Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Voyage aux montagnes Rocheuses
Author: Smet, Pierre-Jean de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyage aux montagnes Rocheuses" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



                           LE R. P. DE SMET.

                                VOYAGES

                                  AUX

                               MONTAGNES

                               ROCHEUSES

  chez les tribus indiennes du vaste territoire de l’Orégon dépendant
                      des Etats-Unis d’Amérique.

                    LIBRAIRIE DE J. LEFORT, ÉDITEUR

                    A LILLE                        A PARIS
           rue Charles de Muyssart, 24       rue des Saints-Pères, 30



                                VOYAGES

                                  AUX

                          MONTAGNES ROCHEUSES

                           In-8º. 2ᵉ série.



A LA MÊME LIBRAIRIE

Envoi _franco_ contre timbres-poste joints à la demande.


SOUVENIRS DE VOYAGE: la Suisse, le Piémont, Rome, Naples,
  toute l’Italie; par Mᵐᵉ de Grandville. in-8º.                            4 50

Mgr AUVERGNE: ses voyages au mont Liban, au Sinaï, à
  Rome, etc. in-8º.                                                        2 50

CONSTANTINOPLE, histoire de cette ville célèbre; par M. de
  Montrond. in-8º.                                                         2 50

NAPLES: histoire, monuments, beaux-arts, littérature. L. L. F. in-8º.      2 50

LA SICILE: souvenirs, récits et légendes; par M. l’abbé V. Postel.
  in-8º.                                                                   2 50

LA SYRIE en 1860 et 1861: massacres du Liban et de Damas, et
  expédition française; par M. l’abbé Jobin. in-8º.                        2 50

L’ALGÉRIE: promenade historique et topographique; par le Dʳ
  Andry. in-8º.                                                            1 25

L’AFRIQUE, d’après les voyageurs les plus célèbres. in-12.                 " 85

L’AMÉRIQUE, d’après les voyageurs les plus célèbres. in-12.                " 85

L’OCÉANIE, d’après les voyageurs les plus célèbres. in-12.                 " 85

L’AUSTRALIE: esquisses et tableaux; par A. S. de Doncourt, in-12.          " 60

[Illustration: Cette machine floattait sur l’eau comme
un cygne magestueux.]



                                VOYAGES

                                  AUX

                               MONTAGNES

                               ROCHEUSES

  chez les tribus indiennes du vaste territoire de l’Orégon dépendant
                      des Etats-Unis d’Amérique.

                         PAR LE R. P. DE SMET

                            SIXIÈME ÉDITION

                        LIBRAIRIE DE J. LEFORT

                           IMPRIMEUR ÉDITEUR

                                 LILLE
                      rue Charles de Muyssart, 24

                                 PARIS
                       rue des Saints-Pères, 30

                                 1875

             _Propriété et droit de traduction réservés._



PRÉFACE DE L’ÉDITION AMÉRICAINE[1]


Nous offrons cet intéressant récit aux amis de la patrie et de leurs
concitoyens, avec l’espoir, disons mieux, avec la certitude que la
lecture qu’ils en feront leur fera goûter le plaisir le plus pur.
Rarement avons-nous rencontré quelque chose de plus attrayant.
L’éloquence simple et virile qui le caractérise ravit l’attention du
lecteur. Les faits que l’auteur rapporte sur les régions les plus
reculées de l’Occident, les mœurs et les usages des tribus indiennes qui
errent dans l’immense territoire de l’Orégon, leur état et leurs
dispositions actuelles, leurs vues pour l’avenir, sont des sujets qui ne
peuvent manquer d’inspirer de l’intérêt à quiconque aime de porter ses
regards au delà de l’étroit horizon des scènes journalières, et
d’apprendre ce que les pieux serviteurs de Dieu font pour sa gloire et
son nom dans les contrées les plus lointaines. Nous avons eu un
entretien avec l’homme apostolique de la plume duquel nous tenons ces
récits; et en l’écoutant, nous avons éprouvé tout à la fois le sentiment
d’un noble orgueil et d’une joie pure, dans la pensée qu’il nous
retraçait en sa personne ce généreux esprit de dévouement et ces scènes
animées de la vie et des aventures indiennes, si admirables dans les
pages des Charlevoix et des Bancroft.

Notre pays est réellement plein d’intérêt pour ceux qui suivent la
marche de ses progrès et qui les comparent avec le passé. Qui aurait
jamais songé, par exemple, que l’Iroquois, le sauvage Mohawk (nom sous
lequel nous connaissons mieux cette peuplade), lui dont les hurlements
terribles ont tant de fois fait tressaillir d’effroi nos ancêtres, que
ce même Iroquois eût été choisi pour allumer le premier les faibles
étincelles de la civilisation et du christianisme parmi une grande
partie des tribus indiennes d’au delà des Montagnes Rocheuses? Plusieurs
de ces peuplades ont actuellement soif des eaux salutaires de la vie;
elles aspirent après le jour où la vénérable _Robe-noire_ paraîtra au
milieu d’elles; elles envoient même à des milliers de lieues de distance
des messagers pour en hâter l’arrivée. Une telle ardeur pour la sainte
vérité, tout en faisant honte à notre froide piété, devrait enflammer
nos cœurs et nous porter à souhaiter du moins qu’il y ait des ouvriers
suffisants pour cette vigne immense. Elle devrait nous ouvrir à tous la
main pour aider les hommes pieux qui, après avoir abandonné famille,
amis, patrie, vont s’ensevelir dans les déserts avec leurs chers
Indiens, afin de vivre pour eux et avec Dieu.

L’un de leurs plans favoris en ce moment est d’introduire parmi les
Indiens le goût de l’agriculture avec les moyens de s’y livrer. Ils sont
d’avis que c’est le plus prompt moyen, peut-être le seul, de les
arracher à la vie errante qu’ils mènent encore généralement à présent et
aux habitudes d’oisiveté qu’elle engendre. Les aider dans ce
philanthropique dessein est pour nous un devoir sacré, en notre qualité
d’hommes, d’Américains, de chrétiens. C’est là au moins l’un des moyens
en notre pouvoir d’expier les torts sans nombre que les blancs ont faits
à cette race infortunée. Que personne ne laisse donc échapper cette
belle occasion de faire le bien et de donner ainsi un gage de son amour
pour Dieu, pour sa patrie et pour ses semblables.



VOYAGES

AUX

MONTAGNES ROCHEUSES



PREMIER VOYAGE

du 27 mars au 31 décembre 1840.

RELATION

ADRESSÉE A M. LE CHANOINE DE LA CROIX, A GAND


Université de Saint-Louis, 4 février 1841.

Vous vous attendez sans doute à des détails intéressants sur mon long,
très-long voyage de Saint-Louis jusqu’au delà des Montagnes Rocheuses
(_Rocky Meuntains_). J’ai mis soixante jours à traverser le fameux
désert américain, et près de quatre mois à revenir sur mes pas par un
nouveau et très-hasardeux chemin.

Envoyé par le T. R. évêque et par mon provincial pour nous assurer des
dispositions des sauvages et des succès probables qu’on pourrait espérer
en établissant une mission au milieu d’eux, je quittai Saint-Louis le 27
mars 1840, dans un bateau à vapeur, et je remontai le Missouri à une
distance de 500 milles, pour me rendre aux frontières de l’Etat. Le
navire où j’étais embarqué était (comme ils le sont tous dans ce pays où
l’émigration et le commerce ont pris une si grande extension) encombré
de marchandises et de passagers de tous les Etats de l’Union; je puis
même dire de différentes nations de la terre, blancs, noirs, jaunes et
rouges, avec les nuances de toutes ces couleurs. Le bateau ressemblait à
une petite Babel flottante, à cause des différents langages et jargons
qu’on y entendait. Ces passagers débarquent pour la plupart sur l’une et
l’autre rive, pour y ouvrir des fermes, y construire des moulins,
diriger des fabriques de toutes sortes d’espèces; ils augmentent de jour
en jour le nombre des habitants des petites villes et des villages qui
s’élèvent comme par enchantement sur les deux rives.

A mesure que l’on remonte la rivière, on trouve le pays charmant et
rempli d’intérêt, diversifié par des rochers à pic et des coteaux
d’argile très-élevés et souvent entrecoupés. Les bas-fonds présentent à
l’œil une grande variété d’arbres et d’arbrisseaux, des chênes et des
noyers de douze différentes espèces; _le sassafras_ et l’_accacia
triacanthos_, dont les fleurs embaument l’air de leurs parfums;
l’_érable_, qui le premier s’enveloppe de la livrée du printemps; le
sycomore, _platanus occidentalis_, roi de la forêt de l’ouest, s’érige
dans les formes les plus gracieuses, avec de vastes branches, étendues
et latérales, couvertes d’une écorce d’un blanc brillant, et ajoute un
trait distinctif de grandeur à l’imposante beauté des forêts. J’en ai vu
qui mesuraient quinze pieds et demi de diamètre. Le cotonnier, _populus
deltoides_, est un autre géant qui croît à une hauteur prodigieuse; le
_bignonia radicans_ paraît s’y accrocher de préférence, monte jusque
dans ses sommets, et déploie une profusion de grandes fleurs de couleur
de flammes et à formes de trompettes. Le voyageur admire ici les mille
grandes et hautes colonnes du cotonnier, enveloppées, de la terre
jusqu’aux branches, d’une draperie de lierre d’une profonde verdure.
C’est un de ces charmes de la nature qu’on ne peut se lasser de
contempler. Le cornouiller, _cornus florida_, et le bouton rouge,
_cercis canadencis_, tiennent le milieu de l’arbre et de l’arbrisseau.
Le premier a une belle feuille en forme de cœur et étend ses branches en
parapluie; elles se couvrent dans le printemps de brillantes fleurs
blanches; dans l’automne, elles présentent de belles baies écarlates.
L’autre est le premier arbrisseau qu’on voit en fleurs le long du
Missouri.

Ces arbrisseaux sont dispersés de tous côtés dans la forêt; et au
commencement du printemps, leurs masses de fleurs brillantes forment un
contraste gracieux avec le brun dominant de la forêt. Le bouton rouge
donne au paysage un charme que le voyageur qui le voit pour la première
fois ne saurait oublier. Le cerisier sauvage, le mûrier, le frêne y sont
très-communs. Le sol, dans tous ses bas-fonds, est prodigieusement
riche, fortement imprégné de substances salines et de pierres calcaires
décomposées.

Ces rivages cependant sont très-incertains et s’éboulent
continuellement; ce qui rend l’eau de ce fleuve, d’ailleurs très-légère
et saine à boire, bourbeuse et dégoûtante. Les bancs de sable et les
arbres au fond de l’eau sont si nombreux, que l’on s’y habitue et qu’on
ne songe guère aux dangers qu’on court à chaque instant. Il est
intéressant d’observer à quelles étendues les racines s’enfoncent dans
ce sol fertile; là où la terre s’éboule, on en observe toute la
profondeur; en général, il n’y a qu’une grosse racine centrale,
pénétrant à dix ou douze pieds, et d’autres plus minces qui s’étendent à
l’entour.

Après dix jours de navigation, j’arrivai à West-Port, petite ville
frontière du territoire des sauvages, d’où je devais me mettre en route
pour les Montagnes.

Le 30 avril, je partis de West-Port avec l’expédition annuelle de la
Compagnie américaine des pelleteries, qui se rendait à la
_Rivière-Verte_, l’une des fourches du _Rio-Colorado_. Jusqu’au 17 mai,
nous nous dirigeâmes vers l’ouest, traversant des plaines immenses,
dépouillées d’arbres et d’arbrisseaux, excepté sur les petites rivières,
et entrecoupées de profonds ravins, où nos voyageurs se servaient d’une
cordelle pour descendre et monter les charrettes. Les chaleurs de l’été
commençaient déjà à se faire sentir; le temps cependant était favorable;
souvent le matin le thermomètre ne se trouvait qu’à 27 degrés, mais il
s’élevait jusqu’à 90 vers midi. Les vents frais qui règnent sans cesse
dans ces vastes plaines rendent les chaleurs supportables. Le gibier
était rare; mon chasseur cependant fournit ma tente assez abondamment de
canards, de bécassines, de faisans, grues, pigeons, blaireaux, cerfs et
cabris. Les seuls hommes que j’aie rencontrés pendant les premiers
jours, étaient quelques sauvages _Kants_, qui se rendaient à Wesport
pour y vendre leurs pelleteries. Ils résident sur le _Lanzas_ ou rivière
des Kants. Leur territoire commence à soixante milles à l’ouest de
l’Etat Missouri, et leurs villages en sont à la distance de
quatre-vingts milles. Leur langue, leurs mœurs et habitudes sont les
mêmes que chez les _Osages_. En paix et en guerre, ces deux nations
unissent leurs intérêts et n’en forment pour ainsi dire qu’une seule
d’environ dix-sept cents âmes. Ils vivent dans les villages et placent
pêle-mêle et sans ordre leurs huttes construites d’écorces, comme les
wigwans des _Pottowatomies_, ou de joncs, comme celles des _Osages_, ou
en terre, comme les akozos des _Pawnées_ et des _Ottoes_. Ces dernières
sont rondes et de la façon d’un cône; le mur a près de deux pieds
d’épaisseur; tout l’ouvrage est soutenu au dedans par plusieurs poteaux.
Dans toutes leurs huttes, la terre dure forme le plancher; le foyer est
au milieu, et la fumée s’échappe par un trou pratiqué dans le sommet. La
porte est si basse et si étroite qu’on n’y entre qu’en se traînant: elle
consiste dans une simple peau sèche suspendue. Ces sauvages m’ont paru
très-pauvres et très-misérables; la plupart se trouvaient à pied. La
veille de notre rencontre, les _Ottoes_ leur avaient volé vingt-cinq
chevaux. Ils m’exprimèrent un ardent désir d’avoir une mission de nos
Pères parmi eux.

A mesure que nous avancions vers l’ouest, nous traversâmes des côtes
élevées, qui nous donnaient de temps en temps des vues étendues et fort
belles. La grande plaine était parsemée de hautes futaies; on y voyait
surtout le _waggère-roussé_, ou la fleur du cotonnier, plante qui abonde
dans ces parages et dont les Indiens se nourrissent. Elle se trouve sur
le bord d’une rivière qui porte le même nom et qui se jette dans le
Kansas; ces deux rivières ont de riches et fertiles bas-fonds et sont
bien boisées. Tout le sommet de la grande côte est rempli de
pétrifications. La surface de la terre, dans une partie considérable de
cette région, est couverte de grosses pierres plates, grisâtres et
jaunes, confusément arrangées comme si elles étaient sorties du sein de
la terre par quelque agitation souterraine.

Je n’étais encore que depuis six jours dans le pays sauvage lorsque je
me sentis accablé par la fièvre intermittente, avec les frissons qui
précèdent d’ordinaire les accès de chaleur. Cette fièvre ne m’a quitté
que sur la Roche-Jaune, à mon retour des Montagnes. Il me serait
impossible de vous donner une idée de mon accablement. Mes amis me
conseillaient de revenir sur mes pas; mais le désir de voir les nations
des Montagnes l’emporta sur toutes les bonnes raisons qu’ils purent me
donner. Je suivis donc la caravane de mon mieux, me tenant à cheval
aussi longtemps que j’en avais la force; et j’allai ensuite me coucher
dans un chariot, sur des caisses où j’étais ballotté comme un
malheureux; car souvent il nous fallait traverser des ravins profonds
et à pic, qui me mettaient dans les positions les plus singulières:
tantôt j’avais les pieds en l’air; tantôt je me trouvais caché comme un
voleur entre les ballots et les caisses, froid comme un glaçon, ou
couvert de sueur et brûlant comme un brasier. Ajoutez que pendant trois
jours (et c’était le plus fort de ma fièvre) je n’eus pour me désaltérer
que des eaux stagnantes et sales.

Le 18 mai, après avoir traversé une belle plaine de 30 milles de large,
nous arrivâmes sur les bords de la _Nebraska_ (rivière au Cerf),
désignée par les Français sous le nom moins heureux de _Plate_ ou de
Rivière-Plate. La Plate est la plus grande tributaire du Missouri, et
peut être considérée comme la plus merveilleuse et la plus inutile des
rivières de l’Amérique du Nord; car elle a deux mille verges de large
d’un bord à l’autre, et sa profondeur n’est guère que de deux à six
pieds; le fond est un sable mouvant. Elle vient d’une distance immense à
travers une large et verte vallée, et reçoit la grande abondance de ses
eaux de plusieurs fourches qui descendent des Montagnes Rocheuses.
L’embouchure de cette rivière est à huit cents milles de Saint-Louis par
eau, et forme le point de division du bas et du haut Missouri. J’étais
souvent saisi d’admiration à la vue des scènes pittoresques dont nous
jouissions tout le long de la Plate. Imaginez-vous de grands étangs,
dans les beaux parcs des seigneurs européens, parsemés de petites îles
boisées; la Plate vous en offre par milliers et de toutes les formes.
J’ai vu de ces groupes d’îles qu’on aurait pris facilement de loin pour
des flottilles mêlant à leurs voiles déployées des guirlantes de verdure
et de festons de fleurs; et parce qu’autour d’elles le fleuve était
rapide, elles semblaient elles-mêmes fuir sur les eaux, complétant le
charme de l’illusion par cette apparence de mouvement. Les deux bords de
cette rivière ne sont point boisés. Les arbres que les îles produisent
sont les peupliers, communément appelés cotonniers; les sauvages les
coupent en hiver, et l’écorce sert de nourriture à leurs chevaux. Sur la
plaine de la Plate, on voyait bondir de nombreux cabris; j’en comptais
souvent plusieurs centaines d’un seul coup d’œil; c’est l’animal le plus
agile des prairies. Le chasseur emploie la ruse pour en approcher: il
s’élance au grand galop vers l’animal; celui-ci part comme un éclair,
laissant le cavalier à une grande distance derrière lui; bientôt il
s’arrête pour l’observer (c’est un animal très-curieux). Pendant ce
temps le chasseur descend de cheval et se couche ventre à terre; il fait
toutes sortes de cabrioles avec les bras et les jambes, secouant de
temps en temps son mouchoir ou un bonnet rouge au bout de la baguette de
son fusil. Le cabri approche à pas lents pour le reconnaître et
l’observer; et lorsqu’il est à la portée de la carabine, le chasseur lui
lâche son coup et le couche par terre. Souvent il en abat jusqu’à six
avant que la bande se disperse. Les autres animaux sont rares dans cette
région; il y a cependant des signes évidents que le gibier n’y a pas
toujours manqué.

Pendant plusieurs journées de marche, nous trouvâmes toute la plaine
couverte d’ossements et de crânes de buffles rangés en cercles ou en
demi-lunes, et peints de différentes devises. C’est au milieu de ces
crânes que les _Pawnées_ ont coutume de pratiquer leurs sortiléges
superstitieux lorsqu’ils vont à la guerre ou à la chasse. Le matelot,
après un long voyage sur mer, se réjouit à la vue d’herbes flottantes,
ou de petits oiseaux de terre qui, venant se reposer sur les cordages du
navire, lui donnent des signes certains qu’il approche du terme de sa
course. De même, dans ce désert, le voyageur, fatigué de vivre si
longtemps de viande salée, se réjouit à la vue de ces ossements blanchis
par le temps qui lui annoncent le voisinage des buffles. Aussi
n’entendait-on dans le camp que des cris de joie; nos chasseurs avaient
compris que la plaine des buffles n’était pas éloignée, et ils saluaient
par de bruyants vivats l’espoir de porter bientôt le carnage parmi les
paisibles troupeaux.

Aux mêmes lieux, nous trouvâmes encore le _wistanwish_ des sauvages ou
le chien des prairies, auquel les voyageurs donnent à plus juste titre
le nom d’_écureuil américain_. Ces animaux paraissent avoir une espèce
de police établie dans leur société. Les cellules de leurs villages sont
généralement placées sur la pente d’une côte, quelquefois près d’un
petit lac ou ruisseau; plus souvent à une grande distance de l’eau, afin
que la terre qu’ils habitent ne soit point exposée à l’inondation. Ils
sont d’une couleur brune foncée, excepté le ventre qui est blanc; leur
queue n’est pas si longue que celle de l’écureuil gris; mais ils ont
exactement la même forme; les dents, la tête, les ongles et le corps
sont l’écureuil parfait, excepté qu’ils sont plus grands et plus gras
que cet animal. Les voyageurs croient que leur seule nourriture est la
racine du gazon, et la rosée du ciel leur unique breuvage.

En continuant notre route, nous vîmes de temps en temps les tombeaux
solitaires des _Pawnées_, probablement ceux de quelques chefs ou braves,
qui étaient tombés en combattant contre leurs ennemis héréditaires, les
_Scioux_, les _Sheyennes_, les _Osages_. Ces tombeaux étaient ornés de
crânes de buffles peints en rouge; le cadavre est assis dans une petite
cabane faite de joncs et de branches d’arbres, et fortement travaillée
pour empêcher les loups d’y pénétrer. La figure est barbouillée de
vermillon; le corps est couvert de ses plus beaux ornements de guerre,
et à côté on voit des provisions de toute espèce, viandes sèches, tabac,
poudre et plomb, fusil, arc et flèches. Pendant plusieurs années, les
familles viennent au printemps renouveler ces provisions. Ils ont l’idée
que l’âme voltige longtemps dans le voisinage du lieu où le corps repose
avant qu’elle prenne son essor vers le pays des âmes.

Après sept jours de marche le long de la Plate, nous arrivâmes dans les
plaines habitées par les buffles. De grand matin, je quittai seul le
camp pour les voir plus à mon aise; j’en approchai par des ravins, sans
me montrer et sans leur donner le vent qui m’était favorable. C’est
l’animal qui a l’odorat le plus subtil; il lui fait connaître la
présence de l’homme à la distance de quatre milles, et aussitôt il
s’enfuit, cette odeur lui étant insupportable. Je gagnai inaperçu une
haute colline semblable par sa forme au monument de Waterloo; de là je
jouissais d’une vue d’environ douze milles d’étendue. Cette vaste plaine
était tellement couverte d’animaux, que les marchés ou les foires
d’Europe ne vous en donneraient qu’une faible idée. C’était vraiment
comme la foire du monde entier rassemblée dans une de ses plus belles
plaines. J’admirais les pas lents et majestueux de ces lourds bœufs
sauvages, marchant en file et en silence, tandis que d’autres broutaient
avec avidité le riche pâturage qu’on appelle l’herbe courte des buffles.
Des bandes entières étaient couchées sur l’herbe au milieu des fleurs:
toute la scène réalisait en quelque façon l’ancienne tradition de
l’Ecriture sainte, parlant des vastes contrées pastorales de l’Orient,
où il y avait des animaux sur mille montagnes. Je ne pouvais me lasser
de contempler cette scène ravissante, et pendant deux heures je regardai
ces masses mouvantes dans le même étonnement. Tout à coup l’immense
armée parut éveillée; un bataillon donnait l’épouvante à l’autre; toute
la troupe était en déroute, fuyant de tous côtés. Les buffles avaient eu
le vent de leur ennemi commun: les chasseurs s’étaient élancés au grand
galop au milieu d’eux. La terre semblait trembler sous leurs pas, et les
bruits sourds que l’on entendait étaient semblables aux mugissements du
tonnerre éloigné. Les chasseurs tiraient à droite et à gauche; ils
firent un grand carnage parmi les plus gras de ces animaux. Je retournai
avec eux au camp. Ils avaient chargé plusieurs chevaux de langues, de
bosses, de côtes, etc., abandonnant le reste aux loups et aux vautours.
Nous campâmes à une petite distance de cette boucherie, et chacun se
mit en mouvement dans le camp pour faire la cuisine. Manquant de bois
sur les bords de la Plate, nos gens se servirent de la fiente sèche du
buffle, qui brûle comme la tourbe. Il nous fallut recourir souvent au
même expédient dans les prairies des Côtes-Noires.

Au milieu de la nuit, des bruits affreux, des hurlements, des aboiements
m’éveillèrent; on aurait dit que les quatre tribus _Pawnées_ s’étaient
rassemblées pour nous disputer le passage sur leur territoire. Je
réveillai mon guide pour savoir la cause de ce bruit et pour le disposer
à recevoir l’attaque de l’ennemi. Il me répondit en riant:
«Tranquillisez-vous, ce n’est rien. Les loups sont à faire festin après
leur long carême d’hiver: ils se partagent les carcasses des vaches que
les chasseurs ont laissées dans la prairie.» Les loups sont
très-nombreux dans ces régions. D’après le dire des sauvages, ils tuent
tous les ans le tiers des veaux des buffles: souvent même, lorsqu’ils
sont en fortes bandes, ils attaquent les gros bœufs ou les vaches, se
portent tous ensemble contre un seul buffle, et en un instant le jettent
par terre avec une grande dextérité et le dévorent. J’ajouterai ici,
pour vous donner une idée du grand nombre de ces animaux dans le
Missouri, que cette année 1840, la compagnie des pelleteries a descendu
soixante-sept mille robes de buffles à Saint-Louis. On évalue en outre à
cent mille le nombre des buffles que les sauvages du Missouri tuent tous
les ans pour leurs propres besoins, pour leurs tentes, leurs vêtements
et leurs couvertures de selle.

Le 28, nous passâmes à gué la _Fourche du Sud_ de la Plate. Toute cette
région, jusqu’aux grandes montagnes, est une véritable bruyère, rocheuse
et sablonneuse, couverte de scories et d’autres substances volcaniques;
il n’y a d’endroits fertiles que sur les rivières et les ruisseaux.
Cette région, nous dit un voyageur moderne, ressemble aux déserts de
l’Asie par ses vastes plaines ondulantes et dégarnies de bois, et par
ses terres incultes, sablonneuses et solitaires, qui fatiguent l’œil par
leur étendue et leur monotonie. C’est un pays où l’homme ne fait point
sa demeure; dans certaines saisons de l’année, le chasseur même et son
coursier y manquent de nourriture. L’herbage y est brûlé et dépérit; les
rivières et les ruisseaux sont à sec; le buffle, le cerf et le chevreuil
se retirent dans des parties éloignées, se tiennent sur les bords de la
verdure expirante, et laissent derrière eux une vaste solitude
inhabitée, entrecoupée de ravins et de lits d’anciens torrents qui
aujourd’hui ne servent qu’à tourmenter le voyageur et à augmenter sa
soif. D’espace en espace la monotonie de ce grand désert est interrompue
par des monceaux de pierres confusément entassées contre des ruines; ou
bien il est traversé par des bancs de rochers qui se dressent devant le
voyageur comme d’infranchissables barrières; telles sont les
_Côtes-noires_. Au delà s’élèvent les _Montagnes Rocheuses_, les limites
du monde atlantique. Les gorges et les vallées de cette vaste chaîne
donnent asile à un grand nombre de tribus sauvages, dont plusieurs ne
sont que les restes mutilés de différents peuples, jadis paisibles
possesseurs des prairies, et maintenant refoulés par la guerre dans des
défilés presque inaccessibles, où la spoliation n’essaiera plus de les
poursuivre.

Ce désert de l’ouest, tel que je viens de le décrire, semble devoir
défier l’industrie de l’homme civilisé. Quelques terres, plus
heureusement situées sur le bord des fleuves, seraient peut-être avec
succès soumises à la culture; d’autres pourraient se changer en
pâturages aussi fertiles que ceux de l’est; mais il est à craindre que,
dans sa presque totalité, cette immense région ne forme comme un océan
entre la civilisation et la barbarie, et que des bandes de malfaiteurs,
organisées comme les caravanes des Arabes, n’y exercent impunément leurs
déprédations. Ce sera peut-être un jour le berceau d’un nouveau peuple,
composé des anciennes races sauvages et de cette classe d’aventuriers,
de fugitifs et de bannis que la société repousse de son sein, population
hétérogène et menaçante, que l’Union-Américaine amoncelle comme un
sinistre nuage sur ses frontières, et dont elle accroît sans cesse
l’irritation et les forces en transportant des tribus entières
d’Indiens, des rives du Mississipi où ils ont pris naissance, dans les
solitudes de l’ouest qu’elle leur assigne pour exil. Ces sauvages
emportent avec eux une haine implacable contre les blancs, qui les ont,
disent-ils, injustement chassés de leur patrie, loin des tombeaux de
leurs pères, pour se mettre en possession de leur héritage. Si
quelques-unes de ces tribus forment un jour des hordes semblables aux
peuples nomades, moitié pasteurs, moitié guerriers, qui parcourent avec
leurs troupeaux les plaines de la haute Asie, n’est-il pas à craindre
qu’avec le temps d’autres ne s’organisent en bandes de pillards et
d’assassins, qui auront pour coursiers les chevaux légers des prairies,
le désert pour théâtre de leurs brigandages, et des rochers
inaccessibles pour mettre leurs jours et leur butin en sûreté?

Le 31 mai, nous campâmes à deux milles et demi de l’une des curiosités
les plus remarquables de cette région sauvage. C’est un monticule en
forme de cône de près d’une lieue de circonférence, entrecoupé de
beaucoup de ravins, et placé sur une plaine unie. Du sommet du monticule
s’élève une colonne carrée de trente à quarante pieds de largeur sur
cent vingt de haut; la forme de cette colonne lui a fait donner le nom
de _Cheminée_; elle a cent soixante-quinze verges au-dessus de la
plaine; on l’aperçoit à trente milles de distance. La Cheminée est
composée d’argile dans un état de pétrification, avec des couches
entremêlées de pierres à sables blanches et grisâtres. Il semble que
c’est le reste d’une haute montagne que les vents et les orages auront
aplanie peu à peu depuis plusieurs siècles. Encore quelques années, et
cette grande curiosité naturelle s’écroulera et ne formera qu’un petit
monticule dans la plaine; car lorsqu’on l’examine de près, on aperçoit à
sa cime une énorme crevasse. Dans le voisinage de cette merveille, les
coteaux sont tous d’un aspect singulier; quelques-uns ont l’apparence de
tours, de châteaux et de villes fortifiées. A quelque distance, on
pourrait à peine se persuader que l’art ne s’est point mêlé aux
fantaisies de la nature. Des bandes de _lashata_, animal aussi appelé
_grosse-corne_, se tiennent au milieu de ces mauvaises terres. La
Cheminée, ses châteaux et ses villes fantastiques terminent un coteau
élevé, se dirigeant du sud au nord. Nous y avons trouvé un passage
étroit entre deux rochers perpendiculaires de trois cents pieds de haut.

Cette région abonde en magnésie, de sorte que le sel de glauber se
trouve presque partout et en plusieurs endroits en grande quantité dans
un état de cristallisation. Les serpents à sonnettes et autres reptiles
dangereux qu’on y rencontre à chaque pas seraient un fléau pour la
contrée, si les sauvages n’avaient découvert, dans une racine
très-commune en ces parages, un spécifique infaillible contre toutes les
morsures venimeuses.

Quoique nous nous trouvassions encore à la distance de trois journées
des _Côtes-noires_, on les voyait déjà très-distinctement. Partout nous
étions au milieu des buffles. Si la terre est ingrate et produit peu de
chose, la Providence a pourvu d’une autre manière à la subsistance des
Indiens et des voyageurs qui traversent ces régions. Nous tuions sans
peine six buffles par jour pour les quarante personnes que contenait
notre camp. Dans tout mon voyage, je n’ai pu me lasser de contempler
avec admiration ces animaux vraiment majestueux, avec leurs épaules,
leurs cous et leurs têtes raboteuses. Si leur nature pacifique n’était
connue, le seul aspect ferait trembler. Ils sont timides et sans
méchanceté, et ne montrent aucune mauvaise disposition, excepté dans
leur propre défense, lorsqu’ils sont blessés et serrés de près. Leur
force est extraordinaire, et quoiqu’ils paraissent lourds, leur course
est cependant très-rapide; il faut un bon cheval pour les suivre à une
grande distance.

Dans cette même région, les bandes des chevaux marrons et sauvages sont
très-nombreuses; il faut beaucoup d’adresse et des chevaux à longue
haleine pour les prendre. Les Espagnols-Mexicains et en général les
Indiens sont adroits dans cette sorte de chasse; il est rare qu’ils
manquent, quoiqu’à la course, à leur passer le lacet autour du cou.

Le 4 juin, nous traversâmes en canot de buffle la _Fourche-à-la-Ramée_,
l’un des principaux tributaires de la Plate. Nous y trouvâmes une
quarantaine de loges de _Sheyennes_, qui nous reçurent avec toutes les
marques de bonté et d’estime; ils étaient polis, propres et décents dans
leurs manières. Les hommes, en général, sont d’une grande taille, droits
et vigoureux; ils ont le nez aquilin et le menton fortement prononcé.
L’histoire de cette nation est celle de toutes les tribus sauvages des
prairies: ils sont les restes de la puissante nation des _Schaways_,
anciens habitants de la _Rivière-Rouge_, qui se jette dans le lac
Wiunepeg. Les _Scioux_, leurs irréconciliables ennemis, les forcèrent,
après une longue guerre, à passer le Missouri et à se réfugier sur une
petite rivière appelée _Warrikane_, où ils se fortifièrent; mais les
vainqueurs les y attaquèrent de nouveau, et les poussèrent, de poste en
poste, jusqu’au milieu des _Côtes-noires_, sur les eaux de la
_Grande-Sheyenne_. Dans tous ces revers, leur tribu a perdu même son
nom; elle n’est plus connue que sous celui de la rivière qu’ils
fréquentent. Maintenant les Sheyennes ne font plus d’effort pour
s’établir dans une demeure permanente, de crainte d’une autre attaque de
leurs cruels ennemis. Ils ont embrassé la vie nomade, vivent de la
chasse et suivent le buffle dans ses différentes migrations.

Les grands chefs de ce village m’invitèrent à un festin et me firent
passer par toutes les cérémonies du calumet; c’est-à-dire qu’ils font
d’abord fumer le Grand-Esprit en élevant la pipe vers le ciel, ensuite
vers le soleil, la terre et l’eau; puis le calumet fait trois fois le
tour de la loge; il passe de main en main, et chacun en tire une
demi-douzaine de bouffées. Alors le chef m’embrassa et me souhaita le
bonjour en me disant: «_Robe-noire_, mon cœur a tressailli de joie
lorsque j’ai appris qui vous étiez. Ma loge n’a jamais eu de jour plus
grand. Dès que j’eus reçu la nouvelle de votre arrivée, j’ai fait
remplir ma grande chaudière pour vous fêter au milieu de mes braves.
Soyez le bien venu. J’ai fait tuer en votre honneur mes trois meilleurs
chiens; ils étaient gras à pleine peau.» Ne vous étonnez pas, si je vous
dis que c’est là leur grand festin, et que la chair du chien sauvage est
très-délicate et fort bonne; elle ressemble beaucoup à celle d’un petit
cochon. La portion qu’on m’accorda était grande: les deux cuisses et les
pattes avec cinq ou six côtes. La loi du festin ordonnait de tout
manger, je n’en pouvais venir à bout. Enfin j’appris qu’on pouvait se
débarrasser de son plat en l’avançant à un autre convive avec un présent
de tabac.

Je pris occasion de leur parler des principaux points de la religion; je
leur expliquai les dix commandements de Dieu et plusieurs articles du
Symbole. Je leur fis connaître l’objet de mon voyage aux Montagnes, leur
demandant si eux aussi ne désiraient pas d’avoir des Robes-noires parmi
eux, pour apprendre à leurs enfants à connaître et à servir le
Grand-Esprit. La proposition parut leur plaire beaucoup, et ils me
répondirent qu’ils feraient leur possible pour rendre le séjour des
Robes-noires agréable parmi eux. Je crois qu’un zélé missionnaire
réussirait très-bien chez ces sauvages. Leur langue, dit-on, est
très-difficile; leur nombre est d’environ deux mille. Les nations
voisines considèrent ces sauvages comme les guerriers les plus courageux
des prairies.

Le fort la Ramée se trouve au pied des _Côtes-noires_. On ne remarque
rien, ni dans la couleur du sol de ces montagnes, ni dans celle des
rochers, qui puisse leur donner ce nom; elles le doivent à la sombre
verdure des petits cèdres et des pins qui ombragent leurs flancs. La
terre végétale près des rivières et dans les vallées est assez bonne;
les terres hautes sont très stériles, et presqu’entièrement couvertes de
blocs de granit, de quartz, de marcassites et d’autres espèces de
pierres entremêlées, qui indiquent évidemment qu’à une époque éloignée
il y a eu dans cette région de grandes convulsions souterraines.

On voit à la Ramée une branche des Montagnes Rocheuses à la distance de
quarante milles. Elle a cinq mille pieds au-dessus de la plaine. Le
thermomètre montait tous les jours jusqu’à quatre-vingt et
quatre-vingt-dix degrés dans les vallons de ces montagnes; et cependant
leurs sommets étaient couverts de neige. Souvent je me suis trompé par
rapport aux distances; quelquefois je désirais examiner de près un grand
rocher ou une côte d’une apparence singulière; je m’y dirigeais dans la
persuasion de m’y rendre à cheval en une heure, et j’y mettais au moins
deux ou trois heures. Il faut que cela soit dû à la grande pureté de
l’atmosphère dans les prairies de cette haute région. L’absinthe est une
production spontanée de ce pays; elle y croît à une hauteur de huit à
dix pieds, et en si grande abondance qu’elle rend le voyage en
charrettes très-incommode. Les cerises à grappes, les groseilles, les
poires des côtes (petit fruit noir excellent) y sont très-abondantes. Le
sureau y croît dans les ravins; le cotonnier de deux espèces est commun
dans les fonds; sur les bords des rivières et sur la pente des
montagnes, on voit des bocages de cèdres et de pins.

Le 14, nous campâmes au pied de la _Butte-Rouge_. Cette côte,
très-élevée, de couleur d’ocre rouge, composée d’argile dans un état de
pétrification, est un point central qui voit sans cesse passer et
repasser les sauvages, soit qu’ils émigrent à l’ouest, soit qu’ils
remontent vers le nord. La branche du nord de la Plate, que nous avions
suivie jusqu’ici, prend là une direction méridionale; sa source est à
cent cinquante milles plus haut. De la Butte-Rouge nous passâmes par un
coteau élevé sur la _Rivière-de-l’Eau-douce_, ainsi appelée à cause de
la grande pureté de ses eaux. L’endroit le plus remarquable de cette
rivière est le fameux rocher _Indépendance_; c’est le premier rocher
massif de cette fameuse chaîne de montagnes qui divise l’Amérique
septentrionale, et que les voyageurs appellent _l’épine dorsale de
l’univers_. Il est composé de granit _in situ_ d’une grosseur
prodigieuse, et couvre une surface de plusieurs milles d’étendue; il est
entièrement découvert de la cime jusqu’à la base. C’est le grand
registre du désert; car on y lit en gros caractères le nom de tous les
voyageurs qui y ont passé; le mien y figure en qualité de premier prêtre
qui ait parcouru ces plages lointaines. Pendant plusieurs journées, nous
avions à notre droite une chaîne de ces rochers nus, bien proprement
appelés _Montagnes Rocheuses_. Ce ne sont que des rochers entassés sur
rochers; on dirait qu’on a sous les yeux les ruines d’un monde entier
recouvertes comme d’un linceul par des neiges éternelles.

Le 19, nous découvrîmes les _Montagnes-au-Vent_, où la caravane a son
rendez-vous et se sépare; nous en étions cependant encore éloignés de
neuf journées de marche. Tous les jours nous nous apercevions que le
froid était de plus en plus sensible, et, le 24, nous traversâmes des
plaines couvertes de neige. Le lendemain, nous nous rendîmes des eaux
tributaires du Missouri sur celles du _Colorado_, qui se jette dans la
mer Pacifique par la Californie, à deux degrés plus au sud que la
Nouvelle-Orléans. Le passage à travers les montagnes est presque
imperceptible; il a de vingt à vingt-cinq milles de largeur, et
quatre-vingts de longueur. On calcule que ces montagnes ont de vingt à
vingt-quatre mille pieds au-dessus de la mer Atlantique.

Le 30, j’arrivai au rendez-vous, où une bande de _Têtes-plates_, qui
avaient été avertis de mon approche, m’attendait déjà. Il eut lieu,
comme je l’ai dit plus haut, sur la _Rivière-Verte_, un tributaire du
Colorado; c’est l’endroit où les chasseurs aux castors et les sauvages
des différentes nations se rendent tous les ans pour vendre leurs
pelleteries et pour se procurer les choses nécessaires.

Je vous donnerai ici une petite notice sur les mœurs, les caractères et
les localités des différents peuples des montagnes, d’après mes propres
observations et d’après les meilleures informations que j’en ai pu
obtenir.

Les _Soshonies_, c’est-à-dire les déterreurs de racines, surnommés les
_Serpents_, se trouvaient en grand nombre au rendez-vous. Ils habitent
la partie méridionale du territoire de l’_Orégon_, dans le voisinage de
la haute Californie. Leur population d’environ dix mille âmes se partage
en plusieurs peuplades disséminées çà et là dans le pays le plus inculte
de toute la région à l’ouest des montagnes; presque toute la surface y
est couverte de scories et d’autres productions volcaniques. On les a
surnommés _Serpents_, parce que, dans leur indigence, ils sont réduits
comme ces reptiles à fouiller la terre et à se nourrir de racines.
Quelques bandes de chasseurs se rendent parfois à l’est des montagnes à
la chasse des buffles, et dans la saison où le poisson remonte, ils
descendent sur les bords de la _Rivière-aux-Saumons_ et de ses
tributaires pour faire leurs provisions d’hiver. Ils sont assez bien
pourvus de chevaux. Au rendez-vous, ils firent leur parade pour saluer
les blancs qui s’y trouvaient. Trois cents de leurs guerriers se
rendirent en ordre et au grand galop au milieu de notre camp. Ils
étaient hideusement barbouillés, armés de leurs massues, et tout
couverts de plumes, de perles, de queues de loups, de dents et de
griffes d’animaux, bizarres ornements, dont chacun s’était paré selon
son caprice. Ceux qui avaient reçu des blessures dans les batailles, et
ceux qui avaient tué des ennemis de leur tribu, montraient avec
ostentation leurs cicatrices et faisaient flotter, au bout de perches en
formes d’étendards, les chevelures qu’ils avaient enlevées. Après avoir
fait plusieurs fois le tour du camp en poussant par intervalles des cris
de joie, ils descendirent de cheval et vinrent donner la main à tous les
blancs en signe d’amitié.

Les principaux chefs, au nombre d’environ trente, m’invitèrent à un
conseil. Comme parmi les _Sheyennes_, il fallut aussi passer par toutes
les cérémonies du calumet. Le chef fit d’abord un petit cercle sur la
terre, y plaça un petit morceau brûlant de fiente sèche de vache et y
alluma son calumet. Il offrit ensuite la pipe au Grand-Esprit, au
soleil, à la terre et aux quatre points cardinaux. Les autres
observaient tous le plus profond silence et restaient assis immobiles
comme des statues. Le calumet passa de main en main, et je remarquai que
chacun avait une manière différente de s’en saisir. L’un tournait le
calumet avant de mettre le manche à la bouche; le suivant faisait un
demi-cercle en l’acceptant; un autre tenait la coupe en l’air; un
quatrième la baissait jusqu’à terre, et ainsi de suite. Je suis
naturellement enclin à rire; j’avoue qu’en cette occasion j’ai dû faire
des efforts sérieux pour ne pas éclater, en contemplant la gravité que
ces pauvres sauvages observaient au milieu de toutes ces simagrées
ridicules. Ces façons de fumer entrent dans leurs pratiques
superstitieuses de religion; chacun a la sienne, dont il n’oserait
dévier pendant toute sa vie, de peur de déplaire à ses manitous. Je leur
fis connaître les motifs de ma visite, le commandement que Dieu avait
fait aux Robes-noires d’aller prêcher sa sainte loi à toutes les nations
de la terre, l’obligation que tous les peuples avaient de la suivre dès
qu’ils la connaîtraient, le bonheur éternel qu’elle procure à tous ceux
qui la suivraient fidèlement jusqu’à la mort, et l’enfer avec tous ses
tourments, qui serait le partage de quiconque fermerait l’oreille à la
parole de Jésus-Christ. Je leur fis concevoir les avantages que leur
procurerait une mission, et je finis en leur prêchant les principaux
points du christianisme. Les sauvages m’accordèrent la plus grande
attention et parurent dans l’admiration de la sainte doctrine que je
venais de leur expliquer. Ils tinrent conseil entre eux pendant l’espace
d’une demi-heure, et l’orateur, au nom de tous les chefs, m’adressa les
paroles suivantes: «Robe-noire, vos paroles ont trouvé accès dans nos
cœurs, elles n’en sortiront jamais. Nous désirons de connaître et de
pratiquer la sublime loi dont vous venez de nous faire part, au nom du
Grand-Esprit, que nous aimons. Tout notre pays vous est ouvert, vous
n’avez qu’à faire votre choix pour y former un établissement. Tous, tant
que nous sommes, nous quitterons les plaines et les forêts, pour venir
nous placer sous vos ordres, autour de vous.» Je leur conseillai, en
attendant cet heureux jour, de choisir des hommes sages dans leurs
différents camps, pour faire les prières en commun soir et matin; que là
les bons chefs trouveraient occasion d’exciter tout le monde à la vertu.
Le soir même ils s’assemblèrent, et le grand chef promulga une loi, qu’à
l’avenir celui qui volerait ou commettrait quelque autre scandale serait
puni en public.

Les _Serpents_ croient que le Grand-Esprit réside particulièrement dans
le soleil, le feu et la terre. Lorsqu’ils font une promesse solennelle,
ils prennent le soleil, le feu et la terre à témoin de l’obligation
qu’ils contractent. Lorsqu’un chef ou un brave de la nation meurt, ses
femmes, ses enfants et ses plus proches parents se coupent les cheveux;
c’est leur grand deuil. Ils rasent même les crinières et les queues à
tous les chevaux que le défunt possédait, ce qui donne à ces pauvres
animaux un air bien triste. Ils font ensuite au milieu de sa loge un tas
de tout son butin, coupent en petits bouts les perches qui la
supportent, et brûlent tout son avoir à la fois. Le cadavre est garrotté
sur son coursier favori et conduit sur le bord de la rivière voisine.
Là, les guerriers poursuivent l’animal, et le cernent de près en jetant
des cris si affreux, qu’ils le forcent à s’élancer dans le courant avec
le corps de son maître. Alors, redoublant leurs cris, ils recommandent
au cheval de transporter sans délai son maître au pays des âmes. Ce
n’est pas tout; pour témoigner leur douleur, ils se font des incisions
sur toutes les parties charnues du corps; et plus l’attachement au
défunt est grand, plus les incisions qu’ils se font sont profondes. On
m’a assuré qu’ils prétendent que la douleur s’échappe par ces plaies.
Croiriez-vous que ces mêmes gens, si sensibles à la mort d’un parent,
ont, comme les _Scioux_, les _Pawnées_ et la plupart des nations
nomades, la coutume barbare d’abandonner sans pitié aux bêtes féroces du
désert les vieillards et les malades, dès qu’ils commencent à leur
causer de l’embarras dans leurs expéditions de chasse.

Tandis que je me trouvais dans leur camp, les _Serpents_ se préparaient
à une expédition contre les _Pieds-noirs_. Aussitôt que le chef eut
annoncé à tous les jeunes guerriers sa résolution de porter la guerre
sur les terres de l’ennemi, tous ceux qui se proposaient de le suivre
préparèrent leurs munitions, souliers, arcs et flèches. La veille du
départ, le chef, à la tête de ses soldats, fit sa danse d’adieu à chaque
loge; partout il reçut un morceau de tabac ou quelque autre présent. Si
dans ces expéditions ils font des femmes prisonnières, ils les emmènent
au camp, et les livrent à leurs femmes, mères et sœurs. Celles-ci les
assomment aussitôt à coups de hache et de couteau, vomissant contre ces
pauvres malheureuses, dans leur rage effrénée, les paroles les plus
accablantes et les plus outrageantes. «Chiennes de _Pieds-noirs_!
s’écrient-elles; ah! si nous pouvions aujourd’hui dévorer les cœurs de
tous vos enfants et nous baigner dans le sang de votre maudite nation!»

Les _Jouts_, une tribu des _Serpents_, brûlent les corps de leurs
parents avec les meilleurs chevaux que possédait le défunt. Le cadavre,
avec les chevaux égorgés, est placé sur un grand tas de bois sec. Quand
la fumée s’élève en tourbillons, ils croient que l’âme du sauvage
s’envole vers la région des esprits, emportée par ses fidèles
coursiers; et pour exciter ceux-ci à un plus rapide essor, ils poussent
tous à la fois des hurlements affreux.

Les _Sampectches_, les _Pagouts_ et les _Ampayouts_ sont les plus
proches voisins des _Serpents_. Il n’y a peut-être pas dans tout
l’univers un peuple plus misérable, plus dégradé et plus pauvre. Les
Français les appellent communément les _Dignes-de-pitié_, et ce nom leur
convient à merveille. Le pays qu’ils habitent est une véritable bruyère.
Ils logent dans les crevasses des rochers ou dans des trous creusés en
terre; ils n’ont pas d’habillements; pour toute arme, un arc, des
flèches et un bâton pointu; ils parcourent les plaines incultes à la
recherche des fourmis et des sauterelles, dont ils se nourrissent, et
ils croient faire un festin quand ils rencontrent quelques racines
insipides ou quelques graines nauséabondes. Des personnes respectables
et dignes de foi m’ont assuré qu’ils se repaissent des cadavres de leurs
proches et qu’ils mangent même quelquefois leurs propres enfants. On ne
connaît pas leur nombre, car ils ne sont guère que deux, trois ou quatre
ensemble. Ils sont si timides qu’un étranger aurait bien de la peine à
les aborder. Dès qu’ils en aperçoivent un, soit blanc, soit sauvage, ils
donnent l’alarme en faisant un boucan (fumée de bois); un instant après,
le même signal se multiplie dans tous les endroits où ils se trouvent.
On en a compté plus de quatre cents à la fois qui, à ce signal,
couraient se cacher dans des roches inaccessibles; ce qui fait présumer
qu’ils sont très-nombreux. Lorsqu’ils vont à la recherche des racines et
des fourmis, ils cachent leurs petits enfants dans les herbes ou dans
les trous des rochers. Quelques-uns, de temps en temps, se hasardent à
quitter leurs cachettes, viennent trouver les blancs, et leur vendent
leurs enfants pour des bagatelles. Les Espagnols de la Californie font
quelquefois des incursions dans leur pays pour leur enlever leurs
enfants. On m’a assuré qu’ils les traitent avec humanité, qu’ils les
instruisent dans la religion, et que, lorsqu’ils sont parvenus à un
certain âge, ils leur accordent la liberté, ou les retiennent dans une
espèce d’esclavage en leur confiant la garde de leurs chevaux ou en les
faisant travailler dans leurs fermes. J’ai eu la consolation de baptiser
plusieurs de ces êtres malheureux; eux aussi m’ont raconté les
circonstances que je vous rapporte. Il serait facile de trouver des
guides parmi les nouveaux convertis; par ce moyen on pourrait
s’introduire chez ces pauvres abandonnés, leur apprendre la nouvelle
consolante de l’Evangile, et rendre leur sort, sinon plus heureux sur la
terre, au moins meilleur par l’espérance d’un avenir de bonheur éternel.
Si Dieu m’accorde la grâce de retourner aux Montagnes, et que mes
supérieurs me le permettent, je me dévouerai avec bonheur à la
conversion de ces hommes misérables et vraiment dignes de pitié.

Le pays des _Utaws_ est situé à l’est et au sud-est de celui des
_Soshonies_, aux sources du _Rio-Colorado_; ils sont environ quatre
mille. Ils paraissent doux et affables, très-polis et hospitaliers pour
les étrangers, et charitables entre eux. Ils subsistent de la chasse, de
la pêche, de fruits et de racines, productions spontanées de leur
territoire. Leur habillement n’a rien d’extraordinaire; ils sont d’une
grande simplicité dans leurs mœurs. Le pays est chaud, le climat
favorable, et la terre très-propre à la culture.

En s’avançant vers le nord, on trouve les _Nez-percés_; leur pays a des
endroits très-fertiles et propres à la culture; il y a aussi de riches
et vastes pâturages. Ces sauvages possèdent un grand nombre de chevaux;
quelques-uns en ont jusqu’à cinq ou six cents. La nation des
_Nez-percés_ compte à peu près deux mille cinq cents habitants.
Quoiqu’ils aient des ministres protestants, sur les rapports
qu’eux-mêmes m’en ont faits, et d’après les entretiens que j’ai eus avec
plusieurs de leurs chefs, ils seraient charmés d’avoir des missionnaires
catholiques parmi eux.

A l’ouest des _Nez-percés_ sont les _Kayuses_, sauvages honnêtes,
pacifiques et hospitaliers. Ils sont au delà de deux mille. Leur
richesse, comme celle des _Nez-percés_, consiste en chevaux, mais de la
plus belle race des montagnes. Une grande partie de leur territoire est
très-fertile, et produit dans une grande abondance une certaine racine
appelée la _kammache_, dont ils font du pain et qui, avec le poisson et
le gibier, forme leur nourriture habituelle.

Les _Walla-walla_ habitent, sur la rivière du même nom, l’un des
tributaires de la Colombie, et leur pays s’étend aussi le long de ce
fleuve. Ils sont environ cinq cents. Leur caractère, leurs mœurs et
leurs habitudes ne diffèrent point de ceux des sauvages que je viens de
nommer.

La tribu _Paloose_ appartient à la nation des _Nez-percés_, et leur
ressemble sous tous les rapports. Elle habite les bords des deux
rivières des _Nez-percés_ et du _Pavillon_. Ils ne sont guère que trois
cents.

Les quatre nations que je viens de citer parlent la même langue avec une
légère différence de dialecte.

Au nord-ouest des _Palooses_ se trouve la nation des _Spokanes_. Ils
sont près de huit cents personnes. Plusieurs petites tribus, qu’on peut
considérer comme appartenant à la même nation, se tiennent dans le
voisinage. Leur pays est diversifié par des montagnes et des vallées
dont quelques parties sont très-fertiles. Ils s’appellent entre eux les
_Enfants du soleil_, dans leur langue _Spokani_. Leur subsistance
principale est la pêche et la chasse, les racines et les fruits.

A l’est de ceux-ci sont les _Cœurs-d’alène_, environ sept cents âmes.
Ils se distinguent par la civilité, l’honnêteté et la bonté. Leur pays
est plus ouvert que celui des _Spokanes_ et plus propre à la culture.

Le pays de mes chères _Têtes-plates_ est encore plus à l’est et au
sud-est, et s’étend jusqu’aux Montagnes Rocheuses. Cette tribu est sans
contredit la plus intéressante de tout l’Orégon. Francs, nobles et
généreux dans leurs dispositions, ils ont toujours montré une grande
bienveillance envers les blancs, et un grand désir de connaître la
religion chrétienne. Ils sont au nombre d’environ huit cents; ils mènent
une vie nomade; ils chassent le buffle sur les rivières _Clarck_ ou du
_Saumon_; et tous les printemps ils traversent les montagnes et
descendent jusqu’à l’embouchure des trois fourches du Missouri. Cette
nation a été beaucoup réduite par les assauts continuels que lui ont
livrés les _Pieds-noirs_. Quoique d’une grande bravoure, ils sont
très-paisibles dans leurs dispositions, et, pour éviter leurs ennemis,
ils désirent s’établir en permanence sur leurs terres. Ils attendant le
retour de nos missionnaires pour exécuter leurs louables desseins.
«Cultiver la terre et vivre en bons et fervents chrétiens, tel est,
disent-ils, l’objet de tous nos désirs.» Leur pays est montagneux, mais
entrecoupé de vallées riantes et fertiles, très-riches en pâturages. Les
montagnes sont froides, couvertes de neige pendant une partie de
l’année; mais dans les vallées le climat est doux.

Les _Pondéras_, communément appelés les _Pends-d’oreille_, ressemblent
aux _Têtes-plates_, de corps, de caractère, de manières, de
dispositions, de mœurs et de langage; ils ne font maintenant avec eux
qu’un seul et même peuple. Leur nombre s’élève à plus de douze cents.
Ils habitent au nord de la rivière _Clarck_ et aux bords d’un lac qui
porte leur nom. Leur pays possède des endroits très-fertiles. Ils
attendent avec impatience notre retour, pour commencer leur culture et
pour continuer à vivre ensemble avec les _Têtes-plates_, sous la sainte
loi de l’Evangile, que j’ai eu le bonheur de leur prêcher pendant trois
mois, et à laquelle ils se sont tous soumis avec le plus grand
empressement et la plus grande docilité.

Je crois que vous ne lirez pas sans intérêt une petite notice de mon
séjour parmi eux et de mes excursions dans leur compagnie. Ne vous
étonnez pas de ce que depuis le mois d’avril jusqu’au mois de décembre
j’ai mené la vie nomade d’un sauvage, vivant de chasse et de racine,
sans pain, sans sucre et sans café, n’ayant pour tout lit qu’une peau de
buffle et une couverture de laine, passant les nuits à la belle étoile
lorsqu’il faisait beau, et bravant les orages et les tempêtes sous une
petite tente. Je vous ai parlé de ma fièvre; elle semblait s’obstiner à
ne pas me quitter: eh bien, par la vie dure que je menais, il est arrivé
que j’en fus tout à fait débarrassé, et je me porte à merveille depuis
le mois de septembre.

