Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le crime des riches
Author: Lorrain, Jean
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le crime des riches" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



_Le Crime des Riches_



ŒUVRES DE JEAN LORRAIN


 =Les Lépillier=, roman. Paris, Giraud, 1885, in-18.
 =Très Russe=, roman. Paris, Giraud, 1886, in-18.
 =Dans l'Oratoire= (portraits de gens de lettres). Paris, Dalou, 1888,
 in-18.
 =Sonyeuse.= Paris, E. Fasquelle, 1891, in-18.
 =Sensations et Souvenirs.= Paris, E. Fasquelle, 1895, in-18.
 =Un Démoniaque.= Paris, Dentu, 1895, in-18.
 =Une femme par jour=, illustrations de Mittis. Paris, Borel. 1896,
 in-18.
 =Ames d'Automne=, illustrations d'Heidbrinck. Paris, E. Fasquelle.
 1897, in-18.
 =Heures d'Afrique= (Notes de voyage). Paris, Fasquelle, 1899, in-18.
 =Madame Baringhel.= Paris, E. Fayard, 1899, in-18.


_Librairie Ollendorf._

  =La Petite Classe=, préface de Barrès.
  =Histoires de Masques= (Couverture de Henry Bataille).
  =Monsieur de Phocas= (Couverture de Geo-Dupuis).
  =Poussières de Paris.=
  =Princesses d'Ivoire et d'Ivresse= (Couverture de Manuel Orazi).
  =Le Vice Errant= (Couverture de Lorant-Helbron).
  =Monsieur de Baugrelon.=
  =Propos d'âmes simples= (Couverture de Sem).
  =Fards et Poisons= (Couverture de Maignien).
  =L'Ecole des Vieilles Femmes.=


_Librairie universelle, 33, rue de Provence._

=La Maison Philibert=, roman.


POÈMES

  =L'Ombre ardente.= Fasquelle, 1897.
  =Modernités.= Savine, Paris, 1885.
  =Les Griseries.= Tresse et Stock, 1887.
  =Le Sang des dieux=, Lemerre, 1882.
  =La Forêt bleue.=


THÉATRE

  =Brocéliande=, 1 acte, joué à l'Œuvre.
  =Yauthis=, 2 actes joué à l'Odéon.



  JEAN LORRAIN

  _Le Crime
  des Riches_

  PARIS
  PIERRE DOUVILLE, ÉDITEUR
  42, RUE DE TRÉVISE, 42

  1905



  IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE

  DIX EXEMPLAIRES NUMÉROTÉS SUR PAPIER DE HOLLANDE



DÉDICACE


_A vous, mon cher Valdagne qui, dans la_ Confession de Nicaise,
_avez si cruellement indiqué l'inique oppression de l'argent, sa
tyrannie dissolvante et sa féroce emprise sur la bêtise hypnotisée
des foules_.

_A vous l'évocateur de la petite bourgeoise aux appétits de catin,
du mari lâche et complaisant aux frasques lucratives de sa femme,
et de l'amant moderne, associé de sa maîtresse et bon conseilleur
des faiblesses qui le font vivre et du crime qui l'enrichira,
je dédie ce_ Crime des riches _qui pourrait être aussi le Crime
d'être riche, car les caprices monstrueux, nés de la veulerie
et de l'ennui des millions usurpés, entraînent physiquement
et physiologiquement toutes les tares, et, si le_ Crime des
riches _échappe à la loi, protégé qu'il est par la lâcheté des
gouvernements et des masses, la nature, elle, plus vraie que
la société, donne l'exemple de l'anarchie en abandonnant les
misérables forçats du capital à la folie et à la honte des pires
aberrations._

_Trouvez ici toute ma joie d'avoir pu les constater et tout mon
orgueil de vous les offrir en hommage d'admiration et d'amitié._

    JEAN LORRAIN.

Nice, ce 21 avril 1905.



LE CRIME DES RICHES



LA RIVIERA


_--Et ce vieux monsieur à cheveux blancs, l'air d'un clergyman,
qui se retire avec cette vieille dame engoncée de pelleteries
magnifiques vingt-cinq mille francs au moins de perles aux
oreilles, la dame? Monsieur votre père les reconduit jusqu'au
seuil du salon._

_--Les Dombrokine, une des plus belles villas de la côte et une
des plus grosses fortunes de la Riviera, mais toute une histoire,
le petit-fils de Serge l'Assassin._

_--Vous dites?..._

_--Oui, le petit-fils de Serge l'Assassin. Le grand-père était
courrier. Il voyageait avec je ne sais quel grand seigneur et
l'aurait expédié dans une auberge; les Calabres étaient alors
discrètes autant que périlleuses. Le Dombrokine était très beau et
se mit à visiter les Cours; il réussit à celle de Galice, jusqu'à
se faire aimer de la reine ou sinon d'une infante; le portrait de
l'amie royale orne la galerie de la villa, je vous y conduirai
quand vous voudrez. C'est une fortune toute personnelle et qui
ne date pas d'un siècle. Le titre est encore plus récent: grabat
d'auberge et alcôve princière, c'est de la noblesse de ciel de
lit. Le comte actuel fait de l'usure, c'est la providence des
décavés de Monte-Carlo. Quand voulez-vous que nous allions chez
lui?_

_--Nous attendrons, si vous le voulez bien. Et cette grande dame,
cette somptueuse vieille dame en fracassante robe de moire mauve,
et plus diamantée qu'une vitrine de chez Morgan? Eh! matoche! quel
luxe de bagues!_

_--La marquise de Penafiore, noblesse espagnole. A débuté dans les
Flandres en figurant à la_ Grotte de Calypso _d'Anvers, au fameux
Rydeck aujourd'hui disparu, possède d'authentiques bibelots, sinon
d'authentiques parchemins. Personne n'a jamais vu ni connu le
marquis._

_D'ailleurs, salon très fermé et pour cause, une vieille habitude
que la marquise n'a pas dépouillée en vieillissant, mais si bonne
et si généreuse est adorée des pauvres. Voulez-vous que je vous
présente? Elle raffole des jeunes gens._

--_Non, merci, je la trouve un peu trop blonde._

--_Alors laissez-moi vous présenter à Lady Sandrigham. Trois
maris véridiques, celle-là, les deux derniers enterrés dans son
merveilleux jardin d'Antibes. Elle donne des fêtes superbes, c'est
un des clous de la Riviera. Vous admirerez les mausolées des
conjoints; le comte Zicco s'est suicidé, lord Sandrigham est mort
d'une chute de cheval, c'est une femme à accidents. Elle a marié
ses filles selon son cœur (ce sont des ennemis qui l'affirment)
et ses gendres vivent à demeure chez elle tous les hivers; c'est
la maison la plus hospitalière de la côte, et quelles serres
d'orchidées! Elles coûtent bon an mal an près de quarante mille
francs d'entretien; il faut absolument aller chez Lady Sandrigham._

--_Nous irons donc, mais remettons la présentation, je ne me
sens pas en forme aujourd'hui. Et ce vieux beau, campé comme un
cavalier d'Antonio le More, tudieu! Il ne lui manque que la cape
et la fraise, et quel regard. Un vrai portrait des Ufizzi. Un
prince italien pour le moins?_

_--Pis, Sicilien. A éviter. Sans fortune, vit d'expédients,
est l'homme de toutes les combinaziones et dangereux comme
l'aqua-tofana, est soupçonné d'avoir un peu hâté la fin de la
vieille comtesse Meningen, une ancienne dame d'honneur de la Cour
d'Autriche, qui raffolait du prince Grégorino. Il l'avait emmenée
en Sicile pour l'épouser dans la chapelle Palatine, elle n'est
jamais revenue de Palerme._

_--Et il vit, ce beau prince Ruffiano?_

_--D'une vieille danseuse, la Merutti de la Scala de Milan, une
épave de Nice, qui le tient par les petits plats italiens qu'elle
lui confectionne dans son troisième de la rue d'Amérique, là-bas
dans le quartier de la Gare; mais il la bat comme plâtre_, la
povera, _et la trompe avec toutes les souillons des brasseries
voisines; d'ailleurs spirituel comme Goldoni lui-même et plein
d'anecdotes, un charmeur_...

_--Nous l'éviterons donc. Et ce jeune homme là-bas, appuyé en
cariatide au chambranle de la cheminée, l'air d'une élégie et d'un
mal blanc avec ses yeux liquoreux et sa pâleur bouffie?_

_--Jacopo Amforti, un poète corse, fumeur d'opium pour la galerie,
vit en concubinage avec une coiffeuse, professe le dédain de
l'argent, des plaisirs et des femmes et se fait nourrir dans
les bars: il dirige un petit journal. Condamné deux fois pour
diffamation._

_--Et vous le recevez?_

_--Il faut bien, il nous traînerait dans la boue. Nous lui faisons
faire par an deux conférences à cinq louis et lui prenons dix
abonnements, coût quinze louis. Et l'on dort tranquille._

_--Tout un an._

_Dans le salon, d'autres femmes évoluaient et d'autres hommes
aussi, redingotes et jaquettes du côté mâle, longues pelisses de
zibelines ou lourds manteaux bossués de broderies pour le beau
sexe. La glace sans tain d'une grande baie vitrée encadrait les
groupes d'un mouvant et réel décor: un enchevêtrement de palmiers,
de roseaux d'Espagne et de glauques agaves, dominés par les
cimes tournoyantes de hauts cyprès secoués par le mistral; car le
mistral faisait rage pendant cette matinée offerte aux hiverneurs
de la Riviera dans cette ville de la Pointe Saint-Jean; et sur un
ciel froid de bourrasque, se rebroussait, luisante et convulsée,
la verdure en émoi d'une forêt d'oliviers._

_Oh! ce moutonnement blêmissant et bleuâtre de trois hectares de
vergers siciliens! Leurs frissons argentés descendaient en lueurs
courtes jusqu'au bleu de la mer. En face, le rocher l'Eze, la cime
de la Turbie avançaient leurs éperons dans la turquoise liquide
des golfes, et jusqu'à la pointe de l'Italie, délicieusement
atténuée et lumineuse, c'était, surplombée par la crête énorme du
Carnier, une courbe héroïque de caps et de promontoires. Au fond
de la baie, le rivage de Beaulieu s'émaillait de villas._

_--Pourquoi me gâtez-vous ce paysage, disais-je au fils de la
maison, vous m'attristez avec vos racontars. Avouez-moi que
vous vous êtes payé ma tête, d'ailleurs comment ces gens-là
seraient-ils chez vous? Votre père ne supporterait pas toutes ces
tares.--Des tares! mais cela n'a aucune importance ici, et puis
il est très possible que ce soit des calomnies. La médisance est
dans l'air du pays, il y a une poussée de sève et une générosité
du sol qui font fleurir les aventures dans le passé des gens,
comme, les anémones aux talus et aux noms roturiers des titres de
noblesse. La marquise de Penafiore est peut-être une très honnête
femme, lady Sandrigham n'a sans doute jamais assassiné aucun mari
et il est plus que probable que le grand-père de Dombrokine n'a
jamais dévalisé personne; mais cela fait plaisir à tout le monde
de rapporter et de colporter ces petites histoires, cela amuse qui
les écoute et on a l'air bien informé. Du reste, cela n'empêche
personne de les recevoir, au contraire. Cela ajoute au prestige
des gens: un passé criminel est une telle auréole. La Riviera
est le pays des légendes; jamais mauvaise réputation n'y a nui à
personne. On y est curieux de scandales et avide de nouveautés;
une presse spéciale y vit aux frais des imbéciles et l'audace y
tient lieu de solvabilité et d'orthographe. Les diffamations y
ont si peu d'importance, que les tribunaux mêmes ne poursuivent
pas. Ce sont propos de bals masqués; et pour cause, car s'il
fut jamais société extravagante et drôlatique à faire pouffer
même un mort avancé, c'est bien celle que l'on rencontre ici, de
Saint-Raphaël à Menton, en comptant Antibes et le Cap Martin._

_Toutes les folles et tous les fous de la terre, tous les
déséquilibrés et tous les hystériques se donnent ici rendez-vous,
oui, tous en vérité. Il en vient de Russie, il en vient
d'Amérique, il en vient du Thibet et de l'Afrique australe; et
quel choix de princes et de princesses, de marquises et de ducs,
les vrais et les faux, les plus solidement rivés dans l'opinion
publique comme les plus notablement compromis! Et que de Majestés,
les régnantes et les déchues, les_ celles _en exil, les déposées
et celles à la veille de l'être! les rois sans liste civile et
les ex-reines encombrées de budgets, les vrais budgets, ceux des
économies du règne. Et que sais-je encore! toutes les unions
morganatiques, toutes les anciennes maîtresses d'empereurs,
tout le stock des ex-favorites! Et des croupiers épousés par de
millionnaires Yankees, et des tziganes enlevés par des princesses,
et des ex-marmitons devenus secrétaires de princes, et des
pianistes déconcertants pour tous les concerts intimes, Liszt,
Franck et Chopin toutes les phtisies roucoulantes de Schumann,
des artilleurs aimés par de grandes tendresses, des cochers
pour baronnes moscovites et des Alpins pour boyards nihilistes,
théosophistes et voyageurs; et là-dessus quel inénarrable lot de
vieilles dames! les vieilles dames!!! Et Vanonges scandait les
mots: les vieilles dames!_

_La Riviera est leur patrie imméritée; nulle part vous ne
rencontrerez pareille collection de jeunes centenaires et
d'autruches pavoisées. Certains matins soleilleux de la Promenade
des Anglais valent les fresques d'Orcagna au Campo Santo de
Pise. Pas besoin d'aller en Italie, vous avez ici le même ciel
et les mêmes ostéologies récrépites à neuf, retapées et fardées.
Le climat les prolonge, mais notre œil en souffre. Et certains
soirs, à l'Opéra de Nice donc, il y a des entr'actes où la salle
apparaît macabre avec tous ces siècles dans les loges entassés.
C'est à croire qu'on ne ferme pas les cimetières, la nuit, et que
les macchabées s'en échappent; et le maquillage de ces belles
ancestrales! Il y en a de si blêmes sous leurs bouclettes blondes
qu'on les croirait poudrées avec de la râclure d'ossements; mais
leurs modes sont si charmantes et leurs diamants d'une eau si pure
qu'il faut bien leur pardonner. Toutes, du reste, sont nobles:
baronnes, vicomtesses, comtesses et marquises. Voyez ici chez mon
père, sauf Amforti et vous, nous sommes tous titrés. O Riviera,
Riviera, bleu paradis des rastaquouères et des déséquilibrés, les
faux nez y fleurissent encore plus que le mimosa, les faux nez et
les faux noms et les faux titres. Cela nous vient en traversant le
Var, ce Rubicon des Alpes-Maritimes._

_A part cela, le pays est divin; il le serait peut-être moins sans
cela. C'est l'ombre nécessaire au tableau, bien petites ombres
dans l'étincellement de lumière et les immenses nappes de ciel
de ce prestigieux climat. Attendez seulement un mois, quand les
amandiers seront en fleurs et que le bleu du large s'éclaboussera
de floconnements roses qui seront autant de branches de pruniers
et de pêchers; c'est alors que vous sentirez monter des golfes et
des promontoires la poésie virgilienne de nos vergers d'oliviers.
Avril sur la Riviera! Ah! la silhouette violâtre du rocher d'Ezet
et du Carnier, les arabesques d'or de l'Estérel dans le couchant,
là-bas, à l'extrémité de la baie des Anges, la nostalgie des
voiles latines tachant de rouille l'horizon, et sur le bloc des
môles cette eurythmie antique: les pieds nus des pêcheurs! C'est
alors que vous les retrouverez à tous les tournants de route, les
coins d'Italie, de Sicile et d'idylles dont nous portons en nous
le rêve ou le souvenir. Avril, quand les affreux Cooks du carnaval
ont disparu, emportés par les derniers trains de plaisir et que
les Altesses sont signalées. Avril, quand Édouard VII à Cannes
et Léopold à Beaulieu déchaînent à toute vitesse, le long de la
Corniche, toutes les courses à l'abîme des grands automobiles._

_Martingales et poudres de riz, soda-water et relents de pétrole,
cake-walks, gigues et tarentelles, tableaux vivants et premières
de Gunsbourg, comptes rendus du_ Petit Niçois, _de l'_Éclaireur
_et du_ Monde Élégant, _annonçant vingt-cinq matinées par jour et,
le soir, les cinquante débuts de cinquante chanteuses mondaines
toutes étrangères, de Boston, de Milan, de Varsovie ou de
Berlin; réceptions annoncées, clamées et réclamées de toutes les
noblesses d'hier, d'aujourd'hui et de demain; soirées privées et
bals d'hôtels, prose enchantée du_ Nice littéraire _et du_ Petit
Monégasque _célébrant l'arrivée du trust de charbon, du roi du
cuivre et de l'empereur du bœuf salé, iris noirs de Suze, iris
verts de Menton, œillets du Var et violettes de Parme, c'est alors
que toute la Riviera flamboie, rutile, grouille et poudroie dans
de la clarté, dans du vacarme, dans des parfums et du mistral._

_O les grandes orgues du vent dans les sapins du cap d'Antibes et
les élégies de Mme de Montgommery à travers les chines verts du
cap Martin!_



AME DE FEMME



I

SUITES DE VEGLIONE


--Tu n'es pas encore couchée, grand'mère? A ton âge? Tu vas
prendre mal.--Les cimetières sont donc ouverts la nuit?--Le
service de la voirie est bien mal fait!--Il n'y a pas de police
de morts, à Nice?--Un beau domino, mais un fichu corset.--De 1840
au moins? Il date.--Madame est riche.--N'ôte pas ton masque!
Comme tu regardes les hommes, mâtin! quels yeux!--Ceux de ton
temps étaient mieux, avoue-le.--Combien tu regrettes... Ton temps
perdu.--Laissez donc, madame en guette un petit de son âge.»

Les sarcasmes pleuvaient sur le domino réfugié, cerné, acculé
dans un angle du couloir. C'était au dernier veglione de Nice:
une bande de joyeux fêtards avait fait cercle autour du camail et
de la robe de moire d'un masque hermétiquement clos: deux tours
d'Alençon soigneusement ramenés et rabattus sur un loup, dont le
satin jaune luisait.

La femme qui se dissimulait sous ce double voile n'était pas, ce
soir de mardi gras, en quête d'aventure. Engoncée de soie roide,
la taille volontairement volumineuse... et méconnaissable sous les
plis d'un domino ample, le masque dévisageait obstinément tous
les hommes et d'un œil de policier fouillait les recoins de la
salle et des couloirs. L'inconnue allait, uniquement préoccupée
de découvrir quelqu'un, et ce quelqu'un, le hasard s'obstinait à
ne pas le mettre sur ses pas. Déjà depuis deux heures, le domino
jonquille rôdait inquisiteur, en arrêt devant tous les groupes,
inventoriant dans un forcené pourchas les consommateurs du buffet,
les flirteurs du foyer et les danseurs du bal.

Son manège avait fini par intriguer quelques habits noirs.
Indifférente à toutes les attaques, à la moindre tentative
d'emprise la femme se dégageait prestement, glissait comme une
anguille entre les mains fureteuses, et, murée dans son silence,
poursuivait sa chasse à la porte des loges et dans les plus
infimes couloirs.

Piqués au vif, quelques noceurs avaient résolu d'en avoir le cœur
net. Ils avaient guetté le domino jaune et, le cernant au bas d'un
petit escalier, l'avaient acculé dans un coin. Le domino était
devenu cible, on le criblait maintenant de saillies mordantes.
La main finement gantée, l'étroitesse du pied moulé dans les
jours d'un bas de soie noire avaient trahi une élégante. La femme
traquée ne disait pas un mot: à petits coups cinglants d'éventail
elle décourageait les mains entreprenantes et tenait en respect
les oseurs: mais aux pires hypothèses sur son physique et sur son
âge elle opposait un mutisme obstiné. En vain la lâcheté des mâles
surexcités l'insultait-elle maintenant à cœur joie; la goujaterie
de ses agresseurs ne faisait pas tressaillir un pli du domino.
Seulement, parfois, sous les dentelles et le satin du loup deux
yeux d'acier flambaient étrangement.

Des gens avaient fini par s'attrouper autour de ce combat d'une
femme isolée contre huit hommes, et de Bergues avait fait
comme les autres, curiosité ou désœuvrement, dans la tristesse
tumultueuse et morne de ce bal.

D'autres dominos s'étaient mis de la partie: «Démasquez-le,
braillait une fille à demi-nue dans les velours ciselés et les
brocarts déteints d'une dogaresse de louage, c'est un homme!
Démasquez-le!» Et chatouillée par deux cavaliers à faux nez, la
Vénitienne d'occasion se renversait et s'offrait avec un rire
hystérique.

Le domino se taisait toujours, mais les ripostes de son éventail
étaient devenues rageuses. Un énervement gagnait l'inconnue, ses
coups maintenant faisaient mal.

«Tu te fâches...», mais, bousculant le groupe qui l'emprisonnait,
la femme venait de se frayer un brusque passage vers deux dominos
de satin blanc, tout à coup surgis à la porte du foyer. Depuis
leur apparition, ses étranges yeux clairs ne quittaient plus le
couple.

Le domino jonquille allait droit à eux et d'un geste emporté,
sans que rien n'eût fait prévoir une telle violence, en un clin
d'œil arrachait aux deux déguisés leurs loups. Démasqués, les
deux dominos, un jeune homme et une jeune femme demeuraient figés
de stupeur. C'était un tollé général. On huait l'incorrection du
domino jonquille.

La femme qui venait de commettre cet acte inqualifiable,
balbutiait, tremblante et d'une voix étranglée: «Pardon, pardon,
je me suis trompée.» Le couple qu'elle venait d'insulter si
gravement n'était pas celui qu'elle cherchait; mais le public
n'admettait pas sa méprise. Celle qui venait de s'en rendre
coupable était assiégée, insultée, molestée par la foule; on
s'ameutait dans les couloirs.

«Démasquez-le, démasquez-le, braillaient des voix devenues peuple,
c'est un homme!» Déjà des mains se tendaient vers les dentelles et
le loup du masque.

La femme, atterrée, ne se défendait plus. De Bergues, poussé
maintenant au premier rang des curieux, lisait dans la pâleur des
yeux devinés un tel effroi, une telle détresse qu'il s'en sentait
tout remué. Il écartait les agresseurs, et, s'emparant du bras de
la misérable: «Laissez, je connais madame. C'est une malade, une
malheureuse malade. De grâce, messieurs, un peu de courtoisie, ne
molestez pas une femme... Vous étouffez madame! je vous garantis
que c'est une femme...»

L'assurance de son ton, son encolure et sa prestance en
imposaient; la voix de de Bergues faisait taire les murmures. De
vagues engueulades, des gouailleries de bal masqué s'éteignaient
dans une rumeur.

Le domino jaune avait posé son bras sur celui de de Bergues.
«Appuyez-vous sur moi, madame, soyez sans crainte. Où dois-je vous
conduire?--A ma voiture, répondit moins une voix qu'un râle, le
numéro 1.229.

La femme maintenant défaillait: de Bergues devait la soutenir. Il
descendait lentement l'escalier, un chasseur hélait le fiacre, le
jeune homme mettait le domino en voiture.--Votre nom, votre carte,
monsieur, implorait un souffle, que je sache au moins à qui je
dois... Merci, merci. Voulez-vous dire au cocher de retourner où
il m'a prise, à l'hôtel d'où je viens.»

Et la portière se refermait sur l'inconnue.

De Bergues avait tout à fait oublié cette aventure, quand, à trois
semaines de là, le courrier du matin lui apportait une longue
enveloppe de bristol résistant et bleuâtre timbrée d'argent mat;
l'écriture lui était complètement étrangère.

Le jeune homme faisait sauter le cachet.

    _La Pergola. Antibes._

_La duchesse d'Eberstein-Asmidof serait heureuse de recevoir M.
Henri de Bergues à la Pergola. Elle lui serait même reconnaissante
de vouloir bien ne pas trop différer sa visite. La duchesse sera
chez elle le lundi, le mercredi et le vendredi de la semaine
prochaine, de trois à sept. M. Henri de Bergues sera le bien
venu. Inutile que M. Henri de Bergues prévienne la duchesse de sa
visite. On ose absolument compter sur lui._

Le billet laissait le jeune homme rêveur.

La Pergola, la duchesse d'Eberstein-Asmidof.

De Bergues ne connaissait que trop de réputation la châtelaine de
la Pergola. Ses déportements étaient depuis dix ans la fable et
le scandale de la Riviera; le domaine d'Antibes avait lui-même sa
légende.

On y montrait la place où le comte Zicco, un des amants de la
duchesse, s'était tué dans une chute de cheval, et cela dans une
des allées du parc. La monture emballée avait buté contre un
cactus géant, et l'homme désarçonné, pris entre sa bête et les
dards onglés et coupants de la plante, était mort. La duchesse
avait fait enterrer son amant à la place même du désastre. En
Riviera on ne refuse rien aux millions et surtout aux millions des
personnalités princières, et la duchesse était par sa mère une
Scatelberg-Emerfield.

De branche allemande, elle avait épousé à seize ans le duc
d'Eberstein-Asmidof qu'on disait impuissant. Les Asmidof n'avaient
pas d'enfants. A la cour de Finlande on avait tout d'abord excusé
les écarts de la jeune femme, mais le scandale de ses caprices
avait pris un tel retentissement, que le grand-duc régnant avait
dû prier le jeune ménage d'aller donner ailleurs le spectacle de
ses fantaisies.

La Riviera en avait hérité. Depuis dix ans cette Allemande, qui
devait avoir maintenant dépassé la quarantaine, trouvait moyen
d'étonner la Côte d'Azur; et la côte est pourtant assez blasée sur
les excentricités de ses hôtes.

Le duc d'Eberstein n'existait pas pour sa femme. Musicien
accompli, piqué même de la folie de la composition et tout
acquis à la manière de Wagner, il passait ses journées et une
partie de ses nuits à élaborer de pénibles opéras que ne montait
pas Monte-Carlo. Sa femme n'existait pas pour lui. Toutes ses
préférences étaient pour l'harmonie, le contre-point, la fugue et
quelques vagues compositeurs ou musicastres qu'il hébergeait à
tour de rôle à la Pergola, jusqu'à concurrence de quelque nouveau
favori, car les engouements du duc étaient plutôt brefs.

Ceux de la duchesse avaient plus de durée. Cette Allemande
était une passionnée, mais elle avait la main malheureuse et
ses amants avaient des fins assez tragiques. Ses amants...
c'est-à-dire on en citait deux, le Hongrois, le comte Zicco, mort
si malencontreusement à la Pergola dans une promenade matinale, et
le beau chevalier Contaldini, tombé dans une crevasse pendant un
séjour du duc et de la duchesse à Saint-Moritz. Le nouvel amant
accompagnait, cet été-là, le couple dans les Alpes.

La duchesse était, bien entendu, étrangère à tous ces trépas, et
jamais un soupçon ne l'avait effleurée, mais elle en gardait une
auréole sinistre. Dans le pays cette exsangue et maigre duchesse
Wilhena passait pour avoir le mauvais œil. On lui prêtait d'autres
aventures.

Un dimanche de Carnaval, où elle s'était risquée sous le loup dans
les rues de Cannes et s'était mêlée au corso populaire, en quête,
on le voulait..., d'émotions anonymes, elle aurait été reconnue et
démasquée par des pêcheurs. L'intervention de la police l'avait
seule préservée de l'insulte.

Qu'y avait-il de vrai dans tout cela? L'amant actuel de la
duchesse, un Américain à peau blanche tacheté de son, master
Thomas Barret, un roux râblé à mufle de dogue avec, dans les yeux
bougeurs, la clarté d'eau de deux étranges prunelles vertes, la
désespérait de ses frasques et lui coûtait des sommes. L'Américain
était coureur et joueur. La misérable était folle de cet amant,
le dernier peut-être, car la duchesse n'avait jamais été jolie, et
maintenant la quarantaine l'alourdissait. Les sports, le surmenage
d'une vie sentimentale et nerveuse, ses coups de tête et de cœur
avaient brouillé son teint, flétri ses yeux. Elle se cramponnait à
cet ultime amour avec l'énergie désespérée d'une femme qui se noie
et n'en était plus à se compromettre. Elle avait déjà tout osé,
tout commis pour ce beau Saxon au mufle carré et court.

C'est à tout cela et à bien d'autres choses encore que songeait
de Bergues dans le rapide de Nice à Cannes. Il le quitterait à
Antibes pour se rendre à l'invitation de la duchesse.

Il s'était enfin décidé à tenter le voyage; une certaine
appréhension lui étreignait l'estomac et, plus ému qu'il n'eût
voulu se l'avouer, le jeune homme se laissait secouer par la
trépidation des freins en se demandant qu'est-ce que pouvait bien
lui vouloir l'Allemande de la Pergola.

Sa fatuité n'allait pas jusqu'à redouter pour lui un caprice de
l'Altesse. Tout enchanté qu'il fût de sa personne, de Bergues
était édifié sur son physique; il n'avait ni l'élégance rare
d'un Zicco, ni les yeux admirables d'un Contaldini, ni le rable
prometteur d'un Barett... mais tout de même, est-ce qu'on pouvait
savoir avec ses créatures! Et décontenancé, de Bergues sentait
sourdre en lui des effarements de Joseph.

«Antibes, trois minutes d'arrêt.»



II

UNE AME DE FEMME


De Bergues traversait une enfilade de vastes salons; les mollets
cambrés d'un laquais en bas de soie le précédaient; des escarpins
à semelles feutrées glissaient sans bruit sur les parquets
luisants, miroités de reflets. Des losanges et des rosaces, bois
de rose et bois des îles, aggravaient encore la solitude des
pièces. Un valet de pied, debout contre une porte, en ouvrait les
battants et introduisait de Bergues dans un fumoir.

C'était une haute salle en rotonde et qu'une immense glace sans
tain éclairait toute, une glace incurvée, dont l'épaisseur
épousait la courbe de la muraille. Le bleu du ciel et le bleu du
large entraient à la fois par la baie, on se serait cru en pleine
mer. Cette chambre de bord était meublée de confortables sièges
anglais, divans de cuir et fauteuils de Maple. Il y régnait une
atmosphère de maryland, de tabac turc et d'opoponax; des très
beaux tapis d'Orient, fond rose et fond vert, et, sur une lourde
table d'acajou, d'énormes roses Paul Néron dans une buire de
cristal étaient le seul luxe de ce fumoir.

De Bergues le parcourait d'un regard et presque en même temps
une porte latérale s'ouvrait à gauche, livrant passage à une
femme. Elle entrait d'un pas délibéré, presque masculin et
tendait la main au jeune homme: «Merci d'être venu, monsieur, et
pardonnez-moi la liberté grande que j'ai prise en vous priant
de venir ici; mais je tenais à vous remercier d'une précédente
courtoisie. Vous n'êtes pas inconnu pour moi». Et la duchesse, se
laissant tomber dans un fauteuil de cuir, invitait de Bergues à
s'asseoir.

Tout cela avait été si prompt et si imprévu, qu'il avait à peine
eu le temps de l'examiner. La duchesse avait croisé négligemment
une jambe sur l'autre dans une pose abandonnée et virile et se
prêtait maintenant à l'examen. C'était une grande femme aux
épaules carrées et aux hanches absentes, bâtie comme un uhlan et
qui n'avait plus ni fraîcheur ni jeunesse; le teint gâté par le
grand air, les paupières meurtries et les lèvres fanées par la
fièvre achevaient la disgrâce d'un visage chevalin, mais elle
avait des mains admirables, des mains longues et blanches aux
doigts fuselés, sans un joyau d'ailleurs...; et ses cheveux,
tordus en câble sur une nuque violente, étaient d'un or solide et
lourd. Coiffée par eux d'un casque de métal, la duchesse étonnait
par le contraste de sa face sombre avec la clarté de cette
coruscante toison.

Plus on la regardait, plus on voulait la regarder. Sa laideur
n'était qu'apparente. Une souplesse de félin animait et brisait ce
corps un peu massif de jeune guerrier; la vivacité de ses gestes,
leur brusquerie voulue n'en excluaient pas une langueur passionnée
et même dans son attitude garçonnière de sportswoman aux jambes
croisées, il y avait comme une ardeur offerte.

Elle était sans grâce, mais non sans charme, inattendue et
déconcertante. Ses moindres mouvements avaient de la race et,
si la face ravagée et vieillie accusait plus de quarante ans,
d'inoubliables yeux vivaient sous ses paupières lasses, des yeux
gris et changeants, couleur de sardoine, cette pierre étrange
dont l'éclat s'avive dans l'eau. Il y avait dans les prunelles
de la duchesse comme une flamme sourde et, quand elle les posait
sur vous, c'était la sensation d'une brûlure sur la peau et d'une
cuisson au cœur.

Il y eut un silence. La duchesse avait baissé les yeux pour mieux
laisser de Bergues la contempler. Elle les relevait brusquement
et, les plantant hardiment dans ceux du jeune homme: «Vous ne
me reconnaissez pas?» Et sa voix sifflait un peu ironique. «Il
faut croire que j'étais bien masquée. Je ne veux pas laisser
plus longtemps d'équivoque entre nous, monsieur, je suis le
domino du dernier Veglione, le domino jonquille, que vous avez
si spontanément et si généreusement défendu contre la goujaterie
du public des couloirs. Vous avez été tout simplement héroïque,
monsieur, ne vous défendez pas; car, en vous interposant entre moi
et la foule, vous affrontiez le pire des dangers, le ridicule.
J'étais grotesque, je le sais, volontairement grotesque, je
ne voulais pas être reconnue et, quand les hommes d'esprit de
cette morne fête me traitaient de travesti et de vieille femme,
rien ne me rassurait plus que leurs stupides attaques. Elles me
prouvaient combien j'étais loin de leur pensée: mon incognito
était bien gardé, mais ces deux dominos blancs sont passés,
j'ai cru reconnaître le couple pour lequel j'étais venue, j'ai
perdu la tête et j'ai risqué ce malheureux geste. Ce geste a
déchaîné la foule et sans vous j'étais perdue. J'ai vu le moment
où j'allais être démasquée, déshabillée peut-être par des mains
féroces de manants et de mufles et j'ai connu le frisson des
misérables femmes tombées au pouvoir de l'émeute, les jours de
fureur populaire. Quand, fendant le flot des masques, vous m'avez
pris le bras pour me tirer de cette impasse, saviez-vous à quoi
je songeais, sous mon loup et mes dentelles? C'est fou et c'est
ainsi: à la princesse de Lamballe égorgée par les Septembriseurs;
oui, dans ce Veglione, c'est la princesse de Lamballe, assommée
et dépecée au seuil de la Force, dont la vision s'imposait
obsédante au milieu de toutes ces faces gouailleuses et de ces
masques ricaneurs.

«... Et vous, vous êtes venu. Seul entre tous, vous avez deviné
mon affreuse détresse, mon angoisse et ma terreur! J'étais si
malheureuse ce soir-là, si malheureuse! Et sans me connaître, mais
ému de pitié pour l'être douloureux que vous deviniez en moi, vous
avez tenu tête à ces brutes, vous avez dit... ce qu'il fallait
dire, je ne sais plus quoi et vous m'avez offert votre bras... et
le cauchemar s'est dissipé et, vingt minutes après, j'étais à mon
hôtel; en sûreté et je pouvais croire que j'avais fait un mauvais
rêve... et voilà pourquoi je vous tends mes deux mains, monsieur,
en vous disant merci du fond du cœur.»

La duchesse s'était levée et avait pris les mains de de Bergues
dans les siennes.

Elle le regardait de haut en bas, le dominant de tout son buste et
semblant jouir de sa confusion. «Et nous pourrions en rester là.
Vous m'avez sauvée, je vous ai remercié. J'ai tenu à le faire de
vive voix et chez moi; le valet de pied pourrait maintenant vous
reconduire et tout serait dit, l'aventure serait terminée. Quand
vous m'avez délivrée de toute cette racaille, vous ignoriez que
vous preniez la défense de la princesse d'Ebernstein Asmidoff.
Votre pitié d'homme et votre courtoisie de galant homme vous ont
seules poussé à cet acte... Mais je ne me croirai pas, moi, une
Scaterberg-Eberfield, si je m'en tenais là.» Et sur un mouvement
irréfléchi de de Bergues. «Vous saurez pourquoi j'étais à ce bal,
et d'autres choses encore. Il me plaît de me confesser un peu à
vous, je suis protestante et j'ignore la confession. Oh! ce n'est
pas que je veuille me justifier. Toute gâchée que soit ma vie,
tout ce que j'ai fait, je le referais encore si la chose était à
refaire, mais cela me soulagera de causer un peu avec vous; cela
débridera l'abcès comme disent les chirurgiens. Si je vous prends
comme confident, c'est que dans ma vie déjà longue de femme de
quarante ans, vous êtes le premier galant homme et le premier
honnête homme peut-être qu'il m'ait été donné de rencontrer, oh!
je n'excepte même pas le duc. Avant votre rencontre (j'ai eu des
amants, pourquoi m'en cacherai-je, toute l'Europe le sait, et
ceux, que j'ai eus dans ce pays, ont pris soin de le clamer sur la
Riviera). Avant votre rencontre, tous ceux que j'ai connus: des
poupées, des ruffians ou des goujats... Je suis mal mariée, je ne
suis pas jolie, j'ai des millions et je suis née indépendante,
le duc me laisse libre de mes actions. Vous jugez de ma vie, moi
qui eusse été une épouse et une mère admirables si j'avais eu un
mari et des enfants... Le duc n'est qu'un musicien, n'insistez
pas. Oui, c'est ainsi. Des cerveaux vides et de gros appétits de
plaisir et d'argent, voilà ce que j'ai trouvé toujours autour de
moi. Et la présence de tels êtres dans mon ombre est logique: ma
naissance et ma situation ont fait de moi une proie...

«Tayaut! En chasse! la meute des bas instincts est accourue,
toutes les convoitises allumées me traquent et m'ont traquée,
c'est la curée de la duchesse d'Ebernstein Asmidoff. On me dit si
follement généreuse, n'est-ce pas, monsieur?»

Et sur un geste de de Bergues: «Ne protestez pas, vous connaissez
Thomas Barett, l'Américain que l'on me prête pour amant et qui
l'est en effet. C'est pour lui que j'étais à ce Veglione. On
m'avait prévenue qu'il y serait avec une autre femme, et une
femme jeune, jolie, et qu'il désire et qu'il aime, car moi... On
n'aime pas la duchesse d'Ebernstein, on en est l'amant. Oui, c'est
ainsi, je n'ai aucune illusion sur Thomas Barett, je le méprise
et je l'adore: c'est de la bassesse, mais c'est aussi de l'amour.
Le mépris n'exclut pas la passion, au contraire, et les manuels
d'éducation pour jeunes filles établissent seuls qu'on ne peut
aimer que ce qu'on estime: leçons de cithare et romances sans
paroles de Mendelssohn, cela est du même bateau, comme vous dites
dans votre argot français.

«Donc, j'aime Thomas Barett, je l'aime follement, éperdument, avec
la frénésie d'une femme qui se meurt, car, après lui, je le sens,
je n'aurai plus le courage de renouer une autre intrigue. Les
miroirs ne mentent pas, je sais quelle figure m'a faite l'amour
de l'amour. Après Barett, que je chéris lâchement pour tout le
mal qu'il me fait, je n'aurai plus de liaison et je glisserai
froidement au libertinage: ce sera la passade à l'heure ou à la
nuit avec les croupiers de cercle, les musicanti, les cochers de
grande remise et les coureurs de vélodromes, clientèle habituelle
de toutes les vieilles belles échouées en Riviera.»

Et avec une flamme bleue dans ses prunelles apparues agrandies,
toute sa pauvre face transfigurée par la passion: «Aussi, quand
le lundi gras, un billet anonyme me prévenait que Thomas Barett,
que je croyais à Paris (_il avait pris congé de moi le samedi_)
se cachait à Nice avec une jeune maîtresse, qu'ils y suivaient
les fêtes du Carnaval et assisteraient le mardi au Veglione de
l'Opéra, tout mon sang ne faisait qu'un tour.

«Le billet donnait le détail de leur journée de la veille. Ils
avaient été à la Redoute après avoir suivi dans la journée la
bataille des confettis. On ne savait où ils étaient descendus,
mais une indiscrétion de costumier avait révélé la couleur des
dominos qu'ils porteraient au Veglione du mardi. Barett et son
amie seraient en satin blanc fleuri d'œillets et de mimosas. La
lettre était signée: _Une femme qui se venge, car elle l'aimait
comme vous_.

Cette lettre! le cœur me chavirait sous les côtes en la lisant, et
j'avais dans les veines le froid de la mort et la brûlure de la
fièvre. Une angoisse m'étouffait, car cette lettre était la preuve
de la double trahison.

