Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Comment on Prononce le Français - Traité complet de prononciation pratique avec le noms - propres et les mots étrangers
Author: Martinon, Phillipe H.
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Comment on Prononce le Français - Traité complet de prononciation pratique avec le noms - propres et les mots étrangers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                          COMMENT ON PRONONCE
                              LE FRANÇAIS

                           _18ᵉ A 27ᵉ MILLE_



                        OUVRAGES DU MÊME AUTEUR


COMMENT ON PARLE EN FRANÇAIS. La langue parlée correcte comparée avec
la langue littéraire et la langue familière.

DICTIONNAIRE COMPLET, MÉTHODIQUE ET PRATIQUE DES RIMES FRANÇAISES,
précédé d’un traité de versification. Ouvrage composé sur un plan tout
à fait nouveau. Un volume in-12 de 300 pages.

                        (_Librairie Larousse._)



                             PH. MARTINON

                          Docteur ès lettres

                          COMMENT ON PRONONCE

                              LE FRANÇAIS

                           Traité complet de
                        prononciation pratique
                         avec les noms propres
                         et les mots étrangers

                       [Illustration: colophon]

                          LIBRAIRIE LAROUSSE
                    13-17, rue Montparnasse. PARIS


                     TOUS DROITS DE REPRODUCTION,
              DE TRADUCTION, D’ADAPTATION ET D’EXÉCUTION
                       RÉSERVÉS POUR TOUS PAYS.


           COPYRIGHT 1913, BY THE LIBRAIRIE LAROUSSE, PARIS.


                _A MA FEMME,

                     Parisienne de Paris_


                                _L’AUTEUR,

                                     Parisien de province._



PRÉFACE


_Deux grammairiens, Domergue et Mᵐᵉ Dupuis, ont publié en 1805 et 1836
des traités de prononciation qui ont longtemps fait loi[1]. On voit
qu’ils remontent un peu loin. Et pourtant, depuis cette époque, il n’en
a guère paru de satisfaisants. Je n’en connais pas du moins qui n’ait
de graves défauts._

_D’abord ils sont inexacts, je veux dire qu’ils renferment de
nombreuses erreurs, parfois des erreurs énormes, soit qu’ils
conservent, par un respect excessif de la tradition, des manières de
prononcer qui sont tout à fait sur années, soit qu’au contraire, ils
accueillent avec une facilité déplorable des prononciations qui ont
peut-être l’avenir pour elles, mais qui en attendant sont désagréables
au plus haut degré[2]. Chose fâcheuse à constater, les meilleurs
travaux sur la matière sont encore ceux des étrangers. Mais comment
espérer qu’un étranger puisse vraisemblablement nous enseigner notre
prononciation? Ch. Nyrop lui-même, qui fait autorité en ce qui concerne
la grammaire historique de notre langue, ne peut pas ne pas commettre
des erreurs[3]._

_Un autre défaut des traités de prononciation contemporains, c’est
qu’ils sont très incomplets. Seul Lesaint s’est donné la peine de faire
une revue complète, trop complète même, du vocabulaire. Je dis trop
complète, parce qu’il donne des listes alphabétiques interminables de
mots que personne n’emploie. Mais lui-même n’a pas prévu tous les cas
intéressants ou douteux, tous ceux sur lesquels on peut ou on doit se
poser des questions. Aurait-on donc tout prévu dans ce nouveau livre?
Je ne l’affirmerai pas, et sans doute plus d’un point a dû échapper:
en aucune matière on ne peut prétendre être parfaitement complet,
et il peut y avoir des difficultés à côté desquelles on passe sans
les apercevoir. Il reste toujours que l’on trouvera traités ici des
problèmes, ou indiquées des prononciations qu’on chercherait vainement
ailleurs. Pour les noms propres notamment, on sera très largement
servi. Et les faits n’y seront pas énumérés, mais classés: les longues
listes alphabétiques qu’on trouve ailleurs, et qui, dans leur désordre
réel, que cache mal l’ordre apparent, rendent si peu de services, y
seront remplacées par des classifications méthodiques et logiques._

_Mais, dira-t-on, si les traités de prononciation sont incomplets,
les dictionnaires ne le sont pas. N’y en a-t-il pas qui donnent la
prononciation de tous les mots? Eh bien! c’est encore une erreur. Les
dictionnaires, outre qu’ils sont un peu gros pour être d’un usage
pratique, sont aussi très incomplets, d’abord parce qu’ils ne donnent
généralement qu’une prononciation dans beaucoup de cas où on a le droit
d’hésiter: or, quand les individus ont le droit d’hésiter, les livres
ont le devoir de le faire; ensuite parce qu’ils oublient les flexions,
qui sont capitales: ils donneront par exemple la prononciation de
l’infinitif des verbes, mais celle de la première personne, dans
la pluralité des cas, est beaucoup plus intéressante que celle de
l’infinitif. Et puis les dictionnaires considèrent uniquement les mots
isolés: or il importe souvent de les considérer dans le corps des
phrases._

_D’ailleurs les dictionnaires aussi renferment beaucoup d’erreurs.
Celui qui aujourd’hui fait autorité en toute matière, le_ Dictionnaire
général, _de Darmesteter, Hatzfeld et M. A. Thomas, laisse autant à
désirer au point de vue de la prononciation qu’au point de vue de
l’étendue du vocabulaire[4]. D’abord sa doctrine paraît avoir varié
sensiblement au cours de l’impression, et on y trouve d’étranges
inconséquences[5]; de plus il paraît dans beaucoup de cas subordonner
ses solutions à l’orthographe ou à l’étymologie, sans tenir assez de
compte de l’usage véritable, indiquant ce qui doit être ou ce qui
devrait être plutôt que ce qui est[6]. Au surplus, le dernier auteur
du livre, qui n’était pas le principal responsable, a si bien reconnu
le fait, que la prononciation a été l’objet d’une attention toute
particulière dans la revision qui a été faite._

_J’ai cru, néanmoins, devoir signaler en note les points principaux
sur lesquels je suis en accord ou en désaccord avec le_ Dictionnaire
général: _le lecteur aurait pu me reprocher de ne pas faire connaître,
dans un ouvrage qui veut être aussi complet que possible, l’opinion
d’un livre aussi important; il pourra donc se prononcer lui-même en
connaissance de cause._

_Un autre dictionnaire qui semblerait aussi devoir faire autorité en
la matière, c’est le_ Dictionnaire phonétique de la langue française
_par Michaëlis et Passy. Mais, malgré la préface complaisante (avec des
restrictions d’ailleurs) de Gaston Paris, je crains bien que le second
de ces auteurs n’ait dans ce livre une part singulièrement réduite.
C’est encore l’œuvre d’un étranger, et elle fourmille d’erreurs
étranges[7]._

_Ainsi les dictionnaires ne sont ni plus complets ni plus exacts que
les traités de prononciation. Quant à la méthode, l’ordre alphabétique
leur interdit d’en avoir une. Mais celle des meilleurs traités de
prononciation, fort scientifique peut-être, n’est aucunement pratique.
Ils partent en effet du son pour aboutir à l’orthographe. Comme
méthode générale d’enseignement pour les étrangers, cela est sans
doute excellent. Et d’autre part il peut être très intéressant pour
tout le monde de savoir qu’un son donné, voyelle ou consonne, s’écrit
de telles et telles manières différentes. Mais ceux qui, sachant
la langue par ailleurs, désirent simplement se renseigner sur des
points particuliers, et ce sont de beaucoup les plus nombreux, ceux-là
ne partent pas du son, car il ne s’agit pas pour eux d’apprendre
l’orthographe; ils désirent au contraire apprendre quel est le son
qui correspond correctement à une graphie donnée. Un livre_ pratique,
_un livre de vulgarisation, destiné aux Français aussi bien qu’aux
étrangers, doit donc partir de l’orthographe exclusivement; il doit
partir de ce qui se voit, qui est absurde peut-être, mais qui est
fixe et certain, pour passer à ce qui s’entend, qui est souvent
douteux ou discutable. Sans doute dans les livres il y a des tables...
quelquefois, mais ce n’est pas assez; c’est dans le livre même que la
méthode doit être pratique._

_De plus, les meilleurs livres ont encore, je ne dirai, pas un défaut,
mais un inconvénient_ au point de vue pratique: _c’est de faire usage
de signes spéciaux inusités ailleurs. Je sais tout ce qu’on peut dire
en faveur des signes spéciaux, et combien il est plus aisé de marquer
les sons avec précision et correction, lorsque chaque son a un signe
unique, et chaque signe un son unique. C’est parfait au point de vue
scientifique. Le malheur, c’est qu’un profane qui veut se renseigner
et qui aperçoit ces signes dont il n’a pas l’habitude ferme le livre
immédiatement. Il est bien certain qu’il a tort, mais qu’y faire?
On aura beau simplifier, se réduire à une demi-douzaine de signes
particulièrement indispensables, rien n’y fera. Les personnes les plus
intelligentes, qui se rendraient immédiatement, si l’on avait deux
minutes pour leur montrer verbalement la nécessité de ces signes, et
combien leur usage est facile, ne feront pas elles-mêmes ce simple
effort de deux minutes, qui leur serait nécessaire pour se rendre
compte des choses avec une parfaite aisance. Elles fermeront le livre,
comme les autres. Encore une fois, qu’y faire? Tant pis pour elles,
dira quelqu’un! C’est parfait; mais alors on prêchera dans le désert!
Or, quand on fait un livre de vulgarisation, c’est pour être lu du plus
grand nombre, et il n’y a qu’un moyen de se tirer d’affaire, c’est
celui de Mahomet: quand la montagne ne veut pas venir, il faut aller à
elle! C’est pourquoi ce livre est imprimé d’un bout à l’autre avec les
caractères de tout le monde. La méthode a des inconvénients: pense-t-on
que je ne les voie pas? Elle sera certainement l’occasion de plus d’une
erreur passagère, due à l’inattention du lecteur. Mais l’avantage qu’il
y a d’atteindre la catégorie de lecteurs qui est de beaucoup la plus
nombreuse compense largement quelques inconvénients, d’ailleurs assez
médiocres en définitive._

_Ce n’est pas tout. Les traités de prononciation se bornent
généralement à énoncer les faits, sans les expliquer: on en
trouvera ici l’explication, historique ou théorique, sauf erreur,
toutes les fois qu’elle est possible et présente quelque intérêt.
Et c’est précisément l’avantage principal que présentent les
classifications méthodiques et logiques sur les simples listes
alphabétiques. Les lecteurs qui ne peuvent tirer parti que de l’ordre
alphabétique--j’espère que c’est la minorité--auront toujours la
ressource de recourir à la table des principaux mois cités, qui fera
l’office d’un dictionnaire; mais ceux qui préfèrent l’ordre véritable
et non artificiel, ceux qui veulent de la méthode, trouveront ici,
j’espère, quelques satisfactions, au moins dans les chapitres
importants, comme ceux de l’_S_ et du_ T, _sans parler des voyelles_[8].

       *       *       *       *       *

_Après avoir justifié la publication de ce nouveau traité, peut-être
faut-il faire connaître au lecteur les principes généraux qui m’ont
guidé dans sa composition, plus simplement, quelle est la prononciation
que je tiens en général pour la meilleure. Sur ce point je suis
tout à fait de l’avis de l’abbé Rousselot: ce n’est pas en province
qu’il faut chercher le modèle de la prononciation française, c’est
à Paris. Toutefois je ferai à ce principe quelques restrictions. La
prononciation parisienne est la bonne, mais à condition qu’elle ne soit
pas_ exclusivement _parisienne, auquel cas elle devient simplement
dialectale. Pour que la prononciation de Paris soit tenue pour bonne,
il faut qu’elle soit adoptée au moins par une grande partie de la
France du Nord. Dans bien des cas, il est permis d’opposer à la
prononciation de Paris une autre prononciation, si elle est répandue
dans la plus grande partie de la France. Que les Parisiens ferment l’a
de_ l_a_cer _et_ l_a_cet, _je ne vois rien à redire à ce qu’on les
imite, car ils ne sont pas les seuls: encore est-il au moins aussi
légitime de l’ouvrir, s’il est ouvert un peu partout; mais si les
Parisiens vont jusqu’à fermer l’_a _de_ caden_a_sser _et_ matel_a_sser,
_je pense que cette fois c’est peut-être trop, et qu’on peut préférer
une prononciation plus répandue._

_Il y a autre chose encore. Paris est grand, et il y a bien des
mondes à Paris. «La langue varie, en effet, dit l’abbé Rousselot,
suivant les quartiers, les conditions sociales, et les intentions du
sujet parlant. Un Parisien de la haute classe ne parlera pas comme
un homme du peuple. Et l’homme du peuple lui-même se gardera bien de
parler devant un étranger, une personne qu’il respecte, comme avec
un camarade... Donc le français à conseiller à tous est celui de la
bonne société parisienne.» On ne peut que souscrire à un principe si
judicieux. Malheureusement l’auteur ajoute presque immédiatement, en
précisant ce qu’il appelle bonne société parisienne: «...L’enfant né à
Paris est Parisien, et même l’enfant qui y arrive le devient très vite,
à la condition qu’il fréquente une école populaire.» Populaire? Mais
alors voilà une bonne société qui est terriblement large. Et ceci est
justement le défaut du_ Précis de prononciation _de l’abbé Rousselot,
outre qu’il est fort incomplet[9]. Autant l’auteur est inattaquable
quand il s’agit des constatations générales de la phonétique
expérimentale, dont il est le créateur et dont il est resté le maître,
autant il prête à la critique, quand il s’agit de savoir à quelle
espèce de gens il s’est adressé pour déterminer pratiquement l’usage
dans les cas particuliers ou douteux. Quel fond peut-on faire, sur le
témoignage de gens, des enfants sans doute, qui prononcent_ aighille
_pour_ aiguille? _Cela seul suffit à ôter parfois toute valeur à ses
statistiques, d’ailleurs fort réduites, et à ses conclusions._

_On ne sera donc pas surpris d’apprendre que la phonétique
expérimentale ne donne pas par elle-même de résultats définitifs sur
les questions qui font l’objet de ce livre. Si l’on veut savoir_
de quelle manière on dispose ses organes _pour faire entendre un_
a _fermé ou articuler un_ p _ou un_ s, _on peut s’adresser à elle
en toute confiance: ses instruments sont infaillibles; mais s’il
s’agit de savoir_ dans quels mots _l’_a _est ouvert ou fermé_,
dans quels mots _on prononce ou on ne prononce pas le_ p, _les
phonéticiens expérimentaux n’en savent pas plus que les autres, et
leurs instruments, sur ce point, ne serviront à rien, tant qu’ils
n’auront pas fait prononcer les mêmes mots par un assez grand nombre
de personnes_, choisies _expressément dans ce but. Or justement, le
premier point, celui qui est expressément de leur compétence, n’est pas
traité dans ce livre: je m’adresse aux gens qui savent suffisamment le
français, et aux Français eux-mêmes encore plus qu’aux étrangers, et je
suppose qu’ils savent comment les sons s’émettent, comment s’articulent
les consonnes. C’est pourquoi ce livre ne fait pas double emploi avec
les travaux de la phonétique expérimentale: il les complète._

_Le principe général est d’ailleurs le même, autant que possible, que
celui de la phonétique expérimentale, et l’on ne saurait aujourd’hui en
concevoir d’autre: il ne s’agit plus d’ordonner péremptoirement ce qui
doit être, mais de constater simplement ce qui est. Une prononciation
admise généralement par la bonne société est bonne par cela seul,
fût-elle absurde en soi. Si l’on me voit chemin faisant résister à
certaines prononciations que je crois mauvaises, c’est qu’elles ne
me paraissent pas encore très générales, et que la lutte est encore
permise et le triomphe possible; autrement je passe condamnation, car
il n’y a rien à faire contre les faits. La seule difficulté est de
savoir à quel moment une mauvaise prononciation est assez générale
pour qu’il faille s’incliner et la déclarer bonne; car il faut bien se
mettre dans l’esprit que toute prononciation qui est bonne a commencé
par être mauvaise, comme toute prononciation mauvaise peut devenir
bonne, si tout le monde l’adopte._

       *       *       *       *       *

_Ce traité se divise naturellement en deux parties, une pour les
voyelles et une pour les consonnes. Il est probable quelles seront
pour le lecteur d’un intérêt fort inégal, et voici pourquoi: la
première peut servir surtout à corriger les_ défauts _de prononciation,
autrement dit les_ accents _régionaux; mais ceci ne peut se faire
qu’avec des efforts soutenus dont peu de gens sont capables. La
seconde, au contraire, corrige les_ fautes _de prononciation, et ceci
ne demande pas d’effort: souvent il suffit que le fait soit constaté
une seule fois. Ainsi beaucoup de gens ont un_ accent _déplorable,
qui tiennent à parler fort correctement par ailleurs: c’est le cas de
beaucoup de professeurs qui seraient très mal placés pour enseigner
que l’_o _de_ rose _est fermé, alors qu’ils l’ouvrent outrageusement,
et ne font même aucun effort pour le fermer, mais qui, d’autre part,
sachant qu’on prononce_ dot _avec un_ t, _et_ comptable _sans_ p,
_pratiquent cette prononciation et l’enseignent scrupuleusement._

_D’ailleurs les voyelles sont très souvent flottantes: il y a tant
de degrés dans leur ouverture. Qu’on les ouvre un peu plus ou un peu
moins, dans une foule de cas, dans la plupart des cas, personne n’en
est choqué, et on n’y attache pas une très grande importance. Mais
qu’une consonne se prononce ou ne se prononce pas, c’est là souvent
un fait précis, catégorique, sur lequel il n’y a pas de discussion
possible, quand l’usage est suffisamment général; et beaucoup de gens
tiennent particulièrement à savoir si, dans tel mot, telle consonne se
prononce ou non._

_J’ai donné néanmoins à la première partie tout le développement
qu’elle comportait, mais je pense tout de même que ce livre servira
plus à corriger les_ fautes _que les_ défauts, _lesquels souvent sont
chers à ceux qui les ont._

_Qu’il me soit permis, chemin faisant, d’attirer spécialement
l’attention du lecteur curieux sur deux chapitres assez nouveaux, celui
de l’_e muet _et celui des_ liaisons. _La question de l’_e muet _a
déjà été traitée une fois; mais je l’ai reprise sur un plan différent.
Pour celle des_ liaisons, _on s’en tient d’ordinaire à des conseils
généraux: j’ai pris la peine d’entrer dans le détail et de classer
méthodiquement les faits._

_Enfin, je ne voudrais pas que le lecteur fût effrayé par l’abondance
des notes, qui pourraient sembler faire de ce livre un travail
d’érudition. Il n’en est rien. Ces notes, qui peuvent d’ailleurs être
négligées par ceux qu’elles n’intéressent pas, ont un double objet.
Elles contiennent d’une part la prononciation des noms propres, qui
auraient sans doute encombré le texte. D’autre part elles donnent
des renseignements qui peuvent être curieux sur les prononciations
d’autrefois; elles permettent ainsi d’apprécier certaines rimes qu’on
trouve chez les poètes classiques; elles font de plus savoir (s’ils
l’ignorent) à ceux qui aiment les vieilles éditions, que toutes
les consonnes qui jadis encombraient les textes ne se prononçaient
d’ordinaire pas plus qu’aujourd’hui où on ne les écrit plus[10]. Enfin
elles donnent parfois des explications complémentaires qui n’ont pas
paru être à leur place dans le texte._

_Après cela, et malgré les soins consciencieux que j’ai apportés à mon
travail, il y aura sans doute dans ce livre plus d’une erreur. En tout
cas, il est évidemment impossible qu’un lecteur qui a des opinions sur
la matière ait exactement les mêmes que l’auteur sur tous les points.
Si ce lecteur est particulièrement qualifié, il me suffira de ne
différer d’avec lui que sur des points secondaires. Quant au lecteur
qui cherchera ici des renseignements, j’espère qu’il ne s’égarera pas
trop souvent. Et puis, je compte un peu sur la collaboration de mes
lecteurs eux-mêmes pour perfectionner ce livre et le rendre plus utile,
si le public lui fait bon accueil: toutes les observations sérieuses,
appuyées sur une expérience suffisamment étendue, seront accueillies
avec reconnaissance._



_NOTE DES ÉDITEURS_


_Cette nouvelle édition a été, comme les deux premières, soigneusement
revue et a subi de nombreuses corrections et modifications._

_C’est qu’un ouvrage semblable, sous peine de perdre une partie de sa
valeur, doit suivre pas à pas les changements qu’apportent la mode et
l’usage._

_Dans leur vie brève ou longue, les mots voient leur sens évoluer; ils
voient aussi leur prononciation se modifier._

_Nous nous sommes efforcés, après la disparition de l’auteur de_
Comment on prononce le français _et de_ Comment on parle en français,
_de tenir à jour avec un soin constant ces livres gui ont fait à
Philippe Martinon la plus enviable réputation de technicien_.

_Il nous faut dire notre sincère gratitude à ceux qui, en grand nombre,
nous ont transmis leurs observations. Ces observations, nous les avons
examinées très attentivement et nous en avons tiré le plus grand
profit._



COMMENT ON PRONONCE LE FRANÇAIS



CHAPITRE PRÉLIMINAIRE

LES LETTRES


Quoique ce livre soit plutôt un ouvrage de vulgarisation, il n’est
pas possible de traiter de la prononciation en faisant table rase des
travaux de la phonétique. L’alphabet, tel qu’on l’enseigne aux enfants,
ne peut vraiment suffire ici. D’une part, les voyelles ne sauraient se
réduire à cinq, _=a=_, _=e=_, _=i=_, _=o=_, _=u=_[11]. D’autre part,
il y a souvent deux ou trois consonnes pour un seul son, comme _=c=_,
_=k=_, _=q=_, ou bien la même consonne a deux sons différents, comme
_=c=_ encore, ou _=g=_, ou _=t=_[12]; il y a même une lettre qui réunit
ordinairement deux sons en elle: _=x=_, tandis que pour tel son unique
nous employons deux lettres, comme _=ch=_ ou _=gn=_. Tout cela fait
beaucoup de confusion. Or, en matière de prononciation, les _sons_
importent plus que les _lettres_, et, faute d’un alphabet phonétique,
au moins faut-il mettre un peu d’ordre dans les caractères que nous
possédons. On nous permettra donc de commencer ce livre par une
classification logique des sons, =voyelles= ou =consonnes=[13].


Classification des voyelles.

Pour ce qui est des voyelles, nous n’avons pas dessein d’entrer dans le
domaine de la physiologie, pour expliquer en détail leurs différences
d’émission, de timbre ou d’intensité: nous supposerons que le lecteur
sait émettre les sons et les distinguer. Nous lui dirons donc tout
de suite qu’il y a au moins dix voyelles essentielles, et l’on verra
qu’il y en a davantage. En voici le tableau, car les explications se
comprendront mieux ensuite:

  =è= (ouvert),                =é= (fermé),  =i=.
  =a=, =eu= (_id._),             =eu= (_id._), =u=.
  =o= (_id._),                 =o= (_id._),  =ou=.
  ---------------------                   ---------------------
          |                                      |
  Voy. ouvertes.             Voy. fermées.

Il est bien évident qu’on ne saurait identifier l’=é= aigu avec l’=è=
grave, ou, pour employer tout de suite des expressions qui seront plus
commodes ailleurs, l’=é= _fermé_ avec l’=è= _ouvert_, celui d’_enflé_
avec celui d’_austère_[14]. On ne saurait confondre non plus l’=eu=
ouvert de _j_eu_ne_ avec l’=eu= fermé de _j_eû_ne_. Et il y a encore
exactement la même différence entre l’=o= ouvert de _cour_o_nne_ et
l’=o= fermé de _tr_ô_ne_[15].

Ainsi, partant de l’=a=, qui est la voyelle type, celle qu’on prononce
d’abord quand on ouvre la bouche naturellement et normalement, nous
voyons les voyelles se répartir en trois séries divergentes: d’une part
la série =a=, =è=, =é=, =i=, dont l’émission élargit progressivement la
bouche sur les côtés en la fermant à demi; d’autre part, la série =a=,
=o= ouvert, =o= fermé, =ou=, dont l’émission rapproche progressivement
les coins de la bouche en l’arrondissant; enfin, entre les deux, la
série =a=, =eu= ouvert, =eu= fermé, =u=, qui participe à la fois des
deux autres: de la première par la position de la langue, de la seconde
par les mouvements des lèvres. On se rendra compte facilement de ce
rapport en passant successivement du son =u= au son =i=, par simple
déplacement des lèvres, et au son =ou=, par déplacement de la langue
seule, même sans avancer les lèvres; on passe de même de =eu= fermé à
=é=, ou bien à =o= fermé, de =eu= ouvert à =è=, ou bien à =o= ouvert.
Et cela fait bien dix voyelles.

Sur ces dix voyelles, six sont fermées, d’abord =é=, =eu= fermé, =o=
fermé; ensuite et plus encore, =i=, =u=, =ou=. Les autres sont ouvertes.

On remarquera en passant que les trois voyelles extrêmes, les plus
fermées, =i=, =u=, =ou=, quand elles sont suivies d’autres voyelles,
s’en accommodent si bien qu’au lieu de faire hiatus, comme dans
_h_aï_r_ ou dans _És_aü, elles font presque nécessairement diphtongue
avec elles: _d_ia_ble_, _h_ui_t_, _d_oua_ne_: c’est ce que les
grammairiens appellent _synérèse_. Pour parler plus exactement encore,
elles se transforment alors en _semi-voyelles_, ce qui veut dire
que, n’étant plus voyelles qu’à moitié, car elles se prononcent plus
rapidement que les voyelles vraies, elles font à peu près l’office de
consonnes. Le =w= anglais de _whist_ représente assez bien la consonne
=ou=; il n’y a pas de signe courant pour représenter l’=u= consonne;
mais l’=i= consonne s’écrit ordinairement au moyen de l’=y=, et
s’appelle alors =yod=: c’est celui de l’anglais _yes_.

       *       *       *       *       *

Mais ces dix voyelles ne sont pas tout. Le son de l’=a= n’est pas
plus unique que celui de l’=e= ou celui de l’=o=. Les grammaires se
bornent généralement à distinguer l’=a= long de l’=a= bref, _p_a_tte_
et _p_â_te_, _f_a_ce_ et _gr_â_ce_, _t_a_che_ et _t_â_che_, et cette
distinction a certainement son importance, même pour les voyelles
autres que =a=; mais elle est insuffisante pour notre objet, car l’=a=
de _p_a_rs_ est aussi long que celui de _p_â_te_, sans avoir du tout
le même timbre. La vérité est qu’on doit faire ici une distinction
tout à fait analogue à celle qu’on fait si facilement pour =e=, =o= et
=eu=. En effet, nous avons d’une part un =a= qui n’est jamais bref,
et c’est celui de _p_â_te, gr_â_ce_ ou _t_â_che_, et un autre =a= qui
est généralement bref, mais qui peut être long, et c’est celui de
_p_a_tte_, _f_a_ce_, _t_a_che_ ou _p_a_rs_. Or nous verrons qu’il y
a de même, par exemple, un =o= qui n’est jamais tout à fait bref, et
c’est l’=o= fermé: _domin_o, _r_o_se_, _gr_o_sse_, et un autre =o=,
qui est généralement bref, mais qui peut être long, et c’est l’=o=
ouvert: _p_o_mmes_, _p_o_ste_ et _m_o_rt_. Nous admettrons, au moins
par analogie, et pour unifier les termes, qu’à côté de l’=a= ouvert
proprement dit, il y a aussi un =a= fermé, celui de _p_â_te_[16].

A ce second =a=, il faut encore ajouter l’=e= muet, appelé aussi =e=
_féminin_, qui tantôt se prononce et tantôt ne se prononce pas, suivant
les circonstances, et qui par suite n’est pas toujours muet, et cela
fait bien douze voyelles.

En outre, à ces voyelles, qui sont dites _orales_, parce que l’air
expiré passe uniquement par la bouche, on doit en ajouter d’autres,
dites _nasales_, parce que l’air expiré passe par le nez en même temps
que par la bouche. Elles sont quatre, =an=, =in=, =on=, =un=, qui n’ont
rien de commun avec des diphtongues, et elles correspondent, non pas,
comme l’indique l’orthographe, aux voyelles =a=, =i=, =o=, =u=, mais
à peu près aux quatre voyelles ouvertes =a=, =è=, =o=, =eu=: on peut
s’en rendre compte aisément, en passant de chacune de ces voyelles
à la nasale correspondante. Et ce sont bien des voyelles simples:
l’=n= n’est ici qu’un signe orthographique, qui, entendu autrefois,
ne s’entend plus aujourd’hui en aucune façon, sauf dans le Midi,
naturellement. Et cela fait _seize voyelles_.

       *       *       *       *       *

En fait, il y en a bien davantage encore, et voici pourquoi. Sans
doute une voyelle est fermée ou ne l’est pas, et _pratiquement_ on
ne voit pas qu’elle ait deux manières d’être fermée. Or, quand elle
n’est pas fermée, elle est ouverte; mais c’est ici qu’il y a bien des
degrés. L’=e= de _p_é_rir_ a beau avoir le même accent aigu que celui
de _tromp_é, celui de _tromp_é seul est fermé, et celui de _p_é_rir_
est incontestablement ouvert, mais il l’est sensiblement moins que
celui de _p_è_re_. On pourrait même dire qu’il y mathématiquement une
infinité de degrés dans l’ouverture d’un son quelconque. Sans entrer
dans des distinctions scientifiques qui n’ont point d’intérêt pratique,
on peut dire que l’=é= de _p_é_rir_, _d_é_montre_, _pr_é_pare_, etc.,
est _moyen_, étant à égale distance de l’=é= _fermé_ de _tromp_é et
de l’=e= tout à fait _ouvert_ de _p_è_re_, souvent même plus près du
second que du premier. De même il y a un =o= moyen, un =eu= moyen, et
si les voyelles =i=, =u=, =ou=, ne sauraient être _moyennes_, étant
toujours fermées, à l’autre bout il peut encore y avoir un =a= moyen.

Ce mot _moyen_ a malheureusement un inconvénient: il est nécessaire par
ailleurs pour caractériser la _quantité_ des voyelles qui ne sont ni
_longues_ ni _brèves_. Nous veillerons donc à ce qu’aucune confusion
ne puisse se produire dans l’esprit du lecteur entre ces deux sens,
concernant le _timbre_ et la _quantité_. Par exemple, en parlant du
_timbre_, comme la caractéristique d’un son tel que l’=é= de _p_é_rir_
est avant tout de n’être pas _fermé_, malgré son accent aigu, nous le
qualifierons à l’occasion d’=e= légèrement ouvert ou à demi ouvert,
quand il faudra le comparer à l’=è= grave, qui l’est tout à fait.

Ainsi nous nous en tiendrons à notre tableau des voyelles, qui peut
suffire. On remarquera que trois d’entre elles sont écrites avec deux
lettres. Ce furent jadis des diphtongues; mais il y a longtemps que
ce n’en sont plus. L’orthographe a conservé le signe double, justifié
autrefois, mais l’orthographe n’y change rien, et ce sont des voyelles.
Mieux vaudrait assurément que chaque voyelle eût un signe propre, ou du
moins qu’il y en eût un spécial pour =eu=, ouvert ou fermé, et un autre
pour =ou=: nous n’avons pas cru devoir, dans un livre de vulgarisation,
choquer les habitudes du lecteur par l’usage de signes phonétiques peu
usités, et nous avons conservé l’orthographe courante.

Il y a encore en français d’autres groupes de signes qui furent aussi
jadis des diphtongues et depuis longtemps n’en sont plus, et que nous
avons conservés tels quels: =ai=, =ei=, =au=, et aussi le groupe =oi=,
sans parler d’=œ= et =æ=, qui furent diphtongues aussi, mais en latin.
Ces groupes ne figurent pas dans le tableau, parce qu’ils y feraient
double emploi; ils seront étudiés à la suite des voyelles simples
auxquelles ils sont apparentés.


Classification des consonnes.

Même en laissant de côté les semi-voyelles, nous avons dix-huit
consonnes simples.

1º Six _muettes_: =b=, =c=, =d=, =g=, =p=, =t=, ainsi nommées parce
qu’elles ne se font sentir réellement qu’avec l’aide d’une voyelle[17].
On les appelle aussi _momentanées_, pour la brièveté de leur émission,
et aussi _explosives_ ou _occlusives_, parce qu’elles produisent une
_explosion_ plus ou moins brusque, après _occlusion_ momentanée des
organes de la parole.

Les muettes sont _labiales_, si la fermeture est faite par les lèvres:
=b=, =p=; _dentales_, si elle est faite par la langue appuyée contre
les dents: =d=, =t=; _gutturales_ ou _palatales_, si elle est faite par
la langue appuyée contre le haut du palais, plus ou moins près de la
gorge: =c=, =g=. Mais surtout on les divise en deux catégories:

Les _muettes fortes_, ou _explosives sourdes_, qui ne sont accompagnées
d’aucune résonance, et qu’on peut appeler _brusques_; on les reconnaît
dans =pa=, =ta=, =ca=, ou =ap=, =at=, =ac=;

Les _muettes douces_, ou _explosives sonores_, qu’on peut appeler
_retardées_, parce que la résonance interne qui précède le son et
l’adoucit a pour effet d’en retarder l’explosion; on les reconnaît dans
=_ba_=, =_da_=, =_ga_=, ou =_ab_=, =_ad_=, =_ag_=.


2º Six =_spirantes_=: =_f_=, =_ch_=, =_j_=, =_s_=, =_v_=, =_z_=,
dont l’émission est produite par une simple émission d’air, qui ne
nécessite absolument ni l’occlusion momentanée des organes (un simple
rétrécissement suffit), ni l’intervention d’une voyelle.

Les spirantes aussi sont _labiales_, quand elles rapprochent la lèvre
inférieure des dents supérieures: =_f_=, =_v_=; _dentales_, quand elles
rapprochent les dents supérieures des inférieures: =_s_=, =_z_= (ou
=_c_= devant =_e_= et =_i_=); _palatales_, quand elles rapprochent
la langue du palais: =_ch_=, =_j_= (ou =_g_= devant =_e_= et =_i_=).
D’autre part les spirantes _labiales_ sont appelées aussi _fricatives_;
les _dentales_, _sifflantes_; les _palatales_, _chuintantes_. Mais les
spirantes, comme les muettes, se divisent surtout en deux catégorie
essentielles:

Les _spirantes fortes_, ou _sourdes_, sans résonance, =_f_=, =_s_=,
=_ch_=;

Les _spirantes douces_, ou _sonores_, et par suite _retardées_, =_v_=,
=_z_=, =_j_=.


3º Deux =_liquides_=: =_l_= et =_r_=.

Il y a diverses façons de prononcer l’=_r_=; mais il est bien inutile,
à moins que ce ne soit pour le chant, de s’évertuer à retrouver l’=_r_=
vibrant qu’on prononçait avec la pointe de la langue: cet =_r_= a
disparu à peu près de l’usage, au moins dans les villes, et surtout
à Paris, où on _grasseye_, la pointe de la langue appuyée contre les
dents inférieures.


4º Deux _nasales_, qui étaient aussi qualifiées de _liquides_ par les
grammairiens grecs: =_m_= et =_n_=, l’une _labiale_, l’autre _dentale_.


5º Deux consonnes =_mouillées_=: =_l_= et =_n_=.

L’=_l_= mouillé s’écrit par =_ll_= après =_i_=: _fi_ll_e_; par =_il_=
ou =_ill_= après =_a_=, =_e_=, =_eu_=, =_ou_=: _ba_il, _ca_ill_e_,
_sole_il, _pare_il, _deu_il, _feu_ill_e_, _bou_ill_e_. Il s’écrit
aussi =_lh_= ou =_ilh_= dans les noms méridionaux, comme _Me_ilh_ac_
ou _Mi_lh_au_ et =_gli_= en italien. A la vérité, le son véritable de
l’=_l_= mouillé, que l’on confond souvent avec =_ly_=, est aujourd’hui
perdu pour la plupart des Français, malgré les efforts suprêmes de
Littré, et se confond désormais avec le simple =_yod_=[18].

L’=_n_= mouillé s’écrit =_gn_=; il se rapproche très sensiblement de
l’=_n_= suivi de la semi-voyelle =_y_=, et se confond souvent avec lui.


6º A ces dix-huit consonnes simples il faut ajouter une consonne
double, =_x_=, qui se prononce de diverses façons, mais qui en principe
représente _cs_; et d’autre part l’=_h_=, qui ne se prononce plus
guère, même quand il est aspiré, mais qui dans ce cas sert toujours à
empêcher l’élision et la liaison.


Quelques considérations générales sur l’accent tonique.

Avant de commencer l’étude particulière des voyelles, une distinction
capitale est à faire, celle des voyelles _accentuées_ ou _toniques_, et
des voyelles _atones_, car l’=_e_= dit _muet_ n’est pas seul atone, et
toute voyelle qui ne porte pas l’accent tonique s’appelle _atone_. Or
l’_accent tonique_, très faible en français par comparaison avec les
autres langues, est cependant très important, comme on va voir. Mais il
ne faut pas le confondre avec l’accent dit _oratoire_, ou _emphatique_,
qui est tout autre chose.

L’_accent oratoire_ se place sur la syllabe quelconque que l’on désire
mettre en relief, et souvent même sur des mots complètement atones,
comme _je_. Il se met en général sur la première syllabe des mots. Ch.
Nyrop, le grammairien danois, qui est classique chez nous en matière de
grammaire française, a relevé dans un cours public la phrase suivante,
dont il a noté les accents d’après le débit du professeur: «_Ain_si
nous avons _d’u_ne part une progression _croi_ssante, _d’au_tre
part une progression _dé_croissante.» On dirait de même: _c’est un_
mi_sérable_; at_tention!_ im_possible_. Toutefois, si la première
syllabe commence par une voyelle, l’accent _oratoire_ se reporte le
plus souvent sur la seconde, afin de faire vibrer la première consonne:
_in_sen_sé_. Cela est particulièrement nécessaire quand il y a liaison
avec le mot précédent, dont la consonne finale prendrait sans cela
trop d’importance: _c’est im_pos_sible_ et non _c’est_ im_possible_.
Paul Passy a noté que certains mots sont prononcés plus souvent avec
cet accent qu’avec l’accent normal: beau_coup_, _ex_trê_mement_,
ter_rible_, ri_dicule_, ban_dit_, etc., et surtout des injures, comme
co_chon_; mais tous ces mots reprennent l’accent normal, si on les
prononce avec le calme parfait. Ainsi l’accentuation de beaucoup
de mots est dans une sorte d’équilibre instable, qui se prête
admirablement à l’expression de la pensée ou du sentiment, avec toutes
leurs nuances[19]. Seulement l’accent oratoire, qui est arbitraire,
peut bien exercer une grande influence sur l’_intensité_ des voyelles:
il n’en exerce aucune sur le _timbre_.

       *       *       *       *       *

Il n’en est pas de même de l’_accent tonique_, qui est fixe, et qui
vient directement du latin: malgré sa faiblesse, il a conservé sa
place originelle dans les mots de formation populaire, et il est
uniquement sur la _dernière_ syllabe masculine des mots, les syllabes
muettes ne comptant pas: _prés_a_ge_ a l’accent tonique sur _a_,
_cour_o_nne_ sur _o_, _quatri_è_me_ sur _è_. D’ailleurs beaucoup de
mots d’une et même deux syllabes, articles, pronoms, prépositions,
conjonctions, s’appuient sur leurs voisins et n’ont pas d’accent propre
ou très peu. D’autres mots ont un accent, et peuvent le perdre au
profit d’un monosyllabe qui suit, lequel peut le perdre à son tour au
profit d’un autre monosyllabe; ainsi dans les expressions _laissez_,
_laissez-moi_, _laissez-moi là_, l’accent est toujours uniquement sur
la dernière syllabe, c’est-à-dire successivement sur _sez_, sur _moi_
et sur _là_[20]. Et il faut noter que l’accent _oratoire_ ne détruit
pas nécessairement l’accent _tonique_: dans _je reste_, _tu t’en vas_,
l’accent oratoire peut être sur _je_ et _tu_, mais cela n’empêche pas
l’accent tonique d’être sur _res_ et _vas_.

       *       *       *       *       *

Cela posé, on comprend sans peine que les voyelles qui ont un accent
tonique fixe ont beaucoup plus d’importance que les voyelles _atones_.
Ce point est capital, et la question de savoir si une voyelle est
_ouverte_ ou _fermée_, _longue_ ou _brève_, ne se pose réellement avec
intérêt que si cette voyelle est _tonique_. En effet, les voyelles
_atones_, n’ayant pas l’importance des autres, se prononcent presque
toutes plus ou moins légèrement, à moins d’une intention spéciale;
aussi sont-elles rarement fermées et rarement longues; car on ne peut
fermer ou allonger une voyelle que par un acte exprès de la volonté[21].

Ainsi _les voyelles atones sont généralement assez brèves et assez
ouvertes_, sans l’être beaucoup; elles sont _moyennes_, dans tous
les sens du mot, et diffèrent assez peu les unes des autres. On peut
comparer pour la _quantité_ les deux _a_ de _adage_ ou _placard_, où le
second est beaucoup plus long que le premier, et pour l’_ouverture_,
les deux _o_ de _folio_ ou _siroco_, où le second seul est fermé.
On met le plus souvent un accent aigu sur l’_e_ à l’intérieur des
mots, quand il n’est pas muet; mais il ne s’ensuit pas que cet _e_
soit fermé: il est, lui aussi, moyen dans tous les sens. Par exemple
_dégénéré_ a d’abord trois _e_ à peu près identiques, et qui, malgré
l’accent aigu qui les assimile au quatrième, sont en réalité aussi
distincts de lui que de l’_e_ ouvert et long qui termine le présent
_dégénère_[22].

Ce phénomène est si général et si nécessaire, que la même syllabe
changera son ouverture et sa quantité suivant la place qu’elle aura
dans le mot, c’est-à-dire suivant qu’elle sera ou ne sera pas tonique.
Nous venons de voir le troisième _é_ de _dégénérer_ s’allonger
manifestement dans _dégénère_; inversement l’_a_ de _cave_ s’abrège
dans _caveau_. Une voyelle tonique qui était fermée et longue s’ouvre
à demi et s’abrège en perdant l’accent: _bah_, _ébahir_; une voyelle
tonique qui était ouverte et longue se ferme à demi et s’abrège aussi:
_or_, _dorer_; si bien que par exemple l’_e_ de _pied_, qui est fermé,
et l’_e_ de _diffère_, qui est ouvert, deviennent identiques, ni
ouverts ni fermés (malgré l’accent aigu), dans _piéton_ et _différer_.

Même si la syllabe ne se déplace pas dans le mot, il suffit qu’elle
perde l’accent au profit du monosyllabe qui la suit, pour que son
ouverture et sa quantité changent également: _aime_ est moins ouvert
et moins long dans _aime-t-il_, où l’accent est sur _il_, que dans _il
aime_; _peux_ est moins fermé et plus bref dans _peux-tu_ que dans _tu
peux_; _êtes_ se prononce plus légèrement dans _vous êtes fou_ que dans
_fou que vous êtes_. Il n’est même pas besoin d’un monosyllabe héritant
de l’accent du mot qui précède: il suffit qu’un mot accentué soit suivi
immédiatement d’autres mots liés à lui intimement par le sens, pour
que le seul affaiblissement de l’accent produise un léger changement
d’ouverture ou de quantité, car l’accent qui n’est pas tout à fait
final est toujours plus faible que l’accent final; ainsi _aime_, étant
moins accentué, est aussi moins ouvert et plus bref dans _je les aime
depuis longtemps_, articulé sans pause, que dans _je les aime_ tout
court.

       *       *       *       *       *

On voit quelle est l’importance du phénomène: il se manifeste aussi
bien dans les assemblages de mots que dans les mots considérés
séparément. C’est un point qu’il ne faudra jamais perdre de vue dans
l’étude des mots pris séparément. Nous le rappellerons d’ailleurs plus
d’une fois au lecteur. Mais de toutes ces considérations il résulte que
l’objet principal de la première partie de ce livre sera l’étude des
voyelles _toniques_, qui sont de beaucoup les plus importantes. Quant
aux voyelles _atones_, j’entends celles qui sont dans le corps des
mots, nous ne laisserons pas d’en dire un mot à la suite dans chaque
chapitre, mais seulement comme complément, et parce que le phénomène
général dont on vient de parler ne se manifeste pas également dans tous
les cas. Il faut voir notamment dans quelles circonstances il peut se
faire qu’une syllabe qui perd l’accent garde néanmoins en partie ses
qualités premières.


Autres observations générales.

En dehors de la distinction capitale que nous venons de faire entre
les voyelles _toniques_ et les _atones_, nous pouvons encore, avant de
passer à l’étude des voyelles particulières, simplifier sensiblement la
besogne par avance au moyen de deux observations générales concernant
les voyelles toniques qui peuvent être ouvertes, _=a=_, _=e=_, _=eu=_,
_=o=_.

C’est un fait constant que les groupes de consonnes abrègent la voyelle
qui précède, et cela est vrai des toniques encore plus que des autres.
Donc une voyelle tonique n’est jamais longue, et encore moins fermée,
quand elle est suivie de deux consonnes articulées: _secte_, _golfe_.
Je dis _articulées toutes les deux_, car d’une part une _consonne
double_ n’a jamais en fin de mot que la valeur d’une _consonne simple_;
d’autre part, dans un mot tel qu’_amante_, on ne prononce qu’une seule
consonne, l’_n_ n’étant plus que le signe extérieur de la nasalisation;
de même dans _Duquesne_, l’_s_ ne sert plus qu’à allonger la voyelle.
Mais si les deux consonnes sont articulées, elles produisent le même
effet que l’atonie, et elles le produisent avec une régularité et une
constance parfaites, que nous ne trouverons pas ailleurs. Par exemple,
_apte_, _arc_, _arche_, _taxe_ (car _x_=_cs_), etc., ou _secte_,
_berge_, _ferme_, _reste_, _vexe_, etc., ou _docte_, _dogme_, _golfe_,
_porche_, etc., ont la voyelle plus ou moins brève, suivant les cas,
mais jamais longue et toujours ouverte, et ces finales n’ont jamais
d’accent circonflexe[23].

Toutefois, ces groupes de deux consonnes ne comprennent pas ceux où
la seconde, mais _la seconde seule_, est une liquide, _=l=_ ou _=r=_;
car ceux-là sont traités en français comme s’ils ne faisaient qu’une
seule consonne[24]. Ainsi les finales en _-acle_ ou _-adre_, par
exemple, peuvent être, comme nous le verrons plus loin, longues ou
brèves, ouvertes ou fermées, et ne doivent pas être confondues avec
les finales en _-acte_ ou _-apte_, ou même _-arle_, toujours ouvertes,
et toujours brèves ou moyennes; de même _etre_ peut être long ou bref
(_être_, _mètre_), tandis que _-erte_, fait des mêmes lettres, n’est
jamais long; l’_a_ est long et fermé dans _s_a_bre_, tandis qu’il
est nécessairement ouvert et moyen dans _b_a_rbe_, qui a les mêmes
consonnes, et même dans _m_a_rbre_, qui en a une de plus.

Malgré cette restriction, il reste un nombre considérable de finales
toniques dont nous n’aurons pas à nous occuper: plus de trente pour
chacune des voyelles =_a_=, =_é_=, =_o_=[25]. Nous n’aurons donc à
étudier que trois catégories:

    1º Les voyelles finales, avec ou sans consonne muette: _panam_a,
    _am_a(_s_), _clim_a(_t_), _estom_a(_c_);

    2º Les voyelles suivies d’une seule consonne articulée, simple
    ou double, avec ou sans _e_ muet: _cart_e_l_, _mart_è_le_,
    _mort_e_lle_;

    3º Les voyelles suivies de deux consonnes articulées dont la
    seconde seule est =_l_= ou =_r_=, la première étant simple ou
    double: _m_aî_tre_, _m_è_tre_, _m_e_ttre_.

Notre seconde observation préliminaire à propos des voyelles toniques
=_a_=, =_e_=, =_eu_=, =_o_=, c’est que, lorsqu’elles ont l’accent
circonflexe, elles sont longues en principe, quand elles sont suivies
d’une syllabe muette, sauf dans les formes verbales[26].

De plus, les voyelles =_a_=, =_eu_=, =_o_= sont fermées quand elles
sont surmontées de l’accent circonflexe: _p_â_te_, _j_eû_ne_, _r_ô_le_,
tandis que l’=_e_=, également fermé jadis, au moins dans certains
mots, est aujourd’hui très ouvert presque partout dans le même cas:
_p_ê_che_, _fr_ê_le_, _t_ê_te_.

Nous verrons qu’il en est exactement de même de nos quatre voyelles
devant l’_s_ doux: _écr_a_se_, _heur_eu_se_, _ch_o_se_ se prononcent
comme _p_â_te_, _je_û_ne_, _r_ô_le_; de même _trap_è_ze_ ou
_franç_ai_se_ comme _p_ê_che_ et _fr_ê_le_. Aussi les finales _-ase_,
_-euse_, _-ose_, _-èse_ ou _-aise_ n’ont elles jamais d’accent
circonflexe[27].

Au contraire, nous verrons l’=_r_= allonger toujours, et le =_v_=
ordinairement, la voyelle qui précède, mais sans jamais la fermer:
_ch_a_r_ et _ch_e_r_, _b_eu_rre_ et _b_o_rd_, _br_a_ve_ et _br_è_ve_,
ont la voyelle longue, mais ouverte.



PREMIÈRE PARTIE



LES VOYELLES


Pour étudier les voyelles, nous suivrons l’ordre du tableau. Nous
examinerons donc successivement:

    1º La voyelle =_a_=, à laquelle nous joindrons le groupe =_oi_=,
    diphtongue si l’on veut, puisqu’il exige deux sons vocaux,
    _ou_ et _a_, mais qui est plus exactement un _a_ précédé d’une
    semi-voyelle, _ou_ ou _w_, et qui en tout cas peut avoir les mêmes
    nuances que l’_a_;

    2º La voyelle =_e_=, ouverte ou fermée, en y joignant =_œ_= et
    =_æ_=, diphtongues latines, généralement fermées, ainsi que
    les groupes =_ai_= (ou =_ay_=) et =_ei_= (ou =_ey_=), qui sont
    généralement ouverts;

    3º La voyelle =_eu_=, ouverte ou fermée;

    4º La voyelle =_o_=, ouverte ou fermée, avec le groupe =_au_= (ou
    =_eau_=), généralement fermé;

    5º Les voyelles extrêmes, =_i_=, =_u_=, =_ou_=, essentiellement
    fermées, et sur lesquelles il y a donc peu à dire, parce que la
    prononciation en diffère peu d’un mot à l’autre;

    6º Les voyelles _nasales_, avec leurs graphies diverses, faites en
    principe des diverses voyelles, suivies d’un =_n_= ou d’un =_m_=;

    7º L’=_e_= _muet_;

    8º Les =_semi-voyelles_=, c’est-à-dire, si l’on préfère, les
    =_diphtongues_=.



I.--LA VOYELLE A.


1º L’A final.

L’=_a_= final n’est ni long ni fermé, sans être tout à fait bref ni
tout à fait ouvert; il est, si l’on veut, moyen, quelle que soit
d’ailleurs son origine, même l’ablatif latin: _cameli_a, _pari_a,
_tapioc_a, _falbal_a, _panam_a, _me_a _culp_a, _opér_a, _delt_a, _il
v_a.

Il y a quelques exceptions, j’entends quelques =a= fermés. Ce sont:

    1º Le nom même des lettres _a_ et _k_, et les notes de musique _fa_
    et _la_: comparez _la lettre a_ avec _il a_, et _c’est un la_ avec
    _il est là_[28].

    Toutefois, dans l’expression _a b c_, l’_a_, devenu atone, comme
    l’_à_ de _à Paris_, est moins nécessairement fermé que quand il est
    seul.

    2º Le mot _bêt_a. On se demande pourquoi, si ce mot est vraiment
    une forme dialectale de _bétail_, où l’_a_ s’est ouvert depuis
    longtemps. Nous noterons cependant que ce mot s’emploie surtout
    comme une espèce d’interjection, dont le son se prolonge.

    3º Le mot _chocol_a_t_, au moins à Paris. C’est peut-être à cause
    de son étymologie espagnole _chocol_a_te_, mot qui a l’accent sur
    l’_a_; mais cet _a_ est destiné à s’ouvrir, comme dans les autres
    mots en _-at_, et on n’est nullement obligé de le fermer.

    4º Les interjections _b_a_h_ et _hourr_a, dont le son se prolonge
    naturellement; mais si l’on fait de _hourra_ un substantif, il
    rentre dans la règle générale. _Hourra_ est d’ailleurs d’origine
    anglaise, et avait d’abord un =_h_= final; or l’_h_ final, qui, en
    dehors des interjections _bah_ et _pouah_, appartient uniquement
    à des mots d’origine étrangère, avait pour effet d’allonger et de
    fermer l’_a_; mais cet effet est aussi en voie de disparition, à
    mesure que les mots achèvent de se franciser[29].

Quand l’=a= est suivi d’une consonne qui ne se prononce pas, elle n’y
change pas d’ordinaire grand chose; et surtout, ici comme partout
ailleurs, les pluriels ne diffèrent plus en rien des singuliers: _un
opér_a, _des opér_a_s_, _une vill_a, _des vill_a_s_[30].

Peut-être l’=_a_= s’ouvre-t-il un peu plus devant le _t_ (avec ou sans
_s_): _un candid_a_t_, _des candid_a_ts_[31]. Peut-être aussi est-il
encore un peu plus fermé dans les futurs, comme _tu aimer_a_s_, que
dans les prétérits, comme _tu aim_a_s_, mais c’est peu de chose.

Toutefois, l’=_a_= est resté en général un peu long et fermé, au moins
à Paris, dans la plupart des mots qui ont un _s_ au singulier comme au
pluriel: _b_a_s_, _c_a_s_, _l_a_s_, _lil_a_s_, _trép_a_s_, _t_a_s_.
Mais ici même, par analogie, l’=_a_= s’est ouvert ou tend à s’ouvrir
dans un grand nombre de mots: _galimati_a_s_, _trac_a_s_, _ch_a_s_,
et surtout les mots en =_-las_=, =_-nas_=, =_-ras_= et =_-tas_=:
_matel_a_s_, _chassel_a_s_, _cervel_a_s_, _entrel_a_cs_ et _vergl_a_s_,
_anan_a_s_ et _caden_a_s_, _br_a_s_ et _embarr_a_s_, _taffet_a_s_ et
_galet_a_s_. Même des rimes comme _c_a_s_ et _avoc_a_ts_, _b_a_s_ et
_grab_a_ts_ n’ont plus rien de choquant.


2º L’A suivi d’une consonne articulée.

Quand l’=_a_= est suivi d’une consonne articulée, en principe il
s’ouvre et s’abrège plus ou moins. Le rôle que jouent ici les
consonnes, ou du moins la plupart des consonnes, se marque nettement
dans certains féminins: l’=_a_=, qui n’est encore que moyen dans
_délic_a_t_, _candid_a_t_, _scélér_a_t_ ou _ingr_a_t_, achève
de s’ouvrir et de s’abréger dans _délic_a_te_, _candid_a_te_,
_scélér_a_te_ ou _ingr_a_te_[32]. Et ce qui prouve bien que c’est la
consonne qui fait tout, et que l’_e_ muet n’y est pour rien, c’est que
_mate_, féminin de _mat_, ne se prononce pas autrement que le masculin,
le =_t_= étant articulé dans les deux cas.

Cette ouverture de l’=_a_= se manifeste presque également dans la
plupart des finales à consonne, qui ainsi ne diffèrent les unes des
autres que par la quantité[33]. C’est donc la quantité qui nous
permettra de les classer.

I. =A bref.=--Les finales les plus brèves sont celles dont la consonne
est une des trois explosives brusques, =_c_=, =_p_=, =_t_=[34].

    1º =_-ac_=, =_-ak_= et =_-aque_=: _cogn_a_c_ et _l_a_c_, _l_a_que_
    et _bar_a_que_[35].

    2º =_-ap_= et =_-ape_=, ou =_-appe_=: _c_a_p_ et _c_a_pe_, _p_a_pe_
    et _fr_a_ppe_[36]. On ferme souvent l’=_a_= dans _dér_a_pe_, par
    une fausse analogie avec _r_â_pe_, qui est pour _r_a_spe_, mais
    c’est une erreur.

    3º =_-at_= et =_-ate_=, ou =_-atte_=, et même =_-âtes_=: _m_a_t_ et
    _tom_a_te_, _r_a_te_, _son_a_te_ et _donn_â_tes_[37].

Ici encore, il ne faut pas qu’une fausse analogie fasse altérer les
formes des deux verbes _m_a_ter_, qui n’en font qu’un: ils viennent de
_m_a_t_, terme du jeu d’échecs, dont l’_a_ est ouvert et bref, et sans
rapport avec _m_â_ter_, terme de marine dérivé de _m_â_t_.

Avec ces finales doivent figurer, étant brèves aussi, celles qui ont
une spirante également brusque ou sourde, =_f_=, =_ch_=, =_s_=.

1º =_-af_=, =_-afe_= et =_-aphe_=: _gn_a_f_, _g_a_ffe_, _orthogr_a_phe_.

2º =_-ache_=: _h_, _t_a_che_, _moust_a_che_, _arr_a_che_[38].

3º =_-ace_= et =_-asse_=, ou =_-ass_= (mais non =_-as_=): _dédic_a_ce_
et _carc_a_sse_, _ch_a_sse_, _f_a_ce_ et _f_a_sse_, _terr_a_sse_ et
_vor_a_ce_, _ray-gr_a_ss_, etc., et les imparfaits de subjonctifs,
autrefois longs. Mais, comme tout à l’heure pour les mots en _as_ où
l’_s_ ne s’articulait pas, il y a ici beaucoup d’exceptions parmi les
mots en _-asse_.

L’=_a_= est fermé et long en principe, d’abord dans les dérivés des
mots en =_-as_= qui ont l’_a_ long, mais non pas dans tous. Il l’est
dans les adjectifs féminins _b_a_sse_, _l_a_sse_ (et le verbe) et
_gr_a_sse_, qui conservent l’_a_ fermé du singulier; puis dans les
verbes _am_a_sse_ et _ram_a_sse_, _p_a_sse_ et _trép_a_sse_ (avec
_imp_a_sse_, quoique moins régulièrement), _s_a_sse_ et _ress_a_sse_
(pas toujours non plus), _t_a_sse_ et _ent_a_sse_, peut-être même
_comp_a_sse_, _dam_a_sse_, _br_a_sse_ et le substantif _embr_a_sse_
(mais non le verbe). Il est fermé également dans _c_a_sse_, terme
d’imprimerie, dans _prél_a_sse_, par analogie avec _l_a_sse_, dans
_cl_a_sse_ et _décl_a_sse_, et le substantif _t_a_sse_. A Paris,
on y ajoute généralement _caleb_a_sse_, _éch_a_sse_, _n_a_sse_,
_caden_a_sse_ et _Parn_a_sse_ ou _Montparn_a_sse_, et même des mots
en =_-ace_=: _esp_a_ce_ et _l_a_ce_, avec ses dérivés; mais ceci
n’est point du tout indispensable, pas plus que pour la _c_a_sse_ du
pharmacien, ou la _c_a_sse_ de la cuisinière[39].

Quant aux mots en =_-as_= où l’_s_ s’articule, l’=_a_= y est fermé
partout; mais il n’y a là de proprement français que le mot a_s_ (terme
de jeu) et les interjections _l_a_s_ ou _hél_a_s_; les autres mots
sont des mots grecs, latins ou étrangers, et surtout des noms propres
anciens (y compris _atl_a_s_ et _hypocr_a_s_). Cette prononciation
s’est imposée même à des mots récents, où l’étymologie semblait exiger
un =a= bref et ouvert, comme _str_a_s_ et _vasist_a_s_[40].


II. =A moyen.=--Immédiatement après ces finales viennent celles dont
la consonne est une des trois explosives sonores ou retardées, =_b_=,
=_d_=, et =_g_=[41]. La résonance qui précède le son, et qui en retarde
l’explosion, a pour effet de rendre la voyelle un peu moins brève; mais
elle est tout aussi ouverte dans chacune des finales.

    1º =_-ab_= et =_-abe_=: _nab_a_b_, _ar_a_be_, _syll_a_be_. Pourtant
    l’_a_ de _cr_a_be_ est généralement fermé à Paris et dans le Nord,
    quoique rien ne justifie cette prononciation[42].

    2º =_-ad_= et =_-ade_=: _aub_a_de_, _pint_a_de_, _brav_a_de_[43].

    3º =_-ag_= et =_-ague_=: _zigz_a_g_, _b_a_gue_. Beaucoup de
    gens ferment l’_a_ dans _v_a_gue_, substantif ou adjectif, et
    même parfois dans _div_a_gue_: cela fait bien en vers, mais non
    ailleurs[44].

De même l’=_a_= est plutôt moyen que bref, mais toujours également
ouvert, dans les finales à =_l_=, =_m_= ou =_n_=, qui peuvent aussi
être considérées comme retardées.

    1º =_-al_= et =_-ale_=, ou =_-alle_=: _chac_a_l_ et _anim_a_l_,
    _scand_a_le_ et _d_a_lle_, _s_a_le_ et _s_a_lle_. Les poètes font
    volontiers rimer _exh_a_le_ avec les mots en â_le_[45]. D’autre
    part l’analogie de _h_â_le_ fait quelquefois allonger outre mesure
    l’_a_ bref de _h_a_le_, du verbe _h_a_ler_ (un bateau). Enfin, dans
    certaines provinces, _s_a_le_ se prononce _s_â_le_, mais cette
    prononciation est tout à fait mauvaise.

    2º =_-ame_= ou =_-amme_=: _g_a_mme_ et _big_a_me_, _dr_a_me_ et
    _gr_a_mme_. Il faut encore excepter _cl_a_me_ et ses composés,
    où s’est maintenue, tant bien que mal, la quantité étymologique,
    comme autrefois dans _f_a_me_; et aussi _fl_a_mme_ et _enfl_a_mme_,
    avec _orifl_a_mme_, sans doute parce qu’autrefois on prononçait
    _flan-me_, avec une nasale[46].

    3º =_-ane_= ou =_-anne_=: _c_a_ne_ et _c_a_nne_, _rom_a_ne_ et
    _p_a_nne_, _sult_a_ne_ et _hav_a_ne_. Il n’y a plus lieu d’excepter
    les mots savants, comme _prof_a_ne_, malgré l’opinion de Thurot,
    qui fermait l’_a_, à cause de l’étymologie. D’autres ferment encore
    l’_a_ dans _pl_a_ne_ ou _ém_a_ne_, sans doute pour le même motif;
    d’autres, sans motif cette fois, dans _bibliom_a_ne_ et d’autres
    composés en _-mane_, ou même dans _gl_a_ne_; autant d’erreurs,
    d’ailleurs assez peu répandues; tout au plus peut-on admettre
    _pl_a_ne_ long, par emphase, surtout en vers.

    Il y a pourtant deux ou trois exceptions. _D_a_mne_ conserve
    toujours l’a fermé (sans doute pour le même motif que _fl_a_mme_),
    mais déjà beaucoup moins, et surtout beaucoup moins généralement,
    dans _cond_a_mne_, qui est d’ailleurs plus employé. _Dame-Je_a_nne_
    le garde aussi, à cause de la fausse étymologie qu’on prête à ce
    mot. Les musiciens conservent volontiers l’=_a_= fermé de l’italien
    dans _sopr_a_ne_, tandis qu’il s’ouvre dans _sopr_a_no_. Enfin, la
    _m_a_nne_ (des Hébreux) a eu longtemps l’=_a_= fermé, probablement
    aussi pour la même raison que _fl_a_mme_, et l’Académie lui a
    conservé jusqu’à présent cette prononciation; mais la consonne
    double tend naturellement à abréger l’=_a_=, comme dans _m_a_nne_
    (panier), et l’=_a_= fermé paraît y devenir suranné[47].

A ces finales nous joindrons les finales mouillées, qui ont encore
l’=_a_= un peu moins bref que les précédentes[48].

    1º =_-agne_=: _b_a_gne_, _camp_a_gne_, _mont_a_gne_. Mais on ferme
    encore l’_a_ dans _g_a_gne_ le plus souvent[49].

    2º =_-ail_= et =_-aille_=[50]: _sér_a_il_, _bét_a_il_, _méd_a_ille_.

    Cependant _r_a_il_ prononcé à la française est presque fermé[51].
    _Sér_a_il_ l’est aussi quelquefois, quoique un peu moins, et ce
    n’est pas à imiter.

Mais les mots en =_-aille_= méritent un examen particulier. A Paris,
on fait encore une différence très nette entre =_-ail_= et =_-aille_=,
qui autrefois était fermé et long presque partout. Toutefois cette
prononciation n’est pas universelle aujourd’hui, tant s’en faut, ni
applicable à tous les mots en =_-aille_=. Elle paraît assez justifiée,
encore qu’elle ne soit pas toujours indispensable, dans les mots
qui expriment une intention péjorative, qu’on marque précisément
d’ordinaire en appuyant sur la finale, quelle que soit l’étymologie:
_monac_a_ille_, _rac_a_ille_, _antiqu_a_ille_, _froc_a_ille_,
_can_a_ille_, _cochonn_a_ille_, _ferr_a_ille_, _prêtr_a_ille_,
_valet_a_ille_, _crev_a_ille_ et vingt autres, qui d’ailleurs sont
d’origine populaire, et ont droit de conserver la prononciation
populaire[52]. De même les verbes en =_-ailler_=, de même intention, et
qui ont l’=_a_= fermé, même à l’infinitif, ne peuvent l’avoir ouvert
quand il est tonique: _pi_a_ille_, _cri_a_ille_, _se cham_a_illent_,
_rim_a_ille_, _tir_a_ille_, _br_a_ille_, _se débr_a_ille_,
_écriv_a_ille_, et bien d’autres. On peut y ajouter certainement
_r_a_ille_ et _dér_a_ille_. Mais, d’autre part, l’=_a_= n’a jamais
été fermé dans _méd_a_ille_, de l’italien _medaglia_; l’=_a_= fermé
est également peu usité dans _f_a_ille_ (soie) et _f_a_ille_ (fente),
moins encore dans les verbes qui correspondent à des substantifs en
=_-ail_=: _b_a_ille_ (ne pas confondre avec _b_â_ille_), _ém_a_ille_,
_dét_a_ille_, _trav_a_ille_, se prononceraient difficilement d’une
autre manière que _b_a_il_, _ém_a_il_, _dét_a_il_ et _trav_a_il_; les
subjonctifs a_ille_, _f_a_ille_, _v_a_ille_, se sont certainement
abrégés, ainsi que _éc_a_ille_ et _m_a_ille_, noms ou verbes, et
aussi _tress_a_ille_[53]. Pour les autres, on a parfaitement le droit
d’hésiter, et la prononciation parisienne ne s’impose pas: _p_a_ille_
lui-même n’est pas plus dialectal avec =a= ouvert qu’avec =a= fermé,
d’autant plus que ceux-mêmes qui le ferment dans _la p_a_ille_ tout
court, l’ouvriront aussi bien dans _la p_a_ille humide des cachots_, au
moins s’ils parlent vite. Il en est de même pour _t_a_ille_[54].

Ajoutons, pour compléter, que l’=a= est ouvert et bref dans les finales
en =-aye= où l’=y= ne se dédouble pas: _cob_a_ye_, _cip_a_ye_[55].


III. =A long.=--Voici enfin des finales dont l’=a= peut être tenu pour
tout à fait long, soit en restant parfaitement ouvert, soit en se
fermant plus ou moins. Ce sont celles qui ont un =r=, ou une spirante
sonore, =g=, =v=, =z=.

1º L’=a= est long, mais ouvert, dans les finales qui ont un =r=, =-ar=
(avec ou sans consonne) et =-are= ou =-arre=: a_rt_, a_re_, a_rrhes_
ou _h_a_rt_, _c_a_r_, _qu_a_rt_ ou _plac_a_rd_, _m_a_rc_, _m_a_re_,
_am_a_rre_, _cam_a_rd_ ou _cauchem_a_r_, _tu p_a_rs_, _il p_a_rt_, _je
prép_a_re_. Il n’y a point d’exception pour les finales masculines qui
toutes ont l’=a= parfaitement ouvert. Il semble qu’autrefois l’=a=
était souvent fermé dans les mots en =-are= ou =-arre=; il l’est encore
un peu, et même un peu trop à Paris, dans _b_a_rre_ et _remb_a_rre_,
_c_a_rre_ ou _contrec_a_rre_, _g_a_re_ et _b_a_garre_, et même
_r_a_re_[56].

2º Dans les finales en _=-age=_, autrefois irrégulières, l’_=a=_
s’allonge aujourd’hui régulièrement, mais reste encore ouvert,
exactement comme dans les finales en _=-ar=_: _mari_a_ge_, _mén_a_ge_,
_étal_a_ge_[57]. Le mot â_ge_ lui-même a aujourd’hui l’_=a=_ ouvert,
malgré l’accent circonflexe, et se prononce comme les autres: _à mon_
â_ge_ diffère bien peu de _ramon_a_ge_.

3º Le cas est presque le même pour les finales en _=-ave=_: _c_a_ve_,
_l_a_ve_, _escl_a_ve_, _gr_a_ve_; mais l’_=a=_ a déjà une tendance à se
fermer, au moins dans _gr_a_ve_ adjectif, et dans _esclave_[58].

4º L’_=a=_ est tout à fait long et fermé dans les finales en _=-ase=_,
_=-az=_ et _=-aze=_, qui se prononcent comme si elles avaient un
accent circonflexe: _b_a_se_, _bl_a_se_ ou _ext_a_se_, _g_a_z_ ou
_g_a_ze_[59].

       *       *       *       *       *

En résumé, l’_=a=_ reste bref ou moyen devant quatorze consonnes, sauf
les exceptions, et s’allonge devant quatre ou cinq seulement. Mais il
n’est fermé régulièrement que devant une seule, la sifflante douce.


3º L’A suivi des groupes à liquide.

Il ne nous reste plus à examiner pour l’_=a=_ tonique que les groupes
où il est suivi de deux consonnes, dont la seconde est une liquide,
groupes qui sont tous très courts.

       *       *       *       *       *

Quand la seconde consonne est un _=l=_, l’_=a=_ s’allonge assez
ordinairement et tend à se fermer; mais trois groupes seulement de
cette espèce se sont formés en français.

1º Les mots en _=-able=_ ont toujours été fort discutés. L’_=a=_ est
encore un peu fermé et assez long dans les substantifs _di_a_ble_,
_j_a_ble_, _s_a_ble_, _f_a_ble_, _ér_a_ble_ et dans _aff_a_ble_ et
_acc_a_ble_: beaucoup de gens prononcent ces mots exactement comme
_h_â_ble_, _c_â_ble_ et _r_â_ble_. C’est parfaitement correct, pourvu
que cette prononciation ne passe pas à _t_a_ble_ ou _ét_a_ble_, ni
surtout aux adjectifs à suffixe _-able_, dont l’_a_, sans être bref,
n’est pas non plus fermé. Toutefois on pense bien qu’en poésie, dans la
rime _acc_a_ble-implac_a_ble_, l’_=a=_ doit être absolument fermé, pour
être plus long[60].

2º Les mots en _=-acle=_ ont été aussi fort discutés. L’_=a=_ est
ouvert généralement dans _m_a_cle_ et les mots en _=-nacle=_ et
_=-tacle=_: _cén_a_cle_, _pin_a_cle_, _obst_a_cle_, et c’est une
erreur de le fermer dans _obst_a_cle_ ou _tabern_a_cle_. Mais en
revanche il est généralement fermé dans les mots en _=-racle=_:
_r_a_cle_, _mir_a_cle_ et _or_a_cle_[61].

3º L’_=a=_ est toujours fermé dans _r_a_fle_ et _ér_a_fle_[62].

       *       *       *       *       *

Quand la seconde consonne est un _=r=_, l’_=a=_ est en général ouvert
ou fermé, suivant que l’_r_ est précédé d’une _sourde_ ou d’une
_sonore_.

1º L’_=a=_ est ouvert de préférence, et par suite bref ou moyen, quand
l’_r_ est précédé d’une _sourde_, c’est-à-dire, en principe, dans les
finales _=-apre=_, _=-acre=_, _=-atre=_ et _=-afre=_: _di_a_cre_,
_s_a_cre_, _simul_a_cre_, _n_a_cre_, _s_a_cre_ et _mass_a_cre_;
_b_a_ttre_ et ses composés, avec _qu_a_tre_ et _bar_a_thre_; a_ffres_
et _bal_a_fre_. Quelques personnes ferment encore l’_=a=_ dans
a_ffres_[63].

2º L’_=a=_ est de préférence long et fermé, quand l’_r_ est précédé
d’une _sonore_. Pourtant il est encore ouvert dans la finale _=-agre=_:
_pod_a_gre_, _on_a_gre_[64]. En revanche il est fermé dans _c_a_dre_
et _esc_a_dre_[65]; et pourtant, dans _l_a_dre_, il est plutôt
ouvert[66]. Mais surtout l’_=a=_ est long et assez fermé dans les
finales _=-abre=_ et _=-avre=_: _c_a_bre_, _mac_a_bre_, _dél_a_bre_,
_candél_a_bre_ ou _s_a_bre_, _h_a_vre_, _cad_a_vre_ ou _n_a_vre_;
toutefois cette prononciation n’est pas absolument générale, notamment
pour _pal_a_bre_ _et_ _cin_a_bre_, ni sans doute pour _gl_a_bre_[67].


4º L’A atone

Après l’_=a=_ tonique nous devons parler de l’_=a=_ atone, d’autant
que, parmi les voyelles atones, c’est encore l’_=a=_ qui offre le plus
de variété.

Nous savons qu’en principe il est moyen et assez ouvert. Il lui
arrive pourtant d’être fermé, et c’est cela seul qui importe ici,
car la quantité des voyelles atones est toujours subordonnée à leur
ouverture. Ainsi, tandis que l’_=a=_ tonique peut être long même quand
il est ouvert, comme dans _cour_a_ge_ ou _barb_a_re_, l’_=a=_ atone
ne peut être long qu’autant qu’il est fermé. C’est pourquoi l’_=a=_
long des finales ouvertes en _-age_ et _-are_ s’abrège régulièrement
en devenant atone, au moins si la prétonique n’est pas initiale:
_cour_a_ge_-_cour_a_geux_, _barb_a_re_-_barb_a_rie_[68].

Quels sont donc les _=a=_ atones qui sont fermés, puisque ceux-là seuls
nous intéressent?

Comme on peut s’y attendre, ce sont surtout des _=a=_ toniques fermés,
devenus atones par suite de la flexion, de la dérivation ou de la
composition, et qui ne peuvent pas perdre toujours et absolument tous
les caractères de leur nature première.

Il y a d’abord les _=a= prétoniques qui ont l’accent circonflexe_,
surtout si la prétonique est initiale comme dans _ch_â_taigne_,
_g_â_ter_ ou _p_â_lir_[69]. Encore l’_=a=_ est-il alors un peu moins
fermé et surtout moins long que quand il est tonique, par exemple
dans _bl_â_mer_ que dans _bl_â_me_, dans _h_â_ler_ que dans _h_â_le_.
Quand il s’éloigne davantage de la tonique, il arrive parfois qu’il
devient tout à fait moyen. Cela ne s’aperçoit pas dans des mots comme
â_n_(e)_rie_ ou _p_â_qu_(e)_rette_, qui n’ont que deux syllabes pour
l’oreille; mais les trois degrés différents apparaissent assez bien
dans _p_â_me_, _p_â_mer_ et _p_â_moison_, ou dans _p_â_te_, _p_â_té_
et _p_â_tissier_ ou _p_â_tisserie_[70]. On peut dire que ces deux
derniers mots, et plus encore _p_â_moison_, ne conservent leur accent
circonflexe que par une pure convention, respectueuse de l’étymologie.
En revanche, _t_a_tillon_, qui se rattache à _t_â_ter_, mais qui a
l’_a_ ouvert, n’a jamais eu d’accent. Il en est de même des mots
a_crimonie_, _diff_a_mer_ et _inf_a_mie_, _gr_a_cieux_ et _gr_a_cier_,
malgré l’accent circonflexe arbitraire que les grammairiens ont mis à
_âcre_, _infâme_ et _grâce_[71].

_Même quand ils n’ont pas d’accent circonflexe_, les _=a=_ qui étaient
fermés et longs, étant toniques, s’abrègent bien un peu, mais ne
s’ouvrent guère le plus souvent quand ils deviennent _prétoniques_,
c’est-à-dire avant-derniers, comme dans _g_a_gner_, de _g_a_gne_, ou
quand ils ne sont séparés de la tonique que par un _e_ muet, ce qui
est ordinairement la même chose pour l’oreille. Ainsi _gr_a_sse_ et
_gr_a_ss_(e)_ment_, _gr_a_ve_ et _gr_a_v_(e)_ment_ ou même _acc_a_ble_
et _acc_a_blement_[72].

       *       *       *       *       *

_A plus grande distance de la tonique_, la voyelle s’ouvre davantage:
les _=a=_ de _b_a_rricade_, de _gr_a_sseyer_, de _d_a_mnation_, de
_f_a_buliste_, de _cad_a_véreux_ sont même tout à fait ouverts[73].

Un phénomène pareil se produit même dans des mots composés: l’_=a=_
fermé et long de _p_a_sse_, déjà un peu flottant dans _p_a_ssant_,
s’ouvre tout à fait, non seulement dans _p_a_ssementerie_, mais même,
si l’on veut, dans _p_a_sseport_ ou _p_a_ssepoil_[74].

Mais voici qui est plus important: _certains_ a _toniques fermés
s’ouvrent même en devenant prétoniques_, comme dans _c_a_dran_ ou
_cl_a_ssique_; ainsi dans _fl_a_mmèche_ ou _enfl_a_mmer_, plus
encore dans _infl_a_mmable_ et les autres dérivés, ainsi que dans
_di_a_blesse_, _di_a_blotin_ ou _endi_a_blé_, sauf par emphase. Dans
_b_a_sset_, _b_a_ssesse_, _b_a_sson_ ou _soub_a_ssement_, l’_a_ paraît
avoir aussi tendance à s’ouvrir[75].

A fortiori, s’il est déjà douteux qu’il faille fermer l’_=a=_ de
_matel_a_s_ ou de _caden_a_s_, on ne saurait évidemment conseiller
de fermer celui de _matel_a_sser_ ou de _caden_a_sser_: ce sont des
prononciations parisiennes fort peu recommandables. De même, il n’est
pas indispensable de fermer l’_=a=_ de _g_a_rer_ ou _r_a_reté_, ou
celui de _c_a_ssette_, et je conseillerais encore moins de fermer celui
de _c_a_sserolle_. La manière de prononcer _esp_a_cer_, _l_a_cer_,
_l_a_cet_ ou _enl_a_cement_, _br_a_sser_ ou _br_a_sseur_, dépendra de
celle dont on prononce _esp_a_ce_, _l_a_ce_ ou _br_a_sse_.

De même, pour les mots en _=-ailler=_, _=-ailleur=_, _=-aillon=_, etc.,
c’est la manière de prononcer _aille_ qui décidera. Ainsi l’intention
péjorative paraît se marquer par l’_=a=_ fermé dans _écriv_a_iller_
ou _écriv_a_illeur_, _br_a_iller_ ou _br_a_illeur_, _gr_a_illon_
ou _avoc_a_illon_, etc. On ferme aussi l’_=a=_ dans _r_a_iller_
ou _dér_a_iller_ (et aussi dans _jo_a_illier_), mais non pas dans
_trav_a_iller_ ou _trav_a_illeur_, _ém_a_iller_, _cor_a_illeur_,
_dét_a_iller_ ou _b_a_iller_ (donner). On le ferme dans _h_a_illon_,
et au besoin _p_a_illon_, mais non dans _méd_a_illon_, ni même dans
_bat_a_illon_, de quelque manière qu’on prononce _bat_a_ille_.

On prononcera _t_a_illeur_ suivant la manière dont on prononce
_t_a_ille_. Surtout il n’y a aucun inconvénient à ouvrir l’_=a=_
dans _poul_a_iller_, dans _c_a_iller_ et _c_a_illot_, et dans
presque tous les dérivés et composés de _p_a_ille_, comme
_p_a_illard_, _remp_a_iller_, _p_a_illasse_, _p_a_illette_, et surtout
_p_a_illasson_[76].

Il va sans dire que s’il n’y a pas de forme tonique en _-aille_, il
n’y a plus aucune raison pour que _-ail-_ prétonique soit fermé; aussi
est-il ouvert de préférence dans tous les mots qui commencent par
_cail-_, comme _c_a_illette_, _c_a_illasse_ et _c_a_illou_; de même,
et plus sûrement encore, dans a_illeurs_, _m_a_illet_, _m_a_illot_,
_s_a_illir_, _j_a_illir_ et leurs dérivés, et dans _crém_a_illère_[77].

       *       *       *       *       *

En revanche, il peut arriver que l’_=a= prétonique_ soit _fermé_, _même
sans avoir été tonique_, et cela pour les mêmes raisons que l’_=a=_
tonique. Ainsi on a vu que la sifflante douce fermait l’_a_ tonique des
finales en _-ase_ ou _-aze_, et par suite l’_a_ des verbes en _-aser_
et de leurs dérivés; elle ferme aussi l’_=a=_ atone, non sans quelque
flottement, dans _algu_a_zil_, _b_a_salte_, _b_a_sane_ et _b_a_sané_,
_b_a_zar_, _b_a_silic_ et _b_a_silique_, _b_a_soche_, _bl_a_son_
et _g_a_zon_, _j_a_seran_, _m_a_sure_, _m_a_zette_, _n_a_sal_ et
_n_a_seaux_, _qu_a_si_, et quelques autres, si l’on veut; sensiblement
moins ceux des mots en _-asif_ et _-asion_; très peu aujourd’hui ceux
de _g_a_zelle_, _g_a_zette_ ou _g_a_zouiller_; plus du tout ou presque
plus ceux de _f_a_séole_ et surtout _c_a_semate_[78].

L’_=r=_ aussi, surtout l’_=r=_ double, sert à fermer l’_=a=_ prétonique
dans un certain nombre de mots, sans que ce soit indispensable,
notamment dans les mots de deux syllabes en _-aron_, parce que la
prétonique y est initiale: _b_a_ron_, _ch_a_rron_, _l_a_rron_,
_m_a_rron_, en opposition avec _fanf_a_ron_, _mac_a_ron_ ou
_masc_a_ron_, dont l’_a_ est toujours ouvert[79]. L’_=a=_ se ferme
encore assez souvent dans _c_a_rriole_, _c_a_rrosse_, _ch_a_riot_ et
_ch_a_rrue_ (mais beaucoup moins dans _ch_a_rrette_, _ch_a_rrier_ ou
_ch_a_rroyer_); aussi dans _s_a_rrau_, _p_a_rrain_ et _m_a_rraine_[80];
dans _m_a_dré_, dans _sc_a_breux_, et, si l’on veut, dans _m_a_drier_
et _m_a_rri_. A Paris, on y ajoute même _c_a_rotte_, mais je ne
conseille pas de fermer cet _=a=_, non plus celui de _j_a_rret_,
_b_a_roque_, _h_a_ro_, _t_a_rot_ et même _g_a_rrot_, moins encore celui
de _big_a_rré_, déjà signalé, ou même _big_a_rreau_[81].

L’_=a=_ est encore long et fermé dans quelques mots comme _m_a_got_,
_m_a_çon_ et ses dérivés; et si _estram_a_çon_ a gardé l’_=a=_ bref et
ouvert, _lim_a_çon_ suit parfois l’analogie de _m_a_çon_. Il est encore
plus ou moins fermé, mais il tend à s’ouvrir, dans _c_a_ssis_[82],
_ch_a_let_, _j_a_dis_, _l_a_ma_, _m_a_flu_, _m_a_quis_, _n_a_ïades_,
_pr_a_line_ et _pr_a_liné_, _r_a_mure_, _sm_a_la_, _t_a_sseau_,
_v_a_let_; il est sûrement ouvert et bref aujourd’hui dans a_nis_,
_pomme d’_a_pi_, _ch_a_ssieux_, _m_a_deleine_, _p_a_ssereau_[83].

D’autre part, on contrarie mal à propos la tendance générale de la
langue, quand on ferme l’_=a=_ devant deux consonnes distinctes, comme
dans _m_a_rdi_, _p_a_scal_, _p_a_stel_, _p_a_steur_ et ses dérivés, où
l’_=a=_ est naturellement moyen, malgré l’usage parisien[84].

Le souvenir de la quantité latine fera fermer correctement l’_=a=_ dans
_st_a_bat_, a_men_, _fr_a_ter_, _alma m_a_ter_, et dans _ab ir_a_to_,
_c_a_sus belli_, _de pl_a_no_, _sine qu_a _non_, ainsi et que dans
_postul_a_tum_, _ultim_a_tum_ et autres mots en _-atum_ et _-arium_,
qui ont gardé l’allure du latin; mais il y a doute déjà pour _hi_a_tus_
et _str_a_tus_, pour _gr_a_tis_ et _in-pl_a_no_, plus encore pour
_m_a_jeur_ ou _m_a_jor_[85].

La prononciation de l’_=a=_ dans les mots en _=-ation=_ ou _=-assion=_
varie énormément, mais il tend à s’ouvrir; il est même certainement
ouvert dans _n_a_tion_, et je ne conseille pas de le fermer dans
_p_a_ssion_ et _comp_a_ssion_ et leurs dérivés. Quant aux mots en
_=-ateur=_, _=-atrice=_, _=-atif=_ ou _=-ature=_, ils ont l’_=a=_
parfaitement ouvert, malgré l’étymologie, ainsi que _a priori_ ou _a
posteriori_[86].

L’_=a=_ est encore fermé dans _p_a_li_, langue de l’Hindoustan,
quelquefois écrit _pahli_[87].


5º Quelques cas particuliers.

Dans _m_a_man_ et _n_a_nan_, la première syllabe s’assimile à la
seconde dans l’usage familier, par une sorte d’attraction, et l’on
entend beaucoup plus souvent _man-man_ et _nan-nan_ que _m_a_man_ et
_n_a_nan_, qui même ont un air d’affectation[88]; on dit même sans
sourciller _m_o_man_, sans doute par l’intermédiaire de _m_on_-man_,
sans parler de _m’man_ qui rappelle exactement _m’sieu_.

       *       *       *       *       *

Dans _août_, l’_=a=_ a cessé de se prononcer depuis le XVIᵉ
siècle, à cause de la répugnance que le français a pour l’hiatus,
absolument comme dans _saoul_, qui s’écrit encore mieux _soûl_. On
a malheureusement continué d’écrire _août_ avec un _a_, comme on a
continué d’écrire l’_o_ de _paon_, _faon_ et _taon_, qui ne se prononce
pas davantage[89]; mais la prononciation _a-ou_ est aussi surannée et
devrait paraître aussi ridicule que _pa-on_. La Fontaine écrivait même
_oût_:

    Je vous paierai, lui dit-elle,
    Avant l’_oût_, foi d’animal,
    Intérêt et principal[90].

Boileau ne prononce pas autrement:

    Et qu’à peine au mois d’_août_ l’on mange des pois verts.

On peut dire que, du XVIᵉ au XIXᵉ siècle, il n’y avait plus de
discussion sur ce point. «_Août_ se prononce _oût_», dit Voltaire,
dans l’_Avertissement de Zaïre_. Jusqu’en 1835, l’Académie dit:
«Prononcez _oût_.» Mais déjà l’antique prononciation avait reparu.
D’où venait-elle? S’était-elle conservée dans quelques provinces, ou
était-elle seulement la réaction de l’orthographe?

Déjà Domergue se plaignait que les orateurs démocrates, pour rappeler
le 10 août 1792, prononçassent _a-ou_. Dans la première moitié du XIXᵉ
siècle, on trouve cette prononciation jusque chez les poètes, peut-être
même surtout chez les poètes, dans Sainte-Beuve toujours, dans Victor
Hugo presque toujours; et il en est de même aujourd’hui, notamment dans
Henri de Régnier.

Elle n’en est pas meilleure. Elle s’est tellement répandue au cours du
siècle dernier, que l’Académie en est venue à dire dans son édition
de 1878: «On prononce souvent _oût_.» Ce _souvent_ est délicieux.
Peut-être faut-il lire: «On prononce souvent _a-oût_.» Cela au moins
serait exact. Mais on serait dans la vraie tradition française en
prononçant toujours et uniquement _ou_[91].

Le cas d’_aoriste_ est sensiblement pareil à celui d’_août_. L’_=a=_
avait cessé de se prononcer, sauf chez quelques puristes, pour qui
_oriste_ avait un sens opposé à celui d’_aoriste_; mais il a revécu de
nos jours, et comme l’influence de la prononciation populaire n’est pas
là pour contre-balancer celle de l’écriture, _a-oriste_ paraît devoir
l’emporter, malgré le désagrément de l’hiatus[92].

       *       *       *       *       *

Enfin _extr_a-_ordinaire_ ne se maintient que dans le langage soutenu:
on dit couramment _extrordinaire_[93].


6º L’A dans les mots anglais.

Ce travail ne serait pas complet, si l’on n’y parlait pas de l’_=a=_
des mots étrangers adoptés par le français, et notamment des mots
anglais, dont la prononciation est si différente de la nôtre[94].

Quelques mots, dus à la transmission orale, ont pu être francisés
tant bien que mal avec la prononciation anglaise ou à peu près; ainsi
_bébé_, qui vient probablement de _baby_, quoique Littré lui donne une
autre étymologie. De même _bifteck_, _romsteck_ ou _rosbif_.

Mais le plus souvent les mots étrangers, surtout les anglais, se
francisent à moitié seulement. Cela tient à ce qu’au lieu de partir du
son, comme pour les mots que nous venons de citer, on part généralement
de l’écriture; or la masse, qui ignore les langues étrangères, conserve
pourtant une sorte de scrupule malencontreux, et fait effort pour
conserver quand elle peut une allure étrangère aux mots étrangers
qu’elle adopte, et cela surtout dans la désinence.

On indiquera, ici et ailleurs, la prononciation qui prévaut dans
l’usage le plus ordinaire. Nous nous excusons particulièrement auprès
des professeurs d’anglais, à qui nous ne faisons nullement concurrence:
il est bien entendu que ce n’est pas de prononciation _anglaise_ qu’il
est question ici. Et en effet, on ne s’adresse pas aux gens qui savent
l’anglais, mais au contraire à ceux qui ne le savent pas, pour leur
indiquer dans quelle mesure ils peuvent franciser les mots anglais sans
être ridicules; on enseignera donc la prononciation à demi francisée
que les Français adoptent le plus généralement.

       *       *       *       *       *

Dans les mots anglais adoptés par le français, c’est précisément
l’_=a=_ qui est le plus ordinairement altéré; le reste du mot garde
à l’occasion une apparence exotique, surtout à la finale. Ainsi nous
avons francisé à moitié _squ_a_re_, puisque nous ne prononçons plus
_scouèr_, et moins encore _scar_, mais _scouar_, entre les deux; cela
tient à ce que nous avons pris à l’étranger d’autres mots où _qua_ se
prononce aussi _coua_. Il en est de même de _boo_k_m_a_ker_; car si
quelques-uns le prononcent à peu près à l’anglaise _boukmèkeur_, la
plupart, sachant par ailleurs que _oo_ se prononcent _ou_, acceptent
cette prononciation, mais francisent la fin du mot d’après l’écriture,
ce qui fait _boukmakèr_[95].

On peut franciser sans doute _cott_a_ge_, aussi bien que _l_a_dy_
ou _m_a_cf_a_rl_a_ne_ et même _ch_a_llenge_ et _sk_a_ting_, quoique
beaucoup prononcent ce mot par _é_[96].

       *       *       *       *       *

Dans les mots anglais qui ne sont pas francisés du tout, l’_=a=_ se
prononce à l’anglaise ou à peu près, c’est-à-dire entre _a_ et _é_,
plus près de _é_. Mais comme l’_=e=_ n’est fermé en français que quand
il est final, c’est plutôt un _=e=_ ouvert que nous faisons entendre
dans ces mots[97]. _R_a_llye_ employé seul tend à se franciser[98].

Devant un _=l=_, l’_=a=_ se prononce à peu près comme _=o=_ ouvert,
dans a_ll right_ et _h_a_ll_, et _w_a_lk over_[99].

       *       *       *       *       *

_Y_a_cht_ aussi, après s’être longtemps prononcé _yac_, est devenu au
siècle dernier _yote_ chez les personnes qui ont l’usage de l’anglais,
chez les marins, et aussi chez les snobs. Un jour pourtant, les gens de
sport se sont aperçus que _yacht_, emprunté à l’anglais, il est vrai,
n’était pas anglais de naissance, mais hollandais. Or, précisément,
les Hollandais prononcent à peu près _yact_ à l’allemande. Les Anglais
avaient sans doute eu raison d’angliciser le mot pour leur usage
personnel; mais pour quelle raison devrions-nous prononcer comme eux,
en leur empruntant un mot qui n’est pas à eux? Ne valait-il pas mieux
ou bien faire comme eux, c’est-à-dire franciser le mot complètement
et prononcer _yact_, ou bien conserver la prononciation _yac_, admise
depuis longtemps et, par suite, francisée? C’est ce qui a paru à
beaucoup de gens; si bien qu’aujourd’hui le mot a trois prononciations
dont la plus ancienne, et peut-être la meilleure, est _yac_; et tel
fut, sauf erreur, l’avis des hommes de sport les plus qualifiés, le
jour où la question fut posée dans le journal le _Yacht_[100].

       *       *       *       *       *

L’_=a=_ précédé de l’_=e=_ ne se francise pas; nous le prononçons
tantôt _=è=_ comme dans _br_ea_k_ ou _d_ea_d-heat_[101]; tantôt _=eu=_
ouvert, comme dans _y_ea_rling_; plus souvent _=î=_, comme dans
_cl_ea_ring-house_, _dead-h_ea_t_, _gr_ea_tevent_, _gulf-str_ea_m_,
_l_ea_der_, _if you pl_ea_se_, _r_ea_der_, _s_ea_son_, _sp_ea_k_ et
_sp_ea_ker_, _st_ea_mer_, _st_ea_mboat_ et _t_ea_gown_[102].

Les deux sons _=è=_ et _=i=_, réunis dans _Sh_a_kesp_ea_re_, sont
si bien francisés dans cette prononciation, qu’on en a fait le mot
français _shakespearien_ (chexpirien).

Dans _cold-cr_ea_m_ (colcrem, par _=è=_ au lieu d’_=i=_), le français a
repris son bien (crème), mais en laissant au mot l’allure étrangère par
la brièveté de la finale, comme dans _br_ea_k_.

       *       *       *       *       *

_=Oa=_ sonne _=o=_, plus ou moins ouvert dans _b_oa_rding house_,
_mail-c_oa_ch_ et _t_oa_st_, plus ou moins fermé dans _over-c_oa_t_ et
_cover-c_oa_t_, _c_oa_ltar_ et _steamb_oa_t_[103].

_R_aou_t_ se prononce de préférence et s’écrit aussi _rout_.

_=Aw=_ sonne comme _=o=_ fermé dans _l_aw_n-tennis_, _outl_aw,
_dr_aw_back_ et _tomah_aw_k_[104].


7º Le groupe OI (oy).

Le son _=oi=_ se prononce aujourd’hui _oua_ ou _wa_[105]. Ce groupe
n’est donc plus qu’un cas particulier de _=a=_, et les usages sont
sensiblement les mêmes pour _=oi=_ que pour _=a=_, avec cette
différence que le nombre des finales où figure _=oi=_ est beaucoup
plus restreint, et que sa prononciation est beaucoup plus uniforme. Je
ne parle pas de _=oi=_ atone qui est généralement sans intérêt.


I. =OI tonique.=--Comme l’_=a=_ final, _=oi=_ final n’est ni long ni
fermé, sans être tout à fait bref, ni tout à fait ouvert, et cela avec
ou sans consonne indifféremment, et après un _r_, aussi bien qu’après
une consonne quelconque: _un ab_oi, _des ab_oi_s_, _p_oi_s_, _p_oi_x_
et _p_oi_ds_, _je cr_oi_s_, _il cr_oi_t_, _la cr_oi_x_, _effr_oi, etc.:
_oît_ même n’est pas plus long, et ceci rappelle les formes verbales
en _-ât_: _tourn_oi, _dan_oi_s_, _ben_oî_t_ diffèrent bien peu, s’ils
diffèrent[106]. Pourtant _oi_ est ordinairement plus fermé dans les
substantifs _mois_ et _bois_.

_Oie_ même n’est pas plus long aujourd’hui que _oi_, sauf en vers, pour
distinguer les rimes féminines des masculines: cette distinction a
disparu de l’usage courant, même dans le mot _oie_[107].

_Harn_oi_s_ a été définitivement remplacé par _harn_ai_s_; pourtant on
peut encore prononcer _oi_ à la rime, mais seulement au sens figuré:

    Sire, ainsi ces cheveux blanchis sous le harn_oi_s,
    Ce sang pour vous servir prodigué tant de f_oi_s...[108]

Passons à _=oi=_ suivi d’une consonne articulée.

_Devant une sourde_, _=oi=_ s’ouvre et s’abrège comme l’_=a=_: _c_oi
est à _c_oi_te_, comme _délic_a_t_ à _délic_a_te_; on ne prononce même
plus guère une _b_oî_te_ autrement que _il b_oi_te_. De même _s_oi_f_
ou _c_oi_ffe_; et la finale _-oisse_, de _par_oi_sse_ ou _ang_oi_sse_,
autrefois longue, comme sa sœur _-aisse_, s’est fort abrégée dans
l’usage le plus général.

Comme l’_=a=_ encore, _=oi=_ est moins bref, mais tout aussi ouvert,
_devant d_, _l_, _n_, et _gn_ mouillé: _fr_oi_de_, _p_oi_l_,
_ét_oi_le_, _m_oi_ne_ et _s_oi_gne_. Quant à _r_oi_de_ et ses dérivés,
il faut laisser cette prononciation d’il y a deux siècles à la
Comédie-Française, à moins qu’elle ne soit nécessaire dans la lecture
pour la rime _froide_; la seule forme usitée est _raide_, avec tous ses
dérivés, et l’Académie française elle-même n’en connaît pas d’autre
depuis un demi-siècle[109].

Comme l’_=a=_ toujours, _=oi=_ s’allonge dans _-oir_ ou _-oire_,
sans se fermer sensiblement: _voul_oi_r_ et _gl_oire, _dev_oi_r_ et
_iv_oi_re_[110].

_Devant une spirante sonore_, _=oi=_ est plutôt moins long que l’_a_,
et surtout il ne se ferme pas comme l’_a_ devant _z_. Si _v_oi_s-je_
est à peu près pareil à _riv_a_ge_, _oi_ est plus ouvert et plus
bref dans _reç_oi_ve_ que _a_ dans _b_a_ve_ ou _gr_a_ve_. De même et
surtout, si autrefois _oi_ a pu être fermé dans _-oise_, comme _a_ dans
_-ase_, il n’en reste plus grand’chose aujourd’hui, et il est plus
ouvert, quoique plus long, dans les féminins que dans les masculins:
_bourge_oi_s_, _bourge_oi_se_; _court_oi_s_, _court_oi_se_; _dan_oi_s_,
_dan_oi_se_, et de même _framb_oi_se_, _turqu_oi_se_ ou _appriv_oi_se_.

_=Oi=_ est un peu moins ouvert dans _g_oi_tre_, _cl_oî_tre_,
_cr_oî_tre_ et ses composés, et _p_oi_vre_; mais même dans _-oître_, il
n’est plus fermé comme _=a=_ l’est encore dans _-âtre_.

       *       *       *       *       *

En somme, on peut dire que _=oi=_ n’est plus fermé nulle part, et
l’accent circonflexe ne joue plus aucun rôle dans la prononciation de
cette voyelle[111].


II. =Le groupe OIGN.=--Nous devons dire un mot, pour terminer, du
groupe _=oign=_. A l’origine, la graphie de l’_n_ mouillé n’était
pas _gn_, comme aujourd’hui, mais _ign_[112]. Il en résulte que
dans le groupe _-oign-_, c’est _o_ et non _oi_ qu’on prononçait
normalement: _bes_o-_igne_, _ivr_o-_igne_, _p_o-_ignard_. La
suppression de l’_i_ a conservé la prononciation d’un certain nombre
de ces mots, d’abord _besogne_ et _besogner_, _grogner_, _ivrogne_,
_rogne_, _rogner_, _trogne_, _trognon_, _vergogne_, et un peu plus
tard _rognon_ et _cogner_ ou _cognée_, avec _encognure_, qui s’écrit
encore trop souvent _enco_-ign_ure_. Les autres ont gardé leur _i_,
malheureusement, et leur prononciation s’est altérée: encore un
des méfaits de l’orthographe! L’hésitation a été longue, mais les
efforts des grammairiens n’ont rien obtenu. Il y a beau temps déjà
qu’on prononce définitivement _oi_ dans _j_oi_gnons_, _s_oi_gner_,
_él_oi_gner_, _tém_oi_gnage_[113]. Les autres ont suivi. _O_(i)_gnon_
seul a résisté victorieusement, et se prononce exclusivement par _=o=_:
cela tient évidemment à ce qu’il est très populaire et enseigné presque
uniquement par l’oreille; _oi-gnon_ est donc ridicule[114]. On prononce
encore assez souvent _mo_(i)_gnon_, et le peuple dit fort justement
_po_(i)_gne_ et _empo_(i)_gner_; mais ceci passe déjà pour familier,
ainsi que _la foire d’empo_(i)_gne_, ces mots étant d’ailleurs plutôt
d’usage populaire. Quant à _p_oi-_gnet_, _p_oi-_gnée_, _p_oi-_gnard_,
qui sont d’usage littéraire aussi bien que populaire, et plus encore
_p_oi-_gnant_, qui est plutôt littéraire, on peut dire que leur
prononciation est définitivement altérée. Il est assurément fâcheux
que l’_i_ de ces mots n’ait pas été supprimé à temps; mais ce qui
est fait est fait, à tort ou à raison, et _p_o_gnard_ ou _p_o_gnet_
sont absolument surannés, au moins dans l’usage des personnes
instruites[115].

De ces mots on peut en rapprocher deux ou trois autres. _Poireau_,
dont la forme nouvelle n’est pas expliquée, s’écrivait autrefois
_porreau_, et peut encore s’écrire ainsi et se prononcer de même, du
moins au sens propre; mais on prononce toujours _oi_ dans l’expression
populaire _faire le p_oi_reau_, ainsi que dans _p_oi_reau_, désignant
la décoration du _Mérite agricole_. D’autre part _p_oi_trine_ et
_p_oi_trail_ ne peuvent plus se prononcer correctement par _o_ tout
seul[116].

L’anglais _boy_ se prononce _bo_ï, mais en une syllabe. Il devrait en
être de même dans _b_oy_cotter_; mais le mot est à peu près francisé
avec le son _oi_[117].



II.--LA VOYELLE E


Il ne sera pas question ici de l’_=e=_ muet proprement dit, qui
sera l’objet d’un chapitre spécial, et qui d’ailleurs _n’est jamais
tonique_[118]. Nous parlerons seulement de l’_=e=_ accentué. Peu
importe d’ailleurs qu’il soit ou non surmonté du signe qu’on
appelle accent: _aimé_ ou _aimer_, _succès_, _mortel_ ou _rebelle_
appartiennent également à ce chapitre[119].


1º L’E final.

En règle générale, l’_=e=_ tonique est fermé quand il est final, ou
suivi d’un _=e=_ muet, ou d’une consonne qui ne se prononce plus (sauf
dans les finales _=-et=_ et _=-ès=_); il est au contraire toujours
plus ou moins ouvert quand il est suivi d’une consonne articulée[120].
L’_=e=_ est donc ouvert en somme dans presque toutes les catégories;
mais les catégories, en très petit nombre, où il est fermé, ont
beaucoup plus de mots que toutes les autres ensemble.


I. =E final fermé.=--Les mots qui ont l’_=e=_ final fermé sont les
suivants:


1º La lettre _=e=_ elle-même et les noms des consonnes _=b=_, _=c=_,
_=d=_, _=g=_, _=p=_, _=t=_, _=v=_, et les innombrables mots en _=-é=_,
substantifs, adjectifs, participes: _bont_é, _zél_é, _aim_é, etc., etc.

Il faut y joindre les mots latins, francisés ou non, c’est-à-dire
écrits ou non avec l’accent aigu[121]. Par suite _vic_(e) _versa_,
qu’on entend parfois, est aussi inacceptable que _fac-simil_(e).

Nous devons parler aussi des mots italiens à _=e=_ final. Quand nous ne
les francisons pas du tout, nous leur conservons l’accent italien, qui
est ordinairement sur la pénultième, et nous faisons très peu sentir
l’_=e=_, comme dans _lazaron_e, _ciceron_e, _farnient_e, _sempr_e,
_con amor_e, _furia frances_e, _anch’ io son pittor_e, _e pur si
muov_e. D’autres mots sont francisés, mais nous avons pour cela deux
méthodes. Ou bien c’est la francisation complète, avec _e muet_, comme
dans _dilettant_(e), et aussi _andant_(e), si bien francisé avec _e
muet_, qu’on le prend comme substantif: _un andant_e; on peut y joindre
_canzon_(e), et même _vivac_(e), qui s’est naturellement confondu avec
le français _vivace_: c’était fatal. Ou bien, et c’est le cas le plus
fréquent, nous ne francisons les mots qu’à demi, et c’est alors un
_e_ fermé que nous prononçons, comme dans _piano fort_e, _cantabil_e,
_a piacer_e, _dolc_e, _mezzo-termin_e. Dans _fara da s_e, l’_=e=_ est
accentué, même en italien[122].


2º A la catégorie de l’_=e=_ final fermé appartiennent aussi: _pied_,
qui devrait s’écrire et s’est longtemps écrit _pié_, même en prose, et
non pas seulement pour la rime; puis _sied_ et _messied_, _assied_ et
_assieds_. Mais la prononciation d’_assied_ est moins sûre que celle de
_pied_. Elle paraît flotter entre l’_=e=_ fermé de _p_ie_d_ et l’_=e=_
ouvert des mots en _=et=_. Peut-être est-ce l’_s_ d’_assi_e_ds_ qui en
est cause; en tout cas l’_e_ d’_assi_e_ds-toi_ est plutôt moyen.

Je ne parle pas de _cl_e_f_, qui s’écrit aussi _clé_.


3º Les innombrables mots en _=-er=_, ou _=-ier=_, dans lesquels l’_r_
ne se prononce pas: _aim_e_r_, _pri_e_r_, _pommi_e_r_, _meuni_e_r_,
_réguli_e_r_, _arch_e_r_, _messag_e_r_, _lég_e_r_, etc.[123].


4º Les mots en _=-ez=_ où le _z_ ne se prononce pas, à savoir:
les formes verbales de la seconde personne du pluriel, _aim_e_z_,
_aimi_e_z_, _aimeri_e_z_; le substantif _n_e_z_; la préposition
_ch_e_z_; l’adverbe _ass_e_z_; enfin l’ancienne préposition _l_e_z_
(près de), des noms de lieux[124].

Il y avait aussi autrefois un adverbe _r_e_z_ (au niveau de), qui
était également fermé: il n’existe plus que dans le substantif
_r_e_z-de-chaussée_, où il s’est ouvert et abrégé, en devenant
atone[125].

La distinction entre l’_e_ final, qui est fermé, et l’_e_ suivi d’une
consonne articulée, qui est ouvert, est si marquée et si constante,
que quand les infinitifs en _=-er=_ (_é_) se lient avec la voyelle
suivante, liaison qui se maintient au moins en vers pour éviter
l’hiatus, l’_e_ s’ouvre aussitôt, au moins à moitié: tous les efforts
des grammairiens, comme Domergue, pour maintenir l’_e_ fermé, ont
échoué. Ainsi dans l’hémistiche _pour aller à Paris_, avec liaison,
l’_=e=_ est intermédiaire entre l’_=é=_ fermé d’_all_e_r_ et l’_=è=_
ouvert de _colère_. Peut-être aussi l’affaiblissement de l’accent
contribue-t-il à cette ouverture.

Les finales masculines en _=-é=_ sont fermées en quelque sorte si
nécessairement, que même des finales qui furent longtemps ouvertes--par
la volonté des grammairiens beaucoup plus que par une tendance
naturelle--ont fini par se fermer de nouveau définitivement: ce sont
les articles et pronoms monosyllabiques _les_, _des_, _ces_, et _mes_,
_tes_, _ses_[126]. A la vérité, beaucoup d’acteurs, de professeurs,
d’orateurs, s’efforcent encore d’articuler _l_è_s hommes_, et essayent
de résister à l’usage universel, mais cette prononciation est
absolument conventionnelle. Elle est bonne tout au plus dans le chant,
qui a des exigences propres: quand on parle, on ne saurait prononcer
_mes_ dans _mes sœurs_ autrement que dans _mesdames_, où il est
certainement fermé. Même après un impératif, le pronom _les_, devenu
tonique, est aussi fermé que l’article dans l’usage universel. Sans
doute les poètes continuent à faire rimer _donne-les_ avec _poulets_ ou
_balais_, mais c’est affaire à eux, et on ne voit pas pourquoi _les_
aurait deux prononciations, une en prose, une en vers[127].


II. =E final ouvert.=--Ainsi le français ignore l’_=e= ouvert_ final.
Il y a pourtant, nous l’avons dit, deux exceptions, non pas pour _é_
tout seul, mais pour l’_e_ suivi de consonnes non articulées.


1º Les mots en _=-et=_, assez nombreux, avec ou sans _s_: _gib_et,
_cad_et, _m_et_s_, _r_et_s_, etc. Il faut excepter encore la
conjonction _et_, qui est toujours fermée, mais qui pourtant semble
avoir tendance à s’ouvrir par analogie.

L’_=e=_ est tellement ouvert dans les mots en _=-et=_, qu’il ne l’est
pas sensiblement plus dans les mots en _=-êt=_[128]: _ben_êt et
_bonn_et, _for_et et _for_êt riment parfaitement ensemble. _Il est_,
qui a gardé son _s_, est de la même famille, mais son _e_ est moyen,
même quand il est tonique, à fortiori quand il est atone, c’est-à-dire
le plus souvent: _qu’_est_-ce que c’_est? _c’_est _lui_, ainsi dans
_c’_est _vrai_, _est_ est moins ouvert que _vrai_.

_Fouet_ s’est longtemps prononcé _foi_, mais l’orthographe a réagi sur
la prononciation.


2º Un certain nombre de mots en _=-cès=_, _=-grès=_ ou _=-près=_,
dérivés de mots latins en _-cessus_, _-gressus_ et _-pressus_, à
savoir: _déc_ès, _proc_è_s_, _abc_è_s_, _exc_è_s_ et _succ_è_s_;
_progr_è_s_ et _congr_ès; _pr_è_s_, _apr_è_s_, _aupr_è_s_, _expr_è_s_,
et le substantif _cypr_ès[129]. De plus, sans doute par analogie,
_gr_è_s_, _agr_è_s_ et _tr_è_s_; enfin _d_è_s_ et _prof_è_s_. _Tu_
e_s_ a plutôt l’_e_ moyen, un peu plus ouvert dans _folle que tu_ e_s_
que dans _tu_ e_s folle_.

La tendance à fermer l’_=e=_ final est si marquée en français que, même
pour ces deux catégories, _-et_ et _-ès_, dans beaucoup de provinces
on ferme l’_=e=_, comme dans _mes_ ou _les_. Cette prononciation, qui
n’est pas nouvelle, est peut-être destinée à triompher un jour de
nouveau; en attendant, elle est tout à fait vicieuse, et c’est un des
défauts dont il faut se garder le plus.

En parlant de l’_=e=_ fermé, ou plutôt de l’_=e=_ final, même ouvert,
nous n’avons rien dit de la quantité. C’est qu’elle est la même
partout: sans être tout à fait bref, l’_=e=_ final n’est jamais long;
comme l’_a_ final, il est moyen partout, dans _succ_è_s_, _cabin_e_t_
ou même _for_ê_t_, comme dans _aim_e_r_, _aim_é ou _aim_e_z_. La
question est donc sans intérêt[130].

Pourtant les finales féminines en _=-ée=_ et _=-ées=_ furent jadis et
peut-être même devraient être un peu plus longues que les masculines.
Elles ont fait comme les finales en _=-oie=_, et nous retrouverons
le même phénomène dans les finales en _=-aie=_, _=-eue=_, _=-ie=_,
_=-ue=_, _=-oue=_. Dans toutes ces finales, sauf tout au plus les
finales en _=-ie=_ (et encore!), la distinction d’avec la finale
masculine a complètement disparu de l’usage courant: elle ne se
maintient plus que dans une prononciation très soutenue, et surtout en
vers, où le prolongement du son a pour but de faire encore distinguer,
_s’il est possible_, les rimes masculines des rimes féminines. Ce n’est
plus qu’un artifice de diction[131].


2º L’E suivi d’une consonne articulée.

Ainsi l’_=e=_ fermé français n’est jamais long, mais toujours moyen.
Au contraire l’_=e=_ ouvert peut être, suivant les cas, bref, moyen ou
long. C’est ce que nous allons voir en étudiant l’_=e=_ suivi d’une
consonne articulée. Cet _=e=_, comme nous avons dit, est toujours plus
ou moins ouvert[132]. Mais il est surtout beaucoup plus ouvert quand
la voyelle est longue que quand elle est brève ou moyenne: _ouvert_ et
_long_ sont ici proportionnels[133].

L’ordre adopté pour la voyelle _a_ s’impose également pour l’_e_.


I. =E bref.=--Les finales brèves sont celles qui ont une explosive
brusque, _=c=_, _=p=_, _=t=_, ou une spirante sourde, _=f=_, _=ch=_,
_=s=_.


1º _=-ec=_ (avec _-ech_ non chuintant ou _-eck_) et _=-èque=_: _b_e_c_,
_éch_e_c_, _var_e_ch_, _bift_e_ck_, _ch_è_que_, _past_è_que_[134].


2º _=-ep=_ et _=-eppe=_: _jul_e_p_, _st_e_ppe_. _C_è_pe_, qui n’a
qu’un _p_ devant l’_e_ final, est resté plus long et plus ouvert que
_st_e_ppe_ ou _c_e_p_: nous retrouverons ailleurs cette différence
entre la consonne simple et la consonne double[135].


3º _=-et=_ et _=-ète=_ ou _=-ette=_: _n_e_t_ et _n_e_tte_, _s_e_pt_,
_di_è_te_ et _mi_e_tte_, _cach_è_te_ et _cach_e_tte_, _compl_è_te_ et
_empl_e_tte_, _secr_è_te_ et _regr_e_tte_[136].

Naguère encore la finale _=-ète=_ était moins brève que _=-ette=_:
il est bien difficile de saisir aujourd’hui une différence entre les
mots qu’on vient de lire[137]. _Vous êtes_ s’est lui-même fort abrégé,
malgré l’accent circonflexe, surtout devant un mot, parce qu’il perd
l’accent: _vous êtes fou_. En vers pourtant, la finale _=-ète=_ reste
souvent plus longue et plus ouverte, au moins pour rimer avec _=-ête=_,
et cette ouverture se maintient parfois dans la diction soutenue pour
certains mots, comme _proph_è_te_ et surtout _po_è_te_[138]. Mais
quand on dit dans le langage courant _les po_è_tes français_, il est
bien certain que l’_e_ de _po_è_te_ n’est pas plus ouvert que celui de
_mu_e_tte_.

_Couette_ et _bouette_ s’écrivent aussi _coite_ et _boite_, et
se prononcent ainsi. Quelques-uns prononcent encore _foite_ et
_foiter_ pour _fou_e_tte_ et _fou_e_tter_, mais cette prononciation
est désormais surannée, presque autant que celle de _foi_ pour
_fou_e_t_: c’est toujours la réaction fâcheuse de l’orthographe sur la
prononciation, mais on n’y peut rien[139].


4º _=-ef=_ et _=-effe=_ ou _=-èphe=_: _f_, _reli_e_f_, _ch_e_f_,
_gr_e_ffe_[140].


5º _=-èche=_: _bob_è_che_, _s_è_che_. Malgré l’accent circonflexe,
_pimb_ê_che_ a aussi l’_e_ bref. Pourtant il s’écrivait autrefois avec
un _s_[141]; ainsi:

    Haute et puissante dame Yolande Cudasne
    Comtesse de _Pimbesche_, _Orbesche_, et cætera;

mais il faut croire que l’_e_ s’est abrégé, ou bien cet _sch_ venait
de l’allemand, et équivalait au _ch_ français: l’accent circonflexe ne
serait donc pas justifié. En revanche on allonge quelquefois l’_e_ dans
_cr_è_che_ et _br_è_che_, en achevant de l’ouvrir[142].


6º _=-èce=_ et _=-esse=_ ou _=-esce=_, mais non _=-ès=_: _la lettre
s_ (écrite aussi _esse_), _ni_è_ce_ et _vieill_e_sse_, _esp_è_ce_ et
_pap_e_ss_e, _nobl_e_sse_, _allégr_e_sse_, _v_e_sce_, etc. Les verbes
_c_e_sse_ et _pr_e_sse_ et leurs dérivés ont conservé généralement un
_e_ un peu plus long; les autres se sont abrégés[143].

Quant aux mots en _=-ès=_ à _s_ articulé, ils ont tous l’_=e=_
long, comme les mots en _=-as=_, dans le même cas; mais, de même
que les mots en _=-as=_, ils ne sont pas français: ils sont latins,
comme _palmar_è_s_ ou _faci_e_s_, ou étrangers, comme _londr_è_s_
ou _cort_è_s_[144]. L’_e_ n’est bref ici que quand il est suivi de
deux _s_, comme dans _expr_e_ss_ et _m_e_ss_, et ces mots sont aussi
étrangers.

_Est-ce_ devrait être long, mais il ne l’est guère, même quand il
est tonique: _à qui est-ce_ diffère peu de _acquiesce_; à plus forte
raison quand il ne l’est pas: _est-ce à lui?_ D’autre part l’article
pluriel composé archaïque _ès_ (en les) avait autrefois l’_s_ muet et
l’_e_ ouvert, comme dans la préposition _dès_; on prononce aujourd’hui
l’_s_, mais l’_e_ reste bref et n’est qu’à demi-ouvert: _bachelier ès
lettres_. Ces deux mots rentrent donc dans la règle générale.

Pour ce qui est de _pataquès_, une anecdote bien connue, racontée par
Domergue, le tire de la phrase _je ne sais pas-t-à-qu’est-ce_, pour _je
ne sais pas à qui c’est_[145]. A ce compte, il devrait avoir l’_e_
bref; mais il a suivi l’analogie de tous les mots en _ès_[146].


II. =E moyen.=--L’_=e=_ est un peu moins bref devant une explosive
retardée, _b_, _d_, et _g_ guttural, devant _l_, _m_ et _n_, et devant
les consonnes mouillées, ainsi que devant la spirante sonore _j_ (ou
_g_ devant _e_ et _i_).


1º _=-eb=_ et _=-èbe=_: _éph_è_be_, _gl_è_be_. On allonge quelquefois
les monosyllabes _gl_è_be_ et _pl_è_be_, mais ceci n’est pas d’un bon
exemple[147].


2º _=-ed=_ et _=-ède=_: _z_, _rem_è_de_, _poss_è_de_[148].


3º _=-eg=_ et _=-ègue=_: _b_è_gue_, _gr_è_gues_[149].


4º _=-el=_ et _=-èle=_ ou _=-elle=_: _l_, _app_e_l_, _app_e_lle_
ou _ép_è_le_, _t_e_l_, _t_e_lle_ ou _att_e_lle_, _mart_è_le_ ou
_immort_e_lle_[150]. On voit que la différence entre les formes
verbales en _-èle_ et _-elle_ est une simple question d’orthographe,
assez ridicule d’ailleurs et souvent douteuse[151].

Pourtant le monosyllabe _h_è_le_ est généralement long; de même
_z_è_le_ et aussi _st_è_le_, qui garde la quantité grecque. Ces mots se
prononcent comme ceux qui ont l’accent circonflexe[152].

En revanche, le substantif _gr_ê_le_, autrefois _gresle_, comme
l’adjectif, s’est différencié de lui en s’abrégeant.

D’autre part le pronom _elle_ s’allonge aussi quand il est tonique,
mais seulement à la suite d’une préposition: bref ou moyen dans
_dit_-e_lle_, aussi bien que dans e_lle dit_, il paraît long dans
_pour_ e_lle_, _sur_ e_lle_, _avec_ e_lle_, etc. De même _ré_e_lle_,
à cause de la nécessité de distinguer les voyelles identiques, et
quelquefois _p_e_lle_.

Il y a la même différence entre _mo_e_lle_ et _po_ê_le_ qu’entre
_b_e_lle_ et _b_ê_le_, mais c’est _oua_ qu’on entend, ouvert dans
_mo_e_lle_ (mwal) et dans ses dérivés, ainsi que dans _mo_e_llon_,
fermé dans _po_ê_le_ (pwâl) et ses dérivés[153].


5º _=-em=_ et _=-ème=_ ou _=-emme=_: _m_, _har_e_m_, _s_è_me_,
_dil_e_mme_, _centi_è_me_.

Toutefois, dans beaucoup de mots en _-ème_, surtout des mots savants,
la prononciation soutenue, un peu oratoire, fait l’_e_ aussi long que
dans les mots en _-ême_[154]. On ne perçoit guère de différence entre
_bl_ê_me_ et _embl_è_me_, _car_ê_me_ et _théor_è_me_, _bapt_ê_me_ et
_anath_è_me_. De même, en vers, on allonge généralement _po_è_me_
et _diad_è_me_, surtout à la rime, sans parler de _cr_è_me_ ou
_stratag_è_me_[155]. L’étymologie grecque, d’une part, la poésie et
la rime d’autre part, et l’enseignement, qui insiste outre mesure sur
l’accent grave, ont dû contribuer à amener cette confusion. Les seuls
mots, ou à peu près, qui ne soient pas atteints, sont les adjectifs
numéraux en _-ième_, où l’_e_ reste toujours moyen, et surtout _s_è_me_
et ses composés, qui suivent l’analogie des verbes en _-eler_ et
_-eter_. On pense bien d’ailleurs que dans _syst_è_me métrique_, l’_e_
ne peut être que moyen, de même que dans _les po_è_mes français_[156].

Quant à _femme_, il se prononçait autrefois _fan-me_, avec son nasal,
comme _flan-me_. La syllabe s’est dénasalisée de la même manière que
celle de _flamme_, puisque la prononciation était la même, et voilà
pourquoi on prononce _f_e_mme_ par un _a_, mais cet _a_ est plus bref
que celui de _flamme_[157].


6º _=-en=_ et _=-ène=_ ou _=-enne=_: _n_, _cyclam_e_n_, _éb_è_ne_ et
_b_e_nne_, _étr_e_nne_ et _gangr_è_ne_[158]. Mais, ici aussi, sans
doute pour les mêmes raisons que _-ème_, _-ène_ se prononce très
souvent comme _-êne_[159]. Par exemple on voit peu de différence entre
_r_ê_nes_ et _ar_è_ne_, entre _g_ê_ne_ et _indig_è_ne_[160]. Les seuls
mots, ou à peu près, qui ne soient pas atteints, sont les formes
verbales des verbes en _-ener_ et même _-éner_, qui suivent aussi
l’analogie des verbes en _-eler_ et _-eter_: _emm_è_ne_, _égr_è_ne_,
_ass_è_ne_, etc., avec _ali_è_ne_, _rassér_è_ne_, _réfr_è_ne_[161].
Mais on allonge parfois jusqu’à _éb_è_ne_ et _gangr_è_ne_, ce qui est
excessif.

_Cou_e_nne_ se prononce encore _coine_, mais est en voie de
s’altérer[162].


7º _=-ègne=_, avec trois mots: _du_è_gne_, _r_è_gne_ et _impr_è_gne_,
qui s’allongent quelquefois, mais sans nécessité[163].


8º _=-eil=_ et _=-eille=_[164]: _somm_e_il_ et _somm_e_ille_,
_par_e_il_ et _par_e_ille_, _ort_e_il_ et _merv_e_ille_, sans qu’il y
ait aucune distinction entre les deux comme il y en a entre _-ail_ et
_-aille_[165].

On ferme encore l’_e_ dans _vi_e_ille_, comme autrefois, au moins dans
la conversation.


9º _=-ège=_: _pi_è_ge_, _coll_è_ge_, _abr_è_ge_, et aussi _puiss_é-_je_
et _duss_é-_je_, malgré l’accent aigu, qui se conserve par tradition,
mais qui ne saurait empêcher l’_e_ de s’ouvrir dans cette finale[166].

On notera en outre que l’_e_, en s’ouvrant dans la finale _-ège_, s’est
en même temps abrégé, tandis que l’_a_ s’allongeait dans la finale
_-age_. La spirante sonore _j_ se sépare donc ici de ses sœurs _v_ et
_z_[167].


III. =E long.=--Voici enfin les consonnes qui achèvent d’ouvrir et
allongent tout à fait l’_e_ qui les précède. Il n’y en a plus que
trois: _r_, _v_ et _z_.


1º _=-er=_ (avec ou sans consonne) et _=-ère=_ ou _=-erre=_: _r_,
_fi_e_r_, _ti_e_rs_ et _enti_è_re_, _f_e_r_, _off_e_rt_ et _enf_e_rre_,
_cl_e_rc_, _n_e_rfs_, _vén_è_re_ et _tonn_e_rre_. Il n’y a qu’une
prononciation pour _v_e_r_, _v_e_rs_, _v_e_rt_ et _v_e_rre_; et,
de même que pour la finale _=-ar=_ ou _=-are=_, il n’y a aucune
exception[168].

Cette prononciation de la finale _-er_, avec _e_ ouvert et _r_ sonore,
est purement française (ou latine); elle n’est la même pour les
mots étrangers en _-er_ que quand ils sont francisés ou à peu près.
Ainsi l’anglais _plac_e_r_, _spenc_e_r_, _tend_e_r_, _port_e_r_,
_report_e_r_, _ulst_e_r_, _revolv_e_r_, au besoin _outsid_e_r_ et
_start_e_r_[169]; l’allemand _thal_e_r_ ou _bitt_e_r_[170]; le
hollandais _stathoud_e_r_ et _pold_e_r_; le danois _geys_e_r_; le
suédois _eid_e_r_, sans compter _vétiv_e_r_, qui vient du tamoul,
et _mess_e_r_, qui vient de l’italien. Tous ces mots s’accommodent
parfaitement de notre _e_ ouvert, ou même n’en ont plus d’autres chez
nous[171].

Au contraire, beaucoup de mots anglais d’usage peu populaire conservent
_plutôt_ le son _eur_ ouvert: _cant_e_r_, _clipp_e_r_, _coron_e_r_,
_farm_e_r_, _for ev_e_r_, _globe-trott_e_r_, _highland_e_r_,
_ov_e_r-coat_ et _lead_e_r_, _cov_e_r-coat_, _port_e_r_,
_rally-pap_e_r_, _rememb_e_r_, _schoon_e_r_, _settl_e_r_, _stepp_e_r_,
_walkov_e_r_, _wat_e_r_. _Cutter_ s’est francisé en _cotre_. _Quaker_
et même _bookmaker_ font entendre quelquefois la finale _ècre_[172].
Quant à _fox-terrier_, il est complètement francisé et identifié au
français _terrier_: _fox-terrieur_ est assez ridicule, même chez les
personnes qui savent l’anglais.


2º _=-ève=_: _f_è_ve_, _br_è_ve_, _gr_è_ve_, _s_è_ve_. On notera
que les _e_ de _br_e_f_ et de _br_è_ve_ sont presque aux deux
extrémités[173].

Toutefois les formes verbales, _ach_è_ve_, _l_è_ve_, _cr_è_ve_ et
_gr_è_ve_, et leurs composés (et par conséquent les substantifs
_él_è_ve_ et _rel_è_ve_), ont l’_e_ plutôt moyen, suivant l’analogie
des verbes de même forme: _ach_è_te_, _g_è_le_, _s_è_me_ ou
_égr_è_ne_, et cela surtout quand ils perdent l’accent, comme dans
_rel_è_ve-t-il_[174].


3º _=-èse=_, _=-ez=_ et _=-èze=_: _di_è_se_, _ob_è_se_, _f_e_z_,
_mél_è_ze_ et _trap_è_ze_[175]. Toutefois les verbes _p_è_se_ et
_emp_è_se_ ont l’_e_ moyen, comme _l_è_ve_ et _cr_è_ve_.

       *       *       *       *       *

En résumé l’_e_ reste bref, ou tout au plus moyen, devant quinze
consonnes, sauf les exceptions, et s’allonge devant trois; et plus il
est long, plus il s’ouvre.


3º L’E suivi des groupes à liquides.

Les groupes de deux consonnes que terminent des liquides sont encore
moins abondants et sont aussi plus réguliers pour _e_ que pour _a_.

       *       *       *       *       *

Ceux dont la seconde consonne est un _l_ sont quatre: _=-èble=_,
_=-ècle=_, _=-èfle=_, _=-ègle=_ (-è_ple_ n’existe pas), avec six
mots en tout: _hi_è_ble_, _si_è_cle_ (et _Th_è_cle_), _n_è_fle_
et _tr_è_fle_, _espi_è_gle_ et _r_è_gle_. Ces mots correspondent
exactement, et appartiennent même, si l’on veut, aux finales en _-eb_,
_-ec_, _-ef_ et _-eg_, sauf que leur _e_ est un peu moins bref; mais
nulle part il n’est long[176].

Parmi les finales dont la seconde consonne est un _=r=_, les plus
brèves sont _=-ècre=_, _=-èfre=_ et _=-èpre=_: _ex_è_cre_ et
_l_è_pre_[177].

       *       *       *       *       *

Les mots en _=-èbre=_, _=-èdre=_, _=-ègre=_, ont l’_e_ moins bref:
moins bref que _-eb_, _-ed_, _-eg_, moins bref aussi que _-ècre_,
_-èfre_, _-èpre_, mais non pas long tout à fait pour cela, sauf
en vers, bien entendu, où les poètes se plaisent à prolonger la
rime _fun_è_bres_-_tén_è_bres_; mais je ne vois pas que, dans la
conversation ordinaire, on prononce _cél_è_bre_, _alg_è_bre_ ou
_vert_è_bre_ autrement que _z_è_bre_[178]. _C_è_dre_ s’allonge
volontiers en poésie; mais en prose l’_e_ de _c_è_dre_ est aussi moyen
que celui des mots géométriques en-è_dre_, _di_è_dre_, _tri_è_dre_,
etc.[179]. Enfin l’_e_ est également moyen dans _all_è_gre_, _n_è_gre_,
_int_è_gre_ et _p_è_gre_ (haute et basse).

       *       *       *       *       *

Il ne reste plus dans cette catégorie que les finales en _=-ètre=_ ou
_=-ettre=_ et en _=-èvre=_, les plus abondantes de toutes, et celles où
l’_=e=_ est le plus bref ou le plus long.

L’_e_ est bref dans _m_e_ttre_ et _l_e_ttre_ et leurs composés; mais je
ne vois pas que _m_è_tre_ se prononce autrement que _m_e_ttre_[180]; et
les deux _e_ de _p_é_n_è_tre_ sont, si on le veut, presque identiques.
Il faut bien allonger _ur_è_tre_ quand Victor Hugo le fait rimer avec
_pr_ê_tre_; mais en dehors des cas pareils, _=-ètre=_ doit être tenu
pour pareil à _-ettre_, de même que _complète_ et _emplette_, _épèle_
et _appelle_. La seule différence est la faculté qu’ont les mots en
_=-ètre=_ d’allonger leur finale en cas de besoin[181].

Quant aux mots en _=-èvre=_, en principe ils ont l’_=e=_ long, comme
les mots en _=-ève=_, mais moins sans doute que les mots en _=-èse=_.
Et il y a des distinctions à faire[182]: _orf_è_vre_ et _l_è_vre_
paraissent avoir l’_=e=_ plus constamment ouvert que les autres;
_ch_è_vre_ l’a beaucoup moins, et aussi _s_è_vre_, qui a l’_=e=_
plutôt moyen, comme _l_è_ve_ et _cr_è_ve_; _pl_è_vre_ est douteux, et
aussi les mots en _-i_è_vre_: _fi_è_vre_, _li_è_vre_, _mi_è_vre_ et
_geni_è_vre_, du moins en prose, car en vers on tend à les ouvrir[183].

       *       *       *       *       *

_Remarque._--Cette observation à propos des vers, déjà faite plusieurs
fois, ne veut pas dire du tout qu’il faille en principe prononcer les
mots autrement en vers qu’en prose. Et je veux bien qu’il y ait tout de
même une prononciation oratoire ou poétique, qui ouvre les _e_ un peu
plus que ne fait l’usage courant. Mais c’est de la rime surtout qu’il
faut tenir compte, car les poètes font volontiers rimer des mots dont
la quantité n’est pas la même. Or il importe beaucoup de distinguer les
cas.

_R_a_ce_ et _gr_â_ce_, malgré la consonne d’appui, font une rime
médiocre et que rien ne peut pallier, car les voyelles diffèrent
à la fois de timbre et de quantité, et on ne peut ni allonger et
fermer _r_a_ce_, ni abréger et ouvrir _gr_â_ce_; de même _tr_ô_ne_ et
_cour_o_nne_, rime si fréquente chez Victor Hugo. _Fleur_e_tte_ et
_arr_ê_te_ diffèrent déjà un peu moins; mais il est encore impossible
d’identifier les sons, de même que ceux de _m_e_ttre_ et _m_aî_tre_, et
la rime reste médiocre.

Au contraire, les finales qui ont un accent grave sur l’_=e=_ ont la
faculté de s’ouvrir davantage pour se rapprocher de celles qui ont
l’accent circonflexe. Or il n’y a pas assez de mots en _=-êche=_,
_=-êle=_, _=-ême=_, _=-êne=_ ou _=-être=_, pour que les poètes ne
soient pas amenés à les faire rimer avec des mots à accent grave. En
ce cas, il faut bien faire quelque chose pour eux. On ne doit donc
pas souligner fâcheusement des licences nécessaires, en accentuant la
différence de prononciation, mais au contraire rapprocher l’_è_ de
l’_ê_, et en général l’_e_ qui peut s’ouvrir davantage de l’_e_ très
ouvert, qui ne peut guère s’ouvrir moins. Par exemple, si le poète fait
rimer _cr_è_che_ et _pr_ê_che_, _cis_è_le_ et _z_è_le_, _centi_è_me_
et _Boh_ê_me_, _gangr_è_ne_ et _fr_ê_ne_, _pén_è_tre_ et _fen_ê_tre_,
rimes excellentes d’ailleurs et peu discutables, ce serait le trahir
que de ne pas ouvrir l’_e_ partout aussi également que possible, comme
il a probablement voulu qu’on l’ouvrît. Et si même il a fait une
erreur, il faut pallier cette erreur quand on le peut.

       *       *       *       *       *

Il résulte aussi de toutes nos observations que le degré d’ouverture
de l’_e_ est souvent discutable, et qu’on a le droit de différer
d’opinion sur ce point. Il ne faut donc pas attacher à ce détail trop
d’importance: on ne sera jamais ridicule parce qu’on l’ouvrira un
peu plus ou un peu moins, et il y a des fautes beaucoup plus graves.
La faute grave ici consiste à fermer des _e_ qui sont certainement
ouverts. On a pu voir que la tendance générale, due peut-être à la
poésie, est de les ouvrir, et beaucoup sont ouverts qui jadis étaient
fermés, comme ceux des mots en _-ège_. Or dans beaucoup d’endroits
on continue à les fermer: on prononce _coll_é_ge_, _bonn_é_t_ et
même _bôn_é_t_, _ach_é_te_ et _emm_é_ne_; c’est là une prononciation
dialectale, qui est tout à fait vicieuse.


4º L’E atone.

Nous savons déjà qu’en principe l’_=e=_ atone est moyen dans tous les
sens; du moins il n’est jamais complètement fermé, notamment devant un
_r_. Et il n’est pas plus fermé quand il a l’accent aigu que quand
il est suivi de deux consonnes: _r_é_v_é_ler_ ou _d_é_geler_ n’ont de
vraiment fermé que l’_e_ final, dont les autres diffèrent peu ou prou;
il en est de même de _d_e_ss_e_ller_ ou e_ffr_é_né_. Beaucoup de ces
_e_ ont été fermés autrefois, notamment tous ceux qui ont l’accent
aigu, et particulièrement les préfixes _é-_ et _dé-_ (autrefois _es-_
et _des-_): é_lèves_, _d_é_faire_; ils s’ouvrent aujourd’hui de plus
en plus, au moins à demi, et plus qu’à demi[184]. Nous avons vu l’_e_
fermé de _r_e_z_ s’ouvrir à moitié dans _r_e_z-de-chaussée_, aussi bien
que celui de _pi_e_d_ dans _pi_é_ton_; et quoique l’_e_ généralement
fermé de _mes_, _les_, _des_, reste fermé aussi dans les composés,
_m_e_sdames_, _l_e_squels_, _d_e_squels_, etc., il s’ouvre à demi
dans _m_e_ssieurs_, parce que les composants n’y sont plus reconnus.
Inversement, celui de _fi_è_vre_ ou _n_è_gre_ se ferme légèrement dans
_fi_é_vreux_ ou _n_é_gresse_.

Toutefois, de même que l’_a_ tonique fermé restait souvent fermé en
devenant prétonique par suite de la flexion, de la dérivation ou de la
composition, de même l’_e_ tonique ouvert et long reste souvent tel ou
à peu près dans les mêmes conditions.

       *       *       *       *       *

Ainsi l’_=e= prétonique_ est ouvert et long d’abord quand il a l’accent
circonflexe, mais naturellement un peu moins dans _p_ê_cher_ ou
_p_ê_cherie_ que dans _p_ê_che_, beaucoup moins même dans _pr_ê_ter_,
_rev_ê_tir_ ou _tr_aî_tresse_ que dans _pr_ê_te_, _rev_ê_te_ ou
_tr_aî_tre_.

Cette conservation de l’_e_ ouvert est d’ailleurs combattue par la
tendance que l’_e_ prétonique paraît avoir à se fermer devant une
tonique fermée: phénomène d’assimilation ou d’accommodation. Ainsi
l’_e_ se ferme tout en restant long dans _f_ê_lure_, _b_ê_tise_,
_t_ê_tu_ et même _ent_ê_té_, malgré l’_e_ ouvert de _f_ê_le_, _b_ê_te_,
_t_ê_te_. Toutefois cette prononciation appartient presque uniquement à
la langue courante et familière, et ne serait point admise par exemple
en vers[185].

