Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Vers le pôle
Author: Nansen, Fridtjof
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Vers le pôle" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  FRIDTJOF NANSEN

  VERS
  LE PÔLE

  TRADUIT ET ABRÉGÉ
  PAR
  CHARLES RABOT

  200 ILLUSTRATIONS
  D'APRÈS LES PHOTOGRAPHIES ET LES DESSINS DE L'EXPLORATEUR

  PARIS
  ERNEST FLAMMARION, EDITEUR
  26, RUE RACINE, 26

  Tous droits réservés



_Il a été tiré de cet ouvrage vingt exemplaires sur papier de Chine,
tous numérotés._



[Illustration: FRIDTJOF NANSEN]



PRÉFACE DU TRADUCTEUR


Depuis quatre siècles de vaillants marins se lançaient à l'assaut du
formidable rempart de glace qui défend l'accès du Pôle, et depuis quatre
siècles leurs efforts étaient venus se briser devant la résistance des
mystérieuses banquises.

A un homme d'audace, à Fridtjof Nansen, il appartenait de triompher de
ces obstacles jusque-là invincibles. Cette œuvre de géant demandait une
intelligence géniale. Nansen possédait toutes les grandes qualités
nécessaires à l'exécution de cette entreprise titanesque: une initiative
hardie, une merveilleuse ingéniosité, une expérience complète des
conditions de la lutte, un courage héroïque, une endurance qu'aucune
souffrance ne pouvait vaincre. Aussi bien, la lecture de ce voyage
laisse une profonde admiration pour ce héros des glaces.

Pour atteindre les hautes latitudes, le premier il conçoit l'audacieux
projet de se laisser entraîner vers le nord par la lente dérive des eaux
qui charrient les banquises à travers l'inconnu du bassin polaire, puis,
pour compléter son œuvre, il se lance, avec un seul compagnon, au milieu
de l'effroyable désert glacé où tant de vaillants explorateurs ont déjà
trouvé une mort tragique.

Sa marche vers le Pôle, sa retraite vers la terre François-Joseph et son
hivernage sur cette terre seront rangés parmi les exploits les plus
extraordinaires dont l'homme puisse se glorifier.

Le récit de ces épisodes dramatiques est passionnant et attachant comme
un roman. Il laisse l'impression de quelque aventure légendaire imaginée
par un Jules Verne et accomplie par un Lohengrin.

Tant d'efforts et tant d'audace ont abouti à des résultats scientifiques
considérables. La connaissance de notre globe s'est étendue à une vaste
région jusque-là ignorée, et le grand problème de l'exploration polaire,
insoluble depuis des siècles et en dépit des efforts les plus
persévérants, a fait un progrès décisif, qui ouvre à la science une voie
nouvelle et féconde.

CHARLES RABOT.

Juin 1897.



VERS LE PÔLE



INTRODUCTION


Nos ancêtres, les anciens Normands, ont été les premiers navigateurs qui
aient affronté les glaces polaires. Dès le VIIIe siècle, tandis que les
marins des autres pays n'osaient quitter le voisinage des côtes, eux se
lançaient déjà bravement en pleine mer et découvraient l'Islande, puis
le Grönland. Autour de ces terres ils rencontrèrent des banquises et
apprirent bientôt à connaître leurs dangers. Un document du XIIIe
siècle, le _Kongespeil_ (le Miroir des Rois), renferme une description
très exacte de ces nappes cristallines, absolument remarquable pour
cette époque, où les phénomènes naturels n'étaient guère observés.

Aux Normands succédèrent, quelques siècles plus tard, dans la lutte
contre les glaces, les Anglais, puis les Hollandais.

Croyant à l'existence d'une mer libre au nord des continents, les
navigateurs de l'Europe septentrionale cherchèrent longtemps dans cette
direction un passage conduisant aux Indes et en Chine. Partout ils
trouvèrent la route fermée, mais, loin d'être découragés par ces
insuccès, ils n'en persistèrent pas moins pendant longtemps dans leurs
tentatives. Si la mer se trouvait encombrée de glaces à une latitude
relativement méridionale, autour des côtes sud du Grönland, du Spitzberg
et de la Nouvelle-Zemble, très certainement elle devait être libre plus
au nord, croyaient ces marins, et courageusement ils essayèrent de se
frayer un passage vers le Pôle.

Si erronée que fût cette hypothèse, elle a été cependant utile au
développement de la connaissance du globe. Toutes ces expéditions ont,
en effet, rapporté de précieuses observations et rétréci le domaine de
l'inconnu.

Par bien des routes différentes et à l'aide de moyens très divers, les
explorateurs anciens et modernes ont tenté de pénétrer vers les
mystérieuses régions du Pôle. Les premières tentatives furent faites par
des navires peu appropriés à de telles entreprises. Les faibles barques
non pontées des Normands et les anciennes caravelles hollandaises ou
anglaises ne possédaient ni la rapidité ni la résistance nécessaires
pour triompher des glaces. Mais, peu à peu, l'art de la construction
navale fit des progrès; les navires devinrent plus appropriés au but
auquel ils étaient employés; en même temps, avec une ardeur de plus en
plus grande, l'homme se lançait à l'assaut des banquises polaires.

Longtemps avant le début des expéditions arctiques, les tribus de l'Asie
et de l'Amérique boréales se servaient de traîneaux tirés par des chiens
pour parcourir les déserts glacés qu'elles habitent. Ce mode de
locomotion fut employé en Sibérie pour la première fois par des
explorateurs. Dès les XVIIe et XVIIIe siècles les Russes entreprirent de
longs voyages en traîneaux pour relever la côte septentrionale de
l'Asie, depuis la frontière d'Europe jusqu'au détroit de Bering. Sur ces
véhicules ils traversèrent même une large banquise pour atteindre les
îles de la Nouvelle-Sibérie, situées au nord du continent.

  [Illustration: CARTE GÉNÉRALE DU BASSIN POLAIRE
  Trajet projeté par le Dr Nansen.
  Trajet parcouru par le _Fram_ en mer libre.
  Trajet parcouru par le _Fram_ dans les glaces.]

En Amérique, les explorateurs anglais firent également usage, à une date
relativement ancienne, de traîneaux pour reconnaître les côtes de
l'Océan Arctique. Dans ces expéditions ces véhicules étaient le plus
souvent halés par des hommes. C'est en avançant ainsi, à travers la
banquise, qu'en 1876 Albert Markham accomplit la pointe la plus
audacieuse qui ait été faite jusqu'à cette date pour pénétrer dans le
bassin polaire.

Parry mit le premier en œuvre un troisième mode de locomotion,
consistant dans l'emploi combiné de traîneaux et d'embarcations.
Abandonnant son navire sur la côte septentrionale du Spitzberg, cet
officier s'engagea sur la glace avec des canots halés sur des traîneaux
et parvint ainsi à la plus haute latitude (82°45′) atteinte jusque-là.
Le courant entraînant vers le sud la banquise sur laquelle il cheminait
péniblement dans la direction du nord, il dut finalement battre en
retraite.

Au moyen de ces différents modes de locomotion, les explorateurs ont
essayé de pénétrer dans le bassin polaire par quatre routes différentes:
par le détroit de Smith, par les deux rives du large bras de mer compris
entre le Grönland et la terre François-Joseph, enfin par le détroit de
Bering.

La route du détroit de Smith a été la plus fréquemment tentée dans ces
derniers temps. Les Américains ayant affirmé--un peu
légèrement--l'existence dans ce bras de mer de vastes bassins d'eau
libre s'étendant très loin vers le nord, les explorateurs choisirent
naturellement cette voie de préférence aux autres; malheureusement toute
différente était la véritable situation. A travers ce goulet ouvert
entre le Grönland et l'Amérique boréale, d'énormes banquises sont
emportées vers le sud sous l'impulsion d'un courant, et devant ces
nappes de glace en dérive tous les navires ont dû s'arrêter et chercher
un refuge sur les côtes. La tentative la plus importante entreprise dans
cette direction est celle de Nares (1875–1876). Au prix d'efforts
inouïs, un officier de cette expédition, le commandant Markham,
atteignit le 83°20′, la plus haute latitude à laquelle on soit alors
parvenu. Après cette expérience, de l'avis de Nares, l'impossibilité
d'arriver au Pôle par cette route était évidente.

Pendant le séjour de la mission Greely dans ces parages (1881–1884), le
lieutenant Lockwood dépassa seulement de quatre minutes la latitude
atteinte par Markham. Jusqu'à l'époque de notre voyage, cet Américain a
ainsi «détenu le record du monde» dans la marche vers le nord.

Dans le large bras de mer ouvert entre le Grönland et le Spitzberg, les
navigateurs ont dû s'arrêter à des latitudes beaucoup plus méridionales.
En 1869–70, l'expédition allemande de Koldewey n'a pu dépasser le 77° de
lat., au moyen de traîneaux, le long de la côte orientale du Grönland.
Cette côte est baignée par un courant polaire qui entraîne vers le sud
une énorme masse de glace; par suite, une marche vers le nord n'offre
aucune chance de succès dans cette direction. Du côté du Spitzberg les
conditions sont plus favorables. Le courant chaud qui porte au nord le
long de la côte occidentale de cet archipel, dégage la mer jusqu'au delà
du 80°; nulle part ailleurs, il n'est possible d'atteindre aussi
facilement une latitude plus septentrionale dans des eaux libres.

Plus à l'est, l'état des glaces est moins favorable; par suite, un très
petit nombre d'expéditions se sont dirigées de ce côté. La principale
tentative effectuée au nord de la Nouvelle-Zemble est celle de Weyprecht
et de Payer (1872–1874). Bloqué à hauteur de l'extrémité septentrionale
de cette terre, le navire austro-hongrois fut entraîné au nord par un
courant, et finalement découvrit la terre de François-Joseph.
Poursuivant sa route dans la direction du Pôle, Payer atteignit le
82°5′. Depuis, cet archipel n'a été visité que par Leigh Smith et par la
mission anglaise Jackson-Harmsworth, qui s'y trouve actuellement.

La première tentative faite par le détroit de Bering est celle de Cook
en 1776; la dernière, la malheureuse expédition de la _Jeannette_.
Emprisonnée dans la banquise le 6 septembre 1879, au S.-E. de la terre
de Wrangel, la _Jeannette_, après une dérive de deux ans vers
l'ouest-nord-ouest avec l'étau de glace qui l'enserrait, fut brisée dans
le nord des Iles de la Nouvelle-Sibérie.

Ainsi donc, dans toutes les directions jusque-là suivies, la banquise
avait arrêté les efforts de l'homme.

Pour vaincre la résistance des glaces, il était donc nécessaire
d'imaginer un nouveau moyen de pénétration dans le bassin polaire, et de
choisir une nouvelle route.

En 1881, la _Jeannette_ était, comme je viens de le raconter, écrasée au
nord de l'archipel de la Nouvelle-Sibérie, après une dérive de deux ans
à travers l'Océan Glacial de Sibérie. Trois ans plus tard, des épaves
authentiques de ce bâtiment étaient découvertes sur un glaçon, près de
Julianehaab, dans le voisinage de l'extrémité sud-ouest du Grönland.

Très certainement le bloc chargé de ces débris n'avait pu arriver dans
cette localité qu'en traversant le bassin polaire. Mais par quelle
route? Évidemment il n'avait pas descendu le détroit de Smith. Dans ce
goulet le courant polaire côtoie la terre de Baffin et le Labrador,
entraînant les banquises sur la côte américaine et non point du côté du
Grönland. Le glaçon en question ne pouvait être arrivé à Julianehaab que
charrié par le grand courant polaire qui descend vers le sud, le long de
la côte orientale du Grönland, et qui, après avoir doublé le cap Farvel,
remonte ensuite au nord dans le détroit de Davis. Sur ce point aucun
doute n'était permis. Restait maintenant à débrouiller la voie suivie
par ce bloc, des îles de la Nouvelle-Sibérie au Grönland oriental.
Suivant toute vraisemblance, après le naufrage, les épaves avaient
dérivé vers le nord-ouest, poussées à travers l'Océan Glacial de Sibérie
par le courant qui porte dans cette direction, puis, après avoir passé
au nord de la terre François-Joseph et du Spitzberg, probablement dans
le voisinage du Pôle, étaient parvenues dans les eaux du Grönland
oriental et avaient été entraînées ensuite au sud par le courant polaire
de cette région. Dans l'état actuel de nos connaissances
hydrographiques, c'est, du moins, le seul itinéraire plausible. Des îles
de la Nouvelle-Sibérie à Julianehaab, la distance, par l'itinéraire
indiqué plus haut, est de 2,900 milles marins[1]. Ce trajet, l'épave
l'avait effectué en 1,100 jours, soit à la vitesse de 2,6 milles par
vingt-quatre heures, chiffre qui concorde avec les vitesses de dérive
déjà connues.

  [1] Le mille marin vaut 1852 mètres. (_Note du traducteur._)

D'autres cas de flottage moins frappants que celui des débris de la
_Jeannette_ prouvent également l'afflux des eaux sibériennes vers le
Grönland oriental. On a, par exemple, recueilli sur les côtes de cette
terre un levier pour lancer des flèches, comme en fabriquent les Eskimos
habitant le détroit de Bering. De plus, la majorité des bois flottés
recueillis au Grönland proviennent de la partie nord du continent
asiatique. Sur vingt-cinq échantillons récoltés par l'expédition
arctique allemande de Koldewey, dix-sept ont été reconnus comme étant
des mélèzes de Sibérie. Je rappellerai également à ce propos que,
d'après Grisebach, la flore du Grönland renferme des espèces de Sibérie;
évidemment ces plantes ne peuvent avoir été transportées aussi loin de
leur habitat primitif que par un courant marin unissant les deux pays.
Ce n'est pas tout. L'examen des boues que j'ai recueillies, en 1888, sur
la banquise du Grönland oriental a révélé des faits absolument
significatifs. Ces boues ne renferment pas moins de vingt espèces
minérales différentes. Une telle variété de composition fait supposer au
Dr Törnebohm, de Stockholm, qu'elles proviennent d'un pays très étendu,
probablement de Sibérie. Enfin, au milieu de ces dépôts, le Dr Cleve a
découvert des diatomées très curieuses qui, parmi des milliers
d'échantillons examinés par lui, ne se rapportent qu'à des espèces
recueillies par l'expédition de la _Véga_ au cap Wankarema, près du
détroit de Bering.

[Illustration: LE _Fram_ DANS LA RADE DE BERGEN]

Toutes ces observations semblent donc fournir une preuve indubitable de
l'existence d'un grand courant qui, partant de l'Océan Glacial de
Sibérie, aboutit à la côte orientale du Grönland, en passant par le
bassin polaire.

La théorie corrobore, du reste, l'existence de ce courant. A l'est du
Spitzberg méridional et de l'extrémité sud de la terre François-Joseph
existe, sur l'Océan Glacial, un centre de dépression barométrique. En
vertu de la loi de Buys-Ballot, les vents, dans la partie nord de cette
zone de minimum, soufflent de l'est à l'ouest et doivent, par suite,
déterminer une dérive des eaux dans cette dernière direction,
c'est-à-dire vers le bassin polaire et vers le Grönland.

Si la plupart des expéditions entreprises jusqu'ici avaient échoué,
c'est qu'elles avaient été dirigées dans des mers où le courant porte
vers le sud. A mesure que le navire avançait dans la direction du nord,
les glaces en débâcle devenaient de plus en plus nombreuses, puis
finalement bloquaient le navire et l'entraînaient en arrière. Si l'on
avançait avec des traîneaux sur la banquise, les explorateurs
s'épuisaient en efforts inutiles. Au prix de terribles fatigues ils
marchaient vers le nord, et, pendant ce temps la lente dérive des eaux
repoussait vers le sud la banquise sur laquelle ils croyaient avancer.
Pour atteindre le bassin polaire, il fallait, au contraire, suivre un
courant portant au nord, en un mot, accomplir sur un navire le voyage
des épaves de la _Jeannette_.

Atteindre les îles de la Nouvelle-Sibérie, de là avancer aussi loin que
possible vers le nord, en se frayant un passage à travers les glaces,
puis, une fois toute issue fermée dans cette direction, se laisser
entraîner vers le nord-ouest par la lente dérive qui porte les eaux de
l'Océan Glacial de Sibérie vers le Grönland, tel était le plan de voyage
que j'élaborais.

Que le courant de la _Jeannette_ passât par le Pôle ou entre ce point et
la terre François-Joseph, la question était pour moi de peu
d'importance. Je me proposais, en effet, comme je l'écrivais en 1891
dans le premier exposé de mes projets devant la Société de Géographie de
Christiania, non pas d'atteindre l'axe septentrional de notre sphéroïde,
mais d'explorer, au point de vue scientifique, les immenses espaces
encore inconnus qui l'entourent. Seule l'étude de ces déserts a été le
but de mon voyage. A mon avis, la recherche du point mathématique qui
forme le pôle n'offre qu'un intérêt minime.

Mon projet, je dois le confesser, fut loin de réunir les suffrages des
explorateurs arctiques. Il s'écartait trop évidemment des idées
jusqu'ici admises.

                   *       *       *       *       *

Grands seraient, à coup sûr, les dangers d'une pareille entreprise, mais
grâce aux soins apportés à l'équipement et au recrutement des membres de
l'expédition, non moins que par une direction judicieuse du voyage,
j'espérais en triompher.

Une fois le plan de l'exploration bien établi, restait à en assurer
l'exécution. Le gouvernement et le parlement norvégien m'accordèrent,
avec enthousiasme, une subvention de 392,000 francs. Le surplus des
dépenses, qui s'élevèrent au chiffre total de 622,000 francs, fut
couvert par le roi de Norvège et par de généreux concitoyens.

J'avais besoin, avant tout, d'un navire d'une solidité exceptionnelle,
capable de résister aux assauts des glaces qui, à coup sûr, seraient
terribles pendant l'emprisonnement au milieu de la banquise. La
construction du bâtiment fut donc entourée de soins particuliers.
L'ingénieur norvégien, Colin Archer, auquel je confiai cette mission, en
comprit l'importance et apporta à son exécution toute sa science et
toute sa vigilance. A ce collaborateur je dois en partie le succès de
mon entreprise.

La plupart des expéditions antérieures n'avaient pas eu à leur
disposition de navires construits spécialement pour la navigation au
milieu des glaces. Cette négligence paraît d'autant plus étonnante que
plusieurs de ces voyages ont entraîné des dépenses considérables.
Généralement, les expéditions une fois décidées, les chefs de mission
ont eu une telle hâte de prendre la mer que le temps de soigner leur
équipement leur a fait défaut. Dans bien des cas les préparatifs ont été
commencés seulement quelques mois avant le départ. Notre expédition ne
pouvait être prête aussi vite; son organisation a exigé trois ans, et
neuf ans avant son exécution le plan en était déjà conçu et arrêté.

La forme adoptée pour notre navire, après de longs tâtonnements, n'était
pas précisément élégante; mais l'essentiel était de lui donner des
lignes telles que, lors des pressions des glaces, il fut soulevé en
l'air au lieu d'être broyé.

Le _Fram_ fut construit, non pas pour être un fin marcheur, mais pour
constituer un refuge solide et confortable pendant notre dérive à
travers l'Océan polaire. Je désirais un navire aussi petit que possible
et pensais qu'un bâtiment de 170 tonnes nettes serait suffisant; le
_Fram_ fut cependant beaucoup plus grand (402 tonneaux bruts, 307 nets).
Il me fallait un navire court pour qu'il pût facilement évoluer à
travers les glaces et qu'il pût en même temps offrir une plus grande
résistance. La longueur de la coque est une cause de faiblesse au milieu
des banquises. Il était, d'autre part, essentiel que les flancs fussent
aussi lisses que possible, sans saillie extérieure, en évitant les
surfaces planes dans le voisinage des parties vulnérables. Mais, pour
qu'un tel bâtiment dont les murailles devaient, en outre, être très en
pente, pût posséder les capacités voulues de chargement, il était
nécessaire de lui donner une grande largeur. Par suite le _Fram_ eut une
largeur égale au tiers de sa longueur. La coque, l'avant, l'arrière et
la quille reçurent une forme bien arrondie, afin que, nulle part, la
glace ne pût trouver prise. Dans le même but, la quille fut en partie
recouverte par le bordé, ne laissant qu'une saillie de 0m,075 dont les
bords furent arrondis. En un mot, le navire présentait partout des
surfaces unies, de manière à pouvoir glisser, comme une anguille, hors
de la glace, lorsque les blocs l'enserreraient avec force.

La coque fut effilée à l'avant et à l'arrière, comme celle d'un
bateau-pilote, sauf pour la quille et les virures de bordage.

Les deux extrémités furent particulièrement renforcées. L'étrave était
formée de trois forts cabrions en chêne, l'un placé en dedans des deux
autres, le tout constituant une masse compacte, épaisse de 1m,25. En
dedans de l'étrave étaient assujetties de solides guirlandes en chêne et
en fer, servant à relier les deux côtés du navire, et de ces guirlandes
aboutissaient des entretoises aux traversins des bittes. De plus,
l'avant était protégé par un taille-mer en fer, auquel étaient fixés des
barrots qui s'étendaient un peu en arrière sur chaque côté.

L'arrière avait une construction toute spéciale. De chaque côté des
étambots du gouvernail et de l'hélice, ayant chacun 0m,65 de côté, fut
fixée une forte allonge de poupe, s'élevant le long de la courbure de
l'arrière jusqu'au pont supérieur et formant pour ainsi dire un double
étambot. Le bordé recouvrait ces pièces et extérieurement de fortes
plaques en fer protégeaient en outre l'arrière. Deux puits ménagés entre
les deux étambots permettaient de hisser sur le pont l'hélice et le
gouvernail. A bord des baleiniers une installation permet de remplacer
le propulseur, lorsqu'il vient à être enlevé par les glaces; mais sur
ces navires il n'existe aucun puits pour relever le gouvernail. La
disposition adoptée sur le _Fram_ nous permettait, malgré la faiblesse
de l'équipage, de remonter le gouvernail sur le pont en quelques minutes
à l'aide du cabestan, alors que, sur les baleiniers, plusieurs heures,
et même souvent toute une journée est nécessaire à un équipage de
soixante hommes pour mettre en place un nouveau gouvernail.

L'arrière est le talon d'Achille pour les navires qui naviguent au
milieu des banquises. La glace peut facilement y causer de dangereuses
avaries, notamment briser le gouvernail. Pour parer à ce danger, le
nôtre était placé si bas qu'il était à peine visible au-dessus de l'eau.
Si un gros bloc venait à heurter cette partie du navire, le choc serait
paré par l'allonge de poupe et ne pourrait guère atteindre le
gouvernail. Quelques violentes que furent les pressions, nous ne subîmes
de ce côté aucune avarie.

  [Illustration: COUPE ET PLAN DES AMÉNAGEMENTS DU _Fram_

  Coupe Longitudinale.
  Plan.
  Coupe transversale au maître bau.
  Coupe transversale par la machine

  _Légende._

  1,   Mat de misaine.   C, Cabines.             M, Machine.
  2,   Grand mat.        D, Kiosque des cartes.  P, Puits du gouvernail.
  3,   Mat d'artimon.    E, Embarcations.        S, Carré.
  AA″, Entrepont.        G, Chaudière.           V, Chambre de veille.
  A′,  Cale.             H, Puits de l'hélice.   Z, Coquerie (cuisine).]

Tous les efforts du constructeur tendirent à rendre les flancs du navire
aussi solides que possible. La membrure fut faite de bois de chêne
primitivement destiné à la marine norvégienne et qui avait été tenu sous
un abri pendant plus de trente ans. Les couples furent formés de deux
parties travaillées ensemble et reliées par des chevilles dont
quelques-unes étaient rivées. Sur chaque joint étaient placés des bandes
plates de fer. Ces couples, larges d'environ 0m,56, n'étaient séparés
que par un intervalle de 2 à 3 centimètres, rempli d'un mélange de craie
et de sciure de bois depuis la quille jusqu'au-dessus de la flottaison.
Cette disposition avait pour but de maintenir le navire à peu près
étanche, même dans le cas où le bordé aurait été enlevé.

Le bordé extérieur était composé de trois couches: celle de l'intérieur,
en chêne, était épaisse de 0m,075, fixée par des clous et soigneusement
calfatée; la seconde, épaisse d'un décimètre, était maintenue par des
chevilles et également calfatée; en dehors se trouvait le bordé en
_Greenheart_ contre la glace, qui, comme les autres, descendait jusqu'à
la quille. Son épaisseur de 0m,15 à la flottaison diminuait
graduellement vers le fond jusqu'à 0m,075. Il était fixé par des clous
et par des boulons à crochet et non par des chevilles traversant le
tout; grâce à cette disposition, si le bordé extérieur (ou chemise de
glace) eût été enlevé, la coque du navire n'eût pas subi grand dommage.
Le vaigrage intérieur était en bois de pin d'une épaisseur variant de
0m,10 à 0m,20. Il fut également calfaté avec soin une fois ou deux.

L'épaisseur totale des murailles du navire était donc de 70 à 80
centimètres. Une telle muraille, avec ses formes arrondies, devait
présenter une très grande résistance à la glace. Pour la rendre encore
plus solide, l'intérieur fut accoré dans tous les sens, si bien que la
cale ressemblait à une toile d'araignée formée d'épontilles, de cabrions
et d'arcs-boutants. En premier lieu, il y avait deux rangées de baux: le
pont supérieur et l'entrepont, principalement en chêne, mais aussi en
bois de pin dans quelques parties. Toutes ces parties étaient, en outre,
solidement liées l'une avec l'autre et avec les flancs du navire par de
nombreux supports, ainsi que le montre le diagramme de la page
précédente. Les entretoises obliques avaient été, bien entendu, placées
aussi normalement que possible aux côtés du navire, de façon à les
renforcer contre les pressions extérieures et à mieux répartir les
efforts de ces pressions. Les épontilles entre les deux rangées de baux
et entre les baux inférieurs et la carlingue étaient parfaitement
établies pour satisfaire à cette dernière condition. Toutes les pièces
se trouvaient reliées à l'aide de fortes courbes et de chevilles pour
que l'ensemble formât une même masse. Sur les navires des précédentes
expéditions on avait simplement renforcé un couple de baux de la
maîtresse partie; à bord du _Fram_, au contraire, tous les baux étaient
consolidés de la manière qui vient d'être indiquée. Dans la chambre de
la machine où la place faisait défaut pour les supports, on avait établi
des entretoises latérales. Les baux du pont inférieur étaient placés un
peu au-dessous de la ligne de flottaison, c'est-à-dire dans la partie où
la pression des glaces était le plus à craindre; mais, dans
l'arrière-cale, ils avaient dû être surélevés pour ménager l'emplacement
de la machine. Le pont supérieur, à l'arrière, était donc un peu plus
haut que le pont lui-même; le navire avait ainsi une dunette renfermant
les cabines des membres de l'expédition ainsi que la coquerie. De fortes
porques en fer régnaient sur toute la longueur du _Fram_, dans les
espaces compris entre les baux, s'étendant de la banquière du pont
presque jusqu'à la carlingue. Celle-ci était formée de deux parties et
avait une hauteur d'environ 0m,80, sauf dans la chambre des machines, où
sa hauteur était réduite à celle de la partie inférieure. La quille se
composait de deux lourds blocs d'orme d'Amérique de 0m,35, et, comme je
l'ai dit plus haut, ne laissait passer hors bordée qu'une épaisseur de
0m,075. Les côtés de la coque étaient arrondis en dessous jusqu'à la
quille de telle sorte que la section latérale au maître-couple
ressemblait à celle de la moitié d'une noix de coco. Pour éviter une
bande trop forte dans le cas où le bâtiment serait soulevé très haut par
les pressions de la glace, les fonds étaient plats: une excellente
disposition, comme le prouva l'expérience.

Principales dimensions du navire:

  Longueur sur quille,                                           31m,00
  Longueur à la flottaison,                                      34 ,50
  Longueur sur le pont,                                          39 ,00
  Plus grande largeur,                                           11 ,00
  Largeur à la flottaison en dehors de la chemise de glace,      10 ,40
  Profondeur,                                                     5 ,20
  Tirant d'eau avec faible chargement,                            3 ,81
  Déplacement avec faible chargement,                        530 tonnes
  Tirant d'eau avec fort chargement,                              4m,58
  Déplacement avec fort chargement,                          800 tonnes

Le gréement devait être tout à la fois simple et résistant, et en même
temps établi de manière à donner le moins de prise possible au vent,
lorsque le navire marcherait à la vapeur. En second lieu, notre équipage
étant peu nombreux, il était nécessaire qu'il fût facile à manœuvrer du
pont. Pour cette raison, le _Fram_ fut gréé en trois-mâts goélette. Sa
voilure avait une superficie de 600 mètres carrés.

La machine était à triple expansion. Des avaries pouvant se produire
dans un cylindre, chacun d'eux fut installé de manière à pouvoir être
fermé et à agir indépendamment des autres. Par la simple manœuvre d'un
robinet la machine pouvait être ainsi transformée en compound à haute ou
à basse pression. Elle était d'une force de 220 chevaux et, par temps
calme, donnait une vitesse de 6 à 7 milles à l'heure. Nous emportâmes
deux hélices et un gouvernail de rechange. Mais, heureusement, nous
n'eûmes pas à nous en servir.

Le logement fut établi à l'arrière, sous la dunette. Autour du salon
étaient groupées quatre cabines à une couchette et deux à quatre
couchettes. Cette installation avait pour but de protéger la pièce
centrale contre le froid extérieur. Le plafond, les murs et le plancher
du carré furent recouverts d'une épaisse couche de matières non
conductrices de la chaleur, et derrière ces parois fut partout cloué du
linoleum pour empêcher l'introduction de l'air chaud et humide dans les
cabines, où sa condensation aurait formé des dépôts de glace. Le
revêtement des parois du navire était formé d'une couche de feutre, d'un
matelas de liège, d'un panneau de sapin, d'une seconde couche de feutre,
puis de linoleum et d'un second panneau de bois. En dessous du pont et
au-dessus du salon et des cabines existait un revêtement du même genre
de près de 0m,38. Le plancher était formé d'une nappe de liège
recouverte de bois et de linoleum. Grâce à ces précautions, lorsque le
feu fut allumé dans le salon, jamais il n'y eut d'humidité, même dans
les cabines.

Pour assurer la sécurité du navire en cas d'une ouverture de voie d'eau,
la cale fut divisé en trois compartiments étanches.

Le _Fram_ était éclairé à l'électricité, à l'aide d'un dynamo actionné
par la machine, lorsque nous marchions. Plus tard, quand nous serions
immobiles, la force nécessaire à la production de l'électricité fut
obtenue à l'aide d'un moulin à vent installé sur le pont.

Notre navire était muni de huit embarcations, dont deux très grandes
capables de recevoir l'équipage entier et des approvisionnements pour
plusieurs mois. Au cas où le navire aurait été brisé, j'avais
l'intention de nous établir dans ces canots pendant que nous
continuerions à dériver. J'emportai une vedette à vapeur munie d'un
brûleur à pétrole, mais cette machine fut pour nous une source de
déboires.

Afin d'éviter le scorbut, j'apportai tous mes soins aux
approvisionnements et les choisis en vue de nous procurer une nourriture
tout à la fois saine et variée. Avant d'être adopté par l'expédition,
chaque article fut soumis à l'analyse chimique. L'emballage fut
également l'objet de soins minutieux; même les légumes secs et le
biscuit furent enfermés dans des boîtes en zinc. Il est, en effet,
inutile d'emporter une quantité considérable de vivres, si les plus
minutieuses précautions ne sont pas prises pour en assurer la
conservation. La plus petite négligence peut, de ce côté, entraîner les
plus terribles conséquences.

L'expédition emporta naturellement un nombreux matériel pour les
observations scientifiques. De concert avec plusieurs savants, qui
voulurent bien me prêter leur collaboration dans ce travail, je pris
surtout des instruments pratiques et très bien construits. Outre des
thermomètres, des baromètres, des psychromètres, des anémomètres,
j'emportai des instruments enregistreurs, un grand théodolite pour les
observations astronomiques, deux plus petits pour les expéditions en
traîneaux, plusieurs sextants de différentes dimensions, quatre
chronomètres de navire, des chronomètres de poche; enfin les instruments
nécessaires à la mesure de la déclinaison, de l'inclinaison et de
l'intensité magnétique. Cette énumération montre l'importance de notre
équipement scientifique; toutes les mesures furent prises pour nous
permettre de recueillir une riche moisson d'observations.

Il était de la plus haute importance pour le succès de l'expédition de
posséder de vigoureux chiens pour tirer les traîneaux. Le baron de Toll,
le célèbre explorateur russe de la Sibérie septentrionale, m'offrit de
nous procurer les meutes désirées, au cours du nouveau voyage qu'il
allait entreprendre dans l'Asie arctique. A son passage à Tioumen, en
janvier 1893, il chargea le nommé Alexandre Ivanovitch Trontheim
d'acheter trente chiens ostiaks et de les conduire à Kabarova, village
samoyède situé sur les bords du Yougor Char, à l'entrée de la mer de
Kara. Cela fait, M. de Toll ne considéra pas sa mission comme terminée.
Comme les chiens de la Sibérie orientale sont de meilleures bêtes de
traits que ceux de la Sibérie occidentale, il confia à un Norvégien
établi dans le pays le soin de nous conduire une troupe nombreuse de ces
animaux à l'embouchure de l'Olonek, sur la côte nord d'Asie. Au
printemps 1893, cet explorateur russe visita les îles de la
Nouvelle-Sibérie et, à notre intention, y établit plusieurs dépôts de
vivres, pour le cas où un accident serait arrivé à notre expédition.

L'équipage du _Fram_ se composait de treize personnes. Après l'heureux
succès de cette expédition, l'ancienne et puérile superstition attachée
à ce chiffre n'a plus sa raison d'être.

Voici la liste de mes compagnons:

[Illustration: OTTO NEUMANN SVERDRUP, capitaine du _Fram_.]

Otto Neumann Sverdrup, commandant du _Fram_, né en 1855. Marié et père
d'un enfant. Dès qu'il connut mes projets de voyage, il m'offrit ses
services, que je m'empressai d'accepter. La direction du navire ne
pouvait être placée en de meilleures mains. Sverdrup m'avait accompagné
dans ma précédente expédition au Grönland.

[Illustration: LE LIEUTENANT SCOTT-HANSEN]

Sigurd Scott-Hansen, lieutenant en premier de la marine royale, né en
1868. Il eut à bord la charge des observations météorologiques,
astronomiques et magnétiques.

[Illustration: LE Dr H. GREVE BLESSING]

Henrik Greve Blessing, docteur et botaniste, né en 1866.

[Illustration: TH. CLAUDIUS JACOBSEN, second du _Fram_.]

Théodore-Claudius Jacobsen, second du _Fram_, né en 1855. Depuis l'âge
de quinze ans, il avait navigué. De 1886 à 1890, il avait fait, chaque
été, une campagne de chasse et de pêche dans l'Océan Glacial. Marié et
père d'un enfant.

[Illustration: ANTON AMUNDSEN, premier mécanicien.]

Anton Amundsen, premier mécanicien. Au service de la marine royale
depuis vingt-cinq ans. Marié et père de sept enfants.

[Illustration: ADOLF JUELL, cuisinier.]

Adolf Juell, cuisinier et commis aux vivres. Il avait le brevet de
maître au cabotage et pendant plusieurs années avait commandé un
bâtiment. Né en 1860. Marié et père de quatre enfants.

[Illustration: LARS PETERSON, second mécanicien.]

Lars Peterson, second mécanicien. Excellent forgeron et ouvrier. Au
service dans la marine royale depuis plusieurs années. Né en 1860. Marié
et père de quatre enfants.

[Illustration: LE LIEUTENANT HJALMAR JOHANSEN, chauffeur.]

Fredrik Hjalmar Johansen, lieutenant de réserve dans l'armée. Né en
1867. Il avait un tel désir de prendre part à l'expédition qu'il accepta
les fonctions de chauffeur, aucun autre poste ne se trouvant libre lors
de son admission. Pendant le cours du voyage, il remplit le plus souvent
les fonctions d'aide-météorologiste.

[Illustration: PETER HENRIKSEN, harponneur.]

Peter Léonard Henriksen. Né en 1859. Harponneur. Quatorze campagnes dans
l'Océan Glacial. Marié et père de quatre enfants.

[Illustration: BERNHARD NORDHAL, électricien.]

Bernhard Nordahl. Né en 1862. Il avait navigué pendant quatorze ans dans
la marine royale, puis, après avoir été agent de police, était devenu
électricien. A bord, il remplissait naturellement les fonctions de son
état, jointes à celle de chauffeur et parfois de météorologiste. Marié
et père de cinq enfants.

[Illustration: IVAR MOGSTAD, matelot.]

Ivar Otto Irgens Mogstad. Né en 1856. D'abord garde forestier, puis
gardien-chef d'un asile d'aliénés. Sachant tous les métiers, depuis
celui d'horloger jusqu'à celui de valet de meute, il nous rendit les
services les plus variés.

[Illustration: BERNT BENTZEN, matelot.]

Bernt Bentzen. Né en 1860. Maître breveté au cabotage. Il fut engagé au
dernier moment. A huit heures du soir, il vint me trouver, et à dix
heures nous quittions Tromsö, notre avant-dernière station.



CHAPITRE PREMIER

LE DÉPART--KABAROVA--LA MER DE KARA--LE CAP TCHÉLIOUSKINE--L'ENTRÉE DANS
LA BANQUISE


Le 24 juin 1893, en Norvège, le jour de la fête de l'été. Pour nous, il
arrive plein de tristesse. C'est le moment du départ. Je quitte ma
maison, et seul je descends à travers le jardin vers la grève où
m'attend la vedette du _Fram_. Derrière moi je laisse tout ce que j'ai
de plus cher au monde. Maintenant quand les reverrai-je, ces êtres
adorés? Ma petite Liv est là, assise à la fenêtre, elle bat des mains.
Pauvre enfant, elle ignore encore heureusement les vicissitudes de la
vie!

Le canot file comme une flèche sur la nappe unie du fjord et accoste
bientôt le _Fram_. Tout est paré à bord. Aussitôt le navire lève
l'ancre, salué par la population de Christiania massée sur les quais, et
lentement descend le fjord... Encore un dernier salut aux miens et à ma
petite maison située là-bas sur cette presqu'île... Ce jour du départ a
été le plus triste du voyage.

                   *       *       *       *       *

De Christiania nous longeâmes la Norvège jusqu'à Vardö, Sur presque
toute leur étendue, les côtes de notre pays sont protégées par un large
archipel; en quelques points seulement cet abri fait défaut, par exemple
au cap Stat et au Lindesnæs, et devant ces promontoires la mer est
toujours très forte. Au Lindesnæs nous eûmes la mauvaise chance de
rencontrer une grosse houle qui faillit causer de sérieuses avaries à
notre navire lourdement chargé. Le _Fram_ roulait comme une futaille
vide et embarquait d'énormes paquets d'eau qui brisaient tout sur le
pont. Sous les chocs répétés des vagues, les daviers des grosses
embarcations menacèrent d'être brisés. Si pareil accident était arrivé,
non seulement les embarcations auraient été enlevées, mais encore une
partie de la mâture serait venue en bas. Devant le Lindesnæs nous
passâmes un mauvais quart d'heure.

Le 12 juillet seulement, nous mouillons devant Tromsö, le petit Paris du
Nord. Là nous sommes salués par une tourmente de neige. Tout le pays est
encore enfoui sous un épais linceul. Nous sommes arrivés au seuil du
domaine du froid.

A Vardö, après avoir pris congé du monde civilisé, nous levons l'ancre
dans le calme du matin pour commencer notre voyage. Un triste début:
pendant quatre jours nous naviguons dans un épais brouillard. Dans la
matinée du 25 juillet, lorsque je monte sur le pont, un clair soleil
illumine le ciel bleu, et la mer, doucement bercée par une légère houle,
luit dans un chatoiement de lumière éclatante. Après les longues
journées tristes de brume, ce rayonnement de la nature nous met au cœur
la joie et l'espérance. Dans l'après-midi, la Nouvelle-Zemble est en
vue. Immédiatement les fusils et les cartouches sont préparés, et déjà
nous nous réjouissons à la pensée de nous régaler de gibier. Sur ces
entrefaites le brouillard arrive de nouveau et couvre rapidement la mer
de sa nappe grise; nous voilà encore isolés et séparés du monde!

Le 27 juillet, tout à coup la brume blanchit: les premières glaces sont
en vue! Nous les traversons facilement, mais le lendemain matin elles
sont beaucoup plus compactes. La navigation au milieu d'une banquise,
par un «temps bouché», n'est pas précisément facile, comme cela se
conçoit aisément; on risque en effet d'être «pincé» avant de savoir où
l'on se trouve. La présence de cette glace dans une mer ordinairement
complètement libre à cette époque de l'année, était un indice de mauvais
augure. A Tromsö et à Vardö, du reste, les nouvelles que l'on nous avait
données n'avaient pas été encourageantes. Quelques jours seulement avant
notre arrivée, la mer Blanche avait été débloquée et un navire, parti
comme nous pour le Yougor Char, avait été arrêté par la glace. Dans la
mer de Kara quelle serait la situation? Nous n'osions trop y penser.

[Illustration: LES PREMIÈRES GLACES.]

Le 29, nous faisons route vers le Yougor Char. Nous avançons pendant
plusieurs heures sans pouvoir découvrir les terres qui enserrent le
détroit. Enfin, après une longue attente, on distingue comme une ombre à
la surface de la mer, c'est Vaïgatch; une autre tache plus au sud marque
la côte russe. Une terre toute basse, toute unie; pas le moindre
accident de terrain, et elle s'étend ainsi infinie vers le nord comme
vers le sud. Nous sommes au seuil des immenses plaines de l'Asie
septentrionale. La vigie cherche la position de Kabarova, où nous attend
Trontheim avec sa meute. Sur la côte sud du détroit apparaît un mât de
pavillon avec un drapeau rouge. Kabarova doit être là par derrière.
Bientôt, en effet, nous découvrons quelques baraques entourées de tentes
coniques. Une barque se détache du rivage et accoste le navire. Un homme
de taille moyenne, qui a l'air d'un Scandinave, monte à bord, suivi
d'une bande de Samoyèdes, vêtus de larges robes en peau de renne
traînant jusqu'à terre. C'est Trontheim, il nous amène trente-quatre
chiens en parfait état.

[Illustration: LES ÉGLISES DE KABAROVA]

Après le souper, escortés par une troupe de Russes et de Samoyèdes qui
nous contemplent avec la plus vive curiosité, nous allons visiter les
monuments de Kabarova; deux églises en bois, l'une très ancienne, de
forme oblongue et rectangulaire; l'autre toute neuve, une construction
octogonale qui ressemble à un pavillon de jardin. Un peu plus loin se
trouve un monastère. Les six moines qui l'habitaient sont morts du
scorbut, disent les indigènes. Vraisemblablement l'œuvre de la maladie a
été singulièrement facilitée par l'alcool.

[Illustration: LES GLACES DANS LA MER DE KARA]

Nous fîmes à Kabarova une relâche de plusieurs jours, nécessitée par le
nettoyage de la chaudière et des cylindres. J'en profitai pour aller
reconnaître l'état des glaces de l'autre côté du Yougor Char. Au cours
de cette expédition notre canot à pétrole nous donna pas mal de
tablature, et finalement nous dûmes revenir à la rame. Longeant d'abord
la côte de Vaïgatch, nous traversons ensuite le détroit. Au milieu du
chenal nous découvrons un banc recouvert seulement de 30 à 50
centimètres d'eau et balayé par un courant très rapide. Les hauts-fonds
sont extrêmement nombreux dans cette passe, notamment le long de la côte
méridionale; la navigation dans ce détroit exige donc de grandes
précautions.

Sur le continent nous allâmes gravir des mamelons dominant un vaste
panorama. A perte de vue s'étendait la _toundra_. Combien différent
était l'aspect de ce désert de l'idée que l'on s'en fait généralement.
Loin de présenter l'image d'une affreuse désolation, la vaste plaine
était partout couverte d'une nappe de verdure foncée, parsemée de fleurs
d'une rare beauté. Pendant tout le long hiver de Sibérie, ces immenses
solitudes dorment enfouies sous une épaisse couche de neige; mais, dès
que le soleil brille, la nappe blanche disparaît, découvrant de
merveilleux tapis de frêles et délicates fleurs. En face de cette
verdure, lorsqu'un beau ciel bleu et transparent rayonne au-dessus de
vous, on en vient presque à douter de la position septentrionale du
pays. Les _toundras_ sont le séjour des Samoyèdes. Au milieu de ces
déserts sans fin ils mènent une libre vie errante, dressant leur tente
là où il leur plaît, puis repartant plus loin quand bon leur semble.
Point de soucis, point de tracas; dans ces solitudes, l'existence
s'écoule douce et facile, toujours pareille, et j'en viens à envier
presque la vie de ces simples.

[Illustration: LE _Fram_ DANS LA MER DE KARA]

De notre observatoire nous apercevons sur la mer de Kara une banquise
s'étendant jusqu'à l'horizon. Elle paraît relativement compacte et
massive; heureusement, entre la glace et la côte s'étend un chenal
libre. Il sera donc possible d'avancer facilement dans cette direction.

Le lendemain, avec l'aide d'Amundsen, je remets en état la machine du
canot à pétrole; mais, par ce travail, je crains bien d'avoir perdu pour
longtemps l'estime des habitants de Kabarova. Pendant cette opération
plusieurs Russes et Samoyèdes qui se trouvaient à bord, me virent peiner
comme un manœuvre, les mains et le visage pleins d'huile et de cambouis.
Lorsqu'ils revinrent à terre, ils interpellèrent Trontheim et lui
déclarèrent que, très certainement je n'étais pas le grand personnage
qu'il s'était plu à leur représenter. A bord je travaillais comme un
simple matelot, et j'étais plus sale que le plus pauvre mendiant.
Trontheim, ignorant ce qui s'était passé, ne put malheureusement me
disculper dans l'esprit des indigènes.

Le soir, nous procédons à l'essai des chiens. Trontheim en attelle dix à
un traîneau samoyède; à peine ai-je pris place sur le véhicule, que la
meute part d'un bond à la poursuite d'un malheureux chien qui est venu
rôder dans le voisinage. Au premier moment je suis abasourdi par cette
course folle et par les hurlements des animaux; enfin, je parviens à
sauter à terre, tombe sur les plus acharnés, et réussis à arrêter la
poursuite. Après avoir remis l'ordre dans l'attelage, Trontheim s'assied
à côté de moi et fait claquer son fouet, en poussant une sorte de
hennissement que l'on peut traduire par _Pr-r-r-r_, _pr-r-r-r_. Aussitôt
toute la bande fuit dans une course folle à travers la plaine herbeuse,
nous entraînant vers une lagune. J'essaye d'enrayer, Trontheim hurle:
_Sass_, _sass_; nous ne réussissons à arrêter l'attelage que lorsque les
chiens de tête sont déjà entrés dans l'eau. Nous nous remettons en route
dans une autre direction; aussitôt la meute prend une telle allure, que
j'ai toutes les peines du monde à me maintenir sur le traîneau. Je
revins à bord très satisfait de cette expérience; les chiens devaient,
en effet, avoir une très grande force pour pouvoir traîner deux hommes à
une pareille vitesse sur un semblable terrain.

Le harnachement des chiens sibériens est très simple. Une corde ou un
morceau de toile à voile, passé autour du ventre, fixé au collier par
une autre corde. Les traits attachés sous le ventre des animaux passent
entre leurs jambes.

Le lendemain, 1er août, c'est la Saint-Élie, la grande fête religieuse
de Kabarova. De tous côtés arrivent des troupes de Samoyèdes, dans leurs
traîneaux attelés de rennes. Ils viennent assister aux cérémonies
religieuses, et, en même temps, se proposent de rendre hommage au saint
par de copieuses libations.

Dans l'après-midi, il ne fut pas facile de trouver les travailleurs dont
j'avais besoin pour faire de l'eau. Trontheim décida cependant quelques
pauvres hères à nous aider, par la promesse d'un salaire qui leur
permettrait de se payer l'ivresse traditionnelle en ce jour de fête.

Dès le matin, les femmes avaient revêtu leurs plus beaux atours,
chamarrés d'étoffes voyantes, de volants de peau de diverses couleurs,
et de vieille ferraille. Partout, c'était des groupes pittoresques et
amusants. Voici, par exemple, un vieux Samoyède et une jeune fille qui
viennent offrir un renne fort maigre à l'ancienne église, le temple des
vieux croyants.--La neuve est affectée au culte orthodoxe.--Jusque dans
cette contrée lointaine des divergences religieuses divisent les hommes!
La fête fut célébrée dans les deux sanctuaires. Tous les indigènes
entraient d'abord dans l'église neuve, et en ressortaient presque
aussitôt après pour se diriger vers la vieille chapelle. Aucun prêtre de
la secte des vieux croyants ne se trouvant à Kabarova, les Samoyèdes
offrirent au pope orthodoxe la somme de deux roubles pour célébrer le
service dans leur église. Après un instant de réflexion, il se décida à
accepter la proposition et se rendit en grande pompe à l'ancien
sanctuaire. Dans l'intérieur, rempli d'une foule crasseuse vêtue de
pelleteries, l'air était absolument irrespirable, et, après un séjour de
deux minutes, je dus sortir en toute hâte.

[Illustration: LES PLAINES DE IALMAL]

Dans l'après-midi, lorsque la fête battit son plein, le tumulte devint
indescriptible. Des Samoyèdes parcourraient à toute vitesse la plaine
dans leurs traîneaux attelés de rennes. Complètement ivres; ils
roulaient à chaque instant par terre et étaient ensuite traînés sur le
sol. C'étaient alors des hurlements de bêtes fauves et un sabbat
infernal. Un jeune indigène attira surtout notre attention par sa
fantasia désordonnée. Une fois monté dans son véhicule, il pique ses
bêtes et les lance droit à travers les tentes, renversant tout sur son
passage. Tout à coup, il culbute et est ensuite roulé sur une grande
distance. Pendant ce temps les spectateurs, hommes et femmes, se
gorgeaient d'alcool et tombaient ivres morts. Le bon saint Élie devait
être flatté d'un tel hommage. Le matin seulement le tumulte diminua; peu
à peu, un silence de sommeil s'étendit sur tous ces ivrognes.

[Illustration: DÉBARQUEMENT SUR LA CÔTE DE IALMAL]

Un voilier norvégien devait nous apporter à Kabarova du charbon pour
remplacer le combustible brûlé depuis le départ de Vardö. Ce tender
n'étant pas encore arrivé, je résolus de ne pas l'attendre plus
longtemps. Le 3 août, les chiens furent embarqués et logés à l'avant, où
ils nous gratifièrent aussitôt d'une sérénade terriblement bruyante et
discordante. Tout était prêt maintenant pour le départ; après avoir
remis nos dernières lettres à mon secrétaire qui devait attendre
l'arrivée du charbonnier, je donnai l'ordre de lever l'ancre.

Le 4 août, de grand matin, le _Fram_, entrait dans la mer de Kara.
Maintenant le sort de l'expédition va se décider. Si nous réussissons à
traverser cette mer et à doubler le cap Tchéliouskine, nous aurons
surmonté les plus grandes difficultés du voyage. Aujourd'hui, les
apparences ne sont pas mauvaises; entre la terre et la banquise qui
couvre la pleine mer, un chenal libre s'étend vers l'est à perte de vue.
Cette ouverture nous permet de gagner facilement la côte ouest de la
longue presqu'île de Ialmal, mais bientôt la glace nous oblige à
mouiller. Une morne solitude, cette terre de Ialmal; une immense plaine
sablonneuse, parsemée de touffes de fleurs, percée de petites flaques
d'eau circulaires, d'une régularité parfaite. D'après mes observations
astronomiques, cette partie de la côte se trouve portée sur les cartes à
36 ou 38 minutes trop à l'ouest.

Le 13 août, le _Fram_ doublait l'extrémité nord de Ialmal et l'île
Blanche (Béli-Ostrov). Aucune glace ne se trouvant en vue, je pris la
résolution d'abandonner la côte et de marcher au nord, vers l'île de la
Solitude, afin d'abréger la distance qui nous sépare encore du cap
Tchéliouskine. Bientôt, dans cette direction, une banquise compacte nous
arrête. Nous changeons alors de cap pour faire route vers l'est et le
sud-est. De ce côté nous découvrons une île à laquelle nous donnons le
nom de Sverdrup, notre vaillant capitaine, qui, le premier, a signalé
cette terre. Plus loin, la côte de Sibérie est en vue vers l'embouchure
de l'Ienisseï, un peu plus haute ici qu'à Ialmal, parsemée de larges
traînées de neige qui s'étendent jusqu'au rivage. Le 19 août,
apparaissent les Kamenni-Ostrov (Iles des pierres), remarquables par la
netteté de leurs anciennes lignes de rivage. Dans cette région comme
dans le nord scandinave, un changement s'est produit dans les niveaux
respectifs de l'Océan et des terres, depuis l'époque glaciaire.

_20 août._--Temps admirable. La mer est bleue et le soleil éclatant.
Impossible de se croire à une aussi haute latitude. Dans l'après-midi
les îles Kjellman sont signalées; plus au sud, nous apercevons un
archipel qui ne se trouve pas marqué sur les cartes. Partout les rochers
présentent des surfaces polies et arrondies, indice certain que ces
terres ont été recouvertes par des glaciers quaternaires.

[Illustration: UNE CHASSE A L'OURS]

Pour permettre aux mécaniciens de nettoyer la chaudière, nous relâchons
devant la plus grande de ces îles. Du haut du _nid de corbeau_[2], la
vigie annonce la présence de plusieurs rennes en train de paître
tranquillement près du rivage. Aussitôt émoi général; nous sautons sur
nos fusils et de suite nous mettons en quête du gibier. Pendant
vingt-quatre heures, sans une minute de repos, nous battons le terrain.
Deux rennes et deux ours, tel fut le butin de cette chasse acharnée.

  [2] Tonne vide placée au sommet au grand mât, servant d'observatoire.
    (_Note du traducteur._)

La sortie de l'archipel fut particulièrement pénible; partout de petits
fonds; avec cela, un courant très rapide et un vent contraire, très
frais, soufflant par moments en tempête. A chaque instant le _Fram_
risquait de s'échouer. Le 24 août seulement, nous sortîmes de cette
situation dangereuse. Ensuite, c'est toujours la même navigation
monotone entre la côte et la banquise. La mer est très peu profonde: de
tous côtés des bancs et des groupes d'îles inconnues. La terre se trouve
précédée par un archipel dont l'existence a jusqu'ici échappé à
l'attention des précédents explorateurs derrière le rideau des brumes
endémiques dans ces parages. A coup sûr, une expédition qui se
proposerait d'exécuter l'hydrographie de la côte septentrionale de
Sibérie ferait d'intéressantes découvertes, mais le but de notre voyage
est tout différent. Pour nous, avant tout, il s'agit de doubler le plus
rapidement possible le cap Tchéliouskine et la saison avance. L'hiver
approche. Le 23, une abondante chute de neige s'est déjà produite.

_27 août._--Mon livre de bord renferme à chaque page la même mention:
«Toujours des îles nouvelles et des bas-fonds.» Dans l'après-midi, le
continent est en vue, une terre peu élevée, mollement ondulée, découpée
par des fjords. Déjà, à plusieurs reprises, j'ai aperçu de profonds
goulets pénétrant à une grande distance dans l'intérieur. Sur cette côte
de Sibérie, relativement basse, la formation fjordienne me paraît très
développée.

En vue de l'île de Taïmyr la situation devint critique. Au milieu des
îles qui apparaissent de tous côtés, impossible de nous reconnaître. Je
prends alors le parti de gagner la pleine mer et de passer au large des
îles d'Almqvist, situées au nord-ouest de l'île de Taïmyr. Tout à coup,
voici que, à travers la brume une terre se découvre droit devant nous.
Nous venons immédiatement dans l'ouest pour la doubler et reprendre
ensuite notre route vers le nord. Dans cette direction nous distinguons
un archipel très étendu (Archipel Nordenskiöld), qui nous empêche de
poursuivre notre route. Pendant l'après-midi nous atteignons enfin
l'extrémité septentrionale de cette chaîne d'îles; là, à notre grand
désappointement, une banquise compacte nous barre la route. Y engager le
_Fram_ serait risquer de se faire «pincer» définitivement pour l'hiver.
Dans ces conditions, il faut revenir en arrière et essayer de passer
entre ces îles et Taïmyr.

Le 30 août, nous nous engageons dans ce chenal. Le _Fram_ avance
rapidement; nous allons donc enfin pouvoir sortir de ce dédale, lorsque,
subitement, le détroit se trouve complètement barré par une épaisse
nappe de glace. Au delà, la mer est probablement libre; mais il nous est
absolument impossible de nous frayer de vive force un chemin à travers
cette nappe cristalline. A coup sûr, une telle masse de glace ne pourra
fondre avant l'hiver. Notre situation devient par suite très critique.
Peut-être, il est vrai, le détroit de Taïmyr entre l'île du même nom et
le continent est-il libre? mais, d'après Nordenskiöld, les fonds y sont
trop petits pour permettre le passage d'un bâtiment, même de faible
tonnage. Dans ces conditions, nous n'avons qu'à attendre. Notre salut ne
peut venir que d'une tempête du sud-ouest qui disloquera cette banquise
et nous ouvrira la route. En attendant, le bâtiment est mouillé et les
mécaniciens procèdent à un nettoyage complet de la chaudière, tandis que
nous allons donner la chasse aux nombreuses troupes de phoques qui
s'ébattent sur la glace. Ces animaux sont ici aussi abondants que sur la
côte occidentale du Grönland. Si, en 1878, Nordenskiöld ne rencontra
dans ces parages qu'un très petit nombre de ces amphibies, c'est que,
cette année-là, les glaces qui constituent leur milieu d'élection
étaient rares dans la mer de Kara.

Une fois la machine remise en état, je résolus de tenter le passage par
le détroit de Taïmyr. De ce côté la route se trouvant également fermée
par la glace, le cap est mis au sud pour essayer de trouver une
ouverture dans cette direction. Bien que le temps soit très clair,
impossible de savoir où nous nous trouvons; nous n'apercevons pas des
îles marquées sur la carte, et, par contre, nous en distinguons d'autres
que ce document n'indique pas... Finalement découvrant un chenal étroit,
nous nous y engageons. Bientôt nous reconnaissons que la terre qui
s'étend au nord et que nous pensions être le continent est une île et
que la passe se prolonge encore plus loin dans l'intérieur des terres.
Le mystère devient de plus en plus impénétrable. Peut-être après tout,
sommes-nous dans le détroit de Taïmyr? Apercevant quelques flaques de
glace, je donne l'ordre d'ancrer dans un mouillage abrité. Le lendemain,
partant en canot, je réussis à avancer très loin, dans un goulet
suffisamment profond pour le _Fram_; cependant le soir, nous trouvons de
nouveau la glace. Le temps est froid; la nuit dernière il a neigé
abondamment; à vouloir nous engager au milieu de cette banquise, nous
risquons d'être faits prisonniers.

_5 septembre._--Voilà déjà neuf jours perdus. Aujourd'hui encore il
neige et la bise est très fraîche. Dans la soirée, poussées par le vent,
des masses de glace arrivent sur nous. Peut-être allons-nous être
bloqués pour l'hiver avant qu'un chenal se soit ouvert dans cette
banquise diabolique. Si l'expédition est détenue dans ces parages
pendant de longs mois, elle y trouvera, il est vrai, un emploi utile de
son activité. Toute cette côte de Sibérie est très peu connue, et
l'intérieur du pays n'a jamais été exploré. Mais non, je ne puis
m'habituer à cette idée d'un hivernage prématuré. Ensuite, c'est par
série d'années que la glace est abondante; si, à cette époque-ci, nous
sommes bloqués en 1893, peut-être la saison prochaine ne serons-nous pas
plus heureux.

[Illustration: ITINÉRAIRES DU _Fram_ AUTOUR DE L'ÎLE TAÏMYR]

Le 6 septembre est l'anniversaire de ma naissance. J'avoue ma
superstition; en me réveillant, je suis convaincu que, si un changement
doit survenir dans l'état des glaces, c'est aujourd'hui qu'il se
produira. Je monte donc en toute hâte sur le pont. Le vent a diminué et
le soleil brille; dans cette radieuse clarté l'avenir me semble moins
sombre. Le chenal qui s'ouvre à l'est est couvert d'un solide embâcle.
Si le _Fram_ n'avait pas abandonné le détroit, il serait maintenant
prisonnier, pour Dieu sait combien de temps. Par contre, la passe située
au nord du mouillage a été débloquée par la tempête. Peut-être également
les glaces qui, il y a dix jours, nous ont barré la route au delà de
l'archipel situé au nord de Taïmyr, ont-elles également été disloquées
par la bourrasque. Essayons donc de passer de ce côté. Je suis sûr
qu'aujourd'hui la chance me sera favorable. En effet, le lendemain, à
six heures du matin, nous doublons le cap Laptef, la pointe nord de
l'île Taïmyr.

Mais nous n'en avons pas fini avec les difficultés. De l'autre côté de
ce passage redoutable, voici de nouveau la glace. Nous nous frayons un
chemin à la vapeur, mais au delà la mer est très peu profonde: 15, 13,
11 mètres. On avance lentement, la sonde à la main. L'eau est bourbeuse,
et un courant très violent porte dans le nord-est. Plus loin la mer
devient bleue et transparente; en même temps, la profondeur augmente. En
passant, notons que la séparation entre les eaux bleues et argileuses
était marquée par une ligne absolument nette.

[Illustration: LE CAP TCHÉLIOUSKINE]

Une fois hors de cette zone difficile, nous poursuivons notre route en
serrant la côte de près. Toujours des plaines basses s'élevant à peine
au-dessus de la mer, constituées, semble-t-il, par des couches de sable
et d'argile. Dans-ces parages, je découvre une vaste nappe d'eau
paraissant s'étendre à une grande distance vers l'est, dans l'intérieur
des terres. Probablement une large rivière qui s'épanche en lac avant de
se jeter dans l'Océan, comme nombre d'autres cours d'eau de Sibérie.

Le 9 septembre, le baromètre est très bas: 733mm; le vent souffle de
terre en rafales terribles, soulevant d'épais nuages de sable.
Peut-être, en présence de la mauvaise apparence du temps, serait-il
prudent de rester au mouillage, mais la tempête a chassé les glaces;
profitons donc de l'occasion. Couvert de toile, le _Fram_ file huit
nœuds, avec l'aide de l'hélice. Jamais auparavant sa marche n'avait été
aussi rapide; notre navire sembler avoir conscience de notre situation
et vouloir rattraper le temps que les glaces nous ont fait perdre autour
de Taïmyr. Les caps succèdent aux caps, les fjords aux fjords, et vers
le soir, dans un lointain vaporeux, nous distinguons, à l'aide de la
lunette, des montagnes. Le cap Tchéliouskine, l'extrémité septentrionale
de l'ancien monde, n'est pas bien loin.

La côte est toujours basse, mais à une certaine distance dans
l'intérieur des terres s'élèvent des chaînes de montagnes campaniformes,
très escarpées, qui paraissent formées de couches sédimentaires
horizontales. Les plus éloignées sont entièrement couvertes de neige.
Sur un point, ce relief semble revêtu d'une carapace de glace ou de
neige descendant en larges franges sur les pentes. Nous approchons du
cap Tchéliouskine. Lorsque nous aurons doublé ce promontoire, une des
principales difficultés du voyage sera vaincue. Je monte dans le «nid de
corbeau» pour examiner l'horizon. Depuis longtemps le soleil a disparu,
laissant dans le ciel une longue traînée jaune, une lumière de rêve, une
lueur irréelle. Une seule étoile scintille au-dessus de ce cap redouté,
comme un phare céleste qui nous promet l'espérance. Et, dans la
mélancolie de cette belle nuit claire, le _Fram_ avance lentement vers
le nord, sans bruit, comme le vaisseau fantôme.

Le 10 septembre, à quatre heures du matin, le cap Tchéliouskine est
doublé; en l'honneur de cet heureux événement les «couleurs» sont
hissées, aux acclamations de l'équipage.

Après avoir échappé aux dangers d'un hivernage dans la mer de Kara,
devant nous la route s'ouvre maintenant libre vers la banquise des îles
de la Nouvelle-Sibérie, qui doit nous entraîner à travers l'inconnu
glacé du bassin polaire.

Un peu plus tard, nouvelle alerte. Une nappe de glace nous ferme le
passage entre le continent et quelques îlots situés à l'est du cap
Tchéliouskine. Après une courte reconnaissance à terre, nous réussissons
cependant à doubler ces îles; toute la nuit, nous avançons rapidement
vers le sud le long de la côte. Par moments, notre vitesse atteint neuf
milles.

[Illustration: LA CÔTE A L'EST DU CAP TCHÉLIOUSKINE]

_11 septembre._--Dans la matinée, une terre, hérissée de hauts sommets
et découpée de profondes vallées, est en vue. Depuis Vardö, nous n'avons
pas contemplé un paysage aussi accidenté; habitués aux plaines basses de
Sibérie, nos yeux s'arrêtent avec plaisir sur ce panorama pittoresque.

Mettant le cap vers l'est, nous voyons disparaître la côte dans
l'après-midi; plus tard, en vain, nous cherchons à apercevoir les îles
Saint-Pierre et Saint-Paul; les cartes leur assignent pourtant une
position très voisine de notre route.

[Illustration: VUE DE LA BANQUISE DANS LAQUELLE LE _Fram_ A ÉTÉ PRIS]

_12 septembre._--Des morses sont couchés sur un glaçon tout près du
navire! crie à ma porte Henriksen. En deux minutes, je m'habille; les
harpons et les fusils sont prêts, et aussitôt je pousse du bord avec
Henriksen et Juell. Une légère brise souffle du sud; pour nous placer à
faux vent, nous nous dirigeons vers la pointe nord du glaçon, tout en
prenant nos dispositions de combat. Henriksen se tient à l'avant, un
harpon à la main; je me place derrière lui, pendant que Juell continue à
ramer très doucement. Un morse, chargé, sans doute, de la garde du
troupeau, lève la tête; aussitôt nous nous arrêtons, puis continuons
notre marche, dès qu'il ne regarde plus de notre côté. Entassés les uns
contre les autres sur une petite plaque de glace, tous ces animaux
forment un énorme monceau de chair. Quel tas de bonne nourriture! fait
observer Juell, le cuisinier du bord. De temps à autre, une des dames de
la société s'évente de ses nageoires, puis, après cet exercice,
s'assoupit de nouveau. Au moment d'aborder le glaçon, Henriksen ajuste
un morse et lance son harpon. Malheureusement il a visé trop haut;
l'arme glisse sur la tête de l'animal et rebondit sur son dos. De suite,
avec une agilité absolument extraordinaire, ces monstrueuses bêtes se
jettent à l'eau et se tournent vers nous, la tête haute. J'envoie une
balle à une des plus grosses, elle chancelle, puis disparaît; maintenant
à une autre et celle-là, non moins gravement blessée, enfonce
immédiatement. Toute la bande plonge pour revenir bientôt après, plus
menaçante. Dressés à moitié hors de l'eau, les morses se précipitent
vers le canot en poussant des hurlements terribles, puis de nouveau
s'enfoncent, en battant l'eau furieusement pour reparaître à la surface
aussitôt après. Leur exaspération est indescriptible; d'un instant à
l'autre, je m'attends à voir un de ces monstres s'accrocher au bordage
du canot et le faire chavirer. Les blessés, quoique perdant des flots de
sang par le nez et la bouche, se montrent aussi acharnés que les autres.
Au milieu de la bagarre, je parviens à leur envoyer de nouvelles balles.
Touchés cette fois-ci à mort, ils flottent bientôt inertes à la surface
de la mer. Pour les empêcher de couler, Henriksen les harponne. Nous
tuons un troisième morse, mais le harpon avec lequel nous l'avions
saisi, trop faible, lâche prise, et l'animal coule à pic. Pendant que
nous remorquons notre gibier vers un glaçon, le reste de la bande nous
suit, toujours menaçant et hurlant; inutile de leur envoyer des balles,
nous n'avons aucun moyen de ramener à bord un butin plus considérable.
Bientôt le _Fram_, vient à notre rencontre, et, après avoir embarqué nos
deux morses, poursuit sa route. Dans cette région, ces amphibies sont
très abondants; si nous en avions eu le temps, il eût été facile d'en
tuer un grand nombre.

Passé l'embouchure de la Khatanga, nous avons à vaincre un fort courant
contraire.--La partie orientale de la presqu'île de Taïmyr constitue une
région montagneuse relativement haute, précédée, le long de la mer, par
une zone de terres basses.

La mer paraissant assez dégagée, j'essaie de faire route dans l'est
directement vers l'embouchure de l'Olonek; malheureusement, la glace
nous arrête et nous oblige à rentrer dans le chenal côtier.

[Illustration: LE DÉPÈCEMENT DES MORSES]

A l'est de la Khatanga, la mer est très peu profonde. Un moment, dans la
nuit du 13 au 14, la sonde indique seulement 7m,20. Le 15, les fonds ne
dépassent pas 12 à 13 mètres. Le bruissement des vagues indique la mer
libre dans l'est. La couleur foncée de l'eau, sa faible salinité comme
sa teneur en sédiments, annoncent l'approche de l'embouchure de la Léna.

Ce serait folie que d'essayer de remonter l'Olonek à une époque aussi
avancée de la saison. D'abord, il n'est pas certain que nous puissions
entrer dans le fleuve; en second lieu, si, par malheur, nous nous
mettions au plein, cela serait une terrible aventure. Je serais certes
très heureux de renforcer ma meute[3], mais je risquerais un hivernage
dans cette région. Ce serait une année de perdue; le jeu n'en vaut pas
la chandelle. En avant donc vers les îles de la Nouvelle-Sibérie!

  [3] Des chiens de la Sibérie orientale destinés à l'expédition avaient
    été amenés à l'embouchure de l'Olonek par les soins d'un négociant
    sibérien (voir plus haut, p. 20).

_16 septembre._--Route au N.-O. (du compas) à travers une mer libre.
Aucune glace en vue; plus au nord, la couleur foncée du ciel indique
également l'absence de banquise. Temps doux; température de la mer
+1°,64. Courant contraire qui nous porte dans l'ouest; par suite de
cette dérive, nous nous trouvons toujours à l'ouest de notre point
estimé. Plusieurs vols d'eiders.

_18 septembre._--Route au nord dans l'ouest de l'île Bielkov. Mer libre,
bon vent d'ouest, temps clair; le _Fram_ avance rapidement. Maintenant
le moment décisif approche. Si la théorie sur laquelle repose toute
l'expédition est exacte, nous devons prochainement rencontrer un courant
portant dans le nord. Nous sommes par 75°30′ Lat. N.; pas trace de
banquise! Dans la soirée, j'aperçois à la surface de la mer des taches
blanches très régulières, peut-être les îles Bielkov et Kotelnoï, qui
doivent être couvertes de neige. Malgré mon désir de visiter ces terres
si intéressantes et d'inspecter les dépôts laissés à notre intention par
le baron de Toll, je poursuis ma route. Les heures sont si précieuses!

Que nous apportera demain: l'espérance ou la désillusion? Si tout tourne
bien, nous pouvons atteindre l'île Sannikov, une terre inconnue! Quelle
joie de voguer ainsi vers des régions mystérieuses sur une mer que n'a
jamais sillonnée aucun navire.--L'air est si doux que nous pourrions
nous croire à des centaines de milles plus au sud.

_19 septembre._--Jamais je n'ai vu plus belle navigation. Poussé par le
vent et par l'hélice, le _Fram_ avance toujours, et toujours la mer
libre! Combien cela durera-t-il? Instinctivement l'œil se tourne vers le
nord. C'est regarder dans l'avenir. La même tache sombre, indice de
l'absence des glaces, persiste à l'horizon. Depuis le 6 septembre, la
fortune nous est favorable. On ne se doute guère, en Norvège, qu'à ce
montent nous faisons route droit vers le pôle à travers une mer libre,
et que nous nous trouvons aussi loin au nord. Si il y a deux jours
seulement, on m'avait prédit pareille chance, j'aurais refusé d'y
croire. Toute la journée nous marchons à vitesse réduite, de crainte de
donner inopinément sur quelque chose--terre ou glace. Nous sommes
maintenant par 77° Lat. N.--Jusqu'où irons-nous ainsi? J'ai toujours dit
que je serais satisfait, si nous arrivions au 78° Lat. N.; mais Sverdrup
est plus difficile, il parle du 80°, même du 84° et du 85°. Il croit
sérieusement à l'existence de la fameuse mer libre du pôle, rêve des
géographes en chambre dont il a lu les ouvrages, et il y revient sans
cesse en dépit de mes railleries. Je me demande si véritablement je ne
suis pas le jouet d'une illusion, si je ne rêve pas.

_20 septembre._--Ce matin, je suis brutalement tiré de mon rêve. Tandis
que, penché sur mes cartes, je songeais à la prochaine réalisation de
mes espérances,--nous étions près du 78° Lat. N.,--le _Fram_ éprouve
tout à coup un choc. D'un bond je suis sur le pont, et que vois-je
devant moi, à travers la brume? une large et compacte nappe de glace.
Juste à ce moment, le soleil perce les nuages, vite le sextant!
L'observation nous place par 77°44′ Lat. N.

[Illustration: LE _Fram_ EN MER LIBRE]

Dans la pensée de pouvoir avancer encore plus loin, je fais route au
nord-ouest, le long de la banquise. Toute la journée brume: impossible
de reconnaître si une terre se trouve dans ces parages, comme semble
l'indiquer la présence de vols de petits échassiers.

_21 septembre._--Bien que le temps soit plus clair, nous n'apercevons
également rien. Nous nous trouvons cependant à la même longitude, mais
plus au nord, que la côte méridionale de la terre Sannikov, telle
qu'elle est portée sur la carte du baron de Toll. Suivant toute
vraisemblance, cette île est donc de petites dimensions et ne doit pas
avoir une grande extension vers le nord.

Dans l'après-midi, temps «bouché». Nous restons immobiles, dans
l'attente d'une éclaircie. L'estime nous place par 78°30′. Sondé: pas de
fond! Nous découvrons la présence de punaises à bord, des passagères
dont il sera nécessaire de nous débarrasser.

_22 septembre._--Nous sommes dans une baie formant, nous semble-t-il,
l'extrême limite de l'eau libre. Devant nous la glace est compacte, et
vers le nord la teinte blanchâtre de l'horizon indique l'extension de la
banquise.

Les anciens explorateurs arctiques croyaient nécessaire à la sécurité de
leur navire de prendre leurs quartiers d'hiver près de la côte. C'était
précisément ce que je voulais éviter. Tout mon désir était de faire
entrer le _Fram_ dans une banquise en dérive et de le tenir éloigné de
toute terre. En conséquence, j'amarrai le bâtiment à un gros bloc. Le
navire flotte encore librement, entouré de quelques larges _floe_[4],
mais j'ai le pressentiment que cette glace sera notre havre d'hivernage.

  [4] _Floe_. Glaçon d'une certaine étendue, généralement très compact.
    (_Note du traducteur._)

Aujourd'hui guerre aux punaises. Nous faisons passer un jet de vapeur à
travers les matelas, les coussins des canapés, bref à travers tous les
repaires supposés de nos ennemis. Après cela, les vêtements, enfermés
dans un baril soigneusement clos, sont soumis au même traitement.
Espérons que nous serons débarrassés de ces désagréables compagnons.

[Illustration: ITINÉRAIRE DE L'EXPÉDITION NORVÉGIENNE A TRAVERS LE
BASSIN POLAIRE (1893–1896)]

_24 septembre._--Le _Fram_ est complètement entouré par la glace. Entre
les _floe_ s'étend déjà de la _slush ice_[5] qui sera bientôt très
solide. Dans le nord existe encore un petit bassin d'eau libre et du
«nid de corbeau» la mer apparaît dégagée dans le sud. Un phoque (_Phoca
fœtida_), des pistes d'ours vieilles de plusieurs jours, sont les seules
traces de vie relevées dans cette solitude.

  [5] _Slush ice_. Agrégat de petits disques de glace de formation
    nouvelle. (_Note du traducteur._)

_25 septembre._--La glace épaissit de jour en jour. Temps clair et beau.
La nuit dernière −13°. L'hiver approche à grands pas!



CHAPITRE II

LE PREMIER HIVERNAGE


Toutes les apparences indiquent que maintenant nous sommes
définitivement pris dans la banquise, et je ne m'attends plus à voir le
_Fram_ hors de la glace que lorsqu'il sera arrivé de l'autre côté du
pôle, dans le voisinage de l'Atlantique.

De jour en jour le soleil décline sur l'horizon et la température
s'abaisse; la longue nuit si redoutée de l'hiver arctique approche.

Donc, nous faisons nos préparatifs en vue de cette longue détention.
Convertir le navire en confortables quartiers d'hiver, prendre toutes
les précautions pour le protéger contre le froid, la glace et les
pressions, en un mot contre toutes les forces terribles de la nature,
auxquelles les prophètes de mauvais augure ont prédit que nous
succomberions, telles sont tout d'abord nos occupations. Pour soustraire
le gouvernail aux attaques des glaces, nous le relevons; l'hélice est,
au contraire, laissée en place, sa cage contribuant à renforcer
l'arrière. Amundsen démonte la machine, et après avoir nettoyé et huilé
soigneusement toutes les pièces, les range dans le plus grand ordre.
Notre mécanicien a pour notre moteur les soins d'un père pour son
enfant. Pendant les trois ans que dura le voyage, pas une journée ne se
passa sans qu'il descendît dans la chaufferie, ne fût-ce que pour
regarder et pour caresser quelque organe de sa chère machine.

