne pouvait croire
à sa durée, ni presque à sa réalité.

Là était l'illusion, là était le coin de folie, là était la preuve du
plaisir extrême produit par cette célébrité imprévue et la position
incroyable qu'il s'était créées en trois mois. Si, dans cette affaire,
il eût apporté le sang-froid qui ne le quittait jamais au milieu des
plus grands intérêts d'argent, il se serait dit:

«--Ceci est un nouvel emploi d'une force que je possède déjà depuis
longtemps. C'est une machine à vapeur puissante que je ne m'étais pas
encore avisé de faire fonctionner dans ce sens.»

Les flots de sensations nouvelles produites par un succès si étonnant,
faisaient un peu perdre terre au bon sens de M. Leuwen, et c'est ce
qu'il avait honte d'avouer même à sa femme. Après des discours infinis:

«--Eh bien, oui, dit-il, je ne veux plus nier la dette. J'ai eu un succès
d'ambition, et c'est ce qu'il y a de plus plaisant, je ne sais pas quoi
désirer.

«La fortune frappe à votre porte; il faut prendre un parti tout de suite.
Si vous ne lui ouvrez pas, elle ira frapper ailleurs.

«Les miracles du Tout-Puissant éclatent surtout quand ils opèrent sur une
matière vile et inerte. Je fais Grandet ministre ou du moins je
l'essaie...

--M. Grandet ministre! dit Mme Leuwen en souriant. Mais vous êtes injuste
envers Anselme! Pourquoi, je vous prie, ne pas songer à lui.»

(Le lecteur aura peut-être oublié qu'Anselme était le vieux et fidèle
valet de chambre de M. Leuwen.)

«--Toi qu'il est, répondit M. Leuwen avec ce sérieux plaisant qui le
rendait si attrayant, Anselme vaut mieux pour les affaires que M. Grandet.
Après qu'on lui aura accordé un mois pour se guérir de son étonnement,
il décidera cent fois plus intelligemment dans les grandes questions, où
il faut un vrai bon sens, que ce M. Grandet. Mais Anselme n'a pas une
femme qui soit sur le point de servir de manteau à Lucien. En portant
Anselme au ministère de l'Intérieur, tout le monde ne verrait pas que
c'est Lucien que je fais ministre en sa personne.

«--Ah! que m'apprenez-vous! s'écria Mme Leuwen, avec un accent de
véritable douleur. Lucien va être la victime de cet esprit sans repos,
de cette femme qui court après le bonheur comme une âme en peine, et
ne l'atteint jamais.

«--C'est la plus jolie femme de Paris, ou du moins la plus brillante.
Elle ne pourra pus avoir un amant sans que tout le monde le sache, et
pour peu que cet amant ait déjà un nom un peu connu, cette liaison le
mettra au premier rang. Je le placerai auprès de Grandet, ministre, comme
secrétaire général. Si l'on me refuse ce titre à cause de son âge, la
place restera vacante, et sous le nom de secrétaire intime il en
remplira les fonctions. Il se cassera le cou dans un an, ou il se fera
une réputation. Quant à moi, je tire mon épingle du jeu. On verra que
j'ai fait Grandet ministre uniquement parce que mon fils n'était pas
encore en âge de l'être. Si je n'y réussis pas, je n'aurai point de
reproches à me faire: la fortune ne frappait donc pas à ma porte. Si
j'emporte le Grandet, me voilà hors d'embarras pour six mois.

«--M. Grandet pourra-t-il se maintenir?

«--Il y a des raisons pour, il y en a contre. Il aura les sots pour lui,
et un train de maison à dépenser pour cent mille francs par an en sus de
ses appointements. Il ne lui manquera que de l'esprit dans les
discussions, et du bon sens dans les affaires.

«--Excusez du peu, fit Mme Leuwen en souriant.

«--Au demeurant, le meilleur fils du monde. À la Chambre, il parlera comme
vous savez. Il lira comme un laquais les excellents discours que je
commanderai aux meilleurs faiseurs, à cent louis par discours réussi. Je
parlerai aussi: aurais-je du succès pour la défense comme j'en ai eu pour
l'attaque? C'est ce qui sera curieux de voir. Celle incertitude m'amuse.
Mon fils et le petit Coffe me feront les carcasses de mes discours.»

À quelques jours de là, M. Leuwen alla voir Mme Grandet et lui tint ce
discours:

«--Permettez-moi, madame, un langage tout de sincérité, exempt de tout
vain déguisement... comme si déjà vous faisiez partie de la famille...»

Ici M. Leuwen retint à grand'peine un coup d'œil malin.

«--Ai-je besoin de vous demander une discrétion absolue? M. le comte de
Vaize est aux écoutes. Un seul mot, recueilli par un de ses espions,
pourrait déranger ou gâter à tout jamais nos petites affaires.

«M. Grandet est, ainsi que moi, à la tête de la Banque, et depuis juillet,
la Banque est à la tête de l'État. La bourgeoisie a remplacé le faubourg
Saint-Germain et la Banque est la noblesse de la classe bourgeoise. M.
Laffitte, en se figurant que tous les hommes étaient des anges, nous a
fait perdre le ministère; les circonstances actuelles appellent la haute
banque à ressaisir l'empire et à reprendre le ministère, par elle-même
ou par ses amis. On accusait les banquiers d'être bêtes: l'indulgence de
la Chambre a bien voulu me mettre à même de prouver le contraire. Nous
savons affubler nos adversaires politiques de mots difficiles à faire
oublier. Je sais mieux que personne que ces mots ne sont pas des raisons,
mais la Chambre n'aime pas les raisons.

«--C'est ce que dit M. Grandet.

«--Il a des idées assez justes, mais, puisque vous me permettez le
langage de l'amitié la plus intime, je vous avouerai que sans vous,
madame, je n'eusse jamais songé à M. Grandet. Je vais vous parler
brutalement: vous croyez-vous assez de crédit sur lui pour le diriger
dans toutes les actions capitales de son ministère? Il lui faut toute
votre habileté pour ménager le maréchal, ministre de la guerre. Le roi
tient à l'armée et le maréchal seul peut l'administrer et la contenir.
Or, il aime l'argent, il veut beaucoup d'argent, et c'est au ministre
des Finances à fournir cet argent. L'argent est non seulement le nerf
de la guerre, mais encore de cette espèce de paix armée dont nous
jouissons depuis juillet. Outre l'armée, indispensable contre les
ouvriers, il faut donner des places à tout l'état-major de la bourgeoisie.
Il y a là six mille bavards qui feront de l'éloquence contre vous, si
vous ne leur fermez pas la bouche avec une place de 5.000 ou 6.000 francs.
Mais je ne puis néanmoins vous donner ce ministère comme je vous donnerais
ce bouquet de violettes. Le roi lui-même, dans nos habitudes actuelles,
ne peut vous faire un tel don. Un ministre, au fond, ne doit être élu
que par cinq ou six personnes, dont chacune a plutôt le veto sur le choix
des autres, que le droit absolu de faire triompher son candidat. N'oubliez
pas, madame, qu'il faut plaire tout à fait au roi, plaire à peu près à la
Chambre, et enfin ne pas trop choquer cette pauvre Chambre des pairs.
Avant d'estimer mon degré de dévouement à vos intérêts, cherchez à vous
faire une idée nette de cette portion d'influence que, pour deux ou trois
fois vingt-quatre heures, le hasard a mise dans mes mains.

«--Je crois en vous, et beaucoup, et admettre avec vous une discussion
sur un pareil sujet n'en est pas une faible preuve. Mais entre la
confiance en votre génie et en votre fortune, et les sacrifices que vous
semblez exiger, il y a loin.

«--Je serais au désespoir de blesser le moins du monde cette charmante
délicatesse de votre sexe. Mais Mme de Chevreuse, la duchesse de
Longueville, toutes les femmes qui ont laissé un nom dans l'histoire,
et, ce qui est plus réel, qui ont établi la fortune de leur maison, ont
eu quelquefois des entretiens avec leur médecin. Eh bien, je suis, moi,
le médecin de l'âme, le donneur d'avis à la noble ambition qui vous
tourmente à cette heure.»

M. Leuwen se leva.

«--Ma chère belle, les moments sont précieux. Vous voulez me traiter
comme un de vos adorateurs et chercher à me faire perdre la tête; je vous
certifie que je n'ai plus de tête à perdre et je vais chercher
fortune ailleurs.