«Trompée, certes, je savais qu'il me trompait depuis longtemps,
mais pas avec cette duplicité et ce cynisme, dans le pays même,
à une heure d'Antibes où personne n'ignore que cet homme est mon
amant, et puis je le haïssais pour ce dernier mensonge, ce départ
prétexté à Paris! Il avait menti comme une fille, lui que je
croyais un homme; alors la fureur m'aveuglait; et décidée à tout,
avide de scandale, je partais pour Nice, y descendais à l'hôtel
et allais à ce Veglione. Vous m'y avez vue rôder, comme une bête
blessée, au milieu des quolibets des couloirs; vous avez vu mon
geste et vous avez deviné ma détresse, ma honte et ma douleur.
Pourquoi reviendrais-je sur cette scène? Vous m'avez secourue,
défendue, sauvée; votre bonté vous a averti, vous, et vous avez eu
pitié de l'agonie d'âme que je traînais, ce jour-là, au milieu de
ces viveurs.

«On m'avait dupée, bafouée, on avait tablé sur ma passion et ma
jalousie; quelqu'un avait pris comme hochet et mon angoisse et
ma peine. Et l'instigateur de cette abominable comédie, l'auteur
de la lettre dénonciatrice, savez-vous où je le découvrais? Chez
moi, le lendemain même, à ma table. A sa façon mielleuse de
s'informer de ma santé, à son inquiétude affectée à propos de ma
pâleur et de la cernure de mes yeux, à la joie mal dissimulée de
son regard faux et cruel, je reconnaissais dans mon mari l'affreux
mystificateur de la nuit. C'est le duc qui m'avait fait adresser
cette lettre, je n'en pouvais plus douter. Le rayonnement de
toute sa face de fourbe le trahissait encore plus que son effort
d'obséquiosité. Ebernstein avait ajouté cette lâcheté à tant
d'autres, car le duc... si vous saviez, si vous saviez...»



III

IDYLLE PRINCIÈRE


«--Le duc! mais il a été le mauvais génie de mon existence. C'est
lui qui m'a faite ce que je suis! Son ombre a pesé sur toute ma
vie. Si vous saviez, si vous saviez!...» La duchesse s'était levée
et, appuyée des deux mains sur la table, regardait éperdument
de Bergues dans les yeux, puis elle se laissait retomber sur le
divan, le bras gauche posé sur un coussin; de la main droite
elle s'appliquait sur la joue une grosse rose prise à la gerbe
de la buire de cristal. Elle rafraîchissait ainsi aux pétales la
fièvre de ses pommettes; la honte les avait faites brûlantes.
Elle continuait de se tamponner le visage avec la fleur; et ce
mouvement machinal, le jeune homme se souvenait l'avoir déjà
surpris chez des êtres malades de la poitrine, à l'heure où monte
la fièvre du soir.

«Je n'ai pas à me défendre, je ne cherche pas à me justifier, mais
pourtant si j'avais eu un autre mari, je ne serais pas descendue
où j'en suis... le Duc! Si vous connaissiez l'enfance que j'ai eue
dans cette petite cour patriarcale et démodée de Scaterberg, notre
éducation et nos jeux de jeunes filles à mes sœurs et moi... Mes
sœurs! si vous aviez connu mes sœurs!.., leurs yeux plus grands
que l'innocence, leur belle santé d'âme et de corps, leur gaîté
de pensionnaires dans ce grand parc d'Emerfield où nous voulait
libres et grandies en pleine nature un père imbu des idées de
Jean-Jacques et demeuré, en plein XIX^e siècle, enthousiaste
des _Confessions_. Et ce domaine d'Emerfield, au cœur du Tyrol
autrichien, ses horizons de montagnes et de forêts séculaires,
son immense parc aux pentes boisées de sapins, qui descendaient
à un petit lac, un lac moiré d'ombre aux eaux bleu paon, comme
le Konigsee de Salzbourg, ces paysages de légende et de rêve que
célèbrent tous les conteurs allemands, et les mœurs naïves des
cœurs braves et simples que sont restés les montagnards de chez
nous!... Dire que c'est dans cette fraîcheur et cet apaisement,
parmi ces âmes robustes et saines, dans la gravité calme et
souriante d'une vie contemplative que je suis née, que j'ai
grandi, moi la duchesse d'Ebernstein-Asmidoff. Et le scandale de
ma vie actuelle en Riviera a débuté par une enfance de princesse
de conte, dans les parfums de résine et de menthe sauvage d'un
parc héréditaire, parmi des reflets de neige et de bois de sapins,
dans un pays de bûcherons, de pâtres et de chasseurs d'izards, au
milieu du songe des lacs et du fracas des torrents!»

La rose rouge que la duchesse appuyait sur ses joues s'était
effeuillée. Elle en avait pris une autre et en promenait avidement
les pétales sur son visage brun. On eût dit qu'elle respirait
le parfum du passé dans celui de la fleur et demandait à cette
amie odorante et muette le courage de poursuivre. La duchesse
continuait. «--Mes sœurs étaient autrement jolies que moi, mais je
passais bien à tort pour la plus intelligente. J'avais surtout
plus de décision, j'étais l'énergique de la famille. Il y a du
sang espagnol dans notre branche, apporté là par une grand'mère,
née Toloza-Cœli, et cette goutte de sang et de soleil, j'ai
tout lieu de croire que c'est moi qui l'ai dans les veines. Mes
sœurs étaient mélancoliques et douces, moi j'étais volontaire et
taciturne et, petite fille, j'avais déjà ce teint de bile qui
jure si violemment avec le blond de mes cheveux, et ces yeux
d'orage qui autrefois furent beaux. J'étais aussi adroite à tous
les sports. La décision de mon caractère, l'énergie que l'on me
prêtait et ma réputation d'écuyère accomplie fixèrent le choix du
duc régnant de Finlande: il demanda ma main à mon père pour son
fils.

«Le duc héritier (il a abdiqué depuis en faveur de son frère)
était un grand jeune homme blond, régulièrement beau de cette
beauté classique qu'ont tous les Ebernstein. Le duc Otto n'avait
alors que vingt-cinq ans, moi j'en avais dix-neuf. Le prince de
Finlande était assez sauvage; il vivait éloigné des affaires avec
une horreur marquée pour les fêtes de la Cour; il s'occupait
passionnément de musique. Très artiste, son indifférence politique
faisait craindre en lui une sorte de Louis II de Bavière, et
l'assidue présence auprès de lui de Berkestoff, le compositeur
russe, n'était pas faite pour endormir les appréhensions des
siens. On redoutait fort à Milerschurt l'influence du favori.

«Une femme de tête était nécessaire auprès de ce duc indolent et
chimérique et l'on songea à moi. Le duc Otto vint à Emerfield,
invité par mon père à la demande du sien; il se présenta en fiancé
et j'aimais de suite, moi, de toutes les forces de mon sang et
de mon âme ce beau prince mélancolique à la stature de dieu
scandinave, au profil grave et fier de héros danois.

«On nous maria...! Ce que furent ce mariage et la nuit de ces
noces! L'une et l'autre appartiennent autant au drame qu'à
l'opérette, tant le ridicule en fut tragique et déroutant... Le
duc n'est pas même un vicieux, c'est pis. C'est un impuissant.
Il y a dans le vice une fatalité et une tristesse qui peuvent
émouvoir; et dans l'ardeur aveugle de certains aberrés à courir
à leur perte apparaît parfois le grandiose des destinées
inévitables, toute la détresse des tares héréditaires, magnifiées
dans Euripide et Eschyle. Le duc n'est qu'un frigide, comme on
disait au grand siècle, mais compliqué d'un exaspéré misogyne.
Il a l'horreur et la haine de la femme, pis, il a horreur et la
haine de l'amour et c'est là son crime, car sa tare physique et
la lâcheté de son mariage, de ce mariage consenti pour complaire
aux siens, je les lui aurais pardonnées si dès le premier jour il
ne s'était acharné et complu à semer dans ma vie la ruine et le
désespoir.

«Le baiser glacé dont il effleurait mon front, le premier soir
au seuil de l'appartement nuptial, il ne le renouvela jamais. Je
n'avais fait que changer de nom et de résidence et, de princesse
de Scaterberg devenue duchesse d'Ebernstein, je n'en demeurai pas
moins implacablement jeune fille. Quoique un peu déconcertée et
surprise, je me serais résignée à mon sort, si les yeux moqueurs
des autres femmes et les questions perfides des princesses ne
m'avaient enfin avertie. J'étais seule, sans défense sur une
terre étrangère, ou ma qualité d'Autrichienne était presque une
offense; il ne me fut bientôt plus permis d'ignorer l'hostilité de
la Cour.

«Echos de l'opinion populaire, certains journaux s'enhardirent
jusqu'à l'insulte. On s'étonna de la stérilité de l'étrangère; le
peuple réclama une grossesse. Je me cabrais et, enfin émue après
dix mois d'affronts dévorés et subis, un soir je pris mon courage
à deux mains et pénétrai chez le duc. Je l'informais de l'attitude
des siens vis-à-vis de sa femme, et lui expliquais clairement ce
que son peuple réclamait de moi.

«Je me souviendrai toujours de cette soirée. Le duc était dans
son cabinet de travail, installé devant une table où il notait
une fugue qu'il avait composée quelques jours auparavant. Je vois
encore les grandes orgues régnant au fond de la pièce et leurs
tuyaux argentés qui montaient jusqu'au plafond. Il ne levait
même pas la tête et continuait d'écrire; je posais une main
sur une pile de partitions et, pendant que la plume criait sur
le parchemin, je lui exposais ma requête. Ma voix me semblait
étrangement changée dans le silence. Le duc daignait enfin lever
le front: «Des enfants, mais il ne tient qu'à vous d'en avoir,
madame. Arrangez-vous en conséquence. Je vous laisse absolument
libre, cela ne me regarde pas.»

«Il s'était mis debout, me faisait un grand salut et, traversant
le hall, pénétrait dans sa chambre. Il en poussait le verrou.

«Je demeurai indignée, stupéfaite.

«Et alors... la déchéance commença. Le duc l'avait voulu.

«Ce fut d'abord lente, avec mille précautions et toutes les
dérobades de l'hypocrisie, la première chute et le premier amant:
un aide de camp de mon mari. Un étrange hasard m'en imposait
depuis cinq mois la continuelle présence. Le comte Nurlo n'avait
pour lui que sa prestance et sa moustache fine de bel officier. Il
m'aima comme aux ordres et j'ai depuis soupçonné le duc de l'avoir
posté là sur mes pas avec la consigne de devenir mon amant. Je me
lassais vite de ce fantoche, j'étais ardente et volontaire. La
révélation de l'homme avait éveillé en moi un tempérament. Après
celui-là, ce fut un autre, je n'avais encore que de la curiosité,
mais combien sensuelle; mais d'intrigue en intrigue et d'aventure
en aventure, dans cette Cour ennemie et complice, j'aboutissais
vite au scandale. Il fut immense, aggravé des rumeurs équivoques
qui couraient sur le duc. Il venait d'imposer à l'Opéra de
Milerschurt la dernière œuvre de Berkestorff. Une cabale s'était
formée contre le favori. A la première représentation de son
_Néron_, des sifflets et des huées accueillirent notre entrée dans
la loge ducale. _Claude_ et _Messaline_ furent les noms dont on
nous salua; le public avait adopté l'époque du drame. La force
armée fit évacuer la salle, ce fut un esclandre européen.

«Le maître de la police fut destitué, mais le duc dut signer
son abdication en faveur de son frère, et notre beau-père nous
conseilla de voyager. En Finlande, les conseils sont des ordres.
Les médecins prescrivaient le Midi pour le duc Otto. Surmené par
les veilles et ses travaux de musicien, neurasthénique comme tout
artiste, il était menacé de tuberculose et ne se rétablirait que
sur la Riviera.

«La Riviera! Le duc accueillait la décision paternelle comme une
délivrance; il avait horreur de la Finlande et de la vie grossière
et dure de ce pays. Il avait toujours rêvé des ciels de soie et
des horizons de golfes et de promontoires du lac méditerranéen.

«La Riviera! Je n'avais jamais pu, moi, prononcer ce nom sans
évoquer des vergers d'oliviers, des jardins de cyprès tout
foisonnants de lentisques et de palmes. La Riviera et ses bosquets
parfumés d'orangers! La Riviera! Nous aurions pu être si heureux
là, si mon mari l'avait voulu! La Riviera pour nous, avec notre
fortune et la complète indépendance de la couronne abdiquée, mais
c'était l'enchantement d'une vie quasi-féérique dans un jardin
d'Armide, là devant cette mer fluide de clartés, dans ce décor
d'apothéose.»

La duchesse s'était levée et, saisissant la main de de Bergue,
l'avait brusquement entraîné devant la glace sans tain de la baie:
La Pergola occupe la pointe du cap d'Antibes, et, de l'angle de
la pièce où elle l'avait conduite, la masse de l'Estérel ravinée
d'améthyste et crêtée d'iris surgissait, posée à plat sur une
mer d'or pâle, avec la précision d'une découpure. Irréelle et
chimérique, c'était une montagne d'écran japonais. Un ciel ardent
et tendre, d'un rose de fleur de pêcher, flambait derrière
l'arabesque violette, imposait dans le crépuscule une vision
d'Extrême-Orient et par la glace sans tain, que la duchesse venait
d'entr'ouvrir, une odeur vanillée et sucrée de jasmin montait,
mêlée à des saveurs de sel; une treille enguirlandée de bégonias
et de capucines courait autour de la maison; le soir la faisait
fumer comme un immense encensoir: «La Riviera, le duc a trouvé le
moyen d'empoisonner ce divin exil?»



IV

LE SECRET DE LA DUCHESSE


«Oui, ce pays est admirable. Ce golfe Juan et cette baie de Cannes
dans leur cirque ouvert de montagnes, Alpilles en amphithéâtre aux
cimes blanches de neige et groupes boisés de l'Estérel, tout cela
vaut en effet la corniche Ligure de Gênes à Livourne, Rappalo, la
Spezzia Nervi, les carrières de Carrare; et le golfe de Naples
n'est pas plus beau que la baie des Anges, vue des hauteurs du
Mont-Baron. Oui, cette Riviera est une côte enchantée malgré son
pullulement d'hôtels et de villas, mais son climat est traître
et meurtrier, et en vérité je ne sais si je ne dois pas maudire
l'énervante douceur de ce ciel d'opéra.» La duchesse, debout dans
l'embrasure de la baie, suivait d'un regard éperdu l'incendie
du couchant et l'agonie de nuances, la changeante agonie de
la montagne et de la mer. Elle continuait comme se parlant à
elle-même:

«Cette Riviera!... C'est de notre arrivée en Riviera que datent
mes malheurs. Qu'est-ce que les scandales de Milerschurt et
d'Emerfield auprès de la vie que j'ai menée ici! En Finlande le
duc était un mari indifférent et hautain. Occupé de choses d'art,
à peine daignait-il s'apercevoir que j'existais, mais une fois
dans cette terre promise et dangereuse de la Provence, un homme
inconnu se révélait en lui, un tyran que je ne soupçonnais pas, un
despote ennuyé et cruel, qui fait le mal pour le plaisir du mal et
jouit férocement de la souffrance. Un satrape excédé perçait vite
sous son masque de musicien épris de contrepoint et de fugue. Et
ce furent toutes les lâchetés d'un Tibère, toutes les fourberies,
toutes les férocités, toutes les complications bysantines d'une
âme d'eunuque amoureuse de pièges et d'intrigues... et il n'était
pas ainsi avant notre séjour à Antibes. C'est dans cette villa,
à l'ombre découpée de ces treilles et de ces vergers d'oliviers
qu'éclatait sa haine sacrilège de l'amour.

«Certes, la duplicité était en lui, mais ce climat l'exaspéra.
C'est la mollesse de ce pays, qui dénoue d'abord la volonté
comme une écharpe pour la tendre ensuite comme un arc, dans la
sécheresse ardente de son mistral. C'est l'âpreté de ces jours de
bourrasque et de poussière, la fièvre permanente bercée dans ces
vagues sans flux et sans reflux et, par-dessus tout, ces effluves
de caresses et rut éparses dans l'unanime consentement des
choses et des êtres à l'amour, c'est toute cette nature complice
qui, en exacerbant mes sens, redoublait chez lui la rage de son
impuissance; et ce soleil menteur, à la fois brûlant et glacé,
qui pompe le cerveau et détraque le système nerveux, voilà le
grand coupable et, dans le drame où nous sommes tous deux acteurs,
marionnettes aveugles avec des instincts pour fils, c'est le
climat de ce pays qui joua le rôle de la fatalité.

«Le duc travaillait mal à Milerschurt. Ici, il cessa complètement
de travailler. Il eut beau s'entourer de compositeurs italiens,
d'organistes sans emploi et de vagues maîtres de chapelle, cette
mer et ces montagnes annihilaient en lui toute imagination,
toute puissance de labeur. Mais ce pays l'avait pris et, captif
involontaire de son charme, il ne voulait plus le quitter. De
cette incapacité au travail naquit mon infortune.

«Dans son oisiveté il conçut contre moi une effroyable rancune;
toute sa veulerie s'aigrit en haine. Il envia mon bonheur, il
envia jusqu'à mes amants. Lui, le misogyne et le frigide, à qui
la nature a refusé la joie des possessions, il s'ulcéra dans sa
solitude d'une hideuse animosité d'eunuque et d'impuissant.

«Moi, j'étais amoureuse et éperdument. Je n'ai connu vraiment la
passion que dans ce pays. En Finlande mes aventures n'avaient
été que des coups de dépit, des représailles fébriles d'épouse
délaissée, des réponses du tic au tac à l'outrageante froideur
de mon mari. Ici, seulement, je devins femme. Cette Riviera
dont, jeune fille, je ne pouvais pas prononcer le nom sans un
frémissement de tout mon être, ne m'avait pas déçu, la vision
s'était réalisée, telle que l'évoquaient mes lointaines songeries
d'enfant. La vie, que j'avais vécue jusqu'alors, m'apparut terne
et grise, et c'est dans cette Pergola que l'existence commença
vraiment pour moi. J'y aimai le comte Zicco et le chevalier
Contaldini et ce furent là vraiment les deux grandes passions de
ma vie.

«J'ai connu sous ces treilles de jasmin de Virginie et dans ces
allées de cyprès d'inoubliables heures. Leur souvenir m'y fixe
à jamais. Combien de fois j'y bénis mon exil et la décision du
prince à qui je devais tout ce bonheur. J'y connus même la beauté,
car, le croiriez-vous, monsieur, transfigurée par la passion,
j'étais devenue presque jolie, oui, jolie dans la montée des
sèves, la vibration de la lumière et l'épanouissement de tant de
fleurs.

«J'avais compté sans la haine du duc. Il ne put supporter le
spectacle de ma joie et je payais bientôt chèrement les heures
d'ivresse qu'il m'avait permises en somme, puisque lui-même
m'avait poussée aux aventures. Le duc me voulait bien mère, mais
ne me voulait pas amante, et c'est l'amante seule qui s'était
révélée en moi.

«Je vivais dans un tel éblouissement que je ne remarquais même pas
cette animosité et cette envie embusquées et guetteuses. Ce fut,
de la part du duc, une haine de prêtre et de vieille femme contre
la jeunesse et l'amour, une haine ulcérée de rancœur jalouse qui
attend son heure, patiente et épie. Je ne fus pas longtemps sans
en ressentir les effets. Le duc savait où me frapper.

«Le comte Zicco était notre hôte. Le duc l'avait attaché à son
service, il dirigeait le haras que nous possédions à Saint-Raphaël
et dressait les chevaux de mon mari. Il m'accompagnait souvent
dans mes promenades et me servait d'écuyer. A Emerfield, j'étais
l'amazone de la famille. Le comte Zicco n'avait pas de fortune:
le duc lui faisait vingt-quatre mille francs par an et j'en étais
arrivée, dans mon amour aveugle, à une sorte de gratitude envers
mon mari.

«Le 6 avril 1895, Zicco montait dans le parc un alezan hongrois
qui m'était destiné. C'était une bête assez capricieuse, mais
déjà assouplie par la main de Zicco qui la sortait tous les
matins, depuis quinze jours. Tout à coup le cheval faisait un
brusque écart et, prenant le mors aux dents, allait s'abattre
contre une énorme touffe de cactus. On rapporta le comte dans un
état lamentable, il avait la poitrine écrasée et mourut le jour
même à cinq heures. Le duc assista à son agonie et je n'appris
l'horrible événement que le soir, à mon retour de Cannes où je
déjeunais ce jour-là. Ce fut le premier malheur abattu sur la
Pergola.

«Ma douleur fut immense, j'en porte encore la blessure. Je
demeurais un an confinée dans mon deuil. Puis le duc exigeait que
je reprisse ma vie mondaine; la maladie que j'avais prétextée
avait assez duré. L'Opéra de Nice montait la _Transtévérine_, du
duc d'Ebernstein, et la Pergola devait se rouvrir aux invités pour
une série de dîners et de réceptions nécessaires au succès de
l'œuvre; je me résignais et m'attelais à la gloire de mon mari...
Le soir de la première, le duc amenait dans ma loge le chevalier
Contaldini... Six mois après, nous étions, Contaldini, le duc
et moi, à Saint-Moritz. Le duc ne pouvait plus se passer du bel
Italien, j'étais devenue sa maîtresse.

«Notre liaison dura plus d'un an. Contaldini habitait Monte-Carlo,
nous nous rencontrions à Nice; mais ma santé était demeurée
ébranlée de la catastrophe de Zicco et le médecin m'imposa de
nouveau l'Engadine. Saint-Moritz nous revit le duc, le chevalier
et moi.

«Le duc et Contaldini chassaient souvent dans la montagne.
Accompagnés d'une escouade de guides, c'étaient moins des chasses
que des excursions qui duraient parfois plusieurs jours. Un soir,
le duc rentrait seul. Entraîné à la poursuite d'un chamois, le
chevalier avait perdu pied au tournant d'une sente et roulé dans
la précipice; le duc rentrait avec les guides pour chercher des
échelles et des cordes et tâcher de retrouver le corps. Ils
revinrent deux jours après, sans le cadavre. Contaldini avait dû
glisser dans quelque ancienne crevasse. Le glacier le gardait.
Nous partions le lendemain même pour Bayreuth.

«J'étais anéantie de désespoir, anesthésiée d'épouvante; ma
stupeur était telle que je me laissais emmener; le duc retrouvait
là tous les wagnériens des deux mondes accourus pour communier
sous les espèces du Maître: on donnait la Tétralogie.

«J'étais tellement ivre de détresse que je suivis le duc au
théâtre, j'aimais mieux tout que la solitude. J'assistai d'abord à
l'_Or du Rhin_ et le lendemain à la _Walkure_... La _Walkure_, je
m'en souviendrai toujours. Malgré l'obscurité de la salle, c'est
pendant cet opéra que j'eus tout à coup l'épouvantable conscience
de la culpabilité de mon mari.

«C'était pendant le second acte, Sieglinde est pantelante,
évanouie sur les rochers; au loin, dans les gorges rocheuses, la
meute d'Huding aboie, les cors font rage et sonnent la curée des
deux amants; le terrible motif du tueur de loups monte et grandit
à travers les vallées, gagne les sommets et, comme une mer, emplit
toute la scène. Siegmund s'élance à travers les blocs de granit,
brandissant son épée, et répond à l'appel.

«Ce final du deuxième acte de la _Walkure_, c'est le triomphe de
la vengeance du mari. Je sentais le regard du duc peser sur moi.
La salle était bien sombre, mais, sous l'obsession de cet œil
opprimant, une étrange clarté se fit soudain en moi; je vis le duc
sourire et je compris!

«Je compris quelle main avait précipité la mort de Zicco et de
Contaldini; et pourtant le duc n'était pas jaloux, je lui suis
indifférente. Si le duc d'Ebernstein a tué mes deux amants,
c'est pour le seul plaisir de me faire souffrir et de me voir
souffrir... Cette cruauté, les Ebernstein l'ont tous dans le sang
et une barbare étiquette la cultive soigneusement dans leur cœur.
Oh cette cour de Finlande, où j'ai vu fouetter des pauvres petits
enfants du peuple en présence de mes jeunes neveux, en exemple et
en punition de peccadilles d'écoliers commises par les princes.
Tel est le système d'éducation à la cour de Milerschurt, et je
connais assez maintenant mon mari pour être convaincue du plaisir
qu'il devait prendre enfant à ces corrections exemplaires.

«Lui seul a suscité les accidents qui m'ont deux fois atteinte et
brisée dans Zicco et Contaldini, et ne croyez pas que mon chagrin
m'hallucine! J'en ai eu les preuves depuis.

«Rentrée à Antibes, j'ai fait une enquête aux écuries, j'ai
interrogé les palefreniers et les lads, j'ai été jusque dans un
garage à Nice interviewer un ancien cocher devenu chauffeur et, à
prix d'or, j'ai su, j'ai appris.

«L'alezan que montait Zicco, le matin de la catastrophe, avait été
drogué; un mélange d'avoine et de graines de chanvre, trempées de
champagne et d'eau-de-vie, avait été donné à la bête. L'homme qui
a pu commettre cette infamie est capable de recommencer, n'est-ce
pas? la mort de Contaldini le prouve. Néanmoins, le duc maintenant
a peur, il se sent deviné, il se sent démasqué car, hors de moi
à mon retour de Nice, le soir du jour où j'y appris la vérité,
j'osais lui dire: «Arrangez-vous, monsieur, pour que mes amants ne
meurent plus de mort subite, autrement je déposerai une plainte au
parquet. Arrangez-vous aussi pour que je ne meure pas la première,
car j'ai pris mes précautions et vous pourriez avoir des ennuis,
et je le regretterai pour la famille des Ebernstein.»

«Et voilà pourquoi le duc se contente maintenant de fournir des
maîtresses jeunes et jolies aux hommes que j'aime, en un mot à
me suborner mes favoris et à me mystifier, et me pousser, folle
de rage et de désespoir, au scandale dont vous m'avez sauvée,
monsieur, la nuit du dernier Veglione.»



LA VILLA DES CYPRÈS



I

LA VILLA DES CYPRÈS


Nous revenions de la Mortola, la splendide propriété où lord
Hambury dépense quatre-vingt mille francs par an; les quatre-vingt
mille francs d'horticulteurs, de fleurs exotiques et d'arbustes
rares, qui font de ce ravin sauvage, entre Vintimille et Menton,
le plus admirable jardin d'Italie et même d'Afrique que puisse
rêver le voyageur; la Mortola, Eden unique surgi entre l'Alpille
et la mer à force de volonté et à coups de millions, la Mortola
dont la somnolente et soleilleuse mollesse, dans l'engourdissement
de tant de parfums et d'essences multiples, éternise aux pentes
de la Riviera la magique vision d'un domaine de fées; la Mortola,
jaillissante de tiges et d'ombelles et de palmes et de tant de
cyprès échelonnés sur la soie bleue du large; la Mortola aux
pelouses étoilées de tant d'anémones et d'iris violâtres, que
l'Arioste y eût voulu le jardin d'Armide, et Botticelli le bosquet
d'orangers de sa Primavera; la Mortola, immense bouquet de fleurs
effeuillé dans la mer.

Nous revenions donc de la Mortola. Nous avions déjà dépassé le
restaurant Garibaldi et descendions vers Caravan par la Corniche,
et l'ombre avec nous descendait sur la route, creusant de traits
profonds le ravinement des roches, au pied des petites maisons
inondées de lumière de Grimaldi, le village italien, premier
berceau des princes de Monaco. Grimaldi, Monaco! toute une Italie
batailleuse et chevaleresque, guerres de partisans, condottieri
et pirates, rapines féodales, aventures galantes et sanglantes
amours, tout un passé de métal et de soie, retentissant d'armures
et bruissant de guitares, s'évoquait et chantait devant nous, figé
dans la poussière et l'or du crépuscule, dans le décor épique et
pourtant si sensuel des montagnes de Menton.

Des bruits de charroi traînaient sur les pentes, et, comme dans
un tableau de primitif, le vieux Menton, son petit port et son
môle se détachaient avec une précision de découpure sur la pâleur
moirée d'une mer immobile aux luisances de miroir; et déjà,
Caravan commençait. La montagne s'essaimait de villas, la route
se bordait de terrasses. Des retombées de géraniums roses, des
étoiles bleues de clématites allumaient des clartés dans le vert
glauque des cactus et des oliviers du chemin, villas claires,
souriantes et coquettes, nichées comme des tourterelles dans la
verdure, aux flancs rocailleux de l'Alpille, et toutes roses dans
le couchant de l'adieu du soleil.

Un long bâtiment à deux étages, aux persiennes hermétiquement
closes, détonnait au milieu de toute cette gaieté. Il s'adossait à
la montagne, séparé de la route par trois terrasses superposées,
trois terrasses à l'italienne et toutes les trois bordées
de cyprès. Ces trois rangs de hautes quenouilles de bronze,
échelonnées au pied de ce logis aveugle, en aggravaient
étrangement la tristesse. Le cyprès, symbole de deuil pour les
peuples du Nord qui en ornent leurs cimetières, est un symbole de
joie pour les races du Midi. La Provence les plante autour de ses
mas, et la Riviera en fait des murailles vivantes et vertes pour
protéger du vent les roses de ses jardins.

Dans sa solitude et dans son abandon, la maison aux trois
terrasses et son escorte de cyprès, n'en prenaient pas moins un
glacial aspect de tombe; d'étroits parterres de violettes, étalés
en longueur devant chaque balustre, ajoutaient par leur grâce
austère et symétrique à l'impression funèbre de ce logis mort.

Même dans la gloire du couchant, la demeure aveugle restait
baignée d'ombre. On eût dit que la lumière craignait d'effleurer
toutes ces tristesses et tout ce noir.

    Il est des larmes dans les choses!

Et devant le décor médité et voulu de cette villa lugubre un petit
frisson me courait sur la peau. Instinctivement je pressais le
pas.

--Ralentissons plutôt, me chuchotait Maxence, et saluons même, si
vous le voulez bien; car ici veille et se survit à elle-même une
profonde et noble douleur.

--Comment! quelqu'un habite cette tombe?

--Oui, et vous l'avez deviné, car vous êtes tout pâle, mon ami. Il
y a une vie murée derrière cette façade et ces persiennes closes.
Une âme obscure s'y obstine dans le regret et dans le désespoir.

--Alors cette villa a une légende?

--Non, elle l'aura un jour. En ce moment c'est encore de
l'histoire et peut-être une des plus navrantes que je sache.
Près de douze cent mille francs de rentes dorment au fond de
cette demeure; douze cent mille francs qui, à la mort de lady
Faringhers, iront alimenter à travers l'Angleterre et les Indes
les hôpitaux fondés par Sa Très Gracieuse Majesté en faveur de ses
fidèles marins.

--Lady Faringhers! je connais ce nom.

--Parbleu! toute la Riviera le connaît ou plutôt l'a connu. Lady
Faringhers, il y a vingt ans, avait la maison la plus ouverte
et le salon le plus recherché de Cannes. La villa des Cyprès,
que nous longeons en ce moment, n'était qu'un vide-bouteilles,
une fantaisie que lord Faringhers avait eue, un but à donner à
ses promenades entre Cannes et Menton. Lady Faringhers l'habite
maintenant, hiver comme été. Il y a quinze ans, vous m'entendez,
quinze ans que Lady Faringhers n'a quitté cette maison. Elle
n'en sort jamais; on n'y reçoit personne. Jamais ces persiennes
ne bougent. Nul dans le pays ne peut se vanter de les avoir vues
ouvertes.

Comment la recluse, qui s'est enterrée vivante en cet _in-pace_,
volontairement aveugle devant le plus bel horizon du monde,
peut-elle vivre dans ces ténèbres et cette cécité? Ceci est un
mystère; à vous de mieux le pénétrer. Lady Faringhers n'a auprès
d'elle que deux vieux serviteurs, deux vieux Caleb d'une époque
et d'une race abolies, qui doivent être royalement payés, car
on n'épouse pas la douleur des autres. Lady Faringhers s'est
d'elle-même rayée de la vie. Morte à toute ambition, morte à
toute espérance, une seule idée, mais immuable survit en elle:
imposer son deuil à ce pays de lumière et de joie, et de l'ombre
de ses cyprès, de la sévérité voulue de ses parterres attrister
cette route passagère et chantante qui mène en Italie, dans de
l'aventure et du soleil. Tout l'orgueil de la race anglo-saxonne
se retrouve là, cette fierté du splendide isolement, dont
l'Angleterre s'enivre, mais à la condition d'en faire sentir au
monde l'oppression et le poids; et c'est là la force de cette
race! Elle ne vit et ne se survit que par son instinct dominateur.
Lady Faringhers est peut-être la plus malheureuse et la plus
douloureuse des femmes. Riche et de quelles richesses, et très
belle encore, il y a quinze ans (et rien ne dit que cette beauté
ne survive), elle a renoncé au monde, mais elle veut que le monde
sente peser sur lui son écrasante douleur. Et cette douleur, elle
l'étale au flanc lumineux de cette montagne et le long de ses fûts
de cyprès. Tombé de ces terrasses funèbres, c'est comme un manteau
de glace et de plomb qui descend sur la route et nous étreint
au cœur, vous, comme le roulier dont la charrette nous précède.
Inconsciemment, voyez, en longeant ce grand mur, il accélère le
pas de ses chevaux... Les cyprès de Lady Faringhers! ils étaient
bien petits quand elle vint s'installer ici, il y a quinze ans. Ma
parole! je crois que durant la longueur des nuits elle en écoute
croître et pousser sourdement les racines, et, comme eût dit
d'Aurevilly, leurs puissantes racines lui poussent dans le cœur.

--Mais, c'est presque une _Diabolique_ que vous me racontez,
Maxence. Quel amour inouï, quelle passion violente ont pu tisser
les crêpes d'un tel veuvage?

--Il ne s'agit pas d'amour. Je vous ai dit la plus noble des
douleurs. Lady Faringhers n'est pas une veuve. C'est une mère.

--Ah!

--Oui, l'emmurée vivante de cette solitude depuis quinze ans n'a
pas cessé de regretter un fils.

--Un fils?

--Oui, c'est la plus banale et la plus tragique histoire. Il y
a une vingtaine d'années, Lady Faringhers restait veuve avec la
fabuleuse fortune que vous savez. Lord Faringhers, Anglais assez
maniaque, obsédé de la folie de la bâtisse, comme en témoigne cet
énorme vide-bouteilles (les Faringhers, en dehors de la splendide
installation de Cannes, ont de Saint-Raphaël au cap Martin toute
une série échelonnée de villas), lord Faringhers, donc, se
décidait à mourir. La veuve, sous ses longs crêpes officiels, ne
pouvait trop regretter cet original; d'ailleurs, toute l'affection
de Lady Faringhers était acquise à son fils. Cette Ecossaise (car
Lady Faringhers est d'Edimbourg) avait reporté sur le merveilleux
garçon, qu'était lord Herald, toute la tendresse que n'avait pas
su lui inspirer son mari. J'ai connu ce lord Herald, qui était un
homme admirable. C'était, dans sa splendeur un peu froide, cette
beauté parfaitement grecque qu'on est tout étonné de retrouver
parfois dans la race anglo-saxonne et de croiser dans une rue de
Londres ou de Birmingham, si loin d'Athènes et du Parthénon. A
vingt-cinq ans, riche des six cent mille francs de rentes de son
père, lord Herald promenait par le monde la stature et le profil
d'un bas-relief de Phidias. Lady Faringhers aimait passionnément
ce fils. C'était une adoration presque sauvage, exclusive et
jalouse, qui n'admettait aucun partage, adoration où il entrait
autant d'orgueil que d'admiration sensuelle, et qu'il faut bien
parfois constater chez les femmes les plus honnêtes; espèce de
frénésie maternelle où se revanche, on dirait, une sexualité
sevrée de caresses par la froideur ou l'inconstance d'un époux.
Or, ce fils adoré, comme tous les enfants trop aimés, n'aspirait
qu'à secouer le joug obsédant de cette affection. Enragé de
sports et grâce à sa fortune, maître de sa fantaisie, il passait
huit mois de l'année en mer. Un yacht somptueusement aménagé, un
des plus beaux de la côte, le menait, d'escale en escale, dans
tous les ports de la Grèce et de l'Asie Mineure. C'étaient des
croisières dans les villes mortes de l'Adriatique et les golfes
des Archipels, des Baléares à Corfou et des bassins fortifiés
de la Valette aux lagunes mortes des petites cités vénitiennes.
Comme tous ceux de race normande, lord Herald affectionnait
particulièrement la Sicile. Il passait deux mois de ses hivers à
Palerme et partageait le troisième en de brefs séjours à Syracuse
et à Messine; son port d'attache avait beau être Cannes, c'était
de toute la côte méditerranéenne celui où il résidait le moins.
Lord Herald voyageait avec un ami, sir Algernoon Heridge, le fils
cadet de lord Scotland. Les deux jeunes gens s'étaient connus à
l'Université d'Oxford, s'y étaient liés d'amitié et, quand lord
Herald avait fait aux Grandes Indes le voyage traditionnel des
fils de grandes maisons, le jeune Faringhers avait exigé comme
compagnon son ex-ami de collège. Heridge, comme tous les cadets,
était sans fortune. Lord Faringhers vivait encore, il consentait
à la fantaisie de son fils; Herald était assez riche pour emmener
qui bon lui semblait avec lui, et puis ce petit Heridge était bien
né. Lady Faringhers voyait ce voyage d'un moins bon œil. Elle eût
préféré n'importe quelle maîtresse à la compagnie de ce jeune
homme grave et silencieux. Elle en redoutait instinctivement la
bouche aux lèvres minces et le regard aigu, d'une eau violette
et violente, sous le battement des longues paupières toujours
mi-closes comme pour dérober ce regard.

--Mais quelle influence craignez-vous donc? disait lord Faringhers
à sa femme. Il est charmant, ce petit Heridge.

--Oui, charmant comme un chat et souple comme une vipère.

--Comme une vipère, voilà bien une opinion de femme! Vos
préventions ne tiennent pas debout. Mais regardez-les donc. Ce
petit Heridge a l'air d'une fille à côté de notre beau géant.

--Oui, mais sa bouche ne rit pas et son regard guette.»

Les deux jeunes gens étaient partis.

--Baste! ils reviendront brouillés, avait dit en matière de
consolation lord Faringhers.

Les deux voyageurs revenaient plus unis; Herald ne pouvait plus
se passer d'Algernoon, les Grandes Indes les avaient formés.
Ils faisaient à présent la noce ensemble, ils avaient les mêmes
maîtresses, montaient les mêmes chevaux, couraient les mêmes
courses, fréquentaient les mêmes clubs: lady Faringhers devait
accepter les faits accomplis. Sur ces entrefaites, lord Faringhers
était mort et Herald, promu lord, héritait des vingt millions
paternels. Il commandait alors, à Douvres, le yacht des grandes
croisières et, un an après, inaugurait le _Traveller_.

Et lady Faringhers, raidie dans une haine muette et grandissante
contre le jeune Heridge ne voyait plus à peine que quatre mois
par an le plus ingrat et le plus aimé des fils. Les deux amis
tenaient toujours la mer. C'est pendant une de ces croisières, en
route pour Beyrouth et Damas, que la plus atroce nouvelle venait
atteindre et briser la pauvre femme. Son fils était mort: un
télégramme daté de Corfou, où le yacht avait fait relâche, lui
apprenait que lord Herald s'était empoisonné dans la nuit du 24
janvier.

Sujet à de violentes névralgies faciales, le jeune homme avait
recours, pendant ses crises, à une potion calmante, valérianate
et chloral, qui endormait ses douleurs. Réveillé au milieu de
la nuit fatale par une reprise du mal, le jeune homme s'était
trompé de fiole, et au lieu de la potion, avait avalé du
sublimé. Il était mort au matin dans d'atroces souffrances. Les
soins d'Heridge, accouru de la cabine voisine, n'avaient pu le
sauver. Le _Traveller_ cinglait maintenant vers Cannes, ramenant
un cadavre. Tel est le coup affreux qui venait frapper lady
Faringhers en plein cœur: c'était l'anéantissement de toute une
vie, l'irréparable désastre de toutes ses espérances.

Or, sir Algernoon Heridge ne ramenait pas qu'un mort, il
rapportait aussi un testament, et par ce testament olographe
lord Herald réservait un legs de dix millions à son ami. Lady
Faringhers ne contestait pas une minute les dernières volontés de
son fils, elle l'aimait trop de son vivant pour traîner sa mémoire
dans les équivoques qu'eût soulevées nécessairement un procès:

--Souple comme une vipère! se contentait-elle de dire, la vipère a
mordu.»