La menuiserie est établie dans la cale, l'atelier du mécanicien dans la
chambre de la machine et celui du ferblantier dans le kiosque des
cartes. La forge, installée d'abord sur le pont, fut transportée plus
tard sur la glace. Les cordonniers et les ouvriers chargés des menus
travaux élisent domicile dans le carré. Plus tard, lorsque nous eûmes
besoin de très longues lignes de sonde, une corderie fut établie sur la
glace. Tous les instruments, depuis les plus délicats jusqu'aux plus
grossiers, pouvaient être fabriqués à bord.

Dès les premiers jours de notre détention, le moulin à vent destiné à
actionner la dynamo et à produire la lumière électrique, fut dressé à
bâbord, dans la partie avant du navire.

Nos journées étaient très remplies. Nous avions à entretenir en bon état
toutes les parties du bâtiment, ensuite les corvées. Il fallait, par
exemple, monter les vivres de la cale, et aller chercher de la glace
d'eau douce pour obtenir, par fusion, la quantité d'eau nécessaire à
tous les besoins du bord, etc. De plus, dans les différents ateliers la
besogne ne manquait pas. Le forgeron Lars avait un jour à redresser les
pistolets des embarcations tordus par les vagues de la mer de Kara, un
autre jour à fabriquer un couteau, un hameçon ou un piège à ours; le
mécanicien Amundsen quelque instrument à réparer; Mogtad, horloger à ses
heures, un ressort de montre à remplacer ou un thermographe à nettoyer;
le voilier, des harnais pour les chiens. Chacun était, en outre, son
propre cordonnier et se confectionnait des chaussures en grosse toile,
garnies de chaudes et épaisses semelles en bois, d'après un modèle créé
par Sverdrup. Le moulin à vent nous donnait, en outre, du travail. Nous
avions à surveiller sa marche, à l'orienter dans la direction du vent,
et, lorsque la brise fraîchissait, à grimper aux ailes pour prendre des
ris, un travail peu agréable par les froids terribles, qui, le plus
souvent, entraînait quelques morsures de gelée aux doigts ou au nez.
Enfin, de temps à autre, il était nécessaire de manœuvrer les pompes. A
mesure que la température s'abaissa, cette opération devint de plus en
plus rarement nécessaire et, de décembre 1893 à juillet 1895, devint
même complètement inutile. Pendant cette période une seule voie d'eau se
produisit, insignifiante pour ainsi dire.

[Illustration: LA FORGE SUR LE PONT DU _Fram_.]

A toutes ces occupations venaient s'ajouter les travaux scientifiques.
Les plus absorbants étaient les observations météorologiques. Nuit et
jour elles furent effectuées toutes les quatre heures et même tous les
deux heures pendant un certain temps. Elles incombaient à Scott-Hansen,
assisté de Johansen jusqu'en mars 1895, et, après cette date, de
Nordahl. Les observations de nuit étaient faites par l'homme de quart.
Tous les deux jours, lorsque le temps était clair, Scott-Hansen et son
adjoint déterminaient astronomiquement la position du navire. Pendant
que notre camarade effectuait ses calculs, tout l'équipage se pressait à
la porte de sa cabine, attendant avec impatience leur proclamation. La
dérive avait-elle porté vers le nord ou vers le sud, et de combien?
C'était, pour nous, une question capitale. Du résultat de l'observation
dépendait en grande partie notre état d'esprit pendant la journée.

Scott-Hansen avait, en outre, à déterminer les éléments magnétiques. Ces
observations furent, au début, effectuées dans une tente construite à
cet effet et dressée sur la glace, ultérieurement dans une hutte en
neige beaucoup plus confortable. Le docteur était beaucoup moins occupé;
après avoir vainement attendu les malades, en désespoir de cause, il
donna ses soins aux chiens. Une fois par mois, il procédait à la pesée
de chaque membre de l'expédition, et à la détermination sur chaque sujet
du nombre de globules rouges et de la proportion d'hémoglobine. Le
résultat de ces recherches était également attendu avec impatience, nos
hommes pensant devoir en déduire leur immunité contre le scorbut pendant
un certain laps de temps.

[Illustration: LA LECTURE DES BAROMÈTRES]

Les observations de la température de la mer et de sa salinité à
différentes profondeurs, l'examen de la faune marine, l'étude de la
formation de la glace et la détermination de sa température dans ses
différentes couches, enfin celle des courants marins, constituaient mon
département scientifique. J'observai de plus régulièrement les aurores
boréales; après mon départ, le Dr Blessing se chargea de ce travail. Des
sondages et des dragages à de grandes profondeurs furent en outre
exécutés pendant toute la durée du voyage.

Les jours se suivaient et se ressemblaient, et en donnant l'emploi de
notre temps pour une journée le lecteur pourra se représenter notre vie.

A huit heures, lever. Aussitôt après, déjeuner composé de pain sec, de
fromage, de _corned beef_ ou de mouton conservé, de jambon, de langue de
Chicago ou de lard, de caviar de morue, d'anchois, de biscuits de farine
d'avoine ou de biscuits de mer anglais, enfin de marmelade d'orange ou
de compote. Trois fois par semaine du pain frais. Comme boisson, du thé,
du café ou du chocolat.

Le repas achevé nous allions donner la pitance aux chiens,--la moitié
d'une morue sèche ou quelques biscuits par tête,--après quoi, nous les
détachions, puis la petite colonie se dispersait pour vaquer à ses
occupations. A tour de rôle, chacun de nous avait sa semaine comme
aide-cuisinier et maître d'hôtel. Le «coq» faisait ses comptes pour le
dîner, et immédiatement après se remettait à ses fourneaux. Pendant ce
temps, quelques-uns d'entre nous se réunissaient sur la banquise pour
examiner son état.

A une heure, tout le monde était de nouveau réuni dans le carré pour le
dîner. Le menu était généralement composé de trois plats: soupe, viande
et dessert; souvent le dessert ou la soupe étaient remplacés par du
poisson. La viande était toujours accompagnée de pommes de terre, ou de
légumes verts, ou encore de macaroni.

Le dîner achevé, les fumeurs faisaient cercle dans la cuisine, les
pipes, cigares et cigarettes étant formellement interdits dans les
logements, excepté les jours de fête. Après une petite sieste, on se
remettait au travail jusqu'au souper, à six heures du soir. Le menu de
ce troisième repas était le même que celui du déjeuner. La soirée se
passait à fumer dans la cuisine ou à lire et à jouer aux cartes dans le
carré, pendant que l'un de nous faisait fonctionner l'orgue ou que
Johansen exécutait sur son accordéon ses morceaux fameux: _Oh! Susanne_
et la _Marche de Napoléon en canot à travers les Alpes_.

[Illustration: UNE SOIRÉE DE MUSIQUE]

A minuit, on allait se coucher sauf l'homme de veille. Le quart de nuit
ne durait qu'une heure et était pris à tour de rôle par chacun de nous.
Cette garde était le plus souvent employée à écrire les journaux, et ce
travail n'était guère interrompu que par les aboiements des chiens,
lorsqu'ils flairaient quelque ours dans le voisinage. Toutes les quatre
heures, et, pendant une période, toutes les deux heures, l'homme de
veille devait aller noter les observations météorologiques.

Grâce à la régularité de notre existence, le temps s'écoula fort
agréablement et avec la plus grande rapidité.

Mes notes prises au jour le jour donnent l'impression de la monotonie de
notre vie. Elles ne rapportent guère d'événements importants; par leur
indigence même, elles présentent un tableau exact de notre existence à
bord du _Fram_.

_26 septembre._--La température s'abaisse à −14°,5 dans la soirée.
L'observation n'indique aucune dérive dans la direction du nord; nous
sommes toujours immobiles par 78°50′. Dans la soirée, je me promène sur
la banquise. Il n'existe rien de plus merveilleusement beau que cette
nuit arctique. C'est le pays des rêves, coloré des teintes les plus
délicates qu'on puisse imaginer: c'est la couleur irréelle! Les nuances
se fondent les unes dans les autres dans une merveilleuse harmonie.
Toute la beauté de la vie n'est-elle pas haute, délicate et pure comme
cette nuit? Le ciel est une immense coupole bleue au zénith, passant
vers l'horizon au vert, puis au lilas et au violet. Sur les champs de
glace apparaissent de froides ombres bleu foncé, et, çà et là, les
hautes arêtes de la banquise s'allument de lueurs roses, derniers
reflets du jour mourant. En haut brillent les étoiles, éternels symboles
de la paix.

Au sud se lève une grande lueur rougeâtre, cerclée de nuages d'or jaune,
flottant sur le fond bleu. En même temps, l'aurore boréale étend sa
draperie changeante, tantôt argentée, tantôt jaune, verte ou rouge. A
chaque moment, sa forme varie; un instant, le météore s'étale, un autre
il se contracte, puis se déchire en cercles d'argent hérissés de rayons
flamboyants, et, finalement, s'éteint subitement comme une mystérieuse
apparition. Un instant après, des langues de feu flambent au zénith, et,
de l'horizon, monte une raie brillante qui vient se confondre dans la
clarté lunaire. Pendant des heures, le phénomène lumineux s'irradie en
clartés étranges au-dessus du grand désert glacé, laissant une
impression de vague et d'inexistence, qui vous fait un instant douter de
la réalité. Et le silence est profond, impressionnant comme la symphonie
de l'espace. Non, jamais je ne pourrai croire que ce monde puisse finir
dans la désolation et dans le néant. Pourquoi, alors, toute cette
beauté, s'il n'existe plus aucune créature pour en jouir?

[Illustration: L'OBSERVATOIRE MAGNÉTIQUE]

Je commence maintenant à deviner ce secret: voici la terre promise qui
unit la beauté à la mort. Mais dans quel but? Ah! quelle est la destinée
finale de toutes ces sphères? Lisez la réponse, si vous le pouvez, dans
ce ciel bleu constellé d'étoiles.

_28 septembre._--Chute de neige et vent. Aujourd'hui nous lâchons les
chiens. Depuis notre départ de Kabarova, la vie a été triste pour ces
malheureux, enchaînés sur le pont, sous la pluie continuelle des embruns
et des paquets de mer. Ils se sont à moitié étranglés dans leurs
laisses; ils ont eu le mal de mer, et, par le beau comme par le mauvais
temps, ils ont dû rester là où ils étaient attachés. Vous qui serez
peut-être notre dernière ressource à l'heure suprême, nous vous avons
bien mal traités. En revanche, lorsqu'arrivera le moment de la lutte à
outrance, vous serez à l'honneur. En attendant ayez la liberté! C'est
alors une joie folle; tous se roulent dans la neige et gambadent sur la
glace en aboyant à nous rompre le tympan. La banquise, jusque-là si
triste et si morne, est maintenant bruyante et animée. Le silence
séculaire est rompu.

_29 septembre._--L'anniversaire de la naissance de Blessing. En son
honneur une grande fête est organisée, la première de toutes celles que
nous donnerons à bord. Nous avons d'ailleurs un autre motif de nous
réjouir; l'observation de midi nous place au 79°5′; un nouveau degré de
latitude gagné vers le pôle! La fête consiste en un dîner-concert. Au
menu cinq plats, au programme vingt morceaux.

_30 septembre._--La position du _Fram_ ne me paraît pas offrir toutes
les conditions désirables de sûreté. Le grand glaçon situé à bâbord,
auquel nous sommes amarrés, projette vers le centre du navire une forte
saillie qui pourrait produire un choc dangereux dans cette partie de la
coque, en cas de pression des glaces. Aussi commençons-nous aujourd'hui
à déhaler le _Fram_ pour prendre un mouillage plus sûr; un travail qui
ne laisse pas que d'être pénible. Il faut d'abord casser une épaisse
couche de glace, puis, à l'aide du cabestan, faire lentement avancer le
navire à travers le passage que nous lui avons frayé.

Le soir, température −12°,6. Magnifique coucher de soleil.

_2 octobre._--Halé le navire jusqu'au milieu du bassin couvert de «jeune
glace[6]», situé en arrière. Nous avons à bâbord le grand _floe_, sur
lequel les chiens sont installés, très plat et sans saillie menaçante de
ce côté, et, à tribord, de la glace également basse; entre ces plaques
et le navire s'étend une nappe de «jeune glace». En amenant le _Fram_
dans son nouvel ancrage, une partie de la glace qui l'entourait a été
refoulée et pressée en dessous de la surface de l'eau contre la coque,
de telle sorte que le bâtiment se trouve maintenant dans un excellent
lit de glace.

  [6] Glace nouvellement formée. (_N. du traducteur._)

L'après-midi, Sverdrup, Juell et moi étions occupés dans le kiosque des
cartes à épisser des cordes pour la ligne de sonde, lorsque, tout à
coup, Henriksen signale l'approche d'un ours. De suite je saute sur mon
fusil.

--Où est-il, cet ours?

--Là, sur tribord, près de la tente, il se dirige droit vers
l'observatoire.

J'aperçois, en effet, dans cette direction un ours énorme poursuivant
Hansen, Blessing et Johansen qui se sauvent à toutes jambes vers le
navire. A ma vue, il s'arrête étonné; évidemment, il se demande quel est
l'insecte qui se trouve maintenant devant lui. Dès qu'il tourne la tête,
je lui envoie une balle dans le cou; le projectile frappe juste et
l'énorme bête s'affaisse sans mouvement. Pour les habituer à cette
chasse, quelques chiens sont aussitôt lâchés, mais leur attitude est
absolument lamentable; Kvik, dont je comptais me servir en pareille
occasion, s'approche du cadavre, pas à pas, le poil tout hérissé, la
queue entre les jambes; un spectacle absolument décourageant.

Très amusante avait été la rencontre de nos trois compagnons avec
l'ours. Blessing et Johansen étaient allés aider Hansen à dresser, sur
la glace, sa tente pour les observations magnétiques; pendant qu'ils
étaient occupés à ce travail survint l'animal.

Sur l'avis de Hansen, pour ne pas effrayer l'ours et ne pas l'attirer de
leur côté, ils s'accroupissent tous les trois les uns contre les autres.

Après un instant d'attente, Blessing émet l'avis d'essayer de gagner le
bord et de donner l'alarme.

--Parfaitement, répond Hansen.

Et Blessing s'achemine vers le navire sur la pointe des pieds, toujours
pour ne pas effrayer l'ours. Entre temps maître Martin découvrant les
camarades se dirige vers eux, puis, apercevant Blessing, se met à sa
poursuite. Notre bon docteur s'arrête alors, incertain de la conduite
qu'il doit tenir; finalement, pensant qu'il est plus amusant d'être
trois que de rester tout seul en tête-à-tête avec l'ennemi, il rejoint
rapidement Hansen et Johansen. Notre astronome essaie alors d'un
stratagème recommandé dans les livres. Il se lève, agite furieusement
les bras, et, avec le concours des autres, se met à pousser des
hurlements terribles; la bête continue toujours à avancer... En présence
de cette situation critique chacun prend les armes qu'il a à sa
disposition: Hansen un bâton ferré, Johansen une hache; quant à
Blessing, il n'a rien du tout. Tous poussent en chœur un cri terrible:
Un ours, un ours! et s'acheminent à toute vitesse sur le navire.
L'animal, au lieu de leur donner la chasse, trotte vers la tente, et,
pendant qu'il en examine le contenu, nos camarades rentrent à bord.

Après cette aventure, les membres de l'expédition ne sortent plus
qu'armés jusqu'aux dents.

_4 octobre._--Toute la journée sondages. Profondeur maxima: 1,440
mètres. Le fond est formé par une couche d'argile grise, épaisse de 10 à
11 centimètres, reposant sur de l'argile brune. La température dans la
nappe d'eau inférieure s'élève à +0°,18, tandis qu'à 135 mètres elle est
de −0°,4. Une étrange découverte qui réduit à néant la théorie d'un
bassin polaire, peu profond, rempli par des eaux très fraîches.

[Illustration: LES CHIENS ENCHAINÉS SUR LA GLACE]

Dans l'après-midi, brusquement une crevasse s'ouvre près de l'arrière du
_Fram_, et en quelques minutes devient très large. Le soir, les blocs de
la banquise sont pressés les uns contre les autres, et plusieurs autres
ouvertures se forment.

De jour en jour le froid devient plus vif. Le 15, 18° sous zéro. Entre
temps, une nouvelle chasse à l'ours également heureuse.

Enchaînés sur la glace, les chiens courent le risque de geler sur place,
aussi prenons-nous le parti de les lâcher. Nous verrons si ce régime
peut être maintenu. Cette ère de liberté est inaugurée par plusieurs
batailles terribles qui se terminent pour quelques-uns non sans perte de
sang.

_7 octobre._--Depuis plusieurs jours, vent de nord persistant. Sous son
influence nous dérivons au sud.

Toujours les mêmes crépuscules d'une beauté si triste et si profondément
émouvante! En Norvège, ils sont également d'une grave mélancolie. Aussi
bien, tous ces couchers de soleil évoquent-ils en moi de doux souvenirs
et en même temps aggravent-ils mes tristesses.

_8 octobre._--Excursion en patins[7] à l'ouest du navire. Du sommet d'un
_hummock_[8], que j'escalade au terme de notre promenade, la vue
embrasse la plaine neigeuse, infinie et solitaire; dans toutes les
directions, à perte de vue, rien que de la neige.

  [7] Les patins norvégiens, les _ski_, nom sous lequel nous les
    désignerons désormais, sont de longues et étroites lamelles de bois,
    permettant d'avancer rapidement sans enfoncer sur la neige.
    Dimensions des _ski_: longueur, 2m,30 à 3m; largeur, 0m,09.

    Les _ski_ ne doivent pas être confondus avec les raquettes en usage
    dans les Alpes et dans l'Amérique du Nord et qui ont principalement
    pour but d'empêcher d'enfoncer dans la neige pulvérulente. (_N. du
    traducteur._)

  [8] Monticule de glace accidentant la banquise, formé généralement par
    le soulèvement d'un bloc dans la rencontre de deux glaçons lors
    d'une pression. (_N. du traducteur._)

L'observation de midi nous réserve une désagréable surprise; nous nous
trouvons maintenant par 78°35′, juste un demi-degré perdu en neuf jours.
Cette dérive est facile à expliquer, mais elle n'en est pas moins
ennuyeuse. La mer se trouvant encore libre dans le sud, notre banquise,
poussée par les vents persistants de nord et de nord-ouest, a
rétrogradé. Lorsque la nappe d'eau voisine de la côte sibérienne sera
prise à son tour, nous dériverons certainement vers le nord.

_9 octobre._--Première pression des glaces. Pendant que nous causions
dans le carré, un bruit effroyable se fait tout à coup entendre, et le
bâtiment branle dans toutes ses parties. Immédiatement nous grimpons sur
le pont. Le _Fram_, comme je l'avais espéré, se comporte admirablement.
La glace, toujours poussée en avant, avance contre le navire, mais,
rencontrant les surfaces rondes de la coque, glisse en dessous du
bâtiment sans y mordre et en nous soulevant lentement. Ces pressions se
reproduisirent dans l'après-midi. A différentes reprises, leur poussée
éleva le _Fram_ de plusieurs pieds; incapable de supporter un pareil
poids, la glace se brisait bientôt sous le navire. Le soir, la banquise
se détend et autour de nous se forme un bassin d'eau libre. Il faut
alors amarrer le _Fram_ à notre vieux _floe_ pour l'empêcher de dériver.
La banquise a dû subir une violente convulsion. Du reste, de sourdes
détonations produites par le choc des glaces ont été entendues dans le
voisinage.

_11 octobre._--Job, un de nos meilleurs chiens, a été mis en pièces par
ses compagnons. Le malheureux gît inanimé, veillé par le vieux Suggen
qui empêche les autres de venir profaner son cadavre. Quels monstres que
ces animaux, pas un jour ne se passe sans combat. Dans la crainte de
nouvelles batailles, le pauvre Barabas reste à bord, n'osant plus
s'aventurer sur la glace au milieu de ses congénères.

Aujourd'hui encore de nouvelles pressions. Cela commence par un léger
craquement et par un gémissement sur les flancs du navire. Le bruit
augmente ensuite graduellement en passant par toute la gamme;
successivement c'est une plainte d'un ton très élevé, puis un grognement
suivi d'un grondement. Le tapage redouble; on dirait le fracas produit
par le jeu simultané de tous les tuyaux d'un orgue. Le navire tremble et
tressaute, soulevé tantôt doucement, tantôt par saccades. Certains de la
résistance du _Fram_, nous éprouvons une sensation agréable à regarder
cette scène terrible. Tout autre bâtiment aurait été broyé depuis
longtemps. Contre les murailles du navire les glaçons s'écrasent, puis
s'enfoncent pour s'entasser sous sa coque invulnérable en un lit
cristallin. Aussitôt que la rumeur des glaces en travail s'affaiblit, le
_Fram_ reprend sa position première... Maintenant l'assaut est terminé,
la plaine blanche redevient silencieuse, hérissée de quelques nouveaux
amoncellements de glaçons[9], seuls vestiges de la lutte. Vers le soir,
la banquise se détend et le _Fram_ se trouve de nouveau dans un large
bassin d'eau libre.

  [9] Le vocabulaire arctique donne à ces amoncellements de glaçons
    brisés par les pressions le nom de _Toross_, emprunté à la langue
    russe. (_N. du trad._)

_12 octobre._--Hier matin nous étions étroitement bloqués, aujourd'hui
le _floe_ auquel nous sommes amarrés flotte dans un large et long
chenal, et vers le nord s'ouvre une vaste nappe d'eau libre dont nous
n'apercevons pas la fin. En présence de ce changement extraordinaire,
peut-être allons-nous pouvoir nous remettre en marche.

Un ciel clair et ensoleillé, un magnifique temps d'hiver plein d'une
douce poésie! La sonde indique des fonds de 90 mètres. Pêche aujourd'hui
avec un filet de Murray[10], à une profondeur de 50 mètres; excellente
récolte: des ostracodes, des copépodes, des amphipodes et une
_spadella_. La manœuvre de cet engin est très difficile. A peine est-il
immergé à travers un trou de la banquise que les glaçons, se rapprochant
rapidement, menacent de fermer l'ouverture. En toute hâte il faut
relever l'appareil pour ne pas le perdre. Le soir tous les bassins d'eau
libre, même les plus petits, scintillent de lueurs phosphorescentes[11].
La faune n'est donc pas aussi pauvre qu'on pourrait le supposer.

  [10] Ce filet en soie est destiné aux dragages à différentes
    profondeurs effectués de l'arrière soit d'un navire, soit d'une
    embarcation. Pendant notre dérive nous en avons fait un fréquent
    usage en l'introduisant sous la glace; souvent les récoltes ont été
    très abondantes.

  [11] La phosphorescence de la mer est produite principalement par deux
    petits crustacés lumineux appartenant au genre des Copépodes.

[Illustration: UNE OBSERVATION MÉRIDIENNE]

_13 octobre._--Nous voici exposés en plein à ces terribles pressions
auxquelles les prophètes de mauvais augure ont prédit que nous
succomberions. Autour du navire la glace se presse, s'entasse et
s'amoncelle en monticules menaçants. De hautes murailles de blocs se
dressent jusqu'au-dessus des bastingages, enserrant le _Fram_ comme pour
l'embrasser dans une suprême étreinte. Confiants dans la solidité de
notre bâtiment, ce nouvel assaut nous laisse indifférents; nul ne songe
à se déranger pour surveiller l'attaque. Ni les chocs, ni les
détonations de la banquise n'arrêtent même les conversations et les
rires dans le carré.

La nuit dernière, le _floe_ sur lequel les chiens sont installés a reçu
un violent assaut. Les glaçons, après avoir été soulevés, ont ensuite
dégringolé sur sa surface, ensevelissant notre ancre à glace d'arrière
et une partie de son câble d'acier. Des planches et des traîneaux
laissés sur la banquise ont été également enfouis; les chiens auraient
même été écrasés sous les avalanches, si l'homme de veille ne les avait
lâchés à temps. Finalement, attaqué et pressé de tous côtés, le _floe_
s'est fendu en deux. Ce matin, éclairée par un soleil brillant, cette
scène de destruction laisse une impression de navrante tristesse. Le
_Fram_ se trouvait à la limite de l'effort de la glace. Nous nous tirons
de cette nouvelle attaque avec la perte d'une ancre à glace, d'un bout
de câble d'acier, de quelques planches et de la moitié d'un traîneau
samoyède; encore tout cela aurait-il pu être sauvé si les hommes avaient
pris à temps leurs précautions. Ils sont devenus si absolument
indifférents aux pressions que même le plus formidable grondement ne les
attire plus sur le pont.

Ce matin comme hier, à la suite de la pression, détente de la banquise
et formation d'une large nappe d'eau autour du navire. La teinte foncée
de l'horizon indique toujours l'existence d'une vaste étendue de mer
libre dans le nord. En conséquence, je donne l'ordre de remonter la
machine et de la tenir prête à être remise en marche. Il faut faire
route vers le nord et reconnaître la situation de ce côté! Peut-être,
cette tache foncée marque-t-elle la limite entre la banquise où était
bloquée la _Jeannette_ et celle où nous sommes en dérive vers le sud, ou
bien peut-être est-ce une terre?

[Illustration: LE _Fram_ AU MILIEU DE LA BANQUISE]

Dans l'après-midi, changement de mouillage. Nous abandonnons notre vieux
_floe_, maintenant tout disloqué, pour aller ancrer un peu plus en
arrière. Le soir, un assaut très violent s'étant produit autour des
débris de ce glaçon, nous nous félicitons d'avoir quitté son voisinage.

Les pressions, affectant une étendue importante de la banquise, sont
dans une étroite relation avec le phénomène des marées. Deux fois par
jour la banquise subit une détente, puis une compression. La compression
se produit de quatre à six heures du matin, et à pareille heure le soir;
dans l'intervalle la détente donne naissance à des plaques d'eau libre.
L'attaque terrible qui vient de se produire a été probablement
déterminée par la marée de syzygie. La lune a commencé le 9 et
précisément ce jour-là, vers midi, a eu lieu la première convulsion.
Depuis, chaque jour, l'agitation de la glace commence à une heure de
plus en plus tardive; aujourd'hui elle survient à huit heures.

Les pressions se produisent particulièrement aux époques de syzygies et
se montrent plus violentes à la nouvelle lune qu'à la pleine lune.
Durant les périodes intermédiaires, elles sont faibles ou même nulles.
Ce phénomène ne se manifesta pas pendant toute la durée de notre dérive;
il fut particulièrement terrible le premier automne, dans le voisinage
de la nappe libre, située au nord de la côte sibérienne, et la dernière
année aux approches de l'Atlantique. Pendant notre traversée du bassin
polaire, il fut moins fréquent et plus irrégulier. Dans cette région,
les pressions sont principalement dues à l'action du vent sur les
banquises. Lorsque les énormes masses de glace de cette zone, entraînées
par la dérive, rencontrent d'autres champs chassés par une brise ayant
une direction différente de celle qui pousse les premières, les
collisions, comme on le comprend, doivent être terribles.

Cette lutte des glaces les unes contre les autres est à coup sûr un
spectacle extraordinaire. On se sent en présence de forces titanesques.
Au début d'une grande pression, il semble que tout le globe doive être
ébranlé par ces chocs. C'est d'abord comme un roulement de tremblement
de terre très lointain, puis le bruit se rapproche et éclate en même
temps sur différents points.

Les échos du grand désert neigeux, jusque-là silencieux, répètent ce
mugissement en fracas de tonnerre...; les géants de la nature se
préparent au combat. Partout la glace craque, se brise et s'empile en
_toross_, et soudain vous vous trouvez au milieu de cette lutte
effroyable. Tout grince et mugit, la glace frémit sous vos pas..., de
tous côtés d'effroyables convulsions. A travers une demi-obscurité, vous
voyez les blocs monter en hautes crêtes et approcher en vagues
menaçantes. Dans les collisions, des quartiers épais de 4 ou 5 mètres
sont projetés en l'air, montent les uns au-dessus des autres ou tombent
pulvérisés... Maintenant, de tous côtés vous êtes enveloppé par des
masses de glace mouvante prêtes à débouler sur vous. Pour échapper à
leur étreinte mortelle, vous vous disposez à fuir, mais juste devant
vous la glace cède; un trou noir s'ouvre béant et l'eau affluant par
l'ouverture s'épanche à flots. Voulez-vous vous sauver dans une autre
direction: à travers l'obscurité, vous distinguez une nouvelle crête de
blocs en marche sur vous. Vous cherchez un autre passage, toute issue
est fermée. Un fracas de tonnerre roule sans discontinuer, pareil au
grondement de quelque puissante cascade traversé par le fracas d'une
canonnade. Ce mugissement formidable approche de plus en plus; le _floe_
sur lequel vous vous êtes réfugié, serré et heurté comme à coups de
bélier, s'effritte, l'eau afflue de tous côtés. Pour vous sauver vous
n'avez d'autre ressource que d'escalader une de ces arêtes de glaces
mouvantes afin d'atteindre une autre région de la banquise...
Maintenant, peu à peu, le calme se fait, le bruit diminue et lentement
s'éteint dans un grand silence de mort.

Les mois succèdent aux mois, les années aux années, jamais cette lutte
effroyable ne prend fin. Partout la banquise est découpée de crevasses
et hérissée d'arêtes produites par ces bouleversements. Si, d'un seul
coup d'œil, on pouvait embrasser l'immensité de ce désert blanc, il
apparaîtrait quadrillé par un réseau de crêtes (_toross_). Cette vue
nous rappelait l'aspect des campagnes de Norvège, couvertes de neige,
avec leurs brusques protubérances formées par les murettes séparant les
champs. A première vue, ces crêtes semblaient affecter le plus complet
désordre, un examen plus attentif de la banquise montrait cependant leur
tendance à prendre certaines directions, notamment une orientation
perpendiculaire à la ligne des pressions qui leur avaient donné
naissance. Les explorateurs ont souvent évalué à 18 mètres la hauteur
des _toross_ et des _hummocks_. Ces chiffres sont exagérés. Pendant
notre dérive et notre voyage à travers la banquise de l'extrême nord,
l'_hummock_ le plus élevé que j'ai vu ne dépassait pas, à vue d'œil, 10
mètres.--Je n'avais malheureusement pas les moyens de le mesurer.--Les
_hummocks_ les plus saillants dont j'ai déterminé les dimensions
atteignaient une hauteur de 6m à 7m,50; ceux-là étaient nombreux. Les
entassements de glace de mer ayant une hauteur de 8m,50 sont très rares.

_14 octobre._--Un chenal reste toujours ouvert dans la direction du
nord, et au delà la mer apparaît libre à perte de vue. La machine est
remontée; demain nous serons parés pour le départ. Dans la soirée,
violente pression. A plusieurs reprises, les blocs empilés sur bâbord
menacent de culbuter sur le pont par-dessus le bastingage. Cette glace,
peu épaisse, ne peut causer grand dommage, mais sa force d'impulsion est
énorme. Sans une minute d'arrêt, elle arrive en vagues qui, de prime
abord, paraissent irrésistibles, puis lentement, mais sûrement, elle
vient mourir contre la solide coque du _Fram_.

_15 octobre._--Maintenant que nous sommes prêts à partir, la banquise
reste absolument fermée. Dans la matinée, aux premiers indices de
détente de la glace, je donne l'ordre d'allumer les feux. Entre temps,
je me mets à la recherche d'un ours que les hommes ont blessé la nuit
dernière et qui ne doit pas être loin du navire. A mon retour, la glace
n'a pas bougé.

_16 et 17 octobre._--La banquise demeure absolument compacte. Violente
pression dans la nuit.

_18 octobre._--Le matin, Johansen tue, du pont, un ours qui est venu
rôder tout contre le navire. L'après-midi, Henriksen en abat un second.

Temps très clair. Du haut du «nid de corbeau», aucune terre en vue.
L'ouverture, qui s'étendait les jours précédents vers le nord, est
complètement fermée; en revanche, durant la nuit, une nouvelle nappe
s'est formée tout près du _Fram_.

_21 octobre._--Profondeur: 135 mètres. Nous arrivons au-dessus d'une
fosse marine. La ligne de sonde indique une dérive vers le sud-ouest. Je
ne comprends rien à ce recul constant, d'autant que, ces jours derniers,
la brise a été faible. Quelle peut bien être la raison de cette retraite
vers le sud? Dans cette région, le courant devrait porter dans le nord.
Comment expliquer autrement l'existence de la large étendue de mer libre
que nous avons traversée et celle de la baie où nous avons été arrêtés
au point culminant de notre marche. Ces ouvertures n'ont pu être formées
que par un mouvement des eaux vers le nord. La seule objection contre ma
théorie est fournie par l'existence du courant se dirigeant vers l'ouest
que nous avons observé pendant tout notre trajet de Kabarova à l'Olonek.
Mais non, jamais nous ne serons ramenés au sud des îles de la
Nouvelle-Sibérie, puis à l'ouest, vers la côte de Sibérie, et ensuite au
nord dans la direction du cap Tchéliouskine.

_23 octobre._--Profondeur: 117 mètres, 12 mètres de moins qu'hier. La
ligne de sonde indique maintenant une dérive vers le nord-est. Le 12
octobre, nous avons été ramenés jusqu'au 78°5′; d'après les observations
du 19, nous nous trouvons à 10 milles plus au nord. Enfin, maintenant
que le vent est tombé, le courant commence à porter dans la bonne
direction.

_24 octobre._--Entre quatre et cinq heures du matin, une violente
pression a soulevé légèrement le _Fram_. L'assaut des glaces semble
devoir se renouveler. Demain, en effet, nous avons une marée de pleine
lune. Dans la matinée, la banquise s'ouvre tout contre le navire, puis
se referme. Vers onze heures du matin, une attaque assez forte se
produit; après cela un temps d'arrêt, puis, nouvelles pressions dans
l'après-midi, particulièrement violentes entre quatre heures et quatre
heures et demie.

_25 octobre._--La nuit dernière, la banquise a éprouvé une convulsion.
Réveillé en sursaut, j'ai senti le _Fram_ soulevé, secoué et remué en
tous sens; en même temps, j'ai entendu la glace s'écraser contre sa
coque. Après avoir écouté un instant, je me suis rendormi, en pensant
qu'il faisait bon être à bord du _Fram_. Ce serait véritablement
terrible d'être obligé de quitter le navire à la moindre pression et de
fuir avec tous nos bagages sur le dos, comme les gens du _Tegetthoff_.

La brise souffle aujourd'hui du sud-ouest. Le moulin, prêt depuis
plusieurs jours, fonctionne pour la première fois. L'essai est
particulièrement heureux; quoique la brise soit faible (5 à 8 mètres à
la seconde), notre éclairage est cependant très intense. La lumière
exerce une puissante influence sur le moral de l'homme. A dîner, la
gaieté est générale. La lumière agit sur nos esprits comme un verre de
bon vin. Le carré a un air de fête.

_26 octobre._--L'anniversaire du lancement du navire est célébré en
grande pompe. La fête débute par un tir à la cible. Le vainqueur reçoit
la grande croix en bois de l'ordre du _Fram_. Au dîner, quatre plats,
et, après le repas, permission de fumer dans le carré.

Mes pensées se reportent involontairement à la scène du lancement. Je
revois ma chère femme projetant la bouteille de Champagne contre
l'étrave en s'écriant: «Que _Fram_ soit ton nom»; en même temps, le
solide bâtiment, glissant doucement sur son berceau, prenait possession
de son élément... Je serrai violemment sa main dans la mienne, et les
larmes me vinrent aux yeux; ni l'un ni l'autre ne fûmes capables de dire
un mot! Maintenant, nous sommes séparés par la mer et par la glace. Pour
combien de temps? A coup sûr, ce sera très long. Je veux m'arracher à
cette triste pensée.

Aujourd'hui, le soleil nous fait ses adieux; la nuit d'hiver va
commencer. Où serons-nous quand reparaîtra l'astre de la vie? Pour nous
consoler de son départ, la lune brille d'un éclat absolument
extraordinaire.

D'après les observations, nous nous trouvons aujourd'hui à trois minutes
plus au nord, et un peu plus à l'ouest que le 19. Nous devons être dans
un remous où la glace tourne sur elle-même sans avancer. Si seulement un
vent de sud se levait et nous poussait dans le nord, le découragement
ferait promptement place à l'espoir!

Le 27 octobre, dans l'après-midi, un météore lumineux traverse le ciel,
puis disparaît près de l'ε de la constellation du Cygne, le second que
nous apercevons depuis notre arrivée dans ces parages. Le lendemain nous
tuons un renard blanc. Déjà à plusieurs reprises nous avions vu ses
pistes autour du navire. Que diable ces animaux peuvent-ils faire aussi
loin de terre? Après tout, cela ne doit pas nous étonner, n'a-t-on pas
trouvé des traces de renards sur la banquise entre Jan-Mayen et le
Spitzberg.

_5 novembre._--Le temps se traîne. Je travaille, je lis, je m'absorbe
dans des réflexions et dans des rêveries; après quoi je joue de l'orgue,
puis me promène sur la glace dans la nuit obscure. Très bas sur
l'horizon, dans le sud-ouest, il y a encore un faible afflux de lumière,
une lueur rouge foncé comme une tache de sang, passant à l'orange, au
vert, au bleu pâle, enfin au bleu foncé tout piqué d'étoiles. Dans le
nord vacillent des fusées d'aurore boréale toujours changeantes et
mobiles, jamais en repos, absolument comme l'âme humaine. Et, sans y
prendre garde, mes pensées reviennent toujours à mes chers adorés... Je
songe au retour; notre tâche est maintenant accomplie, le _Fram_ remonte
à toute vitesse le fjord. La terre aimée de la patrie nous sourit dans
un gai soleil, et... les souffrances poignantes, les longues angoisses
sont oubliées dans un moment d'inexprimable joie. Oh! non, c'est trop
pénible! A grands pas je me promène pour chasser cette hantise
déprimante.

De plus en plus décourageant le résultat des observations. Nous sommes
aujourd'hui par 77°43′ et 138°8′ de Long. Est. Jamais encore nous
n'avions rétrogradé aussi loin. Depuis le 29 septembre nous avons été
repoussés de 83 milles vers le sud. Toute la théorie dont la vérité me
paraissait indiscutable, s'écroule comme un château de cartes détruit
par la plus légère brise. Imaginez les plus ingénieuses hypothèses,
bientôt les faits les auront réduits à néant. Suis-je véritablement
sincère en écrivant ces tristes réflexions? Oui, sur le moment, car
elles sont le résultat de l'amertume de mon découragement. Après tout,
si nous sommes dans une mauvaise voie, à quoi cela aboutira-t-il? A la
déception d'espérances humaines, tout simplement. Et si nous périssons
dans cette entreprise, quelle influence cela aura-t-il sur les cycles
infinis de l'éternité?

_9 novembre._--Pris dans la journée une série de températures et
d'échantillons d'eau de 10 en 10 mètres, depuis la surface jusqu'au
fond, situé à une profondeur de 53 mètres. Partout la mer a une
température uniforme de −1°,5, la même température que j'ai observée à
une latitude plus méridionale. Il n'y a donc ici que de l'eau originaire
du bassin polaire. La salure est très faible. L'apport des fleuves
sibériens fait sentir son influence jusqu'ici.

_11 novembre._--La «jeune glace» autour du navire atteint une épaisseur
de 0m,39. Dure à la surface, elle devient en dessous poreuse et friable.
Cette couche date de quinze jours. Dès la première nuit, elle a atteint
une épaisseur de 0m,078; les deux nuits suivantes, elle a seulement
augmenté de 0,052, et, pendant les douze nuits suivantes, de 0,26.
L'accroissement d'une couche de la glace se ralentit donc à mesure que
son épaisseur augmente, et cesse même complètement lorsqu'elle a atteint
une certaine hauteur.

_19 novembre._--Toujours la même vie monotone. Depuis une semaine, vent
du sud; aujourd'hui, par exception, brise légère de nord-nord-ouest. La
banquise reste calme, hermétiquement fermée autour du navire. Depuis la
dernière pression violente, le _Fram_ a certainement sous sa quille une
épaisseur de glace de 3 à 7 mètres[12]. A notre grande joie,
l'observation d'hier constate un gain de 44 milles vers le nord depuis
le 8. Nous avons également fait un pas considérable vers l'est. Que
seulement la dérive nous porte dans cette direction!

  [12] Plus tard nous creusâmes la glace jusqu'à une profondeur de 10
    mètres sans réussir à atteindre l'eau.

Le _Fram_ constitue au milieu de la banquise un abri chaud et
confortable. Même par un froid de 30° le poêle n'est pas allumé. Une
lampe suffit à rendre la température très agréable dans le carré. Mes
compagnons, du reste, ne s'aperçoivent pas du froid. Alors que le
thermomètre marque 30° sous zéro, Bentzen va en chemise lire sur le pont
les thermomètres. Presque nulle part trace d'humidité; partout
excellente ventilation, grâce à la manche à air qui répand dans tout le
navire des flots d'air froid et vivifiant.

_27 novembre._--La température de l'air se maintient sans grande
variation entre −25° et −30°. Dans la cale du navire elle descend à
−11°.

A différentes reprises, les rayons de l'aurore boréale me semblent
prendre une orientation parallèle à la direction du vent. Dans la
matinée du 23, ce phénomène se montrant dans le sud-est, j'annonce à mes
compagnons que la brise qui, en ce moment, souffle du nord-est,
descendra au sud-est; quelques heures plus tard cette prédiction se
réalise.

Ce matin, à neuf heures, une forte pression; dans la soirée, la glace
gémit bruyamment aux environs. Le _Fram_ ne se trouve plus, semble-t-il,
au centre des convulsions. Probablement le dernier assaut violent a
comprimé autour de nous toute la glace en une masse très résistante que
le froid a solidifiée, tandis que, plus loin, la banquise, moins
compacte, peut s'ouvrir et par suite être soumise à des pressions.

_3 décembre._--Dérive au nord-est, terriblement lente. Depuis le 28
novembre, nous avons avancé seulement de cinq milles.

_5 décembre._--35°,7, la plus basse température éprouvée jusqu'ici. Nous
sommes par 78°50′, à 6 milles plus au nord que le 2; la vitesse de
dérive serait de 2 milles par jour.--Dans l'après-midi, magnifique
aurore boréale; de l'est à l'ouest, le ciel est illuminé par une arcade
flamboyante. Un peu plus tard, le temps devient couvert; une seule
étoile est visible, l'étoile du foyer. Comme je l'aime, ce petit point
lumineux! Chaque fois que je monte sur le pont, je la cherche, cette
étoile, et toujours elle est là brillante dans son impassibilité
radieuse. Elle me semble notre protectrice.

_8 décembre._--De 7 à 8 heures du matin, encore une pression.
L'après-midi je dessinais dans le carré, lorsque subitement un choc
violent, suivi d'un craquement formidable, se fait entendre juste
au-dessus de ma tête, comme si de gros blocs de glace tombaient de la
mâture sur le pont. En un clin d'œil, tous les hommes sont debout; les
paresseux qui faisaient la sieste à ce moment passent en hâte un
vêtement et accourent dans le carré. Kvik, effrayé par la violence de la
détonation, a même quitté ses quartiers d'hiver. Qu'est-ce qui a bien pu
se passer? Impossible de découvrir la cause de ce fracas épouvantable.
La glace est en mouvement et paraît en train de s'écarter du navire. Ce
bruit a été probablement causé par une pression inopinée qui a déterminé
le décollement de la glace sur toute la longueur du bâtiment. On
n'entend aucun craquement dans les œuvres du navire; le _Fram_ n'a donc
pas éprouvé d'avarie. Dehors, il fait très froid, le mieux est de
rentrer.

A six heures du soir, nouvelle pression d'une durée de vingt minutes. La
banquise grince et détone à l'arrière; dans le carré, le bruit est tel
que toute conversation devient impossible à moins de hurler à tue-tête.
Pendant ce sabbat, l'orgue fait entendre des phrases de la mélodie de
Kjerulf: «Le chant des rossignols m'empêche de dormir.»

_10 décembre._--Aujourd'hui, grand événement dans la vie monotone du
bord: apparition d'un journal, le _Framsjaa_, la _Vigie du_ FRAM;
directeur, notre excellent docteur. Le premier numéro, lu le soir à
haute voix dans le carré, excite une gaieté générale. Dans notre
situation, l'entrain est un remède préventif contre la maladie; par son
amusante initiative, Blessing contribue ainsi à fortifier notre
excellent état sanitaire.

_13 décembre._--Depuis hier soir, sans une minute de repos, les chiens
aboient furieusement. A plusieurs reprises, les hommes de garde ont
cherché et exploré les environs; en dépit de leurs recherches,
impossible de découvrir la cause de cet émoi. Ce matin, on constate la
disparition de trois chiens. Après le déjeuner, Mogstad et Peter vont
examiner la neige autour du navire, espérant découvrir les pistes des
fugitifs. «Vous feriez bien de prendre un fusil,» leur dit Jacobsen.
«Oh! non, nous n'en avons pas besoin,» réplique Peter. En bas de
l'échelle, il y a pourtant des traces d'ours et de sang. Nos deux
gaillards ne s'acheminent pas moins sur la banquise, armés seulement
d'une lanterne et escortés par toute la meute. A quelques centaines de
pas du navire, surgit tout à coup de l'obscurité un ours énorme. A cette
vue, nos hommes prennent aussitôt leur galop vers le bord. Mogstad,
chaussé de légers mocassins, s'esquive rapidement, mais Peter, empêtré
dans ses lourdes bottes à semelle en bois, n'avance que très lentement.
Notre homme a beau faire diligence, jamais il n'aperçoit le navire. Dans
la confusion de la retraite, le malheureux s'est trompé de route!
Heureusement l'ours ne le suit plus; le voilà donc tranquille, lorsque,
à deux pas de là, le pauvre Peter glisse et roule au milieu des
_hummocks_. Enfin, il arrive sur la glace plate qui entoure le navire;
encore quelques pas, et il sera en sûreté quand soudain quelque chose
bouge tout près de lui. Un chien, suppose-t-il; avant qu'il ait eu le
temps d'élucider la question, l'ours arrive sur lui et le mord au côté.
Notre homme empoigne alors sa lanterne et en assène un coup si violent
sur le museau de l'animal que le verre se brise bruyamment en mille
morceaux. La bête effrayée recule, et, profitant de son effarement,
l'ami Pierre a le temps de grimper lestement à bord. A la nouvelle de
cette attaque, nous sautons sur nos fusils; quelques minutes après,
l'assaillant tombait mort.

Après cet incident, nous partons à la recherche des bêtes disparues, et
découvrons bientôt leurs cadavres éventrés. Sans éveiller notre
attention, l'ours a pu grimper à bord par l'échelle, enlever les chiens
à sa portée et redescendre ensuite aussi tranquillement qu'il était
venu.

Kvik met au monde treize enfants, un précieux renfort pour la meute
réduite maintenant à un effectif de vingt-six bêtes. Elle ne peut en
nourrir que huit, il faut donc nous décider à noyer les autres.

Position d'hier: 79°8′ Lat. N. Un gain de 8 milles en trois jours!

[Illustration: LE PIÈGE A OURS DE SVERDRUP]

Depuis le début de notre dérive, pas une chute de neige ne s'est
produite. Noël approche pourtant, et il n'y a pas de vrai Noël sans
d'épais flocons. Oh! la belle chose que la neige silencieuse,
adoucissant de sa nappe virginale tous les contours brusques. Cette
banquise de glace vive est comme une vie sans amour; rien ne l'adoucit.
L'amour, c'est la neige de la vie. Il ferme les blessures reçues dans le
combat de l'existence et resplendit plus pure que la neige. Qu'est-ce
qu'une vie sans amour? Elle est pareille à ce champ de glace, une chose
froide et rugueuse errant à la dérive des vents, sans rien pour couvrir
les gouffres qui la déchirent, pour amortir le choc des collisions et
pour arrondir les angles saillants de ses blocs brisés. Oui, une telle
vie est semblable à cette glace flottante nue et pleine d'aspérités.

_21 décembre._--Le temps passe avec une rapidité extraordinaire. Voici
déjà le jour le plus court de l'année, si je puis m'exprimer ainsi,
puisque nous n'avons plus de jour. Maintenant nous irons vers le retour
du soleil et vers l'été. Aujourd'hui sondage; à 2,100 mètres, pas de
fond! Qui aurait pu s'attendre à trouver ici une pareille profondeur?

_22 décembre._--Dans la nuit nouvelle visite d'ours. L'animal se dirige
d'abord vers le navire, puis, apercevant le piège dressé par Sverdrup et
Lars, s'achemine immédiatement vers l'instrument. A cette vue, le cœur
bat à notre capitaine; d'une minute à l'autre il s'attend à entendre le
bruit produit par le déclenchement de l'appareil. Mais maître Martin est
très prudent; il examine soigneusement la machine, et, se levant sur les
pattes de derrière, s'appuie juste à côté de la trappe pour contempler
un instant le délicieux morceau de graisse qui constitue l'appât; après
un moment d'hésitation, il redescend à terre. Évidemment cette grande
chose plantée là, au milieu de la glace, ne lui dit rien qui vaille. Il
flaire le support, tourne tout autour, et, après avoir de nouveau
contemplé le piège, s'en va en hochant la tête. Il semble dire: «Ces
mauvais gars ont fort bien arrangé la chose à mon intention, mais je ne
suis pas si bête pour m'y laisser prendre.» Décidément, malgré toute
l'ingéniosité de Sverdrup, le fusil est encore plus sûr. Arrivé à
soixante pas du navire, l'ours, reçu par une salve nourrie, tombe mort.
Une seule balle l'avait frappée; comme d'habitude en pareil cas, chacun
des quatre tireurs s'attribua l'honneur du coup.

  [Illustration: CARICATURES EXTRAITES DU «FRAMSJAA»

  Promenade en temps de paix avec les chaussures patentées de Sverdrup.

  Les compagnons du _Fram_ sur le sentier de la guerre: différence
  entre la chaussure Sverdrup et le mocassin lapon.

  Les compagnons du _Fram_ sont encore sur le sentier de la guerre.]

_24 décembre._--Un radieux clair de lune illumine la silencieuse nuit
arctique... A l'approche du grand jour de la Noël, notre petit monde est
de plus en plus gai. Chacun songe évidemment aux absents, mais personne
ne laisse deviner ses soucis.--Le carré et les cabines sont brillamment
illuminés et le menu du repas particulièrement soigné. Faire bombance,
c'est pour nous la seule manière de fêter les solennités. Le dîner est
excellent et le souper non moins exquis. Après cela on sert les gâteaux
traditionnels, auxquels Juell travaille depuis des semaines. Le «clou»
de la fête est l'arrivée de deux boîtes contenant les cadeaux de Noël,
présents de la mère et de la fiancée de Hansen. C'est avec une véritable
joie d'enfant que chacun reçoit son petit souvenir: une pipe, un couteau
ou une autre bagatelle de ce genre. Il semble que ces caisses soient un
message de tous les chers absents. Après cela, une série de toasts et de
discours, puis lecture d'un nouveau numéro du _Framsjaa_ accompagné d'un
supplément illustré dû au crayon du célèbre artiste polaire Huttetu. Les
gravures reproduites à la page précédente, représentant les aventures de
Peter avec son ours, donnent une idée de ce talent jusqu'ici méconnu.

_25 décembre._--Là-bas, au pays, très certainement ils songent
aujourd'hui à nous et s'attristent à la pensée des souffrances que nous
devons endurer, supposent-ils, au milieu du grand désert glacé de
l'Océan Arctique. Que ne peuvent-ils nous voir gais et bien portants! A
coup sûr notre vie n'est pas plus pénible que la leur. Jamais je n'ai
mené une existence aussi douce et jamais je n'ai autant redouté
l'embonpoint. Voyez, par exemple, le menu du dîner. Pas moins de cinq
plats. Une soupe à l'_oxtail_, un pudding de poisson, un rôti de renne
avec des petits pois, des pommes de terre, de la confiture d'airelle, de
la confiture de baies de marais[13] avec de la crème et des galettes.
Tout le monde fait si bien honneur au repas que personne n'a faim au
souper. Dans la soirée on sert le café avec accompagnement d'ananas, de
macarons, de gâteaux au gingembre et de mendiants. Pour vous donner une
idée de notre ordinaire, n'oublions pas le déjeuner composé de café, de
pain frais, de langue, de _corned beef_, de fromage et de marmelade. A
l'exception des gâteaux, notre menu quotidien n'est pas différent. Avec
cela, nous habitons une bonne et solide maison, bien éclairée par de
grandes lampes à pétrole ou par l'électricité; nous avons toute espèce
de jeux pour nous distraire et toute une bibliothèque pour nous
instruire. Que peut-on demander de plus?

  [13] Baie de marais ou ronce faux mûrier (_Rubus Chamæmorus_).

_26 décembre._--Aujourd'hui et hier −38°, la plus basse température
observée depuis le commencement de l'hivernage. Dans la journée en me
promenant sur la banquise, j'arrive sur le bord d'un grand lac, couvert
de «jeune glace» coupée par une large crevasse. Les rayons de la lune
jouent sur la surface noire de l'eau et cette vue me rappelle soudain
les scènes du pays des fjords. A perte de vue, du haut d'un monticule de
glace, la nappe d'eau bleue s'étend dans la direction du nord.

[Illustration: LES RAYONS DE LA LUNE JOUENT SUR LA SURFACE DE L'EAU]

_28 décembre._--En avant du _Fram_, dans une direction perpendiculaire à
celle de son gisement, s'est ouvert un chenal; la glace formée à sa
surface la nuit dernière porte des traces de pression. Nous ne prêtons
pas la moindre attention à tous ces mouvements de la banquise qui ont
causé tant d'émois à nos prédécesseurs. Aucun préparatif n'a été fait à
bord en vue d'un accident. Nous n'avons sur le pont ni vivres, ni tente,
ni équipement prêts à être débarqués. Et ce n'est pas par négligence;
mais nous n'avons pas lieu de craindre les convulsions de la glace. Nous
avons pu apprécier la résistance de notre bâtiment, et notre confiance
en lui est absolue. Contre sa coque inébranlable, les blocs les plus
durs viennent s'aplatir et perdre leur force d'impulsion.

De l'avis de tous les explorateurs, la longue nuit de l'hiver arctique
exercerait l'influence la plus pernicieuse sur l'organisme et
déterminerait fatalement l'éclosion du scorbut parmi les équipages. Un
marin anglais avec lequel je m'entretins de cette question avant mon
départ fut particulièrement pessimiste. «Non, jamais, assurait-il, une
expédition polaire ne pourrait échapper au scorbut; c'était là un mal
inévitable; tous les chefs de mission qui prétendaient en avoir été
indemnes, avaient simplement donné un autre nom à la terrible maladie.»
Maintenant, je suis en mesure de réfuter cette opinion par notre
expérience. La nuit polaire n'a eu aucune influence débilitante ou
déprimante sur moi; tout au contraire, pendant cet hivernage, j'ai
l'impression de rajeunir. Cette vie régulière me convient parfaitement;
jamais je ne me souviens avoir été en meilleure santé. Bien plus, je
recommanderai les régions arctiques comme un excellent sanatorium pour
les personnes affaiblies ou atteintes d'affections nerveuses.

J'en viens même à avoir honte de nous; ces terribles souffrances de la
longue nuit de l'hiver polaire, décrites en termes si dramatiques par
nos prédécesseurs, nous n'en éprouvons aucune. Elles sont pourtant bien
nécessaires pour donner de l'intérêt à une relation d'expédition
arctique! Si cela continue ainsi, qu'aurons-nous à raconter au retour?
Tous mes compagnons sont également gros et gras; aucun d'eux n'a la mine
pâle et les joues caves traditionnelles des hiverneurs polaires, et chez
eux pas trace d'abattement. Écoutez seulement dans le carré l'animation
des conversations et les éclats de rire. Cet excellent état sanitaire et
moral, nous le devons à la qualité et à la variété de notre ordinaire, à
la bonne ventilation du navire, à nos fréquentes promenades en plein
air, à l'absence de tout surmenage physique, enfin aux quotidiennes
distractions que nous apportent la lecture et les jeux. Notre système de
vie en commun, sans aucune inégalité de traitement pour les divers
membres de l'expédition, a également exercé la plus heureuse influence.

[Illustration: LA LECTURE DE L'ANÉMOMÈTRE]

Plusieurs de mes camarades se plaignent d'insomnie. Le manque de sommeil
est aussi, dit-on, une conséquence inévitable de l'obscurité de l'hiver
arctique. Pour mon compte je n'en ai jamais souffert; je ne fais pas, il
est vrai, la sieste dans l'après-midi, comme la plupart de mes
compagnons. Après avoir dormi plusieurs heures dans la journée, mes
camarades ne pouvaient s'attendre à ronfler ensuite toute la nuit.
L'homme ne peut toujours dormir, disait justement Sverdrup.

_31 décembre._--Voici le dernier jour de l'année. Une longue année, qui
nous a apporté et beaucoup de bien, et beaucoup de mal! Elle a débuté
par le bien, par la naissance de la petite Liv, un bonheur si étrange
que d'abord j'y pouvais à peine croire. Ensuite est venue l'heure triste
du départ. Nulle année n'a apporté une peine plus lourde que celle-là.
Depuis, ma vie n'est qu'une longue attente. Comme l'a dit le poète:
«Veux-tu ignorer les peines et les soucis, n'aime jamais.»

L'attente! il y a des maux pires!

Vieille année, tu m'as apporté la déception; tu ne m'as pas conduit
aussi loin vers le nord que je l'avais espéré. Après tout, tu aurais pu
me traiter encore plus mal. Mes calculs ne se sont-ils pas réalisés en
partie? Le _Fram_ n'a-t-il pas été poussé dans la direction désirée? Une
seule chose me contrarie; la multiplicité des zigzags de la dérive.

Une nuit magnifique termine l'année. Au-dessus de la grande étendue
blanche, le ciel d'une incomparable pureté n'est qu'un scintillement
d'étoiles, illuminé par le flamboiement silencieux de l'aurore boréale,
et sur ce fond de paillettes brillantes, le _Fram_ détache en vigueur sa
masse noire argentée de givre.

Tout naturellement, grande réjouissance dans la soirée. A minuit,
j'adresse à mes compagnons une courte allocution de circonstance, les
remerciant de leur bon esprit de camaraderie et de leur confiance.
Ensuite chants et lecture de poésies.

_3 janvier 1894._--La température varie entre −39° et −40°!!! Par un
pareil froid, la lecture des instruments de météorologie n'est pas
précisément agréable, surtout celle des thermomètres à maximum et à
minimum placés dans le «nid de corbeau». Plus pénibles encore sont les
observations astronomiques exécutées tous les deux jours. Pour manier
les petites vis très délicates des instruments, naturellement Hansen et
son aide doivent être dégantés, d'où de fréquentes congélations aux
mains. Souvent le froid est tellement pénétrant que les observateurs
doivent interrompre leur travail pour battre la semelle et pour se
frapper les bras. Et cependant, jamais ils ne veulent avouer leurs
souffrances. «Hansen, il ne fait pas chaud là-haut, lui demandons-nous,
lorsqu'il rentre au carré.--Ma foi non, cependant la température est, je
vous assure, très supportable.--Soit, mais vous avez les pieds
gelés.--Non, en vérité, je ne puis le dire, j'ai seulement un peu froid
aux doigts.» En effet... deux de ses doigts sont «mordus», et il
s'obstine à refuser les gants en peau de loup que je lui offre.
Aujourd'hui, le temps est trop doux pour une telle précaution,
affirme-t-il.

Un jour, par 40° sous zéro, Hansen monta sur le pont en chemise et en
caleçon pour une lecture d'instrument. Et des explorateurs ont affirmé
l'impossibilité d'exécuter des observations par de pareilles
températures!

_4 janvier._--L'aube me semble plus claire, mais, peut-être est-ce par
un effet de mon imagination? Je suis de très belle humeur, bien que nous
dérivions encore vers le sud. Après tout, qu'importe? Peut-être dans
cette direction notre expédition ne sera-t-elle pas moins fructueuse
pour la science? En attendant, je connais maintenant la nature du bassin
polaire. La mer profonde à travers laquelle nous dérivons est un
prolongement des grandes fosses atlantiques. Mes prévisions se
trouveraient vérifiées complètement, si seulement nous avions un vent
favorable. Bien d'autres, avant nous, n'ont-ils pas attendu une bonne
brise! Au fond, ce désir d'atteindre le pôle est une suggestion du démon
de la vanité.

La vanité? n'est-ce pas une maladie d'enfant qui devient plus aiguë avec
les années et qui pourtant devrait disparaître?

Tous mes calculs, à l'exception d'un seul, se sont trouvés justes. Nous
avons suivi notre route le long de la côte de Sibérie, en dépit de
toutes les prédictions défavorables; nous sommes parvenus au nord plus
loin que je n'avais osé l'espérer et juste à la longitude que je
souhaitais atteindre; comme je le désirais, nous avons été pris dans les
glaces, et le _Fram_ a supporté sans la moindre avarie toutes les
pressions, alors que les explorateurs les plus expérimentés avaient
affirmé sa perte certaine. Enfin, notre hivernage sur cette banquise en
dérive est bien moins pénible que celui des précédentes expéditions.
Notre vie ressemble à celle que nous mènerions en Norvège. Tous réunis
dans une même pièce, nous formons comme un petit coin de la patrie.

Le seul point sur lequel mes calculs se sont trouvés en défaut est, je
ne puis le cacher, d'une très haute importance. Le plus grand fond
rencontré par la _Jeannette_ n'était que de 164 mètres; je croyais donc
l'Océan polaire peu profond et supposais par suite l'action des courants
très sensible dans cette mer et l'apport des fleuves sibériens capable
de repousser la banquise très loin vers le nord. Aussi, grand a été mon
étonnement de trouver dans cet Océan des abîmes atteignant 1,800 mètres
au moins et peut-être même le double. Au milieu d'une pareille masse
d'eau un courant, s'il existe, doit être très faible. Mon seul espoir
maintenant est dans les vents. Christophe Colomb a découvert l'Amérique
par suite d'un faux calcul, dont il n'était pas d'ailleurs responsable.
Seul, le ciel sait où nous conduira mon erreur. Mais, en vérité, je le
dis: le bois flotté de provenance sibérienne qui se rencontre sur les
côtes du Grönland ne peut mentir; nous devons donc suivre le même chemin
que lui.

_8 janvier._--La petite Liv a aujourd'hui un an. A la maison c'est
grande fête. Que ne donnerai-je pour te voir aujourd'hui, cher petit
être? Tu m'as sans doute oublié depuis longtemps et tu ne sais plus ce
que c'est qu'un père? Tu le sauras un jour de nouveau.

Dans l'après-midi, Vénus apparaît pour la première fois au-dessus de
l'horizon. Entourée d'une auréole rouge, elle éclaire le grand désert
glacé comme un phare puissant... C'est l'étoile de Liv, comme Jupiter
est l'étoile du foyer. Un pareil jour ne peut nous apporter que joie et
bonheur. En effet, nous dérivons vers le nord; nous sommes certainement
au delà du 79°.

_15 janvier._--Un bon pas vers le nord. Hier nous étions par 79°19′ et
137°31′ Long. E.--Dans la journée je fais une longue excursion à pied.
La glace est unie, excellente pour le traînage; à mesure que j'avance,
elle devient de plus en plus plane. Plus j'examine cette banquise et
plus mûrit dans ma tête un projet auquel j'ai depuis longtemps déjà
souvent réfléchi. Sur une telle glace il serait possible d'atteindre le
pôle avec des traîneaux et des chiens, en laissant le navire poursuivre
sa route vers la Terre François-Joseph, le Spitzberg ou le Grönland. Ce
serait une entreprise facile pour deux hommes... En tous cas, il serait
prématuré de partir au printemps prochain. Je dois d'abord connaître les
résultats de la dérive pendant l'été. En second lieu est-il juste
d'abandonner les autres? Si je réussissais à revenir en Norvège et que
mes compagnons périssent avec le _Fram_! Mais, d'autre part, n'est-ce
pas pour explorer le bassin polaire que l'expédition est partie, et
n'est-ce pas dans ce but que le peuple norvégien a libéralement donné
son argent? Mon devoir est de faire tous les efforts possibles pour
arriver au but... Pour le moment il faut attendre les événements.

_Jeudi 18 janvier._--Vent de S.-S.-E., de S.-E., et d'E.-S.-E., Vitesse
de 5 à 6 mètres par seconde. Ces grandes brises déterminent presque
toujours une hausse du thermomètre; aujourd'hui il monte à −25°. Moins
violents, les vents du sud produisent un refroidissement de l'air,
tandis que ceux de la partie nord, lorsqu'ils sont faibles, amènent une
élévation de température. Payer attribue l'échauffement des couches
d'air observées, par les brises fraîches, à leur passage au-dessus de
nappes d'eau libre. Cette explication ne me semble pas exacte, surtout
dans cette région où il existe peu ou point d'ouvertures dans la
banquise. A mon avis, cette hausse de température serait déterminée par
l'arrivée, à la surface de la terre, de nappes d'air provenant des
hautes régions de l'atmosphère. L'air des régions supérieures doit, en
effet, avoir une température plus élevée que celle des nappes ambiantes
à notre globe, refroidies par la radiation des neiges et des glaces. En
second lieu, en descendant, l'air subit un échauffement en raison de
l'augmentation de pression qu'il éprouve.

_23 janvier._--Ce matin, lorsque je monte sur le pont, Caïaphas aboie
furieusement dans la direction de l'est. Il doit y avoir quelque animal
de ce côté. Muni seulement d'un revolver, je pars à la découverte,
accompagné de Sverdrup. Aussitôt le chien file devant nous, toujours en
donnant de la voix. J'examine soigneusement les environs; impossible de
rien distinguer. Caïaphas aboie toujours et pointe les oreilles. D'une
seconde à l'autre je m'attends à voir surgir un ours. Nous voici sur le
bord de l'ouverture voisine du navire; notre chien avance lentement et
avec précaution, puis s'arrête en grognant sourdement. Évidemment nous
approchons du gibier. Je grimpe sur un _hummock_, et devant moi
j'aperçois quelque chose de sombre qui semble remuer. «Un chien noir,
dis-je à Sverdrup.--Mais non, répond-il, c'est un ours.» Ce que j'ai
pris tout d'abord pour un chien est seulement la tête de la bête; sa
démarche est bien celle de l'ours, mais cet ours blanc est terriblement
noir. Je m'avance vers lui, le revolver à la main, prêt à lui envoyer
mes six balles dans le museau, lorsque je vois l'animal se lever, et du
coup je reconnais un morse. L'énorme bête se jette aussitôt à l'eau et
plonge, puis après être revenue à la surface et s'être ébrouée, reste à
nous regarder. Inutile d'envoyer des balles de revolver à un pareil
monstre; autant essayer de prendre une oie sauvage en lui déposant le
fameux grain de sel sur la queue. Quel dommage que nous n'ayons pas un
harpon! Nous revenons en toute hâte à bord chercher les armes
nécessaires; le temps de les préparer, le gibier a disparu. Jamais
auparavant, que je sache, on n'avait rencontré un morse sur la banquise
en pleine mer.

Bonne dérive vers le nord. 79°41′ Lat. N. 135°29′ Long. Est.

_25 janvier._--En me promenant j'atteins la fin de l'ouverture située à
l'est du _Fram_; sa longueur n'est pas moindre de 11 kilomètres. Au
retour de cette excursion, la banquise commence à s'agiter. La jeune
glace qui couvre le chenal se brise sous mes pas et s'amoncelle en deux
hautes murailles avec des bruits étranges. Tantôt on croit entendre un
gémissement de chien, tantôt un fracas de puissante chute d'eau. A
différentes reprises le passage m'est fermé, soit par la brusque
ouverture d'une nappe d'eau, soit par le soulèvement d'un monticule de
blocs. La partie de la banquise où est enfermé le _Fram_, située au sud
de nous, paraît être poussée vers l'est, à moins que ce ne soit la
portion du _pack_ sur laquelle nous nous trouvons qui dérive dans
l'ouest.

_27 janvier._--Le jour augmente sensiblement. A midi on peut lire les
caractères d'un journal. Le soir, pendant deux heures, très violentes
pressions. Les glaces craquent et se brisent dans des heurts terribles,
et leurs débris s'empilent en hautes murailles le long des rives du lac.
On entend venir le grondement... il approche de plus en plus... le
navire éprouve des chocs violents; il semble qu'il soit soulevé par des
vagues de glace arrivant par l'arrière. Les _hummocks_ à tribord
grincent, le bruit devient assourdissant. Une accalmie se produit et je
regagne le carré. A peine me suis-je remis au travail que les pressions
reprennent de plus en plus violentes.

A bâbord le vieil _hummock_ est lentement soulevé, tandis que se déchire
la grande flaque située dans son voisinage. Le fracas et la violence des
chocs augmentent de minute en minute; le navire frémit, et cela dure
ainsi jusqu'à dix heures et demie. A minuit moins un quart, nouvelle
attaque de la glace, plus faible; puis, tout rentre dans le calme.
L'assaut a été particulièrement violent à l'arrière. Un monticule formé
de blocs empilés dépasse six mètres[14]; des glaçons épais de trois
mètres environ ont été brisés et entassés les uns au-dessus des autres.

  [14] Il reçut le nom de _Grand Hummock_ et suivit le _Fram_ pendant
    toute sa dérive.

La lune est à son dernier quartier; la production de cette forte
pression à cette époque ne concorde donc pas avec nos observations
antérieures. Peut-être est-elle due au voisinage d'une terre.

_30 janvier._--Depuis avant-hier, calme plat, néanmoins légère dérive au
sud-est. Lorsque le vent a, pendant quelque temps, soufflé d'un point du
compas, la banquise éprouve une compression dans cette direction, puis,
dès que la brise tombe, subit une détente et s'étend en sens contraire.
A cette réaction sont dus, je crois, le recul d'un mille constaté depuis
le 27, et l'attaque de ce jour-là. Depuis cette date, la glace est
calme. Les pressions se produisent probablement lors du changement de
direction de la dérive.

_2 février._--82°10′ Lat. N. et 132°10′ Long. Est. En l'honneur du
passage du 80°, grande fête à bord.

_6 février._--Le thermomètre oscille entre −47° et −48°. Dans le salon
il s'élève à +22°. Lorsque l'on sort, la différence de température est
donc de 69 à 70°. Néanmoins, fût-on même légèrement vêtu et tête nue, on
n'éprouve pas une impression de froid.

L'air est calme et remarquablement clair. L'horizon, dans le sud,
resplendit d'une lueur jaune très intense passant au vert et au bleu. Le
ciel d'Italie n'est pas d'un bleu plus intense. Cette puissante
coloration se produit toujours par les grands froids. Le lendemain, le
thermomètre descend à −49°,6.

Depuis le mois dernier, tous les membres de notre petite colonie ont
augmenté de poids; pour quelques-uns, l'accroissement atteint deux
kilogrammes. Sverdrup, Blessing et Juell tiennent le «record» avec
86kg,2.

_15 février._--Longue excursion en traîneau. Sur la glace unie, quatre
chiens peuvent traîner deux hommes. J'étudie l'importante question de la
marche sur la banquise en vue des plans d'avenir.

Combien exagérées sont les craintes qu'inspirent les basses températures
arctiques! Certainement il ne fait pas chaud par −40° et −42°; mais un
tel froid ne cause aucune souffrance. Hier, dans une promenade sur les
_ski_, j'étais vêtu d'une chemise ordinaire et de deux blouses en peau;
aux jambes, caleçon, pantalon, jambières en drap, et je suais à grosses
gouttes.

Aujourd'hui, pour la promenade en traîneau, je porte une chemise de
flanelle, un gilet, un jersey en laine, une veste en vadmel et une
blouse en peau de phoque. Avec cet accoutrement, la température me
semble très agréable; comme hier, je transpire à plusieurs reprises. Sur
la figure, je porte un masque de flanelle, mais cet appareil me tient
beaucoup trop chaud; je ne le mets que lorsqu'une brise très fraîche me
souffle dans le nez.

_16 février._--Après une dérive dans le sud, les jours précédents, nous
voici de nouveau au nord, au 80°1′; pourtant, depuis le 12, le vent a
toujours soufflé du nord.

[Illustration: IMAGE RÉFRACTÉE DU SOLEIL]

A midi, grand émoi! Après une absence de cent douze jours, le soleil, ou
du moins son image réfractée, apparaît à l'horizon. Un long trait de feu
brille d'abord, puis deux autres superposés et séparés par un intervalle
sombre. Du haut de la mâture j'aperçois quatre, puis cinq raies
horizontales, toutes d'égale longueur. L'ensemble forme un soleil
rectangulaire, d'un rouge pâle, traversé de bandes horizontales sombres.
A midi, d'après une observation, l'astre se trouvait encore à 2°22′
au-dessous de l'horizon. Le 20 février seulement, le soleil devait se
trouver au-dessus de l'horizon. Cet événement fut, bien entendu,
l'occasion d'une fête.

_22 février._--Depuis trois jours, vent de sud; cependant nous ne sommes
qu'au 80°11′. En septembre, nous étions par 79°; depuis, nous n'avons
guère gagné plus d'un degré. A cette vitesse, il nous faudra encore
quarante-cinq mois pour atteindre le Pôle, quatre-vingts ou cent mois
pour regagner, de l'autre côté, le 80° de Lat., ensuite un ou deux mois
pour revenir en Norvège. En admettant que la dérive se poursuive
toujours dans les mêmes conditions de vitesse, nous ne reviendrons que
dans huit ans!!!

Avant mon départ, lorsque je plantais de petits arbustes et de jeunes
arbres dans le jardin pour les générations futures, Brogger écrivait
avec juste raison: «Personne ne peut savoir la longueur de leur ombre
lorsqu'il sera de retour.» Ils sont maintenant sous la neige; mais au
printemps ils recommenceront à bourgeonner et à grandir. Combien de fois
avant mon retour? Pourvu que leurs ombres ne soient pas trop longues!

[Illustration: STRATIFICATION DE LA GLACE]

Cette inactivité est absolument énervante; j'éprouve un impérieux besoin
d'exercice violent. Qu'un ouragan n'arrive-t-il et ne secoue-t-il cette
banquise en hautes vagues! Qu'au moins nous puissions lutter et faire
quelque chose! Cette inaction est bien la vie la plus misérable. Pour se
laisser ainsi conduire vers le but par les forces aveugles de la nature
sans jamais pouvoir intervenir, il faut à coup sûr dix fois plus
d'énergie que pour le combat.

[Illustration: STRATIFICATION DE LA GLACE]

Le 19, forages dans la glace. A bâbord, son épaisseur est de 1m,875 et à
l'avant de 2m,08; elle n'est donc pas très grande, si l'on songe qu'elle
est «vieille» d'un mois, et que pendant ce mois la température est
descendue à −50°. La plaque sur laquelle se trouve installé le piège à
ours atteint une profondeur de 3m,45; de plus, quelques glaçons adhèrent
à sa face immergée. Elle présente une sorte de stratification rappelant
celle d'un glacier, rendue apparente par des dépôts de matières noires
colorées d'organismes rougeâtres, qui se trouvent à la surface de chaque
couche. En différents endroits, les strates sont plissées et même
brisées comme dans une coupe géologique; plissements et fractures
proviennent évidemment des pressions exercées latéralement dans les
chocs des glaçons. Cette disposition était particulièrement frappante
près d'un grand _toross_ formé par la dernière convulsion de la
banquise. (Voir les figures précédentes.) La plaque, épaisse de plus de
3 mètres, avait été plissée sans se briser, notamment au pied du
monticule amoncelé à sa surface. Sous le poids de cette surcharge, la
surface du glaçon était, en certains endroits, descendue jusqu'au niveau
de la mer, tandis qu'ailleurs, pressé par des blocs qui avaient été
poussés sous elle, cette flaque s'élevait à 0m,50 au-dessus de l'eau. En
dépit du froid, cette glace est donc très plastique. A cette époque, la
température de la banquise, à une très petite profondeur, devait varier
de −30° à −20°.

_4 mars._--Toujours les mêmes alternatives de progrès et de recul. Le 24
février, après vingt-quatre heures seulement de vent de sud, nous sommes
repoussés au 79°54′; nous dérivons ensuite dans l'est, puis au nord-est.
Le 27, nous atteignons le 80° 10′; maintenant nous sommes de nouveau
repoussés par un vent de sud-est.

Hier et aujourd'hui, le thermomètre descend à −37° et à −38°.
Actuellement, le vent du nord détermine un abaissement de température,
et celui du sud une hausse du thermomètre. Au commencement de l'hiver,
c'était le contraire.

_12 mars._--Toujours en dérive vers le sud. Je commence à être
découragé. N'en ai-je pas le droit? L'une après l'autre, toutes mes
espérances s'évanouissent. Et pendant ce temps, indifférente à tous nos
sentiments, la nature poursuit impassible son cycle.

Temps très froid; le 8 au soir, le thermomètre descend à −48°,5, le 11 à
−50°, et dans la soirée à −51°,2. Néanmoins, chaque jour nous faisons
des excursions. Quoique nous ne soyons pas plus couverts que
d'habitude[15], nous ne sommes nullement incommodés par cette basse
température. Tout au contraire, elle nous semble très agréable. Nous
nous sentons seulement froid au ventre et aux jambes; mais il suffit de
battre la semelle pour se réchauffer. Très certainement on pourrait
supporter une température encore plus basse, de 10°, 20° et même 30°.
Les sensations éprouvent des modifications très curieuses. En Norvège,
j'ose à peine mettre le nez dehors par une température de −20°, alors
même que l'air est calme; ici, par un froid de −50° et avec du vent, je
n'hésite pas à sortir.

  [15] Les uns étaient vêtus d'une chemise et d'une peau de loup, les
    autres d'une jaquette de laine et d'une blouse légère en peau de
    phoque.

_13 mars._--Nouvelle visite d'un morse. Les chiens l'aperçoivent du pont
du navire, à une distance d'au moins 1,000 mètres, bien qu'il ne fasse
pas très clair. Ces animaux ont une vue extraordinairement perçante.

_16 mars._--Essai de marche à la voile avec les traîneaux. L'expérience
réussit parfaitement. Une légère brise suffit à pousser rapidement les
véhicules.

