Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Voyage à l'Ile-de-France (2/2)
Author: Saint-Pierre, Bernardin de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyage à l'Ile-de-France (2/2)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from scanned images of public domain material
from the Google Books project.)



  VOYAGE
  A
  L'ILE-DE-FRANCE;

  PAR
  BERNARDIN DE SAINT-PIERRE.

  TOME SECOND.


  Paris.
  A. HIARD, LIBRAIRE-ÉDITEUR,
  RUE SAINT-JACQUES, N. 131.

  1835.



IMPRIMERIE DE MOQUET ET Cie,

rue de la Harpe, n. 90.



VOYAGE

A L'ILE-DE-FRANCE.



LETTRE XX.

DÉPART DE BOURBON. ARRIVÉE AU CAP.


Nous sortîmes à dix heures du soir de la baie de Saint-Paul. La mer y
est plus calme, et le mouillage plus sûr qu'à Saint-Denis, dont la rade
est gâtée par une quantité prodigieuse d'ancres abandonnées par les
vaisseaux. Leurs câbles s'y coupent fort promptement; cependant les
marins préfèrent Saint-Denis.

Dans un coup de vent du large on ne peut sortir de la baie de
Saint-Paul; et si un vaisseau était jeté en côte, tout l'équipage
périrait, la mer brisant sur un sable fort élevé.

Le 23, nous perdîmes Bourbon de vue. Les services que nous avions reçus
de monsieur et mademoiselle de Crémon pendant notre séjour, les vents
favorables, une bonne table, et la société d'un capitaine très-honnête,
M. de Rosbos, nous disposaient au plaisir de retrouver _l'Indien_.

Nous plaignions les passagers de ce vaisseau, qui avaient eu à éprouver
le mauvais temps et la disette de vivres.

On compte neuf cents lieues de Bourbon au Cap. Le 6 janvier 1771, nous
vîmes le matin la pointe de Natal, à dix lieues devant nous. Nous
comptions dans trois jours être à bord de _l'Indien_. Nous avions eu
jusqu'à ce jour vent arrière. Il fit calme le soir, et une chaleur
étouffante. A minuit le ciel était très-enflammé d'éclairs, et l'horizon
couvert partout de grands nuages redoublés. La mer étincelait de
poissons qui s'agitaient autour du vaisseau.

A trois heures de nuit, le vent contraire s'éleva de l'ouest avec tant
de violence, qu'il nous obligea de mettre à la cape sous la misaine. La
tempête jeta à bord un petit oiseau semblable à une mésange. L'arrivée
des oiseaux de terre sur les vaisseaux est toujours signe d'un
très-mauvais temps, car c'est une preuve que le foyer de la tempête est
fort avant dans les terres.

Le troisième jour du coup de vent, nous nous aperçûmes que notre mât de
misaine avait fait un effort à quatre pieds au-dessus du gaillard; on
serra la voile, on relia le mât de cordages et de pièces de bois, et
nous tînmes la cape sous la grande voile.

La mer était monstrueuse et nous cachait l'horizon. On fut fort surpris
de voir, à une portée de canon, un vaisseau hollandais manoeuvrant comme
nous: il fut impossible de lui parler. Le cinquième jour, le vent
s'apaisa. On examina notre mât de misaine, qui se trouva absolument
rompu. Cet accident nous fit redoubler de voeux pour l'arrivée au Cap.

Le gros temps nous avait fait perdre du chemin, suivant l'ordinaire; il
succéda du calme, qui nous fit perdre du temps.

Le 12, nous retrouvâmes le vaisseau hollandais, et nous lui parlâmes. Il
eut la précaution de ne se laisser approcher que ses mèches allumées et
ses canons détapés: il venait de Batavia; il allait au Cap.

Enfin, le 16 janvier, nous eûmes l'après-midi la vue du Cap, à tribord.
Nous louvoyâmes toute la nuit. Le 17 au matin, il s'éleva une brise
très-violente; le ciel était couvert d'une brume épaisse qui nous
cachait absolument la terre. Nous allions manquer l'entrée de la baie,
lorsque nous aperçûmes par notre travers, dans un éclairci, un coin de
la montagne de la Table; alors nous serrâmes le vent, et vers midi nous
nous trouvâmes près de la côte, qui est très-élevée. Elle est absolument
dépouillée d'arbres; sa partie supérieure est à pic, formée de couches
de rochers parallèles; le pied est arrondi en croupe. Elle ressemble à
d'anciennes murailles de fortifications avec leur talus.

Nous longeâmes la terre. A midi, nous nous trouvâmes derrière la
montagne du Lion, qui, de loin, ressemble à un lion en repos. Sa tête
est détachée, et formée d'un gros rocher, dont les assises représentent
la crinière. Le corps est composé de croupes de différentes collines. De
la tête du Lion on signale les vaisseaux par un pavillon.

En cet endroit le vent nous manqua, parce que le Lion nous mettait à
l'abri; il fallait, pour entrer dans la baie, passer entre l'île Roben,
que nous voyions à gauche devant nous, et une langue de terre appelée la
pointe aux Pendus, qui se trouve au pied du Lion. Nous en étions à deux
portées de canon, et notre impatience redoublait. C'est de là que l'on
aperçoit les vaisseaux en rade, et _l'Indien_ n'en devait pas être le
moins remarquable.

Enfin, la marée nous avançant peu à peu, nous vîmes, des hunes, se
développer successivement douze vaisseaux qui étaient au mouillage; mais
aucun d'eux ne portait le pavillon français: c'était la flotte de
Batavia.

Nous jetâmes l'ancre à l'entrée de la baie. A trois heures après midi,
le capitaine du port vint à bord, et nous assura que _l'Indien_ n'avait
point paru.

Nous voyions, au fond de la baie, la montagne de la Table, la terre la
plus élevée de toute cette côte. Sa partie supérieure est de niveau, et
escarpée de tous côtés, comme un autel; la ville est au pied, sur le
bord de la baie. Il s'amasse souvent sur la Table une brume épaisse,
entassée et blanche comme la neige. Les Hollandais disent alors que _la
nappe est mise_. Le commandant de la rade hisse son pavillon; c'est un
signal aux vaisseaux de se tenir sur leurs gardes, et une défense aux
chaloupes de se mettre en mer. Il descend de cette nappe des tourbillons
de vent mêlé de brouillard semblable à de longs flocons de laine. La
terre est obscurcie de nuages de sable, et souvent les vaisseaux sont
contraints d'appareiller. Dans cette saison, cette brise ne s'élève
guère que sur les dix heures du matin, et dure jusqu'au soir. Les marins
aiment beaucoup la terre du Cap, mais ils en craignent la rade, qui est
encore plus dangereuse depuis le mois d'avril jusqu'en septembre.

En 1722, toute la flotte des Indes y périt à l'ancre, à l'exception de
deux vaisseaux. Depuis ce temps, il n'est plus permis à aucun Hollandais
d'y mouiller au-delà du 6 mars. Ils vont à Falsebaye, où ils sont à
l'abri.

On avait essayé de joindre la pointe aux Pendus à l'île Roben, pour
faire de la rade un port qui n'eût qu'une ouverture; mais on a fait des
travaux inutiles.

Je comptais descendre le soir même; la brise m'en empêcha.

De grand matin, _la Normande_ alla mouiller plus près de la ville. Elle
est formée de maisons blanches bien alignées, qui ressemblent de loin à
de petits châteaux de cartes.

Au lever du soleil, trois chaloupes joliment peintes nous abordèrent.
Elles étaient envoyées par des bourgeois qui nous invitaient à descendre
chez eux pour y loger. Je descendis dans la chaloupe d'un Allemand, qui
m'assura que, pour mon argent, je serais très-bien chez M. Nedling,
aide-de-camp de la bourgeoisie.

En traversant la rade, je réfléchissais à l'embarras singulier où
j'allais me trouver, sans habits, sans argent, sans connaissances, chez
des Hollandais, à l'extrémité de l'Afrique. Mais je fus distrait de mes
réflexions par un spectacle nouveau. Nous passions auprès de quantité de
veaux marins, couchés sans inquiétude sur des paquets de goêmon flottant
semblable à ces longues trompes avec lesquelles les bergers rappellent
leurs troupeaux; des pingoins nageaient tranquillement à la portée de
nos rames, les oiseaux marins venaient se reposer sur les chaloupes, et
je vis même, en descendant sur le sable, deux pélicans qui jouaient avec
un gros dogue, et lui prenaient la tête dans leur large bec.

Je concevais une bonne opinion d'une terre dont le rivage était
hospitalier, même aux animaux.

Au Cap, ce 20 janvier 1771.



LETTRE XXI.

AU CAP. VOYAGE A CONSTANCE ET A LA MONTAGNE DE LA TABLE.


Les rues du Cap sont très-bien alignées. Quelques-unes sont arrosées de
canaux, et la plupart sont plantées de chênes. Il m'était fort agréable
de voir ces arbres couverts de feuilles au mois de janvier. La façade
des maisons était ombragée de leur feuillage et les deux côtés de la
porte étaient bordés de siéges en brique ou en gazon, où des dames
fraîches et vermeilles étaient assises. J'étais ravi de voir enfin une
architecture et des physionomies européennes.

Je traversai, avec mon guide, une partie de la place, et j'entrai chez
madame Nedling, grosse hollandaise fort gaie. Elle prenait le thé au
milieu de sept ou huit officiers de la flotte, qui fumaient leur pipe.
Elle me fit voir un appartement fort propre, et m'assura que tout ce qui
était dans la maison était à mon service.

Quand on a vu une ville hollandaise, on les a toutes vues: de même, chez
les habitans, l'ordre d'une maison est celui de toutes les autres. Voici
quelle était la police de celle de madame Nedling. Il y avait toujours
dans la salle de compagnie une table couverte de pêches, de melons,
d'abricots, de raisins, de poires, de fromages, de beurre frais, de
pain, de vin, de tabac et de pipes. A huit heures, on servait le thé et
le café; à midi, un dîner très-abondant en gibier et en poisson. A
quatre heures, le thé et le café; à huit, un souper comme le dîner. Ces
bonnes gens mangeaient toute la journée.

Le prix de ces pensions n'allait pas autrefois à une demi-piastre, ou
cinquante sous de France, par jour; mais des marins français, pour se
distinguer des autres nations, le mirent à une piastre, et c'est
aujourd'hui pour eux leur taux ordinaire.

Ce prix est excessif, vu l'abondance des denrées: il est vrai que ces
endroits sont beaucoup plus honnêtes que nos meilleures auberges. Les
domestiques de la maison sont à votre disposition; on invite à dîner qui
l'on veut; on peut passer quelques jours à la campagne de l'hôte, se
servir de sa voiture, tout cela sans payer.

Après dîner, je fus voir le gouverneur, monsieur de Tolback, vieillard
de quatre-vingts ans, que son mérite avait placé à la tête de cette
colonie depuis cinquante ans. Il m'invita à dîner pour le lendemain. Il
avait appris ma position, et y parut sensible.

Je fus me promener ensuite au jardin de la Compagnie. Il est divisé en
grands carrés arrosés par un ruisseau. Chaque carré est bordé d'une
charmille de chêne de vingt pieds de hauteur. Ces palissades mettent les
plantes à l'abri du vent, qui est toujours très-violent; on a même eu la
précaution de défendre les jeunes arbres des avenues par des éventails
de roseau.

Je vis dans ce jardin des plantes de l'Asie et de l'Afrique, mais
surtout des arbres de l'Europe couverts de fruits, dans une saison où je
ne leur avais jamais vu de feuilles.

Je me rappelai qu'un officier de la marine du roi, appelé le vicomte du
Chaila, m'avait donné en partant de l'Ile-de-France une lettre pour M.
Berg, secrétaire du conseil. J'avais cette lettre dans ma poche, n'ayant
pas eu le temps de la mettre avec mes autres papiers sur _l'Indien_: je
fus saluer M. Berg, et je lui remis la lettre de mon ami.

Il me reçut parfaitement bien, et m'offrit sa bourse. Je me servis de
son crédit pour les choses dont j'avais un besoin indispensable. Je lui
proposai de me faire passer sur un des vaisseaux de l'Inde: six
partaient incessamment pour la Hollande, et les six autres au
commencement de mars.

Il m'assura que la chose était impossible, qu'ils avaient, là-dessus,
des défenses très-expresses de la Compagnie de Hollande. Le gouverneur
m'en avait dit autant; il fallut donc se résoudre à rester au Cap aussi
long-temps qu'il plairait à ma destinée. J'y avais été conduit par un
événement imprévu, j'espérais en sortir par un autre.

C'était pour moi une distraction bien agréable qu'une société
tranquille, un peuple heureux, et une terre abondante en toutes sortes
de biens.

Le fils de M. Berg m'invita à venir à Constance, vignoble fameux situé à
quatre lieues de là. Nous fûmes coucher à sa campagne, située derrière
la montagne de la Table: il y a deux petites lieues de la ville. Nous y
arrivâmes par une très-belle avenue de châtaigniers. Nous y vîmes des
vignobles près d'être vendangés, des vergers, des bois de chênes, et une
abondance extrême de fruits et de légumes.

Le lendemain, nous continuâmes notre route à Constance: c'est un coteau
qui regarde le nord (qui est ici le côté du soleil à midi). En
approchant, nous traversâmes un bois d'arbres d'argent; cet arbre
ressemble à nos pins, et sa feuille à celle de nos saules. Elle est
revêtue d'un duvet blanc très-éclatant.

Cette forêt paraît argentée. Lorsque les vents l'agitent et que le
soleil l'éclaire, chaque feuille brille comme une lame de métal. Nous
passâmes sous ces rameaux si riches et si trompeurs, pour voir des
vignes moins éclatantes, mais bien plus utiles.

Une grande allée de vieux chênes nous conduisit au vignoble de
Constance. On voit sur le frontispice de la maison une mauvaise peinture
de la Constance, grande fille assez laide, qui s'appuie sur une colonne.
Je croyais que c'était une figure allégorique de la vertu hollandaise:
mais on me dit que c'était le portrait d'une demoiselle _Constantia_,
fille d'un gouverneur du Cap. Il avait fait bâtir cette maison avec de
larges fossés, comme un château fort. Il se proposait d'en élever les
étages, mais des ordres d'Europe en arrêtèrent la construction.

Nous trouvâmes le maître de la maison, fumant sa pipe, en robe de
chambre. Il nous mena dans sa cave, et nous fit goûter de son vin. Il
était dans de petits tonneaux, appelés alverames, contenant
quatre-vingt-dix pintes, rangés dans un souterrain fort propre. Il en
restait une trentaine. Sa vigne, année commune, en produit deux cents.
Il vend le vin rouge 35 piastres l'alverame, et 30 le vin blanc. Ce bien
lui appartient en propre. Il est seulement obligé d'en réserver un peu
pour la Compagnie, qui le lui paie: voilà ce qu'il nous dit.

Après avoir goûté son vin, nous fûmes dans son vignoble. Le raisin
muscat, que je goûtai, me parut parfaitement semblable au vin que je
venais de boire. Les vignes n'ont point d'échalas, et les grappes sont
peu élevées sur le sol. On les laisse mûrir jusqu'à ce que les grains
soient à moitié confits par le soleil. Nous goûtâmes une autre espèce de
raisins fort doux, qui ne sont pas muscats. On en tire un vin aussi
cher, qui est un excellent cordial.

La qualité du vin de Constance vient de son terroir. On a planté des
mêmes ceps, à la même exposition, à un quart de lieue de là, dans un
endroit appelé le Bas-Constance: il y a dégénéré. J'en ai goûté. Le
prix, ainsi que le goût, en est très-inférieur, on ne le vend que 12
piastres l'alverame; des fripons du Cap en attrapent quelquefois les
étrangers.

Auprès du vignoble est un jardin immense; j'y vis la plupart de nos
arbres fruitiers en haies et en charmilles, chargés de fruits. Ces
fruits sont un peu inférieurs aux nôtres, quant au goût, excepté le
raisin que je préférerais. Les oliviers ne s'y plaisent pas.

Nous trouvâmes au retour de la promenade un ample déjeûner, l'hôtesse
nous combla d'amitiés; elle descendait d'un Français réfugié; elle
paraissait ravie de voir un homme de son pays. Le mari et la femme me
montrèrent devant la maison un gros chêne creux, dans lequel ils
dînaient quelquefois. Ils étaient unis comme Philémon et Baucis, et ils
paraissaient aussi heureux, si ce n'est que le mari avait la goutte, et
que la femme pleurait quand on parlait de la France.

Depuis Constance jusqu'au Cap, on voyage dans une plaine inculte
couverte d'arbrisseaux et de plantes. Nous nous arrêtâmes à Neuhausen,
jardin de la Compagnie, distribué comme celui de la ville, mais plus
fertile. Toute cette partie n'est pas exposée au vent comme le
territoire du Cap, où il élève tant de poussière, que la plupart des
maisons ont de doubles châssis aux fenêtres, pour s'en garantir. Le
soir, nous arrivâmes à la ville.

A quelques jours de là, mon hôte, M. Nedling, m'engagea à venir à sa
campagne, située auprès de celle de M. Berg. Nous partîmes dans sa
voiture, attelée de six chevaux. Nous y passâmes plusieurs jours dans un
repos délicieux. La terre était jonchée de pêches, de poires et
d'oranges, que personne ne recueillait; les promenades étaient ombragées
des plus beaux arbres. J'y mesurai un chêne de onze pieds de
circonférence; on prétend que c'est le plus ancien qu'il y ait dans le
pays.

Le 3 février, mon hôte proposa à quelques Hollandais d'aller sur
Tableberg, montagne escarpée au pied de laquelle la ville paraît située.
Je me mis de la partie. Nous partîmes à pied, à deux heures après
minuit. Il faisait un très-beau clair de lune. Nous laissâmes à droite
un ruisseau qui vient de la montagne, et nous dirigeâmes notre route à
une ouverture qui est au milieu, et qui ne paraît, de la ville, que
comme une lézarde à une grande muraille. Chemin faisant, nous entendîmes
hurler des loups, et nous tirâmes quelques coups de fusil en l'air pour
les écarter. Le sentier est rude jusqu'au pied de l'escarpement de la
montagne, mais il le devient ensuite bien davantage. Cette fente qui
paraît dans la Table, est une séparation oblique qui a plus d'une portée
de fusil de largeur à son entrée inférieure; dans le haut, elle n'a pas
deux toises. Ce ravin est une espèce d'escalier très-raide, rempli de
sable et de roches roulées. Nous le grimpâmes, ayant à droite et à
gauche des escarpemens du roc, de plus de deux cents pieds de hauteur.
Il en sort de grosses masses de pierres toutes prêtes à s'ébouler: l'eau
suinte des fentes, et y entretient une multitude de plantes aromatiques.
Nous entendîmes dans ce passage les hurlemens des bavians, sorte de gros
singe, qui ressemble à l'ours.

Après trois heures et demie de fatigue, nous parvînmes sur la Table. Le
soleil se levait de dessus la mer, et ses rayons blanchissaient, à notre
droite, les sommets escarpés du Tigre, et de quatre autres chaînes de
montagnes, dont la plus éloignée paraît la plus élevée. A gauche, un peu
derrière nous, nous voyions, comme sur un plan, l'île des Pingoins,
ensuite Constance, la baie de False et la montagne du Lion; devant nous,
l'île Roben. La ville était à nos pieds. Nous en distinguions jusqu'aux
plus petites rues. Les vastes carrés du jardin de la Compagnie, avec ses
avenues de chênes et ses hautes charmilles, ne paraissaient que des
plates-bandes avec leurs bordures en buis; la citadelle un petit
pentagone grand comme la main, et les vaisseaux des Indes des coques
d'amande. Je sentais déjà quelque orgueil de mon élévation, lorsque je
vis des aigles qui planaient à perte de vue au-dessus de ma tête.

Il aurait été impossible, après tout, de n'avoir pas quelque mépris pour
de si petits objets, et surtout pour les hommes, qui nous paraissent
comme des fourmis, si nous n'avions pas eu les mêmes besoins. Mais nous
avions froid, et nous nous sentions de l'appétit. On alluma du feu, et
nous déjeunâmes. Après déjeûner, nos Hollandais mirent la nappe au bout
d'un bâton, pour donner un signal de notre arrivée; mais ils l'ôtèrent
une demi-heure après, parce qu'on la prendrait pour un pavillon
français.

Le sommet de Tableberg est un rocher plat, qui me parut avoir une
demi-lieue de longueur sur un quart de largeur. C'est une espèce de
quartz blanc, revêtu seulement par endroits, d'un pouce ou deux de terre
noire végétale, mêlée de sable et de gravier blanc. Nous trouvâmes
quelques petites flaques d'eau, formées par les nuages, qui s'y arrêtent
souvent.

Les couches de cette montagne sont parallèles; je n'y ai trouvé aucun
fossile. Le roc inférieur est une espèce de grès qui, à l'air, se
décompose en sable. Il y en a des morceaux qui ressemblent à des
morceaux de pain avec leur croûte.

Quoique le sol du sommet n'ait presque aucune profondeur, il y avait une
quantité prodigieuse de plantes.

J'y recueillis dix espèces d'immortelles, de petits myrtes, une fougère
d'une odeur de thé, une fleur semblable à l'impériale d'un beau ponceau,
et plusieurs autres dont j'ignore les noms. J'y trouvai une plante dont
la fleur est rouge et sans odeur; on la prendrait pour une tubéreuse;
chaque tige a deux ou trois feuilles tournées en cornet, et contenant un
peu d'eau. La plus singulière de toutes, parce qu'elle ne ressemble à
aucun végétal que j'aie vu, est une fleur ronde en rose, de la grandeur
d'un louis, tout-à-fait plate. Cette fleur brille des plus jolies
couleurs; elle n'a ni tige ni feuilles; elle croît en quantité sur le
gravier, où elle ne tient que par des filets imperceptibles. Quand on la
manie, on ne trouve qu'une substance glaireuse.

Voici cinq plantes entières qui affectent, dans leur configuration, une
ressemblance avec une seule partie de ce qui est commun aux autres: 1º
Le nostoc, qui n'est qu'une _sève_; 2º un chevelu qui croît sur les
orties, et qui ressemble aux _filamens_ d'une racine; 3º le lichen,
semblable à une _feuille_; 4º; la _fleur_ isolée de Tableberg; 5º la
truffe d'Europe, qui est un _fruit_. Je pourrais y joindre la _racine_
de la grotte de l'Ile-de-France, si ce n'était pas le seul exemple que
j'aie à apporter.

Je serais très-disposé à croire que la nature a suivi le même plan dans
les animaux. J'en connais plusieurs, surtout dans les marins, qui
ressemblent, pour la forme, à des membres d'animaux.

J'arrivai, en me promenant, à l'extrémité de la Table: de là je saluai
l'océan Atlantique, car on n'est plus dans la mer des Indes après avoir
doublé le Cap. Je rendis hommage à la mémoire de Vasco de Gama, qui osa
le premier, doubler ce promontoire des tempêtes. Il eût mérité que les
marins de toutes les nations y eussent placé sa statue, et j'y eusse
fait volontiers une libation de vin de Constance, pour sa patience
héroïque. Il est douteux cependant que Gama soit le premier navigateur
qui ait ouvert cette route au commerce des Indes. Pline rapporte
qu'Hannon fit le tour depuis la mer d'Espagne jusqu'en Arabie, comme on
peut le voir, dit-il, dans les Mémoires de ce voyage, qu'il a laissés
par écrit. Cornélius Nepos dit avoir vu un capitaine de navire, qui,
fuyant la colère du roi Lathyrus, vint de la mer Rouge en Espagne.
Long-temps auparavant, Coelius Antipater assurait qu'il avait connu un
marchand espagnol qui allait, par mer, trafiquer jusques en Ethiopie.

Quoi qu'il en soit, le Cap, si redouté des marins par sa mer orageuse,
est une grande montagne située à 16 lieues d'ici, et qui a donné son nom
à cette ville, malgré son éloignement. Elle termine la pointe la plus
méridionale de l'Afrique. Elle est, dans les traités, un point de
démarcation: au-delà, les prises navales sont encore légitimes plusieurs
mois après que les princes sont d'accord en Europe. Elle a vu souvent la
paix à sa droite, et la guerre à sa gauche entre les mêmes pavillons;
mais elle les a vus plus souvent se réunir dans ses rades, et y être en
bonne intelligence, lorsque la discorde troublait les deux hémisphères.
J'admirais cet heureux rivage que jamais la guerre n'a désolé, et qui
est habité par un peuple utile à tous les autres par les ressources de
son économie et l'étendue de son commerce. Ce n'est pas le climat qui
fait les hommes. Cette nation sage et paisible ne doit point ses moeurs
à son territoire: la piraterie, les guerres civiles agitent les régences
d'Alger, de Maroc, de Tripoli; et les Hollandais ont porté l'agriculture
et la concorde à l'autre extrémité de l'Afrique.

J'amusais ma promenade par ces réflexions si douces, et si rares à faire
dans aucun lieu de la terre: mais la chaleur du soleil m'obligea de
chercher un abri. Il n'y en a point d'autre qu'à l'entrée du ravin. J'y
trouvai mes camarades auprès d'une petite source où ils se reposaient.
Comme ils s'ennuyaient, on décida le retour. Il était midi. Nous
descendîmes, quelques-uns se laissant glisser assis, d'autres accroupis
sur les mains et sur les pieds. Les rochers et les sables s'échappaient
dessous nos pas. Le soleil était presque à pic, et ses rayons réfléchis
par les rochers collatéraux, faisaient éprouver une chaleur
insupportable. Souvent nous quittions le sentier, et courions nous
cacher à l'ombre pour respirer sous quelque pointe de roc. Les genoux me
manquaient; j'étais accablé de soif. Nous arrivâmes vers le soir à la
ville. Madame Nedling nous attendait. Les rafraîchissemens étaient
prêts. C'était de la limonade, où l'on avait mis de la muscade et du
vin. Nous en bûmes sans danger. Je fus me coucher. Jamais voyage ne me
fit tant de plaisir, et jamais le repos ne me parut si agréable.

Je suis, etc.

Au Cap, ce 6 février 1771.



LETTRE XXII.

QUALITÉ DE L'AIR ET DU SOL DU CAP DE BONNE-ESPÉRANCE; PLANTES, INSECTES
ET ANIMAUX.


L'air du cap de Bonne-Espérance est très-sain. Il est rafraîchi par les
vents du sud-est, qui y sont si froids, même au milieu de l'été, qu'on y
porte en tout temps des habits de drap. Sa latitude est cependant par le
33e degré sud. Mais je suis persuadé que le pôle austral est plus froid
que le septentrional.