«--Vous êtes un cruel homme. Eh bien! parlez.

«--Voici, et en très peu de mots. J'aiderai M. Grandet à devenir ministre
de l'Intérieur, à condition que mon fils Lucien soit son secrétaire
général. Voyez, réfléchissez! Si vous ne voulez pas de mon idée, je
m'arrangerai autrement.»

Quelques moments après le départ de M. Leuwen, Mme Grandet rapportait à
son mari l'entretien qu'elle venait d'avoir.

«--Vous sentez-vous le courage de prendre le fils de M. Leuwen pour
votre secrétaire général?

«--Comment? Un lieutenant de lanciers, secrétaire général? Mais c'est un
rêve! Cela ne s'est jamais vu! Où est la gravité?

«--Hélas, nulle part! Il n'y a plus de gravité dans nos mœurs! C'est
déplorable.

M. Leuwen m'a posé cet _ultimatum._

«--Prendre pour secrétaire général un petit sournois qui s'avise aussi
d'avoir des idées, qui jouera auprès de moi le rôle que M. de Renneville
jouait auprès de M. de Villèle. Je ne me soucie point d'un _ennemi
intime._»

Mme Grandet eut à supporter pendant vingt minutes les phrases oiseuses
d'un sot qui cherchait à placer du Montesquieu et qui avait l'intelligence
bouchée par cent mille livres de rente. Enfin, M. Grandet, comprenant
qu'il ne pouvait avoir quelque chance d'arriver au ministère que par
l'entremise de M. Leuwen, consentit à laisser la place de secrétaire
général à la disposition de celui-ci.

«--Tous ces tripotages ne me conviennent guère, ajouta-t-il gravement.
Dans une administration loyale, chacun doit occuper les places que lui
valent ses mérites.»

Par l'entremise de Lucien, il fut présenté dès le lendemain au vieux
maréchal, lequel, rempli de bon sens et de vigueur quand il ne se laissait
pas engourdir par la paresse ou par l'humeur, avait fait à ce futur
collègue quatre ou cinq questions brusques, auxquelles M. Grandet, peu
accoutumé à s'entendre parler aussi nettement, répondit par des phrases.
Sur quoi le maréchal, qui détestait les phrases, d'abord parce qu'elles
sont détestables et ensuite parce qu'il ne savait pas en faire, lui avait
tourné le dos. M. Grandet était rentré chez lui pale et désespéré. Sa
femme l'avait accablé de flatteries, l'avait consolé de son mieux, mais
pris sur-le-champ la ferme opinion que M. Leuwen l'avait trahie. Lorsque
celui-ci lui raconta ce qui s'était passé chez le maréchal, les
platitudes, les fausses grâces, le vide de M. Grandet--mais en adoucissant
toutefois la vérité, Mme Grandet lui fit entendre avec un froid dédain
qu'elle était convaincue qu'il la trahissait.

M. Leuwen se conduisit comme un jeune homme; il fut au désespoir de cette
accusation, et pendant trois jours son unique affaire fut de prouver à M.
Grandet son injustice. Ce qui compliquait la question, c'est que le roi,
qui, depuis cinq ou six mois devenait chaque jour plus ennemi des
décisions promptes, avait envoyé quelqu'un de sa famille chez le ministre
des Finances, afin de moyenner un arrangement avec le vieux maréchal,
sauf, si le raccommodement ne lui convenait plus, à lui, le roi, de
désavouer la démarche. L'entente se fit, car le maréchal tenait beaucoup
à ce qu'une certaine fourniture de chevaux lui entièrement soldée avant sa
sortie du ministère. M. Salomon G..., le chef de celle entreprise, avait
sagement stipulé que les cent mille francs promis au maréchal et les
bénéfices auxquels il avait droit, ne lui seraient payés qu'avec les
fonds provenant de l'_ordonnance de solde_, signée par M. le ministre
des Finances. Le roi connaissait bien cette spéculation sur les chevaux,
mais il ignorait ce détail.

Dans l'ennui que lui causait l'attitude de Mme Grandet, à son égard et
le manque de confiance qu'elle lui témoignait, M. Leuwen se décida à en
faire part à son fils. Après le dîner de famille, il partit de bonne
heure pour l'Opéra, emmena Lucien, tira, avec le plus grand soin, les
verrous de la loge, et ces précautions prises, il raconta, par le détail
et dans le style le plus simple, le marché fait avec Mme Grandet.

La vanité de Lucien lut consternée; il se sentit froid dans la poitrine.
M. Leuwen venait de commettre là une lourde gaucherie. Par excès de
déférence, il sut ne pas se laisser deviner par l'œil lin et scrutateur
de son père attaché sur lui; il déroba à ce moqueur impitoyable son cruel
désappointement.

«--Au fond, se dit-il, mon père est comme tous les pères, mais il l'est
avec infiniment plus d'esprit et de cœur, ce que je n'avais pas su deviner
jusqu'ici. Il veut me rendre heureux, _mais à sa façon_, non à la mienne.
Et c'est pour tout cela que je m'hébète depuis huit mois par le travail du
bureau le plus excessif, et le plus stupide. Les autres victimes du
fauteuil de maroquin sont au moins ambitieux... Tandis que moi! La boue de
Blois même n'a pu me réveiller! Qui te réveillera donc, infâme? Coffe a
raison; je suis plus grandement dupe qu'aucun de ces cœurs vulgaires qui
se sont vendus au gouvernement. Hier encore, en causant de Desbacs, Coffe
ne m'a-t-il pas dit avec sa froideur inexorable: «Ce qui fait que je ne
les méprise pas trop, c'est qu'au moins ils n'ont pas de quoi dîner.»

Un avancement merveilleux pour mon âge, mes talents, la position de mon
père dans le monde, m'ont-ils jamais procuré d'autre sentiment que cet
étonnement sans plaisir: _N'est-ce que ça?_ Il est temps de se réveiller!
Qu'ai-je besoin de fortune? Un dîner de cinq francs et un cheval ne me
suffisent-ils pas et au delà? Tout le reste est bien plus souvent corvée
que plaisir. À présent surtout que je pourrai dire: «Je ne méprise pas ce
que je ne connais point» comme un sot philosophe à la Jean-Jacques. Succès
du monde, sourires et serrements de main de députés, de campagnards ou de
sous-préfets en congé, bienveillance grossière dans tous les regards d'un
salon... je vous ai goûtés! Je vais vous retrouver dans un quart d'heure
au foyer de l'Opéra. Et si je partais immédiatement pour aller entrevoir
le seul pays au monde où soit pour moi le _peut-être_ du bonheur?... En
dix-huit heures, je puis être dans la rue de la Pompe!»

Cette idée s'empara de son attention pendant une heure entière. Depuis
quelque temps notre héros était devenu beaucoup plus hardi; il avait vu
de près les motifs qui font agir les hommes chargés des grandes places.
Cette sotte timidité première qui, pour l'œil clairvoyant, annonçait une
âme sincère, n'avait pu tenir contre l'expérience. S'il eût usé sa vie
dans le comptoir de son père, il eût été toute sa vie un homme de mérite,
connu seulement d'une personne ou deux. Il osait maintenant croire à son
premier mouvement, et y tenir jusqu'à ce qu'on lui eût prouvé qu'il avait
tort. Et il devait à l'_ironie_ de son père l'impossibilité de se payer
de mauvaises raisons.--«Au fond, se disait-il, je n'ai à ménager dans
tout ceci que le cœur de ma mère et la vanité de mon père. Celui-ci bâtit
pour sou fils des châteaux en Espagne, et le fils se trouve être trop
paysan du Danube pour ce qu'il en veut faire: un homme adroit plongeant
ferme dans le budget!»

Avec ces idées, établies dans son esprit comme des idées incontestables
et nouvelles, Lucien se mit un peu à regarder dans la salle. La musique
plate jouée ce soir-là et les pua charmants de Mlle Fany Essler lui
causèrent un enchantement qui l'étonna. Il se disait vaguement qu'il ne
jouirait pas longtemps de toutes ces choses, et pendant que la musique
donnait des ailes à son imagination, sa raison parcourait les différentes
chances de la vie.