_21 mars._--Enfin! Vent de sud-est et dérive vers le nord. L'équinoxe de
printemps est passé, et nous sommes à la même latitude qu'en automne. Où
serons-nous en septembre prochain? Si nous nous trouvons plus au sud, la
victoire sera incertaine; si, au contraire, nous avons avancé vers le
nord, la bataille est gagnée; mais cela sera peut-être long. Je place
maintenant mes espérances dans l'été. La large étendue d'eau libre, qui,
en septembre, s'étendait jusqu'au 70°, n'avait certainement pas été
produite par la fusion de la banquise, et avait été formée par les vents
et les courants. Pour qu'elle se reforme l'été prochain, la glace devra
donc être repoussée vers le nord, et, par suite, nous entraînera dans la
direction dérivée.

_26 mars._--Le 23, nous sommes de nouveau au 80°. En quatre jours, nous
avons regagné le terrain perdu en trois semaines. Le thermomètre moral
remonte; cette hausse est de courte durée; le 26, la dérive s'arrête.

Le soleil monte et illumine de sa joyeuse clarté le grand désert glacé.
Le printemps arrive, mais il n'apporte guère la joie. Il est triste et
froid. Sept ans d'une pareille vie, mettons même quatre, après une telle
épreuve, dans quel état moral serons-nous? Et elle? Je n'ose y penser.

Cette inaction et cette monotonie brisent tous les ressorts de l'homme.
Pas la moindre lutte! Tout est calme et mort, enseveli sous une carapace
de glace! Cela fait passer des frissons jusque dans l'âme. Que ne
donnerai-je pas pour batailler au jour contre les éléments, pour être
seulement exposé à un danger quelconque?... Il faut s'armer de patience
et attendre le résultat de la lente dérive. Suit-elle une mauvaise
direction, je romprai alors tous les ponts et nous partirons vers le
nord à pied à travers la banquise; j'y suis bien résolu. Il n'y a point
d'autre parti à prendre. Ce sera une entreprise bien téméraire, la lutte
pour la vie ou pour la mort. Je n'ai pas à choisir. Il est indigne d'un
homme d'assumer une tâche, puis de l'abandonner une fois qu'elle est
commencée. Une seule direction nous est ouverte; celle du nord. En
avant[16]!

  [16] Le navire du Dr Nansen portait le nom d'_En Avant_ (en norvégien
    _Fram_).

Mes yeux s'arrêtent sur le tableau d'Eilif Pettersen suspendu dans le
carré: Une forêt de sapins en Norvège; et j'ai l'impression de me
retrouver au milieu de ces bois aimés. Solennelles forêts, vous avez été
les confidentes de mon enfance. Au milieu de vous, j'ai appris à sentir
les grandes impressions de la nature, sa sauvage majesté et sa
mélancolie. Pour la vie vous avez donné à mon âme une impression
indélébile... Seul, au milieu des grands bois, assis devant un feu, sur
les bords d'une mare solitaire, sous le ciel étoilé, combien j'étais
heureux dans cette magnifique harmonie de la nature!

A bord, tout le monde est très affairé. On coupe des voiles pour les
canots, pour les traîneaux, pour le moulin; on forge des couteaux, des
épieux pour les ours; on fabrique des chaussures à semelles de bois et
des clous. Le docteur, toujours en vacances faute de malades, s'établit
relieur, tandis qu'avec l'aide d'Amundsen je refais les cartons de
musique usés par l'humidité. Je les découpe dans des feuilles de zinc;
l'essai donne d'excellents résultats, et maintenant, en avant la
manivelle! «Des flots d'harmonie sacrée et profane» remplissent le
navire; les valses ont surtout du succès. Cette musique entraînante
donne comme un regain de vie aux habitants du _Fram_.

[Illustration: OBSERVATION D'UNE ÉCLIPSE DE SOLEIL]

_6 avril._--Aujourd'hui, grand événement. Une éclipse de soleil doit se
produire. D'après les calculs de Hansen, elle aura lieu à midi
cinquante-six minutes. Il s'agit de prendre une bonne observation afin
de contrôler la marche de nos chronomètres. A l'avance, la grande
lunette et le théodolite sont disposés sur la glace, et, pendant deux
heures Hansen, Johansen et moi, nous nous relayons de cinq en cinq
minutes aux instruments. Enfin, le moment décisif approche. Hansen,
installé à la grande lunette, surveille le soleil, tandis que Johansen
observe le chronomètre. Une ombre paraît sur le bord de l'astre. _Top!_
crie notre astronome, _Top!_ répond Johansen. Le chronomètre marque
exactement 12 h. 56′7″,5; seulement sept secondes cinq dixièmes plus
tard que Hansen ne l'avait calculé, un résultat excellent qui prouve la
marche régulière de nos instruments.

_7 avril._--Dans la matinée, je suis tout à coup tiré de ma rêverie par
un bruit de pas précipités sur la dunette. Évidemment des hommes
courent; un ours s'est sans doute montré aux alentours. N'entendant le
bruit d'aucune décharge, je retombe dans mes pensées, lorsque j'entends
tout à coup la voix de Johansen. Mogstad et lui ont tué deux ours, du
moins ils le croient, et reviennent chercher des cartouches. Tout le
monde monte alors sur le pont. Immédiatement je m'habille, chausse mes
_ski_, et bientôt rencontre la bande des chasseurs revenant bredouille.
Les ours, soi-disant morts sur le coup, se sont relevés et sont loin.
Néanmoins, je me mets à leur poursuite. La dimension des pistes indique
le passage d'une ourse et d'un ourson. La mère a dû être gravement
blessée; les empreintes laissées sur la neige indiquent qu'elle est
tombée à plusieurs reprises. Il sera donc possible de la rejoindre; dans
cet espoir, je continue ma poursuite. Sur ces entrefaites survient un
épais brouillard. Le _Fram_ est depuis longtemps hors de vue; je n'en
marche pas moins pendant quelque temps encore. Enfin je m'arrête, je me
sens une faim terrible. Dans ma hâte, je n'ai pas déjeuné et seulement,
à cinq heures et demie du soir, je rentre à bord. Pendant mon absence,
quelques hommes, partis à ma rencontre avec un traîneau pour rapporter
mon gibier, ont aperçu deux autres ours. Johansen leur a immédiatement
donné la chasse, sans plus de résultat que moi. Quatre ours en un jour,
après être resté trois mois sans en voir un seul. Cela signifie quelque
chose. Peut-être approchons-nous d'une terre. Nous sommes aujourd'hui
par 80°15′; jamais nous n'avons atteint une aussi haute latitude.

_30 avril._--Nous atteignons le 80°44′30″ et le vent souffle toujours du
sud et du sud-est. Un temps clair et rayonnant de printemps, bien que le
thermomètre affirme le contraire. On a commencé la toilette du navire.
La neige et la glace qui recouvraient le pont et les murailles du _Fram_
ont été enlevées, et le gréement nettoyé; maintenant la mâture dresse sa
silhouette noire sur le ciel bleu.

Nous nous chauffons au soleil, suivant des yeux les brumes blanches qui
flottent dans l'air diaphane; dans ce repos nous songeons au printemps
de Norvège, à l'éclosion des bourgeons et des fleurs. Ici rien de
pareil. Dans toutes les directions, la grande blancheur déserte pèse
comme un poids de mort sur la mer animée.



CHAPITRE III

LE PRINTEMPS ET L'ÉTÉ AU MILIEU DE LA BANQUISE


Enfin, elle est arrivée, cette saison qu'en Norvège nous appelons le
printemps, la saison de la joie et de la vie, le réveil de la nature
après le long assoupissement hivernal. Ici elle n'a apporté aucun
changement. C'est toujours la même plaine de glace.

Suivant que la dérive nous porte dans le nord ou dans le sud, nous
sommes pleins d'espoir ou découragés, et, comme toujours dans ces
alternatives, je fais des plans d'avenir. Un jour, il me semble que mon
plan se réalisera. Le 17 avril, comme nous sommes poussés dans le nord,
je suis persuadé de l'existence d'un courant à travers le bassin
polaire. Vingt-quatre heures du vent du nord nous ont fait gagner 9
milles. Nous en avons fini, sans doute, avec cette énervante dérive vers
le sud. La présence de couches d'eau ayant une température relativement
élevée en est à mes yeux un indice favorable.

Pendant le printemps, nos progrès furent plus satisfaisants que durant
l'hiver, comme le montre la carte des pages 56–57. Le 1er mai, nous
étions presque au 81°, et le 18 juin nous touchions au 83°, puis en
juillet et en août nous revînmes en arrière. Le 1er septembre nous
avions rétrogradé au 81°14′. Somme toute, c'était toujours le même genre
de locomotion; le _Fram_ avançait à la façon d'un crabe. Chaque fois
qu'il avait fait un pas vers le nord, il reculait ensuite. C'était,
comme le disait l'un de nous, politicien ardent, une lutte constante
entre la droite et la gauche, entre les progressistes et les
réactionnaires. Toujours après une période de vent progressiste et de
dérive encourageante vers le nord, l'extrême droite l'emportait de
nouveau; le navire restait alors immobile, ou même était ramené en
arrière, au grand désespoir d'Amundsen.

Pendant toute la dérive, l'avant du _Fram_ fut tourné vers le sud,
généralement vers le S. 1/4 S.-O., et le navire ne dévia que très peu de
cette direction. Il marchait vers le nord, qui était son but, le nez
toujours dirigé vers le sud. Il se refusait, semble-t-il, à augmenter la
distance entre lui et le monde habité, paraissant soupirer après les
rivages méridionaux, tandis qu'une puissance invisible l'entraînait vers
l'inconnu.

Pendant le printemps, en vue de préparer mon excursion projetée vers le
nord, j'étudiais les conditions de viabilité de la banquise dans des
excursions journalières, soit sur les _ski_, soit en traîneau.

En avril, la glace devint très praticable pour les chiens. Sous l'action
des rayons solaires, les monticules produits par la pression avaient été
en partie nivelés, et les crevasses s'étaient fermées. Pendant des
milles, on pouvait cheminer sans rencontrer de grands obstacles. En mai,
la situation devint moins bonne par suite de l'ouverture de nombreux
canaux dans toutes les directions, autant de larges fossés qui, à chaque
instant, arrêtaient la marche. Dans les premiers jours du mois, les
froids étant encore très vifs, ces nappes d'eau étaient rapidement
recouvertes par une couche cristalline, suffisamment épaisse pour
résister au poids d'une caravane; plus tard, par suite de l'élévation de
la température, la formation de la glace devint beaucoup plus lente et
même s'arrêta complètement. A la fin de mai et au commencement de juin,
on n'aurait pu avancer que très lentement à travers le réseau
inextricable de canaux et de lacs qui, à cette époque, morcelaient la
banquise.

[Illustration: DEUX AMIS]

En juin, le _pack_[17] devint absolument impraticable; de larges bassins
couvraient les _floe_; à chaque pas, l'on enfonçait dans l'eau ou dans
une bouillie glaciaire. Sur un pareil terrain, la marche eût été presque
impossible.

  [17] Banquise. (_Note du traducteur._)

Nous sommes absolument bloqués dans une banquise en décomposition. Aucun
de mes camarades n'est alarmé par la gravité de la situation; tous sont,
au contraire, joyeux de notre dérive vers l'extrême nord, de nos progrès
de plus en plus rapides à travers l'inconnu. Tous pourtant savent que
c'est une question de vie ou de mort. Si, ainsi qu'on nous l'a prédit,
le _Fram_ est brisé et coulé, comme la _Jeannette_, avant que nous ayons
eu le temps de sauver des approvisionnements suffisants pour pouvoir
continuer notre dérive vers le nord sur un glaçon, la retraite au sud
deviendra nécessaire et son issue sera, à coup sûr, fatale au milieu de
cette banquise disloquée. Terribles furent, en effet, les souffrances de
l'expédition américaine. Elle ne se trouvait pourtant qu'au 77° de
latitude. La distance qui nous sépare de la terre la plus proche est
double de celle qu'elle eut à parcourir pour atteindre la côte de
Sibérie. Nous sommes éloignés de plus de deux cent quatre-vingts milles
du cap Tchéliouskine, et, de ce promontoire aux premières localités
habitées de Sibérie, le trajet est effrayant.

Mais le _Fram_ ne sera pas brisé: personne ici ne croit à la possibilité
d'une pareille catastrophe. Nous sommes comme le rameur en _kayak_; il
sait qu'un faux coup de pagaie suffirait à le faire chavirer et à
l'envoyer dans l'éternité; pourtant il va droit son chemin en toute
sécurité, persuadé qu'il ne donnera pas un faux coup de pagaie.

En juillet, la banquise devint encore plus mauvaise. Tous les _floe_
étaient couverts de nappes d'eau sur lesquelles s'étendait une mince
couche de glace. Dès que vous mettiez le pied sur cette pellicule, elle
cédait, et vous barbotiez dans une eau glacée. Les amas de neige molle
entassés entre les _hummocks_ et au pied des _toross_ ne portaient pas,
fût-on même chaussé de _ski_. Plus tard, après la fusion complète de la
neige, le _pack_ devenait accessible.

A la surface des _floe_ se formèrent bientôt de larges bassins.

[Illustration: LA BANQUISE EN ÉTÉ (12 JUILLET 1894)]

Le 8 et le 9 juillet, le _Fram_ se trouvait dans un lac d'eau douce, et
nous dûmes construire un pont pour pouvoir gagner à pied sec la rive.
Plusieurs de ces nappes étaient très étendues et très profondes. Une
d'elles, située à tribord, était suffisamment grande pour y organiser
des parties de canotage. Ce fut le divertissement de nos soirées pour
plusieurs d'entre nous. Chaque embarcation avait un état-major complet:
capitaine, second, lieutenant, mais point de matelots. Pendant que le
canot courait des bordées, les autres camarades restés sur les rives
s'amusaient à bombarder les navigateurs de boules de neige.

Ces parties eurent un résultat pratique; un jour, nous fîmes un exercice
d'embarquement et reconnûmes que tous les treize nous pouvions prendre
place dans une seule embarcation. Lorsque les chiens nous virent quitter
le _Fram_ et nous diriger vers l'étang, ils manifestèrent le plus grand
émoi, puis, quand ils nous virent prendre place dans le canot, pensant
que nous les abandonnions, ils entamèrent un concert de lamentations
épouvantables. Quelques-uns se jetèrent à la nage pour nous suivre,
tandis que deux autres, plus malins, contournaient le lac et allaient à
notre rencontre de l'autre côté. Quelques jours plus tard, nous eûmes la
tristesse de trouver notre étang à sec; une fissure s'était ouverte au
fond de son lit de glace et toute la masse d'eau douce s'était écoulée
par cette ouverture.

Pendant l'été, outre ces nappes, s'étendaient dans toutes les directions
des réseaux de canaux. Ces chenaux n'atteignaient pas une grande largeur
et pouvaient être traversés facilement d'un bond à l'endroit le plus
étroit ou en sautant de glaçon en glaçon.

La banquise, quelque découpée et couverte de lacs qu'elle fût, était
encore trop compacte pour que nous pussions espérer la délivrance.
D'ailleurs, le _Fram_ eût-il été rendu à la liberté qu'il n'aurait pu
avancer que de quelques encablures vers le nord. A plusieurs reprises,
du «nid de corbeau» de larges étendues d'eau libre furent visibles dans
notre voisinage; même, si nous avions pu les atteindre, elles ne nous
auraient pas conduits loin. Avant la fin de l'été, le _Fram_ sera à coup
sûr libre, et nous pourrons faire route au nord, ne cessait de répéter
Jacobsen; cette espérance était partagée par tous, sauf par Sverdrup et
par moi.

Tous les explorateurs qui ont été prisonniers dans les banquises
attendaient avec impatience la débâcle estivale; moi, au contraire, je
désire voir la glace conserver sa cohésion et poursuivre sa dérive vers
le nord. Ici-bas, tout dépend du point de vue auquel on se place. Le
navigateur parti avec l'illusion de pouvoir faire voile en eau libre
jusqu'au pôle, se lamente d'être bloqué, tandis qu'un autre, décidé à se
faire prendre dans la glace, ne se plaint pas, même s'il trouve de l'eau
libre. Dans cette vie, qui veut le plus demande souvent le moins.

Toutes ces ouvertures de la banquise sont produites, comme les pressions
et les tassements du _pack_, par les vents et les marées qui poussent
les glaces tantôt dans une direction, tantôt dans une autre. La surface
du bassin polaire est couverte de _floes_ en perpétuel mouvement, tantôt
cohérents, tantôt détachés et poussés les uns contre les autres.

Durant toute la dérive du _Fram_, des observations furent constamment
prises à l'effet d'étudier la formation des glaçons. Pendant l'hiver et
pendant le printemps, l'épaisseur de la glace augmenta constamment;
mais, comme cela ressort du tableau suivant, son accroissement est de
plus en plus lent, à mesure que sa puissance devient plus grande.

  Dates.         Épaisseur de la glace.

  10 avril       2m,31
  21 avril       2m,41
   5 mai         2m,45
  31 mai         2m,52
   9 juin        2m,58
  20 juin        _Ibid._
   4 juillet     2m,57
  10 juillet     2m,76

L'augmentation des glaçons pendant l'été me sembla tout d'abord fort
extraordinaire. Par suite des diverses ablations que leur tranche
superficielle éprouvait chaque jour et dont la somme pouvait être
évaluée à plusieurs centimètres, leur volume aurait dû décroître. Des
études attentives me révélèrent la cause de cette anomalie. L'eau douce
provenant de la fusion de la neige formait, à la surface de la mer, une
nappe d'environ 3 mètres, et, au contact de l'eau salée beaucoup plus
froide[18], subissait un abaissement de température et même une
congélation. C'est cette couche de glace d'eau douce qui, en
s'agglutinant à la partie immergée des _floe_, augmentait leur
épaisseur. Des forages me révélèrent en effet la présence sous les vieux
_floe_ d'une nappe de glace peu cohérente. Dans le courant de l'été, la
puissance de la banquise diminua, cependant, par suite de l'importance
de la fusion superficielle comme l'indiquent les observations suivantes:

  [18] Sa température était d'environ −1°,5.

                                       Épaisseur totale du bloc.
                                       La différence avec le chiffre
                     Épaisseur de la   précédent indique l'accroissement
    Dates.           vieille glace.    de la tranche de glace d'eau
                                       douce sous-jacente.

  23 juillet 1894    2m,33             2m,49
  10 août     --     1m,94             2m,17
  22  --      --     1m,86             2m,06
   3 sept.    --                       2m,02
  20 sept.   1894                      1m,98
   3 octob.   --     1m,75             1m,98
  12  --      --     1m,80             2m,08
  10 nov.     --     _Ibid._           _Ibid._ avec légère tendance
                                               à l'accroissement
  11 déc.     --                       2m,11
   3 janv.   1895                      2m,32
  18  --      --                       2m,48
   6 févr.    --                       2m,59

Les blocs et les _floe_ d'une très grande puissance sont le produit, non
de la congélation de l'eau, mais de l'entassement de la glace sous
l'action des pressions. Souvent, dans ces convulsions de la banquise,
d'énormes fragments glissent les uns par-dessus les autres; une fois
solidifié par le froid, cet agrégat prend l'aspect d'une masse
absolument homogène. C'est ainsi que, sous le _Fram_, l'amoncellement
des glaçons dépassait une puissance de 10 mètres.

La température de la glace, à la surface du _pack_, voisine du point de
fusion pendant l'été, s'abaisse rapidement à mesure que les froids de
l'hiver deviennent plus intenses. Elle diminue, au contraire, lentement
dans les couches profondes; à la partie inférieure des glaçons baignés
par la mer elle se trouve sensiblement égale à celle de l'eau ambiante.

En mars et au commencement d'avril, j'ai observé la plus basse
température. A une profondeur de 1m,20 et de 0m,80, elle était
respectivement de −16° et de −20°. A partir des premiers jours d'avril
se manifesta une hausse très lente.

Par les grands froids, la glace est dure et cassante; les chocs la
rompent donc facilement. En été, elle est, au contraire, molle et
plastique, et, par suite, ne peut être aussi aisément brisée. Cette
modification dans l'état de la banquise se manifeste d'une façon très
particulière. En été, la glace, étant très plastique, peut être entassée
et comprimée sans le moindre bruit, tandis qu'en hiver ce phénomène est
accompagné de craquements formidables. En juin et juillet, des pressions
purent survenir tout près de nous sans que le moindre bruit nous en
avertît.

[Illustration: LE HALAGE DE LA LIGNE DE SONDE]

[Illustration: LA LECTURE DU THERMOMÈTRE PLONGEUR]

Pendant l'été, nous poursuivîmes nos études scientifiques. Durant
l'hiver, nous avions fait une ligne de 4 à 5,000 mètres; avec cet engin
nous réussîmes à atteindre le fond de l'océan sur lequel nous dérivions.
La profondeur variait de 3,300 à 3,900 mètres: une intéressante
découverte qui renversait toutes les idées reçues sur la nature du
bassin polaire.

[Illustration: Profondeurs en Mètres.]

En outre de ces sondages, nous fîmes des observations de température de
la mer à différentes profondeurs. Ces séries thermométriques révèlent
toutes les mêmes oscillations; d'un mois à l'autre les variations de
température des différentes couches ne dépassaient pas quelques
centièmes de degré. A titre d'exemple, voici les résultats d'un sondage
thermométrique exécuté du 13 au 17 août, traduits dans la courbe
ci-dessus.

  Profondeur   Température.
  en mètres.

  Surface        +1°,02
      2 mètres.  −1°,32
     20   »      −1°,33
     40   »      −1°,50
     60   »      −1°,50
     80   »      −1°,50
    100   »      −1°,40
    120   »      −1°,24
    140   »      −0°,97
    160   »      −0°,58
    180   »      −0°,31
    200   »      −0°,03
    220   »      +0°,19
    240   »      +0°,20
    260   »      +0°,34
    280   »      +0°,42
    300   »      +0°,34
    350   »      +0°,44
    400   »      +0°,35
    450   »      +0°,36
    500   »      +0°,34
    600   »      +0°,26
    700   »      +0°,14
    800   »      +0°,07
    900   »      −0°,04
  1,000   »      −0°,10
  1,200   »      −0°,28
  1,400   »      −0°,34
  1,600   »      −0°,46
  1,800   »      −0°,60
  2,000   »      −0°,66
  2,600   »      −0°,74
  2,900   »      −0°,76
  3,000   »      −0°,73
  3,400   »      −0°,69
  3,700   »      −0°,65
  3,800   »      −0°,64

La figure précédente met en évidence la présence d'une strate d'eau
relativement chaude entre deux couches d'eau froide. Après s'être
abaissée de la surface à la profondeur de 80 mètres, la température
s'élève ensuite jusqu'à 280 mètres, et, après une nouvelle baisse à 300
mètres, se relève de nouveau. Au delà de 450 mètres, on constate une
diminution de température régulière jusqu'à 2,900 mètres, suivie d'un
troisième relèvement qui persiste jusqu'au fond.

Parfois, la couche d'eau chaude a atteint une température supérieure à
celle indiquée dans le tableau précédent. Ainsi le 17 octobre, à 300
mètres le thermomètre marquait +0°,85, à 350 mètres +0°,76, à 400 mètres
+0°,78 et à 500 mètres +0°,62. A partir de cette profondeur il
s'abaissait régulièrement pour remonter ensuite aux approches du fond.

Au milieu de cette banquise, nous ne nous attendions guère à rencontrer
une faune ailée abondante. Aussi, grande fut notre surprise, le 13 mai,
le jour de la Pentecôte, à la vue d'une mouette. A partir de cette date,
quelques oiseaux viennent tous les jours voler autour de notre radeau de
glace. Des pagophiles blanches (_Larus eburneus_ L.), des mouettes
tridactyles (_Larus tridactylus_ L.), des pétrels arctiques
(_Procellarica glacialis_), parfois des mouettes bourgmestres (_Larus
glaucus_ L.), des mouettes argentées (_Larus argentatus_), des
guillemots (_Uria grylle_). Une ou deux fois, nous aperçûmes des
stercoraires (_Lestris parasitica_), et, le 21 juillet, un bruant des
neiges.

[Illustration: OBSERVATION DE LA TEMPÉRATURE DE LA MER]

Le 3 août, nous eûmes la visite de mouettes de Ross (_Rhodostethia
rosea_) et j'eus la bonne fortune de tuer trois jeunes exemplaires de
cet oiseau rarissime. Ce mystérieux habitant de l'extrême nord, nul ne
sait où il va, ni d'où il vient.

Depuis que nous sommes dans ces parages, je l'ai toujours guetté; le
voici qui arrive juste au moment où je m'y attendais le moins.

[Illustration: MOUETTES DE ROSS (_Rhodostethia rosea._)]

Le corps des trois mouettes de Ross que j'ai tuées mesurait une longueur
de 0m,32. Elles avaient le dos et les ailes gris, le ventre et les côtés
blancs, légèrement teintés d'orange, et autour du cou un collier gris.
Un peu plus tard ce plumage change. Le dos devient bleu, le ventre rose
et le collier noir.

Maintenant que ma résolution est prise de pousser une pointe vers
l'extrême nord, toutes mes espérances sont concentrées sur les chiens.
Je veille toujours sur eux de crainte de quelque accident et de quelque
maladie, et non sans raison! Le 5 mai, un des petits de Kvik a une
espèce d'attaque de folie furieuse. Il court en aboyant terriblement et
mord tout ce qu'il rencontre. Après l'avoir enfermé pendant quelque
temps, il redevient calme. C'est le quatrième cas de ce genre que nous
observons. Quelle peut être la cause de ces accidents? A coup sûr, ce
n'est pas l'hydrophobie; peut-être quelque attaque épileptiforme? Quoi
qu'il en soit, plusieurs de mes tireurs ont déjà succombé à cette
étrange maladie. Le 24 juin, Ulenka, un de mes meilleurs chiens, est
également atteint; il reste étendu sur le pont comme paralysé, incapable
de se tenir sur ses pattes. Nous l'installons dans une caisse, et lui
donnons une nourriture soignée. Après quelques jours de ce traitement,
l'animal paraît éprouver un mieux sensible, mais de longtemps il ne put
recouvrer l'usage des jambes. Évidemment, pour déterminer ainsi la
paralysie ces attaques doivent affecter la colonne vertébrale. Le 3
juin, un des enfants de Kvik succombe à son tour...

Les chiens ne paraissent pas goûter les charmes de la belle saison; la
glace est à leur gré trop humide, et... trop chaude, bien que la
température ne s'élève guère au-dessus du point de congélation.

L'été comme l'hiver nous célébrons ponctuellement toutes les solennités
avec la pompe que nous permettent nos moyens. La fête nationale[19] du
17 mai donna lieu à de grandes réjouissances: Réveil au son de l'orgue,
puis déjeuner de saumon fumé et de langue de bœuf. Tous les membres de
l'expédition portent à la boutonnière des flots de ruban; même le vieux
Suggen en a un au bout de la queue. Au grand mât flotte le pavillon
national.

  [19] L'anniversaire de la Constitution norvégienne.

[Illustration: LA PROCESSION DU 17 MAI]

A onze heures, la colonie du _Fram_ s'assemble sur la banquise et se
forme en cortège, bannière déployée. Je marche en tête, tenant le
drapeau norvégien «pur»[20], suivi par Sverdrup qui brandit la flamme du
_Fram_. Derrière, un traîneau conduit par Mogstad porte l'orchestre,
composé de Johansen et de son accordéon. A la suite, avancent Jacobsen
et Henriksen armés de fusils et de harpons, puis Amundsen et Nordahl,
porteurs de grandes bannières rouges; enfin le docteur avec une bannière
de manifestant, réclamant la fixation d'une journée de travail normal.
Elle consistait en un jersey de laine portant brodées sur la poitrine
les deux lettres _N. A_[21]. Hissée au bout d'un long bâton, l'enseigne
était d'un effet imposant. Le cortège était fermé par Juell, notre
cuisinier, le dos couvert de ses casseroles, et par la bande des
météorologistes avec un large écusson en fer-blanc, traversé par une
bande rouge décorée des lettres _Al. St., almindelig stemmeret_,
signifiant en norvégien: suffrage universel. Les chiens suivaient
gravement la procession, comme s'ils n'avaient jamais fait autre chose
de la vie.

  [20] Drapeau sans le rectangle aux couleurs suédoises, indiquant
    l'_Union_ de la Norvège avec la Suède.

  [21] _Normal arbedsdag_: Journée de travail normal.

Au son d'une marche imposante composée pour la circonstance, le cortège
fit deux fois le tour du navire, en grande solennité, pour se diriger
vers le «grand hummock», où elle fut photographiée. Cette opération
terminée, un hourrah fut poussé en l'honneur du _Fram_ qui nous avait
conduit aussi loin vers le nord, et qui, nous n'en doutions pas, nous
ramènerait tous sains et saufs en Norvège. Au moment de rentrer à bord,
le photographe adressa à la foule un discours rappelant la solennité du
jour. Sa péroraison fut saluée par une décharge de six coups, qui eut
pour effet de mettre en fuite quelques chiens. La manifestation
terminée, l'équipage se rendit dans le carré décoré pour la circonstance
de drapeaux. Une valse entraînante inaugura cette partie de la fête;
après quoi commença le banquet avec accompagnement de musique entre
chaque service. Dans la soirée, le violoniste Mogstad fit entendre son
répertoire. Ce fut, en un mot, un 17 mai très réussi, surtout par le 81°
de Lat. N.

_28 mai._--Un doux mois de mai. Dans ces derniers jours, à différentes
reprises, la température s'est élevée de plusieurs degrés au-dessus de
zéro. On peut se promener avec l'agréable illusion de se croire au pays.
Rarement le thermomètre descend au-dessous du point de congélation. En
revanche, voici les brouillards d'été. Le ciel, couvert de nuages
lumineux, donne une sensation de pays du sud.

A bord, l'élévation de la température est très sensible. Il n'est plus
nécessaire d'allumer le poêle du carré, et la glace et le givre qui
couvrent les parois du magasin commencent à fondre.

[Illustration: TRAINEAU AVEC SA VOILURE]

_9 juin._--J'ai transporté mon atelier dans le roof. Assis à la fenêtre,
baigné par une lumière éclatante, j'ai la sensation que je vis sur terre
au grand jour et non plus dans une caverne éclairée par une lampe. Aussi
longtemps que la température ne deviendra pas très basse, j'ai
l'intention de rester ici. Cette installation est si agréable et si
pleine de calme!

J'éprouve une impression d'été. Je puis me promener au soleil et rêver
sur le pont; tout en fumant la pipe, mes yeux errent sur l'infinie nappe
blanche. Partout, maintenant, la neige est détrempée, et des nappes
d'eau commencent à se former à la surface de la banquise. Dès qu'on
creuse un trou dans la glace, immédiatement il se remplit d'eau. Sous
l'influence de la chaleur, les particules de sel incluses dans les
glaçons fondent les grains de glace qui les enveloppent; par suite, il
se forme une quantité de plus en plus notable d'eau saturée de sel qui
ne peut geler qu'à une température de beaucoup inférieure à celle
régnant actuellement.

La température de la glace s'est élevée notablement. A la profondeur de
1m,20 elle est −3°,8, et à 1m,60 elle atteint −3°,1.

_10 juin._--A l'exception du docteur, aucun de nous ne souffre
d'ophtalmie. C'est là un fait, très rare dans les annales des
expéditions arctiques, qui mérite d'être signalé. Il y a quatre ou cinq
jours, après une partie de balle sur la glace, Blessing a été atteint de
cette affection. Pendant quelque temps, ses yeux pleurèrent abondamment;
mais, avec un peu de soin, il fut bientôt rétabli. Il est véritablement
humiliant pour le docteur d'avoir été le premier malade. Dans le courant
de l'été, à la suite de plusieurs autres cas bénins d'ophtalmie dus à
des imprudences, les malades eurent ordre de ne sortir que les yeux
abrités par des conserves.

_11 juin._--Je fais aujourd'hui une agréable découverte. Je croyais
avoir entamé ma dernière boîte de cigares; dans cette pensée, j'avais
calculé qu'à raison d'un londrès par jour, ma provision pouvait durer
encore un mois, lorsque, dans mon caisson, je déniche une nouvelle
provision. Cela me permettra de tuer le temps pendant plusieurs autres
mois. Quand elle sera finie, où serons-nous? Tuer le temps est une idée
qui ne m'était jamais venue à l'esprit. Toujours jusqu'ici, je
regrettais la rapidité avec laquelle il s'envolait; maintenant il ne
marche pas assez vite à mon gré.

La veille de la Saint-Jean, nous pensions faire le feu de joie
traditionnel, mais le temps ne paraît guère devoir permettre cette
réjouissance.

[Illustration: LA BANQUISE EN ÉTÉ]

_23 juin._--Vent de nord avec giboulées de neige. Temps abominablement
triste. Toujours en dérive vers le sud. En cinq jours nous avons perdu 9
milles.

J'ai vu bien des veilles de Saint-Jean sous des latitudes très
différentes, jamais d'aussi lamentables que celle-ci. Si loin de tous
les nôtres! Je songe à la gaieté qui règne autour des feux, là-bas, au
pays; j'entends les grincements des violons, les éclats de rire, les
décharges des fusils répétées par les échos. Ici, à perte de vue une
infinie plaine blanche enveloppée de brumes sur laquelle siffle un vent
âpre. En vérité, rien du spectacle gai et heureux qu'éveille dans notre
esprit cette date. Le plein été est passé; la longue nuit d'hiver
approche de nouveau.

Cet après-midi, j'étais occupé à mesurer la salinité d'un échantillon
d'eau de mer, lorsque Mogstad est venu m'annoncer la présence d'un ours
dans le voisinage. En retournant à leur travail après le dîner, les
hommes occupés à creuser, près du «Grand _Hummock_», une cave pour notre
provision de viande fraîche[22], ont trouvé des traces toutes récentes
de l'animal. Je chausse mes _ski_ et me mets de suite en quête du
gibier. Le terrain est exécrable; la neige molle ne porte pas; à chaque
pas les patins enfoncent profondément. L'ours est venu de l'ouest, et,
après avoir inspecté le travail en cours, et fait un détour
considérable, s'est acheminé vers l'est, sans prêter plus d'attention au
navire. Il a soigneusement visité tous les trous et tous les coins où il
supposait avoir chance de trouver un morceau, et fouillé la neige dans
l'espoir de découvrir quelque détritus échappé à la voracité des chiens.
Il a ensuite examiné soigneusement tous les canaux voisins, pensant y
attraper quelque phoque, puis a pris sa course à travers les _hummocks_
et les _floes_, sans se soucier de la bouillie glaciaire et de l'eau qui
les couvrent. Si l'état de la banquise avait été meilleur, nul doute que
je n'eusse rejoint maître Martin.

  [22] La chair des ours et des morses tués pendant l'été précédent fut
    employée à l'alimentation des chiens. Durant l'hiver, cette
    provision avait été laissée dans la cale, où elle s'était maintenue
    en parfait état de conservation. Elle fut ensuite déposée dans le
    trou creusé, à cet effet, dans la banquise jusqu'à ce qu'elle fût
    épuisée, ce qui arriva dans le courant de l'été. Dans ces régions,
    la viande se conserve pendant une très longue période. Ainsi, le 28
    juin, nous eûmes à dîner un rôti de renne provenant d'un animal tué
    sur la côte de Sibérie, au mois de septembre précédent.

[Illustration: L'ARRIÈRE DU _Fram_. JOHANSEN ET SULTAN (16 JUIN 1894)]

[Illustration: UN SOIR D'ÉTÉ (14 JUILLET 1894)]

Un paysage désespérant, tout blanc et tout gris. Aucune ombre, rien que
des formes «flou», noyées dans la brume et dans la neige fondante. Tout
est dans un état complet de désagrégation; à chaque instant le sol
manque sous vos pieds. Un terrain très difficile pour un pauvre patineur
parti à la poursuite d'un ours, qui, sans le moindre effort, passe
partout. La marche est très lente et très pénible; les _ski_ enfoncent;
souvent l'eau vous monte jusqu'à la cheville; sans les patins, il serait
impossible de faire un pas.

[Illustration: UN SOIR D'ÉTÉ (14 JUILLET 1894)]

Çà et là la monotone plaine, blanche et grise, est mouchetée de taches
foncées formées par les lacs et les canaux qui s'étendent au milieu des
_hummocks_. Sur leur surface sombre, des glaçons immaculés flottent,
pareils à des blocs de marbre blanc posés sur un fond noir. Parfois
s'ouvre une large nappe d'eau, ridée de petites vagues qui viennent
battre contre les parois du bassin en bruissant gaiement, le seul signe
de vie au milieu de ce désert. Un vieil ami aimé, le bruit de ces lames
joyeuses. Un instant, on pourrait véritablement se croire à une latitude
plus méridionale. Mais l'illusion est de courte durée. Partout de la
glace, découpée en figures fantastiques d'une variété infinie, se
détachant en vigueur sur l'eau noire. Infinie est la diversité de tous
ces morceaux de marbre, et toute cette merveilleuse sculpture sera
détruite sans qu'un œil humain ait pu la contempler!

_24 juin._--L'anniversaire de notre départ. Vent de nord, encore en
dérive au sud!

Depuis le jour où nous quittions le fjord de Christiania, une longue
année s'est écoulée. Dans cet intervalle nous avons accompli une bonne
partie de la tâche entreprise, bien que cependant nous ne soyons pas
parvenus aussi loin vers le nord que je l'espérais.

Assis à la fenêtre, je regarde passer les tourbillon de neige. Une
étrange Saint-Jean. Ne croyez pas que je sois fatigué de cette monotonie
de glace et de neige; non, en vérité, je ne puis le dire. Je ne soupire
pas après la verdure et les bois; tout au contraire... Pendant des
heures, je rêve à de nouveaux projets de voyage au milieu des banquises,
lorsque celui-ci sera terminé. Je sais les résultats déjà obtenus et à
peu près ceux que nous obtiendrons ensuite. Cela suffit pour que je
fasse de nouveaux plans d'avenir. Mais les êtres chéris restés
là-bas?...

_11 juillet._--Lat. 81°18′8″. De nouveau le vent de sud. Pour le moment
notre mouvement de recul se trouve encore une fois arrêté.

[Illustration: L'ÉTÉ AU MILIEU DE LA BANQUISE (21 JUILLET 1894)]

Maintenant je désire presque le retour de la nuit polaire avec son monde
féerique d'étoiles, ses fantastiques aurores boréales et sa lune
lumineuse poursuivant sa course paisible dans le grand silence de la
nature endormie. C'est comme un rêve, comme une échappée dans le domaine
de la fantaisie et de l'imagination. Il n'y a plus aucune forme, aucune
réalité, rien qu'une vision d'un ruissellement d'argent et de violet
planant au-dessus de la terre.

[Illustration: BLESSING RÉCOLTANT DES ALGUES]

Ce jour sans fin avec son activité continuelle me fatigue. La vie est un
tracas perpétuel. Les jours succèdent aux jours, les semaines aux
semaines, jamais ni les labeurs ni les pensées ne s'arrêtent... Souvent
nous ne quittons notre travail qu'à minuit passé... Et toujours cette
obsédante attente et cette sensation pénible de vide.

Les saints, assure-t-on, trouvent dans le désert la paix de la vie. Ici,
c'est bien un désert, mais la paix je ne la trouve pas. La sainteté me
manque sans doute.

_18 juillet._--Excursion avec Blessing pour recueillir des échantillons
de «glace et neige brunes», et pour récolter des algues et des diatomées
dans les nappes d'eau. La surface de presque tous les glaçons présente
une coloration brune formée par des dépôts de particules minérales,
mélangés de diatomées et d'organismes, comme ceux que j'ai recueillis
sur la côte est du Grönland[23]. Il faut poursuivre nos recherches et
nous assurer si cette substance brune se compose principalement de
dépôts minéraux et présente une origine continentale.

  [23] La poussière que l'on observe en été sur presque tous les glaçons
    polaires sans distinction d'âge, provient, en très grande partie,
    des hautes régions de l'atmosphère. Elle tombe probablement à la
    surface de la terre avec la neige, et, lors de sa fusion en été,
    s'accumule graduellement en une mince couche sur les glaçons. On
    observe également sur la banquise, et en grande quantité, des
    sédiments à peu près de même couleur que les premiers, mais, qui,
    sans aucun doute, ont une origine terrestre directe. Ils se
    rencontrent, en effet, sur des Blocs qui primitivement se trouvaient
    dans le voisinage immédiat de la terre.

[Illustration: NANSEN EN PROMENADE (6 JUILLET 1894)]

Tous les canaux, même les plus petits, renferment une énorme quantité
d'algues. Sur les parois des glaçons baignées par la mer, on observe
également une coloration brune, produite par la présence d'une algue
vivant sur la glace. D'autre part, dans l'eau, on remarque des vésicules
blanches ou jaune foncé, formées d'agrégats de diatomées et d'organismes
cellulaires rouges d'un aspect très caractéristique. Ces amas de
diatomées, extrêmement abondants dans de petits canaux, se rencontrent
tous à une profondeur d'un mètre environ, à la limite séparative entre
la couche d'eau douce superficielle et la nappe d'eau salée. Les algues
flottent également à la même profondeur, mais se rencontrent parfois
jusqu'à la surface.

[Illustration: MONTICULE DE PRESSION SITUÉ A BABORD DU _Fram_ (1er
JUILLET 1894)]

Pendant de longues journées, je m'acharne à l'étude microscopique de
cette florule. Au milieu de ces végétaux, je découvre des êtres
organisés: des infusoires, des flagellifères, et même des bactéries. Des
recherches du plus haut intérêt, à coup sûr. Combien plus cependant il
me plairait de lutter contre la glace, dans une marche vers le nord!

En attendant, nous nous préparons pour la bataille. Nos dispositions
pourront servir aussi bien pour l'offensive que pour la retraite, si
jamais elle devient nécessaire. Tous les traîneaux à main sont visités
et réparés, six traîneaux à chiens commencés. Demain on entreprendra la
construction des _kayaks_, en peau de phoque ou en toile à voile.
Chacune de ces embarcations pourra contenir deux hommes; elles seront
longues de 3 mètres, larges de 0m,80, et profondes de 0m,40. Il nous en
faudra six. Nous aurons ainsi un équipement complet pour une retraite
brillante. Par moments, je désirerais presque une défaite décisive pour
montrer quelles ressources sont en nous et pour sortir de cette inaction
énervante.

[Illustration: CARCASSE DE _kayak_ SUR UN TRAINEAU A MAIN]

Les _kayaks_ répondent complètement à nos désidérata. Ne pesant que
30kgr,5, ils peuvent être halés sans difficulté, et, sur mer, portent
facilement deux hommes avec cent jours de vivres.

_5 août._--Lat. 82°7′,3. Magnifique journée d'été. Étendu au soleil, je
m'imagine que je suis de retour au pays aimé, au milieu de ses hautes
montagnes et de ses fjords. Le rayonnement de cette belle lumière rend
l'illusion possible. Ici comme là-bas, des nuages légers flottent très
haut, et une étincelante coupole bleue s'étend au-dessus du paysage.
C'est une féerie d'idéale blancheur au-dessus de l'étendue bleuâtre de
la glace.

La température est si douce que la table de jeu est installée sur le
pont. C'est, en effet, l'été!

_12 août._--Une soirée superbe. Tout est calme et silencieux. On
n'entend que le murmure de l'eau tombant goutte à goutte des glaçons ou
le bruissement étouffé de la neige qui glisse du sommet des _hummocks_.

Le soleil est maintenant très bas sur l'horizon, enveloppé de nuées d'or
qui, peu à peu, s'éteignent dans le bleu léger d'un ciel immaculé.

_21 août._--Lat. 81°4′,2. Nous restons pour ainsi dire immobiles. Un
jour, la dérive nous porte dans le nord, puis nous ramène vers le sud.
Néanmoins, je pense, comme j'en ai toujours été persuadé, que notre
voyage ne peut durer plus de trois ans, ou plutôt trois hivers et quatre
étés. Dans deux ans à partir de cette époque nous serons de retour[24].
L'hiver prochain, à coup sûr, nous serons entraînés vers le nord, et il
approche rapidement, l'hiver.

  [24] Cette prédiction devait se réaliser de point en point. Deux ans
    plus tard, le 22 août, le _Fram_ arrivait en effet sur la côte de
    Norvège.

L'été semble fini maintenant. La température varie entre −4° et −6°.
Tous les lacs et tous les canaux sont déjà couverts d'une couche de
glace, assez épaisse pour supporter le poids d'un homme.

Le matin et l'après-midi je fais une excursion en patins. La surface de
la banquise est excellente, recouverte d'une nappe moelleuse de neige
fraîche. Plusieurs canaux se sont ouverts récemment près du navire. Sur
quelques-unes de ces ouvertures, dont les rives ont subi une légère
compression, la glace ploie d'une façon très désagréable sous les _ski_.
Je parviens cependant à les traverser sans encombre, tandis qu'à
plusieurs reprises les chiens percent cette mince croûte. Si la banquise
reste dans cet état, elle offrira l'hiver prochain un excellent terrain
pour le patinage.

_27 août._--Blessing, son quart de nuit terminé, allait redescendre dans
sa cabine, lorsqu'il aperçoit quelque chose de blanc remuer sur la
neige, à une petite distance de nous. Sur ces entrefaites, Johansen
monte sur le pont pour relayer le docteur et tous deux surveillent
attentivement les abords du bâtiment. Bientôt aucun doute n'est plus
possible, la forme blanche qui se meut là-bas est évidemment un ours.
Aussitôt, les deux amis prennent chacun un fusil et s'installent à
l'avant pour épier les mouvements de l'animal. Maître Martin avance
prudemment, en aspirant longuement les bouffées de la brise, comme pour
flairer à distance la grande chose noire qui se trouve devant lui. Notre
moulin à vent marche à toute vitesse, mais le tournoiement de ses ailes,
bien loin de paraître l'effrayer, semble tout au contraire l'attirer.
Finalement, l'ours arrive sur les bords de la crevasse ouverte à
l'avant; l'occasion est excellente, Blessing et Johansen tirent et
l'animal tombe raide. Nous voici maintenant à la tête d'une bonne
provision de viande fraîche. C'est le premier ours tué cette année.

Aujourd'hui, véritable temps d'hiver. Toute la journée une effroyable
tourmente de neige.

_29 août._--Tourmente de neige. Une jolie journée d'août! Qu'importe, le
vent nous porte dans le nord; c'est pour nous l'essentiel. Hier nous
étions remontés au 80°53′.

Ce soir, j'étais occupé à la construction de mon _kayak_ en bambou et
Peterson était venu me donner un coup de main. Tout en travaillant, nous
causions, nous parlions du _Fram_ et de sa solidité: «Depuis longtemps,
tout autre bâtiment eût été broyé. Après tout, ajoutait Peterson, je
n'éprouverais nulle crainte, si les circonstances nous obligeaient à
abandonner cet excellent navire, et à me confier à ces _kayaks_ qui me
paraissent de merveilleuses embarcations.» Aucune expédition précédente,
disait-il, n'avait été aussi bien équipée que la nôtre en vue de toutes
les éventualités possibles; néanmoins il préférait rentrer en Norvège
sur le _Fram_. Nous parlâmes ensuite du retour, de ce que nous ferions
une fois rentrés au pays.

«Vous, me dit Peterson, pour sûr vous irez au pôle sud.

«--Et vous? reprendrez-vous votre ancien métier?

«--Oui. Mais auparavant je prendrai une semaine de congé. Après un tel
voyage, j'en aurai besoin avant de me remettre à l'enclume.»



CHAPITRE IV

LE SECOND AUTOMNE DANS LA BANQUISE


L'été est passé et notre second hivernage commence.

Habitués maintenant aux vicissitudes de la dérive, le temps nous semble
moins long. Pour ma part je suis absorbé par l'élaboration de nouveaux
projets.

Pendant l'été, nous avions pris nos dispositions pour le cas où une
retraite à travers la banquise serait devenue nécessaire. En vue de
cette éventualité des _kayaks_ avaient été construits, les traîneaux
remis en état et les approvisionnements préparés. En même temps, je me
suis occupé de l'expédition méditée vers le nord; dans ce but, j'ai
construit un _kayak_ en bambou. A personne, sauf à Sverdrup, je n'ai
soufflé mot de cette idée. Avant de parler, je dois connaître d'abord
les résultats de la dérive pendant l'hiver. Tandis que je m'absorbe dans
mes pensées et dans mes plans, le train de vie habituel continue à bord.

_6 septembre._--Lat. 81°13′,7. L'anniversaire de mon mariage. Il y a
déjà cinq ans!... A pareille époque, l'an dernier, c'était jour de
victoire. Nous triomphions des glaces à l'île Taïmyr; aujourd'hui, au
contraire, nous n'avons pas lieu d'être satisfaits. La dérive ne nous a
pas portés aussi loin vers le nord que je l'espérais, et le vent du
nord-ouest s'est levé, nous repoussant encore une fois vers le sud.
L'avenir, cependant, ne me semble pas devoir nous réserver d'aussi
pénibles attentes et d'aussi grands découragements que cette première
année dans les glaces.

Le 6 septembre prochain..., peut-être serons-nous réunis tous les deux
et parlerons-nous de ce séjour dans la banquise et de ses vicissitudes,
comme d'une chose passée et qui ne reviendra plus... La longue nuit, la
terrible nuit s'est écoulée, l'aurore paraît, devant nous se lève
radieux un jour plein de promesses... Pourquoi n'aurions-nous pas cette
grande joie dans un an? Le _Fram_ ne pourrait-il pas être entraîné cet
hiver dans l'ouest, au nord de la terre de François-Joseph? Alors, ce
serait le moment de partir en avant vers le pôle. A cette pensée mon
cœur bondit de joie; nous allons nous préparer en vue de cette
expédition, et le temps passera vite.

J'ai déjà réfléchi au plan de cette exploration, et songé au matériel
que nous devions emporter et à son transport. Plus j'examine la
situation, plus je crois à la possibilité du succès d'une telle
entreprise, à condition que le _Fram_ arrive, dès les premiers jours du
printemps, à une haute latitude. S'il parvient au 84° ou au 85°, je
partirai à la fin de février ou au commencement de mars, aussitôt le
retour du soleil. A cette époque la marche sera facile. Encore quatre ou
cinq mois d'inaction, puis le moment d'agir arrivera. Quelle joie ce
sera alors! Mes nerfs, contractés par cette vie calme et tranquille,
pourront à la fin se détendre dans une activité féconde. Cela peut
sembler une folie de partir ainsi en avant au lieu de rester à bord pour
poursuivre d'autres travaux plus importants. Erreur! en mon absence les
observations seront poursuivies avec le même zèle.

J'ai célébré l'anniversaire de mon mariage en arrangeant pour l'hiver
mon atelier. J'y ai placé un poêle à pétrole; plus tard, je l'entourerai
de murs et d'un toit de neige. Grâce à ces dispositions, même par les
froids les plus intenses, la température y sera douce. Si cet abri peut
être utilisé pendant tout l'hiver, on pourrait y faire deux fois plus de
travail que dans la cale.

_9 septembre._--Latitude: 81°4′. Depuis plusieurs jours, le soleil se
couche à dix heures du soir, ne laissant derrière lui qu'une immense
gloire céleste planant au-dessus de l'éternelle blancheur.

[Illustration: LES CHENILS]

Dans l'après-midi, excursion en _ski_. Plusieurs canaux sont déjà
couverts de glace, et les glaçons portent des traces de compression. Je
rencontre toutefois un chenal, large, par endroits, de 350 à 450 mètres,
s'étendant à perte de vue dans le nord comme dans le sud. La glace est
excellente pour le patinage. Sur sa surface, les _ski_ glissent
rapidement sans le moindre effort, surtout lorsqu'on marche dans la même
direction que le vent.

_12 septembre._--Des chenils ont été construits à bâbord, de magnifiques
huttes en glace divisées en compartiments pouvant contenir quatre
chiens, de beaux et chauds quartiers d'hiver. Seuls, les petits de Kvik
restent à bord où leurs ébats font notre joie.

La vie continue toujours régulière, aussi uniforme que la banquise qui
nous entoure.

[Illustration: EXERCICE DE PATINAGE]

L'équinoxe est arrivé. Les nuits maintenant sont obscures, à midi le
soleil n'est plus qu'à 9° au-dessus de l'horizon.

Je passe tout mon temps à l'atelier; souvent j'y ai l'illusion de me
croire chez moi, dans ma chambre de travail. Sans la pénible séparation
des êtres qui nous sont chers, la vie ne serait nulle part aussi
agréable qu'ici, dans ce calme infini. Parfois j'oublie que je me trouve
au milieu de la banquise. Le soir, lorsque, absorbé dans mes études et
dans mes réflexions, j'entends les chiens aboyer, je me lève en me
demandant quel est l'ami qui arrive maintenant. Et alors soudain je
reviens au sentiment de la réalité, je me rappelle que je ne suis plus
dans ce cher petit _Godthaab_, mais au milieu des glaces polaires, au
début de mon second hivernage dans cette zone morte de la terre.

[Illustration: LE RETOUR APRÈS UN EXERCICE DE PATINAGE (28 SEPTEMBRE
1894)]

_23 septembre._--Il y a juste un an que nous sommes prisonniers au
milieu de la banquise. A cette occasion, Hansen commence une carte de
notre dérive. Le chemin parcouru n'est, certes, pas considérable; la
direction suivie est, il est vrai, précisément celle que j'avais
prédite.

Depuis le 22 septembre 1893, jour où nous sommes entrés dans la
banquise, jusqu'au 22 septembre 1894, nous avons gagné vers le nord 189
milles.--Entre le point le plus méridional atteint au cours de la dérive
(le 7 novembre 1893) et le point le plus septentrional (16 juillet
1894), la différence est de 305 milles.--Nous avons ainsi progressé de
4° de latitude, du 77°43′ au 81°53′. La direction moyenne de notre
trajectoire est le N. 36° O., elle est donc un peu plus septentrionale
que celle de la _Jeannette_. Si nous continuons à être poussés suivant
la même ligne, nous aboutirons vers les îles au nord-est du Spitzberg,
après avoir atteint notre plus haute latitude sous le 84° par 75° de
longitude E., au N.-N.-E. de la terre François-Joseph. Du point où nous
nous trouvons actuellement à la terre du Nord-Est, par cette route la
distance est de 827 milles. A raison de 189 milles par an, il nous
faudrait quatre ans et quatre mois pour y parvenir. Mais, si la dérive
s'élève, comme je l'espère, à 305 milles par an, nous arriverons à
destination dans deux ans et sept mois. Une pareille vitesse de
déplacement est maintenant très vraisemblable; n'ayant plus dans le sud
une nappe d'eau libre très étendue et devant nous une masse compacte de
glaces, nous ne serons plus exposés à revenir en arrière, comme cela est
arrivé l'automne dernier.

[Illustration: SUR LE PONT DU _Fram_ (OCTOBRE 1834).]

Le régime de la dérive pendant l'été me porte à croire que nous en avons
fini avec ces alternatives si décourageantes de progrès et de recul. La
glace, me semble-t-il, n'a plus actuellement une grande propension à
rétrograder vers le sud; elle manifeste, au contraire, une tendance à
filer au nord-ouest, à la moindre brise du sud et même d'est. De plus, à
mesure que nous avancerons vers le nord-ouest, le mouvement de
translation deviendra de plus en plus rapide. La trajectoire du _Fram_
est plus septentrionale que celle de la _Jeannette_, et, au delà de la
terre François-Joseph, la glace doit être repoussée par cette barrière
d'îles dans la direction du nord; je pense donc que nous arriverons à
une latitude plus haute que semble l'indiquer la direction de notre
dérive. J'espère parvenir au 85°.

_27 septembre._--A partir d'aujourd'hui, tous les hommes devront patiner
deux heures par jour, de onze heures à une heure. Quelques-uns d'entre
nous n'ont pas une grande pratique des _ski_; en cas de retraite, leur
inhabileté dans ce genre de sport serait pour tous une cause de graves
dangers. Quelques jours après, exercice de halage des traîneaux. Un
véhicule chargé de 120 kilogrammes sert à l'expérience. Amundsen qui,
tout d'abord, croyait que le halage n'était qu'un jeu, s'arrête bientôt
épuisé. Non, en vérité, s'il fallait traîner longtemps un pareil poids,
autant vaudrait se coucher sur la neige et attendre la mort,
raconte-t-il à ses camarades. Il faut donc exercer mon monde à cette
manœuvre. Par contre trois chiens attelés à ce véhicule l'entraînent
comme une plume.

[Illustration: BLOC DE GLACE SUR LA BANQUISE (28 SEPTEMBRE 1894)]

_4 octobre._--La banquise constitue un excellent terrain pour la marche;
seulement dans quelques zones peu étendues, les monticules et les
crevasses la rendent impraticable. La piste est également bonne. Les
chiens y enfoncent bien un peu; lorsque les tempêtes auront rendu la
neige plus compacte, cet inconvénient disparaîtra.

A la veille de notre seconde nuit polaire, la plus longue et la plus
froide qu'une expédition arctique ait jusqu'ici subie, notre état moral
est excellent. De jour en jour la lumière du jour décroît, bientôt elle
aura complètement disparu; notre courage n'en décline pas pour cela. La
bonne humeur et l'entrain sont maintenant plus constants; il n'y a plus
ces alternatives de découragement et d'espérance qui ont mis nos
caractères à une si rude épreuve. Cet état d'esprit est dû sans doute à
l'accoutumance au milieu et au bien-être de notre vie. Nous avançons
vers le but lentement mais sûrement, entourés de tout le confort de la
civilisation. Et l'hiver prochain s'annonce encore plus agréable que le
précédent.

Notre atelier établi sur le pont est une pièce très chaude et très gaie.
Un fourneau que j'ai installé pour utiliser à la cuisine notre provision
d'huile de graissage, rayonne dans la chambre de travail une partie de
sa chaleur. Parfois, la température est si élevée que je sue à grosses
gouttes et que je dois ouvrir la fenêtre pour laisser passer un peu
d'air à 25 ou 30° sous zéro.

Quelle que soit la durée de l'expédition, nulle crainte de manquer de
luminaire et de combustible. Notre provision de pétrole est suffisante
pour nous éclairer pendant dix ans, en admettant que les lampes brûlent
trois cents jours par an. D'un autre côté, nous avons encore cent tonnes
de charbon. Avec un tel approvisionnement on n'aura pas besoin
d'économiser le combustible dans les poêles; on pourra faire du feu à
discrétion dans le salon pendant l'hiver. Enfin, pour mieux nous
protéger contre le froid, j'ai fait étendre une tente au-dessus du pont,
jusqu'à la passerelle. L'arrière reste complètement dégagé pour pouvoir
observer les environs du navire.

[Illustration: UN SONDAGE THERMOMÉTRIQUE A GRANDE PROFONDEUR--L'ARRIVÉE
DU THERMOMÈTRE PLONGEUR (12 JUILLET 1894)]

_10 octobre._--J'ai aujourd'hui trente-trois ans. Que dire à ce sujet,
sinon que la vie s'en va et ne revient jamais sur ses pas. En mon
honneur, grande fête. Le carré est décoré de pavillons, et le navire
pavoisé.

Dans la matinée, course sur les _ski_ par un temps très froid. Le soir,
le thermomètre descend à −31°. Jamais je n'ai eu un temps aussi froid à
mon anniversaire. Comme d'habitude en pareille circonstance, le
cuisinier a préparé un véritable festin.

_16 octobre._--Depuis quatre jours souffle un ouragan horrible. Soulevée
par le vent, la neige emplit le ciel d'épais tourbillons. Malgré cela,
l'excursion habituelle sur les _ski_ n'est pas contremandée.

A midi le soleil apparaît à l'horizon comme une boule rouge de forme
ellipsoïdale. C'est la dernière fois que nous l'apercevons. Adieu! cher
soleil vivifiant!

Nous dérivons rapidement vers le nord. Le 14, l'observation nous place
au 81°32′,8; le 17, au 81°47′; le 21, au 82° par 114°9′ de Long. Est.

Pour fêter le passage du 82° de latitude, gala annoncé par une affiche
en vers placardée dans le carré. Après le souper, concert. Parmi les
exécutants Bentzen se distingue particulièrement. Ses récents exercices
avec la manivelle de la ligne de sonde lui ont donné une expérience
précieuse pour le maniement de l'orgue. Tantôt il ralentit le mouvement,
la musique traîne comme si elle remontait d'un abîme de 2 à 3,000
mètres; tantôt il l'accélère, comme si elle parvenait tout près de la
surface. A la fin, l'enthousiasme est tel que Pettersen et moi, nous ne
pouvons résister à l'entraînement. Nous valsons, nous polkons, nous
exécutons même quelques pas de deux absolument remarquables. Amundsen se
laisse gagner à son tour, et les danses continuent avec plus d'entrain
que jamais, tandis que les joueurs restent obstinément à leur table.
Entre temps, circulent des rafraîchissements: des conserves de pêches et
des bananes sèches. Ainsi, nous avançons toujours gais vers notre but.
Nous sommes maintenant à moitié chemin entre les îles de la
Nouvelle-Sibérie et la terre de François-Joseph.

Les jours succèdent aux jours sans apporter aucun changement dans notre
existence. Pour nous distraire, nous observons les splendeurs de
l'aurore boréale plus magnifique que jamais. En fait d'incidents dignes
de remarque, mon journal mentionne à la date du 4 novembre une heureuse
chasse à l'ours. Dans la matinée, j'étais allé faire un tour, lorsqu'en
rentrant, j'aperçois Sverdrup, Johansen, Mogstad et Henriksen accourant
tous le fusil à la main. Aussitôt après éclate une salve, puis un tir à
volonté très nourri, suivi d'un feu de peloton. Après être resté d'abord
immobile, l'un des chasseurs fait quelques pas en avant et tire un coup
de feu, tandis qu'un autre décharge son arme dans une direction opposée.
Que signifie cette école de tirailleurs? J'avance rapidement... quelle
n'est pas ma joie d'apercevoir trois ours gisant sur la glace, une
femelle et ses deux petits.

La température est très basse. Le 22 octobre au soir, le thermomètre
descend à −36°. Par un pareil froid il ne fait pas bon toucher le fer.
Un de nos jeunes chiens, ayant eu l'idée de lécher un anneau, en fit
l'expérience à ses dépens. La langue de la pauvre bête resta adhérente
au morceau de métal, comme prise à la glu. Heureusement, au moment de
l'accident, Bentzen se trouvait sur le pont. Attrapant l'animal par le
cou, pour l'empêcher de s'arracher la langue dans les bonds qu'il
faisait pour se dégager, il échauffe le fer avec ses mains garnies de
moufles et réussit à rendre la liberté au chien.

_13 novembre._--Le thermomètre est à −39°. Dans la journée, pression
dans différentes parties de la banquise. Leur bruit strident annonce la
basse température de la glace, un bruit très singulier qui semblerait
surnaturel, si on en ignorait la cause.

Une course en patins par un clair de lune magnifique. Non, en vérité,
notre vie n'est pas une souffrance constante comme on doit le croire
là-bas. Est-ce, par exemple, une pénible épreuve que de glisser, rapide
comme une flèche, sur la glace sans fin, par un beau froid, sous un ciel
constellé d'étoiles? Tout autour, s'étend la nappe de la banquise
argentée par le clair de lune, mouchetée de grandes taches sombres
produites par l'ombre des _hummocks_, et, tout là-bas, une raie claire
marque l'horizon de la glace. Très bas dans le sud, une lueur émerge,
rougeâtre, plus haut jaune, puis verte, se fondant insensiblement dans
l'immense coupole bleue. Une indescriptible harmonie que la musique,
seule, pourrait traduire!

C'est plus qu'il n'est permis d'attendre de la vie; c'est une féerie de
l'autre monde, une vision de la vie future. Et, au retour, lorsqu'on
s'assied dans la paisible salle de travail, les pieds au feu, la pipe
allumée, et qu'on reste là abîmé dans une rêverie, est-ce là une
souffrance?

_16 novembre._--Au cours d'une promenade en patins, je confie à Sverdrup
mes projets d'excursion vers le nord; dans la soirée, je lui expose plus
amplement mon plan qu'il approuve complètement. L'entreprise doit être
tentée dans tous les cas, même si, en mars, nous n'avons pas atteint le
85°.

C'est, en effet, le seul moyen de pénétrer dans des régions que nous ne
pourrons atteindre autrement. Si nous n'arrivons au pôle, eh bien, nous
battrons en retraite. Comme je ne saurais trop le rappeler, le but de
notre expédition n'est pas de parvenir à ce point mathématique, mais
d'explorer les parties inconnues du bassin polaire.

Que l'on ne m'objecte pas que, pendant que le _Fram_ continuera sa
dérive, je pourrais faire autant d'observations importantes qu'au cours
de cette marche vers le nord. D'abord, notre départ ne suspendra pas les
travaux scientifiques à bord; en second lieu, les études auxquelles nous
nous livrerons pendant notre reconnaissance projetée compléteront celles
poursuivies sur le _Fram_ et apporteront à la science une précieuse
contribution.

L'entreprise que je médite doit donc être tentée.

Ce point résolu, une grave question se présente. A quelle époque
faudra-t-il partir? Assurément au printemps, en mars au plus tard. Mais
quelle année, en 1895 ou en 1896? Mettons les choses au pis. Admettons
qu'en mars prochain nous soyons seulement par 83° et 110° de Long. Est.;
même, dans ce cas, nous devrons nous mettre en route immédiatement. Si,
en effet, nous attendons l'année suivante, nous risquons d'avoir dépassé
le point d'où l'expédition peut être entreprise dans les conditions les
plus favorables.

Du point d'où je suppose que nous partirons au cap Fligely, sur l'île la
plus septentrionale de la terre François-Joseph, la distance est de 400
milles, soit légèrement supérieure à celle que j'ai parcourue sur les
glaciers, dans ma traversée du Grönland. Un pareil trajet pourra être
effectué sans trop de difficulté, même si, aux approches des côtes, la
banquise devient très accidentée. Une fois sur la terre ferme, nous
tirerons notre subsistance des produits de la chasse. A cette distance
de 400 milles il faut ajouter celle que nous aurons parcourue dans la
direction du pôle. Quelle que soit la latitude que nous réussissions à
atteindre, avec l'aide des chiens nous sommes assurés de pouvoir
effectuer le retour.

Étudions maintenant les conditions du voyage. L'expédition, composée de
deux hommes et de vingt-huit chiens, aura à traîner un poids de 1,050
kilogrammes.

Du 83° au Pôle la distance est de 420 milles ou de 777 kilomètres. Aidés
de deux hommes, les chiens pourront avancer à raison de 15 kilomètres
par jour, chacun d'eux tirant un poids de 37kgr,5, pendant les premiers
temps du voyage. Pour cela, la glace devra présenter une surface unie
comme la banquise qui nous entoure, et nous n'avons pas lieu de douter
qu'il en soit différemment. Donc, cinquante jours après avoir quitté le
_Fram_, nous arriverons au Pôle. En soixante-cinq jours, au Grönland,
nous avons parcouru 345 milles à travers des glaciers atteignant
l'altitude de 2,700 mètres, sans l'aide de chiens.

Après notre marche vers le nord, la consommation des provisions a réduit
le poids des traîneaux à 250 kilogrammes, un poids insignifiant pour
vingt-huit bêtes. Dans ces conditions, le retour pourra être très
rapide; supposons qu'il dure cinquante jours comme l'aller. D'après les
circonstances, nous mettrons le cap, soit sur les Sept Iles au
Spitzberg, situées à la distance de 540 milles, soit sur le cap Fligely,
à la terre François-Joseph. Supposons que nous choisissions cette
dernière route.

Le 1er mars, nous avons quitté le _Fram_; le 20 avril, nous sommes au
Pôle. A cette date, il nous reste 100 kilogrammes de provisions, soit
des vivres pour cinquante jours, mais aucune provision pour les chiens.
Nous devons alors nous résoudre à abattre successivement nos tireurs
pour alimenter les autres ou pour nous nourrir nous-mêmes, si nous
préférons leur donner des conserves. Vingt-trois chiens fourniront
certainement des vivres pour quarante et un jours, et il nous restera
encore cinq bêtes de trait. A cette date, c'est-à-dire le 1er juin, nous
devrons être au sud du cap Fligely, en admettant pour cette partie du
trajet une vitesse quotidienne de 12 milles. Il nous restera alors cinq
chiens et neuf jours de vivres.

La situation ne sera pas pour cela désespérée. D'abord, selon toute
probabilité, bien avant cette époque, nous aurons atteint la terre, et
en cette saison le gibier doit être abondant dans ces parages.

Dès le commencement d'avril, Payer a rencontré près du cap Fligely des
nappes d'eau libre peuplées d'oiseaux; enfin, il serait bien
extraordinaire si, avant cette date, nous ne trouvions pas sur notre
route, soit un ours, soit un phoque, soit quelque oiseau.

Une fois au cap Fligely, nous aurons le choix entre deux itinéraires: la
route du Spitzberg par la côte nord-ouest de la terre François-Joseph et
la terre de Gillies,--si les circonstances sont favorables, je choisirai
certainement cette direction,--ou la route de la terre François-Joseph
par le détroit d'Autriche, puis, par la côte sud de cet archipel, soit
vers la Nouvelle-Zemble, soit vers le Spitzberg, à moins que nous ne
trouvions l'expédition anglaise de la terre François-Joseph.

Examinons maintenant toutes les éventualités susceptibles d'arrêter
notre marche.

Plus au nord, la banquise peut être plus accidentée que dans les parages
où nous nous trouvons actuellement. Cela n'est guère probable, à moins
qu'une terre n'existe dans cette direction. S'il en est ainsi, il faudra
s'accommoder des circonstances. En tous cas, quel que soit l'état de la
glace, nous pourrons avancer; l'effort sera seulement plus ou moins
grand. Même avec un équipage affaibli par le scorbut, Markham réussit à
pousser en avant, sur un terrain très difficile. L'existence d'une terre
dans ces parages pourrait même faciliter nos progrès, cela dépend de son
étendue et de sa direction. D'après la profondeur de l'Océan et la
dérive de la banquise, il n'est guère vraisemblable qu'une île d'une
certaine dimension se rencontre plus au nord.

Les chiens peuvent nous manquer, mais, à coup sûr, pas tous en même
temps. Jusqu'ici ils ont vécu dehors, sans paraître incommodés par le
froid. Même en admettant la perte de toute notre meute, nous pourrons, à
nous seuls, traîner une bonne partie des bagages.

Terrible, à coup sûr, serait notre situation si nous étions atteints par
le scorbut. En dépit de l'excellent état sanitaire de l'expédition, un
semblable accident peut, en effet, survenir.

N'est-ce pas précisément au printemps, au moment du départ pour les
excursions en traîneau que l'expédition anglaise de Nares éprouva les
premiers symptômes de la terrible maladie? Cette grave éventualité ne me
paraît cependant pas à craindre. Grâce à notre ordinaire plus varié et
de meilleure qualité que celui des expéditions précédentes, notre
équipage a joui jusqu'ici d'une santé parfaite. Je ne puis donc croire
que nous puissions emporter du _Fram_ les germes du scorbut. Pour notre
marche projetée vers le nord, les vivres ont été choisis aussi nutritifs
que possible; aussi ai-je peine à penser qu'ils détermineront l'éclosion
de cette redoutable affection. Mais on doit toujours courir un risque.
Lorsque toutes les précautions ont été prises, le devoir est de marcher
en avant.

Reste un dernier point à examiner. Notre départ ne mettra-t-il pas en
danger ceux qui resteront à bord? A coup sûr, l'absence de deux hommes
n'affaiblit pas l'équipage; onze hommes peuvent très bien manœuvrer le
navire. Par contre, le départ de tous les chiens à l'exception des sept
petits de Kvik est chose d'importance. Mes compagnons conservent, à la
vérité, un nombre de traîneaux plus que suffisant et des
approvisionnements considérables pour une retraite. Si un accident
arrivait au _Fram_, il serait inconcevable qu'ils ne puissent, avec de
pareilles ressources, atteindre la terre François-Joseph ou le
Spitzberg. Une catastrophe, si elle se produisait, surviendrait
vraisemblablement au sud du 85°. Prenons, comme base de nos calculs, le
85°, sous le méridien de la terre François-Joseph. De là au cap Fligely
la distance est de 180 milles, et aux Sept Iles de 240 milles. Je ne
puis croire qu'avec notre équipement les camarades ne puissent effectuer
ce trajet. Une telle éventualité me paraît impossible. Le _Fram_
traversera le bassin polaire et entrera de l'autre côté dans la mer
libre sans avarie. Donc, en admettant même la possibilité d'un accident,
l'équipage, j'en suis certain, sortira sain et sauf de l'aventure,
pourvu qu'il observe les précautions nécessaires. Donc, aucune raison ne
s'oppose au départ d'une expédition vers le Pôle, et le gain
scientifique d'une telle exploration nous fait un devoir de
l'entreprendre.

Maintenant, autre question. Qui de nous partira pour le nord? Sverdrup
et moi avons déjà fait l'épreuve de nos forces et de nos caractères dans
une semblable entreprise[25], et elle a parfaitement réussi. De plus,
seuls nous possédons l'expérience d'une pareille exploration. Tous les
deux, nous ne pouvons abandonner le _Fram_, cela est clair comme le
jour. L'un de nous doit rester à bord pour ramener le navire et
l'équipage à bon port, et l'autre doit prendre la direction de
l'expédition en traîneau. Sverdrup brûle du désir de marcher en avant;
mais je ne puis me décider à le laisser partir. A coup sûr, la marche
vers le Pôle sera beaucoup plus périlleuse que la continuation de la
dérive à bord du _Fram_. Si donc je confie à Sverdrup la mission de
pousser au nord, je lui donnerai la tâche la plus difficile, gardant
pour moi la plus facile. S'il périt, jamais je ne me pardonnerai de
l'avoir laissé aller. D'ailleurs, il est mon aîné de neuf ans, et la
direction du navire lui incombe spécialement. Dans ces conditions, mon
parti est pris; je partirai et Sverdrup aura la tâche de ramener
l'expédition en Norvège.

  [25] Dans la traversée du Grönland, en 1888.

Comme compagnon, j'ai fait choix de Johansen. Pour une telle entreprise,
il réunit toutes les qualités désirées. C'est un patineur de première
force et un solide gaillard, en même temps qu'un caractère ferme et
agréable. Bientôt je l'avertirai de ma décision, pour qu'il ait le temps
de se préparer. En principe, l'expédition est décidée. Si la lumière est
suffisante, je partirai en février.

Nous sommes des êtres singuliers. Un jour nous sommes confiants dans nos
entreprises et fermes dans nos résolutions; le lendemain, découragés et
agités par le doute. Un jour, je m'illusionne dans des rêves agréables,
je me figure que j'ai remporté la victoire, que je suis de retour au
pays et, le lendemain, je suis en proie à l'incertitude et au
scepticisme sur les résultats que nous apportera l'avenir.

_18 novembre._--Assis à ma table de travail, j'entends le bruissement du
moulin au-dessus de ma tête et, en même temps, les pas de Peter occupé à
donner leur pitance quotidienne aux enfants de Kvik, puis tout à coup je
songe que cette roue qui tourne là-haut peut être bien dangereuse pour
nos élèves.

[Illustration: LE REPOS DOMINICAL A BORD]

Dix minutes après j'entends un long aboiement plaintif comme un cri de
souffrance et de détresse; presque aussitôt après le moulin s'arrête. En
toute hâte je monte sur le pont. Hélas! mes craintes n'étaient que trop
justifiées.

Un de nos jeunes chiens, saisi par la roue, tournoie piteusement en
l'air, geignant lamentablement. Je suis tellement ému par ses
lamentations qu'au premier moment je songe à abattre toute la machine
d'un coup de hache pour délivrer la pauvre petite bête.

Aidé de Mogstad et de Bentzen, je parviens à arrêter le moulin et à
saisir le malheureux animal. Il est heureusement encore en vie, et, bien
qu'ayant reçu nombre de contusions, ne paraît pas avoir trop souffert de
son voyage aérien. Tout étonné de se retrouver sur ses quatre pattes, il
demeure d'abord un instant immobile, puis rapidement il reprend
conscience du sol et s'enfuit en gambadant.

[Illustration: J'ANNONCE MES PROJETS A L'ÉQUIPAGE]

Une étrange vie que celle de ces jeunes chiens, toujours dans
l'obscurité de la froide nuit polaire. Dès que l'un de nous monte sur le
pont avec une lanterne, immédiatement ils arrivent en folâtrant vers la
lumière, comme des enfants autour d'un arbre de Noël.

Pauvres êtres, jusqu'ici ils n'ont vécu que sur ce pont de navire tout
noir, jamais encore ils n'ont entrevu le beau ciel bleu!

_19 novembre._--Dans la matinée, j'ai fait connaître mes projets à
Johansen. Je lui ai exposé les terribles dangers de l'entreprise; c'est
une affaire de vie ou de mort. Avant de prendre une résolution, il doit
donc réfléchir un jour ou deux.

«Non, répondit-il, je n'ai pas besoin de réflexion; dès maintenant, je
suis prêt à vous suivre. Depuis longtemps, j'ai mûrement songé à cette
entreprise, et toujours mon plus grand désir a été de vous suivre. Que
vous acceptiez ma réponse dès aujourd'hui ou dans plusieurs jours,
jamais elle ne variera. Ma résolution est inébranlable.

--Soit, si vous avez déjà réfléchi aux dangers et aux souffrances d'une
telle expédition, si vous avez envisagé la perspective probable de la
mort dans cette entreprise, je n'insiste pas pour attendre plus
longtemps votre décision.

--Parfaitement, répondit Johansen, je suis prêt à vous suivre où et
quand vous voudrez.

--Affaire conclue, demain nous commencerons nos préparatifs.»