Il règne peu de maladies au Cap. Le scorbut s'y guérit très-vite,
quoiqu'il n'y ait pas de tortues de mer. En revanche, la petite-vérole y
fait des ravages affreux. Beaucoup d'habitans en sont profondément
marqués. On prétend qu'elle y fut apportée par un vaisseau danois. La
plupart des Hottentots qui en furent atteints, en moururent. Depuis ce
temps, il sont réduits à un très-petit nombre, et ils viennent rarement
à la ville.

Le sol du Cap est un gravier sablonneux, mêlé d'une terre blanche.
J'ignore s'il renferme des minéraux précieux. Les Hollandais tiraient
autrefois de l'or de Lagoa, sur le canal de Mozambique. Ils y avaient
même un établissement, mais ils l'ont abandonné à cause du mauvais air.

J'ai vu chez le major de la place une terre sulfureuse où se trouvent
des morceaux de bois réduits en charbon, une véritable pierre à plâtre,
des cubes noirs de toutes les grandeurs, amalgamés sans avoir perdu leur
forme; on croit que c'est une mine de fer.

Je n'y ai vu aucun arbre du pays que l'arbre d'or et l'arbre d'argent,
dont le bois est à peine bon à brûler. Le premier ne diffère du second
que par la couleur de sa feuille qui est jaune. Il y a, dit-on, des
forêts dans l'intérieur, mais ici, la terre est couverte d'un nombre
infini d'arbrisseaux et de plantes à fleurs. Ceci confirme l'opinion où
je suis qu'elles ne réussissent bien que dans les pays tempérés, leur
calice étant formé pour rassembler une chaleur modérée[1]. Dans le
nombre des plantes qui m'ont paru les plus remarquables, indépendamment
de celles que j'ai décrites précédemment, sont: une fleur rouge, qui
ressemble à un papillon, avec un panache, des pattes, quatre ailes et
une queue; une espèce d'hyacinthe à longue tige dont toutes les fleurs
sont adossées au sommet comme les fleurons de l'impériale; une autre
fleur bulbeuse, croissant dans les marais: elle est semblable à une
grosse tulipe rouge, au centre de laquelle est une multitude de petites
fleurs.

  [1] Voyez les Entretiens sur la végétation.

Un arbrisseau, dont la fleur ressemble à un gros artichaut couleur de
chair. Un autre arbrisseau commun, dont on fait de très-belles haies:
ses feuilles sont opposées sur une côte; il se charge de grappes de
fleurs papilionacées couleur de rose; il leur succède des graines
légumineuses. J'en ai apporté pour les planter en France[2].

  [2] A mon arrivée j'en ai remis des plantes au Jardin du Roi, où elles
    végétaient très bien dans l'été de 1773; elles avaient passé dans la
    serre l'hiver précédent.

J'ai vu dans les insectes une belle sauterelle rouge, marbrée de noir;
des papillons fort beaux et un insecte fort singulier: c'est un petit
scarabée brun, il court assez vite; quand on veut le saisir, il lâche
avec bruit un vent, suivi d'une petite fumée; si le doigt en est atteint
cette vapeur le marque d'une tache brune, qui dure quelques jours. Il
répète plusieurs fois de suite son artillerie. On l'appelle le
_canonnier_.

Les colibris n'y sont pas rares. J'en ai vu un gros comme une noix, d'un
vert changeant sur le ventre. Il avait un collier de plumes rouges,
brillantes comme des rubis sur l'estomac, et des ailes brunes comme un
moineau: c'était comme un surtout sur son beau plumage. Son bec était
noir, assez long, et propre par sa courbure, à chercher le miel dans le
sein des fleurs; il en tirait une langue fort menue et fort longue. Il
vécut plusieurs jours. Je lui vis manger des mouches et boire de l'eau
sucrée. Mais comme il s'avisa de se baigner dans la coupe qui renfermait
cette eau, ses plumes se collèrent, et attirèrent les fourmis, qui le
mangèrent pendant la nuit.

J'y ai vu des oiseaux couleur de feu, avec le ventre et la tête comme du
velours noir: l'hiver ils deviennent tout bruns. Il y en a qui changent
de couleur trois fois l'an. Il y a aussi un oiseau de paradis, mais je
ne l'ai pas trouvé si beau que celui de l'Asie. Je n'ai pas vu cette
espèce vivante. L'_ami du jardinier_, et une espèce de tarin se trouvent
fréquemment dans les jardins; l'ami du jardinier mériterait bien d'être
transporté en Europe, où il rendrait de grands services à nos végétaux.
Je l'ai vu s'occuper constamment à prendre des chenilles et à les
accrocher aux épines des buissons.

Il y a des aigles, et un oiseau qui y ressemble beaucoup. On l'appelle
le _secrétaire_, parce qu'il a autour du cou une fraise de longues
plumes propres à écrire; il a cela de singulier, qu'il ne peut se tenir
debout sur ses jambes, qui sont longues et couvertes d'écailles. Il ne
vit que de serpens. La longueur de ses pattes cuirassées le rend
très-propre à les saisir, et cette fraise de plumes lui met le cou et la
tête à l'abri de leurs morsures. Cet oiseau mériterait bien aussi d'être
naturalisé chez nous. L'autruche y est très-commune: on m'en a offert
des jeunes pour un écu. J'ai mangé de leurs oeufs, qui sont moins bons
que ceux des poules. J'y ai vu aussi le casoar, couvert de poils au lieu
de plumes; ces poils sont des plumes très-fines qui sortent deux à deux
du même tuyau. Il y a une quantité prodigieuse d'oiseaux marins, dont
j'ignore les noms et les moeurs. Le pingoin pond des oeufs fort estimés;
mais je n'y ai rien trouvé de merveilleux. Ils ont cela de singulier que
le blanc, étant cuit, reste toujours transparent.

La mer abonde en poisson, qui m'a paru supérieur à celui des îles, mais
inférieur à celui d'Europe. On trouve sur ses rivages quelques
coquilles, des nautiles papyracés, des têtes-de-Méduse, des lépas, et de
fort beaux lithophytes, que l'on arrange sur des papiers, où ils
représentent de fort jolis arbres, bruns, aurore et pourprés. On les
vend aux voyageurs. J'y ai vu un poisson de la grandeur et de la forme
d'une lame de couteau flamand. Il était argenté, et marqué naturellement
de chaque côté de l'impression de deux doigts. Il y a des veaux marins,
des baleines, des vaches marines, des morues, et une grande variété
d'espèces de poissons ordinaires, mais dont je ne vous parlerai point,
faute d'observations et de connaissances suffisantes dans
l'ichthyologie.

Il y a une espèce fort commune de petites tortues de montagne à écaille
jaune marquetée de noir; on n'en fait aucune sorte d'usage. Il y a des
porcs-épics, et des marmottes d'une forme différente des nôtres; une
grande variété de cerfs et de chevreuils, des ânes sauvages, des zèbres,
etc. Un ingénieur anglais y a tué, il y a quelques années, une girafe ou
caméléopard, animal de seize pieds de hauteur, qui broute les feuilles
des arbres.

Le bavian est un gros singe fait comme un ours. Le singe paraît se lier
dans la nature avec toutes les classes animales. Je me souviens d'avoir
vu un sapajou qui avait la tête et la crinière d'un lion. Celui de
Madagascar, appelé maki, ressemble à une levrette; l'orang-outang à un
homme.

Tous les jours on y découvre des animaux d'une espèce inconnue en
Europe; il semble qu'ils se soient réfugiés dans les parties du globe
les moins fréquentées par l'homme, dont le voisinage leur est toujours
funeste. On en peut dire autant des plantes, dont les espèces sont
d'autant plus variées, que le pays est moins cultivé. M. de Tolback m'a
conté qu'il avait envoyé en Suède, à M. Linnæus, quelques plantes du
Cap, si différentes des plantes connues, que ce fameux naturaliste lui
écrivit: «Vous m'avez fait le plus grand plaisir; mais vous avez dérangé
tout mon système».

Il y a de bons chevaux au Cap, et de fort beaux ânes. Les boeufs y ont
une grosse loupe sur le cou, formée de graisse entrelacée de petits
vaisseaux. Au premier coup-d'oeil, cette excroissance paraît une
monstruosité; mais on voit bientôt que c'est un réservoir de substance
que la nature a donné à cet animal, destiné, en Afrique, à vivre dans
des pâturages brûlés. Dans la saison sèche, il maigrit, et sa loupe
diminue; elle se remplit de nouveaux sucs lorsqu'il paît des herbes
fraîches. D'autres animaux qui paissent sous le même climat, ont aussi
les mêmes avantages: le chameau a une bosse, et le dromadaire en a deux
en forme de selle; le mouton a une grosse queue faite en capuchons, qui
n'est qu'une masse de suif de plusieurs livres.

On a dressé ici les boeufs à courir presque aussi vite que les chevaux
avec les charrettes auxquelles ils sont attelés.

Le mouton et le boeuf sont si communs, qu'on en jette, aux boucheries,
la tête et les pieds; ce qui attire, la nuit, les loups jusque dans la
ville; souvent je les entends hurler aux environs. Pline observe que les
lions d'Europe, qui se trouvent en Romanie, sont plus adroits et plus
forts que ceux d'Afrique; et les loups d'Afrique et d'Égypte dit-il
petits et de peu d'exécution. En effet, les loups du Cap sont bien moins
dangereux que les nôtres. Je pourrais ajouter à cette observation, que
cette supériorité s'étend aux hommes mêmes de notre continent: nous
avons plus d'esprit et de courage que les Asiatiques et les Nègres. Mais
il me semble que ce serait une louange plus digne de nous, de les
surpasser en justice, en bonté, et en qualités sociales.

Le tigre est plus dangereux que le loup; il est rusé comme le chat, mais
il n'a pas de courage: les chiens l'attaquent hardiment.

Il n'en est pas de même du lion. Dès qu'ils ont éventé sa voie, la
frayeur les saisit. S'ils le voient, ils l'arrêtent; mais ils ne
l'approchent pas. Les chasseurs le tirent avec des fusils d'un très-gros
calibre. J'en ai manié quelques-uns; il n'y a guère qu'un paysan du Cap
qui puisse s'en servir.

On ne trouve de lions qu'à soixante lieues d'ici; cet animal habite les
forêts de l'intérieur; son rugissement ressemble de loin au bruit sourd
du tonnerre. Il attaque peu l'homme, qu'il ne cherche ni n'évite; mais
si un chasseur le blesse, il le choisit au milieu des autres, et
s'élance sur lui avec une fureur implacable. La Compagnie donne, pour
cette chasse, des permissions et des récompenses.

Voici un fait dont j'ai pour garans, le gouverneur, M. de Tolback, M.
Berg, le major de la place et les principaux habitans du lieu.

On trouve à soixante lieues du Cap, dans les terres incultes, une
quantité prodigieuse de petits cabris. J'en ai vu à la ménagerie de la
Compagnie: ils ont deux petites dagues sur la tête; leur poil est fauve
avec des taches blanches. Ces animaux paissent en si grand nombre, que
ceux qui marchent en avant dévorent toute la verdure de la campagne et
deviennent fort gras, tandis que ceux qui suivent ne trouvent presque
rien, et sont très-maigres. Ils marchent ainsi en grandes colonnes
jusqu'à ce qu'ils soient arrêtés par quelque chaîne de montagnes; alors
ils rebroussent chemin, et ceux de la queue trouvant à leur tour des
herbes nouvelles, réparent leur embonpoint, tandis que ceux qui
marchaient devant, le perdent. On a essayé d'en former des troupeaux;
mais ils ne s'apprivoisent jamais. Ces armées innombrables sont toujours
suivies de grandes troupes de lions et de tigres, comme si la nature
avait voulu assurer une subsistance aux bêtes féroces. On ne peut guère
douter, sur la foi des hommes que j'ai nommés, qu'il n'y ait des armées
de lions dans l'intérieur de l'Afrique; d'ailleurs la tradition
hollandaise est conforme à l'histoire. Polybe dit qu'étant avec Scipion
en Afrique, il vit un grand nombre de lions qu'on avait mis en croix
pour éloigner les autres des villages. Pompée, dit Pline, en mit à la
fois six cents aux combats du Colisée; il y en avait trois cent quinze
mâles. Il y a quelque cause physique qui semble réserver l'Afrique aux
animaux. On peut présumer que c'est la disette d'eau, laquelle a empêché
les hommes de s'y multiplier et d'y former de grandes nations comme en
Asie. Dans une si grande étendue de côtes, il ne sort qu'un petit nombre
de rivières peu considérables. Les animaux qui paissent, peuvent se
passer long-temps de boire. J'ai vu, sur des vaisseaux, des moutons qui
ne buvaient que tous les huit jours, quoiqu'ils vécussent d'herbes
sèches.

Les Hollandais ont formé des établissemens à trois cents lieues le long
de l'Océan, et à cent cinquante sur le canal de Mozambique; ils n'en ont
guère à plus de cinquante lieues dans les terres. On prétend que cette
colonie peut mettre sous les armes quatre ou cinq mille blancs; mais il
serait difficile de les rassembler. Ils en augmenteraient bientôt le
nombre, s'ils permettaient l'exercice libre des religions. La Hollande
craint peut-être pour elle-même l'accroissement de cette colonie,
préférable en tout à la métropole. L'air y est pur et tempéré; tous les
vivres y abondent; un quintal de blé n'y vaut que 5 fr.; dix livres de
mouton 22 sous; une lègre de vin contenant deux barriques et demie, 150
liv. On perçoit sur ces ventes qui se font aux étrangers, des droits
considérables; l'habitant vit à beaucoup meilleur marché.

Ce pays donne encore au commerce, des peaux de mouton, de boeuf, de veau
marin, de tigre; de l'aloès, des salaisons, du beurre, des fruits secs,
et toutes sortes de comestibles. On a essayé inutilement d'y planter le
café et la canne à sucre: les végétaux de l'Asie n'y réussissent pas. Le
chêne y croît vite, mais il ne vaut rien pour les constructions, il est
trop tendre. Le sapin n'y vient pas. Le pin s'y élève à une hauteur
médiocre. Ce pays aurait pu devenir, par sa position, l'entrepôt du
commerce de l'Asie; mais les arsenaux de la marine sont dans le nord de
l'Europe. D'ailleurs sa rade est peu sûre, et sa relâche est toujours
périlleuse. J'ai vu dans cette saison, qui est la plus belle de l'année,
plusieurs vaisseaux forcés d'appareiller. Après tout, il doit remercier
la nature, qui lui a donné tout ce qui était nécessaire aux besoins des
Européens; de n'y avoir pas ajouté ce qui pouvait servir à leurs
passions.

Au Cap de Bonne-Espérance, ce 10 février 1771.



LETTRE XXIII.

ESCLAVES, HOTTENTOTS, HOLLANDAIS.


L'abondance du pays se répand sur les esclaves. Ils ont du pain et des
légumes à discrétion. On distribue à deux noirs un mouton par semaine.
Ils ne travaillent point le dimanche. Ils couchent sur des lits avec des
matelas et des couvertures. Les hommes et les femmes sont chaudement
vêtus. Je parle de ces choses comme témoin, et pour l'avoir su de
plusieurs noirs que les Français avaient vendus aux Hollandais, pour les
punir, disaient-ils, mais dans le fond pour y profiter. Un esclave coûte
ici une fois plus qu'à l'Ile-de-France; l'homme y est donc une fois plus
précieux. Le sort de ces noirs serait préférable à celui de nos paysans
d'Europe, si quelque chose pouvait compenser la liberté.

Le bon traitement qu'ils éprouvent influe sur leur caractère. On est
étonné de leur trouver le zèle et l'activité de nos domestiques. Ce sont
cependant ces mêmes insulaires de Madagascar, qui sont si indifférens
pour leurs maîtres dans nos colonies.

Les Hollandais tirent encore des esclaves de Batavia. Ce sont des
Malais, nation très-nombreuse de l'Asie, mais peu connue en Europe. Elle
a une langue et des usages qui lui sont particuliers. Ils sont plus
laids que les nègres, dont ils ont les traits. Leur taille est plus
petite, leur peau est d'un noir cendré, leurs cheveux sont longs, mais
peu fournis. Ces Malais ont les passions très-violentes.

Les Hottentots sont les naturels du pays; ils sont libres. Ils ne sont
point voleurs, ne vendent point leurs enfans, et ne se réduisent point
entre eux à l'esclavage. Chez eux l'adultère est puni de mort: on lapide
le coupable. Quelques-uns se louent comme domestiques pour une piastre
par an, et servent les habitans avec tant d'affection, qu'ils exposent
souvent leur vie pour eux. Ils ont pour arme la demi-lance ou zagaie.

L'administration du Cap ménage beaucoup les Hottentots. Lorsqu'ils
portent des plaintes contre quelque Européen, ils sont favorablement
écoutés, la présomption devant être en faveur de la nation qui a le
moins de désirs et de besoins.

J'en ai vu plusieurs venir à la ville, en conduisant des chariots
attelés quelquefois de huit paires de boeufs. Ils ont des fouets d'une
longueur prodigieuse, qu'ils manient à deux mains. Le cocher, de dessus
son siége, en frappe avec une égale adresse la tête ou la queue de son
attelage.

Les Hottentots sont des peuples pasteurs; ils vivent égaux, mais dans
chaque village ils choisissent, entre eux, deux hommes auxquels ils
donnent le titre de capitaine et de caporal, pour régler les affaires de
commerce avec la Compagnie. Ils vendent leurs troupeaux à très-bon
marché. Ils donnent trois ou quatre moutons pour un morceau de tabac.
Quoiqu'ils aient beaucoup de bestiaux, ils attendent souvent qu'ils
meurent pour les manger.

Ceux que j'ai vus avaient une peau de mouton sur leurs épaules, un
bonnet et une ceinture de la même étoffe. Il me firent voir comment ils
se couchaient. Ils s'étendaient nus sur la terre, et leur manteau leur
servait de couverture.

Ils ne sont pas si noirs que les nègres. Ils ont cependant comme eux le
nez aplati, la bouche grande et les lèvres épaisses. Leurs cheveux sont
plus courts et plus frisés; ils ressemblent à une ratine. J'ai observé
que leur langage est très-singulier, en ce que chaque mot qu'ils
prononcent est précédé d'un claquement de langue, ce qui leur a, sans
doute, fait donner le nom de Chocchoquas, qu'ils portent sur d'anciennes
cartes de M. de Lisle. On croirait en effet qu'ils disent toujours
chocchoq.

Quant au tablier des femmes hottentotes, c'est une fable dont tout le
monde m'a attesté la fausseté; elle est tirée du voyageur Kolben, qui en
est rempli.

Une observation plus sûre est celle de Pline, qui remarque que les
animaux sont plus imbécilles à proportion que leur sang est plus gras.
Les plus forts animaux ont, dit-il, le sang plus épais, et les sages
l'ont plus subtil. J'ai remarqué en effet sur des noirs blessés que leur
sang se caillait très-promptement. J'attribuerais volontiers à cette
cause la supériorité des blancs sur les noirs.

Indépendamment des esclaves et des Hottentots, les Hollandais attachent
encore à leur service des engagés. Ce sont des Européens auxquels la
Compagnie fait des avances, et que les habitans prennent chez eux, en
rendant à l'administration ce qu'elle a déboursé.

Ils sont, pour l'ordinaire, économes sur les habitations. On est assez
content d'eux les premières années; mais l'abondance où ils vivent les
rend paresseux.

On ne donne point à jouer au Cap; on n'y fait point de visites. Les
femmes veillent sur leurs domestiques et sur leur maison, dont les
meubles sont d'une propreté extrême. Le mari s'occupe des affaires du
dehors. Le soir, toute la famille réunie se promène et respire le frais,
lorsque la brise est tombée. Chaque jour ramène les mêmes plaisirs et
les mêmes affaires.

L'union la plus tendre règne entre les parens. Le frère de mon hôtesse
était un paysan du Cap, venu de soixante-dix lieues de là. Cet homme ne
disait mot, et était presque toujours assis à fumer sa pipe. Il avait
avec lui un fils, âgé de dix ans, qui se tenait constamment auprès de
lui. Le père mettait la main contre sa joue et le caressait sans lui
parler; l'enfant, aussi silencieux que le père, serrait ses grosses
mains dans les siennes, en le regardant avec des yeux pleins de la
tendresse filiale. Ce petit garçon était vêtu comme on l'est à la
campagne. Il avait dans la maison un parent de son âge habillé
proprement; ces deux enfans allaient se promener ensemble avec la plus
grande intimité. Le bourgeois ne méprisait pas le paysan, c'était son
cousin.

J'ai vu mademoiselle Berg, âgée de seize ans, diriger seule une maison
très-considérable. Elle recevait les étrangers, veillait sur les
domestiques, et maintenait l'ordre dans une famille nombreuse, d'un air
toujours satisfait. Sa jeunesse, sa beauté, ses grâces, son caractère,
réunissaient en sa faveur tous les suffrages; cependant, je n'ai jamais
remarqué qu'elle y fît attention. Je lui disais un jour qu'elle avait
beaucoup d'amis: j'en ai un grand, me dit-elle, c'est mon père.

Le plaisir de ce conseiller était de s'asseoir, au retour de ses
affaires, au milieu de ses enfans. Ils se jetaient à son cou, les plus
petits lui embrassaient les genoux; ils le prenaient pour juge de leurs
querelles ou de leurs plaisirs, tandis que la fille aînée excusant les
uns, approuvant les autres, souriant à tous, redoublait la joie de ce
coeur paternel. Il me semblait voir l'Antiope d'Idoménée.

Ce peuple, content du bonheur domestique que donne la vertu, ne l'a pas
encore mis dans des romans et sur le théâtre. Il n'y a pas de spectacles
au Cap, et on ne les désire pas: chacun en voit dans sa maison de fort
touchans. Des domestiques heureux, des enfans bien élevés, des femmes
fidèles: voilà des plaisirs que la fiction ne donne pas. Ces objets ne
fournissent guère à la conversation; aussi on y parle peu. Ce sont des
gens mélancoliques qui aiment mieux sentir que raisonner. Peut-être
aussi, faute d'événemens, n'a-t-on rien à dire; mais qu'importe que
l'esprit soit vide, si le coeur est plein, et si les douces émotions de
la nature peuvent l'agiter, sans être excitées par l'artifice, ou
contraintes par de fausses bienséances?

Lorsque les filles du Cap deviennent sensibles, elles l'avouent
naïvement. Elles disent que l'amour est un sentiment naturel, une
passion douce qui doit faire le charme de leur vie, et les dédommager du
danger d'être mères: mais elles veulent choisir l'objet qu'elles doivent
toujours aimer. Elles respecteront, disent-elles, étant femmes, les
liens qu'elles se sont préparés étant filles.

Elles ne font point un mystère de l'amour; elles l'expriment comme elles
le sentent. Êtes-vous aimé? vous êtes accepté, distingué, fêté, chéri
publiquement. J'ai vu mademoiselle Nedling pleurer le départ de son
amant; je l'ai vue préparer, en soupirant, les présens qui devaient être
les gages de sa tendresse. Elle n'en cherchait pas de témoins, mais elle
ne les fuyait pas.

Cette bonne foi est ordinairement suivie d'un mariage heureux. Les
garçons portent la même franchise dans leurs procédés. Ils reviennent
d'Europe pour remplir leurs promesses; ils reparaissent avec le mérite
du danger, et d'un sentiment qui a triomphé de l'absence: l'estime se
joint à l'amour, et nourrit, toute la vie, dans ces âmes constantes, le
désir de plaire, qu'ailleurs on porte chez ses voisins.

Quelque heureuse que soit leur vie avec des moeurs si simples et sur une
terre si abondante, tout ce qui vient de la Hollande leur est toujours
cher. Leurs maisons sont tapissées des vues d'Amsterdam, de ses places
publiques et de ses environs. Ils n'appellent la Hollande que la patrie;
des étrangers même à leur service n'en parlent jamais autrement. Je
demandais à un Suédois, officier de la Compagnie, combien la flotte
mettrait de temps à retourner en Hollande: il nous faut, dit-il, trois
mois pour nous rendre dans la patrie.

Ils ont une église fort propre, où le service divin se fait avec la plus
grande décence. Je ne sais pas si la religion ajoute à leur félicité,
mais on voit parmi eux des hommes dont les pères lui ont sacrifié ce
qu'ils avaient de plus cher: ce sont les réfugiés français. Ils ont, à
quelques lieues du Cap, un établissement appelé la petite Rochelle. Ils
sont transportés de joie quand ils voient un compatriote, ils l'amènent
dans leurs maisons, ils le présentent à leurs femmes et à leurs enfans,
comme un homme heureux qui a vu le pays de leurs ancêtres, et qui doit y
retourner. Sans cesse ils parlent de la France, ils l'admirent, ils la
louent, et ils s'en plaignent comme d'une mère qui leur fut trop sévère.
Ils troublent ainsi le bonheur du pays où ils vivent, par le regret de
celui où ils n'ont jamais été.

On porte au Cap un grand respect aux magistrats, et surtout au
gouverneur; sa maison n'est distinguée des autres que par une
sentinelle, et par l'usage de sonner de la trompette lorsqu'il dîne. Cet
honneur est attaché à sa place; d'ailleurs aucun faste n'accompagne sa
personne. Il sort sans suite; on l'aborde sans difficulté. Sa maison est
située sur le bord d'un canal ombragé par des chênes plantés devant sa
porte. On y voit des portraits de Ruyter, de Tromp, ou de quelques
hommes illustres de la Hollande. Elle est petite et simple, et convient
au petit nombre de solliciteurs qui y sont appelés par leurs affaires;
mais celui qui l'habite est si aimé et si respecté, que les gens du pays
ne passent point devant elle sans la saluer.

Il ne donne point de fêtes publiques; mais il aide de sa bourse des
familles honnêtes qui sont dans l'indigence. On ne lui fait point la
cour; si on demande justice, on l'obtient du conseil; si ce sont des
secours, ce sont des devoirs pour lui: on n'aurait à solliciter que des
injustices.

Il est presque toujours maître de son temps, et il en dispose pour
maintenir l'union et la paix, persuadé que ce sont elles qui font
fleurir les sociétés. Il ne croit pas que l'autorité du chef dépende de
la division des membres. Je lui ai ouï dire que la meilleure politique
était d'être droit et juste.

Il invite souvent à sa table les étrangers. Quoique âgé de 80 ans, sa
conversation est fort gaie; il connaît nos ouvrages d'esprit et les
aime. De tous les Français qu'il a vus, celui qu'il regrette davantage
est l'abbé de La Caille. Il lui avait fait bâtir un observatoire; il
estimait ses lumières, sa modestie, son désintéressement, ses qualités
sociales. Je n'ai connu que les ouvrages de ce savant; mais en
rapportant le tribut que des étrangers rendent à sa cendre, je me
félicite de finir le portrait de ces hommes estimables par l'éloge d'un
homme de ma nation.