Jamais de ma vie je n’ai joui de tant de consolations que durant mon
séjour parmi ces bons _Têtes-plates_ et _Pondéras_; le Seigneur m’a
amplement dédommagé de toutes les privations et souffrances que j’avais
endurées dans ce long et pénible voyage. J’ai dit plus haut que j’avais
trouvé une députation de ces deux tribus au rendez-vous de la
Rivière-Verte. Ces bons Indiens étaient venus au-devant de moi pour me
servir d’escorte dans ces pays si dangereux à parcourir. Notre rencontre
ne fut pas celle d’étrangers, mais d’amis; c’étaient comme des enfants
qui accourent à la rencontre de leur père après une longue absence. Je
pleurais de joie en les embrassant, et eux aussi, les larmes aux yeux,
m’accueillaient avec les expressions les plus tendres. Avec une naïveté
vraiment patriarcale, ils me racontaient toutes les petites nouvelles de
la nation, leur conservation presque miraculeuse dans un combat de
soixante des leurs contre deux cents _Pieds-noirs_, combat qui avait
duré cinq jours, et dans lequel ils avaient tué environ cinquante de
leurs ennemis sans perdre un seul homme. «Nous nous sommes battus en
braves, me disaient-ils, dans le désir de vous voir; le Grand-Esprit a
eu pitié de nous, il nous a aidés à éloigner les dangers sur la route
qui doit vous conduire à notre camp. Les _Pieds-noirs_ ne nous
molesteront plus pour quelque temps; ils se sont retirés en pleurant.
Nos frères brûlent d’impatience de vous voir.» Nous remerciâmes
ensemble le Seigneur de nous avoir préservés jusqu’ici au milieu de tant
de dangers, et nous implorâmes sa protection dans les nouvelles et
longues courses qui nous restaient à faire.

Je m’étais arrêté quatre jours sur la _Rivière-Verte_, pour laisser le
temps à mes chevaux de se remettre de leurs fatigues, pour donner de
bons et salutaires avis aux chasseurs canadiens, qui paraissaient en
avoir grand besoin, pour m’entretenir avec les sauvages des différentes
nations. Le 4 juillet, je me remis en route avec mes _Têtes-plates_; dix
braves Canadiens voulurent aussi m’accompagner. Un bon Flamand de Gand,
_Jean-Baptiste De Velder_, ancien grenadier de Napoléon, qui avait
quitté sa patrie depuis trente ans et avait passé les quatorze derniers
aux Montagnes en qualité de chasseur de castors, offrit généreusement de
me servir et de m’aider dans toutes mes courses. Il était résolu, me
disait-il, à passer le reste de ses jours dans les pratiques de sa
sainte religion. Il avait presque oublié la langue flamande, excepté ses
prières et un cantique en vers flamands à l’honneur de Marie, qu’il
avait appris étant enfant sur les genoux de sa mère, et qu’il récitait
tous les jours. Pendant trois jours, nous remontâmes la _Rivière-Verte_,
et le 8, nous la traversâmes, nous dirigeant à travers une plaine élevée
qui sépare les eaux du Colorado de celles de la Colombie. Le lin, dans
cette plaine, ainsi que dans toutes les vallées des montagnes que j’ai
traversées, croît dans la plus grande abondance; il ressemble en tout au
lin qu’on cultive en Belgique, excepté qu’il est annuel: même tige,
calice, semence, et fleur bleue qui se ferme le jour et s’ouvre le soir.
En quittant la plaine, nous descendîmes par un sentier de plusieurs
mille pieds et nous arrivâmes dans la vallée de _Jacson_. Le penchant
des montagnes voisines abonde en plantes des plus rares et offre une
superbe collection pour l’amateur botaniste. La vallée a dix-sept milles
de long sur cinq à six de large. De là nous passâmes dans un défilé
étroit et extrêmement dangereux, mais en même temps pittoresque et
sublime. Des monts de rochers presque à pic s’élèvent jusqu’à la région
des neiges perpétuelles, et se projettent souvent au-dessus d’un sentier
étroit et raboteux où chaque pas offre la menace d’une chute. Nous le
suivîmes, l’espace de dix-sept milles, sur le penchant d’une montagne
inclinée à un angle de quarante-cinq degrés au-dessus d’un torrent qui
s’élançait avec fracas et en cascades à des centaines de pieds plus bas
que notre route. Le défilé était si étroit, et les montagnes de chaque
côté si hautes, que le soleil avait peine à y pénétrer pendant une ou
deux heures de la journée. Des forêts de pins comme ceux de Norwége, de
sapins à baume, de peupliers ordinaires, de cèdres, de mûriers et de
plusieurs autres arbres, couvrent la pente de ces montagnes.

Le 10, après avoir traversé une haute montagne, nous arrivâmes sur les
bords de la _Rivière-à-Henri_, l’un des principaux tributaires de la
_Rivière-au-Serpent_. La masse des neiges fondues pendant les chaleurs
de juillet avait gonflé ce torrent à une hauteur prodigieuse. Ses eaux
mugissantes s’élançaient avec fureur et blanchissaient de leur écume de
gros blocs de granit qui leur disputaient vainement le passage. Ce
spectacle n’intimida pas nos sauvages ni nos Canadiens: accoutumés à ces
sortes de périls, ils se précipitèrent à cheval dans le torrent et le
passèrent à la nage. Je n’osais me hasarder à faire de même. Pour me
passer, ils firent une espèce de sac avec ma loge de peau; ils y mirent
tous mes effets et me placèrent dessus. Les trois _Têtes-plates_, qui
s’étaient jetés à la nage pour guider ma frêle embarcation, me dirent en
riant de ne pas craindre, que j’étais sur un excellent bateau. Et en
effet cette machine flottait sur l’eau comme un cygne majestueux; et en
moins de dix minutes je me trouvai sur l’autre bord, où nous campâmes
pour la nuit. Le lendemain, nous eûmes encore à gravir une haute
montagne à travers une épaisse forêt de pins, et sur la cime nous
trouvâmes la neige qui était tombée pendant la nuit à la hauteur de
deux pieds. C’est une chose très-remarquable dans cette région: quand il
pleut en été dans la vallée, la neige tombe à gros flocons sur les
montagnes. En descendant dans le gros vallon de _Pierre_, nous trouvâmes
le sentier fort escarpé et glissant. Les chevaux et les mulets sont
très-adroits dans ces sortes de passages dangereux; on n’a qu’à les
laisser faire, et l’on est sauf; le cavalier qui voudrait s’obstiner à
les guider dans ces circonstances, serait en danger, à chaque pas, de se
casser le cou.

Dans les vallées des montagnes, le sol est en général noirâtre,
quelquefois jaune. Souvent il est entremêlé de marne et de substances
marines dans un état de décomposition. Cette espèce de sol pénètre à une
grande profondeur, comme on le voit dans les vastes coupures des ravins
et sur les bords des rivières. La végétation dans ces vallées est
très-abondante. C’est un pays où le géologue admire de grands mouvements
d’opération volcanique; il y trouve en même temps beaucoup d’intérêt à
examiner les différentes formations des laves, etc.

Une journée de marche dans le grand vallon de _Pierre_ nous mena au camp
des _Têtes-plates_ et des _Pondéras_.

Déjà les perches étaient dressées pour étendre ma loge. A mon approche,
hommes, femmes et enfants vinrent tous ensemble à ma rencontre pour me
donner la main et pour me souhaiter la bienvenue; ils étaient au nombre
d’environ mille six cents. Les plus anciens pleuraient de joie, tandis
que les jeunes exprimaient leur contentement par des sauts et des cris
d’allégresse. Ces bons sauvages me conduisirent à la loge du vieux chef,
appelé dans sa langue le _Grand-Visage_. Il avait l’aspect d’un
véritable patriarche, et me reçut au milieu de tout son conseil avec la
plus vive cordialité. Il m’adressa ensuite les paroles suivantes, que je
vous rapporte mot à mot, pour vous donner une idée de son éloquence et
de son caractère: «_Robe-noire_, soyez le bienvenu dans ma nation. C’est
aujourd’hui que _Kyleêeyou_ (le Grand-Esprit) a accompli nos vœux. Nos
cœurs sont gros, car notre grand désir est rempli. Vous êtes au milieu
d’un peuple pauvre et grossier, plongé dans les ténèbres de l’ignorance.
J’ai toujours exhorté mes enfants à aimer _Kyleêeyou_. Nous n’ignorons
pas que tout ce qui existe est à lui, et que notre entière dépendance
repose dans sa main libérale. De temps en temps de bons blancs nous ont
donné de sages avis, et nous les avons suivis; et dans l’ardeur de notre
cœur, pour nous faire instruire de tout ce qui concerne notre salut,
nous avons député de nos gens, à différentes reprises, à la _grande
Robe-noire_ de Saint-Louis (Mgr l’évêque), afin qu’il nous envoie un
Père pour nous parler... _Robe-noire_, nous suivrons les paroles de
votre bouche.» J’eus alors un long entretien sur la religion avec ces
braves gens; je leur expliquai l’objet et les avantages de ma mission et
la nécessité de se fixer en permanence dans un endroit avantageux et
fertile. Tous m’exprimaient le plus grand contentement, et montraient
beaucoup d’ardeur pour échanger l’arc et le carquois contre la bêche et
la charrue.

J’établis avec eux un règlement pour les exercices spirituels,
particulièrement pour les prières du matin et du soir en commun, et pour
les heures des instructions. Un des chefs m’apporta ensuite une cloche
pour donner les signaux, et, dès la première soirée, je rassemblai tout
le monde autour de ma loge. Je leur fis connaître ma conversation avec
leurs chefs, le plan que j’allais suivre pour leur instruction, et les
dispositions nécessaires que le Grand-Esprit demandait d’eux, pour
comprendre et pratiquer la sainte loi de Jésus-Christ, qui seule pouvait
les sauver des peines de l’enfer, les rendre heureux sur la terre et
leur procurer après cette vie un bonheur éternel avec Dieu dans le ciel.
Je dis ensuite les prières du soir; et pour conclusion ils chantèrent
ensemble, dans une harmonie qui me surprit beaucoup et que je trouvai
admirable pour des sauvages, plusieurs cantiques de leur propre
composition à la louange de Dieu. Il me serait impossible de vous
décrire les émotions que j’éprouvais en ce moment. Qu’il est touchant
pour un missionnaire d’entendre publier les bienfaits du Très-Haut par
de pauvres enfants des forêts qui n’ont pas encore eu le bonheur de
recevoir la lumière de l’Evangile!

Tous les matins, au point du jour, le vieux chef se levait le premier;
puis, montant à cheval, il faisait le tour du camp pour haranguer son
peuple. C’est une coutume qu’il a toujours observée, et qui a tenu, je
pense, ces Indiens dans la grande union et dans la simplicité admirable
que l’on remarque parmi eux. Ces mille six cents personnes, par ses
soins paternels et ses bons avis, paraissaient ne former qu’une seule
famille, où l’ordre et la charité régnaient d’une manière vraiment
étonnante. «Allons, s’écriait-il, courage, mes enfants, ouvrez les yeux.
Adressez vos premières pensées et vos premières paroles au Grand-Esprit.
Dites-lui que vous l’aimez, qu’il vous fasse charité. Courage, car le
soleil va paraître, il est temps que vous alliez à la rivière pour vous
laver. Soyez prompts à vous rendre à la loge de notre Père au premier
son de la cloche; soyez-y tranquilles; ouvrez vos oreilles pour
entendre, et votre cœur pour retenir toutes les paroles qu’il vous
dira.» Il faisait ensuite des remontrances paternelles sur ce que lui et
les autres chefs avaient remarqué de défectueux dans leur conduite de la
veille. A la voix de ce vieillard, que tous aiment et respectent comme
un tendre père, ils s’empressaient de se lever; tout était en mouvement
dans le village, et en quelques instants les bords de la rivière se
couvraient de monde.

Quand tous étaient prêts, je sonnai la cloche pour la prière, et depuis
le premier jour jusqu’au dernier, ils ont continué à montrer la même
avidité d’entendre la parole de Dieu. L’empressement était si grand,
qu’ils couraient pour avoir une bonne place; les malades mêmes s’y
faisaient porter. Quelle leçon pour les chrétiens lâches et pusillanimes
des anciens pays catholiques, qui ont toujours assez de temps pour se
rendre aux offices divins et croient y satisfaire lorsqu’ils arrivent au
premier évangile et qu’ils obtiennent la bénédiction à l’_Ite missa
est_; ou pour ceux qui prétextent la moindre infirmité et l’apparence du
mauvais temps pour se dispenser de l’obligation d’assister à la sainte
messe et aux sermons de leurs pasteurs! Cette ardeur pour la prière et
l’instruction (je leur prêchais régulièrement quatre fois par jour), au
lieu de diminuer, s’est augmentée jusqu’à mon départ. Ils me disaient
souvent qu’ils faisaient leurs délices d’entendre la parole de Dieu. Le
lendemain de mon arrivée parmi eux, je n’eus rien de plus pressé que de
traduire les prières dans leur langue, à l’aide d’un bon interprète.
Quinze jours après, dans une instruction, je promis une médaille à celui
qui le premier pourrait réciter sans faute le _Pater_, l’_Ave_, le
_Credo_, les dix commandements de Dieu et les quatre actes. Un chef se
leva: «Mon Père, me dit-il, votre médaille m’appartient.» Et à ma grande
surprise, il récita toutes ces prières sans manquer un mot; je
l’embrassai et le fis mon catéchiste. Le bon sauvage mit tant de zèle et
de persévérance dans son emploi, qu’en moins de dix jours toute la
nation sut réciter les prières.

Pendant mon séjour parmi ce bon peuple, j’ai eu le bonheur de régénérer
près de six cents d’entre eux dans les eaux salutaires du baptême; tous
désiraient ardemment d’obtenir la même grâce, et leurs dispositions
étaient sans doute excellentes, mais comme l’absence des missionnaires
ne devait être que momentanée, je crus prudent de les remettre à l’année
suivante, pour leur faire concevoir une grande idée de la dignité du
sacrement, et pour les éprouver dans ce qui regarde l’indissolubilité
des liens du mariage, qui est une affaire inconnue parmi les nations
indiennes de l’Amérique; car ils se séparent souvent pour les causes les
plus frivoles. Parmi les adultes baptisés se trouvaient les deux grands
chefs, celui des _Têtes-plates_ et celui des _Pondéras_, tous deux
octogénaires. Avant de leur conférer le saint sacrement, comme je les
excitais à renouveler la contrition de leurs péchés, l’_Ours-ambulant_
(c’est le nom du second) me répondit: «Lorsque j’étais jeune, et même
jusqu’à un âge avancé, j’ai été plongé dans une profonde ignorance du
bien et du mal, et dans cet intervalle sans doute j’ai dû souvent
déplaire au grand-Esprit; j’implore sincèrement de lui le pardon. Mais
toutes les fois que j’ai reconnu qu’une chose était mauvaise, je l’ai
aussitôt bannie de mon cœur. Je ne me souviens pas que de ma vie j’aie
offensé le Grand-Esprit de propos délibéré.» Est-il dans notre Europe
beaucoup de chrétiens qui puissent se rendre un pareil témoignage?

Je n’ai pu découvrir parmi ces gens le moindre acte répréhensible, si ce
n’est les jeux de hasard, dans lesquels ils risquent souvent tout ce
qu’ils possèdent. Ces jeux ont été abolis à l’unanimité aussitôt que je
leur eus expliqué qu’ils étaient contraires au commandement de Dieu, qui
dit: «Vous ne désirerez aucune chose qui appartient à votre prochain.»
Ils sont scrupuleusement honnêtes dans leurs ventes et achats; jamais
ils n’ont été accusés d’avoir commis un vol; tout ce qu’on trouve est
porté à la loge du chef, qui proclame les objets et les remet au
propriétaire. La médisance est inconnue même aux femmes; le mensonge
surtout leur est odieux. Ils craignent, disent-ils, d’offenser Dieu,
c’est pourquoi ils n’ont qu’un cœur, et ils abhorrent une _langue
fourchue_ (un menteur). Toute querelle, tout emportement serait puni
avec sévérité. Nul ne souffre sans que ses frères ne s’intéressent à son
malheur et ne viennent au secours de sa détresse; aussi n’ont-ils point
d’orphelins parmi eux. Ils sont polis, toujours d’une humeur joviale,
très-hospitaliers, et s’aident mutuellement dans leurs besoins. Leurs
loges sont toujours ouvertes à tout le monde; ils ne connaissent pas
même l’usage des clefs et des serrures. Un seul homme, par l’influence
qu’il s’est justement acquise par sa bravoure dans les combats et sa
sagesse dans les conseils, conduit la peuplade entière: il n’a besoin ni
de garde, ni de verrous, ni de barres de fer, ni de prisons d’Etat.
Souvent je me suis répété: Sont-ce là des peuples que les gens civilisés
osent appeler du nom de sauvages? Partout où j’ai rencontré des Indiens
dans ces régions éloignées, j’ai trouvé parmi eux une grande docilité
dans tout ce qui est propre à améliorer leur condition. La vivacité de
leurs jeunes gens est surprenante, l’amabilité de leur caractère et
leurs dispositions entre eux sont remarquables. Trop longtemps on s’est
accoutumé à juger les sauvages de l’intérieur par ceux des frontières:
ces derniers ont appris les vices des blancs, qui, guidés par la soif
insatiable d’un gain sordide, tâchent de les corrompre et les
encouragent par leur exemple.

J’ai trouvé le camp des _Têtes-plates_ et des _Pondéras_ dans le vallon
de _Pierre_; ce vallon est situé au pied des trois _Têtons_, montagnes
pointues d’une hauteur prodigieuse, puisqu’elles s’élèvent presque
perpendiculairement à plus de dix mille pieds, et sont couvertes de
neiges perpétuelles. Il y en a cinq, mais trois seulement peuvent être
vues à une grande distance. De là nous remontâmes l’une des fourches
principales de la _Rivière-à-Henri_, faisant tous les jours de petits
campements de neuf à dix milles de distance l’un de l’autre. Souvent,
dans ces petites courses, nous passâmes et repassâmes de hautes côtes,
des torrents larges et rapides, des défilés étroits et dangereux.
Souvent aussi nous rencontrâmes de beaux vallons, unis et ouverts,
riches en pâturages, qui offraient une belle verdure émaillée de fleurs,
et où le baume des montagnes (le thé des voyageurs) abonde. Ce thé, lors
même qu’il a été écrasé sous les pieds de plusieurs milliers de chevaux,
embaume encore l’air de son délicieux parfum. Dans les vallons et les
défilés que nous traversâmes, plusieurs montagnes attirèrent encore
notre attention: quelques-unes représentaient des cônes s’élevant à la
hauteur de plusieurs milliers de pieds à un angle de quarante-cinq à
cinquante degrés, très-unis et couverts d’une belle verdure; d’autres
représentaient des dômes; d’autres étaient rouges comme la brique bien
brûlée, et portaient encore les empreintes de quelque grande convulsion
de la nature; les scories et la lave étaient tellement poreuses qu’elles
flottaient sur l’eau; on les trouvait répandues dans toutes les
directions, et en plusieurs endroits en si grande abondance, qu’elles
paraissaient avoir rempli des vallées entières. Dans plusieurs endroits,
on distinguait encore l’ouverture d’anciens cratères. Les couches
argileuses et volcaniques des montagnes sont, en général horizontales;
mais en plusieurs endroits elles pendent perpendiculairement, ou bien
elles sont courbées ou ondulantes: souvent on les prendrait pour
l’ouvrage de l’art.

Le 22 juillet, le camp se rendit au lac _Henri_, l’une des sources
principales de la Colombie; il a environ dix milles de circonférence.
Nous gravissions à cheval la montagne qui sépare les eaux des deux
grands fleuves: du _Missouri_, qui est à proprement parler la branche
principale du Mississipi et se jette avec lui dans le golfe du Mexique,
et de la _Colombie_, qui porte le tribut de ses eaux à l’océan
Pacifique. De la place élevée où je me trouvais, je distinguais
facilement le lac des _Maringouins_, source d’une des principales
branches de la fourche du nord du Missouri, appelée la rivière de
_Jefferson_. Les deux lacs ne sont guère qu’à huit milles l’un de
l’autre. Je me dirigeai vers le sommet d’une haute montagne, pour
examiner mieux la distance des fontaines qui donnent naissance à ces
deux grandes rivières; je les vis descendre en cascades d’une hauteur
immense, se jetant avec fracas de roc en roc; même à leur source ils
formaient déjà deux gros torrents qui n’étaient guère qu’à une centaine
de pas l’un de l’autre. Je voulus absolument atteindre la cime. Au bout
de six heures de fatigue, je me trouvai épuisé: je crois avoir monté
plus de cinq mille pieds; j’avais passé dans des neiges amoncelées à
plus de vingt pieds de profondeur, et cependant la cime de la montagne
était encore à une grande élévation au-dessus de ma tête. Je me vis donc
contraint d’abandonner mon projet, et je m’assis. Les Pères de la
Compagnie qui desservent les missions sur les bords du Mississipi et de
ses tributaires, depuis _Cunccill-Bluffs_ jusqu’au golfe du Mexique, me
venaient à l’esprit. Je pleurai de joie aux heureux souvenirs qui
s’excitaient dans mon cœur. Je remerciai le Seigneur de ce qu’il avait
daigné favoriser les travaux de ses serviteurs, dispersés dans cette
vaste vigne, implorant en même temps sa grâce divine pour toutes les
nations de l’Orégon, et en particulier pour les _Têtes-plates_ et les
_Pondéras_, qui venaient si récemment et de si bon cœur de se ranger
sous l’étendard de Jésus-Christ. Je gravai en gros caractères sur une
pierre tendre cette inscription: SANCTUS IGNATIUS PATRONUS MONTIUM. DIE
JULII 23, 1840.

Je dis la messe en action de grâces au pied de cette montagne, entouré
de mes sauvages qui entonnaient des cantiques à la louange de Dieu, et
je m’installai dans le pays au nom de notre saint fondateur, implorant
son secours, afin que, par son intercession dans le ciel, cet immense
désert, qui donne de si grandes espérances, puisse bientôt se remplir de
dignes et infatigables ouvriers. C’est aujourd’hui le temps favorable
pour y prêcher l’Evangile aux différentes nations. Les apôtres du
protestantisme commencent à s’y rendre en foule et à choisir les
meilleurs endroits, et bientôt la cupidité et l’avarice de l’homme
civilisé feront les mêmes agressions ici que dans l’est, et l’abominable
influence des vices des frontières interposera la même barrière à
l’introduction de l’Evangile, que tous les sauvages paraissent avoir un
grand désir de connaître et qu’ils suivront, comme les bons
_Têtes-plates_ et les _Pondéras_, avec fidélité.

Pendant tout mon séjour aux montagnes, je disais régulièrement la sainte
messe les dimanches et les jours de fêtes, ainsi que les jours où les
sauvages ne levaient point le camp le matin. L’autel était construit de
saules; ma couverture formait le devant d’autel, et toute la loge était
ornée d’images et de fleurs du pays. Les sauvages s’agenouillaient en
dehors dans un cercle d’environ deux cents pieds, entouré de petits pins
et de cèdres, qu’on y plantait exprès; ils y assistaient assidûment avec
la plus grande modestie, attention et dévotion, et comme il y en avait
de différentes nations, ils chantaient les louanges de Dieu en
tête-plate, en nez-percé et en iroquois; les Canadiens, mon Flamand et
moi nous chantions des cantiques en français, en anglais et en latin.
Les _Têtes-plates_ avaient la coutume, depuis plusieurs années, de ne
jamais lever le camp le dimanche et de passer ce jour en pratiques de
dévotion.

Le 24 juillet, le camp traversa la montagne et se transporta du lac
Henri sur le lac des Maringouins. Jusqu’au 8 août, nous passâmes encore
par une grande variété de pays. Tantôt nous nous trouvions dans des
vallons ouverts et riants, tantôt dans des terres stériles à travers de
hautes montagnes et des défilés étroits, quelquefois dans des plaines
élevées et étendues, profusément couvertes de blocs et de fragments de
granit.

Le 10, nous campâmes sur la rivière de _Jefferson_. Le bas-fond est
riche en beaux pâturages et boisé d’arbres d’une chétive croissance.
Nous le descendîmes, faisant tous les jours de douze à quinze milles, et
le 21 du même mois nous arrivâmes à la jonction des trois fourches du
_Missouri_, là où ce fleuve commence à prendre son nom; nous campâmes
sur celle du milieu. Dans cette belle et grande plaine, les buffles se
montraient en bandes innombrables. Depuis la _Rivière-Verte_ jusqu’ici,
nos sauvages s’étaient nourris de racines et de la chair d’animaux, tels
que le cherveuil rouge et à queue noire, l’élan, la gazelle, la
grosse-corne ou mouton des montagnes, l’ours gris et noir, le brelan, le
lièvre et le chat-pard, tuant de temps à autre de la volaille, comme le
coq des montagnes, la poule des prairies (espèce de faisan), le cygne,
l’oie, la grue et le canard. Le poisson abondait aussi dans les
rivières, particulièrement la truite saumonée. Mais la viande de vache
est le met favori de tous les chasseurs, et aussi longtemps qu’ils la
trouvent, ils ne tuent jamais d’autres animaux. Se trouvant donc
maintenant au milieu de l’abondance, les _Têtes-plates_ se préparèrent à
faire leurs provisions d’hiver; ils érigèrent des échafaudages de saules
autour de leurs loges pour y sécher les viandes, et chacun prépara son
arme à feu, son arc et ses flèches. Quatre cents cavaliers, vieux et
jeunes, montés sur leurs meilleurs chevaux, partirent de bon matin pour
la grande chasse. Je voulus les accompagner pour contempler de près ce
spectacle frappant. A un signal donné, ils se rendirent au grand galop
parmi les bandes; tout parut bientôt confusion et déroute dans toute la
plaine; les chasseurs poursuivirent les vaches les plus grasses,
déchargèrent leurs fusils et lancèrent leurs flèches, et au bout de
trois heures, ils en tuèrent au delà de cinq cents. Alors les femmes,
les vieillards et les enfants s’approchèrent, et à l’aide des chevaux,
ils emportèrent les peaux et la viande, et bientôt tous les échafaudages
furent remplis et donnèrent au camp l’aspect d’une vaste boucherie. Les
buffles sont difficiles à tuer; on doit les blesser dans les parties
vitales. La balle qui frappe le front d’un bœuf ne produit point d’autre
effet qu’un mouvement de tête et une exaspération plus grande; au
contraire, celle qui frappe le front d’une vache, pénètre. Plusieurs
bœufs, blessés à mort dans cette chasse, se défendirent avec fureur.

Disons maintenant quelques mots sur les mœurs et coutumes des nations
indiennes de l’ouest en général. Dans toutes les tribus des montagnes,
le costume est à peu près le même. Les hommes portent une tunique
très-longue de peau de gazelle ou de grosse-corne, des guêtres de peau
de chevreuil ou de biche, des souliers de la même étoffe, et un manteau
de peau de buffle, ou une couverture de laine rouge, bleue, verte ou
blanche. Les coutures de leurs habillements sont ornées de longues
franges: ils en ôtent la crasse en les frottant avec de la terre blanche
(c’est le savon des sauvages). L’Indien aime à entasser parure sur
parure; il attache à sa longue chevelure des plumes de toute espèce. La
plume de l’aigle occupe toujours la place principale; c’est le grand
oiseau de médecine, le manitou ou l’esprit tutélaire du guerrier
sauvage. Ils y attachent en outre toutes sortes de colifichets, des
rubans de toutes couleurs, des anneaux, des osselets et des écailles.
Ils portent au cou des colliers de perles entrelacées d’apocoins (une
écaille oblongue qu’ils ramassent sur les bords de la mer Pacifique). Le
matin, tous se lavent; mais, faute d’essuie-main, ils se servent du bout
de leur tunique. Chacun rentre dans sa loge pour faire sa toilette,
c’est-à-dire pour se frotter la figure, les cheveux, les bras et la
poitrine de graisse d’ours, sur laquelle ils étendent une forte couche
de vermillon, ce qui leur donne un aspect farouche et hideux; souvent je
m’imaginais, en les rencontrant, de voir devant moi ces visages
boursoufflés qu’on appelle en Belgique _vagevuers gezichten_ (faces du
purgatoire). Les petits garçons de sept à dix ans portent une espèce de
dalmatique en peau, brodée de porc-épic et ouverte aux deux bords, ce
qui donne un air tout à fait singulier à ces petits, sans culotte et
sans chemise. Jusqu’à l’âge de sept ans, ils n’ont rien pour se couvrir
pendant l’été; ils passent les journées entières à se jouer dans l’eau
ou dans les bourbiers; en hiver, on les enveloppe dans des morceaux de
cuir. Les femmes se couvrent d’une grande pèlerine, ornée de dents
d’élan et de plusieurs rangées de perles de diverses couleurs. Cet
habillement, lorsque la peau est blanche et propre, fait un bel effet.
Le sauvage met autant de soin à orner son coursier qu’il en emploie pour
sa propre personne; la tête, la poitrine et les flancs de l’animal sont
couverts de pendants de drap d’écarlate, brodés de perles, et ornés de
longues franges auxquelles ils attachent de petites sonnettes.

On peut dire en général que la propreté ne compte pas au nombre des
vertus du sauvage; il m’a fallu quelque temps pour les supporter; il
m’en faudra peut-être bien plus pour les corriger. Pardonnez-moi si
j’entre ici dans quelques détails bien dégoûtants; celui qui se croit
appelé à ces missions doit connaître ce qu’on y rencontre. J’ai vu les
_Sheyennes_ les _Serpents_, les _Youts_, etc., manger la vermine les uns
des autres à pleins peignes. Souvent de grands chefs, pendant qu’ils
m’entretenaient, ôtaient sans cérémonie leur tunique en ma présence, et,
tout en causant, s’amusaient à faire cette espèce de chasse dans les
coutures; à mesure qu’ils délogeaient le gibier, ils le croquaient avec
autant d’appétit que des bouches plus civilisées croquent les amandes et
les noisettes, les pattes d’écrevisses et de crabes. Leurs chaudières,
leurs marmites et leurs plats, à moins de tomber par accident dans
l’eau, ne touchent jamais cet élément pour être lavés. Les femmes
portent des espèces de chapeaux sans bords, faits de paille, très-serrés
et gommés; dans leurs loges, ces chapeaux leur servent de vases à boire
et de plats pour manger la soupe, et ce qui vous paraîtra incroyable au
premier abord, elles s’en servent même pour bouillir la viande; c’est à
l’aide de cailloux chauffés que l’eau bout dans cette espèce de marmite.

La grande ambition d’un sauvage et toute sa richesse consistent à avoir
des chevaux, une belle loge, une bonne couverture ou casaque et un bon
fusil. Au delà, à peine y a-t-il quelque chose qui puisse le tenter. Le
seul avantage que lui donnent ses chevaux, c’est qu’au temps de la
chasse il peut tuer autant de buffles qu’il le désire et emporter
beaucoup de viande.

Les sauvages sont très-adroits à tanner la peau d’un animal. Ils ôtent
les chairs avec un fer dentelé, et le poil avec une petite pioche: alors
la peau, frottée avec le cerveau de l’animal, devient très-molle et
propre au travail. Ils ne sont pas moins habiles à faire leurs arcs d’un
bois très-élastique ou de la corne du cerf; leurs flèches sont faites
d’un bois pesant, et garnies de pointes de fer ou d’une pierre en forme
de lance; l’effet que font ces armes est étonnant. La corne des
grosses-cornes et des buffles leur sert à faire des coupes, des plats et
d’excellentes cuillers; ils amollissent la corne en la faisant cuire
dans des cendres chaudes, et lui donnent ainsi toutes sortes de formes:
en refroidissant, elle reprend sa dureté primitive. Ils font de bons
paniers de saules, d’écorces ou de paille.

En général, les sauvages des montagnes admettent l’existence d’un Etre
suprême, le Grand-Esprit, créateur de toutes choses; l’immortalité de
l’âme, et une vie future où l’homme est récompensé ou puni d’après ses
mérites. Ce sont les points principaux de leur croyance. Leurs idées
religieuses sont très-bornées. Ils croient que le Grand-Esprit dirige
tous les événements importants, qu’il est l’auteur de tout bien et par
conséquent seul digne d’adoration; que par leur mauvaise conduite ils
s’attirent son indignation et sa colère, et qu’il leur envoie des
calamités pour les punir. Ils disent encore que l’âme entre dans l’autre
monde avec la même forme qu’avait le corps sur la terre. Ils s’imaginent
que leur bonheur consistera dans la jouissance et l’abondance de ces
mêmes choses qu’ils ont le plus estimées pendant la vie, que les sources
de leur bonheur présent seront portées à la perfection, et que la
punition des méchants consistera dans une privation de tout bonheur,
tandis que le démon les accablera de misères d’une manière effrayante.
Cette croyance du bonheur et du malheur éternel varie d’après les
circonstances dans lesquelles ils ont vécu sur la terre.

Les sauvages, à l’ouest des montagnes, sont très-pacifiques et se font
rarement la guerre; ils ne se battent jamais que pour se défendre. C’est
avec les _Pieds-noirs_ seuls, qui habitent à l’est, qu’ils ont souvent
des rencontres sanglantes. Ces maraudeurs sont toujours en marche,
pillant et tuant tous ceux qu’ils rencontrent. Lorsque les sauvages de
l’ouest aperçoivent cet ennemi, ils l’évitent, s’il est possible; mais
s’ils sont obligés de se battre, ils montrent un courage ferme et
invincible, et chargent leurs adversaires avec la plus grande
impétuosité. Ils s’élancent pêle-mêle sur eux en jetant le cri de
guerre, déchargent leurs coups de fusil et leurs flèches, portent des
coups de lance, de sabre ou de casse-tête, reculent pour recharger,
retournent à la charge, et bravent la mort avec le plus grand
sang-froid. Ils répètent ces attaques jusqu’à ce que la victoire soit
décidée. On dit communément dans les montagnes qu’un _Tête-plate_ ou
_Pends-d’oreille_ vaut quatre _Pieds-noirs_. Lorsqu’un parti de ces
derniers rencontre un de _Têtes-plates_, égal ou supérieur en nombre, le
_Pied-noir_ aussitôt se montre disposé à la paix, déploie un étendard et
présente son calumet. Le chef _Tête-plate_ accepte toujours, mais il ne
manque pas de faire comprendre à son ennemi qu’il sait à quoi s’en tenir
sur ses intentions pacifiques: «_Pied-noir_, dit-il, j’accepte ton
calumet; mais sache que je n’ignore pas que ton cœur veut la guerre et
que ta main est souillée par le meurtre; mais moi, j’aime la paix.
Fumons, tandis que tu m’offres le calumet, quoique je sois assuré que le
sang sera bientôt répandu de nouveau.»

Les courses de chevaux et les jeux de hasard sont au nombre des passions
dominantes des sauvages; j’en ai fait déjà mention plus haut. Les
Indiens de la Colombie ont porté les jeux de hasard au dernier excès.
Après avoir perdu tout ce qu’ils ont, ils se mettent eux-mêmes sur le
tapis, d’abord une main, ensuite l’autre; s’ils les perdent, les bras,
et ainsi de suite tous les membres du corps; la tête suit, et s’ils la
perdent, ils deviennent esclaves pour la vie avec leurs femmes et leurs
enfants.

Le gouvernement parmi les nations sauvages est entre les mains des
chefs, qui deviennent tels par leurs mérites ou leurs exploits. Leur
pouvoir consiste seulement dans leur influence; elle est grande ou
petite, en proportion de la sagesse, de la bienveillance et du courage
qu’ils ont montrés. Le chef n’exerce pas l’autorité en commandant, mais
par la persuasion. Il ne lève jamais de taxe; au contraire, il a
tellement l’habitude de contribuer de ses propres biens, soit à soulager
un individu dans le besoin, soit à procurer le bien public, qu’il est
ordinairement un des plus pauvres du village. Son autorité est néanmoins
très-grande; son désir est accompli aussitôt que connu; son opinion est
généralement suivie. Si quelqu’un s’obstine déraisonnablement, la voix
de la nation y met fin aussitôt. Je ne connais pas de gouvernement qui
accorde plus de liberté personnelle, et où il y ait en même temps si peu
d’anarchie, tant de subordination et de dévouement.

Il me reste encore un mot à dire sur quelques tribus indiennes, voisines
des _Têtes-plates_ et des _Pondéras_. Au nord de ces derniers, se
trouvent les _Kootenays_; ils habitent la rivière _Mac-Gillevray_, on
les représente comme un peuple très-intéressant. Leur langage est
différent de celui de leurs voisins, très-sonore et ouvert, libre des
mots gutturaux. Ils sont propres, honnêtes et affables, environ mille en
nombre.

Il y a sur la fourche nord-est de la Colombie plusieurs autres tribus
sauvages, qui se ressemblent en coutumes, mœurs, manières et langage; en
voici les principales: au nord des _Kootenays_ sont les _Porteurs_,
environ quatre mille âmes; au sud de ceux-ci, les sauvages _des Lacs_,
au nombre de cinq cents, résident sur le _Lac-aux-flèches_; plus au sud
encore, sont les _Chaudières_, environ six cents; à l’ouest de ceux-ci,
se trouvent les _Sinpavelist_, au nombre de mille; plus bas, les
_Schoopshaps_, six cents âmes; à l’ouest et au nord-est, les
_Okanagans_, onze cents; au nord et à l’ouest sont encore différentes
nations sur lesquelles je n’ai pu obtenir que de vagues informations.

Le 27 août était le jour que j’avais fixé pour mon départ. Dix-sept
guerriers, l’élite des braves des deux nations, se trouvaient de grand
matin à l’entrée de ma loge avec trois chefs. Le conseil des anciens les
avait désignés pour me servir d’escorte aussi longtemps que je me
trouverais dans le pays des _Pieds-noirs_ et des _Corbeaux_, deux
nations si hostiles aux blancs, que les premiers ne leur font jamais
quartier lorsqu’ils les rencontrent, mais les massacrent de la manière
la plus cruelle; les seconds leur ôtent tout ce qu’ils possèdent, les
dépouillent jusqu’à la chemise, et les abandonnent dans le désert pour y
périr de faim et de misère; quelquefois ils leur accordent la vie, mais
les font prisonniers. Longtemps avant le lever du soleil, toute la
nation s’était assemblée autour de ma loge; personne ne parlait, mais la
douleur était peinte sur tous les visages. La seule parole qui parut les
consoler, fut la promesse formelle d’un prompt retour au printemps
prochain et d’un renfort de plusieurs missionnaires. Je fis les prières
du matin au milieu des pleurs et des sanglots de ces bons sauvages. Ils
m’arrachaient malgré moi les larmes que j’aurais voulu étouffer pour le
moment. Je leur fis voir la nécessité de mon voyage; je les excitai à
continuer à servir le Grand-Esprit avec ferveur et à éloigner d’eux tout
sujet de scandale; je leur rappelai les principales vérités de notre
sainte religion. Je leur donnai ensuite pour chef spirituel un Indien
fort intelligent, que j’avais eu soin d’instruire moi-même d’une manière
plus particulière; il devait me représenter dans mon absence, les réunir
soir et matin, ainsi que les dimanches, leur dire les prières, les
exhorter à la vertu, ondoyer les moribonds et, en cas de besoin, les
petits enfants. Il n’y eut qu’une seule voix, un sentiment unanime
d’observer tout ce que je leur recommandais. Les larmes aux yeux, ils me
souhaitèrent tous un heureux voyage. Le vieux _Grand-Visage_ se leva et
dit: «_Robe-noire_, que le Grand-Esprit vous accompagne dans votre long
et dangereux voyage. Nous formerons des vœux soir et matin, afin que
vous arriviez sauf parmi vos frères à Saint-Louis. Nous continuerons à
former des vœux jusqu’à votre retour parmi vos enfants des montagnes.
Lorsque les neiges disparaîtront des vallées, après l’hiver, lorsque la
verdure commencera à renaître, nos cœurs, si tristes à présent,
commenceront à se réjouir. A mesure que le gazon s’élèvera, notre joie
deviendra plus grande; lorsque les plantes fleuriront, nous nous
remettrons en route pour venir à votre rencontre. Adieu!»

Plein de confiance dans le Seigneur qui m’avait préservé jusqu’alors, je
partis avec ma petite bande et mon fidèle Flamand, qui voulut continuer
à partager mes dangers et mes travaux. Nous remontâmes pendant deux
jours la _Gallatine_, fourche du sud du Missouri; nous passâmes de là
par un défilé étroit de trente milles pour nous rendre sur la rivière de
la _Roche-jaune_, le second des grands tributaires du Missouri. Là il
nous fallut prendre les plus grandes précautions; c’est pourquoi nous ne
formâmes qu’une petite bande. Il fallut traverser des plaines à perte de
vue, des terres stériles et arides, entrecoupées de profonds ravins, où
à chaque pas on pouvait rencontrer des ennemis aux aguets. Des vedettes
étaient envoyées dans toutes les directions pour reconnaître le terrain;
toutes les traces laissées soit par les hommes, soit par les animaux,
furent attentivement examinées. C’est ici qu’on ne peut s’empêcher
d’admirer la sagacité du sauvage; il vous dira le jour du passage de
l’Indien à l’endroit où il en voit les traces; il calculera le nombre
d’hommes et de chevaux; il distinguera si c’est un parti de guerre ou de
chasse; même à l’empreinte des souliers, il reconnaîtra la nation qui a
foulé le terrain. Tous les soirs, nous choisissions un lieu favorable
pour y asseoir notre camp, et nous construisions à la hâte un petit fort
avec des troncs d’arbres secs, pour nous mettre à l’abri contre une
attaque soudaine.

Cette région est le repaire des ours gris: c’est l’animal le plus
terrible de ce désert; à chaque pas, nous en rencontrions les traces
effrayantes. Un de nos chasseurs en tua un et l’apporta au camp: ses
pattes avaient treize pouces de long, et ses ongles en avaient sept. La
force de cet animal est surprenante. Un sauvage m’a assuré que d’un seul
coup de patte il avait vu un de ces ours arracher quatre côtes à un
buffle, qui tomba mort à ses pieds. Un autre de ma compagnie passant à
la course près du bois de saules très-épais (c’est la retraite de l’ours
lorsqu’il a ses petits), une ourse s’élança avec fureur vers son cheval,
mit sa patte formidable sur la croupe du coursier, et, déchirant les
chairs jusqu’aux os, le renversa avec son cavalier. Heureusement pour
mon homme, en un clin d’œil il fut debout, fusil en main, et il eut la
satisfaction de voir son terrible adversaire retourner dans les saules
avec la même précipitation qu’il en était sorti. Il est cependant rare
qu’un ours attaque l’homme, à moins que ce dernier n’arrive subitement
sur lui ou qu’il ne le blesse. Si on le laisse passer sans injure, il se
retire, montrant que la crainte de l’homme est sur lui comme sur tous
les autres animaux.

Pendant plusieurs jours, nous dirigeâmes notre course par le bas-fond de
la _Roche-jaune_. Le buffle y était rare; car quelques jours auparavant,
des partis de guerre avaient parcouru les mêmes plaines. Toute la
contrée le long de cette rivière est très-graveleuse et remplie de
cailloux rouges et oblongs, formés par les eaux; çà et là on voyait de
petits bois dans le lointain sur les bords des rivières: Au-dessous de
l’embouchure de la _Rivière-à-Klark_, la _Roche-jaune_ rase de hauts
rochers. Nous les escaladâmes par un petit sentier étroit, pour gagner
les terres hautes ou plutôt une chaîne de coteaux raboteux qu’il fallait
traverser pendant six jours. Dans cette marche, nous eûmes beaucoup à
souffrir de la soif. Nous trouvâmes toutes les sources épuisées et les
lits des ruisseaux à sec. La plage entière était couverte de fragments
détachés de rochers volcaniques; à peine une trace de végétation s’y
faisait remarquer. Deux petites hauteurs et des bancs de sable s’y
montraient par intervalle, légèrement couverts de cèdres rouges d’une
petite croissance; mais en général nous n’y vîmes aucune autre
végétation qu’une mauvaise herbe d’une crue mince et rabougrie; des
pommes de roquette (espèce de _cactus_ épineux), et quelques variétés de
plantes, qui, pareilles aux _cactus_, croissent le mieux dans le sol le
plus aride et le plus ingrat. Les débris des hauts coteaux et des
rochers, les tables angulaires de pierre à sable se trouvaient partout
entassés au-dessus du sol, comme on trouve les glaçons entassés sur les
bancs et les bords des rivières; souvent ils s’élevaient en pyramides
solitaires et ressemblaient aux différentes formes d’obélisques.

Chemin faisant, nous aperçûmes souvent des traces de chevaux. Le 5
septembre, nous arrivâmes à un endroit où une heure auparavant une
troupe nombreuse de cavaliers avait passé. Etaient-ce des alliés ou des
ennemis? Je ferai observer ici que, dans ces solitudes, bien que les
hurlement des loups, les sifflements des serpents venimeux, le
rugissement du tigre et de l’ours gris soient capables de glacer
d’épouvante, cette terreur n’a rien de comparable à celle que jettent
dans l’âme du voyageur les traces fraîches d’hommes et de chevaux, ou
les colonnes de fumée qu’il voit s’élever dans le voisinage. A l’instant
même l’escorte se réunit pour délibérer; chacun examina son arme à feu,
aiguisa son couteau et la pointe de ses flèches, et fit tous les
préparatifs pour une résistance à mort; car se rendre en pareille
rencontre serait s’exposer à périr dans les plus affreux tourments. Nous
résolûmes de suivre le sentier, déterminés à connaître les individus qui
nous devançaient; il nous conduisit à un monceau de pierres entassées
sur une petite éminence. Là de nouveaux signes se manifestèrent: ces
pierres étaient teintes d’un sang fraîchement répandu; mes sauvages,
réunis à l’entour, les examinaient avec une morne attention. Le chef
principal, homme de beaucoup de sens, me dit aussitôt: «Mon Père, je
crois pouvoir vous donner l’explication de ce que nous avons sous les
yeux. Les _Corbeaux_ ne sont pas loin; dans deux heures nous les
verrons. Si je ne me trompe, nous sommes sur un de leurs champs de
bataille; ici leur nation doit avoir essuyé quelque grande perte. Ce
monceau de pierres a été érigé comme un monument à la mémoire des
guerriers qui ont succombé sous les coups de leurs ennemis. Ici les
mères, les épouses, les sœurs, les filles de ceux qui sont morts
(voyez-en les traces) sont venues pleurer sur leurs tombeaux. Il est
d’usage parmi elles de se déchirer le visage, de se faire des incisions
dans les bras et les jambes, et de répandre leur sang sur ces pierres,
en faisant retentir en même temps les airs de leurs cris et de leurs
lamentations.»

Il ne se trompait pas; bientôt nous aperçûmes une troupe considérable de
sauvages à la distance d’une lieue. C’étaient en effet des _Corbeaux_
qui retournaient à leur camp après avoir payé le tribut du sang à
quarante de leurs guerriers, massacrés deux ans auparavant par la tribu
des _Pieds-noirs_. Comme ils sont en ce moment alliés des
_Têtes-plates_, ils nous reçurent avec les plus grands transports de
joie. Bientôt nous rencontrâmes des groupes des femmes couvertes de sang
caillé, et tellement défigurées, qu’elles faisaient à la fois compassion
et horreur. Elles renouvellent pendant plusieurs années cette scène de
deuil, lorsqu’elles passent près des tombeaux de leurs parents; et tant
que la moindre tache de sang leur reste sur le corps, elles ne peuvent
se laver.

Les chefs des _Corbeaux_ nous reçurent avec cordialité et nous donnèrent
un grand festin. La conversation fut vraiment plaisante; comme la langue
des deux nations est différente, elle se fit par signes. Toutes les
tribus de cette partie de l’Amérique correspondent de même et
s’entendent parfaitement. Bientôt les _Corbeaux_ eurent envie d’acheter
les beaux chevaux des _Têtes-plates_. Voici comment un marché se conclut
sous mes yeux. Un jeune chef _Corbeau_, d’une taille gigantesque et
couvert de ses plus beaux vêtements, s’avança au milieu de l’assemblée
en conduisant son cheval par la bride, et le plaça devant le
_Tête-plate_, comme pour l’offrir en échange du sien. Celui-ci, ne
donnant aucun signe d’approbation, le _Corbeau_ mit alors à ses pieds
son fusil, ensuite son manteau d’écarlate, puis tous ses ornements les
uns après les autres, puis ses guêtres encore, et enfin ses souliers. Le
_Tête-plate_ prit alors le cheval par la bride, ramassa les effets, et
le marché fut conclu sans dire mot. Le chef _Corbeau_, tout dépouillé
qu’il était de son beau plumage et de ses beaux habits, s’élança avec
joie sur son nouveau coursier; il fit plusieurs fois à la course le tour
du camp, jetant des cris de triomphe et essayant le cheval dans toutes
ses allures.

La richesse principale des sauvages de l’Ouest consiste en chevaux;
chaque chef et chaque guerrier en possèdent en grand nombre, qu’on voit
paître par troupeaux autour de leur camp. Ils sont pour eux des objets
de trafic en temps de paix, et de butin à la guerre, en sorte qu’ils
passent souvent d’une tribu à l’autre à de très-grandes distances. Les
chevaux que les _Corbeaux_ possèdent sont tirés principalement des races
maronnes des prairies: ils en avaient cependant volé plusieurs aux
_Scioux,_ aux _Sheyennes_, et à quelques autres tribus du Sud-ouest, qui
elles-mêmes les avaient dérobés aux Espagnols dans leurs excursions sur
le territoire mexicain. On considère les _Corbeaux_ comme les plus
infatigables maraudeurs des plaines; ils passent et repassent les
montagnes en tous sens, emportant à un bord ce qu’ils ont volé sur
l’autre. C’est de là que leur vient le nom d’_Abshâroké_, qui signifie
_Corbeau_. Dès leur enfance, ils s’exercent à ce genre de larcin; ils y
acquièrent une habileté étonnante; leur gloire augmente avec le nombre
de leurs captures; aussi un voleur accompli est-il à leurs yeux un
héros. Leur pays paraît s’étendre depuis les _Côtes-noires_ jusqu’aux
Montagnes Rocheuses, embrassant les montagnes de la _Rivière-au-Vent_,
et toutes les plaines et vallées qu’arrosent ses eaux, ainsi que la
_Roche-jaune_, la _Rivière-à-la-Poudre_ et les eaux supérieures de
plusieurs branches de la _Plate_. Le sol et le climat de ce pays sont
très-variés; il y a de vastes plaines de sable et d’argile; on y trouve
des fontaines d’eau chaude, des mines de charbon; le gibier y est
partout très-abondant. Ce sont les plus beaux sauvages que j’aie
rencontrés dans mes courses.

Je fis route pendant deux jours avec cette tribu indienne; ils se
trouvaient dans l’abondance, et, selon leur coutume, ils passaient le
temps en réjouissances et festins. Comme je n’ai rien de caché pour
vous, j’espère que vous ne serez pas scandalisé en apprenant que, dans
une seule après-dînée, j’ai assisté à vingt différents banquets; à peine
m’étais-je assis dans une loge qu’on venait m’appeler à une autre. Mais
mon estomac n’étant pas si complaisant que celui des Indiens, je me
contentais de goûter de leurs ragoûts, et, pour un petit morceau de
tabac, des mangeurs dont j’avais pris la précaution de me faire
accompagner avaient soin de vider le plat pour moi.

De ce camp nous nous dirigeâmes sur la _Grosse-Corne_, le plus grand
tributaire de la _Roche-jaune;_ c’est une belle et large rivière dont
les eaux sont pures comme le cristal. Elle traverse des plaines
très-étendues, bien boisées sur ses deux rives, qui offrent de beaux
pâturages. Nous y trouvâmes un autre camp de _Corbeaux_, au nombre
d’environ mille âmes. Eux aussi nous reçurent avec les plus grandes
démonstrations d’amitié, et il fallut encore passer la journée en allant
de festin à festin. Je saisis une occasion favorable pour leur parler
sur différents points de la religion. Comme je leur dépeignais vivement
les tourments de l’enfer, et que je leur disais que le Grand-Esprit
l’avait préparé pour les prévaricateurs de ses lois, l’un des chefs fit
une exclamation que je ne saurais vous rendre, et me dit: «Je crois
qu’il n’y en a que deux dans toute la nation des _Corbeaux_ qui n’iront
pas à cet enfer dont vous nous parlez, c’est la _loutre_ et la
_belette_; ce sont les seuls que je connaisse qui n’aient jamais ni tué,
ni volé, ni commis les excès que votre loi défend. Je pourrais cependant
me tromper; dans ce cas, nous irons tous de compagnie en enfer.» Le
lendemain, je partis; l’un des principaux chefs me fit présent d’une
belle cloche et la pendit au cou de mon cheval. Il m’invita à faire avec
lui le tour du camp; je le suivis, et ma bête faisait sonner sa
clochette. Il m’accompagna ensuite par civilité à la distance de six
milles de son village.

Après avoir passé encore quelques jours à surmonter les difficultés du
passage, à travers des côtes stériles et entrecoupées, nous arrivâmes
enfin au premier fort de la Compagnie des pelleteries. On l’appelle le
fort des _Corbeaux_. Les Américains qui y résident nous reçurent avec
beaucoup de bienveillance et d’amitié, et je m’y rétablis bien vite de
mes fatigues. C’est ici seulement que la fièvre intermittente m’a
entièrement quitté. Les _Têtes-plates_ y édifièrent tout le monde par
leur piété. Dans le fort aussi bien que dans le camp, et lorsque nous
étions en route, nous ne manquions jamais de nous rassembler soir et
matin pour dire les prières en commun et pour chanter quelques cantiques
à la louange de Dieu.

J’avais fixé mon départ du fort au 13 septembre. Je résolus de me
séparer ici de mes fidèles _Têtes-plates_. Je leur déclarai que le pays
dans lequel j’allais entrer était encore plus dangereux que la région
que nous venions de parcourir ensemble, puisqu’il y passait sans cesse
des partis de guerre des _Pieds-noirs_, des _Assiniboins_, des
_Gros-Ventres_, des _Arikaras_ et des _Scioux_, nations qui leur avaient
toujours été hostiles; que je n’osais davantage exposer leur vie; que je
remettais entre les mains de la Providence le soin de ma conservation,
et qu’aidé de cette protection divine, je n’avais rien à craindre. Je
les exhortai en même temps à continuer à servir le Grand-Esprit avec
ferveur; et réitérant mes promesses d’un prompt retour en compagnie
d’autres missionnaires, je les embrassai tous et leur souhaitai un
heureux voyage.

Mon Flamand et moi, nous commençâmes avec courage le trajet solitaire et
dangereux de plusieurs centaines de milles que nous avions à parcourir
ensemble à travers un désert inconnu, où nul chemin n’était tracé, et
sans autre guide que la boussole. Longtemps nous suivîmes le cours de la
_Roche-jaune_, excepté dans quelques endroits où des chaînes de rochers
interceptaient notre marche en nous obligeant à faire de grands circuits
et à travers des coteaux raboteux de quatre à cinq cents pieds
d’élévation. A chaque pas, nous apercevions des forts que les partis de
guerre élèvent pour le temps de leurs courses, de meurtre et de pillage;
ils pouvaient contenir des ennemis aux aguets à l’heure même que nous y
passions. Une solitude pareille avec ses horreurs et ses dangers a
cependant un avantage bien réel; c’est un lieu où l’on voit constamment
la mort en face, et où elle se présente sans cesse à l’imagination sous
les formes les plus hideuses. On y sent d’une manière toute particulière
qu’on est tout entier sous la main de Dieu. Il est facile alors de lui
offrir le sacrifice d’une vie qui est bien moins à vous qu’au premier
sauvage qui voudra la prendre, et de former les résolutions les plus
généreuses dont un homme soit capable. C’est bien là, en effet, la
meilleure retraite que j’aie faite de ma vie. Ma seule consolation était
l’objet pour lequel j’avais entrepris le voyage; mon guide, mon soutien,
mon refuge, c’était la Providence paternelle de mon Dieu.

Le deuxième jour du voyage, j’aperçus de grand matin en m’éveillant, à
la distance d’un quart de mille, la fumée d’un grand feu; une pointe de
rocher nous séparait seule d’un parti de guerre sauvage. Sans perdre de
temps, nous sellâmes nos chevaux et partîmes au grand galop; enfin nous
gagnâmes la côte, et, traversant les ravins et le lit sec d’un torrent,
nous atteignîmes le sommet sans être aperçus. Nous fîmes ce jour de
quarante à cinquante milles sans nous arrêter, et nous ne campâmes que
deux heures après le coucher du soleil, de crainte que les sauvages,
rencontrant nos traces, ne nous poursuivissent. La même crainte nous
empêcha d’allumer du feu; il fallut donc se passer de souper. Je me
roulai dans ma couverture et je m’étendis sur le gazon en me
recommandant au bon Dieu. Mon grenadier, plus brave que moi, ronfla
bientôt comme une machine à vapeur en plein mouvement; passant par
toutes les notes d’une gamme chromatique, il terminait par un profond
soupir, en guise d’accord, chacun des tons sur lesquels il préludait.
Quant à moi, j’eus beau me tourner à droite, je passai ce qu’on appelle
une nuit blanche. Le lendemain au point du jour, nous étions déjà en
route; il fallut user des plus grandes précautions, parce que le pays
que nous avions à parcourir offrait les dangers les plus grands. Vers
midi, nouveau sujet d’alarme; un buffle venait d’être tué depuis environ
deux heures dans un endroit où nous devions passer; on lui avait ôté la
langue, les os à moelle et quelques autres morceaux friands. Nous
tressaillîmes à cette vue en pensant que l’ennemi n’était pas loin; et
cependant nous aurions dû plutôt remercier le Seigneur, qui nous avait
ainsi préparé des aliments pour notre repas du soir. Nous nous
dirigeâmes du côté opposé aux traces des sauvages, et la nuit suivante
nous campâmes parmi des rochers qui servent de repaire aux tigres et aux
ours. J’y fis un bon somme. Pour cette fois, la musique ronflante de mon
compagnon ne me troubla pas.

Nous nous mettions toujours en route de bon matin; mais c’était chaque
fois pour affronter de nouveaux dangers, pour rencontrer çà et là les
traces récentes de pieds d’hommes et de chevaux. Vers dix heures, nous
arrivâmes dans un camp abandonné de quarante loges; les feux n’étaient
pas encore éteints; heureusement nous n’y découvrîmes personne. Enfin
nous revîmes le Missouri, mais dans un endroit où une heure auparavant
cent loges d’_Assiniboins_ venaient de le traverser. Ce n’est là qu’une
faible esquisse du dangereux trajet que j’ai fait du fort des _Corbeaux_
au fort _Union_, situé à l’embouchure de la _Roche-jaune_.