L’_=e=_ prétonique est encore fermé, sans être proprement long, devant
un _e_ muet: _fé_(e)_rie_, _gré_(e)_ment_.

       *       *       *       *       *

Beaucoup d’_=e= prétoniques_ sans accent circonflexe restent aussi
ouverts et longs un peu plus qu’à demi: _z_è_le_, _pi_e_rreux_ ou
_empi_e_rrer_, _s_e_rrer_ ou _s_e_rrure_, _t_e_rreau_, _t_e_rrer_
ou _ent_e_rrer_, _v_e_rrée_, _bri_è_vement_, _gri_è_vement_ et les
adverbes en _-èrement_ rappellent d’assez près _z_è_le_, _s_e_rre_,
_t_e_rre_, _br_è_ve_, etc. On y joindra _p_e_rron_, _je v_e_rrai_,
_j’env_e_rrai_, _la bobinette ch_e_rra_.

On notera que l’_e_ des verbes en _-érer_, comme celui des verbes en
_-arer_, est tout à fait moyen, ce qui met une assez grande distance
entre _lib_é_rer_ et _lib_è_re_, _tol_é_rer_ et _tol_è_re_; cela tient
sans doute à ce que l’_e_ des formes toniques a dû être ouvert et
allongé par l’_r_ final, tandis que l’_e_ atone gardait sa quantité
normale.

Il en est de même de _f_e_rrer_, _f_e_rrure_, _gu_e_rrier_,
_v_e_rrière_, et des mots où deux _r_ se prononcent, comme _t_e_rreur_.
Par analogie peut-être, des mots comme _mani_é_ré_ ou _arri_é_ré_ ont
pris aussi l’_e_ moyen[186]; à fortiori _f_e_rrailler_, _gu_e_rroyer_,
_t_e_rrasser_ ou _att_e_rrissage_, _v_e_rroterie_, etc., où l’_e_ est
plus éloigné de la tonique.


5º Quelques cas particuliers.

_Fainéant_ se prononce _fégnan_ dans le peuple; mais les personnes
cultivées ont droit d’articuler _fai-né-ant_[187].

       *       *       *       *       *

On a vu plus haut que l’_e_ de _f_e_mme_ se prononçait _a_, et
pourquoi. Il en est de même de celui de _sol_e_nnel_ ou _sol_e_nnité_,
de _rou_e_nnais_ et _rou_e_nnerie_, et des adverbes en _-emment_, comme
_fréqu_e_mment_ et _ard_e_mment_, etc.: dans tous ces mots aussi,
le son primitif _an_ s’est dénasalisé en _a_ et en même temps s’est
abrégé[188].

Le même phénomène s’est produit dans bien d’autres mots, comme
_ennemi_, passé de _en-nemi_ nasal à _a-nemi_; mais _a-nemi_ est devenu
depuis _e-nemi_, à cause de l’orthographe. C’est ce qui s’est fait
aussi, malgré les efforts désespérés des grammairiens, dans _n_e_nni_
et dans _h_e_nnir_ ou _h_e_nnissement_, qui, après être passés de _an_
à _a_, sont aussi passés de _a_ à _e_[189].

Dans _ind_e_m-niser_ ou _ind_e_m-nité_, il en est de même, et la
prononciation _ind_a_mnité_, qui n’est pas rare, sera bientôt aussi
surannée que _h_a_nir_: toujours l’influence de l’orthographe. Cette
influence commence même à se faire sentir, non pas peut-être dans
_solennel_, mais du moins dans _solennité_[190].

       *       *       *       *       *

Il faut éviter avec soin de traiter l’_é_ de _d_é_jà_ comme un _e
muet_: _il est d’jà venu_[191].

       *       *       *       *       *

L’_e_ intérieur latin, qui ne prend pas d’accent, est aussi
généralement un _e_ moyen, plus ou moins ouvert[192].

Il en est de même des diphtongues _œ_ et _æ_: œ_sophage_, œ_dème_,
œ_cuménique_, œ_nophile_, æ_rarium_, _ad vitam_ æ_ternam_, etc.[193].
Toutefois on ferme _œ_ dans _f_œ_tus_ ou _c_œ_cum_, _æ_ dans _ex_
æ_quo_ ou æ_quo animo_.


6º L’E des mots étrangers.

Dans les mots étrangers, l’_=e= intérieur_, aussi bien que l’_=e=_
final, n’a pas d’accent aigu dans les cas où nous en mettrions un; mais
il se prononce comme s’il l’avait, surtout s’il porte l’accent tonique.
Ainsi l’_=e=_ est à demi ouvert dans _impr_e_sario_ ou _m_e_zzo_,
dans _bras_e_ro_, _romanc_e_ro_, _tor_e_ro_, et aussi dans e_vent_,
_r_e_volver_, _r_e_member_; il est même fermé dans _pes_e_ta_; mais
il est muet dans _r_e_cord_, qui est complètement francisé, si bien
qu’il ne se prononce même pas dans _r_e_cordman_, qui est manifestement
étranger[194]. D’autre part, quand l’_=e=_ intérieur est atone, il est
souvent presque muet, surtout en allemand[195].

L’_=o=_ germanique surmonté d’un tréma se prononce _=eu=_ en allemand
et aussi en suédois. L’_=œ=_, par lequel nous le représentons, faute
de caractère typographique spécial[196], se francise quelquefois en
_=é=_ dans certains noms propres[197]. D’autres fois, mais rarement,
il se décompose en _=o-ë=_[198]. Mais le plus souvent il garde le son
germanique _=eu=_, comme dans _f_œ_hn_[199].

       *       *       *       *       *

Dans beaucoup de mots étrangers, surtout allemands, l’_e_ ne sert qu’à
allonger l’_i_ qui le précède, comme dans _li_e_d_, mot savant qui a pu
garder sa prononciation originale _lîd_[200].

L’_=e=_ double germanique n’est qu’un _e_ fermé long[201].

L’_=e=_ double anglais, final ou non, se prononce encore _i_, par
exemple dans _m_ee_ting_, _sl_ee_ping_, _qu_ee_n_, _spl_ee_n_,
_k_ee_psake_, _yank_ee, _pedigr_ee, _str_ee_t_, _sp_ee_ch_ ou
_st_ee_ple_[202]. Cet _i_ est long; mais nous l’abrégeons souvent,
notamment dans _k_ee_psake_, parce que nous déplaçons l’accent[203].


7º Les groupes AI (ay) et EI (ey).

_Ai_ ou _ei_, ainsi que _ay_ ou _ey_, se prononcent généralement comme
_è_ ouvert[204].


I. =AI final.=--_=Ai=_ final, sans consonne, était jadis fermé comme
_é_. Il ne l’est plus guère aujourd’hui que dans j’_ai_, mais non pas
dans _ai-je_, qui suit l’analogie des mots en _-ège_.

A Paris, on continue à fermer la finale dans _geai_, _gai_ (avec
_gaie_, _gaiement_, _gaieté_) et _quai_, au pluriel comme au singulier;
mais cela n’est point indispensable: cela devient même dialectal[205].
D’ailleurs, cette prononciation est probablement destinée à
disparaître dans ces mots comme dans les autres. _Mai_ prononcé _mé_
est tout à fait suranné, et aussi incorrect que _vrai_ prononcé
_vré_[206]. Dans _je sais_, le son fermé, qui remonte sans doute à
l’époque où l’on écrivait _je sai_, n’est guère meilleur aujourd’hui
que dans _mai_[207]. Enfin les futurs, qui jadis se distinguaient
des conditionnels (_aimerai_ par _é_, _aimerais_ par _è_), ne s’en
distinguent plus aujourd’hui que par un effort volontaire, qu’il est
inutile de s’imposer[208].

Même les mots anglais en _=-ay=_ et _=-ey=_, qui se prononcent
_é_ en anglais, se francisent parfaitement, mais ne le font qu’en
s’ouvrant: _tramw_ay, _jock_ey, _troll_ey, _pon_ey, _jers_ey, comme
_bogh_ei, transcrit de l’anglais _buggy_, et parfois écrit _boghet_ ou
_boguet_[209].

Donc, d’une façon générale, _=ai=_ final est devenu sensiblement
identique à _=ais=_, qui est très ouvert, quoique le peuple le ferme
souvent, à Paris et ailleurs; et l’on peut dire qu’en définitive
_ai_ est ouvert à peu près partout et se prononce _è_, qu’il y ait
ou non une consonne, et quelle que soit la consonne, _-aid_, _-ais_,
_-ait_, _-aix_, et aussi _-aît_; car les mots en _-aît_, comme les
mots en _-êt_, ne se distinguent guère des autres, et _conn_aî_t_
ou _par_aî_t_, comme _ben_ê_t_ ou _for_ê_t_, ne se prononcent pas
autrement que _bonn_e_t_ ou _cabar_e_t_.

Ainsi entre _f_ai_s_, _parf_ai_t_, _portef_ai_x_, _préf_e_t_,
_prof_è_s_, il n’y a que des différences d’orthographe; de même entre
_ess_ai, _je s_ai_s_, _déc_è_s_, _franç_ai_s_, _forç_ai_t_, _cors_e_t_,
entre _bal_ai, _pal_ai_s_, _gal_e_t_, _égal_ai_t_, _l_e_gs_, _troll_ey,
_dépl_aî_t_: les mots de tous ces groupes riment parfaitement ensemble
pour l’oreille, et même richement[210].

Comme les finales en _-é_ ou _-et_, toutes ces finales sont également
moyennes pour la quantité. La finale _=-aie=_ ou _=-aies=_ s’allonge
un peu en vers, mais cette différence est insensible dans l’usage
courant: _est-ce vr_ai ou _est-elle vr_ai_e_ ne se prononcent pas de
deux manières, et le subjonctif _j’aie_ ne diffère de _j’ai_ que par
le timbre, c’est-à-dire par l’ouverture[211]. Il faut seulement éviter
de changer _-aie_ en _-aye_ (_ai-ye_).


II. =AI suivi d’une consonne articulée.=--Suivis d’une consonne
articulée, _=ai=_ ou _=ei=_ suivent naturellement le sort de l’_e_
dans les cas correspondants, c’est-à-dire qu’étant toujours ouverts,
ils peuvent être néanmoins plus ou moins brefs ou longs; mais ils sont
quelquefois un peu plus longs que l’_e_.

1º Devant une sourde, _c_, _t_, _ch_ ou _s_, il y a peu de différence.
On ne prononce pas de deux manières _éch_e_c_ et _ch_ei_k_, ni
_estaf_e_tte_ et _parf_ai_te_[212]; de même _soubr_e_tte_ et
_distr_ai_te_, _s_è_che_ et _s_ei_che_[213]; et la différence est
mince, s’il y en a une, entre _abb_e_sse_ et _bouillab_ai_sse_[214];
entre _f_e_sse_ et _aff_ai_sse_, peut-être même entre _par_e_sse_
et _par_ai_sse_, avec _ser_ai_t-ce_, ou encore _ét_ai_t-ce_ et
_polit_e_sse_[215].

Toutefois les finales en _=-aisse=_, autrefois longues, ont encore une
tendance à s’ouvrir plus que les autres: _ai_ est resté certainement
long dans _b_ai_sse_, _c_ai_sse_ et _gr_ai_sse_, et leurs composés; les
autres, _l_ai_sse_, _n_ai_sse_, _conn_ai_sse_, _p_ai_sse_, _ép_ai_sse_,
sont devenus douteux: notamment quand on dit _c_ai_sse d’épargne_,
ou _b_ai_sse de fonds_, ou _gr_ai_sse d’oie_, on ne se soucie guère
d’allonger _aisse_[216].

       *       *       *       *       *

Devant _d_ et _j_, _=ai=_ ou _=ei=_ sont encore sensiblement pareils à
_è_, et _r_ai_de_ se prononce comme _rem_è_de_[217]; on ne distingue
pas _n_ei_ge_ et _b_ei_ge_ de _man_è_ge_ et _arp_è_ge_, ni _f_ai_s-je_
et _v_ai_s-je_ de _solf_è_ge_ ou _coll_è_ge_. Pourtant ai_de_ et
_pl_ai_de_ s’allongent assez facilement; _s_ai_s-je_ aussi.

De même _p_ay_e_, _r_ay_e_, _bég_ay_e_, _grass_ey_e_ riment très
exactement avec _or_e_ille_ et _Mars_e_ille_[218]; _b_ai_gne_,
_d_ai_gne_, _s_ai_gne_ et _chât_ai_gne_, aussi bien que _p_ei_gne_,
_emp_ei_gne_, _ens_ei_gne_ et _t_ei_gne_, et tous les subjonctifs en
_-aigne_ et _-eigne_, ne se distinguent pas davantage de _du_è_gne_
et _r_è_gne_, et s’allongent même moins facilement, sauf tout au plus
_b_ai_gne_, _d_ai_gne_, _s_ai_gne_ et peut-être _cr_ai_gne_, dans la
prononciation oratoire[219].

       *       *       *       *       *

2º En revanche, le mot _aile_ s’est allongé, comme _elle_ après une
préposition[220]. Le mot _aime_ aussi, du moins à la rime, mais non
pas _essaime_. Et ces finales n’ont pas d’autres mots.

Les finales _=-aine=_ et _=-eine=_ sont au contraire très fréquentes,
et celles-là, souvent brèves autrefois, sont aujourd’hui plutôt
longues, comme celles de beaucoup de mots en _=-ène=_: _proch_ai_ne_
rime très exactement avec _ch_ê_ne_, comme avec _ch_aî_ne_ et
_Duch_e_sne_[221]; de même _r_ei_ne_ et _marr_ai_ne_ avec _r_ê_nes_
et _sir_è_ne_. Pourtant _gr_ai_ne_ et _migr_ai_ne_ ont plutôt _=ai=_
bref ou moyen, et aussi _d_ai_ne_ (féminin de daim), et _bed_ai_ne_, et
peut-être _n_ai_ne_[222].

Les finales _=-air=_ et _=-aire=_, _=-aise=_ et _=-eize=_ sont longues
à fortiori, sans exception, ainsi que le mot _gl_ai_ve_[223]. Il n’y a
qu’une prononciation pour _=r=_, _=air=_, _=ère=_, _=hère=_, _=erre=_,
_=aire=_ et _=haire=_, et lorsque _grammaire_ avait encore le son
nasal, il se confondait avec _grand’mère_, au moins à partir du XVIIᵉ
siècle[224]. De même c’est l’identité de prononciation qui a fait
transformer les pantoufles de _v_ai_r_ de Cendrillon, qui étaient des
pantoufles de fourrure, en absurdes pantoufles de _v_e_rre_.

Il n’y a pas d’avantage de différence possible entre _tr_ei_ze_,
_fr_ai_se_ et _diér_è_se_, _s_ei_ze_, _franç_ai_se_ et _dioc_è_se_[225].

Les mots _f_ai_ble_, ai_gle_ et _s_ei_gle_, ai_gre_, _vin_ai_gre_ et
_m_ai_gre_ ont également la finale longue, plus longue que les mots
correspondants en _-èble_, _-ègle_ et _-ègre_; toutefois cette quantité
ne s’impose ni pour _f_ai_ble_ ni pour _s_ei_gle_.

Les mots en _=-aître=_ ont tous l’accent circonflexe[226].


III. =AI atone.=--_=Ai=_ tonique long et ouvert garde assez facilement
sa quantité, à peu près du moins, en devenant atone: _fr_aî_cheur_,
_m_ai_grir_, ai_der_, ai_mer_, _ab_ai_sser_, _l_ai_sser_, _fr_ai_sier_,
_p_ai_sible_, _vous vous t_ai_rez_, et tous les mots en _-airie_,
rappellent suffisamment _fr_aî_che_, _m_ai_gre_, ai_de_, etc.;
l’orthographe y aide beaucoup, l’_r_ et l’_s_ encore plus peut-être.

Mais les exceptions sont nombreuses. Dans _aff_ai_ré_, _ai_ est aussi
moyen que dans _parf_ai_tement_. Même dans _g_aî_té_, malgré l’accent
circonflexe, _ai_ est à peu près identique à l’_e_ bref, à peine
ouvert, de _gu_e_tter_[227]. Ici aussi on peut voir trois degrés
différents pour la quantité, par exemple _d_ai_gne_, _d_ai_gner_ et
_déd_ai_gner_.

De plus, _=ai=_ prétonique, comme _=ê=_, a une tendance assez marquée
à se fermer _devant une tonique fermée_, mais généralement sans
s’abréger; ainsi dans ai_mer_, ai_sé_, _l_ai_sser_, _s_ai_gner_,
etc., et même dans _pl_ai_sir_, _s_ai_sir_, _ép_ai_ssir_, ou dans
ai_gu_, _l_ai_tue_, _r_ai_nure_. Il n’y a lieu ni de lutter contre
cette tendance, ni de se croire obligé de s’y conformer; mais elle
appartient plutôt à la conversation très familière[228].

Mais voici qui est plus particulier. Aujourd’hui encore, _=ai=_ se
réduit à un simple _e muet_ dans les formes de _faire_ et les mots
dérivés où _=ai=_ atone est suivi d’un _s_: _nous f_ai_sons_, _je
f_ai_sais_, _nous f_ai_sions_, _f_ai_sant_, et aussi _bienf_ai_sant_ et
_malf_ai_sant_, _f_ai_sable_ et _f_ai_seur_, qui doivent se prononcer
fe_sais_, fe_sons_, etc., en opposition avec _bienf_ai_teur_ et
_malf_ai_teur_, où _ai_ est suivi d’un _t_.

C’est encore une des bizarreries de notre orthographe; nous écrivons
bien _je f_e_rai_ au futur, comme nous prononçons, et non pas
_f_ai_rai_, malgré l’identité constante d’orthographe entre le futur
et l’infinitif; pourquoi pas aussi bien _je fesais_? C’est ce que
_faisait_ ou _fesait_ Voltaire. Pourquoi l’Académie n’a-t-elle pas
suivi son autorité, comme elle s’est décidée à le faire pour les
mots en _-ais_, au lieu de _-ois_? La conséquence, c’est qu’on se
met de plus en plus à prononcer _f_ai_sais_, _f_ai_sons_, et surtout
_bienf_ai_sant_ et _bienf_ai_sance_, comme on écrit, et il y a des
chances pour que cette prononciation fautive finisse un jour par
prévaloir.

Cette prononciation d’_e_ pour _ai_ a été longtemps aussi la seule
correcte pour _f_ai_san_, _f_ai_sane_, _f_ai_sandeau_, _f_ai_sander_;
mais elle tend déjà à disparaître dans ces mots, en attendant qu’elle
disparaisse dans les autres.

Le groupe _=ouai=_ s’est prononcé _oi_ dans certains mots, comme le
groupe _oue_: on disait _d_oi_rière_, comme on disait _f_oi_ter_; mais
cette prononciation est aussi surannée aujourd’hui dans _dou_ai_rière_
que dans _souh_ai_t_ et _souh_ai_ter_, ou dans _fou_e_t_[229].


IV. =Le groupe AIGN.=--Il en est du groupe _aign_ comme du groupe
_oign_, non pas partout, mais dans beaucoup de mots; il contenait
à l’origine une voyelle simple, _a_, suivie d’un _n_ mouillé, qui
s’écrivait _ign_[230].

Ceux de ces mots qui ont perdu leur _i_, _g_a-(i)_gner_,
_mont_a-(i)_gne_, _a_-(i)_gneau_, _comp_a-(i)_gnon_, ont sauvé
leur prononciation; ceux qui ont gardé leur _i_, _ar_a-i_gne_,
_chât_a-i_gne_ se sont altérés, l’_i_ s’étant joint indûment à l’_a_:
_ar_ai-_gnée_, _chât_ai-_gne_. Tous ces mots se prononcent depuis
longtemps comme ils s’écrivent[231].


V. =Les mots étrangers.=--Nous avons vu les finales anglaises _=-ay=_
et _=-ey=_ se prononcer en français comme _e_ ouvert et non fermé; nous
ouvrons aussi _ai_ dans _bar-m_ai_d_, _cock-t_ai_l_, _m_ai_l-coach_,
_d_ai_ly_(-News) ou _rocking-ch_ai_r_. Quelques-uns prononcent de même
_r_ai_l_ ou _r_ai_lway_.

Au contraire, _b_ai_ram_ se prononce _b_aï_ram_ (quelquefois
_b_éï_ram_), _aï_ faisant une seule syllabe, comme dans l’allemand
_k_ai_ser_. Mais _sch_ei_k_ est francisé en _ch_è_c_ et non en
_ch_eï_c_. _V_ay_vode_ a été remplacé par _v_oï_vode_[232].

Le groupe allemand _=ei=_ est une diphtongue qui se prononce à
peu près _=aï=_, monosyllabique. On le francise à moitié dans
_gn_ei_ss_ ou _edelw_ei_ss_, où l’on fait sonner tout au moins une
semi-voyelle (_eye_ au lieu de _aye_). Mais il importe d’articuler
nettement et à l’allemande, c’est-à-dire _aï_ ou _aye_, dans
_r_ei_chstag_ ou _r_ei_chsrath_, dans _vergiss m_ei_n nicht_, dans
_l_ei_t-motif_, _zollver_ei_n_, etc.; et cela vaut mieux également pour
_edelw_ei_ss_[233].

Le mot _g_e_yser_, qui devrait se prononcer comme _k_ai_ser_ (beaucoup,
néanmoins, prononcent _ka-i-ser_, à l’allemande), est un des exemples
les plus curieux de l’habitude que nous avons de franciser à demi;
le _g_ a gardé le son guttural et la diphtongue _ey_ est restée
diphtongue, mais en se francisant par _e_, et la finale a pris l’_e_
ouvert et long qui est purement français: _gh_eï_zèr_[234].



III.--LA VOYELLE EU.


Le groupe _eu_ est depuis longtemps une voyelle simple, ouverte et
fermée, dont le son se rapproche de celui qu’a l’_e muet_ quand il
n’est pas muet[235].


1º EU final.

=Eu= final est fermé partout comme _=é=_ final, et de plus moyen comme
toutes les voyelles finales. Il y a d’ailleurs peu de mots en _-eu_
sans consonne à la suite; une dizaine de mots en _-ieu_: _dieu_,
_lieu_, _pieu_, etc., et une douzaine d’autres en _-eu_: _feu_, _jeu_,
etc., avec quelques mots en _-eue_, où l’_e_ muet ne change rien:
_lieue_, _banlieue_, _queue_ et les féminins _feue_ et _bleue_[236].

       *       *       *       *       *

_Avec une consonne non articulée_ à la suite, il y en a davantage et le
son _eu_ y est toujours fermé. Ce sont d’abord et surtout les adjectifs
et substantifs en _-eux_, qui sont fort nombreux, sans compter les
pluriels comme _di_eu_x_ et _bl_eu_s_[237]. Il y faut joindre les mots
suivants:


1º Le mot _n_œu_d_, qui devrait naturellement s’écrire et s’est
longtemps écrit _neu_, tout simplement, comme _nu_.


2º Les pluriels œu(_fs_) et _b_œu(_fs_), et aussi le singulier
_b_œu(_f_), à Paris du moins, dans l’expression carnavalesque _bœu_(f)
_gras_, où l’_f_ final est muet devant une consonne, suivant la règle
d’autrefois[238].

De plus et surtout, malgré l’affaiblissement de l’accent, l’adjectif
numéral _n_eu_f_ devant un pluriel commençant par une consonne: _les
n_eu(f) _muses_, _n_eu(f) _cents_, _n_eu(f) _mille_, ainsi que dans
_n_eu_f heures_ et _n_eu_f ans_, où il y a seulement liaison, avec
changement de l’_f_ en _v_; toutefois, dans ces deux expressions, _eu_
tend déjà à s’ouvrir[239].


3º _Monsi_eu_r_, comme _messi_eu_rs_, souvenir de l’époque où l’_r_
avait cessé de se prononcer dans tous les mots en _-eur_[240].


4º Les formes verbales _pl_eu_t_, _m_eu_x_ et _m_eu_t_, _p_eu_x_ et
_p_eu_t_, _v_eu_x_ et _v_eu_t_. Cependant _v_eu_x_ et _v_eu_t_ tendent
parfois à s’ouvrir.


2º EU suivi de consonnes articulées.


I. =EU fermé.=--Quand _=eu=_ est suivi d’une consonne articulée, il
est assez généralement ouvert; mais il est encore fermé dans certains
cas, et alors il n’est plus moyen, mais long, notamment dans tous
les mots en _=-euse=_, comme dans les mots en _-ase_: _baign_eu_se_,
_glan_eu_se_, _var_eu_se_, etc.[241]. Ceci est très important, car
c’est un des points sur lesquels les prononciations dialectales sont
le plus incorrectes, et l’incorrection est bien plus sensible dans
_-euse_ que dans _-ase_.

Outre les mots en _=-euse=_, _=eu=_ tonique avec consonne articulée est
encore long et fermé dans les mots suivants:

1º Les onomatopées _b_eu_gle_ et _m_eu_gle_; on peut d’ailleurs ouvrir
ces mots quand ils riment avec _av_eu_gle_: cela vaut mieux que de
fermer _eu_ dans _av_eu_gle_.

2º Le mot _v_eu_le_, auquel _m_eu_le_ s’est ajouté depuis un siècle,
malgré l’étymologie.

3º Le substantif _j_eû_ne_, que la prononciation aussi bien que
l’accent distingue de l’adjectif, _j_eû_ne_ ouvert étant tout à fait
incorrect. Mais _déj_eu_ne_, qui n’a plus d’accent, est beaucoup moins
fermé, et s’ouvre même un peu trop[242].

4º Les mots en _=-eute=_ et _=-eutre=_, contrairement aux principes
ordinaires: _m_eu_te_, _bl_eu_te_, etc., et _f_eu_tre_, _calf_eu_tre_,
_n_eu_tre_, _pl_eu_tre_.

5º Un certain nombre de mots savants ou techniques, à finales uniques
ou rares: _phal_eu_ce_, _l_eu_de_, _n_eu_me_ et _empyr_eu_me_[243].


II. =EU ouvert.=--Partout ailleurs _=eu=_ tonique est ouvert, avec
quelques différences de quantité.

Il est bref, ou tout au plus moyen, quand il est suivi d’une consonne
autre que _r_ et _v_, notamment dans les mots en _=-euf=_ (sauf les
exceptions indiquées plus haut): œu_f_, _n_eu_f_, _v_eu_f_[244]; dans
les mots en _=-eul=_ et _=-eule=_ (sauf _m_eu_le_ et _v_eu_le_):
_s_eu_l_, _fill_eu_l_, _gu_eu_le_, _v_eu_lent_[245]; enfin dans
l’adjectif _j_eu_ne_. Il n’est guère plus long dans _p_eu_ple_,
_m_eu_ble_, _est_eu_ble_, et même _av_eu_gle_[246].

Les finales mouillées, _=-euil=_ et _=-euille=_, sont un peu moins
brèves: _d_eu_il_ et _s_eu_il_, _f_eu_ille_ et _v_eu_ille_. A cette
catégorie appartiennent les mots en _-cueil_ et _-gueil_, où la
présence nécessaire d’un _u_ à côté du _c_ ou du _g_ empêche d’en
mettre un second après l’_e_: _acc_ue_il_, _éc_ue_il_, _cerc_ue_il_,
_org_ue_il_, et aussi le mot _œil_, qui s’est longtemps écrit
_ueil_[247].

Les consonnes qui allongent réellement _=eu=_ ouvert sont seulement _r_
et _v_, car nous avons vu que les finales en _-euse_ étaient, de plus,
fermées[248]. Il ne reste donc plus que les finales suivantes:


1º _=-eur=_ (avec ou sans _s_ ou _t_) et _=-eure=_ ou _=-eurre=_:
_lab_eu_r_ et _b_eu_rre_, _c_œu_r_ et _ch_œu_r_, _éc_œu_re_ et
_liqu_eu_r_, _l_eu_rre_, _l_eu_r_ et _l_eu_rs_, _si_eu_r_ et
_plusi_eu_rs_, _pl_eu_rs_ et _pl_eu_re_, _m_eu_rt_ et _m_eu_rent_,
_s_œu_r_, etc.[249].

Nous avons vu plus haut que _monsieu_(r) et _messieu_(rs) faisaient
exception, et pourquoi. Cet amuissement de l’_r_ s’est maintenu
dans les équipages de chasse à courre, pour le mot _piqu_eu(r),
qu’on écrit même quelquefois _piqueux_; et dans certains milieux de
sport aristocratique, ce serait un signe de roture indélébile que de
prononcer _piqu_eu_r_ comme le vulgaire[250].


2º _=-euve=_ et surtout _=-euvre=_: _fl_eu_ve_ et _abr_eu_ve_, œu_vre_
et _pi_eu_vre_[251].

Nous avons parlé plus haut des prononciations dialectales qui ouvraient
_eu_ partout, et notamment dans les finales en _-euse_. D’autres, au
contraire, ferment _eu_ partout, même dans _-eur_ et _-euve_, et le
défaut est tout aussi grave[252].

       *       *       *       *       *

_Remarque._--Il ne faut pas confondre le son _=eu=_ avec l’_=u=_ des
mots comme _gag_(e)_ure_, où un _e_ s’est intercalé dans l’orthographe,
entre le _g_ et l’_u_, pour garder au _g_ le son chuintant du
radical[253].

C’est également le son _u_, et non _eu_, qu’on a dans le participe
(e)_u_, du verbe _avoir_, ainsi que dans le prétérit et l’imparfait
du subjonctif, _j’_(e)_us_, _que j’_(e)_usse_: l’_e_ conservé par ces
formes faisait diphtongue autrefois dans beaucoup de verbes, comme
_receu_, _peu_; mais il a disparu partout, depuis que la diphtongue
s’est réduite à _u_, et son maintien dans le seul verbe _avoir_ est
assez ridicule[254].


3º EU atone.

_=Eu=_ tonique fermé, devenu atone par flexion ou dérivation, se
maintient fermé et long dans la plupart des cas: _b_eu_gler_ et
_b_eu_glement_, _m_eu_lière_, _j_eû_ner_, _cr_eu_ser_, _bl_eu_ir_ et
_bl_eu_ter_, _d_eu_xième_, _am_eu_ter_, _f_eu_trer_ et _calf_eu_trer_,
_n_eu_tralité_, _li_eu_tenant_, et les adverbes en _-eusement_.

Nous avons vu plus haut _=eu=_ ouvert suivi d’_=f=_ se fermer quand
_f_ se changeait en _v_ par liaison: _n_eu_f ans_, _n_eu_f heures_.
Nous retrouvons le même phénomène dans _n_euv_ième_ et _n_eu_vaine_, où
il tend aussi à s’affaiblir. Nous le retrouvons encore, et même plus
nettement, dans _hareng_ œu_vé_ et _terre-n_eu_vas_, malgré l’_eu_
ouvert d’œu_f_ et _n_eu_ve_[255].

Au contraire, _bl_eu_et_ abrège _=eu=_, qui même se réduit à _u_ dans
_bl_u_et_. D’autre part, _peu_ s’ouvre sensiblement dans _à_ peu
_près_, encore plus dans _p_eu_t-être_, étant abrégé par le voisinage
de la tonique qui est longue. Il devient même si bref et si rapide,
qu’il disparaît souvent complètement dans la conversation très
familière, comme si c’était un _e_ muet: _p_(eu)_t-êt_(re) _qu’il est
venu_[256].

_=Eu=_ atone est encore fermé en tête des mots, dans eu_rythmie_, où
il est suivi d’un _r_, aussi bien que dans eu_nuque_, eu_phémisme_ ou
eu_phonie_[257].

=Eu= est encore fermé dans _j_eu_di_, dans _m_eu_nier_, et parfois
dans _f_eu_illage_ et _f_eu_illée_, malgré l’ouverture de _f_eu_ille_;
enfin dans des mots techniques ou savants, comme _f_eu_diste_ et
_f_eu_dataire_, _d_eu_téronome_, _ichn_eu_mon_, _pn_eu_monie_,
_ps_eu_donyme_, _t_eu_ton_ et _t_eu_tonique_, et les mots en-eu_tique_
et-eu_matique_[258].

Malgré ces exemples, on peut dire qu’en général _=eu=_ atone est
ouvert, notamment devant un _r_, mais naturellement plus bref, et
par suite moins ouvert, dans _abr_eu_ver_ que dans _abr_eu_ve_, dans
_h_eu_reux_ ou _malh_eu_reux_, _fl_eu_rdelisé_ ou _eff_eu_iller_ que
dans _h_eu_r_, _fl_eu_r_ ou _f_eu_ille_; il reste pourtant ouvert
et long, comme la tonique, dans la plupart des verbes en _-eurer_:
_b_eu_rrer_, _éc_œu_rer_, _désh_eu_rer_, _l_eu_rrer_ et _pl_eu_rer_,
tandis qu’il est bref dans _dem_eu_rer_, _fl_eu_rer_, _effl_eu_rer_.

Signalons, pour terminer, une faute de prononciation qui ne date pas
d’aujourd’hui, que des grammairiens même ont cru devoir autoriser:
c’est celle qui consiste à prononcer _eil_ au lieu de _euil_, à cause
de l’orthographe, dans _org_ue_illeux_ ou _enorg_ue_illir_, qui,
évidemment, ne sauraient se prononcer autrement qu’_org_ue_il_. Il est
vrai qu’_orgueil_ lui-même est parfois assez altéré; mais ceci est plus
extraordinaire, et même assez ridicule. Tout de même, on est surpris
d’entendre _enorghé-yir_ jusqu’à la Comédie-Française.



IV.--LA VOYELLE O


1º L’O final.

L’_=o=_ final est fermé, comme _é_ et _eu_, et moyen, comme _a_, _é_ et
_eu_: _adagi_o, _numér_o, _domin_o[259].

L’_s non articulé_ ne saurait ouvrir l’_=o=_: _cha_o_s_, _rep_o_s_,
_gr_o_s_, _des domin_o_s_. _N_o_s_ et _v_o_s_ eux-mêmes, quoique
proclitiques, et par suite dénués d’accent, restent fermés, et leurs
_o_ sont même plus longs que les autres.

       *       *       *       *       *

Il n’en est pas tout à fait de même du _t non articulé_, quoique les
mots en _-ot_ se soient progressivement fermés: sans être assurément ni
ouverts ni brefs, ils sont cependant un peu moins fermés en moyenne que
les précédents. Je dis en moyenne, car il faut distinguer.

Ceux qui ont une voyelle devant l’_o_ ont toujours l’_o_ fermé, ou
à peu près: _cah_o_t_, _idi_o_t_, _chari_o_t_, et, par analogie,
_fay_o_t_, _caill_o_t_, _maill_o_t_. D’autres encore font comme eux:
_még_ot, _marg_ot, _serg_o_t_, _livar_o_t_, _palet_o_t_, _pav_o_t_;
mais c’est la minorité[260].

La plupart des autres sont souvent beaucoup moins fermés, au moins hors
de Paris. Le moins qu’on puisse dire est que leur prononciation est un
peu flottante: ainsi _jab_o_t_, _calic_o_t_, _cach_o_t_, _fag_o_t_,
_gig_o_t_, _grel_o_t_, _m_o_t_, _can_o_t_, _p_o_t_, _pierr_o_t_,
_dév_o_t_, et aussi bien leurs pluriels[261]. Sans doute, l’_o_ de ces
mots n’est jamais proprement ouvert chez les personnes qui prononcent
correctement, mais il arrive souvent qu’il n’est pas fermé non plus,
même chez ceux qui ont l’habitude de fermer l’_o_ final. La différence
est rendue particulièrement sensible par le voisinage immédiat de mots
à son fermé:

    Et Malherbe et Balzac, si savants en _beaux m_o_ts_,
    En cuisine peut-être auraient été des _s_o_ts_.

_Beaux_ est ici fermé, comme partout: quoiqu’il soit moins accentué
que _m_o_ts_, ce qui aurait pu contribuer à l’ouvrir un peu, c’est
pourtant lui qui est le plus fermé des deux. La différence est moindre
assurément que dans _beaux hommes_; elle est cependant certaine, et
la demi-ouverture de _m_o_ts_ entraîne celle de _s_o_ts_[262]. Il se
pourrait, d’ailleurs, que le mot _m_o_t_ fût précisément celui qui
s’ouvre le plus fréquemment ou le plus facilement, sans qu’il y ait
lieu de distinguer comme autrefois entre le singulier et le pluriel.
Toutefois, celui-là même n’est jamais ouvert qu’à moitié.

Il n’y a qu’un seul mot en _=-ot=_ dont l’_o_ soit tout à fait ouvert
et bref, mais c’est parce que le _t_ se prononce: c’est _d_o_t_, la
prononciation _do_ étant dialectale.

Il va sans dire que cet _o_, même fermé, s’ouvre dans les composés,
où il cesse d’être tonique, et où, très souvent, le _t_ se lie avec
le mot suivant: _s_o_t-l’y-laisse_, _m_o_t-à-mot_, _p_o_t-à-l’eau_,
_p_o_t-au-lait_, _p_o_t-au-feu_, _p_o_t-aux-roses_, et même, sans
liaison, _p_o_t à tabac_.

       *       *       *       *       *

Aux mots en _=-ot=_ se joignent quelques autres mots à consonne non
articulée, dont la finale n’est pas non plus tout à fait ou toujours
fermée. Ce sont: _br_o_c_, _cr_o_c_, avec _accr_o_c_ et _raccr_o_c_,
_escr_o_c_, _gal_o_p_, _sir_o_p_, et _tr_o_p_[263]. On notera que
_tr_o_p_ est presque toujours proclitique, et, par suite, a tendance
à s’ouvrir tout à fait: _c’est tr_o_p juste_, ou mieux encore avec
liaison: _vous êtes tr_o_p aimable_; aussi est-il bien difficile de
ne pas l’ouvrir un peu, même quand il est tonique: _j’en ai beaucoup
tr_o_p_. De même l’_o_ est ouvert dans le composé _cr_o_c-en-jambe_, où
le _c_ sonne.

       *       *       *       *       *

Malgré ces restrictions, on peut maintenir néanmoins que le son _=o=_
final est, en général, fermé ou à peu près, surtout à Paris. Et la
tendance est si marquée que, dans les mots raccourcis de la fin, qui
se créent précisément à Paris, l’_o_ intérieur, qui était au moins à
demi ouvert dans le mot complet, se ferme en devenant final: on peut
comparer _kil_o_gramme_ et _kil_o, _typ_o_graphe_ et _typ_o. De même
_mél_o, _chrom_o, _métr_o, _phot_o, _hect_o, _arist_o, _Méphist_o, et
même _aut_o, malgré le son fermé qui précède l’_o_[264].


2º L’O suivi d’une consonne articulée.

Quand l’_=o=_ est suivi d’une consonne articulée, il est, comme _eu_,
assez généralement ouvert; mais lui aussi est fermé dans certains cas
et, de plus, long.


I. =O fermé.=--L’_=o=_ est fermé et long, avant tout, dans tous les
mots en _=-ose=_, comme _eu_ dans la finale _-euse_: on peut comparer
_ch_o_se_ et _fâch_eu_se_, _d_o_se_ et _hid_eu_se_, _r_o_se_ et
_peur_eu_se_; et, de même que pour _-euse_, c’est un des points sur
lesquels il importe le plus de corriger certaines prononciations
dialectales, qui ouvrent partout _o_ et _eu_[265].

A part les mots en _=-ose=_, _o_ tonique avec consonne articulée n’est
plus fermé et long qu’avec l’accent circonflexe, et dans un certain
nombre de mots en _=-ome=_, _=-one=_, _=-os=_ et _=-osse=_, que nous
allons voir dans leurs catégories respectives.

Partout ailleurs l’_o_ tonique est ouvert, mais, comme _a_, _e_ et
_eu_, avec certaines différences de quantité[266].


II. =O ouvert bref.=--L’_=o=_ est naturellement bref devant une
explosive brusque, _c_, _t_, _p_, ou une spirante sourde, _f_, _ch_,
_s_: _r_o_c_, _c_o_ke_, _bar_o_que_, _l_o_ch_ et même _l_(o)o_ch_, en
une syllabe; _d_o_t_, _rad_o_te_ et _car_o_tte_; _st_o_p_, _st_o_ppe_
et _mét_o_pe_; _sous_-o_ff_, _ét_o_ffe_ et _philos_o_phe_; _r_o_che_;
_r_o_sse_ et _fér_o_ce_[267].

       *       *       *       *       *

Il n’y a d’exceptions que pour l’_s_.

D’abord l’_o_ est long et fermé dans _ad_o_sse_ et _end_o_sse_ (de
_d_o_s_), dans _gr_o_sse_ et _engr_o_sse_ (de _gr_o_s_), dans _f_o_sse_
(on ne sait trop pourquoi), et aussi _dés_o_sse_ (du pluriel o_s_).

Mais surtout les mots en _=-os=_ demandent un examen particulier.
En principe, l’_o_ y est ouvert et bref, mais il y a une tendance
manifeste à le fermer et à l’allonger, peut-être par analogie avec
les mots en _-os_ à _s_ non articulé. On dit, et on doit dire de
préférence: _un_ o_s_, avec _o_ ouvert et en faisant sonner l’_s_,
_des_ o(s), avec _o_ fermé, comme _d_o(s) et _gr_o(s); toutefois, on
dit de plus en plus _des o_s avec _o_ fermé et _s_ articulé; et cette
prononciation réagit parfois sur le singulier: _un_ o_s_, avec _o_
fermé[268]. D’autre part, les avis sont partagés sur _rhinocér_o_s_,
_mérin_o_s_, _albatr_o_s_, et même _albin_o_s_; je pense qu’il vaut
mieux fermer l’_o_ dans ces quatre mots[269].

A vrai dire, les mois en _=-os=_, dont le nombre s’est fort augmenté,
sont empruntés au grec le plus souvent, et la plupart sont des noms
propres. Ceux qui n’en sont pas, mots savants, comme _path_o_s_,
_tétan_o_s_, _pepl_o_s_, _cosm_o_s_, ou _sphynx atrop_o_s_, devraient
tous avoir l’_o_ bref, en vertu de l’étymologie. Mais cette
prononciation, qui est de pure érudition, est en contradiction avec la
tendance du français pour les mots en _-os_. Dès lors, une foule de
gens fort instruits, et même sachant du grec (il est vrai qu’ils le
prononcent fort mal), ferment l’_o_ sans hésitation, par exemple, dans
ce vers de Molière:

    On voit partout chez vous l’_ith_o_s_ et le _path_o_s_!

Il en est de même pour _tétan_o_s_, et cette prononciation est
peut-être destinée à l’emporter sur la bonne. Elle ne peut, d’ailleurs,
choquer que les érudits[270].


III. =O ouvert moyen.=--L’_=o=_ est un peu moins bref devant une
sonore, soit explosive, _b_, _d_, _g_, soit surtout spirante, _j_,
_v_ (et même parfois _z_), et devant _l_, _m_, _n_, et _gn_ mouillé:
ainsi _sn_o_b_ et _r_o_be_, _pag_o_de_ ou _raps_o_de_, _gr_o_g_ et
_dr_o_gue_; puis _c_o_l_, _éc_o_le_, _déc_o_lle_, et même _alc_(o)o_l_,
réduit à deux syllabes[271]; _h_o_mme_ et _métron_o_me_; _micr_o_n_,
_matr_o_ne_ et _patr_o_nne_; enfin, _horl_o_ge_, _inn_o_ve_ et
_ivr_o_gne_[272].

Seules les finales _=-ome=_, _=-one=_ et _=-oz=_ appellent quelques
observations.


1º Autrefois on distinguait les finales _=-omme=_ et _=-ome=_: les
mots en _-omme_, mots de la langue commune, qui sont bien huit ou
dix, avaient seuls l’_o_ ouvert[273]; les mots en _-ome_, mots
savants, avaient au contraire l’_o_ fermé, au moins à partir du XVIIᵉ
siècle. Cette prononciation était justifiée dans beaucoup de cas
par l’étymologie, notamment dans _sympt_ô_me_ et _dipl_ô_me_, qui
ont pris l’accent; dans _idi_o_me_ et _axi_o_me_, qui ne l’ont pas
pris, et aussi dans _br_o_me_, _chr_o_me_, _am_o_me_, _gn_o_me_ et
_ar_o_me_. Est-ce par analogie que tant d’autres suivirent? Toujours
est-il que _prodr_o_me_ et _hippodr_o_me_, _t_o_me_, _at_o_me_ ou
_épit_o_me_ (remplacé depuis par _épitomé_), _n_o_me_, _écon_o_me_, et
même _astron_o_me_, et aussi _majord_o_me_, n’avaient aucune raison
de fermer leur _o_[274]. Ils le fermèrent pourtant, sans doute en
qualité de mots savants. Que dis-je? On en vit deux, à _o_ également
bref d’origine, qui allèrent jusqu’à prendre l’accent circonflexe:
_d_ô_me_ et _mon_ô_me_, avec _bin_ô_me_ et _polyn_ô_me_[275]. Ceux-là
sont altérés pour longtemps par l’orthographe. Pour les autres, on est
revenu en arrière, mais on y a mis le temps, et il en reste encore
quelque chose.

Quoiqu’il n’y ait plus guère de divergence sur la prononciation de
_métron_o_me_, _astron_o_me_, _auton_o_me_, qui ont certainement l’_o_
ouvert, on trouverait sans peine des vieillards qui ferment encore
l’_o_ dans _écon_o_me_; et l’on hésite souvent sur les autres[276].
La tendance à ouvrir est cependant très marquée; et même on voit se
produire depuis une génération le phénomène inverse: on avait fermé
des _o_ légitimement ouverts; on a ouvert des _o_ légitimement fermés.
_Am_o_me_, ou du moins _cinnam_o_me_, ne se dit plus guère avec _o_
fermé[277]; _gn_o_me_ et _ar_o_me_ ouvrent leur _o_ de plus en plus
souvent, et _polychr_o_me_ encore davantage. Je ne vois guère, sans
accent circonflexe, que _idi_o_me_ et _axi_o_me_ qui résistent avec
succès; et encore ils sont certainement touchés[278].


2º C’est une observation toute pareille qu’on peut faire sur les mots
en _=-one=_, mots savants ou noms propres, qui autrefois avaient
l’_o_ long et fermé, par opposition aux mots en _=-onne=_, mots de la
langue vulgaire, qui l’avaient bref et ouvert. Ici aussi, l’_o_ fermé
pouvait se comprendre dans des mots comme _carb_o_ne_, _aph_o_ne_,
_polyg_o_ne_, _aném_o_ne_, _matr_o_ne_, mots savants où se conservait
la quantité étymologique[279]; ou encore dans _aut_o_mne_, autrefois
nasal, comme _d_a_mne_; il ne s’expliquait ni dans _mad_o_ne_ ou
_bellad_o_ne_, de l’italien _d_o_nna_, ni, et moins encore, dans
_at_o_ne_ ou _autocht_o_ne_, et pas davantage dans _pr_ô_ne_ et
_tr_ô_ne_, qui ont imité _d_ô_me_ et _mon_ô_me_[280]. Aujourd’hui, à
part les mots que l’orthographe a altérés, _pr_ô_ne_ et _tr_ô_ne_,
cette prononciation a disparu à peu près, par assimilation de _-one_
à _-onne_: sans parler d’_aném_o_ne_ et _matr_o_ne_, qu’on ne discute
pas, _at_o_ne_ ne saurait garder l’_o_ fermé à côté de _monot_o_ne_, ni
_aph_o_ne_ à côté de _téléph_o_ne_ ou _saxoph_o_ne_. _Carb_o_ne_ et les
termes mathématiques de la famille de _polyg_o_ne_ résistent encore,
mais pas pour longtemps[281]. Je ne vois plus avec _o_ long fermé d’une
façon assez générale que _z_o_ne_ et _amaz_o_ne_, _cycl_o_ne_ et
_ic_o_ne_; encore ces mots sont-ils atteints, surtout _amaz_o_ne_[282].


3º Pour ce qui est de l’_s_ doux, nous avons vu plus haut que les mots
en _=-ose=_ avaient l’_o_ fermé. Comme il n’y a pas de finale féminine
en _=-oze=_, il ne reste que les mots en _=-oz=_, sur lesquels l’accord
n’est pas parfait; mais cette finale appartient exclusivement aux noms
propres[283].


IV. =O ouvert long.=--De même que _=a=_, _=e=_ et _=eu=_ devant _r_,
l’_=o=_ est allongé dans _=-or=_ (avec ou sans seconde consonne non
articulée) et dans _=-ore=_ (ou _=-orre=_), tout en restant très ouvert
sans exception: o_r_ et _h_o_rs_, _ab_o_rd_ et _abh_o_rre_, _c_o_r_,
_c_o_rps_, _rec_o_rs_, _acc_o_rd_, _enc_o_r_ et _enc_o_re_, _p_o_rc_,
_p_o_rt_ et _p_o_re_, _t_o_rd_, _t_o_rds_, _t_o_rt_, _ret_o_rs_,
_st_o_re_ et _ment_o_r_, ne se prononcent pas de deux manières[284].


3º L’O suivi de groupes à liquides.

Dans les groupes à liquides, l’_=o=_ est également ouvert. Il est plus
ou moins bref ou moyen dans les finales en _=-ocle=_ et _=-ocre=_,
_=-ople=_ et _=-opre=_, _=-otre=_, _=-ofle=_ et _=-ofre=_, où l’_o_
est suivi d’une sourde: _s_o_cle_ et _médi_o_cre_, _sin_o_ple_ et
_pr_o_pre_, _n_o_tre_ et _v_o_tre_, _gir_o_fle_ et _c_o_ffre_[285];
il est un peu plus long dans les finales en _=-oble=_, _=-obre=_ et
_=-ogre=_: _n_o_ble_, _s_o_bre_, o_gre_[286].


4º L’O atone.

L’_=o=_ atone est exactement dans le même cas que l’_a_: tandis que
l’_o_ tonique peut être long en restant ouvert, l’_o_ atone ne peut
être long qu’autant qu’il est fermé, et ce n’est pas très fréquent.
Ainsi l’_o_ de _d_o_re_ ou _dév_o_re_, n’étant pas fermé, s’abrège dans
_d_o_rer_ ou _dév_o_rer_.

L’_=o=_ reste long pourtant, d’abord quand il conserve sur la
prétonique l’accent circonflexe de la tonique: _enj_ô_ler_, _enr_ô_ler_
(ou _enr_ô_lement_), _fr_ô_ler_, _ch_ô_mer_, _pr_ô_ner_, _tr_ô_ner_,
_aum_ô_nier_, ô_ter_, _c_ô_té_, _h_ô_tel_, _prév_ô_té_, rappellent
sensiblement _ge_ô_le_, _r_ô_le_, _pr_ô_ne_, _tr_ô_ne_, etc., quoique
l’accent circonflexe ne soit pas toujours justifié[287].

La prononciation de _coteau_, dérivé de _côte_, comme _côté_, a quelque
chose d’irrégulier, car l’_o_ de ce mot est tout à fait bref et ouvert;
aussi a-t-il perdu son accent. Il est vrai que beaucoup de gens ouvrent
aussi celui de _c_ô_té_ (cf. _acc_o_ter_); et même il est assez rare
qu’on maintienne fermé celui de _c_ô_telette_, qui n’a pourtant que
deux syllabes pour l’oreille.

A plus forte raison, quand l’accent circonflexe est plus éloigné, l’_o_
reste difficilement fermé: il peut l’être dans _fant_ô_matique_, qui
est savant, et d’ailleurs fort peu usité, et aussi dans _H_ô_tel-Dieu_,
car _h_ô_tel_ ne peut y changer de nature; mais l’accent d’_h_ô_pital_,
qui est le même mot qu’_h_ô_tel_, ne sert plus absolument à rien[288].

On ouvre aussi assez généralement l’_o_ de _r_ô_tir_ et de ses dérivés.

       *       *       *       *       *

Même sans accent circonflexe, l’_=o=_ reste ordinairement fermé et long
dans o_ssements_ ou _dés_o_sser_[289]; dans _d_o_ssier_, _ad_o_sser_,
_end_o_sser_; dans _gr_o_sseur_, _gr_o_ssir_ ou _gr_o_ssier_; dans
_f_o_ssé_[290].

L’_=o=_ est surtout fermé devant _s_ doux ou _z_: o_seille_,
_gr_o_seille_, o_sier_, _g_o_sier_, _ég_o_sille_, _r_o_sier_,
_r_o_sée_, _arr_o_soir_, _expl_o_sif_, _corr_o_sif_, et tous les
verbes en _-oser_, avec les substantifs en _-osion_ et même _-osité_,
comme _arr_o_ser_, _ér_o_sion_ ou _génér_o_sité_[291]. Il est moins
fermé dans les mots en _-osition_, notamment dans _prép_o_sition_.
Il est naturellement plus ouvert dans _h_o_sanna_, _m_o_saïque_ et
_pr_o_saïque_, et tous les mots qui commencent par _pros-_, ou même
plus généralement par _pro-_.

L’_=o=_ prétonique est encore fermé dans _m_o_mier_, _m_o_merie_ et
_m_o_mie_, et dans les mots en _-otion_: _l_o_tion_, _ém_o_tion_,
_n_o_tion_, _p_o_tion_, _dév_o_tion_[292]. Il est encore à peu près
fermé, mais avec tendance à s’ouvrir, dans o_bus_ et o_deur_, et il
s’ouvre naturellement dans leurs dérivés, qui sont polysyllabiques.
Il est douteux et plutôt ouvert dans _t_o_per_, dans _v_o_mir_ et ses
dérivés, dans à l’o_rée_, dans _m_o_tus_.

       *       *       *       *       *

Malgré l’étymologie, l’_=o=_ est tout à fait ouvert et bref dans
_disp_o_nible_ et _p_o_ney_[293]; de même dans _m_o_teur_ et
_m_o_trice_; il l’est surtout dans les verbes en _-orer_, et dans les
dérivés des mots en _-ot_, suivant l’analogie des mots en _-ote_:
_cah_o_ter_, _sab_o_ter_, _tric_o_ter_, _fl_o_tter_, _v_o_ter_
ou _v_o_tif_, et même _numér_o_ter_; de même _abric_o_tier_ ou
_idi_o_tisme_, tout comme _escr_o_quer_ ou _gal_o_per_; et encore,
peut-être par analogie, _mal_o_tru_ ou o_tage_.

Beaucoup de Parisiens ferment l’_o_ dans o_vale_, mais ceci est
purement dialectal, car _o_ est ouvert partout devant _v_, comme devant
_r_ (à part _alc_ô_ve_, bien entendu).

       *       *       *       *       *

Le souvenir de la quantité latine fera fermer correctement l’_o_
dans _vari_o_rum_ ou _qu_o_rum_ (en opposition avec _déc_o_rum_ ou
_f_o_rum_, dont l’_o_ est ouvert et bref); de même dans o_lim_, dans
_ex v_o_to_ ou _ab_ o_vo_, dans le premier _o_ de _pr_o _domo_, qui
est un _o_ final; mais il est ouvert dans _fact_o_tum_ et _t_o_ton_,
dans _s_o_liste_, et souvent même dans _s_o_lo_, dans _quipr_o_quo_,
_orat_o_rio_ et _sanat_o_rium_, et naturellement les polysyllabes qui
commencent par _d_o_déca_[294].

       *       *       *       *       *

_Remarque._--Par un phénomène d’assimilation que nous avons déjà
constaté pour _e_ ou _ai_, qui se fermaient devant une tonique fermée,
la répétition de la même syllabe fait que l’_=o=_ prétonique est
presque aussi fermé que l’_=o=_ tonique dans _b_o_b_o, _c_o_c_o,
_roc_o_c_o, _d_o_d_o, _g_o_g_o et _l_o_l_o. Même le premier _o_ de
_r_o_c_o_c_o, qui est le même que l’_o_ ouvert de _r_o_caille_, tend
à se fermer comme les deux autres. Ces mots étant uniquement du style
familier, il n’y a pas lieu de réagir ici[295].

Devant une voyelle aussi, l’_=o=_ tend à se fermer à demi:
_c_o-_alition_, _c_o-_habiter_, _c_o-_efficient_, _b_o-_a_,
_cl_o-_aque_, o_a-sis_, _p_o_ème_, assourdiraient leur syllabe
initiale, si l’on ne veillait à la distinguer de la suivante; et
cette tendance, livrée à elle-même, irait jusqu’à changer _o_ en _ou_
consonne, ainsi que cela s’est fait plus d’une fois, notamment dans
_m_o_elle_[296]. On fera bien d’y résister et d’ouvrir l’_o_. De plus,
on doit prononcer les deux _o_ séparément et ouverts dans quelques
mots savants où on les trouve: _c_o-o_pération_, _épiz_o-o_tie_,
_z_o-o_logie_, etc.[297].


5º L’O de quelques mots étrangers.

L’_=o=_ est fermé dans l’anglais _h_o_me_, _at h_o_me_, et l’allemand
_kr_o_nprinz_ (sans nasale), mais l’_r_ l’a ouvert dans _folk l_o_re_;
il est assourdi en _ou_ dans _time is m_o_ney_, ou _t_o _be or not t_o
_be_[298].

L’_=o=_ double anglais se prononce _ou_ dans _c_oo_lie_, qu’on écrivait
jadis _couli_, fort justement; dans _b_oo_k_, _arrow-r_oo_t_,
_f_oo_t-ball_, _gr_oo_m_, _sl_oo_p_, _sch_oo_ner_, _snowb_oo_t_,
_waterpr_oo_f_[299].

L’_=o=_ double flamand n’est qu’un _o_ long, comme dans
_v_oo_ruit_[300].


6º Le groupe AU.

Le groupe _=au=_ (ou _=eau=_) se prononce généralement comme _o_
fermé[301].


I. =AU tonique.=--_=Au=_ final est pareil à _o_ final: _rad_eau,
_land_au ou _eldorad_o, _pann_eau et _pian_o, _mart_eau et _in-quart_o
ne se prononcent pas de deux manières.

Il en est de même quand il y a une consonne non articulée: _f_au_x_,
_déf_au_t_, _échaf_au_d_, avec cette différence que _-aut_ (ou _-aud_)
est un peu plus long et surtout plus fermé que _-ot_[302].

Devant une consonne articulée, tandis que les groupes _=oi=_ ou _=ai=_
sont toujours ou presque toujours ouverts, et souvent brefs, comme
_a_ ou _e_, au contraire le groupe _=au=_ est régulièrement et très
également fermé et long comme _ô_: au_be_, _déb_au_che_, _émer_au_de_,
_ch_au_ffe_, _g_au_fre_, _s_au_ge_, _s_au_le_, _b_au_me_, _f_au_ne_,
_t_au_pe_, _r_au_que_, _c_au_se_, _f_au_sse_ et _s_au_ce_, _f_au_te_ et
_p_au_vre_.

On ouvre quelquefois _s_au_f_, qui devient bref, surtout employé comme
préposition, et aussi _holoc_au_ste_, en vertu du principe général des
deux consonnes[303].

Mais l’exception capitale, c’est la finale _=-aur=_ ou _=-aure=_:
_=au=_ y est toujours long, plus long que jamais, mais il y est ouvert
autant et plus que fermé, car c’est le propre de l’_r_ d’ouvrir les
voyelles.

Ainsi _au_ est ouvert d’abord dans _s_au_r_, qui est pour _sor_ (comme
_Paul_ pour _Pol_), et dans _t_au_re_, qui est aussi pour _tore_ (comme
_taure_au est pour _toreau_), car _au_ n’est dans ces mots que par
réaction étymologique[304].

Et partout le groupe latin _aur_ serait devenu _or_ si on l’avait
laissé faire, ce qui veut dire aussi que partout _aur_ se prononcerait
_or_ ouvert, si l’érudition ne maintenait parfois le son _o_ fermé.
Ainsi l’usage le plus ordinaire ouvre la finale de _cent_au_re_ et
_Minot_au_re_, proches parents de _t_au_re_, et que les érudits seuls
continuent à fermer, et plus encore celle de _rest_au_re_, sur qui
l’érudition n’a pas de prise. La finale _-aure_ s’ouvre même dans des
termes techniques, comme _ichtyos_au_re_ ou _plésios_au_re_[305].


II. =AU atone.=--_=Au=_ atone est généralement fermé aussi, surtout
quand il est prétonique, sauf devant un _r_: au_bépine_, au_berge_,
au_dace_, au_tel_, etc., _c_au_chois_, _c_au_tion_, _clab_au_der_,
_ch_au_ffer_, _ch_au_sser_, _f_au_ssaire_, _m_au_viette_,
_p_eau_ssier_, etc., et les finales en _-auté_: _cru_au_té_,
_loy_au_té_. Il est fermé même dans _s_au_rien_, _t_au_romachie_ et
_cent_au_rée_, malgré l’_r_, parce que ce sont des mots savants, et
aussi dans _v_au_rien_, où le verbe primitif se reconnaît toujours.

       *       *       *       *       *

Mais les exceptions sont fort nombreuses.

_=Au=_ atone est ouvert d’abord devant un _r_, dans _t_au_reau_, comme
on vient de voir, et _s_au_ret_; généralement aussi dans les futurs et
conditionnels d’_avoir_ et _savoir_[306]; dans au_rore_, au_réole_,
au_rifère_ ou au_rifier_[307]; et tout au plus est-il douteux dans
_l_au_rier_ (pour _lorier_), _l_au_réat_, _l_au_réole_.

En second lieu il tend naturellement à s’ouvrir devant deux consonnes,
non seulement dans au_gment_ et au_gmenter_, où le phénomène est
général, mais souvent aussi dans des mots comme au_sculter_ ou
au_xiliaire_, où il s’impose beaucoup moins, et même dans des mots où
il est prétonique: au_spice_, au_stère_, au_stral_, _c_au_ch_(e)_mar_
ou _enc_au_stique_.

Il s’est même ouvert sensiblement aussi devant une seule consonne,
dans au_toriser_ et au_torité_ (mais non dans au_teur_), et surtout
dans _m_au_vais_, sans parler de _rig_au_don_, qui s’écrit aussi
_rig_o_don_. D’une façon générale, il tend à s’ouvrir dans quelques
mots très usités, d’abord dans les polysyllabes, au_thentique_,
au_tomate_, au_tonome_, au_topsie_, _c_au_tériser_, et aussi dans
au_mône_, où il se distingue ainsi de l’_ô_ qui suit, dans au_guste_,
au_tomne_, _ép_au_lette_ (malgré _ép_au_le_), _p_au_pière_, ou même
nau_frage_. Toutefois on prononce encore la plupart de ces mots plus
correctement en fermant _au_, aussi bien que dans au_jourd’hui_, où il
est tout à fait incorrect de l’ouvrir[308].

La diphtongue allemande _=au=_ se prononce comme _o_ fermé quand elle
se francise: _block_au_s_[309].



V.--LES VOYELLES I (y), U, OU.


Les voyelles _=i=_, _=u=_, _=ou=_, étant fermées par définition, ne
se prononcent pas de deux manières. Les instruments délicats de la
phonétique expérimentale constatent bien une petite différence de
timbre, mais encore n’est-ce guère qu’entre les voyelles atones et les
toniques, celles-ci étant un peu plus fermées[310].

Au point de vue de la quantité, nous ferons les mêmes distinctions que
pour les autres voyelles.


1º La voyelle I.

L’_=i=_ _final_ est moyen, seul ou avec consonne non articulée, avec ou
sans accent: _hard_i, _créd_i_t_, _rend_i_t_ ou _rend_î_t_, _rad_i_s_,
_out_i_l_, _crucif_i_x_, _r_i_z_, _jur_y, _Jésus-Chr_i_st_ ont la
finale identique. _Pis_, adverbe, est un peu plus long. D’autre part,
dans _ui_ final, la brièveté du premier élément paraît allonger le
second: _app_ui, _min_ui_t_, _m_ui_d_[311].

Parmi les voyelles finales qui peuvent être suivies de l’_e muet_,
l’_=i=_ se distingue particulièrement, au moins en vers, parce
que là _=ie=_ devient facilement _i-ye_, et se trouve, par suite,
singulièrement allongé:

    Adieu: je vais traîner une mourante _vi-ye_,
    Tant que par ta poursuite elle me soit _ravi-ye_[312].

Mais il y a quelque affectation à prononcer ainsi: il faut laisser cela
aux chanteurs. En tout cas, on ne le fait jamais dans l’usage courant,
où il est difficile de distinguer par exemple: _elle est part_ie _ce
matin_, de _il est part_i _ce matin_, ou _mon am_ie _est venue_ de _mon
am_i _est venu_. On maintient sans doute une légère différence quand on
rapproche un masculin d’un féminin: _un am_i, _une am_ie, et ce n’est
pas grand’chose[313].

Devant la plupart des consonnes articulées, l’_=i=_ est bref ou
moyen: _traf_i_c_ et _traf_i_que_, _p_i_pe_, _hu_i_t_, _prof_i_te_ et
_f_î_tes_; _r_i_che_, _capt_i_f_ et _cal_i_fe_; _v_i_ce_, _v_i_sse_
et _v_i_s_[314]; _diatr_i_be_, _ar_i_de_ et _fat_i_gue_; _hab_i_le_,
_an_i_me_, _f_î_mes_ et _cab_i_ne_. Il est plus long devant _g_ et _n_
mouillé: _vert_i_ge_ et _ind_i_gne_; plus encore devant _r_, _s_ doux
et _v_: _r_i_re_, _mour_i_r_, _fin_i_rent_, _mer_i_se_ et _arr_i_ve_.
Mais surtout, contrairement aux cas des autres voyelles, la finale
mouillée _=-ille=_, autrefois brève, quand on connaissait l’_l_
mouillé, est devenue longue, depuis qu’on la prononce _i-ye_.

Même gradation de quantité dans _c_y_cle_, _disc_i_ple_, _g_i_fle_,
_l_i_tre_ et _ch_i_ffre_; _l_i_bre_, _h_y_dre_, _t_i_gre_ et _v_i_vre_.

_Hu_i_le_ a encore l’_i_ un peu plus long qu’_hab_i_le_, peut-être à
cause du groupe _ui_; mais l’accent circonflexe ne sert plus à rien,
non seulement dans les prétérits, _f_î_mes_ ou _f_î_tes_, pareils à
tous les prétérits, mais aussi bien dans î_le_, _hu_î_tre_, _ép_î_tre_
et _bél_î_tre_, et souvent même dans _d_î_ne_. La prononciation
oratoire ou poétique appuie également sur _ab_î_me_ et _subl_i_me_: on
voit que l’accent circonflexe n’y est pour rien. On appuie de même sur
_fils_ en poésie, et sur _bis_, mais seulement quand on applaudit.

       *       *       *       *       *

L’_=i=_ _atone_ est rarement long; tout au plus est-il moins bref quand
il est suivi d’un _s_ doux, comme dans les verbes en _-iser_. Pourtant
l’_i_ long de _p_i_re_ se conserve exceptionnellement dans _emp_i_rer_,
contrairement à l’usage des verbes en _-rer_, qui ont presque tous la
prétonique brève, comme _adm_i_rer_.

L’_i_ est également long dans les verbes en _-i-er_, à l’imparfait
et au subjonctif présents, devant les finales _-ions_ et _-iez_:
_pr_i-_ions_, _pr_i-_iez_; c’est la seule manière de distinguer ces
formes de celles de l’indicatif présent. En fait, on prononce presque
_priy-yons_; mais le nombre des syllabes n’est pas augmenté pour
cela[315].

       *       *       *       *       *

L’_=i=_ final avec tréma fait une syllabe à part en français: _ha_-ï,
_ou_-ï_e_; mais, dans certains mots étrangers, comme le japonais
_banza_ï ou _samoura_ï, il vaut mieux considérer _aï_ ou _oï_ comme des
diphtongues, où le tréma sert uniquement à empêcher de prononcer _ai_
(_è_) ou _oi_ (_wa_) à la française, sans pour cela séparer l’_i_[316].


2º L’I dans les mots étrangers.

L’_=i=_ anglais se prononce _i_ dans _g_i_n_, _m_i_ss_ et _m_i_stress_
(missess), dans _cl_i_pper_, _p_i_ckles_ (ess) et _cr_i_cket_, dans
_g_i_psy_, _wh_i_sky_ et _wh_i_g_, dans _br_i_dge_, dans les mots
en _-ing_, etc. D’autre part, on francise encore assez généralement
_esqu_i_re_ (_ki_) et _r_i_fle_, et surtout _outs_i_der_. Enfin,
beaucoup de personnes prononcent encore _fl_i_rt_ par _i_, aussi bien
que par _eu_ ouvert, d’autant plus que de _fl_i_rt_ nous avons fait
_fl_i_rter_: toutefois, la diffusion progressive de l’anglais tend à
faire prévaloir _fleurte_ et même _fleurter_, ce qui est presque aussi
absurde qu’_interviouver_[317].

Mais il y a beaucoup d’autres mots qui ne sauraient être francisés, et
on doit se résoudre à donner à l’_i_ de ces mots un son intermédiaire
entre _aï_ (ou _aye_) et _aë_, notamment dans _all r_i(gh)_t_
(_olraït_ en deux syllabes), _r_i(gh)_t man at the r_i(gh)_t place_
(atzéraïtplèce), _h_i(gh)_l_i_fe_ ou _h_i(gh)_lander_, _t_i_mes_
(_taïms_) et _t_i_me is money_, ou _f_i_ve o’clock_[318]. Pourtant rien
n’empêche un fantaisiste de s’amuser à faire rimer _high life_ (iglife)
avec _hiéroglyphe_. On peut même se demander si, avec toutes les
_Chapelleries_, _Draperies_ ou _Épiceries du high life_ qu’on trouve
partout maintenant, l’obligation d’employer ce mot, imposée à tant de
gens qui ne savent pas l’anglais, n’arrivera pas à le franciser tel
quel à bref délai.

       *       *       *       *       *

L’_=y=_ final, ou intérieur, devant une consonne, n’existe plus en
français que dans des noms propres, et naturellement se prononce _i_.
L’_y_ final anglais se prononce _i_ ou _e_; mais beaucoup de mots
en _y_ sont suffisamment francisés pour que ceux qui ne savent pas
l’anglais puissent prononcer un _i_ indifféremment et sans scrupule
dans _brand_y, _lad_y, _penn_y, _nurser_y, _tilbur_y, _dand_y,
_whisk_y, _tor_y, _gips_y, _derb_y, _gentr_y, _garden-part_y, et
_clerg_y_man_; on prononcera de préférence _aï_ dans _dr_y _farming_,
et _cross-countr_y se prononce _keuntré_[319].


3º U et OU.

Il est inutile de répéter littéralement pour _=u=_ et _=ou=_ ce que
nous avons dit pour _i_.

Ils sont également moyens dans _f_u_s_, _f_u_t_, _refl_u_x_ et
_touff_u, dans _j’_eu_s_, il eu_t_, dans _m_ou, _m_ou_d_, _m_ou_t_,
_rem_ou_s_, _j_ou_g_, _l_ou_p_ et _caoutch_ou_c_[320].

Brefs ou moyens devant la plupart des consonnes finales articulées,
ils sont longs, comme toutes les voyelles, devant _r_: _j_ou_r_,
_brav_ou_re_, _obsc_u_r_, _bless_u_re_[321]; devant _s_ doux:
_ép_ou_se_, _d_ou_ze_, _r_u_se_; devant _v_: _l_ou_ve_, _ét_u_ve_,
_déc_ou_vre_, sauf pourtant les verbes _pr_ou_ve_ et _tr_ou_ve_, qui
paraissent plus brefs.

Devant _s_ dur, _u_ et _ou_ ne s’allongent pas, sauf dans le mot
_t_ou_s_, quand il est tonique, en opposition avec _tou_(s) atone, qui
est très bref: _t_ou_s les hommes_, _il t_ou_sse_, pour _t_ou_s_, font
trois degrés très distincts[322].

Un certain nombre de mots en _-ouille_ ont aussi généralement la finale
longue: _f_ou_ille_, _r_ou_ille_, _br_ou_ille_, _s_ou_ille_; on y joint
quelquefois _h_ou_ille_ et _dép_ou_ille_[323].

On allonge aussi ordinairement _r_ou_le_ et _cr_oû_te_; quelquefois
_r_ou_ge_ et _b_ou_ge_, du moins en poésie.

L’accent circonflexe se fait encore un peu sentir dans _br_û_le_ et
_aff_û_te_, beaucoup moins dans _fl_û_te_, quelquefois dans _c_oû_te_,
_g_oû_te_, _cr_oû_te_, _v_oû_te_ et _s_oû_le_, au moins quand ils ne
sont pas liés au mot qui suit, car _cela c_oû_te cher_ n’a pas toujours
le même son que _cela me c_oû_te_[324].

La voyelle prétonique reste à peu près longue dans les verbes qui
ont l’accent circonflexe, comme _br_û_ler_, _m_û_rir_ ou _c_oû_ter_;
exceptionnellement aussi dans deux ou trois verbes en _-rer_:
_m_u_rer_, _b_ou_rrer_, _f_ou_rrer_, _l_ou_rer_. Elle est flottante,
mais plutôt longue que brève, dans _f_ou_iller_, _r_ou_iller_,
_br_ou_iller_, _s_ou_iller_, avec _br_ou_illard_ et quelquefois
_br_ou_illon_, mais non _s_ou_illon_; dans _r_ou_iller_, _r_ou_ler_,
_r_ou_lure_ et _cr_ou_ler_, et dans la plupart des verbes en _-user_ et
_-ouser_; voire même dans _p_ou_rrir_ et les mots en _-urie_[325].

L’_=u=_ ne s’entend pas dans l’interjection _ch_(u)_t_, où le
_ch_ est ordinairement prolongé; _chut_ est donc une orthographe
conventionnelle, qui a paru nécessaire pour désigner l’interjection,
quand on en fait mention dans une phrase: _on entendit plusieurs
ch_u_t_, et aussi pour la rime. On en a fait d’ailleurs le verbe
_ch_u_ter_, dont l’_u_ se prononce toujours[326].

       *       *       *       *       *

L’_=u=_ se prononce _o_, ouvert et bref, dans la finale latine _=-um=_,
suivant la manière française de prononcer le latin, et cela, même
dans les mots complètement francisés, comme _alb_u_m_, _for_u_m_,
_post-script_u_m_, _gérani_u_m_, etc.; et aussi _barn_u_m_[327].

On prononce l’_u_ de la même manière à l’intérieur de certains
mots composés, d’origine latine, comme _tri_u_mvirat_ ou
_circ_u_mnavigation_[328].

L’_u_ se prononce encore en _o_ dans _rh_u_m_ et _rh_u_mmerie_.

Dans _parf_um seul, la finale est restée nasale[329].


4º L’U dans les mots étrangers.

L’_=u=_ se prononce _ou_ dans les groupes _-gua-_ et _-qua-_, surtout
dans les mots d’origine étrangère: nous en parlerons aux lettres _G_ et
_Q_.

D’ailleurs l’_u_ se prononce _ou_ presque partout ailleurs qu’en
français[330]. Mais, à part la finale _-um_, nous le francisons
infailliblement en _u_ dans tous les mots étrangers que nous adoptons.
Ainsi dans u_hlan_, où l’_u_ non seulement se prononce _u_, mais est
devenu bref; de même dans _trab_u_co_. On peut hésiter pour certains
mots, comme _nég_u_s_, qu’on prononce par _u_ et _ou_, ou _b_u_lb_u_l_,
qu’on prononce plutôt par _u_; comme _p_u_ff_, dont nous avons fait
_p_u_ffisme_ et _p_u_ffiste_, alors que nous avions déjà _pouff_.

Il vaut mieux prononcer _ou_ dans les mots qui ne sont pas certainement
francisés, comme l’italien _jettat_u_ra_, _f_u_ria francese_, _e p_u_r
si m_(u)_ove_, et les termes de musique _opera b_u_ffa_, _risol_u_to_,
_riten_u_to_, _sosten_u_to_, u_n poco pi_u, _t_u_tti_[331]. De
même l’espagnol _c_u_adrilla_, _ch_u_lo_, _f_u_eros_, _m_u_leta_,
_ay_u_ntamiento_ et _pron_u_nciamiento_; l’allemand _b_u_rg_,
_k_u_lt_u_rkampf_ et _landst_u_rm_; l’anglais _home r_u_le_, _b_u_ll
f_u_ll_ (au poker), _homesp_u_n_, _pl_u_mcake_. Mais on prononcera:
_bleu_ dans _blu_ (e) _book_ et _pleum-poudding_ (_plum-pudding_)[332].

       *       *       *       *       *

Quoique l’_=u=_ anglais se prononce quelquefois _ou_, il se prononce
plus souvent comme _eu_ ouvert: c’est le cas, par exemple, dans
_cl_u_b_, _t_u_b_, _st_u_dbook_, _r_u_sh_ et _str_u_ggle for
life_[333]. Toutefois _club_ était déjà francisé sous la Révolution,
et, en histoire, on prononce plutôt _cl_u_b_, _cl_eu_b_ étant réservé
aux cercles plus ou moins aristocratiques qui trouvent ce mot plus
élégant que _cercle_. D’autre part, on le prononce sensiblement
comme un _o_ au poker, dans _fl_u_sh_ et _bl_u_ff_, d’où le verbe
_bl_u_ffer_. L’_=u=_ de _g_u_lf-stream_ se francise aussi en _o_,
sous l’influence de _golfe_, dont il vient. Enfin _b_u_dget_ et
_t_u_nnel_ sont francisés complètement depuis longtemps; _t_u_rf_
l’est sans difficulté, ainsi que u_lster_, _tilb_u_ry_, _h_u_mour_,
_g_u_tta-percha_, _n_u_rse_ et _n_u_rsery_; _tr_u_st_ lui-même est en
voie de l’être.

_=Ou=_ anglais se prononce _aou_ dans _boarding-h_ou_s_(e) ou
_clearing-h_ou_s_(e); mais on se contente généralement de _ou_, sinon
dans _st_ou_t_, au moins dans ou_tlaw_ et ou_tsider_. Il se prononce
_o_ dans _f_ou_r in hand_.



VI.--LES VOYELLES NASALES


1º Comment se prononcent et s’écrivent les voyelles nasales.

Quand la consonne _=n=_ (ou _=m=_) est entre deux voyelles, elle se
groupe naturellement avec la voyelle qui suit, et celle qui précède
reste pure. Mais quand elle s’est trouvée placée dans les mots français
à la suite d’une voyelle, devant une consonne autre que _m_ ou _n_,
ou à la fin d’un mot, la voyelle s’est d’abord nasalisée, puis l’_n_
(ou l’_m_) a peu à peu cessé de se faire entendre (sauf dans le Midi).
Il s’est maintenu toutefois dans l’orthographe, comme signe de la
nasalisation de la voyelle qui précède: an_ge_, _ch_am_bre_, _p_in.
Ainsi il n’y a plus que trois sons dans _enfant_, qui en avait six
autrefois.

Cette conservation de l’_n_ comme signe orthographique n’est pas sans
inconvénient, car on ne sait pas toujours dans quels cas l’_n_ est une
consonne, ou un simple signe de nasalisation.

Pas plus que les voyelles fermées, les voyelles nasales ne peuvent se
prononcer de deux manières. Une seule différence est à faire, pour
la quantité. Quand elles sont finales, elles sont moyennes, comme
toutes les autres voyelles: _rom_an, _chem_in, _mout_on, _auc_un;
quand elles sont suivies d’une consonne articulée, elles s’allongent
très sensiblement, surtout si elles sont toniques: _rom_an_ce_,
_bon-s_en_s_, _m_in_ce_, _t_on_dre_, _empr_un_te_; quand elles sont
atones, elles sont moins longues: on peut comparer _r_an_g_, _r_an_ge_,
et _r_an_ger_, qui est entre les deux; de même _l_on_g_, _l_on_gue_ et
_l_on_ger_.

Il y a en français quatre nasales, c’est-à-dire quatre sons distincts
qui ne sauraient se confondre; mais un même son nasal peut s’écrire de
plusieurs façons. Outre que _en_ se prononce tantôt _an_, tantôt _in_,
que _ain_ et _ein_ ont le même son que _in_, il faut ajouter à cela la
différence de l’_m_ et de l’_n_; et si l’on tient compte, en outre, des
consonnes non articulées, on obtient pour chacun des quatre sons un
très grand nombre de graphies, que l’orthographe a conservées, à propos
ou hors de propos.

Pour la voyelle _=an=_, voici d’abord _rom_an, _am_ant, flam_and_,
c_amp_, fr_anc_, r_ang_, et naturellement leurs pluriels; puis Rou_en_,
différ_ent_, différ_end_, har_eng_, et leurs pluriels; de plus
am_bition_, em_mener_, t_emps_, ex_empt_ ou ex_emp_te, sans compter
J_ean_, C_aen_, L_aon_, _han_ter et _Hen_ri, ce qui fait bien trente
manières d’écrire le seul et unique son _an_.

Il n’y en a pas moins pour la voyelle _=in=_: voici d’abord v_in_,
v_ins_, prév_int_, v_ingt_, et quatre-v_ingts_, inst_inct_, et même
c_inq_, dans _cinq sous_; puis s_ain_, s_aint_, s_ein_, s_eing_,
ess_aim_, et leurs pluriels, f_eint_, th_ym_, avec v_ainc_ et v_aincs_;
de plus, exam_en_, vi_ens_ et vi_ent_; sans compter l_im_pide,
s_yn_taxe et R_eim_s; et j’en passe peut-être. Et encore faut-il
considérer à part s_oin_ ou mars_ouin_, p_oint_, p_oing_, et leurs
pluriels.

La voyelle _=on=_ se trouve à son tour dans chiff_on_, prof_ond_,
affr_ont_, j_onc_, l_ong_, n_om_, pl_omb_, pr_ompt_, et leurs pluriels,
et dans r_omps_, sans compter p_un_ch; la voyelle _=un=_, dans
trib_un_, déf_unt_, parf_um_, et leurs pluriels, et dans à j_eun_ ou
Jean de M_eung_.

       *       *       *       *       *

Mais l’_n_ et l’_m_ ne s’emploient pas indifféremment: l’_m_ ne fait
généralement que remplacer l’_n_ dans certains cas. En principe,
l’_m_ ne peut terminer une nasale qu’à l’intérieur des mots, devant
une labiale, _b_ ou _p_, ou dans le préfixe _-em_ (pour _en-_) suivi
d’un _m_. Le phénomène se produit même dans des syllabes masculines
finales: _c_am_p_, _ch_am_p_, _ex_em_pt_ et _t_em_ps_, _pl_om_b_,
_pr_om_pt_ et _r_om_pt_, ou _r_om_ps_[334].

Il faut y ajouter _c_om_te_ et ses dérivés auxquels on a conservé l’_m_
tout à fait exceptionnellement, devant un _t_, sans doute pour éviter
une confusion avec _co_n_te_[335].

La prononciation est d’ailleurs exactement la même aujourd’hui, que la
consonne qui termine la nasale soit _m_ ou _n_: _c_am_p_, _ch_am_p_
et _t_em_ps_, _c_am_per_ et am_bition_, _m_em_bre_, _t_em_pe_ et
em_mener_, _n_im_be_ et _s_im_ple_, _pl_om_b_ et _n_om_bre_, _r_om_pre_
et _r_om_pt_ ou _r_om_ps_, et _h_um_ble_, prononcent leurs nasales
exactement comme an_ge_, _c_in_tre_, _r_on_de_ ou _déf_un_t_.

A la fin des mots s’il n’y a pas de consonne à la suite, la voyelle
nasale est toujours écrite avec un _n_, les finales en _m_ ayant perdu
le son nasal. Il faut excepter:

1º _Dam_ et au besoin _quidam_[336];

2º _Daim_, _faim_, _essaim_, _étaim_[337]; de plus, _thym_;

3º _Nom_ et ses composés avec _dom_, qui est le même mot que l’espagnol
_don_[338];

4º _Parfum_[339].

Dans tous les autres mots, l’_m_ final se prononce à part, mais
d’ailleurs tous ces mots sont des mots étrangers, prononcés comme ils
sont écrits, ou des mots latins: _hare_m, _intéri_m, _albu_m, etc.[340].


2º De quelques nasales intérieures, disparues ou conservées

Outre les finales en _m_, il y a encore d’autres syllabes qui ont perdu
en français le son nasal. On parlera plus loin des finales en _-en_. Je
veux parler ici de certaines syllabes intérieures, où la nasale _n_ ou
_m_ était suivie d’un autre _n_ ou _m_.

Nous avons déjà vu précédemment la nasale primitive se réduire à une
voyelle dans _fla_(m)-_me_ et _fe_(m)-_me_[341]. Il en fut de même de
beaucoup d’autres mots, notamment _gra_(m)-_maire_[342].

Beaucoup de personnes conservent encore, très malencontreusement, le
son nasal dans an-_née_, dans _sol_en-_nel_ et _sol_en-_nité_, ou
dans les adverbes en _-amment_ ou _-emment_[343]. Dans tous ces mots
la décomposition est définitive depuis longtemps; et comme la nasale
avait partout le son _an_, c’est l’_a_ qui a prévalu partout après
décomposition; c’est pourquoi _impudemment_ et _abondamment_ se
prononcent de la même manière, _impudent_ et _abondant_ ayant la même
finale pour l’oreille[344].

Il est resté toutefois quelques spécimens de cette catégorie
de nasales. Par exemple, il faut bien se garder de remplacer
_né_an-_moins_ par _né_a-_moins_, qui est devenu une prononciation
purement dialectale; _néant_, qui a gardé ici son _n_ à défaut du _t_,
a gardé aussi sa prononciation. Le son nasal s’est maintenu également
dans _t_în-_mes_ et _v_în-_mes_, formes exceptionnelles et bizarres,
dont l’orthographe et la prononciation sont dues à l’uniformité de la
conjugaison.

Mais surtout le son nasal s’est maintenu dans les mots de la famille
d’_en-nui_ et dans les composés de la préposition _en_: en-_noblir_,
em-_mener_, em-_ménager_, etc., y compris le vieux mot em-_mi_[345].

Il y a mieux, et voici une observation capitale: la préposition _en_ a
gardé parfois le son nasal, non seulement devant _n_ ou _m_, mais même
_devant une voyelle_, dans des composés d’origine purement française,
sans que l’_n_ se soit doublé: en-_ivrer_. Ce n’est pas sans peine,
car le voisinage de mots tels que _énigme_, _énergie_, _énoncer_, tend
continuellement à décomposer la préposition. La présence d’un _h_
contribue peut-être à la maintenir dans _enherber_ ou _enharmonie_
qui d’ailleurs ne sont pas d’usage courant[346]. Mais il y a trois
mots capitaux, trois mots très usités, trois mots nécessaires, où
il est indispensable de maintenir la préposition _en_ avec le son
nasal, malgré le voisinage immédiat de la voyelle, sous peine de
faire de véritables barbarismes. Ce sont en-_ivrer_, en-_amourer_ et
en-_orgueillir_, qui doivent se prononcer comme _s’en aller_, avec
nasale et liaison.

Les fautes sur ce point sont si fréquentes que je ne sais trop quel
avenir est réservé à ces mots[347]. En-_orgueillir_ se tient encore
assez bien[348]; mais que de gens même fort instruits, et même des
typographes, vont jusqu’à mettre un accent sur _énamourer_, voir sur
_énivrer_! Écriture et prononciation également barbares, auxquelles il
faut résister de toutes ses forces, aussi longtemps qu’on le pourra.

       *       *       *       *       *

Passons aux observations particulières à chaque nasale.


3º Les cas particuliers de la nasale AN

I. C’est à la nasale _=an=_ que se rattachent trois monosyllabes
d’orthographe irrégulière: _fa_(o)_n_, _pa_(o)_n_, _ta_(o)_n_. Pour
_taon_, c’est _ton_ et non _tan_ qui s’est prononcé longtemps et se
prononce encore dans certaines provinces, mais cette prononciation,
admise par Domergue et Mᵐᵉ Dupuis, est aujourd’hui dialectale[349].

Il va sans dire que dans les cas où la dérivation dénasalise la
syllabe, c’est l’_a_ seul qui s’entend: _pa_(o)_n_ et _fa_(o)_n_
ne peuvent donner que _pa_(on)_ne_, _pa_(on)_neau_, _fa_(on)_ner_,
prononcés également sans _o_[350].

Autre observation sur _an_: nous nasalisons presque toujours le groupe
_an_, et aussi _am_ intérieur, dans les mots étrangers, même quand ces
mots ne sont pas francisés par ailleurs. Il y a là un phénomène général
très curieux.

Pour la finale, d’abord, il n’y a guère que les mots anglais en _-man_
qui fassent exception; après avoir nasalisé autrefois _drogm_an,
_dolm_an, _landamm_an, avec _parmes_an et d’autres, nous respectons
aujourd’hui, par suite de la diffusion de l’enseignement, et aussi
par un certain snobisme, la finale sonore de _policema_n, _clubma_n,
_sportsma_n, etc.[351].

Pour _an_ intérieur, il y a d’abord quelques mots qui sont entièrement
francisés: _d_an_dy_, _perform_an_ce_, et même _h_an_dicap_, puisque
nous en avons fait le verbe _h_an_dicaper_; de même an_d_an_te_ ou
an_d_an_tino_, _f_an_tasia_, _fr_an_co_ ou _dilett_an_te_. Il y a
ensuite les mots dans lesquels _an_ seul est francisé: ainsi _c_an_t_,
où nous prononçons le _t_, contrairement à l’usage français, et
_c_an_tabile_, où nous prononçons l’_e_ final; c’est toujours la
demi-francisation. De même _l_an_dwehr_ ou _l_an_dsturm_, _st_an_d_,
_s_an_dwich_ ou _shak_(e)_h_an_d_, _c_an_zone_ ou _b_an_derillero_, et
aussi _warr_an_t_, où le _t_ final ne se prononce plus, quoique le _w_
se prononce encore quelquefois _ou_.

En revanche, on ne nasalise guère _an_ dans _c_an_ter_, _highl_an_der_
ou _four in h_an_d_, dans _f_an_toccini_, _bel c_an_to_,
_acceler_an_do_, _ritard_an_do_, _tutti qu_an_ti_, _furia fr_an_cese_,
_lasciate ogni sper_an_za_, qui sont trop manifestement étrangers. Ou
plutôt on nasalise bien un peu la syllabe, mais en faisant néanmoins
sonner l’_n_, ce qui n’est pas la nasale proprement française[352].

_Tra_m_way_ a pu se franciser sans se nasaliser. Cela tient à ce que le
_w_ ayant le son _ou_, l’_m_ a l’air de sé-parer deux voyelles; mais
on entend souvent dans le peuple _tran-vè_.


4º Quand le groupe EN se prononce-t-il _an_ ou _in_?

Nous passons à _=en=_. Ici se pose la question la plus importante
peut-être de celles qui concernent les nasales en français: quand _en_
se prononce-t-il _an_? quand se prononce-t-il _in_? Car c’est le seul
groupe à _n_ final qui se prononce de deux manières, autrement dit qui
appartienne à deux nasales. A l’origine, l’_e_ n’avait pu se nasaliser
qu’avec le son _in_, qui correspond phonétiquement à _e_ ouvert et non
à _i_. Mais il semble bien qu’à une certaine époque le groupe _en_
était passé de _in_ à _an_ à peu près partout, et aujourd’hui encore
_=en=_ _se prononce normalement_ _=an=_, ainsi qu’on va voir.

Mais les exceptions sont devenues assez nombreuses.


I. =EN final.=--C’est ici que le son _in_ s’est le plus généralisé.
Le changement ou le retour de _an_ à _in_ a dû se produire en premier
lieu dans la diphtongue finale accentuée _=-ien=_. On la trouve d’abord
dans _bien_, _chien_ et _rien_, avec tous leurs composés[353]; puis
dans _mien_, _tien_ et _sien_; enfin dans les formes de _venir_ et
_tenir_, _viens_, _viendra_, _tiendrait_, etc., avec leurs composés, et
aussi leurs dérivés: _soutien_, _maintien_, _entretien_. L’altération
du son primitif est passée de là à tous les mots où la finale _=-en=_,
dérivée du suffixe latin _-anus_, était précédée des voyelles _i_
(et _y_) ou _e_: _paï_-en, _moy_-en, _chréti_-en (autrefois de trois
syllabes), _patrici_-en, etc., _europé_-en, _chaldé_-en, etc.

Ce ne fut pas sans résistance. Beaucoup de mots, au moins les noms
propres, ont hésité longtemps entre _an_ et _in_. Voltaire, qui faisait
parfois des efforts pour rapprocher l’orthographe de la prononciation,
et qui écrivait fort judicieusement _f_e_sons_ et _bienf_e_sant_,
écrivait aussi _europé_an. Aujourd’hui il n’y a plus d’hésitation: tous
les mots en _=-éen=_ et _=-ien=_ ou _=-yen=_ se prononcent _é-in_ et
_i-in_ ou plutôt _yin_, quoique les poètes s’obstinent à séparer l’_i_
la plupart du temps: _tragédi_en, _bohémi_en, _aéri_en, _parisi_en,
etc., etc.[354].

       *       *       *       *       *

Si nous passons aux autres mots terminés en _-en_, nous constatons que
le son _an_ ne se retrouve plus que dans la préposition _en_[355]. Il
est vrai que dans la plupart des autres (ils ne sont d’ailleurs pas
nombreux), la finale n’est plus nasale: ainsi _abdome_n ou _glute_n.
Ces mots ont subi l’analogie des mots latins ou étrangers, et surtout
des noms propres qui sont fort nombreux; nous les retrouverons quand
nous parlerons de l’_n_ final. Seul, _exam_en s’est complètement
détaché du groupe: sa finale, qui n’avait d’ailleurs jamais perdu
complètement le son _in_, l’a repris définitivement depuis un
siècle[356].

De plus, les poètes ont fait longtemps et font souvent encore rimer
_hymen_ avec _main_; mais comme le mot n’est plus d’usage courant
et prend une apparence un peu scientifique, il est fort rare qu’on
nasalise sa finale en prose[357].


II. =EN tonique suivi d’une consonne.=--La finale _-ent_ ou _-end_,
à consonne muette, a partout le son _an_: _prud_en_t_, _ag_en_t_,
_m_en_t_, _susp_en_d_, _att_en_d_, etc., etc., et même les mots en
_-ient_, même _ingrédi_en_t_, qu’on écorche parfois[358].

Il faut excepter toutefois _ti_en_t_ et _vi_en_t_ et leurs composés,
qui ne peuvent pas se prononcer autrement que les formes voisines de
_tenir_ et _venir_[359].

Il en est de même de _-ens_, qui en principe se prononce également _an_
dans les mots proprement français, où l’_s_ ne se prononce pas[360].
Mais ces mots sont en fort petit nombre: _g_en_s_, _guet-ap_en_s_,
_dép_en_s_, _susp_en_s_, avec le substantif _s_en_s_, dont l’_s_ se
prononce aujourd’hui presque partout, et les formes verbales _s_en_s_,
_m_en_s_, _rep_en_s_.

Les autres mots sont des mots latins, et sont naturellement prononcés
comme en latin, c’est-à-dire que _en_ se nasalise en _in_ et que l’_s_
se prononce (_ince_): _g_en_s_, _delirium trem_en_s_, _alma par_en_s_,
_semper vir_en_s_, _horresco refer_en_s_, d’où, par analogie,
_labad_en_s_, inventé par Labiche. Pourtant le mot technique _cens_ a
gardé le son _an_, sans doute par analogie avec _sens_ et _bon sens_,
qui n’ont jamais varié sur la nasale[361].

C’est aussi _an_ tout court qui sonne dans _t_em_ps_ ou _har_en_g_[362].

Enfin c’est encore _an_ qu’on prononce toutes les fois que _en_ est
suivi d’une syllabe muette: ainsi les finales _-ente_, _-ence_ ou
_-ense_, _-ende_ et _-endre_, _-emble_, _-embre_, _-empe_ et _-emple_,
etc.[363].


III. =EN atone.=--Si nous passons à _en_ atone, nous constatons encore
que c’est le son _an_ qui est le son propre du groupe dans les mots
proprement français.

En tête des mots, il n’y a pas d’exception[364].

A l’intérieur, le son _an_ s’est maintenu non seulement dans les
finales _-ention_, _-entiel_, etc., mais même dans des mots plus
ou moins techniques ou savants qui étaient déjà anciens: d’abord
les dérivés de _cent_, comme _c_en_turie_ ou _c_en_turion_[365];
par analogie, _c_en_taure_; puis _adv_en_tice_ et _adv_en_tif_,
_app_en_tis_ et _perp_en_diculaire_, _cal_en_der_ et _cal_en_drier_,
_comm_en_sal_, _comp_en_dieux_, _dys_en_terie_ et _li_en_terie_,
en_tité_, _m_en_dicité_, _m_en_strues_, _sept_en_trion_,
_stip_en_dier_, etc. C’est la vraie tradition française[366].

Au contraire, dans les mots plus ou moins savants, plus ou moins
techniques, qui sont entrés dans la langue assez récemment,
c’est-à-dire depuis la Renaissance, la prononciation moderne du latin a
amené l’emploi du son _in_. Ce sont d’abord des mots purement latins,
_ag_en_da_, _p_en_sum_, _mem_en_to_, _comp_en_dium_, _s_en_sorium_, _in
ext_en_so_, _modus viv_en_di_[367]; puis les mots tirés du grec, qui
commencent par _hendéca-_ ou par _pent-_, comme _p_en_tagone_[368]; en
outre _b_em_bex_, _rhodod_en_dron_ et _plac_en_ta_, avec _m_en_tor_ et
_m_en_thol_, etc.

En outre _app_en_dice_ et _s_em_piternel_, quoique anciens, ont à peu
près passé de _an_ à _in_, sous l’influence du latin _app_en_dix_
et _s_em_piternus_, et _app_en_dicite_, mot savant, qui se prononce
fatalement par _in_, achève l’altération d’_app_en_dice_. _Chrétien_ a
fini aussi par entraîner _chréti_en_té_, qui a été longtemps discuté.

D’autres mots flottent déjà, comme _adv_en_tice_ ou _m_en_strues_.
_Sapi_en_tiaux_ est exposé à passer de _an_ à _in_, étant mal protégé
par _sapi_en_ce_, qui est peu usité, tandis que _obédi_en_tiel_,
_pestil_en_tiel_, et surtout _sci_en_tifique_, le sont beaucoup mieux
par _obédi_en_ce_, _pestil_en_ce_ et _sci_en_ce_, dont la finale est
inaltérable actuellement.

En revanche, quelques mots plus ou moins récents ont pris ou gardé
le son _an_ par analogie, ou pour des raisons qui échappent, car une
logique parfaite ne préside pas toujours à la répartition des sons.

_P_en_d_en_tif_ a suivi l’analogie de _p_en_dre_ et _p_en_d_an_t_;
_t_en_tacule_, celle de _t_en_ter_ et _t_en_tative_. _Tar_en_telle_
et _tar_en_tule_ ont suivi _Tar_en_te_, qui était ancien. Quand Fabre
d’Églantine inventa _v_en_démiaire_, il le tira du latin _v_in_demia_,
mais s’il l’écrivit _ven_ et non _vin_, c’est qu’il voulait en faire
un mot populaire comme _v_en_tôse_, et pour cela le rapprocher de
_v_en_dange_; c’est donc à tort que quelques-uns le prononcent par
_in_[369].

Tous ces mots s’expliquent assez bien. Mais pourquoi _st_en_tor_
avec _an_ à côté de _m_en_tor_ avec _in_? Je ne sais si _st_en_tor_
est ancien dans l’usage; en tout cas, les grammairiens n’en parlent
pas[370]. Pourquoi prononce-t-on _ép_en_thèse_ par _an_? Pourquoi, à
côté de _rhodod_en_dron_ prononcé par _in_, prononce-t-on _d_en_drite_
par _an_? Que dis-je? A côté de _téréb_in_the_, non seulement prononcé,
mais écrit par _in_, on a _téréb_en_thine_, prononcé par _an_; et au
contraire, de _m_en_the_, qui a naturellement gardé le son de son
orthographe primitive _m_en_te_, on a tiré _m_en_thol_, à qui on a
imposé le son _in_, à titre de mot savant![371].

IV. =Les mots étrangers.=--On sait que les voyelles nasales
appartiennent presque exclusivement au français. Quand on ne francise
pas du tout un mot étranger, et il y a des cas où cela n’est guère
possible, on doit se garder de nasaliser le groupe _en_, aussi bien que
les autres. Ainsi l’anglais _p_e_nce_, e_nglish_, _great ev_e_nt_ ou
_self governm_e_nt_, _g_e_ntry_ ou même _g_e_ntleman_ et _rem_e_mber_;
de même l’italien _l_e_nto_, _a t_e_mpo_ ou _s_e_nza t_e_mpo_,
_rall_e_ntando_, _risorgim_e_nto_, et aussi l’espagnol _ayuntami_e_nto_
ou _pronunciami_e_nto_.

Mais si on francise, ne fût-ce qu’à moitié, c’est toujours par la
nasale qu’on commence; or _en_ ne peut se nasaliser directement qu’en
_in_, seule nasale correspondant à _e_. Ainsi dans _b_en_gali_, dans
_b_en_join_, d’où _b_en_zine_ avec ses dérivés; dans _eff_en_di_;
dans _farni_en_te_ (que l’_e_ final soit muet ou non), _pol_en_ta_,
_v_en_detta_ et _cresc_en_do_[372]. Ainsi encore dans _bl_en_de_ et
_pechbl_en_de_, qu’on prononce quelquefois par _an_, à cause de la
finale _ende_; et encore dans _sp_en_cer_. A _sp_en_cer_ on devrait
joindre _t_en_der_ et _chall_en_ge_, mais l’usage des employés
de chemins de fer a définitivement francisé _t_en_der_ par _an_,
évidemment par l’analogie des mots _t_en_dre_, _t_en_deur_ et autres,
et de son côté _chall_en_ge_ a pris le son des finales en _-ange_,
comme _v_en_ge_.

D’autre part, beaucoup de gens prononcent aussi _v_en_detta_ par _an_,
et cette prononciation s’imposera fatalement un jour[373].


5º Les cas particuliers de la nasale IN.

Sur la nasale =_in_=, il y a moins à dire[374].

La préposition latine _in_, qui n’est pas nasale en latin, parce que
l’_n_ est final, s’est nasalisée en français devant une consonne,
dans les termes qui désignent les formats de livres, in-_folio_,
in-_quarto_, comme in-_douze_, in-_seize_, etc., et le plus souvent
aussi in-_plano_; mais on ne nasalise pas i_n-octavo_ à cause de la
voyelle, pas plus que i_n extremis_ ou i_n extenso_, qui sont en deux
mots; pas davantage i_n partibus_, non plus que l’italien i_n petto_.

       *       *       *       *       *

D’autre part, dans les mots étrangers, c’est le groupe _in_ qui se
conserve le mieux en français sans se nasaliser. Ainsi on ne doit pas
nasaliser la finale anglaise _-ing_, sauf dans _schamp_oin(g), qui est
tout à fait francisé. Il est vrai que _shelling_ et _sterling_ peuvent
encore se prononcer _chel_in et _sterl_in sans _g_, et d’autre part on
nasalise encore quelquefois _shirt_ing, _lasti_ng et _poud_ing (sans
parler de _meet_ing) en prononçant le _g_ guttural, mais il semble
qu’on cesse peu à peu de nasaliser ces mots. On ne doit pas non plus
nasaliser _fl_i_nt-glass_, i_ncome-tax_, _mack_i_ntosh_, _kronpr_i_nz_,
_h_i_nterland_, _tch_i_n_, _khams_i_n_.

On nasalise quelquefois _g_in, et ordinairement _mue(z)-z_in, toujours
in_cognito_, im_presario_, _pepperm_in_t_, _aquat_in_te_ (à côté de
_aqua-t_i_nta_); généralement aussi in_terview_, suffisamment francisé,
puisqu’on en a fait in_terviewer_. [375]

Le groupe =_oin_= doit se prononcer _ouin_ et non ou_an_, comme on fait
dans certaines provinces, et _m_oin_dre_ peut rimer avec _cyl_in_dre_,
mais non avec _ent_en_dre_.

J’ajoute que _oin_ est toujours _monosyllabe_. V. Hugo a cru, et il
n’était pas le premier, que les nécessités ou les commodités de la
versification l’autorisaient à scinder en deux le mot _groin_:

    ... eux, déchiffrer Homère, ces gens-là!
    Ces diacres, ces bedeaux dont le _gro-in_ renifle[376].

Mais alors on est obligé de prononcer _gro-in_, ce qui altère le mot
sensiblement[377]. Ailleurs, il écrit _grou-in_ pour la rime[378]:
cela vaut encore mieux; d’autres l’avaient fait avant lui, et quelques
personnes prononcent ainsi. Mais c’est une erreur, et, malgré les
trois consonnes initiales (grw), _groin_ n’est pas plus difficile à
prononcer en une syllabe que _bruit_, _instruit_ ou _croix_, qui en ont
autant[379]. Voyez Saint-Amant, dans _le Melon_:

    Et des truffes... qu’un porc.....
    Fouille pour notre bouche et renverse du _groin_.

Le groupe =_ouin_=, dissyllabe autrefois, est aujourd’hui monosyllabe,
comme _oin_[380].


6º Les cas particuliers de la nasale ON.

La nasale =_on_= n’a d’intéressant que _m_on_sieur_, où _on_, réduit
d’abord à _o_--on dit encore parfois _m_o_sieu_ par plaisanterie--s’est
réduit en définitive à un _e_ muet (_mesieu_) qui, comme la plupart des
_e_ muets, disparaît ordinairement dans la prononciation rapide[381].

Nous avons parlé plus haut des mots en _-aon_, à finale monosyllabique,
prononcée _an_[382].

_On_ final ne se nasalise pas dans quelques mots empruntés au grec:
_epsil_o_n_, _omicr_o_n_, _kyrie eleis_o_n_, _gnôthi seaut_o_n_,
etc., ni dans _sine qua n_o_n_ ou _baralipt_o_n_, ou les expressions
italiennes _c_o_n brio_, _c_o_n moto_, etc.; mais en physique on
nasalise _micr_on[383].


7º Les cas particuliers de la nasale UN.

La nasale _un_ (ou _um_) se prononce _on_ dans les mots latins:
_sec_un_do_, _conj_un_go_, _de prof_un_dis_; dans _rh_um_b_,
_l_um_bago_ et _p_lum_bago_, dans _j_un_gle_ et _j_un_te_, et dans
_p_un_ch_[384]. Mais pourquoi _ponch_, qui n’est ni anglais, ni
français? et pourquoi _ponch_ à côté de _lunch_, qui se francise avec
la nasale _un_, si bien que nous en avons fait _luncher_? Ce sont des
mystères que nul ne peut expliquer.

Mais le point capital à propos de la nasale _un_, c’est de ne pas
la prononcer _in_! On entend trop souvent _in jour_, _in homme_.
Heureusement ce n’est pas encore chose très fréquente chez les gens qui
ont quelque instruction; mais il est peu de fautes plus choquantes.



VII.--L’E MUET[385]


1º Considérations préliminaires sur l’E non muet et l’élision.

L’=_e_= muet est ainsi nommé parce qu’on le prononce le moins possible,
et le plus souvent pas du tout; mais il s’en faut bien qu’il soit
toujours muet: s’il l’était toujours, il n’y aurait rien à en dire, et
il s’agit précisément de savoir quand il est réellement muet, et quand
il ne l’est pas.

Éliminons d’abord ce qui n’est pas dans le sujet proprement dit.

Il y a, d’une part, un cas où l’=_e_= dit _muet_ est tellement loin
d’être muet, qu’il est même _tonique_; c’est dans le pronom _le_
précédé d’un impératif: _dis-l_e[386]. L’_e_ dit _muet_ est alors
ouvert et bref, moins ouvert, mais aussi bref que _eu_ dans _œuf_.
Et de même toutes les fois qu’il se prononce: il y a, par exemple,
une différence très sensible entre _le rôt_ et _leur eau_, où _leur_
est long et _le_ très bref. C’est encore ainsi qu’il se prononce
constamment devant une _h_ aspirée: _l_e _haut_, ou en épelant: _l_,
_e_, _d_, _e_, tandis qu’on prononce _é_ dans _e muet_.

On sait, d’autre part, que l’=_e_= n’est jamais muet ni devant _z_
final, ni devant deux consonnes, quoique, dans ces cas-là, il ne
porte pas d’accent. Nous n’avons donc point à parler non plus de
celui-là[387].

Ce n’est pas tout: il y a encore et surtout l’_élision_, où l’=_e_=
ne compte plus pour rien du tout. On sait que l’_e_ final s’élide
devant un mot commençant par une voyelle, même précédée de l’_h_ muet:
_l’état_, _l’herbe_, _il aim_(e) _à rire_, _plein d’honneur_, _la
vi_(e) _est courte_. On voit qu’il n’importe pas que cette élision soit
notée par l’écriture[388].

On doit noter ici toutefois, avant de passer outre, un certain nombre
d’élisions qui ne se font pas dans l’usage courant, ce qui oblige
à prononcer l’_e muet_: ce sont, la plupart du temps, des hiatus
seulement apparents, que la versification elle-même admet ou devrait
admettre.

       *       *       *       *       *

1º On parlera tout à l’heure des semi-voyelles, et notamment du
=_yod_=. L’_y_ grec appuyé sur une voyelle devient _yod_, c’est-à-dire
consonne, aussi bien en tête que dans le corps des mots, et l’on dit,
sans élision, _l_e _yatagan_, comme _l_a _yole_. C’est une idée que
les poètes acceptent difficilement. V. Hugo, notamment, par crainte
de faire un hiatus, ne manque pas de dire _l’y-ole_ ou _l’y-atagan_;
et l’erreur est double, car il fait une élision qui n’est point à
faire, et cette élision l’amène à donner aux mots victimes une syllabe
de trop. Les poètes devraient bien parler comme tout le monde, et
dire _l_e _ya-tagan_ (et _l_es _yatagans_, sans liaison), comme _l_e
_yacht_, _l_e _yak_, _l_e _yucca_, _l_e _yod_, _l_e _youyou_, _l_e
_youtre_, car il n’y a là aucun hiatus[389].

2º Le groupe =_ou_= initial est également consonne devant une voyelle.
Cela n’empêche certainement pas de dire _à l’ouest_, _un_(e) _ouaille_,
_un_(e) _ouïe_. Mais devant _oui_ pris substantivement, on n’élide ni
_le_, ni _de_, pas plus qu’on ne lie _un_, _les_, _ces_, etc., ou qu’on
ne remplace _ce_ par _cet_, même en vers, malgré l’hiatus apparent:

    Oui, ma sœur.--Ah! _ce oui_ se peut-il supporter?[390].

Il est vrai qu’on dit fort bien, familièrement, _je crois qu’oui_; mais
cette élision ne s’impose pas toujours, et les poètes eux-mêmes s’en
abstiennent souvent. Ainsi, La Fontaine, dans un vers de _Clymène_,
souvent cité:

                Qu’on me vienne aujourd’hui
    Demander: «Aimez-vous?» Je répondrai _que oui_[391].

On dit aussi plus volontiers _le ouistiti_ que _l’ouistiti_, quoiqu’on
fasse fort bien la liaison dans _un ouistiti_ ou _des ouistitis_.

Pour _ouate_, l’usage est flottant. Il est vrai qu’on dit plus
ordinairement aujourd’hui _de la ouate_ que _de l’ouate_, malgré une
tendance fâcheuse à revenir à l’ancienne prononciation: scrupule de
purisme fort déplacé, qui se manifeste, paraît-il, chez certains
médecins et chez les _premières_ des _grandes_ maisons de couture. Mais
dire _la ouate_ n’empêche pas du tout de faire l’élision de l’_e_ muet:
_un_(e) _ouate_, _plein d’ouate_, sont généralement usités[392].


3º L’habitude d’isoler les noms de nombre, qui commencent généralement
par des consonnes, fait qu’on traite souvent comme les autres ceux qui
commencent par des voyelles, _un_ et _onze_, et aussi _huit_, dont
l’_h_, naturellement muet, ne s’est aspiré (et encore pas toujours) que
par suite de cette convention spéciale[393]. On dit donc _le onze_ et
_le onzième_, et non pas _l’onze_ et _l’onzième_, témoin la complainte
du _Vengeur_:

    _Le_ onze, un gabier de vigie
    S’écria: Voile sous le vent.

On n’a probablement jamais dit _une lettre de l’onze_, et pas souvent
sans doute _à l’onzième siècle_, quoiqu’on trouve cette façon de parler
dans Th. Corneille[394]. Pourtant on dit à peu près indifféremment _le
train de onze heures_ ou _le train d’onze heures_; et Littré écrira
dans son dictionnaire: _bouillon d’onze heures_.

    Les astres aujourd’hui, sous le soleil _d’onze heures_,
                Brillent comme des prés[395].

Ceci est un cas spécial, qui permet même la liaison du _t_ du verbe
_être_: on dit presque uniquement _il est onze heures_ avec liaison,
et c’est la seule liaison qu’on fasse avec _onze_; l’élision _d’onze
heures_ en est la conséquence naturelle. Mais on ne dirait pas avec
Corneille, _l’œuvre d’onze jours_[396].

L’élision est beaucoup plus libre avec _un_ qu’avec _onze_. Cependant,
on dira uniquement _le un_, soit pour numéroter, soit pour dater, en
opposition avec _l’un_, où _un_ n’est plus le nom du nombre[397]. On
dit aussi fort bien _livre un_, _chapitre un_, comme _chapitre onze_,
quoiqu’on élide parfois dans ces deux expressions, et qu’on dise plutôt
_pag_(e) _un_ et _pag_(e) _onze_. On dit de même, _le huit_, _livre
huit_, _chapitre huit_, quoiqu’on dise _quarant_(e)-_huit_, et que
_mill_(e) _huit cents_ soit identique à _mil huit cents_.


4º Enfin, on dit aussi _le uhlan_ et non _l’uhlan_. C’est peut-être
pour des raisons d’euphonie; mais on dira tout aussi bien _du uhlan_,
qui n’est pas plus harmonieux que _l’uhlan_, et V. Hugo lui-même a osé
risquer cet hiatus nécessaire:

    Quand Mathias livre Ancône au sabre _du uhlan_[398].

Ce mot est donc traité comme s’il avait un _h_ aspiré sans qu’on sache
pourquoi (en allemand: ulan).

Nous venons d’examiner les cas où l’_e_ muet ne s’élide pas devant
une voyelle. Il y en a un où il s’élide encore en réalité devant une
voyelle, mais en apparence devant une consonne: c’est quand on désigne
par leurs noms les sept consonnes dont l’articulation est précédée d’un
_e_: _l’f_, _l’h_, _l’l_, _l’m_, _l’r_, _l’s_, _l’x_, _plein d’m_,
_beaucoup d’r_, etc.; mais on dira au contraire _suivi_ ou _précédé de
r_ ou _s_, comme _de a_ ou _i_, parce que les lettres sont ici comme
des mots qu’on cite; de même _je crois que r_ ou _s..._, comme _je
crois que a..._, ou _je dis que x...._


2º La prétendue loi des trois consonnes.

Ces questions étant éliminées, arrivons au vrai sujet, l’_e muet_.

Sur ce point, un certain nombre de philologues font grand état, depuis
une vingtaine d’années, d’une prétendue _loi des trois consonnes_, qui
dominerait toute la question de l’_e_ muet; cette loi peut se formuler
ainsi:

Lorsqu’il n’y a que deux consonnes entre deux voyelles non caduques,
elles ne sont jamais séparées par un _e_ muet; mais lorsqu’il y en a
trois ou plus, il reste (_ou il s’intercale_) un _e_ muet après la
seconde, et de deux en deux, s’il y a lieu[399]. Ainsi _la f’nêtre_,
mais _un’ f_e_nêtre_, et _qu’est-c’ qu_e _j’ t_e _disais_.

A vrai dire, l’auteur commence par déclarer que sa «loi» ne vaut, à
Paris, que «pour le français de la bonne conversation», et non pour
«le parler populaire», et il oppose _ça n_e _m’ fait rien_, qui est,
dit-il, populaire, à _ça n’ m_e _fait rien_. Mais alors on se demande
ce que c’est qu’une loi phonétique régissant un parler qui doit avoir,
qui ne peut pas ne pas avoir quelque chose d’artificiel, au moins sur
certains points, et à laquelle se dérobe précisément le parler le
plus naturel, le plus spontané, celui qui, en principe, obéit le plus
rigoureusement aux _lois_ phonétiques. D’autre part, on se demande
en quoi _veux-tu t_e _l’ver_ est plus populaire et de moins «bonne
conversation» que _veux-tu t’l_e_ver_? Et moi-même, ai-je dit _on s_e
_d’mande_ ou _on s’ d_e_mande_? L’auteur traite ici les monosyllabes
absolument comme les autres _e muets_, ce qui est une grave erreur. Il
reconnaît d’ailleurs plus loin que les monosyllabes mettent à chaque
instant sa «loi» en défaut.

Mais, même à l’intérieur des mots, «sa loi» n’est pas plus sûre, et il
doit reconnaître que les liquides, _l_ et _r_, y font de perpétuels
accrocs.

D’abord les groupes de trois consonnes ne sont pas rares, quand la
seconde est une _muette_ ou _explosive_ (_b_, _c_, _d_, _g_, _t_, _p_),
ou une _fricative_ (_f_, _v_), suivie d’une _liquide_, _l_ ou _r_,
ces groupes étant presque aussi faciles à prononcer qu’une consonne
seule: _a_rbr_e_, _o_rdr_e_, _pou_rpr_e_, _te_rtr_e_, _a_str_e_,
_terre_str_e_, etc. Ils ne sont guère plus rares quand la seconde
consonne est un _s_: _lo_rsq_ue_, _o_bsc_ur_, _te_xt_e_ (_te_cst_e_)
ou _e_xp_édier_. On peut même avoir quatre consonnes consécutives,
si les deux conditions sont réalisées simultanément, comme dans
_a_bstr_ait_, _e_xtr_ême_ ou _e_xpr_imer_. Et jamais on n’a éprouvé
le besoin d’intercaler un _e muet_ après la seconde ou la troisième
consonne de _ast_(e)_ral_ ou abst(e)rait, pas plus que dans _un’
planche_.

Les innombrables mots du type _chap_e_lier_, _aim_e_rions_,
_aim_e_riez_, contredisent aussi la «loi», en maintenant l’_e muet_
entre les deux consonnes, si l’on n’en voit que deux dans ces mots, ou
plutôt après la première, et non la seconde, si, comme il convient, on
prend l’_i_ pour une troisième consonne.

D’autre part, il y a des phénomènes que l’auteur n’a point aperçus. Je
ne parle pas des mots du type _achèt’rai_, qui maintiennent l’_e_ après
la première consonne: on pourrait me dire que cette prononciation est
artificielle. Mais pourquoi dit-on uniquement _éch_e_v’lé_, quand la
«loi» exigerait _éch’v_e_lé_[400]? Pourquoi, à côté de _pell’t_e_rie_,
ou plutôt _pel’t’rie_, avec trois consonnes, a-t-on _pap_e_t’rie_, avec
maintien du premier _e muet_, qui même devient le plus souvent un _e_ à
demi ouvert?

Ainsi nous ne nous embarrasserons pas de cette fausse loi. Nous
constaterons, si l’on veut, qu’il y a là une tendance très générale,
nécessaire même, en français, du moins, et qui se manifeste
certainement dans la pluralité des cas[401]. Mais une tendance n’est
pas une loi. Nous nous bornerons donc à examiner sans prévention les
faits, dont la variété est presque infinie, et nous nous efforcerons
d’y mettre le plus d’ordre et de clarté que nous pourrons, sans
méconnaître qu’on peut différer d’avis sur beaucoup de points de
détails.


3º L’E muet final dans les polysyllabes.

I. =Dans les mots isolés.=--A la fin des mots pris isolément, ou s’il
n’y a rien à la suite, l’_=e=_ non accentué est réellement muet,
c’est-à-dire qu’on ne l’entend plus[402]. Les instruments délicats
de la phonétique expérimentale peuvent bien en constater encore
l’existence après certaines consonnes ou certains groupes de consonnes
(je ne parle pas de la consonne double, qui compte comme simple); mais
alors il est involontaire, car ces instruments le constatent, après
les consonnes dont je parle, aussi bien quand il n’est pas écrit que
quand il est écrit; autrement dit, _est_, point cardinal, et la finale
_-este_ se prononcent de la même manière, tout aussi bien que _beurre_
et _labeur_, _mortel_ et _mortelle_, _sommeil_ et _sommeille_[403].

Nous avons vu au cours des chapitres précédents que la présence même de
l’_e_ muet après une voyelle finale ne change plus rien ni au timbre ni
à la quantité de la voyelle qui précède, au moins dans la conversation
courante. Il y a exception pour la rime, mais ceci est voulu, et
par suite artificiel[404]: on ne parle ici que de la prononciation
spontanée[405].

Ce n’est pas tout. Quand la consonne qui précède l’_e muet_ final est
une liquide, _l_ ou _r_, précédée elle-même d’une explosive ou d’une
fricative, la prononciation populaire supprime souvent la liquide avec
l’_e_: _du suc_(re), _du vinaig_(re), datent de fort loin, mais cette
prononciation n’est plus admise dans la bonne conversation. Pourtant
_mart_(r)_e_ a fini par avoir droit de cité.


II. =Devant un autre mot.=--Considérons maintenant l’_=e=_ muet final
dans un mot suivi d’un autre mot.

Si le second mot commence par une voyelle ou un _h_ muet, nous savons
que l’_e_ s’élide. Mais si le second mot commence par une consonne
(autre que l’_h_ aspiré), l’_e_ muet n’en tombe pas moins: _el_(l)’
_m’a dit_[406].

Le phénomène est le même si les consonnes qui se rencontrent sont
pareilles: _el_(l)’ _lit_[407].

L’_e_ tombe encore s’il y a deux consonnes en tête du second mot:
_el_(l)’ _croit_, _el_(l)’ _scandalise_, _un’ statue_.

Toutefois l’_e_ se prononce, si le mot suivant commence par _r_ ou
_l_, suivi d’une diphtongue: _il ne mang_e _rien_[408]. On dit même,
sans élision, _qu’il devienn_e _roi_, les trois consonnes _nrw_
s’accommodant mal ensemble, tandis qu’on dit avec élision, _si j’
crois_, qui, pourtant, réunit quatre consonnes, _jcrw_: nous verrons
plus d’une fois que la liquide ne peut figurer dans un groupe de trois
consonnes réelles que si elle est première (_lorsque_) ou troisième
(_si j’ crois_) et non seconde[409].

Ici encore ce n’est pas tout. Si l’_e_ muet final est lui-même précédé
de deux consonnes différentes devant la consonne initiale du mot
suivant, en principe l’_e_ se prononce: _reste là_, _pauvre femme_,
_Barbe-bleue_. Mais il s’en faut bien que le phénomène soit général.

D’une part, on dit fort bien, en parlant vite: _rest’ là_.

D’autre part, devant un autre mot encore mieux qu’isolément, la
prononciation populaire, ou simplement familière, supprime à la fois,
et depuis des siècles, l’_e_ et la liquide qui précède, _l_ ou _r_, à
la suite d’une muette ou explosive ou d’une fricative: _pauv’ femme_,
_bouc’ d’oreille_.

Ce phénomène affecte surtout l’_r_; et on peut dire que l’_r_ tombe
régulièrement dans _maît’ d’hôtel_, _maît’ d’étude_, _maît’ de
conférences_, où il est rare qu’on le fasse sonner; cela est même tout
à fait impossible dans telle expression uniquement familière, comme _à
la six quat_(re) _deux_. Dès longtemps, les grammairiens ont constaté
et apprécié diversement cet usage avec les mots _notre_, _votre_ et
_autre_. Aujourd’hui cette prononciation n’est jamais considérée comme
tout à fait correcte. Elle est, il est vrai, seule usitée dans la
conversation courante, mais non dans la lecture, ni simplement quand
ou parle à quelqu’un à qui l’on doit des égards, et devant qui on ne
veut pas se négliger: je citerai, comme exemples plus particulièrement
probants, _Notr_e _Père, qui êtes aux cieux_, ou _Notr_e-_Dame_. On dit
aussi uniquement _quatr_e-_vingts_.

Ajoutons que la présence d’un _s_ après l’_e_ muet ne change rien à
l’élision, et pas davantage celle de _nt_ dans les troisièmes personnes
du pluriel: _j’aim_(e) _bien_, _tu aim_(es) _bien_ ou _ils aime_(nt)
_bien_, _la ru_(e) _de Paris_ ou _les ru_(es) _de Paris_, _tombait dru_
ou _tombai_(en)_t dru_, ont des prononciations identiques[410].


4º L’E muet à l’intérieur des mots.

I. =Entré voyelle et consonne.=--Entre une voyelle et une consonne,
l’=_e_= muet ne se prononce plus depuis bien longtemps, et, pour ce
motif, il est tombé dans un grand nombre de mots, sans qu’on puisse
savoir pourquoi il s’est maintenu dans les autres. Aussi n’y a-t-il
pas de raison pour prononcer _gai_(e)_ment_, qui a gardé son _e_,
autrement que _vraiment_, qui a perdu le sien. D’ailleurs, quand
l’_e_ s’est maintenu, on peut le remplacer à volonté dans la finale
=_-ement_= (substantifs et adverbes) par un accent circonflexe sur la
voyelle qui précède: _gai_(e)_ment_ ou _gaîment_, _remerci_(e)_ment_
_ou_ _remercîment_, _dénou_(e)_ment_ ou _dénoûment_, _dénu_(e)_ment_ ou
_dénûment_.

Mais ceci pourrait faire croire que la voyelle qui précède l’_e_ est
réellement allongée par lui; en réalité, elle ne l’est pas plus ici
qu’à la fin des mots, et la prononciation est la même partout, avec ou
sans accent, avec ou sans _e_, dans _remerci_(e)_ment_ et _poliment_,
dans _assidûment_ et _ingénu_(e)_ment_[411].

Le même phénomène se produit avec la finale =_-erie_= précédée d’une
voyelle: _soi_(e)_rie_, qui a gardé son _e_, se prononce comme _voirie_
ou _plaidoirie_, qui ont perdu le leur; _sci_(e)_rie_ est identique à
_Syrie_, et l’_u_ est à peu près le même dans _furie_, qui n’a jamais
eu d’_e_, _tu_(e)_rie_, qui a gardé le sien, ou _écurie_, qui l’a
perdu[412].

Enfin, le cas est encore le même dans les futurs et conditionnels des
verbes en =_-ier_= et =_-yer_=, ceux-ci changeant régulièrement leur
_y_ en _i_ devant l’_e muet_: _j’étudi_(e)_rai_, _je balai_(e)_rai_,
_j’aboi_(e)_rai_, _j’appui_(e)_rai_. Tout au plus y a-t-il ici cette
différence, que l’_e_, qui ne peut pas disparaître, allonge assez
facilement la voyelle précédente, surtout dans les mots de deux
syllabes: je _pai_(e)_rai_, je ne _ni_(e)_rai_ pas; dans les autres,
l’allongement tend aussi à disparaître.

Les verbes en =_-ayer_= ou =_-eyer_=, quelques-uns du moins, ont
gardé la faculté de conserver leur _y_ dans les mêmes temps, et aussi
au présent, je _pay_(e), je _pay_(e)_rai_. En ce cas, on entend une
consonne de plus, le _yod_, comme dans _sommeil_ et _sommeil_(le)_rai_;
mais on n’entend pas davantage l’_e_ muet[413]. Cette faculté est
complètement perdue pour les verbes en =_-oyer_=: _flamboyent_, qu’on
trouve dans Leconte de Lisle, en trois syllabes:

    Au fond de l’antre creux _flamboyent_ quatre souches,

est presque un barbarisme[414]. De telles formes ne valent pas mieux
que _soyent_ ou _ayent_, qu’on entend parfois dans le peuple[415].

II. =Entre consonne et voyelle.=--Entre une consonne et une voyelle,
comme devant une voyelle en tête du mot, l’_e_ muet n’est plus qu’un
résidu inutile d’anciennes diphtongues, conservé malencontreusement
dans quelques formes du verbe avoir: (e)_u_, j’(e)_us_, j’(e)_usse_,
dans _ass_(e)_oir_, dans _à j_(e)_un_[416].

Il en est de même dans le groupe _eau_: (e)_au_, _tomb_(e)_au_,
_ép_(e)_autre_, etc.[417].

Ou bien l’_e_ muet n’est qu’un simple signe orthographique destiné
à donner à la _gutturale_ douce _g_, devant les voyelles _a_, _o_,
_u_, le son qu’elle a normalement devant _e_ et _i_, c’est-à-dire
celui de la _spirante_ palatale douce, _j_: _mang_(e)_a_, _g_(e)_ai_,
_afflig_(e)_ant_, _g_(e)_ôlier_, _pig_(e)_on_, _gag_(e)_ure_[418].

III. =Entre deux consonnes.=--Entre deux consonnes, dont la première
peut être indifféremment simple ou double, l’_e_ muet tombe
régulièrement, à condition que les consonnes ainsi rapprochées puissent
s’appuyer sur deux voyelles non caduques, une devant, une derrière;
ainsi dans _ruiss’ler_ ou _chanc’ler_, aussi bien que dans _app’ler_
ou _ép’ler_ (où _pl_ font un groupe naturel); de même dans _gab’gie_,
_épanch’ment_[419], _command’rie_, _échauff’ment_, _jug’ment_,
_longu’ment_, _mul’tier_, _raill’rie_, _parfum’rie_, _ân’rie_,
_group’ment_, _craqu’ment_, _dur’té_, _honnêt’ment_, _naïv’té_,
et même _lay’tier_, aussi bien que dans _prud’rie_, _moqu’rie_ ou
_pot’rie_[420].

On voit qu’il n’est pas du tout nécessaire qu’il y ait affinité
entre les consonnes[421]. Mieux encore: l’_e_ muet tombe aussi,
comme entre deux mots, même si les consonnes sont identiques:
_honnêt’té_, _là-d’dans_, _extrêm’ment_, _verr’rie_, _trésor’rie_,
_serrur’rie_[422]. Quelques personnes répugnent à laisser tomber
l’_e_ après _gn_ mouillé; mais c’est une erreur: _renseign’ra_ ou
_renseign’ment_ se prononcent comme _pill’ra_ ou _habill’ment_, car la
difficulté n’est pas plus grande.

       *       *       *       *       *

Toutefois, quand l’_=e=_ muet est suivi d’une liquide qui s’appuie
sur les finales _=-ier=_, _=-iez=_ et _=-ions=_, il se prononce
ordinairement: _bach_e_lier_, _chand_e_lier_, _chap_e_lier_,
_mus_e_lière_, _hôt_e_lier_, etc.; de même, _app_e_lions_, _app_e_liez_
(avec _e_ muet et non _e_ fermé), _aim_e_rions_, _aim_e_riez_[423].

Ce qui empêche l’_e_ muet de tomber devant ces finales à liquide, c’est
que, s’il tombait, il arriverait ici ce qui est arrivé aux mots tels
que _meurtr-ier_, _ouvr-ier_, _tabl-ier_, _voudr-ions_, _voudr-iez_,
où les groupes de consonnes que terminent _l_ ou _r_ ont diérésé les
finales _-ier_, _-ions_, _-iez_, en _-i-er_, _-i-ons_, _-i-ez_[424].
Or, le français aime encore mieux conserver une diphtongue que de
laisser tomber un _e_ muet; et alors plutôt que d’avoir _chandli-er_ ou
_chapli-er_, on préfère articuler l’_e_ muet[425].

Exceptionnellement, l’_=e=_ muet tombe dans _bourr’lier_, parce que
rien ne s’y oppose: c’est ainsi qu’on a, sans diérèse, _ourl-iez_ ou
_parl-iez_[426].

En revanche, on prononce assez généralement l’_e_ muet dans
_cent_e_nier_ ou _sout_e_niez_, et même dans _un d_e_nier_[427].

D’autre part, si l’_e_ muet est précédé de deux consonnes différentes,
en principe il ne tombe pas non plus, puisque le français tolère
mal trois consonnes de suite: ainsi _fourb_e_rie_, _superch_e_rie_,
_débord_e_ment_, _berg_e_rie_, _aveugl_e_ment_, _ferm_e_té_,
_orn_e_ment_, _escarp_e_ment_, _propr_e_té_, _appart_e_ment_.

A vrai dire, là même, quand on parle vite, il y en a bien quelques-uns
qui tombent encore, toutes les fois qu’il n’y a pas incompatibilité
entre les consonnes; et si cela est impossible après une liquide, comme
dans _propr_e_té_, cela peut se faire par exemple dans _appart’ment_ ou
_pard’sus_, et surtout quand l’_e_ muet sépare les groupes _br_, _cr_,
etc., comme dans _fourb’rie_, _étourd’rie_ ou _lampist’rie_; mais cette
prononciation n’est plus considérée comme correcte, et quand on parle
posément on ne l’emploie pas.


IV. =Dans la syllabe initiale.=--En tête des mots, l’_=e=_ muet se
prononce en principe, faute d’appui en arrière pour la consonne
initiale: _b_e_lette_, _r_e_faire_, _t_e_nir_; mais aussi, que devant
le mot il y ait un son vocal, l’_e_ tombe aussitôt, dans les mêmes
conditions qu’à l’intérieur du mot: _la b’lette_, _à r’faire_, _vous
t’nez_, à côté de _pour r_e_faire_, ou _il t_e_nait_. Naturellement,
s’il y a une _finale_ muette devant la muette _initiale_, c’est la
finale qui cède la place, car l’_e_ muet _final_ tombe, toutes les fois
qu’il peut: _ell’ t_e_nait_ ou _ell’ t_e_naient_, et jamais _ell_e
_t’nait_[428].

D’ailleurs, même sans un son vocal placé devant le mot, l’_e_ muet de
la syllabe initiale tombe encore assez facilement dans la conversation
courante, pourvu qu’il y ait affinité suffisante entre les consonnes
qui l’enferment: _b’lette ou rat_, _rat ou b’lette_ se disent presque
aussi facilement l’un que l’autre, à cause du groupe naturel _bl_.
On dit aussi très bien, _v’nez ici_ ou _c’la fait_, avec spirante
initiale; avec _l_ ou _r_, _m_ ou _n_, c’est beaucoup moins commode:
_m’nez moi_, _r’mettez-vous_, sont durs et moins généralement employés.
On dira moins encore _c’lui-là_, parce qu’il y aurait en tête du mot
trois consonnes qui ne s’accommodent pas[429].

Pendant que je parle de l’_e_ muet de la syllabe initiale, je dois
mettre le lecteur en garde contre la tendance qu’on a parfois à le
fermer mal à propos. Cette tendance n’est pas nouvelle, car un très
grand nombre de mots ont vu un _e_ fermé se substituer à leur _e_ muet
initial au cours des siècles; par exemple, _cr_é_celle_, _pr_é_vôt_,
_p_é_pie_, _s_é_jour_, _b_é_ni_, _d_é_sert_, _p_é_ter_ ou _p_é_tiller_,
etc. Quelques lecteurs peuvent encore se rappeler que l’archaïsme
_d_e_sir_ (d’sir, d’sirer) faisait jadis les délices de Got, et qu’il
était de tradition à la Comédie-Française; pourtant l’Académie avait
donné un accent à ce mot depuis 1762[430]. _R_é_bellion_ a aussi pris
l’accent, malgré l’_e_ muet de _r_e_belle_ et _se r_e_beller_. Plus
récemment, _r_é_viser_ et _r_é_vision_ ont fait de même, ainsi que
_t_é_tin_, _t_é_tine_ ou _t_é_ton_[431]. _R_e_table_ tend manifestement
à céder la place à _r_é_table_, formé sans doute par l’analogie
malencontreuse de _r_é_tablir_, et que les dictionnaires admettent
aujourd’hui, concurremment avec _r_e_table_[432].

En revanche, les dictionnaires écrivent encore uniquement avec _e_
muet _r_e_fréner_, _s_e_neçon_, _ch_e_vecier_ et _br_e_chet_, qu’on
prononce presque toujours avec un _e_ fermé. _Br_e_veté_ paraît les
suivre de près[433]. Quoique la prononciation de _v_e_dette_ et
_b_e_sicles_ avec _e_ muet soit encore loin d’avoir disparu, il est
probable que _v_é_dette_ et _b_é_sicles_ l’emporteront prochainement.
Enfin _c_é_ler_ est en voie de remplacer _c_e_ler_, sous l’influence
de _rec_é_ler_, qui a pris l’accent, probablement par l’analogie de
_r_e_cel_.

D’autres mots sont aussi touchés, mais beaucoup moins jusqu’à présent:
les personnes qui parlent correctement ne disent pas encore ou ne
disent plus _d_é_hors_ pour _d_e_hors_ (comparez _d_e_dans_), ni
_d_é_gré_, _s_é_nestre_, _g_é_linotte_ (de _g_e_line_) ou _fr_é_lon_,
ni enfin _r_é_fléter_, malgré _r_é_flecteur_[434].

Il est vrai qu’on entend bien souvent _r_é_gistre_, et, par suite,
_enr_é_gistrer_ et _enr_é_gistrement_, même dans la bouche de personnes
fort instruites; et l’on pourrait croire que cette prononciation est
aussi en voie de remplacer l’autre, si nous n’avions précisément une
administration qui porte ce nom, et qui ignore l’_é_ fermé: c’est un
obstacle sérieux à sa diffusion et à sa prépondérance.

J’ajoute que _s_e_cret_ a donné, à tort ou à raison, _s_e_cr_é_taire_
et non _s_é_cr_e_taire_, qu’on entend parfois, concurremment avec
_s_e_cr_e_taire_ ou _s_é_cr_é_taire_, toutes formes encore fort peu
admises[435].

Il nous reste à examiner un cas particulier.

On sait que l’_e_ suivi d’une consonne double n’est pas un _e muet_. Il
y a à cela quelques exceptions. Il a paru nécessaire de doubler l’_s_
dans _d_e_ssus_ et dans _d_e_ssous_, et après le préfixe _re-_, pour
éviter que l’_s_ ne prît le son du _z_ entre deux voyelles; mais cela
n’a rien changé à la nature du préfixe, qui est toujours _re-_, avec
_e muet_: _r_e_ssaisir_, _r_e_ssasser_, _r_e_ssaut_, _r_e_ssembler_,
_r_e_ssemblance_, _r_e_ssemeler_, _r_e_ssemelage_, _r_e_ssentir_,
_r_e_ssentiment_, _r_e_sserrer_, _r_e_sserrement_, _r_e_ssort_,
_r_e_ssortir_, _r_e_ssource_, _r_e_ssouvenir_ et quelques autres, et
aussi _r_e_ssac_, par analogie ou confusion d’étymologie. Si l’on dit
_r_e_ssusciter_ par _é fermé_, c’est parce que le mot vient directement
du latin _resuscitare_, et non du français _susciter_. On prononce de
même _r_e_ssuyer_, qui est composé d’_essuyer_. Mais prononcer un _é
fermé_ dans _r_e_ssembler_ ou _r_e_ssource_ est une faute très grave.