LETTRE XXIV.

SUITE DE MON JOURNAL AU CAP.


Je fus invité par M. Serrurier, premier ministre des églises, à aller
voir la bibliothèque. C'est un édifice fort propre. J'y remarquai
surtout beaucoup de livres de théologie qui n'y ont jamais occasionné de
disputes, car les Hollandais ne les lisent pas. A l'extrémité du jardin
de la Compagnie, il y a une ménagerie où l'on voit une grande quantité
d'oiseaux. Les pélicans que j'avais vus sur le rivage à mon arrivée,
étaient les commensaux de cette maison; mais on les en avait chassés
parce qu'ils mangeaient les petits canards. Ils allaient, le jour,
pêcher dans la rade, et revenaient coucher le soir à terre.

Le 10 février, on signala un navire français; c'était _l'Alliance_, un
de ceux que l'ouragan avait forcés d'appareiller de Bourbon. Il avait
perdu son artimon dans la tempête. Il ne put nous donner aucune nouvelle
de _l'Indien_. Il prit quelques vivres et continua sa route pour
l'Amérique, sans réparer la perte de son mât. Les Hollandais en ont de
grandes provisions qu'ils conservent en les enterrant dans le sable,
mais ils les vendent fort cher. Le mât de misaine de _la Normande_ lui
coûta mille écus.

Le 11, _la Digue_, flûte du roi, partie de l'Ile-de-France il y avait un
mois, vint relâcher pour faire quelques provisions. Je connaissais le
capitaine, M. Le Fer. Il me dit qu'il ne serait pas plus de huit jours
au mouillage, et que de là il ferait route pour Lorient. Je ne comptais
plus revoir _l'Indien_ ni mes effets; cette occasion me parut favorable;
je résolus d'en profiter.

Je fis part de ma résolution à M. Berg et à M. de Tolback: ils me
réitérèrent l'un et l'autre l'offre de leur bourse. Un soir, soupant
chez le gouverneur, on parla du vin de Constance. M. de Tolback me
demanda si je n'en emporterais pas en Europe. Je lui répondis
naturellement que le désordre arrivé dans mon économie ne me permettait
pas de faire cette emplette, à laquelle j'avais destiné une somme pour
en faire présent à une personne à qui j'étais fort attaché. Il me dit
qu'il voulait me tirer de cet embarras en me donnant une alverame de vin
rouge ou blanc, ou toutes les deux à la fois si cela me faisait plaisir.
Je lui répondis qu'une seule suffisait, et que je la présenterais de sa
part à celui auquel je la destinais. «Non, dit-il, c'est vous à qui je
la donne, afin que vous vous souveniez de moi. Je ne vous demande, pour
toute reconnaissance, que de m'écrire à votre arrivée.» Il me l'envoya
le lendemain. M. Berg, de son côté, à qui j'avais beaucoup parlé des
honnêtetés que j'avais reçues de monsieur et de mademoiselle de Crémon,
me dit qu'il se chargeait de ma reconnaissance, et qu'il leur enverrait
de ma part vingt-quatre bouteilles de vin de Constance.

Dans une situation où je manquais de tout, je trouvais mon sort heureux
d'avoir rencontré parmi des étrangers, des hommes si obligeans.

J'arrêtai avec le capitaine de _la Digue_ mon passage en France, à
raison de six cents livres. Il devait partir quelques jours après.
J'usai, avec beaucoup de circonspection, du crédit de M. Berg. Je me fis
faire un habit uni et un peu de linge. C'était-là tout l'équipage d'un
officier qui revenait des Indes orientales. Non seulement j'avais perdu
tous mes effets, mais je me trouvais endetté de plus de quatorze cents
livres.

A peine j'avais fait mes arrangemens, que le vaisseau _l'Africain_ vint
mouiller au Cap; il venait y chercher des vivres; il était parti de
l'Ile-de-France vers la mi-janvier. Il nous apportait des nouvelles de
_l'Indien_: voici ce que nous en apprîmes.

Ce malheureux vaisseau avait perdu tous ses mâts dans la tempête; et
après avoir tenu la mer plus d'un mois, il était enfin retourné à
l'Ile-de-France, en si mauvais état, qu'on l'avait désarmé. Il avait
reçu des coups de mer par ses hauts, qui avaient mouillé une partie de
sa cargaison, et inondé la sainte-barbe au point que les malles des
passagers y flottaient. Un honnête homme, appelé M. de Moncherat,
m'écrivait qu'il s'était chargé de visiter les miennes à leur arrivée,
et qu'à l'exception de ce qui était dans ma chambre, il y avait eu peu
de dommage.

On nous raconta un événement bien étrange arrivé sur _l'Indien_. Entre
les mauvais sujets qui viennent à l'Ile-de-France, on y avait fait
passer un homme de bonne maison, appelé M. de ****. Il avait assassiné,
en France, son beau-frère. Dans la traversée, il eut une querelle avec
le subrécargue de son vaisseau. En arrivant à terre, en plein jour, sur
la place publique, sans autre formalité, il le perça de son épée, et lui
en rompit la lame dans le corps. Il s'enfuit dans les bois, d'où on le
ramena en prison. Son procès fut fait, et il allait être condamné au
supplice lorsqu'on fit, la nuit, un trou au mur de sa prison, par où il
s'évada.

Cet événement était arrivé deux mois avant mon départ.

Pendant la tempête qu'essuya _l'Indien_, le mât de misaine rompit, et
tomba à la mer. On se hâtait d'en couper les cordages, lorsqu'on vit au
milieu des lames, un matelot accroché à la hune de ce mât flottant. Il
criait: Sauvez-moi, sauvez-moi, je suis ****. En effet, c'était ce
misérable. Au retour de _l'Indien_ à l'Ile-de-France, on le fit encore
évader. M. de Tolback disait à ce sujet: «Qui doit être pendu ne peut
pas se noyer.»

On n'avait reçu aucune nouvelle de _l'Amitié_, qui avait probablement
péri.

Ce fut pour moi un grand bonheur de recevoir mes effets à la veille de
mon départ, et de n'être plus sur _l'Indien_, qui probablement resterait
long-temps à l'Ile-de-France.

_La Digue_ différa son départ jusqu'au 2 mars. Je payai toute ma dépense
avec mes lettres de change sur le trésor des colonies, à six mois de
vue, et j'y perdis vingt-deux pour cent d'escompte.

Je pris congé du gouverneur, et de M. Berg, qui me donna beaucoup de
curiosités naturelles. Je lui avais fait part de quelques-unes des
miennes. Mademoiselle Berg me donna trois perruches à tête grise,
grosses comme des moineaux; elles venaient de Madagascar. Mon hôtesse me
fit une provision de fruits, et me souhaita, en pleurant, ainsi que sa
famille, un heureux voyage.

Je quittai à regret de si bonnes gens, et ces jardins d'arbres fruitiers
d'Europe, que je laissais au mois de mars, chargés de fruits. J'avais
cependant un grand plaisir à imaginer que j'allais les retrouver
couverts de fleurs en Europe, et que dans un an j'aurais eu deux étés
sans hiver; mais, ce qui vaut encore mieux que les beaux pays et les
douces saisons, j'allais revoir ma patrie et mes amis.



LETTRE XXV.

DÉPART DU CAP; DESCRIPTION DE L'ASCENSION.


Le 2 mars, à deux heures après midi, nous appareillâmes avec six
vaisseaux de la flotte de Batavia. Les six autres étaient partis il y
avait quinze jours. Nous sortîmes par la deuxième ouverture de la baie,
laissant l'île Roben à gauche. Nous dépassâmes bien vite les navires
hollandais. Ils vont de compagnie jusqu'à la hauteur des Açores, où deux
vaisseaux de guerre de leur nation les attendent pour les convoyer
jusqu'en Hollande.

Les marins regardent le Cap comme le tiers du chemin de l'Ile-de-France
en Europe; ils comptent un autre tiers, du Cap au passage de la Ligne
inclusivement; le troisième est pour le reste de la route.

Huit jours après notre départ, pendant que nous étions sur le pont,
après dîner, dans une parfaite sécurité, on vit sortir une grande flamme
de la cheminée de la cuisine; elle s'élevait jusqu'à la hauteur de
l'écoute de misaine. Tout le monde courut sur l'avant. Ce ne fut qu'une
terreur panique: un cuisinier maladroit avait répandu des graisses dans
le foyer de sa cuisine. On conta à ce sujet que le feu ayant pris à la
misaine du vaisseau _le **_, toute la voilure de l'avant fut enflammée
dans un instant. Les officiers et l'équipage avaient perdu la tête, et
vinrent en tumulte avertir le capitaine. Il sortit de sa chambre, et
leur dit froidement: Mes amis, ce n'est rien; il n'y a qu'à arriver. En
effet, la flamme poussée en avant par le vent arrière, s'amortit dès
qu'il n'y eut plus de toile. Cet homme de sang-froid s'appelait M. de
Surville. C'était un capitaine de la Compagnie, du plus grand mérite.

Nous eûmes constamment le vent du sud-est, et une belle mer jusqu'à
l'Ascension. Le 20 mars nous étions par sa latitude, qui est de huit
degrés sud; mais nous avions trop pris de l'est. Nous fûmes obligés de
courir en longitude, notre intention étant d'y mouiller pour y pêcher de
la tortue.

Le 22 au matin, nous en eûmes la vue. On aperçoit cette île de dix
lieues, quoiqu'elle n'ait guère qu'une lieue et demie de diamètre. On y
distingue un morne pointu, appelé la Montagne verte. Le reste de l'île
est formé de collines noires et rousses, et les parties des rochers,
voisines de la mer, étaient toutes blanches de la fiente des oiseaux.

En approchant, le paysage devient bien plus affreux. Nous longeâmes la
côte pour arriver au mouillage, qui est dans le nord-ouest. Nous
aperçûmes au pied de ces mornes noirs, comme les ruines d'une ville
immense. Ce sont des rochers fondus, qui ont coulé d'un ancien volcan;
ils se sont répandus dans la plaine et jusqu'à la mer, sous des formes
très-bizarres. Tout le rivage, dans cette partie, en est formé. Ce sont
des pyramides, des grottes, des demi-voûtes, des culs-de-lampe; les
flots se brisent contre ces anfractuosités: tantôt ils les couvrent et
forment, en retombant, des nappes d'écume; tantôt, trouvant des plateaux
élevés, percés de trous, ils les frappent en dessous, et jaillissent
au-dessus en longs jets d'eau ou en aigrettes. Ces rivages, noirs et
blancs, étaient couverts d'oiseaux marins. Quantité de frégates nous
entourèrent et volaient dans nos manoeuvres, où on les prenait à la
main.

Nous mouillâmes le soir à l'entrée de la grande anse. Je descendis dans
le canot avec les gens destinés à la pêche de la tortue. Le débarquement
est au pied d'une masse de rochers, que l'on aperçoit, du mouillage, à
l'extrémité de l'anse sur la droite. Nous descendîmes sur un gros sable
très-beau. Il est blanc, mêlé de grains rouges, jaunes, et de toutes les
couleurs, comme ces grains d'anis appelés mignonnette. A quelques pas de
là, nous trouvâmes une petite grotte dans laquelle est une bouteille, où
les vaisseaux qui passent mettent des lettres. On casse la bouteille
pour les lire, après quoi on les remet dans une autre.

Nous avançâmes environ cinquante pas, en prenant sur la gauche derrière
les rochers. Il y a là une petite plaine, dont le sol se brisait sous
nos pieds, comme s'il eût été glacé. J'y goûtai; c'était du sel, ce qui
me parut étrange, n'y ayant pas d'apparence que la mer vienne jusque là.

On apporta du bois, la marmite, et la voile du canot sur laquelle nos
matelots se couchèrent en attendant la nuit. Ce n'est que sur les huit
heures du soir que les tortues montent au rivage. Nos gens se reposaient
tranquillement, lorsque l'un d'eux se leva en sursaut, en criant: Un
mort! voici un mort!... En effet, à une petite croix élevée sur un
monceau de sable, nous vîmes qu'on y avait enterré quelqu'un. Cet homme
s'était couché dessus sans y penser; aucun de nos matelots ne voulut
rester là davantage: il fallut, pour leur complaire, avancer cent pas
plus loin.

La lune se leva et vint éclairer cette solitude. Sa lumière, qui rend
les sites agréables plus touchans, rendait celui-ci plus effroyable.
Nous étions au pied d'un morne noir, au haut duquel on distinguait une
grande croix, que des marins y ont plantée. Devant nous, la plaine était
couverte de rochers, d'où s'élevait une infinité de pointes de la
hauteur d'un homme. La lune faisait briller leurs sommets blanchis de la
fiente des oiseaux. Ces têtes blanches sur ces corps noirs, dont les uns
étaient debout, et les autres inclinés, paraissaient comme des spectres
errans sur des tombeaux. Le plus profond silence régnait sur cette terre
désolée; de temps à autre, on entendait seulement le bruit de la mer sur
la côte, ou le cri vague de quelque frégate, effrayée d'y voir des
habitans.

Nous fûmes dans la grande anse, attendre les tortues. Nous étions
couchés sur le ventre dans le plus grand silence. Au moindre bruit cet
animal se retire. Enfin nous en vîmes sortir trois des flots; on les
distinguait comme des masses noires qui grimpaient lentement sur le
sable du rivage. Nous courûmes à la première; mais notre impatience nous
la fit manquer. Elle redescendit la pente et se mit à la nage. La
seconde était plus avancée, et ne put retourner sur ses pas. Nous la
jetâmes sur le dos. Dans le reste de la nuit, et dans la même anse, nous
en tournâmes plus de cinquante, dont quelques-unes pesaient cinq cents
livres.

Le rivage était tout creusé de trous où elles pondent jusqu'à trois
cents oeufs, qu'elles recouvrent de sable, où le soleil les fait éclore.
On tua une tortue et on en fit du bouillon; après quoi, je fus me
coucher dans la grotte où l'on met les lettres, afin de jouir de l'abri
du rocher, du bruit de la mer et de la mollesse du sable. J'avais chargé
un matelot d'y porter mon sac de nuit; mais jamais il n'osa passer seul
devant le lieu où il avait vu un homme enterré. Il n'y a rien à la fois
de si hardi et de si superstitieux que les matelots.

Je dormis avec grand plaisir. A mon réveil, je trouvai un scorpion et
des cancrelas à l'entrée de ma caverne. Je ne vis, aux environs,
d'autres herbes qu'une espèce de tithymale. Son suc était laiteux et
très-âcre: l'herbe et les animaux étaient dignes du pays.

Je montai sur le flanc d'un des mornes, dont le sol retentissait sous
mes pieds. C'était une véritable cendre rousse et salée. C'est peut-être
de là que provient la petite saline où nous avions passé la nuit. Un fou
vint s'abattre à quelques pas de moi. Je lui présentai ma canne; il la
saisit de son bec sans prendre son vol. Ces oiseaux se laissaient
prendre à la main, ainsi que toutes les espèces qui n'ont pas éprouvé la
société de l'homme; ce qui prouve qu'il y a une sorte de bonté et de
confiance naturelle à toutes les créatures envers les animaux qu'ils ne
croient pas malfaisans. Les oiseaux n'ont pas peur des boeufs.

Nos matelots tuèrent beaucoup de frégates pour leur enlever une petite
portion de graisse qu'elles ont vers le cou. Ils croient que c'est un
spécifique contre la goutte, parce que cet oiseau est fort léger; mais
la nature, qui a attaché ce mal à notre intempérance, n'en a pas mis le
remède dans notre cruauté.

Sur les dix heures du matin, la chaloupe vint embarquer les tortues.
Comme la lame était grosse, elle mouilla au large, et avec une corde
placée à terre, en va-et-vient, elle les tira à elle l'une après
l'autre.

Cette manoeuvre nous occupa toute la journée. Le soir, on remit à la mer
les tortues qui nous étaient inutiles. Quand elles sont long-temps sur
le dos, les yeux leur deviennent rouges comme des cerises, et leur
sortent de la tête. Il y en avait plusieurs sur le rivage, que d'autres
vaisseaux avaient laissé mourir dans cette situation. C'est une
négligence cruelle.



LETTRE XXVI.

CONJECTURES SUR L'ANTIQUITÉ DU SOL DE L'ASCENSION, DE L'ILE-DE-FRANCE,
DU CAP DE BONNE-ESPÉRANCE, ET DE L'EUROPE.


Pendant que nos matelots travaillaient à embarquer les tortues, je fus
m'asseoir dans une des cavités de ces rochers dont la plaine est
couverte; à la vue de ce désordre effroyable, je fis quelques
réflexions.

Si ces ruines, me disais-je, étaient celles d'une ville, que de mémoires
nous aurions sur ceux qui l'ont bâtie et sur ceux qui l'ont ruinée! Il
n'y a point de colonne en Europe qui n'ait son historien.

Pourquoi faut-il que nous, qui savons tant de choses, ne sachions ni
d'où nous venons, ni où nous sommes! Tous les savans conviennent de
l'origine et de la durée de Babylone, qui n'a plus d'habitans; et
personne n'est d'accord sur la nature et l'antiquité du globe, qui est
la patrie de tous les hommes: les uns le forment par le feu, les autres
par l'eau; ceux-ci par les lois du mouvement, ceux-là par celles de la
cristallisation. Les peuples d'occident croient qu'il n'a pas six mille
ans, ceux de l'orient disent qu'il est éternel. Il est probable qu'il
n'y aurait qu'un système, si le reste de la terre ressemblait à cette
île. Ces pierres ponces, ces collines de cendres, ces rocs fondus qui
ont bouillonné comme du mâchefer, prouvent évidemment qu'elle doit son
origine à un volcan; mais combien y a-t-il d'années que son explosion
s'est faite?

Il me semble que si ce temps était fort reculé, ces monceaux de cendres
ne seraient pas en pyramides: la pluie les eût affaissés. Les angles et
les contours de ces roches ne seraient pas aigus et tranchans, parce
qu'une longue action de l'atmosphère détruit les parties saillantes des
corps: des statues de marbre, taillées par les Grecs, sont redevenues à
l'air des blocs informes.

Serait-il donc si difficile de juger de l'ancienneté d'un corps par son
dépérissement, puisqu'on juge bien de l'antiquité d'une médaille par sa
rouille? Un vieux rocher n'est-il pas une médaille de la terre, frappée
par le temps?

D'ailleurs, si cette île était fort ancienne, ces blocs de pierre qui
sont à la surface de la terre, s'y seraient ensevelis par leur propre
poids; c'est un effet lent mais sûr, de la pesanteur. Les piles de
boulets et les canons posés sur le sol des arsenaux s'y enterrent en peu
d'années. La plupart des monumens de la Grèce et de l'Italie se sont
enfoncés au-dessus de leur soubassement. Quelques-uns même ont
tout-à-fait disparu.

Si donc je pouvais savoir «combien un corps dont la forme et la
pesanteur est connue doit mettre de temps à s'enfoncer dans un terrain
dont on connaît la résistance,» j'aurais un rapport qui me ferait
trouver celui que je cherche. Le calcul sera facile quand les
expériences seront faites; en attendant, je puis croire raisonnablement
que cette île est très-moderne.

J'en puis penser autant de l'Ile-de-France; mais comme ses montagnes
pointues ont déjà des croupes, comme ses rochers sont enfoncés au tiers
ou au quart en terre, et que leurs angles sont un peu émoussés, je suis
persuadé que sa date remonte plusieurs siècles au-delà.

Le cap de Bonne-Espérance me paraît beaucoup plus ancien. Les rochers
qui se sont détachés du sommet des montagnes, sont, au Cap, tout-à-fait
enfoncés dans la terre, où on les retrouve en creusant; les montagnes
ont toutes à leur pied des talus fort élevés, formés par les débris de
leurs parties supérieures. Ces débris en ont été détachés par une longue
action de l'atmosphère; ce qui est si vrai, qu'ils sont en plus grande
quantité aux endroits où les vents ont coutume de souffler. Je l'ai
observé sur la montagne de la Table, dont la partie opposée au vent de
sud-est est bien plus en talus que celle qui regarde la ville.

J'ai remarqué encore sur la montagne de la Table, des pierres isolées de
la grosseur d'un tonneau, dont les angles étaient bien arrondis. Leurs
fragmens même n'ont plus d'arêtes vives; ils forment un gravier blanc et
lisse, semblable à des amandes aplaties. Ces pierres sont fort dures, et
ressemblent, pour la couleur et le grain, à des tablettes de porcelaine
usées.

Le dépérissement de ces corps annonce une assez grande antiquité;
cependant je n'ai pas trouvé sur la Table que la couche de terre
végétale eût plus de deux pouces de profondeur, quoique les plantes y
soient communes; en beaucoup d'endroits même le roc est nu. Il n'y a
donc pas un grand nombre de siècles que les végétaux y croissent.
Toutefois ou n'en peut rien conclure parce que le sommet n'étant ni de
sable ni de pierre poreuse, mais une espèce de caillou blanc, poli et
dur, les semences des plantes y auront été long-temps portées par les
vents avant d'y pouvoir germer.

La couche végétale dans les plaines est beaucoup plus épaisse, mais on
n'en pourrait rien conclure pour l'antiquité du sol, parce que quand
cette couche y est considérable, elle peut y avoir été apportée des
montagnes voisines par les pluies, ou avoir été entraînée plus loin,
quand elle y est rare.

S'il existait en Europe une montagne élevée, isolée, et dont le sommet
fût aplati comme celui de la Table, sans être comme lui d'une matière
contraire à la végétation, on pourrait comparer l'épaisseur de sa terre
végétale à celle d'un terrain nouveau et pareillement isolé, par exemple
à la croûte de quelques-unes de ces îles qui, depuis cent ans, se sont
formées à l'embouchure de la Loire.

En attendant l'expérience, je présume que l'Europe est plus ancienne que
la terre du Cap, parce que le sommet de ses montagnes a moins
d'escarpement, que leurs flancs ont une pente plus douce, et que les
rochers qui sont encore à la surface de la terre, sont écornés et
arrondis.

Il ne s'agit point ici des rochers qui paraissent sur le flanc des
montagnes que la mer, les torrens ou le débordement des rivières ont
escarpées, ni des pierres que les pluies mettent à découvert dans les
plaines dont elles entraînent la terre, et encore moins des cailloux des
champs que la charrue couvre et découvre chaque année; mais de ceux qui,
par leur masse et leur situation, n'obéissent qu'aux seules lois de la
pesanteur. Je n'en ai vu aucun de cette espèce dans les plaines de la
Russie et de la Pologne. La Finlande est pavée de rochers, mais ils sont
d'une configuration toute différente; ce sont des collines et des
vallons entiers de roc vif; c'est en quelque sorte la terre qui est
pétrifiée. Cependant, comme les sapins croissent sur les croupes de ces
collines, il paraît qu'elles sont depuis long-temps à l'air, qui les
décompose. Il paraît même que, sous une température moins froide, cette
décomposition se serait accélérée bien plus vite; mais la neige les met
pendant six mois à couvert de l'action de l'atmosphère, et le froid qui
durcit la terre, retarde l'effet de leur pesanteur.

L'espèce de roche que je crois propre aux expériences, est celle des
environs de Fontainebleau. Ce sont de grosses masses de grès, arrondies,
détachées les unes des autres. Quelques-unes sont ensevelies dans le sol
à moitié ou aux deux tiers; d'autres sont empilées à la surface, comme
des amas de pierre à bâtir. Ce sont probablement les sommets de quelque
montagne pierreuse, qui n'ont pas tout-à-fait disparu. Il est probable
que chaque siècle achève de les enfoncer dans le sol, et qu'il y en
avait beaucoup plus il y a deux mille ans. L'action des élémens et de la
pesanteur tend à arrondir le globe. Un jour les montagnes de l'Europe
auront beaucoup moins de pente; un jour la mer aura dissous les rochers
des côtes où elle se brise aujourd'hui, comme elle a détruit ceux de
Charybde et de Scylla.

J'ouvris ensuite un livre d'histoire pour me dissiper. Je tombai sur un
endroit où l'auteur dit de quelques familles européennes, que leur
origine _se perd dans la nuit du temps_, comme si leurs ancêtres étaient
nés avant le soleil. Il parlait ailleurs des peuples du Nord comme des
fabricateurs du genre humain, _officina gentium_: ce déluge de barbares,
dit-il, que le Nord ne pouvait plus contenir.

J'ai vécu quelque temps dans le Nord, où j'ai parcouru plus de huit
cents lieues, et je ne me rappelle pas y avoir vu aucun monument ancien.
Cependant les sociétés nombreuses laissent des traces durables; et,
depuis le petit clocher d'un village jusqu'aux pyramides d'Égypte, toute
terre qui fut cultivée porte des témoignages de l'industrie humaine. Les
champs de la Grèce et de l'Italie sont couverts de ruines antiques;
pourquoi n'en trouve-t-on pas en Russie et en Pologne? C'est que les
hommes ne se multiplient qu'avec les fruits de la terre; c'est que le
nord de l'Europe était inculte lorsque le midi était couvert de
moissons, de vignobles et d'oliviers[3]. Ces peuples, dans l'abondance,
élevèrent des autels à tous les biens. Cérès, Pomone, Bacchus, Flore,
Palès, les Zéphirs, les Nymphes, etc., tout ce qui était plaisir, fut
divinité. La jeune fille offre des colombes à l'Amour, des guirlandes
aux Grâces, et priait[4] Lucine de lui donner un mari fidèle. La
religion ne s'était point séparée de la nature; et comme la
reconnaissance était dans tous les coeurs, la terre, sous un ciel
favorable, se couvrait d'autels. On vit dans chaque verger le dieu des
jardins, Neptune sur tous les rivages, l'Amour dans tous les bosquets:
les Naïades eurent des grottes, les Muses des portiques, Minerve des
péristyles; l'obélisque de Diane parut dans les taillis, et le temple de
Vénus éleva sa coupole au-dessus des forêts.

  [3] Voyez la note première, à la fin de ce volume.

  [4] Voyez la note seconde, à la fin de ce volume.