Le lendemain des obsèques, lady Faringhers abandonnait Cannes
et venait se fixer ici. Voilà quinze ans qu'elle y vit dans la
retraite; et vous savez maintenant le pourquoi de votre frisson en
longeant, tout à l'heure, la villa des Cyprès.



II

LA VESTALE


--Nous venons de voir la villa de la mère. Etes-vous curieux de
connaître celle de la veuve? Nous y voici.»

Maxence m'arrêtait devant une grille enguirlandée de chèvrefeuille
sous de lourdes retombées de bougainvillias en fleurs. Une allée
sablée menait, ocreuse et droite entre deux rangs de palmiers,
à une villa toute blanche, plus devinée qu'entrevue derrière un
grand rideau de fusains et de bambous.

--La villa des Cyprès s'impose aux passants de la route. Celle de
la veuve se dissimule et dérobe aux regards.

--Celle de la veuve?

--Oui; c'est un nouveau chapitre à ajouter au précédent. Lady
Faringhers ne serait pas lady Faringhers, si elle n'avait pas
trouvé le moyen de contraindre au regret une autre créature, et
d'enfermer ici une autre âme dans son deuil.

Le veuvage et la tristesse voulus et imposés par elle lui coûtent
près de soixante mille francs par an; mais qu'importe l'argent à
cette femme pétrifiée dans une idée fixe, celle d'éterniser le
souvenir d'un mort.

L'existence de la jeune femme vouée à la solitude de ce jardin de
palmiers, salariée du désespoir en perpétuelle surveillance sous
l'œil implacable de l'autre, la mère soupçonneuse et vigilante;
la vie de cette pleureuse à gages dans l'atmosphère opprimante
d'une tyrannie invisible et guetteuse, qui peut s'en imaginer
les affres, les angoisses et les révoltes sourdes, car la Veuve
est en pleine jeunesse: trente-deux ans à peine. C'est une fille
de ce pays et que doivent tourmenter l'ardeur de ce climat et la
chaleur d'un beau sang; et la première des conditions de la rente
servie est la chasteté absolue de la vestale. Vestale, en effet,
cette jeune femme chargée d'entretenir le feu sacré du souvenir;
et c'est là qu'apparaît toute l'âme despotique et tenace de la
race. Une Anglaise seule pouvait concevoir la férocité froide de
ce monstrueux marché, la fidélité et l'abstinence, presque la
réclusion acceptées et subies par une malheureuse, une condamnée à
prix d'or à regretter un mort.

--De plus en plus une _Diabolique_. Cette aventure-là eût fait
hennir de joie Barbey d'Aurevilly.

--En effet, c'est l'atmosphère de ses contes. Mais simplifions;
voilà l'histoire:

La mort de lord Herald, si mystérieusement décédé à bord du
_Traveller_, consternait en Riviera une autre femme que sa mère.
Pendant ses brefs séjours sur la Côte, le jeune homme habitait
surtout Menton. Il se dérobait ainsi à la vie mondaine de Cannes
et aux réceptions de la demeure, où il aurait dû sa présence.
Entre tant de résidences essaimées de Saint-Raphaël au cap Martin
par le caprice de lord Faringhers, le fils préférait, entre
toutes, cette villa des Cyprès où tant d'ombre semble s'amasser,
descendue des cimes.

Étrange pressentiment peut-être d'un être prédestiné, c'est parmi
ces cyprès et le décor un peu lugubre de ces parterres d'iris et
de violettes, qu'aimait à s'isoler ce jeune homme guetté par la
mort. Cannes possédait la mère, Menton gardait le fils, et ces
quelques lieues de golfes et de promontoires, mises entre elle et
lui, étaient plus dures à supporter à lady Faringhers que les plus
lointaines croisières de son adoré Herald. Et c'est là peut-être
une des revanches obscures de la nature, la nature ennemie de
tout accaparement et de tout empiètement d'individualité sur les
êtres et les choses, que ce jaloux et tyrannique amour maternel
déçu dans ses aspirations pourtant si légitimes par l'indépendance
oublieuse d'un fils. La vie sportive de lord Herald à Menton, si
encombrée qu'elle fût de parties de golf, de tennis et de matches
en automobile, ne l'empêchait pas d'y nouer une intrigue. Cette
aventure, l'atroce nouvelle télégraphiée de Corfou en anéantissait
les rêves et en brisait l'ambition, en admettant toutefois que la
maîtresse de lord Herald eût jamais visé le mariage.

Le fils de lady Faringhers était assez beau pour inspirer même aux
plus hautaines une folle passion. Si à ce physique triomphant vous
ajoutez le prestige des millions, vous conviendrez facilement que
le jeune lord anglais devait trouver peu de cruelles; les cœurs
sont bien prêts à se rendre, quand l'assaillant marche dans la
triple auréole de la fortune, de la jeunesse et de la beauté. Lord
Herald était un des plus beaux partis de l'Angleterre, et, dans
les salons de Cannes comme dans les grands hôtels de Monte-Carlo,
il n'y avait pas un cœur de mère qui ne battît en songeant à lui.
Ce millionnaire anglais troublait les mères comme les filles.

En fait de maîtresse, le jeune homme avait fait à Menton un
excellent choix; aucune étrangère ne l'avait fixé. Ce n'était ni
une de ces Anglaises phtisiques qui, accablées de millions et de
tares héréditaires, promènent de Cannes à San-Remo des langueurs
apprises aux Ufizzi de Florence, et, moulées dans des _tea gones_
à la Botticelli, viennent mourir en beauté sous le ciel provençal.
Ce n'était pas non plus une de ces jeunes Yankees qui, riches
d'un sang jeune et des récents milliards des trusts paternels,
s'enfièvrent de polo, de boston et de cake-walk, assaisonnés de
flirts hardis avec la jeunesse musclée des grands hôtels. Ce
n'était pas davantage une de ces Slaves assoiffées d'inconnu et de
sensations rares: princesse nihiliste ou baronne théosophe, qui
conquièrent à la bonne cause les sous-lieutenants d'artillerie
alpine entre une _sonate_ de Chopin et un sandwich au caviar.
Herald était beaucoup trop averti par la vie pour donner dans les
embûches des belles joueuses de Monte-Carlo, ces enjôleuses et
captivantes créatures, qui, le corsage en offrande et les yeux
prometteurs, enchantent de leurs attitudes le spleen congestionné
des pontes échoués sur la Riviera. De dix-huit à vingt ans, le
jeune lord s'était pris, lui aussi, à l'appeau de leurs chairs
veloutées par la douche et le fard; mais le bon sens saxon l'avait
vite édifié sur la cote et le taux de leurs caresses. Il savait
où ces demoiselles trouvent la dorure de leurs cheveux et dans
quelle eau grasse elles pêchent leurs perles. Lord Herald était
trop le fils de sa mère pour s'attarder longtemps dans la glu
des amours factices et, en homme pratique, il avait pris comme
maîtresse la fille d'un horticulteur de Menton. Isabelle Verani
était peut-être la plus jolie fille du pays. De race évidemment
sicilienne, elle en avait à la fois la langueur sarrasine et la
pureté grecque. C'étaient, dans un visage étroit au teint mat,
les lèvres ciselées, le nez frémissant, les narines vibrantes, le
menton modelé comme sous un coup de pouce volontaire, ce type, on
dirait primordial, qu'on trouve aux statuettes d'Egine, tête de
rêve et de précision, auquel le parallélisme de la bouche et des
yeux donne un étrange caractère de divinité.

Une eau verdâtre, l'eau d'un bassin de bronze, dormait dans les
prunelles de ses yeux. Cette dolente émeraude bleuissait doucement
dans l'ombre et se pailletait d'or au soleil. La jeune fille
était silencieuse et grave, et, un soir, au tournant d'un chemin,
un helléniste allemand saisi de la ressemblance avait dit en la
voyant: «Cléopâtre!»

    Je hais le mouvement qui déplace les lignes.
    Et jamais je ne pleure, et jamais je ne ris.

Le père de cette enivrante créature employait à l'année quinze à
vingt tâcherons jardiniers à une exploitation de narcisses, de
giroflées, de roses et d'œillets. Cette culture faisait vivre
toute la famille Verani. Grandie au milieu des fleurs, Isabelle en
avait le charme éclatant et muet. Elle avait à peine dix-sept ans,
quand lord Herald la connut; l'Anglais la désira et la voulut de
suite. Ce type qu'il avait vainement cherché pendant des années
sur toutes les côtes de la Méditerranée, il le découvrait dans un
petit port de la Riviera.

Elevée sévèrement et gardée de près par trois frères, pendant
six mois la jeune fille se refusa; elle aimait pourtant ce bel
Anglo-Saxon et ses audaces de pirate. Puis la fortune du soupirant
finit par éblouir la famille. Je ne peux pas dire que les siens la
poussèrent à la faute, mais du moins, fermèrent-ils les yeux. La
sauvagerie des Verani mâles s'adoucit au frottement des millions
des Faringhers. Tout Menton s'intéressa à l'idylle des deux jeunes
gens; la colonie étrangère fut elle-même indulgente:

--Ils sont si beaux! gloussaient en roulant un œil automatique
les vieilles ladies allumées de porto.

Et l'on ignora presque le scandale, quand Isabelle Verani quitta
la maison paternelle pour aller s'installer avec son amant à la
villa des Cyprès.

Si épris que fût lord Herald, il était trop Anglais pour
s'embarrasser d'une femme à bord. Tous les ans, fin mai, il
quittait sa maîtresse et la retrouvait au retour. La Mentonnaise
l'attendait, éprise et fidèle, telle une Grecque au gynécée
attendait autrefois l'Argonaute voyageur.

C'est cette idylle que venait briser la mort de Herald. C'est un
télégramme de Cannes qui annonçait la nouvelle à la jeune femme;
la mère, au courant de la liaison de son fils, croyait devoir
cette prévenance à la femme qu'il avait aimée. Mais presque en
même temps une lettre de l'intendant de lady Faringhers priait la
misérable enfant (Isabelle venait d'avoir vingt ans) d'avoir à
quitter la villa des Cyprès et de vouloir bien attendre Milady à
l'hôtel Manchester, où elle serait défrayée de tous ses frais; et
la lettre priait aussi la jeune femme d'avertir son père et ses
frères et de leur demander d'assister à l'entrevue qui lui serait
fixée par lettre au même hôtel. L'entrevue eut lieu trois jours
avant l'arrivée du _Traveller_ à Cannes.

Que fut cette entrevue? Quelle pression y fut exercée sur une
malheureuse enfant anéantie de douleur, et comment furent
stipulées les clauses du contrat, de l'odieux contrat, qui
tient encore aujourd'hui recluse l'inconsciente qui l'a signé?
Là-dessus, toutes les hypothèses sont permises, mais encore ne
peut-on émettre que des présomptions, quel rôle y joua la famille?
Cette _gens_ des Verani, qui, après avoir poussé la triste enfant
à la faute, la décidèrent à enchaîner son avenir?

Toujours est-il qu'un mois après les obsèques, la villa des Cyprès
envahie par les ouvriers, le lendemain même du départ de la
jeune femme, voyait s'installer entre ses quatre murs la douleur
enténébrée de crêpes de lady Faringhers.

Isabelle Verani, elle, se retirait dans la petite villa que nous
venons d'entrevoir. Elle vit là, entre deux servantes anglaises
choisies par la terrible mère; elle n'en sort, et toujours
accompagnée, que pour aller au cimetière, là-haut, sur la colline
où lady Faringhers a fait inhumer son fils. Isabelle Verani ne
reçoit personne que sa famille; Isabelle Verani porte toujours le
deuil et voilà quinze ans que cela dure.

Jamais la jeune femme ne prend le chemin de la villa des Cyprès,
la victime ne voit jamais son bourreau. On prétend dans le pays
que lady Faringhers sert peut-être plus à tous les Verani qu'à la
pauvre recluse une pension annuelle de deux mille livres; aussi,
songez si cette engeance la surveille. Je vous assure que tous les
frères sont devenus singulièrement jaloux d'un honneur qui les
nourrit, et voilà le drame de passion intime et d'ardeur intense,
qui depuis quinze années se joue entre ces deux villas.

Que dites-vous de cette existence d'une jeune et belle créature,
sacrifiée au despotique égoïsme d'une mère, de ce veuvage
imposé à une enfant de vingt ans par une vieille femme jalouse
d'éterniser son désespoir? Ah! ce souvenir d'un mort prolongé au
delà du néant et toute cette jeunesse et cette santé sacrifiées
et clouées vivantes à un cadavre, n'est-ce pas affreux et digne
des chroniques de l'Inquisition, cette villa qui souffre à côté
de cette villa qui guette? Songez quelle femme eût été jadis,
au moyen âge ou sous la Renaissance, cette lady Faringhers, qui
salarie la désespérance, s'acharne à la maternité emmurée dans une
tombe et trouve le moyen d'être une belle-mère au delà de la mort?»

Je me retournai une dernière fois vers la villa des Cyprès.
L'ombre de la montagne devenue plus dense la baignait toute; les
cônes noirs de ses arbres en faisaient comme un cimetière, et,
songeant au deuil tyrannique embusqué là, dans ce pli de ravin, je
ne trouvais à répondre à Maxence que ces quelques mots:

--Malheur à qui s'attarde dans le souvenir. Le passé est une
charogne qui corrompt le présent et empoisonne l'avenir.



COUR D'ESPAGNE



I

LA PRINCESSE ZÉNOBIE


_Viens, Poupoule, viens!_... La chanteuse légère faisait la quête
autour des tables, elle s'y arrêtait, complaisante, la gélatine
poudrérizée de sa poitrine poussée sous le nez des consommateurs.
Les hommes, avant de déposer leur obole dans la sébile,
s'attardaient à des explorations lentes et tous accueillaient la
fille du refrain populaire: _Viens, Poupoule, viens!_

Maintenant, un faux Polin pleurnichait sur l'estrade. Etranglé
dans une veste de dragon, le mouchoir à carreaux sortant du
pantalon à basanes, la trogne enluminée et geignarde, il
s'efforçait aux gestes courts et aux dandinements sur place
du créateur du genre; les gaucheries du Jocrisse de caserne
désopilaient jusqu'au fou rire le public d'alpins et de matelots
de ce petit café-concert. L'endroit empestait l'absinthe, le drap
mouillé, le tabac et le fard. Nous nous étions échoués là, chassés
par la pluie, en attendant l'heure du train. Venus à Antibes pour
y voir le Carnaval, nous avions assisté à la débandade des masques
dispersés par l'averse, un grouillement d'oripeaux lamentables
pataugeant dans la boue, espèce de Retraite de Russie dessinée par
un Robida.

Rien de plus triste que ces pays du Midi sous l'ondée. Celle de
ce dimanche de mars s'aggravait de rafales. La mer démontée et
hurlante battait sans relâche les vieux remparts de la ville, et
l'écume y voletait par les rues comme dans un port de l'Ouest.

Nous avions accueilli le petit beuglant et sa devanture lumineuse
comme un refuge et comme un havre.

Et, malgré ses relents de tabagie, nous nous reprenions au
bien-être de cette salle bien close et à l'atmosphère de
polissonnerie créée là par les cabots du lieu. Un mouvement se
produisait tout à coup dans le public: des matelots se levaient,
un petit alpin montait sur une table pour mieux voir. Une nouvelle
artiste venait d'entrer en scène, mais de taille si exiguë, qu'il
nous était impossible de la découvrir par-dessus les épaules d'une
assistance mise tout à coup debout.

--Assis! assis! réclamait-on de toutes parts.

--Mince qu'elle est gironde! tonnait une poitrine robuste.

Et, le silence s'étant enfin rétabli, un débit de crécelle, une
voix chevrottante et falote, un grincement de girouette, un
gargouillis de phonographe attaquait en mesure.

    Qu'elle est belle et qu'elle a de grâce,
      La comtesse de Palada!

Une salve d'applaudissements couvrait cette inoubliable diction.
Voix d'automate et de ventriloque, c'était aussi un hiement
de poulie, tant ce soprano aigu s'enrouait par moments et
d'aigreurs et de trous. Une naine à face de petite vieille,
un affreux avorton aux grêles bras trop courts, aux petites
mains recroquevillées comme des serres d'oiseau; quelque chose
de malingre, de flétri et d'innommable évoluait sur la petite
scène en somptueuse robe de bal. Plastronné de strass et plâtré
de céruse, le pitoyable petit être faisait des mines, jouait de
l'éventail et, le cou tendu hors des épaules pointues, faisait
songer à quelque marionnette macabre, poupée à tête de tortue ou
momie d'enfant affublée d'une défroque de carnaval, et l'étrange
gazouillis de perruche aphone continuait:

    Quelle est belle et qu'elle a de grâce!

La naine s'efforçait à la grivoiserie.

Et rien n'était plus effarant dans cette face souffreteuse et
friponne, que la lenteur torpide du regard terne et mort. Et
matelots et alpins acclamaient cet être de cauchemar.

--Quelle horreur! qu'est-ce que c'est que ça?

--Une célébrité de la rampe, un numéro sensationnel de cirque ou
de music-hall, une des reines les plus applaudies de nos pistes.
Elle a fait courir tout Paris chez Franconi. Vous ne reconnaissez
pas la princesse Zénobie, la plus petite femme du monde?

--Elle est hallucinante!

--Ce qui ne l'empêche pas d'avoir été aimée... Ne vous récriez
pas. Ce monstrillon a inspiré des passions.

--Des aberrations plutôt!

--Cela, je vous l'accorde. Il y a un mois encore, elle était
entretenue comme une fille d'Opéra. Elle avait son petit hôtel, un
hôtel de Lilliput construit sur mesure, à sa taille, une petite
servante à ses ordres, la plus petite qu'on ait pu trouver dans le
pays, un petit mobilier de poupée commandé chez Massini, un petit
attelage, victoria et coupé, traîné par des chiens, ses petites
écuries particulières et sa petite remise, le tout installé et
bâti dans le parc d'une des plus belles villas de San-Remo.

--Que me dites-vous là?

--Rien que la vérité. Elle était alors la poupée favorite, le
hochet quotidien de Bartholomeo Guiçardi, le vieux banquier de
Palerme.

--Non!

--Comme je vous le dis. Par quelle disgrâce la princesse Zénobie
est-elle tombée dans ce beuglant de garnison, et par quel concours
de circonstances retrouvons-nous la naine aimée du vieux banquier
aussi cruellement déchue? C'est toute une histoire, dont je ne
sais que des bribes, mais qui établit une fois de plus l'égoïste
férocité des vieillards. Vous connaissez Marcus, le chanteur de
la Scala, que ses dernières créations ont tant mis en vedette: la
_Ronde des Pantes_, _Si tu veux_, _ma Nine_, et le _Printemps s'en
va_!

--Parfaitement, Marcus, l'heureux rival de Mayol.

--Il était, il y a trois mois, à Nice, à la «Jetée Promenade».
Un jour, parmi son courrier il trouvait une lettre de San Remo.
L'intendant de Bartolomeo Guiçardi lui proposait et lui assurait
un cachet de deux cent cinquante francs par soirée, pour chanter
durant une semaine à la villa du banquier. La bagatelle de deux
mille francs pour amuser, huit jours durant, des joyeusetés de
son répertoire l'ennui du vieillard. Bartolomeo Guiçardi et
ses fantaisies de millionnaire sont célèbres dans le monde du
café-concert et du music-hall. Marcus acceptait. Il était en
plus indemnisé de ses frais de déplacement et de séjour. Le soir
même de son arrivée à San Remo, une voiture venait le prendre à
son hôtel et le conduisait à la villa des Palombes. Deux valets
poudrés le cueillaient à la portière et, à travers de vastes
couloirs de marbre, l'emmenaient dans un immense salon éclairé _à
giorno_. Marcus y trouvait toute une troupe de music-hall déjà
réunie: un duetto italien de gommeux excentriques, l'homme et la
femme; un homme-serpent, une chanteuse tyrolienne, un quadrille
nègre et un jongleur indou.

Tous et toutes revêtus de leurs costumes attendaient, sagement
assis sur un rang de chaises, le bon plaisir du maître des céans.
Un grand rideau de satin cerise coupait le salon en deux, les
laquais invitaient Marcus à s'asseoir et, un orchestre invisible
ayant attaqué une valse, le rideau s'ouvrait. Et Marcus effaré
avait un mouvement de recul.

Installée dans un immense fauteuil de velours cramoisi surélevé
de trois marches, une masse informe trônait et se prélassait,
engoncée de plaids et de fourrures malgré la chaleur étouffante de
la pièce. Une couverture de zibeline remontée jusqu'à mi-corps,
les mains gourdes aux doigts boudinés posées à plat sur les
genoux, c'était une sorte de Bouddha obèse, une face à bajoues
sérieuse et barbue, à la pâleur jaune de vieil ivoire. Une calotte
de velours à gland faisait bouffer aux tempes de longs cheveux
crépus. C'était une laideur d'Extrême-Orient, la vieillesse
adipeuse et bouffie d'un vieux pirate et d'une idole. Deux petits
yeux obliques luisaient, comme deux veilleuses, sous des paupières
plissées. Deux laquais en culottes courtes se tenaient debout,
derrière, aux ordres de l'homme monstrueux: c'était Bartolomeo
Guiçardi.

Tous les artistes s'étaient levés. Le vieillard promenait sur eux
un regard atone:

--La princesse Zénobie n'est pas encore là? interrogeait une voix
rauque.

--Me voici, me voici.

Et sur une stridence de phonographe l'hallucinant avorton, que
vous voyez, se précipitait à petits pas, trébuchait empêtrée
dans le satin de sa robe, car la malheureuse boite. Décolleté
à outrance, étincelant de joyaux, le petit être traversait en
sautelant toute la salle; il grimpait péniblement les degrés de
l'estrade:

--Excusez-moi, mon _cer_, ma femme de chambre n'en finissait plus.»

Et la voix d'automate se trouait par saccades.

Un des laquais l'avait saisie par la taille et la posait sur les
genoux du vieil homme; la naine s'y tenait debout dans les plis
de sa traîne, et, tout en tapotant d'un minuscule éventail les
bajoues du vieux bonze:

--Mais commençons, mon _cer_, je suis prête.

Et preste et leste à la fois, elle se tournait vers la troupe.

--Pas de ça, pas celle-là, pas de femmes!

Et du bout de son éventail elle désignait les duettistes italiens,
les négresses du quadrille et la chanteuse tyrolienne:

--Je suis jalouse, Bartolomeo!...

Les yeux du banquier s'étaient allumés. Il avait pris dans ses
grosses mains la petite patte sèche du monstre et lui baisotait le
bout des doigts.

Et la représentation commença: ce furent les ellipses de boules
d'or et des poignards du jongleur, les contorsions brillantées de
l'homme-serpent et le cake-walk des danseurs nègres; les négresses
avaient quitté la place.

Debout sur les genoux du Palermitain, tel un grand perroquet
familier, la princesse Zénobie, virait, voletait, ne tenait
pas en place, attardant ses petites mains dans la barbe de son
maître, lui chatouillant la nuque avec des rires aigus de petite
fille hystérique, tandis que lui, les yeux lubrifiés de désirs,
promenait lentement sa main des cheveux aux talons de la minuscule
Altesse, en insistant à la taille et aux reins, comme sur le
dos d'un ara préféré. O le flirt de clins d'yeux et de menus
attouchements de ce vieux forban de la banque cosmopolite et de ce
phénomène-réclame de cirque forain!

La naine et son vieil amoureux écoutaient maintenant le répertoire
de Marcus. Le chanteur avait toutes les peines à ne pas pouffer
de rire en regardant à la dérobée les mines et les contremines de
cette Altesse de Lilliput.

L'œil émerillonné, le banquier suivait avec intérêt les
polissonneries et les sous-entendus des chansons de Marcus, il les
lui redemandait chacune deux fois. Comme l'artiste, qui n'avait
emporté que cinq de ses créations, hésitait pour recommencer la
troisième fois son répertoire:

--Chantez-lui des cochonneries, crépitait la voix rouillée de la
naine. Il aime bien mieux ça. N'est-ce pas, _céri_? Des chansons
où on dise des gros mots, y a que ça qui l'amuse.»

Et le monstre clignait des petits yeux lubriques.

Et comme Marcus objectait qu'il n'avait pas ça sur lui.

--Eh bien! apportez-en demain, télégraphiez à Gênes ou à Nice.»

Et telle fut la première entrevue du banquier Guiçardi, de la
princesse Zénobie et du chanteur Marcus.

--Mais nous allons manquer le train. Si vous voulez rentrer par
celui de neuf heures trente à Nice, nous n'avons que le temps.

Nous nous levions, Maxence et moi.



II

COUR D'ESPAGNE


Et, quand nous fûmes installés dans le train, Maxence dans un
coin du wagon, moi dans un autre, le vasistas soigneusement
relevé contre la pluie battante, tous deux absolument seuls, nous
prenions nos aises et, délivrés d'un coup de pouce du carcan de
nos faux-cols, nous allumions deux londrès.

--Cette princesse Zénobie, pensait tout haut Maxence, quel Goya
et quel Rowlandson, quel Velasquez aussi! Quand on y songe,
c'est tout à fait une des naines du tableau des _Las Meninas_.
A bien réfléchir, Velasquez est le seul qui ait senti et rendu
le tragique de la laideur grimaçante des nains. Il y a une telle
tristesse dans le comique de cette humanité avortée, et cela est
si vrai qu'en me parlant de ces soirées de San-Remo, c'est à la
cour d'Espagne que le chanteur Marcus comparait l'intérieur du
banquier Guiçardi: et Marcus n'est ni un lettré ni un voyageur.
Je ne crois même pas qu'il ait été jamais à Madrid, mais c'est
là la force impérieuse du génie, que ce soit celui d'un poète,
d'un peintre ou d'un littérateur, voire d'un sculpteur. Il ramène
tout à la vision qu'il a eue des êtres et des choses et il impose
à l'univers, au delà de l'espace et du temps, la despotique
obsession de ses types.

On dit des horizons profonds et bleus des lacs Majeur, Côme et
Garda: _ce sont des horizons de Léonard_, parce que le Vinci
mit dans ses tableaux la poésie de leurs cimes et de leurs eaux
frissonnantes; et les lacs de la haute Italie existaient depuis
des siècles et des siècles, bien avant Léonard. Les fins de
dynasties ont, de tout temps et chez tous les peuples, offert des
spécimens de dégénérés d'une laideur affinée à la fois hautaine et
exsangue; et, depuis les portraits du Prado, nous disons de tous
les types d'aristocratie expirante «c'est un Velasquez ou c'est
Hasbourg» mais nous voilà loin de princesse Zénobie, et je vous
dois la suite de l'histoire.

Les huit soirées du chanteur Marcus à la villa des Palombes.
Leur atmosphère spéciale en avait tellement impressionné le
pauvre garçon qu'en en parlant il en devenait littéraire, lui
Marcus. Dans l'isolement et le dépaysement de cette petite ville
italienne, dont il ne parlait pas la langue, ces soirées présidées
par ces deux fantoches, dans le luxe écrasant de cette villa
qu'on eût dit déserte, hallucinaient Marcus comme un cauchemar.
Tous les soirs, à neuf heures, il se rendait aux Palombes et
retrouvait dans le grand salon incendié de lumière ses compagnons
de captivité. Le grand rideau de satin cramoisi s'ouvrait comme un
voile de sanctuaire et c'était, dans son immobilité d'idole, la
masse effondrée du banquier de Palerme, le vieil homme aux yeux
morts, adipeux et ventru sous ses fourrures amoncelées avec, sur
ses genoux, redressée et cambrée sous la caresse de sa main lente,
la naine diamantée, jacassante et trépidante, la princesse Zénobie
à la voix de crécelle, à la fébrile agitation de perruche.

C'est son fausset rouillé qui décidait des auditions. D'un
geste bref elle éliminait tel et tel artiste: les femmes étaient
congédiées. Marcus avait l'heur de plaire au monstrillon, il fut
maintenu pendant toute sa semaine au programme. Le quatrième
jour cependant il y eut conflit. Bartolomeo Guiçardi avait eu
la curiosité de Musidora Smitson, la danseuse américaine que le
snobisme de quelques salons n'a pu imposer au public parisien.
Miss Smitson, les jambes nues, le reste aussi sous de triples
tuniques de gaze, dansait, une flûte aux lèvres, des bandelettes
au front, des sandales aux pieds. Elle tournait longtemps,
longtemps, mesurait des guirlandes invisibles, prenait des poses
et s'essayait aux attitudes que l'on voit aux nudités peintes sur
les vases étrusques; elle y réussissait quelquefois. Elle exigeait
comme fond des draperies sur les murs, des écrasements de fleurs
sous ses pieds et, comme elle était jeune et vierge et rougissait,
et surtout comme elle arrivait de cette Amérique d'où tout arrive
et où tout retourne, on essaya de s'en enticher.

Eclos sur la scène improvisée d'un atelier de la Plaine-Monceau,
le Tanagra d'exportation s'épanouit dans quelques salons
d'esthètes, mais ne franchit pas le seuil des music-halls. Elle
danse figée, avait dit Martin Gale en l'exécutant d'un mot.

Musidora Smitson faisait alors la Côte d'Azur. Une marquise
américaine, qui avait un prince tartare à dîner et ne savait que
lui servir en guise d'entremets, avait essayé en vain de l'y
lancer. Qui avait bien pu parler à ce vieux forban de Bartolomeo
Guiçardi du Tanagra de Boston et de ses danses antiques? Toujours
est-il que le Levantin de Palerme en avait eu la curiosité. La
virginité que l'on prêtait à la jeune artiste et la promesse
garantie de sa nudité sous les gazes bleues de sa triple
tunique, avaient sans doute affriolé le vieillard. Miss Smitson,
sollicitée, signait un engagement de huit jours. Mais les choses
n'allèrent pas toutes seules. Quand le rideau cramoisi s'écarta
et que la princesse Zénobie aperçut, se silhouettant sur un velum
de peluche gris de lin, l'attache au cou, les bras frêles et les
arrangements à la grecque de la danseuse yankee: «Pas celle-là,
pas celle-là!», râclait et s'étranglait le fausset rageur de la
naine et, crispé, congestionné d'une fureur jalouse, le petit
être s'érupait et piétinait sur place, les yeux chavirés dans une
crise: «Pas celle-là! Qu'elle s'en aille, pas celle-là!» Mais
le vieux banquier allumé ne voulut rien entendre et les danses
commencèrent; tous les numéros du programme défilèrent ce soir-là.

Suffoquée, la princesse Zénobie avait prestement glissé le long
des jambes de son flirt et, comme un gros perroquet sournois
qui boude son maître, elle avait précipitamment, boitillante et
courroucée, gagné la porte. Le battant en claquait violemment.

La princesse Zénobie avait disparu. On ne la revoyait pas le
lendemain. La princesse offensée s'était retirée chez sa mère. Sa
mère ou plutôt la vieille femme qui lui servait de barnum vivait à
San-Remo, à l'autre bout du pays, installée en villa avec un autre
nain, alors sans engagement, _Scœvola ou le plus petit Conscrit de
France_, qui, dans le hasard des tournées, passait pour le frère
ou le mari de Zénobie.

Ces deux avortons se chamaillaient, se disputaient, se battaient
et ne pouvaient se passer l'un de l'autre; c'était de la haine
et de l'adoration. Dès qu'elle avait une heure à elle, la naine
s'évadait de la villa et, fuyant l'ennui du petit hôtel de poupée
édifié pour elle dans le jardin des Palombes, geôle de luxe où
l'entretenait le caprice du banquier, elle courait retrouver
son barnum et son cher Scœvola. Il n'était pas de matinée ou
d'après-midi (cela dépendait de l'heure des siestes du vieillard)
où on ne les rencontrât sur les routes, dans quelque victoria
de louage, le plus petit Conscrit de France et la princesse
paradant dans le fond de la voiture. La mère barnum en vis-à-vis,
surveillait le couple.

Le soir, tous les numéros défilèrent encore dans l'ordre annoncé;
l'Américaine renouvela ses danses et Marcus et le couple italien
durent surveiller leur répertoire, car deux femmes assistaient
à la représentation, assises aux côtés de Guiçardi; deux femmes
en grand deuil, l'une dans la soixantaine et l'autre âgée de
trente ans environ; toutes les deux brunes de cheveux et de
teint et d'une grande pureté de profil. Elles restèrent graves
et silencieuses, et les drôleries de Marcus ne les déridèrent
pas. Elles ne parurent s'intéresser un peu qu'aux contorsions
de l'homme-serpent et au cake-walk du quadrille nègre. «Madame
Guiçardi et une de ses filles pas mariée, chuchotait le duettiste
italien à Marcus, elles habitent la villa, mais on les voit
rarement et jamais quand la Zénobie est là. Elles ont horreur de
la naine et pour cause. Le vieux est quasi en enfance, il faut
bien qu'on le surveille, mais il leur a gagné assez de millions
pour qu'on supporte ses caprices. Cette Zénobie, c'est un joujou.
Pauvres femmes, elles n'ont pas l'air gai, il y a de quoi. _Que
Cruce!_ elles font beaucoup de bien dans le pays.»

On ne revoyait pas le lendemain ces dames Guiçardi. Malgré les
poses tanagréennes de la Smitson, la soirée se traînait dans
l'ennui. Mais le quatrième soir (et c'était sa dernière audition),
Marcus ne retrouvait pas l'Américaine. Miss Smitson avait été
remerciée. Et quand le fameux rideau cramoisi glissait sur sa
tringle, la princesse Zénobie était sur les genoux du vieux
Guiçardi.

Empanachée d'aigrettes, écrasée sous le poids d'un collier
d'émeraudes, elle se cambrait dans l'ébouriflement d'un boa de
plumes blanches et s'érupait comme une perruche, tout à l'orgueil
de sa nouvelle parure. La naine était rentrée en grâce. Tout à
la joie de son triomphe, elle toisait insolemment les artistes
et ne songeait même pas à balayer de son geste les sujets
femmes de la troupe; la représentation commençait. La chanteuse
tyrolienne égrenait ses derniers _laïtou_; un valet de pied venait
apporter au banquier une carte sur un plateau. Le vieux forban y
jetait à peine les yeux et d'un hochement de tête donnait ordre
d'introduire. Et c'était, à pas menus, l'échine ronde et les
yeux baissés, l'entrée obséquieuse plus glissée qu'osée et le
salut révérence, la demi-génuflexion à jarrets pliés et les mains
croisées sous les amples manches d'un capucin quadragénaire aussi
chauve que barbu. Le moine baisait la main du banquier, souriait
d'un air paterne à la naine et prenait place auprès du couple; les
laquais avaient avancé un fauteuil.

--Le Révérend Père Ambrosio, me chuchotait à l'oreille le
duettiste italien, le supérieur du couvent de Saint-Pancrace
(les Capucins ont leur monastère à deux lieues d'ici, dans la
montagne): un familier de la maison. Il vient souvent passer la
soirée et assiste quelquefois au concert. C'est le seul admis,
d'ailleurs. Ah! le moine a su prendre le vieux, il a apporté un
scapulaire indulgencié à la naine!... Chacune de ses visites
lui rapporte de cent à deux cents lires pour les pauvres ou le
couvent. Dom Ambrosio ne perd pas son temps. C'est pour le bien
de l'Église: la fin justifie les moyens. Rien de plus amusant que
leurs entrevues. Ouvrez l'œil et le bon, car vous allez rire.»

Le capucin avait pris place, le temps d'échanger quelques propos
avec le Guiçardi. Les numéros du concert se succédaient. Les
vocalises de la chanteuse tyrolienne le laissaient aussi froid que
les contorsions du cake-walk nègre. Ses yeux obstinément baissés
ne cillaient un peu qu'aux gauloiseries de Marcus.

Un flot d'obscénités montait comme une mare de boue dans le
silence gêné de tous les assistants. C'étaient des rythmes
sautillants de polkas et des refrains de caserne; et cela devenait
tragique comme un blasphème et comme un martyre, ce répertoire
de corps de garde dégoisé par ordre, au nez d'un capucin, pour le
grand ébaudissement d'une naine de foire et d'un vieux maniaque.

Le moine ne bronchait pas. Il regardait fixement le bout de ses
orteils, qui dépassaient un peu sa robe de bure.

--Eh bien! Padre, qu'en dites-vous? Ça vous plaît?

Et d'un coude égrillard le Sicilien interrogeait le Père.

--Répondez donc, Padre?

Et, cette fois, c'était la princesse Zénobie qui de sa petite main
sèche avait saisi la longue barbe du moine et le narguait de son
affreux sourire d'avorton lubrique et vieillot.

Le Révérend levait au plafond des yeux d'apôtre mis en croix.

--Il Padre n'a pas le goût à la musique, ce soir.

Et, sur cette conclusion de sa chère Zénobie, Bartolomeo
congédiait le moine. Il lui glissait une pièce de dix lires dans
la main.

Dix lires! Il y avait loin des cent et deux cents lires
accoutumées. Le religieux se retirait à reculons; un laquais le
reconduisait.

--Qu'est-ce qu'il y a? interrogeait le banquier, surprenant un
colloque entre le moine et le valet.

--Le Padre voudrait deux écus d'argent; il craint de perdre la
pièce d'or.

--Les voici, bougonnait le gros homme de Palerme en fouillant dans
son gilet.

D'un pas oblique le capucin s'était vivement rapproché. Il
s'emparait des deux pièces d'argent, plaçait la pièce d'or entre
les deux écus, et les montrant tenues serrées entre son pouce et
son index:

--Comme cela, je ne craindrai pas de la perdre. Gracia, signor!

Et il se retirait, la croupe haute, le sourire onctueux, humble et
sournois.

--_Bene trovato_, faisait le Guiçardi amusé.

Telle fut la dernière soirée de Marcus à la villa de San Remo.

--Nous sommes arrivés, me disait Maxence.



III

LA PEUR DE MOURIR


Nous arpentions, Maxence et moi, la Promenade des Anglais.
C'était l'heure du _shopping_. Un déjeuner organisé au restaurant
Français nous condamnait à piétiner le long de la mer en attendant
l'arrivée des invités de Monte-Carlo. Un soleil cru, une mer
aveuglante, de plomb fondu sous un ciel de mistral, faisaient
cette matinée-là particulièrement désagréable; l'atmosphère
hostile du quai bordé de grands hôtels s'aggravait de la laideur
spéciale de ses habitués.

Dans aucun pays du monde, en effet, on ne croise dans les
promenades élégantes d'aussi fastueux déchets d'humanité.
Cette chose triste et touchante, qu'est la vieillesse partout
ailleurs, y devient subitement comique. Nulle part on ne voit
pareil assemblage de vieilles misses édentées, bardées de
lainages d'Écosse sous l'éternel costume de piqué blanc; nulle
part, d'aussi piteuses queues de rat tirebouchonnées sur d'aussi
maigres nuques à l'ombre inévitable de minuscules canotiers. Et
les vieux ménages d'Asnières, les antiques Chochottes engraissées
dans les tables d'hôte de Montmartre et promenant, sanglées et
bedonnantes dans des costumes tailleur, leurs bajoues étayées
sur des petits cols d'homme, symbole croulant de la gloire de
Lesbos: vieux rats morts et vieilles loutes! Et le lot des vieux
beaux et des vieux birbes aussi, Agénors émaillés, trempés dans
la potasse et poisseux de teinture, ex-préfets de l'Empire,
majors de tables d'hôte, princes russes décavés devenus hommes
d'affaires, dénicheurs d'objets rares, de villas à bon compte et
de gogos à exploiter, indicateurs aussi de mineures et d'usuriers;
et des anciens croupiers, valets de cartes transparentes enrichis
sur le tard par des justes noces avec quelques tenancières;
jolis garçons épousés en 1870 pour leurs beaux yeux et tenant
aujourd'hui en laisse le chien de Madame, que l'on pousse dans
une petite voiture; vieux marquis italiens ruinés par le corps de
ballet de Milan, philosophes, le soir et, dans le jour, aux gages
de quelques comtesses péruviennes ou baronnes Cacatoès, vieux aras
des Antilles plus empanachés d'aigrettes, de ruches et de boas
encore que d'années et remorquant leur arrière-train coupable
aux bras cambrés du sigisbée..., et les Arthémises des hommes
célèbres, le bataillon des veuves inconsolées, vieilles gardes
de la douleur venues en Riviera cultiver le souvenir des chers
défunts qu'a oubliés l'Europe, les politiques et les artistes, la
veuve du maëstro, la veuve du grand peintre, la veuve du regretté
diplomate, et les demi-veuves, les maîtresses et les belles-sœurs,
les petites nièces aussi, leurs Egéries un peu mégères, et leurs
interprètes donc! les ex-grandes cantatrices sur le tard épousées,
les Altesses de l'_ut dièze_ et les contraltos princiers!

O toutes ces prétentions échouées sur les bancs, le dos tourné à
la mer et regardant curieusement défiler devant elles le pénible
cortège des autres vanités!