Je racontai un jour ces particularités à un chef sauvage; il me répondit
aussitôt: «Le Grand-Esprit a ses manitous (esprits tutélaires): il les a
envoyés sur vos pas au-devant de vous, pour étourdir et mettre en fuite
les ennemis qui auraient pu vous nuire.» Un chrétien n’aurait pu mieux
me rappeler le beau texte des Psaumes: _Angelis suis mandavit de te, ut
custodiant te in omnibus viis tuis_. Jamais je ne me suis aperçu
davantage qu’une Providence toute spéciale protége le pauvre
missionnaire. Le pays de la _Roche-jaune_ abonde en gibier; je ne crois
pas qu’il y ait dans l’Amérique entière une contrée plus favorable à la
chasse. Je me trouvai pendant sept jours au milieu des troupeaux
innombrables de buffles. A tout moment j’apercevais des bandes d’élans
majestueux bondir dans cette solitude animée, tandis que des nuées de
gazelles s’enfuyaient devant nous avec la rapidité du trait. L’ashata ou
grosse-corne parut seule ne pas s’inquiéter de notre présence; ces
animaux se reposaient par bandes ou folâtraient sur des projections de
rochers escarpés au-dessus de la portée de fusil. Le chevreuil y est
abondant, particulièrement le chevreuil à queue noire, qu’on ne trouve
guère que dans des pays montagneux. C’est un noble et bel animal,
couvert d’une pélisse de brun foncé; on le voit bondir des quatre pieds
à la fois, et ses mouvements sont si vifs qu’il paraît à peine toucher
la terre. Toutes les rivières et ruisseaux, que nous traversâmes dans
notre course, donnaient des marques évidentes que l’industrieux castor,
la loutre et le rat musqué étaient encore les possesseurs paisibles de
leurs eaux solitaires. Les canards, les oies et les cygnes n’y
manquaient pas. Ce pays abonde en charbon et en mines de fer. La
_Roche-jaune_ m’a paru remplie de courants; elle n’est pas navigable, si
ce n’est au milieu de l’été, lorsque les eaux, à la fonte des neiges,
se précipitent en torrents des montagnes.

Le fort Union est le plus vaste et le plus beau des forts que la
Compagnie des pelleteries possède sur le Missouri; il est situé à deux
mille deux cents milles de Saint-Louis. Les messieurs qui y résident
nous comblèrent de politesses; ils ne pouvaient revenir de leur
étonnement au sujet du dangereux voyage que nous venions si heureusement
de terminer. Pendant notre séjour parmi eux, ils fournirent libéralement
à tous nos besoins; et à notre départ pour le village des _Mandans_, ils
nous chargèrent de toutes sortes de provisions. Je leur en conserverai
pendant toute ma vie la plus grande reconnaissance.

Après avoir régénéré quelques enfants métis dans les saintes eaux du
baptême, je partis du fort le 23 septembre. Le trajet jusqu’au village
des _Mandans_ nous prit dix jours. Le sol que le grand fleuve parcourt
est beaucoup plus fertile que celui de la _Roche-jaune_; c’est cependant
toujours la même vaste prairie, diversifiée par de hautes côtes et
plutôt par des montagnes sillonnées de ravins. Les lits des rivières
sont à sec pendant une partie de l’année; mais elles s’enflent à une
hauteur prodigieuse dans la saison des pluies. Sur le penchant des côtes
et dans les bas-fonds, sur les bords des rivières, on trouve çà et là de
beaux bocages; mais en général toute la région ne présente à l’œil
qu’une plaine ondulante, couverte de gazon et de différentes herbes. Le
sol y est fortement imprégné de soufre, de couperose, d’alun et de sel
de glauber; les _strates_ de terre colorent fortement les rivières qui
les traversent, et avec les éboulements des bancs du Missouri,
communiquent aux eaux de cet immense fleuve les matières qui les rendent
bourbeuses. Il y a dans cette région quelques endroits sablonneux
remplis de curiosités naturelles; j’y remarquai de gros troncs d’arbres
et des ossements de différentes espèces d’animaux pétrifiés; j’y trouvai
entre autres un gros crâne de buffle, changé en pierre rouge comme le
porphyre. Je l’ai porté à une grande distance; mais l’embarras que cette
charge me causait, et la fatigue des chevaux qui trouvaient à peine de
quoi se nourrir dans cette saison de l’année, me forcèrent bientôt à
l’abandonner avec regret dans la prairie, comme j’avais été obligé de
faire auparavant dans les Côtes-noires et dans les Montagnes Rocheuses
de toutes les autres curiosités que j’avais ramassées.

Nous rencontrâmes sur notre route un parti de guerre de quinze
_Assiniboins_, qui revenaient d’une expédition infructueuse contre les
_Gros-Ventres_ du Missouri. C’est dans ces sortes d’occasions que la
rencontre des sauvages est principalement dangereuse. Retourner dans
leur pays sans chevaux, sans prisonniers, sans chevelures, c’est pour
eux le comble du déshonneur et de la honte; aussi nous montrèrent-ils
beaucoup de mécontentement, et leur regard n’avait rien que de sinistre.
Cependant ces sauvages sont poltrons; ils étaient d’ailleurs mal armés.
J’étais accompagné de trois hommes du fort qui se rendaient chez les
_Arikaras_ avec une bande de chevaux, et quoique nous ne fussions que
cinq, chacun de nous mit la main sur son arme; et affectant un air de
détermination, nous eûmes un petit entretien avec eux et nous
continuâmes notre route sans être molestés. Le lendemain, nous
traversâmes, sur les bords du Missouri, une forêt qui avait été en 1835
le quartier d’hiver des _Gros-Ventres_, des _Arikaras_ et des _Mandans_;
c’était là que ces malheureuses nations avaient été attaquées par
l’épidémie qui, dans le courant de cette année, fit tant de ravages
parmi les tribus indiennes; plusieurs milliers de sauvages moururent de
la petite vérole. Nous remarquâmes, en passant, que les cadavres,
enveloppés dans des peaux de buffle, étaient restés attachés aux
branches des plus gros arbres. Ce cimetière sauvage offrait une vue bien
triste et bien lugubre; il donna occasion à mes compagnons de voyage de
raconter plusieurs anecdotes aussi déplorables que tragiques. A deux
journées de là nous rencontrâmes les misérables restes de ces trois
infortunées tribus. Les _Mandans_, qui ne forment guère aujourd’hui
qu’une dizaine de familles, se sont unis aux _Gros-Ventres_, qui
eux-mêmes s’étaient joints aux _Arikaras_; ils sont ensemble environ
trois mille. Quelques jeunes gens, nous ayant aperçus de loin, donnèrent
avis aux chefs de l’approche d’étrangers. Ils se précipitèrent aussitôt
par centaines au-devant de nous: mais les trois hommes du fort Union se
firent connaître, et me présentèrent à leurs chefs en qualité de
_Robe-noire_ des Français. Ils nous reçurent avec les plus grandes
démonstrations d’amitié et nous forcèrent de passer l’après-dînée et la
nuit dans leur camp. Les marmites furent bientôt remplies dans toutes
les loges, et les morceaux de rôti mis au feu pour fêter notre arrivée.
C’était encore ici, comme parmi les _Corbeaux_, une succession
d’invitations aux festins qu’il nous fallut parcourir jusqu’à minuit.
S’y refuser, eût été le comble de l’impolitesse, et ils nous croient
d’ailleurs aussi capables qu’eux-mêmes de manger à toute outrance et à
toute heure du jour et de la nuit. Un sauvage est un être singulier sur
ce rapport; il est insatiable et infatigable; on le trouve toujours prêt
lorsqu’il s’agit de manger; mais j’ajouterai en même temps que, dans la
disette, il est d’une patience admirable, et observe le jeûne le plus
rigoureux pendant des semaines entières.

Ces sauvages nous aidèrent le lendemain à traverser le Missouri dans
leurs canots de buffle. Ces canots ont la forme d’un panier rond fait de
saules entrelacés d’un pouce d’épaisseur, et qu’on couvre d’une peau de
buffle. Les femmes conduisent ce bateau de leur fabrique avec beaucoup
de dextérité. Le poids et le nombre de personnes que ces canots portent
est vraiment étonnant. Nos chevaux, qui nous avaient suivis à la nage,
s’embourbèrent jusqu’au cou sur la rive opposée; il fallut un demi-jour
de travail pour les retirer de la vase.

Le même soir, nous arrivâmes au premier village permanant des
_Arikaras_. Leurs maisons sont très-commodes et spacieuses; elles sont
formées de quatre gros troncs d’arbres dressés et fourchus qui
supportent les poutres et une charpente de grosses perches entrelacées
d’osiers; toute la construction est couverte de terre. Un trou creusé
dans la terre au milieu de la loge sert de foyer, et une ouverture au
sommet laisse échapper la fumée et admet le jour. Dans l’intérieur, la
loge est entourée d’alcoves, semblables aux hamacs d’un navire, et
cachées au moyen de peaux en guise de rideaux. A l’extrémité de chaque
loge, ou bien sur le sommet, on voit une espèce de trophée de chasse ou
de guerre, consistant en deux ou plusieurs têtes de buffle peintes d’une
manière bizarre, et surmontées de boucliers, d’arcs, de carquois et
d’autres armes.

D’ordinaire, ces _Arikaras_ ne portent d’autre vêtement qu’une ceinture.
Les jours de fête, ils mettent une belle tunique, des guêtres et des
souliers de peau de gazelle brodés en porc-épic teint de vives couleurs;
puis ils s’enveloppent d’un manteau de buffle chargé d’ornements et de
couleurs, jettent sur l’épaule gauche leur carquois rempli de flèches,
et se couvrent la tête d’un bonnet de plumes d’aigle. Celui qui tue un
ennemi sur sa propre terre se distingue par des queues d’animaux qu’il
s’attache aux jambes. Celui qui tue un ours gris porte les griffes de
cet animal en forme de collier, c’est le plus glorieux trophée d’un
chasseur indien. Le guerrier qui revient de l’ennemi avec une ou
plusieurs chevelures, peint une main rouge à travers une bouche, pour
montrer qu’il a bu du sang de ses ennemis.

Les guerriers des _Arikaras_ et des _Gros-Ventres_, avant de partir pour
la guerre, observent un jeûne rigoureux, ou plutôt ils s’abstiennent
totalement de boire et de manger pendant quatre jours. Dans cet
intervalle, leur imagination s’exalte jusqu’au délire; soit
affaiblissement de leurs organes, soit effet naturel des projets
belliqueux qu’ils nourrissent, ils prétendent avoir d’étranges visions.
Les anciens et les sages de la tribu, appelés à donner l’interprétation
de ces rêves, en tirent des augures plus ou moins favorables au succès
de l’entreprise; leurs explications sont reçues comme des oracles sur
lesquels l’expédition sera fidèlement réglée. Tant que dure le jeûne
préparatoire, les guerriers se font des incisions sur le corps,
s’enfoncent dans la chair des morceaux de bois au-dessous de l’omoplate,
y attachent des liens de cuir, et se font suspendre à un poteau fixé
horizontalement sur le bord d’un abîme qui a cent cinquante pieds de
profondeur; souvent même ils se coupent un ou deux doigts, qu’ils
offrent en sacrifice au Grand-Esprit, afin qu’il leur accorde des
chevelures dans la guerre qu’ils vont entreprendre. Dans une de leurs
dernières escarmouches contre les _Scioux_, les _Arikaras_ tuèrent vingt
de leurs ennemis et en placèrent les cadavres en tas au milieu de leur
village. Alors commença leur grande danse de guerre; hommes, femmes et
enfants y assistaient. Après avoir longuement célébré les exploits de
leurs braves, ils se jetèrent comme des bêtes féroces sur ces corps
inanimés, les hachèrent en pièces et en attachèrent les lambeaux au bout
de longues perches, qu’ils portèrent en dansant jusqu’à ce qu’ils
eussent fait plusieurs fois le tour du village.

On ne saurait se faire une idée de la cruauté d’un grand nombre de ces
tribus sauvages, dans les guerres continuelles qu’ils font à leurs
voisins. Quand ils savent que les guerriers d’une tribu rivale sont
partis pour la chasse, ils entrent inopinément dans leur village,
massacrent les enfants, les femmes et les vieillards, et emmènent
prisonniers tous les hommes qu’ils peuvent conduire. Quelquefois ils se
placent en embuscade, ils laissent passer tranquillement une partie de
la bande, tout à coup ils jettent un cri affreux et font pleuvoir sur
l’ennemi une grêle de balles et de flèches. Un combat à mort commence
aussitôt; ils s’élancent les uns sur les autres le casse-tête et la
hache à la main, et font une horrible boucherie, se glorifiant de leur
valeur, et vomissant un torrent d’injures contre les malheureux vaincus.
La mort s’y montre sous mille formes hideuses, dont le spectacle, qui
glacerait d’épouvante tout homme civilisé, ne fait au contraire
qu’enflammer la rage de ces barbares. Ils insultent et foulent aux pieds
les cadavres mutilés; ils arrachent les chevelures, se roulent dans le
sang comme des bêtes féroces, souvent même ils dévorent les membres
palpitants de ceux qui respirent encore. Les vainqueurs retournent à
leur village, entraînant avec eux leurs prisonniers destinés au
supplice. Les femmes viennent à leur rencontre en jetant des hurlements
épouvantables dans la supposition qu’elles auront à pleurer la mort de
leurs maris ou de leurs frères. Un héraut proclame les détails
circonstanciés de l’expédition; on fait l’appel nominal des guerriers,
et leur absence indique qu’ils ont succombé. Alors les cris perçants des
femmes se renouvellent, et leur désespoir présente une scène de rage et
de douleur qui passe l’imagination. La dernière cérémonie est la
proclamation de la victoire: oubliant aussitôt leurs propres malheurs,
elles s’empressent de célébrer le triomphe de leur nation; par une
transition inexplicable, elles passent dans un instant d’un deuil
frénétique à la joie la plus extravagante.

Je ne saurais trouver des paroles pour vous décrire les tourments qu’ils
infligent au pauvre prisonnier dévoué à la mort; l’un lui arrache les
ongles jusqu’à la racine, un autre lui mord la chair des doigts, fait
entrer le doigt déchiré dans son calumet et en fume le sang; on leur
écrase les doigts des pieds entre deux pierres, on leur applique des
fers rouges sur toutes les parties du corps, on les écorche vifs, et on
se repaît de leurs chairs palpitantes. Ces cruautés continuent pendant
plusieurs heures, quelquefois pendant une journée entière, jusqu’à ce
que la victime succombe à tant d’affreux tourments. Les femmes, comme de
véritables furies, l’emportent souvent en cruauté sur les hommes dans
ces scènes d’horreur. Pendant tout cet horrible drame, les chefs de la
tribu sont tranquillement assis autour du poteau où se débat la victime;
ils fument et regardent ces scènes tragiques sans la moindre émotion.
Souvent le prisonnier ose braver ses bourreaux avec une froideur
vraiment stoïque: «Je ne crains point la mort, s’écrie-t-il; ceux qui
craignent vos tourments sont des poltrons, ils sont au-dessous des
femmes. Que mes ennemis soient confondus; ils ne m’arracheront aucune
plainte; qu’ils enragent, qu’ils se désespèrent. Oh! si je pouvais les
dévorer et boire leur sang dans leur crâne jusqu’à la dernière goutte!»

Nous arrivâmes enfin au grand village des _Arikaras_, qui n’est qu’à dix
milles de celui des _Mandans_. La Compagnie des pelleteries y a aussi un
fort. Je fus surpris de trouver autour des habitations de beaux champs
de maïs, cultivés avec le plus grand soin. Ces Indiens continuent à
fabriquer les mêmes pots de terre (et chaque loge en possède plusieurs)
qu’on trouve dans les anciens tombeaux sauvages répandus dans les
Etats-Unis, et que les antiquaires du pays présument avoir appartenu à
une race antérieure à celle des sauvages d’aujourd’hui. Les jongleurs ou
conjureurs des _Arikaras_ jouissent d’une grande réputation parmi les
Indiens, à cause des tours étonnants qu’ils exécutent pour se donner
plus d’importance; ils prétendent avoir des communications avec l’esprit
de ténèbres. Ils plongent leurs bras jusqu’au coude dans l’eau
bouillante (par le moyen du jus d’une certaine racine, dont ils se
frottent les bras). Ils mangent du feu et se tirent des flèches sans se
nuire. Un tour me surprit beaucoup, quoique le sauvage ne voulût pas
l’exécuter en ma présence, disant que ma médecine (religion) était plus
forte que la sienne. Il se fit garrotter les mains, les pieds, les
jambes et les bras par mille nœuds; on l’enferma ensuite dans un grand
filet, puis dans une peau de buffle. Celui qui le garrottait lui avait
promis son cheval s’il se débarrassait de ses liens; une minute après
il sortit libre de toute entrave, à la grande surprise de tous les
spectateurs. Le commandant du fort lui offrit un autre cheval s’il
voulait lui communiquer son secret; il fut pris au mot. «Faites-vous
lier, lui dit le sorcier; j’ai dix esprits invisibles qui sont à mes
ordres; j’en détacherai trois de ma bande pour vous les donner; ils vous
détacheront, mais n’en ayez pas peur, car ils vous accompagneront
partout.» Le commandant fut déconcerté par ce propos du sauvage et n’osa
accepter l’offre.

Le 6 octobre, je me remis en route pour le fort du petit Missouri au
fort Pierre. C’est le grand entrepôt des marchandises de la Compagnie
destinées aux besoins des sauvages qui habitent le fleuve. Comme sur la
_Roche-jaune_, je fus encore sans guide dans ce voyage de dix jours. Un
Canadien, qui devait faire la même route, nous accompagna. On
s’accoutume par degré à braver les dangers. Pleins de confiance dans la
protection de Dieu, nous cherchions notre route dans un pays où il n’y a
aucun chemin de frayé, et guidés par la boussole à travers ces plages
désertes, comme le nautonnier sur le vaste Océan. Les habitants du fort
nous avaient bien recommandé d’éviter la rencontre des _Jantonnais_, des
_Santées_, des _Ampapas_, des _Ogallalas_, des _Pieds-noirs_ et des
_Scioux_. Nous avions cependant à traverser les plaines qu’ils
parcourent. Le troisième jour, un parti de _Jantonnais_ et de _Santées_,
qui se tenaient cachés derrière une butte, nous surprit à l’improviste;
mais bien loin de nous en vouloir, ils nous comblèrent d’amitiés, et
après avoir fumé avec nous le calumet de paix, ils nous fournirent des
provisions pour la route. Le lendemain, nous rencontrâmes plusieurs
autres partis qui nous témoignèrent tous la même amitié et les mêmes
attentions; ils nous donnèrent la main, et nous fumâmes avec eux. Le
cinquième jour, nous nous trouvâmes dans le voisinage des
_Scioux-Pieds-noirs_, une tribu détachée des _Pieds-noirs_ des
montagnes. Le nom seul et la race dont ils descendent nous effrayaient;
nous marchions donc autant que possible dans les ravins pour nous cacher
à l’œil perçant des sauvages qui rôdaient dans les plaines. Vers midi,
nous nous arrêtâmes près d’une belle fontaine pour prendre un moment de
repos et pour dîner. Comme nous nous félicitions de n’avoir pas encore
rencontré ces redoutables _Pieds-noirs_, tout à coup un bruit affreux se
fit entendre sur la côte qui dominait l’endroit où nous nous étions
arrêtés; une bande de _Pieds-noirs_, qui depuis plusieurs heures
suivaient nos traces dans les ravins, fondit sur nous au grand galop.
Ils étaient armés de fusils, d’arcs et de flèches, presque nus, et
barbouillés de la manière la plus bizarre. Je me levai aussitôt et je
présentai la main à celui qui paraissait être le chef de la bande; il me
dit froidement: «Pourquoi te caches-tu dans ce ravin? as-tu peur de
nous?» Je lui répondis que nous avions faim et que la fontaine nous
avait invités à prendre un moment de repos. Il me regarda avec
étonnement, et s’adressant au Canadien qui parlait un peu la langue
sciouse, il lui dit: «Jamais de la vie je n’ai vu un homme pareil. Qui
est-il?» Ma longue robe noire et la croix de missionnaire que je portais
sur la poitrine excitaient particulièrement sa curiosité. Le Canadien
lui répondit (dans cette circonstance il était prodigue de grands
titres): «C’est l’homme qui parle au Grand-Esprit. C’est un chef ou
_Robe-noire_ des Français.» Son regard farouche changea aussitôt; il
ordonna à ses guerriers de mettre bas les armes, et chacun me donna la
main. Je leur fis présent d’une grosse torquette de tabac; on s’assit en
cercle, et on fuma le calumet de paix et d’amitié. Il me pria alors de
l’accompagner et de passer la nuit dans son village, qui n’était pas à
une grande distance. Je le suivis, et arrivé en vue du camp, qui
comprenait une centaine de loges ou environ mille âmes, je m’arrêtai à
un quart de mille de distance, dans un beau pâturage, sur le bord d’une
belle rivière, et j’y établis mon camp. Je fis inviter le grand chef à
souper avec moi. Comme je disais le _Benedicite_, il demanda au Canadien
ce que je faisais. Celui-ci répondit que je parlais au Grand-Esprit
pour le remercier de nous avoir procuré de quoi manger. Il fit une
exclamation d’approbation. Douze guerriers et leur chef proprement
habillés se présentèrent bientôt devant ma loge et y étendirent une
grande et belle peau de buffle. Le grand chef me prit par le bras, et
m’ayant conduit sur la peau, il me fit signe de m’asseoir. Je ne
comprenais rien à cette cérémonie; je m’assis pourtant, croyant que
c’était une invitation à fumer le calumet avec eux. Jugez de ma
surprise, lorsque je vis les douze guerriers saisir cette espèce de
tapis par les extrémités, me soulever de terre et, précédé de leur chef,
me porter en triomphe jusqu’au village, où tout le monde fut sur pied en
un instant pour voir la _Robe-noire_. On m’assigna la place la plus
honorable dans la loge du chef, et celui-ci, entouré de quarante de ses
principaux guerriers, me harangua en ces termes: «_Robe-noire_, voici le
jour le plus heureux de notre vie. C’est aujourd’hui pour la première
fois que nous contemplons au milieu de nous un homme qui approche de si
près le Grand-Esprit. Voici les principaux braves de ma tribu, je les ai
invités au festin que je vous ai fait préparer, afin qu’ils ne perdent
jamais la mémoire d’un jour si heureux.» Il me pria ensuite de vouloir
encore parler au Grand-Esprit avant de commencer le festin; je fis le
signe de la croix, et je dis la prière. Tant qu’elle dura, tous les
convives sauvages, à l’exemple de leur chef, tinrent les mains levées
vers le ciel; au moment où je terminai, ils abaissèrent la main droite
jusqu’à terre. Je fis demander au chef une explication de cette
cérémonie. «Nous levons les mains, me répondit-il, parce que nous sommes
entièrement dépendants du Grand-Esprit; c’est sa main libérale qui
fournit à tous nos besoins. Nous frappons ensuite la terre, parce que
nous sommes des êtres misérables, des vers qui rampent devant sa face.»
Il prit alors dans mon plat un morceau de pomme blanche (racine dont ils
se nourrissent), et me le mit dans la bouche avec un petit morceau de
buffle.

Je désirais parler à ces braves gens des principaux points du
christianisme: mais l’interprète n’était pas assez versé dans la langue
pour rendre mes paroles en scioux. Le lendemain, quoique nous fussions
encore à cinq journées du fort, le chef me fit accompagner par son fils
et par deux autres jeunes gens, me priant de les instruire. Il désirait
absolument de connaître, disait-il, les paroles que j’avais à leur
communiquer de la part du Grand-Esprit; et en même temps ces jeunes gens
seraient pour moi une sauvegarde contre les sauvages mal intentionnés.

Deux jours après, nous rencontrâmes un sauvage chargé de viande de
vache. Voyant que nous étions sans provisions, il jeta sa charge à terre
en nous priant de vouloir l’accepter, «Car, nous disait-il, vous
approchez du fort où le gibier est très-rare.» Nous arrivâmes au fort
Pierre le 17 octobre.

Voici les noms des principaux chefs que nous rencontrâmes sur notre
route: _le Corbeau de fer_, _le Bon Ours_, _la Main du chien_, _les Yeux
noirs_, _l’Homme qui ne mange point de vache_, _l’Homme qui marche
nu-pieds_. Ce dernier est le chef des _Pieds-noirs_. Les principales
rivières que nous avons traversées pendant ce trajet sont la rivière du
Cœur, la rivière au Boulet, la rivière Grande, le Moreau et la grande
Sheyenne.

Après avoir passé quelques jours au fort Pierre, je me remis en route
pour le fort Vermillon, dans la compagnie de deux Canadiens. Les plaines
que nous traversâmes étaient presque entièrement dénuées de bois;
souvent nous fûmes obligés d’apprêter nos aliments avec du foin qu’il
fallut faire flamber constamment. Nous ne rencontrâmes que très-peu de
sauvages dans ce voyage de dix-neuf jours; la plaine était brûlée. Nous
traversâmes la rivière de Médecine, la rivière de la Chapelle, la
rivière de Jacques et le Vermillon.

La nation sciouse est très-nombreuse et guerrière; elle se divise en
plusieurs tribus. Sur les meilleures informations que j’ai pu obtenir,
les _Santées_ et les _Jantons_ sont au nombre de trois mille; les
_Jantonnais_, quatre mille trois cents; les _Pieds-noirs_, quinze cents;
les _Ampapas_, deux mille; les _Brûlés_, deux mille cinq cents; les
_Sausares_, mille; les _Minnikanjoos_, deux mille; les _Ogallalas_,
quinze cents; les _Deux-Chaudières_, huit cents; les _Sayons_, deux
mille; les _Unkepatines_, deux mille. Ce sont là les _Scioux_ du
Missouri. On en trouve encore de huit à dix mille sur le Mississipi,
dispersés en différentes bandes, depuis la rivière des Moines jusqu’à la
rivière Rouge.

La forme des loges sauvages est digne d’attention; chaque tribu a une
forme différente qu’il est facile de reconnaître. L’extérieur des loges
sciouses est gai; elles sont peintes en lignes onduleuses rouges, jaunes
et blanches, ou décorées de figures de chevaux, de cerfs et de buffles,
de lunes, de soleils et d’étoiles.

Parmi les _Scioux_, comme parmi les _Arikaras_, les guerriers qui se
préparent à une expédition sont soumis à un jeûne très-rigoureux de
plusieurs jours. Ils ont à cet effet une loge religieuse où ils étendent
une peau de buffle et plantent un poteau peint en rouge; au sommet de la
loge est attachée une peau de veau contenant toutes sortes de devises.
Là, pour obtenir le secours du Grand-Esprit, ils se percent le sein, y
passent des cordes de cuir, s’attachent au poteau, et font ainsi
plusieurs fois le tour de la loge, en dansant au son du tambour,
chantant leurs exploits guerriers, et faisant tourner leurs massues
au-dessus de leurs têtes. D’autres se font de fortes incisions sur
l’omoplate, font passer des cordes à travers les plaies, et traînent
deux grosses têtes de buffle sur une éminence située à environ un mille
de distance du village; là ils dansent jusqu’à ce qu’ils tombent en
défaillance. Une dernière offrande avant le départ consiste à se couper,
en différentes parties du corps, de petits morceaux de chair qu’ils
offrent au soleil, à la terre, aux quatre points cardinaux, pour se
rendre favorables les manitous ou esprits tutélaires des différents
éléments.

Le _Scioux_ qui se querelle ou meurt dans un état d’ivresse, ou victime
de la vengeance d’un compatriote, ne reçoit pas les honneurs ordinaires
de la sépulture; on l’enterre sans cérémonie et sans provisions. Expirer
en combattant les ennemis de la nation est pour eux la mort la plus
glorieuse. Les cadavres sont alors enveloppés de peaux de buffles, et
placés sur des estrades près de leurs camps ou des grands chemins. J’ai
tout lieu de croire, d’après plusieurs entretiens que j’ai eus sur la
religion avec les chefs des différentes tribus, qu’une mission parmi eux
aurait les résultats les plus consolants.

A mon arrivée au fort Vermillon, un parti de guerre _Santées_ revenait
d’une excursion contre mes chers _Potowatomies_ de Council-Bluffs; ils
apportaient une chevelure. Les meurtriers étaient charbonnés des pieds
jusqu’à la tête, à l’exception des lèvres qui étaient frottées de
vermillon. Fiers de leur victoire, ils exécutèrent leur danse au milieu
du camp, portant la chevelure au bout d’une longue perche. Je parus tout
à coup en leur présence et les invitai à se réunir en conseil. Là je
leur reprochai vivement leur infidélité à la promesse solennelle qu’ils
m’avaient faite l’année précédente, de vivre en paix avec leurs voisins
les _Potowatomies_. Je leurs fis sentir l’injustice qu’ils commettaient
en attaquant une nation paisible, qui ne leur voulait que du bien, qui
même avait empêché leurs ennemis héréditaires, les _Ottoes_, les
_Pawnées_, les _Sancs_, les _Renards_, et les _Aouways_, de venir fondre
sur eux. Enfin je leur recommandai d’employer tous les moyens pour
opérer une prompte réconciliation et éviter de terribles représailles
dont ils ne manqueraient pas de devenir les victimes, assuré que j’étais
que bientôt les _Potowatomies_ et leurs alliés viendraient tirer
vengeance de leur parjure et peut-être anéantir toute leur tribu. Confus
de leur faute et en redoutant les conséquences, ils me conjurèrent de
leur servir encore une fois de médiateur, et d’assurer les
_Potowatomies_ de leur résolution sincère d’enterrer à jamais leurs
casse-têtes.

Le lendemain, 14 novembre, accompagné d’un métis iroquois, je
m’embarquai sur le Missouri dans un canot; car mon cheval, excédé de
fatigue, était incapable de me porter plus loin. Les neiges et le froid
qui survinrent remplirent le fleuve de glaçons, qui, s’entrechoquant
avec les chicots dont le fleuve est rempli, rendirent la navigation
doublement dangereuse. Nous étions encore à trois cents milles de
Council-Bluffs, le premier établissement qu’on rencontre après le
Vermillon, et dans une région où tous les foins des prairies et les
herbes des forêts avaient été brûlés par les Indiens jusqu’aux bords du
fleuve, et d’où par conséquent tous les animaux s’étaient retirés. Nous
tuâmes cependant un beau chevreuil, qui semblait embarrassé et se tenait
immobile sur le bord de la rivière comme pour recevoir le coup mortel.
Cinq fois nous fûmes sur le point de périr et d’être renversés entre les
nombreux chicots au milieu desquels les glaçons nous entraînaient malgré
tous nos efforts. Nous passâmes dix jours dans cette dangereuse et
inquiétante navigation, dormant la nuit sur des bancs de sable, et ne
faisant que deux repas, le soir et le matin; encore n’avions-nous, pour
toute nourriture, que des patates gelées et un peu de viande fraîche. La
nuit même de notre arrivée chez nos Pères à Council-Bluffs, le fleuve se
ferma. Ce serait en vain que j’essaierais de rendre ce que j’éprouvai en
me retrouvant au milieu de nos Frères, après avoir parcouru deux mille
lieues flamandes au milieu des plus grands dangers et à travers les pays
des nations les plus barbares. J’eus cependant la douleur de remarquer
les dégâts que les hommes sans principes, les vendeurs de boissons,
avaient causés dans cette mission naissante; l’ivresse, et d’un autre
côté les invasions des _Scioux_, avaient fini par disperser mes pauvres
sauvages. En attendant des circonstances plus heureuses, les bons PP.
Verreydt et Hoecken s’y occupent des soins de leur saint ministère au
milieu d’une cinquantaine de familles qui ont eu le courage de résister
à ces deux ennemis. Je me suis acquitté auprès d’eux de la commission
de la part des _Scioux_, et j’ose espérer qu’à l’avenir ils seront
tranquilles de ce côté-là.

Je quittai Council-Bluffs le 14 décembre, pour me rendre à West-Port,
ville frontière du Missouri. Je n’ai rencontré ni obstacle ni accident
sur les terres des _Ottoes_, des _Aouways_, des _Sancs_, des
_Kickapoux_, des _Delawares_ et _Shawanous_, que j’ai traversées. La
nuit du 22, je me trouvai chez le P. Point, à West-Port. Le lendemain,
je pris la diligence dans la ville d’Indépendance; et la veille du
nouvel an, j’arrivai au milieu de mes chers Frères, à l’université de
Saint-Louis.

Je me prépare maintenant à retourner à cette vigne inculte du Seigneur.
Je partirai de bonne heure dans le printemps, accompagné de deux Pères
et de trois Frères de notre communauté. Vous savez qu’une pareille
entreprise ne peut s’exécuter sans des moyens proportionnés, et c’est un
fait que je n’ai rien d’assuré; toute mon espérance est dans la
Providence et dans le zèle de mes amis.

P. J. DE SMET, S. J.



SECOND VOYAGE

du 21 avril au 31 octobre 1842.



PREMIÈRE LETTRE

A MM. CHARLES DE SMET, PRÉSIDENT DU TRIBUNAL DE TERMONDE, ET FRANÇOIS DE
SMET, JUGE DE PAIX, A GAND


Des bords de la Plate, 2 janvier 1841.

Enfin nous voici de nouveau en route pour nos chères Montagnes
Rocheuses, déjà presque faits à la fatigue du voyage et plein des plus
belles espérances. A l’heure qu’il est (midi passé), nous sommes assis
sur les bords d’une rivière qui, comme je vous l’ai dit dans ma lettre
de février dernier, n’a pas sa pareille au monde. Les sauvages
l’appellent la _Nébraska_ ou la rivière au Cerf; les voyageurs, la
_Plate_, Irving, dans son _Astoria_, l’appelle la plus merveilleuse et
la plus utile des rivières. La suite fera voir que toutes ces
dénominations lui conviennent. C’est pour jouir plus tôt de la beauté et
de la fraîcheur de son voisinage que nous avons fait ce matin plus de
vingt milles à cheval, à jeun et à travers une solitude où pas une
goutte d’eau ne coule; aussi dit-on que nos pauvres montures auront
besoin de repos jusqu’à demain. Je n’en suis pas fâché, puisque cela me
procure le plaisir de commencer une relation qui, j’en suis sûr, vous
intéressera, quoique je revienne une seconde fois sur différents sujets
traités dans celle de mon premier voyage.

Comme toutes les œuvres de Dieu, les commencements de la nôtre ont eu
leurs preuves; peu s’en fallut même que dès son début elle ne fût
infiniment arrêtée, par l’ajournement imprévu de deux caravanes sur
lesquelles nous avions trop compté, l’une de chasseurs pour la Compagnie
des pelleteries américaines, l’autre d’explorateurs pour les Etats-Unis,
à la tête de laquelle devait se trouver le célèbre M. Nicolet.
Heureusement Dieu inspira à deux voyageurs estimables, dont j’aurais
occasion de parler dans la suite, et peu après à une soixantaine
d’autres, la bonne idée de faire la même route que nous, les uns pour
leur santé, les autres pour leur instruction et leur plaisir, la plupart
pour aller chercher fortune dans les terres beaucoup trop vantées de la
Californie. Cette caravane formait un mélange extraordinaire de
différentes nations; chaque pays de l’Europe y avait son représentant,
depuis le sud de l’Italie, jusqu’aux plus froides régions de la Russie;
ma petite compagnie seule, composée de onze personnes, en comptait huit.

La difficulté du départ une fois levée, bien d’autres lui succédèrent.
Il fallait des provisions, des armes, des instruments de toute espèce,
des moyens de transport, des conducteurs de charrettes, un bon chasseur,
un capitaine, enfin tout ce qui devient nécessaire quand on a à
parcourir un désert de huit cents lieues, où l’on ne rencontre guère que
des ennemis à combattre, qui pillent, qui volent, qui tuent quand ils en
trouvent l’occasion, et des obstacles à vaincre, tels qu’une foule de
ravins, de marais, de rivières et de montagnes, qui vous arrêtent
quelquefois tout court. Ce n’est souvent qu’à force de bras qu’on en
tire les bêtes de charge; toutes ces choses ne se font ni sans fatigue
ni surtout sans argent. Ce secours ne manqua pas à nos besoins:
d’abondantes aumônes nous furent envoyées de Philadelphie, de
Cincinnati, du Kentucki, de Saint-Louis, de la Nouvelle-Orléans, ville
que j’ai visitée en personne et qui est toujours à la tête des autres
quand il s’agit de se montrer compatissante et généreuse. Ces aumônes,
et une partie des fonds que l’Association de la Foi, cette belle perle
de l’Eglise militante, avait placés à la disposition de notre R. P.
provincial pour l’avancement des missions chez les sauvages, nous ont
mis à même d’entreprendre ce long voyage.

Le but de mon voyage de l’année passée, chez les _Têtes-plates_, était
de m’assurer de leurs dispositions à l’égard des _Robes-noires_ qu’ils
demandaient depuis longtemps. Parti de Saint-Louis au mois d’avril 1840,
j’étais arrivé sur les bords du Colorado, lieu désigné pour le
rendez-vous, précisément au moment où une bande de _Têtes-plates_ y
était venue à ma rencontre. Je visitai, dans ce premier voyage, outre
les Têtes-plates, plusieurs autres peuplades, telles que les
_Pends-d’oreilles_ ou _Kalispels_, les _Nez-percés_ ou _Sapetans_, les
_Sheyennes_, les _Serpents_ ou _Soshonies_, les _Corbeaux_ ou
_Absharokès_, les _Gros-Ventres_ ou _Minatarées_, les _Ricaras_, les
_Mandans_, les _Kants_, plusieurs tribus de la nombreuse nation des
_Scioux_ ou _Dacotas_, les _Omahas_, les _Ottas_, les _Aouways_, etc.
Partout je trouvai de si heureuses dispositions en notre faveur, que,
dans le désir de seconder plus activement les desseins invisibles de la
Providence sur tant de pauvres âmes, je résolus, malgré les approches de
l’hiver et de fréquents accès de fièvre, de me remettre en route à
travers une autre partie de l’immense solitude que je venais de
parcourir, n’ayant d’autre guide, au milieu de cet océan de prairies et
de montagnes, qu’une boussole, d’autre défenseur parmi vingt peuples
ennemis des blancs qu’un Gantois, ancien grenadier de Napoléon; enfin
d’autres provisions, au sein d’un désert aride, que ce que la poudre et
le plomb avec une grande confiance en Dieu pouvaient nous procurer.

Je ne répéterai pas ici mes petites aventures, d’autant plus que la
relation que j’en ai faite vous sera probablement parvenue. La merveille
est que j’arrivai à Saint-Louis, plein de santé, au plus fort de
l’hiver. La promptitude inespérée de mon retour, le rapport si consolant
que je pus faire sur le compte des _Têtes-plates_, tout avait contribué
à faire sur l’âme généreuse de mes confrères une si vive impression, que
presque tous, Pères et Frères, se crurent appelés à partager les travaux
d’une mission qui offrait tant d’attraits à leur zèle. Néanmoins cinq
seulement furent élus pour m’accompagner: c’étaient le P. Nicolas Point,
Vendéen, aussi zélé et courageux pour le salut des âmes que le fut
autrefois Larochejacquelin, son compatriote, dans la cause de son roi;
le P. Grégoire Mengarini, venu récemment de Rome, et que notre R. P.
général lui-même avait jugé on ne peut plus propre à cette mission, à
cause de son âge, de sa vertu, de sa facilité étonnante pour les
langues, de ses connaissances en musique et en médecine, et trois Frères
coadjuteurs, dont deux Belges, le frère Guillaume Claessens,
charpentier; le frère Charles Huet, ferblantier, espèce de factotum; et
un Allemand, le frère Joseph Specht, forgeron; tous trois industrieux,
pleins de dévouement à l’œuvre de la Mission et de la meilleure volonté
du monde. Depuis longtemps ils avaient demandé et ardemment désiré ces
missions comme étant les plus nécessiteuses et les plus faciles à amener
à la perfection des anciennes missions du Paraguay. Je rendis grâces à
Dieu de me voir associé à de si dignes compagnons; je n’aurais pu
désirer un meilleur choix. Lancé au milieu de l’immense désert du _Far
West_, combien de fois ne me suis-je pas rappelé ces beaux vers de
Racine:

    O Dieu, par quelle route inconnue aux mortels
    Ta sagesse conduit tes desseins éternels!

Le 30 avril, j’arrivai à West-Port, ville frontière de l’ouest des
Etats-Unis. De Saint-Louis, nous avions mis sept jours pour faire en
bateau à vapeur ce trajet de cinq cents milles; ce qui peut donner la
mesure des difficultés que présente la navigation sur le Missouri au
sortir de l’hiver. Alors, il est vrai, les glaces sont fondues; mais
l’eau est encore si basse, les bancs de sable si rapprochés, les chicots
si nombreux, que les bateaux ne peuvent avancer qu’avec les plus grandes
précautions. Ces mêmes difficultés se représentent à la fin de
l’automne. Je reviendrai plus tard sur la description géographique de
cette rivière.

Nous débarquâmes sur la rive droite. Il y avait là une petite cabane
abandonnée, tout à fait semblable aux demeures de nos pauvres
campagnards belges, et où quelques jours auparavant une pauvre
sauvagesse était morte. C’est dans ce réduit, si semblable à celui qui
mérita la préférence du Sauveur naissant, que nous nous casâmes avec
empressement; car nous n’allions plus avoir, pour des mois entiers,
d’autre abri qu’une tente au milieu d’un désert immense. Une voiture
brûlée sur le bateau, un cheval qui s’est échappé en débarquant pour ne
plus revenir, un autre cheval malade à devoir laisser en route, bien des
choses qui demandaient supplément et réparation, nous arrêtèrent en cet
endroit jusqu’au 10 mai.

Nous partîmes donc le 10 de West-Port, et après avoir passé par les
terres des Shwanées et des Delawares, où nous ne vîmes de remarquable
qu’un collége de méthodistes bâti au milieu des meilleures terres du
pays, nous arrivâmes après cinq jours de marche sur les bords de la
belle rivière des _Kants_, où nous trouvâmes ceux de nos gens qui nous
avaient précédés par eau avec une partie de notre bagage. Deux parents
du grand chef des Kants étaient venus à notre rencontre à plus de vingt
milles de là; pendant que l’un d’eux aidait nos bêtes de somme à passer
la rivière en nageant devant elles, l’autre annonçait notre arrivée aux
premiers de la peuplade qui nous attendait sur l’autre rive, et le
bagage, les voitures et les hommes traversaient l’eau dans une grande
pirogue ou tronc d’arbre creux, qui de loin avait l’apparence de ces
gondoles qu’on voit flotter dans les rues de Venise. Aussitôt que les
Kants, accourus à notre rencontre, eurent appris que nous allions camper
sur les bords de la _Rivière-aux-Soldats_, qui n’est qu’à six milles de
leurs village, ils se séparèrent de la caravane au grand galop et
disparurent bientôt au milieu d’un nuage de poussière. A peine notre
tente était-elle dressée, que le grand chef lui-même arriva avec six de
ses plus braves soldats pour nous offrir ses civilités sauvages. Après
m’avoir fait asseoir sur une natte qu’il fit étendre par terre, il tira
solennellement de sa poche un portefeuille et me présenta les titres
honorables qu’il tenait du Congrès américain. J’en pris lecture, et
après que je lui eus procuré de quoi fumer le calumet, à son tour, en
homme qui connaissait les convenances, il me fit accepter pour notre
garde les deux braves qui étaient venus à notre rencontre. Tous deux
étaient armés en guerre: l’un portait la lance et le bouclier; l’autre
avait un arc, des flèches, un sabre nu et un collier composé des griffes
de quatre ours qu’il avait tués de sa propre main. Ces deux braves
restèrent fidèles à leur poste, c’est-à-dire à l’entrée de notre tente,
pendant les trois jours et les trois nuits qu’il nous fallut attendre
après les retardataires de la caravane. En les quittant, nous leur fîmes
présent de quelques bagatelles, qui achevèrent de nous gagner leur
affection.

Le 19, nous continuâmes notre route, au nombre d’environ soixante-dix
personnes, dont plus de cinquante étaient en état de se servir de la
carabine, nombre plus que suffisant pour entreprendre avec prudence la
longue course qui nous restait à fournir. Pendant que le gros de la
troupe s’avançait vers l’ouest, le P. Point, un jeune Anglais et moi,
nous déclinâmes sur la gauche pour visiter le premier village de nos
hôtes. Arrivés à quelque distance de leurs loges, nous fûmes frappés de
la ressemblance qu’elles ont avec ces larges meules de froment qui
couvrent nos guérets après la moisson. Il n’y en avait guère qu’une
vingtaine groupées sans ordre à quelque distance les unes des autres;
mais chacune d’elles couvrait un espace circulaire d’environ cent vingt
pieds de circonférence, ce qui suffit pour abriter commodément de trente
à quarante personnes. Tout le village nous parut devoir renfermer sept à
huit cents âmes; approximation justifiée d’ailleurs par le chiffre total
de la peuplade des Kants, qui est d’environ quinze cents, répartis en
deux villages à une vingtaine de milles de distance l’un de l’autre. Ces
loges, quoique humides, paraissent cependant réunir à la solidité la
commodité et l’agrément. De la muraille circulaire, faite de terre, et
qui s’élève perpendiculairement à hauteur d’homme, partent des perches
courbées, aboutissant à une ouverture centrale, qui sert tout à la fois
de fenêtre et de cheminée. La porte de l’édifice est une peau brute;
elle s’ouvre du côté le plus abrité contre le vent; le foyer est placé
au milieu de quatre poteaux ou colonnes destinées à soutenir la rotonde;
les lits sont rangés en cercle autour de la muraille, et dans l’espace
compris entre les lits et le foyer, se trouvent les habitués de la loge,
les uns debout, les autres assis ou couchés sur des peaux ou sur des
nattes de jonc; il paraît que ces dernières ont plus de valeur à leurs
yeux, car entre les honneurs qu’on nous fit lorsque nous entrâmes dans
la loge, on nous en présenta une de cette espèce.

Il me serait impossible de peindre tout ce que nous vîmes de curieux
pendant la demi-heure que nous passâmes au milieu de ces figures
étranges; bien certainement un Teniers y eût vu des trésors; ce qui me
frappa davantage, c’était la physionomie vraiment à caractère de la
plupart de ces personnages, le naturel de l’attitude, la vivacité de
l’expression, la singularité des costumes, la variété des occupations.

Les femmes seules se livraient à un travail proprement dit: il semblait
que la tâche de gagner le pain à la sueur de son front ne regardât
qu’elles. Pour n’être point détournées de leurs travaux par le soin de
ceux de leurs enfants qui ne marchent pas encore, elles les avaient
attachés par les pieds et les mains à un morceau d’écorce ou à une
planche d’assez grande dimension pour les préserver des blessures que
pourraient leur causer les objets environnants, et avaient déposé ce
meuble, que je n’oserais appeler berceau ni fauteuil, quoiqu’il réunisse
les avantages de l’un et de l’autre, les unes sur un lit, d’autres à
leurs pieds ou dans quelque coin. En voyage, elles s’en servent
également, et le portent, tantôt sur le dos, à la façon des Egyptiennes
ou diseuses de bonne aventure, quelquefois à leur côté, le plus souvent
suspendu au pommeau de leur selle; tandis qu’en même temps elles
traînent derrière elles ou qu’elles poussent en avant les bêtes de somme
qui portent avec la tente le bagage et quelquefois les armes de leurs
maris, elles galopent en cet équipage aussi vite qu’eux; et ces
innocentes créatures paraissent comprendre que crier et pleurer ne les
soulage pas, car c’est rare qu’on entende leurs sons plaintifs.

Mais revenons à notre loge. Que faisaient les hommes? Lorsque nous
entrâmes, les uns causaient en attendant le repas (car manger est leur
principale occupation lorsqu’ils ne dorment pas); d’autres fumaient,
s’amusant à renvoyer la fumée par leurs narines; d’autres s’occupaient
de leur toilette; et comme ils s’arrachaient soigneusement les poils de
la barbe et des sourcils, j’eus l’occasion de remarquer que
l’embellissement de la tête était le principal objet de leurs soins.
Contre la coutume de la plupart des sauvages qui laissent croître leur
chevelure (parmi les Corbeaux il y a un chef dont la chevelure est de
onze pieds), les Kants se rasent entièrement, à la réserve d’un bouquet
fortement crêpé, qu’ils laissent au sommet de la tête, pour recevoir le
plus bel ornement, selon eux, dont une tête d’homme soit susceptible, je
veux dire la plume d’une queue d’aigle, qu’ils regardent comme le
symbole du guerrier. Cette plume, tantôt s’élève sur la tête et flotte
en forme de panache, tantôt descend sur la nuque, quelquefois voltige
autour des tempes. Pendant que nous fumions le calumet avec les
principaux de la loge, je ne pouvais me lasser de considérer une espèce
de dandy, qui se mirait sans cesse pour donner à son plumet la tournure
la plus gracieuse, sans pouvoir atteindre au degré de perfection qu’il
paraissait chercher. Le P. Point devint bientôt une objet d’attention et
presque d’hilarité pour les enfants, à cause du peu de soin qu’il avait
mis à se raser. Ainsi, à leurs yeux, menton sans barbe, yeux sans cils
et sans sourcils, tête sans cheveux, voilà autant de conditions de
beauté essentielles. Mais ce n’est là qu’une partie de leur parure, et
les peines qu’ils se donnent pour arriver à la perfection du genre sont
vraiment inconcevables. Imaginez-vous donc cette tête sans poil,
surmontée d’un plumet; autour des yeux un cercle de vermillon; sur tout
le visage des sillons blancs, noirs ou rouges qui serpentent dans tous
les sens; aux oreilles, trouées du haut en bas, des pendants formés de
morceaux de fer, d’étain, de faïence ou de porcelaine, qui se rabattent
en grosses touffes et tintent sur les épaules; au cou un collier de
fantaisie qui tombe en large demi-cercle sur la poitrine; au milieu de
ce collier, un grand médaillon d’argent ou de cuivre; aux bras et aux
poignets des bracelets de laiton, de fil de fer, de cuivre ou de
fer-blanc; autour des reins une ceinture de couleur tranchante; à
laquelle ils attachent d’un côté un sac garni de _kennekenic_ (herbe
qu’ils fument avec le tabac), et de l’autre une gaîne à coutelas; aux
jambes des mitaines, et aux pieds des souliers brodés en porc-épic; et,
par-dessus tout cela, en guise de manteau, une couverture, n’importe de
quelle couleur, drapée autour du corps selon le caprice ou le besoin du
porteur: imaginez-vous tout cela, et vous aurez l’idée d’un _Kant_
enchanté de lui-même et de sa parure.

Pour le vêtement, les formes extérieures, le langage, la manière de
prier et de faire la guerre, les Kants ressemblent beaucoup aux sauvages
leurs voisins, avec qui d’ailleurs ils sont en relation d’amitié de
temps immémorial. Leur taille est généralement haute et bien prise:
leur physionomie, comme je l’ai déjà dit, a quelque chose de mâle; leur
langage, saccadé et guttural, est encore remarquable par la longueur et
la forte accentuation de ses désinences, ce qui n’empêche pas leur chant
d’être on ne peut plus monotone; d’où l’on pourrait conclure que les
eaux de leur rivière, quoique fort belles, n’ont cependant pas la vertu
des eaux du Paraguay. Quant aux qualités qui distinguent l’homme de la
brute, ils sont loin d’en être dépourvus: à la force du corps et au
courage, ils ajoutent un bon sens et une adresse que n’ont pas tous les
sauvages. Dans leurs guerres ou à la chasse, ils se servent, comme les
blancs, de la carabine, ce qui leur donne sur leurs ennemis une grande
supériorité.

Parmi les chefs de cette peuplade, il s’est rencontré des hommes
vraiment distingués sous plus d’un rapport: le plus connu de tous, parce
que Bonneville en parle dans ses mémoires, s’appelait la
_Plume-blanche_. L’auteur de la conquête de Grenade nous le représente
d’une forme et d’un caractère tout à fait chevaleresque; le fait est
qu’il était doué d’une intelligence, d’une franchise, d’un courage et
d’une générosité peu communs. Il avait connu particulièrement le
révérend M. de la Croix, l’un des premiers missionnaires catholiques qui
visitèrent cette partie de l’Ouest, et il avait conçu pour lui, et par
suite de leurs entretiens, pour toutes les Robes-noires, une profonde
vénération. Il n’en était pas de même des ministres protestants, il
méprisait également leur personne et leur réforme. Un jour que l’un
d’eux lui parlait de conversion, «Se convertir, lui répondit ce
philosophe sauvage; oui, c’est bon, pourvu qu’on ne change sa religion
que contre une meilleure. Pour moi, je n’en connais de bonne que celle
qui est enseignée et pratiquée par les Robes-noires. Si donc tu veux me
convertir, il faut d’abord que tu laisses là ta femme, puis que tu
endosses l’habit que je vais te montrer; ensuite nous verrons.» Cet
habit était une soutane, autrefois à l’usage du missionnaire, et qu’il
y avait laissée avec le souvenir de ses vertus; elle fut bientôt
apportée. Mais que fit ou que répondit M. le ministre? je suis encore à
le savoir.

Bien que cette réponse fût un peu plaisante, il ne faudrait pas en
conclure que ce sauvage parlât de la religion à la légère: loin de là:
semblables en ce point à toutes les tribus indiennes, les Kants sont
toujours sérieux quand ils parlent ou entendent parler de la religion.
Pour peu qu’on les observe, on s’apercevra même que le sentiment le plus
enraciné dans leur cœur et qu’ils expriment le plus souvent dans le
détail de leurs actions, est l’esprit et le sentiment religieux. Jamais,
par exemple, ils ne prendront le calumet sans en offrir les prémices à
leur divinité tutélaire; jamais ils n’iront à l’ennemi sans avoir
consulté le Grand-Esprit: au milieu des passions les plus fougueuses,
ils lui adresseront leurs vœux; en assassinant une femme ou un enfant
sans défense, ils invoqueront le Maître de la vie. Enlever beaucoup de
chevelures à l’ennemi, lui voler beaucoup de chevaux, voilà l’objet de
leurs vœux; c’est aussi celui de leurs plus ardentes prières: souvent
ils y ajouteront les jeûnes, les macérations, le sacrifice. Dans le
cours de l’hiver dernier, que ne firent-ils pas pour se rendre le Ciel
propice? et pourquoi, pour obtenir la grâce de parvenir heureusement à
massacrer, dans l’absence de leurs maris et de leurs pères, toutes les
femmes et tous les enfants qu’ils trouveraient dans le premier village
des Pawnées, leurs voisins. Et, en effet, ils enlevèrent la chevelure à
quatre-vingt-dix victimes, et firent prisonniers ceux qu’ils jugèrent à
propos de ne pas massacrer. C’est qu’à leurs yeux tout est permis à la
vengeance; les massacres les plus horribles, loin d’être un crime, sont
pour eux des actes de vertu religieuse, de la vertu par excellence des
grandes âmes. Le Kant se venge, parce qu’à ses yeux il n’y a qu’une âme
basse qui puisse pardonner des affronts, et il nourrit sa rancune, parce
que sa vengeance seule peut lui faire oublier le poids d’infamie dont
il se croit accablé par l’injure. Essayer, sans l’Evangile, de leur
faire comprendre qu’il ne peut y avoir ni mérite ni gloire à massacrer
un ennemi sans défense, ce serait peine perdue. Il n’y a qu’une
exception à cette loi barbare, c’est quand l’ennemi vient de lui-même se
réfugier dans leur village. Tant qu’il y demeure, son asile est
inviolable, sa vie même y est plus en sûreté que dans sa propre loge:
mais malheur à lui s’il s’en écarte d’un seul pas: à peine en est-il
sorti, qu’il a rendu à ses hôtes tous les droits imaginaires que
l’esprit de vengeance leur avait donnés sur lui.

Bien qu’ils soient cruels à l’égard de leurs ennemis, les Kants ne sont
pas étrangers aux sentiments les plus tendres de la pitié, de l’amitié
ou de la compassion. A la mort de leurs proches parents, ils sont
quelquefois inconsolables, et laissent croître leur chevelure pour
exprimer leur douleur. Le grand chef s’excusa devant nous de ce qu’il
avait les cheveux longs, disant (ce qu’on aurait pu deviner à la
tristesse de son visage), qu’il avait perdu son fils. Je voudrais encore
pouvoir vous rendre le sentiment d’étonnement respectueux et de
compassion douce qu’on vit se peindre sur le visage de trois Kants venus
à notre petite chapelle de West-Port, lorsqu’on leur montra un _Ecce
Homo_ et une statue de Notre-Dame des Sept-Douleurs; surtout quand
l’interprète leur eut fait comprendre que cette tête couronnée d’épines
et qui versait de grosses larmes, était bien réellement l’image du
Sauveur du monde, et que ce cœur percé de sept glaives était celui de sa
Mère. Ces deux circonstances, jointes à ce que j’aurai occasion de
rapporter plus tard, ne pourraient-elles pas venir à l’appui de cette
belle pensée, que l’âme de l’homme est naturellement chrétienne, et que
si l’on commençait à y jeter des germes de foi pure et d’amour de Dieu
bien entendu, il serait facile, avec le secours d’en haut, qui ne
manquerait pas alors, d’amener les cœurs les plus féroces à la plus
tendre compassion pour leurs semblables. Qu’étaient les Iroquois avant
leur conversion, et que ne sont-ils pas devenus depuis? Pourquoi les
Kants, et tant d’autres sauvages réunis sur les confins de la
civilisation américaine, sont-ils si différents de plusieurs peuplades
du Far-West et conservent-ils cette férocité de mœurs? Pourquoi les
dépenses faites en leur faveur par la philanthropie protestante
n’amènent-elles aucun résultat satisfaisant? Pourquoi les germes de
civilisation, répandus dans le sein de ces peuplades par la main de
leurs sociétés savantes, sont-ils tous comme frappés de stérilité? Ah!
il ne faut pas en douter, c’est que, pour humaniser, civiliser,
convertir, surtout les sauvages, il faut autre chose que la politique
humaine et le zèle du protestantisme. Puisse le Dieu de bonté, en qui
seul nous mettons notre confiance, bénir notre entreprise, et prouver
ainsi que les gouttes de nos sueurs ont besoin de la rosée du ciel pour
féconder le sein de la terre et lui faire porter autre chose que des
ronces et des épines!