Mais lorsqu'un habitant de ces belles contrées fut obligé de chercher au
nord une nouvelle patrie, lorsqu'il eut pénétré avec sa famille
malheureuse sous l'ourse glacée, dieux! quel fut son effroi aux
approches de l'hiver! Le soleil paraissait à peine au-dessus de
l'horizon, son disque était rouge et ténébreux; le souffle des vents
faisait éclater le tronc des sapins; les fontaines se figeaient, et les
fleuves s'étaient arrêtés; une neige épaisse couvrait les prés, les bois
et les lacs; les plantes, les graines, les sources, tout ce qui soutient
la vie, était mort. On ne pouvait même ni respirer, ni toucher à rien,
car la mort était dans l'air, et la douleur sortait de tous les corps.
Ah! quand cet infortuné entendit les cris de ses enfans que le climat
dévorait, quand il vit sur leurs joues les larmes se vitrifier, et leurs
bras tendus vers lui se raidir... qu'il eut d'horreur de ces retraites
funestes! Osa-t-il espérer une postérité de la nature, et des moissons
de ces campagnes de fer! Sa main dut frémir d'ouvrir un sol qui tuait
ses habitans. Il ne lui resta que de joindre sa misère à celle d'un
troupeau, de chercher avec lui la mousse des arbres, et d'errer sur une
terre où le repos coûtait la vie. Seulement il s'y creusa des tanières,
et si, dans la suite, on vit du sein de ces neiges sortir quelque
monument, sans doute ce fut un tombeau.

Il est probable que le nord de l'Europe ne se peupla que lorsque le midi
lui-même fut abandonné. Les Grecs, si souvent tourmentés par leurs
tyrans, préférèrent enfin la liberté à la beauté du ciel. Une partie
d'entre eux transporta en Hongrie, en Bohème, en Pologne et en Russie
les arts par lesquels l'homme surmonte les élémens, et seul de tous les
animaux, peut vivre dans tous les climats. Depuis la Morée jusqu'à
Archangel, sur une largeur de plus de cinq cents lieues, on ne parle que
la langue esclavone, dont les mots et les lettres mêmes dérivent du
grec. Les nations du Nord doivent donc leur origine aux Grecs; elles ont
dû rentrer dans la barbarie, en sortir tard, et ne développer leur
puissance que sous une bonne législation. Pierre Ier a jeté les
fondemens de leur grandeur moderne, et aujourd'hui une grande
impératrice leur donne des lois dignes de l'Aréopage.



LETTRE XXVII.

OBSERVATIONS SUR L'ASCENSION. DÉPART. ARRIVÉE EN FRANCE.


Mes réflexions sur l'Ascension m'avaient mené assez loin: c'est qu'on
jouit des objets agréables, et que les tristes font réfléchir. Aussi
l'homme heureux ne raisonne guère; il n'y a que celui qui souffre qui
médite, pour trouver au moins des rapports utiles dans les maux qui
l'environnent. Il est si vrai que la nature a fait, du plaisir, le
ressort de l'homme, que quand elle n'a pu le placer dans son coeur, elle
l'a mis dans sa tête.

Quoique l'Ascension soit sans terre et sans eau, elle ne tient point sur
le globe une place inutile. La tortue y trouve, trois mois de l'année, à
faire ses pontes loin du bruit. C'est un animal solitaire qui fuit les
rivages fréquentés. Un vaisseau qui mouille ici pendant vingt-quatre
heures, la chasse de la baie pendant plusieurs jours; et s'il tire du
canon, elle ne reparaît pas de plusieurs semaines. Les frégates et les
fous ont plus de familiarité, parce qu'ils ont moins d'expérience; mais
sur les côtes habitées, ils choisissent les pics les plus inaccessibles,
et ne se laissent point approcher. L'Ascension est pour eux une
république: les moeurs primitives s'y conservent, et l'espèce s'y
multiplie, parce qu'aucun tyran n'y peut vivre. Sans doute la mère
commune des êtres a voulu qu'il existât des sables stériles au milieu de
la mer, des terres désolées, mais protégées par les élémens, comme des
lieux de refuge et des asiles sacrés où les animaux pussent goûter des
biens qui ne leur sont pas moins chers qu'aux hommes, le repos et la
liberté.

Cette île a encore sa franchise naturelle, que de si belles contrées ont
perdue. Quoique située entre l'Afrique et l'Amérique, elle a échappé à
l'esclavage qui a flétri ces deux vastes continens. Elle est commune à
toutes les nations, et n'appartient à aucune. Il est rare cependant d'y
voir mouiller d'autres vaisseaux que des anglais et des français, qui
s'y arrêtent en revenant des Indes. Les Hollandais, qui relâchent au
Cap, n'ont pas besoin de chercher de nouveaux vivres.

L'air de l'Ascension est très-pur. J'y ai couché deux nuits à l'air,
sans couverture: j'y ai vu tomber de la pluie, et les nuages s'arrêter
au sommet de la Montagne verte, qui ne m'a paru guère plus élevée que
Montmartre. C'est sans doute un effet de l'attraction, qui est plus
sensible sur la mer que sur la terre.

Lorsqu'on débarque dans cette île quelque matelot scorbutique, on le
couvre de sable, et il éprouve un soulagement très-prompt. Quoique je me
portasse bien, je me tins quelque temps les jambes dans cette espèce de
bain sec, et j'éprouvai, pendant plusieurs jours, une agitation
extraordinaire dans mon sang; je n'en sais pas trop la raison. Je crois
cependant que ce sable n'étant formé que de parties calcaires, il aspire
sur la peau où il s'attache, les humeurs internes; à peu près comme ces
pierres absorbantes que l'on pose sur les piqûres des bêtes venimeuses,
en tirent le venin. Il serait à souhaiter que quelque habile médecin
essayât sur d'autres maladies, un remède que le seul instinct a appris
aux matelots scorbutiques.

Nous passâmes encore cette nuit à terre. A dix heures du soir, je fus me
baigner dans une petite anse, qui est entre la grande et le
débarquement. Elle est entourée d'une chaîne de rochers en demi-cercle.
Au fond de cette anse, le sable est élevé de plus de quinze pieds, et va
en pente jusqu'à la mer. A l'entrée, il y a plusieurs bancs de rochers à
fleur d'eau. La mer, qui était fort agitée, s'y brisait avec un bruit
terrible, et venait se développer bien avant dans la petite baie. Je me
tenais accroché aux angles des rochers, et les vagues, en roulant,
venaient me passer quelquefois jusque sur la tête.

Le 24 au matin, la barre se trouva très-grosse. _La Digue_ mit son
pavillon, et nous fit signal de départ. Il n'était plus possible à la
chaloupe de mettre à terre au lieu ordinaire du débarquement. Elle fut
prendre dans la baie une douzaine de tortues qu'on avait réservées, et
revint ensuite mouiller un grappin à une demi-portée de fusil du lieu où
nous étions. Les matelots les plus vigoureux se mirent tout nus; et,
profitant de l'instant où la lame quittait le rivage, ils portaient en
courant les effets et les passagers.

J'ai fait remarquer à l'officier qu'elle était suffisamment chargée. Il
restait vingt hommes à terre, il y en avait autant sur son bord. Il
voulut épargner au canot un second voyage: on continua d'embarquer. Sur
ces entrefaites, une lame monstrueuse, soulevant la chaloupe, fit casser
son grappin, et la jeta sur le sable. Huit ou dix hommes qui étaient
dans l'eau jusqu'à la ceinture, pensèrent en être écrasés. Si elle était
venue en travers, elle était perdue: heureusement elle s'échoua sur
l'arrière. Deux ou trois vagues consécutives la mâtèrent presque debout;
et dans ce mouvement, elle embarqua de son avant une grande quantité
d'eau: la frayeur prit à plusieurs passagers qui étaient dessus, ils se
jetèrent à la mer et pensèrent se noyer; enfin, tous nos matelots réunis
faisant effort tous à la fois, parvinrent à la remettre à flot.

Le canot revint quelque temps après embarquer ce qui était resté; peu
s'en fallut que le même accident ne lui arrivât.

Si ce double malheur fût survenu, nous eussions été fort à plaindre: le
vaisseau eût continué sa route, et nous n'eussions trouvé ni eau ni bois
dans cette île. On prétend cependant qu'il se trouve quelques flaques
d'eau dans les rochers au pied de la Montagne verte. On assure qu'il y a
aussi des cabris fort maigres, qui y vivent d'une espèce de chiendent.
On y avait planté des cocotiers, qui n'y ont pas réussi. Il est probable
que ces cabris affamés en auront mangé les germes.

J'observai à l'Ascension que la partie du sud-est était toute formée de
laves, et celle du nord-ouest de collines de cendres, d'où je conclus
que les vents étaient au sud-est lorsque ce volcan sortit de la mer, et
qu'ils soufflaient lentement; sans quoi ils auraient dispersé les
cendres de ces mornes, au lieu de les rassembler. J'en présumai aussi
que le foyer des volcans n'était point allumé par les révolutions de
l'atmosphère, et que les orages de la terre étaient indépendans de ceux
de l'air.

Ils paraîtraient plutôt dépendre des eaux. De tous les volcans que je
connais, il n'y en a pas un qui ne soit dans le voisinage de la mer, ou
d'un grand lac. J'ai fait autrefois cette observation en cherchant à
expliquer leur cause. Elle fut le résultat de mon opinion, qui pourrait
être bonne, puisqu'elle est confirmée par la nature.

J'ai trouvé, sur les rochers de l'Ascension, l'espèce d'huître appelée
_la feuille_. Le sable, comme je l'ai dit, n'est formé que de débris de
madrépores et de coquilles, dans lesquels je reconnus quelques
pétoncles, de petits buccins et le manteau-ducal. Nous prîmes, au pied
des rochers, des requins et des bourses de toutes les couleurs. Il y a
aussi des carangues, et entre autres des morènes, espèce de serpent
marin, qu'on dit être un excellent poisson; ses arêtes sont bleues.

Nous appareillâmes le même jour, 24 mars, à cinq heures du soir. Nous
vécûmes de tortues près d'un mois. On les conserva vivantes tout ce
temps-là, en les mettant tantôt sur le ventre, tantôt sur le dos, et on
les arrosait d'eau de mer plusieurs fois par jour.

La chair de tortue est une bonne nourriture, mais on s'en lasse bien
vite. Cette chair est toujours dure, et les oeufs sont d'un goût
très-médiocre.

Nous repassâmes la Ligne avec des calmes et quelques orages. Les courans
portaient sensiblement au nord: il y a apparence que c'étaient des
contre-courans du courant général du nord. Plus d'une fois, il nous
firent faire, sans vent, 10 lieues en 24 heures. Le 28 avril, nous vîmes
une éclipse de lune, dont le milieu à 11 heures de nuit; nous étions par
le 32e degré de latitude nord. Nous éprouvâmes, à cette hauteur,
plusieurs jours de calme. On prétend que ces calmes sont comme autant de
limites entre différens règnes des vents. Depuis le 28e degré nord
jusqu'au 32e, nous trouvâmes la mer couverte d'une plante marine,
appelée _grappe-de-raisin_; elle était remplie de petits crabes et de
frai de poisson. C'est peut-être un moyen dont la nature se sert pour
peupler les rivages des îles, d'animaux qui ne pourraient s'y
transporter autrement; les poissons des côtes ne se rencontrent jamais
en pleine mer.

Nous avions vu, avec une grande joie, l'étoile polaire reparaître sur
l'horizon; et, chaque nuit, nous la voyions s'élever avec un nouveau
plaisir. Cette vue me rendait les promenades de nuit très-agréables. Un
soir, à 10 heures, comme je me promenais sur le gaillard d'arrière, je
vis le contre-maître parler avec beaucoup d'agitation à l'officier de
quart. Celui-ci fit allumer une lanterne, et le suivit sur le gaillard
d'avant. Je m'y acheminai comme eux. Nous ne fûmes pas peu étonnés de
voir sortir de l'écoutille un torrent de fumée noire et épaisse. Les
matelots de quart étaient couchés tranquillement sur une voile en avant
du mât de misaine, et quand on les eut appelés, ils furent saisis de
frayeur. Les plus hardis descendirent par l'écoutille avec la lanterne,
en criant que nous étions perdus. Nous nous occupâmes à chercher des
seaux de tous côtés, mais nous n'en trouvâmes pas un seul. Les uns
voulaient sonner la cloche pour appeler tout le monde, d'autres
voulaient faire jouer la pompe de l'avant pour en porter l'eau, à tout
hasard dans l'entrepont.

Nous étions tous rangés, la tête baissée, autour de l'écoutille, en
attendant notre arrêt. La fumée redoublait, et nous vîmes même briller
de la flamme. Dans le moment, une voix sortit de cet abîme, et nous dit
que c'était le feu qui avait pris à du bois qu'on avait mis sécher dans
le four. Cet instant d'inquiétude nous parut un siècle. Triste condition
des marins! au milieu du plus beau temps, dans la sécurité la plus
parfaite, au moment de revoir la patrie, un misérable accident pouvait
nous faire périr du genre de mort le plus effroyable.

Le 16 mai, on exerça les matelots à tirer au blanc, sur une bouteille
suspendue à l'extrémité de la grande vergue: on essaya les canons; nous
en avions cinq. Cet exercice militaire se faisait dans la crainte d'être
attaqués par les Saltins. Heureusement nous n'en vîmes point. Nous
avions de si mauvais fusils, qu'à la première décharge l'un d'eux creva
près de moi, dans la main d'un matelot, et le blessa dangereusement.

Le 17, j'aperçus en plein midi, sur la mer, une longue bande verdâtre
dirigée nord et sud. Elle était immobile; elle avait près d'une
demi-lieue de longueur. Le vaisseau passa à son extrémité sud: la mer
n'y était point houleuse. J'appelai le capitaine, qui jugea, ainsi que
ses officiers, que c'était un haut-fond: il n'est pas marqué sur les
cartes. Nous étions par la hauteur des Açores.

Le 20 mai, nous trouvâmes un vaisseau anglais allant en Amérique. Il
nous apprit que nous étions par les 23 degrés de longitude, ce qui nous
mettait 140 lieues plus à l'ouest que nous ne croyions.

Le 22 mai, par les 46 degrés 45 minutes de latitude nord, nous crûmes
voir un récif où la mer brisait. Comme il faisait calme, on mit le canot
à la mer. C'était un banc d'écume formé par des lits de marée. Deux
heures après, nous trouvâmes un mât de hune garni de tous ses agrès. On
crut le reconnaître pour appartenir à un vaisseau anglais, que la
tempête avait obligé de couper ses mâts. Nous l'embarquâmes avec
plaisir; car nous manquions de bois à brûler, et, qui pis est, de
vivres. Depuis huit jours, on ne faisait plus qu'un repas en
vingt-quatre heures.

Pendant plusieurs jours le ciel fut couvert à midi, de sorte que nous
ignorions notre latitude. Le 28, il s'éleva un très-gros temps: le
vaisseau tint la cape sous ses basses voiles. A onze heures du matin,
nous aperçûmes un petit navire devant nous. Nous gouvernâmes sur lui, et
nous le rangeâmes sous le vent. Il y avait, sur son bord, sept hommes
qui pompaient de toutes leurs forces: l'eau sortait de tous les dalots
de son pont. Nous roulions l'un et l'autre panne sur panne, et dans
quelques arrivées, les lames pensèrent le jeter sur nos lisses. Le
patron, en bonnet rouge, nous cria, dans son porte-voix, qu'il était
parti de Bordeaux depuis vingt-quatre heures, qu'il allait en Irlande,
et il se hâta de s'éloigner. On jugea que c'était un contrebandier, la
coutume étant sur mer comme sur terre, d'avoir mauvaise opinion des gens
qui sont en mauvais ordre.

Vers une heure après midi le vent s'apaisa; les nuages se partagèrent en
deux longues bandes, et le soleil parut. On appareilla toutes les
voiles; on plaça des matelots en sentinelle sur les barres du perroquet,
et on mit le cap au nord-est pour tâcher d'avoir connaissance de terre
avant le soir.

A quatre heures nous vîmes un petit chasse-marée: on le questionna; il
ne put rien nous répondre; le mauvais temps l'avait mis hors de route. A
cinq heures on cria _terre! terre à bâbord!_ nous courûmes aussitôt sur
le gaillard d'avant; quelques-uns grimpèrent dans les haubans. Nous
vîmes distinctement, à l'horizon, des rochers qui blanchissaient: on
assura que c'étaient les rochers de Pennemarck. Nous mîmes, le soir, en
travers, et nous fîmes des bords toute la nuit. Au point du jour, nous
aperçûmes la côte à trois lieues devant nous; mais personne ne la
reconnaissait. Il faisait calme; nous brûlions d'impatience d'arriver.
Enfin on aperçut une chaloupe: nous la hélâmes; on nous répondit _C'est
un pilote._ Quelle joie d'entendre une voix française sortir de la mer!
Chacun s'empressait, sur les lisses, à voir monter le pilote à bord.
Bonjour, mon ami, lui dit le capitaine, quelle est cette terre? _C'est
Belle-Ile, mon ami_, répondit ce bon homme. Aurons-nous du vent? _S'il
plaît à Dieu, mon ami._

Il avait de gros pain de seigle, que nous mangeâmes de grand appétit,
parce qu'il avait été cuit en France.

Le calme dura tout le jour, vers le soir le vent fraîchit. L'équipage
passa la nuit sur le pont: on fit petites voiles. Le matin nous
longeâmes l'île de Grois, et nous vînmes au mouillage.

Les commis des fermes, suivant l'usage, montèrent sur le vaisseau; après
quoi, une infinité de barques de pêcheurs nous abordèrent. On acheta du
poisson frais; on se hâta de préparer un dernier repas; mais on se
levait, on se rasseyait, on ne mangeait point; nous ne pouvions nous
lasser d'admirer la terre de France.

Je voulais débarquer avec mon équipage; on appelait en vain les
matelots; ils ne répondaient plus. Ils avaient mis leurs beaux habits:
ils étaient saisis d'une joie muette; ils ne disaient mot: quelques-uns
parlaient tout seuls.

Je pris mon parti; j'entrai dans la chambre du capitaine pour lui dire
adieu. Il me serra la main, et me dit, les larmes aux yeux: J'écris à ma
mère. De tous côtés je ne voyais que des gens émus. J'appelai un
pêcheur, et je descendis dans sa barque. En mettant pied à terre, je
remerciai Dieu de m'avoir enfin rendu à une vie naturelle.



LETTRE XXVIII ET DERNIÈRE.

SUR LES VOYAGEURS ET LES VOYAGES.


Il est d'usage de chercher au commencement d'un livre à captiver la
bienveillance d'un lecteur qui souvent ne lit point la préface. Il vaut
mieux, ce me semble, attendre à la fin, au moment où il est prêt à
porter son jugement. Il est impossible alors que le lecteur échappe, et
ne fasse pas attention aux excuses de l'auteur. Voici les miennes.

J'ai fait cet ouvrage aussi bien qu'il m'a été possible, et rien ne m'a
manqué pour lui donner toute la perfection dont je suis capable. S'il
est mal fait, ce n'est donc pas ma faute; car on n'a tort de mal faire
que quand on peut faire mieux.

S'il y a des défauts dans le style, je serai très-aise qu'on les relève,
je m'en corrigerai. Depuis dix ans que je suis hors de ma patrie,
j'oublie ma langue, et j'ai observé qu'il est souvent plus utile de bien
parler que de bien penser, et même que de bien agir.

Mes conjectures et mes idées sur la nature sont des matériaux que je
destine à un édifice considérable. En attendant que je puisse l'élever,
je les livre à la critique. Les bonnes censures sont comme ces dégels,
qui dissolvent les pierres tendres, et durcissent les pierres de taille.
Il ne me resterait qu'une bonne observation, que j'en ferais usage. On
dit qu'un saint commença avec un seul moellon un bâtiment qui est devenu
une magnifique abbaye. Il fit ce miracle avec le temps et la patience;
mais je pourrais bien avoir perdu l'un et l'autre.

C'est assez parler de moi, passons à des objets plus importans.

Il est assez singulier qu'il n'y ait eu aucun voyage publié par ceux de
nos écrivains qui se sont rendus les plus célèbres dans la littérature
et philosophie. Il nous manque un modèle dans un genre si intéressant,
et il nous manquera long-temps, puisque messieurs de Voltaire,
d'Alembert, de Buffon et Rousseau ne nous l'ont pas donné. Montaigne et
Montesquieu avaient écrit leurs voyages, qu'ils n'ont pas fait paraître.
On ne peut pas dire qu'ils aient jugé suffisamment connus, les pays de
l'Europe où ils avaient été puisqu'ils ont donné tant d'observations
neuves sur nos moeurs, qui nous sont si familières. Je crois que ce
genre, si peu traité, est rempli de grandes difficultés. Il faut des
connaissances universelles, de l'ordre dans le plan, de la chaleur dans
le style, de la sincérité; et il faut parler de tout. Si quelque sujet
est omis, l'ouvrage est imparfait; si tout est dit, on est diffus, et
l'intérêt cesse.

Nous avons cependant des voyageurs estimables. Addison me paraît au
premier rang; par malheur, il n'est pas Français; Chardin a de la
philosophie et des longueurs; l'abbé de Choisy sauve au lecteur les
ennuis de la navigation; il n'est qu'agréable; Tournefort décrit
savamment les monumens et les plantes de l'Archipel; mais on voudrait
voir un homme plus sensible sur les ruines de la Grèce; La Hontan
spécule et s'égare quelquefois dans les solitudes du Canada; Léry peint
très-naïvement les moeurs des Brésiliens, et ses aventures personnelles.
De ces différens génies, on en composerait un excellent; mais chacun n'a
que le sien; témoin ce marin qui écrivit sur son journal «qu'il avait
passé à quatre lieues de Ténériffe, dont les habitans lui parurent fort
affables.»

Il y a des voyageurs qui n'ont qu'un objet, celui de rechercher les
monumens, les statues, les inscriptions, les médailles, etc. S'ils
rencontrent quelque savant distingué, ils le prient d'inscrire son nom
et une sentence sur leur _album_. Quoique cet usage soit louable, il
conviendrait mieux, ce me semble, de s'enquérir des traits de probité,
de vertu, de grandeur d'âme, et du plus honnête homme de chaque lieu: un
bon exemple vaut bien une belle maxime. Si j'eusse écrit mes voyages du
Nord, on eût vu sur mes tablettes les noms de Dolgorouki, de Munnich, du
palatin de Russie Czartorinski, de Duval, de Taubenheim, etc. J'aurais
parlé aussi des monumens, surtout de ceux qui servent à l'utilité
publique, comme l'arsenal de Berlin, le corps des Cadets de Pétersbourg,
etc. Quant aux antiquités, j'avoue qu'elles me donnent des idées
tristes. Je ne vois dans un arc de triomphe qu'une preuve de la
faiblesse d'un homme: l'arc est resté, et le vainqueur a disparu.

Je préfère un cep de vigne à une colonne, et j'aimerais mieux avoir
enrichi ma patrie d'une seule plante alimentaire, que du bouclier
d'argent de Scipion.

A force de nous naturaliser avec les arts, la nature nous devient
étrangère; nous sommes même si artificiels, que nous appelons les objets
naturels des _curiosités_, et que nous cherchons les preuves de la
Divinité dans des livres. On ne trouve dans ces livres (la révélation à
part) que des réflexions vagues et des indications générales de l'ordre
universel: cependant, pour montrer l'intelligence d'un artiste, il ne
suffit pas d'indiquer son ouvrage, il faut le décomposer. La nature
offre des rapports si ingénieux, des intentions si bienveillantes, des
scènes muettes si expressives et si peu aperçues, que, qui pourrait en
présenter un faible tableau à l'homme le plus inattentif, le ferait
s'écrier: «Il y a quelqu'un ici!»

L'art de rendre la nature est si nouveau, que les termes même n'en sont
pas inventés. Essayez de faire la description d'une montagne, de manière
à la faire reconnaître: quand vous aurez parlé de la base, des flancs et
du sommet, vous aurez tout dit. Mais que de variété dans ses formes
bombées, arrondies, allongées, aplaties, cavées, etc.! vous ne trouvez
que des périphrases; c'est la même difficulté pour les plaines et les
vallons. Qu'on ait à décrire un palais, ce n'est plus le même embarras.
On le rapporte à un ou à plusieurs des cinq ordres; on le subdivise en
soubassement, en corps principal, en entablement; et dans chacune de ces
masses, depuis le socle jusqu'à la corniche, il n'y a pas une moulure
qui n'ait son nom.

Il n'est donc pas étonnant que les voyageurs rendent si mal les objets
naturels. S'ils vous dépeignent un pays, vous y voyez des villes, des
fleuves et des montagnes; mais leurs descriptions sont arides comme des
cartes de géographie: l'Indoustan ressemble à l'Europe. La physionomie
n'y est pas. Parlent-ils d'une plante? ils en détaillent bien les
fleurs, les feuilles, l'écorce, les racines; mais son port, son
ensemble, son élégance, sa rudesse ou sa grâce, c'est ce qu'aucun ne
rend. Cependant la ressemblance d'un objet dépend de l'harmonie de
toutes ses parties, et vous auriez la mesure de tous les muscles d'un
homme, que vous n'auriez pas son portrait.

Si les voyageurs, en rendant la nature, pèchent par défaut
d'expressions, ils pèchent encore par excès de conjectures. J'ai cru
fort long-temps, sur la foi des relations, que l'homme sauvage pouvait
vivre dans les bois. Je n'ai pas trouvé un seul fruit bon à manger dans
ceux de l'Ile-de-France; je les ai goûtés tous, au risque de
m'empoisonner. Il y avait quelques graines d'un goût passable, en petite
quantité; et dans certaines saisons, on n'en eût pas ramassé pour le
déjeûner d'un singe. Il n'y a que l'oignon dangereux d'une espèce de
_nymphæa_; encore croît-il sous l'eau dans la terre, et il n'est pas
vraisemblable que l'homme naturel l'eût deviné là. Je crus au Cap que
l'homme avait été mieux servi. J'y vis des buissons couverts de gros
artichauts couleur de chair, qui étaient d'une âpreté insupportable.
Dans les bois de la France et de l'Allemagne, on ne trouve de mangeable
que les faînes du hêtre et les fruits du châtaignier; encore ce n'est
que dans une courte saison. On assure, il est vrai, que, dans l'âge d'or
des Gaules, nos ancêtres vivaient de gland; mais le gland de nos chênes
constipe. Il n'y a que celui du chêne vert qu'on puisse digérer: il est
très-rare en France, et il n'est commun qu'en Italie, d'où nous est
venue aussi cette tradition. Un peu d'histoire naturelle servirait à
écrire l'histoire des hommes.

On ne trouve dans les forêts du nord que les pommes de sapin, dont les
écureuils s'accommodent fort bien. Il est fort douteux que les hommes
pussent en vivre. La nature aurait traité bien mal le roi des animaux,
puisque la table est mise pour tous, excepté pour lui, si elle ne lui
avait pas donné une raison universelle qui tire parti de tout, et la
sociabilité, sans laquelle ses forces ne sauraient servir sa raison.
Ainsi, d'une seule observation naturelle on peut prouver, 1º que le plus
stupide des paysans est supérieur au plus intelligent des animaux, qu'on
ne dressera jamais à semer et à labourer de lui-même; 2º que l'homme est
né pour la société, sans laquelle il ne pourrait vivre; 3º que la
société doit à son tour à tous ses membres une subsistance qu'ils ne
peuvent attendre que d'elle.