_20 novembre._--Ce soir, j'ai annoncé à l'équipage mes projets. Tous
naturellement n'auraient pas demandé mieux que de m'accompagner. Aussi,
pour adoucir leurs regrets, je m'efforce de relever, à leurs yeux,
l'importance de leur mission. Si une expédition vers le nord peut
devenir glorieuse, il n'est certes pas moins honorable d'accomplir la
traversée du bassin polaire et de ramener ensuite l'expédition saine et
sauve en Norvège.

Dès le lendemain, nous commençons les préparatifs. Tout d'abord, nous
construisons deux kayaks, longs de 3m,70, larges de 0m,70 dans leur
partie médiane, profonds, l'un de 0m,30, l'autre de 0m,38. Comme on le
sait, ces longues périssoires en peau ne portent qu'un seul homme, assis
au milieu dans un trou ménagé sur le pont entièrement fermé d'autre
part. Afin que l'eau ne puisse pénétrer dans l'intérieur du canot, le
rameur est vêtu d'une jaquette en peau de phoque absolument imperméable,
s'adaptant, comme un tablier, sur un cercle en bois garnissant
l'ouverture. L'homme fait ainsi corps avec le canot. Ces _kayaks_
peuvent contenir chacun trois mois de conserves et une certaine quantité
de vivres pour les chiens. Ces embarcations nous seront absolument
nécessaires pour la traversée des canaux qui découpent la banquise et
pour faire ensuite le trajet de la terre François-Joseph au Spitzberg ou
à la Nouvelle-Zemble.

Je fais construire plusieurs traîneaux tout spécialement en vue de notre
expédition, réunissant toutes les conditions désirables de souplesse et
de résistance pour qu'ils puissent supporter, sans faiblesse, les chocs
et les secousses auxquels ils seront exposés. Deux de ces véhicules
mesuraient une largeur égale à celle des _kayaks_, c'est-à-dire 3m,70.

Après cela, je me livre à de nombreuses expériences pour me guider dans
le choix des provisions. Nos rations, comme celles des chiens, doivent
être tout à la fois aussi nutritives et aussi légères que possible. Je
dois, en outre, examiner minutieusement sur le terrain tous les
instruments que nous emporterons pour m'assurer qu'ils répondront
parfaitement à nos désirs. De toutes ces précautions dépend dans une
large mesure le succès final.

Une grosse question était le choix des vêtements; aussi, avant de la
résoudre, fis-je plusieurs excursions avec notre vestiaire habituel en
peau de loup. Par une température de −37°,6 et même de −41°, je sue à
grosses gouttes, dès que je me donne un peu de mouvement. Évidemment le
temps ne sera jamais assez froid pour qu'il soit utile d'emporter ces
vêtements. Il faudra en prendre de plus légers.

Nous éprouvons également notre matériel de campement. Nous dressons
notre tente en soie et allumons à l'intérieur le fourneau fabriqué en
vue de l'expédition en traîneau. En une heure et demie l'appareil
fournit trois litres d'eau bouillante et cinq litres d'eau produits par
la fusion de la glace renfermée dans un second compartiment de
l'appareil. La température de la glace employée est de −35°. La
consommation de pétrole n'est que de 100 grammes. L'expérience répétée à
plusieurs reprises donne toujours les mêmes résultats satisfaisants.
Voici un gros souci de moins.

Pendant que je me livre à ces essais pratiques, mes compagnons sont
occupés à d'autres besognes non moins utiles. Mogstad prépare les
traîneaux, Sverdrup confectionne des sacs de couchage, Juell, promu
tailleur des chiens, emploie tous les loisirs que lui laisse la cuisine
à prendre les mesures de ses clients, à coudre des harnais et à les
essayer. Blessing prépare la pharmacie de voyage, Hansen les tables
nécessaires aux observations astronomiques et les courbes des
chronomètres, tandis qu'un homme copie sur papier mince le double de
tous les journaux de bord et de toutes les observations que je veux
emporter avec moi.

Pendant ce temps, jamais les observations scientifiques ne sont
interrompues. Durant l'automne, Hansen et Johansen ont installé leurs
instruments dans une hutte en neige, où ils peuvent les manier sans être
incommodés par le vent et sans gants. A l'intérieur de cet observatoire,
la température n'est pas précisément chaude: 20 à 25° sous zéro; notre
astronome et notre météorologiste ne paraissent pas s'en apercevoir.



CHAPITRE V

LE SECOND HIVER DANS LA BANQUISE


Dans les premiers jours de décembre, pour la première fois, nous avons
la tristesse de compter un malade à bord. Sverdrup souffre d'un catarrhe
intestinal, pour s'être, probablement, laissé saisir par le froid.

Le 12 décembre, le _Fram_ atteint le 82°30′. Jamais auparavant un navire
n'était parvenu à une aussi haute latitude. La distance qui nous sépare
du Pôle n'est plus que de 833 kilomètres, la distance de Paris à
Marseille à 30 kilomètres près. Le lendemain, pour fêter cette victoire,
grande fête. Banquet, musique, pas de cavalier seul dansé par Lars. La
joie serait complète si Sverdrup n'était encore souffrant. Au milieu de
la bombance générale, c'est pour lui une véritable affliction d'être
condamné à une diète sévère. Si on ne le surveillait, il mangerait de
tout; c'est un véritable enfant.

_23 décembre._--Depuis deux jours, terrible tempête du sud-est. En
moyenne, la vitesse du vent atteint 13 à 14 mètres à la seconde. Des
tourbillons de neige obscurcissent le ciel et s'amoncellent sur le pont
en épais monceaux à l'abri de la muraille des gaillards. Un véritable
tableau d'hiver.

Le baromètre, tombé à 726, commence à se relever lentement. Comme
toujours, le thermomètre a suivi une marche inverse. Dans l'après-midi,
il s'est élevé à −21°,3. Cette bourrasque nous a portés au 83°,
peut-être même plus loin.

Entre temps, la banquise, depuis si longtemps tranquille, manifeste
quelques symptômes d'agitation. Dans la nuit du 22, le _Fram_, reçoit un
choc terrible, et le mugissement des pressions se fait entendre tout
près de nous. Douze heures plus tard, nouvelle secousse encore plus
violente. Dans la nuit du 23 au 24, la glace s'ouvre entre le trou de
sondage et l'observatoire météorologique. En toute hâte, il faut sauver
d'un désastre possible les instruments les plus précieux. Nos nerfs, qui
depuis longtemps n'étaient plus habitués à ces chocs, sont maintenant
péniblement affectés par les secousses.

_27 décembre._--Encore un Noël passé loin des nôtres. Dans cette
épreuve, je suis soutenu par l'espérance. Après de longs jours
d'incertitude, j'entrevois le succès, la fin de cette nuit noire.

Si la vie de l'explorateur est pénible et faite de désappointements,
elle a aussi de belles heures, lorsque par une volonté inébranlable il
réussit à triompher de tous les obstacles, et lorsque sa persévérance
lui permet d'apercevoir le triomphe final.

La veille de la Noël a été célébrée en grande pompe. Pour la
circonstance, avec la collaboration de Blessing, j'ai fabriqué un
nouveau cru, «le Champagne du 83° de latitude nord», produit du jus
généreux de la ronce faux-mûrier, le noble fruit des régions boréales et
arctiques[26].

  [26] _Rubus Chamæmorus._

Le lendemain, festin, et, après le souper, grand bal, dans lequel Hansen
et moi avons l'honneur de représenter le beau sexe absent. L'orchestre
composé du violon de Mogstad doit jouer jusqu'à complet épuisement pour
satisfaire l'entrain des danseurs, notamment de Peterson.

Et, pendant ce temps, souffle toujours le ton vent. Nous avons
probablement dépassé le 83°. Jusqu'ici la tourmente nous a empêchés de
vérifier notre position. Dans la journée, une étoile apparaît, Hansen
accourt aussitôt. Nous sommes au nord du 83°20′; cette nouvelle augmente
encore l'allégresse générale.

_28 décembre._--Hier, le _Fram_ a reçu plusieurs chocs. La crevasse
ouverte à bâbord s'est élargie et forme maintenant un chenal. A partir
de neuf heures et demie du soir, d'heure en heure, se succèdent de
nouvelles secousses de plus en plus violentes. La glace doit évidemment
être en travail quelque part, tout près de nous.

Je me levais pour aller examiner la situation, lorsque Mogstad arrive
annoncer la formation près de l'avant d'un _toross_[27] très élevé.
Aussitôt nous accourons sur le pont armés de lanternes. A une distance
de cinquante-six pas de l'étrave s'élève, parallèlement au chenal ouvert
à bâbord, un entassement de blocs autour duquel la pression s'exerce
avec une force terrible. La glace craque et grince; un instant de
silence se produit, puis le crépitement reprend plus violent pour
s'affaiblir ensuite de nouveau. Tous ces bruits étranges semblent
rythmés. Le _toross_ avance lentement dans la direction du navire,
tandis que le _floe_ dans lequel le _Fram_ est emprisonné, est entamé.
D'un moment à l'autre, la situation peut devenir très critique. En
conséquence, je donne l'ordre à l'homme de garde de veiller
attentivement et de m'appeler si le _toross_ progresse ou si la glace se
brise autour du bâtiment. Probablement la pression va peu à peu perdre
de son intensité; en attendant, je retourne dormir dans ma cabine.

  [27] Voir la note [9].

_2 janvier 1895._--Jamais je n'ai éprouvé des sentiments aussi étranges,
au début de la nouvelle année. Celle-ci sera très certainement une des
plus importantes de mon existence; elle m'apportera la victoire et la
vie, ou la défaite et la mort.

Dans ce monde de glace, les années passent sans laisser de trace
derrière elles, et nous ne savons pas plus ce qu'elles donnent à
l'humanité que nous ne connaissons l'avenir. Dans cette nature
silencieuse il n'y a pas d'événements. A travers l'obscurité profonde
qui enveloppe ce monde muet, on ne voit que le scintillement des étoiles
et les flammes de l'aurore boréale.

Le dernier jour de l'année a été l'occasion d'une nouvelle réjouissance.
A minuit sonnant, Blessing entre dans le carré avec une bouteille
d'Acquevit[28] de la Ligne et nous saluons de toasts chaleureux
l'arrivée de 1895. Sverdrup m'adresse les vœux de tous pour le succès de
l'expédition que je vais entreprendre avec Johansen et, à mon tour, je
bois à la santé de ceux qui resteront à bord et à leur heureux retour en
Norvège.

  [28] Eau-de-vie de grain distillée en Norvège.

Cette nouvelle année nous trouve au seuil d'une région complètement
inconnue. Le vent qui fait en ce moment rage dans la mâture nous
entraîne vers des latitudes que l'homme n'a jamais encore atteintes. A
coup sûr, 1895 marquera le point culminant de cette marche vers le nord,
si aucun événement ne vient renverser nos espérances.

_3 janvier 1895._--Une journée d'inquiétude mortelle. Hier nous faisions
des plans d'avenir; aujourd'hui peu s'en est fallu que nous ne fussions
sur la banquise sans un toit sur la tête.

A quatre heures ce matin, la glace, agitée déjà depuis quelques jours,
est entrée en convulsion. Le mouvement est d'abord peu important, mais à
huit heures, lorsque je me réveille, de tous côtés ce ne sont que des
craquements et des grincements. A trente pas du _Fram_, le long du
chenal ouvert à bâbord, s'élève un haut _toross_, et de ce côté les
crevasses avancent jusqu'à dix-huit pas du navire. Je fais rentrer à
bord tous les objets épars sur la banquise, notamment les planches et
les solives ayant servi l'été dernier à la construction de
l'observatoire météorologique. La ligne de sonde laissée dans le puits
ne peut malheureusement être sauvée. A midi, lorsque ce travail est
achevé, la violence de la pression augmente tout à coup. Le _toross_ de
bâbord approche de plus en plus; en même temps la glace s'ouvre,
menaçant d'engloutir l'appareil de sondage. En toute hâte quelques
hommes s'élancent et parviennent à arracher le précieux engin aux
convulsions de la banquise. La situation devient très critique. Le chaos
de blocs avance rapidement; s'il nous atteint avant que le navire n'ait
sauté de son berceau de glace, un grave accident peut se produire.

Dans l'après-midi, les préparatifs sont faits pour quitter le _Fram_, au
cas où la catastrophe redoutée surviendrait. Les traîneaux, les kayaks
et dix récipients contenant cent litres de pétrole sont placés sur le
pont. Vingt-cinq caisses de biscuits pour les chiens, dix-neuf de pain
et quatre bonbonnes de pétrole sont déposées sur la glace, à tribord et
à l'avant.

Pendant le souper, les grondements de la glace se rapprochent, et, tout
à coup, un craquement terrible se fait entendre juste au-dessous de
nous. D'un bond je suis sur le pont. Maintenant un nouvel assaut se
prépare d'un autre côté. A tribord, la banquise, jusque-là tranquille,
commence également à s'agiter. Dans cette région une crevasse vient de
s'ouvrir jusqu'à l'arrière du _Fram_, mettant en péril nos dépôts.
Quelques instants après, le danger devient très pressant à bâbord. La
glace craque; en même temps un flot envahit les chenils. Il n'y a pas
une minute à perdre pour sauver les chiens. Peter se met courageusement
à l'eau et lâche la meute. Quelques bêtes effrayées refusent de sortir
et se tiennent étroitement blotties dans les coins. Il faut les tirer de
force pour les empêcher d'être noyées.

Dans l'après-midi, afin de parer à toute éventualité, un dépôt de vivres
pour deux cents jours est établi à tribord sur le grand _hummock_, avec
les tentes, le fourneau et tout le matériel nécessaire pour la retraite.
Ce glaçon, très solide, pourra résister aux chocs les plus violents.

Pendant la nuit, les hommes de quart reçoivent l'ordre de surveiller
attentivement les mouvements de la glace, surtout près du dépôt, et de
m'avertir à la moindre alerte.

Tandis que j'écris mon journal, la banquise grince et gémit sans cesse;
l'attaque continue toujours... Malgré les dangers de la situation, tout
le monde est très gai; dans la soirée, comme d'habitude, les amateurs du
jeu d'échecs ont fait leur partie. Nous considérons ce terrible assaut
comme un intermède amusant dans la monotonie de notre vie.

_4 janvier._--Après une nuit calme, la glace recommence à s'agiter dans
la journée. A partir de neuf heures du soir la pression reprend. Des
fissures s'ouvrent à travers notre berceau de glace, en même temps les
_toross_ montent de plus en plus, menaçant de culbuter sur le pont.

Toutes les dispositions sont prises pour la retraite. Les hommes dorment
habillés, prêts à sauter sur le pont au premier ordre avec leurs sacs.

Au-dessus de cette scène de désolation, la lune brille éclatante, nous
permettant de suivre les progrès de l'attaque.

_5 janvier._--A cinq heures du matin, Sverdrup m'annonce que le _toross_
s'est avancé tout contre le _Fram_ et va crouler sur le pont.

Le fracas est épouvantable, le tonnerre roule sans discontinuer, c'est à
croire que le jour du Jugement dernier est arrivé... D'un moment à
l'autre, la catastrophe peut survenir. Ordre est donné de porter sur la
glace tous les approvisionnements restés dans la cale et de monter sur
le pont les fourrures et les effets d'habillement; on les jettera sur la
banquise au dernier moment. Le canot à pétrole est ensuite amené et
transporté au dépôt sur le «grand _hummock_».

A huit heures du soir, après une accalmie dans la journée, l'assaut
reprend plus terrible que jamais. Le _toross_ de bâbord penche de plus
en plus sur nous et déverse sur le pont d'énormes glaçons et des paquets
de neige. Peter, saisissant aussitôt une bêche, se met à piocher avec
rage dans la marée de glace qui nous envahit, et veut essayer de la
rejeter par-dessus bord. Je le suis afin d'examiner la situation..., il
n'est pas nécessaire de regarder longtemps pour me rendre compte du
danger. Il est inutile de lutter avec une bêche contre un pareil ennemi.
Je rappelle Peter et l'engage à employer ses forces à un autre travail.
J'avais à peine parlé qu'une nouvelle pression se produit, accompagnée
de formidables détonations et de craquements terrifiants. «J'ai cru que
j'étais envoyé au diable avec ma bêche,» hurle Peter. Je recule vers la
dunette et arrête Mogstad qui accourait, lui aussi, avec une bêche pour
suivre l'exemple de son camarade.

Sous le poids des blocs qui arrivent en quantité de plus en plus grande
par-dessus le plat-bord, la tente plie et menace de s'effondrer. Si elle
s'abat, nous sommes ensevelis sous l'avalanche. Immédiatement je
descends dans le carré et appelle tout le monde sur le pont, en
recommandant de sortir non pas par la porte de bâbord, mais par le
kiosque des cartes. Les ouvertures de bâbord peuvent livrer passage dans
l'intérieur du navire à la glace qui tombe sur le pont. Les passages
intérieurs se trouveraient ainsi bloqués et nous serions enfermés comme
des souris dans une trappe. Pour parer à ce danger, la porte de la
machine donnant accès dans les logements est ouverte. Son étroitesse
rendrait la sortie des bagages très lente. Je remonte ensuite lâcher les
chiens enfermés sur le pont. Après avoir échappé à la noyade, les
pauvres bêtes risquent maintenant d'être écrasées sous les chutes des
glaçons. D'un coup de couteau je coupe les laisses, et toute la bande se
précipite vers tribord.

Pendant ce temps, on monte les effets d'habillement. Inutile de presser
les hommes; les grincements de la glace contre les flancs du navire
stimulent suffisamment leur ardeur. C'est un terrible brouhaha dans une
nuit obscure. Pour comble de malheur, Jacobsen n'a-t-il pas laissé les
lanternes s'éteindre. Au milieu de ce branle-bas, je songe tout à coup à
mes mocassins qui sèchent dans la cuisine; au galop je cours à leur
recherche. A ce moment, la pression atteint son paroxysme. Sous la
poussée formidable de la glace, les poutres de l'entrepont craquent;
d'une minute à l'autre, je m'attends à les voir se briser et s'effondrer
sur moi.

Une fois tous les bagages sortis du navire, nous nous acheminons vers le
dépôt. Le fracas des blocs qui s'écrasent contre le navire est tel que
nous pouvons à peine nous entendre parler.

C'est le dernier effort de la banquise. Peu à peu, la violence de la
pression diminue, le bruit s'affaiblit, et bientôt tout redevient
silencieux.

Mais quel spectacle! La partie bâbord du _Fram_ disparaît presque
entièrement sous un entassement de neige et de glace!

Au milieu du danger le plus pressant, des incidents comiques avaient
excité une gaieté générale. Sverdrup, toujours impassible, n'avait-il
pas choisi ce moment périlleux pour prendre un bain! Lorsque je donnai
l'ordre de porter en toute hâte les sacs sur le pont, il était nu comme
un ver. Je vous laisse à penser s'il fut long à se rhabiller. Amundsen
avait eu, de son côté, une aventure. Dans la confusion du branle-bas, il
n'avait pas entendu ma recommandation de sortir par tribord et s'était
précipité vers bâbord. A peine sur le pont, il avait culbuté. Quel ne
fut pas son effroi de sentir la tente chargée de glaçons s'abaisser sur
lui comme pour l'enserrer dans un linceul. Notre camarade avait cru sa
dernière heure venue... Enfin, il parvint à se remettre sur pied et à
échapper à l'étau qui menaçait de l'enserrer.

Il est solide, notre _Fram_, pour avoir résisté à un pareil assaut. La
masse de glace qui le pressait à bâbord est absolument colossale. Après
avoir donné une bande de 7°, le navire s'est un peu relevé; il doit donc
être dégagé de son berceau et par suite se trouve maintenant hors de
danger. Beaucoup de bruit pour rien, tel est, en somme, le seul résultat
de cette convulsion de la banquise.

_6 janvier._--Une journée de repos particulièrement agréable après
l'émoi d'hier. Toute l'après-midi est employée à dégager le pont des
glaçons qui l'ont envahi. Des blocs énormes sont tombés sur la tente;
c'est miracle qu'elle n'ait pas cédé sous un pareil poids.

A midi, Hansen annonce que nous avons atteint le 83°40′, 13 milles
depuis le 31 décembre. Nous filons définitivement vers le haut nord.
Pour fêter le passage de cette latitude, on sert le soir un bol de
punch, accompagné de fruits conservés et de gâteaux.

Hier, nous travaillions péniblement pour défendre notre vie contre les
assauts de la banquise; aujourd'hui, nous sommes tout à la joie, buvant
gaiement du punch et bavardant bruyamment. Ne sont-ce pas là les
vicissitudes de la vie humaine? Peut-être est-ce pour célébrer par une
canonnade grandiose notre arrivée à cette haute latitude que la banquise
a lancé les terribles détonations de ces jours derniers? S'il en est
ainsi, le salut a été vraiment royal.

_7 janvier._--Quelques grincements, puis tout redevient calme. Nous
continuons à déblayer le _Fram_.

Ce matin, accompagné de Sverdrup, je fais une petite promenade aux
environs. A une faible distance du navire, nous constatons que la glace
ne porte aucune trace de fracture et est absolument unie. La pression a
donc été limitée à une zone peu étendue, et le _Fram_ s'est trouvé juste
à l'endroit où s'est porté l'effort le plus violent.

_8 janvier._--Encore quelques mouvements dans la banquise, sans
importance d'ailleurs.

Liv a aujourd'hui deux ans!

C'est une grande fille. La reconnaîtrai-je? Ils célèbrent là-bas ce
joyeux anniversaire et comblent de présents le petit être aimé. Pendant
ce temps nous restons bloqués dans la glace, entraînés vers des
latitudes inconnues, enveloppés dans l'obscure nuit polaire.

Dans l'après-midi, j'essaie de photographier le _Fram_ au clair de lune.
Les résultats sont excellents. Le sommet du monticule de glace qui a
failli défoncer le navire a déjà été en partie abattu; le cliché ne
donne pas par suite une représentation exacte de ses dimensions et de sa
position menaçante.

[Illustration: LE _Fram_ APRÈS LA GRANDE PRESSION DU 5 JANVIER 1895
(Photographie exécutée au clair de la lune.)]

... La banquise est redevenue calme; maintenant débarrassé de tout souci
de ce côté, je me remets à mes préparatifs de départ.

Le 3 février, nous atteignons le 83°43′; quelques jours plus tard nous
rétrogradons de 11 milles dans le sud. Toujours ces alternatives de
recul et de progrès. Mais 10 à 12 milles de plus ou de moins ne comptent
pas dans une expédition comme celle que nous allons entreprendre.

_10 février._--Le jour commence à poindre. A une heure de l'après-midi
en me tournant du côté de la lumière, je puis lire un journal.

Dans la journée, excursion en traîneau tiré par les chiens. La banquise
est plane; sur sa surface unie nous filons bon train. Avec une pareille
vitesse nous pourrons faire de longues étapes et arriver au but plus tôt
que nous ne l'avions primitivement pensé. Un long et terrible voyage que
cette marche vers le Pôle! Jamais pareille entreprise n'a été tentée.
Nous n'avons aucun point de retraite, pas même une terre désolée.
Pendant que nous avancerons vers le nord, le _Fram_ continuera sa
dérive; jamais ensuite nous ne pourrons le rejoindre. Nous n'aurons
d'autre ressource que de marcher en avant; tous les obstacles, quelque
terribles qu'ils soient, nous devrons les vaincre pour sortir de cet
étau de glace.

_26 février._--Il est enfin arrivé le grand jour du départ! Depuis une
semaine, tout le monde travaille sans relâche aux préparatifs. Du matin
au soir, pas une minute de repos; il faut songer à tout, veiller à tout;
le plus petit oubli pourrait être fatal. Mes nerfs sont dans un état de
tension absolument fatigant. Je la connais bien, cette surexcitation,
pour l'avoir éprouvée chaque fois que j'allais partir pour l'inconnu et
couper les ponts derrière moi. Tous ces jours derniers, jamais je n'ai
pu me coucher avant trois ou quatre heures du matin.

Hier soir, nous avons eu le banquet des adieux. Avant de quitter le
navire, le souvenir de tous les événements dont il a été le théâtre me
revient à la mémoire avec une précision extraordinaire; je revis toute
notre vie depuis le départ de Norvège, traversée de tant d'espoirs et de
désillusions.

J'écris à ma femme et à tous les miens une dernière lettre, que je
confie à Sverdrup.

Les quatre traîneaux chargés des bagages et des provisions sont
attelés... Au bruit d'une décharge de mousqueterie, le signal du départ
est donné. Les chiens aboient furieusement et nos camarades poussent des
hourrahs. Quand les reverrons-nous? Les reverrons-nous même jamais?

Au début, la marche est lente. La glace présente une déclivité assez
rapide. Devant un escarpement les efforts de tous les hommes sont
nécessaires pour faire avancer les traîneaux par-dessus l'obstacle.
Heureusement Sverdrup, Hansen, Blessing, Henriksen et Mogstad ont tenu à
nous accompagner le premier jour et nous apportent dans ce pénible
travail le concours de leurs forces. Plus loin, en terrain plat, les
chiens filent comme le vent; même avec les _ski_ on les suit
difficilement. Sur ces entrefaites, nous nous apercevons qu'un des
traîneaux a éprouvé une avarie, sans doute dans un heurt contre quelque
bloc de glace. Il faut revenir à bord faire la réparation nécessaire! Un
pareil accident survenant au cours du voyage aurait de graves
conséquences. Il est donc prudent de profiter de notre retour pour
renforcer tous les véhicules. Les charges sont évidemment trop lourdes,
aussi suis-je résolu à emmener six traîneaux au lieu de quatre.

Pendant que nous sommes occupés à ces réparations, le vend du sud-est
souffle et nous porte dans le nord. Hier nous étions par 83°47′,
aujourd'hui nous devons être par 83°50′.

Le 28 février nouveau départ. Le convoi avance lentement; pour faciliter
la marche, je prends le parti d'alléger les véhicules de plusieurs sacs
de vivres destinés aux chiens. A quatre heures du soir le campement est
installé. Distance parcourue dans la journée: 4 milles[29]. Soirée très
agréable et très joyeuse sous la tente en compagnie de plusieurs de nos
camarades du _Fram_. Un bol de punch est servi et des toasts chaleureux
sont portés en l'honneur de ceux qui partent et de ceux qui restent. A
onze heures seulement, nous nous décidons à entrer dans nos sacs de
couchage.

  [29] La distance parcourue était mesurée à l'aide d'un compteur,
    fabriqué à bord avec les mouvements d'un vieil anémomètre. Il se
    trouvait attaché à l'arrière du dernier traîneau.

Là-bas au milieu de la banquise, le _Fram_ resplendit de lumière.
Sverdrup a donné l'ordre de hisser, au sommet du grand mât, la lampe à
arc et d'allumer des torches et des feux de Bengale sur les _floe_
voisins. Une bonne précaution pour assurer le retour des autres en cas
de mauvais temps.

Le lendemain, nos camarades nous suivent pendant une heure. Au moment de
nous quitter, Sverdrup me prend à part: «J'ai une faveur à vous
demander, me dit-il; si vous revenez avant nous en Norvège, et que vous
songiez à partir pour le pôle sud, soyez assez bon pour m'attendre; je
tiens à vous accompagner là-bas...

Nous voici seuls maintenant, Johansen et moi, au milieu de la grande
banquise polaire. Sans l'aide de nos amis, la marche devient très
difficile; la glace est accidentée et le halage des six traîneaux
par-dessus les aspérités de la banquise est aussi laborieux que lent. Le
2 mars, nos progrès ne sont guère plus rapides. Nous pourrions peut-être
continuer à avancer ainsi; de jour en jour, le poids des provisions
diminuera, et, dans quelque temps, notre marche pourra être sensiblement
plus accélérée. Mais les chiens seront peut-être épuisés par cet effort?
D'autre part, ces animaux ont souffert du froid, la nuit dernière. Je
prends donc la décision de revenir encore une fois à bord, d'alléger nos
bagages et d'attendre que la température soit un peu moins basse. A mon
retour, je suis salué par l'heureuse nouvelle que nous avons atteint le
84° de Lat. N.

Les jours suivants sont consacrés à apporter aux traîneaux les
perfectionnements suggérés par les deux expériences que nous venons de
faire, et aux bagages les réductions nécessaires.

Avant de raconter notre voyage à travers la banquise polaire, une rapide
description de notre équipement me paraît nécessaire; elle permettra au
lecteur de se faire une idée complète de notre vie dans ce terrible
désert.

Nous emportons deux kayaks et trois traîneaux construits sur le mode de
ceux que j'ai employés au Grönland. Le matériel de campement comprend un
sac de couchage composé d'une double enveloppe en peau de renne, une
tente en soie pesant un kilogramme, et un fourneau au pétrole avec une
provision de combustible de seize litres.

Dans l'équipement d'une expédition sur la banquise, le fourneau est un
des appareils les plus importants. De sa bonne construction et des
résultats qu'il donne dépend, en grande partie, le bien-être relatif de
la caravane, et, par suite, dans une certaine mesure, le succès de
l'exploration. Le nôtre se composait d'un récipient central destiné à la
cuisson des mets et de deux compartiments latéraux que l'on remplissait
de neige et de glace pour obtenir de l'eau potable. Un quatrième
réservoir, placé au sommet, avait le même usage. Grâce à la disposition
adoptée, proportion de 90 à 93 p. 100 de la chaleur produite par la
combustion du pétrole était employée à un effet utile.

[Illustration: LE FOURNEAU]

L'appareil construit en métal blanc et en aluminium ne pesait que 4
kilogrammes.

Comme armes, j'ai choisi des fusils à deux coups, avec un canon rayé
pour le gros gibier et un autre lisse pour les oiseaux. Nos munitions
consistent en 180 cartouches à balles et 150 à plomb. En fait
d'instruments, nous avons un petit théodolite construit spécialement en
vue de cette expédition, un sextant de poche, un horizon artificiel à
glace, plusieurs compas, des baromètres anéroïdes, trois thermomètres
fronde à mercure, deux thermomètres minima à alcool, une lunette et un
appareil photographique.

Nos approvisionnements consistent principalement en viande et en poisson
séché et pulvérisé, afin de faciliter la digestion, en biscuit et en
pain de gluten, enfin en 39 kilogrammes de beurre.

Comme vêtements nous portons deux chemises de laine, un veston en poils
de chameau et un épais jersey, deux caleçons de laine, des
_knickerbockers_, des guêtres en vadmel[30], et, par-dessus, un surtout
en grosse toile destiné à nous protéger contre la neige pulvérulente. En
fait de chaussures, des mocassins lapons, comme coiffure des chapeaux de
feutre doublés à l'intérieur de deux épaisses couches de drap.

  [30] Drap tissé par les paysans norvégiens, très épais et très chaud.

Le poids total des bagages, véhicules compris, s'élevait à 663
kilogrammes, répartis à peu près également sur les trois traîneaux.



CHAPITRE VI

A TRAVERS LA BANQUISE


Le 14 mars, à midi, nous quittons définitivement le _Fram_, au bruit des
hourrahs. Quelques-uns de nos camarades nous font un bout de conduite
pour aider au halage des traîneaux lourdement chargés... Bientôt
Sverdrup nous fait ses adieux; il doit revenir à bord présider le dîner
à une heure. Sur le sommet d'un monticule de glace, nous nous serrons
cordialement la main une dernière fois. Le cœur gros, je regarde
s'éloigner cet excellent ami, l'homme bon et dévoué dont la
collaboration m'a été si précieuse. Ce n'est pas sans un secret
sentiment d'envie que je le vois regagner le _Fram_. De longs mois
s'écouleront avant que nous retrouvions un abri aussi confortable.
Jusque-là que de privations terribles à supporter? Quelle que soit sa
résolution, l'homme ne quitte jamais le bien-être sans regret. Hansen,
Henriksen et Peterson nous suivirent jusqu'au lendemain.

La glace, d'abord plane et unie, devient bientôt accidentée de chaînes
de monticules formés par les pressions. Pour traverser ces
protubérances, il est nécessaire de porter les traîneaux sur une assez
grande distance; un rude travail qui met nos forces et notre patience à
une terrible épreuve. Néanmoins nous n'avons pas lieu de nous plaindre;
l'étape est de 7 milles.

[Illustration: LE DÉPART DE LA CARAVANE (14 MARS 1895)]

Notre petite tente est tout juste assez grande pour nous contenir tous
les cinq; néanmoins combien elle nous paraît agréable après le dur
labeur de la journée. Assis devant une tasse de chocolat bouillant,
tenant d'une main un biscuit, de l'autre un gros morceau de beurre,
Peterson s'écrie dans un transport de joie enfantine: Maintenant me
voici installé comme un prince! Ce brave garçon m'avait supplié de
l'emmener, s'offrant à remplir toutes les fonctions dont je le
chargerais; à mon grand regret, j'ai été obligé de renoncer à ses
services. Mes compagnons, qui n'ont pas de sacs de couchage, dorment
dans une hutte en neige enveloppés de leurs fourrures. Le lendemain
matin, lorsque je me réveille, Peterson est déjà, debout, se promenant
de long en large pour se réchauffer. Jamais, auparavant, il n'avait cru
possible de dormir sur la neige; cependant, la nuit n'a pas été trop
mauvaise, affirme-t-il. Il me fut impossible de lui faire avouer qu'il
avait souffert du froid.

Après un déjeuner gai et plein d'entrain, les chiens sont attelés, puis
je donne l'ordre du départ. Un dernier et chaleureux adieu à nos
excellents camarades, et nous nous enfonçons dans le grand désert glacé
où désormais pendant de longs mois nous vivrons solitaires, isolés de
tout secours. Un peu plus loin, en me retournant, j'aperçois Peter posté
sur le sommet d'un monticule, suivant avec attention les progrès de
notre petite caravane. Très certainement il est persuadé qu'il ne nous
reverra jamais.

Nous avançons d'abord très rapidement sur de larges plaines de glace
unie. Plus loin, des amoncellements de _toross_ et d'_hummocks_ nous
obligent au lent et pénible portage des traîneaux. Fatigués par ce rude
labeur, nous faisons halte à six heures du soir. Longueur de l'étape: 9
milles.

Les jours suivants, la glace est absolument plane; souvent nos étapes
dépassent 14 milles. Parfois, malheureusement, un accident nous fait
perdre du temps. Un jour, par exemple, une aiguille de glace perce le
sac contenant la farine de poisson, et la précieuse provision s'écoule
par la déchirure. Il nous faut plus d'une heure pour tout ramasser et
pour recoudre le sac.

Dans certaines parties la banquise, extraordinairement massive et
hérissée de monticules élevés, présente l'aspect d'un pays ondulé
couvert de neige. Très certainement cette glace est très vieille et a
été soumise à de terribles pressions dans sa longue dérive à travers le
bassin polaire de l'Océan sibérien vers la côte orientale du Grönland.
Les _hummocks_ et les mamelons formés dans les chocs éprouvés par les
glaçons, après avoir subi une fusion partielle pendant l'été, ont été
recouverts, l'hiver suivant, d'une nouvelle et épaisse couche de neige;
par suite, ces amoncellements ressemblent plus à des collines de glace
qu'à des _toross_.

_20 mars._--Soleil radieux. Temps magnifique mais très froid, surtout la
nuit. Température: 41° et 42° sous zéro.

Plus nous avançons, plus la banquise devient unie; par endroits, elle
présente une surface aussi plane que celle de l'_inlandsis_ du Grönland
que nous avons traversé, il y a sept ans déjà. Si cela continue, nous
aurons bientôt accompli notre tâche.

L'autre jour, nous avons perdu notre compteur enregistreur des distances
parcourues. Pour le retrouver, il eût été nécessaire de revenir en
arrière et peut-être de perdre plusieurs heures; j'ai donc pris le parti
de l'abandonner. Désormais, nous ne pourrons évaluer la longueur des
étapes qu'à l'estime. Dans la même journée, autre incident désagréable.
Un de nos chiens tombe subitement si malade qu'il ne peut plus être
attelé. Nous étions déjà en marche depuis longtemps, lorsque je
m'aperçois qu'il ne nous a pas suivis. De suite, je pars à sa recherche
et le retrouve seulement au campement de ce matin. De là, une perte de
plusieurs heures précieuses.

_21 mars._--A neuf heures, ce matin, température −42°. Minimum de cette
nuit −44°. Temps toujours très clair. Par un pareil froid, il n'est pas
précisément agréable de rapiécer ses mocassins!

_22 mars._--De onze heures et demie du matin à huit heures et demie du
soir, nous parcourons environ 21 milles. Nous avons dépassé le 85° de
latitude nord.

Le ciel est rayonnant et par suite le froid terrible. Aujourd'hui le
froid est rendu encore plus pénible par une fraîche bise du nord-est. La
nuit, le thermomètre tombe à 42° sous zéro. Pendant la journée, nos
vêtements se couvrent d'une cuirasse de glace; le soir, à la chaleur des
sacs de couchage, cette croûte, en fondant, nous imprègne d'humidité.

Avant de camper, nous traversons un large bassin, pareil à un lac inclus
dans la banquise. La glace qui le recouvre est très mince, par suite, de
date récente. La formation d'une nappe d'eau en cette saison et à cette
latitude est absolument extraordinaire.

_23 mars._--Le temps de faire des observations scientifiques, de charger
les traîneaux, de mettre tout en bon état et en ordre, il est trois
heures de l'après-midi. A neuf heures du soir, nous nous arrêtons devant
une série de monticules comme nous en rencontrâmes au début du voyage.
Jusque-là, la partie de la banquise parcourue était relativement plane,
aussi avons-nous pu parcourir environ 14 milles.

Maintenant, nous sommes arrivés à la fin de cette nappe de glace unie
sur laquelle nous glissions comme des flèches. Désormais à chaque pas ce
seront de nouvelles difficultés.

_24 mars._--La glace devient très accidentée. A chaque pas des chaînes
de monticules par-dessus lesquelles nous devons porter les traîneaux. Un
long et dangereux travail; avec ces lourdes charges nous risquons à tout
instant de culbuter et de nous casser bras ou jambes... Nous tuons un
chien malade qui ne peut plus suivre et en jetons le cadavre démembré à
ses camarades. Aujourd'hui ceux-ci font les dégoûtés; plusieurs, plutôt
que de toucher à leur semblable, s'endorment sans manger. Laissons-les;
bientôt la faim triomphera de leur répugnance. Dans quelques semaines,
les malheureuses bêtes affamées se jetteront avec fureur sur les
cadavres de leurs congénères que la nécessité nous obligera à sacrifier;
en un clin d'œil elles avaleront tout avec gloutonnerie, même les poils.

[Illustration: LE PORTAGE DES TRAINEAUX]

_25 mars._--Toujours des chaînes de _hummocks_. Nous sommes exténués par
le transport des traîneaux par-dessus ces crêtes. Pendant cette pénible
marche, une fois le soir arrivé, le besoin de sommeil est invincible.
Nos yeux se ferment malgré nous; à peine étendus nous nous endormons
profondément. Le campement est généralement établi à l'abri du vent
derrière un _hummock_ ou une ligne de monticules. Pendant que Johansen
s'occupe des chiens, je dresse la tente et prépare le souper. Le menu se
compose tantôt d'un ragoût de pemmican et de pommes de terre séchées, ou
d'un gratin de poisson, tantôt d'une soupe de pois, de fèves ou de
lentilles avec du pemmican et du biscuit. Après avoir apporté dans la
tente notre matériel culinaire et nos provisions pour le souper et le
déjeuner du lendemain, nous nous glissons dans nos sacs de couchage,
afin de dégeler nos vêtements. Pendant la journée, la vapeur qui se
dégage de notre corps se condense à la surface des vestes et des
pantalons en une couche de glace. Nos membres se trouvent ainsi
emprisonnés dans une carapace cristalline absolument rigide. Les manches
de ma jaquette sont dures comme de la pierre, et leur frottement contre
mes poignets ouvre dans la chair de profondes entailles. La blessure que
j'ai au bras droit ayant été «mordue par la gelée», la plaie devint de
plus en plus profonde et atteignit l'os. Vainement j'essayais de la
protéger à l'aide de bandes de pansement; elle ne se ferma que l'été
suivant. Probablement toute ma vie j'en garderai la cicatrice. Une fois
dans les sacs de couchage, les vêtements dégèlent lentement, aux dépens
de notre calorique animal. Nous avons beau nous serrer l'un contre
l'autre; pendant plus d'une heure et demie nous claquons des dents avant
de ressentir un peu de chaleur. A la longue nos vêtements deviennent
souples, mais, le lendemain matin, à peine sortis de la tente, ils
reprennent leur rigidité.

Le souper est le plus agréable moment de toute la journée. Pendant de
longues heures nous l'attendons impatiemment et avec volupté nous
absorbons notre maigre pitance. Souvent notre fatigue est si grande que
le sommeil triomphe de notre appétit. Nous fermons malgré nous les yeux
et nous nous assoupissons la cuiller en main. Une fois même, je
m'endormis en mangeant. Après le repas, nous nous accordons généralement
le luxe d'un petit extra: une tasse d'eau chaude dans laquelle je fais
dissoudre de la poudre lactée. Nous avons l'impression de boire du lait
bouillant; cette boisson nous réchauffe tout le corps. Après cela, nous
fermons hermétiquement les sacs, et bientôt le silence de la banquise
n'est plus troublé que par le bruit de nos ronflements et par les
exclamations de nos rêves.

[Illustration: LA NUIT AU CAMPEMENT]

Le matin, mes fonctions de cuisinier m'obligent à être le premier
debout. La préparation du déjeuner prend généralement une heure. Le menu
se compose, un jour de chocolat, de pain, de beurre et de pemmican, un
autre de bouillie de gruau. Une fois le repas prêt, Johansen se lève,
puis nous nous mettons à table, assis sur nos sacs devant une couverture
étendue en guise de nappe. Le déjeuner avalé, nous écrivons notre
journal; après quoi, en marche. Un moment pénible, que n'aurais-je pas
souvent donné pour pouvoir me remettre «au lit», et pour dormir bien au
chaud tout mon soûl. Mais non, il faut poursuivre sans défaillance la
tâche commencée; il faut sortir au froid, harnacher les chiens et
reprendre le pénible labeur quotidien à travers la banquise.

J'avance en tête de la colonne pour tracer la route, ensuite vient le
traîneau chargé de mon _kayak_, derrière marche Johansen avec les deux
autres véhicules, occupé sans cesse à presser les attelages de la voix
ou du fouet et à pousser les traîneaux sur les pentes des _hummocks_.
Devant chaque accident de terrain, les chiens s'arrêtent. Si le
conducteur ne peut enlever son attelage, celui de nous qui se trouve en
avant doit revenir aider au passage du véhicule... Du commencement à la
fin, cette marche n'a été qu'une longue souffrance pour ces pauvres
animaux. Je frissonne encore en pensant avec quelle sauvagerie nous les
battions, lorsqu'ils s'arrêtaient, incapables d'avancer. Même dans ces
circonstances dramatiques, je sentais l'excès de notre cruauté; elle
était cependant une loi de notre situation. Nous devions marcher vers le
nord; aucune considération de sentimentalité ne devait donc nous
arrêter. De pareilles entreprises atrophient tous les bons sentiments
pour ne laisser dans l'homme qu'un abominable égoïsme.

L'organisation du campement, les soins à donner aux chiens, la
préparation des repas et le paquetage après chaque halte absorbent un
temps considérable. En règle générale, la durée des marches ne dépasse
jamais neuf à dix heures par jour. Dans l'après-midi, l'étape était
interrompue par une collation, un repas peu agréable; en dépit de toutes
nos précautions pour nous abriter, nous étions bientôt transpercés par
l'âpre bise, et, pour nous réchauffer nous devions manger en marchant.

Un grand nombre d'explorateurs arctiques se sont plaints des souffrances
terribles causées par la soif dans ces déserts de glace. Le plus
souvent, elles ont été déterminées par d'imprudentes absorptions de
neige; aussi, pour parer à cette éventualité, avais-je emporté de
petites bouteilles en caoutchouc que, le matin, je remplissais d'eau et
que je portais sur la poitrine pour l'empêcher de geler. A mon grand
étonnement, je ne sentis que très rarement le besoin de m'en servir.
Nous avons échappé à ces souffrances, grâce à l'excellente construction
de notre fourneau, qui, avec une très faible quantité de combustible,
nous fournissait une provision d'eau plus que suffisante.

_29 mars._--Nous avançons très lentement. La banquise est loin d'être
aussi bonne que je l'espérais. Toujours des amoncellements de glace dont
la traversée entraîne une grande perte de temps. Avant de pouvoir
trouver un passage praticable au milieu de ces monticules, l'un de nous
doit aller en reconnaissance, et, en règle générale, faire un détour
plus ou moins long. Pendant ce temps, les chiens, sautant de droite et
de gauche, embrouillent les traits d'attelage et à peine a-t-on tout
remis en ordre que la besogne est à recommencer.

Hier, après le dîner, le vent du nord-est a augmenté de force, et le
ciel s'est couvert. Avec joie nous saluons ce présage d'un temps plus
doux. En effet, dans la soirée, le thermomètre ne descend pas au-dessous
de −34°. Pour la première fois, depuis longtemps, nous ne souffrons pas
du froid dans les sacs de couchage.

Le lendemain, un soleil clair brille dans un ciel sans nuage.

Toujours une banquise tourmentée, hérissée d'obstacles. Dans la soirée,
nous arrivons enfin sur une nappe parfaitement unie, comme nous n'en
avons pas rencontré depuis longtemps. Au delà encore de nouveaux
monticules de la pire espèce, formés par des entassements d'énormes
blocs. Après un terrible labeur, il ne nous reste plus qu'une seule
chaîne à traverser, précédée d'une crevasse profonde d'environ quatre
mètres. Tous les chiens du premier traîneau culbutent dans le trou.
C'est maintenant toute une affaire de les relever. Le second véhicule
tombe, à son tour, heureusement sans dommage sérieux; après cela, il
faut le décharger et le recharger, et voilà encore un temps précieux
perdu. Instruits par l'expérience, nous prîmes nos précautions pour le
passage du troisième traîneau.

Le soir au campement, −43°.

_31 mars._--Sous l'influence d'un vent de sud, la température monte
rapidement. De très grand matin, le thermomètre marque seulement 30°
sous zéro, un véritable temps d'été!

Au départ bonne glace. Dans la journée, tout à coup un large chenal
s'ouvre au milieu de la banquise. A peine l'ai-je traversé avec le
premier traîneau qu'il s'élargit, coupant la route au reste du convoi.
Sur ces entrefaites, un large morceau de glace se rompt sous les pas de
Johansen. Dans cette chute mon camarade a la mauvaise chance de se
mouiller entièrement les jambes, une aventure qui pourrait avoir les
plus déplorables conséquences.

Le chenal est très long; nulle part je ne réussis à découvrir un gué. La
position devient très critique; je suis d'un côté du canal avec un
traîneau et la tente, de l'autre se trouve Johansen, à moitié trempé et
presque gelé, avec les deux derniers véhicules. Impossible de nous
servir des _kayaks_. Après les chocs qu'ils ont reçus, leur coque n'est
qu'un écumoir. Enfin, après de longues recherches, je parviens à trouver
un «pont».

De suite, après avoir fait passer les traîneaux, nous campons pour
dégager Johansen de la croûte de glace qui l'enveloppe, et pour le
réchauffer.

Chaque matin, les préparatifs du départ entraînent un long et pénible
labeur. Parfois, sept heures nous sont nécessaires pour abattre la
tente, faire le paquetage, charger les véhicules et réparer les avaries.
Le contenu d'une boîte a été consommé, et on doit la remplacer par une
autre charge; puis, je m'aperçois qu'un sac a été percé, et il faut le
réparer. Après cela, on procède à l'arrimage, une besogne
particulièrement difficile. Une fois les véhicules prêts, reste
maintenant à débrouiller les traits, que les chiens ont entortillés en
écheveaux inextricables.

[Illustration: EN MARCHE A TRAVERS LA TOURMENTE]

_2 avril._--Tourmente de sud. Le terrain devient de plus en plus
mauvais; la traversée de nouvelles chaînes d'_hummocks_ exige des
efforts désespérés. Entre les blocs, la couche de neige est trop mince
pour que nous puissions faire usage des _ski_, aussi, à chaque instant,
culbutons-nous dans des trous.

[Illustration: LE CAMP DANS LA MATINÉE DU 15 MARS, AVANT LE DÉPART DE
NOS CAMARADES]

Sous ce ciel couvert, impossible de distinguer une dépression d'une
protubérance; tout est uniformément et désespérément blanc. Pour essayer
de trouver un meilleur terrain, chacun de nous part en reconnaissance de
son côté. Dans toutes les directions, la route n'est pas meilleure. A
midi, −31°,5.

_3 avril._--Départ hier, à trois heures de l'après-midi. Le temps est
beau, la glace relativement unie; aussi, au début, notre marche est-elle
rapide.

[Illustration: «JE PARS EN AVANT EN RECONNAISSANCE»]

... Une fois encore notre espoir est déçu. Voici de nouvelles chaînes de
monticules, et bientôt après un canal couvert de «jeune glace» qui ne
porte pas. Plus loin, le terrain n'a pas meilleure apparence; vers
minuit nous prenons le parti de camper.

Un nouveau chien est sacrifié. Son cadavre est partagé en vingt-six
portions; six de ses congénères refusent encore leur part du festin.

[Illustration: NANSEN SUR LA BANQUISE]

Une observation méridienne fixe notre position à 85°,59. Nos progrès
sont extraordinairement lents. Très certainement un mouvement de dérive
repousse vers le sud la banquise sur laquelle nous avançons dans la
direction du nord. Nous sommes à la merci des vents et des courants, la
plus décevante position pour un explorateur polaire. Maintenant je
commence à croire qu'il sera sage de suspendre bientôt notre marche vers
le nord.

[Illustration: DU SOMMET DU PLUS HAUT MONTICULE, A PERTE DE VUE, JE
N'APERÇOIS QU'UN CHAOS DE GLACE TOURMENTÉ]

La distance qui nous sépare de la terre François-Joseph, est triple de
celle que nous avons parcourue. Dans cette direction la banquise ne sera
pas plus praticable que dans la région où nous nous trouvons, et notre
marche ne sera guère plus rapide. De plus, notre ignorance de la
topographie de l'archipel François-Joseph nous exposera à des retards.
Peut-être enfin, dans cette région, ne trouverons-nous pas de gibier!
Depuis longtemps déjà, j'ai la conviction que nous ne pourrons atteindre
le Pôle ou son voisinage immédiat: la banquise est trop accidentée et
nos chiens trop faibles! Si seulement j'en avais un plus grand nombre!
Que ne donnerai-je pas pour posséder une meute de l'Olonek. Tôt ou tard
nous devrons battre en retraite.

[Illustration: NOTRE CAMPEMENT LE PLUS SEPTENTRIONAL (86°13′ de Lat.
N.)]

_4 avril._--Départ à trois heures du matin. Toujours des chaînes de
monticules, et, entre ces aspérités des canaux bordés d'amoncellements
de blocs rugueux. Au passage de ces fentes, tantôt l'un de nous, tantôt
les traîneaux enfoncent dans l'eau. Fort peu agréables, ces bains;
impossible de nous changer et de nous sécher, et la température est de
30 degrés sous zéro.

Lat.: 86°2′8″; long.: 95°47′15″ E. de Gr.

_6 avril._--A deux heures du matin, température −24°,2. La glace de plus
en plus mauvaise. Une succession inextricable de monticules et de
ravins, pareille à une ancienne moraine qui serait formée de blocs de
glace. Quelques mamelons ont une hauteur de dix mètres. Le halage des
traîneaux sur un pareil terrain mettrait à bout des géants. Dans la
journée l'étape n'est que 4 milles.

[Illustration: UNE BANQUISE RELATIVEMENT UNIE]

Hier j'avais perdu tout espoir de pouvoir poursuivre notre route, et ce
matin, en arrivant au campement, je suis décidé à battre en retraite.

Nous irons encore un jour en avant et reconnaîtrons si la glace est
aussi mauvaise qu'elle le paraît du sommet du _toross_, haut de dix
mètres, au pied duquel nous sommes campés.

Ce serait folie de continuer la marche vers le nord. Sur une pareille
banquise nous ne pourrons guère aller plus loin, et, si la glace n'est
pas meilleure vers la terre François-Joseph, la retraite sera très
lente.

[Illustration: SINGULIÈRE STRATIFICATION DE LA BANQUISE]

_8 avril._--A deux heures du matin, départ. La banquise est de plus en
plus impraticable. Partout des chaînes d'_hummocks_ et des
amoncellements de blocs. Impossible de suivre aucune route. Dans ces
conditions, je pars en avant en reconnaissance sur les _ski_. Du sommet
du plus haut monticule que je puis atteindre, à perte de vue, je
n'aperçois qu'un chaos de glace tourmenté. Ce serait peu raisonnable de
nous entêter à poursuivre la marche vers le pôle. De suite, ma
résolution de battre en retraite sur le cap Fligely, la terre la plus
nord de l'archipel François-Joseph, est prise. Hier, d'après une
observation méridienne, nous étions par 86°10′[31]. Long. 95° E. de Gr.
Température à huit heures du matin −32°.

  [31] Cette observation corrigée a donné comme résultat: 86°13′,6.

Pour fêter notre arrivée à ce point suprême vers le Pôle, un banquet est
préparé, composé de ragoût, de biscuit, de beurre, de chocolat et de
confiture d'airelles. Après une bonne sieste, nous nous remettons en
marche vers le sud.



CHAPITRE VII

LA RETRAITE SUR LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH


A notre grand étonnement, dès le premier jour de notre retraite, nous
trouvons la glace bien meilleure que dans la direction du nord. Devant
nous s'étendent de larges plaines, unies, coupées seulement de loin en
loin de chaînes de monticules et de canaux recouverts de «jeune glace».
Ces accidents de terrain sont orientés dans le S. 22° O. magnétique,
soit environ à l'ouest-sud-ouest du monde, c'est-à-dire parallèlement à
la direction que nous suivons.

Le 10, une bonne étape: 15 milles.

Le 12, j'oublie de remonter les montres. Pour obtenir maintenant le
temps moyen de Greenwich, je prends une observation circumméridienne et
détermine la latitude, puis fais l'estime depuis le point où nous avons
rebroussé chemin et où j'ai pris ma dernière observation de longitude.
Grâce à ces précautions, l'erreur dans la détermination des positions ne
sera pas grande.

_14 avril._--Jour de Pâques. Je passe la journée à calculer la latitude,
la longitude et le temps moyen. Une occupation très agréable que ces
opérations mathématiques et la manipulation de la table des logarithmes
avec des doigts rigides, presque gelés, et avec des vêtements couverts
de glace sur le dos. Pourtant la température n'est que de −30°, presque
un temps chaud. D'après mes calculs, hier, nous devions nous trouver
au-dessous de 86°5′,3, tandis que, d'après l'estime, nous devions être
par 85°50′ et quelques minutes, ayant parcouru 50 milles en trois jours.
Maintenant, selon toute vraisemblance, la dérive nous porte dans le
nord. Nous ne devons pas avoir dépassé le 86°, et j'ai vérifié sur cette
position l'heure de nos montres.

Les jours suivants, nos progrès sont rapides, quoique la banquise soit
maintenant plus accidentée qu'au début de la retraite. Le 17 avril, nous
parcourons 20 milles. Toujours un ciel clair; jour et nuit, le soleil
brille dans une atmosphère absolument calme. Depuis notre départ, pas
une seule fois le mauvais temps ne nous a arrêtés. La température
s'élève; le thermomètre ne marque plus que −27°. L'été approche. Si à
coup sûr un temps aussi doux est agréable, dans quelques semaines il
peut nous exposer à bien des difficultés et à bien des dangers. Il
hâtera la débâcle et rendra très pénible l'approche des côtes.

_20 avril._--Durant plusieurs heures, impossible de traverser un large
fossé, rempli de blocs amoncelés dans un désordre effrayant. De tous
côtés, des chaînes de _toross_ et des _hummocks_, et, de toutes parts,
de larges crevasses. Pendant longtemps cette glace a dû être en
mouvement et soumise à de terribles pressions. Sur plusieurs points, les
monticules atteignent une hauteur de huit mètres et contiennent des
strates de matière minérale. Un _floe_ notamment est entièrement noirci
par une substance inorganique ou organique. Le temps me manque pour
examiner la chose.

Au cours de notre route, je note, à différentes reprises, des _hummocks_
très massifs et très étendus, de forme carrée, semblables à des îles
élevées couvertes de neige; des blocs paléo-*crystiques, très
certainement.

Après de longues recherches, je parviens à découvrir un passage à
travers ce labyrinthe de glace. Au delà quel n'est pas mon étonnement
d'apercevoir un énorme tronc de mélèze de Sibérie, dressé au milieu de
la banquise. Nous le marquons des initiales: F. N. H. J. 85°30′.

Pendant plusieurs jours ensuite, la glace relativement unie nous permet
de glisser rapidement sur nos _ski_. En deux jours la distance parcourue
est d'au moins 40 milles.

[Illustration: UN LAC AU MILIEU DE LA BANQUISE]

Le 26, à mon grand étonnement, je rencontre une piste fraîche de renard
venant de l'O.-S.-O. et allant vers l'est. Que diable est-il venu faire
jusqu'au 85°? Involontairement je regarde autour de moi, pensant
apercevoir une terre. Le temps est malheureusement bouché. Probablement
ce renard s'est avancé jusqu'ici à la suite d'un ours. Plus loin encore,
d'autres pistes de renards toujours dans la même direction. Quelle
nourriture peuvent-ils trouver au milieu de ce désert de glace?
Probablement des crustacés qu'ils attrapent dans les bassins d'eau
libre.

Température minima −35°,7.

Hier, rencontre d'un amoncellement de blocs, qui paraît de formation
toute récente. J'y remarque d'énormes fragments de glace d'eau douce,
contenant des particules d'argile et de graviers, de la glace de rivière
provenant probablement des fleuves sibériens. Même à l'extrême nord de
notre course, j'ai souvent vu des glaçons de cette nature, et, jusqu'au
86° de latitude, j'ai observé de l'argile à la surface de la banquise.

_27 avril._--Bonne étape. Nous avons parcouru, suivant toute
probabilité, une distance de 20 milles. Quittant le campement hier à
trois heures de l'après-midi, nous avons marché jusqu'à ce matin.

Bientôt viendra le temps où nous aurons l'espérance de voir apparaître
la terre. La terre! quand la verrons-nous? Quand foulerons-nous autre
chose que cette glace et cette neige?

Aujourd'hui encore de nouvelles pistes de renards, toujours dans la même
direction.

Un de nos chiens est complètement à bout. Il ne se tient plus sur ses
pattes; une fois que nous l'avons chargé sur un traîneau, il demeure
complètement immobile. Aujourd'hui nous le délivrerons des souffrances
de l'existence. Pauvre bête, jusqu'à la fin, elle a énergiquement
travaillé, et maintenant qu'elle ne peut plus tirer, elle nous rendra un
dernier service en nourrissant de son cadavre les survivants. Elle était
née à bord du _Fram_, le 13 décembre 1893, et, en véritable enfant des
régions polaires, elle n'avait jamais vu autre chose que de la glace et
de la neige.

Le lendemain, quel n'est pas notre étonnement de rencontrer un large
bassin d'eau libre! Pendant que nous le suivons, à la recherche d'un
passage, tout à coup les deux bords se rapprochent et se joignent avec
un fracas terrible. Sous la violence du choc, la glace se dresse;
d'énormes blocs roulent; tout craque et mugit. Rapidement nous poussons
les chiens pour traverser le chenal à la faveur de ce bouleversement.

De jour en jour nos attelages deviennent plus faibles. Plusieurs bêtes
sont absolument exténuées. Barnet ne peut plus se soutenir; ce soir nous
l'abattrons.

Encore des traces de renards. Je commence à croire que nous approchons
d'une terre. De minute à minute je m'attends à l'apercevoir.

Le 29, encore une journée diabolique! A peu de distance du campement, la
route se trouve barrée par un nouveau chenal d'eau libre, puis par un
second, et par un troisième. Chaque fois, nous sommes obligés à
d'interminables détours. Pour le passage de ces canaux, impossible de
nous servir de nos _kayaks_; ils sont criblés de trous et il ne peut
être question en ce moment de les radouber. Une pareille entreprise
prendrait un temps considérable et serait particulièrement difficile par
des températures de 30° sous zéro. Avant tout, il nous faut gagner la
terre ferme avant la débâcle.

_2 mai._--Après quatre heures de marche rapide, voici de nouveaux ravins
et des chaînes de _toross_. Sous nos pas, la glace, pressée avec force,
craque bruyamment. Avec cela, un chasse-neige masque toute vue. Force
nous est de nous arrêter. A peine la tente est-elle dressée, que le
monticule qui nous abrite commence à être agité par les pressions et à
geindre terriblement. Nous courons le risque d'être écrasés par une
avalanche; mais telle est notre fatigue, que je m'endors en dépit de
l'imminence du danger.

Le soir, nous sacrifions un de nos chiens. Depuis quelque temps déjà,
les provisions qui leur sont destinées sont épuisées. Nous devons nous
résoudre à les abattre l'un après l'autre pour nourrir les survivants.
Notre meute ne se compose plus maintenant que de seize bêtes, et nous
sommes encore loin de la terre.

_3 mai._--Seulement 11°,3 sous zéro. Une température de printemps, qui
nous donne une sensation exquise de bien-être. Maintenant, nos mains
cruellement «mordues par la gelée» peuvent toucher les objets, sans
craindre à chaque contact une cuisance atroce.

Toujours des chaînes de monticules et des ravins remplis d'eau dont la
traversée nous épuise. Une fois couchés dans nos sacs, bien au chaud,
nous oublions vite les souffrances et les fatigues. Je suis si éreinté
que je chancelle sur mes _ski_; lorsque je tombe, je voudrais rester
couché où je suis.

_8 mai._--Les canaux ouverts à travers la banquise paraissent tous
orientés, parallèlement entre eux, du nord-est à l'ouest-sud-ouest (du
compas), c'est-à-dire, perpendiculairement à la direction que nous
suivons.

A notre grande joie, la glace semble devenir plus unie aux approches de
la terre, alors que nous redoutions précisément le contraire. Le nombre
des chiens diminuant de jour en jour, le halage est de plus en plus
pénible. Je n'ai plus que quatre bêtes à mon traîneau.

_10 mai._--Température −8°,8. Hier, la glace était plane; au départ nous
espérions donc faire bonne route, lorsqu'une tourmente de neige s'est
levée et nous a brutalement obligés à camper.

Aujourd'hui, après quelques heures de clair soleil et de ciel bleu,
chute de neige abondante, et temps «bouché».

A chaque pas, des chaînes de blocs soulevés par les pressions. Par la
brume, impossible de trouver la route au milieu de ce dédale

_12 mai._--Notre second sac de pain sera bientôt vide, et jamais la
terre n'apparaît! Plus que douze chiens dont les forces diminuent de
jour en jour!

A mesure que nous avançons, la banquise devient de plus en plus
difficile. La glace est maintenant recouverte de neige qui ne porte pas.
A chaque instant, lorsque l'on quitte les _ski_ pour pousser les
traîneaux, on tombe dans quelque trou, masqué par cette couche
trompeuse.

Aujourd'hui la température est relativement élevée; la nuit dernière, la
chaleur dans le sac de couchage m'a empêché de dormir. Minimum −14°,2′.

_16 mai._--L'anniversaire de la naissance de Johansen. Nous fêtons ce
jour avec toute la solennité que comportent nos moyens. Au dîner,
ragoût, le mets favori de mon camarade; comme dessert un excellent grog
au jus de citron.

Hier, nous nous trouvions par 83°36′ Lat. N. et 59°55′ E. de Gr.
Évidemment, nous sommes poussés dans l'ouest par un courant violent et
risquons de dépasser la terre la plus nord de l'archipel
François-Joseph.

Sur les plaines les chiens marchent encore très bien, mais, devant le
moindre obstacle, refusent d'avancer. Afin d'accélérer le traînage, je
m'attelle à leur tête. Plus loin, la banquise devenant très accidentée,
je dois abandonner la bricole pour aller reconnaître le terrain en
avant. Celui de nous qui marche en tête du convoi, ne parcourt pas moins
de trois fois le même trajet. Une première fois, il va à la découverte
et prépare le passage, puis revient en arrière pour conduire les
attelages. En dépit de toutes les difficultés, nous poursuivons notre
route. Peut-être, à la fin, tant d'efforts seront-ils récompensés.
Actuellement, nous serions satisfaits si nous atteignions la terre et
trouvions une glace unie.

Aujourd'hui encore, quatre abominables fissures. La dernière forme un
véritable lac, une _polynie_, suivant l'expression russe passée dans le
vocabulaire arctique. La nappe d'eau est couverte de jeune glace, trop
faible pour porter, et en même temps trop résistante pour y lancer les
_kayaks_. A perte de vue s'étend dans l'ouest ce large chenal absolument
infranchissable. Pour traverser cet obstacle, nous n'avons pas le choix
des moyens; il faut, ou suivre la _polynie_ vers l'ouest, jusqu'à ce que
nous ayons trouvé un passage,--ce qui nous jette hors de notre
route,--ou bien revenir en arrière et chercher dans l'est à contourner
cette ouverture. Je me décide pour la première alternative. Bientôt,
heureusement, nous découvrons en travers du canal une plaque de glace
assez solide; immédiatement nous y poussons les chiens. Finalement ce
large fossé, devant lequel nous craignions de perdre plusieurs jours,
est rapidement franchi. Notre satisfaction devait être de courte durée.
A quelque distance de là une seconde _polynie_! Pour aujourd'hui c'est
décidément trop et je prends le parti de camper.

_17 mai._--La fête nationale, en Norvège. Couché dans mon sac, je songe
à la joie du pays, tout là-bas, en ce jour d'allégresse générale. Je
vois, en rêve, les processions joyeuses d'enfants, les drapeaux claquant
au vent dans le gai soleil d'une journée de printemps. Aussi, combien
triste me paraît notre position. Nous errons sur une banquise
interminable, incertains du lendemain, poursuivant énergiquement notre
marche vers le sud, tandis qu'une lente dérive des eaux nous entraîne
vers l'ouest. Mais, quand même, nous voulons nous aussi fêter cette date
chère à tous les cœurs norvégiens. Le pavillon national flotte sur les
traîneaux, et, au dîner, un véritable festin est servi: un succulent
ragoût, de la confiture d'airelle, puis un grog au citron.

Dans la _polynie_ ouverte devant nous s'ébat une bande de narvals. Leur
donner la chasse entraînerait une perte de temps trop considérable.

Après avoir passé le chenal, le terrain devient relativement favorable.
Longueur probable de l'étape: 10 milles. De plus en plus la dérive nous
pousse dans l'ouest.

_20 mai._--Terrible tourmente de neige. Pas de vue. Nous restons couchés
dans la tente, réfléchissant tristement à notre situation.

Nous devons être par 83°10′ environ, et devrions, par suite, nous
trouver à la Terre Petermann, si elle est située réellement dans la
position indiquée sur la carte de Payer. De deux choses l'une: ou nous
sommes jetés, à notre insu, en dehors de la route que nous croyons
tenir, ou bien cette terre est si petite que nous n'avons pu la
distinguer.

_21 mai._--Ciel toujours brumeux et neigeux; malgré tout, nous nous
mettons en route.

Passé un grand nombre de larges ouvertures couvertes de «jeune glace».
Tout récemment, dans cette région, devaient s'étendre de vastes espaces
d'eau libre.

_23 mai._--La plus terrible journée du voyage. Dès le départ, nous
sommes arrêtés par une très large fissure. La traversée d'aucune des
ouvertures rencontrées jusqu'ici n'a présenté autant de difficultés.
Après avoir cherché en vain un passage pendant plus de trois heures, je
prends le parti de suivre le chenal vers l'est. Peut-être, de ce côté,
trouverons-nous un «pont»? Arrivés à ce qui nous paraît être la fin de
cette _polynie_, nous ne voyons qu'un amoncellement inextricable de
blocs et de _floes_, disloqués par de larges crevasses et heurtés
violemment les uns contre les autres. A grand'peine nous avançons au
milieu de glaçons empilés les uns au-dessus des autres.

Quand, enfin, nous croyons avoir dépassé le chenal, d'autres ravins et
d'autres crevasses, encore plus difficiles, s'ouvrent devant nous. La
banquise est comme convulsée. Pendant quelque temps c'est à désespérer
de la situation. Dans toutes les directions apparaissent des fissures,
et, de tous côtés, la couleur foncée du ciel indique l'ouverture de
nappes d'eau libre.

Dans l'après-midi, d'une heure à trois, repos. Une fois étendus dans
notre sac, et bien repus, nous oublions toutes ces tribulations. Lorsque
nous nous remettons en route, le temps est devenu complètement brumeux.
On ne peut distinguer un mur de glace d'une nappe de neige détrempée.
Nous traversons je ne sais combien de crevasses, d'_hummocks_ et de
_toross_. Heureusement chaque chose a une fin. Après ce terrible
entassement de blocs, nous arrivons à une plaine relativement unie.
Depuis quinze heures je suis en marche, et depuis douze nous travaillons
au milieu de ce dédale de glace. Nous sommes à bout de forces et
absolument trempés. Une couche trompeuse de neige couvre la surface de
l'eau dans les crevasses et je ne sais combien de fois nous avons pris
des bains de pieds. Dans la matinée, je me trouvais sur un glaçon que je
croyais solide, lorsque tout à coup il enfonça. Je n'eus que le temps de
me jeter sur un bloc qui, heureusement, était résistant. Sans cela, je
prenais un bain complet dans une bouillie de glace. Me trouvant alors
seul, la situation n'aurait pas été précisément drôle.

_26 mai._--La neige ne porte plus. Dès que l'on quitte les _ski_, on
enfonce jusqu'aux genoux. Avec cela, lorsque le temps est sombre comme
hier, impossible de reconnaître les accidents de la banquise; sous la
couche de neige fraîche tout est uniformément blanc.

Les chiens n'en peuvent plus. Heureusement, le résultat des observations
est réconfortant. Nous devons nous trouver par 82°40′ de Lat. N. et par
61°27′ de Long. Est.; la dérive vers l'ouest a donc cessé. Après cette
constatation, l'avenir devient moins noir.

La couleur foncée du ciel indique l'existence de nappes d'eau libre. En
effet, toute l'après-midi, les fissures succèdent aux fissures; dans la
soirée, nous sommes arrêtés par un très large chenal. De l'_hummock_ le
plus élevé que je puis atteindre, à perte de vue dans toutes les
directions, s'étend cette fente, plus impraticable encore, semble-t-il,
que toutes celles précédemment rencontrées. Au bivouac Kvik, mon chien
favori, est sacrifié. La malheureuse bête ne peut plus tirer; non sans
un gros chagrin je me décide à cette nécessité! Tôt ou tard il faudra
l'abattre; mieux vaut aujourd'hui, alors que le pauvre animal peut
encore nous rendre service en fournissant des vivres pour trois jours
aux huit autres survivants.

[Illustration: JE GRIMPE AU SOMMET D'UN _hummock_; DE LA-HAUT LE
PANORAMA EST VRAIMENT DÉCOURAGEANT...]

_27 mai._--Lat. 82°30′. Aucune terre en vue; c'est à n'y rien
comprendre. Probablement nous sommes de plusieurs degrés plus à l'est
que nous ne le croyions[32].

  [32] En réalité nous nous trouvions à 6° à l'est de notre point
    estimé.

La glace sur laquelle nous cheminons est plate. Seulement çà et là se
rencontrent de petits glaçons entassés par les pressions, plus rarement
de larges mamelons ou d'étroites crêtes. Très certainement cette croûte
cristalline ne date pas de plus d'un an. A mon grand étonnement, les
plaques de «vieille glace» sont rares et isolées. Au campement,
impossible de découvrir un glaçon qui ait été exposé à la chaleur de
l'été, et qui, par suite, ait perdu toute trace de sel. Pour nous
procurer de l'eau, nous avons dû faire fondre de la neige. Lorsque la
neige n'est pas granuleuse, sa fusion produit beaucoup moins de liquide
que la glace et exige plus de chaleur. Pendant l'été ou l'automne
dernier, une vaste zone d'eau libre a dû s'étendre dans cette région.

_29 mai._--Hier, pour la première fois, un oiseau en vue, un pétrel
arctique (_Procellaria glacialis_).

Nous partons avec l'espoir d'en avoir terminé avec les crevasses et les
canaux qui découpent la banquise. Ah bien oui! à peine en route, les
apparences du ciel indiquent l'existence de nouvelles rigoles d'eau
libre. Je grimpe en toute hâte au sommet d'un _hummock_; de là-haut le
panorama est absolument décourageant. Au sud, à l'est, à l'ouest, un
dédale de canaux se coupant et se recoupant dans tous les sens. Partout
la glace est disloquée; suivant toutes probabilités, jusqu'à la terre
François-Joseph elle doit être ainsi convulsée.

Maintenant, la banquise n'est plus formée de glace polaire massive et
compacte, mais de petits glaçons. Si seulement, nous étions en mars, les
froids auraient bientôt consolidé tous ces «champs» en une masse rigide.
Toujours j'avais considéré comme de la dernière importance d'atteindre
la terre avant la fin de mai, sachant combien la banquise serait
morcelée à cette époque, alors que le thermomètre s'élève au-dessus de
zéro. Hélas! mes craintes n'étaient que trop fondées. Nous sommes
arrivés trop tard ou trop tôt. Dans un mois, cette masse de glace sera
complètement disloquée, et à travers ses fissures on pourra naviguer en
_kayak_. Aujourd'hui, impossible d'employer ce mode de locomotion; la
«jeune glace» déchirerait les coques de nos frêles embarcations.

Dans toutes les directions la couleur du ciel annonce la présence de
nappes d'eau libre. Que ne donnerais-je pas pour être là-bas! Si la
banquise devient encore plus morcelée, nous devrons attendre la débâcle
complète; pour cela nos provisions sont-elles suffisantes? C'est
douteux.

Je suis tout à coup tiré de ces réflexions par un clapotement bruyant
dans le chenal voisin. Une troupe de narvals s'ébat à côté de moi dans
une heureuse insouciance. Si j'avais un harpon, je pourrais capturer un
de ces cétacés.

Dans la matinée, pendant que nous peinons au milieu des canaux, passe un
guillemot grylle (_Uria grylle_). Un peu plus loin, nous entendons des
mugissements de phoques, bientôt même nous découvrons un de ces animaux;
malheureusement il se tient hors de portée.

Le gibier commence à se montrer, la situation n'est donc pas désespérée!
En avant coûte que coûte!

_31 mai._--La glace devient de plus en plus mince.

Hier, aperçu deux phoques (_Phoca fœtida_), un oiseau, et rencontré les
traces d'un ours et de deux oursons. Nous allons donc pouvoir nous
ravitailler en viande fraîche.

Pan, le plus vaillant de nos tireurs, doit être sacrifié. La pauvre bête
est maintenant épuisée; à son tour de servir de pâture aux survivants
qui peuvent encore nous rendre quelques services.

Un terrain presque impraticable, un chaos de blocs nageant au milieu de
l'eau. Nous cheminons en sautant de glaçons en glaçons. Si nous étions
seuls, cela irait encore; mais, avec nos traîneaux, ces escalades et ces
descentes continuelles nous mettent à bout de forces.

Du 82°52′ au 82°19′ la banquise est presque uniquement composée de
«jeune glace» épaisse d'environ 0m,80. Sur toute cette distance nous
n'avons rencontré que quelques vieux _floes_ et de rares champs de
«vieille glace», comme celui sur lequel nous sommes actuellement campés.
La mer a donc été libre sur une distance de 33 milles vers le nord, et,
dans la direction du sud, cette nappe devait également atteindre une
grande étendue.

Pris aujourd'hui une hauteur méridienne; nous serions par 82°21′, et
toujours pas trace de terre. De plus en plus cela devient une énigme.
Mais patience!



CHAPITRE VIII

LA LUTTE POUR LA VIE


_1er juin._--Atteindrons-nous enfin, au cours de ce mois qui commence
aujourd'hui, la terre si ardemment désirée. Il faut l'espérer et le
croire, tandis que le temps marche.

Horizon bouché et neigeux; avec cela, vent contraire. Aussitôt après le
départ, nous sommes arrêtés par un canal paraissant, au premier abord,
infranchissable. Finalement, les choses tournent mieux que nous n'avons
osé l'espérer. Après un détour vers le nord-est, nous parvenons à passer
l'obstacle. Au delà nous avons la chance de rencontrer une plaine bien
unie; sur cet excellent terrain nous marchons jusqu'à midi. Plus tard,
encore une heure et demie de bonne glace, après cela nos tribulations
recommencent. Dans toutes les directions la route est coupée par de
larges ouvertures. Pendant une heure et demie je cherche en vain un
passage.

Combien différentes sont les idées que les expéditions se font sur leurs
situations respectives! Si nous réussissons à atteindre la terre avant
l'épuisement de nos provisions, nous nous considérerons comme sauvés.
Payer, au contraire, se serait cru perdu si, au cours de son excursion à
l'archipel François-Joseph, sa ligne de retraite sur le _Tegetthoff_
avait été coupée. Et pourtant il n'était pas, comme nous, épuisé par une
marche de deux mois et demi sur la banquise.

Hier, au moment de lever le camp, nous avons entendu le cri d'une
pagophile blanche (_Larus eburneus_). Deux de ces beaux oiseaux blancs
volaient au-dessus de nous. Tout d'abord je pris mon fusil pour les
tirer, puis me ravisai. Ces mouettes ne valent pas une cartouche.

_2 juin._--Dimanche de la Pentecôte. Le chenal qui nous a arrêtés hier
s'est agrandi pendant la nuit, et est devenu un très large bassin. Nous
nous trouvons sur une île de glace au milieu de cette nappe.

Maintenant il n'y a plus à hésiter, il est absolument nécessaire
d'entreprendre le radoubage des _kayaks_. Une fois les embarcations en
état de tenir la mer, nous nous lancerons à travers les fissures de
cette banquise toute crevassée.