--Parole, il ne manque que la princesse Zénobie! ne pouvais-je
m'empêcher de m'écrier. Mais à propos, interpellai-je Maxence,
la fin de l'histoire, tu ne me l'as pas racontée! Tu m'as laissé
à cheval entre deux selles et tu ne m'as jamais dit comment la
favorite du banquier Guiçardi était retombée de la villa des
Palombes aux beuglants de soldats, où nous l'avons retrouvée.

--Zénobie! En effet, c'est toute une histoire et assez compliquée.
Je t'ai dit que la naine vivait dans le domaine de San Remo,
installée dans un petit hôtel de poupée construit sur les
indications de Guiçardi. Une fantaisie sénile du banquier l'y
entretenait sur un pied de duchesse: voitures, chevaux et livrée à
ses ordres; mais le vieillard ne pouvait se passer de son jouet.
A toute heure de jour et de nuit il réclamait et voulait auprès
de lui sa poupée favorite. La Zénobie, elle, supportait mal ce
fastueux servage, et, dès qu'elle avait une heure à elle, pendant
les siestes du Palermitain alourdi et drogué d'anesthésiants,
elle s'évadait des Palombes; et c'était pour elle une joie
d'écolière d'aller retrouver au bout du pays la vieille femme, qui
lui servait de mère, et son minuscule compagnon, le nain Scœvola.

Les rares moments, que la pygmée dérobait ainsi à son maître,
prenaient par la servitude même, où elle était tenue, la haute
saveur d'un fruit défendu. Le printemps est assez dangereux en
Riviera, les brusques changements de température et la sécheresse
du mistral y affectent péniblement les arthritiques et les
nerveux; parfois l'influenza s'en mêle. Elle sévissait cette
année-là à San Remo. Scœvola, le plus petit conscrit de France,
était atteint et devait s'aliter.

Prévenue par sa mère-barnum et priée par elle de ne pas venir au
chevet du fiévreux, la naine ne voulait rien entendre. Affolée
d'inquiétude, elle courait au logis contaminé; elle voulait
s'y installer sans souci du gros cachet des Palombes et de ses
intérêts mis en jeu. Le nain trempé de sueur sous ses draps,
misérable petit pantin secoué par la fièvre, assistait en
claquant des dents à une scène inouïe entre la princesse et leur
mère.

--Mais tu ruines ta famille, tu nous mets sur la paille! Un
homme qui t'a couverte d'or et qui ne sait rien te refuser! Tu
ne retrouveras jamais ça! Qui est-ce qui paiera le médecin, tes
robes et les médicaments? Scœvola peut y rester. Tu es une fille
dénaturée, tu n'aimes pas ta mère, j'ai mis au monde un monstre!»

Les objurgations de la vieille femme convainquaient à demi
Zénobie. Le petit être fantasque consentait à rentrer à la villa;
mais elle déclarait vouloir revenir le lendemain près de son cher
Scœvola... et tenait parole.

C'était une grosse partie que jouait là l'avorton.

Entre tant de manies le vieux Guiçardi nourrissait une folle
terreur de la maladie et de la mort. Ses soixante-douze ans
hoquetaient dans un perpétuel tremblement à l'idée des bronchites,
des refroidissements et des mauvaises fièvres qui guettent plus
ou moins les vieillards. Il ne vivait qu'entouré de mille et
une précautions, sous la surveillance d'un médecin attaché à
sa personne, et, chaque semaine, tout le personnel des Palombes
devait subir la visite du docteur. C'était une formalité à
laquelle nul ne pouvait se soustraire et qui était stipulée dans
les engagements.

Au moindre symptôme d'indisposition, tout domestique était
congédié. L'intendant lui payait deux mois de gages en lui
intimant l'ordre de ne jamais se représenter, même guéri. Un
cordon sanitaire était ainsi établi autour du vieillard.

Dans quels prix on exploitait cette terreur de la maladie, tu
le devines aisément! Deux garde-malades se relayaient auprès de
lui jour et nuit. Le banquier exigeait toujours une oreille aux
écoutes de sa respiration durant son sommeil. Sa peur de mourir
était telle que, le précédent hiver, il avait refusé d'entrer dans
la chambre de sa fille malade et, pendant les deux mois que dura
la bronchite, il pria sa femme de s'abstenir de paraître à table.
La baronne Guiçardi, elle, s'était installée près de sa fille et,
pendant les trois mois de cet hiver-là, le vieux Levantin haleta
dans l'angoisse des microbes et la fureur de ne pas avoir fait
transporter Mlle Guiçardi à l'hôpital.

C'est cet effaré trembleur et ce féroce égoïste que la princesse
Zénobie quittait trois heures par jour pour aller s'asseoir au
chevet d'un nain tuberculeux. La princesse jouait une grosse
partie. Elle la perdit.

Le jour où le banquier, réveillé au milieu d'une sieste qui aurait
dû durer les trois heures de trois cuillerées de potion, demanda
après la naine et apprit que sa poupée était auprès d'un frère
malade depuis douze jours d'une fièvre maligne, la colère et la
stupeur furent chez ce gros homme d'une telle violence, qu'il
faillit étrangler.

--Chez son frère!... Chez un malade! Et elle y va tous les jours!
Elle y est encore!»

Et de cramoisi le vieux forban devenait violet. Les yeux chavirés,
suffoquant et la gorge sèche au milieu de balbutiements, de mots
sans suite et de trépignements de fureur, il arrivait enfin à se
faire comprendre et se faisait donner de quoi écrire.

Il ne pouvait parler. Son émotion était trop forte. Zénobie était
chez ce nain malade; elle avait osé lui désobéir. Il écrivait;
un tremblement secouait ses mains gonflées. Il parvenait enfin
à maîtriser ses nerfs et signait la disgrâce de la favorite.
L'intendant recevait respectueusement les ordres; la livrée
assistait, effarée, riant sous cape, à l'exécution de la princesse.

Toutes les Palombes détestaient Zénobie.

La naine rencontrait l'intendant à mi-route de la villa. Elle
regagnait sa geôle au grand trot d'une victoria de louage.
Nabulione--c'était le nom du maître-Jacques des Guiçardi--faisait
arrêter la voiture. Nabulione était à pied; il accompagnait une
charrette encombrée de valises et de petites malles.

Il signifiait à la naine son congé. La décision de M. Guiçardi
était irrévocable. Il ne reverrait jamais la princesse; la villa
lui était désormais interdite. Il était tout à fait inutile de
s'y présenter, elle y trouverait porte close: il était chargé de
lui rapporter sa garde-robe. Ses costumes de théâtre et de ville
étaient dans les malles; le petit hôtel était déménagé. Si la
princesse voulait bien prendre la peine de retourner d'où elle
venait, il lui réglerait ses huit jours; il avait sur lui la somme.

La naine était devenue verte. Elle vomissait un flot d'injures
à l'adresse de l'intendant et de Guiçardi; sa voix de crécelle,
crépitante et rouillée, s'exaspérait dans la solitude de la route.
Des ouvriers de retour des champs s'étaient arrêtés. Ce monstre de
baraque foraine entachait de grotesque la douceur lumineuse de ce
crépuscule d'Italie.

--_Una pupazza_, ricanaient des chuchotements.

L'intendant essayait en vain de lui faire entendre raison: la
_pupazza_ ne voulait rien savoir. Elle donnait l'ordre au cocher
de la conduire aux Palombes. Elle s'y heurtait à l'hostilité d'une
domesticité heureuse d'observer la consigne.

--Le banquier ne recevait pas. M. Guiçardi partait le soir même
pour Palerme.»

Et dans l'insolence des regards et des sourires, la princesse
Zénobie lisait couramment l'unanime allégresse, son renvoi mettait
en fête toute la maison.

Elle devait se résoudre à retourner auprès des siens. Elle y
retrouvait l'intendant des Palombes, qui l'attendait entre sa
mère effondrée et la stupeur épouvantée du nain. Et ce fut une
horrible scène. La mère-barnum, brusquement ramenée au sentiment
de la réalité par la vue de Zénobie, se jetait sur le petit être,
l'empoignait par la tête et, lui retroussant les jupes, voulait
la fouetter. Le nain, recroquevillé d'effroi sous ses draps
sales, poussait des piaulements de petit hibou tombé du nid;
Zénobie, crispée, rebellée et matée, tapait, griffait, mordait et
geignait comme une poulie; la mère poussait des cris d'orfraie,
invectivant la fille ingrate, _ce fumier d'enfant qui la ruinait_;
et l'intendant se croyait tombé dans un repaire de gnomes et de
magiciens.

Il intervenait enfin, comptait à la naine les seize cents francs
de ses huit jours, en obtenait bon gré mal gré le reçu, mais ne
pouvait éviter la formalité de l'ouverture des malles. La surprise
qu'elles réservaient faillit tourner au tragique. Le vieux
Guiçardi ne renvoyait à Zénobie que ses costumes de théâtre et son
pauvre petit trousseau de phénomène de music-hall, sa lamentable
et prétentieuse défroque de _principessa_ de piste et de beuglant;
le Levantin avait gardé les somptueuses toilettes des grands
faiseurs de Nice et de Monte-Carlo. Il gardait aussi les parures:
le collier d'émeraudes offert dans la dernière quinzaine, l'orient
fabuleux des perles et l'eau coûteuse des rivières de diamants. Il
renvoyait le cheval, mais gardait le harnais. La naine râlait à
son tour: une formidable gifle s'abattait sur sa face de monstre
et la couchait par terre, évanouie. La mère-barnum s'acharnait
sur l'avorton; Scœvola, le plus petit conscrit de France, croyant
qu'on égorgeait Zénobie, s'évadait de ses draps moites et se
blottissait, tout nu, sous le lit; des voisins accourus mettaient
fin à cette tuerie, et l'intendant des Palombes s'échappait de là
comme d'un cauchemar.

Cette famille de nains ne se tint pas pour battue. Sur les
conseils de sa mère, Zénobie voulut intenter un procès au
banquier; mais les faits qu'elle lui imputait étaient si graves
que l'affaire criait le chantage; aucun homme de loi ne voulut
instrumenter contre le Guiçardi. La Zénobie ne se rebuta pas:
elle se rendit au couvent de Saint-Pancrace, et, une première
fois, fit tant et tant qu'elle obtint une audience du Révérend
Père Ambrosio, le supérieur; mais les confidences dont elle
honora le capucin esbrouffèrent tellement le saint homme qu'il
refusa absolument de s'entremettre dans la démarche, que la naine
réclamait de lui. Il lui promit une seconde audience, mais se
garda bien de la lui donner; le monstrillon en fut pour ses deux
lieues de montagne et ses trente lires de victoria. Le saint
monastère demeura clos pour lui.

Bref, la questure, dit-on, s'en mêla; on pria ces dames de quitter
le pays. Une rumeur voulut qu'un viatique de deux mille lires leur
fût fourni par les dames Guiçardi.

Et voilà, mon cher ami, comment l'ex-favorite d'un banquier
trente fois millionnaire amuse, à l'heure qu'il est, un public de
matelots et de chasseurs alpins dans un petit port de la Riviera.

    Elle était de ce monde où les plus belles choses
                Ont le pire destin.
    Et _rosse_, elle a vécu ce que vivent les _rosses_,
                L'espace d'un matin.

Moralité: on fait toujours trop sa Zénobie.



LYS D'ALLEMAGNE


--Il y a pis que la peur de mourir: il y a l'horreur de vivre.
Vous ne soupçonnez pas quelles agonies tragiques halètent parfois
dans le luxe apparent de ces somptueuses villas!

Tout en causant nous étions, Maxence et moi, descendus jusqu'au
haut de la promenade des Anglais. Nous avions dépassé le troisième
établissement de bains établi presque devant l'avenue Victor-Hugo,
et avions atteint le pont Magnan.

Là finit le glorieux alignement des grands hôtels cosmopolites
et des villas princières; la promenade des Anglais bifurque et
devient, à gauche, une route de banlieue suburbaine bordée de
guinguettes et de murs de jardins; à droite, un simple bord de mer
longé de cultures maraîchères et planté de cahutes de pêcheurs.

Le paysage est lépreux et hostile, enfariné d'un perpétuel
halo de poussière soulevée par les automobiles, et la courbe
harmonieuse de la baie des Anges ne rachète pas l'âpreté du
décor. Face en arrière, au contraire, c'est le merveilleux
panorama de Nice indolemment couchée au pied de ses montagnes et
déroulant, comme une écharpe molle, la ligne de ses toits jusques
au Mont-Boron. Par les temps clairs la pointe du cap Ferrat y
apparaît, entamant de son éperon verdâtre le bleu moiré du large.

Nous faisions demi-tour et redescendions sur la jetée-promenade.

--Oui, il y a pis que la peur de mourir. Si vous saviez quels
drames de chair et d'âmes, quels intérêts et quelles affreuses
convoitises dérobent parfois aux regards ces somptueuses
façades, quels grotesques désespoirs aussi! Ce Nice est une mine
inépuisable d'histoires. Quelques-unes, si bien gardées qu'elles
soient par l'épaisseur des murailles, néanmoins transpirent et
finissent par tomber dans le domaine public.

Il y a trois ans, c'était le scandale des Blukenstarishaen, le
plus effrayant chantage qui ait jamais été organisé contre une
personnalité princière: Le jeune ménage, le mari et la femme
menacés et terrorisés à la fois par un couple d'aigrefins: deux
«musicantis» cueillis dans une des innombrables Réserves de
la Riviera. Les Blukenstarishaen les avaient attachés à leurs
personnes pour couper de tarentelles et de «canzone» napolitaines
les heures un peu longues des repas... Cette musique de table
dégénéra vite en musique de chambre. La princesse, très négligée
par son mari, s'éprit violemment d'un des musiciens; elle s'en
éprit jusqu'à en devenir grosse et, reconnaissante au bel Italien
d'une maternité que le prince ne lui avait jamais donnée, eut
la gratitude épistolaire. Elle écrivit. Le violoniste (car il
jouait du violon naturellement) appuya sur la chanterelle. Il
gagna prudemment la frontière; et de Vintimille, en échange de sa
correspondance, demanda la forte somme à la princesse.

Un _post-scriptum_ machiavélique menaçait d'envoyer le paquet de
lettres au mari. Le prince, très au courant de la conduite de
sa femme, ne répondit pas plus aux offres de Vintimille que ne
l'avait fait la princesse. C'est alors que les deux compères
d'Italie s'entendirent. Si la princesse était une amoureuse
expansive et reconnaissante, le prince était, de son côté, un ami
passionné et, dans les élans d'une ferveur toute platonicienne,
avait commis en l'honneur de l'autre musicanti quelques poésies
qui, bien que d'inspiration danoise, n'eussent pas déparé les
dialogues du _Banquet_. Les associés de Vintimille prévinrent
le jeune ménage que, si un chèque de cent mille lires n'était
pas remis avant telle date à la banque Polidori de Milan, les
élucubrations du prince et la correspondance de la princesse
seraient envoyées sous pli cacheté à la Cour de Thuringe, au
grand chancelier même du roi ou à un des principaux journaux de
l'opposition. L'inspiration de la dernière heure dicterait leur
choix.

Le régime du bon vouloir fonctionne, pour ainsi dire encore
intact, dans les petits États allemands. En cas de scandale, si
le scandale éclatait, c'était, après l'annulation du mariage en
Cour de Rome (la Thuringe est très catholique), la confiscation
des biens du jeune couple et la relégation de la princesse dans
un couvent; le prince, lui, serait certainement prié de résider
à l'étranger et réduit à la pension stricte. Libre à lui alors de
donner cours à ses fantaisies poétiques et se faire professeur de
grec.

Les Blukenstarishaen s'affolaient. Le roi de Thuringe avait laissé
mourir de faim sa fille aînée, la princesse Thyra qui avait fui la
Cour paternelle et le palais conjugal avec un jeune officier de
cavalerie. La duchesse de Manheimberg, toute mère qu'elle fût de
trois enfants, n'avait pas pu résister au prestige des épaulettes
et des éperons. Les amoureux, après avoir promené en Suisse et
sur la Riviera le scandale de leur bonheur, s'étaient échoués à
Venise. La gêne avait vite étranglé leurs illusions. Harcelés par
les usuriers, les bijoux une fois vendus, les misérables étaient
de l'hôtel Dancelli descendus à une _casa privata_ du quartier de
l'_Ospedale_. La duchesse de Manheimberg s'y était suicidée. La
dureté du roi l'avait acculée à cette horrible fin. Le consulat
de Thuringe à Venise n'avait même pas eu pour elle l'aumône qu'il
trouve toujours pour ses moindres nationaux en détresse. Deux
mois auparavant, le consul de Genève, pour une visite rendue,
à l'hôtel du Lac à la princesse royale, avait été immédiatement
révoqué... Toute l'Allemagne avait adopté vis-à-vis des fugitifs
l'attitude indiquée par la famille.

C'est auprès de ceux de son sang et de sa race que la malheureuse
jeune femme avait trouvé l'accueil le plus insultant et les
visages les plus fermés, et, pendant ce douloureux calvaire à
travers l'Europe, ce calvaire commencé comme une chimérique
chevauchée de ballade et de conte

    Si tu veux, faisons rêve,
    Montons sur deux palefrois,
    Tu m'emmènes, je t'enlèves,
    L'oiseau chante dans les bois.

la triste adultère avait rencontré partout sur son passage
l'hostilité menaçante et l'effroyable ostracisme imposés, il y a
quelques années, par le kant anglais sur toutes les routes d'exil
d'un de ses plus grands poètes. Pour l'infortunée princesse Thyra
la lourde Allemagne avait eu les raffinements de cruauté et les
ingéniosités de mépris inventés par l'hypocrisie d'outre-Manche
vis-à-vis d'Oscar Wilde.

Dévisagée sur les seuils des hôtels, montrée au doigt, suivie
même dans les rues, que dis-je? guettée par la malveillance et la
curiosité jusque dans les boutiques de fournisseurs, la duchesse
de Mainheimberg avait connu les pires amertumes. Grâce au mot
d'ordre donné par la Cour de Thuringe, l'Allemagne en déplacement
avait fini par expulser les amants de toutes les villes. Entre
temps le roi coupait les vivres, et cela avait été pour le couple
romanesque la brève déchéance aggravée de toutes les affres de la
gêne. Cette gêne dégénérait bientôt en misère, et la misère en
détresse et cela jusqu'au suicide final dans le galetas de Venise.

Rodolphe Ostratten, l'amant de la pitoyable jeune femme, entrait
à l'hôpital, à cet _Ospedale_ dont le quartier moisi avait abrité
leur fin d'idylle. Il en était extradé le lendemain même de
l'exhumation de sa maîtresse; on l'arrachait tout grelottant de
son lit de fiévreux pour le jeter dans un fourgon. Une forteresse
de Thuringe le retenait maintenant à vie. Il ne fait pas bon en
Allemagne de regarder de trop près les princesses.

De cette tragique aventure les Blukenstarishaen n'ignoraient rien.
Elle avait éclaté l'année même de leur mariage. La princesse
Elaine s'était jetée en vain aux pieds de son père, implorant
sa pitié pour sa sœur; le roi n'avait voulu rien entendre. Ces
catholiques de Thuringe sont encore plus intraitables sur la
morale que tous les protestants de la Prusse Rhénane, et l'affolé
ménage de Nice savait trop ce qui l'attendait, si le scandale de
leur conduite en Riviera arrivait jusqu'au roi.

La Riviera! C'est de leur arrivée en ce pays que dataient leur
folie et leur malheur. C'est là qu'ils avaient connu ces damnés
Italiens et l'enveloppement de leurs œillades câlines, le charme
dangereux de leur voix persuasive et de leurs gestes caresseurs.

Deux «musicantis»! Lui, le fils d'un chancelier, elle, une
princesse royale, étaient à la merci de ces espèces... Protégés
par la frontière, les deux coquins dictaient leurs conditions
et commandaient en maîtres. Eux, la première aristocratie du
monde, tremblaient aux ordres de deux maîtres chanteurs; et, les
yeux brusquement dessillés, arrachés en sursaut de leur rêve, le
prince et la princesse rejetés dans les bras l'un de l'autre
par la conscience du même péril s'hypnotisaient sans oser la
mesurer devant la profondeur du gouffre où ils avaient roulé,
s'hallucinaient dans une stupeur muette devant l'abîme où ils
allaient descendre.

Deux enfants! car lui n'avait pas vingt-six ans, et elle en avait
juste dix-neuf.

Ah! cette Riviera, cet admirable pays, cette côte enchantée
dans la montée des sèves, la vibration de la lumière et
l'épanouissement de tant de fleurs, comme ils en maudissaient
maintenant la douceur énervante et traîtresse, quelle rancune ils
nourrissaient pour ces décors complices de vergers idylliques
et de baies siciliennes!... Oh! les mauvais conseils chuchotés
dans l'or des crépuscules, dans les bois de cyprès et les clos
d'oliviers.

La Riviera! C'est son climat qui les avait perdus... Oh! la
mollesse de ce pays qui dénoue la volonté comme une écharpe, pour
la tendre ensuite comme un arc dans la sécheresse ardente de son
mistral.

C'est l'âpreté de ses jours de poussière et de bourrasques, la
fièvre permanente bercée dans ces vagues sans flux et sans
reflux, et, par-dessus tout, ces effluves de rut et de caresses
épars dans l'unanime consentement des choses et des êtres à
l'amour; c'est toute cette nature aphrodisiaque qui les avait
poussés à la chute et à leur perte et les deux égarés n'avaient
plus assez de larmes pour pleurer.

Le consul d'Italie tirait le jeune ménage de ce mauvais pas.

Éperdu devant l'impossibilité de se procurer du jour au lendemain
les cent mille lires (car la Cour de Thuringe est plutôt serrée),
le prince, tout décidé qu'il fût au suicide, avait l'idée d'aller
trouver le commissaire central. Le commissaire l'adressait au
consul d'Italie. Celui-ci télégraphiait à Gênes, et la questure
cueillait à Vintimille les deux coquins et leur correspondance.

Ainsi se termina le chantage. Tout est bien qui finit bien!

Le jeune ménage en fut quitte pour la peur; mais leur villa abrita
quelques heures d'agonie. Ce prince et cette princesse passèrent
d'assez durs moments, avouez-le. Il y a quelquefois pis que la
peur de mourir, il y a aussi l'horreur de vivre.



UNE AGONIE


Nous descendions les pentes de la Mortola. Des touffes de genêts
en fleurs incendiaient d'or les éboulis de roches grises; et
jusqu'au bleu méditerranéen c'étaient de longues traînées de
lumières encore exaspérées par le vert glauque des agaves, le
gris épineux des lentisques et argenté des oliviers; toute une
végétation bleuâtre, hostile, meurtrière et dardée faisait de
ce coin de jardin une petite Afrique. Au loin, c'étaient les
montagnes pelées de Vintimille et de San Remo, toute l'aridité
de la _Rivière_ de Gênes après la splendeur luxuriante de
la _Riviera_ de Nice. Un ciel doux et voilé, presque moite,
mélancolisait le paysage; toute la clarté semblait réfugiée dans
les fleurs; et dans ce décor à souhait pour un enlèvement de
captive, c'étaient des silhouettes de pirates barbaresques, qui
s'imposaient à travers le recul des temps chers à tout imaginatif.
Malheureusement des couples d'Allemands et d'Anglais de passage,
toute la foule anonyme et laide des Cooks en mal d'excursions,
étaient les seuls êtres rencontrés au tournant du domaine féerique.

C'était un lundi, un des deux jours par semaine où lord Hambury
permet aux visiteurs l'entrée de la Mortola: la Mortola,
c'est-à-dire l'enchantement de ce ravin unique de la côte Ligure,
jardins d'Italie et de Sénégal aussi, où Wagner aurait pu rêver
l'éclosion des filles-fleurs. La Mortola et la fontaine de la
Sirène, la Mortola et sa clairière hantée d'agaves monstrueux,
énormes, hérissés et coupants, de toutes les nuances et de
toutes les formes, pareils à un cénacle de gigantesques pieuvres
végétales; la Mortola et ses bois de palmiers, ses champs d'iris
et d'anémones où la vision s'impose d'une ronde de nymphes de
Botticelli; la Mortola et sa treille en terrasse au-dessus de
la mer; sa treille enguirlandée de roses et de clématites,
escortée de touffes de primevères, d'héliotropes en arbres et
de chimériques orchidées, jaillis comme des étoiles entre les
retombées de mouvants chèvrefeuilles; la Pergola et le malaise
enivrant, délicieux de son trop de calices et de son trop de
parfums... Et entre toutes ces corolles, toutes ces feuilles,
toutes ces branches, au tournant de tant d'escaliers et le long
de tant de terrasses, le nostalgique horizon de la Méditerranée,
la soie moirée de sa nappe immobile avec, au bord de la mer, les
quenouilles de bronze de son interminable allée de cyprès...
Cimetière d'Orient ou jardin de Gabriele d'Annunzio dans le
_Triomphe de la Mort_.

Nous étions arrêtés auprès d'une volière et tout en suivant les
mouvements d'automate d'un étrange perroquet, on eût dit, d'émail
vert...

--Mais c'est le jardin de Noronsoff! me disait l'ami qui
m'accompagnait. Avouez que c'est là que vous avez placé l'agonie
de l'écœurant héros de votre _Vice Errant_.

--Non, répondis-je, le domaine où traîne, se convulse et meurt
la pourriture princière de Sacha, bien moins important et moins
divers d'aspect que celui-ci, a peut-être encore dans son
abandon plus de grandeurs que la Mortola. Le domaine existe:
il est à Nice, à mi-flanc du Mont-Boron. Trois cents mètres de
terrasse dominent et la ville et le port. Au crépuscule, quand
le ciel est clair, on y découvre jusqu'à l'Estérel. Je vous le
ferai visiter, nous irons ensemble, mais nous aurons peut-être
quelque mal à y pénétrer: l'accès en est assez défendu. D'ailleurs
Noronsoff n'y a jamais habité, le cadre seul m'a tenté; l'outrance
de sa végétation, le trop de luxe des fleurs de collections et
d'essences rares, qu'un caprice de millionnaire y a accumulées,
s'adaptaient si merveilleusement au déséquilibrement de mon
héros... je vous dirai plus, c'est dans l'atmosphère de ce jardin
de songe que j'ai rêvé et vécu la vie imaginaire de Sacha. Le
prince Noronsoff est mort à Paris après sa mère qui, dans le
roman, lui survit. Il est mort dans le coma, entouré et guetté par
une troupe d'héritiers dont les intrigues de chevet le torturèrent
jusqu'à son dernier râle...

--Et cette agonie de Noronsoff, la vraie, quelle fut-elle? me
demandait mon compagnon.

--Oh! décevante et dramatique comme la vie même de l'individu.
Après la mort de sa mère, l'état de Sacha, empira. Livré à
lui-même, c'est-à-dire à ses pires caprices, sans aucun contrôle
et plus personne auprès de lui pour le surveiller et le retenir,
il eut vite fait de développer la marche de tant de maladies et
de précipiter lui-même un dénouement fatal. Le favori d'alors
était un pianiste hongrois, un soi-disant élève de Liszt famélique
et poitrinaire, mais dont le réel talent et le jeu poignant et
douloureux passionnaient, le long des jours et les nuits aussi,
les rares minutes lucides du mourant; mais la fin approchait, car
les longues syncopes, dans lesquelles il arrivait au prince de
tomber, se succédaient de plus en plus fréquentes et maintenant
si prolongées et si profondes, qu'il était à craindre, à chaque
évanouissement, qu'il ne se réveillât plus.

C'est alors que la vague famille, petits cousins et
arrières-petits cousins, que le malade possédait dans la
colonie russe et dans le monde de l'Empire, se rapprochaient de
l'agonisant. Il y avait vingt ans qu'ils l'ignoraient, justement
effarés de ses frasques et ne se souciant pas d'avouer un parent
aussi compromis. Au ban de la société et de sa famille, ce
déséquilibré affligé de quatre millions devenait intéressant
au moment de mourir. On savait que Sacha n'avait pas fait de
testament; il avait bien trop peur de la mort pour songer
à ses dispositions dernières; ce perpétuel moribond aimait
frénétiquement la vie et s'y cramponnait désespérément.

Superstitieux comme tous ceux de sa race, ce Russe aurait cru
attirer sur lui l'ombre de la «Camarde» en dictant n'importe
quel testament. Il ne fallait pourtant pas que cette grosse
fortune retournât à l'État ou tombât dans les mains de quelques
Petits-Russiens, hypothétiques descendants de Noronsoff que
les alliés mondains et officiels de Sacha ignoraient, perdus
dans quelques villages de l'Ukraine ou quelques faubourgs de
Saint-Pétersbourg.

Les intéressés se consultèrent.

Le duc de Praxéli-Plesbourg réunit chez lui les Marfa-Narimoff
et les de Beauvimeuse, cousins comme lui au quatrième degré de
l'agonisant. Sa haute situation à l'ambassade, la faveur de
Boris, l'aîné des Narimoff, au palais d'Hiver et le rang des
Beauvimeuse dans le noble faubourg les mettaient au-dessus de
tout soupçon. Il s'agissait de pénétrer auprès du malade, de
s'installer à son chevet et lui faire signer un testament; car lui
en inspirer ou lui en dicter un, il n'y fallait pas songer. Sacha,
malicieux et retors, aurait pris un méchant plaisir à déjouer leur
entreprise ou, même pis, les eût fait jeter dehors. Ce parfait
dégénéré détestait sa famille. Il aurait dilapidé son bien plutôt
que d'en laisser une bribe à l'un des siens. Tels étaient les
bons sentiments qui animaient entre eux les membres de cette
dynastie. Ce fou consentirait-il seulement à les recevoir? Le duc
de Praxéli-Plesbourg se présenta le premier avenue Marceau, Odette
de Beauvimeuse l'accompagnait, Noronsoff avait eu jadis un assez
violent caprice pour sa cousine et l'on escomptait ce souvenir: le
malade ne les reconnut même pas.

Avec l'aplomb que donnent un grand nom et la fortune, le duc
de Praxéli s'imposait à la livrée, expédiait le favori, mieux,
congédiait les médecins: il était _la famille_. Le duc une fois
dans la place, les autres s'y installaient; le tout était d'y
avoir pénétré.

Par la porte entre-bâillée les de Beauvimeuse et les de
Marfa-Narimoff se glissaient un à un dans l'hôtel de l'avenue
Marceau, plus un certain M. de Noisynève, arrière-petit cousin du
Noronsoff et que l'on ne put écarter. Il s'incrusta au chevet du
malade pour surveiller les autres, manifesta vaguement l'intention
de prévenir les parents oubliés en Russie et, après quelques
discussions assez aigres, on dut l'admettre dans la rédaction du
testament; mais la porte demeura fermée désormais à tout autre
visiteur; et ce fut la veillée attentive et sinistre d'une bande
d'oiseaux de proie à proximité d'un champ de bataille, attendant
les cadavres.

Sacha était tombé dans la torpeur; il n'en sortait que pour
réclamer d'une voix éteinte de l'extra-dry et du kummel en
attachant sur les siens des yeux vides et vitreux, effroyablement
ouverts. Sur le conseil du duc de Praxéli Odette de Beauvimeuse
dégrafait parfois son corsage et introduisait la main sèche du
moribond dans la tiédeur de ses seins nus; la bouche édentée
du neurasthénique alors souriait. Cette absence de lucidité
enchantait les héritiers. En Russie la loi n'exige pas que le
testament soit écrit de la main du testateur: il suffit qu'il soit
dicté en présence de témoins. La signature suffit.

On trouva un notaire. Les intéressés, sous la présidence du duc de
Plesbourg, arrêtèrent la rédaction du testament. Sur les quarante
millions de Noronsoff le duc s'en préleva quinze. Dix furent
dévolus aux Narimoff, dix aux Beauvimeuse et cinq à cet intrus
de Noisynève qu'on n'avait pu éviter; mais, entre temps, l'état
du malade empirait d'une façon alarmante. Du jour au lendemain
il tombait dans le coma, un coma stupéfiant dont rien ne pouvait
le tirer. Ils avaient trop attendu, les discussions d'intérêt
avaient mangé un temps précieux, le malade et la fortune allaient
leur filer entre les doigts; ce fut une consternation. Le duc de
Praxéli-Plesbourg relevait les courages abattus, il avait amené
avec lui, en remplacement des docteurs congédiés, un petit médecin
de quartier, de son quartier à lui, qui voyait ses gens d'écuries
et d'offices et au besoin les chevaux. C'était un pauvre hère
sans consistance, sans grand talent aussi, voué à la médiocrité
par la médiocrité même de son physique, de ses allures et de ses
connaissances. Il était tout à la dévotion des Praxéli-Plesbourg
qui l'emmenait, même l'été, à la campagne pour surveiller ses
gens. C'est ce pauvre docteur Pasquier que le Praxéli avait établi
au chevet de son cousin. C'est lui qu'il amenait, ce matin-là,
parmi les autres parents attérés.

--La vérité, docteur? Il est très bas, n'est-ce pas?

--En effet, monsieur le duc, le prince n'en a plus que pour
quelques heures. S'il va jusqu'à ce soir, ce sera le bout du monde.

--C'est ce que je me disais. Eh! bien, docteur, nous avons besoin
de vous. Il faut, coûte que coûte, que vous suspendiez ce coma.
Ce coma, il faut l'en faire sortir. Il nous faut une signature,
une signature absolument nécessaire et que lui seul peut nous
donner. Ne vous inquiétez pas on lui tiendra la main, j'en fais
mon affaire, vous avez bien un moyen? Voyons, un réactif, que
sais-je, une piqûre?

Le médecin se grattait le front, perplexe.

--Vous n'avez rien?

--Si. On peut toujours quelque chose, mais cela est très scabreux,
très périlleux même. Dans l'état, où est le prince, un réactif
peut le tuer.

--Le tuer, mais puisqu'il est condamné d'avance. Vous me dites
qu'il va mourir.

--Mais nous n'avons pas le droit de hâter la mort, même d'un être
condamné.

--Mais puisqu'il va mourir...» et Odette de Beauvimeuse s'emparait
des mains du médecin.

--Il va mourir! Il va mourir! mais avec la nature on ne sait
jamais! C'est invraisemblable, mais...

--Il peut en réchapper, peut-être! Docteur, seriez-vous un
imbécile, me serais-je trompé sur vous?

Et de Praxéli-Plesbourg fouillait le misérable de ses petits yeux
clairs.

--Voyons, réveillez le prince; il y a cinquante mille francs pour
vous. Vous ne me ferez jamais croire que vous n'avez jamais fait
d'avortements.

Le docteur baissait la tête, griffonnait en hâte une ordonnance.

--Vite, Alexis, chez le pharmacien en face, au plus près, faisait
le duc en remettant le papier à un valet de pied et, sur un signe
du duc, Odette de Beauvimeuse et Nadia de Narimoff découvraient le
malade et le dressaient un peu sur son séant. Le docteur préparait
la seringue.

--Voilà, docteur, faisait Noisynève en prenant le flacon des mains
du valet de pied.

--Une soucoupe; très bien... là, dans le gras de la cuisse.

--Dans le maigre, vous voulez dire, pauvre Sacha!

--Bon, relevez la chemise, tenez-le bien, mesdames.

Le docteur enfonçait l'aiguille dans la chair livide et appuyait.
Pssst, la caféine fusait dans un crissement bref, le malade ne
bougeait pas.

--Il faudrait le piquer plus près du cœur, docteur.

--Ou à l'épaule.

--Ou dans le cou, près du cerveau.

--Vous le voulez? Soit!

Mais cette fois, subitement redressé dans un brusque sursaut, le
moribond se levait tout droit sur son lit et, dans la blancheur de
sa chemise, tel un spectre dans un linceul, battait l'air de ses
mains pâles et puis s'abattait avec un cri, un petit cri d'oiseau
qu'on étouffe, immobile et raidi dans sa nudité verte... mort.

Ce fut une stupeur. Rien ne put ranimer le prince Sacha Noronsoff.
C'est ainsi que les quarante millions et les merveilleuses
terrasses du domaine de Plagosnof, en Crimée, allèrent à la petite
comtesse Véra Noreskine qui, la pauvre enfant, ne s'y attendait
guère. Et avouez-le, cette agonie-là vaut bien celle que je lui ai
prêtée dans la villa du Mont-Boron, à Nice.

Notre voiture rentrait dans les rues de Menton.



MADAME DE NEVERMEUSE



I

MADAME DE NEVERMEUSE


Le rideau tombait sur le second acte de _Sigefried_. Le divin
inconscient, qu'est le héros de Wagner, venait de s'enfoncer,
extasié et ravi, dans l'enchantement de la forêt; le chant de
l'oiseau magique l'avait illuminée..., et parmi la clarté des
feuilles, à travers les ténèbres odorantes et vertes des hêtraies,
des clairières, des sources et des étangs, tous les murmures,
toutes les voix et tous les souffles aussi, dont est tramé le
silence des bois, se répercutaient délicieusement en nous, musique
élémentale orchestrée par le génie, qui est aussi une des forces
de la Nature.

De Bergues, qui s'était retiré tout au fond de la loge pour mieux
sentir, loin de la scène, descendre et couler en lui les ondes
sonores du drame, se levait et venait s'asseoir auprès de nous.

--Le fils de Sigemound est parti, mais il n'a pas tué tous les
dragons Fafner. Voyez, quelques monstres nous restent: une vraie
collection de Muséum. C'est plusieurs opéras de Wagner qu'il
faudrait pour assainir cette salle! Les avez-vous comptés? Mais
regardez plutôt.

Et, d'un geste horrifié, il embrassait le pourtour des premières
et des secondes loges.

A quoi Hector de Grandgirard:

--En effet. Il y a ce soir quelques gargouilles en rupture de
cathédrale!

--Et remarquez ce que je vous disais l'autre jour sur cette
étonnante société de la Riviera: pas un homme. Convainquez-vous
_de visu_. Voyez-vous un jeune homme dans ces loges? Non, rien
que des aïeules et des vieux messieurs, et les vieux messieurs
paraissent les plus jeunes. Ils ne sont, eux, ni maquillés, ni
teints.

--Pardon. Dans cette loge, il y a deux jeunes gens.

--Oui, mais il y a une jeune fille, et cette jeune fille
représente huit cent mille francs de dot. Aussi c'est la seule
loge, où il y ait des moustaches de vingt-cinq ans.

--Conclusion?

--Les temps sont durs, la lutte est âpre et il faut vivre.

--Très jolie, d'ailleurs, la jeune fille!

--Très jolie. La mère est Russe, le père Italien.

--Ah!

--Fleur de Cosmopolis, millionnaire et nihiliste.

Grandgirard avait pris une jumelle; il fouillait attentivement des
yeux le premier rang des loges:

--Le fait est qu'il y a des figures extraordinaires--et, tout à
coup, arrêtant sa lorgnette dans un geste de stupeur--oh! celle-là
admirable! Qu'est-ce que celle-là?

C'était, paradant au milieu de la grande loge officielle, celle
dont l'encorbellement surchargé de guirlandes concentre tous les
regards dans le cadre doré de ses hautes colonnes, une étonnante
poupée, on aurait dit, surgie d'un conte d'Hoffmann.

La face d'un ovale parfait et d'un ton de pastel s'auréolait de
bandeaux de soie floche, d'un blond si invraisemblable et si doux,
que les fabriques de Lyon seules avaient pu les fournir.

Coiffée à la jolie femme, cette imprévue beauté émergeait,
épaules nues, d'un énorme boa de plumes bleu pâle, mais un boa si
impondérable et si flou qu'il parachevait à miracle cette Olympia
des brumes. L'élégance des bras minces haut gantés de suède blanc,
la longueur d'une nuque pliante et la maigreur de la poitrine en
faisaient à la fois un Gavarni de chlorose et le plus vague des
Constantin Guys.

Datée comme un dagueréotype, cette aïeule aux langueurs de
poitrinaire, mais aux raideurs d'automate, obsédait comme une
apparition. Spectre ou poupée?

Son âge? Seize ans peut-être et sûrement plus de soixante-quinze.
Avec cela une indéniable aristocratie, un dédain absolu de
toute l'assistance et une façon d'écouter le Wagner, de profil
et le buste incliné, oh! très peu, en avant, une impertinence
d'attitude, que Balzac eût voulue à la duchesse de Maufrigneuse!

D'ailleurs absolument seule dans cette loge et s'y détachant si
vaporeuse sur le rouge assourdi des tentures, si macabre aussi par
le bleuissement du boa et le faisandage des chairs, si artistement
et prestigieusement spectrale, que nous nous taisions tous dans
l'émotion que l'on a devant un chef-d'œuvre.

--En effet, admirable! Quelle illustration pour le roman de
d'Aurevilly! _Ce qui ne meurt pas._

--Oui, car c'est mieux qu'une nature morte, c'est la Mort qui se
prolonge dans la Vie.