Lorsque nous quittâmes le village des Kants, deux de leurs guerriers,
l’un premier soldat de la nation, l’autre à qui l’on donnait le titre de
capitaine, vinrent nous donner le pas de conduite. En quittant le
premier village, nous traversâmes un grand champ dévasté, que les
Etats-Unis avaient fait défricher et ensemencer pour eux quelques années
auparavant; triste preuve de ce que je viens de dire des moyens de
civilisation employés par les protestants.

Nos deux compagnons sont restés avec nous jusqu’au lendemain, et ils
fussent demeurés beaucoup plus longtemps, s’ils n’avaient pas eu à
craindre les plus terribles représailles de la part des Pawnées, à cause
des massacres dont j’ai parlé plus haut. Ayant donc reçu de nous des
remercîments et de quoi fumer le calumet pour la peine qu’ils avaient
prise, ils s’en retournèrent à leur village par le plus court chemin; et
bien leur en prit, car nous n’avions pas encore marché deux jours, que
quelques-uns de nos gens rencontrèrent un parti de Pawnées, se
dirigeant de leur côté et ne respirant que vengeance.

Les Pawnées sont divisés en quatre tribus, répandues dans les fertiles
environs de la Plate et sur les fourches supérieures de la rivière des
Kants. Quoique six fois plus nombreux que les Kants, ils ont presque
toujours été battus par ceux-ci, parce qu’ils n’ont ni les armes, ni
l’adresse, ni la force, ni le courage de leurs rivaux. Cependant, comme
le parti en question paraissait avoir bien pris ses mesures, et que chez
eux la passion de la vengeance était exaspérée au dernier point, par le
souvenir encore récent du massacre de leurs mères, de leurs femmes et de
leurs enfants, nous ne pouvions nous empêcher de craindre beaucoup pour
les Kants; déjà même nous nous peignions les Pawnées se baignant dans le
sang de leurs ennemis, lorsque deux jours après leur passage nous les
vîmes revenir sur leurs pas. Les deux premiers qui s’approchèrent de
nous se faisaient remarquer, l’un par une chevelure humaine pendu au
mors de son cheval, l’autre par un drapeau américain drapé autour de son
corps en guise de manteau: symbole de victoire qui nous firent mal
augurer du sort de nos hôtes. Mais le chef de notre caravane les ayant
interrogés par signes sur le résultat de leur expédition, nous apprîmes
d’eux-mêmes qu’ils n’avaient pas même vu l’ennemi, et qu’ils avaient
grande faim. On leur donna, ainsi qu’à une quinzaine d’autres qui les
suivaient de près, non-seulement de quoi manger, mais encore de quoi
fumer. Ils mangèrent beaucoup, mais ne fumèrent pas, et contre la
coutume des sauvages, qui, après un repas en attendent presque toujours
un autre, ils partirent d’un air qui annonçait qu’ils n’étaient pas
contents. La brusquerie de ce départ, le calumet mis de côté, ce retour
précipité de leur expédition, le voisinage rapproché de leurs peuplades,
leur amour bien connu pour un pillage facile, tout contribuait à nous
faire craindre de leur part quelques tentatives, sinon contre nos
personnes, du moins contre nos chevaux et bagages; mais, grâce à Dieu,
nos appréhensions furent vaines, ils partirent, et pas un ne reparut.

Quoique menteurs et voleurs, chose assez étonnante, les _Pawnées_ sont
presque vrais croyants au sujet de la vie à venir, et plus que
pharisiens dans l’observance de leurs pratiques superstitieuses. La
danse, la musique, aussi bien que le jeûne, la prière et le sacrifice,
font partie essentielle de leur culte. Le plus ordinaire est celui
qu’ils rendent à un oiseau empaillé, rempli d’herbes et de racines
auxquelles ils attribuent une vertu surnaturelle. Ils disent que ce
manitou a été envoyé à leurs ancêtres par l’étoile du matin, pour leur
servir de médiateur quand ils auraient quelque grâce à demander au Ciel.
Aussi, toutes les fois qu’il s’agit d’entreprendre quelque affaire
importante, ou d’éloigner quelque fléau de la peuplade, l’oiseau
médiateur est exposé à la vénération publique, et pour le rendre
propice, ainsi que le grand manitou dont il n’est que l’envoyé, on fume
le calumet, et la première fumée qui en sort est dirigée vers la partie
du ciel où brille leur astre protecteur.

A l’oblation du calumet, les _Pawnées_, dans les occasions solennelles,
joignent le sacrifice sanglant, et selon ce qu’ils disent avoir appris
de l’_oiseau_ et de l’_étoile_, l’holocauste le plus agréable au
Grand-Esprit est celui d’un ennemi immolé de la manière la plus cruelle
possible. On ne peut entendre sans horreur les circonstances qui
accompagnèrent l’immolation d’une jeune _Sciouse_, dans le cours de
l’année 1837. C’était au moment des semailles, et dans le but d’obtenir
une bonne récolte. Voici en abrégé ce que j’en ai appris.

Cette enfant, car elle n’avait que quinze ans, après avoir été nourrie
six mois dans l’idée qu’on lui préparait une fête pour le retour de la
belle saison, se réjouissait en voyant s’enfuir les derniers jours de
l’hiver. La veille du jour marqué pour la prétendue fête, on fit une
coupe de bois dans la forêt, et l’on fit comprendre à la jeune fille
qu’elle devait aider à abattre les arbres et à aiguiser les poteaux. Le
lendemain, elle fut revêtue de ses plus beaux ornements, et placée au
milieu des guerriers qui semblaient ne l’escorter que par honneur.
Lorsque le cortège se mit en marche, chacun de ces guerriers, outre ses
armes, qu’il tenait soigneusement cachées, portait deux pièces de bois
qu’il avait reçues des mains de la victime. Celle-ci était elle-même
chargée de trois poteaux; mais croyant marcher à un triomphe, et n’ayant
dans l’imagination que des idées riantes, elle s’avançait vers le lieu
de son sacrifice, dans la plus entière sécurité, pleine de ce mélange de
timidité et de joie si naturelle à une enfant prévenue de tant
d’hommages.

Pendant la marche, qui fut longue, le silence ne fut interrompu que par
des chants religieux et des invocations réitérées au Maître de la vie;
en sorte qu’à l’extérieur tout contribuait à entretenir l’illusion si
flatteuse dont on l’avait bercée jusqu’alors. Mais lorsqu’on fut parvenu
au terme, et qu’elle ne vit plus que des feux, des torches et des
instruments de supplice, alors ses yeux commençant à s’ouvrir sur le
véritable sort qui l’attendait, quelle ne fut pas sa surprise! et
lorsqu’il ne lui fut plus possible de se faire illusion sur son sort,
qui pourrait dire les déchirements de son âme? Des torrents de larmes
coulèrent de ses yeux; son cœur se répandait en cris lamentables; ses
mains suppliantes s’élevaient vers le ciel; puis elle priait, conjurait
ses bourreaux d’avoir pitié de son innocence, de sa jeunesse, de ses
parents; mais en vain: ni ses larmes, ni ses cris, ni ses prières, ni
les promesses libérales d’un marchand qui se trouvait là, rien ne fut
capable d’adoucir ces barbares. Malgré la résistance de la jeune fille,
ils l’attachent impitoyablement aux branches de deux arbres et aux trois
poteaux dont ses épaules avaient été chargées comme d’un trophée; ils
lui brûlent ensuite les parties du corps les plus sensibles, avec des
torches ardentes faites de ce même bois que ses propres mains avaient
distribué aux guerriers de l’escorte. Après que son supplice eut duré
aussi longtemps que la soif de la vengeance et la rage du fanatisme
peuvent permettre à des cœurs féroces de jouir d’un si horrible
spectacle, le grand chef lui décocha au cœur une flèche qui fut à
l’instant suivie d’une grêle de traits, lesquels, après avoir été
violemment tournés et retournés dans ses blessures, en furent arrachés
de manière à ne faire de son corps qu’un amas de chairs meurtries d’où
le sang ruisselait de toutes parts. Quand il eut cessé de couler, le
grand sacrificateur, pour couronner dignement tant d’atrocités,
s’approcha de la victime expirante, en arracha le cœur encore palpitant,
et vomissant mille imprécations contre la nation sciouse, le porta à sa
bouche et le dévora aux acclamations des guerriers, des femmes et des
enfants de la tribu. Après avoir laissé le corps en proie aux bêtes
féroces, et répandu le sang sur les semences pour les féconder, chacun
se retira dans sa loge, content de soi-même et plein de l’espérance
d’une bonne récolte.

De telles atrocités n’étaient propres qu’à attirer sur ces sauvages les
plus cruelles représailles. Aussi à peine la nouvelle s’en fut-elle
répandue, que les Scioux, brûlant de venger leur nation, jurèrent tous
qu’ils ne seraient satisfaits que lorsqu’ils auraient massacré autant de
Pawnées que leur victime avait de phalanges aux doigts et
d’articulations dans chacun de ses membres. L’effet ne tarda pas à
suivre la menace. Déjà plus de cent Pawnées sont tombés sous les coups
de leurs ennemis; et le massacre de leurs femmes et de leurs enfants,
commis l’hiver dernier par les Kants, a mis le comble à leur désolation.

A la vue de tant d’horreurs, qui pourrait ne pas reconnaître l’influence
invisible de l’ennemi du genre humain, et être prêt à tout faire, pour
donner à ces pauvres peuples la connaissance du vrai Médiateur et du
véritable sacrifice, sans lesquels il est impossible d’apaiser la
justice divine?



DEUXIÈME LETTRE


Rivière d’Eau-Sucrée, le 14 juillet 1841.

Voilà deux longs mois que nous sommes en route; mais enfin nous
commençons à apercevoir ces chères montagnes, où nos vœux nous
transportent depuis si longtemps. On les appelle _Rocheuses_, à cause de
leur composition qui n’admet guère que le granit et le silex. La
longueur, le cours et l’élévation de cette chaîne imposante lui ont fait
donner le surnom d’_Epine dorsale_ du Nouveau-Monde. Parcourant du nord
au sud presque toute l’Amérique septentrionale, renfermant les sources
des plus grands et des plus beaux fleuves de l’univers, elle a pour
branche du côté de l’ouest, l’éperon des _Cordilières_, qui s’étendent
dans le Mexique, et du côté du levant, les montagnes moins connues
peut-être, mais non moins admirables, de la _Rivière-aux-Vents_. Ces
dernières renferment les sources de plusieurs grandes rivières, dont les
unes se déchargent dans la mer Pacifique, et les autres dans le grand
fleuve qui porte le tribut de ses eaux à l’Atlantique. Les
_Côtes-Noires_, les plaines élevées qui séparent les sources du haut
Missouri de celles du Mississipi et qu’on appelle le _Coteau des
prairies_, les montagnes _Azark_ et les _Massernes_ peuvent être
considérées comme les ramifications des Montagnes Rocheuses.

D’après les observations faites au moyen du baromètre, d’accord avec les
calculs de la trigonométrie, les mémoires de Bonneville portent la
hauteur de quelques-uns de leurs pics à vingt-cinq mille pieds au-dessus
du niveau de la mer, élévation qui paraîtrait plus qu’exagérée si l’on
s’en rapportait au seul témoignage des yeux; mais tout le monde sait que
les montagnes placées au milieu d’une plaine immense ressemblent aux
vaisseaux qui flottent sur la mer; elles paraissent toujours moins
élevées qu’elles ne le sont en effet. Quoi qu’il en soit de leur plus ou
moins d’élévation, c’est au pied de ces colosses de la création que nous
avions l’espérance de trouver nos chers néophytes; mais un exprès envoyé
pour leur annoncer notre arrivée prochaine vient de revenir avec la
nouvelle que des sauvages qui y ont campé, il y a environ quinze jours,
sont descendus vers le sud pour la chasse du buffle. Ces sauvages
appartiennent-ils à la tribu des _Têtes-plates_ ou à d’autres, nous n’en
savons rien; un second messager va partir pour s’en informer; en
attendant son retour, je continue ma relation.

L’extrême lenteur de notre marche, qui nous a permis de prendre de
nombreuses notes sur les lieux, peut aussi en garantir l’exactitude,
qualité d’autant plus désirable qu’elle ne se trouve pas toujours dans
les récits publiés sur ces régions lointaines. Cependant, pour ne pas
outrepasser les bornes d’une très-longue lettre, je ne dirai que
quelques mots sur les perspectives, les fleurs, les oiseaux, les
animaux, les sauvages et les aventures de notre route.

A l’exception des buttes qui courent parallèlement des deux côtés de la
_Plate_ jusqu’aux _Côtes-Noires_, et des Côtes-Noires elles-mêmes qui
viennent se joindre aux Montagnes Rocheuses, on pourrait appeler un
océan de prairies, les quinze cents milles que nous avons parcourues de
_West-Port_ aux sources de l’_Eau sucrée_; le terrain offre partout ce
genre d’accidents qui ressemblent aux ondulations de la mer quand elle
est agitée par quelque tourmente. Nous avons rencontré sur le sommet de
quelques tertres, des pétrifications et des coquillages tels qu’il s’en
trouve dans certaines montagnes de l’Europe. Je ne doute nullement que
des géologues de bonne foi ne reconnaissent ici, comme ailleurs, des
vestiges incontestables du déluge. Un fragment de pierre que je conserve
me semble en renfermer plusieurs.

A mesure que, s’éloignant du Missouri, on s’enfonce dans les contrées de
l’ouest, les forêts diminuent d’épaisseur, d’élévation et de profondeur,
à peu près en raison directe de la moindre quantité d’eau qui les
arrose. Bientôt sur les bords des torrents on ne voit plus qu’une
lisière de bois assez étroite, où se trouvent rarement des arbres de
haute futaie. Dans le voisinage des ruisseaux il ne croît guère que des
buissons de saules, et là où l’eau manque, on chercherait en vain autre
chose que de l’herbe; encore ne se montre-t-elle que dans les plaines
fertiles qui s’étendent de _West-Port_ jusqu’à la _Plate_. Cette liaison
intime entre les eaux et les bois est si sensible à tous les yeux, que
nos bêtes de somme n’avaient pas cheminé huit jours dans ce désert, que
déjà on les voyait, surtout quand la marche avait été longue,
tressaillir et doubler le pas, à la vue des arbres qui s’élevaient dans
le lointain. Cette rareté de bois dans les contrées de l’ouest, si
contraire à ce qui se faisait remarquer dans les autres parties de
l’Amérique septentrionale, provient de deux causes principales: dans les
plaines situées en deçà de la Plate, elle est le résultat de la coutume
qu’ont les Indiens dans ces parages de brûler leurs prairies vers la fin
de l’automne pour avoir de meilleurs pâturages au retour du printemps;
et dans le Far-West, où les sauvages se gardent bien d’agir ainsi, soit
pour ne pas éloigner les animaux nécessaires à leur subsistance, soit
pour ne pas se laisser découvrir par les partis ennemis, cette rareté de
bois provient de la nature du sol. En effet, le sol n’y est que de sable
et de terre si légère et partout si aride, qu’à l’exception des
éternelles absinthes qui couvrent les plaines et de la sombre verdure
des arbres résineux qui ombragent les montagnes, toute la végétation est
obligée, sous peine de mort, de chercher un refuge dans les sinuosités
des rivières, ce qui rend les voyages du _Far-West_ extraordinairement
longs et ennuyeux.

De loin en loin, surtout dans la rivière des _Kants_ et la _Plate_, on
trouve des blocs de granit de différentes grandeurs et couleurs; le
rosâtre ou le granit porphyre est le plus commun. On voit aussi dans
quelques sites pierreux des _Côtes-Noires_ une infinité de petits
cailloux de mille nuances diverses; j’en ai vu de tellement coagulés
ensemble qu’ils ne formaient plus qu’une seule masse; bien polis, ces
blocs feraient de superbes mosaïques. La fameuse colonnade de la chambre
du Congrès américain, qui passe pour une des plus riches qui existent,
est de cette composition.

Le 29 juin, fête de saint Pierre, nous trouvâmes une carrière non moins
curieuse, que nous prîmes d’abord pour du marbre blanc; mais bientôt
nous nous aperçûmes que c’était quelque chose de mieux. Etonnés de la
facilité avec laquelle se façonnait cette pierre, la plupart des
voyageurs s’en firent des calumets; moi-même, j’en fis tailler plusieurs
dans le dessein d’en faire présent aux chefs sauvages; en sorte que
pendant deux jours on ne vit parmi nous que des lapidaires. Mais, hélas!
incapable de résister à l’action du feu, tous nos calumets se brisèrent
à la première épreuve; c’était une belle carrière d’albâtre.

Le premier rocher vraiment digne de ce nom que nous rencontrâmes, et
comme le premier degré de cette fameuse chaîne que nous allions gravir,
est le roc _Indépendance_. Il est de la même nature que les Montagnes
Rocheuses. D’abord je crus que ce titre fastueux lui venait de son
isolement des autres et de la force extraordinaire de son assiette; mais
ensuite j’appris qu’il était ainsi appelé uniquement parce que les
voyageurs qui eurent les premiers l’idée de lui donner un nom étaient
arrivés dans son voisinage le jour même où les Etats-Unis célèbrent
l’anniversaire de leur séparation d’avec l’Angleterre. Nous y arrivâmes
le lendemain du même jour. Nous avions avec nous un jeune Anglais non
moins jaloux que les Américains de la gloire de sa nation, raison de
plus pour ne pas crier _Vive l’Indépendance_. Cependant, le jour
suivant, pour qu’il ne fût pas dit que nous passions avec indifférence
devant ce grand monument du désert, nous inscrivîmes nos noms sur le
flanc du roc qui regarde le sud, à la suite du saint nom de Jésus (IHS),
que nous voudrions avoir gravé partout, et à côté d’un grand nombre
d’autres dont plusieurs peut-être ne devraient se trouver nulle part. A
cause de ces noms et de toutes les dates qui les accompagnent, ainsi que
des hiéroglyphes des guerriers sauvages, j’avais appelé ce roc, à mon
premier voyage, _le grand Registre du désert_.

Un mot des buttes qui se trouvent dans le voisinage de la _Plate_. La
plus curieuse de toutes, du moins la plus connue des voyageurs
ordinaires, est celle qu’ils nomment _la Cheminée_. Elle est ainsi
appelée à cause de sa forme extérieure; mais à ne consulter que la
ressemblance, peut-être eût-il mieux valu l’appeler l’_Entonnoir_. En y
comprenant le soubassement, la base et la colonne, sa hauteur ne serait
guère que de quatre à cinq cents pieds; la Cheminée proprement dite n’en
aurait même que cent trente à cent cinquante. Ce n’est donc pas dans la
grandeur de ces dimensions que consiste le merveilleux; mais comment ce
reste d’une montagne de sable et d’argile a-t-il pu, malgré les vents
dont la violence est extrême dans ces contrées, subsister aussi
longtemps sous cette forme? comment même la Cheminée a-t-elle pu se
former ainsi? voilà ce qui est vraiment étonnant. Il est vrai que, comme
toutes les buttes qui l’environnent, elle présente successivement dans
sa composition des couches horizontales et perpendiculaires, et que
toutes ces buttes ont à mi-côté une espèce de ceinture d’argile à l’état
de pétrification ou qui tient de milieu entre la terre et la pierre. Si
l’on pouvait conclure de ces deux faits qu’à une certaine hauteur, selon
la portion horizontale et perpendiculaire de ses couches, cette espèce
de terrain est susceptible de se durcir de manière à se rapprocher de
la pierre, peut-être cela servirait-il un peu à expliquer l’étonnante
formation de ce singulier monument; mais son existence n’en resterait
pas moins un problème. Si quelque savant désire en donner la solution,
qu’il se hâte de visiter la Cheminée; car une crevasse qui la sillonne
dans le haut, et qui bientôt, je le pense, s’étendra jusqu’au pied, nous
prédit que dans peu il n’en restera plus que le souvenir.

La Cheminée n’est pas la seule merveille qui se fasse remarquer dans
cette vaste solitude. Parmi les plus curieuses, l’une est appelée _la
Maison_, une autre _le Château_, une troisième _le Fort_, etc.; et
vraiment, si l’on ne savait qu’on voyage dans un désert où il n’existe
réellement d’autre édifice que la tente que l’on dresse le soir et qu’on
enlève le matin, on dirait que toutes les buttes comprises dans un
espace d’environ cinquante milles sont autant de vieilles forteresses et
de châteaux gothiques; et avec un peu d’imagination et une teinture
d’histoire, on se croirait transporté au milieu des antiques castels de
la chevalerie errante. Ici, ce sont de larges fossés; là, de hautes
murailles; ailleurs, des avenues, des jardins, des vergers; plus loin,
le parc, les étangs, la haute futaie: vous croyez voir un de ces vieux
manoirs du moyen âge. Aidez encore un peu à l’illusion, et le château va
vous apparaître sur ses lointains créneaux; c’est bien lui, c’est sa
voix que vous venez d’entendre dans le murmure confus des brises du
désert... Mais approchez, et, au lieu de ces antiquités imaginaires,
vous ne trouvez qu’une terre aride et crevassée en tous sens par la
chute des eaux, un repaire où s’agite une infinité de serpents à
sonnettes et d’autres reptiles venimeux.

Après le _Missouri_, qui est dans l’ouest ce que le _Mississipi_ est du
nord au sud, les plus belles rivières sont le _Kanzas_, la _Plate_, la
_Roche-jaune_ et l’_Eau-sucrée_. La première se décharge immédiatement
dans le Missouri et se fait remarquer par un grand nombre de ses
tributaires. Dans le seul espace qui la sépare de la _Plate_, nous en
avons compté jusqu’à dix-huit, ce qui suppose un grand nombre de
sources, conséquemment un sol compact; aussi l’herbe y croît partout.
C’est le contraire dans le voisinage de la _Plate_: même sur les buttes
qui courent parallèlement à quelque distance de chacune de ses rives, on
ne rencontre ni sources ni ombrages, parce que le sol, qui n’est guère
composé que de sable, est partout si poreux, que les eaux à peine
tombées des nues coulent déjà dans le fond des vallées; aussi, en
revanche, les prairies voisines sont d’une grande fertilité, parce que
les eaux de la rivière, coulant toujours à pleins bords, y répandent
constamment la fraîcheur. Dans le printemps surtout, elles sont fort
belles, à cause de la grande variété de fleurs qu’elles produisent. La
veille du Sacré-Cœur, nous n’en cueillîmes qu’une de chaque espèce, et
il y en eut assez pour former une corbeille magnifique.

Je ne puis m’empêcher de revenir encore sur la description de la
_Plate_, quoique j’en aie déjà parlé dans le récit de mon premier
voyage. Si, malgré ses beautés, elle porte un nom si commun, qu’on se
souvienne que la plus belle de ses buttes ne se nomme que la _Cheminée_;
et qu’on le pardonne à de pauvres voyageurs qui, ne pouvant prendre pour
terme de comparaison ce qu’ils ne connaissent pas, appellent les choses
du premier nom qui leur paraît caractériser l’objet qu’ils ont devant
les yeux. C’est ainsi qu’ils ont donné à cette rivière le nom de
_Plate_, à cause de sa largeur, qui est souvent de six mille pieds,
tandis qu’elle n’en a tout au plus qu’un à cinq ou six de profondeur. Ce
peu de proportion lui fait perdre aux yeux du commerce plus des trois
quarts de sa valeur; car il est inouï qu’on ait vu le moindre canot la
remonter; et si des berges, partant du fort _la Ramée_, la descendent
jusqu’à son embouchure, c’est que, de berges qu’elles sont, elles
peuvent devenir et deviennent en effet souvent des traîneaux qu’on fait
avancer à force de bras. Irwing, dans la définition qu’il en donne,
corrige ce qu’il y aurait eu de peu noble ou d’exagéré dans une seule
expression, en la nommant en même temps la plus _magnifique_ et la plus
_inutile_ des rivières.

Ce côté défectueux une fois reconnu, qu’il soit permis de le dire, rien
de plus magnifique ni de plus varié que la perspective offerte par la
_Plate_, surtout vers le milieu de son cours. Vous ne voyez partout sur
ses rives délicieuses, outre les fleurs de la plaine, que la rose des
forêts avec toutes ses teintes imaginables, la vigne des prairies et la
renoncule de nos jardins; la haute végétation a été obligée de chercher
un refuge contre les feux de l’automne jusque dans le sein des îles qui
couvrent la surface des fleuves. Ces îles sont si nombreuses et si
capricieusement groupées, qu’elles forment, au milieu des flots, comme
un labyrinthe de bosquets embellis de toutes les nuances qui flattent la
vue. Tout respire un air de jeunesse. La souplesse des rameaux, qui
obéissent au moindre souffle des brises, ajoute de la vie à la fraîcheur
de l’ensemble. Aux ondulations si suaves de la rivière et de la verdure,
joignez une distribution parfaite de jours et d’ombres qui varient à
chaque instant, une harmonieuse profusion d’îles échelonnées les unes
derrière les autres de manière à graduer la perspective, les coteaux de
la rive opposée rendus si fuyants par la pureté de l’atmosphère, enfin
le déplacement du spectateur qui dans sa marche saisit à chaque pas un
point de vue nouveau, et vous aurez l’idée des sensations qu’éprouve le
voyageur en parcourant ces bords enchantés. A leur aspect, on se
croirait transporté au moment où la création venait de sortir des mains
de son Dieu.

Sous ce climat tempéré, les beaux jours sont continuels; cependant il
arrive de loin en loin que les nuages, en pressant leur course, ouvrent
des courants d’une violence si grande, qu’ils glacent l’air subitement
et produisent des grêles capables de tout détruire. J’ai vu de ces
grêlons de la grosseur d’un œuf de dinde. Malheur alors à celui qui se
trouve en rase campagne! Un _Sheyenne_ renversé par ses grêlons demeura
une heure entière sans mouvement. Un jour que ce fléau exerçait sa
fureur à quelques pas de nous, un spectacle vraiment sublime s’offrit à
nos yeux: nous vîmes tout à coup dans les airs, à peu de distance de
nous, comme un vaste abîme se creuser en spirale, et dans son sein les
nuages se poursuivre avec tant de rapidité, qu’ils attiraient à eux tous
les objets d’alentour; d’autres nuages, trop éloignés ou trop grands
pour subir cette influence, tournoyaient en sens inverse; un bruit
épouvantable de tempête se faisait entendre; on eût dit que tous les
vents étaient déchaînés à la fois de tous les points de l’horizon; et,
ce qui est bien certain, s’ils se fussent rapprochés tant soit peu plus
près de nous, la caravane entière, hommes, chevaux, bœufs, mulets,
chariots et charrettes, eût fait une ascension dans les nuages; mais,
comme aux flots de la mer, le Tout-Puissant leur avait dit: _Vous n’irez
que jusque-là_. De dessus nos têtes, le tourbillon recula
majestueusement vers le nord et s’arrêta sur le lit de la _Plate_. Alors
nouveau spectacle: les eaux, attirées par son souffle puissant, se
mirent à tourner avec un bruit affreux; toute la rivière bouillonnait,
et en moins de temps qu’il n’en faut à une pluie d’orage pour tomber des
nues, elle s’éleva vers le tourbillon sous la forme d’une immense corne
d’abondance, dont les mouvements onduleux ressemblaient à l’action d’un
serpent qui essaierait de se dresser vers le ciel. Sa hauteur n’était
pas moindre d’un mille. La force des vents qui descendaient
perpendiculairement était telle, que dans un clin d’œil les arbres
étaient écrasés et tordus jusqu’à terre; les branches, arrachées des
troncs, couvraient au loin l’espace de leurs débris. Mais ce qui est
violent ne dure pas; au bout de quelques minutes, l’effrayante spirale
cessa; le tourbillon ne pouvant plus en soutenir le poids, on la vit se
fondre aussi rapidement qu’elle s’était formée. Bientôt le soleil
reparut, le calme se rétablit, et nous continuâmes en paix notre route.

A mesure que nous remontions vers les sources de cette merveilleuse
rivière, les teintes de la végétation devenaient plus sombres, la forme
des collines plus sévère, le front des montagnes plus sourcilleux; tout
paraissait offrir l’image, non de la caducité, mais de la vieillesse, ou
plutôt de l’antiquité la plus vénérable. Jugez de notre joie, quand il
nous fut permis de chanter notre cantique sur les Montagnes
Rocheuses[2]:

    Non, ce n’est plus une ombre vaine,
    Dans l’azur d’un brillant lointain
    Mes yeux out vu, j’en suis certain,
    Des Monts Rocheux la haute chaîne.

    J’ai vu la neige éblouissante
    Blanchir leur front majestueux,
    Et d’un beau jour les premiers feux
    En dorer la masse imposante.

    Comment de leurs cimes glacées
    Descendent les fécondes eaux?
    Et d’un miel pur les doux ruisseaux
    Serpentent-ils dans leurs vallées?

    C’est que sur la plus haute cime
    Flotte l’étendard des élus,
    Et que là le Roi des vertus
    Place son pavillon sublime.

    Salut roche majestueuse,
    Futur asile du bonheur;
    De ses trésors le divin Cœur
    T’ouvre aujourd’hui la source heureuse.

    Non, non, désormais plus d’alarmes;
    De la paix j’entends les concerts,
    Et les sauvages des déserts
    En l’écoutant versent des larmes.

    Bientôt de leur vive allégresse
    L’écho redira les accents;
    Et la bouche de leurs enfants
    du Ciel publiera la tendresse.

    Grand Dieu, qu’ils sont donc admirables
    Les chemins par où ton amour
    Appelle au céleste séjour
    Des cœurs naguère si coupables!

Ayant parlé de la _Plate_, il faut bien que je dise un mot de
l’_Eau-bourbeuse_ ou du _Missouri_ qui se grossit de ses eaux; toutefois
je ne toucherai que quelques points géographiques qui le regardent. Le
Missouri est le fleuve que je connais le mieux. Dans les quatre années
qui viennent de s’écouler, je l’ai monté et descendu de toutes les
manières, par eau, par terre, en berge, en canot de bois et de peau, en
bateau à vapeur. J’ai parcouru les plaines de ses deux plus grands
tributaires, à travers un espace de plus de huit cents milles. J’ai
traversé presque toutes les fourches qui lui paient le tribut de leurs
eaux, depuis la source de la _Roche jaune_, jusqu’à l’endroit où le
_Missouri_, s’associant au _Mississipi_, va communiquer sa fougue au
plus paisible des fleuves. J’ai bu des eaux limpides de ses sources; et
à une distance de trois milles, j’ai goûté les eaux bourbeuses de son
embouchure. Sa prodigieuse étendue, son volume d’eau, sa bourbe
remarquable, son caractère variable, impétueux, sauvage et destructeur,
arrachant souvent avec furie des arpents entiers de l’un de ses bords et
déposant sa vase sur l’autre, engloutissant les belles forêts qui
l’ombragent pour parsemer son sein d’écueils dangereux, changent à
chaque instant la physionomie et le site de ses charmantes îles. Ce
fleuve _Furieux_ (c’est le nom que les _Dacotahs_ lui donnent) semble,
surtout dans un espace de six à sept milles (la basse plaine), se jouer
de tous les obstacles qu’il rencontre; car là où il veut passer, il
passe, rien n’a jamais pu l’arrêter. Les régions singulières qu’il
traverse lui donnent un air de grandeur qui n’appartient qu’au sublime.
Chaque fois qu’on le traverse, une espèce d’enthousiasme s’empare de
l’imagination; on se transporte d’avance dans ces contrées lointaines,
dans cet océan de prairies qu’il arrose, jusqu’aux pieds des colosses
américains qui lui donnent naissance.

C’est donc du sein fécond des Montagnes Rocheuses que le _Missouri_
sort, avec tant d’autres grands fleuves, l’_Arkansas_, la
_Rivière-Rouge_, le _Mississipi_, qui tous s’entremêlent ensuite dans un
seul réservoir, après avoir orné leurs deux bords, dans leurs immenses
étendues, des riches débris arrachés aux montagnes.

Le _Missouri_ proprement dit est formé par trois fourches considérables,
qui s’unissent à l’entrée d’une gorge de l’une des principales chaînes
des Montagnes Rocheuses. La fourche du nord s’appelle _Gefferson_; celle
du milieu, le _Madison_, et celle du sud, le _Gallatin_. Chacune se
divise en petites branches qui descendent des montagnes dans tous les
sens, et entrelacent leurs eaux avec les fourches supérieures de la
_Columbie_ et du _Rio-Colorado_[3], qui coulent à l’ouest des montagnes.
J’ai bu des fontaines des unes et des autres, à la distance de moins de
cinquante verges, le même champ de neige fournissant des eaux au grand
Océan et à la mer Pacifique. Après la jonction des trois fourches, le
_Missouri_ ne présente à une distance considérable qu’un torrent
fougueux et écumant. Il s’étend ensuite dans un lit plus spacieux et par
conséquent plus tranquille; on y rencontre de petites îles et des
rochers noirâtres et escarpés qui s’élèvent jusqu’à la hauteur de mille
pieds au-dessus de son courant. Les montagnes dont il lave les bases
sont couvertes de térébenthines, telles que le pin, le sapin et le
cèdre, et de toutes sortes de tamarins; on y voit beaucoup de
grosses-cornes à une hauteur en apparence inaccessible. Bientôt ces
montagnes prennent un aspect solitaire et offrent aux regards les masses
les plus imposantes. Dans un parcours de dix-sept milles, la rivière est
dans une rage éternelle, roulant et lançant ses ondes écumantes de
cataracte avec des mugissements épouvantables dont tous les échos
d’alentour retentissent. La première chute est de quatre-vingt-dix-huit
pieds, la seconde de dix-neuf, la troisième de quarante-sept, et la
quatrième de vingt-six. Le _Missouri_ conserve la fougue et la rapidité
de son cours assez loin au delà. Immédiatement après sa dernière chute,
il reçoit la belle _Rivière-à-Marie_, qui vient paisiblement du nord.
Plus bas, du côté opposé, entre le _Déarn-Born_ et la _Fantaisie_,
chacune par une embouchure de cent cinquante verges, les _Manolles_, la
_Grosse-Corne_, la _Coquille_, toutes de cent verges; la _Grande-Sèche_
de quatre cents verges, la _Sèche_ de cent, et le _Porc-épic_ de cent
douze. Après ces rivières, on voit paraître la _Roche-jaune_, le second
en grandeur de tous les tributaires du _Missouri_. Elle lui ressemble
sous bien des rapports et prend sa source dans les mêmes montagnes; son
lit est large, son courant rapide; aux deux cents derniers milles de son
cours, ses deux bords sont bien boisés, et ses bas-fonds larges et
fertiles. L’ours gris et l’ours noir, la biche, la grosse-corne, le
chevreuil commun et le chevreuil à queue noire, la gazelle et le buffle,
sont les animaux les plus communs de ces parages. Les mines de charbon
et de fer y paraissent très-abondantes; lorsqu’on les exploitera, elles
fourniront de l’emploi à une infinité de machines à vapeur. La
_Roche-jaune_ se décharge dans le _Missouri_ par le sud, après un cours
de seize cents milles; à son embouchure, qui est de huit cent cinquante
verges, elle paraît plus large que le fleuve qui la reçoit.

Le _Missouri_, après sa jonction avec la _Roche-jaune_, commence à
s’étendre dans des plaines et des bas-fonds, malheureusement dénués de
bois, ce qui retardera encore longtemps la culture de ces riches terres.
Il reçoit successivement par le nord la _Rivière-de-la-terre-blanche_,
et par le sud la _Rivière-à-l’oie_, le _Petit-Missouri_, peu profond et
très-rapide; la _Rivière-aux-couteaux_, près des villages des Mandans;
la _Rivière-aux-boulets_, le _Winnipentin_, la _Sewarzerna_, la
_Sheyenne_, navigable jusqu’à environ trois cents milles de son
embouchure, qui est de quatre cents verges; son courant est
très-rapide, et son eau très-bourbeuse; ensuite la _Rivière-à-Tyber_ et
la _Rivière-blanche_. Cette dernière tire son nom de la blancheur de ses
eaux qui sont très-malsaines et resserrent le corps lorsqu’on en boit;
les terres hautes qui l’avoisinent sont stériles et abondent en
pétrification du règne animal et végétal; ses coteaux sont d’un aspect
fantastique et singulier; son flux est rapide; depuis son embouchure,
qui est de trois cents verges, on peut la remonter en bateau à la
distance de trois cents milles. Le _Poncas_ et l’_Eau-qui-court_
entrent du même côté; du côté opposé on rencontre la petite
_Rivière-à-médecine_, la _Rivière-à-Jacques_, qui est de temps
immémorial un rendez-vous de chasseurs à castors; la _Pierre-blanche_,
le _Vermillon_, la _Sciouse_ qui possède une belle carrière rouge à
calumets, la _Petite-Sciouse_, la _Rivière-à-Floy_, le _Royer_, le
_Maringouin_, le _Nishuebatlana_, la _Rivière-aux-tonneaux_, le
_Torquios_, le _Nodowa_.

Alors vient la _Plate_, la principale fourche du _Missouri_; elle prend
sa source dans les mêmes chaînes des Montagnes Rocheuses, parcourt une
étendue d’environ deux mille milles, et présente à son embouchure
environ un mille de largeur, mais si peu de profondeur, qu’elle n’est
pas navigable. Les deux _Newahas_ entrent par le sud, la _Petite-Plate_
par le nord; le _Kanzas_, par le sud, a un cours d’environ mille milles,
navigable à une grande distance; l’_Eau-bleue_ et trois autres petites
rivières viennent du même côté. Du côté opposé viennent la
_Rivière-grande_, large, profonde et navigable; les deux _Charetons_, la
_Bonne-femme_ et le _Manitou_. Au sud sont la _Mine_, la _Salée_ et
l’_Osage_, belle rivière et de grande importance, navigable jusqu’à six
cents milles; vers sa source, ses eaux s’entrelacent avec celles de
l’_Arkansas_. Trois autres, peu considérables, entrent du côté opposé,
la _Bourbeuse_, la _Houtre_ et le _Cèdre_. La _Gasconnade_ est navigable
à soixante-six milles; elle est importante, à cause de ses belles
forêts de pins, qui pourvoient aux besoins de Saint-Louis et du pays
adjacent. Avant d’arriver à cette ville, où le _Missouri_ se décharge
dans le _Mississipi_, on rencontre encore plusieurs autres rivières,
telles que le _Buffalo_, le _Saint-Jean_, la _Rivière-au-bois_, le
_Bon-Homme_, au sud, et la _Charrette_, la _Femme_, etc., au nord.

Je passe sous silence une infinité de petites rivières qui se déchargent
immédiatement dans le _Missouri_: celles que je nomme suffiront pour
donner une idée de l’immense volume d’eau que cette rivière charrie.
Depuis ses sources jusqu’à l’embouchure de la _Roche-jaune_, elle a une
étendue de huit cent quatre-vingts milles; depuis l’embouchure de la
_Roche-jaune_ jusqu’à sa jonction au _Mississipi_, deux mille deux cents
milles.

Concluons de là quelle masse imposante d’eau doit offrir le _Mississipi_
après sa jonction au _Missouri_. La plus grande fourche du haut
_Mississipi_ est la _Rivière-Saint-Pierre_, qui prend sa source dans les
plaines du nord-ouest, et entre dans le grand fleuve en bas des chutes
Saint-Antoine. Le _Kaskaskias_ et la _Rivière-des-Illinois_ le joignent
ensuite après un cours de plusieurs centaines de milles. Vient alors le
_Missouri_; puis l’_Ohio_, grand fleuve formé par la jonction de
l’_Alleghany_ et du _Monongahela_; la _Rivière-blanche_, qui parcourt
une distance d’au delà de mille milles; plus bas l’_Arkansas_, qui
descend des confins du Mexique. Le dernier grand tributaire du
_Mississipi_ est la _Rivière-rouge_, qui prend sa source dans le Mexique
et parcourt une distance d’au delà de deux mille milles.

Le _Père-des-eaux_, après avoir ainsi rassemblé toutes les eaux d’une
région d’un million trois cent mille milles carrés, a un lit de
plusieurs milles de largeur et de plusieurs brasses de profondeur. Dans
ses marées annuelles, en bas de l’_Ohio_, il se déborde et s’étend
quelquefois de trente à quarante milles dans l’intérieur, couvrant, pour
une partie de l’année, les prairies, les bas-fonds et les marais. Après
la jonction de la _Rivière-rouge_, ce grand fleuve ne peut plus se
contenir dans un seul lit; il se divise, et, comme le Nil, va se jeter
dans l’Océan par différentes embouchures à une grande distance les unes
des autres.

Un auteur récent, parlant des avantages que le _Mississipi_ présente au
commerce, fait la remarque suivante. Quatre berges peuvent partir des
points les plus opposés de l’Amérique septentrionale: une du lac
_Chataque_, dans l’Etat de New-York; une autre de l’intérieur de la
Virginie; une troisième des lacs au Riz, où le _Mississipi_ prend sa
source principale, au 47ᵉ degré nord, et une quatrième des sources du
_Missouri_ aux Montagnes Rocheuses; et toutes se réuniront à
l’embouchure de l’_Ohio_ et descendront en compagnie jusqu’à l’Océan.

J’avais laissé la narration de mon voyage à l’endroit où, quittant la
fourche nord de la _Plate_, nous traversâmes pendant deux jours des
côtes arides pour arriver aux bords de l’_Eau-sucrée_. Mais il est temps
de prendre un peu de repos. Aussi bien faut-il que je sois tout oreille
pour entendre les bonnes nouvelles qu’on nous rapporte.


Fourches principales des grands tributaires du Missouri que j’ai vues et
traversées dans mes différents voyages.

                                 { Tête au castor.
Fourches du Jefferson.           { Fourche du grand trou.
                                 { L’eau qui pue.

                                 { Rivière à la foudre
                                 { -- à la langue.
                                 { -- bouton de rose.
Fourches de la Roche-jaune.      { -- grosse-corne.
                                 { -- à Clark.
                                 { La Rocheuse.
                                     { Rivière à travers.
                                     { -- à la loutre.
                                     { -- des 25 verges.
                                     { -- gallatine.
                                     { -- au vent.

                                     { Grand os.
                                     { Jungar.
Fourches de l’Osage.                 { Palate.
                                     { Grande fourche.

                                     { Rivière aux soldats.
                                     { Waggère-roussé.
                                     { Vermillon.
Fourches du Kansas.                  { Vermillon noir.
                                     { Rivière malade.
                                     { -- aux couteaux.
                                     { -- de l’eau bleue.

                                     { La Corne.
                                     { Rivière au loup.
                                     { Gros-bois.
                                     { Fourche du sud.
Fourches de la Plate.                { Fourche du nord.
                                     { Perche de loge.
                                     { Rivière aux chevaux.
                                     { Fourche la ramée.
                                     { Eau-sucrée.

                                     {Grande sableuse.
                                     { Fer à cheval.
                                     { Saint-Pierre.
Branche de la fourche du nord qui se {Rivière-rouge.
jette dans la Plate.                 { Cotonnier.
                                     { Kennion.
                                     { Rivière aux chevreuils.
                                     { Le Torrent.



TROISIÈME LETTRE


Fort-Hall, 16 août 1841.

C’est hier soir, fête de l’Assomption, que nous avons rencontré l’avant
garde des _Têtes-plates_; sous quels meilleurs auspices pouvait se faire
cette rencontre? Aussi, que de joie de part et d’autre! La joie du
sauvage n’est pas démonstrative; celle de nos chers néophytes était
tranquille; mais à la sérénité de leurs regards, à la manière
affectueuse dont ils nous serraient la main, il était facile de sentir
qu’elle était profonde et réfléchie, comme celle qui a sa source dans la
vertu. Que n’avaient-ils pas fait pour obtenir des _Robes-noires_?
Depuis vingt ans, ils n’avaient cessé de faire des instances auprès du
Père des miséricordes; pendant tout ce temps, d’après le conseil de
quelques pauvres Iroquois qui s’étaient fixés parmi eux, ils s’étaient
rapprochés, autant que possible, de nos croyances, de nos mœurs et même
de nos pratiques religieuses. Le dimanche, par exemple, dans quelle
paroisse catholique fut-il jamais plus religieusement observé? Mais je
reviendrai plus tard sur ces points. Dans l’espace des dix dernières
années, quatre députations, parties des bords de la _Racine-amère_, où
ils se réunissent le plus ordinairement, avaient eu le courage d’aller
jusqu’à Saint-Louis, c’est-à-dire de traverser plus de trois mille
milles de vallées et de montagnes, presque toutes infestées de
_Pieds-noirs_ et d’autres ennemis. Les cinq Indiens qui composaient la
troisième députation, partie en 1837, avaient été impitoyablement
massacrés par les _Scioux_. En 1839, ils envoyèrent de nouveaux députés
iroquois, nommés Pierre et le petit Ignace (pour le distinguer d’un
autre appelé le grand Ignace), et les chargèrent de faire encore les
plus vives instances pour obtenir enfin ce dont ils avaient un si grand
besoin, _une Robe-noire pour les conduire au ciel_. Cette fois, leurs
vœux furent exaucés et au delà de leurs espérances: un missionnaire fut
chargé de les visiter, et on leur en promit plusieurs s’ils étaient
nécessaires pour leur plus grand bien. Pendant que Pierre se hâtait de
retourner vers la peuplade pour lui faire part du plein succès de sa
mission, Ignace restait à West-Port pour servir de guide au
missionnaire. J’eus le bonheur d’être choisi pour cette œuvre sainte; je
les visitai, je pris connaissance de leurs besoins, de leurs
dispositions, du besoin des peuplades voisines. Maintenant, après une
absence qui avait duré près d’un an, je revenais au milieu d’eux, non
plus seul comme l’année précédente, mais avec deux Pères, trois Frères,
trois ouvriers et tout ce qu’il fallait pour faire plus que réaliser
leurs espérances. De leur côté, ils avaient fait plus de trois cents
milles pour venir au devant de nous. Nous étions enfin pleins de santé
et d’espérance les uns en présence des autres. Quelle joie ne devaient
pas éprouver ces bons sauvages! Ne sachant comment exprimer leur
bonheur, ils restaient muets devant nous, et assurément leur silence ne
venait ni d’un défaut d’intelligence ni d’un manque de sentiments. Les
_Têtes-plates_ sont très-sensibles, la plupart ont de l’esprit, et la
députation était composée d’hommes d’élite; on en jugera par ce rapide
dénombrement.

Le chef de la petite ambassade s’appelait _Wittispô_; il se peignit
lui-même dans l’allocution suivante, qu’il adressa à ses compagnons
quelques jours après, à la vue du plan de la première réduction: «Mes
enfants, leur dit-il, je ne suis qu’un ignorant et un méchant; cependant
je remercie le Grand-Esprit de ce qu’il a fait pour nous.» Et, entrant
ici dans un détail admirable, il termina par ces paroles: «Oui, mes
chers amis, mon cœur est content, et malgré ma méchanceté, je ne
désespère pas de la bonté de Dieu. Je ne veux plus vivre que pour prier;
jamais je n’abandonnerai la prière, je prierai jusqu’à la mort, et quand
viendra ma dernière heure, je me remettrai entre les bras du Maître de
la vie. S’il veut me perdre, je me soumettrai à ses ordres, car je l’ai
mérité; s’il veut me sauver, je le bénirai toujours. Encore une fois,
mon cœur est content. Que ferons-nous donc pour prouver à nos Pères que
nous les aimons?...» Ici venaient les résolutions pratiques; mais je
dois me borner.

_Simon_, le plus âgé de la nation tête-plate, Simon, si accablé sous le
poids de la vieillesse, que même assis il avait besoin de son bâton pour
se soutenir, était un des adultes que j’avais baptisés l’année dernière.
A peine eut-il appris que nous étions en route, que, montant à cheval et
se confondant avec les jeunes guerriers qui se disposaient à venir à
notre rencontre, «Mes enfants, leur dit-il, je suis des vôtres; si je
meurs en route, nos Pères du moins sauront pourquoi je suis mort.» Dans
le cours du voyage, il répétait souvent: «Courage, mes enfants,
souvenez-vous que nous allons au-devant de nos Pères.» Et, le fouet
animant les coursiers, on faisait à sa suite jusqu’à cinquante milles
par jour.

_Francis_, enfant de six à sept ans, petit-fils de Simon, orphelin dès
le berceau, avait servi l’année dernière à l’autel; il voulut absolument
accompagner son grand-père; son cœur lui disait qu’il allait retrouver
auprès des _Robes-noires_ le bonheur qu’il avait à peine eu le temps de
goûter dans les bras de ses parents.

_Ignace_, qui avait conseillé la quatrième députation, qui en avait fait
partie, qui avait réussi dans sa mission, qui avait introduit le premier
la _Robe-noire_ dans la peuplade, qui venait tout récemment encore de
s’exposer à de nouveaux dangers pour faciliter notre retour, Ignace
avait couru sans boire ni manger pendant quatre jours, afin de nous
revoir plutôt.

_Pilchimoë_, compagnon d’Ignace et frère de l’un des martyrs de la
troisième députation, était un jeune guerrier déjà réputé brave parmi
les braves; l’année dernière, par sa présence d’esprit et son courage,
il avait sauvé soixante-dix de ses frères d’armes de la fureur de près
de quinze cents Pieds-noirs qui les enveloppaient.

_François-Xavier_ était fils du grand Ignace, qui fut le chef de la
seconde et de la troisième députation, et qui périt, avec cette
dernière, victime de son dévouement pour la religion et pour ses frères.
A l’âge de dix ans, ce jeune homme était venu à Saint-Louis, dans la
compagnie de son courageux père, uniquement pour avoir le bonheur d’y
recevoir le baptême. S’étant ensuite attaché sans réserve au service de
la mission, il apportait chaque jour à notre table tous les fruits de sa
pêche.

_Gabriël_, métis de naissance, mais enfant adoptif de la nation et
interprète des missionnaires, fut le premier qui nous rejoignit sur les
bords de la _Rivière-verte_; il mérita ainsi le titre de précurseur des
Têtes-plates. Gabriël fut assez brave et assez zélé pour entreprendre
trois fois à cause de nous de franchir un espace de quatre cents milles
qui nous séparaient du grand camp.

Tels étaient les néophytes venus à noire rencontre, et qu’avaient-ils à
nous apprendre? Laissons-les parler eux-mêmes. Ils nous dirent qu’ils
n’avaient cessé de prier tous les jours pour m’obtenir du Ciel un
heureux voyage et un prompt retour; que leurs frères étaient toujours
dans les mêmes dispositions; que la plupart, même les vieillards et les
petits enfants, savaient par cœur les prières que je leur avais
enseignées l’année précédente; que deux fois les jours ordinaires et
trois fois le dimanche, la peuplade réunie faisait les prières en
commun; que la caisse d’ornements d’église laissée à leur garde était
portée comme une arche de salut partout où l’on transportait le camp;
que cinq ou six enfants, du nombre de ceux que j’avais baptisés, étaient
allés au ciel pendant mon absence; que le lendemain de mon départ, un
jeune guerrier que j’avais baptisé la veille, était mort des suites
d’une blessure mortelle reçue des Pieds-noirs plus de trois mois
auparavant; qu’un autre, qui m’avait accompagné jusqu’au fort des
Corbeaux et qui n’était encore que catéchumène, était mort de maladie en
revenant à la peuplade, mais dans de si bonnes dispositions, que sa mère
était toute consolée de sa perte, dans la pensée qu’il était au ciel;
qu’une petite fille de douze ans, se voyant sur le point de mourir,
avait demandé le baptême avec instance, et que l’ayant reçu de Pierre
l’Iroquois avec le nom de Marie, elle avait dit par trois fois aux
témoins de son bonheur: _Priez pour moi, priez pour moi, priez pour
moi_; qu’alors elle se mit à prier elle-même, et qu’après avoir chanté
un cantique d’une voix plus forte que celle des assistants, elle s’écria
sur le point d’expirer: «Oh! que c’est beau! je vois Marie, ma Mère! mon
bonheur n’est pas sur cette terre, ce n’est qu’au ciel qu’il faut le
chercher! Ecoutez les Robes-noires, parce que ceux-là disent la vérité.»
Immédiatement après, elle rendit le dernier soupir.

Tant de faveurs du Ciel devaient exciter la jalousie de l’enfer; aussi
plus d’une fois l’homme ennemi essaya-t-il de semer la zizanie parmi le
bon grain, en insinuant aux principaux de la peuplade qu’il en serait de
moi comme de tant d’autres, qu’une fois parti je ne reparaîtrais plus.
Mais le grand chef osait toujours répondre: «Vous vous trompez, je
connais notre Père, sa langue n’est pas fourchue, il nous a dit _Je
reviendrai_; il reviendra, j’en suis sûr.» L’interprête ajouta que, dans
cette conviction, le vénérable vieillard, malgré son grand âge, avait
voulu se mettre à la tête du détachement de quarante hommes venu sur la
_Rivière-verte_; qu’ils étaient arrivés au rendez-vous le jour fixé,
c’est-à-dire le 1ᵉʳ juillet; qu’ils y étaient restés jusqu’au 16, et
qu’ils y seraient encore si la disette de vivre ne les avait obligés de
s’en éloigner; que d’ailleurs la peuplade entière était décidée à se
réunir dans un lieu stable pour y bâtir une réduction; que dans cette
vue on avait déjà fait choix de deux emplacements que l’on croyait
convenables; que l’on n’attendait plus que notre présence pour prendre
une dernière détermination, et que l’on comptait tellement sur notre
arrivée prochaine, qu’en partant de la _Rivière-verte_ le chef y avait
laissé trois de ses gens pour nous attendre, en leur recommandant de
tenir bon autant qu’ils pourraient.

Ici, que de choses à ajouter non moins édifiantes que curieuses! Mais
avant de m’engager dans ce sujet intéressant, je dois prendre congé de
mes compagnons de voyage qui nous quittèrent au _Fort-Hall_, et payer à
M. Ermatinger, commandant du fort, le tribu de reconnaissance que nous
lui devons. Quoique protestant de naissance, ce brave Anglais nous fit
l’accueil le plus amical. Plusieurs fois il voulut nous avoir à sa
table; non-seulement il nous remit au prix-coûtant, c’est-à-dire pour le
tiers de leur valeur dans le pays, toutes les choses dont nous avions
besoin, mais encore il y ajouta en pur don plusieurs objets qu’il
croyait pouvoir nous faire plaisir. Il fit plus, il promit de nous
recommander à la bienveillance du gouverneur de l’honorable Compagnie
anglaise de la baie d’Hudson, déjà prévenue en notre faveur, et ce qui
est encore plus digne d’éloges, de seconder notre ministère auprès de la
nombreuse nation des Serpents, avec laquelle il était en relation. Tant
de zèle et de générosité lui donnent droit à notre estime et à notre
reconnaissance. Puisse le Ciel lui rendre au centuple le bien qu’il nous
a fait!

C’est au Fort-Hall que nous nous séparâmes tout à fait de la colonie
américaine, qui jusqu’alors avait fait la même route que nous depuis la
rivière des _Kants_. Déjà, sur la _Rivière-Verte_, ceux qui n’étaient
venus dans ces parages que pour leur instruction ou pour leur agrément,
s’en étaient retournés avec quelques illusions de moins, au nombre de
six, parmi lesquels se trouvait le jeune Anglais qui, depuis
Saint-Louis, avait été notre commensal. En se séparant de nous, cet
estimable jeune homme nous assura que si jamais la Providence nous
réunissait encore, il nous reverrait avec le plus grand plaisir, et que
partout où il nous rencontrerait, il se ferait un bonheur de nous être
utile. Il était d’une bonne famille d’Angleterre, et comme la plupart
des Anglais, grand amateur des voyages; il avait déjà vu les quatre
parties du monde; mais il avait de si forts préjugés contre l’Eglise
romaine, que malgré ses bons désirs, il nous fut impossible de lui être
d’aucune utilité sous le rapport le plus essentiel. Nous le
recommandâmes à nos amis. J’ai retenu de lui cette belle réflexion: «Il
faut voyager dans le désert pour savoir combien la Providence est
attentive aux besoins de l’homme.» Quant à ceux qui étaient partis
uniquement dans le dessein d’aller chercher fortune en Californie,
poursuivant leur entreprise avec la constance qui est le propre des
Américains, il nous avaient quittés seulement quelques jours avant notre
arrivée au Fort-Hall, dans les environs des sources d’eau chaude qui se
jettent dans la _Rivière-à-l’Ours_.