«--Si par l'agriculture on ne se trouvait pas en rapport avec des paysans
fripons, avec un roi qui les ameute contre vous, avec un préfet qui fait
voler votre journal à la poste, ce serait une manière de travailler qui me
conviendrait beaucoup. Vivre dans une terre avec Mme de Chasteller, et
faire produire à cette terre les douze ou quinze mille francs nécessaires
à notre petit bien-être!.... Ah! l'Amérique... Là point de préfets...»

Toutes ses anciennes idées sur l'Amérique et sur M. de la Fayette lui
revinrent en mémoire. Quand il rencontrait le dimanche M. de la Fayette
chez le vénérable comte de Fr...., il se figurait qu'avec son bon sens,
sa probité, sa haute philosophie, les gens d'Amérique auraient aussi
l'élégance de ses manières. Il eût été rudement détrompé. En Amérique,
règne une majorité en grande partie formée par la canaille. À New-York,
la charrette gouvernative est tombée dans une ornière opposée à la nôtre.
Le suffrage universel règne en tyran, et en tyran aux mains sales. Si je
ne plais pas à mon cordonnier, il répand sur mon compte une calomnie qui
me fâche, et il faut que je flatte mon cordonnier. Les hommes ne sont pas
pesés, mais comptés, dans le suffrage universel, et le vote du plus
grossier des artisans compte autant que celui de Jefferson.

«--Enfin, je ferai ce que Bathilde voudra...»

Il raisonna longtemps sur cette idée, et fut heureux de la trouver si
profondément enracinée dans son esprit.

«--Je suis donc bien sûr de lui pardonner! Telle qu'elle est, elle est
encore pour moi la seule femme qui existe...

«Je crois qu'il y aura plus de délicatesse à ne jamais laisser soupçonner
que je connais les suites de sa faiblesse. Elle m'en parlera elle-même,
si elle veut m'en parler.

«Ce» stupide travail de bureau me prouve au moins que je puis gagner ma
vie et celle de ma femme. Je ne suis plus ce jeune sous-lieutenant de
lanciers allant rejoindre son régiment à Nancy, esclave alors de cent
petites faiblesses de vanité, et encore regimbant sous ces mots de mon
cousin: «Oh! trop heureux d'avoir un père qui te donne du pain!» Faisons
comme tout le monde, laissons de côté la moralité de nos actions
officielles...»

Ces pensées de Lucien étaient tout son bonheur. L'image de Mme de
Chasteller, si présente à sa mémoire, les accords de la musique et les
pas divins et pleins de grâce de Mlle Essler, firent de cette soirée,
passée dans un coin de loge, une des plus heureuses de sa vie.

Le lendemain, il monta dans un hôtel garni, prit un petit appartement,
paya, et comme son hôte insistait pour voir son passeport, il se mit
d'accord avec lui en assurant qu'il ne coucherait pas cette première
nuit et que le lendemain il apporterait ses papiers. Il se promena avec
délices dans ce joli petit appartement dont les plus beaux meubles étaient
cette idée: «Ici je suis libre!» Il s'amusa comme un enfant du faux nom
qu'il donnerait dans cet hôtel. On pense bien qu'au milieu de ces
préoccupations, il n'eut pas la moindre tentation d'aller s'asphyxier dans
les idées épaisses du salon de Mme Grandet, et encore moins se soumettre
à ses serrements de main.

La confidence de son père, au sujet du marché fait avec celle-ci, fut
une grande faute chez cet homme adroit, il est vrai, admirable
d'expédients mais trop de premier mouvement pour être politique. Lucien
avait le défaut et la haute imprudence d'être naturel dans l'intimité,
même quand cette intimité n'était pas amenée par un amour vrai. Dissimuler
avec un être, qu'il voyait pendant quatre heures tous les jours, lui
eût été insupportable. Ce défaut, joint à sa mine naïve, fut d'abord pris
pour de la bêtise, et lui valut ensuite l'étonnement et l'intérêt de Mme
Grandet, ce dont il se serait bien passé. Car s'il y avait dans Mme
Grandet la femme ambitieuse, parfaitement raisonnable, soigneuse de la
réussite de ses projets, il y avait aussi un cœur de femme qui jusque-là
n'avait jamais aimé. Par hasard, ce naturel de Lucien était ce qu'il y
avait de mieux calculé pour faire naître un vrai sentiment dans ce cœur
toujours sec.

Il faut avouer qu'en arrivant à la seconde demi-heure d'une visite, il
parlait peu et pas très bien s'il n'osait pas se permettre de dire ce qui
lui passait par la tête. Cette habitude, antisociale à Paris, avait été
voilée jusqu'à cette époque de sa vie, parce qu'à l'exception de Mme de
Chasteller, personne n'avait été intime avec Lucien, et jamais on ne
l'avait vu prolonger une visite plus de vingt minutes. Sa manière de
vivre avec Mme Grandet vint mettre à découvert ce défaut cruel, le mieux
fait de tous pour casser le cou à la fortune d'un homme! Malgré des
efforts incroyables, il était absolument hors d'état de dissimuler un
changement d'humeur: il n'y avait pas, au fond, de caractère plus inégal
que le sien. Ce défaut, voilé en partie par les manières les plus simples
et toutes les habitudes d'une excellente éducation et d'une politesse
exquise, enseignée par une mère, femme d'esprit, avait été jadis un
charme aux yeux de Mme de Chasteller. Pour Lucien, le souvenir d'une
idée qui lui était chère, une journée de vent du nord avec des nuages
sombres, la vue soudaine de quelque nouvelle canaillerie, ou tel autre
événement aussi peu rare, suffisaient pour en faire un autre homme.

Pendant la soirée passée à l'Opéra,--cette soirée délicieuse où il avait
vécu ses projets d'avenir et qui avait l'ait une révolution dans son
cœur,--Mme Grandet avait régné comme à l'ordinaire dans son salon.
Cependant l'absence de son soupirant habituel l'avait d'abord étonné,
puis l'avait entraînée dans la colère la plus vive. Elle n'avait pu
s'occuper un seul instant d'un autre être que de Lucien. Une telle
constance d'attention était chose inouïe chez elle. L'état dans lequel
elle se voyait bétonnait un peu, mais elle était fermement persuadée que
la fierté seule ou l'orgueil blessé était la cause unique de son
agitation. Elle interrogeait son monde avec un parler bref, un sein
haletant et des yeux à paupières contractées et immobiles, et qui
n'avaient jamais eu cet éclat que par l'effet d'une douleur physique.
Elle charma l'assistance. Avec tous, Grandet n'osait pas également
prononcer le nom sur lequel son attention était fixée ce soir-là, mais
elle engageait ces messieurs dans les récits infinis, espérant toujours
que le nom de Lucien paraîtrait comme circonstance accessoire.

Mgr le prince royal avait fait annoncer une partie de chasse dans la
foret de Compiègne; il s'agissait de forcer des chevreuils. Mme Grandet
savait que Lucien avait parié 25 louis contre 70, que le premier chevreuil
serait forcé en moins de vingt et une minutes après la vue. Il avait été
introduit en si haute société par le vieux maréchal, ministre de la
guerre. Aucune distinction n'était alors plus flatteuse pour un jeune
homme. Le prince royal avait expressément désigné le nombre de dix
personnes, car un des hommes de lettres de sa chambre venait de découvrir
que monseigneur, fils de Louis XIV et Dauphin de France, n'admettait que
ce nombre de courtisans à ses chasses au loup.

«--Se pourrait-il, se disait Mme Grandet, que le prince royal eût fait
dire à l'improviste qu'il recevrait ce soir les chasseurs invités?»

Mais les pauvres députés et pairs de son salon étaient trop peu du monde
avec lequel on essayait de refaire une cour, pour se trouver au courant
de ces choses-là et lui donner un enseignement.

«--Dans tous les cas, ne devait-il paraître ici cinq minutes, ou au moins
envoyer un mot? Car cette conduite est affreuse.»

Onze heures sonnèrent, onze heures et demie, minuit; Lucien ne paraissait
pas.

«--Ah! je saurai bien le guérir de ces petites façons-là,» se dit Mme
Grandet, hors d'elle-même.

Cette nuit, le sommeil n'approcha pas de sa paupière, comme diraient les
gens qui savent écrire. Dévorée par la colère et le malheur, elle chercha
une distraction dans ce que ses complaisants appelaient ses études
historiques. Sa femme de chambre se mit à lui lire les Mémoires de Mme
de Motteville qui, la veille encore, lui semblaient le manuel d'une femme
du grand monde, mais qui, cette nuit-là, lui parurent dénués de tout
intérêt. Il fallut avoir recours à ces romans contre lesquels, dans son
salon, elle faisait depuis huit ans des phrases si morales.