--Et non la Vie qui s'attarde dans la Mort. Tu viens de dire,
sans t'en douter, Hector, une vérité profonde. Si tu connaissais
la vie de cette femme, tu verrais quel prodigieux symbole elle
résume dans cette jeunesse immobile et figée. Regarde bien cette
fragilité, cette maigreur de phtisique guettée par les courants
d'air et par les mauvaises fièvres, et cette pâleur déjà estompée
par l'ombre de la Mort!... Eh bien! cette agonie vivante à la
résistance et la solidité d'une tige de fer. Cette moribonde a une
telle intensité, un tel désir de vivre qu'elle a enterré tous les
siens. Père, mère, frères et sœurs et jusqu'à deux maris, cette
apparente faiblesse a usé et limé toutes ces existences. Tous ont
passé leur vie à trembler pour la sienne.

Sa santé délicate, sa minceur diaphane, tout, jusqu'à sa frêle
poitrine secouée chaque hiver d'une opiniâtre toux, les ont,
d'années en années, consumés d'inquiétude, exténués d'alarmes. Ils
ont toujours craint de la perdre et, dans l'hypnose de ces grands
yeux hallucinants de fièvre, ils ont vécu dans l'angoisse et la
transe jusqu'à en mourir; car, vous le savez tous aussi bien que
moi, il n'y a que les gens bien portants qui trébuchent dans le
gouffre. Les vrais malades ne meurent pas: ils se soignent.

Jusqu'à quarante ans, elle a fait le désespoir de toute une
famille intéressée à une beauté qui lui assurait fortune et
situation, car cette beauté pastellisée a été adorablement jolie.

Née pauvre, elle fut successivement poussée par les siens dans
de riches alcôves, officines de bien-être et de luxe pour des
ribambelles de frères, de sœurs, de neveux et de petits-cousins.
Le mariage, d'ailleurs, légitima toujours l'équivoque de ces
opérations familiales. Mme de Nevermeuse fut une courtisane
légale. L'étude de notaire et la sacristie furent invariablement
le vestibule de ses chambres d'amour.

Ses deux maris morts et les huit millions réalisés, cette
fragilité flottante au-dessus de deux veuvages vit se modifier et
changer tout d'un coup les sentiments de son entourage. C'est le
triste apanage de l'argent: il corrompt tout. On avait craint de
la perdre, on désira la voir mourir.

Mme de Nevermeuse, hier encore parente enrichissable, était
devenue testamentaire.

Jusque-là elle avait eu des frères, des sœurs et des neveux: elle
n'eut plus que des héritiers. Elle devint la tante Nevermeuse,
mais une tante décidée à faire longtemps attendre sa succession.
Elle fit mieux.

Elle quitta Paris et, prudente, entreprit de grands voyages.
Elle mit des centaines et des centaines de lieues entre elle
et les indigestions, suite inévitable des grands dîners de
famille, et les accidents de voitures et d'autos des promenades
concertées et des parties de campagne. Elle devint nomade; des
dames de compagnie embellirent sa vie. Elle se refusa toujours au
dévouement des cousines pauvres et des neveux fervents, mais très
manégée, en femme avertie par l'expérience, elle se garda bien de
rompre avec ses plus lointains arrière-petits-cousins; ceux-là
seuls pouvaient la défendre contre ses parents plus proches.
Dans les familles unies on a toujours la tentation d'enfermer en
d'admirables maisons de santé, pour les contraindre à se soigner
enfin! les vieilles parentes fortunées, imprudentes et délicates.
Mme de Nevermeuse connaissait les siens. De Séville, où elle
s'attardait au printemps, et de Venise, où elle passait l'automne,
elle ne cessa d'entretenir avec tous une adroite correspondance.
Elle y dosait de savantes promesses de testament.

Et, nuancées d'espérances, des lettres intermittentes
entretenaient tous ses alliés dans la haine des uns des autres et
la tendresse intéressée de cette bonne tante de Nevermeuse. Tous
séparés d'elle par des détroits, des chaînes de montagnes et des
mers, cuisaient doucement à distance dans l'illusoire attente des
millions à venir, des millions à toucher et qu'ils ne toucheraient
jamais, car, écoutez bien ceci, Mme de Nevermeuse a tout placé en
viager.

Moins pour s'assurer une vieillesse luxueuse en doublant ses
rentes que pour éviter de fâcheuses dissensions autour de son
cercueil, propriétés et valeurs, elle a tout réalisé, tout vendu à
fonds perdu et, son revenu ainsi triplé lui permettant d'être très
généreuse et d'envoyer de temps à autre le sensationnel cadeau à
qui de droit, était-elle au moins sûre des larmes de regrets. Ah!
elle serait pleurée quand elle quitterait ce monde!

On dirait que le hasard a le respect de ceux qui n'ont plus à
redouter ses coups.

Vieille, immensément riche, le cœur sec et momifié dans son
effrayant égoïsme, telle une conserve inaltérable, elle a vu
s'éteindre un à un autour d'elle tous les parents, les proches
comme les éloignés, qu'elle espérait frustrer de ses millions.
Une invisible machine pneumatique a fait le vide autour d'elle.

Comme indurée dans son effarante solitude, elle leur survit à
tous. Elle est celle qui ne meurt pas.

Consciente des convoitises qu'elle allumait, elle les a tous
vus partir sans une larme. C'est une joie féroce chez certains
vieillards de constater la mort des autres autour de leur verte
sénilité. Mme de Nevermeuse est de cette race-là. Heureuse d'être
sans enfants, heureuse d'être sans famille, elle a pris plaisir
à compter les coups qui décimaient les siens, et croyez que, la
nuit, après l'opéra ou l'opérette où elle va tous les soirs,
ce lui est une joie en se mettant au lit de songer que sa mort
n'enrichira personne et qu'elle, la septuagénaire endurcie, elle
est seule, seule échappée à l'hécatombe et qu'elle a enterré les
siens.

Elle n'a pas oublié que sa jeunesse sacrifiée a longtemps fait
vivre et longtemps entretenu tous ces morts. C'est sur sa beauté,
exploitée et poussée dans de riches alcôves conjugales, que tous
ces disparus avaient étayé leur fortune, et c'est la rancune,
depuis près de soixante ans amassée en elle-même, qui lui met aux
lèvres ce sourire immuable.

Sourire de poupée, mais de poupée macabre figée dans une
triomphante survie d'au-delà!

Mme de Nevermeuse n'a jamais aimé personne. Instrument docile
entre les mains d'une famille cupide, elle a usé deux maris pour
en recueillir successivement les millions, puis, veuve, elle a usé
dans l'angoisse et l'attente vaine tous les héritiers intéressés
à la voir mourir; et c'est ce cœur sans secousse qui lui a fait
ce front sans ride..., car dans sa maigreur transparente et le
faisandage de ses fards, cette ancestrale poupée est encore jolie,
d'une joliesse de morte embaumée et d'automate de grand sculpteur!

Et c'est la sécheresse admirable de cette nature sans sensualité
et sans cœur qui la fait si délicieusement vaporeuse, impérieuse
et planante.

Mme de Nevermeuse surnage, délicate, hautaine et floue, tel un
pastel au-dessus de soixante ans de décès et de deuil.»

L'orchestre entamait le prélude du troisième acte; de Bergues
regagnait le fond de loge et du même coup nos trois lorgnettes
abandonnaient le pastel vivant et l'énorme boa de plumes bleues
qu'elles fixaient.

Nous écoutions de nouveau _Siegfried_.



II

LE MASQUE DE BEAUTÉ


Mme de Nevermeuse, née Alice Mantelot, en premières noces lady
Asthiner, était la quatrième fille d'un vague homme de lettres que
ni le théâtre ni le journalisme n'avaient fait riche. Six petits
Mantelot, quatre filles et deux garçons, pullulaient dans le petit
appartement, dont il fallait déménager tous les dix-huit mois
parce que devenu trop petit. Mme Mantelot donnait tous les ans à
son mari un nouvel héritier, et, à chaque déménagement, la famille
Mantelot montait d'un étage. Et Mme Mantelot mère, aujourd'hui
boursouflée de lymphe et déformée par ses maternités généreuses,
se lamentait le long des jours: le budget du ménage se grevait
d'heure en heure, et, seul, le prix de la copie du père Mantelot
ne montait pas. Elle baissait même, la copie du pauvre homme; elle
baissait comme son talent, qui n'avait jamais été supérieur et qui
diminuait de jour en jour, usé et étouffé par les tracas d'argent,
les criailleries de Mme Mantelot et les récriminations de ces
demoiselles.

On ne songeait qu'à la robe dans l'intérieur Mantelot, la robe
qui, en mettant en valeur la taille de ces demoiselles, leur
ferait pêcher le mari bien renté qui remettrait à flot toute la
famille. C'était, de l'aube au soir, des discussions sans fin
sur la coupe d'un manteau, la forme d'une manche, le retroussis
d'une paille, le nœud d'une bride et le mouvement d'une plume; et
ce pauvre M. Mantelot ne pouvait pénétrer dans le petit réduit,
qu'on lui avait assigné comme cabinet de travail, sans déranger
des patrons et des journaux de mode empilés sur sa table, et, au
hasard des sièges, des pièces d'étoffes, coupons, échantillons, et
des lingeries et des cartons posés dans tous les coins.

Des occasions! Ces dames avaient toujours trouvé des occasions.
Des magasins de nouveautés, où elles passaient leurs journées,
elles rapportaient toujours des soldes acquis à des prix
invraisemblables, et ces bons marchés-là obéraient d'autant le
budget. C'était l'ordinaire du pauvre homme qui en souffrait, sa
garde-robe aussi, car depuis plus de trois ans qu'il traînait
le même pantalon et la même redingote, ces demoiselles, elles,
moulées dans des étoffes si minces qu'on les aurait cru vêtues de
papier, promenaient hiver comme été d'extravagants attifages.

Sveltes à souhait, l'estomac déjà délabré par des nourritures
étranges et économiques, et condamnant leur pauvre père à des
menus de dinettes, elles couraient les matinées, les spectacles
gratuits, les bals d'hôtel avec une frénésie digne d'un meilleur
sort, menées dans cette tourbillonnante rotation de toupies par
l'ardeur inlassable de Mme Mantelot.

Et les demoiselles Mantelot ne se mariaient pas.

Tel était l'état d'âme de ces demoiselles et telle était la
situation du ménage, quand la famille Mantelot, changeant
d'appartement pour la huitième fois, venait s'installer dans un
cinquième au fond de la cour de la rue Pigalle. Les Mantelot
quittaient la rue d'Assas. Au dire de Madame, le Luxembourg ne
valait rien pour le mariage: on n'y croisait que des étudiants
en mal d'aventures ou des rapins pauvres comme Job. Le Parc
Monceau et les Champs-Élysées étaient bien plus fertiles en
heureuses rencontres: c'était le quartier des millionnaires et des
sportsmen, et M. Mantelot, toujours débonnaire, avait accédé au
désir de Mme Mantelot.

Le pauvre mobilier des Mantelot et les cartons à chapeau de ces
demoiselles prenaient donc le chemin de Montmartre; une moyenne
voiture de déménagement y suffit.

Alice Mantelot allait sur ses dix-neuf ans; c'était la plus jolie
des quatre Mantelot, c'était la plus jeune aussi, et Mme Mantelot
fondait de grandes espérances sur le physique de sa cadette: «Si
celle-là n'épouse pas un prince, c'est que les hommes sont devenus
aveugles et qu'il n'y a plus de justice sous la calotte du ciel!»
Mme Mantelot avait la fâcheuse habitude d'exprimer ses opinions
dans des tours de phrases empruntés à sa concierge. Alice Mantelot
était d'une coquetterie et d'une futilité de poupée, encouragée en
cela par l'exemple de sa bonne mère.

Ces dames Mantelot adoraient donc les plaisirs gratuits et les
occasions de se faire voir; elles n'étaient pas depuis quinze
jours dans le quartier qu'on les incitait vivement à aller
visiter la chapelle ardente de sir William Asthiner. C'était
la curiosité du huitième. On n'avait qu'à se faire inscrire
chez le concierge de l'hôtel Asthiner, rue de Berlin, et on se
présentait le lendemain dans la matinée, de onze heures à midi,
ou dans la journée du dimanche. Tout Paris avait déjà défilé
devant le catafalque de lady Asthiner; la chambre ardente et
ses quotidiennes folies d'illuminations et de fleurs étaient
même notées dans certains guides pour l'étranger, et il n'était
pas rare de rencontrer là des trôlées de touristes pilotés par
quelques pisteurs d'hôtel.

Ce lord William Asthiner était un vieil Anglais maniaque et
millionnaire--oh! combien de fois millionnaire!--qui n'avait
jamais pu se résigner à la perte de sa femme. Lady Georgina
Asthiner, avait été, paraît-il, une des plus jolies femmes du
Royaume-Uni. D'origine irlandaise et sans fortune, elle avait
été épousée, toute jeune fille, par lord Asthiner, déjà vieux et
d'autant plus affolé de tant de beauté et de fraîcheur.

De larges yeux de violette dans la pâleur éblouissante d'un
visage mat et charnu comme un pétale de camélia, la mobilité
passionnée de deux narines vibrantes et délicates, et, sous de
lourds bandeaux d'un blond fluide, la bouche la plus puérile dans
la stupeur un peu figée des lèvres qui s'écartent. Du reste, lord
Asthiner l'avait épousée malgré sa famille, son entourage et tous.
Son bonheur avait duré dix ans. Dix ans il avait promené, l'hiver,
cette radieuse jeune femme de capitale en capitale, et l'été, de
villes d'eaux en villes d'eaux, pour l'installer, l'automne, dans
quelques-uns de ses châteaux de Galles ou d'Ecosse, à l'inévitable
moment des chasses.

Ça avait été l'ivresse d'une maturité déjà lourde tout à coup
fleurie d'un invraisemblable amour; et puis l'épouse adorée était
morte, fanée, usée, flétrie, on eût dit, dans sa jeunesse par
cette desséchante passion de vieillard.

Lady Asthiner était morte à Londres, en pleine _season_, dans
la somptueuse demeure qu'ils habitaient dans Piccadilly. Et la
douleur de lord Asthiner avait été immense.

Halluciné d'angoisse, en vérité à demi fou, il avait d'abord songé
à faire embaumer la morte et à la soustraire à la loi commune
de la sépulture; il avait manifesté le désir de garder ce corps
idolâtré auprès de lui et de vivre désormais en tête à tête avec
ce cadavre. Mais on ne va pas contre l'ordre établi. Dans tous les
pays du monde l'homme si puissant, si riche qu'il soit, doit se
soumettre au fonctionnement du cérémonial funèbre.

L'obstination de lord Asthiner à conserver la défunte quand même
dans son logis avait dû céder devant une intervention de la
police: les funérailles eurent lieu, écrasantes de magnificences.
Londres se souvient encore de l'apparat déployé aux obsèques de
lady Asthiner; mais une sorte de folie funèbre s'était emparée du
cerveau du veuf.

Il n'avait pu dérober au tombeau la chair de joies et de regrets
de son Irlandaise, il eut la macabre idée d'en garder auprès de
lui la presque vivante effigie. Londres n'est pas pour rien la
ville du musée Tussaud. Lord Asthiner commandait au cirier le plus
en vogue d'alors, à Georges Hennet, la cire grandeur naturelle de
la défunte. Le modeleur s'installait auprès du cercueil de lady
Asthiner, et dans la chambre mortuaire il cueillait, pour ainsi
dire, d'entre les fleurs amoncelées, l'impressionnante et exacte
ressemblance du cadavre.

Hennet fit une lady Asthiner étendue, les yeux clos, les longs
cils de ses paupières en ombre portés sur l'ivoire transparent
des joues, une lady Asthiner moins morte qu'endormie, plus belle
encore peut-être dans son sommeil par le caractère grandiose de
tous ses traits au repos. Les lourds cheveux de la défunte, coupés
par une main hardie, ornèrent le front de la poupée. Lord Asthiner
en extase assistait, les mains jointes, à cette lente éclosion
d'un fantôme et, le cercueil une fois refermé sur la vraie lady
Asthiner, puis descendu dans le caveau de famille, le vieux
maniaque installait la lady Asthiner de cire dans une identique
bière, doublée de satin blanc, comme l'autre; et la poupée funèbre
prenait la place du cadavre sur le catafalque, laissé tel quel, au
milieu des tentures de deuil, des cires allumées et des gerbes de
lis, d'iris noirs et d'aromes échafaudés autour.

Et la vieille demeure se changeait en chapelle ardente. Retiré
derrière les persiennes closes du logis familial, lord Asthiner
y vivait seul, en tête-à-tête avec la poupée. Épris d'un vain
simulacre, il se plaisait à prolonger l'illusion de ses regrets
dans un décor, tous les jours renouvelé de cierges et de fleurs;
et pendant des mois il fit ainsi la veillée à une morte illusoire,
atrocement heureux de sentir saigner la plaie de son vieux cœur,
comme si l'aimée était morte de la veille; puis, un beau jour,
lassé de mener ainsi seul le deuil de sa vie, ce deuil, le vieux
fou voulut l'imposer au monde. Il ouvrit toutes grandes les portes
de son hôtel, et la curiosité des artistes d'abord, celle de la
_fashion_ ensuite et puis l'indifférence amusée de la rue furent
invitées à venir contempler la belle lady Asthiner dans le satin
brodé de son linceul, sous les clartés de six cent mille francs
de colliers et de perles, dans le cadre effarant et tragique des
chandeliers d'église et des monceaux de fleurs.

Et puis, un autre beau matin, le maniaque en eut assez d'étonner
ses compatriotes. Il eut la fantaisie d'aller promener en France
sa poupée et son deuil; il louait l'hôtel de la rue de Berlin
venait y installer son décor funèbre, sa morte de cire, sa peine
inconsolable et surtout son orgueil; et tout Paris défila devant
le catafalque de lady Asthiner, comme avait défilé dans Piccadilly
tout le snobisme de Londres.

C'est ce puffisme à la Charles-Quint qu'allaient visiter un jour
ces dames Mantelot. Elles entraient dans l'hôtel du vieil Anglais
du même pas dont elles seraient entrées au Musée Grévin; c'était
une poupée comme une autre. Pourtant la mère et les filles eurent
un coup dès le seuil. La somptuosité des étoffes, la magnificence
et la rareté des fleurs, quoique estimées par elles au plus juste
prix, les plongèrent dans une admirante stupeur.

--Il y en avait pour de l'argent! Cet Anglais devait-il être
riche!»

Alice Mantelot ne quittait pas des yeux les perles et les diamants
de lady Asthiner.

Il n'y a pas loin de la rue Pigalle à la rue de Berlin. Ces dames
Mantelot revinrent souvent visiter la chambre ardente. Le luxe de
ces fleurs toutes fraîches, de ces cierges toujours renouvelés les
ravissait.

Un jour à déjeuner (on était allé le matin voir la poupée de la
rue de Berlin), Marguerite, l'aînée des Mantelot, tout en pelant
une poire, s'avisait de remarquer une étrange ressemblance.

--Dis donc, maman, regarde donc Alice. Elle ne te rappelle pas
quelqu'un?

--Qui ça?

--Moi, ça me saute aux yeux. Cherche.

--Explique-toi. Une devinette! Je déteste ces manières-là, tu sais.

--Mais une personne que nous avons vue ce matin, lady Asthiner, la
morte de la rue de Berlin. Mais c'est tout à fait la même figure.
Elle a les mêmes cheveux. Mais ce n'est pas possible, Alice, tu as
changé ta coiffure... Ah! ça, mais?»

La cadette des demoiselles Mantelot avait, en effet, changé sa
coiffure. Elle avait remarqué qu'une persienne s'entre-bâillait
au rez-de-chaussée, chaque fois qu'elle et ses sœurs sortaient
de l'hôtel de la rue de Berlin, et, derrière cette persienne, la
fine mouche avait très bien distingué une face blême de vieillard.
Alice Mantelot portait maintenant ses longs cheveux en bandeaux,
comme l'effigie en cire de lady Asthiner.

Le fait est qu'Alice rappelait à s'y méprendre la poupée de la
rue de Berlin. Comment Mme Mantelot ne s'en était-elle pas avisée
plus tôt! La mère et les filles échangeaient un regard complice.
Ces dames prirent désormais tous les jours le chemin de l'hôtel
Asthiner; on prit même l'habitude d'y laisser Alice agenouillée,
en contemplation devant la morte. Elle demeurait là, durant des
heures, comme en extase, travaillant une funèbre ressemblance
dans la tension de tout son être et de son joli visage offert
de profil, et il n'était pas rare qu'un vieux monsieur ne vint
rôder à pas de loup autour de la jeune fervente, fervente d'une
beauté dont elle semblait l'héritière. Mais le vieux monsieur,
comme épeuré, tournait et tournaillait à pas menus autour de cette
ardeur adorante et ne se déclarait pas.

--Comme elle était belle! se hasardait à dire un jour la jeune
fille, au moment où elle sentait haleter derrière elle le souffle
du vieillard.

Alors, lui, avec un élan brusque:

--Et comme vous lui ressemblez!

--Moi, je lui ressemble! Et à qui?

Et Alice Mantelot jouait l'étonnement.

--Mais à elle! à elle! Je l'ai connue, moi, je suis lord Asthiner.»

Et le vieil homme bégayait, et la jeune fille de dire son culte,
son admiration, sa véritable religion pour la morte. Comme elle
était belle! Comme elle avait dû être aimée! Et quelle bonté,
quelle angélique douceur répandue sur ce visage!

Et le veuf l'écoutait avec ravissement.

--Mais moins belle que vous! moins douce que vous! C'est elle
plus jeune, que je retrouve. Dieu a permis cette ressemblance. Le
ciel est bon.»

Et ils se quittaient enchantés l'un de l'autre.

Et ce fut l'idylle sénile, la machiavélique intrigue ourdie autour
de ce vieillard. Alice Mantelot revint encore deux ou trois fois,
mais toujours accompagnée. Elle avait présenté sa mère et ses
sœurs à lord Asthiner, et puis un jour elle ne revint plus. Mme
Mantelot et ses filles aussi s'abstinrent, et, quand le vieux
maniaque allumé et navré de leur disparition vint s'enquérir rue
Pigalle de la santé de la jeune fille, c'est Mme Mantelot qui le
reçut et, la gorge molle dans un peignoir de circonstance, la
grosse dame déclarait à l'Anglais stupide qu'on avait remarqué
son trouble en parlant à Alice, que ses assiduités auprès d'elle
avaient fait jaser dans le quartier, que la réputation d'une jeune
fille était chose fragile, qu'ils n'avaient aucune fortune, que
lord Asthiner était riche, bref, qu'ils avaient dû cesser toute
visite là-bas. M. Mantelot n'admettait pas que l'on pût _causer_
sur son enfant. Lord Asthiner, tout son pauvre corps tremblant
sur deux jambes flageolantes, écoutait, l'œil et la lèvre humides,
secoué d'un comique bégaiement.

--Mais je l'épouse, moi, votre fille, je l'épouse. Madame, je vous
demande sa main.

--Mais Alice a dix-huit ans, monsieur.

Mais lord Asthiner avait près de dix millions. Et ce fut le
premier mariage de Mme de Nevermeuse.



DEUIL D'ESCURIAL


--Ah! si vous avez le goût des histoires funèbres, je puis vous en
servir une qui n'est pas piquée des vers.

--Quelle horrible plaisanterie! interrompait de Surville.

--Mais c'est votre faute, à vous aussi, mon cher. Vous avez
la folie du macabre. Les catafalques, les cadavres dans les
bières, les mortes embaumées exposées dans l'apparat des chambres
ardentes, les illuminations de cires allumées et l'agonie odorante
des fleurs amoncelées autour des tréteaux de deuil, voilà les
décors que vous affectionnez et l'atmosphère où vous vous plaisez
à échafauder vos histoires. Vous êtes très sadique et très Cour
d'Espagne à la fois, mon cher Surville.

--Cour d'Espagne du temps de Charles-Quint et même de Philippe II!
soulignait de Bergues.

--Oui, reprenait Grandgèrard, Surville porte en lui toute l'ombre
de l'Escurial.»

A quoi Mancherolles, qui marchait à côté de nous:

--Les grands voluptueux sont tristes.

--Et ton histoire, demandait Grandgèrard à de Bergues, les
aphorismes de Mancherolles ne sont pas une conclusion.»

Nous suivions, Grandgèrard, de Bergues, de Surville, Mancherolles
et moi, les parapets du quai Malaquais.

C'était l'heure exquise où Paris, la journée finie, s'anime, un
peu fébrile dans l'apaisante complicité du soir.

L'heure entre toutes où il fait bon descendre le long des quais,
les quais uniques de la Rive Gauche, d'où l'œil embrasse, entre
les Tuileries et Notre-Dame, tant d'histoires et tant de gloires
éparses aux frontons sculptés des palais! Il y a comme une
délivrance dans l'air: la joie puérile, on le croirait du moins,
de tant de sorties d'ateliers et de bureaux. Les ciels laiteux de
nos printemps s'y fardent légèrement de rose, une brève clarté
s'allume au faîte des maisons; et dans la monotone uniformité,
qu'est la ville d'ardoises et de pierres, la lumineuse agonie
du jour éveille un court frisson d'apothéose. Dans l'allégresse
du soir nous avions volontairement ralenti le pas, heureux
de surprendre, au milieu de tant de flâneries attardées aux
étalagistes des quais, la vie si pittoresque de Paris populaire,
la vie pépiante et si typique à la tombée de la nuit des rues et
des faubourgs.

Une femme nous croisait.

Engoncée dans un long manteau de drap mastic, la face reculée
dans l'ombre d'une énorme capote ennuagée de tulle mauve,
elle marchait, lente et légère à la fois, d'un pas glissant
d'apparition, et c'en était une; car la somptuosité de sa mise,
la tache claire allumée dans l'ombre par les nuances infiniment
douces, qui la vêtaient, en faisaient dans cette foule anonyme et
modeste un être d'une autre race et une rencontre d'exception. Un
coupé attelé de deux chevaux la suivait au pas, un valet de pied
marchait derrière elle, prêt à lui servir de garde du corps; car
flâneurs et passants se retournaient sur l'étrange promeneuse. Le
maquillage éclatant du visage, la coupe inusitée trop élégante des
vêtements, tout cela faisait émoi dans le public accoutumé des
quais à la tombée du jour.

La bizarre rencontre! Elle semblait d'un autre temps et d'un autre
monde. Indifférente, elle allait, suivant les parapets, d'un
pas un peu automatique, mais savamment alenti, merveilleusement
rythmé; et ce pas, elle le ralentissait parfois pour mieux
regarder l'eau couler.

De Bergues s'était aussi retourné sur la promeneuse. Il étouffait
presque un cri:

--La comtesse de Mératry! c'est à n'y pas croire... C'est
l'histoire que je vous voulais conter, mon histoire même qui
marche... Ah! les affinités électives, le jeu compliqué des
fluides et des atomes crochus... Voilà qui établirait avec preuves
à l'appui les théories de Gœthe... C'est à cette femme que je
songeais, et la voici qui surgit devant nous, oui, devant nous,
comme évoquée, voulue par ma pensée secrète...; et la comtesse de
Mératry devrait être à Menton! La comtesse à Paris!--et comme se
parlant à lui-même,--les Zélusko ont donc quitté la Riviera?

--Quand tu auras fini ton monologue! interrompait Surville.

--Ah! pardon, cher ami...

La jeune femme était remontée en voiture, l'apparition s'était
évanouie. Alors, de Bergues:

--Vous avez tous remarqué, comme moi, l'étrange silhouette de
cette femme, le faste démodé et daté de sa mise, cette minceur,
cette souplesse exagérée de taille et cette allure à la Constantin
Guys? L'atmosphère inquiétante émanée de cette inconnue a une
explication terrible.

La comtesse de Mératry porte la défroque d'une morte: le luxe des
soies, des velours et des moires qu'elle traîne sur ses pas est
emprunté au vestiaire d'une parente depuis longtemps défunte; pis,
il est cueilli dans l'ombre d'un caveau funéraire. Ce sont les
parures de tombeau.

--Tu dis?

--Voilà déjà dix ans que la comtesse de Mératry s'habille et se
fournit dans la garde-robe de Véra Zelusko.

--Qu'est-ce que vous nous chantez là, de Bergues?

--L'exacte vérité, pas plus. Vous vous souvenez tous de Véra
Zelusko, cette jolie petite Russe nihiliste et quelque peu
millionnaire, venue avec tous les siens, père, mère et toute la
smala des oncles et des tantes et des cousines aussi, il y a
quelque vingt ans, à la conquête de Paris? Véra Zelusko ne doutait
de rien, elle voulait faire du théâtre. La gloire de Sarah et les
lauriers de Féghine l'attiraient. La petite Tartare avait rêvé
d'éblouir et de dominer le monde.

Les Zelusko étaient de gros marchands de Moscou, immensément
riches et surtout inopinément enrichis dans le trafic des
fourrures. Ils adoraient d'une adoration exaltée et sauvage
leur petite Véra, fille et fleur unique éclose un peu tard
dans leur vie de parvenus. C'est de sa naissance que dataient
leurs plus gros bénéfices. Ces Zelusko étaient des Asiatiques:
la dévotion de leur tendresse pour Véra tenait du fétichisme;
ils la vénéraient à la façon d'un _icone_...; et cette effrénée
latrie, toute la famille la partageait avec eux. Aussi, quand Véra
Zelusko, dont la petite âme artiste et vibrante étouffait d'ennui
dans ce morne Moscou, déclara qu'elle voulait vivre à Paris,
père et mère d'accéder à ce nouveau caprice, et toute la famille
d'obéir, Véra le voulait... Le père Zelusko liquidait sa maison,
et tous les Zelusko du monde, y compris les sœurs de Madame,
suivirent la future étoile à Paris.

Nul d'entre tous ces braves gens ne mettait en doute que Véra
ne conquît la ville et tout l'univers: elle était si jolie, si
intelligente, si fine, si _géniale_ surtout; et le fait est que
cette petite Tartare était délicieuse. De larges yeux d'agate
riaient sous des cheveux mordorés fous et flous, et je vois encore
la clarté de ces inoubliables prunelles grises dans une face
expressive au teint chaud, presque bis.

Et ce fut la luxueuse installation dans l'hôtel de l'avenue du
Bois. Nous y avons tous été reçus à notre heure: les Narismof
l'habitent aujourd'hui. Il y défila tout Paris, Paris artiste,
Paris littéraire, Paris académique, un peu de Paris politique
un moment, mais Paris-cabot surtout. Les Zelusko donnaient des
fêtes, recevaient à table ouverte, préparant, arrosant la gloire
certaine de leur grande tragédienne. De ces fêtes Véra était l'âme
et la joie; elle y récitait d'une voix pénétrée, pénétrante, en
s'étreignant des deux mains la poitrine, du Samain, du Baudelaire
et jusqu'à du Verlaine, au grand scandale de l'Institut et de la
Comédie convoqués et ahuris... Cela se passait il y a quelque
vingt ans. Nous nous sommes apprivoisés depuis.

Le matin, un coupé conduisait la jeune élève à ses cours du
Conservatoire. Sa cousine Sonia Barisnine, aujourd'hui comtesse
de Mératry, celle-là même que nous venons de rencontrer,
l'accompagnait...; et la fête, fête qui fut aussi une curée de
toutes les convoitises et de tous les appétits, la fête durait
jusqu'à la mort du père et alors la débâcle commençait.

Les millions avaient été largement entamés. Paris a les dents
longues, surtout le Paris des réclames offertes, des tapeurs
titrés, des grands parasites et de la presse payée... Le deuil
arrivait à propos pour fermer l'hôtel.

Les Zélusko connurent l'amertume des abandons, l'humiliation des
cartes cornées, des shake-hand hâtifs et des saluts trop brefs.
Heureusement, entre temps, Sonia Barisnine avait-elle été mariée.
La cousine pauvre, généreusement dotée, était devenue la comtesse
de Mératry.

Mais, entre temps aussi, la santé de Véra s'était altérée. La
petite Tartare s'était trop donnée, elle avait trop vibré, âme et
nerfs, dans ce milieu factice et surchauffé de réclame et de grand
art. Elle s'était consumée au feu dévorant du Paris théâtral; la
Faculté consultée conseillait le climat de la Riviera. Seule,
la douceur endormante des hivers de Menton éteindrait l'éclat
fiévreux de ces prunelles, l'ardeur enflammée de ces pommettes,
apaiserait les quintes exténuantes de cette mauvaise toux. On
pressa le départ. C'est une condamnée qui quittait l'avenue du
Bois.

La poitrinaire n'y devait plus revenir. Menton la posséda trois
ans. Mme Zélusko, tous les Zélusko, les tantes et les cousines,
s'installèrent au chevet de la jeune fille. La fortune des
Zélusko, si ébranlée qu'elle fût, n'en était pas où la voulait
porter l'opinion publique; il y avait déchéance, mais non ruine.

D'abord descendues à l'hôtel, Mme Zélusko et sa fille se fixaient
en ville. La comtesse de Mératry venait se réfugier auprès
d'elles. Sa dot une fois dilapidée, le comte de Mératry l'avait
abandonnée. La jeune femme, enfin libérée par un divorce, se
trouvait trop heureuse de venir échouer auprès des siens, et
l'agonie de Véra Zélusko s'organisa.

Ce fut d'abord l'ère des interminables promenades en voiture, des
promenades au pas, avant le coucher du soleil, sur les routes
de Monte-Carlo et de la Mortola; puis vint un moment où l'on ne
permit plus à la malade de sortir. Elle vécut désormais dans
une atmosphère de serre chaude, cloîtrée derrière les vitres
incendiées d'azur et d'une longue véranda; et puis ce furent
les étouffements, les crises de toux que rien n'arrête, les
angoisses et les spasmes, les yeux chavirés dans une pauvre face
de suppliciée qui suffoque, les hémopthisies meurtrières dans le
hoquet et le râle final.

Les Zélusko, atterrés, assistèrent à cela; ce fut une stupeur.
C'était l'effondrement de leur rêve, l'anéantissement de tous
leurs efforts, et celui aussi de leur ultime et fragile espoir.
Leur adorée petite Véra était morte; Véra, leur idole et leur
gloire; et elles étaient là, la mère et les tantes et la cousine
Sonia, debout, les yeux vides de larmes, autour de ce cadavre,
isolées en cette terre étrangère, venues de si loin, si loin,
de leur sainte Russie pour la carrière et l'avenir de celle qui
gisait là, silencieuse à jamais, devenue une chose inerte et
froide, elles qui avaient tout quitté pour cette morte, Moscou, et
leur foyer et leur passé et tout; et Véra les abandonnait là!

Et alors l'âme asiatique des Zélusko se réveilla; la douleur
ramena toutes ces femmes en deuil à leur antique atavisme... Sur
huit millions il en restait deux ou trois à la mère; et cette
mère douloureuse, toute frustrée qu'elle fût, sous le coup de la
destinée se ressaisit, voulut à sa morte, à sa Véra chérie, des
funérailles et un tombeau de princesse orientale.

Vous connaissez le tombeau du tsarewitch à Nice, au pied du parc
Impérial. Mme Zélusko voulut à Véra le pareil; elle le voulut plus
fastueux et plus coûteux encore. Les carrières de Carrare, les
sculpteurs de Gênes, toutes les ressources de l'Italie voisine
furent requises par cette mère anéantie, mais redressée dans son
orgueil; et tout ce que la folie de vanité d'une dynastie, tout
ce que la démence de luxe d'une fin de race peuvent vouloir et
inventer pour perpétuer en marbre la mémoire d'un des leurs, pour
sa fille Mme Zélusko le réalisa. Le cimetière de Menton garde le
mausolée. Le Campo-Santo de Gênes n'a rien de pareil. Mais où
s'affirma leur vieux sang asiatique, c'est dans l'amoncellement
de robes, de fourrures, de dentelles et même de bijoux, que
cette mère orgueilleuse entassait dans le caveau de la morte.
Toute la garde-robe de Véra, jusqu'à ses moindres accessoires de
toilette, ses éventails, ses flacons, ses petits ciseaux d'or,
indépendamment des manteaux du soir, des corsages de bal et de
toute la série des chapeaux, décora d'une lamentable défroque
les parois de marbre du tombeau: puis, comme exténuée de ce
suprême effort, Mme Zélusko tombait dans la torpeur. Hypnotisée
dans le seul regret de la morte, tout autour d'elle lui devint
indifférent. Au lieu de retourner en Russie elle se fixait à
Menton, retenue par l'ombre de son cimetière, et toutes les tantes
et toutes les sœurs commencèrent avec elle la funèbre veillée
de Véra. Veillée qui dure déjà depuis quinze ans, et c'est dans
cet Escurial de la côte d'Azur que vit depuis quinze ans Mme de
Mératry, dans la stupeur et le silence de toutes ces vieilles
figées et lentement retombées en enfance. Dans la demeure, où Mme
Zélusko promène sa douleur hallucinée, le service abandonné à des
vieux serviteurs impotents a tourné à l'incurie. Mme Zélusko est
devenue avare; elle et ses sœurs traînent les mêmes vieilles robes
de deuil roussies par l'usure et raidies de taches; personne ne
songe à renouveler la garde-robe de Mme de Mératry, qui, au bout
de cinq ans, a quitté le deuil.

A court d'argent et rivée dans la maison par l'attente de
l'héritage, Sonia Barisnine acculée aux plus dures nécessités
s'est un jour enhardie, et au milieu de toutes ces vieilles
parentes aveugles; c'est-à-dire aveuglées dans leur gâtisme
funèbre, elle est allée rendre visite au tombeau de sa cousine.

--Et nous devinons ce qu'elle a fait, ricanait Surville, elle a
pris le musée funéraire pour vestiaire.

--Parfaitement, et voilà dix ans que le troupeau des duègnes
n'y voit que du feu. Dix ans que Mme de Mératry porte et use
consciencieusement la défroque de la morte. Vous vous expliquez
maintenant sa silhouette. Je vous avais promis une histoire digne
de la Cour d'Espagne, disait modestement de Bergues.

--Et tu as tenu, concluait Grandgirard.



DISPARUES


Encore une fête qui s'en va!...

C'était au dernier vernissage, celui de la Société nationale. La
cohue grossissante des curieux, des snobs et des belles dames en
mal de se faire voir nous avait rabattus, Surville et moi, dans
les cryptes de la sculpture.

Dans les salles du premier c'étaient les bousculades de la foule
ameutée devant les toiles classées par la critique et devant les
portraits à scandale.

Le Whistler, les deux Lavery, le _lord Ribblesdale_ de Sargent,
le _Barrès_ de Jacques Blanche, le _Jacques Blanche_ de Simon
faisaient prime. Des groupes en quête de racontars d'impressions
et de _bluff_ assiégeaient les Boldini; les La Gandara
galvanisaient leur salle; les gens du monde s'abordaient, en se
disant: «Avez-vous vu les Carolus?...» les artistes: «Allez donc
voir les Guillaume! Une révélation, mon cher!» et les cabots: «Il
faudra aller voir les Weber. Il y a un Guitry en robe de chambre
rose, dans la fameuse tenue adoptée par Greuling pour lire les
œuvres de...--pas de cliché!--Vous savez qui! Allez voir le rose
de cette robe de chambre, un rêve!...»

Des D'Anglada, des fleurs délicieusement chimériques d'Henri
Dumont, des marines savoureuses de Morrice, des fluides et
lointaines Venises d'Irwil, naturellement, il n'était pas
question. Ce n'était que de la peinture, et ce n'est pas la
peinture que vient voir le monde du vernissage! il y a beau temps
que dans cette foire aux vanités chacun vient s'exhiber et toiser
de haut son voisin!

Un peu las, un peu curieux aussi, nous rôdions désemparés,
Surville et moi, autour du _Penseur_ de Rodin, honoré d'un bref
regard par les nouveaux arrivants, parce que Rodin, après tout,
avait été quelque peu claironné le matin dans la presse. Mais
tout ce beau monde était, en effet, bien plus désireux d'aller
faire des mots devant les _Faunes_ de Latouche, les portraits
d'Aman-Jean et même ceux de Bernard.

--Non, ce n'est plus ça du tout, soupirait Surville. Tout s'en
va. Vous rappelez-vous quelles fêtes d'élégance et d'esprit et de
snobisme aussi étaient ces vernissages au Palais de l'Industrie,
et même au Champ-de-Mars?...