Il ne restait plus avec nous que quelques-uns de leurs gens, venus au
fort pour se ravitailler. Parmi ceux-ci était le colonel B...,
conducteur de la colonie, et M. W..., soi-disant diacre
méthodiste-épiscopalain; tous deux étaient d’un caractère fort paisible.
Ils n’eurent pour nous que des égards; mais le premier, comme tant
d’autres, fort indifférent en matière de religion, avait pour maxime:
«que le meilleur était de n’en avoir aucune, ou bien de suivre celle du
pays où l’on se trouvait;» et pour preuve de son paradoxe, il me citait,
comme un texte de saint Paul, l’ancien proverbe: _Si fueris Romæ, Romano
vivito more_. Le diacre était de son avis sur ce dernier point; mais il
voulait une religion, et, bien entendu, la sienne était la meilleure; je
dis la sienne, car il en avait une à lui, n’étant ni méthodiste, ni
protestant, ni catholique, pas même chrétien, prétendant que les Juifs,
les Turcs, les idolâtres pouvaient être aussi agréables aux yeux de Dieu
que tout autre. Pour prouver sa thèse (qui le croirait?) il s’appuyait
sur l’autorité de saint Paul, et en particulier sur ce texte: _Unus
Dominus, una fides, unum baptisma_. C’est même avec ces paroles qu’il
nous salua la première fois qu’il nous vit; il les avait aussi prises
pour texte du long discours d’adieu qu’il fit dans l’une des succursales
de West-Port, avant son départ pour sa mission de l’Ouest. Par qui
était-il envoyé? Nous ne l’avons jamais su. Son zèle le portait souvent
à s’aboucher avec nous; mais il n’était pas difficile de lui démontrer,
qu’à l’exception d’une, ses idées n’étaient pas bien fixes; il en
convenait lui-même; mais après avoir volé de branche en branche, il en
revenait toujours à ce qui, dans son opinion, était la racine de toute
vraie science: _l’amour de Dieu est le premier des devoirs; et pour
faire aimer Dieu, il faut être tolérant_. C’était là son point d’appui
le plus ferme, le fond de tous ses discours et l’aiguillon de son zèle.
Le mot catholique, selon lui, signifiait _amour_ et _philanthropie_. Les
absurdités et les contradictions qui lui échappaient, excitaient souvent
l’hilarité dans tout le camp. Sa naïveté était encore plus grande que sa
tolérance; en voici une preuve: «Hier, me disait-il un jour, comme un
des gens de ma religion me rendait un livre que je lui avais prêté, en
lui faisant croire qu’il contenait l’exposition de la religion romaine:
Qu’en pensez-vous? lui demandai-je, et il me répondit que le livre était
rempli d’erreurs. Or, ajouta le ministre, c’étaient les principes
méthodistes que contenait le livre. Voyez donc, reprenait-il avec
emphase, ce que c’est pourtant que la prévention!»

Tous les jours, j’avais eu des conférences avec l’un ou l’autre de la
caravane, souvent avec plusieurs à la fois; et quoique l’Américain soit
lent à changer de religion, nous eûmes la consolation de voir s’éloigner
nos compagnons de voyage, déchargés d’un fardeau pesant de préjugés
contre la sainte Eglise. Ils partirent au contraire en donnant les plus
grandes marques de respect et de vénération pour le catholicisme, dont
plusieurs n’étaient pas éloignés; il ne manquait guère à ces derniers
qu’un peu plus de courage pour vaincre le respect humain et en faire une
profession publique. Ces controverses me préoccupaient tellement
l’esprit, que j’arrivai presque sans le savoir sur les bords de la
_Rivière-aux-Serpents_: Là nous attendaient un grand danger et une bonne
leçon; mais, avant de parler des aventures du voyage, hâtons-nous de
finir ce qui nous reste à raconter sur le pays parcouru.

Nous en étions restés sur les bords de l’_Eau-sucrée_. Cette rivière
n’est qu’une des fourches de la Plate, mais c’en est une des plus
belles; elle doit son nom à la pureté de ses flots comparée aux eaux
bourbeuses et malsaines des environs. Ce qui la distingue aussi des
autres rivières, ce sont les nombreuses sinuosités de son cours, preuve
du peu d’inclination de son lit. Mais bientôt, changeant d’allure, on la
voit ou plutôt on l’entend descendre avec rapidité à travers la longue
crevasse d’une chaîne de rochers. Ces rochers, en harmonie avec le
torrent, offrent les scènes les plus pittoresques. Les voyageurs ont
nommé cette gorge _Entrée-du-diable_; ils eussent mieux fait, selon moi,
de l’appeler _Chemin-du-ciel_; car si elle ressemble à l’enfer à cause
du désordre et de l’horreur qui y règnent, ce n’est toutefois qu’un
passage, et d’ailleurs elle représente bien mieux le chemin du ciel, par
le terme délicieux où elle aboutit. Qu’on s’imagine, en effet, deux pans
de rochers s’élevant à pic à une hauteur étonnante; au pied de ces
murailles informes, un lit tortueux, encombré de troncs, de débris et de
blocs de toute dimension; et au milieu de ce chaos d’obstacles, les
ondes mugissantes s’ouvrant une issue, tantôt en se précipitant avec
furie, tantôt en s’épanchant avec majesté, selon que dans leur cours
elles trouvent un passage ou plus resserré ou plus large. Au-dessus de
ces scènes tumultueuses et bruyantes, des masses sombres, ici éclairées
par un jet de lumière, là rembrunies par le feuillage de quelques cèdres
ou pins; enfin, dans l’enfoncement de cette suite de hautes galeries,
une perspective de lointain, si douce à l’œil, qu’il serait impossible
d’y reposer la vue sans avoir l’idée du bon: voilà ce que nous admirions
dans la matinée du 6 juillet, à neuf ou dix milles du roc
_Indépendance_. Je doute que la solitude de la Grande-Chartreuse, dont
on dit tant de merveilles, puisse, du moins au premier abord, offrir
plus d’attraits à celui que la grâce appelle à la vie contemplative.
Pour moi, qui n’y suis point appelé exclusivement, après une demi-heure
de ravissement bien naturel, je finis par comprendre le mot du
chartreux, _pulchrum transeuntibus_, et je me hâtai de passer outre.

De là nous nous dirigeâmes de plus en plus vers les hauteurs du
Far-West, jusqu’à ce qu’enfin nous atteignîmes les sommets, d’où l’on
découvre un autre monde. Le 7 juillet, nous étions en vue de l’immense
Orégon. On a fait de trop pompeuses descriptions du spectacle que nous
avions sous les yeux, pour que j’ose entreprendre d’y rien ajouter. Je
ne parlerai donc ni de la hauteur, ni du nombre, ni de la variété de ces
pics éternellement couverts de neiges, ni des belles sources qui en
descendent avec fracas, ni du changement subit de leur cours, ni de la
plus grande raréfaction de l’air, ni des effets qui en résultent pour
les objets susceptibles de contraction. Ce que je dirai à la gloire de
Notre-Seigneur Jésus-Christ, c’est le besoin que j’éprouvai de graver
son saint nom sur un rocher qui dominait toutes ces grandeurs. Puisse ce
nom à jamais adorable être pour tous les voyageurs qui nous suivront un
monument de notre reconnaissance et un gage de salut!

Dès lors nous descendîmes vers la mer Pacifique, suivant d’abord, puis
traversant la _Petite_ et la _Grande-Sableuse_. Dans les environs de ce
dernier torrent, notre guide ayant pris une direction pour une autre, la
caravane erra trois jours à peu près à l’aventure; moi-même, un beau
soir, je m’égarai plus que personne. Isolé du reste de la troupe, je me
trouvai tout à fait perdu. Que faire? Je fis ce qu’eût fait à ma place
tout bon croyant: je priai, et puis je fouettai mon cheval. De cette
manière, j’avais parcouru plusieurs milles, quand l’idée me vint de
rebrousser chemin, et bien m’en prit, car la caravane était loin
derrière moi, déjà campée, mais toujours sans savoir où, et sur un sol
si aride, que nos pauvres bêtes dûrent terminer par le jeûne les
fatigues de la journée. Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas;
deux jours après nous étions dans l’abondance, dans une grande joie, en
grande compagnie, et sur les bords d’une rivière non moins connue des
chasseurs de l’Ouest que les rives de la Plate. Cette rivière, que vous
reconnaîtrez avant que je la nomme, se perd non loin de là dans des
fentes de rochers qui, dit-on, n’ont pas moins de deux cents milles
d’étendue, et où fourmillent des républiques entières de castors; mais
jamais trappier (c’est le nom propre qu’on donne aux chasseurs de
castors) n’y a mis le pied, tant l’entreprise paraît effrayante! Tous
les ans, à une certaine époque, affluent de toute part sur ses bords,
pour faire échange de leurs marchandises, les trappiers, les chasseurs
et les sauvages de toutes nations; il n’y a guère que huit ans, les
chars qui entreprirent les premiers de se frayer un chemin à travers les
Montagnes Rocheuses, y rencontrèrent les colonnes d’Hercule. Cette
rivière enfin, où nous trouvâmes le précurseur des Têtes-plates, dont
j’ai déjà parlé, c’est le _Rio-Colorado_ de l’Ouest, connu dans les
montagnes sous le nom de _Rivière-Verte_. Nous nous y reposâmes deux
jours, dans la compagnie du capitaine Frab et de plusieurs autres qui
revenaient de la Californie. Ce qu’ils dirent de ce lointain pays fit
tomber bien des illusions, et ceux de notre caravane qui voyageaient
pour leur agrément, prirent aussitôt le parti de retourner chacun chez
soi.

Le 26 juillet, nous songeâmes sérieusement à continuer notre route. Avec
un train comme le nôtre, ce n’était pas une petite affaire. Le souvenir
de l’expédition de Bonneville était encore récent; mais notre but nous
encourageait. Quoique nous n’eussions avec nous que les objets de
première nécessité, les charrettes seules pouvaient les transporter
convenablement. Nous mîmes notre confiance en Dieu; les charretiers
fouettèrent leurs mulets, les mulets firent leur devoir, et bientôt, la
rivière passée, la file de nos charrettes se déroula de son mieux,
serpentant, errant dans presque toutes les directions, au milieu d’un
labyrinthe de vallées et de montagnes, obligée de s’ouvrir un passage
tantôt au fond d’un ravin, tantôt sur le penchant d’une roche escarpée,
souvent à travers les buissons; et pour cela il fallut ici dételer les
mulets, là doubler les attelages; plus loin faire un appel à toutes les
épaules, pour soutenir le convoi sur le bord incliné d’un abîme ou
l’arrêter dans une descente trop rapide, pour éviter enfin ce qu’on
n’évita pas toujours; car de combien de culbutes n’avons-nous pas été
témoins! combien de fois surtout nos bons frères, devenus charretiers
par nécessité beaucoup plus que par vocation, ne s’étonnèrent-ils pas de
se voir, celui-ci sur la croupe, celui-là sur le cou, un autre entre les
quatre fers de ses mulets, sans trop savoir comment ils y étaient venus,
et toujours remerciant le Dieu des voyageurs d’en être quittes à si bon
marché! Pour les cavaliers, même protection. Dans le cours du voyage, le
P. Mengarini fit six chutes; le P. Point ne culbuta pas moins souvent;
une fois, au grand galop, je passai par-dessus la tête de mon cheval qui
était tombé; et, à nous tous, en ces diverses occurrences, pas la
moindre égratignure. Mais revenons aux charrettes.

C’est ainsi qu’elles furent conduites pendant dix jours jusqu’à la
_Rivière-à-l’Ours_, qui coule au milieu d’une large et belle vallée,
environnée de montagnes en apparence inaccessibles, et interceptée de
distance en distance par d’affreux rochers qui occasionnèrent de longs
détours à nos charrettes. Cette rivière décrit dans sa course la figure
d’un fer à cheval, et se jette dans le grand lac _Salé_, qui a environ
trois cents milles de circonférence et n’offre aucun débouché vers la
mer. Chemin faisant, nous rencontrâmes sur cette rivière plusieurs
familles de _Soshonies_ ou _Serpents_ et de _Soshocos_ ou _Déterreurs de
racines_. Ils sont issus de la même souche, parlent la même langue, et
se montrent amis des blancs. La seule différence que l’on puisse
remarquer entre eux, c’est que les derniers sont les plus pauvres. Nous
remarquâmes de temps en temps parmi eux ce véritable grotesque indien
qu’on chercherait en vain ailleurs. Imaginez-vous une bande de chevaux,
ou plutôt de misérables rosses, hors de proportions dans tous leurs
contours; tâchez de vous les peindre empaquetés et comme enchâssés dans
toutes sortes d’objets, de manière à leur donner une hauteur double, et
alors surmontés par des êtres à forme humaine, vieux et jeunes, hommes
et femmes, dans une variété de figures et de costumes telles que les
pinceaux d’un Cruykland ou d’un Breugel auraient peine à les rendre avec
fidélité. La charge de l’un de ces animaux, haut à peine de quatre
pieds, était quatre gros ballots de viandes sèches, deux de chaque côté
pour s’entre-balancer; au-dessus étaient attachés horizontalement
d’autres paquets formant une plate-forme sur le dos de la bête; et sur
le sommet de tout cet échafaudage, à une élévation quelque peu
périlleuse, un personnage très-vieux, assis sur une peau d’ours et à la
turque, fumant son calumet. A ses côtés, sur une pareille rossinante, on
voyait une vieille borgnesse, apparemment sa femme, accroupie dans la
même attitude au-dessus de ballots sur ballots contenant des racines
amères, du messawia (racine noire), du kamath, des racines à biscuits,
des cerises, des graines, des baies, le ménage enfin et toutes les
productions qu’accordent à ces sauvages pour leur provision d’hiver
leurs arides montagnes et leurs riantes vallées. Nous vîmes en
différentes circonstances des familles entières sur un même cheval,
nichées du cou jusqu’à la croupe, chacun selon son âge, les petits
enfants et les femmes par-devant, et les hommes à l’arrière. En deux
occasions diverses, je comptai cinq personnes ainsi montées dont deux,
certes, paraissaient aussi capables, chacune à elle seule, de porter la
pauvre bête, que le cheval était à même de supporter leur poids.

Plusieurs endroits sur la _Rivière-à-l’Ours_ renferment de grandes
curiosités en fait d’histoire naturelle. Une petite plaine de quelques
arpents carrés présente une surface unie de terre blanche (terre à
foulon) sans la moindre tache; elle ressemble à une pièce de marbre
blanc ou à un champ couvert d’une neige éblouissante. Dans les environs
se trouve un grand nombre de fontaines de grandeur et de température
différentes; il y en a qui ont un petit goût de soude; ces dernières
sont froides: les autres sont d’une chaleur douce, semblable à celle du
lait qu’on vient de traire.

Une de ces fontaines est surtout remarquable; elle forme un petit
monticule d’une substance mêlée de pierre et de souffre, et de la forme
d’un chaudron renversé, ne laissant au sommet qu’une petite ouverture où
l’on peut à peine passer la main; de ce trou s’échappe alternativement
tantôt un jet d’eau, tantôt une vapeur. Ces eaux doivent être fort
saines; peut-être ne seraient-elles pas inférieures aux célèbres eaux de
Spa et de Chaudfontaines en Belgique. Tout ce que je sais, c’est
qu’elles se trouvent entre les montagnes d’où nos charrettes ont eu tant
de peine à se tirer; aussi n’inviterai-je à en venir faire l’essai ni
les santés délabrées, ni même celles qui ne le sont pas. Le terrain,
durant un certain espace, y résonne sous les pieds et effraie le
voyageur solitaire qui le traverse.

C’est à cet endroit remarquable que nous quittâmes la
_Rivière-à-l’Ours_. Le 14 août, nos charrettes, après avoir roulé dix
heures sans s’arrêter, arrivèrent au bout d’un défilé qui parut le bout
du monde; à droite et à gauche, des montagnes effrayantes; derrière
nous, un chemin par où l’on n’était pas tenté de retourner; en face, un
passage où se précipitait un torrent, mais si étroit qu’à peine le
torrent seul paraissait y pouvoir passer. Les bêtes de somme étaient
rendues. Pour la première fois il y eut des murmures contre le capitaine
de la caravane; mais lui, imperturbable, et, selon sa coutume, ne
reculant jamais devant une difficulté, s’avance pour reconnaître le
terrain: bientôt il fait signe d’approcher. Une heure après, on était
hors d’embarras, puisqu’on avait traversé la plus haute chaîne des
Montagnes Rocheuses et qu’on se trouvait presque en vue du Fort-Hall.

La veille du départ des charrettes des fontaines à soude, je m’étais
acheminé vers le fort, pour y prendre quelques arrangements nécessaires,
accompagné seulement du jeune François Xavier. Nous fûmes bientôt
engagés dans un labyrinthe de montagnes. Vers minuit, nous atteignîmes
le sommet de la plus haute chaîne: mon pauvre guide, ne voyant à un
faible clair de lune que des précipices affreux devant nous, se trouvait
tellement embarrassé qu’il tournait sur lui-même comme une girouette et
s’avouait perdu. Ce n’était ni l’endroit ni le moment d’errer à
l’aventure; je pris donc le seul parti qui nous restait, celui de
desseller mon cheval et d’attendre le soleil pour nous tirer d’embarras.
M’étant d’abord recommandé à Dieu, puis enveloppé dans ma couverture, la
selle me servait d’oreiller, je m’étendis sur le roc, et ne tardai pas à
y faire un bon somme. Le lendemain, de grand matin, nous descendîmes
entre deux rochers énormes par une petite crevasse que l’obscurité de la
nuit avait dérobée à notre vue, et nous arrivâmes bientôt dans la plaine
qu’arrose le _Pont-Neuf_, tributaire de la _Rivière-aux-Serpents_. La
région que nous parcourûmes ce jour-là, au grand trot et au galop,
présenta partout, dans un espace de cinquante milles de chemin, des
restes évidents de convulsions volcaniques; nous y remarquâmes, dans
toutes les directions, des monceaux de débris de lave. Dans toute sa
longueur, la rivière offre une succession d’étangs à castors, l’un se
vidant dans l’autre par une étroite ouverture creusée dans chaque digue
et formant une cascade de trois à six pieds d’élévation. Toutes ces
digues, ouvrage des eaux (selon les trappiers, l’ouvrage des castors),
sont formées de la même matière, et offrent les mêmes accidents que les
stalactites qu’on trouve dans quelques cavernes.

Nous arrivâmes le soir à un demi-mille du fort; mais n’y voyant plus et
ne sachant où nous étions, nous campâmes cette nuit dans les
broussailles, sur les bords d’un petit ruisseau et au milieu d’une nuée
de maringoins[4].



QUATRIÈME LETTRE


Camp du Grand-Visage, 1ᵉʳ septembre 1841.

Ce n’est donc qu’environ quatre mois après notre départ de West-Port,
que nous atteignîmes le gros de la peuplade vers laquelle nous étions
spécialement envoyés. Là se trouvaient les principaux chefs. Quatre
d’entre eux étaient venus au-devant de nous à une journée de chemin;
ils nous rencontrèrent sur l’une des sources du Missouri, dite _la
Tête-au-Castor_, où nous étions campés avec quelques Ranax, dont je
parlerai plus tard. Le 30 août, sous la conduite de ces nouveaux guides,
après avoir passé la petite rivière, nous nous avançâmes dans une grande
plaine, à l’horizon de laquelle, vers l’ouest, se trouvait le camp des
_Têtes-plates_. Nous ne l’aperçûmes distinctement que sur le soir; mais
longtemps avant de le découvrir, nous avions rencontré de distance en
distance de nombreux courriers qui nous annonçaient que nous n’en étions
plus éloignés. A leur empressement, il était facile de discerner le
contentement et la joie qui les animaient. Déjà le guerrier tête-plate,
surnommé _le Brave des braves_, m’avait envoyé jusqu’au Fort-Hall son
plus beau cheval, avec recommandation qu’il ne fût monté par personne
avant de m’être présenté. Bientôt cet Indien apparut lui-même, accourant
à toute bride; il se distinguait des autres par l’habileté avec laquelle
il faisait caracoler son coursier lorsqu’il approcha de nous, et par le
grand cordon rouge qu’il portait comme insigne de sa bravoure. C’est,
comme guerrier, le plus sauvage que je connaisse.

Nous nous avancions au grand trot, et déjà nous n’étions qu’à deux ou
trois milles du camp, lorsque nous aperçûmes dans le lointain un nouveau
cavalier de haute stature; bientôt plusieurs voix se font entendre:
_Paul! Paul!_ Et en effet c’était Paul, le grand chef que l’on croyait
absent, mais qui venait d’arriver, comme par une permission de Dieu,
pour avoir la satisfaction de nous présenter lui-même à son petit
peuple. Après les témoignages d’amitié bien cordiale donnés de part et
d’autre, le bon vieillard voulut retourner vers les siens pour nous
annoncer. Un quart d’heure après, tous les cœurs étaient réunis dans un
seul sentiment; c’était comme un troupeau de brebis se pressant autour
de leur pasteur. Combien les mères, en nous présentant leurs petits
enfants, étaient émues? Nous l’étions aussi nous-mêmes à un tel point
que nous avions peine à retenir nos larmes. Cette soirée fut assurément
pour nous une des plus belles de notre vie. Il semblait que nous
pouvions dire: _Enfin nous voici arrivés au lieu de notre repos_. Toutes
les fatigues, tous les dangers, toutes les épreuves semblaient avoir
disparu; une seule pensée, celle que nous allions revoir les beaux jours
de la primitive Eglise, préoccupait tous les esprits. Nous ne songeâmes
plus qu’à une seule chose, le fond de toutes nos conversations était:
«Comment allons-nous faire pour ne pas manquer à notre grande vocation?»
Je recommandai au P. Point, bon dessinateur et architecte, de tracer le
plan des réductions futures. Dans mon esprit et surtout dans mon cœur,
au plan matériel se rattachaient essentiellement le plan moral et le
plan religieux. Rien ne paraissait plus beau que la relation de
Muratori; nous en avons fait notre _vade-mecum_. Ce seront ces sortes de
sujet qui nous occuperont à l’avenir, et nous laisserons de côté les
belles perspectives, les arbres, les animaux, les fleurs, ou du moins
nous n’y jetterons plus qu’un coup d’œil en passant.

Du Fort-Hall nous remontâmes la _Rivière-aux-Serpents_ jusqu’à
l’embouchure de la _Fourche-à-Henry_. Ce désert est sans contredit le
plus aride des montagnes, couvert d’absinthes, de cactus et de toutes
les herbes qui se plaisent le plus dans les mauvaises terres. Nous eûmes
recours à la pêche pour notre subsistance; mais nos bêtes de somme
eurent leurs nuits de misère et de jeûne, car à peine y trouva-t-on une
bouchée de gazon pendant les huit jours que nous mîmes à le traverser.
Dans le lointain nous apercevions les Montagnes Rocheuses. Les
_Trois-Tétons_ étaient à notre droite, à la distance d’environ cinquante
milles, et les _Trois-Buttes_ à notre gauche, à une trentaine de milles.

De l’embouchure de la Fourche-à-Henry, nous nous dirigeâmes vers la
montagne, par une plaine sablonneuse, entrecoupée de ravins et parsemée
de blocs de granit; nous y passâmes un jour et une nuit sans eau. Le
lendemain, vers le soir, nous gagnâmes un petit ruisseau; mais telle est
l’aridité de ce sol poreux, que nous le vîmes bientôt se perdre dans les
sables, sans laisser le moindre vestige. Le troisième jour de cette
traversée vraiment fatigante, nous arrivâmes dans un défilé arrosé par
un large ruisseau, et où la verdure était encore belle et abondante.
Nous appelâmes cet endroit _le défilé des Pères_, et le ruisseau qui
n’avait point de nom, _la rivière de Saint-François Xavier_.

Du défilé des Pères jusqu’à notre destination, le pays est bien arrosé.
Aux pieds des montagnes, nous trouvâmes partout des fontaines, de petits
lacs et des fourches. Aucun pays au monde ne fournit une eau plus
limpide et plus pure; n’importe la profondeur d’une rivière, on en voit
toujours le fond comme si rien ne l’interceptait.

La fontaine la plus remarquable que nous ayons vue dans les montagnes
est la _Loge-aux-chevreuils_. Elle se trouve sur les bords de la fourche
principale de la _Racine-amère_, que j’ai appelée _rivière
Saint-Ignace_. Cette fontaine est entourée d’un marais; elle jaillit
d’un monticule très-régulier d’environ trente pieds d’élévation,
accessible seulement d’un côté, et formé d’une croûte pierreuse à mesure
que la fontaine s’est élevée. L’eau bouillonne sur le sommet, et
s’échappe par un grand nombre d’issues à l’entour de la base, qui a
cinquante à soixante pieds de circonférence. On y trouve des eaux
froides, tièdes et chaudes, à quelques pieds de distance les unes des
autres. Quelques-unes sont si chaudes qu’on peut y faire cuire la
viande; nous en avons fait l’essai. Adieu.



CINQUIÈME LETTRE

A M. ROLLIER, AVOCAT À OPDORP, PRÈS DE TERMONDE


Rivière Saint-Ignace, 10 septembre 1841.

Sans autre préambule qu’une simple excuse de mon long silence, je viens
vous offrir mes observations en fait d’histoire naturelle, sachant que
les fleurs, les arbres, les animaux ne sont pas sans charmes pour vous.

FLEURS. Nous nous trouvions dans les environs de la Cheminée, lorsque le
P. Point fit son beau bouquet en l’honneur du Sacré-Cœur. De là, en
s’avançant vers les _Côtes-noires_, les fleurs deviennent plus rares;
cependant, de loin en loin, nous en rencontrâmes que nous n’avions vu
nulle part ailleurs. Parmi les doubles, les plus communes et les plus
caractéristiques du sol où elles prennent naissance sont: en deçà de la
Plate, les _lupins roses_; dans les plaines de la _Plate_ jusqu’à la
_Cheminée_, l’_épinette des prairies_, fleur jaune à cinq feuilles
(plante médicinale); et au delà, dans le sol le plus stérile, trois
espèces de _cactus_; elles sont connues, parmi les botanistes, sous le
nom de _cactus americana_, et déjà naturalisées dans les parterres
d’Europe. Je n’ai rien vu, même dans les plus belles roses, ni d’aussi
pur ni d’aussi vif que l’incarnat de cette charmante fleur; toutes les
nuances du rose et du vert décorent l’extérieur de son calice qui va
s’évasant comme celui du lis; beaucoup mieux que la rose, elle paraît
être l’emblème des plaisirs de ce bas monde; elle est environnée de
beaucoup plus d’épines et ne s’élève pas à deux pouces de terre.

Parmi les fleurs simples, la plus élégante ressemble à la _cloche bleue_
de nos parterres; mais elle la surpasse de beaucoup par l’agrément de
ses formes et par la délicatesse de ses teintes, qui varient depuis le
blanc pur jusqu’à l’azur sombre. L’_aiguille d’Adam_, qui ne croît que
sur les côtes stériles, est la plus noble parmi les pyramidales; sa tige
s’élève à plus de trois pieds; à mi-hauteur commence une pyramide de
fleurs fort serrées les unes contre les autres, sous la forme d’un
diadème renversé, nuancées légèrement de rouge, et diminuant de grosseur
à mesure qu’elles approchent de leur commun sommet qui se termine en
pointe. Sa base est défendue par une espèce de feuilles dures, fibrées,
oblongues et aiguës; c’est ce qui lui a fait donner le nom d’_aiguille_.
Sa racine, blanche et semblable dans sa forme à une carotte, a
ordinairement six pouces de diamètre; les sauvages s’en nourrissent au
besoin, et les Mexicains en fabriquent une espèce de savon.

Il est encore trois autres espèces de fleurs très-remarquables; elles
sont rares, même en Amérique, et leurs noms sont inconnus du commun des
voyageurs. La première, dont les feuilles bronzées sont disposées de
manière à imiter le chapiteau corinthien, a reçu de nous le nom de
_corinthienne_. La deuxième, couleur de paille, rappelle, par sa tige
environnée de onze branches, comme d’autant de satellites, le fameux
songe de Joseph; elle a été nommée la _Joséphine_. La troisième, la plus
belle des reines-marguerites que j’aie vues, ayant autour d’un disque
jaune, nuancé de noir et de rouge, sept à huit rayons dont chacun serait
à lui seul une belle fleur, a été appelée la _dominicale_, non-seulement
parce qu’elle nous a paru la maîtresse-fleur de ces parages, mais encore
parce que nous l’avons rencontrée un dimanche.

ARBUSTES. Les arbustes qui portent des fruits sont en petit nombre. Les
plus communs sont le groseillier, le cerisier, le cormier, le houx et le
framboisier. Les groseilles, grosses et petites, sont, comme en Europe,
de différentes couleurs, blanches, rouges, oranges, jaunes, noires; on
les rencontre en grande quantité dans presque toutes les parties des
montagnes, ainsi que dans les plaines, où elles sont meilleures, comme
étant plus exposées au soleil. J’ai rangé les cerisiers et les cormiers
parmi les arbustes, parce qu’en effet la tige qui les porte n’atteint
jamais la hauteur commune d’un arbre. Le cormier, qui se présente sous
la forme d’un buisson, porte un fruit excellent que les voyageurs
appellent la _poire_ des montagnes; mais il n’a rien de commun avec ce
fruit et n’excède pas la grosseur d’une cerise commune. La cerise
d’Amérique diffère de celle d’Europe en ce qu’elle forme des grappes sur
la tige, à peu près comme nos groseilles noires, et qu’elle n’a que la
grosseur de nos cerises des bois. La corme et la cerise forment en
partie la nourriture des sauvages dans la saison, et ils les sèchent
pour leurs provisions d’hiver. Les cénelles, fruit du houx, sont de deux
sortes, blanches et rouges. Voyez à la fin de ma lettre la liste des
fruits, plantes et racines qui croissent spontanément dans les
différentes parties de l’Ouest, et qui, à défaut d’autre chose, tiennent
lieu de nourriture.

Le lin est fort commun dans nos vallées; la même racine (ce qui est fort
remarquable) est assez féconde pour pousser de nouveaux jets pendant un
certain nombre d’années. Nous en avons eu la preuve sous les yeux, dans
une racine à laquelle sont encore attachées une trentaine de tiges de
différentes crues. Le chanvre est plus rare que le lin.

ARBRES. Comme nous avons presque toujours côtoyé les rivières, nous
n’avons pu rencontrer une grande variété d’arbres. On n’y voit guère que
des buissons, des saules, des bouleaux, ainsi que l’aune, le sureau, le
cotonnier ou peuplier blanc dont l’écorce sert en hiver de nourriture
aux chevaux, le tremble dont la feuille est toujours en mouvement; les
Canadiens y attachent une idée superstitieuse: ils disent que c’est sur
ce bois qu’on a crucifié Notre-Seigneur, et que depuis la feuille ne
cesse de trembler. Sur les montagnes on ne trouve de haute futaie que le
pin et le cèdre blanc et rouge; ce dernier est le plus en usage pour les
meubles; c’est, après le cyprès, le bois le plus durable de l’Ouest. Il
y a cinq espèces de pins: le pin de Norwége, le résineux, le blanc, le
pin à goudron, et le pin élastique, dont les sauvages se servent pour
faire des arcs. L’if, quoique rare, se trouve aux montagnes, ainsi que
l’érable blanc; les tamarins y croissent en abondance. Vers les
_Côtes-noires_, la violence des vents est telle que les cotonniers, qui
y croissent à l’exclusion de presque tout autre arbre, revêtent les
formes les plus étranges. J’en ai vu dont les branches, violemment
tordues, rentraient dans le tronc principal, et finissaient par prendre
de si singulières positions, qu’il eût été impossible à une certaine
distance de dire quelle partie visible de l’arbre touchait immédiatement
la racine.

OISEAUX. Les oiseaux ne sont pas moins variés que les fleurs: on en voit
de toute forme, de toute grandeur et de tout plumage, depuis le pélican
blanc et le cygne, jusqu’au roitelet et l’oiseau-mouche. Muratori, dans
sa relation du Paraguay, fait chanter ce dernier comme un rossignol, et
s’étonne à juste titre que d’un corps aussi petit il puisse sortir des
sons aussi forts. A moins que l’oiseau-mouche de l’Amérique du Sud ne
soit pas celui des Montagnes Rocheuses, ni même celui des Etats-Unis, on
doit dire que c’est par erreur que le célèbre auteur a ajouté la beauté
du chant à celle du plumage. Le seul son que l’on entende, lorsque cet
oiseau voltige d’une fleur à une autre, est une espèce de bourdonnement
semblable à celui de l’abeille, encore n’est-il produit que par la
rapidité avec laquelle l’air est frappé de ses petites ailes. Le
_noutka_ est une nouvelle espèce d’oiseau-mouche propre à l’Orégon.
Toute la partie supérieure de l’oiseau est rougeâtre; la tête tire sur
le vert; le cou, cuivré et cramoisi, varie selon l’incidence de la
lumière. Par la gorge, il ressemble à l’oiseau-mouche commun, connu à
l’est des montagnes; mais il est plus riche dans ses couleurs, et ses
plumes métalliques sont disposées en un large collier dans la partie
inférieure du cou, au lieu de former une partie principale de tout le
plumage.

INSECTES, REPTILES. Je ne ferai mention des reptiles que pour remercier
Dieu de nous avoir servi contre eux, et contre le plus terrible de tous,
le fameux serpent à sonnettes, le bouclier impénétrable à leurs dards.
En effet, comment s’est-il fait que pas un homme de la caravane, ni même
un cheval ou un mulet, n’ait été piqué une seule fois, lorsque, dans un
seul jour, sans quitter la ligne droite de leurs charrettes, nos
charretiers en tuaient jusqu’à douze à coups de fouet?

Il est un point controversé entre les naturalistes au sujet des fourmis:
c’est de savoir si le grain qu’elles ramassent doit servir à leur
nourriture d’hiver ou seulement à la construction de leurs cellules.
Peut-être nos remarques pourront-elles servir à résoudre la difficulté.
Il n’y a ici dans les fourmilières ni froment ni grain qui en tiennent
lieu, par conséquent point de provision de bouche de cette nature; à
leur place, ce sont de petits cailloux, que ces insectes laborieux
élèvent en monceaux de trois ou quatre pieds de diamètre sur un pied de
haut; d’où il est, ce semble, permis de conclure que le grain employé
ailleurs au même usage que ces petits cailloux n’est point destiné à
nourrir la fourmi, mais bien plutôt à lui bâtir une demeure.

Chose étonnante! la puce n’a pas encore fait son apparition dans les
montagnes; la vermine, au contraire, ronge les pauvres sauvages; et ce
qu’il y a de plus triste, c’est que, loin de songer à s’en débarrasser,
ils l’entretiennent par leur malpropreté.

On a souvent parlé des _maringoins_; ils m’ont tant tourmenté dans ce
voyage que je peux bien contribuer pour ma part à publier leur
méchanceté. Quand il s’agit de nuire à l’homme, il n’y a point d’animal
qui l’emporte sur ces insectes. Au milieu de la journée, ils ne vous
inquiéteront pas, mais à condition que vous quittiez l’ombre, et que
vous alliez vous exposer aux ardeurs du soleil. Le soir, le matin, la
nuit, leur bourdonnement aux oreilles ne cessent pas un instant; ils
s’attachent avec avidité à la peau comme des sangsues, et enfoncent dans
la chair leur dard empoisonné, contre lequel il n’y a point d’autre
défense que de se cacher entièrement sous sa couverture, ou de
s’envelopper la tête de quelque tissu impénétrable, au risque
d’étouffer. C’est surtout pendant le repas qu’ils sont incommodes.
Alors, pour s’en débarrasser, il faut produire, à l’aide de bois pourri
ou d’herbes vertes, une épaisse fumée sans flamme. Ce remède est
efficace: mais on ne l’emploie qu’en désespoir de cause; car on est
presque suffoqué par les nuages épais qui vous environnent. On pourrait
donner à ces sortes de repas le titre de festins à tristes figures:
chacun y fait la grimace, et les plus insensibles même ont les larmes
aux yeux. Tant que la fumée dure, ces petits trouble-tout voltigent à
l’entour; mais aussitôt que l’atmosphère s’éclaircit, ils reviennent à
la charge dans toutes les directions, et s’attachent aux parties du
corps qui sont à découvert, jusqu’à ce qu’un autre tas de bois pourri,
jeté sur les charbons, les mette de nouveau en fuite.

Les _frappe-d’abord_ ou _brûlots_ se trouvent par myriades au désert, et
ne sont pas moins nuisibles que les maringoins. Comme ils sont si petits
que l’œil peut à peine les apercevoir, ils attaquent aisément la peau,
et se glissent jusque dans les yeux, les narines et les oreilles. Pour
s’en débarrasser, on met des gants, et sur la tête un mouchoir qui
couvre le front, le cou et les oreilles; on garantie le visage par la
fumée d’une courte pipe.

Les _mouches-à-feu_ ou vers luisants des montagnes ne sont pas
nuisibles; leur grosseur est à peu près celle de l’abeille. Lorsqu’on
les aperçoit en grand nombre le soir, c’est un signe certain de pluie;
alors, n’importe l’obscurité de la nuit, sillonnant l’air comme autant
d’étoiles errantes ou de feux follets, leurs belles formes phosphoriques
vous rendent la route distincte et visible. Les sauvages s’en frottent
parfois le visage, et par plaisanterie, pour faire peur aux enfants, ils
se promènent le soir comme des météores dans les environs du village.

Comme le gibier a manqué rarement à nos chasseurs, nous n’avons guère eu
recours à la pêche que pour les jours maigres. Il est cependant arrivé
que, nos vivres, commençant à manquer, nous vîmes nos lignes plus
heureuses que nos fusils. Les poissons que nous prîmes le plus souvent
sont les mulets, deux espèces de truites; les carpes, et deux ou trois
différentes espèces inconnues. Un jour, campé sur les bords de la
Rivière-aux-Serpents, je pris à la ligne plus de cent poissons en moins
d’une heure. L’anchois, l’esturgeon abondent dans un grand nombre de
rivières de l’Orégon, ainsi que six différentes espèces de saumons. Ces
derniers remontent les rivières vers la fin d’avril, pour ne plus les
redescendre. Les jeunes descendent au mois de septembre vers l’Océan, et
les sauvages croient qu’ils ne remontent que quatre ans après.

Nous avons vu les ouvrages des _castors_; le pays où nous sommes est
leur pays par excellence. Tout le monde sait l’emploi qu’ils font de
leurs dents et de leur queue; mais ce qu’on ignore peut-être, et ce qui
nous a été assuré par les trappiers, c’est que pour faire tomber l’arbre
qu’ils abattent du côté où ils veulent construire leur digue, ils
choisissent parmi les arbres du rivage celui qui penche le plus sur
l’eau; et s’il ne s’en trouve pas qui aient une inclinaison suffisante,
ils attendent qu’un bon vent vienne à leur secours. Qu’on ne s’étonne
donc pas qu’une tribu indienne considère les castors comme une race
dégradée d’êtres humains, dont les crimes et les vices, ayant irrité le
Grand-Esprit, celui-ci, pour les punir, les réduisit pour un temps à la
condition de brutes; mais tôt ou tard ils seront rendus à leur force
primitive; et même, dans leur état actuel, ils ont une espèce de
langage; car on les a vus, disent-ils, s’entretenir, se consulter,
délibérer sur le sort d’un criminel de la communauté. Tous les trappiers
nous assurent que les castors qui refusent de travailler sont chassés de
la république à l’unanimité des voix et à coups de dents; que ces
proscrits sont obligés de passer un hiver misérable, à moitié affamés,
dans un trou abandonné d’une rivière, où on les prend facilement. Les
trappiers les appellent _castors paresseux_, et disent que leur peau ne
vaut pas la moitié de la peau de ceux que l’industrie persévérante et la
prévoyance ont munis d’abondantes provisions et mis à l’abri des
rigueurs de l’hiver. La chair du castor est grasse et délicate; on en
sert la queue comme en Europe le beurre. Leur peau, si recherchée, se
paie sur les lieux de neuf à dix piastres, mais en marchandises, ce qui
ne revient pas à une piastre en argent; car une seule pinte de genièvre,
par exemple, qui ne coûte pas dix sous aux vendeurs, se vend ici jusqu’à
vingt francs. Est-il étonnant que ces gens fassent si facilement des
fortunes colossales; tandis que des employés, à qui l’on donne jusqu’à
neuf cents piastres par an, n’ont pas même une chemise à la fin de
l’année? Dans cette catégorie de vendeurs n’est pas comprise l’honorable
Compagnie de la baie d’Hudson dans l’Orégon; la vente de toute liqueur y
est strictement défendue.

La _loutre_, brune et noire, abonde dans les rivières de nos montagnes;
mais comme le castor, elle est poursuivie avec avidité par les
chasseurs.

A propos des amphibies, un mot de la _grenouille_. La plus ordinaire
est celle que l’on voit en Europe; mais il y en a une autre qui en
diffère du tout au tout, en ce qu’elle porte une queue et des cornes, et
qu’elle ne se trouve que dans les sables arides. Des voyageurs donnent à
cette espèce le nom de _salamandre_.

Le _rat des bois_, espèce de blaireau, est très-commun; on le trouve
ordinairement dans les endroits marécageux, où il se nourrit de petites
écrevisses. Voici le stratagème dont il se sert pour obtenir son met
favori: placé sur le bord d’un étang, il laisse tomber dans l’eau sa
longue queue dépourvue de poil; les écrevisses, avides d’un si bon
morceau, s’en saisissent. Aussitôt que le rat sent leurs pinces acérées,
il donne une forte secousse de sa queue; les écrevisses lâchent prise en
quittant leur élément, et le rat s’en empare, les met en sûreté à une
petite distance de l’eau, puis les dévore avec avidité. Il a toujours
soin de les prendre par derrière, les tenant de travers pour garantir sa
bouche de leurs pinces.

Le _blaireau_ proprement dit habite dans toute l’étendue du désert, mais
il ne se montre guère; il se tient toujours près de son gîte, et à
l’approche du moindre danger, il y rentre au plus vite. Il est à peu
près de la grosseur de la marmotte; sa couleur est un gris argenté; ses
pattes sont courtes; sa force est prodigieuse. Un jour, nous en
surprîmes un assez éloigné de son trou pour qu’on pût l’empêcher d’y
rentrer; il se réfugia dans le creux d’un rocher; un Canadien le saisit
aussitôt par la patte de derrière, mais il eut besoin de l’assistance
d’un camarade pour l’en retirer.

D’où vient le nom qu’on a donné au _chien-de-prairie_? Personne n’a pu
nous le dire. Pour la forme, la grosseur, la couleur, l’agilité, il
ressemble à l’écureuil, et habite en communauté dans des villages qui
ont parfois plusieurs milliers de loges; la terre répandue autour de
chaque trou fait un tallus qui facilite l’écoulement de la pluie. A
l’approche de l’homme, ce petit animal se hâte de rentrer dans son trou
en jetant un cri perçant qui, répété de loge en loge, avertit la
peuplade de se tenir sur ses gardes. Au bout de quelques minutes, on
voit les plus hardis ou les plus curieux mettre le nez à la fenêtre; le
chasseur, qui le guette, choisit ce moment pour tirer son coup, ce qui
demande beaucoup d’adresse, vu qu’ils n’exposent à l’air que le sommet
d’une tête fort petite et fort agitée. Quelquefois ils sortent tous
ensemble; c’est, au dire des sauvages, pour s’assembler en conseil. Quel
est alors l’objet de leurs délibérations? Il n’est pas facile de le
deviner. Nos pareils sont des profanes dont ils évitent la présence;
seulement, à en juger par les hôtes qu’ils reçoivent, on peut croire que
la sagesse y préside. Les habitués du logis sont le pigeon, l’écureuil
barré, le serpent à sonnettes; sympathie singulière qu’on ne peut guère
expliquer que par la différence des appétits. Cet animal ne se nourrit,
dit-on, que de rosée et de racine de gazon. Ce qui confirmerait cette
opinion, c’est la position de leur village, toujours éloignée des eaux,
et l’herbe menue qui en tapisse le sol.

Le _mephitis-americana_, ou la bête puante, est un gentil quadrupède de
la grosseur d’un chat ordinaire, bigarré de différentes couleurs.
Lorsqu’il est poursuivi, il dresse sa belle queue touffue, et lance à
diverses reprises, à mesure qu’il s’éloigne, une décharge de fluide que
la nature lui a donné pour sa défense; cette liqueur est si infecte,
qu’il n’y a ni homme ni animal capable d’y résister.

Le bon P. Van Quickenborne en fit un jour l’expérience, lorsque nous
étions ensemble à Saint-Louis. En revenant avec moi d’une excursion, il
vit deux _mephitis_ sur sa route; et comme c’était la première fois
qu’il faisait une pareille rencontre, il crut avoir trouvé deux petits
ours. L’envie lui prit de s’en rendre maître et de les emporter dans son
grand chapeau; il descendit de cheval, s’approcha lentement et avec
prudence pour s’assurer de la proie qu’il guettait; il n’avait plus
qu’un pas à faire, il étendait déjà le bras et le chapeau; tout à coup
la décharge du fluide eut lieu, il en fut inondé. Bien qu’il fût encore
à cent verges de nous, déjà nous sentions cette insupportable odeur;
pendant plusieurs jours il n’y eut presque pas moyen de l’approcher;
toute la maison était infectée; à la fin on se vit obligé de détruire
tous ses vêtements.

Le _cabri_, pour la forme et la grosseur, tient du chevreuil; seulement
le bois du mâle est plus petit et n’a que deux branches. Son poil,
imitant celui du cerf, est nuancé de blanc sur la croupe et sur le
ventre; ses yeux sont grands et très-perçants. Quand il traverse le
désert, son allure ordinaire est un petit galop fort élégant; de temps
en temps il s’arrête tout court, se tourne et dresse la tête pour mieux
voir; c’est le bon moment pour le chasseur. S’il manque son coup, le
cabri part comme un trait; mais sa curiosité le porte à regarder encore;
le chasseur connaît son faible, paraît s’amuser en agitant quelque objet
de couleur tranchante; l’animal s’approche de plus près, mais son
imprudence cause sa perte. Le cabri est la gazelle ou l’élan des
naturalistes. La chair en est saine, mais de moindre qualité que celle
du cerf ou du chevreuil. On ne le tue que lorsque le chevreuil, la
grosse-corne, la biche, la vache du buffle manquent.

La grande chasse au cabri est très-remarquable; les sauvages en font un
jour de réjouissance. Ils choisissent d’abord un carré de cinquante à
quatre-vingts pieds qu’ils entourent de perches et de branches d’arbres,
n’y laissant qu’une petite entrée de deux à trois pieds. Des deux bouts
de cette entrée, comme du sommet d’un angle aigu, partent en ligne
droite deux haies très-serrées, qu’ils forment avec des branches, et
qu’ils continuent jusqu’à une distance de plusieurs milles. Alors de
nombreux coureurs donnent la chasse aux cabris, et les poussent devant
eux jusqu’à ce que, les ayant engagés entre les deux haies, ils les
serrent de si près qu’ils sont obligés de se jeter pêle-mêle par la
petite entrée de l’enclos préparé pour les recevoir. Là, les Indiens les
assomment à coups de massue. On m’a assuré que souvent en une seule
fois les sauvages tuent ainsi jusqu’à deux cents cabris et au delà.

La chair de la femelle du _buffle_ est la plus saine et la plus délicate
des viandes de l’Ouest, et en même temps si commune qu’on peut l’appeler
le pain quotidien des sauvages; ils ne s’en dégoûtent jamais et se la
procurent avec la plus grande facilité. Elle est bonne dans toute ses
parties, mais pas également pour tous: les uns préfèrent la langue,
d’autres la bosse ou les broches, d’autres les plats-côtés; chacun a son
morceau favori. Pour conserver les viandes, on en fait des tranches
assez minces qu’on sèche au soleil, ou bien une sorte de hachis qu’on
pétrit avec la moelle des plus gros ossements, la plus esquise de toutes
les graisses. Ce hachis, auquel on donne les singuliers noms de
_taureau_ et de _fromage_, se mange ordinairement cru; mais cuit, il est
moins indigeste et de meilleur goût pour les bouches civilisées.

Les formes et la grosseur du buffle sont connues. Cette majesté du
désert de l’Ouest aime la nombreuse compagnie; rarement on le rencontre
seul. Très-souvent on en voit plusieurs milliers réunis, les mâles d’un
côté, les femelles de l’autre, excepté pendant l’été, où le mélange a
lieu. Dans le courant de juin, nous en vîmes aux environs de la _Plate_
une si prodigieuse quantité, qu’elle devait surpasser, ce me semble
(pour me servir encore de l’expression de ma lettre de l’année passée),
le nombre des animaux réunis de toutes les foires de l’Europe. C’est en
pareille circonstance qu’a lieu la grande chasse. Au signal donné, les
chasseurs, tous montés sur des coursiers rapides, se précipitent vers le
troupeau qui se disperse à l’instant; chacun choisit des yeux sa
victime, c’est à qui l’abattra le premier; car, aux yeux du chasseur,
avoir abattu le premier buffle, ou plutôt la première vache, plus
estimée que le bœuf, c’est un coup de maître. Mais pour l’abattre plus
sûrement, il doit caracoler autour de l’animal jusqu’à ce qu’il soit à
portée de le blesser à mort. Malheur à lui si la blessure qu’il lui
fait n’est pas mortelle! la crainte alors se changeant en fureur, le
buffle se retourne brusquement et poursuit à outrance le chasseur. Un
jour, nous fumes témoins d’un de ces revers de fortune qui faillit
causer la mort à un jeune Américain. Il avait poussé l’imprudence
jusqu’à se dépouiller de ses habits et passer la rivière à la nage sans
armes, dans la pensée que son couteau lui suffirait pour achever une
vache blessée. Mais à peine eut-il atteint le rivage que la vache, en
l’apercevant, se retourne vers lui avec furie. Malgré sa prompte fuite,
il se vit poursuivi de si près qu’il allait être la victime de sa
témérité, lorsque le jeune Anglais qui nous accompagnait vint
heureusement à son secours. Il ajusta l’animal de la rive opposée, et
d’un coup de fusil l’étendit raide mort.

Quand un de ces fiers animaux est blessé, le comble de la gloire pour le
chasseur, c’est de le conduire par une fuite simulée dans un endroit où
il peut facilement s’en rendre maître. Le nôtre, nommé John Gray, était
réputé le meilleur chasseur des montagnes; il avait donné plus d’une
fois les preuves d’une adresse et d’un courage vraiment extraordinaires,
jusqu’à attaquer cinq ours à la fois. Un jour, voulant nous régaler d’un
plat de son métier, il se fit suivre, jusqu’au milieu de notre caravane,
d’un buffle énorme qu’il avait blessé mortellement; cet animal essuya le
feu de plus de cinquante fusils, plus de vingt balles l’atteignirent;
trois fois il succomba: mais la fureur lui rendant de nouvelles forces,
trois fois il se releva, menaçant des cornes le premier qui oserait s’en
approcher.

La petite chasse se fait à pied. Un chasseur adroit et expérimenté
affronte seul tout un troupeau. Pour s’en approcher suffisamment sans
être aperçu, il faut qu’il prenne le dessous du vent; car le buffle a
l’odorat si fin que, sans cette précaution, il est capable de sentir
l’ennemi à plusieurs milles de distance. Il doit ensuite marcher
lentement, courbé le plus possible, avec une casquette à poils sur la
tête, de manière à ressembler de loin aux animaux qu’il poursuit. Enfin,
lorsqu’il est arrivé à la portée du fusil, il doit s’embusquer dans
quelque bas-fond ou derrière un objet quelconque, afin de rester
inaperçu aussi longtemps que possible. C’est alors que le chasseur tire
à coup sûr. La chute d’un buffle tué et le bruit de l’arme à feu ne font
qu’étonner le reste du troupeau; le chasseur a le temps de recharger et
de tirer successivement plusieurs coups, aussi longtemps que les buffles
hésitent entre la surprise et la peur; de cette manière il en tue cinq,
six, et quelquefois davantage, sans changer de place. Un de nos
chasseurs en tua un jour jusqu’à treize. Les sauvages croient que chez
les buffles, comme chez les abeilles, chaque troupeau a sa reine, et que
lorsque la reine tombe tout le troupeau l’environne pour la secourir. Si
le fait est vrai, on conçoit que le chasseur, assez heureux pour abattre
la reine, a ensuite beau jeu avec la multitude de ses sujets. Quand
l’animal est tué, on l’accommode, c’est-à-dire on le dépouille de sa
peau, on le dépèce, on en prend les meilleurs morceaux, dont on charge
sa monture; quelquefois on ne prend que la langue, et on abandonne le
reste à la voracité des loups. Ceux-ci ne tardent pas à se rendre au
festin qui leur est préparé, à moins qu’ils n’en soient empêchés par la
proximité du camp; dans ce cas ils remettent la partie à la nuit close.
Alors le voyageur novice doit renoncer au sommeil; leurs hurlements se
font entendre sur tous les tons et presque sans interruption tant que
dure le festin. A la longue on s’y habitue, et au milieu de tous les
loups de la contrée on finit par dormir aussi tranquillement que si l’on
était seul.

Il y a différentes espèces de _loups_, gris, noirs, blancs et bleus. Les
loups gris sont les plus communs, du moins ceux qu’on voit le plus
souvent. Le noir est très-grand et féroce; quelquefois il s’insinue dans
un troupeau de buffles de l’air le plus paisible du monde; on ne
s’aperçoit pas de sa présence; mais malheur au jeune veau qu’il
rencontre éloigné de sa mère; il est aussitôt terrassé et mis en pièces.
S’ils rencontrent dans le voisinage d’un précipice quelque vieil ours
estropié, ils le fatiguent par leurs assauts réitérés, et le forcent à
chercher son salut dans le gouffre, où ils n’ont pas de peine à
l’achever. Les loups sont très-nombreux dans ces parages; la surface des
plaines est remplie de trous où ils se retirent lorsque la nécessité ne
les oblige pas à rôder. Ces trous, ordinairement profonds, sont pour eux
des abris sûrs contre les chasseurs.

Un petit loup, surnommé le _loup de médecine_, passe pour une espèce de
manitou parmi les sauvages; ils attachent une idée superstitieuse à son
aboiement, qui se fait surtout entendre le soir et pendant la nuit.
Leurs jongleurs prétendent comprendre les nouvelles qu’il vient leur
annoncer; le nombre et la lenteur ou la rapidité de ses hurlements
servent de règle à leurs interprétations. Ce sont, ou bien des amis qui
approchent dans leur camp, ou des blancs qui se trouvent dans le
voisinage, ou des ennemis aux aguets prêts à fondre sur eux. Et aussitôt
chacun se règle en conséquence. Pour une nouvelle vraie que le loup
annonce, les sauvages, comme toutes les dupes, en publieront cent autres
controuvées.

Les montagnes renferment quatre espèces d’_ours_, le gris, le blanc, le
noir et le brun. Les deux premiers sont ici les rois des animaux, comme
le lion l’est en Asie; ils ne lui cèdent guère en force et en courage.
Cette année, je me suis trouvé plusieurs fois en personne à la chasse
aux ours; j’y ai même pris part, dans la compagnie de quatre chasseurs
_Têtes-plates_ qui couraient autour de la bête en jetant de hauts cris.
Cette chasse est fort dangereuse, parce que l’ours blessé devient
furieux comme le buffle et poursuit à toute outrance son agresseur. En
moins d’un quart d’heure, j’en vis tomber deux sous les coups de mes
camarades, mais si bien atteints qu’ils avaient perdu tout pouvoir de
nuire.

Les capitaines Lewis et Clarke, dans la relation de leurs voyages aux
sources du Missouri, donnent un exemple frappant de la force physique de
cet animal. Un soir, les hommes du dernier canot découvrirent un ours
couché dans la prairie, à peu près à trois cents verges de la rivière;
six d’entre eux, tous chasseurs adroits, s’avancèrent pour lui livrer
bataille. Cachés derrière une petite éminence, ils s’approchèrent à la
distance de quarante pas sans être aperçus. Quatre lachèrent alors leur
coup de fusil, et les quatre balles furent logées dans le corps de
l’animal; deux passèrent à travers les poumons. L’ours, furieux, se leva
en sursaut, et, la gueule béante, se précipita vers ses ennemis. Comme
il approchait, les deux chasseurs, qui avaient réservé leur feu, lui
firent deux nouvelles blessures, dont l’une, lui cassant l’épaule,
retarda un instant ses mouvements; néanmoins, avant qu’ils eussent le
temps de recharger leurs armes, il était déjà si près d’eux qu’ils
furent obligés de courir à toutes jambes vers la rivière. Deux eurent le
temps de se réfugier dans le canot, les quatre autres se séparèrent, et
se cachant derrière les saules, tirèrent coup sur coup aussi vite qu’ils
purent recharger. Toutes ces blessures ne firent que l’exaspérer
davantage; à la fin, il en poursuivit deux de si près, qu’ils
cherchèrent leur salut dans la rivière en s’élançant d’une hauteur
d’environ vingt pieds. L’ours plongea après eux; il ne se trouvait plus
qu’à quelques pieds du dernier, lorsqu’un des chasseurs, sorti des
saules, lui tira dans la tête un coup qui l’acheva. Ils le traînèrent
ensuite sur le bord de la rivière; huit balles l’avaient percé de part
en part.

Tous les sauvages des montagnes confirment l’opinion qu’en hiver l’ours
suce sa patte et vit de sa propre graisse; les Indiens ajoutent qu’avant
d’entrer dans ses quartiers d’hiver, c’est-à-dire dans le creux d’un
rocher ou d’un arbre, ou dans quelque trou souterrain, il se purge, puis
se remplit de semences sèches qu’il ne digère point. Alors il reste
couché pendant plusieurs semaines sur le même côté, le talon d’une
patte toujours dans la gueule; puis il se retourne, ce qu’il ne fait que
quatre fois de tout l’hiver.

Les _tigres_ sont très-nombreux dans les parages d’où j’écris; mais il
paraît que la peur de l’homme ne les domine pas moins que les autres
animaux. Il n’y a que quelques jours un chasseur indien revenait au camp
avec trois belles peaux de tigres de huit à neuf pieds de long depuis
l’extrémité de la queue jusqu’au nez. Il avait aperçu leurs traces, et
quoiqu’il ne fût armé que d’arc et de flèches, et accompagné seulement
de deux petits chiens, il s’était mis hardiment à leur poursuite,
jusqu’à ce que, les ayant aperçus dans un arbre, il réussit à les tuer à
coups de flèches. Les tigres ont une force extraordinaire dans la queue,
et s’en servent adroitement pour étrangler les chevreuils, les
grosses-cornes, les cerfs et les autres animaux dont la chair leur sert
de nourriture.

Ci-joint, vous trouverez la liste des animaux, poissons, oiseaux,
arbres, arbustes, fleurs et fruits que nous avons vus pendant notre
voyage.

ARBRES.