Les voyageurs pèchent encore par un autre excès. Ils mettent presque
toujours le bonheur hors de leur patrie. Ils font des descriptions si
agréables des pays étrangers, qu'on en est toute la vie de mauvaise
humeur contre le sien.

Si je l'ose dire, la nature paraît avoir tout compensé; et je ne sais
lequel est préférable d'un climat très-chaud ou d'un climat très-froid.
Celui-ci est plus sain; d'ailleurs, le froid est une douleur dont on
peut se garantir, et la chaleur une incommodité qu'on ne saurait éviter.
Pendant six mois, j'ai vu le paysage blanc à Pétersbourg; pendant six
mois, je l'ai vu noir à l'Ile-de-France; joignez-y les insectes si
dévorans, les ouragans qui renversent tout, et choisissez. Il est vrai
qu'aux Indes les arbres ont toujours des feuilles, que les vergers
rapportent sans être greffés, et que les oiseaux ont de belles couleurs.

    Mais j'aime mieux notre nature,
    Nos fruits, nos fleurs, notre verdure;
    Un rossignol qu'un perroquet,
    Le sentiment que le caquet;
    Et même je préfère encore
    L'odeur de la rose et du thym
    A l'ambre que la main du More
    Recueille aux rives du matin.

On doit compter aussi pour un grand inconvénient le spectacle d'une
société malheureuse, puisque la vue d'un seul misérable peut empoisonner
le bonheur. Peut-on penser sans frémir que l'Afrique, l'Amérique et
presque toute l'Asie, sont dans l'esclavage? Dans l'Indoustan on ne fait
agir le peuple qu'à coups de rotin, de sorte qu'on en a appelé le bâton
_le roi des Indes_; en Chine même, ce pays si vanté, la plupart des
punitions de simple police sont corporelles. Chez nous les lois ont un
peu plus respecté les hommes. D'ailleurs, quelque rudes que soient nos
climats, la nature la plus sauvage m'y plaît toujours par un coin. Il
est des sites touchans jusque dans les rochers de la pauvre Finlande;
j'y ai vu des étés plus beaux que ceux des tropiques, des jours sans
nuits, des lacs si couverts de cygnes, de canards, de bécasses, de
pluviers, etc., qu'on eût dit que les oiseaux de toutes les rivières s'y
étaient rendus pour y faire leurs nids. Des flancs des rochers tout
brillans de mousses pourprées, et des lapis rouges du kloucva[5],
s'élevaient de grands bouleaux, dont les feuillages verts, souples et
odorans se mariaient aux pyramides sombres des sapins, et offraient à la
fois des retraites à l'amour et à la philosophie. Au fond d'un petit
vallon, sur une lisière de pré, loin de l'envie, était l'héritage d'un
bon gentilhomme dont rien ne troublait le repos que le bruit d'un
torrent que l'oeil voyait avec plaisir bondir et écumer sur la croupe
noire d'une roche voisine. Il est vrai qu'en hiver la verdure et les
oiseaux disparaissent. Le vent, la neige, le grésil, les frimas,
entourent et secouent la petite maison; mais l'hospitalité est dedans.
On se visite de quinze lieues, et l'arrivée d'un ami est une fête de
huit jours: on boit au bruit des cors et des timbales à la santé du
convive, des princes et des dames[6]. Les vieillards, auprès du poêle,
fument et parlent des anciennes guerres; les garçons, en bottes, dansent
au son d'un fifre ou d'un tambour, autour de la jeune Finlandaise en
pelisse, qui paraît comme Pallas au milieu de la jeunesse de Sparte.

  [5] Plante rampante d'un beau vert, dont la feuille ressemble à celle
    du buis. Elle donne un petit fruit rouge qui est un
    anti-scorbutique.

  [6] Les femmes sont de ces parties, et il est juste qu'accompagnant
    les hommes à la guerre, elles président à leurs plaisirs. On ne
    trouve point ailleurs de plus grands exemples de l'amitié conjugale.
    J'y ai vu des femmes de généraux qui avaient suivi leurs maris à
    l'armée depuis le premier grade militaire.

Si les organes y semblent rudes, les coeurs y sont sensibles. On parle
d'aimer, de plaire, de la France, et de Paris surtout; car Paris est la
capitale de toutes les femmes. C'est là que la Russe, la Polonaise et
l'Italienne viennent apprendre l'art de gouverner les hommes avec des
rubans et des blondes; c'est là que règne la Parisienne à l'humeur
folle, aux grâces toujours nouvelles. Elle voit l'Anglais mettre à ses
genoux son or et sa mélancolie, tandis que, du sein des arts, elle
prépare en riant la guirlande qui enchaîne par les plaisirs tous les
peuples de l'Europe.

Je préférerais Paris à toutes les villes, non pas à cause de ses fêtes,
mais parce que le peuple y est bon, et qu'on y vit en liberté. Que
m'importent ses carrosses, ses hôtels, son bruit, sa foule, ses jeux,
ses repas, ses visites, ses amitiés si promptes et si vaines? Des
plaisirs si nombreux mettent le bonheur en surface, et la jouissance en
observation. La vie ne doit pas être un spectacle. Ce n'est qu'à la
campagne qu'on jouit des biens du coeur, de soi-même, de sa femme, de
ses enfans, de ses amis. En tout, la campagne me semble préférable aux
villes: l'air y est pur, la vue riante, le marcher doux, le vivre
facile, les moeurs simples, et les hommes meilleurs. Les passions s'y
développent sans nuire à personne. Celui qui aime la liberté n'y dépend
que du ciel; l'avare en reçoit des présens toujours renouvelés, le
guerrier s'y livre à la chasse, le voluptueux y place ses jardins, et le
philosophe y trouve à méditer sans sortir de chez lui. Où trouvera-t-il
un animal plus utile que le boeuf, plus noble que le cheval et plus
aimable que le chien? Apporte-t-on des Indes une plante plus nécessaire
que le blé et aussi gracieuse que la vigne?

Je préférerais de toutes les campagnes, celle de mon pays, non pas parce
qu'elle est belle, mais parce que j'y ai été élevé. Il est dans le lieu
natal un attrait caché, je ne sais quoi d'attendrissant, qu'aucune
fortune ne saurait donner et qu'aucun pays ne peut rendre. Où sont ces
jeux du premier âge, ces jours si pleins, sans prévoyance et sans
amertume? La prise d'un oiseau me comblait de joie. Que j'avais de
plaisir à caresser une perdrix, à recevoir ses coups de bec, à sentir
dans mes mains palpiter son coeur et frissonner ses plumes! Heureux qui
revoit les lieux où tout fut aimé, où tout parut aimable, et la prairie
où il courut, et le verger qu'il ravagea! Plus heureux qui ne vous a
jamais quitté, toit paternel, asile saint! Que de voyageurs reviennent
sans trouver de retraite! De leurs amis, les uns sont morts, les autres
éloignés; une famille est dispersée; des protecteurs... Mais la vie
n'est qu'un petit voyage, et l'âge de l'homme un jour rapide. J'en veux
oublier les orages pour ne me ressouvenir que des services, des vertus
et de la constance de mes amis. Peut-être ces lettres conserveront leurs
noms, et les feront survivre à ma reconnaissance! Peut-être iront-elles
jusqu'à vous, bons Hollandais du Cap! Pour toi, Nègre infortuné qui
pleures sur les rochers de Maurice, si ma main, qui ne peut essuyer tes
larmes, en fait verser de regret et de repentir à tes tyrans, je n'ai
plus rien à demander aux Indes, j'y ai fait fortune!

D. S. P.

A Paris, ce 1er janvier 1773.



CONSEILS A UN JEUNE COLON DE L'ILE-DE-FRANCE.


La première année se passera dans des travaux continuels, et souvent au
milieu des pluies journalières qui feront moisir tous les meubles de
votre habitation. Vous verrez votre maïs croître avec rapidité, et
s'élever à onze ou douze pieds de hauteur. Ses épis seront vides; alors
ne vous découragez pas. Augmentez la grandeur de vos carrés, et vous
verrez les nuages, comme je les ai vus souvent, filer le long de vos
bois en épaisses vapeurs; et, par un phénomène assez étonnant le soleil
brillera sur votre champ tandis que la pluie tombera dans vos bois.

Si votre habitation est située dans un fond, il faut vous résoudre à
semer du riz qui croît dans l'eau, et la fataque qui sert de pâturage
aux bestiaux; car il faut préférer une riche prairie à un champ
marécageux. Comme cette terre porte deux récoltes, au lieu de semer dans
la saison pluvieuse, vous semerez dans la saison sèche. Cependant, une
des meilleures nourritures et des plus abondantes est le manioc et la
patate; dès la première année faites bêcher votre terre et plantez-y vos
racines, ce qui ne vous empêchera pas de semer du maïs et de recueillir
deux récoltes.

Alors votre famille est augmentée, vos nègres ont des enfans, vos
troupeaux sont multipliés. Ayez soin que vos enfans soient chaudement
vêtus, de peur de les voir saisis de convulsions de nerfs occasionnées
par le froid; lorsqu'ils seront attaqués des vers, vous battrez de
l'huile de palma-christi avec du vin blanc, et vous la leur ferez
avaler.

Il sera temps dès-lors de songer à rendre votre habitation moins
sauvage, car elle n'offre que des arbres sans fruits et une cabane
couverte de feuilles. Vous ferez apporter des arbres équarris. Vous les
poserez par assises les uns sur les autres. Vous tournerez votre
bâtiment du côté du vent du sud-est. Une salle et quatre cabinets aux
quatre coins feront votre maison. A quelque distance, deux autres
pavillons sur la droite et sur la gauche sont destinés pour la cuisine
et pour le magasin des provisions. Du côté de la cour, les toits de ces
trois pavillons seront vos greniers.

Choisissez de préférence le bord du ruisseau qui doit borner votre cour;
c'est la disposition générale imaginée par les habitans. Mais voici ce
qu'ils ne font pas, et que je vous conseille de faire. Votre maison sera
entre cour et jardin; votre cour sera sous le vent, et bordée des cases
de vos nègres, de hangards pour loger les bestiaux, d'un poulailler, de
votre magasin et de votre cuisine, avec assez d'intervalle des cases aux
pavillons. Au lieu d'un mur de bambous, qui croissent à la hauteur des
plus grands arbres et ne donnent que de bien faible bois, la cour sera
plantée d'arbres fruitiers, de bananiers, de mangliers, que les nègres
aiment beaucoup, et ce sera le jardin commun de vos noirs; car il faut
que vous inspiriez à vos nègres un intérêt commun, après leur avoir
inspiré de l'attachement pour vous. Il arrivera encore qu'ils se
surveilleront les uns les autres pour la sûreté de ce bien public. Au
reste, ce sera dans cet enclos que, tous les dimanches, ils aimeront à
s'assembler et à danser bien avant dans la nuit. Vous choisirez ce jour
pour leur donner des récompenses et un bon repas au coucher du soleil;
ceux-là en seront exclus qui auront manqué à leurs devoirs, et vous les
punirez par cette privation, à laquelle ils seront très-sensibles. On a
vu un habitant, M. Harmand, ancien militaire, en faire des compagnies
très-bien exercées, qui entendaient la manoeuvre, et regardaient le
dimanche comme un jour de grande fête. Mais comme ces fêtes militaires
sont très-coûteuses, et dérangent l'ordre établi dans l'habitation,
bornez-vous à inspirer à vos esclaves la joie et la gaîté.

Le terrain ordinaire d'une habitation a besoin de cinquante noirs pour
être mis en valeur. Votre habitation ainsi disposée pour être un jour
celle d'une famille considérable, vous diviserez le terrain en un carré
coupé au centre par des avenues de bananiers. Vous laisserez de grands
bouquets de bois alentour pour les abriter des vents, et en attendant
que vous puissiez cultiver ce jardin avec les légumes nécessaires, vous
le semerez de graines comme le reste de votre terre.

Si des noirs marrons, pressés par la faim, rôdent autour de votre
habitation, ce que vos noirs affidés vous diront, ne souffrez pas que la
nécessité les oblige à vous voler, mais engagez vos gens à leur donner
d'abord à manger; ensuite vous leur ferez proposer de venir à vous, ce
qu'ils feront sur la foi de vos gens qui vous connaissent pour un homme
juste. Alors vous leur proposerez de travailler à votre défriché
moyennant une certaine nourriture, ce que très-probablement ils
accepteront.

Croyez que ces conditions leur plairont; car il est à ma connaissance
que beaucoup de noirs marrons venaient à la ville se louer à nos soldats
la nuit. Ils allaient leur chercher du bois de leur ajoupa moyennant
quelques vivres; ils passaient quelquefois des semaines entières avec
eux, sans défiance, parce que c'étaient des malheureux comme eux, qu'ils
appelaient quelquefois des nègres blancs.

Quand vous les aurez bien apprivoisés, ne les livrez jamais à leurs
maîtres: votre honneur, non pas aux yeux des habitans, mais au jugement
de votre conscience, y est intéressé. Alors, si leurs maîtres sont des
hommes raisonnables, et que les fautes des noirs ne viennent que
d'étourderie, tâchez d'arranger leur accord: que si vous voyez de la
répugnance dans l'esclave, ne l'y forcez pas. Les Athéniens ne
permettaient pas qu'on remît un esclave fugitif entre les mains d'un
maître irrité. J'ai vu de ces infortunés, ramenés et cruellement punis,
se livrer à des actes de fureur. Un jour une femme plaça l'enfant de son
maître dans son lit et y mit le feu.

Sans doute que parmi ces malheureux vous en trouverez de laborieux, et
que vous les gagnerez par de petits bienfaits. Vous leur ferez voir que
vos noirs sont chaudement vêtus, bien nourris, jamais frappés; qu'ils
ont des femmes, qu'ils vivent tranquilles; et vous leur proposerez d'en
augmenter le nombre, puisqu'avec plus de travail ils sont beaucoup plus
mal. Une fois que vous aurez bien éprouvé un esclave, proposez à son
maître de vous le vendre; certainement il vous le vendra à bon marché,
et quoique vous n'ayez pas d'argent, il vous donnera des termes pour le
payer même en grains, si vous l'aimez mieux. Voilà donc comment vous
tirerez parti de vos ennemis, car la reconnaissance apprivoise le coeur
humain. Les habitans disent que les nègres sont des ingrats, parce
qu'ils fuient ceux mêmes qui leur accordent des secours passagers; mais
il ne faut point oublier les coups de fouet, les travaux forcés. Ces
souvenirs sont restés dans leurs coeurs. Le parfum de la rose passe
vite, mais la piqûre de son épine reste long-temps.

O hommes qui rêvez des républiques! voyez comme vos semblables abusent
de l'autorité lorsque les lois la leur confient. Voyez la Pologne, dont
les paysans sont si malheureux, la pauvre noblesse si humiliée. Voyez
les colonies, où coule le sang humain, où l'on entend le bruit des
fouets. Ce sont pourtant vos semblables, qui parlent d'humanité comme
vous, qui lisent les livres des philosophes, qui crient contre le
despotisme, et qui sont des bourreaux lorsqu'ils ont le pouvoir. Dans un
pays où les moeurs sont corrompues, il faut un gouvernement absolu: la
force d'un maître, aidée de la force de la loi, s'opposera à toutes les
injustices du peuple et des grands: j'aime mieux les excès d'un seul que
les crimes de tous.



DIALOGUE PREMIER,

DES ARBRES.


UNE DAME ET UN VOYAGEUR.

LA DAME.

Vous m'avez donné, monsieur, des curiosités fort rares. Comment
appelez-vous ces jolis arbres de pierre qui ont des racines, des tiges,
des masses de feuilles, et même des fleurs couleur de pêcher,
dites-vous? S'ils étaient verts, on les prendrait pour des plantes de
nos jardins.

LE VOYAGEUR.

Madame, ce sont des madrépores. Rien n'est si commun dans les mers des
Indes. Presque toutes les îles en sont environnées. Ils croissent sous
l'eau, et y forment des forêts de plusieurs lieues. On y voit nager des
poissons de toutes couleurs, comme les oiseaux volent dans nos bois.

LA DAME.

Ce doit être un spectacle charmant. Avez-vous apporté des fruits de ces
arbres-là?

LE VOYAGEUR.

Ces plantes ne donnent point de fruits; ce ne sont point des végétaux:
ils sont l'ouvrage de petits animaux qui travaillent en société.

LA DAME.

Je ne m'en serais jamais doutée.

LE VOYAGEUR.

Il y a quelque chose de plus merveilleux. Vous voyez avec mes
madrépores, des arbrisseaux qui ont de véritables feuilles, et dont les
branches sont flexibles comme le bois: ce sont des lithophytes. Ces
lithophytes et ces coraux sont également l'ouvrage de petits animaux
marins.

LA DAME.

Mais enfin, quelle preuve en a-t-on?

LE VOYAGEUR.

On les a vus avec de bons microscopes. La chimie a fait sur eux quelques
expériences toujours un peu douteuses, parce qu'elle ne raisonne que sur
ce qu'elle détruit[7]. Enfin on a conclu que ces ouvrages si réguliers
devaient appartenir à des êtres doués d'un esprit d'ordre et
d'intelligence.

  [7] Lorsque la chimie décompose une pêche ou un melon, elle trouve le
    même résultat. Une plante vénéneuse et une plante alimentaire,
    paraissent, dans ses opérations, formées des mêmes élémens. Il est
    vrai qu'en brûlant des matières animales, il s'en exhale une odeur
    alkaline, qui se retrouve dans la combustion des madrépores: mais
    nous avons des plantes végétales qui, même sans être détruites, ont
    le goût et l'odeur de la viande bouillie, de la morue sèche, etc.
    D'ailleurs, comment imaginer qu'il y ait une différence réelle entre
    les élémens du végétal et de l'animal, lorsqu'on voit un boeuf
    changer en sa substance l'herbe d'un pré?

Après tout, de petits arbrisseaux ne sont pas plus difficiles à faire
que les cellules de cire à six pans que maçonnent nos abeilles. On a
disputé quelque temps; à la fin tout le monde est resté d'accord.

LA DAME.

Si tout le monde le dit, il faut bien le croire. Je ne serai pas seule
d'un avis contraire.

LE VOYAGEUR.

Ah! si j'osais, j'aurais quelque chose de bien plus difficile à vous
faire croire.

LA DAME.

Osez, monsieur. Il y a tant de choses incompréhensibles où il faut s'en
rapporter à l'opinion publique!

LE VOYAGEUR.

Malheureusement mon opinion est à moi seul.

LA DAME.

Tant mieux; j'aurai le plaisir de la combattre. Quand nous paraissons
dans le monde, notre catéchisme est tout fait. Les hommes nous ont
prescrit ce que nous devions penser, désirer et faire. J'aime à
rencontrer des gens qui ne sont pas de l'avis des autres: on a le
plaisir de détruire une erreur, ou d'adopter une vérité nouvelle. Voyons
votre hérésie.

LE VOYAGEUR.

Madame, je crois que les fleurs de votre parterre et les arbres de votre
parc sont habités.

LA DAME.

Vous croyez aux Hamadryades? Vraiment votre système est renouvelé des
Grecs. Je suis fâchée qu'on ait quitté leur philosophie; elle était plus
touchante que la nôtre. J'aimerais à croire que mes lauriers sont autant
de Daphnés.

LE VOYAGEUR.

Les anciens étaient peut-être aussi ignorans que nous; mais je ne suis
ni de leur avis ni de celui des modernes.

LA DAME.

Quels sont donc les habitans de nos forêts?

LE VOYAGEUR.

Ceux qu'ils logeaient dans les plantes étaient presque tous des
infortunés ou des étourdis. L'un avait été tué au palet, l'autre était
mort à force de s'aimer lui-même. Ils n'étaient pas plus heureux dans
leur nouvelle condition. Un paysan coupait bras et jambes aux soeurs de
Phaéton, pour faire un mauvais fagot de peuplier. Mes habitans sont
très-sages, très-ingénieux, et n'ont rien à risquer.

LA DAME.

Je vous vois venir. Voilà une idée prise de vos arbres de mer. Mais,
monsieur, je vous avertis que je ne croirai point à vos animaux, que
vous ne me les ayez fait voir occupés de leur travail.

LE VOYAGEUR.

Madame, vous avez cru ce que je vous ai dit des madrépores, dont
personne ne doute.

LA DAME.

La chose n'intéresse personne. On s'embarrasse peu de ce qui se passe au
fond de l'eau; mais des objets qui sont sous la main, dont tout le monde
fait usage, sur lesquels on a une opinion reçue, sont bien différens.
Faites-moi voir, et je croirai.

LE VOYAGEUR.

Si vous étiez sur le sommet d'une très-haute montagne, et que vous
vissiez à vos pieds la ville de Paris, vous jugeriez que ses clochers,
ses rues, ses places si régulières, sont l'ouvrage des hommes, quoique
les habitans échappassent à votre vue?

LA DAME.

Oh! quand on sait une fois qu'une ville est l'ouvrage des hommes, la vue
d'une autre ville rappelle la même idée.

LE VOYAGEUR.

Eh bien! puisque nos plantes ressemblent aux madrépores, leurs habitans
se ressemblent aussi.

LA DAME.

Prouvez-moi qu'elles sont habitées, comme s'il n'y avait pas de mer dans
le monde. Les gens qui raisonnent par analogie sont trop à craindre.

LE VOYAGEUR.

Vous m'avez invité au combat, et vous m'ôtez le choix des armes.

LA DAME.

C'est qu'elles sont trop dangereuses entre les mains des hommes. Quand
ils n'ont pas de bonnes raisons à nous donner, ils nous citent des
autorités, des exemples, et finissent par nous persuader quelque
sottise.

LE VOYAGEUR.

Mes animaux sont si petits, qu'ils échappent à notre vue. Si j'avais un
microscope, je vous ferais voir des animaux vivans, dans des feuilles:
vous seriez persuadée tout d'un coup.

LA DAME.

Oh! non. J'en ai vu: j'ai vu même cette poussière si fine qui couvre les
ailes des papillons; c'étaient de fort belles plumes. Il ne s'agit pas
de prouver qu'il y a des animaux dans le suc des plantes, mais qu'elles
sont fabriquées par eux. Il faut prouver qu'un arbre n'est pas un
assemblage ingénieux de pompes et de tuyaux, où la sève monte et
descend. Vous m'obligez de me servir de toute ma science.

LE VOYAGEUR.

Madame, on a piqué dans vos prairies, des tronçons de saule, qui ont
poussé des racines et des feuilles: si on y avait planté une des pompes
de Marly, croyez-vous qu'il y serait venu une machine hydraulique?

LA DAME.

Quelle folie! Chaque partie des arbres est une machine vivante et
entière, que l'humidité et la chaleur mettent en mouvement. C'est un
ouvrage de la nature, bien supérieur aux nôtres.

LE VOYAGEUR.

Toutes les machines de la nature ont une organisation intérieure, qui ne
les rend propres qu'à produire un certain effet, et par un endroit
particulier. Par exemple, on voit dans l'oreille un tympan élastique et
concave, propre à rendre les sons; et dans l'oeil, des membranes
transparentes et convexes, qui rassemblent les rayons de lumière sur la
rétine. L'oeil est évidemment construit pour voir, et l'oreille pour
entendre. Jamais un aveugle ne verra par son ouïe, et un sourd
n'entendra par sa vue.

LA DAME.

Vous vous donnez bien de la peine pour prouver ce qui est évident.

LE VOYAGEUR.

Si donc un arbre est une machine, il doit avoir un lieu destiné à donner
des feuilles, et un autre pour les racines. Les premières viendront
toujours à une extrémité, et les chevelus de la racine, à l'autre.

LA DAME.

Il faut que je vous aide. Vous pouvez ajouter qu'un bourgeon de feuilles
ne donne point de fruits: je sais très-bien distinguer les bourgeons à
feuilles des bourgeons à fruits.

LE VOYAGEUR.

Eh bien! madame, si vous faites replanter vos saules la tête en bas,
leurs racines donneront des feuilles.

LA DAME.

J'imagine, monsieur, que vous ne seriez pas assez hardi pour me citer
des faits douteux.

LE VOYAGEUR.

Celui-ci est très-certain. Croyez-vous que si on renversait la
Samaritaine dans la rivière, il monterait beaucoup d'eau dans son
réservoir?

LA DAME.

Je n'ai rien à dire: on ne s'attend pas à une expérience folle... Mais
peut-être chaque partie change d'usage en changeant de position.

LE VOYAGEUR.

Toutes ces lois, composées et variables, ne ressemblent point à celles
de la nature: elles sont simples et constantes. Dans toutes les machines
que l'homme a examinées, chaque partie a son effet, qu'on ne peut
changer en un autre. Qu'un animal reste couché toute la vie, il ne lui
viendra point de pattes sur le dos.

LA DAME.

Si le fait du saule renversé est vrai, comment l'expliquez-vous? Voyons
votre système: après tout, j'aime mieux l'attaquer que de défendre le
mien. La défense n'est pas aisée, et les hommes nous chargent toujours
du rôle le plus difficile.

LE VOYAGEUR.

Je pense, madame, qu'un arbre est une république. Lorsqu'on a planté le
long de ce ruisseau des branches de saule, les petits animaux qui y
étaient renfermés se sont portés au plus pressé. On a laissé tous les
accessoires. Les feuilles ont été abandonnées et sont tombées. Les uns
se sont occupés à clore la brèche qu'on avait faite à leur habitation,
en la fermant par un bourrelet. Les autres ont poussé en terre des
galeries souterraines, pour chercher des vivres et des matériaux propres
à la communauté. S'ils ont rencontré un rocher, ils se sont détournés,
ou ils l'ont environné de leur ouvrage, pour en faire un point d'appui.
Dans quelques espèces, comme celles du chêne, ils ont coutume d'enfoncer
un long pivot qui soutient toute l'habitation. Chaque nation a sa
manière. L'une bâtit sur pilotis, comme les Vénitiens; l'autre, sur la
surface de la terre, comme les Sauvages élèvent leurs cabanes.