«Vous souvenez-vous des triomphantes entrées de «notre Sarah»,
au milieu de la Légion sacrée, comme les appelait Sarcey? Des
mouvements de foule se précipitant au-devant de la tragédienne!
Le bruit de sa venue se propageait de groupe en groupe et le
public lui faisait cortège. C'était la marche à pas lents, comme
d'une Reine au milieu de sa Cour, de la blonde, de la fine, de la
souple, de la Divine et de l'Unique, sa petite tête auréolée d'or
pâle, ses larges yeux de violette--qui furent, tour à tour, ceux
de Cléopâtre et de Théodora--volontairement lointains, imprécis,
sans regard?... Et toute cette parade et toute cette renommée
et toute cette gloire d'alors, encensées, adulées, adorées,
entourées par tout ce que Paris comptait alors de talents, de
réputations, d'esprit, et d'hommes politiques, de diplomates et de
sculpteurs?... Les apparitions de Sarah Bernhardt aux vernissages,
mais c'est toute une époque, toute une société, aujourd'hui
disparue... déjà!

«Elle était l'âme de ces fêtes, la vraie souveraine de ces
jours-là. Tout Paris l'y acclamait, Paris artiste et Paris public,
tous deux heureux de se trouver de plain-pied avec l'idole.
L'idole n'y apparaît même plus maintenant--même incognito. Qu'y
viendrait-elle faire? C'est qu'alors il y avait, en France, une
autre fièvre d'art.

«La peinture, comme la sculpture, la littérature aussi y étaient
moins commerciales, moins réclamières, moins mercantiles. Les
marchands n'avaient pas encore envahi le Temple. Mais où sont les
neiges d'antan?...»

Et Surville se dirigeait vers les salles des objets d'art,
nostalgique et soupirant.

--En effet, il fait moins froid ici, faisais-je enchanté à part
moi d'être enfin sorti des ténèbres glacées, où la Société
nationale parque ses statues souterraines.

Mais Surville, tout à son idée première:

--Non! Ce n'est plus cela. Le _bluff_ a tué l'enthousiasme et
le peu d'illusions demeurées en nous. Quant au snobisme, devenu
muffisme, il a effacé--que dis-je?--effarouché et mis en fuite
la sincérité et la foi sans lesquelles il ne peut y avoir ni
inspiration, ni admiration artiste... Nous avons eu les fanatiques
de Burne Jones, qui était un mauvais peintre, mais un grand
légendaire...

«Nous avons maintenant les pâmoisons des Américaines du Ritz
devant les toiles de Boldini et les conférences cake-walk de M. de
Montesquiou!» et Surville plein de tristesse s'absorbait devant
les reliures de Mme Valgrenne, les yeux captivés par les nuances
délicatement morbides de leurs cuirs.

Il demeurait penché sur la vitrine:

--Ceci vous console-t-il de cela? lui chuchotai-je à l'oreille.

Alors lui, mélancolique:

--Non, car je songe à une autre disparue, une figure charmante,
elle aussi, et dont la présence me manque cruellement ces jours de
vernissage! Elle était si gaie, si vivante, si Parisienne dans
sa silhouette cosmopolite, cette petite Nadège Andramatzi, moitié
Russe, moitié Roumaine, sculpteuse et modeleuse de cires, et dont
la gloire naissante occupa cinq ans l'indifférence amusée de Paris.

«Nadège Andramatzi! et Surville appuyait longuement sur les
syllabes comme s'il les eût voulu retenir dans sa bouche. Il
semblait prendre un âpre et délicieux plaisir à presser le nom
entre ses lèvres. Nadège Andramatzi! Il y a déjà quinze ans
qu'elle est morte et cela ne me rajeunit pas. Morte à vingt-cinq
ans! Elle qui aimait tant la vie, morte fauchée en pleine
fleur avec cette belle ardeur de vivre, tout cet élan, ce bel
enthousiasme, cette foi en soi, ce désir de croire aux autres,
cette fièvre de connaître, d'aimer et de jouir de tout ce qui est
beau, jeune et vibrant.

«C'est peut-être cette frénésie d'illusions, cette avidité de tout
pénétrer et de tout sentir qui l'ont usée et finie si vite. Elle
s'est brûlée à sa propre flamme, mais n'est pas ressuscitée de
ses cendres, comme l'oiseau Phénix. Elle est bien morte, et les
deux ou trois pâtes de verre, que possède d'elle le musée Galliera
perpétuent seules son souvenir.

«Son souvenir? Qu'est-ce que ce nom de Nadège Andramatzi pour le
visiteur ennuyé, entré là par hasard et promenant sa veulerie
parmi la solitude des salles?

«Nadège Andramatzi! Elle a pourtant remué tout Paris à son
heure... Vous l'avez bien connue, mon cher?

--En effet. Comme elle est partie vite! Trois ans ont suffi pour
éteindre cette belle ardeur et rendre au néant cette jeune chair
et cette jeune âme.

    La maladie et la mort font des cendres
    De tout ce feu qui, pour nous, flamboya,
    De ces grands yeux si fervents et si tendres,
    De cette bouche où mon cœur se noya.

Et la voix tout à coup sombre:

--Vous souvenez-vous de ses entrées en coup de vent les matins
du vernissage à la section des objets d'art? Elle débuchait là,
escortée de Mme Andramatzi mère et du triumvirat des tantes, les
sœurs de Mme Andramatzi, dévouées toutes, corps et âme, et corps
et biens aussi, à la carrière et à la gloire de Nadège...,; et
toute la Roumanie suivait, et toute la Bosnie et toute la Bulgarie
embrigadées accourues dans le sillage de la jeune fille, en un mot
toute la colonie des étrangères.

«D'une étrangère elle avait les curiosités, et, comme elle était
ardente et enthousiaste, ses curiosités, elle les avait vives,
impérieuses avec une pointe d'audace un peu gênante chez une jeune
fille. Ainsi cette manie d'écrire à tous les hommes célèbres,
cette prétention de vouloir pénétrer dans l'âme et la vie intime
de quiconque lui avait plu par son style ou par son œuvre, oui,
tout cela était un peu outrecuidant de prétention, de présomption
aussi et frisait l'impertinence; mais cela était si jeune, si
touchant, d'une si belle confiance, si puéril même, et témoignait
d'une si vivace personnalité!»

--La culture du soi et l'école de Maurice Barrès! Oui, je sais et
sa correspondance avec Louis de Barbarousse, l'orientaliste. La
famille après la mort n'a pas su résister au vaniteux plaisir de
la publier, cette correspondance! Eh bien! je l'ai lue et je l'ai
trouvée piteuse. Toutes ces lettres se résument à un questionnaire
adressé à Barbarousse: «_Qu'éprouvez-vous? Que pensez-vous? Que
feriez-vous si? Moi, j'éprouve ceci; moi, je pense cela; moi, je
ferais ceci._» Et toujours à côté de la question indiscrète, une
odieuse affirmation du moi, un égotisme extravagant de petite
riche pénétrée de son importance, convaincue de son génie et sûre
de ses millions et, dans le fond, une psychologie de professeur de
sixième.

--Vous êtes sévère, mon cher, sévère et injuste, mais vous, vous
détestez les étrangers et n'admettez pas l'égalité de la femme.

--Sottise! je vois la femme surtout autre que l'homme et chaque
sexe dans un rôle bien différent. D'ailleurs, Nadège Andramatzi
était une insexuée; aucun charme féminin. Je l'ai connue
brune, sèche, un teint d'olive verte. Avec cela, je l'avoue,
d'admirables yeux gris--la clarté de ses yeux était la seule joie
de ce visage--mais un tempérament d'ambitieuse. Aucune émotion,
aucune des sensibilités et même des sensualités particulières où
se reconnaît un sexe, mais un cerveau avide de connaître, de
paraître et de dominer: une enfant autoritaire et gâtée, votre
petite Roumaine, et puis, je n'aime pas les «oiseaux de passage».

--Oiseaux de passage! Ah! vous êtes encore pour les frontières,
frontières de patrie, de religion, de tradition et de passé! Vous
êtes de ceux qui veulent éterniser à jamais tous les conflits,
les conflits de races et les autres, et retarder ainsi la marche
du progrès. La marche du progrès! Comme si on arrêtait les
torrents!...

«Oiseaux de passage! Oui, c'était un pauvre petit oiseau d'Asie au
plumage vif et bariolé, au vol plus large, au ramage plus brillant
que celui des nôtres, de nos oiseaux de plaine et de forêt, un
oiseau nomade venu de l'Extrême-Orient, presqu'un oiseau de
légende, un peu frère de l'Oiseau qui parle et de l'Oiseau-fleur,
un oiseau de passage qui a chanté trois hivers et trois étés dans
Paris étonné, amusé et ravi, et puis que Paris a tué.

«Nadège Andramatzi s'est meurtri les ailes et le reste aux durs
barreaux de la grande cage. Nul ne l'a comprise dans la grande
ville ardente et morne, morne à l'amour, ardente au plaisir. Avide
de scandales et de nouveautés, Paris l'a accueillie, puis bafouée.
Paris l'a fêtée, puis calomniée, et Nadège Andramatzi est morte
de Paris. Tout cela est beaucoup moins gai que vous ne le croyez,
cher ami, et la courte vie de cette petite fille a droit à un peu
plus d'indulgence; elle a même droit à un peu de pitié.

«La terre d'exil a gardé l'oiseau de passage et les vieux parents
demeurés là-bas, en Roumanie, peuvent dire en songeant à la petite
morte enterrée à Hyères:

    L'oiseau s'envole, là-bas, là-bas!...
    L'oiseau s'envole, et ne revient pas!...

--Mais vous êtes lugubres, faisait Grandgirard tout à coup surgi
derrière nous.

--Tu étais donc là? s'étonnait Surville.

--Mais oui, je vous écoutais. Je vous suis depuis cinq minutes!
Ah! vous êtes gais, vous, et vous en effeuillez des couronnes.
Nous ne sommes pas le jour des morts, que diable!

A quoi, Surville:

--Non, le jour des disparues et nous remuons quelques souvenirs.

Et Grandgirard concluant:

--Pauvre Nadège Andramatzi, elle a eu le bout de l'an qu'elle eût
souhaité. On a parlé d'elle un matin de vernissage.»



LA VENGEANCE DU MASQUE


--Des histoires de masques! j'en sais de tragiques; j'ai même vu,
pas plus tard que cette année, se dénouer une assez mystérieuse
aventure. Par le plus grand des hasards j'avais été, l'année
précédente, témoin du commencement; si bien que j'ai assisté au
premier et au cinquième acte et cela dans le pays le moins fait
pour encadrer une action poignante; dans le décor le plus gai et
le plus banal, le plus remuant et le plus ensoleillé qui soit au
monde; dans la ville même de la folie et de l'opéra bouffe en
plein carnaval de Nice.»

Il y eut un silence, Maxence de Vergy, comme tout bon conteur,
jouissait de l'étonnement attentif où nous avait plongé le début
de son récit.

--Une tragique aventure de bal masqué à Nice! Tu me la coupes, en
effet, ricanait l'incorrigible petit Jacques Baudran.

--Oh! ce n'est pas une intrigue de bal masqué, c'est une aventure
de plein air! Ça s'est passé dans la rue, en pleine bataille de
confetti. Vous connaissez, tous, n'est-ce pas, le carnaval de la
Riviera? Trois jours entiers, la joie de sauter et de se déhancher
tient tous les quartiers. Nice est une ville de possédés; une
folie de mascarade est déchaînée du Vieux-Port aux Baumettes.
C'est un cauchemar de farandoles et de carmagnoles, un hourvari
de bonds, d'entrechats, de pirouettes et de cris. Il y a des
rondes de matelots, il y a des rondes d'alpins et d'artilleurs de
forteresse, pêle-mêle avec des pierrots de satinette, des clowns
de percale rose et des dominos de serge verte; le chienlit s'en
donne à cœur joie. Notez que la chose est plutôt laide et qu'on
a la fièvre rien qu'à regarder ces avalanches de capuchons et de
camails, engonçant des faces en treillage se ruer et se démener
dans l'âcre et corrosive poussière que soulève, le dimanche et le
mardi gras, la bataille de confetti. Ah! ces affreuses dragées
de plâtre qu'on puise à la truelle et dont on verse des sacs
entiers sur les passants. Il en pleut des balcons, il en pleut
des croisées, il en pleut des tribunes élevées, on dirait, pour
assommer les gens. Les masques dansant des chars vous en écrasent
des seaux entiers sur la tête; vous êtes harcelé, asphyxié, criblé
de coups et frappé de toutes parts.

Tous les masques sont assassineurs. S'aventurer dans la rue, ce
jour-là, sans domino et sans masque (le masque en treillis de
fer renouvelé des casques héraldiques) serait s'exposer à une
perte sèche de dix louis de vêtements, sans parler de coups et
blessures; mais les Niçois trouvent cela charmant. Cette bataille
à sac armé, ce jeu de mains et de vilains activent le commerce et
font vivre la ville.

Par une convention tacite et acceptée de tous le masque seul
est respecté, ce jour-là. Sous aucun prétexte on n'a le droit
de l'enlever au domino ou au clown qui vous attaque et vous
houspille. C'est ce masque inviolable et préservateur qui fait la
gaieté de la rue, les jours de corso, dans l'aveuglante poussière
qui vous brille les yeux et vous prend à la gorge; mais, quand il
y a du soleil, tout ce plâtre dans l'air poudrederize gaiement les
balcons et les toits et quelle vision quand, sous la pluie blanche
des confetti et dans le bleu du ciel, la soie des costumes, des
oriflammes et des étendards grouille, flamboie, rutile, remue et
chatoie dans de la lumière et du soleil.

Moi, Maxence de Vergy, je me trouvais donc, l'autre année, au
milieu des horions et des bousculades du carnaval et, tout étouffé
que je fus par mon masque et en même temps qu'écrasé par la foule,
je prenais un certain plaisir à regarder défiler entre deux
avalanches de plâtre un char de grenouilles dansantes, une brigade
d'agents plongeurs, et, tapée de matelas, assiégée d'oreillers,
toute en dégringolades, estocades et farces d'Hanlon-Lees, une
étonnante _Auberge du Tohu-Bohu_.

Singulier plaisir, direz-vous, d'aller se fourrer dans cette cohue?

A dire vrai, je n'y allais pas pour le seul plaisir d'aller voir
batailler les masques, j'y suivais...--oh! en simple curieux,
mais en curieux intéressé,--un couple remarqué l'avant-veille à
mon hôtel, un ménage toulousain et pas tout jeune; car madame
frisait bien la quarantaine, bonne grosse commère réjouie avec,
sur la lèvre, un soupçon de moustache, l'œil vif, le corsage en
bastion, une vraie délurée de Toulouse venue exprès pour les
fêtes, et qui n'entendait pas chômer à ce carnaval. Le mari, guère
plus âgé, avec un beau profil classique un peu empâté par la vie
de province, quoique encore solide et l'air d'un luron, était
d'aspect plus calme.

Mme Campalou m'avait de suite charmé par son entrain et son
exubérance. Il y avait en elle une telle joie de vivre et une
telle naïveté devant la vie, que j'en oubliais sa vulgarité.
Depuis l'avant-veille elle ne tenait pas en place; c'étaient
des allées et venues pour l'achat du domino, l'achat du masque,
du sac de confetti pour le Corso, et le choix du clown de satin
mandarine pour la redoute du soir. Elle entendait ne pas manquer
une fête et s'en donner à cœur joie. Elle n'avait pas peiné vingt
ans dans leur boutique de la rue d'Alsace-Lorraine pour se priver
d'un plaisir, aujourd'hui que leur fortune était faite. M. et
Mme Campalou s'étaient enrichis dans la passementerie. M. et Mme
Campalou n'avaient pas d'enfants, aussi seraient-ils bien bons
de se gêner, n'est-ce pas? car c'est d'elle-même que je tenais
ces détails. Mme Campalou les donnait à qui voulait les entendre;
c'était une nature expansive et d'élocution facile. Elle n'avait
de secrets pour personne; ses confidences ne tarissaient pas. «Ils
venaient tous les ans au carnaval de Nice; c'était leurs grandes
vacances. Ils prenaient un billet valable pour un mois, mais de
première, et descendaient dans les meilleurs hôtels. Qu'est-ce
que ça leur faisait de dépenser vingt-cinq francs par jour? Ils
n'avaient pas d'enfants! D'abord, son mari était à ses ordres,
ils avaient tous deux les mêmes goûts. Ils suivaient ici toutes
les fêtes, corsos, redoutes, batailles de fleurs et vegliones;
l'année dernière, ils avaient fait la connaissance d'un prince,
d'un prince napolitain, qui possédait des solfatares en Sicile. Il
leur avait promis de venir les voir à Roquevieille, leur propriété
des environs de Toulouse, mais il n'était pas venu. Si je voulais
les honorer d'une visite aux vendanges, je boirais chez eux d'un
petit vin dont je leur dirais des nouvelles. Ils avaient des
vignes superbes à Roquevieille, un domaine qu'ils avaient eu pour
un morceau de pain, etc., etc.» Vous jugez les gens d'après leur
antienne.

C'est M. et Mme Campalou que je suivais donc dans la foule.
L'occasion était trop belle, je sentais le couple fertile en
incidents.

--D'abord, si quelqu'un me pince, je le griffe, avait déclaré
Eudoxie en se harnachant de son domino de toile grise.

Mme Campalou avait de la vertu.

Est-ce cette vertu qui se rebiffait au plus fort de la bataille?
ou, surexcitée par le plaisir, les musiques, la lutte et le
charivari, Mme Campalou ne céda-t-elle pas plutôt à une agressive
nervosité de grosse dame? Toujours est-il qu'en pleine avenue
de la Gare, au beau milieu d'une pluie de confetti, elle se
retournait comme une lionne sur deux grands dominos de satin noir
arrêtés derrière elle et, s'agrippant au camail du plus mince des
deux:

--Cochon, salop! hurlait-elle, depuis une heure que vous me
pelotez!

Et les deux mains à la face du costumé, elle essayait de
lui arracher son masque. L'homme résistait, essayait de se
débarrasser, mais Eudoxie ne le lâchait pas. Cramponnée
aux grosses joues de fer peint et treillagé, elle tirait
dessus de toutes ses forces, en proie à une véritable crise
d'hystérie. M. Campalou intervenait en vain. Le domino attaqué
résistait toujours. Les injures pleuvaient dru sur l'insolent,
un vocabulaire de poissarde était remonté aux lèvres de
l'ex-passementière; et ce corps-à-corps de trois dominos
commençait à amasser la foule, quand tout à coup le masque se
brisait entre les mains de la grosse femme, et, triomphante, elle
le brandissait sur sa tête, lacéré, en lambeaux et comme rougi par
places.

L'homme démasqué avait poussé un effroyable cri. Le treillage de
fer, en se déchirant, lui avait labouré le visage. Une rigole
rouge coulait de l'œil gauche; le nez, le front n'étaient qu'une
éraflure, l'homme avait toute la face en sang. On le poussait dans
une pharmacie.

«Le nom, l'adresse de cette femme, râlait l'homme défiguré,
laissez-moi, Tomy, attachez-vous à ces gens.» Je me retournai, les
deux dominos avaient disparu. «On ne fait pas de ces choses-là,
Eudoxie, faisait observer M. Campalou.--Fallait pas qu'y aille,
ripostait cette femme charmante, depuis une heure qu'y m'pinçait!
Moi, je n'ai pas de remords.»

Le remous de la foule nous emportait plus loin.

Moi, la vision m'obsédait de cet homme défiguré et sanglant. Sa
dernière recommandation à son compagnon m'inquiétait surtout. Dans
la soirée, l'effervescence de la fête un peu calmée, j'entrais
dans la pharmacie où les premiers soins avaient été donnés au
blessé. Je m'informais de la gravité des plaies et cherchais en
même temps à savoir le nom. «C'est un Américain de l'hôtel West
End. On a dû attendre la fin du corso pour le reconduire chez lui,
le cas est très grave, on craint beaucoup pour l'œil gauche. La
sclérotique est atteinte; ils repartent tous les deux, ce soir,
pour Paris.--Tous les deux?--Oui, il y a un autre Américain avec
lui. Une consultation chez un grand oculiste s'impose.»

J'admirais Mme Campalou. Crever l'œil d'un homme parce qu'il vous
a palpé un peu de près et encore...! L'intransigeante toulousaine
était-elle bien sûre de l'identité du coupable?

Cette année, la première quinzaine de février, je retrouvais les
Campalou installés à mon hôtel. Ils n'avaient eu garde de manquer
les fêtes du Carnaval; ils étaient là depuis le 25 janvier, mais
je trouvais à madame moins d'entrain. Les bruits d'épidémie,
qu'une presse malveillante s'obstinait à faire courir sur Nice, ne
laissaient pas d'inquiéter la grosse dame. Une famille américaine
alarmée venait de quitter l'hôtel; c'étaient tous les jours des
départs d'hiverneurs pour le Caire ou l'Italie. La saison était
menacée.

Je rassurai de mon mieux Mme Campalou, mais une angoisse
continuait d'étreindre la dame de Toulouse, Eudoxie Campalou
craignait pour son joli physique. Entre temps, le Carnaval
arrivait.

Le soir même de son entrée dans la bonne ville de Nice, deux
Américains débarquaient dans notre hôtel. On leur donnait
justement deux chambres voisines de celles des Campalou. C'étaient
deux grands jeunes gens de vingt-cinq à trente ans, à la face
rasée et singulièrement énergique; des traits accusés et modelés
dans le genre de ceux d'Iwing, l'acteur anglais. Tous deux très
graves et très froids, avec, chez le plus jeune, une étrange
fixité des yeux. D'ailleurs, nous ne les vîmes pas longtemps car,
trois jours après leur arrivée, le plus jeune tombait malade.
Il s'alitait et bientôt l'autre cessa de prendre ses repas à la
table d'hôte: l'état de son ami empirait. C'était de perpétuelles
allées et venues de médecins et de garçons de pharmacie: le
maître de l'hôtel interrogé répondait que c'était une fièvre,
mais, à son air embarrassé, Mme Campalou ne doutât plus que ce
ne fût la variole. Elle voulait déménager et harcelait tout le
personnel de questions. Mais où aller? la ville regorgeait de
monde par cette semaine carnavalesque et il ne fallait pas songer
à trouver de place ailleurs. Et puis l'épidémie était partout;
c'étaient ces sacrés Anglais qui l'avaient apportée et, la veille
du dimanche gras, à une dernière et même question de Mme Campalou
à l'hôtelier: «Ne serait-ce pas la petite vérole?--Non, c'est
l'autre...» répondait l'homme impatienté, et la réponse, tout en
clouant le bec de la dame de Toulouse, la laissait enfin respirer.

Le lendemain, vers trois heures, harnachés de dominos et affublés
de masques de combat, nous étions avenue de la Gare en pleine
bataille de confetti...

Comme nous nous trouvions devant la pharmacie, théâtre, la
précédente année, des exploits de Mme Campalou, celle-ci se
retournait involontairement sur deux pénitents rouges surgis
derrière elle. Une main indiscrète venait de la palper...
Interloquée, la grosse dame ébauchait un geste de défense. Un
des pénitents la saisissait à bras le corps et Mme Campalou,
hypnotisée, retenait mal un cri d'épouvante. L'autre pénitent
venait de se démasquer.

Une face purulente, toute de croûtes et de sanies, avec, à la
place de l'œil gauche, un trou rouge et saigneux, se penchait sur
elle: «La petite vérole noire, madame, la variole en personne.
Vous l'avez», et, en même temps, une main glacée lui mettait dans
la main un affreux œil de verre.

Mme Campalou s'effondrait comme une masse; à son tour on la
portait chez le pharmacien.

Elle mourut le soir même, sans avoir repris connaissance, stupide
et muette, d'une congestion au cerveau.

Les deux Américains avaient quitté l'hôtel à deux heures. On ne
retrouva que leurs valises; les noms inscrits sur les registres
n'étaient pas ceux de l'hôtel West End.

N'est-ce pas une belle vengeance de masque?



MADEMOISELLE DE NÉTHISY


Faverny s'était levé et, s'arrêtant devant une armoire
normande convertie en bibliothèque, bibliothèque provisoire où
s'entassaient pêle-mêle les derniers livres parus de l'année et du
mois, il en ouvrait les vantaux tendus de vieux brocart olive et
en bousculait les rayons.

Il revenait vers nous, un volume à la main et, le feuilletant:
«--Psychologie de bal masqué et de veglione de Nice. Avez-vous lu
ce roman?» Et il nous en montrait le titre: _Vierge faible_. «Il
y a là quelques pages d'autant plus curieuses qu'une femme en est
l'auteur. C'est écrit un peu plus que _de visu_, jugez-en.» Et, se
campant au milieu de l'atelier, Faverny lisait à voix haute:

«Familiarisé avec ces travestis, toujours les mêmes, almées,
colombines, Espagnoles, bébés, Xavier reconnaissait les diverses
catégories de femmes qui viennent pour se montrer, pour frôler,
pour embrasser.

«Pour se montrer, les demi-mondaines somptueusement dévêtues. Pour
frôler, ces vieilles femmes qui s'attardent dans les couloirs
étroits et sombres. Pour souper, la fille de joie qui, affublée
d'un minable locati, songe à la dette grossissante près de sa
logeuse, à son amant qui l'a _plaquée_, à la mauvaise toux qui la
secoue. Pour souper, celle qui n'a pas dîné!

«Pour embrasser, les femmes honnêtes qui, négligées par leur
mari et n'ayant pas d'amant, regrettent de voir leur jeunesse
agoniser tristement inutile, et, furtives, viennent là recueillir
les baisers qui y traînent par milliers. Tendres et voluptueux,
passionnés et pervers, ils volètent, tels une nuée de papillons,
ces baisers qui cherchent des lèvres pour s'y poser; baisers
de jeunes gens timides qui n'osent pas, de vieux marcheurs qui
ne peuvent plus. Glaneuses de ces baisers anonymes, les femmes
honnêtes, un peu ivres de la brutalité des convoitises, écoutent,
à demi-pâmées, le cynisme des propositions. Car les désirs qui les
frôlent d'ordinaire, enveloppés de respect, montent vers elles,
comme l'encens vers l'idole en les effleurant seulement, et c'est
pourquoi au fond de leur âme, un doute persiste. Toute cette
vénération ne serait-elle pas de l'indifférence? Mais ce soir de
fête libre, où elles ne sont plus que des femmes tout simplement,
elles ont une joie de se voir aussi désirables que l'autre,
l'ennemie, la femme de joie, qu'on méprise en la jalousant.

«Puis un obscur désir de revanche contre le mari s'y satisfait.
Elles ont l'illusion de le trahir un peu, sans risques, avec une
féminine lâcheté. Rien n'est plus effrayant et mystérieux que ces
transformations de personnalité.»

--La féminine lâcheté même de l'auteur, remarquait assez
judicieusement Frantz Heusey. Mlle d'Ulmès (c'est bien son nom)
a mangé là un peu le morceau, les autres femmes lui sauront gré,
elles, de sa sincérité? O l'intense et périlleuse émotion de la
trahison! C'est pis qu'un aveu, ce documentaire exposé de la
faiblesse des autres. Mlle d'Ulmès a dû prendre un douloureux et
certain plaisir à écrire ces pages.

--Elles sont plutôt bien venues, ses pages, déclarait le petit
Jacques Baudrant.--C'est où je voulais vous amener. Etant établie
l'atmosphère d'aventures, de désirs inavoués et de luxure affichée
de ces sortes d'assemblées, je vais vous raconter une histoire
de bal masqué, et une histoire tragique et cruellement vraie,
celle-là. Elle s'est dénouée à Nice pour ne pas changer de cadre
et c'est peut-être une des plus lamentables méprises qu'ait jamais
autorisées le masque.

Faverny avait repris sa place sur le divan. Il nous enveloppait
d'un lent regard circulaire et, nous jugeant suffisamment allumés:

--Vous souvenez-vous de Mlle de Néthisy, cette grande et
souple jeune fille blonde, plus que blonde, alezane, que sa
mère promenait et exhibait dans tous les endroits où Paris se
rencontre.--Si nous nous en souvenons! Nous serions gâteux.
L'avons-nous assez vue!--Jolie, hein! vous me l'accordez?--Oh!
cela d'emblée, une peau et des cheveux! On n'est pas blonde
comme cela... De la soie jaune dans du soleil, de la neige
teintée par l'aube, des fraises dans du lait, de la pulpe de
camélia rose, tout le stock des comparaisons clichées était vrai
pour elle et en même temps faux à côté de la réalité. C'était
une des créatures les plus comestibles que j'aie connues.--En
effet elle devait sentir la framboise, et quels beaux cils noirs
frémissants et inquiets, lustrés comme des plumes sur ses yeux
d'un bleu sombre.--Oui, les yeux étaient bien, mais elle avait
besoin de cela, car le visage était plutôt fade: nez régulier,
bouche trop petite, menton ovale et sans caractère. Elle avait un
peu l'air d'une poupée dont les yeux seuls auraient vécu.--Soit,
mais quel éclat, quelle fraîcheur, quelle créature de joie et de
lumière! Et avec cela mouvante sous ses robes et d'une arabesque
tentante avec cette taille étroite et ses hanches renflées!--En
effet, une agréable chute de reins! Si je me souviens de Mlle de
Néthisy!... mais elle marchait, c'était plus qu'une demi-vierge.
On ne rencontrait qu'elle aux Acacias, dans les couloirs des
premières et à tous les vernissages. Sa mère, à Nice, la traînait
dans tous les bals de cercles, on la croisait aux veglioni,
aux redoutes.--Avec sa mère?--Naturellement, la brocanteuse et
le bibelot de prix. La mère aussi était à vendre, mais elles ne
faisaient guère leurs affaires, car elles étaient minables, les
pauvres, elles ont toujours raté le grand client et je ne leur ai
jamais vu qu'une cour de gigolos.--Elle est morte, il y a quatre
ans, à Nice, à la suite d'un avortement. Cette hypothèse était,
cela va de soi, lancée par Jacques Baudrant.

--C'est ce qui vous trompe, et Faverny scandait lentement
tous les mots. Mlle de Néthisy est morte empoisonnée. Mlle de
Néthisy s'est tuée. Bobette, comme on l'appelait ici dans un
certain milieu, Bobette était une honnête fille.--Et elle est
morte vierge, ricanait la voix pincharde de Jacques.--Elle est
morte de ne plus l'être, déclarait Faverny devenu grave, Mlle
de Néthisy a été violée en plein veglione, dans une loge de
cercle. Vous me permettrez de ne pas dire lequel. Trois hommes,
dont deux mariés, trois clubmen très connus et dont je tairai
les noms, ont à se reprocher la mort de cette enfant. Mlle de
Néthisy avait vingt-quatre ans. Oh! la salauderie des mâles! Il
est vrai que les trois violeurs croyaient avoir affaire à une
fille. Qui d'entre nous aurait pu croire à la vertu de Bobette!
Mlle de Néthisy ne s'en est pas moins tuée le lendemain de cette
nuit-là, et ses meurtriers continuent de faire des femmes et de
l'automobile. Il est des crimes que la loi n'atteint pas.

Pour un effet, Faverny avait obtenu un effet; nous nous regardions
tous comme des complices. Le silence était devenu gênant.

Le petit Baudrant l'interrompait et, campé, les pouces dans les
entournures de son gilet:--Ah ça, Faverny, tu te paies nos têtes!
Mlle de Néthisy vierge! Bobette honnête!--Tu l'as eue, toi?
demandait Faverny.--Moi non, mais d'autres.--Ecoutez. Nous sommes
dix hommes ici, et dix viveurs assez tuyautés sur les choses et
les femmes de Paris, eh bien! quelqu'un d'entre nous a-t-il été
l'amant de Mlle de Néthisy? Mieux, quelqu'un a-t-il eu parmi ses
amis un homme qui lui ait dit avoir obtenu les faveurs, ce qu'on
appelle les faveurs de la jeune fille? Pas de blagues, disons la
vérité. Nous médisons assez des vivantes pour respecter une fois
les mortes.

Un silence plus profond encore était la seule réponse à cette
question.

Faverny reprenait:

--Nous sommes dix ici, qui comptons bien, chacun, dans nos
connaissances cinquante hommes de club et de boudoir, de tables
de baccara ou de champs de courses. Cela fait une moyenne de cinq
cents connaissances de Monte-Carlo, de Trouville ou d'Ostende,
associés d'une heure d'Auteuil ou d'un jour de Maisons-Laffitte.
Ces cinq cents mâles-là représentent bien une bonne moitié de
Tout-Paris. Eh bien, si Mlle de Néthisy avait été la maîtresse
d'un de ces gens-là, nous le saurions, n'est-il pas vrai? Or, moi,
de mon côté, j'ai fait une enquête et une très minutieuse enquête.
Mlle de Néthisy était honnête, et la preuve, c'est qu'elle est
morte pauvre. Elle aurait eu d'autres robes et d'autres amants, si
elle s'était vendue. Le luxe attire le luxe et les imbéciles, et
si nous avons eu si souvent un sourire devant ses perles fausses
et ses dessous pas toujours frais, c'est que la mère et la fille
avaient juste quinze mille francs de rentes pour mener cette
soi-disant grande vie.--Les Néthisy honnêtes, ça ne tient pas
debout. Voyons, elles dînaient toujours au cabaret, acceptaient
les invitations du premier venu; on se faisait présenter à elles
plus facilement qu'à des grues. J'ai vu la fille défiler, au
veglione, entre Emilienne d'Alençon et Marguerite de Transes.
Elles faisaient l'atrium à Monte-Carlo, elles n'ont jamais payé
de leur poche une voiture, elles se faisaient reconduire tout le
temps.--Quand on les reconduisait encore! L'année de sa mort, je
les ai rencontrées, à dix heures du soir, avenue de la Gare, se
rendant à pied au bal de la Méditerranée; c'était la dèche noire.
Si la petite s'est tuée, c'est qu'elles n'avaient plus le sou.
Une fausse Yvette, Mlle de Néthisy.--C'est ce qui vous trompe,
messieurs, interrompait Faverny, Mme de Néthisy, la mère, n'était
pas une madame Obardi. Elle était tout ce qu'il y a de plus veuve
et tout ce qu'il y a de plus née. Le père, M. de Néthisy, avait
été procureur de la République à Paris même. Il a laissé au
Palais la réputation d'un magistrat de haute valeur; mais Mme de
Néthisy, une cervelle d'oiseau et une imagination de pensionnaire,
avait toujours rêvé le beau mariage pour sa fille. Il leur était
si facile de vivre avec leur quinze mille francs de rentes et
d'attendre le parti honorable et même le beau parti qui se serait
présenté; la petite était si jolie.--Oh! cela, comme un cœur!

Mais voilà, Mme de Néthisy avait de la littérature! Elle avait lu
dans les romans qu'on peut atteindre à tout avec de la beauté; et
avec son inexpérience de la vie, elle alla de l'avant, convaincue
qu'elle ferait faire le grand mariage et même le mariage princier
à sa jolie Aliette, car c'est Aliette et non Bobette que
s'appelait Mlle de Néthisy.

Cette mère de Néthisy avait une âme de Mme Cardinal, mais d'une
Mme Cardinal pour le bon motif. Elle tabla sur le physique de sa
fille et, persuadée qu'il faut montrer les perles aux clients,
elle lança l'enfant à la poursuite des épouseurs, mais en se
trompant de porte, comme elle l'eût lancée dans la prostitution.

Leurs crêpes de deuil à peine éclaircis, elles commencèrent
cette vie de retapes et d'exhibitions qui, en moins de quatre
ans, les discréditèrent et les démonétisèrent d'Ostende à Nice et
de Trouville à Paris; et, avec leur peu de ressources, leur gêne
croissante malgré les petits logements et les hôtels de cinquième
ordre, cette jolie fille et cette femme bien née eurent bientôt
le pitoyable et comique aspect de deux laissés pour compte. A
ces existences de représentation et de parade il faut le luxe
du cadre, les installations somptueuses, des élégances et des
raffinements de toilettes et de décors, la poudre aux yeux jetée à
toute volée dans le nez des imbéciles et la demi-prostitution qui,
les mauvais jours venus, peut au moins tabler sur la valeur des
écrins. Mais vous les avez connues comme moi, se pavanant en gants
nettoyés et en robes de l'année précédente (retape et retapages)
et se gorgeant avidement, la mère surtout, des consommés et des
sandwichs des buffets et des _five o'clock tea_; c'était navrant!
La dernière année de leur séjour ici, elles n'avaient plus qu'une
cour de tout petits jeunes gens; cette jolie fille qui n'accordait
rien avait fini par rebuter les vrais viveurs. Fini le temps des
invitations à souper. On ne les priait même plus aux bals des
cercles. Les autres femmes détournaient la tête au passage de la
mère et de la fille; il fallait être étranger ici pour prendre
pour deux aventurières ces deux lamentables attardées de la chasse
au mari, perpétuelles candidates refusées. C'est cette méprise qui
fut leur perte.

Un grand seigneur russe et deux richissimes Américains de
Monte-Carlo, allumés par la beauté de Mlle de Néthisy et trompés
par ses allures, s'attelèrent à son fiacre. Ce fut une série de
parties en mail, de dîners au cabaret et de déjeuners dans les
réserves où la jeune fille se laissait emmener, rassurée par
la présence de son inévitable mère; les bouquets et les écrins
commencèrent à pleuvoir et Bobette n'accordait rien. Cette fille
madrée qui se refusait toujours et cette mère qui ne s'en allait
jamais finirent pas exaspérer les trois hommes. Ils résolurent
de brusquer les choses: le carnaval arrivait avec sa suite de
veglioni.

Une bande de filles et de joyeux fêtards fut enrôlée et mise dans
le secret. Tous trouvèrent très drôle de forcer la main à cette
mijaurée de Bobette.

Le soir du Mardi Gras, après un dîner fortement arrosé de vin du
Rhin et d'Extra-Dry, ces dames de Néthisy faisaient leur entrée
à l'Opéra, escortées des trois hommes. On y rencontrait presque
aussitôt une bande d'amis et de femmes masquées avec lesquels
on fusionnait; l'entente des nouveaux venus activait le train
des choses; on sablait le champagne dans les loges et, vers deux
heures du matin, après maintes escarmouches de couloir, pendant
que Mme de Néthisy un peu grise était retenue au buffet, Mlle de
Néthisy, elle, était entraînée et enfermée dans une loge et là,
dans le clair-obscur du petit salon, les écrans relevés et le
gaz baissé, dans des froissements de soie et sous l'étouffement
du masque, malgré ses pleurs et ses prières et dans l'effroi
du scandale, Mlle de Néthisy était violentée par trois brutes,
fortes de leurs muscles, de leurs millions et de la complicité
tumultueuse du bal. Le troisième ne posséda qu'une femme inanimée
et froide, pareille à une morte: Mlle de Néthisy s'était
évanouie. C'est alors que les trois hommes prirent peur, ils
allèrent chercher du secours; on prévint la mère: Mlle de Néthisy
venait de se trouver mal. Une voiture de remise reconduisait les
deux femmes à leur hôtel.

Mlle de Néthisy mourait le lendemain soir, à huit heures, d'une
imprudente absorption de laudanum. Dans un billet bref, libellé
dans les mêmes termes à chaque homme, la victime retournait leurs
écrins à ses assassins.

Vous voyez bien qu'il peut y avoir des larmes sous un masque.



LA VALSE DE GISELLE

 Toutes nos joies sont imaginées, nos douleurs seules sont vraies.

    Jean DOLENT.



--Une histoire de masque! J'en sais une bien plus extraordinaire.

Et Serge Népluskoff, ayant remonté sous sa manchette la gourmette
d'or fermée d'un gros saphir, qu'il portait en bracelet, et à
laquelle il venait de consulter sa montre.

--Il n'est qu'une heure et demie du matin. J'ai tout le temps de
vous la raconter.

Et du ton traînard et chantant de ses compatriotes:

C'était à Vienne, il y a deux ans. Esther Eymann de l'Opéra était
en représentations au Burgh Theater; elle y avait dansé comme
une abeille, à ravir les yeux et les cœurs, et nous fêtions
le plus souvent possible, c'est-à-dire chaque fois qu'elle le
voulait bien, l'harmonieuse et séduisante jeune femme dans les
restaurations de la ville. Nous la traitions toujours après
le spectacle, et des femmes de la noblesse et de la haute
aristocratie même daignaient paraître à ces soupers. La cour chez
nous est devenue si triste depuis ces morts affreuses du prince
héritier et de l'impératrice.

A un de ces soupers, l'avant-dernier, je crois, offert à la
danseuse par les officiers du 3^e hussards blancs et présidé par
le prince Égrégori, la conversation roulait sur le suicide d'un
jeune lieutenant du 12^e dragons en garnison aussi à Vienne,
et qui venait de se tuer dans des circonstances tout à fait
romanesques... Ça avait été l'événement de la semaine. Le comte
Stéphane Adriani s'était brûlé la cervelle sur la tombe de sa
fiancée, un mois, jour pour jour, après la mort de celle-ci; le
suicide se compliquait de racontars singuliers, de manifestations
d'au-delà et d'apparitions de la morte...