Aune.
Bouleau.
Cèdres (rouge et blanc).
Chêne.
Cotonniers (trois espèces).
Cyprès.
Frêne. Erable blanc.
Hêtre.
Mûrier.
Noyers (de différentes espèces).
Rabajapières.
Sapin et pin (cinq espèces).
Saule.
Sureau.
Tremble.


ARBUSTES ET PLANTES.

Absynthe.
Raume.
Cerisier.
Cormier.
Epinette.
Framboisier.
Genévrier.
Groseillier.
Herbe à la puce.
Houblon.
Houx.
If.
Kinnekenic.
Menthe.
Salsepareille.
Tamarin.
Vigne (fruit rouge).


FRUITS.

Aiguille d’Adam.
Biscuit (racine).
Cactus americana.
Cerise.
Champignon.
Cotonnier.
Ecorce de sapin.
Framboise.
Fruit de kinnekenic.
Gadelles.
Plantain.
Pomme de sapin.
Pomme blanche.
Poire.
Pois.
Prune de prairie.
Gland d’églantier.
Graine de buffle.
Graine blanche.
Graine du bois gris.
Grappe.
Groseille.
Kamath.
Mûres.
Ognons doux.
Patate.
Racine amère.
Racine du charbon.
Tabac.
Tournesol.
Vigne.


FLEURS.

Aiguille d’Adam.
Cactus (trois espèces).
Campanule.
Chanvre.
Chardon (trois espèces).
Corinthienne.
Dominicale.
Eléphantine.
Epinette.
Fleur bleu d’azur.
Fleur bleue de kamath.
Gueule de lion.
Iris (trois espèces).
Joséphine.
Lin.
Lupins (œillet).
Lynchnis.
Lis rose.
Lis Saint-Jean.
Marguerites.
Marianne.
Ognon doux.
Racine amère.
Renoncule.
Sonnette.
Tournesol.


ANIMAUX.

Blaireau (deux espèces).
Buffle.
Cabri.
Carcajou.
Cerf de biche.
Chat sauvage.
Chat souris.
Cheval sauvage.
Chevreuil à mulet.
Chevreuil à queue noire.
Chevreuil commun.
Chien de prairie.
Chien sauvage.
Cochon de terre.
Ecureuil (dix espèces).
Grosse-corne.
Lapin.
Lièvre.
Loup (cinq espèces).
Marte.
Mephitis americana.
Mouton blanc.
Original.
Ours (quatre espèces).
Porc-épic.
Rat des bois.
Renard (quatre espèces).
Renne.
Taupe.
Tigre rouge.


OISEAUX.

Aigle noir.
Aigle nonne.
Alouette.
Avocette.
Bec à l’envers.
Bécassine.
Bois-pourri.
Butor.
Canard.
Caracro.
Cardinal.
Coq des plaines.
Corbeaux.
Cormoran.
Dindon.
Epervier.
Etourneau.
Faisan.
Geai.
Grue.
Hibou.
Hirondelle.
Mangeur des maringoins.
Martin-pêcheur.
Moqueur.
Noutka.
Oie.
Oiseau-bleu.
Oiseau-buffle.
Oiseau-jaune.
Oiseau-mouche.
Oiseau-noir.
Oiseau-rouge.
Outarde.
Pélican.
Perroquet.
Pie.
Pique-bois.
Pivert.
Pluvier.

Poule des prairies.
Robin.
Roitelet.
Rossignol.
Sarcelle.
Tourterelle.


AMPHIBIES.

Castor.
Crapaud.
Grenouille à queue.
Grenouille commune.
Loutre.
Rat musqué.
Salamandre.
Tortue.


POISSONS.

Anchois.
Carpe.
Esturgeon.
Mulet.
Saumon (six espèces).
Truites (trois espèces).



SIXIÈME LETTRE

A MADAME ROSALIE VAN MOSSEVELDE, A TERMONDE


Porte de l’Enfer, 21 septembre 1841.

«Il faut voyager dans le désert pour voir combien la Providence est
attentive aux besoins de l’homme.» Je répète avec plaisir cette pensée
du jeune Anglais dont j’ai parlé dans mes lettres à Charles et à
François, parce que cette vérité si consolante est mise dans tout son
jour dans le récit que j’ai commencé, et de plus encore dans ce qui me
reste à ajouter. Aujourd’hui je me bornerai à quelques détails sur les
dangers que j’ai courus depuis mon entrée sur le territoire des
sauvages.

Quand je ne dirais qu’un mot sur chaque passage des rivières,
l’énumération serait encore longue; puisque dans l’espace de cinq jours
seulement nous en avons traversé dix-huit, et jusqu’à cinq fois la même
en cinq quarts d’heure. Je ne parlerai donc que de ceux qui nous ont
présenté le plus de difficultés. Le premier passage vraiment difficile
fut celui de la fourche du sud de la _Plate_; mais comme nous étions
avertis depuis longtemps des difficultés qu’il offrait, nous avions pris
nos précautions d’avance, et nos jeunes Canadiens en explorèrent si bien
le fond, que nous le traversâmes, sinon sans tumulte et grande peine, du
moins sans grave accident. Les chiens de la caravane eurent à faire le
plus d’efforts; laissés sans bateau sur l’autre rive, il fallut à ces
pauvres bêtes une bien grande fidélité à leurs maîtres pour les
déterminer à passer à la nage une rivière de près d’un mille de large,
et dont le courant est si rapide qu’il eût emporté les charrettes, si on
ne les eût soutenues de tous les côtés pendant que les mulets tiraient
de toutes leurs forces pour les faire avancer. Aussi nos chiens ne la
traversèrent-ils que lorsqu’ils eurent vu qu’il n’y avait pour eux
d’autre alternative que de vaincre les flots ou de perdre leurs maîtres.
Comme nous ils furent heureux dans leur traversée. Ordinairement on
passe cette fourche en _bulbooat_ (c’est le nom qu’on donne à des
bateaux construits sur les lieux avec des peaux de buffle crues); quand
l’eau est grosse et qu’on ne trouve pas de gué, leur emploi est
absolument nécessaire; il ne le fut pour nous, ni dans cette occasion,
ni dans d’autres semblables.

Le second passage est celui de la fourche du nord de la _Plate_, moins
large, mais plus rapide et plus profonde que celle du sud. Nous avions
passé celle-ci dans nos charrettes; devenus un peu plus hardis, nous
résolûmes de passer l’autre à cheval. Ce qui nous détermina à cette
tentative, ce fut l’exemple de notre chasseur qui, portant sur son dos
une petite fille d’un an, chassait encore devant lui un autre cheval
sur lequel était sa femme, et se faisait suivre d’un petit poulain dont
on ne voyait que la tête lorsqu’il se dressait dans les flots. Reculer
en pareille conjoncture eût été honteux pour des missionnaires. Nous
nous avançâmes donc, les Frères dans leurs charrettes, les PP. Point,
Mangarini et moi sur nos coursiers. Après la traversée, des voyageurs
nous dirent qu’ils nous avaient vu pâlir au plus fort du courant, et je
le crois sans peine; toutefois nous en fûmes quittes pour la peur, et
après avoir nagé quelque temps sur nos montures, nous arrivâmes au
rivage, n’ayant de mouillé que les jambes, et pour être témoin de la
scène du monde la plus risible, si elle n’avait été plus sérieuse. Dans
un même instant, nous vîmes le plus grand wagon emporté par le courant
malgré les efforts, les cris, enfin tout ce que peut dire ou faire un
attelage, un char et un charretier qui pensent se noyer; une autre
charrette renversée de fond en comble; un mulet n’ayant hors de l’eau
que les quatre pieds; d’autres allant à la dérive embarrassés dans leurs
traits: ici un colonel américain, les bras étendus et criant au secours;
là un petit voyageur allemand et sa faible monture disparaissant
ensemble pour se montrer, un moment après, l’un à droite et l’autre à
gauche; ailleurs un cheval abordant seul au rivage; plus loin deux
cavaliers ensemble sur un autre cheval; enfin le bon frère Joseph et son
cheval faisant un plongeon; le P. Mangarini faisant chose une et
indivisible avec le cou du sien; et au milieu de la bagarre, un seul
mulet de noyé. Il appartenait à celui de nous tous qui avait montré le
plus de dévouement pour sauver et montures et cavaliers. En
reconnaissance, la caravane, s’étant cotisée, lui fit présent d’un autre
cheval.

Vous vous rappellerez que dans une de mes lettres précédentes, parlant
de notre arrivée sur les bords de la _Rivière-aux-Serpents_[5], je
disais que là nous attendaient un grand danger et une bonne leçon; je
pourrais ajouter, et de beaux exemples. Cette rivière, beaucoup moins
large et, au gué que nous traversions, moins profonde que la _Plate_, ne
pouvait être dangereuse que pour des gens inattentifs. Ses eaux étaient
si limpides, que partout on pouvait en voir le fond; il n’y avait donc
rien de plus facile que d’éviter les encombres; mais soit inadvertance
ou distraction, soit désobéissance de l’attelage, la charrette du frère
Charles se trouva sur la pente d’un roc et déjà trop avancée pour
pouvoir reculer: mulets, voiture et voiturier, tout fit la culbute, et
malheureusement dans un trou assez profond pour ne laisser aucune
espérance de salut, si d’un côté notre chasseur ne se fût jeté à la nage
au risque de sa vie, pour aller tirer au fond de sa voiture le pauvre
frère qui s’y tenait blotti dans un coin, tandis que de l’autre toutes
les _Têtes-plates_ présentes plongeaient pour sauver la voiture, le
bagage et les mulets. Le bagage, à peu de chose près, fut sauvé. A force
d’efforts, on était parvenu à relever la charrette, lorsqu’un pauvre
sauvage, qui seul la soutenait en ce moment, s’écria, n’en pouvant plus:
«Je me noie.» De son côté, le chasseur, chargé du poids du Frère, qui
faisait sans cesse des efforts pour se tenir sur l’eau, était sur le
point de périr victime de son dévouement. Enfin tous ceux qui savaient
nager, hommes, femmes, enfants, ayant fait des prodiges pour nous donner
des preuves de leur attachement, il se trouva que nous n’eûmes à
regretter personne; l’attelage seul périt, lui qui paraissait avoir dû
se sauver de lui-même, puisque l’on avait pris la précaution de couper
les traits; mais les mulets, dit-on, une fois les oreilles dans l’eau,
ne s’en tirent plus. La perte de ces trois mulets, les plus beaux de la
caravane, quoique considérables, fut bientôt réparée. Pendant qu’on
s’occupait à faire sécher le bagage, je retournai au Fort-Hall, où,
retrouvant dans M. Ermatinger la même sympathie et la même générosité
qu’il m’avait toujours témoignées, je fis l’acquisition de trois autres
mulets, pour une somme modique en comparaison de ce que j’eusse dû
payer si j’avais eu à faire à des gens capables de profiter de la
circonstance. Voilà le danger évité; voici la leçon. On fit la remarque
que ce jour avait été le seul dans tout le cours de notre voyage où, à
cause de l’embarras du départ et des adieux que nous faisions à nos
amis, nous nous étions mis en marche sans songer à réciter
l’_itinéraire_.

Dangers d’une autre nature, encore évités par la grâce de Dieu, je n’en
doute nullement. Nous cheminions tranquillement sur les bords de la
_Plate_. Malgré les avis du capitaine Fitz-Patrick qui dirigeait la
caravane, plusieurs jeunes gens s’étaient écartés de la bande, pendant
que le capitaine, le P. Point et moi nous avions pris les devants pour
chercher un endroit propre à asseoir le camp. Nous venions précisément
de le relever et de desseller nos chevaux, lorsque tout à coup nous
entendîmes le terrible cri d’alarme: _Les Indiens! les Indiens!_ Et, en
effet, nous vîmes dans le lointain un grand nombre de sauvages se
grouper d’abord, puis se diriger vers nous à toute bride. Sur ces
entrefaites arrive à la caravane un jeune Américain à pied et sans
armes; il s’était laissé surprendre par les sauvages, qui lui avait tout
enlevé. Pendant qu’il se lamente de la perte qu’il vient de faire, et
surtout qu’il s’indigne des coups qu’il a reçus, il saisit brusquement
la carabine chargée de l’un de ses amis et déclare qu’il retourne à
l’ennemi pour tirer de l’offense une vengeance éclatante. A cette vue,
tout le monde s’émeut; la jeunesse américaine veut se battre: le
colonel, en sa qualité d’homme de guerre, range les wagons sur deux
lignes et fait placer au milieu tout ce qui peut courir ailleurs quelque
risque; tout se prépare pour une action d’éclat. De son côté, l’escadron
sauvage, considérablement grossi, s’avance fièrement, présentant un
large front de bataille, comme s’ils avaient l’intention d’envelopper
notre phalange; mais à notre bonne contenance, et à la vue du capitaine
qui s’avance vers eux, bientôt ils ralentissent le pas et finissent par
s’arrêter. On parlemente, et le résultat de la négociation ayant été
qu’on rendrait au jeune Américain tout ce qu’on lui avait pris, à
condition que lui ne rendrait pas les coups qu’il avait reçus, tout
s’apaisa, et on convint de part et d’autre de fumer le calumet. Ces
sauvages étaient un parti d’environ quatre-vingts _Sheyennes_; leur
tribu passe pour la plus brave de la prairie. Ils suivirent notre camp
deux ou trois jours, leurs chefs furent admis à notre table, et tout se
passa à la satisfaction générale.

Une autre fois, comme nous étions avec l’avant-garde des _Têtes-plates_,
mais acculés dans une gorge de montagnes, après avoir marché inutilement
une journée entière, nous fûmes obligés de retourner sur nos pas. Le
soir, on s’aperçut qu’il y avait dans les environs un parti de _Ranax_,
sauvages qui encore cette année ont tué plusieurs blancs; trois ou
quatre de leurs loges étaient dressées dans le voisinage. Mais il paraît
qu’ils avaient plus peur que nous; avant le jour, ils avaient disparu.

Quelques jours seulement après la réception de cette nouvelle, nous
pensâmes un instant que nous allions avoir à nous défendre nous-mêmes
contre un grand parti de _Pieds-noirs_. Nous étions sur les terres que
leurs guerriers infestent le plus souvent; déjà on croyait les avoir vus
en grand nombre derrière la montagne en face de nous. Mais, incapables
de s’effrayer à la vue des _Pieds-noirs_, eussent-ils été cent fois plus
nombreux, nos braves _Têtes-plates_, dont le courage était centuplé par
le désir de nous introduire chez eux, se montrèrent tout disposés à se
défendre. _Pilchimoe_, élevant en l’air sa carabine, part comme un
éclair, se dirige droit vers le lieu où il suppose l’ennemi, escalade la
montagne et disparaît à nos yeux, suivi de loin de trois ou quatre de
ses camarades. Cependant le camp se préparait à soutenir l’assaut; les
chevaux étaient attachés, les armes prêtes, lorsque nous vîmes descendre
de la montagne, non des _Pieds-noirs_, mais nos braves Indiens suivis
d’une douzaine de _Ranax_. Un parti de ces sauvages se trouvait dans les
environs. En nous apercevant dans le lointain, ils s’étaient rassemblés,
beaucoup plus pour fuir que pour nous attaquer. Il y avait parmi eux un
chef qui nous parut avoir les meilleures dispositions en faveur de la
religion. J’eus avec lui une longue conférence, dans laquelle je reçus
de lui la promesse que tous ses efforts tendraient à inspirer à ses gens
les sentiments que je lui inculquais. Il nous quitta avec sa suite, le
lendemain du jour où les quatre chefs des _Têtes-plates_ arrivèrent pour
nous féliciter de l’heureuse issue de notre voyage.

Nous vîmes en cette occasion combien la raison sait rendre un sauvage
maître de lui-même. Ce chef _ranax_ était le frère d’un _Ranax_ tué par
l’un des chefs _têtes-plates_ qui venaient d’arriver. Ils se saluèrent
devant nous en se voyant, et se séparèrent au départ, comme l’eussent
fait deux nobles chevaliers chrétiens qui n’ont d’animosité contre
l’ennemi que sur le champ de bataille. Cependant les _Têtes-plates_ ne
fumèrent pas avec les _Ranax_, qui les avaient indignement trahis en
plusieurs circonstances. Je pense qu’il ne nous sera pas difficile de
les réconcilier enfin une bonne fois. Les _Têtes-plates_ feront
assurément ce qui leur sera conseillé, et je suis sûr que les autres
n’en exigeront pas davantage.

Je me recommande à votre bon souvenir, particulièrement dans vos
prières.



SEPTIÈME LETTRE

AUX RELIGIEUSES THÉRÉSIENNES DE TERMONDE


Racine-amère, de l’emplacement choisi pour la 1ᵉʳ réduction, 26 octobre
1841.

Vous qui priez tant pour nous et pour nos pauvres sauvages, vous méritez
sans doute une longue lettre de notre part. Je prends d’autant plus
volontiers la plume, que je sais que les nouvelles que j’ai à vous
communiquer ne contribueront pas peu à vous entretenir dans vos bons
propos, et à augmenter, s’il se peut, la ferveur et l’assiduité de vos
prières.

Après un voyage à cheval de quatre mois et demi dans le désert, et
malgré la privation continuelle de pain, de vin, de fruits, de café, de
tout ce que le monde appelle les douceurs de la vie, nous nous sentons
plus forts, plus dispos et plus encouragés que jamais à travailler à la
conversion de ces pauvres âmes que la divine miséricorde nous adresse de
toutes parts. Après celui qui est l’Auteur de tout bien, grâces en
soient rendues à Celle que l’Eglise nous permet d’appeler _notre vie,
notre douceur et notre espoir_, puisqu’il a plu à la divine bonté que
les grandes consolations nous vinssent les jours de ses fêtes. C’est le
jour de sa glorieuse assomption dans le ciel que nous avons rencontré
l’avant-garde de nos chers néophytes, et que pour la première fois nous
avons assisté à leur pieuse réunion. C’est le dimanche de l’octave que
nous avons célébré tous les trois au milieu d’eux les saints mystères.
C’est huit jours après que ces bons sauvages se consacrèrent, eux et
leurs enfants, au Cœur immaculé de Marie. C’est le jour où l’Eglise
célèbre la fête de son saint Nom que le camp du grand chef renouvela
cette consécration au nom de toute la peuplade. C’est le 24 septembre,
fête de Notre-Dame de la Merci, que nous arrivâmes sur le bord de la
rivière qui est encore appelée la _Racine-amère_, mais où doit bientôt
couler le lait et le miel. C’est le premier dimanche d’octobre, fête du
saint Rosaire, que nous nous sommes fixés dans la terre promise, en
plantant une grande croix sur le sol destiné à la première réduction,
circonstance qu’on m’assure avoir été prédite par une petite fille de
douze ans, baptisée et morte pendant mon absence, comme je l’ai rapporté
dans une autre lettre (_p._ 114). Que de motifs d’encouragement vint
encore nous donner le deuxième dimanche du même mois! Ce jour,
l’Evangile offre à nos espérances la belle parole du festin; ce jour, 10
octobre, un grand protecteur (saint François de Borgia) nous bénit du
haut du ciel; ce jour enfin, fête de la Maternité divine, que ne nous
promet pas la Vierge qui a donné son Fils pour le salut du monde! Quinze
jours après, le quatrième dimanche d’octobre, fête du Patronage de la
sainte Vierge, nous lui offrions, comme prémices de la première
réduction maternelle, la première chambre de notre résidence; vingt-cinq
petits sauvages recevaient le baptême; des représentants de vingt-cinq
nations différentes assistaient aux instructions; et pour tant de
faveurs reçues par l’entremise de Marie, tous, d’une voix unanime, nous
la proclamions Reine de la réduction naissante, en donnant à cette
dernière le nom de _Sainte-Marie_.

Peut-être certains esprits-forts souriraient-ils en lisant ces
remarques; mais il me semble que les âmes pieusement éclairées
conviendront volontiers que la réunion de ces circonstances, jointe à la
manière dont nous avons été appelés, envoyés et amenés dans ces parages,
jointe surtout aux dispositions de nos bons Indiens en faveur de notre
religion, que tout cela, dis-je, est bien propre à nous fortifier dans
l’espérance que nous avions conçue depuis si longtemps, de revoir
bientôt ici ce qui s’est vu de si admirable dans les réductions du
Paraguay! Aussi est-ce là maintenant l’unique pensée qui nous occupe le
jour, le rêve de nos nuits; et ce qui me prouve que ce beau idéal n’est
pas seulement un rêve, c’est qu’au moment où j’écris ces lignes, les
voix bruyantes de nos charpentiers, le forgeron qui fait résonner le
marteau sur l’enclume, m’annoncent qu’il est question, non plus de poser
les fondements, mais bien d’élever le comble de la _maison de prières_
(église); c’est qu’aujourd’hui même trois sauvages députés de la tribu
des _Cœurs-d’alènes_, qu’attire ici la nouvelle du bonheur futur des
_Têtes-plates_, sont venus nous conjurer d’avoir aussi pitié de leurs
compatriotes. «Père, me disait l’un d’eux, nous sommes vraiment dignes
de pitié, nous désirons servir le Grand-Esprit, mais nous ne savons que
faire pour cela; nous avons besoin de quelqu’un pour nous l’apprendre,
voilà pourquoi nous nous adressons à vous.»

Et le jour de la plantation de la Croix au milieu du camp, que j’eusse
voulu que nos Pères et Frères d’Europe, et vous aussi, mes Sœurs, vous
eussiez été présents à la cérémonie qui eut lieu vers le soir. Combien
tous les cœurs n’eussent-ils pas été émus en voyant s’élever dans les
airs le signe auguste de notre salut, au milieu d’un peuple, petit il
est vrai, si l’on n’envisage que le nombre, mais bien grand pour le zèle
d’un missionnaire qui peut trouver parmi eux des apôtres et des martyrs
de la cause sacrée! Vous eussiez vu avec quels sentiments de foi et
d’amour tous ceux qui étaient présents, depuis le grand chef jusqu’aux
plus petits enfants, venaient se prosterner aux pieds de l’arbre des
élus et coller leurs lèvres sur le bois qui a sauvé le monde; avec quel
dévouement ils prenaient à haute voix le saint engagement de souffrir
plutôt mille morts que de jamais abandonner la prière!

Si nous étions en nombre encore quelques années, que de nouvelles
provinces ne viendraient pas s’adjoindre au royaume de notre Seigneur!
Je n’en doute pas, deux cent mille âmes seraient sauvées. Les
_Têtes-plates_ et les _Cœurs-d’alènes_ ne sont pas nombreux, il est
vrai; mais les _Pends-d’oreilles_ forment une tribu trois fois plus
nombreuse et non moins bien disposée. L’année dernière, j’ai baptisé
plus de deux cent cinquante de leurs enfants. Le grand chef, déjà
baptisé et nommé Pierre, est un véritable apôtre, et ils ne sont
éloignés de nous que de quatre à six journées de chemin. Viendront
ensuite six cents _Shlishatkumche_, huit cents _Stiet-Shoi_, trois cents
_Zingomènes_, deux cents _Shaistche_, trois cents _Shuyelpi_, cinq cents
_Tchilsolomi_, quatre cents _Sim-poils_, deux cents cinquante
_Zinabsoti_, trois cents _Yinkaeêous_, mille _Yejakomi_, tous de la même
souche, et parlant à peu près la même langue. Les _Spokanes_, leurs
voisins, ne tarderaient pas à suivre leur exemple; les _Nez-percés_,
déjà envahis par les ministres protestants, se dégoûtent de leurs
prêches et nous tendent les bras. Les _Ranax_, dont le chef s’est montré
si bien disposé, les _Serpents_ et les _Corbeaux_ que j’ai visités
l’année dernière, les _Sheyennes_ que j’ai rencontrés deux fois sur les
bords de la _Plate_, la nombreuse nation des _Scioux_, les _Mandans_
avec les _Arikaras_ et les _Gros-Ventres_ ou _Minatares_ (trois tribus
réunies, ensemble trois mille âmes) qui m’ont reçu avec tant de marques
d’estime et d’amitié, les _Omathas_, d’autres nations encore qu’il
serait trop long d’énumérer, ne sont pas éloignés du royaume des cieux.

Il n’y a que les _Pieds-noirs_ dont on aurait lieu de désespérer, si les
pensées de Dieu ressemblaient toujours aux pensées des hommes. Ce sont
des assassins, des voleurs, des traîtres, pis que cela encore. Mais
qu’étaient primitivement, dans l’Amérique du Nord, les _Chiquites_, les
_Chiriganes_, les _Hurons_ et les _Iroquois_? et avec le temps et le
secours d’en haut que ne sont-ils pas devenus? N’est-ce pas à ces
derniers que les _Têtes-plates_ sont redevables des germes de bien qui
produisent aujourd’hui sous nos yeux de si beaux fruits? D’ailleurs les
_Pieds-noirs_ n’en veulent pas aux _Robes-noires_; loin de là, les
autres Indiens nous assurent que, si nous nous présentions en cette
qualité, nous n’aurions rien à craindre d’eux. C’est même en cette
qualité que, l’année dernière, étant tombé entre les mains d’un de leurs
partis, je fus conduit comme en triomphe à leur village, porté par douze
guerriers sur un manteau de peaux de buffle, et invité à un festin
auquel assistaient tous les braves du camp, et au commencement duquel je
fus émerveillé de les voir, tandis que je récitais le _Benedicite_,
frapper d’une main la terre et lever l’autre vers le ciel, pour
signifier que tout bien vient d’en haut tandis que la terre n’enfante
que le mal.

Vous prierez beaucoup, mes Sœurs, pour que le bon Dieu inspire à nos
supérieurs de nous envoyer des ouvriers; j’en ai demandé de tous les
points du globe. Mais pour la plus grande gloire de Dieu, pour le salut
d’un si grand nombre d’âmes, qu’on pèse en Europe ce que j’ai encore à
dire; je ne dirai rien que d’exact.

Au jugement des PP. Mengarini et Point qui m’accompagnent, au témoignage
de tous les voyageurs de l’Ouest que j’ai vu (et j’en ai vu beaucoup qui
ont parcouru toutes ces contrées et logé longtemps sous les loges des
_Têtes-plates_ en particulier), enfin d’après toutes les observations
que j’ai pu faire moi-même dans mes deux voyages, les _Têtes-plates_
sont d’une simplicité, d’une droiture, d’une docilité d’enfant, à tel
point que de mauvais plaisants, abusant de ces aimables qualités, les
portèrent plus d’une fois à faire des choses que nous-mêmes aurions
peine à croire, si elles ne nous étaient attestées par des témoins
dignes de foi, comme de les faire danser jusqu’à l’entier épuisement de
leurs forces, sous prétexte de détourner de prétendus fléaux dont ces
imposteurs assuraient qu’ils étaient menacés à cause de leurs péchés.

Mais s’ils sont des enfants pour leur simplicité, on peut dire aussi
qu’ils sont des héros pour le courage. Jamais ils n’attaquent personne,
mais malheur à qui les provoque injustement! On a vu des poignées de
leurs braves attendre de pied ferme des forces vingt fois plus
nombreuses que les leurs, en soutenir le choc sans plier, et, en les
mettant bientôt en pleine déroute, les faire repentir de leur injuste
agression. Quelques semaines seulement avant ma première arrivée aux
montagnes, soixante-dix _Têtes-plates_ se voyant forcés d’en venir aux
mains avec les _Pieds-noirs_ d’environ cinq cents loges (ce qui suppose
à peu près quinze cents guerriers,) résolurent d’en soutenir l’attaque
en hommes déterminés à mourir plutôt qu’à lâcher pied. Déjà l’ennemi
fondait sur eux, qu’ils étaient encore à genoux, adressant au
Grand-Esprit toutes les prières qu’ils savaient; car le chef avait dit:
«Qu’on ne se relève pas qu’on n’ait bien prié.» Leur invocation finie,
ils se relèvent pleins de confiance, supportent sans reculer le choc de
l’ennemi, et bientôt l’obligent à douter de la victoire. Le combat
commencé, laissé et repris plusieurs fois, dura cinq jours de suite,
c’est-à-dire jusqu’à ce que les _Pieds-noirs_, effrayés d’une audace qui
tenait du prodige, se virent contraints de battre en retraite,
abandonnant sur le champ de bataille un grand nombre de morts et de
blessés; et, chose vraiment étonnante! du côté des _Têtes-plates_, dont
chacun avait vingt adversaires à combattre, pas un mort, pas un
prisonnier; un seul mourut des suites d’une blessure, mais seulement
plusieurs mois après l’action, et le lendemain du jour où je l’eus
baptisé, quoique la pointe d’une flèche lui fût restée tout entière dans
la cervelle.

C’est dans cette affaire que le brave _Pilchimoe_, dont j’ai parlé
plusieurs fois dans mes lettres, sauva ses frères par son dévouement.
Les chevaux de toute la troupe passaient isolés dans la prairie; tout à
coup arrive de loin au grand galop une bande de Pieds-noirs dans le
dessein de s’en emparer. _Pilchimoe_ voit le danger; il était à pied,
mais près de lui se trouvait une femme à cheval, courir aux autres
chevaux, les rassembler et les ramener au camp; tout cela fut pour lui
l’affaire de quelques minutes.

Un autre guerrier, nommé _Sechelmela_, voyant un Pied-noir isolé des
autres, s’apprêtait à l’attaquer, lorsque celui-ci, le prenant pour un
des siens, le pria en grâce de le laisser monter en croupe sur son
cheval. Le Pied-noir avait une carabine, la Tête-plate n’avait que son
arc. Aussitôt il conçoit le dessein de s’emparer de cette arme; avant de
se découvrir, il laisse monter son ennemi derrière lui, chevauche
quelque temps dans la prairie, et tout à coup, lorsque l’autre s’y
attendait le moins, il saisit avec force la carabine et s’écrie:
«Pied-noir, je suis Tête-plate, lâche ton arme.» A ces mots, plus mort
que vif, le Pied-noir lâche prise, et Sechelmela, désormais bien armé,
se met à la poursuite d’autres ennemis.

Mais voici un trait beaucoup plus beau, ce me semble; il est de Pierre,
le grand chef que j’ai déjà nommé; il y a aujourd’hui quinze jours, un
Pied-noir, grand voleur de chevaux, venait d’être surpris par nos gens
en flagrant délit; c’était pendant la nuit, il faisait fort obscur.
Quoique blessé, ou plutôt parce qu’il était blessé, il n’en était que
plus redoutable, ayant encore à la main son fusil, dont il menaçait de
faire usage contre le premier qui se mettrait à sa portée. Personne
n’osait avancer; Pierre, petit de taille et âgé d’environ quatre-vingts
ans, sentit se ranimer son courage. «Quoi donc, s’écrie-t-il, vous avez
peur? laissez-moi faire.» Et courant droit à l’ennemi, il l’achève d’un
coup de lance. Aussitôt il se jette à genoux, tourne les yeux vers le
ciel, et fait à haute voix sa prière à peu près en ces termes:
«Grand-Esprit, vous savez pourquoi j’ai tué ce Pied-noir, ce n’était pas
par vengeance, il le fallait bien pour faire un exemple qui rendît les
autres plus sages. Ah! je vous en supplie, faites-lui miséricorde dans
l’autre vie, nous lui pardonnons de bien bon cœur le mal qu’il a voulu
nous faire, et pour vous prouver que je dis la vérité, je vais le
couvrir de mon habit.» En disant ces paroles, il se dépouilla de son
manteau, et ne se retira qu’après en avoir revêtu le cadavre.

Ne le perdons pas de vue, Pierre était l’année passée à la tête de la
peuplade nombreuse des Pends-d’oreilles qui demande des Robes-noires;
Pierre baptisé est maintenant un véritable apôtre. Avant son baptême, il
pouvait déjà se rendre cet heureux témoignage: «Si jamais j’ai fait le
mal, ce n’a été que par ignorance; tout ce que j’ai cru bon, j’ai
toujours tâché de le faire.» Rapporter toutes ses bonnes œuvres serait
une chose impossible. Tous les jours, de grand matin, il parcourt le
village, adressant à chaque loge soit des encouragements, soit de
simples avis, soit des réprimandes, selon qu’il le juge à propos pour le
bien de ceux à qui il s’adresse. Son cheval, qui se distingue par deux
cornes de bœuf attachées entre les deux oreilles, est si habitué à ce
manége, que sans être stimulé ni retenu, il s’arrête lorsque
l’exhortation du cavalier commence, et se remet en marche dès qu’elle
est finie.

J’ai parlé de la simplicité et du courage des Têtes-plates; que vous
dirai-je encore? Qu’ils ne ressemblent nullement à la plupart des autres
sauvages; qu’ils ne sont ni grossiers, ni importuns, ni imprévoyants, ni
inconstants, encore moins cruels; qu’ils sont d’un désintéressement,
d’une générosité, d’un dévouement rares envers leurs frères et leurs
amis; que du côté de la probité et des mœurs publiques, ils sont
irréprochables et même exemplaires; que les querelles, les injures, les
divisions, les inimitiés, les rixes leur sont inconnues. L’année
dernière, pendant un séjour de plusieurs mois au milieu d’une grande
partie de la peuplade, jamais je n’ai pu observer le moindre
dérèglement; que si quelques enfants vont nus, usage qu’il serait facile
d’abolir, personne ne paraissait avoir l’air de s’en apercevoir.

J’ajouterai que toutes leurs bonnes qualités sont déjà surnaturalisées
par des vues de foi, et par leur grand zèle pour pratiquer ce que
commande et éviter ce que défend notre sainte religion; qu’on ne
rencontre plus chez eux aucun vestige de superstition; que leur
confiance en nous est telle, qu’il ne leur vient pas même à la pensée
que nous puissions être ni trompés ni trompeurs; qu’ils croient sans la
moindre difficulté les mystères les plus profonds, aussitôt qu’ils leur
sont proposés. J’ai dit ailleurs ce qu’ils avaient fait pour obtenir des
Robes-noires, les dangers courus, les voyages entrepris, les maladies,
les morts, les massacres qui en ont été la suite. Ce qu’ils ont fait
pendant mon absence, et jusqu’à notre retour parmi eux, rend également
témoignage de la droiture de leurs intentions. Maintenant quelle
exactitude à se rendre aux offices! quel recueillement à la chapelle!
quelle attention au catéchisme! quelle modestie! quelle piété! quelle
ferveur dans leurs prières! quelle humilité! quelle simplicité dans ce
qu’ils racontent de leur ancien aveuglement ou des actions qui peuvent
leur faire honneur! En les entendant sur ce dernier article, on dirait
qu’ils parlent de tout autre que d’eux-mêmes ou de choses qui leur sont
absolument étrangères. Je ne connais pas de simplicité religieuse qui
surpasse la leur. «Père, disent-ils ordinairement en baissant
modestement les yeux et le ton de la voix, ce que je vous dis, je ne
l’ai jamais dit, et je ne le dirai à nul autre qu’à vous; mais je vous
le dis, parce que vous me le demandez et que vous avez droit de le
savoir.»

Les chefs, qui seraient mieux appelés les pères de la peuplade, dont les
ordres, se bornant presque à l’expression d’un désir, sont cependant
toujours écoutés, ne se distinguent pas moins par leur docilité à notre
égard que par leur ascendant sur la tribu.

Le plus influent d’entre eux, surnommé _le Petit-Chef_, à cause de
l’exiguïté de sa taille, considéré comme guerrier et comme chrétien,
serait comparable aux plus beaux caractères de l’antique chevalerie. Un
jour, lui septième, il soutint l’assaut de tout un village de _Ranax_
qui attaquait injustement ses compagnons. Une autre fois, il ne se
signale pas moins contre les mêmes Ranax qui venaient de se rendre
coupables envers lui de la plus noire trahison; il marche contre eux
avec dix fois moins de guerriers qu’ils n’en avaient. Ces braves, se
croyant invincibles sous sa conduite et sous la protection du Ciel
qu’ils invoquaient, se précipitent sur les traîtres, les mettent en
déroute, en tuent neuf, et en eussent tué un nombre plus considérable,
si, au plus fort de la poursuite, le petit-chef ne se fût souvenu que ce
jour-là était un dimanche, et n’eût arrêté ses compagnons en leur
criant: «Mes amis, c’est l’heure de la prière, hâtez-vous de retourner
au camp!» A sa voix, ils abandonnent les fuyards, retournent sur leurs
pas, et à peine sont-ils arrivés au camp, que sans même songer à panser
leurs blessures, ils tombent à genoux dans la poussière, pour rendre au
Dieu des armées tout l’honneur de la victoire. Le petit-chef atteint
d’une balle au travers de la main droite, en avait perdu entièrement
l’usage; mais voyant deux de ses compagnons blessés plus grièvement que
lui, il banda leurs plaies avec la main qui lui restait libre, et prit
soin d’eux pendant toute la nuit de cette glorieuse journée.

Dans mainte autre occasion, il ne s’est montré ni moins courageux ni
moins prudent; aussi plusieurs fois les _Nez-percés_, nation beaucoup
plus nombreuse que les Têtes-plates, lui ont-ils offert la dignité de
grand-chef, s’il voulait passer dans leurs rangs. Il aurait pu le faire
sans blesser les droits de personne, tout sauvage étant libre de quitter
un chef pour passer sous un autre quand bon lui semble, à plus forte
raison quand il s’agit de devenir soi-même grand-chef. Mais le
petit-chef, content du poste que lui avait assigné la Providence,
repoussa toujours des offres si honorables, sans jamais donner d’autre
raison de son refus que celle-ci: «Le Maître de la vie m’a fait naître
chez les Têtes-plates, c’est au milieu des Têtes-plates que je dois
mourir.» Amour de la patrie bien recommandable sans doute, mais ce qui
l’est peut-être encore plus dans un guerrier, c’est la vraie humilité
dont toutes ses paroles sont empreintes: «Avant de connaître le vrai
Dieu, me disait-il un jour, hélas! que nous étions aveugles! on priait,
mais à qui adressait-on ses prières?.... Vraiment, je ne sais comment ni
pourquoi le Grand-Esprit nous a soufferts si longtemps...» Aujourd’hui,
non content d’être le premier à tous les offices qui se font à la
chapelle, il est toujours le dernier qui cesse de prier ou de chanter
dans sa loge, et le matin, avant le point du jour, ses chants et ses
prières ont déjà recommencé.

Le fond de son caractère est la douceur, ce qui ne l’empêche pas de
s’armer d’une sainte sévérité lorsqu’il voit quelque chose
d’inconvenant. En voici une preuve. Quelques jours avant notre arrivée,
une jeune personne s’étant absentée de la prière pour une raison qui ne
lui semblait pas légitime, il prit un fouet, et reprochant à cette fille
légère de se trouver où elle ne devait pas être et de n’être pas où elle
devait se trouver, il la flagella en public de manière à donner un
exemple dont on se souvînt dans la suite. La pauvre sauvagesse reçut
cette correction en toute humilité et promit de se corriger.

Les Têtes-plates aiment à prier. Après la prière du soir, faite en
commun, ils prient encore en famille, ou bien ils chantent des
cantiques. Ces pieux exercices se prolongent quelquefois bien avant dans
la nuit, et pendant le sommeil, quand quelqu’un s’éveille, il se met
encore à prier. Le bon vieux _Simon_ a pris l’habitude avant de se
coucher, de rassembler les braises de son foyer; puis il fait dévotement
sa prière, fume son calumet et se couche. Toutes les fois qu’il se
réveille, il recommence les mêmes opérations, pour l’ordinaire, trois ou
quatre fois chaque nuit. Il y eut même un temps où celui qui s’éveillait
le premier dans chaque loge se chargeait d’éveiller les autres pour leur
faire recommencer la prière en commun. Ce pieux excès provenait d’un
petit avis que je leur avais donné dans ma première visite: _que quand
on s’éveillait la nuit, il était bon d’élever son cœur à Dieu_. On leur
a expliqué depuis comment il fallait entendre la chose.

La nuit du 24 au 25, les chants et les prières n’ont pas cessé. Hier
mourut une jeune femme, baptisée quatre jours auparavant. A cette
occasion nous leur expliquâmes la doctrine de l’Eglise sur le
purgatoire, en leur recommandant de prier pour le repos de son âme. En
ce moment on dépose les restes de la défunte au pied du calvaire planté
au milieu des loges; on peut écrire en toute confiance sur la croix de
sa tombe: _In spem resurrectionis._ Bientôt nous célébrerons la
commémoration des fidèles trépassés; elle nous fournira l’occasion
d’établir la coutume si chrétienne et si touchante d’aller prier sur les
tombeaux.

Les dimanches, les pieuses pratiques, quelques longues et multipliées
qu’elles soient, ne sont jamais trouvées fatigantes. On sent ici que le
bonheur des petits et des humbles est de parler au Père céleste, et que
nulle maison ne leur offre tant d’attraits que la maison du Seigneur.
Ici encore, le repos du dimanche est si religieusement observé, que
même, avant notre arrivée, le cerf le plus timide eût pu se promener en
toute sécurité au milieu de la peuplade, lors même que, faute de
nourriture, elle eût été réduite au jeûne le plus rigoureux; car à leurs
yeux l’action de prendre son arc et de tirer une flèche en ce saint jour
n’eût pas été moins répréhensible que ne l’était chez le peuple de Dieu
l’action de ramasser du bois. Depuis qu’ils ont une idée plus juste de
la loi de grâce, ils sont moins esclaves de la lettre qui tue, mais non
moins attachés au fond des choses. Ils font mieux: avant de rien faire
qui puisse avoir l’apparence d’une œuvre servile, ils viennent éclaircir
leurs doutes, ou solliciter en esprit de foi et d’humilité la permission
dont ils croient avoir besoin.

Le grand chef se nomme _le Grand-visage_, à cause de la forme un peu
allongée de sa figure; on pourrait plus noblement l’appeler _l’Ancien
du désert_; car chez lui l’âge, la taille, la sagesse, tout est grand et
patriarcal. Dès sa plus tendre enfance, avant même qu’il eût pu
connaître ses parents, il avait eu le malheur de les perdre. Lorsque son
père mourut, par compassion du pauvre orphelin déjà privé de sa mère,
quelqu’un proposa de l’enterrer dans la même tombe; ce qui donne une
idée des épaisses ténèbres où était alors assise cette pauvre peuplade.
Mais Dieu, qui avait d’autres desseins, toucha si bien en sa faveur le
cœur d’une pauvre femme, qu’elle s’offrit à lui servir de mère. Le Ciel
bénit la généreuse tendresse de son cœur; bientôt elle eut la
consolation de voir son fils adoptif se distinguer entre tous les autres
enfants par son intelligence précoce et ses bonnes qualités. Il était
reconnaissant, docile, charitable, et si naturellement pieux, que faute
de connaître le vrai Dieu, il mit plus d’une fois sa confiance dans ce
qui n’en était que l’ouvrage. Un jour, perdu dans une forêt et réduit à
la dernière nécessité, il se mit à embrasser un gros arbre, le conjurant
d’avoir pitié de lui. Il n’y a pas deux mois encore, ayant perdu d’un
seul coup quatre grands calumets, perte considérable pour un Indien, il
retourna bien loin sur ses pas, et pour intéresser le Ciel en sa faveur,
il fit à Dieu cette prière: «Grand-Esprit, vous qui voyez et pouvez
tout, je vous en prie, faites que je trouve ce que je cherche;
cependant, que votre volonté soit faite.» Cette prière devait être
agréable à Dieu. Il ne retrouva pas ses calumets, mais il avait reçu
mieux, les dons du Saint-Esprit par lesquels il se distingue,
simplicité, piété, sagesse, patience, courage et sang-froid. Telles sont
les qualités qui l’ont fait élever, par les suffrages de toute sa tribu,
à la première dignité où puisse parvenir un sauvage, et qui, désormais
sanctifiée par la foi et la charité, l’élèvera un jour, je l’espère, à
une éminente dignité dans le ciel. Plus heureux que Moïse, ce nouveau
conducteur d’un autre peuple de Dieu, après avoir erré dans le désert
plus longtemps que le premier, a fini enfin par introduire ses enfants
dans la terre promise. Il a été baptisé le premier de sa grande famille,
se nomme Paul, et comme saint Paul, il n’ouvre la bouche que pour amener
ses nombreux enfants à la connaissance et à l’amour de Notre-Seigneur.

Vous vous êtes offertes, dans une de vos lettres, à servir, en quelque
sorte, de marraines à nos nouveaux convertis; je vous exhorte donc
beaucoup à prier sans cesse pour eux, car chacune de vous aura bientôt à
répondre pour une centaine de filleuls; aux cinq cents que j’ai eu le
bonheur de baptiser l’année passée, nous en ajouterons, avec la grâce de
Dieu, encore six ou sept cents avant la fin de l’an 1841.

Me recommandant à Dieu dans vos bonnes prières, j’ai l’honneur d’être,
avec le plus profond respect, etc.



HUITIÈME LETTRE

A UN PÈRE DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS


Sainte-Marie des Montagnes Rocheuses, 26 octobre 1841.

Cette lettre est la conséquence pratique de ce qui est contenu dans mes
lettres antérieures; conséquence qui sera, j’en suis sûr, bien
consolante pour toutes les personnes bien pensantes, et surtout pour
celles qui, tout en s’intéressant beaucoup au progrès de notre sainte
religion, veulent des faits bien prouvés avant d’asseoir leur jugement.

De tout ce que j’ai écrit sur ma mission, il me semble que nous pouvons
conclure que la petite peuplade des Têtes-plates est un peuple d’élus;
qu’il est facile d’en faire un peuple modèle, la semence d’une
chrétienté qui ne le cède pas en ferveur à celle du Paraguay, et que
nous avons, pour parvenir à un but si désirable, plus de facilité que
n’en avaient nos Pères, et un concours de circonstances aussi heureux
que nous puissions le souhaiter. Permettez-moi de les énumérer.

Eloignement des nations corrompues, aversion pour les sectes, horreur de
l’idolâtrie, sympathie pour les blancs, pour les catholiques,
particulièrement pour les Robes-noires, dont le nom seul, dans leur
esprit, par suite de l’idée favorable que leur ont donné les Iroquois,
est synonyme de bon, de savant, de catholique. De plus, position
centrale, emplacement assez vaste pour plusieurs réductions, terrain
fertile et environné de hautes montagnes et d’une large barrière de
stérilité; indépendante de toute autre autorité que de celle de Dieu et
de ceux qui le représentent le plus immédiatement; point de tribut à
payer que celui de leurs prières; expérience déjà sentie des avantages
de la vie civilisée sur la vie sauvage; enfin conviction profonde et
tout à la fois persuasion bien douce que, sans la religion qui leur est
prêchée, on ne peut être heureux ni en cette vie ni en l’autre.

Tout cela supposé vrai (et personne de nous n’en doute), nous devons
conclure ensuite: que la meilleure fin que nous puissions nous proposer
est celle que nos Pères ont eue en vue au Paraguay, et que les meilleurs
moyens pour parvenir à cette fin sont ceux qu’ils ont employés; ces
moyens et cette fin ayant été approuvés par les autorités les plus
respectables, couronnés d’un succès éclatant, admirés même de nos
ennemis.

Etant tous d’accord sur ce principe, il ne doit plus être question que
de nous faire une idée nette de la fin que nos Pères du Paraguay se sont
proposée, c’est-à-dire de l’espèce de culture qu’ils ont cru devoir
donner à l’esprit et au cœur de leurs néophytes, et du degré de
perfection où ils ont cru possible de les amener avec le temps. Après
avoir fait une étude sérieuse de ce qui est rapporté dans la relation de
Muratorie, il nous a semblé que l’on pouvait se tenir aux points
suivants:

_A l’égard de Dieu_, foi simple, vive, ferme, éclairée pour tout ce qui
est de nécessité de moyen et de précepte.

* Profond respect pour la seule vraie religion et pour tout ce qui s’y
rapporte.

* Piété tendre et respectueuse envers la sainte Vierge et les autres
saints.

* Esprit de prosélytisme et * courage des martyrs.

_A l’égard du prochain_, * respect pour l’autorité, pour la vieillesse,
pour les parents.

* Justice, charité, générosité à l’égard de tous.

_A l’égard de soi-même_, humilité, modestie, discrétion, douceur, pureté
de mœurs, * amour du travail.

En insistant particulièrement sur les points marqués d’un astérisque.

1º Sur le profond respect pour la seule vraie religion, à cause des
sectes, qui maintenant, pour faire tomber le reproche que leur ont fait
autrefois Muratori, et de nos jours le célèbre Wiseman, font tous leurs
efforts pour avoir l’air d’être désintéressées et vraiment zélées dans
leurs prédications.

2º Sur l’esprit de prosélytisme, à cause des desseins que semble avoir
la Providence sur notre petit peuple. A sa grande cérémonie
d’avant-hier, nous avons vu réunis dans notre petite chapelle, faite de
branches et de paille, des représentants de vingt-cinq nations
différentes.

3º Sur le courage des martyrs, parce que sans ce courage, vu le
voisinage des Pieds-noirs, il leur est moralement impossible de ne pas
perdre soit la vie du corps, soit celle de l’âme.

4º Sur le respect de toute autorité légitime, afin de préserver leur
esprit de la contagion des malheureux principes qui désolent à présent
tant de nations prétendûment civilisées.

Enfin, sur l’amour du travail, parce que la paresse est le défaut
dominant de tous les sauvages et même celui des Têtes-plates; ou si ce
n’est pas la paresse proprement dite chez ces derniers, c’est du moins
une grande inaptitude au travail des mains, qu’il faut tâcher de faire
disparaître à force d’exercice et de patience.

Quant aux moyens, voici ceux auxquels nous croyons pouvoir nous arrêter:


                   MOYENS NÉGATIFS:

1º L’éloignement de toute funeste influence. Nous sommes ici éloignés,
non-seulement de la corruption du siècle, mais de tout ce que l’Evangile
appelle le monde; il s’agit de conserver ce précieux avantage, en
prenant les plus grandes précautions dans les rapports immédiats des
sauvages avec les blancs, même avec les ouvriers que nous n’avons que
pour la nécessité; parce que, bien qu’ils ne soient pas mauvais, ils
sont loin d’être aussi bons qu’il le faudrait pour servir de modèles à
des hommes qui ont assez d’humilité pour ne se croire bons qu’autant
qu’ils se rapprochent des blancs.

2º L’intelligence de la langue maternelle _seule_, en se bornant dans
des écoles (je parle pour l’avenir) à leur apprendre à lire et à écrire
dans leur langue, puis le calcul et le chant musical. Des exceptions à
cette règle ne pourraient avoir lieu qu’en faveur de ceux en qui l’on
verrait des dispositions extraordinaires, et qui feraient concevoir
l’espérance fondée de les voir devenir un jour des auxiliaires pour le
bien de la religion. Un enseignement qui irait plus loin me semblerait
fort préjudiciable à la simplicité de ces bons Indiens; simplicité, je
l’avoue, sur laquelle on pourrait greffer bien des erreurs, qu’il
faudrait même éclairer du flambeau des sciences humaines, si elle se
trouvait dans le voisinage des prétendues lumières, mais qui est la
source de toutes les vérités et de toutes les vertus, quand elle peut
n’être éclairée que du flambeau de la foi. C’est en quoi Laharpe
lui-même fait consister la perfection de notre ministère auprès des
sauvages, en parlant des apôtres de notre Compagnie:


   Eclairant par la foi l’ignorance sauvage.

            MOYENS POSITIFS:

1º Emplacement de la première réduction, plan du village, nature des
constructions, division de terre. Tous ces points ont été longtemps
pesés et discutés. Maintenant l’emplacement est définitivement arrêté;
je vous envoie ci-joint le plan du village. Les bâtisses que nous avons
jugées nécessaires ou utiles sont, comme dans les réductions du
Paraguay: une église de cent pieds de long sur cinquante de large, des
écoles, des ateliers, des magasins, des champs publics, etc.

2º Règlement concernant le culte, les exercices religieux, le chant, la
musique, les instructions et catéchismes, l’administration des
sacrements, les congrégations. Dans toutes ces dispositions, nous
tâcherons de nous conformer, autant que possible, à ce qui se faisait au
Paraguay.

Telles sont les résolutions que nous avons prises, en attendant qu’elles
soient approuvées, amendées ou modifiées par les bons conseils que nous
désirons tous recevoir de tous ceux qui ont à cœur l’avancement de
l’œuvre de Dieu, et qui par leur position ont grâce d’état pour nous
communiquer le véritable esprit de la Compagnie.

Me recommandant à vos saints sacrifices et prières, j’ai l’honneur
d’être, etc., etc.

P.J. DE SMET, S. J.

_P. S._ Noms de dix-huit nations sauvages et de sept nations civilisées,
dont les représentants assistaient avant hier à nos instructions:

Arikaras.
Chawanous.
Chippeways.
Cœurs-d’alène.
Corbeaux.
Grees.
Iroquois.
Kootenays.
Nez-percés.
Payots.
Pends-d’oreilles.
Pieds-noirs.
Ranax.
Sauks.
Serpents.
Spokanes.
Têtes-plates.
Yoots.

Allemands.
Américains des Etats-Unis.
Belges.
Canadiens.
Français.
Irlandais.
Italiens.



NEUVIÈME LETTRE

A UN PÈRE DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS


Sainte-Marie des Montagnes-Rocheuses, 28 décembre 1841.

Je viens de terminer un petit voyage jusqu’au fort Corville, sur le fort
Columble, à environ trois cent vingt milles de notre établissement.

Quoique la saison fût très-avancée, deux raisons me déterminèrent à
partir: d’abord la nécessité; il nous fallait des provisions pour
l’hiver, des semences pour le printemps, des outils pour les sauvages si
bien disposés au travail, des bœufs, des vaches, enfin tout ce qu’exige
le premier établissement d’une réduction. Le second motif était de
visiter les Pends-d’oreilles ou Calispels, qui, pour la plupart, se
tiennent pendant l’automne sur la _Rivière-à-Clarck_.

La veille de mon départ, je fis connaître mon projet aux Têtes-plates,
et leur demandai quelques chevaux de charge et une escorte en cas de
rencontre des Pieds-noirs. Ils m’amenèrent dix-sept chevaux et dix
jeunes guerriers. Ces dix braves, dont plusieurs avaient été criblés de
balles et de flèches dans différentes escarmouches, m’ont montré,
pendant tout le voyage, un dévouement, une docilité et une complaisance
au-dessus de tout éloge, s’efforçant de deviner et de prévenir jusqu’à
mes moindres besoins.

Nous nous mîmes en route dans l’après-dinée du 28 octobre, et fîmes
environ quatre milles en descendant la vallée de la _Racine-amère_. Le
premier jour nous ne rencontrâmes qu’un chasseur solitaire, chargé d’un
gros chevreuil dont il nous offrit généreusement la moitié. Le
lendemain, nous eûmes à supporter la neige qui tombait à gros flocons;
chemin faisant nous prîmes un écureuil d’une nouvelle espèce; il avait
la grandeur d’un rat ordinaire, les sourcils blancs, les oreilles
rondes, le dos et la queue d’un gris obscur mêlé de rouge. Nous
traversâmes un beau ruisseau, sans nom, le même que deux célèbres
navigateurs, Lewis et Clarck, avaient remonté en 1805 pour se rendre
dans le pays des Nez-percés ou Sapetans; je l’appelai le ruisseau de
_Saint-François de Borgia_. Six milles plus bas nous arrivâmes à
l’embouchure de la belle rivière de _Saint-Ignace_ que nous traversâmes
aussi. Elle entre dans la vallée de _Sainte-Marie_ ou de la
_Racine-amère_ par un beau défilé appelé communément par les montagnards
ou chasseurs canadiens, je ne sais trop pourquoi, _la porte de l’enfer_.
Ces messieurs ont habituellement les mots de diable et d’enfer à la
bouche, et je suis porté à croire qu’il ne faut pas chercher ailleurs la
raison de ces sortes d’appellations qu’on rencontre si souvent dans le
pays. Aussi j’ai examiné le _Passage-du-diable_, j’ai vogué sur la
_Course-de-Satan_, je me suis trouvé entre les dents du _Rateau de
l’abîme infernal_. Le _Rateau_ et la _Course_, sur le Missouri, méritent
réellement un nom qui exprime l’horreur, car l’un et l’autre sont des
écueils très-dangereux. Le lit du premier est une forêt entière d’arbres
et de chicots engloutis, qui ont leurs racines dans la vase, et contre
lesquels les flots poussés par un courant impétueux, font un fracas
épouvantable; le second, outre les mêmes difficultés, a de plus une
pente si rapide que le plus habile pilote ne l’aborde qu’en tremblant.
Deux fois le brave Iroquois qui conduisait mon canot, lors de mon
passage en cet endroit dangereux, s’écria: «Père, nous sommes perdus.»
Et moi: «Courage, Jean, confiance en Dieu; et nous sortîmes, sinon sans
peur, du moins sans accident.

Le soir du second jour, nous dressâmes notre loge sur le bord d’un petit
ruisseau, au pied de la montagne que nous avions à traverser le
lendemain. Trois familles de la tribu de _Stiet-Shoi_ ou _Cœur-d’alène_
s’y joignirent à nous, pour faire ensemble une partie du voyage. J’eus
le loisir de les entretenir longtemps sur des matières religieuses, et
leur trouvai un caractère doux, poli, affable, et les meilleures
dispositions pour la doctrine évangélique; avant de me quitter, ils me
prièrent avec instance de venir instruire leur peuplade. Pendant la
prière du soir, trois _Kalispels_ arrivèrent au même endroit, et
s’arrêtèrent tout court à la distance d’une centaine de pas, pour ne pas
nous troubler dans nos exercices de piété. Un de nos chasseurs nous
apporta un beau chevreuil, un autre deux faisans; ces derniers sont
très-nombreux ici, et se laissent souvent tuer à coups de pierres; leur
chair est blanche et très-délicate.