Ces _e_ muets peuvent même et doivent tomber comme les autres: _il est
sans r’source_, _tu r’sembles_ et _tu_ me _r’essembles_, concurremment
avec _tu m’r_e_ssembles_.

La prononciation de l’_e_ muet se maintient aussi dans _cr_e_sson_ et
_cr_e_ssonnière_, au moins à Paris et dans une partie de la France du
Nord, quelquefois même dans _b_e_sson_[436].


5º L’E muet intérieur dans deux syllabes consécutives.

Ceci est un phénomène qui se produit d’abord dans certains mots
composés, et alors le traitement de l’_=e=_ muet dépend des
circonstances. Il est clair que, dans _arrièr_e-_neveu_, c’est le
premier _e_ qui ne compte pas. Mais les mots de cette espèce sont
presque tous des composés d’_entre_ et _contre_, dont l’_e_ est soutenu
par le groupe _=tr=_; c’est donc le premier _e_ qui se maintiendra:
_s’entr_e-_r’garder_, _contr_e-_v’nir_, _contr_e-_m’sure_. Cependant,
dans _entr_e_pr_e_neur_ ou _entr_e_pr_e_nant_, il faut bien les
prononcer tous les deux, et je crois bien que dans _entr_e_t_e_nir_, et
surtout _contr_e_p_e_ser_, c’est encore le second qui se prononce le
plus complètement.

Il peut arriver d’autre part, et ceci est plus intéressant, qu’à
la suite d’une première syllabe muette, la dérivation transforme
une syllabe accentuée en atone contenant un _e_: _pap_e_tier_,
_pap_e_t_e_rie_.

1º Si l’un de ces _e_ muets se prononce nécessairement, la question
est tranchée: ainsi, _pal’fr_e_nier_, où le second _e_ est soutenu
par le groupe _fr_, car _frn_ serait impossible[437]. De même, mais
inversement, _buffl_e_t’rie_, _marqu_e_t’rie_, _par_q_u_e_t’rie_,
_mousqu_e_t’rie_, où c’est le premier _e_ qui est maintenu; mais
on notera que l’_e_ devient généralement mi-ouvert dans tous ces
mots, soit par analogie avec _tabl_e_tt’rie_ et _coqu_e_tt’rie_, qui
ont deux _t_, soit sous l’influence de _marqu_è_te_, _parqu_e_t_,
_mousqu_e_t_[438].

2º Si aucun des deux _e_ muets ne se prononce nécessairement, l’appui
manque à la fois en avant pour l’un et en arrière pour l’autre. En
ce cas, la tendance populaire étant de faire tomber le plus d’_e_
possible, et de préférence le premier qu’on rencontre, c’est souvent
le premier qui tombera, et au besoin les deux. On dit, quelquefois,
_pell’t_e_rie_, _pan’t_e_rie_, _grèn’t_e_rie_, _louv’t_e_rie_, suivant
l’analogie de _pell’tier_, _pan’tier_, _grèn’tier_, _louv’teau_;
mais on dit mieux encore, ou du moins plus souvent, et même presque
toujours, _pell’t’rie_, _pan’t’rie_, _gren’t’rie_, _louv’t’rie_, grâce
au groupe naturel _tr_[439].

D’autres fois, c’est le second _e_ qui tombe, pour des raisons
diverses: _éch_e_v’lé_, par exemple, a gardé l’_e_ qui se prononce dans
_ch_e_v’lu_, où il est initial[440]; on dit de même _ens_e_v’lir_. Mais
dans ce cas l’_e_ conservé prend parfois le son de l’_e_ mi-ouvert:
ainsi on prononce généralement _caqu_è_t’erie_, sous l’influence de
_caqu_e_t_ ou _caqu_è_te_; _bonn_è_t’rie_ et _briqu_è_t’rie_, sous
l’influence de _bonn_e_t_ et _briqu_e_tte_, en concurrence avec celle
de _bonn’tier_, et _briqu’tier_; et surtout _pap_è_t’rie_, plutôt que
_pap_e_t’rie_[441]. Même l’_e_ de _br_e_vet_, qui se prononçait déjà
nécessairement dans _br_e_vet_, à cause du groupe =_br_=, prend très
souvent le son de l’_e_ mi-ouvert dans _br_e_v’té_[442].

On remarquera que, dans _br_e_v_e_té_, les deux _e_ muets étaient en
tête du mot, comme dans _s_e_n_e_çon_ et _ch_e_v_e_cier_: c’est ce qui
explique l’_e_ mi-ouvert qu’on donne à ces mots, comme on l’a donné à
_ch_é_nevis_. En dehors de ces exemples, ce cas ne se présente que dans
un très petit nombre de mots, _chevelu_ et _chevelure_, _devenir_, et
une dizaine de verbes de formation populaire, avec préfixe _re-_ et
non _ré-_, comme dans tous les mots qui ne viennent pas directement
du latin: _recevoir_, _redemander_, _redevoir_, _regeler_, _rejeter_,
_relever_, _remener_, _retenir_, _revenir_, avec leurs dérivés[443]; de
plus, quelques formes verbales de _refaire_ et _reprendre_. Voyons ce
qui arrive à ces mots.

Il est clair que si le mot est en tête d’un membre de phrase ou à
la suite d’une consonne, c’est _re_ qu’on prononce, sans d’ailleurs
en modifier le timbre: _r_e_v’nez_, il _r_e_v’nait_. Si le mot est
précédé d’un son vocal, on a le choix: _si vous r_e_v’nez_ ou _si
vous r’v_e_nez_; le second est plus populaire et plus conforme à la
tendance générale que nous avons signalée tout à l’heure. D’ailleurs,
nous verrons un peu partout que _re-_ initial est une des syllabes où
l’_e_ est le plus caduc, apparemment par suite du grand usage qu’on en
fait: c’est probablement une question de sens plutôt qu’une question
de phonétique. Néanmoins, il est peut-être plus correct de prononcer
le premier _e_, comme s’il n’y avait rien devant le mot. En tout
cas, c’est toujours le premier qui se prononce dans _ch_e_v’lu_ et
_ch_e_v’lure_, et c’est peut-être en partie pour cela qu’on prononce
_éch_e_v’lé_ et non _éch’v_e_lé_. Dans les formes comme _r_e_pr_e_nez_,
_r_e_pr_e_nais_, c’est le second _e_ qui se prononce nécessairement,
et par conséquent les deux, quand le mot ne s’appuie sur rien: _vous
r’pr_e_nez_, mais _r_e_pr_e_nez vos papiers_.

Mais voici qui est plus extraordinaire: il y a deux verbes qui
commencent par _trois syllabes muettes_, à savoir _redevenir_ et
_ressemeler_. Dans ces deux mots, le second _e_ ne tombe jamais,
peut-être parce qu’il rappelle et représente le premier _e_ de
_d_e_venir_ et de _s_e_melle_; par suite, le troisième _e_ tombe
toujours; quant au premier, il peut tomber après un son vocal; mais on
trouve plus élégant de le conserver. Ainsi, _vous r_e_d_e_v’nez_ est
plus distingué; _vous r’d_e_v’nez_, plus populaire, avec ses deux _e_
qui tombent sur trois. Et peut-être les puristes seraient-ils tentés
de dire _vous r_e_d’v_e_nez_, pour ne laisser tomber que l’_e_ du
milieu; mais c’est là une prononciation affectée, qu’on doit absolument
s’interdire; quant à _r_e_ss’m_e_ler_, il ne s’est peut-être jamais dit.


6º L’E muet dans les monosyllabes.

J’ai réservé jusqu’ici les monosyllabes, _le_, _ce_, _je_, _me_, _te_,
_se_, _de_, _ne_ et _que_, pour les considérer à part, parce qu’ils
ont un peu plus d’importance que les syllabes muettes ordinaires.


I. =Un monosyllabe seul.=--Le monosyllabe seul est traité en thèse
générale comme les syllabes muettes _initiales_, et non comme les
syllabes muettes _finales_. Ainsi l’_e_ se maintient en principe dans
_j_e _dis_ et tombe dans _si j’ dis_, et même _si j’ crois_, malgré les
quatre consonnes, et même _si j’ joue_, malgré la répétition du même
son, tandis qu’il reparaît dans _car_ je _dis_[444]. On dit de même,
_la rob’_ me _va_, _à_ ce _rien_, _à_ ce _roi_, _à_ ce _ruisseau_,
_pas_ de _scrupules_[445].

Mieux encore: si le monosyllabe est précédé d’une finale muette qui se
prononce nécessairement, lui aussi se prononce en même temps le plus
souvent: _je veux entendr_e le _discours_[446].

Toutefois, ici encore, dans la conversation courante, les trois
monosyllabes _je_, _ce_ et _se_, dont la consonne est une _spirante_,
s’élident assez facilement, même sans appui antérieur: _s’ laver
les mains_, _j’ sais bien_, _c’ qu’on a fait_[447]. Mais cette
prononciation n’est point indispensable; elle est surtout très peu
admissible avec les autres monosyllabes: _l’ métier_, _n’ fais rien_,
_qu’ tu es sot_, réclament un appui antérieur; on ne dit guère même
_qu’ r_é_clames-tu_, malgré le groupe _cr_. Il en résulte seulement
qu’on pourra dire: _je veux entendr_e _c’ qu’on dit_, à côté de
_entendr_e ce _qu’on dit_, avec _dre_ à peine sensible. En fait, on dit
presque toujours _je veux entend’_ ce _qu’on dit_, et même, _entend’
c’ qu’on dit_, à cause de la spirante médiane, comme on dit fort
correctement _tu demand’ c’ qu’on dit_, avec double élision, l’_s_
médian permettant la consonne triple.

Mais il y a un cas particulier à considérer: le monosyllabe suivi
d’une syllabe initiale à _e_ muet. Dans ce cas, il y a hésitation.
La tendance à laisser tomber le premier _e_ se manifeste souvent:
_on l’ d_e_vine_, _pas d’ r_e_traite_, _si tu t’ r_e_lèves_, sont
aussi usités, quoique moins élégants, que _on_ le _d’vine_, _pas_ de
_r’traite_, où _si tu_ te _r’lèves_; mais du moins on a le choix,
tandis que plus haut on disait _uniquement_ _ell’ t_e_nait_, et jamais
_ell_e _t’nait_, _elle_ n’étant pas un monosyllabe. D’autre part, en
tête de phrase, il faut bien dire _l_e _r’pas_ et non _l’ r_e_pas_.

Avec l’_s_ médian, on peut avoir ici encore une double élision: _tu n’
s’ras pas reçu_[448].


II. =Deux monosyllabes consécutifs.=--S’il y a deux monosyllabes de
suite, il faut presque toujours que l’un des deux tombe, et c’est
généralement le premier, sauf empêchement: _si j’_ te _prends_ est
infiniment plus usité que _si_ je _t’ prends_. Mais, naturellement, on
est obligé de dire, en tête de phrase, _n_e _m’ bats pas_, à côté de
_si tu n’_ me _bats pas_; et _j_e _t’ prends_ est peut-être mieux reçu
que _j’_ te _prends_, quoique moins usité.

Surtout on dit à peu près toujours _fais attention à c’_ que _tu dis_,
et non _à_ ce _qu’ tu dis_, qui est affecté; on va même, nous venons de
le voir, grâce à l’_s_ médian, jusqu’à _pour c’ qu_e _tu dis_, _avec
c’ qu_e _tu dis_, _écrir’ c’ qu_e _tu dis_, car dans l’assemblage si
fréquent _ce que_, c’est toujours _ce_ qui s’efface devant _que_; et si
les sons paraissent trop durs, on prononcera à la fois _ce_ et _que_,
comme plus haut dans _parce que_, plutôt que de sacrifier _que_. Il
semble que ce soit une loi générale que _que_ ne tombe jamais devant
une consonne, quand il est précédé d’une autre syllabe muette[449].

Au contraire, _le_ est généralement sacrifié au monosyllabe qui
précède, quel qu’il soit: _on_ me _l’ donne_, _on_ te _l’ donne_, _si_
je _l’ savais_, sont certainement plus usités et considérés comme
plus corrects que _on m’_ le _donne_, _on t’_ le _donne_, _si j’_ le
_savais_. C’est probablement parce que _me_, _te_, _je_, pourraient
être remplacés par des mots inélidables, _nous_, _vous_, _tu_: _on vous
l’ donne_, _si tu l’ savais_, tandis que _le_ est toujours _le_, et
toujours élidable, outre qu’on a une très grande habitude de l’élider
par ailleurs.

D’autre part, _je_ et _de_ l’emportent aussi généralement sur _ne_,
quand rien ne s’y oppose: _si_ je _n’veux pas_, comme _si_ tu _n’veux
pas_, et non _si_ _j’_ne _veux pas_[450]; de même _je promets_ de
_n’pas sortir_ et non _d’_ne _pas sortir_, sans doute à cause de la
fréquence du groupe _n’pas_. Toutefois on sera bien obligé de dire _je
promets d’_ne _rien manger_, pour le même motif que l’_e_ se maintient
dans _chap_e_lier_ ou _mang_e_riez_, ou dans _à_ ce _rien_.

       *       *       *       *       *

Et maintenant, s’il y a concurrence entre _que_ et _je_, ou entre _que_
et _de_, c’est encore _que_ qui l’emporte de préférence: on dit _il est
certain_ que _j’viens_ et non _qu’_je _viens_, et _plutôt_ que _d’fuir_
est préféré à _plutôt qu’_de _fuir_, qui est plus familier.

       *       *       *       *       *

On voit donc qu’il y a une véritable hiérarchie entre les monosyllabes:
au sommet, _que_, puis _je_; au plus bas degré _le_, suivi de la muette
_initiale_ des mots, et en dernier lieu de la muette _finale_, celle-ci
ne se prononçant que quand il est impossible de faire autrement.

Dernière observation: deux monosyllabes peuvent aussi être suivis
d’un mot commençant par une syllabe muette. En ce cas, c’est elle qui
s’élide de préférence quand elle peut; on dira donc _il fut content
d’_ne _r’trouver personne_, et même, familièrement, _j’_ne _r’grette
rien_, aussi bien que _j’_le _r’grette_ ou _j’_me _d’mande_: c’est ici
l’_e_ du milieu qui se maintient, comme nous allons le voir avec trois
monosyllabes, et qui se maintient d’autant mieux que le troisième _e_
est plus faible[451]. Et si le premier monosyllabe est obligé de se
prononcer, on les prononce donc tous les deux: on dit _au sortir_ de
ce _ch’min_, plutôt que _d_e _c’ch_e_min_; _ell’_ ne me _r’vient pas_,
plutôt que _ell’_ ne _m’r_e_vient pas_, qui se dit aussi.


III. =Trois monosyllabes consécutifs.=--S’il y a trois monosyllabes
de suite, quelques puristes prononcent le premier et le troisième:
_si_ je _t’_le _dis_; mais tout le monde prononce en général le second
seul: _si j’_te _l’dis_, et même au besoin _j’_te _l’dis_, sans _si_,
comme tout à l’heure _j’_le _r’grette_. _Tout_ ce _qu’_ je _dis_
est particulièrement affecté, et _tout c’_ que _j’dis_ est la seule
prononciation usitée; et si _pour écrir’ c’_ que _j’dis_ paraît trop
dur, nous savons déjà qu’on prononce _ce_ avec _que_, c’est-à-dire
_les deux e_ médians, plutôt que d’élider _que_: _pour écrir’_ ce que
_j’dis_, _pour prendr_(e) ce que _j’remets_ (ou _c’_que _j’r_e_mets_,
ou _c’_ que je _r’mets_).

Toutefois, _ne_ étant subordonné à _je_ et _de_, on dira _si_ je _n’_le
_dis pas_ plus correctement que _si j’_ne _l’dis pas_; et en tête de
phrase on disait bien _j’_ne _r’grette rien_, à cause de la faiblesse
de _re_ initial, mais on ne dirait pas _j’_ ne _l’sais pas_, et pas
davantage _j’_ne _l’r_e_grette pas_, avec ou sans _si_, mais uniquement
_j_e _n’_le _r’grette pas_. En revanche, la prédominance de _que_ sur
_je_ fait qu’on peut dire _c’_que _j’d_e_mande_ aussi bien que _c’_que
je _d’mande_, et même _c’est c’_que _j’r_e_grette_.

D’autre part, si, sur trois monosyllabes, _que_ est en concurrence
avec _je_, c’est celui des deux qui est médian qui l’emporte; on a
donc _c’est qu’_je _n’sais pas_, et non _c’est_ que _j’_ne _sais pas_,
à côté de _c’est c’_que _j’sais bien_. On voit même _je_ médian se
maintenir à côté de _que_ obligé: _il est sûr_ que je _n’sais pas_, et
non _qu_e _j’_ne _sais pas_, malgré _il est sûr_ que _j’t_e _crains
peu_. Mais _que_ reprend sa primauté, s’il y a une muette initiale
supplémentaire, et qu’il faille choisir: _c’est_ que _j’_ne _r’viens
pas_ est plus usité que _c’est qu’_je _n’r_e_viens pas_.


IV. =Plus de trois monosyllabes consécutifs.=--S’il y a plus de trois
monosyllabes de suite, avec ou sans syllabe muette antérieure ou
postérieure, il y aura certainement dans le nombre _que_, et même
_ce que_, ou bien _je_, sinon les deux; dès lors la prédominance de
_que_, ou, le cas échéant, celle de _je_, et d’autre part l’effacement
ordinaire de _le_ et _ne_, détermineront aisément le choix, ou même
couperont la série en deux ou trois membres, où _que_ fera l’effet
d’une tonique, et aussi _je_, le cas échéant: _si_ je _n’_te _l’dis
pas_, _si_ je _n’_me _l’d_e_mande pas_, _c’est c’_que _j’_me _d’mande_,
_c’est c’_que _j’_me _r’_de_mande_.

On voit qu’en général les _e_ élidés alternent avec les autres. Mais
ici encore, bien entendu, _que_ et _je_ pourront être prononcés à
côté l’un de l’autre. Ainsi l’on dira aussi bien, et même mieux,
_c’est c’_que je _r’d_e_mande_, que _c’est c’_que _j’r_e_d’mande_, et
nécessairement _c’est c’_que je _n’_te _d’mande pas_ et _c’est c’_que
je _n’_te _r’d_e_mande pas_, _tu veux t’instruir’_ de _c’_que je
_n’sais pas_, _parc’_que (ou puisque) je _n’_te _l’fais pas dire_, _tu
réclam’ c’_que je _n’_te _r’mets pas_, _parc_e que je _n’_te le _r’mets
pas_[452].

On notera que, dans ce dernier exemple, on peut prononcer jusqu’à cinq
_e muets_ sur sept, dont _trois de suite_; le plus fort écrasement en
laissera encore trois debout, dont _que_ et _je_ de suite: _parc’_ que
je _n’t’_ le _r’mets pas_, car ni _que_ ne peut s’élider après _parce_,
ni _je_ devant _ne_.

On avait ici sept _e muets_ de suite; en voici huit et même neuf:
_tiens-moi quitt’_ de _c’_que je _n’_te _r’mets pas_, et _tu t’lament’_
de _c’_que je _n’_te le _r’mets pas_ (ou _j_e _n’_te _l’r_e_mets pas_,
ou plus souvent _j_e _n’t’_le _r’mets pas_).


7º Conclusions.

De toutes ces considérations il résulte qu’il y a souvent plusieurs
façons de prononcer les mêmes phrases, même sans parler des cas où
l’on tient à mettre en relief une syllabe particulière. D’une façon
générale les _e muets_, quels qu’ils soient, peuvent tomber en plus
ou moins grand nombre, suivant les personnes, suivant les lieux, et
surtout suivant l’allure du débit. On parle plus rapidement qu’on ne
lit: la lecture conservera donc des _e muets_ que la langue parlée
laisse tomber. On parle ou on peut parler dans la conversation plus
rapidement que dans un discours: la conversation rapide ou simplement
négligée écrase donc une foule d’_e muets_ qui se conservent partout
ailleurs. Mais alors on arrive facilement à des incorrections que rien
ne peut justifier.

C’est le défaut des phonéticiens, et surtout des phonéticiens
étrangers, de recueillir précieusement les façons de parler les
plus négligées, pour les offrir comme modèles; et alors on voit des
étrangers s’évertuer consciencieusement à reproduire dans un discours
étudié et lent des formes de langage que la rapidité du débit pourrait
seule excuser: cela est ridicule. Ces phénomènes se produiront toujours
assez tôt et spontanément, quand la connaissance de la langue sera
parfaite et qu’on en fera un usage habituel et constant.

Ainsi tout à l’heure nous citions _parce que_ réduit à _pasque_: ces
choses-là se constatent, mais ne doivent pas s’imiter volontairement.

On a vu aussi que, dans la prononciation populaire ou simplement
négligée, la chute de l’_e muet_ entraîne souvent celle de l’_r_: _vot’
père_, _quat’ jours_, _un maît’ d’anglais_, _pour entend’ le discours_.
C’est également pour permettre à l’_e muet_ final de tomber qu’on
supprime l’_l_ dans _quelque_; mais ce n’est que dans une conversation
très familière qu’on dit _que’qu’chose_, ou _que’qu’fois_. On va plus
loin: on dit couramment _c’t homme_, qui au temps de Restaut était
considéré comme correct, et même _c’t un fou_, où l’on fait tomber
non pas un _e muet_, mais un _e ouvert_; comme dans _s’pas_, pour
_n’est-pas_, et même _pas?_ tout court; et l’on dit encore _p’têt’
bien_ (ou _ben_), où ce n’est plus un _e_ qui tombe, mais _eu_,
assimilé à l’_e_ muet, sans compter la finale _re_: tout cela est-il à
recommander? Le peuple, et même les gens les plus cultivés en disent
bien d’autres: _qu’ est qu’ c’est qu’ça_, ou même simplement _c’est
qu’ça_, ou encore _qu’ça fait_, sans parler de _ou ’st-c’ que c’est_,
ou plus brièvement _où qu’c’est_. Car on parle uniquement pour se faire
comprendre, et avec le moins de frais possible: c’est le principe de
moindre action, qui s’applique là comme ailleurs. Mais d’abord ce
n’est peut-être pas ce qu’on fait de mieux; ensuite on ne dit pas
cela partout, ni à tout le monde; enfin, quand on parle ainsi, on n’a
nullement la prétention de fournir un modèle à suivre.

       *       *       *       *       *

On voit que l’écueil de la prononciation, relativement à l’_e muet_,
c’est l’abus des élisions. Mais le contraire se produit aussi parfois.
Comme deux consonnes tendent à maintenir l’_e_ muet devant une
troisième, il arrive aussi qu’elles en appellent un qui n’existe pas!
Il n’est pas rare d’entendre prononcer _lors_e_que_, _ex_e_près_,
_Ouest_e-_Ceinture_, _ours_e _blanc_, qui rappellent _bec ed gaz_[453].
Évidemment _l’est de Paris_ est difficile à prononcer, à cause des deux
dentales qui se heurtent: on est obligé de les fondre à peu près en une
seule. D’autre part le français répugne à commencer les mots par deux
consonnes, si la seconde n’est pas une liquide; de là la formation de
mots tels que e_sprit_, é(s)_chelle_, é(s)_tat_, qui ont gardé ou perdu
leur _s_ après addition de l’_e_; mais il faut éviter d’augmenter le
nombre de ces mots en disant une e_statue_, ou d’intercaler un _e_ dans
_s_(e)_velte_[454].

       *       *       *       *       *

Nous ne pouvons pas terminer ce chapitre sans dire un mot de la
question des vers, dont l’_e muet_ est un des charmes les plus
sensibles, comme aussi les plus mystérieux. L’_e muet_ est une des
caractéristiques les plus remarquables de la poésie française. Aussi
les principes que nous venons de développer ne sauraient-ils en
aucune façon s’appliquer à la lecture des vers, qui exige un respect
particulier de l’_e muet_.

Voici un vers de _l’Expiation_, de V. Hugo:

    Sombr_e_s jours! l’emp_e_reur r_e_v_e_nait lent_e_ment.

On laissera les acteurs articuler neuf syllabes, comme si c’était
une phrase de Thiers: ici il en faut douze, si l’on peut. L’_e_ muet
d’_emp_e_reur_ est le seul qui évidemment ne puisse pas se prononcer,
car il est de ceux qu’on ne devrait pas écrire; s’ensuit-il qu’il
faille le laisser tomber complètement? En aucune façon: l’oreille
doit en percevoir la trace, ne fût-ce qu’un demi-quart d’_e muet_; il
suffira même d’appuyer un peu plus sur la syllabe précédente pour faire
sentir à l’oreille qu’il y a là quelque chose comme une demi-syllabe.
Et sans doute cela est difficile; mais les autres n’offrent aucune
difficulté. Les _e_ de _r_e_v_e_nait_ doivent se prononcer pleinement
tous les deux, et quand à celui de _lent_e_ment_, on peut aisément
le faire sentir plus que celui d’_emp_e_reur_: le sens même ne
l’exige-t-il pas?

Voici un vers d’une toute autre espèce, qui ne peut, pas être dit non
plus de n’importe quelle manière:

    Je veux ce que je veux, parce que je le veux[455].

Le premier élément _je veux_ doit être suivi d’une pause; le second
a quatre syllabes dont il sera bon de prononcer la première et la
troisième, contrairement à l’usage courant[456]; le second hémistiche
doit se diviser en deux parties égales avec un accent fort sur _que_;
ou si l’on accentue sur _par_, il faudra faire sentir tous les _e_
muets.

Dans cet autre vers de V. Hugo:

    Mais ne me dis jamais que je ne t’aime pas[457],

qui aurait huit syllabes en prose rapide, _tous_ les _e muets_ doivent
être prononcés, sauf le dernier, qu’on doit encore sentir à moitié; et
je dis _sentir_ plutôt qu’_entendre_, le prolongement du son _ai_ et
aussi de l’_m_ suffisant à marquer l’existence de la muette qui suit.

Il est bien vrai que les poètes ne manient pas toujours l’_e muet_
avec l’art et la prudence qu’il faudrait, et qu’ils mettent souvent le
lecteur à de rudes épreuves. Il ne faut pourtant pas les trahir, même
s’ils le méritent parfois[458].



VIII.--LES SEMI-VOYELLES


1º Divorce entre la poésie et l’usage.

On se rappelle que les trois voyelles extrêmes, _=i=_, _=u=_, _=ou=_,
quand elles sont suivies d’autres voyelles, font presque nécessairement
diphtongue avec elles, et, se prononçant très rapidement, doivent être
tenues pour des consonnes autant que pour des voyelles.

Quand le groupe est précédé d’une autre voyelle, il n’y a pas de
discussion possible, et la synérèse entre les deux dernières est
nécessaire et manifeste: _na_-ïa_de_, _plé_-ïa_de_, _pa_-ïen,
_fa_-ïen_ce_, _a_-ïeux, _ba_-ïo_nnette_[459].

Si au contraire le groupe est précédé d’une consonne, il y a alors
une très grande différence à faire entre la prose et la poésie, car
les poètes s’en tiennent encore aujourd’hui, dans la plupart des cas,
à des traditions de plusieurs siècles, qui remontent aux origines
latines, et par suite ils ne comptent guère comme diphtongues que les
diphtongues étymologiques. Or il n’y en a plus que deux en français:
_ié_ et _ui_. Encore _ie_ et _ui_ ne sont-ils pas diphtongues partout
étymologiquement: aussi _ie_ est-il diphtongue pour les poètes dans
_pied_, mais non dans _épi-é_; dans _dieu_, mais non dans _odi-eux_;
dans _rien_, mais non _aéri-en_; _ui_ est diphtongue pour eux dans
_puits_, mais non _ru-ine_, dans _bruit_, mais non _ingénu-ité_[460].

Les poètes admettent encore les diphtongue _ions_ et _iez_ dans les
imparfaits et les conditionnels, mais point ailleurs: ils distinguent
ainsi les imparfaits _alliez_, _mandiez_, des présents _alli-ez_,
_mendi-ez_, etc., les imparfaits _portions_, _inventions_, etc., des
substantifs _porti-ons_, _inventi-ons_[461].

En dehors de ces cas, les diphtongues sont rares chez eux: les groupes
_=ia=_, _=io=_, _=iu=_, fournissent à peine quelques exceptions
courantes, comme _d_ia_ble_ ou _p_io_che_; de même les autre groupes,
commençant par _u_ et _ou_: ainsi _d_uè_gne_ et _oui_.

Nous n’insisterons pas sur la question, ceci n’étant pas un traité de
versification, mais il importait que le lecteur fût averti que dans ces
rencontres les vers doivent très souvent se prononcer autrement que la
prose.


2º La semi-voyelle Y.

La plus importante et la plus fréquente des semi-voyelles, et celle qui
se forme le plus facilement, c’est celle qui provient de l’_=i=_: dans
cette fonction elle s’appelle _=yod=_, et sa prononciation se marque
commodément par _y_.


I. =Après une consonne.=--Le groupe _=ia=_ est assez fréquent, et se
trouve par exemple dans un grand nombre de finales: _-ia_, _-iable_,
_-iaque_, _-iacre_, _-iade_, _-iaffe_, _-iage_, etc. Le groupe _=ie=_
n’est pas moins fréquent. Mais quel que soit le groupe, _=ia=_, _=iai=_
ou _=ian=_, _=ié=_, _=iè=_, _=ien=_ ou _=ieu=_, _=io=_, _=ion=_ ou
_=iu=_, partout c’est _ya_, _yai_, _yé_, etc., qui se prononcent, même
si l’_i_ appartient étymologiquement à la syllabe précédente, ce qui
d’ailleurs est le cas ordinaire: _mar_-ya_ge_, _b_yai_s_, _or_-yen_t_,
_ép_-ye_r_, _n_yè_ce_, _coméd_-yen, _pluv_-yeu_x_, _ag_-yo_ter_,
_pass_-yon, _bin_-you, _op_-yum.

Toutefois, si l’_i_ appartient à un préfixe qui garde son sens plein,
la séparation est maintenue: _ant_i-_alcoolisme_, _arch_i-_épiscopal_.

D’autre part, il ne faut pas non plus qu’il y ait dans la prononciation
même un obstacle à la formation de la diphtongue. Ainsi il est clair
que _lier_ ou _nier_ en tête d’une phrase se prononceront difficilement
en une syllabe.

Mais surtout la synérèse est impossible, quand l’_i_ est précédé
soit de l’_u_ consonne, soit, et plus encore, de l’un des groupes à
liquide finale, _bl_, _br_, _cl_, _cr_, etc. L’_i_ (ou _y_) reste donc
nécessairement voyelle dans des mots comme _qu_i-_étisme_, et surtout
_maestr_i-_a_, _dr_y-_ade_, _tr_i-_ait_, _fabl_i-_au_, _oubl_i_er_,
_pr_i-_ère_, _Adr_i-_en_, _oubl_i-_eux_, _br_i-_oche_, _tr_i-_omphe_,
_Br_i-_oude_, _str_i-_ure_ ou _atr_i-_um_. Mieux encore: on sait qu’à
la suite des mêmes groupes, les diphtongues originelles ont dû se
décomposer avec une nécessité qui s’est imposée aux poètes eux-mêmes,
dans les mots tels que _meurtr_i-_er_, _sabl_i-_er_, _devr_i-_ons_,
_devr_i-_ez_[462].

Mais on notera ici un phénomène remarquable: dans tous les mots où
l’_i_ reste ainsi rattaché à la syllabe précédente, il se développe
spontanément entre l’_i_ et la syllabe qui en reste séparée, un
_yod_, qui s’ajoute à l’_i_: q_ui-étism_e, _bri-oche_ et _meurtri-er_
se prononcent en réalité _qui_-y_étisme_, _bri_-y_oche_, et
_meurtri_-y_er_, de même que plus haut nous avons vu la finale _i-e_
prolongée aboutir à _i_-y_e_: _la vi_-y_e_[463]. Que dis-je? pour
distinguer l’imparfait du présent dans les verbes en _i-er_, tandis que
_vous étudi-ez_ se prononce ordinairement _étud_-y_ez_, _étudi-iez_ se
prononce en réalité _étudi_y-y_ez_[464]. _Daign-iez_, dont le cas est
pareil, est même fort difficile à prononcer.


II. =Décomposition de l’=_y grec_ =entre deux voyelles.=--Nous avons
dit que l’_=i=_ est assez rare entre deux voyelles dans le corps d’un
mot. L’_=y=_ grec y est au contraire assez fréquent. Il se produit
alors une décomposition de l’_y_ grec en deux _i_, qui appartiennent à
des syllabes différentes; et alors le premier altère ou diphtongue la
voyelle précédente, tandis que le second devient semi-voyelle: _payer_
ou _grasseyer_ se prononcent _p_ai-_yer_ et _grass_ei-_yer_; _royal_ se
prononce _r_oi-_yal_; _fuyard_ se prononce _f_ui-_yard_.

Il est évident que _roi_ ne peut pas s’accommoder de _r_o-_yal_, ni
_fuir_ de _f_u-_yard_. _M_o-_yen_, qu’on entend encore parfois, est
tout à fait suranné et détestable, malgré les efforts de Littré[465];
_v_o-_yons_ ou a-_yant_, qu’on entend aussi, sont peut-être encore
pires; _sav_o-_yard_ et _br_u-_yant_, qui ne sont pas rares, ne sont
guère meilleurs; _éc_u-_yer_ serait plus justifié, mais il y a beau
temps qu’il est passé à _éc_ui-_yer_.

Mais voici un phénomène plus curieux: l’_y_ grec se décompose même à
la fin du mot, le second _i_ faisant syllabe à lui seul, dans _pays_
(pè-i), et par suite _payse_, _paysan_, _paysage_, _dépayser_, malgré
la consonne articulée qui suit. Il en est de même devant l’_e muet_,
dans _abbaye_ (abè-i), qui a ainsi quatre syllabes, si on compte la
muette. On prononce d’ailleurs _abè_-y_i_ aussi souvent que _abè-i_;
mais on dit plus généralement _pè-i_, _pèi-se_, _pè-isage_[466].

J’ajoute qu’ici aussi, bien entendu, la décomposition de l’_y_ grec
n’empêche pas la formation de deux _yods_ dans les imparfaits et
subjonctifs en _-ions_ et _-iez_: _fuyions_, _fuyiez_ se prononcent en
réalité _fui_y-y_ons_, _fui_y-y_ez_.

Cette décomposition de l’_y_ grec entre deux voyelles est en français
une règle très générale. On y trouve cependant un certain nombre
d’exceptions qu’il faut indiquer: je veux dire des mots qui ne
décomposent pas l’_y_ grec, mais gardent intacte la voyelle qui le
précède[467].


1º L’_=a=_ reste intact dans le populaire _f_a-_yot_, dans _t_a-_yon_
et _t_a-_yaut_, qui s’écrit aussi _taïaut_, dans _br_a-_yette_, qui
est plutôt _braguette_ (mais non dans _brayer_ ou _brayon_), et dans
_b_a-_yer aux corneilles_, qui devrait être _b_ai-_yer_ (comparez
_bouche b_é_e_, _b_é_ant_): une confusion s’est faite avec _bailler_
depuis fort longtemps, contre laquelle il est impossible de réagir[468].

L’_a_ se maintient aussi dans _cob_a-_ye_, _cip_a-_ye_, _b_a-_yadère_
et _pap_a-_yer_, qui sont des mots d’origine étrangère, ainsi que dans
l’expression exotique _en pag_a-_ye_[469].


2º L’_=o=_ reste intact dans _b_o-_yard_ et _g_o-_yave_, mots
étrangers, et dans _caca_o-_yère_, pour conserver le simple _cacao_,
mais non dans _v_oy-_ou_, qui vient de _voie_, ni dans _sav_oy-_ard_,
qui vient de _Savoie_, ni dans les mots en _-oyau_, où la prononciation
par _o_ est devenue exclusivement populaire[470].


3º L’_=u=_ reste intact dans _gr_u-_yer_, mot étranger, ordinairement
aussi dans _th_u-_ya_, qui est dans le même cas; de plus dans
_br_u-_yère_, qui a peut-être été maintenu par le nom propre _La
Br_u-_yère_, et dans _gr_u-_yère_, qui est aussi originellement un nom
propre.

La tendance à décomposer l’_y_ dans les mots français est si forte
qu’on prononce quelquefois _th_ui-_ya_ et que _gr_u-_yèr_e lui-même,
nom propre francisé en nom commun, est parfois articulé _gr_ui-_yère_,
malgré la difficulté; mais c’est assez rare. Avec l’_u_, c’est plutôt
le phénomène contraire qui se produit, c’est-à-dire qu’on paraît tendre
parfois à revenir de _ui_ à _u_.

Ainsi le mot _t_uy_au_, peut-être sous l’influence de _gr_u-_yèr_e, est
en voie de perdre sa prononciation correcte; sans doute, même en dehors
des puristes, il y a encore beaucoup de gens, des femmes surtout, qui
prononcent _t_ui-_yau_; mais la prononciation populaire _t_u-_yau_ est
aujourd’hui répandue partout et paraît devoir prévaloir[471].

De même _t_u-_yèr_e. On altère parfois jusqu’à _br_uy_ant_, qui
vient de _bruit_, sans doute par l’analogie de _br_u-_yère_; mais
je ne pense pas que _br_u-_yant_, qui est fort incorrect, puisse se
généraliser[472].

On peut ajouter ici que le mot _alleluia_, quoiqu’il n’ait point d’_y_
grec, se prononce le plus généralement _allel_ui-_ya_, comme le latin
_quia_.


III. =Changement de l’Y grec en I.=--Une autre modification s’est
faite à la prononciation de l’_y_ grec dans les verbes en _=-ayer=_,
_=-oyer=_, _=-uyer=_; ou plutôt il s’est changé en _i_ simple devant un
_e muet_, au présent, au futur et au conditionnel, d’où disparition du
_yod_: _noi_(e), _noi_(e)_ra_, _noi_(e)_rait_[473].

Seuls les verbes en _=-eyer=_ ont gardé partout l’_y_ grec; mais
_grasseyer_ est le seul qui soit répandu.

Les verbes en _=-ayer=_, qui sont fort rapprochés des précédents,
hésitent souvent entre deux formes et deux prononciations: _pai_(e)
et _pai_(e)_ra_, ou _paye_ (pai-ye) et _payera_ (pai-yera). Au futur
et au conditionnel, l’_i_ l’emporte sans conteste, et si l’on dit
encore _rai_-ye_ra_ ou _pai_-ye_ra_, on ne dit plus _effrai_-ye_ra_,
plus guère _essai_-ye_ra_ ou _balai_-ye_ra_. Au présent, l’_y_ grec se
maintient un peu mieux: _j’essai_-ye et surtout _je rai_-ye sont fort
usités; _je balai_-ye ou _je pai_-ye le sont moins, mais sont encore
très corrects[474].

Ce phénomène a complètement disparu des verbes en _=oyer=_, et des
formes comme _noye_ ou _flamboye_ sont tout à fait inusitées, malgré
le voisinage de _noyons_ et _flamboyons_. Il est vrai qu’on entend
encore assez souvent dans le peuple _soye_ (soi-ye) et _soyent_, sans
doute par analogie avec _soyons_, _soyez_; mais cette prononciation est
extrêmement vicieuse, d’autant plus qu’on écrit _sois_ et _soit_ au
singulier; et quoiqu’on écrive assez sottement _aie_ et _aies_, comme
_voie_, avec des _e muets_, la prononciation _ai-ye_ ou _voi-ye_, qu’on
entend parfois, n’est pas moins condamnable aujourd’hui[475].


IV. =L’I ou Y grec initial devant une voyelle.=--L’_=y=_ grec _initial_
devant une voyelle est toujours consonne: y_acht_, y_atagan_, et les
poètes eux-mêmes ont bien de la peine à le séparer[476].

On peut considérer le groupe _il y a_ comme un cas particulier de ce
fait général: ce n’est qu’en vers que _il y a_ peut compter pour trois
syllabes; mais quand on parle, on n’en fait que deux, quoiqu’il y ait
trois mots[477].

Le phénomène est le même pour _il y eut_, _il y aura_ et toute la
conjugaison, et aussi pour la conjugaison de _il y est_. Le phénomène
est même bien plus marqué encore pour _ça y est_, où _y_ se trouve
entre deux voyelles, cas identique à celui de _na_-ïa_de_ ou
_go_-ya_ve_[478].

Quant à l’_i_, on ne le trouve en tête des mots que dans quelques mots
savants d’origine latine, où l’usage ordinaire, à défaut des poètes, en
fait aussi une consonne: ï_ambe_, i_ode_, i_onique_, i_ota_, i_ule_ et
leurs dérivés. En revanche, l’adverbe _hi-er_ a deux syllabes depuis
le XVIᵉ siècle, et ne doit pas se prononcer _yer_, sauf en vers, quand
la mesure l’exige; tout au plus peut-on dire _avantyer_, et ce n’est
nullement nécessaire[479]. Il n’en est pas de même du groupe initial
_hiér-_ (_h_ié_roglyphe_, _h_ié_rarchie_), qui ne fait deux syllabes
qu’en vers et encore pas toujours[480].

Pour terminer sur ce point, nous ajouterons que la prononciation
actuelle des _ll_ mouillés les assimile complètement au _yod_, par
exemple dans _taille_, _abeille_, _fille_, etc., qui se prononcent
_ta-ye_, _abe-ye_, _fi-ye_; d’où il résulte que les finales de _prier_
et _briller_ se prononcent exactement de la même manière: _pri-yer_,
_bri-yer_[481].

Le _=gli=_ italien est dans le même cas que les _ll_ mouillés. Enfin
_=gn=_ mouillé diffère peu de _ny_: les finales de _daigner_ et
_dernier_ sont à peu près identiques. Nous reviendrons sur tous ces
points dans les chapitres consacrés aux consonnes[482].


3º La semi-voyelle U.

Les autres semi-voyelles nous arrêteront moins.

Les groupes de voyelles qui commencent par _=u=_, à savoir _=ua=_,
_=uai=_, _=ué=_, _=uè=_, _=uei=_, _=ui=_, _=uin=_, et même _=uon=_,
sont aussi des diphtongues en général dans l’usage courant, sinon en
vers; et l’on sait que le groupe _ui_ est généralement diphtongue, même
en vers. Ainsi _u_ fait fonction de consonne dans _per-s_u_a-der_,
_s_-u_aire_, _insi-n_u_ant_, _s_u_é-dois_, _impé-t_u_eux_, _f_u_ir_,
_j_u_in_ et même _nous nous r_u_ons_[483].

Pourtant le phénomène est moins constant que dans les groupes qui
commencent par _i_.

D’abord l’_u_ est parfois suivi lui-même d’un groupe où _i_ est
semi-voyelle, auquel cas l’_u_ doit rester distinct, comme dans
_t_u-_ions_, _t_u-_iez_[484].

Mais surtout deux consonnes différentes quelconques suffisent
généralement ici pour empêcher la synérèse, par exemple dans
_arg_u-_er_, _sanct_u-_aire_ ou _respect_u-_eux_, et presque tous les
mots en _-ueux_, aussi bien que dans _obstr_u-_er_, _concl_u-_ant_,
_concl_u-_ons_, _fl_u-_ide_, _br_u-_ine_ et _dr_u-_ide_, où figurent
les groupes connus _cl_, _br_, etc.

Toutefois la diphtongue étymologique s’est maintenue, _même en
vers_, malgré les mêmes consonnes, dans _autr_ui, dans _pl_ui_e_ et
_tr_ui_e_, dans _br_ui_t_, _fr_ui_t_ et _tr_ui_te_, dans _détr_ui_re_,
_instr_ui_re_ et _constr_ui_re_[485]; elle s’est diérésée seulement
dans _br_u-_ire_, _br_u-_issant_, _br_u-_issement_, qui sont plutôt des
mots poétiques, et même dans _ébr_u-_iter_. _Euph_u-_isme_, mot savant,
n’a pas subi la synérèse, non plus que _d_u-_o_.

L’_=u=_ est semi-voyelle à fortiori, même en vers, quand il se prononce
dans les groupes _qua_, _que_ et _qui_, _gua_, _gue_ et _gui_; mais il
ne garde le son _u_ que devant _e_ et _i_: _q_u_esteur_, _aig_u_ille_;
il prend le son de la semi-voyelle _ou_ devant _a_: _éq_u_ation_,
_g_u_ano_[486].

Il va sans dire que, dans _juin_, l’_u_ ne doit pas prendre le son
_ou_, comme il arrive souvent (cela arrive parfois même dans _p_u_is_).
Quelques-uns prononcent _jun_, ce qui est encore pis; d’autres même
prononcent _juun_ sans s’en apercevoir! _Juin_ doit se prononcer comme
il est écrit, mais en une seule syllabe.

Enfin il faut éviter avec soin de réduire _ui_ à _u_ dans _men_ui_sier_
ou _fr_ui_tier_, comme de le réduire à _i_ dans _p_ui_s_ ou _p_ui_sque_.


4º La semi-voyelle OU.

Les groupes de voyelles qui commencent par _=ou=_, à savoir _=oua=_,
_=ouai=_, _=ouan=_, _=oué=_, _=ouè=_, _=ouen=_, _=oueu=_, _=oui=_,
_=ouin=_, et même _=ouon=_, sont également diphtongues dans l’usage
courant, sinon en vers, et même plus facilement que ceux qui commencent
par _u_. Ainsi _ou_ fait fonction de consonne dans des mots comme
ou_ail-les_, _c_ou_en-ne_, _d_ou_ai-re_, _j_ou_er_, _m_ou_ette_,
_j_ou_euse_, _f_ou_ine_ ou _barag_ou_in_ et, _nous j_ou_ons_[487];
et la synérèse n’est guère empêchée que par les groupes de consonnes
_bl_, _br_, etc., dans des mots tels que _fl_ou-_er_, _tr_ou-_er_,
_tr_ou-_ait_, _tr_ou-_ons_, _pr_ou-_esse_, _ébl_ou-_ir_, qui ne sont
pas très nombreux[488].

Pourtant des mots comme _b_ou-_eux_ et _n_ou-_eux_ subissent mal
la synérèse, et le discours soutenu, qui se rapproche du vers,
l’évite souvent dans des mots tels que _j_ou-_er_, _l_ou-_er_, comme
aussi _t_u-_er_. Il faut y ajouter naturellement les formes comme
_j_ou-_ions_, _j_ou-_iez_, qui sont dans le même cas que _t_u-_ions_,
_t_u-_iez_.

       *       *       *       *       *

On sait que le _w_ anglais est précisément la consonne que nous
représentons par _ou_: ainsi dans _whist_ ou _tramway_, mais ces deux
mots sont les seuls mots de la langue, noms propres à part, où le _w_
conserve régulièrement le son _ou_[489].

Nous venons de voir _ou_ semi-voyelle quand l’_u_ se prononce dans les
groupes _qua_ et _gua_. Nous avons vu aussi que la diphtongue _oi_
représentait en réalité _oua_ ou _wa_; et il en est de même de _oin_
qui est identique à _ouin_.

La prononciation de _oi_ et _oin_ en une seule syllabe est même si
facile que les groupes de consonnes _bl_, _br_, etc., ne produisent
jamais ici la diérèse, pas plus dans _groin_, malgré Victor Hugo, que
dans _croix_ ou _emploi_[490].

Il arrive aussi parfois que l’_o_ s’assourdit en _ou_ même devant
une voyelle autre que _in_. Cela est nécessaire dans _j_o_aillier_,
qui, malgré son orthographe, est apparenté à _joyau_, et il n’y a que
les poètes pour obliger le lecteur à scander _j_o-_aillier_. Mais le
phénomène se produit parfois même dans o_asis_ ou _cas_o_ar_, qu’on
prononce facilement ou_asis_ et _cas_ou_ar_, quand on parle un peu
vite[491].

Autrefois, notamment au XVIᵉ siècle, cet assourdissement de l’_o_ en
_ou_ était un phénomène général; jusqu’à la Révolution, _p_o_ète_
et _p_o_ème_, où Boileau avait rétabli définitivement la diérèse en
vers, se prononcèrent en prose et dans l’usage courant _p_ou_ème_
et _p_ou_ète_. Mais cette prononciation ne saurait aujourd’hui être
admise[492].

Je rappelle que _moelle_, _moelleux_, _moellon_, _poêle_, _poêlon_,
devraient s’écrire par _oi_[493]. De même on a respecté l’orthographe
adoptée, à tort ou à raison, pour _g_o-_éland_ (en breton _g_w_élan_)
et pour _g_o-_élette_ (autrefois _goualette_); mais ici l’orthographe a
réagi sur la prononciation, surtout en vers, et l’on est bien obligé de
séparer l’_o_.



DEUXIÈME PARTIE



LES CONSONNES.


Quoique nous ayons établi au début de ce livre un classement des
consonnes, qui nous a été fort utile pour l’étude des voyelles, nous
suivrons ici l’ordre alphabétique, qui paraît plus pratique, en mettant
_ch_ après _c_, et l’_n_ mouillé (_gn_) à la suite de l’_n_.

Mais avant de passer à l’étude particulière des consonnes, quelques
observations générales ne seront pas déplacées.


1º Le changement spontané des consonnes.

Avant tout, nous devons constater une fois pour toutes, pour n’y pas
revenir à chaque instant, un phénomène d’ordre général, qui est le
changement spontané de certaines consonnes[494].

Pour prendre l’exemple le plus simple et le plus aisé à constater, on
croit prononcer _o_b_tenir_, mais on prononce en réalité _o_p_tenir_;
pour prononcer exactement _o_b_tenir_, il faudrait un effort qu’on
ne fait jamais, pas plus en vers qu’en prose, pas plus en discourant
lentement qu’en parlant vite. Ce phénomène s’appelle _accommodation_,
ou même _assimilation_[495].

Ceux qui ont fait un peu de grec connaissent bien ce phénomène: _quand
une muette_, leur dit la grammaire, _est suivie d’une autre muette,
elle se met au même degré qu’elle_. Dans _o_b_tenir_, la labiale douce
_b_, suivie de la dentale forte _t_, se change en la labiale forte _p_;
elle _s’accommode_ à la consonne _qui suit_, et cela spontanément et
nécessairement, par le jeu naturel des organes[496].

En français, ce phénomène est extrêmement général.

D’abord, une muette ne s’accommode pas seulement à une autre muette,
comme dans _o_b_tenir_, où la douce devient forte, et _ane_c_dote_
(ane_g_dote) où la forte devient douce, mais aussi bien à une spirante,
comme dans tous les mots commençant par _abs-_ (a_p_s) ou _obs-_
(o_p_s) et même _subs-_ (su_p_s, sauf devant _i_).

D’autre part, une spirante aussi peut s’accommoder soit à une autre
spirante, comme dans _tran_s_vaser_ (tran_z_vaser) ou _di_s_joindre_
(di_z_joindre), soit à une muette, comme dans _ro_s_bif_ (ro_z_bif),
_Asdrubal_ (a_z_drubal) ou _di_s_grâce_ (di_z_grâce).

Il est vrai que ces heurts de consonnes sont assez rares dans les
mots français; mais cette accommodation passe aussi bien par-dessus
l’_e_ muet, toutes les fois que l’_e_ muet peut tomber, comme dans
_pa_que_bot_ (pa_g_bot) ou _mé_de_cine_ (mé_t_sine), dans _cla_ve_cin_
(cla_f_cin) ou _nous f_ai_sons_ (_v_zons), dans _cré_ve_cœur_
(cre_f_keur), _re_je_ton_ (re_ch_ton), _naï_ve_té_ (naï_f_té), ou _le_
se_cond_ (le_z_gon)[497].

Mais tout ceci se fait normalement, dans le langage le plus soutenu et
le plus lent. Dans le langage très rapide, on en voit bien d’autres,
car l’accommodation s’y fait même entre des mots différents. Le _b_
devient _p_ dans _qu’exhi_bes-_tu là?_ et inversement le _p_ devient
_b_ dans _Phili_ppe _de Valois_; le _d_ se change en _t_ dans _et
ainsi_ de _suite_, et le _t_ se change en _d_ dans _vous ê_te_s
insensé_ (cette fois, c’est l’_s_ final, prononcé uniquement pour la
liaison, et prononcé doux, qui détermine le changement); de même encore
_g_ devient _k_, et _k_ devient _g_, dans _on navi_gue _chez nous_
(i_k_ch) et _cha_que _jour_ (a_g_j)[498].

Même phénomène pour les spirantes: on peut comparer _gra_ve _cela_
(a_f_s) avec _gri_ffes _aiguës_ (i_v_z), _voya_ges-_tu?_ (a_ch_t),
avec _ta_che _de vin_ (a_j_d), _ro_se _pourpre_ (o_s_p), avec _est_-ce
_bien?_ (e_z_b). Le langage tres rapide rapproche même des muettes ou
des spirantes identiques, changeant par exemple une dentale forte _t_
en dentale douce _d_ devant un autre _d_, et ceci est l’assimilation
proprement dite: _vous ê_tes _dur_ (e_d_d), _il galo_pe _bien_ (o_b_b),
_je ne navi_gue _qu’ici_ (i_k_k), _tu bri_ses _ce pot_ (i_s_s), _je
man_ge _chez vous_ (_ch_ch), etc. On va plus loin encore: dans la
prononciation populaire, ou simplement familière, qui supprime non
seulement l’_e_ muet, mais aussi l’_r_ qui précède, à la suite d’une
muette ou d’une spirante, on arrive à _un maî_tre _d’hôtel_ (ai_d_d) ou
_une pau_vre _femme_ (au_f_f).

Les appareils de là phonétique expérimentale ont même constaté une
assimilation plus extraordinaire encore, _par-dessus une voyelle
sonore_. Dans les mots _couché_ s_ous un pin_, il arrive que le premier
_s_ se rapproche sensiblement du second[499].

Tous ces phénomènes sont spontanés et involontaires. Aussi doivent-ils
rester tels, et par conséquent ne se produire que dans un débit très
rapide. Ils sont extrêmement curieux pour le savant, mais ne doivent
être étudiés qu’à un point de vue purement scientifique. Je ne puis que
répéter ici ce que j’ai dit à propos de l’_e_ muet: les phonéticiens
étrangers recueillent précieusement ces phénomènes pour les offrir à
l’étude de leurs compatriotes, ayant pour principe unique: _cela est,
donc cela doit être_[500]. Ils ne se doutent pas que beaucoup de façons
de parler ne sont acceptables que lorsque _et parce que_ personne ne
s’en aperçoit, mais qu’elles sont ridicules, quand elles sont voulues
et manifestes. Il faut parler naturellement. On n’a pas besoin d’effort
pour prononcer un _p_ dans _o_b_tenir_: on le prononce nécessairement,
et, par suite, il est toujours légitime. Mais on ne met pas
_nécessairement_ un _s_ doux dans _est-ce bien_; on doit donc prononcer
le _c_ naturellement, et ne jamais faire effort pour prononcer autre
chose que _c_, même quand on parle vite: il se change toujours assez
tôt en _z_, sans qu’on s’en aperçoive, ni celui qui parle, ni celui qui
écoute, et c’est alors seulement que le phénomène devient légitime.

De ce phénomène spontané on peut rapprocher un autre phénomène qui
se produit aussi spontanément: c’est le redoublement de la première
consonne, dans certains mots sur lesquels on veut appuyer, surtout dans
l’interjection: mmi_sérable!_ _in_ss_ensé!_ Si la première consonne est
suivie d’un _r_, c’est l’_r_ qui se redouble; il est tt_oujours là à
g_rr_atter_. On voit que ce redoublement est un phénomène analogue à
l’accent _oratoire_, et qui coïncide généralement avec lui[501].


2º Quelques observations générales.

Première observation: _les consonnes finales_, qui autrefois se
prononçaient toutes, comme en latin, ont peu à peu cessé en grande
majorité de se prononcer[502]; toutefois, depuis un siècle, grâce à
l’orthographe, beaucoup ont reparu de celles qui ne se prononçaient
plus. Il y a notamment quatre consonnes finales qui se prononcent
aujourd’hui régulièrement; ce sont les deux liquides: _l_ et _r_, avec
_f_ et _c_.

En second lieu, _les consonnes intérieures_ se prononcent aussi
presque toutes aujourd’hui. Ce n’est pas qu’il n’y ait encore beaucoup
d’exceptions; mais leur nombre tend toujours à diminuer, et toujours
par l’effet de la fâcheuse réaction orthographique, due surtout à la
diffusion de l’enseignement primaire[503]. Depuis qu’une foule de
mots sont appris par l’œil avant d’être appris par l’oreille, on les
prononce naturellement comme ils sont écrits. Et puis il y a là aussi
l’effet naturel d’un pédantisme naïf et inconscient; car enfin, quand
on prononce _sculpeter_, _lègue_ ou _aspecte_, cela ne prouve-t-il
pas qu’on a fait des études, et qu’on sait l’orthographe? Aussi les
plus coupables dans cette affaire sont encore ceux, journalistes ou
hommes de lettres, qui s’opposent par tous les moyens à la réforme
de l’orthographe. Quant à ceux qu’on appelle dédaigneusement les
«primaires», ils sont plus excusables: sachant bien qu’il ne dépend
pas d’eux d’écrire comme on parle, ils parlent comme on écrit! Nous
verrons, chemin faisant, les altérations que la langue a déjà subies ou
subira encore, par le fait de notre orthographe.

Enfin, il y a la question des _consonnes doubles_: Quand se
prononcent-elles doubles ou simples[504]? Cette question doit être
étudiée à propos de chaque consonne, dans un intérêt pratique; mais il
y a encore là un phénomène d’ordre général, dont il faut dire un mot
d’avance.

Il va sans dire que la question ne se pose qu’entre deux voyelles
_non caduques_, appuis nécessaires des deux consonnes en avant et en
arrière: _co_l-l_aborer_. Et en effet, à la fin d’un mot, ou devant
un _e muet_, qui tombe régulièrement, la question ne se pose plus:
_djin_(n), _bal_(le), _ter_(re), _dilem_(me), _al_(le)_mand_ se
prononcent nécessairement comme si la consonne était simple[505].

Or, entre voyelles non caduques, la règle générale est que, dans les
mots purement français, et d’usage très courant, la consonne double se
prononce simple: _a_(l)_ler_, _do_(n)_ner_; et il y en a souvent deux
ou même trois dans le même mot, comme _a_(s)_suje_(t)_ti_(s)_sant_
ou _a_(t)_te_(r)_ri_(s)_sage_. On ne devrait donc prononcer les deux
consonnes que dans les mots tout à fait savants, où l’on peut, à la
rigueur, conserver légitimement la prononciation attribuée à l’original
sur lequel ils sont calqués: _co_l-l_apsus_, _co_m-m_utateur_,
_septe_n-n_at_, _i_r-r_écusable_, _proce_s-s_us_, _dile_t-t_ante_[506].

Malheureusement l’emphase naturelle de l’accent oratoire a étendu
cette prononciation à beaucoup d’autres mots, comme _ho_r-r_eur_
ou _ho_r-r_ible_. Et surtout le pédantisme encore s’en est mêlé.
Beaucoup de gens ont cru voir un signe certain d’éducation supérieure,
d’instruction complète, dans cette prononciation réputée savante,
qui est celle du latin et du grec. Aussi s’est-elle étendue
progressivement. Aujourd’hui encore on voit très bien qu’elle gagne de
plus en plus, et atteint beaucoup de mots fort usités qu’elle devrait
respecter, parce qu’ils n’ont rien de nouveau ni de savant[507]. Elle
respecte encore assez généralement les muettes ou explosives, à cause
de la difficulté que produit l’occlusion complète que la bouche doit
subir en les prononçant, comme dans _a_p-p_arat_; elle atteint beaucoup
plus les spirantes (_f_ et _s_ sont d’ailleurs les seules qui se
répètent), car elles ne présentent pas cet inconvénient, mais surtout
_l_, _m_, _n_, _r_, les quatres liquides des grammairiens grecs. Ainsi,
de tous les mots commençant par _=ill=_, _=imm=_, _=inn-=_, _=irr-=_,
et qui, presque tous, sont privatifs, il n’y a plus qu’_i_(n)_nocent_
et ses dérivés immédiats qui soient à peu près respectés, et dans la
plupart des mots on prononce _toujours_ les deux consonnes, à moins
qu’on ne parle très vite[508].

Il faut dire en effet que cette prononciation dépend beaucoup du plus
ou moins de rapidité de l’élocution: entre les mots où on ne prononce
jamais qu’une consonne et ceux où on en prononce toujours deux, il y
en a beaucoup où on en prononce tantôt une, tantôt deux, suivant qu’on
parle plus ou moins vite. D’ailleurs, en cas d’hésitation, il sera bon
de se pénétrer de ce principe qu’on ne fera jamais une faute grave
en prononçant une consonne simple quand l’usage est de la prononcer
double, tandis qu’on peut être parfaitement ridicule en la prononçant
double quand elle doit rester simple, comme de dire _do_n-n_er_ ou
_nous a_l-l_ons_.


_NOTE SUR LA PRONONCIATION DU LATIN_

Puisque la prononciation latine est en cause dans ce cas plus
qu’ailleurs, on nous saura peut-être gré de réunir ici, en tête
des consonnes, les règles spéciales qui la concernent, et qui sont
disséminées un peu partout dans le livre, avec les exemples nécessaires.

En principe, nous prononçons le latin, à tort ou à raison, plutôt à
tort, à peu près comme le français. Nous ne l’en distinguons que dans
un petit nombre de cas, dont l’énumération n’est pas longue.

On a vu déjà précédemment comment nous prononçons les voyelles: que
l’_e_ ouvert ou fermé n’a pas d’accent, que l’_u_ ne sonne jamais _ou_,
que _um_ se prononce toujours _ome_ (même après un _o_), et que _un_ se
prononce toujours _on_, sauf dans _hunc_, _nunc_ et _tunc_, et les mots
commençant par _cunct-_.

Les nasales sont identiques à celles du français, sauf qu’il ne peut y
en avoir que devant une consonne, et non en fin de mot, et que _en_ a
toujours le son _in_, notamment dans la finale _-ens_.

On a vu aussi que les seules diphtongues latines, _æ_, _œ_ et _au_,
sont prononcées comme les voyelles _é_ et _o_. Il en résulte que devant
_æ_ et _œ_, le _c_ et le _g_ gardent le même son qu’en français devant
_e_.

Nous faisons aussi de fausses diphtongues avec l’_u_, après _g_ ou _q_,
mais seulement devant _a_, _e_ (ou _æ_) et _i_: l’_u_ se prononce _u_
devant _e_ et _i_, et _ou_ devant _a_, tandis que devant _o_ et _u_ il
ne compte pas.

_Ch_ a toujours le son guttural.

Il n’y a jamais de son mouillé, ni pour _gn_, ni pour _ll_.

_Ti_ devant une voyelle est sifflant, comme en français, sauf en tête
des mots, ou après _s_ ou _x_.

Les consonnes finales s’articulent toujours: c’est ce qui fait qu’il
n’y a point de nasales à la fin des mots.

Cette prononciation est d’ailleurs détestable, et peut-être le jour
n’est-il plus éloigné où on en adoptera une autre, un peu moins
française, mais plus latine.



B


_A la fin des mots_, le _=b=_, très rare dans les mots proprement
français, ne s’y prononce pas: _plom_(b), _aplom_(b), _surplom_(b), et
autrefois _coulom_(b)[509].

Il se prononce dans les mots étrangers, qui sont naturellement beaucoup
plus nombreux, comme: _naba_b, _baoba_b, _ca_b, _naï_b, _sno_b, _ro_b,
_clu_b, _tu_b, _rhum_b, etc.[510].

Dans _radoub_, le _b_ ne devrait pas davantage se prononcer, et
les gens de métier ne le prononcent pas; mais la vérité est qu’ils
emploient fort peu ce mot, se contentant du mot _bassin_; ils laissent
ainsi le champ libre à ceux qui n’apprennent ce mot que par l’œil, et
qui naturellement articulent le _b_: ce sont de beaucoup, aujourd’hui,
les plus nombreux.

       *       *       *       *       *

_Dans le corps des mots_, le _b_ se prononce aujourd’hui partout
devant une consonne. On fera bien de veiller à ne pas le changer en
_m_ dans _tom_b(e) _neuve_, et plus encore à ne pas le supprimer dans
_o_b_stiné_ et _o_b_stination_[511].

Le _=b=_ _double_, assez rare, compte pour un seul à peu près
partout: _a_(b)_bé_, _sa_(b)_bat_, _ra_(b)_bin_, et aussi bien
_ra_(b)_bi_, qui est le même mot au vocatif. On n’en prononce deux
que dans deux ou trois mots savants: _gi_b-b_eux_ et _gi_b-b_osité_,
peut-être _a_b-b_atial_ ou _sa_b-b_atique_; encore n’est-ce pas
indispensable[512].



C


1º Le C final.

Le _=c=_ est une des quatre consonnes qui se prononcent aujourd’hui
normalement _à la fin des mots_:


I. _Après une voyelle orale_, d’abord, le _c_ final sonne généralement:
_cogna_c, _ba_c, _la_c, _sa_c, _be_c, _se_c, _ave_c, _trafi_c,
_publi_c, _cho_c, _blo_c, _ro_c, _bou_c, _du_c, _cadu_c, _su_c,
etc.[513].

La plupart de ces mots sont d’ailleurs des mots plus ou moins
techniques ou étrangers, des substantifs verbaux, des adverbes, ou des
mots où le _c_ a reparu après éclipse, par analogie avec le plus grand
nombre[514].

Contrairement à la majorité des mots, mais conformément à la règle des
consonnes finales, le _c_ est devenu ou resté muet dans un certain
nombre de mots suffisamment populaires: dans _estoma_(c) et _taba_(c),
et dans _cotigna_(c), moins usité, où il tend à se rétablir[515]; dans
_cri_(c), machine; dans _bro_(c), _cro_(c), _accro_(c), _raccro_(c) et
_escro_(c); dans _caoutchou_(c)[516].

Pendant longtemps la prononciation familière a volontiers omis le _c_
d’_ave_c devant une consonne: _ave_(c) _moi_, _ave_(c) _lui_: cette
prononciation est aujourd’hui dialectale, et on la tourne même en
ridicule.

Le _c_ d’_arseni_c, qui s’était amui, s’est aussi généralement
rétabli[517].

Au pluriel, le _c_ sonne aussi bien qu’au singulier, les deux nombres
ayant pris peu à peu avec les siècles une prononciation identique[518].
Même dans le pluriel _éche_c_s_, qui s’est longtemps écrit _échets_, au
sens de jeu, la suppression du _c_ est tout à fait surannée, le pluriel
s’étant à la fin, là aussi, assimilé au singulier.

Toutefois le _c_ ne sonne pas devant l’_s_ dans _la_(cs) et
_entrela_(cs).

Le _k_ ou le _q_ joints au _c_ final n’y ajoutent rien: _colba_c(k),
_bifte_c(k), _sti_c(k), _bo_c(k), etc.[519].


II. _Après une voyelle nasale_, le _c_ final est resté muet: _ban_(c),
_blan_(c), _flan_(c) et _fran_(c), _vain_(c) et _convain_(c), _jon_(c),
_ajon_(c) et _tron_(c)[520].

Le cas de _donc_ est particulier. En principe, le _c_ n’y sonne pas
non plus. Toutefois, si le mot est en tête d’un membre de phrase, pour
annoncer une conclusion (_je pense, don_c _je suis_), et, d’une façon
générale, si l’on veut souligner le mot pour une raison quelconque, on
prononce le _c_ (ainsi que dans _adon_c et _on_c). En dehors de ces
cas, on l’articule rarement, même quand il termine la phrase: _laissez
don_(c). Surtout on ne l’articule pas devant une consonne: _vous êtes
don_(c) _bien riche?_ Devant une voyelle, il est encore correct ou
élégant de le lier: _où êtes-vous don_c _allé?_ Mais cela même n’est
pas indispensable.

Le _c_ de _zin_c, se prononce toujours, mais il sonne comme un _g_.
On n’a jamais su pourquoi; car autrefois, c’était le _g_ final qui
s’assourdissait en _c_, comme toutes les sonores finales; or, c’est
justement le contraire qui se fait ici. Mais c’est un fait contre
lequel les efforts des grammairiens n’ont pu prévaloir[521].


III. _Après une consonne articulée_, le _c_ final sonne généralement:
_tal_c, _ar_c, _tur_c, _fis_c, _mus_c[522]. Il sonne même
aujourd’hui dans les composés _ar_c-_bouter_ et _ar_c-_boutant_ ou
_ar_c-_doubleau_, quoi qu’en disent les _Dictionnaires_, qui retardent
sur ce point: telle est du moins la prononciation des architectes. Il
faut seulement éviter _ar_que-_boutant_.

Toutefois, il ne se prononce pas encore dans _mar_(c), résidu:
_eau-de-vie de mar_(c); ni dans _mar_(c), poids: _au mar_(c) _le
franc_[523].

Le _c_ ne sonne pas davantage dans _cler_(c)[524].

De plus, le _c_ de _por_c, qui ne sonnait plus nulle part depuis
longtemps, ne sonne toujours pas à la cuisine ou chez le charcutier: on
n’y achète pas _du por_c _frais_, mais du _por_(c) _frais_, _du por_(c)
_salé_, etc. Si au contraire on veut désigner l’animal lui-même, on
rétablit volontiers le _c_, même au pluriel: _un troupeau de por_(cs)
ou _de por_c(s), mais surtout au singulier: _un por_c, et plus encore
si l’on prend le mot au figuré dans un sens injurieux. Le _c_ sonne
également dans le composé _por_c-_épic_.


2º Les mots en-CT.

Les mots en =_-ct_= demandent un examen particulier, car leur histoire
est complexe et n’est pas terminée.

1º Dans _ta_ct, _inta_ct, _conta_ct, et dans _compa_ct, il semble que
_ct_ s’est toujours prononcé. _Exact_, plus populaire, a tendu à perdre
le _c_ ou le _t_, ou les deux; et si l’on ne prononce plus _exa_c(t)
ni _exa_(c)t, on entend encore _exa_(ct); pourtant _exa_ct a fini par
l’emporter, et sans doute on ne reviendra pas en arrière[525].

2º _Parmi les mots en_ =_-ect_=, les mots _dire_ct et _indire_ct,
_corre_ct et _incorre_ct ne paraissent pas avoir jamais perdu leurs
consonnes finales, non plus que le mot savant _intelle_ct, sans parler
de l’anglais _sele_ct. Il n’en est pas de même des autres.

_Abje_ct et _infe_ct ont flotté longtemps, avec préférence pour le son
_è_, avant de reprendre définitivement _ct_[526].

Restent les mots en _=-spect=_: _aspect_, _respect_, _suspect_,
_circonspect_. Ils ont longtemps flotté aussi entre trois ou quatre
prononciations, et La Fontaine, pour rimer avec _bec_, n’hésite pas à
écrire _respec_ et _circonspec_[527]. La prononciation par _t_ seul
a complètement disparu, mais les prononciations par _c_ ou _ct_ ont
encore l’espoir de vaincre. La seconde, par _ct_, admissible peut-être
pour _suspe_ct, est certainement la plus mauvaise pour _aspe_(ct) et
_respe_(ct); l’autre, par _c_ seul, est admissible en liaison, et même
tout à fait générale dans _respec_(t) _humain_; mais, en dehors de la
liaison, je crois qu’on peut encore provisoirement la condamner, et
s’en tenir à _respe_(ct), aussi bien qu’à _aspe_(ct), _circonspe_(ct),
et même _suspe_(ct)[528].

En revanche, le _c_ et le _t_ se prononcent également dans _suspe_ct_e_
et _circonspe_ct_e_: sur ce point, il n’y a pas de discussion.

Il ne faut pas assimiler aux autres mots en _-spect_ le mot technique
_anspe_c(t), terme de marine, qui n’a pris un _t_ dans l’orthographe
que par une fausse analogie avec les autres: c’est le seul mot où le
_c_ doive toujours se prononcer, et toujours seul.

3º Parmi les mots en _=-ict=_, le _c_ et le _t_ se prononcent encore
dans _stri_ct et _distri_ct, et naturellement dans l’anglais _verdi_ct
et _convi_ct, mais non dans _ami_(ct), terme de liturgie, qui n’est
guère employé que par des gens du métier, ce qui est une garantie
contre l’altération.

4º Les mots en _=-inct=_ ont flotté longtemps, comme les mots en
_-ect_, avant de perdre leurs consonnes finales. Mais _distin_ct et
_succin_ct les ont reprises au cours du dernier siècle, et sans doute
ne les perdront plus: _succin_(ct), et par suite _succin_te, sont
surannés. Au contraire, _instin_(ct) résiste fort bien sans _c_ ni _t_,
et l’on doit encore condamner _instin_c(t)[529].


3º Le C intérieur.

Dans le corps des mots, le _=c=_ n’a le son guttural que devant
_=a=_, _=o=_, _=u=_, et devant une consonne: c_alibre_, _dé_c_oller_,
_re_c_uler_, _a_c_tion_, _instin_c_tif_, et même _ar_c_tique_, où
le _c_ amui s’est rétabli; il a le son sifflant devant _e_ et _i_:
c_e_c_i_, _dé_c_ence_, c_ygne_, _lar_c_in_[530].

On donne au _=c=_ le son sifflant devant _=a=_, _=o=_, _=u=_, au
moyen d’une cédille; mais aucun artifice ne lui donne le son guttural
devant _=e=_ et _=i=_, sauf le changement de _eu_ en _œu_, dans c_œur_
(c’est-à-dire l’addition ou le maintien d’un _o_), et d’autre part
l’addition ou le maintien d’un _u_ dans le groupe _cueil_ (keuil):
cu_eillir_, _ac_cu_eillir_, etc.[531]. Partout ailleurs le _c_ est
remplacé dans ce rôle par _qu_ dans les mots français, par _k_ ou _ck_
dans les mots étrangers, comme _jo_ck_ey_[532].

Devant une consonne, le _=c=_ intérieur sonne aujourd’hui partout,
même après une nasale, comme dans _san_c_tuaire_, _san_c_tion_ ou
_san_c_tifier_[533].

Le _=c=_ ne prend pas le son du _=g=_ seulement dans _zin_c; il le
prend aussi dans _se_c_ond_ et tous ses dérivés (même dans le latin
_se_c_undo_), qui devraient s’écrire avec un _g_, comme on le fait en
d’autres langues[534].

Le _c_ a eu longtemps aussi le son du _g_ dans _reine_-C_laude_[535];
mais il a peu à peu repris le son de la forte sous l’influence de
l’écriture, et le son du _g_ y devient aujourd’hui populaire ou
dialectal.

Ajoutons pour terminer qu’un grave défaut à éviter dans la
prononciation du _c_ consiste à mouiller le _c_ initial, par exemple
dans _cœur_, qu’on entend quelquefois sonner presque comme _kyeur_.

       *       *       *       *       *

Le _=c=_ double se prononce comme un _c_ simple devant _=a=_, _=o=_,
_=u=_, et devant _=l=_ ou _=r=_, dans les mots d’usage courant:
_a_(c)c_abler_, _a_(c)c_aparer_, _ba_(c)c_alauréat_, _a_(c)c_limater_,
_a_(c)c_réditer_, _a_(c)c_roc_, _e_(c)c_lésiastique_, _o_(c)c_asion_,
_su_(c)c_omber_, etc.; les deux _c_ peuvent se prononcer dans
_e_c-c_hymose_, _o_c-c_lusion_ et _o_c-c_ulte_, et, si l’on veut,
_ba_c-c_hante_, _humeurs pe_c-c_antes_, _impe_c-c_able_, _pe_cc_adille_
et _pe_c-c_avi_; encore n’est-ce pas indispensable, sauf dans le latin
_pe_c-c_avi_[536].

Devant =_e_= et =_i_=, ils se prononcent toujours tous les deux, le
premier guttural, le second sifflant: _a_c-c_ident_, _vac_-c_in_,
_a_c-c_ès_[537]; au contraire _sc_ se réduit ordinairement à un _s_ ou
un _c_ seul: _ob_(s)_cène_, _s_(c)_ie_[538].

Devant les mêmes voyelles _e_ et _i_, quand le _c_ est suivi de _qu_,
on ne prononce qu’une gutturale: _a_(c)_quitter_, _a_(c)_quérir_, à
fortiori _be_(c)_queter_ ou _gre_(c)_que_[539].

       *       *       *       *       *

Devant =_e_= et =_i_= toujours, le =_c_= italien reste sifflant, si le
mot est suffisamment francisé, comme dans _gra_c_ioso_, _con_c_etti_,
_ac_-c_elerando_ (trop voisin _d’ac_-c_élérer_ pour se prononcer
autrement) et _quattro_c_entiste_[540]. Autrement, et surtout quand
il est double, il se prononce _tch_: _dol_c_e_, _sotto vo_c_e_, _a
pia_c_ere_, _furia fran_c_ese_, _fanto_cc_ini_[541]. Pour _sc_, le
son de _ch_ suffit, sans _t_: _cre_sc_endo_ (chèn), _la_sc_iate ogni
speranza_.

_Czar_ se prononce _gsar_ plutôt que _c_s_ar_; mais c’est là une
mauvaise graphie, due sans doute à la fausse étymologie _cæsar_; ce
mot, qui en polonais s’écrie _car_, doit se transcrire et se prononcer
_tsar_[542].



CH


Le son normal de _=ch=_ en français n’a guère de rapport avec le son du
_c_, qui est le son de _ch_ en latin; mais, étant donné l’ordre suivi
dans ce chapitre, sa place normale est pratiquement ici. D’ailleurs
_ch_ prend souvent le son du _c_, même en français.


1º Le CH final.

_A la fin des mots_, _ch_ appartient presque uniquement à des mots
étrangers, et garde presque partout le son du _c_ guttural: _krac_(h),
_varec_(h) et _loc_(h), et aussi _yac_(ht)[543].

Il garde pourtant le son chuintant du français dans _mat_ch et
_tzaréwit_ch, dans _chaou_ch, _tarbou_ch et _farou_ch, dans _lun_ch et
_pun_ch francisés[544].

_Ch_ est muet dans _almana_(ch), où la réaction orthographique n’a
pas encore réussi à le rétablir, le mot étant trop populaire, et
connu par l’oreille encore plus que par l’œil, comme _estoma_(c) et
_taba_(c)[545].


2º Le CH intérieur.

_Dans le corps ou en tête des mots_ proprement français, _ch_ a
naturellement le son chuintant devant une voyelle; chuintante forte,
bien entendu, et non chuintante douce: il faut se garder de prononcer
_ajète_ pour _achète_, comme il arrive trop souvent à Paris[546].

Toutefois, dans un très grand nombre de mots plus ou moins savants,
et notamment des mots tirés du grec, _ch_ a gardé, parfois même il a
repris, après l’avoir perdu, le son que nous lui donnons en latin,
c’est-à-dire celui du _c_ guttural.


I. =Devant a, o, u.=--Devant les voyelles _=a=_, _=o=_, _=u=_, le
phénomène ne souffrait pas de difficultés, parce que l’oreille était
accoutumée au son guttural du _c_ devant ces voyelles. Par suite:

1º On prononce _ca_ (ou _can_) dans _gutta-per_c(h)_a_ et
les mots en _-archat_, dans _c_(h)_aos_, _c_(h)_alcédoine_,
_c_(h)_alcographie_, _bacc_(h)_anale_ et _bacc_(h)_ante_, dans
_arc_(h)_ange_, _arc_(h)_aïque_, _troc_(h)_anter_, _euc_(h)_aristie_,
_sacc_(h)_arifère_; mais non dans _fil d’ar_ch_al_, qui est français et
très ancien[547].

2º On prononce _co_ dans _éc_(h)_o_; dans tous les mots commençant par
_chol-_ et _chor-_, comme _c_(h)_oléra_, _c_(h)_orus_, _c_(h)_oral_,
etc., avec _c_(h)_œur_, et leurs dérivés ou composés, comme
_anac_(h)_orète_; dans _psyc_(h)_ologie_[548], _calc_(h)_ographie_,
_inc_(h)_oatif_, _batrac_(h)_omyomachie_, _dic_(h)_otomie_,
_bronc_(h)_opneumonie_ ou _bronc_(h)_otomie_ (malgré _bron_ch_e_ et
_bron_ch_ite_), dans _arc_(h)_onte_ et _péric_(h)_ondre_ et quelques
autres mots moins répandus; mais non dans _maille_ch_ort_ (tiré des
noms propres français _Maillot_ et _Chorier_), ni dans _vit_ch_oura_,
où _tch_ représente le polonais _cz_[549].

3º On prononce _=cu=_ dans _catéc_(h)_umène_ ou _isc_(h)_urie_[550].


II. =Devant e et i.=--Devant _=e=_ et surtout devant _=i=_, le
phénomène est moins régulier, parce que l’oreille n’était pas habituée
jadis chez nous au son guttural devant ces voyelles, et que même le
_ch_ grec, ou le _ch_ latin venu du grec, s’y prononçait, au XVIᵉ
siècle, comme le _ch_ français. Aussi la francisation du _ch_ en son
chuintant était-elle générale autrefois devant _e_ et _i_.

Toutefois beaucoup de mots, même francisés complètement, ont pris
depuis le son guttural, comme les mots grecs ou latins correspondants,
non sans beaucoup de fluctuations et d’incertitude.

1º Devant un _e muet_, le son chuintant s’est maintenu _partout_,
dans _ar_ch_evêque_, _bron_ch_es_ ou _aristolo_ch_e_, comme dans
_mar_ch_epied_, _bron_ch_er_ ou _brio_ch_e_. Il en est de même dans la
finale _=-chée=_: _tra_ch_ée_, _ar_ch_ée_, _tro_ch_ée_, aussi bien que
_bou_ch_ée_ ou _ni_ch_ée_[551].

Mais on prononce aujourd’hui _=ké=_ dans _a_ch_éen_, _mani_ch_éen_
ou _euty_ch_éen_[552]; dans _ar_ch_éologie_ et _ar_ch_étype_; dans
ch_eiroptères_ (_keye_), ch_élidoine_, ch_élonien_, ch_énisque_
et ch_énopode_; dans _li_ch_en_, _épi_ch_érème_, _or_ch_estre_ et
ch_étodon_; dans _tres_ch_eur_ ou _tré_ch_eur_ et dans _tra_ch_éotomie_
(malgré _tra_ch_ée_). En revanche, on chuinte dans _ca_ch_exie_ et
_ca_ch_ectique_, aussi bien que dans ch_érif_ et ch_érubin_[553].

2º C’est surtout pour le groupe _=chi=_ que la question est délicate,
car cette syllabe est beaucoup plus fréquente que la syllabe _=che=_,
et il n’est pas toujours facile d’indiquer l’usage le plus répandu.

En général, les mots savants d’usage ancien ont gardé le son chuintant:
non seulement ch_imie_, ch_imère_ ou ch_irurgie_ (et très souvent
ch_iromancie_), mais tous les mots en _-archie_ ou _-machie_, avec
_entélé_ch_ie_ et _bran_ch_ie_[554]; de même tous les mots en _-chin_
et _-chine_, en _-chique_, _-chisme_ et _-chiste_: c’est ainsi
que _Bacc_(h)_us_ ou _psyc_(h)_ologie_, qui ont le son guttural,
n’empêchent nullement _ba_ch_ique_ ou _psy_ch_ique_ de chuinter[555].

En tête des mots, le préfixe _archi-_ fait de même partout. Seul le mot
_ar_ch_iépiscopal_, étant plus récent, s’est prononcé _arki_, au moins
depuis Ménage, et les dictionnaires continuent à l’excepter; mais il a
fini par suivre l’analogie des autres, au moins dans l’usage le plus
ordinaire, et c’est bien à tort que beaucoup de personnes se croient
encore obligées de suivre les dictionnaires[556].

On chuinte encore dans _ra_ch_is_ (d’où _ra_ch_itique_) et
_ara_ch_ide_, dans _kami_ch_i_, _let_ch_i_ et _mamamou_ch_i_, dans
ch_ibouque_ et _ba_ch_i-bouzouck_, dans ch_impanzé_, enfin devant _y_
grec, dans ch_yle_, ch_yme_ et ses composés et _dia_ch_ylon_[557].

En revanche, on prononce aujourd’hui _ki_ dans beaucoup d’autres
mots savants, généralement les plus récents et les moins usités;
d’abord dans les mots en _-chite_ (sauf _bron_ch_ite_, à cause de
_bron_ch_e_ et _bron_ch_ial_), dans le _chi_ grec, dans _tri_ch_inose_
(malgré _tri_ch_ine_, qui par suite tend à devenir _trikine_), dans
_a_ch_illée_ le plus souvent (malgré _A_ch_ille_), dans ch_iragre_,
ch_irographaire_ et souvent ch_iromancie_ (malgré ch_irurgie_),
dans _or_ch_is_ et _or_ch_idée_, _bra_ch_ial_ et _bra_ch_iopode_,
_is_ch_ion_, et aussi dans _bra_ch_ycéphale_, _con_ch_yliologie_,
_ec_ch_ymose_, _tra_ch_yte_, et, le plus souvent, _pa_ch_yderme_ et
_ta_ch_ygraphie_, sur lesquels on hésite encore[558].

Ajoutons ici, pour en finir avec les mots français, que, devant les
consonnes, le _ch_ est toujours d’origine savante et garde partout
le son guttural. Ces consonnes sont les liquides, _=l=_, _=m=_,
_=n=_, _=r=_, et parfois _=s=_ et _=t=_: c(h)_lore_, _dra_c(h)_me_,
_te_c(h)_nique_, c(h)_rétien_, _fu_c(h)_sine_, _i_c(h)_tyologie_[559].

       *       *       *       *       *

Le _=ch=_ anglais se prononce _tch_ en principe: _spee_ch, _sandwi_ch,
_mail-coa_ch, _rocking_-ch_air_ et _steeple_-ch_ase_; de même
l’espagnol ch_ulo_, _ca_ch_etera_ ou _ca_ch_u_ch_a_. On francise
pourtant le _ch_ dans ch_ester_, comme dans ch_in_ch_illa_ et
ch_ipolata_, souvent aussi quand il est final comme dans _spee_ch ou
_sandwi_ch[560].

Le groupe étranger _=sch=_ a partout le son du _ch_ français:
_ha_(s)ch_i_(s)ch, _scotti_(s)ch, _kir_(s)ch ou (s)ch_abraque_,
(s)ch_lague_ et (s)ch_nick_, et (s)ch_ibboleth_, et même _p_(s)ch_ent_
qu’on prononce aussi _pskent_[561].

Le son chuintant de ce groupe est si connu qu’il est passé même à des
mots d’origine grecque (devant _e_ et _i_), où il n’est pas justifié
du tout: (s)ch_éma_ ou (s)ch_ème_, (s)ch_isme_ et (s)ch_iste_ auraient
dû se prononcer par _sk_, comme nous prononçons _s_ch_ola cantorum_,
_es_ch_are_, ou l’italien _s_ch_erzo_[562].



D


_A la fin des mots_, le _=d=_ est muet dans les mots français ou
tout à fait francisés. Ces mots se terminent presque tous en _-and_,
_-end_ (prononcé _an_) et _-ond_, comme _gourman_(d), _défen_(d)
ou _fécon_(d); en _-aud_ et _-oud_, comme _chau_(d) et _cou_(d);
en _-ard_, _-erd_, _-ord_ et _-ourd_, comme _regar_(d), _per_(d),
_accor_(d) et _sour_(d), tous avec ou sans _s_[563].

C’est par un abus tout à fait injustifié qu’on prononce parfois le
_d_ de _quan_(d) devant une consonne, comme s’il y avait une liaison,
c’est-à-dire avec le son d’un _t_[564].

Parmi ces finales, seule la finale _-and_ comprend quelques mots
étrangers où le _d_ se prononce: _hinterlan_d, _stan_d[565].

Pour les autres finales, le _d_ est également muet dans les mots
proprement français; mais ils sont peu nombreux: _pie_(d), longtemps
écrit _pié_, et _sie_(d), avec leurs composés; _nœu_(d), _lai_(d)
et _plai_(d), _poi_(ds) et _froi_(d), _ni_(d) et _mui_(d), avec
_palino_(_d_), et, par analogie, l’anglais _plai_(d), qui n’a pas de
rapport avec l’autre.

       *       *       *       *       *

A part _plai_(d), le _d_ final se fait entendre dans tous les mots
étrangers: _la_d, _oue_d, _caï_d, _celluloï_d, _lloy_d, _li_(e)d,
_zen_d, _épho_d, _yo_d, _kobol_d, _talmu_d et _su_d, avec le latin
_a_d[566].

       *       *       *       *       *

_Dans le corps des mots_, le _d_ autrefois tombait devant une
consonne[567]. Il a revécu progressivement dans un certain nombre de
mots où l’orthographe l’a conservé, comme _a_d_juger_, _a_d_judant_,
_a_d_joindre_, _a_d_versaire_, _a_d_verbe_, _a_d_mirer_, etc., si bien
que le _d_ intérieur n’est plus muet nulle part, pas plus dans les mots
français que dans les mots étrangers, comme _bri_d_ge_, _lan_d_grave_,
_lan_d_sturm_, etc., sauf peut-être _fel_(d)_spath_[568].

Dans _mad_(e)_moiselle_, le _d_ tombe facilement quand on parle vite,
mais ce n’est pas correct; quant à _mamzelle_, c’est un peu familier ou
même impertinent.

       *       *       *       *       *

Le _d double_, assez rare, se prononce double dans _a_d-d_enda_
et _qui_d-d_ité_, dans _a_d-d_ucteur_ et même, si l’on veut, dans
_re_d-d_ition_[569]; mais non dans des mots d’usage aussi courant que
_a_(d)_dition_ et _a_(d)_ditionner_, quoiqu’on l’y ait prononcé double
autrefois.



F


L’_f_ est une des quatre consonnes qui se prononcent aujourd’hui
normalement _à la fin des mots_, notamment dans les mots en _-ef_,
_-euf_, et surtout _-if_, ceux-ci très nombreux[570].

Les exceptions sont rares.

1º Il y a d’abord _cle_(f), qui peut aussi s’écrire _clé_. C’est le
seul mot dont l’_f_ final ne se prononce jamais: pourquoi l’écrit-on
encore[571]?

2º On prononce sans _f_ _che_(f)-_d’œuvre_, mais l’_e_ reste ouvert:
c’est un reste de la prononciation ancienne qui supprimait l’_f_ devant
une consonne. L’_f_ s’est rétabli dans _che_f-_lieu_.

3º De plus on prononce encore au pluriel _œu_(fs) et _bœu_(fs), reste
de la prononciation des pluriels, car autrefois on disait également
_des habits neu_(fs). Même au singulier, si l’on ne dit plus, sans
_f_, _du bœu_(f) _salé_, un _œu_(f) _frais_, _un œu_(f) _dur_, comme
on faisait encore assez généralement il n’y a pas cent ans, on dit
toujours _le bœu_(f) _gras_, nouveau reste de la prononciation qui
supprimait l’_f_ devant une consonne. Mais je crois bien que cette
prononciation est en voie de disparaître. Je ne sais ce que durera
_bœu_(f) _gras_, mais il me semble bien que l’_f_ est destiné à se
rétablir partout, un jour ou l’autre, dans les pluriels _œu_(fs) et
_bœu_(fs), car on voit très bien le mouvement de réviviscence de
l’_f_ se continuer. Beaucoup de personnes déjà ne prononcent _œu_(fs)
qu’à la suite d’un _s_ doux: _trois œu_(fs), _douze œu_(fs), _quinze
œu_(fs), par analogie sans doute avec _les œu_(fs), _des œu_(fs),
dont la prononciation ne peut pas s’altérer facilement; mais elles
disent avec l’_f_ _quatre œu_fs, _huit œu_fs, _combien d’œu_fs, _un
cent d’œu_fs. Cette distinction, d’autant plus curieuse qu’elle est
naturellement involontaire, est sans doute l’étape qui nous mènera
un jour à prononcer l’_f_ partout, car _œu_(fs) et _bœu_(fs) sont
presque aujourd’hui les seuls mots qui se prononcent encore au pluriel
autrement qu’au singulier; et sans doute il est temps que cela
finisse[572].

4º Dans _cer_f, où l’amuissement de l’_f_ a été général jusqu’à une
époque toute récente, l’_f_ a revécu quelque peu aujourd’hui, même
au pluriel. _Cer_(f) et même _cer_(fs) seront peut-être un jour
surannés; dès maintenant il semble qu’ils ne sont admis qu’en vénerie,
dans le style très oratoire, et en poésie, surtout pour la rime.
_Cer_(f)-_volant_ continue à se passer d’_f_; il lui serait, du reste,
difficile de faire autrement.

5º L’évolution de _ner_f est beaucoup moins avancée. Au pluriel on
prononce encore uniquement _ner_(fs), et je ne crois pas qu’on ait
jamais dit encore _une attaque de ner_f(s). Au singulier, cela dépend
des cas, et il faut distinguer le sens propre du figuré; car il y a
fort longtemps qu’on dit par exemple: _ce style a du ner_f; on dira
même: _cet homme a du ner_f ou _manque de ner_f, voire même _le ner_f
_de la guerre_ ou _le ner_f _de l’intrigue_; mais ceci est déjà moins
général. Quant au sens propre, quoi qu’en disent les dictionnaires et
les livres, c’est encore _ner_(f) qui l’emporte, et de beaucoup, non
seulement chez le boucher, où l’on ne se plaint pas d’avoir du _ner_f
dans sa viande, mais aussi bien à l’amphithéâtre, où le mot _ner_(f)
a un sens fort différent. _Ner_f viendra certainement, mais n’est
pas encore venu. A fortiori prononce-t-on encore _ner_(f) _de bœuf_,
sans parler de _ner_(f) _foulé_ ou _ner_(f)-_férure_, qu’on pourrait
difficilement prononcer d’une autre manière.

6º Enfin il y a encore l’adjectif numéral _neu_f. Nous avons vu[573]
qu’on prononce encore _neu_(f) fermé dans certains cas. Mais, de même
que pour _bœu_f ou _cer_f, ces cas se sont fort réduits. Le phénomène
a lieu, non pas devant une consonne, comme on le dit souvent, mais
_devant un pluriel commençant par une consonne_[574]. Ainsi les
personnes qui savent le français disent encore le plus généralement
_neu_(f) _sous_, _les neu_(f) _premiers_, _neu_(f) _fois neu_f,
_dix-neu_(f) _cents_, _neu_(f) _mille_; mais, avec _f_ sonore et _eu_
ouvert, _le neu_f _mai_, comme _le neu_f _de cœur_, _neu_f _par neu_f,
_en voilà neu_f _de faits_, de même que _page neu_f, ou _j’en ai neu_f.
On peut même distinguer au besoin _trois Japonais et neu_(f) _Chinois_,
de _trois panneaux japonais et neu_f _chinois_, parce qu’il y a ellipse
ici entre _neu_f et _chinois_. Ce n’est donc pas la consonne seulement
qui détermine la prononciation _neu_, ni même proprement le pluriel,
mais le lien étroit qui existe entre _neuf_ et le mot suivant, lien qui
ne se réalise qu’avec un pluriel, c’est-à-dire par la multiplication de
l’objet par neuf.

C’est un des points sur lesquels on se trompe le plus dans la
prononciation courante. Beaucoup de personnes disent encore _le neu_(f)
_mai_; mais cette prononciation est surannée; elle se maintient encore
çà et là, parce que le lien semble étroit entre le chiffre et le nom
du mois, mais ce lien est fort loin d’être aussi étroit qu’avec un
pluriel: on sait bien ou on doit savoir que _neuf mai_ est en réalité
une abréviation de _neuvième_ (jour du mois) _de mai_, ou _neuf_ de
_mai_; c’est pourquoi l’_f_ s’y prononce depuis longtemps déjà.

En revanche d’autres prononcent _neu_f _sous_, avec _eu_ ouvert et
_f_ sonore: erreur encore plus grave, mais qui, hélas! tend fort à
se répandre, et qui les conduit naturellement à prononcer avec _f_
_dix-neu_f-_cents_, au lieu de _dix-neu_(f)-_cents_, qui est encore
seul correct, dix-neuf multipliant cent.

Il est d’ailleurs fort possible que pour _neu_f, comme pour _œu_f et
_œu_fs, le mouvement commencé soit destiné à s’achever, et que le son
de l’_f_ soit destiné à s’imposer partout un jour ou l’autre; mais
nous n’en sommes pas là, et il y a encore une prononciation spéciale,
seule correcte provisoirement, pour les adjectifs numéraux suivis d’un
pluriel: on doit s’y tenir. Ce qui est le plus surprenant, c’est que
ceux qui disent _neu_f _cents_ avec _f_ sont généralement ceux-là même
qui disent _neu_(f) _mai_ sans _f_!

Cette prononciation de _neuf_ sans _f_ est naturellement réservée aux
pluriels commençant par une _consonne_, par la raison bien simple que
devant une voyelle il se produit un phénomène de liaison. Mais ici
encore il y a une remarque à faire. En principe, cette liaison devrait
maintenir le son _eu_ fermé, avec changement de _f_ en _v_, phénomène
qui était général autrefois[575]. A vrai dire, le phénomène n’a pas
complètement disparu, mais il ne s’est maintenu que dans _neu_(f)
_vans_ et _neu_(f) _vheures_; ailleurs on prononce généralement _neuf_
ouvert, comme partout[576].

       *       *       *       *       *

_Dans le corps des mots_, l’_f_ ne se met plus devant une consonne[577].

       *       *       *       *       *

L’_=f=_ _double_ final se prononce comme un _f_ simple, le double
_f_ intérieur aussi: _a_(f)_faire_, _a_(f)_faissé_, _a_(f)_fiche_,
_a_(f)_franchi_, _en e_(f)_fet_, _o_(f)_fice_, _su_(f)_fire_,
_di_(f)_férence_. Toutefois, comme nous avons affaire ici à une
spirante, la prononciation des deux _f_, devenue plus facile, est
une tentation à laquelle on ne résiste pas toujours, et on les
prononce volontiers dans quelques mots savants: _a_f-f_ixe_ et
_su_f-f_ixe_, _a_f-f_usion_, _e_f-f_usion_, _di_f-f_usion_ (mais non
_di_f-f_us_), _su_f-f_usion_, _e_f-f_lorescence_, _di_f-f_ringent_
et _di_f-f_raction_, _su_f-f_ète_; on hésite même pour des mots
comme _a_ff_abulation_, _di_ff_luent_, _e_ff_luve_, _di_ff_amer_,
_e_ff_ervescence_, _cause e_ff_iciente_, _e_ff_raction_; enfin l’accent
oratoire sépare volontiers les _f_ dans _a_f-f_amé_, _a_f-f_ecté_,
_a_f-f_éterie_, _a_f-f_irmer_, _a_f-f_olant_, _e_f-f_aré_,
_e_f-f_éminé_, _e_f-f_lanqué_, _e_f-f_réné_, et même _e_f-f_royable_,
et quelques autres[578].



G


1º Le G final.

_A la fin des mots_, le =_g_= ne se prononce pas dans les mots
français. D’ailleurs il ne s’est guère maintenu dans l’écriture
que dans deux cas: d’une part dans _bour_(g) et ses composés, avec
_faubour_(g)[579]; d’autre part après une nasale: _ran_(g), _san_(g)
ou _san_(g)_sue_, _étan_(g) et _haren_(g); _sein_(g), _vin_(gt)
et ses dérivés, _coin_(g), _poin_(g), _vieux oin_(g), _lon_(g) et
_lon_(g)_temps_[580].

En dehors de ces deux cas, il y a encore trois mots français qui ont un
_g_ final, et ce _g_ ne devrait pas davantage s’y prononcer: ce sont
_doi_(gt), _jou_(g) et _le_(gs).

Pour _doi_(gt), il n’y a pas de discussion, le mot étant appris par
l’oreille et non par l’œil.

Mais beaucoup de gens prononcent _jougue_, et depuis fort longtemps
l’Académie a autorisé cette prononciation. Je crois cependant que la
majeure partie des gens instruits continue à préférer _jou_(g), au
moins devant une consonne, ou en fin de phrase[581].

Je crois aussi, malheureusement, que la prononciation du _g_ est
encore plus fréquente dans _le_(gs), orthographe déplorable d’un mot
qui devrait s’écrire _lais_, du verbe _laisser_, dont il vient: il est
fort à craindre que la prononciation _lègue_ ne finisse par s’imposer
un jour ou l’autre, malgré l’usage ordinaire des hommes de loi et des
professeurs de droit, de même que s’est établie l’orthographe _legs_,
par une fausse analogie avec _léguer_[582].

Le _g_ final ne se prononce pas non plus dans quelques finales nasales
étrangères, où il sert seulement à marquer la nasalité, ou bien qui
se sont francisées: _mustan_(g), _oran_(g)-_outan_(g), _parpain_(g),
_shampoin_(g), et, si l’on veut, _shellin_(g) et _sterlin_(g)[583].

Le _g_ final se prononce dans les autres mots étrangers: dans
_dra_g, _thalwe_g, _wi_gh, _bo_g, _gro_g, _tou_g, etc., ainsi que
dans l’onomatopée _zigza_g et le populaire _bon zi_g; dans _er_g et
_iceber_g; dans _rotan_g, _ginsen_g et _gon_g, peut-être à tort; dans
l’onomatopée _di_g _din don_ et la plupart des mots anglais en _-ing_:
_brownin_g, _poudin_g, _skatin_g, _meetin_g, etc. La prononciation
exacte de cette finale anglaise est peut-être difficile aux Français;
mais il ne s’agit pas ici de prononcer de l’anglais: il s’agit
d’accommoder au français une finale qui reste connue comme étrangère,
et garde une allure exotique[584].


2º Le G devant une voyelle.

_Dans le corps ou en tête des mots_, devant une voyelle, le _g_ n’a
le son guttural que devant =_a_=, =_o_=, =_u_=: g_alon_, _bri_g_and_,
g_orille_, g_onfler_, _fi_g_ure_; il a le son chuintant devant _e_ et
_i_: g_énie_, g_entil_, g_in_g_embre_, _a_g_ir_, g_ymnase_[585]. Les
deux sons sont réunis dans g_i_g_ot_ ou g_i_g_antesque_[586].

On doit cependant pouvoir donner au _g_ le son chuintant devant _a_,
_o_, _u_, et le son guttural devant _e_ et _i_.


I.--On donne au _g_ le son _chuintant devant_ _=a=_, _=o=_, _=u=_,
par l’intercalation d’un _e_ qui ne se prononce pas: _man_g(e)_a_,
_man_g(e)_aille_, _man_g(e)_ons_, _man_g(e)_ure_ (de vers), g(e)_ai_,
_rou_g(e)_ole_, _pi_g(e)_on_, _na_g(e)_oire_, etc.[587].

Ce procédé bizarre a amené plus d’une confusion. Ainsi l’_e_ de
_g_(e)_ôle_, qui d’ailleurs n’est pas artificiel, mais qui aurait pu
disparaître, puisqu’il ne se prononçait plus[588], conduit encore
beaucoup de gens à prononcer _gé-ôle_, comme s’il y avait un accent
aigu sur l’_é_, cela parce que _g_(e)_ôle_ a été remplacé dans l’usage
courant par _prison_, et que le mot est de ceux qu’on apprend par
l’œil et non par l’oreille; et naturellement _gé-ôle_ amène souvent
_gé-ôlier_.

Autre exemple, pire peut-être, et dû à la même cause: depuis que le
mot _ga_g(e)_ure_ a cédé la place dans l’usage courant au mot _pari_,
beaucoup de personnes ont cru reconnaître dans le mot écrit la finale
_-eure_, et la prononciation par _eure_ est extrêmement répandue.
Elle n’en est pas plus acceptable, car le suffixe _-eure_ n’existe
en français que dans quelques féminins de comparatifs de formation
ancienne: _meill-eure_, _pri-eure_, _min-eure_, _maj-eure_, et ceux
des adjectifs en _-érieur_; mais les substantifs ne connaissent
que le suffixe _-ure_: _blesser_-_blessure_, _brocher_-_brochure_,
_coiffer_-_coiffure_, _peler_-_pelure_, _couper_-_coupure_, etc.;
d’où, étant donné le procédé orthographique, _gager_-_gag_(e)_ure_,
_verger_-_verg_(e)_ure_ (du papier), _manger_-_mang_(e)_ure_ (de vers),
et _charger_-_charg_(e)_ure_ (terme de blason)[589].

II.--D’autre part on donne au _g_ le son _guttural devant_ =_e_= et
=_i_=, y compris l’=_e_= muet, par l’addition d’un _u_, qui ne se
prononce pas plus que l’_e_ de _pig_e_on_: _g_u_erre_, _g_u_érir_,
_fatig_u_er_, _narg_u_er_, _g_u_irlande_, _g_u_ider_, _g_u_impe_,
_lig_u_e_, _dog_u_e_.

Ce procédé n’est guère moins contestable, car il amène d’autres
confusions. Il y a, en effet, des mots où l’_u_ ainsi placé appartient
au radical, comme dans _ai_gu_ille_, et doit se prononcer, tout en
faisant diphtongue d’ordinaire avec la voyelle; et alors comment
savoir si l’_u_ de _-gué-_ ou _-gui-_ se prononce? Celle des deux
prononciations qui était la plus fréquente, c’est-à-dire _ghé_ et
_ghi_, ne pouvait manquer d’attirer l’autre. Aussi est-ce _ghé_ et
_ghi_, et non _gué_ et _gui_, qu’on aurait dû écrire, pour éviter les
confusions.

Il faut donc que nous recherchions les cas où l’_u_ se fait entendre
dans les groupes _gué_ et _gui_.

Mais auparavant je dois faire une observation: c’est qu’il faut
éviter désormais de mouiller le _g_ guttural, aussi bien que le _c_,
par exemple de dire à peu près _ghyamin_ ou _ghyerre_ pour _gamin_
ou _guerre_: la distinction que Nodier établissait à ce point de
vue au profit des voyelles _é_ et _i_ a cessé d’être admise dans la
prononciation correcte.


3º Le groupe GU devant une voyelle.

I.--_Devant un_ =_e_=, l’_u_ ne se prononce à part en français que dans
le verbe _arg_u-_er_, et devant l’_e_ muet final des quatre adjectifs
féminins _aig_uë, _ambig_uë, _contig_uë, _exig_uë, et des deux
substantifs _besaig_uë et _cig_uë. On voit que cet _e_, quoique muet,
porte un tréma pour marquer la prononciation de l’_u_.

Dans le verbe _ar_gu-_er_, le suffixe étant naturellement _-er_, l’_u_
appartient au radical, qui est le même que dans _ar_gu-_ment_. Les gens
de loi savent très bien qu’on prononce _ar_gu-_er_, _j’ar_gu-_e_, _nous
ar_gu-_ons_, _j’ar_gu-_ais_, comme _tu-er_, _je tue_, etc.; mais que de
gens, voire des professeurs, articulent _ar_gh_er_, comme _narguer_,
_j’ar_gh_e_, _il ar_gh_ait_!

On a mis parfois un tréma dans _j’ar_guë, _il ar_guë, comme dans
_ci_guë, _ambi_guë, et cette orthographe, qui épargnerait beaucoup
d’erreurs, devrait être la seule correcte.

Partout ailleurs les groupes _gue_ et _gué_ se prononcent _ghe_ et
_ghé_: gu_enille_, gu_érir_, _dra_gu_er_, etc.[590].

II.--_Devant un_ =I= le cas est bien plus grave, parce que _-gui-_ est
plus fréquent que _-gué-_. Aussi la plupart des _u_ qui devraient se
prononcer ont cessé de le faire, depuis un temps plus ou moins long.

_Aiguille_ et _aiguillon_, avec leurs dérivés, sont les derniers mots
d’usage courant qui aient conservé la prononciation de l’_u_. Encore
faut-il faire une distinction. _Aiguille_ paraît trop commun pour être
altéré facilement: c’est un de ces mots qu’on apprend par l’oreille et
non par l’œil. Et pourtant _ai_gh_ille_ n’est déjà pas sans exemple.
Quand à _aiguillon_, il est déjà, hélas! très fréquemment altéré en
_ai_gh_illon_, étant moins populaire ou moins général qu’_aiguille_;
pourtant on peut lutter encore pour la prononciation correcte, soutenue
qu’elle est par le voisinage d’_ai_gu_ille_.

Outre ces deux mots, on prononce _ui_ naturellement dans
_ambi_g_uïté_, _conti_g_uïté_, _exi_g_uïté_, comme dans tous les mots
en _-uité_ (_u-ité_ chez les poètes); et enfin dans quelques mots
savants, _consan_g_uinité_ ou _san_g_uification_, _lin_g_uiste_ et
_lin_g_uistique_, _inextin_g_uible_, _in_g_uinal_, _on_g_uiculé_ et
_un_g_uis_, ou des mots purement latins, comme _an_g_uis in herba_[591].

Partout ailleurs on prononce _ghi_ aujourd’hui, notamment en tête
des mots: gu_ichet_, gu_imauve_, gu_itare_, etc.[592]; de même,
malgré le latin, dans _an_gu_ille_ et dans les mots de la racine de
_sang_ (sauf _consan_g_uinité_ et _san_g_uification_): _san_gu_in_ et
_consan_gu_in_, _san_gu_ine_, _san_gu_inaire_, _san_gu_inolent_; aussi
dans _bé_gu_ine_ et _bé_gu_in_, et dans _ai_gu_ière_[593]; enfin dans
_ai_gu_iser_, le dernier des mots de cette catégorie dont l’orthographe
a altéré la prononciation.

Il est vrai que quelques puristes soutiennent encore _ai_g_uiser_ par
_u_, mais presque tout le monde aujourd’hui prononce _aighiser_, et
nul n’a raison contre tout le monde. Ce mot a peut-être résisté plus
longtemps au sens figuré, plus littéraire et plus restreint que le sens
propre; mais là même il a dû céder au courant, et il faut renoncer à
réagir[594].


III.--Ce n’est pas tout. Les groupes _=gua=_ et _=guo=_ ne sont pas
français, sauf dans les verbes en _-guer_, où l’_u_ se conserve
partout, pour l’unité de la conjugaison: _navi_gu_a_, _navi_gu_ons_,
_navi_gu_ait_. Il suit de là que, hors ce cas, _gua_ ne se prononce pas
_ga_: il se prononce _goua_ (_gwa_), comme en latin, tout en faisant
diphtongue, bien entendu. Ainsi dans _ja_g_uar_ et _cou_g_uar_, dans
g_uano_, _i_g_uane_ et _al_g_uazil_, et même dans _lin_g_ual_. Pourtant
l’_u_ a cessé de se prononcer dans _ai_gu_ade_, _ai_gu_ail_ ou
_ai_gu_ayer_, et aussi dans _para_gu_ante_, qui est d’ailleurs passé de
mode.

Quant à _-guo-_, même en latin, il se prononce _go_:
_distin_g(u)_o_[595].


4º Le G devant une consonne.

Les consonnes devant lesquelles on rencontre quelquefois _g_ en
français sont les liquides, _=l=_, _=m=_, _=n=_, _=r=_, et _=d=_ ou
_=g=_[596].

Les groupes _=gl=_ et _=gr=_ n’offrent pas de difficultés.

Devant un _=m=_ ou un _=d=_, le _g_ se prononce toujours; il ne
s’y trouve d’ailleurs que dans des mots d’origine savante, comme
_amy_g_dale_ ou _au_g_menter_[597].

Devant _=n=_, la question est moins simple, car le français _=gn=_
n’est normalement qu’un _n_ mouillé[598]. Aussi le groupe _=gn=_
est-il mouillé presque partout, notamment devant un _e_ muet, sans
exception, et même dans les mots d’origine savante, pourvu qu’ils
soient suffisamment répandus, comme _ma_gn_étisme_, depuis Mesmer.
On a même longtemps mouillé un mot latin comme _agnus_, parce qu’il
était fort usité. Il en résulte qu’on ne sépare le _g_ de l’_n_ que
dans quelques mots savants moins usités, ou des mots étrangers,
notamment en tête des mots: g_neiss_; g_nome_ et g_nomique_, g_nomon_
et g_nomonique_, avec _physio_g_nomie_; g_nose_ et g_nostique_, avec
_dia_g_nostic_, _géo_g_nosie_, _reco_g_nition_ et _inco_g_nito_,
celui-ci par confusion, car il est italien, et on le mouille encore
quelquefois, comme en italien; de plus, dans _ma_g-_nificat_ et
_a_g-_nus_, mots latins; dans _a_g-_nat_ et _ma_g-_nat_, dans
_co_g-_nat_, et _co_g-_nation_, dans _sta_g-_nant_ et _sta_g-_nation_,
dans _re_g-_nicole_ et _inexpu_g-_nable_, dans _i_g-_né_ et tous les
mots commençant par _igne-_ et _igni-_; souvent aussi dans _li_g-_nite_
(mais non _ligneux_) et dans _pi_g-_noratif_[599]. Dans _ma_gn_olia_,
on mouille encore, mais la cacophonie de _nyolya_ est en voie de
séparer l’_n_ du _g_[600].

Il ne faut pas séparer le _g_ de l’_n_ dans d’autres mots,
même d’apparence plus ou moins savante, comme _co_gn_assier_,
_dési_gn_atif_, _impré_gn_ation_, _ma_gn_ésie_ ou même _ma_gn_ifier_.

Enfin le =_g_= _double_, devant une consonne, se prononce comme un seul
_g_: _a_(g)g_lomérer_, _a_(g)g_lutiner_, _a_(g)_graver_; mais on peut
aussi prononcer les deux. Devant _e_ ou _i_, on a naturellement un _g_
guttural, puis un _g_ chuintant: _su_g-g_érer_[601].

       *       *       *       *       *

Dans les mots italiens non francisés, le _=g=_ simple ou double se
prononce _dj_ devant _i_, par exemple dans _a_ g_iorno_, _dramma_
g_iocoso_ ou _risor_g_imento_; mais _appo_g_iature_ est francisé,
puisqu’il n’a même pas l’orthographe italienne[602].

On prononce de même _dj_ dans g_iaour_ et g_entry_; mais on peut
prononcer indifféremment _gentleman_ par _jan_ ou _djen_, quoique _man_
ne soit jamais nasal, et _gin_ par _jin_ nasal ou _djin_ non nasal; on
francise encore à volonté g_ipsy_ et _bostan_g_i_.

_=Gh=_ est proprement le _g_ guttural étranger devant _e_ et _i_, et
quelquefois ailleurs: gh_etto_, _slou_gh_i_, _yo_gh_i_[603]. On ne
l’entend pas dans _hi_gh, _ri_gh_t_, _dreadnou_gh_t_[604].

Le _=gli=_ italien n’est pas autre chose qu’un _=l=_ mouillé,
c’est-à-dire chez nous un _y_, et ne fait pas syllabe à part; mais nous
avons complètement francisé, en y ajoutant une syllabe, _imbrogli-o_ et
_vegli-one_[605].



H


1º L’H final ou intérieur.

_Après une voyelle finale_, l’_=h=_ allongeait la voyelle dans quelques
mots étrangers; mais nous avons vu que le phénomène n’est plus guère
sensible chez nous[606]. Il l’est davantage dans le corps des mots, où
l’_h_ peut encore parfois fermer et allonger la voyelle qui précède;
mais ce sont aussi des mots étrangers: _o_h_m_, _fœ_h_n_[607].

_Après une consonne_, sauf le groupe français _=ch=_, étudié plus haut,
l’_=h=_ ne change rien généralement au son de cette consonne: ainsi
_=kh=_ égale _k_ partout; quant au _=g=_, l’_h_ ne fait que lui rendre
le son guttural devant _e_ et _i_; _=th=_ égale _t_ pour nous, _=rh=_
égale _r_.

Dans le Midi, _=lh=_ et _=nh=_ représentent _l_ et _n_ mouillés.

D’autre part, _=sch=_ allemand et _=sh=_ anglais ou russe ont le son du
_ch_ français[608].

Tous ces groupes se prononcent à la fin des mots, sauf _ch_ final dans
_almana_(ch), et _gh_ final ou devant _t_ en anglais[609].


2º L’H initial, muet ou aspiré.

Mais ce n’est pas après une autre lettre, voyelle ou consonne, c’est
_en tête des mots_ que l’_h_ joue un rôle intéressant en français. Il
est vrai que ce rôle a été contesté. Et assurément l’_h_ dit _muet_
ne sert absolument à rien et aurait dû disparaître depuis longtemps
de l’orthographe, ou plutôt n’aurait jamais dû y être introduit sous
prétexte d’étymologie.

Mais quoi qu’on en dise, il n’en est pas de même, de l’_h aspiré_.
J’avoue que, d’aspiration proprement dite, il n’y en a plus guère
depuis plus d’un siècle. Pourtant il y en a certainement une dans
quelques onomatopées ou exclamations comme h_a_, h_é_, h_ola_, h_om_,
h_ue_; il y a aussi aspiration entre _oh! oh!_ et _ah! ah!_ quoique
ici l’_h_ soit final et non initial, et aussi, par emphase, quand on
exprime un sentiment violent: _je le_ h_ais_, _c’est une_ h_onte_.
Mais ce n’est pas tout: même sans accent oratoire, il y a toujours
_l’interdiction absolue de l’élision et de la liaison_, et par
suite _l’obligation de l’hiatus_, qui est une caractéristique assez
remarquable.

Il est parfaitement vrai qu’on prononce _il est_ h_ardi_ ou _des_
h_omards_ sans plus d’aspiration que dans _il est allé à Paris_ ou
_alvéole_; mais tout de même, tant qu’on dira _il est_ h_ardi_ ou _des_
h_omards_ sans liaison, et par suite avec hiatus, tant qu’on dira _le_
h_ameau_ ou _la_ h_otte_ sans élision, et par suite encore avec hiatus,
et cela en vers comme en prose, par nécessité, tant qu’on distinguera,
par la liaison, _en eau_ de _en_ h_aut_, _les auteurs_ de _les_
h_auteurs_, etc., aussi longtemps l’_h_ jouera son rôle, à moins qu’on
ne le remplace par un autre signe diacritique, ce qui est parfaitement
inutile[610].

Je sais bien que ces finesses n’appartiennent pas à la langue
populaire, et que même les erreurs nombreuses que fait le peuple en
cette matière montrent bien la répugnance instinctive qu’il a pour
l’_h_ aspiré: si la langue était livrée à elle-même, l’_h_ aspiré
deviendrait promptement identique à l’_h_ muet. Mais ces erreurs, les
gens instruits ne les font pas, et c’est la langue des gens instruits
qu’on enseigne ici.

Il y a donc en français un _h_ aspiré. Toutefois nous sortirions de
notre sujet pour entrer dans le domaine de la grammaire ou de la
lexicographie, si nous énumérions ici les mots dont l’_h_ est aspiré.
D’ailleurs, les dictionnaires sont là pour renseigner sur ce point,
s’il en est besoin. Il convient toutefois d’énoncer la loi générale qui
domine ici les faits, en indiquant les exceptions essentielles.


3º La loi de l’H initial.

La loi est celle-ci: _l’__=h=_ _est_ muet _quand il est d’origine
latine ou grecque_, aspiré _ailleurs, et surtout quand il est d’origine
germanique_.

I.--L’_h_ est _muet_ quand il vient du latin: (h)_abile_, (h)_abit_,
(h)_erbe_, (h)_omme_ et (h)_umain_, (h)_ospice_, (h)_ôtel_, (h)_umeur_,
etc.; à fortiori dans quelques mots qui ne devraient point avoir
d’_h_, n’en ayant point en latin: (h)_eur_, (h)_ermine_, (h)_ièble_,
(h)_uile_, (h)_uis_, (h)_uître_[611].

Il n’y a donc pas lieu d’aspirer (h)_ameçon_, (h)_allucination_ ou
(h)_altères_, ni (h)_iatus_, malgré le sens, ni (h)_irsute_, ni
(h)_oir_ et (h)_oirie_, ni enfin les dérivés d’(h)_uile_[612].

L’_h_ est tout aussi muet quand il remplace, très inutilement, l’esprit
rude du grec, notamment dans tous les mots qui commencent par _hecto-_,
_hélio-_, _hémi-_, _hémo-_, _hepta-_, _hétéro-_, _hexa-_, _hiéro-_,
_hippo-_, _homo-_, etc., et tous ceux qui commencent par _hy-_[613].

Il y a aujourd’hui une tendance très marquée à aspirer l’_h_ dans
(h)_y-ène_; mais il n’y a à cela aucune raison; et si _l’_(h)_yène_
paraît dur avec diphtongue, il est assez simple de dire _l’_(h)_y-ène_,
comme Victor Hugo, conformément à l’étymologie grecque, tout comme on
dit _l’_(h)_y-acinthe_ et non _le_ h_yacinthe_; cela vaut certainement
mieux que _la_ h_yène_, ou _des_ h_yènes_ sans liaison[614].


II. L’_h_ qui n’est pas latin ou grec est presque toujours _aspiré_.

Il l’est d’abord dans nombre d’exclamations ou d’onomatopées sûres
ou probables, ou même simplement prises pour telles, h_aleter_,
h_an_, h_ennir_, h_isser_, h_ola_, h_oquet_ (qui a peut-être altéré
h_oqueton_), h_oup_, h_ourra_, h_uer_, etc. L’_h_ n’est pas aspiré dans
_hallali_.

Il l’est surtout dans un grand nombre de mots (une centaine de racines)
d’origine germanique. On y voit figurer en majorité le haut et le bas
allemand[615].

On y trouve aussi l’anglais, avec h_andicap_ ou h_éler_; les dialectes
scandinaves, avec h_auban_, h_isser_ et h_une_; le néerlandais avec
h_apper_, h_être_, h_ie_, h_obereau_, h_oublon_ et h_ouille_, et vingt
ou trente racines d’origine inconnue, qui ont toutes les chances d’être
germaniques, ne pouvant être latines ou grecques[616].


4º Les exceptions.

Il y a, avons-nous dit, des exceptions. Cette distinction entre ces
deux catégories de mots, mots latins et mots germaniques, est si
certaine et si caractéristique que c’est précisément et uniquement
l’influence des mots germaniques qui a fait aspirer l’_h_ de certains
mots d’origine latine, par l’effet d’une fausse analogie: ainsi
h_arpon_ a été altéré probablement par h_arpe_, h_uguenot_ par
H_ugues_, h_uppe_ par l’allemand aussi, et surtout tous les mots de la
famille de _haut_, qui ne devraient point avoir d’_h_, par l’allemand
_hoch_, quoique l’origine latine de h_aut_ ne soit pas douteuse[617].

Il y a encore d’autres aspirations irrégulières qui s’expliquent plus
ou moins bien. Ainsi, parmi les mots qui viennent du grec, on trouve
h_alo_, peut-être par euphonie pour éviter l’(h)_alo_, comme on dit
_le_ h_ulan_; et encore h_alurgie_ et h_arpye_, quoique (H)_arpagon_
ait l’_h_ muet.

On dit aussi, sans doute par euphonie, la h_iérarchie_; mais
l’_h_ de ce mot est muet par ailleurs, et généralement aussi dans
(h)_iérarchique_, toujours dans (h)_iérophante_, (h)_iéroglyphe_ ou
(h)_iératique_.

On s’explique assez bien l’aspiration dans h_ors_ qui vient du latin,
parce que l’_h_ remplace un _f_[618]; et aussi dans _voilà le_
h_ic_[619].

Dans h_arceler_ et h_argneux_, il y a peut-être une espèce
d’onomatopée. H_érisser_ ou h_érisson_ ont pu s’aspirer aussi à cause
du sens. D’autres aspirations s’expliquent difficilement[620].

Enfin il y a des racines qui ont pris un caractère hybride, tantôt
aspirées, tantôt non.


1º _Huit_ n’a même pas d’_h_ en latin[621]. Il s’est aspiré pourtant,
mais seulement en qualité de nom de nombre, comme _un_ et _onze_, afin
de s’isoler nettement des mots voisins, comme tous les noms de nombre:
_le un_, _le deux_, _le sept_, _le_ h_uit_, _le onze_, _le_ h_uitième_,
_la_ h_uitaine_; de même _chapitre_ h_uit_ et _livre_ h_uit_, quoiqu’on
dise _page_ (h)_uit_; de même encore _trois_ h_uit_ sans liaison.
Toutefois _huit_ n’est plus aspiré quand il n’est pas initial; ainsi
on fait la liaison dans _dix_-(h)_uit_ par _s_ doux comme dans _dix
hommes_ et l’on prononce _vingt_-(h)_uit_ comme _quarant_(e)-(h)_uit_
où l’_e_ s’élide; de même _mill_(e)-(h)_uit cents_[622].


2º L’_h_ de h_éros_ s’est aspiré aussi par une sorte d’euphonie, et
sans doute pour éviter la confusion ou plutôt le calembour que la
liaison aurait faite au pluriel avec _les zéros_. Mais tous les autres
mots de la même racine, (h)_éroïque_, (h)_éroïsme_, (h)_éroïne_,
(h)_éroïde_, ont gardé l’_h_ muet qu’ils tenaient du latin.

3º Le mot (h)_uis_, qui a l’_h_ muet, comme son dérivé (h)_uissier_,
s’aspire dans l’expression h_uis clos_.

4º Inversement, h_anse_, de l’ancien haut allemand, a gardé son _h_
aspiré, car on ne saurait dire l’(h)_anse_; mais on dit, avec élision
ou liaison, _la ligue_ (h)_anséatique_, _les villes_ (h)_anséatiques_.

5º De même h_éraut_, probablement de même origine que h_anse_, a gardé
aussi son _h_ aspiré; mais (h)_éraldique_ et (h)_éraldiste_ ont l’_h_
muet, parce qu’ils nous sont venus par l’intermédiaire de formes
latines[623].



J


Le _j_, qui n’est autre que _i_ consonne, transformé en chuintante
douce ou sonore, ne se trouve jamais à la fin des mots[624].

Dans le corps des mots et surtout en tête, il est toujours devant une
voyelle et se prononce devant toutes comme _g_ devant _e_ et _i_[625].

Le _j_ étranger n’est non plus que l’_i_ consonne, mais il se prononce
le plus généralement comme un _yod_; ainsi dans l’italien j_ettatura_
ou dans le hongrois _el_ j_en_[626].

En anglais et dans quelques autres langues, il se prononce comme _dj_:
ainsi dans _ban_j_o_[627].



K


Le =_k_= n’est pas autre chose qu’un _c_ guttural, dont le son ne
change pas. Mais ce n’est pas une lettre proprement française, pas plus
que latine d’ailleurs, le français ayant adopté, après le latin, _c_ et
_qu_ pour noter le même son.

Le _k intérieur_ ou _final_ est toujours étranger: _mo_k_a_.

_A la fin des mots_, le _k_ se prononce toujours, comme ailleurs: ainsi
_mar_k[628]; mais il s’ajoute presque toujours au _c_, au moins après
une voyelle, sans d’ailleurs modifier le son; ainsi de _beefsteak_ nous
avons fait _bifte_ck, avec addition d’un _c_.

On trouve exceptionnellement un _k_ devant un _e_ muet dans
_co_k_e_[629].

Les mots qui _commencent_ par _k_ sont d’origine étrangère ou tirés du
grec, comme k_épi_, k_nout_ ou k_ilogramme_[630].



L


1º L’L final et les mots en il.

La lettre =_l_= est une de celles qui se prononcent en français _à la
fin des mots_.

Les finales en =_-al_= et en =_-el_= notamment sont très nombreuses et
n’offrent point d’exceptions[631].

Les finales en =_-eul_=, =_-ol_= et =_-oil_= n’en ont pas
davantage[632].

Parmi les finales en =_-oul_= et =_-ul_=, il faut excepter _pou_(ls)
et _soû_(l), qu’on écrit aussi _saoul_ très mal à propos, et _cu_(l),
avec ses composés _gratte-cu_(l), _torche-cu_(l), _cu_(l)-_blanc_,
_cu_(l)-_de-jatte_, _cu_(l)-_de-bouteille_, _cu_(l)-_de-sac_,
_cu_(l)-_de-lampe_, _cu_(l)-_de-poule_, etc.[633].

Les finales en =_-ail_=, =_-eil_=, =_-euil_=, et =_-ouil_= (y compris
_œil_ et les mots en _-cueil_ et _-gueil_) ont un _l_ mouillé par
l’_i_: _éma_il, _cora_il, _sole_il, _pare_il, _deu_il, _fauteu_il,
_accue_il, _orgue_il, _fenou_il, etc.[634]. _Rail_ seul se prononce
quelquefois _rèl_ à l’anglaise[635].

Restent les finales en =_-il_= après une consonne, qui appellent
quelques observations.

D’abord le pronom _il_. Ce mot avait amui son _l_ depuis le XVIᵉ
siècle, sauf en liaison, bien entendu. C’est un phénomène assez curieux
qu’à cette époque on écrivait _a-il_ et on prononçait _ati_.

Ni le XVIIᵉ siècle, ni le XVIIIᵉ n’ont rétabli cet _l_ dans la
prononciation courante, et le XVIIIᵉ siècle n’a cherché à le rétablir
que dans le discours soutenu. Restaut reconnaît qu’il ne se prononce
pas ailleurs. Depuis Domergue, les grammairiens veulent qu’on
le prononce partout; mais dans l’usage courant et familier: _où
va-t-i_(l), _i_(l) _vient_ s’entendent presque uniquement à côté de
_i_l _a_. L’enseignement seul maintient cet _l_ dans la lecture et dans
le langage soigné.

Les autres mots en =_-il_= se divisaient autrefois en deux catégories:
les mots à _l_ simple et les mots à _l_ mouillé.

I.--_Les mots à_ =_l_= _simple_ ont gardé leur _l_ dans la
prononciation ou l’ont repris s’ils l’avaient perdu. Ce sont:
l’adjectif numéral _mi_l; des adjectifs venus d’adjectifs latins en
_-ilis_, _puéri_l, _viri_l, _volati_l, _subti_l, _bissexti_l, _vi_l,
_civi_l; le vieux pronom _ci_l; des substantifs également venus du
latin: _fi_l (avec _profi_l et _morfi_l), _si_l, _exi_l, _pisti_l; et
quelques mots étrangers, _ani_l, _tori_l, _alguazi_l, avec _béry_l[636].


II.--_Les mots à_ _=l=_ _mouillé_, d’origines variées ou inconnues,
se sont au contraire tous altérés. Car autrefois l’_l_ final unique
se mouillait fort bien[637]; mais cette prononciation a disparu
progressivement, soit par l’affaiblissement du son mouillé, qui a amené
la chute de la consonne, soit par changement de l’_l_ mouillé en _l_
simple[638]. Cette seconde catégorie se divise donc elle-même en deux
groupes:


1º Dans la plupart des mots, on ne prononce plus l’_l_ depuis
longtemps: ce sont _bari_(l), _charti_(l), _cheni_(l), _courbari_(l),
_courti_(l), _couti_(l), _douzi_(l) ou _doisi_(l), _feni_(l),
_fourni_(l), _fraisi_(l), _fusi_(l), _genti_(l), _nombri_(l),
_outi_(l), _sourci_(l), et plus récemment _persi_(l), malgré le
voisinage de formes mouillées toujours usitées, comme _bari_ll_et_,
_outi_ll_er_, _fusi_ll_er_, _sourci_ll_er_, etc.[639].

_Genti_(l), qui appartenait d’abord à la première catégorie, à _l_
sonore (latin _gentilis_), est passé ensuite à la seconde, _avec_ _=l=_
_mouillé_, après quoi il a également amui son _l_[640]; toutefois, au
singulier de _gentilhomme_, un _yod_ est demeuré nécessairement entre
l’_i_ et l’_o_ (gentiyom).


2º Au contraire, _ci_l, _péni_l, _brési_l, _torti_l (pour _tortis_,
sous l’influence de _torti_ll_er_), ont passé au groupe des mots à _l_
non mouillé; _péri_l aussi, quoiqu’il y ait encore quelques exceptions;
_avri_l de même, après s’être prononcé _avri_ au XVIIᵉ siècle, et
_avriy_ au commencement du XIXᵉ.

Il n’y a plus d’hésitation que pour quatre substantifs: _babil_,
_grésil_, _gril_ et _mil_ (avec _grémil_). Non qu’on puisse y conserver
le son mouillé, ou plutôt le _yod_, car il s’y entend de moins en
moins, et ne saurait tarder à disparaître, malgré le voisinage de
formes mouillées, comme _babi_ll_er_, _grési_ll_er_, _gri_ll_er_: la
seule question est de savoir s’ils se prononceront définitivement avec
ou sans _l_, car les deux coexistent. Il est probable que le son _il_
l’emportera dans _mi_l et _babi_l, comme dans _péri_l et _avri_l. Mais
_grési_(l), et surtout _gri_(l), sans _l_, paraissent avoir des chances
sérieuses[641].


2º L’L intérieur.

_Dans le corps des mots_, l’_=l=_ se prononce aujourd’hui partout,
notamment dans _pou_l_pe_, _sou_l_te_ et _indu_l_t_, où il a revécu,
grâce à l’orthographe, après une éclipse plus ou moins longue[642].
Il faut excepter _fi_(l)_s_ et _au_(l)_x_, pluriel de _ail_[643]. Je
ne parle pas de _au_(l)_ne_, qui a cédé la place à _aune_, ni de
_fau_(l)_x_, graphie assez ridicule pour _faux_, adoptée néanmoins par
V. Hugo et quelques poètes, de ceux qui prétendent aussi écrire _lys_
pour _lis_[644].

Dans le parler populaire ou simplement rapide, l’_l_ intérieur tombe
souvent, mais il sera bon de faire un petit effort pour le conserver.
Ainsi, dans les mots en =_-lier_=, le peuple fait souvent tomber
l’_l_, et prononce par exemple _escayer_, et surtout _souyer_, et cela
depuis des siècles; de même _bi-yeux_ et _mi-yeu_, pour _bi-lieux_
et _mi-lieu_, _un yard_ pour _un liard_. Il faut éviter avec soin
cette prononciation, et ne pas confondre _sou_-l_ier_ avec _souiller_
(souyé), quoique ces mots puissent parfaitement rimer ensemble[645].

Il n’en est pas tout à fait de même de _que_(l)_qu’un_, et surtout
_que_(l)_qu_(e)_s-uns_, _que_(l)_qu’ chose_, et _que_(l)_qu’ fois_,
qu’on entend le plus ordinairement dans la conversation courante, et
cela depuis des siècles. Cette prononciation, parfaitement conforme
au génie de la langue, qui admet mal le groupe _lq_, ne saurait être
condamnée rigoureusement; mais ce n’est tout de même pas une raison
pour la conseiller à l’exclusion de toute autre, comme le font les
phonéticiens purs?

Où ira-t-on, si l’on entre dans cette voie? On dit aussi, dans la
conversation, _capab_(le), _impossib_(le), _discip_(le), _muf_(le),
au moins quand on parle vite, et surtout devant une consonne, nous
l’avons vu à propos de l’_e muet_, et même quelquefois sans cela. Mais
que ne dit-on pas? On dit non seulement _c_(el)_a_, qui est admis,
mais _c_(el)_ui qui_ et _c_(el)_ui-ci_[646]; et aussi _j_(e l)_ui ai
dit_, et même _j_(e lu)_i ai dit_; et non seulement _i_(l) _vient_, ou
_ainsi soit-i_(l), mais aussi _e_(lle) _vient_ ou _e_(lle) _n’ vient
pas_ (voire _a vient_!); et aussi _que_(l) _sale métier_, et (il) _y a
du bon_, et (il n’)_y en a plus_ (ou _pus_); et non seulement _s’i_(l)
_vous plaît_, mais _s’i_(l v)_ous plaît_[647], et _s’_(il v)_ous
plaît_, et même _s’_(il) _te plaît_ et _s’_(il vous) _plaît_. Tout
cela est admissible, ou du moins tolérable, à la grande rigueur. Mais
va-t-on le conseiller aussi[648]?

Assurément, si l’on disait toujours _que_(l)_qu’ fois_, il faudrait
bien en passer par là, et nos phonéticiens auraient raison; mais il
s’en faut bien qu’on le dise toujours, pas plus qu’on ne dit toujours
_çà_ pour _cela_: ces choses-là dépendent des lieux et des personnes
à qui l’on parle. De telles formes sont donc simplement tolérables
dans la conversation familière, mais nullement à proposer comme
modèles[649].


3º L’L double après un i.

L’_l double_ se prononce, suivant les cas, de trois manières, comme un
_l_ simple, comme deux _l_, et comme l’_l_ mouillé: c’est-à-dire bien
entendu le _yod_.

Quand l’_l_ double est final, il se prononce simple, comme les autres
consonnes, même après _i_: _bi_l(l) et _mandri_l(l), comme _footbal_(l)
ou _atol_(l). C’est donc une erreur de mouiller _mandril_(l).

Quand l’_l_ double n’est pas final, sa prononciation dépend d’abord de
la voyelle qui précède, suivant que cette voyelle est ou n’est pas un
_i_, car si c’est un _i_, l’_l_ double est généralement mouillé.

       *       *       *       *       *

L’_l_ double est d’abord mouillé, sans exception, dans les groupes
_-aill-_, _-eill-_, _-euill-_, _-ouill-_, à commencer par les finales
muettes en _=-aille=_, _=-eille=_, _=-euille=_ et _=-ouille=_, qui
correspondent aux finales masculines en _-ail_, _-eil_, _-euil_,
_-ouil_: _éca_ille et _bata_ill_e_, _abe_ill_e_ et _ose_ill_e_,
_feu_ill_e_ et _cue_ill_e_, _grenou_ill_e_, etc. Il en est de même dans
le corps des mots, aussi bien qu’à la fin, d’autant plus que le groupe
_=-ill-=_ intérieur dérive presque toujours d’une finale mouillée[650].

Ainsi l’addition de l’_i_ entre l’une des voyelles _a_, _e_, _ou_ et
l’_l_ double supprime toute hésitation. C’est pourquoi la prononciation
de _nouille_, autrefois écrit _noule_, a pu se fixer au son mouillé,
tandis que _semoule_, longtemps mouillé, est retourné au son _oule_
non mouillé, par réaction orthographique et faute d’_i_.