Installés dans une partie abritée de notre île de glace, nous
travaillons commodément sans sentir le moindre vent, tandis que souffle
une fraîche brise du sud-ouest. Nous dînons d'un excellent ragoût chaud,
un véritable régal, puis, en sybarites, nous nous prélassons dans une
douce paresse. De temps à autre un repos est très agréable. Après cela
au travail.

Je découds la peau de mon _kayak_ pour exécuter les reprises; après
quoi, je resserre tous les liens unissant les pièces de la carcasse. Une
longue besogne; il n'y a pas moins de quarante nœuds! Ce travail achevé,
le châssis de l'embarcation est aussi solide qu'au moment du départ. Une
fois les deux canots remis en état, nous serons parés pour le départ, et
désormais pourrons poursuivre notre route, sans crainte d'être, à chaque
instant, arrêtés par une nappe d'eau ou par un large chenal. Avant peu
même, nous pourrons naviguer au milieu de cette banquise disloquée. Le
transport des quelques chiens survivants sera alors une source de
difficultés. Aussi devrons-nous nous en séparer. Notre meute est, du
reste, réduite à six animaux, et seulement pendant quatre jours encore
nous pourrons les nourrir.

[Illustration: CANAL OUVERT A TRAVERS LA BANQUISE (JUIN 1895)]

Aujourd'hui la Pentecôte! C'est, dans notre beau pays, l'été gai et
riant; ici, c'est la glace, la glace éternelle. La petite Liv ira dîner
chez sa grand'mère; peut-être, pour la circonstance, met-elle une
nouvelle robe? Un jour viendra où je pourrai, moi aussi, l'accompagner,
mais quand?

Nous travaillons toujours à la réparation des embarcations. Dans notre
ardeur à la besogne, nous en oublions même de manger. Souvent, pendant
vingt-quatre heures de suite, nous peinons sans une minute de repos;
parfois même la journée s'écoule avant que nous ayons songé à préparer
un repas.

Cette réfection des _kayaks_ exige non seulement un grand effort, mais
encore une attention soutenue. A tous les instants les plus minutieuses
précautions sont nécessaires, pour ne pas couper une courroie trop vite
ou pour ne pas briser une latte de bois en voulant lui donner une
courbure trop forte. Nos provisions de matériel sont si restreintes!
Nous fûmes récompensés de nos peines; plus tard, nous eûmes la
satisfaction de constater que nos embarcations tenaient parfaitement la
mer et pouvaient même affronter une tempête.

_4 juin._--Avant peu, la mer sera libre ou tout au moins la banquise
disloquée. La glace est très mince et très morcelée, en même temps la
température s'élève. Hier, le thermomètre est monté au-dessus de zéro,
et, à mesure qu'elle tombait, la neige fondait. Aujourd'hui, ciel bleu
et soleil resplendissant. Un air de gaieté et de joie rayonne dans tout
l'espace, et nous apporte un doux réconfort. L'illusion est si complète
que je me crois à la maison, par une belle matinée d'été, devant les
riantes perspectives du fjord. Que seulement la mer soit bientôt dégagée
et que nous puissions nous servir des _kayaks_, bientôt nous serons de
retour.

Jusqu'ici nous avons pu manger à notre faim. Sans peser nos rations,
nous n'avons cependant jamais dépassé la quantité de vivres fixée à
l'avance, soit un kilogramme par jour. Désormais, cette ration devra
être singulièrement réduite pour être assuré d'avoir des vivres jusqu'au
bout. A déjeuner, le menu se compose, pour chacun de nous, de 36 grammes
de beurre et 185 grammes de pain de gluten.

Position: par une observation au théodolite, Lat.: 82°17′,8. Long.:
61°16′,5. Comment la terre n'est-elle pas en vue! Peut-être sommes-nous
plus à l'est que nous ne le croyons et la terre s'étend-elle dans l'est
vers le sud, c'est la seule explication plausible. En tous cas, nous
n'avons plus loin jusqu'aux premières îles de l'archipel
François-Joseph.

_6 juin._--Toujours au travail de la remise en état des _kayaks_. Demain
soir, probablement, nous serons parés pour le départ. Nous n'avons plus
que 2kg,293 de beurre, à 36 grammes par jour et par homme il durera
encore vingt-trois jours. Ce matin, température +2°. Jamais, jusqu'ici,
le thermomètre ne s'était élevé aussi haut. La neige est complètement
ramollie et des gouttelettes d'eau suintent des _hummocks_. La nuit
dernière, il est tombé une véritable pluie.

_8 juin._--Après un dernier labeur consécutif de vingt-quatre heures,
les _kayaks_ sont enfin prêts. Il est véritablement curieux que nous
puissions travailler aussi longtemps sans un instant de repos. A la
maison, nous serions éreintés et affamés, si nous n'avions ni mangé ni
soufflé pendant un aussi long laps de temps. Ici pourtant notre appétit
est excellent, et nous ne connaissons pas l'insomnie. Après trois mois
et demi de marche à travers la banquise, nous sommes aussi solides que
le jour du départ.

La provision de pain peut durer encore trente-cinq ou quarante jours;
d'ici là, espérons-le du moins, nous serons hors d'embarras. Déjà, du
reste, le gibier commence à paraître. Aujourd'hui, nous nous régalons
d'une pagophile blanche, la première viande fraîche que nous ayons
mangée depuis longtemps. A coup sûr, elle nous semble excellente,
cependant pas autant que l'on pourrait le croire après un régime aussi
prolongé de conserves. C'est la meilleure preuve de la qualité de notre
ordinaire.

Sous l'influence d'une fraîche brise du sud-est qui s'est levée hier,
presque tous les canaux se sont fermés. Ce matin, une tourmente fait
rage. Quand même, nous nous mettons en route. A notre grande joie le
terrain est relativement facile. La banquise s'étend presque plate, et,
sur cette surface unie, la marche devient rapide, en dépit des mauvaises
conditions de la neige. Cette neige fraîche adhère aux patins et les
empêche de glisser.

A 100 mètres devant soi, impossible de rien distinguer à travers ce
poudroiement blanc. Nous sommes transpercés, mais qu'importe ce
désagrément, nous marchons vers le but désiré. Plus loin, la route est
de nouveau barrée par des canaux entourés d'un labyrinthe de crevasses
et de chaînes d'_hummocks_. Quelques fissures, très larges, sont
couvertes d'une marmelade de petits glaçons. Impossible de nous servir
des _kayaks_ au milieu de cette bouillie glaciaire; au premier coup de
pagaie leur frêle coque serait percée par les aiguilles tranchantes de
la glace. Heureusement, sur plusieurs points, les plaques cristallines,
entassées les unes sur les autres, forment des ponts suffisamment
solides pour permettre le passage de la caravane. Mais, avant de
découvrir un passage, que d'allées et venues, et, pendant ce temps,
l'attente n'est pas précisément agréable pour celui qui reste en arrière
avec les chiens. L'infortuné doit demeurer immobile, exposé au vent et à
la neige. Quand mon absence se prolonge, Johansen craint que je ne sois
tombé dans quelque crevasse. Seul dans ce désert de glace, les idées les
plus étranges vous passent par la tête.

Pour découvrir le terrain devant nous, je grimpe sur des _hummocks_; la
vue de ma silhouette rassure alors pour un moment mon compagnon. Pendant
une de ces attentes, Johansen remarque tout à coup un léger balancement
du _floe_; le glaçon semble agité par une faible houle. Serions-nous
dans le voisinage de la mer libre? Je n'ose le croire; déjà auparavant
nous avons observé de semblables oscillations produites par la pression
des blocs les uns contre les autres.

Dans la journée, croisé une piste d'ours dont la date ne peut être
déterminée sur cette neige qui oblitère tout en quelques minutes.
Probablement elle est d'hier, car à peine les chiens l'ont-ils flairée
qu'ils veulent partir en avant. Vieille ou fraîche, n'importe. Un ours
est venu jusqu'ici; peut-être allons-nous pouvoir remplir bientôt notre
garde-manger qui commence à se vider.

Toute la journée, nous avançons sous des tourbillons de neige fondante.
A dix heures du soir, seulement, nous nous arrêtons. Après cette pénible
étape, combien nous paraît agréable notre petite tente chaude et
confortable. Ce soir-là, le gratin nous paraît encore meilleur que
d'habitude.

_9 juin._--Nous nous épuisons en efforts surhumains. La surface de la
banquise est maintenant recouverte d'une couche de neige fondante, et,
dans cette bouillie glaciaire les traîneaux restent embourbés! Et
toujours des canaux que nous traversons sur des glaçons en guise de
bacs, et toujours de la «jeune glace» très mince (épaisseur maxima:
0m,80). Dans la journée, je n'observe que quelques vieux _floes_.
Pendant une partie de l'étape nous cheminons sur une croûte cristalline
dont la puissance ne dépasse pas 0m,30 à 0m,35. Un large bassin d'eau
libre a dû exister dans ces parages et, avant peu, s'y reformera. Cette
glace, recouverte d'eau, forme une véritable brouelle. Elle est
constituée de _floes_, souvent de très faibles dimensions, serrés les
uns contre les autres. Lorsqu'ils se disloqueront, nous pourrons
naviguer dans toutes les directions à notre choix.

A chaque éclaircie, nous scrutons avec anxiété l'horizon. Toujours rien
ne paraît. A chaque pas, cependant, nous observons des indices du
voisinage de la terre et de l'eau libre. Les mouettes deviennent de plus
en plus nombreuses; aujourd'hui, j'ai aperçu un guillemot nain
(_Mergulus alle_). Le dénouement approche certainement; dans combien de
temps se produira-t-il? Patience et toujours patience!

_10 juin._--Les difficultés deviennent de plus en plus terribles. La
glace est encore plus inégale et plus découpée que les jours précédents.
L'étape n'a guère dépassé trois ou quatre milles. Si le vent du S.-E. ne
nous a pas repoussés vers le nord, nous devons être vers 82°8′ ou 82°9′.
Sur la couche superficielle de neige grenue, les patins glissent
aisément; si par malheur ils atteignent la bouillie glaciaire
sous-jacente, les traîneaux restent embourbés.

_11 juin._--Quelle vie monotone que la nôtre! Les jours succèdent aux
jours, les semaines aux semaines, les mois aux mois; toujours les mêmes
difficultés et le même labeur incessant, un jour plus facile et le
lendemain plus pénible.

Nous n'avons plus que cinq tireurs, trois à mon véhicule, deux à celui
de Johansen. Si avant trois jours nous n'avons pu nous ravitailler, nous
ne pourrons plus les nourrir.

Toujours nous espérons atteindre la fin de cette terrible banquise et
toujours nous ne voyons qu'un monotone panorama de glace infinie. Aucune
terre, aucun bassin d'eau libre! Pourtant nous devons être à la même
latitude que le cap Fligely, ou, en mettant les choses au pire, à
quelques minutes plus au nord. Nous ne savons où nous sommes et nous
ignorons quand cette situation prendra fin et... nos provisions
diminuent de jour en jour. L'un après l'autre, nos derniers chiens
doivent être sacrifiés. Bientôt la marche deviendra complètement
impossible sur cette neige détrempée. Les chiens enfoncent à chaque pas
et nous pataugeons jusqu'aux genoux. Parfois, nous éprouvons un moment
de défaillance devant d'inextricables dédales de canaux et
d'amoncellements de blocs à travers lesquels toute route semble, au
premier abord, impossible. Quand même, il faut avancer, le salut est à
ce prix.

Dans notre détresse, la moindre chose suffit à nous rendre un peu
d'espoir. Hier, la rencontre d'une petite morue (_Gadus polaris_) dans
une nappe d'eau nous a réconfortés. Cette mer est poissonneuse; nous ne
courons donc pas le risque de mourir de faim.

_13 juin._--Toujours la même banquise convulsée et le même temps
abominable. A chaque pas, la couche de neige superficielle cède sous le
poids des traîneaux, et les véhicules restent embourbés pendant que les
chiens barbotent impuissants. Encore de larges fissures de très mauvaise
apparence. Nous poussons en travers des glaçons pour former une sorte de
pont. Au moment d'effectuer le passage, un ouragan se déchaîne et
détruit notre ouvrage. Impossible de voir à deux pas devant soi à
travers les tourbillons de neige chassés par la tourmente. Il faut nous
résoudre à camper. Quatre heures de marche terrible. Distance parcourue:
un mille. C'est à désespérer.

_13 juin._--Je pars en avant. Johansen amène ensuite mon traîneau, puis
le sien. Une fois le terrain reconnu sur une certaine distance, je
retourne en arrière chercher mon véhicule, pour repartir ensuite à la
découverte. Toute la journée nous recommençons cette longue et pénible
manœuvre. Si nous ne marchons pas rapidement, au moins nous avançons;
c'est déjà quelque chose. La banquise est maintenant toute hérissée
d'_hummocks_ et toute déchirée de canaux remplis de petits fragments de
glace. Nulle part la moindre surface plane; rien qu'une masse de débris
entassés dans un désordre effrayant. C'est, ma parole, à désespérer.
Partout la route est fermée; il semble véritablement que nous soyons
définitivement bloqués. Impossible de lancer les _kayaks_; sur ces
nappes encombrées d'aiguilles de glaçons, leurs coques seraient
immédiatement percées. Lorsque du haut d'un monticule j'examine
l'horizon, toujours je me pose les mêmes questions: Nos provisions
sont-elles suffisantes pour attendre la fusion de la neige et la
dislocation de la banquise, et aurons-nous des chances de trouver
suffisamment de gibier pour subsister jusque-là?

L'étape n'est que de deux milles.

_14 juin._--Il y a trois mois que nous avons quitté le _Fram_, juste le
quart d'une année. Depuis cette date, nous errons sur la banquise
polaire. Quand arriverons-nous au terme de nos tribulations? Nul ne le
sait.

Dans la matinée, une saute de vent au nord-est détermine une baisse de
la température. Sur la nappe verglassée, le traînage devient facile.
Malheureusement, dans la soirée, la neige recommence; toute la nuit,
elle tombe et couvre la glace d'une épaisse couche absolument
impraticable. Dans ces conditions, ce serait folie de se remettre en
route. Nous restons donc sous la tente. Quand on ne travaille pas, on
n'a pas le droit de manger. Le déjeuner est réduit au strict nécessaire;
pourtant nous sommes affamés comme des loups.

Je passe la journée à reviser mes calculs d'observations. Depuis le
départ, aucune erreur n'a été commise. Nous nous trouvons par 82°26′
Lat. et 57°40′ Long. Est. de Gr. Depuis le 4 juin, la dérive nous a donc
poussés dans le nord-ouest. Ainsi, tous les efforts des jours précédents
ont été dépensés en pure perte. A mesure que nous avancions vers le sud,
au prix des plus terribles fatigues, le lent mouvement des eaux nous
rejetait en arrière. Dans notre détresse, une seule espérance nous
reste: cette dérive va peut-être nous porter vers des eaux libres.
D'après les résultats de l'observation prise aujourd'hui, de plus en
plus je doute que nous nous trouvions à l'est du cap Fligely.
Probablement la première terre que nous verrons sera le Spitzberg. Nous
avons probablement dépassé l'archipel François-Joseph. Si nous sommes
aussi loin vers l'ouest que je le suppose, bientôt nous trouverons de
larges étendues d'eau libre; il sera alors facile d'atteindre le
Spitzberg, la délivrance! Mais rencontrerons-nous assez de gibier sur la
route pour notre nourriture?

_15 juin._--La situation devient désespérée. Impossible d'avancer sur
cette neige détrempée et sur cette glace toute hérissée d'obstacles.
Peut-être devrions-nous abattre nos derniers chiens pour nous en
nourrir, et poursuivre notre route en halant nous-mêmes les traîneaux.
Nous aurions ainsi un supplément de quinze ou vingt jours de vivres.
Peut-être aussi, sommes-nous près de terre ou dans le voisinage de
larges nappes d'eau libre. Le plus sage est donc de continuer.

Nous abattons deux chiens. Au départ, l'un d'eux avait les jambes comme
paralysées; à chaque pas, il tombait sans pouvoir se relever.

Notre meute est réduite à trois tireurs. Néanmoins nous avançons
toujours, mais au prix de quelles fatigues! Lorsque la glace est
accidentée, il devient nécessaire de haler successivement chaque
traîneau; par suite, le même chemin doit être parcouru trois fois.
Quoiqu'il en soit, nous gagnons une petite distance vers le sud.
Toujours la couleur du ciel indique l'existence de nombreuses nappes
d'eau dans cette direction.

Hier soir, nous nous sommes mis en marche à dix heures et nous n'avons
campé qu'à six heures ce matin. Le repas se compose d'une soupe au sang
de chien, un véritable régal! Depuis plusieurs jours, j'ai supprimé le
dîner, ne trouvant pas nos progrès vers le sud suffisants pour nous
permettre une belle débauche.

Nous avons 148 cartouches à plomb, 195 à balle. Avec de pareilles
ressources en munitions, nous pourrons nous procurer une bonne quantité
de vivres. Au pis aller, si nous n'abattons que des oiseaux, 148
mouettes nous fourniront toujours une nourriture suffisante pendant
quelque temps. Cette inspection de notre arsenal me réconforte, après
tant de surprises désagréables. Nous pouvons certainement prolonger la
lutte encore pendant trois mois; d'ici là, notre position deviendra
meilleure, du moins je dois l'espérer. De plus, il est possible de
prendre des mouettes avec un hameçon; enfin, en dernière ressource, nous
nous nourrirons de petits crustacés marins capturés à l'aide d'un filet.
Si nous ne réussissons pas à atteindre le Spitzberg avant le départ des
derniers pêcheurs norvégiens, un hivernage sur cette terre sera une vie
de délices comparée à celle que nous menons sur cette terrible banquise,
travaillant, sans trêve ni merci, au plus rude labeur, sans jamais
apercevoir le terme de tant de fatigues et de tant de dangers. A aucun
prix, je ne voudrais revivre de tels jours! Nous payons chèrement la
négligence commise en ne remontant pas à temps les montres. Quand même,
espérons! La nuit la plus noire ne précède-t-elle pas l'aurore?

Les jours succèdent aux jours; toujours le même labeur épuisant du
halage des traîneaux sur une neige détrempée. Tant d'efforts aboutissent
à un faible résultat; avec cela, les vivres sont presque épuisés. Les
rations des chiens, réduites au strict nécessaire, se composent
seulement de quelques débris, tout juste suffisants pour les empêcher de
mourir de faim. Nous sommes littéralement épuisés et affamés. Dans ces
conditions, je suis résolu à tuer tout ce que nous trouverons sur notre
route, même les mouettes, lorsque nous en apercevrons.

La traversée des canaux, tout remplis de fragments de glace, devient de
plus en plus difficile. De vastes espaces sont couverts de petits
glaçons sans résistance; à chaque instant, l'un de nous prend un bain de
pied fort désagréable.

_18 juin._--Une brise très fraîche s'élève de l'ouest; probablement elle
rejette la banquise en arrière, vers le nord, et nous fait perdre tout
le terrain gagné au prix de tant d'efforts. Allons-nous ainsi, tout
l'été, dériver au gré des vents et des courants, sans jamais pouvoir
sortir de cette impasse!

A midi, position: 82°19′. J'ai tué deux pétrels arctiques et un
guillemot de Brünnich (_Uria Brunnichii_). Nos rations vont pouvoir être
légèrement augmentées; à mon grand désespoir, j'ai manqué deux phoques.

_19 juin._--Avant le déjeuner, je pars reconnaître le terrain vers le
sud. La glace est d'abord unie, puis bientôt apparaît un labyrinthe
inextricable de canaux. Quoique les _kayaks_ prennent eau de toutes
parts, nous nous décidons à faire route sur ces esquifs à travers les
fissures ouvertes dans la banquise.

La neige est toujours détrempée; à chaque pas, entre les, _hummocks_, on
enfonce profondément dans cette couche molle et glacée.

Après le déjeuner, composé de 45 grammes de pain et de la même quantité
de pemmican, les _kayaks_ sont radoubés pour que les approvisionnements
ne soient pas complètement détrempés lorsque les embarcations seront
mises à l'eau.

Après un souper aussi frugal que le déjeuner, 54 grammes de pain de
gluten et 27 grammes de beurre, nous nous couchons. Qui dort dîne. Pour
nous, il s'agit de vivre le plus longtemps possible sans manger. La
situation devient très critique: aucun gibier; plus de vivres, pour
ainsi dire, et, dans toutes les directions, une banquise absolument
impraticable.

J'ai essayé de capturer des crustacés à l'aide d'un filet. Insuccès
complet. Je n'en ai recueilli qu'un très petit nombre, avec un ptéropode
(_Clio borealis_). Toute la nuit je me creuse la cervelle pour trouver
un moyen de nous sortir d'embarras. A coup sûr, le salut viendra!

A tout prix, nous devons gagner la terre avant que nos maigres
provisions soient complètement épuisées; pour cela, il faut nous
débarrasser d'une partie de nos bagages. Quand le moment sera venu, nous
prendrons seulement nos fusils, nos _kayaks_, les quelques conserves qui
nous restent et nous abandonnerons le surplus de notre équipement, la
tente, le sac de couchage, la pharmacie, et tous les vêtements qui ne
sont pas strictement indispensables.

[Illustration: CANAUX DANS LA BANQUISE (20 JUIN 1895)]

_20 juin._--Des vols de guillemots passent et repassent; parfois ils
s'arrêtent juste devant l'entrée de la tente, et font entendre, autour
de notre abri, un joyeux babillage. De trop petits oiseaux qui ne valent
pas la poudre. Depuis que le vent d'ouest souffle, la faune ailée est
devenue bien plus nombreuse.

[Illustration: LA TRAVERSÉE D'UN LAC]

La mince couche verglassée qui recouvre la neige détrempée, se brise
sous le poids des traîneaux et les véhicules restent embourbés. Pour les
remettre en marche, l'un de nous doit s'atteler en avant, tandis que
l'autre pousse vigoureusement par derrière. Même les _ski_ enfoncent
dans cette bouillie spongieuse. De plus, de nombreux canaux d'eau libre
nous coupent le passage et nous obligent à de longs détours.

Après plusieurs heures de marche, la route est barrée par une large
nappe d'eau. Pour la traverser, l'emploi des embarcations devient
absolument nécessaire.

Une fois mis à l'eau, nous attachons les _kayaks_ bord contre bord, au
moyen de _ski_ passés dans les courroies de la couverture supérieure des
canots, de manière à former une même masse bien rigide. Sur l'espèce de
pont ainsi formé, nous plaçons ensuite les traîneaux avec leurs
chargements. Nous ne savions trop ce que nous allions faire des chiens,
lorsque, eux-mêmes, se chargèrent de nous tirer d'embarras. A peine les
véhicules sont-ils chargés que nos fidèles compagnons se couchent sur le
pont et y demeurent absolument immobiles, comme si toute leur vie ils
avaient été habitués à ce genre de locomotion.

Pendant ces préparatifs, un phoque vient tout à coup rôder autour de
nous. Pour pouvoir le harponner et l'empêcher de couler, j'attends que
les _kayaks_ soient parés. C'était agir comme le héron de la fable. Une
fois que nous fûmes prêts, le gibier se garda de reparaître. Déjà,
auparavant, plusieurs de ces amphibies s'étaient montrés un instant pour
disparaître ensuite définitivement. C'est à croire que ces animaux sont
envoyés pour retarder notre marche par leurs apparitions décevantes.
Enfin, nous «poussons» pour commencer notre navigation.

Un véritable convoi de bohémiens que ces deux singuliers esquifs chargés
de traîneaux, de sacs et de chiens. Quoique la manœuvre de la pagaie au
milieu de ces _impedimenta_ ne soit pas précisément facile, nous
réussissons à faire de la route. Nous devrons nous estimer très heureux
si, toute la journée, nous pouvons avancer ainsi, sans grande fatigue,
au lieu de nous épuiser au halage des traîneaux sur une neige détrempée.
Les _kayaks_ ne sont pas complètement étanches; à plusieurs reprises,
l'emploi des pompes devient nécessaire. Mais, qu'est-ce que cela! Tout
notre désir serait maintenant de voir s'étendre à perte de vue, devant
nous, l'eau libre.

Une fois arrivé à l'extrémité du lac, je saute sur la glace; au même
instant, j'entends derrière moi un grand clapotement. Un phoque, qui
était couché là, venait de plonger. Quelques minutes après, un second
clapotement; un autre phoque (_Phoca barbata_) montre sa tête curieuse
au-dessus de l'eau, s'ébroue pendant quelques instants, puis plonge sous
la lisière de la glace, avant que j'ai eu le temps de saisir mon fusil.
Tandis que je suis occupé à haler sur le bord l'un des traîneaux,
l'animal apparaît de nouveau tout près de nous, soufflant et s'ébattant
à notre nez, comme pour nous narguer. Mon fusil se trouve au fond du
canot. Encore une fois, cette magnifique occasion m'échappe. «Prends ton
fusil et tire, criai-je aussitôt à Johansen; surtout vise bien, ne le
manque pas.» En un clin d'œil, mon compagnon épaule et, juste au moment
où le phoque va disparaître, lâche la détente. L'animal, après avoir
fait un tour sur lui-même, flotte à la surface, la tête couverte de
sang. Laissant glisser le traîneau sur la pente, je saisis le harpon,
et, de toute la vigueur de mon bras, le lance dans l'échine grasse de
l'amphibie. La bête est encore en vie. Craignant que le harpon ne se
détache, je frappe le phoque d'un solide coup de couteau dans la gorge;
une hémorragie abondante se déclare, un large flot de sang rougit la
mer. Quel regret de perdre ce précieux régal! Mais à cela il n'y a aucun
remède. Craignant toujours de voir notre proie nous échapper, je lui
décoche un second harpon. Pendant ce temps, le traîneau, à moitié
débarqué, continuant sa glissade sur la pente, repousse les _kayaks_.
J'essaie en vain de replacer le véhicule sur les canots; impossible!
L'avant reste dans l'eau, l'arrière sur le pont de l'esquif. Sous ce
poids mal réparti, les _kayaks_ donnent de la bande, se couchent et se
remplissent d'eau avec une rapidité effrayante. Le fourneau avec son
précieux contenu tombe à la mer et s'en va à la dérive. Les _ski_ filent
d'un autre côté; les _kayaks_ enfoncent de plus en plus. Tout notre
matériel est maintenant à l'eau en voie de perdition. Il n'y a plus à
hésiter, il faut lâcher le phoque pour sauver les embarcations, et ce
n'est pas un petit travail; alourdies par l'eau qui les remplit, il
devient très difficile de les soulever et de les mettre au sec. Cela
fait, nous revenons à notre gibier. Halant lentement la ligne du harpon,
nous ramenons la bête vers le bord; après un long travail, nous
réussissons à la tirer hors de l'eau. C'est alors une joie délirante,
une joie de sauvages affamés qui vont enfin pouvoir se repaître. Un
_kayak_ plein d'eau et des vêtements mouillés, qu'est-ce que cela en
comparaison de la valeur de notre prise? Ce phoque nous sauve la vie.

Maintenant il s'agit de tout remettre en ordre et en état. Voyons
d'abord la chose la plus importante: les cartouches. Placées dans une
cassette absolument étanche, elles n'ont heureusement subi aucun
dommage. Par contre, la boîte contenant notre petite provision de poudre
est absolument remplie d'eau. Le pain est également tout imprégné d'eau
salée; dans notre situation, cela est de peu d'importance; il n'en aura
pas moins bon goût. En somme les dégâts sont peu importants.

Après cette heureuse chance, le campement est établi. De suite notre
phoque est découpé et ses quartiers soigneusement mis à l'abri de tout
dommage. Rarement des hommes ont été plus heureux que nous.
Confortablement étendus dans notre sac, nous mangeons à notre satiété.
Depuis longtemps cela ne nous était pas arrivé. Et quelle viande
succulente que ce phoque! Pour le moment, le meilleur parti est de
camper et d'attendre la dislocation de la banquise en subsistant des
produits de notre chasse.

_22 juin._--Hier, nous étions tristes et abattus, à moitié morts de
faim, incapables de nous frayer un chemin à travers les amoncellements
de glace. La situation paraissait désespérée. Maintenant la vie s'ouvre
devant nous gaie et heureuse. Le plus petit incident suffit à changer le
cours des choses.

Nous avons des vivres et du combustible pour plus d'un mois. Désormais,
inutile de nous presser; nous pouvons nous reposer, réparer les
_kayaks_, les aménager pour le transport des traîneaux et des bagages et
attendre un changement dans l'état des glaces. Après bien des jours de
diète, nous pouvons manger tout notre saoul.

_Dimanche 23 juin._--La veille de la Saint-Jean et un dimanche.
Aujourd'hui, en Norvège, quelle joie! tout le monde s'en va fêter l'été
dans les belles forêts, respirer le bon air balsamique des pins et
oublier dans le calme de la campagne joyeuse les vicissitudes de
l'existence, tandis que nous sommes là, perdus sur la banquise, toujours
incertains de notre sort, réduits à manger de la viande et du lard de
phoque. Peut-être serons-nous encore obligés de passer un troisième
hiver au milieu des glaces? La perspective n'est pas précisément
agréable.

Après un régime d'abstinence, nous pouvons maintenant manger autant et
aussi souvent que nous le désirons. La chair du phoque constitue une
nourriture très agréable et sa graisse, d'un goût excellent, peut, à mon
avis, remplacer le beurre. Aucun autre ordinaire ne nous semblerait
meilleur. Hier, le menu du déjeuner se composait de graisse crue, et
celui du dîner d'une grillade digne de feu Vatel. Si seulement nous
avions eu un bock pour l'arroser! Pour le souper, je fais frire des
crêpes au sang de phoque; c'est un véritable succès. Johansen déclare
mon plat de premier ordre. Par contre, la cuisine sur une lampe
alimentée avec de l'huile de phoque n'est pas précisément agréable. Une
fumée acre et épaisse remplit la tente et aveugle le malheureux coq. Un
jour, les choses faillirent tourner au tragique. La graisse et l'huile
ayant pris feu, pour éviter d'être brûlés, en toute hâte, nous dûmes
sortir. Aussitôt après, la lampe fit explosion, propageant partout
l'incendie. A grand'peine, nous réussîmes à sauver la tente, sans
cependant éviter que le brasier n'y fît une large brèche. Une fois tout
remis en ordre, je rallumai le fourneau pour terminer la friture. A coup
sûr, ces crêpes au sang de phoque et au sucre sont le mets le plus
délicat que nous ayons jamais goûté.

Le déjeuner est d'autant plus gai que nous venons de constater un rapide
progrès de la dérive vers le sud. L'observation d'aujourd'hui nous place
par 81°4′,3 et 57°48′ Long. Est. En trois jours, sous l'influence de
vents d'ouest et de sud-ouest, nous avons gagné environ quatorze milles
vers le sud.

_24 juin._--Cette date est naturellement fêtée avec la plus grande
solennité. Elle est pour nous un triple anniversaire. Il y a juste deux
ans que nous avons quitté la Norvège, cent jours que avons abandonné le
_Fram_; de plus, c'est la fête du soleil, du plein été.

Toute cette journée de repos, nous la passons à rêver au bon temps qui
viendra certainement tôt ou tard, à étudier nos cartes, à faire des
projets et à nous distraire dans la lecture des seuls livres que nous
avons: _La Connaissance des Temps_ et les tables nautiques.

Au cours d'une promenade le long d'un canal voisin, Johansen a la
mauvaise chance de manquer un phoque stellé.

Le souper que nous prenons très tard dans la nuit se compose, comme
celui de la veille, de crêpes au sang de phoque et au sucre. Ce mets
absolument exquis est toujours pour nous un véritable régal. La cuisson
sur la lampe à huile est longue. Pour pouvoir manger les crêpes chaudes,
nous les avalons une à une, à mesure qu'elles sont prêtes. Un service
qui n'est guère économique; entre chaque bouchée, l'appétit a le temps
de se réveiller. Après cela, nous dégustons de la confiture d'airelles.
De son séjour dans l'eau de mer, lors du naufrage de l'autre jour, elle
a conservé une salure très sensible; notre palais ne lui trouve pas
moins bon goût. A huit heures du matin seulement, ce repas
pantagruélique finit, et nous nous couchons.

A midi, je me lève pour prendre une observation. Un soleil éclatant
brille dans un ciel bleu; depuis longtemps, nous n'avons pas eu une
journée aussi belle. La glace scintille comme un immense diamant; la
nappe d'eau située devant le campement, pareille à un petit lac perdu
dans les montagnes, reflète tout le paysage dans ses eaux transparentes.
Pas un souffle de vent, l'air est absolument calme; dans cette gaieté de
la nature je rêve au pays.

En allant puiser de l'eau pour faire la soupe destinée au déjeuner,
j'aperçois un phoque tout près de moi. Aussitôt je saute en _kayak_; à
peine le canot est-il à la mer qu'il prend eau comme une écumoire. Pour
éviter de couler à pic, je dois revenir en toute hâte vers la rive.
Comme j'étais occupé à écoper, le phoque reparaît juste en face de moi.
Je saisis mon fusil et lui envoie une balle bien ajustée. L'animal,
frappé à mort du coup, flotte comme un bouchon. Aussitôt je m'élance en
_kayak_ et le harponne solidement. Désormais, sans crainte de perdre mon
gibier, je le remorque vers la rive. Pendant cette manœuvre, l'eau monte
de plus en plus dans mon misérable bachot; bientôt je suis complètement
trempé jusqu'à la ceinture. Je tire ensuite ma prise jusque devant la
tente, et la dépouille, en ayant soin de perdre le moins possible du
précieux sang.

Après avoir revêtu des vêtements secs et mis les autres à sécher au
soleil, je me glisse dans le sac.

Maintenant la tente nous offre un abri relativement chaud. La nuit
dernière, la température était si élevée que nous avons dû coucher sans
couverture. Au retour de cette expédition cynégétique, je trouve
Johansen profondément endormi; un de ses pieds, absolument nu, passe en
dehors de notre abri, sans qu'il ait la moindre sensation de froid.

D'après les résultats de mon observation de midi, notre radeau de glace
ne dérive plus vers le sud, malgré la persistance des vents de nord.
Peut-être la banquise est-elle fixe contre la côte. Cela n'est pas
improbable, maintenant nous ne pouvons être loin de la terre.

_27 juin._--Toujours la même vie monotone, le même vent, le même temps
brumeux et les mêmes réflexions sur l'avenir.

La nuit dernière, tempête de nord accompagnée d'une chute de grésil qui
frappe bruyamment contre la tente comme une forte pluie. La neige fond
au contact de la toile et l'eau coule le long de ses parois. Par un
pareil temps combien confortable nous semble notre abri! Bien au chaud
dans notre sac, nous pouvons nous imaginer que nous dérivons rapidement
vers l'ouest, bien que, peut-être, notre glaçon reste complètement
immobile. Très certainement, un vent d'est nous poussera dans l'ouest et
ensuite dans le sud. J'espère que nous dériverons vers le chenal qui
sépare la terre François-Joseph du Spitzberg.

L'aspect des ouvertures de la banquise s'est beaucoup modifié. La grande
nappe située devant nous est presque fermée. Tout autour de nous, des
pressions se sont produites et ont rapproché les glaces.

En vue de notre prochain départ, nous préparons du pemmican avec les
phoques que nous avons tués. Près de notre campement, Johansen découvre
une petite nappe d'eau douce. Désormais nous n'aurons plus besoin de
faire fondre de la glace. C'est la première eau de bonne qualité que
nous ayons trouvée.

Les phoques ne se montrent plus; en revanche, les oiseaux sont toujours
très abondants et très peu farouches. Hier, deux pagophiles blanches
sont venues enlever un morceau de lard à deux pas de nous. Deux fois
nous les avons chassées, deux fois elles sont revenues à la charge. Si
le gros gibier fait défaut, il faudra nous rabattre sur les volatiles.

En attendant la fusion complète de la neige, nous faisons nos
préparatifs du départ. Notre vie ressemble à celle d'une tribu d'Eskimos
qui, partie pour récolter du foin sur les bords d'un fjord, trouve qu'il
est trop court et attend qu'il pousse. La neige fond bien lentement.

_30 juin._--Nous voici à la fin de juin, à peu près à la même place
qu'au commencement du mois. La banquise est toujours couverte d'une
couche de neige détrempée.

Le temps est magnifique. Assis aujourd'hui à côté de la tente, nous
éprouvons une douce sensation de chaleur. Devant nous s'étend la
banquise ruisselante de lumière dans un grand calme de chose morte. Ah!
que le temps doit être beau tout là-bas, je sais bien où, dans cette
Norvège aimée! Le fjord scintille dans une campagne souriante, et vous,
chère femme, je vous vois assise, avec la petite Liv, au milieu de cette
nature aimable. Peut-être en ce moment-ci vous promenez-vous dans notre
canot sur l'eau calme de la baie? Je m'absorbe dans ces pensées, puis,
tout à coup, en relevant la tête, la vue de la banquise me rappelle à la
réalité. Avant de vous revoir, chers petits êtres, par quelles
péripéties passerons-nous?

De la glace, de la glace, toujours et partout une immense blancheur.
Hélas! elle est trop immaculée. Avec quelle joie nous apercevrions cet
horizon éblouissant maculé par une petite tache noire marquant
l'emplacement d'une terre. Depuis deux mois nous l'attendons avec
anxiété cette apparition, et jamais elle ne vient.

_Mercredi 3 juillet._--Pourquoi prendre mon crayon? Je n'ai rien de
nouveau à écrire. Toujours la même vie monotone, et toujours la même
hantise des êtres adorés. Les jours se suivent et se ressemblent. Un
vent de sud nous a repoussés vers le nord. Nous voici maintenant par
82°8′,4. Hier et avant-hier par extraordinaire un beau soleil. L'horizon
est très clair dans le sud; en vain nous l'avons observé. Toujours pas
de terre!

C'est à n'y rien comprendre. La nuit dernière neige. Jamais de pluie,
c'est à désespérer. Cette neige fraîche forme une épaisse couche sur
l'ancienne nappe et empêche sa fusion. Le vent paraît cependant ouvrir
de nouveaux canaux dans la banquise.

_Dimanche 6 juillet._--Température +1°. Cette nuit est enfin arrivée la
pluie si impatiemment attendue, une bonne pluie qui dure toute la
matinée. La neige est maintenant complètement détrempée. Si pareille
averse tombait pendant une semaine, la banquise serait nettoyée de
l'épaisse bouillie qui la recouvre. Mais non, le froid reprendra
bientôt; une couche de verglas se formera, et nous devrons encore
attendre le moment de nous remettre en marche. J'ai déjà éprouvé trop de
désillusions pour garder l'espoir. Cette vie est une école de patience.

Pendant ce temps, nous travaillons à rendre étanches les coques des
_kayaks_. Quand le moment du départ sera venu, tout sera prêt pour une
mise en route rapide. Il y a quelques jours, nous avons dû encore tuer
un de nos fidèles compagnons. Maintenant il ne nous reste plus que deux
chiens, Kaïfas et Suggen. Ceux-là, nous les garderons jusqu'à la
dernière extrémité.

Tout à coup, avant-hier, nous découvrons une tache noire dans l'est,
très loin à l'horizon. Vite la lunette. La tache dépasse les _hummocks_
les plus élevés et a l'apparence d'un rocher émergeant au milieu de
neiges. Du sommet du plus haut monticule, j'observe attentivement cette
apparition mystérieuse. Elle est trop grande pour être quelque
empilement de blocs noircis par du gravier; il n'est guère probable
cependant que cela soit une île. Nous dérivons certainement, et nous
voyons toujours cette tache dans la même position par rapport à nous. Le
lendemain, elle est toujours en vue sous le même angle. C'est
probablement quelque iceberg.

Dès que l'horizon s'éclaire dans la direction du sud, nous nous
dirigeons vers la tour de guet, un _hummock_ élevé, voisin de la tente,
toujours dans l'espérance d'apercevoir la terre. Autant de promenades,
autant d'espoirs déçus, partout le même horizon blanc. Chaque jour,
également, j'examine aux environs du campement l'état de la neige, et
constate avec dépit que son épaisseur n'a guère diminué. Par moments, je
viens à douter qu'elle puisse disparaître cet été. Si la neige ne fond
pas, terrible deviendra notre position. Le meilleur alors pour nous sera
d'hiverner à la terre François-Joseph ou ailleurs. Pendant que je suis
absorbé dans ces réflexions, la pluie survient. Aussitôt s'envolent nos
noires pensées; de suite nous nous berçons de l'espoir de rentrer
bientôt en Norvège. Comme là-bas, la vie sera agréable après cette
terrible aventure.

[Illustration: NOS DEUX DERNIERS CHIENS: KAÏFAS ET SUGGEN]

_10 juillet._--Maintenant que notre vie devient plus intéressante, j'ai
moins de goût qu'auparavant à écrire mon journal. Tout me devient de
plus en plus indifférent. Nous n'attendons qu'une chose, la débâcle, et
elle ne vient pas. Qu'écrirai-je sur mon carnet? Toujours la même chose.
Nous avons bien mangé, et ronflé vingt-quatre heures.

Toute la journée du 6, pluie. Pour fêter cet heureux événement, un
chocolat bouillant est servi au souper; comme plat de résistance, de la
graisse de phoque crue.

Pendant le repas, Kaïfas se met à aboyer. A coup sûr quelque animal a dû
passer. A peine ai-je passé la tête hors de la tente que j'aperçois un
ours. En toute hâte, j'empoigne mon fusil et, pendant que l'animal me
regarde d'un air ahuri, je lui envoie une balle au défaut de l'épaule.
L'ours chancelle; quoique mortellement frappé, il peut encore s'enfuir
clopin-clopant. Avant que j'ai eu le temps de trouver une cartouche dans
ma poche remplie d'un tas de choses, il est déjà au milieu des
_hummocks_. Il n'y a pas à hésiter. Il ne faut pas laisser échapper une
pareille proie, et de suite je me lance à sa poursuite. A quelques pas
de là, deux gentils petits oursons, dressés sur leurs pattes de
derrière, observent anxieusement le retour de leur mère. A ma vue, toute
la bande prend la fuite. C'est alors une chasse effrénée. Aucun obstacle
ne nous arrête, ni les monticules de glace, ni les crevasses; nous
gravissons les _hummocks_, sautons les ponts de glace. Une chose
curieuse que cette ardeur cynégétique; c'est comme si on mettait le feu
à une fusée. Dans toute autre occasion, nous aurions trouvé absolument
impraticable cette neige molle dans laquelle nous enfonçons jusqu'aux
genoux, et, avant de nous engager au milieu de ces glaçons disloqués,
nous aurions prudemment choisi notre route; maintenant, nous nous
lançons à travers tous les accidents de terrain sans y prendre garde.
Quoique l'ours, grièvement blessé, traîne la jambe, j'ai de la
difficulté à le suivre. Dans leur sollicitude filiale les oursons
tournent autour de leur mère, et trottent en avant d'elle comme pour lui
indiquer la route et pour l'encourager. Arrivé au sommet d'un _hummock_
élevé, je fais feu. La bête tombe morte. Les enfants poussent alors des
gémissements plaintifs; leur désespoir serait attendrissant dans
d'autres circonstances. Un nouveau coup de feu et l'enfant roule à côté
de sa mère. Le survivant regarde tristement tantôt le cadavre de son
frère, tantôt celui de sa mère. Sa douleur est indescriptible; tout
entier à ses lamentations, il tourne la tête d'un air absolument
indifférent, lorsque je m'approche pour lui envoyer une balle.
Incontinent nous ouvrons les trois cadavres, enlevons les intestins et
commençons le dépeçage. Un rude labeur. Le lendemain seulement cette
besogne est terminée.

Maintenant notre avenir est assuré. Nous avons plus de vivres que nous
ne pourrons en consommer, et nos chiens affamés pourront se gorger de
viande crue. Elles en ont grandement besoin, les pauvres bêtes. Suggen
est maintenant bien bas, je ne sais s'il pourra encore tenir. Quand nous
l'avons attelé pour ramener les ours au campement, il pouvait à peine
demeurer debout et nous avons dû le placer sur le traîneau. Une fois sur
le véhicule, il se mit à hurler terriblement, comme s'il eût voulu
manifester sa honte de se voir ainsi transporté. Les unes après les
autres, nos pauvres bêtes sont atteintes d'une paralysie des jambes,
elles tombent et éprouvent ensuite les plus grandes difficultés à se
relever. Kaïfas est heureusement bien portant.

Les oursons étaient énormes. Leur mère avait encore du lait. Comme très
certainement la période de l'allaitement chez ces animaux ne dure pas
dix-huit mois, ces animaux devaient être âgés de moins d'un an et demi,
bien qu'ils fussent de moitié plus gros que ceux tués l'année précédente
au mois de novembre. Cela indiquerait que l'ours blanc met bas dans
toutes les saisons. L'estomac de ces animaux renfermait des morceaux de
peau de phoque.

_15 juillet._--Une mouette de Ross (_Radostethia rosea_) vole au-dessus
de nos têtes. Il y a huit jours, j'ai aperçu un exemplaire adulte de cet
oiseau avec un collier noir.

_17 juillet._--La neige ayant en partie disparu, il faut songer au
départ. Pour rendre étanches les coques des _kayaks_, nous les avons
badigeonnées avec une mixture d'huile et de pastel en guise de peinture.
Après cela, inspection minutieuse des bagages: tout ce qui n'est pas
absolument indispensable sera abandonné. A notre grand regret, il faut
nous résigner à laisser notre sac de couchage, ce précieux serviteur, et
une notable provision de viande et de graisse, ainsi que trois belles
peaux d'ours. Nous abandonnons également une partie de la pharmacie, de
notre batterie de cuisine, des moufles en peau de loup, des _ski_, des
mocassins, un marteau de géologie.

Matin et soir, nous mangeons de l'ours sans jamais nous en fatiguer.
Avis aux gourmets: la poitrine d'ourson est un mets de premier choix.
Cette nourriture, exclusivement sanguine, ne nous causa aucun trouble
d'estomac.

Dans la journée du 19, plusieurs mouettes de Ross en vue, venant du
sud-est et se dirigeant vers l'ouest. Le 18, un de ces oiseaux a été
également aperçu. La rencontre, en aussi grand nombre, de ce volatile
rare est absolument extraordinaire. Où pouvons-nous bien être?

Le 22, nous nous remettons en route vers le sud. La glace est toujours
très accidentée; mais les traîneaux sont moins lourds et la neige moins
épaisse, aussi notre marche est-elle beaucoup plus rapide que nous ne
l'avions espéré. Pendant la dernière partie de l'étape, la couche de
neige devient si mince que l'emploi des _ski_ n'est plus nécessaire. Une
fois débarrassés de ces longs patins, nous pourrons traverser plus
facilement les chaînes d'_hummocks_.



CHAPITRE IX

LA TERRE EN VUE


_24 juillet._--Terre en vue! Pour la première fois, depuis deux ans,
nous voyons quelque chose s'élever au-dessus de l'horizon blanc de la
banquise. Une nouvelle vie commence pour nous.

La terre! Depuis combien de temps l'espoir de cette découverte
hante-t-elle notre cerveau? Maintenant, elle nous apparaît comme une
vision lointaine, pareille à un nuage que le vent va chasser.

Depuis longtemps elle est en vue sans que nous ayons pu la reconnaître
avec certitude. A plusieurs reprises, du camp de l'Attente[33], j'avais
cru distinguer, au loin, des champs de neige s'élevant au-dessus de la
grande monotonie glacée; puis, ne découvrant aucun point noir dans cette
bande de satin, je l'avais prise pour un nuage. A chaque instant, elle
me semblait changer de forme, sans doute par suite de la réfraction;
pourtant toujours elle était visible à la même place, avec le même
profil.

  [33] Nom donné par le Dr Fr. Nansen au campement du 22 juin au 22
    juillet.

Maintenant l'espoir nous est revenu; la glace est terriblement difficile
cependant. Toujours des amoncellements de blocs, hauts comme des
montagnes, et, entre ces accidents de terrain, des vallées et des
ravins. Heureusement nos embarcations sont en excellent état. Quand le
passage nous est coupé par des chenaux, nous mettons à l'eau les
_kayaks_ et, en quelques instants, nous arrivons sur l'autre rive.

Hier matin, tandis que je marchai en tête du convoi, Johansen, du sommet
d'un _hummock_ qu'il avait gravi pour examiner la banquise, aperçut à
l'horizon une traînée noire; pensant que ce n'est qu'un nuage, il n'y
faisait aucune attention. Un peu plus tard, voyant cette même tache
foncée au milieu d'un stratus blanc, je l'examinai à la lunette. Au
premier coup d'œil, j'ai la grande joie de distinguer un vaste champ de
neige moucheté de pointements rocheux. Plus loin, à l'est, je découvre
une seconde terre également couverte de neige, en partie masquée par un
brouillard blanc dont la forme change à chaque instant. Elle est
beaucoup plus grande et plus haute que la première. Je m'attendais à un
spectacle autrement grandiose. Je rêvais de pics élancés se dressant au
milieu de glaciers éblouissants. C'était fou de ma part; ici la terre ne
peut être que couverte de neige.

Ces îles paraissent tout près; très certainement, pensons-nous, nous les
atteindrons demain soir. Johansen partage mon sentiment; il est même
d'avis de poursuivre, sans arrêt, notre chemin pour atterrir
aujourd'hui. Hélas! treize jours devaient s'écouler avant que nous
pussions fouler la terre, treize jours d'un long et pénible labeur à
travers la banquise.

Après cela, la tente est dressée. Afin de célébrer l'heureux événement,
un vrai festin sardanapalesque est servi: un ragoût de pommes de terre,
les dernières! Depuis longtemps nous les conservons pour cette
circonstance; nous y ajoutons du pemmican, de la viande d'ours et de
phoque séchée, puis des langues d'ourson. Le second service comprend de
vieilles croûtes frites dans de la graisse et un morceau de chocolat.

_24 juillet._--Ce matin, lorsque Johansen sort pour aller, chercher
l'eau nécessaire à la cuisine, de suite il monte sur l'_hummock_ le plus
voisin pour examiner notre terre. Elle est beaucoup plus proche qu'hier;
très certainement nous y arriverons avant ce soir. Dans l'ouest, au S.
60° O. du compas, j'aperçois une troisième île, pareille aux autres,
mais beaucoup plus basse sur l'horizon, par suite située beaucoup plus
loin. La terre du Prince-Rodolphe, comme nous le reconnûmes plus tard.

Nous poursuivons notre route à travers la banquise toujours accidentée
et toujours découpée de canaux et de ravins. Progrès très lents.

_27 juillet._--Hier et cette nuit, vent de sud-sud-ouest (du compas).
Sous la poussée de la brise, notre radeau de glace semble maintenant en
dérive vers l'est, peut-être allons-nous passer en dehors des îles en
vue.

Sans notre sac de couchage, notre lit nous semble bien un peu froid et
dur. Nous essayons d'abord de dormir sur nos couvertures et nos _ski_.
Ces lames de bois nous brisent les os! Nous nous étendons alors sur la
glace, mais cette couche n'est pas précisément chaude. Quand nous aurons
un bon matelas, nous saurons l'apprécier.

_29 juillet._--A trois heures du matin, la pluie nous oblige à faire
halte. L'étape n'a été que de neuf heures. Avant d'avoir trouvé un
emplacement pour la tente, nous sommes complètement trempés. Toute la
journée, nous restons au bivouac pour nous sécher. Plus tard, le vent
ayant sauté à l'ouest, la pluie cesse; aussitôt après en route. Si une
nouvelle averse survient, nous devrons nous arrêter pour nous mettre à
l'abri. N'ayant plus un vêtement de rechange, il devient nécessaire de
prendre des précautions pour être mouillés le moins possible. Il n'est
pas, en effet, précisément agréable de coucher sur la glace sans un fil
sec sur le dos.

_30 juillet._--Nos progrès sont extrêmement lents; néanmoins, sans nous
décourager, nous poursuivons toujours notre marche. Aujourd'hui je
souffre d'un lumbago; il me faut toute mon énergie pour me tenir debout.
Dans les endroits difficiles, Johansen doit m'aider à haler mon
traîneau. Je puis à peine marcher.

_31 juillet._--La banquise disloquée est absolument impraticable. Les
chocs continuels des _floes_ ont désagrégé ces blocs, et toutes les
nappes d'eau se trouvent maintenant remplies d'une bouillie de petits
glaçons. Impossible d'y lancer les _kayaks_; au premier coup de pagaie
les coques seraient crevées par les aiguilles de glace. Pour traverser
les canaux, nous construisons des ponts flottants de glaçons ou
transformons des blocs en bacs. Nos progrès sont lents.

Mon rhumatisme ne veut pas lâcher prise. Je suis littéralement fourbu,
incapable de tout effort. Johansen doit faire à lui seul toute la
besogne; il va en avant reconnaître le terrain, puis revient chercher
les deux traîneaux. Mon excellent camarade prend soin de moi comme d'un
enfant, faisant tout pour soulager ma fatigue. Ce cher garçon a,
aujourd'hui, double travail, et il ne sait quand cela finira.

_1er août._--La banquise devient de plus en plus difficile. Pour comble
de malheur, le vent du sud nous a éloignés de terre. Nous avons dérivé
évidemment vers l'est. L'île la plus occidentale, hérissée de pontements
rocheux, n'est plus en vue.

Toujours des mouettes de Ross. Peut-être ont-elles leurs places de ponte
sur ces îles.

Aujourd'hui, je vais mieux et ne paralyserai plus notre marche. Cette
indisposition met bien en évidence les dangers de notre position. Si
l'un de nous était sérieusement malade, ce serait certainement la fin.

_2 août._--Décidément, jamais nous n'arriverons au bout de nos
tribulations. Une difficulté est à peine vaincue qu'une autre surgit
aussitôt. Je vais bien maintenant, la glace est relativement plus plane
qu'hier; nous pourrions donc avancer rapidement vers la terre, si le
vent et le courant ne nous entraînaient vers le large. Ces deux
ennemis-là sont invincibles. Nous sommes actuellement poussés dans le
sud-est; la pointe nord de la terre se trouve juste à l'ouest de nous.
Position: 81°36′ Lat. N.

[Illustration: NOS PROGRÈS SONT EXTRÊMEMENT LENTS]

Peut-être cette dérive s'arrêtera-t-elle, ou, peut-être plus tard, nous
reportera-t-elle plus près de terre, c'est mon dernier espoir. Les
canaux sont couverts de jeune glace, donc impossible d'y risquer les
_kayaks_. Si maintenant nous allions être poussés vers le nord, alors ce
serait la fin!

_3 août._--Un terrible labeur. Nos progrès sont à peine sensibles.
Malgré tout, nous réussissons à avancer vers le but. Avec cela plus de
nourriture pour les chiens! Hier les pauvres bêtes ont dû se contenter
d'un petit morceau de graisse.

_4 août._--La traversée des canaux est un véritable travail d'Hercule.
Souvent nous parcourons plusieurs centaines de mètres en sautant de bloc
en bloc, avec les véhicules à la traîne derrière nous. A chaque instant
nous risquons de tomber à l'eau.

Pour vous donner une idée de la banquise, représentez-vous un empilement
d'énormes glaçons séparés, tantôt par des trous remplis de neige molle
et d'eau, tantôt par de larges étangs. Une suite de montagnes russes
branlantes; après une colline, un ravin; bref un terrain formé de blocs
inégaux entassés dans le désordre le plus extravagant. Nulle part la
moindre plaque unie, où l'on pourrait dresser la tente et attendre; avec
cela un brouillard épais.

Après une marche terrible, nous atteignons un canal que nous nous
disposons à passer en _kayak_.

Après avoir nettoyé la rive de la «jeune glace» qui y adhère, j'amène
mon traîneau sur le bord. Pendant que je le retiens pour l'empêcher de
glisser, j'entends, tout à coup, un souffle puissant derrière moi, puis
un appel de Johansen qui vient de retourner en arrière chercher son
véhicule. «Prends vite le fusil,» crie mon compagnon. Je me retourne
aussitôt et qu'aperçois-je? Johansen renversé, se défendant à
grand'peine contre un ours énorme. En voulant saisir le fusil placé dans
son étui sur l'avant de mon canot, le _kayak_ me glisse entre les mains
et glisse dans l'eau. Ma première pensée est de sauter dans le canot et
de tirer l'ours de là. Mais je reconnais de suite combien il sera
difficile de viser sûrement l'animal. En toute hâte je ramène le _kayak_
vers la rive pour prendre mon arme; tout entier à cette besogne, je n'ai
pas le temps de regarder autour de moi. «Dépêche-toi si tu veux arriver
à temps, surtout vise bien!» me crie Johansen, Enfin, je tiens mon arme,
l'ours est à deux mètres de moi, prêt à mettre en pièces Kaïfas. Je vise
attentivement l'animal suivant la recommandation de Johansen, et lui
envoie une balle derrière l'oreille; du coup l'énorme bête tombe morte
entre nous deux.

[Illustration: «NANSEN! VISE BIEN.»]

L'ours a dû nous suivre comme un chat, et, en se dissimulant derrière
les blocs de glace, a pu nous approcher sans éveiller notre attention,
tandis que nous étions occupés à briser la «jeune glace» sur le bord du
chenal. Lorsque Johansen revint en arrière chercher son traîneau, il se
trouva nez à nez avec l'animal tapi près de son _kayak_. Tout d'abord,
il crut que c'était Suggen. Avant d'avoir eu le temps de reconnaître sa
méprise, il reçut sur la tête un coup qui lui fit voir mille chandelles
et tomba sur le dos. Mon camarade entama alors une partie de boxe avec
son assaillant, puis, le saisissant par le cou, essaya de le maintenir.
Furieux de cette résistance, l'ours se disposait à allonger à Johansen
un vigoureux coup de dent. C'est alors que mon ami prononça ces paroles
absolument mémorables pour un homme en pareille posture: «Nansen, vise
bien!» Comme s'il se fût douté de ce que je lui préparais, l'ours
suivait tous mes mouvements, et en même temps se gardait de nos chiens.
Grâce à leur diversion, Johansen put se relever et échapper, pendant que
Suggen recevait un formidable coup de griffe. Une fois mon camarade
debout, il se précipita vers son _kayak_, et, tandis que je tirai
l'animal, saisit son fusil. Johansen sortit de cette aventure dramatique
sans autre dommage qu'une légère blessure à la main et des balafres à la
joue gauche.

A peine notre ennemi est-il tombé que nous apercevons deux oursons qui,
du haut d'un _hummock_, attendaient le résultat de la chasse maternelle.
A mon avis, ils ne valaient pas le sacrifice d'une cartouche, malgré
leur taille respectable. Johansen ne partageait pas mon opinion. «La
chair de ces animaux est si délicate! Il fallait en tuer au moins un.»
Il se mit donc à leur poursuite, mais dut bientôt renoncer à son
entreprise, pour ne pas perdre un temps précieux. Pendant que nous
dépeçons notre prise, les deux oursons reviennent rôder autour de nous
en poussant des cris lamentables. Nous régalons nos chiens, avalons en
hâte une bonne portion de viande crue, et après avoir chargé les gigots
dans les _kayaks_ poursuivons notre route.

La banquise est très difficile; à chaque pas, de larges canaux remplis
de petits glaçons serrés les uns contre les autres. Véritablement c'est
à renoncer à la lutte. Au milieu de cet amas de plaques peu résistantes
se dresse un vieux _floe_, hérissé de collines entre lesquelles
s'étendent de jolies petites nappes d'eau. Une île de glace. Du haut
d'un de ces monticules, j'aperçois une large nappe d'eau libre
s'étendant devant un des glaciers de la terre la plus proche. Enfin,
nous allons peut-être sortir d'embarras; jusque-là la glace n'a pas
belle apparence. Les oursons nous suivent toujours, troublant de leurs
lamentations le grand silence de ce désert. Si nous en avions le temps,
nous irions mettre un terme à leur douleur; ce serait plus humain.

_6 août._--Hier soir, au moment du départ, le glacier vers lequel nous
nous dirigeons semblait tout près; encore un effort, peut-être
atteindrons-nous la terre à la fin de l'étape. Dans cette espérance,
nous partons, résolus à vaincre tous les obstacles, mais préparés à une
nouvelle défaite. Après cinq mois si remplis de désillusions, nous
savons les décevances de ce travail incessant sur la banquise. Des
canaux remplis de petits glaçons (_crash_), des chaînes de monticules
d'étroits et profonds ravins pleins de neige et d'eau; n'importe, nous
avançons toujours. Après cela, la glace devient plus unie. Nous
approchons rapidement du but. Nous nous attelons aux traîneaux, et,
barbotant dans l'eau et dans la neige, escaladant les monticules, puis
dégringolant dans les ravins, nous poussons vigoureusement en avant.
Nous sommes trempés des pieds à la tête, mais qu'est-ce cela! La
victoire est prochaine! Voici maintenant des nappes de glace unie; nous
prenons le pas de course. La buée noire qui indique la position de l'eau
libre monte de plus en plus dans le ciel: encore un effort et nous
arriverons au but. De tous côtés des traces d'ours. Ces animaux sont
aussi abondants que peu farouches dans ces parages, où ils n'ont pas
encore appris à redouter l'approche de l'homme. Bientôt nous aurons fait
leur éducation à cet égard. La nuit dernière un de ces plantigrades est
venu rôder autour de la tente, mais nous n'avons pas de temps à perdre à
la chasse. D'ailleurs, actuellement notre garde-manger est bien garni.

Notre marche désespérée en avant me rappelle mes souvenirs classiques.
Comme pour les Dix mille de Xénophon, la mer est pour nous le salut, la
fin des souffrances et des labeurs, et, comme ces braves soldats, nous
ne pouvons nous empêcher de crier: «La mer! la mer!» à la vue de l'eau
libre. Après une marche de cinq mois sur la banquise interminable, le
moment de la délivrance est venu.

Devant nous s'étend la nappe noire de l'eau parsemée de glaçons d'une
blancheur éblouissante; plus loin, un glacier élève sa falaise
marmoréenne au-dessus de l'étendue des flots libres. Finies toutes les
tribulations, toutes les désespérances, le chemin de la patrie s'ouvre
maintenant devant nous! Lorsque j'atteins la lisière de la glace, je
lève mon chapeau en l'air et fais signe à Johansen. Hurrah! trois fois
hurrah! Non, aucune expression ne peut dépeindre l'impression ressentie
devant ce spectacle. C'est celle du retour à la vie après de longues
semaines d'affres et d'angoisses!

Au moment de notre arrivée sur le bord de la mer, un phoque apparaît.
Tant mieux, nous n'aurons pas la crainte de mourir de faim dans ces
parages.

Aussitôt nous nous occupons de gréer les _kayaks_. Nous attachons les
canots bord contre bord et disposons sur le pont les deux véhicules,
l'un à l'avant, l'autre à l'arrière. Il eût été préférable de faire
route isolément, chacun dans son canot, si les traîneaux placés à
l'avant de l'embarcation n'avaient entravé le maniement de la pagaie.

Les chiens ne peuvent prendre place sur notre esquif; il faut donc nous
séparer de ces vaillants compagnons. Les pauvres animaux, partout et
toujours, ils nous ont suivis avec une fidélité inaltérable; maintenant
que les temps sont devenus meilleurs, nous devons les abandonner. Cette
pensée attriste notre joie; non, en vérité, je ne puis me résoudre à
cette nécessité. Mais la vie a ses exigences barbares. Il faut en finir.
Je tue Suggen, le chien de Johansen, et mon camarade se charge de
Kaïfas, le dernier survivant de mon attelage. Après cette triste
exécution, nous sommes parés pour le départ.

Les _kayaks_ dansent gaiement sur l'eau; de petites vagues clapotent
contre la coque avec un bruissement joyeux. Depuis deux ans, nous
n'avons pas vu une pareille étendue d'eau libre. Nous hissons la voile
et nous dirigeons rapidement vers cette terre, objet de nos ardents
désirs depuis de longs mois. Après s'être frayé un passage de vive
force, pas à pas, mètre à mètre, à travers une banquise formidable,
quelle agréable sensation de se sentir glisser rapidement sur la surface
molle de la mer.

[Illustration: SUR LE CHEMIN DU SUPPLICE]

Le soleil brille; le brouillard qui nous a un instant dérobé la vue de
la terre s'enlève, découvrant un glacier ruisselant de lumière. C'est la
plus joyeuse matinée que j'aie jamais vécue. Devant ce courant de glace,
terminé au-dessus de la mer par une falaise haute de 18 à 20 mètres,
tout débarquement est impossible. Le glacier paraît animé d'un très
faible mouvement; l'eau a creusé une longue voûte à sa base, et de sa
paroi terminale ne se détache aucun bloc. La partie supérieure de la
nappe est plane et ne semble déchirée par aucune crevasse. Sur toute sa
longueur, la falaise frontale présente une stratification
particulièrement nette. Devant ce glacier un courant de marée porte dans
l'ouest et nous pousse promptement dans cette direction. Le soir,
impossible de trouver un emplacement pour camper sur la terre ferme,
force nous est de dresser la tente sur un glaçon.

_7 août._--Pendant la nuit, la glace s'est fermée autour de nous. Je ne
sais comment nous sortirions de cette impasse si, à l'ouest, il n'y
avait encore une grande étendue d'eau libre. Après avoir halé nos canots
et nos bagages à travers un bout de banquise nous parvenons sans grand
effort à cette nappe d'eau. A l'aide de bâtons et de fragments de _ski_,
nous fabriquons des pagaies bien préférables à celles en bambou, garnis
de toile à voile, que nous avons emportés; notre marche sera plus rapide
avec ces engins relativement perfectionnés. Comme la vie est maintenant
agréable! Sans nous donner aucun mal, assis dans nos embarcations, nous
faisons de rapides progrès.

Brouillard très intense, impossible de distinguer nettement le paysage;
nous reconnaissons cependant que la nappe devient de plus en plus large
et s'épanche bientôt en un immense bras de mer, s'étendant dans le
sud-ouest, parallèlement à la côte. Une brise fraîche de nord-nord-est
souffle et soulève bientôt de grosses vagues qui brisent sur notre
bachot. Nous sommes complètement trempés par les embruns; la position
n'est pas précisément agréable.

Dans la soirée le campement est établi sur le bord de la banquise; juste
à ce moment la pluie commence à tomber. Il était temps d'avoir un toit
sur la tête.

_8 août._--L'étape débute par le halage des traîneaux et des _kayaks_ à
travers un «champ[34]» qui, durant la nuit, a dérivé en travers de notre
route. Pendant cette opération, j'ai la mauvaise chance de tomber à
l'eau; toute la journée je dois conserver sur le dos des vêtements
mouillés.

  [34] Nappe de glace généralement compacte. (_N. du trad._)

Au prix d'un effort nous atteignons de nouveau l'eau libre. Un peu plus
loin le passage se trouve bloqué; encore une fois le portage des
embarcations devient nécessaire. La brise de nord-est a poussé la glace
contre la côte; d'après l'apparence du ciel, les bassins d'eau libre que
nous avons traversés hier doivent être aujourd'hui bloqués. Un jour plus
tard, nous étions de nouveau pincés dans la glace.

[Illustration: NAVIGATION A LA RAME A TRAVERS LES CANAUX]

Dans l'après-midi, nous pouvons faire route à la voile. La brise tombe
ensuite, il faut reprendre les pagaies pour vaincre un courant très
violent qui nous rejette en arrière.

Le brouillard nous masque toujours la vue de la terre. Je n'ai pu encore
reconnaître notre position et suppose que nous devons nous trouver sur
la côte ouest de l'archipel François-Joseph.

_9 août._--Nous gravissons la coupole de glace qui recouvre l'îlot près
duquel nous avons campé. Lorsque nous arrivons au sommet, la brume se
lève. Grâce à cette éclaircie, je puis distinguer les contours des
terres. Il y a là simplement un archipel, formé de quatre îles, auquel
je donne le nom de Hvidtenland (Pays Blanc). La plus orientale, l'île
Eva, ainsi baptisée en l'honneur de ma chère femme, est la plus grande;
la seconde, l'île Liv,--le nom de ma fille,--plus petite, montre deux
saillies rocheuses, les deux points que nous avons d'abord aperçus. Sur
la côte nord-ouest apparaît un lambeau de terrain dépouillé de
glaciation. Peut-être est-ce là que les mouettes de Ross, si abondantes
depuis deux jours, ont leurs places de ponte. A l'ouest de cette terre,
s'ouvre un long fjord ou détroit, couvert de glace, bordé à l'ouest par
un troisième îlot, l'île Adélaïde, celui sur lequel nous sommes. Le long
de cette côte sont amoncelés d'énormes blocs, provenant probablement du
_velage_[35] des glaciers, contre lesquels les pressions ont entassé de
gros glaçons de mer. Tous ces débris, agglutinés par la gelée, forment
une masse très compacte, qui se confond avec les glaciers. Hier, nous
avons aperçu, au nord de l'île Adélaïde, un _iceberg_ de taille moyenne.
Une quatrième terre beaucoup plus grande que les îles Liv et Adélaïde
est en vue dans le sud, probablement l'île Freeden signalée par Jules
Payer. Elle semble entièrement recouverte par un glacier. Entre les
différentes îles, et, à perte de vue dans le sud-est et l'est, la mer
est couverte de «glace de fjord[36]» absolument plate; dans cette
direction aucune terre n'est visible.

  [35] On donne le nom de velage à la rupture du front des glaciers
    atteignant le niveau de la mer. (_N. du trad._)

  [36] Glace tabulaire, relativement épaisse, formée sur la nappe des
    fjords et des baies. (_N. du trad._)

De trois heures de l'après-midi à huit heures du soir, nous naviguons;
ensuite halage des embarcations à travers un «champ» de glace; puis,
nouvelle navigation jusqu'à ce qu'une seconde barrière nous arrête. Le
courant nous est contraire. Dans ces conditions, mieux vaut camper et
attendre.

_10 août._--Un bout de navigation, un portage, après quoi, de nouveau, à
la rame; toute la journée cela continue ainsi. Nous rencontrons une
troupe de morses couchée sur un glaçon. Aucune crainte de mourir de
faim, avec une pareille abondance de gibier. Nous avons suffisamment de
vivres, donc inutile de perdre notre temps à la chasse.

L'horizon est absolument bouché. Trompés par la brume, nous nous
engolfons dans une ouverture de la banquise côtière et ne reconnaissons
notre surprise qu'au fond de cette impasse. Plus loin, le courant nous
devient contraire; en même temps sur la surface absolument unie de la
mer se forme une couche de «jeune glace» très dangereuse pour les
_kayaks_. Dans ces conditions, nous prenons le parti de camper jusqu'à
dix heures du soir.

Dans toutes les directions, des pistes d'ours et d'oursons. Jamais de ma
vie je n'en ai rencontré autant. Tous les plantigrades de la région
doivent se donner rendez-vous ici.

Le Hvidtenland se trouve maintenant derrière nous, et devant nous
existent certainement d'autres terres. La banquise plate que nous
côtoyons doit être adhérente à quelque côte; malheureusement le
brouillard masque toute vue dans un rayon d'un mille.

_11 août._--Encore une fois la fastidieuse besogne du portage des
embarcations; après quoi, pendant quatre ou cinq heures, nous
poursuivons notre route à la rame.

Entre temps nous sommes attaqués par un morse. J'examinais l'horizon
lorsque tout à coup un de ces énormes amphibies vient souffler
bruyamment tout près de nous à la surface de la mer, en nous jetant un
regard féroce. Sans la moindre crainte, nous poursuivions notre route,
quand l'animal reparaît à côté de moi. Se dressant à moitié hors de
l'eau, le morse menace d'enfoncer ses terribles défenses dans nos frêles
embarcations. Au moment où je saisis mon fusil, il disparaît pour
recommencer aussitôt après la même manœuvre autour du _kayak_ de
Johansen. Si le monstre nous attaque, il faudra nous résoudre à lui
envoyer une balle. A plusieurs reprises, l'énorme bête vient à la
surface, puis replonge immédiatement après. A travers l'eau transparente
nous le voyons passer et repasser sous les canots. Craignant qu'il ne
fasse un trou dans la mince coque de ma périssoire avec ses défenses
pointues, nous agitons les pagaies pour essayer de l'effrayer et de le
maintenir à distance. Soudain, il se dresse de nouveau tout près du
_kayak_ de Johansen, plus furieux que jamais. Il n'y a pas à hésiter et
mon camarade lui envoie une balle droit dans le front. Le morse pousse
un rugissement terrible, fait la culbute et disparaît, laissant une
longue traînée de sang à la surface de la mer. Craignant une nouvelle
attaque, nous forçons de rames; nous ne sommes complètement rassurés que
lorsque nous apercevons notre ennemi loin derrière nous, à l'endroit où
il a plongé.

Nous avions oublié cet accident, quand soudain je vis Johansen, sauter
en l'air. Son _kayak_ avait évidemment reçu un choc violent sous la
quille. Peut-être quelque glaçon avait-il chaviré et était-il venu
heurter le canot; mais non, aucun bloc ne se trouvait dans le voisinage.
Pendant que j'examinais la mer, j'aperçus un morse dressé devant nous.
De suite je saisis mon fusil, il n'y avait pas une minute à perdre; ne
pouvant viser derrière l'oreille, la partie la plus vulnérable de
l'animal, je lui envoyai à tout hasard une balle dans le front.

Ce fut heureusement suffisant; du coup l'énorme bête s'affaissa inerte à
la surface de l'eau. Non sans peine nous parvînmes à pratiquer une
ouverture dans sa peau épaisse; après avoir découpé quelques tranches de
lard et de chair, nous poursuivîmes notre route.

A sept heures du soir, la renverse de la marée pousse les glaçons les
uns contre les autres et ferme le chenal. Maintenant, nulle part la plus
petite nappe d'eau libre. Au lieu de recommencer le pénible travail du
portage des kayaks à travers ce «champ», je prends le parti de camper
jusqu'à la marée suivante; sans aucun doute, elle disloquera cette masse
de glace.

En attendant, nous coupons les extrémités des traîneaux pour pouvoir les
placer séparément sur chaque canot. Désormais, nous pourrons naviguer
isolément, par suite beaucoup plus rapidement.

Pendant que nous nous livrons à ce travail, le brouillard se dissipe.
Devant nous apparaît une chaîne d'îles orientée du S.-E. du monde au
N.-N.-O. du monde. Toutes ces terres sont recouvertes de glaciers; çà et
là seulement quelques escarpements de rochers noirs percent le bord de
cette nappe immaculée.--Où sommes-nous? La solution de cette importante
question devient de plus en plus difficile. Après tout, peut-être nous
trouvons-nous sur la côte est de la terre François-Joseph. Cela nous
paraît du moins très vraisemblable. Dans ce cas, une longue distance
nous sépare encore du cap Fligely sur la terre du Prince-Rodolphe. Le
rideau de brume se lève de plus en plus, et nous ne pouvons résister au
désir d'éclaircir la situation. A chaque instant nous abandonnons notre
travail pour, grimper sur un _hummock_ voisin et examiner l'horizon.

_13 août._--La marée a déblayé le chenal. Faisant route chacun dans
notre canot, nous avançons rapidement. Nous parcourons cinq milles,
puis, de nouveau la passe se trouve fermée. Il est préférable d'attendre
encore une fois la renverse de la marée pour voir si le chenal ne
s'étend pas plus loin. Sinon, il faudra recommencer à haler les
embarcations et les traîneaux vers un canal que nous apercevons à
l'O.-N.-O. du monde, et qui, d'après la carte de Payer, serait le
détroit de Rawlinson. La glace ne s'ouvre pas; force nous est de nous
résoudre à ce travail.

[Illustration: UN ICEBERG A LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH]

_14 août._--Après un long portage à travers des _floes_ coupés de
canaux, nous arrivons à une nappe d'eau libre ouverte dans la direction
de l'ouest. Pendant quelque temps nous pouvons avancer à la rame. Après
cela, le passage nous est barré de nouveau par un amas de glace.

Les jours suivants nous poursuivons notre route, tantôt en portant les
embarcations, tantôt en naviguant. Nos progrès sont très lents. Les
traîneaux, après l'opération que nous leur avons fait subir, ne glissent
plus facilement, et les nappes d'eau libre deviennent de plus en plus
rares. A plusieurs reprises, nous faisons halte, comptant sur l'aide de
la marée pour déblayer la route; mais la glace demeure absolument
immobile. Dans ces conditions, je prends le parti de nous diriger vers
la terre la plus voisine. De ce côté, nous apercevons un _iceberg_ pris
dans la banquise, le bloc le plus élevé que nous ayons jamais rencontré.
Sa hauteur peut être évaluée à 15 ou 20 mètres[37]. Espérant avoir une
vue étendue du sommet de cette montagne de glace flottante, j'essaie de
l'escalader; au tiers de sa hauteur, la raideur de la pente m'oblige à
battre en retraite.

  [37] Des icebergs de taille colossale ont, dit-on, été rencontrés
    autour de la terre François-Joseph. Pendant tout notre séjour dans
    cet archipel je n'ai observé aucun glaçon de cette catégorie. Celui
    dont je signale la présence ici était le plus gros de tous ceux que
    j'ai vus dans ces parages. Comparés aux icebergs du Grönland, ces
    blocs étaient d'insignifiantes masses de glace.

Le soir, nous atteignons les îles, but de nos efforts. Pour la première
fois, depuis deux ans, nous avons la joie de fouler la terre ferme. Quel
plaisir de sauter d'un bloc[38] sur un autre, de pouvoir gambader à
notre guise! Au milieu de ces pierres, nous découvrons des fleurs, des
saxifrages, des pavots[39]. Pour fêter la prise de possession de ce
territoire hyperboréen, le drapeau national est hissé et un festin
préparé. Le souper se compose de pemmican et de nos dernières pommes de
terre. Nous l'avalons assis devant la tente, nous amusant à faire voler
le gravier sous nos pieds, absolument comme des enfants lâchés en
liberté.

  [38] Des blocs de basalte à gros grains.

  [39] _Papaver naudicaule_, _Saxifraga nivalis_ et _Stellaria_ (Sp.?).