La vallée de _Sainte-Marie_ a une étendue de cent cinquante à deux cents
milles en longueur, sur quatre à sept milles de large; elle est bornée
des deux côtés par des amas de rochers entassés les uns sur les autres à
une hauteur considérable, presque inaccessible à cause des débris qui en
encombrent le pied, et couverts en plusieurs endroits d’une légère
couche de terre d’où s’élèvent jusqu’aux nues d’épaisses forêts de pins.
Ces forêts sont peuplées de toutes sortes d’animaux, particulièrement de
chevreuils, de biches, de grosses-cornes, de moutons d’une laine blanche
comme la neige et fine comme la soie, d’ours et de loups de toute
espèce, de panthères, de tigres, de chats-tigres et de chats sauvages,
de carcajoux, animal à pattes courtes, long d’environ quatre pieds et
d’une force extraordinaire; lorsqu’il a tué sa proie, chevreuil, cabri
on grosse-corne, il enlève une partie de la peau assez spacieuse pour y
passer la tête en forme de capuchon, et l’entraîne ainsi tout entière à
son antre. On y trouve aussi le siffleur, espèce de marmotte, et
l’original, qu’on ne parvient guère à tuer; il est si vigilant, qu’au
moindre bruit, par exemple, d’une branche qui se rompt, il cesse de
manger, regarde de tous côtés avec inquiétude, et ne recommence à paître
que long-*temps après.

Dans la vallée, la terre végétale est en général légère; elle offre
cependant de beaux pâturages. La rivière, dans presque toute son
étendue, est bien boisée, particulièrement de pins, de sapins, de
cotonniers, de bouleaux, d’aulnes et de saules. Parmi les oiseaux les
plus remarquables, on y distingue l’aigle-nonne, ainsi appelé par les
voyageurs à cause de sa couleur noire, excepté la tête qui est blanche;
l’aigle noir, l’oiseau puant, l’épervier, la poule et la caille.

Le 30, trois chevaux s’étant éloignés de la bande pendant qu’ils
paissaient librement la nuit (liberté dont il est rare qu’ils abusent),
nous ne pûmes continuer notre route qu’à onze heures du matin. Nous
escaladâmes bientôt une crevasse de rocher garnie de pins dont toutes
les branches étaient couvertes d’une mousse noire et fine, en forme de
festons ou de guirlandes de deuil; et nous grimpâmes ainsi l’espace
d’environ six milles, guidés par un petit sentier où à chaque instant
nous étions arrêtés par de gros blocs de pierre et des troncs d’arbres
placés comme à dessein pour en rendre le passage impraticable. Arrivés
enfin au sommet de la montagne, nous traversâmes une jolie petite plaine
appelée la prairie de _Kamath_; c’est là que les Têtes-plates viennent
chaque année au printemps déterrer la racine du même nom qui, avec la
viande sèche du buffle, fait leur principale nourriture à Sainte-Marie.
Nous descendîmes ensuite dans une belle prairie, d’environ dix milles
d’étendue, arrosée par deux ruisseaux, qui s’y unissent pour se jeter
plus loin dans la _Rivière-à-Clark_. Pendant qu’on dressait la loge pour
y passer la nuit, je vis un Pied-noir qui se cachait dans les environs;
je n’eus garde d’en parler à mes jeunes braves, qui n’auraient pas
manqué de l’attaquer; mais le soir je pris la précaution de faire faire
bonne garde autour des chevaux.

Le lendemain était un dimanche; je célébrai le saint sacrifice de la
Messe, et je baptisai trois petits enfants des Cœurs-d’alène qui
m’accompagnaient; le reste de la journée se passa en prières et en
instructions; Técousten, le chef de mon escorte, en fit deux à ses
camarades et parla avec beaucoup de force et de précision sur différents
points de la religion qu’il avait déjà entendu expliquer.

Le lundi, fête de la Toussaint, après avoir célébré le saint sacrifice,
je fis lever le camp, et nous nous rendîmes, par un défilé d’environ six
milles, au pied de la _Rivière-à-Clark_.

Nous y étions attendus par deux camps de _Kalispels_; avertis de notre
arrivée, hommes, femmes et enfants accoururent pour me donner la main,
avec toutes les démonstrations de la joie la plus sincère. Le chef du
premier camp s’appelait _Chalax_; je baptisai dans sa petite peuplade
vingt-quatre enfants et une jeune Kootenaise moribonde. Comme le pays
que nous avions à parcourir n’offrait que peu de ressources, il nous
procura six ballots de viande de buffle.

Le chef du second camp, nommé _Koytilpo_, avait trente loges sous ses
ordres; je résolus de passer la nuit avec eux. Je fus agréablement
surpris en les entendant réciter fort bien les prières que j’avais
enseignées aux Têtes-plates lors de ma première visite. Voici le mot de
l’énigme: ayant appris que je reviendrais aux montagnes l’année
suivante, ils envoyèrent chez les Têtes-plates un jeune homme
intelligent et doué d’une bonne mémoire, qui, en peu de temps, apprit
et retint les prières, les cantiques et les points essentiels au salut.
Rentré dans son village, il employa tout l’hiver à les enseigner à ses
compatriotes, et y réussit si bien, que je les trouvai parfaitement
instruits. La même ardeur s’était communiquée aux autres petits camps
avec le même succès. Ce fut une grande consolation pour moi de voir
faire le signe de la croix et d’entendre prier et chanter les louanges
de Dieu dans un désert de près de trois cent milles d’étendue, où jamais
prêtre catholique n’avait encore mis le pied. Ces bons Indiens étaient
au comble de la joie en apprenant que j’espérais bientôt pouvoir laisser
un Père au milieu d’eux. Ils avaient déjà fait un premier essai de la
vie civilisée en cultivant les patates; ils m’en offrirent plusieurs
plats; ce fut les premières que je vis depuis mon départ des Etats-Unis.
Leurs loges sont faites en nattes de jonc, comme celles des
Potowatomies, à l’est des Montagnes. Avant de se coucher, ils
assistèrent encore à des instructions que leur firent Técousten et un
autre chef. Quelle admirable leçon pour les Européens! Tous les soirs,
l’un des chefs fait une instruction ou donne quelques avis salutaires à
sa peuplade, et tous y assistent avec tant de respect, de modestie et de
recueillement, qu’à les voir on les prendrait plutôt pour des religieux
que pour des sauvages. Lorsque le chef finit, tous répondent _Koey!_ mot
qui correspond à notre _Amen_. Le lendemain, avant mon départ, je
baptisai vingt-sept de leurs petits enfants.

Dans la matinée, nous traversâmes une montagne et entrâmes dans la
grande plaine de _Kamath_. Les loups y sont très-nombreux et féroces; au
printemps dernier ils ont enlevé aux Kalispels et dévoré plus de
quarante chevaux. Une fontaine d’eau bouillante se trouve à peu de
distance du nord-est. Un défilé montagneux d’environ dix milles nous
conduisit de cette plaine dans la belle prairie aux chevaux. Là, quinze
loges de Kalispels nous reçurent avec les mêmes démonstrations d’amitié
que leurs compatriotes de la veille. Le chef, qui avait fait plusieurs
milles pour venir à ma rencontre, m’avoua franchement que des ministres
américains, qu’il avait rencontrés pendant l’été, lui avaient rendu ma
prière (religion) fort suspecte: «Mon cœur se trouve divisé,
ajouta-t-il, et j’ignore à quoi m’en tenir.» Je n’eus point de peine à
lui faire comprendre la différence entre ces messieurs et les prêtres,
et les motifs de leurs calomnies contre la véritable Eglise de
Jésus-Christ.

A l’entrée de la prairie aux chevaux se trouve un beau petit lac
d’environ six milles de circonférence, entouré de hautes montagnes. A
cause de la fête que célébrait l’Eglise en ce jour, je l’appelai _le lac
des Ames_.

Le 3 novembre, après avoir dit les prières de grand matin et donné une
instruction à tous les sauvages réunis, nous continuâmes notre marche
sur les bords de la _Rivière-à-Clark_, que nous devions côtoyer pendant
huit jours, nous fûmes une grande partie de la journée sur le penchant
d’une haute montagne, gravissant un rocher raboteux et brisé de quatre à
cinq cents pieds d’élévation. J’avais vu de bien mauvais passages, mais
aucun ne m’avait encore paru si dangereux; le monter à cheval était
impossible; à pied j’allais m’épuiser de fatigue avant d’être au bout.
Je me rappelai que nous avions à notre suite une vieille mule assez
prudente et pas trop vicieuse; je m’attachai à sa queue et tins ferme;
au moyen de quelques cris et coups de fouet, la bonne bête me traîna
fort patiemment jusqu’au sommet. Là nous jouîmes un instant du plus beau
coup d’œil qu’on puisse s’imaginer: au bas, la rivière et ses environs;
au-dessus de nos têtes des rochers s’élevant graduellement en
amphithéâtre; en face, dans le lointain, des montagnes à perte de vue
couvertes de pins jusqu’aux sommets. En descendant je changeai de
position, je m’accrochai à la bride de ma mule, qui, continuant sa route
pas à pas, me déposa sain et sauf au pied du _mauvais rocher_ (c’est le
nom que lui donnent les sauvages).

La Rivière-à-Clarck passe ici entre deux hautes montagnes escarpées.
Cette belle rivière présente successivement toutes les phases capables
d’enchanter le voyageur; tantôt ses eaux coulent majestueusement avec un
doux murmure entre deux rives ombragées d’arbres de toute espèce; tantôt
elle s’élargit dans un lit plus spacieux, et se transforme en une
surface large, calme, unie et resplendissante comme un cristal. Bientôt
des rochers la rétrécissent ou l’interceptent; alors elle s’élance en
courants impétueux où l’eau s’échappe, comme un éclair, en chutes et en
cascades et le mugissement des ondes imite le fracas des tourbillons que
la tempête excite dans la forêt. En un mot, rien de plus varié que son
cours, rien de plus pittoresque que ses rives. J’y ai surtout remarqué
les différentes espèces de tamarins et de lichnis, plante médicinale
dont parle Charlevoix dans son _Histoire du Canada_.

Nous ne rencontrâmes ce jour qu’une seule famille de Kalispels. Tandis
que les vieilles femmes montaient la rivière dans leur léger canot
d’écorces d’épinettes, qui portaient en même temps leurs petits enfants
et tout leur ménage, les hommes marchaient à pied, le long de la rive,
armés d’arcs et de fusils pour la chasse du gibier. Dans tous les petits
prés ou marécages que nous traversâmes, nous vîmes un grand nombre de
chevaux que les sauvages y laissent sans gardiens souvent pendant
plusieurs mois; c’est ce qu’ils appellent _mettre les chevaux en cage_;
en effet, il est rare qu’ils s’en éloignent à une grande distance.

Nous entrâmes, le 4, dans une forêt de cèdres et de pins, si épaisse,
que dans presque toute son étendue nous pouvions à peine voir à la
distance de vingt verges. Nos bêtes de somme souffrirent beaucoup du
manque d’herbe pendant les trois jours que nous mîmes à la traverser.
C’était un véritable labyrinthe; du matin au soir on n’y faisait que
tourner dans tous les sens pour éviter les milliers d’arbres que les
feux, les tempêtes ou l’âge avaient abattus. Enfin nous en sortîmes, et
nos yeux purent s’étendre sur toute la surface du grand lac des
_Kalispels_ ou _Pends-d’oreilles_, sur ses îlots boisés de pins, sur ses
haies, sur les collines qui, partant de ses bords s’élèvent par
terrasses ou couches graduelles jusqu’à ce qu’elles se perdent dans les
hautes montagnes couvertes de neige. Le lac a environ trente milles en
longueur, et quatre à sept en largeur.

Un autre spectacle plus magnifique encore, nous avait frappés avant
d’arriver au lac. La partie de la forêt qui l’avoisine est dans son
genre une véritable merveille; les sauvages disent que c’est la plus
belle de l’Orégon. Il serait, en effet, difficile de trouver ailleurs
des arbres aux proportions plus gigantesques. Du milieu des bouleaux,
des aulnes et des hêtres, qui n’y ont pas moins de deux brasses de
circonférence, le cèdre dresse sa tête altière et les surpasse tous en
grandeur. J’en ai mesuré un qui avait quarante-deux pieds de périmètre;
un autre, qui se trouvait à terre, offrait deux cents pieds de long, sur
quatre brasses de grosseur. Les branches de ces colosses s’entrelacent
au-dessus des hêtres et des bouleaux, et leur beau feuillage forment une
voûte si touffue que les rayons du soleil ne pénètrent jamais à leur
base tapissée de lychnis et d’autres plantes vertes; à voir sous ce dôme
toujours vert les troncs s’élancer par milliers comme autant de colonnes
majestueuses, on dirait un temple immense élevé par la nature à la
gloire de son Auteur.

Nous entrâmes sous ce dôme magnifique, épuisés de fatigue; pendant une
demi-journée nous avions escaladé dans la forêt les flancs d’une haute
montagne par un sentier si affreux, que plusieurs fois je crus toucher à
ma dernière heure. Une fois surtout, je m’étais écarté de mon escorte,
et me trouvais seul sur une de ces projections de rochers, si fréquentes
sur les Montagnes Rocheuses que je n’y faisais pas attention. Quels
furent ma surprise et mon effroi, lorsque je me vis sur une pointe de
deux pieds de large seulement, ayant en face un abîme, à ma gauche un
rocher perpendiculaire, à ma droite un précipice d’environ mille pieds!
mon unique ressource était un parapet un peu plus large, à trois pieds
verticalement au-dessous de moi; mais il fallait y descendre d’un saut;
ma mule s’arrêtait devant la descente, et le plus léger caprice de la
bête pouvait nous précipiter dans l’abîme. N’ayant pas de temps à
perdre, je me recommandai à Dieu et donnai de l’éperon; le saut de ma
bête fut heureux, et je me trouvai hors de danger. Ces récits trouveront
peut-être des incrédules? Eh bien! dites-leur que je les invite à venir
partager mes travaux; je leur promets d’avance qu’il admireront avec moi
les merveilles de la nature et qu’ils auront comme moi leurs moments
d’admiration et de crainte.

Je ne puis passer sous silence la bonne rencontre que je fis dans la
forêt. Me trouvant sur le penchant d’une haute colline, je découvris une
petite loge de joncs placée sur le bord de la rivière. J’appelai quelque
temps, mais point de réponse. Je me sentis comme entraîné à la visiter
et me fis accompagner par mon interprète. Nous y trouvâmes une vieille
femme, seule, aveugle et bien malade. Je lui parlai du Grand-Esprit et
des vérités les plus essentielles au salut. L’exemple de l’apôtre saint
Philippe nous apprend qu’il est des circonstances où toutes les
dispositions requises peuvent se trouver implicitement dans un acte de
foi et dans un désir sincère de ne vouloir entrer au ciel que par la
bonne porte. Toutes les réponses de la pauvre vieille exprimaient le
désir de connaître et d’aimer Dieu. «Oui, me disait-elle, j’aime Dieu de
tout mon cœur; il m’a fait tant de grâces pendant ma vie! Oui, je veux
être son enfant et me réunir à lui pour toujours.» Aussitôt elle se mit
à genoux et me demanda le baptême. Je la nommai Marie, et lui mis au cou
une médaille miraculeuse de la sainte Vierge. En la quittant, je
l’entendis encore remercier Dieu de cette heureuse rencontre.

A peine avais-je regagné mon petit sentier, que je rencontrai le mari
de la vieille, courbé sous le poids de l’âge et des infirmités, il
pouvait à peine se traîner. Il venait de tendre un piége aux chevreuils
dans la forêt, lorsqu’informé de mon approche par mes gens, il hâta le
pas, et d’aussi loin qu’il m’aperçut, il se mit à crier d’une voix
tremblante: «O que j’ai le cœur content!» et le bon vieillard me serra
affectueusement la main, répétant toujours les mêmes paroles. Les larmes
m’échappaient en voyant l’affection de ce brave homme, et je fus
quelques minutes sans pouvoir lui parler. Enfin je lui annonçai que je
sortais à l’instant même de sa loge, et que j’avais baptisé sa femme.
«J’ai appris, me répondit-il, votre arrivée aux Montagnes l’année
dernière; j’ai su que vous y avez baptisé beaucoup de nos gens. Je suis
pauvre et vieux, je n’espérais pas avoir le bonheur de vous voir,
Robe-noire, rendez-moi aussi heureux que ma femme; moi aussi je veux
appartenir à Dieu, et nous l’aimerons toujours.» Je le conduisis au bord
d’un torrent tout proche et lui donnai le baptême avec le nom de Simon.
En me voyant partir, le bon vieillard ne cessait de crier et de répéter:
«Oh! que Dieu est bon! je vous remercie, Robe-noire, du bonheur que vous
m’avez procuré! J’ai le cœur si content! Oui, j’aimerai toujours Dieu!
Oh! que Dieu est bon! que Dieu est bon!»

Ces petites rencontres sont nos consolations. Je n’aurais voulu changer
en ce moment ma situation pour aucune autre sur la terre. J’ai la ferme
conviction qu’une telle rencontre vaut seule un voyage aux Montagnes.
Ah! bons et chers Pères d’Europe, je vous en conjure au nom de
Jésus-Christ le Sauveur du monde, ne balancez pas de venir dans cette
vigne; la moisson y est mûre et abondante. Le Seigneur ne nous dit-il
pas: _Ignem veni mittere in terram, et quid volo nisi ut accendatur?_
C’est parmi les pauvres sauvages de ces montagnes isolées que le feu de
la grâce divine s’allume partout. Parlez-leur des choses du ciel,
aussitôt leurs cœurs s’embrasent de l’amour divin, et ils mettent la
main à l’œuvre. Nuit et jour ils sont à nos côtés, insatiables du pain
de la parole de vie. Combien de fois les ai-je entendus s’écrier: «Ce
sont nos péchés sans doute qui nous ont rendus si longtemps indignes de
connaître ces paroles consolantes.» J’ajouterai qu’il n’y a pas de
sauvages au monde plus avides de connaître la voie du salut et chez qui
il y ait si peu d’empêchements à l’introduction de l’Evangile. Ils n’ont
ni idoles ni sacrifices; il ne reste plus parmi eux aucun vestige de
superstition; ils n’ont aucune distinction de caste, et le voisinage des
blancs avec le cortége de vices qui l’accompagnent, ne s’y fait pas
encore sentir.

Sans doute qu’on rencontre des désagréments et des peines; mais
doivent-elles arrêter le zèle d’un missionnaire? Le désert à traverser
est immense et monotone, mais on en voit la fin et on s’y prépare à
l’apostolat; les bêtes féroces le remplissent, mais elles fuient à
l’approche de l’homme. Si quelquefois on y est condamné à un jeûne d’un
ou deux jours, ce qui arrive, on en gagne meilleur appétit pour les
jours suivants; si une nuit orageuse ou les hurlements d’un loup vous
empêchent de serrer l’œil, on en dort mieux la nuit suivante; si la
route qu’on se fraie, les sauvages ennemis qu’on rencontre, mettent la
vie en danger, ces contre-temps nous apprennent à ne mettre notre
confiance qu’en Dieu, à bien prier, à tenir nos comptes toujours en
règle, et à la crainte d’un instant succèdent une joie et une
reconnaissance durables.

Je dois avouer que je ne sais pas encore ce que c’est que de souffrir
des privations pour le doux nom de Jésus. Au contraire, je rencontre ici
partout l’heureuse application du texte si consolant de l’Evangile:
_Jugum meum suave est, et onus meum leve._ On trouvera au dernier jour
que le nom du Sauveur a fait des merveilles parmi ces pauvres peuples,
car l’empressement pour venir entendre sa sainte parole y tient du
prodige. De tous côtés ils accourent d’une grande distance sur mon
passage, m’offrant avec empressement tous leurs petits enfants à
baptiser. Plusieurs m’ont suivi des journées entières uniquement pour
assister aux instructions. Partout les personnes âgées demandent la
régénération avec instance. Ah! vraiment les entrailles se dessèchent à
la vue de tant d’âmes exposées à périr faute de secours. C’est ici qu’on
doit s’écrier avec l’Evangéliste: _Messis quidem multa, operarii verò
pauci._ Où est le Père de la Compagnie dont le cœur ne s’enflamme en
entendant ces nouvelles? où est le chrétien qui refuserait son obole
pour coopérer à une œuvre comme celle de la _Propagation de la Foi_;
l’œuvre la plus catholique et la plus glorieuse de notre siècle,
puisqu’elle procure le salut de tant de milliers d’âmes qui, sans son
secours, resteraient ensevelies dans les ombres de la mort?

Pour ne pas revenir trop souvent sur les mêmes points, je dirai ici que
pendant ce voyage de quarante-deux jours, j’ai baptisé cent
quatre-vingt-dix personnes, dont vingt-six adultes vieux ou malades, et
j’ai prêché à plus de deux mille Indiens, venus exprès des différentes
parties de ces montagnes pour entendre la parole de Dieu. J’ose espérer
que, conduits par une grâce et une providence si visibles, ils ne
tarderont pas à se ranger tous sous l’étendard de leur divin Chef
Notre-Seigneur Jésus-Christ.

J’ai trouvé parmi ces Indiens plusieurs petits enfants baptisés par le
révérend et zélé M. de Mers, prêtre canadien, qui demeure à Wallamette,
non loin de l’océan Pacifique, et qui a fait plusieurs excursions
jusqu’au fort Colville.

Nous passâmes le dimanche 7 novembre en pratiques de dévotion auprès de
trois familles de Kalispels, sur le bord du lac de ce nom, où nous
étions arrivés la veille, comme je l’ai dit plus haut. Deux chaloupes
chargées de marchandises et conduites par huit métis engagés à la
Compagnie de la baie d’Hudson, y arrivèrent à temps pour assister aux
offices divins. Parmi eux se trouvait Charles, interprète tête-plate qui
m’avait rendu, l’année dernière, de si grands services. Je rendis grâces
à Dieu de cette heureuse rencontre; il était en route pour venir me
rejoindre encore cette année. Je dois cet excellent interprète au digne
et respectable gouverneur de l’honorable Compagnie de la baie d’Hudson,
M. Mac Lauchlin, au service duquel Charles était engagé.

Il nous fallut trois jours pour nous rendre à la _traverse des
Kalispels_. Le long de la rivière, nous rencontrâmes, de distance en
distance, un grand nombre de petits camps sauvages de quatre à six
loges. Ces pauvres gens sont obligés de s’éparpiller en hiver pour
trouver de quoi vivre par la pêche et par la chasse. Dans une pauvre
petite hutte de jonc, je trouvai cinq vieillards presque octogénaires,
dont trois aveugles et deux borgnes. C’était une image frappante de la
misère humaine. Je leur parlai longtemps des moyens de salut et du
bonheur de la vie future; leurs réponses édifiantes m’attendrirent
jusqu’aux larmes: «O Dieu, disaient-ils, quel bonheur nous vient dans
nos vieux jours! Nous vous aimerons, ô notre Dieu! oui, nous vous
aimerons jusqu’à la mort.» Dès qu’ils eurent compris la nécessité du
baptême, ils se jetèrent à genoux pour le recevoir. Je n’ai encore
jamais rencontré parmi ces gens, je ne dirai pas de l’opposition, mais
pas même la moindre marque de froideur ou d’indifférence.

La _traverse des Pends-d’oreilles_ offre un bel emplacement pour une
réduction. La prairie est grande et fertile, le bois ne manquera jamais,
la rivière est très-poissonneuse. Au fond de la prairie est un petit lac
ou marais d’environ six milles de circonférence, véritable rendez-vous
de toute espèce d’oiseaux aquatiques. On y serait à proximité d’un grand
nombre de tribus sauvages; les _Cœurs-d’alène_, les _Spoknanes_, les
_Chaudières_, les _Simpoils_, les _Kooteneys_, les _Gens-du-Lac_, les
_Nez-percés_, et plusieurs autres, ne sont guère qu’à deux ou trois
journées de marche de là. Enfin le Fort Colville n’en étant qu’à une
forte journée, on aurait la plus grande facilité de s’y pourvoir de
vivres, d’outils et d’objets d’habillement.

Le 13, nous mîmes huit heures à traverser une haute montagne couverte
de neige. Le soir, à peine étions-nous campés sur un petit ruisseau qui
se jette dans le fleuve Columbie, que nous reçûmes la visite de
plusieurs Kalispels. Je fus agréablement surpris de la permission que
l’un d’eux me demanda: «J’arrive de la chasse, me dit-il, où j’ai tué un
chevreuil; il est maintenant trop tard pour aller le chercher, et demain
c’est le jour du Grand-Esprit (dimanche); me permettriez-vous,
Robe-noire, de l’emporter chez moi demain, car mes petits enfants sont à
jeun?» Leçon admirable pour les chrétiens d’Europe! Ce sauvage n’avait
vu un prêtre qu’une seule fois en sa vie! Un autre me fit présent d’une
oie qu’il avait tuée; un troisième me présenta un petit panier rempli de
Kamath. Je passai le dimanche avec eux à leur grande satisfaction.

Le lendemain, dans l’après-dînée, nous nous rendîmes au fort. Nous y
passâmes trois jours pour arranger nos selles et emballer nos vivres et
nos semences. Partout où l’on rencontre les Messieurs de la Compagnie de
la baie d’Hudson, on est sûr d’un bon accueil; ils ne s’arrêtent pas
seulement aux démonstrations de la politesse et de l’affabilité, ils
préviennent vos désirs pour vous rendre service. Dans cette
circonstance, le commandant du fort, M. Macdonald, Ecossais de nation,
alla si loin, qu’il fit préparer par sa dame et mettre à mon insu parmi
nos provisions toutes sortes de petites douceurs, telles que sucre,
café, thé, chocolat, beurre, biscuits, farines, volailles, jambons et
chandelles. Outre les instructions que j’adressai pendant la messe aux
Canadiens engagés au service du fort, j’eus plusieurs conférences avec
le chef des _Shuyelpi_ ou _Chaudières_, homme intelligent, qui m’invita
à venir évangéliser sa nation.

Nous quittâmes le fort le 18. Il ne se passa rien de bien remarquable
pendant notre retour, si ce n’est un fait que je veux raconter pour
l’instruction de ceux qui pourraient faire la même route que nous; il ne
prouve que trop combien il est utile d’être quelquefois méfiant, et que
partout on retrouve des enfants d’Eve. Nous avions laissé à la traverse
des _Pends-d’oreilles_ cinq ballots de viandes sèches; à notre retour,
n’en trouvant plus que deux, je demandai au chef ce que les autres
étaient devenus: «J’ai honte, _Robe-noire_, me répondit-il, j’ai peur de
vous parler. Vous savez que j’étais absent lorsque vous avez mis vos
ballots dans ma loge. Ma femme les a ouverts pour voir si la viande
n’était pas moisie; les dépouilles (c’est-à-dire la graisse) lui
parurent si belles et si bonnes qu’elle en goûta! Quand je rentrai, elle
m’en offrit ainsi qu’à mes enfants; le bruit s’en répandit dans le
village, les voisins sont venus, et nous en avons mangé tous ensemble.»
Deux ou trois jours plus tard, nous n’aurions plus rien retrouvé du
tout. Si ce brave homme avait voulu imiter l’histoire de nos premiers
parents, il n’aurait pu mieux jouer son rôle. Cette aventure me fournit
l’occasion de les instruire de cette première prévarication et de ses
tristes suites. Le chef prit ensuite la parole, et après avoir bien
grondé sa femme, il protesta au nom de tous que cela n’arriverait plus à
l’avenir. Ces pauvres gens tâchèrent de nous dédommager de leur mieux,
et nous offrirent deux sacs de racines sauvages et un panier remplis de
pâtés de mousse de pin aussi durs que la colle forte. La nécessité nous
força d’accepter ces pâtés de nouvelle espèce; on les prépare en les
mettant dans de l’eau bouillante; ils forment alors une soupe épaisse et
élastique qui a l’apparence et le goût du savon, et qui, assaisonnée
d’une bonne faim et d’une grande disette d’autre nourriture, se laisse
manger.

Le 1ᵉʳ décembre, je me retrouvai dans la prairie aux Chevaux, au milieu
des _Kalispels_, qui s’y étaient rendus des différentes parties des
montagnes pour me voir à mon retour. Je restai trois jours avec eux, les
instruisant et les exhortant du matin au soir. Mes dix jeunes
_Têtes-plates_ se chargèrent tous des fonctions de catéchistes, et ils
mirent un zèle qui ne pu être égalé que par l’assiduité, l’attention et
le désir d’apprendre des sauvages qui les écoutaient. Le 3, fête de
saint François Xavier, j’y baptisai soixante personnes, dont treize
adultes. La nuit précédente avait été très-orageuse, l’enfer s’était
comme déchaîné contre nous. Un terrible coup de vent emporta ma loge et
la jeta entre les branches d’un gros pin. Ne pouvant la replacer, je me
trouvai exposé pour le reste de la nuit aux grêles, à la neige et à la
pluie; mais comme tout mal a son remède, j’en trouvai un sous un épais
manteau de peau de buffle, où je passai assez agréablement le temps qui
me restait à dormir.

Le 8, nous étions de retour dans notre petit établissement de
Sainte-Marie, au milieu des salves et des acclamations de nos bons
sauvages accourus à notre rencontre.



DIXIÈME LETTRE

À UN PÈRE DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS


Sainte-Marie des Montagnes Rocheuses, 30 décembre 1841.

Dans ma lettre d’avant-hier, je vous ai raconté les détails de mon
voyage au fort Colville; aujourd’hui je vous donnerai les remarques que
j’ai faites, et les observations que j’ai pu recueillir dans ce voyage
sur les coutumes et les pratiques des Indiens.

Un jour, causant avec sept des _Têtes-plates_ de mon escorte, je leur
demandai combien de buffles ils avaient tués entre eux dans leur
dernière chasse. La réponse fut cent quatre-vingt-neuf; un seul en avait
tué cinquante-neuf pour sa part. Les jeunes gens cherchent à se faire
une réputation d’habiles chasseurs par des traits d’agilité, de
dextérité et de force. L’un des sept s’était distingué parmi tous ses
camarades par trois coups bien remarquables; armé seulement d’une
pierre, il avait tué une vache à la course en la frappant entre les deux
cornes; il continua sa promenade à pied et en tua une seconde à coups de
couteau; enfin il s’empara d’un gros bœuf, l’étreignit et l’étrangla;
aussi avait-il tout l’extérieur d’un véritable hercule. Ils eurent
ensuite la complaisance de me montrer, à ma demande (car ils ne sont pas
vanteurs), les cicatrices des blessures que leur avaient faites les
balles et les flèches des _Pieds-noirs_. L’un avait eu la cuisse percée
de part en part de quatre balles; il ne lui en restait qu’un peu de
raideur dans la jambe, mais si peu qu’à peine pouvait-on s’en
apercevoir. Un autre me montra le bras et la poitrine percés d’une
balle. Un troisième, outre quelques coups de couteaux et de lances,
avait reçu dans le ventre, à cinq pouces de profondeur, une flèche armée
d’une pointe de fer. Un quatrième avait encore deux balles dans le
corps. Un cinquième était boiteux; la balle d’un _Pied-noir_ caché dans
un trou lui avait cassé la jambe: croiriez-vous que le blessé, sautant
sur l’autre jambe, fondit sur son ennemi, et que le trou devint la tombe
de l’agresseur? J’exprimai le désir de connaître les remèdes dont ils se
servent en pareilles circonstances. Surpris de ma demande, ils me
répondirent en riant: «Nous n’y mettons rien, les plaies guérissent
d’elles-mêmes.» Ceci me rappelle la réponse que me fit l’année dernière
le capitaine Bridger. Il avait eu, pendant quatre ans, deux armures de
flèches dans le corps. Interrogé si les blessures avaient longtemps
suppuré, il me répondit comiquement: «Dans les montagnes, la viande ne
se gâte pas.»

Les habitants des bords de la Rivière-à-Clark sont d’une stature
moyenne. Les femmes y sont d’une malpropreté extraordinaire, même parmi
les sauvages; leurs jupes de peau, dégoûtantes à voir, leur restent sur
le corps jusqu’à ce qu’elles tombent entièrement en lambeaux; à chaque
instant elles s’essuient les mains à leur longue chevelure, qui,
toujours en désordre, ressemble parfaitement à une brosse remplie de
toiles d’araignées. Tous les matins, elles se frottent le visage d’une
poudre mêlée de rouge et de brun, qu’elles y font tenir au moyen d’une
couche d’huile de poisson. Quoiqu’elles paraissent moins esclaves ici
qu’à l’est des montagnes, elles sont pourtant chargées des ouvrages les
plus pénibles. Ce sont elles qui cherchent l’eau et le bois, portent les
effets dans le déménagement, pagayent le canot, nettoient le poisson
lorsqu’on veut s’en donner la peine, car j’ai été dans des loges où j’ai
vu le poisson sur les braises tel qu’il était sorti de la rivière. Elles
préparent à manger à leurs maris, cueillent les racines et les fruits
dans la saison, font des nattes de joncs, des paniers et des chapeaux
sans bords, espèces _d’omnibus_ comme je l’ai dit dans le récit de mon
premier voyage. Une remarque assez singulière, c’est que les hommes y
manient l’aiguille et l’alène plus souvent que les femmes. Au temps de
la pêche et de la chasse, ils sont très-actifs à se livrer à ces deux
occupations.

L’ophtalmie paraît généralement répandue parmi les habitants de la
rivière; on n’entre guère dans une loge sans y voir des borgnes, des
aveugles, ou du moins des gens affectés du mal d’yeux. Quelle en est la
cause? Peut-être leur assiduité sur l’eau, où ils sont exposés du matin
au soir à la réflexion des rayons du soleil; peut-être aussi
l’incommodité de leurs basses loges de joncs, où tous se tapissent
autour du feu, jour et nuit enveloppés d’une épaisse fumée.

On trouve ici des charlatans aussi bien qu’en Europe. Un ancien commis
de la Compagnie de la baie d’Hudson a bien voulu me communiquer son
journal; voici ce que j’y trouve au sujet de ces messieurs, qui exercent
surtout leur métier au bas du fleuve Columbie et dans les environs.
Quelle que soit leur maladie, on étend le patient sur le dos, ses amis
se forment en cercle autour de lui, et tiennent d’une main un assez
long bâton, et de l’autre un bâton plus court. Le jongleur entonne un
air lugubre, et tout le monde le répète après lui en battant la mesure
avec les bâtons. Après ce bizarre prélude, il s’approche du malade, se
met à genoux devant lui, serre les deux poings et les lui applique sur
l’estomac en s’appuyant de toutes ses forces. Comme on s’y attend, cette
opération fait jeter les hauts cris au patient; mais ces cris sont
bientôt étouffés par ceux du docteur et des assistants, qui se mettent
alors à chanter à plein gosier. A la fin de chaque couplet, le médecin
joint les deux mains, les approche de ses lèvres et souffle sur le
malade. Cette opération se répète jusqu’à ce que, par un tour de sa
façon, il lui fait sortir de la bouche une petite pierre blanche ou la
griffe d’un oiseau ou de quelque autre animal. Aussitôt il se lève, va
d’un air de triomphe montrer sa trouvaille à ceux qui s’intéressent à la
santé du sauvage, et les assure de son prochain rétablissement. Au
reste, qu’il meure ou qu’il se rétablisse, peu importe, l’essentiel pour
le charlatan est toujours, ici comme ailleurs, de se faire bien payer,
et il n’y manque pas.

Leurs idées religieuses ne sont pas moins extravagantes et curieuses.
Voici ce que croient les _Tchinouks_, ou du moins ce qu’ils croyaient
avant d’être mieux instruits. Selon eux les hommes furent créés par une
divinité qu’ils nomment _Etala-*passe_, mais dans un état
très-imparfait; leur bouche et leurs yeux étaient fermés, leurs mains et
leurs pieds immobiles; en un mot, c’étaient plutôt des masses vivantes
de chair que de véritables hommes. Une seconde divinité qu’ils appellent
_Ecanuum_, moins puissante mais plus bénigne que la première, vit les
hommes dans cet état d’imperfection et en eut pitié; elle leur ouvrit la
bouche et les yeux avec une pierre aiguë, et donna l’agilité à leurs
pieds et à leurs mains. Cette divinité compatissante ne se contenta pas
de ces premiers bienfaits; elle enseigna aux hommes à faire des
pirogues, des pagayes, des filets, en un mot, tous les ustensiles dont
ils se servent pour la pêche, et précipita dans la rivière des rochers
pour arrêter les poissons, afin qu’ils pussent en prendre autant qu’il
leur en faudrait.

Les cérémonies d’enterrement parmi les _Talkotins_, qui habitent la
nouvelle Calédonie à l’ouest des montagnes, sont bizarres et
révoltantes. Le corps du défunt est exposé devant sa loge pendant neuf
jours; le dixième, tous les parents et voisins se réunissent dans un
endroit élevé; on y place le cadavre sur un bûcher, et l’on y met le
feu, au milieu des manifestations de joie des spectateurs. Tout ce que
le défunt possédait est placé autour du corps; si c’est un personnage de
distinction, ses amis y ajoutent un habillement neuf et complet.
Cependant le médecin a recours une dernière fois à tous les sortiléges
en usage pour rappeler le défunt à la vie; voyant qu’il ne peut réussir,
il étend sur le cadavre une couverture de peau, cérémonie dont le but et
l’effet est d’apaiser les parents irrités du mauvais succès de sa cure.
Pendant les neuf jours que le cadavre reste exposé, la veuve du défunt
est obligée de se tenir auprès, depuis le lever jusqu’au coucher du
soleil, quelque temps qu’il fasse, fût-on au plus fort de l’été ou de
l’hiver. Sur le bûcher, on l’étend à côté du cadavre; elle y reste
jusqu’à ce qu’il plaise au charlatan de la faire retirer, c’est-à-dire
jusqu’à ce que de la tête aux pieds elle soit couverte de brûlures.
Alors on la force à recueillir avec ses mains du milieu des flammes la
graisse qui s’écoule du cadavre, et à s’en frotter le visage et tout le
corps. Lorsque les nerfs des jambes et des bras commencent à se
contracter, la malheureuse doit retourner sur le bûcher et redresser ses
membres. Si la femme a été infidèle à son mari ou négligente à pourvoir
à ses besoins, les parents du défunt la jettent sur le bûcher en
flammes; les siens l’en retirent, les autres l’y jettent de nouveau;
elle est ainsi ballottée jusqu’à ce qu’elle tombe dans un état
d’insensibilité complète.

Lorsque le corps est brûlé, la veuve doit ramasser les plus grands os,
les envelopper dans une écorce de bouleau et les porter au cou pendant
plusieurs années. Dans cet état, on la considère comme esclave; les
travaux les plus pénibles deviennent son partage; elle est la servante
de toutes les femmes, même des enfants, et la moindre désobéissance de
sa part lui attire un châtiment sévère. Les cendres de son mari étant
mises en terre, elle est obligée de surveiller l’endroit et d’en ôter
les herbes. Souvent les malheureuses veuves se suicident pour éviter
tant de cruautés. Au bout de trois ou quatre ans, les parents se
concertent pour la relever de son deuil. Ils préparent un grand festin
et y invitent tout le voisinage. On introduit la veuve, portant encore
les ossements de son mari; on les lui ôte pour les renfermer dans un
cercueil qu’on attache à l’extrémité d’un poteau d’environ douze pieds.
Les convives célèbrent son veuvage par les plus grands éloges; l’un
d’eux lui verse sur la tête un vase plein d’huile, un autre la couvre de
duvet. Cette dernière cérémonie lui donne le droit de se remarier; mais
comme on peut facilement se l’imaginer, le nombre de celles qui se
hasardent une seconde fois est très-petit.

Lorsque je parle en général du caractère et des coutumes des sauvages,
j’excepte toujours l’Indien qui habite la frontière de l’homme civilisé,
et qui, par le commerce avec ce dernier, est généralement un être
abruti. C’est une triste vérité reconnue en Amérique, que là où les
blancs sans principes pénètrent avec les boissons enivrantes, bientôt
les vices les plus dégradants y règnent.

Le sauvage est circonspect et discret dans ses paroles et dans ses
actions: rarement il s’emporte. S’il s’agit des ennemis héréditaires de
sa nation, alors il ne respire que haine et vengeance; mais on peut lui
appliquer ce qu’un auteur espagnol a dit des Maures: «Que l’Indien ne se
venge pas parce que sa colère dure encore, mais parce que sa vengeance
seule peut distraire sa pensée du poids d’infamie dont il est accablé;
il se venge, parce que, à ses yeux, il n’y a qu’une âme basse qui puisse
pardonner les affronts; il nourrit sa rancune, parce que, s’il la
sentait s’éteindre, il croirait avoir dégénéré.» Dans toute autre
occasion, il est froid et délibéré, étouffant avec soin la moindre
agitation. Découvre-t-il, par exemple, que son ami est en danger d’être
tué par quelque ennemi aux aguets, on ne le verra pas accourir
précipitamment pour le lui annoncer, comme s’il était dominé par le
sentiment de la crainte; il lui dira paisiblement: «Mon frère, où vas-tu
aujourd’hui?» Sur sa réponse, il ajoutera avec le même air
d’indifférence: «Une bête féroce se trouve cachée sur ta route.» Cette
allusion suffit, et son ami évite le danger avec autant de soin que s’il
avait connu tous les détails relatifs au piége qu’on lui tendait. Si la
chasse d’un sauvage a été infructueuse pendant plusieurs jours, et que
la faim le dévore, il ne le fera pas connaître aux autres par son
impatience ou son mécontentement; mais il fumera son calumet comme si
tout lui eût réussi à son gré; agir autrement serait manquer de courage
et s’exposer à être flétri par le sobriquet le plus injurieux que puisse
recevoir le sauvage, celui de _vieille femme_.

Dites à un sauvage que ses enfants se sont signalés dans les combats,
qu’ils ont enlevé des chevelures, qu’ils emmènent des prisonniers et des
chevaux, le père ne montre aucune émotion de joie, et se borne à
répondre: «Ils ont bien fait.» Si, au contraire, on lui apprend que ses
enfants sont morts ou prisonniers, il se contente de dire: «C’est
malheureux.» Pour les circonstances de l’événement, il ne s’en informera
que quelques jours après.

L’Indien montre une sagacité étonnante, et apprend avec la plus grande
facilité tout ce qui exige l’application de l’esprit. L’expérience et
l’observation lui donnent des connaissances que n’a pas l’homme
civilisé. C’est ainsi qu’il traversera une forêt ou une plaine de deux
cents milles, avec autant de précision qu’un nautonier guidé par sa
boussole sillonne l’Océan, sans jamais dévier en rien de la ligne
droite. Avec la même justesse, et à quelque heure que ce soit, il vous
indiquera le soleil, n’importe l’épaisseur des brouillards ou des nuages
qui l’offusquent. A la piste, il découvrira un homme ou un animal,
eût-il marché sur des feuilles ou sur l’herbe. Cette merveilleuse
perspicacité ne lui vient pas de la nature seule; elle est plutôt le
fruit de son application constante à réfléchir sur les connaissances
déjà acquises par l’expérience des aïeux; elle tient aussi à une mémoire
excellente qui doit suppléer dans les Indiens l’avantage qui leur
manque, de fixer comme nous leurs souvenirs sur le papier. Ainsi ils se
rappellent, avec une minutieuse exactitude, tous les points des traités
conclus entre leurs chefs, et l’époque exacte où les conseils ont été
tenus.

Quelques écrivains supposent que les Indiens sont guidés par l’instinct,
et que chez eux les enfants trouveraient aussi aisément leur chemin à
travers une forêt que les personnes d’un âge plus avancé. C’est une
erreur. J’ai interrogé sur ce point des sauvages intelligents, et ils
m’ont laissé la conviction que c’est à leur grande attention à la
croissance des arbres et à la position du soleil qu’ils doivent cette
grande facilité de se guider dans leurs courses. Ils retiennent
non-seulement la position de tel ou tel arbre, mais encore sa taille, sa
forme, son espèce et sa dimension. Ils savent que, dans tout arbre, le
côté tourné au nord a plus de mousse que ceux qui regardent les autres
points cardinaux, et que le côté exposé au sud-est est celui qui a les
branches les plus fortes et les plus nombreuses. C’est d’après ces
observations et d’autres semblables, qu’ils se dirigent dans leur
marche; ils ont grand besoin de les inculquer de bonne heure à leurs
enfants. Moi-même je me suis souvent servi avec succès de leurs
remarques dans mes petites courses à travers la forêt.

Ils mesurent la distance des lieux par journées de marche. D’après
toutes les observations que j’ai faites, leur journée équivaut à peu
près à cinquante ou soixante milles anglais lorsqu’ils voyagent seuls,
et à quinze ou vingt milles seulement lorsqu’ils lèvent leurs camps.
Bien qu’ils n’aient aucune connaissance de la géographie et des sciences
qui en sont la base, ils font néanmoins avec précision, sur des écorces
d’arbres ou sur des peaux, le plan des pays qu’ils ont parcourus,
marquant les distances par journées, demi-journées ou quarts de
journées. Ces plans leur servent à régler en conseil leurs excursions
lointaines pour la guerre ou pour la chasse. Leur seule astronomie
consiste à pouvoir montrer l’étoile polaire, qui est leur guide dans les
voyages de nuit.

Les songes, chez les Indiens, sont l’objet d’une grande vénération.
Selon eux, le songe est la voie ordinaire dont se servent le
Grand-Esprit et les manitous pour faire connaître à l’homme leur
volonté, pour le guider par des conseils salutaires et pour lui donner
l’intuition de l’avenir. Partant de cette idée, et regardant le songe,
ou comme un désir de l’âme inspiré par le génie, ou comme un ordre
émanant directement de lui, ils établissent en principe que c’est un
devoir religieux d’obéir ponctuellement. Un sauvage, dit Charlevoix dans
son journal (et j’ai connu des cas semblables), ayant rêvé qu’il se
faisait couper un doigt, le fit couper en effet le lendemain, après s’y
être préparé par le jeûne. Un autre, s’étant vu prisonnier dans un rêve,
ne sut à quoi s’en tenir; il consulta les jongleurs, et, sur leur avis,
se fit attacher à un poteau pour être brûlé en différentes parties du
corps. Parmi les _Corbeaux_, j’ai vu un guerrier qui, à cause d’un
songe, a pris des vêtements de femme, et s’est assujetti à tous les
devoirs et travaux qu’exige un état si humiliant pour un Indien. Au
contraire, chez les _Serpents_, une femme rêva un jour qu’elle était
homme et qu’elle tuait les animaux à la chasse. A son réveil, elle se
revêtit des habits de son mari, prit son fusil, et alla essayer
l’efficacité de son songe; elle tua un chevreuil. Depuis ce temps, elle
n’a plus quitté l’habillement d’homme; elle va à la chasse et à la
guerre; par quelques coups intrépides, elle a obtenu le titre de _brave_
et le privilége d’être admise à tous les conseils des chefs. Il ne
faudrait rien moins qu’un autre rêve pour lui faire reprendre sa jupe.

Les _Potowatomies_ et les sauvages du nord ont la coutume, lorsqu’ils
font ou renouvellent des traités de paix, de se présenter un collier
fait de coquilles de buccins et qu’ils appellent le _wampum_. Lorsqu’ils
sollicitent l’alliance définitive ou offensive d’une autre nation, ils
joignent à l’envoi du wampum un casse-tête teint de sang, invitant leurs
voisins à venir boire avec eux le sang de leurs ennemis; expression
figurative, mais qui souvent devient une triste réalité.

Chez les nations de l’ouest, c’est le _calumet_ qui sert de wampum,
lorsqu’il s’agit de la paix ou de la guerre. Fumer le calumet ensemble,
c’est prendre l’engagement solennel de se traiter en amis; celui qui y
est infidèle perd toute estime et confiance, est considéré comme infâme
et s’expose à la vengeance divine. Lorsqu’on déclare la guerre, le
calumet et tous ses ornements sont rouges. Quelquefois il n’est rouge
que d’un côté. Cette marque, et les différentes manières d’orner le
calumet, font connaître au premier coup d’œil, à quiconque est versé
dans leurs usages, les désirs de la nation qui le présente, ou ce
qu’elle a résolu de faire.

Le calumet entre dans toutes les cérémonies religieuses; c’est
l’instrument par lequel ils préludent à toutes leurs invocations. Fumer
est leur préparation prochaine, lorsqu’ils s’adressent au Grand-Esprit,
au soleil, à la lune, à la terre et à l’eau, et qu’ils les prennent pour
témoins de leur sincérité et pour garants de leurs engagements. Cette
coutume des sauvages, quoique ridicule en apparence, a cependant son bon
côté. L’expérience leur a appris que fumer tend à dissiper les vapeurs
du cerveau, à relever leur courage, à les habituer à penser et à juger
avec justesse; c’est pourquoi le calumet est encore introduit dans les
conseils comme prologue, et devient le sceau de leurs décrets lorsque
les résolutions sont prises. Ils l’envoient comme gage de fidélité et de
respect à ceux qu’ils veulent consulter, ou avec qui ils sont en
alliance ou en traité.

L’opinion des sauvages sur les bons effets du tabac ne sera peut-être
pas admise de tout le monde, car l’expérience semble démontrer que la
fumée du tabac agit puissamment sur le système nerveux. Je répondrai
pour les sauvages: Si la fumée du tabac est tirée et rejetée par la
bouche, elle produit sans doute l’effet d’un narcotique stupéfiant; mais
lorsqu’elle est aspirée dans les poumons (et c’est la pratique
universelle des sauvages), alors c’est toute autre chose. Qu’on essaie.



ONZIÈME LETTRE

A UN PÈRE DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS


Sainte-Marie des Montagnes Rocheuses, 31 décembre 1841.

Après vous avoir donné la relation de ma course du mois dernier et les
observations que j’y ai recueillies, il me reste encore à vous faire
l’exposé de ce qui s’est passé chez les _Têtes-plates_ pendant mon
absence, et depuis mon retour jusqu’aujourd’hui, dernier jour de l’an.
Les détails dans lesquels je vais entrer sur la situation de notre
réduction naissante, sous le rapport tant matériel que spirituel, vous
feront voir que les PP. Point et Mengarini ne sont pas restés oisifs,
et que tous les résultats obtenus viennent à l’appui de ce que j’ai
avancé dans mes lettres précédentes.

Comme le plan de notre réduction était définitivement arrêté, il
s’agissait d’en venir, avant l’hiver, à un commencement d’exécution. Ce
qui pressait le plus, c’était une clôture qui renfermât le terrain
destiné au presbytère et à la ferme, et un bâtiment pouvant servir
provisoirement d’église. On se mit à l’œuvre de si bon cœur, que dans
l’espace d’un mois tout fut achevé. Les _Têtes-plates_ eurent bientôt
coupé dans les forêts deux ou trois mille pieux dont ils firent la
clôture; et pendant ce temps, nos bons Frères et les trois charpentiers
que nous avions emmenés avec nous construisirent, à l’aide de la hache,
de la scie et de la tarière, une chapelle avec fronton, colonnade et
galerie, balustrades, stalles, chœur, etc., dans laquelle on put réunir,
le jour de saint Martin, 11 novembre, tous les catéchumènes, et
continuer à les instruire jusqu’au 3 décembre, jour fixé pour le
baptême.

Dans l’intervalle, entre ces deux époques, il y eut tous les jours une
instruction de plus, à huit heures du soir, pour les personnes mariées
ou en âge de l’être; elle durait ordinairement environ cinq quarts
d’heure. Le recueillement de ces bons sauvages, toujours avides de la
parole de Dieu, se faisait surtout remarquer le soir, dans le silence de
la nuit, et dans l’absence des petits enfants, gardés à la loge par
leurs frères et sœurs d’un âge plus avancé. Le bon Dieu exauça si bien
leurs désirs, que le jour de saint François Xavier les Pères eurent la
consolation de baptiser deux cent deux adultes.

Tant d’âmes ne purent être arrachées au démon sans exciter sa rage;
aussi en ressentit-on les effets à Sainte-Marie. Symptômes de défiance
et d’autres tentations dans les mieux intentionnés; maladie de
l’interprète, du sacristain, du préfet de l’église, lorsque leur
concours semblait le plus urgent; les orgues brisées involontairement
par les sauvages, au moment même où l’on devait en faire un si bon
usage; un ouragan la veille du baptême, le même qui avait renversé ma
loge dans la prairie aux chevaux; les arbres déracinés dans la forêt,
trois loges emportées par le vent; l’église ébranlée jusque dans ses
fondements, et ses fenêtres enfoncées: tout semblait conjurer contre la
belle cérémonie du baptême; mais, le jour arrivé, tous les nuages
disparurent.

Les Pères s’étaient proposé de faire les mariages le jour même du
baptême; mais l’administration de ce premier sacrement s’étant prolongé
beaucoup plus longtemps qu’ils ne l’avaient cru, à cause de tout ce
qu’il fallait dire ou entendre par interprète, ils furent obligés de
remettre les mariages au lendemain, abandonnant à Dieu et aux nouveaux
chrétiens la garde de leur innocence baptismale.

Comme aucun des anciens missionnaires n’a rien laissé par écrit sur la
conduite à tenir dans les mariages, il sera peut-être utile de rapporter
ici celle que nous avons tenue ou établie, afin qu’elle soit redressée,
si elle n’avait pas été ce qu’elle aurait dû être.

1º Nous sommes partis du principe que, généralement parlant, il n’y a
point de mariages valides chez les sauvages de ces contrées. La raison
en est qu’on n’en trouve pas un, même parmi les meilleurs, qui, après le
mariage contracté à la façon du pays, ne se croie le droit de renvoyer
sa première femme quand il le juge à propos et d’en prendre une autre;
plusieurs même se croient le droit d’en avoir plusieurs à la fois. Il
est vrai qu’en se mariant ils se promettent parfois qu’ils ne se
sépareront qu’à la mort, ou qu’ils ne se marieront jamais à d’autres;
mais quel homme ou quelle femme passionnés n’en ont pas dit autant?
Peut-on inférer de là que le contrat soit valide quand il est
universellement reçu qu’après de telles promesses on ne reste pas moins
libre de faire ce qu’on veut si l’on se dégoûte l’un de l’autre? Nous
sommes donc convenus sur le principe que, parmi eux, jusqu’à présent, il
n’y a pas eu de mariage, parce qu’ils n’en ont jamais bien connu
l’essence et l’obligation. Ne pas supposer cela, serait s’engager dans
un labyrinthe dont il serait bien difficile de sortir. C’était, si je ne
me trompe, la conduite de saint François Xavier dans les Indes,
puisqu’il est dit dans sa vie qu’il louait devant les maris celle de
leurs femmes qu’il croyait devoir leur être plus chère, afin qu’ils s’en
tinssent plus facilement à une seule.

2º Supposant ensuite que dans l’usage du mariage il n’y avait eu que des
fautes matérielles, on n’a parlé de la nécessité de la réhabilitation
que pour le temps qui suivrait le baptême.

Après qu’on eut donc pris les informations nécessaires pour reconnaître
les degrés de parenté et en donner la dispense, on célébra la cérémonie
des mariages le lendemain du baptême; elle contribua beaucoup à donner à
la peuplade une haute idée de notre sainte religion. Les vingt-quatre
mariages contractés en ce jour offraient ce mélange de simplicité, de
respectueuse affection et de joie profonde, qui sont les sûrs indices
d’une bonne conscience. Il y avait, parmi les couples, des vieillards
des deux sexes; leur présence à l’église pour un tel acte, qui prêterait
peut-être à rire en Europe, ne rendait la cérémonie que plus respectable
aux yeux de l’assemblée. C’est que chez les _Têtes-plates_ tout ce qui
touche à la religion est sacré; malheur à celui qui insinuerait la
moindre plaisanterie sur ce sujet. Chacun sortit de la chapelle le cœur
gros de ces doux souvenirs, qui, épurés par la grâce, font le charme de
la vie et surtout de la société conjugale.

La seule chose qui parût étrange aux Indiens, c’est qu’il fallût prendre
les noms des témoins. Mais lorsqu’on leur eut dit que l’Eglise
l’ordonnait ainsi pour donner plus de poids et de dignité au contrat de
mariage, ils n’y virent plus rien que de raisonnable, et c’était à qui
serait témoin pour les autres. Le même étonnement s’était manifesté dans
le baptême au sujet des parrains. L’interprète avait rendu le mot de
parrain, qui n’est pas de leur langue, par celui de second père. Les
pauvres sauvages, ne sachant pas ce que signifiait ce titre, ni quelles
obligations il pouvait entraîner, ne se prêtaient volontiers ni à se
choisir un parrain ni à l’être pour un autre. Quand on se fut bien
entendu, les difficultés s’aplanirent d’autant plus facilement que, pour
ne pas multiplier les affinités spirituelles, on donna seulement un
parrain aux hommes et une marraine aux femmes, et que, quant aux
obligations attachées à ce titre, les _Robes-noires_ promirent de se
charger de la plus grande partie du fardeau. Pour les premiers baptêmes,
le choix des parrains était fort limité, puisqu’il n’y avait encore que
treize chrétiens adultes; mais la section des personnes les plus âgées
ayant été baptisée avant les autres, ces nouveaux chrétiens, sans
quitter le cierge, symbole de leur foi, furent choisis pour la seconde
section, et ainsi de suite jusqu’à la fin.

Venons aux détails des cérémonies. La veille du baptême, les Pères
n’avaient plus réuni la peuplade depuis le matin, à cause des
préparatifs à faire pour l’ornement de la chapelle et d’une
indisposition du P. Mengarini. Le soir, il y eut réunion, mais quel fut
l’étonnement de ce bon peuple en voyant la décoration de la chapelle!
Quelques jours auparavant, on avait chargé les femmes, les filles et les
enfants de faire le plus grand nombre possible de nattes de jonc ou
d’autres tissus; toutes avaient concourues à cette bonne œuvre, de sorte
qu’on en eut pour couvrir tout le terrain, tapisser le plafond et les
murailles, faire des corniches et des lambris, etc. Ces nattes ornées de
festons de verdure, de jolies draperies autour de l’autel, un ciel où se
trouvait le saint Nom de Jésus, le tableau de la sainte Vierge sur le
tabernacle, la porte du tabernacle représentant le saint Cœur de Jésus,
les images des stations du chemin de la croix enchâssées dans des cadres
rouges, la lumière des flambeaux, le silence de la nuit, l’approche d’un
grand jour, le calme du soir après un terrible ouragan: tout cela, avec
la grâce de Dieu, disposa si bien les cœurs et les esprits, que je ne
crois pas qu’il fût possible de voir sur la terre une assemblée d’hommes
plus semblables à la compagnie des saints. C’est là le beau bouquet
qu’il fut permis aux Pères d’offrir le lendemain à saint François
Xavier. Ce jour, on passa quatorze heures et demie à l’église; depuis
huit heures du matin jusqu’à dix heures et demie du soir, il n’y eut
qu’un intervalle d’une heure et demie pour le repas. Voici l’ordre
suivi: d’abord on baptisa les chefs et les hommes mariés, qui servirent
ensuite de parrains aux jeunes et aux petits garçons. Vinrent ensuites
les femmes mariées qui conservaient leurs maris, puis les veuves et les
femmes délaissées; enfin les jeunes personnes et les petites filles.