       *       *       *       *       *

Le cas est moins simple quand le groupe _=-ill-=_ n’est pas précédé
d’une voyelle, car alors l’_i_ se prononce, et la question de savoir si
l’_l_ double est mouillé reste entière.


I. =Les finales muettes en ILLE.=--Ces finales sont presque toutes
mouillées, comme les finales en _=-aille=_, _=-eille=_, _=-euille=_ et
_=-ouille=_, étant donné que les finales non mouillées sont presque
toutes en _=-ile=_ avec un seul _l_. Pourtant il y a des exceptions,
quoiqu’elles tendent progressivement à disparaître, par l’effet de
l’analogie[651].


1º Commençons par les verbes. On peut dire que _scinti_(l)_le_ non
mouillé ne se défend plus guère; mais il n’y a pas si longtemps
qu’il a mouillé ses _l_, et l’on conserve toujours à côté de lui
_scinti_l-l_ation_, où les deux _l_ sont distincts.

Nous assistons actuellement à la transformation de _osci_(l)_le_
et _vaci_(l)_le_ en _osciye_ et _vaciye_, qui est bien près d’être
achevée, surtout pour _vaci_(l)_le_, quoique _osci_l-l_ation_ et
_vaci_l-l_ation_ soient aussi à peu près intacts. On doit encore
conseiller _osci_(l)l_e_; on peut même conseiller _vaci_(l)l_e_, mais
il ne faut pas se dissimuler que ce seront bientôt des archaïsmes. Et
naturellement la conjugaison entière de ces verbes se trouve altérée de
la même manière par réaction analogique.

Il y a encore un autre verbe qui est déjà touché légèrement, c’est
_titi_(l)_le_.

Le seul verbe qui résiste absolument, parce qu’il est d’usage très
courant, et même populaire, et appris par l’oreille autant que
par l’œil, c’est _disti_(l)l_e_; on ne prononce même généralement
qu’un _l_ dans _disti_(l)l_er_, et, par suite, _disti_(l)l_erie_ et
_disti_(l)l_ation_.


2º En dehors des verbes, la prononciation non mouillée n’est guère
plus répandue dans les finales en _=-ille=_. Cette prononciation ne
se maintient que dans trois ou quatre mots extrêmement usités, ou, au
contraire, dans un certain nombre de noms plus ou moins savants.

Les mots savants sont protégés précisément par un emploi assez
restreint, ou du moins peu populaire: _papi_(l)l_e_, _pupi_(l)l_e_,
_si_(l)l_e_, _sci_(l)l_e_, _baci_(l)l_e_, _vertici_(l)l_e_,
_codici_(l)l_e_ et _myrti_(l)l_e_[652]. Les dictionnaires y ajoutent
encore _fibri_(l)l_e_, mais ils feront bien de se corriger sur ce
point. _Pupi_(l)l_e_ lui-même est déjà très atteint, et _myrti_(l)l_e_
n’est pas assez rare pour se défendre encore bien longtemps.

Mais, d’autre part, les mots d’usage tout à fait général et très
courant se conservent plus sûrement encore que les mots savants,
étant appris par l’oreille et non par l’œil; seulement ici ils
sont tout juste trois, à savoir: deux adjectifs, _mi_(l)_le_
et _tranqui_(l)_le_[653], et un substantif, _vi_(l)_le_, avec
_vaudevi_(l)_le_, dont l’étymologie est toujours contestée[654].


II. =Le groupe ILL intérieur.=--La finale en _=-ille=_ étant
mouillée presque partout, toutes celles qui se rattachent plus ou
moins à celle-là le sont également: _fusi_ll_ade_ et _outi_ll_age_,
_sémi_ll_ant_ ou _bri_ll_anter_ (avec _casti_ll_an_ et _sévi_ll_an_),
_corbi_ll_ard_ ou _babi_ll_arde_, _gaspi_ll_er_, _habi_ll_ement_
et _arti_ll_erie_, _bi_ll_et_ ou _fi_ll_ette_, _torpi_ll_eur_ et
_péri_ll_eux_, _pavi_ll_on_, etc., et tous leurs dérivés.

Ont encore l’_l_ double mouillé quelques mots à finales plus rares:
_ti_ll_ac_, _cabi_ll_aud_, _genti_ll_esse_, _ti_ll_eul_ et _fi_ll_eul_,
_gri_ll_ot_, tous les mots qui commencent par _=quill-=_, ou encore des
dérivés comme _bi_ll_ebaude_, et aussi _bi_ll_evesée_, sur qui les avis
se partagent, bien à tort[655].

On peut y joindre l’_l_ double espagnol, notamment la finale _=-illa=_;
malheureusement, à côté de _manzani_ll_a_, _guéri_ll_a_, _cuadri_ll_a_
ou _banderi_ll_ero_, qu’on prononce d’ordinaire correctement, on a
trouvé plus savant et plus distingué de séparer les consonnes dans
_chinchi_l-l_a_ (qui devient souvent _chinchi-la_) et _camari_l-l_a_:
c’est une grave erreur, dont on pourrait bien aussi se corriger,
puisque l’espagnol est toujours là[656].

On remarquera que la finale _=-ier=_, qu’on trouve dans un assez
grand nombre de mots à la suite de l’_l_ double mouillé, ne change
plus rien à la prononciation, qui est la même que si la finale
était _=-er=_, de même qu’après _=gn=_: ainsi _quinca_illi_er_,
_éca_illi_ère_, _vani_lli_er_, _manceni_lli_er_, _cornou_illi_er_, à
côté de _ore_ill_er_, et _poula_ill_er_, qui avaient aussi un _i_, et
l’ont perdu, tandis que les autres gardaient le leur. Au contraire,
les finales verbales _=-ions=_ et _=-iez=_ ajoutent un _yod_ aux _ll_
mouillés, sans quoi il pourrait y avoir confusion de temps: _nous
travaillions_ se prononce donc _nous trava_y-y_ons_, à côté du présent
_trava_-y_ons_[657].

D’autre part, on a pu voir qu’il n’y avait point de finales mouillées
après la voyelle _u_. Mais en _=-uille=_, cas particulier de _-ille_,
nous connaissons déjà _aigui_ll_e_. On retrouve le même groupe _=ui=_
suivi de l’_l_ double mouillé dans _cui_ll_er_, et il est surprenant
que l’_i_ ne se soit pas détaché de l’_u_ dans ce mot[658].

Au contraire, c’est _u_ qui se change en _ui_, très malencontreusement,
et depuis bien longtemps, dans _ju-illet_, où l’_i_ ne devrait
servir qu’à mouiller les _ll_, comme dans les finales en _-euille_
et _-ouille_. Ce qui le prouve bien, c’est que beaucoup de personnes
prononcent encore _juliet_, qui est le faux mouillage: ce sont les
mêmes qui prononcent _alieurs_. Mais la vraie prononciation est
_ju-yet_[659].

       *       *       *       *       *

En somme, le groupe _=-ill-=_ est mouillé à peu près partout à
l’intérieur des mots; les exceptions sont les suivantes:


1º Les dérivés de _vi_(l)l_e_, _tranqui_(l)l_e_ et _mi_(l)l_e_,
à savoir: _vi_(l)l_age_, _vi_(l)l_ette_, avec _vi_l-l_a_ et
_vi_l-l_égiature_, où sonnent deux _l_, comme dans les mots latins;
_tranqui_(l)l_ité_, _tranqui_(l)l_iser_, _tranqui_(l)l_ement_;
_mi_(l)l_ier_, _mi_(l)l_iard_, _mi_(l)l_ième_, _mi_(l)l_ion_, et
aussi, par analogie, _bi_(l)l_ion_, _tri_(l)l_ion_, etc., avec
_mi_l-l_énaire_, _mi_l-l_ésime_, _mi_l-l_imètre_, etc., où sonnent
aussi deux _l_[660].


2º D’autre part, deux _l_ sonnent aussi, par conséquent sans mouillure,
dans _pénici_l-l_é_, _vertici_l-l_é_, _sigi_l-l_é_, et les mots en
_-illation_ et _-illaire_: _scinti_l-l_ation_, _capi_l-l_aire_ (et
_capi_l-l_arité_), _anci_l-l_aire_, etc.; dans _pusi_l-l_anime_, dans
_achi_l-l_ée_ et _achi_l-l_éide_[661].


3º De plus, en tête des mots, le préfixe _il-_ reste distinct devant un
_l_: _i_l-l_uminé_, _i_l-l_égitime_, etc.; tout au plus peut-on réduire
les deux _l_ à un, si l’on veut, dans _i_ll_ustration_, mais, en tout
cas, on ne mouille jamais.


4º On ne prononce qu’un _l_ simple dans _li_(l)l_iputien_, qui a peu de
chances de se mouiller, et dans _vi_(l)l_anelle_, qui est évidemment
protégé par l’analogie de _vi_(l)l_e_ et _vi_(l)l_age_[662].


4º L’L double ailleurs qu’après un i.

Après une voyelle autre que _i_, l’_l_ double fait comme les autres
consonnes, et se prononce comme un seul ou comme deux, suivant que
le mot est plus ou moins usité. C’est le principe général, déjà vu
ailleurs. Mais ici, _la prononciation double l’emporte de beaucoup_, et
de nos jours plus qu’autrefois, soit que les mots soient plus savants,
soit que l’habitude plus répandue du latin fasse conserver les _ll_,
comme nous les conservons en latin[663]. Il n’y a rien d’ailleurs
d’absolu, nous l’avons dit, et l’on prononce un _l_ ou deux dans
beaucoup de mots, suivant qu’on parle plus ou moins vite.

C’est après un _a_ que l’_l_ double se réduit encore le plus
souvent à un. Cela est indispensable dans _a_(l)l_er_, _a_(l)l_eu_,
_a_(l)l_iance_, _a_(l)l_o_, _a_(l)l_onger_, _a_(l)l_otir_,
_a_(l)l_umer_, _ba_(l)l_et_, _ba_(l)l_ot_, _ba_(l)l_ant_, _ba_(l)l_on_,
_ca_(l)l_eux_ (à côté de _ca_l-l_osité_); _da_(l)l_er_, _fa_(l)l_oir_,
_ga_(l)l_on_, _ha_(l)l_ali_, _insta_(l)l_er_, _va_(l)l_ée_,
_va_(l)l_on_, et leurs familles. Il n’y a aucun inconvénient à en faire
autant dans des mots aussi usités que _a_(l)l_aiter_, _a_(l)l_écher_,
_a_(l)l_ouer_, et même _a_(l)l_egro_ ou _a_(l)l_egretto_, voire
_a_(l)l_égresse_, _a_(l)l_éguer_, _a_(l)l_éger_, _ha_(l)l_ucination_,
et quelques autres, encore que les deux _l_ s’y prononcent le plus
souvent[664].

Après _e_, _o_, _u_, _y_, les deux _l_ se maintiennent mieux qu’après
_a_.

Après _e_, ils ne se réduisent guère que dans _ce_(l)l_ier_,
_ce_(l)l_ule_, _exce_(l)l_ent_, et, si l’on veut, dans _pe_(l)l_icule_,
_rebe_(l)l_ion_ et _libe_(l)l_é_[665].

Dans les mots commençant par _=col-=_, les deux _l_ ne se réduisent
régulièrement que dans _co_(l)l_er_, _co_(l)l_ège_, _co_(l)l_et_,
_co_(l)l_ier_, _co_(l)l_ine_, _co_(l)l_ation_, et leurs parents, mais
non pas dans les expressions savantes _co_l-l_ation des grades_ ou
_co_l-l_ationner des registres_. Il n’y a d’ailleurs aucun inconvénient
à y joindre _co_(l)l_ègue_, _co_(l)l_odion_ ou _co_(l)l_yre_,
et quelques autres. On prononce aussi uniquement _do_(l)l_ar_,
_fo_(l)l_et_, _mo_(l)l_et_, _mo_(l)l_ir_ et _mo_(l)l_usque_, et même,
si l’on veut, _so_(l)l_icitude_[666].

Après _u_, ils ne se réduisent pas, sauf tout au plus dans
_pu_(l)l_uler_, si l’on veut, ou _ébu_(l)l_ition_[667].

Après _y_, notamment, pour le préfixe _=syl-=_, la réduction est aussi
rare que pour le préfixe _il-_.

       *       *       *       *       *

Si la tendance populaire, fort naturelle, était ici de réduire les
deux _l_ à un seul, en revanche, il y a une autre tendance, également
populaire, mais très fâcheuse, qui consiste au contraire à doubler
l’_l_ après un pronom: _je_ ll’_ai vu_, _tu_ ll’_as dit_, _j’ te_
ll’_ai dit_. C’est sans doute par analogie avec _il l’a vu_, _il l’a
dit_[668]. C’est un des plus anciens et des plus graves défauts de la
prononciation parisienne, d’autant plus grave qu’il est extrêmement
difficile à corriger.

En tête des mots, on trouve aussi l’_l_ double dans certaines langues,
et c’est l’_l_ mouillé; mais _lloyd_ se francise avec _l_ simple, non
mouillé[669].

       *       *       *       *       *

On a vu, plus haut, que _lh_ représentait dans le Midi l’_l_ mouillé.
Ce groupe n’est pas passé dans le français; c’est donc le hasard
seul qui a rapproché ces deux lettres dans _phi_l-(h)_ellène_
ou _phi_l-(h)_armonique_, où ils appartiennent à des éléments
différents et ne sauraient se mouiller. On ne mouille pas non plus
_si_l(h)_ouette_, qui vient d’un nom propre[670].

NOTE COMPLÉMENTAIRE.--On a vu que _il_ se prononçait partout _i_
autrefois, sauf devant une voyelle. C’est ce qui explique une faute
d’orthographe qui était très fréquente alors (on la trouve dans
Bossuet), et qui consistait à écrire _qui_ pour _qu’il_. On ne répétera
jamais assez que c’est précisément à cette faute qu’est due la
fortune d’une phrase fameuse de La Bruyère, qui nous paraît toujours
surprenante et qu’on imite perpétuellement: _depuis plus de six mille
ans qu’il y a des hommes_ et qui _pensent_. La Bruyère voulait dire _et
qu’ils pensent_, pas autre chose: sa syntaxe, comme celle de tous ses
contemporains, démontre sans contradiction possible que, pour justifier
_et qui_, il eût fallu au moins une épithète à _hommes_.



M


1º L’M simple.

On a vu, au chapitre des nasales, qu’_à la fin des mots_ l’_=m=_ ne
faisait jadis que nasaliser la voyelle précédente. Cette prononciation,
purement française, a disparu progressivement. A part un petit nombre
de mots[671], la prononciation étrangère ou latine a prévalu, les mots
terminés en _m_ étant en effet presque tous étrangers ou latins: l’_m_
final y est donc séparé de la voyelle, et, par suite, s’y prononce:
_madapola_m, _hare_m, _intéri_m, _albu_m[672].

       *       *       *       *       *

_Dans le corps des mots_, l’_m_ ne nasalise la voyelle qui précède
que quand il est suivi lui-même d’une labiale _b_ ou _p_, ou dans le
préfixe _em-_ (pour _en-_), suivi d’un _m_: _ambition_, _em-mener_,
_simple_, _nymphe_, _compte_, etc., et aussi _comte_ et ses
dérivés[673].

Devant toute autre consonne, l’_m_ se prononce à part: _ha_m_ster_,
_déce_m_vir_, _triu_m_virat_[674].

D’autre part, dans le groupe _=mn=_ intérieur, l’_m_ avait cessé
autrefois de se faire sentir, par assimilation de l’_m_ avec
l’_n_[675]. Cette prononciation, qui a disparu dans la plupart des
cas, s’est maintenue dans _da_(m)_ner_ et ses dérivés, ainsi que
dans _auto_(m)_ne_, parce que le groupe _am_ ou _om_ s’est d’abord
nasalisé: on entend parfois encore _d_an-_ner_. Mais on prononce
aujourd’hui l’_m_ et l’_n_ dans _inde_m-ne, _ind_em-n_iser_ ou
_inde_m-n_ité_[676], ainsi que dans _auto_m-n_al_, mot savant, aussi
bien que dans _calo_m-n_ie_, _a_m-n_istie_, _o_m-n_ibus_ et tous les
mots récents[677].

Le peuple laisse volontiers tomber l’_m_ dans les mots en _=-asme=_ et
_=-isme=_: _cataplas_m_e_, _catéchis_m_e_, _rhumatis_m_e_; c’est une
paresse dont il faut se garder avec soin[678].


2º L’M double.

L’_m double_, entre voyelles non caduques, subit toujours la
distinction des mots très usités et des mots plus ou moins savants.
Mais ici, plus qu’ailleurs, il y a lieu de faire attention à la voyelle
qui précède.

On sait déjà qu’après _e_ initial (même devant un _e muet_), le premier
_m_ ne fait que nasaliser la voyelle: c’est le préfixe _en_ qui se
maintient en assimilant son _n_ à l’_m_ qui suit: _em_-m_ancher_,
_em_-m_énager_, _em_m_ener_, etc., et par suite _rem_-m_ener_,
etc.[679]. Mais on prononce deux _m_ dans _e_m-m_énagogue_, mot savant
et récent. On n’en prononce qu’un dans les adverbes en _-emment_
(aman), mais deux dans _ge_m-m_ation_ et _pe_m-m_ican_[680].

Après _=a=_, _=i=_ et _=u=_, à part les adverbes en _-amment_, il
est très rare qu’on ne prononce pas les deux _m_, sans doute parce
que la plupart des mots sont des mots savants. _Épigra_(m)m_e_ même
n’empêche pas _épigra_m-m_atique_. _Ga_(m)m_a_ est devenu _ga_m-m_a_.
Il n’y a plus guère que _enfla_(m)m_er_, qui résiste absolument, et
_gra_(m)m_aire_, qui résiste encore à moitié, mais on dit plutôt
_gra_m-m_airien_, et à fortiori _gra_m-m_atical_, sans parler
d’_infla_m-m_ation_. C’est à peine si on réduit encore parfois,
quand on parle vite, les deux _m_ d’_i_m-m_ense_, _i_m-m_obile_,
_i_m-m_oler_, _i_m-m_ortel_; mais pour tous les autres mots en _=im-=_,
à peu près jamais[681].

       *       *       *       *       *

Cas particulier: beaucoup de personnes nasalisent le préfixe _im-_ dans
_i_m-m_angeable_ et _i_m-m_anquable_. Assurément cela est soutenable,
mais je ne crois pas que cette prononciation puisse prévaloir, par la
raison qu’on ne nasalise pas le préfixe _=im-=_ dans _i_m-m_obile_ ou
_i_m-m_odéré_, ni aucun autre de même formation. Sans doute il y a une
différence, en ce que les autres mots sont tirés la plupart de formes
latines et gardent la prononciation latine, tandis que ces deux-là sont
formés directement sur des mots français, devant lesquels on met le
préfixe. Mais _inébranlable_, _ineffaçable_, et beaucoup d’autres, sont
dans le même cas, sans qu’on ait jamais songé à maintenir la nasale,
comme on la maintient par exemple avec liaison dans _enorgueillir_.
Il n’y a pas plus de raison pour prononcer _in_-m_angeable_ que pour
prononcer _in_-n_effaçable_, et il est très naturel que ces deux mots
suivent l’analogie, comme tous les autres[682].

Reste la voyelle _o_, dont le cas est tout différent. Il y a en effet
un certain nombre de mots en _-omme_ très usités, dont les dérivés
et composés, très usités aussi, ont dû conserver le son de l’_m_
unique: _co_(m)m_ent_, _ho_(m)m_age_, _po_(m)m_ier_, _po_(m)m_ade_,
_so_(m)m_et_, _so_(m)m_ier_, _so_(m)m_meil_, etc., et les verbes
_no_(m)m_er_, _so_(m)m_er_, _asso_(m)m_er_, _conso_(m)m_er_, avec
_asso_(m)m_oir_. Mais déjà _so_m-m_ité_ ne se réduit plus guère; on dit
souvent aussi _so_m-m_aire_ et plus encore _so_m-m_ation_[683].

Il reste encore, outre _do_(m)m_age_, les mots composés avec
_com-_. Ici, il y a un peu plus de mots d’usage général que de mots
plus ou moins savants: on prononce un _m_ dans _co_(m)m_ander_,
_co_(m)m_encer_, _co_(m)m_ère_, _co_(m)m_erce_, _co_(m)m_ettre_,
_co_(m)m_is_, _co_(m)m_ode_, _co_(m)m_un_ et même _co_(m)m_ende_ et
tous leurs dérivés[684]; on en prononce deux dans _co_m-m_émorer_ et
ses dérivés, _inco_m-m_ensurable_, _co_m-m_inatoire_, _co_m-m_odat_,
_co_m-m_odore_, _co_m-m_otion_, _co_m-m_ittimus_, _co_m-m_uer_,
_co_m-m_utateur_; de plus en plus aussi, malgré l’usage antérieur, dans
_co_m-m_ensal_, _co_m-m_enter_, _co_m-m_entaire_, _co_m-m_isération_,
souvent même dans _co_m-m_andite_, malgré _co_(m)m_ander_.

Toutefois les musiciens prononcent _co_(m)m_a_ et non _co_m-m_a_.
Pour _commissure_ et _commissoire_, comme on ne peut pas doubler à la
fois l’_m_ et l’_s_, il y a hésitation, mais on double plutôt l’_s_:
_co(m)mi_s-s_ure_.



N


1º L’N simple.

L’_=n=_ est la consonne nasale par excellence.

       *       *       *       *       *

_A la fin des mots_, elle continue à n’être en français que le signe
orthographique de la voyelle nasale: _=-an=_, _=-en=_, _=-in=_ (_-ain_,
_-ein-_, _-oin_) _=-on=_, _=-un=_.

Il n’y a d’exceptions à peu près françaises que les finales en _=-en
après consonne=_, finales autrefois nasales comme les autres, et même
en _an_, puis en _in_, mais où l’_n_ s’est séparé de la voyelle sous
l’influence de l’enseignement du latin, ces mots ayant un aspect latin:
_liche_n, _éde_n, _polle_n, _cyclame_n, _hyme_n (sauf parfois à la
rime), _spécime_n, _abdome_n, _dolme_n, etc. De tous les mots de cette
finale, français ou étrangers, _examen_ est le seul qui ait conservé ou
plutôt repris chez nous uniquement le son nasal[685].

En dehors des mots français en _=-en=_ après consonne, l’_n_ final
précédé d’une voyelle ne se prononce que dans des mots et dans des
noms propres étrangers: en _=-en=_ aussi d’abord[686]; puis en
_=-man=_[687]; en _=-in=_, avec des noms allemands en _=-ain=_
et _=-ein=_[688]; enfin quelques mots savants et beaucoup de noms
étrangers en _=-on=_[689]. La finale _=-oun=_ ne peut pas être
nasale[690].

Les finales en _=n=_ suivi de _=c=_ ou _=g=_, de _=t=_ ou _=d=_ ou
d’_=s=_, prononcés ou non, sont également nasales, sauf les troisièmes
personnes du pluriel, dont la finale est muette, sauf aussi la plupart
des mots anglais en _=-ing=_ et quelques noms étrangers en _=-ens=_ ou
_=-ent=_[691].

       *       *       *       *       *

_Dans le corps des mots_, l’_n_ n’est distinct en français que devant
une voyelle[692].

Dans _do_ñ_a_, _se_ñ_or_, _se_ñ_ora_, _malague_ñ_a_, même sans le
_tilde_ qui le surmonte, il faut mouiller l’_n_: _dogna_, _segnor_. De
même dans _ca_ñ_on_[693].


2º L’N double.

On a vu que l’_n double_ conserve le son nasal suivi d’_n_ simple dans
les composés du préfixe _en-_, comme _en_-n_oblir_, et dans les mots
de la famille d’_en-nui_. Ailleurs, entre voyelles non caduques, l’_n_
double a le son de l’_n_ simple sans nasale, notamment après _o_ dans
les finales en _-onner_[694] ou _-onnaire_, et toutes celles qui se
rattachent aux mots en _-on_ et _-onne_, aussi bien que celles qui se
rattachent aux mots en _-en_, comme _doye_(n)_né_, _moye_(n)_nant_,
_chie_(n)_ner_.

       *       *       *       *       *

L’_n_ double ne se prononce double que dans des mots plus ou moins
savants, à savoir:

1º Dans les mots commençant par _ann-_, sauf _a_(n)_neau_, _a_(n)_née_,
_a_(n)_niversaire_, _a_(n)_noncer_ et ses dérivés, et, si l’on veut,
_a_(n)_nuel_, _a_(n)_nuaire_, _a_(n)_noter_ et _a_(n)_nuler_; dans
_ca_n-n_ibale_, _tyra_n-n_ique_ et _tyra_n-n_iser_, _hosa_n-n_a_,
_ta_n-n_ique_ et _brita_n-n_ique_;

2º Dans _e_n-n_éagone_, _bie_n-n_al_, _déce_n-n_al_ ou _septe_n-n_at_
et autres de même famille; dans _pe_n-n_on_, _pe_n-n_age_ et
_empe_n-n_é_, _fesce_n-n_in_ ou _ante_n-n_ule_, mais non dans
_he_(n)_né_ ni dans _te_(n)_nis_;

3º Dans les mots commençant par _inn-_, sauf _i_(n)_nocent_ et sa
famille, et, si l’on veut, _i_(n)_nombrable_; dans _ci_n-n_ame_ et
_ci_n-n_amome_, _mi_n-n_esænger_ et _pi_n-n_ule_;

4º Dans _co_n-n_exe_ et ses dérivés, _co_n-n_ivence_ et _prima
do_n-n_a_; dans _su_n-n_ite_[695].


L’N mouillé.

On sait que l’_=n=_ mouillé est représenté en français par _=gn=_
(_ny_ à peu de chose près). On a vu au chapitre du _G_ dans quels
cas le _g_ faisait une consonne distincte[696]. On a vu aussi aux
chapitres de _OI_ et _AI_ comment l’_i_ s’était détaché du groupe
_ign_, signe primitif de l’_n_ mouillé, pour se joindre à l’_a_ ou à
l’_o_ qui précédait, remplaçant _Monta_-ign-_e_ par _Montai_-gn-_e_ et
_po_-ign-_ard_ par _poi_-gn-_ard_[697].

La prononciation de _=gni=_ mouillé est assez difficile, étant
à peu près _n_y_i_: il faut éviter cependant de faire entendre
_compa_(g)_nie_[698], _si_(g)_nifier_, et surtout _ma_(g)_nifique_.

Les livres maintiennent encore _si_(g)_net_ non mouillé; mais ce
résidu d’une prononciation désuète ne peut manquer de disparaître par
l’effet de l’analogie, le mot étant de ceux qu’on apprend plutôt par
l’œil[699].

Si le groupe _gn_ est suivi du suffixe _ier_, le son est le même que si
le suffixe était seulement _er_: _gui_gn-_ier_, _Ré_gn-_ier_.

Nous ajouterons que _gn_ mouillé n’est jamais initial en français, sauf
dans quelques mots de la langue populaire: gn_af_ (que quelques-uns
écrivent gn_iaf_), gn_on_ ou gn_iole_, gn_an_gn_an_, gn_o_gn_ote_ et
gn_ouf_.



P


_A la fin des mots_, dans les mots français ou entièrement francisés,
le _=p=_, qui d’ailleurs y est assez rare, est ordinairement muet:
_dra_(p), et aussi _sparadra_(p)[700], _cam_(p) et _cham_(p),
_galo_(p), _siro_(p) et _tro_(p), _cou_(p) et _beaucou_(p), _lou_(p) et
_cantalou_(p)[701].

Il n’y a d’exceptions que dans _ca_p et _ce_p[702]; naturellement aussi
les interjections _ho_p, _hi_p, _hou_p.

Le _p_ se prononce naturellement dans les mots d’origine étrangère,
_handica_p, _jala_p, _hana_p, _sale_p, _jule_p, _midshi_p, _bisho_p,
_sto_p, _crou_p et _grou_p[703].

Le _p_ est encore muet dans _tem_(ps) et _printem_(ps), dans
_exem_(pt), dans _rom_(ps) ou _rom_(pt) et leurs composés, dans
_prom_(pt) et dans _cor_(ps).

       *       *       *       *       *

_Dans le corps des mots_, devant une consonne, le _p_ se prononce
aujourd’hui. Il était muet autrefois dans les mots les plus usités,
surtout devant un _t_[704]. Il est encore muet devant _t_ dans un grand
nombre de mots:

1º _Ba_(p)_tême_ et tous les mots de la famille[705]. Peut-être dit-on
quelquefois _ba_p_tismal_, non sans une nuance de pédantisme, mais on
dit toujours _les fonts ba_(p)_tismaux_;

2º _Se_(p)_t_, _se_(p)_tième_ et _se_(p)_tièmement_, mais non les
autres dérivés, qui sont tirés directement du latin, et gardent
le _p_ comme en latin, y compris _se_p_tembre_, _se_p_tante_ et
_se_p_tentrion_, par réaction étymologique[706];

3º _Exem_(p)_ter_, mais non _exem_p_tion_;

4º _Com_(p)_te_ et tous ses dérivés, avec ceux de _prom_(pt), y compris
_com_(p)_tabilité_ et _prom_(p)_titude_;

5º _Scul_(p)_ter_ et sa famille, malgré Domergue;

Dans _che_(p)_tel_ (_che_ et non _ché_), on commence à prononcer le _p_
même dans les facultés de droit, et cela fait _ché_ et non plus _che_.

Pour _dompter_ et _indomptable_, la pratique et les opinions sont fort
partagées. Depuis longtemps la tradition est pour _imdom_(p)_table_
et surtout _dom_(p)_ter_, mais je crains fort que le _p_, admis mal à
propos par l’Académie, ne finisse par prévaloir.

On ne supprime plus le _p_ dans _présom_p_tion_, _présom_p_tif_,
_présom_p_tueux_, _consom_p_tion_, _sym_p_tôme_, ni devant aucun autre
_t_.

       *       *       *       *       *

C’est le _p_ qui conserve le mieux, quand il est _double_, la
prononciation de la consonne simple. Il fut un temps où il n’y avait
pas d’exceptions, mais nous n’en sommes plus là[707].

Il y a d’abord _a_p-p_endice_ et _a_p-p_endicite_, _a_p-p_étence_ et
_a_p-p_étition_, _a_p-p_ogiature_ et _li_p-p_itude_, et les composés
commençant par _hipp-_[708].

De plus, les mots très nombreux qui commencent par _ap-_, _op-_
et _sup-_, si peu savants qu’ils soient, sont déjà très touchés.
Des mots comme _a_(p)_pliqué_ ou _a_(p)_porter_ sont actuellement
intangibles; mais on double fréquemment le _p_ dans _a_p-p_âter_,
sinon dans _a_(p)p_ât_, dans _a_p-p_réhender_, dans _a_p-p_réciable_
et _a_p-p_roprier_ (moins dans _a_(p)p_roprié_), et surtout dans
_o_p-p_robre_, par emphase, et dans _su_p-p_uter_, qui a l’air
savant. On le double parfois même, et ceci est plutôt à éviter, dans
_a_p-p_arier_, _a_p-p_auvrir_, _a_p-p_ointer_, _a_p-p_ontement_,
_a_p-p_réhension_, _o_p-p_ortunité_, voire, par emphase toujours, dans
_o_p-p_rimer_ ou _o_p-p_resser_, parfois même dans _su_p-p_lanter_,
_su_p-p_léer_ ou _su_p-p_lique_[709].

       *       *       *       *       *

On sait que _=ph=_ a partout le son de l’_f_: ce n’est qu’une
graphie prétentieuse, à laquelle d’autres langues ont renoncé fort
judicieusement[710].



Q


1º Le Q final.

Le _=q=_ n’est _final_ que dans _coq_ et _cinq_.

Dans _coq_, il ne s’est pas toujours prononcé[711]; il n’y a plus
d’exceptions aujourd’hui.

Dans _cin_q, au contraire, on l’a toujours prononcé (c’est la règle
générale des noms de nombre), sauf, bien entendu, devant un pluriel
commençant par une consonne: _j’en ai cin_q, _le cin_q _mai_, _page
cin_q, _cin_q _pour cent_, _cin_q _sur cin_q, et aussi, par liaison,
_cin_q _amis_, mais _cin_(q) _francs_, _cin_(q) _cents_, _cin_(q)
_mille_, _les cin_(q) _derniers_[712].


2º Le groupe QU.

_Dans le corps des mots_, le _=q=_ est toujours séparé de la voyelle
qui sonne par un _u_, qui, en principe, ne s’entend pas[713].
Devant _e_ et _i_, notamment, le _c_ étant devenu sifflant devant
ces voyelles, le rôle de la gutturale est régulièrement dévolu au
groupe _=qu=_, la lettre _k_ étant peu française: _é_q(u)_erre_,
q(u)_estion_, q(u)_itter_, et toutes les finales en _=-que=_.

Autrefois on adoucissait cette gutturale, comme le _g_, devant _e_
et _i_, au point qu’on arrivait à le mouiller, et Domergue distingue
nettement entre _qu’il_ et _tranquille_. Cet usage n’est plus apprécié
aujourd’hui, et on fera bien de l’éviter, comme pour le _g_[714].

De toute façon, l’_u_ qui suit le _q_ ne se prononce pas plus en
français devant _e_ et _i_ que devant _a_ et _o_. Toutefois, il y
a encore un certain nombre de mots plus ou moins savants tirés du
latin, et le plus souvent d’origine récente, où il se prononce (jamais
pourtant devant un _e muet_); il fait alors fonction de semi-voyelle.


I. =Devant E.=--L’_=u=_ se conserve devant _e_ dans _déli_qu_escence_,
_li_qu_éfier_ et _li_qu_éfaction_--à côté de _li_q(u)_ide_ et
_li_q(u)_eur_--, qu_esteur_ et qu_esture_, et _é_qu_estre_[715].

Mais ce dernier mot est bien près de passer à _é_k_estre_, comme ont
fait avant lui _é_q(u)_erre_ et _sé_q(u)_estre_, et tant d’autres, y
compris q(u)_érimonie_ et q(u)_ercitron_. D’autre part, _li_k_éfier_
est employé plus ou moins depuis deux siècles, et même, à l’origine,
l’Académie ne connaissait pas d’autre prononciation. Enfin k_esteur_
est loin d’être rare.

Opposons-nous à ces prononciations fautives, mais soyons bien
convaincus que _qué_ est destiné à devenir _ké_ partout, un jour ou
l’autre[716].


II. =Devant I.=--L’_=u=_ se conserve mieux dans _=-qui-=_ et _=-quin-=_
que dans _=-que-=_, sans doute parce que les exemples en sont restés
plus nombreux.

Il est vrai qu’il ne se prononce pas non plus dans quelques mots
plus ou moins savants, comme q(u)_iproquo_, _jus_q(u)_iame_ ou
_a_q(u)_ilon_, ni même dans _a_q(u)_ilin_ ou _s_q(u)_irre_, ni dans une
partie des mots commençant par _=équi-=_, ni dans les finales _=-quin=_
et _=-quine=_, qui sont francisées jusque dans _bas_q(u)_ine_ ou _race
é_q(u)_ine_.

En revanche, on prononce l’_u_:

1º Dans le latin qu_id_, _a_ qu_ia_, _re_qu_iem_, etc., avec qu_ibus_,
qu_itus_ et même qu_idam_ (autrefois _kidan_);

2º Dans _é_qu_iangle_, _é_qu_idistant_, _é_qu_imultiple_, mots savants,
et même _é_qu_ilatéral_, à côté d’_é_q(u)_ilibre_, _é_q(u)_inoxe_,
_é_q(u)_ité_, _é_q(u)_ivaloir_, _é_q(u)_ivalent_--autrefois
_é_q(u)_ipollent_--et _é_q(u)_ivoque_;

3º Dans _é_qu_isétique_ et _é_qu_itant_: quant à _é_qu_itation_, ce
mot est dans le même cas qu’_équestre_, étant déjà à peu près passé à
_é_q(u)_itation_;

4º Dans qu_iet_, qu_iescent_, qu_iétisme_ et quelquefois encore
qu_iétude_, à côté de _in_q(u)_iétude_; mais il est difficile que
_in_k_iétude_ n’entraîne pas définitivement k_iétude_;

5º Dans une partie des dérivés du latin _quinque_, car ne prononce pas
l’_u_ dans q(u)_ine_, q(u)_inaire_ et q(u)_inola_, dans q(u)_inconce_
et q(u)_inquenove_, dans q(u)_int_, q(u)_inte_ et q(u)_inze_ et leurs
dérivés naturels, y compris q(u)_intessence_--et autrefois le populaire
_henri_q(u)_in_q(u)_iste_--; mais on le prononce dans qu_inquagénaire_
et tous les mots commençant par _quinque_--sauf q(u)_in_q(u)_enove_--,
dans qu_intette_, qu_intidi_, qu_intil_, qu_into_ et même qu_intuple_,
qui est souvent écorché;

6º Dans _obsé_qu_iosité_ et _obsé_qu_ieux_[717]; dans _obli_qu_ité_ et
_ubi_qu_ité_; dans _ses_qu_ialtère_ et qu_iddité_;

7º Dans l’espagnol _con_qu_istador_, qui a gardé l’_u_, à côté de
q(u)_ipos_, _li_q(u)_idambar_ et _bas_q(u)_ine_, qui l’ont perdu,
sans compter q(u)_ina_, q(u)_inine_ ou q(u)_in_qu_ina_[718]. Ajoutons
_es_qu_ire_, quand on le prononce à l’anglaise (eskouay’r).


III. =Devant O et A.=--Quoique le groupe _=qu=_ ne soit proprement
utile dans les mots français que devant _=e=_ et _=i=_, on le trouve
aussi devant _=o=_ et _=a=_, où il s’est conservé du latin, dans des
mots plus ou moins savants, comme q(u)_alité_, q(u)_otient_, à côté
de c_arré_, c_asser_, c_arême_, qui sont d’origine populaire. Mais du
moins _=-quo-=_ se prononce toujours _co_[719]. Au contraire, _=-qua-=_
se prononce _coua_ (_kwa_) dans un certain nombre de ces mots,
incomplètement francisés:

1º Dans le latin qu_ater_ ou qu_atuor_, _sine_ qu_a non_,
_exe_qu_atur_, à côté de q(u)_asi_, q(u)_asiment_, q(u)_asimodo_,
francisés depuis le moyen âge le plus reculé; à côté de _partie
ali_q(u)_ante_, francisé lui-même aussi comme q(u)_ant_ et ses dérivés;

2º Dans _a_qu_afortiste_ (et _a_qu_a-tinte_, de l’italien),
_a_qu_arelle_, _a_qu_arium_ et _a_qu_atile_, qui ont réagi sur
_a_qu_atique_, francisé autrefois;

3º Dans _adé_qu_at_, _é_qu_ateur_, _é_qu_ation_, _é_qu_atorial_, mais
non dans _reli_q(u)_at_;

4º Dans une partie des dérivés du latin _quatuor_, car nous ne
prononçons pas l’_u_ dans des mots aussi complètement francisés que
q(u)_adrille_, q(u)_art_, q(u)_artaut_, q(u)_atre_, q(u)_atorze_,
q(u)_arante_, et leurs dérivés naturels, y compris _é_q(u)_arrir_;
mais nous le prononçons _ou_ dans qu_adragénaire_, et tous les
mots commençant par _quadr-_[720], y compris qu_adrige_, mais non
q(u)_adrille_, dans qu_artette_ (de l’italien), qu_artidi_, qu_artil_
et _in_-qu_arto_, dans qu_aterne_ et qu_aternaire_[721];

5º Dans _lo_qu_ace_ et _lo_qu_acité_, qu’on écorche parfois; dans
qu_assier_ et qu_assia amara_, _colli_qu_atif_ et _colli_qu_ation_;
dans _squameux_ et _des_qu_amation_;

6º Enfin, dans quelques mots étrangers, _s_qu_ale_, _s_qu_are_,
qu_aker_ et qu_akeresse_, qu_artz_ et qu_artzeux_, qu_attrocento_,
qu_attrocentiste_ et _tutti_ qu_anti_[722].



R


1º L’R simple.

L’_=r=_, comme l’_=l=_, se prononce aujourd’hui régulièrement _à
la fin des mots_. On l’articule partout, sauf dans _monsieu_(r) et
_messieu_(rs), et dans la plupart des mots en _=-er=_. Ainsi _cha_r,
_cauchema_r, _boudoi_r, _asseoi_r, _clai_r, _offri_r, _dési_r,
_zéphi_r, _chaleu_r, _amou_r, _tréso_r, _obscu_r, etc.[723].

Pour les mots en _=-er=_, il faut distinguer les cas avec précision.

L’_=r=_ final est muet:

1º Dans les innombrables infinitifs en _=-er=_[724];

2º Dans les innombrables substantifs et adjectifs terminés par le
suffixe _=-ier=_: _premie_(r), _menuisie_(r), _régulie_(r), _foye_(r),
etc., etc., et l’adverbe _volontie_(rs)[725];

3º Dans les substantifs et adjectifs en _=-cher=_ et _=-ger=_, parce
qu’en réalité ils appartiennent à la même catégorie que les précédents,
ayant été autrefois en _-chier_ et _-gier_: ils sont une trentaine
environ, comme _arche_(r), _dange_(r), _lége_(r)[726].

L’_=r=_ final est au contraire sonore en principe dans les mots en
_=-er=_ (infinitifs à part) qui n’ont pas le suffixe _=-ier=_, et
ne l’ont jamais eu, ce qui veut dire qu’ils ne sont non plus ni en
_=-cher=_ ni en _=-ger=_. Mais ici, les mots proprement français sont
en petit nombre. Ce sont des mots où _-er_ appartient au radical même
du mot:

1º L’adverbe _hie_r, et les adjectifs _fie_r, _tie_r_s_ et _che_r,
malgré l’_i_ et le _ch_[727];

2º _Fe_r et _enfe_r, _me_r et _ame_r, _ve_r et _hive_r;

3º Les formes de _quérir_ et de ses composés: _j’acquie_rs, _tu
acquie_rs, _requie_rs, _conquie_rs, etc.[728];

4º Le mot _cuille_r, autrefois _cuillie_(r), qui s’est joint à ce
groupe après beaucoup d’hésitation;

5º Les mots qui sont proprement latins, quoique francisés: _libe_r,
_cance_r, _pate_r, _éthe_r, _magiste_r, _auste_r, etc., et tous les
mots étrangers, francisés ou non: _bitte_r, _cheste_r, _eide_r,
_kreutze_r, _messe_r, _place_r, etc.[729].

       *       *       *       *       *

Quand le groupe _=er=_ est suivi d’une consonne, même muette, et
notamment d’un _=t=_, l’_r_ n’est plus final, mais intérieur, et s’y
prononce comme partout: dans _haube_rt, _offe_rt, _cle_rc, _ne_rf,
_pe_rd ou _pe_rds, comme dans _bava_rd, _pa_rt, _je pa_rs, _co_rps,
_bou_rg, etc. Il n’y a d’exception que pour _ga_(rs)[730].

       *       *       *       *       *

On a vu au chapitre de l’_e_ muet, que l’_r final suivi d’un_ e _muet_
tombe facilement avec l’_e_ devant une consonne dans la prononciation
rapide, quand il est précédé d’une muette ou d’une des spirantes _f_
et _v_: _maît_(re) _d’hôtel_. C’est une prononciation dont il ne faut
pas abuser. Elle est certainement admissible dans la conversation
familière, entre deux mots comme ceux-là; elle est surtout fréquente
avec _notre_, _votre_ et _quatre_: _vot_(re) _cheval_, _quat_(re)
_sous_; encore faut-il excepter, comme on l’a vu, _Not_re-_Dame_, le
_Not_re _Père_, où le respect a maintenu l’_r_, et _quat_re-_vingts_,
où le besoin de clarté a joué le même rôle. Mais, dans la lecture, il
vaut mieux conserver l’_r_ partout.

La chute de l’_r_ est particulièrement incorrecte quand la finale
muette n’est pas suivie d’une consonne: _du suc_(re), _du vinaig_(re),
encore qu’ils datent de fort loin, sont certainement à éviter[731].

_Me_(r)_credi_ a été autrefois très correct, et Vaugelas
l’approuvait[732]. Les grammairiens se sont longtemps battus là-dessus,
mais la diffusion de l’instruction primaire a rétabli définitivement
l’_r_, sans pourtant faire disparaître entièrement _me_(r)_credi_. Je
ne saurais trop vivement déconseiller aujourd’hui cette prononciation,
car on a une tendance à la tourner en ridicule, ainsi que celle qui
double l’_r_ dans _mai_rer_ie_, pour _mai_r_ie_[733].


2º L’R double.

Les deux _r_ se prononcent toujours dans les futurs et conditionnels
de trois verbes en _=-rir=_: _quérir_, _courir_ et _mourir_, et leurs
composés[734]. Ce qui a dû contribuer tout au moins à les maintenir,
c’est qu’ils empêchent la confusion du futur avec l’imparfait: _je
cou_-r_ais_, _je cou_r-r_ai_. En revanche, c’est une faute très grave
que de ne pas laisser l’_r_ simple dans les futurs _ve_(r)r_ai_,
_enve_(r)r_ai_, _pou_(r)r_ai_, et leurs conditionnels, et aussi, _la
bobinette che_(r)r_a_, toutes formes pour lesquelles il n’y a pas de
confusion possible: on se contente d’allonger la voyelle qui précède.

       *       *       *       *       *

Ce cas spécial étant mis à part, l’_r_ double se prononce assez
généralement comme un seul, beaucoup mieux que ne font _l_ ou _m_.

1º Cela est particulièrement sensible après un _=a=_. Les composés
qui commencent par _=ar-=_, notamment, ne font entendre qu’un _r_,
sauf quelquefois, par exemple, dans _a_r-r_acher_, _a_r-r_ogance_,
ou _a_r-r_oger_[735]. On n’y peut guère ajouter que des mots comme
_fa_r-r_ago_ ou _ma_r-r_ube_, qui sont à peine français, et, trop
souvent, _na_r-r_ation_, _na_r-r_ateur_, _inéna_r-r_able_, et même
_na_r-r_er_, qui auraient pu être respectés.

2º Après _=e=_, l’_r_ double est un peu plus atteint qu’après _a_.
Ainsi, quoique _fe_(r)r_er_, _fe_(r)r_aille_ et tous les autres ne
laissent entendre qu’un _r_, on en prononce quelquefois deux dans
_fe_r-r_ugineux_, qui a un air plus savant. Dans tous les dérivés de
_terre_, et ils sont nombreux, on n’entend qu’un _r_, et pourtant
on en prononce parfois deux dans _te_r-r_estre_, et même dans le
vieux mot _te_r-r_aqué_. Malgré _ve_(r)r_ue_, _ve_(r)r_uqueux_ reste
douteux. _Inte_(r)r_oger_ et _inte_(r)r_ompre_ sont à peu près
intacts; mais on entend souvent _inte_r-r_ogation_, _inte_r-r_uption_,
_inte_r-r_upteur_, à côté d’_inte_r-r_ègne_. Des mots d’usage très
courant, et qui n’ont aucune apparence savante, sont parfois atteints.
Ainsi les deux _r_ d’_abe_r-r_ation_, _e_r-r_ata_ ou _e_r-r_atique_,
ont réagi sur _e_r-r_oné_, _e_r-r_er_ et même _e_r-r_eur_[736]. De
même _te_r-r_oriser_, _te_r-r_oriste_, _te_r-r_ifier_, ont réagi sur
_te_r-r_ible_ et même _te_r-r_eur_, où l’emphase d’ailleurs explique ou
excuse le double _r_[737].

3º Nous savons que les mots commençant par _=ir-=_ font entendre les
deux _r_, même _i_r-r_iguer_ et _i_r-r_iter_, qui n’ont pas le sens
privatif. Toutefois, _i_(r)r_iter_ ou _i_(r)r_itation_ sont encore
parfaitement corrects. On dit naturellement _ci_r-r_us_, _ci_r-r_ipède_
et _py_r-r_hique_.

4º Parmi les mots commençant par _=cor-=_, on ne prononce qu’un
_r_ dans _co_(r)_ridor_, _co_(r)_riger_ ou _inco_(r)_rigible_,
_co_(r)_royer_ et _co_(r)_roi_, ordinairement aussi dans
_co_(r)_respondre_ et ses dérivés et dans _co_(r)_rompre_. Mais ces
derniers mots sont déjà atteints depuis longtemps, surtout dans le
participe _co_r-r_ompu_, et l’on entend généralement deux _r_ dans
tous les mots où figure le radical _corrupt-_; de même dans ceux où
figure le radical _correct-_ (avec _co_r-r_égidor_), en outre dans
_co_r-r_élatif_, _co_r-r_oborer_, _co_r-r_oder_ ou _co_r-r_osif_.
D’autre part, on dit fréquemment _ho_r-r_eur_, _ho_r-r_ible_ et
_abho_r-r_er_, par emphase, comme _te_r-r_eur_ et _te_r-r_ible_, et
toujours _ho_r-r_ipiler_. On dit aussi _to_r-r_éfier_ et _to_r-r_ide_;
et _to_r-r_entiel_ réagit parfois même sur _to_r-r_ent_. Je ne parle
pas de mots tels que _bo_r-r_aginées_ ou _po_r-r_ection_. On notera
que l’_r_ reste pourtant simple, même dans des mots savants comme
_hémo_(r)r_agie_ ou _hémo_(r)r_oïdes_.

5º Après _=ou=_, l’_=r=_ simple se maintient: _cou_(r)r_oie_,
_cou_(r)r_ier_, _cou_(r)r_oux_, _pou_(r)r_ir_. Encore _cou_(r)r_oucé_
n’est-il pas intact[738].

6º L’_=r=_ simple se maintient aussi tant bien que mal, plus mal que
bien, dans _résu_(r)r_ection_; plus mal encore dans _insu_(r)r_ection_,
presque plus dans _concu_r-r_ent_ et ses dérivés. On dit naturellement
_scu_r-r_ile_, _su_r-r_énal_ et vase _mu_r-r_hin_[739].



S


1º L’S final.

_A la fin des mots_, en principe, l’_=s=_ ne se prononce plus en
français depuis fort longtemps. Pour l’_=s=_ du pluriel, notamment, il
n’y a pas d’exceptions[740].

Les exceptions sont, au contraire, assez nombreuses pour l’_=s=_ qui
n’est pas la marque du pluriel, et alors il a toujours le son _dur_ ou
_sourd_.


=1º Après un= _a_, il y a très peu d’exceptions dans les mots
proprement français. Je n’en vois même que deux: l’une pour
le monosyllabe _as_, terme de jeu, et par suite _ambesa_s: la
prononciation _a_(s) est purement dialectale; l’autre pour les
interjections _la_s, _héla_s, qui n’en font qu’une. Quant à _atla_s,
_stra_s, _hypocra_s, ce sont en réalité des noms propres.

Les autres exceptions sont des mots grecs, latins ou étrangers: _Deo
gratia_s, _per fa_s _et nefa_s, _habea_s _corpus_, _pancréa_s, _lia_s
et _tria_s, _flint gla_s, _christma_s, _papa_s, _lépa_s, _upa_s,
_lampa_s (s’humecter le), _madra_s, _abraxa_s, _alcaraza_s, _vasista_s,
ou le provençal _ma_s[741].

On hésite aujourd’hui pour _vinda_s, autrefois _guinda_s, d’ailleurs
peu usité; mais on ne prononce plus l’_=s=_, ni dans les noms
d’étoffes, _jacona_(s), _lampa_(s), _ginga_(s) ou _dama_(s), celui-ci
malgré l’étymologie; ni dans _balandra_(s), _sassafra_(s), _matra_(s)
ou _tétra_(s), ni enfin dans _pampa_(s), où l’_=s=_ n’est que la marque
du pluriel, dans un mot d’ailleurs francisé[742].

       *       *       *       *       *

Après _=oi=_, l’_s_ ne se prononce jamais: _boi_(s), _parfoi_(s),
_courtoi_(s), etc. L’_s_ même de _troi_(s), longtemps sonore, comme la
consonne finale de tous les noms de nombre, a fini par s’amuir.


=2º Après un= _e_, l’_s_ ne se prononce que dans _pataquè_s,
altération de _pat-à-qu’est-ce_[743]; dans des mots latins ou grecs:
_facie_s, _aspergè_s, _hermè_s, _palmarè_s, _herpè_s, _faire florè_s,
_népenthè_s; dans les mots étrangers: _aloè_s et _cacatoè_s[744],
_kermè_s, _xérè_s, _londrè_s, _cortè_s[745].

On ne doit donc pas plus prononcer l’_s_ dans _profè_(s) que dans
_progrè_(s), _succè_(s) ou _prè_(s). Il se prononce aujourd’hui, à
grand tort d’ailleurs, dans _è_s _lettres_, _è_s _sciences_ et autres
expressions analogues, où figure un pluriel[746].

Après _=ai=_, comme après _oi_, l’_s_ ne se prononce jamais:
_jamai_(s), _j’aimai_(s), etc.[747].


=3º Après un= _i_, les exceptions sont plus nombreuses qu’après _=a=_
ou _=e=_.

L’_s_ s’est maintenu ou définitivement rétabli depuis plus ou moins
longtemps dans _maï_s, _jadi_s, _fi_(l)s et _li_s (y compris _fleur de
li_s le plus souvent, malgré l’Académie); dans _méti_s, _cassi_s, _vi_s
(substantif) et _tournevi_s[748]. La prononciation de ces mots sans _s_
est tout à fait surannée; on ne peut plus la conserver que pour les
nécessités de la rime, et encore![749].

Les autres mots où l’_s_ se prononce sont des mots grecs ou latins:
_bi_s (ne pas confondre avec l’adjectif), _ibi_s, _de profundi_s,
_volubili_s, _in extremi_s, _tamari_s, _iri_s, _ex libri_s,
_corylopsi_s, _oasi_s, _miti_s, _grati_s, _myosoti_s; ou des mots
étrangers: _maravédi_s (et encore pas toujours), _tenni_s, et les vieux
jurons gascons _cadédi_s ou _sandi_s[750].

On peut y joindre _spahi_s. Les dictionnaires ont conservé _spahi_,
qui est assurément plus correct, étant un doublet de _cipaye_, et Loti
s’en est contenté; mais l’armée d’Afrique a souvent dit _spahi_s; c’est
un fait, et comme il convient d’appeler les gens comme ils s’appellent
eux-mêmes, je crois qu’on peut dire spahis plutôt que spahi, malgré
l’autorité de Pierre Loti[751].


=4º Après= _eu_, l’_s_ final ne se rencontre que dans des mots grecs
et il s’y prononce; mais il n’y a de nom commun employé parfois que
_basileu_s[752].


=5º Après= _o_, le seul mot de la langue vulgaire où l’_s_ se prononce
est _o_s; encore n’est-ce tout à fait correct qu’au singulier[753].

Les autres mots où l’_s_ se prononce sont parfois d’origine latine,
comme _salva no_s ou _nescio vo_s, ou étrangère: _albatro_s, puis
_albino_s et _mérino_s, pluriels devenus singuliers, ainsi que le
gascon _escampativo_s[754].

Presque tous sont d’origine grecque: _atropo_s, _paro_s, _cosmo_s,
_tétano_s, _rhinocéro_s, _itho_s et _patho_s, _loto_s et autres mots
savants[755].


=6º Après= _ou_, l’_s_ se prononce dans le monosyllabe _tou_s, non
suivi de l’article ou d’un substantif devant lequel l’article est
sous-entendu, autrement dit quand _tous_ est accentué: _ils viendront
tou_s, _tou_s _viendront_, _un pour tou_s et _tou_s _pour un_, _tou_s
_debout_ et même _tou_s _soldats_, _soldats_ étant ici une apposition;
on dira au contraire _tou_(s) _les hommes_, ou _tou_(s) _soldats qui..._

Cette distinction très nette empêche toute confusion entre _ils ont
tou_s _dit_ et _ils ont tou_(t) _dit_, _ils sont tou_s _fiers_ et _ils
sont tou_(t) _fiers_, _ils savent tou_s _ce qu’on a dit_ et _ils savent
tou_(t) _ce qu’on a dit_; mieux encore, entre _nous connaissons tou_s
_les livres de..._ et _nous connaissons tou_(s) _les livres de..._

L’_s_ se prononce aussi dans les mots arabes _burnou_s et _couscou_s,
et dans _négou_s, écrit aussi _négus_[756].


=7º Après un= _u_, l’_s_ final se prononce surtout dans un très grand
nombre de mots latins ou qui peuvent passer pour tels: _angelu_s,
_cactu_s, _calu_s, _carolu_s, _choru_s, _convolvulu_s, _crocu_s,
_détritu_s[757], _eucalyptu_s, _fœtu_s, _hiatu_s, _humu_s, _in manu_s,
_in partibu_s, _lapsu_s, _mordicu_s, _omnibu_s, _papyru_s, _orému_s,
_prospectu_s, _rébu_s, _rictu_s, _sénatu_s-_consulte_, _sinu_s et
_cosinu_s, _typhu_s, _viru_s, etc., dans _blocu_s et _négu_s, mots
étrangers, sans parler des mots familiers qui se sont formés sur
l’analogie des mots latins, comme _laïu_s, _motu_s, _olibriu_s,
_quitu_s ou _rasibu_s, avec _gibu_s.

Dans les mots proprement français, l’_s_ ne se prononce pas[758].
_Obu_s lui-même, où l’_s_ se prononce régulièrement avec le son doux
(_obuse_), peut-être par l’analogie d’_obu_s_ier_, s’est si bien
francisé que dans l’armée on prononce régulièrement _obu_, qui est donc
devenu la meilleure prononciation. La seule prononciation qui ne vaille
rien du tout, c’est _obusse_.

       *       *       *       *       *

Pourtant l’_s_ se retrouve dans deux ou trois mots.

Quoique l’_s_ d’_abu_(s) ne se prononce pas, le monosyllabe _us_ paraît
avoir repris assez généralement le sien, sans doute en qualité de
monosyllabe réduit à une voyelle, et pour s’élargir un peu; mais ce
mot ne s’emploie guère que dans l’expression _us et coutumes_, où la
liaison se fait tout aussi bien avec un _s_ doux: _u_(s) z_et coutumes_.

D’autre part, la prononciation de _plus_ est assez délicate et assez
variable.

On ne prononce jamais l’_s_ dans la négation _ne... plu_(s): _je
n’en veux plu_(s) et de même _sans plu_(s)[759]; ni dans les
comparatifs ou superlatifs: _plu_(s) _grand_, _le plu_(s) _grand_,
_plu_(s) _justement_, _j’ai plu_(s) _fait que vous ne pensez_, _une
plu_(s)-_value_; ni devant _de_, dans tous les sens: _plu_(s) _de
monde_, _plu_(s) _d’amour_; ni quand il est répété: _plu_(s) _j’en ai,
plu_(s) _j’en veux_, ou opposé à _moins_: _plu_(s) _j’en ai, moins j’en
veux_, ou _ni plu_(s) _ni moins_[760].

Mais quand _plus_ est suivi immédiatement de _que_, on prononce
volontiers l’_s_, sauf après _pas_ ou _d’autant_: _pas plu_(s) _que
vous_, _d’autant plu_(s) _que je ne sais si..._, mais _j’ai fait
plu_(s) _ou plu_s _que vous ne pensez_, _j’ai cinq ans de plu_(s) ou
_de plu_s _que lui_.

On le prononce aussi quand _plus_ est séparé par _que_ d’un
adjectif ou d’un adverbe: _plu_s _que content_, à côté de _plu_(s)
content; _plu_s _qu’à moitié_, à côté de _plu_(s) _d’à moitié_;
mais surtout on prononce régulièrement et nécessairement l’_s_ de
_plu_s-_que-parfait_, malgré la résistance de beaucoup d’instituteurs
et d’institutrices: _plu_(s)-_que-parfait_ est tout à fait suranné.

On prononce également l’_s_ dans les opérations de l’arithmétique ou de
l’algèbre: _le signe plu_s, _deux plu_s _deux égalent quatre_, _plu_s
_par plu_s _donne plu_s.

Enfin, d’une façon générale, sauf dans _ne... plu_(s) et _de plus en
plu_(s), il y a une tendance à prononcer l’_s_ quand _plus_ est final.
A vrai dire, _rien de plu_(s) vaut mieux que _rien de plu_s, sans doute
à cause de la négation; et dans le style tragique, _je te dirai bien
plu_(s), _il y va de bien plu_(s), semblent encore s’imposer; mais on
dira très bien, surtout dans le langage familier, _il y a plu_s ou
_trois jours au plu_s; on dira même nécessairement: _plu_s... _un lit_,
et même, quoique moins bien, _de plu_s... _un lit_, ou _de plu_s, _je
n’en crois rien_, ou encore _après mille ans et plu_s, sauf en vers,
s’il y a une suite:

    Après mille ans et plu(s) de guerre déclarée

L’analogie de _plus_ s’est exercée sur _sus_, dont on prononce souvent
l’_s_ dans _en su_s, comme dans _en plu_s. Mais à part l’expression _en
sus_, le mot est généralement suivi de _a_, ce qui amène une liaison;
il en résulte que beaucoup de personnes prononcent _courir su_s avec
l’_s_, mais c’est une prononciation discutable[761].


=8º Après les voyelles nasales=, l’_s_ final n’est pas moins muet
qu’après les voyelles orales: _dan_(s), _céan_(s), _san_(s), _gen_(s),
_repen_(s), _consen_(s), _plain_(s), _étein_(s), _tien_(s), _vien_(s),
_moin_(s), _aimon_(s), etc. Il faut donc éviter _moinsse_ avec le plus
grand soin, et aussi _gensse_[762].

Pourtant le mot _sens_ a repris peu à peu son _s_ dans presque tous
les cas: _bon sen_(s) ou _contresen_(s), qui ont résisté longtemps,
ont à peu près disparu[763]; _sen_(s) _commun_ lui-même, qui s’est
conservé plus longtemps et tient encore, sans doute parce que la
prononciation de l’_s_ y est entravée par la consonne qui suit, est
déjà néanmoins fort atteint, et sans doute destiné à disparaître. Il ne
restera bientôt plus que _sen_(s) _dessus dessous_ et _sen_(s) _devant
derrière_, qui justement sont sans rapport avec _sen_s[764].

On prononce également l’_s_ dans _mon_s pour _monsieur_, dans le mot
savant _cen_s, dans le vieux mot _ain_s, et dans les mots latins où
_en_ sonne _in_: _gen_s, _delirium tremen_s, _semperviren_s, etc., sur
l’analogie desquels Labiche a formé _labaden_s[765].


=9º Après les consonnes=, il faut distinguer, suivant la consonne qui
précède.

Quand l’_s_ est séparé de la voyelle _par une consonne non articulée_,
il ne se prononce pas non plus: _ga_(rs), _la_(cs) et _entrela_(cs),
_poi_(ds), _le_(gs) et _me_(ts), _pui_(ts), _pou_(ls), _tem_(ps) et
_défen_(ds), _rom_(ps) et _fon_(ds), _cor_(ps) et _remor_(ds)[766].

Ceux même qui prononcent à tort le _g_ de _le_(gs) ne vont pas jusqu’à
prononcer l’_s_. La seule exception est _fi_(l)s, que nous avons vu à
l’_i_.

En revanche, à part _cor_(ps), le groupe final _ps_ se prononce
toujours entier, parce qu’il n’appartient pas à des mots proprement
français: _la_ps et _rela_ps, _schna_ps, _re_ps, _se_ps, _bice_ps,
_prince_ps, _force_ps, _éthio_ps et _anchilo_ps.

On articule aussi intégralement _ra_ms et _auro_chs (aurox). On notera
seulement la tendance qui se manifeste, notamment chez Victor Hugo, à
remplacer _auro_chs par _auro_ch: en ce cas, le pluriel se prononce
comme le singulier; mais c’est _auro_chs qui est le vrai mot[767].

D’autre part, quand l’_s_ est séparé de la voyelle _par un r_, l’_r_
se prononce toujours[768]; mais l’_s_ ne se prononce pas: _unive_r(s),
_alo_r(s), _toujou_r(s), _ailleu_r(s), etc. Il faut éviter avec grand
soin de prononcer _alorsse_, quoiqu’on prononce l’_s_ dans le composé
_lor_s_que_. Le substantif _cour_(s) se prononce de même sans _s_.

Il y a pourtant trois exceptions: le mot _mar_s a repris son _s_ depuis
longtemps[769]; les mots _mœur_s et _our_s ont repris le leur au
dernier siècle, et il n’est plus possible de le supprimer qu’en vers,
pour l’harmonie, et surtout quand la rime l’exige[770].


2º L’S intérieur.

_Dans le corps des mots_, l’_s_ se prononce presque toujours, mais
quand il se prononce, il est tantôt dur ou sourd, ce qui est le son
normal, tantôt doux ou sonore.


I.--=Devant une consonne=, l’_s_ se prononce partout en principe,
et toujours ou presque toujours avec le son dur: les _s_ qui ne se
prononçaient pas ont en effet disparu de l’orthographe. Il se prononce
ainsi même à la fin des mots: _fi_s_c_, _bu_s_c_, _mu_s_c_ et les mots
en _=-st=_[771].

Mais tous ces mots où l’_s_ se prononce devant une consonne sont en
réalité des mots d’emprunt, ou bien des mots que l’orthographe a
altérés en y restaurant un _s_ autrefois muet[772].

Par analogie, l’_s_ se prononce depuis longtemps même dans _lor_s_que_,
_pre_s_que_, _pui_s_que_, malgré l’étymologie _lor_(s), _prè_(s),
_pui_(s), parce que les éléments se sont fondus en un mot unique, comme
dans _ju_s_que_; mais _tandi_(s) _que_ n’est pas dans le même cas,
les composants étant encore distincts: il vaut donc mieux éviter d’y
prononcer l’_s_.

L’_s_ se prononce aussi dans _su_s_dit_, qui s’écrit en un seul mot,
mais non dans _su_s-_tonique_ et _su_s-_dominante_, qui s’écrivent en
deux. Il me paraît choquant dans _su_s_nommé_ et _su_s_mentionné_, qui
pourraient bien se prononcer comme les précédents.

       *       *       *       *       *

Dans les mots composés commençant par les articles _les_ et _des_ ou
l’adjectif possessif _mes_, ces monosyllabes sont demeurés distincts,
et l’_s_ ne s’y prononce pas: _le_(s)_quels_, _de_(s)_quels_,
_me_(s)_dames_[773].

Il y a aussi un mot simple où l’_s_ intérieur, muet devant une
consonne, a été conservé dans l’écriture, probablement par oubli,
tous ceux qui étaient dans le même cas ayant été éliminés: c’est
_cheve_(s)_ne_, résidu singulier d’une orthographe disparue[774].

Aux mots commençant par un _s_ suivi d’une sourde, _c_, _p_, _t_, le
peuple, surtout dans le Midi, ajoute volontiers l’_e_ prosthétique des
grammairiens: es_tatue_. Cela n’est sans doute point à imiter[775].

       *       *       *       *       *

Dans le groupe _=sc=_, qu’on ne trouve que dans les mots relativement
récents ou qui ont repris des lettres abolies, les deux consonnes
se prononcent sans difficulté devant _a_, _o_, _u_: _e_s-c_argot_,
_e_s-c_ompte_, sc_olaire_, sc_ulpture_.

Devant _e_ et _i_, on entend généralement deux _s_: _a_s-c_ète_,
_tran_s-c_endant_, _la_s-c_if_, _re_s-c_inder_[776].

Toutefois on ne peut entendre qu’un _s_ en tête des mots: _un
s_(c)_eau_, _une s_(c)_ie_[777]. On n’entend qu’un _s_ aussi (ou un
_c_) à l’intérieur d’un certain nombre de mots: d’abord _ob_(s)_cène_
et _ob_(s)_cénité_, où il est difficile de faire autrement; puis
_fa_(s)_cé_, de _fa_(s)_ce_, terme de blason[778]; _de_(s)_cendre_
et ses dérivés; _con_(s)_cience_ et ses dérivés, quoiqu’on entende
généralement deux _s_ dans _e_s-c_ient_, _pre_s-c_ience_ et
_con_s-c_ient_; enfin _di_(s)_ciple_ et _di_(s)_cipline_ avec ses
dérivés; et l’on peut encore y joindre, si l’on veut, _a_(s)_censeur_
et _a_(s)_cension_ (surtout la fête), _di_(s)_cerner_ et
_di_(s)_cernement_, _su_(s)_ceptible_ et _su_(s)_citer_.

       *       *       *       *       *

Nous avons vu déjà que l’_=s=_ prenait naturellement le son doux
du _=z=_, par accommodation, devant une douce, _b_, _d_, _g_, _v_
et _j_: s_bire_ et _pre_s_byte_, _péla_s_gique_ et _di_s_joindre_,
_tran_s_gresser_, s_velte_ ou _tran_s_versal_. C’est là un phénomène
spontané pour lequel il ne faut aucun effort, aucune étude[779].
L’_s_ prend souvent aussi le même son dans les mots en _-isme_ comme
_rhumati_s_me_ (izme) ou même en _-asme_; mais ceci s’impose beaucoup
moins[780].


II. =Entre consonne et voyelle=, l’_s_ est encore dur en principe.

Il est dur notamment après un _r_: _sur_-s_eoir_ et _sur_-s_is_ (et non
_sur_z_is_), _traver_-s_in_, _subver_-s_if_, etc.; mais il est doux
dans _jer_s_ey_[781].

Il est doux entre _l_ et _a_, dans _bal_s_amique_ et les mots de cette
famille[782].

On a vu que l’accommodation changeait le _b_ en _p_ dans les mots qui
commencent par _abs-_ et _obs-_, et aussi _subs-_, mais sauf devant
_i_. En effet, dans _sub_s_ister_, l’accommodation paraît être plus
souvent régressive, c’est-à-dire que c’est la seconde consonne qui
s’accommode à la première: _su_bz_ister_ plutôt que _su_ps_ister_, et
de même _su_bz_istance_, sans doute par l’analogie de _dé_s_ister_,
_e_x_ister_ et _ré_s_ister_, dont nous allons parler dans un
instant[783].

Il en est de même le plus souvent dans _su_bs_ide_ et
_su_bs_idiaire_[784].

Au contraire, c’est le _b_ qui se change normalement en _p_ dans
_a_bs_ide_ et dans _su_bs_équent_[785].


III. =Entre deux voyelles= _dont la première n’est pas nasale_,
l’_s_ prend régulièrement le son doux, quelle que soit l’étymologie:
_ro_s_e_, _va_s_e_, _cyti_s_e_, _ba_s_ilique_, _va_s_istas_,
_philo_s_ophe_, _mi_s_anthrope_, etc.[786]. Il prend le son doux même
dans les préfixes à _s_ final _dés-_ et _més-_, et cela peut passer
pour une liaison naturelle: _dé_s-_unir_, _dé_s-_armer_, _mé_s-_user_,
_mé_s-_intelligence_, etc.[787]. Pourtant l’_s_ est resté dur dans
_dy_s-_enterie_ et _dy_s-_entérique_[788].

L’_s_ prend encore le son doux, et ceci pourrait surprendre, dans
_dé_-s_igner_ et _se dé_-s_ister_ (sans parler de _dé_s_oler_), et
généralement après les préfixes _ré-_ et _pré-_: _ré_-s_erver_ et
_pré_-s_erver_, _ré_-s_ider_ et _pré_-s_ider_, _ré_-s_olution_,
_ré_-s_onance_, _ré_-s_umer_ et _pré_-s_umer_, _pré_s_age_,
_pré_-s_omption_, etc. Cela tient à ce que, dans ces mots, le simple
a disparu, ou bien il est resté avec un sens très différent: dans les
deux cas, le composé est traité comme un mot simple.

Il en est de même du mot _aba_s_ourdir_, où l’élément _sourd_ a pu
être méconnu, et par l’absence d’un préfixe usité, et à cause du sens
abstrait qu’a pris le mot.

       *       *       *       *       *

Néanmoins, l’_s_ reste dur dans certains cas, avec ou sans préfixe, et
beaucoup plus souvent qu’on ne croit:

1º Après les préfixes _pré-_, _ré-_ et _dé-_ eux-mêmes, dans
_pré_-s_éance_ et _pré_-s_upposer_, sans doute parce qu’ici le
simple est trop connu pour s’altérer; dans _pré_-s_u_ (le mot est
dans Pascal); dans _ré_-s_ection_ et _ré_-s_équer_, _dé_-s_uet_ et
_dé_-s_uétude_, qui gardent la prononciation du latin.

2º Et cette fois sans exception, à la suite de toute une série de
préfixes qui restent toujours distincts du mot principal: _a-_,
dans _a_-s_eptique, a_-s_ymétrie_ ou _a_-s_ymptote_; _para-_, dans
_para_-s_élène_ et _para_-s_ol_ (malgré l’_s_ doux de _para_-s_ite_,
vieux mot dont le simple n’existe pas); _contre-_ et _entre-_, dans
_contre_-s_ens_, _contre_-s_eing_, _contre_-s_igner_ et _contre_-s_ol_,
_s’entre_-s_ecourir_ ou _s’entre_-s_uivre_, et _entre_-s_ol_; _anti-_,
dans _anti_-s_ocial_ ou _anti_-s_eptique_; _co-_ et _pro-_, dans
_co_-s_eigneur_, _co_-s_ignataire_, _co_-s_inus_ ou _co_-s_écante_,
et _pro_-s_ecteur_; _uni-_, _bi-_ et _tri-_, _proto-_ et _deuto-_,
etc., dans _uni_-s_exuel_ et une foule de composés chimiques,
botaniques ou même mathématiques[789]; plusieurs autres encore, qui
marquent également le nombre, surtout dans le vocabulaire grammatical:
_mono_-s_yllabe_ et _mono_-s_yllabique_, _tétra_-s_yllabe_,
_déca_-s_yllabe_, etc., _poly_-s_yllabe_ et _poly_-s_ynodie_,
_pari_-s_yllabique_ et _impari_-s_yllabique_[790].

3º Dans quelques mots composés à éléments mal soudés, quoique liés dans
l’écriture: _tourne_s_ol_ et _gira_s_ol_, _soubre_s_aut_, _havre_s_ac_,
_vrai_s_emblable_ et _vrai_s_emblance_, _pré_s_alé_, _vivi_s_ection_,
_gymno_s_ophiste_, _idio_s_yncrasie_, _petro_s_ilex_, _sangui_s_orbe_,
etc.[791].

4º Dans quelques mots simples, exclusivement savants et techniques,
où l’on conserve la prononciation d’origine, comme _thé_s_is_ ou
_ba_s_ileus_.

5º Dans une onomatopée comme _su_s_urrer_, _su_s_urrement_, que les
dictionnaires altèrent fort mal à propos[792].

6º Enfin dans quelques mots étrangers plus ou moins employés,
l’adoucissement de l’_s_ entre deux voyelles étant propre au français:
ainsi le grec _kyrie elei_s_on_, ou l’italien _impre_s_ario_, à demi
francisé d’ailleurs, puisqu’on nasalise _im_[793]. Pourtant l’_s_
s’est adouci dans l’espagnol _bra_s_ero_ et l’italien _ri_s_oluto_
ou _fanta_s_ia_, apparemment par l’analogie de _bra_s_ier_,
_ré_s_olution_, _fantai_s_ie_[794].

=IV. Entre une voyelle nasale et une autre voyelle=, l’_s_ reste
dur, parce qu’autrefois l’_n_ se prononçait: _an_s_e_, _pen_s_er_,
_pen_s_ion_, _encen_s_er_, _in_s_igne_, _con_s_idérer_, etc., et même
_in_s_ister_, malgré l’_s_ doux de _ré_s_ister_ et des autres.

Toutefois, avec le préfixe =_trans-_=, on a encore un phénomène
de liaison, comme avec _dés-_ et _més-_, et c’est un _z_ qu’on
entend, sans exception, dans _tran_s_alpin_, _tran_s_action_,
_tran_s_atlantique_, _tran_s_iger_, _tran_s_it_, _tran_s_itaire_,
_tran_s_itif_, _tran_s_ition_, _tran_s_itoire_, _tran_s_humer_ et
_tran_s_humance_.

Mais l’_s_ du substantif _transe_ est nécessairement dur, comme dans
toutes les finales en _-anse_, et il se maintient encore dur tant bien
que mal dans _tran_s_i_ et _tran_s_ir_, très fréquemment altérés par le
voisinage de _tran_s_it_. _Tran_s_ept_ a aussi l’_s_ dur, étant pour
_tran_ss_ept_[795].

On entend quelquefois, mais à tort, l’_s_ doux dans _in_-s_urrection_,
par analogie avec _ré_s_urrection_.

Enfin l’_s_ est doux dans _nan_s_ouk_[796].


3º L’S double.

L’=s= _double_ final se prononce comme l’_s_ dur, mais il abrège la
voyelle qui précède: _ray-gra_ss, _me_ss, _expre_ss, _mi_ss, etc.

L’=s= double intérieur, qui n’a jamais le son doux, représente d’abord
assez souvent un _s_ simple, qu’on a doublé après un _e_ dans certains
composés, uniquement pour empêcher que le son doux ne remplace mal à
propos le son dur, entre deux voyelles.

Nous avons vu tout à l’heure qu’après _é fermé_ on se contentait
souvent d’un seul _s_ en pareil cas, malgré le danger d’adoucissement:
_pré-_s_éance_, _dé-_s_uet_; mais on écrit avec deux _s_, et peu de
logique, _pre_(s)_sentir_ et _pre_(s)_sentiment_[797].

Après un _e_ muet, un seul _s_ a suffi encore, dans quelques composés
cités plus haut, comme _entre_s_ol_, _havre_s_ac_ ou _soubre_s_aut_;
mais on met deux _s_ à _re_(s)s_aut_ et à _re_(s)s_auter_, et
partout après le préfixe _re-_, dans les mots de la langue écrite:
_re_(s)s_embler_, _re_(s)s_entir_, _re_(s)s_ort_, _re_(s)s_ource_,
etc.[798], ainsi que dans _de_(s)s_us_ et _de_(s)s_ous_, sans
compter _re_(s)s_usciter_, dont l’_e_ est fermé. Je ne sais si cet
emploi de l’_s_ double après le préfixe _re-_ est très heureux, car
s’il fait respecter le son de l’_s_, en revanche il fait altérer
malencontreusement à beaucoup de personnes la prononciation de l’_e
muet_ lui-même, et le mal n’est guère moindre[799].

Il va sans dire que dans tous ces mots, que l’_e_ soit fermé ou muet,
on ne peut prononcer qu’un seul _s_, puisque l’_s_ ajouté n’y est en
quelque sorte qu’un signe orthographique conventionnel, destiné à
maintenir le son dur ou sourd.

Mais on peut aller plus loin, et dire qu’en français, d’une façon
générale, entre deux voyelles, _l_’s _simple est un_ s _doux et l_’s
_double un_ s _dur_.

Cette distinction très nette a peut-être contribué à maintenir
généralement la prononciation d’un _s_ simple quand il y en a deux.
Toujours est-il que l’_s_ double se prononce simple beaucoup plus
souvent que les liquides _l_, _m_, _n_, _r_, malgré la tendance
générale que nous avons signalée si souvent. Il est rare qu’on
prononce deux _s_ dans les mots d’usage courant, qui sont très
nombreux, et peut-être même ne l’a-t-on jamais fait dans les mots
tels que _a_(s)s_eoir_, _pa_(s)s_age_, _va_(s)s_al_, _ma_(s)s_acre_,
_e_(s)s_ai_, _e_(s)s_uyer_, _me_(s)s_ie_, _me_(s)s_age_, _i_(s)s_u_,
_bo_(s)s_u_, _fau_(s)s_aire_, _bou_(s)s_ole_, _hu_(s)s_ard_, etc.
L’_s_ reste simple notamment dans tous les composés de _des-_, comme
_de_(s)s_aler_, _de_(s)s_errer_, _de_(s)s_ouder_, et dans tous les mots
en _-seur_, _-sion_, _-soir_ ou _-soire_, quelle que soit la voyelle
précédente: _embra_(s)s_eur_, _oppre_(s)s_eur_, _régi_(s)s_eur_ ou
_endo_(s)s_eur_, _pa_(s)s_ion_, _pre_(s)s_ion_, _commi_(s)s_ion_ ou
_percu_(s)s_ion_, _pre_(s)s_oir_ ou _acce_(s)s_oire_.

Il y a pourtant des exceptions, cela va sans dire aussi notamment pour
les préfices =as-= et =dis-=[800].

1º Le préfixe =_as-_= étant plus populaire que savant, dans tous les
composés, sauf _a_s-s_imiler_ et ses dérivés, on devrait ne prononcer
qu’un _s_[801]. Toutefois, je ne vois guère que _a_(s)s_aut_,
_a_(s)s_embler_ et _a_(s)s_emblage_, _a_(s)s_eoir_, _a_(s)s_iéger_,
_a_(s)s_iette_ et _a_(s)s_ise_, _a_(s)s_ez_, _a_(s)s_urer_ et ses
dérivés, qui soient à peu près intacts. Les plus atteints sont
_a_s-s_agir_, _a_s-s_ainir_, _a_s-s_écher_, _a_s-s_éner_ (pour
_a_(s)s_ener_), _a_s-s_entiment_, _a_s-s_ermenté_, _a_ss_ertion_,
_a_s-s_ervir_, _a_s-s_idu_ et _a_s-s_iduité_, _a_s-s_igner_ et
_a_s-s_ignation_, _a_s-s_ombrir_, _a_s-s_omption_, _a_s-s_onance_,
_a_s-s_ourdir_, _a_s-s_ouvir_ et _a_s-s_umer_. Mais pas plus dans
ceux-là que dans les autres, il n’est indispensable de prononcer deux
_s_.

2º Au contraire, le préfixe =_dis-_= étant expressément un préfixe
savant, les composés font entendre généralement deux _s_. Il n’y a
d’exception incontestable que pour _di_(s)s_iper_ et ses dérivés et
_di_(s)s_oudre_[802]; mais on fera bien de prononcer aussi avec un
seul _s_ _di_(s)s_olu_[803], _di_(s)s_erter_ et _di_(s)s_ertation_,
_di_(s)s_imuler_ et _di_(s)s_imulation_[804], voire même
_di_(s)s_éminer_, _di_(s)s_ension_ ou _di_(s)s_entiment_, ces mots
étant d’un usage fort général[805].

3º Aux préfixes _as-_ et _dis-_ on peut ajouter =_intus-_= et
=_trans-_=, dans _intu_s-s_usception_, _tran_s-s_udation_ ou
_tran_s-s_ubstantiation_.

4º Il n’y a plus qu’un certain nombre de mots plus ou moins savants
où l’on prononce deux _s_: _a_s-s_a fœtida_, _pa_s-s_ible_ et
_impa_s-s_ible_, _pa_s-s_if_ et ses dérivés (sauf en grammaire) et
_pa_s-s_iflore_, _cla_s-s_ification_ et quelquefois _cla_s-s_ique_,
et aussi _jura_s-s_ique_[806];--_te_s-s_ère_ et _pe_s-s_aire_,
_e_s-s_ence_ (au sens figuré) et ses dérivés, _ince_s-s_ible_
et _immarce_s-s_ible_, et les composés en _pre_s-s_ible_;
_congre_s-s_iste_ et _progre_s-s_iste_, qui, avec _proce_s-s_us_,
réagissent sur _progre_s-s_if_, _proce_s-s_if_ et quelques mots
_en-essif_; _me_s-s_idor_, _se_s-s_ile_, _pe_s-s_imiste_ et
_pe_s-s_imisme_, et au besoin _e_s-s_ouflé_ ou _e_s-s_aimer_;--les
mots en _i_s-s_ible_ et leurs dérivés, et, si l’on veut, les mots en
_i_s-s_ime_ et _i_s-s_imo_, avec _commi_s-s_oire_, _fi_s-s_ipare_
et _fi_s-s_ipède_, et _by_s-s_us_, auxquels on joint quelquefois
_fi_s-s_ure_ et _bi_s-s_extile_;--enfin _glo_s-s_aire_, _o_s-s_ature_,
_o_s-s_ification_, _o_s-s_uaire_ et quelquefois _o_s-s_eux_, avec
_fo_s-s_ile_ et _opo_s-s_um_[807].

       *       *       *       *       *

Nous savons que le groupe anglais _=sh=_ équivaut au _ch_ français
à toute place: sh_elling_, sh_ocking_ ou sh_ampoing_, _engli_sh,
_mackinto_sh ou _stockfi_sh[808]. A la vérité _fa_sh_ion_ se prononçait
aussi bien _fazion_ à la française, que _facheune_, à l’anglaise, et de
même _fa_sh_ionable_; mais ces deux mots sont tout à fait tombés en
désuétude.

C’est aussi au _ch_ français que correspondent le groupe germanique
_=sch=_[809], le danois _=sj=_, le polonais _=sz=_ et l’_=s=_
hongrois[810].



T


1º Le T final.

_A la fin des mots_, le =t=, comme l’_s_, en principe ne se prononce
pas: _acha_(t), _avoca_(t), _étroi_(t), _bonne_(t), _livre_(t),
_tombai_(t), _crédi_(t), _peti_(t), _calico_(t), _tripo_(t),
_prévô_(t), _défau_(t), _ragou_(t), _institu_(t), _cha_(t)-_huan_(t),
_vacan_(t), _accen_(t), _événemen_(t), _sain_(t), _poin_(t), _fron_(t),
_défun_(t), _dépar_(t), _concer_(t), _transpor_(t), _meur_(t),
_accour_(t), etc., etc.[811]. Les exceptions sont même beaucoup plus
rares que pour l’_s_ parmi les mots proprement français. Naturellement
elles affectent surtout des monosyllabes, qui sont en quelque sorte
renforcés ou élargis par cette prononciation.

=1º Après= _a_, il n’y a que les adjectifs _fa_t et _ma_t, avec les
termes d’échecs _ma_t et _pa_t; _adéqua_(t) et _immédia_(t) n’en sont
plus, ni _opia_(t), quoique l’Académie ait encore maintenu le _t_ en
1878.

Il faut ajouter cependant les mots latins, _exea_t, _fia_t, _staba_t,
_magnifica_t, _viva_t, qui ne sont pas en voie de se franciser dans la
prononciation; on entend bien parfois _des viva_(ts), mais c’est une
fâcheuse analogie, amenée sans doute par le pluriel[812].

Après _=oi=_, il n’y a rien, pas plus _doi_(gt) que _adroi_(t) ou
_pourvoi_(t). Toutefois, quand _soit_ est employé seul, on fait
volontiers sonner le _t_, pour renforcer le mot, comme on l’a déjà vu
ailleurs.

=2º Après= _e_, il n’y a que _ne_t, _fre_t et _se_(p)t.

Pour _ne_t, il ne saurait y avoir de discussion[813].

Pour _fre_t, tous les dictionnaires maintiennent _fre_(t). Ils
pourraient peut-être se corriger, parce que la marine marchande ignore
absolument cette prononciation: or quel est l’usage qui doit prévaloir
ici, sinon précisément celui de la marine marchande?

Enfin, pour _se_(p)t, il faut naturellement dire _sè_ devant un pluriel
commençant par une consonne: _se_(pt) _sous_, _se_(pt) _cents_,
_se_(pt) _mille_[814]. Malheureusement nos cuisinières, marchands et
comptables ne connaissent guère d’autre prononciation que _se_(p)t,
en toute circonstance, sous le fallacieux prétexte que l’on pourrait
confondre _se_(pt) _sous_ et _se_(pt) _cents_ avec _seize sous_ et
_seize cents_! Et leur prononciation a passé peu à peu de la cuisine à
la salle à manger, du comptoir au salon. Essayons encore de réagir si
nous pouvons, mais je crains fort qu’il ne faille bientôt céder sur ce
point[815].

A _ne_t, _fre_t et _se_(p)t on fera bien de ne pas ajouter _juille_t,
pas plus qu’_alphabe_t, la prononciation du _t_ dans ces mots étant
surannée ou dialectale. Quant à _ce_t, il ne s’écrit que devant une
voyelle, et nécessairement il se lie.

On prononce naturellement le _t_ dans quelques mots latins ou
étrangers: _e_t _cetera_[816], _hic e_t _nunc_, _hic jace_t, _lice_t,
_tace_t, _clare_t, et _water-close_t; mais _débe_(t) et _place_(t)
sont francisés depuis fort longtemps; _croque_(t), _cricke_(t),
_ticke_(t) le sont aussi, et même _pick-pocke_(t), et souvent
_water-close_(t)[817].

Après =ai=, il n’y a pas d’exceptions, sauf une tendance très marquée à
faire sentir le _t_ du substantif _fait_, au singulier, surtout quand
il est final ou accentué: _en fai_t, _au fai_t, _par le fai_t, _voie de
fai_t, _voici le fai_t, _il est de fai_t, _je mets en fai_t, _je l’ai
pris sur le fai_t, _c’est un fai_t, et même _c’est un fai_t _constant_,
_c’est le fai_t _d’un honnête homme_, _le fai_t _de mentir_, _le fai_t
_du prince_; mais on ne doit jamais faire sentir le _t_ au pluriel, ni
dans _fai_t _divers_, singulier identique au pluriel, ni dans _en fai_t
_de_ ou _tout à fai_t.

=3º Après= _i_, le _t_ sonne encore presque toujours dans les mots
qui viennent de mots latins en _-itus_ et _-itum_: _coï_t, _introï_t,
_obi_t, _bardi_t, _aconi_t, _ri_t (même mot que rite), _prétéri_t,
_pruri_t et _transi_t; mais on a cessé généralement de le prononcer
dans _subi_(t) aussi bien que dans _gratui_(t). Il en est de même dans
_ci-gî_(t). On le prononce encore le plus souvent dans _grani_t, mais
_grani_(t) se répand.

On le prononce aussi, naturellement, dans _hui_t, avec la seule
restriction, toujours la même, des pluriels commençant par des
consonnes: _page hui_t, _in-dix-hui_t, _le hui_t _mai_, et aussi, par
liaison, _hui_t _hommes_, mais _hui_(t) _sous_, _hui_(t) _cents_,
_hui_(t) _mille_[818].

Enfin il doit toujours sonner dans les mots latins, francisés ou
non, dans _accessi_t, _satisfeci_t et même _défici_t, malgré l’usage
de quelques personnes, aussi bien que dans _incipi_t, _suffici_t,
_explici_t, _exi_t et _affidavi_t, ainsi que dans _voorui_t et
_dead-hea_t[819].

4º Après _o_, le _t_ ne sonne plus aujourd’hui que dans _do_t, où il
ouvre l’_o_, bien entendu. Cette exception paraît venir de ce que le
mot avait autrefois deux formes, un masculin _do_(t) et un féminin
_dote_ (cf. _aubépin_ et _aubépine_); le féminin se serait ici conservé
avec l’orthographe du masculin. C’est d’ailleurs le seul mot en _-ot_
qui soit féminin. Quoi qu’il en soit, la prononciation _do_(t) est
aujourd’hui particulière au sud-ouest[820].

5º Dans les finales _-aut_ et _-ault_, le _t_ ne sonne jamais[821];
pas davantage dans _-eut_, ni dans _-out_ et _-oult_, les mots
étrangers, _lock-ou_t, _vermou_t, _knou_t, _raou_t et _stou_t, mais non
_racahou_(t).

Surtout il ne doit pas plus sonner dans (a)_oû_(t) que dans _debou_(t),
malgré l’usage de quelques provinces[822].

=6º Après= _u_, le _t_ final sonne toujours dans un certain nombre de
mots savants: _azimu_t, _cajepu_t, _occipu_t, _sincipu_t et _compu_t,
avec _u_t et _capu_t; quelquefois aussi, mais à tort, dans _scorbu_(t)
et _précipu_(t); de plus, dans les interjections _chu_t et _zu_t, et
dans les monosyllabes _lu_t, _ru_t et _bru_t[823]. La province y ajoute
généralement un autre monosyllabe, _bu_t, malgré _débu_(t), mais à
Paris on prononce toujours _bu_(t)[824].

=7º Après les voyelles nasales= (les mots en _-ant_ et _-ent_ sont
particulièrement innombrables), le _t_ ne sonne pas plus en français
qu’après les voyelles orales, même si une autre consonne s’intercale,
comme dans _exem_(pt), _vin_(gt), _prom_(pt), _rom_(pt), _corrom_(pt),
_interrom_(pt).

Il a longtemps sonné dans _ving_(t), comme sonnaient l’_s_ et l’_x_
de _troi_s et _deu_x, conformément à l’usage de tous les noms de
nombre; c’est aussi incorrect aujourd’hui que le serait _cente_ pour
_cen_(t), qui ne semble pas avoir jamais été dit. Toutefois le _t_ de
_vingt_ sonne encore dans _vin_(g)t _et un_, par liaison, et aussi
dans _vin_(g)t-_deux_, _vin_(g)t-_trois_, etc., malgré la consonne
qui suit, soit par un souvenir de _vin_(g)_t et deux_, _vin_(g)_t
et trois_, où se faisait la liaison, soit plutôt par analogie avec
_trente-deux_, _quarante-quatre_, _cinquante-sept_, etc. Mais il ne
sonne pas dans _quatre-vin_(gt)_-un_, _-deux_, _-trois_, etc., et
cela se comprend: s’il sonnait par exemple dans _quatre-vingt-trois_,
ce serait _quatre fois vingt-trois_, et non _quatre fois vingt
plus trois_; il y a des siècles que cette distinction a été faite
inconsciemment. Il est vrai que tous ces _t_, devant _deux_, deviennent
nécessairement des _d_: _vin_d d_eux_; ce n’est pas une raison
cependant pour prononcer _vin_(g)te_-deux_[825].

Le _t_ sonne encore dans quelques mots étrangers, comme _can_t ou
_pippermin_t[826].

=8º Restent= _les consonnes_. Le _t_ ne sonne pas après un _r_:
_écar_(t), _exper_(t), _ressor_(t), _cour_(t), et aussi _heur_(t), où
il a longtemps sonné; _spor_(t) lui même est francisé, et _dog-car_(t)
à peu près; mais _flir_t garde son _t_, même quand on le francise[827].
En revanche, le _t_ sonne après et avec les consonnes _c_, _l_, _p_,
_s_.

Pour les mots en _=-ct=_, nous avons vu plus haut qu’il ne fallait plus
excepter que les mots en _=-spect=_, _ami_(ct) et _instin_(ct), mais
non _exa_ct, _abje_ct, _verdi_ct, _distri_ct, _succin_ct et _distin_ct,
ni aucun autre[828].

Les mots en _=lt=_ ne sont pas des mots français: _cobal_t, _mal_t,
_smal_t, _spal_t, _vel_dt, _vol_t, sauf le vieux mot _mou_lt, et
_indu_lt, où l’orthographe a rétabli la prononciation disparue de
_lt_[829].

Si des mots en _=pt=_ nous éliminons _se_(p)t, examiné tout à l’heure,
où le _p_ ne sonne pas, et les mots en _-empt_ et _-ompt_, où ne
sonnent ni _p_ ni _t_, il reste trois ou quatre mots savants où
les deux consonnes se prononcent: _ra_pt, qui a longtemps flotté,
_conce_pt, _transe_pt et _abru_pt[830].

Le groupe final _=st=_ se prononce dans quelques mots, la plupart
étrangers: _ha_st (armes d’), _balla_st, _to_(a)st, _e_st et _oue_st,
_le_st, _zi_st et _ze_st, _whi_st, _o_st et souvent _compo_st. Il est
muet dans le verbe _e_(st)[831].

Ajoutons pour terminer que l’_h_ après le _t_ final, qui d’ailleurs
est toujours d’origine étrangère, ne change rien en français au son
du _t_; mais naturellement le _t_ suivi d’un _h_ se prononce toujours:
_feldspa_th, _ane_th, _zéni_th, _mammou_th, _lu_th et _bismu_th[832].


2º Le T intérieur et le groupe TI.

_Dans le corps des mots_, le _=t=_ se maintient difficilement entre
deux consonnes, si la dernière n’est pas un _r_, comme dans _as_t_ral_.
Aussi est-il devenu muet dans _as_(th)_me_ et _as_(th)_matique_,
_is_(th)_me_ et _is_(th)_mique_, et même _pos_(t-s)_criptum_ et parfois
_pos_(t)_dater_: c’est toujours la répugnance du français à prononcer
trois consonnes consécutives qui ne s’accommodent pas ensemble, et
c’est ordinairement celle du milieu qui est alors écrasée entre les
autres, à moins qu’elle ne soit un _s_[833].

Dans les mots en _=-iste=_, comme dans les mots en _=isme=_, le
peuple laisse volontiers tomber la syllabe finale: _artis_(te),
_anarchis_(te). Il dit de même _prétex_(te) ou _insec_(te): paresse de
langage, qu’il faut éviter.

L’_h_ ne change rien au _t_, bien entendu: t(h)_éâtre_, t(h)_on_,
t(h)_ym_, _at_(h)_ée_, _got_(h)_ique_, etc.

       *       *       *       *       *

Mais la question la plus intéressante concernant le _t_ intérieur est
celle de son traitement devant l’_i_ suivi d’une voyelle.

La règle générale n’est pas douteuse: _Devant un_ i _suivi d’une autre
voyelle_, _le_ t _prend le son de l’_s _dur_[834].

Cette règle s’applique notamment à la plupart des mots en _=-tie=_
et _=-tien=_, à presque tous les mots en _=-tiaire=_, _=-tiel=_,
_=-tieux=_, _=-tion=_, avec tous leurs dérivés, et à une foule d’autres
mots: _supréma_t_ie_, _iner_t_ie_, _béo_t_ien_, _ter_t_iaire_,
_torren_t_iel_, _ambi_t_ieux_, _na_t_ion_, _na_t_ional_, etc., et
aussi bien _nup_t_ial_, _gen_t_iane_, _spar_t_iate_, _pa_t_ient_,
_pa_t_ience_, _sa_t_iété_, _pé_t_iole_, etc., etc.[835]

En réalité cette prononciation nous vient tout simplement de la
prononciation adoptée depuis des siècles, à tort ou à raison, pour
le latin[836]. Aussi appartient-elle essentiellement à des mots
d’origine savante, tandis que les mots d’origine populaire conservent
en principe le son normal du _t_, notamment quand l’_i_ fait diphtongue
étymologiquement avec un _e_, comme dans _pi_t_ié_.

On peut dire pourtant que la prononciation sifflante est la règle
générale, d’abord parce que les mots de formation savante sont les plus
nombreux, ensuite parce que les mots nouveaux ont ordinairement suivi
l’analogie des précédents, et que les mots isolés qui sont restés en
dehors de la règle tendent souvent à s’y soumettre. On constate même
ce phénomène curieux d’une prononciation d’origine savante devenant
populaire, et altérant par cela même d’autres mots savants, faute de
pouvoir altérer les mots les plus usités.

J’ajoute qu’il est plus facile d’énumérer les exceptions que les cas
où la règle s’applique, ainsi qu’on le fait parfois, non sans beaucoup
d’omissions.

Les exceptions sont d’ailleurs nombreuses, et il y en a de toutes les
sortes. On se rappelle la réponse de Nodier à Dupaty, qui prétendait
qu’_entre deux_ =_i_= le _t_ avait toujours le son de l’_s_: «La règle
est sans exceptions,» répondait-il à Nodier. Et Nodier de répliquer,
du tac au tac: «Mon cher confrère, prenez _picié_ de mon ignorance,
et faites-moi l’_amicié_ de me répéter seulement la _moicié_ de ce
que vous venez de dire.» Ceci se passait à l’Académie, où l’on peut
croire que les rieurs ne furent pas pour Dupaty. Mais ce n’était là
qu’un exemple, et il y a d’autres exceptions même entre deux _i_, sans
compter les autres combinaisons, qui sont multiples[837].

I.--Il y a d’abord deux catégories de mots qu’il faut éliminer, parce
que la prononciation sifflante est impossible ou à peu près. Ce sont:

1º _Tous les mots dans lesquels le =t= est déjà précédé d’une
sifflante_, _s_ ou _x_, ce qui empêche absolument le _t_ de s’altérer,
aussi bien en latin qu’en français: _bas_t_ion_, _ques_t_ion_,
_immix_t_ion_ (une douzaine de mots en =_-tion_=); _dynas_t_ie_,
_modes_t_ie_, _amnis_t_ie_ (une douzaine de mots en =_-tie_=);
_bes_t_ial_, _bes_t_iole_, _ves_t_iaire_, etc., etc.[838].

A cette catégorie appartiennent aussi _é_t_iage_, _châ_t_ier_ et
_chré_t_ien_ avec sa famille, autrefois _e_st_iage_, _cha_st_ier_ et
_chre_st_ien_.

2º _Tous les imparfaits et subjonctifs présents_, où le _t_ ne
peut pas changer le son qu’il a dans les autres formes: _é_t_ais_,
_é_t_ions_, _é_t_iez_, _por_t_ais_, _por_t_ions_, _por_t_iez_, que nous
_men_t_ions_, que vous _men_t_iez_, etc.[839].

De plus, pour le même motif, les participes féminins des verbes en
_tir_: _sor_t_i_, _sor_t_ie_, _anéan_t_i_, _anéan_t_ie_, etc., avec
les substantifs de formation française dérivés des mêmes verbes:
_rô_t_ie_, _garan_t_ie_, _par_t_ie_, _sor_t_ie_, et le féminin
d’_appren_t_i_[840].

II.--Voici maintenant toute la collection des _mots d’origine populaire
où =-ti-= est suivi d’un_ e, _et où le groupe =ie= est une diphtongue
étymologique_, le latin ayant à la place une voyelle unique, devant
laquelle le _t_ n’a pas pu s’altérer. Ce sont:

1º Les trois substantifs en =_-tié_=: _pi_t_ié_, _moi_t_ié_,
_ami_t_ié_, avec _inimi_t_ié_[841];

2º Les adjectifs et substantifs en =_-tier_= ou =_-tière_=, à
suffixe _-ier_, féminin _-ière_, comme _en_t_ier_ ou _héri_t_ier_,
_jarre_t_ière_ ou _taba_t_ière_: ils sont près de deux cents[842];

3º Les mots qui ont le suffixe =_-ième_=, à savoir _sep_t_ième_,
_hui_t_ième_, _ving_t_ième_, etc., avec _quan_t_ième_ ou
_pénul_t_ième_[843];

4º Les formes verbales de _tenir_ et ses composés, t_ient_ ou
_con_t_ient_, _dé_t_iendra_ on _main_t_iendrait_, avec les dérivés
_entre_t_ien_, _main_t_ien_, _sou_t_ien_[844];

5º Enfin les mots t_iède_, t_iers_ et t_ien_, où le _t_ est initial, et
_an_t_ienne_, où il ne l’est pas[845].

III.--Il y a encore un certain nombre de mots d’origines diverses.

1º Voici d’abord trois mots en =_-tie_=: _or_t_ie_, d’origine
populaire[846]; _so_t_ie_, dérivé populaire de _sot_, qui avait deux
_t_ autrefois comme _sottise_, et qui a gardé sa prononciation en
devenant savant; enfin _tu_t_ie_, qui ne vient pas du latin[847].

_Épizoo_t_ie_ est encore flottant[848].

2º Voici quelques mots plus ou moins savants, où =_ti-_= a
résisté à l’analogie et a gardé la prononciation du grec: d’abord
_éléphan_t_iasis_ ou _é_t_iologie_, sans compter _tiare_; d’autre part
tous les mots où le _t_ est séparé de l’_i_ par un _h_, ce _th_ étant
grec: _sympa_t(h)_ie_, _py_t(h)_ie_, _corin_t(h)_ien_; de sorte qu’ici
non seulement l’_h_ ne change rien au _t_, mais aide à le conserver
intact[849].

Pourtant la tendance générale est telle que le mot _chrestoma_t(h)_ie_
a été fortement altéré et l’est encore assez généralement; mais la
prononciation correcte de ce mot savant, qui n’est pas latin, est _tie_
et non _cie_, et les jeunes professeurs commencent à la restaurer.

3º Il y a encore les mots qui ont un préfixe en =_-ti_=, à savoir:
d’une part le mot _cen_ti_are_, qui a gardé devant le mot _are_ la
prononciation uniforme du préfixe _centi-_, quoiqu’une diphtongue s’y
soit formée dès le principe; d’autre part les mots commençant par
le préfixe _anti-_, comme _an_ti_alcoolisme_, où il n’y a point de
diphtongue.

4º Restent quelques mots populaires d’origine inconnue: _galima_t_ias_,
qu’une étymologie fantaisiste a rattaché à _Ma_th_ias_; _é_t_ioler_,
_é_t_iolement_, qui se rattachent peut-être à _é_t_eule_; et aussi
l’espagnol _pa_t_io_[850].

Cette énumération, qu’on trouvera ici pour la première fois, fut
longue sans doute, mais celle des mots où le _t_ est sifflant l’eût
été davantage, et peut-être même impossible, en tout cas beaucoup plus
difficile à classer méthodiquement[851].


3º Le T double.

Le _=t= double_ se prononce encore simple assez généralement, et
autrefois il n’y avait point d’exception.

Parmi les mots commençant par =_att-_=, qui sont fort nombreux, il
n’y a guère qu’_a_t-t_ique_ et _a_t-t_icisme_ où l’on soit à peu près
obligé de prononcer deux _t_[852]; mais il faut avouer que cette
prononciation commence à atteindre fortement beaucoup d’autres mots
où elle ne s’impose nullement, comme _a_t-t_enter_, _a_t-t_entif_,
_a_t-t_énuer_, _a_t-t_errer_, _a_t-t_ester_, _a_t-t_iédir_,
_a_t-t_itré_, _a_t-t_itude_, _a_t-t_ouchement_, _a_t-t_raction_,
_a_t-t_ributif_, _a_t-t_rister_, _a_t-t_rition_.

Cette prononciation est plus correcte dans _ba_t-t_ologie_,
_intermi_t-t_ent_ et _intermi_t-t_ence_, _commi_t-t_imus_ et
_commi_t-t_itur_, _gu_t-t_ural_ et _gu_t-t_a-percha_; mais elle atteint
aussi depuis plus d’un siècle d’autres mots, comme _sagi_t-t_aire_,
_li_t-t_éraire_, _li_t-t_éral_, _li_t-t_érature_, _li_t-t_oral_ et
_pi_t-t_oresque_.

Elle est d’ailleurs légitime dans les mots qui viennent de l’italien,
où les deux consonnes se prononcent régulièrement: _conce_t-t_i_,
_vende_t-t_a_, _je_t-t_atura_, _dile_t-t_ante_, _libre_t-t_o_ et
_libre_t-t_iste_, _grupe_t-t_o_, _tu_t-t_i_ et _so_t-t_o voce_,
et aussi dans _gu_t-t_a-percha_. Mais on ne prononce plus qu’un
_t_ généralement dans _ghe_(t)t_o_ et _confe_(t)t_i_, qui se sont
popularisés, souvent aussi dans _larghe_(t)t_o_[853].

On ne prononce jamais qu’un _t_ dans _sco_(t)t_ish_[854].



V et W.


Le =_v_= s’appelait autrefois =_u_= consonne, et ne se distinguait pas
typographiquement de l’_u_[855].

Du _v_ simple il n’y a rien à dire, sinon qu’il faut éviter de le
supprimer devant _oi_, et de dire (v)_oiture_, (v)_oilà_, _la_(v)_oir_,
au _r_(ev)_oir_[856].

Le =_v_= allemand se prononce =_f_=; mais cela ne nous intéresse guère
que pour les noms propres non francisés[857].

Le _v_ a aussi le son de l’_f_ à la fin des noms slaves, surtout après
un _o_, où il est souvent double[858].

Le =_w_= n’est pas français. Mais le _w_ germanique se prononce comme
le _v_ français, ainsi que celui du polonais _redo_w_a_[859].

Le =_w_= anglais demande plus d’attention.

En principe, devant une voyelle, il a le son de la semi-voyelle _ou_:
w_ater-closet_ ou w_aterproof_, w_attman_, w_arf_, w_hist_, w_hig_,
w_isky_, w_ig_w_am_, w_orkhouse_, _s_w_ell_, _tram_w_ay_, _rail_w_ay_,
_sand_w_ich_[860]. Mais quand il se francise, c’est presque toujours
en _v_; ainsi il est complètement francisé en _v_ dans w_agon_ et ses
dérivés, à peu près dans w_arrant_ et ses dérivés, souvent aussi dans
w_aterproof_, quoiqu’on ne francise pas _oo_, et dans w_ater-closet_
ou w_attman_. S’il s’est francisé définitivement en _ou_ dans w_hist_,
c’est parce que le mot ne s’est pas répandu dans le peuple; mais
_tram_w_ay_ a beaucoup de peine à se franciser tout à fait avec le son
_ou_, qui pourtant semble l’emporter[861].

Nous avons réduit _aw_ à _au_ dans _outl_aw, _l_aw_n-tennis_,
_tomah_aw_k_, _dr_aw_back_[862].

Nous avons accepté pour l’anglais _ew_ la prononciation _iou_; ainsi
pour _mild_ew, qui eut la chance d’être appris par l’oreille et non
par l’œil; mais nous l’écrivons beaucoup mieux _mildiou_, comme il
convient. _Intervi_ew se prononce indifféremment _viev_ ou _viou_, et
le premier finira sans doute par s’imposer, ne fût-ce qu’à cause du
dérivé _intervi_ew_er_, pour lequel la prononciation _viou-ver_ est
assez ridicule[863].

L’anglais _ow_ se prononce comme _o_ fermé dans _b_o(w)-_wind_o(w),
_r_o(w)_ing_, _arr_o(w)-_root_, _sn_o(w)-_boot_, et quelquefois
_co_(w)-_boy_ (pour _caouboï_); d’autre part nous réduisons
facilement _ow_ à _ou_ dans _cl_ow_n_, _teag_ow_n_, _c_ow_pox_ ou
_br_ow_ning_[864].



X et Z


1º L’X final.

_A la fin des mots français_, l’=_x_= n’est plus généralement qu’un
signe orthographique qui tient simplement la place d’un _s_[865]. Aussi
ne se prononce-t-il pas plus que l’_s_ du pluriel, notamment après
_u_, dans tous les mots en _-aux_, _-eux_, _-oux_, au singulier comme
au pluriel: _fau_(x), _veau_(x), _aïeu_(x), _heureu_(x), _dou_(x),
_genou_(x), etc., etc.[866]. Il n’y a même pour ceux-là aucune
exception, pas même pour _deu_(x), dont l’_x_ s’est amui, comme l’_s_
de _troi_(s), quoiqu’il se soit conservé dans _six_ et _dix_, dont nous
allons parler[867].

L’_x_ final ne se prononce pas davantage dans _pai_(x), _fai_(x) et ses
composés, ni dans les mots en _-oix_[868].

Il ne se prononce pas non plus dans _pri_(x), _perdri_(x) et
_crucifi_(x), ni dans _flu_(x), _reflu_(x), _influ_(x)[869].

On vient de voir que l’_x_ final se prononce par exception dans les
noms de nombre _six_ et _dix_, comme se prononcent les consonnes
finales de _cin_q, _sep_t, _hui_t, _neu_f; mais ceci demande des
explications.

D’abord cet _x_ devrait s’écrire _s_, comme autrefois, car il a
conservé ici le son de la langue vulgaire, où il a toujours sonné comme
un _s_: _j’en ai si_x, _page di_x, _Charles di_x, _le si_x _mai_, _le
di_x _août_.

En second lieu, il faut excepter, bien entendu, suivant la règle des
adjectifs numéraux, les cas où _six_ et _dix_ sont suivis d’un pluriel
commençant par une consonne: _di_(x) _francs_, _si_(x) _sous_, _si_(x)
_cents_, _di_(x) _mille_[870].

Mais d’autre part, si le pluriel commence par une voyelle, ce n’est
encore pas le son normal de l’_s_ qu’on entend; car il se produit alors
simplement un phénomène de liaison, d’où il résulte que l’_s_ est
doux[871]. De là la différence qu’il y a entre _si_x _hommes_ (si-zom)
et _si_x _avril_ (si-savril): le nom du mois n’étant pas multiplié,
_dix_ et _six_ se prononcent _dis_ et _sis_ devant _avril_, _août_,
_octobre_, comme devant _mai_, _juin_ ou _septembre_. A vrai dire, on
prononce souvent _si zavril_ comme _si zhommes_, comme on dit aussi
_entre si zet huit_, mais ce sont des abus de liaison; au pis aller,
pour _si_x _et huit_, on peut choisir entre le son dur et le son
doux, tandis que pour _si_x _hommes_ on n’a pas le choix: l’_s_ est
nécessairement doux.

On fait aussi la liaison par analogie, et quoiqu’il n’y ait pas
multiplication, dans _dix-huit_ (dizuite) et ses dérivés.

Par analogie avec _di_x_-huit_, on prononce également un _s_ doux
dans _di_x_-neuf_, comme on prononce le _t_ dans _ving_t_-quatre_ ou
_ving_t_-neuf_.

Dans _di_x_-sept_, l’_x_ garde le son de l’_s_ dur à cause de l’autre
_s_ qui suit: _dis-sète_; d’ailleurs, quand on parle vite, on dit
facilement _di-sète_, l’_s_ double se réduisant à un, comme dans tous
les mots populaires[872].

On prononce de même avec un _s_ dur les termes de musique
_si_x_-quatre_ ou _si_x_-huit_, quoiqu’il y ait multiplication, parce
qu’en réalité ce n’est pas _quatre_ et _huit_ qui sont multipliés,
mais seulement les notes représentées par ces chiffres, de sorte que
les deux chiffres qui indiquent la mesure restent toujours distincts;
_sizuit_ est donc encore un abus de liaison, d’ailleurs très tolérable.

       *       *       *       *       *

Comme _six_ et _dix_, _coccy_x se prononce avec un _s_ simple, au moins
par euphonie[873].

       *       *       *       *       *

En dehors de _six_, _dix_ et _coccyx_, quand l’_x_ final se prononce,
il se prononce _cs_. Mais cela n’a lieu que dans des mots grecs, latins
ou étrangers, comme _inde_x, _sile_x ou _sphin_x[874].


2º L’X intérieur.

_Dans le corps des mots_, l’_x_ se prononce en principe _cs_ devant une
voyelle comme devant une consonne: d’abord dans les finales muettes,
_a_x_e_, _ri_x_e_, _se_x_e_[875]; et aussi bien dans _la_x_atif_,
_a_x_iome_ ou _ma_x_ime_, _le_x_ique_ ou _se_x_uel_, _fi_x_er_ ou
_lu_x_ure_, comme dans _te_x_tuel_, _bisse_x_til_ ou _mi_x_ture_[876].

Mais en réalité tous ces mots sont des mots d’emprunt, et il en reste
beaucoup d’autres où l’_x_ ne se prononce pas ou pas toujours _cs_[877].

D’abord nous retrouvons l’_s_ dur simple de la prononciation populaire
dans _soi_x_ante_ et ses dérivés, où l’_x_ étymologique a été rétabli
après coup, comme dans _six_ et _dix_[878].

Nous retrouvons aussi l’_s_ doux de la simple liaison dans les dérivés
de _deux_, _six_ et _dix_: _deu_x_ième_, _di_x_ième_, _si_x_ième_,
_si_x_ain_ se prononcent comme _deu_(x) _hommes_ ou _si_(x)
_hommes_[879].

       *       *       *       *       *

Mais surtout les mots qui commencent par =_ex_= ou =_x_= demandent un
examen spécial.

On notera en premier lieu que devant une consonne sifflante,
c’est-à-dire devant =_ce_= ou =_ci_= ou devant un =_s_=, la seconde
partie de l’_x_ se confondant nécessairement avec le son qui suit, le
son _ecs_ se trouve réduit à _ec_: _e_c-c_ellent_, _e_c-c_entrique_ ou
_e_c-s_angue_[880].

Au contraire, devant une consonne non sifflante, on a une tendance
naturelle, quand on parle vite, et même sans cela chez le peuple,
à réduire _ecs_, non à _ec_, mais à _es_: _e_s_trême_, _e_s_cuse_,
_e_s_press_[881].

Cette tendance doit être combattue en général, notamment quand il n’y
a qu’une consonne, comme dans _e_s_cuse_, autrefois correct. Elle est
plus admissible dans les mots commençant par _excl-_ ou _excr-_, comme
_e_x_clamation_ ou _e_x_crément_, mais là même elle est familière et
médiocrement correcte[882].

       *       *       *       *       *

D’autre part et surtout, devant une voyelle, _ex-_ initial (ou
_hex-_) s’adoucit régulièrement en _egz_. Par exemple: _e_x_alter_,
_e_x_haler_, _e_x_écuter_, _e_x_iger_, _e_x_otique_, _e_x_ubérant_,
_he_x_amètre_, etc., et, par suite, _ine_x_igible_ ou _ine_x_act_; il
faut y ajouter _se_x_agénaire_ et _se_x_agésime_, et peut-être aussi
_se_x_ennal_[883]. Seuls _e_x_écration_ et _e_x_écrable_ sont très
souvent prononcés avec _cs_, par emphase.

Cette tendance à adoucir l’_x_ après l’_e_ initial est si forte qu’elle
atteint chez nous jusqu’à la prononciation du latin. On croit même
qu’elle a commencé par le latin. En tout cas, il ne nous suffit même
pas de dire _e_x_eat_ ou _e_x_ercitus_ avec _gz_: même une expression
latine composée comme _e_x _æquo_, qui ne peut guère s’altérer en
latin, s’altère en français, où nous la traitons comme un substantif:
_un ex æquo_, _des ex æquo_, et par suite comme un mot simple. _E_x
_abrupto_ s’altère beaucoup moins souvent[884].

_En tête des mots_, l’_x_ ne garde le son de _cs_ que parce que les
mots, d’ailleurs en très petit nombre, sont savants et d’un usage
restreint: x_érasie_, x_érophagie_, x_iphoïde_, x_ylographie_; encore
devient-il _gz_ très souvent dans x_ylophone_, qui est un peu plus
connu[885].


3º Le Z

Le =_z_= _final_, dans les mots proprement français, est dans le même
cas que l’_x_: il remplace simplement un _s_, même quand il représente
étymologiquement _ts_[886]. Aussi ne se prononce-t-il pas plus que
l’_s_ ou l’_x_, notamment dans toutes les secondes personnes du
pluriel: _aime_(z), _aimie_(z), _aimerie_(z), etc.

Il ne se prononce pas davantage dans le mot _sonne_(z), qui est en
réalité un impératif, ni dans les substantifs _ne_(z) et _bie_(z),
disparu devant _bief_, ni dans l’adverbe _asse_(z) et les prépositions
_che_(z) et _re_(z), de _re_(z)_-de-chaussée_[887].

On voit que le _z_ final muet suit généralement un _e_; mais le _z_ ne
se prononce pas davantage dans _ra_(z) _de marée_, ni dans _ri_(z); et
si, en France, on le prononce ordinairement dans _ran_z _des vaches_,
en Suisse on prononce _ran_, et on doit y savoir comment ce mot se
prononce[888].

Le _z_ final se prononce dans _ga_z et dans _fe_z; mais ce sont des
mots étrangers[889].

Le _z_ final allemand, avec ou sans _t_ devant, se prononce _ts_:
_quar_tz, _kronprin_z[890].

Et même _tz_ après _l_ se réduisent le plus souvent à un _s_: _eau de
sel_(t)z[891].

On n’entend également qu’un _s_ dans _ruol_z.

_Dans le corps ou en tête des mots_, le _z_ français a toujours le
son d’un _s_ doux devant une voyelle: z_èle_, z_one_, _bron_z_é_,
_topa_z_e_, _ri_z_ière_, etc.

Il en est de même du =_z_=, simple ou double, des mots étrangers, quand
nous les francisons: _la_z_arone_, _scher_z_o_, _pou_(z)z_olane_,
_mue_(z)z_in_, souvent aussi _ra_(z)z_ia_ ou _la_(z)z_i_[892].

Quand nous ne francisons pas les mots étrangers, le _z_ allemand se
prononce _ts_[893].

Le _z_ italien, simple ou double, se prononce quelquefois aussi _ts_,
comme dans _gra_z_ioso_, plus souvent _dz_: _pia_zz_a_, _pia_zz_etta_,
_la_zz_i_, _me_zz_o_, _me_zz_anine_, _pi_zz_icati_[894].

L’espagnol _pla_z_a_ se prononce _plaça_.


RÉCAPITULATION DES CONSONNES

On vient de voir de quelles manières différentes peuvent se prononcer
à l’occasion les mêmes lettres, sans compter les cas où elles ne se
prononcent pas du tout. Nous allons, pour récapituler ce chapitre,
faire rapidement l’inverse, et montrer de combien de manières s’écrit
chez nous chacun des sons que nous employons.

On a déjà vu les innombrables graphies des voyelles nasales; ceci
achèvera de faire admirer comme il convient la logique de notre
orthographe. Cette fois nous suivrons l’ordre rationnel qui est sans
inconvénients.

Parmi les _explosives_, les _labiales_ =b= et =p= et les _dentales_
=_d_= et =_t_= se bornent à pouvoir s’écrire simples ou doubles,
tout en se prononçant simples: _ha_b_it_ et _a_bb_é_, _râ_p_er_
et _a_pp_el_, _a_d_ieu_ et _a_dd_ition_, _bâ_t_ir_ et _ba_tt_re_.
Elles peuvent aussi s’interchanger: _a_b_sent_ devient _a_p_sent_ et
_mé_d_ecine_ devient _me_t_sine_. Tout cela est peu de chose et, si le
reste y ressemblait, notre orthographe serait une pure merveille[895].

Mais pour les _gutturales_, c’est une autre affaire: la gutturale
forte ou sourde s’écrit _c_ dans _ra_c_onter_, _cc_ dans _a_cc_ord_,
_ch_ dans ch_rétien_, _k_ dans k_épi_, _ck_ dans _bo_ck, _kh_ dans
kh_édive_, _q_ dans _co_q, _qu_ dans qu_atre_, _cq_ dans _Ja_cq_ues_,
_cqu_ dans _be_cqu_eter_, _x_ dans _e_x_cès_ ou X_érès_, et même
_g_ dans _Bour_g, sans compter qu’elle fait ordinairement la moitié
de l’_x_; la gutturale douce ou sonore s’écrit _g_ dans g_rave_,
_gg_ dans _a_gg_raver_, _gu_ dans gu_eule_, _gh_ dans gh_etto_, _c_
dans _se_c_ond_, parfois même _ch_ dans _dra_ch_me_, ou _qu_ dans
_a_qu_educ_, et fait la moitié de l’_x_ dans _e_x_emple_.

De même, parmi les _spirantes_, nous retrouvons un peu plus de
simplicité dans les _fricatives_ et les _chuintantes_: les fortes
s’écrivent seulement de quatre manières: _f_, _ff_, _ph_ ou _v_, et
_ch_, _sh_, _sch_ ou _j_: f_ait_, _e_ff_et_, ph_are_, _crè_(v)e_-cœur_,
et ch_at_, sh_ako_, sch_isme_, _re_j(e)_ter_; les douces n’en ont que
trois: _v_, _w_ ou _f_, et _j_, _g_ ou _ge_: v_ague_, w_agon_, _neu_f
_ans_, et _en_j_ôler_, _rou_g_ir_, g_eôle_, sans compter _ta_ch(e) _de
vin_.

Mais les _sifflantes_ se rattrapent: la forte s’écrit _s_ dans s_el_,
_ss_ dans _a_ss_ez_, _c_ dans c_e_c_i_, _ç_ dans _re_ç_u_, _sc_
dans sc_ie_, _t_ dans _pa_t_ience_, _x_ dans _soi_x_ante_, _z_ dans
_quart_z, sans compter qu’elle fait presque toujours la seconde moitié
de l’_x_, quand l’_x_ se prononce, et aussi la seconde moitié du _z_,
quand on le prononce _ts_; la douce s’écrit _z_ dans z_èle_, _zz_ dans
_pou_zz_olane_, _s_ dans _rai_s_on_, _x_ dans _deu_x_ième_, et fait la
seconde moitié de l’_x_ dans _e_x_emple_.

Les sons de =l=, =m=, =n=, =r= se bornent à s’écrire par une lettre ou
par deux; _r_ devient aussi _rh_ dans rh_um_.

Enfin =l= mouillé s’écrit _ll_ dans _bi_ll_e_, _ill_ dans _pa_ill_e_,
_l_ simple dans _genti_l_homme_, _lh_ dans _Mi_lh_au_, _gli_ dans
_Bro_gli_e_. L’_n_ mouillé se contente de _gn_ dans _a_gn_eau_ ou _ign_
dans _o_ign_on_, et au besoin _ni_ dans _pa_ni_er_, sans parler de _ñ_
dans _do_ñ_a_.

Assurément, dans cette multiplicité de signes employés un peu partout
pour les mêmes sons (et j’en ai peut-être oublié), il y en a beaucoup
qui ne peuvent pas être évités. D’autres ne sont pas gênants. Mais on
conviendra qu’une certaine simplification ne ferait de mal à personne
et que _la langue_ surtout s’en porterait beaucoup mieux, étant
soustraite ainsi à de graves dangers d’altération.

Les langues doivent s’altérer, ou, si l’on aime mieux, évoluer avec
les siècles, c’est fatal; mais en vérité est-ce le rôle des meilleurs
écrivains de les y aider en s’obstinant à défendre une prétendue
_ortho_graphe, qui serait la plus ridicule du monde, si la primauté sur
ce point n’appartenait à l’anglaise?



LES LIAISONS

Quelques considérations préliminaires.


Au début du XVIᵉ siècle, toutes les consonnes finales se prononçaient
partout, sauf devant un mot commençant par une consonne, quand les deux
mots étaient liés par le sens[896].

Au contraire, à partir du XVIIᵉ siècle, les consonnes ont généralement
cessé peu à peu de se prononcer dans l’usage ordinaire, sauf devant
une voyelle (ou un _h_ muet), quand les mots étaient intimement liés
par le sens. Je dis _dans l’usage ordinaire_, parce que les consonnes
sont tombées beaucoup moins vite dans la prononciation oratoire et
dans celle des vers, surtout à la rime. D’ailleurs, même dans l’usage
courant, les consonnes ne sont pas tombées dans _tous_ les mots.
D’autre part, beaucoup de consonnes tombées ont reparu et reparaissent
encore grâce à l’orthographe: ne faut-il pas parler comme on écrit?
Mais alors c’est tout ou rien: ou bien la consonne se prononce
toujours, ou bien elle ne se prononce jamais.

Il y a pourtant des consonnes qui ont continué a se prononcer
seulement devant une voyelle, _dans certains cas_: ce qui reste de
cette prononciation, c’est ce qu’on appelle communément _liaison_. La
consonne finale ainsi prononcée sert phonétiquement d’initiale au mot
suivant[897].

Les liaisons sont encore très usitées en vers, d’abord parce que la
poésie est essentiellement traditionnaliste, ensuite parce qu’en vers
elles ont pour but et pour effet d’empêcher l’hiatus, que la plupart
des poètes évitent encore avec soin. Aussi n’est-il pas impossible
que la poésie devienne un jour comme le Conservatoire ou le Musée des
liaisons; elle les conserverait comme elle conserve tant d’autres
choses surannées, en prosodie, en vocabulaire, en syntaxe.

Dans la prose, et surtout dans la conversation ordinaire, on en fait
infiniment moins. Un certain nombre pourtant sont encore obligatoires.
D’autres seraient ridicules ailleurs qu’en vers.

D’ailleurs un grand nombre de liaisons sont facultatives et dépendent
souvent du goût de chacun. Mais elles dépendent encore davantage des
circonstances: il est évident qu’on en fait plus en lisant qu’en
parlant, parce qu’en lisant on recherche la correction du langage,
tandis qu’en parlant on ne cherche qu’à se faire comprendre avec le
moins d’effort possible; on en fait plus aussi dans un discours suivi,
pour le même motif, que dans une conversation familière.

D’une façon générale, les professeurs en font plus que les gens du
monde, à cause de l’habitude qu’ils en ont; les instituteurs en font
trop, non pas tant peut-être en parlant qu’en enseignant à lire, car
ils ne savent pas toujours que, même en lisant, il y en a qu’on ne
fait pas.

Mais les acteurs surtout en abusent étrangement, soit sous prétexte
de correction, soit parce qu’ils s’imaginent qu’ils se font mieux
comprendre, et cela à la Comédie-Française comme ailleurs, plus
qu’ailleurs, hélas! et dans la comédie en prose aussi bien que dans
la tragédie. Pourtant ils devraient comprendre que, dans la comédie,
un personnage qui ne parle pas comme tout le monde est ridicule; et
la tragédie même, comme tout théâtre en vers, est assez artificielle
par elle-même pour qu’on n’y ajoute pas encore des artifices surannés,
quand il n’y a pas nécessité[898].

       *       *       *       *       *

Avant d’entrer dans le détail des liaisons, nous indiquerons quelques
règles générales.

On sait déjà que la liaison est interdite (aussi bien que l’élision,
car les deux vont presque toujours ensemble) devant un _h aspiré_. Elle
l’est également dans d’autres cas dont voici l’énumération[899]:

1º Devant les noms de nombre _un_ et _onze_: _les numéro_(s) _un et
deux_, _sur le_(s) _une heure_[900]; _no_(s) _onze enfants_, _aprè_(s)
_onze heures_, _Loui_(s) _onze_; et, quoiqu’on dise régulièrement _il
es_(t) t_onze heures_, avec liaison, cas spécial, on dira pourtant _ils
étai_(ent) _onze_ ou _ils son_(t) _onze_[901];

2º Devant l’adverbe _oui_: _je di_(s) _oui_; _pour un oui, pour un
non_[902];

3º Devant les interjections: _ce_(s) _ah!_ _ce_(s) _oh!_ et en général
quand on cite un mot isolé, qu’on isole précisément en ne liant
pas[903];

4º Devant _uhlan_, et devant les mots commençant par un _y_ grec suivi
d’une voyelle, parce que cet _y_ fait alors fonction de semi-voyelle:
_de_(s) _uhlans_, _de_(s) _yachts_, _de_(s) _youyous_.

De plus il ne peut y avoir de liaison qu’entre des mots liés par le
sens, parfois même très étroitement. Il ne saurait donc y avoir de
liaison, en principe, même dans la lecture, par-dessus un signe de
ponctuation.

Il va sans dire aussi que les liaisons, étant conservées, en principe,
dans une intention d’harmonie, et notamment pour éviter les hiatus, ne
sauraient être maintenues dans les cas où elles produisent à l’oreille
un son plus désagréable que ne serait l’absence de liaison.

En outre, il n’y a plus aujourd’hui de liaison proprement dite pour
les quatre liquides grecques, _l_, _m_, _n_, _r_, sauf d’une part le
cas des nasales, qui sera étudié spécialement, et d’autre part trois
ou quatre adjectifs en _-ier_, surtout _premier_ et _dernier_, quand
ils sont devant un substantif, suivant une loi que nous étudierons plus
loin: _premie_(r) r_acte_, _dernie_(r) r_acte_. Il y a bien encore les
infinitifs en _-er_, mais ils se lient de moins en moins en prose, sauf
la prose oratoire, et cette liaison sera bientôt réservée exclusivement
à la poésie[904]. Même _laisse_(r)_-aller_ ne se lie pas.

On se rappelle qu’ici, en cas de liaison, l’_e_ s’ouvre à demi, comme
dans _premier_ et _dernier_: _mangè_(r) r_avec plaisir_, _donnè_(r)
r_aux pauvres_, etc.[905].

Ces cas étant éliminés, il ne reste plus que les _muettes_ et les
_spirantes_.

Enfin, tandis que les consonnes finales qui se prononcent toujours
gardent aujourd’hui devant une voyelle le même son que devant une
consonne (_le li_s _est blanc_), au contraire celles qui ne se
prononcent qu’en liaison, ou dans des cas limités, peuvent s’altérer,
les muettes ne se liant qu’avec le son de la forte, _p_, _k_, _t_,
tandis que les spirantes ne se lient en principe qu’avec le son de la
douce, _v_ et _z_[906].



LIAISONS DES MUETTES


1º Les labiales et les gutturales.

Les _labiales_ ne se lient pas, sauf le _p_ des adverbes _beaucoup_ et
_trop_ devant un participe ou un adjectif, ou devant la préposition
_à_. Il y conserve son articulation normale, étant une forte: _il a
beaucou_(p) p_appris_, _il y a beaucou_(p) p_à faire_, tandis qu’on ne
fait pas de liaison dans _il y a un cou_(p) _à faire_; de même _j’ai
tro_(p) p_à dire_, _je suis tro_(p) p_ému_. Encore ces liaisons ne
sont-elles pas tout à fait obligatoires dans la conversation, sauf
peut-être la dernière, à cause du lien étroit qui est entre les mots.

On dit aussi: _qui tro_(p) p_embrasse mal étreint_, à cause de
l’inversion qui appuie _trop_ sur _embrasse_; mais on ne peut plus dire
_tro_(p) p_est trop_, et ce n’est guère qu’en vers qu’on peut prononcer
_c’est dire beaucou_(p) p_en peu de mots_, ou encore _beaucou_(p) p_ont
cru_.

En vers, on peut même encore lier _coup_: _par un cou_(p) p_imprévu_,
mais seulement avec un adjectif, et cela prend un air assez archaïque.
On ne saurait aller plus loin, et l’on dira toujours, même en vers, un
_plom_(b) _assassin_, _un cham_(p) _immense_, _le cam_(p) _ennemi_, _un
dra_(p) _usé_, voire même _un lou_(p) _affamé_, et à _fortiori_ _du
plom_(b) _et du fer_.

       *       *       *       *       *

Les _gutturales_ ne se lient pas beaucoup plus: _le cri_(c) _est
lourd_, _fran_(c) _et net_, _blan_(c) _et noir_, et aussi bien _du
blan_(c) _au noir_, _de flan_(c) _en flanc_, _l’étan_(g) _est vide_, et
aussi bien _un étan_(g) _immense_, n’admettent plus la liaison, même en
vers.

    _Les jugements de cour vous rendront blan_(c) _ou noir_[907].

Toutefois on peut encore lier, même en prose, le _c_ de l’adjectif
_franc_ devant un substantif: _un fran_(c) k_étourdi_, et on lie
toujours les expressions composées _fran_(c) k_archer_, _fran_(c)
k_alleu_] et à _fran_(c) k_étrier_. Ceci permettra peut-être de lier en
vers:

    _Être fran_(c) k_et sincère est mon plus grand talent_[908];

mais c’est tout juste, et _taba_(c) k_à priser_ ne saurait plus guère
passer aujourd’hui, et moins encore _il me convain_(c) k_assez_.

Quoique le _c_ de _croc_ isolé ne se lie jamais, on le lie
nécessairement dans _cro_(c)-k_en-jambe_ (avec ouverture de l’_o_), les
mots composés étant généralement traités comme des mots simples, où
toutes les consonnes se prononceraient normalement[909].

       *       *       *       *       *

Dans les mots en _-spect_, c’est le _c_ qui se lie, mais on ne le lie
en prose que dans l’expression inséparable _respe_(ct) k_humain_,
tandis qu’en vers la liaison est encore acceptable partout:

    Et cent brimborions dont l’_aspe_(ct) k_importune_[910].

Le _g_ ne se lie plus dans l’usage courant que dans l’expression
composée _san_(g) k_et eau_. Dans la lecture, on y ajoute _san_(g)
k_humain_, _san_(g) k_artériel_, en vers seulement _san_(g) k_impur_.

On peut aussi lier en vers ou dans le style oratoire le _g_ de
_ran_(g): _ran_(g) k_élevé_, mais non pas cependant _ran_(g) k_auquel!_
De même celui de _lon_(g):

    Quittez le _lon_(g) k_espoir_ et les vaines pensées[911].

Mais en prose on prononce sans liaison même une expression composée
comme de _lon_(g) _en large_.

On voit qu’en liaison, comme nous l’avons dit, la gutturale douce
devient forte[912].

On fait aussi entendre le _g_ de _jou_(g) et celui de _le_(gs) devant
une voyelle, cette fois sans le changer en _c_, mais ceci est plutôt un
fait de prononciation qu’un phénomène de liaison.

A l’intérieur _d’oran_(g)_-outan_(g), malgré la règle générale, il n’y
a pas de liaison.

D’autre part, avec _cler_(c) et _por_(c), et les mots en _er_(g) et
_our_(g), la liaison est inutile, puisqu’il n’y a pas d’hiatus à
éviter[913].


2º Les dentales, D et T.

Les _dentales_, _d_ et _t_, se lient infiniment plus que les autres
muettes, et ceci va nous permettre d’énoncer quelques principes
généraux[914]. Naturellement, vu le nombre des liaisons, c’est ici
surtout qu’intervient le goût personnel, et beaucoup de liaisons qui
sont nécessaires en vers sont facultatives dans le langage courant,
où l’hiatus est fréquent; mais il y a aussi des liaisons qui sont
interdites partout ou obligatoires partout.

I. =Les verbes.=--Il y a d’abord l’innombrable catégorie des _formes
verbales_, troisièmes personnes et participes.

Pour les troisièmes personnes autres que celles en _-ent_, et même
pour _aient_ ou _soient_, traités comme _ait_ et _soit_, la liaison
est encore très souvent obligatoire. Plus les formes sont usitées,
plus la liaison est nécessaire: par exemple l’emploi de formes comme
_est_ ou _sont_, _avait_ ou _ont_, sans liaison, est certainement
incorrect, surtout si ce sont des auxiliaires, comme dans _ils on_(t)
t_aimé_[915]. De même devant l’infinitif: _il veu_(t) t_aller_, _il
vi_(t) t_entrer_, ou encore _il veu_(t) t_y aller_, _il veu_(t) t_en
avoir_. On lie également, et plus nécessairement encore, quand il y a
inversion du verbe et du sujet: _di_(t)-t_il_, que _per_(d)-t_on?_

Hors ces cas, la liaison est moins nécessaire: _il pein_(t) t_avec
feu_, ou _il pren_(d) t_un livre_, ou _ils mangeaien_(t) t_et
buvaient_, ne sont pas aussi indispensables que _il e_(st) t_à Paris_;
pourtant ce sont encore les seules formes qui soient admissibles, quand
on veut parler correctement.

Il en est de même pour les finales muettes en _-ent_: on dit assez
facilement et de plus en plus, _ils mange_(nt) _un morceau et
recommence_(nt) _à travailler_; mais _ils mange_(nt) t_un morceau_,
_ils aime_(nt) t_à rire_, _deux noires vale_(nt) t_une blanche_ sont
encore des façons de parler beaucoup plus correctes, sans qu’on y
puisse relever le moindre pédantisme.

Il n’y en a aucun non plus à lier les participes, surtout les plus
employés: _ceci est fai_(t) t_avec soin_, est encore fort usité,
et d’une diction plus soignée que _fai_(t) _avec soin_; de même
_ils étaient là mangean_(t) t_et buvant_, encore que ce ne soit pas
indispensable.