Toujours la même énigme se pose à notre esprit. Où sommes-nous? Dans
l'ouest paraît s'ouvrir un large chenal, mais impossible de l'identifier
avec aucun de ceux indiqués sur la carte de Payer. Notre île, l'île
Houen, comme nous l'avons appelée, est un long amas morainique,
semble-t-il, orienté nord-sud (magnétique), constitué de blocs
généralement de grandes dimensions, reposant en plusieurs endroits sur
la roche en place. Ces blocs sont grossièrement arrondis et ne portent
aucune strie glaciaire. Dans l'ouest, nous distinguons une autre île, un
peu plus élevée, dont la côte présente une ancienne ligne de rivage
nettement marquée (_Strandlinie_); au nord, deux îlots et un «caillou».

[Illustration: ITINÉRAIRE DU DOCTEUR NANSEN A TRAVERS LA TERRE
FRANÇOIS-JOSEPH]

Tout d'abord, comme je l'ai dit plus haut, j'avais cru reconnaître dans
le chenal ouvert à l'ouest le détroit de Rawlinson; n'apercevant pas le
glacier de Dove qui borde ce bras de mer, je commence à douter de mon
identification. Peut-être sommes-nous sur la côte ouest de l'archipel
François-Joseph, et avons-nous longé, sans les voir, les terres
découvertes par Payer. Alors, comment n'avons-nous pas aperçu la terre
Oscar située par 82° et 52° de Long. Est.?

_16 août._--Bonne journée. Nous rencontrons une large étendue d'eau
libre; aussitôt l'espoir de regagner la Norvège nous revient. Pour
commencer l'étape, nous traversons la banquise reliant l'île Houen à
l'île Torup, la terre élevée située à l'ouest.

L'île Torup me semble un des endroits les plus charmants de la terre.
Une plage unie, ancienne ligne de rivage, toute semée de sub-fossiles,
lui fait une ceinture, autour de laquelle s'étend une nappe d'eau libre,
animée de troupes d'amphipodes. Au fond de la mer, on distingue des
mollusques et des oursins au milieu de forêts de laminaires et de fucus.
Sur les rochers qui dominent la rive, des centaines de guillemots nains
babillent joyeusement, tandis qu'à côté d'eux des bruants gazouillent
leurs chants plaintifs, en voletant de pierre en pierre. Soudain le
soleil brille à travers les nuages, illuminant tout l'espace d'une
clarté radieuse.

Sur la côte nord, une nombreuse colonie de mouettes bourgmestres (_Larus
glaucus_) s'est établie pour pondre. Des milliers d'oiseaux sont
installés avec leurs petits dans les anfractuosités des rochers. Pour
saisir sur le vif cette curieuse scène de famille, nous grimpons là-haut
avec notre appareil photographique.

[Illustration: A LA VOILE SUR LA MER LIBRE!]

Du sommet de la falaise, la vue embrasse la banquise que nous venons de
traverser. Jusqu'à l'horizon s'étend l'immense plaine blanche, linceul
de mort qui enveloppe sous sa lourde étreinte la mer tumultueuse.
Pendant des mois nous avons péniblement cheminé sur cette froide
étendue, et très loin dans ces «champs de glace», le _Fram_ est encore
captif.

J'avais commencé l'escalade du point culminant de l'île pour avoir une
vue d'ensemble sur la région environnante et pour reconnaître notre
position, lorsque la brume arriva de nouveau et encapuchonna les
sommets. Dans ces conditions, je dus me contenter de grimper un peu plus
haut que la colonie des mouettes, afin d'examiner la route que nous
devions suivre vers l'ouest... A quelque distance de notre île, apparaît
une vaste étendue d'eau libre, dont nous sommes séparés par un large
champ de glace.

Après cette excursion, nous nous remettons en route, en suivant un
chenal ouvert à une petite distance de la côte. En différents endroits
il est couvert d'une mince couche de glace. La moindre déchirure dans la
coque de nos _kayaks_ serait un malheur irréparable; aussi, par mesure
de prudence, abandonnons-nous ce canal pour nous diriger à travers la
banquise en halant les embarcations.

Après plusieurs heures de travail, nous voici, enfin, sur le bord de la
large nappe d'eau que nous avons aperçue du sommet de l'île Torup. A
perte de vue s'étend la mer libre; espérons que désormais nous ne serons
plus arrêtés par la glace. Au nord, une terre[40] s'élève en hautes
falaises de basalte couronnées d'une nappe de glace. De ce côté,
apparaît une longue ligne de côtes, hérissée de promontoires; tout au
loin, au milieu de ces rochers, bleuit un large glacier.

  [40] La terre du Prince-Rodolphe, comme nous le reconnûmes plus tard.

... Nous longeons vers le sud une grande île couverte, elle aussi, de
glace. Au delà du cap qui se dresse au sud-ouest, qu'allons-nous
trouver? Passé ce promontoire, la côte s'infléchit-elle au sud? Plus
loin vers l'ouest n'existe-t-il plus de terre? A mesure que nous
approchons de cette falaise, notre émotion grandit. Notre sort va, en
effet, se décider dans quelques instants. Nous allons savoir si, cette
année, nous pourrons regagner la Norvège ou si nous serons contraints à
un nouvel hivernage... La distance se rapproche; encore quelques coups
de rames et nous doublons le promontoire. A la vue de la grande nappe
d'eau libre qui s'étend devant nous, un tressaillement inexprimable de
joie fait bondir nos cœurs. La côte s'infléchit vers le sud-ouest; nous
sommes donc sur la côte occidentale de l'archipel François-Joseph.

Au milieu de la carapace de glace qui couvre l'île, émerge une arête
absolument fantastique, tranchante et effilée comme une lame de couteau.
Jamais je n'ai vu aiguille plus escarpée; la roche, un basalte
prismatique, monte droite et élancée comme un fût de colonne.

Par la pente d'un couloir qui sillonne la montagne, nous nous élevons le
long de cette paroi vertigineuse, afin d'examiner le pays dans la
direction du sud. Tout à coup, j'entends une vive rumeur au-dessous de
nous. Quel n'est pas mon étonnement d'apercevoir deux renards en train
de se disputer un guillemot qu'ils viennent d'attraper. Ils se griffent
et se mordent sur le bord de l'abîme, au risque de culbuter dans le
précipice; mais de ce danger ils semblent n'avoir cure. Dès qu'ils nous
aperçoivent, immédiatement ils cessent la lutte, absolument interdits
par notre apparition, et incontinent s'enfuient chacun de leur côté.

Après cette digression, revenons à l'objet de notre ascension: la
reconnaissance du terrain. L'examen de l'horizon est très satisfaisant.
La mer paraît libre à perte de vue le long de la côte, dans la direction
de l'ouest. Le vent est favorable; aussi, quoique très fatigués,
prenons-nous la résolution de ne pas laisser échapper une circonstance
aussi favorable. Nous avalons à la hâte une collation, puis, après avoir
gréé les embarcations, nous partons. Nous naviguons ainsi toute la nuit,
et ne nous arrêtons pour camper que le lendemain matin. Le vent est
alors tombé. Nous pouvons nous reposer sans regret.

_24 août._--Les vicissitudes de cette vie ne prendront donc jamais fin!
La dernière fois que j'écrivais mon journal, j'étais plein d'espoir et
de courage; maintenant, depuis quatre jours et trois nuits, nous sommes
arrêtés par le mauvais temps et par un amoncellement de glace contre la
côte. Dans toutes les directions, des _hummocks_, des glaçons brisés et
entassés les uns sur les autres dans un désordre indescriptible. Le
courage est encore là; mais l'espoir de rentrer prochainement dans notre
chère patrie est depuis longtemps parti. Il n'y a plus à en douter; il
nous faudra passer encore un nouvel hiver dans ces contrées polaires.

Dans la nuit du 17 au 18, à minuit, nous avions quitté notre dernier
campement par un temps admirable. Au-dessus du soleil caché par un épais
rideau de nuages, l'horizon resplendissait dans le nord d'un
flamboiement purpurin, et, la mer, reflétant ces colorations
étincelantes, semblait une nappe de feu. Une belle nuit poétique!

Sur la surface de l'eau, polie comme un miroir, sans un seul bloc de
glace, les _kayaks_ glissaient rapidement. A chaque coup de pagaie,
l'eau bruissait doucement comme un faible murmure. On se serait cru en
gondole sur le Grand Canal. Ce grand calme avait quelque chose
d'inquiétant. Le baromètre baissait rapidement...

Nous faisions route vers le promontoire Clements Markham, situé au
sud-sud-ouest, à une distance de 12 milles, quand soudain la glace parut
devant nous, la maudite glace! ... Pensant que ce n'est qu'une nappe
disloquée entraînée par le courant, nous n'y prenons d'abord garde. A
mesure que nous approchons, la situation devient beaucoup plus grave. Il
y a là une banquise très compacte et très étendue dont nous ne pouvons
apercevoir la fin. Pour essayer de découvrir un passage, nous gravissons
un _hummock_. La vue n'est pas précisément encourageante. Devant le cap
Clements Markham s'étend au large un archipel, autour duquel la glace
est amoncelée en une nappe épaisse. Près de nous existent bien quelques
ouvertures, mais elles ne nous conduiraient pas loin. Notre seule chance
de salut est donc de suivre la glace côtière et de chercher dans cette
direction un chenal libre qui nous permettra de poursuivre notre route
vers le sud.

Tandis que nous ramons au milieu de petits glaçons, la coque de mon
_kayak_ reçoit en dessous un choc violent. La secousse ne peut être
déterminée par l'émersion subite de quelque bloc qui aurait basculé dans
le voisinage. Cette fois encore, nous sommes assaillis par les morses.
Un de ces animaux, d'une taille gigantesque, nage entre deux eaux
derrière moi. Tout à coup, il se retourne et se dresse comme pour se
lancer sur le _kayak_ de Johansen, qui navigue dans mon sillage.
Craignant que le monstre ne se jette sur son embarcation et ne la
défonce de ses solides défenses, il recule de suite pour avoir le temps
de saisir son fusil. En toute hâte, je prends également le mien.
Maintenant nous sommes prêts à soutenir l'attaque. Entre temps, le morse
plonge, passe sous le canot de Johansen et vient reparaître derrière
lui. Un pareil voisinage est trop dangereux; pour y échapper, mon
camarade saute sur un glaçon voisin, prêt à lui envoyer une décharge dès
qu'il montrera le museau. Après avoir attendu quelques instants notre
ennemi, je suis l'exemple de mon camarade. En débarquant, je faillis,
par ma faute, prendre le bain glacé dont le morse m'avait menacé. Au
moment où je posai le pied sur le glaçon, la croûte se brisa sous mon
poids, et je restai debout dans mon _kayak_, faisant des prodiges
d'équilibre pour ne pas chavirer. Si le morse avait reparu à ce moment,
je l'aurais certainement reçu dans son propre élément. Après des efforts
désespérés je réussis cependant à atteindre le glaçon.

Pendant quelque temps, l'animal monte la garde autour de nous, passant
et repassant sous notre radeau de glace, toujours dans l'intention
évidente de nous attaquer. Devant cette attitude menaçante, il ne serait
pas prudent de nous remettre en route, et, pour ne pas perdre un temps
précieux, nous préparons le dîner. Afin de nous débarrasser de ce
visiteur incommode, nous songeons à lui envoyer une balle, mais ce
serait perdre nos munitions. Nous n'avons que faire d'un pareil gibier;
en second lieu, l'animal ne montrant que le museau, plusieurs cartouches
seraient nécessaires pour l'abattre. C'est un grand mâle, d'aspect
fantastique, dont la vue évoque dans notre imagination l'idée des
monstres préhistoriques. Je ne puis m'empêcher de songer à un triton,
tandis qu'il se lève en soufflant et en nous regardant de ses yeux ronds
vitreux. Après s'être livré, pendant quelque temps, à cette fantasia
menaçante, l'animal disparut soudain comme il était venu. Nous avions
achevé notre dîner; nous pûmes alors continuer notre route, satisfaits
d'avoir échappé à cette dangereuse attaque.

... Impossible d'avancer à travers le chenal ouvert le long de la
banquise adhérente au rivage. Il est entièrement couvert de «jeune
glace», et, sous la poussée du vent, commence à être envahi par la
banquise. Bientôt le _pack_ arrive sur nous et nous ferme toute issue.
Dans ces conditions, il ne nous reste qu'à attendre patiemment un
changement dans l'état de la banquise. Avec les couvertures et la tente
nous disposons un lit de camp, et, en même temps, préparons tout pour un
départ rapide, espérant toujours nous remettre bientôt en marche.

Hélas! bien loin de s'améliorer, la situation devient de plus en plus
critique, la brise fraîchit et le _pack_ épaissit à vue d'œil. Dans
toutes les directions, pas la moindre nappe d'eau libre! Le large bras
de mer que nous venons de parcourir est maintenant complètement couvert
de glace. Tout notre espoir de rentrer cette année en Norvège
s'évanouit!

Après quelques heures d'attente, nous essayons de nous rapprocher de la
côte en halant sur la glace nos bagages. En pure perte nous dépensons
nos forces. La banquise est très mauvaise; jamais encore nous ne l'avons
trouvée aussi accidentée. Sur un pareil terrain, la marche est très
lente, et, au milieu de ces aspérités tranchantes, nos _kayaks_ risquent
de recevoir quelque choc malencontreux. Le seul parti raisonnable est de
camper sur notre glaçon. Entre temps notre position devient encore plus
terrible. La neige tombe en abondance et transforme la glace en un
bourbier impraticable. Avec cela plus de vivres! Que n'avons-nous tué
des phoques, alors qu'ils s'ébattaient autour de nous en troupes
nombreuses.

Le 20, excursion à terre. Près d'un promontoire auquel nous donnons le
nom du géologue norvégien Helland, nous allons reconnaître le terrain,
dans la pensée de nous installer sur cette île, si l'hivernage devient
nécessaire. La glace est absolument impraticable aux approches du cap;
les blocs sont empilés les uns sur les autres jusque contre la paroi
terminale du glacier. Escaladant ce courant cristallin, nous partons
examiner le chenal ouvert au nord du promontoire Helland. De ce côté, la
banquise est moins accidentée, et présente l'aspect de la glace de
fjord, mais nulle part un bassin d'eau libre où il y ait chance de
rencontrer des phoques.

Au sud du cap, le terrain est relativement uni, parsemé de maigres
pelouses, de mousses, enfin de pierres susceptibles d'être utilisées
pour la construction d'une hutte. Le fjord ouvert dans cette direction
est couvert d'une épaisse banquise; aucune ouverture, partant pas de
phoques. En revanche les ours paraissent nombreux; ils nous assureront
la nourriture et l'habillement.

Cette région est constituée par un basalte à gros grains. A la base du
glacier se trouve un monticule de schistes argileux fortement altérés
dans lequel nous ne parvenons à découvrir aucun fossile. Autour,
plusieurs blocs épars semblent appartenir à un granit. De toutes ces
roches nous prenons des échantillons, mais, au cours de l'hivernage, les
renards, peu respectueux des collections d'histoire naturelle, nous en
dérobèrent la plus grande partie. A leurs extrémités inférieures, tous
les glaciers sont couverts d'une magnifique couche de «neige rouge», du
plus merveilleux effet, lorsque le soleil se montrait.

Le 21, je réfléchis, couché, à notre situation, lorsque j'entends un
bruit sourd autour de la tente. Peut-être est-il produit par le
bruissement des glaçons pressés les uns contre les autres..., non, j'ai
l'idée que ce doit être quelque gros gibier. Je regarde donc par un trou
de la tente et j'ai la joie d'apercevoir un ours de taille colossale.
L'animal, effrayé par les mouvements de la toile, détale tout d'abord,
puis s'arrête, pour regarder encore une fois notre abri. Sans perdre une
minute, passant le canon du fusil par la fente, j'envoie à notre
visiteur une balle en pleine poitrine. L'ours tombe, se relève,--une
nouvelle décharge--et il s'affaisse pour ne plus se relever. Avant
quelque temps, nous sommes assurés de ne pas mourir de faim.

Sur ces entrefaites, le vent s'élève de terre; peut-être cette brise
disloquera-t-elle la glace! Je vais donc examiner notre situation sur le
bord de notre radeau, lorsque, tout à coup, je ressens un léger
balancement... Un chenal vient de s'ouvrir le long de la côte et notre
glaçon, détaché de la masse adhérente au rivage, vogue maintenant en
toute liberté. En dépit de tous nos efforts, impossible de gagner l'île
voisine; nous dérivons vers la pleine mer.

Sous la poussée de la brise, notre radeau s'éloigne de plus en plus de
la côte. Décidés à tout risquer, nous essayons de mettre à l'eau les
_kayaks_. Cette entreprise ne réussit pas. La lame brise avec force
contre la glace et menace de fracasser nos frêles embarcations, dès que
nous approchons du bord. Le plus sage est donc de rester sur notre
glaçon.

Le vent fait rage. De crainte que la tente ne soit enlevée, nous
l'abattons et la disposons en lit de camp sur la glace. Puisque nous ne
pouvons nous rendre maîtres de la situation, le mieux est de dormir.

Après un bon somme de plusieurs heures, je me réveille... Nous sommes
maintenant à 8 ou 10 milles au large et jusqu'à la côte la mer est
absolument libre. La brise a molli; il n'y a pas à hésiter; essayons de
mettre les embarcations à l'eau et de regagner la terre. L'opération
n'est pas facile; la mer est très haute et tout autour de notre île
flottante dansent des glaçons, très dangereux pour nos faibles _kayaks_.
Mais aucune difficulté ne peut vaincre notre énergie... Une fois les
embarcations lancées, la situation n'est guère meilleure; la mer est
trop forte et le vent encore trop violent pour que nous puissions faire
route à la rame. Essayons donc de la voile. Après avoir trouvé un abri
derrière un cap de la banquise, nous attachons solidement les deux
canots bord contre bord, et établissons la voilure.

A notre grande satisfaction, nos embarcations se comportent
admirablement et avancent rapidement. Toute la journée et toute la nuit
nous marchons à la voile. Le matin, seulement, le calme nous oblige à
nous arrêter. Le temps est couvert; à droite et à gauche, des terres
apparaissent. Ne sachant quelle direction suivre, au milieu de cet
archipel, je prends le parti de bivouaquer. Enfin nous allons pouvoir
avaler un repas chaud.

Au-dessus du campement, s'élève une haute falaise de basalte, hérissée
de colonnettes et d'aiguilles, découpée d'ogives et de niches, dont la
vue évoque au milieu de ce désert de glace le souvenir de la cathédrale
de Milan. Sur ces rochers, des milliers de guillemots nains, de
pagophiles blanches, de mouettes tridactyles, de mouettes bourgmestres
et de stercoraires font un sabbat étourdissant. En dépit de tout ce
bruit nous dormons à poings fermés.

Le lendemain matin (23 août), une éclaircie nous permet de découvrir de
l'eau libre dans le S.-S.-O.; de suite il faut profiter de l'occasion.
Comme toujours pendant la nuit, la glace s'est amoncelée le long de la
côte en larges plaques, et la mise à l'eau des _kayaks_ ne va pas sans
quelque difficulté.

Le temps est beau, tout semble donc présager une bonne journée; mais, à
peine en route, le vent se lève du sud-ouest, la mer grossit et le ciel
se couvre rapidement.

Le fjord est large de plusieurs milles; avant de pouvoir débarquer il
faudra pagayer énergiquement pendant de longues heures. L'aspect de la
terre n'est pas, du reste, précisément engageant. De la base au sommet,
elle est entièrement couverte de glace; sur un seul point, un petit
rocher émerge au milieu de cette carapace cristalline. La rive
orientale, bordée par un rempart de glace sur lequel la mer déferle en
hautes vagues, n'offre, d'autre part, aucun abri contre la tempête.

Dans ces conditions, je prends le parti de nous diriger vers une autre
île, située un peu en arrière, qui semble moins désolée que les autres.
A peine débarqués, nous rencontrons un ours. Johansen, d'une balle, lui
brise la colonne vertébrale. L'animal blessé essaie de fuir, mais la
partie postérieure de son corps, paralysée, refuse tout service. La
pauvre bête s'assied tout étonnée de se sentir ainsi clouée sur place et
se met à mordre jusqu'au sang ses pattes de derrière, comme pour les
punir de lui refuser leur service. Un second coup de feu met fin à ses
souffrances.

[Illustration: GROUPE DE MORSES]

Après avoir dépouillé notre gibier, nous allons à la découverte. A
quelques pas de là, nous apercevons deux morses. Évidemment les ours
n'osent pas attaquer ces animaux. Un peu plus loin, un troisième morse
s'ébat dans l'eau en poussant des hurlements terrifiants. Après avoir
plongé, il vient se soutenir contre la berge, en appuyant ses défenses
sur la glace adhérente au rivage, absolument comme le ferait un nageur
épuisé avec les mains pour se maintenir hors de l'eau. Après avoir
plusieurs fois recommencé le même manège, la bête monstrueuse apparaît
ensuite à la surface de la crevasse près de laquelle sont couchés ses
deux autres camarades, et à l'aide de ses défenses se soulève sur le
bord de la glace. A sa vue, un vieux mâle d'une taille énorme se lève et
commence à tourner autour de l'intrus en poussant des grognements
terribles. Le nouvel arrivant baisse alors la tête respectueusement et
se retire à l'écart. Aussitôt le vieux, toujours hurlant, se dirige de
son côté et se dresse au-dessus de lui, menaçant de lui enfoncer ses
énormes dents dans le dos. Bien que l'intrus soit aussi gros et aussi
puissamment armé que son antagoniste, il s'incline devant lui,
absolument comme un esclave devant son sultan. Le vieux despote rejoint
ensuite son compagnon et se couche à côté de lui. Dès que l'autre
animal, après être resté quelque temps dans sa posture servile, fait
mine d'avancer, immédiatement l'autre se dirige vers lui comme pour le
chasser. Enfin, après bien des circuits, le nouvel arrivant parvient à
se glisser sur le glaçon et à prendre place à côté de ses deux
congénères. Tout d'abord j'imputai l'attitude du vieux à quelque passion
amoureuse, plus tard je reconnus mon erreur. Ces trois animaux étaient
tous des mâles. C'est de cette manière amicale que les morses exercent
l'hospitalité, et, à un membre choisi par ses congénères échoit,
semble-t-il, le devoir de l'exercer dans ces conditions. A mon avis, le
chef du troupeau agit ainsi pour affirmer sa dignité et faire sentir à
tout nouvel arrivant la nécessité de lui obéir.

Malgré ces procédés peu courtois, les morses possèdent à un haut degré
l'instinct de la sociabilité. On les voit, en effet, toujours par
troupes et toujours couchés les uns à côté des autres. Lorsque nous
revînmes plus tard examiner nos voisins, la bande s'était grossie d'un
nouvel arrivé; le lendemain matin, elle comptait six individus.

Au premier abord, il est difficile de reconnaître des êtres vivants dans
ces énormes amas de chair absolument immobiles pendant des heures. Dans
ces parages qui, jusqu'ici, n'ont jamais été visités par l'homme, ces
animaux vivent en pleine sécurité et dans l'ignorance de toute crainte.

Après cette étude prise sur le vif, nous préparons notre dîner et
bientôt ronflons à poings fermés, en dépit des hurlements des morses et
des piaillements des mouettes. Au milieu de la nuit, je suis cependant
réveillé par un bruit particulier. Il me semble entendre des cris
plaintifs. Immédiatement je jette un coup d'œil par un trou de la tente
et qu'aperçois-je? Un ours et un ourson flairant les traces de sang
éparses sur la neige et poussant des lamentations de douleur. Au moment
où je saisis mon fusil, nos visiteurs m'aperçoivent et s'empressent de
décamper. Je les laissai aller en paix; nous avions pour le moment
suffisamment de vivres.

Le lendemain, à notre grand désappointement, la banquise nous condamne
encore une fois à l'immobilité. Dieu sait quand finira cette détention!
En attendant, tâchons de nous installer le plus commodément possible. Ne
trouvant nulle part un endroit abrité du vent où la tente puisse être
dressée, nous construisons une hutte en pierres sèches au fond d'une
crevasse de rochers. Guère confortable, notre abri; il est trop court
pour ma taille, et trop bas pour que je puisse m'asseoir, tout juste
assez large pour que nous puissions coucher côte à côte et installer le
fourneau. Le toit est formé de la tente étendue sur des bâtons et sur
les _ski_, et l'entrée fermée à l'aide de nos vêtements. Quoique cette
hutte ne soit qu'une abominable caverne, nous sommes fiers de notre
œuvre. Couchés sur notre peau d'ours et sur nos couvertures, bien au
chaud, enveloppés par le doux murmure de la marmite sur le feu, nous
éprouvons un plaisir ineffable. La lampe à huile remplit bien notre
hutte d'une atroce fumée, mais c'est un petit inconvénient de peu
d'importance.



CHAPITRE X

HIVERNAGE A LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH


_28 août._--La banquise reste toujours immobile et l'automne avance
rapidement... Il faut nous résoudre à hiverner sur cette île. Une
distance de plus de 138 milles nous sépare du havre de l'_Eira_, des
quartiers d'hiver de Leigh Smith. Un pareil trajet pourrait être long et
je ne suis pas certain de trouver une hutte dans cette localité. En
admettant que nous puissions arriver jusque-là, il serait douteux que
nous ayons le temps, avant l'hiver, de construire un abri et de réunir
des approvisionnements. Sur notre île où le gibier est abondant, le plus
sage est donc de nous préparer à hiverner.

A notre grand désappointement, les morses qui étaient couchés sur la
glace, hier et avant-hier, ont pris la mer; force nous est donc d'aller
les poursuivre dans leur élément. En conséquence, nous préparons les
_kayaks_ en vue de cette chasse dangereuse. Entre temps arrivent deux
ours, une mère et son petit; quelques minutes plus tard, ces visiteurs
payaient de la vie leur curiosité. Un excellent début pour le
ravitaillement de la caravane.

En retournant à la hutte chercher nos grands couteaux pour dépecer le
gibier, je vois passer des oies en route vers le sud. Je les suis des
yeux jusqu'à ce qu'elles disparaissent. Que ne puis-je également
m'envoler comme ces palmipèdes et me diriger aussi facilement qu'eux
vers les doux pays du midi!

Le 29 août, nous partons à l'attaque des morses. Je ne suis pas
précisément rassuré sur l'issue de la lutte; en se défendant, ces
animaux peuvent de leurs dents crever la frêle coque de nos
embarcations. Quoi qu'il en soit, il faut tenter l'aventure... Bien
armés, nous nous dirigeons vers un de ces monstres, couché juste en face
de nous. Arrivés à portée, nous lui envoyons une décharge dans la tête.
Après être demeuré un moment immobile, il se jette à l'eau au moment où
nous allons le harponner, et, dans ses convulsions, vient heurter à
plusieurs reprises la coque de nos embarcations. La malheureuse bête
plonge, puis revient, toute couverte de sang et hurlant furieusement.
Aussitôt, nous lui envoyons une seconde décharge toujours dans la tête,
et, pendant qu'elle disparaît de nouveau, rapidement nous battons en
retraite pour éviter ses attaques. Chaque fois que le morse revient à la
surface, nous le canardons, mais sans réussir à le frapper mortellement.

Pendant une de ces manœuvres, pour pouvoir ramer plus rapidement, je
place sur le pont du _kayak_ mon fusil, oubliant qu'il est armé. Une
secousse se produit et le coup part. Tout d'abord grande est ma frayeur;
la balle a peut-être crevé la coque de l'embarcation en me labourant les
jambes. Immédiatement je me tâte; je ne ressens aucune douleur et
n'entends pas le bruissement de l'eau pénétrant dans le canot. La balle
a simplement percé le pont et la coque un peu au-dessus de la ligne de
flottaison. Si elle était passée un peu plus bas, j'avais une jambe
fracturée et le canot coulait à pic. Johansen eût-il réussi à me tirer
de l'eau que la situation n'aurait pas été meilleure ensuite. Après cet
incident j'en ai assez de cette chasse. Néanmoins, ne voulant pas
abandonner notre gibier, nous lui envoyons une dernière décharge juste
derrière l'oreille, le point le plus vulnérable. Du coup, l'animal est
tué. Nous nous disposions à le harponner, lorsque soudain, à notre grand
dépit, il coule et disparaît. Nous revenons à terre, fort penauds. Neuf
balles dépensées en pure perte, tel est le bilan de cette expédition.

Près de notre hutte, deux morses sont profondément endormis sur la
banquette de glace côtière. Nous réussissons à nous en approcher à
quelques pas, et du premier coup j'abats celui dont je me suis chargé.
Johansen est moins heureux; une seconde balle que je tire n'est guère
plus efficace que celle de mon ami. L'énorme animal se dresse en
poussant des hurlements terribles et en se soulevant sur ses défenses;
il vomit le sang, comme un poitrinaire, et reste indifférent à notre
présence. En dépit de son apparence gigantesque, la pauvre bâte nous
lance des regards de détresse si attendrissants, qu'oublieux de nos
propres besoins, nous nous sentons envahir par une profonde pitié. Nous
avons conscience d'avoir commis un assassinat. Une balle logée derrière
la tête met fin à ses souffrances; mais plusieurs jours durant j'eus la
hantise de ce spectacle sanglant.

Maintenant, il s'agit de transporter ce monstrueux gibier à terre, et ce
n'est pas un petit travail. Au moment où nous allons chercher les
couteaux, les traîneaux et les _kayaks_, commence à souffler une brise
assez forte. Le vent pourrait détacher la glace de la rive pendant que
nous serions occupés à dépouiller nos morses; il est donc prudent
d'avoir les embarcations à portée.

Pendant que nous sommes affairés à tailler ces masses de chair, une
tempête éclate; aussi bien, je surveille attentivement le chenal qui
nous sépare de terre. La glace reste immobile; nous pouvons donc
continuer à travailler. Un morse est déjà à moitié dépecé, lorsque tout
à coup la «champ» commence à dériver vers la pleine mer. Il n'y a pas
une minute à perdre. N'est-il pas même déjà trop tard? Pourrons-nous
maintenant vaincre la force du vent et regagner la terre? Au plus vite
nous empilons des quartiers de viande dans les _kayaks_ et abandonnons
notre proie. Nous réussissons d'abord à faire avancer les canots, puis
essayons de les haler à travers la banquise. Cette tentative ne réussit
guère. En voulant traverser un large chenal sur des blocs disjoints, la
croûte cristalline cède sous mes pas; à grand'peine j'évite un bain.
Nulle part la glace ne porte; il faut donc nous résoudre à remettre à
l'eau les _kayaks_. Mais, pour avancer contre un tel ouragan, ils sont
trop lourdement chargés; nous devons nous résigner à jeter tous les
quartiers de viande et tous les morceaux de peau que nous avons
emportés. Pendant que nous allégeons les embarcations, la situation
devient encore plus critique. Des blocs de glace arrivent de tous côtés
et font autour de nous une dangereuse ceinture de récifs mobiles. A
chaque instant, les _kayaks_ risquent d'être écrasés; pour éviter une
catastrophe, en toute hâte nous remontons sur la glace. Dès que les
blocs s'écartent, vite nous essayons de mettre à l'eau les embarcations.
Malgré la rapidité de nos mouvements, avant la réussite de la manœuvre,
le chenal se referme. Pendant ce temps, la tempête nous pousse toujours
vers la pleine mer... A la fin, cependant, nous parvenons à sortir de
cette situation critique. Nous lançons les embarcations, et, à force de
rames, parvenons à avancer contre le vent. Un rude labeur, la mer est
très haute et la brise terrible. Quand même, grâce à la vigueur de nos
coups de pagaie, les _kayaks_ avancent. Par moments, les rafales sont si
violentes qu'elles semblent devoir soulever hors de l'eau nos frêles
canots. Enfin, nous gagnons l'abri des hautes falaises, et bientôt nous
avons la joie d'atteindre la rive. Point de gibier, une aventure très
désagréable qui a failli avoir les plus néfastes conséquences, tel est
le bilan de la journée.

Longtemps nous apercevons le glaçon chargé des cadavres de nos morses
autour desquels tourbillonnent des nuées de mouettes. Elles se moquent,
elles, du vent et du courant, et, en toute quiétude, profitent de cette
prébende inespérée. Quant à nous, nous demeurons inconsolables de cette
perte. C'est une partie à recommencer.

La nuit suivante, j'étais endormi depuis peu de temps lorsque je fus
réveillé par Johansen. Un ours, me dit-il, rôde autour de la tente... En
effet, j'entends un grognement sourd tout près de nous. Immédiatement je
suis debout, j'empoigne mon fusil et je sors. Une ourse suivie de ses
deux enfants dévale vers le rivage. Je vise la mère, mais dans ma hâte
je la manque. Un second coup l'atteint en pleine poitrine. L'animal n'en
poursuit pas moins sa marche et se jette dans la nappe d'eau ouverte
près de la rive, tandis que ses petits s'embarquent sur un glaçon, afin
de chercher un refuge en mer. L'ourse affaiblie par sa blessure ne tarde
pas à revenir vers la côte. Immédiatement j'accours et lui donne le coup
de grâce. Après cela, nous nous embusquons pour attendre le retour des
oursons, mais, à notre grand dépit, le glaçon sur lequel ils se sont
réfugiés, poussé par la brise, s'éloigne de plus en plus. Bientôt ils ne
forment plus que deux petits points blancs sur la nappe sombre des eaux.
Nous prenons alors le parti de leur donner la chasse en _kayak_. Nous
nous élevons d'abord au large, puis, après avoir tourné les pauvres
bêtes, nous ramons droit vers elles. Aussitôt, l'une après l'autre,
elles se jettent à la mer, après un moment d'hésitation comme si elles
craignaient l'eau. Nous les poussons tranquillement vers la côte, et,
une fois qu'elles ont pris pied, nous les abattons sans pitié.

Trois ours en un jour! De plus en revenant nous avons la chance de
retrouver le morse tué la veille, flottant tout près de la terre. Sans
perdre un instant nous prenons nos précautions pour ne pas laisser
échapper cette aubaine. Le cadavre est remorqué dans une crique de la
banquise riveraine et solidement amarré.

Seulement le 2 septembre, nous avons le temps de commencer le dépècement
de ce gibier. Tous nos efforts pour le haler sur la rive demeurent
mutiles. Avec les faibles moyens de traction dont nous disposons,
impossible de hisser une telle masse sur la berge. Pendant que nous nous
épuisons à ce travail, un morse se dirige droit vers nous, nullement
intimidé par notre présence. Apercevant un camarade, il est sans doute
venu voir ce que nous faisons autour de lui. Tranquillement et avec une
dignité superbe, il approche de notre glaçon. J'attends patiemment qu'il
tourne la tête afin de lui envoyer une balle derrière le crâne. Bien que
frappée à mort, l'énorme bête ne tombe pas du coup; pour l'achever nous
n'avons plus malheureusement de munitions. En toute diligence Johansen
court chercher des cartouches et un harpon, pendant que, avec un simple
bâton, j'empêche l'animal de s'enfuir. Une fois mon camarade de retour,
le coup de grâce est promptement donné.

Pourquoi diable les morses entrent-ils dans cet étroit chenal tout
voisin de terre? Ces animaux sont évidemment attirés là par la
curiosité. Il y a deux jours, tandis que nous étions occupés à dépecer
nos ours, un de ces animaux, accompagné de son petit, est venu rôder
tout contre le bord de la banquette. Après avoir plusieurs fois plongé,
il s'est finalement dressé à moitié sur la glace pour pouvoir mieux nous
regarder. A différentes reprises il a recommencé le même manège; j'ai pu
l'approcher à quelques pas, sans qu'il prît la fuite. Ce ne fut que
lorsque je le touchai presque du canon de mon fusil que le monstrueux
animal se décida à déguerpir.

Le dépècement des morses était une besogne aussi difficile que
désagréable. Il fallait tailler et découper ces énormes amas de chair,
aussi loin que nous pouvions atteindre en dessous de la surface de
l'eau. Nous mouiller n'était qu'un léger inconvénient; avec le temps on
peut se sécher. Ce qui était pire et ce que nous ne pouvions éviter,
c'était d'être couverts de la tête aux pieds d'huile, de graisse et de
sang. Nos vêtements que nous ne pouvions renouveler avant un an, furent
singulièrement éprouvés par ce travail. Ils devinrent bientôt tellement
saturés d'huile que notre peau finit par s'en imprégner. Cette besogne
fut sans contredit la plus déplaisante de toutes celles que nous
entreprîmes au cours de notre expédition. Très certainement, nous
aurions abandonné ces animaux, si nous n'avions pas eu besoin de graisse
pour nous éclairer et préparer nos aliments pendant l'hivernage. Aussi
grande fut notre satisfaction, lorsque nous eûmes sur la rive deux gros
tas de graisse et de viande, soigneusement recouverts, en guise de
prélarts, par l'épaisse peau de ces animaux.

Pendant toute cette opération, les mouettes vécurent dans la plus
plantureuse abondance. La mer était couverte de morceaux de viande et de
lard, de débris d'intestins, et autour de chaque déchet des bandes
innombrables de pagophiles blanches et de bourgmestres se livraient à
d'incessantes disputes.

Le 7 septembre, nous commençons la construction de la hutte qui doit
nous abriter pendant le long hiver. Désormais chaque matin nous partons,
comme des ouvriers qui se rendent à leur travail, un bidon plein d'eau
d'une main et de l'autre un fusil.

Nous dégageons des pierres de la falaise, les transportons au chantier,
les mettons en place et peu à peu avons la satisfaction de voir les murs
s'élever. Pour un pareil travail nous n'avons que de piètres outils: en
guise de levier, un patin de traîneau; comme pioches, un bâton garni
d'un morceau de fer et une dent de morse emmanchée au bout d'une
traverse de traîneau; comme bêche, une omoplate de morse. Mais avec de
la patience on arrive à tout.

De jour en jour, l'abaissement de la température rendait nos travaux
plus pénibles. Le sol était maintenant très dur et les pierres
solidement cimentées par la gelée; pour comble d'infortune survint une
neige abondante. L'hiver approchait. Aussi, quelle ne fut pas notre
joie, le 12 septembre, de constater, à notre réveil, un dégel complet.
Ce jour-là, le thermomètre s'éleva à +4°, la plus haute température que
nous ayons observée pendant notre expédition.

Toutes les montagnes ruissellent de joyeux torrents qui descendent vers
la mer en gais murmures, écrivais-je à cette date. Partout l'eau coule
et susurre; partout apparaissent des taches de verdure. Comme par un
coup de baguette magique, cette nature, déjà touchée par le froid de la
mort, s'est animée d'un renouveau de vie. Nous songeons aux pays du sud,
inconscients aujourd'hui de l'imminence de la longue nuit hivernale.

Hélas, cette belle journée n'a pas de lendemain. Voici de nouveau la
neige; elle tombe en flocons serrés et couvre bientôt de sa livide
livrée cette terre qui, hier encore, palpitait de vie et de gaieté!...

Je contemple le sol. A mes pieds, au milieu des pierres, quelques fleurs
flétries émergent encore au-dessus de la nappe blanche. Une dernière
fois avant son départ, le soleil vous éclairera, pâles et délicates
corolles, merveilles du monde végétal sous ces tristes latitudes; puis,
vous vous endormirez, pour l'hiver, sous l'épais linceul blanc, jusqu'au
jour encore lointain de la résurrection printanière. Que ne pouvons-nous
faire comme vous!

Une semaine de travail, et les murs de notre hutte sont terminés. Ils
s'élèvent à 0m,90 au dessus d'une cavité ayant une profondeur égale à
cette hauteur. Nous pourrons donc nous tenir debout dans notre abri.
Reste maintenant à dresser le toit, un travail difficile dans les
conditions où nous nous trouvons. En fait de matériaux de couverture,
nous n'avons qu'un bois flotté que nous avons trouvé et les peaux des
morses. Après un jour de labeur acharné, Johansen réussit à couper notre
planche et à la hisser sur les murs où elle doit former le faîtage. Cela
fait, nous nous occupons des peaux de morse. Sous l'influence de la
gelée, elles sont devenues absolument rigides et adhèrent maintenant aux
morceaux de lard et de graisse que nous avons entassés sous leur abri.
Les dégager constitue un véritable exercice de patience, et les
transporter à la hutte un travail qui nous met à bout. Enfin, tantôt en
les roulant, tantôt en les tirant, ou en les portant, nous réussissons à
amener ces énormes peaux devant notre abri. Maintenant autre difficulté;
ces peaux, absolument durcies par la gelée, ne peuvent être étendues;
avant de pouvoir les employer, nous devons les immerger pendant
plusieurs jours pour les amollir.

Tandis que nous sommes occupés à la construction de notre hutte, une
grave inquiétude nous tourmente. Les ours ont complètement disparu. Ceux
que nous avons tués ne nous mèneront pas loin; si ces animaux ne
reviennent pas, nous courons le risque de mourir de faim. Le 23
septembre, enfin, j'ai la grande joie d'apercevoir un plantigrade de
fort belle taille en contemplation sur le bord de la mer, devant une de
nos peaux de morse.

Immédiatement j'avertis Johansen qui est muni de son fusil, pendant que
je vais chercher le mien. Lorsque je reviens, je trouve mon camarade
accroupi derrière une pierre, attendant impatiemment mon retour. Il y a
maintenant deux ours, l'un sur le rivage, l'autre près de la hutte. Je
me dirige vers le premier, en me défilant derrière des _hummocks_, pas
assez cependant pour qu'il ne m'aperçoive et ne prenne aussitôt la
fuite. Avant qu'il ne disparaisse, j'ai cependant le temps de lui
envoyer une balle. Malheureusement l'animal n'est pas frappé
mortellement, et, d'un pas encore allègre, se dirige rapidement vers le
fjord. Après une poursuite acharnée de plusieurs heures, je parviens à
l'acculer devant le mur du glacier. Se voyant traqué, il se met aussitôt
en défense, et fait mine de vouloir se jeter sur moi. Une balle bien
ajustée met rapidement un terme à cet essai d'offensive. A mon retour,
je trouve Johansen occupé à dépecer le second ours. Maintenant, nous
pouvons continuer sans inquiétude notre construction; au moins pour
quelque temps notre garde-manger est suffisamment garni...

_24 septembre._--En nous rendant à notre travail, nous apercevons un
nombreux troupeau de morses couchés sur la glace. Après l'expérience des
jours derniers nous n'avons guère envie de nous mesurer avec ces
animaux. Johansen est d'avis de les laisser en paix. N'avons-nous pas
suffisamment de provisions? Je pense, au contraire, qu'il serait
imprudent de laisser échapper pareille occasion. Nous ne saurions nous
munir d'une trop grande quantité d'huile et de graisse pour assurer
notre chauffage et notre éclairage.

A l'abri d'_hummocks_, nous nous glissons jusqu'à 10 mètres du troupeau,
sans éveiller ses soupçons. Il s'agit maintenant de choisir nos victimes
et de bien employer nos balles. La troupe se compose d'adultes et de
jeunes. Notre précédente aventure nous a guéris de nous attaquer aux
vieux et nous décidons de tirer les plus petits de la bande. En
attendant qu'ils veuillent bien tourner la tête pour que nous puissions
les frapper mortellement du premier coup, nous avons tout le loisir
d'étudier leurs mœurs. Sans cesse, vieux et jeunes, se frottent le dos
l'un l'autre avec leurs défenses. Lorsqu'un de ces animaux, en
s'étirant, dérange son voisin, immédiatement l'autre se lève et lui
enfonce ses dents dans le dos. Et ce n'est pas précisément une caresse.
Ceux de ces monstres qui n'ont pas la peau très dure, portent tous des
cicatrices saignantes qui témoignent de la force de ces coups. Quand un
intrus se présente pour prendre place sur le glaçon, l'émoi devient
général. Tous hurlent en chœur, et celui des vieux mâles qui se trouve
le plus proche du nouvel arrivant, le gratifie d'une volée bien
appliquée. Devant cette réception la pauvre bête baisse humblement la
tête, puis, pas à pas, se faufile au milieu des autres, tout en recevant
des coups, de droite et de gauche, qu'il n'ose rendre.

[Illustration: JOHANSEN VISANT UN MORSE]

Fatigués d'attendre que les morses aient la complaisance de tourner la
tête, nous nous décidons à les tirer au front. Surprise par le bruit de
la décharge, la troupe se lève, et, après nous avoir regardés d'un air
étonné, se dirige vers le bord du glaçon... Il n'y a pas un instant à
perdre. Nous rechargeons rapidement, et simultanément abattons deux de
ces monstres, un jeune et un vieux. Tous se jettent alors à l'eau, à
l'exception d'un seul qui reste immobile. De ses grands yeux vagues,
tantôt il regarde les cadavres de ses camarades, tantôt les barbares qui
sont venus jeter la mort parmi ces inoffensifs. Faut-il abattre
également ce pauvre animal ou le laisser aller en paix? Il est, ma foi,
bien tentant, mais n'avons-nous pas assez de gibier? Pendant que
Johansen avance le fusil armé, incertain s'il doit le tuer, je prends un
instantané de cette scène amusante. Finalement, nous nous décidons pour
la clémence... dans le dessein de ménager nos munitions.

Les morses rendus furieux s'ébattent bruyamment en poussant des
hurlements terribles. Un vieux est particulièrement acharné. Par
moments, il se dresse sur le bord du glaçon et se lance de notre côté,
en fixant les cadavres de ses compagnons comme s'il voulait s'en emparer
et les emporter. Peu à peu cependant le troupeau se disperse; les
grognements deviennent plus faibles, et la nature arctique reprend son
éternel silence. Depuis quelque temps déjà ces animaux avaient disparu,
lorsque soudain la tête du vieil enragé se montra tout près de nous. Je
le menaçai avec une rame, et aussitôt il plongea rapidement. Plusieurs
fois, il revint à la charge, avec des intentions belliqueuses
manifestes; enfin, comprenant sans doute l'inutilité de sa colère, il se
décida à se retirer, et nous pûmes continuer en paix le dépècement.

Nous vînmes facilement à bout du jeune morse, mais il n'en fut pas de
même du vieux. Malgré tous nos efforts, ne parvenant à le retourner,
nous dûmes nous contenter de le dépouiller seulement sur un côté. Grâce
à l'heureux résultat de cette chasse, nous avions maintenant en
abondance du combustible pour l'hiver et des matériaux de couverture
pour le toit de notre hutte.

Pendant quelque temps, ces amphibies restèrent dans notre voisinage. De
temps à autre, tout à coup, nous entendions deux ou trois beuglements
formidables et, au milieu des glaçons, voyions émerger une large et
grosse tête ronde. Un instant, elle soufflait bruyamment à la surface,
puis disparaissait ensuite rapidement.

Le 25 septembre, nous étions en train de tirer hors de l'eau les peaux
que nous avions immergées pour les assouplir, lorsque nous entendîmes un
craquement dans la glace. Tout près de nous, un morse lève la tête.
«Regarde-le, dis-je à Johansen; avant cinq minutes, il sera dans le trou
où nous travaillons en ce moment.» Et, en effet, à peine ai-je parlé que
nous voyons les peaux s'agiter et une énorme bête se dresser devant
nous. Un instant, elle nous regarde, puis plonge en barbotant.

Les peaux étant maintenant suffisamment malléables, nous les étendons
des deux côtés du faîtage et les assujettissons sur le sol par de
lourdes pierres. La toiture achevée, à l'aide de cailloux, de mousses et
de morceaux de peau, nous jointoyons les murs et établissons ensuite la
porte. Elle est pratiquée à l'un des angles et précédée par un long
couloir creusé dans le sol, couvert de blocs de glace et fermé par une
peau d'ours. Une seconde peau, cousue au toit, fait l'office de porte à
l'entrée de la pièce d'habitation.

L'abaissement de la température et les nuages de fumée produits par le
fourneau de cuisine rendaient, pour ainsi dire, inhabitable la caverne
dans laquelle nous étions blottis, en attendant l'achèvement de la
hutte. Aussi, grande était notre impatience de nous installer dans notre
maison qui, à nos yeux, présentait le suprême confortable.

Combien agréable serait notre existence, une fois que nous serions
établis dans cette somptueuse demeure! L'appartement n'était pourtant
guère spacieux. Sa longeur ne dépassait pas 3 mètres et sa largeur 2
mètres; mais je pouvais m'y tenir debout. Un pareil gîte, bien abrité du
vent, nous semblait la plus luxueuse installation. Depuis notre départ
du _Fram_, c'est-à-dire depuis six mois, jamais nous n'avions joui d'un
tel confort. Mais, avant d'avoir terminé complètement notre abri, nous
avions encore du travail pour plusieurs jours.

J'avais recueilli soigneusement une provision de nerfs de morse, dans la
pensée de les utiliser en guise de fil. Nos vêtements étaient en
lambeaux, et je comptais employer l'hiver à la réfection de notre
garde-robe. J'avais laissé cette mercerie d'un nouveau genre près des
carcasses; c'était compter sans les mouettes et les renards. Lorsque je
voulus mettre à l'abri mes écheveaux de «fil», il était trop tard. Sans
le moindre scrupule nos voisins s'étaient approprié notre bien. Pendant
que j'étais occupé à inspecter les environs, espérant toujours retrouver
cette provision, je découvris des traces fraîches d'ours. En même temps,
j'aperçus Johansen qui arrivait en courant et qui me faisait des signes
pour appeler mon attention dans la direction de la mer.

M'acheminant avec précaution de ce côté, je distingue un ours énorme. A
notre vue, au lieu de prendre la fuite, il continue à se promener de
long en large, en nous regardant. Aussitôt Johansen se porte sur le bord
du fjord pour recevoir l'animal, tandis que je m'avance sur la banquise
pour le tourner. Entre temps, maître Martin se couche tranquillement sur
la glace, près d'un trou, sans doute pour guetter des phoques. Dès qu'il
m'aperçoit, il se dirige de mon côté d'un air menaçant; réfléchissant
sans doute qu'il est plus prudent de fuir, il s'engage sur une nappe de
«jeune glace» très mince. Ne pouvant le suivre dans cette direction, je
lui envoie une balle. L'ours, après avoir fait encore quelques pas,
s'affaisse, en brisant la croûte de glace. Plus il fait d'efforts pour
se dégager, plus le trou dans lequel il est enfoncé s'agrandit.
Finalement le monstrueux animal, suffoqué et affaibli par une abondante
perte de sang, s'enfonce dans les convulsions d'une atroce agonie.

Pendant cette chasse, à chaque instant des morses surgissent à travers
les trous de la glace dans une attitude hostile. Ces animaux commencent
à être beaucoup trop hardis. Un peu plus tard, au moment où nous nous
disposons à haler à terre le cadavre de l'ours, il reçoit un choc
violent. Au même instant, une énorme tête de morse pousse cette masse de
chair flottante et se dresse à travers la crevasse en lançant un
rugissement de colère. C'est une nouvelle preuve que ces animaux ne
redoutent pas les ours. Après avoir passé une corde autour du cou de
notre gibier, nous essayons sans succès de le haler vers la rive. Nous
cassons alors la «jeune glace»; grâce à ce moyen, nous parvenons à
amener cette bête monstrueuse près d'un bloc solide où nous la hissons.

Dans la soirée, nous surprenons trois autres ours en train de déguster,
sans la moindre vergogne, nos provisions de lard et de graisse: une mère
et ses deux enfants. «Allons-nous donner la chasse à ceux-là?»
m'exclamai-je. Je me sentais alors très fatigué, et je dois avouer que
j'avais beaucoup plus envie de souper et de dormir que d'aller courir à
la poursuite de ces animaux. Aussi, sans aucun déplaisir, je vois la
bande s'acheminer rapidement vers la banquise. Un peu plus tard,
entendant de nouveau du bruit autour de nous, je sors aussitôt. Ce sont
encore les trois ours. Ils n'ont pu résister à l'attrait de nos
alléchantes provisions. Je m'embusque derrière des pierres, et, au
passage, je canarde la mère de famille. Elle pousse un hurlement de
douleur, mais ne s'achemine pas moins rapidement avec ses petits vers la
plage où, finalement, elle s'affaisse. Les oursons s'arrêtent d'abord
tout étonnés, puis, à notre approche, se sauvent sans que nous puissions
arriver à portée.

Le lendemain matin, nous retrouvons ces animaux auprès de notre magasin.
Cette fois encore, ils réussissent à nous échapper. Le sol est couvert
de leurs pistes. Toute la nuit ils ont rôdé autour du campement, et,
étrangers à tout sentiment, ont dévoré l'estomac de leur mère qui
contenait quelques morceaux de lard.

Notre magasin attire évidemment tous les ours du voisinage. Le 28
septembre, nous trouvons un de ces plantigrades en train de ronfler
devant notre dépôt. En se défiant derrière des pierres, Johansen
parvient à quelques pas du dormeur. Entendant du bruit autour de lui,
l'animal se réveille, et, au moment où il lève la tête pour examiner les
environs, reçoit une balle dans la gorge. Cette blessure ne paraît
nullement le gêner, et, d'un pas allègre, il se dirige vers la plage, en
lançant à Johansen un regard méprisant tout à fait drôle. De suite nous
partons à ses trousses. A peine s'est-il engagé sur la glace qu'il
s'affaisse sous une grêle de balles. C'était un des plus grands ours que
j'aie vus, mais aussi un des plus maigres. Soit sous la peau, soit
autour des entrailles, il ne portait pas le moindre lambeau de graisse.
Sans doute à jeun depuis longtemps, il avait absorbé une quantité
incroyable de notre lard.

Avant de se livrer à cette orgie, cet animal avait tué les deux oursons
qui nous avaient tenus compagnie les jours précédents. A quelque temps
de là nous trouvâmes les cadavres des deux victimes. Les empreintes
laissées sur la glace racontaient le drame. L'assassin avait d'abord
poursuivi un des orphelins, et, après l'avoir tué, s'était rué sur
l'autre. Plus tard il avait ramené leurs cadavres sur la plage où il les
avait abandonnés sans y toucher.

Pourquoi avait-il commis ce crime? Je ne pus jamais le comprendre.
Peut-être voyait-il dans ces deux oursons des compétiteurs dans le
combat pour la vie.

Après toutes ces chasses heureuses, nous pouvions considérer l'avenir
avec confiance. Nous ne courions plus le risque de mourir de faim.

Le 28 au soir, nous nous installons dans notre hutte. Pour nous chauffer
et pour nous éclairer, nous avions fabriqué de véritables lampes
grönlandaises avec des feuilles de fer-blanc repliées en soucoupes. Au
milieu brûlaient les mèches formées par des morceaux de bandage
provenant de notre pharmacie de voyage. La première nuit fut loin d'être
bonne. Jusqu'ici nous avions toujours dormi, l'un contre l'autre,
blottis dans un même sac. Pensant que nos lampes à huile de morse
échaufferaient suffisamment la pièce, nous nous installâmes, séparément,
sur le sol du gourbi, chacun avec une couverture. Mal nous en prit. Les
lampes éclairaient brillamment, mais n'élevaient guère la température
dans cette hutte très imparfaitement close, et toute la nuit nous
claquâmes des dents. Jamais nous n'avions encore autant souffert du
froid.

Le lendemain, pour ramener un peu de chaleur dans nos corps engourdis,
nous absorbons une quantité énorme de bouillon d'ours. Après quoi, nous
nous occupons d'installer une couchette plus confortable. L'expérience
de la nuit dernière nous a guéris de l'idée de faire lit à part. Avec
nos deux couvertures nous confectionnons un sac de couchage que nous
étendons sur de moelleuses peaux d'ours. Mais il nous est impossible
d'aplanir les pierres pointues qui constituent le matelas. Avec les
instruments dont nous disposons, nous ne pouvons parvenir à les détacher
du sol gelé; tout l'hiver nous nous retournerons sans cesse sur notre
lit, cherchant toujours un endroit un peu moins rugueux pour étendre nos
membres endoloris.

Cet aménagement terminé, nous nous occupâmes de la construction d'un
fourneau. Un trou dans le toit et une peau d'ours, en guise de tablier,
composèrent toute l'installation intérieure. A l'extérieur, pour
empêcher le vent de refouler la fumée dans la hutte, nous dressâmes une
cheminée en glace et en neige, les seuls matériaux que nous ayons à
notre disposition. Elle tirait parfaitement, mais avait l'inconvénient
d'avoir besoin de fréquentes réparations. Sous l'influence de la chaleur
de l'âtre, la glace fondait et parfois la cheminée devenait une
gouttière. Il fallait alors nous transformer en fumistes et recommencer
le travail. Aux endroits les plus exposés, afin d'assurer une plus
grande stabilité à l'appareil, nous introduisîmes, au milieu de la
neige, des os et même des quartiers de viande de morse gelée, en guise
de briques.

Notre ordinaire était très peu varié. Tous les matins, du bouillon et du
bouilli d'ours, et tous les soirs une friture d'ours. Malgré cette
uniformité dans les menus, jamais nous ne nous lassâmes de cette cuisine
et jamais nous n'éprouvâmes la moindre inappétence. Un régal pour nous,
c'étaient les morceaux de graisse de morse qui avaient brûlé dans les
lampes. C'étaient nos friandises, nos gâteaux comme nous les appelions.
Si seulement nous avions eu un peu de sucre en poudre, combien meilleurs
encore ils nous auraient semblé!

[Illustration: L'INTÉRIEUR DE NOTRE HUTTE]

Les quelques provisions du _Fram_ qui nous restaient, nous résolûmes de
les conserver précieusement jusqu'au printemps pour nous alimenter
pendant la retraite, et, afin de les protéger contre les déprédations
des renards, nous les cachâmes soigneusement sous un amas de pierres.

Ces animaux étaient d'un sans-gêne extraordinaire et s'appropriaient
tout ce qu'ils rencontraient. Déjà ils nous avaient dérobé des perches
en bambou, des harpons, des lignes, enfin une collection de géologie. La
perte la plus grande était celle d'une grosse pelote de fil dont nous
pensions nous servir pour la confection de vêtements et de chaussures
avec nos peaux d'ours. Heureusement, les voleurs avaient respecté le
théodolite et mes autres instruments, sans doute parce qu'ils n'avaient
pu les emporter. Je laisse à penser dans quelle colère j'entrai lorsque
je découvris les méfaits de ces animaux. Pour essayer de retrouver les
objets disparus, je suis les pistes des voleurs, lorsqu'à 6 ou 7 mètres
de moi j'en aperçois un, tranquillement assis comme pour me narguer. A
ma vue, il se met à pousser des glapissements si perçants que je suis
obligé de me boucher les oreilles, et il ne prend la fuite que lorsque
je le bombarde de pierres. Alors il se sauve lestement et va s'installer
sur la paroi terminale du glacier, où il continue son concert
lamentable. En revenant, je me creusai le cerveau pour trouver un moyen
de nous débarrasser de ces voisins peu scrupuleux. Leur envoyer des
balles, il n'y fallait pas songer. Notre provision de munitions était
déjà trop entamée pour perdre des cartouches sur un pareil gibier. Nous
songeâmes à fabriquer un piège, mais sans aboutir à aucun résultat.
Lorsque nous eûmes le temps de nous occuper de la construction d'une
trappe, une épaisse couche de neige couvrait déjà le sol et nous
empêchait de trouver des pierres suffisamment lourdes pour assurer son
efficacité. Tout l'hiver les renards ne cessèrent de causer des
déprédations à notre matériel. Un jour, ne nous dérobèrent-ils pas notre
thermomètre enregistreur. Après de longues recherches, nous parvînmes à
le retrouver, enfoui dans un amas de neige. Pour le préserver désormais,
nous le plaçâmes par-dessous une grosse pierre. En dépit de cette
précaution, les renards parvinrent à s'en emparer de nouveau; cette
fois, malgré tous nos efforts, nous ne pûmes remettre la main dessus.

... Le 15 octobre, le soleil se montre pour la dernière fois au dessus
de l'horizon. Désormais, les jours décroissent rapidement; bientôt
commencera notre troisième nuit polaire.

Le 8 et le 21 octobre, nous tuons encore deux ours, les derniers de la
saison.

Notre vie était très monotone. Les journées débutaient par la
préparation du déjeuner, que nous avalions toujours avec appétit, puis
nous prenions un peu d'exercice. Nos sorties étaient très courtes, ne
possédant plus de vêtements pour supporter de pareils froids. Nos
vestes, nos pantalons et nos jerseys n'étaient qu'une loque saturée
d'huile et de graisse. Nous avions eu primitivement l'intention de nous
refaire une garde-robe avec les peaux d'ours; mais avant d'employer ces
pelleteries, il était nécessaire de les nettoyer et de les faire sécher.
Les premières peaux prêtes furent employées à la confection d'un nouveau
sac de couchage. A cet usage passèrent toutes celles que nous eûmes le
temps de préparer et durant l'hiver nous fûmes obligés de continuer à
porter nos guenilles.

Le vent, presque toujours violent, rendait les promenades fort peu
agréables. Souvent des journées entières s'écoulaient sans que nous
ayons mis le nez dehors.

L'après-midi était consacrée à la préparation du dîner et la soirée à
celle du souper. Une fois notre estomac satisfait, nous nous roulions
dans notre sac pour tâcher de dormir le plus longtemps possible. Dormir
et manger, voilà nos seules occupations. Somme toute, l'hiver se passait
très agréablement. Grâce aux lampes, le thermomètre, dans la hutte, se
maintenait aux environs du point de congélation, une température chaude
pour des gens habitués à camper par 40° sous zéro!... Sur les murs
l'humidité se déposait en magnifiques cristaux de glace d'une
éblouissante blancheur, nous donnant l'illusion de dormir dans une
grotte de marbre. Cette splendeur n'allait pas sans inconvénients.
Lorsque la température de la hutte s'élevait, tout ce revêtement
cristallin fondait et transformait notre lit en un bourbier.

[Illustration: NOS QUARTIERS D'HIVER]

Chacun de nous, à tour de rôle, avait sa semaine comme cuisinier. Aucun
autre changement ne venait couper la monotonie de notre vie, et c'est
par «semaine de cuisine» que nous comptions le temps.

J'avais espéré employer l'hiver à revoir mes observations et mes notes
et à écrire une relation de notre voyage. De ce beau projet il n'advint
pas grand'chose. Notre hutte ne constituait pas précisément un cabinet
de travail commode; on y voyait tout juste clair, et le sol hérissé de
pierres pointues ne formait pas un siège confortable sur lequel on pût
rester longtemps assis. De plus, j'éprouvais comme un engourdissement du
cerveau et ne me sentais nulle envie de prendre la plume. Enfin, mes
mains étaient couvertes d'une telle couche de crasse qu'elles
noircissaient le papier et le tachaient de graisse. Les feuillets de
notre journal pour cette époque semblent couverts du «caviar» de la
censure russe.

Bien souvent, il m'est arrivé de ne pouvoir déchiffrer, le lendemain,
mes notes de la veille, et, en écrivant ces pages, j'ai la plus grande
difficulté à débrouiller ces hiéroglyphes maculés de suie et d'huile.
J'ai beau me servir d'une loupe; fréquemment mes efforts restent
absolument infructueux.

Pour cette période, mon journal est très laconique; des semaines
entières je restais sans rien écrire, sauf les observations
météorologiques. Du reste, je n'avais pas le moindre incident à
consigner. Les jours succédaient aux jours dans la plus désespérante
monotonie. Les extraits suivants de mon journal donnent une idée très
précise de l'uniformité de notre vie pendant les neuf mois de notre
séjour à la terre François-Joseph.

_27 novembre._--Température: −23°. Tempête et tourbillons de neige. Un
rideau de profondes ténèbres nous enveloppe et nous sépare du monde
extérieur. A peine pouvons-nous distinguer les pierres noires qui
pointent à travers la neige blanche et la haute falaise dressée en mur
vertical au-dessus de nos têtes.

Les rafales soulèvent des nuages de neige et bruissent tristement à
travers les trous et les crevasses du basalte, et cela dure ainsi de
toute éternité et cela durera jusqu'à la fin des siècles...

Au pied des rochers, deux hommes se promènent de long en large pour se
réchauffer, deux ombres dans la noirceur infinie de la nuit hivernale,
et cela durera ainsi jusqu'au printemps.

_1er décembre_.--Depuis plusieurs jours, temps magnifique. Nous ne nous
lassons pas d'admirer ce monde de glace que la lune transforme en une
terre de féerie. La falaise se dresse, toute noire dans un éblouissement
de blancheur vague, précédée d'une plaine morte qui semble faite de
marbre de Paros. Pas un bruit; les montagnes restent silencieuses dans
leur carapace rigide, les eaux endormies sous leur nappe cristalline
demeurent immobiles... et, dans cette nature vide la lune poursuit
toujours sa course pacifique. Un monde mort à travers lequel l'esprit de
l'espace flambe en fusées d'aurore boréale.

_2 décembre._--Le vent souffle grand frais. Une promenade ne serait pas
précisément agréable.

Dans la soirée, un renard nous dérobe la voile de notre _kayak_, un de
nos biens les plus précieux. Elle seule peut nous conduire au Spitzberg.
Comment diable cet animal a-t-il pu entraîner un aussi large morceau de
toile épaisse qu'alourdit encore une couche de glace, et que voulait-il
en faire?... Après de minutieuses recherches nous parvenons à trouver
notre voile. N'importe! l'alerte a été chaude.

_10 décembre._--Tempête. Johansen s'est aperçu aujourd'hui de la
disparition de son _kayak_. Plus tard, il le retrouve à plusieurs
centaines de pas sur la plage. La brise l'avait enlevé et emporté
jusque-là. Que les canots volent ainsi à travers les airs, cela commence
à devenir singulier.

La nuit dernière, par contre, calme plat et température très douce. Par
ce temps de printemps, la promenade est très agréable; depuis longtemps
nous n'avons pu en faire une aussi longue. Un véritable plaisir que de
pouvoir ainsi remuer de temps à autre. Sans cela, nous finirions par
nous engourdir dans une rigidité absolue, comme la nature qui nous
entoure. Température −12°.

_19 décembre._--De nouveau, temps froid −28°,5. Noël approche. A la
maison, tout le monde est occupé aux préparatifs de la fête. Ici, rien
de semblable, pas le moindre remue-ménage. Passer le temps est notre
seul souci; nous dormons le plus longtemps possible.

... La marmite chante gaiement sur le fourneau. En attendant le
déjeuner, je reste assis devant le feu; tout en regardant la flamme, ma
pensée s'envole loin... loin, très loin...

A la lumière de la lampe, elle coud. Auprès d'elle, une petite fille,
blonde, aux yeux bleus, joue à la poupée. Elle regarde tendrement
l'enfant, caresse ses cheveux, et, tout à coup, ses yeux débordent de
larmes.

Johansen dort; dans son sommeil, il sourit. Pauvre ami, il rêve, sans
doute, à la Noël, là-bas, et à tous ceux qu'il aime! Dors et rêve
pendant l'hiver; un jour, enfin, viendra le printemps, la saison du
réveil et de l'activité.

_22 décembre._--Johansen nettoie notre chenil. Pour fêter la Noël, il
veut l'approprier, tout au moins le débarrasser de tous les déchets qui
souillent le sol.

_24 décembre._--Température à deux heures du soir −24°. Quelle triste
veille de Noël!

Là-bas, les cloches sonnent gaiement... Il me semble entendre leur
joyeux murmure à travers l'air froid et silencieux de la campagne
endormie sous la neige... On vient d'allumer les chandelles des arbres
de Noël; et autour les enfants dansent leurs rondes joyeuses... Quand je
serai revenu, je donnerai une matinée d'enfants...

Là-bas, aujourd'hui, c'est fête, même dans les plus humbles chaumières.
Et nous aussi nous voulons célébrer ce grand jour. Nous nous sommes
débarbouillés dans une tasse d'eau chaude, et avons ensuite fait un bout
de toilette. Nous avons retourné nos chemises et mis des caleçons
propres. Après cela, nous avons l'impression d'avoir changé de peau.
Pour la circonstance, nous avons fait une brèche à la petite provision
de conserves que nous gardons pour la retraite. Le menu se compose d'un
gratin de poisson et de farine de maïs, cuit dans de l'huile de morse;
pour dessert, du pain frit dans cette même huile. Demain matin, à
déjeuner, nous aurons du chocolat et du pain.

_25 décembre._--Un temps de Noël superbe, pas de vent. Une lune
éblouissante dans le silence solennel de l'éternité. Pour fêter ce jour
de paix et de joie, l'aurore boréale lance le plus merveilleux feu
d'artifice.

... Maintenant, voici l'heure des dîners de famille. Je vois le
grand-père, toujours solennel, accueillant, le sourire aux lèvres, ses
enfants et ses petits-enfants. Au dehors, la neige met sa ouate
immaculée sur les bruits du monde. En arrivant, les enfants secouent
bruyamment leurs souliers, suspendent leurs paletots, et entrent dans le
salon chaud et éblouissant de lumière. Une agréable senteur sort de la
cuisine; dans la salle à manger, la table est garnie de friandises et de
vins généreux. Tout cela laisse une impression de joie et de bien-être!
Patience, patience! vienne seulement l'été; nous aurons aussi notre part
de joie... La marche à l'étoile est longue et difficile.

_31 décembre._--Finie cette année étrange. Après tout, elle n'a pas été
très mauvaise.

Là-bas, au pays, les cloches sonnent joyeusement le départ de la vieille
année. Ici, point d'autre bruit que le mugissement du vent sur le
glacier. D'épais nuages de neige tourbillonnent sur les montagnes et sur
la banquise du fjord, et, à travers le poudroiement blanc, la pleine
lune glisse, inconsciente du temps qui marche toujours. Impassible, elle
continue sa course silencieuse, indifférente aux malheurs et aux joies
des hommes.

[Illustration: NOTRE HUTTE (31 DÉCEMBRE 1895)]

Nous sommes isolés au milieu du terrible désert de glace, perdus à des
milliers de kilomètres des êtres qui nous sont chers, et sans cesse nos
pensées s'envolent vers le pays aimé. Une nouvelle feuille du livre de
l'éternité est remplie, une autre s'ouvre. Que contiendra-t-elle?

_1er janvier 1896_.--Le thermomètre marque 41°,5 sous zéro. Encore une
nouvelle année, l'année de la joie et du retour au pays. Dans un clair
de lune éblouissant a fini 1895, dans le même clair de lune éblouissant
1896 commence. Mais il fait terriblement froid. Jamais encore, cet
hiver, nous n'avons subi pareille température. Je l'ai sentie hier
cruellement par une douloureuse «morsure», qui m'a gelé l'extrémité de
tous les doigts.

_3 janvier._--Temps toujours très clair et température très basse. Le
glacier mugit. Comme un géant de glace, il couvre la montagne et jusqu'à
la mer étend ses membres rigides dans toutes les directions. Chaque fois
que le temps devient froid, le monstre s'agite bruyamment. Par suite de
la contraction produite par le froid, des crevasses s'ouvrent dans sa
masse cristalline avec un fracas d'artillerie, l'air et le ciel
tremblent, le sol même semble s'agiter. Par moment, j'en viens à
craindre que tout cet entassement énorme de glace ne s'éboule sur nous.

Johansen fait résonner la hutte de ses ronflements bruyants. Je suis
heureux que sa mère ne puisse le voir en ce moment. Elle aurait pitié de
son garçon si sale, si déguenillé, le visage constellé de plaques de
suie. Patience, vous le reverrez de nouveau sain et sauf, frais et rose.

_8 janvier._--Terrible tempête. La nuit dernière, le vent a culbuté le
traîneau dressé près de la hutte auquel sont suspendus nos thermomètres.
Dès que nous mettons le nez dehors, nous avons la sensation de nous
sentir enlevés par les rafales. Nous essayons de dormir; dormir tout le
temps, tel est notre seul désir. Souvent, hélas! nos efforts restent
infructueux. Oh! ces longues nuits sans sommeil pendant lesquelles nous
nous retournons sans cesse sur notre lit de pierres, cherchant, sans
jamais la trouver, une place un peu moins dure pour nos membres
endoloris!

Un froid terrible envahit les jambes; durant des heures, nous frappons
les pieds l'un contre l'autre sans parvenir à les réchauffer. Non,
jamais je ne les oublierai, ces nuits atroces. Et, au milieu de ces
souffrances, toujours nos pensées se reportent là-bas vers les nôtres.

Le temps marche toujours... Aujourd'hui Liv a trois ans. Elle doit être
une grande fille. Pauvre petit être! Tu ne perdras pas ton père. A ton
prochain anniversaire j'espère bien être avec toi. Ah! comme nous serons
bons amis. Je te raconterai des histoires d'ours, de morses, de renards
et de tous ces étranges animaux qui peuplent ces extraordinaires pays.

_1er février_.--Je souffre d'une nouvelle attaque de rhumatisme.

De jour en jour la lumière augmente; de jour en jour, l'horizon dans le
sud devient plus en plus rouge. Bientôt paraîtra le soleil; bientôt la
longue nuit de l'hiver sera passée. Le printemps approche. Souvent il
m'a paru triste. Est-ce parce qu'il durait peu ou parce qu'il apportait
des promesses que l'été ne réalisait pas? Sur cette terre et dans notre
situation, le printemps ne sera pas triste; il tiendra sa promesse, il
serait vraiment trop cruel à notre égard, s'il ne nous apportait pas la
réalisation de nos espérances.

Une singulière existence que la nôtre dans ce trou de troglodyte et dans
l'inaction la plus complète. Si seulement nous avions un livre! Comme la
vie à bord du _Fram_ nous paraît maintenant agréable, avec les
ressources de notre copieuse bibliothèque. Johansen ne cesse de
regretter un recueil de nouvelles de Heyse, dont la lecture l'avait
charmé et qu'il n'avait pas eu le temps de terminer. Les tables de
navigation et l'almanach sont les seuls livres que nous ayons à notre
disposition. L'almanach, tant de fois je l'ai lu et relu que je sais par
cœur toute la généalogie de la famille royale, toutes les instructions
pour soigner les noyés et tout le _memento_ du pêcheur. Quoi qu'il en
soit, la vue de ces caractères imprimés est pour nous un réconfort;
c'est le faible lien qui nous rattache encore à la civilisation.

Depuis longtemps, tous les sujets de conversation sont épuisés, force
nous est donc d'en inventer de nouveaux. Un de nos plus grands plaisirs
est de nous représenter la vie que nous mènerons l'an prochain à la
maison, au milieu de toutes les bonnes choses dont nous avons désappris
l'usage. Nous aurons une maison, des souliers, des vêtements, une bonne
nourriture, des boissons réconfortantes. Fréquemment aussi, pour passer
le temps, nous nous amusons à supputer la distance à laquelle la dérive
a entraîné le _Fram_ vers le nord, et les chances que nos compagnons ont
de revenir avant nous. D'après nos prévisions, le navire devra
atteindre, dans le courant de l'été prochain, l'Océan entre le Spitzberg
et le Grönland, et probablement pourra rentrer en Norvège en août ou
septembre[41]. D'autre part, il y a des chances pour qu'il soit arrivé
avant nous. Que pensera-t-on alors de nous? A coup sûr tout le monde
nous croira perdus.

  [41] Une réflexion prophétique dont tous les lecteurs admireront
    l'exactitude. (_N. du trad._)

Sans cesse également nous nous livrons à des conjectures sur la position
de la terre sur laquelle nous nous trouvons et sur la distance qui nous
reste à parcourir. A plusieurs reprises, j'ai revu et vérifié toutes mes
observations depuis notre départ, toujours pour n'aboutir à aucun
résultat satisfaisant. Suivant toute probabilité nous devons être sur la
côte ouest de la terre François-Joseph, un peu au nord du cap Lofley,
sur quelque île entre cet archipel et le Spitzberg, probablement sur la
fameuse terre de Gillies dont l'existence est restée jusqu'ici
enveloppée de mystères. Mais la mer qui sépare le Spitzberg de
l'archipel François-Joseph est relativement étroite, et dans cet espace
il n'y a pas place pour une île étendue, à moins qu'elle n'arrive jusque
dans le voisinage de la terre du Nord-Est[42]. Or, nous n'avons pu
distinguer cette dernière terre, du moins jusqu'ici. Enfin, si nous nous
trouvions près du Spitzberg, comment expliquer que l'on ne rencontre pas
dans ce dernier archipel des mouettes de Ross, si abondantes dans la
région où nous hivernons. Plus j'essaye de résoudre la question, plus
elle me paraît insoluble.

  [42] En comparant la carte représentant la terre François-Joseph,
    d'après Payer (page 341), et celle des pages 270–271, le lecteur
    comprendra la difficulté éprouvée par M. Nansen à s'orienter au
    milieu de l'archipel où il se trouvait. (_N. du trad._)

Un peu plus tard, lorsque le jour devint plus vif, j'aperçus dans
l'ouest-sud-ouest, en deux points de l'horizon, une île très éloignée.
Cela devenait absolument incompréhensible. S'il était déjà difficile de
trouver une place suffisante entre le Spitzberg et l'archipel
François-Joseph pour les terres que nous avions découvertes, cela était
presque impossible pour celle que nous découvrions maintenant. Cette
côte lointaine, située sous le 81° de lat. N. environ, ne pouvait non
plus appartenir à la terre du Nord-Est qui ne dépasse guère le 80°;
peut-être est-ce une île voisine de cette terre? Si cette dernière
hypothèse est exacte, nous n'avons plus loin pour atteindre les eaux
libres, et bientôt nous rencontrerons quelque chasseur de phoques
norvégien qui nous rapatriera. Combien agréable sera le voyage sur le
navire. Ce pauvre sloop nous apparaît dans notre imagination comme un
splendide bâtiment offrant toutes les ressources du confort le plus
raffiné. Souvent la pensée de la vie facile que nous mènerons à bord
ranime notre courage et nous aide à passer moins tristement le temps.