Toute la nuit, Mme Trublet, la jeune femme de chambre de confiance, fut
obligée de monter à la bibliothèque située au second étage, ce qui ne
laissait pas d'être fort pénible. Elle en rapporta successivement
plusieurs romans. Aucun ne plaisait, et enfin, de chute en chute, la
sublime Mme Grandet, dont Rousseau était la bête noire, fut obligée
d'avoir recours à la _Nouvelle Héloïse._ Il se trouva que l'emphase un
peu pédantesque qui fait fermer ce livre par les lecteurs un peu délicats
était justement ce qu'il fallait pour la sensibilité bourgeoise et
commençante de Mme Grandet. Lorsqu'elle aperçut l'aube à travers les
jointures de ses volets, elle renvoya Mme Trublet.

«--Dès le matin, se dit-elle, je recevrai une lettre d'excuses; on me
l'apportera vers les neuf heures, et je saurai répondre de bonne encre.»

Un peu calmée par cette idée de vengeance, elle s'endormit enfin en
arrangeant les phrases du billet.

Dès huit heures, Mme Grandet sonna avec impatience: elle supposait qu'il
était midi.

«--Mes lettres, mes journaux!» s'écria-t-elle avec humeur.

On sonna le portier qui arriva, n'ayant à la main que de sales enveloppes
de journaux.

Quel contraste avec le joli petit billet, si élégant et si bien plié,
qu'elle s'était imaginé recevoir. Lucien était remarquable pour l'art de
plier ses billets, et c'était peut-être celui de ses talents élégants
auquel Mme Grandet avait été le plus sensible.

La matinée s'écoula en projets d'oubli et même de vengeance, mais elle
n'en sembla pas moins interminable à Mme Grandet. Au déjeuner, elle fut
terrible pour ses gens et pour son mari. Comme elle le vit gai, elle
lui raconta avec aigreur l'histoire de sa bêtise auprès du ministre de
la guerre. M. Leuwen ne la lui avait pourtant confiée que sous la promesse
d'un secret éternel.

Une heure sonna, une heure et demie, deux heures! Le retour de ces sons
qui lui rappelaient la nuit passée, la mit en fureur. Pendant longtemps,
elle fui comme hors d'elle-même. Tout à coup,--qui l'aurait imaginé d'un
caractère dominé par la vanité la plus puérile?--elle eut l'idée d'écrire
à Lucien. Pendant une heure entière elle se débattit contre cette horrible
tentation: _écrire la première._ Elle céda enfin, mais sans se dissimuler
l'horreur de sa démarche.

«--Quel avantage ne vais-je pas lui donner sur moi, et que de journées
sévères ne faudra-t-il pas pour lui faire oublier la position que la vue
de mon billet va lui faire prendre à mon égard. Qu'est-ce qu'un amant,
après tout? De ces petits messieurs qu'on prend comme un instrument auquel
on se frotte pour avoir du plaisir. M. Cuvier me disait: «Votre chat ne
vous caresse pas, il se caresse à vous.» Eh bien, dans ce moment, le seul
plaisir que puisse me donner ce petit monsieur, c'est de lui écrire. Que
m'importe sa sensation? La mienne sera du plaisir, dit-elle avec une
joie féroce, et c'est ce qui m'importe.»

À ce moment, ses yeux étaient superbes. Elle écrivit une lettre dont elle
ne fut pas contente, une seconde, une troisième; enfin elle fit partir la
septième ou huitième:


«Mon mari, monsieur, a quelque chose à vous dire. Nous vous attendons,
et pour ne pas attendre toujours, malgré le rendez-vous donné, connaissant
votre bonne tête, je prends le parti de vous écrire.

«Recevez mes compliments.

«Augustine Grandet.»

«P.-S. Venez avant trois heures.»

Or, quand cette lettre, qu'on avait trouvée la moins imprudente et surtout
la moins humiliante, fut partie, il était deux heures et demie.

Le valet de chambre de Mme Grandet trouva Lucien fort tranquille à son
bureau, rue de Grenelle, mais au lieu de venir, il écrivit:


«Madame,

«Je suis doublement malheureux: je ne puis avoir l'honneur de vous
présenter mes respects ce matin, ni peut-être même ce soir. Je me trouve
cloué à mon bureau par un travail pressé dont j'ai en la gaucherie de me
charger. Vous savez que comme un respectueux commis, je ne voudrais pas,
pour tout au monde, fâcher mon ministre. Il ne comprendra certainement
jamais toute l'étendue du sacrifice que je fais au devoir, en ne me
rendant pas aux ordres de M. Grandet et aux vôtres.

«Agréez avec bonté la nouvelle assurance du plus respectueux dévouement.

«Lucien Leuwen.»


Mme Grandet était occupée depuis vingt minutes à calculer le temps
absolument nécessaire à Lucien pour voler à ses pieds. Elle prêtait
l'oreille pour entendre le bruit des roues de son cabriolet, que déjà
elle avait appris à connaître. Tout à coup, à son grand étonnement,
le domestique frappa à la porte et lui remit le billet de Lucien.

À cette vue, toute sa rage se réveilla, ses traits se contractèrent et
presque en môme temps elle devint pourpre.

«--L'absence de son bureau eut été une excuse. Mais quoi! il a vu ma
lettre et au lieu de voler à mes pieds, il m'écrit!

«--Partez, dit-elle au valet de chambre avec des yeux qui l'atterrèrent.

«--Ce petit sot peut se raviser il, va venir dans un quart d'heure, se
dit-elle; il vaut mieux qu'il voie sa lettre non ouverte. Mais ce qui
vaut encore mieux, c'est qu'il ne me trouvât pas même chez moi.»

Elle sonna et donna l'ordre de faire atteler. Le billet de Lucien était
sur un petit guéridon, à côté de son fauteuil; à chaque instant elle le
regardait malgré elle.

On vint lui dire que la voiture était prête. Comme le domestique sortait,
elle se précipita sur la lettre et l'ouvrit avec un mouvement de fureur,
et sans s'être, pour ainsi dire, permis cette action. La jeune femme
l'emportait sur la capacité politique. Celte lettre si froide mit Mme
Grandet dans un état impossible à décrire. Nous ferons observer, pour
l'excuser un peu, qu'à vingt-six ans, l'âge qu'elle avait à ce moment,
elle n'avait encore jamais aimé. Elle s'était même sévèrement interdit
ces amitiés galantes qui peuvent conduire à l'amour. Maintenant l'amour
prenait sa revanche, et depuis dix-huit heures, l'orgueil le plus
invétéré, le plus fortifié par l'habitude, lui disputait le cœur de cette
Mme Grandet dont la tenue dans le monde était si imposante et le nom si
haut placé dans les annales de la vertu contemporaine. Jamais tempête
de l'âme ne fut plus pénible à chaque reprise de cette affreuse douleur;
le pauvre orgueil était battu et perdait du terrain. Il y avait trop
longtemps qu'elle lui obéissait en aveugle. Tout à coup, cette habitude
de l'âme et la passion cruelle qui se disputaient son cœur, réunirent
leurs efforts pour la mettre au désespoir. Quoi! voir ses ordres éludés,
désobéis, méprisés par un homme!

«--Mais il ne sait donc pas vivre?» se disait-elle.

Enfin, après deux heures passées au milieu de souffrances atroces et
d'autant plus poignantes qu'elles étaient ressenties pour la première fois
dans un transport de véritable désespoir, elle descendit de chez elle et
monta en voiture. Mais à peine y fut-elle, qu'elle changea d'avis.

«--S'il vient, il ne me trouvera pas! Rue de Grenelle, au ministère de
l'Intérieur,» cria-t-elle au valet de pied.

Elle, rassasiée de flatteries, d'hommages, de respect et de la
considération des hommes les plus considérables de Paris, osa aller
chercher elle-même Lucien à son bureau.

Quand Lucien vit Mme Grandet entrer dans son bureau, l'humeur la plus
vive s'empara de lui:

«--Je n'aurai donc jamais la paix avec cette femme! Elle me prend sans
doute pour un des valets qui l'entourent. Mon billet a dû pourtant la
convaincre que je ne voulais pas la voir!»