...Pour aller s'entretenir avec sa bien-aimée le comte Adriani
escaladait, chaque nuit, le mur du cimetière, dont les portes se
fermaient à six heures; et c'est par la plus belle nuit d'étoiles
qu'il s'était tiré son coup de revolver. On l'avait trouvé, le
matin, affalé contre le grillage de la tombe, sa tunique de drap
blanc toute trempée de sang: le comte s'était tué en uniforme, et
toute l'aventure exhalait une sentimentale odeur de brume et de
vergismeinicht de vieux conte allemand.

--Cela vous étonne un peu, madame, n'est-ce pas? faisait le prince
Égrégori à la danseuse appuyée du coude à la table, vaguement
attentive et le regard ailleurs, et cela vous change des aventures
de votre pays, ces tragiques histoires d'amour et de revenants. A
Paris, on hausserait les épaules et l'on dirait ce pauvre Adriani
victime d'hallucinations. Ici, non. La petite fleur bleue croît
toujours dans notre vieille Allemagne. En France, on se tue quand
on n'a plus d'argent; ici, quand on n'a plus de raison de vivre;
et notre seule raison de vivre est l'amour. Vous me répondrez que
c'est folie d'aimer des fantômes, et vous nous en offrez, madame,
l'argument le plus convaincant.»

La danseuse ne souriait même pas à cette galanterie. Elle était
devenue songeuse, son beau front blanc s'était barré d'une ride
sous l'ondulation de ses cheveux bruns; elle se taisait, comme
rentrée en elle-même, ses larges prunelles bleues devenues sombres
et comme phosphorescentes, pourtant.

Elle sortait enfin de son mutisme et d'une voix grave:

--C'est ce qui vous trompe, messieurs. Il y a encore des amoureux
en France, et des amoureux fidèles au delà de la mort. Il ne faut
pas nous juger sur des chansons de Montmartre et des refrains
d'opérette. L'amour peut exister même chez des viveurs; pour ma
part, je crois préférer à ceux qui meurent de leur amour ceux qui
peuvent en vivre et même se survivre.--Mais vous parlez comme un
poète, hasardait le comte Bathianko.--J'en ai connu, souriait la
ballerine, montrant cette fois toutes ces dents; et s'adressant
au prince Égrégori. Il y a aussi des fantômes en France et des
mortes qui reviennent. Les morts reviennent toujours quand on les
évoque. Appelez-les vraiment! ils se manifesteront, et sentant
tous les regards posés sur elle. «J'ai assisté, moi, Esther
Eymann, à une manifestation d'outre-tombe, et j'ai vu revenir
une morte d'amour.--Vous!--Moi et à un souper comme aujourd'hui;
mais il y avait moins de monde. Nous étions trois.--Vous avez
vu?--Presque. En tout cas, une autre a vu, et je ne mets pas en
doute qu'une chose merveilleuse ne se soit passée cette nuit-là.
D'ailleurs je vais vous raconter le fait, et avec une malice
charmante. Il faut bien payer mon écot.

Il y a huit ans de cela, je n'étais pas encore l'Esther Eymann
dont la photographie et les illustrés ont popularisé les attitudes
et la silhouette. J'étais simplement Eymann première, comme ma
sœur Laure était Eymann seconde. Le _Burg-Theater_ de Vienne,
pas plus que le _Covent-Garden_ de Londres, ne nous faisaient de
propositions pour venir créer ici un ballet de Strauss et là-bas
une œuvre d'Isidore Lara; nous étions dans les quadrilles du
fond. Vous avez tous, à Vienne, trop le culte de la danse pour
ignorer la médiocrité de l'emploi. Bref, nous étions encore deux
petits rats d'Opéra, mais nous n'étions pas moins, ma sœur et moi,
infiniment jolies, beaucoup plus jolies même que maintenant (ne
protestez pas, messieurs), car, en toute sincérité, le galbe de
ces hanches et l'opulence de ces épaules ne valent ni la gracilité
de la nuque ni les seins menus et délicats que nous avions alors;
mais notre jeunesse n'avait ni perles, ni diamants et, en dehors
de quelques vieux allumés sur nos grâces de fillettes, à peine si
les hommes nous regardaient. Gailhard tenait alors à ce que le
corps de ballet fît acte de présence aux bals de l'Opéra. L'espoir
d'y rencontrer les danseuses applaudies en scène y attirait pas
mal d'hommes de clubs; les abonnés y venaient pour nous. Tant de
curiosités s'allument autour d'un tutu de ballerine; nous étions
presque toutes jolies dans notre promotion, et notre jeunesse
animait la salle. Bref, le directeur savait gré à celles qui
voulaient bien paraître aux fêtes du Carnaval, et il faut toujours
ménager son directeur, et puis Laure et moi, nous aimions assez
les aventures. Nous en avons gardé le goût.

Un samedi gras, que nous rôdions, ma sœur et moi par les couloirs,
elle en domino de moire bleu pâle et moi en domino de satin
jonquille (nos costumes même du troisième de _Don Juan_, sous
lesquels nous avions gardé nos jupes pailletées de danseuses,
très amusées de laisser entrevoir la nudité de nos jambes et le
rose de nos maillots); nous nous aperçûmes que nous étions filées
et suivies par un vieux à favoris blancs, un vieux très mince
et très sec, dont l'insistant regard noir finit par nous être
une obsession. Il se postait toujours à dix pas de nous, soit en
avant, soit en arrière, et nous dévisageait sans mot dire; et
cette poursuite silencieuse nous énervait à la longue plus qu'une
attaque brutale. Que nous voulait ce vieil échassier en rupture
de marais? Tout à coup, Laure éclatait de rire et se penchant
à mon oreille: «Nous sommes folles! Tu ne l'as pas reconnu?
C'est le marquis d'Allieuze.--Non! Mais tu as raison, c'est lui.
Où avions-nous la tête. Qu'est-ce que nous veut cet oiseau de
cimetière? Sais-tu que j'ai presque peur!»

Il faut vous dire que le marquis d'Allieuze était un des plus
anciens abonnés de l'Opéra; mais c'était peut-être le plus
original de la collection, et Dieu sait si parmi ces messieurs il
en est de bizarres! Il ne venait jamais que les soirs d'opéra du
vieux répertoire, et encore à l'acte du ballet. Dans ceux de la
nouvelle école, les seuls ballets de Delibes le trouvaient assis
dans son fauteuil; en revanche on le voyait rarement au foyer,
mais quand il venait sur scène, il s'attardait dans les allées
et venues des machinistes, embusqué comme un chat-huant derrière
quelque portant de décor. Jamais il n'adressait la parole à
quelqu'une de nous; il ne s'oubliait même pas à offrir des bonbons
aux petites, mais rôdait, prétendait-on, assez obstinément autour
d'elles, son œil fixe attaché sur leurs jambes grêles. D'ailleurs
râpé comme un vieux clerc d'huissier dans un habit démodé,
et cravaté de haut à la façon de l'ancien régime, le marquis
d'Allieuze avait toutes les allures d'un avare, et avec cela une
fortune énorme, paraît-il, une des plus grosses fortunes foncières
de France. Il habitait dans l'île Saint-Louis un vieil hôtel,
où il ne recevait jamais, ne faisait partie d'aucun cercle, ne
quittait même pas Paris l'été pour aller dans ses terres. Tout en
lui était mystérieux et nous avions toutes à l'Opéra une crainte
superstitieuse de ce vieillard équivoque. On lui prêtait des goûts
étranges et l'on chuchotait que l'hôtel de Saint-Louis-en-l'Ile
en avait vu de raides autrefois. Au foyer, nous appelions ce
vieux maniaque l'_amant de Fanny Essler_, car les aventures de sa
jeunesse dataient sûrement de ce temps-là. Le marquis d'Allieuze
ne nous quittait pas des yeux. Il nous suivait comme une ombre et
nous sentions son regard noir attaché sur nos chevilles et sur
nos pieds chaussés de rose. Notre vague appréhension se changeait
en malaise et devenait de la terreur folle, quand, se décidant
à nous aborder, le vieux libertin nous murmurait dans la nuque:
«Mes petits agneaux, vingt-cinq louis pour chacune de vous, un
souper fin dans une maison bien close, rien que le souper, pas
une caresse, pas un baiser, mais au dessert vous danserez chacune
la valse de _Giselle_. Cela va-t-il? Ma voiture est en bas, vous
n'avez qu'à me suivre. Je vous préviens que l'on soupe chez moi.»

Nous nous étions arrêtées interloquées. Vingt-cinq louis pour
chacune de nous, un billet de mille en une nuit, nous qui gagnions
cent cinquante francs par mois!

Ma sœur Laure payait d'audace: «Vingt-cinq louis, nous gardons nos
masques. Cinquante louis chacune, si nous les ôtons!»

A quoi le marquis d'une voix aigre et rouillée: «Vous êtes deux
petites coquines, mais topez-là pour les cent louis. C'est fait.
L'important, c'est que vous dansiez et que je voie travailler ces
jolies jambes. Vous danserez avec ou sans vos masques, comme il
vous plaira. Je vous connais bien, mes petites Eymann, depuis le
temps que je vous vois pousser.--Nous aussi, nous vous connaissons
bien, monsieur le marquis.--Oui, nous sommes de vieilles
connaissances.»

Et voilà comment le marquis d'Allieuze nous emmena souper cette
nuit-là. Dire que nous n'avions pas le cœur un peu serré en
montant le grand escalier à double rampe de lourde ferronnerie
serait mentir! Le souper était servi au premier, dans un immense
salon rocaille, une espèce de galerie aux hautes boiseries
sculptées encadrant d'attributs et de fleurs l'étain verdi des
glaces. Les appliques d'une grande cheminée et les candélabres
de la table éclairaient mal la pièce, des ombres suspectes s'y
entassaient dans les angles, et nous nous installions toutes
frissonnantes. C'était un souper froid délicatement ordonné:
Marennes, consommé, perdreaux sur gelée, chaudfroid de gelinottes
et buisson d'écrevisses, le tout arrosé de vin du Rhin et servi
dans une ancienne et massive argenterie. Des fruits monstrueux
complétaient le menu.

Le marquis nous servait lui-même sans l'aide d'aucun domestique.
D'une urbanité exquise, il nous déconcertait par l'élégance,
inusitée pour nous, de ses manières de grand seigneur; nous,
surexcitées et curieuses, affections une gaieté folle. Nous avions
dégrafé nos dominos et posé nos loups sur la nappe. Le marquis,
plein de prévenances, semblait s'intéresser autant à nos propos
qu'à la jeunesse de nos épaules.

Tout à coup le marquis se levait et, repoussant son assiette,
s'inclinait vers ma sœur: «A vous maintenant, mademoiselle, de
tenir parole. Je vous attends. Etes-vous disposée à danser cette
valse de _Giselle_?--A vos ordres, monsieur le marquis, mais....
la musique?--Qu'à cela ne tienne.» et se dirigeant vers un piano
que nous n'avions pas vu, il manœuvrait des boutons et appuyait
sur un ressort..., et d'une voix chevrotée et frêle d'épinette
l'instrument mécanique égouttait la valse. Nous nous regardions
désorientées et ma sœur s'exécutait. Elle avait ôté son domino.

O le côté fantomal et presque funèbre de cette valse de _Giselle_,
cette valse de morte qui revient, dansée par une fillette fragile
et demi-nue dans le silence et la solitude de ce grand salon
inhabité, ce salon d'ancienne demeure seigneuriale, comme hantée
de choses d'autrefois!

Le marquis, affalé dans son fauteuil, suivait passionnément
chaque attitude, chaque pas et chaque geste. Chose étrange, je ne
reconnaissais pas ma sœur. Il me semblait que c'était une autre
qui dansait là, une espèce d'automate en jupe de tulle, poupée de
contes d'Hoffmann dont le côté impersonnel et mécanique était
encore accentué par cette musique surannée et fausse. Je regardais
le marquis; son regard fixe ne suivait plus ma sœur. Il était
ailleurs, plus loin, plus loin, très loin, attaché sur une grande
glace qui l'aurait dû refléter toute... et qui ne la reflétait
pas!... Les yeux du marquis étaient embués de larmes.

Ou j'étais grise ou j'avais le cauchemar! Je faisais un mouvement
qui arrachait notre hôte à sa rêverie. Il se levait à demi et,
s'adressant à moi: «A vous, mademoiselle.» Et d'un geste il
rappelait ma sœur.

Laure prenait ma place, le motif de _Giselle_ s'égouttait toujours
et, comme mue par un ressort, presque hypnotisée, je me mettais à
danser.

Je valsais, faisant face au marquis et à ma sœur, mimant les
attitudes et les appels de bras de la valse classique avec,
au cœur, l'inquiétude de cette grande glace opaque qui ne
reflétait pas; et, tout à coup je voyais ma sœur se dresser,
béante d'épouvante, les mains crispées au bras de son fauteuil,
hallucinée, elle aussi, avec des yeux fous, comme ceux du
marquis, qui regardaient ailleurs et voyaient quelque chose que
moi je ne voyais pas.

«Esther?» Ma sœur trouvait enfin un cri. Instinctivement je me
jetais dans ses bras. Je me retournais effarée sur la grande glace
sombre. Elle stagnait comme une eau morte. Le marquis n'avait pas
bougé. Il demeurait assis, le cou tendu, les yeux hallucinés et
fixes dans la direction du miroir.

Il dormait!...

--Partons ne restons pas là, sœurette!»

Nous agrafions nos dominos et gagnions précipitamment la porte.
Nous descendîmes l'escalier sans rencontrer personne, et le cordon
tiré, trouvions dehors le coupé du marquis.

Dans la voiture nous nous aperçûmes que nous avions laissé
là-haut, chacune, notre enveloppe de cinquante louis et nos
masques. Nous n'eûmes jamais le courage de remonter les chercher
dans ce salon lugubre, où dormait ce vieillard.

Le marquis nous les adressait le lendemain avec nos loups.

Qu'est-ce que Laure avait donc vu dans cette glace! Elle ne me
le dit qu'un an plus tard. Une forme lui était apparue, une
silhouette de danseuse, bien plus grande et plus frêle que moi, et
c'était un visage connu, mais sur lequel elle n'avait pu mettre
un nom, et cette forme ne pouvait être mon reflet, car elle aussi
dansait de face et cette danseuse au visage si blême et aux yeux
si caves, cette ballerine spectrale, Laure en avait fait une
morte, une morte jadis aimée de notre hôte et qui revenait à son
appel.



LE DERNIER MASQUE


--Deux heures du matin! Vous avez juste parlé une demi-heure.

Et Maxence de Vergy, avec une demi-inclinaison vers Népluskoff, se
levait de son fauteuil.

--Je crois qu'il serait temps de nous retirer.

--Ai-je abusé? demandait le Russe.

--Non pas. Vous contez à miracle, mais nous avons un peu trop
mangé de cadavre, ce soir. Sur trois histoires contées: deux de
morts violentes et une de revenant! Vous dirai-je, que le pus
attire le pus, et les spectres les spectres? J'ai fait un peu de
médecine, moi. Nous partons?

--Deux heures du matin! grognait le petit Baudran campé devant un
cartel Louis XVI posé à même une glace, et ce cadran qui marque
onze heures et demie. Elle ne marche pas, ta pendule?

--Elle est comme toi, elle est un peu fatiguée. On ne marque pas
toujours midi!

    Quand on est jeune on a des matins triomphants.

--Si c'est des heures pour rentrer chez soi, grommelait Baudran
en enfilant son pardessus. Nous avons l'air de sortir de chez des
filles et nous n'avons parlé que de mortes. On m'y repincera chez
Quinsonnas!

--Le fait est qu'il est plutôt tard, faisait le maître de la
maison en écartant la draperie de soie Liberty de la grande baie
vitrée du fond, on n'entend plus rouler une voiture.»

Un flot de lumière bleue pénétrait dans l'atelier où blêmissait la
clarté des bougies.

--Le jour! s'écriaient quelques voix.

--Non, le clair de lune, et quel clair de lune! Regardez-moi le
Sacré-Cœur dans cette magie, si ça se compose! On dirait un fond
de tableau de primitif italien:

    Salut, Montmartre, ô ma butte sacrée!

Décidément il n'y a que Paris!

--Et nous ne trouverons pas un fiacre avant la Trinité. Je connais
le quartier, bougonnait Faverny.--A moins de remonter place
Blanche.--Merci, pour tomber sur les esthètes du Moulin-Rouge!
Autant descendre à pied, il fait un temps splendide.--Si nous
allions manger des huîtres aux Halles?--Va pour les huîtres. C'est
Népluskoff qui paye. Il est millionnaire, lui!--Mais je ne demande
que cela, disait le Russe.--Nous le savons bien, boyard!--En
voilà du chichi. Allons, ouste! dérapons! Avec ces bougies nous
avons l'air de veiller un mort.--Mon petit Baudran, il faut dire
macchabée pour rester dans la note.»

Et nous ébauchions tous un mouvement de sortie vers la porte.

--Mais, il fait noir comme dans un puits. Éclaire-nous,
Quinsonnas. Tu vas nous faire casser le cou.

--Attendez, je prends mon bougeoir. Naturellement qu'il fait noir.
On éteint à onze heures.»

Nous nous mettions lentement à descendre à la file anglaise; l'ami
Quinsonnas habite au cinquième et, si son atelier est un des plus
vastes de Paris, l'escalier est un des plus raides de ce quartier
Saint-Georges où les propriétaires ont certainement escompté la
jeunesse et la vigueur des jarrets de leurs locataires. Quinsonnas
demeuré le dernier, le bougeoir tenu haut au-dessus de la rampe,
présidait à notre exode.

--Ne faites pas de bruit, répétait-il, ne réveillez pas la maison.»

Et c'étaient des pouffements de rire dans le silence de la demeure
endormie. Les premiers engagés dans l'escalier obscur trébuchaient
en faisant crier des allumettes.

--Pas de blagues! Ne poussez pas!--C'est stupide!--Quelle brute
que ce Baudran! faut toujours qu'il chahute.

Et c'était _mezza voce_ toute une joie contenue d'écoliers en
partie, surexcités par la crainte de se faire prendre.

--Vois-tu que nous rencontrions là Mlle de Néthisy!--Ou la
maîtresse du marquis d'Alieuze.--Ou le spectre de la variole,
l'Américain de la grosse dame de Toulouse.--Elles sont gaies,
les soirées chez Quinsonnas!--Moi, au fond, j'ai horreur de
toutes ces histoires-là. Ça vous serre le ventre.--Et ça peuple
l'atmosphère de larves. J'en tiens toujours pour ce que j'ai dit:
le pus appelle le pus, et les spectres les spectres.--Assez,
Maxence, tu te répètes.»

Les premiers de la bande s'engageaient enfin dans l'allée de
sortie.

--Arrivez donc, vous autres, et en même temps Baudran buttait dans
l'ombre, poussait un cri affreux et s'étalait par terre.

--Tu t'es fait mal?

On l'aidait à se relever tout tremblant, tout ému; on s'empressait
autour de lui, les allumettes criaient de nouveau sur les boîtes.

--Non, tu sais, ça n'est pas fort, clamait Baudran à Quinsonnas
resté figé, son bougeoir à la main, sur les dernières marches.
Si tu crois m'avoir fait peur! mais je pouvais me flanquer une
entorse.

Et d'un ton rageur:

--Elle est assez coco ta farce, et bien roman d'Eugène Sue.

--Mais quoi, qu'est-ce que c'est?--Il y a... et Baudran se
frottait les genoux..., il y a que cet imbécile a été coller un
mannequin par terre, là, devant la porte et j'ai trébuché dedans.

--Quel mannequin? Qu'est-ce qu'il dit?

Et Quinsonnas se précipitait, nous bousculant.

--Il y a que tu m'as pris pour un autre et que je n'ai pas eu peur
de ton macchabée. Qu'est-ce que tu as mis dedans pour qu'il soit
froid comme ça? Tâtez, on dirait un cadavre.»

Nous nous penchions tous intrigués.

--Mais je n'ai rien mis! Qu'est que c'est que ça?»

Et Quinsonnas se penchait à son tour.

--Tu n'as rien mis, farceur! Tu lui as même ôté la tête.»

Une nudité de femme s'étalait là, sur le pavé. La chair d'un ton
de cire était imitée à s'y méprendre avec la tache violâtre des
seins et le bas-ventre ombré d'un fin duvet blond. C'était un
corps de femme jeune, aux hanches un peu plates, aux jambes un peu
longues, mais aux attaches délicates.

--Un Jean Goujon, faisait Faverny en résumant la beauté du
pseudo-cadavre.--Où t'es-tu procuré ça, Quinsonnas?--Mais vous
êtes fous, je vous assure.--Et tu l'as décapitée pour rien,
n'est-ce pas? L'homme coupé en morceaux. Pas drôle, cette farce
inspirée de la Morgue!»

Vergy, lui, pendant notre discussion s'était agenouillé près du
mannequin. Il le palpait curieusement et tout à coup d'une voix
changée:

--Messieurs, mes amis, c'est pas une blague. C'est une vraie
femme, c'est une morte!»

Une morte! Nous nous étions tous reculés, d'instinct! Une morte!
Une femme sans tête, assassinée sûrement et déposée là, sous la
porte cochère de la maison, et c'est nous qui venions butter dans
ce cadavre... Quelque fille surinée par son souteneur! Dans quelle
horreur et quelle sinistre aventure venions-nous patauger là? dans
quelle sanie et dans quelle boue?

C'était bien une femme décapitée, et la mort devait être récente,
car les membres avaient encore une certaine souplesse. La section
du cou avait dû être faite par un homme du métier, un chirurgien
ou un boucher, car la plaie, saine et bien nette, ne présentait
aucune écharde sanglante et, de plus, cette plaie avait été lavée.

Ces remarques, nous les faisions tous en bien moins temps que je
ne mets à les écrire. Il y eut une seconde de silence, une minute
de stupeur et nous nous précipitions chez le concierge. De Vergy
et Baudran s'occupaient de Quinsonnas, tout blême et prêt à se
trouver mal.

--Dans ma maison... dans ma maison...! répétait-il en passant ses
mains sur son front moite.

Nous eûmes toutes les peines à éveiller le concierge: il
s'obstinait à tirer machinalement le cordon. Il sortait enfin de
sa loge, ahuri, croyait, lui aussi, à une farce de Quinsonnas:

--Si c'est une heure pour réveiller un honnête père de famille! on
a beau être des artistes!...

Il n'ouvrit vraiment les yeux que devant le cadavre:

--Qu'est-ce que c'est que ça? c'est vous qu'avez descendu ça? vous
allez me faire perdre ma place!»

Et, dans le trouble du demi-sommeil, il ne consentit enfin à
comprendre que lorsqu'on lui eût fait palper la chair souple
et froide. Alors, il se mit à hurler de terreur: «Au meurtre!
Au secours! à l'assassin! au secours!» éveillant sa femme et
ameutant les locataires du premier et du second, un effarement
comique emplissait bientôt l'escalier; et puis, c'était l'arrivée
de deux sergents de ville qu'avait été requérir Népluskoff.

Une terreur grandissante agitait la maison, tout le monde parlait
à la fois: «Bien sûr que ce n'était pas un locataire qui avait
fait le coup. Il connaissait ses locataires, il n'y en avait pas
un capable de lui causer un tel ennui... Il connaissait leur cœur.
Ce cadavre-là venait de dehors: il y avait tant de fripouilles sur
cette Butte.» Et, son bonnet grec à la main, suant et geignant,
M. Bézuchet se démenait et s'attardait dans des récriminations
burlesques. Les bougeoirs des locataires éclairaient cette scène
falote et mettaient un grand creux d'ombre entre les seins mûrs de
la concierge, apparus dans l'ouverture de sa camisole.

--Avec ça qu'il est si sûr de ses locataires, insinuait la
femme de chambre du second, il loge du drôle du monde dans ses
mansardes.»

M. Bézuchet se décidait à donner le gaz et, sur ces entrefaites,
le commissaire de police arrivait. Un roulement de voiture, et il
entrait en coup de vent, l'air rageur d'un homme qu'on dérange la
nuit. Il nous enveloppait tous d'un regard soupçonneux, cherchant
des coupables; mais, dès qu'il eut vu le corps, il rectifiait
aussitôt son attitude et prenait une physionomie grave.

Il faisait replacer le cadavre dans la position où nous l'avions
trouvé quand Baudran avait butté contre, puis se faisait raconter
en termes explicites comment nous l'avions trouvé là, notait
l'heure exacte de la découverte, scrutait du regard tous les
spectateurs et dressait la liste des locataires.

Pour lui, comme pour nous, le cadavre venait de dehors. On l'avait
apporté là, et de loin pour dérouter la police, et sûrement en
voiture; il prenait le concierge à partie:

--A qui avait-il ouvert cette nuit?

Mais M. Bézuchet ne se souvenait pas. Il tirait machinalement son
cordon et passait les nuits dans un demi-sommeil.

--Mais enfin, qui est rentré en voiture?... Puisque tous les
locataires sont là, c'est facile de savoir. A partir de onze
heures?...»

Les gens du premier avaient été à l'Opéra et étaient rentrés à
minuit et quart, et le corps n'était pas encore là.

--La dame du quatrième était allée au bal avec sa fille et était
revenue, elle, à une heure et demie, même qu'elle leur avait
servi un reste de gigot pour souper. (C'était leur cuisinière qui
parlait.)

Le cadavre avait donc dû être introduit et déposé entre une heure
et demie et deux heures, et pourtant Quinsonnas, quelques minutes
avant de descendre, avait fait cette remarque: «Il doit être tard,
on n'entend pas rouler de voitures.»

Bref, l'affaire s'instruisit et poursuivit son cours; nous fûmes
tous les dix appelés à l'instruction et dérangés, combien de fois,
mon Dieu! Et l'affaire enfin fut classée..., classée, malgré le
bluffage de la presse et les fortes primes promises. La morte
demeura inconnue, le cadavre demeura exposé près d'un mois à la
Morgue, mais personne ne put mettre un nom sur la décapitée; et,
pourtant, la trouvaille coïncidait avec quelques disparitions
de femmes dans Paris; mais, des femmes et des hommes, il en
disparaît et il s'en retrouve tous les jours.

Un journal du matin alla même jusqu'à insinuer que c'était une
maîtresse de Romain Daurignac, qui en savait trop long sur la
_Rente Viagère_, et que le Syndicat Humbert avait cru devoir
supprimer. Néanmoins l'opinion des magistrats opta pour une fille
galante et une fille d'assez bas étage, car, malgré l'élégance des
formes et la taille élancée, si les doigts portaient des traces de
bagues, les pieds étaient justes soignés, les ongles n'en étaient
ni polis ni poncés, et la chair de la cuisse, au-dessus du genou,
portait des marques de jarretières; et la peau d'une fille cotée
eût été indemne de par le culte de la jarretelle.

Cette affaire, qui passionna un mois tout Paris, fut finalement
classée parmi les basses vengeances et les crimes anonymes de la
pègre amoureuse et demeura la plus belle histoire de masques d'une
soirée consacrée à parler des méprises, surprises et emprises de
déguisements.



PAR LES ROUTES


FORAINS

--Et dire que la fête de Neuilly bat son plein, que les manèges
de cochons font rage, qu'on s'étouffe aux montagnes suisses et
qu'entre le théâtre Lisbonne et les fauves de chez Bidel le
Tout-Paris des premières se bouscule et s'écrase autour des
lutteurs de Marseille, et nous, nous sommes dans cette solitude et
ce calme!»

Quoi de plus calme, en effet, que le village de pêcheurs où nous
nous trouvions, Charles Huchard et moi? Moins par curiosité que
pour éviter la chaleur du jour et couper un peu la monotonie du
voyage, nous nous étions arrêtés au Lavandou.

La monotonie et la somnolence de l'endroit nous gagnaient. Tout le
Lavandou faisait la sieste; les pianos eux-mêmes respectaient le
silence des hôtels. Les pieds nus, une bande de jeunes pêcheurs
courait et se poursuivait sur le sable sans pouvoir mettre en
train une partie de boules. Un peu à l'écart de la route, une
roulotte de saltimbanques dressait ses deux brancards vides dans
le bleu nacré du ciel; le cheval devait paître dans quelque pré
voisin; mais la roulotte, nette à l'œil et nouvellement peinte,
n'éveillait aucune idée de misère. Il y avait des rideaux blancs
aux petites fenêtres, des pots de géraniums en fleurs sur le
palier d'entrée, et la porte était tout égayée par une cage
d'oiseaux accrochée en dehors; le gazouillement de deux canaris y
pétillait éperdument sous le soleil.

--La fête de Neuilly du Lavandou, lançait Huchard en me faisant
remarquer l'inscription peinte sur la roulotte: _Tournée
artistique Anatole Sicart_.

Et, comme évoqué, on aurait dit, par l'inscription même, un grand
gaillard surgissait du fond de la voiture, mis à la dernière
mode, pantalon et souliers blancs, et, presque en même temps que
lui, se dressait dans son ombre une assez jolie fille en cheveux,
le chignon haut sur la nuque et les seins libres sous un peignoir
de percale.

--Anatole Sicart et sa troupe, faisais-je en souriant.

Je ne croyais pas si bien dire, car, l'homme ayant soufflé dans
une espèce de trompette, la bande des pêcheurs lâchait la partie
de boules et venait faire cercle autour du forain; des indigènes
se joignaient à eux, des commères se montraient aux portes. Tout
le Lavandou s'animait, et, campé solidement sur ses reins, Anatole
Sicart d'une voix de camelot commençait son boniment:

«Ce soir, à huit heures et demie, grande représentation au
Café des Bains. Mme Eliane de Florespont dans son répertoire.
Je tiendrai, moi, Anatole Sicart, l'emploi de _Monsieur Marius
Pomadour congédié_, pantomimes et chansonnettes. Le _Million
des Chartreux_, la dernière création de la Boîte à Fursy, et
_A bon chat_, _bon rat_, l'_Entôleuse entôlée_, du théâtre du
Grand-Guigui. Le spectacle est gratuit. Nous nous en remettons à
la générosité du public.

«Et toi, Eliane, un coup de trompette.»

Cinq minutes après, nous roulions vers Cavalère.

--Ces chanteurs ambulants, ces comédiens nomades, pensait à voix
haute Huchard, quelle existence heureuse est la leur, en cette
saison et surtout dans ce pays!

D'ailleurs, vous l'avez vu. Etait-il assez bien vêtu, chaussé,
lingé! Et la roulotte fleurie, et cette jolie fille pour
maîtresse, et quel aplomb, quelle désinvolture! Ah! le _manager_
de la tournée artistique Sicart sait organiser sa vie! Il couche
où ça lui plaît, il part quand il veut; son _home_ voyage avec
lui, et il vit au grand air. C'est peut-être nous qui sommes des
imbéciles!

Il y eut un silence.

--Oh! pour une jolie fille aujourd'hui rencontrée! Les femmes de
ces tournées sont généralement hideuses.

--Dans le Nord, oui, et dans l'Ouest aussi; mais pas dans le
Midi.»

Et, élevant tout à coup la voix:

--J'ai couché une nuit dans une roulotte, et c'est un des
souvenirs les plus étranges et des plus précis de ma vie
de garçon... Oh! pour une nuit troublante, ce fut une nuit
troublante. Rien n'y manqua, la volupté et la terreur. C'était sur
une petite plage comme celle que nous venons de quitter, mais bien
moins pittoresque, à Palavas, Palavas-les-Flots, les bains de mer
de Montpellier.

De passage à Montpellier, j'y étais allé dîner pour respirer l'air
de la mer; j'y tombais sur une fête foraine, une fin de fête
plutôt, car la plupart des baraques étaient déjà démontées, et les
représentations d'une ménagerie de fauves agonisaient. C'était
en août, et une chaleur atroce, humide, rendait la piqûre des
moustiques plus cuisante, et le moustique pullule à Palavas.

J'errais à la dérive dans cette débâcle et cet abandon sans
pouvoir plus m'intéresser aux boutiques de loteries et aux œufs
dansants d'un misérable tir. Le train qui devait me ramener à
Montpellier ne partait qu'à onze heures. De guerre lasse, je
quittai le champ de foire et j'allai promener mon attente au bord
de la mer. Elle était noire et luisante, comme du naphte, sous
un ciel livide et bas, gros d'orage; mais, à l'autre bout de la
grève, la lueur de deux torches fumeuses groupait des silhouettes
équivoques dans la nuit: une roulotte de saltimbanques, un
baraquement de toile s'y profilait dans un halo rougeâtre... Quel
spectacle louche attirait cette foule à l'écart? Je me dirigeai
vers les torches; on s'amusait ferme autour de la baraque; des
rires et des huées saluaient quelque bon tour. J'écartai une
trôlée de gamins et de voyous; une jeune femme, sanglée dans un
maillot d'acrobate, remuait sur une table des formes bizarres.
Très décolletée et ses robustes bras entièrement nus, elle
manœuvrait avec une baguette de fer dans un innommable tas de
choses grisâtres et d'ailerons velus. Cela rampait et se traînait
sur la table avec une lenteur maladroite; cela tentait de s'enfuir
d'une marche oblique et lourde, vite ramenée au milieu de la table
par un coup de férule, et, parfois, deux ailes membraneuses, on
eût dit de caoutchouc mouillé tentaient un essor mou; mais de
sa baguette de fer la saltimbanque aplatissait vite la bête, car
c'étaient des bêtes flasques et velues, hideuses et répugnantes,
qu'exhibait la dompteuse. Cela, de temps en temps, sortait des
griffes pointues et montrait des rangées de dents blanches;
des petits cris hissaient hors de museaux camus. Le public se
bousculait, effaré et ravi, et, m'étant tout à fait approché, je
reconnaissais dans les horribles bêtes trois couples de vampires,
des _Vampirus Spectrum_, de la famille des _Phillosmides_, les
énormes chauves-souris des Tropiques si friandes du sang humain,
et dont les avides suçoirs font sous l'Equateur l'insécurité des
nuits.

Maintenant, la belle fille faisait la quête. Solide et musclée,
elle cambrait dans une trousse de satin noir des reins de lutteur;
le galbe de ses jambes était bien moins celui d'une Vénus que d'un
Hermès; mais la gorge droite et dure était d'une femme. Le nez
brusque, la mâchoire lourde et la bouche épaisse, elle offrait
sous les cheveux ramenés sur le front un type effroyablement
canaille et bestial. La nuque courte, les prunelles quémandeuses
et mobiles et le teint mat un peu huileux lui prêtaient un
caractère de basse luxure déjà vu dans des eaux-fortes de Félicien
Rops.

Comment désirai-je tout à coup cette fille, et comment
comprit-elle aussitôt mon désir?

Il est vrai que j'avais mis cent sous dans sa sébile et que
j'avais trouvé le moyen de frôler son bras nu. La chair en était
ferme et froide: ce contact m'allumait et, prenant un louis, je
l'ajustais dans le coin de mon œil comme un monocle d'un nouveau
genre; les prunelles de la fille souriaient, ses paupières
s'abaissaient consentantes.

Elle remisait ses bêtes dans une espèce de cage, jetait un
waterproof sur ses épaules et éteignait les torches; le spectacle
était fini.

--Dans une heure, ici, quand tout le monde sera parti,
trouvait-elle le moyen de me dire en me frôlant du coude.

--Ici, pourquoi pas à l'hôtel?

--Ici ou nulle part. Je ne peux pas laisser les bêtes seules. Oh!
y a pas de danger. Mon amant est à Montpellier, il ne r'vient
que demain. Oh! le lit est bon, il y a une moustiquaire; vous
dormirez tranquille. Vous donnerez bien deux louis, j'les vaux.»

Il y avait, en effet, une moustiquaire, des oreillers de crin et
un sommier dernier modèle. Miss Andréa, la charmeuse de vampires,
avait une anatomie de gymnaste, sa chair était élastique et
froide, mais je n'avais pas moins quelque appréhension à cause des
vampires. Je sentais les horribles bêtes suceuses de sang remuer
dans la cage, auprès de moi.

--N' t'émotionne pas comme ça, me disait la charmeuse. Va, n'
crains rien, la cage est fermée. El' n' peuvent pas sortir.»

Si bien qu'après une reprise furieuse de baisers et d'étreintes
(miss Andréa justifiait son physique), je m'endormais exténué,
anéanti.

Je revenais à moi sous une étrange et insistante caresse. Dans
la torpeur d'un demi-sommeil, j'avais d'abord senti comme des
lèvres frôleuses qui s'égaraient sur moi. C'était comme une
lente et progressive emprise; des baisers s'incrustaient dans
ma chair, si obstinés qu'ils semblaient parfois des petites
morsures, et la souffrance en était délicieuse, car l'imprévue
caresse me possédait partout à la fois. Comme des mains tièdes me
parcouraient, et je me sentais allégé, plus dispos et pourtant
engourdi, comme après une piqûre de morphine. Etait-ce un rêve ou
quelque pratique savante de miss Andréa? Et je ne bougeais pas,
envahi d'un mortel bien-être, quand une douleur aiguë derrière
l'oreille me réveillait tout à fait. J'y portais vivement la
main et rencontrais une chose tiède, flasque et velue qui me
faisait pousser un cri d'horreur. Je me dressais sur mon séant en
secouant la chose molle et vivante; la clarté lunaire entrait par
une fenêtre ouverte, j'avais les mains pleines de sang. J'avais
du sang sur la poitrine et le long de mes reins, j'en avais
sur les cuisses et sur le ventre aussi. Trois vampires, trois
hideux _vampirus spectrum_, vrillés à ma peau, pompaient mon sang
lentement, sûrement.

Miss Andréa avait disparu. Je voulais me lever, m'enfuir, mais
déjà à bout de forces, déjà exsangue, hélas! je restais sans
mouvement. Je ne pouvais même pas détacher les trois monstres de
mon corps. J'avais pu jeter sur le plancher celui qui me mordait
au cou, j'étais la proie inerte de la ménagerie d'Andréa, et,
pendant que je me débattais en vain et si peu, comme un noyé sous
l'eau, mes yeux hallucinés voyaient deux autres vampires qui
rampaient obliquement vers moi.

La minute fut si atroce que je m'évanouis.

Je revenais à moi entre les bras de miss Andréa. La belle fille
étanchait le sang de mes plaies, toute la roulotte empestait
l'ammoniaque. La charmeuse pansait les morsures avec de l'eau
étendue d'arnica.

--Les satanées bêtes, je les avais si bien enfermées. Comment
ont-elles pu se sauver? moi, j'étais allée faire un tour sur la
plage et en griller une: il fait si chaud dans cette boîte...
Quand je suis rentrée et que j't'ai vu dans c't'état, j'ai cru
que Grégory était r'venu et qu'i t'avait fait l'sale tour d'leur
ouvrir la porte, pour t'apprendre à coucher avec sa femme.

--Grégory! qui ça, Grégory?

--Mais, mon amant. Il en est bien capable; non pas qu'i' soit
jaloux, mais c'est une rosse. I' m'a fait l'coup déjà une ou deux
fois. Allons, t'es pansé. Avale un peu de cognac et décanille.
Habille-toi, j'vais t'aider, l'grand air te remettra.»

Et je m'esquivais au plus vite, aidé par les mains expertes
d'Andréa.

Je n'ai jamais revu la belle fille. Etait-ce elle qui avait ouvert
la cage de ses bêtes ou son amant, revenu à l'improviste? Ces deux
êtres étaient-ils complices ou fus-je la victime d'un hasard? Je
n'approfondissais pas la chose, heureux de m'en être tiré à si bon
compte. Mais de retour à Montpellier, je constatais la disparition
de ma montre, de ma chaîne et d'une grosse perle que je portais au
petit doigt.



LA FEMME A WILHEM



I

LA FEMME A WILHEM


--Qu'est-ce qu'il y a? Vous savez?

--Quel scandale, ma chère! Une foraine, une saltimbanque qui vient
de giffler Josepha Baster.

--Josepha, des Folies-Plastiques?

--Elle-même. Vous jugez du foin que cela fait dans la fête! Il y a
plus de dix automobiles arrêtées devant la baraque. La circulation
est interrompue, tout le monde s'y porte. Inutile d'essayer d'y
aller, vous n'y arriveriez pas. Nous avons dû y renoncer. Nous
remontons, vous voyez.

--Quelle guigne! Alfred, en prenant par les bas-côtés vous ne
pourriez pas gagner là-bas, près de l'attroupement?

A quoi le cocher interpellé, sans même se tourner sur son siège:

--Impossible, madame. Les agents ont établi une file. Nous sommes
en dehors, nous voilà là pour une demi-heure au moins?

--Voilà bien ma veine! Et l'incident est arrivé dans quelle
baraque?

--Chez Grosbois, à l'avant-dernière baraque des lutteurs, celle où
il y a cet homme blond si extraordinaire. C'est la femme d'un de
ces messieurs qui a fait le coup.