Notre ordinaire n'est pas précisément celui de gourmets. Toujours de la
chair d'ours et du lard de morse. Ce manque de variété dans
l'alimentation nous paraît particulièrement pénible. Si seulement nous
avions eu un peu de sucre et des farineux, notre régime nous eût paru de
tous points excellent. Nous rêvons de biscuit, de pommes de terre et de
bon pain frais. A notre retour, peut-être même dès que nous aurons
rencontré le chasseur de phoques, comme nous rattraperons le temps
perdu! Aura-t-il des pommes de terre? Aura-t-il du pain frais? Bast!
s'il ne possède pas ces friandises, nous nous contenterons de son pain
dur, et comme il nous semblera bon dans une friture!

A bord du chasseur de phoques nous pourrons trouver des vêtements
propres... et des livres. Changer de vêtements, endosser du linge frais,
c'est là notre désir de tous les instants. Nous sommes dans un état de
saleté et de dénuement absolument lamentable. Quand nous voulons passer
une heure agréable, nous nous imaginons dans une grande boutique, claire
et pimpante, garnie de vêtements de laine neufs, propres et moelleux,
parmi lesquels nous avons le droit de choisir. Des chemises, des gilets,
des caleçons, de bons et souples pantalons, des jerseys commodes, des
bas de laine, des feutres chauds... peut-on concevoir quelque chose de
plus délicieux? Et après cela un bain turc! Côte à côte dans notre sac
de couchage, nous parlons pendant des heures de toutes ces félicités qui
nous paraissent irréalisables. Un jour viendra pourtant où nous pourrons
jeter nos guenilles graisseuses qui semblent collées à notre corps.

Nos jambes souffrent particulièrement. A chaque mouvement que nous
faisons, nos pantalons écorchent nos genoux. Pour nettoyer ces plaies et
les empêcher d'être couvertes de graisse et d'huile, nous devons les
laver constamment avec de la mousse ou un morceau de bandage imbibé
d'eau que nous faisons chauffer à la lampe.

Jamais auparavant je n'avais compris l'importance du savon dans la vie
de l'homme. Toutes nos tentatives pour enlever le plus gros de notre
crasse demeurent infructueuses. L'eau n'ayant aucun effet sur cette
graisse, nous nous récurons avec de la mousse mélangée de sable. Nous
avons, heureusement, en abondance l'un et l'autre dans les murs de la
hutte. Le meilleur procédé consistait à oindre nos mains de sang chaud
et d'huile, puis à enlever cette couche à l'aide de frictions avec de la
mousse. Nos mains devenaient alors aussi douces et aussi blanches que
celles d'une jeune élégante. Lorsque nous n'avions pas à notre
disposition cette «pâte» d'un nouveau genre, le moyen le plus simple et
en même temps le plus efficace était de nous racler la peau avec un
couteau.

S'il était difficile de nous débarrasser de la crasse huileuse qui
recouvrait tout notre corps, il était absolument impossible de nettoyer
nos vêtements. Sans le moindre succès, nous mîmes en œuvre tous les
genres de lessive imaginables. Une fois, nous essayâmes du procédé
employé par les Eskimos, quoiqu'il ne soit pas précisément très
ragoûtant; il n'aboutit non plus à aucun résultat satisfaisant. Une
autre fois, nous fîmes bouillir nos chemises dans la marmite. Après une
cuisson de plusieurs heures, nous les retirâmes aussi graisseuses
qu'auparavant. Le raclage au couteau donna de meilleurs résultats. Nous
prenions la chemise entre les dents, la tendions de la main gauche, et,
de la droite armée d'un couteau, nous enlevions des couches de graisse
qui venaient augmenter notre provision de combustible.

Nous étions couverts d'une longue chevelure et d'une barbe hirsute. Nous
avions bien des ciseaux, mais nous n'avions garde de nous en servir.
Dans notre délabrement, la barbe qui nous couvrait la gorge et les
cheveux qui nous tombaient sur les épaules constituaient un supplément
de vêtements très utile. Tout notre système pileux était, comme notre
peau, noir comme du charbon. Dans nos faces de ramoneur, les yeux et les
dents brillaient d'un éclat fantastique. Nous nous aperçûmes seulement
de notre singulier aspect au retour du soleil. Jusque-là, dans
l'obscurité de la nuit d'hiver, nous n'avions remarqué aucun changement
dans nos physionomies respectives.

Étrange en vérité est notre vie. Si bien souvent elle met notre patience
à une rude épreuve, elle n'est cependant pas aussi intolérable qu'on
pourrait se l'imaginer. Tout bien considéré, nous n'avions pas lieu de
nous plaindre; aussi, pendant tout l'hivernage, notre état moral fut-il
excellent. Nous envisagions l'avenir avec sérénité, nous réjouissant à
la pensée de toutes les félicités qui nous attendaient. Nous n'avions
même pas recours aux disputes pour tuer le temps. C'est pourtant,
assure-t-on, une rude épreuve pour deux hommes de vivre aussi longtemps
ensemble dans un isolement complet. A notre retour, quelqu'un interrogea
Johansen sur nos relations pendant l'hivernage: «Jamais, répondit
Johansen, la moindre dispute ne s'est élevée entre nous. Seulement, j'ai
la mauvaise habitude de ronfler, et lorsque j'étais trop bruyant, Nansen
me donnait des coups de pied dans le dos.» Je dois le confesser, bien
souvent j'ai administré à mon compagnon pareil traitement; à ma
décharge, je dois ajouter qu'il était peu efficace. Johansen, dès que je
le touchais, se retournait simplement de l'autre côté et se rendormait
aussi profondément qu'auparavant.

Pour passer le temps, nous dormions le plus longtemps possible, souvent
vingt heures sur vingt-quatre. Notre excellent état sanitaire pendant
l'hivernage est la preuve que l'éclosion du scorbut n'est pas déterminée
par le manque d'exercice, comme on le croit. Lorsque la lumière
augmenta, et que la température devint moins basse, nous fîmes de plus
fréquentes sorties. Ultérieurement, à l'approche du printemps, les
occupations ne nous manquèrent pas pour préparer notre départ.

_25 février._--Temps magnifique pour la promenade. Nous éprouvons comme
une sensation de printemps. Aujourd'hui, nous avons vu les premiers
oiseaux, deux vols de guillemots nains (_Mergulus alle_) venant du
sud-est et se dirigeant vers le nord-ouest... Peu à peu, la lueur rose
du soleil s'éteint dans une panne de nuages d'or et la lune se lève
brillante. Je reste assis dehors, rêvant que je suis au pays un soir de
mai.

_29 février._--Le 26, nous pensions revoir le soleil; mais, ce jour-là,
le ciel est resté couvert. Aujourd'hui l'astre radieux flamboie
au-dessus du glacier. Maintenant il faut économiser notre graisse
d'éclairage, afin d'en conserver une provision suffisante pour la
retraite.

_4 mars._--Ce matin, les crêtes et le glacier sont couverts de
guillemots nains.

_8 mars._--Nous avons tué aujourd'hui un ours. Il était temps, nos
vivres et notre combustible commençaient à diminuer d'une manière
inquiétante.

Pensant que ces animaux ne tarderaient pas à revenir bientôt, depuis
quelques jours j'ai fait mes préparatifs pour les recevoir. J'ai reprisé
mon surtout en toile et remis en état mes mocassins. Maintenant le
gibier peut arriver, nous sommes prêts.

Ce matin, Johansen, qui est de semaine, nettoyait la hutte; il allait
porter dehors les ordures, lorsqu'en soulevant la portière qui ferme
l'entrée du couloir accédant à la cabane, il se trouve nez à nez avec un
ours. Sans perdre de temps, il revient prendre son fusil en m'annonçant
la bonne nouvelle. A peine s'est-il engagé dans le corridor qu'il
rebrousse chemin immédiatement. L'animal, arrêté juste à l'entrée,
essaie de pénétrer dans notre abri. Le couloir est très étroit;
impossible de se donner du champ pour tirer; à tout hasard, Johansen
lâche son coup de feu. Aussitôt après j'entends un sourd grognement et
le craquement de la neige sous la chute d'une grosse masse. L'ours n'est
que blessé, et, sans en demander davantage, prend de suite la fuite.
Pendant ce temps, j'étais resté couché, occupé à la recherche d'un de
mes bas. Dès que je suis parvenu à mettre la main dessus, je pars, à mon
tour, à la poursuite de l'animal, mais j'arrive trop tard. Johansen lui
a donné, affirme-t-il, le coup de grâce, et il va chercher le traîneau
pour ramener sa prise. Afin de gagner du temps, je me dirige dans la
direction indiquée par mon camarade pour commencer le dépècement. A
quelques pas de là, que vois-je? L'ours, soit disant mort, se promène
allègrement sur la plage et se dirige vers la banquise. Immédiatement je
m'efforce de lui couper la route dans cette direction. Devant cette
manœuvre, la bête rebrousse chemin et commence l'escalade du glacier.
Heureusement il ne marche plus que sur trois pattes; tout à coup, il
perd l'équilibre dans un éboulis de la montagne et dégringole la pente
comme une énorme pierre blanche, pour venir mourir à mes pieds.

Pendant cette chasse soufflaient des rafales si terribles qu'à plusieurs
reprises, il nous semblait que nous allions être culbutés par le vent.
Heureusement la température était douce, seulement 2° sous zéro.

Le dépècement nous donna beaucoup de travail. Notre ours était si gros,
qu'un seul homme pouvait à peine le remuer. Après avoir peiné pendant
plusieurs heures, nous parvenons à le démembrer et à le couper; une fois
les quartiers de viande empilés sur le traîneau, nous nous acheminons
gaiement vers l'habitation. Le halage d'un pareil poids contre le vent
devient bientôt impossible, et force nous est d'abandonner dans une
cache une partie de notre butin. Nous ne rentrons que très tard dans la
nuit. Depuis longtemps nous n'avions pas eu un incident aussi
mouvementé. Avec le produit de notre chasse nous aurons des vivres pour
six semaines.

_25 mars._--Au sud-ouest et à l'ouest, la couleur sombre du ciel annonce
l'existence d'une grande étendue d'eau libre. Par suite de la douceur de
la température, cette nappe doit exister depuis longtemps.

_2 avril._--En me réveillant à huit heures du soir, j'entends un animal
ronger quelque chose au dehors. Pensant que ce n'est qu'un renard, nous
ne prêtons aucune attention à ce bruit. Plus tard, lorsque Johansen sort
pour la lecture du thermomètre, il reconnaît de suite des traces d'ours.
Après avoir fait le tour de la hutte, notre visiteur est venu flairer à
la porte, puis a grimpé sur le toit pour aspirer par la cheminée
l'agréable senteur d'une grillade de lard et l'arôme de la chair
humaine. Son inspection terminée, il s'est acharné sur une peau de morse
pour enlever la graisse qui y est restée adhérente, et, cette collation
terminée, s'est acheminé vers les carcasses abandonnées sur le rivage.
Johansen me donne l'éveil au moment où il arrive près de ces débris.
L'animal est si occupé à arracher les lambeaux de chair restés autour
des os que je me glisse tout près de lui, sans qu'il prenne l'alarme.
J'aurais pu le toucher du canon de mon fusil, quand, entendant le bruit
de mes pas, il lève la tête et m'aperçoit. Immédiatement il lâche sa
proie en me lançant un regard de défiance; au même instant, je lui
envoie une décharge dans le nez. Après avoir secoué la tête, et vomi un
flot de sang, notre ours s'enfuit, sans paraître le moins du monde gêné
par ma balle. En toute hâte, je veux recharger; impossible d'extraire la
douille. Pendant que je m'efforce de la faire sauter avec mon couteau,
l'animal s'arrête et, se tournant de mon côté, fait mine de vouloir
m'attaquer. Enfin, je réussis à lui envoyer une nouvelle décharge, mais
la bête a la vie dure. Il ne faut pas moins de cinq balles pour la tuer.
Après chaque coup, il tombe, puis se relève immédiatement après.

Maintenant que nous avons des vivres et du combustible en quantité
suffisante pour la retraite, nous commençons nos préparatifs de départ.
Tout d'abord, nous nous confectionnons de nouveaux vêtements avec nos
couvertures, et avec nos peaux d'ours, des gants, des chaussures et un
sac de couchage. Pour ces travaux, nous nous sommes procuré le fil
nécessaire en effilant la toile de plusieurs sacs. Du matin au soir,
sans trêve ni repos, nous tirons l'aiguille. La hutte est maintenant
transformée en un atelier de tailleur et de cordonnier. Tout en
travaillant, sans cesse nous songeons au pays et faisons des plans de
voyage. La persistance des taches sombres dans le ciel est un indice
favorable; très certainement une grande nappe d'eau doit se trouver dans
le sud-ouest. Nous pourrons donc faire en _kayak_ une bonne partie du
trajet jusqu'au Spitzberg.

Les visites presque quotidiennes de pétrels arctiques (_Procellaria
glacialis_) et de pagophiles blanches (_Larus eburneus_) sont également
un indice du voisinage de l'eau libre. Les premières pagophiles blanches
arrivèrent le 12 mars et, de jour en jour, devinrent plus abondantes.
Les mouettes bourgmestres (_Larus glaucus_) étaient également très
nombreuses. Sans manifester la moindre crainte, elles venaient
s'installer sur le toit de notre habitation et picoraient tous les
détritus et tous les morceaux de viande ou de lard qu'elles trouvaient
aux alentours. Pendant l'hiver, les renards avaient fait un continuel
sabbat au-dessus de nos têtes. Loin de nous importuner, ce bruit nous
était agréable. Il rendait notre solitude moins pénible et nous
rappelait la présence d'êtres vivants à côté de nous. Parfois, lorsqu'à
moitié endormis, nous entendions ces animaux sauter au-dessus de nos
têtes, nous avions l'illusion de nous croire dans un bon lit, et nous
nous imaginions que le tumulte provenait des rats qui se livraient à une
sarabande dans le grenier de la maison. Lorsque le jour revint, les
renards disparurent pour aller s'établir sur les rochers voisins, où la
présence de milliers de guillemots leur assurait une vie facile. Les
mouettes les remplacèrent sur notre toit, sans nous apporter les
agréables illusions que nous avaient causées leurs prédécesseurs.
Souvent ces oiseaux étaient si bruyants qu'ils nous réveillaient. Pour
avoir un peu de tranquillité, nous devions les effrayer en frappant sur
le toit, ou même en sortant brusquement de notre abri, mais, dix minutes
plus tard, ils revenaient à leur place favorite.

_3 mai._--Les visites d'ours deviennent de plus en plus fréquentes. Le
18 avril, nous en avons vu un se promener sur la plage. Le lendemain, un
second est venu rôder autour de la hutte. Aujourd'hui, Johansen réussit
à abattre un de ces animaux, et la nuit dernière, deux plantigrades ont
inspecté notre dépôt. A la vue du traîneau dressé en l'air qui nous sert
de cage aux thermomètres, ils ont pris prudemment la fuite.

Le 9 mai, pendant notre déjeuner, nous entendons au dehors les pas d'un
ours. Craignant qu'il ne vienne à dévorer notre provision de graisse,
nous nous décidons à le tuer. Dorénavant nous n'abattrons ces animaux
que lorsqu'ils s'attaqueront à nos magasins. Nous avons plus de vivres
qu'il ne nous est nécessaire, et il est prudent de ménager nos
cartouches. Quel malheur de ne pouvoir emporter toutes ces belles peaux!

L'heure du départ est proche et chaque jour nous travaillons avec ardeur
à nos préparatifs. La réfection de notre vestiaire terminée, nous
abandonnons avec regret nos guenilles, comme lorsque l'on se sépare de
vieux serviteurs. Elles nous ont rendu de si grands services! Ces
haillons sont tellement saturés d'huile qu'ils pèsent, au moins, le
double ou le triple de leur poids primitif. Si on les tordait, ils
laisseraient écouler de quoi remplir une petite lampe. Quelle agréable
sensation d'enfiler un pantalon neuf, souple et relativement propre.

[Illustration: JOHANSEN TRAVAILLANT ASSIS DANS LE SAC DE COUCHAGE]

_16 mai._--Encore des ours, une mère et son enfant. Nous avons une telle
abondance de vivres, qu'il est absolument inutile de tuer ces animaux,
mais il sera amusant de les approcher pour observer leurs allées et
venues, et, en même temps, utile de les effrayer pour qu'ils nous
laissent en paix la nuit prochaine. A notre vue, la mère se met à
grogner, et de suite bat en retraite, poussant devant elle son enfant.
De temps à autre, elle s'arrête pour se retourner et observer notre
marche. Une fois sur le bord du fjord, la famille s'engage lentement au
milieu des _hummocks_, la mère en tête frayant le passage à son
nourrisson. Sur ces entrefaites j'arrive à quelques pas de la petite
troupe; aussitôt l'ourse se dirige de mon côté dans une attitude
menaçante, approche tout près de moi, renifle bruyamment, et ne se
retire qu'après s'être assurée que sa progéniture a maintenant un peu
d'avance. Immédiatement je repars en avant, et, en quelques rapides
enjambées, rejoins l'ourson. La mère recommence alors la même manœuvre
pour dégager son petit et assurer sa retraite. Elle a évidemment le plus
vif désir de se jeter sur moi, mais avant tout elle songe à la sécurité
de son enfant, et, dès qu'il a gagné un peu de terrain, elle repart. Une
fois arrivée sur le glacier, la mère passe en avant pour montrer le
chemin à son enfant. La pauvre petite bête ne pouvant marcher rapidement
dans la neige, elle le pousse devant elle, tout en surveillant
attentivement mes pas et démarches. Sa sollicitude maternelle est
vraiment touchante.

Une activité fébrile règne dans la hutte. Nous brûlons du désir de nous
mettre en route, et nos préparatifs sont loin d'être terminés. Ah! si
nous avions seulement à notre disposition les magasins du _Fram_. A
bord, deux ou trois choses seulement manquaient; ici, en réalité, tout
nous fait défaut. Nous sommes réduits aux seules ressources de notre
ingéniosité. Que ne donnerions-nous pas pour une boîte de biscuits de
chiens, dont il y a tant à bord? Où trouver tout ce dont nous avons
besoin?

«Pour une expédition en traîneau, on doit se munir de vivres
nourrissants sous un petit volume, variés autant que possible, de
vêtements tout à la fois chauds et légers et de véhicules solides et
pratiques.» Ainsi s'exprime le _Manuel de l'explorateur arctique_. Le
trajet qui nous reste à parcourir est relativement court, il est vrai;
néanmoins il est nécessaire de prendre certaines mesures de précaution.

Au début de l'hiver, nous avions enterré le restant de nos conserves en
vue du voyage de printemps. Aussi, en ouvrant le précieux dépôt, quelle
n'est pas notre déception de trouver toutes ces excellentes provisions
gâtées par l'humidité. Notre farine, notre excellente farine, est
moisie, le chocolat complètement dissous et le pemmican corrompu. Nous
sommes obligés de tout jeter, sauf une petite quantité de farine de
poisson, et quelques morceaux de pain moisi. Pour le sécher et en même
temps pour le rendre plus nourrissant, nous le faisons bouillir dans
l'huile. Après cette préparation, il devint excellent, et, dans les
grandes occasions ou lorsque les autres vivres vinrent à nous manquer,
ce fut pour nous un précieux régal. Le temps est malheureusement trop
humide et trop froid pour préparer de la viande séchée avec la dépouille
de nos ours. Il faut donc nous décider à emporter, comme vivres de
campagne, autant de viande et de lard crus que nos embarcations pourront
en contenir.

Notre matériel de cuisine est très primitif; il consiste tout simplement
en un pot que nous faisons chauffer sur une sorte de brasero, alimenté
avec de l'huile de morse. Pour transporter ce combustible, nous
emporterons trois boîtes qui ont précédemment contenu du pétrole. Si ces
provisions de bouche et de chauffage ne sont pas précisément légères,
elles offrent l'avantage de pouvoir être remplacées en cours de route.
Sans aucun doute nous rencontrerons en abondance ours, morses et
phoques, dans la région que nous allons parcourir.

Nos traîneaux, que nous avons dû couper pour pouvoir les charger
facilement sur les _kayaks_, sont maintenant très incommodes pour le
transport des embarcations. Sur ces véhicules, les canots ne se trouvent
plus soutenus que dans leur partie médiane et leurs extrémités
heurteront à chaque pas les aspérités de la glace. Si, dans notre trajet
vers le Spitzberg nous avons la mauvaise chance de trouver la mer fermée
et d'être obligés de haler les _kayaks_ à travers la banquise, ils
pourront subir des avaries qui peut-être seront irréparables. Pour les
protéger, nous les enveloppons de peaux d'ours et élevons le siège des
traîneaux, afin qu'ils soient moins exposés aux chocs contre les
protubérances de la glace. Malheureusement, pour ce travail d'emballage,
les cordes nous font défaut; non sans peine, nous réussissons à les
remplacer par des lanières en peau d'ours et de morse.

Nous avions refait, ai-je déjà dit, notre vestiaire. Très
inexpérimentés, dans l'art de la coupe et de la couture, nous dûmes
consacrer un temps très long à ce travail. Peu à peu, nous devînmes plus
adroits; finalement, le résultat de nos efforts fut très satisfaisant.
Nos vêtements avaient fort bon air, et nous paraissaient presque
élégants. Pour leur conserver leur fraîcheur, nous les gardâmes
précieusement pour ne les revêtir que le jour du départ. Johansen
parlait même de ne mettre les siens que lorsque nous arriverions en vue
d'un pays habité. «Je conserverai mes habits neufs jusqu'au jour de
notre retour en Norvège; à aucun prix je ne veux débarquer dans une
tenue de pirate, disait mon excellent camarade.»

Restait maintenant à nous confectionner une tente. Après la campagne de
l'an dernier, celle que nous avions emportée n'était plus qu'une loque
que, pendant l'hiver, les renards avaient achevé de mettre en pièces.
Pour nous abriter, nous imaginâmes de dresser nos traîneaux face l'un à
l'autre et, sur ces piliers d'un nouveau genre, de placer les _kayaks_ à
hauteur d'homme. Autour on entasserait des murs de neige et on
couvrirait le tout de nos deux voiles étendues sur les _ski_ et les
bâtons. Grâce à cette combinaison nous pûmes nous ménager une sorte de
tente. Elle était loin d'être confortable, surtout pour les
chasse-neige, mais c'était au moins un abri.

La partie la plus importante de notre équipement consistait dans nos
armes à feu. Nous les avions heureusement conservées en bon état. Avant
le départ, nous les astiquons et les huilons; pour les tenir propres
pendant le voyage, il nous reste encore une petite provision de
vaseline. Nous possédons cent cartouches à balle et cent cinquante à
plomb. Avec un pareil stock de munitions, nous pourrions encore passer
plusieurs hivers sans crainte de mourir de faim et de froid.



CHAPITRE XI

LE RETOUR


Le 19 mai, nous sommes enfin prêts pour le départ. Avant de quitter nos
quartiers d'hiver, je prends une photographie de la hutte, et dépose
dans notre abri un procès-verbal sommaire de l'expédition, enfermé dans
un tube en métal soigneusement bouché.

Depuis longtemps nous avons perdu l'habitude de la marche et du halage
des traîneaux. Aussi, pour ne pas nous exténuer dès le début et pour
nous entraîner peu à peu, faisons-nous une étape très courte. Quelle
joie d'être maintenant en route pour le pays!

Le lendemain également, nous ne marchons que quelques heures, nous
dirigeant vers le promontoire situé au sud-sud-ouest. Tout l'hiver nous
l'avons considéré comme une terre promise; c'est notre cap de
Bonne-Espérance. Là, en effet, nous serons fixés sur notre position; là,
d'après l'orientation des lignes de côtes, nous pourrons reconnaître si
nous sommes sur l'archipel François-Joseph ou sur une terre située plus
à l'ouest. La terre file-t-elle vers le sud-est, c'est que nous nous
trouvons au nord du cap Lofley; si, au contraire, elle se dirige vers le
sud-ouest, nous sommes sur une île inconnue, située plus à l'ouest, près
de la terre de Gillies. Au delà de ce cap, nous espérons rencontrer une
mer moins encombrée de glace et pouvoir avancer rapidement.

Le 21 mai, en effet, du sommet de ce promontoire nous distinguons au sud
une vaste étendue d'eau libre, et, en même temps, deux nouvelles terres,
toutes deux entièrement couvertes de neige et de glace. La plus grande
est située au S. 40° O.; l'autre au S. 85° O. A mon grand regret, je ne
puis reconnaître distinctement la direction de la côte au sud de ce cap.
Impossible par suite d'établir avec certitude notre position. Quoi qu'il
en soit, nous sommes satisfaits. L'eau libre n'est plus loin; très
prochainement, nous pourrons mettre à l'eau les _kayaks_ et naviguer
vers la patrie aimée.

L'heure de la délivrance approche! Hélas! la vie de l'explorateur
arctique n'est faite que de désillusions. Le lendemain, une terrible
tempête de neige nous oblige à rester immobiles sous la tente. Tandis
que je prépare le déjeuner, un ours passe à vingt pas de nous, en nous
regardant et en contemplant les canots. Comme nous sommes placés à faux
vent, l'odorat ne peut lui révéler la nature comestible des êtres qui se
trouvent devant lui. Il file donc tranquillement son chemin et nous
n'avons garde de le troubler. Nous avons des vivres en quantité
suffisante.

_23 mai._--Toujours mauvais temps. Néanmoins, nous allons reconnaître le
terrain en avant, afin d'atteindre le plus rapidement possible l'eau
libre. Après quoi, pour rendre étanche la coque des _kayaks_, nous la
recouvrons d'une couche de stéarine.

Le lendemain, nous nous dirigeons vers une île située dans l'ouest à
travers la banquise qui la réunit pour le moment au continent. Le vent
soufflant de l'est, nous hissons une voile au-dessus de nos traîneaux,
et, sur la surface unie de la glace, les véhicules glissent rapidement.

Jamais donc nous ne pourrons avoir un instant de tranquillité! Aux
approches de la terre, le vent se lève tout à coup du sud-ouest en
tempête. En toute hâte il faut abattre la voilure; pour atteindre l'île,
nous avons maintenant à lutter contre un ouragan terrible. La banquise
est très accidentée, hérissée d'arêtes et découpée de crevasses masquées
par une perfide couche de neige. Soudain j'enfonce dans une de ces
ouvertures. J'essaie de sortir du gouffre, tous mes efforts demeurent
inutiles. Les _ski_ paralysent mes mouvements, tandis que la bretelle du
traîneau m'empêche de me retourner. Heureusement, en tombant, j'ai
enfoncé solidement mon bâton ferré dans la glace, et avec l'autre bras
je fais un rétablissement sur le bord opposé de la crevasse. Dans cette
position, j'attends l'arrivée de Johansen. Très certainement il m'a vu
tomber et va accourir promptement à mon aide... Quelques minutes se
passent, mon camarade n'apparaît pas. Mon bâton cède et peu à peu je
commence à enfoncer dans l'eau glacée. Je pousse un premier appel; pas
de réponse. Je lance un second cri; quelques secondes après, j'entends
enfin au loin la voix de mon camarade. Pendant ce temps, j'enfonce de
plus en plus, l'eau me monte jusqu'à la poitrine; encore quelques
minutes, peut-être quelques secondes et j'aurai disparu. Enfin, Johansen
arrive et me tire de cette terrible situation. Occupé à plier la voile
de son traîneau, il ne s'était aperçu de ma disparition que lorsqu'il
avait entendu mon cri d'alarme. Maintenant nous voici dûment avertis.

Finalement nous réussissons à atteindre notre île, où le bivouac est
établi dans un emplacement suffisamment abrité. A notre grand
étonnement, nous y rencontrons de nombreux troupeaux de morses
échelonnés sur le bord des crevasses. Nous avons des vivres en
abondance, inutile donc de troubler leur agréable quiétude.

Les jours suivants, la tempête nous obligea encore à rester immobiles.

[Illustration: VUE PRISE A LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH]

[Illustration: EN ROUTE VERS LE SUD (MAI 1896)]

_26 mai._--Hier et aujourd'hui, nous sommes bloqués par le mauvais temps
près du glacier situé sur la côte septentrionale de l'île. La neige est
si détrempée que toute marche serait impossible. Espérons que l'eau
libre n'est plus loin et que nous pourrons l'atteindre promptement.

[Illustration: A LA VOILE SUR LA BANQUISE]

Le 28 seulement, nous pouvons nous remettre en marche vers le sud. Entre
notre île et la grande terre située plus à l'est s'ouvre un large
bassin, entièrement dégagé par suite d'un courant très violent,
déterminé, sans doute, par le manque de fond.

Autour de cette nappe, deux ou trois groupes de morses sont couchés sur
la glace. Armé de mon appareil photographique, je me dirige vers eux, en
me défilant derrière un monticule. Lorsque j'arrive à 6 ou 7 mètres de
la bande, une femelle plonge, suivie de son petit. En dépit de mes cris,
les autres ne jugent pas nécessaire de bouger. Johansen leur jette des
boules de neige et des morceaux de glace; les énormes bêtes, toujours
immobiles, s'amusent à enfoncer leurs défenses dans les projectiles et à
les flairer. Je me dirige alors droit vers elles; elles se mettent alors
en mouvement, mais une seule se décide à se jeter à l'eau, pour remonter
presque aussitôt après sur la glace. J'avance de trois pas. Deux énormes
morses lèvent une ou deux fois la tête pour jeter un regard de dédain
sur le visiteur qui ose s'approcher d'eux, puis se rendorment. Après
avoir pris un instantané de cette scène, je me risque à chatouiller le
museau de ces monstres avec mon bâton ferré; alors seulement ils sortent
de leur engourdissement. Avant de m'en aller, je pique le monstre le
plus voisin; aussitôt il se lève et se met à pousser des rugissements
formidables, en me regardant de ses grands yeux ronds étonnés. Après
cela, bien tranquillement, il se gratte le derrière de la tête, puis se
recouche. Lorsque nous partons, tous se sont de nouveau étendus, formant
sur la glace d'énormes monceaux de chair.

[Illustration: UN CAMPEMENT A LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH]

Une fois arrivés au sud de l'île, une tempête de neige nous arrête de
nouveau. L'horizon est absolument bouché; impossible de faire route.

_31 mai._--Pour passer le temps, je vais faire un tour dans l'intérieur
de l'île. Partout de petites plaines de graviers et d'argile, et partout
de nombreuses pistes d'oies. Il y a même des débris de coquilles d'œufs
de ce palmipède. Je donnai par suite à notre découverte le nom d'île des
Oies. Jackson, qui avait aperçu cette terre au printemps 1895, l'avait
appelée île Mary-Elizabeth, dénomination que nous avons adoptée sur
notre carte.

_2 juin._--Dans la soirée, le vent tombe un peu et le soleil jette
bientôt un radieux éclat, un rayon d'espérance. Là-bas, en Norvège, la
nature s'épanouit à la gaieté de la lumière et des fleurs, tandis que
nous sommes encore enfouis sous des monceaux de neige. Quand cela
finira-t-il? Bientôt, soyons-en persuadés tout au moins. Si seulement je
savais le _Fram_ en sûreté! S'il est déjà arrivé, quelle tristesse et
quelles angoisses pour les êtres chéris qui nous attendent!

_3 juin._--En route de nouveau. Le vent d'ouest a chassé vers la terre
une nappe de glace. Maintenant plus la plus petite nappe d'eau libre! Il
faut recommencer le pénible halage des _kayaks_ à travers la banquise,
et dans quel état est-elle! Partout très mince et très disloquée, et
couverte d'une couche d'eau. Les _ski_ et les traîneaux enfoncent dans
cette bouillie glaciaire et seulement, après un labeur excessif, nous
parvenons à atterrir au cap Fisher, un escarpement de basalte absolument
perpendiculaire, habité par une colonie innombrable de guillemots nains.
Un peu plus loin une troupe de pétrels arctiques (_Procellaria
glacialis_) couve sur un rocher.

Nos provisions sont maintenant très réduites et nous désirerions
vivement rencontrer un ours pour renouveler notre garde-manger, mais ces
animaux semblent, depuis quelque temps, avoir disparu. Force nous est
donc de nous rabattre sur des oiseaux. Les guillemots s'obstinant à
rester hors de portée, nous devons nous contenter de deux pétrels, une
chair qui n'est pas précisément succulente, du moins pour des gens
habitués aux délicatesses de la vie civilisée. Sur ces entrefaites, nous
apercevons un troupeau de morses. C'est pour nous la vie assurée. Comme
d'habitude, ces animaux, mollement étendus sur la glace, ne prêtent pas
la moindre attention à notre venue, et nous pouvons en tuer un sans
qu'il ait fait la moindre tentative d'évasion. Les autres, nullement
émus par cet incident, lèvent un instant la tête, puis se rendorment.

Nous ne pouvons procéder au dépècement de notre prise au milieu de ces
énormes bêtes. Avant tout, il faut faire déguerpir ses voisins qui, à un
moment donné, pourraient devenir gênants. L'opération n'est pas
précisément facile. Nous poussons les cris les plus variés; les morses
nous regardent curieusement sans bouger. Nous les frappons avec nos
patins; ils entrent alors en fureur, battent la glace de leurs défenses
acérées, sans jamais se décider à décamper. Enfin, en les piquant et en
les rouant de coups, absolument comme des ânes rétifs que l'on veut
faire avancer, nous réussissons à mettre la troupe en marche et à la
pousser à la mer.

A peine sommes-nous au travail, que les morses reviennent à la charge.
L'un après l'autre ils arrivent sur le bord de la glace, et, s'aidant de
leurs défenses, s'élèvent sur la rive en poussant des grognements
absolument terrifiants. Un instant après, ils apparaissent à la surface
de la crevasse ouverte tout près de nous et s'élancent à moitié hors de
l'eau, en nous regardant fixement comme pour nous demander une
explication de notre conduite.

Après avoir fait une ample provision de viande et de lard, nous
préparons un fin régal, un ragoût au sang de morse; puis, ainsi
réconfortés, nous reprenons le collier de misère. Heureusement le vent
est favorable, toute la nuit nous pouvons faire usage de la voile pour
aider au progrès des traîneaux.

Quelques heures plus tard nous avons la grande joie d'atteindre la mer
libre devant une île presque entièrement couverte de glaciers; en un ou
deux points seulement émergent des affleurements de basalte. Sur ces
courants de glace apparaissent plusieurs moraines.

L'eau grouille de guillemots, de mouettes tridactyles; un peu plus loin
passe un vol d'eiders. En présence de cette animation de la nature, nous
avons l'impression d'être arrivés dans un pays civilisé.

Quelques heures plus tard, le passage nous est de nouveau fermé dans le
sud par une proéminence de la banquise côtière. Vers l'ouest, au
contraire, la mer est libre. Ici se pose un grave problème. Quelle
direction allons-nous prendre? Devons-nous faire route vers l'ouest, et
nous diriger vers le Spitzberg, ou bien devons-nous poursuivre notre
chemin vers le sud? Tout bien considéré, je me décide pour ce dernier
parti. Au sud des îles que nous apercevons, la mer est libre; peut-être
de ce côté, trouverons-nous une route plus directe vers le Spitzberg.

[Illustration: CARTE DE LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH, D'APRÈS PAYER]

Dans la matinée du 5 juin, le campement est établi à la base méridionale
du cap Richthofen.

Le lendemain, brume et brise de nord très fraîche. Dans ces conditions,
je prends le parti d'avancer vers le sud à travers la banquise côtière.
Les voiles sont hissées sur les traîneaux, nous chaussons nos _ski_, et,
tenant en mains le timon des véhicules, nous nous laissons glisser sur
la surface unie du _pack_. Poussés ainsi par le vent, nous traversons le
large détroit qui nous sépare de l'île.

Le 8, au milieu de la banquise, nous sommes arrêtés par une furieuse
tempête. Impossible de me reconnaître au milieu des nombreuses îles qui
nous entourent.

A cette date, mon journal porte la note suivante: «Tous les jours nous
découvrons de nouvelles terres dans la direction du sud. Vers l'ouest,
nous sommes en vue d'une grande île qui paraît avoir une extension
notable dans le sud.» Elle est entièrement couverte de neige et de
glace; pas le plus petit pointement rocheux ne perce cette nappe
immaculée. Ne l'ayant qu'entrevue dans des éclaircies, nous ne pouvons
nous rendre compte de son étendue. Elle paraît très basse et beaucoup
plus grande que toutes les autres terres rencontrées jusqu'ici. Dans
l'est, c'est un dédale inextricable d'îles, de détroits et de fjords.
Nous avons relevé les contours de ces côtes aussi exactement que cela
nous a été possible, sans cependant parvenir à nous éclairer sur notre
position. Il paraît y avoir là un archipel composé de petites îles.

La banquise est maintenant beaucoup moins épaisse que celle rencontrée
plus au nord, près de nos quartiers d'hiver; de plus, elle est
recouverte d'une épaisse couche de neige; autant de conditions peu
favorables pour le traînage. L'adhérence de la neige aux patins ralentit
la marche. Néanmoins, toute la journée du 9 juin, grâce au vent toujours
favorable, nous pouvons faire bonne route.

Aux approches d'une île, au moment où nous filions à toute vitesse,
Johansen et son traîneau s'affaissent subitement, et, non sans
difficultés, mon camarade parvient à rebrousser chemin sur une partie
plus résistante de la banquise. Averti par cet incident, j'examine la
neige; elle a fort mauvaise apparence, elle semble toute imprégnée d'eau
et mes _ski_ commencent à enfoncer. Je n'ai que juste le temps d'enrayer
pour éviter de culbuter à mon tour. La voilure est aussitôt amenée;
avant de pouvoir la hisser de nouveau, nous devons faire un long détour
vers l'ouest, afin de trouver une glace suffisamment solide.

Le lendemain, l'état de la neige est encore très défavorable. Quoi qu'il
en soit, grâce à la brise toujours favorable, cous filons vers le sud
encore plus rapidement que la veille.

La terre située à l'est paraissant s'infléchir vers le sud-est[43], nous
mettons le cap sur la partie la plus méridionale d'une île visible dans
le sud-ouest[44].

  [43] L'île de Hooker.

  [44] L'île de Northbrook.

La situation devient palpitante. Aujourd'hui nous avons parcouru environ
14 milles; nous sommes, d'après une observation, par 80°8′ de Lat. N.,
et des terres nouvelles apparaissent encore dans le sud. Si elles
s'étendent très loin dans cette direction, nous ne sommes pas
certainement sur l'archipel François-Joseph, comme je l'ai cru
jusqu'ici. Toutefois, dans le sud, la ligne des côtes semble s'infléchir
vers l'est, et, par suite, concorder avec les contours du détroit de
Markham, sur la carte de Leigh Smith. Nous avons donc dû suivre quelque
bras de mer demeuré inaperçu de Payer; par suite, notre longitude ne
doit pas être entachée d'une grande erreur. Mais non, à la réflexion, il
est impossible que nous ayons passé devant le glacier de Dove et
l'archipel qui l'entoure, sans les voir. Nous devons nous trouver sur
une terre entre la terre François-Joseph et le Spitzberg.

Nos provisions sont maintenant presque épuisées. Nous n'avons plus de
vivres que pour un jour, et sur cette banquise sans la moindre nappe
d'eau, ni ours, ni phoque, ni oiseau. Combien de temps cela va-t-il
durer? Si bientôt nous ne rencontrons pas un bassin d'eau libre où nous
pourrons trouver du gibier, notre position deviendra terrible.

_12 juin._--A quatre heures du matin nous partons, les voiles hissées
sur les traîneaux. La gelée de la nuit dernière a durci la neige; aussi,
poussés par la brise, espérons-nous avancer rapidement et facilement.

[Illustration: NANSEN REPOUSSANT L'ATTAQUE D'UN MORSE]

La veille, une éclaircie nous a permis de reconnaître les terres
avoisinantes. Pour atteindre la pointe méridionale de l'île située dans
l'ouest, nous devons mettre le cap un peu plus à l'ouest que les jours
précédents. Les terres jusque-là visibles dans l'est ont maintenant
disparu et, de l'autre côté, s'ouvre un large détroit[45].

  [45] Le détroit entre les îles Northbrook et Bruce et Peterhead sur la
    terre Alexandra.

Entre temps la brise a molli et la glace est devenue très accidentée.
Nous nous trouvons maintenant sur un _pack_ formé de _drift ice_[46]
dont la traversée est très difficile.

  [46] Glaçons de faibles dimensions. (_Note du traducteur._)

La couleur foncée du ciel indique l'existence d'eau libre dans le sud,
et, à notre grande joie, nous entendons le bruit du ressac. A six heures
du matin, nous faisons halte. Du sommet d'un _hummock_, où je me suis
installé pour prendre une observation de longitude, j'aperçois, à une
petite distance, une nappe d'eau s'étendant vers le sud-ouest.

Bien que le vent souffle maintenant de l'ouest, nous espérons pouvoir
faire voile le long de la banquise et, dans cette pensée, nous nous
dirigeons immédiatement vers l'eau libre. Bientôt nous sommes à la
lisière de la glace. Une fois encore nous voici devant la mer vivante et
animée. Quel plaisir d'entendre son joyeux clapotis, après l'avoir vue
si longtemps inerte sous une lourde carapace cristalline. Les _kayaks_
sont lancés, attachés bord contre bord, la voile hissée, aussitôt après,
en route!

Notre espoir n'a pas été déçu. Toute la journée nous faisons de rapides
progrès. Par moments le vent est si violent que les embarcations piquent
le nez dans la «plume» et sont balayées par les vagues. Nous sommes
trempés, mais la joie de la délivrance prochaine nous réchauffe.

Après avoir doublé le promontoire sur lequel nous gouvernions, nous
découvrons que la ligne de côte est orientée est-ouest et que la
banquette de glace côtière suit la même direction; en même temps, à
notre grande satisfaction, à perte de vue, devant nous, s'étend l'eau
libre.

Bientôt nous voici au sud de cette terre, à travers laquelle nous
marchons depuis si longtemps et où nous avons passé un si pénible
hiver[47]. Malgré tout, les lignes de cette côte méridionale me semblent
concorder avec la carte de la terre François-Joseph dressée par Leigh
Smith. Tout en faisant cette observation, je me rappelle la carte de
Payer et ce souvenir chasse ma première pensée.

  [47] Le cap Barents.

Dans la soirée, nous débarquons sur le bord de la banquette de glaces
côtières, pour mouvoir un peu nos jambes ankylosées par ce long voyage
en _kayak_. Nous nous proposons également de gravir un _hummock_ afin
d'examiner l'horizon dans l'ouest. Mais comment amarrer nos précieuses
embarcations?

«Prends une drisse, me dit Johansen, qui est déjà sur la glace.

--Est-elle assez forte?

--Oui, elle a tenu toute la journée la voile de mon traîneau, reprend
mon camarade.

--Parfaitement. Il n'est du reste pas besoin d'un câble bien fort pour
retenir ces légères embarcations.»

Et je les amarre au moyen de cette drisse faite d'une lanière de peau de
morse.

Nous nous promenons de long en large près des _kayaks_ pour nous
dégourdir les jambes. La brise a maintenant molli et paraît descendre de
plus en plus dans l'ouest. Pourrons-nous continuer notre navigation avec
ce vent? Pour nous en assurer, nous gravissons un monticule de glace
voisin.

Pendant que j'examine l'horizon, Johansen s'écrie tout à coup: «Les
_kayaks_ s'en vont à la dérive!» A toute vitesse nous courons vers la
rive. Les canots sont déjà à une certaine distance du bord et filent
rapidement vers le large. La drisse avait cédé!

«Prends ma montre,» dis-je à Johansen.

Et, en un clin d'œil, je me débarrasse des vêtements les plus gênants
pour pouvoir nager plus facilement. Je n'ose me dévêtir complètement de
crainte d'une crampe. Et, d'un bond, je saute à l'eau.

Le vent soufflait de terre et poussait rapidement les _kayaks_ vers la
pleine mer. L'eau était glacée; mes vêtements entravaient mes mouvements
et les canots s'éloignaient toujours. Loin de gagner du terrain, j'en
perdais. Il me semblait presque impossible de pouvoir les rejoindre.
Mais avec eux disparaissait tout espoir de salut, tout ce que nous
possédions, nous n'avions même pas sur nous un couteau. Que je fusse
noyé ou que je regagnasse la rive sans les _kayaks_, le résultat était
le même.

Donc, me raidissant, je fais un effort terrible. Le salut est à ce prix.
Quand je me sens fatigué, je nage sur le dos. Dans cette position,
j'aperçois Johansen qui se promène fébrilement sur la glace. Le pauvre
ami, il ne peut rester en place; sa position lui paraît affreuse, d'être
ainsi condamné à l'impuissance, et il n'a guère espoir de me voir
réussir. S'il se fût jeté à l'eau à son tour, cela n'aurait pas avancé
les choses. Plus tard, il me raconta que cette attente terrible avait
été le moment le plus pénible de sa vie.

Quand je me retournai, je vis que j'étais plus près des _kayaks_. Cela
me redonna du courage et je redoublai d'efforts. Malheureusement,
l'engourdissement et l'insensibilité envahissaient mes jambes; bientôt
il me sera impossible de les mouvoir... Maintenant la distance n'est
plus longue; si je puis tenir encore quelques instants, nous serons
sauvés. En avant donc! Mes brassées deviennent de plus en plus courtes:
encore un effort, et je rejoindrai les embarcations.

Enfin! j'empoigne un _ski_ disposé en travers de l'arrière et j'arrive
tout contre les canots. Nous sommes sauvés. J'essaie de grimper à bord,
mais mon corps raidi par le froid refuse tout service. Un instant je
pensai que j'arrivais trop tard, je touchais le but sans pouvoir le
saisir.

[Illustration: JE RÉUSSIS A PASSER UNE JAMBE]

Après un instant d'anxiété terrible, je réussis à passer une jambe
par-dessus le traîneau placé sur le pont, et à l'aide de ce point
d'appui parvins à grimper à bord. Aussitôt je pris la pagaie, mais tout
mon corps était devenu si raide que je pouvais à peine la manœuvrer. Il
n'était pas facile de ramer seul dans cette double embarcation; il
fallait faire un va-et-vient constant entre les deux canots pour donner
tantôt à droite tantôt à gauche des coups de pagaie. Certes, si j'avais
pu séparer les _kayaks_ et ramer dans l'un en remorquant le second, la
manœuvre eût été plus aisée. Dans ma position, un pareil travail était
impossible; avant de l'avoir terminé, je serais tombé raide de froid.
D'ailleurs, ramer était le meilleur moyen de me réchauffer. Tout mon
corps était comme insensible. Lorsque soufflaient des bouffées de brise,
j'avais l'impression d'être transpercé, je grelottais, mes dents
claquaient, j'étais littéralement transi. Néanmoins je pouvais encore
manier la pagaie.

Sur ces entrefaites, j'aperçus tout près de l'avant deux guillemots
nains. Un pareil gibier était trop tentant. Je prends, mon fusil et,
d'un seul coup, je tue les deux oiseaux. Johansen me raconta plus tard
son alarme au bruit de la détonation; il avait cru à un accident et ne
pouvait comprendre ce que je faisais. Lorsqu'il me vit ensuite ramer et
ramasser deux oiseaux, il craignit pour ma raison.

A la fin j'atteignis la rive, mais le courant m'avait entraîné loin de
notre débarcadère. Suivant le bord de la banquise côtière, Johansen vint
bientôt me rejoindre. Quelques instants plus tard, le campement est
installé.

Je suis épuisé; à grand'peine, je puis me traîner et me tenir debout.

Tandis que je claque des dents, Johansen me déshabille, me passe tous
les vêtements secs que nous avons en réserve, me couche sur le sac de
couchage, et me couvre des voiles et de tout ce qu'il trouve, pour me
protéger contre la bise. Je grelotte toujours; mais, peu à peu, je
commence à me réchauffer. Seuls mes pieds, qui avaient séjourné dans
l'eau sans la protection des chaussettes, restèrent longtemps froids et
insensibles comme des glaçons. Tandis que Johansen dresse la tente et
fait cuire mes deux guillemots, je m'endors. Quand je me réveillai, le
repas était prêt. Une bonne soupe chaude et le fin rôti effacèrent
bientôt les dernières traces de cette terrible aventure. Pendant la
nuit, mes vêtements furent suspendus au dehors pour sécher et, le
lendemain, je pouvais les endosser.

_13 juin._--La violence du courant, le calme plat nous obligent à
attendre la renverse de la marée. Nous faisons ensuite bonne route toute
la nuit.

[Illustration: NANSEN ATTAQUÉ PAR UN MORSE]

Le lendemain matin, nous rencontrons de nombreux troupeaux de morses
couchés sur la glace. Nous n'avons plus de vivres et notre provision de
combustible est presque épuisée. Un ours serait le bienvenu. Depuis
plusieurs jours, nous n'en avons pas aperçu; il est donc prudent de ne
pas laisser échapper l'occasion d'un ravitaillement. Nous nous dirigeons
vers un groupe de morses, avec l'intention de nous attaquer aux jeunes,
dont la capture est beaucoup plus aisée que celle des vieux. Notre plan
de bataille réussit parfaitement. Je tire deux balles, et deux jeunes
morses tombent. Au premier coup, toute la troupe se lève effarée, et au
second commence à se jeter à l'eau. Les mères tournent autour des
cadavres de leurs enfants, les flairent bruyamment et les secouent,
hurlant lamentablement, absolument comme des créatures humaines. Les
malheureuses bêtes se demandent évidemment ce qui a pu arriver à leur
progéniture! A leur tour, elles se dirigent vers la mer en poussant
devant elles les cadavres de leurs petits. Aussitôt je saute en avant
pour leur faire lâcher prise et pour sauver mon butin, mais j'arrive
trop tard. Serrant les cadavres de leurs enfants contre leur poitrine
avec leurs nageoires antérieures, les deux pauvres mères disparaissent
bientôt. Je reste quelque temps sur le bord de la glace, espérant
toujours voir remonter à la surface les corps, mais rien ne paraît. Les
morses sont sans doute partis loin.

Après cette déconvenue, je me dirige vers un second troupeau. Cette fois
l'expérience m'a rendu prudent, et je tue en même temps la mère et
l'enfant.

Maintenant nous avons pour longtemps du combustible et des vivres
d'excellente qualité. La chair de jeune morse a le goût de la longe de
mouton.

Dans ces parages, ces animaux étaient extraordinairement nombreux; très
certainement leur nombre devait dépasser trois cents.

_15 juin._--A une heure du matin en route. Le temps est absolument
calme.

La mer grouille de morses; aussi est-il préférable de ne pas naviguer
isolément et d'attacher les _kayaks_ bord contre bord. Nous savons par
expérience combien ces gaillards-là sont parfois agressifs. La veille,
plusieurs bandes avaient longtemps suivi notre sillage, sans doute par
curiosité. Quoique nous eussions eu déjà la preuve du contraire, je ne
croyais pas ces animaux dangereux. Johansen ne partageait pas mon
optimisme. Quand nos compagnons devenaient trop gênants, nous nous
réfugions, quand cela était possible, au-dessus d'un _ice foot_[48] et
attendions qu'ils vinssent à se disperser.

  [48] Partie proéminente d'un glaçon en dessous de la surface de la
    mer.

... Nous avançons rapidement le long de la côte, malheureusement un
épais brouillard masque toute vue et nous empêche de reconnaître la
topographie de la région. J'aurais pourtant vivement désiré découvrir le
panorama de ces terres. J'ai de plus en plus le pressentiment que nous
devons être dans le voisinage des quartiers d'hiver de Leigh Smith, sur
la côte sud de la terre François-Joseph. La latitude, la direction des
côtes, la disposition des îles, semblent indiquer que nous nous trouvons
sur cette terre.

[Illustration: LE DERNIER CAMPEMENT]

Dans la matinée, n'apercevant plus de morses autour de nous depuis
quelque temps, nous pensions être en complète sécurité, lorsqu'un
solitaire apparaît juste devant nous. Aussitôt Johansen, qui se trouve
en tête, cherche un refuge au-dessus d'un glaçon flottant entre deux
eaux. Je me disposai à suivre son exemple, quand le vieux monstre se
jette sur mon _kayak_ en s'efforçant de le culbuter avec ses défenses.
Tout en essayant de garder mon équilibre, je lui assène un violent coup
de pagaie sur la tête; l'animal n'en revient pas moins à la charge et
tente de nouveau de me culbuter. Je saisis alors mon fusil, mais entre
temps la monstrueuse bête disparaît subitement. Tout cela dura à peine
quelques secondes.

Juste au moment où je me félicitais d'avoir échappé au danger, je sentis
tout à coup mes jambes mouillées. Le morse avait crevé la coque du
_kayak_ et l'eau y pénétrait à flot. A peine ai-je le temps de gagner
l'_ice foot_ que le canot coule immédiatement. Avec l'aide de Johansen
je parviens cependant à le hisser sur la glace. Tout ce que je possède
flotte à l'intérieur de l'embarcation toute pleine d'eau. Peut-être nos
précieuses plaques photographiques sont-elles perdues.

La déchirure de la coque est longue de 6 mètres, et ce n'est pas un
petit travail que cette reprise, surtout avec les engins rudimentaires
que nous possédons.

_17 juin._--Il est plus de midi, lorsque je me lève pour préparer le
déjeuner. Je vais chercher de l'eau pour la soupe, j'allume le fourneau,
je découpe la viande, je mets la popotte en train. Au moment de me
recoucher jusqu'à ce que le repas soit prêt, la brume se lève.
Immédiatement je vais gravir un _hummock_ voisin pour reconnaître les
environs.

Une brise légère apporte de la terre voisine le bruit du piaillement des
oiseaux établis sur les montagnes. J'écoute cette rumeur vivante; je
suis des yeux les vols de guillemots qui passent et repassent autour de
ma tête, je contemple cette ligne de côte blanche, tachée de rochers
noirs... Soudain il me semble entendre des aboiements. Je tressaille, je
tends l'oreille... puis, je n'entends plus rien... rien que les cris des
oiseaux... Peut-être me suis-je trompé? Je continue l'examen du
panorama. Mais non, voici de nouveaux aboiements. Aucun doute n'est plus
possible. Je me souviens alors avoir entendu hier deux détonations qui
semblaient des coups de feu, mais que sur le moment j'avais crues
produites par une contraction de la glace. De suite je crie à Johansen
que j'ai entendu des chiens du côté de terre. Des chiens? répète-t-il
machinalement, encore tout ahuri par le sommeil. En toute hâte il se
lève pour aller aux écoutes.

Mon camarade demeure absolument incrédule. Il a bien perçu un bruit
ressemblant à des aboiements, mais couvert par le sabbat des oiseaux.
Évidemment, à son avis, je suis dupe d'une illusion. Malgré tout, je
reste persuadé que je ne me suis pas trompé. Tout en avalant en hâte le
déjeuner, nous nous perdons en conjectures sur la présence d'une
expédition dans ces parages. Sont-ce des Anglais ou des compatriotes? Si
c'est la mission anglaise qui, lors de notre départ, se préparait à
explorer la terre François-Joseph, que ferons-nous?--C'est bien simple,
répondit Johansen; nous passerons avec elle un jour ou deux, puis nous
nous acheminerons vers le Spitzberg; autrement Dieu sait quand nous
serons de retour. Sur ce point nous sommes d'accord. Après avoir
emprunté aux Anglais de bonnes provisions, nous poursuivrons notre
route.

Le déjeuner achevé, je vais en reconnaissance, laissant Johansen à la
garde des _kayaks_. Maintenant, je n'entends plus que le piaillement des
mouettes et les cris stridents des guillemots nains. Peut-être Johansen
a-t-il raison? Probablement j'ai été victime d'une illusion.

Tout à coup je découvre sur la neige des pistes. Elles sont trop grandes
pour provenir d'un renard. Des chiens sont donc venus rôder par ici, à
quelques centaines de pas de notre campement? Comment n'ont-ils pas
aboyé? Comment ne les avons-nous pas vus? Peut-être sont-ce après tout
des pistes de loups?

J'ai la tête pleine d'étranges pensées, et tour à tour je passe du doute
à la certitude. Notre labeur excessif, nos souffrances, nos privations
vont-elles enfin prendre fin? Cela me semble à peine croyable; pourtant
tout l'indique. J'entends un aboiement beaucoup plus distinct, et de
tous côtés je vois des pistes qui ne peuvent provenir que d'un chien.
Ensuite, plus rien que la rumeur de la foule ailée. Aussitôt le doute
revient en moi. Peut-être est-ce un rêve? Mais non, ces traces existent
bien là, sur la neige, je les vois, je les touche. Si une expédition est
établie dans cette région, nous ne sommes pas alors sur la terre de
Gillies ou sur une terre nouvelle, comme je le croyais. Nous nous
trouvons alors, ainsi que je le supposais il y a quelques jours, sur la
côte méridionale de la terre François-Joseph.

J'arrive enfin à terre, et soudain je crois entendre le son d'une voix,
la première voix étrangère depuis trois ans. Mon cœur bat à se rompre.
J'escalade un _hummock_ en poussant un appel de toute la force de mes
poumons. Cette voix inconnue au milieu du désert glacé m'apporte comme
un message de vie et un salut du pays.

Bientôt après, une nouvelle voix se fait entendre... Au milieu des
_hummocks_ blancs, j'aperçois une forme noire. C'est un chien, puis une
autre forme noire. Un homme, un homme! Est-ce Jackson, ou un de ses
compagnons, ou un compatriote? Nous marchons à la rencontre l'un de
l'autre. J'agite mon chapeau, il répète le même mouvement. Je l'entends
parler à un chien; c'est un Anglais. J'avance et je crois reconnaître M.
Jackson, que j'ai vu une fois avant mon départ.

Je salue, et nous nous serrons les mains avec un cordial: _How do you
do?_

Au-dessus de nous un plafond de brume; au dessous, la banquise rugueuse;
autour, une échappée de vue sur la terre toute en glace et en neige.
D'un côté, un Anglais en complet élégant, avec de hautes bottes en
caoutchouc, tiré à quatre épingles, répandant une bonne odeur de savon,
perceptible aux sens aiguisés d'un primitif; de l'autre, un sauvage en
haillons, enveloppé d'une longue chevelure et d'une épaisse barbe,
absolument incultes, couvert de crasse et de suie. Sous ces dehors,
personne ne pouvait reconnaître le personnage.

«Je suis très heureux de vous voir, me dit Jackson.

[Illustration: RENCONTRE DE NANSEN ET DE JACKSON]

--Merci! moi également.

--Avez-vous un navire ici?

--Non, mon navire n'est pas ici!

--Combien êtes-vous?

--J'ai avec moi un compagnon resté sur le bord de la glace.»

Tout en causant, nous nous dirigeons vers la côte. Tout à coup Jackson
s'arrête, me regarde, bien en face et s'écrie:

«Mais, n'êtes-vous pas Nansen?

--Oui.

--Par Jupiter! Que je suis aise de vous voir!»

Et il me serre de nouveau les mains avec effusion, en me souriant
affectueusement.

«D'où arrivez-vous? me demande-t-il.

--J'ai quitté le _Fram_ par le 84° de Lat. N., après une dérive de deux
ans, et ai atteint ensuite le 86°13′. De là, nous avons gagné la terre
François-Joseph où nous avons hiverné; maintenant nous sommes en route
pour le Spitzberg.

--Je suis heureux de votre succès. Vous avez, certes, accompli un
magnifique voyage et je suis enchanté d'être le premier à vous en
féliciter.»

En même temps Jackson me prend de nouveau les mains et les presse
chaleureusement. Je ne puis être accueilli plus cordialement. Dans la
chaleur de cette poignée de main, je sens plus qu'une simple forme de
politesse. Aussitôt, avec la plus parfaite affabilité, mon interlocuteur
m'offre l'hospitalité dans sa station et m'annonce que d'un jour à
l'autre il attend l'arrivée du navire chargé de ravitailler son
expédition.

Dès que je puis parler, je demande à Jackson des nouvelles des miens.
Lors de son départ, deux ans auparavant, ma femme et ma fille étaient en
parfaite santé. Je m'enquis ensuite de la Norvège et de la situation
politique. De ce sujet il ne savait rien. J'en conclus que tout allait
bien de ce côté.

Immédiatement Jackson me propose d'aller rechercher Johansen et les
bagages. «Sur cette glace accidentée le halage des _kayaks_ sera très
pénible à nous trois. Si donc vous avez des hommes disponibles en nombre
suffisant, lui répondis-je, il est préférable de les charger de cette
besogne.» En attendant, pour avertir Johansen, nous tirons chacun deux
coups de fusil.

[Illustration: NANSEN ET JOHANSEN A LEUR ARRIVÉE A LA STATION DU CAP
FLORA (Photographie de M. Jackson.)]

Bientôt après nous rencontrons plusieurs autres membres de l'expédition:
le commandant en second, M. Armitage, M. Child, le photographe, le Dr
Kœtlitz. Les présentations faites, immédiatement ce sont de nouvelles
congratulations. Un peu plus loin nous sommes salués par le botaniste,
M. Fisher, M. Burgess et un Finnois du nom de Blomqvist. Dès qu'il avait
aperçu un étranger sur la glace, immédiatement Fisher avait eu l'idée
que ce ne pouvait être que moi. Il avait ensuite cru s'être trompé,
lorsqu'au lieu de l'homme blond qu'il s'attendait à voir, il s'était
trouvé en présence d'un homme aux cheveux et à la barbe complètement
noirs. Une fois tout le personnel de la mission réuni, Jackson leur
annonça que j'étais parvenu au 86°15′. Trois vigoureux hurrahs
accueillirent la nouvelle.

Immédiatement des hommes partent au-devant de Johansen, pendant que je
m'achemine vers la station anglaise, établie au cap Flora.

Jackson m'annonça alors qu'il avait des lettres pour moi et que, dans
une excursion qu'il avait entreprise vers le nord, il les avait
emportées, pensant nous rencontrer sur son chemin. Au mois de mars
dernier, il s'était avancé jusqu'au cap Richthofen, à 35 milles
seulement de nos quartiers d'hiver, et avait dû s'arrêter devant cette
nappe d'eau libre dont nous avions soupçonné l'existence pendant notre
détention.

Seulement, en arrivant près de la station, mon nouvel ami me questionna
sur le _Fram_ et sur les résultats de notre dérive. En quelques mots je
lui racontai notre voyage à travers le bassin polaire. Dans les premiers
moments de notre rencontre, m'expliqua-t-il plus tard, il avait cru à un
désastre. Il pensait que notre navire avait été détruit et que nous
étions les deux seuls survivants de l'expédition. Aux premières paroles
qu'il m'avait adressées au sujet de notre bâtiment, il lui avait semblé
surprendre dans ma physionomie une expression de profonde tristesse et
n'avait plus ensuite osé aborder ce sujet. Il avait même recommandé à
ses compagnons le silence sur ce sujet. S'étant ensuite aperçu de sa
méprise, il me demanda aussitôt des renseignements sur le _Fram_ et sur
le reste de l'équipage.

Tout en causant nous arrivons à Elmwood, l'habitation de la mission, une
maison russe, très basse, toute en bois, édifiée au pied d'une montagne,
sur une ancienne ligne de côte, à une hauteur de 16 mètres au-dessus de
la mer. Autour sont installés une écurie et quatre grands baraquements
servant de magasins.

Nous entrons dans ce nid chaud perdu au milieu de cette froide
solitude... Le plafond et les murs sont couverts de drap vert. Aux
panneaux sont accrochées des photographies, des photogravures. Des
étagères chargées de livres et d'instruments sont disposées dans les
angles. Des vêtements et des chaussures sont suspendus au plafond pour
sécher. Au milieu de cette pièce confortable brûle un poêle hospitalier.
Un singulier état d'esprit me pénètre en m'asseyant au milieu de toutes
ces choses étranges pour nous. Par un coup du destin changeant, toutes
les responsabilités et toutes les anxiétés qui, depuis trois longues
années, pesaient sur moi, se sont envolées subitement. Je suis
maintenant dans un port sûr au milieu de la banquise. Les pénibles
attentes de ces années de lutte s'effacent devant le soleil flamboyant
d'une brillante aurore. Mon devoir est accompli, ma tâche est terminée.
Maintenant je n'ai plus qu'à me reposer et à attendre.

[Illustration: ELMWOOD, LA STATION DU CAP FLORA]

Jackson me remet une cassette soigneusement scellée. Elle contient des
lettres de Norvège. En l'ouvrant, mes mains tremblent et le cœur me bat
violemment. Toutes ne m'apportent que de bonnes nouvelles. Après cela,
un doux sentiment de quiétude m'envahit.

Le dîner est servi. Du pain, du beurre, du lait, du sucre, du café,
toutes choses dont depuis un an nous avons perdu le goût. Mais le
suprême confort de la vie civilisée, nous ne le connaissons qu'après
avoir jeté nos guenilles et pris un bain. La couche de crasse qui nous
enveloppe est si épaisse qu'elle ne disparaît qu'à la suite d'une série
d'ablutions réitérées. Après avoir endossé des vêtements propres et
moelleux, coupé notre barbe et notre chevelure hirsutes et
embroussaillées, notre transformation de sauvages en Européens est
maintenant complète. Plus rapidement elle s'est opérée que l'adaptation
inverse subie il y a dix-huit mois.

Bientôt arrive Johansen, escorté par les membres de l'expédition.
Lorsque les Anglais avaient rencontré mon ami, immédiatement ils
l'avaient salué, ainsi que le pavillon norvégien d'un triple hourrah,
puis s'étaient attelés aux traîneaux, ne voulant à aucun prix lui
permettre d'y toucher. «Je marchais à côté d'eux, me raconta-t-il, comme
un simple touriste. De bien des manières nous avons voyagé sur la
banquise, à coup sûr celle-là est la plus agréable.»

Johansen est non moins cordialement reçu que je l'ai été. A son tour, il
subit la même transformation que moi. Après cette métamorphose, je ne
puis reconnaître mon camarade. Je cherche à retrouver en lui le miséreux
qui se promenait avec moi devant un taudis sur cette plage désolée. Le
troglodyte, noir de crasse et de suie, a fait place à un élégant
Européen, fumant un bon cigare, paresseusement étendu sur un siège
confortable. De jour en jour, il me semble engraisser d'une manière
alarmante. Du reste, depuis notre départ du _Fram_, nous avons tous les
deux singulièrement augmenté de poids. En quinze mois, j'ai gagné 10
kilogrammes et demi et Johansen un peu plus de 6 kilogrammes. Ce
brillant résultat, nous le devons à notre nourriture composée
exclusivement de graisse et de viande d'ours.

[Illustration: M. JACKSON A ELMWOOD]

Nous vivons dans la paix et le bien-être, attendant le navire qui nous
doit rapatrier. Pour nous faire oublier l'attente, nos amis nous
comblent des soins les plus affectueux et des attentions les plus
délicates. Non, jamais, je ne saurais exalter assez la large et cordiale
hospitalité que nous a donnée l'expédition anglaise. Est-ce le résultat
de notre isolement absolu pendant un an, ou est-ce l'esprit de
solidarité qui pousse les hommes à se réunir dans ces régions désolées?
Je ne sais, toujours est-il que jamais les plus longues conversations ne
nous lassent, et que nous avons l'impression d'être tous de vieux amis,
alors qu'il y a quelques jours, nous étions des inconnus les uns pour
les autres.

Dès notre arrivée à la station du cap Flora, je m'empressai de comparer
nos montres avec les chronomètres de l'expédition anglaise. L'erreur
n'était que de vingt-six minutes, correspondant à une différence de 6°5′
de longitude. En possession de ce renseignement je puis maintenant
calculer mes observations de longitude. Ce travail achevé, je dresse
d'après nos relevés une carte de la terre François-Joseph, que Jackson
veut bien me permettre ensuite de comparer à celle exécutée par lui. La
carte de la page 270, qui n'a du reste qu'une valeur provisoire, est le
résultat de ce travail. Lorsque toutes mes observations auront été
soigneusement vérifiées, et si je puis obtenir communication des minutes
de Payer, je pourrai publier un document beaucoup plus précis. Le seul
point sur lequel je désire actuellement attirer l'attention est le
morcellement de la terre François-Joseph, et l'absence de masse
continentale dans cette région. Dans plusieurs localités, mes
relèvements concordent avec ceux de Payer. Mais l'énigme qui nous avait
occupés l'hiver demeurait toujours non résolue. Où sont le glacier de
Dove, et la partie la plus nord de la terre Wilezek? Où sont les îles
Braun, Hoffmann et Freeden, de Payer? L'explorateur autrichien, qui est
un topographe expérimenté et très soigneux, a été sans doute victime
d'une illusion d'optique, produite par le brouillard. Je ne puis
expliquer autrement une pareille erreur.

Les environs du cap Flora sont très intéressants au point de vue
géologique. Aussi souvent que je le pouvais, j'étudiais la structure de
cette région, tantôt seul, tantôt en compagnie du Dr Kœtlitz. Nous fîmes
notamment des excursions sur de hautes moraines, très abruptes, à la
recherche de fossiles fort abondants en certains points. Du niveau de la
mer jusqu'à une hauteur de 250 à 300 mètres, le sol est constitué par
une couche d'argile renfermant des fragments de grauwacke rouge très
riche en fossiles. La présence de bélemnites et d'ammonites permet de
rapporter avec certitude cet étage au jurassique. En différents points,
il se trouve traversé par de minces filons de charbon et renferme de
nombreux gisements de bois fossiles. Au-dessus de cette couche
sédimentaire s'étend une puissante[49] formation d'un basalte à gros
grains; très différent des basaltes typiques, et paraissant se rapporter
à ceux du Spitzberg et de la terre du Nord-Est. Dans l'archipel
François-Joseph, cette roche présente, du reste, une grande variété de
texture et occupe des positions très différentes par rapport au niveau
de la mer. Ainsi, à l'île Northbrook et sur les terres voisines, il ne
se rencontre qu'à l'altitude de 250 à 300 mètres, tandis que, plus au
nord, il constitue le rivage même. Aux environs du 81° de Lat., cette
roche forme de hauts escarpements à pic au-dessus des fjords comme, par
exemple, aux caps Fischer, Clements Markham, Mac Clintock.

  [49] Sa puissance varie de 300 à 350 mètres.

[Illustration: FALAISE BASALTIQUE A LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH]

Le basalte du cap Flora me semble, en grande partie du moins, dater du
jurassique. Il repose, en effet, sur des assises remontant à cette
période et renferme en inclusion des lambeaux de ce terrain. Enfin, au
sommet de cette formation volcanique se rencontrent des végétaux
fossiles appartenant au dernier étage de la série jurassique. La terre
François-Joseph paraît donc être d'âge relativement ancien.
L'horizontalité des couches de ce basalte sur toutes les îles semble
indiquer, à une époque antérieure, l'existence d'une grande masse
continentale dans cette région, plus tard morcelée et désagrégée par les
actions érosives des agents atmosphériques, des glaciers et des eaux.
Une partie de ce territoire s'est affaissée et, aujourd'hui, il ne
subsiste plus de ce continent qu'un complexe d'îles. La ressemblance
présentée par ces formations avec celles signalées sur plusieurs points
du Spitzberg et de la terre du Nord-Est, incite à croire que ces deux
archipels ne formaient primitivement qu'une même masse continentale.
Pour cette raison, il serait très intéressant d'explorer la zone
complètement inconnue qui sépare ces deux archipels, et que nous aurions
traversée, si nous n'avions pas rencontré l'expédition Jackson. Sans
aucun doute, dans cette direction doit se trouver un grand nombre,
peut-être même un cordon continu d'îles à travers lesquelles il sera
difficile de discerner les limites respectives de chacun des deux
archipels principaux. La reconnaissance de cette région, œuvre dont
l'importance scientifique n'échappera à personne, sera, nous l'espérons,
accomplie avec succès par la mission Jackson.

[Illustration: PITON DE BASALTE A LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH]

L'extension de la terre François-Joseph vers le nord ne peut être
déterminée avec quelque précision. Je ne crois cependant pas à
l'existence d'une île étendue dans cette direction. Les terres Petermann
et Oscar, signalées par Payer, doivent être très petites. Lorsque nous
atteignîmes l'archipel François-Joseph, nous n'aperçûmes pas ces îles,
bien que nous ayons dû passer dans leur voisinage; en second lieu, quand
nous étions à la même latitude qu'elles, le mouvement de dérive des
glaces vers l'ouest, ne paraissait rencontrer aucune résistance de ce
côté.

Pendant mon séjour au cap Flora je m'occupai d'étudier les signes
manifestes des changements survenus dans les niveaux respectifs de la
mer et des terres.

La station, comme je l'ai dit plus haut, était construite sur une
ancienne ligne de rivage située à 12 ou 15 mètres au-dessus de la mer.
Dans les environs se trouvaient également, à différentes hauteurs,
plusieurs autres terrasses littorales (_strandlinie_). Ainsi, la hutte
d'hivernage de Leigh Smith avait été installée sur une _strandlinie_
située à 5m,30, tandis que plus loin d'anciennes plages atteignaient une
altitude de 25 mètres. Dans la partie nord de l'archipel, notamment à
l'île Torup, j'avais déjà relevé l'existence de _strandlinie_ analogues.
Dans plusieurs localités voisines du cap Flora, Jackson trouva, du
reste, des ossements de cétacés, notamment, près de sa station et à une
hauteur de 15 mètres, un crâne de baleine, peut-être de baleine franche
(_Balæna mysticetus_). Un peu plus loin, il découvrit des fragments d'un
squelette entier à une altitude de 2m,80. Sur un grand nombre de points,
on observait des bancs de coquilles subfossiles, attestant qu'à une
époque récente la mer s'était élevée au-dessus des _strandlinie_ les
plus basses.

Un jour, le Dr Jackson et le Dr Kœtlitz rencontrèrent deux gisements de
végétaux fossiles sur un _nunatak_[50] situé au-dessus d'un glacier
voisin du cap Flora. Cette découverte éveilla de suite ma curiosité. Le
17 juillet, accompagné de Kœtlitz, j'allai visiter à mon tour cette
intéressante localité. Le pointement rocheux, constitué par du basalte à
structure columnaire, très caractérisé, s'élevait au milieu du glacier à
une altitude que j'évaluai à vue d'œil à 200 ou 225 mètres. En deux
points de sa surface apparaissait une couche de fragments de grès
contenant en abondance des empreintes d'aiguilles de conifères et de
petites feuilles de fougères. L'étude faite par le professeur Nathorst
des échantillons que j'ai rapportés, montre l'importance de la
trouvaille faite par Jackson et le Dr Kœtlitz. (Voir appendice I.)

  [50] Nom commun eskimo sous lequel les indigènes du Grönland désignent
    les pointements rocheux émergeant au-dessus de l'_inlandsis_. Ce
    terme, passé dans le vocabulaire arctique, désigne tous les
    affleurements rocheux situés au milieu des glaciers.

... Très brusque était la transition entre notre longue vie de paresse
et d'inertie pendant l'hiver et cette existence active et
intellectuelle.

Ici, nous trouvions tous les éléments nécessaires de travail et, tous
nos loisirs, nous les employions à la discussion de problèmes
scientifiques avec nos hôtes.

[Illustration: INSTANTANÉ D'UN OURS ET D'UN CANON DE FUSIL]

Le botaniste de l'expédition, M. Harry Fisher, fort intéressé par les
études zoologiques et botaniques dans les régions polaires, s'était
livré, pendant son long séjour à la terre François-Joseph, à des
recherches qui augmenteront dans une large mesure nos connaissances
biologiques. Jamais je n'oublierai nos longues et curieuses
conversations et son amabilité à m'initier à ses importantes
découvertes. Après avoir été privé pendant si longtemps de tels
entretiens, je ne pouvais m'en lasser; j'étais comme un morceau de terre
qui, à la suite d'une sécheresse d'une année, absorbe avec avidité une
pluie bienfaisante.

Des distractions d'un autre genre nous étaient offertes. Lorsque je me
sentais fatigué par le travail acharné auquel je me livrais, j'allais à
la chasse en compagnie de Jackson ou de quelque autre membre de la
mission. Autour de la station le gibier ne manquait pas. Un jour, nous
tirions des ours, un autre des guillemots ou des colombes de mer, ou
bien encore allions recueillir des œufs sur les falaises peuplées de
milliers de mouettes tridactyles.

Les jours passaient, et le _Windward_, le navire qui devait venir
ravitailler l'expédition anglaise, ne paraissait pas. Ce retard n'était
pas sans nous causer quelque impatience. Peut-être le bâtiment ne
pouvait-il se frayer un chemin à travers les glaces et serions-nous
condamnés à hiverner ici? La perspective n'avait rien d'attrayant. Être
arrivés si près du but et ne pouvoir l'atteindre! Nous commencions à
regretter de n'avoir pas poursuivi notre route vers le Spitzberg.
Peut-être, si nous avions continué notre marche, aurions-nous déjà
rencontré le chasseur de phoques dont il avait été si souvent question
dans nos conversations pendant l'hivernage? La raison de notre arrêt à
la station du cap Flora est très compréhensible. Jackson et ses
compagnons nous avaient fait une réception tellement cordiale que même
le Spartiate le plus endurci n'aurait pu résister à ses charmes. Après
nos terribles labeurs, nous avions trouvé ici une maison agréable où
nous n'avions rien de mieux à faire qu'à nous reposer et attendre.
Hélas! l'attente patiente n'est pas toujours facile à supporter, et nous
songions sérieusement à nous mettre en route pour le Spitzberg.

Pour une telle entreprise, la saison n'est-elle pas déjà trop avancée?
Nous sommes à la moitié de juillet. En partant immédiatement, si nous
rencontrons en route quelque obstacle imprévu, nous n'arriverons pas
avant un mois, même plus tard, dans les eaux où nous pourrons avoir
chance de rencontrer un navire. Nous serons alors au milieu ou à la fin
d'août, époque à laquelle les pêcheurs commencent à opérer leur retour.
Si nous ne trouvons pas un de ces bâtiments avant le commencement de
septembre, nous serons probablement contraints à un hivernage au
Spitzberg. Le parti le plus simple est donc d'attendre l'arrivée du
_Windward_. En somme, c'est ici que nous avons les plus grandes chances
de rapatriement rapide. La saison la plus favorable pour la navigation
dans ces parages est le mois d'août et le commencement de septembre.
Donc, confiance et patience!