Mme Grandet se jeta dans un fauteuil, avec toute la fierté d'une personne
qui, depuis six ans, dépense chaque année cent vingt mille francs sur le
pavé de Paris. Cette attitude saisit Lucien et toute sympathie fut
détruite chez lui.

«--Je vais avoir affaire, se dit-il, à un épicier _demandant son dû._ Il
faudra parler clair et haut pour être compris.»

Mme Grandet restait silencieuse; Lucien était immobile, dans une position
plus bureaucratique que galante: les mains appuyées sur les bras du
fauteuil, les jambes allongées dans toute leur longueur. Sa physionomie
était absolument celle d'un marchand _qui perd_; pas l'ombre d'un
sentiment généreux.

Après un moment, il eut presque honte de lui-même.

«--Ah! si Mme de Chasteller me voyait. Elle pourrait entendre, car la
politesse ne déguisera jamais assez ce que je veux faire comprendre à
cette épicière, orgueilleuse de l'hommage des députés du centre.

«--Faudra-t-il, monsieur, que je vous prie de faire retirer votre
huissier?»

Le langage de Mme Grandet ennoblissait les fonctions, selon son habitude.
Il ne s'agissait que d'un simple garçon de bureau qui, voyant une belle
dame à équipage entrer d'un air si troublé, était resté par curiosité,
sous prétexte d'arranger le feu qui allait à merveille.

Cet homme sortit sur un regard de Lucien. Le silence continuait.

«--Quoi, monsieur, dit enfin Mme Grandet, vous n'êtes pas étonné,
stupéfait, confondu de me voir ici?

«--Je vous avouerai, madame, que je suis étonné d'une démarche très
flatteuse assurément, mais que je ne mérite pas.»

Lucien n'avait pu se faire violence au point d'employer des mots
décidément peu polis, mais le ton avec lequel ces paroles étaient dites,
éloignait à jamais toute idée de reproche passionné et les rendait
presque froidement insultantes.

«--Il me semblait, monsieur,--reprit Mme Grandet avec une voix tremblante
de colère,--si j'ai bien compris les protestations, quelquefois longues,
relatives à votre haute vertu, que vous prétendiez à la qualité d'honnête
homme.

«--Puisque vous me faites l'honneur de me parler de moi, madame, je vous
dirai que je cherche à être juste et à voir, sans me flatter, ma position
et celle des autres envers moi.

«--Votre justice s'abaissera-t-elle jusqu'à considérer combien ma
démarche, en ce moment, est dangereuse? Mme de Vaize peut reconnaître ma
livrée.

«--C'est précisément, madame, parce que je vois le danger de cette
démarche, que je ne sais comment la concilier avec l'idée que je me suis
faite de la haute prudence de Mme Grandet.

«--Apparemment, monsieur, que vous m'avez emprunté cette prudence rare,
et que vous avez _trouvé utile_ de changer en vingt-quatre heures tous
les sentiments dont les assurances se renouvelaient sans cesse et
m'importunaient tous les jours?

«--Madame, répondit Lucien, avec le plus grand sang-froid, ces
sentiments, dont vous me faites l'honneur de vous souvenir, ont été
humiliés par un succès qu'ils n'ont pas dii absolument à eux-mêmes. Ils
se sont enfuis, eu rougissant de leur erreur. Avant de disparaître, ils
ont obtenu la certitude douloureuse qu'ils ne devaient un triomphe
apparent qu'à l'emploi qu'on voulait en faire pour arriver au ministère.
Un cœur, que ces sentiments avaient la présomption, sans doute déplacée,
de pouvoir toucher, a cédé tout simplement à un calcul d'ambition, et il
n'y a eu de tendresse que dans les mots. Enfin, je me suis aperçu qu'on
me trompait, et c'est, un éclaircissement, madame, que mon absence voulait
essayer de vous épargner. C'est là ma façon d'être honnête homme.»

Lucien eût pu continuer à l'infini cette justification trop facile. Mme
Grandet était atterrée. Les souffrances de son orgueil eussent été
atroces, si, heureusement pour elle, un sentiment moins sec ne fût venu
l'aider à souffrir. Au mot fatal de _ministère_, elle s'était couvert
les yeux avec son mouchoir. Peu après, Lucien crut s'apercevoir qu'elle
avait des mouvements convulsifs qui la faisaient changer de position dans
son fauteuil--cet immense fauteuil doré des ministères. Malgré lui, il
devint plus attentif.

«--Voilà sans doute, se disait-il, comment ces comédiens de Paris
répondent aux reproches qui n'ont pas de réponse.»

Néanmoins, il ne pouvait s'empêcher d'être touché par cette image bien
jouée de l'extrême malheur. Ce corps, d'ailleurs, qui s'agitait sous ses
yeux était si beau!

Mme Grandet sentait en vain qu'il fallait à tout prix arrêter ces paroles
fatales de Lucien. S'il allait s'irriter au son de son propre discours, et
peut-être prendre envers lui-même des engagements auxquels il ne songeait
pas en commençant. Il fallait répondre, mais que dire? Cette situation
affreuse provoqua la défaite complète de son orgueil; mais quelle
humiliation! Ce qui faisait le seul intérêt de sa vie depuis quelques
jours allait lui manquer. Et que ferait-elle après? Son salon et le
plaisir de donner des soirées brillantes, où il n'y e ût que la meilleure
société de la cour de Louis-Philippe, lui semblaient maintenant bien peu
de chose. Elle trouva que Lucien avait raison, et constata combien sa
colère à elle était peu fondée. Le silence dura plusieurs minutes. Enfin
Mme Grandet ôta le mouchoir qu'elle avait devant les yeux, et Lucien fut
frappé parmi des plus grands changements de physionomie qu'il eut jamais
vus. Pour la première fois de sa vie, Mme Grandet portait sur sa figure
une expression réellement féminine.

«--J'avouerai mes torts, monsieur, mais pourtant ce qui m'arrive est
flatteur pour vous. La cour que vous me faisiez me flattait, m'amusait,
mais me semblait absolument sans danger. Mais mon cœur a changé!»

Ici Mme Grandet rougit profondément; elle n'osait pas regarder Lucien.

«--J'ai eu le malheur de m'attacher à vous. Peu de jours ont suffi pour
changer mon cœur à mon insu. J'ai oublié le juste soin d'élever ma maison;
un autre sentiment a dominé ma vie. L'idée de vous perdre, l'idée surtout
de n'avoir pas votre estime, est intolérable pour moi. Je suis prête à
tout sacrifier pour reconquérir cette estime.»

Elle se cacha de nouveau la figure derrière son mouchoir, osa dire:

«--Je vais rompre avec M. votre père, renoncer aux espérances du
ministère... mais ne vous séparez pas de moi!»

En lui disant ces derniers mots, Mme Grandet lui tendit la main avec une
grâce et un charme extraordinaires.

«--Cette grâce, ce changement étonnant chez une femme si fière, c'est
votre mérite qui en est l'auteur, lui disait la vanité.»

La méfiance ajoutait:

«--Voilà une femme admirablement belle et qui, sans doute, compte sur
l'effet de sa beauté. Tâchons de n'être pas dupe. Voyons: Mme Grandet
prouve son amour par un sacrifice assez pénible, celui de la fierté
de toute sa vie. Il faut donc croire à cet amour... Mais doucement. Il
faudra que cet amour résistât à des épreuves un peu plus décisives et
d'une durée un peu plus longue que ce qui vient d'avoir lieu jusqu'ici.»

Il faut avouer que la figure de Lucien n'était point du tout celle d'un
héros de roman, pendant qu'il se livrait à ces sages raisonnements. Il
avait plutôt l'air d'un banquier qui pèse la convenance d'une grande
opération.

«--La vanité de Mme Grandet peut regarder comme le pire des maux celui
d'être quittée; _elle doit tout sacrifier pour éviter cette humiliation_,
même les intérêts de son ambition. Il se peut fort bien que ce ne soit pas
l'amour qui fasse ces sacrifices, mais tout simplement la vanité, et la
mienne serait bien aveugle si elle se glorifiait d'un triomphe d'une
nature aussi douteuse. Au bout du compte, sa présence ici m'importune;
je me sens incapable de me soumettre à ses exigences. Son salon m'ennuie,
et c'est ce qu'il s'agit de lui faire entendre avec politesse.