Quand le désordre a été réparé, on a cherché à multiplier les vivres. Il
paraît que chez ces petits républicains, la population est fort prompte,
parce que la subsistance est fort aisée. Ils vivent d'huiles et de sels
volatils, dont l'air et la terre sont remplis. Pour saisir ceux qui sont
dans l'air, ils ont imaginé de faire ce que font les matelots sur les
vaisseaux où ils manquent d'eau douce; quand il pleut, ils étendent des
voiles: de même, ils se sont empressés de déployer les feuilles comme
autant de surfaces. Pour empêcher le vent d'emporter leurs tentes, ils
les ont attachées sur un seul point d'appui, à l'extrémité d'une queue
souple et élastique, ce qui est très-bien imaginé.

Les uns montent par le tronc avec des gouttes de liqueur, les autres
redescendent par l'écorce avec les alimens superflus. Vous jugez bien
que si on renverse leur ouvrage comme dans l'expérience du saule, mes
architectes ne perdront pas la tête: c'est comme si vous renversiez une
ruche.

LA DAME.

On pourrait expliquer cela par une sève qui monte et descend
d'elle-même, et qui prend dans les conduits de l'arbre une forme
constante, comme l'or qui passe à la filière.

LE VOYAGEUR.

Si la sève formait les feuilles, elle formerait également les fleurs et
les fruits. Mais dans un sauvageon enté, les fruits de l'ente sont bons,
tandis que ceux du pied ne changent point de nature. Si la sève, qui a
monté par le tronc de l'ente, et qui est redescendue par son écorce,
avait acquis quelque qualité, elle se découvrirait dans les fruits du
sauvageon. Pourquoi cela n'arrive-t-il pas?

LA DAME.

C'est à vous à vous défendre.

LE VOYAGEUR.

Les animaux du sauvageon apportent des matériaux pour fermer la brèche;
ceux de l'ente les prennent à mesure qu'ils arrivent: ils en fabriquent
des fruits excellens tandis que les autres n'en font rien qui vaille. La
matière est la même, les conduits sont communs, mais les ouvriers sont
différens.

LA DAME.

Si les arbres étaient peuplés d'animaux, l'hiver les ferait tous mourir;
car vous ne me persuaderez pas qu'ils ont des fourrures comme les
castors.

LE VOYAGEUR.

Ils ont eu la précaution d'envelopper leurs maisons de plusieurs étoffes
fort épaisses. Les unes sont souples comme des cuirs, les autres bien
sèches, et semblables à une grosse croûte. Personne n'est assez malavisé
pour se loger dans cette enceinte extérieure. Les arbres du nord, comme
le sapin et le bouleau, ont jusqu'à trois écorces différentes.

LA DAME.

Selon vous, les arbres des pays chauds n'en ont donc point?

LE VOYAGEUR.

Ils n'ont que des pellicules par où la sève descend; mais je n'y ai
jamais vu de ces écorces raboteuses, insensibles et multipliées qui
paraissent nécessaires aux arbres des pays froids. Comparez l'oranger au
pommier, qui vient cependant dans les climats tempérés.

LA DAME.

Vous m'étonnez, mais vous ne me persuadez pas. Si un arbre n'était pas
une machine, il n'aurait pas reçu toutes ses dimensions, comme les
machines des bêtes qui ont, chacune, une grandeur fixe. Selon vous, un
arbre croîtrait toujours. Vos petits animaux étant toujours en action,
on verrait des chênes gros comme des montagnes; un cerisier s'élèverait
autant qu'un orme: ce seraient des travaux monstrueux et sans fin, et
nous voyons le contraire.

LE VOYAGEUR.

A quoi sert l'élévation pour le bonheur? Ces petits animaux ont beaucoup
de sagesse; ils proportionnent toujours la hauteur de leur édifice à sa
base.

En jetant les fondemens de leur habitation, ils trouvent de grands
obstacles dans la terre. C'est le voisinage d'un autre arbre; ce sont
des rochers; c'est, à quelques pieds de profondeur, un mauvais sol. En
l'air, rien ne les arrête que la considération de leur propre sûreté. La
preuve en est bien forte; c'est que les plantes qui s'accrochent vont
toujours en s'allongeant sans s'arrêter. Il y a des lianes aux îles,
dont il ne serait pas facile de trouver les deux bouts. Voyez jusqu'où
s'élèvent les haricots qui grimpent, tandis que la féve de marais
acquiert à peine trois pieds de hauteur; cependant, ces deux légumes
naissent et meurent dans la même année. La fortune de ceux qui rampent
paraît sûre; ceux qui s'élèvent d'eux-mêmes sont plus circonspects. Les
arbres qui croissent sur les montagnes sont peu élevés: ceux de la même
espèce qui viennent dans des vallons resserrés et profonds, n'ayant rien
à craindre des vents, s'élèvent avec plus de hardiesse; ils sont
beaucoup plus grands.

Je suis persuadé que si la tige d'un orme traversait, dans son
élévation, plusieurs terrasses, ses habitans rassurés y enfonceraient
des pivots et élèveraient sa tête à une hauteur prodigieuse.

LA DAME.

Vous m'assurez cela bien gratuitement. Vous devenez hardi.

LE VOYAGEUR.

J'ai vu, aux Indes, les lianes dont je vous parle. J'y ai vu de nos
plantes potagères devenir vivaces, et de nos herbes devenir des
arbrisseaux. Les Chinois font sur les arbres une expérience curieuse,
qui prouve pour mon opinion. Ils choisissent, sur un oranger, une
branche avec son fruit; ils environnent cet étranglement de terre
humide; il s'y forme un bourrelet et des racines: on coupe ce petit
arbre, et on le sert sur la table avec son gros fruit. Si on l'avait
laissé sur pied, n'aurait-il pas formé un second étage d'oranger?

La preuve donc que les arbres ne sont pas des machines, c'est qu'ils
peuvent toujours croître, et qu'ils n'ont pas une grandeur déterminée.

LA DAME.

Vous n'avez évité un mauvais pas que pour tomber dans un autre. Selon
vous, les arbres ne devraient jamais mourir. Un arbre étant une espèce
de ville, dont les familles se reperpétuent, on devrait voir des chênes
aussi vieux que Paris.

LE VOYAGEUR.

Tout a son terme; à la longue, les canaux s'obstruent. On prétend que
les chênes vivent trois cents ans: trouvez-moi une ville dont les
maisons aient duré si long-temps sans se renouveler. Les quartiers de
Paris qui existaient il y a trois siècles, ne subsistent pas plus que
les hommes qui les habitaient: il faut en excepter quelques édifices
publics.

LA DAME.

Trois cents ans font une belle vieillesse: aussi je respecte beaucoup
les vieux arbres. Je n'ai pas voulu faire abattre ceux de mon parc; ils
ont vu mes aïeux, et ils verront mes petits-enfans. Cette idée-là me
touche. Demain nous continuerons: je vous donne rendez-vous au milieu de
mes fleurs.



DIALOGUE SECOND.

DES FLEURS.


LA DAME.

J'ai fait des rêves charmans. Je me croyais une reine plus puissante que
Sémiramis. Dans chaque plante de mon jardin, j'avais une nation
laborieuse, tout occupée à travailler pour moi. Les peuples du nord et
ceux du midi vivaient sous mon empire. Je voyais les habitans du sapin
couvrir leur habitation d'épaisses fourrures, et ceux de l'oranger
s'habiller à la légère, comme s'ils étaient sous les tropiques.

LE VOYAGEUR.

Je suis charmé que mon système vous plaise; vous commencez à en être
persuadée.

LA DAME.

Oh! je n'en crois pas un mot. Vos animaux ne ressemblent point à ceux
que nous connaissons; il paraît qu'ils n'ont aucun des sens les plus
communs. Ont-ils le goût, la respiration, la vue, le toucher? Vous
parlez bien de leurs actions, mais vous vous gardez de toucher à leurs
personnes.

LE VOYAGEUR.

Madame, vous me faites une mauvaise querelle. Doutez-vous que les
Romains qui ont bâti l'amphithéâtre de Nîmes, n'aient bu, mangé et
dormi, quoique les historiens qui parlent de ce monument n'en fassent
pas mention?

Il y a des choses qui sautent aux yeux. Vous faites arroser tous les
jours votre parterre; et vous demandez si ses habitants boivent? Vous
savez que, quand les plantes manquent d'air, elles périssent; et vous
demandez s'ils respirent? Vous voyez beaucoup de fleurs se refermer
pendant la nuit[8]; il y a même des arbres, comme le tamarinier, dont
toutes les feuilles se reclosent dans les ténèbres: ils sont donc
sensibles à la lumière. N'avez-vous pas vu la sensitive se mouvoir et se
resserrer dès qu'on la touche?

  [8] Non seulement les fleurs se referment pendant la nuit, mais il y
    en a qui changent de couleurs.

LA DAME.

J'en ai été bien étonnée. On prétendait que c'était un effet produit par
la chaleur de la main, mais je vous assure qu'elle faisait le même
mouvement quand on la touchait avec une canne[9].

  [9] Un bâton, une pierre jetée, et même le vent, font mouvoir la
    sensitive d'un mouvement intérieur et apparent.

LE VOYAGEUR.

On expliquait de même, par la chaleur, la contraction des fleurs; comme
si le même effet n'arrivait pas toutes les nuits, quelle que soit leur
température. J'ai vérifié aussi la fausseté de ce raisonnement.

LA DAME.

Vous m'avez échappé; mais je vous rattraperai. Répondez à cette
objection. Il n'y a point d'animaux qui fassent des travaux inutiles
pour eux: cependant les vôtres bâtissent des fleurs qui ne sont qu'un
objet d'agrément pour les hommes, de grandes roses qui ne durent qu'un
jour, et qui ne leur servent à rien.

LE VOYAGEUR.

Il faut reprendre le fil de leur histoire. Lorsque la nation est devenue
nombreuse, elle songe à envoyer des colonies au dehors. On choisit les
beaux jours du printemps pour travailler aux provisions des émigrans. On
apporte le sucre, le lait et le miel. Ces riches denrées sont déposées
dans des bâtimens construits avec un art admirable. L'action du soleil
paraît ici de la plus grande importance, soit pour perfectionner les
vivres, soit plutôt pour échauffer l'ardeur des mariages. Il paraît que
chez ces peuples on ne fait point de détachement au dehors, sans unir
chaque citoyen par le lien le plus puissant qui soit dans la nature.
Nous faisions autrefois la même chose dans nos premiers établissemens au
Mississipi. On y envoyait des vaisseaux tout chargés de nouveaux mariés.

Les mâles élèvent des pistils, au sommet desquels ils se logent dans des
poussières dorées; de là ils se laissent tomber au fond des fleurs, où
les attendent leurs épouses.

Il paraît que la fleur est l'ouvrage des femmes. Elle est formée avec de
riches tentures de pourpre, de bleu céleste, ou de satin blanc. C'est
une chambre nuptiale, d'où s'exhalent les plus doux parfums. Souvent
c'est un vaste temple, où se célèbrent à la fois plusieurs hymens; alors
chaque feuille est un lit, chaque étamine une épouse, et plusieurs
familles viennent habiter sous le même toit.

Quelquefois les femelles paraissent seules sur un arbre, et les mâles
sur un autre. Peut être, dans ces républiques, le sexe le plus fort
subjugue le plus faible, et dédaigne de l'associer aux fêtes publiques,
quoiqu'il s'en serve pour les besoins particuliers, à peu près comme les
Amazones, qui avaient des esclaves mâles, mais qui ne s'alliaient qu'aux
peuples libres.

Sur le palmier, la femelle dresse seule le lit conjugal; si le mâle,
dans une forêt éloignée, aperçoit le temple de l'amour, il se laisse
aller au gré des vents, sur des poussières que les botanistes appellent
fécondantes.

LA DAME.

En vérité, monsieur, vous vous laissez aller à votre imagination. De
tout ce que vous avez dit, je n'ai fait attention qu'à la forme de la
fleur. Vous la croyez propre à réunir la chaleur: c'est une idée
nouvelle, et qui me plaît: j'aime à croire qu'une rose est un petit
réverbère.

LE VOYAGEUR.

Observez, je vous prie, que le plan des fleurs est presque toujours
circulaire, de quelque forme que soit le fruit. Leurs pétales sont
disposés alentour, comme des miroirs plans, sphériques, ou elliptiques,
propres à réfléchir la chaleur au foyer de leurs courbes: c'est là que
doit se former l'embryon qui contient la graine. Les fleurs qui donnent
des graines sont simples, parce qu'il eût été inutile de mettre des
miroirs derrière d'autres miroirs.

Dans les végétaux dont le suc est visqueux et plus difficile à
échauffer, comme les plantes bulbeuses et aquatiques, mes petits
géomètres construisent des réverbères contournés en fourneaux; ce sont
des portions de cylindre, de larges entonnoirs, ou des cloches. C'est ce
que vous pouvez voir dans les lis, les tulipes, les hyacinthes, les
jonquilles, les muguets, les narcisses, etc... Ceux qui travaillent dès
l'hiver adoptent aussi cette disposition avantageuse, comme on le voit
dans les perce-neiges et les primevères.

Ceux qui bâtissent à une exposition découverte, et qui s'élèvent
peu[10], comme dans la marguerite et le pissenlit, font des miroirs
presque plans. Ceux qui sont un peu plus à l'ombre, comme dans les
violettes et les fraises, se forment des miroirs plus concaves.

  [10] Les plantes qui s'élèvent peu sont échauffées par le sol même. En
    beaucoup d'endroits, l'herbe conserve sa verdure toute l'année. Les
    mousses fleurissent en hiver.

Ceux qui travaillent à s'expatrier dans une saison chaude, découpent la
circonférence de la fleur, afin de diminuer son effet, comme on le voit
dans les cruciées, les bluets, les oeillets, etc... D'autres en
chiffonnent les pavillons, comme ceux de la grenade et du coquelicot; où
ils cessent d'en présenter le disque au soleil, et naissent à l'abri des
feuilles, comme dans les papilionacées, dont la forme ne doit pas réunir
les rayons directs du soleil, mais doit rassembler une chaleur reflétée.

Ils ont encore une industrie: c'est que les fleurs de l'été, qui ont de
grands bassins, ne sont attachées qu'à des ligamens très-faibles; elles
défleurissent vite: par exemple, le coquelicot, le pavot, les roses de
Provence, les fleurs de grenade.

Il y en a, comme les plantes appelées _soleils_, qui n'ont que des
rayons autour de leur circonférence; mais la fleur est posée sur un
pivot flexible, et tous ses habitans sont attentifs à la tourner vers le
soleil. Ne croiriez-vous pas voir des académiciens qui dirigent vers cet
astre un grand miroir ou un long télescope?

LA DAME.

Mais la couleur des fleurs ne servirait-elle pas encore à l'effet des
rayons réfléchis?

LE VOYAGEUR.

Je suis charmé, madame, que vous me fournissiez cette observation. Le
blanc et le jaune sont, comme vous le savez, les plus favorables: aussi
la plupart des fleurs du printemps et de l'automne ne sortent guère de
ces teintes légères avec une chaleur faible, il fallait des miroirs fort
actifs.

Les fleurs de ces deux saisons qui ont des réverbères d'un rouge foncé,
comme les anémones, les pivoines et quelques tulipes, ont leur centre
noir et propre à absorber directement les rayons. Les fleurs d'été ont
des couleurs plus foncées et moins propres à réverbérer. On trouve dans
cette saison beaucoup de bleu et de rouge; mais le noir est très-rare,
parce qu'il ne réfléchit rien du tout[11].

  [11] Dans les pavots, dont la couleur est brune et très-foncée, on
    remarque que les corolles sont brûlées du soleil avant que la fleur
    soit tout-à-fait développée.

L'élévation des plantes, la grandeur, la couleur et la coupe de leurs
fleurs, paraissent combinées entre elles. Cette manière nouvelle de les
considérer peut exercer la plus sublime géométrie.

LA DAME.

Je suis bien aise que vous donniez à mes fleurs un air savant; je
croyais qu'elles n'étaient faites que pour plaire. Mais pourquoi les
fleurs qui mûrissent des graines inutiles sont-elles si belles; tandis
que celles du blé, de l'olivier et de la vigne sont si petites?

LE VOYAGEUR.

La nature fait souvent des compensations. Elle a peut-être voulu nous
donner le nécessaire avec simplicité, et le superflu avec magnificence.

LA DAME.

A vous entendre, dans les pays très-chauds, les fleurs doivent être fort
rares.

LE VOYAGEUR.

Entre les tropiques, je n'ai vu aucune fleur apparente dans les
prairies, quoiqu'on ait essayé d'y faire venir des marguerites, des
trèfles, des bassinets, etc. La plupart même de celles d'Europe n'y
réussissent pas dans les jardins. De grands réverbères donnent trop de
chaleur.

LA DAME.

Aucun voyageur n'avait encore dit cela. Ces prairies doivent être bien
tristes. Les arbres de ces pays ne doivent donc pas porter de fleurs?

LE VOYAGEUR.

Pardonnez-moi; sans fleurs il n'y a pas de graines.

Quand les arbres des Indes sont bien feuillés, les fleurs naissent à
l'abri des feuilles. Leur circonférence n'est jamais bien entière, comme
vous pouvez le voir dans celle des fleurs d'oranger et de citronnier.

Quand les arbres ont peu de feuilles, comme une espèce appelée _agati_,
et les feuilles des palmiers, telles que les dattiers, cocotiers,
lataniers, palmistes, leurs fleurs naissent en grappes pendantes. Dans
cette situation renversée, elles ne sauraient être brûlées par un soleil
trop ardent; il ne s'y rassemble qu'une chaleur réfléchie. Les arbres de
nos climats qui donnent des grappes de fleurs les portent droites, comme
le troêne, la vigne, le lilas, etc.

LA DAME.

Il me semble que les petits animaux des Indes ont plus d'esprit que ceux
d'Europe.

LE VOYAGEUR.

Ils ont des besoins contraires. Dans nos climats, il leur faut de la
chaleur: aussi les nôtres bâtissent les fleurs avant les feuilles, et
les ouvrent à découvert aux premiers jours du printemps, comme on le
voit dans les amandiers, pêchers, abricotiers, cerisiers, poiriers,
pruniers, coudriers, et même dans les ormes et les saules. Leur forme
est ordinairement en rose, ce qui donne des formes de miroir bien
concaves et bien circulaires.

Dans les pays du nord, ils bâtissent des fleurs solides formées de
chatons et d'écailles. Elles sont rangées sur des cônes comme sur des
espaliers. Les fleurs et les parois qui les appuient sont échauffées à
la fois par le soleil. Celles des sapins et des bouleaux en seraient
brûlées dans les pays chauds: aussi ces arbres n'y peuvent-ils croître.

Enfin, une preuve bien forte que les pétales des fleurs servent à
échauffer l'embryon où est la graine, c'est qu'on ne les trouve pas sur
les fleurs mâles qui unissent sur des arbres séparés; ces parties n'y
seraient d'aucune utilité.

LA DAME.

Voilà qui est admirable, de quelque façon que cela arrive. Il me semble
que je pourrais faire mûrir ici du café en mettant des réverbères autour
des fleurs. Il me semble qu'à l'inspection de la fleur, on peut juger si
l'arbre qui la donne résistera à un climat ardent. Je croirais bien que
les papilionacées peuvent y réussir, parce qu'elles sont renversées.

LE VOYAGEUR.

Vous avez raison, madame; les fleurs de beaucoup d'arbres et
d'arbrisseaux de l'Inde ont cette forme; beaucoup donnent des fruits
légumineux, ce qui est très-rare en Europe. Ici les fruits semblent
chercher le soleil; là, ils semblent l'éviter. La plupart naissent au
tronc, ou pendent à des grappes.

LA DAME.

Vous ne m'échapperez pas de tout le jour, vous viendrez dîner avec moi;
nous raisonnerons sur les fruits au dessert. Je ne puis pas fournir à
votre système une meilleure bibliothèque. Vous tirerez parti des livres
d'une manière ou d'autre.



DIALOGUE TROISIÈME.

DES FRUITS.


LA DAME.

Je trouve un grand défaut à votre système: vos animaux raisonnent trop
conséquemment; ils sont plus sages que les hommes.

LE VOYAGEUR.

C'est que l'homme acquiert son expérience, et que l'animal la reçoit:
l'araignée file dès qu'elle sort de son oeuf. La portion d'intelligence
qui a été donnée à chaque espèce est toujours parfaite, et suffit à ses
besoins. Je vous prie même d'observer que plus l'animal est petit, plus
il est industrieux. Dans les oiseaux, l'hirondelle est plus adroite que
l'autruche; dans les insectes, c'est la fourmi. Il semble que l'adresse
a été donnée aux plus faibles, comme une compensation de la force. Ainsi
mes animaux étant très-petits, il y a apparence qu'ils sont
très-prudens.

LA DAME.

J'ai bien envie de les voir partir pour les colonies.

LE VOYAGEUR.

Dès qu'une chaleur suffisante, rassemblée par la fleur, a réuni les
familles au fond des calices, toute la nation est occupée à y porter du
miel et du lait. Le lait est une substance qui paraît destinée à tous
les jeunes animaux: le jaune d'un oeuf même délayé dans l'eau, donne une
substance laiteuse. La colonie réside d'abord dans le lieu qu'on appelle
le germe; les provisions sont alentour, sous la forme d'un lait qui se
change ensuite, par l'action du soleil, en une substance solide et
huileuse.

On enveloppe la colonie et ses provisions d'une coque fort dure, pour la
mettre à l'abri des événemens. Cette couverture a quelquefois la dureté
d'une pierre, comme dans les fruits à noyau, mais on a grande attention
d'y ménager une suture, comme dans la noix, ou de petits trous à
l'extrémité, fermés par une soupape; c'est par cette porte que doit
sortir la nouvelle famille. Il n'y a pas une graine qui n'ait
l'équivalent de cette organisation.

LA DAME.

Ah! vous leur supposez trop d'industrie.

LE VOYAGEUR.

Je ne leur en donne pas plus qu'aux insectes les plus communs.
L'araignée, qui met ses oeufs dans un sac, y laisse une ouverture; le
ver à soie, qui s'enferme dans un cocon, en rend le tissu fort serré,
excepté à l'endroit de la tête où il se ménage une sortie. C'est une
précaution commune à tous les vers. Mais comme les animaux qui
travaillent en société ont plus d'adresse que les autres, ceux-ci en ont
une bien merveilleuse. Pendant qu'on travaille à construire le bâtiment
et à rassembler le lait de la nouvelle colonie, de peur que les oiseaux
ne détruisent l'ouvrage, on l'environne d'une substance désagréable au
goût, comme le brou des noix qui est amer; quelquefois aussi on fortifie
la ville nouvelle de palissades pointues, comme celles qui hérissent la
coque de la châtaigne.

LA DAME.

Vous leur accordez bien de l'expérience: qui leur a dit que les oiseaux
viendraient les attaquer?

LE VOYAGEUR.

Celui qui a dit au lapin de se creuser des terriers, et à la huppe de
suspendre son nid au bout de trois fils. Leur postérité agira toujours
de même, comme les canards qui vont à l'eau sans avoir vu leurs pères
nager.

LA DAME.

Je ne suis plus étonnée que la rose ait des épines; ceux qui l'ont bâtie
ont pris pour toute la plante les précautions que ceux du châtaignier
ont prises pour le fruit. Je suis charmée de leur prévoyance, la fleur
la mérite.

LE VOYAGEUR.

Cette défense est commune à plusieurs arbrisseaux qui naissent sur les
lisières des bois, exposés aux insultes des animaux qui paissent; le
jonc marin, la ronce, les épines blanche et noire, les groseilliers, et
même l'ortie et le chardon, qui croissent le long des chemins, sont
garnis et hérissés de pointes très-aiguës. Ces plantes sont fortifiées
comme des places frontières.

LA DAME.

Eh bien! quand la colonie a ses provisions, comment fait-elle pour
s'établir ailleurs?

LE VOYAGEUR.

Si ces insectes avaient reçu des ailes, ils se seraient envolés; mais il
paraît qu'ils ne peuvent s'exposer à l'air sans danger. Ils ne vivent
que dans les liqueurs. Ils s'enferment dans des vaisseaux bien carénés,
bien pourvus, et voici comme ils entreprennent leur navigation.

Pour ceux qui sont suspendus en haut, toute la traversée ne consiste que
dans une chute. Le fruit tombe et va en bondissant s'arrêter à trente
pas de la métropole. Remarquez que les fruits qui tombent de haut sont
arrondis, et que plus ils sont élevés, plus le fruit est dur. Le gland,
la faîne, la châtaigne, la noix, la pomme de pin, résistent très-bien à
la violence de la secousse. N'admirez-vous pas leur précaution d'avoir
songé, en s'élevant si haut, à tomber avec sûreté?

LA DAME.

Ce serait quelquefois une leçon utile aux hommes. Mais cette manière de
tomber est commune à tous les fruits...

LE VOYAGEUR.

Pardonnez-moi. Les animaux qui travaillent dans le tilleul, qui croît
dans les terres humides et molles, savent bien que, s'ils avaient bâti
des vaisseaux lourds, le poids les eût enfoncés dans le lieu même de
leur chute. Ils ont construit des graines attachées à un long aileron.
Elles tombent en pirouettant, et le vent les porte fort loin de là. Le
saule, qui vient aux mêmes lieux, a des aigrettes ainsi que le roseau.
L'orme a une graine placée au milieu d'une large follicule. Vous voyez
qu'au moyen de ces voiles, on peut aller loin. Je suis porté à croire
que l'orme est l'arbre des vallées par la construction de sa graine.

LA DAME.

Je ne suis plus étonnée de voir les cerisiers et les pêchers s'élever à
une hauteur médiocre. Une pêche mûre qui tomberait de la hauteur d'un
orme n'irait pas loin. Mais comment font ceux qui ne s'élèvent pas? Il
ne leur est pas possible de rouler.

LE VOYAGEUR.

Les animaux des bluets, des artichauts, des chardons, etc., attachent
leurs colonies à des volans; le vent les emporte. Vous en voyez, en
automne, l'air rempli. Ils sont suspendus avec beaucoup d'industrie, et
quoiqu'ils voyagent fort loin, la graine tombe toujours
perpendiculairement. Il y a des espèces de pois qui ont des coques
élastiques; en s'ouvrant, lorsqu'elles sont mûres, elles lancent leurs
graines à dix pas de là. C'est aussi l'industrie de la balsamine.
Croyez-vous à présent qu'une plante soit une machine hydraulique?

LA DAME.

Vous ne me citez que les exemples qui vous sont favorables; vous ne me
dites pas comment font ceux qui bâtissent des fruits mous et peu élevés;
ceux de la framboise et de la fraise ne volent ni ne roulent.

LE VOYAGEUR.