Nous ne sommes du reste pas les seuls à supporter difficilement cette
détention. Quatre membres de l'expédition anglaise qui doivent quitter
la station et rentrer après une absence de deux ans, attendent également
avec anxiété le navire.

_20 juillet._--De jour en jour notre impatience augmente. De l'avis de
Jackson, le _Windward_ aurait pu arriver ici dès le milieu de juin; à
différentes reprises, affirme-t-il, la mer a été assez libre pour lui
permettre le passage. Je ne partage pas cet optimisme. Devant la station
on ne voit qu'une petite quantité de glace, mais plus au sud une
banquise compacte doit barrer la route... Depuis plusieurs jours, la
dérive a ramené de l'est d'épaisses masses de glace. A perte de vue, une
plaine blanche; pas la plus petite nappe d'eau libre! Nous voici encore
séparés de ce monde que nous pensions presque toucher!

Au bout de l'horizon s'étend une bande de nuages bleuâtres. Là-bas, très
loin, par derrière cette banquise la mer est donc dégagée. Peut-être sur
ses eaux libres vogue le navire qui doit nous ramener auprès des nôtres,
le navire qui nous apporte des nouvelles de la patrie et de tous les
êtres aimés. Toujours le rêve doré de la prochaine réunion!

_21 juillet._--Aujourd'hui, enfin, souffle un vent du nord qui nettoie
la mer de la glace qui l'encombre. Ce soir, dans toutes les directions à
perte de vue, la mer libre! Peut-être verrons-nous bientôt poindre le
navire tant désiré.

_22 juillet._--La vie n'est faite que d'espoirs et de désappointements.
Hier, nous étions pleins d'espérance; aujourd'hui, nous demeurons
abattus devant les décevances de la dérive des glaces. Un vent de
sud-est a ramené devant nous une épaisse banquise. Il faut s'armer de
patience!

_26 juillet._--Enfin, est arrivé le _Windward_! Ce matin, Jackson est
venu me tirer par les jambes pour m'annoncer la bonne nouvelle.
Immédiatement je me suis levé et ai regardé par la fenêtre. Il est là,
ce navire dont la venue est si ardemment désirée, manœuvrant lentement à
la lisière de la glace à la recherche d'un mouillage. Quelle chose
étrange que ce bâtiment. Comme il me paraît grand et haut! Il me semble
une petite île! Il apporte des nouvelles du monde, du monde vivant, de
tout là-bas!

L'émoi est général dans notre petite colonie. Tous se sont levés et,
dans les costumes les plus étranges, contemplent, par la fenêtre, le
merveilleux visiteur. Jackson et Blomqvist, aussitôt habillés,
s'acheminent vers le _Windward_. N'ayant rien à faire pour le moment à
bord, je me remets au lit. Bientôt après Blomqvist arrive, tout
essoufflé, m'annoncer que tous les miens sont bien portants et que le
_Fram_ n'est pas de retour. C'était la première chose dont s'était
enquis l'excellent Jackson.

Je m'habille et me rends à mon tour à bord. Arrivé près du navire, je
suis accueilli par trois hourrahs retentissants et cordialement reçu par
le capitaine Brown, commandant du _Windward_. Nous nous asseyons ensuite
devant un excellent déjeuner et, au cours de ce repas, apprenons des
nouvelles absolument étonnantes. On peut photographier les gens à
travers des portes en bois, épaisses de plusieurs centimètres, des
projectiles dans le corps des blessés! Les Japonais ont battu les
Chinois. Le Spitzberg a été ouvert aux touristes. Une compagnie
norvégienne entretient un service régulier entre cette terre polaire et
notre pays. Sur cet archipel un hôtel a été bâti et un bureau de poste
fonctionne avec des timbres spéciaux. Enfin le Suédois Andrée se propose
d'atteindre le Pôle en ballon et attend un vent favorable pour partir.
Si nous avions poursuivi notre route vers le Spitzberg, nous serions
tombés au milieu de tous ces touristes. Nous aurions trouvé un hôtel et
aurions été rapatriés par un vapeur offrant tout le luxe des
installations modernes et non pas par quelque pauvre chasseur, comme
nous l'avions pensé. Cela aurait été une scène très amusante de nous
voir arriver, sales et déguenillés, tels que nous sortions de notre
chenil de l'hiver, au milieu d'une bande d'Anglais et d'Anglaises.

Maintenant une activité fébrile règne dans la petite colonie. L'équipage
et les membres de la mission travaillent de concert à mettre à terre les
approvisionnements de toute nature apportés par le _Windward_. En moins
d'une semaine le déchargement est terminé. Nous attendons ensuite
quelques jours pour donner le temps à Jackson d'achever sa
correspondance. Sur ces entrefaites, une tempête éclate; les amarres qui
relient le _Windward_ à la lisière de la glace se rompent, et le navire
s'en va à la dérive. Le capitaine parvient à gagner un mouillage qui est
loin d'être sûr. Le bâtiment n'a que quelques centimètres d'eau sous la
quille. Entre temps, la glace, chassée par le vent, se presse en masses
de plus en plus considérables. Un moment, la situation devient assez
mauvaise; les blocs n'arrivent pas heureusement jusqu'au navire.
Quelques jours après cet incident, le _Windward_ était paré pour le
départ.

_7 août._--Maintenant est arrivé le moment de faire nos adieux à la
dernière station de notre route, où nous avons reçu une si cordiale
hospitalité. Tous ceux qui doivent partir: MM. Fisher, Child, Burgess,
le Finnois Blomqvist, Johansen et moi sommes à bord, et ceux qui doivent
demeurer sont là, sur la lisière de la glace. Un moment le soleil perce
les nuages au-dessus du cap Flora; aussitôt nous levons nos chapeaux et
envoyons un dernier salut à ces hommes courageux, qui vont passer encore
un hiver dans la grande solitude des glaces, pendant que le _Windward_,
poussé par le bon vent, s'éloigne vers le sud.

La fortune nous fut favorable. A l'aller, le navire, avant de parvenir à
la terre François-Joseph, avait eu à lutter contre d'épaisses banquises.
La glace était encore très abondante, mais relativement mince et sans
grande consistance. Sur quelques points seulement, nous fûmes arrêtés et
dûmes nous frayer un passage de vive force à la vapeur. Le navire était,
d'ailleurs, dans d'excellentes mains. Du matin au soir, tant qu'un
glaçon fut en vue, notre capitaine ne quitta pas le «nid de corbeau». A
peine prenait-il le temps de dormir quelques heures.

Comme Brown me le disait fréquemment, avant tout il importait d'arriver
en Norvège avant le retour du _Fram_. Cet excellent homme comprenait
bien quelle émotion éprouveraient les nôtres, si les autres nous
précédaient.

Rapide et agréable fut la traversée. L'expérience acquise à l'aller
avait suggéré au capitaine Brown l'idée de faire route d'abord vers le
sud-est, c'est-à-dire vers la Nouvelle-Zemble, pour sortir le plus tôt
possible de la glace et pour gagner l'eau libre. Les prévisions de ce
marin expérimenté se trouvèrent justes.

Après avoir parcouru 220 milles à travers la banquise, nous atteignîmes
l'eau libre à l'extrémité supérieure d'une longue baie ouverte vers le
nord au milieu des glaces. Nous étions arrivés juste au bon endroit.
Eussions-nous suivi une route un peu plus à l'est ou à l'ouest, nous
eussions été retenus pendant des semaines. Une fois sur le libre Océan,
de suite le cap fut mis sur Vardö. Une indescriptible sensation
d'apercevoir cette immensité bleue!

Un matin, tandis que nous contemplons la mer, nous découvrons une
première voile! Nous voici, enfin, dans des eaux fréquentées!

[Illustration: LE CAP FLORA]

Dans la soirée du 12 août, je distingue quelque chose de noir devant
nous, très bas, au bout de l'horizon. Qu'est-ce? A tribord, cette ombre
s'étend au loin vers le sud. Je la regarde des heures et des heures.
C'est la terre, la terre de Norvège! Je suis comme hypnotisé; une partie
de la nuit je m'absorbe dans la contemplation de cette longue ligne
sombre. Un frisson de fièvre secoue mon corps. Quelles nouvelles
allons-nous trouver en arrivant?

Le lendemain matin, nous sommes tout près de la côte. Une terre nue,
guère plus engageante que celle que nous avons laissée derrière nous
dans les brumes de l'Océan Glacial; mais c'est la Norvège. Nous
rencontrons plusieurs navires et échangeons avec eux les saluts de
pavillon. Nous croisons ensuite le cotre de la douane; nous n'avons rien
à démêler avec cette administration. Bientôt arrive le pilote. Après
avoir manifesté une certaine surprise d'entendre parler norvégien à bord
d'un navire anglais, il ne prête plus ensuite attention à notre
présence, jusqu'à ce que le capitaine Brown lui ait dit mon nom. Alors
il reste comme pétrifié; puis, de suite, son visage s'éclaire d'une
expression indicible de joie. Il me saisit alors vigoureusement les
mains et me félicite d'avoir échappé à la mort. Depuis longtemps les
gens me croient dans la tombe.

Le _Fram_ n'est pas encore arrivé! A cette nouvelle, je me sens
débarrassé d'un grand poids. Une terrible anxiété aura été épargnée aux
nôtres.

Bientôt le _Windward_ entre dans le port de Vardö, silencieusement et
sans éveiller l'attention. Avant que l'ancre ait été mouillée, Johansen
et moi sautons dans un canot, pour nous rendre de suite au bureau du
télégraphe. Quelques instants après nous sommes sur le quai. Nous avons
encore trop la mine de pirates pour que l'on puisse nous reconnaître.
Les passants poursuivent leur chemin sans même nous regarder. Le seul
être qui semble se douter du retour des deux explorateurs, est une
intelligente vache qui, au milieu d'une ruelle, s'arrête pour nous
contempler d'un air étonné. La vue de cet animal nous donne une si
agréable sensation d'été, que j'ai un instant l'idée de m'arrêter pour
la caresser. J'ai maintenant l'impression que je suis bien en Norvège.

J'apporte au télégraphe une centaine de dépêches, dont une ou deux
d'environ mille mots. A cette vue l'employé me lance un regard peu
aimable; mais, lorsque ses yeux tombent sur la signature, sa mine change
subitement. Sa figure rayonne et immédiatement il m'adresse un cordial
souhait de bienvenue.

[Illustration: M. ET Mme NANSEN]

Aussitôt après, les instruments commençaient leur tic-tac pour annoncer
l'arrivée de deux membres de l'expédition polaire norvégienne et le
retour probable du _Fram_ dans le courant de l'été. Les premiers
télégrammes furent adressés à ma femme, au roi de Norvège et au
gouvernement norvégien.

La nouvelle de notre débarquement se répand bientôt dans Vardö.
Immédiatement les maisons et les navires se pavoisent et la population
nous souhaite la bienvenue en joyeuses acclamations. En même temps, de
tous côtés affluent des dépêches. Toutes nous apportent de bonnes
nouvelles. Maintenant les souffrances sont oubliées. Que le _Fram_
arrive promptement et notre joie sera complète!

Le 16 août, le _Windward_ lève l'ancre pour nous conduire à Hammerfest.
Le bon capitaine Brown tient absolument à présenter ses devoirs à ma
femme, qui doit venir me rejoindre dans ce port. Le 21, nous mouillons
devant cette ville, la plus septentrionale de notre cher pays. Là
également, c'est une réception enthousiaste. A ma grande joie, je
rencontre Sir George Baden-Powell sur son yacht, l'_Otaria_, ancré dans
le port. Cet excellent ami revient de la Nouvelle-Zemble, où il est allé
observer l'éclipse de soleil du 9 août. De suite, il met son confortable
vapeur à ma disposition. Dans la soirée ma femme me rejoint et, après
une fête donnée en notre honneur par la ville d'Hammerfest, nous nous
installons à bord de l'_Otaria_.

De tous les points du globe, c'est un flot de télégrammes de
félicitations. Mais toujours aucune nouvelle du _Fram_. Si aucun
accident ne lui est arrivé, il doit être maintenant hors de la glace.
Son retard commence à devenir étrange. S'il ne rentre pas, quelle
horrible anxiété pour nous!

Dans la matinée du 26 août, je suis réveillé brusquement par Sir George.
Un homme insiste pour me parler. «J'arrive, répondis-je, de suite je
m'habille.--Cela ne fait rien, venez comme vous êtes,» réplique mon ami.
Un peu surpris, je lui demande ce dont il s'agit. Il n'en sait rien.
Évidemment, c'est quelque nouvelle importante. Je passe rapidement mes
vêtements et j'arrive dans le salon. C'est le chef du bureau du
télégraphe; il tient une dépêche. «Voici un télégramme très intéressant
pour vous, me dit-il, et pour cette raison j'ai tenu à vous l'apporter
moi-même.» Qu'est-ce? Une seule chose au monde actuellement me
préoccupe. En tremblant je fais sauter le cachet et je lis:

  «Fridtjof Nansen,

  «Le _Fram_ est arrivé en parfait état. Tout bien à bord. Partons dans
  quelques heures pour Tromsö. Souhaits de bienvenue.

  «OTTO SVERDRUP.»

Mon émotion est si vive que je puis à peine parler. «Le _Fram_ est
arrivé!» m'écriai-je enfin. Je lis et relis le télégramme; je doute du
témoignage des yeux. Alors, c'est une joie générale, non seulement à
bord, mais encore dans toute la ville.

Le lendemain, nous entrons à Tromsö, où le _Fram_ est déjà mouillé. La
dernière fois que nous l'avions vu, il était à moitié enfoui sous la
glace; maintenant il flotte fièrement dans les eaux de la patrie. Les
hurrahs éclatent joyeux et retentissants, et tout l'équipage du _Fram_
se précipite à bord de l'_Otaria_. La scène de notre réunion, je renonce
à la décrire.

Maintenant nous sommes tous en Norvège. L'expédition a accompli sa
tâche! Nous nous acheminons ensuite vers le sud. En tête, avance un
remorqueur affrété par le gouvernement, puis le _Fram_ escorté de
l'_Otaria_. Quelle agréable impression de rester oisif et tranquille,
tandis que les autres frayent pour nous la marche!

Sur notre passage, toute la population arrive en foule. Cette vieille
mère de Norvège, fière de notre œuvre, semble vouloir nous presser dans
une chaude étreinte pour nous remercier de notre labeur. Pourtant, nous
n'avons fait que notre devoir et simplement accompli la tâche que nous
avons entreprise.

Nous voici revenus à la vie, et maintenant devant nous elle s'ouvre
pleine de lumière et d'espérance. C'est le soir. Le soleil descend sur
la mer bleue, et la mélancolie pénétrante de l'automne s'étend sur la
nappe des eaux. En vérité cela est trop beau... N'est-ce pas un rêve?
Non! sur la lueur du couchant, la silhouette de la femme aimée, détachée
en vigueur m'apporte le sentiment de la paix et de la sécurité dans la
vie.

Notre voyage le long de la côte de Norvège n'est qu'une marche
triomphale.

Le 9 septembre, le _Fram_ entre dans le fjord de Christiania. La
capitale de la Norvège nous fait une réception dont un prince eût été
fier. Le canon tonne, les acclamations retentissent, les pavillons
battent partout au vent...

Le soir, je suis sur le bord du fjord. Les échos se sont tus et la noire
forêt de pins demeure silencieuse. Les feux de joie allumés sur les caps
s'éteignent et le clapotement de l'eau à mes pieds semble me dire:
«Maintenant tu es de retour chez toi.» La paix profonde d'un soir
d'automne descend bienfaisante sur l'esprit fatigué.

Je me rappelle la matinée pluvieuse de juin, lorsque, pour la dernière
fois, je foulais cette berge. Depuis, plus de trois ans se sont écoulés.
Nous avons travaillé, nous avons semé: maintenant le temps de la moisson
est arrivé. Dans mon cœur je pleure de joie et de reconnaissance.

La glace et le long clair de lune des nuits polaires semblent le rêve
lointain d'un autre monde, un rêve qui s'est évanoui. Mais que serait la
vie sans les rêves?



CHAPITRE XII

RAPPORT DU CAPITAINE OTTO SVERDRUP SUR LA DÉRIVE DU _FRAM_ DEPUIS LE 15
MARS 1895


I

Le 15 mars 1895, jour où le Dr Fridtjof Nansen et le lieutenant Johansen
nous quittèrent, la _Fram_ se trouvait par 84°4′ de Lat N. et par 102°
de Long. Est. de Gr.

Le bâtiment était bloqué dans une masse de glace épaisse de 8 mètres qui
l'enveloppait complètement jusqu'en dessous de la quille. Sur toute sa
longueur s'appuyait, à bâbord, un monticule, s'élevant, dans la partie
centrale du navire, jusqu'au niveau du plat-bord. Au nord-ouest, à une
distance de 13 mètres, se dressait un large et long mamelon, appelé le
_Grand Hummock_, dont la hauteur atteignait 7 mètres. A mi-chemin, entre
ce monticule et le navire, se rencontrait un chenal, long d'environ 5
mètres, tandis qu'également à 5 mètres de l'étrave se trouvait une
ancienne crevasse, alors fermée par les pressions, mais qui devait se
rouvrir au printemps.

[Illustration: LE DÉBLAIEMENT DU _Fram_ (MARS 1895)]

Sur le _Grand Hummock_, formé dans la convulsion du 27 janvier 1894,
était établi, sur la face regardant le navire, un dépôt de boîtes de
conserves et de matériel de campement recouvert de prélarts. Des _ski_
et des traîneaux avaient été également déposés sur ce point pour le cas
d'abandon du navire. A moitié route entre ce mamelon et le _Fram_ avait
été déposé le canot à pétrole; plus tard, lorsqu'un nouveau chenal
s'ouvrit dans le voisinage, il fut transporté un peu plus loin. Enfin,
la forge était installée à bâbord, adossée au monticule de pression
situé contre les flancs du _Fram_. Le toit de la hutte était fait d'une
série de barreaux enfoncés dans l'escarpement, sur lesquels avaient été
entassés des blocs recouverts d'une solide couche de neige.

Le travail le plus urgent était de dégager le navire de l'énorme amas de
glaçons que les pressions avaient entassé contre la paroi de bâbord. En
cas d'un nouvel assaut survenant de ce côté, le navire courrait le
risque d'être culbuté, tant que cet énorme monticule resterait debout.
Le 19 mars commença le déblaiement. Le mamelon, attaqué tout à la fois
par l'avant, par l'arrière et au centre, ne fut rasé qu'après un labeur
acharné de huit jours. Pendant ce temps, la température se maintint
entre −38° et −40°. En prenant part aux terrassements, Scott-Hansen eut
un orteil gelé.

[Illustration: LE _Fram_ APRÈS LE DÉBLAIEMENT (FIN MARS 1895)]

Par suite du départ de Nansen et de Johansen, quelques modifications
furent apportées dans le logement des hommes. Je m'installai dans la
cabine du chef de l'expédition, et Jacobsen dans la mienne. Le poste de
tribord n'eut plus désormais que trois cadres occupés au lieu de quatre.

Entre temps, Amundsen réparait le poêle à pétrole de l'atelier. Une fois
ce travail terminé, cette pièce devint la plus agréable du bord.

Le débarquement des vivres pour l'établissement du dépôt ayant montré la
nécessité d'améliorer le passage du navire sur la banquise, le
déblaiement achevé, nous construisons une large passerelle en neige et
en glace qui facilitera les allées et venues.

Afin de nous trouver prêts à toutes les éventualités possibles, des
préparatifs complets de retraite sont faits. Des traîneaux et des
_kayaks_ sont construits, des paniers disposés pour les provisions, et
les vivres choisis et pesés. En même temps, Amundsen, Bentzen, Mogstad
et Henriksen fabriquent des _ski_, dont nous manquons. Les raquettes
canadiennes étant préférables, à mon avis, aux patins norvégiens pour
haler les traîneaux sur une banquise accidentée, j'en fis confectionner
dix paires. Ordre fut donné à tout le monde de s'exercer à la marche
avec ces engins. A partir du 1er mai, lorsque les _ski_ furent terminés,
des courses quotidiennes sur ces patins furent également organisées,
afin d'entraîner tout l'équipage.

[Illustration: L'ATELIER DE CONSTRUCTION DES TRAINEAUX (JUILLET 1895)]

A la fin de mars, la banquise manifesta des signes d'agitation. A une
vingtaine de mètres du bord s'ouvrit, entre le navire et le dépôt, un
canal autour duquel se formèrent un grand nombre de crevasses plus ou
moins larges. Du 11 avril au 1er mai, se produisirent plusieurs
pressions. Le 11 avril, Scott-Hansen et moi fûmes témoins de la violence
de ces chocs. Nous suivions un étroit chenal, couvert de «jeune glace»,
épaisse, tout au plus, de 60 centimètres, lorsqu'une déchirure s'ouvrit
parallèlement à la première crevasse, déterminant dans le «champ» une
pression. Dans le choc, les deux bords du chenal se heurtèrent avec une
telle violence que la glace s'enfonça pendant quelques instants à
plusieurs mètres de profondeur.

La «jeune glace» de mer est extraordinairement plastique, et peut être
soulevée en larges vagues sans donner lieu à une rupture.

Pendant la dernière partie d'avril, le chenal principal situé à
l'arrière s'ouvrit de plus en plus. A perte de vue, il s'étendait vers
le nord et projetait sur le ciel l'ombre foncée caractéristique de
l'existence d'une nappe d'eau libre. Vers le 1er mai, près du _Fram_, sa
largeur atteignait 900 mètres, plus au nord 1,433 mètres. Le lendemain,
subitement, cette énorme crevasse se ferma. Les deux masses de glaces
riveraines se rapprochèrent et se heurtèrent avec un fracas de tonnerre,
soulevant un _hummock_ haut de plus de 11 mètres.

[Illustration: BANQUISE AUTOUR DU _Fram_, VUE PRISE DU DÉPÔT]

Pendant le mois d'avril, le _Fram_ resta pour ainsi dire immobile. Du 15
mars au 4 avril, nous avançâmes seulement de 4 milles vers le nord. Plus
tard, la dérive s'accentua, sans jamais, cependant, acquérir la vitesse
qu'elle avait eue au printemps précédent. Peut-être, lorsque la saison
sera plus avancée, deviendra-t-elle plus rapide, écrivai-je dans mon
journal à la date du 23 mai, et éviterons-nous le recul de l'été passé!
En tous cas, la banquise n'est pas aussi divisée que l'an dernier à
pareille époque. Actuellement, les larges plaques voisines du navire ne
présentent pas la moindre fissure.

A la fin de mai, le vent vira au sud-ouest, puis à l'ouest et au
nord-ouest, et le «mouvement rétrograde de l'été» commença. Il fut de
courte durée. Vers le 8 juin, sous l'influence de brises d'est, nous
fûmes portés dans l'ouest et le 22, nous atteignîmes le 84°31′ de Lat.
N. et le 82°58′ de Long. Est. de Gr. Pendant les derniers jours du mois,
et durant la plus grande partie de juillet, la dérive persista dans
cette direction.

En mars, avril et mai, les calmes furent très fréquents et le vent vint
généralement de l'est, toujours très faible. Ces calmes ajoutaient
encore à la monotonie de notre existence et exerçaient par suite une
influence déprimante sur le moral des hommes. Dans les derniers jours de
mai survint une fraîche brise d'ouest; elle ne nous était, certes, pas
favorable, mais elle amenait un changement dans le monde extérieur qui
nous entourait. Le 8 juin, il y eut encore un incident météorologique.
Ce jour-là, s'éleva un vent violent d'E.-S.-E.; sa vitesse atteignit
jusqu'à 10 mètres par seconde. Depuis longtemps nous n'avions pas
observé une brise aussi fraîche.

Aussitôt le découragement qui commençait à percer fait place à un regain
d'énergie. Tout le monde est gai et plein d'entrain; les chants et les
rires reprennent de plus belle, tandis que, les jours précédents, les
conversations se réduisaient à l'échange de monosyllables. On examine
les cartes et on fait des plans d'avenir. Si le vent d'est persiste
pendant quelque temps, nous serons tel jour à telle latitude, et très
certainement nous serons de retour en automne 1896. La tête remplie de
rêves joyeux et d'espérance, on oublie la situation présente.

[Illustration: MONTICULE DE GLACE FORMÉ PAR LES PRESSIONS (AVRIL 1895)]

Et pourtant elle est terriblement monotone. Nous n'avons pas même la
distraction de recevoir de temps à autre la visite d'un ours. Ces
animaux ont complètement disparu. Aussi, grand est l'émoi à bord,
lorsque, le 7 mai, on signale la présence d'un tout petit phoque dans un
chenal qui s'est récemment ouvert près du _Fram_. C'est le premier de
ces amphibies que nous apercevons depuis le mois de mars. Plus tard,
nous vîmes fréquemment quelques-uns de ces animaux dans les crevasses
voisines du navire. Ils étaient très farouches; ce ne fut que dans le
milieu de l'été que nous réussîmes à en capturer un, encore était-il de
si petite taille qu'il fut tout juste suffisant pour fournir un rôti.

Le 14 mai, une mouette blanche, probablement une pagophile (_Larus
eburneus_), passe autour du navire, se dirigeant vers l'ouest. Le 22,
arrive le premier bruant; à compter de cette date, ces messagers du
printemps deviennent de jour en jour plus nombreux. Le 10 juin, les
chasseurs abattent leur premier gibier, un pétrel arctique et une
mouette tridactyle, et le 20, deux guillemots de Brünnich.

Le thermomètre qui, au milieu de mars, marquait −40° se relève peu à
peu. Après être resté invariable en avril, entre −25° et −30°, il
remonte rapidement en mai. Vers le 15, il s'élève à −15°, et, vers le
30, à −6°. Le 3 juin, bien que la température soit encore de −3°, une
large nappe d'eau se forme près du navire. Le 5, pour la première fois,
le thermomètre s'élève au-dessus du point de congélation, à +2°.

L'étude des profondeurs océaniques était une des principales recherches
confiées à nos soins; malheureusement, le mauvais état de nos lignes
nous empêcha de faire des sondages aussi fréquents que nous le
désirions.

[Illustration: LA FORGE (MAI 1895)]

Le 24 et le 25 avril, nous sondons jusqu'à 3,000 et 3,200 mètres sans
atteindre le fond. Le 22 juillet, même résultat avec des lignes de 2,500
et de 3,060 mètres. Le lendemain, nous touchons le fond par 3,800
mètres.

Dans la nuit du 22 juin, huit ou dix femelles de narvals viennent
s'ébattre dans le chenal ouvert à tribord. Après leur avoir tiré
plusieurs coups de feu sans résultat, je m'élançai à leur poursuite dans
la baleinière, sans parvenir à les joindre. Je fis préparer des harpons,
bien décidé à leur donner la chasse dès que l'occasion s'en
présenterait. Le 2 juillet, je crus le moment propice arrivé. Le canal
grouillait de cétacés, mais, dès que le canot fut à la mer, ils
disparurent comme par enchantement. Quelques jours après ils se
montrèrent dans une autre flaque d'eau; cette fois encore nous ne pûmes
les approcher.

De temps en temps, des phoques (_Phoca barbata_) se montraient autour du
navire. Comme les narvals, ils étaient trop farouches pour que nous
pussions les approcher. Enfin, dans les premiers jours d'août, nous
reçûmes la visite d'un ours. Depuis six mois aucun de ces animaux ne
s'était montré.

Pendant l'été, dans toutes les directions, s'ouvraient, à chaque
instant, de larges crevasses pour se refermer ensuite quelques heures
plus tard. En se rejoignant, les glaçons se heurtaient avec violence;
dans ces chocs, leurs bords se brisaient, s'amoncelaient et s'empilaient
en _hummocks_ plus ou moins larges, qui s'effondraient dès que la
pression cessait. A la suite de ces convulsions, le _floe_ qui portait
le _Fram_ se fendit de plus en plus, et, après un violent assaut survenu
le 14 juillet, un chenal s'ouvrit sur le flanc du navire. Un moment je
crus que le bâtiment allait quitter l'étau de glace qui l'enserrait
depuis vingt-deux mois, et reprendre possession de son élément. Le
_Fram_ resta cependant pendant quelque temps encore fixé à son _floe_,
virant seulement dans différentes directions, lorsque la banquise était
agitée.

[Illustration: CHENAL OUVERT A L'ARRIÈRE DU _Fram_ (JUIN 1895)]

Le 27 juillet, la glace éprouva une convulsion absolument
extraordinaire. De tous côtés s'ouvraient de larges canaux, et le glaçon
sur lequel était installé la forge, tournait sur lui-même au milieu
d'une nappe d'eau, comme saisi par un tourbillon; en même temps, le
navire virait du N.-E. à l'O. 1/2 S. Le _floe_ qui supportait le _Fram_,
craquelé de tous côtés, ne m'inspirant plus confiance, je résolus de
l'abandonner en faisant sauter le bloc qui nous retenait prisonniers.
Une charge de trois kilogrammes et demi de poudre à canon fut placée,
sous le glaçon, à un mètre et demi de l'étrave. L'explosion détermina un
choc violent dans tout le navire, mais sembla, au premier abord, n'avoir
exercé aucune action sur la glace. Quelques instants après, cependant,
le bloc se disloqua, et, le _Fram_, glissant lentement comme sur un ber,
se trouva à flot.

Maintenant la situation du bâtiment est excellente. A bâbord se
rencontre une plaque de glace, unie et peu élevée, et à tribord s'étend
une nappe d'eau, longue de 190 mètres et large de 108 mètres environ.
Que seulement l'hiver vienne rapidement pour couvrir ce bassin d'une
bonne couche de glace!

Pendant la seconde moitié de juin et le mois de juillet, la dérive
continua à notre entière satisfaction. Durant cette période, nous
n'éprouvâmes guère d'alternatives de progrès et de recul vers le nord;
toutes les variations dans la direction de notre marche se produisirent
dans le sens de la longitude, comme le montre le tableau de la page
suivante.

Après avoir été rapidement portés vers l'ouest, du 22 au 29 juin, nous
revînmes vers l'est au commencement de juillet. La dérive reprit ensuite
dans la direction primitive, puis un nouveau recul se manifesta jusqu'au
12 juillet, suivi d'un nouveau progrès vers l'ouest jusqu'au 22. A
partir de cette date nous rétrogradâmes jusqu'au 6 septembre. A cette
date nous nous trouvions par 79°52′, soit à peu près à la même longitude
que le 29 juin.

  Date.          Latitude.   Longitude.   Direction du vent.
  22 juin        84°32′      80°58′       N.
  27  id.        84°44′      79°35′       Nord par l'E.
  29  id.        84°33′      79°50′       E.-N.-E.
   5 juillet     84°48′      75° 3′       S.-E.
   7  id.        84°48′      74° 7′       O.-S.-O.
  12  id.        84°41′      76°20′       O.-S.-O.
  22  id.        84°36′      72°56′       N.-N.-O.
  27  id.        84°29′      73°49′       S.-O. par le S.
  31  id.        84°27′      76°10′       S.-O.
   8 août        84°38′      77°36′       N.-O.
  22  id.        84° 9′      78°47′       S.-O.
  25  id.        84°17′      79° 2′       E. par le N.
   2 septembre   84°47′      77°17′       S.-E.
   6  id.        84°43′      79°52′       S.-O.

Toutes les dispositions avaient été prises pour une retraite éventuelle.
Nous possédions maintenant huit traîneaux à main, deux à chiens, cinq
_kayaks_ pour deux hommes et un pour moi; nous avions donc tous les
moyens de locomotion nécessaires pour traverser la banquise en cas de
perte du navire. Afin de compléter les préparatifs, je fis disposer sur
le pont deux dépôts contenant, l'un soixante-dix jours de vivres,
l'autre des approvisionnements pour six mois.

Dans l'après-midi du 17 août, une pression très violente se produisit,
et lentement souleva le _Fram_, comme un fétu de paille à une hauteur de
5m,50 à l'arrière et de 3m,55 à l'avant. Le lendemain, une détente de
glace ramena le navire à flot. Le 21, nouvelle pression. Dès que la
banquise donnait des signes d'agitation, nous essayions de déplacer le
navire pour le soustraire aux attaques de la glace. A cette époque, les
tempêtes de sud étaient fréquentes, et souvent, en dépit de nos efforts,
nous ne réussissions pas à faire bouger le _Fram_ d'une ligne. Le 22
août, nous étions parvenus cependant à haler le bâtiment près d'un
glaçon capable de résister aux collisions, lorsqu'une détente de la
banquise amena autour de nous une flottille de blocs dont le voisinage
pouvait devenir dangereux. Jusqu'au 2 septembre, une brise très fraîche,
accompagnée de grains violents, nous obligea à rester dans cette
position. Cette bourrasque passée, après deux jours de travail acharné,
nous parvînmes à faire avancer le navire dans une sorte de dock creusé
dans l'épaisseur d'un gros bloc, formant un excellent havre d'hivernage.

Pendant la première moitié de septembre, le temps fut très variable.
Durant cette période, les vents d'ouest et de sud-ouest prédominèrent,
amenant de fréquentes chutes de pluie et de neige et déterminant des
mouvements dans la glace. Le 15 septembre, à la suite d'une détente de
la banquise une petite mer se forma entre le navire et le _grand
hummock_. Les jours suivants, l'agitation de la glace nous obligea à
rentrer à bord les dépôts et les installations établis au dehors.

En octobre également, la banquise fut presque constamment en mouvement.
A chaque instant s'ouvraient des fissures, tantôt dans une direction,
tantôt dans une autre, et très fréquemment de violentes pressions se
produisaient. Heureusement nous nous trouvions dans un excellent
mouillage. Les deux caps qui formaient saillie de chaque côté de la baie
brisaient les efforts des assauts, tandis que la «jeune glace» située à
l'ouverture du dock ne pouvait exercer une pression dangereuse.
L'attaque la plus violente survint le 26 octobre, mais sans grand effet.
Le _Fram_ avait éprouvé des chocs autrement terribles.

A partir du 1er novembre, nous entrâmes dans une période de calme. Les
pressions cessèrent presque complètement, la température s'abaissa, les
vents d'est devinrent dominants, et tout le restant de l'hiver nous
continuâmes paisiblement notre route vers le nord et l'ouest.

[Illustration: LE NETTOYAGE DE L'ACCUMULATEUR]

Pendant l'automne, la dérive avait mis notre patience à une rude
épreuve. Par suite de la prédominance des vents d'ouest, nous étions
sans cesse rejetés dans l'est. En vain chaque jour nous espérions un
changement de brise, jamais il ne se produisait. Fort heureusement le
recul était très lent, et un jour ou deux de bon vent nous ferait
regagner promptement la distance perdue.

Le 22 septembre, le deuxième anniversaire de notre entrée dans la
banquise fut célébré par une petite fête. Les résultats de la dérive
pendant cette seconde année étaient excellents. Dans les douze derniers
mois, nous avions parcouru une distance presque double du parcours
effectué durant les douze premiers. Si le mouvement de translation se
poursuit avec la même vitesse, très certainement nous serons délivrés
l'an prochain à pareille époque.

A partir du 22 septembre, comme le montre le tableau suivant de nos
positions pendant l'hiver 1895–1896, la situation s'améliora encore. A
compter de cette date, nous fûmes régulièrement entraînés vers l'ouest,
et jusqu'à la seconde semaine de janvier nous avançâmes du 82°5′ de
Long. E. au 41°41′ de Long. Est. de Gr.

     Date.           Latitude.  Longitude.  Direction du vent.
   6 septembre 1895  84°43′     79°52′      S.-O.
  11   id.           84°59′     78°15′      E.
  22   id.           85° 2′     82° 5′      Calme.
   9 octobre         85° 4′     79°30′      E.
  19   id.           85°45′     78°21′      E. par le N.
  25   id.           85°46′     73°25′      N.-E.
  30   id.           85°46′     70°50′      N.-N.-O.
   8 novembre        85°41′     65° 2′      E.
  15   id.           85°55′     66°31′      E.-N.-E.
  25   id.           85°47′     62°56′      N.-E. au N.
   1 décembre        85°28′     58°45′      E.
   7   id.           85°26′     54°40′      N.-E.
  14   id.           85°24′     50° 2′      Calme.
  21   id.           85°15′     47°56′      N.-E.
  28   id.           85°24′     48°22′      N.-O.
   9 janvier 1896    84°57′     41°41′      N.

A partir du milieu de septembre, le froid augmenta sensiblement, ainsi
que le montre le tableau suivant:

  Date.             Minimum.
  16 septembre      −12°,5
  26   id.          −24°
  19 octobre        −30°
   5 novembre       −32°,2
   9   id.          −38°,3
  22   id.          −43°,6
  31 décembre       −45°,6

En général, pendant les trois derniers mois de 1895, le temps fut beau
et clair avec de faibles brises. Seulement de temps à autre, comme le 29
octobre et les 11, 26 et 27 novembre, le vent souffla grand frais,
atteignant une rapidité de 14m,5 à la seconde.

Le 6 septembre, les narvals qui venaient gambader dans le voisinage du
navire nous quittèrent; quelques jours plus tard les derniers oiseaux,
des stercoraires (_Lestris parasitica_) partirent.

Le 12 septembre, pour la dernière fois, le soleil se montra à minuit
au-dessus de l'horizon; le 8 octobre il disparut complètement.

Nous allons maintenant supporter la plus longue nuit arctique qu'aucune
expédition ait affrontée jusqu'ici. Le 26 octobre, l'obscurité est déjà
si complète qu'on ne peut percevoir aucune différence entre le jour et
la nuit.

Chaque fois que le temps et la surface de la banquise le permettent, des
excursions en patins sont entreprises aux environs du navire.

Le 7 octobre, au cours d'une de ces promenades, l'un de nous découvre
sur la glace un tronc d'arbre, long d'environ deux mètres, encore garni
de ses racines, provenant très certainement des forêts de Sibérie.

En même temps, nous faisons de fréquentes marches sur la banquise. A
partir du 20 novembre je fais passer un ordre enjoignant à tous les
hommes de prendre deux heures d'exercice par jour en plein air.

Il faut nous préparer à toutes les éventualités. La solidité du _Fram_
nous inspire la plus grande confiance; néanmoins je prends des
précautions afin de nous garder contre toute surprise. Pour cela, de
nouvelles mesures sont ordonnées en vue d'assurer la retraite en cas de
malheur. Dans ce but, le 8 octobre, le lieutenant Scott-Hansen et
Mogstad font un exercice de halage de traîneau avec une charge de 89
kilogrammes. Partis à neuf heures et demie du matin, ils ne rentrent à
bord qu'à cinq heures, après avoir parcouru 8 milles. A la fin du mois,
nous établissons sur la glace un second dépôt renfermant six mois de
vivres.

Le 28 novembre nous passons le 60° de Longitude. A cette occasion une
fête est organisée à bord. Le carré est décoré de pavillons, et un
somptueux dîner est servi avec accompagnement de café. Après le souper,
dessert, consistant en fruits conservés.

L'année 1896 s'ouvrit par un temps magnifique, mais très froid. Une lune
extraordinairement brillante resplendissait au-dessus de la banquise,
dans un ciel absolument pur. Pour contempler ce beau spectacle, il
fallait affronter un froid de 43 degrés.

En février, la glace, tranquille depuis un mois, commença à s'agiter de
nouveau. Le 4, une pression se produisit, accompagnée des terribles
grondements habituels. A midi, l'obscurité était encore si profonde, que
nous ne pouvions observer les mouvements de la banquise. Le 7, pendant
une excursion que nous fîmes dans la direction du sud, une large
crevasse se forma tout près du navire. Lors de son ouverture, le navire
reçut une secousse très très violente. Dans la nuit, nous éprouvâmes
également un choc terrible, déterminé également par le même phénomène.

[Illustration: OBSERVATION MÉRIDIENNE AVEC LE SEXTANT ET L'HORIZON
ARTIFICIEL]

Le 13, accompagné d'Henriksen et d'Amundsen, j'allai examiner la
banquise dans le sud. Dans cette direction, elle était découpée par de
nombreux canaux. Durant notre promenade, ainsi que dans la journée du
lendemain, le chenal situé près du navire s'ouvrit de plus en plus, et,
le 16, une violente pression se manifesta sur ses bords. La glace
craquait et mugissait, produisant un bruit comparable à celui d'une
puissante chute d'eau.

Chaque jour, pour ainsi dire, de nouvelles collisions survenaient et
constamment de nouvelles crevasses s'ouvraient, puis se refermaient. A
cette phase de convulsions succéda une période de calme jusqu'au 10
avril. A cette date, l'agitation recommença. Dans la nuit du 15, elle
fut particulièrement terrible et menaça nos dépôts, que nous dûmes
ramener près du navire. Le 21 au matin, nouvelle attaque très violente.
Un énorme _floe_, poussé contre l'arrière du navire, faillit culbuter
sur le pont.

Le 13 mai, le chenal, situé entre la forge et le _Fram_, commença tout à
coup à s'agrandir et atteignit bientôt une largeur d'environ 180 mètres.
Un second canal s'étendait très loin vers le sud-est et un troisième
vers le nord-est. A dix heures du soir, du «nid de corbeau» une
ouverture considérable était visible dans le sud à perte de vue. En
présence de cette singulière situation, je résolus d'essayer de dégager
le _Fram_.

L'explosion de six fourneaux de mine creusés à l'avant n'amena aucune
désagrégation dans notre prison de glace. De nouvelles tentatives
n'ayant pas été plus heureuses, nous résolûmes d'attendre des
circonstances meilleures.

Pendant les deux premières semaines de janvier, le temps fut très clair
et très froid; le thermomètre descendit à 40° et 50° sous zéro. Le 15
janvier, il s'abaissa même à −52°. Durant la seconde moitié de ce mois,
une hausse de température se produisit, suivie d'une baisse au
commencement de février. Le 13 février, le thermomètre redescendit à
−48°, pour remonter ensuite à la fin du mois jusqu'à −35° environ. Le 5
mars, −40°. A partir de cette dernière date, un réchauffement rapide fut
constaté. Le 12, nous notâmes −12° et le 25, −6°. Avril fut relativement
froid, environ −25°; le 13, −34°. La première semaine de mai, également,
ne fut pas précisément chaude. A cette époque, le thermomètre oscilla
entre −20° et −25°. La température se radoucit ensuite, et, après avoir
marqué −14°, le thermomètre s'éleva, le 21, pour la première fois de
l'année, au-dessus du point de congélation (+0°,9).

A différentes reprises, nous eûmes l'occasion d'observer des changements
de température très brusques. Le 21 février, dans la matinée, le ciel
était couvert, et un vent très frais soufflait du sud-est. Dans
l'après-midi, la brise mollit (Vitesse: 4m,20 à la seconde) après avoir
sauté au sud-ouest. En même temps, le thermomètre qui, le matin,
s'élevait à −7°, tomba à −25°; quelques minutes avant la saute du vent,
il avait même marqué −6°. Sur ce phénomène, mon journal renferme le
passage suivant: «Après une promenade sur le pont, avant de redescendre
dans le carré, j'allai examiner la situation à l'arrière. En passant la
tête hors de la tente, je sentis une bouffée d'air si chaud, que je crus
à un incendie à bord. Je ne tardai pas à reconnaître que cette
impression provenait de la haute température extérieure. Sous la tente,
le thermomètre marquait −19°; exposé à l'air, il montait, au contraire,
à −6°. Pendant quelque temps nous nous promenâmes, aspirant à pleins
poumons cet air tiède qui nous caressait agréablement la figure.»

Le 8 mars, nous éprouvâmes également une saute semblable de température.
Le matin, le ciel était nuageux, avec une brise fraîche de l'E.-N.-E.; à
trois heures, le vent tomba, puis, à six heures, recommença à souffler
légèrement du S.-S.-E. En même temps, la température monta de −26° à
−8°.

Pendant notre troisième hiver au milieu de la banquise, la dérive donna
des résultats excellents, notamment en janvier et au commencement de
février. Durant ces six semaines nous avançâmes du 48° au 25° de Long.
Est., sous le 84°50′. Le mouvement de translation fut particulièrement
rapide du 28 janvier au 3 février, sous l'influence d'une brise d'est
constante, très fraîche. Le 2, elle souffla même en tempête; ce jour-là,
la vitesse du vent atteignit de 17 à 20 mètres à la seconde, dépassant
même quelquefois ce chiffre dans les rafales. Ce fut la seule bourrasque
que nous éprouvâmes pendant tout le voyage.

Le 18 février, après avoir atteint le 23°28′ Long. Est. sous le 84°20′,
le _Fram_ revint, le 29, au 27° de Long. Est. La dérive vers l'ouest fut
ensuite plus lente, mais, en revanche, plus marquée dans la direction du
sud. Le 16 mai, nous nous trouvions par 83°45′ de Lat. N. et 12°50′ de
Long. Est.

Le 28 février, nous tuâmes deux ours. Depuis bientôt seize mois nous
étions privés de viande fraîche, et depuis quatre mois nous n'avions pas
réussi à tuer un de ces animaux.

Le 4 mars, nous revîmes le soleil. La veille, il s'était élevé au-dessus
de l'horizon, mais les nuages nous avaient empêchés de le distinguer.

Pendant ce nouvel hivernage, toutes les observations scientifiques
habituelles furent exécutées avec le même zèle et la même ponctualité
que les années précédentes. Durant cette période, nous exécutâmes des
sondages, sans réussir à atteindre le fond, avec une ligne de 3,000
mètres.

A mesure que le printemps approchait, des crevasses apparaissaient de
plus en plus nombreuses autour du navire. Il était donc temps de nous
préparer à nous frayer un passage, dès que la banquise serait
suffisamment disloquée. A différentes reprises pendant le cours de
l'hiver, l'ouverture brusque de canaux nous avait obligés à changer de
place les dépôts. Les fissures plus ou moins larges qui se formaient
maintenant de tous côtés, pouvant mettre en danger les
approvisionnements laissés sur la glace, je pris le parti de les rentrer
dans la cale.

Le 25 avril, arriva le premier messager du printemps, un bruant des
neiges. Il élut domicile dans un des canots et devint promptement très
familier. A notre grand regret, après un court séjour, il disparut. Le 3
mai, nous eûmes la visite d'un second passereau; puis, quelques jours
après, de deux autres. Ils nous régalèrent d'un petit concert qui fut
pour nous comme l'annonce de la délivrance prochaine.


II

Le 17 mai 1896, nous nous trouvions par 83°45′ Lat. N. et 12°50′ Long.
Est. Comme les années précédentes, la fête nationale fut célébrée en
grande pompe. Après quoi, nous nous mîmes au travail pour rendre le
navire capable de naviguer, lorsque le moment de la délivrance serait
arrivé.

Les jours suivants, le gouvernail et la machine furent remontés; le 19,
les feux purent être allumés et, le 20, Amundsen put faire fonctionner
sa machine. Désormais, le _Fram_ n'était plus une «baille» abandonnée
aux caprices de la dérive; après un long assoupissement, notre excellent
navire était revenu à la vie. Il nous semblait que lui aussi allait
s'écrier avec enthousiasme: En marche vers le Sud, vers le pays natal!

Quoique le printemps approche, l'état de la glace est cependant loin de
nous promettre une délivrance immédiate. La température s'élève, la
neige fond rapidement, mais nous restons toujours immobiles aux environs
du 84° Lat. N. que nous avons atteint depuis plusieurs mois. Du «nid de
corbeau», à perte de vue s'étend vers le sud un large chenal dont nous
sommes séparés par une bande de glace massive, large de 180 mètres,
absolument impénétrable.

A la fin de mai, à la suite de fraîches brises d'est et de nord, la
banquise continua à s'ouvrir et à dériver vers le sud-ouest. Le 29, nous
pouvions apercevoir dans le sud de vastes étendues d'eau libre; en
outre, la couleur du ciel indiquait l'existence dans cette direction
d'une mer relativement dégagée. Je résolus donc d'essayer de faire
sortir le _Fram_ de sa prison de glace.

Dans la matinée, le feu fut mis à une mine chargée de 52 kilogrammes de
poudre à canon. L'explosion eut des résultats très satisfaisants. Un
nouveau coup de mine, et nous serions débloqués, pensions-nous après
cette première expérience. Un nouveau fourneau fut donc creusé à une
profondeur de 9 mètres et chargé. La seconde explosion eut des effets
non moins terribles que la première. Une énorme colonne d'eau et de
glace jaillit en l'air, sans cependant déterminer la dislocation
complète de notre étau.

Le lendemain, nous reprîmes notre travail de mineurs, sans réussir à
dégager le _Fram_. Le 2 juin, nous mîmes le feu à un nouveau fourneau
établi tout contre le navire, et chargé de 330 grammes de fulmi-coton.
Le résultat fut, cette fois, excellent. Le bâtiment se trouva presque
complètement à flot; le lendemain, il reprenait définitivement
possession de la mer.

En mai, des phoques et des cétacés se montrèrent autour du navire. En
juin et juillet, les visiteurs de toute espèce devinrent très nombreux
et les chasseurs purent à volonté satisfaire leur passion favorite. Ils
abattirent un très grand nombre de pétrels arctiques, de guillemots de
Brünnich, de guillemots nains, des stercoraires, quelques eiders et même
quelques petits échassiers. Nous tirâmes également un grand nombre de
jeunes phoques que nous ne pûmes pour la plupart réussir à capturer. Dès
qu'ils étaient tués, immédiatement ils coulaient.

[Illustration: OBSERVATOIRE MÉTÉOROLOGIQUE SUR LA BANQUISE]

La chasse à l'ours fut particulièrement fructueuse; pendant le cours de
l'été, nous n'en tuâmes pas moins de dix-sept. Nous parvînmes même à
capturer vivant un ourson. Après l'avoir conservé pendant quelque temps
à bord, nous fûmes obligés de l'abattre. Toute la journée, la
malheureuse bête ne cessait de hurler et de faire un sabbat de tous les
diables.

[Illustration: LE _Fram_ AU MOMENT DE LA DÉLIVRANCE]

Une nuit de juin, en allant relever les observations météorologiques,
Henriksen se trouva tout à coup nez à nez avec un ours. Avant de se
mettre en route, il avait soigneusement examiné la banquise environnante
et n'y avait observé rien d'anormal. En approchant de l'abri où étaient
placés les instruments, soudain il entendit un sifflement tout près de
lui et aperçut un ours énorme qui le regardait tranquillement. La
rencontre n'était pas précisément agréable, d'autant que notre ami
n'était muni d'aucune arme. Fallait-il opérer une retraite honorable ou
fuir à toutes jambes? se demandait anxieusement Henriksen. Le navire
était loin. Si l'ours avait des intentions malveillantes, mieux valait
filer au plus tôt, et notre camarade décampa prestement. Sans incident,
il parvint à regagner le bord, et, après avoir pris son fusil, repartit
de suite en campagne. Entre temps, les chiens avaient flairé le gibier
et s'étaient mis à ses trousses. L'ours, se voyant serré de près, bondit
sur le toit de l'observatoire, où la meute le suivit. Devant cette
attaque impétueuse, l'animal sauta en bas de son refuge avec une telle
rapidité qu'Henriksen n'eut pas le temps de le tirer et il gagna
promptement un chenal voisin où il disparut immédiatement.

Ces chasses eurent d'excellents résultats à tous les points de vue.
D'abord, elles relevaient le moral des hommes qui, à cette époque,
commençaient à être découragés, et, en second lieu, nous permettaient
d'avoir un ordinaire abondant de viande fraîche. Grâce à ce régime, ceux
d'entre nous qui avaient maigri recommencèrent à engraisser.

Les jours s'écoulaient et l'état de la glace ne semblait guère présager
la délivrance tant désirée. Le 8 et le 9 juin, le _Fram_ subit de
violentes pressions. La dernière souleva l'arrière du navire à une
hauteur de 1m,80 et l'avant à 0m,60 au-dessus de la surface de la mer.
Le 10 et le 11, nous éprouvâmes encore de nouvelles attaques.

Le lendemain, la banquise s'étant détendue, nous en profitâmes pour
amener le navire dans une grande nappe voisine, où nous restâmes
jusqu'au 14. A cette date, la glace s'étant écartée et un chenal
apparaissant dans le sud-ouest, je résolus de faire route dans cette
direction.

Nous allumons les feux, gréons le gouvernail, puis lançons le _Fram_ à
l'assaut de la banquise, afin de lui frayer un passage à travers une
étroite crevasse accédant au chenal. En dépit de tous nos efforts, les
glaçons restent absolument immobiles. Après cette tentative, nous devons
revenir en arrière pour éviter d'être coincés entre les blocs.

Le 27, nous recommençons la tentative. A onze heures trente du matin,
nous nous mettons en marche; deux heures et demie plus tard, nous sommes
obligés de mouiller. Nous avons toutefois réussi à parcourir deux milles
dans le sud-est. Jusqu'au 3 juillet, toute issue nous est fermée. Ce
jour-là, un chenal s'ouvre vers le sud-sud-ouest; aussitôt nous partons
et parvenons à avancer de trois milles dans cette direction. Ensuite,
nouvel arrêt. Dans la nuit du 6 au 7, la banquise éprouve une détente;
immédiatement nous reprenons notre marche. Cette fois, le résultat n'est
guère satisfaisant. Nous ne gagnons qu'un mille.

Les vents du sud dominaient à cette époque, maintenant la banquise
compacte. D'autre part, à partir du milieu de juin, un courant qui, tour
à tour, portait en vingt-quatre heures dans toutes les directions du
compas, contribuait à fermer les canaux en jetant les _floes_ tantôt
d'un côté, tantôt d'un autre. Au milieu de ce tourbillon de glaces le
_Fram_ recevait des chocs si violents, que les objets laissés sur les
tables étaient jetés à terre et que la mâture était secouée dans toutes
ses parties.

La mer était également, dans ces parages, très profonde. Le 6 juillet
nous ne trouvâmes pas de fond par 3,000 mètres; deux jours après, sous
le 83°2′ de Lat. N. nous rencontrâmes une profondeur de 3,200 mètres.

Dans la journée du 6, nous parvenons à haler le navire sur de petites
distances, au prix de terribles efforts. La glace et surtout le vent
contraire paralysent nos progrès. Néanmoins, si peu que ce soit, nous
avançons vers le sud. Dès qu'une ouverture se forme, nous poussons le
navire en avant. Mais toutes nos peines n'aboutissent à aucun résultat.
Une lente dérive nous repousse maintenant vers le nord. Nous sommes
revenus au 83°12′. Dans ces conditions il est inutile de prolonger la
lutte et préférable d'attendre des circonstances meilleures.

Le 17 juillet au soir, la glace s'ouvre de nouveau. De suite les feux
sont allumés. Nous réussissons à nous glisser jusqu'à un immense _floe_,
long de plusieurs kilomètres, situé à 3 milles dans le sud. Nous nous
amarrons à cet immense radeau de glace et attendons. Dans la soirée la
banquise éprouve une détente; malheureusement un épais brouillard nous
condamne à l'immobilité.

Le 19, nous parvenons à reprendre notre marche; dans la journée nous
parcourons 10 milles. Le lendemain, à minuit, nous atteignons le 82°39′.
Les jours suivants, nos progrès sont relativement rapides.

Le 27, nous arrivons au 81°32′.

Pendant quelques jours, ensuite, impossible de bouger. Le 2 août nous
n'avons gagné que 6 milles sur la position du 27. Le 3, nous avançons de
2 milles, puis nous sommes arrêtés par une masse de glace absolument
impénétrable. Le 8, seulement, nous pouvons nous remettre en marche.
Nous avions parcouru 6 milles, lorsque le chenal devint tout à coup très
étroit. Impossible d'engager le navire dans cette fente. Sans aucun
résultat nous essayons de faire sauter les glaçons, et lançons à toute
vitesse le _Fram_ contre les blocs. Les _floes_ sont beaucoup plus
résistants qu'ils n'en ont l'air. Formés de débris très épais et très
compacts de monticules produits par les pressions, ils sont en très
grande partie immergés par suite de leur forte densité. En voyant ces
glaçons très bas sur l'eau, on ne soupçonne guère leur importance. Sous
les chocs de l'étrave ces glaçons ne cèdent pas, et leur épaisseur les
rend inattaquables à la mine.

Dans cette lutte pour se frayer un passage, le _Fram_ recevait des chocs
terribles qui eussent mis à mal tout autre navire. Souvent il lui
arrivait de heurter violemment de gros blocs au moment où ils
émergeaient, ou de donner contre des _hummocks_ au moment où ils
allaient capoter. Lorsque ces énormes glaçons s'abattaient dans l'eau,
la mer était soulevée par d'énormes vagues, absolument comme en tempête.

Pendant deux jours nous travaillons à nous frayer un chemin à travers
cet amoncellement de glaçons. Tant d'efforts aboutissent seulement à un
progrès de 2 milles.

Le 11 et le 12, marche très lente. Toujours de nouveaux obstacles. Après
avoir craint un moment d'être complètement bloqués, nous pouvons
reprendre notre route.

Le peu d'épaisseur d'un grand nombre de glaçons, l'existence de
plusieurs larges canaux visibles du «nid de corbeau» dans le sud,
l'abondance des oiseaux et des phoques indiquent le voisinage de la mer
libre. Courage donc! Dans l'après-midi du 12, après être parvenus à nous
dégager de plusieurs _floes_ menaçants, nous faisons route dans le S.-E.
La glace devient de plus en plus mince. Nous pouvons nous frayer un
passage de vive force à travers ces petits glaçons. De cinq heures et
demie du soir à minuit, nous parcourons 13 milles. Nous gouvernons
ensuite dans le S.-O., puis dans le S., et dans le S.-E. A trois heures
du matin apparaît dans cette dernière direction une large étendue d'eau
libre, et, à trois heures quarante-cinq, nous rangeons les dernières
glaces flottantes.

En trente-huit jours, au prix d'un effort herculéen, nous avions réussi
à traverser une épaisse banquise large de 180 milles.

Maintenant nous sommes libres, délivrés de l'étau de glace qui nous
enserre depuis bientôt trois ans. Pendant quelque temps nous ne pouvons
en croire nos yeux, nous avons l'impression d'être le jouet d'un rêve.
Mais non, cette eau bleue qui clapote gaiement contre l'étrave, existe
bien!

Le _Fram_ est définitivement libre et, comme dernier adieu à la
banquise, nous lui envoyons une salve générale. La silhouette blanche
des derniers _hummocks_ disparaît bientôt dans la brume.

A sept heures du matin, un bâtiment est en vue; de suite, le cap est mis
sur lui, afin d'obtenir des nouvelles de Nansen et de Johansen. C'est la
galiote les _Sœurs_, de Tromsö.

Dès que nous sommes arrivés à portée de voix, nous hélons nos
compatriotes: «Avez-vous des nouvelles de Nansen?--Non,» répond-on du
bord. Aussitôt une profonde tristesse nous envahit tous.

Après cette rencontre, nous faisons route vers l'extrémité nord-ouest du
Spitzberg. Un moment la terre est en vue. Depuis 1,041 jours, nous ne
l'avons pas aperçue; pendant tout ce temps, nos yeux n'ont contemplé que
de la glace et toujours de la glace. Dans la matinée du 14 août, le
_Fram_ mouille devant l'île des Danois, où nous trouvons l'expédition
aéronautique suédoise d'Andrée. Pas plus que l'équipage norvégien
rencontré la veille, elle n'a de nouvelles de Nansen.

Dans ces conditions, le plus sage est de nous hâter le plus possible, et
le 15, à trois heures du matin, nous prenons le chemin de la Norvège, en
suivant la côte occidentale du Spitzberg.

Nous sommes péniblement impressionnés par le manque de nouvelles; nous
n'avons cependant aucune crainte sérieuse à l'égard de nos camarades,
depuis que nous savons la présence de la mission Jackson à la terre
François-Joseph. Probablement, Nansen et Johansen ont rencontré les
Anglais et attendent simplement une occasion de rentrer en Norvège.
Mais, s'ils n'ont pas trouvé l'expédition de Jackson, évidemment quelque
accident a dû leur arriver; il est donc de toute nécessité d'aller
promptement à leur secours. Aussi sommes-nous décidés, si à Tromsö nous
n'avons aucune nouvelle, à repartir immédiatement pour la terre
François-Joseph, à la recherche de nos amis.

Le 19, à neuf heures du matin, les montagnes de Norvège sont en vue, et
le 20, à deux heures du matin, nous arrivons devant Skjervö, une petite
station au nord de Tromsö.

Dès que le _Fram_ est mouillé, je vais à terre et de suite me dirige
vers le bureau télégraphique. A cette heure matinale il est, bien
entendu, fermé. Je frappe vigoureusement à toutes les portes; une tête
paraît à une fenêtre, et s'écrie: «Qu'y a-t-il? Est-ce l'heure de faire
un pareil bruit!--Soit, répondis-je immédiatement, seulement veuillez
avoir la bonté de m'ouvrir, je viens du _Fram_.» Aussitôt l'employé
s'habille en toute hâte, et bientôt m'introduit dans son bureau. En
quelques mots je lui raconte notre délivrance et notre désappointement
en arrivant au Spitzberg de n'avoir point appris le retour de Nansen.

«Nansen, mais je puis vous donner de ses nouvelles, me répondit mon
interlocuteur. Il est arrivé le 13 août à Vardö, et est actuellement à
Hammerfest. Aujourd'hui il partira probablement pour Tromsö, à bord d'un
yacht anglais.

--Comment! Nansen est arrivé?» et d'un bond je suis dehors pour porter
la bonne nouvelle aux camarades.

En l'honneur de cet heureux événement nous poussons des hurrahs, nous
tirons des salves. Maintenant notre joie est sans mélange. L'allégresse
est indescriptible.

A dix heures du matin nous nous remettons en route, et le soir même
mouillons à Tromsö. Le lendemain, le yacht de sir George Baden Powell,
l'_Otaria_, amenait Nansen et Johansen. Après une séparation de dix-sept
mois, tous les membres de l'expédition se trouvaient de nouveau réunis.



CONCLUSION


Actuellement je ne puis présenter qu'un résumé très sommaire des
résultats obtenus par l'expédition polaire norvégienne. Si abondante est
la moisson d'observations scientifiques par nous recueillie que l'étude
de ces matériaux par les spécialistes ne pourra être publiée de si tôt.

En premier lieu, nous avons constaté que l'Océan qui enveloppe le Pôle
et au milieu duquel se trouve ce point mathématique, est très profond et
non pas un bassin recouvert d'une mince tranche d'eau et parsemé de
terres et d'archipels, comme on le croyait jusqu'ici. Il est la
continuation des fosses abyssales de l'Atlantique ouvertes entre le
Grönland et le Spitzberg. L'étendue de cet océan ne peut, encore
aujourd'hui, être fixée avec certitude. D'après nos observations, il se
prolonge au nord de la terre François-Joseph et, très vraisemblablement,
il comprend en outre la mer située à l'est des îles de la
Nouvelle-Sibérie. Durant sa dérive, la _Jeannette_ ne trouva-t-elle pas
les plus grands fonds qu'elle ait sondés, à mesure qu'elle avançait vers
le nord? Diverses raisons me portent à croire que ces abîmes océaniques
s'étendent également à une grande distance vers le nord. D'abord, soit
pendant notre dérive sur le _Fram_, soit au cours de notre expédition
vers le nord, nous n'avons observé aucun indice du voisinage d'une terre
importante. Partout, notamment dans la direction du Pôle, la glace
semblait se mouvoir librement. En second lieu, tandis que la brise
refoulait péniblement la banquise vers le sud-est, la vitesse de la
dérive, aussitôt qu'un vent de sud soufflait, devenait très rapide vers
le nord. Si une terre eût existé de ce côté, très certainement elle eût
arrêté ce mouvement. Enfin, la présence des énormes masses de glaces
flottantes qui filent au sud, le long de la côte orientale du Grönland,
vient à l'appui de mon hypothèse. Des banquises aussi étendues ne
peuvent provenir que d'une mer beaucoup plus large que celle que le
_Fram_ a traversée. Si notre navire, au lieu de gagner les eaux libres,
au nord du Spitzberg, avait continué sa dérive, il serait parvenu en vue
du Grönland oriental. Probablement, il n'aurait pu approcher de la côte,
arrêté dans cette direction par une large nappe de glace. Cette glace
doit provenir d'une mer située au nord de celle que nous avons
parcourue. Par contre, il est très vraisemblable que, de l'autre côté du
Pôle, l'archipel américain se prolonge vers le nord à une grande
distance au delà des dernières terres connues.

Un des principaux résultats de notre voyage a été la découverte de
l'itinéraire suivi par les banquises en dérive à travers le bassin
arctique depuis le détroit de Bering jusqu'à l'Atlantique. A la place de
la calotte de glace massive et immobile que les géographes plaçaient
autour du Pôle, nous avons trouvé des masses de glace en perpétuel
mouvement.

La dérive des glaces polaires est déterminée en grande partie par les
vents. Dans l'Océan Arctique de Sibérie, les brises dominantes soufflent
du sud-est et de l'est, et, au nord du Spitzberg, du nord-est; par
suite, la translation des banquises s'opère dans ces directions. Nos
observations prouvent de plus l'existence d'un faible courant suivant la
même direction.

Les observations hydrographiques exécutées par l'expédition ont abouti à
des résultats surprenants. Jusqu'ici, on croyait le bassin polaire
rempli d'eau froide, à une température d'environ −1°,5. Nous avons, au
contraire, découvert, en dessous de la couche superficielle froide,
d'épaisses nappes d'eau relativement chaude--parfois, la température
s'élève à +1°--et d'une très forte salinité. Ces eaux chaudes et salées
proviennent évidemment du courant atlantique dit _Gulfstream_, portant
au nord et au nord-est, au large de la Nouvelle-Zemble et le long de la
côte ouest du Spitzberg. Arrivés dans le voisinage de ces terres, elles
plongent sous la nappe superficielle plus légère et viennent remplir les
profondeurs du bassin polaire. La plus haute température atteinte par
cette eau se rencontre entre 375 et 450 mètres; à mesure que la
profondeur augmente, elle décroît régulièrement, pour se relever ensuite
aux approches du fond. Les théories sur la circulation des eaux
océaniques admises jusqu'ici se trouvent ainsi modifiées dans une large
mesure.

Je ne puis entrer pour le moment dans la discussion de nos nombreuses
observations magnétiques, astronomiques et météorologiques. A la fin du
volume, le lecteur trouvera le tableau de la température moyenne de
l'air pendant chaque mois de notre voyage.

Bien des problèmes scientifiques ne sont pas encore résolus dans les
régions polaires, mais notre expédition a soulevé le voile de ténèbres
qui les enveloppait, et permet maintenant de se faire une idée précise
d'une partie de notre globe jusque-là entourée de mystères.

L'œuvre est simplement ébauchée. Il reste encore de nombreuses et
intéressantes recherches à poursuivre, qui ne pourront être menées à
bien que par de longues années d'observations et par un nouveau voyage
accompli dans les mêmes conditions que le nôtre. Guidés par notre
expérience, les explorateurs futurs pourront choisir un équipement
encore meilleur que celui du _Fram_; un procédé d'investigation
préférable au nôtre ne peut cependant être imaginé. A bord d'un navire
solide et résistant, comme l'est notre cher _Fram_, les naturalistes
peuvent s'installer aussi confortablement que dans une station à terre,
y établir leurs laboratoires et employer les instruments les plus
délicats.

Une semblable expédition sera, je l'espère, prochainement organisée. Si
elle part du détroit de Bering et se dirige vers le nord, ou plutôt vers
le nord-est, je serais très surpris si elle ne rapportait pas des
observations beaucoup plus importantes que les nôtres. Une telle
entreprise exigera, par exemple, une grande patience; très certainement,
une nouvelle expédition durera plus longtemps que la nôtre et devra être
très bien outillée.

Notre exploration a, d'autre part, montré qu'avec de petits moyens on
peut obtenir beaucoup. Si des explorateurs, parfaitement équipés, se
décident à se transformer en Eskimos, et à se contenter du strict
nécessaire, il est possible de parcourir des distances considérables
dans des régions qui, jusqu'ici, étaient considérées comme fermées à
l'homme.

[Illustration: AUTOGRAPHE DU Dr FRIDTJOF NANSEN]

  «Norvège! Norvège! Des huttes et des maisons! Aucun palais! Tu es
  notre pays! Tu es le pays de l'avenir!

  «BJÖRNSTJERN BJORSSÖN.»



APPENDICES


I

Note sur les plantes fossiles recueillies aux environs du cap Flora.

Lettre du professeur A.-G. NATHORST au DR FRIDTJOF NANSEN.

Les empreintes les plus abondantes dans votre collection appartiennent à
une espèce de conifère très voisine du _Pinus Nordenskiöldii_ Heer,
trouvée dans les assises jurassiques du Spitzberg, de la Sibérie
orientale et du Japon. Votre série renferme également des aiguilles
d'une autre espèce de pin, des empreintes de fleurs ainsi que des
fragments d'un cône encore muni de quelques graines (fig. 1 et 2). L'une
d'elles ressemble à celle du _Pinus Maakiana_ Heer, du jurassique de
Sibérie. Je dois encore signaler les empreintes d'un Taxites à larges
feuilles, ressemblant au _Taxites gramineus_ Heer (jurassique du
Spitzberg et de Sibérie). Ses feuilles ont à peu près les mêmes
dimensions que celles du _Cephalotaxus Fortunei_, existant actuellement
en Chine et au Japon. Il est intéressant de trouver également dans votre
collection des débris appartenant au genre _Feildenia_ (fig. 4 et 5),
qui n'a jusqu'ici été rencontré que dans les régions polaires. Ce genre
a été découvert par Nordenskiöld dans les couches tertiaires du cap
Staratschin, au Spitzberg, en 1868, et décrit par Heer sous le nom de
_Torellia_. Ultérieurement, il fut rapporté par Feilden des strates
tertiaires de la baie de la Découverte (Discovery Bay), à la terre de
Grinnell pendant l'expédition polaire anglaise de 1875–1876. A la suite
de cette trouvaille, Heer remplaça la dénomination générique _Torellia_
par celle de _Feildenia_, la première ayant déjà été attribuée à des
mollusques. En 1882, j'ai trouvé cette espèce dans les assises
supérieures du jurassique au Spitzberg. Les feuilles ressemblent à
celles d'une sous-espèce (_nageia_) du genre actuel _Podocarpus_.

Le plus bel échantillon rapporté par vous est une feuille complète d'un
petit _ginkgo_ (fig. 6). Ce genre, caractérisé par des feuilles munies
d'une véritable tige, ne se trouve aujourd'hui qu'au Japon; encore n'y
est-il représenté que par une seule espèce. A une époque antérieure, il
se rencontrait sous des formes très variées et dans un grand nombre de
régions. Pendant le jurassique, il était particulièrement abondant dans
la Sibérie orientale. Il a été également rapporté du Spitzberg, du
Grönland oriental (Scoresby Sound) et de nombreuses localités en Europe.
Pendant le crétacé et le tertiaire, il existait sur la côte ouest du
Grönland jusqu'au 70°. La feuille reproduite ci-contre appartient à une
nouvelle espèce que l'on peut appeler _ginkgo polaris_, très voisine du
_g. flabellata_ Heer, du jurassique de Sibérie. Il présente également
une certaine ressemblance avec le _ginkgo digitata_ Lindley et Hutton,
découvert dans les assises jurassiques brunes d'Angleterre et du
Spitzberg; ses feuilles, toutefois, sont notablement plus petites. Outre
cette espèce, votre série en renferme peut-être une ou deux autres,
représentées par des fragments de feuilles appartenant au genre
_Czekanowskia_ de la famille des _ginkgo_.

  [Illustration: 1  2  6  5  4
  PLANTES FOSSILES DE LA TERRE FRANÇOIS-JOSEPH]

Les fougères sont très pauvrement représentées. Votre collection ne
contient que des fragments d'empreintes se rapportant à quatre types
différents, dont il est impossible de déterminer les espèces. L'un
appartient au genre _cladophlebis_; commun dans le jurassique, un autre
rappelle le _thyrsopteris_ abondant dans le jurassique de la Sibérie
orientale et d'Angleterre; le troisième, l'_onychiopsis_,
caractéristique du jurassique supérieur. Le quatrième paraît pouvoir
être rapporté à l'_asplenium_ (_Petruschinense_) décrit par Heer, et
provenant du jurassique de Sibérie.

La prédominance des conifères, la rareté des fougères et l'absence des
cycadées donnent à la flore fossile de la terre François-Joseph un
facies semblable à celui de la flore jurassique supérieure du Spitzberg,
bien que, dans les deux pays, les espèces soient différentes. Comme la
flore fossile du Spitzberg, celle de la terre François-Joseph,
correspond à un climat, sinon très chaud, du moins beaucoup plus tempéré
que celui régnant actuellement dans ces régions. Les dépôts fossilifères
ont dû s'opérer dans le voisinage d'une forêt de pins. Autant que je
puis en juger par les spécimens rapportés, il est beaucoup plus probable
que cette flore appartient au jurassique supérieur qu'au jurassique
moyen.


II

Tableau des températures moyennes observées chaque mois pendant la
dérive du _Fram_.

  MOIS           1893      1894      1895      1896
  Janvier         »      −35°,7    −33°,4    −37°,3
  Février         »      −35°,6    −36°,7    −34°,7
  Mars            »      −37°,3    −34°,8    −18°,7
  Avril           »      −21°,1    −28°,7    −18°,1
  Mai             »      −10°,1    −12°,1    −10°,7
  Juin            »       −1°,4     −2°,8     −1°,7
  Juillet         »       +0°,2     +0°,26    −0°,1
  Août            »       −1°,0     −2°,5     +1°,1
  Septembre     −1°,6     −8°,2     −9°,5     −9°,5
  Octobre      −18°,4    −22°,5    −21°,2    −21°,2
  Novembre     −24°,2    −30°,8    −30°,9       »
  Décembre     −29°,2    −31°,0    −32°,9       »


Tableau des températures moyennes, pour chaque mois, observées par
Nansen et Johansen, pendant leur marche vers le nord, leur retraite et
leur hivernage à la terre François-Joseph.

          MOIS            TEMPÉRATURE MOYENNE   MAXIMUM     MINIMUM

  Mars (16 au 31) 1895         −38°,8           −22°,8      −46°,1
  Avril                        −28°,9           −18°,9      −37°,2
  Mai                          −31°,1            −2°,2      −23°,7
  Juin                          −1°,1            +3°,3      −12°,6
  Juillet                        0°              +2°,7       −2°,2
  Août                          −1°,6            +2°,2       −7°,3
  Septembre                     −6°,6            +5°,0      −20°,0
  Octobre                      −18°,3            −8°,8      −25°,0
  Novembre                     −25°,0           −12°,2      −37°,2
  Décembre                     −25°,0           −11°,1      −38°,3
  Janvier 1896                 −25°,1            −7°,2      −43°,3
  Février                      −23°,3            −1°,1      −40°,0
  Mars                         −12°,2            −1°,1      −33°,9
  Avril                        −13°,3            −2°,7      −25°,4
  Mai                           −7°,6            +6°,1      −23°,9
  Juin (1 au 16)                −1°,6            +3°,7       −5°,0


Périodes pendant lesquelles le thermomètre est descendu à −40°.

  ANNÉES  JANVIER     FÉVRIER      MARS     NOVEMBRE    DÉCEMBRE

  1894    11 au 12     3 au  7    5 au 15   14 au 15    8 au 10
          14 au 15    11 au 19   17 au 19      »       17 au 18
          27 au 29    23 au 24   25 au 26      »       30 au 1er janv.

  1895    14 au 18     9 au 10   19 au 23   20 au 23    7 au  8
          23 au 26    13 au 16   26 au 28      »          »
              »       18 au 22      »          »          »

  1896    29 déc. au   4 au  9    4 au  5      »          »
          18 janv.    11 au 20      »          »          »


Températures moyennes pendant 24 heures durant chacune de ces périodes.

  ANNÉES  JANVIER  FÉVRIER   MARS   NOVEMBRE  DÉCEMBRE

  1894    −38°,2   −44°,7   −44°,4   −41°,3   −40°,4
          −39°,6   −41°,9   −43°,2     »      −38°,5
          −40°,3   −39°,2   −40°,1     »      −41°,5

  1895    −40°,6   −40°,8   −39°,9   −40°,6   −39°,7
          −43°,5   −41°,7   −38°,7     »        »
            »      −40°,2     »        »        »

  1896    −43°,2   −40°,6   −37°,6     »        »
            »      −41°,8     »        »        »



TABLE DES MATIÈRES


                                                                   Pages
  Préface                                                            VII
  Introduction                                                         1
  Chap.    I.--Le départ.--Kabarova.--La mer de Kara.--Le cap
                 Tchéliouskine.--L'entrée dans la banquise            27
  Chap.   II.--Le premier hivernage                                   59
  Chap.  III.--Le printemps et l'été au milieu de la banquise        113
  Chap.   IV.--Le second automne dans la banquise                    147
  Chap.    V.--Le second hiver dans la banquise                      171
  Chap.   VI.--A travers la banquise                                 187
  Chap.  VII.--La retraite sur la terre François-Joseph              209
  Chap. VIII.--La lutte pour la vie                                  223
  Chap.   IX.--La terre en vue                                       251
  Chap.    X.--Hivernage à la terre François-Joseph                  287
  Chap.   XI.--Le retour                                             331
  Chap.  XII.--Rapport du capitaine Otto Sverdrup sur la dérive
                 du _Fram_ depuis le 15 mars 1895                    381
  Conclusion                                                         415

  Appendices:

   I.--Notes sur les plantes fossiles recueillies aux environs
         du cap Flora                                                419
  II.--Tableau des températures moyennes observées chaque mois
         pendant la dérive du _Fram_                                 421
       Tableau des températures moyennes, pour chaque mois
         observées par Nansen et Johansen pendant leur marche vers
         le nord, leur retraite et leur hivernage à la terre
         François-Joseph                                             421
       Périodes pendant lesquelles le thermomètre est descendu
         à −40°                                                      422
       Température, moyenne pendant 24 heures durant chacune
         de ces périodes                                             422





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Vers le pôle" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home