«--Madame, je ne m'écarterai pas avec vous des égards les plus
respectueux. Le rapprochement qui nous a placés, pour un instant, dans
une position intime, a pu être la suite d'un malentendu, d'une erreur.
Mais je n'en suis pas moins votre obligé. Je me dois à moi-même, Madame,
je dois encore plus à mon respect pour le lien qui nous a unis, l'aveu de
la vérité. Le dévouement, la reconnaissance, remplissent mon cœur, mais je
n'y trouve plus d'amour.»

Mme Grandet le regardait avec des yeux grands ouverts, mais dans lesquels
l'extrême attention suspendait les larmes.

Après un petit silence, elle se remit à pleurer sans nulle retenue. Elle
considérait Lucien, et elle osa dire ces étranges paroles:

«--Tout ce que tu dis est vrai, je mourais d'ambition et d'orgueil. Me
voyant extrêmement riche, le but de ma vie était de devenir une femme
titrée; j'ose t'avouer ce ridicule amer. Ce n'est pas de cela que je
rougis en ce moment. C'est par ambition uniquement que je me suis occupée
de toi. Mais je meurs d'amour. Je suis une indigne, humilie-moi, je mérite
tous les mépris. Je meurs d'amour et de honte. Je tombe à tes pieds, je
te demande pardon! Je n'ai plus ni ambition, ni orgueil. Dis-moi ce que
tu veux que je fasse à l'avenir. Je suis à tes pieds, humilie-moi tant
que tu voudras! Plus tu m'humilieras, plus tu seras humain avec moi!...

«--Tout cela est encore de l'affectation,» se disait Lucien, qui n'avait
jamais vu de scène de cette force.

Elle était à ses pieds; lui, debout, essayait de la relever. Arrivée à ces
derniers mots, il s'aperçut qu'elle faiblissait. Comme il faisait un
effort pour la remettre debout, il sentit tout à coup le poids de son
corps. Elle était profondément évanouie. Lucien était embarrassé, mais
point touché. Son embarras venait, uniquement de la crainte de manquer à
ce précepte de sa morale: _Ne jamais faire de mal inutile._

Il lui vint une idée ridicule, en cet instant, qui coupa court à tout
autre attendrissement. L'avant-veille on était venu quêter chez Mme
Grandet--qui avait une terre dans les environs de Lyon--pour les
malheureux prévenus du Procès d'avril, que l'on allait transférer de la
prison de Perrache à Paris, par le froid, et qui n'avaient pas d'habits.

«--Il m'est permis, messieurs, avait-elle dit aux quêteurs, de trouver
votre demande singulière. Vous ignorez apparemment ce que mon mari est
dans l'État. M. le préfet de Lyon a défendu cette quête.»

Elle-même avait raconté tout cela à la société. Lucien l'avait regardée,
puis avait dit en l'observant:

«--Par le froid qu'il fait, une douzaine de ces gens-là mourront sur
leurs charrettes. Ils n'ont que des habits d'été et on ne leur donne point
de couvertures.

«--Ce sera autant de peine de moins pour la cour de Paris,» avait répondu
un gros député, héros de Juillet.

L'œil de Lucien s'était fixé sur Mme Grandet; elle n'avait pas sourcillé.

En la voyant évanouie, ses traits, sans expression autre que la hauteur
qui lui était habituelle, lui rappelèrent l'expression qu'ils avaient
lorsqu'il lui présentait l'image des prisonniers mourant de froid et
de faim sur leurs charrettes; au milieu d'une scène d'amour, Lucien fut
homme de parti.

«--Que ferai-je de cette femme? se dit-il. Il faut être humain, lui
donner de bonnes paroles, et la renvoyer chez elle à tout prix.» Il alla
la déposer doucement contre le fauteuil, il ferma la porte à clef, puis,
avec son mouchoir trempé dans le modeste pot à eau en faïence,--seul
meuble culinaire du bureau,--il humecta ce front, ces joues, ce cou, sans
que tant de beauté lui donnât un instant de distraction.

Mme Grandet soupira enfin. Il la saisit à bras le corps, et la plaça
assise dans le grand fauteuil doré. Le contact de ce corps charmant lui
rappela un peu cependant qu'il tenait dans ses bras une des plus jolies
femmes de Paris. Elle se remettait lentement, et le regardait avec des
yeux encore à demi voilés par la chute de la paupière supérieure.

Lucien pensa qu'il devait lui baiser la main; ce fut ce qui hâta le
plus la résurrection de cette pauvre femme amoureuse.

«--Viendrez-vous chez moi? lui dit-elle d'une voix basse et à peine
articulée.

«--Sans doute, comptez sur moi. Mais ce bureau est un lieu de danger.
La porte est fermée, on peut frapper. Si le petit Desbacs se présente...»

Cette idée rendit des forces à Mme Grandet.

«--Soyez assez bon pour me soutenir jusqu'à ma voiture.

«--Ne serait-il pas bien de parler d'une entorse devant vos gens?»

Elle le regarda avec des yeux où brillait le plus vif
amour.

«--Généreux ami! Ce n'est pas vous qui cherchez à me compromettre et à
afficher un triomphe! Quel cœur est le vôtre!»

Lucien se sentit attendri, niais ce sentiment lui fut désagréable. Il
plaça sur le dossier du fauteuil la main de Mme Grandet qui s'appuyait
sur lui, et courut dans la cour dire aux gens d'un air effaré:

«--Mme Grandet vient de se donner une entorse; peut-être même s'est-elle
cassé la jambe. Venez vite.»

Un homme de peine du ministère tint les chevaux, le cocher et le valet
de pied accoururent et aidèrent Mme Grandet à gagner sa voiture.

Elle serrait la main de Lucien avec le peu de forces qui lui restaient.
Ses yeux reprirent de l'expression, celle de la prière, quand elle lui dit
de l'intérieur de la voiture:

«--À ce soir!

«--Sans doute, madame; je viendrai savoir de vos nouvelles.»

L'aventure parut fort louche aux domestiques, surpris de l'air ému de
leur maîtresse. Ces gens-là sont fins à Paris, et ils devinèrent bien que
cet air n'était pas celui de la douleur physique pure.

Lucien se referma de nouveau à clef dans son bureau. Il se promenait à
grands pas dans la diagonale de cette petite pièce.

«--Scène désagréable, se dit-il. Est-ce une comédie? A-t-elle chargé
l'expression de ce qu'elle sentait? L'évanouissement était réel... autant
que je puis m'y connaître. C'est là un triomphe de vanité et ça ne me
fait aucun plaisir...»

Il voulut reprendre un _rapport_ commencé, et il s'aperçut qu'il écrivait
des niaiseries. Il alla chez lui, monta à cheval, passa le pont de
Grenelle et se trouva bientôt dans le bois de Meudon. Là, il mit son
cheval au pas el se mit à réfléchir. Ce qui surnagea à tout, ce fut le
remords d'avoir été attendri au moment où Mme Grandet avait écarté le
mouchoir qui lui cachait la figure, et celui, plus fort, d'avoir été ému
au moment où il l'avail prise dans ses bras pour la déposer dans le
fauteuil.

«--Ah! si je suis infidèle à Mme de Chasteller, elle aura une raison de
l'être à son tour!

«--Mais il me semble qu'elle ne commence pas mal, lui dit le parti
contraire. Peste, un accouchement! Excusez du peu.

«--Puisque personne au monde ne voit ce ridicule, répondit Lucien, il
n'existe pas. Pour exister, le ridicule doit être vu.»

En rentrant à Paris, il passa au ministère, il se fit annoncer chez M.
de Vaize, et lui demanda un congé d'un mois.

Ce ministre qui, depuis trois semaines, ne l'était plus qu'à demi, et
vantait les douceurs du repos,--_otium cum dignitate_, répétait-il
souvent--fut étonné et enchanté de voir fuir l'aide de camp du général
ennemi.

«--Qu'est-ce que cela peut vouloir dire?» se demandait-il.

Muni de son congé en bonne forme, écrit par lui et signé par le ministre,
Lucien alla voir sa mère à laquelle il annonça une partie de campagne de
quelques jours.

«--De quel coté? demanda-t-elle avec anxiété.

«--En Normandie, répondit Lucien qui avait compris le regard de sa mère.

Il avait bien eu quelques remords de tromper cette mère, mais sa question:
_De quel côté?_ avait achevé de les dissiper. Il écrivit ensuite un mot
à son père et passa chez Mme Grandet qu'il trouva bien faible. Il fut très
poli et promit de repasser dans la soirée.