II. =Adjectifs et adverbes.=--Il y a ensuite la catégorie également
innombrable des _adjectifs_ et des _adverbes_. Mais ici encore il faut
distinguer.

Dans le langage parlé, l’adjectif se lie à peu près uniquement, mais
obligatoirement, avec le substantif qui le suit; seulement on ne peut
mettre devant le substantif, dans la langue courante, qu’un très petit
nombre d’adjectifs généralement courts. C’est d’abord _cet_ et _tout_,
qui se lient toujours, étant toujours devant le substantif: _ce_(t)
t_homme_ ou _tou_(t) t_homme_; puis quelques autres, dont la place peut
varier: _gran_(d) t_homme_, _sain_(t) t_homme_, _parfai_(t) t_honnête
homme_, _secon_(d) t_acte_; de même encore _ving_(t) t_hommes_ ou
_cen_(t) t_hommes_. Cette liaison est donc en somme assez restreinte,
car une expression comme _froi_(d) t_hiver_ appartient déjà au langage
écrit; en parlant, on dit plutôt _hiver froid_. En tout cas, la liaison
est nécessaire dans cette construction, parce que le lien y est plus
étroit entre les mots ainsi placés, l’adjectif étant en quelque sorte
proclitique et s’appuyant sur le substantif[916].

       *       *       *       *       *

Si l’adjectif n’est pas devant son substantif, il ne se lie plus guère
qu’en vers, pour éviter l’hiatus, ou tout au plus dans la lecture. Dans
le langage parlé, on dira bien encore, si l’on veut, _j’ai froi_(d)
t_aux pieds_, parce qu’il y a là comme une expression toute faite
où _froid_ devient substantif, puisqu’on dit de même _le froi_(d)
t_aux pieds_. Mais on ne dit pas _le chau_(d) t_aux pieds_; on dira
donc _j’ai chau_(d) _aux pieds_, malgré l’hiatus de deux voyelles
identiques; on dit même sans liaison _chau_(d) et _froid_, qui est
pourtant une expression composée, mais composée de deux substantifs;
on dira donc à fortiori _alternativement chau_(d) _et froid_; et de
même presque uniquement _il est gran_(d) _et fort_, _un sain_(t) _a pu
seul..._, _le secon_(d) _est venu_[917].

En revanche la préposition _à_ requiert ordinairement la liaison de
l’adjectif devant son complément, à cause du lien étroit qui les joint:
_tou_(t) t_à vous_, _prê_(t) t_à sortir_[918].

       *       *       *       *       *

De même que l’adjectif se lie au substantif, l’adverbe de manière se
lie nécessairement à l’adjectif. C’est d’abord _tout_, bien entendu;
par exemple _il est tou_(t) t_autre_; de même _vraimen_(t) t_aimable_,
_tendremen_(t) t_aimé_, _tout à fai_(t) t_extraordinaire_.

On dit de même encore _commen_(t) t_allez-vous?_ à cause du lien intime
qui unit les mots; et la liaison n’est pas moins indispensable dans
_quan_(t) t_à_, comme elle se faisait autrefois dans _quan_(d) t_et
quand_.

Quand le lien est moins intime, l’adverbe se lie encore, mais moins
nécessairement: _partou_(t) t_où vous serez_, _tan_(t) t_il est beau_,
_tellemen_(t) t_on est serré_; de même pour _autant_ ou _tantôt_
répétés, pour _aussitôt_, _bientôt_, _souvent_, _cependant_; mais on
lie nécessairement dans _aussitô_(t) t_après_ ou _bientô_(t) t_après_.

La négation _point_ se lie toujours, étant inséparable de ce qui la
suit: _je ne t’ai poin_(t) t_aimé!_

De même le pronom relatif _dont_ et la conjonction _quand_:
_quan_(d) t_il viendra_, _don_(t) t_il est_. De même ou à peu près
les prépositions _avant_, _pendant_, _devant_ et autres, avec leurs
régimes: _avan_(t) t_un jour_, _pendan_(t) t_un jour_, _devan_(t) t_une
femme_[919].

III. =Les substantifs.=--Les liaisons que nous venons d’examiner sont
à peu près les seules. Par conséquent les _substantifs_ en principe
ne se lient plus, sauf en vers, bien entendu. Et encore, même en
vers, le _d_ ne se lie guère: _un nœu_(d) _assorti_, _le ni_(d)
_est vide_, _blon_(d) _ardent_ s’imposent partout et toujours. Que
dis-je? _Le petit cha_(t) t_est mort_, si cher aux ingénues de la
Comédie-Française, a bien de la peine à passer. Sans doute c’est ainsi
que Molière prononçait; mais aujourd’hui on se demande s’il ne vaudrait
pas mieux éviter l’hiatus avec une pause, ou simplement laisser
l’hiatus.

Quant au langage courant, il ne lie plus guère ni _d_ ni _t_, même
quand le substantif est suivi de son adjectif. Ceci permet de
distinguer par exemple _un savan_(t) t_Allemand_, où _savant_ est
adjectif, et _un savan_(t) _allemand_, où _savant_ est substantif,
distinction qu’on ne fait pas en vers, quand on dit:

    _Un sot savan_(t) t_est sot plus qu’un so_(t) t_ignorant_[920].

En prose on évitera tout au plus l’hiatus de deux voyelles identiques:
_en quel endroi_(t) t_avez-vous vu_; encore cette liaison convient-elle
mieux à la lecture qu’à la conversation[921].

       *       *       *       *       *

_Tout_ lui-même, qui se lie si facilement, et même si nécessairement,
ne se lie plus dans le langage courant, quand il est substantif: _le
tou_(t) _et la partie_, _le tou_(t) _est de savoir_, tandis que le
pronom indéfini sujet se lie toujours: _tou_(t) t_est fini_.

Toutefois, ici encore, la préposition _à_, je ne dis plus requiert,
mais admet régulièrement la liaison, _nous avons droi_(t) t_à cette
faveur_.

De plus la liaison reste nécessaire, comme partout, dans les mots ou
expressions composés: d’abord, naturellement, celles où entre le mot
_tout_; puis d’autres, comme _gue_(t)-t_apens_, pon__(t) t_aux ânes_,
_mo_(t) t_à mot_, _po_(t) t_à eau_, _po_(t) t_au lait_, _po_(t) t_au
feu_, _po_(t) t_au noir_, _po_(t) t_aux roses_[922]; et aussi _peti_(t)
t_à petit_, _de hau_(t) t_en bas_, _d’un bou_(t) t_à l’autre_, _bou_(t)
t_à bout_, _bu_(t) t_à but_, _de bou_(t) t_en bout_, _de bu_(t) t_en
blanc_, _de fon_(d) t_en comble_, _de momen_(t) t_en moment_, _de
poin_(t) t_en point_[923]; et même _accen_(t) t_aigu_, et _c’est un
droi_(t) t_acquis_. Et ainsi _pied_, qui avait perdu son _d_, et pour
lequel Malherbe et Ménage n’acceptaient aucune liaison, a repris celles
de _pie_(d) t_à terre_, _de pie_(d) t_en cap_, et même _pie_(d) t_à
pied_; et l’on distingue _avoir un pie_(d) t_à terre_ (logement) et
_avoir un pie_(d) _à terre_ (sens littéral).

En revanche, _cha_(t) _échaudé_ ou _cha_(t) _en poche_ ne sauraient
passer pour des mots composés, et la liaison ne s’y fait plus guère,
malgré Littré. Elle n’est même plus indispensable dans _au doi_(gt)
_et à l’œil_, pas plus que dans _mon_(t) _Etna_, _mon_(t) _Hécla_ ou
_mon_(t) _Œta_, où elle est seulement possible[924].

IV. =Après un R.=--Mais il y a surtout une catégorie de liaisons qu’il
importe absolument d’éviter, en vers aussi bien qu’en prose: c’est
celle des finales où le _t_ est précédé d’un _r_; ou plutôt la liaison
s’y fait si naturellement par l’_r_, qu’on n’a nul besoin d’en chercher
une autre, qui est depuis longtemps condamnée.

C’est une chose dont on ne convaincra pas facilement la plupart
des comédiens! Et je ne parle pas seulement des chanteurs, qui ne
croiraient pas vibrer suffisamment s’ils ne criaient pas _Mor_(t) t_à
l’impie_! La tradition est pareille à la Comédie-Française, mais elle
n’en est pas meilleure, et _prendre par_(t) t_à_, qu’on y entend, ne
saurait pas plus passer que _par_(t) t_à deux_, qui serait grotesque.

De même, avec un _d_, _bavar_(d) _impudent_, _regar_(d) e_ffaré_,
_abor_(d) _aimable_, _sour_(d) _et muet_, et aussi bien avec un _t_,
_ar_t _exquis_ ou même _ar_(t) _oratoire_, _un quar_(t) _au moins_,
un _rempar_(t) _infranchissable_, _déser_(t) _immense_, _por_(t)
_ouvert_, _ver_(t) _et bleu_, et à fortiori _le sor_(t) _en est jeté_,
ne sauraient admettre de liaison en aucune circonstance et sous aucun
prétexte.

Même si l’adjectif est devant le substantif, mieux vaut ne pas lier:
_un for_(t) _avantage_, _un cour_(t) _espace de temps_. Il en est de
même des verbes: _il par_(t) _au matin_, _il conquier_(t) _un empire_,
_il est mor_(t) _avant l’âge_.

Ainsi la règle est presque absolue aujourd’hui et on n’y fait plus que
fort peu d’exceptions.

L’usage s’est généralisé peu à peu de lier le _t_ de l’adverbe _fort_,
par analogie avec _trop_, _tant_ et les autres; on dit donc aujourd’hui
généralement _for_(t) t_habile_ ou _for_(t) t_aimable_, mais jamais _le
for_(t) t_et le faible_, ni _le plus for_(t) t_en est fait_, ni même
_for_(t) t_en gueule_[925].

On lie aussi le _t_, bien entendu, dans les formes interrogatives,
qui d’ailleurs sont de moins en moins usitées: _par_(t)-t_il_? _d’où
sor_(t)-t_il_? On peut même dire _cela ne ser_(t) t_à rien_, pour
éviter la cacophonie de _rarien_, mais jamais _qui ser_(t) t_à table_.

Enfin on dit généralement de la _mor_(t) t_aux rats_, pour le même
motif[926].

C’est à peu près tout. Je ne conseille même pas plus _par rappor_(t)
t_à_ et _de par_(t) t_et d’autre_, qui se disent très souvent, que _de
par_(t) t_en par_(t), qui est devenu fort rare, ou _bor_(d) t_à bord_,
_mor_(t) t_ou vif_, _souffrir mor_(t) t_et passion_, _à tor_(t) t_et à
travers_, qui ne se disent jamais.

On ne dit pas non plus _du nor_(d) t_au midi_; mais beaucoup de
personnes disent _nor_(d)-d_est_ et _nor_(d)-d_ouest_, sans doute
par analogie avec _su_d_-est_ et _su_d_-ouest_. Cette assimilation,
d’ailleurs fort ancienne, est extrêmement contestable, car le _d_ de
_su_d se prononce toujours, et celui de _nor_(d) jamais; aussi le
_d_ de _su_d reste-t-il _d_ dans _su_d_-ouest_, fort légitimement;
mais à quel titre le _d_ de _nord_ peut-il se prononcer _d_ dans
_nor_(d)_-ouest_ ou _nor_(d)_-est_? Sans doute il est possible de
traiter le mot composé comme un mot simple, et il est vrai que les
marins disent aussi _nordet_, par analogie avec _sudet_; mais en
revanche ils disent _noroit_, et même _suroit_, ce qui est remarquable.
Je conclus qu’il vaut mieux prononcer _nor_(d)_-ouest_, ce qui entraîne
à peu près nécessairement _nor_(d)_-est_.



_LIAISONS DES SPIRANTES_


1º Les chuintantes et les fricatives.

Les _chuintantes_, n’étant jamais muettes à la fin d’un mot, n’ont pas
de liaisons.

Les _fricatives_ n’en ont pas davantage. Pourtant il y a une exception,
reste de l’ancienne liaison de l’_f_ avec changement en _v_[927]. Voici
dans quel cas. Nous avons vu que _neuf_ se prononçait _neu_ fermé sans
_f_ devant un pluriel, ce qui doit amener régulièrement une liaison
si ce pluriel commence par une voyelle. Or, dans cette liaison, l’_f_
devrait se changer en _v_, comme dans _neu_v_aine_ et _neu_v_ième_.
Mais ce phénomène ne se retrouve guère en réalité que dans deux
expressions, d’ailleurs extrêmement usitées, et qui pour ce motif se
conservent intactes: d’une part, _neu_(f) v_ans_, _dix-neu_(f) v_ans_,
etc., d’autre part, _neu_(f) v_heures_. C’est à peu près tout: à peine
peut-on dire _neu_(f) v_hommes_; en tout cas il est bien difficile
aujourd’hui de dire _neu_(f) v_œufs_ ou _neu_(f) v_enfants_; c’est
pourquoi, devant la plupart des pluriels commençant par une voyelle,
la liaison, si c’est une liaison, se fait généralement par _f_; plus
exactement, on prononce _neu_f, comme si le mot qui suit n’était pas
un pluriel: _neu_f _amis_, et même _neu_f _années_, à côté de _neu_(f)
v_ans_[928].


2º Les sifflantes, S, X, Z.

Restent les _sifflantes_, _s_ et _z_, et aussi _x_, partout où il
remplace l’_s_, c’est-à-dire partout où il ne se prononce pas.

Le cas des sifflantes est au moins aussi important que celui des
dentales, et demande à être aussi étudié de près.

Là encore il y a beaucoup de liaisons qui, nécessaires en vers, sont
facultatives en prose, d’autres qui sont encore obligatoires partout ou
interdites partout.

De plus, les principes généraux sont sur beaucoup de points les mêmes
que pour les dentales, ce qui nous permettra de passer plus rapidement
sur ces points.

J’ajoute que la liaison se fait toujours en _s_ doux ou _z_: c’est un
cas particulier de la prononciation de l’_s_ entre deux voyelles. Le
phénomène est si général et si nécessaire, que l’_s_ dur qui sonne à la
fin des mots s’adoucit couramment devant une voyelle, quand les mots
sont liés par le sens: on dit beaucoup moins _fi_(ls) s_unique_ que
_fi_(ls) z_unique_[929].

I. =Les différentes espèces de mots.=--Comme pour le _t_, les
_substantifs_ en principe ne se lient guère qu’en vers ou dans la
lecture; je parle bien entendu des substantifs singuliers, le pluriel
étant l’objet d’un examen spécial.

Même des expressions aussi courantes que la _voix humaine_, _le temps
est beau_, ou même un _avis important_, qu’on peut encore lier si
l’on veut, s’emploieront plutôt sans liaison dans la conversation
courante[930].

La liaison n’est plus guère nécessaire que dans les expressions toutes
faites, comme _pa_(s) z_à pas_, _au pi_(s) z_aller_, _de temp_(s) z_en
temp_(s), _de temp_(s) z_à autre_, _en temp_(s) z_et lieu_, _do_(s) z_à
dos_, _do_(s) z_au feu et ventre à table_, ou encore _la pai_(x) z_et
la guerre_, pour éviter un hiatus désagréable. En revanche, il y a des
substantifs qui n’admettent jamais aucune liaison, comme _noix_, _nez_
ou _riz_: _ne_(z) _aquilin_, _ne_(z) _au vent_, _nez à ne_(z), _ri_(z)
_au lait_.

On peut même dire que tous les noms propres sont dans ce cas: c’est
à peine si l’on pourrait dire, dans la conversation, _Pari_(s) z_est
grand_.

       *       *       *       *       *

Les _adjectifs_ se lient aussi dans les mêmes conditions que pour
le _t_, mais il y en a beaucoup moins. On dira donc _ba_s z_étage_
toujours, ou encore _gra_s z_à lard_; mais _ba_(s) z_et profond_ dans
la lecture seulement, _ba_(s) _et profond_ dans la langue parlée.

       *       *       *       *       *

Il en est de même encore pour les _verbes_. Dans les formes les plus
courantes, la liaison est indispensable, et l’on ne conçoit guère les
formes des verbes _être_ et _avoir_ sans liaison. Et pourtant elle
est déjà moins indispensable dans l’usage à la suite de _nous avons_
et _vous avez_ qu’avec les monosyllabes du singulier, _je suis_, _tu
es_, _tu as_, et aussi _nous sommes_, _vous êtes_; elle est même moins
indispensable après _tu as_ qu’après _tu es_[931].

Elle est encore évidemment nécessaire devant _y_ et _en_ toniques:
_va_(s)-z_y_, _alle_(z)-z_y_, et même avec _e muet_: _songe_(s)-z_y
bien_, _donne_(s)-z_en_[932].

La liaison est un peu moins nécessaire, mais c’est encore la
prononciation correcte, comme pour le _t_, devant _y_ et _en_ atones,
et devant un infinitif: _je veu_(x) z_aller_, _je veu_(x) z_y aller_
ou _vous aime_(z) z_à rire_; moins encore dans _tu va_(s) z_en
Suisse_, ou _en_ est préposition. Pourtant beaucoup de personnes
diront très naturellement _si tu va_(s) z_à Paris_, pour éviter
l’hiatus désagréable de deux voyelles identiques, mais ce n’est point
indispensable; pas davantage dans _je rend_(s) _à César_ ou _rende_(z)
_à César_. On parlera plus loin des formes à _e muet_ suivi d’un _s_.

       *       *       *       *       *

La liaison est encore nécessaire avec les prépositions monosyllabiques,
_dans_, _dès_, _sans_, _chez_, _sous_, devant leurs régimes[933]:
_dan_(s) z_un jour_, _san_(s) z_amour_, _che_(z) z_elle_, _sou_(s) z_un
arbre_; elle est un peu moins indispensable avec _après_ ou _depuis_.
Elle est réservée à la lecture avec _ci-inclus_, _non compris_ ou
même _hormis_, tout à fait inusitée avec _hors_, _vers_, _envers_, _à
travers_, dont nous parlerons tout à l’heure.

La liaison doit se faire aussi correctement avec les mots négatifs
_pas_, _plus_, _jamais_, si peu qu’ils soient liés au mot suivant: _je
n’aime pa_(s) z_à boire_, _nous n’irons plu_(s) z_au bois_, _jamai_(s)
z_on a vu_; de même avec les adverbes de quantité _plus_, _moins_,
_très_, _assez_, portant sur le mot qui suit: _plu_(s) z_aimable_,
_moin_(s) z_il en fait_, et même, en vers, _asse_(z) z_et trop
longtemps_.

Elle se fait naturellement dans des expressions composées, comme
_de mieu_(x) z_en mieux_, _de plu_(s) z_en plus_, _de moin_(s) z_en
moins_, voire même, si l’on veut, _d’ore_(s) z_et déjà_, sans parler de
_vi_(s)-z_à-vis_.

D’autres adverbes, comme _autrefois_, _parfois_, _quelquefois_,
_désormais_, _longtemps_, _puis_, se lient encore très correctement,
mais plutôt dans la lecture.

La conjonction _mais_ se lie fort bien aussi, même par-dessus une
virgule, car les conjonctions monosyllabiques, à moins qu’on ne veuille
produire un effet spécial, ne se séparent guère des mots qui les
suivent:

    _Mai_(s), z_en_ disant cela, songez-vous, je vous prie...[934].

II. =Les pluriels.=--Mais le rôle principal de la liaison ici, celui
qu’elle paraît devoir jouer pendant longtemps encore, c’est de marquer
le pluriel. Sur ce point, elle ne fléchit guère.

C’est pour cela que les articles pluriels, _les_, _des_, _aux_, ainsi
que _ces_, les adjectifs possessifs ou indéfinis, _mes_, _les_, _ses_,
_nos_, _vos_, _leurs_, _certains_, _plusieurs_, etc., les adjectifs
numéraux, _deux_, _trois_, _six_, _dix_, _quatre-vingt_, se lient
encore sans exception, devant un substantif, bien entendu, même précédé
de son adjectif: _le_(s) z_amis_, _ce_(s) z_hommes_, _certain_(s)
z_auteurs_, _plusieur_(s) z_autres personnes_, _deu_(x) z_aimables
personnes_, et même _deu_(x) z_ix_(x) ou _troi_(s) z_em_ (m), et aussi,
avec double liaison, _ce_(s) z_aimable_(s) z_enfants_.

Ces liaisons sont si nécessaires que le peuple ajoute volontiers
_quatre_ à _deux_, _trois_, _six_ et _dix_: _le bal des Quat_(re)
z_Arts_ et même _par quatre_ z_officiers_.

Que dis-je? L’expression _entre quat_(re) z_yeux_ a été l’objet de
nombreuses discussions, beaucoup de grammairiens, et notamment Littré,
l’ayant admise. Et il est certain que _entre quatre yeux_ est difficile
à prononcer, mais _entre quat’yeux_ serait encore plus facile que
_entre quat’zyeux_; ce n’est donc pas pour son euphonie que cette
expression s’est répandue. En réalité, ce n’est même pas une question
de liaison: l’expression vient tout simplement de ce que pour le
peuple le mot _œil_ n’a pas d’autre pluriel que _zyeux_, et non _yeux_,
qu’il ignore[935].

Si ces mots ne sont pas suivis d’un substantif, la liaison ne se fait
plus dans la conversation: ainsi _plusieur_(s) _ont prétendu_, où
_plusieurs_ devient pronom; de même _deu_(x) et _deux quatre, troi_(s)
et _trois six, ceu_(x) _et celles_, toutes liaisons qui se font fort
bien dans la lecture. On peut bien lier aussi _troi_(s) z_avril_,
quoique ce soit tout autre chose que _troi_(s) z_ans_; mais ce sera
uniquement pour éviter un hiatus désagréable; et l’on dira plus
naturellement _deu_(x) _avril_, sans liaison.

       *       *       *       *       *

Les pronoms personnels _nous_, _vous_, _ils_, _elles_, et même _les_,
devant les verbes ou devant _en_ et _y_, sont à peu près dans la même
situation que les adjectifs devant les substantifs. Aussi lie-t-on
nécessairement: _nou_(s) z_avons dit, je vou_(s) z_ai vu_, _elle_(s)
z_ont fait_, _elle_(s) z_en ont_, _elle_(s) z_y vont_, _je le_(s)
z_attends_.

Mais quand ces mots ne sont pas dans cette position, ils ne se lient
plus dans la conversation: _pour vou_(s) _et pour nous_, _donne-le_(s)
_à mon père_; _donne-le_(s) z_à mon père_ semble tout à fait
prétentieux. _Eux_ lui-même ne se lie pas devant le verbe, parce qu’il
n’est pas proclitique comme _ils_: _eu_(x) _ont été à Paris_. Toutes
ces liaisons se font naturellement dans la lecture.

       *       *       *       *       *

Il va sans dire que l’_adjectif_ se lie avec le substantif qui le suit,
puisque cette liaison se fait déjà au singulier; mais même les mots qui
ne se lient pas au singulier, _adjectifs_ ou _substantifs_, peuvent se
lier au pluriel: _grand_(s) z_et forts_, _les saint_(s) z_ont dit_,
_les second_(s) z_ont fait_, et aussi _des gen_(s) z_âgés_.

Et ceci pourra servir à l’occasion à marquer une différence de sens,
car on distinguera correctement _un marchand de drap_(s) z_anglais_,
où _anglais_ est l’épithète de _draps_, et _un marchand de drap_(s)
_anglais_, où _anglais_ est l’épithète de _marchand_.

Cette liaison est particulièrement nécessaire dans les mots
ou expressions composées qui n’ont pas de singulier comme
_Cham_(ps)-z_Élysées_ ou _Éta_(ts)-z_Unis_[936].

Il y a toutefois des mots qui ne pourraient pas supporter la liaison:
_on a vu des match_(s) _admirables_[937]. Mais la tendance générale est
si forte qu’on ajoute parfois l’_s_ doux même à l’_s_ dur: _les mœur_s
z_antiques_, ce qui mène à _mœurse zantiques_.

En pareil cas, c’est l’_s_ dur qui doit prévaloir, bien entendu:
puisque l’_s_ final sonne partout, il doit sonner devant une voyelle
comme devant une consonne. On dira donc de préférence des _our_(s)
s_affamés_, puisqu’on ne dit plus des _our_(s), et de même _des fil_(s)
s_aimables_.

On préfère cependant _tou_(s) z_ensemble_, pour éviter la cacophonie de
_sansan_. L’_s de tous_ a d’ailleurs une tendance à s’adoucir devant
une voyelle, ne fût-ce que par analogie avec celui de _tou_(s) atone et
proclitique, qui est forcément doux: _à tou_(s) z_égards_, ceci étant
un cas ordinaire de liaison.

Et voici encore une remarque curieuse. De ce que les substantifs et
adjectifs qui ne se lient pas au singulier peuvent se lier au pluriel,
il résulte cette conséquence inattendue, que les mots qui ont déjà un
_s_ final au singulier, et qui, au singulier, ne se lient pas dans la
conversation, peuvent le faire au pluriel: _un ca_(s) _intéressant_,
_des ca_(s) z_intéressants_, _un repa_(s) _excellent_, _des repa_(s)
z_excellents_[938].

On voit même l’_s_ s’intercaler et se lier _nécessairement_ dans
_genti_(ls)z_hommes_, soit parce qu’il ne fait qu’un mot, soit par
analogie avec _grand_(s) z_hommes_[939].

       *       *       *       *       *

La liaison est également nécessaire quand une des conjonctions
_et_, _ou_, unit deux substantifs sans article entre eux; et cela
non seulement dans les expressions toutes faites qui ont un article
en tête, comme _les pont_(s) z_et chaussées_, _les voie_(s) z_et
moyens_, _les voie_(s) z_et communications_, mais même entre deux
substantifs quelconques sans aucun article, comme _vertu_(s) z_et
vices_, _leçon_(s) z_ou devoirs_, _vin_(s) z_et liqueurs_: outre que le
lien est ainsi plus étroit, la liaison est nécessaire pour marquer le
pluriel en l’absence d’article.

Quand il y a deux articles, la liaison avec la conjonction reste
correcte, mais n’est plus nécessaire. On peut donc dire _les
messieur_(s) z_et les dames_, ou plus simplement _les messieur_(s) _et
les dames_, tout comme _messieur_(s) _un tel et un tel_[940].

       *       *       *       *       *

Au contraire, les mots composés ordinaires, j’entends ceux qui
ont un singulier[941], sont traités comme les mots simples, et ne
peuvent marquer leur pluriel qu’à la fin. Ainsi l’_s_ intérieur du
pluriel, quand il y en a un, et même s’il n’y en a pas d’autre,
ne s’y prononce jamais, le pluriel se prononçant alors comme le
singulier. On dira donc, sans exception, _des orang_(s)-_outangs_, _des
char_(s)-_à-bancs_, et tout aussi bien _des ar_(cs)-k_en-ciel_, _des
cro_(cs)-k_enjambe_, _des por_(cs)-k_épics_, des _gue_(ts)-t_apens_,
_des po_(ts)-t_au-feu_, la consonne _c_ ou _t_ de ces mots, qui en fait
sert d’initiale à la seconde syllabe, ne permettant pas l’introduction
de l’_s_[942].

On dira même de préférence _les du_(cs) k_et pairs_, parce que _duc_(s)
z_et pairs_ ferait supposer qu’il s’agit de deux catégories distinctes.
On dira de même sans liaison _des moulin_(s) _à vent_, _des ciseau_(x)
_à froid_, _des salle_(s) _à manger_[943]. Dans l’exemple de _salle_(s)
_à manger_, nous retrouvons encore la question de l’_e muet_, qu’il
faut traiter à part.

III. =L’S après l’E muet.=--En principe, l’_e muet_ a une tendance
naturelle à s’élider sans liaison, quand il est suivi d’un _s_. Il est
même assez rare que le peuple fasse la liaison de l’_s_ après un _e
muet_; il va jusqu’à dire _elle_(s) _ont fait_ ou _vous ête_(s) _un
brave homme_.

Pourtant l’_s_ du pronom _elles_ ne peut pas correctement ne pas se
lier. Il en est de même, nous l’avons dit, des impératifs devant
_en_ et _y_: _donne_(s)-z_en_, _songe_(s)-z_y bien_; et aussi des
formes verbales monosyllabiques si usitées, _sommes_ et _êtes_: _nous
somm_(es) z_amis_, _vous ête_(s) z_un brave homme_.

Il y a encore deux formes verbales pareilles, _dites_ et _faites_, qui
sont dans le même cas: _dite_(s) z_un mot_, _vous faite_(s) z_un beau
travail_; on est peutêtre un peu moins exigeant pour _dites_ que pour
_faites_, mais ce n’est qu’une nuance[944].

On ne peut pas non plus ne pas lier l’adjectif pluriel placé devant le
substantif: _jeune_(s) z_années_. On liera même très bien le substantif
pluriel avec l’adjectif qui suit: _les Inde_(s) z_occidentales_, _les
Pyrénée_(s)-z_Orientales_, qui sont d’ailleurs un mot composé, _les
femme_(s) z_anglaises_[945]; et l’on pourra distinguer aussi _une
fabrique d’arme_(s) z_anglaises_, où l’épithète qualifie _armes_, et
_une fabrique d’arme_(s) _anglaise_, où l’épithète qualifie _fabrique_.

On dira aussi, sans article, _homme_(s) z_et femmes_, _femme_(s) z_ou
enfants_, _sage_(s) z_et fous_, et la liaison restera possible avec
l’article, sans être nécessaire.

De même, on peut dire à la rigueur _deux livre_(s) z_et demie_.
Pourtant il n’est guère admis de dire _deux heure_(s) z_et demie_:
cette prononciation a un air prétentieux, ou témoigne du moins d’une
certaine recherche, qui n’est pas exempte d’un pédantisme inconscient,
et l’on fera mieux de dire _deux heures et demie_, comme _une heure et
demie_; quant à dire _deux heure_(s) z_et quart_ ou _deux heure_(s)
z_un quart_, je ne crois pas qu’on s’y risque beaucoup, non plus qu’à
dire _entre onze heure_(s) z_et midi_ ou _trois heure_(s) z_après_: ce
serait presque ridicule, alors qu’on dit correctement _trois an_(s)
z_après_. On ne dit pas davantage _des pompe_(s) z_à vapeur_, sans
parler des _maître_(s) z_ès arts_, qui est imprononçable.

On dira même moins souvent ou moins facilement dans la conversation:
_ces homme_(s) z_ont fait leur devoir_ que: _ces gen_(s) z_ont fait
leur devoir_.

On voit que la liaison de la syllabe muette avec _s_, _au pluriel_, est
plus restreinte dans la langue parlée que celle de la syllabe tonique.
Même dans la lecture ou le discours, elle est souvent évitée comme
désagréable à l’oreille, et il y a une foule de cas où elle ne peut se
faire qu’en vers. Mais là elle est naturellement indispensable, sans
quoi les vers seraient faux:

    Et fit tourner le sort des _Perse_(s) z_aux Romains_[946].
    Nos _prince_(s) z_ont-ils_ eu des soldats plus fidèles?[947].

A vrai dire, les poètes mettent quelquefois le lecteur à de rudes
épreuves, jusqu’à Racine lui-même:

    Mes _promesse_(s) z_au_(x) z_un_(s) z_éblouirent les yeux_[948].

Encore peut-on se tirer d’affaire ici par une pause après _promesses_;
mais alors le vers paraît clocher, parce que l’_e muet_ a l’air de
s’élider. Ce sont des pauses qu’il faut éviter autant que possible, et
l’on n’hésitera pas à dire, par exemple:

    Quels _reproche_(s), z_hélas!_ auriez-vous à vous faire?[949].

car le mot _hélas!_ se lie assez bien à ce qui précède. Il y a
d’ailleurs des pauses qui ne sont guère possibles, comme dans

    Et le soir on lançait des _flèche_(s) z_au_(x) z_étoiles_,

où la liaison de _flèches_ demande de la délicatesse[950].

Si l’_s_ même du pluriel ne se prononce pas toujours volontiers dans
l’usage courant après un _e muet_, il en est de même à fortiori
pour celui de la _seconde personne du singulier_, à part l’impératif
suivi de _en_ ou _y_. Car on est bien obligé de dire _songe_(s)-z_y_
ou _donne_(z)-_en_, puisque l’_s_ a été mis là exprès pour cela. Ou
plutôt l’_s_ a été prononcé là avant qu’on ne l’écrivît; mais on dit
de préférence sans liaison: _tu aime_(s) _à rire_, _tu chante_(s) _à
ravir_.

Sans doute, _tu chante_(s) z_à ravir_ irait encore assez bien en vers;
mais que dire de _Tu lâche_(s) z_Oscar_, que Victor Hugo a mis dans _la
Forêt mouillée_?

D’autre part, quand Lamartine écrit dans _la Mort de Socrate_:

    Toi qui, m’accompagnant comme un oiseau fidèle,
    _Caresse_ encor mon front au doux vent de ton aile,

il fait une faute d’orthographe, c’est certain, et il en a fait
beaucoup de pareilles; mais peut-être a-t-il mieux aimé la faire que
d’écrire _Me caresse_(s) z_encore_, qui était facile. On se demande
lequel des deux valait le mieux. Tout bien considéré, je crois que les
poètes auraient mieux fait d’élider franchement et par principe, malgré
l’_s_, toutes ces secondes personnes de première conjugaison.

       *       *       *       *       *

Quant à l’_s_ des _noms propres_, il est vraiment impossible de le
prononcer, même dans la lecture ou le discours; si on ne le prononce
pas après une consonne ou une voyelle simple, ce n’est pas pour le
prononcer après un _e muet_: imagine-t-on _Versaille_(s) z_est superbe,
George_(s) z_Ohnet_ ou _Charle_(s)-z_Albert_?

Ces liaisons étaient sans doute possibles autrefois, mais il y a
longtemps, et aujourd’hui les poètes eux-mêmes préfèrent supprimer
l’_s_. Voici par exemple deux vers d’_Aymerillot_, où Victor Hugo avait
le choix:

    Le _bon_ roi _Charle_ est plein de douleur et d’ennui.
    _Charle, en_ voyant ces tours, tressaille sur les monts.

Ni _bon_, ni _en_ n’étaient indispensables; mais dans le premier
vers, le poète n’a pas voulu d’une liaison qui contredisait si
catégoriquement l’usage universel, et peut-être a-t-il ajouté _bon_
uniquement pour l’éviter; dans le second, il a mieux aimé, ayant le
choix, supprimer l’_s_ que de supprimer _en_[951].

Victor Hugo, Edmond Rostand font généralement de même pour l’adverbe
_certes_. Suivant les besoins du vers, Molière écrit _certe_ ou
_certes_, et _grâce_ ou _grâces_.

IV. =L’S après un R.=--Enfin, de même que pour le _t_, il importe
particulièrement d’éviter la liaison de l’_s_ précédé d’un _r_, sauf
deux cas: d’une part, dans un mot composé, comme _tier_(s)-z_état_,
traité comme un mot simple[952]; d’autre part, au pluriel.

Et encore, au pluriel, il faut distinguer.

On dira uniquement _plusieur_(s) z_enfants_ et _diver_(s) z_auteurs_,
parce que l’adjectif est devant le substantif, et aussi des _jour_(s)
z_heureux_, pour éviter une cacophonie. Mais déjà on pourra dire au
choix des _part_(s) z_égales_, à cause du lien qui existe entre les
mots, ou _des part_(s) _égales_, comme au singulier; de même _des
ver_(s) z_admirables_ ou des _ver_(s) _admirables_.

Et l’on dira plutôt _des cor_(s) _anglais_, parce que _cor anglais_ est
presque un mot composé, qui se prononce au pluriel comme au singulier;
de même, à fortiori, _des cuiller_(s) _à café_, _des fer_(s) _à
repasser_, _des ver_(s) _à soie_[953].

Si l’usage a fait prévaloir, du moins parmi les spécialistes, _art_(s)
z_et métiers_, _art_(s) z_et manufactures_, c’est que ce sont là comme
des mots composés dont le singulier n’existe pas, ce qui rappelle le
cas de _Cham_(ps)-z_Élysées_.

On dira encore fort bien: _aveugles, sourd_(s) z_et muets, tous
guérissaient_, parce qu’il s’agit de catégories différentes, mais
on dira _les sour_(ds) _et muets_, comme au singulier, et aussi
_les sour_(ds) _et les muets_, _les bavar_(ds) _aiment à_..., _ses
discour_(s) _ont quelque chose de_...

       *       *       *       *       *

Telles sont les distinctions qu’on peut faire au pluriel. Au singulier,
c’est plus simple: il n’y a pas de distinctions à faire. On dira
uniquement _un ver_(s) _admirable_, comme _une par_(t) _égale_, et de
même à fortiori _l’univer_(s) _est immense_, et cela où que ce soit, en
vers comme en prose, puisqu’il n’y a pas d’hiatus à éviter, ni de vers
qui fussent faux sans cela. La liaison ici est non seulement inutile,
puisque l’_r_ se lie naturellement avec la voyelle qui suit, mais de
plus prétentieuse, n’étant plus employée nulle part. Il y a beau temps
déjà que Legouvé, dans son _Art de la lecture_, raillait _le corp_(s)
z_ensanglanté_ d’un certain avocat.

On ne fait même pas de liaisons dans des expressions qui pourraient
passer pour composées, comme _corp_(s) _et âme_ ou _corp_(s) _à corps_
ou _prendre le mor_(s) _aux dents_[954].

On n’en fait pas davantage dans les verbes: _je par_(s) _aujourd’hui_,
_tu sor_(s) _avec moi_.

Avec l’adverbe _toujours_, la liaison, de moins en moins fréquente,
est encore admise ou tolérée, même en parlant, sans doute en souvenir
du pluriel qui est dans le mot. Mais les prépositions _hors_, _vers_,
_envers_, _à travers_ ne doivent pas plus se lier que les autres mots,
même dans une expression toute faite, comme _enver_(s) _et contre
tous_. Il y a peu de liaisons plus désagréables, je dirais presque plus
désobligeantes, que celle de _ver_(s) z_elle_[955].

Je rappelle, pour terminer, que les liaisons les plus correctes, si
elles ne sont pas absolument indispensables, doivent être évitées, même
dans la lecture, si elles produisent une cacophonie. Or, c’est avec
l’_s_ que le cas se produit le plus facilement. Ainsi _tu a_(s) z_ôté_
est parfaitement correct: _tu le_(s) z_as_ est indispensable; mais _tu
le_(s) z_a_(s) z_ôtés_ est inadmissible; on dira donc _tu le_(s) _a_(s)
_ôtés_, la seconde liaison n’étant pas indispensable comme la première.



_LIAISONS DES NASALES_


En résumé, nous n’avons trouvé jusqu’ici de liaisons importantes et
vivantes qu’avec le son du _t_ ou de l’_s_ doux. Il y en a encore une,
moins importante, mais très curieuse, c’est celle de l’_n_ dans les
_finales nasales_, l’_m_ ne se liant jamais.

Les finales nasales se liaient autrefois, comme toutes les consonnes,
et par suite ne faisaient pas en vers les hiatus qu’elles font
aujourd’hui pour nous[956].

Aujourd’hui la liaison des nasales est réduite presque uniquement aux
adjectifs placés devant le substantif, cas essentiel, comme on l’a vu,
en matière de liaison. Or les adjectifs qui peuvent être à cette place
sont en somme assez peu nombreux, surtout en prose.

La plupart des adjectifs qui peuvent se lier sont en =-ain=: _cert_ain,
_haut_ain, _loint_ain, _hum_ain, _proch_ain, _soud_ain, _souver_ain,
_v_ain et _vil_ain, avec _pl_ein, _anci_en et _moy_en. Mais la
liaison offre ici un phénomène très remarquable, car la nasale se
décompose, et c’est le son du féminin qu’on entend: _certai_-n_auteur_,
_un vai_-n_espoir_, _un vilai_-n_enfant_, _en plei_-n_air_, _le
moye_-n_âge_, _un ancie_-n_ami_, et même _au prochai_-n_avertissement_;
et en vers, ou dans le style oratoire, _un certai_-n_espoir_, _un
soudai_-n_espoir_, ou encore:

    Agrippine, Seigneur, se l’était bien promis:
    Elle a repris sur vous son _souverai_-n_empire_[957].

On dit de même un _mie_-n_ami_, un _sie_-n_ami_, expressions d’ailleurs
assez rares[958].

On conçoit que l’existence du féminin a singulièrement facilité,
ou peut-être, pour mieux dire, a seule permis cette décomposition.
On se rappelle d’ailleurs que la voyelle _orale_ qui correspond
phonétiquement au son _in_ n’est pas _i_, mais bien _è_, ce
qui facilite encore la décomposition: _in_ devient _è_ très
naturellement[959].

Il est vrai que quelques personnes lient sans décomposer: _plein_
n_air_; mais c’est encore une erreur, qui provient uniquement du
fétichisme de l’orthographe, et du besoin de prononcer les mots comme
ils sont écrits. Ou peut-être est-ce un respect scrupuleux d’anciennes
traditions: l’abbé Rousselot a remarqué que cette prononciation se
rencontre de préférence dans certains milieux traditionalistes et
réactionnaires.

En tout cas, elle est presque aussi surannée que an-_née_,
_sol_en-_nel_ ou _ard_em-_ment_ prononcés avec des nasales[960].

Naturellement on dira sans liaison: _vain et faux_, _ancien et démodé_,
etc., l’adjectif n’étant pas devant un substantif.

       *       *       *       *       *

Il y a encore quelques autres adjectifs qui sont dans le même cas que
les adjectifs en _-ain_.

Il n’y en a point en =_-an_=, et cette finale ne doit jamais se lier.

En =_-on_=, il y a _bon_, et le phénomène est exactement le même: _un
bo_-n_élève_, et non _un bon_ n_élève_[961]; alors qu’on dit _bon à
rien_, _bon à tirer_, sans liaison.

L’exemple de _bon_ est suivi par _mon_, _ton_, _son_, qui sont aussi
des adjectifs, et sont traités comme si leurs féminins étaient _monne_,
_tonne_, _sonne_: _mo_-n_habit_, _to_-n_amour_, _so_-n_esprit_[962].

Le cas des adjectifs en =-in= est plus délicat, car _-in_ fait au
féminin _-ine_, qui ne correspond pas phonétiquement au masculin.
Pourtant la grande diffusion des cantiques de Noël a répandu et imposé
l’expression _divi_-n_enfant_. Par analogie, on dira très correctement
_divi_-n_Achille_, _divi_-n_Ulysse_, _divi_-n_Homère_; mais ici la
décomposition de la nasale s’impose moins absolument, quoique la
liaison soit également indispensable. C’est d’ailleurs le seul adjectif
en _-in_ qui puisse se décomposer: _malin esprit_ ou _fin esprit_ se
lieront donc _au besoin_ sans décomposition; mais je pense qu’_esprit
malin_ et surtout _esprit fin_ vaudraient beaucoup mieux[963].

       *       *       *       *       *

On peut dire de =_-un_= la même chose que de _-in_: le féminin ne
correspond pas phonétiquement au masculin[964]. Néanmoins l’adjectif
_un_ s’est longtemps décomposé comme les autres, et Littré disait
encore _u_-n_homme_. Cette prononciation a disparu à peu près
complètement, à Paris du moins, chez les personnes instruites. Cela
tient sans doute à ce que des confusions de genre se sont produites.
Par exemple le peuple faisait _u_-n_omnibus_ du féminin. Dès lors les
personnes instruites ont craint peut-être qu’on ne les accusât de faire
féminins des noms masculins, et l’usage s’est établi de faire la
liaison sans décomposer: _un_ n_homme_, _un_ n_ami_, _un_ n_un_[965].

On dit aussi _un_ n_à un_, et même, si l’on veut, _l’un_ n_et
l’autre_[966]; mais on dit sans liaison _un ou deux_, et même _un et
un font deux_, _l’un est venu_, _l’autre est resté_; et à _ving et un_
n_ans_, où _ans_ est multiplié par _ving et un_, on opposera _vingt et
un avril_, où avril n’est pas multiplié[967].

_Aucun_ a fait exactement comme _un_, dont il est composé, et conserve
aujourd’hui le son nasal en se liant devant un substantif: _un_
n_homme_, _aucun_ n_homme_. On dit aussi _d’un commun_ n_accord_, ou
encore _chacun_ n_un_, qui évite un hiatus désagréable, et même, en
géométrie, _chacun_ n_à chacun_; mais, à part ces expressions, on lie
très rarement _chacun_ et _quelqu’un_, et seulement dans la lecture.

Outre les adjectifs, il y a encore cinq ou six _mots invariables_ qui
se lient: les pronoms indéfinis _en_ (pronom ou adverbe), _on_ et
_rien_, l’adverbe _bien_ et la préposition _en_, parfois même l’adverbe
_combien_. Ces mots-là aussi se lient sans se dénasaliser, tout
simplement sans doute parce qu’ils n’ont pas et ne peuvent pas avoir de
féminin: ainsi _je n’en_ n_ai pas_, _s’en_ n_aller_, _on_ n_a dit_, _je
n’ai rien_ n_accepté_, _rien_ n_à dire_, _rien_ n_autre_, _vous êtes
bien_ n_aimable_, ou _bien_ n_à plaindre_, _bien_ n_entendu_, _c’est
bien_ n_à vous de_..., _en_ n_Asie_, _en_ n_argent_, _en_ n_étourdi_,
_en_ n_aimant_; et aussi, mais moins nécessairement, _combien_
n_avez-vous de...?_[968].

Naturellement, pour que la liaison puisse se faire, il faut que le lien
entre les mots soit suffisant, car on dira sans liaison _donnez-m’en
un peu_, _parlez-en à votre père_, _a-t-on été_, _je n’ai rien
aujourd’hui_, _rien ou peu de chose_, _nous sommes bien ici_, _bien et
vite_, _combien y a-t-il d’habitants à Paris?_ et cela même en vers, au
moins dans les premiers exemples.

Mieux encore: il arrive que _on_ est traité comme une sorte de nom
propre, et en ce cas il ne se lie pas. Ainsi, à une phrase telle que
_on_ n_a prétendu que_..., il sera répondu, sans liaison: On _est un
sot_, comme on dirait _Caton est un grand homme_.


CONCLUSION

En somme, et tout bien considéré, on a pu voir que même en prose, même
dans la conversation la plus courante, il se fait encore un assez grand
nombre de liaisons, dont certaines sont absolument indispensables. Il
est même à noter que, pour quelques liaisons qu’on faisait autrefois et
que nous ne faisons plus, en revanche la diffusion de l’enseignement a
rétabli dans l’usage courant de la conversation beaucoup de liaisons
que le XVIIᵉ siècle et le XVIIIᵉ n’y faisaient déjà plus. Au XVIIᵉ
siècle, les personnes les plus instruites disaient couramment sans
liaison, d’après le témoignage des meilleurs grammairiens, cités par
Thurot: _vene_(z) _ici_, _je sui_(s) _assez bien_, _voyon_(s) _un peu_,
_avez-vou_(s) _appris_, _des cruauté_(s) _inouïes_, _des tromperie_(s)
_inutiles_, et même _d’inutile_(s) _adresses_; et encore _commen_(t)
avez-vous _dit_, _i_(ls) _doive_(nt) _arriver_, _nous somme_(s)
_allés_; toutes façons de parler qui subsistent plus ou moins dans le
langage de la bonne compagnie, celle qui, par tradition, garde, dans la
conversation comme dans les manières, cette simplicité qui est une de
ses élégances.

Il nous faut répéter, pour conclure, ce que nous avons dit maintes
fois dans cet ouvrage: le parler des gens du monde n’est pas celui des
professeurs, des acteurs, et, en général, des gens qui font profession
de la parole, avocats, hommes politiques, etc.

Molière avait bien remarqué ces nuances, comme il se voit par les
recommandations qu’il adresse à l’un des comédiens de _l’Impromptu de
Versailles_: «Vous faites le poète, vous, et vous devez vous remplir de
ce personnage, marquer cet air pédant qui se conserve parmi le commerce
du beau monde, ce ton de voix sentencieux, et cette exactitude de
prononciation qui appuie sur toutes les syllabes, et ne laisse échapper
aucune lettre de la plus sévère orthographe.»

Depuis le temps de Molière, et pour diverses raisons, les façons de
parler prétentieuses qu’il raillait si bien ont gagné du terrain, et
elles ont atteint des classes sociales qui, jusqu’à présent, en étaient
exemptes. Mais, aujourd’hui comme autrefois, le dire de l’abbé d’Olivet
reste vrai: «La conversation des honnêtes gens est pleine d’hiatus
volontaires qui sont tellement autorisés par l’usage que, si l’on
parlait autrement, cela serait d’un pédant ou d’un provincial.»



INDEX ALPHABÉTIQUE

DES FINALES


-a, 18.

-ab, -abe, 23.

-able, -âble, 30.

-abre, 32.

-ac, 21, 212.

-ace, -âce, 22.

-ache,-âche, 22.

-acle, -âcle, 30.

-acre, -âcre, 31.

-act, 215.

-ad, -ade, 24.

-adre, 31-32.

-af, -afe, 22.

-afle, 30.

-afre, -âfre, 31.

-ag, 24.

-age, 29.

-agne, 26.

-agre, 31.

-ague, 24.

-ah, 19.

-ai, 79.

-aï, 119.

-aid, 81, 229.

-aide, 83.

-aie, 56, 81.

-aigne, 83.

-ail, 26, 259.

-aile, 83.

-aille, 26, 28, 264.

-ailler, -ailleur, etc., 35-36.

-aime, 83-84.

-ain, 344.

-ainc, 213.

-aine, 84.

-aing, 236-37.

-ains, 308.

-air, -aire, 84, 292.

-airie, 85.

-ais, 81, 302.

-aise, 84.

-aisse, 83.

-ait, 81, 327.

-aite, 82.

-aître, 85.

-aix, 344.

-ak, 45.

-al, 24, 258.

-ale, -âle, -alle, 24.

-am, 24, 129-131, 274.

-ame, -âme, -amme, 24.

-amment, 276.

-an, 25, 134.

-anc, 213.

-and, 135, 228.

-ane, -âne, -anne, 25-26.

-ang, 236-238.

-ans, 303-309.

-ant, 135, 228, 329.

-ap, 21, 284.

-ape, -âpe, -appe, 21.

-aphe, 22.

-aple, 31.

-apre, -âpre, 31.

-aque, -âque, 21.

-ar, 28, 292.

-ard, 28, 228.

-are, -arre, 28, 29.

-archat, 222.

-archie, 224.

-aron, -arron, 36.

-art, 28, 330.

-as, 19-20, 23, 300-301.

-ase, 29.

-aser, -asif, etc., 34, 36.

-asme, 275, 315.

-ass, -asse, -âsse, 22.

-asser, 34.

-assion, 38.

-at, 19, 45, 325.

-ate, -âte, -atte, 19, 45.

-ateur, -ation, -atif, 38.

-atre, -âtre, 31.

-atrice, -ature, 38.

-au, 113, 116.

-aube, -auce, etc., 114.

-aud, 113, 229.

-aude, -auffe, etc., 114.

-auld, 229, 261.

-ault, 268, 328.

-aur, -aure, 114-15.

-aut, -aute, 113-14, 328.

-auté, 115.

-aux, 344.

-ave, 29.

-avre, 32.

-ay, 80.

-aye, 28, 83, 191.

-ayer, 163, 191, 193.

-az, -aze, 29, 350-51.


-berg, 67, 236, 238.

-bourg, -burg, 236, 238.

-burn, -burns, -bury, 126.


-chée, -chéen, 223.

-cher, 293-94.

-chi, 226.

-chin, 224.

-chine, -chique, -chisme, -chiste, 225.

-chite, 225.

-cueil, 93, 259.


-é, 52.

-e latin ou étranger, 52, 75-76.

-è, 54.

-eb, -èbe, 61.

-èble, -èbre, 68.

-ec, -ecq, -ecque, 57, 212.

-èce, 59-60.

-èche, -êche, 59.

-ècle, -ècre, 68.

-ect, 215-16.

-ed, -ède, 61.

-èdre, 68.

-ée, -ées, 56.

-éen, 137.

-ef, -effe, 59, 231.

-èfle, -effre, 68.

-eg, 61.

-ège, 65.

-ègle, 68.

-ègne, 64.

-ègre, 68.

-ègue, 61.

-eiche, -eige, etc., 82-85.

-eil, 65, 259.

-eille, 65, 83, 264.

-é-je, 65.

-el, 61, 258.

-èle, -ête, -elle, 61.

-elier, -elions, -eliez, 166.

-em, 62, 129, 131, 274.

-emble, -embre, 140.

-ème, -ême, -emme, 62-63.

-emment, 74, 131, 276.

-empe, -emple, 140.

-en, 64, 136-38, 279.

-enc, 140.

-ence, 140.

-end, 138.

-ende, -endre, 140.

-ène, -êne, -enne, 61.

-eng, 140, 237-38.

-ennal, -ennat, etc., 281.

-enné, -ennant, etc., 281.

-ens, 139-140, 308-309.

-ense, 140.

-ent, 138, 161, 329.

-ente, 140.

-entiel, -ention, 141.

-ep, -èpe, -êpe, -eppe, 57-58.

-eph, -èphe, 59.

-èpre, -êpre, 68.

-eps, 309-10.

-èque, -êque, 57.

-er, 53-54, 66-67, 292 sqq.

-erd, 228.

-ère, -erre, 66.

-èrement, 73.

-ers, 295, 310.

-ès, 55, 60, 301-302.

-esce, 59.

-èse, 68.

-esle, -esme, -esne, etc., 313.

-esse, 59-60.

-essible, -essif, etc., 323.

-et, 55, 58, 326-27.

-êt, 55.

-ète, -ête, -ette, 58.

-ètre, -être, -ettre, 69.

-etti, -etto, etc., 340.

-eu, -eue, 90.

-euble, 93.

-eude, 92.

-euf, 91, 93, 231.

-euil, 93, 259.

-euille, 93, 264.

-eul, 93, 258.

-eule, 92, 93.

-eumatique, 96.

-eume, 92.

-eune, -eûne, 92, 93.

-euple, 93.

-eur, 93-94, 292.

-eure, -eurre, 93-94.

-eurer, 96.

-eus, 92, 304.

-euse, 91.

-eusement, 95.

-eut, 91.

-eute, -eutre, 92.

-eutique, 96.

-euve, -euvre, 94.

-eux, 90, 91, 344.

-ève, êve, 67.

-èvre, 69-70.

-ey, 345.

-ey, 80.

-eyer, 163, 193.

-ez, 53, 68, 350-51.

-èze, 68.


-field, 78, 229.

-ford, 228.


-ger, 293-94.

-gua, 241.

-guë, 244.

-gueil, 93, 259.

-guier, -guière, 243.


-i, -ie, 117, 118.

-ibe, 118.

-ic, 118, 212.

-ict, 217.

-iez, 220, 352.

-ide, 118.

-ien, 136-37.

-iens, 308.

-ient, 138.

-ier, -iers, 53, 268, 293, 295.

-if, 118, 231.

-ig, igue, 118, 238, 241.

-iions, -iiez, 119, 189, 190.

-il, 259-60.

-ille, 265-67.

-illa, 268.

-illade, -illage, etc.,
267, 270.

-im, -ime, 118, 274.

-in, 145, 279.

-inck, 146.

-inct, 217.

-ing, 120, 145-46, 237-38.

-ins, 309.

-ions, -iez, 268.

-ip, -ique, 118.

-ir, -ire, 118, 292.

-is, 117, 302-303

-ise, isse, 118.

-iser, 119.

-isme, 275, 315.

-issible, -issime, etc., 323.

-iste, 333.

-it, -ite, 117-18, 327-28.

-itz, 351.

-ix, 117, 344-46.

-iz, 350-51.


-land, 135, 228.

-lier, 262.


-machie, 224.

-man, -mann, 131, 279.

-mesnil, 313.


-o, 98.

-ob, -obe, 104.

-oble, obre, 108.

-oc, 100, 102, 212.

-oce, -oche, 102.

-ocle, -ocre, 108.

-od, 100, 229.

-ode, 104.

-oë anglais, 53.

-of, -ofe, 102.

-ofle, -ofre, 108.

-oge, -ogue, 104.

-ogre, 108.

-ogue, 104.

-oi, oie, 46.

-oï, 119.

-oide, -oif, -oile, etc., 47-48.

-oing, 236-37.

-oir, oire, 47, 292.

-ois, 46, 301.

-oit, oite, 40-47, 325-26.

-oix, 47, 344.

-ol, -ole, -olle, 104.

-ome, -omme, 104-6.

-ompt, 329.

-on, 148, 388.

-onc , 213.

-ond, 288.

-one, -onne, 106.

-ong, 236-38.

-onner, -onnaire, etc., 281.

-ons, 302.

-ont, 325.

-op, -ope, 100, 102.

-ophe, 102.

-ople, -opre, 108.

-ops, 309-10.

-ogue, 102.

-or, 108, 292.

-ord, 108, 228.

-ore, -orre, 108.

-orer, 111.

-ors, 108.

-ort, 108, 330.

-os, 98, 102, 304.

-ose, 101.

-oser, -oisif, -osion, 110.

-osité, -osition, 110.

-osse, 102.

-ost, 331.

-ot, 98-99, 327-28.

-ote, -otte, 102.

-oter, -otif, 111.

-otion, 110.

-otre, 108.

-ou, 121.

-oud, 121, 228.

-ouil, 259.

-ouille, 122, 264.

-ouiller, 122.

-oul, 258-59.

-ould, 229, 261.

-oult, 261, 328.

-oup, 284.

-our, -oure, 121, 292.

-ourd, 228.

-ourer, 122.

-ous, 121, 304-5.

-ouser, 122.

-out,  121, 328-29.

-oux, 344.

-ove, 104.

-ow, 341, 343.

-own, -owski, 343.

-oyau, 191.

-oyer, 163, 193-94.

-oz, 107, 351.


-put, 329.


-quin, -quine, 289.


-schi, 226.

-seur, -sion, -soir(e), 321.

-son anglais, 148.

-spect, 216, 330, 361-62.

-stadt, 325.


-tiaire, -tial, 333.

-tie, 333, 335, 337.

-tié, 334, 336.

-tiel et dér., 333.

-tième, 336.

-tien, -tienne, 333, 337.

-tier, tière, 336.

-tieux et dér., 333.

-tion et dér., 187, 333, 335.

-ton anglais, 148.


-u, ude, etc., 121-22

-ueil, 93.

-uite, 242.

-um, 123, 125.

-un, 149, 389.

-ur, -ure, 121, 292.

-urer, -urie, 122.

-us, 305-307.

-user, 122.

-ut, 329.

-ux, 344.

-uyer, 193.

-uz, 351.


-ville, 266-67.

-viller, villier, 270, 291.


-yen, 137.



INDEX ALPHABÉTIQUE

DES PRINCIPAUX MOTS ET NOMS PROPRES

N. B. Cet index eût été plus que doublé, si on y avait introduit tous
les mots du texte et tous les noms propres. Mais c’eût été parfaitement
inutile. D’abord une foule de mots sont cités comme exemples de
prononciation normale pour les finales principales, et pour ceux-là
l’index qui précède doit évidemment suffire. On peut même dire que
cet index, qui est très étendu, en y joignant la _Table des matières_
qui est fort développée, suffirait aisément pour trouver n’importe
quel mot. On n’a pas voulu cependant refuser au lecteur un index
alphabétique, qui dans certains cas peut être commode; mais on n’y a
mis que l’utile, c’est-à-dire les mots sur la prononciation desquels
on peut hésiter, ceux qui sont cités plus d’une fois, ceux qui sont
l’objet de remarques spéciales, enfin tous ceux qui ont quelques
chances d’y être cherchés. Par exemple certains mots techniques et
rares ne sont employés que par les spécialistes, qui connaissent leur
prononciation: à quoi bon en encombrer un index où personne ne les
cherchera? D’autre part beaucoup de noms propres sont insérés dans des
listes plus ou moins longues, où on les trouvera aussi facilement ou
aussi rapidement avec la _Table des matières_ qu’à l’aide d’un index
alphabétique. A quoi bon répéter par exemple au W les listes qui sont
déjà au chapitre du W? De même pour beaucoup de mots étrangers. Il
suffit que le lecteur soit bien averti qu’un mot qui est absent de
la liste n’est pas pour ce motif absent du livre. J’ajoute que les
abréviations imprimées en italique représentent plusieurs mots qui sont
dans la même page, ou même des séries nombreuses, comme les finales.


A

Abatucci, 125, 220.

abbaye, 190.

abject, 215, 330.

ab ovo, 111.

Abraham, 25, 129, 130.

abricotier, 111.

abrupt, 331.

Abruzzes, 351.

_abs-_, 202, 315.

accessit, 328.

accroc, 100, 212.

accueil, 93.

Achéron, 224.

achète, 222.

Achille, 225, 267.

achillée, -éide, 225-26, 270.

Achmet, 226.

aconit, 327.

acrimonie, 33.

Adam, 37, 129-30.

adéquat, 291, 325.

adosser, 110.

ad patres, 38.

adventice, 141, 142.

adventif, 141.

affairé, 85.

affres, 31, 32.

Agen, 138.

Agenais, 165.

agneau, 87.

Agnès, agnus, 245.

aigu, 85.

_aigu-_, 242-44.

aimer, 85.

Aïnos, 304.

ains, 308.

aisé, 85.

Aix, 344.

Ajaccio, 219, 255.

Alais, 302.

albatros, 102, 304.

albinos, 102, 304.

alcarazas, 300.

alcool, 104.

Alexis, 303.

Alger, 294.

Algésiras, 319.

alguazil, 36, 243, 260.

aliquante, 291.

Allah, 19.

alleluia, 193.

all right, 120.

almanach, 221.

Almeida, 88.

alors, 310.

aloyau, 190.

alphabet, 326.

Alsace, 315.

altier, 293.

amarrer, 34.

ambesas, 300.

amer, 294.

amict, 217, 330.

Amiens, 139, 309.

amitié, 334, 336.

Anchise, 226.

ancillaire, 270.

Angers, 295.

Angra-Pequeña, 280, 289.

anguille, 242, 265.

anis, 37.

_ann-_, 281.

Anne, 26.

année, 131, 281.

Annunzio, 149, 282.

anspect, 216.

antechrist, 331.

_anti-_ devant voy., 383.

_anti-_ devant _s_ et voy., 317.

antienne, 337.

anus, 38.

Anvers, 310.

aoriste, Aoste, 41.

août, 39-40, 329.

aoûter, aoûteron, 40-41.

api, 37.

aplomb, 210.

_app-_, 286.

appendice, -icite, 142, 286.

appétit, 165.

appogiature, 246.

a priori, 38.

_aqua-_, 291.

aqueduc, 165.

aquilin, aquilon, 289.

arachide, 225.

araignée, 87.

arc-boutant, etc., 214.

archal, 222.

_arché-_, 223.

_archi-_, 225.

arctique, 217.

Arcueil, 93.

Argens, 139, 309.

Argueil, 93.

arguer, 241.

Arguin, 146, 243.

argutie, 337.

aristo, 100.

Arkansas, 319.

_arr-_, 297.

Arras, 301.

arriéré, 73.

arroser, 110.

arrow-root, 113, 343.

_Ars-_, 315.

arsenic, 213.

arts et métiers, 384.

Aruns, 149, 309.

as, 300.

aseptique, 317.

Asnières, 33.

aspect, 216.

_ass-_, 322.

Assas (d’), 301.

assez, 53, 350.

assied, assieds, 52, 228.

asthme, -atique, 315, 332.

_asym-_, 317.

atlas, 23, 300.

_att-_, 339.

atterrir, 73.

_au-_ initial, 115-116.

Aubenas, 301.

Auch, 114, 221.

Auerstædt, 57, 61, 78.

Augsbourg, 244.

aujourd’hui, 116.

aulne, _Auln-_, 261-62.

Aunis, 303.

Aureng-Zeyb, 88, 238.

aurochs, 309.

Austerlitz, 351.

auto, 100.

automne, -al, 275.

autrui, 197.

Auxerre, -ois, 347.

Auxonne, 347.

avant-hier, 366.

avec, 213.

aveline, 37.

aveugle, 92, 93.

avril, 261.

Ay, 191.

ayant, 189.

aye, ayent, 163, 194.

Ayen, 191.

azimut, 329.


B

Baal, 24.

babil, 261.

baby, 43, 121.

Bacciochi, 220, 226.

Bacchus, 37.

bacille, 266.

Bædeker, 68, 78.

Bagration, 339.

Baïes, 28.

bairam, 88.

Balaam, 25.

balaye, 193.

balbutier, 336.

balsamique, 315.

Banyuls, 125, 310.

banzaï, 119.

_bapt-_, 285.

bardit, 327.

bar-maid, 88.

baroque, 37.

barricade, 34.

_basa-_, 36.

bascule, 38.

Basile, 36.

basileus, 72, 304, 318.

basilique, basoche, 36.

basquine, 289.

basset, bassesse, basson, 35.

bastonnade, 38.

Bataves, 37.

_bay-_, _Bay-_, 191.

Baylen, 88.

Bayreuth, 88, 92.

_baz-_, _Baz-_, 36.

Béarn, 280.

beaucoup, 284, 360.

Beauvaisis, 303.

Bebel, 76.

_bec-_, 212.

beefsteack, 43, 313.

Beethoven, 78.

béguin, béguine, 243.

Belfort, 262.

Belsunce, 149, 315.

Belzébuth, 332.

_Ben-_, 144.

bengali, 143.

Benjamin, 143.

benjoin, 143.

Benserade, 143.

Bentivoglio, 144, 246, 280.

benzine, 144.

Berlioz, 107.

Bernoulli, 269.

Besenval, 141.

besicles, 170.

besson, 171.

bêta, 18.

bêtise, 72.

_Beu-_, 96.

beugle, 92.

Beyrouth, 88.

bief, biez, 231, 350.

bien, 136, 390.

bigarré, -reau, 34, 37.

bill, 264.

billebaude, -vesée, 267.

Billom, 130.

bis, 303.

Biscaye, 28, 191.

blason, 36.

Blaye, 28, 191.

bleuet, bluet, 94.

blockhaus, 116, 304.

Blücher, 224, 295.

bluff, bluffer, 126.

boa, 112.

bobo, 111.

Bœcklin, 77, 146.

Boerhaave, 39, 78.

Boers, 66, 78.

bœuf, 91, 93, 231-32.

Bohême, 199.

Boilly, 269.

_Bois-_, 312.

bonneterie, 173.

book, 112.

bookmaker, 42-43.

Boson, 110.

Boullongne, 282.

bourg, Bourg, 236, 363.

bourgmestre, 236.

Bourgueil, 93.

bow-window, 343.

boy, 50.

boyard, 191.

boycotter, 50.

brahme, 25.

Bramante, 52.

brame, 25.

brasero, 76, 318.

brayette, 191.

bréchet, 170.

Bretagne, 87.

breuvage, 93.

breveté, 170, 173.

bric (de) et de broc, 212.

briqueterie, 173.

broc, 100, 212.

Broglie, 246.

_bronch-_, 222.

Brongniart, 232.

Brooklyn, 113, 146.

browning, 145, 238, 343.

Brown-Sequard,  291, 343.

bruire, bruit, etc., 197.

Brunswick, 149.

brut, 329.

Bruxelles, 347.

bruyant, 190, 192.

bruyère, 192.

Buch, 221.

budget, 126.

_Buona-_, 125.

Bueil, 53.

Buenos-Ayres, 60, 84, 88.

buffleterie, 172.

bulbul, 124.

bull, John Bull, 125.

burg, 124.

but, 329.

Buzenval, 143.

Byron, 121, 148.


C

cabre, cabrer, 32, 34.

cacaoyère, 191.

cachexie, 224.

cachucha, 226.

cadavéreux, 34.

cadédis, 303.

cadenasser, 35.

Cadix, 37.

cadran, cadrer, 34.

cadre, 31.

cæcum, 75.

Caen, 134, 137.

Caennais, 134.

Cagliostro, 246.

_cail-_, 36.

Calais, 37.

Calas, 301.

Calderon, 76.

Calicut, 329.

Calvados, 103, 304.

camarilla, 268.

Cambrésis, 303.

Cameroun, 76.

Camille, 265.

camomille, 265.

cant, 330.

canut, Canut, 329.

caoutchouc, 41, 212, 249.

capillaire, 270.

caqueterie, 173.

Carabas, 301.

Carducci, 125, 220.

carotte, 37.

Carpentras, 141, 301.

_carr-_, 34.

carriole, carrosse, 37.

casemate, 36.

Caserte, 52.

casoar, 199.

casse, casser, 22, 34.

casserole, 35.

cassette, 35.

cassis, 37, 302.

Castiglione, 246.

Câtelet, 33.

catéchumène, 223.

cauchemar, 116.

cautériser, 116.

Cavaignac, 87.

Caventou, 141.

celer, 190.

Cellini, 219.

celui, 263.

cens, 139, 308.

_cent-_, 141.

centaure, 114.

centaurée, 115.

centiare, 338.

cep, 284.

cercueil, 93.

cerf, 232.

ces, 54.

Ceuta, 96.

Ceylan, 88.

Chablis, 37.

chalet, 37.

challenge, 43, 144.

chamarrer, 34.

Chamfort, 129.

Chamlay, 129.

Chamonix, 344.

Champagne, 87.

Champaigne, 87.

Champmeslé, 73, 284.

Champs-Elysées, 377, 378, 384.

_Chan-_, 227.

chaouch, 221.

chargeure, 240.

chariot, 37.

_charr-_, 36-37, 297.

chassieux, 37.

châtaigne, 87.

châtier, 335.

Chaulne, 261.

_ché-_, _Ché-_, 224.

_chef-_, 231.

Chemulpo, 125, 227.

chéneau, 169.

cheptel, 285.

cher, Cher, 294.

Cherbuliez, 350.

chérif, 224.

cherra, 73, 297.

chérubin, 224.

Cherubini, 125, 224.

chester, 226, 295.

chévecier, 170.

chevesne, 310.

Cheviot, 328.

chez, 53, 350.

_chi-_, 224-25.

_Chi-_, 226-27.

Childe-Harold, 120, 226

chinchilla, 226, 268.

chocolat, 18.

Choiseul, 93, 258.

_chol-_, _chor-_, 222.

chrétien, 142, 335, 337.

chrétienté, 142.

Christ, 331.

chrestomathie, 338.

chromo, 100.

chulo, 124, 226.

chut, 123.

chyle, chyme, 225.

ci-gît, 327.

cinabre, 32.

cinq, 287.

Cinq-Mars, 287, 310.

cipaye, 28, 191, 303.

circonspect, 216.

clamer, clameur, 34.

Clarens, 140, 308.

claret, 327.

Claretie, 337.

classe, classer, 22, 33.

classique, 33, 323.

Claude, Claudine, 218.

clef, 231.

clerc, 214, 363.

Clésinger, 239, 295.

cloaque, 112.

clown, 343.

club, 126.

Clytie, 337.

_co-_, 112.

coaltar, 45.

cobaye, 28, 191.

Coblentz, 139.

Cobourg, 110.

Coccaie, 191.

coccyx, 346.

cock-tail, 88.

coco, 111.

codicille, 266.

Coëfféteau, 200.

Coëtlogon, 75.

cognassier, 245.

Coigny, 49.

col, 258.

cold-cream, 45.

_coll-_, 272.

_colliqu-_, 291.

Colomb, 210.

_comm-_, 277.

compagnie, 282.

compagnon, 87.

compendieux, 141.

compte et dér., 285.

con brio, etc., 148.

concept, 331.

Condom, 130.

Confolens, 140, 308.

conifère, conique, 109.

conjungo, 149.

Connaught, 116, 282, 328.

conquistador, 290.

conscience, -ient, 314.

consomption, 285.

construire, 197.

_contre-_ devant _s_ et voy., 317.

coolie, 112.

coq, 287.

corps, 284, 309.

_corr-_, 298, 299.

Corte, 52.

_cos-_ devant voy., 317.

côté, coteau, -lette, 109.

cotignac, 212.

cottage, 43.

couenne, 64.

couguar, 243.

coup, 284.

_courr-_, 297, 299.

cours, 310.

Coutras, 301.

cow-boy, 50, 343.

cowpox, 343.

crabe, 23.

Craon, 133.

Craonnais, 134.

Craonne, 134.

crémaillère, 36.

crescendo, 144, 220.

cresson, 171.

cric, 212.

cricket, 327.

Critias, 339.

croc, 100, 212.

croc-en-jambe, 100, 361.

Cromwell, 274, 342.

croquet, 327.

crucifix, 344.

cuiller, 269, 293, 295.

cuillerée, 165, 269.

Cujas, 301.

cul et comp., 258-259.

Curaçao, 41.

curetter, 166.

Cyrille, 267.

czar, 220.

_Czar-_, Czerny, etc., 220, 352.


D

Daily News, 87, 343.

daim, 130.

dam, 129.

damas, Damas, 301.

dame-jeanne, 26.

damnation, 34.

damne, damner, 25, 34, 275.

Damrémont, 129.

Damville, 129.

Dantzig, 238.

Darwin, 146, 342.

Daubenton, 141.

David, 229.

débet, 327.

debout, 329.

Decaen, 137.

déclarer, 37.

décollète, 174.

décorum, 111.

dédaigner, 85.

déficit, 328.

degré, 170.

dehors, 170.

déjà, 75.

déjeune, 92.

délabre, -er, 32, 34.

déliquescence, 288.

dendrite, 142.

Denis, Denys, 303.

de profundis, 149.

dérailler, 35, 259.

dernier, 359.

des, 54.

_Des-_ devant cons., 312.

_dés-_ devant voy., 316, 317.

Desaix, 319, 344.

Desèze, etc., 319.

désosser, 109.

desquamation, 291.

desquels, 72, 312.

_dess-_, 321.

dessus, dessous, 320.

détritus, 305.

détruire, 197.

Deucalion, 96.

deutéronome, 96.

deux, 344.

deuxième, 348.

diable, 30.

diablesse, diablotin, 35.

diachylon, 225.

diagnostic, 110.

diffamer, 33.

Dillon, 267.

diplomate, 109.

disponible, 110.

_diss-_, 322.

distille et dér., 266.

distinct, 217, 330.

district, 217, 330.

divin, 389.

dix, 345-346, 356.

dixième, 348.

_dodéca-_, 111.

dodo, 111.

dog-cart, 330.

doge, 104.

doigt, 236, 325.

dom, 130.

Dombasle, 24.

Domfront, 129.

Dommartin, 129.

dompter, 285.

Domremy, 171.

doña, 280.

donc, 213.

dossier, 110.

dot, 100, 328.

douairière, 87.

Douarnenez, 350.

Doubs, 210.

Doullons, 140, 308.

drachme, 226.

Draguignan, 243.

drawback, 45, 342.

dreadnought, 246.

drolatique, 109.

Drouyn, 147, 148.

Droysen, 50.

druide, 197.

Du Bellay, 271.

Duchesnois, 73.

Dugazon, 36.

Du Guesclin, 73, 313.

Dulaurens, 139, 309.

Dumesnil, 73.

Dumouriez, 53, 350.

Duncan, etc., 149.

Dundee, 78, 149.

duo, 197.

Dupleix, 344.

Dupuytren, 138.

Duras, 301.

Dusaulx, 319.

dysenterie, 141, 316.


E

ébruiter, 197.

échecs, 213.

échevelé, 157, 173.

Ecouen, 137.

écueil, 93.

écuyer, 190.

edelweis, 88.

éden, 138.

effendi, 144.

éléphantiasis, 338.

elle, 62.

Elsa, Elsevier, 315.

_emm-_, 132, 275-76.

empierrer, 73.

empoigne, -gner, 49.

en, 137, 380.

_en-_ initial, 140.

enamourer, 133.

encadre, -er, 31, 34.

encaustique, 116.

encoignure, 49.

endiablé, 35.

endosser, 110.

enfer, 294.

enflammer, 35.

Engadine, 144.

Enghien, 137.

enhardir, 248.

enharmonie, 132.

enivrer, 132, 133.

ennemi, 74.

ennoblir, etc., 132.

ennui, 132.

enorgueillir, 97, 133.

enregistrer, -ement, 170.

ensevelir, 173.

entasse, -er, 22, 34.

entêté, 72.

entier, 293.

entrelacs, 213, 309.

entresol, etc., 317.

envergure, 240.

enverrai, 73, 297.

épaissir, 85.

épaulette, 116.

épenthèse, 142.

épizootie, 338.

époussette, 174.

équarrir, 291.

_équat-_, 291.

_éque-_, 288.

_équi-_, 289.

érafle, -er, 31, 34.

_err-_, 297-298.

es (tu), 56.

ès, 60, 302.

escadre, 31.

Eschine, 313.

Eschyle, 225, 313.

escient, 314.

escroc, 100, 212.

escroquer, 111.

esquire, 120, 290.

essaim, 130.

essayer, 193.

est (il), 55.

est-ce, 60.

estomac, 212.

estramaçon, 37.

Estramadure, 125.

étaim, 130.

Etats-Unis, 377, 383.

éteuf, 231.

étiage, 335.

Etienne, 337.

étioler, Etioles, 338.

étiologie, 338.

eu, eus, eusse, 94, 164.

_eu-_, _Eu-_ initial, 75-96.

Eudes, 92.

euphuisme, 197.

_ex-_ devant voy., 348-49.

exact, 215, 330.

ex æquo, 349.

examen, 137-138, 279.

_exc-_, 348.

exeat, 325, 349.

Exelmans, 135, 309, 349.

exempt et dér., 284-285, 329, 349.

exequatur, 291, 349.

_exs-_, _ext-_, 348.

extraordinaire, 41.

extrémité, 73.

ex voto, 111.

Ezéchias, Ezéchiel, 226.


F

fa, 18.

fabrique, 34.

fabuliste, 34.

factotum, 111.

faim, 130.

fainéant, 74.

Fairfax, 88.

fait, 327.

fantasia, 318.

faon, 183.

farniente, 144.

faséole, 36.

fashion, 323.

fat, 325.

Faucilles, 267.

faulx, 262.

Faust, 114.

fayot, 191.

féerie, 73.

feldspath, 229.

fêlure, 72.

femme, 64, 131.

Fénelon, 165.

fer, 294.

Féroë, 77.

_ferr-_, 297.

ferrailler, 74.

ferrer, ferrure, 73.

fêter, 73.

_feu-_, _Feu-_, 96.

fez, Fez, 350, 351.

fibrille, 266.

fier, Fier, 293-295.

Fieschi, 78, 226.

Fiesole, 52, 78.

fils, 261, 302-303, 309.

five o’clock, 120.

Flameng, 140, 238.

Fleurus, Fleury, 96.

flirt, flirter, 120, 330.

fluide, 197.

flush, 126.

flux, 344.

Foch, 221.

fœhn, 77, 247.

fœtus, 75.

fol, 258.

folklore, 112.

football, 113.

Forez, 53, 350

forum, 111.

fossé, fossette, etc., 110.

fouet, 55.

fouette, fouetter, 59.

franc, 361.

Francfort, 218.

frangipane, 239.

Freischütz, 88, 227.

Fréjus, 307.

frelon, 170.

fret, 326.

Friedland, 78, 228.

Frœschwiller, 76, 227, 294.

froid, 229.

fruit, 197.

fruitier, 198.

fuchsine, 226.

fueros, 124, 304.

Furens, 140.

furia francese, 124, 135, 220.


G

gageure, 94, 240.

gagner, 34, 87.

galimatias, 338.

galop, 100, 284.

galoper, 111.

gangrène, 239.

garden-party, 76.

garer, 35.

garrot, 37.

gars, 295, 309.

gaz, 350.

_gaz-_, 36.

_Ge-_, _Gé-_, 239.

Gédoyn, 147.

geline, gelinotte, 170.

Gellée, 171.

Genevois, 173.

Geneviève, 173-174.

Gengis-Khan, 144.

gens, 139, 308.

Genséric, 144.

gentil, -homme, 260, 378.

gentille, -esse, 265.

gentleman, 76, 143, 246.

geôle, geôlier, 239, 240.

Gérardmer, 229, 295.

Gerolstein, 146, 239.

Gers, 294-295, 310.

Gervinus, 125.

Gessler, Gessner, 239.

Gevaert, 82, 239, 330.

Gex, 345.

geyser, 89.

giaour, 246.

_Gi-_, 239.

Gier, Rive-de-, 295.

gin, 120, 146, 246.

ginseng, 238.

giorno (a), 246.

gipsy, 246.

girasol, 318.

glabre, 32.

globe, 104.

Gluck, 125.

_gn-_, _Gn-_, 245, 283.

gneiss, 88, 245.

goéland, goélette, 200.

Gœthe, 77.

Gœttingue, 77, 146, 230.

gogo, 112.

gong, 238.

gosier, 110.

Goth, 332.

Gounod, 100, 229.

Goya, 192.

goyave, 191.

gracier, gracieux, 33.

grammaire, 131, 276.

granit, 328.

grasseyer, 34.

gratis, 38.

gratuit, 327.

grazioso, 352.

gréement, 73.

Greenwich, 78, 226.

gréneterie, 173.

grésil, 261.

Grieg, 78, 238.

gril, 261.

Groenland, 77, 144, 228.

groin, 147, 199.

groom, 113.

groseille, 110.

_gross-_, 110.

gruyer, gruyère, 192.

_Gua-_, 244.

Guadeloupe, 244.

guano, 243.

_gué-_, _gué-_, 241.

_Gue-_, _Gué-_, 241-242.

guérilla, 268.

guerrier, 73.

gueule, -lard, 93.

_gui-_, _Gui-_, 242.

Guipuzcoa, 243, 252.

guise, Guise, 242, 243.

Guizot, 243.

gulf-stream, 45, 126.

Gunther, 145.

gutta-percha, 126, 222, 339.

_Guy-_, 192, 212.

gymnase, 316.

gymnosophiste, 318.


H

Hæckel, Hændel, 78.

haler, 24.

halluciner, 250.

haltères, 250.

hameau, 37.

hameçon, 250.

Hamlet, 254.

Hanovre, 104, 254.

hanse et dér-, 254.

hareng, 140, 236.

haro, 37.

harpye, _Harp-_, 252, 254.

haut-, _Haute-_, 252.

havresac, 318.

Haydée, Haydn, 88.

hecto, 100, 250.

Hegel, 239.

Heidelberg, 88, 89.

hélas, 300.

_hélio-_, _hémi-_, etc., 250.

_hémorr-_, 298.

Hendaye, 28, 141, 191.

_hendéca-_, 141.

hennir, 74.

Henri, -iette, 254.

Hephaistos, 88.

héraut, _hérald-_, 254.

hérisser, -son, 252.

héros et dér., 253.

hésiter, 252.

heurt, 330.

heurte, 93.

_hexa-_, 349.

hiatus, 38.

hidalgo, 251.

hier, 195, 253, 294.

_hiér-_, 195, 250, 252.

high-life, 120.

hinterland, 251.

hiver, 294.

_hipp-_, 286.

hirsute, 250.

hoir, hoirie, 250.

Hollande, 254, 272.

holocauste, 114.

Holstein, 146.

home, 112.

home rule, 125.

Hong-Kong, 238.

Hongrie, 254.

hôpital, 109.

_horr-_, 298.

hors, 252.

Hortensius, 143.

hosanna, 110, 252, 281.

hôtel, 109.

hourra, 19.

Houssaye, 191.

hoyau, 190.

Hugo, 254.

huile et dér., 118, 250, 253.

huis, huissier, 254.

huit, 153, 155, 253, 328.

Humbert, 149.

Humboldt, 149, 331.

Hume (David), 126.

humour, 126.

Hyacinthe, 195, 250.

hyène, 250.

hymen, 138, 279.

Hypatie, 337.

hypocras, 23, 300.


I

ichneumon, 96.

ichtyosaure, 318.

idiotisme, 111.

Iéna, 152.

igname, 245.

Ignatief, 245, 339.

igné, _igne-_, _igni-_, 245.

iguane, 243.

il, 259.

_ill-_, 270.

imbroglio, 246.

_imm-_, 276.

immédiat, 325.

imprégnation, 245.

impresario, 76, 318.

incognito, 146, 245.

indemnité, -iser, 75, 275.

indomptable, 285.

in-douze, 145.

indult, 261.

ineptie, inertie, 335, 336, 337.

inexpugnable, 245.

in extenso, 141, 145.

inextinguible, 242.

in extremis, 75, 145, 305.

infamie, 33.

infect, 215.

in-folio, 36, 145.

ingrédient, 138.

initier, 336.

_inn-_, 281.

in partibus, 145, 305.

in petto, 145, 340.

in-plano, 38, 145.

in-quarto, 145, 291.

inquiétude, 289.

insister, 319.

instinct, 217, 330.

instruire, 197.

_interr-_, 297.

interview, -ewer, 146, 343.

_intus-_ suivi d’_s_, 322.

_irr-_, 298.

Isaac, 25.

_Isl-_, _Ism-_, _Isr-_, etc., 313, 315.

isthme, -ique, 332.


J

Jacob, -bin, -bite, 35.

jaconas, 301.

_Jacqu-_, 35.

Jacques, -erie, 21.

jadis, 37, 302.

jaguar, 243.

James, 43, 256.

Jamyn, 145.

Janina, 255.

Janus, 38.

Japet, 255.

jarret, 37.

jaseran, Jason, 36.

Jassy, 255.

Jean et dér., 164.

Jeanne, 26, 164.

Jeannette, -eton, -ot, 35.

Jéhovah, 19.

Jenner, 256, 282.

Jenny, 74, 282.

Jersey, 256, 315.

Jésus, 307-308.

jettatura, 124, 255, 340.

jeudi, 96.

jeun (à), 92, 164.

jeune, 93.

jeûne, 92.

Joachim, 130, 225.

joaillier, 199.

Jocelyn, 145.

Joconde, 255.

Johannisberg, 238, 255.

John Bull, 125, 256.

Jordaens, 79, 134, 139, 256.

Joseph, -ine, 110.

joug, 235-236.

Juan, 125, 256.

juillet 269, 326.

Juilly, 269.

juin, 197.

Jungfrau, 116, 125, 255.

jungle, 149.

junte, 149.

jusquiame, 289.

Jutland, 228, 256.


K

kaiser et dérivés, 88.

Kamtschatka, 227, 274, 332.

Kant, 135, 330.

Kehl, 57.

Kent, 139.

Kerguélen, 138, 242.

Kiel, 78.

Kiev, 341.

kilo, 100.

Kluck, 1285.

knout, 329.

Kœnigsberg, 77, 238.

krach, 221.

Kruger, 239, 295.

kulturkampf, 124.

Kurdistan, 125.

Kyrie eleison, 148, 318.


L

la, 18.

labadens, 308.

La Boëtie, 333, 337.

Laboulaye, 191.

La Bruyère, 192.

La Châtre, 31.

lacs, 213, 309.

ladre, 32.

lady, 43.

Lænsberg, 78, 238.

laisser, laitue, 85.

Lally-Tollendal, 141.

lama, 37.

Lamennais, 171.

Lamoignon, 49.

lampas, 300, 301.

landsturm, 124.

Lang-son, 148-149, 233.

Laon, 133.

Laonnais, 134.

lapis-lazuli, 38, 303.

laps, 309.

Largillière, 270.

lasse, lasser, 22, 34.

La Trémoille, 269.

latrine, 37.

Lauraguais, 244.

Laurens (J.-P.), 139, 309.

lauréat, laurier, 115.

La Vrillière, 270.

Law, 45, 342.

lawn-tennis, 45, 342.

Lawrence, 140, 342.

Laybach, 88.

Lazare, 36.

lazarone, 52, 351.

lazzi, 351-52.

Leclerc, Leclerq, 214.

léger, 293.

legs, 55, 237, 309.

Leibniz, 88, 147, 351.

Leicester, 88.

Leipzig, 88, 238.

Leitha, 88.

leit-motif, 88.

Lenau, 76.

Lens, 139, 309.

Lérins, 309.

les, 54.

_Les-_ devant cons., 312.

_Les-_ devant voy., 318, 319.

Lesbos, 103, 312.

lesquels, 72, 312.

Leuctres, 93.

leude, 92.

lez, 53, 350.

lichen, 224, 279.

Liebig, 78.

lied, 77, 229.

ligneux, lignite, 245.

Lilliput, 329.

lilliputien, 270, 337.

limaçon, 37.

linceul, 258.

lingual, -iste, 242, 243.

_liqu-_, 288.

liquidambar, 290.

lis, fleur de-, 302.

Liszt, 351.

_litt-_, 340.

lloyd, 273.

lobe, 101.

loch, 221.

Lohengrin, 145, 146.

lolo, 111.

lombric, 213.

long, 236, 362.

Longueil, 93.

Longwy, 236, 244, 342.

Lons-le-Saunier, 309.

loquace, -acité, 291.

lord, 228.

lorsque, 183, 310.

Lot, 328.

louveterie, 173.

Loyola, 192.

Lucayes, 28, 191.

lumbago, 149.

lunch, luncher, 149, 220.

lut, 329.

lysimachie, 224.


M

macadam, 130.

macfarlane, 43.

Machiavel et dér., 226.

maçon, 37.

madeleine, 37.

Madeleine, 37.

madras, 300.

Madras, 301.

madré, madrier, 37.

Madrid, 229.

Mælzel, 78.

Maeterlinck, 79, 146.

Maëstricht, 79, 221, 330.

mafflu, 37.

Magendie, 143.

_magn-_, 244-245, 287.

magot, 37.

mail-coach, 45, 88.

maillechort, 222.

Maimonide, 88.

mairie, 165, 296.

maïs, 302-303.

maison, 85.

majeur, major, etc., 38.

Majorque, 38, 255-256, 269.

Majunga, 149.

Malachie, 224.

malagueña, 280.

Malesherbes, 165, 312, 315.

malotru, 111.

maman, 39.

mandrill, 264.

mangeure, 240.

maniéré, 73.

Mantegna, 282.

manzanilla, 268.

maquis, 37.

maravédis, 303.

marc, Marc, 214.

mardi, 38.

Marennes, 37.

Marilhat, 273.

Maroilles, 269.

marqueterie, 172.

marraine, marri, 37.

marron, 37.

mars, 310.

martyr, 38.

mas, Mas-, 300, 301.

masure, 36.

mat, 45, 325.

matelasser, 35.

mater, mâter, 21.

Mathusalem, 319.

Maubeuge, 92.

Mauclerc, 214.

Maupeou, 164.

mauvais, 116.

mayonnaise, 249.

mazette, 36.

Médicis, 303.

Meilhiac, Meilhan, 273.

Mein, 146.

Meinam, 88.

Mékong, 238.

mélange, mêler, 73.

_Melchi-_, 226.

Melchisédec, 226, 319.

Mélilla, 268.

mélo, 100.

Memphis, 143.

menstrues, 141-142.

menthol, 141, 143.

mentor, 141, 142.

menuisier, 198.

Méphisto, 100.

mercredi, 296.

mérinos, 102, 304.

mes, 54.

_més-_, 316.

mesdames, 72, 312.

messied, 52.

messieurs, 72, 91, 292.

métis, 302.

métro, 100.

Metz, 60, 332, 351.

meugle, 92.

meule, 92.

Meung, 92, 164, 236.

meunier, 96.

Meurice, 96.

Meurthe, meurtre, 93.

meut, meux, 91.

mezzo, 352.

Michel, 224.

Michel-Ange, 224.

mien, 136, 387.

mil, 259, 261.

mildew, 343.

Milhau, 273.

milieu, 262, 263.

mille et dér., 266, 269.

_Mill-_, 269-70.

Milton, 148.

miss, mistress, 120.

moelle, -llon, 62, 200.

mœurs, 310.

moignon, 49.

moins, 308.

Moïse, 199.

moitié, 334, 336.

momerie, momie, momier, Momus, 110.

monachisme, 225.

mons, Mons, 308, 309.

monsieur, 91, 148, 292.

_Mont-_, 332.

montagne, 87.

Montaigne, 87.

Montargis, 304.

_Monte-_, 76.

Montorgueil, 93.

Montpellier, 171, 271.

_Montr-_, 332-333.

Morellet, 171, 272.

mosaïque, 110.

mot, 99.

mot à mot, 100, 328.

moteur, motrice, 111.

motus, 110.

mouette, 63.

mourrai, 296.

mousqueterie, 172.

moyen, 189, 190.

muezzin, 146, 351.

muid, 229.

Munster, 149.

Murger, 239, 294.

Murillo, 268.

myrtille, 266.


N

nacre, 31, 32.

naïade, 37.

nanan, 39.

nansouk, 319.

Naples, 31.

narrer, 34.

nasal, naseaux, 36.

Natchez, 350.

naufrage, 116.

navre, navrer, 32, 34.

néanmoins, 132.

négus, 124.

Nelson, 148.

nenni, 74.

Népaul, 114.

nerf, 232.

Néris-les-Bains, 304.

net, 326.

_Neu-_, 96.

neuf, 91, 93, 233-235.

_Neuf-_, 91.

neume, 92.

neuvaine, -vième, 95.

_New-_, 343.

Newton, 148, 343.

nez, 53, 350.

nid, 229.

_Nie-_, 78.

Niebelung, 78, 125, 239.

Niger, 239, 295.

noël, 199.

Nolhac, 273.

nom, 130.

nœud, 90, 229.

notre, 296.

nummulite, 123.

nunc (hic et), 149.

nurse, nursery, 126.


O

oasis, 112.

obliquité, 290.

_obs-_, 202, 315.

obséquieux, 290.

obstiné, 210.

obus, 110, 305-6.

occiput, 329.

odeur, 110.

œc-, œd-, Œd-, etc., 75.

œil, 93.

œuf, 91, 93, 231-32.

œuvé, 95.

oignon, 49.

olim, 111.

olla podrida, 269.

on, 390-91.

onze, 153-54, 358.

opiat, 325.

_opp-_, 286.

orang-outang, 237, 362, 378.

oratorio, 111.

orchidée, 225.

orchis, 225, 303.

orée (à l’), 110.

orgueil, 93, 97.

orgueilleux, 97.

Orpheus, 92, 304.

ortie, 337.

os, 102, 304.

oscille, -ation, -er, 265.

osier, 110.

Osmanlis, 304.

osselet, ossement, etc., 109.

ost, 331.

Ostrogoth, 332.

otage, 111.

ouate, 153, 358.

oui, 152, 358.

ouïr, 358.

ouistiti, 153, 358.

Ourcq, 214.

ours, 310.

outlaw, 45, 126, 342.

outsider, 66, 120, 126.

ovale, 111.

ozone, 106.


P

pachyderme, 226.

pagaye (en), 191.

paie, paiera, 193.

palabre, 32.

Paladilhe, 273.

pali, 39.

palinod, 100, 229.

palis, 302.

pâme, -er, -oison, 33.

pampas, 301.

panem et circenses, 38.

paneterie, 173.

paon, 133.

papayer, 191.

papeterie, 172-73.

papille, 266.

Paraguay, 244.

_paras-_, 317.

parasol, 317, 318.

parfum, 124, 130.

parisis, 302.

Paros, 103, 304.

parqueterie, 172.

parrain, 37.

pascal, 38.

_pass-_, 323.

passe, passer, 22, 34.

passant, 37.

passeport, -poil, -menterie, 34.

passereau, 37.

pastel, pasteur, 38.

pastille, 265.

pat, 325.

pataquès, 60, 301.

pâte, pâté, pâtissier, pâtisserie, 33.

pater, 38, 295.

Pathmos, 103.

pathos, 103, 304.

Paul, Paule, 114.

_Paulm-_, 261.

paupière, 116.

paye, payera, 193-94.

pays, payse, etc., 190.

pechblende, 144.

pêcher, 73.

Peer Gynt, 78, 239.

pehlvi, 73.

Pélasges, -ique, 313.

pelleterie, 173.

Penmarch, 143, 221.

_pent-_, 141.

Pentateuque, 92, 141.

Pentecôte, 102, 141.

Penthièvre, 143.

perdrix, 344.

péril, 261.

Pernod, 100, 229.

_perr-_, _Perr-_, 298.

perron, 73.

peseta, 76, 318.

pétiole, 338.

Pétion, 339.

peu près (à), 95.

peut, peux, 91.

peut-être, 95.

Pézenas, 165, 301.

phaleuce, 92.

_philh-_, 273.

Phocyon, 110.

photo, 100.

piazza, -etta, 352.

pickles, 120.

pick-pocket, 327.

pied, 52, 228, 368.

pierreux, 73.

pippermint, 330.

piqueur, 94.

pitié, 334, 336.

pizzicati, 352.

placenta, 141.

placer, 295.

placet, 327.

plaisir, 85.

plaza, 352.

pleurer, 93.

pleut, 91.

plomb, 210.

pluie, 197.

plurier, 293.

plumbago, 149.

plumcake, 43, 125.

plum-pudding, 125.

plus, 306-307, 356, 374.

pneumonie, 96.

poêle, poêlon, 62, 200.

poème, poète, 112, 199.

poids, 229, 309.

poigne, _poign-_, 49.

Poitiers, 293, 295.

poireau, 50.

poitrail, poitrine, 50.

polaire, 109.

polenta, 144.

Polyeucte, 93.

Pompéi, 81, 119.

poney, 80, 110.

Pons, Saint-, 309.

_Pont-_, 332-33.

porc, 214-15.

porc-épic, 215, 363, 379.

posada, 318.

Poseidôn, 88, 148, 319.

_post-_, 322.

_pot-_, 100, 368.

Potsdam, 322.

pouls, 258, 309.

pourrai, 73, 297.

pourrir, 122, 299.

Pouzzoles-, -ane, 351.

praline, 37.

préciput, 329.

prélasse, -asser, 22, 34.

premier, 359.

présalé, 318.

prescience, 314.

préséance, 317.

_présompt-_, 285.

présu, présupposer, 317.

prêter, 73.

prétérit, 327.

Prévost, 331.

prévôtal, 109.

Privas, 301.

prix, 344.

_pro-_ et _pros-_, 110.

Procyon, 110.

pro domo, 111.

profès, 301.

Progné, 245.

Prométheus, 92.

prompt et dér., 284-85, 329.

pronunciamiento, 124, 143.

prosecteur, 317.

prurit, 327.

psaume, 284.

pseudonyme, 96.

pschent, 139, 227.

puff, puffisme, 124.

puisque, 198, 312.

Pulcher, 224, 295.

Pulchérie, 224.

punch, 149, 221.

pupille, 266.

pusillanime, 270.

Puységur, 319.

_Pyrr-_, 299.


Q

_quadr-_, 291.

quaker, 43, 68, 291.

qualité, 290.

quand, 228.

quant et dér., 291.

_quar-_, 291.

quartz, 291, 351.

quasi et dér., 36, 291.

quassia, -ier, 291.

_quat-_, 291.

quatre, 296, 375.

_queen-_, 289.

quelque et dér., 262.

_quér-_, 288.

Quercy, -inois, 288-89.

questeur, -ure, 288.

quêter, 73.

quetsche, 289.

_qui-_, 289-90.

quidam, 129-30, 289.

_quin-_, 289-90.

quiproquo, 111, 289.

quorum, 111.


R

racahout, 329.

Rachel, 224.

rachis, 225, 303.

racle, racler, 31, 34.

raccroc, 100, 212.

radoub, 210.

rafle, rafler, 31, 34.

rail, 26, 88, 259.

railway, 88.

rainure, 85.

raison, 85.

Raleigh, 88.

rallye-paper, 43.

ramasser, -assis, 34.

Rambervillers, 295.

ramure, 37.

rang, 236, 362.

ranz, 350.

Raon-l’Etape, 133.

Raoul, 41.

raout, 45, 329.

rapt, 331.

rareté, 35.

raye, 193.

raz-de-marée, 350.

razzia, 351.

Reber, 76.

record, recordman, 76.

refléter, 170.

réfréner, 170.

registre, 170, 312.

Regnard, 170, 283.

Reichstag, 88.

Reims, 309.

reine-Claude, 218.

reliquat, 291.

Rembrandt, 135, 144, 228, 330.

Remi, 171.

René, 170.

renseignement, 166.

résection, -séquer, 317.

respect, 216, 362.

_ress-_, 171, 320.

ressemeler, 171, 175.

retable, 169.

Rethel, 170.

Retz, 60, 332, 351.

Reuss, 92.

revolver, 76.

Reynolds, 88.

rez-de-chaussée, 53, 350.

rhinocéros, 102, 304.

rhododendron, 141, 148.

rhum, -merie, 124.

rien, 136, 390.

rifle, 120.

rigaudon, 116.

Rigi, Righi, 239.

right, 120, 246.

Riom, 130.

risoluto, 318.

rit, 327.

riz, 350.

Roanne, 200.

Rob-Roy, 50.

_rocking-chair_, 88.

_Rochechouart_, 165.

rococo, 111.

Rodez, 351.

Rœderer, 76-77.

_Rol-_, _Roll-_, 110, 272.

romancero, 76.

rosace, rosat, rosier, etc., 110.

rotang, 238.

rôtir et dér., 109.

Rothschild, 110.

Rouen, 74, 137.

rouennais, -erie, 74, 75.

roule, -er, -ure, 122.

Rubinstein, 146.

Rueil, 65, 93, 260.

ruolz, 351.

Ruskin, 126.

rut, 329.

Ruysdaël, 24, 79.


S

_Saa-_, 39.

sable, sabler, 30, 34.

sabre, sabrer, 32, 34.

saigner, 85.

Saïgon, 88.

Saint-Aignan, 87.

Saint-Brieuc, 90, 212.

Saint-Genest, 331.

Saint-Germain-en-Laye, 191.

Saint-Graal, 24.

Saint-Just, 331.

Saint-Maixent, 347.

Saint-Mesmin, 73, 313.

Saint-Ouen, 137.

Saint-Priest, 331.

Saint-Saëns, 134, 139, 140, 308-309.

Saint-Valéry, 165.

Saint-Wast, 331.

Sainte-Menehould, 164, 262.

Sainte-Wehme, 57, 341.

saisir, 85.

Salammbô, 135.

Salisbury, 121, 126.

Salomon, 110.

_Salzb-_, 352.

samouraï, 119.

Samoyèdes, 192.

Samson, 129.

sanatorium, 111.

_sanct-_, 218.

sandwich, 226.

sang, 236, 362.

_sangui-_, 243.

Santeul, 93, 258.

Santillane, 268.

Saône, 41.

saoul, 39.

sapientiaux, 142.

Sarajevo, 255.

Sardaigne, 87.

Sarmatie, 337.

sarrau, 37.

Satan, 37.

satisfecit, 328.

Satyricon, 148.

sauf, 114.

Saulxures, 347.

saur, 114.

_saur-_, 115.

savoyard, 190, 191.

scabreux, 37.

Scager-Rack, 239.

Scaliger, 239, 295.

_sce-_, _sci-_, _Sce-_, _Sci-_, 314.

_Scha-_, _Sché-_, etc., 227.

schako, 227.

schampoing, 145.

scheik, 88.

schéma, schème, 227.

scherzo, 227, 351.

Schiedam, 227.

schisme, schiste, 227.

schola cantorum, 227.

Schubert, Schumann, 125, 227.

Schlitz, 351.

scille, 266.

scintille , -iller, 265.

scintillation, 265, 270.

scorbut, 329.

scotie, 338.

scottish, 323, 340.

sculpter, 285.

second, Second, et dér., 218.

secrétaire, 170.

secundo, 149.

Sedan, Sedaine, 170.

Sées, Séez, 56, 350.

Segrais, Segré, 170.

seigneurie, 165.

seing, 236.

Seltz (eau de), 351.

semoule, 264-265.

sempiternel, 142.

séneçon, senestre, 170.

Senef, 170.

Senlis, 303.

señor, señora, 280.

sens, Sens, 139, 308, 309.

sept, 285, 326.

_sept-_, 285.

septentrion, 141.

Séquanes, 291.

séquestre, 288.

serrer, serrure, 73, 298.

ses, 54.

Séverin, 165.

Séville, 267.

Seymour, 88.

_sexa-_, 349.

_sh-_, _Sh-_, 323.

Shanghaï, 28, 238, 323.

Shakespeare, 45, 323.

shelling, 145, 323.

Shylock, 89, 121.

Sichem, 224.

sien, 136, 387.

Siegmund, 78, 125.

signe, signer, 282-283.

signet, signifier, 282.

silhouette, 273.

sille, 266.

singleton, 148.

sirop, 100, 284.

six, 345, 346.

sixain, sixième, 348.

skating, 43, 145, 238.

sloop, 113.

smala, 37.

snow-boot, 113, 343.

soit, 325-326.

soixante, 347.

sol, 258.

solennel, solennité, 74, 131.

Solesme, 63.

soliste, solo, 111.

sot-l’y-laisse, 99-100, 328.

sotie, 337.

soubassement, 35.

soubresaut, 318.

Souchong, 227, 238.

souhait, souhaiter, 87, 198.

souiller, souillon, 122.

soûl, 258.

Soult, 331.

sourcilière, 262.

soye, soyent, 163, 194.

Soyecourt, 192.

spahis, 303.

sparadrap, 284.

spécimen, 138.

speech, 78, 226.

spencer, 66, 144.

Spinosa, 110.

sport, 330.

squale, 291.

squameux, 291.

square, 42, 291.

squirre, 289.

Staël (Mᵐᵉ de), 79.

stagnant, -ation, 245.

Stanley, 80, 135, 280.

steam-boat, 45.

steeple-chase, 43, 76, 226.

Stendhal, 144.

stentor, 142.

sterling, 145.

stipendier, 141.

stout, 329.

strass, 23, 300.

stratus, 38.

Stuart Mill, 330.

subit, 387.

_subs-_, 202, 315.

succinct, 217, 330.

sud, 229.

Suez, 351.

Suffren, 138.

Sully, 269.

Sund, 149.

_supp-_, 286.

suprématie, 73.

surseoir, sursis, 315.

sus, en sus, 307.

susdit, _sus-_, 312.

suspect, suspecte, 216.

susurrer, 318.

Swinburne, 126, 146.

_syll-_, 272.

symptôme, 285.

symptomatique, 109.


T

tabac, 212.

tachygraphie, 226.

Tagliamento, 246.

Taitbout, 332.

Talleyrand, 86.

talmud, 229.

tandis que, 312.

Tanger, 294.

Tanit, 328.

taon, 133.

tarbouch, 221.

tarentelle, -tule, 142.

Tarn, 280.

tarot, 37.

tasse, tasser, 22, 34.

Tasse (le), 23.

tasseau, 37.

tatillon, 33.

taureau,-omachie, 115.

tayaut, tayon, 191.

Taylor, 88.

tea-gown, 45, 343.

Tempé, 143.

temps, 284, 309.

ténacité, 169.

tender, 144.

tennis, 281, 303.

tentacule, 142.

térébenthine, 142.

_terr-_, 73-74, 297-98.

terre-neuvas, 95.

tes, 54.

tétanos, 103, 404.

têtu, 72.

Teutatès, teuton, 96.

Thaon, 133.

thésis, 303, 318.

Thiers, 293, 295.

thuya, 192.

thym, 130.

ticket, 327.

Tiepolo, 78.

tiers, 294, 383.

tilbury, 126.

time, times, 120.

titille, 266.

Titye, 337.

toast, 45, 110.

Tolstoï, 81, 119.

tomahawk, 43, 342.

Tonneins, 309.

toper, 110.

torero, 76.

Torquatus, 291.

Torquemada, 289.

_torr-_, 298.

toton, 111.

tournesol, 318.

tous, 121, 304-5, 377.

trabucos, 304.

trachyte, 226.

trahison, 249.

tranquille et dér., 266, 269.

_trans-_ devant voy., 319.

transe, transi, 319.

transept, 319, 331.

transit, 319, 327.

_transs-_, 322.

Transvaal, 24.

trépasse, -er, 22, 34.

trescheur, 224.

Tréville, 75.

trichine, -ose, 225.

triumvirat, 123, 274.

trois, 301.

trop, 100, 284, 360.

truie, truite, 197.

trust, 126.

tub, 125.

tunnel, 126.

turf, 126.

tutie, 338.

tutti, 124, 340.

tuyau, tuyère, 192.

typo, 100.


U

Ubaye, 191.

ubiquité, 290.

uhlan, 124, 155, 358.

Uhland, 125, 135.

ulster, 126.

un, 153-154, 280, 358, 389.

_unis-_, 317.

Ur, 125.

Uruguay, 244.

us, 306.

Utrecht, 221, 330.


V

vacille, -ation, -er, 265.

Valachie, 224.

valet, 37.

Valladolid, 269.

Valparaiso, 88.

Valréas, 301.

Van Dyck, 121.

Vanloo, 113.

Van Swieten, 78.

varech, 221.

vasistas, 23, 300.

vindas, 300.

Vaugelas, 301.

vaudrai, vaurien, 115.

vayvode, 88.

vedette, 170.

veglione, 246.

Véies, 81, 119.

Velay, 170.

vendémiaire, 142.

vendetta, 144, 330.

ventôse, 142.

Ventoux, 141.

ver, 294.

verdict, 217, 330.

vergeure, 240.

vergiss mein nicht, 88, 239, 341.

vermout, 329.

_verr-_, 298.

verrai, 73, 297.

verrée, verrière, 73.

verroterie, 74.

vers, prép., 385.

verticille, 266.

veule, 92.

veut, veux, 91.

veuve, 94.

veux-je, 93.

Vevey, 170.

_Vill-_, _Villa-_, 269-70.

villanelle, 270.

ville et dérivés, 266-7, 269.

Villon, 267-8.

Vinci, 146, 219.

vingt, 236, 329-30.

Vintimille, 246.

violoncelle, 220.

vis, tournevis, 302.

vitchoura, 223.

vivat, 325.

vivisection, 318.

Vogüé, 242.

volontiers, 293, 295.

vomir, 110.

vooruit, 113, 328.

Vosges, 104, 313.

votre, 296.

voyons, 189.

voyou, 191.

vraisemblable, 318.


W

Wallace, 342.

Walter Scott, 342.

Warens (Mᵐᵉ de), 140, 308.

Washington, 146, 148, 342.

water-closet, 327.

Waterloo, 113, 342.

Waverley, 342.

Weber, 76.

Westphalie, 332.

Wieland, 78.

Wiesbaden, 78, 279.

Wisconsin, 146, 149, 342.

Wiseman, 134, 319, 342.

Wisigoths, 332.

Witikind, 228.

Wright, 120, 246, 342.

wigh, 238.

Wight, 120, 246, 342.


X

x ou X initial, 349-350.

Xaintrailles, 349.

Xanthe, etc., 349.

Xavier, 349.

_Xéno-_, 349.

Xérès, 350.

Xerxès, 347, 349.
Ximénès, 350.

_xylo-_, 349.


Y

yacht, 44, 152, 358.

yatagan, yole, etc., 152, 358.

Ysaye, 191.

Yseult, 90, 261, 331.

yucca, 125.


Z

z ou Z initial, 351-52.

zélé, 73.

zend, 139, 229.

Zeus, 92, 304, 352.

zinc, 214.

Zollverein, 88, 352.

Zug, 125, 351.



TABLE DES MATIÈRES


                                                                   Pages.

PRÉFACE                                                                1


CHAPITRE PRÉLIMINAIRE

LES LETTRES

Classification des voyelles                                            2

Classification des consonnes                                           7

Quelques considérations générales sur l’accent tonique                 9

Autres observations générales                                         14


PREMIÈRE PARTIE

LES VOYELLES

=I.--La voyelle A=                                                    18

1º L’_a_ final                                                        18

2º L’_a_ suivi d’une consonne articulée                               20
  I.   _a_ bref                                                       21
  II.  _a_ moyen                                                      23
  III. _a_ long                                                       28

3º L’_a_ suivi des groupes à liquides                                 30

4º L’_a_ atone                                                        32

5º Quelques cas particuliers                                          39

6º L’_a_ des mots anglais                                             41

7º Le groupe _OI_ (oy)                                                45
  I.  _OI_ tonique                                                    46
  II. Le groupe _oign_                                                48


=II.--La voyelle E=                                                   51

1º L’_e_ final                                                        51
  I.  _e_ final fermé                                                 52
  II. _e_ final ouvert                                                55

2º L’e suivi d’une consonne articulée                                 57
  I.   _e_ bref                                                       57
  II.  _e_ moyen                                                      61
  III. _e_ long                                                       65

3º L’_e_ suivi des groupes à liquides                                 68

4º L’_e_ atone                                                        71

5º Quelques cas particuliers                                          74

6º L’_e_ des mots étrangers                                           76

7º Les groupes _AI_ (ay) et _EI_ (ey)                                 79
  I.   AI final                                                       79
  II.  AI suivi d’une consonne articulée                              82
  III. AI atone                                                       85
  IV.  Le groupe _aign_                                               87
  V.   Les mots étrangers                                             88


=III.--La voyelle EU=                                                 90

1º EU final                                                           90

2º EU suivi de consonnes articulées                                   91
  I.  EU fermé                                                        91
  II. EU ouvert                                                       93

3º EU atone                                                           95


=IV.-- La voyelle O=                                                  98

1º L’_o_ final                                                        98

2º L’_o_ suivi d’une consonne articulée                              101
  I.   _o_ fermé                                                     101
  II.  _o_ ouvert bref                                               102
  III. _o_ ouvert moyen                                              103
  IV.  _o_ ouvert long                                               108

3º L’_o_ suivi des groupes à liquides                                108

4º L’_o_ atone                                                       108

5º L’_o_ de quelques mots étrangers                                  112

6º Le groupe AU                                                      113
  I.  AU tonique                                                     113
  II. AU atone                                                       115


=V.--Les voyelles I (y), U, OU=                                      117

1º La voyelle _I_                                                    117

2º L’_i_ dans les mots étrangers                                     120

3º U et OU                                                           121

4º L’_u_ dans les mots étrangers                                     124


=VI.--Les voyelles nasales=                                          127

1º Comment se prononcent et s’écrivent les voyelles nasales          127

2º De quelques nasales intérieures, disparues ou conservées          131

3º Les cas particuliers de la nasale _an_                            133

4º Quand le groupe _en_ se prononce-t-il _an_ ou _in_?               136
  I.   _En_ final                                                    136
  II.  _En_ suivi d’une consonne finale                              138
  III. _En_ atone                                                    140
  IV.  Les mots étrangers                                            143

5º Les cas particuliers de la nasale _in_                            145

6º Les cas particuliers de la nasale _on_                            148

7º Les cas particuliers de la nasale _un_                            149


=VII.--L’E muet=                                                     150

1º Considérations préliminaires sur l’_e_ non muet et l’élision      150

2º La prétendue loi des trois consonnes                              155

3º L’_e_ muet final dans les polysyllabes                            158
  I. Dans les mots isolés                                            158
  II. Devant un autre mot                                            159

4º L’_e_ muet à l’intérieur des mots                                 160
  I.   Entre voyelle et consonne                                     160
  II.  Entre consonne et voyelle                                     161
  III. Entre deux consonnes                                          162
  IV.  Dans la syllabe initiale                                      168

5º L’_e_ muet intérieur dans deux syllabes consécutives              172

6º L’_e_ muet dans les monosyllabes                                  175
  I.   Un monosyllabe seul                                           176
  II.  Deux monosyllabes consécutifs                                 178
  III. Trois monosyllabes consécutifs                                180
  IV.  Plus de trois monosyllabes consécutifs.                       180

7º Conclusions                                                       181

=VIII.--Les semi-voyelles=                                           186

1º Divorce entre la poésie et l’usage                                186

2º La semi-voyelle _y_                                               187
  I.   Après une consonne                                            189
  II.  Décomposition de l’_y_ entre deux voyelles                    190
  III. Changement de l’_y_ en _i_                                    193
  IV.  L’_i_ ou _y_ grec initial devant une voyelle                  194

3º La semi-voyelle _u_                                               196

4º La semi-voyelle _ou_                                              198


DEUXIÈME PARTIE

=LES CONSONNES=

1º Le changement spontané des consonnes                              201

2º Quelques observations générales                                   205

Note sur la prononciation du latin                                   209

=B=                                                                  210

_C_                                                                  212

1º Le _c_ final                                                      212

2º Les mots en _-ct_                                                 215

3º Le _c_ intérieur                                                  217

=CH=                                                                 221

1º Le _ch_ final                                                     221

2º Le _ch_ intérieur                                                 221
  I.  Devant _a_, _o_, _u_                                           222
  II. Devant _e_ et _i_                                              223

=D=                                                                  228

=F=                                                                  231

=G=                                                                  236

1º Le _g_ final                                                      236

2º Le _g_ devant une voyelle                                         238

3º Le groupe _gu_ devant une voyelle                                 241

4º Le _g_ devant une consonne                                        244

=H=                                                                  247

1º L’_h_ final ou intérieur                                          247

2º L’_h_ initial, muet ou aspiré                                     247

3º La loi de l’_h_ initial                                           249

4º Les exceptions                                                    251

=J=                                                                  255

=K=                                                                  257

=L=                                                                  258

1º L’_l_ final et les mots en _il_                                   258

2º L’_l_ intérieur                                                   261

3º L’_l_ double après un _i_                                         264
  I.  Les finales muettes en _ille_                                  265
  II. Le groupe _ill_ intérieur                                      267

4º L’_l_ double ailleurs qu’après un _i_                             270

=M=                                                                  274

1º L’_m_ simple                                                      274

2º L’_m_ double                                                      275

=N=                                                                  279

1º L’_n_ simple                                                      279

2º L’_n_ double                                                      281

L’_n_ mouillé                                                        282

=P=                                                                  284

=Q=                                                                  287

1º Le _q_ final                                                      287

2º Le groupe _qu_                                                    287
  I.   Devant _e_                                                    288
  II.  Devant _i_                                                    289
  III. Devant _o_ et _a_                                             290

=R=                                                                  292

1º L’_r_ simple                                                      292

2º L’_r_ double                                                      296

=S=                                                                  300

1º L’_s_ final                                                       300

2º L’_s_ intérieur                                                   311
  I.   Devant une consonne                                           311
  II.  Entre consonne et voyelle                                     315
  III. Entre deux voyelles                                           316

IV. Entre une voyelle nasale et une autre                            319

3º L’_s_ double                                                      320

=T=                                                                  325

1º Le _t_ final                                                      325

2º Le _t_ intérieur et le groupe _ti_                                332

3º Le _t_ double                                                     339

=V= et =W=                                                           341

=X= et =Z=                                                           344

1º L’_x_ final                                                       344

2º L’_x_ intérieur                                                   347

3º Le _z_                                                            350

Récapitulation des consonnes                                         353


LES LIAISONS

Quelques considérations préliminaires                                355

=Liaisons des muettes=                                               360

1º Les labiales et les gutturales                                    360

2º Les dentales, _d_ et _t_                                          363
  I.   Les verbes                                                    363
  II.  Adjectifs et adverbes                                         364
  III. Les substantifs                                               367
  IV.  Après un _r_                                                  368

=Liaisons des spirantes=                                             370

1º Les chuintantes et les fricatives                                 370

2º Les sifflantes, _s_, _x_, _z_                                     371
  I.   Les différentes espèces de mots                               372
  II.  Les pluriels                                                  375
  III. L’_s_ après l’_e_ muet                                        379
  IV.  L’_s_ après un _r_                                            383

=Liaisons des nasales=                                               386

INDEX ALPHABÉTIQUE DES FINALES                                       393

INDEX ALPHABÉTIQUE DES PRINCIPAUX MOTS ET NOMS                       395

TABLE DES MATIÈRES                                                   409

Imp. LAROUSSE, 1 à 9, rue d’Arcueil, Montrouge (Seine).


NOTES:

[1] DOMERGUE, Manuel des étrangers amateurs de la langue française,
_1805_ (_les exemplaires de 1806 portent pour premier titre_ la
Prononciation française); Mᵐᵉ DUPUIS, Traité de prononciation ou
Nouvelle Prosodie française, _1836_.

[2] _Le_ Traité complet de la prononciation française _de Lesaint, même
revu et complété en 1890 par le Professeur Dʳ Chr. Vogel, est fait
sans méthode, et ne peut avoir aucune autorité: il prononce encore_
scou_è_re, _et_ t_o_n, _pour_ ta(o)n, _et_ m_o_sieu, _etc., sans parler
de_ Haydn _prononcé_ èdn, _avec Gh_y-ane _et Gh_y-enne. _Puis, voici
M. Sudre, docteur ès lettres, professeur à la Guilde internationale,
qui trouve très légitime qu’on prononce_ cinque francs _ou_ neufe sous,
_qui admet_ aspè, aspec _ou_ aspect _et préfère_ aspect! _Le reste à
l’avenant. Voilà ce qu’on enseigne aux étrangers. Un autre, professeur
au Conservatoire, enseignait aux Français qu’_«_on_ commence _à pouvoir
dire:_ une main habile.» (_Dupont-Vernon_, l’Art de bien dire.)

[3] _Ou bien il a des formules singulières comme celle-ci:_ Beaucoup de
personnes (!) _ne prononcent pas_ f _dans_ les bœufs.

[4] _Je ne parle pas de Littré, qui en cette matière est déjà suranné
sur beaucoup de points, notamment par son obstination à maintenir le
son de l’_l _mouillé, et à séparer des syllabes que tout le monde
réunit. Littré n’est déjà plus qu’un témoin historique, d’ailleurs
infiniment précieux._

[5] _Jusqu’à la lettre_ O, _la finale_-aille _est ouverte presque
partout; ensuite elle est généralement fermée._

[6] _Par exemple, il identifie pour la prononciation_ gr_ê_le _adjectif
et_ gr_ê_le _substantif; il fait l’_a _final bref dans_ vasist_a_s, _et
ferme_ au _dans au_rore _ou au_gmenter, _etc._

[7] _Il croit que l’_a _est fermé dans_ crasse _et dans_ latrines; _il
prononce_ coïncidence _comme_ coin; quadrilatère _par_ coua _ou_ ca,
_et plutôt_ ca, joigne _avec_ oua _ou_ ouè, frêlon _avec_ e _ouvert,_
asymétrie _et_ imprésario _avec des_ s _doux_, enharmonique _avec un_
h _aspiré; il croit qu’on peut dire indifféremment_ échev’lé _ou_
éch’vélé, déjà _ou_ d’jà, quérir _ou_ qu’rir, _des_ gentilzhommes _ou
des_ gentil(_s_)hommes, hai(_e_) _ou_ haye, gen(_s_) _ou_ gensse;
_il admet la suppression du_ c _dans_ san_c_tuaire, san_c_tion _et_
san_c_tifier; _celle du_ p _dans_ ce_p et_ se_p_tembre; _il s’imagine
que des bouches françaises peuvent encore garder une diphtongue dans
des mots comme_ meurtr_ier_, encr_ier_, boucl_ier_, sabl_ier, etc.: il
excepte seulement_ ouvri-er!

[8] _Je recommande particulièrement à ce point de vue le chapitre de_
en _prononcé_ an _ou_ in, _ou celui du groupe_ ti _devant une voyelle_.

[9] _Nous le citerons cependant, vu son importance, au même titre et
dans les mêmes cas que le_ Dictionnaire général.

[10] _Les éléments de ces notes historiques sont naturellement
empruntés au livre de_ THUROT: de la Prononciation française depuis
le commencement du XVIᵉ siècle, _1881-1883. A défaut de ce livre
capital, ceux qui s’intéressent à ces questions trouveront encore la
plupart des renseignements nécessaires dans_ ROSSET, les Origines de la
prononciation moderne, _1911._

[11] Ceci ne peut suffire que pour les poètes:

    A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu, voyelles,
    Je dirai quelque jour vos naissances latentes.

Mais quel E ou quel O? celui d’_écho_ ou celui d’_orge_? Et les autres
sons?

[12] Par exemple c_a_c_ique_, g_i_g_ot_, _salu_t_a_t_ion_.

[13] Ces questions sont certainement un peu arides. Mais le lecteur
qui ne s’intéresse qu’aux faits, et ne tient pas à s’en rendre compte
méthodiquement et par principes, peut très bien passer directement au
chapitre de la voyelle _A_. Il reviendra ensuite sur les principes, si
le cœur lui en dit. Je dirai même que pour le lecteur qui n’est pas
initié, mieux vaut sans doute commencer par les faits: il comprendra
mieux les principes après cette étude préliminaire, et c’est toujours
une bonne méthode que d’aller du concret à l’abstrait.

[14] On voit que la voyelle fermée est aiguë, et que la voyelle ouverte
est grave. On pourrait donc employer ces mots les uns pour les autres.
Mais comme il convient de choisir, pour simplifier le vocabulaire, nous
emploierons les deux termes _ouvert_ et _fermé_, qui sont ceux dont les
autres voyelles s’accommodent le mieux.

[15] Cette distinction est si nette que ces mots ne sauraient d’aucune
façon rimer ensemble correctement, malgré l’exemple de V. Hugo, qui
rapproche constamment _tr_ô_ne_ de _cour_o_nne_, ou _r_ô_le_ de
_par_o_le_.

[16] Cette distinction n’apparaît pas d’abord manifestement; mais une
expérience facile, indiquée par l’abbé Rousselot (voir son _Précis de
prononciation_, page 39), montre que le mot est en somme parfaitement
exact: si l’on prononce normalement la voyelle =a=, et si, sans
rien changer à la position de la bouche, on en rapproche et retire
alternativement la main, on sentira nettement ce que c’est qu’un =a=
fermé; or la main fait ici l’office du gosier. Ajoutons, pour mieux
caractériser encore l’=a= fermé, qu’il se rapproche de l’=o=, au moins
à Paris.

[17] Il s’agit ici bien entendu du =c= et du =g= tels qu’on les entend
devant =a=, =o=, =u=, et non transformés en d’autres consonnes, comme
ils le sont devant =e= et =i=.

[18] On ne le retrouve guère que dans certaines parties du Midi et en
Suisse. Peut-être y a-t-il encore des instituteurs qui s’efforcent de
le rétablir sous la forme _ly_: _alyeurs_ pour _ailleurs_, mais c’est
autre chose, et c’est peine perdue. Il est encore plus vain de vouloir
restaurer ce son disparu du français que de s’obstiner à faire vibrer
l’_r_.

[19] Voir sur ce point LÉONCE ROUDET, _la Désaccentuation et le
déplacement d’accent dans le français moderne_, dans la _Revue de
philologie française_, 1907.

[20] Voir ROUDET, article cité. Toutefois l’auteur me semble réduire à
l’excès le nombre des syllabes accentuées en fait. Il y a en moyenne
un accent, plus ou moins fort, par groupe de trois syllabes, et c’est
pourquoi il y a en moyenne quatre accents dans un alexandrin, l’accent
étant sur la dernière syllabe non muette de chaque groupe. Ainsi dans
ce vers:

    Laissez-moi _là_, vous _dis_-je, et cou_rez_ vous ca_cher_,

il n’y a que _quatre_ accents, mais il y en a quatre: sur _là_, _dis_,
_rez_ et _cher_.

[21] Acte de volonté qui devient d’ailleurs facile et même inconscient,
grâce à l’habitude, mais qui n’en subsiste pas moins, comme ceux qui
dirigent les doigts du pianiste, même dans les «traits» les plus
faciles, où le jeu semble le plus machinal.

[22] On voit que l’accent dit _aigu_, quand il n’est pas final,
surmonte presque toujours un _e_ à demi ouvert; pourtant l’_é_ initial
est souvent moins ouvert que l’_é_ intérieur.

[23] Je ne parle pas, bien entendu, des noms étrangers, comme _Brahms_,
où l’_=h=_ allonge =l’_a_=, à côté de _rams_, qui a l’=_a_= bref.

[24] Exactement et en fait, les groupes sont: =_bl_=, =_cl_=, =_fl_=,
=_gl_=, =_pl_=, et =_br_=, =_cr_=, =_dr_=, =_fr_=, =_gr_=, =_pr_=,
=_tr_=, =_vr_=. C’est ce que les grammairiens appellent _muta cum
liquida_. Mais nous savons que les _muettes_ sont =_b_= et =_p_=,
=_c_= et =_g_=, =_d_= et =_t_=; =_f_= et =_v_= sont des _spirantes_
(_labiales_ ou _fricatives_). On voit qu’en principe, parmi les
muettes, =_d_=, =_t_=, =_v_=, ne se groupent qu’avec l’=_r_=, en
français; quant aux autres spirantes, =_s_= et =_z_=, =_ch_= et =_j_=,
elles ne se groupent même pas avec l’=_r_=: quand par hasard elles
en rencontrent un, comme dans _I_s-_raël_, ce qui est rare, elles
n’appartiennent pas à la même syllabe.

[25] Les plus nombreuses sont précisément celles dont la _première_
consonne est =_l_= ou =_r_=, comme _-arbe_, _-arc_, _-arde_, etc.

[26] On sait que cet accent tient presque toujours la place d’une
lettre disparue, généralement un =_s_=, qui ne se prononçait plus, mais
dont la présence allongeait la voyelle. Seulement, quand la syllabe
qui a l’accent circonflexe est finale, l’allongement ne se fait plus
sentir: _aim_â_t_, _for_ê_t_ et _bient_ô_t_ (de même que _reç_û_t_
ou _f_î_t_) ne se prononcent plus autrement qu’_aim_a, _for_e_t_
et _palet_o_t_. Il en est de même, disons-nous, de _aim_â_mes_ et
_aim_â_tes_, comme de _f_î_mes_ ou _reç_û_mes_. Et ceci n’est pas
nouveau: Mᵐᵉ Dupuis l’avait déjà constaté. Nous signalerons, en temps
et lieu, les autres exceptions. D’ailleurs, comme les mots à accent
circonflexe sur la finale ne sont pas très nombreux, on les trouvera
tous dans les notes.

[27] Sauf, très mal à propos, les trois noms de mois en _-ose_:
_niv_ô_se_, _vent_ô_se_ et _pluvi_ô_se_.

[28] Le _Dictionnaire général_ donne _la_ fermé et _fa_ ouvert: c’est
certainement une erreur, si ce n’est pas une faute d’impression. On
notera en passant que les noms des voyelles intermédiaires, _é_, _eu_,
_o_, et ceux des consonnes qui s’énoncent avec un _e_ à la suite, _b_,
_c_, _d_, etc., sont également fermés, ainsi que les notes _do_ ou
_ré_, car tous appartiennent à des finales fermées.

[29] La preuve, c’est que beaucoup d’_h_ sont tombés, notamment dans
_casba_, _véranda_, _smala_, _massora_, et même _poussa_, et les noms
de lieux arabes, comme _Blida_; mais ceux qui restent ne se sentent
guère plus, par exemple dans _sura_(h), ou même _sha_(h), surtout dans
_sha_(h) _de Perse_, ou _Jéhova_(h): je ne vois guère qu’_Allah_, où
l’on maintienne _parfois_, par un effort _volontaire_, l’=_a_= long et
fermé.

[30] Cette identité de prononciation entre les singuliers et les
pluriels est déjà constatée par Mᵐᵉ Dupuis; mais les voyelles sont
restées longues et fermées pendant longtemps au pluriel, en souvenir
du temps où l’_s_ se prononçait; elles ne le sont plus aujourd’hui que
dans certaines provinces.

[31] Sauf bien entendu _b_â_t_, _dég_â_t_, _m_â_t_, _app_â_t_, où l’_a_
est encore un peu fermé par l’accent circonflexe, qui a remplacé l’_s_
antérieur; mais cette différence même est en voie de disparaître.
C’est déjà chose faite, nous l’avons dit, pour les subjonctifs:
_aim_â_t_ (pour _aim_a_st_) ou _aim_a ne diffèrent plus en rien,
et malheureusement la confusion des prononciation amène parfois la
confusion des formes elles-mêmes.

[32] Sans aucun souci de l’étymologie, comme on peut voir. Ainsi l’_a_
de _pén_a_tes_ ou _son_a_te_, qui était long en latin ou en italien,
est bref en français; de même pour _s’év_a_de_ ou _arc_a_ne_.

[33] Je ne parle pas bien entendu des finales dont il est question page
38: _algue_, _calme_, _Alpes_, _salve_, _apte_, _rhubarbe_, _charge_,
_écharde_, _écharpe_, etc.: on sait que l’_a_ n’y est jamais long ni
fermé.

[34] Il s’agit bien entendu du _c_ guttural et non du _c_ spirant ou
sifflant de _ce_ et _ci_.

[35] De même _Balz_a_c_ ou _Aurill_a_c_, _Karn_a_k_, _B_a_ch_ ou
_Androm_a_que_. On excepte _Isa_a_c_ et _J_a_cques_, dont l’_a_ est
fermé, et naturellement _P_â_que_ et _P_â_ques_, pour _P_a_(s)que_.
D’ailleurs _Isaac_ s’est longtemps prononcé _isac_, où la contraction
naturellement allongeait la voyelle. La réaction orthographique a
fait rétablir le premier _a_, mais l’effort fait pour distinguer les
voyelles maintient l’allongement de la seconde. En revanche, on ouvre
ordinairement l’=_a_= dans les _J_a_cques_ (d’où _J_a_cquerie_, et
peut-être _j_a_quette_), et dans faire le _J_a_cques_.

[36] De même _G_a_p_, _Pri_a_pe_, _Ch_a_ppe_, _Escul_a_pe_,
_Jemm_a_pes_, _la Tr_a_ppe_.

[37] On exclut, bien entendu, _hâte_, _bâte_, _gâte_, _mâte_ et
_démâte_, _pâte_, _empâte_ et _appâte_, et _hâte_, qui tous ont perdu
un _s_. L’_a_ est douteux dans _Pil_a_te_, seul parmi les noms propres:
cf. _Josaph_a_t_, _Cro_a_tes_, _Héc_a_te_, _Ag_a_the_, _Dalm_a_tes_,
_Carp_a_thes_, _Socr_a_te_, etc.

[38] De même _Malg_a_che_, _Gam_a_che_, _Carr_a_che_, _Eust_a_che_,
etc. On excepte naturellement _b_â_che_, _rab_â_che_, _f_â_che_,
_g_â_che_, _l_â_che_, _rel_â_che_, _m_â_che_ (substantif ou verbe) et
_t_â_che_ (ne pas confondre avec _t_a_che_): tous avaient un _s_, sauf
_b_â_che_ et _m_â_che_ (salade), qui ont pris l’accent circonflexe par
analogie.

[39] Sauf pour rimer avec _ch_â_sse_ et _gr_â_ce_, dont l’accent
circonflexe est d’ailleurs assez mal justifié. Quant à _cr_a_sse_, il
est toujours ouvert, et a toujours été bref, et je ne sais pourquoi
Michaëlis et Passy distinguent ici l’adjectif du substantif: c’est
le même mot. _Savant_a_sse_ a eu l’_a_ fermé; il s’est ouvert, par
analogie avec tous les mots où le suffixe _asse_ prend un sens
péjoratif. _M_a_sse_, terme de jeu, a aussi été long. D’autres
encore ont été longtemps discutés. Ajoutons que l’=a= est long dans
_Annem_a_sse_ et _Gr_a_sse_, et bref dans _le T_a_sse_, comme dans tous
les autres noms propres: _Paill_a_sse_, _Madéc_a_sses_, _Sarg_a_sses_,
aussi bien que _Curi_a_ce_, _Ign_a_ce_, _Bocc_a_ce_, _D_a_ces_,
_Lapl_a_ce_, _Hor_a_ce_, _Thr_a_ce_, _Als_a_ce_, etc.

[40] Le _Dictionnaire général_, qui s’en rapporte trop facilement à
l’étymologie, conserve l’_a_ ouvert et bref dans _str_a_s_ (du nom
propre _Strass_) et _vasist_a_s_ (de l’allemand _was ist das_), et même
dans _hypocr_a_s_; il ne distingue pas entre ce qui devrait être et ce
qui est.

[41] Entendez le _g_ guttural, et non le _g_ chuintant qu’on entend
dans _ge_ et _gi_.

[42] Le _Dictionnaire général_ le fait ouvert, et il a certainement
raison en principe, sinon en fait. On se demande ce qui a pu amener
cette prononciation singulière, qui remonte fort loin. Cet _a_ finira
probablement par s’ouvrir là comme ailleurs, un jour où l’autre, à
cause du _b_, comme a fait l’_o_ de _gl_o_be_ et _l_o_be_, qui jadis
était fermé aussi. L’_a_ de _Sou_a_be_ est aussi bref que celui de
_M_a_b_ ou _Ach_a_b_.

[43] De même _Jo_a_d_, _Tch_a_d_, _Timg_a_d_, _Alcibi_a_de_,
_Henri_a_de_, _Pléi_a_des_, etc.

[44] L’=a= est moins ouvert dans _Reichst_a_g_ et _Landt_a_g_,
mots étrangers, que dans _zigz_a_g_. Il est ouvert dans _Ag_a_g_,
_Copenh_a_gue_, _Bir_a_gue_, _Pr_a_gue_, etc.

[45] Ce sont _h_â_le_, _m_â_le_ et _r_â_le_ (verbe), qui ont perdu un
_s_, avec _râle_, oiseau (pour _r_aa_lle_), _châle_ et _pâle_, dont
l’accent est peu justifié. On y joindra _Bâle_, qui a aussi perdu
un _s_, et _Domb_a(_s_)_le_, qui a gardé le sien: cf. _Duche(s)ne_,
_Ne(s)le_, etc. _Saint-Gr_a_al_ et _Ruisd_a_ël_, où on ne prononce
qu’un _a_, ont aussi la finale longue et fermée, et l’obligation de
distinguer deux _a_ paraît fermer à demi l’_a_ final de _Ba_a_l_
ou _Transva_al. L’_a_ est ouvert dans les autres noms propres,
_Montré_a_l_, _Marti_a_l_, _Annib_a_l_, _Portug_a_l_, _Cant_a_l_,
_Lamb_a_lle_, _Canc_a_le_, _Beng_a_le_, _saint François de S_a_les_,
_Ambarv_a_les_, etc.

[46] A ces mots il faut ajouter _br_a_hme_, à cause de l’_h_, sans
compter _âme_ (pour _an-me_ nasal), _blâme_ et _pâme_, qui ont perdu
leur _s_, et _infâme_ (par réaction étymologique, et aussi par emphase,
car il avait autrefois l’_a_ bref, comme _diff_a_me_). Pour ne pas
trahir le poète, mais pour ce motif seulement, il faudra prononcer
_brame_ avec _a_ fermé dans ces vers:

    Elle brame
    Comme une âme
    Qu’une flamme
    Toujours suit.
            V. HUGO, _les Djinns_.

La double voyelle paraît fermer à demi l’_a_ final dans _Bala_a_m_
et _Abrah_a_m_, comme ci-dessus dans _Isa_a_c_ ou _Ba_a_l_; il est
ouvert dans les autres noms propres, _Robo_a_m_, _Pri_a_m_, _Ann_a_m_,
_Berg_a_me_, _Pyr_a_me_, etc.