Qu’il était beau d’entendre ces bons sauvages répondre avec intelligence
à toutes les questions qui leur étaient adressées, réciter leurs prières
avec un redoublement de ferveur au moment où on les baptisait, et se
retirer ensuite à leurs places, tenant à la main le flambeau, symbole de
leur ardente charité!

Je ne parlerai pas de leur exactitude à se rendre aux instructions, de
leur avidité pour les entendre, du profit sensible que la peuplade en
tira; tout cela est ordinaire dans le cours d’une mission; mais ce qui
ne se voit que rarement, ce sont les sacrifices héroïques qui ont été
faits. Plusieurs avaient deux femmes: ils ont gardé celle qui avait le
plus d’enfants et renvoyé l’autre avec tous les égards possibles. Un
soir, l’un d’eux vint trouver un des Pères à la loge qui était en ce
moment remplie de sauvages; là, sans respect humain, il exposa sa
situation, demanda conseil et fit à l’instant ce qu’on lui conseilla; il
renvoya la plus jeune des deux femmes qu’il avait eue, lui donnant ce
qu’il aurait souhaité qu’un autre en pareille circonstance eût donné à
sa sœur, et se remit avec la plus âgée qu’il avait quittée. A la fin
d’une instruction, une jeune femme demanda à parler, et déclara
publiquement qu’elle désirait bien ardemment de recevoir le baptême,
mais que jusqu’alors elle avait été si méchante qu’elle n’osait pas le
demander. Tous auraient voulu faire leur confession en public. Un grand
nombre de jeunes mères, mariées à la façon des sauvages et abandonnées
de leurs maris qui n’étaient pas des _Têtes-plates_, y renoncèrent à
jamais de tout leur cœur, pour avoir le bonheur d’être baptisées. Voici
comment s’y prit une femme déjà âgée pour déterminer son mari qui
balançait encore: «Je vous aime bien, lui dit-elle, je sais que vous
m’aimez aussi, mais vous aimez l’autre autant que moi. Je suis vieille,
elle est jeune: eh bien, laissez-moi avec mes enfants, restez avec elle;
par ce moyen nous plairons tous au bon Dieu, et nous pourrons tous être
baptisés.» On sera encore plus étonné de les entendre parler ainsi,
quand on saura que primitivement, loin de vouloir faire mal en prenant
deux femmes, ces pauvres _Têtes-plates_ avaient cru bien faire, quelque
méchant leur ayant fait accroire que la chose était méritoire devant
Dieu.

Voici le règlement ordinaire que nous suivons dans le village. Lorsque
l’_Angelus_ sonne, les Indiens se lèvent; une demi-heure après, on dit
en commun les prières du matin; tous assistent à la messe et à
l’instruction. Vers le coucher du soleil, on dit de même les prières du
soir, puis on fait une seconde instruction d’environ cinq quarts
d’heure. A deux heures après-midi, catéchisme, d’obligation pour les
enfants, libre pour les grandes personnes. Les enfants sont partagés en
deux sections: la première comprend ceux qui savent déjà leurs prières;
la seconde, les commençants. Un des Pères fait tous les matins la visite
des malades pour leur procurer des remèdes ou les consoler, selon le
besoin.

Nous avons adopté le système d’enseignement et de récompense en usage
dans les écoles des Frères de la Doctrine chrétienne. Pendant le
catéchisme, qui dure environ une heure, il y a récitation, explication
et chant de cantiques. Chaque jour, pour chaque bonne réponse, on donne
de bonnes notes en plus ou moins grand nombre, selon la difficulté de la
question proposée. L’expérience a prouvé que ces notes, données sur le
champ, sont moins embarrassantes lorsqu’on les donne de la main à la
main, que lorsqu’on les inscrit dans un tableau; cela prend moins de
temps, intéresse davantage les enfants et les rend plus attentifs et
plus soigneux. Elles servent en même temps de certificat de présence au
catéchisme et de marque d’intelligence et de bonne volonté, que les
parents sont bien aises de les voir exhiber à leur retour. Aussi ces
bons parents, afin de les rendre capables de mieux répondre le
lendemain, et en partie pour s’instruire eux-mêmes plus à fond, leur
font-ils répéter chez eux tout ce qu’ils ont entendu au catéchisme. Le
désir de voir les enfants s’y distinguer y a attiré presque toute la
peuplade; aucun des chefs qui a des enfants n’y a manqué, et il n’y a
pas moins d’émulation parmi les parents que parmi les enfants.

Ce qui a surtout donné de la valeur aux bonnes notes, c’est l’exactitude
et la justice reconnue avec laquelle on récompense ceux qui répondent
bien. Les bonnes notes de la semaine sont récompensées le dimanche par
des croix, des médailles ou des rubans distribués publiquement à ceux
des enfants qui en ont obtenu le plus grand nombre; ils en restent
décorés toute la semaine suivante. Le premier dimanche de chaque mois,
on distribue à ceux qui ont obtenu le plus de bonnes notes, dans le
cours du mois, quelques médailles ou images qui deviennent la propriété
de chacun. Ces images conservées avec soin, sont de grands stimulants,
non-seulement pour faire apprendre le catéchisme, mais encore pour
exciter à la piété. On en conçoit la raison: ce sont des monuments de
victoire, des exemples de vertu, des exhortations à la piété, des
modèles de perfection. Ce qui leur donne un plus grand prix encore,
c’est leur rareté, ce sont les efforts qu’il faut faire pour les
mériter. Comme l’amour du travail est surtout ce qu’il faut inspirer
aux sauvages qui sont naturellement portés à la paresse, on a jugé à
propos de récompenser les petits ouvrages qu’ils sont capables de faire,
comme on récompense le catéchisme.

Pour maintenir le bon ordre et favoriser l’émulation, les enfants du
catéchisme sont divisés en sept ou huit bandes de six chacune; les
garçons d’un côté, les filles de l’autre. A la tête de chaque bande, il
y a un chef chargé d’aider les autres à apprendre et à retenir la lettre
du catéchisme. Afin que tous puissent nourrir l’espoir de mériter une
récompense à la fin de la semaine ou du moins une bonne note, on les a
partagés de manière à ce que les concurrents, au nombre de cinq ou six
dans chaque bande, soit de force à peu près égale.

Cependant le P. Point, qui devait accompagner à la grande chasse
immédiatement après les fêtes de Noël, les camps réunis des
_Têtes-plates_, des _Pends-d’oreilles_ et des _Nez-percés_, se disposa à
sa nouvelle campagne par une retraite de huit jours. Pour moi, dès le
lendemain de mon retour du fort Colville, je me remis à l’œuvre.
Trente-quatre couples de _Têtes-plates_ avaient voulu attendre mon
retour pour recevoir le baptême et réhabiliter leurs mariages; les
_Nez-percés_, encore plus en retard, n’avaient pas même présenté leurs
enfants au baptême, et l’on avait admis dans le camp un vieux chef
_Pied-noir_ avec sa petite famille, cinq personnes en tout: ils
montraient tous le plus grand désir d’être instruits dans la foi
chrétienne. Je me mis donc à leur faire trois instructions par jour,
outre les catéchismes que leur faisaient les autres Pères. Ils en
profitèrent si bien, avec la grâce de Dieu, que je pus admettre aux
fonts baptismaux, le jour de Noël, cent quinze _Têtes-plates_ avec trois
de leurs chefs, trente _Nez-percés_ avec leur chef, et le chef
_Pied-noir_ avec sa famille. Ce jour, je commençai mes messes à sept
heures du matin; à cinq heures après-midi, je me trouvais encore dans la
chapelle. Je ne puis vous exprimer les consolations que j’éprouvai dans
ces heureux moments; rien de plus édifiant que le maintien et la
dévotion de ces bons sauvages. Le lendemain, je chantai une messe
solennelle en action de grâces pour les insignes faveurs dont le
Seigneur avait daigné combler son peuple. Six à sept cents nouveaux
chrétiens, en y comprenant les petits enfants, réunis dans une pauvre
chapelle couverte de jonc, au milieu d’un désert où peu auparavant le
nom du vrai Dieu était à peine connu, y offrant à leur Créateur leurs
cœurs régénérés dans les saintes eaux du baptême, et protestant de
persévérer jusqu’à la mort dans son saint service: c’était là sans doute
une offrande des plus agréables à Dieu, et qui, nous l’espérons,
attirera la rosée céleste sur les _Têtes-plates_ et sur les nations
voisines.

Le 29, le gros camp, accompagné du P. Point, nous quitta pour la grande
chasse des buffles; réunis au camp des _Pends-d’oreilles_, qui les
attendaient à deux journées de marche d’ici, ils seront au delà de deux
cents loges. Je suis rempli d’espoir dans l’attente des nouveaux succès
par lesquels le Seigneur daignera, je l’espère, récompenser le zèle de
ses serviteurs. Dans l’entre-temps, nous nous occupons, le P. Mengarini
et moi, à traduire le catéchisme en langue _tête-plate_, et à préparer à
la première communion environ cent cinquante personnes restées à
Sainte-Marie. Nos bons Frères et nos charpentiers continuent à entourer
tout le terrain de la réduction d’une forte palissade munie de deux
bastions. Cet ouvrage est d’une nécessité absolue pour nous mettre à
l’abri des incursions furtives des _Pieds-noirs_, dont nous attendons de
jour à autre une visite. Notre confiance à Dieu sera toujours notre
bouclier; nous prenons les précautions que dicte la prudence, et nous
demeurons sans crainte à notre poste.

Un jeune _Simpoil_ vient d’arriver à notre camp; voici ses paroles mot
pour mot: «Je suis Simpoil, ma nation fait pitié; elle m’envoie pour
écouter vos paroles et apprendre la prière que vous annoncez aux
_Têtes-plates_; les Simpoils désirent aussi la connaître et imiter leur
exemple.» Ce brave jeune homme va passer l’hiver avec nous, et
retournera au printemps prochain parmi ses frères, pour y jeter la
semence de l’Evangile.

Toute la nation _tête-plate_ convertie, quatre cents _Kalispels_ déjà
baptisés, ainsi que quatre-vingts _Nez-percés_, plusieurs
_Cœurs-d’alène_, _Kootenays_ et _Pieds-noirs_; les _Serpents_, les
_Simpoils_, les _Chaudières_ et une foule d’autres peuples qui nous
tendent les bras; le gouverneur du fort Van-Couver et le Révérend M.
Blanchet, qui demandent avec les plus vives instances que nous venions
former un établissement dans cette contrée; en un mot tout un vaste pays
qui n’attend que l’arrivée des véritables ministres de Dieu, pour se
ranger sous l’étendard de la croix de Jésus-Christ: voilà, mon Révérend
Père, le bouquet que nous vous offrons à la fin de 1841! C’est au pied
du crucifix que vous cherchez les moyens de procurer le plus grand bien
spirituel des âmes confiées à vos enfants. Notre nombre est bien loin de
suffire aux besoins pressants et actuels des peuples qui nous appellent
à leur secours. La propagande protestante est sur le qui-vive.
Envoyez-nous donc au plus tôt des auxiliaires, des Pères et des Frères,
et des milliers d’âmes vous béniront au trône de Dieu pendant toute
l’éternité!



Copie d’une lettre du révérend M. Blanchet au P. de Smet, reçue le 1ᵉʳ
novembre 1841[6].


Fort Van-Couver, 28 septembre 1841.

Bénie soit la divine providence du Dieu tout-puissant qui vous a
protégé, conservé, ramené au milieu de vos chers néophytes avec un
puissant secours!

Je félicite le pays du trésor qu’il possède par l’arrivée et
l’établissement des membres de la Compagnie de Jésus. Veuillez bien
témoigner aux révérends Pères et Frères ma vénération et mon profond
respect. Je prie le Seigneur de bénir vos travaux, de continuer vos
victoires et vos succès. Dans peu d’années, vous aurez la gloire et la
consolation de voir se ranger sous l’étendard de la croix, par votre
entremise, tous les sauvages du haut de la Columbie.

Je ne doute pas que notre excellent gouverneur, M. John Mac-Lauglin, ne
vous donne tous les appuis et secours qui seront en son pouvoir. C’est
un bonheur pour notre sainte religion que ce grand homme soit à la tête
des affaires de l’honorable Compagnie de la baie d’Hudson, à l’ouest des
Montagnes Rocheuses; il l’a protégée avant notre arrivée dans le pays;
il ne cesse encore de lui donner son appui de paroles, d’exemples et de
faits.

Etant dans le même pays, travaillant pour le même but, ayant les mêmes
intérêts, le triomphe de la religion catholique dans ce vaste
territoire, nous serons sensibles à tout ce qui vous intéressera, M. de
Mers et moi; nul doute que tout ce qui nous concerne ne soit aussi
l’objet de votre sensibilité.

Voici en peu de mots où nous en sommes. L’établissement catholique de
Wallamette renferme près de soixante familles; celui de Cowlitz, cinq
seulement; vingt-deux à Nesqually sur le Puget-Sund, à une trentaine de
lieues de Cowlitz. En outre nous devons visiter de temps à autre les
forts les plus rapprochés, où se trouvent les serviteurs catholiques de
la Compagnie. Voilà ce qui absorbe presque tout notre temps. Nous
manquons de Frères, de Sœurs religieuses, de maîtres et de maîtresses
d’école. Nous avons à remplir le ministère de tous les ordres, outre le
soin du temporel qui est un grand fardeau. Les femmes des Canadiens,
prises de toutes les parties du pays, apportent la diversité des langues
dans les familles. On parle généralement partout un mauvais jargon qui
ne peut servir de base à notre instruction publique. De là les obstacles
au progrès; nous allons à pas lents. Il faut montrer le français en
montrant le catéchisme, ce qui nous prend un temps infini. Nous sommes
réellement accablés. Les sauvages nous tendent les bras de tous côtés;
mais nous n’avons pas le temps de les cultiver. Nous faisons quelques
missions à la hâte parmi eux; nous baptisons les enfants et les adultes
en danger de mort. Nous n’avons pas le temps d’apprendre les langues;
jusqu’à présent nous avons même manqué d’interprètes pour traduire les
prières; ce n’est que depuis peu que j’ai réussi à le faire en langue
tchinouk. Les difficultés augmentent par la diversités des langues. Les
_Kalapouyas_ du haut de Wallamette, les _Tchinouk_ de la Columbie, les
_Kayous_ de Wallawalla, les _Nez-percés_, les _Okinatrines_, les
_Têtes-plates_, les _Serpents_, les _Cowlitz_, les _Klikatas_ de
l’intérieur au nord de Van-Couver, les _Tchébélis_ au nord de
l’embouchure de la Columbie, les sauvages de Fesqually et de l’intérieur
de la baie de Puget-Sund, ceux de la rivière Travers, les _Klalams_ de
la même baie, ceux de l’île Van-Couver, des postes du nord sur le bord
de la mer et dans l’intérieur du pays qu’arrosent les sources et les
tributaires de la rivière Travers, ont chacun leur langue différente.
Voilà les obstacles que nous avons à vaincre tous les jours. Nos
entrailles se dessèchent de voir tant d’âmes périr sous nos yeux sans
pouvoir leur rompre le pain de la parole de vie.

De plus, nos moyens temporels sont limités. Nous ne sommes que deux; nos
valises ne sont point arrivées le printemps dernier par le bâtiment de
l’honorable Compagnie; nous avons épuisé nos ressources. Les sauvages,
les femmes et les enfants nous demandent en vain des chapelets; nous
n’avons plus de catéchismes de notre diocèse à distribuer, point de
livres de prières en anglais à donner aux Irlandais catholiques, point
de livres de controverse à prêter. Le Ciel semble être sourd à nos
besoins, à nos prières, à nos vœux, à nos désirs les plus ardents. Jugez
de notre situation, et combien nous sommes à plaindre.

Cependant nous sommes environnés de sectes qui font mille efforts pour
répandre le poison de l’erreur, qui tâchent de paralyser le peu de bien
que nous faisons. Les méthodistes sont établis en cinq endroits: au
Wallamette, à huit milles de notre établissement; chez les Klatsaps, au
sud de l’embouchure de la Columbie; à Nesqually sur le Puget-Sund; aux
grandes dalles en bas de Wallawalla; enfin à la chute de Wallamette. Les
missions presbytériennes sont à Wallawalla et aux environs de Colville.

Au milieu de tant d’ennemis, nous tâchons de tenir ferme, de nous
multiplier, de visiter beaucoup de postes, là surtout où le danger est
le plus pressant, soit afin de prendre les devants et d’inculquer les
principes catholiques, là où le poison n’a pas encore été répandu, soit
afin de paralyser les progrès du mal ou d’en tarir la source même. Le
combat a été rude; les sauvages semblent maintenant ouvrir les yeux et
reconnaître quels sont les véritables ministres de Jésus-Christ. Le Ciel
se déclare pour nous. Si nous avions un prêtre pour tenir une mission
permanente parmi les sauvages, dans deux ans tout le pays serait à nous.
Les missions méthodistes tombent, elles perdent leur crédit et leur peu
d’influence. J’ai eu le dessus au Wallamette, par la grâce de Dieu. Ce
printemps, M. de Mers et moi, nous avons enlevé aux méthodistes un
village entier de sauvages qui se trouve au bout de la chute du
Wallamette. M. de Mers a visité les _Tchinouks_ du bas du fleuve
Columbie; ils sont disposés pour nous. J’arrive des cascades, à dix-huit
lieues de Van-Couver; les sauvages de ce poste avaient résisté
jusqu’alors aux insinuations d’un prétendu ministre. C’était une
première mission; elle n’a duré que dix jours. Ils ont appris le signe
de la croix, l’Offrande du cœur à Dieu, l’Oraison dominicale, la
Salutation angélique, le Symbole des apôtres, les dix Commandements de
Dieu et ceux de l’Eglise. Je dois les revoir bientôt près de Van-Couver,
et en baptiser un bon nombre.

Le révérend M. de Mers est absent depuis deux mois pour le Puget-Sund,
où les sauvages le demandent depuis long-*temps. Mes catéchumènes de
Flackémar, village converti le printemps passé, n’ont pu être visités
depuis le mois de mai. Ils résistent aux discours d’un nommé M. Waller,
établi à la chute du Wallamette.

Jugez, monsieur, combien nous avons à faire, et combien il serait à
propos d’envoyer un de vos révérends Pères avec un des trois Frères.
Dans mon idée, c’est ici qu’il faudrait jeter les fondements de la
religion; c’est ici qu’il faudrait établir un collége, un couvent, des
écoles; c’est ici qu’un jour un successeur des apôtres viendra de
quelque part s’établir, afin de pourvoir aux besoins spirituels d’un
vaste pays, qui promet une si abondante moisson; c’est ici que le combat
est engagé, et qu’il nous faut vaincre d’abord. Ce serait donc ici qu’il
faudrait établir une belle mission; des postes d’en bas, les
missionnaires, les révérends Pères iraient dans toutes les directions
alimenter les postes éloignés, distribuer le pain de vie aux infidèles
encore plongés dans les ombres de la mort. Si vos plans ne vous
permettent pas de changer le lieu de votre établissement, du moins voyez
le besoin où nous sommes d’un révérend Père et d’un Frère pour nous
secourir dans notre détresse.

Les dernières dates des îles Sandwich, 1840, m’apprennent que Mgr
Rochure y était arrivé, accompagné de trois prêtres; qu’une vaste église
catholique devait être prête pour la célébration des saints mystères
l’automne passé, que les naturels se convertissaient en grand nombre,
que les temples des ministres protestants étaient presque abandonnés.

Mgr de Juliopolis, de la _Rivière-Rouge_, me dit que les sauvages des
pieds des Montagnes Rocheuses à l’est lui avait député un métis qui vit
avec eux, afin d’obtenir de Sa Grandeur un prêtre pour les instruire. Le
révérend M. Thibault est destiné pour cette mission.

Agréez, etc.

F. N. BLANCHET.



DOUZIÈME ET DERNIÈRE LETTRE

A M. FRANÇOIS DE SMET


Université de Saint-Louis, 3 novembre 1842.

Dans ma dernière lettre, datée du 15 août, je promis à M. le chanoine de
la Croix d’écrire de Saint-Louis, si j’avais le bonheur d’y arriver. Le
Seigneur m’a ramené sain et sauf, et me voici en devoir de remplir ma
promesse. En quittant le P. Point et le camp des _Têtes-plates_, sur la
rivière _Madisson_, j’étais accompagné de six de nos sauvages. Trois
jours après, nous avions déjà franchi deux chaînes de montagnes et
parcouru cent cinquante milles dans un pays souvent visité par les
_Pieds-noirs_, sans toutefois les rencontrer.

A l’endroit où la _Rivière des vingt-cinq vierges_ se jette dans la
_Roche-jaune_, nous trouvâmes environ deux cent cinquante loges de
sauvages, tous amis des missionnaires, savoir: des _Têtes-plates_, des
_Kalispels_, des _Nez-percés_, des _Kayuses_ et des _Serpents_. Je
passai trois jours au milieu d’eux, pour les exhorter à la persévérance
et faire les préparatifs de mon long voyage. A mon départ, dix néophytes
se présentèrent devant ma loge, pour me servir d’escorte et m’introduire
parmi les _Corbeaux_.

Le soir au lendemain, nous nous trouvâmes au milieu de cette nombreuse
peuplade. Ils nous avaient aperçus de loin; quelques-uns d’entre eux me
reconnurent. Aux cris _la Robe-noire, la Robe-noire!_ tous, grands et
petits, au nombre d’environ trois mille, sortirent de leurs loges comme
les abeilles de la ruche. A mon entrée dans le village, je devins le
sujet d’une scène assez singulière: les chefs et une cinquantaine des
plus signalés entre les braves s’empressèrent de m’entourer et
m’arrêtèrent tout court; l’un me tirait à droite, l’autre à gauche; un
troisième me tirait par la soutane; un quatrième, aux formes et à la
taille athlétiques, voulait m’enlever et me porter dans ses bras; tous
parlaient à la fois et semblaient se quereller. Ne comprenant rien à
leur querelle, je ne savais trop si je devais être gai ou sérieux.
L’interprète vint bientôt me tirer d’embarras, et m’apprit que toute
cette confusion n’était qu’un signe de politesse et de bienveillance à
mon égard, chacun voulant avoir l’honneur de loger et de nourrir la
_Robe-noire_. Sur son avis, je fis le choix moi-même. Je ne l’eus pas
plus tôt indiqué, que les autres me lâchèrent prise, et je suivis le
principal chef dans sa loge, la plus grande et la plus belle du camp.
Les _Corbeaux_ ne tardèrent pas à s’y rendre en foule, et tous me
comblèrent d’amitiés; le calumet social, symbole d’union et de
fraternité sauvage, fit le tour sans se refroidir, accompagné de toutes
les simagrées dans lesquelles ils excellent parmi toutes les tribus du
pays.

De tous les sauvages de l’ouest des montagnes, les _Corbeaux_ sont sans
contredit les plus adroits, les plus polis et les plus avides
d’instruction; ils professent beaucoup d’amitié et une grande admiration
pour les peuples civilisés. Ils me firent mille questions; entre autres
ils voulurent savoir quel est le nombre des blancs. «Comptez, leur
répondis-je, les brins d’herbe de vos immenses plaines, et vous saurez à
peu près ce que vous désirez connaître.» Tous se mirent à rire, en
disant que la chose était impossible; mais ils comprirent ma pensée
lorsque je leur expliquai la grandeur des _villages_ des blancs
(New-York, Philadelphie, Londres, Paris), la multitude de ces grandes
loges de pierres (maisons), serrées comme les doigts de la main et
entassés (par étages) jusqu’à quatre ou cinq les unes au-dessus des
autres; quand je leur appris que quelques-unes de ces loges (en parlant
des églises et des tours) étaient aussi hautes que des collines et assez
vastes pour contenir tous les _Corbeaux_ réunis, que dans la _loge du
Conseil_ (le capitole de Washington) tous les grands chefs de l’univers
pourraient fumer le calumet à leur aise et sans se gêner, que les
chemins de ces grands villages étaient toujours remplis de passagers qui
allaient et venaient plus nombreux que les bandes de buffles paissant
par milliers dans quelques-unes de leurs belles prairies, ils ne
pouvaient revenir de tant de merveilles.

Mais quand je leur eus fait comprendre la célérité extraordinaire de ces
_loges mouvantes_ (wagons) traînées par des machines qui vomissent des
flots de fumée et laissent loin derrière elles les coursiers les plus
agiles; et ces _canots à feu_ (bateaux à vapeur) qui transportent en peu
de jours, avec armes et bagages des villages entiers d’un pays à un
autre, traversent des lacs immenses (les mers), remontent et descendent
les grands fleuves et les rivières; quand j’ajoutai que j’avais vu des
blancs s’élever dans les airs (en ballon) et planer au milieu des nues
comme l’aigle dans leurs montagnes, l’étonnement fut à son comble, et
tous mirent leur main sur la bouche en poussant un cri d’admiration:
«Le Maître de la vie est grand, disait le chef, et les blancs sont ses
favoris.»

C’était surtout la prière (la religion) qui paraissait les intéresser;
quelle attention ne prêtèrent-ils pas aux vérités que je leur
expliquais! Ils en avaient déjà entendu parler; ils savaient,
disaient-ils, que cette prière rend les hommes sages et heureux sur la
terre, et leur procure ensuite le bonheur de la vie future. Aussi me
demandèrent-ils la permission de rassembler tout le camp, pour entendre
ces paroles du Grand-Esprit dont on leur avait dit tant de merveilles.

Les trois pavillons que les Etats-Unis leur avaient envoyés furent
dressés à l’instant, et trois mille sauvages se trouvèrent réunis; les
malades eux-mêmes avaient été apportés sur des peaux. A genoux sous les
drapeaux avec mes dix néophytes _têtes-plates_, et entourés de cette
multitude avide d’entendre la bonne nouvelle de l’Evangile, j’entonnai
d’abord deux cantiques; vint ensuite la récitation de toutes les
prières, qui leur furent interprétées; puis les chants recommencèrent,
suivis de l’explication du Symbole des apôtres et des dix Commandements
de Dieu. Tous parurent ravis de joie, et déclarèrent que ce jour était
le plus beau de leur vie. Ils me supplièrent avec instance _de les
prendre en pitié_, et de rester parmi eux pour leur apprendre, ainsi
qu’à leurs petits enfants, la manière de connaître et de servir le
Grand-Esprit. Je leur promis qu’une _Robe-noire_ les visiterait, mais à
condition que les chefs s’engageraient à faire cesser les vols si
communs parmi eux, et s’opposeraient avec vigueur à l’abominable
corruption des mœurs qui régnait dans la peuplade.

Croyant que j’étais doué d’un pouvoir surnaturel, ils m’avaient demandé
dès le commencement de nos entretiens de faire cesser la maladie qui
ravageait le camp, et de leur procurer l’abondance, c’est-à-dire de
remplir leurs plaines de gros gibier. Je leur répétai, en terminant mon
instruction, que le Grand-Esprit seul pouvait porter remède à leurs
maux; que s’il écoute les prières de ceux qui ont un cœur droit et pur,
ou qui, détestant leurs péchés, retournent sincèrement à lui, il rejette
aussi les demandes des prévaricateurs de sa sainte loi; que, dans sa
colère, il avait détruit par le feu du ciel cinq grands villages
(Sodome; etc.), à cause de leurs abominations; que les _Corbeaux_,
suivant la même route et livrés à des désordres de tout genre, ne
devaient pas se plaindre de ce que le Grand-Esprit semblait les punir
par les maladies, par la guerre et par la famine; qu’eux-mêmes étaient
les auteurs de toutes ces calamités, et que, loin de les voir diminuer,
ils pouvaient s’attendre à les voir augmenter encore, jusqu’à ce
qu’enfin des tourments mille fois plus affreux devinssent leur partage
pour toujours après leur mort; mais que s’ils voulaient éviter tous ces
maux, ils le pouvaient en faisant des efforts pour arrêter et extirper
le mal. Le grand orateur du camp fut le premier à répondre:
«_Robe-noire_, je t’entends: tu nous as dit la vérité; de mon oreille
tes paroles ont pénétré jusque dans mon cœur: je voudrais que tous
pussent le comprendre.» Et, s’adressant à sa nation, il répétait avec
force: «Oui, _Corbeaux_, la _Robe-noire_ nous a dit la vérité; nous
sommes des chiens. Changeons de vie, et nous vivrons, nous et nos
enfants.»

J’eus ensuite de longues conférences avec tous les chefs réunis en
conseil; je leur proposai l’exemple des _Têtes-plates_ et des
_Pends-d’oreilles_, dont les chefs se faisaient un devoir d’exhorter
leur peuplade à la pratique des vertus, et ne craignaient pas de
déployer au besoin, dans l’intérêt même des coupables, une juste
sévérité. Ils me promirent de suivre mes avis, m’assurant que je les
trouverais mieux disposés à mon retour. J’ai lieu de croire que cette
visite, que le bon exemple de mes néophytes et surtout les prières des
_Têtes-plates_ opéreront du changement parmi les _Corbeaux_. Une de
leurs bonnes qualités, sur laquelle je fonde beaucoup d’espérance, c’est
qu’ils ont résisté avec courage à l’importation des boissons enivrantes
dans leur tribu. «A quoi bon votre eau de feu? disait leur chef aux
marchands qui l’importunaient. Elle brûle la gorge et l’estomac; elle
rend l’homme semblable à un ours; dès qu’il en a goûté, il mord, il
grogne, il hurle, et finit par tomber comme un cadavre. Votre eau de feu
ne fait que du mal. Portez-la à nos ennemis, et ils s’entre-tueront, et
leurs femmes et leurs enfants feront pitié. Quant à nous, nous n’en
voulons pas; nous sommes assez fou sans elle.»

Une scène très-touchante eut lieu pendant que le conseil était réuni.
Plusieurs sauvages voulurent examiner ma croix de missionnaire, et j’en
pris occasion de leur expliquer les souffrances de Notre-Seigneur
Jésus-Christ et la cause de sa mort sur la croix. Ensuite je remis mon
crucifix entre les mains du grand chef; il le baisa de la manière la
plus respectueuse, et les yeux levés vers le ciel, pressant avec ses
deux mains le Christ sur son cœur, il s’écria: «O Grand-Esprit, aie
pitié de tes pauvres enfants, et fais-leur miséricorde.» Tous les
assistants suivirent son exemple.

Je me trouvais dans le village des _Corbeaux_, lorsqu’on leur annonça
que deux de leurs plus braves guerriers venaient de périr victimes d’une
trahison des _Pieds-noirs_. Des hérauts firent le tour du camp,
proclamant à haute voix les circonstances du combat et la fin tragique
des deux braves. Un morne silence régnait partout; mais bientôt il fut
interrompu par un spectacle aussi hideux pour nous que propre, selon
eux, à émouvoir les cœurs les plus insensibles, et exciter dans l’âme
des guerriers le sentiment de la vengeance. Les mères, les épouses, les
sœurs et les filles des guerriers massacrés se présentèrent tout à coup
en public, la tête rasée, le visage ensanglanté. tout le corps couvert
de blessures qu’elles s’étaient faites. Dans cet état pitoyable, elles
remplissaient l’air de leurs lamentations et de leurs cris, conjurant
leurs parents, leurs amis, leurs connaissances d’avoir pitié d’elles, de
leur faire la charité, c’est-à-dire de leur procurer une prompte et
terrible vengeance, le seul remède à leur affliction. Elles amenaient
au milieu du camp tous les chevaux qu’elles possédaient. Un des chefs
sauta sur l’un de ces chevaux, et levant son casse-tête en l’air,
s’écria qu’il était prêt à aller venger le coup. Aussitôt une foule de
jeunes gens se rangèrent à ses côtés; tous ensemble entonnèrent le
refrain guerrier, et promettant solennellement qu’ils ne retourneraient
pas les mains vides, c’est-à-dire sans chevelures, ils se mirent en
route le même jour. Dans ces occasions de deuil, les pauvres parents
distribuent aux guerriers tout ce qu’ils possèdent, ne retenant que des
haillons pour se couvrir. Le deuil cesse lorsque la vengeance est
obtenue. Les guerriers, à leur retour, placent aux pieds des veuves et
des orphelins les trophées remportés sur l’ennemi; leurs amis viennent
les féliciter et leur offrir des présents. Alors, passant du deuil à
l’exaltation, ils jettent les haillons, se lavent, se barbouillent de
couleurs, s’habillent de leur mieux, attachent les chevelures conquises
au bout des perches, et font le tour du camp, chantant, dansant, et
traînant à leur suite tout le village.

Le 25, je fis mes adieux à mes compagnons _Têtes-plates_ et aux
_Corbeaux_; je m’élançai une seconde fois dans les plaines arides de la
Roche-jaune, accompagné du fidèle Iroquois Ignace, d’un métis Crie,
nommé Gabriel, et de deux braves Américains, qui, bien que protestants,
voulurent servir de guides à un pauvre missionnaire catholique. Je ne
reviendrai pas sur la description que j’ai déjà faite de ces régions;
c’est peut-être le plus dangereux des déserts, et bien certainement le
théâtre d’innombrables scènes tragiques, de combats, de stratagèmes, de
meurtres, de carnage et de toutes sortes de cruautés. A chaque pas,
l’interprète _Corbeau_, qui avait séjourné onze ans dans le pays,
régalait sa petite compagnie de quelque trait de ce genre, montrant du
doigt l’endroit même où la chose s’était passée. Dans notre situation
présente, ces récits n’avaient guère de quoi m’amuser; tous roulaient
sur des massacres et des surprises, et je ne pouvais me défendre de
penser qu’à chaque instant nous-mêmes pouvions devenir les victimes
d’une attaque semblable. C’est ici principalement que les _Corbeaux_,
les _Pieds-noirs_, les _Scioux_, les _Sheyennes_, les _Assiniboins_, les
_Arikaras_ et les _Minatarées_ vident leurs querelles interminables, se
vengeant et se revengeant sans cesse les uns sur les autres.

Après six jours de marche, nous nous trouvâmes sur le lieu même d’un
massacre tout récent. Les membres sanglants de dix _Assiniboins_, tués
trois jours auparavant, étaient éparpillés ça et là, et presque toutes
les chairs avaient été dévorées par les oiseaux carnassiers. A la vue de
ces ossements et des vautours qui planaient au-dessus de nos têtes,
j’avoue que le peu de courage dont je me croyais animé sembla
entièrement me quitter et faire place à une frayeur secrète que
j’essayais toutefois de combattre et de cacher à mes compagnons de
voyage. Les circonstances ne semblaient guère propres à nous
tranquilliser. Bientôt nous remarquâmes des traces fraîches d’hommes et
de chevaux qui ne nous laissèrent aucun doute sur la proximité de
l’ennemi; notre guide nous dit même qu’il nous croyait déjà découverts,
mais qu’en continuant nos précautions nous parviendrions peut-être à
éluder les desseins qu’on pouvait avoir contre nous, car il est rare que
les sauvages attaquent en plein jour. Voici donc la marche que nous
suivîmes régulièrement jusqu’au 10 septembre. Nous montions à cheval dès
l’aurore; vers les dix heures, nous faisions halte pendant une heure et
demie, ayant soin de choisir un lieu qui, en cas d’attaque, pût offrir
quelque avantage pour la défense. Nous reprenions ensuite le trot
jusqu’au coucher du soleil. Après notre repas du soir, nous allumions un
grand feu, et nous dressions à la hâte une cabane de branches d’arbres
pour faire croire aux ennemis qui pouvaient être aux aguets que nous
étions campés là pour la nuit; car dès que leurs vedettes ont découvert
une proie, ils en donnent connaissance à tous les sauvages au moyen de
signaux convenus, et ceux-ci se rassemblent aussitôt pour concerter leur
plan d’attaque. Afin donc de nous mettre à l’abri de toute surprise,
nous poursuivions notre route jusqu’à dix ou onze heures du soir, et
alors, sans feu, sans abri, chacun se disposait de son mieux au repos.

Il me semble que je vous entends me demander: Mais comment dans ce
désert pouviez-vous pourvoir à votre subsistance? Voici un petit extrait
de mon journal qui vous délivrera de toute inquiétude à cet égard:

Du 25 août au 10 septembre, nous tuâmes en passant et pour notre usage:
3 belles vaches en fort bon état; 2 gros bœufs, pour la langue et les os
à moelle; 2 grands cerfs; 3 cabris; 1 chevreuil à queue noire; 1
grosse-corne ou mouton; 2 ours très-gras; 1 cygne, qui pesait environ 25
livres. Sans parler des faisans et des poules.

Cette petite carte du traiteur doit vous convaincre qu’on ne meurt pas
de faim par ici; j’ajouterai que, dans ce pays de gibier, on ne songe
guère ni au pain, ni au café, ni à tout ce que vous pouvez appeler les
douceurs de la vie; les bosses, les langues et les côtes tiennent lieu
de tout cela. Et le lit? Il ne nous embarrasse pas davantage; ici on ne
se déchausse pas; on s’enveloppe dans son manteau de buffle, la selle
sert d’oreiller, et grâce aux fatigues d’une longue course d’environ
quarante milles sous un ciel brûlant, on se couche et on s’endort au
même instant.

Les Américains qui habitent le fort Union, à l’embouchure de la
_Roche-jaune_, pour le commerce des pelleteries parmi les _Assiniboins_,
nous reçurent avec beaucoup de politesse et de bienveillance. Nous nous
y reposâmes pendant trois jours. Un voyage si long, fait sans
interruption à travers un désert où régnait alors la sécheresse et la
stérilité, avait beaucoup épuisé nos pauvres montures; une seconde
course de 1800 milles ne devait pas s’entreprendre à la légère. Tout
bien considéré, je pris la résolution de vendre nos chevaux au
commandant du fort, et de me confier dans un esquif, accompagné d’Ignace
et de Gabriel, au courant impétueux du _Missouri_; et bien nous en prit,
car le troisième jour de notre descente, à notre grande surprise et
satisfaction, nous entendîmes de loin le bruit d’un bateau à vapeur, et
bientôt après nous le vîmes s’avancer majestueusement. C’est le premier
bateau qui ait jamais essayé de remonter le fleuve de si haut dans cette
saison, chargé de marchandises pour la traite des pelleteries. Notre
première pensée fut de remercier Dieu de cette nouvelle faveur. Les
quatre propriétaires, qui étaient de New-York, et le capitaine,
m’invitèrent généreusement à venir à bord; j’acceptai avec d’autant plus
d’empressement qu’ils m’assurèrent que plusieurs partis de guerre
étaient en embuscade le long du fleuve. Je fus pour ces messieurs
l’objet d’une grande curiosité: ma soutane, ma croix, mes longs cheveux
excitaient leur attention; il fallut répondre à mille questions et
raconter tous les détails de mon long voyage.

Je n’ai plus que quelques mots à ajouter. Depuis ma dernière lettre,
j’ai baptisé une cinquantaine de petits enfants, principalement dans les
forts. L’eau du fleuve était basse, les bancs de sable et les chicots
arrêtaient à chaque instant le bateau et le mettaient parfois en danger
d’échouer. Déjà les pointes des rochers cachées sous l’eau l’avaient
percé de trous; les innombrables chicots qu’il fallait sauter à tout
risque avaient brisé les roues et les parties qui les couvrent; un vent
violent avait renversé la cahute du pilote, et l’aurait jetée dans le
fleuve si l’on n’eût eu soin de l’attacher avec de gros câbles; enfin le
bateau ne présentait plus qu’un squelette, lorsqu’après quarante-six
jours de travail pénible plutôt que de navigation, j’arrivai sans autre
accident à Saint-Louis. Le dernier dimanche d’octobre à midi, j’étais à
genoux au pied de l’autel de la sainte Vierge à la cathédrale, rendant
mes actions de grâces au bon Dieu pour la protection qu’il avait
accordée à son pauvre et indigne ministre.

A compter du commencement d’avril de cette année, j’ai parcouru cinq
milles; j’ai descendu et remonté le fleuve Columbie, vu périr cinq de
mes compagnons de voyage dans les dalles de ce fleuve, longé les rives
du Wallamette et de l’Orégon, parcouru différentes chaînes des Montagnes
Rocheuses, traversé une seconde fois le désert de la _Roche-jaune_ dans
toute son étendue, descendu le _Missouri_ jusqu’à Saint-Louis; et dans
tout ce long trajet, je n’ai pas une seule fois manqué du nécessaire, je
n’ai pas reçu la moindre égratignure.... _Dominus memor fuit nostri, et
benedixit nobis._

Bien des choses de ma part à la famille et aux amis.

P. J. DE SMET, S. J.



Copie d’une lettre du P. Mengarini au P. de Smet.


Sainte-Marie, 28 juin 1842.

Grâces à Dieu, nos espérances commencent à se réaliser. Un changement
salutaire s’est visiblement opéré dans notre peuplade, dont les chefs et
les membres nous font déjà goûter, par leur conduite vraiment édifiante,
les plus douces consolations.

Le jour de la Pentecôte a été pour nous et pour nos chers néophytes un
jour de bénédiction et de grâces; quatre-vingts d’entre eux ont eu le
bonheur de recevoir pour la première fois le Pain des anges. Leur
assiduité pendant un mois aux instructions, que nous leur donnions trois
fois par jour, nous avait assurés de leur zèle et de leur ferveur. Une
retraite de trois jours, qui a servi de préparation plus immédiate, nous
en a convaincus davantage. Dès le matin, de nombreuses décharges de
fusil annonçaient au loin l’arrivée du grand jour. Au premier son de la
clochette, une foule de sauvages se pressèrent vers notre église. Un des
Pères, en surplis et en étole, précédé de trois enfants de chœur dont
l’un portait la bannière du Sacré-Cœur de Jésus, alla les recevoir pour
les conduire, en ordre de procession et aux chants des cantiques, dans
le temple du Seigneur. Quel religieux recueillement parmi cette foule!
Tous gardèrent un profond silence; mais en même temps brillait sur les
visages l’allégresse qui avait rempli les cœurs. L’ardent amour dont
brûlait déjà ces âmes innocentes fut enflammé par les fervents colloques
avec Jésus dans son sacrement d’amour, que faisait à haute voix l’un des
Pères, en y entremêlant des couplets de cantiques. La tendre dévotion,
la foi vive avec laquelle ces sauvages ont reçu leur Dieu, nous a
réellement édifiés et touchés. A onze heures du matin, ils ont renouvelé
les vœux du baptême, et dans l’après-midi, ils ont fait la consécration
solennelle de leurs cœurs à la sainte Vierge, patronne titulaire de ces
lieux. Puissent ces pieux sentiments, que seule la vraie religion
inspire, se conserver parmi nos chers enfants! Nous l’espérons, et ce
qui augmente notre espoir, c’est qu’à l’occasion de cette solennité,
environ cent vingt personnes se sont approchées du tribunal de la
pénitence, et que, depuis cette époque à jamais mémorable, chaque
dimanche nous avons de trente à quarante communions et de cinquante à
soixante confessions.

Le jour de la Fête-Dieu a vu une autre cérémonie non moins touchante, et
propre à perpétuer la reconnaissance et la dévotion de nos bons sauvages
envers notre aimable Reine. Ce fut l’érection solennelle d’une statue de
la sainte Vierge, en mémoire de son apparition au petit Paul. Voici une
courte description de la fête. Depuis l’entrée de notre chapelle jusqu’à
l’endroit où le petit Paul avait reçu la faveur signalée, l’avenue
n’était qu’une pelouse verte, que bordaient des deux côtés, dans toute
leur longueur, des guirlandes de fleurs pendant en festons. De distance
en distance s’élevaient de gracieux arcs de triompha. A l’extrémité, au
milieu d’une espèce de reposoir, était le piédestal qui devait recevoir
la statue. Au temps marqué, la procession sortit de notre chapelle dans
l’ordre suivant: la bannière du Sacré-Cœur en tête, de près suivait le
petit Paul, portant la statue, et accompagné de deux enfants de chœur
qui jetaient des fleurs sur leur passage. Venaient ensuite les deux
Pères, l’un en chape et l’autre en surplis. Enfin la marche était fermée
par les chefs et tous les membres de la peuplade, rivalisant d’ardeur à
payer leur tribut de remerciements et de louanges à la bonne Mère.
Arrivés à l’endroit, l’un des Pères, dans une courte exhortation. où il
rappelait le prodige et l’assistance signalée de la Reine des deux,
ranima dans le cœur de nos chers néophytes la confiance dans la
protection de Marie. Après cette allocution et le chant des litanies de
la sainte Vierge, tout le cortége revint à l’église dans le même ordre.
Oh! que nous eussions désiré que tous les amis de notre sainte religion
fussent témoins de la dévotion et du recueillement des nouveaux fidèles
de Sainte-Marie!... Nous aurions aussi souhaité de ne les renvoyer
qu’après leur avoir donné la bénédiction du Saint-Sacrement; mais, faute
d’ostensoir, nous fûmes obligés de différer cette faveur jusqu’à la fête
du Sacré-Cœur de Jésus. Alors le Saint-Sacrement a été porté en
procession solennelle; et depuis, chaque dimanche après vêpres, les
fidèles ont le bonheur de recevoir la bénédiction. Puisse-t-elle
réellement descendre du ciel sur nous et sur notre peuplade! Nous
l’attendons avec le secours de vos prières et de celles de tous nos
amis.

GRÉGOIRE MENGARINI, S. J.



PRIÈRES

EN LANGUE TÊTE-PLATE ET PONDÉRAS


Skest Kyleeyou, Oulsgesees, Oulspagpagt. Komieetzegeel.
Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


PATER NOSTER

Kyleeyou, Itchitchemask, askwees kowaaskshamenshem
Notre Père, du ciel, que votre nom soit respecté

ailetzemilkou yeelskyloog; ntziezie telletzia spoo oez.
par toute la terre; régnez dans tous les cœurs.

Assinteels astskole, yelstoloeg etzageel Itchichemask.
Que votre volonté soit faite, sur la terre ainsi que dans le ciel.

Hoogwitzilt yettilgwa lokaitssia petzim. Knwaasksmeemiltem
Donnez-nous maintenant tous nos besoins. Pardonnez-nous le mal

klotoiye kloistskeyen etzageel kaitsskolgwelem klotoiye
que nous avons commis comme nous pardonnons (le mal)

kloistskwen klielskyloog Koaxalock shitem takaakskwentem
à ceux qui nous ont offensés. Accordez-nous assistance pour éviter

klotaiye; kowaaaksgweeltem klotaiye. Komieetzegeel.
le mal; mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.


AVE MARIA

Uytchenkuytes Mary; koinkoittzeltz loetgeest,
Je vous salue, Marie; vous êtes riche dans tout ce qui est saint,

Kaikolinzoeten, lauoui, koortzinkwen telletzia
le Grand-Esprit est avec vous, vous êtes bénie entre toutes

telpelpilgkwe, Jesus skozees telnowiss ozitzzegoey.
les femmes, Jésus le fruit de vos entrailles est béni.

Geest Mary, skois Kaikolinzoeten, kailchaussils, kontkoint
Sainte Marie, Mère du Grand-Esprit, priez pour nous pauvres

taieetskweest, yettilgwa nekittchit tche-iet gloll kaaks titte lill...
pécheurs, maintenant et au moment de notre mort.

Komieetzegeel,
Ainsi soit-il.


CREDO

Noonnegweeneemen Kaikolinzoeten, Kylueeyou etzia wetskoolz,
Je crois dans le Grand-Esprit, notre Père tout-puissant,

cheiglo epstskool lotchitchemash kwentiestsloog, Noonnegweenemen
qui a créé le ciel et la terre. Je crois

Jesus Christ, istchinarkszeous hezees kyeleemigoem,
en Jésus-Christ, son fils unique notre Seigneur (chef,)

kolintem Pagpagt, steetschmish Mary ikolintem,
qui a été conçu du St-Esprit, est né de la vierge Marie;

stoetzemistess shaltemmigg, neyaw wilsem Ponce Pilate
qui a souffert sous Ponce Pilate,

millchpitpit komminall krmmintem, eltelill, laakkentem
a été attaché sur une croix, est mort, a été enseveli;

welkgkoop klotchittay ye, potochalask welgwilgwilt
qui est descendu aux enfers, le 3ᵉ jour est ressuscité
tiltintimnay weltelschyloog; nowistchills lotchitehemask,
d’entre les morts; qui est monté au ciel,

glaaktschills ilstitze eetch Kolinzoetess leeêous chiimgyst
qui est assis à la droite du Grand-Esprit, son père, qui est

telletzia; nemeltshoey ogkeoust louetsgwilgwilt lonets
tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les

telil. Noonnegweeneemen ouls-Pagpagt, kgloulzen
morts. Je crois au St-Esprit, la Ste Eglise

schaaemen catholique, esttchaustowegwe lopagpagt skyiloog,
catholique, la communion des saints,

klotayye istkwen nemeets kolygwelem, nemetzia tckaltckaitemig
la rémission des péchés, la résurrection de

eltze potske telzenilzielis, Itchitchemask takeepsoy lokweng-*wilgwiltis....
tous les morts, la vie du ciel qui ne finira jamais.

Komieetzegeel.
Ainsi soit-il.


FIN



TABLE


PRÉFACE DE L’ÉDITION AMÉRICAINE                                        V

Relation adressée à M. le chanoine de la Croix, à Gand                 7

PREMIÈRE LETTRE, à MM. Charles de Smet, président du tribunal de
Termonde, et François de Smet, juge-de-paix à Gand                    76

SECONDE LETTRE                                                        93

TROISIÈME LETTRE                                                     110

QUATRIÈME LETTRE                                                     125

CINQUIÈME LETTRE, à M. Rollier, avocat à Opdorp, près de Termonde    129

SIXIÈME LETTRE, à madame Rosalie Van-Mossevelde, à Termonde          148

SEPTIÈME LETTRE, aux religieuses thérésiennes de Termonde            155

HUITIÈME LETTRE, à un Père de la Compagnie de Jésus                  168

NEUVIÈME LETTRE, à un Père de la Compagnie de Jésus                  173

DIXIÈME LETTRE, à un Père de la Compagnie de Jésus                   189

ONZIÈME LETTRE, à un Père de la Compagnie de Jésus                   199

Copie d’une lettre du révérend M. Blanchet au P. de Smet, reçue le
1ᵉʳ novembre 1841                                                    209

DOUZIÈME ET DERNIÈRE LETTRE, à M. François de Smet                   214

Copie d’une lettre du P. Mengarini au P. de Smet                     224

PRIÈRES EN LANGUE TÊTE-PLATE ET PONDÉRAS. _Pater noster._ _Ave Maria._
_Credo_                                                              227

--Lille. Typ. J. Lefort. 1875--



A LA MÊME LIBRAIRIE

PUBLICATIONS NOUVELLES


=Saint Joseph=, Patron de l’Eglise catholique; sa vie et son culte; par
J. M. de Gaulle. beau volume grand in-8º raisin, orné de 4
_gravures_.....3 »

=Explication des Épîtres et Évangiles= de tous les dimanches et des
principales fêtes de l’année; par le T.-H. F. Philippe, Supérieur
général des Frères des Écoles chrétiennes. in-8º de 572 pages.....4 50

=Fastes de la Marine Française= (les); par A. S. de Doncourt. grand
in-8º.....4 »

=Voyage dans les Indes occidentales=; traduit de l’anglais d’Angus
Reach, par Mᵐᵉ Léontine Rousseau. grand in-8º.....4 »

=Saint Amand= (Histoire de), évêque-missionnaire, et Etude sur l’état du
christianisme chez les Francs du Nord au VIIᵉ siècle; par l’abbé C. J.
Destombes. in-8º.....2 50

=Marie-Antoinette et Madame Élisabeth=; par F. Lafuite. in-8º.....1 50

=Mosaïque de la jeunesse=: variétés intéressantes et instructives. 28
_grav._.....1 50

=Siége de Paris= (le), journal historique et anecdotique; par Ed.
Delalain. in-8º.....1 50

=Une Héritière=; par Marie Emery. in-8º.....1 50

=Deux Vocations=; par S. Bigot. in-8º.....1 50

=Pèlerinage en Terre-Sainte=, par M. l’abbé Daspres.....1 50

=Voyage aux Montagnes Rocheuses=, chez les tribus indiennes du vaste
territoire de l’Orégon; par le R. P. de Smet. in-8º.....1 50

=Biographies lorraines=; par M. le comte de Lambel. in-8º.....1 25

=Une Semaine à Cracovie=; par Mᵐᵉ la comtesse Drohojowska. in-8º.....1
25

=Neveux du missionnaire= (les); par J. M. de Gaulle in-8º.....1 25

=Trois Cœurs d’or=; par Abel George. in-8º.....1 25

=Job le lapidaire=; par le même in-8º.....1 25

=Lazzaro Lazzari=, voyage humoristique en Italie; par le même.
in-8º.....1 25

=Un Bienfaiteur de l’humanité=: Jean de Matha; par C. d’Aulnoy.
in-8º.....1 »

=Captivité et mort de Louis XVI=, suivies de son testament et des
derniers moments de quelques révolutionnaires; par F. Lafuite.
in-8º.....1 »

=Contes angéliques=, par le R. P. W. Faber; traduits de l’anglais par le
H. F. Philpin du Rivières in-8º.....1 »

=Cœur d’une jeune fille= (le), par Mᵐᵉ la baronne de Chabannes.
in-8º.....1 »

=Irène de Pontval=; par M. du Hausselain. in-8º.....1 »

=Reine Berthe au long pied= (la); par Camille d’Arvor. in-8º.....1 »

=Trois corps saints= (les); par Mᵐᵉ d’Orgeval-Dubouchet. in-18
Jésus.....2 »

=Zouaves pontificaux= (les): Mentana, Rome, Campagne de l’Ouest; par le
comte Eugène de Wallincourt. in-18 jésus.....2 »

=Hygiène au village= (l’); par le docteur J. P. des Vaulx. in-18
jésus.....1 50

=Merveilles de la vie dans le corps des animaux=; par le même. in-18
jésus.....1 50

=Frère Philippe= (le T.-H.), Supérieur général de l’Institut des Frères
des Ecoles chrétiennes, par A. S. de Graffigny. in-12.....» 75

=Apparition du Pontmain= (l’); par Mᵐᵉ de Gaulle, in-12.....» 60

=Nunzio Sulprizio=, jeune artisan de Naples. in-12.....» 60

_En envoyant le prix en un mandat de poste ou en timbres-poste, on
recevra_ franco _à domicile_.


--Lille. Typ. J. Lefort--



NOTES:

[1] Cette préface nous semble très-propre à faire apprécier de nos
lecteurs les travaux du R. P. de Smet. Les sentiments qu’y expriment les
Américains trouveront certainement de l’écho dans les pays catholiques
de l’Europe.

[2] Traduction de l’anglais.

[3] La _Columbie_ est le réservoir commun de toutes les eaux de
l’Orégon. Le _Rio-Colorado_, après avoir traversé le désert le plus
affreux, va ensuite fertiliser la plus belle partie de la Californie.

[4] Après la petite lettre qui suit, le P. de Smet a interrompu sa
relation, pour donner successivement différents détails sur les
productions des contrées qu’il a traversées, sur les dangers qu’il a
courus, sur les dispositions morales des tribus sauvages, sur le plan
qu’il se propose de suivre pour assurer et consolider leur conversion et
leur civilisation, sur le lieu qu’il a choisi pour leur résidence
permanente, sur les coutumes qu’il y a introduites, sur un voyage qu’il
a fait dans l’intérêt de sa peuplade, enfin sur ce qui s’est passé dans
la réduction pendant qu’il faisait ce voyage. Il n’a repris la suite de
sa narration que l’année suivante, dans sa relation d’une année de
séjour aux Montagnes Rocheuses, adressées à M. le chanoine de la Croix.

(_Note de l’éditeur._)


[5] Lettre III. p. 118.

[6] Les parties du vaste territoire de l’Orégon qui avoisinent l’océan
Pacifique, le fleuve _Columbie_ et les rivières navigables que reçoit ce
fleuve, sont exploitées par la Compagnie anglaise de la baie d’Hudson,
établie dans plusieurs forts sur les bords des rivières. Ses agents y
achètent aux sauvages leurs pelleteries, et leur fournissent en échange
des armes, de la poudre, du tabac et autres marchandises. Comme un grand
nombre d’employés subalternes de cette Compagnie sont des Canadiens
catholiques, elle s’est concertée au Canada avec Mgr l’évêque de
Juliopolis, qui y a envoyé deux prêtres, MM. Blanchet et de Mers. Ces
dignes missionnaires résident, depuis la fin de 1838, aux forts de
_Cowlitz_ et de _Wallamette_, situés à peu de distance l’un de l’autre
sur les rivières du même nom, à environ vingt-deux lieues du fort
_Van-Couver_, et à cinquante lieues de l’océan Pacifique. Ils s’y
livrent avec le plus grand zèle aux pénibles fonctions de leur
ministère. Ils font aussi de fréquentes excursions dans l’intérieur du
pays pour visiter les forts de la Compagnie, et profitent de toutes les
occasions pour propager la foi catholique parmi les nations sauvages. M.
Blanchet vient d’être élevé à la dignité épiscopale. C’est auprès de lui
que se rendent les sept Sœurs de Notre-Dame qui se sont embarquées
dernièrement à Anvers avec le P. de Smet, à bord du brick belge
_l’Infatigable_.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyage aux montagnes Rocheuses" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home