Il partit pour Nancy, ne regrettant rien de Paris, et désirant de tout son
cœur d'être oublié par Mme Grandet.


* * *


À la nouvelle de la mort subite de son père, Lucien revint à Paris[1].

Aussitôt débarqué, il passa une heure avec sa mère et alla ensuite au
comptoir, où se trouvait M. Leffre, chef du bureau, homme sage à cheveux
blancs, consommé dans les affaires.

Le vieillard lui dit, avant même de faire mention de la mort de M. Leuwen:

«--Monsieur, j'ai à vous parler de vos affaires. S'il vous plaît, nous
passerons dans votre cabinet.

À peine arrivés:

«--Vous êtes un homme et un brave homme. Préparez-vous à tout ce qu'il y
a de pis. Me permettrez-vous de parler librement?

«--Je vous en prie, mon cher monsieur Leffre. Dites-moi nettement ce
qu'il y a de pis.

«--Il faut faire banqueroute!

«--Grand Dieu! Combien doit-on?

«--Juste autant qu'on a. Si vous ne faites pas banqueroute, il ne vous
reste rien.

«--Y a-t-il moyen de ne pas faire banqueroute?

«--Sans doute, mais il ne vous restera peut-être pas cent mille écus, et
encore faudra-t-il cinq ou six ans pour faire la rentrée de cette somme.

«--Attendez-moi un instant: je vais parler à ma mère.

«--Monsieur, Mme votre mère n'est pas dans les affaires: peut-être ne
conviendrait-il pas de prononcer le mot de banqueroute aussi nettement.
Vous pouvez payer 60 0/0, et il vous reste une honnête aisance. M. votre
père était aimé de tout le haut commerce, et il n'est pas de petit
boutiquier auquel il n'ait prêté une ou deux fois dans sa vie une couple
de billets de mille francs. Vous avez votre concordat signé à 60 0/0,
avant trois jours et avant même la vérification du grand livre. Et, ajouta
M. Leffre en baissant la voix, les affaires des dix-neuf derniers jours
sont portées sur un livre à part, que j'enferme tous les soirs. Nous avons
pour 190.000 francs d'argent liquide, et sans ce livre on ne saurait où
les prendre.

«--Et cet homme est parfaitement honnête!» pensa Lucien.

M. Leffre, le voyant pensif, ajouta:

«--M. Lucien a un peu perdu l'habitude du comptoir, depuis qu'il est dans
les honneurs. Il attache peut-être, à ce mot de banqueroute, la fausse
idée qu'on en a dans le monde. M. Van Peters, que vous aimiez tant, avait
fait banqueroute à New-York, et cela l'avait si peu déshonoré, que nos plus
belles affaires se font avec New-York et l'Amérique du Nord.

«--Une place va me devenir nécessaire! songeait Lucien.

«--Vous pourriez offrir 4 0/0, continuait M. Leffre, croyant le décider;
j'ai tout arrangé dans ce sens. Si quelque créancier de mauvaise humeur
veut vous forcer la main, vous le réduirez à 35 0/0. Mais, suivant moi,
offrir 40 0/0 serait manquer à la probité. Offrez-en 60, et Mme Leuwen
n'est pas obligée de mettre à bas son carrosse. Mme Leuwen sans voiture!
Il n'est pas un de nous à qui ce spectacle ne perçât le cœur. Il n'est
pas un de nous à qui M. votre père n'ait donné en cadeaux plus de la
valeur de ses appointements.»

Lucien se taisait toujours et cherchait s'il n'y avait pas un moyen de
cacher cet événement à sa mère.

«--Il n'est pas un de nous qui ne soit décidé à tout faire pour qu'il
reste à Mme votre mère et à vous une somme ronde de 600.000 francs. Et
d'ailleurs, s'écria M. Leffre en grossissant la voix, quand aucun de ces
messieurs ne le voudrait, je le veux, moi, qui suis le chef, et vous aurez
600.000 francs, aussi sûrement que si vous les teniez, et en outre du
mobilier, de l'argenterie, etc.

«--Attendez-moi, monsieur,» dit Lucien.

Ce détail de mobilier, d'argenterie, lui fit horreur. Il revint à M.
Leffre après un gros quart d'heure. Il avait employé dix minutes à
préparer sa mère. Elle avait, comme lui, horreur de la banqueroute, et
avait offert le sacrifice de sa dot, montant à 150.000 francs, ne
réclamant qu'une pension viagère de 1.200 francs pour elle, et de 1.200
francs pour son fils.

M. Leffre fui atterré par cette résolution de payer intégralement tous
les créanciers, il supplia Lucien de réfléchir vingt-quatre heures.

«--C'est justement, mon cher Leffre, la seule et unique chose au monde
que je ne puisse pas vous accorder.

«--Eh bien, monsieur Lucien, au moins ne dites mot de notre conversation.
Ce secret est entre Mme votre mère, vous et moi. Les commis du bureau ne
font tout au plus qu'entrevoir les difficultés.

«--À demain, mon cher Leffre. Ma mère et moi ne vous regardons pas moins
comme notre meilleur ami.»

Le lendemain, M. Leffre répéta ses offres. Il supplia Lucien de consentir
à un arrangement. Le surlendemain, après un nouvel effort, il proposa ceci:

«--Vous pouvez tirer bon parti du nom de la maison, sous la condition de
payer toutes les dettes, dont voici l'état complet, dit-il à Lucien en
lui montrant une feuille de papier grand aigle, chargée de chiffres. Avec
la condition de payer intégralement, et l'abandon de toutes les créances
de la maison, vous pouvez vendre votre banque 50.000 écus peut-être. En
attendant, moi qui vous parle, Jean-Pierre Leffre, et M. Gavardin, le
caissier, nous vous offrons 100.000 francs comptant, avec recours contre
nous pour toutes sortes de dettes de feu M. Leuwen, notre honoré patron,
même ce qu'il peut devoir à son tailleur et à son sellier.

«--Votre proposition me plaît fort. J'aime mieux avoir affaire à vous,
brave et honnête ami, pour 100.000 francs, que d'en recevoir 150.000 de
tout autre qui n'aurait pas la même vénération pour l'honneur de mon père.
Je ne vous demande qu'une chose: donnez un intérêt à M. Coffe.

«--Je vous répondrai avec franchise. Travailler avec M. Coffe le matin,
m'ôte tout l'appétit à dîner. C'est un parlait honnête homme, mais sa vue
me porte malheur. Il ne sera pas dit néanmoins que la maison Leffre et
Gavardin refuse une proposition faite par un Leuwen. Notre prix d'achat
pour la cession complète sera de 100.000 francs comptant, 1.200 francs de
pension viagère pour Mme Leuwen et autant pour vous, monsieur, et tout le
mobilier, vaisselle, chevaux, voitures, etc. Sauf un portrait de notre
sieur Leuwen et un autre de notre sieur Van Peters. Tout cela est porté
dans le projet d'achat que voici, et sur lequel je vous engage à consulter
un homme que tout Paris vénère et que le commerce ne doit nommer qu'avec
vénération: M. Laffitte. Je vais y ajouter, dit M. Leffre en s'approchant
de la table, une pension viagère de 600 francs pour M. Coffe.»

Toute l'affaire fut tranchée avec cette rondeur. Lucien consulta les amis
de son père, dont plusieurs, poussés à bout, le blâmèrent de ne pas faire
banqueroute à 60 0/0.

«--Qu'allez-vous devenir, une fois dans la misère? Personne ne voudra
vous recevoir?»

Lucien et sa mère n'avaient pas eu une seconde d'incertitude. Le contrat
fut signé avec _MM. Leffre et Gavardin_, qui donnèrent 4.000 francs de
pension viagère à Mme Leuwen, parce qu'un autre commis offrait cette
augmentation. Du reste, le contrat fut signé avec les clauses indiquées
ci-dessus. Ces messieurs payèrent 100.000 francs comptant, et le même
jour, Mme Leuwen mit en vente ses chevaux, ses voitures, et sa vaisselle
d'argent. Son fils ne s'opposa à rien; il lui avait déclaré que pour rien
au monde il ne prendrait autre chose que sa pension de 1.200 francs et
20.000 francs de capital.