[47] Le _Dictionnaire général_ donne à ce mot l’_a_ ouvert et moyen.
L’accent circonflexe est seulement dans _âne_, pour _a_(s)_ne_, dans
_flâne_ (étym. inconnue), _mânes_, qui garde l’_a_ long du latin, et
_crâne_ (dont l’allongement ne s’explique pas). On ferme aussi assez
généralement l’_a_ de _Je_a_nne_, quand il n’y a pas de nom à la suite
(moins, par exemple, dans _Je_a_nne d’Albret_). Beaucoup de gens disent
encore A_nn_e avec =_a_= fermé et long, et surtout _Marie-_A_nne_,
sans doute afin de distinguer ce prénom de _Mari_a_nne_. D’ailleurs
_Mari_a_nne_ aussi eut autrefois l’_a_ long, puisqu’on l’écrivait
_Mariamne_, comme _condamne_, et _Di_a_ne_ également, à cause de
l’étymologie. Cet _a_ est bref et ouvert aujourd’hui, comme dans les
autres noms propres, _Ari_a_ne_, _Guy_a_ne_, _Tosc_a_ne_, _Mod_a_ne_,
_Aristoph_a_ne_, _Tuscul_a_nes_, _Tigr_a_ne_, _Font_a_nes_, etc.,
aussi bien que _C_a_nnes_, _L_a_nnes_, _Suz_a_nne_, _Laus_a_nne_, ou
_Ahrim_a_n_ et les noms étrangers en _-mann_; on doit le fermer dans
_H_a_hn_, à cause de l’_h_ qui le suit.

[48] Le _Dictionnaire général_ les fait longues par principe.

[49] Ceci reste du temps où ce mot se prononçait _g_an-_gne_. L’_=a=_
est ouvert également dans _Asc_a_gne_, _Cerd_a_gne_, _Allem_a_gne_,
_Esp_a_gne_, etc.

[50] C’est-à-dire =_a_=, suivi d’un _l_ mouillé, mais qui se prononce
en réalité comme _a-ye_, l’ancien son mouillé étant complètement perdu.

[51] Prononcé à l’anglaise, nous le retrouverons à =_ai_=, avec
_m_ai_l-coach_.

[52] Il est remarquable qu’au contraire la même intention péjorative
tend plutôt à ouvrir et abréger l’=_a_= de la finale =_-asse_=.

[53] Je sais bien que d’aucuns ferment et allongent autant qu’ils
peuvent _où voulez-vous que j’_ai_lle_; mais cela ne sent-il pas un peu
le faubourg extérieur?

[54] Ce mot est le seul pour lequel le _Dictionnaire général_ hésite.
Mais d’ailleurs sa doctrine a singulièrement changé au cours de
l’impression: jusqu’à la lettre O, tous les _a_ sont ouverts, sauf
dans _god_a_ille_ et quelques verbes en _-ailler_; à partir d’_O_,
l’_a_ fermé l’emporte de beaucoup; mais pourquoi _relev_a_illes_
et _trouv_a_ille_ ont-ils l’_a_ ouvert, à côté de _sem_a_illes_ et
_vol_a_ille_, qui l’ont fermé?--Il va sans dire qu’à Paris on fait
l’_a_ long et fermé dans _Vers_a_illes_, et aussi dans _Cornou_a_illes_
ou _Xaintr_a_illes_, et même dans _No_a_illes_.

[55] De même _Bisc_a_ye_, _Luc_a_yes_, _Hend_a_ye_, _Bl_a_ye_. On
prononce _B_a_ïes_ de la même façon, et aussi quelques mots étrangers
en _-aï_, comme _Shangh_aï: voir page 119, note 2.

[56] Il me semble qu’il ne l’est plus dans les noms propres,
_Balé_a_res_, _Ic_a_re_, _Pind_a_re_, _Bulg_a_re_, _Tén_a_re_,
_Saint-Laz_a_re_, etc. Faute d’avoir distingué entre _bref_ et _ouvert_
(qu’il appelle _aigu_), comme entre _long_ et _fermé_ (qu’il appelle
_grave_), Thurot a manqué de précision et d’exactitude, autant que les
grammairiens qu’il cite, en ce qui concerne les finales en _=-re=_.
J’ajoute, en passant, que, dans le même chapitre de la quantité, il a
oublié les finales en _=-se=_ doux (_-ase_, _-èse_, etc.).

[57] De même _Asty_a_ge_, _Pél_a_ge_ et même _Pél_a(_s_)_ges_,
_Mén_a_ge_, _Abencér_a_ges_, _Carth_a_ge_, _Carav_a_ge_, etc.

[58] Peut-être l’_=a=_ est-il un peu plus bref dans les formes
verbales: _il b_a_ve_, _p_a_ve_ ou _gr_a_ve_, par analogie avec
_b_a_ver_, _p_a_ver_, _gr_a_ver_; cette distinction a déjà été faite
par un grammairien du XVIIᵉ siècle, Chifflet, qui cependant exceptait
_enc_a_ve_, évidemment à cause de _c_a_ve_. Tous ces mots ont été
autrefois très discutés. L’_a_ a également une tendance à se fermer
dans les noms propres, _Mold_a_ves_, _Barn_a_ve_, _Mor_a_ves_,
_Tamat_a_ve_, _Oct_a_ve_, _Gust_a_ve_, etc.

[59] De même _Anab_a_se_, _Cauc_a_se_, _Las C_a_ses_, _Métast_a_se_,
_Di_a_z_, _Hedj_a_z_, _Dec_a_zes_, etc.

[60] Le _Dictionnaire général_ fait l’_=a=_ long partout, mais l’ouvre
aussi partout, sauf dans _f_a_ble_: pourquoi celui-là seul? Quant à
l’accent circonflexe, il n’y avait guère de raison pour que ceux qui
l’ont le prissent plutôt que d’autres; pourquoi pas _fâble_ comme
_hâble_?

[61] Sans parler de _bâcle_, _débâcle_ et _renâcle_, dont l’accent
circonflexe est peu justifié.

[62] Il n’y a pas de mots en _-agle_. L’_a_ est ouvert dans _N_a_ples_
ou _Ét_a_ples_.

[63] L’_=a=_ est naturellement long et fermé dans â_pre_ et _c_â_pre_,
qui avaient un _s_, dans â_cre_ (mot savant qui a conservé la
quantité latine, qu’il aurait perdue sans l’accent), dans _b_â_fre_
(onomatopée probable), et dans une trentaine de mots en _-âtre_,
pour _a_(s)_tre_, y compris ceux qui désignent des couleurs
approchantes, _blanch_â_tre_, _bleu_â_tre_, etc. Il est ouvert dans
_Odo_a_cre_ ou _Saint-Jean-d’_A_cre_, A_ffre_ et _C_a_fre_ et aussi
dans _La Ch_â_tre_, malgré l’accent circonflexe; il est fermé dans
_Malfil_â_tre_ et _Cléop_â_tre_.

[64] De même _Œ_a_gre_, _Mélé_a_gre_, _Tan_a_gre_.

[65] Le _Dictionnaire général_ l’ouvre dans _escadre_; mais c’est
évidemment l’étymologie qui le détermine et non l’usage, car, dans la
marine, on ferme l’_=a=_, et je pense que l’usage des marins doit être
considéré ici comme le bon.

[66] Michaëlis et Passy, qui ferment beaucoup d’_=a=_, ferment encore
celui de _l_a_dre_ et aussi celui de _m_a_cle_, et celui d’a_ffres_, et
acceptent même qu’on ferme celui de _n_a_cre_!

[67] Le _Dictionnaire général_ ouvre l’_=a=_ dans _cin_a_bre_ et
_gl_a_bre_: il ignore _pal_a_bre_. L’_=a=_ est aussi fermé le
plus souvent dans _F_a_bre_, _L_a_bre_, _Cal_a_bre_, _Vél_a_bre_,
_Cant_a_bre_, comme dans _Le H_a_vre_ ou _Jules F_a_vre_.

[68] C’est là encore un phénomène général qui se retrouve
dans toutes les voyelles, car toutes sont longues devant
la finale _-re_ et s’abrègent en devenant atones sans être
initiales: _vén_è_re_-_vén_é_rer_, _hon_o_re_-_hon_o_rer_,
_dem_eu_re_-_dem_eu_rer_, _adm_i_re_-_adm_i_rer_,
_murm_u_re_-_murm_u_rer_.

[69] Il faut excepter _bâbord_, qui doit son accent à des grammairiens
trompés par une fausse étymologie: _bas_ n’y est pour rien, et l’_a_ de
_bâbord_ a toujours été aussi ouvert et bref que celui de _d’abord_.

[70] On peut même en voir un quatrième dans _p_â_tisserie parisienne_.

[71] L’_a_ de _Le Câtelet_ s’est également ouvert malgré l’accent
circonflexe, ainsi que celui d’_Asnières_ malgré l’_s_.

[72] L’_=a=_ reste donc plus ou moins fermé, en devenant prétonique,
dans _c_a_sser_, _l_a_sser_ et _prél_a_sser_, _cl_a_sser_ (mais
non _cl_a_ssique_, où l’on entend les deux _s_), _am_a_sser_ et
_ram_a_sser_ (moins dans _ram_a_ssis_), _p_a_sser_ et _trép_a_sser_,
_t_a_sser_ et _ent_a_sser_; de même dans _cl_a_mer_ et ses composés,
avec _cl_a_meur_; dans _d_a_mner_; dans _b_a_rrer_, _b_a_rreau_
et _b_a_rrière_, _c_a_rrer_ et _contrec_a_rrer_, _c_a_rreau_ et
_c_a_rrière_ (mais non _c_a_rrefour_ et _c_a_rrelage_, sans doute
à cause des consonnes consécutives pour l’oreille _rf_ ou _rl_);
dans _v_a_seux_, _g_a_zeux_ et tous les verbes en _-aser_, avec
leurs dérivés, y compris _br_a_sier_ et _br_a_sero_, _embr_a_sure_,
_c_a_suel_ et _c_a_suiste_; de même encore dans _s_a_bler_, _r_a_cler_,
_r_a_fler_ ou _ér_a_fler_, dans _c_a_drer_ ou _enc_a_drer_,
_c_a_brer_, _dél_a_bré_, _s_a_brer_, _n_a_vrer_ (mais non _c_a_dran_
ni _f_a_brique_). L’_=a=_ s’est ouvert dans _big_a_rré_, _am_a_rrer_,
_cham_a_rré_, _n_a_rrer_.

[73] Si l’on peut fermer celui de _l_a_ssitude_, c’est uniquement à
cause du sens, et parce qu’on appuie volontairement.

[74] Pourtant ces mots n’ont aussi que deux syllabes pour l’oreille,
comme _p_a_ssant_; mais le sens des composants est entièrement perdu de
vue; dès lors, dans _p_a_spor_ ou _p_a_spoil_, l’_a_ est naturellement
porté à s’ouvrir, à cause des deux consonnes, à moins d’une volonté
expresse.

[75] L’_=a=_ est ouvert aussi dans _Je_a_nnot_, _Je_a_nnette_, et
_Je_a_nneton_. Il est fermé dans _J_a_cob_ (mais non dans _J_a_cobins_
ou _J_a_cobites_); dans _J_a_cqu_(e)_line_, qui n’a que deux syllabes
pour l’oreille, il est douteux, la seconde des consonnes qui
suivent l’_=a=_ (_cl_) étant une liquide; mais il est ouvert dans
_J_a_c(que)mont_ ou _J_a_c(que)mart_, et même dans _J_a_cquart_, comme
dans _J_a_cquerie_.

[76] Voir plus haut, pp. 27-28. Tous ces _a_ sont naturellement fermés
dans Rousselot, ainsi que dans Michaëlis et Passy, mais non dans le
_Dictionnaire général_.

[77] Dont l’_=a=_ est fermé dans Michaëlis et Passy.

[78] Malgré Michaëlis et Passy. L’_=a=_ prétonique est aussi fermé
généralement dans _B_a_sile_, _B_a_zeilles_ et _J_a_son_, moins
régulièrement dans _B_a_zaine_, _Dug_a_zon_ et _L_a_zare_, et plutôt
ouvert dans _Saint-L_a_zare_, où il n’est plus initial.

[79] De même _B_a_ron_, _C_a_ron_, _Ch_a_ron_, _Ch_a_rron_,
_Sc_a_rron_, _V_a_rron_ (si on ne prononce qu’un _r_), en opposition
avec _Masc_a_ron_.

Toutefois, sur _ch_a_rron_, l’accord n’est pas parfait, à cause des
autres dérivés de même racine. Quant à _m_a_rron_, le _Dictionnaire
général_ fait l’_=a=_ long dans le substantif et bref dans l’adjectif
(_esclave m_a_rron_): c’est encore uniquement l’étymologie qui le guide
sur ce point.

[80] Mais non dans _M_a_rennes_, malgré Michaëlis et Passy.

[81] Tous ces _=a=_ sont fermés dans Mᵐᵉ Dupuis, et même celui de
_décl_a_rer_! Michaëlis et Passy ferment aussi celui de _l_a_trines_!

[82] Ceux qui ne prononcent pas l’_=s=_ final de ce mot ferment l’_=a=_
le plus souvent; mais il faut prononcer l’_=s=_.

[83] Mᵐᵉ Dupuis fermait l’_=a=_ dans ces mots et même dans a_veline_,
_h_a_meau_ et _rog_a_ton_. L’_=a=_ est encore fermé assez généralement
dans A_dam_, _B_a_taves_, _C_a_lais_, _Ch_a_blis_; il est flottant dans
_S_a_tan_ et _M_a_deleine_, mais ouvert dans _B_a_cchus_ et _C_a_dix_.

[84] Mᵐᵉ Dupuis fermait l’_=a=_ même dans _b_a_scule_, _b_a_stonnade_
et _m_a_rtyr_, malgré les deux consonnes qui le suivent.

[85] Ou _M_a_jorque_. Pour _m_a_jorité_, _m_a_jorat_ ou _m_a_juscule_,
la question ne se pose même pas.

[86] L’_=a=_ est fermé dans _J_a_nus_, mais non dans a_nus_, ni dans
_l_a_pis_ (lazuli), et c’est très incorrectement qu’on le ferme
dans _p_a_ter_ ou même _ad p_a_tres_. Il serait aussi correct de
faire certains _=a=_ longs et fermés, comme en latin, dans quelques
expressions latines souvent citées: _aud_a_ces fortuna juvat_, _auri
s_a_cra fames_, _bella m_a_tribus detest_a_ta_, _delenda Carth_a_go_,
_dignus intr_a_re_, _ense et ar_a_tro_, _err_a_re humanum est_,
_facit indign_a_tio versum_, _genus irrit_a_bile v_a_tum_, _in caud_a
_venenum_, _irrepar_a_bile tempus_, _manu milit_a_ri_, _mens s_a_na
in corpore s_a_no_, _mir_a_bile visu_, _nil admir_a_ri_, _prof_a_num
vulgus_, _o fortun_a_tos_, _pecc_a_vi_, _persona gr_a_ta_, _pro_
a_ris et focis_, _qu_a_lis pater_, _quantum mut_a_tus_, _r_a_ra
avis_, _si vis p_a_cem_, _ultima r_a_tio_, _v_a_de retro_, _v_a_nitas
vanit_a_tum_; mais non dans _p_a_nem et circenses_, dont on allonge
souvent l’_a_ mal à propos.

[87] Et aussi dans _M_a_hdi_, _F_a_hrenheit_ ou _H_a_hnemann_, comme
dans _H_a_hn_, à cause de l’_h_. Il l’est aussi dans les noms propres
étrangers où les deux _a_ n’en font qu’un: Aa_rhus_, Aa_lborg_,
_Boerh_aa_ve_, _S_aa_di_, _S_aa_le_, _S_aa_lfed_, _S_aa_rdam_,
_S_aa_vedra_, etc.; mais _S_aa_di_ est devenu chez nous le prénom
_S_a_di_, avec _a_ bref. On sépare les _a_ dans _A_-a_r_, _R_a-a_b_ ou
_Nausic_a-a. Dans les noms hébreux, _B_a-a_l_, _Is_a-a_c_, _Bal_a-a_m_,
_Abr_a-ha_m_, on sépare aussi aujourd’hui les _=a=_, mais au XVIᵉ
siècle on les contractait volontiers, et on a continué à le faire
pour Aa_ron_, surtout les poètes, notamment Racine, quoiqu’il scande
_B_a-a_l_, et aussi V. Hugo, qui écrit de préférence _Aron_. Pour _a_
suivi de _en_, voir aux nasales.

[88] Je ne crois pas que la nasalisation du premier _=a=_ soit due,
comme le veut l’abbé Rousselot, à l’influence des deux _=m=_ qui
enferment l’_=a=_, sans quoi on devrait dire aussi _man-mour_ ou
_man-melle_. C’est plutôt ce phénomène de répétition de syllabes
identiques qui a produit tant de mots enfantins, comme _bobo_, _lolo_,
etc., et même _pépée_ pour _poupée_.

[89] Nous retrouverons ces mots au chapitre des nasales, avec quelques
autres où figure l’_=a=_.

[90] Livre Iᵉʳ, fable 1. Voir aussi fable 13 du livre Iᵉʳ, fables 9 et
10 du livre V, et ailleurs.

[91] L’Académie ne voit d’ailleurs rien de choquant à prononcer d’une
part _outeron_, et d’autre part _a-outer_. L’abbé Rousselot et le
_Dictionnaire général_ sont d’accord pour _ou_, et il n’y a pas lieu de
distinguer entre (a)_oût_, (a)_oûter_ et (a)_oûteron_. _A-ou_ ne paraît
s’être maintenu constamment que dans le prénom _Ra-oul_, d’allure
aristocratique et peu populaire, et dans un mot relativement récent,
_ca-outchouc_; mais cette association est si peu naturelle en français
qu’on entend parfois _a-ou_ se réduire à _ou_ même dans ce mot, ou bien
au contraire se séparer par un _yod_: _cayoutchouc_.

[92] Le _Dictionnaire général_ donne _a-oriste_.

[93] _=A-o=_ n’a pu se maintenir ailleurs dans le français pur qu’au
moyen d’un _=h=_: _ca_h_ot_, _Ca_h_ors_; mais l’_=a=_ est tombé dans
_S_(a)_ône_ et _Curaç_(a)_o_: il serait si simple de ne pas l’y écrire.
Les autres mots qui conservent _a-o_ sont savants ou étrangers;
_a-orte_, _caca-o_, _cha-os_, _ka-olin_, _Bilba-o_, _La-os_, etc.
L’_=a=_ était tombé et a revécu dans _A-oste_, comme dans _a-oriste_.

[94] On sait que l’orthographe anglaise est encore bien plus
extravagante que la française, ce qui n’est pas peu dire.

[95] Rémy de Gourmont voudrait même qu’on écrivît _boucmacaire_,
mais cela encore est un compromis: pour que le mot eût une forme
véritablement française, il faudrait aller jusqu’à _bouquemacaire_: on
avouera que cela ne s’impose pas.

[96] Mais c’est un _=a=_ nettement ouvert qu’on prononce, à tort ou à
raison, dans _b_a_r_, _bl_a_ck rot_, _c_a_b_, _cr_a_ck_, _dog c_a_rt_,
_dr_a_g_, _fashion_a_ble_, _flint gl_a_ss_, _godd_a_m_, _kr_a_ch_,
_l_a_d_, _l_a_sting_, _m_a_lt_, _m_a_tch_, _p_a_ddock_, _scr_a_tch_,
_t_a_tter-s_a_ll_, _tr_a_mway_, _w_a_terproof_, et dans _th_a_t is the
question_ (approximativement _zatis-zecouèchtieune_). De même dans
_M_a_cbeth_, _Sydenh_a_m_ et les noms en _-gh_a_m_, sans parler de
_B_a_con_, qui est francisé depuis des siècles.

[97] Ainsi dans _steeple-ch_a_se_, _plum-c_a_ke_, _keeps_a_ke_,
_p_a_le_-a_le_, _p_a_ll-m_a_ll-gazette_, _r_a_cing-club_,
_sh_a_kehand_, _tr_a_des-unions_ (trèdiounieune), _r_a_llye-p_a_per_,
_God s_a_ve_, _qu_a_ker_, et aussi _J_a_mes_ (djèms), _Bedl_a_m_ ou
_Sh_a_kespeare_.

[98] On en vient même à prononcer à la fois _r_a_llye_ à la française
et _p_a_per_ à l’anglaise (rali-pepeur): il faudrait choisir pourtant!
Je ne parle pas de _baby_, qui n’est plus guère qu’une orthographe
prétentieuse, puisque nous avons _bébé_, qui est probablement le
même mot, avec la même prononciation, approximativement. Sans doute
il est trop français au goût de quelques-uns, qui trouvent _baby_
beaucoup plus distingué. Pur snobisme, pour la plupart, comme d’écrire
_beefsteak_. Mais au moins prononce-t-on _bifteck_, même quand on écrit
_beefsteack_; le comble, c’est de prononcer _babi_, en s’imaginant
que c’est de l’anglais! Il n’y a rien de plus ridicule que cette
affectation dans l’ignorance. Je sais bien qu’on peut dire que _baby_ a
pris un sens différent de _bébé_, et désigne des bébés d’allure et de
costume particuliers; c’est possible, mais mon observation demeure.

[99] En fait, cet _=a=_ anglais est plutôt intermédiaire entre l’_a_ et
l’_o_, à peu près comme nous prononçons parfois un _ah_ prolongé pour
marquer de l’étonnement ou du mécontentement.

[100] Le _Dictionnaire général_ les accueille toutes les trois.

[101] On ne voit pas très bien à quoi sert l’orthographe _beefst_ea_k_
et _rumpst_ea_k_, puisque nous en avons fait _bifteck_ et _romsteck_
(avec un _c_ complémentaire à l’allemande): qui donc prononce
_reumpstec_?

[102] Ajouter: _B_ea_consfield_, _Castler_ea(gh), _Chels_ea,
_Chesap_ea_ke_, _K_ea_n_, _K_ea_ts_, _le roi L_ea_r_, _Shakesp_ea_re_,
etc.

[103] Et aussi dans le basque _C_oa_rraze_.

[104] _Law_ aussi, je parle du banquier, devrait se prononcer _lo_;
mais ce mot ayant été à l’origine employé surtout au génitif (_Law’s
bank_), le génitif fut pris pour le nom et la prononciation _lasse_
prévalut, acceptée pas _Law_ lui-même; elle prévaut encore. Nous avons
un phénomène tout pareil aujourd’hui dans telles expressions assez
absurdes, comme _chez Maxim’s_.

[105] Le groupe _=oi=_ est dérivé d’un _e_ latin qui s’est d’abord
renforcé, ou simplement mouillé, en _éï_, puis ouvert en _èï_, et
ensuite _oï_, la voyelle initiale étant toujours le son principal.
Pendant ce temps l’orthographe suivait la prononciation. A partir de
cette étape, elle n’a plus changé, mais la prononciation a continué à
évoluer. D’abord _i_ est devenu le son principal du groupe; puis _oï_
s’est ouvert à son tour en _oé_, _oè_, _oa_, et, par l’assourdissement
de l’_o_, _ouè_ et _oua_. C’est là que nous en sommes, si bien qu’il
n’y a plus aucun rapport entre l’écriture et la prononciation, qui
est exactement _wa_, avec _w_ consonne, sans _i_ ni _o_. La lutte fut
d’ailleurs très longue entre _ouè_ et _oua_, sans compter _è_ tout
court, qu’on entendait notamment dans _adroit_, _froid_, _trois_ et
_croire_. Témoin la réponse de Fontenelle à qui on demandait comment il
fallait prononcer _je crois_: _Je crès_, dit-il, _qu’il faut prononcer
je croa_. Finalement on a adopté, pour le son _è_, l’orthographe _ai_,
et _oi_ a fini par passer à _wa_. Il n’y pas fort longtemps que le
fait a été reconnu et accepté par les grammairiens. C’est seulement en
1805 que Domergue l’a proclamé, à l’encontre de tous les livres, qui
continuaient à enseigner le son _ouè_. Aujourd’hui cette prononciation
est tout à fait surannée et dialectale, et je ne sais où Michaëlis et
Passy ont pu entendre indifféremment _jw_a_gne_ et _jw_è_gne_.

[106] La finale _=oy=_ a disparu de l’orthographe, mais se retrouve
dans les noms propres français, où sa prononciation est la même:
_Darb_oy, _Fonten_oy, _Jouffr_oy, _de Tr_oy, et même au besoin
_Rob-R_oy, se prononcent comme s’ils avaient un _i_.

[107] Et aussi dans _Tr_oi_e_, _Tr_oy_es_ ou _Millev_oy_e_, qui se
prononcent exactement comme _tr_oi_s_ ou _v_oi_s_.

[108] CORNEILLE, _le Cid_, acte II, scène 8.

[109] Il n’est guère possible de justifier _roide_, en dehors de la
rime: la langue _françoise_ ne s’en accommode plus. Domergue lui-même
conseillait déjà _rède_, à côté de _r_oi_dir_ et _r_oi_deur_. _Faible_
aussi s’est longtemps écrit _foible_, même au XIXᵉ siècle; mais il
se prononçait tout de même _fèble_, et je ne sais pourquoi il avait
conservé son ancienne orthographe.

C’est seulement en 1835 que l’Académie se décida à écrire _ai_ le
groupe _oi_, quand il se prononçait _è_: encore fit-elle exception pour
_r_oi_de_ et _harn_oi_s_.

[110] _=Oi=_ est aussi assez long dans les mots en _-oirie_:
_arm_oi_rie_, _plaid_oi_erie_, etc., mais moins que dans _-oir_.
Autrefois il se fermait dans _-oire_, et y semblait plus long que dans
_-oir_.

[111] Il représente aussi un _s_ tombé (sauf dans _benoît_, _benoîte_,
où il est peu justifié). C’est pourquoi on en tenait compte autrefois,
et l’on trouve encore des exemples de la prononciation ancienne, mais
elle est tout à fait surannée.

[112] Quand ce n’était pas _ngn_ ou _ingn_: ainsi _gagner_ s’écrivait
aussi bien _ga-igner_, _ga-ngner_, _ga-ingner_, d’autant plus que le
son de l’_a_ a longtemps été nasal dans ce mot, comme l’_o_ l’est resté
ou plutôt redevenu dans _Brongniart_, qui, régulièrement, devrait se
prononcer _bro-gnar_.

[113] Ces mots étaient pourtant à _joindre_, _soin_, _loin_, _témoin_,
comme _besogner_, _cogner_ et _grogner_ sont à _besoin_, _coin_ et
_groin_.

[114] Mais pourquoi ne pas écrire _ognon_ comme _rognon_? Le cas est
exactement le même.

[115] Pourtant le _Dictionnaire général_ les prononce par _o_ et non
par _oi_. Il retarde. Pourquoi pas _élo_(i)_gner_ et _so_(i)_gner_?
_Lam_oi_gnon_ aussi, et _C_oi_gny_, sont altérés désormais dans l’usage
le plus ordinaire.

[116] Quoique ce soit admis par Michaëlis et Passy. Ajoutons que, très
familièrement, _voilà_ devient _vla_, sans doute par l’intermédiaire
ancien de _véla_: cela est un peu trop négligé.

[117] On prononce _oï_ dans _Dr_oy_sen_, et, si l’on veut, _Rob-R_oy,
par opposition aux noms français, _C_oy_pel_, _C_oy_sevox_, _L_oy_son_,
_R_oy_bet_, etc., où _oy_ se prononce comme _oi_.

[118] Sauf un cas, qui sera examiné.

[119] On sait que l’_=e=_ non muet se prononce _é_ ou _è_, sans avoir
d’accent, devant deux consonnes intérieures (sauf le groupe dit _muta
cum liquida_), et aussi devant une consonne finale, sauf l’_s_, parce
que, devant un _s_, sans accent, il serait muet. Autrefois il n’avait
pas d’accent dans ce cas, mais il y avait un _z_ à la place de l’_s_.

[120] Il n’en était pas ainsi autrefois; les finales en _=-ète=_,
_=-ède=_, _=-ège=_, etc., et la plupart des finales à consonne unique
ont été longtemps fermées: _=-éte=_, _=-éde=_, _=-ége=_, etc.; elles
se distinguaient ainsi des finales à consonne double, _=-elle=_,
_=-emme=_, _=-ette=_, etc. Ce n’est même qu’en 1878 que l’Académie a
consenti l’accent grave aux finales en _=-ège=_.

[121] _A later_e, _d_e _profundis_, _ecc_e _homo_, _epitom_e, _in
pac_e, _miserer_e, _noli m_e _tanger_e, _nota ben_e, _pang_e _lingua_,
_salv_e, _sin_e _qua non_, _t_e _deum_, _toll_e, _vad_e _mecum_,
_vic_e _versa_, aussi bien que _av_é, _bénédicit_é ou _fac-simil_é. La
diphtongue latine _æ_ se prononce aussi comme un _e_ fermé: _Dies ir_æ,
_lapsus lingu_æ, _v_æ _victis_, _Phil_æ.

[122] L’_=e=_ final se prononce également dans _Cort_e, mais non dans
_Casert_(e), _Bramant_(e) ou _Fiesol_(e). L’allemand est traité comme
l’italien: l’_e_ ne se prononce pas dans _Gœth_(e), ni dans _Moltk_(e),
_Hohenloh_(e), _Carlsruh_(e); mais il se prononce dans _Enck_e,
_Heyn_e, _Heys_e, _Ranck_e, _Nietzch_e, etc. L’_e_ final anglais se
prononce _i_ dans _to b_e _or not to b_e, où il est accentué; en
général il ne se prononce pas: _steepl_(e) _chas_(e); il est muet même
après une voyelle dans _blu_(e) _book_, _Edgar Po_(ë), _Lugné-Po_(ë),
_Monro_(ë), _de Fo_(ë), _Jellico_(ë), et même _Ivanho_(ë); pourtant
celui-ci, étant suffisamment populaire, se francise souvent en
_Ivanho_-é, et il est à peu près impossible de ne pas franciser
_Cruso_-é.

[123] Voir plus loin, au chapitre de l’_R_.

[124] _Plessis-l_e_z-Tours_; on l’écrit souvent _les_, et même _lès_,
très malencontreusement, car l’_e_ est toujours fermé, même en liaison:
_Caudebec-l_e_z-Elbeuf_.

[125] Les noms propres _Dumouri_e_z_, _Dupr_e_z_, etc., suivent la
règle, sauf _For_e_z_, qui a l’_=e=_ ouvert, quoique le _z_ n’y sonne
pas non plus.

[126] Au XVIIᵉ siècle, l’_e_ de ces mots était déjà généralement
fermé, au moins à Paris; ce n’est qu’au XVIIIᵉ siècle et au XIXᵉ que
les grammairiens finirent par le faire ouvrir, dans la prononciation
soutenue; mais la tendance était trop forte pour qu’on pût la détruire
dans la langue courante.

[127] L’_e_ final s’est également fermé dans certains noms propres
grecs, _Arachn_é, _Phryn_é, malgré l’étymologie. Il est vrai que les
érudits se croient souvent obligés de prononcer _Ath_è_n_è, _Cor_è,
_Anank_è; mais ces formes sont grecques et non françaises. Et puis,
cette prononciation est-elle bien nécessaire? Si l’on ne veut pas dire
_Athéné_, on ferait peut-être mieux de dire _Athéna_.

[128] _Ben_ê_t_ (pour _beneet_), et ceux qui ont perdu l’_s_,
_gen_ê_t_, _acqu_ê_t_, _arr_ê_t_, _intér_ê_t_, _for_ê_t_, _pr_ê_t_,
_appr_ê_t_, _prot_ê_t_, _rev_ê_t_.

[129] On y peut joindre _legs_, dont il vaut mieux ne pas prononcer le
_g_.

[130] Il n’y a véritablement d’_e_ final fermé un peu long que dans des
mots étrangers comme _heimw_e_h_, à cause de l’_h_, et parce que le mot
n’est pas français, sans quoi l’_h_ tomberait, comme il est tombé par
exemple dans _narguilé_.

[131] L’identité de _=-é=_ et _=-ée=_ est déjà constatée par Mᵐᵉ
Dupuis. Aux finales en _-ées_ appartient _Séez_, qu’on écrit plutôt
_Sées_, ainsi qu’il convient, orthographe qui d’ailleurs n’est pas
nouvelle. On s’étonne de voir Mᵐᵉ Dupuis prononcer le mot en deux
syllabes.

[132] Sauf toujours des mots étrangers, comme _Sainte-W_e_hme_,
_Auerst_æ_dt_ ou _K_e_hl_, qui d’ailleurs se francisent parfois, et ne
peuvent le faire qu’en s’ouvrant.

[133] Nous éliminons, comme pour l’_=a=_, les finales dont il est
question page 38: _dir_e_ct_, _in_e_pte_, _c_e_rcle_, _aub_e_rge_,
_épid_e_rme_, _al_e_rte_, _obs_e_rve_, _mod_e_ste_, _orch_e_stre_,
_ind_e_x_, etc., qui ont toujours l’_e_ ouvert, au plus moyen.

[134] De même _Québ_e_c_, _Goss_e_c_, _Lam_e_ch_, _Utr_e_ch_(t),
_Lub_e_ck_, _Wald_e_ck_, _Sén_è_que_, _La M_e_cque_, etc. L’_=e=_
est naturellement long et beaucoup plus ouvert dans _év_ê_que_ et
_archev_ê_que_, qui ont perdu leur _s_. Il redevient bref dans
_br_ea_k_, _plum-c_a_ke_, _keeps_a_ke_, qui, pour la prononciation,
appartiennent à cette finale.

[135] Voir notamment les finales en _-ome_ et _-omme_, en _-one_ et
_-onne_. L’_e_ est naturellement long dans _gu_ê_pe_ et _cr_ê_pe_, qui
ont perdu leur _s_.

[136] On voit que le passage de _compl_e_t_ à _compl_è_te_, ou
_pauvr_e_t_ à _pauvr_e_tte_, est encore le même que de _délic_a_t_ à
_délic_a_te_: voir page 44. Autrefois _ète_ était fermé (_éte_) et ne
rimait correctement ni avec _ette_ ni avec _aite_ L’Académie n’a adopté
_ète_ qu’en 1740; encore a-t-elle excepté _athl_é_te_, jusqu’en 1835.
L’_e_ est également bref dans les noms propres: _Hu_e_t_, _Japh_e_t_,
_Élisab_e_th_, _Macb_e_th_, _G_è_tes_, _Spol_è_te_, _Polycl_è_te_,
_Épict_è_te_, _Henri_e_tte_, _La Fay_e_tte_, _Col_e_tte_, _Char_e_tte_,
etc. Cependant _Cr_è_te_ a l’_e_ plus long, probablement par confusion
avec _cr_ê_te_.

[137] Au contraire l’_e_ est toujours long dans _b_ê_te_, _f_ê_te_,
_honn_ê_te_, _temp_ê_te_, _qu_ê_te_, _ar_ê_te_, _arr_ê_te_, _cr_ê_te_,
_pr_ê_te_ (adjectif et verbe), _t_ê_te_ et _v_ê_te_, qui, comme _êtes_,
ont perdu leur _s_. On notera aussi une sensible différence de quantité
entre _acqu_ê_t_ et _conqu_ê_te_, _arr_ê_t_ et _arr_ê_te_, etc.

[138]

    Que ne suis-je, prince ou poète,
    De ces mortels à haute tête,
    D’un monde à la fois base et faîte,
    Que leur temps ne peut contenir!
                  (V. Hugo, _Feuilles d’automne_, VIII).


[139] Nous verrons le même phénomène dans _douairière_ et _souhaiter_.
Il est probable que _couette_ suivra. Cf. plus loin _moelle_ et _poêle_.

[140] De même _Skobel_e_f_, _Sen_e_f_, _Jos_e_ph_, _Tél_è_phe_. Où
l’abbé Rousselot a-t-il constaté un _e_ long dans _gr_e_ffe_? (Voir son
_Précis_, page 143.)

[141] Comme _b_ê_che_, _p_ê_che_, _r_ê_che_ et _rev_ê_che_; dans
_dép_ê_che_, _emp_ê_che_ et _pr_ê_che_, il y a eu contraction de deux
_e_.

[142] Le _Dictionnaire général_ maintient la voyelle brève. L’_e_
est long aussi dans _Camp_ê_che_, mais non dans _La Fl_è_che_ ou
_Ard_è_che_, ni dans _F_e_sch_ ou _Marak_e_sch_.

[143] Les termes qui désignent des personnes, _duch_e_sse_,
_comt_e_sse_, _princ_e_sse_, _dé_e_sse_, _alt_e_sse_, _hôt_e_sse_,
etc., ont eu longtemps aussi l’_e_ plus long que les mots abstraits,
mais c’était en province plutôt qu’à Paris. Aujourd’hui encore, les
noms propres en _-èce_, _Bo_è_ce_, _Vég_è_ce_, _Lucr_è_ce_, _Gr_è_ce_,
_Lut_è_ce_, allongent volontiers l’_e_ dans la prononciation oratoire;
mais _Br_e_sse_, _Perm_e_sse_, _Gon_e_sse_, avaient déjà l’_e_ bref
au temps de Ménage. Il y faut joindre _H_e_sse_, _Tcherk_e_sses_,
_Ed_e_sse_, etc., avec _M_e_tz_ _et_ _R_e_tz_, quoique quelques-uns
prononcent encore _ré_ (cf. _rez_, page 53).

[144] La plupart sont des noms propres: _Péricl_è_s_, _Bénar_è_s_,
_Rams_è_s_, _Agn_è_s_, etc. Les mots latins non francisés ou
incomplètement francisés n’ont pas l’accent grave: _faci_e_s_,
_ad patr_e_s_, _do ut d_e_s_, etc., mais se prononcent de la même
manière. Il en est de même des noms espagnols ou portugais en _-es_:
_Rosal_e_s_, _Moral_e_s_, _Traz os Mont_e_s_, _Torr_e_s-Vedras_,
aussi bien que _Cervant_e_s_, à qui nous donnons ordinairement un
accent, faute de quoi beaucoup de personnes sont tentées de prononcer
_Cervante_. Toutefois nous faisons _es_ muet dans _Buenos-Ayr_es.

[145] «Un beau diseur était au spectacle dans une loge, à côté de deux
femmes, dont l’une était l’épouse d’un agioteur, ci-devant laquais;
l’autre d’un fournisseur, ci-devant savetier. Tout à coup le jeune
homme trouve sous sa main un éventail: «Madame, dit-il à la première,
cet éventail est-il à vous?--Il n’est poin-z-à moi.--Est-il à vous,
en le présentant à l’autre?--Il n’est pa-t-à moi.--Le beau diseur,
en riant: Il n’est poin-z-à vous, il n’est pa-t-à vous, je ne sais
pa-t-à-qu’est-ce. Cette plaisanterie a couru dans les cercles, et le
mot est resté.»

[146] Il a l’_e_ bref dans le _Dictionnaire général_: toujours
l’étymologie!

[147] On allonge plus régulièrement l’_e_ dans _Th_è_bes_, mais non
dans _Turn_è_be_, _Er_è_be_, _Eus_è_be_, etc., pas plus que dans
_Bab-el-Mand_e_b_, _Hor_e_b_ ou _Maghr_e_b_.

[148] De même _Alfr_e_d_, _Manfr_e_d_ et parfois _Auerst_æ_d_(t),
_Su_è_de_, _Tol_è_de_, _Archim_è_de_, _Nicom_è_de_, _Tancr_è_de_, etc.,
et aussi _M_è_des_, qu’on allonge parfois, sans qu’il y ait plus de
raisons que pour les autres.

[149] De même _Touar_e_g_, _Gr_e_gh_, _don Di_è_gue_, _Nim_è_gue_.

[150] De même _Samu_e_l_, _Rach_e_l_, _Deschan_e_l_, _Ad_è_le_,
_Philom_è_le_, _Praxit_è_le_, _Isab_e_lle_, _Dardan_e_lles_,
_Sganar_e_lle_, _Brux_e_lles_, etc. On peut franciser, avec le même
son ouvert et assez bref, les noms germaniques en _el_, _Heg_el,
_Schleg_el, _Hænd_el; dans ceux qui ne sont pas francisés, l’_e_ est
presque muet. A cette catégorie appartient aussi _p_a_le_ a_le_.

[151] _Ressemèle_ ou _ressemelle_, _grommèle_ ou _grommelle_, _ficèle_
ou _ficelle_, etc., qu’importe?

[152] _B_ê_le_, _f_ê_le_ et _v_ê_le_ qui ont contracté deux _e_,
_m_ê_le_ qui a perdu son _s_, et les adjectifs _fr_ê_le_ et _gr_ê_le_,
qui en avaient pris un, mais qui étaient pour _fraile_ et _graile_.
Il faut y ajouter _N_e_sle_, nom propre qui a gardé le sien.
Naturellement, dans _p_ê_le-m_ê_le_, le premier _ê_ est plutôt moyen,
et quelquefois les deux. On allonge quelquefois l’_e_ d’_Aur_è_le_ ou
_Philom_è_le_, mais c’est un peu suranné.

[153] Cette orthographe, qui fut longtemps aussi celle de _boîte_
(boette), se maintint, grâce aux essais de réforme du XVIᵉ siècle,
époque où _oi_ se prononçait _oué_. La réforme n’ayant pas réussi,
malheureusement, mieux eût valu unifier l’orthographe et écrire _moile_
et _poîle_, comme _boîte_. Cela eût épargné à V. Hugo et à d’autres des
rimes ridicules, comme celle-ci, où _moelle_ a de plus trois syllabes:

    Vous desséchez mes os jusque dans leur _mo-elle_.
    Mais les saints prévaudront! Votre engeance cruelle...
           _Cromwell_, acte I, scène 5.

_Moelle_ rime correctement avec _étoile_ et même avec _squale_. La même
observation est à faire pour _couette_ et _couenne_. Tous ces mots sont
exposés à s’altérer dans la prononciation, comme _fouet_ l’a fait, et
ils s’altèrent journellement, grâce à l’écriture. Quant à _mouette_, il
est bien rare qu’on le prononce _moite_.

[154] _Bl_ê_me_, _m_ê_me_, _car_ê_me_, _saint-chr_ê_me_, _bapt_ê_me_,
qui ont perdu leur _s_, _supr_ê_me_, _extr_ê_me_, qui ont gardé, ou
plutôt repris la quantité latine, et les noms propres _Boh_ê_me_,
_Angoul_ê_me_, _Car_ê_me_, _Br_ê_me_, avec _Sol_e(s)_mes_.

[155] Cf. encore _d_è_me_, _enthym_è_me_, _épichér_è_me_,
_monotr_è_me_, _hélianth_è_me_, _abst_è_me_, etc. Il en est de même des
noms propres en _-ème_, _Nicod_è_me_, _Polyph_è_me_, _Triptol_è_me_,
_Bar_è_me_, etc., mais l’_e_ est toujours bref dans _Bethlé_e_m_,
_Jérusal_e_m_, _S_e_m_, etc.

[156] Cf., page 59, ce que nous avons dit pour _poète_. Il est
surprenant que l’abbé Rousselot ne fasse aucune différence entre
_s_è_me_, _deuxi_è_me_ et _stratag_è_me_, qui sont précisément à trois
degrés différents. On a vu que _cold-cr_ea_m_ avait aussi la finale
brève.

[157] Voir page 24. Nous reparlerons de ce phénomène au chapitre des
nasales.

[158] On peut également franciser, avec le même son ouvert et assez
bref, les noms germaniques en _-en_ les plus connus: _Ibs_e_n_,
_Momms_e_n_, _Beethov_e_n_. Quand ces mots ne se francisent pas, la
finale se prononce presque comme s’il n’y avait pas d’_e_.

[159] Les mots _ch_ê_ne_, _p_ê_ne_, _r_ê_nes_ et _fr_ê_ne_ ont
perdu un _s_, légitime ou non, tandis que _chev_e(s)_ne_ gardait le
sien; _g_ê_ne_ a contracté deux _e_. Ajouter _G_ê_nes_, et aussi
_Duch_e(s)_ne_, _Duqu_e(s)_ne_, qui ont gardé l’_s_.

[160] Cf. _tro_è_ne_, _c_è_ne_, _sc_è_ne_ et _obsc_è_ne_ (mais pas
dans _sc_è_ne IV_), _al_è_ne_, _ar_è_ne_, _car_è_ne_, _sir_è_ne_,
_mur_è_ne_, les mots en _-gène_, les mots savants et les noms propres,
_catéchum_è_ne_, _prolégom_è_nes_, _oz_è_ne_, ou _Carthag_è_ne_,
_Eug_è_ne_, _Diog_è_ne_, _Hél_è_ne_, _Célim_è_ne_, _Mis_è_ne_,
_Ath_è_nes_, etc.

[161] _Morig_è_ne_ échappe difficilement à l’analogie des mots en
_-gène_.

[162] Voir ci-avant, page 62 et note 3.

[163] On prononce trop facilement _Compiène_ pour _Compiègne_.

[164] C’est-à-dire _e_ suivi de _l_ mouillé, mais qui se prononce en
réalité comme _eye_.

[165] _=Œil=_ et les mots en _=-cueil=_ et _=-gueil=_ n’appartiennent
pas à cette catégorie, mais à celle des mots en _=-euil=_. _Ru_e_il_,
au contraire, lui appartient, avec _Corb_e_il_, _Corn_e_ille_,
_Mir_e_ille_, _Mars_e_ille_, _Baz_e_illes_, etc.

[166] Comme on l’a vu plus haut, c’est en 1878 que l’Académie a
consenti à mettre l’accent grave aux mots en _-ège_. On peut y joindre
aussi les formes interrogatives _aim_é-_je_, _all_é-_je_, etc., que
Domergue voulait à toute force faire prononcer par un _e_ fermé; mais
ces formes sont aujourd’hui purement grammaticales et tout à fait
inusitées. Et il y a encore des noms propres, _Li_è_ge_, _Ari_è_ge_,
_Bar_è_ges_, _Corr_è_ge_, _Norv_è_ge_, etc.

[167] Le _Dictionnaire général_ marque un _e_ long; mais ceci me paraît
purement théorique. Il fait de même, bien entendu, pour les finales
_-ègne_ et _-eil_ ou _-eille_.

[168] De même _Fi_e_r_, _Thi_e_rs_, _Rey_e_r_, _Aub_e_r_, _Ch_e_r_,
etc., avec les noms bibliques, comme _Abn_e_r_, _Eliéz_e_r_ ou
_Esth_e_r_, ou anciens, comme _Lucif_e_r_, _Vesp_e_r_, _Antipat_e_r_,
_Jupit_e_r_, etc.: voir au chapitre de l’_R_. On distinguait autrefois
_=-erre=_ et _=-ère=_, même quand _=-ère=_ se fut ouvert, parce que les
deux _r_ de _-erre_ se prononçaient, si bien qu’au XVIIᵉ siècle ces
finales ne rimaient pas ensemble.

[169] _Manag_e_r_ fait exception, quand on le francise, parce qu’il
suit l’analogie des mots en _-ger_, et notamment celle de _ménag_e_r_,
qui au fond est le même mot.

[170] Peut-être aussi _landw_e_hr_, quoique l’_e_ de ce mot soit long
et fermé en allemand, tandis que celui de _bitt_(e)_r_ s’y prononce à
peine.

[171] Il en est de même de beaucoup de noms propres très connus,
surtout allemands, _Au_e_r_, _Schopenhau_e_r_, _Web_e_r_, _Kléb_e_r_,
_Blüch_e_r_, _Od_e_r_, _Schiller_, _Képl_e_r_, _Neck_e_r_, _Wagn_e_r_,
_Dur_e_r_ (que les poètes prononcent quelquefois _dure_, notamment V.
Hugo), _Tannhaüs_e_r_, _Luth_e_r_, _Werth_e_r_, et même _Meyerb_ee_r_,
tellement le français répugne à fermer l’_e_ devant une consonne,
surtout un _r_. On peut prononcer de même _Chauc_e_r_, _Spenc_e_r_
ou _Spens_e_r_, _List_e_r_, _Westminst_e_r_, _Manchest_e_r_,
_Vancouv_e_r_, et naturellement _Gulliv_e_r_, et aussi _Bo_e_r_(s),
quoique beaucoup de gens, trop bien renseignés, persistent à prononcer
_bour_ et même _bours(e)_: pourquoi pas _London_ ou _Napoli_! Quelques
noms allemands en _-berg_ sont aussi francisés en _er_ ouvert et long,
le _g_ n’étant pas articulé: _Gutenb_e_r_(g), _Furstemb_e_r_(g),
_Vurtemb_e_r_(g), _Spitzb_e_r_(g), et surtout _Nuremb_e_r_(g), qui est
complètement modifié, la forme allemande étant _Nürnberg_; les autres,
gardant les deux consonnes, comme _Johannisb_e_rg_, n’ont qu’un _e_
moyen.

[172] Qui est celle de _Bædek_(e)_r_, et fut autrefois celle de
_Neck_(e)_r_, et quelque temps celle de _Web_(e)_r_; c’est celle qui
convient aux noms allemands qu’on ne francise pas. D’autre part, on
écrit et on prononce _Dniép_e_r_ et _Dniest_e_r_, ou mieux _Dniepr_ et
_Dniestr_.

[173] Aussi l’_=e=_ des mots en _=-ève=_ est-il à peu près aussi
long que l’_ê_ de _r_ê_ve_ et _end_ê_ve_, qui ont perdu l’_s_, et de
_tr_ê_ve_ (dont l’accent s’explique mal). De même È_ve_, _Genevi_è_ve_,
_Lod_è_ve_, _Gen_è_ve_, _Tr_è_ves_, etc., et _God s_a_ve_. Pour la
finale anglaise _ew_, voir au _W_.

[174] Il y a toujours exception pour les vers, bien entendu:

    A l’heure où le soleil s’élève,
    Où l’arbre sent monter la sève,
    La vallée est comme un beau rêve.
               V. HUGO, _F. d’aut._, XXXIV


[175] Pourquoi cette orthographe? Ou pourquoi les autres ne l’ont-ils
pas aussi? Même quantité dans _Eph_è_se_, _Borgh_è_se_, _Pergol_è_se_,
_Véron_è_se_, etc., dans _Su_e_z_, _Rod_e_z_, _Orth_e_z_, _Cort_e_z_,
dans _B_è_ze_, _Zamb_è_ze_, _Corr_è_ze_, etc., et aussi dans
_steeple-ch_a_se_.

[176] Quoique le _Dictionnaire général_ fasse l’_e_ long dans
_hi_è_ble_ et _n_è_fle_, et les mots en _-ègle_.

[177] Avec _Boisd_e_ffre_, et aussi _Abou-b_e_kre_, _Bæd_e_k_(e)_r_ et
_qu_a_k_(e)_r_. Quelques personnes font l’_=e=_ long dans _l_è_pre_, et
le _Dictionnaire général_ les y autorise; on ne saurait tout de même
prononcer _l_è_pre_ comme _v_ê_pre_, qui a perdu son _s_.

[178] Ni _Èbre_, _H_è_bre_ ou _Gu_è_bres_. Le _Dictionnaire général_
fait pourtant l’_=e=_ long dans toutes les finales en _-èbre_ et
_-ègre_, sauf _z_è_bre_.

[179] Ou celui de _don P_è_dre_. Celui de _Ph_è_dre_, au moins celui de
l’héroïne, s’allonge aussi volontiers en poésie.

[180] Quoique le _Dictionnaire général_ fasse l’_=e=_ long dans
_m_è_tre_, _ur_è_tre_ et _pyr_è_tre_; il le ferait tel aussi sans doute
dans _pén_è_tre_ ou _perp_è_tre_, s’il donnait la prononciation de ces
mots.

[181] _M_è_tre_ lui-même pourrait à la rigueur rimer avec _m_aî_tre_;
_m_e_ttre_ ne pourrait pas. Mais les seuls _e_ proprement longs
ici sont ceux de ê_tre_, _h_ê_tre_, _fen_ê_tre_, _emp_ê_tre_,
_champ_ê_tre_, _pr_ê_tre_, _anc_ê_tre_ et _Bic_ê_tre_, qui ont perdu
leur _s_; et ceux de _gu_ê_tre_ et _salp_ê_tre_, qui sont devenus longs
sans raison évidente.

[182] Quoique le _Dictionnaire général_ n’en fasse point.

[183] De même les noms propres _Bi_è_vre_, _Ni_è_vre_ et
_Penthi_è_vre_. Les autres noms propres, _Lef_è_vre_ (ou _Lef_e_bvre_),
_Gen_è_vre_, et surtout _S_è_vres_, ouvrent leur _e_ plus régulièrement.

[184] Il faut donc corriger les grammaires sur ce point: l’_e_ surmonté
de l’accent grave est toujours ouvert, mais l’_e_ surmonté de l’accent
aigu n’est certainement fermé que quand il est final.

[185] Le _Dictionnaire général_ l’ignore. L’abbé Rousselot l’exagère.
On notera ici aussi que des mots comme _supr_é_matie_ ou _extr_é_mité_
n’ont jamais eu l’accent circonflexe, qui n’est sur _extr_ê_me_ ou
_supr_ê_me_ qu’un signe de quantité arbitraire: voir page 63, note
1. _M_é_lange_ et _m_é_langer_ ne l’ont pas non plus, et ont l’_e_
moyen et même bref, malgré _m_ê_le_ et _m_ê_ler_. Des mots étrangers,
comme _p_e_hlvi_, ont encore l’_e_ atone fermé et long; mais il faut
faire effort pour le maintenir, car la tendance est de l’ouvrir
en l’abrégeant. L’_e_ n’est non plus ni ouvert ni long dans _du
Gu_e(s)_clin_, _Dum_e(s)_nil_, _Duch_e(s)_nois_; il est même fermé dans
_Saint-M_e(s)_min_; mais il est ouvert dans _Champm_e(s)_lé_.

[186] De même _t_e_rrain_ ou _t_e_rrasse_, _t_e_rrestre_ ou
_att_e_rrir_, malgré l’_e_ ouvert de _t_e_rrer_ et _t_e_rreau_. On peut
aussi comparer _s_e_rrer_ et _f_e_rrer_: la différence est grande.

[187] La prononciation _fe_gn_an_ a d’ailleurs pour elle de vieilles
traditions. Au XVᵉ et au XVIᵉ siècle, l’hiatus intérieur _éa_ et
surtout _éan_ se résolvait par une diphtongue qui tantôt se réduisait à
_a_ et _an_, comme dans _dea_ (oui-da) ou _Jehan_, tantôt conduisait à
_ian_, comme dans _léans_ ou _Orléans_. _Néant_ fut dans ce cas, et on
le voit rimer avec _escient_ ou _inconvénient_; _néanmoins_ a souvent
deux syllabes à cette époque, et _fainéant_ aussi, jusque dans Baïf.

[188] Voir page 64; on reviendra sur ce point au chapitre des nasales.

[189] Le _Dictionnaire général_ ne connaît encore que la prononciation
par _a_, quoique l’Académie se soit abstenue, en 1878, pour _hennir_.
Thurot avoue qu’on prononce aujourd’hui _n_e_nni_ et _h_e_nnir_ par
_e_; mais il ajoute qu’on prononce les deux _n_: je n’ai jamais
entendu cela. _J_e_nny_ se prononce encore beaucoup par _a_; mais la
prononciation par _e_ se répand de plus en plus.

[190] C’est le même phénomène qui s’est produit dans _fou_e_t_ ou
_fou_e_tter_, et qui est en voie de se produire dans _cou_e_nne_ et
_cou_e_tte_. Les adverbes en _-emment_ sont inaltérables, à cause du
voisinage constant de leurs primitifs en _-ent_; mais _rou_e_nnerie_,
sinon _rou_e_nnais_, est mal protégé par _Rouen_.

[191] Michaëlis et Passy, qui admettent cette prononciation, admettent
aussi _qu’rir_ pour _quérir_: je me demande dans quel faubourg ils ont
pris cette prononciation patoise.

[192] _All_e_luia_, e_t c_e_t_e_ra_, _confit_e_or_, _d_e_l_e_atur_,
_lib_e_ra_, _ex_e_at_, _m_e_mento_, _mis_e_r_e_re_, _nota b_e_ne_, _t_e
_d_e_um_, _Unig_e_nitus_, _v_e_to_, et à fortiori _vade m_e_cum_ et
_r_e_bus_, qui sont francisés. On ferait bien pourtant de fermer l’_e_,
même non final, dans beaucoup de mots latins où il est long: _cr_e_do_,
_R_e_mus_, _amant alterna Cam_e_næ_, _c_e_dant arma togæ_, _d_e_lenda
Carthago_, _experto cr_e_d_e _Roberto_, _hab_e_mus confitentem reum_,
_in extr_e_mis_, _ne vari_e_tur_, _v_e_ni vidi vici_, etc.

[193] De même Œ_dipe_, Œ_none_, Œ_ta_, _M_œ_ris_, Æ_gos-Potamos_,
_P_æ_stum_, _L_æ_titia_, etc. Il ne faut donc pas confondre l’_œ_ latin
d’Œ_dipe_, avec l’_œ_ allemand de _G_œ_the_, dont nous allons parler:
é_dipe_, et non eu_dipe_, comme on l’entend parfois. Pour _œ_ suivi
d’_u_, voir _eu_. L’_e_ ne doit pas se prononcer dans _Co_(ë)_tlogon_,
et l’on prétend qu’il se prononce _oi_ dans _Tr_é_ville_.

[194] Il y a de même un _=e=_ mi-ouvert dans des noms italiens ou
espagnols comme _Ang_e_lo_, _Barb_e_rini_, _Bols_e_na_, _Cabr_e_ra_
ou _Capr_e_ra_, _Consu_e_lo_, _Mont_e_bello_, _Mont_e-_Cristo_,
_Mont_e_cuculli_, _Mont_e_n_e_gro_, _Mont_e_vid_e_o_, _Mont_e_zuma_,
_Pont_e_corvo_, _Pu_e_bla_, _S_e_rao_, _Torr_e _del Gr_e_co_,
_Cald_e_ron_, _Lop_(e) _de V_e_ga_, _V_e_n_e_zu_e_la_, _V_e_ra Cruz_,
et aussi dans des noms allemands ou anglais comme _R_e_mington_,
_W_e_ser_, ou d’autres pays comme _Cam_e_roun_, _Skob_e_lef_ ou
_Tourgu_e_nef_, _Sw_e_denborg_, etc. On notera qu’il est généralement
fermé dans les noms allemands, quand il est initial, comme dans
_B_e_bel_, E_bers_, _L_e_nau_, _R_e_ber_, _W_e_ber_.

[195] Il se prononce alors comme l’_=e=_ muet (eu), mais extrêmement
bref et presque insensible, encore plus faible que dans les finales en
_-et_, _-en_ ou _-er_; ainsi dans _Esch_(e)_nbach_, _Fürst_(e)_nberg_
ou _Fahr_(e)_nheit_. De même dans l’anglais _Syd_(e)_nham_, ou même
_gard_(e)_n-party_; sans parler de _le_ qu’on intervertit, comme
dans _gent_le_man_, prononcé _djent_(e)_lman_, ou _steep_le-_chas_e,
prononcé _stîp_(e)_ltchèse_, ou _Cast_le_re_a(gh), etc.

[196] Ce tréma représente en effet un _=e=_ primitif.

[197] Par exemple dans _Fr_œ_schwiller_ (au contraire de _W_œ_rth_),
dans _K_œ_chlin_, _R_œ_derer_, _Sch_œ_ffer_, _Sch_œ_lcher_. Dans
_R_œ_derer_, quelques historiens voudraient remplacer _ré_ par
_reu_, mais dans le commerce des vins, on prononce uniquement _ré_.
Cette prononciation par _é_ est encore admissible ou tolérable dans
_K_œ_nigsberg_, quoiqu’on prononce plutôt _keunixbergue_.

[198] Comme dans _Gr_o-ë_nland_, ou même _Fér_o-ë.

[199] Ainsi _G_œ_the_, qu’on écrivait autrefois et qu’on a prononcé
parfois _G_o-ë_the_ (Th. Gautier le faisait rimer régulièrement avec
_poète_), se prononce aujourd’hui toujours _gheute_ (comme _meute_):
ce nom, comme celui de _Shakespeare_, appris par l’oreille autant que
par l’œil à cause de sa grande notoriété, s’est imposé partout avec sa
prononciation véritable, à peu près tout au moins, l’_=e=_ final étant
muet chez nous. On prononce de même _eu_ dans d’autres noms allemands
ou scandinaves, qui ne sont guère employés que par des gens instruits,
comme _Bj_œ_rnstierne Bj_œ_rnson_, _B_œ_ckh_, _B_œ_cklin_, _B_œ_hm_,
_G_œ_then_, _D_œ_llinger_, _G_œ_ttingue_, _G_œ_tz_, _Jonk_œ_ping_,
_K_œ_nigsberg_ et autres mots commençant par _K_œ_nigs-_, _K_œ_rner_,
_Malm_œ, _Maëlstr_œ_m_, _Nordenski_œ_ld_, Œ_lenschlager_, _R_œ_ntgen_,
_Sch_œ_nbrunn_, _Sch_œ_ngauer_, _T_œ_pffer_, _Troms_œ, _W_œ_rth_, etc.

[200] Qu’il me soit permis de dire ici, en passant, que le pluriel, de
_lied_, puisque _lied_ est francisé, doit être _lieds_ et non _lieder_,
auquel s’obstinent les musiciens. C’est en général un travers assez
pédantesque que d’aller chercher le pluriel des mots dans la langue
d’où ils sont tirés. _Lieder_ a pour excuse qu’il est peut-être plus
employé que le singulier, au moins en musique, où il sert de titre
à beaucoup d’œuvres très importantes; aussi est-il sans doute moins
ridicule que _sanatoria_, mais il est de même ordre. Pourquoi pas
des _harmonia_ ou des _pensa_? Tel journaliste, qui s’est par hasard
égaré en Algérie, nous apprend que _Touareg_ est un pluriel, et qu’au
singulier il faut dire _Targui_; et que le pluriel de _chérif_ est
_chorfa_! Félicitons-le bien sincèrement de sa science toute fraîche,
mais les gens qui parlent simplement français n’hésiteront pas à dire:
_un Touareg_, _des Touaregs_, puisque c’est le pluriel ici qui est
francisé, et des _chérifs_, et aussi _un li_(e)_d_, des _li_(e)_ds_,
le singulier étant suffisamment connu. On peut évidemment établir une
différence entre le sens musical et le sens littéraire; mais vraiment
est-il admissible que ce mot ait deux pluriels, _lieds_ quand on parle
de Gœthe, et _lieder_ quand on parle de Schubert?

Les autres mots où l’_e_ allonge l’_i_ sont des noms propres:
_Bjœrnsti_(e)_rne_, _Di_(e)_z_, _Elzevi_(e)_r_, écrit aussi _Elzévir_,
_Fi_(e)_lding_, _Fri_(e)_dlingen_, _Gri_(e)_g_, _Ki_(e)_l_,
_Li_(e)_bknecht_, _Ni_(e)_belung_, _Ni_(e)_buhr_, _Ni_(e)_dermeyer_,
_Ni_(e)_tzche_, _Ki_(e)_pert_, _Ri_(e)_sener_, _Schli_(e)_mann_,
_Si_(e)_gfried_, _Si_(e)_gmund_, _Spi_(e)_lberg_, _Ti_(e)_ck_,
_Wi_(e)_land_, _Wi_(e)_sbaden_, _Zi_(e)_m_, etc., et tous les noms
anglais terminés en _-field_. Il est pourtant difficile de ne pas
admettre ou tolérer _Fri-ed-land_, en trois syllabes: en tout cas la
plupart des Parisiens ne connaissent que l’_Avenue de Fri-ed-land_.
L’_e_ se prononce aussi, à tort ou à raison, dans _Van Swi_e_ten_,
_Li_e_big_ et _Bri_e_nz_; plus correctement dans _Sienki_e_wicz_,
_Micki_e_wicz_, _Sobi_e_ski_, _Si_e_n-Reap_, et aussi dans _Ni_e_ld_
et _Di_e_rx_, à fortiori. Il se prononce également dans les noms des
langues romanes, comme _Fi_e_schi_ (et _Fi_e_sque_), _Fi_e_sole_,
_Ti_e_polo_, _Ovi_e_do_, etc.

[201] _P_ee_r Gynt_, _Sch_ee_le_, _S_ee_land_, _St_ee_n_, _Van der
M_ee_r_; Pourtant _B_ee_thoven_ n’a plus en français qu’un _e_ bref
mi-ouvert.

[202] Et dans _Aberd_ee_n_, _B_ee_cher Stowe_, _Flamst_ee_d_, _Gretna
Gr_ee_n_, _Gr_ee_nwich_, _L_ee_ds_, _Qu_ee_nsland_, _Qu_ee_nstown_,
_S_ee_ley_, _Tenness_ee, etc.; mais on admet _é_ dans _Dund_ee.

[203] L’_=oe=_ flamand se prononcerait correctement _ou_ dans des mots
comme _B_oe_rs_, _B_oe_rhaave_, _G_oe_s_, _M_oe_rs_, _W_oe_vre_, mais
cette prononciation est trop éloignée de l’usage français, et nous
prononçons généralement _Bo-ers_, _Bo-erhaave_, etc. Nous germanisons
même _Bloemfontein_ en _Bleumfontaïn_. Mais _Woëvre_ se prononce
surtout _Voivre_, et s’écrit même de cette façon.

A côté de l’_=o=_ avec trémas (_=eu=_), l’allemand a aussi un _=a=_
avec tréma, que nous transcrivons également tantôt par _æ_ liés, tantôt
par _aë_, et qui se prononce comme _è_ ouvert moyen ou même bref:
_Auerst_æ_d_(t), _B_æ_dek_(e)_r_, _H_æ_ckel_, _H_æ_ndel_, _H_æ_nsel_
et _Gr_e_tel_, _L_æ_nsberg_, _M_æ_lzel_, etc. Toutefois _L_æ_nsberg_
se prononce encore _lansber_. D’autre part _=aë=_ se prononce comme
_a_ long dans _M_aë_stricht_ et _M_aë_lstrœm_, _Ruysd_aë_l_, _M_ᵐᵉ _de
St_aë_l_ et _Gev_aë_rt_; _Jord_aë_ns_ et _Saint-S_aë_ns_ se prononcent
par _an_: voir aux nasales.

L’_=e=_ est distinct de l’_=a=_ dans _La_ë_nnec_, _Ga_ë_te_, _Pa_ë_r_,
etc., et même sans tréma, dans _La_e_ken_ ou _Ma_e_s_, et peut-être
_Pa_e_siello_. _Ma_e_terlinck_ (et non _Mæ_) doit se prononcer _ma_ et
non _mé_.

[204] Si ce livre était un livre de phonétique, nous aurions traité le
groupe _=ai=_ ou _=ei=_ avec l’_=e=_, car ils ne font qu’un: _=ai=_ ou
_=ei=_, jadis diphtongues, comme _=oi=_, ne sont plus que des graphies
surannées, qui disparaîtraient, s’il y avait quelque logique dans
l’orthographe. On écrit bien _effet_ et _préfet_: pourquoi pas aussi
bien _parfet_ ou _satisfet_, puisque l’étymologie est la même, ou à peu
près, et la prononciation identique? Pratiquement, et l’orthographe
étant ce qu’elle est, il a paru préférable de maintenir la distinction.

[205] Cette prononciation est naturellement celle de Victor Hugo:

    ....... L’univers dislo_qué_,
    Mal sorti du chaos, penche et se cogne au _quai_.
            _Religion et Religions_, I, 4.

    Il était si crûment dans les excès plon_gé_
    Qu’il était dénoncé par la caille et le _geai_.
            _Lég. des Siècles, le Satyre._

Pourtant, V. Hugo lui-même a fait rimer _quais_ au pluriel avec
_laquais_ (voir _Lég., la Colère du bronze_) et avec _expliquais_:

    Je l’aimais, je l’avais acheté sur les _quais_,
    Et parfois aux marmots pensifs je l’expli_quais_.
            _Art d’être grand-père_, VI, 8.

Aujourd’hui on fera mieux de faire rimer _quai_ avec _expliquait_,
même au singulier, ou _geai_ avec _plongeait_ ou même _projet_. On ne
saurait toutefois approuver cette rime de Mᵐᵉ de Noailles:

    La poussière dorée au plafond volti_geait_:
    Je t’expliquais parfois cette peine que _j’ai_.
            _Ombre des jours_, V, _l’Adolescence_.

_J’ai_ est encore fermé aujourd’hui à peu près partout.

[206] Les poètes, toujours traditionnalistes, font encore rimer parfois
_mai_ avec _aimé_; mais cela ne rime plus.

[207] On le trouve encore dans V. Hugo, où il surprend déjà:

              Tout ce que je _sais_,
    C’est que des peuples noirs devant moi sont _passés_.
            _Le Petit Roi de Galice_, VIII.


[208] Voir Banville _Diane au bois_, acte I, scène 1:

    Le bon tour! O doux vin par le soleil _moiré_,
    Sois tranquille, je t’ai volé, je te _boirai_!

Cette rime fut excellente, mais ne s’impose plus du tout.

[209] On devrait aussi écrire _ponet_, puisque ce mot a pris un
féminin, qui est _ponette_.

_=Ay=_ final n’existe plus en français que dans les noms propres, où
il a le même son que _ai_; ainsi, dans _Bell_ey ou _Du Bell_ay, _ey_
et _ay_ sont plus ouverts que l’_e_ qui précède: on prononçait _bèlé_,
on prononce _bélè_ et aussi _belè_. De même _Seignel_ay, _Epern_ay,
_Sarc_ey, etc., et aussi _Bomb_ay, _Macaul_ay, _Berkel_ey, _Stanl_ey,
_Bidp_ay ou _Pilp_ay, comme _Jok_ai ou _Tok_ay. _Bri_ey se prononce
aussi _Bri-yi_. Dans certaines localités méridionales, comme _Hay_,
_Tournay_ et _Espoey_, l’_y_ grec se prononce à part, comme si la
finale était _a-ye_ ou _e-ye_. Quant à _Pompéi_, on le francise encore
le plus souvent en lui donnant trois syllabes: _Pompé-ï_; mais la vraie
prononciation est en deux, _eï_ étant en réalité une diphtongue qui
se prononce comme dans _paye_; cette prononciation, adoptée par les
voyageurs qui ont vu le pays, a des chances de se répandre, depuis que
des noms tels que _Tolstoï_ nous ont habitués à ce genre de finales.
On peut en dire autant de _Mafféi_. _Véies_ aussi vaut mieux prononcé
comme _veille_, que _Vé-ies_, en deux syllabes.

[210]

    J’étais l’Arioste et l’Homère
    D’un poème éclos d’un seul jet;
    Pendant que je parlais, leur mère
    Les regardait rire, et songeait.
                     V. HUGO, _Contempl._, IV, 9.


[211] Voir ce qui est dit page 56, à l’occasion des finales en _ée_. En
tout cas _-aie_ ne saurait être moins ouvert que _-ai_; par suite, dans
_La Fresnaye_ (car les noms propres ont gardé l’_y_), c’est la dernière
syllabe qui est la plus ouverte, et l’_e_ long de _frêne_ (fresne) se
ferme ici à moitié: prononcez _énè_ plutôt que _èné_.

[212] On peut même dire que _parf_ai_te_ rime mieux avec _estaf_e_tte_
qu’avec _f_aî_te_, et même _proph_è_te_. Il en est de même de _vous
faites_, que les poètes seuls prennent la liberté d’allonger:

    Mais songez à ce que vous faites!
    Hélas! cet ange au front si beau,
    Quand vous m’appelez à vos fêtes,
    Peut-être a froid dans son tombeau.
            V. HUGO, _Contempl._, IV, 9.


[213] Qui devrait aussi s’écrire _sèche_ (sépia); ces mots sont à
distinguer de _fr_aî_che_ et _l_aî_che_, qui ont perdu l’_s_, et
auraient pu aussi bien s’écrire _fr_ê_che_ et _l_ê_che_: toutes ces
orthographes sont absolument arbitraires.

[214] Ce mot est méridional, et les gens du Nord n’ont pas le droit de
l’altérer, comme fait le _Dictionnaire général_, en faisant _ai_ long.

[215]

    Je ne daigne plus même, en ma sombre _paresse_,
    Répondre à l’envieux dont la bouche me nuit.
    O Seigneur! ouvrez-moi les portes de la nuit,
    Afin que je m’en aille et que je _disparaisse_.
            V. HUGO, _Contempl._, IV, 14.


[216] _=Ai=_ est encore long dans _Al_ai_s_, qui se prononce comme les
mots en _-ès_, et s’écrit du reste, maintenant, _Al_è_s_.

[217] De même _L_ey_de_ et _Mayne-R_ei_d_, que nous francisons. Au
contraire _Thomas R_ei_d_ se prononce _Rîd_. Voir page 47 ce que nous
avons dit de _roide_.

[218] Tandis que _La H_ay_e_, _Saint-Germain-en-L_ay_e_, _La
Fresn_ay_e_, _Houss_ay_e_, etc., n’ont que le son _è_, comme les mots
en _-aie_. Ne pas confondre ces noms avec ceux où l’_a_ reste séparé de
l’_y_, comme _Bl_a-_ye_: voir plus loin, aux semi-voyelles.

[219] Pour _aigne_ prononcé _agne_, voir plus loin.

[220] Mais non pas _=-ail=_ prononcé à l’anglaise, dans _r_ai_l_ (rèl),
_cock-t_ai_l_ et _m_ai_l-coach_. _B_ay_le_ et _B_ey_le_ sont douteux,
mais plutôt brefs. Il va sans dire que les poètes ne se gênent pas pour
allonger les finales en _elle_ afin de rimer avec _aile_:

    Comme un géant en sentinelle,
    Couvrant la ville de mon aile,
    Dans une attitude éternelle
    De génie et de majesté!
            V. HUGO, _Feuilles d’aut._, VIII.


[221]

    L’air est plein d’un bruit de chaînes,
    Et dans les forêts prochaines,
    Frissonnent tous les grands chênes,
    Sous leur vol de feu pliés.
            V. HUGO, _Orient., les Djinns_.

_Chaîne_ est pour _chaeine_; mais _faîne_ et _traîne_ auraient pu se
passer de l’accent. _Ai_(s)_ne_ a gardé son _s_, comme _Duche_(s)_ne_
ou _Duque_(s)_ne_.

[222] Et aussi _Sed_ai_ne_, tandis que les autres, _Verl_ai_ne_ ou
_Madel_ei_ne_, _M_ai_ne_ ou _Germ_ai_ne_, _Lorr_ai_ne_ ou _Tour_ai_ne_,
_S_ei_ne_ ou _Baz_ai_ne_, _T_ai_ne_, _Aquit_ai_ne_, _La Font_ai_ne_,
tendent à allonger leur finale.

[223] Et aussi les noms propres, _Le C_ai_re_, _Beauc_ai_re_,
_Baudel_ai_re_, _Bélis_ai_re_, etc., avec _Buenos-A_y_res_, que nous
francisons; _Nic_ai_se_, _La Ch_ai_se_, _Fal_ai_se_, _V_ai_se_, etc.

[224] Voir ci-dessus, page 64, et note 1, et plus loin, page 131.

[225] L’orthographe de _treize_ et _seize_ est tout à fait arbitraire.

[226] Ce sont _m_aî_tre_, _n_aî_tre_, _p_aî_tre_, _par_aî_tre_ et
_tr_aî_tre_ qui ont perdu leur _s_; _r_eî_tre_ aussi, mais ce mot, qui
venait de l’allemand _reiter_, n’avait d’_s_ que par analogie avec les
autres.

[227] Il est même fermé, comme on l’a vu plus haut, pour ceux qui
prononcent _gai_ fermé.

[228] Il n’est pas rare à Paris d’entendre l’_e_ fermé jusque dans
_m_ai_son_ ou _r_ai_son_; mais cette prononciation me paraît purement
faubourienne.

Les groupes _ay_ et _ey_, conservés à l’intérieur des noms propres
devant une consonne, se prononcent aussi _è_, plus ou moins bref
ou long, suivant les cas, dans les noms français: _Av_ey_ron_,
Ay_mon_, _C_ay_lus_, _Dal_ay_rac_, _F_ey_deau_, _Fr_ey_cinet_,
_Gl_ey_re_, _R_ay_nal_, etc., et même _T_ay_gète_, comme _R_ei_set_ ou
_M_ei_ssonnier_. Mais _Tall_ey_rand_ se prononce _Tal’ran_. Dans le
Midi, au contraire, _ey_ se prononce _eye_ dans Ey_met_, _S_ey_ne_,
_P_ey_r_(eh)_orade_, etc.

[229] Voir plus haut, page 45. L’abbé Rousselot accueille encore
_d_oi_rière_.

[230] Voir plus haut, page 48.

[231] C’est pour les noms propres surtout qu’il y a eu longtemps
hésitation. Ainsi le nom de _Mont_ai_gne_ était à l’origine le même
mot que _mont_a_gne_ et se prononçait de même; mais tandis que
_mont_a-_igne_, nom commun, perdait son _i_, _Mont_a-_igne_, nom
propre, gardait le sien, parce que les noms de personnes conservent
mieux que les autres mots leur orthographe ancienne: nous en verrons
de nombreux exemples; néanmoins sa prononciation s’est longtemps
maintenue, grâce sans doute au voisinage du nom commun: par exemple,
Delille non seulement prononce, mais écrit partout _Mont_a_gne_,
notamment à la rime; mais la prononciation du nom a tout de même fini
par s’altérer au cours du XIXᵉ siècle: aujourd’hui tout le monde ou à
peu près prononce _Mont_ai_gne_, comme il est écrit; la prononciation
par _a_ est considérée comme surannée et serait à peine comprise.
_Champ_a_gne_, au contraire, nom à demi commun, a perdu son _i_, comme
_Bret_a_gne_, sauf parfois dans _Philippe de Champ_ai_gne_, qu’on
est tenté d’altérer; mais pourquoi ne pas écrire toujours _Philippe
de Champ_a_gne_? cela supprimerait toute difficulté. _Sard_ai_gne_,
moins commun en France que _Bret_a_gne_ ou _Champ_a_gne_, a gardé son
_i_: aussi prononce-t-on _ai_. De même aujourd’hui dans _Cav_ai_gnac_.
Toutefois, dans _Saint_-Ai_gnan_, les diverses prononciations locales
sont généralement a_gnan_.

[232] On prononce également par _e_ mi-ouvert l’anglais _R_ey_nolds_,
_S_ey_mour_, _T_ay_lor_ ou _C_ey_lan_, _F_ai_rfax_ ou _Ral_ei(gh),
ou encore _L_ei_cester_, qui est souvent germanisé à tort en
_aï_. On prononce encore de même _Aureng-Z_ey_b_, _B_ey_routh_,
_Buenos_-Ay_res_, _B_ay_reuth_, _L_ay_bach_ et aussi _Valpar_ai_so_,
et même _M_ei_nam_. En revanche, on prononce l’_i_ (ou _y_) à part,
mais en diphtongue naturellement, dans _Héph_ai_stos_ ou _Pos_éi_dôn_,
prononcés à la grecque, dans _M_ai_monide_, _K_ai_sarieh_ ou
_K_ai_serslautern_ et _B_ay_len_, dans _Alm_ei_da_, _P_ei_xota_,
_Z_ei_la_, etc., et même _L_ei_tha_, parce qu’allemand. Dans
_H_a-y_dée_ ou _H_a-y_dn_, on sépare les voyelles. Au contraire
_S_aï_gon_ devrait s’écrire _S_ai_gon_, puisque tous les Européens du
pays ont adopté, à tort ou à raison, la prononciation _ségon_.

[233] Quelques noms propres francisent _=ei=_ en _=e=_ ouvert:
_Henri H_ei_ne_, Ei_ffel_, _Schn_ei_der_, _L_ei_bniz_, _L_ei_pzig_,
_R_ei_schoffen_, et aussi Ey_lau_, _van_ Ey_ck_, _Dr_ey_fus_;
la plupart gardent le son allemand: Ei_senach_, Ei_sleben_,
_Fahrenh_ei_t_, _Fr_ei_a_, _Fr_ei_schütz_, _G_ei_bel_, _G_ei_ssler_,
_H_ei_delberg_, _Kl_ei_st_, _M_ei_ningen_, _M_ei_ster_ et
_M_ei_stersinger_ (les personnes qui ne savent pas l’allemand feront
mieux de dire _Maîtres chanteurs_), _R_ei_cha_, _R_ei_chstadt_,
_R_ei_sebilder_, _Schl_ei_ermacher_, _Schw_ei_nfurth_ et les mots en
_-ein_ et _-eim_, et aussi, avec un _y_, _Fr_ey_tag_, _H_ey_se_, _Van
der H_ey_den_, _Van der W_ey_den_, et tous les noms moins connus.

[234] Avec la manie de diérèse qui est la plaie de notre versification,
V. Hugo a fait _geyser_ et _kayser_ de trois syllabes l’un et l’autre,
dans l’un de ses poèmes les plus fameux, _Eviradnus_ (VI et XVI):

    Des _ge-ysers_ du pôle aux cités transalpines...
    Que Joss fût _ka-yser_ et que Zèno fût roi...

Il en fait d’ailleurs autant pour _Heidelberg_ et pour _bairam_ (_Ane_,
V, et _Quatre Vents de l’Esprit_, III, 2)... sans parler de _Shylock_,
écrit et prononcé _Sha-ï-lock_. Il faut bien se garder de décomposer
ces diphtongues.

[235] Ce groupe, d’abord diphtongue, n’a achevé qu’au XVIᵉ siècle de
devenir voyelle simple.

_Eu_ s’écrit assez sottement _œu_, sous prétexte d’étymologie dans
_v_œu, œu_vre_, etc.; il se réduit à _œ_ dans _œil_ et ses dérivés; il
s’intervertit même en _ue_ dans les mots en _-cueil_ et _-gueil_.

[236] Il y a aussi des noms propres: _Boïeld_ieu, _Richel_ieu,
_Chaul_ieu, _Montesqu_ieu, _Saint-L_eu, etc. Pour les mots en _eue_,
voir plus haut, page 56.

[237] Et les noms propres _Andri_eu_x_, _Des Gri_eu_x_, _Dr_eu_x_,
_Évr_eu_x_, auxquels on peut joindre _Saint-Bri_eu(c) et _Ys_eu(lt).

[238] C’est ainsi qu’on disait correctement, naguère encore, _un œu_(f)
_frais_, _un œu_(f) _dur_, _un œu_(f) _rouge_, avec _eu_ fermé, comme
on dit encore aujourd’hui _Neu_(f)_château_, _Neu_(f)-_Brisach_, etc.

[239] Pour plus de détails sur l’_f_ final, voir à la lettre _F_.

[240] Voir sur ce point le chapitre de l’_R_. Cette prononciation
n’avait d’ailleurs rien de si extraordinaire: aujourd’hui c’est dans
les mots en _-er_ et _-ier_ qu’on n’entend plus l’_r_: _aime_(r),
_premie_(r). Nous allons revenir sur les mots en _eur_.

[241] Y compris _M_eu_se_, _Cr_eu_se_, _Gr_eu_ze_, _Chevr_eu_se_, etc.

[242] _=Eun=_, sans _e muet_ final, est nasal dans _à j_(e)_un_ et
_Jean de M_(e)_un_(g).

[243] Ajoutez les noms propres Eu_des_, _Pentat_eu_que_, _Maub_eu_ge_,
_R_eu_ss_, _Bayr_eu_th_ (cf. _G_œ_the_ ou _B_œ_hm_), et surtout les
noms grecs en _-eus_, _Z_eu_s_, _Orph_eu_s_, _Prométh_eu_s_, et même
_basil_eu_s_. Quand ces noms en _-eus_ commencèrent à être introduits
dans la littérature, initiative qui revient à Leconte de Lisle, Victor
Hugo voulut suivre le mouvement, comme d’habitude; mais comme il savait
fort peu de grec, il crut voir dans ces mots la finale latine _us_, et
il fit de _Zeus_ deux syllabes:

    _Zéus_ Jupiter vint, la main d’éclairs chargée,
    Et lui cria: Sois pierre, ô monstre! Et le géant
    Vit _Zéus_, devint roche et s’arrêta béant.
                 _La Fin de Satan_, strophe troisième.

On trouve la même prosodie dans _Religion et Religions_ et dans
l’_Ane_. Pourtant V. Hugo a fait _Zeus_ monosyllabe dans _Dieu_.

[244] Et les noms propres en _-beuf_: _Bab_eu_f_, _Bréb_eu_f_,
_Ruteb_eu_f_, _Elb_eu_f_, _Marb_eu_f_.

[245] Avec _Chevr_eu_l_, _Saint-Ach_eu_l_. Malgré Michaëlis et Passy,
on ne saurait fermer _gu_eu_le_; tout au plus _gu_eu_lard_, quoique ce
soit bien trivial.

[246] Sans parler de _h_eu_rte_, _M_eu_rthe_ et _m_eu_rtre_, et même
_L_eu_ctres_ et _Poly_eu_cte_, suivant le principe général: voir page
38; mais la prononciation savante ferme parfois _eu_ dans ces deux mots.

[247] Au XVIᵉ siècle, on écrivait non seulement _ueil_ pour _œil_,
mais _d_ue_il_, _f_ue_ille_, etc. A _Vern_eu_il_, _Montr_eu_il_,
_Aut_eu_il_, etc., on ajoutera _Arc_ue_il_, _Arg_ue_il_, _Bourg_ue_il_,
_Long_ue_il_, _Montorg_ue_il_, etc., et _B_ue_il_, tandis que _Rueil_
appartient à une autre catégorie. _Sant_eu_l_ a aussi la finale
mouillée, et _Chois_eu_l_ l’a eue.

[248] _V_eu_x-je_ serait peut-être long en même temps qu’ouvert, mais
la vérité est qu’on ne l’emploie pas. Nous avons dit que _Maub_eu_ge_
avait _eu_ fermé.

[249] Ainsi que Eu_re_ et _Sol_eu_re_, _F_eu_rs_ et _Merc_œu_r_, etc.

[250] _Faucheux_ n’est aussi qu’un doublet de _faucheur_. Inversement
le peuple dit volontiers _au lieur de_, pour _au lieu de_.

[251] Avec _Sainte-B_eu_ve_, _Villen_eu_ve_, _Terre-N_eu_ve_, etc.

[252] _V_eu_ve_ fermé, admis par Michaëlis et Passy, est absolument
incorrect, malgré l’analogie de _n_eu_f heures_.

[253] Voir au chapitre du _G_.

[254] C’est le même _e_, inutile aujourd’hui, qu’on trouve dans
_ass_e_oir_ (à côté de _choir_ pour _ch_e_oir_), ou dans _J_e_an_ et
_J_e_anne_.

[255] Michaëlis et Passy enregistrent aussi, et admettent par
conséquent _eu_ fermé dans _br_eu_vage_ et dans _pl_eu_rer_: c’est une
prononciation qu’on ne doit pas entendre souvent.

[256] Ainsi l’_eu_ de _j_eû_ne_, déjà moins long dans _j_eû_ner_ et
encore moins dans _déj_eu_ner_, qui n’a plus d’accent, y devient si
bref dans certaines provinces, qu’on l’y traite comme un _e muet_:
_déj’né_; mais ceci est vraiment excessif, quoique enregistré encore
par Michaëlis et Passy.

[257] Il faut excepter Eu_rope_ et eu_ropéen_, et naturellement
Eu_re-et-Loir_; mais _eu_ est fermé malgré l’_r_, dans les noms
anciens, à prononciation savante, dans Eu_ripide_, Eu_rotas_,
Eu_ryanthe_, Eu_ryclée_, Eu_rydice_, Eu_rysthée_, aussi bien que
dans Eu_bée_, Eu_charis_, Eu_clide_, Eu_doxie_, Eu_dore_, Eu_ler_,
Eu_mée_, Eu_ménides_, Eu_molpe_, Eu_patoria_, Eu_patride_, Eu_phrate_,
Eu_polis_, Eu_sèbe_, Eu_stache_, Eu_terpe_, Eu_trope_, Eu_tychès_, etc.
Il tend à s’ouvrir dans les plus connus de ces mots, comme Eu_phrate_
ou Eu_stache_, et il est moins fermé dans Eu_gène_ que dans Eu_génie_,
parce que, dans Eu_gène_, il tend à s’abréger par le voisinage de la
tonique longue, comme dans _p_eu_t-être_. D’autre part, les faubourgs
disent volontiers U_gène_, U_génie_, U_lalie_, et cette prononciation,
qui fut correcte, comme U_stache_, U_rope_, _h_u_reux_, et beaucoup
d’autres, le serait encore, comme celle de _vu_ pour _veü_, ou
simplement comme celle de _j’ai_ (e)_u_, sans l’influence de l’écriture
qui a prévalu: ainsi _Eure_ rime avec _nature_ et avec _structure_,
dans la _Henriade_, VIII, 55-56, et IX, 125-126. Cf. _bl_eu et
_bl_u_et_, _h_eu_re_ et _l_u_rette_, _l_eu_rre_ et _dél_u_ré_,
_m_eu_te_ et _m_u_tin_. _Mim_eu_re_ même, paraît-il, se prononce encore
par _u_.

[258] De même dans _B_eu_chot_, _B_eu_lé_, _B_eu_dant_ et _B_eu_gnot_,
_C_eu_ta_, _D_eu_calion_, _F_eu_chère_, _La F_eu_illade_, _F_eu_illet_
et _F_eu_quières_, _M_eu_rice_ (malgré l’_r_), _N_eu_bourg_,
_N_eu_illy_, _Mant_eu_ffel_ et _T_eu_tatès_. Mais _eu_ est ouvert dans
_Beurnonville_, moins ouvert dans _Fl_eu_rus_ ou _Fl_eu_ry_.

[259] On devrait le faire un peu plus long dans _Vanl_o(o) et
_Waterl_o(o), puisqu’il en représente deux, mais nos finales ne
comportent pas ces distinctions. L’_o_ final italien s’est souvent
francisé en _e_, comme dans _Guid_o, devenu _Guide_, ou est tombé
purement et simplement comme dans _Perugin_o, devenu _Pérugin_; il
s’est maintenu dans _André del Sart_o, mais le plus souvent on ne le
prononce pas.

[260] Ceux-là se prononcent exactement comme _cl_ô_t_, _dép_ô_t_ (avec
_entrep_ô_t_, _imp_ô_t_ et _supp_ô_t_), _r_ô_t_, _t_ô_t_ et _prév_ô_t_,
qui ont perdu l’_s_, et _Prév_o(_s_)_t_, qui l’a gardé.

[261] Et même _G_o_ths_, ainsi que beaucoup d’autres noms propres:
_Did_o_t_, _Renaud_o_t_, _Carn_o_t_, _Guiz_o_t_, etc. Les poètes ne
font pas ces distinctions, et les mots en _-ot_ ou _-ots_ riment tous
aujourd’hui couramment avec les mots en _-eau_:

    Le faubourg Saint-Antoine accourant en sa_bots_,
    Et ce grand peuple, ainsi qu’un spectre des tom_beaux_,
    Sortant tout effaré de son antique opprobre.
            V. HUGO, _Contempl._, V. 3.


[262] Il en est exactement de même dans telles expressions toutes
faites, comme _aller_ au _tr_o_t_, ou dans tel nom propre, comme
_Ren_au_d_o_t_.

[263] Avec _palin_o_d_ et quelques noms propres en _=-od=_, comme
_Pern_o_d_ et _Goun_o_d_.

[264] Le français avait autrefois la finale muette _o_e (_Piritho_e,
redevenu _Pirithoüs_, _co_e devenu _queue_, ou _ro_e devenu _roue_),
et sans doute elle était longue. L’_o_ est la seule voyelle fermée qui
ait perdu sa finale féminine (cf. _-ie_, _-ue_, _-oue_, _-ée_, _-eue_);
mais nous la retrouvons dans quelques noms anglais: voir plus haut,
page 53. L’_o_ final suédois, avec tréma, se prononce _eu_, et s’écrit
d’ordinaire _œ_, comme dans les mots allemands: voir page 76.

[265] C’était sans doute pour empêcher qu’on ne s’y trompât, que
Fabre d’Églantine, d’origine méridionale, a cru devoir mettre un
accent circonflexe aux jolis mots qu’il inventa pour le calendrier:
_pluvi_ô_se_, _vent_ô_se_ et _niv_ô_se_; un homme du Nord n’en aurait
pas eu l’idée.

[266] Nous ne parlons pas non plus ici des finales dont il est question
page 38: _d_o_cte_ et _d_o_gme_, _g_o_lfe_ et _rév_o_lte_, _abs_o_rbe_,
_éc_o_rche_ et _inf_o_rme_, _m_o_rne_, _m_o_rse_ et _m_o_rte_,
_parad_o_xe_, etc., ont toujours l’_o_ bref ou moyen.

[267] De même _Mar_o_c_, _En_o_ch_, _Bank_o_k_, _Shyl_o_ck_, _L_o_cke_
ou _Archil_o_que_; _Eli_o_t_, _Sc_o_tt_, _Nab_o_th_, _Hérod_o_te_,
_don Quich_o_tte_, _La M_o_the_; _És_o_pe_; _Roman_o_f_, _Malak_o_ff_,
_Christ_o_phe_; _Anti_o_che_; _Thanat_o_s_, _Cappad_o_ce_, _Éc_o_sse_.

_C_ô_te_, _h_ô_te_ et ô_te_ ont perdu un _s_, ainsi que _Pentec_ô_te_,
qu’on a longtemps ouvert, mais qu’il vaut mieux fermer.

[268] En revanche, chez le boucher, on dit volontiers _des_ o_s_ avec
_o_ ouvert, comme au singulier, et de même _dés_o_sser_, la distinction
étant trop délicate. Sans aller jusque-là, il est assez naturel de dire
_un paquet d’_o_s_ (_o_ fermé) plutôt que _un paquet d’_o(s).

[269] Le _Dictionnaire général_ l’ouvre (à volonté dans _albin_o_s_),
mais cela, c’est peut-être la théorie plutôt que la pratique. Michaëlis
et Passy l’ouvrent aussi, mais en le faisant _long_: cette fois je ne
comprends plus. L’_o_ est fermé également dans les noms de cigares,
_trabuc_o_s_, _crapul_o_s_, etc., et dans les accusatifs latins, _intra
mur_o_s_, _benedicat v_o_s_, et par conséquent _salvan_o_s_; également
dans _Calvad_o_s_, _Burg_o_s_, _don Carl_o_s_, _Cornélius Nép_o_s_ et
_Hyes_o_s_.

[270] Il en est de même pour les noms propres. Beaucoup d’entre eux
ont remplacé simplement la forme latinisée en _=-us=_, seule usitée
autrefois, comme _Laï_o_s_, _Dana_o_s_ ou _Phœb_o_s_. Pour ceux-là,
l’_o_ doit être et est toujours ouvert et bref. Pour les autres, c’est
encore l’étymologie qui devrait déterminer la prononciation, puisque
ces mots appartiennent uniquement à la science ou à l’érudition. On
devrait donc fermer l’_o_ seulement chez ceux qui en grec ont un
oméga, _E_o_s_, _C_o_s_, _Arg_o_s_, _Min_o_s_, _Er_o_s_, _Ath_o_s_
(réservant _Ath_o_s_ avec _o_ ouvert pour l’ami de _Porth_o_s_ et de
d’_Artagnan_). Or ceux-là sont le petit nombre; et on devrait ouvrir
l’_o_ chez les autres, _Lesb_o_s_, _Ténéd_o_s_, _Paph_o_s_, _Dél_o_s_,
_Sam_o_s_, _Pathm_o_s_, _Lemn_o_s_, _Clar_o_s_, _Par_o_s_, _Nax_o_s_,
etc. Malheureusement ceux qui ferment l’_o_ de _path_o_s_ ne manquent
pas de fermer celui de _Lesb_o_s_, _Pathm_o_s_ ou _Par_o_s_.

[271] Cependant _alc_o-o_lisme_ garde les _o_ séparés, comme _B_o-o_z_
ou _z_o-o_logie_, qui ne sont pas des mots populaires.

[272] Suivant son principe, le _Dictionnaire général_ fait _o_ ouvert,
mais long, dans les finales _=-oge=_, _=-ove=_ et _=-ogne=_. L’accent
circonflexe s’est mis dans _ge_ô_le_ et _enj_ô_le_, dans _m_ô_le_,
_p_ô_le_, _r_ô_le_ et _contr_ô_le_, _dr_ô_le_, _fr_ô_le_, _tr_ô_le_
et _t_ô_le_, ainsi que dans _r_ô_de_ et _alc_ô_ve_: ce fut arbitraire
et pas toujours justifié. En tout cas cela est, et si Corneille a pu,
en son temps, faire rimer _r_ô_le_ et _p_ô_le_, qui n’avaient point
d’accent, avec _par_o_le_, ces rimes sont détestables dans V. Hugo.

_K_o_hl_ a aussi l’_o_ fermé, à cause de l’_h_. _D_o_ge_ a été
longtemps long et fermé, ainsi que _gl_o_be_ et _l_o_be_, qui
étaient d’abord des mots savants: tous ont suivi depuis l’analogie
des autres. L’_o_ est également ouvert et suffisamment bref dans
_Jac_o_b_ ou _Déiph_o_be_, _Nemr_o_d_ ou _Hér_o_de_, _Mag_o_g_ ou _La
H_o_gue_, _Tir_o_l_ ou _Arc_o_le_, _Norod_o_m_, _R_o_me_ et _S_o_mme_,
_Edis_o_n_, _B_o_nn_, _Antig_o_ne_ et _Lisb_o_nne_ et même _Lim_o_ges_.
Il est un peu plus long dans _Laure de N_o_ves_ ou _Dord_o_gne_.
_V_o(s)_ges_, qui a gardé son _s_, a l’_o_ long et fermé.

[273] On y joignait généralement _R_o_me_, qui pour ce motif s’est
longtemps écrit avec deux _m_.

[274] De même _Deutéron_o_me_, _Chrysost_o_me_ et _Sod_o_me_, à côté de
_R_o_me_, qui gardait seul l’_o_ ouvert.

[275] S’ajoutant à _dipl_ô_me_ et _sympt_ô_me_, qui auraient pu s’en
passer aussi bien qu’_idi_o_me_ et _axi_o_me_. L’accent est encore
dans _ch_ô_me_ (par confusion sans doute, car on écrivait _ch_o_mme_
bref à l’origine), dans le mot populaire _m_ô_me_, dans _fant_ô_me_,
qui a perdu son _s_, et dans _C_ô_me_, _Pac_ô_me_, _Puy-de-D_ô_me_,
_Vend_ô_me_, _Jér_ô_me_, _Dr_ô_me_, _Brant_ô_me_.

[276] Sauf peut-être sur _majord_o_me_. Le _Dictionnaire général_ fait
aussi l’_o_ ouvert dans _prodr_o_me_ et _hippodr_o_me_, _t_o_me_ et
_at_o_me_, et _Deutéron_o_me_; mais c’est manifestement l’étymologie
qui le guide, car ces mots sont encore loin d’être indiscutés.

[277] Le _Dictionnaire général_ fait l’_o_ fermé dans _am_o_me_ et
ouvert dans _cardam_o_me_ et _cinnam_o_me_. L’opinion a pu changer au
cours de l’impression.

[278] Il y a encore quelques termes de médecine qui ferment
l’_o_, comme _sarc_o_me_, _fibr_o_me_, etc. Mais il faut bien que
_chr_o_me_ suive _polychr_o_me_, et il entraînera avec lui _br_o_me_
et _br_o_mure_, à qui le _Dictionnaire général_ donne déjà un _o_
ouvert. L’_o_ n’est plus fermé à peu près régulièrement que dans
_Chrysost_o_me_, sans raison d’ailleurs.

[279] De même que dans _Babyl_o_ne_, _Dod_o_ne_ et _Pom_o_ne_,
_Bell_o_ne_ et _Suét_o_ne_.

[280] Pas davantage dans _Antig_o_ne_, _Tisiph_o_ne_ ou _Gorg_o_ne_,
qui longtemps eurent l’_o_ long, comme _Barcel_o_ne_.

[281] Tous ces mots ont l’_o_ ouvert dans le _Dictionnaire général_,
ainsi qu’_oz_o_ne_, pour lequel Michaëlis et Passy admettent quatre
prononciations différentes.

[282] Outre _pr_ô_ne_ et _tr_ô_ne_, l’accent s’est mis sur _c_ô_ne_
et _pyl_ô_ne_, qui avaient l’_o_ long; quant à _aum_ô_ne_ qui a perdu
son _s_, son _o_ s’était néanmoins ouvert, mais il est plutôt fermé
aujourd’hui. L’_o_ est bref aujourd’hui dans tous les noms propres en
_-one_, même anglais, comme _Gladst_o_ne_ ou _Folkest_o_ne_. Corneille
ou Racine avaient le droit et le devoir de faire rimer _Antig_o_ne_ ou
_Babyl_o_ne_ avec _tr_ô_ne_; mais dans V. Hugo cela ne rime plus; et
sans doute il se croyait autorisé par l’exemple des classiques, en quoi
il se trompait radicalement. D’ailleurs il ne distingue pas, et fait
constamment rimer _tr_ô_ne_ avec _cour_o_nne_:

    Quand il eut bien fait voir l’héritier de ses _trônes_
    Aux vieilles nations comme aux vieilles _couronnes_,...

rime détestable, qu’on chercherait en vain chez les classiques, et
qu’aucune prononciation ne saurait pallier.

Le seul nom propre en _-one_ où l’_o_ soit peut être long sans accent,
c’est _Hipp_o_ne_, qui est savant. Il est naturellement long dans
_B_ô_ne_, _Anc_ô_ne_, _Rh_ô_ne_ et _Sa_ô_ne_, avec _C_o(s)_ne_ et
_Sain-Jean-de-L_o(s)_ne_, et aussi _khit_ô_n_ et _Poseid_ô_n_. En
revanche, beaucoup de personnes abrègent et ouvrent l’_o_ même dans
_Mendelss_o_hn_, ce qui est encore une erreur, à cause de l’_h_.

[283] Dans les noms anciens ou étrangers l’_o_ est ouvert: _Bo_o_z_,
_Badaj_o_z_. En France, la finale _-oz_, comme la finale _-az_, est
assez fréquente dans les noms propres de l’antique pays des Allobroges,
Dauphiné, Savoie, Valais. Mais la prononciation locale met plutôt
l’accent sur la précédente, ou même la pénultième, selon la règle
latine, et la dernière devient à peu près muette. Ainsi _Berlioz_ se
prononce _berl_ mouillé (_berlye_ en une syllabe). Le français ne
saurait évidemment accepter cette accentuation, et dans le pays même
on prononce aussi _Berli_o, sans articuler le _z_, et par suite avec
_o_ fermé. Cette prononciation aurait dû suffire; mais l’orthographe a
réagi sur elle, comme d’habitude, et le _z_ est passé définitivement
dans l’usage; seulement le _z_ amène beaucoup de gens à ouvrir l’_o_,
comme dans _Bo_o_z_, malgré le son bien connu des finales en _-ose_.

[284] De même _Méd_o_r_, _Cah_o_rs_, _Ni_o_rt_, _Chamb_o_rd_, etc.

[285] _N_o_tre_ et _v_o_tre_ ne sont que la forme atone de _n_ô_tre_
et _v_ô_tre_, qui ont perdu leur _s_, ainsi qu’_ap_ô_tre_ et
_paten_ô_tre_. L’_o_ est également ouvert dans _Thémist_o_cle_ ou
_L_o_cres_, _Constantin_o_ple_ ou _Christ_o_fle_, mais fermé dans _Le
N_ô_tre_.

[286] De même _Gren_o_ble_ et _Han_o_vre_, dont l’_o_ s’est également
ouvert (comme partout devant _v_), quoi qu’en disent Michaëlis et
Passy. Et c’est tant pis pour les poètes, car _pauvre_ n’a plus de
rime, sauf à Marseille.

[287] On notera ici aussi que des mots comme _c_o_nique_ ou
_c_o_nifère_, _dr_o_latique_, _p_o_laire_, _dipl_o_mate_ et ses
dérivés, ou _sympt_o_matique_, n’ont pas conservé l’accent circonflexe
du simple, qui n’est qu’un signe arbitraire de quantité; aussi
n’ont-ils pas l’_o_ fermé: voir ci-dessus, page 33, et page 73, note 1.

[288] L’_=o=_ fermé qu’indiqué le _Dictionnaire général_ est-il là
pour l’accent circonflexe, ou est-il dû à une faute d’impression? En
revanche Michaëlis-Passy et Ch. Nyrop veulent qu’_h_ô_tel_ ait l’_o_
ouvert, ainsi que tous ses dérivés: je pense que cette prononciation,
qui a été fort répandue, tend à disparaître, sans doute à cause de
l’orthographe. De même pour _prév_ô_tal_.

[289] Mais non dans o_sseux_, o_ssuaire_, o_ssifier_, où les deux _s_
se prononcent le plus souvent, et o_ss_(e)_let_, où l’_e_ est suivi de
_sl_, pour l’oreille.

[290] Mais, malgré Michaëlis et Passy, il est plus souvent ouvert dans
_f_o_ssette_, toujours dans _f_o_s-sile_, surtout si l’on prononce les
deux _s_, généralement dans _f_o_ssoyer_ et _f_o_ssoyeur_.

[291] Beaucoup moins régulièrement, ou même rarement, malgré
_r_o_sier_, dans _r_o_sace_, _r_o_sat_, _r_o_séole_, _r_o_saire_,
_r_o_seau_, _r_o_sette_, et même _r_o_sière_, si bien que _r_o_sier_
lui-même tend à s’ouvrir, ainsi qu’o_sier_. _O_ est encore long et
fermé dans _B_o_son_ ou _Spin_o_sa_; mais il n’est guère fermé dans
_J_o_seph_ ou _J_o_séphine_, sauf à Paris.

[292] Et dans _Ph_o_cion_, et plus sûrement encore dans _Pr_o_cyon_,
comme dans _M_o_mus_. Il est douteux dans _Sal_o_mon_. Il est fermé
dans O_hnet_ ou _Fr_o_hsdorf_, par l’effet de l’_h_, mais il est ouvert
dans _R_o_thschild_, par l’effet des deux consonnes _tch_; il est
aussi à peu près ouvert aujourd’hui dans _C_o_bourg_, tout à fait dans
_R_o_land_, _R_o_llin_ ou _R_o_llon_.

[293] Michaëlis et Passy croient qu’on peut fermer l’_o_ dans
_p_o_ney_, et aussi dans _t_o_ast_, et même dans _diagn_o_stic_!
Il en résulte que pour eux _p_o_ney_ a, comme o_z_o_ne_, quatre
prononciations: _pôné_, _pônè_, _poné_, _ponè_: je ne connais pour ma
part que la quatrième qui soit usitée.

[294] Et même dans _gratis pr_o _Deo_, et encore, à cause de l’_r_ sans
doute, dans _ad hon_o_res_, _ad val_o_rem_, _c_o_ram populo_, ou _ad
maj_o_rem Dei gl_o_riam_. On fera bien cependant de fermer quelques
_o_ latins, qui sont longs: _d_o_nec eris felix_, _ex ungue le_o_nem_,
_finis cor_o_nat opus_, _in utr_o_que jure_, o_di profanum vulgus_,
_o tempora o m_o_res_, o_re rotundo_, _proprio m_o_tu_, _qu_o_usque
tandem_, _væ s_o_li_; en revanche il faudra faire bref et ouvert l’_o_
de _tu qu_o_que_, qu’on ferme souvent, très mal à propos.

[295] Cf. maman, page 39. Le _Dictionnaire général_ ouvre le premier
_o_ de ces mots (les deux premiers dans _r_o_c_o_c_o).

[296] Voir plus loin, à la fin du chapitre des semi-voyelles, page 199
et la note.

[297] Et dans quelques noms propres anciens, comme _B_o-o_z_, et aussi
bien _Démoph_o-_on_ ou _Laoc_o-_on_, qui autrefois se contractaient.

[298] L’_o_ tend vers _eu_ ouvert et très bref dans les noms propres en
_-son_ et _-ton_, non francisés, comme _Addis_(o)_n_, _Emers_(o)_n_,
_Palmerst_(o)_n_, et aussi bien _Beac_(o)_nsfield_; on peut cependant
le prononcer un peu plus en français qu’en anglais.

[299] De même dans _Atw_oo_d_, _B_oo_th_, _Br_oo_klyn_, _C_oo_k_,
_C_oo_per_, _Robin H_oo_d_, _Lammerm_oo_r_, _Liverp_oo_l_,
_Longw_oo_d_, _M_oo_re_, _Rang_oo_n_, _W_oo_lwich_, etc.

[300] Et dans _Berg-op-Z_oo_m_, _Cl_oo_ts_, _L_oo_s_, _R_oo_sevelt_,
_R_oo_sebeke_, aussi bien que dans _Vanl_oo et _Waterl_oo: où a-t-on vu
qu’il fallait dire _la prise de Berg-op-Zoum_? Il en est de même dans
le basque _Puy_oo. Le breton _Br_oo_ns_ se prononce _Bron_ nasal, par
contraction de _bro-on_. Pour _ow_, voir au _W_.

[301] _Au_ est encore diphtongue au XVIᵉ siècle, et _eau_ parfois
triphtongue. Depuis le XVIIᵉ siècle, ce n’est plus qu’une voyelle
simple.

[302] De même dans _Beauv_eau ou _Boil_eau, _Regn_au_d_, _E_s_c_au_t_,
_Géric_au_lt_ ou _La Rochefouc_au_ld_, _Despré_au_x_, _Chenonc_eau_x_
ou _Roncev_au_x_.

La finale _eaue_ a aussi existé jadis (cf., p. 100) dans le substantif
_eaue_, qui a précédé _eau_; elle a disparu depuis le XVIᵉ siècle.

[303] _=Au=_ est de même fermé dans les noms propres: Au_be_,
_Cl_au_de_, _G_au_le_ ou _B_eau_ne_. Mais on ouvre toujours _P_au_l_,
qui devrait s’écrire _Pol_. On ouvre même _Nép_au_l_. Il est vrai que
_P_au_le_ est plus souvent fermé; mais il y a là quelque affectation.
On ouvre aussi fatalement _F_au_st_, à cause des deux consonnes, mais
ce n’est pas nécessaire. On ouvre également Au_ch_ dans le Midi:
prononciation locale qui s’impose difficilement au Nord.

[304] Cf. l’espagnol _t_o_ro_ ou _t_o_rero_. On sait que la diphtongue
latine _au_ devient régulièrement _o_ en français, transformation
qu’on trouvait déjà dans le bas latin. Or cet _o_ a pu rester fermé
devant _s_ ou _v_: _al_o_se_, _ch_o_se_, _l_o_s_, o_ser_, _cl_ô_ture_
(pour closture), et aussi _p_o_vre_ et _p_o_se_, devenus _p_au_vre_
et _p_au_se_ par réaction étymologique; mais devant _r_ il s’est
ouvert, témoin o_r_, o_riflamme_, o_ripeau_ et _d_o_rer_ (qui tous
se rattachent au latin au_rum_), ou encore o_reille_ et ses dérivés
(au_ricula_) ou o_rage_ (au_ra_), ou _cl_o_re_ (_cl_au_dere_).

[305] On l’ouvre aussi en majorité dans _M_au_res_, qui s’écrit aussi
_Mores_, et dans _F_au_re_, _Duf_au_re_, _L_au_re_, _Roquel_au_re_,
_Saint-M_au_r_. Les érudits le ferment encore volontiers dans
la plupart de ces mots, ainsi que dans _Bucent_au_re_, et dans
_Epid_au_re_, _Montm_au_r_, _Is_au_re_, _Lav_au_r_, _Mét_au_re_, qui
sont moins populaires; mais ces mots eux-mêmes sont touchés. Ne faut-il
pas d’ailleurs aider le poète à rimer?

    Fatal oracle d’_Épidaure_,
    Tu m’as dit: Les feuilles des bois
    A tes yeux jauniront _encore_,
    Mais c’est pour la dernière fois.

Ne pouvant fermer _enc_o_re_, il faut bien ouvrir _Épid_au_re_.

[306] Mais non dans ceux de _valoir_, malgré Michaëlis et Passy.

[307] Le _Dictionnaire général_ ferme partout _au_ initial, même
dans _aurore_ et _augmenter_! C’est évidemment l’étymologie et non
l’expérience qui en a décidé.

[308] De même pour les noms propres: on ferme correctement Au_rillac_,
malgré l’_r_, aussi bien que Au_ber_, Au_dran_, Au_gias_, Au_guste_,
Au_lis_, Au_male_, Au_stralie_, Au_teuil_, Au_vergne_, Au_xerre_ ou
_Saint_-Au_laire_; et _Cal_au_rie_, _L_au_raguais_, _L_au_rent_,
_L_au_rium_, _M_au_repas_, _M_au_rice_, _M_au_ritanie_, _M_au_ry_,
etc., aussi bien que _B_au_delaire_, _B_au_din_, _B_au_dry_,
_B_eau_vais_, _C_au_case_, _C_au_chy_, _C_au_debec_, _C_au_laincourt_,
_L_au_sanne_, _P_au_lin_, _P_au_line_, _Pourc_eau_gnac_, etc., ou
même _Ch_au_cer_. Notons en passant qu’au XVIIᵉ siècle les gens
instruits prononçaient _aftomate_ et même _aftographe_, sous prétexte
d’étymologie grecque!

[309] De même dans Au_erbach_, Au_erstædt_, Au_gsbourg_, Au_sterlitz_,
_Eyl_au, _G_au_ss_, _Gl_au_ber_, _Haguen_au, _H_au_ssmann_, _Nass_au,
_N_au_ndorff_, _Rantz_au, _R_au_ch_, _Schopenh_au_er_, _Str_au_ss_,
_Zwick_au. Autrement il se prononce _ao_, comme dans: _Don_au (Danube),
ou _aou_, comme dans: _Jungfr_au, _H_au_ptmann_, _Hohenst_au_fen_,
_K_au_fmann_, _K_au_lbach_, _K_au_nitz_, _Len_au, _Münch_au_sen_, et
les noms moins connus. L’anglais fait entendre un _o_ ouvert dans
_Conn_au(gh)_t_.

[310] On avouera, d’ailleurs, que la différence qu’il peut y avoir
entre les deux _i_ de _m_i_d_i n’intéresse que la science, et n’a guère
d’utilité pratique, si ce n’est pour les étrangers, et encore! Quant à
_i_, _u_, _ou_, semi-voyelles, on en parlera dans un chapitre spécial.

[311] Le peuple dit volontiers _et pis_ pour _et puis_.

[312] Corneille, _Le Cid_, acte III, scène 4.

[313] _Castries_ se prononce _Castre_.

[314] Michaëlis et Passy trouvent qu’_i_ est long dans les mots en _is_.

[315] Ce qui n’a pas empêché H. de Régnier de faire _ri-i-ons_ de trois
syllabes:

    Nous ri-i-ons en regardant la parodie.
            _Jeux rustiques_, la Grotte.

Il est vrai que dans le même volume il fait aussi _naufrage-ri-ons_ de
cinq syllabes (_ibid._, Péroraison).

Ici encore on ferait bien d’appuyer sur quelques _i_ latins: _ad
v_i_tam æternam_, _mirabile v_i_su_, _in f_i_ne_, _in v_i_no veritas_.

[316] De même on sépare l’_=i=_ dans des mots français ou francisés,
comme _Acha_-ï_e_, _Isa_-ï_e_, _A_-ï, _Sina_-ï, _Adona_-ï, _et aussi_
_Godo_-y. _Shang-Ha_ï n’est pas dans le même cas, et doit se prononcer
uniquement en deux syllabes, l’_i_ mouillant l’_a_, ou plutôt faisant
fonction de semi-voyelle. De même _Angelo Ma_ï, _Moula_ï-_Hafid_,
_Ouada_ï, _Bosna-Sera_ï, et aussi _Hokousa_ï, et d’autre part _Hano_ï
ou _Tolsto_ï, _avec_ _Cro_ , qui se prononce _Crou-y_. Le cas est
exactement le même que celui de _Pompéi_ et _Véies_, où l’accent aigu
permet de ne pas employer le tréma: voir page 81, note de la page 80.

[317] On rattache souvent ce mot au _fleurette_ français, dont les
Anglais auraient jadis tiré leur _flirt_. Cette étymologie est plus que
douteuse, et _fleureter_, qu’on lit quelquefois au lieu de _flirter_,
est inutile autant que discutable.

[318] De même dans _Br_i(gh)_t_ et _Br_i(gh)_ton_, _Ch_i_lde-Harold_,
_F_i_fe_, _Un_i_ted States_, _W_i(gh)_t_ ou (W)_r_i(gh)_t_, et aussi
_Sh_y_lock_ et _W_y_oming_. _G_i_rl_ se prononce _gheurle_.

[319] Pour _baby_, voir page 43, note 4. On prononce nécessairement _i_
dans _Cantorbér_y, qui est la forme française de _Canterbur_y (beuré);
généralement aussi dans _Salisbur_y, et très souvent dans _B_y_ron_,
prononciation très ancienne, et toujours parfaitement admissible
pour ceux qui ne savent pas l’anglais. On hésite entre _i_ et _aï_
pour _Carl_y_le_; on prononce _aï_ de préférence dans _H_y_de Park_,
_Dr_y_den_, _Cl_y_de_, et surtout _Sh_y_lock_; dans _B_y_ron_, si
l’on veut. Quant à _Van D_y_ck_, qui n’est pas anglais, c’est à tort
qu’on le prononce souvent _van’ daïc_: ce serait plutôt _van’ dèïc_;
mais le plus simple est de le franciser en _i_, comme on fait pour
_Zu_i_derzée_.

[320] Et dans _f_û_t_ substantif et _f_û_t_ verbe, dans _d_û, _m_û,
_cr_û, et _aff_û_t_, comme dans (a)oû_t_, _c_oû_t_, _g_oû_t_,
_dég_oû_t_, _rag_oû_t_, _m_oû_t_ et _sa_oû_l_. Pour _-ue_ et _-oue_,
voir ce qui est dit page 56.

[321] Moins dans _sur_ préposition, qui est proclitique, à moins qu’on
ne dise, par exemple, _j’aime mieux sous que s_u_r_.

[322] Il ne faut pas confondre les finales latines en _-us_, qui sont
moyennes, avec les finales grecques en _-eus_: voir page 92, note 2.

[323] La Noue, auteur, bien avant Richelet, d’un excellent
«Dictionnaire des Rimes» (1596), distinguait déjà _f_ou_ille_ long et
_farf_ou_ille_ bref, et cette distinction n’a pas entièrement disparu.

[324] L’accent n’est pas plus sensible dans les prétérits en _-ûmes_
et _-ûtes_ que dans les autres. Il ne l’est guère dans _b_û_che_ et
_emb_û_che_. Il ne peut pas l’être non plus dans _m_û_r_, _m_û_re_ et
_s_û_r_, puisque _-ur_ est déjà long sans accent, ni dans _piq_û_re_,
orthographe conventionnelle destinée à éviter le double _u_ de
_piqu-ure_.

[325] Il serait bon de faire longs quelques _u_ latins: _ab_ u_no disce
omnes_, _audaces fort_u_na juvat_, _d_u_ra lex sed lex_, _in utroque
j_u_re_, _nec pl_u_ribus impar_.

[326] Il faut éviter avec le plus grand soin d’élider l’_=u=_ de _tu_
devant un verbe: cette prononciation révèle une éducation insuffisante.
Il en est de même de _auj_o_rd’hui_ pour _auj_ou_rd’hui_, et _s’coupe_
pour _s_ou_coupe_, qui s’entendent fréquemment dans le peuple. Dans la
conversation très rapide et familière, on supprime souvent _ou_ dans
_vous_ devant une voyelle: _si v_(ou)_s avez_, ainsi que dans _t_(ou)_t
à fait_ ou _t_(ou)_t à l’heure_, après une voyelle; ce n’est point à
encourager.

[327] La finale _-um_ était autrefois francisée en _on_ nasal; par
exemple, _te De_u_m_ se prononçait _tédéon_. Cela dura jusqu’à la fin
du XVIIIᵉ siècle, et l’on écrivait aussi bien _on_ que _um_: on trouve
_matrimonion_ dans le _Dépit amoureux_, et Voltaire fait encore rimer
_palladium_ avec _Ilion_. Nous avons conservé quelques traces de cette
prononciation. Si _factotum_, longtemps écrit _factoton_, a repris
définitivement le son _om_, si _factum_ ne se prononce plus _facton_,
comme le voulait encore Mᵐᵉ Dupuis, en revanche, _dictum_, _rogatum_
et _totum_ sont devenus définitivement _dicton_, _rogaton_ et _toton_.
_Aliboron_ est aussi pour _Aliborum_, dont l’origine est inconnue.
Que dis-je? _péplon_, pour _peplum_, est encore dans le _Dictionnaire
général_, mais en vérité on ne l’emploie plus.

[328] Ou en latin devant un autre _m_: _cons_u_m-matum est_, _s_u_m-mum
jus_, _s_u_m-ma injuria_; mais _n_u_m-mulite_, et _n_u_m-mulaire_ ont
pris le son _u_.

[329] On prononce naturellement _-um_ par _o_ dans les noms propres
latins: _Latium_, _Herculanum_, _Pæstum_, etc.; mais on prononce par
_u_ _Vert_u_mne_, _D_u_m-norix_ et _M_u_m-mius_. En Suisse romande,
on dit même _alboum_, _foroum_, etc., comme en Suisse allemande ou
italienne, suivant la véritable prononciation du latin.

[330] On vient d’en voir des exemples. L’_u_ scandinave ou hollandais
se prononce toutefois comme le nôtre: U_léa_, U_méa_, U_trecht_.

[331] _Ad libit_u_m_, qui s’emploie aussi en musique, ainsi que les
mots précédants, n’est pas italien, mais latin, et se prononce par _o_,
suivant la manière française de prononcer le latin.

[332] Nous francisons surtout une infinité de noms propres qu’il
serait impossible d’énumérer, italiens ou espagnols aussi bien
qu’allemands ou anglais. Même dans un nom comme _Gervinus_, il arrive
qu’on prononce _ghe_ à l’allemande et _nus_ à la française. On hésite
pour quelques-uns, comme U_r_, _Estramad_u_re_, _Cher_u_bini_,
_Gl_u_ck_, _K_u_rdistan_, _Vera-Cr_u_z_, _Y_u_kon_. On prononce
toujours ou de préférence _ou_ dans _Abat_u_cci_, _Card_u_cci_,
_Ci_u_dad-Réal_, _P_u_lci_ et _Y_u_ste_; dans _John B_u_ll_ et _British
M_u_se_u_m_; dans _Boch_u_m_, _Carlsr_u_he_, _F_u_chs_, _Gm_u_nd_,
_H_u_mperdinck_, _J_u_ngfrau_, _Kotzeb_u_e_, _Kr_u_pp_, _Metz_u,
_M_u_nkaczy_, _Niebel_u_ng_, _Nieb_u_hr_, _Rigik_u_lm_, _R_u_binstein_,
_R_u_hmkorff_, _Sch_u_bert_ (quoique on ne prononce pas le _t_),
_Sch_u_lhoff_, _Sch_u_mann_, _Siegm_u_nd_, _S_u_ppé_, _Th_u_n_,
_T_u_gendb_u_nd_, U_hland_, U_nterwalden_, _W_u_ndt_ et _Z_u_g_, et
tous les noms en _-b_u_rg_; dans _B_u_kovine_, _L_u_le-Bourgas_ et
_Usk_u_b_, dans _Y_u_s_u_f_ et _Hamm_u_rabi_, dans _Pég_u (écrit
aussi _Pégou_), _Bég_u_m_, _Th_u_gs_, _Chem_u_lpo_, _Shog_u_ns_ et
_F_u_si-Yama_, et à fortiori les noms moins connus. En France même,
_Bany_u_ls_ se prononce par _ou_ dans la région, ainsi que le _golfe
J_u_an_. L’_u_ ne se prononce pas dans l’italien _b_u_ona_, pas plus
dans _B_(u)_onaparte_ que dans _B_(u)_onarotti_, malgré les efforts des
émigrés, ni dans _e p_u_r si m_(u)_ove_ ou _galant_(u)_omo_.

On remarquera que le cas de _Sch_u_ber_(t) est un admirable exemple
de demi-francisation. Mais le cas de _Gluck_ est bien particulier.
Ce mot fut sans doute francisé au XVIIIᵉ siècle. Au XIXᵉ siècle,
on s’imagina que _gluc_, prononciation courante, était aussi la
prononciation allemande, et on se mit à écrire _Glück_, avec le tréma
qui, en allemand, sert à distinguer _u_ de _ou_. Mais jamais les
Allemands n’ont écrit ni prononcé _Glück_. S’ensuit-il qu’il faille
nécessairement prononcer _glouc_, comme font les spécialistes? En
aucune façon, car on n’a pas affaire ici à une tradition établie, comme
pour _Sch_u_bert_ et _Sch_u_mann_. On a donc le choix; mais de quelque
façon qu’on prononce, il faut écrire _Gluck_ uniquement. Mais dans
la prononciation de _Kluck_, il n’y a pas le choix. Beaucoup disent
et écrivent: le général allemand von Klück, avec le tréma. C’est une
faute. Et l’on doit prononcer Klouck.

[333] De même _B_u_rne Jones_, _B_u_rns_, les mots en _-burn_ et
_-burne_, _B_u_rton_, _Ch_u_rchill_, _R_u_skin_, _R_u_ssel_, et les
mots en _-bury_, encore que _Salisb_u_ry_ puisse très bien être
francisé par les personnes qui ne savent pas l’anglais. _U_ initial se
prononce _iou_ dans _David H_u_me_, et dans U_nited States_ (ce qui
fait _iounaïted_).

[334] Avec quelques noms propres: _Dec_am_ps_, _Féc_am_p_,
_Longch_am_p_, _Desch_am_ps_, _Col_om_b_. De même _P_aim_beuf_ ou
_G_am_betta_. Cet _m_ n’est en réalité qu’un _n_ modifié, soit en
latin, soit en français, pour s’accommoder à _b_, _p_, ou _m_, par
exemple dans les composés de _en_: em_barquer_, em_porter_, em_mener_.
L’_m_ de _triu_m_vir_ ou _déce_m_vir_ n’étant pas dans ce cas, il n’y a
point de nasale dans ces mots, qui gardent le son latin.

[335] On trouve aussi l’_m_ exceptionnellement dans quelques noms
propres: _Ch_am_fort_ et _Ch_am_lay_, _D_om_front_, _D_am_rémont_ et
_D_am_ville_, et _S_am_son_, qui ont tous le son nasal, ainsi que
_D_om_martin_, où les éléments composants, _dom_ et _Martin_, restent
distincts, comme dans Mais_on_neuve.

[336] Avec _Adam_. Autrefois les finales en _=-am=_ et _=-em=_,
sauf l’interjection _hem_, étaient toutes nasalisées (même dans
la prononciation du latin), aussi bien que les finales en _-um_:
_Abraham_, _Balaam_, _Roboam_, rimaient avec _océan_, _Jérusalem_ avec
_élan_, comme _Te Deum_ avec _odéon_.

Ce n’est qu’à partir du XVIIᵉ siècle qu’on commence à séparer l’_m_
dans les finales en _-am_ et _-em_; mais Voltaire fait encore rimer
_Balaam_ avec _Canaan_ dans _la Pucelle_. De cette prononciation
nasale, il est resté, comme on voit, peu de traces. On ne prononce plus
guère _quidam_ comme au temps de La Fontaine (_kidan_):

    Ils allaient de leur œuf manger chacun sa part,
    Quand un _quidam_ parut...

Ce mot avait même alors un féminin, qui était _quida_n_e_ et non
_quida_m_e_; aujourd’hui on prononcerait plutôt _kidame_ ou _kuidame_,
à la manière dont nous prononçons le latin; mais le mot n’est plus
guère employé. De même _dam_, que La Fontaine fait rimer avec
_clabaudant_ dans la fable du _Renard anglais_, n’appartient plus
guère qu’au vocabulaire théologique: _la peine du dam_. _Adam_ est, en
définitive, le seul mot usuel en _am_ qui ait gardé la finale nasale:
il était trop populaire pour que sa prononciation pût être altérée, je
veux dire défrancisée, comme l’a été celle d’_Abrah_am, par exemple:
il en est ainsi de tous les mots qui s’apprennent par l’oreille et
non par l’œil. _Macadam_ vient, il est vrai, de l’anglais _Mac-Adam_;
mais _Adam_ n’est pas nasal en anglais, et _macadam_, en qualité
d’étranger, s’est francisé, sans nasaliser sa finale. On connaît
l’anecdote de _quanquam_, autrefois prononcé _kankan_, comme _quisquis_
était prononcé _kiskis_: la réforme de cette prononciation est due
au fameux Ramus. Mais comme cette réforme avait été faite en dehors
de la Sorbonne, les docteurs de Sorbonne menacèrent de la censure
ecclésiastique ceux qui adopteraient la nouvelle prononciation. Aussi,
un jeune prêtre, ayant négligé de prononcer _kankan_ dans une thèse
publique, vit la Sorbonne déclarer vacant un bénéfice considérable
qu’il possédait. La question fut portée au Parlement, et il fallut
l’intervention des professeurs du Collège Royal, Ramus en tête, pour
prouver le ridicule de ce procès. On sait par ailleurs que c’est le
grand usage du mot _quanquam_ dans les discussions de l’école qui a
donné naissance au mot _cancan_.

Les suffixes _hem_ et _hen_, qui terminent beaucoup de noms de lieu
dans le nord de la France, nasalisent en _an_ ou _in_: Elinehem,
Tournehem font: _Elinan_, _Tournan_.

[337] Ces mots s’écrivaient par un _n_ au moyen âge, et c’est la
réaction étymologique qui leur a rendu un _m_; mais le féminin de
_daim_ est toujours _daine_, et même _dine_ (formé du son _din_). Ne
pas confondre _étai_m avec _étai_n. Il faut ajouter ici _Joachim_, dont
nous reparlerons.

[338] Ajouter _Riom_, _Billom_, _Condom_.

[339] Pour les finales latines en _-um_, voir page 123.

[340] Plus souvent encore des noms propres: _Pria_m, _Isla_m, _Wagra_m,
_Se_m, _Château-Yque_m, etc.

[341] Voir pages 48, 64 et 74; de même dans _dam-ne_ et _autom-ne_.

[342] C’est la prononciation du temps qui justifie le calembour
involontaire de Martine, dans _les Femmes savantes_:

    --Veux-tu toute ta vie offenser la _gr_am-_maire_?
    --Qui parle d’offenser grand-père ni grand-mère?


[343] _Savamment_ est en effet pour _savant-ment_, et _fréquemment_
pour _fréquent-ment_.

[344] C’est le même phénomène que nous avons vu tout à l’heure dans
_rouennerie_: voir page 75, note 1. Nous reparlerons encore de la
décomposition de la nasale à propos des liaisons.

[345] _Ennui_ a longtemps oscillé entre an-_nui_ et a-_nui_: de
même en-_noblir_ se confondait avec a-_noblir_. Les mots savants
_e_m-m_énagogue_ ou _e_n-n_éagone_ n’appartiennent pas à cette
catégorie et n’ont pas le son nasal.

[346] Ils peuvent subir aussi l’analogie de mots comme _enhardir_, où
l’_h_, étant aspiré, fait fonction de consonne, ce qui n’est pas le cas
d’_enharmonique_, malgré Michaëlis et Passy. Je laisse de côté des mots
plus rares encore, comme _enarbrer_ ou _enarrher_, qui gardent aussi le
son nasal.

[347] Ils sont probablement exposés à subir le sort de _do_ré_navant_,
qui est pour d’_ore en avant_; toutefois _en_ initial doit résister
mieux.

[348] Quoique Mᵐᵉ Dupuis recommandât déjà _énorgueillir_!

[349] Ces mots eurent jadis deux syllabes, puis une diphtongue; mais
la diphtongue elle-même s’est résolue depuis longtemps, et dès le
XVIᵉ siècle on écrivait sans difficulté _fan_, et parfois _pan_, qui
manifestement auraient dû s’imposer. Que l’_o_ se soit conservé dans
les noms propres, comme _La_(o)_n_, _Cra_(o)_n_, _Ra_(o)_n-l’Étape_,
_Tha_(o)_n_, etc., qui se prononcent aussi par _an_, cela même
n’était déjà pas indispensable; mais dans des noms communs, cela
est parfaitement absurde: on écrit bien _flan_, qui est aussi pour
_flaon_. Écrit-on _paeur_, _veu_, ou _cheoir_? Il est vrai qu’on écrit
_asseoir_, et c’est inepte. On écrit aussi _Jean_ et _Jeanne_, mais ce
sont encore des noms propres; et d’ailleurs eux aussi pourraient bien
se passer de leur _e_, aussi bien que _à jeun_.

C’est encore par _an_ que se prononcent deux mots français que nous
retrouverons, _C_(a)_en_ et _Saint-S_(a)_ëns_, avec _Jord_(a)_ens_;
mais on sépare _Lyca-on_, _Pha-on_, _Phara-on_, etc., mots anciens et
savants. _Saint-L_(a)_on_ se prononce par _on_.

[350] De même _La_(on)_nais_, _Cra_(on)_nais_ ou _Ca_(en)_nais_, et
aussi _Cra_(on)_ne_, le tout avec un _a_ simple.

[351] La finale est presque toujours nasale aussi dans les noms propres
en _-an_, étrangers aussi bien que français: _Aldébar_an, _Burid_an,
_Ceyl_an, _Cor_an, _Érid_an, _Ériv_an, _Haïn_an, _Lém_an, _Magell_an,
_Michig_an, _Ir_an, _Kaz_an, _Lockm_an, _M_an, _Nich_an, _Osm_an,
_Othm_an, _S_an-(pour Saint), _Turkest_an, _Tuyen-Qu_an, _Wot_an (sauf
dans Wagner), _Yucat_an, _Yunn_an, _Zurbar_an, et la particule flamande
_Van_, du moins devant une consonne: _V_an _Dick_. Nous ne nasalisons
pourtant ni _Ahrima_n, ni _Flaxma_n, _Wisema_n ou _Wouverma_n, ni bien
entendu les noms en _-mann_.

[352] On nasalise la finale _=-and=_ ou _=-ant=_ dans _Coven_an_t_,
_Rembr_an_dt_, et tous les noms géographiques en _-land_, qu’on y
prononce le _d_ ou non: voir au chapitre du _D_. De plus, et sans
parler des noms anciens, comme _S_am_son_, _P_am_phylie_ ou _Z_an_te_,
ni des noms à forme française, comme _Moz_am_bique_, _P_am_pelune_
ou _Z_an_zibar_, on nasalise aussi _an_ intérieur dans An_dersen_,
An_gelico_, _B_am_berg_ (malgré le _g_ qui sonne), _C_am_bridge_,
_C_am_panella_, _C_am_po-Formio_, _C_am_po-S_an_to_, _C_am_pra_,
_Ch_an_dos_ (malgré l’_s_ qui se prononce), _Cr_an_mer_, _Exelm_an_s_,
_Gér_an_do_, _K_an_dahar_, _K_an_sas_, Kant, _M_an_cini_, _M_an_tegna_,
_M_an_zoni_, _Oub_an_ghi_, _R_an_cke_, _S_an_dwich_, _S_an-_Francisco_,
_S_an_grado_, _S_an_ta-_ (pour Sainte-), _S_an_tander_, _S_an_tiago_,
_S_an_zio_, _Serv_an_doni_, _South_am_pton_ (malgré la finale
sonore), _St_am_boul_, _St_am_boulof_, _St_an_dard_, _Tag_an_rog_,
_T_an_ganyika_, _Trav_an_core_, _V_am_béry_, _V_an_couver_, _Z_am_pa_,
_Z_am_pieri_, etc. On ne nasalise pas _Eva_n_s_, _Kilima_-n’_djaro_,
_Ma_n_teuffel_, _Sta_n_ley_, fort peu _Uhla_n_d_ ou _Wiela_n_d_, et les
noms moins connus, ni _am_ suivi d’une consonne autre que _b_ ou _p_.
Toutefois, dans _Sal_am_mbô_, on nasalise _am_, comme dans _S_am_son_,
tout en prononçant le second _m_.

[353] _Bi_en_faisant_, _bi_en_séant_, _bi_en_tôt_, _bi_en_venu_, etc.
(_bi-ennal_ n’en est pas), _chi_en_dent_ et _vauri_en. Notons en
passant que dans la conversation très familière, _eh bien_ se réduit
souvent à _eh ben_, et même à _ben_ tout court, toujours avec le son
_in_.

[354] De même tous les noms propres anciens, _Aché_-en_s_,
_Phocé_-en_s_, etc., _Claudi_en, _Juli_en, _Justini_en, _Valéri_en,
_Luci_en, _Vespasi_en, etc., avec _Édu_en_s_; et aussi les noms
modernes, _Gi_en, _Talli_en, le _Titi_en, avec _Engh_(i)en, quoique ce
mot perde son _i_ (anghin).

[355] Dont le son se reconnaît et se conserve dans _chi_en_lit_, malgré
la diphtongue: ce mot est en effet sans rapport avec _chi_en_dent_,
composé de _chi_en. A la préposition _en_ il faut ajouter trois ou
quatre noms de villes: _Ca_en (et _Deca_en), _Ecou_en, _Rou_en, et
_Saint-Ou_en, que les Parisiens prononcent volontiers saintou_in_, on
ne sait pourquoi.

[356] En 1878, l’Académie prétendait encore que la prononciation
_examène_ n’avait pas tout à fait disparu: elle ne peut être que
méridionale.

[357] On trouve aussi _éden_ rimant avec _jardin_, rime
particulièrement fréquente dans Delille; mais dans les _Juifves_,
Robert Garnier faisait rimer _éden_ avec _Adam_. Émile Goudeau, dans
sa fameuse _Revanche des Bêtes_, a fait rimer _abdomen_ avec _carmin_:
je n’en connais pas d’autre exemple. Quant à _spécimen_ prononcé par
_in_, qui est admis par Michaëlis et Passy, je ne crois pas qu’on le
rencontre bien souvent. Le son nasal _in_ s’est maintenu dans quelques
noms propres, _Ag_en, _Rub_en, _Sirv_en, et aussi _Bo_ën (boin) et
_Cah_en, et surtout dans les noms bretons: _Chatelaudr_en, _Dupuytr_en,
_Elv_en, _Guich_en, _Kerguél_en, _Lesnev_en, _Pleyb_en, _Pont-Av_en,
_Rospord_en, _Suffr_en, etc. Il est vrai qu’on prononce fréquemment
_sufrène_ ou _kerguélène_, mais c’est une erreur, et les marins, qu’on
doit apparemment suivre sur ce point, ignorent complètement cette
prononciation.