Vous avez vu que les habitans du noyer et du châtaignier se fortifiaient
contre les oiseaux: ceux du fraisier et du framboisier font bien mieux,
ils tirent parti de leurs ennemis. Ceux-là sont des guerriers; ceux-ci
sont des politiques. Ils s'entourent d'une substance agréable et d'une
couleur éclatante. Les oiseaux s'en nourrissent, et les ressèment dans
les bois, qui en sont remplis. Ils avalent les fruits sans faire tort à
la graine; elle est si dure, qu'elle échappe à leur digestion. Beaucoup
de fruits mous, qui ont des noyaux, sont ressemés de la même manière.
Cette ruse n'est pas réservée aux seuls animaux de notre hémisphère. La
muscade est une espèce de pêche des Moluques; sa noix est d'un grand
revenu aux Hollandais: ils la détruisent dans toutes les îles éloignées
de leurs comptoirs, pour s'en réserver la récolte à eux seuls; mais elle
repousse partout: c'est un oiseau marin qui la ressème après l'avoir
avalée. Tant l'homme est faible quand il attaque la nature, une nation
ne saurait détruire un végétal?

LA DAME.

Hélas! l'homme n'a pas été préservé avec tant de soin; des nations
entières ont été exterminées par d'autres nations, sans qu'il en soit
réchappé un seul. Mais il faut adorer la Providence: je l'admire dans sa
prévoyance, que je n'aurais pas soupçonnée. Je croyais qu'un arbre
laissait tout simplement tomber ses graines: je vois bien qu'elles
auraient manqué d'air et d'espace, et, pour me servir de vos termes, que
la métropole, en vieillissant, aurait anéanti toutes les colonies sous
ses ruines. Mais l'idée de vos animaux est-elle bien conforme à l'action
de cette Providence?

LE VOYAGEUR.

Le roi de Prusse avait ordonné que l'on coupât des forêts pour donner
des terrains à de nouvelles familles. La chambre du domaine de Berlin
lui représenta que le bois allait devenir fort rare. Il lui répondit:
J'aime mieux avoir des hommes que des arbres. Croyez-vous que le grand
Roi de tous les êtres n'a pas mieux aimé régner sur des millions de
peuples différens que sur des machines aveugles?

LA DAME.

Vous allez rendre aussi le bois fort rare. Votre système est séduisant,
mais il me laisse des doutes: vous ne me montrez pas les animaux; on ne
croit qu'à moitié, quand on n'a pas vu.

LE VOYAGEUR.

Vous avez vu des animaux se mouvoir dans le suc des plantes.

LA DAME.

Mais je ne les ai pas vus travailler, agir de concert, et faire toutes
les choses admirables que vous m'avez dites.

LE VOYAGEUR.

Regardez mes madrépores et mes lithophytes: il y en a qui ressemblent à
des choux, d'autres à des gerbes de blé. Ce sont les plantes de la mer;
les nôtres sont les madrépores de l'air.

LA DAME.

Ce n'est plus la même chose: vous m'avez dit que les madrépores ne
donnent pas de fruits.

LE VOYAGEUR.

Cela n'est pas bien prouvé. D'ailleurs, ils vivent dans un fluide où il
n'y aurait eu pour leurs fruits, ni chute ni roulement: il était donc
inutile d'environner la colonie d'un corps lourd, ou d'une substance
légère comme les aigrettes des graines, qui serait venue à la surface de
l'eau. Il est cependant certain qu'on a observé dans leurs fleurs, un
suc laiteux semblable à celui des graines de nos fruits: cette laite se
répand dans la mer, comme celle des poissons.

Les élémens changent les moeurs et les arts. Un matelot et un bourgeois
sont des hommes, cependant un vaisseau n'est pas fait comme une maison.

Les petits animaux qui bâtissent les plantes de l'air, vivent au milieu
d'un élément qui est pour eux dans un mouvement perpétuel. Ils sont si
petits, qu'un zéphyr leur semble un ouragan. Ils ont pris les plus
grandes précautions pour assurer les fondemens de leurs édifices, et
pour transporter leurs familles sans risques. Ils les enclosent dans des
bâtimens bien couverts, afin qu'elles ne soient pas dispersées.

Ceux qui bâtissent dans la mer, vivent au milieu d'un fluide dont les
parties ne s'ébranlent pas aisément: elles ne sont remuées que par
flots, et par grandes masses. Les gouttes n'en sont pas mobiles et
pénétrantes comme les globules de l'air, que la chaleur dilate et
resserre sans cesse. Il ne leur fallait donc pas des appartemens bien
clos comme les graines, puisqu'ils ne couraient pas le risque d'être
dissipés si facilement. Je crois au reste avoir observé que leur laite
est enduite d'une glaire qui n'est pas aisée à dissoudre.

Si les animaux qui travaillent dans l'eau, eussent vécu dans un élément
encore plus solide, par exemple dans la terre, ils n'auraient été
exposés à aucune espèce d'agitation. Il est probable qu'alors ils
n'auraient pas eu besoin d'enfoncer des racines, d'élever des tiges,
d'étendre des feuilles, de façonner des fleurs, et de fabriquer des
fruits, comme ceux de l'air.

LA DAME.

Vraiment vous avez raison: aussi la truffe n'a aucune de ces parties-là;
elles lui seraient inutiles. J'ai vu des gens bien embarrassés à deviner
comment elle peut se reproduire. J'imagine que dans les sécheresses, les
petits animaux se communiquent entre eux par les fentes intérieures du
sol où ils vivent. Il règne là un calme éternel: ce sont des canaux d'un
fluide tranquille, où la navigation est fort aisée: il n'y faut point de
vaisseaux; on peut y nager en sûreté. A quoi serviraient les fleurs à
une plante qui ne voit pas le soleil, et les racines à un végétal qui
n'éprouve aucune secousse? Cette découverte me fait grand plaisir: je
suis fâchée cependant que les animaux d'un fruit que j'aime beaucoup,
aient si peu d'industrie.

LE VOYAGEUR.

Elle est proportionnée à leurs besoins: c'est une loi commune à tous les
êtres animés. L'homme, qui est le plus indigent de tous, en est aussi le
plus intelligent.

LA DAME.

Il vaudrait mieux en être le plus heureux. Ceux qui habitent les truffes
sont peut-être plus contens que ceux qui vivent dans des palais.

Je trouve dans votre système des idées neuves. Il me paraît
très-vraisemblable que les fleurs sont des miroirs. On peut, ce me
semble, en tirer des conséquences utiles, ainsi que des graines. Je
crois qu'il ne faut pas trop les enfoncer lorsqu'on les sème, puisque la
nature les répand à la surface de la terre, et qu'elle repeuple ainsi
les prairies et les forêts. L'industrie des graines qui volent, qui
roulent, et qui s'élancent, me paraît admirable: mais sans doute ces
mouvemens peuvent s'attribuer à d'autres lois, il faudrait, pour que
votre système eût une certaine force, qu'après avoir rendu raison des
effets ordinaires de la végétation, il en expliquât les phénomènes.

LE VOYAGEUR.

Vous en agissez avec moi comme les dames des anciens chevaliers: quand
ils sortaient du tournoi, elles les envoyaient combattre un Géant ou un
Maure. N'êtes-vous pas contente de savoir que la truffe est un madrépore
de terre? Il a toutes les parties qui lui conviennent, et il ne peut en
avoir d'autres. S'il y a d'autres végétations dans la terre, elles
n'auront de même aucune des parties de celles qui vivent dans l'air. Je
connais une racine et une fleur qui sont pareillement isolées, et par
des raisons semblables: mais il me suffit de vous avoir résolu un fait
inexplicable, la reproduction de la truffe.

LA DAME.

Oh! c'est moi qui l'ai expliqué: mais en voici un dont toutes les lois
de l'hydraulique ne sauraient me rendre raison. Lorsqu'un arbre est
jeune et plein de suc, souvent il continue de pousser des branches et
des feuilles, sans donner de fleurs. Un jardinier expérimenté déterre
une partie de ses racines, et il devient fécond. Pourquoi ne donne-t-il
des fruits que quand il perd sa nourriture?

LE VOYAGEUR.

Les animaux qui ont des vivres en abondance, ne songent point à
s'expatrier; ils cherchent à augmenter les logemens: ils ne fabriquent
que du bois. Dès qu'on leur a coupé les vivres, ils voient qu'il est
temps d'envoyer des colonies s'établir au loin: on ne peut plus
fourrager aux environs de la place.

LA DAME.

Celui-là était trop aisé: en voici un plus difficile. Lorsqu'un arbre a
reçu quelque dommage considérable: par exemple, lorsqu'on lui a enlevé
une partie de son écorce, au printemps il se charge de fleurs, ensuite
de fruits, après quoi il meurt. Pourquoi à la veille de sa ruine
rapporte-t-il plus qu'à l'ordinaire?

LE VOYAGEUR.

Dans l'arbre écorcé, le conseil s'assemble; et voici comme on raisonne:
«On nous a fait une brèche irréparable; nos remparts et nos chemins sont
détruits: nous allons mourir de froid ou de faim, allons-nous-en.» Tout
le monde se met à construire des fleurs; on se retire dans les fruits;
la métropole est abandonnée, et l'arbre meurt l'année suivante.

LA DAME.

Je ne sais par où vous prendre. Il me semble que vous satisfaites à
toutes les difficultés; le système ordinaire en laisse de grandes.
J'avais ouï expliquer le développement des plantes, par l'air qui monte
en ligne droite dans les canaux de la végétation, et cependant j'avais
vu les pivots des pois se recourber vers la terre qu'ils semblent
chercher. J'avais ouï dire que dans les germes, la plante était tout
entière avec ses graines à venir, qui contenaient encore les plantes
futures, ainsi de suite à l'infini; ce qui me paraissait tout-à-fait
incompréhensible.

LE VOYAGEUR.

Il y a un degré en descendant où la matière n'est plus susceptible de
forme; car la forme n'est que les limites de la matière. Si cela n'était
pas, il y aurait autant de matière dans un gland que dans un chêne,
puisqu'il y aurait autant de formes, attendu qu'il y a, dit-on, un chêne
tout entier renfermé dans le gland.

Si on me dit qu'il n'y a que les formes principales, je demanderai où
sont les autres, qui sont toutes essentielles dans un chêne développé.

S'il n'y a que les formes principales, parce que l'espace est trop
petit, celui des seconds glands étant beaucoup plus petit, le nombre des
formes principales doit encore diminuer. Or, toute grandeur qui décroît
vient nécessairement à rien. Dans ces glands imaginaires, qui vont
toujours en diminuant, il y aurait un terme où la race des chênes
devrait s'arrêter et finir.

Voilà, cependant, l'hypothèse dont on s'est servi pour raisonner sur la
végétation. Je suis charmé que vous ayez adopté mes idées.

LA DAME.

Monsieur, point du tout, je vous assure.

LE VOYAGEUR.

Comment! madame, vous n'êtes pas persuadée! Y a-t-il encore quelque
dragon à combattre?

LA DAME.

Un grand scrupule. Je ne saurais imaginer que, pour soutenir ma vie, je
détruise celle d'une infinité d'êtres. Eussiez-vous raison, j'aime mieux
me tromper que de croire une vérité cruelle.

LE VOYAGEUR.

On est sensible quand on est belle; mais voilà la première fois qu'on
rejette un système par compassion. Les anatomistes ont plus de courage;
quand ils en font un, ils tuent tout ce qui leur tombe sous la main. Il
y eut un Anglais qui fit ouvrir toutes les biches pleines d'un grand
parc, pour découvrir les lois de la génération, qu'il n'a point
découvertes.

LA DAME.

Je ne veux point ressembler à ces savans-là. J'aime ceux d'aujourd'hui,
qui recommandent la tolérance et l'humanité, qu'on devrait étendre
jusqu'aux animaux. Je sais bien bon gré à M. de Voltaire d'avoir traité
de barbares ceux qui éventrent un chien vivant pour nous montrer les
veines lactées. Cette idée fait horreur.

LE VOYAGEUR.

Mes expériences n'ont coûté la vie à aucun animal. J'ai même de quoi
vous rassurer; ceux qui vivent dans les fruits échappent à votre
digestion comme à votre vue: n'en avez-vous pas une preuve dans les
oiseaux qui ressèment les graines des fraisiers?

LA DAME.

Je veux vous croire; après tout, si je suis trompée, j'ai été amusée.
Vous m'avez appris sur la nature, des faits plus piquans que les
anecdotes de la société. Nous n'avons ni médit, ni joué; et, ce qui est
plus rare, vous ne m'avez point dit de fadeurs, suivant la coutume de
ceux qui veulent instruire les dames. Le temps a été fort bien employé;
mais j'en dois faire encore un meilleur usage: je vais rejoindre mon
mari et mes chers enfans. Adieu, monsieur le Voyageur.

LE VOYAGEUR lui fait une profonde révérence.

(En s'en allant.)

O le bon coeur! ah la digne femme! Quand en aurai-je une comme celle-là?



EXPLICATION

DE QUELQUES TERMES DE MARINE,

A L'USAGE

DES LECTEURS QUI NE SONT PAS MARINS.


J'ai joint à l'explication de quelques termes nautiques, employés dans
ce Journal, des étymologies qui ne sont point savantes, mais conformes à
l'esprit du peuple. Partout c'est le peuple qui donne le nom aux choses,
et il le prend ordinairement de la partie la plus nécessaire de chaque
objet: ainsi, le bord d'un vaisseau étant sa partie principale,
puisqu'on n'est séparé de la mer que par un _bord_, les marins disent
aller à _bord_, être sur le _bord_, pour dire aller, ou être sur le
_vaisseau_.

Ne dit-on pas: _La maison de Bourbon_ est très-ancienne? Comme la maison
renferme la famille, le peuple a transporté ce nom à ceux qui
l'habitent, à leurs ancêtres, et à leur postérité. Remarquez bien qu'il
n'emploie que le nom des choses qui sont à son propre usage. Pour
désigner _la famille royale_, il ne dit pas l'hôtel, le château, ou le
palais de Bourbon, parce qu'il n'habite lui-même que dans des maisons.

Les Arabes, qui demeurèrent fort long-temps sous des tentes, trouvèrent,
en se fixant dans des maisons, que la _porte_ en était la partie la plus
essentielle: c'était aussi pour ce peuple errant, le lieu le plus
agréable de ce logement; on sortait par-là quand on voulait. Ils ne
donnèrent point le nom de _maison_ à la famille de leurs souverains,
mais celui de _porte_ ottomane.

Je crois les étymologies d'autant plus vraies, qu'elles sont plus
simples. J'en dois quelques-unes au chevalier Grenier, mon ami, officier
de mérite de la marine du roi: je lui fais hommage des meilleures; je
prends les autres pour mon compte.


A.

_Amarrer_. Lier, attacher. Il est probable que les premiers marins
attachaient autour du mât ce qui était susceptible de mouvement. Ulysse,
qui craignait beaucoup les sirènes, se fit attacher au mât. On
_l'amarra_.

_Amurer_ une voile. Attacher la voile contre le bord, qui est aussi le
_mur_ du vaisseau.

_Appareiller_. Partir, s'en aller. Cette manoeuvre se fait avec beaucoup
de préparatif ou _d'appareil_. Tout l'équipage est sur le pont. On lève
l'ancre, on déferle les voiles, on hisse les huniers: tout le monde est
en mouvement.

_Arrimage_. Distribution des marchandises dans la cale, faite de manière
que rien ne se dérange dans les roulis.

_Arriver_ au vent. Lorsqu'un vaisseau reçoit le vent de côté dans ses
voiles, s'il survient un orage imprévu, il obéit pour quelque temps à
l'effort du vent, et lui présente sa poupe. Il reçoit alors le vent par
son arrière. Il se trouve, par cette manoeuvre, dans la direction qui
lui est propre. _Arriver_ signifie ici céder et se remettre dans son
lieu naturel. Ce mot n'a point de relation avec dériver. Souvent un
vaisseau dérive en _arrivant_.

_Artimon_. Mât près du _timon_: il fait venir au vent.

_Aumônier_. Ecclésiastique qui fait les prières et dit la messe.
J'imagine que nos ancêtres étaient fort charitables. Dans leurs courses
de guerre, et quelquefois de brigandage, ils menaient avec eux un
ecclésiastique chargé de faire les _aumônes_. Les vaisseaux ont aussi
des _aumôniers_, quoiqu'il n'y ait point de mendians sur leur chemin.


B.

_Bâbord_. C'est le bord gauche du vaisseau, lorsqu'on est tourné vers
l'avant. _Tribord_ ou _stribord_ est le côté droit.

_Banc-de-quart_. C'est un _banc_ où s'assied l'officier qui commande le
_quart_.

_Bau_ ou _beau_. Un vaisseau a différentes largeurs. Elles se mesurent
entre les couples, qui sont des courbes dont la carène est formée. Ces
pièces sont rares, et les premiers charpentiers ont pu les trouver fort
_belles_. Ils ont pu appeler _beaux_ les espaces compris d'une courbe à
l'autre. Le dernier de ces espaces est sur l'avant.

Voilà une étymologie comme celle de la Beauce. Gargantua, qui la trouva
belle, s'écria: _beau-ce_. Gargantua peut fort bien être une allégorie
du peuple.

_Beaupré_ ou _près du beau_. C'est un mât incliné sur l'avant, au-delà
et près du dernier _beau_. C'est par la même raison qu'aux îles les
charpentiers appellent _benjoin_ un arbre assez commun, dont _le bois
joint bien_.

_Beausoir_ ou _bossoir_. Pièce de bois qu'on pose ou qu'on assied sur le
dernier _bau_: c'est là que s'attachent les ancres.

_Berne_ (Pavillon en.) C'est un pavillon qui n'est plus flottant, et qui
n'est plus en quelque sorte dans ses honneurs. On l'élève à la moitié de
son mât sans le déployer: ce signal ne se fait guère que dans les
dangers.

_Bord_. A été expliqué. On fait des bords ou on louvoie lorsqu'on
présente alternativement un des bords du vaisseau au vent: sa route est
alors en zigzag; cette manoeuvre ne se fait que quand le vent est
contraire.

_Bout dehors_. C'est un _bout_ de mât ou de vergue, qu'on met _dehors_ à
l'extrémité d'une autre vergue.

_Bras_. Ce sont des cordages qui servent à faire mouvoir les vergues à
droite ou à gauche. Ce sont en quelque sorte les bras de l'équipage, qui
n'y saurait autrement atteindre.

_Brasse_. Distance comprise entre les _bras_ étendus d'un homme. Sur
mer, elle est fixée à cinq pieds. Je crois avoir observé que les
matelots ont les bras plus longs et les épaules plus grosses que les
autres hommes. Ils exercent plus leurs bras que leurs jambes.


C.

_Caillebotis_. Ce sont des panneaux de treillage à carreaux vides. On en
ferme l'espace compris entre les gaillards, ce qui forme une espèce de
pont, sous lequel l'air circule. Dans les gros temps on le couvre de
toiles goudronnées, appelées _prélats_. Cette construction est
ingénieuse, et peut-être parviendrait-on à former ainsi tous les ponts
du vaisseau; ce qui donnerait une libre circulation d'air jusque dans la
cale.

On appelle _caillebotte_, en Normandie, le lait _caillé_ et _battu_ qui
forme une espèce de réseau. On appelle aussi _caillebotté_ ou pommelé
ces espaces blancs et bleus qui paraissent au ciel lorsqu'il se dispose
à changer.

_Cale_. Est la partie inférieure du creux d'un vaisseau. C'est le lieu
où l'on met les marchandises. On dit d'un vaisseau qu'il est bien
_calé_, lorsque sa charge est bien distribuée dans sa cale. Pour
l'ordinaire, on met au fond les poids les plus lourds, mais s'il y a une
quantité considérable de fer ou de plomb, les mouvemens du vaisseau sont
trop durs et l'exposent à rompre sa mâture. Il y a encore beaucoup de
précautions à prendre pour l'arrimage. _Le Marquis de Castries_ était
fort mal _calé_.

_Cap_ (avoir le.) Ce mot vient du portugais _il capo_, la tête. Mettre
_le cap_ au nord, c'est tourner la proue du vaisseau, ou _sa tête_ vers
le nord.

_Cape_ (tenir la.) Dans les gros temps, lorsque le vent est contraire,
on ne porte que peu de voiles: ordinairement c'est la misaine. On dirige
_le cap_ du vaisseau le plus près du vent qu'il est possible. Le
vaisseau fatigue beaucoup dans cette position.

_Carguer_. C'est reployer les voiles, sans les lier, le long des
vergues: ce qui se fait au moyen des cargue-fonds, qui sont des cordes
qui retroussent la grande voile à peu près comme les rideaux d'un dais.
Un marin qui verrait lever la toile à l'Opéra dirait qu'on l'a carguée.

_Civadière_. C'est la voile attachée au beaupré.

_Coiffé_ (être.) Lorsque les vents sautent tout à coup de la poupe à la
proue, les voiles sont repoussées contre les mâts, qui en sont, pour
ainsi dire, coiffés: quelquefois on ne peut les descendre ni les manier.
Un vaisseau alors est heureux d'en être quitte pour sa mâture, si le
vent est fort.

_Coq_. Cuisinier des matelots. Ce mot vient évidemment de _coquus_, et
nos traiteurs portent le titre de _maîtres-queux_.

_Courant_. Quoique la mer ressemble à un grand étang, elle est remplie
de courans particuliers. Nous avons peu d'observations sur cet objet, un
des plus essentiels de la navigation. J'en ai vu de fort intéressantes
sur les mers de l'Inde, faites par le chevalier Grenier.


D.

_Déferler les voiles_. Les déployer.

_Degré_. C'est la 360e partie d'un cercle. Sous l'équateur, chaque degré
est de vingt lieues marines, ou de vingt-cinq lieues de France; mais
comme les cercles deviennent plus petits en s'approchant du pôle, les
degrés diminuent à proportion. Les degrés de longitude sont nuls sous le
pôle. Il est très-probable qu'il y a aussi une grande différence entre
les degrés de latitude, surtout si la terre est fort aplatie aux pôles.

_Dériver_. Lorsqu'un vaisseau reçoit le vent de côté, il s'écarte sans
cesse de la ligne droite sur laquelle il dirige sa route. Je ne connais
point de moyen sûr d'évaluer la dérive. Les pilotes y sont souvent
embarrassés: à la fin du voyage ils rejettent leurs erreurs sur les
courans.

_Dunette_. Espèce de tente, d'une charpente légère, sur l'arrière du
vaisseau.


E.

_Écoute_. Ce sont des ouvertures obliques au bord du vaisseau, par où
passent les cordes des voiles inférieures. Ces ouvertures ressemblent à
celles qu'on pratique au mur des parloirs dans les couvents, _pour
écouter_. Comme il y a dans la marine beaucoup de termes portugais, il
n'est pas étonnant qu'il s'y trouve des expressions monastiques.

_Écoutilles_. Sont de grandes ouvertures semblables à des trappes, au
milieu des ponts du vaisseau. C'est par ces portes horizontales qu'on
descend dans les cales.

_Entre-pont_. Dans les premiers vaisseaux, on fit les cales couvertes
d'un seul plancher, qu'on appela un pont. Les matelots logeaient dans la
cale, sous ce pont. Quand on fit de plus grands bâtimens, on trouva plus
commode de séparer l'équipage des marchandises en leur ménageant un
logement _entre_ le _pont_ et la cale.

_Espontille_. Petits pilastres de bois qui supportent les ponts.

_Est_. Le nom d'un des quatre vents principaux. C'est l'orient. On
prétend que _est_ signifie le voilà, en parlant du soleil. _Sud_,
propter _sudorem_, parce qu'à midi le soleil est chaud. _Ouest_. _Où
est-il?_ parce qu'il disparaît au couchant.


F.

_Fasier_. Lorsque le vent, au lieu d'enfler la voile, prend par le côté
et l'agite en différens sens, on dit qu'elle fasie; il vient peut-être
de _phase_, révolution.

_Focs_. Voiles triangulaires disposées entre les mâts: elles ne servent
que quand le vent souffle de côté. Leur nom pourrait bien venir de
_focus_, foyer, soit parce que quelques-unes sont au-dessus des
cuisines, soit parce que, leur plan étant dans l'axe du vaisseau, elles
se trouvent dans les foyers de ses courbes.


G.

_Gaillards_. Ce sont les extrémités du pont supérieur. Celui de
l'arrière s'étend jusqu'au grand mât; celui de l'avant commence au mât
de misaine et va jusqu'à la proue. C'est où se rassemble l'équipage pour
se promener et se réjouir. Il peut avoir la même origine que _galerie_.
Le gaillard d'arrière est réservé aux seuls officiers et passagers, qui
n'en sont pas plus gais.

_Galerie_. Espèce de balcon placé sur l'arrière des grands vaisseaux.
C'est à la fois un ornement et une commodité. Il vient du vieux mot
_gala_; _se galer_, se réjouir.

_Garans_. Sont des cordages qu'on passe, dans le gros temps, à la barre
du gouvernail, pour l'assurer davantage, ou la _garantir_.

_Grains_. Sont de petits orages de peu de durée. Ce sont, en quelque
sorte, des _grains_, ou des parcelles de mauvais temps.

_Grappins_. Ancres des chaloupes. Celles du vaisseau n'ont que deux
becs; celles-ci en ont quatre, ce qui leur donne la forme d'une
_grappe_. Le poids des grosses ancres ne permet pas de leur donner
quatre branches. D'ailleurs, par leur forme, elles pourraient
s'accrocher au bord. Je crois qu'il serait possible d'en faire à trois
becs qui n'auraient pas cette incommodité, et qui auraient toujours
l'avantage d'enfoncer à la fois deux de leurs becs dans le fond.


H.

_Haubans_. Échelles de corde, qui assurent les mâts, par où grimpent les
matelots.

_Hauteur_ (Prendre.) A midi, avec des quarts de cercle, ou plutôt des
huitièmes, appelés octans, on voit à quelle hauteur le soleil est sur
l'horizon. C'est par-là que l'on trouve la latitude.

_Hauts-fonds_. Ce sont les fonds élevés, qui sont couverts de peu d'eau.
La mer, dans ces endroits, change de couleur, et les vagues, aux
environs, sont plus fortes.

_Hisser_. Élever en l'air quelque fardeau au moyen des poulies. Ce nom
vient du bruit même de la manoeuvre. On ne doit pas me chicaner
celui-là. Les Latins appelaient _hiatus_ le choc de deux voyelles.

_Hune_ (Mât de.) Il y a, comme on sait, trois mâts sur les grands
vaisseaux: le grand mât, qui est à peu près au milieu; le mât d'artimon,
qui est sur l'avant. On ne compte pas le beaupré, qui est incliné, et
qui n'est pas _mâté_, c'est-à-dire, perpendiculaire. Le mât de pavillon
ne porte pas de voile.