--La femme d'un lutteur a claqué Josepha? Ah! vous m'affolez, ma
chère! On a été chercher la police au moins?

--Naturellement! Mais notre file se met en marche. Adieu! nous
nous remontons! Bonsoir! bonsoir! Moi je suis immobilisée. On vous
verra demain matin à Armenonville?

--Non, je dîne au Polo! Vous y viendrez?

--Peut-être, vous ne quittez pas encore Paris?

--Oh! pas avant le 14. Moi, je trouve Paris charmant en juillet.

--Moi aussi!... Bonsoir!

--Bonsoir!... Bonne chance!

Une des deux victorias se mettait en marche, remontant vers
Paris; l'autre demeurait figée, enlisée dans la file des autos
stationnant devant les parades et les manèges de l'avenue de
Neuilly.

C'était, dans un remous de foule à chaque seconde renouvelé, un
interminable défilé d'habits noirs et de fragiles et claires
toilettes de femmes; tous les ébouriffements de batistes et de
gazes de soie, de linons pâles et de taffetas changeants dont la
mode habillait, ce printemps-là l'ondulante anatomie des femmes;
tout cela violemment éclairé, éclaboussé de lumières crues ou
lividement blêmi par des lueurs d'acétylène, les verres de
couleur des illuminations ou l'incendie tournoyant des cirques de
vaches, d'autruches et de cochons. C'était la lente et coutumière
promenade du Paris des grands cercles et des grandes alcôves
venus, après l'obligatoire dîner à Armenonville ou à Madrid,
contempler de près la misère en oripeaux des saltimbanques et
se frotter curieusement aux muscles de la force et de la santé
en plein air; et, tandis qu'une partie de ces beaux visiteurs
remontait déjà fatiguée vers Paris, ceux qui descendaient vers
la Seine, brusquement arrêtés dans leur exode par l'incident de
la baraque Grosbois, s'impatientaient et sacraient dans la tôle
peinte des autos, comme sur les coussins de drap des voitures,
furieux du retard, devenus eux-mêmes des objets de parade dans
leur immobilité forcée au milieu de cette foule remuante; la foule
goguenarde familière des fêtes des environs de Paris, dont les
quolibets et les impertinentes réflexions tombaient dru sur les
frêles poupées de luxe arrêtées là, droites sous leurs immenses
chapeaux de plumes et de fleurs.

Mario Steinberg qui remontait lentement l'avenue, curieux des
belles dames fardées et les dévisageait amusé, surprenait le
dialogue échangé entre les deux victorias. Il se retournait et
se rendait, en effet, compte de l'embarras et de la circulation
interrompue; une triple file d'équipages stationnait devant la
dernière baraque des lutteurs, à trois cents mètres environ. A
travers le brouhaha des boniments et des musiques on devinait des
huées et des cris: là-bas, la foule ameutée semblait assiéger la
baraque, et Mario Steinberg se rappelait, maintenant, le lutteur
blond dont avaient parlé les deux femmes. Sa nudité transparente
et musclée l'avait frappé, et dans sa mémoire de peintre, hantée
de souvenirs de musées, il l'avait immédiatement classé parmi les
figures d'Holbein admirées à Bâle. Du fameux Christ cet Allemand
avait les pectoraux énormes et le ventre creux, les bras bossués,
tout en muscles, et la taille étrangement mince en opposition
aux épaules très larges. Il en avait surtout la chair lumineuse
et blanche, comme éclairée intérieurement, une chair de corps
astral, sans un duvet, et si éclatante qu'elle semblait irréelle.
Ce lutteur à torse triangulaire lui était apparu moins comme un
être que comme une projection; il s'appelait Wilhem. Le peintre
se rappelait maintenant son nom. Holbein, le vieux, Holbein, le
jeune, Cranach et les Primitifs allemands avaient peint de ces
musculatures. Ce Wilhem se rattachait à une humanité disparue.
Sur ce corps d'_Ecce homo_ de l'Ecole de Bâle se dressait,
étroite et longue, une face aux tempes creusées, un nez un peu
court, d'une laideur douloureuse et poignante, une face dont les
maxillaires ne dépassaient pas le cou, le cou massif et rond comme
une colonne et dont le visage semblait le chapiteau.

Cette tête moyennageuse et triste, Mario Steinberg la revoyait
tout en jouant des coudes à travers la foule. Cette bouche aux
plis tombants, ces yeux clairs et vides profondément enchâssés
sous l'arcade sourcilière, tout ce masque de défi et d'amertume,
le peintre se souvenait de l'avoir noté et remarqué dans maints
_Saint-Sébastien_ et maintes _Flagellations_.

Il fendait les groupes, le regard en avant, sans voir, tout à la
hantise de cette figure hallucinante surgie, on eût dit, de la
nuit des temps.

Des éclats de rire, des cris et des propos orduriers l'arrachaient
à sa rêverie. Un remous de peuple l'étouffait, des chevaux
encensaient de la tête, qu'il était forcé de saisir par la bride
pour passer entre les voitures; des cochers juraient sur leurs
sièges, des automobiles trépidaient sous le frein serré par la
main des chauffeurs, et, debout dans les landaux, dans les Panhard
et les Bouton de Dion, des femmes en longs manteaux de draps
blêmes montraient du doigt la baraque. Mario était au centre de
l'attroupement.

De misérables tréteaux, une muraille de toile où des quinquets
fumeux faisaient osciller de grandes ombres, un fragile escalier
de bois pliant dénonçaient au public les arènes. Toute la troupe
était en parade: quatre lutteurs, dont deux étiques et deux
ventripotents, les gros sanglés et les autres lamentables dans des
maillots trop neufs ou déteints. Des trousses frangées d'or leur
ballonnaient sur le ventre, des tatouages enlaidissaient encore
bouffissures et maigreurs, et, parmi toutes ces tares éclatait le
buste transparent et solide de Wilhem. Il était là, nu jusqu'à la
ceinture, les bras croisés sur la poitrine.

Les cinq hommes réunis toisaient la foule, indifférents à ce qui
se passait autour d'eux. Aucun amateur ne demandait de gant. D'un
commun accord professionnel et _comtois_, attendaient la fin de
l'incident, on reprendrait après séance interrompue.

L'incident, qui tenait toute cette foule haletante, se résumait
dans la présence de deux agents debout sur l'escalier et essayant
en vain d'imposer silence à une femme. Une grande belle fille au
maquillage éclatant, en manteau de drap bleu pâle, la face empâtée
et les yeux soulignés de kohl, dénonçant malgré la délicatesse
de profil, une imminente quarantaine, s'agitait et se démenait,
intercédait, on eût dit, auprès des deux agents. Un détail seul
déparait la parfaite élégance de la femme, l'avachissement de son
gainsborough au plumage éploré, évidemment écrasé par un coup de
poing récent. Cette exquise gravure de mode était coiffée d'un
véritable accordéon.

--Il y a eu erreur, je vous assure, messieurs les agents, je n'en
veux pas à madame. Madame m'a prise pour une autre. Relâchez cette
femme, messieurs les agents!»

Et la demoiselle sifflotait et crachotait en agitant deux mains
grasses fleuries de grosses perles. La saltimbanque, elle, ne
disait mot. Elle restait là les dents serrées, la paupière lourde
et les yeux méprisants. La demoiselle insistait:

--Voyons, madame, regardez-moi bien. Il est impossible que vous
m'ayez déjà vue ici.

--Moi, je suis sûr que c'est elle, chuchotait une voix espiègle à
côté de Mario. On la connaît, la grande Josepha!

Et le manteau bleu pâle revenait à la charge:

--Voyons, madame, un effort de mémoire. Dites que ce n'est pas moi.

A quoi la femme avec des yeux de hyène:

--Vous ou une autre, qu'importe, vous êtes toutes les mêmes. Un
beau fumier que votre monde, et parce que ça a du linge, ça se dit
élégant. Ah! c'est du propre, ce qu'il y a dans votre linge!

--Vous, vous allez vous taire, faisait un des agents, et nous
suivre chez le commissaire. Assez causé!

--Hou! hou! les sergots, faisait la foule sympathique à la foraine.

--Laissez-la parler, laissez-la parler, criait-on des voitures.

Des toilettes de cent louis pressentant un drame, chatouillées
ailleurs par le ton menaçant de la foraine, étaient descendues
des autos et s'étaient mêlées à la foule; des clubmen aussi
frissonnaient voluptueusement:

--Elle est très belle, faisait la duchesse de Melvau-Sonyeuse au
petit prince de Cadignan.

--La Baster n'en mène pas large, faisait le marquis de Mondibourt.

Josepha ennuyée à la fin de tous ces yeux fixés sur elle:

--Je m'explique très bien l'erreur de madame; j'ai mon sosie et
ce n'est pas la première fois qu'on me prend pour une autre. Je
ressemble si étonnamment à la princesse Ivatinof. Elle est folle
de sports, elle ne quitte pas cette fête. C'est elle que madame
aura vue dans cette baraque.

A quoi la femme impatientée:

--Elle porte aussi vos bagues, cette michetone-là? Ça ne court pas
les fêtes, des broquilles comme les vôtres, et ça se reconnaît.
Si ce n'est pas dégoûtant pour une gonzesse de porter des perles
comme ça, il y a de quoi nourrir une famille pendant des années!
Mais je vous ai assez vue. Menez-moi chez le commissaire, monsieur
l'agent; mais madame m'y suivra. Je porterai plainte aussi,
madame m'a fait des propositions et de drôles de propositions.

--Madame!

Et les mains de la fille tremblaient, devenues blêmes.

--Il n'y a pas de madame, et puis, si c'est pas vous, vous paierez
pour les vôtres, j'en ai assez de la vie que je mène. Ce n'est
pas une existence de monter, comme je le fais, la garde autour de
mon homme. Il est à moi, cet homme, je n'ai que lui. Qu'est-ce
qu'elles ont toutes à venir miauler dans ses jambes. Si c'est pas
une honte, depuis que nous sommes ici en parade, il y en a qui
viennent le chercher tous les soirs et pas que des typesses à la
rigolade, des poupées à diamants, et toutes pour le peindre à les
entendre, parce qu'il a une belle gueule. Ça, je le sais, puisque
je l'ai pris pour ça. V'là déjà six semaines que ça dure; ça avait
déjà commencé aux Invalides. Heureusement qu'on s'aime et que je
suis sûre de lui, mais à force de venir l'aguicher, est-ce qu'on
sait?

--Mais, madame, moi, vous ne m'avez jamais vue aux Invalides,
pleurait presque Josepha.

--Oui, mais vous m'avez invitée à souper l'autre soir, le soir
que vous m'aviez prise pour sa sœur. J'étais assise à côté de
vous pendant la séance, vous m'avez sondée habilement. J'ai eu le
flair, je ne vous ai pas dit que j'étais sa femme et vous m'avez
offert deux louis pour vous amener mon frère à souper... Joli
métier!...

--Moi, madame?

--Oui, vous, madame.

--Quand je vous dis que vous m'avez prise pour la princesse
Ivatinof. Vous faites erreur.

--Alors, vous lui ressemblez rudement. Tant pis pour vous, vous
paierez pour elle.»

Un des agents prenait à part le directeur des arènes:

--Vous savez, monsieur Grosbois, le commissaire vous fera fermer.
Des scandales comme ça, il n'en faut pas.»

Le tenancier s'approchait du lutteur. L'Allemand, demeuré
impassible, cambrait en silence sa nudité transparente et musclée
de saint Sébastien bâlois.

--Wilhem, lui chuchotait-il dans la nuque, fais taire ta femme.
Elle va nous attirer du vilain!»

L'homme, sans se déranger, les bras toujours croisés sur sa
poitrine, se mouvait lentement vers sa femme:

--Ferme!

A peine les lèvres avaient-elles remué dans la pâleur figée du
visage:

--C'est bon! Je me suis trompée, faisait la saltimbanque.

Et, haussant les épaules:

--Paraît que j'ai fait erreur.»

Le lutteur était allé reprendre sa pose au bout de la parade.
La femme, elle, était rentrée dans la baraque. Il restait là
lumineusement blême et blond, dominant la foule de toute sa
hauteur. Le regard vide, ailleurs, il ne semblait même pas se
douter qu'il était le point de mire de tous les yeux; mais ses
bras gonflés étreignaient rageusement ses pectoraux et le long de
ses joues creuses deux grosses larmes coulaient lentement.



II

EN REVENANT DE SAINT-GERMAIN


La victoria roulait au trot cadencé des chevaux, elle filait entre
les villas endormies et les murs des propriétés en bordure de
chaque côté de la route, légère et souple, à peine dénoncée par le
bruit alterné des sabots de deux chevaux et par un cliquetis des
gourmettes. Un orage éclaté vers les cinq heures faisait la nuit
limpide; la terre détrempée amortissait dans un clapotement sourd
le bruit des pas et celui des roues; c'était comme un glissement
dans du silence à travers le sommeil de la banlieue rajeunie. Des
feuillages lourds de pluie et des pâturages humides montait une
odeur âcre et verte et, quand la victoria traversait un pont, la
fraîcheur nocturne s'aggravait d'un relent de vase, comme d'une
fadeur de marécage. Le fleuve emportant l'immondice de la ville
à travers les campagnes décelait sa présence par une senteur
plus forte, mais les âmes végétales éparses dans tant de parcs
et de jardins dominaient vite l'haleine fétide, et la victoria
continuait sa course silencieuse dans l'enchantement magique de la
nuit. Elle avait déjà traversé Le Pecq, Croissy et Chatou.

La jeune femme et les deux hommes assis sur les coussins de la
voiture se laissaient aller au bien-être du calme et du grand air;
ils venaient de dîner à Saint-Germain, au Pavillon Henri-IV et,
laissant les autres convives rentrer en automobile par les bords
de l'eau, Bougival, Bas-Prunet et Marly, ils avaient pris par le
plus court, la route du Pecq à Rueil déjà encombrée de lourdes
charrettes de maraîchers gagnant lentement les Halles et roulaient
en silence par la banlieue obscure et les villages assoupis. La
jeune femme vaguement engourdie songeait, yeux mi-clos, à une
coupe de manche et un dessin de corsage remarqués sur une de ses
amies; elle essayait d'en préciser les détails pour les donner
le lendemain à sa femme de chambre; les deux hommes, eux, avaient
allumé des cigares; une somnolence heureuse les berçait tous les
trois.

--Oh! comme ça sent la fraise! s'écriait tout à coup la jeune
femme en relevant ses paupières appesanties, on se croirait
à Palaiseau, chez ta sœur. Tu ne sens pas, Gontran?» Et elle
poussait du genou celui de son mari.

A quoi l'homme assis en face d'elle:

--Tu t'en aperçois maintenant, tu dormais donc? Il y a une
demi-heure que nous voyageons escortés de cette odeur. Nous avons
déjà dépassé plus de trente charrettes de maraîchers. Tiens, en
voici encore une.» Et, lui désignant les bâches grises d'un lourd
fardier côtoyé dans l'ombre. «Tiens, cela est rempli de légumes et
de fruits, cela va alimenter le Ventre de Paris.

--Mais où sommes-nous donc? demandait la jeune femme.

--Mais nous arrivons à Rueil...

--Et voici la lune qui se lève sur le Mont-Valérien, faisait
l'autre homme assis à ses côtés. Il faut croire que vous avez bien
dormi.

--En effet. Aïe! ça se gâte, cela sent le fumier, maintenant. Où
sont mes roses?

--Les voici, madame. J'avais pris le bouquet pour...

--... M'éviter la migraine. Vous êtes un ami. Rendez-les moi, nous
approchons de Paris.»

Elle avait plongé son nez délicat dans la fraîcheur des pétales
charnus.

--Mais nous sommes au rond-point des Bergères!... Je croyais que
les autres devaient nous attendre!

--En automobile! Ah! vous connaissez bien les chauffeurs! Il y a
beau temps qu'ils sont à la fête de Neuilly.

--Nous les rejoignons, Gontran?

--Hum! ils sont un peu bruyants. Tu sais, moi, je trouve le gros
Huchard et la petite Mme Astorg un peu «ohé! ohé!» N'est-ce pas
votre avis, Durtal?

--En effet, ils sont un peu «Grenouillère». Huchard doit être né à
Bougival.

--Mais il était convenu qu'on ferait la fête ensemble.»

Et la voix de la jeune femme traînait, soudain boudeuse:

--Gontran, vous m'aviez promis de me mener voir cette fête
auvergnate.

--Oh! cela non. Aller voir un âne hermaphrodite et une vache
deux fois vache et une fois taureau, non, je ne vous vois pas
là-dedans. C'est un spectacle malsain et dangereux.

--Comment, dangereux?

--Mais oui, je ne me vois pas père d'un phénomène. Voyez-vous que
cela vous impressionne!

Et se tournant et prenant à témoin son compagnon de route:

--Les femmes d'aujourd'hui ont le goût du monstrueux. Mais, ma
chère amie, votre mère et la mienne auraient hurlé, si on leur
avait proposé de voir de pareilles horreurs. Je ne comprends pas
cette curiosité de la difformité, c'est de la perversion sexuelle.
La police devrait empêcher ces exhibitions. Cela déprave le goût
du public.»

A quoi la jeune femme, appuyant le bouquet sur la bouche de son
mari:

--Ah! tu nous ennuies! Il était convenu qu'on irait à cette fête.
Avec toi on ne peut jamais s'amuser.»

Alors, le mari:

--Vous ne comptiez pas, je suppose, monter sur les autruches ou
les cochons des manèges?

--Mais, pourquoi pas? les duchesses le font.

--Mais moi, je ne suis pas duc et vous n'êtes pas Américaine, ma
chère; je vous demande comme une grâce de renoncer à ce projet, ne
serait-ce que pour les domestiques.

La jeune femme respirait bruyamment.

--Parfaitement, reprenait le mari, pour les domestiques. Je ne me
soucie pas que vous soyez demain la fable de l'office; et puis,
les autruches et les cochons, il faut laisser cela aux enfants.
Jacqueline a neuf ans, ne l'oubliez pas.

--Alors, il était tout à fait inutile de revenir par Neuilly.»

La victoria descendait déjà l'avenue de la Défense. Un halo
d'incendie, un fourmillement rougeâtre dénonçaient, au delà du
pont, les illuminations de la fête. C'était comme une fournaise,
la rougeur incandescente d'un métal en fusion débordant d'une
cuve de ténèbres: cela bouillait au pied de l'avenue de Courbevoie
et remontait en longs jets de flamme tout le long de l'avenue de
Neuilly jusqu'à la porte Maillot, dans la direction de l'Étoile;
des dômes et des tours s'estompaient au-dessus, vaguement lumineux
dans le bleuissement de la nuit; très haut dans le ciel une lune
rouge, barrée par des nuées horizontales, semblait un ballon
échappé de la fête. Le spectacle était d'un grandiose si moderne
et si imprévu qu'il immobilisait les deux hommes et leur arrachait
un cri.

--Mais nous y sommes à la fête! s'exclamait le mari. Quel caprice
vous prend! Vous ne voulez plus la traverser, vraiment?

--Si on ne s'arrête nulle part, le beau plaisir!

--Nulle part! comme vous exagérez! Je me suis opposé à cette
exhibition de phénomènes auvergnats et à une cavalcade sur les
autruches; mais il y a d'autres baraques.

Alors, la jeune femme insinuante:

--Vous me permettez les lutteurs?

--Je m'y attendais. Nous sommes allés déjà trois fois chez
Marseille.

--Ce ne sont pas les lutteurs de Marseille que je veux voir--et,
scandant chaque syllabe--je veux m'arrêter à la baraque Grosbois,
celle où il y a cet homme blond si beau, dont toutes les
demoiselles sont folles.

--Parfaitement, cette baraque où il y a eu ce scandale qu'a relaté
la presse. Une fille des Acacias a été giflée, je crois, par la
maîtresse de ce lutteur.

--La femme, rectifiait l'interpellée, ce Wilhem est marié
légitimement.

--Wilhem! Vous savez même son nom! et c'est cet homme ou sa femme
qui vous intéresse?

--Les deux.

--Le ménage alors.»

A quoi le voisin de coussin de la jeune femme:

--Mais tu sais bien, Gontran, la baraque où une foraine a si bien
engueulé et giflé la grosse Josépha Baster.

A quoi le mari mis en cause:

--Si je sais! Mais depuis huit jours, ma femme et ses amies ne
parlent que de ça. Voilà qui les intéresse autrement que les
opérations de l'armée japonaise. Une femme amoureuse de son mari
au point d'être jalouse et de caloter une rivale, cela nous change
des habitudes de notre monde.

--Alors, vous ne vous étonnez pas, mon cher, que je désire la
connaître?

Et lui, amusé du ton agressif:

--Mais comment donc! Je trouve cela très naturel. Antoine, prenez
par la fête de Neuilly, allez au pas. Vous nous arrêterez devant
la seconde baraque des lutteurs.

--Bien, monsieur.

--Vous êtes contente, ma chère?

Et la jeune femme sans même daigner regarder son mari:

--Et ce Wilhem est-il aussi beau que le prétend Mario Steinberg?
demandait-elle à son autre compagnon de route.

--Oh! vous savez, Steinberg, lui, voit avec des yeux de peintre.
Il a la hantise des Holbein; il découvre des Christ et des saint
Sébastien partout. C'est un bluff comme un autre, et ce bon Mario
ne manque pas d'une certaine expérience dans l'art de manier le
bluff. Ce Wilhem a posé dans son atelier. Steinberg doit avoir
quelques études de nu à nous sortir d'après ce Wilhem. Il fait
trop de foin autour de cette histoire pour ne pas avoir une idée
de derrière la tête.

--Quelle rosse vous faites!

--Moi! Non, je connais mes peintres, voilà tout.

--Alors, cet homme n'est pas beau?

--Si. Il est beau, mais sans plus.

       *       *       *       *       *

--Voyons, es-tu tranquille, ce soir? tu vois bien qu'elle n'est
pas revenue.

--La grande! non, elle n'a pas osé rebiffer; mais les autres, tu
ne les vois donc pas? Elles te dévorent toutes des yeux.

--La jalousie te rend loufe! Regarde donc s'il y en a une qui me
parle, maintenant!

--Oh! ce n'est pas l'envie qui leur manque; je suis dans la foule,
je ne perds pas un de leurs mouvements. Elles ont peur, elles me
savent là. L'affaire de l'autre soir a fait du bruit.

--Quelle gosse tu fais, la môme!

--Oh! c'est que la première qui rebiffe, je ne la raterai pas,
celle-là! Je n'ai pas quitté la ferme, les vieux et le pays pour
qu'on te prenne, mon homme. Tu es bien à moi, comme je suis bien à
toi. On m'écraserait plutôt la tête! Je défends mon bien.

--Tu m'amuses. Tu sais bien que je n'aime que toi, Thécla. T'ai-je
jamais trompée, depuis que l'on roule les champs de foire ensemble?

--Et que tu as raison, car, si tu me trompais, je ne te raterais
pas. Pendant que tu dormirais, là, au cœur, je sais la place.

--Brave nature! Et, tu sais, ne me rate pas, car, si tu me ratais,
je ne te raterais pas après.

--Eh! Wilhem, en parade, on commence! faisait une voix.

--On y va, voilà! on y va! A tout à l'heure, la môme.

Et le lutteur, attirant contre lui la femme qui, d'une voix sourde
lui parlait et l'adjurait dans l'ombre, l'embrassait longuement
sur les lèvres: une brusque étreinte, un baiser de passion
éperdue, où la femme frémissante demeurait comme agrafée à la
bouche de l'homme, et le lutteur, rajustant son peplum rouge sur
la nudité de son torse, regagnait en deux enjambées les tréteaux
de la baraque Grosbois.

--Attends-moi chez le marchand de vins, chérie, au lieu de
t'énerver dans la foule. Tu te manges les sangs à regarder toutes
ces poupées, et puis, tu sais, Grosbois aime autant qu'on ne te
voit pas rôder devant la parade. C'est la dernière séance, chérie.
A tout à l'heure.

--Un gant, qui veut un gant, messieurs les amateurs? vociférait
avec des gestes de matamore M. Alphonse lui-même, le directeur des
Arènes Grosbois.

       *       *       *       *       *

--Ah! nous étions bien sûres qu'on vous retrouverait ici. Bonsoir,
comte. Bonsoir, comtesse!»

Tout un groupe de femmes élégantes, manteaux de drap pâle brodés
et rebrodés et volumineux chapeaux de gaze de tulle noir, faisait
une ovation bruyante à la comtesse de Farandeuil; toute une
escouade d'hommes en habit s'empressait autour de la jeune femme;
on secouait la main de Durtal et du comte. La victoria venait
de s'arrêter devant la parade de la baraque Grosbois. Trois
automobiles y stationnaient déjà sous pression.

--Il y a longtemps que vous êtes ici?

--Nous! un bon quart d'heure. Nous avons déjà fait la Ferme
auvergnate et deux tours de toboggan.

--Pas trop cahotée sur cette route du Pecq, comtesse?

--Mais non, mais non.

--Et quelle fraîcheur délicieuse! Une nuit idéale.

--Enfin, vous voilà, c'est l'important. Nous allons voir cet homme
extraordinaire.

--J'ai bien vu le moment où je ne le verrais pas. Le comte ne
voulait plus venir.

--Vous me calomniez, ma chère.

--Naturellement. Mais où est-il, cet homme admirable?

--Là; tenez, il sort de la baraque, au coin, à l'autre coin.

--En effet, il est superbe. Et c'est pour lui que Josépha Baster...

--Pour lui-même.

--Steinberg a raison: c'est un Holbein.

--Nous entrons?

--Est-ce bien nécessaire?

--Mais si, mais si, il faut le voir lutter.

Toutes les femmes s'engageaient sur l'escalier.

--Et dire que sa femme est là qui nous guette et souffre dans
l'ombre.

--Pauvre créature!

--Comtesse, une idée. Donnez-lui votre bouquet.

--Mon bouquet à cet homme!

--Mais oui, vos roses. Ce serait très crâne: l'hommage du Faubourg
à la Beauté.

--Mais vous êtes folles!

--Vous avez peur, comtesse?

--Moi, peur!

--Je parie que vous n'oserez pas lui donner votre bouquet.

--Certainement non.

--C'est le comte qui vous gène?

--Mon mari! Ah! cela non. Gontran, vous permettez que je donne ces
roses à ce lutteur?

--Je n'y vois aucun inconvénient, si ces fleurs vous gênent; mais
il aimerait mieux cent sous. Vous êtes tout à fait folle, ce soir!

--Ah! je suis tout à fait folle! Tenez, mon ami.

Et la jeune femme, s'avançant vers Wilhem, lui mettait entre les
bras sa gerbe de roses.

--A moi! Je suis blessée! A moi!

Et, dans la même seconde, la jeune femme s'affaissait, retenue à
temps dans le vide par le bras de son mari.

--Qu'y a-t-il? Qu'y a-t-il? Elle se trouve mal.

Un frisson de stupeur écartait le groupe des mondaines. Alors une
femme hagarde, secouant au-dessus de ces visages blêmes une lame
ensanglantée:

--Je me suis fait justice. Arrêtez-moi. Il y a trop longtemps que
cela durait.



CONSUL


_C'était à un souper de centième, il y a quelques mois. On sait
trop ce que sont ces sortes de fêtes, c'est toujours le plus beau
souper du monde. C'était donc à une de ces somptueuses assemblées
de talents parisiens et de notoriétés de tous pays. Il y avait
à celui-là les plus jolies femmes de Paris, celles du théâtre
et celles d'ailleurs, les diva et les divettes, les comédiennes
et les théâtreuses, les gloires et les demi-gloires, et les
quarts de gloire aussi; les réputations consacrées et les étoiles
de demain, les talents arrivés à l'ancienneté et ceux imposés
par les subventions du riche bailleur de fonds ou l'engouement
un peu badaud qui est un des traits distinctifs de Paris; et,
pêle-mêle avec les diamants des belles épaules épanouies et les
Lère-Cathelin des maigreurs acides de débutantes, excités et
surexcités au frôlement de tant de gazes et de moires, de tant
de maquillages et de fards, tout ce que le feuilleton dramatique
possède de chauves et de demi-chauves, de glabres et de barbus,
d'étiques et de bedonnants. Il y avait donc là toutes les myopies,
toutes les lunettes, tous les lorgnons, tous les sourires pincés
des jeunes maîtres, toutes les lippes bienveillantes des vieux
oncles et, avec l'élite du boulevard, nos plus tragiques jeunes
premiers, nos plus sémillants comiques, nos plus brillants jeunes
directeurs et nos plus solides actionnaires, et c'était, comme l'a
écrit un des critiques du_ Temps, _l'esprit et la beauté de toute
une civilisation réunis à un souper d'une splendeur telle, que ne
connurent certainement pas ni Aspasie ni Cléopâtre_ (sic).

_Eh bien! on ne devinera jamais ce que ces hommes spirituels
avaient imaginé pour amuser toutes ces belles personnes du
théâtre et des arts. Il y avait alors dans un music-hall, parmi
tant d'exhibitions, un pauvre petit chimpanzé, qui opérait
entre dix heures et demie et onze heures. Il n'était même pas
adulte, il n'avait pas quatre ans, mais il devait grandir. Ce
malheureux petit singe, dont on avait rasé soigneusement les
oreilles et le menton pour accentuer une attristante ressemblance
humaine, n'était même pas dressé, mais il était, en vérité,
merveilleusement intelligent. Affublé d'un habit noir et d'un
pantalon de soirée, chemisé comme un clubman et cravaté de blanc,
il arrivait à s'asseoir à table, à se servir d'une fourchette
et à boire dans un verre, comme un enfant très mal élevé, puis
il fumait un cigare de l'air ennuyé des phoques jongleurs et
fumeurs des fêtes foraines, marchait tout à coup à quatre pattes
(la nature ayant repris le dessus), faisait quelques tours en
vélocipède, et triomphe final, se déshabillait en scène et mettait
alors en joie toutes les femmes par l'apparition de cuisses plus
velues que celles d'un homme ordinaire, entre la blancheur des
pans de chemise et la soie rose du caleçon._

_C'était en somme un spectacle assez lamentable. Le public
y prenait pourtant un certain plaisir: j'estime que chacun
y trouvait une ressemblance avec un parent ou un créancier.
«Tiens, c'est mon huissier?», s'écriait couramment la petite
dame saisie l'avant-veille. Jean-Hiroux, lui, reconnaissait,
et non sans motif, la face du président d'assises qui l'avait
condamné jadis; la magistrature possède, en effet, une laideur
plutôt simiesque; et les familles, qu'avait déshéritées un oncle
d'Amérique, voulaient lui trouver les traits d'un vieux commodore.
Pour moi, j'avoue que Consul me rappelait surtout un très gros
collectionneur du commerce parisien, il m'en rappelait même deux,
que dis-je? trois, tant le physique des vieux messieurs s'achemine
diversement vers une laideur unique._

_Pauvre Consul!_

_Le croirait-on? Pour amuser et faire sourire toutes ces jolies
femmes de talent, de luxe, de joyaux et de soies, ces messieurs ne
trouvèrent rien de mieux que de leur amener ce singe_.

_Consul, piloté par son barnum, prit donc place à une table entre
deux charmantes soupeuses, nullement effarouchées, d'ailleurs, des
quelques privautés, plutôt lasses, qu'il se permit à leur endroit.
On a dit de Consul qu'il n'aimait pas les femmes, la vérité
est qu'il ne les aimait pas encore. Consul n'était pas adulte,
il n'était encore que fraternel pour la belle moitié du genre
humain; la misogynie est un degré de sagesse et de civilisation
que n'atteignent pas sitôt les chimpanzés, même dressés par un
«manager» de Londres._

_Consul se montra donc plus qu'indiffèrent. Affalé sur la table,
le nez dans son assiette, tel un viveur surmené, il se contenta
de boire dans le verre de ses voisines et, d'un geste accablé, de
leur caresser quelques fois le menton._

_L'œil inattentif et sournois, il parut s'ennuyer sérieusement à
cette fête. Uniquement préoccupé des fruits d'un compotier posé
devant lui, il fuma machinal et excédé de bruit et de mouvement;
bref, il se montra dédaigneux et grossier d'attitude, en cela
parfaitement pareil à quelques Yankees milliardaires, tels que
l'omnipotent capital les fait tous, pour l'édification des foules;
méprisant, familier et méfiant._

_Par contre son succès fut énorme: son mépris affiché de forban
enthousiasma les hommes et les femmes, les femmes surtout.
Elles retrouvèrent là toutes, avec plus de nature, le cynisme
insolent des amants. «J'en ai connu de plus laids», déclara même
l'une d'elles, vengeant ainsi d'un mot les sinistres corvées de
l'alcôve. Jusqu'à la minute où saoul comme un véritable prince, le
pauvre chimpanzé s'étendit sur la table (un homme véritable eût
roulé, lui, dessous) et, recroquevillé sur lui-même, les mains
jointes et les genoux rapprochés, apparut comme un misérable petit
enfant malade oublié par une fille sur la table d'un restaurant
de nuit, il eut autour de lui un cercle énamouré, on l'aurait
presque dit, de belles bouches fardées, de sourires frais et
d'épaules savoureuses. Il fut le «clou» de la soirée et un clou si
solidement fiché que la table d'honneur en fut soudain déserte._

_Cette table, qui était présidée par les deux plus spirituels
auteurs de comédie de l'année... Cette table, pharamineuse
entre toutes par la qualité de ses convives et la beauté de ses
soupeuses, cessa immédiatement d'être le point de mire de tous. Ce
fut à la table de Consul qu'alla et resta l'attention captivée: le
succès fut déplacé, il y eut virement dans l'opinion, l'orgueil de
quelques cabotins en souffrit._

_Que trouvait-on donc à ce singe et qu'avait-il d'extraordinaire?_

_--Mais la prévision dans le geste! répondit à un tragédien une
caricaturiste plus experte que tout autre à discerner le vrai du
faux et le naturel du convenu. Consul a cela de merveilleux qu'il
ne fait pas un mouvement inutile; il économise sa force et, chaque
fois qu'il peut, la remplace par de la souplesse: c'est la grande
école de la Mimique. Ne vous y trompez pas, ce singe est une
leçon; mieux, il est un livre._

_--Que tous les comédiens devraient consulter, n'est-ce pas?
goguenarda un jeune comique._

_--Peut-être. Regardez-le bien, il a les gestes de Guitry._

_Et, les rosseries commençant, les obscénités éclatèrent._

_--Tu ne trouves pas qu'il ressemble à mon dernier amant?
s'esclaffa la blanche Trois-Étoiles, qui ne croyait pas si bien
dire._

_A quoi, X.Y..., se vissant son monocle dans l'œil et enveloppant
d'un regard circulaire toutes les nuques, les blondes et les
brunes, penchées sur Consul:_

_--Avec laquelle va-t-il partir?_

_Et de rire d'un rire bien boulevardier sur cette goujaterie._

_Les soupers de centième sont des événements si essentiellement
parisiens!_

_Quand la curiosité de chacune fut bien satisfaite et que toutes
les gloires eurent assez contemplé ce singe saoul, le barnum
s'approcha du pauvre petit être écroulé sur la nappe, le réveilla
en lui touchant l'épaule, et Consul, avec des yeux d'effroi pour
toute cette foule amusée, jeta ses petits bras velus autour du cou
de son manager et se blottit dans sa poitrine, comme un enfant qui
eût retrouvé sa mère..._

_Et ce fut le départ de Consul_.

_--Consul! mais allez donc le voir chez lui, Hôtel Continental,
chambre 22. C'est un véritable personnage. Il a sa chambre à lui,
comme un riche étranger. Avec votre carte de journaliste, on vous
recevra; mais téléphonez, si vous voulez le trouver. La fois que
j'y fus, moi, il était au Bois. Il y va tous les jours, de deux à
cinq._

_--Non!_

_--Comme je vous le dis, mon cher, c'est à pouffer. Au bureau de
l'hôtel, c'était une trôlée de fournisseurs: le chapelier de M.
Consul; le chemisier de M. Consul; le huit-reflets du chimpanzé,
la dernière commande du ouistiti._

_--Mais c'est odieux et ridicule._

_--Non, c'est très américain. Ah! ces gens la comprennent la
réclame._

_--Savez-vous la dernière de son manager?_

_--Dites._

_--Je l'ai croisé, hier, sur le boulevard; je m'informai de son
pensionnaire._

_--Consul, m'était-il répondu, Consul est un peu fatigué, il
reçoit un peu trop de visites, ce sont des interviews du matin au
soir; j'ai dû éliminer, faire un choix; nous attendons demain Mme
de Thèbes, qui veut lui lire les lignes de la main.»_

_Et, sur la foi des traités, j'allais voir Consul._

_Je me cassai le nez au Continental, Consul était déménagé._

_Je le trouvai installé dans un hôtel de la rue de Trévise,
presque en face des Folies-Bergères. Là, je dénichai l'homme
du jour dans une chambre du troisième, tenant à la fois de la
ménagerie et du campement bohémien. Consul, à mon arrivée,
dormait dans une sorte de malle grillée, qui lui servait de cage
en voyage. On l'en fit sortir pour me le présenter._

_Il y avait aussi, dans la chambre, un petit nègre et un chien; le
nègre était attaché au service du chimpanzé; le chien lui servait
de jouet et de souffre-douleur. Avec quels yeux d'épouvante
effarée ce quadrupède regardait ce quadrumane! Il fallait voir
Consul torturer et pincer et houspiller ce chien: c'était pis
que de la cruauté d'enfant, c'était de la cruauté de singe.
Quant au petit nègre, son domestique, Consul partageait à son
égard l'opinion des blancs vis-à-vis de la race noire: il ne le
commandait que le fouet à la main. Ce singe traitait ce nègre en
esclave; Consul était presque digne d'être un homme._

_Le manager, Consul, le nègre et le chien cohabitaient dans
cette même chambre, tous les quatre; sur une lampe à esprit de
vin mijotait et chantait, léchée par la flamme, une potion pour
Consul, qui toussait un peu._

_Consul avait les bronches délicates; cet enfant des tropiques
redoutait notre climat. Irait-il à Nice, cet hiver? Il en était
question. Son manager préférait les Baléares. Et je songeais
vaguement à Consul pour une reprise sensationnelle de la_ Dame aux
Camélias; _il aurait, certes, lui, des gestes attendrissants de
poitrinaire_.

_Pour me convaincre des talents de son pensionnaire, le barnum,
qui m'avait trouvé froid, tendit à l'animal une feuille de papier
blanc, qu'il avait froissée avant au préalable; il faut vous dire
que Consul, chez lui, était vêtu d'un puyama jaune à carreaux
rouges et verts, du plus pur américanisme. Ainsi vêtu, il avait
l'air d'un minstrel._

_Consul s'empara du feuillet de papier, nous tourna le dos, se
passa la feuille au bas des reins, et puis, délicatement, la
rendit d'un geste noble à son cher manager; et ce geste m'apparut
sublime._

_Il résumait, dans une attitude, l'état d'âme de Consul vis-à-vis
des foules qui l'admiraient._

_Et je fus pénétré de vénération._

_Consul mourut dans le courant de l'année de la phtisie gagnée
dans nos climats et quelque peu développée par les londres, les
soupers de centième et les exhibitions dans les endroits de
plaisir et les pires milieux, bars à la mode, boudoirs cotés et
music-halls. Pauvre Consul, des courriéristes bien parisiens
comparèrent sa fin précoce à celle de Max Lebaudy._

_Quand ils ont tant d'esprit, les enfants vivent peu._

_Pauvre Consul!_



TABLE DES MATIÈRES


  LA RIVIERA                                 1


  AME DE FEMME.
     I. Suites de Veglione                  21
     II. Une âme de femme                   33
     III. Idylle princière                  45
     IV. Le secret de la duchesse           56

  LA VILLA DES CYPRÈS.
     I. La villa des Cyprès                 69
     II. La vestale                         83

  COUR D'ESPAGNE.
     I. La princesse Zénobie                95
     II. Cour d'Espagne                    106
     III. La peur de mourir                118

  LYS D'ALLEMAGNE                          133

  UNE AGONIE                               143

  MADAME DE NÉVERMEUSE.

     I. Madame de Névermeuse               157
     II. Le masque de beauté               169

  DEUIL D'ESCURIAL                         185

  DISPARUES                                199

  LA VENGEANCE DU MASQUE                   211

  MADEMOISELLE DE NÉTHISY                  225

  LA VALSE DE GISÈLE                       239

  LE DERNIER MASQUE                        255


  PAR LES ROUTES


  FORAINS                                  267

  LA FEMME A WILHEM.
     I. La femme à Wilhem                  279
     II. En revenant de Saint-Germain      292

  CONSUL                                   307


ÉVREUX, IMPRIMERIE DE CHARLES HÉRISSEY





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le crime des riches" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home