[358] On notera par suite la différence de prononciation entre
_comédi_en (yin) et _ingrédi_en_t_ (yan), _draconi_en (yin) et
_inconvéni_en_t_ (yan), _histori_en (yin) et _Ori_en_t_ (yan), etc.
C’est aussi _an_ qu’on entend dans _Hers_en_t_, _Sarg_en_t_ ou
_Bénév_en_t_.

[359] Il va sans dire qu’il n’est pas question non plus des finales
des troisièmes personnes du pluriel, qui, après s’être longtemps
prononcées _ont_ ou _ant_, ont fini par devenir aussi muettes que
l’_e_ simple: _aim_(ent) ou _aim_(e), _aimai_(ent), _aimèr_(ent).
Enfin quelques mots étrangers ne se nasalisent pas, et articulent le
_t_, comme _psch_e_nt_, _privat-doc_e_nt_, _great-ev_e_nt_, _K_e_nt_,
_Taschk_e_nt_; _zend_ se nasalise en _in_, et on articule la consonne,
comme dans le latin _bis repetita plac_en_t_.

[360] Je parle de _-ens_ après consonne, bien entendu: nous savons déjà
que _tiens_ et _viens_ et leurs dérivés, et les pluriels en _-éens_ et
en _-iens_, avec _Amiens_ ou _Damiens_, ont toujours le son _in_.

[361] C’est aussi le son latin (_ince_) qu’on entend dans presque tous
les noms propres, qui sont pour la plupart méridionaux ou étrangers:
_Camo_ën_s_, _Dick_en_s_, _Flour_en_s_, _Huygh_en_s_, _Mart_en_s_,
_Perr_en_s_, _Poug_en_s_, _Puylaur_en_s_, _Rabast_en_s_, _Rub_en_s_,
_Saint-Gaud_en_s_, _Thor_en_s_, _Val_en_s_, etc. (avec _Morc_en_x_ ou
_Navarr_en_x_). Ajoutons que des noms comme _Dick_en_s_ et _Huygh_en_s_
peuvent aussi ne pas se nasaliser, de même que _Stev_en_s_. Toutefois
quelques noms propres français ont réussi à garder le son _an_
tout en faisant sonner l’_s_: _Arg_en_s_, _Dulaur_en_s_, _J.-P.
Laur_en_s_, _L_en_s_, _S_en_s_, et aussi _Jord_(a)ën_s_ (dance),
avec _Saint-S_(a)ën_s_. _Cobl_en_tz_ se prononçait naguère encore
_Coblance_; aujourd’hui on ne nasalise plus guère ce mot. On voit
qu’après _en_ l’_s_ se prononce toujours ou à peu près dans les noms
propres. Il y en a pourtant quelques-uns où on a tort de le prononcer;
et dans ceux-là, à part _Samoëns_, qui se prononce _Samoin_, c’est le
son _an_ qui se maintient, comme dans les mots proprement français,
_g_en(s) ou _dép_en(s). Ce sont d’une part _Fur_en(s), _Confol_en(s)
et _Doull_en(s), d’où _Confolennais_ et _Doullennais_ prononcés par
_a_, avec _Saint-S_(a)en(s), localité de la Seine-Inférieure; d’autre
part une héroïne et une localité vaudoises, _Clar_en(s) et _M_ᵐᵉ
_de War_en(s). Malheureusement notre habitude de prononcer les noms
propres par _ince_, comme les mots latins, fait altérer constamment la
prononciation de ces noms, qui est pourtant conforme aux plus pures
traditions françaises. Peu de gens en France la respectent ou même
la connaissent; et si elle se maintient en Suisse, on prétend qu’à
Confolens même la prononciation _confolince_ commence à se répandre: ce
serait donc la prononciation méridionale qui monterait vers le nord;
mais est-ce bien sûr?

[362] Et aussi dans _Timour-L_en_g_ (d’où _Tamerlan_) et
_Aur_en_g-Zeyb_, noms anciens; mais le moderne _Flam_en_g_ se prononce
par _ingue_, comme on prononce _inque_ dans _Méz_en_c_, _Teisser_en_c
de Bort_ ou _Dehod_en_c_, noms méridionaux.

[363] Ceci entraîne naturellement la prononciation de tous les noms
propres qui ont ces finales, même les noms étrangers: _Clar_en_ce_,
_May_en_ce_ et _Val_en_ce_ (d’Espagne), aussi bien que _Prud_en_ce_,
_Fulg_en_ce_, _Tér_en_ce_, _Jouv_en_ce_, _Val_en_ce_ (de France),
_V_en_ce_ et _Prov_en_ce_ (_Lawr_en_ce_ fait exception et se prononce
_Lôrèns’_); de même _W_en_des_ et _Ost_en_de_, comme _M_en_de_,
_T_en_de_ ou _Port-V_en_dres_; _Tar_en_te_, _Sorr_en_te_ et _Tr_en_te_,
comme _Sal_en_te_; _Nouvelle-Z_em_ble_, comme _Gart_em_pe_ et même
_Gardonn_en_que_.

[364] Même dans les noms propres anciens: on prononce Em_pédocle_,
En_celade_, En_dor_, En_dymion_, comme Em_brun_ ou En_tragues_;
toutefois on prononce Em_porium_ par _in_, parce que sa forme est
purement latine.

[365] Ce qui a entraîné _c_en_tumvir_, que quelques-uns prononcent
par _in_. Dans _quattroc_en_to_, on ne doit pas nasaliser _en_, le
mot restant italien; mais _quattroc_en_tiste_, qui est francisé, se
nasalise par _in_.

[366] De même dans les noms propres: _Arg_en_son_, _Arg_en_tan_,
_Arg_en_teuil_, _Arm_en_tières_, _Beaug_en_cy_, _Bér_en_ger_,
_Bes_en_val_ (il paraît qu’on devrait prononcer _bézval_),
_Car_en_tan_, _Carp_en_tras_, _Cav_en_tou_, _Char_en_ton_,
_Clem_en_ceau_, _Cot_en_tin_, _Daub_en_ton_, _From_en_tin_,
_G_en_lis_, _G_en_sonné_, _H_en_daye_ (autrefois écrit An_daye_),
_L_en_glet-Dufresnoy_, _M_en_ton_, _Montmor_en_cy_, _Montp_en_sier_,
_Porr_en_truy_, _Saint-Qu_en_tin_, _S_en_lis_, _Tar_en_taise_,
_T_en_cin_, _Lally-Toll_en_dal_, _Val_en_çay_, _Val_en_ciennes_,
_Val_en_tinois_, _V_en_dée_, _V_en_dôme_, _V_en_toux_, _Ys_en_grin_,
etc., etc.

[367] Avec les expressions latines _castigat rid_en_do mores_, _festina
le_n_te_, _habemus confit_en_tem reum_, _intellig_en_ti pauca_, _nunc
est bib_en_dum_, _o t_em_pora_, _panem et circ_en_ses_.

[368] Et aussi _P_en_tateuque_ ou _P_en_thésilée_; mais _P_en_tecôte_,
qui est ancien et populaire, a gardé le son _an_; _P_en_thée_ aussi,
généralement. Pour _P_en_télique_, il y a doute.

[369] On l’a fait pourtant dès l’origine, et l’abbé Barthélemy écrivait
même _v_in_démiaire_, au témoignage de Domergue.

[370] _M_en_tor_ n’est répandu que depuis le _Télémaque_ de Fénelon, et
l’on prononça d’abord _M_é_n-tor_, qui naturellement s’est nasalisé en
_in_.

[371] Il y a aussi quelques noms propres français qui ont le son
_in_, sans qu’on sache pourquoi, comme _B_en_serade_ (attesté dès
1711), _Buz_en_val_ (à côté de _Bes_en_val_ par _an_), _Mag_en_die_,
_P_en_thièvre_ (que quelques-uns prononcent par _an_, mais qui est
attesté depuis 1761). Ces noms sont rares, sauf dans le Midi. On
prononce encore par _in_ Em_porium_, quoique _em_ soit initial, et
surtout _B_en_jamin_ et _M_em_phis_, _L_en_tulus_, _S_em_pronius_
et _S_em_pronia_, et _Ter_en_tia_. _Hort_en_sius_ semblerait devoir
aussi se prononcer par _in_: il a probablement subi l’analogie de
_Hort_en_se_ et _hort_en_sia_, qui en dérive; _Av_en_tin_ a dû
subir celle du français _av_en_t_, d’autant plus que _intin_ était
désagréable; enfin _T_em_pé_, sur lequel on hésite, suit aisément celle
de _t_em_ps_. Nous avons vu que la finale _-en_ se prononçait _in_ dans
les noms propres bretons; à fortiori _-en-_ intérieur: _P_en_march_
se prononce peut-être _pèn_(e)_mark_ en breton, mais en français de
Bretagne on nasalise, et on prononce _p_in-_mar_, comme dans _Lesnev_en
ou _Suffr_en.

[372] _Cresc_en_do_ se francise certainement en _cressindo_, et on
en a même fait un substantif. Pourtant les musiciens le prononcent
volontiers à l’italienne, _créchèndo_; et on doit le prononcer ainsi
dans la grande tirade de la calomnie du _Barbier de Séville_, où ce
mot vient après _r_in_forz_an_do_, qui ne tolérerait pas les nasales.
_Crechin-do_ seul est à éviter.

[373] Il en est de même pour les noms propres que pour les autres.
Très peu de noms étrangers nasalisent _en_ par _an_: En_gadine_, où
_en_ est initial, _Carp_en_tarie_, quelquefois _Gr_en_ville_ (mais
à tort), _G_en_gis-Khan_ et _G_en_séric_, qui sont fort anciens,
_Hott_en_tots_ et _Maz_en_déran_, qui s’écrit aussi _Maz_an_déran_,
_Lux_em_bourg_, _R_em_brandt_. Presque tous les noms qui nasalisent
_en_ le font naturellement en _in_: _Ab_en_cérages_, _Alt_en_bourg_,
_A K_em_pis_, _App_en_zel_, _B_en_der_, _B_en_da_, _B_en_fey_,
_B_en_gale_, _B_en_guela_, _B_en_tivoglio_, _B_en_tley_, _B_en_venuto
Cellini_, _Br_en_ta_, _Br_en_tano_, _Cav_en_dish_, _C_en_ci_,
_Clem_en_ti_, _Cos_en_za_, _Dar_em_berg_, _Emm_en_thal_, _Fa_ën_za_,
_Fl_en_sbourg_, _Fol_en_go_, _Form_en_tera_, _Furst_em_berg_,
_Gass_en_di_, _Girg_en_ti_, _Gro_ën_land_, _Gutt_em_berg_,
_Lor_en_zaccio_, _Low_en_dal_, _Mack_en_zie_, _Mag_en_ta_, _Mar_en_go_,
_Meckl_em_bourg_, _M_en_cius_, _M_en_delssohn_, _M_en_doza_,
_M_en_tana_, _Nur_em_berg_, _Od_en_sée_, _Off_en_bach_, _Old_en_bourg_,
_P_en_djab_, _P_en_sylvanie_, _Sacram_en_to_, _Sem_en_dria_,
_Smol_en_sk_, _Stru_en_sée_, _Tagliam_en_to_, _Tol_en_tino_,
_Val_en_tia_ et _Val_en_cia_, _W_en_ceslas_, _Wiss_em_bourg_,
_Wurt_em_berg_, et aussi _M_en_dès_ et _St_en_dhal_. Plusieurs de ces
noms peuvent aussi se prononcer sans se nasaliser comme Daremberg,
Wissembourg. Doivent être prononcés sans nasale la plupart de ceux qui
ne sont pas cités ici: d’abord ceux qui ont _em_ suivi d’une consonne
autre que _b_ ou _p_, comme _Emden_, et même _B_e_mbo_, _L_e_mberg_
et _P_e_mbroke_, malgré le _b_ qui suit; et d’autre part E_ncke_,
E_ngelman_, _Hoh_e_nlohe_, _K_e_ntucky_, _M_e_ntchikoff_, _Ri_e_nzi_,
_Rod_e_nbach_, _Steph_e_nson_, _Swed_e_nborg_, _Si_e_nkiewicz_,
_Si_e_m-Reap_, _Ti_e_n-tsin_, _Tuy_e_n-Quan_, et tous les autres,
moins connus, dans lesquels l’_e_ est ordinairement presque muet,
quand il n’est pas tonique ou initial, comme dans _Wall_(e)_nstein_,
_Liecht_(e)_nstein_ ou _Tug_(e)_ndbund_.

[374] Le groupe final _in_ (avec _ain_ et _ein_) étant toujours nasal
dans les mots proprement français, il ne faut pas le décomposer dans
_Ysengr_in, _Lohengr_in (sauf en musique), _Ca_ïn, _Ebro_ïn, _Méch_ain,
_T_ain, _Et_ain, _S_ein ou _C_ain (ne pas confondre avec _Caïn_), pas
plus que dans _H_in_cmar_, _M_aim_bourg_, _P_aim_bœuf_ ou _P_aim_pol_,
ou dans _C_ym_balum mundi_. L’_y_ ne change rien non plus à la nasale
finale de _Jocel_yn et _Jam_yn, qu’on décompose quelquefois très mal
à propos, surtout pour _Jam_yn, qui était certainement nasal au XVIᵉ
siècle.

[375] Pour les noms propres, les finales de _Berl_in, _Dubl_in,
_Eliac_in, _Fic_in, _Frankl_in, _Guerch_in, _Kreml_in, _Pék_in,
_Pérug_in, _Tess_in, _Tonk_in, _Wiscons_in, _Witik_in(d), sont
françaises depuis longtemps; on peut y ajouter _Arg_(u)in, _K_œ_chl_in,
_Vielé-Griff_in, _Yers_in, _Zeppel_in, etc. A l’intérieur, outre
_Ed_im_bourg_, _F_in_gal_, _F_in_lande_, _Irm_in_sul_, _M_in_turnes_,
_S_im_plon_, _Thur_in_ge_ ou _Verc_in_gétorix_, qui sont anciens,
outre _Rob_in_son_, _Gœtt_in_gue_, _Tub_in_gue_ et _Zw_in_gle_,
on nasalise aussi _Ch_im_borazo_, _C_in_tra_, _Damoreau-C_in_ti_,
_M_in_cio_ et _V_in_ci_, _Birm_in_gham_, _C_in_cinnati_, _L_in_coln_,
_L_in_gard_, _L_yn_ch_ et _S_in_ger_. On nasalise également _Champl_ain
et _Chamberl_ain (mais non _G_ai_nsborough_), ainsi que _M_ein,
_H_ein_sius_, _Huss_ein-_Dey_, _S_ein_galt_ et _St_ein_kerque_. On
hésite pour certains mots, comme _Stett_in et _Behr_in_g_. On ne
nasalise pas la finale de _B_oe_ckl_i_n_, _Brookl_i_n_, _Darw_i_n_,
_Elg_i_n_, _Em_i_n-pacha_, _Er_i_n_, _Erw_i_n_, _Rob_i_n-Hood_,
_Kazb_i_n_, _Sakhal_i_n_ (écrit aussi _Sakhaline_), _Schwer_i_n_
(quoique _Meckl_em_bourg_ soit francisé), _Szeged_i_n_, _Tien-ts_i_n_,
_Widd_i_n_, ni même _Lohengr_i_n_, du moins en musique, car ce nom,
qui sans doute nous appartient par l’origine, étant frère de notre
national _Ysengr_in, nous est revenu par Wagner, qui l’a fait allemand.
Si on nasalise certains noms flamands en _-inck_, comme _Edel_i_nck_,
_M_ae_terl_i_nck_, il ne paraît guère possible de nasaliser les
noms en _-ing_ ou _-ings_, _Essl_i_ng_, _Kipl_i_ng_, _Meml_i_ng_ ou
_Hast_i_ngs_, ni _Semipalat_i_nsk_; pas davantage le groupe intérieur
ou initial de _K_i_mberley_, _H_i_mly_, _T_i_mgad_ ou _W_i_mpffen_,
de _Berlich_i_ngen_, _Bol_i_ngbroke_, _Bon_i_ngton_, _Buck_i_ngham_,
_Elch_i_ngen_, _F_i_nmark_, _Gl_i_nka_, _Gr_i_ndelwald_, I_n-salah_,
I_nterlaken_, I_nverness_, _Liv_i_ngstone_, _Mac-K_i_nley_,
_Mack_i_ntosh_, _Mein_i_ngen_, _Minnes_i_nger_, _P_i_nturicchio_,
_Str_i_ndberg_, _Sw_i_nburne_, _rio T_i_nto_, _T_y_ndall_,
_V_i_nhlong_, _Wadd_i_ngton_, _Wash_i_ngton_, _Well_i_ngton_,
_Westm_i_nster_, _W_i_ndsor_, _Z_i_nder_, etc., etc. Le groupe _ein_
qui termine beaucoup de noms propres allemands, et qui se prononce
_aïn_, en une syllabe, ne saurait se franciser en _in_, sauf dans
_Mein_; mais il se francise parfois à moitié en _èn_: toujours la
demi-francisation. Ainsi prenons _Rubinstein_ (roubin’staïn): on
nasalise _in_ sans difficulté pour le franciser, parce qu’il est à
l’intérieur du mot; mais quand il s’agit de la finale, tout le monde
sait que les finales nasales sont propres au français: on tient donc
à respecter l’_n_, comme on le fait dans _Ibse_n ou _Beethove_n, ou
dans _policema_n, et c’est _ei_ tout seul qui se francise comme dans
_Leibniz_; on a ainsi _Rubinstèn_. Il n’y a pas grand’chose à dire à
cela: on n’est pas obligé de savoir l’allemand, et tout vaut mieux que
d’affecter de savoir ce qu’on ne sait pas. On fera bien cependant de
prononcer à l’allemande _Holbein_ et aussi _Gérolstein_.

[376] _Contemplations_, XIII: le morceau date de 1855, et non de 1835.
Cf. _l’Ane_, VI, et _Toute la Lyre_, IV, XXV.

[377] En revanche, c’est _o-in_ qu’il faut prononcer dans les composés
de _co-_, comme _co-ïncidence_, ou _co-intéressé_, où la diphtongue
_oin_ n’a rien à faire.

[378] _Châtiments_, IV, XIII, pour rimer avec _Drouyn_, dont la finale
est nasale, comme celle de _Gédoyn_.

[379] Le cas n’est pas du tout le même que celui de _meur-trier_ ou
_en-crier_, qui ont dû nécessairement se décomposer.

[380] Sauf tout au plus dans _Drou_yn el _Duguay-Trou_in. Si _Ébro_-ïn
a trois syllabes, c’est à cause du tréma.

[381] Nous avons déjà rapproché _m’sieur_ de _m’man_: voir page 39.

[382] Voir page 133. _A-on_ s’est maintenu dans _Phara-on_ et
_Lyca-on_, comme _o-on_ dans _Démopho-on_ ou _Laoco-on_.

[383] On ne nasalise pas non plus l’allemand _kr_o_nprinz_. =_On_=
final est naturellement nasal dans les noms propres anciens, français
depuis longtemps, _Aar_on, _Plat_on, _Sol_on, etc., etc., mais non
dans quelques noms savants en _-eion_, ni dans _Poseid_ô_n_, ni
dans _Organ_o_n_ ou _Satyric_o_n_. _On_ final anglais, qui s’est
nasalisé et francisé dans _singlet_on et _Robins_on, le héros de
Daniel de Foë, se nasalise encore sans difficulté dans _Bac_on,
_Byr_on, _Casaub_on, _Domini_on, _Et_on, _Fult_on, _Gibb_on,
_Gord_on, _Mélancht_on, _Newt_on, et au besoin _Nels_on et _Milt_on;
mais la plupart des noms propres en _-son_ et _-ton_ se prononcent
sans nasale, avec un _o_ faible: _Addis_o_n_, _Ben Johns_o_n_,
_Edis_o_n_, _Emers_o_n_, _Huds_o_n_, _Mac-Phers_o_n_, _Roberts_o_n_,
_Stephens_o_n_, _Tennys_o_n_, _Thoms_o_n_, et aussi _Bergs_o_n_;
de même _Chattert_o_n_, _Fult_o_n_, _Hamilt_o_n_, _Palmerst_o_n_,
_Prest_o_n_, _Southampt_o_n_, _Washingt_o_n_, _Wellingt_o_n_, etc.
On nasalise _Apchér_on, _Bagrati_on, _Balat_on, _Fouta-Djall_on,
_Khers_on, mais non _Lang_-_S_o_n_. Quant à _on_ non final, il se
nasalise généralement comme en français: _B_om_bay_, _C_on_cini_,
_Cr_on_stadt_, _D_om_browski_, _G_on_gora_, _Kl_on_dyke_, _L_om_broso_,
_Missol_on_ghi_, _M_on_ck_, _M_on_mouth_, On_tario_, _Sebastien del
Pi_om_bo_, _P_om_bal_, _Sp_on_tini_, _T_om_bouctou_, _T_on_ga_,
_T_on_gouses_, _Tor_on_to_, _Wisc_on_sin_, etc.; plus rarement dans
_Sch_o_mberg_ ou _S_o_nderbund_, ou dans _Heaut_o_ntimoroumenos_;
jamais dans _om_ suivi d’une consonne autre que _b_ ou _p_ (malgré le
français _D_om_front_ et _D_om_martin_).

[384] Avec _acup_un_cture_, _av_un_culaire_, _becab_un_ga_,
_inf_un_dibuliforme_, _n_un_cupatif_, _op_un_tia_, _t_un_gstène_
ou un_guis_; mais il se prononce _un_ dans _hic et nunc_. Um_ble_
(poisson) est devenu om_bre_. Quant aux noms propres, on prononce
_on_ dans _Ann_un_zio_, _Ar_un_s_ (que Voltaire écrit _Arons_),
_Col_um_bus_, _D_un_ciade_, _D_un_dee_, _D_un_s Scot_, _D_un_stan_,
_F_un_chal_, _H_um_boldt_, _North_um_berland_ et _C_um_berland_, et
même _B_un_sen_; on hésite entre _on_ et _un_ pour _D_un_can_ ou
_Maj_un_ga_, _L_un_d_ et _S_un_d_, et par suite _Strals_un_d_ et
_Bomars_un_d_; mais on prononce _un_ quand le groupe est final, dans
_Ir_un, _Lesc_un, _Oss_un, et même _Fal_un, comme dans _Loud_un,
_Mel_un ou _Châteaud_un (et _D_un_kerque_); on prononce encore
_un_ dans _Bels_un_ce_ ou _H_um_bert_, dans _C_un_ctator_, dans
_Br_un_swick_, _G_un_ther_ et _M_un_ster_. Quand _un_ ou _um_ n’est pas
nasal, _u_ se prononce _ou_ (voir page 125, note 1).

[385] Ce chapitre a paru à peu près textuellement dans la _Revue de
philologie française_, 1912, 2ᵉ trimestre; on y a fait ici quelques
additions.

[386] C’est une bizarrerie de la langue: pourquoi est-il tonique
dans _dis-l_e, et muet dans _dis-j_e? Tonique à l’origine dans l’un
et l’autre, il tendit à devenir muet dans les deux, comme partout
ailleurs; mais _le_ résista. Au XVIIᵉ siècle, la prononciation n’est
pas encore fixée, et Molière a le droit d’écrire par exemple:

    Mais, mon petit Monsieur, prenez-l(e) un peu moins haut,

où _l_’e est _muet_. Mais cette prosodie, encore fréquente dans
Voltaire, était ridicule au XIXᵉ siècle chez V. Hugo, et chez beaucoup
d’autres, qui se crurent autorisés par son exemple. V. Hugo est
même allé jusqu’à l’extrême en élidant cet _e_ devant un point dans
_Cromwell_:

    Chassons-l(e). Arrière, tous!


[387] L’_e_ est cependant muet, ou du moins il sonne comme l’_e
muet_, devant deux consonnes, dans le préfixe _re-_ (_r_e_ssembler_,
_r_e_ssortir_), dans _d_e_ssus_ et _d_e_ssous_ et quelques noms
propres commençant par _de-_ ou _le-_, la seconde consonne étant
_l_ ou _r_: _D_e_braux_, _D_e_bry_, _D_e_crès_, _D_e_prez_, etc.,
_L_e_blanc_, _L_e_brun_, _L_e_clerc_, _L_e_dru-Rollin_, _L_e_franc_,
_L_e_grand_, _L_e_prince_, _L_e_tronne_, _L_e_vroux_, etc.; de même
dans _l_e_vraut_, _l_e_vrette_ et _l_e_vron_. Nous reviendrons sur le
préfixe _re-_.

[388] Il arrive même souvent que l’élision de l’_e muet_ se fait
par-dessus _s_ ou _nt_ pour éviter la liaison: _tu aim_(es) _à rire_,
_ils aim_(ent) _à rire_; mais que la liaison se fasse on non, c’est
tout un pour l’_e muet_, qui ne se prononce pas plus dans un cas que
dans l’autre. Cette question n’est donc intéressante qu’au point de vue
de la liaison; elle sera étudiée au dernier chapitre.

[389] De même _l_e _Yalou_, _l_e _Yang-tsé-kiang_, _l_e _Yémen_,
_l_e _Yucatan_, _l_e _Yunnan_, etc., quoiqu’on dise souvent, à tort,
l’_Yémen_. L’=_i_= initial lui-même, placé devant une voyelle, ne peut
être que consonne dans les mots allemands, même si on l’écrit _i_ ainsi
dans I_éna_, aussi bien que dans J_ohannisberg_; et les matelots qui
parlaient naguère de la catastrophe _du_ I_éna_, parlaient, en réalité,
plus correctement que leurs officiers ou les journalistes, qui disaient
_l’Iéna_, en trois syllabes sans doute, comme V. Hugo. Néanmoins tout
le monde dit _le pont d’Iéna_, mais cela tient à ce que, après un _d_,
_ié_ reste plus facilement diphtongue qu’après un _l_.

[390] MOLIÈRE, _les Femmes savantes_, acte I, scène 1. On dirait de
même, le cas échéant, _ce ouais_, et aussi bien _ce ah_, _ce oh_: en
général, il n’y a pas d’élision devant un mot qu’on cite, sauf tout au
plus celle de la préposition _de_.

[391] Après d’autres mots que _le_, _de_, _ce_, _que_, l’élision se
fait couramment, surtout en vers. Pourtant Molière n’a pas hésité à
conserver l’hiatus apparent, même entre deux interlocuteurs:

    Quoi! de ma fille?--Oui; Clitandre en est charmé.
    Moi, ma mère?--Oui, vous. Faites la sotte un peu.
            _Femmes savantes_, II, 3, et III, 6.

Il a fait la même chose devant _ouais_ (_ibid._, V, 2).

[392] On respecte davantage la semi-voyelle des noms propres qui
commencent par _oua-_, comme _le Ouadaï_, plus usité que _l’Ouadaï_.

[393] Nous reviendrons sur _huit_, au chapitre de l’_H_.

[394] Quoiqu’il entrevît les raisons de ce fait, Vaugelas exigeait
_l’onzième_; mais si Corneille aussi disait _l’onzième_ (_Cinna_, acte
II, scène 1), peut-être était-ce simplement de peur de faire un hiatus,
comme V. Hugo disait _l’y-ole_. Leconte de Lisle aussi, pour le même
motif, n’osant pas d’ailleurs aller jusqu’à dire _l’onzième siècle_,
dit, du moins, dans _les Deux Glaives_, IV:

    Le siècl(e) onzième est mort...

Ponsard, dans _Ulysse_, II, 4, a judicieusement accepté l’hiatus:

    Et _le_ onzième jour, la tempête calmée
    Lui permit de partir, suivi de son armée.


[395] Mᵐᵉ DE NOAILLES, _Éblouissements_, _La douceur du matin_.

[396] CORNEILLE, _Au roi, Sur sa campagne de 1676_.

[397] Dans les cafés ou restaurants, on dit: _servez à l’as_, _voyez
à l’as_, pour dire _à la table 1_. C’est très probablement parce que
_servez au un_ serait désagréable, _l’un_ étant d’ailleurs évité
instinctivement. Certains, comme les journalistes, disent _la une_,
pour la première page.

[398] _Légende des siècles_, XXI, II.

[399] Voir M. GRAMMONT, _Mémoires de la Société de linguistique_, tome
VIII, pages 53-57.

[400] Ou _éch’vèlé_, qu’enregistrent Michaëlis et Passy: mais où diable
prononce-t-on ainsi?

[401] C’est ainsi que certains mots étrangers ne se sont francisés
complètement que par la chute d’une consonne: _saue_r_kraut_ est devenu
_choucroute_ en perdant un _r_, _roa_t_sbeef_ et _beef_s_teack_ ont
perdu un _t_ ou un _s_. D’autres ont intercalé un _e muet_ après la
seconde consonne, comme _part_e_naire_, de l’anglais _partner_, ou
_lansqu_e_net_, de l’allemand _landsknecht_. Voir sur ce point Léonce
ROUDET, _Remarques sur la phonétique des mots français d’emprunt_, dans
la _Revue de philologie française_ de 1908.

[402] Domergue l’entendait encore, mais on ne l’entend plus aujourd’hui
que dans le Midi, et aussi dans le chant, où on entend même beaucoup
trop de chanteurs le prononcer comme _eu_ fermé. Cette prononciation
de l’_e_ final est particulièrement grotesque au café-concert, où on
appuie d’une façon invraisemblable:

            Mariet’teu,
          Ma mignonet’teu,
    Tu m’as quitté, ça, c’est pas chouet’teu.

Il paraît que cela fait partie intégrante du genre!

[403] Il y a encore des gens à l’esprit prévenu qui ne veulent pas
en convenir: des raisons littéraires ou purement subjectives leur
font contester même des phénomènes constatés par des instruments
enregistreurs. C’est à peu près comme s’ils disaient qu’il ne fait pas
froid quand le thermomètre est à dix degrés au-dessous de zéro. Mais
leurs dénégations obstinées n’empêchent pas les faits d’être les faits.

[404] Voir surtout pages 56 et 117.

[405] Pour l’_e_ final des mots latins ou italiens, voir page 52. On se
rappelle que l’_e_ final anglais atone ne s’entend pas non plus.

[406] Le peuple conserve volontiers l’_e_ final de _cette_ au détriment
du premier: _c_(et)_te femme_; mais cette prononciation, autorisée
autrefois, est aujourd’hui expressément évitée par les gens qui veulent
parler correctement.

[407] En ce cas, on ne peut prononcer en réalité qu’une seule consonne;
mais on prolonge l’occlusion totale ou partielle de la bouche, qui
paraît ainsi précédée d’une consonne et suivie d’une autre. Quelques
personnes se croient obligées de prononcer l’_e_ muet dans une
rencontre comme celle de _onze sous_, afin de maintenir la distinction
de la douce et de la forte; mais _ons’ sous_ est plus fréquent et
parfaitement naturel. J’ajoute que dans ce cas, comme dans tous les cas
pareils, il est indispensable de prononcer la consonne double, sans
quoi on confondrait, par exemple, _une noix_ avec _une oie_.

[408] Sans quoi _rien_ se décomposerait. Nous reviendrons plus loin
sur ce phénomène. Mais on notera ici qu’on dit fort bien _une petit’
lieue_, sans que _lieue_ soit décomposé, l’influence de l’_l_ étant
moins forte que celle de l’_r_.

[409] Pour que la liquide soit troisième dans un tel groupe, il faut
qu’elle soit précédée d’une explosive ou d’une fricative, précédée
elle-même d’une spirante, comme ici _j_: le tout peut alors être suivi
de _ou_ ou _u_ consonnes.

[410] Et cela ne date pas d’aujourd’hui: au XVIᵉ siècle, plusieurs
écrivains, notamment Du Bellay, écrivaient de préférence à l’imparfait
_tomboint_: _oient_ a prévalu, sans doute pour éviter la confusion
avec la nasale de _point_, et plus tard celle de _saint_. Cette finale
muette _-ent_ nous a conservé toute une série de formes verbales dont
l’orthographe est identique (sauf parfois l’accent) à celle de mots en
_-ent_ tonique: _expédient_, _affluent_ et _influent_, _coïncident_,
_résident_ et _président_, _négligent_, _émergent_, _détergent_ et
_abstergent_, _divergent_ et _convergent_, _équivalent_, _excellent_,
_violent_, _somnolent_, _pressent_, _content_ et _couvent_, et d’autre
part _convient_ (avec _précèdent_ et _excèdent_, _different_ et
_adhèrent_, et _dévient_).

Il va sans dire que la liaison de l’_s_ ou du _t_ devant une voyelle
produit le même résultat que quand l’_e_ muet final est suivi d’un
mot commençant par une consonne: _trist_e_s événements_, _pauvr_e_s
hommes_, _ils ressembl_e_nt à leur père_, à moins qu’on ne dise
familièrement _pauv_(re)_s hommes_ ou _i_(ls) _ressemb_(len)_t à leur
père_.

[411] _Gré_(e)_ment_ a pourtant l’_e_ plus fermé et plus long
qu’_agrément_. Bien d’autres _e_ sont tombés au moyen âge, sans
laisser aucune trace: _bé_(e)_gueule_, _di_(e)_manche_, _écu_(e)_ler_,
_li_(e)_cou_, _li_(e)_mier_, _mi_(e)_nuit_, _rou_(e)_lette_, etc.

[412] _Rou_(e)_rie_ et _flou_(e)_rie_ ont cependant _ou_ plus long que
_sourie_ ou _souris_, et _fé_(e)_rie_ a l’_e_ plus fermé que _série_.

[413] En vers, l’_e_, qui ne compte pas dans _pai_(e)_rai_, compte
dans _pay_e_rai_, comme dans _sommeill_e_rai_, précisément parce qu’il
s’appuie sur une consonne. Molière comptait encore l’_e muet_ de
_gay_e_té_. Sur ce point, voir plus loin, page 193.

[414] C’est dans _le Lévrier de Magnus_. Ailleurs, dans _les Paraboles
de don Guy_, il écrit _flamboyement_ en quatre syllabes, ce qui est
encore pis. C’est tout au plus si on peut admettre _balayeront_, qui
est dans _la Paix des dieux_.

[415] Ou _voye_, ou même _soye_ ou _aye_, pour _soit_ ou _ait_.

[416] Et dans quelques noms propres: _J_(e)_an_, _J_(e)_anne_,
_J_(e)_annot_, _J_(e)_annin_, etc., _Dej_(e)_an_, _Maup_(e)_ou_, _Jean
de M_(e)_ung_, etc., et même _Sainte-Men_(eh)_ou_(ld), qu’on tend à
remplacer par _Sainte-Menehoul(d)_. _É-u_ (eu) s’est maintenu très
longtemps dans certaines provinces, témoin l’anecdote contée encore par
Domergue: Un homme disait un jour à M. de Boufflers: «Vous avez _é-u_
ma sœur dans votre société.--Pourquoi pas? répondit gaiement M. de
Boufflers. Jupiter _à é-u I-o_ dans la sienne.»

[417] De même _M_(e)_aux_, _Carp_(e)_aux_, etc. Mais la diphtongue ne
s’est pas faite dans E-_auze_, quoiqu’il n’y ait point d’accent.

[418] Voir plus loin page 240. On essaya quelque temps du même
procédé pour donner au _c_ le son sifflant devant _a_, _o_, _u_:
_commenc_(e)_a_; puis on adopta la cédille, sauf pour le seul et
unique mot _douc_(e)_âtre_: pourquoi pas _douçâtre_ aussi bien que
_commençâmes_? Il est regrettable que les typographes n’aient pas
adopté aussi un signe analogue pour le _g_: cela épargnerait quelques
confusions.

[419] L’_e_ est ici précédé de trois consonnes en apparence; mais _an_
est une voyelle simple, et _ch_ une consonne simple; plus loin, dans
_longuement_ et _craquement_, l’_u_ n’est qu’un signe orthographique.

[420] On s’explique mal que le peuple prononce quelquefois
_trouv_é_rai_. _Dang_é_reux_ n’est pas meilleur, ni _cuill_è_rée_;
et _aqu_é_duc_, qui fut longtemps correct, ne se dit plus. Mais
_ass_(e)_ner_ a cédé la place à _ass_é_ner_, malgré les dictionnaires.
Il faut également se garder de déformer, comme il arrive trop
souvent, l’_e_ muet de _Saint-Val_(e)_ry_, _Saint-Sév_(e)_rin_ ou
_Sév_(e)_rine_, _Ag_(e)_nais_, et surtout _Mal_(e)_sherbes_ ou
_Fén_(e)_lon_, que Delille, et aussi Domergue, écrivaient _Fénélon_, je
ne sais pourquoi. _Péz_e_nas_ même ne se prononce _Péz_é_nas_ que dans
le Midi; mais le second _e_ n’a point d’accent. En revanche _app_é_tit_
en a un: il ne faut donc pas prononcer ap’tit.

[421] Ici encore, quand il y a suffisante affinité entre les
consonnes, il est arrivé souvent que l’_e_ muet est tombé dans
l’orthographe, sans qu’on sache toujours pourquoi il est resté à
côté, dans les mêmes conditions. Car il est tombé non seulement dans
les mots comme _esp_(e)_rit_, _chaud_(e)_ron_ ou _rég_(ue)_lisse_,
où la muette et la liquide s’attiraient, mais aussi bien dans des
mots comme _soup_(e)_çon_, _der_(re)_nier_, _lar_(re)_cin_, pendant
que _dur_(e)_té_ et _sûr_(e)_té_, longtemps écrits comme _fierté_,
reprenaient leur _e_, par un caprice des grammairiens. Au surplus,
l’orthographe de ces deux mots et de beaucoup d’autres a été longtemps
flottante: on trouve encore _carfour_ dans Corneille et dans Molière,
_épouster_ dans Molière et dans La Fontaine, _laidron_ dans Voltaire,
que dis-je? dans Béranger, avec _bourlet_.

[422] Et même, par l’effet de la liaison, _ils se batt_(en)_t avec
fureur_. Ici encore, bien entendu, on prononce les deux consonnes,
pour ne pas confondre _là-dedans_ avec _la dent_, et ne pas créer de
barbarisme comme _honnêté_. D’autre part, il faut éviter aussi avec
grand soin de donner deux _r_ à _mairie_ ou à _seigneurie_, comme si
c’était _mair_(e)_rie_ ou _seigneur_(e)_rie_. Dans _Roch_e_chouart_,
on se croit souvent obligé de prononcer l’_e_, comme dans _onze sous_,
mais ce n’est pas absolument indispensable.

[423] Et _Rich_e_lieu_. Deux mots qui auraient dû être aussi en
_-elier_, sont à tort en _-ellier_: _prun_ell_ier_ et _dent_ell_ière_.
Dans ceux-là on ne se borne pas à prononcer l’_e_: on le ferme le
plus souvent; mais on prononce aussi très bien _dent_e_lière_, et
peut-être cela pourra-t-il amener l’Académie à changer l’orthographe
défectueuse de ce mot. Le seul substantif qui fut jadis en _-erier_,
_cellerier_ (de _cellier_), a fait mieux encore; il a pris l’accent:
_cellérier_.--Notons en passant que les dictionnaires mettent aussi
un accent à _sorb_é_tière_; mais le mot était mal formé, et l’usage
a refait _sorb_e_tière_, comme de _gilet_, _gil_(e)_tière_, de même
qu’on dit souvent, non sans raison, _gen_(e)_vrier_, au lieu de
_g_(e)_névrier_. De même les médecins prononcent _cur’ter_, _cur’tage_,
et écrivent _curetter_, _curettage_: c’est la prononciation qui est
bonne et l’orthographe qui ne vaut rien, car les deux _t_ de _curette_
n’ont pas plus de raisons de se conserver dans _cur_(e)_ter_ que les
deux _l_ de _chandelle_ dans _chand_e_lier_.

[424] Autrefois, tous ces mots avaient deux syllabes, ayant les mêmes
finales monosyllabiques que _poir-ier_, _atel-ier_, _aimer-ions_,
_aimer-iez_. Les nécessités de la prononciation ont amené la diérèse
dès le XVIᵉ siècle ou avant; mais les poètes ne se sont conformés à
l’usage qu’à partir de Corneille. Dans les deux premières pièces de
Molière, on trouve encore _voudr-ions_, _voudr-iez_, et même _ouvr-ier_
en deux syllabes, sans parler de _sanglier_, dont le cas est spécial.
Sur cette question, voir mon article, _les Innovations prosodiques chez
Corneille_, dans la _Revue d’histoire littéraire de la France_, 1913.

[425] Ce phénomène est si marqué que, dans _ouvri-er_, le peuple
refait parfois la diphtongue primitive par l’addition d’un _e muet_:
_ouve-rier_; de même _voude-riez_.

[426] Pour que la diérèse s’impose, il faut que la seconde consonne
_seule_ soit une liquide; le groupe _rl_ s’accommode donc de la
diphtongue.

[427] C’est uniquement à cause de la discordance de _tn_ ou _dn_, car
on prononce facilement _diz’nier_, et _derrenier_ est devenu sans peine
_dernier_. On prononce également l’_e muet_, par nécessité, dans nous
_p_e_sions_, ou nous _f_ai_sions_. Dans _relier_ ou _renier_, on ne
devrait pas avoir à craindre de séparer _i-er_, puisqu’en effet ce sont
étymologiquement des syllabes distinctes; mais comme l’usage n’en fait
qu’une, aussi bien que dans les substantifs, on dit plus fréquemment _à
r_e_lier_ ou _à r_e_nier_ que _à r’lier_ ou _à r’nier_.

[428] Toutefois une rencontre telle que _il rest’ d_e_bout_ est un peu
dure, et il arrive qu’on dit _il rest_e _d’bout_, par exception à la
règle générale; mais on prononce aussi bien les deux _e_: _il rest_e
_d_e_bout_; de même _le maîtr_e _v_e_nait_ ou _v’nait de partir_. Je
dois ajouter que le peuple paraît dire volontiers _ell_e _v’nait_ ou
_ell_e _r’vient_; mais en réalité les deux _e_ tombent ici par parti
pris; seulement les nécessités de la prononciation font renaître un
_e_ factice devant la consonne initiale: _ell’_ e_r’vient_, comme
dans l’infinitif e_r’venir_. Nous allons retrouver ce phénomène avec
les monosyllabes.--Ajoutons que l’_e_ de _s_e_rein_ se maintient
généralement, par opposition à celui de _s_e_rin_.

[429] Ici encore le peuple évite l’inconvénient en supprimant la
liquide avec l’_e_ muet (voir page 182); mais ici la liquide est après
l’_e_: _c_(el)_ui-là_. Cette prononciation, qui est triviale, est à
rapprocher de celle de _d’jà_ pour _déjà_.

[430] Inversement _pr_e_mier_ avait autrefois un accent, et cette
prononciation n’a pas complètement disparu, quoique l’Académie ait ôté
l’accent depuis 1740.

[431] Quoique l’Académie ne l’ait pas encore enregistré pour ces
mots. Au contraire, on commence à dire _t_e_nacité_, par analogie
avec _t_e_nace_; mais _t_é_nacité_, qui vient du latin, est encore
seul considéré comme correct. On écrit et on prononce _ch_é_neau_,
au sens de _gouttière_; mais _ch_e_neau_, qui se rattache à _canal_,
se dit encore dans certaines provinces; et en tout cas _ch_ê_neau_
vaudrait mieux que _ch_é_neau_, car _ch_é_neau_ remplace en réalité
_ch_es_neau_, qui se rattache peut-être à _chêne_ (chesne).

[432] Le _Dictionnaire général_ dit déjà: _R_e_table_, _et mieux_
_r_é_table_. Cet _et mieux_ est discutable.

[433] Celui-là a des raisons particulières que nous allons voir dans un
instant.

[434] De même que _r_é_fugier_ ne change rien à _r_e_fuge_, ni
_irr_é_ligion_ à _r_e_ligion_, l’_é_ fermé étant réservé au mot savant.
Je rappelle en outre la différence de sens que l’accent établit entre
_r_é_partir_, _r_é_créer_ ou _r_é_former_, et les verbes à préfixe
populaire, _r_e_partir_, _r_e_créer_, _r_e_former_, etc.

[435] Malgré Michaëlis et Passy. On altère aussi assez souvent l’_e_
muet de _R_e_né_, _R_e_thel_, _S_e_dan_, _S_e_daine_, _S_e_grais_,
_S_e_gré_, _S_e_nef_, _V_e_lay_, _V_e_vey_, et surtout _R_e_gnard_.
On est fort partagé entre _R_e_mi_ et _R_é_mi_: ce qui est sûr, c’est
que _saint R_e_mi_ et _Domr_e_my_ ont l’_e muet_, quoiqu’on prononce
plus souvent et qu’on écrive même _Domr_é_my_. Mᵐᵉ Dupuis fermait aussi
l’_e_ de _Mont-C_e_nis_, sans doute comme italien.

[436] On prononce aussi un _e_ muet, avec une seule consonne, ou
plutôt l’_e_ muet tombe aussi dans un certain nombre de noms propres
qui ont conservé une consonne double, car autrefois la consonne double
n’empêchait pas l’_e_ de rester muet. Ainsi _Cha_(s)_t_(el)_lain_
et _Cha_(s)_t_(el)_lux_, _Ev_(el)_lin_, _Mor_(el)_let_--témoin le
calembour de Voltaire, _mords-les_--, et _La M_(en)_nais_, dont on
a fait l’adjectif _menaisien_, qui n’a qu’un _n_. C’est aussi un _e
muet_, mais un _e muet_ prononcé, qu’on a dans _Claude G_e(l)_lée_, dit
_le Lorrain_, ou le parfumeur _Ge_(l)_lé_, ou dans _Montp_e(l)_lier_,
qu’on a souvent écrit jadis avec un seul _l_: cf. _chap_e_lier_, page
166.

[437] Cf. _vil_(e)_brequin_, dont le premier _e_ ne s’explique
d’ailleurs pas du tout.

[438] Pourquoi ces quatre mots n’ont-ils pas pris deux _t_, aussi
bien que les autres? C’eût été plus simple. Tous les substantifs en
_-erie_, dérivés des mots en _-elier_, ont fini par prendre deux _l_:
_chap_e_ll’rie_, _tonn_e_ll’rie_, _bat_e_ll’rie_, etc.

[439] On voit que l’_r_ est encore troisième. Cette prononciation
est accueillie par le _Dictionnaire général_; mais je ne crois pas,
malgré son autorité, qu’on puisse aussi prononcer _pan_è_t’rie_,
_pell_è_t’rie_, on _grén_è_t’rie_; il donne même exclusivement
_louv_è_t’rie_: ce sont des prononciations purement théoriques, et
qu’on n’entend nulle part.

[440] Nous en reparlerons dans un instant.

[441] Pourquoi _pap_è_t’rie_ et pas _louv_è_t’rie_? C’est un fait,
voilà tout. D’ailleurs on entend aussi, surtout dans le peuple, non pas
peut-être _caqu’t’rie_, mais en tout cas _briqu’t’rie_ et _bonn’t’rie_,
parfois même _pap’t’rie_.

[442] On dit aussi _G_e_n’vois_, bien plus souvent que _G’n_e_vois_,
mais ici, le plus généralement, on ne ferme pas l’e; jamais dans
_G_e_n’viève_. On sait que dans la conjugaison, comme dans les
substantifs en _-ment_, il y a mieux: on met un accent grave sur le
premier _e_, quand on ne double pas la consonne: _j’ach_è_t’rai_,
formé sur _j’ach_è_te_ (et non _j’ach’t’rai_, qu’on entend trop
souvent), et par suite _éch’v_è_l’ra_, formé sur _éch’v_è_le_, comme
_ach_è_vement_ sur _ach_è_ve_. C’est ce qu’on aurait dû faire pour
_pap_e_t’rie_, et les autres.--Nous rappelons ici que le français
n’admet pas deux _e_ muets de suite à la fin d’un mot: tant qu’on
écrira _fur_e_ter_, _décoll_e_ter_ ou _épouss_e_ter_, avec un _e muet_,
les personnes instruites se croiront obligées de dire _je fur_è_te_,
_j’épouss_e_tte_ ou _je décoll_è_te_, et non _je fur’te_, _j’épous’te_,
ou _je décol’te_. Il est vrai que les futurs ou conditionnels
_épouss’t_e_rai_(s) ou _décoll’t_e_rai_(s) sont généralement admis,
ainsi que d’autres pareils, comme _étiqu’t_e_rai_: cela tient à ce que
leurs _e muets_ sont intérieurs, et que le second _peut_ se prononcer,
ce qui n’a pas lieu dans _décoll_è_te_. Cela n’empêche pas d’ailleurs
qu’on ne prononce le plus souvent _décolte_ d’après l’analogie de
_récolte_, _décoll_(e)_ter_ étant pareil à _récolter_. Le mieux serait
que l’Académie acceptât _épouster_, _décolter_ et _furter_, et aussi
_filter_, car qui peut dire qu’_on fil_è_te une vis_, quand tous les
gens du métier disent qu’_on la fil’te_?

[443] _Receler_ est devenu _recéler_, mais _receleur_ est demeuré;
_receper_ est devenu aussi _recéper_.

[444] Le peuple s’obstine parfois dans ce cas à laisser tomber l’_e_ du
monosyllabe, mais alors il le remplace involontairement, et de toute
nécessité, par un autre, et aboutit à _car ej’ dis_ ou à _bec ed gaz_,
et même, en tête de phrase, _ej’ dis pas_: il ne faut pas perdre de vue
que c’est uniquement le parti pris, d’ailleurs inconscient, de ne pas
prononcer l’_e_ muet qui aboutit à ce résultat, de même que dans _une
er’mise_, où ce n’est pas du tout l’_e_ de _une_ qui se prononce, comme
on pourrait croire: voir plus haut, page 168, note 1.

[445] On peut choisir, dans la conversation, entre _pas_ de _dieu_ et
_pas d’dieu_, _pas_ de _lien_ et _pas d’lien_: voir ci-dessus page 160
et note 1. On peut même dire _pas d’scrupules_, à cause de l’_s_ médian
(voir ci-dessus, page 157).

[446] Cela est si vrai qu’on dira _entend’ le discours_, et _pac’ qu_e
_tu es venu_, plutôt que de dire _entendre l’discours_ et _parce qu’
tu es venu_; mais d’ailleurs il est possible de prononcer _parc’ que_,
aussi bien que _lorsque_, et c’est ce qu’on fait d’ordinaire. Nous
allons retrouver le groupe _ce que_.

[447] Pourvu que le même son ne soit pas répété: _je jette_, _ce
signe_. On notera qu’avec _je_ et _ce_ initiaux, on va familièrement
par l’élision jusqu’à trois et quatre consonnes initiales, dans _j’
crève de faim_, _j’ crois bien_, _c’ train là_; mais il est impossible
de dire _c’ rien_, _c’ ruisseau_, ni _c’ roi_, le groupe _sr_
n’admettant pas après lui d’autre consonne, ni même de semi-voyelle: la
liquide doit être ici finale et non médiane (voir plus haut, page 160
et note 1).

[448] Mais naturellement on est bien obligé de dire _les pas d’
c_e_lui qui vient_, sans quoi il y aurait quatre consonnes, qui ne
s’accommodent pas. On prononcera aussi nécessairement les deux _e_ dans
_pour l’amour d_e _c_e_lui_, l’_e_ de _de_ étant maintenu par _rd_, et
la sifflante qui suit étant initiale du groupe et non médiane.

[449] On dit naturellement: _il croit qu’ tu viens_, parce qu’il n’y a
qu’un seul _e muet_.

[450] A fortiori, _ça n’ me_ fait rien (chute du premier _e_), et non
_ça_ ne _m’ fait rien_.

[451] On évitera cependant d’aller, surtout en tête de phrase, jusqu’à
_j’_ ne _d’mande rien_; on préférera _j_e _n’ d_e_mande rien_: _de-_
initial est sans doute moins faible que _re-_.

[452] Ou _je n’ te l’remets pas_, moins bien, parce que, si _le_ est
subordonné à _te_, la muette initiale de _remets_ est subordonnée à
_le_.

[453] On n’a pas oublié le président de la République que le peuple
appelait généralement _Félix_e _Faure_, à moins que ce ne fût
_Felisque_.

[454] Nous reviendrons sur ce point au chapitre de l’_S_. C’est pour le
même motif que le _p_ est tombé dans (p)_tisane_ ou (P)_falsbourg_, et
aussi, au XVIᵉ et au XVIIᵉ siècle, dans _psaume_.

[455] ROTROU, _Laure persécutée_, acte I, scène 10.

[456] De même, à fortiori, _Plutôt_ que _d’ l_e_ver tes voiles_, et non
_plutôt qu’_ de _lever_ (V. HUGO, _Contemplations_, IV, III).

[457]_Les Burgraves_, acte I, scène 3.

[458] Par exemple, avec cet hémistiche de V. Hugo ou d’Edmond Rostand:
_Qu’est-ce que c’est que ça_, où le second _que_ ne peut pas rester
tout à fait muet, même entre deux toniques.

[459] De même _Bo_-ie_ldieu_. Mais il ne faut pas confondre ces cas,
qui d’ailleurs ne sont pas fréquents, avec celui des voyelles suivies
d’un _e muet_ final, qui ne s’entend plus, mais qui a toujours été
distinct: _hai_-e, _haï_-e, _joi_-e, _obéi_-e.

[460] Pourtant Edmond Rostand consent à la diphtongue dans _ruine_,
et cela régulièrement, chose extraordinaire. Il est à souhaiter qu’on
l’imite.

[461] Ceux-là se distinguent aussi par la prononciation du _t_, et
la liste est assez longue: _dations_, _relations_, _délations_,
_translations_, _rations_, _complétions_, _éditions_, _reéditions_,
_notions_, _exécutions_, _persécutions_, _mentions_, _exemptions_,
_attentions_, _intentions_, _contentions_, _inventions_, _réfractions_,
_rétractions_, _contractions_, _affections_, _désaffections_,
_infections_, _désinfections_, _injections_, _objections_,
_inspections_, _dictions_, _acceptions_, _exceptions_, _options_,
_adoptions_, _désertions_, _portions_.

[462] Auxquels il faut joindre _gr_i-_ef_, _br_i-_èveté_ et
_quatr_i-_ème_. On est stupéfait de voir Michaëlis et Passy indiquer
deux prononciations différentes, avec ou sans diphtongue, pour
_meurtrier_, _encrier_, _tablier_, et tous les substantifs de ce
groupe, sauf _ouvrier_!

[463] Nous avons conseillé d’éviter cette prononciation. De même, et
plus encore, dans les mots où les poètes maintiennent, par tradition,
une diérèse que l’usage ne connaît plus, il faut éviter le _yod_:
_passion_ ne doit se prononcer en vers ni _pass-yon_, comme en prose,
ni _passi-yon_, qui serait ridicule, mais simplement _pass_i-_on_,
qui est entre les deux. D’ailleurs, certains mots savants du type
_meurtrier_, comme _pr_i-_orité_, _à pr_i-_ori_, ne développent pas non
plus de _yod_ entre l’_i_ et la voyelle.

[464] Voir plus haut, page 119.

[465] D’autres disent _moi-lien_!

[466] Dans certains endroits, on dit encore _pè-san_; mais quand on
trouve _paysan_ en deux syllabes chez nos vieux poètes (il y en a
encore un exemple dans _l’École des Femmes_), c’est qu’ils prononçaient
_pay’san_, avec diphtongue initiale: ils écrivaient même parfois
_païsan_. _Fays-Billot_ se prononce comme _pays_. Je ne sais pourquoi
_Baïse_ se prononce comme _payse_; cette prononciation est d’ailleurs
peu répandue en France.

[467] Il y en avait bien davantage autrefois; mais leur _=y=_ grec
a été changé en _ï_, précisément pour ce motif: ainsi _p_a-_ïen_,
_b_a-_ïonnette_, a-_ïeul_, _gl_a-_ïeul_, qu’on eût pu sans cela
prononcer par _è_; ou bien ils ont été ramenés à la règle, comme
_al_o-_yau_, _h_o-_yau_, _m_o-_yen_, prononcés autrefois par _o_,
aujourd’hui par _oi_.

[468] Au contraire, _aigayer_ devrait se prononcer par _a_, venant
d’_aiguail_, et même s’écrire _aiguailler_: mais il semble qu’on le
prononce plutôt par _è_.

[469] Sans parler des mots étrangers, comme _a-yuntamiento_. Il
en est de même dans la plupart des noms propres, _même français_:
_Bisc_a-_ye_, _Bl_a-_ye_, _F_a-_ye_, _Hend_a-_ye_ et _Ub_a-_ye_,
comme _K_a-_yes_ ou _Luc_a-_yes_; A-_yen_, _B_a-_yard_, _B_a-_yeux_,
_B_a-_yonne_, _C_a-_yenne_, _C_a-_yeux_, _Le F_a-_yet_, _La
F_a-_yette_, _L_a-_ya_, _M_a-_yence_, _M_a-_yenne_, _M_a-_yeux_,
_P_a-_yerne_, _R_a-_yet_, _Le V_a-_yer_, aussi bien que _F_a-_youm_,
_Gu_a-_yaquil_, _Himal_a-_ya_, _M_a-_yer_, _M_a-_yotte_ ou
_Ram_a-_yana_. Il est vrai aussi que _Cl_ay_e_, _La H_ay_e_,
_Saint-Germain-en-L_ay_e_, _Laboul_ay_e_, _La Fresn_ay_e_,
_Houss_ay_e_, _Puis_ay_e_, se prononcent par _è_: cela tient à ce
que ces mots ont gardé la prononciation des primitifs, _cl_ai-_e_,
_h_ai-_e_, _l_ai-_e_, _boul_ai-_e_, _frên_ai-e, _houss_ai-_e_,
_puis_ai-_e_, qui sont ou furent des noms communs. On prononce de même
_La Curne de Sainte-Pal_ay_e_, _les rochers de N_ay_e_ et _Lavel_ey_e_.
Au contraire, on prononce _Ys_a-_ye_ en trois syllabes (_isaï_), comme
s’il y avait un tréma: cf. _Ay_, qui s’écrit mieux _Aï_, et aussi
l’_Hay_. J’ajoute qu’on prononce aussi _Merlin Cocc_a-_ie_ comme
_Bisc_a-_ye_.

[470] Contrairement à ce qui se passe pour l’_=a=_, _=o=_ devient
généralement _=oi=_ dans les noms propres français, comme dans les
autres mots: _B_oy_er_, _Gib_oy_er_, _D_oy_en_, _J_oy_euse_, _N_oy_on_,
_R_oy_an_, _R_oy_at_, _R_oy_er-Collard_, _Tr_oy_on_, _Vaud_oy_er_,
aussi bien que _R_oy_e_, _Brid_oy_e_, _Tr_oy_es_ (prononcé comme
_Troie_) et même _L_oy_alty_, probablement sous l’influence de _loyal_.
L’_o_ reste séparé seulement dans les noms étrangers: _G_o-_ya_, _Van
G_o-_yen_, _L_o-_yola_, _O-yama_, _Sam_o-_yèdes_, et aussi _G_o-_yon_
et quelques autres. _Soyecourt_ se prononce, _sôcour_.

[471] Le mauvais calembour, _comment vas-t_u, _yau de poêle?_ en est un
témoignage irrécusable.

[472] L’_u_ reste distinct régulièrement dans _Berr_u-_yer_ ou
_T_u-_yen-Quan_, comme dans _Gr_u-_yère_ et _La Br_u-_yère_. Au
contraire, et quoique le prénom _Guy_ se prononce _ghi_, _ui_ l’emporte
dans les noms commençant par _Guy-_; on doit donc prononcer _ui_
correctement dans _G_uy_ane_, _G_uy_enne_, _G_uy_au_, _G_uy_ot_,
_G_uy_on_, avec _Chatel-G_uy_on_, _La Vaug_uy_on_, _Long_uy_on_.
A vrai dire, beaucoup de personnes prononcent _G_u-_yot_, voire
même _Gh_i-_yot_, sans parler de l’algérien _Guyotville_, réduit à
_ghyo-vil_, en deux syllabes; mais tout cela est très incorrect. Dans
les premières éditions du _Poème de Fontenoy_, Voltaire avait fait
aussi _Vauguyon_ de deux syllabes, comme si c’était écrit _Vaughyon_;
mais il s’est corrigé dans les suivantes. Il a réduit aussi _Guyon_ à
une syllabe et _Guyenne_ à deux, mais en écrivant _Guion_ et _Guienne_,
ce qui ne pourrait plus se faire.

[473] On a déjà parlé de ce phénomène, page 163.

[474] Les poètes ne s’en privent pas, et il n’y a pas lieu de les en
blâmer. Ch. Nyrop, rencontrant _paye_ en deux syllabes dans _Cyrano de
Bergerac_, admire «la belle intrépidité de Rostand» qui fait «revivre
cette prosodie médiévale». Mais cette prosodie n’a jamais disparu, et
Ch. Nyrop confond _paye_ avec les finales en _-ée_, _-aie_, _-ue_,
_-oue_, qui sont fort différentes. Il va sans dire qu’en pareil cas, il
faut nettement distinguer les deux syllabes au moyen du _yod_. Quand
Mᵐᵉ Sorel prononce dans Molière:

    Mais elle bat ses gens et ne les _pai_(e) point
            (_Misanthr._, acte II, scène 3).

elle se conforme sans doute à l’usage le plus répandu aujourd’hui, mais
elle devrait bien s’apercevoir qu’elle fait un vers faux! Et il est
bien possible que _pai-ye point_ la choque, mais c’est _pai-ye point_
qu’il faut dire.

[475] Voir encore p. 163, note 2.

[476] Voir plus haut, page 152 et la note.

[477] Sans parler de _ya_ tout court, qui n’en a qu’une: _ya des gens
qui..._, mais ceci est un peu familier!

[478] Si bien que les poètes eux-mêmes, quand ils acceptent ce double
hiatus, sont obligés, pour peu qu’ils aient de logique ou d’oreille,
de compter les trois mots pour deux syllabes, d’autant plus que
l’expression est toujours de style familier. On peut citer Richepin,
_Don Quichotte_, acte VII, scène 20:

    Au premier choc... _Ça y est!_ patratas! la culbute!

et _la Route d’émeraude_, vers final:

    Fais des chefs-d’œuvre... Moi, _ça y est_, j’ai fait le mien.

Jean Aicard a compté le groupe pour trois syllabes, mais il n’y a pas
lieu de l’en féliciter.

[479] C’est Corneille qui a rénové en poésie l’usage de compter _hier_
pour une syllabe, usage déjà suranné de son temps, et son autorité
a malheureusement justifié les poètes qui l’ont suivi. Pourtant le
XVIIIᵉ siècle avait repris les saines traditions, et Voltaire fait
toujours _hier_ de deux syllabes (et même _avant-hier_ de quatre).
Malheureusement, V. Hugo a cru pouvoir le faire presque indifféremment
de deux ou de trois, et la plupart des poètes du XIXᵉ siècle l’ont
suivi; mais c’est une erreur certaine: voir sur ce point notre article
sur _les Innovations prosodiques dans Corneille_, dans la _Revue
d’histoire littéraire de 1913_.

[480] Au XVIIᵉ siècle, on trouvait ce groupe initial dans _Hiérome_,
_Hiérusalem_ et _Hiéricho_, mais _hi_ s’y prononçait déjà _j_, comme
on l’écrit aujourd’hui: _hi_ ou _hy_ se prononçait alors _j_, même
dans _Hyacinthe_ (devenu _jacinthe_ comme nom de fleur), même dans
_hiérarchie_ et _hiéroglyphe_, et c’est ce qui explique la prosodie de
certains vers classiques, où il faut lire _jérarchie_ et _jéroglyphe_:
voir page 250, note 3.

[481] Si les _ll_ mouillés sont suivis d’un _i_, les deux _yods_
primitifs se confondent aujourd’hui: _bailliage_ se prononce comme
_pillage_, _voyage_ ou _mariage_, _joaillier_ comme _fouailler_,
_médaillier_ comme _médaillé_. Il peut cependant y avoir deux _yods_
dans une même finale, mais séparés par une voyelle: ainsi dans
_vieille_ (vyeye) ou _piaille_ (pyaye) ou _qu’il y aille_.

[482] Nous avons vu aussi que l’_i_ final faisait fonction de consonne
dans certains noms propres étrangers: _Pompéi_, _Hanoï_, _Shanghaï_:
voir page 119, note 2.

[483] L’_u_ a la même fonction devant _y_ dans _C_u_yp_, _Ha_-ü_y_, _Le
P_u_y_, _Lh_u_ys_, _L_u_ynes_, _Porrentr_u_y_, _R_u_yter_.

[484] Je ne parle pas de _fabriq_(u)-_ions_ ou _navig_(u)-_ions_, où
l’_u_ n’est qu’un signe orthographique.

[485] Les groupes _brui_ ou _trui_ sont, en effet, beaucoup plus
faciles à prononcer sans décomposition que _bryer_ ou _tryer_. C’est
pourquoi la diphtongue a pu se conserver là où elle existait; mais elle
n’a jamais existé dans _dru-ide_ et _flu-ide_, et ne s’y est point
formée.

[486] Voir plus loin, aux chapitres du _G_ et du _Q_.

[487] Éviter seulement de prononcer _voui_ pour _oui_, ou de la
_vouate_ pour de la _ouate_.

[488] _Souhait_ lui-même, malgré l’_h_, ne fait qu’une syllabe dans
l’usage courant, et nous savons que quelques-uns prononcent encore
_s_oi_ter_, mais ceci est suranné: voir page 87.

[489] Et encore _tramway_ pas toujours: voir au chapitre du _W_.

[490] La diérèse de _oi_ est d’ailleurs impossible dans l’écriture;
quant à celle de _groin_, elle aboutit à _gro-in_, où la prononciation
du mot est évidemment altérée. Nous avons déjà vu cela.

[491] Je ne pense cependant pas qu’on aille jusqu’à _cl_ou_aque_, parce
que le groupe _cl_ maintient l’_o_ séparé de l’_a_.

[492] Avant Boileau, quelques poètes hésitaient, quoique la majorité
fût pour _po-ète_: ainsi Corneille ne connaît que la synérèse, et
La Fontaine l’a faite trois fois sur quatre dans ses _Fables_. Le
XVIIᵉ siècle faisait encore la synérèse jusque dans _M_o_ïse_ (écrit
_Moyse_), _B_o_hême_, _N_o_ailles_ ou _N_o_ël_, et l’on trouverait
encore des endroits où l’on prononce _Mouise_ ou _Nouel_, ou même
_Noil_ (nwal), qui est encore donné par Mᵐᵉ Dupuis, concurremment avec
_poite_, _poisie_ et _Boime_, prononcés par _ouè_.

Mais ces prononciations sont depuis longtemps purement locales.
Cependant _Roanne_ se prononce _roine_. _Coëffeteau_ ou _Boësset_ se
prononcent aussi par _oi_. _P_o_ey_, _Esp_o_ey_ se prononcent par
_oueye_ dans le Midi.

[493] Voir page 62. Pour les groupes anglais _oa_ et _oo_, voir pages
45 et 112.

[494] Le phénomène avait déjà été observé par Dangeau, en 1694.

[495] A l’intérieur des mots, l’_assimilation_ proprement dite est
généralement réalisée par l’écriture. De là les consonnes doubles,
généralement héritées du latin: _a_cc_omplir_, _a_ff_ecter_,
_co_ll_aborer_, _i_mm_erger_, etc., etc.

[496] Il arrive quelquefois, mais rarement, que l’accommodation, au
lieu d’être _progressive_, est _régressive_, c’est-à-dire que c’est
la seconde consonne qui s’accommode à la précédente, par exemple
dans _subsister_ (_ubz_ au lieu de _ups_); mais ceci tient souvent à
d’autres causes, comme on verra.

[497] Ici encore, exceptionnellement et par accommodation régressive,
_à cheval_ peut devenir _ach_f_al_, jamais _a_j_val_.

[498] Exceptionnellement aussi, une douce devient forte même devant un
_m_, dans _tout_ de _même_ (tout _t’_ même).

[499] L’abbé Rousselot, qui a constaté le fait, l’explique en disant
(_Précis_, page 86) que c’est la voyelle qui transforme en douce la
consonne forte; mais on ne voit pas du tout pourquoi _ou_ changerait
_s_ en _z_. Il en est de cet exemple comme des autres: dans un débit
rapide, les organes se préparent d’avance à l’émission des sons qui
vont suivre, ici l’_s_ doux de liaison, et c’est ce qui adoucit le
premier. Comme dit M. Paul Passy, tout son subit, dans une certaine
mesure, l’influence des sons voisins: c’est ainsi que la prononciation
rapide aboutit encore facilement à _ton_-m_neuve_ pour _tomb_e _neuve_
ou _lan_-n_main_ pour _lend_e_main_.

[500] Voir page 182. C’est exactement le principe opposé qu’on applique
sans s’en douter, quand on se fonde uniquement sur l’étymologie:
_cela doit être, donc cela est_. Le principe des phonéticiens est
certainement le bon, mais il ne faut pas l’appliquer sans distinction
ni restriction.

[501] Voir plus haut, page 10.

[502] Sauf en liaison, bien entendu: mais ceci sera l’objet d’un
chapitre spécial.

[503] Ces exceptions s’appliquent généralement aux lettres dites
étymologiques (souvent fausses d’ailleurs, comme _d_ de _poids_, ou le
_g_ de _legs_), que les érudits du XVIᵉ siècle ont introduites dans
l’écriture, en guise d’ornements! Le malheur est que, dès le XVIIᵉ
siècle, on s’est mis à prononcer, mal à propos, quelques-unes de ces
lettres. Mais c’est surtout au XIXᵉ siècle que le développement de
l’enseignement primaire, et l’ignorance de beaucoup d’instituteurs, à
qui manquait la tradition orale, ont profondément altéré la langue, en
faisant revivre ces consonnes, tombées depuis des siècles.

[504] Cette prononciation de la consonne double est exactement la même
que celle qui se produit entre deux mots, la première étant finale, la
seconde initiale, notamment quand un _e muet_ tombe; et nous avons vu
qu’en ce cas la consonne n’est double qu’en apparence. Voir au chapitre
de l’_e muet_, page 159, note 4.

[505] Il n’en a pas toujours été ainsi: si aujourd’hui nous ne
distinguons plus entre les finales _tère_, _taire_ et _terre_,
autrefois on prononçait parfaitement les deux _r_ de _terre_, et
peut-être trouverait-on un reste de cette prononciation dans le Midi,
qui a conservé l’habitude et la faculté de vibrer!

[506] C’est en effet par le latin que la prononciation des lettres
doubles a commencé, au XVIᵉ siècle, pour s’introduire de là dans la
langue savante, mais plus tard; pendant longtemps on n’a guère doublé
que les _r_, mais on les doublait beaucoup plus souvent qu’aujourd’hui,
et même devant l’_e muet_, comme on vient de le voir.

[507] J’ai un jour entendu articuler _do_n-n_er_, et cela est
ridicule, assurément; toutefois ce n’est pas une raison pour aller
contre l’usage, et le _Dictionnaire phonétique_ de Michaëlis et Passy,
aussi bien que le _Manuel phonétique_ de Ch. Nyrop, qui n’admettent
presque point de consonnes prononcées doubles, sont certainement en
contradiction avec l’usage général pour des centaines de mots.

[508] Pourtant Michaëlis et Passy donnent le choix presque partout.

[509] De même dans _Christophe Colom_(b), qui est complètement
francisé, et dans _Dou_(bs) ou _Dussou_(bs).

[510] De même dans le latin _ab_, et dans les noms propres _Moa_b,
_Acha_b, _Ma_b, _Cale_b, _Hore_b, _Aureng-Zey_b, _Sennachéri_b, _Jo_b,
_Jaco_b. Même dans ces mots, le _b_ ne se prononçait pas toujours
autrefois, ou il se prononçait _p_, surtout devant une voyelle. Nous
verrons en effet, au cours des chapitres suivants, que les muettes
sonores finales se sont d’abord assourdies régulièrement, avant de
cesser de se prononcer: c’était l’étape naturelle; et nous retrouverons
la trace de ce phénomène dans les liaisons.

[511] Quoique cette prononciation ait été correcte jusqu’au milieu
du XVIIᵉ siècle, dans tous les mots commençant par _abs-_, _obs-_,
_subs-_, où les grammairiens avaient rétabli récemment le _b_; car,
au moyen âge, on écrivait _ostiner_, _oscur_, _astenir_, etc. Le _b_
a toujours été muet dans _de_(b_voir_, où il était absurde, et aussi
dans _de_(b)_te_, _dou_(b)_ter_, _pre_(bs)_tre_ et d’autres. Il l’est
encore dans certains noms propres, devant un _v_: _Fa_(b)_vier_,
_Lefe_(b)_vre_; mais il tend naturellement à y revivre.

[512] Davantage dans quelques noms propres, _A_b-b_as_ et
_A_b-b_assides_, _A_b-b_atucci_, _A_b-b_on_.

[513] De même _Aurilla_c, _Caudebe_c, _Porni_c ou _Pernambou_c.

[514] Les composés _bec-d’âne_ et _bec-jaune_ ont conservé la
prononciation sans _c_, qui était de règle devant une consonne, mais
ils s’écrivent plutôt _bédâne_ et _béjaune_. Le _c_ a revécu dans
_be_c-_de-corbin_, _be_c-_de-cane_, _be_c-_de-lièvre_; il s’est
toujours prononcé dans _be_c _fin_, _be_c_figue_ (qui est pour
_bèquefigue_) et _be_c-_cornu_. Dans _pi_(c)_vert_, le _c_ a disparu
aussi de l’écriture.

[515] Naturellement, quand Boileau fait rimer _estoma_c avec _Sidra_c,
le _c_ doit sonner.

[516] Mais non dans _cri_c, onomatopée, ni même dans _cri_c _cra_c,
ou _de bri_c _et de bro_c, où tous les _c_ se prononcent. L’Académie
prétend que _taba_c est familier, comme si le peuple ne disait pas
_taba_(c). Le _c_ est également muet dans _Saint-Brieu_(c).

[517] Et plus encore celui de _lombri_c, malgré Michaëlis et Passy,
aussi bien que celui de _porc-épi_c.

[518] Il n’en était pas ainsi autrefois. De là la confusion qui a
changé la _rue Saint-André-dès-Ar_c_s_ en _rue Saint-André-des-Ar_t_s_.
Toutefois d’autres prétendent que _arts_ a remplacé dans ce nom _ars_,
brûlé, c’est-à-dire atteint du mal des ardents.

[519] De même _Gobse_c(k), _Brunswi_c(k), _Van Dy_c(k), _Glu_c(k),
etc., et aussi _Leco_c(q), _Lesto_c(q), _Vi_c(q) _d’Azyr_.

[520] Il faut excepter quelques noms propres comme _Ran_c.

[521] Le _Dictionnaire général_ trouve encore cette prononciation
«familière». Familière ou non, il n’y en a pas d’autre qui soit usitée,
quoi qu’il en dise, et malgré Michaëlis et Passy; et je ne sache
pas qu’on dise non plus _zinquer_, ni _zinqueur_. On devrait tout
simplement écrire _zing_, comme on écrit _zingueur_.

[522] Pourtant le _c_ sonne très rarement dans _porc_ (voir page 363).

[523] Ce dernier mot vient pourtant du germanique _mark_; mais il
est francisé sous la forme _marc_, tandis que dans _mark_, monnaie
allemande, le _k_ sonne naturellement. Dans _Marc_, nom propre, le _c_
avait cessé de se prononcer, et l’on dit de préférence: _le lion de
Saint-Mar_(c), à Venise, ou _Saint-Mar_(c), nom propre; mais on dit
_l’Évangile de Mar_c ou de _saint Mar_c, et surtout on fait sonner
le _c_ de _Mar_c prénom. De même a fortiori dans _Mar_c-_Aurèle_ ou
_Mar_c-_Antoine_, et même _Saint-Mar_c-_Girardin_.

[524] Ni dans _Lecler_(c) ou _Lecler_(cq) ou _Maucler_(c) pas plus que
dans l’expression _de cler_(c) _à maître_, qui n’est plus usitée que
dans l’administration militaire. Il sonne dans _Our_c(q).

[525] _Contra_(ct) a au contraire perdu son _c_ dans l’écriture, ce qui
l’a mis à l’abri.

[526] Au XVIᵉ siècle, _infect_ et _abject_ s’écrivaient souvent _infet_
et _abjet_, et rimaient avec _effet_ et _projet_, dont l’étymologie
est la même. C’est la prononciation dite emphatique qui a dû rétablir
_ct_ d’abord dans _infect_, puis dans _abject_, à cause du sens.
Mais Corneille fait toujours rimer régulièrement _abject_, ou plutôt
_abjet_, avec _projet_ ou _sujet_:

    Et dans les plus bas rangs les noms les plus _abjets_
    Ont voulu s’ennoblir par de si hauts _projets_.
            (_Cinna_, acte IV, scène 3.)

Il n’y avait là aucune «licence poétique», malgré le reproche que lui
faisait déjà Aimé Martin.

[527] Voir livre X, fables 8 et 12, et livre XII, fable 2.

[528] Je ne sais comment il peut se faire que le _Dictionnaire général_
admette _uniquement_--et simultanément--_aspe_(ct) sans _c_ ni _t_,
_circonspe_c(t) et _respe_c(t) avec _c_ seul, et _suspe_ct avec _c_ et
_t_! Toutes ces variétés de prononciation ne se seraient pas produites
si l’on avait pris le sage parti d’écrire tous ces mots comme _effet_,
qui est, lui aussi, pour _effect_. Le _c_ est également muet dans _les
frères Parfai_(ct).

[529] Il serait si simple de lui ôter son _c_, comme on a fait à
_défunt_, pour _défunct_.

[530] Et aussi devant les diphtongues latines _œ_ et _æ_: C_æsar_,
comme C_ésar_.

[531] Autrefois on écrivait aussi _cueur_, où le premier _u_ n’était
qu’un signe orthographique, qu’on ne prononçait pas.

[532] On trouve d’ailleurs _ck_ devant une voyelle quelconque:
_blo_ck_aus_ ou _ge_ck_o_ comme _jo_ck_ey_, _Sto_ck_holm_ comme
_Ne_ck_er_.

[533] Où donc Michaëlis et Passy ont-il entendu prononcer ces mots
sans _c_? C’était la prononciation du XVIIᵉ siècle, ainsi que
_pon_(c)_tuel_; _di_(c)_ton_ et _antar_(c)_tique_ ont duré plus
longtemps. Aujourd’hui que la plupart des _c_ étymologiques inutiles
ont disparu, comme dans _bienfai_(c)_teur_, _je_(c)_ter_, etc., il
n’y a plus d’exceptions. On prononce le _c_ même dans _Fran_c_fort_,
sous prétexte que le _k_ allemand de _Frankfurt_ se prononce: à la
vérité, puisque le mot est francisé, rien n’empêcherait de prononcer
_Fran_(c)_fort_, mais ce n’est pas l’habitude.

[534] On sait qu’_é_g_logue_ et _ci_g_ogne_ étaient autrefois
_é_c_logue_ et _ci_c_ogne_; _é_g_ale_, _mi_g_raine_, _é_g_lise_, et
depuis bien plus longtemps, n’ont-ils pas remplacé aussi un _c_ par
un _g_? De même on a prononcé _se_g_ret_ et _se_g_rétaire_ jusqu’au
XIXᵉ siècle: Domergue ne prononce pas autrement; ce n’est qu’au siècle
dernier que le _c_ s’est rétabli dans ces mots. Pendant longtemps on a
non seulement prononcé, mais écrit _né_g_romant_ et _né_g_romancie_.
C’est naturellement aussi un _g_ qu’on entend dans _Jean Se_c_ond_ ou
_Se_c_ondat de Montesquieu_. C’est le contraire de _gangrène_, qui
s’est prononcée _cangrène_ jusqu’au siècle dernier.

[535] Parce qu’il l’avait aussi dans C_laude_ et C_laudine_.

[536] Le _Dictionnaire général_ joint à ces mots _a_c-c_lamer_,
mais cela s’impose encore moins. Michaëlis et Passy n’admettent le
_c_ double que dans _gecko_, alors que précisément _ck_ se prononce
partout comme un seul _c_. On _peut_ encore prononcer deux _c_
dans les noms latins: _Ba_c-c_hus_, _Bo_c-c_horis_, _Bo_c-c_hus_,
_Fla_c-c_us_, _Gra_c-c_hus_, et quelques noms étrangers: _Be_c-c_aria_,
_Bo_c-c_ador_, _Bo_c-c_herini_, _Civita-Ve_c-c_hia_, _Pi_c-c_olomini_,
_Sa_c-c_hini_, _Se_c-c_hi_, _Vero_c-c_hio_, mais plus dans
_Bo_(c)c_ace_, complètement francisé avec un seul _c_.

[537] Au XVIᵉ siècle, on prononçait les deux _c_ comme un seul, même
dans ce cas: _a_(c)c_ident_; et cette prononciation s’entend encore
dans les pays qui ont l’_a_c_ent_. _Aja_(c)c_io_ se prononce toujours
avec un seul _c_.

[538] Voir plus loin, an chapitre de l’_S_.

[539] Le cas de _cqu_ est le même que celui de _ck_.

[540] De même C_ellini_ et _For_c_ellini_, C_en_c_i_ et C_érisoles_,
_Bonifa_c_io_, _Aja_cc_io_, avec un seul _c_, C_ialdini_, C_imabué_,
C_ivita-Vecchia_, C_on_c_ini_, _Gar_c_ia_, _Man_c_ini_, _Min_c_io_,
_Terra_c_ine_, et même _Vin_c_i_, et peut-être C_imarosa_ et
_Botti_c_elli_. On prononce le _c_ de même dans C_e_c_il_, C_ellamare_,
C_ervantès_ et C_euta_, C_in_c_innati_, C_intra_, C_iudad-Real_.

[541] De même _Abatu_cc_i_, _Ba_cc_hiochi_, _Cardu_cc_i_,
_Carpa_cc_io_, _Le_cc_e_, _Lorenza_cc_io_, _Pi_cc_iola_, _Pi_cc_inni_,
_Pul_c_i_, _Ri_cc_i_, _Ve_c_ellio_. _Vermicelle_ et _violoncelle_ ont
connu longtemps une étape intermédiaire, en se prononçant _vermichelle_
et _violonchelle_, admis par Domergue et Mᵐᵉ Dupuis, et dont on trouve
encore des traces, mais fort rares.

[542] Le _=cz=_ polonais se prononce _=tch=_, mais nous ne le
prononçons guère ainsi qu’à la fin des noms, comme dans _Mickiewi_cz ou
_Sienkiewi_cz: partout ailleurs on le prononce généralement _gz_, et
c’est un tort. Notons en passant que le premier _c_ de _Mi_c_kiewicz_
doit se prononcer à part, comme _ts_. Le _cz_ hongrois, qui s’écrit
aujourd’hui _c_, doit se prononcer _ts_, et non _gz_, dans Cz_erny_,
_Munka_cz_y_, _Ra-ko_cz_y_.

[543] Pour ce mot, voir p. 49. De même _Lame_c(h), _Metterni_c(h),
_Muni_c(h), _Zuri_c(h), _Ko_c(h), _Molo_c(h), _Eno_c(h),
_Saint-Ro_c(h), _Sacher-Maso_c(h), _Baru_c(h), etc., et aussi
_Utre_c(ht) ou _Maëstric_(ht).

[544] Et dans quelques noms propres du Midi, comme _Au_ch, _Fo_ch,
_Bu_ch, _Te_ch, _Pue_ch, _Delpe_ch, avec _Monjui_ch, sans compter
_Sidi-Ferru_ch, _Marrake_ch et _Ni_ch.

[545] Il est muet aussi dans _Penmar_(ch) francisé.

[546] Ceci vient tout simplement d’une confusion inconsciente entre
_acheter_ et _jeter_. En effet, _jeter_ se prononce nécessairement
comme _acheter_, quand l’_e muet_ tombe; dès lors, on a la proportion
fatale: _j’ajète_ est à _acheter_ comme _je jette_ à _chter_.

[547] De même dans tous les noms propres anciens: _Macc_(h)_abée_,
_C_(h)_am_, _C_(h)_anaan_, _Zac_(h)_arie_, _Néc_(h)_ao_, _C_(h)_aldée_,
_Epic_(h)_aris_, _C_(h)_arybde_, _C_(h)_aron_, _Anac_(h)_arsis_,
_Calc_(h)_as_, etc., etc., avec quelques noms modernes étrangers:
_Buc_(h)_anan_, _Buc_(h)_arest_, _C_(h)_andos_.

[548] Et autrefois _métempsyc_(h)_ose_, qui n’a plus d’_h_; pourquoi
_psyc_(h)_ologie_ en a-t-il un?

[549] On prononce _co_ dans _Jéric_(h)_o_, _Jéc_(h)_onias_ et
_Nabuc_(h)_odonosor_, _Terpsic_(h)_ore_, _Stésic_(h)_ore_,
_C_(h)_oéphores_, _Orc_(h)_omêne_ et _Colc_(h)_os_, _Sanc_(h)_oniaton_,
_C_(h)_osroès_, _C_(h)_oa_ et _Tyc_(h)_o-Brahé_, et même _La
Péric_(h)_ole_, _Picroc_(h)_ole_; mais non dans _Mi_ch_ol_, _San_ch_o_
ou _don Qui_ch_otte_ (francisé de l’espagnol _Quijote_ à _j_ guttural).

[550] Et dans les noms propres anciens en _-chus_, comme
_Antioc_(h)_us_, _Malc_(h)_us_, etc., mais non dans Ch_uquisaca_.

[551] De même _Mi_ch_ée_, _Za_ch_ée_, _Si_ch_ée_, aussi bien que
_Mardo_ch_ée_, et aussi bien _Psy_ch_é_. Cependant on a longtemps dit
_trokée_.

[552] Je n’ai pas, dans ces mots et les suivants, devant _e_ et devant
_i_, mis l’_h_ entre parenthèses, à cause du son sifflant que prend
le _c_ devant ces voyelles; j’espère néanmoins que le lecteur ne s’y
trompera pas.

[553] De même dans _Mi_ch_el_ et _Ra_ch_el_, deux prénoms trop
populaires pour s’altérer, et aussi, le plus souvent, dans
_Pul_ch_érie_ et _Si_ch_em_. Mais on prononce _ké_ dans la plupart
des noms propres anciens: _A_ché_loüs_, _A_ché_ménides_, _A_ché_ron_,
_Car_ché_mis_ Ché_ronée_, Ché_ronèse_, Ché_rusques_, _La_ché_sis_,
_Pul_ch_er_ (rarement _Pul_ché_rie_) et _Senna_ché_rib_. Autrefois
le _ch_ d’_A_ché_ron_ était francisé ainsi que beaucoup d’autres.
C’est à la fin du XVIIᵉ siècle que les divergences se produisirent.
La _Comédie_, avec Racine, tenait pour _A_ché_ron_ (La Fontaine
aussi); l’_Opéra_, avec Lulli et Quinault, tenait pour _A_ké_ron_, qui
prévaut aujourd’hui. On prononce aussi _ké_ dans les noms italiens,
Ch_érubini_, _Mi_ch_el-Ange_. A la vérité, _Mikel-Ange_ paraît bizarre,
car on francise le second mot (pour _Angelo_) et pas le premier, alors
que nous avons pourtant _Mi_ch_el_ en français; mais, en réalité, le
nom italien s’est francisé en bloc avec la prononciation originelle
et en conservant son accent sur la même syllabe _an_: c’est ainsi que
sont traités les noms des plus grands hommes, appris par l’oreille et
non par l’œil, comme Shakespeare et Gœthe. On prononce encore _ké_
dans Ch_emnitz_ et _Sa_ch_er-Masoch_, mais _ché_ dans _Blü_ch_er_ ou
_Schœl_ch_er_.

[554] Excepté _lysima_ch_ie_ (kie). _Mala_ch_ie_ est flottant, tandis
que _Vala_ch_ie_ est toujours resté chuintant, malgré _Valaques_.

[555] Pourtant on dit souvent _monakisme_, toujours _masokisme_.

[556] Surtout à côté d’_ar_ch_itectonique_ ou _ar_ch_itriclin_, qui ne
sont pas moins savants qu’_ar_ch_iépiscopal_, et qui pourtant chuintent
comme les autres. _Arkiépiscopal_ a d’ailleurs l’air prétentieux, à
côté d’_ar_ch_evêque_.

[557] On chuinte même dans quelques noms propres anciens, comme
_Col_ch_ide_, _A_ch_ille_, _Es_ch_ine_, _Es_ch_yle_, Ch_ypre_,
_Ar_ch_iloque_ et _Joa_ch_im_. Il est vrai que ce mot est bien
maltraité: beaucoup de personnes prononcent _Joakin_, d’autres
_Joakime_, ou plutôt _Yoakime_, surtout en parlant de _Du Bellay_;
mais précisément _Du Bellay_ prononçait sans aucun doute son prénom en
chuintant; et c’est la vraie prononciation, notamment celle de l’Église.

[558] Ajouter les noms propres anciens: _Ezé_ch_ias_ et _Ezé_ch_iel_,
_Mel_ch_ior_ et _Mel_ch_isédec_, Ch_io_ et _Sper_ch_ius_,
_Bac_ch_ylide_ et _Ar_ch_ytas_, _Tra_ch_iniennes_, _E_ch_idna_,
_A_ch_illas_, et même _A_ch_illéide_ (malgré _A_ch_ille_); le plus
souvent aussi aujourd’hui Ch_iites_, Ch_ilon_, Ch_iron_ et _An_ch_ise_;
et surtout les noms italiens: _Brunelles_ch_i_, _Cernus_ch_i_,
_Baccio_ch_i_, _Fies_ch_i_, _Monaldes_ch_i_, _Ma_ch_iavel_ (d’où
_ma_ch_iavélique_ et _ma_ch_iavélisme_), _Sac_ch_ini_, Ch_ianti_,
Ch_ioggia_, _Is_ch_ia_, _Civita-Vec_ch_ia_, _Porto-Vec_ch_io_,
_Sec_ch_i_, _Veroc_ch_io_, etc., avec ch_i va sano_, ch_i lo sa?_ ou
_an_ch’_io_. _Ma_ch_iavel_ (avec ses dérivés) est de ceux qui furent
longtemps francisés, ainsi que Ch_iron_, Ch_ilon_, _An_ch_ise_, et bien
d’autres, même _Ezé_ch_ias_ ou _Ezé_ch_iel_: de tous ces noms, je ne
vois guère qu’_An_ch_ise_ qu’on fasse encore chuinter quelquefois.

[559] D’où _A_c(h)_met_, _Ro_c(h)_dale_ et _Mélan_c(h)_ton_,
comme C(h)_loé_, _Méne_c(h)_mes_, C(h)_ristophe_, _Ara_c(h)_né_,
_Ere_c(h)_tée_, _Erési_c(h)_ton_; tous ces _h_ devraient disparaître.
_Dra_c(h)_me_ se prononçait naguère encore _dragme_; mais cette
prononciation est surannée. On chuinte dans _Fe_ch_ner_ ou _Ri_ch_ter_,
comme dans _Met_ch_nikoff_.

[560] De même dans _Lyn_ch, d’où le verbe _lyncher_, et aussi dans
Ch_aucer_, Ch_esterfield_, Ch_icago_, _Man_ch_ester_, _Mi_ch_igan_,
tandis qu’on prononce de préférence _tch_ dans _Sandwi_ch ou
_Greenwi_ch, dans Ch_anning_, Ch_arleston_, Ch_atterton_,
Ch_ilde-Harold_, et en général dans les noms moins connus, ainsi
que dans _Pa_ch_eco_ ou _E_ch_egaray_. Dans les noms arabes ou
asiatiques, _ch_ a le son français, comme on l’a vu déjà dans
_chaou_ch ou _Marrake_ch: ainsi _Aï_ch_a_, _Kri_ch_na_ et _Vi_ch_nou_,
avec Ch_andernagor_ et _Pondi_ch_éry_; Ch_an-si_, Ch_an-toung_,
_Thian_-Ch_an_, _Sou_-ch_ong_, _Pet_ch_ili_, _Mand_ch_ourie_ et
Ch_emulpo_; Ch_att-el-Arab_, Ch_iraz_, _Ap_ch_éron_, _Re_ch_t_,
_Me_ch_ed_ et _Ka_ch_gar_; _Skoupt_ch_ina_, _Pri_ch_tina_, Ch_oumla_
et Ch_odzko_. Ajoutons les noms américains: Ch_ili_, Ch_ihuahua_,
Ch_iquitos_, Ch_imborazo_, _le Grand_ Ch_aco_, avec Ch_actas_; et
aussi _A_ch_antis_, _A_ch_em_, _Fun_ch_al_, etc. Pourtant on prononce
ordinairement _ki_ dans Ch_iloë_, et cela est assez bizarre.

[561] Ajouter presque tous les noms propres commençant par _Sch-_:
(S)_chaffouse_, (S)_chehérazade_, (S)_chelling_, (S)_chiller_,
(S)_chlegel_, (S)_chlestadt_, (S)_chliemann_, (S)_chmid_,
(S)_chneider_, (S)_chœlcher_, (S)_choll_, (S)_chomberg_,
(S)_chopenhauer_, (S)_chubert_, (S)_chumann_, (S)_chwartz_, etc.,
etc., et aussi _Fe_(s)_ch_, _E_(s)_chenbach_, _Her_(s)_chell_,
_Frei_(s)_chütz_, _Frœ_(s)_chwiller_, _Haroun-al-Ra_(s)_chid_,
_Kamt_(s)_chatka_ ou _Kamt_(s)_chadales_, et même _Ta_(s)_cher_. Mais
il ne faut pas confondre le groupe _sch_ avec l’_s_ suivi du _ch_
guttural dans les noms flamands ou italiens, comme _Honds_ch_oote_ ou
_S_ch_iedam_, _Monaldes_ch_i_, _Cernus_ch_i_ ou _Pes_ch_iera_.

[562] On dit bien quelquefois _skéma_, mais c’est fort rare.
_Saint-Ans_ch_aire_ se prononce pourtant par _sk_. _S_ch_olastique_
a gardé son _h_ en qualité de nom propre; mais _scolaire_, _scolie_,
_scoliaste_, et _scolastique_ adjectif, ont perdu le leur. D’autre
part, l’_s_ s’est mis inutilement dans (s)_chah_; _schako_ s’écrit
mieux _shako_ (voir le groupe _sh_ à la lettre _s_); _schall_ est
depuis longtemps remplacé par _châle_; _scheik_ est devenu _cheik_.

[563] De même _Chateaubrian_(d), _Edmon_(d), _Bugeau_(d),
_Saint-Clou_(d), _Ronsar_(d), _Chambor_(d), etc.

[564] Cette prononciation de _quan_(d) est d’ailleurs très ancienne,
et quand le _d_ final se prononçait au XVIᵉ siècle, c’est toujours _t_
qu’il se prononçait, la sonore s’assourdissant d’abord avant de s’amuir.

[565] Avec _Shetlan_d et _Christiansan_d, _Samarkan_d et _Yarkan_d,
_Clevelan_d et _Wielan_d, auxquels il faut joindre _George San_d,
et les noms géographiques en _-land_. Mais plusieurs noms en
_-land_ peuvent ou doivent se prononcer à la française aussi bien
que _Gan_(d), à savoir _Falklan_(d), _Marylan_(d), _Cumberlan_(d),
_Northumberlan_(d), _Jutlan_(d), _Groënlan_(d) en trois syllabes, et
_Friedlan_(d) également en trois syllabes, au moins à Paris (voir plus
haut page 78); de plus, _Kokan_(d), sans compter _Rembran_(dt), et
aussi _Witikin_(d). On prononce encore le _d_ dans _Mahmou_d et _Lau_d,
mais non dans _Bedfor_(d), _Bradfor_(d), _Oxfor_(d) ou _Straffor_(d),
pas plus que dans _lor_(d).

[566] Et naturellement dans la plupart des noms propres: _Joa_d,
_Bagda_d, _Timga_d, _Moura_d, _Alfre_d, _Port-Saï_d, _le Ci_d, _Davi_d,
_Nemro_d et _Robin-Hoo_d; _Sin_d, et même _Sun_d et ses composés
(_soun_, en danois); _Romual_d, _Bonal_d, _Brunehil_d, _Rothschil_d, et
les mots en _-field_; _Harol_d, _Hérol_d et aussi _Foul_d. Mais le _d_
est muet dans _Gouno_(d), _Courajo_(d), _Grimo_(d) _de la Reynière_,
_Perno_(d), les noms en _-auld_ et _-ould_, comme _La Rochefoucau_(ld)
ou _Arnou_(ld), et même _Léopol_(d). On notera que l’_l_ qui ne se
prononce pas dans A_rnou_(ld) se prononce dans A_rnou_l. Le _d_ de
_Madrid_ peut se prononcer _d_ ou _t_, ou pas du tout; toutefois
_Madri_(d) paraît tomber en désuétude, comme l’a fait _Davi_(d), qui
fut aussi usité.

[567] C’était presque toujours à la suite de _a_ initial, devant _j_
ou _v_, où on l’avait rétabli sous prétexte d’étymologie, vraie ou
fausse: _a_(d)_journer_, _a_(d)_jouter_, _a_(d)_veu_, _a_(d)_vouer_,
_a_(d)_vocat_, _a_(d)_venture_, _a_(d)_vis_, etc., et même
_a_(d)_miral_! Ces _d_ n’ont disparu qu’en 1740, dans la troisième
édition du _Dictionnaire de l’Académie_, sauf ceux que la prononciation
avait adoptés mal à propos.

[568] Il est resté à peu près muet dans _La_(d)_vocat_ et dans
_Gérar_(d)_mer_, sans parler des mots composés, comme _Gran_(d)_mesnil_
ou _Gran_(d)_pré_. Il sonne dans _Man_d_chourie_ ou _Richar_d_son_,
_Cambo_d_ge_, _Cambri_d_ge_ ou _Hu_d_son_, mais non dans
_Milne-Edwar_(d)_s_, ni dans _wel_(d)_t_ et _Barnevel_(d)_t_, ni
dans les noms en _-dt_, comme _Cronsta_(d)_t_, _Golschmi_(d)_t_ ou
_Humbol_(d)_t_; pour _Auerstædt_ et _Hochstedt_, on hésite entre le
_d_ et le _t_. On prononce aussi le _d_ dans _Ma_d_gyar_, mais nous
écrivons généralement ce mot sans _d_.

[569] Et dans _A_d-d_a_ ou _E_d-d_a_, _Dje_d-d_a_, et, si l’on veut,
_Bou_d-d_ha_, ainsi que dans _A_d-d_ison_ et _Mage_d-d_o_.

[570] Ce sont précisément les mots en _-if_, presque tous savants, et
où l’_f_ se prononçait, qui ont fait revivre l’_f_ dans les autres mots
où il était tombé: d’abord dans les mots en _-if_ non savants, comme
_jui(f)_ et _sui(f)_, puis dans les autres, à moins qu’ils n’eussent
déjà perdu leur _f_ dans l’écriture, comme _apprenti_, _bailli_ et
_clé_. Toutefois le rétablissement de cet _f_ final n’est pas encore
complètement achevé, comme on va voir. Je ne parle pas des noms
propres, où l’_f_ final sonne toujours.

[571] L’_f_ a revécu même dans _bie_f, autrefois _bié_, et même _biez_.
L’Académie prononce encore _éteu_f sans _f_, en 1878! Le mot ne
s’emploie plus guère, mais quand on l’emploie, c’est certainement avec
un _f_, puisque c’est par l’œil qu’on le connaît.

[572] Mᵐᵉ Dupuis trouvait déjà dans _bœu_(fs) et _œu_(fs) prononcés
sans _f_ «une sorte de trivialité qui convient plutôt au langage du
peuple». Pourtant ces mots tiennent encore bon, quoi qu’en dise Ch.
Nyrop.

[573] Voir ci-dessus, page 91.

[574] C’est la règle générale des noms de nombre. On énumère
ordinairement les cas où se prononce la consonne finale des noms de
nombre, et naturellement l’énumération n’est jamais complète. C’est le
contraire qu’il fallait faire, c’est-à-dire énoncer les cas où elle ne
se prononce pas, et la formule est si simple, qu’il est très surprenant
que personne ne l’ait encore donnée.

[575] On prononçait _vi_(f) v_ou mort_, _du bœu_(f) v_à la mode_, et
surtout on a dit longtemps _vi_(f) v_argent_ et _neu_(f) v_et demi_.

[576] Voir au chapitre des liaisons.

[577] Autrefois on écrivait, très mal à propos d’ailleurs, mais
sans prononcer l’_f_, car ç’eût été impossible, _brie_(f)_ve_,
_brie_(f)_vement_, _veu_(f)_ve_ ou _ve_(f)_ve_, et _tre_(f)_ve_, tous
mots où l’_f_ étymologique était en réalité représenté deux fois.

[578] Michaëlis et Passy n’admettent l’_f_ double que dans le latin
_a_f-f_idavit_!

[579] De même _Cherbour_(g), _Strasbour_(g), et tous les noms
francisés en _-bourg_, _Hambour_(g), _Edimbour_(g), _Pétersbour_(g),
etc., et aussi _Bour_(g)_neuf_ ou _Bour_(g)_théroulde_. Toutefois
_Bour_g, chef-lieu de l’Ain, a gardé l’ancienne prononciation _bour_c,
même isolément, et non pas seulement dans _Bour_g-_en-Bresse_; car
si l’on prononçait _bour_ isolément, on dirait tout aussi bien
_Bour_(g)-_en-Bresse_. D’autre part, le _g_ se prononce tel quel
dans _bour_g_mestre_, qui désigne une magistrature étrangère (cf.
_Fran_c_fort_); mais on fera bien d’éviter _bour_gue_mestre_, qui est
pourtant écrit ainsi par M. Verhæren, dans _les Villes à pignons_,
pages 112 et 114. A l’inverse des noms francisés en _-bourg_, le _g_ se
prononce toutes les fois que la finale garde la forme germanique _burg_
(toujours avec le son _ou_): _Terbur_g, ainsi que dans le mot _bur_g
lui-même. En revanche, nous avons francisé aussi, par l’amuissement
du _g_, quelques finales germaniques en _-berg_: _Gutenber_(g),
_Nurember_(g), _Furstember_(g), _Wurtember_(g), et si, l’on veut,
_Spitzber_(g), mais non _Ber_g, _Heidelber_g et les autres.

[580] De même _Bussan_(g), _Capestan_(g), _Castain_(g), _Estain_(g),
_Serain_(g), _Loin_(g), _Bourgoin_(g), _Jean de Meun_(g) et _Neun_(g),
et aussi _Lon_(g)_jumeau_, _Lon_(g)_champ_, _Lon_(g)_périer_ ou
_Lon_(g)_wy_.

[581] Le _Dictionnaire général_ ne prononce pas le _g_, mais Michaëlis
et Passy l’acceptent. Ce _g_, qui avait disparu, même de l’écriture,
est dû à la réaction orthographique.

[582] Le _Dictionnaire général_ n’admet pas plus le _g_ de _legs_ que
celui de _joug_.

[583] On ne devrait pas non plus prononcer le _g_ dans les noms
chinois en =_-ang_=, =_-eng_= et =_-ong_=, où les Anglais ont mis
un _g_, en transcrivant les noms, uniquement pour conserver à la
finale le son nasal. C’est une méthode que le XVIᵉ siècle avait
pratiquée en France même, et dont il nous reste plus d’une trace.
Comment donc une telle orthographe a-t-elle pu nous tromper, nous
qui écrivons encore _ran_g, _san_g, _lon_g, etc., sans parler des
graphies anciennes, _soin_g, _loin_g, _témoin_g, etc.? Le mal vient
de ce que nous avons l’habitude de prononcer toutes les consonnes
dans les mots étrangers, par principe; on s’est donc mis en France,
même les professeurs, à prononcer les _g_ de tous ces mots en
_-ong_, _-eng_, _-ang_, surtout _-ang_, oubliant qu’autrefois
_Tonkin_ s’écrivait _Ton_g-_Kin_g, sans se prononcer autrement,
et que _Kouang-Toung_ a donné _Canton_. Correctement, on devrait
prononcer uniquement _Kouan_(g)-_Toun_(g); et de même _Kouan_(g)-_Si_,
_Yan_(g)-_tsé-Kian_(g), _Si-Kian_(g), _Kian_(g)-_si_, _Kian_(g)-_sou_,
_Li-_ _Hun_(g)-_Tchan_(g), _Louan_(g)-_Praban_(g) et _Samaran_(g),
aussi bien que _Timour-Len_(g) et _Auren_(g)-_Zeyb_, qu’on respecte
davantage, et aussi bien _Sou-Chon_(g), _Hon_(g)-_Kon_(g), _Mékon_(g),
_Haïphon_(g), etc. Les marins ne prononcent pas autrement, ni les
marchands de thé _Souchon_(g). On ne devrait même pas prononcer le _g_
dans _Hoan_(g)-_Ho_ ou _Shan_(g)-_Haï_; toutefois, comme ici le second
mot commence par une aspiration, comme, d’autre part, on écrit même
aujourd’hui _Shanghaï_ ou _Changhaï_, en un seul mot, il est naturel
que le _g_ s’y prononce, ne fût-ce que pour remplacer l’aspiration. Le
_g_ est aussi bien établi dans _Lan_g-_son_. On pourrait au moins s’en
tenir là.

[584] Le _g_ se prononce de même dans la plupart des noms propres:
_Aga_g, _Zadi_g, _Ri_g-_Véda_, _Liebi_g, _Schleswi_g, _Grie_g, _Herzo_g
(avec _o_ fermé), _Mago_g (avec _o_ ouvert), _Flamen_g, _Cannin_g,
_Fieldin_g, _Lessin_g, _Lon_g-_Island_, _Youn_g et _Yun_g, _Astor_g,
_Swedenbor_g et _Vibor_g, etc., avec les noms géographiques en-_burg_,
et la plupart des noms en _-berg_, _Ber_g, _Lember_g et _Schomber_g,
_Heidelber_g, _Johannisber_g, _Lænsber_g, _Scanderber_g, etc., et même
_Altenbour_g, quoique on l’écrive par _ourg_. Toutefois _Leipzi_g et
_Dantzi_g qui se sont longtemps écrits _Dantzick_ et _Leipsick_, se
francisent encore le plus souvent par _c_ au lieu de _g_.

[585] Et devant les diphtongues latines _æ_ et _œ_. De plus, aux
noms propres français, _An_g_ers_, _Béran_g_er_, G_illes_, etc. (y
compris G_erle_ ou _Mur_g_er_), s’ajoutent les noms propres anciens ou
bibliques: G_éla_, G_élase_, G_elboé_, G_élon_, G_énésareth_, G_éta_,
G_ethsémani_, _Phlé_g_éton_, _Sé_g_este_, _Té_g_ée_, _Ser_g_ius_,
G_y_g_ès_, G_yptis_, et quelques noms modernes francisés, comme
_Clésin_g_er_, _Kru_g_er_, _Ni_g_er_, _Scali_g_er_, G_érando_,
_Ma_g_ellan_, _Sca_g_er-Rack_ ou _Ur_g_el_, G_ibraltar_ ou G_iralda_.
Mais le _g_ garde le son guttural en tête des mots germaniques,
G_emmi_, G_erolstein_, G_ervinus_, G_essler_, G_essner_ ou G_ewaert_,
et aussi G_ebhart_, quoique le _t_ ne s’y prononce pas, et encore
G_œttingue_, _Peer_ G_ynt_, ou G_ibbon_; de même dans d’autres
mots non francisés, _En_g_elmann_, _He_g_el_, _Schle_g_el_ ou
_Vo_g_el_, _Meinin_g_en_, _Niebelun_g_en_, _Ber_g_en_ ou _Rœnt_g_en_,
_Dœllin_g_er_ ou _Minnesin_g_er_, _Erz_g_ebir_g_e_, _Sze_g_edin_ ou
_Djag_g_ernat_, et _Ri_g_i_, écrit aussi _Ri_g_hi_, avec _ver_g_iss
mein nicht_.

[586] On a vu déjà que _gangrène_ s’est longtemps prononcé c_angrène_,
ce qui est le contraire de _se_c_ond_ prononcé _se_g_ond_; les
médecins ont fini par imposer _gan_, mais l’Académie ne s’est inclinée
qu’en 1878. D’autre part, _frangipane_ s’est longtemps prononcé
_fran_ch_ipane_.

[587] De même _Fi_g(e)_ac_, G(e)_orges_, _Albi_g(e)_ois_,
_Clos-Vou_g(e)_ot_, et même _Kara_g(e)_orgewitch_.

[588] On aurait pu écrire _jôle_, puisqu’on écrit _enjôler_.

[589] L’_e_ étant nécessaire pour donner au _g_ le son chuintant devant
un _u_, il en résulte que _gu_ ne saurait en aucune façon se prononcer
_ju_, comme on l’entend parfois dans _enver_g_ure_, mot qui vient de
_vergue_ et non de _verge_.

[590] Même dans les noms propres étrangers, dans Gu_eldre_, Gu_elfes_,
Gu_elma_, Gu_erchin_, Gu_ernesey_, Gu_errero_, Gu_evara_, comme
dans Gu_ébriant_, Gu_éménée_, Gu_énégaud_, ou Gu_érande_, et même
dans _Fi_gu_eras_ ou _San Mi_gu_el_, comme dans _Vauvenar_gu_es_ ou
_Ai_gu_esmortes_, _Ker_gu_élen_ ou _Lin_gu_et_. Il n’y a d’exception
que pour les mots latins _ex ung_u_e leonem_, _lapsus ling_u_æ_, et
dans _Vog_ü_é_, qui a un tréma sur l’_u_, faute de pouvoir en prendre
sur l’_é_, qui a déjà un accent. En outre l’_u_ se prononce _ou_ dans
_Finig_u_erra_.

[591] Il en est du nom propre _Ai_g_uillon_ comme du nom commun: il
maintient son _u_, mais il a de la peine. De même _Fi_g_uig_, que les
Allemands eux-mêmes écrivent à tort _Fi_g_ig_ (_fighig_).

[592] Y compris Gu_ines_, Gu_inegatte_ ou Gu_iscard_ et Gu_y de
Maupassant_, Gu_y Patin_ ou Gu_yton de Morveau_, et même les _ducs
de_ Gu_ise_, quoique la localité d’origine ait la diphtongue _ui_:
le nom commun gu_ise_ a aidé à l’altération de ce mot. L’usage de M.
Guizot n’a pas non plus sauvé l’_u_ de son nom. Certains noms étrangers
eux-mêmes ont cédé: Gu_ichardin_, d’ailleurs francisé, Gu_ido Reni_ ou
_le_ Gu_ide_, Gu_ildhall_; mais l’_u_ résiste dans _Guipuzcoa_. Pour
_Guyau_, _Guyot_, etc., voir page 192, note 2.

[593] Ceci est tout à fait correct, l’étymologie étant _aigue_ (eau)
et non _aigu_ (cf. _évier_). Aussi le mot a-t-il naturellement trois
syllabes, et non quatre:

    Est-ce qu’elle a laissé, d’un esprit négligent,
    Dérober quelque _aiguière_ ou quelque plat d’argent?

On prononce de même _Fal_gu_ière_, _Laromi_gu_ière_ ou
_Lesdi_gu_ières_, _Sé_gu_ier_ ou _Tré_gu_ier_, et aussi Gu_ieysse_,
_La_gu_iole_ ou _Man_gu_io_.

[594] On prononce également _ghi_ dans _Dra_gu_ignan_, et _ghin_ nasal
dans banc d’_Ar_gu_in_ (et non _Argouine_), comme dans _Ga_gu_in_ ou
Gu_ingamp_.

[595] _Gua_ se prononce _goua_ dans les noms italiens ou espagnols:
_Aconca_g_ua_, _Mana_g_ua_ et _Nicara_g_ua_, _A_g_uado_, G_uadalaxara_,
G_uadalquivir_, G_uadarrama_, G_uadiana_, G_uaranis_, G_uardafui_,
G_uarini_, G_uarnerius_, G_uastalla_, G_uatemala_, G_uatimozin_,
G_uayaquil_, _La_ G_uayra_, etc., et même G_uadeloupe_, qui est
pourtant francisé. Toutefois le son _ghè_ a prévalu en France, au lieu
de _gouè_, pour _Para_gu_ay_ et _Uru_gu_ay_, sauf dans les départements
qui fournissent des immigrants à ces pays. Je ne parle pas de
_Laura_gu_ais_, qui devrait s’écrire _Lauragais_: c’est un nom français
dont la prononciation ne saurait être douteuse. Gu_adet_ et Gu_ay_ se
prononcent avec ou sans _u_, mais pas avec le son _ou_. _Li_gu_ori_ se
prononce par _go_.

[596] Dans les noms propres, surtout étrangers, il se trouve devant
d’autres consonnes, et s’y prononce: _Lon_g_fellow_, _Men_g_s_,
_Lon_g_wood_, et même _Au_g_sbourg_. On sait que dans _Lon_(g)_wy_ il
ne se prononce pas.

[597] De même _Py_g_malion_, _A_g_de_ ou _Ba_g_dad_.

[598] Nous retrouverons l’_n_ mouillé à la suite de l’_N_.

[599] _I_gn_ame_ a toujours été mouillé, venant de l’espagnol:
_i_g-_name_, indiqué par quelques dictionnaires, sans doute parce que
ce mot n’est pas populaire, est une erreur. Le _g_ s’isole encore dans
G_nathon_ et G_nide_, Ag-_ni_ et aussi _Ana_g-_ni_ (quoique à tort),
_I_g-_natief_, _Ma_g-_nus_ et _Ma_g-_nence_, mais non dans _A_gn_ès_,
prénom populaire. Dans _Pro_g-_né_, il peut d’autant moins se mouiller
que la meilleure forme est _Procné_.

[600] Pour _signet_ et quelques autres mots, voir au chapitre de l’_N_.

[601] De même _A_g-g_ée_, _E_g-g_er_, _Fu_g-g_er_, _E_g-g_is_. Les
noms propres offrent parfois deux _g_ devant d’autres voyelles, et ils
s’y prononcent tous les deux: _Ho_g-g_ar_, _Tou_g-g_ourt_, et aussi
_Dja_g-g_ernat_.

[602] On prononce de préférence _dj_ dans G_iacomelli_, G_iacomo_,
G_iordiano_, G_ior_g_ione_, G_iotto_, G_iovanni_, et aussi
_Chio_gg_ia_, _Re_gg_io_, ou _Ru_gg_ieri_, où les deux _g_ ne font
qu’un. _Borgia_ a toujours été francisé complètement en _gi_ comme
_Scaliger_ en _jèr_.

[603] De même _Bor_gh_èse_, _Ali_gh_ieri_, _Arri_gh_i_, Gh_iberti_,
Gh_irlandajo_, _Missolon_gh_i_, _Ri_gh_i_; de même _Birmin_gh_am_,
_En_gh_ien_, Gh_ika_, _Ouban_gh_i_, etc.

[604] Prononcez _drèdnot_. De même dans _Wi_(gh)_t_ ou _Wri_(gh)_t_,
_Castlerea_(gh) ou _Ralei_(gh) ou _Connau_(gh)_t_.

[605] On trouve pourtant _imbroglio_ en trois syllabes dans Musset.
Nous francisons également, à tort ou à raison, les noms propres les
plus connus, _Casti_gli-_one_, _Ca_gli-_ostro_, _Ca_gli-_ari_, moins
peut-être _Bentivo_gli_o_ ou _Ta_gli_amento_. Quant à _Broglie_,
de l’italien _Broglio_, il se prononce _broille_ et, quelquefois
_brog-lie_. _Vintimiglia_ s’est francisé en _Vintimille_ mouillé, afin
de garder son accent.

[606] Voir page 43, note 1.

[607] Et surtout des noms propres: _Ke_h_l_, _Bœ_h_m_, _O_h_net_,
_Fro_h_sdorf_, _Spo_h_r_: voir aussi page 39, note 1. Après _i_ et _u_,
qui ne peuvent guère se fermer, l’effet de _h_ ne se sent plus que fort
peu: _Schlemi_h_l_, _Eckmühl_.

[608] Pour _sch_, voir au _CH_, page 227; pour _sh_, voir à l’_S_, page
323.

[609] Voir ci-contre. _Ranela_gh se francise nécessairement à Paris.
_Malbrou_(gh) se prononce quelquefois _malbrouk_, à tort.

[610] On peut ajouter que, même à l’intérieur des mots, l’_h_,
évidemment inutile dans _r_h_éteur_ ou _At_h_ènes_, comme dans
_mal_h_eur_ ou _in_h_abile_, peut encore jouer son rôle, soit
en empêchant aussi la liaison comme dans _en_h_ardir_, soit en
maintenant séparées des voyelles qui se fondraient sans cela, comme
dans _a_h_uri_, _co_h_ue_, _de_h_ors_, _re_h_ausser_, _Ro_h_an_,
_Ville_h_ardouin_. Il a même été ajouté pour ce motif dans un certain
nombre de mots: _ca_h_oter_ et _Ca_h_ors_, _éba_h_ir_, _enva_h_ir_, et
surtout _tra_h_ison_, qui devient souvent au XVIᵉ siècle _traï-son_,
en deux syllabes. Ce n’est pas une raison cependant pour prononcer
_ba_y_ut_ ou _ca_y_outchouc_, comme on fait quelquefois: c’est assez
que la _sauce mahonnaise_ soit devenue définitivement _ma_y_onnaise_.

Ce n’est pas tout; si, après une voyelle, l’hiatus est tout ce qui
reste de l’aspiration, il n’en est pas tout à fait de même de la
consonne articulée. _Par_ h_asard_ se prononce bien comme _par amour_,
sans doute à cause du grand usage qu’on fait de l’expression: ne dit-on
pas, dans le peuple, _à l’_h_asard_ de la fourchette? Mais _par_
h_auteur_ ne se confond pas avec _par auteur_, et _avoir_ h_onte_
s’articule un peu autrement que _fanfaron_: il semble qu’après la
consonne il y ait comme une espèce d’arrêt ou d’hésitation, une espèce
d’hiatus, au sens de lacune. Cela est si vrai, qu’on entend parfois
_avoir honte_, ce qui, évidemment, est excessif.

[611] On vient de voir que ceux même qui avaient un _h_ en latin
l’avaient perdu au moyen âge; ils l’ont repris depuis par réaction
étymologique.

[612] C’est pourtant ce que fait malencontreusement Musset dans _la
Coupe et les Lèvres_:

    Capable _de_ h_uiler_ une porte secrète.


[613] _Hiéroglyphe_ n’est pas aspiré dans La Fontaine, _Fables_, IX, 8:

    Ce sont ici _hiéroglyphes_ tout purs;

on prononçait alors _jéroglyphes_, tout comme Racine prononçait
_Jérôme_ en écrivant _Hiérosme_, dans _les Plaideurs_, II, 4.

[614] Le mot _hyène_ n’est pas dans le même cas que _yacht_, _yak_,
_yatagan_, _yole_, _yucca_, _youyou_: nous avons vu plus haut, page 152
et suivantes, que ces mots, où l’_y_ est semi-voyelle, sont toujours
traités comme s’ils avaient un _h_ aspiré, de même que _oui_ dans
certains cas, et quelques autres, particulièrement _uhlan_.

[615] Notamment dans ces mots sur lesquels on se trompe quelquefois:
h_alle_, h_ameau_, h_anche_, h_anneton_, h_anter_, h_arasser_,
h_ardi_, h_areng_, h_aricot_, h_arnais_, h_asard_, h_ibou_, h_ideux_,
h_oche_, h_ochet_, h_omard_, h_onnir_, h_onte_, h_onteux_, h_oue_,
h_oux_, h_oublon_. On se rappelle encore la «scie» du Moulin-Rouge:
En voulez-vous _de_(s) _zhomards_? Ces erreurs ne sont pas nouvelles.
Ainsi Scarron fait plusieurs fois l’_h_ muet dans h_allebarde_,
h_ardi_, h_asarder_, h_aïr_ ou h_aine_, sans compter une dizaine
d’autres, et Voltaire dans h_arassé_. V. Hugo, dans _les Gueux_, a
encore fait l’_h_ muet dans h_aridelle_. Tous ces mots ont l’_h_
aspiré. Pourtant, quand nous avons adopté récemment en géographie le
mot h_interland_, nous lui avons fait l’_h_ muet.

[616] Quelques _h_ aspirés nous viennent aussi d’ailleurs. Ainsi
l’italien nous a donné h_alte_; l’espagnol, h_âbler_ et h_amac_ (mais
l’_h_ est muet dans (h)_idalgo_, malgré Rostand, _Cyrano_, IV, 5, et
dans (h)_ombre_); l’arabe, h_aschisch_, h_aras_, h_arem_, h_enné_,
h_ouri_, h_ousse_; le hongrois, h_ongre_, h_ousard_ et h_ussard_ (mais
h_eiduque_ a l’_h_ muet); le tartare, h_orde_; le valaque, h_ospodar_.
L’hébreu h_osanna_ a l’_h_ muet au moins au singulier, et la liaison
s’impose dans _un_ h_osanna_; mais j’avoue que le pluriel serait gênant.

[617] Dans _ex_h_ausser_ (egzôcé), l’_h_ est forcément devenu muet. On
disait aussi _la maison d’_H_autefort_, et on dit encore, à Paris, _rue
d’_H_auteville_, _rue d’_H_autpoul_.

[618] Mais il n’a pas été toujours aspiré: Scarron le fait _toujours_
muet.

[619] De même dans h_oc_ et même h_ile_: pouvait-on dire _l’hile_?

[620] Notamment celles de h_aste_, h_âtier_, h_ernie_, h_erse_ et
h_ercheur_. Pour certains mots, l’usage a varié. Ainsi Corneille aspire
h_ésiter_ dans les premières éditions du _Menteur_, et il n’est pas le
seul; Molière aspire h_ier_, et d’autres poètes aussi, jusqu’à Banville
(il s’agit naturellement de _hier_, monosyllabe: voir sur ce point
notre article sur _les Innovations prosodiques chez Corneille_, dans la
_Revue d’histoire littéraire_, 1913).

[621] Car il vient d’_octo_. Cet _h_ a été mis devant _uit_, ainsi que
devant _uile_ (oléum), _uis_ (ostium) et _uître_ (ostrea), afin de
distinguer ces mots de _vit_, _vile_, _vis_, _vitre_, à l’époque où
l’_u_ et le _v_ n’avaient qu’un seul caractère dans l’impression, comme
_i_ et _j_; l’_h_ marquait donc le caractère _vocalique_ de l’_u_, et
n’aspirait nullement ces mots.

[622] On prononce naturellement _quatre-vingt_-h_uit_ comme
_quatre-vingt-deux_, et aussi _cent_-h_uit_, sans liaison. Mais Scarron
dit fort bien, dans _Don Japhet d’Arménie_:

    Mon cousin aux deux mille huitantième degré;

et Mendès fait un vers faux, en même temps qu’une faute d’orthographe,
quand il dit à la fin d’_Hespérus_:

    C’était le seize avril mille huit cent soixante.


[623] Le _Dictionnaire général_ oublie l’_h_ aspiré de h_éraut_, comme
celui de h_ersé_ et h_ersage_; en revanche, il aspire mal à propos
celui d’(h)_anséatique_, d’(h)_umus_ et d’(h)_urluberlu_.

Il en est des noms propres comme des autres. Ceux qui sont d’origine
latine ou grecque ont l’_h_ muet: (H)_arpagon_, (H)_ébé_, (H)_ébreux_,
(H)_écate_, (H)_ippolyte_, (H)_orace_, etc. Ceux qui sont d’origine
germanique, et ce sont les plus nombreux, sont aspirés la plupart
du temps: H_absbourg_, H_ainaut_, H_ampshire_, H_anovre_, H_erder_,
H_ollande_, etc., etc., et aussi H_ottentots_, H_uns_, H_urons_,
H_urepoix_. Il y a cependant une certaine tendance à supprimer leur
aspiration. Ainsi l’_h_ est muet dans (H)_alifax_, (H)_amilton_,
(H)_amlet_, (H)_astings_, (H)_ausmann_, (H)_ébrides_, (H)_écla_,
(H)_ermann_, (H)_udson_; a fortiori dans (H)_arcourt_, (H)_arfleur_
et (H)_onfleur_, (H)_autpoul_, (H)_éloïse_, (H)_enri_, (H)_érault_,
(H)_ortense_ (et par suite _hortensia_), (H)_yères_, etc., et aussi
dans (H)_aïti_. Il l’a été autrefois dans les expressions: _toile
d’_(H)_ollande_ ou _fromage d’_(H)_ollande_, _point d’_(H)_ongrie_ et
_eau de la reine d’_(H)_ongrie_; et Corneille écrit même, en prose,
_guerre d’_(H)_ollande_, _campagne d’_(H)_ollande_. Mais cela n’a
jamais passé pour nécessaire, et cela serait incorrect aujourd’hui. On
ne saurait dire non plus, avec V. Hugo, dans _la Marquise Zabeth_:

    C’est un de ces bouquets qu’on a pour trente sous
    Chez la fleuriste, au coin du pavillon d’_Hanovre_.

Je pense que les noms géographiques, comme _Hanovre_ et _Hollande_,
subissent moins facilement ce traitement que les noms de personne,
même _Jeanne_ (H)_achette_ ou (H)_amlet_, déjà cité. C’est pourquoi on
critiquera encore ce vers de V. Hugo, dans le _Prélude_ des _Quatre
Vents de l’Esprit_:

    Il est l’âcre Archiloque et _le Hamlet_ amer.

_Henri_ a été longtemps aspiré, et Voltaire l’aspire régulièrement
dans _la_ H_enriade_. H_enriade_ est toujours aspiré, mais _Henri_
ne l’est plus guère, et l’on dit avec élision: _vive_ (H)_enri IV!_
avec liaison: _un_ (H)_enri_, _deux_ (H)_enri_, _c’est_ (H)_enri_.
Pourtant _le règne de_ H_enri IV_ n’est pas encore inusité. L’_h_
d’(H)_enriette_ est encore plus muet que celui d’(H)_enri_ et depuis
plus longtemps. On a autrefois repris Molière, au témoignage de
Richelet, pour avoir dit:

    Clitandre auprès de vous me fait son interprète,
    Et son cœur est épris des grâces d’_Henriette_.
            _Les Femmes savantes_, acte II, scène 3.

Aujourd’hui rien n’est plus naturel. Pour _Hugo_, l’usage n’est pas
fixé.

[624] Dans les anciens textes, il ne se distingue pas typographiquement
de l’_i_, mais il se prononce _j_ tout de même.

[625] Aux noms propres français s’ajoutent naturellement les noms
bibliques et anciens: J_acob_, J_aphet_, J_éhu_, J_ephté_, J_ourdain_,
etc., y compris J_oachim_; J_apet_ (quelques-uns disent _yapè_),
J_ason_ et J_ocaste_; J_anus_, J_ugurtha_, J_uvénal_, etc., et aussi
J_ansénius_ ou J_ornandès_.

[626] De même dans l’italien _Bo_j_ardo_, _Porto-Ferra_j_o_,
_Ghirlanda_j_o_, etc.; en tête des mots, dans l’allemand J_ahn_,
J_ohannesburg_, J_ohannisberg_, J_ungfrau_, etc. (mais J_uliers_
est français); dans J_anina_, J_assy_ et _Sara_j_evo_, qu’on peut
écrire aussi par un _i_; dans _Pr_j_evalski_, _Nordensk_j_œld_,
_B_j_œrnstierne-B_j_œrnson_, J_onkœping_, _Solve_j_g_, etc. Dans
_A_j_accio_, J_oconde_ et _Ma_j_orque_, le _j_ est francisé,
quoiqu’on prononce aussi _Mayorque_, à l’espagnole, dans le Midi
(esp. _Mallorca_). On prononce aussi _j_ dans J_agellons_, J_ava_,
J_ordaëns_, J_utland_.

[627] Ou J_ames_, J_efferson_, J_ohn Bull_, J_ones_, J_ohnson_, etc.
Mais J_enner_ et J_ersey_ sont francisés aussi bien que J_amaïque_.
Le _d_ s’écrit devant la chuintante dans les noms arabes: Dj_erba_,
Dj_érid_, Dj_ibouti_, Dj_inns_, Dj_idjelli_, Dj_ur_dj_ura_ (écrit
quelquefois J_ur_j_ura_), _Al_-Dj_ézireh_, etc., et aussi quelquefois
dans Dj_aggernat_. Le _j_ espagnol a un son guttural que nous n’avons
pas l’habitude de conserver, notamment dans J_uan_, qui est francisé,
et dans J_uarez_. On sait que ce _j_ est la même lettre que l’_x_ de
X_érès_ ou X_iménès_, que nous prononçons _k_.

[628] De même _Yor_k, _Cor_k: et même après une nasale: _Mon_k.

[629] _De_kk_an_ s’écrit aussi _De_cc_an_, et les deux _k_ s’y
prononcent.

[630] Beaucoup de noms bretons commencent par _Ker_, qui signifie
_maison_.

En anglais, au commencement des mots, _kn_ se prononce _n_: (k)_night_,
(k)_nox_, (k)_nock-out_.

[631] Pendant longtemps _pluriel_ s’est écrit et prononcé _plurier_,
par une fausse analogie avec _singulier_; mais cette orthographe a
disparu depuis Vaugelas, et la prononciation en _é_, qui a continué
quelque temps, s’est accommodée par la suite à l’écriture.

[632] Au XVIᵉ siècle, les mots _col_, _fol_, _sol_, n’étaient déjà
plus que des graphies conventionnelles pour _cou_, _fou_, _sou_, et se
prononçaient par _ou_, même devant les voyelles. On conte qu’un jour
un instituteur reprit un écolier qui prononçait _col_, en l’invitant à
prononcer comme s’il y avait un _u_, et l’écolier, docile, mit un _u_
à la place de l’_o_. La prononciation par _ol_ a été reprise depuis
dans certains cas, pour des raisons d’euphonie, et même il est arrivé
que _col_ et _cou_ ont fait deux substantifs différents. Pour _-eul_,
il y a eu des exceptions, mais elles ont disparu: par exemple, on a
dit long-temps _linceu_(l), _filleu_(l), _tilleu_(l), sans parler
des _l_ qu’on ajoutait à _cheveu_(l) ou _moyeu_(l). D’autre part, la
finale _-eul_ a été souvent mouillée comme dans _Choiseul_, et l’est
encore dans _Santeul_; dans les noms communs elle est devenue _-euil_
en pareil cas: ainsi _chevreuil_ et _écureuil_, venus de _chevreul_
(qui est resté comme nom propre) et d’_écureul_. D’autre part,
_linceul_ tend aujourd’hui encore à devenir _linceuil_. Dans Voltaire
(_Henriade_, IV, 449-450), _Bayeul_ rime avec _Longueil_, et Delille
fait rimer _chèvrefeuil_ avec _tilleul_ (_Paradis perdu_, IV).

[633] _Tapecu_ s’écrit même sans _l_. Mais l’_l_ se prononce dans
_culbute_, qui ne fait qu’un mot, autrefois _culebute_. Dans les noms
propres, l’_l_ final se prononce toujours, y compris les mots en
_-oul_, _Arnou_l, _Fortou_l, _Hautpou_l, _Mâchecou_l, _Mossou_l.

[634] De même _Du Barra_il, _Du Fa_il, _Ga_il, _Montmira_il (le
_Montmirail_ de la Marne se prononce _rèle_, et celui de la Sarthe
_ral_), _Corbe_il, _Verce_il, _Foucher de Care_il, _Verneu_il,
_Auteu_il, _Bourgue_il; voir aussi page 92, note 4.

[635] Mais à quoi bon, puisqu’on ne dit pas _dé_rèl_er_?

[636] Et quelques noms propres, comme _Ni_l, _Anqueti_l, _Myrti_l,
_Daumesni_l, _Brési_l, etc.

[637] L’_l_ final se mouillait tout seul, même après d’autres voyelles
que l’_i_: on vient de le voir pour la finale _-eul_. _Rueil_ aussi est
issu de _Ruel_.

[638] Ce changement a dû être aidé par le fait que le son mouillé
semblait à tort nécessiter deux _l_.

[639] Il y en a même un qui a perdu complètement son _l_: c’est
_émeri_. Le même phénomène s’est produit dans _pou_(il), _genou_(il),
_verrou_(il), malgré _pouilleux_, _agenouiller_, _verrouiller_, à côté
de _fenou_il, qui a repris et gardé le sien.

[640] Domergue distingue encore entre _genti_(l) _garçon_ sans _l_ et
_les genti_l(s) avec _l_ mouillé.

[641] _Méni_l avait aussi amui son _l_, qui revit ordinairement dans
_Méni_l_montant_, comme dans _Daumesni_l ou _Dumesni_l.

[642] Le pédantisme qui a essayé de ressusciter _mou_l_t_ n’a pas
manqué d’y prononcer aussi toutes les consonnes, et cela par pure
ignorance.

[643] L’_l_ ne se prononce pas non plus dans beaucoup de noms
propres, notamment dans les noms en _-auld_ et _-ault_, _-ould_ et
_-oult_, comme _La Rochefoucau_(ld), _Châtellerau_(lt), _Arnou_(ld),
_Guérou_(lt), avec _Yseu_(lt); de plus, _Chau_(l)_ne_, _Au_(l)_nay_,
_Au_(l)_noy_, _Pau_(l)_mier_, _Pau_(l)_my_, _Fau_(l)_quemont_,
_Gau_(l)_tier_, _de Sau_(l)_cy_, et autres pareils, où cet _l_ a été
rétabli abusivement par les étymologistes du XVIᵉ siècle, qui ne le
reconnaissaient pas dans l’_u_. On prononce également _Be_(l)_fort_,
au moins dans l’Est. Mais on prononce l’_l_ dans _Fou_l_ques_ et dans
_Montgo_l_fier_. Pour _Sainte-Menehould_, les avis sont très partagés:
_mene-ou_ et _mene-oul_ ont des partisans, même locaux, à côté de
_menou_, qui est la vraie tradition: seul le _d_ paraît n’être encore
jamais admis.

[644] On sait que, dans un mot comme _faulx_, l’_l_ du latin est
représenté trois fois: une première fois dans l’_x_, qui n’est un _x_
que par une confusion d’écriture due au moyen âge, où _x_ remplaçait
_us_; une seconde fois par l’_u_, qui n’est qu’un _l_ vocalisé; une
troisième fois par l’_l_. Ainsi _chevals_ est devenu _cheva_x pour
_cheva_us, puis _cheva_ux, puis même pendant quelque temps _cheva_ulx.
Dans _aulne_ et _faulx_, et aussi dans _Chaulne_ et autres, cet _l_ a
la même valeur que dans _chevaulx_.

[645] Ni _rou_-l_ier_ avec _rouiller_, _fourmi_-l_ier_ avec
_fourmiller_, _fusi_-l_ier_ avec _fusiller_, _pi_-l_ier_ avec _piller_,
ou même _ra_ll_ier_ avec _railler_. Mais on dit indifféremment _arcade
sourci_-l_ière_ ou _sourci_-y_ère_: cette exception est justifiée
par le voisinage de _sourcilleux_ ou _sourciller_, qui ont les _ll_
mouillés, sans compter que celui de _sourci_(l) le fut aussi jadis.
D’autre part, il y avait autrefois un verbe _rouiller_, sans rapport
avec _rouille_: on disait _rouiller les yeux_; ce verbe s’est confondu
avec _rou_-l_er_.

[646] Que Michaëlis et Passy mettent consciencieusement sur le même
pied que _celui_, de même qu’ils acceptent _mi_-l_ieu_ et _mi_-y_eu_,
_fami_-l_ier_ et _fami_-y_er_, etc.

[647] Enregistré aussi par Michaëlis et Passy.

[648] On a vu plus haut des cas analogues, à propos de l’_e muet_: voir
pages 182 et 183.

[649] On évitera aussi le changement de _l_ en _n_, comme dans
_ca_n_eçon_ et n_entilles_, qui sont fort anciens tous les deux; ou
encore l’agglutination de l’article avec le mot, phénomène qui nous a
donné _landier_, _lendemain_, _lendit_, _lierre_, _lingot_, _loriot_,
_luette_, mais non _lévier_: ce serait assurément tout aussi naturel,
mais le mot _évier_ a été jusqu’à présent plus heureux que les autres,
et on fera bien de laisser _le lévier_ à la cuisinière.

[650] De même dans les noms propres: _Noa_ill_es_, _Versa_ill_es_,
_Corne_ill_e_, _Marse_ill_e_, etc., _Ba_ill_et_, _Ba_ill_y_,
_Neu_ill_y_, etc., avec _Pau_ill_ac_.

[651] Autrefois il y en avait bien davantage, par exemple
_genti_(l)_le_ avec _genti_(l)_lesse_, _angui_(l)_le_ et
_pasti_(l)_le_, qu’on ne connaît plus du tout, avec _camomi_(l)_le_ et
_Cami_(l)_le_, qu’on n’entend plus que très rarement.

[652] Avec les noms en _=-ylle=_, également savants, _siby_(l)_le_,
_idy_(l)_le_, _chlorophy_(l)_le_ et _psy_(l)_le_.

[653] Il y avait aussi _imbéci_(l)l_e_ qu’on a réduit à _imbécile_:
pourquoi pas aussi bien _tranquile_?

[654] La prononciation non mouillée de _ville_ s’est naturellement
transmise à tous les noms propres dont il fait partie, et à d’autres
aussi par analogie: _Chavi_(l)l_e_, _Navi_(l)l_e_, _Grévi_(l)l_e_,
_Latouche-Trévi_(l)l_e_, _Bellevi_(l)l_e_, _Tocquevi_(l)l_e_,
_Boutevi_(l)l_e_, _Calvi_(l)l_e_, _Chervi_(l)l_e_, etc., comme
_Vi_(l)l_efranche_, _Vi_(l)l_edieu_, _Vi_(l)le_hardouin_,
_Vi_(l)l_eneuve_, etc. Il s’est même produit ici un phénomène inverse
de celui qui se produit d’ordinaire: un mot à finale mouillée qui a
cessé de se mouiller. C’est assurément la prononciation de _vi_ll_e_,
qui a fait altérer celle de _Sévi_ll_e_, quoiqu’il n’y ait aucun
rapport entre eux. L’espagnol mouille _Sevilla_, et Corneille, dans _le
Cid_, ne s’y trompe pas: il fait rimer _Sévi_ll_e_ avec _Casti_ll_e_
et non avec _vi_(l)l_e_ (voir acte II, scène 6). Or aujourd’hui les
chanteurs parlent du _Barbier de Sévi_(l)l_e_, et la Comédie-Française
en fait autant. C’est, en somme, une grave erreur, et tant que
l’espagnol sera là pour maintenir le son véritable, j’estime qu’on doit
essayer de faire prévaloir la prononciation correcte, qui est mouillée.
Je pense qu’il faut mouiller de même _Survi_ll_e_. Le son mouillé
s’est d’ailleurs maintenu dans deux mots de la langue en _-ville_:
_chevi_ll_e_ et _recroquevi_ll_e_.