Pendant toutes ces transactions, Lucien vit fort peu de monde. Quelque
ferme qu'il fût dans sa ruine, la commisération du vulgaire l'eût
impatienté. Il reconnut bientôt l'effet des calomnies répandues par les
agents du comte de Beauséant, le ministre des Affaires étrangères. Le
public crut que ce grand changement n'avait nullement altéré sa
tranquillité, parce qu'il était saint-simonien au fond, et que, si cette
religion lui manquait, au besoin il s'en créerait une autre.

Il fut bien étonné, un matin, en recevant une lettre de Mme Grandet, qui
se trouvait à une maison de campagne près de Saint-Germain, et qui lui
assignait un rendez-vous à Versailles, rue de Savoie, n° 62. Lucien
avait grande envie de s'excuser, mais enfin il se dit:

«--J'ai assez de torts envers cette femme; sacrifions une heure.»

Il trouva une femme perdue d'amour et ayant à grand peine la force de
parler raison. Elle mit une adresse vraiment remarquable à lui faire,
avec toute la délicatesse possible, la scabreuse proposition que voici:
elle le suppliait d'accepter d'elle une pension de 15.000 francs et ne
lui demandait que de venir la voir, en tout bien, tout honneur, quatre
fois par semaine.

«--Je vivrai les autres jours en vous attendant!»

Lucien vit bien que s'il répondait comme il le devait, il allait provoquer
une scène violente. Il fit entendre que, pour certaines raisons, cet
arrangement ne pouvait commencer que dans six mois, et qu'il se réservait
de répondre par écrit dans vingt-quatre heures. Malgré sa prudence, cette
visite dura deux heures et ne finit pas sans larmes.

Pendant ce temps, Lucien suivait une négociation bien différente avec le
vieux maréchal, encore ministre de la guerre, malgré que, depuis quatre
mois, il fût toujours à la veille de perdre sa place. Quelques jours avant
la course de Versailles, Lucien avait vu entrer chez lui un des officiers
d'ordonnance du maréchal, qui l'engageait à se trouver le lendemain, au
ministère, à six heures et demie du matin.

Il alla au rendez-vous encore tout endormi.

«--Eh bien, jeune homme, dit le ministre d'un air grognon, _sic transit
gloria mundi._ Encore un de ruiné. Grand Dieu, on ne sait que faire de
son argent! Il n'y a de sur que la terre, mais les fermiers ne payent
jamais. Est-il vrai que vous n'avez pas voulu faire banqueroute et que
vous avez vendu votre fonds 100.000 francs?

«--Très vrai, monsieur le maréchal.

«--J'ai connu votre père, et pendant que je suis encore dans cette
galère, je veux demander pour vous à Sa Majesté une place de 6 à 8.000
francs. Où la voulez-vous?

«--Loin de Paris.

«--Ah! je vois. Vous voulez être préfet, mais je ne veux rien devoir à
ce polisson de M. de Vaize. Ainsi, _pas de ça, Larirette!_

«--Je ne pensais pas à une préfecture. Hors de France, voulais-je dire.

«--Il faut parler net, entre amis. Diable, je ne suis pas ici pour faire
de la diplomatie. Donc, secrétaire d'ambassade?

«--Je n'ai pas de titre pour être premier secrétaire. Attaché est trop
peu; je n'ai que 1.200 francs de rente.

«--Je ne vous ferai ni premier, ni dernier. Je vous ferai second
secrétaire. M. Lucien Leuwen, lieutenant de cavalerie, maître des
requêtes, chevalier de la Légion d'honneur, a des titres. Écrivez-moi
donc demain si vous acceptez ou non d'être second secrétaire.»

Et le maréchal le congédia de la main en lui disant:

«--Honneur!»

Le lendemain, Lucien qui, pour la forme, avait consulté sa mère, écrivit
qu'il acceptait. En rentrant de Versailles, il trouva un mot de l'aide de
camp du maréchal qui l'invitait à se rendre au ministère, le soir même,
à neuf heures.

«--J'ai demandé pour vous à Sa Majesté la place de second secrétaire
d'ambassade à Madrid. Vous aurez, si le roi signe, 4.000 francs
d'appointements, et, de plus, une pension de 4.000 autres francs pour
les services rendus par votre père, sans lequel ma loi sur les fournitures
militaires ne passait pas. Je ne vous dirai pas que cette pension est
solide comme du marbre. Mais enfin, cela durera bien quatre ou cinq ans,
et dans quatre ou cinq ans, si vous avez servi votre ambassadeur comme
vous avez servi M. de Vaize, et si vous cachez vos principes jacobins
(c'est le roi qui m'a dit que vous étiez jacobin; c'est un beau métier et
qui vous rapportera gros!), enfin, bref, si vous êtes adroit, avant que
la pension de 4.000 francs soit supprimée, vous aurez accroché 6 ou 8.000
francs d'appointements. C'est plus que n'a un colonel. Sur quoi, bonne
chance. Adieu. J'ai payé ma dette, ne me demandez rien, ne m'écrivez pas.»

Comme Lucien s'en allait.

«--Si vous ne recevez rien, d'ici à huit jours, revenez me voir à neuf
heures du soir. Dites au portier, en passant, que vous reviendrez dans
huit jours. Bonsoir, adieu.»

Rien ne retenait Lucien à Paris; il ne devait y reparaître que lorsque sa
ruine serait oubliée.

«--Quoi, vous qui pouviez espérer tant de millions!» lui disaient les
nigauds qu'il rencontrait.

Et plusieurs de ces gens-là le saluaient de façon à lui dire:

«--Ne nous parlons pas.»

Sa mère montra une force de caractère admirable: jamais une plainte. Elle
eut pu garder son superbe appartement dix-huit mois encore. Avant le
départ de Lucien, elle alla s'établir dans quatre pièces, au troisième
étage, sur le boulevard. Elle annonça à un petit nombre d'amis qu'elle
leur offrirait le thé tous les vendredis et que, pendant son deuil, sa
porte serait fermée tous les autres jours.

Le huitième jour, après son entrevue avec le maréchal, Lucien reçut un
gros paquet adressé à M. Leuwen, chevalier de la Légion d'honneur,
deuxième secrétaire d'ambassade à Madrid. Il sortit à l'instant pour aller
chez le brodeur commander un petit uniforme. Il vit son ministre, reçut un
quartier d'avance de ses appointements et prit ses dernières instructions.

Tout le monde lui parla d'acheter une voiture, et trois jours après avoir
reçu sa nomination, il partait bravement par la malle-poste.

Il avait résisté héroïquement à l'idée de passer une dernière fois à Nancy.

Il s'arrêta deux jours, avec délices, sur le lac de Genève, et visita les
lieux divers que la _Nouvelle Héloïse_ a rendus célèbres; chez un paysan
de Clarens, il trouva un lit brodé dans lequel avait couché Mme de Warens.

À la sécheresse d'âme qui le gênait à Paris--pays si peu fait pour y
recevoir des compliments de condoléance--avait succédé une mélancolie
tendre: il s'éloignait de Nancy peut-être pour toujours.

Cette tristesse ouvrit son âme au sentiment des arts. Il vit avec beaucoup
plus de plaisir qu'il n'appartient à un ignorant de le faire, Bologne,
Milan. La Chartreuse de Pavie, Florence, le jetèrent dans un état
d'attendrissement et de sensibilité qui lui eût causé bien des remords
trois ans auparavant.

Enfin, en arrivant à son poste, il eut besoin de se sermonner pour prendre
envers les gens qu'il allait fréquenter le degré de sécheresse convenable.


[Footnote 1: Les quelques feuillets, racontant le nouveau séjour de Lucien
à Nancy, sont _absolument illisibles_ dans le texte original. On devine
avec quelle joie nous eussions voulu pouvoir restituer ce passage, un des
plus intéressants, sinon le plus intéressant du livre. Malheureusement il
y avait impossibilité matérielle. À mentionner ces mots jetés en marge:
_fièvre ardente..... Scolast..._ (Probablement _Suora Scholastica_), titre
d'une nouvelle inachevée.]



À Civita-Vecchia, le 22 mars 1835.



[Illustration 03]



Rome


Ici s'arrête Lucien Leuwen.

Le texte de cette édition est conforme à celui de l'édition parue à la
_Revue Blanche_, en 1901. Les lignes publiées en tête sont extraites du
commentaire de Jean de Mitty précédant l'édition originale parue en 1894,
chez E. Dentu, à Paris.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Lucien Leeuwen ou l'Amarante et le Noir - Tome Second" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home