Aux noms propres en _-ville_, il faut joindre _I_(l)l_e-et-Vilaine_,
_Achi_(l)l_e_, _Cyri_(l)l_e_, _Deli_(l)l_e_, _Gi_(l)l_e_, pris
souvent comme nom commun, _Li_(l)l_e_, qui est mis pour _l’île_, et
_Li_(l)l_ebonne_, _Mabi_(l)l_e_, _Régi_(l)l_e_, _Exi_(l)l_es_, avec
_Trasy_(l)l_e_ et _Bathy_(l)l_e_. _Faucilles_ est confondu à tort avec
le nom commun _fauci_ll_e_, et devrait s’écrire _Fauciles_, mais il est
difficile de réagir, étant donnée l’orthographe.

[655] Ajouter la plupart des noms propres: _Auri_ll_ac_, _Bi_ll_aut_,
_Bi_ll_ot_, _Bi_ll_y_ ou _Debi_ll_y_, _Bobi_ll_ot_, _Chanti_ll_y_,
_Condi_ll_ac_, _Genti_ll_y_, _Gui_ll_aume_, _Gui_ll_aumet_,
_Gui_ll_eragues_, _Gui_ll_ot_, _Gui_ll_otière_, _Gui_ll_otin_ (et
_gui_ll_otine_), _Mari_ll_ac_, _Mi_ll_ot_, _Mi_ll_y_, _Si_ll_é_,
_Si_ll_ery_, _Ti_ll_y_, _Vari_ll_as_, _Vi_ll_eurbanne_, et tous les
noms en _-illon_, sauf _Di_(l)l_on_, qui n’est pas français, mais y
compris _Vi_ll_on_. Il est vrai que _Vi_(l)l_on_ est, en fait, beaucoup
plus répandu aujourd’hui, toujours à cause de _vi_ll_e_, comme pour
_Sévi_ll_e_; mais _Vi_ll_on_ est sans rapport avec _vi_ll_e_, et
d’autre part ce poète fait toujours rimer son nom, non pas avec des
mots en _-lon_, mais avec des mots en _-illon_ (i-yon). Il y a donc là
une erreur qu’on _doit_ corriger, puisqu’il s’agit d’un nom propre dont
le son est toujours vivant dans les vers du poète, et que, d’ailleurs,
ce nom suit tout simplement la règle générale. C’était aussi l’avis de
Gaston Pâris.

[656] J’en puis dire autant pour _Santi_ll_ane_ et _Meli_ll_a_, qu’on
ne mouille guère, sous prétexte que ce sont des noms étrangers, et
qu’on devrait mouiller. Pourtant on mouille ordinairement _Zori_ll_a_
et _Muri_ll_o_.

[657] Voir plus haut, page 190, ce qui a été dit de _fuyions_, _fuyiez_.

[658] Pourtant _cu_-ill_er_ et _cu_-ill_erée_ prononcés par _u_ ne sont
pas très rares; quelques-uns même prononcent _keu-yèr_, mais ceci est
détestable.

[659] De même qu’on prononce _Ju_-ill_y_ et non _Jui_-ll_y_. Sans
l’_i_, on prononcerait _ju-let_ et _ju-ly_. Ainsi les _ll_ de _Su_ll_y_
sont mouillés dans la prononciation locale (Bourgogne), et Domergue les
mouille encore; mais faute d’_i_, _Su-ly_ a prévalu en histoire, comme
dans le prénom. D’autre part _Boilly_ se prononce _boi-yi_.

L’exemple de _Sully_ montre que l’_i_ n’était pas plus nécessaire
autrefois pour mouiller l’_l_ double que pour mouiller l’_l_ final; et
_Bernou_ll_i_ se prononce en mouillant, comme _o_ll_a podrida_, qui a
donné _oille_ (o-ye) en français. _Oille_ est d’ailleurs le seul mot
de cette finale, car _La Trémoille_ se prononce et peut s’écrire _La
Trémouille_, et _Maroi_(l)l_es_ n’est pas mouillé. En espagnol, l’_l_
double est aussi mouillé sans _i_, et beaucoup de personnes, même en
France, mouillent correctement _Va_ll_adolid_, comme s’il y avait un
_yod_: cf. _Ma_ll_orca_, qui est _Majorque_, prononcé _mayorque_ dans
le Midi.

[660] C’est probablement le voisinage de _mille_ et _ville_,
qui a permis _à_ _Mi_(l)l_ais_, _Mi_(l)l_et_, _Mi_(l)l_erand_,
_Mi_(l)l_evoye_, _Mi_(l)l_in_, à _Vi_(l)l_ars_, _Vi_(l)l_aret-Joyeuse_,
_Vi_(l)l_èle_, _Vi_(l)l_emain_, _Vi_(l)l_ette_, _Vi_(l)l_oison_,
_Vi_(l)l_emessant_, _Vi_(l)l_ers_, _Vi_(l)l_ers-Cotterets_,
_Vi_(l)l_ersexel_, etc., de se maintenir sans se mouiller. De même
_Li_(l)l_ers_. On ne mouille pas non plus les noms en _-viller_ à
_r_ sonore: _Bischvi_(l)l_er_, _Bouxvi_(l)l_er_, _Frœschvi_(l)l_er_,
_Guebvi_(l)l_er_; et on a tort trop souvent de mouiller les
noms en _-villier_ (_vilié_ et non _vi-yé_): _Vi_(l)l_iers_,
_Aubervi_(l)l_iers_, _Beauvi_(l)l_iers_, _Brinvi_(l)l_iers_,
_Cuvi_(l)l_ier_, etc., auxquels se joignent _I_(l)l_iers_ et _Baraguay
d’Hi_(l)l_iers_, avec _Largi_(l)l_ière_ ou _La Vri_(l)l_ière_. Dans
_Mi_l-l_esimo_, _Vi_l-l_afranca_, _Vi_l-l_aréal_ ou _Vi_l-l_aviciosa_,
on prononce les deux _l_.

[661] De même dans _I_l-l_yrie_ ou _I_l-l_inois_, comme dans
_Amary_l-l_is_ ou _Sy_l-l_a_, l’_l_ double ne se mouillant pas après un
_y_. On ne mouille pas non plus _Pi_(l)l_nitz_ ou _Gri_(l)l_parzer_.

[662] C’est cette analogie même qui a contribué à réduire à un les
deux _l_, qu’on prononce en italien; c’est à tort que le _Dictionnaire
général_ maintient les deux _l_ en français, sans doute au nom de
l’étymologie.

[663] Michaëlis et Passy eux-mêmes sont obligés de faire de graves
concessions. Nous irons plus loin: au lieu d’examiner les cas où la
lettre se prononce double, nous énumérerons ceux où elle se prononce
simple, qui sont les moins nombreux.

[664] On dit aussi avec un seul _l_: _A_(l)l_ainval_, _A_(l)l_ard_,
_A_(l)l_ier_, _Ca_(l)l_ot_, _Ga_(l)l_et_, _Ga_(l)l_ifet_,
_Ga_(l)l_i-Marié_, et, en général, les noms propres français et
allemands, et aussi _Wa_(l)l_ons_; on dit même le plus souvent
_Sa_(l)l_uste_, quoique cette réduction soit rare dans les noms propres
anciens, et aussi _Walha_(l)l_a_.

[665] Et aussi dans _Be_(l)l_ey_, _Du Be_(l)l_ay_, que beaucoup de
gens écorchent, sans compter les dictionnaires, dans _Be_(l)l_eau_,
_Be_(l)l_one_, _Be_(l)l_une_, _De_(l)l_ys_, _Ke_(l)l_ermann_,
_Pe_(l)l_isson_, _Le_ _Te_(l)l_ier_, et, par suite, _papier
te_(l)l_ière_. L’_l_ reste double dans les noms italiens: _Be_l-l_ini_,
_Paësie_l-l_o_, _Zingare_l-l_i_. Je rappelle que l’_e_ reste muet, et
par conséquent l’_l_ simple dans _Chaste_(l)l_ain_, _Eve_(l)l_in_,
_Ge_(l)l_ée_, _More_(l)l_et_ et _Montpe_(l)l_ier_.

[666] Avec _Bertho_(l)l_et_, _Co_(l)l_é_, _Co_(l)l_ot d’Herbois_,
_Ho_(l)l_ande_, _Mio_(l)l_is_, _Ro_(l)l_in_, _Ro_(l)l_on_, et
ordinairement _Champo_(l)l_ion_, parfois même _Po_(l)l_ux_, quoique
ancien.

[667] Et aussi _Lu_(l)l_y_ ou _Su_(l)l_y_.

[668] Le pronom de la troisième personne est, en effet, _i_ tout court,
pour le peuple: _i_(l) _vient_, sauf devant un _l_; donc, à _i ll’a_,
correspond _tu ll’as_.

[669] Tandis que Ll_orente_ se prononce _liorante_.

Il convient de distinguer _ll_ anglais, qui se prononce _l_, de _ll_
catalan (y compris les Basses-Pyrénées), qui fait _li_.

[670] Ni L(h)_éritier_ ou L(h)_omond_ ou L(h)_uillier_; mais on
mouille les noms méridionaux. Et il faut noter que, là encore,
après _a_, _e_, _u_, un _i_ s’intercale entre la voyelle et l’_l_:
à côté de _Paladi_lh_e_, _Mi_lh_au_, _Mari_lh_at_, _Jumi_lh_ac_,
on a _Ca_ilh_ava_, _Ga_ilh_ard_, _Parda_ilh_ac_, _Parda_ilh_an_,
_Me_ilh_ac_, _Me_ilh_an_, _Tre_ilh_an_, _Bou_ilh_et_, _Genou_ilh_ac_.
Toutefois, là non plus, l’_i_ n’était pas nécessaire, et il est
souvent ajouté: _Parda_ilh_ac_, par exemple, s’écrivait _Parda_lh_ac_;
seulement jamais les Parisiens ne mouilleront _lh_ sans _i_, et on
ne prononce pas _No_lh_ac_ autrement que _no_l_ac_. Je pense que
_Greffu_lh_e_ est dans le même cas. Pour le groupe _-gli_-mouillé, voir
plus haut, page 246.

[671] Voir pages 129-130, et pour _Joachim_, page 225, note 2.

[672] De même _Ha_m, _Abraha_m ou _Pria_m, _Ozana_m ou _Anna_m,
_Jérusale_m ou _Château-Yque_m, _Ephraï_m ou _Arni_m, _Herculanu_m ou
_Epso_m. A fortiori _Malco_lm.

[673] Voir encore page 129, note 2. Le _b_ ou le _p_ ne font pas
forcément nasaliser certains mots étrangers, comme _Be_m_bo_,
_Le_m_berg_, _Pe_m_broke_, _Scho_m_berg_ et _Schau_m_bourg_,
_Ki_m_berley_, et autres moins connus. Voir les noms nasalisés, pages
135, note 1, 144, note 2, 146, note 3, 148, note 4, et 149, note 1.

[674] Ce sont presque tous des mots latins, ou des noms propres
étrangers: _Fla_m_steed_, _Ka_m_tschatka_ et _Ka_m_tschadales_,
_Ra_m_say_, _Ra_m_sès_, _Ra_m_sgate_; _E_m_den_, _E_m_s_, _Kre_m_lin_,
_Me_m_ling_, _Ne_m_rod_, _Pote_m_kin_, _Se_m_lin_, _Tle_m_cen_;
_Hi_m_ly_, _Ti_m_gad_; _Cro_m_well_, _O_m_sk_ et _To_m_sk_, etc.

[675] _Hymne_ rimait avec _-ine_ ou _-inne_, et Ronsard écrit
volontiers _hynne_ ou _hinne_. Il en était de même de _di_(g)_ne_ ou
_si_(g)_ne_: voir plus loin, au chapitre de l’_N_.

[676] Sur ce mot, voir page 75.

[677] De même dans _Agame_m-n_on_, _Clyte_m-n_estre_, _Co_m-n_ène_,
_Vertu_m-n_e_.

[678] Ch. Nyrop cite l’anecdote suivante: «On demandait à une dame
comment elle se portait.--Oh! répondit-elle, je souffre beaucoup d’un
_rhumatisse_.--En ce cas-là, Madame, lui répondit-on, faites beaucoup
d’_exercisme_.»

[679] Voir plus haut, page 132.

[680] Naturellement on dit _E_m-m_a_ ou _E_m-m_aüs_, mais plutôt
_E_(m)m_anuel_, comme _E_(m)m_elines_ et _Je_(m)m_apes_.

[681] Le _Dictionnaire général_ indique l’_m_ double dans tous et même
dans _gra_m-m_aire_, ce qui est un peu surprenant. On ne prononce
généralement qu’un _m_ dans _Gra_(m)m_ont_ ou _La_(m)m_ermoor_, mais
deux dans _A_m-m_ien_, _A_m-m_on_, _A_m-m_onites_, _Ci_m-m_ériens_,
_Sy_m-m_aque_.

[682] D’ailleurs, pour conserver la nasale, on devrait écrire plutôt
_in-mangeable_, comme on écrit _inlassable_ (exemple unique et
déplorable, encore inconnu des dictionnaires), à côté de _i_l-l_isible_
et _i_l-l_ogique_, qui pourtant ont été formés directement, eux aussi,
sur des mots français. Puisque l’occasion s’en présente, je voudrais
joindre ma protestation à celle d’Émile Faguet contre l’intrusion
extraordinaire de ce barbarisme inutile, à la place d’_infatigable_,
qui était excellent. Mais c’est un fait qu’on ne peut plus,
aujourd’hui, ouvrir un livre ou un journal sans y trouver _inlassable_
ou _inlassablement_, et qu’_infatigable_ a _complètement_ disparu. Qui
nous dira pourquoi?

[683] Le _Dictionnaire général_, qui admettait les deux _m_ dans
_gra_m-m_aire_, les refuse dans ces deux mots. Ajoutons que, dans les
cafés, on entend souvent _conso_m-m_ation_, ce qui est fort prétentieux.

[684] Et aussi dans _Co_(m)m_ines_, _Co_(m)m_entry_, _Co_(m)m_ercy_,
_Co_(m)m_inges_.

[685] Voir au chapitre des nasales, page 138, note 1.

[686] _Ade_n, _Anderse_n, _Backhuyse_n, _Bade_n, _Barme_n, _Bayle_n,
_Beethove_n, _Berge_n, _Brocke_n, _Carme_n, _Chephre_n, _Cobde_n, _van
Dieme_n, _Dryde_n, _Gretche_n, _Hohenstauffe_n, _Ibse_n, _Mommse_n,
_Niebelunge_n, _Nieme_n, _Pose_n, _Reischoffe_n, _Thorwaldse_n,
_Tlemce_n, _Yéme_n, etc., avec _Anne de Boley_n. On peut y joindre
au besoin _Haydn_, qu’on prononce quelquefois _Hayde_n: il paraît
qu’_Haydn_ a signé une fois _Hayden_; mais cette prononciation est
aujourd’hui surannée. Les moins connus de ces noms propres en _-en_
doivent se prononcer de préférence à l’allemande, c’est-à-dire
en faisant à peine entendre l’_e_: _Meining_(e)_n_ et même,
_Niebelung_(e)_n_. Dans _Wi_(e)_sbade_(n), l’_n_ ne se prononce pas.

[687] _Ahrima_n, _Flaxma_n, et surtout les noms en _-mann_, bien
entendu.

[688] Voir au chapitre des nasales, page 146, note 1.

[689] Voir au chapitre des nasales, page 148. A l’époque où la consonne
finale se prononçait dans tous les noms de nombre, y compris _deux_
et _trois_, elle se prononçait aussi dans _un_, sous la forme _eune_,
d’abord; aujourd’hui encore, on marque la mesure par _une_, _deux_, ce
qui est certainement un reliquat de l’ancienne prononciation de _un_.

[690] L’_=n=_ n’est final après consonne que dans quelques noms
propres. Or il est muet dans la prononciation locale de _Tar_(n) et
_Béar_(n). Mais cette prononciation ne s’est pas imposée au reste de la
France, et les personnes instruites, originaires de la région où coule
le _Tarn_, prononcent couramment _Tarne_, et surtout _Tar-net-Garonne_.
De même _Elor_n, et, a fortiori, les noms étrangers, _Hor_n,
_Paderbor_n, _Sever_n ou _Lincol_n. Cependant les maisons nobles de
_Béar_(n) et d’_Isar_(n) continuent à omettre l’_n_.

[691] Voir encore au chapitre des nasales, pages 138 et 139.

[692] Et encore pas toujours: voir page 132. Mais il est distinct
dans beaucoup de noms étrangers, comme _Sta_n_ley_, _Be_n_tivoglio_,
_Appe_n_zell_: voir au chapitre des nasales, pages 135, 145, 146, 149.

[693] De même _Logro_ñ_o_ ou _Angra-Peque_ñ_a_. En portugais, le même
son est représenté par _nh_, et _señor_ s’écrit _se_nh_or_; il faut
donc mouiller _Mi_nh_o_ ou _Tristan da Cu_nh_a_.

[694] On ne saura jamais pourquoi tel verbe est en _-onner_ et tel
autre en _-oner_.

[695] Et aussi dans les noms anciens: _Ha_n-n_on_, _Pa_n-n_onie_,
_Pe_r_pe_n-n_a_, _Porse_n-n_a_, _Se_n-n_aar_, _Se_n-n_achérib_,
_Ape_n-n_ins_, _E_n-n_ius_, _Bre_n-n_us_, _Ci_n-n_a_, _Cinci_n-n_atus_,
_Eri_n-n_ye_, etc. Toutefois _A_(n)_nibal_ est tellement connu qu’on
y prononce généralement l’_n_ simple. L’_n_ est encore double assez
souvent dans _A_n-n_a_, _A_n-na_am_, _A_n-n_apolis_, _Sa_n-n_azar_,
_Li_n-n_é_, _Co_n-n_ecticut_, _Yu_n-n_an_, etc. L’_n_ est simple
dans _A_(n)_nonay_, _A_(n)_nunzio_, _Je_(n)_ner_, _Je_(n)_ny_,
_Te_(n)_nyson_, _Fi_(n)_nois_, _Co_(n)_naught_.

[696] Voir pages 244-245. On mouille donc par exemple dans
_Bor_gn_is-Desbordes_, _I_gn_ace_, _Lusi_gn_an_, _Mari_gn_an_,
_Ma_gn_ésie_, _Ma_gn_y_, _Mari_gn_y_, etc., et dans les noms
italiens comme _A_gn_adel_, _Foli_gn_o_, _Le_gn_ano_, _Mante_gn_a_,
_Masca_gn_i_, _Orca_gn_a_, _Si_gn_orelli_, etc., et _Pu_gn_o_.

[697] Voir pages 48 et 87. La graphie de _gn_ mouillé a été aussi
_ngn_: c’est ainsi qu’on écrivait _ivro-ngne_; on sait que _gagner_
s’écrivait aussi bien _ga-ngner_ que _gai-gner_, voir même _gai-ngner_.
Le groupe _ngn_ s’est conservé dans _Boullo-ngne_, sans nasaliser
l’_o_; mais on prononce aujourd’hui _Bron-gnart_.

[698] Quoique les poètes fassent très bien rimer ce mot avec les mots
en _nie_.

[699] Ceci reste d’un temps où l’on prononçait _si_(g)_ne_ et
_di_(g)_ne_, _mali_(g)_ne_ et _béni_(g)_ne_, et même _cy_(g)_ne_,
qui rimaient avec _-ine_, ainsi que _hy_(m)_ne_. On sait que dans
les armes parlantes de Racine, il y avait un _rat_ et un _cygne_,
et l’on se rappelle sans doute qu’il eût préféré un _sanglier_!
Jusqu’au XVIIIᵉ siècle, on prononça _si_(g)_ner_ et _assi_(g)_ner_. On
prononça de même _Re_(g)_nard_ jusqu’au XIXᵉ siècle, et _Re_(g)_naud_,
comme _co_(g)_noistre_. Mais tandis que le _g_ de _co_g_noistre_
disparaissait de l’écriture, les noms propres gardaient le leur; aussi
leur est-il arrivé le même accident qu’à _Montaigne_: l’orthographe a
altéré leur prononciation. Aujourd’hui _Re_(g)_nard_ ne se comprendrait
plus; encore n’est-ce pas un motif pour changer l’_e muet_ en _e_
fermé, et dire _R_é_gnard_ pour _R_e_gnard_, comme il arrive trop
souvent: nous avons déjà vu cela, page 170.

[700] Malgré le _Dictionnaire général_.

[701] De même _Fécam_(p), _Decam_(ps), _Guingam_(p), _Loncham_(p),
_Descham_(ps), _Cham_(p)_cenetz_, _Cham_(p)_fleuri_, et aussi
_Cham_(p)_meslé_ et autres pareils, et encore _Dupanlou_(p) et
_Tro_(p)_long_. Mais le _p_ se prononce dans _Cham_p_lain_.

[702] Et _Ga_p. Mais il n’y a pas si longtemps qu’on disait encore un
_ce_(p) _de vigne_, à cause de la consonne qui suit.

[703] Avec _Ale_p ou _Trom_p, a fortiori _Ra_pp ou _Kru_pp, sans
compter _Le Ca_p, bien entendu.

[704] Il a été muet même dans _Égy_(p)_te_ ou _sce_(p)_tre_, et on
a prononcé quelque temps _conce_(pt), _ra_(pt) et _abru_(pt): cf.
_succin_(ct), _exa_(ct), _respe_(ct), etc. Il était muet aussi dans
_nie_(p)_ce_ et _no_(p)_ce_, dans _e_(s)_cri_(p)_ture_ et aussi dans
_a_(p)_vril_ et _ne_(p)_veu_, où il n’avait que faire, ce qui ne l’a
pas empêché de se maintenir dans _Lene_(p)_veu_. Le _p_ initial a aussi
été longtemps muet dans (p)_saume_ et (p)_sautier_ (cf. _tisane_ et
_Phalsbourg_, où il est tombé): on disait surtout, et même on écrivait
_les Sept Seaumes_, si bien que quelques-uns, au témoignage de Henri
Estienne, en vinrent à dire _un sesseaume_, ce qui en somme n’est pas
plus extraordinaire que de dire un _cent-garde_. Aujourd’hui le _p_
initial tombe parfois, mais très familièrement, dans _un_ (p)’_tit
gars_ et autres expressions pareilles.

[705] Y compris _Saint Jean-Ba_(p)_tiste_ et _Anaba_(p)_tiste_.

[706] Je ne sais où Michaëlis et Passy ont entendu ces mots sans _p_.
Ajouter, naturellement, _Se_p_timanie_ et _Se_p_time-Sévère_.

[707] Malgré Michaëlis et Passy.

[708] Ces mots sont peut-être les seuls qu’indique le _Dictionnaire
général_. Notons pourtant qu’on prononce fort bien _hi_(p)_podrome_,
_hi_(p)p_opotame_ et _Hi_(p)p_olyte_ avec un seul _p_.

[709] Le _p_ se double ordinairement dans _A_p-p_ien_, _A_p-p_ius_,
_Phili_p-p_iques_, dans _Maze_p-p_a_, dans les mots italiens comme
_Be_p-p_o_, jamais dans _Co_(p)_pée_, ni par suite dans _Co_(p)_pélia_,
ni dans _Co_(p)_pet_.

[710] Pourquoi pas _filosofie_ aussi bien que _fantaisie_?

[711] Notamment dans _co_(q) _d’Inde_, aujourd’hui remplacé par _dinde_
ou plutôt par _dindon_; mais on a presque toujours dit _co_q _de
bruyère_. Au pluriel, on disait _des cô_.

[712] Voir ce qui est dit de _neuf_, page 233: _cinque francs_,
très répandu, est particulièrement désobligeant pour une oreille
délicate. On distingue aujourd’hui _cin_q _mars_, qui est la date,
et _Cin_(q)-_Mar_(s), nom propre, qui a conservé la prononciation
traditionnelle. Dans _Lecoc_q, _Lestoc_q, _Vic_q-_d’Azyr_, _Ourc_q, et
autres, le _q_ ne change rien au _c_, et dans _Lecler_(cq), ils ne se
prononcent ni l’un ni l’autre.

[713] Dans _piqûre_, sous prétexte de pas mettre deux _u_ de suite, on
a fondu ensemble celui du groupe _qu_ et celui du suffixe _-ure_.

[714] Voir plus haut, p. 241. On évitera plus encore de prononcer _t_
ou _ti_ pour _q_, surtout dans _qui_ suivi d’une voyelle, comme dans
_cintième_!

[715] Outre les mots latins, _quin_qu_ennium_, _tu quo_qu_e_, _in
utro_qu_e jure_, _cui_qu_e suum_, etc.

[716] On prononce _ké_ dans tous les noms propres français et la
plupart des étrangers, comme Qué_bec_ ou _Albu_que_rque_. Il y
a pourtant un nom français où l’on prononce très souvent l’_u_:
c’est _Q_u_ercy_; or il est fort rare qu’on le prononce dans
_Q_(u)_ercinois_, même quand on le fait dans _Q_u_ercy_: n’est-ce
pas _kerci_ qu’on devrait dire, et que vient faire ici cette
prononciation savante ou étrangère? On prononce encore l’_u_ dans
_Q_u_eretaro_, _S_u_sq_u_ehannah_, _Torq_u_emada_, mais plus guère
dans _Angra-Peq_u_eña_ ou _Anteq_u_era_. L’_u_ se prononce _ou_
dans _Q_u_eensland_ et tous les composés de _queen_, et aussi dans
_q_u_etsche_, qui est plus allemand que français.

[717] Que Michaëlis et Passy consentent à réduire à trois syllabes:
_ob-sé-kyeu_!

[718] On prononce sans _u_ tous les noms français: _Aq_(u)_itaine_,
_Créq_(u)i, _Esq_(u)_irol_, _Forcalq_(u)_ier_, _Montesq_(u)_ieu_,
_Q_(u)_iberon_; tous les noms en _quin_, y compris _Tarq_(u)_in_,
_Thomas d’Aq_(u)_in_ ou _le Dominiq_(u)_in_; tous les noms commençant
par _Quin-_ (sauf _La Q_u_intinie_), etc., et aussi _Esq_(u)_imaux_,
et même _Chuq_(u)_isaca_, ou _Q_(u)_ito_. On fait entendre l’_u_
dans les noms latins: _Esq_u_ilin_, _Q_u_intus_, _Q_u_irinal_,
_Q_u_irinus_ et _Q_u_irites_, _Tanaq_u_il_ et _Tarq_u_inies_, malgré
_Tarq_(u)_in_, et aussi _Q_u_inte-Curce_ et _Q_u_intilien_, qui ont
été longtemps francisés; mais on prononce généralement _Aq_(u)_ilée_
sans _u_. On prononce encore l’_u_ dans les noms étrangers, _Aq_u_ila_,
_Aréq_u_ipa_, _Esseq_u_ibo_, _Esq_u_iros_, _Iq_u_ique_.

[719] Parce que, même en latin, nous le prononçons ainsi, de même que
_quum_ s’articule _come_. Il est vrai que quelques-uns le prononcent
depuis quelque temps _cuo_ ou _couo_, je ne sais pourquoi: tant que
notre manière détestable de prononcer le latin se maintiendra, c’est
_co_ qui existe seul, notamment dans _Q_(u)_o vadis_.

[720] Malgré Michaëlis et Passy.

[721] Du temps où florissait la loterie, _q_(u)_aterne_ était trop
populaire pour se prononcer avec _ou_. D’autre part, dans les mots qui
commencent par _quinqua_, l’_u_ ne peut guère se prononcer dans la
seconde syllabe autrement que dans la première: il y faudrait un effort
qu’on ne fait pas, et c’est deux fois _u_ qu’on entend le plus souvent.

[722] L’_u_ se prononce également _ou_ dans les mots latins _Q_u_ades_,
_Q_u_adrifrons_, _Séq_u_anes_ ou _Séq_u_anaise_, _Torq_u_atus_, et
aussi dans _Brown-Séq_u_ard_, _Griq_u_aland_, _don Pasq_u_ale_ ou
_Q_u_arterly-Review_.

[723] Pendant très longtemps l’_r_ a été muet dans les mots en
_=-ir=_, _=-oir=_ et _=-eur=_ à féminin _-euse_ (probablement par
confusion entre _-eur_ et _-eux_). Etienne Tabourot, sieur des
Accords, raconte, dans ses _Bigarrures et Touches_, qu’il a vu une
enseigne, d’opticien sans doute, représentant des chats qui sciaient
du bois, ce qui signifiait clairement: _Aux chats scieux_. Ce sont
probablement les infinitifs en _-ire_ et _-oire_ qui ont provoqué la
reviviscence de l’_r_ dans ceux en _-ir_ et _-oir_: seul _sortir_, pris
substantivement, a résisté quelque temps. Quant aux mots en _-eur_,
ce sont les grammairiens qui ont rétabli l’_r_, en distinguant le
langage familier du langage soutenu, où ils exigeaient l’_r_ partout;
mais l’ancienne prononciation n’avait pas encore disparu du bon usage
après la Révolution: «_Un porteu_, _un porteu d’eau_, _le procureu
du roi_, c’est, dit Domergue, la prononciation de l’afféterie ou de
l’ignorance.» Elle ne subsiste plus aujourd’hui que dans _monsieu_(r)
et _messieu_(rs); mais _péteux_ et _oublieux_ ne sont qu’un reliquat de
l’ancienne prononciation, ainsi que _faucheux_, doublet de _faucheur_.
Pour _piqueur_, voir plus haut, p. 94. Dans les mots en _-ar_, _-air_,
_-or_, _-ur_ et _-our_, l’_r_ s’est toujours prononcé. Cependant on
a dit _o_(r) _ça_; on a aussi supprimé l’_r_ dans _pour_: Tabourot,
dans ses _Bigarrures_, assimile _poulets trépassés_ à _pou_(r) _les
trépassés_; et le peuple fait encore volontiers cette suppression,
ainsi que dans _bonjou’ M’sieu_. Quant à _su_(r), qu’on entend encore
dans le peuple devant un _l_ (_su l’ banc_, _su l’ journal_), il est
possible qu’il vienne de _sus_ plutôt que de _sur_.

[724] Il s’y est longtemps prononcé, et avec _é_ fermé: _aimé_r. Et
même l’_r_ était tombé dans les autres infinitifs, comme dans les mots
en _-oir_ et _-eur_, avant de tomber dans les infinitifs en _-er_. Et
justement il a revécu partout, tandis qu’il achevait de tomber dans les
infinitifs en _-er_, sauf à la rime, où on ouvrait l’_e_.

[725] Où l’_s_ n’est que la marque du pluriel. On y ajoute
_poulaille_(r) et _oreille_(r), qui ont perdu leur _i_ dans
l’orthographe, tandis que _quincaillie_(r), _joaillie_(r) et les
autres le gardaient: la prononciation est d’ailleurs la même. Au
contraire _cuiller_, qui avait aussi le suffixe _-ier_ à l’origine
(d’où la prononciation ancienne _cui-yé_), est passé, sans doute à
cause du genre féminin, à la catégorie des mots où l’_r_ se prononce.
On ne prononce pas non plus l’_r_ dans les noms propres français en
_-ier_ ou _-iers_, qui ont apparemment le même suffixe: _Fléchie_(r),
_Pradie_(r), _Forcalquie_(r), _Poitie_(rs), etc., etc., et aussi
_Ténie_(rs); les monosyllabes _Fie_r et _Thie_r_s_ n’appartiennent pas
à cette catégorie, non plus que l’adjectif _fie_r, dont nous allons
parler.

[726] Le XVIIᵉ siècle faisait ordinairement sonner l’_r_ dans
l’adjectif _lége_r, et l’Académie le maintint jusqu’en 1762. De
même dans les adjectifs _entie_r, _altie_r, etc., sauf _premie_(r)
et _dernie_(r), mais y compris _plurie_r lui-même, au moins pendant
quelque temps. Cela était particulièrement naturel pour _entier_
et _altier_, qui n’avaient pas le suffixe _-ier_, l’un venant
d’_integrum_, l’autre de l’italien _altiero_. L’Académie maintient
encore en 1762 l’_r_ d’_altie_r qu’elle ne laisse disparaître qu’en
1835. Ainsi tous les adjectifs en _-ier_ ont fini par suivre l’analogie
des substantifs, à l’exception de _fie_r et _che_r. Mais quand on
rencontrera chez les classiques ou chez Voltaire la rime de _che_r
avec _lége_r, ou celle de _fie_r avec _altie_r, on devra se rappeler
que ces rimes étaient parfaitement correctes dans la prononciation
normale, tandis que les rimes dites _normandes_, comme celle de _che_r
avec _arrache_(r), n’étaient correctes qu’au moyen d’une prononciation
spéciale adoptée ou conservée pour les vers: _arrachèr_, avec _r_
sonore, prononciation toujours discutée, mais encore admise au début du
XVIIIᵉ siècle. Je n’ai pas besoin de dire que dans V. Hugo ces rimes ne
sont plus des rimes:

    ..... Que j’ai pu blasphé_mer_,
    Et vous jeter mes cris comme un enfant qui jette
                Une pierre à la _mer_.
            _Contempl._, IV, 15, _A Villequier_.

Ç’a été le tort de tous les poètes du XIXᵉ siècle de s’imaginer que
tout ce qui était bon chez les classiques devait être bon chez eux,
comme si la prononciation était la même.

Les noms propres français en _-cher_ et _-ger_ font naturellement comme
les noms communs: _Bouche_(r), _Fouche_(r), _Rouche_(r), _Ange_(rs),
_Bérange_(r), _Roge_(r), etc., avec _Suge_(r), sur lequel on se trompe
trop souvent. _Alge_(r) s’y est ajouté, après quelque hésitation, ce
qui a probablement entraîné _Tange_(r), sur lequel on a hésité plus
longtemps. On prononce l’_r_ dans _Murge_r, qui n’était pas du tout
un nom allemand; mais l’auteur lui-même y a consenti, pour donner à
son nom une allure plus romantique. On prononce aussi l’_r_ dans les
monosyllabes _Che_r et _Ge_r_s_, et dans _Saint-Euche_r.

[727] On vient de voir dans la note précédente que _entie_r et _altie_r
s’étaient détachés du groupe.

[728] Dans ces mots et les précédents, l’_e_ s’est ouvert dès le XVIᵉ
siècle, et l’_r_ s’y est toujours prononcé. On prononce aussi l’_r_
dans les noms propres français qui ne sont pas en _=-ier=_, _=-cher=_
ou _=-ger=_: _Rouhe_r, _Aube_r, _Antife_r, _Lille_r_s_, _Frœschwille_r
et tous les noms en _-viller_, _Bouffle_r_s_, _Locmariaque_r,
_Saint-Ome_r, _Quimpe_r, _Prospe_r, _Neve_r_s_, _etc._, ainsi que
_Fie_r, _Thie_r_s_, _Reye_r, _Che_r, _Saint-Euche_r et _Ge_rs, comme
les adjectifs _fie_r et _che_r, et apparemment pour la même raison.
Quant à _Gier_ on prononce _Gie_r pour la rivière et _Rive-de-Gie_(r)
pour la ville! Contrairement à la règle, on ne prononce pas l’_r_ dans
_Gérar(d)me_(r) ni dans _Rambervi(l)le_(rs), ni, croyons-nous, dans
_Saint-Seve_(r) comme dans _Tasche_(r).

[729] La différence entre les mots étrangers francisés et ceux qui ne
le sont pas porte seulement sur la manière de prononcer l’_e_: voir
pages 66 et 67. On prononce l’_r_ naturellement dans tous les noms
propres anciens, bibliques ou étrangers, même s’ils sont en _-cher_ et
_-ger_, comme _Pulche_r et _Blüche_r ou _Clésinge_r, _Egge_r, _Fugge_r,
_Kruge_r, _Scalige_r, etc., sauf _Alge_(r) et _Tange_(r).

[730] Nous avons vu aussi que les finales en _-ier_ où l’_r_ ne se
prononce pas, pouvaient, elles aussi, être suivies à l’occasion d’une
_s_, qui est alors la marque d’un pluriel, et par suite ne change rien
à la prononciation: c’est le cas par exemple de _volontie_(rs) ou de
_Poitie_(rs); de même _Ange_(rs). Dans les autres cas, l’_r_ suivi
d’_s_ se prononce, comme on l’a vu, notamment dans les monosyllabes
_tie_r(s), _Thie_r(s), _Ge_r(s).

[731] Voir ci-dessus, page 159. Ajoutons qu’il faut éviter aussi de
remplacer _co_rr_idor_ par _co_l_idor_.

[732] On disait aussi _a_(r)_bre_ et _ma_(r)_bre_, que Vaugelas
n’approuvait pas.

[733] On sait que l’_r_ tombe aussi dans _Ma_(r)_lb_(o)_rou_(gh).

[734] Ils s’y sont toujours prononcés, et on sait qu’autrefois ils se
prononçaient même à l’infinitif: _que_r-r_e_, _cou_r-r_e_.

[735] Cf. _a_(r)_ranger_, _a_(r)_rêt_, _a_(r)_rière_ ou _de_(r)_rière_,
_a_(r)_river_, _a_(r)_rondir_, _a_(r)_roser_, etc., et _ba_(r)_rer_,
_ca_(r)_ré_, _ja_(r)_ret_, _ga_(r)_rotter_, _cha_(r)_rue_,
_cha_(r)_ron_, _la_(r)_ron_, _ma_(r)_ron_, _pa_(r)_rain_,
_pa_(r)_ricide_, _sa_(r)_rasin_, _sa_(r)_rau_, etc., et même
_dia_(r)_rhée_, mot savant, mais très ancien.

[736] Il en résulte que j’_e_r-r_ais_, nous _e_r-r_ons_, diffèrent bien
peu de j’_err_e_rai_, nous _err_e_rons_, où l’_e_ est nécessairement
muet; on fera bien de ne pas employer ce verbe au futur ni au
conditionnel, de même que le verbe _abho_r-r_er_.

[737] Pourtant le _Dictionnaire général_ donne seulement _te_(r)_reur_
et _te_(r)_rible_, et d’autre part il admet uniquement _e_r-r_eur_.
Des mots comme _pe_(r)_ron_, _pe_(r)_roquet_, _pe_(r)_ruche_,
_pe_(r)_ruque_, _se_(r)_rer_, _se_(r)_rure_, _ve_(r)_rat_,
_ve_(r)_rier_, _ve_(r)_roterie_, _ve_(r)_rou_, sont restés intacts.
De même la plupart des noms commençant par _Fer-_ ou _Per-_ comme
_Clermont-Fe_(r)_rand_ ou _Pe_(r)_rault_.

[738] Je ne parle pas de _courrai_, exception signalée plus haut: voir
page 297.

[739] L’_r_ se prononce volontiers double dans les noms anciens:
_Pa_r-r_hasius_, _Va_r-r_on_, _Ve_r-r_ès_ et _Ve_r-r_ines_,
_Py_r-r_ha_, _Py_r-r_hon_, _Py_r-r_hus_ et _Ty_r-r_héniens_, et
_Bu_r-r_hus_, dans _Gue_r-r_ero_ ou _He_r-r_ero_, peut-être dans
_So_r-r_ente_ et _Su_r-r_ey_, mais pas plus dans _Ga_(r)r_ick_,
_Bo_(r)r_homées_ ou _Co_(r)r_ège_, que dans _Guillaume de Lo_(r)r_is_
ou _Co_(r)r_èze_.

[740] Domergue note que de son temps quelques actrices, «fidèles aux
mauvaises traditions», prononçaient encore l’_s_ de _Grecs_ et de
_Romains_. On ne prononce l’_s_ du pluriel qu’en liaison; nous en
parlerons ailleurs. Ajoutons que l’_s_ du pluriel, quand on cessa de
le prononcer, eut longtemps pour effet d’allonger la voyelle finale;
cet allongement, qui a disparu de la prononciation courante depuis le
XVIIIᵉ siècle, se conserve encore dans certaines provinces.

[741] _Alcarazas_ est un pluriel espagnol devenu singulier; le
phénomène n’est pas unique: nous allons le retrouver avec _albino_s et
_mérino_s, sans compter les noms de cigares.

[742] Dans les noms propres anciens ou étrangers, l’_s_ final se
prononce toujours: _Barabba_s, _Jona_s et _Jonatha_s, _Phidia_s
et _Cinéa_s, _Stanisla_s et _Wencesla_s, _Gil Bla_s, _Ruy Bla_s,
_Microméga_s et _Chacta_s, _Caraca_s, _Dama_s, _Madra_s et _Texa_s,
etc., etc. Il faut excepter les _Duka_(s) et naturellement les
pluriels: _Papoua_(s), _Wyndhia_(s), _Maya_(s), _Arya_(s), _Inca_(s),
_Véda_(s), _Saga_(s), _Galla_(s), _Foulah_(s), _Pourana_(s),
_Damara_(s), _Soutra_(s), _Hova_(s). On prononce l’_s_ dans _Visaya_s.
L’_s_ se prononce aussi le plus souvent dans les noms français; mais
il y a des exceptions, notamment les prénoms qui, par leur popularité,
sont assimilés aux noms communs: _Luca_(s), _Cola_(s), _Nicola_(s),
_Thoma_(s), ainsi que _Juda_(s). On y joint naturellement _Le Ba_(s)
ou _Pays-Ba_(s) et _Félix Gra_(s), et aussi _Vaugela_(s), _Duma_(s),
_Maupa_(s) et _Maurepa_(s), _Dura_(s), quelquefois _Cala_(s),
_Cuja_(s); en outre, les noms de l’Ardèche, _Priva_(s), _Aubena_(s),
etc., avec une ville du comtat, _Carpentra_(s): c’est à tort qu’on
prononce parfois l’_s_ dans _Carpentra_(s). En revanche on prononce
régulièrement l’_s_ dans _Mathia_s, qui l’a repris, n’étant prénom
qu’à demi, dans _Alcofriba_s, _d’Assa_s, _Barra_s, _Blaca_s, _Cala_s,
_Cuja_s, _Du Barta_s, _Escarbagna_s, _Rabaga_s, etc., etc., dans
_La_s _Cases_ et dans _Daoula_s, _Arra_s ou _Coutra_s, aussi bien
que dans _Pézena_s, _Valréa_s ou _Ma_s _d’Azil_, ou autres _Ma_s,
et en général les noms du Midi, y compris le Comtat, mais excepté
_Carpentra_(s): on ne sait pas pourquoi, car _Valréa_s est au nord de
cette ville. Pour _Caraba_s, les avis sont partagés: il est certain
que l’auteur des _Contes_ prononçait sans _s_, et c’est assurément la
bonne prononciation; mais j’avoue que la sonorité méridionale de l’_s_
convient assez bien au personnage, et il n’est pas impossible qu’elle
finisse par prévaloir.

[743] Voir plus haut, pages 60 et 61, note 1.

[744] On prononce aussi et on peut écrire _cacatoi_(s): le plus simple
est de prononcer comme on écrit.

[745] Et dans tous les noms propres: _Agnè_s, _Périclè_s, _Sieyè_s (que
l’on prononce _Siès_), _Uzè_s, etc. _Decrè_(s) fait exception.

[746] Mais non pourtant dans _Saint-Pierre-è_s_-liens_, où l’_e_ semble
s’être fermé. Je rappelle que l’anglais prononce l’_s_ même après un
_e_ muet qui, d’ailleurs, ne s’entend pas, comme dans _Hobbe_s, _Cecil
Rhode_s, _Jame_s, _Time_s, _Jone_s, _Serlock Holme_s. Voir aussi page
60, note 2.

[747] De même, par exemple, _La Ferronay_(s). L’_s_ se prononce
pourtant dans _Alai_s, cas unique. C’était là une orthographe que rien
ne justifiait, et beaucoup de gens du pays voulaient fort justement
écrire _Alès_, comme on faisait souvent jadis, car l’orthographe
adoptée faisait que les non-indigènes prononçaient le plus souvent
_Alè_, aussi écrit-on maintenant _Alès_. On prononce aussi l’_s_ dans
les mots étrangers, _rei_s et _milrei_s, et dans _Bruey_s (bruis).

[748] Mais non dans _pali_(s), comme le veulent Michaëlis et Passy.

[749] Cela ne convient guère qu’à _fleur de li_(s), qui prend ainsi un
air plus oratoire et en quelque sorte plus héraldique. V. Hugo fait
souvent rimer _maïs_ avec _pays_, et cela était encore admissible de
son temps; mais on sait que V. Hugo faisait constamment rimer des
finales à consonnes sonores avec des finales à consonnes muettes. Quant
à _fi_(l)_s_, on sait que Littré tenait toujours pour _fi_(ls), et
Thurot affirme que l’usage était encore partagé de son temps. Partage
fort inégal, sans doute.

[750] Avec beaucoup de mots savants: _ungui_s, _pubi_s, _rachi_s
et _rachiti_s, _orchi_s, _anagalli_s, _hamaméli_s, _amarylli_s,
_syphili_s, _lychni_s, _propoli_s, _anthémi_s, _péni_s, _lapi_s
(lazuli), _berbéri_s, _hespéri_s, _ophry_s, _épistaxi_s, _galeopsi_s,
_coréopsi_s, _arsi_s, _thési_s, _satyriasi_s, _pityasi_s,
_éléphantiasi_s, _phymosi_s, _paréati_s, _isati_s, _oarysti_s, etc.

[751] Après _=i=_ comme après _=a=_, l’s final se prononce toujours
dans les noms propres anciens ou étrangers: _Adoni_s, _Anubi_s, _Api_s,
_Briséi_s, _Cypri_s, _Daphni_s, _Isi_s, _Laï_s, _Memphi_s, _Pâri_s,
_Sémirami_s, _Théti_s ou _Tirci_s; _Davi_s, _Delly_s, _Lascari_s,
_Taur_is, _Tuni_s, _Walpurgi_s, _Willi_s, etc., et même _Médici_s,
quoique l’italien soit _Médici_; toutefois _Deny_(s) a subi l’analogie
du prénom français, _Deni_(s). L’_s_ se prononce aussi le plus souvent
dans les noms français autres que les prénoms: _Amadi_s, _Arami_s,
_Azaï_s, _Berni_s, _Cabani_s, _Clovi_s, _Dami_s, _Duci_s, _Féti_s,
_Genli_s, _Grisélidi_s, _Léri_s, _Nangi_s, _Puvi_s, _Raminagrobi_s,
_Sourdi_s, _Vestri_s, avec _Auni_s, _Lorri_s, _Senli_s, _le roi d’Y_s,
etc., et peut-être aussi _Cambrési_s et _Beauvaisi_s, avec le prénom
_Franci_s. L’_s_ est muet dans les autres prénoms: _Loui_(s), _Deni_(s)
ou _Deny_(s) et _Alexi_(s); dans _Dupui_(s), _Empi_(s), _Maupertui_(s)
et _Duplessi_(s); dans _Arci_(s)-_sur-Aube_, _Chabli_(s),
_Montargi_(s), _Mont-Ceni_(s), _Néri_(s)-_les-Bains_, _Pari_(s)
ville, _Plessi_(s)-_les-Tours_. Dans _Abénaki_(s), _Achanli_(s),
_Alleghany_(s), _Andely_(s), _Guarani_(s), _Kimri_(s), _Maori_(s),
_Osmanli_(s), _Parsi_(s), _Somali_(s), l’_s_ ne se prononce pas non
plus, étant seulement la marque du pluriel.

[752] De même _Orpheu_s, _Zeu_s, etc., qu’il ne faut pas décomposer en
_Orphé-us_ ou _Zé-us_, comme l’a fait parfois V. Hugo: voir plus haut,
page 92, note 2.

[753] Voir plus haut, page 102. L’_s_ ne se prononce donc pas dans
_campo_(s).

[754] Cf. _alcaraza_s. L’_s_ de _trabuco_s n’est aussi que la marque du
pluriel; mais ce mot paraît devoir faire en français comme _albino_s.
On prononce aussi l’_s_ dans le pluriel _fuero_s, qui n’est connu que
comme pluriel.

[755] Et une foule de noms propres également grecs, auxquels se
joignent, par analogie ou autrement, _Calvado_s, _Chando_s, _Burgo_s,
_Dubo_s, _Carlo_s, _Molino_s, _Esquiro_s, _Hycso_s, _Catho_s, _Atho_s
et _Portho_s. Pour la prononciation de l’_o_ dans tous ces mots, voir
pages 102 et 103. Ajouter _blockau_s. L’_s_ est muet dans _Duclo_(s),
_Duco_(s), _Salomon de Cau_(s) et _Wattrelo_(s); dans _Aïno_(s),
_Botocudo_(s), _Chiquito_(s), _Gaucho_(s), l’_s_ n’est que la marque
du pluriel, et nous considérons ces mots comme assez connus pour les
prononcer à la française.

[756] Ajouter _Péipou_s, _Bonafou_s, _Frayssinou_s. _Papou_(s) est un
pluriel comme _Andalou_(s).

[757] Comme _détritu_s ne s’emploie guère qu’au pluriel, beaucoup de
personnes prennent probablement son _s_ pour le signe du pluriel et
prononcent _détritu_(s); cela est tout à fait injustifié. D’autre part,
quand _Carolu_s était populaire, l’_s_ y était muet.

[758] _Abu_(s) et _cabu_(s), _refu_(s), _diffu_(s), _infu_(s) et
_confu_(s), _ju_(s) et _verju_(s), _talu_(s), _reclu_(s), _inclu_(s) et
_perclu_(s), _plu_(s) et _surplu_(s), _camu_(s), _pu_(s), _intru_(s)
et _abstru_(s), _dessu_(s), _jésu_(s), _obtu_(s) et _contu_(s), et les
prétérits _eu_(s), _fu_(s), _couru_(s), _aperçu_(s), etc.

[759] Naturellement on ne parle pas des liaisons, dont il sera question
ailleurs.

[760] Pourtant on dit quelquefois _tantôt plu_s, _tantôt moins_.

[761] On prononce naturellement l’_s_ dans les noms propres latins,
ou simplement latinisés, ou formés sur le modèle des noms latins,
comme _Janséniu_s, _Stradivariu_s et _Confuciu_s, _Nostradamu_s et
_Ramu_s, _Moru_s et _Diafoiru_s, etc.; et aussi dans beaucoup de noms
propres méridionaux ou étrangers: _Artu_s, _Cabarru_s, _Caylu_s,
_Cheveru_s, _Malthu_s et _Picpu_s, _Fleuru_s et _Fréju_s, etc., avec
_Eviradnu_s. Ceux où l’_s_ ne se prononce pas sont moins connus:
_Châlu_(s) et _Châtelu_(s), _Camu_(s), _Tournu_(s), _Vertu_(s). Mais il
faut y joindre un autre nom où l’_s_ ne se prononce pas, précisément
parce qu’il est très populaire, et traité comme les prénoms: c’est
_Jésu_(s). Encore les protestants affectent-ils de rétablir l’_s_, par
respect, pour que le nom ressemble moins à un mot de l’usage commun,
et peut-être aussi pour se distinguer des catholiques; et cette
prononciation de _Jésu_s a été adoptée par un grand nombre de savants,
ou simplement de libres penseurs, avec l’arrière-pensée d’assimiler le
personnage à tous les autres personnages de l’histoire, ce qui n’est
plus tout à fait du respect. On parlera de _Jésus-Christ_ au chapitre
du _T_.

[762] Que j’ai entendu à la Comédie-Française, dans la bouche d’André
Brunot, si je ne me trompe. Michaëlis et Passy ne paraissent pas savoir
que cette prononciation est tournée en ridicule.

[763] L’_s_ de _bon sen_s est particulièrement utile pour distinguer
cette expression de _se faire du bon sang_.

[764] C’est tout simplement une altération de _c’en devant derrière_ et
_c’en dessus dessous_.

[765] Dans les noms propres en _-ans_ ou _-ens_, prononcés par
_an_, l’_s_ est normalement muet: _Conflan_(s), _Louhan_(s), _Le
Man_(s), _Orléan_(s), _Jouffroy d’Abban_(s), _Constan_(s), etc., avec
_Decam_(ps), _Descham_(ps), _Confolen_(s), _Doullen_(s), _Furen_(s),
et _Saint-Saën_(s), de la Seine-Inférieure, enfin _Claren_(s), _M_ᵐᵉ
_de Waren_(s); on prononce néanmoins l’_s_ dans _Huysman_s, _Exelman_s,
_Paixhan_s, noms étrangers ou méridionaux, et, d’autre part, dans
_Argen_s, _Len_s et _Sen_s, _Jean-Paul Lauren_s, _Dulauren_s,
_Saint-Saën_s, le musicien, et _Jordaen_s: voir page 133, note 3. Quand
_-ens_ se prononce par _in_, mais seulement après une consonne, ce qui
élimine _Amien_(s) et _Damien_(s), l’_s_ se prononce toujours: voir
page 139, note 2. Les noms en _-ins_ font comme les noms en _ans_:
_Salin_(s), _Moulin_(s), _des Ursin_(s), _Provin_(s), _Vervin_(s),
_Norvin_(s), etc.; mais on prononce l’_s_ dans _Tonnein_s et _Lérin_s,
et même dans _Reim_s, qui n’est pourtant pas du Midi, mais qui est
un monosyllabe. L’_s_ est encore muet dans _Amonton_(s), _Nyon_(s),
_Pon_(s), et _Saint-Pon_(s), _Saint-Giron_(s), _Soisson_(s); il
s’entend dans _Mon_s et le prénom _Pon_s, et aussi dans _Arun_s,
qu’on prononce par _on_, et _Larun_s, qu’on prononce par _un_. Pour
_Lons-le-Saunier_, les habitants du pays, qui emploient _Lon_s seul,
y font toujours sonner l’_s_; sur le nom complet, les avis sont
partagés, mais l’_s_ ne devrait pas sonner. Je ne parle pas des
pluriels, _Grampian_(s), _Mohican_(s), _Turcoman_(s), _Pahouin_(s) et
_Patarin_(s), _Mormon_(s), _Huron_(s), _Hun_(s), etc.

[766] De même _Nui_(ts), _Dou_(bs), _Pierrefon_(ds), _Le Hor_(ps).

[767] On prononce de même les deux consonnes dans _Lesse_ps, dans
_O_ps, _Chéo_ps, _Pélo_ps, _Cécr_ops et _Au_ps, et aussi dans _Va_ls,
_Pi_ls, _Dou_ls, _Banyu_ls, mais non dans _Marvéjol_(s) ou _Barjol_(s),
ni dans _Tagal_(s), _Oural_(s), _Peul_(s) et _Tamoul_(s), qui sont
des pluriels. On prononce encore l’_s_ avec d’autres consonnes dans
les noms étrangers: _Adam_s, _Em_s, _Worm_s, _Huyghen_s, _Dicken_s,
_Han_s _Sach_s, _Massachusett_s, _Aramit_s, _Cloot_s, _Thierry Bout_s,
_Wynant_s, _Robert_s, etc.; _Wiking_(s) et _Taïping_(s) sont des
pluriels.

[768] Sauf, comme on l’a vu plus haut, dans _ga_(rs); sauf aussi dans
_volontie_(rs) et les noms propres en _-iers_, qui sont apparemment des
pluriels, ainsi qu’_Ange_(rs): voir pages 293 et 299.

[769] Même comme nom propre, sauf dans _Cin_(q)-_Mar_(s) ou
_Saint-Mar_(s). _Diver_(s) aussi a prononcé son _s_ pendant quelque
temps, mais il y a longtemps qu’il suit la règle.

[770] Les noms propres français se prononcent aussi sans _s_:
_Thouar_(s), _Dupetit-Thouar_(s) et _Cin_(q)-_Mar_(s), _Thier_(s),
_Ger_(s), _Fler_(s), _Bouffler_(s), _Mamer_(s) et _Anver_(s),
_Vaucouleur_(s), _Cahor_(s), _Vercor_(s) et _Givor_(s), _Bouhour_(s) et
_Tour_(s), etc. Il est vrai que la prononciation locale de _Ger_s et
_Anver_s conserve l’_s_, et on a bien le droit de la suivre, surtout
quand on est du pays; mais le français répugne tellement à cette
prononciation de la finale _-ers_ qu’elle n’a aucune chance de se
répandre et de s’imposer, surtout pour _Anver_(s): comment _Anver_(s),
nom français, puisque l’autre est _Antwerpen_, se prononcerait-il
autrement en France que tous les mots en _-vers_, qui sont assez
nombreux? Ces mots à part, l’_s_ ne se prononce que dans le monosyllabe
_Ar_s, et dans les noms étrangers, comme _Kar_s, _Flatter_s ou
_Milne-Edwar_(d)s.

[771] Sauf dans la forme verbale _e_(st) et dans quelques noms propres:
pour ce groupe final _=-st=_, voir plus loin, au chapitre du _T_.

[772] En effet, l’_=s=_ était devenu muet partout devant une consonne
au cours du moyen âge. L’introduction des mots savants dans la langue
rétablit l’habitude de prononcer l’_s_, et fit même revivre des
_s_ muets de la langue populaire. Il devint bientôt très difficile
de savoir quels _s_ se prononçaient, quels _s_ ne se prononçaient
pas devant une consonne; car on en comptait des milliers où l’_s_
servait seulement, soit à allonger la voyelle précédente (comme
l’_s_ du pluriel), par exemple dans _ba_(s)_tir_, _fe_(s)_te_,
_di_(s)_ne_, soit simplement à marquer l’étymologie, par exemple en
tête des mots commençant par _es-_, _des-_, _mes-_, _res-_, comme
_e_(s)_cu_, _e_(s)_chelle_, _de_(s)_brouiller_, _me_(s)_chant_,
_me_(s)_pris_, _re_(s)_pondre_, où l’_e_ était devenu bref. Cela dura
jusqu’au jour où l’Académie prit enfin le parti, dans la troisième
édition de son _Dictionnaire_ (1740), de remplacer partout ces _s_
muets par des accents aigus ou circonflexes. Mais les mots qui
avaient été altérés sont restés altérés: ainsi _sati_s_faction_,
_re_s_treindre_, _pre_s_bytère_, _catapla_s_me_, etc., etc., et aussi
_fe_s_toyer_, après de longues hésitations (_fêtoyer_ est encore dans
le _Dictionnaire de l’Académie_): voir sur ce point le livre de Thurot,
tome II, pages 320-326.

[773] De même _Le_(s)_diguières_, _De_(s)_bordes_, _De_(s)_cartes_,
_De_(s)_champs_, _De_(s)_combes_, _De_(s)_fontaines_, _De_(s)_forges_,
_De_(s)_genettes_, _De_(s)_jardins_, _De_(s)_mahis_, _De_(s)_marets_,
_De_(s)_moulins_, _De_(s)_noyers_, _De_(s)_périers_, _De_(s)_pois_,
_De_(s)_portes_, _De_(s)_prez_, _De_(s)_préaux_, _De_(s)_roches_,
_De_(s)_rousseaux_, _De_(s)_touches_, _Se_(s)_maisons_, etc., et même
_De_(s)_chanel_, _De_(s)_pautère_ et _Dele_(s)_cluze_, quoiqu’ils
n’aient pas d’_s_ final. De même aussi les noms qui commencent
par _Bois-_: _Boi_(s)_lile_, _Boi_(s)_gelin_, _Boi_(s)_robert_,
_Boi_(s)_guillebert_, _Boi_(s)_mont_, et encore _Gro_(s)_bois_,
_Pa_(s)_deloup_ et _Pa_(s)-_de-Calais_. Mais on prononce l’_s_ dans
_Le_s_car_, _Le_s_caut_, _Le_s_cot_, _Le_s_cun_ et _Le_s_cure_,
dans _Le_s_parre_, _Le_s_pès_ et _Le_s_pinasse_, comme dans les
noms anciens, _Le_s_bie_, _Le_s_bos_ et _Le_s_trygons_, le breton
_Le_s_neven_ ou l’anglais _Le_s_lie_; de même dans _De_s_démone_ ou
_De_s_tutt de Tracy_. Dans _Mal_(e)_sherbes_, on n’a pas non plus
affaire à l’article, mais à un adjectif pluriel, qui s’accorde avec le
substantif; c’est pourquoi l’_e_ est muet, et l’_s_ se lie.

[774] _Registre_ a aussi fait exception pendant quelque temps, et
pouvait s’écrire _regître_; l’_s_ y est rétabli définitivement. Il se
prononce dans _mai_s_trance_, malgré _maître_. On ne prononce pas l’_s_
de _beef_(s)_teack_, mais ce mot s’écrit beaucoup mieux _bifteck_.

Le cas de _cheve_(s)_ne_, unique dans les mots de la langue, est au
contraire très fréquent dans les noms propres, sur qui l’Académie
n’avait point autorité, et qui ont conservé malheureusement cet
_s_ inutile. Devant _l_ et _n_ surtout, les exemples en sont très
nombreux, et jamais ou presque jamais l’_s_ ne se prononce dans les
noms français: ainsi _Cha_(s)_les_, _Pra_(s)_lins_, _Ne_(s)_le_,
_Pre_(s)_le_, _Champme_(s)_lé_, _l’I_(s)_le-Adam_, _Rouget de
Li_(s)_le_, et tous les noms où figurent _I_(s)_le_ ou _Li_(s)_le_,
_A_(s)_nières_, _Duque_(s)_ne_, _Sure_(s)_nes_, _Que_(s)_ne_,
_Fre_(s)_nel_, _Daume_(s)_nil_ et tous les noms en _-mesnil_,
_Ai_(s)_ne_, _Hui_(s)_ne_, _Co_(s)_ne_, _Do_(s)_ne_, _Ro_(s)_ny_,
etc., etc. Les mots qui font exception sont très rares: je ne vois
guère qu’_I_s_nard_. Devant les autres consonnes, surtout devant le
_t_, l’_s_ se prononce ordinairement aujourd’hui pour des raisons
diverses, ou simplement par altération analogique; ainsi l’_s_ ne se
prononçait pas dans _Pa_s_quier_ ou _E_s_tienne_, de _Mai_s_tre_ et
_Lemai_s_tre_, _Te_s_tu_ et _Te_s_telin_, et d’autres, et s’y prononce
aujourd’hui généralement, tout comme dans _A_s_trée_, _Cou_s_tou_,
_Cre_s_pin_, _Demou_s_tier_, _E_s_peuilles_, _E_s_quirol_, _E_s_taing_,
_E_s_terel_, _E_s_trées_, _Le_s_pinasse_, _Me_s_mer_, _Mi_s_tral_,
_Moni_s_trol_, _Monte_s_pan_, _Monte_s_quieu_, _Pa_s_cal_, _Re_s_taut_,
_Re_s_tif_ (pas toujours), _Robe_s_pierre_, _Sylve_s_tre_, etc., outre
les noms cités dans la note précédente. Il y a pourtant un assez
grand nombre d’exceptions qui se sont conservées tant mal que bien,
devant des consonnes diverses, surtout _m_: _Cha_(s)_te_(l)_lain_,
et les noms commençant par _Cha_(s)_t-_, _Chre_(s)_tien de Troyes_,
_d’E_(s)_préménil_, _duc d’E_(s)_cars_, écrit aussi _Des Cars_,
_Du Gue_(s)_clin_, _Duhe_(s)_me_, _Fi_(s)_mes_, _He_(s)_din_,
_l’E_(s)_toile_, _l’Ho_(s)_pital_, _Male_(s)_troit_, _Mene_(s)_trier_,
_Me_(s)_mes_, _Me_(s)_vres_, _Pe_(s)_mes_, _Rai_(s)_mes_,
_Saint-Me_(s)_min_, _Sole_(s)_mes_, _Vo_(s)_ges_, etc. Dans les noms
anciens, l’_s_ se prononce, naturellement: _A_s_cagne_, _A_s_drubal_,
_A_s_modée_, _A_s_pasie_, _Ave_s_ta_, _Démo_s_thène_, _E_s_culape_,
_E_s_dras_, _E_s_pagne_ (quoique épagneul n’ait pas d’_s_), _I_s_mène_,
_I_s_raël_, _I_s_trie_, _Ne_s_tor_, _Thémi_s_tocle_, etc., et même
_E_s_chine_, et _E_s_chyle_, malgré la difficulté, et même devant
un _n_ ou un _l_, comme dans _Mi_s_nie_; _Péla_(s)_ges_ seul fait
exception, par la difficulté qu’il y aurait à prononcer l’_s_ devant la
syllabe muette _ge_, comme dans _Vo_(s)_ges_, mais l’_s_ reparaît dans
_péla_s_gique_, où la difficulté n’est qu’amoindrie. L’_s_ se prononce
également dans les noms étrangers, comme _A_s_modée_, _Di_s_raéli_,
_Dre_s_de_, _E_s_partero_, _Era_s_me_, _E_s_cobar_, _E_s_curial_,
_I_s_maël_, _I_s_pahan_, _Li_s_bonne_, _Man_s_feld_, _Me_s_mer_,
_Pa_s_quin_, _Pre_s_bourg_, _Sle_s_wig_, _Sobie_s_ki_, _Ta_s_manie_,
_To_s_cane_, _Van O_s_tade_, _Vela_s_quez_, etc., et même devant un
_l_, comme dans _I_s_lam_, _I_s_lande_, _I_s_ly_ ou _Vence_s_las_.

[775] Mais il ne faut pas se dissimuler que l’_e_ ajouté ainsi dans
es_candale_, es_crupule_ ou es_quelette_, es_pécial_ ou es_tatue_,
est absolument le même que celui d’es_cabeau_, es_cadre_, es_cadron_,
es_calade_, es_carcelle_, es_carmouche_, es_copette_, es_corte_ ou
es_quif_, d’es_pace_, es_padon_, es_palier_, es_pèce_, es_pérer_,
es_pion_ ou es_prit_, d’es_tampe_, es_tomac_ ou es_tropier_, etc., sans
compter celui des mots qui ont perdu leurs _s_: é_chelle_, é_crire_
ou é_cu_, é_pars_, é_pée_, é_pais_ ou é_poux_, é_table_, é_tablir_,
é_ternuer_, é_touppe_, é_trennes_ ou é_troit_, etc., pour e(s)_chelle_,
e(s)_crire_, etc. Tous ces _e_ sont des intrus qui ont réussi à
s’imposer; les autres auraient pu réussir tout aussi bien: ce sont des
cousins pauvres.

[776] Michaëlis et Passy ne l’admettent pas une seule fois: ils
prononcent _ascétique_ comme _acétique_. On entend aussi deux _s_ dans
_Bre_sc_ia_, un seul ou un _c_ dans _Ko_(s)_ciusko_.

[777] De même S(c)_évola_, S(c)_eaux_, S(c)_ipion_, S(c)_ylla_,
identique à Sylla, S(c)_yros_, S(c)_ythie_.

[778] _Fa_(s)_ce_, _ve_(s)_ce_, _acquie_(s)_ce_, _immi_(s)_ce_,
rentrent naturellement dans le cas des consonnes doubles devant un _e
muet_; on ne peut en prononcer qu’une.

[779] Voir plus haut, page 202. Il en est de même dans les noms
propres: _Li_s_bonne_, _A_s_drubal_ ou _Bri_s_gau_. On prononce même
souvent _Be_dz_abé_ pour _Be_ts_abée_, ce qui est plus extraordinaire.

[780] L’Académie avait accepté un temps que _asthme_ se prononçât
_azme_; mais elle y a renoncé. Le son du _z_ apparaît aussi dans
_I_s_raël_, rarement dans _I_s_lam_.

[781] Malgré l’opinion du _Dictionnaire général_. Peut-être est-ce
en partie par analogie avec _Guerne_s_ey_ et _Angle_s_ey_. Il est
doux aussi dans _Ar_s_ace_ et _Ar_s_acides_, dans _Kier_s_y_, écrit
aujourd’hui _Quier_z_y_, dans _Far_s_istan_, mais non dans _Ar_s_ène_,
_Per_s_épolis_ ou _Ar_s_inoé_, pas plus que dans _Mar_s_eille_ ou
_Ver_s_ailles_.

[782] Ainsi que dans _Al_s_ace_ et _al_s_acien_; également dans
_Bel_s_unce_ et _El_s_evier_, qui s’écrit couramment _El_z_évir_, sans
parler de _Mal_(e)s_herbes_, où il y a un simple fait de liaison (voir
page 312, note 1).

[783] Le _Dictionnaire général_ et Michaëlis et Passy sont d’un avis
contraire.

[784] Même observation.

[785] Comme dans _su_bs_tance_, _su_bs_titut_, etc.: le _Dictionnaire
général_ n’indique pas ces accommodations.

[786] Il ne faut donc pas prononcer _gymnâce_.

[787] C’est un phénomène analogue que l’on constate dans
_Bueno_s-_Ayres_, où l’_s_ dur est changé en _s_ doux par le voisinage
de la voyelle suivante, comme si c’était un mot unique; de même parfois
dans _les quatre fil_s _Aymon_ ou _nec plu_s _ultra_, tellement la
tendance est forte, voire même dans _sub judice li_s _est_, d’où le
calembour _sub judice Li_s_ette_.

[788] Que l’Académie écrivait par deux _s_ jusqu’en 1878, pour empêcher
le son doux.

[789] On a doublé l’_s_, par une prudence excessive, dans
_di_ss_yllabe_ et _tri_ss_yllabe_.

[790] Il faudrait y ajouter, pour être complet, les composés
familiers du préfixe _re-_, que les dictionnaires n’enregistrent pas,
comme _re_-s_aler_, _re_-s_abler_, _re_-s_auver_, _re_-s_avonner_,
_re_-s_igner_, _re_-s_ortir_, etc., où l’on n’a pas coutume de doubler
l’_s_, comme on le fait dans les mots de la langue littéraire.

[791] _Ichtyo_s_aure_ et _plé_s_io_s_aure_ devraient être dans le même
cas; mais, comme les éléments n’y sont pas aussi nettement reconnus que
dans les mots que nous avons cités, l’_s_ s’y est adouci généralement.

[792] Le _Dictionnaire général_ ne connaît pas le mot _su_s_urrer_.
Hélas! il y en a tant d’autres qu’il ne connaît pas. Mᵐᵉ Dupuis
donnait aussi l’_s_ dur pour _gi_s_ant_, _gi_s_ait_, etc.: c’est une
prononciation que je n’ai jamais entendue.

[793] On écrit quelquefois _impre_ss_ario_, qui est mauvais, car
il conduirait à prononcer deux _s_. Ajoutons que _para_s_ol_,
_tourne_s_ol_ et _gira_s_ol_, que nous venons de voir, sont
aussi d’origine italienne. On cite encore volontiers l’italien
_ri_s_orgimento_, l’espagnol _pe_s_eta_ (piécette) et _po_s_ada_
(auberge), où ne doit non plus sonner qu’un _s_ dur.

[794] L’_s_ est naturellement doux dans les noms propres français;
mais il est resté dur à la suite de l’article _le_, _la_: _La_s_alle_,
_Le_s_ueur_, _Le_s_age_, _Le_s_urques_; il est généralement doux
après _de_: _De_s_aix_, _De_s_ault_, _De_s_èze_ (ou _de Sèze_); il
est doux dans _Dé_s_augiers_ et _De_s_houlières_, par liaison. Il
est dur dans _Du_s_aulx_, dans des composés comme _Beau_s_éant_ ou
_Beau_s_éjour_, et dans _Puy_s_égur_. Il est dur dans _Melchi_s_édec_,
nom hébreu, mais non dans _Jéru_s_alem_ ou _Mathu_s_alem_, qui sont
plus complètement francisés, étant plus populaires; et encore la
vieille plaisanterie de _Mathieu salé_ rappelle que pendant longtemps
on a prononcé _Mathu_s_alem_, avec _s_ dur, comme _Melchi_s_édec_. On
hésite pour quelques noms propres anciens comme _Po_s_eidon_. Parmi
les noms étrangers, il en est aussi que nous francisons en adoucissant
l’_s_, comme _Ca_s_erte_, _Céri_s_oles_ ou _Wi_s_eman_, et aussi, mais
à tort, _Ma_s_aniello_, _Va_s_ari_, _Vé_s_ale_, _Pe_s_aro_, voire
_Algé_s_iras_, qu’on écrit parfois _Algé_c_iras_, et qu’on fera mieux
de prononcer par _s_ dur, comme _Eli_s_ir d’amore_, _Fu_s_i-Yama_ ou
_Fergu_s_on_.

[795] L’_s_ est dur aussi dans _Tran_s_ylvanie_, et il devrait y avoir
deux _s_.

[796] Et dans _Nan_s_outy_, mais jamais dans _Fron_s_ac_, rarement et à
tort dans _Arkan_s_as_.

[797] Dans les composés commençant par _des-_, les étymologistes
reconnaissent ordinairement le préfixe _dis-_: l’_s_ y était donc
naturellement double, et l’on n’a pas eu besoin de le doubler pour
la prononciation; toutefois l’_s_ paraît avoir été doublé (avec
suppression de l’accent aigu) dans _de_(s)_sécher_, _de_(s)_servir_,
_de_(s)_sication_, _de_(s)_siner_ et _de_(s)_sin_, qui paraissent
formés du préfixe _dé-_ et non _dis-_.

[798] Voir l’énumération, page 171.

[799] On a vu que l’_s_ avait été doublé aussi, bien inutilement après
un _i_, dans _di_(s)s_yllabe_ et _tri_(s)s_yllabe_. Peut-être faut-il
y joindre _a_(s)s_ez_ et quelques mots commençant par _as-_, si leur
préfixe est réellement _a-_, et non _ad-_, comme paraît l’indiquer
l’orthographe primitive, _a_s_ez_, _a_s_esoner_, _a_s_ervir_, etc.

[800] Quoique Michaëlis et Passy n’en admettent point. Il est vrai
qu’ils admettent _bi_s-_sectrice_, qui est plutôt rare.

[801] Et telles sont bien les indications du _Dictionnaire général_.

[802] Quoique le _Dictionnaire général_ indique _di_s-s_oudre_, sans
doute à cause de _di_s-s_olution_.

[803] Malgré le _Dictionnaire général_.

[804] Même observation.

[805] Je ne parle pas de _di_(s)s_yllabe_, cité plus haut, et dont
le préfixe est =_di-_= et non _dis-_. D’autre part, le _Dictionnaire
général_ indique _di_(s)s_ection_ et _di_s-s_équer_: cette différence
ne paraît guère justifiée, et _di_(s)s_équer_ est très admissible,
aussi bien d’ailleurs que _di_s-s_ection_.

[806] On notera ici que les deux _s_ ont ouvert l’_a_ de _classique_,
même quand on n’en prononce qu’un, car il est fermé dans _classe_.

[807] Ajouter les noms propres anciens: _Ma_s-s_ique_, _Ca_s-s_ius_,
et _Cra_s-s_us_; _Be_s-s_us_, _Ne_s-s_us_, _E_s-s_éniens_ et
_Me_s-s_aline_; _I_s-s_us_ et _Ili_s-s_us_ et _Mi_s-s_i dominici_;
_Ato_s-s_a_; et quelques noms plus récents, _Orlando de La_s-s_us_,
_Lha_s-s_a_ et _Ta_s-_soni; Be_s-s_arabie_, _Be_s-s_arion_,
_E_s-s_equibo_ et _Tenne_s-s_ee_; _Li_s-s_a_, _Cano_s-s_a_,
_O_s-s_ian_, et fort peu d’autres, et surtout point ou presque point de
mots français.

[808] De même Sh_akespeare_, Sh_effield_, Sh_elley_, Sh_eridan_,
Sh_etland_, _Cavendi_sh, _Mar_sh_all_, _U_sh_er_, etc., et aussi
Sh_éhérazade_, Sh_anghaï_, _Hiro_sh_ima_, Sh_intoïsme_, Sh_oguns_, les
transcriptions des noms orientaux étant dues aux Anglais.

[809] Voir plus haut, page 227.

[810] Mais nous francisons _Buda-Pe_s_th_ par _s_.

[811] De même _Mara_(t), _Courbe_(t), _Carno_(t), _Escau_(t),
_Maupassan_(t), _Mozar_(t), _Rober_(t), etc., etc.

[812] Ajouter quelques noms propres étrangers, _Toua_t, _Laghoua_t,
_Raba_t, _Soba_t, _Midha_t-_Pacha_, _Josapha_t, _Arara_t, _Ghâ_t,
_Cattéga_t, _Djaggerna_t, _Héra_t, et les noms en _-stadt_,
_Cronsta_dt, _Reichsta_dt, où le _d_ cède généralement la place au _t_.
Il faut y joindre la petite plage bretonne de _Morga_t, mais cette
prononciation n’est pas proprement française. Ajoutons aussi _à dieu
va_t.

[813] L’abbé Rousselot dit qu’on hésite entre _ne_t et _ne_(t): où
a-t-il vu cela? Dans les rimes de V. Hugo peut-être, mais cela ne
suffit pas.

[814] C’est la règle générale des adjectifs numéraux: voir plus haut,
page 233, ce qui a été dit pour _neuf_.

[815] Dans Pierre Lièvre, _Notes sur l’art poétique_, ce vers de
Heredia:

    Ma flûte avec sept tiges de ciguë,

est donné comme ayant pour l’oreille une demi-syllabe de trop! Hélas!
J’espère que Heredia prononçait le français plus correctement que son
critique. Mais encore _setti_ ne donnerait jamais qu’un _t_ prolongé et
non une demi-syllabe de plus: _setti_ ferait le même effet que _secti_
ou _celli_, sans plus.

[816] Où le peuple assimile ordinairement le _t_ en prononçant
_ec-cetera_, qu’on évitera avec soin.

[817] On entend aussi le _t_ dans quelques noms propres bretons ou
français, comme _Plancoë_t ou _Plouare_t, _Moë_t, _Hue_t, _Maloue_t,
_Ale_t (écrit plutôt _Aleth_), mais non _Ane_(t), ni _Tê_(t). Un jour,
à la Constituante, un député, faisant un discours, termina une phrase
en disant: _C’est ma loi_, qu’il prononça à l’ancienne mode _ma louè_.
Un loustic rectifia aussitôt: _Malouète_. On entend surtout le _t_ dans
des noms étrangers: _Josabe_t, _Japhe_t, _Newmarke_t, _Aben-Hame_t,
_Méhéme_t_-Ali_, _Médine_t_-el-Fayoum_, _Tiare_t, etc. _Hamle_(t) est
francisé, comme _Mahome_(t), _Bajaze_(t) et _Jape_(t). Nous avons dit
que pour _Auerstædt_ et _Hochstedt_ on hésitait entre le _d_ et le _t_.

[818] Voir plus haut, page 233, ce qui a été dit de _neuf_.

[819] Et dans _Tani_t, _Nitocri_t, _Tilsi_t, _Abauzi_t.

[820] En revanche le même sud-ouest prononce le _t_ dans _Lo_t. Cela
peut-il passer dans le français du Nord? Je ne sais trop, car _Lo_t
mène à _Ger_s, puis à _Anver_s: voir page 310. En tout cas, on fait
toujours la liaison dans _Lo_t_-et-Garonne_. Autrefois on prononçait le
_t_ de _sot_ et _mot_ devant un repos comme devant une voyelle; mais je
m’étonne que l’usage ait encore pu être «partagé» pour _so_(t) au temps
de Thurot. A _do_t, il faut encore ajouter quelques mots étrangers,
_black-ro_t, _forget me no_t, avec _George Elio_t, _Duns Sco_t et
_Tho_t, mais non _Chevio_(t).

[821] Sauf tout au plus dans _Fomalhau_t, et naturellement
_Connau_(gh)t. Il ne sonne pas plus dans _Hau_(t)_poul_ que dans le
composé _hau_(t)_bois_ ou _hau_(t)_boïs_t_e_.

[822] Et des marins dans _vent debou_t. Il sonne naturellement dans les
mois anglais en _-oot_ (_out_) et aussi dans _Siou_t.

[823] Voltaire, entre autres, a même écrit _brute_ au masculin.

[824] Le féminin _butte_ y est sans doute pour quelque chose, notamment
l’expression _être en butte_, qui amène des confusions. Quoi qu’il
en soit, les mots respectés ne sont plus très nombreux: _bahu_(t)
et _chahu_(t), _débu_(t) et _rebu_(t), _tribu_(t) et _attribu_(t),
_fû_(t), _affû_(t) et _raffu_(t), _salu_(t) et _chalu_(t), _canu_(t),
_statu_(t), _institu_(t) et _substitu_(t). Le _t_ sonne aussi dans
les noms propres étrangers: _Calicu_t, _Connecticu_t, _Farragu_t,
_Lillipu_t, et, le plus souvent, _Canu_t.

[825] On notera en passant que _et_ s’énonce devant _un_ depuis _vingt_
jusqu’à _soixante_, y compris les nombres et adverbes ordinaux, et
aussi dans _soixante_ et _onze_, mais pas au delà. On dit aussi _les
Mille_ et _une nuits_, et, en parlant des femmes de don Juan, _mille_
et _trois_. L’emploi de _et_ était autrefois plus étendu.

[826] Avec _Kan_t, _Gran_t ou _Wun_dt; mais _Rembran_(dt) est
complètement francisé.

[827] On francise volontiers les noms propres en _-art_: _Marie
Stuar_(t) et _les Stuar_(t), _Gebhar_(t), _Fischar_(t), _Stuttgar_(t),
_Makar_(t), _Marquar_(dt), _Burckhar_(dt), _Mozar_(t). Mais on prononce
le _t_ dans _Stuar_t _Mill_ ou _Dugald Stewar_t, ainsi que dans
l’allemand _Erfur_t, _Kieper_t, _Rucker_t ou _Har_dt, dans _Gevaer_t et
_Touggour_t.

[828] Voir page 215. On a coutume de prononcer sans _t_ _Utrech_(t),
_Dordrech_(t) et _Maëstrich_(t). Pour _yacht_, voir page 44.

[829] Nous savons que _=lt=_ ne se prononce pas plus dans les mots
en _=-ault=_ et _=-oult=_ que _ld_ dans les mots en _=-auld=_ et
_=-ould=_, les uns et les autres étant français; de même _Yseu_(lt) est
bien meilleur qu’_Yseu_lt. Mais on prononce intégralement _Anha_lt,
_Seinga_lt, _Be_lt, _Arcade_lt, _Tafile_lt, _Barneve_lt (écrit aussi
_Barneve_ldt), _Rooseve_lt et _Sou_lt, et aussi _De_lft; le _t_
l’emporte sur le _d_ dans _Humbol_(d)_t_.

[830] Avec la ville d’_Apt_.

[831] Et le fut longtemps dans _o_(st). Il l’est encore dans
_Saint-Wa_(st), _Saint-Gene_(st), _Cre_(st), _Charo_(st), _Prévo_(st),
_Provo_(st), _Thibou_(st), _Saint-Ju_(st), souvent altéré, et même
_Saint-Pri_(est). Il se prononce dans _Chri_st, qui, employé seul,
est un mot savant, mais il est resté muet dans _Jésu_(s)-_Chri_(st),
qui est populaire, et qui a gardé pour ce motif sa prononciation
traditionnelle, sauf parfois chez les protestants: voir plus haut,
page 307, ce qui est dit de _Jésus_. Quant à _Antechri_st, il a été
longtemps populaire, et par conséquent _st_ ne s’y prononçait pas, et
même l’_e_ y était muet; Littré tient absolument à cette prononciation;
mais il est devenu un mot savant où tout se prononce, avec _e_ fermé.
Le groupe _st_ se prononce aussi dans _Prou_st et dans _Marra_st
(peut-être pour éviter une confusion avec _Marat_), dans _Erne_st et
dans _Bre_st, et dans les noms d’origine étrangère: _Renaud d’A_st,
_Belfa_st, _Budape_st, _Buchare_st, _Li_szt, _Fau_st, _Ern_st, etc.
On prononce l’_s_ seul dans _roas_(t)_-beef_ qui, d’ailleurs, s’écrit
correctement _rosbif_, comme il se prononce.

[832] Et dans les noms propres: _Golia_th, _Macbe_th, _Bayreu_th,
_Judi_th, _Nabo_th, _Beyrou_th, _Belzébu_th, etc. _Go_(th) fait
exception, avec ses composés, _Wisigo_(ths) et _Ostrogo_(ths). Il faut
excepter aussi le terme _bizu_(th), par lequel les élèves nouveaux sont
désignés dans les classes qui préparent à des concours, par opposition
aux _carrés_ et aux _cubes_.

[833] Voir ci-dessus, page 156. On prononce à peu près exactement
_pos_t_communion_ et _pos_t_scolaire_, malgré la difficulté. Mais
le _t_ est encore muet dans _Wes_(t)_phalie_, _Kam_(t)_schatka_
et _Kam_(t)_schadales_, et quelquefois _Mol_(t)_ke_. On prononce
même _Po_(t)_sdam_, ce qui est plus bizarre: et c’est sans doute
pour justifier cette prononciation irrégulière qu’on écrit souvent
_Postdam_; mais c’est uniquement _Potsdam_ qui est correct, et mieux
vaudrait prononcer le _t_, puisque c’est l’_s_ qui est médian.

Les Parisiens prononcent le _t_ médian dans rue _Tai_t_bout_. Nous
savons qu’il est muet dans _Me_(t)_z_ et _Re_(t)_z_. Il est également
muet dans les composés de _Font-_, _Mont-_, _Pont-_, devant une
consonne, comme _Mon_(t)_béliard_, _Mon_(t)_fort_, _Mon_(t)_morency_,
_Mon_(t)_pensier_ ou _Pon_(t)_chartrain_, même si la consonne qui
suit est un _l_ ou un _r_; _Mon_(t)_lhéry_, _Mon_(t)_losier_,
_Mon_(t)_luc_, _Mon_(t)_luçon_, _Mon_(t)_luet_, _Mon_(t)_réal_,
_Mon_(t)_redon_, _Mon_(t)_réjeau_, _Mon_(t)_revel_, _Mon_(t)_rose_,
_Mon_(t)_rouge_, etc. Mais il arrive aussi que le _t_ n’appartienne pas
à la syllabe initiale, ou même qu’il s’en soit détaché: ainsi il se
groupe avec l’_r_ dans _Fon_tr_ailles_, _Mon_tr_ésor_, _Mon_tr_euil_,
_Mon_tr_eux_, _Mon_tr_etout_, _Mon_tr_evault_ et même _Mon_tr_ichard_,
et _Pon_tr_ieux_, comme dans l’italien _Pon_tr_emoli_. On ne prononce
pas le _t_ dans _Alfor_(t)_ville_, mais on le prononce dans l’anglais
_Por_t_land_.

[834] Devant un _i_ seulement, et non devant un _y_ grec.

[835] Les noms propres venus à nous du latin ou par le latin font
naturellement comme les autres mots: _Croa_t_ie_, _Helvé_t_i_e,
_Domi_t_ien_, _Eé_t_ion_, _Bru_t_ium_, _Hir_t_ius_, _Mil_t_iade_,
_Mar_t_ial_, etc.; et les noms modernes ont fréquemment subi l’analogie
des autres, comme _Gra_t_iolet_ ou _La Boé_t_ie_.

[836] «Dès le temps de Palsgrave, on écrivait par un _t_ les mots en
_-tion_ appartenant à la langue savante, que l’on prononçait _cion_
comme en latin, par une habitude que Péletier et Bèze attestent. Cette
orthographe et cette prononciation s’étendirent à un certain nombre
d’autres mots, tous de la langue savante, qui ont _-ti-_ devant une
voyelle, et comprirent les mots tirés de noms en _-tia_, _-tialis_,
_-tiosus_, _-tiens_, _-tientia_, _-tianus_, _-tio_ (tionem), et de
verbes en _-tiare_.» (THUROT, _Prononciation française_, II, 244.)

[837] On verra que la règle s’applique seulement au _t_ placé entre
deux lettres, et non en tête des mots; t_iare_, t_iers_, t_iède_,
t_ien_, _il_ t_ient_, avec leurs familles, conservent tous le son
normal du _t_: comme tous les mots latins qui commencent par _ti_. Au
surplus, il y a, en outre, pour chaque cas, des raisons particulières
d’étymologie, et nous allons retrouver tous ces mots.

[838] Avec _Bas_t_ia_, _Bas_t_iat_, _Sébas_t_ien_, _Héphes_t_ion_, etc.

[839] De là deux séries de mots en =_-tions_=, d’orthographe identique,
mais de prononciation différente, _s_ pour les substantifs et _t_ pour
les verbes: voir la liste, p. 187, note 2.

[840] Qui était autrefois _appren_t_ive_, d’_appren_t_if_. Tous ces
mots sont naturellement de formation populaire. Au contraire, à côté
des simples _inepte_ et _inerte_, les substantifs _inep_t_ie_ ou
_iner_t_ie_, mots savants, suivent la règle, parce qu’ils conservent la
prononciation du latin. On verra encore dans un instant trois ou quatre
mots en _-tie_ qui gardent le son dental, avec quelques noms propres.

[841] Ces mots appartiennent à la même famille que les mots en =_-té_=,
et ont seuls gardé l’_i_ que beaucoup d’autres ont perdu; le moyen âge,
d’ailleurs, disait tout aussi bien _amité_ ou _pité_ que _amitié_ ou
_pitié_; en tout cas le _t_ latin était devant un _a_ et non devant un
_i_. Ces mots sont donc sans rapport avec le substantif _ini_t_i-é_,
et son verbe, qui ont le son sifflant, comme en latin, de même que le
verbe _balbu_t_i-er_, qui a suivi l’analogie de l’autre, malgré son
étymologie. Ces deux verbes sont, en effet, les seuls verbes en _-tier_
qui aient le son sifflant. _Amnis_t_ier_ ne peut pas l’avoir à cause
de l’_s_; _châ_t_ier_ ne l’a pas, parce qu’il était primitivement
_chas_t_ier_; les autres qui auraient pu avoir un _t_ ont pris un
_c_: _justi_c_ier_, _vi_c_ier_, _négo_c_ier_, _différen_c_ier_,
_quintessen_c_ier_, _licen_c_ier_, _circonstan_c_ier_, à cause du _c_
de _justice_, _vice_, _négoce_, etc.

[842] C’est la même diphtongue que dans les mots en _-tié_, et là
aussi le _t_ latin était devant un _a_. A ces mots, il faut joindre
naturellement, avec _volon_t_iers_, les noms propres en _-tier_
ou _-tière_, qui ont le même suffixe: _Gau_t_ier_, _Poi_t_iers_,
_Char_t_ier_, _Brune_t_ière_, etc.

[843] C’est toujours une diphtongue étymologique, mais cette fois
le _t_ latin était devant un _e_, l’_e_ du suffixe latin _-esimus_
(_cen_t_esimus_), suffixe qui, en français, est passé des dizaines
aux unités. D’ailleurs il était bon que les nombres _sept_, _huit_,
etc., demeurassent intacts; mais la raison n’aurait peut-être pas
suffi, puisqu’une raison pareille n’a pas suffi à conserver le _t_ dans
_inep_t_ie_ et _iner_t_ie_.

[844] Ici c’est le radical latin _ten-_; d’ailleurs le _t_ ne pouvait
guère changer de son au cours de la conjugaison.

[845] Du latin t_epidus_, t_ertius_, t_uus_, _an_t_iphona_ (on
plutôt _an_t_ephona_, latin populaire), tous mots où le _t_ ne
pouvait s’altérer. Ajoutons _E_t_ienne_, de _Stephanus_, outre que
_E_t_ienne_ est pour _Es_t_ienne_, ce qui lui fait deux raisons pour
conserver son _t_ intact. Au contraire, la diphtongue de _chrétien_
n’est pas étymologique puisqu’il vient de _chris_ti-_anus_; aussi
son _t_ n’est-il resté dental que parce que _chré_t_ien_ est pour
_chre_st_ien_; mais le _t_ est sifflant, comme dans le latin, dans tous
les autres mots en _-tien_: _béo_t_ien_, _véni_t_ien_, _égyp_t_ien_,
_Domi_t_ien_, et même _capé_t_ien_ ou _lillipu_t_ien_, formés du même
suffixe.

[846] Du latin _ur_t_ica_, où le _t_ ne peut pas s’altérer.

[847] Ce mot vient de l’arabe. Au contraire, _argu_t_ie_ garde le _t_
sifflant qu’on donne au latin. Quelques noms propres, qui n’ont pas non
plus le _t_ sifflant: _Sarma_t_ie_, _Hypa_t_ie_, _Cly_t_ie_, _Ti_t_ye_,
ont gardé sans doute la prononciation du grec (en opposition avec
_Croa_t_ie_, _Gala_t_ie_ ou _Dalma_t_ie_, _Véné_t_ie_ ou _Helvé_t_ie_,
_Béo_t_ie_, etc.). _La Boé_t_ie_ lui-même a pris le _t_ sifflant, par
analogie, quoique la localité de ce nom ne l’ait pas. Mais le _t_
est dental dans _Clare_t_ie_, comme dans _par_t_ie_, _or_t_ie_ et
_sor_t_ie_: en fait, _iner_t_ie_ est le seul mot en _-tie_ où le _t_
soit sifflant après un _r_. Il est vrai qu’il est sifflant après un _r_
dans _mar_t_ial_, _par_t_ial_ et beaucoup d’autres; mais _Clare_t_ie_
a, de plus, un _e muet_ devant le _t_, cas unique. Pourtant la tendance
est telle à prononcer le _t_ en sifflant dans les mots en _-tie_, que
ce nom est constamment altéré par ceux qui ne sont pas renseignés; mais
quand on consultait sur ce point Jules Claretie, il répondait:

«Mon nom, bien cher monsieur, rime avec _sympathie_.»

[848] Il devrait garder le son normal, car il ne vient pas du latin;
mais il subit partiellement l’analogie des autres, comme l’ont subie
plus complètement _prima_t_ie_, _presby_t_ie_ ou _onirocri_t_ie_, qui
ont le _t_ sifflant. _Supréma_t_ie_ nous est venu de l’anglais, où il
a un _c_. Le _t_ est sifflant aussi dans _goé_t_ie_ et _sco_t_ie_, qui
sont transcrits du latin, et sur lesquels on pourrait se tromper.

[849] De même dans _Arima_th_ie_, _Carin_th_ie_ ou _Scy_th_ie_, aussi
bien que dans Th_iers_ ou Th_ierry_, _Ma_th_ias_, _Mat_h_ieu_ ou
_Pon_th_ieu_, quelle qu’en soit l’origine; sans parler de Th_yades_,
qui a de plus un _y_ grec, outre que le _t_ est initial.

[850] Je rappelle qu’à côté d’_é_t_iole_ (et probablement aussi
_E_t_ioles_), _pé_t_iole_ a, au contraire, le _t_ sifflant du latin.
Je n’ai pas cité ici _é_t_iage_, qui est pour _es_t_iage_: voir plus
haut. Le _t_ reste intact aussi dans _Cri_t_ias_, qui est grec,
dans quelques noms français qui se sont dérobés à l’analogie, comme
_Pé_t_ion_, je ne sais pourquoi, enfin dans les noms étrangers, non
seulement _Tiaret_, _Tiepolo_ ou _Tien-tsin_, qui ont le _t_ initial,
mais même _Igna_t_ief_ ou _Bagra_t_ion_, qu’on altère très souvent,
ainsi que _Pé_t_ion_, en vertu de la tendance générale; naturellement
aussi dans _Mon_t_yon_, qui a un _y_ grec, comme _Amphic_t_yons_ ou
_Amphic_t_yonie_, qui d’ailleurs sont grecs eux-mêmes, ce qui leur fait
deux raisons pour garder le _t_ intact.

[851] D’ailleurs ce sont les exceptions qu’il faut énumérer, et non
les mots qui suivent la règle générale. J’ajoute que la classification
méthodique m’a permis de donner en outre, dans la mesure du possible,
l’explication de _tous_ les cas particuliers, ce qui n’est pas un
résultat négligeable.

[852] Ce sont les seuls qu’indique le _Dictionnaire général_.

[853] De même assez généralement dans _Gambe_(t)t_a_, beaucoup moins
dans _Algaro_t-t_i_, _Donize_t-t_i_ ou _Vio_t-t_i_, _Be_t-t_ina_
ou _Rigole_t-t_o_, ainsi que dans les noms anciens, _A_t-t_ila_ ou
_Pi_t-t_acus_.

[854] Pour _tz_, voir plus loin, à _z_.

[855] De là certaines confusions dans les noms propres: _Fa_v_re_ est
devenu _Fa_u_re_, _Fè_v_re_ est devenu _Fe_u_re_, et _Lefe_bv_re_ a
donné _Leféb_u_re_.

[856] Toutes formes complaisamment accueillies par Michaëlis et Passy.
Pourquoi pas aussi bien _é_v_u_ pour _eu_, et _la_v_ou_ pour _là où_,
où le phénomène est inverse?

[857] Par exemple, V_irchow_, V_ogel_, V_ogt_, V_oss_, ou encore
v_ergiss mein nicht_, _zoll_ v_erein_, la particule nobiliaire: _von_;
_Sainte_-V_ehme_ est suffisamment francisé, et le _v_ y sonne _v_.

[858] Comme dans _Kharko_w ou _Rimski-Korsako_w. Mais le plus
simple est d’écrire ces mots avec un _f_: _Stamboulo_f, _Romano_f,
_Dragomiro_f, _Souvaro_f, _Koutouso_f, _Sarato_f, et aussi _Iarosla_f,
_Skobele_f, _Tourguene_f. On hésite pour le _v_ de _Kiev_, mais il n’y
a pas de raison pour le distinguer des autres.

[859] Ainsi _Bruns_w_ick_, _Ner_w_inde_, _Rys_w_ick_, _Sado_w_a_,
_Sch_w_arz_w_ald_, _Sch_w_itz_, _S_w_edenborg_, _van S_w_ieten_ ou
_Thor_w_aldsen_, et surtout en tête des mots: W_agner_, W_agram_,
W_alpurgis_, W_aldeck_, W_aldemar_, W_alhalla_, W_alkyries_,
W_allenstein_, W_assy_, W_eber_, W_eimar_, W_eser_, W_estphalie_,
W_ilhelm_, W_illis_, W_impffen_, W_issembourg_, W_olff_, W_orms_,
W_urtem_berg, W_urtz_, etc., tandis qu’à la fin des mots le _w_
allemand ne sonne pas: _Bülo_(w), _Floto_(w), etc. Le _w_ flamand a
gardé le son _ou_, qui lui appartient, dans _Lon_(g)w_y_ et W_issant_;
mais W_allon_ est francisé, aussi bien que W_aterloo_ et W_atteau_,
W_imereux_ et W_itt_, W_ou_w_erman_, et beaucoup d’autres.

[860] De même _Both_w_ell_, _Crom_w_ell_, _Dar_w_in_, _Dela_w_are_
et _Ed_w_ards_, _Edge_w_orth_ et W_ords_w_orth_, _Far_-W_est_
et W_estminster_, _Green_w_ich_ et W_ool_w_ich_, _Long_w_ood_,
_Sand_w_ich_, _S_w_ift_, _S_w_inburne_, W_akefied_, W_alter Scot_,
W_ar_w_ick_, W_ashington_, W_att_, W_ellington_, W_iclef_, W_ight_,
W_indsor_, W_olseley_, W_orcester_. Devant un _r_, le _w_ ne se
prononce pas: (W)_right_.

[861] On francise aussi en _v_ le _w_ de W_allace_ (fontaine), souvent
aussi de W_addington_, W_ar_w_ick_, W_alter Scott_ et W_a_w_erley_,
_Ber_w_ick_, W_isconsin_ et W_iseman_, _Fo_w_ler_ et quelques autres.

[862] Et aussi dans _L_aw_rence_ ou _Bradsh_aw. Mais _Law_ se prononce
_lâce_ par tradition depuis le XVIIIᵉ siècle, le nom s’étant répandu
d’après l’enseigne de la banque, où _Law_ était au génitif: _La(w)’s
bank_, de même qu’aujourd’hui on dit couramment _chez Maxim’s_.
D’ailleurs, le fameux banquier avait accepté et presque adopté cette
prononciation: voir sur ce point l’article de A. Beljame, dans les
_Études romanes dédiées à G. Paris_. _Brauwer_ se prononce _brou-èr_.

[863] Nous acceptons aussi _nioucasl_ pour _N_ew_castle_, et de même
pour _N_ew-_haven_, _N_ew-_Jersey_, _N_ew_man_, _N_ew-_Market_,
_N_ew_port_; et encore _dèlèniouse_ pour _Daily N_ew_s_; mais
_N_ew_ton_ et _N_ew-_York_ sont francisés depuis trop longtemps en
_neuton_ (_eu_ fermé) et _neu-york_ (_eu_ ouvert), pour qu’on puisse
imposer _niout_(e)_n_ et _niou-York_. On prononce _u_ dans _Dugald
St_ew_art_, et _ev_ dans _N_ew_ski_ ou _Wal_ew_ski_.

[864] On prononce également _o_ fermé dans _Glasco_(w), _Hudson_
_L_o(we), _Longfell_o(w), _Marl_o(we), _Clarisse Harl_o(we),
_Luckn_o(w), _Beecher St_o(we) et _C_o(w)_per_; et _ou_ pour _aou_ dans
_Br_own, _Br_ow_ning_, _Br_ow_n-Séquard_, _Cape T_ow_n_; _Gérard D_ow
se prononce et s’écrit mieux _Dou_. Nous prononçons également _ou_,
par une fausse analogie avec l’anglais, dans quelques noms slaves en
_-owski_: _Dombr_ow_ski_, _Poniat_ow_ski_, etc., _ov_ dans d’autres
moins connus; mais la vraie prononciation serait en _oski_, avec _o_
ouvert.

[865] Voir page 262, note 1: l’_x_ remplaça d’abord _us_, puis, quand
l’_u_ fut rétabli à côté, il remplaça abusivement l’_s_ tout seul.

[866] De même _Carmau_(x), _Carpeau_(x), _Cau_(x), _Bordeau_(x),
_Meau_(x) ou _Saul_(x)-_Tavannes_, _Andrieu_(x), _des Grieu_(x) ou
_Vieu_(x)-_Temps_, _Dreu_(x), _Évreu_(x) ou _Brizeu_(x), _Fallou_(x),
_Barbarou_(x), _Bardou_(x), _Berchou_(x), _Châteaurou_(x),
_Boutrou_(x), _Ventou_(x), _Trévou_(x), _Pelvou_(x), etc. (sauf a
Marseille).

[867] On évitera donc _deusse_, aussi bien que _eusse_ et _ceusse_ avec
autant de soin que _gensse_ ou _moinsse_!

[868] Ni dans _Saint-Yriei_(x) ou _Champei_(x), _Carhai_(x),
_Desai_(x), _Roubai_(x) ou _Morlai_(x), _Foi_(x) ou _Mirepoi_(x). Il se
prononce pourtant dans _Ai_x (autrefois on disait _ès_, déjà vieilli au
temps de Mᵐᵉ Dupuis), et dans _Duplei_x.

[869] Ni dans _Chamoni_(x), qui s’écrit aussi _Chamouny_, ni dans
_Saint-Geni_(x), _ni dans Chastellu_(x). Il se prononce aujourd’hui
dans _Ge_x, mais il ne se prononce pas dans _Be_(x), _Château d’Œ_(x)
et autres localités voisines appartenant à la Suisse romande: _Ferney_
même, qui est tout à côté de _Gex_, s’écrivit par un _x_, _Ferne_x,
jusqu’au jour où Voltaire, seigneur du pays, en changea l’orthographe
_pour l’accommoder à la prononciation_. Seul _Ge_x a repris son _x_.

[870] Voir, page 233, ce qui a été dit pour _neuf_. C’est avec _six_ et
_dix_ que l’erreur de prononciation se commet le plus fréquemment dans
les dates: _le si_(x) _mai_, _le di_(x) _mars_; elle n’en est pas plus
justifiée.

[871] Et cela fait trois manières de prononcer _six_ et _dix_.

[872] Comme pour _vingt_, cette prononciation de _dix_ devant _sept_,
_huit_, _neuf_, remonte à plusieurs siècles.

[873] Pour _Béatri_x, c’est inutile, puisqu’il y a _Béatrice_. _Cadi_x
lui-même se prononce aujourd’hui par _cs_. Mais on prononce toujours
par _s_ _Morcen_x et _Navarren_x.

[874] Voici les autres: _smila_x, _contuma_x, _opopona_x, _anthra_x,
_bora_x, _thora_x, _stora_x et _income-ta_x; _e_x-, _code_x, _cule_x,
_ape_x, _care_x, _mure_x, _late_x, _narthe_x et _verte_x; _bomby_x,
_préfi_x, _héli_x, _phéni_x, _ony_x, _pny_x, _lari_x et _tamari_x;
_lyn_x, _phormin_x et _syrin_x, _pharyn_x et _laryn_x; _bo_x, _phlo_x
et _cowpo_x; _fiat lu_x. Il faut y joindre les noms propres anciens
ou étrangers, et même les noms français qui ne sont pas en _-aux_,
_-eux_, _-oux_, _-aix_ et _-oix_: _Da_x, _Sfa_x, _Fairfa_x, _Aja_x ou
_Gandera_x, _Esse_x, _Ete_x ou _Gerve_x, _Brui_x, _Féli_x, _Ery_x,
_Vercingétori_x et _Sty_x, _Fo_x, _Pollu_x et _Carlu_x, etc., et aussi
_Mar_x. Pourtant, on prononcera plutôt: _Coysevo_(x), _Oyonna_(x).
L’_x_ se prononce même dans _Ai_x et _Duplei_x, mais non dans
_Chamoni_(x): voir page 344, notes 4 et 5.

[875] Le peuple intervertit volontiers les éléments de l’_x_ dans ces
mots, prononçant _sesque_ pour _sexe_, comme _Félisque_ pour _Félix_:
ce défaut remonte à plusieurs siècles.

[876] L’_x_ amui a revécu dans le vieux mot _jou_x_te_. L’_x_ se
prononce de même dans _A_x_oum_, _I_x_ion_, _I_x_elles_, _Ma_x_ime_ ou
_Vau_x_hall_, comme dans _E_x_pilly_ ou _O_x_ford_. Dans _E_(x)_mes_,
_Di_(x)_mont_, _La Di_(x)_merie_, l’_x_ est encore muet, comme
autrefois dans _di_(x)_me_, aujourd’hui _dîme_; mais il se prononce
dans _Di_x_mude_.

[877] Je ne parle pas de _au_(x)_quels_, qui fait naturellement comme
_le_(s)_quels_.

[878] C’est le même _s_ qu’on entend dans _Xer_x_ès_ (ou
_Artaxer_x_ès_), écrit quelquefois _Xer_c_ès_, ainsi que
dans _Au_x_erre_, _Au_x_ois_, _Au_x_onne_, _Sau_(l)x_ures_,
_Bu_x_y_ et _Bru_x_elles_. A Paris on prononce _cs_ dans
_Saint-Germain-l’Au_x_errois_; mais il ne s’ensuit pas qu’il faille
dire _Au_-s_erre_ en _Au_c-_serrois_: en dehors de l’expression propre
à Paris, on fera bien de prononcer _Au_-s_errois_ comme _Au_-s_erre_.
En revanche on articule aujourd’hui _cs_ dans _Saint-Mai_x_ent_:
telle est du moins la prononciation de toute l’armée; et aussi dans
_Lu_x_euil_, _Lu_x_embourg_, _Ai_x-_les-Bains_, _Ai_x-_la-Chapelle_,
malgré l’opinion de Kr. Nyrop. Il est certain que les autres noms
suivront, à une échéance plus ou moins lointaine: on commence à
prononcer beaucoup _bru_c-s_el_, et cela même à Bruxelles.

[879] _Di_z_ain_ a pris un _z_: pourquoi n’écrit-on pas aussi
_si_z_ain_, ou _di_z_ième_?

[880] A l’époque où on prononçait _acident_, on prononçait aussi
_ecellent_, et les personnes qui ont l’_a_c_ent_ n’ont pas perdu cette
prononciation.

[881] C’est le même phénomène que dans _a_c_ident_ ou _e_c_ellent_.

[882] Malgré les préférences de Michaëlis et Passy.

[883] Cette prononciation était déjà usitée au XVIIᵉ siècle. A-t-on
voulu instinctivement distinguer dans la prononciation les mots tels
qu’_exécuter_ des mots comme _excellent_, qui s’écrivaient autrement?
Ou cela vient-il de ce qu’à l’époque où l’_x_ se réduisait toujours
à un _s_ devant une voyelle, on prononçait naturellement _ezemple_,
_ezercer_? Cependant on prononçait _ma-sime_ et non _mazime_, et
_Ale-sandre_: alors? Et pourquoi X_avier_ se prononçait-il Z_avier_
et non S_avier_, tandis que X_aintonge_ est devenu S_aintonge_? Qui
expliquera ces bizarreries?

[884] L’_x_ s’adoucit aussi dans _E_x_upère_, mais il reste intact dans
_E_x_elmans_.

[885] Cf. g_laude_ pour c_laude_. Le même changement se produit
presque toujours dans la plupart des noms propres, surtout les
anciens: X_anthe_, X_antippe_, X_énocrate_, X_énophane_, X_énophon_,
X_erxès_ et _Arta_x_erxès_, et aussi X_avier_, et même X_aintrailles_.
Mais la prononciation correcte de mot est S_aintrailles_, comme
S_aintonge_, issu de X_aintonge_; le _c_ est tombé dans S_ain-tonge_ et
X_aintrailles_, malgré l’orthographe: c’est toujours la répugnance qu’a
le français pour deux consonnes initiales autres que _bl_, _br_, etc.

Dans X_iménès_ et X_érès_, on prononce par tradition un _k_: en
réalité, cet _x_ espagnol est une gutturale aspirée, qu’on a transcrite
autrefois par un simple _ch_ chuintant, comme dans Ch_imène_, et
qu’on écrit aujourd’hui _j_; mais aucune tradition pareille ne s’est
établie pour les autres mots, comme X_enil_ ou J_enil_, X_ucar_ ou
J_ucar_, qu’on prononce pourtant plus généralement avec un _x_, comme
_Guadala_x_ara_.

[886] Et en effet il se prononçait primitivement _ts_, comme
en d’autres langues. D’autre part, il a servi longtemps dans
l’orthographe, à défaut d’accent, à distinguer l’_é_ fermé final
de l’_e muet_: _tu aim_es, _ils sont aimés_, ce qui n’est pas plus
extraordinaire que _vous aimez_.

[887] Ni dans les noms propres du Nord: _Despre_(z) ou _Cherbulie_(z),
_Saint-Genie_(z) ou _Dumourie_(z), _Mouche_(z) ou _Natche_(z),
_Douarnene_(z), _Depre_(z), _Despre_(z) ou _Dupre_(z), _Géruse_(z)
ou _Sée_(z), aujourd’hui écrit _Sées_, et naturellement _Gris-Ne_(z)
ou _Blanc-Ne_(z). On ne prononce pas non plus le _z_ dans _Fore_(z),
qui a l’_e_ ouvert, ni dans la vieille préposition _le_z de
_Plessis-le_(z)_-Tours_ et autres lieux.

[888] On y prononce aussi _Agassi_(z).

[889] Le _z_ final, quand il se prononçait, avait en dernier lieu le
son d’un _s_ dur, et non d’un _s_ doux. Il a aujourd’hui le son de
l’_s_ doux dans les noms propres en _-az_, _-iz_, _-oz_, _-uz_, où on
le prononce toujours: _Dia_z, _Hedja_z, _La Pa_z et _Chira_z, _Hafi_z
et _Abdul-Azi_z, _Berlio_z, _Boo_z, _Badajo_z, _Dallo_z, _Bulo_z et
_Dro_z, _Saint-Jean-de-Lu_z, _Santa-Cru_z et _Vera-Cru_z, et aussi
_Elbour_z ou _Elbrou_z, etc. Quant aux noms propres en _-ez_, nous
venons de voir que ceux du Nord se prononçaient encore par _é_ fermé
sans _z_, mais ils commencent à s’altérer, notamment _Natche_z;
ceux du Midi, _Ambe_z, _Barthe_z, _Lombe_z, _Orthe_z, _Rode_z ou
_Saint-Trope_z, se prononçaient en _ès_ par _s_ dur, et se prononcent
encore ainsi dans le Midi, mais dans le Nord on leur donne un _s_ doux,
ainsi qu’à _Due_z, _Sue_z, _Buche_z; on le donne même souvent aux
noms espagnols, où l’_s_ dur est préférable: _Aranjue_z, _Sanche_z,
_Fernande_z, _Rodrigue_z, _Lope_z, _Vélasque_z, _Diégo-Suare_z,
_Alvare_z, _Pere_z ou _Corte_z, sans compter _Fe_z. _Méquine_z s’écrit
aussi _Meknès_, ce qui montre bien la vraie prononciation.

[890] Dans _tz_, c’est l’accommodation régressive du _z_ au _t_, plus
commode que celle du _t_ au _z_. On prononce de même _Ba_tz, _Gala_tz
et _Gra_tz, _Fi_tz, _Stréli_tz, _Sedli_tz, _Austerli_tz, _Chemni_tz,
_Biarri_tz, _Gori_tz, _Fri_tz et _Schwi_tz, _Freischü_tz et _Olmu_tz,
_Har_tz, _Schwar_tz et _Her_tz, et aussi _Die_z, _Seidli_z, _Leibni_z,
_Brien_z. Toutefois on prononce souvent _Leibniz_ et même _Austerlitz_
et _Sedlitz_ par un _s_ simple. Dans _Lis_(z)t, le _z_ ne peut pas
s’entendre.

[891] C’est encore le cas, même après une voyelle simple, dans
_Me_(t)z, dont l’adjectif est _messin_, et _Re_(t)z, et aussi
_Féle_(t)z ou _Dujardin-Beaume_(t)z. On n’entend ni _t_ ni _z_ dans
_Be_(tz), qui a l’_e_ ouvert, et _Champcene_(tz), qui a l’_e_ fermé.

[892] De même _Véné_z_uéla_, _Chimbora_z_o_ ou _Sfor_z_a_, comme
_Mo_z_art_ et _Pou_(z)z_oles_, _Fe_(z)z_an_ ou _Abru_(z)_zes_, et
surtout en tête des mots: Z_ara_, Z_ermatt_, Z_immermann_, Z_urich_,
Z_uyderzée_, Z_ug_, et Z_urbaran_.

[893] Z_ollverein_, Z_wickau_, Z_wingle_, Z_wolle_, _Er_z_gebirge_,
_Schwar_z_wald_, _Creu_z_er_ et aussi _Guipu_z_coa_; mais on prononce
d’ordinaire un _s_ doux entre _l_ et _b_: _Sal_z_bourg_, _Sal_z_bach_.

[894] De même _Are_zz_o_, _Bra_zz_a_, _Custo_zz_a_, _Foga_zz_aro_,
_la Ga_zz_a ladra_, _Go_zz_oli_, _Pestalo_zz_i_, _Po_zz_o di Borgo_,
_Man_z_oni_, _Ma_zz_ini_, _Rata_zz_i_, _Ri_zz_io_, _Stro_zz_i_,
_Spe_zz_ia_, et aussi Z_eus_ ou _Oue_zz_an_. Il en est de même de _tz_
dans _Bo_tz_aris_ et autres. Pour _cz_, voir page 220. Le _sz_ hongrois
se prononce _s_, par exemple dans Sz_egedin_; le _sz_ polonais, _ch_,
par exemple dans _Kali_sz.

[895] On trouve bien encore un _d_ ou un _t_ dans certains _z_:
_me_zz_o_ ou _gra_z_ioso_; du moins ceci est étranger.

[896] C’est un reliquat de cette prononciation que nous avons constaté
dans les noms de nombre, de _cinq_ à _dix_: on voit que cela remonte
loin. Il y a aussi quelque chose de cela dans _plus_ et _tous_. Il y a
même pour quelques-uns de ces mots trois prononciations différentes:
isolément, devant consonnes dans certains cas, et devant voyelles:
_dis_, _di_ et _diz_; _plus_, _plu_ et _pluz_, tout comme au XVIᵉ
siècle.

[897] Ce qui permet aux gens facétieux quelques calembours. Ch. Nyrop
en cite quelques-uns, dus aux liaisons de _en agent_, _il est ouvert_,
_trop heureux_, _le premier homme du monde_, etc. Et il ajoute très
sérieusement: «A moins qu’on ne veuille plaisanter, on évite ces
liaisons..., par exemple on s’abstiendra de faire entendre le _p_
de _trop_ dans une phrase comme celle-ci: _Vous ne ferez jamais un
bon marin_: _vous êtes tro_p _homme de terre_ (et non _trop pomme de
terre_!).» Voilà un rapprochement auquel on ne s’attendait pas.

[898] Je ne compte pas les ignorants qui s’étudient à «bien parler»,
et qui entassent les _cuirs_ sur les _velours_ et les _pataquès_. Le
mot _pataquès_, dont on a vu l’origine plus haut, page 60, désigne
naturellement les confusions de liaison: _ce n’est poin_(t) z_à moi_
et _ce n’est pa_(s) t_à moi_. On appellera plutôt _cuir_, l’addition
d’un _t_: _va_ t_en ville_, et _velours_ celle d’un _s_: _j’ai_ z_été_,
parce que le velours est plus doux que le cuir. D’ailleurs le _cuir_
lui-même avait la prétention d’adoucir la prononciation, peut-être
comme le cuir adoucit le rasoir. Notons qu’autrefois _on_ z_a_ ou
_j’ai_ z_été_ ont été admis par les personnes les plus distinguées,
sans parler des _quatre_ z_éléments_, ou _il leur_ z_a dit_; et tout
cela n’était pas plus extraordinaire que _a-il_ ou _aime-il_ prononcés
_ati_ ou _aimeti_ au XVIᵉ siècle, avant que le _t_ ne fût introduit
dans l’écriture, où il avait figuré déjà à une époque beaucoup plus
ancienne. Aujourd’hui encore, _entre quat’zyeux_ est admis par beaucoup
de gens: nous reviendrons sur cette expression.

[899] Voir plus haut, pages 151 sqq., ce qui a été dit de l’élision.

[900] Comme on dit: _d_e _une heure à deux_, sans élision. Il est vrai
qu’on fait la liaison dans _troi_s z_un_; mais c’est comme dans _troi_s
z_hommes_: _un_ est pris ici comme substantif ordinaire. Théoriquement,
on ferait aussi la liaison dans _cen_t t_un_, c’est-à-dire cent fois le
numéro _1_, par opposition au nombre _101_, qui représente _cent et un_.

[901] On dit pourtant: _ils son_(t) t_un_; mais ce n’est qu’une
plaisanterie.

[902] Sauf à la Comédie-Française, où l’on peut entendre le jeune
premier, dans _le Jeu de l’amour et du hasard_, articuler nettement
_dite_(s) z_oui ou non_. On prétend avoir entendu, à la même
Comédie-Française, _mai_(s) z_oui_: je n’ose le croire! En revanche on
peut faire la liaison dans _ce_(s) z_ouates_, ou _trè_(s) z_ouaté_;
et si on ne la fait guère avec _ouistiti_, on la fait toujours avec
_ouailles_ et les mots de la famille d’_ouïr_, quoi qu’en ait dit Mᵐᵉ
Dupuis, qui prétendait faire prononcer sans liaison

    Ces rois _à vous ouïr_, m’ont paré d’un vain titre:

ceci ferait simplement un vers faux, car l’absence de liaison ferait de
_ou-ïr_ un monosyllabe.

[903] Quoique dans ce cas on fasse assez facilement l’élision de la
proposition _de_.

[904] L’abbé d’Olivet préférait déjà l’hiatus dans la prose: «On ne
doit pas craindre ces hiatus, dit-il; la prose les souffre, pourvu
qu’ils ne soient ni trop rudes, ni trop fréquents; ils contribuent même
à donner au discours un certain air naturel.»

[905] Et cela depuis fort longtemps, malgré Domergue et beaucoup de
grammairiens, qui voulaient à toute force maintenir l’_e_ fermé. Il
en résulte une différence entre _le premier rhum_ (_e_ fermé) et _le
premier homme_ (_e_ moyen).

[906] Il n’est donc qu’à demi exact de dire que quand un mot est
terminé par un _e muet_, il se lie par la consonne qui précède avec
le mot suivant, s’il commence par une voyelle. Il y a bien là quelque
chose de la liaison, en ce que la consonne sert aussi d’initiale au
mot suivant; mais s’il y avait _liaison_ proprement dite, la consonne
pourrait s’altérer; or elle ne s’altère jamais: _qu’il ren-d_(e) _aux
hommes_, la _lan-g_(ue) _allemande_, comme le _li_s_est blanc_. Il
n’y a de _liaison_ proprement dite, au sens où on l’entend dans ce
chapitre, que pour les consonnes qui normalement ne se prononcent pas.

[907] LA FONTAINE, _les Animaux malades de la peste_.

[908] MOLIÈRE, _le Misanthrope_, acte I, scène 2.

[909] Avec cette nuance qu’ici le _c_ garde le son guttural qui
appartient au _c_ final, au lieu de s’altérer en _s_ devant _e_. On
disait de même autrefois _de bro_(c) k_en bouche_.

[910] MOLIÈRE, _les Femmes savantes_, II, 7. En vers, on pourra lier
aussi le _c_ de _banc_, _blanc_ ou _flanc_, de _tabac_ ou d’_estomac_,
et même d’_instinct_; mais si l’on peut éviter l’hiatus par une pause
légère au lieu d’une liaison, cela vaudra mieux.

[911] LA FONTAINE, _Fables_, XI, 8.

[912] Ceci tient à ce qu’autrefois, quand les consonnes finales se
prononçaient, les gutturales sonnaient toujours _c_, qui est d’une
émission plus facile; et c’est pour cela que les mots à _c_ ou _g_
final ont pu si longtemps rimer ensemble, par tradition, sans pouvoir
rimer avec les mots à _d_ ou _t_ final, qui, eux aussi, ne rimaient
qu’ensemble, pour une raison pareille. Mais il y a beau temps que
toutes ces finales auraient dû être assimilées pour la rime. Je dois
avouer d’ailleurs que dans les liaisons qui ne se font qu’en vers,
comme celle de _long espoir_, il y a déjà tendance à conserver au _g_
le son doux.

[913] On disait autrefois de _cler_(c) c_à maître_; et nous savons
qu’on dit encore _por_(c)-k_épic_. Mais si le _g_ sonne _c_ dans
_Bourg-en-Bresse_, ce n’est pas par liaison. Voir page 236, note 1.

[914] Le _d_ se lie toujours avec le même son que le _t_, car
autrefois, quand le _d_ final se prononçait dans les mots proprement
français, il se prononçait plus aisément comme un _t_, notamment après
une nasale: voir ci-devant, note 3.

[915] Cette liaison des formes très usitées est si nécessaire que le
peuple la fait parfois même où il n’y en a point à faire, notamment
avec _va_. Le peuple ignore en effet que cette finale _tonique_ de
troisième personne se passe de _t_, sous prétexte qu’_aller_ est de
la première conjugaison; il dit donc _va-_t_-et vient_, _coupe les
chats et va-_t_-en ville_, et _Malbrough s’en va-_t_-en guerre_. Au
surplus quelques-uns de ces _cuirs_ sont devenus corrects: _va-t-en_,
_a-t-il_, _aime-t-il_, ne sont pas autre chose qu’une liaison faite,
par _analogie_, là où il n’y a pas de _t_. De même _ne voilà-_t_-il
pas_, par analogie avec les troisièmes personnes.--J’ajoute que
_est_ se distingue précisément de _et_ par la liaison, car l’un se
lie _toujours_ et l’autre _jamais_, et cela depuis le XVIᵉ siècle au
moins, puisque dès cette époque l’hiatus de _et_ fut le seul hiatus
avec consonne que les poètes commencèrent à s’interdire; les autres
n’étaient pas encore des hiatus.

[916] On notera qu’il y a des adjectifs qu’on ne met guère devant le
substantif qu’au féminin ou devant une consonne: _chaude saison_,
_blonde enfant_, _grossier personnage_, précisément pour éviter une
liaison désagréable ou impossible, comme serait celle de _blon_(d)
_tenfant_ ou _grossie_(r) _ranimal_.

[917] Si l’on dit _ving_(t) t_et un_, c’est peut-être par analogie avec
_tren_te _et un_: voir page 329; ou peut-être parce que c’est une sorte
de mot composé.

[918] Dans _j’ai chau_(d) _aux pieds_, _aux pieds_ n’est pas complément
de _chaud_, mais de _j’ai chaud_.

[919] On dit assez souvent, à tort, _avan_(t)-_hier_ sans liaison, et
en trois syllabes; c’était même, malgré Ménage, la prononciation la
plus usitée au XVIIᵉ et au XVIIIᵉ siècle; mais je crois qu’en ce cas
on aspirait l’_h_, et je crois aussi qu’on avait tort. En tout cas,
_avant-hier_ a aujourd’hui quatre syllabes, et la liaison s’y impose.

[920] MOLIÈRE, _les Femmes savantes_, acte IV, scène 3.

[921] Dans la marine, on dit en ouvrant l’_o_: _le cano_(t) t_est
paré_; mais c’est une façon de parler en quelque sorte technique ou
dialectale.

[922] Mais _po_(t) _à tabac_, pour éviter la cacophonie, et même
_po_(t) _à beurre_.

[923] _Tô_(t) t_ou tard_, étant un peu cacophonique, se remplace
avantageusement par _tô_(t) _ou tard_.

[924] La liaison n’est indispensable ici que dans les noms composés,
comme _Pon_(t)-t_à-Mousson_, _Pon_(t)-t_Audemer_, _Pon_(t)-t_Euxin_,
aussi bien que celle de _Saint_ devant une voyelle, ou celle de
_Lo_(t)-t_et-Garonne_. On la fait aussi ordinairement, par tradition,
dans le titre du _Dépi_(t) t_amoureux_.

[925] Il n’est pas possible d’accepter:

    Blanc comme Eglé qui _dor_(t) t_auprès_ d’un ami sien.

et cela par-dessus la césure, avec un lien médiocre entre les mots!
Pourquoi pas _à tor_(t) t_et à travers_?

[926] On dit aussi généralement _Por_(t)-t_au-Prince_; mais
_Por_(t)_-Arthur_, _Por_(t)_-Élisabeth_, etc., doivent se passer de
liaison.

[927] Je rappelle qu’on disait autrefois _vi_(f) v_argent_, _bœu_(f)
v_à la mode_.

[928] C’est ainsi que le verbe _suiver_, de _suif_, est devenu
_suiffer_: «_Suiver_: quelques-uns disent _suiffer_», dit l’Académie en
1845; et en 1878: «_Suiffer_: quelques-uns disent _suiver_.» En 19...,
elle dira _suiffer_ tout court, à moins qu’elle ne dise _suifer_, ce
qui serait plus simple.

[929] Voir plus haut, page 345, _si_(x) z_avril_ et _entre si_(x) z_et
sept_.

[930] Et cela ne date pas d’aujourd’hui, s’il est vrai qu’un conseiller
au Parlement ait chassé une femme qui, étant allée à la fenêtre, à sa
prière, pour s’enquérir du temps qu’il faisait, lui avait répondu: «_Le
tem_(ps) z_est beau_.» Mais dans la fameuse chanson où Nadaud fait
parler un gendarme, il conviendra de lui faire dire, parce qu’il est
tout fier de montrer qu’il sait l’orthographe:

    Le tem(ps) zest beau pour la saison.


[931] Le peuple, qui n’aime guère les liaisons avec _s_, dira plutôt
_t’e_(s)_-t-une bête_, par analogie avec la troisième personne, et,
mieux encore, _t’e_(s) _une bête_.

[932] Le peuple dit volontiers _donne-moi-_z_en_: c’est la liaison de
_donnes_, qui passe par-dessus le mot suivant, phénomène très fréquent,
quand on ne s’observe pas.

[933] Et _lez_ ou _les_, dans les noms de lieux.

[934] MOLIÈRE, _Misanthrope_, acte III, scène 7. On ne peut cependant
pas lier _mais oui_; voir page 358, note 3. La liaison de _mais_ n’est
d’ailleurs pas indispensable dans la conversation: et la preuve, c’est
qu’on en vient parfois à dire, en parlant très vite, _m_(ais) _enfin_.

[935] Pour _six_ et _dix_, voir plus haut, page 345.

[936] Quand ce mot était de création nouvelle, sans soudure entre les
éléments, on le prononçait sans liaison.

[937] Toutefois on peut écrire _matches_, ce qui permet de lier.

[938] On dirait de même, sans liaison, _un chauffe-pied_(s) _élégant_,
car l’_s_ marque le pluriel de _pied_, mais non du composé, et d’autre
part le _d_ ne se lie pas; tandis qu’au pluriel, on pourra dire des
_chauffe-pied_(s) z_élégants_, comme si l’_s_ n’était pas le même.

[939] Je dis _nécessairement_, malgré Michaëlis et Passy.

[940] On voit qu’il faut se garder d’exagérer le rôle de la conjonction
_et_, comme on le fait quelquefois.

[941] Par opposition à _Champs-Elysées_ ou _États-Unis_.

[942] Le mot composé fait si bien un tout, qu’il y a tendance
parfois à remplacer l’_s_ intérieur par un _s_ final incorrect: _des
che_(fs)-_d’œuvre_ z_admirables_, _les chemins de fer_ z_algériens_.
Ceci est à éviter; mais que n’écrit-on tout bonnement _chédeuvre_, avec
un _s_ au pluriel, puisque le sens de _chef_ disparaît complètement
dans le mot composé?

[943] On fait même souvent la liaison du _t_ et non celle de l’_s_ dans
_deux accen_(ts) t_aigus_, qu’on traite comme des _gue_(ts) t_apens_;
mais je me demande vraiment si ceci peut passer, car ici les deux mots
restent tout de même parfaitement distincts, et connus comme tels.

[944] Je ne parle pas des formes en _âmes_ et _âtes_, et autres
pareilles, qui ne s’emploient évidemment qu’avec liaison puisqu’elles
appartiennent exclusivement à la langue écrite ou au style oratoire.

[945] Et, par suite, malgré Michaëlis et Passy, _enfonceur de porte_(s)
z_ouvertes_.

[946] CORNEILLE, _Polyeucte_, acte I, scène 3. S’il y avait _Persans_,
la liaison se ferait même en prose.

[947] _Id._, _ibid._, acte IV, scène 6.

[948] RACINE, _Britannicus_, acte IV, scène 2.

[949] VOLTAIRE, _les Scythes_, acte II, scène 1.

[950] V. HUGO, _Légende des siècles_, II, _la Conscience_. Le même dans
ses _Odes_, I, 8, avait écrit d’abord: _Les bronzes ont tonné_; il a
corrigé ensuite judicieusement, et mis: _Les canons ont tonné_.

[951] Dans _Cromwell_, les noms de _Charles_ et _Londres_ reviennent à
toutes les pages, et une trentaine de fois devant une voyelle: l’_s_ y
est _toujours_ supprimé. _Delphes_, _Thèbes_ et _Arles_ perdent leur
_s_ chacun huit ou dix fois au moins dans _la Légende des siècles_:
_Arles_ seul l’y conserve une fois, pour des raisons qu’on peut
déterminer. Banville disait donc une sottise, quand il reprochait à V.
Hugo, dans son _Traité de Poésie_, d’avoir écrit _Versaille_ sans _s_,
sous prétexte qu’ «il n’y a pas de licences poétiques». Il est vrai que
M. Donnay a écrit dans le _Ménage de Molière_:

    Versailles est vraiment un séjour enchanté;

mais d’abord ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux; et puis, il y a
dans cette pièce tant de vers d’un rythme contestable, et qu’on doit
apparemment dire comme de la prose, de l’aveu même de l’auteur, qu’on
ne doit pas se gêner beaucoup pour supprimer l’_s_ de celui-là, et en
faire aussi de la prose.

[952] Il est certain qu’en 1789, avant la suture des deux mots, on ne
faisait pas plus la liaison que dans _États-Unis_: voir plus haut; Mᵐᵉ
Dupuis l’interdit encore.

[953] Étant donné qu’on évite déjà la liaison de l’_s_ après l’_r_, il
serait encore plus ridicule de dire _des ver_(s) z_à soie_, que de dire
_des moulin_(s) z_à vent_ ou _des salle_(s) z_à manger_.

[954] Les leçons de Legouvé n’ont d’ailleurs pas corrigé Messieurs les
Sociétaires de la Comédie-Française: «_L’univer_(s) z_ébloui_,» disait
Mounet-Sully; et Paul Mounet parlait d’«_oublier le corp_(s) z_en
rajeunissant l’âme_», quoiqu’il n’y ait même pas de lien grammatical
entre les mots. Il aurait donc dit sans doute, a fortiori, _prendre le
mor_(s) z_aux dents_! Quelle étrange erreur! Et les étrangers vont à
la Comédie-Française pour apprendre à prononcer! J’y consens, sauf en
matière de liaisons.

[955] Cela n’empêche pas Edmond Rostand d’écrire dans la _Princesse
lointaine_:

    Vous la montrera-t-on seulement cette oiselle?
    --Le prince l’a promis de nous mener _vers elle_.

La richesse des rimes de Rostand ne permet pas de douter de la
prononciation de celle-ci; et cela serait parfait si c’était une de
ces scènes comiques, où la fantaisie justifie toutes les licences;
mais les propos sont suffisamment sérieux, et c’est la prononciation
qui ne l’est pas; ou si l’on prononce correctement, la rime sera très
ordinaire. Mais peut-être que Rostand n’a fait cette rime que pour les
acteurs, connaissant leurs habitudes incorrigibles.

[956] C’est bien pour cela que ces hiatus apparents sont si fréquents
chez Corneille: pour lui ce n’étaient pas des hiatus. Voyez, par
exemple, dans _Polyeucte_, acte II, scène 2, la seconde tirade de
Pauline: on y trouve _trois_ rencontres qui, pour nous, sont des
hiatus, et pour lui n’en étaient pas:

    Ma _raison_, _il_ est vrai, dompte mes sentiments.
    Votre mérite est grand, si ma _raison est_ forte.
    Plaignez-vous _en encor_, mais louez sa rigueur.

Nous ne faisons plus ces liaisons. Dans le premier vers, nous nous
tirerons d’affaire par une pause; dans les autres, nous subirons
l’hiatus, et il faut avouer que le dernier est bien désagréable.
La tirade suivante de la même Pauline offre encore deux rencontres
pareilles en douze vers, et la première est également désagréable pour
nous, parce que nous ne pouvons plus faire la liaison:

    Hélas! cette vertu, quoique _enfin invincible_...
    _Enfin épargnes-moi_ ces tristes souvenirs.

Ces liaisons des nasales se retrouvent dans le Midi, parfois même
par-dessus une consonne: _je tien_(s) n_a dire_... C’est probablement
un reliquat d’une prononciation qui fut correcte à l’époque où l’on
écrivait _je tien_.

[957] RACINE, _Britannicus_, acte IV, scène 4.

[958] Ce phénomène de dénasalisation ressemble tout à fait au cas des
adjectifs qui dévocalisent leur _u_ devant une voyelle, _bel homme_,
_nouvel an_, _fol orgueil_, _mol édredon_, _vieil homme_: ici aussi
c’est le son du féminin qu’on entend.

[959] C’est ce qui condamne encore la dénasalisation au moyen de
l’accent aigu de _enamourer_, _enivrer_ et _enorgueillir_, où se
rencontre le même phénomène de liaison (voir page 133); car ces mots
devraient donner normalement, s’ils se dénasalisaient, _a-namourer_,
_a-nivrer_, _a-norgueillir_, comme on prononce dans le Midi, très
logiquement (cf. _a-nuyer_ pour _ennuyer_).

[960] Ces traditions ont d’ailleurs des racines profondes dans le
passé, car il y eut un temps où le féminin lui-même gardait le son
nasal: _vain_, _vain-ne_, comme _fem-me_ et _ardent-ment_: voir pages
64 et 131.

[961] Tout comme dans _bo_-n_homme_, _bo_-n_heur_, _bo_-n_henri_ (sans
compter _boniment_ ou _bonifier_).

[962] C’est là probablement qu’il faut chercher une explication très
naturelle de l’usage que nous faisons de _mon_, _ton_, _son_, au
féminin, devant une voyelle. Car dire qu’on voulait éviter l’hiatus
de _ma âme_, _sa épée_, c’est ne rien dire, et le moyen âge l’évitait
tout aussi bien en disant _m’âme_ ou _s’épée_, procédé dont il nous est
resté _ma mie_, altération de _m’amie_. Mais la question est de savoir
_pourquoi_ on a préféré ce nouveau procédé; et la raison probable,
c’est que _mon_, _ton_, _son_, en liaison, même devant des masculins,
prennent une forme féminine, qui pouvait aussi bien servir pour les
féminins: puisqu’on disait _mo-nami_ comme _bo-nami_, on pouvait aussi
bien dire _mo-nâme_, comme _bonn_(e) _âme_.

[963] La décomposition se fait pourtant dans les mots composés de
_vin_: _vinaigre_, _vinage_, _vinasse_, _vinaire_, _vinification_, mais
le latin y est pour quelque chose.

[964] La correspondance demanderait _eune_, qu’on entend dans les
campagnes, et qui, au XVIᵉ siècle, était régulier.

[965] Mais si l’on ne dit pas _u-nami_, ce n’est pas une raison pour
dire _eu-nami_.

[966] Peut-être dira-t-on encore: _à eux trois, ils ont vingt et
u_-n_enfants_: je ne crois pas qu’on puisse décomposer _un_ ailleurs.

[967] Cf. par exemple _cin_(q) _francs_ et _cin_q _mai_.

[968] De même dans les noms propres comme _Bienaimé_. Dans le Midi,
on pousse la dénasalisation jusqu’au bout: par exemple, on fait
rimer de deux syllabes, _les savants en us_ avec _anus_! On y dit de
même _a_-n_effet_, _a_-n_outre_, et _o_-n_est venu_, que préconisait
Domergue. On y dit même _no_-n_avenu_ ou _no_-n_activité_; mais en
français du Nord, la dénasalisation a les limites que nous avons dites;
par exemple, _non_ ne se lie jamais, malgré _no_n_obstant_, non plus
que la préposition _selon_.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Comment on Prononce le Français - Traité complet de prononciation pratique avec le noms - propres et les mots étrangers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home