Les mâts ont une très-grande élévation. Il n'est pas possible de trouver
des pièces de bois d'une longueur suffisante, surtout pour le grand mât
et le mât de misaine, qui ont quelquefois plus de cent trente pieds
d'élévation: on les fait à trois étages. Dans le mât du milieu, l'arbre
inférieur s'appelle le grand mât; le supérieur, grand mât de hune; le
troisième, qui est le plus élevé, grand mât de perroquet. Aux endroits
où ils sont attachés, il y a un espace autour en forme ronde, appelé
hune. Les huniers sont les voiles des mâts de hune.


L.

_Latitude_. On sait que la latitude d'un lieu est sa distance à
l'équateur; et sa longitude, sa distance au premier méridien. Autrefois,
on commençait à le compter du pic de Ténériffe; aujourd'hui chaque
nation maritime fait passer son premier méridien par sa capitale. Il est
bon d'y faire attention, quand on voit des cartes ou des relations
étrangères.

_Ligne_. Il y a des gens simples qui croient qu'on voit la Ligne au
ciel: quelquefois de mauvais plaisans s'amusent, sur le vaisseau, à la
leur faire voir dans une lunette où ils mettent un fil; y a aussi des
marins qui ne savent pas ce que c'est que l'équateur, et qui ne
connaissent la Ligne, que parce qu'elle est marquée d'un trait bien noir
sur leurs cartes.

_Lisses_. Sont des barrières le long des passavans. Ce terme est pris
des tournois. Les chevaliers entraient et sortaient des lisses
(_Lices_.) Il me semble que le nom de garde-fous conviendrait mieux à
des vaisseaux.

_Louvoyer_. Ce mot peut venir de voie et de loup. Les loups s'approchent
de leur proie en se tenant sous le vent, et en s'avançant en zigzag.
Voyez _Bord_.


M.

_Marquis de Castries_. Ce n'est point un nom de marine, mais celui d'un
officier très-respectable: c'était aussi le nom de notre vaisseau.

Le bon Plutarque dit que les Grecs appelaient leurs vaisseaux,
_l'Heureuse-Prévoyance_, _la Double-Sûreté_, _la Bonne-Navigation_. On
peut voir, à ces noms, qu'ils n'étaient pas grands marins: ils avaient
peur.

Les Portugais et les Espagnols ont beaucoup de _Saint-Antoine de
Padoue_, de _Saint-François_, etc.: ils sont dévots.

Les Anglais naviguent sur le _Northumberland_, sur le _Devonshire_, sur
la _Ville-de-Londres_; et les Hollandais ont beaucoup de _Batavia_,
_d'Amsterdam_; ce sont des noms de villes ou de provinces: ils sont
républicains.

J'ai vu des vaisseaux du roi, qui s'appelaient _la Boudeuse_, _l'Heure
du Berger_, _la Brune_ et _la Blonde_, etc. A la bonne heure; ces
noms-là valent bien ceux de _Flore_ ou de _Galatée_; mais pourquoi
prendre pour des noms de guerre, _l'Hector_, _le Sphinx_ ou _l'Hercule_?
N'avons-nous pas _le Turenne_, _le Condé_, _le Richelieu_, _le Sully_,
etc...? Pourquoi ne formons-nous pas des escadres de nos grands hommes?
Il me semble que des noms chers à la nation en redoubleraient le
courage.

On pourrait nommer nos frégates du nom de nos dames célèbres par leur
beauté ou par leur esprit. J'aimerais mieux _la Marquise de Sévigné_,
_de Brionne_, ou _la Comtesse d'Egmont_, que Thétis et toutes ses
Néréides.

_Mât_. Voyez _Hune_.

_Matelots_. Vient de _mât_ et du vieux mot _ost_, troupe, l'ost du mât.
On disait l'ost des Grecs, pour l'armée des Grecs.

_Misaine_ (Voile de.) C'est la plus utile dans les gros temps: elle agit
à l'extrémité du vaisseau, et le fait obéir promptement à l'action du
gouvernail.

_Mouiller_. Jeter l'ancre à la mer. On dit aussi _mouiller_ l'ancre.


P.

_Panne_ (Mettre en.) Lorsqu'un vaisseau veut s'arrêter sans mouiller son
ancre, il cargue ses basses voiles; il dispose les voiles de l'avant, de
manière que le vent les coiffe contre le mât, tandis qu'il enfle celles
de l'arrière. Dans cette situation, le vent fait, sur la voilure, deux
efforts contraires qui se compensent. Le vaisseau reste comme immobile.

_Perroquet_. C'est la voile supérieure aux huniers. De loin, cette
petite voile, surmontée de la girouette, a quelque ressemblance avec cet
oiseau.

_Perruche_. C'est une voile placée au-dessus du perroquet. Il n'y a que
les grands vaisseaux qui en fassent usage. Ces deux petites voilures
sont d'une médiocre utilité. Elles sont à l'extrémité d'un trop grand
levier, et leur effort ne sert guère qu'à faire ployer le mât en avant;
il vaudrait mieux augmenter la largeur des voiles, que leur élévation.

_Plat-bord_. C'est la partie du pont qui avoisine le bord. Le bord du
vaisseau est, en quelque sorte, perpendiculaire. Le pont, qui, dans un
sens, est aussi un _bord_, est dans une situation horizontale ou à
_plat_.

_Plus près_ (Être au.) Lorsque le vent vient du point même où le
vaisseau veut aller, on dispose la voilure de manière à s'approcher du
vent le _plus près_ qu'on peut.

_Pont_. C'est le plancher du vaisseau; il est un peu convexe, pour
l'écoulement de l'eau. Un vaisseau à trois ponts, est celui dont le
creux est divisé en trois étages.


Q.

_Quarts_. On devrait plutôt dire des _quints_. Sur mer, on divise le
jour de vingt-quatre heures en cinq portions appelées _quarts_. Le
premier commence depuis midi jusqu'à six heures. Le second, depuis six
heures jusqu'à minuit. Les trois derniers quarts sont formés des douze
heures qui restent, et chacun d'eux est de quatre heures. L'équipage,
partagé en deux brigades, veille et se relève alternativement.


R.

_Récifs_. Sont des rochers à fleur d'eau, où la mer brise, et où les
vaisseaux se mettent en pièces quand ils y échouent. Ce mot peut venir
du latin _rescindere_, couper, trancher. Il y a des _récifs_ sur la côte
de Bretagne, qu'on appelle les _charpentiers_.

_Ris_. On devrait dire des _rides_. On prend des _ris_ dans le hunier,
lorsqu'on ride une partie de cette voile sur sa vergue, quand la
violence du vent ne permet pas de l'exposer tout entière.

_Roulis_. Balancement d'un vaisseau sur sa largeur. Le _tangage_ est son
balancement sur sa longueur. Un vaisseau _roule_ vent arrière; il
_tangue_ au plus près. Le premier mouvement est moins dangereux; le
second fatigue beaucoup la quille et la _mâture_.


S.

_Sabords_. Sont des ouvertures par où passent les canons. Ce mot peut
venir de _sas_ et de _bord_, trous ou pertuis au bord. En quelques
endroits on appelle _sas_, un crible: on dit sasser la farine.

_Sainte-Barbe_. C'est le nom de la patronne et du lieu où l'on met les
poudres. C'était une martyre qui fut renfermée dans le souterrain d'une
tour. Comme nous y logeons aussi nos poudres, nos canonniers les ont
mises sous sa protection. Ils la représentent aux genoux de son père
armé d'un grand sabre, dont il va lui couper la tête, au pied d'une tour
dont la plate-forme est couverte d'artillerie. Ce fait, que l'on
rapporte, je crois, au temps de Dioclétien, est contredit par la nature,
et ces tableaux par le costume.


T.

_Tangage_. Voyez _Roulis_.

_Tribord_. Voyez _Bâbord_.


V.

_Vent_ (Venir au.) Lorsqu'un vaisseau a trop de voilure sur l'arrière,
sa proue vient dans le vent. Les voiles du mât d'artimon contribuent
beaucoup à ce mouvement.

_Vergue_. De _virga_, verge ou branche. Les vergues du mât sont comme
les branches d'un arbre.

_Virer_. Tourner. On vire le câble; on vire de bord. Comme ces
manoeuvres emploient beaucoup d'efforts, il y a apparence que _virer_
vient de _vis_, force, dont on a fait aussi _vir_ un homme.


Y.

_Yole_. Petite chaloupe fort légère et jolie. Ce nom-là pourrait fort
bien venir du grec. Je n'en serais pas fâché pour l'honneur de notre
marine. C'est la seule science qui ait emprunté ses termes des barbares
du nord ou des Portugais. Si quelque savant veut se donner la peine de
rechercher cette origine, je le prie de faire attention qu'Hercule fut
un des premiers marins, et que son ami Iolas était avec lui.

Je ne garantis aucune de ces étymologies; mais elles ont cela de
commode, qu'en rapprochant le nom des choses, de leurs usages, elles les
expliquent; et c'est ce que je me suis proposé.



VOYAGE EN SILÉSIE.


Lorsque je revenais de Russie en France, je me trouvai avec un bon
nombre de voyageurs de différentes nations, sur le chariot de poste qui
mène de Riga à Breslau. Nous étions rangés deux à deux, assis sur des
bancs de bois, nos malles sous nos pieds, le ciel sur nos têtes,
voyageant jour et nuit, exposés à toutes les injures de l'air, et ne
trouvant dans les auberges de la route que du pain noir, de l'eau-de-vie
de grain, et du café. Telle est la manière de voyager en Russie, en
Prusse, en Pologne, et dans la plupart des pays du Nord. Après avoir
traversé, tantôt de grandes forêts de sapins et de bouleaux, tantôt des
campagnes sablonneuses, nous entrâmes dans des montagnes couvertes de
hêtres et de chênes, qui séparent la Pologne de la Silésie.

Quoique mes compagnons de voyage sussent le français, langue aujourd'hui
universelle en Europe, ils parlaient fort peu. Un matin au lever de
l'aurore, nous nous trouvâmes sur une colline auprès d'un château situé
dans une position charmante. Plusieurs ruisseaux circulaient à travers
ses longues avenues de tilleuls, et formaient, au bas, des îles plantées
de vergers au milieu des prairies. Au loin, autant que la vue pouvait
s'étendre, nous apercevions les riches campagnes de la Silésie,
couvertes de moissons, de villages, et de maisons de plaisance arrosées
par l'Oder, qui les traversait comme un ruban d'argent et d'azur. «Oh!
la belle vue! s'écria un peintre italien qui allait à Dresde; il me
semble voir le Milanais.» Un astronome de l'académie de Berlin se mit à
dire: «Voilà de grandes plaines, on pourrait y tracer une longue base,
et par ces clochers avoir une belle suite de triangles.» Un baron
autrichien, souriant dédaigneusement, répondit au géomètre: «Sachez que
cette terre est des plus nobles d'Allemagne; tous ces clochers que vous
voyez là-bas en dépendent.--Cela étant, repartit un marchand suisse, les
habitans y sont donc serfs. Par ma foi, c'est un pauvre pays.» Un
officier hussard prussien, qui fumait sa pipe, la retira gravement de sa
bouche, et se mit à dire d'un ton ferme: «Personne ici ne relève que du
roi de Prusse. Il a délivré les Silésiens du joug de l'Autriche et de
ses nobles. Je me souviens qu'il nous a fait camper ici il y a quatre
ans. Oh! les belles campagnes pour donner une bataille! j'établirais mes
magasins dans le château, et mon artillerie sur ses terrasses. Je
borderais la rivière avec mon infanterie, je mettrais ma cavalerie sur
les ailes; et avec trente mille hommes j'attendrais ici toutes les
forces de l'empire. Vive Frédéric!» A peine s'était-il remis à fumer,
qu'un officier russe prit la parole. «Je ne voudrais pas, dit-il, vivre
dans un pays comme la Silésie, ouvert à toutes les armées. Nos cosaques
l'ont ravagée dans la dernière guerre, et sans nos troupes réglées qui
les continrent, ils n'y auraient pas laissé une chaumière debout. C'est
encore pis à présent. Les paysans peuvent y plaider contre leurs
seigneurs. Les bourgeois y ont même de plus grands priviléges dans leurs
municipalités. J'aime mieux les environs de Moscou.» Un jeune étudiant
de Leipsick répondit aux deux officiers: «Messieurs, comment pouvez-vous
parler de guerre dans des lieux si charmans? Permettez-moi de vous
apprendre que le nom même de Silésie vient de _Campi Elysii_, Champs
Élysiens. Il vaut mieux s'écrier avec Virgile:

                    ... Lycori,
    ... Hîc ipso tecum consumerer ævo.

ô Lycoris! c'est ici, qu'avec toi, je voudrais être dissous par le
temps.» A ces mots, prononcés avec chaleur, une aimable marchande de
modes de Paris, que l'ennui du voyage avait endormie, se réveilla, et à
la vue de ce beau paysage, s'écria à son tour: «Oh le délicieux pays! il
n'y manque que des Français. Qu'avez-vous à soupirer, dit-elle à un
jeune rabbin qui était à ses côtés?--Voyez, dit le docteur juif, cette
montagne là-bas avec sa pointe, elle ressemble au mont Sinaï.» Tout le
monde se mit à rire. Mais un vieux ministre luthérien d'Erfurt, en Saxe,
fronça le sourcil, et dit en colère: «La Silésie est une terre maudite,
puisque la vérité en est bannie. Elle est sous le joug du papisme. Vous
verrez, à l'entrée de Breslau, le palais des anciens ducs de Silésie,
qui sert aujourd'hui de collége aux jésuites, quoique chassés de toute
l'Europe.» Un gros marchand hollandais, pourvoyeur de l'armée prussienne
dans la dernière guerre, lui repartit: «Comment pouvez-vous appeler
maudite une terre couverte de tant de biens? Le roi de Prusse a fort
bien fait de conquérir la Silésie; c'est le plus beau fleuron de sa
couronne. J'y aimerais mieux un arpent de jardin, qu'un mille carré dans
la Marche sablonneuse de Brandebourg.» Nous arrivâmes, ainsi disputant,
à Breslau, où nous mîmes pied à terre dans une fort belle auberge. En
attendant le dîner, on parla du maître du château. Le ministre saxon
assura que c'était un scélérat, qui commandait l'artillerie prussienne
au siége de Dresde; qu'il avait écrasé, avec des bombes empoisonnées,
cette malheureuse ville, dont la moitié des maisons était encore
abattue, et qu'il n'avait acquis sa terre que par des contributions
levées en Saxe. «Vous vous trompez, répondit le baron; il ne l'a eue que
par son mariage avec une comtesse autrichienne, qui s'est mésalliée en
l'épousant. Sa femme est aujourd'hui bien à plaindre: aucun de ses
enfans ne pourra entrer dans les chapitres nobles de l'Allemagne, car
leur père n'est qu'un officier de fortune.--Ce que vous dites là, reprit
le hussard prussien, lui fait honneur, et il en serait comblé
aujourd'hui en Prusse, s'il ne l'avait perdu en sortant, à la paix, du
service du roi, c'est un officier qui ne peut plus se montrer.» L'hôte,
qui faisait mettre le couvert, dit: «Messieurs, on voit bien que vous ne
connaissez pas le seigneur dont vous parlez; c'est un homme aimé et
considéré de tout le monde: il n'y a pas un mendiant dans ses domaines.
Quoique catholique, il secourt les pauvres passans, de quelque pays et
religion qu'ils soient. S'ils sont saxons, il les loge et les nourrit
pendant trois jours, en compensation du mal qu'il a été obligé de leur
faire pendant la guerre. Il est adoré de sa femme et de ses
enfans.--Apprenez, répondit à l'hôte le ministre luthérien, qu'il n'y a
ni charité ni vertu dans sa communion. Tout son fait est pure
hypocrisie, comme les vertus des païens et des papistes.»

Nous avions parmi nous plusieurs catholiques qui allaient élever une
terrible dispute; lorsque l'hôte s'étant mis à la principale place de la
table, suivant l'usage de l'Allemagne, fit servir le dîner. Alors on
garda un profond silence, et chacun se mit à boire et à manger en
voyageur. On fit fort bonne chère. On servit au dessert des pêches, des
raisins et des melons. L'hôte dit alors à sa femme d'apporter, en
attendant le café, quelques bouteilles de vin de Champagne, dont il
voulait régaler la compagnie en l'honneur, dit-il, du seigneur du
château, auquel il avait des obligations particulières. Les bouteilles
étant arrivées, il les posa auprès de la dame française, en la priant
d'en faire les honneurs. La joie parut alors sur tous les visages, et la
conversation se ranima. Ma compatriote présenta à l'hôte le premier
verre de son vin, en lui disant qu'on était aussi bien traité chez lui
que dans les meilleures auberges de Paris, et qu'elle n'avait point
connu de Français qui le surpassât en galanterie. L'officier russe
convint qu'il y avait plus de fruits à Breslau qu'à Moscou; il compara
la Silésie à la Livonie pour la fertilité; et il ajouta que la liberté
des paysans rendait un pays mieux cultivé, et leur seigneur plus
heureux. L'astronome observa que Moscou était à peu près à la même
latitude que Breslau, et par conséquent susceptible des mêmes
productions. L'officier hussard dit: «En vérité, je trouve que le
seigneur du château, sur les terres duquel nous avons passé, a fort bien
fait de quitter le service. Après tout, notre grand Frédéric, après
avoir fait glorieusement la guerre, passe une partie de son temps à
jardiner et à cultiver lui-même des melons à Sans-Souci.» Tout le monde
fut de l'avis du hussard. Le ministre saxon même se mit à dire que la
Silésie était une belle et bonne province, que c'était dommage qu'elle
fût dans l'erreur; mais qu'il ne doutait pas que la liberté de
conscience étant établie dans les états du roi de Prusse, tous les
habitans, et surtout le maître du château, ne se rendissent à la vérité,
et n'embrassassent la confession d'Ausbourg: «car, ajouta-t-il, Dieu ne
laisse point une bonne action sans récompense, et c'en est une qu'on ne
peut trop louer dans un militaire qui a fait du mal aux gens de mon pays
pendant la guerre, de leur faire du bien pendant la paix.» L'hôte alors
proposa de boire à la santé de ce brave seigneur, ce qui fut exécuté aux
applaudissemens de toute la compagnie.

Il n'y eut pas jusqu'au jeune rabbin qui ne voulût aussi trinquer avec
elle. Il dînait seul et tristement, de ses provisions, dans un coin de
la salle, suivant la coutume des juifs en voyage; il se leva, et vint
présenter sa grande tasse de cuir à la dame, qui la lui remplit jusqu'au
bord. Il la vida d'un seul trait; alors elle lui dit: «Que vous en
semble, docteur? La terre qui produit de si bon vin ne vaut-elle pas
bien la terre promise?--Sans doute, madame, répondit-il, d'un air riant,
surtout quand ce bon vin est versé par d'aussi jolies mains.--Souhaitez
donc, lui dit-elle, que votre messie naisse en France, afin qu'il y
rassemble vos tribus de toutes les parties du monde.--Plût à Dieu!
repartit l'israélite; mais auparavant il faudrait qu'il fît la conquête
de l'Europe, où nous sommes presque partout si misérables. Il faudrait
que ce fût un nouveau Cyrus, qui en forçât les différens peuples de
vivre en paix entre eux et avec le genre humain.--Dieu vous entende!
s'écrièrent la plupart des convives.»

J'admirais la variété d'opinions de tant de personnes qui disputaient
avant de se mettre à table, et qui étaient d'un si parfait accord
lorsqu'elles en sortaient. J'en conclus que l'homme était méchant dans
le malheur, car c'en est un pour bien des gens d'être à jeun; et qu'il
était bon dans le bonheur, car, quand il a bien dîné, il est en paix
avec tout le monde, comme le sauvage de Jean-Jacques.

J'en tirai une autre conséquence plus importante, c'est que toutes ces
opinions qui avaient pour la plupart ébranlé la mienne tour à tour,
venaient uniquement des éducations différentes de mes compagnons de
voyage; et je ne doutai pas que chacun d'eux ne retournât à la sienne
quand il serait de sang-froid.

Désirant fixer mon jugement sur les sujets de la conversation, je
m'adressai à un voisin qui avait constamment gardé le silence, et
m'avait paru d'une humeur toujours égale: «Que pensez-vous, lui dis-je,
de la Silésie, et du seigneur du château?--La Silésie, me répondit-il,
est un fort bon pays, puisqu'elle produit des fruits en abondance; et le
seigneur du château est un excellent homme, puisqu'il fait du bien à
tous les malheureux. Quant à la manière d'en juger, elle diffère dans
chaque individu, suivant sa religion, sa nation, son état, son
tempérament, son sexe, son âge, la saison de l'année, l'heure même du
jour, et surtout d'après l'éducation qui donne la première et la
dernière teinture à nos jugemens; mais quand on rapporte tout au bonheur
du genre humain, on est sûr de juger comme Dieu agit. C'est sur la
raison générale de l'univers que nous devons régler nos raisons
particulières, comme nous réglons nos montres sur le soleil.»

Depuis cette conversation, j'ai tâché de juger de tout comme ce
philosophe; j'ai trouvé même qu'il en était de notre globe et de ses
habitans comme de la Silésie: chacun s'en fait une idée d'après son
éducation. Les astronomes n'y voient qu'un globe fait en fromage de
Hollande, qui tourne autour du soleil avec quelques newtoniens; les
militaires, des champs de bataille et des grades; les nobles, des terres
seigneuriales et des vassaux; les prêtres, des communians et des
excommuniés; les marchands, des branches de commerce et de l'argent; les
peintres, des paysages; les épicuriens, des paradis terrestres. Mais le
philosophe le considère par ses relations avec les besoins des hommes,
et les hommes eux-mêmes par celles qu'ils ont entre eux.



LE CAFÉ DE SURATE.


Il y avait à Surate un café où beaucoup d'étrangers s'assemblaient
l'après-midi. Un jour il y vint un seidre persan, ou docteur de la loi,
qui avait écrit toute sa vie sur la théologie, et qui ne croyait plus en
Dieu. Qu'est-ce que Dieu? disait-il; d'où vient-il? qu'est-ce qui l'a
créé? où est-il? Si c'était un corps, on le verrait: si c'était un
esprit, il serait intelligent et juste; il ne permettrait pas qu'il y
eût des malheureux sur la terre. Moi-même, après avoir tant travaillé
pour son service, je serais pontife à Ispahan, et je n'aurais pas été
forcé de m'enfuir de la Perse après avoir cherché à éclairer les hommes.
Il n'y a donc point de Dieu. Ainsi le docteur, égaré par son ambition, à
force de raisonner sur la première raison de toutes choses, était venu à
perdre la sienne, et à croire que c'était non sa propre intelligence qui
n'existait plus, mais celle qui gouverne l'univers. Il avait pour
esclave un Cafre presque nu, qu'il laissa à la porte du café. Pour lui,
il fut se coucher sur un sofa, et il prit une tasse de coquenar ou
d'opium. Lorsque cette boisson commença à échauffer son cerveau, il
adressa la parole à son esclave, qui était assis sur une pierre au
soleil, occupé à chasser les mouches qui le dévoraient, et lui dit:
Misérable noir! crois-tu qu'il y ait un Dieu? Qui peut en douter? lui
répondit le Cafre. En disant ces mots, le Cafre tira d'un lambeau de
pagne qui lui ceignait les reins, un petit marmouset de bois, et dit:
Voilà le dieu qui m'a protégé depuis que je suis au monde; il est fait
d'une branche de l'arbre fétiche de mon pays. Tous les gens du café ne
furent pas moins surpris de la réponse de l'esclave que de la question
de son maître.

Alors un brame haussant les épaules, dit au nègre: Pauvre imbécille!
comment! tu portes ton dieu dans ta ceinture! Apprends qu'il n'y a point
d'autre dieu que Brama, qui a créé le monde, et dont les temples sont
sur les bords du Gange. Les brames sont ses seuls prêtres, et c'est par
sa protection particulière qu'ils subsistent depuis cent vingt mille
ans, malgré toutes les révolutions de l'Inde. Aussitôt un courtier juif
prit la parole, et dit: Comment les brames peuvent-ils croire que Dieu
n'a de temples que dans l'Inde, et qu'il n'existe que pour leur caste?
Il n'y a d'autre Dieu que celui d'Abraham, qui n'a d'autre peuple que
celui d'Israël. Il le conserve, quoique dispersé par toute la terre,
jusqu'à ce qu'il l'ait rassemblé à Jérusalem pour lui donner l'empire
des nations, lorsqu'il y aura relevé son temple, jadis la merveille de
l'univers. En disant ces mots, l'Israélite versa quelques larmes. Il
allait parler encore, lorsqu'un Italien en robe bleue lui dit en colère:
Vous faites Dieu injuste, en disant qu'il n'aime que le peuple d'Israël.
Il l'a rejeté depuis plus de dix-sept cents ans, comme vous en pouvez
juger par sa dispersion même. Il appelle aujourd'hui tous les hommes
dans l'église romaine, hors laquelle il n'y a point de salut. Un
ministre protestant, de la mission danoise de Trinquebar, répondit en
pâlissant au missionnaire catholique: Comment pouvez-vous restreindre le
salut des hommes à votre communion idolâtre? apprenez qu'il n'y aura de
sauvés que ceux qui, suivant l'Évangile, adorent Dieu en esprit, et en
vérité, sous la loi de Jésus. Alors un Turc, officier de la douane de
Surate, qui fumait sa pipe, dit aux deux chrétiens d'un air grave:
Padres, comment pouvez-vous borner la connaissance de Dieu à vos
églises? la loi de Jésus a été abolie depuis l'arrivée de Mahomet, le
paraclet prédit par Jésus lui-même, le verbe de Dieu. Votre religion ne
subsiste plus que dans quelques royaumes, et c'est sur ses ruines que la
nôtre s'est élevée dans la plus belle portion de l'Europe, de l'Afrique,
de l'Asie, et de ses îles. Elle est aujourd'hui assise sur le trône du
Mogol, et se répand jusque dans la Chine, ce pays de lumières. Vous
reconnaissez vous-même la réprobation des Juifs à leur humiliation;
reconnaissez donc la mission du prophète à ses victoires. Il n'y aura de
sauvés que les amis de Mahomet et d'Omar; car pour ceux qui suivent Ali,
ce sont des infidèles. A ces mots, le seidre qui était de Perse, où le
peuple suit la secte d'Ali, se mit à sourire; mais il s'éleva une grande
querelle dans le café, à cause de tous les étrangers qui étaient de
diverses religions, et parmi lesquels il y avait encore des chrétiens
abyssins, des Cophtes, des Tartares lamas, des Arabes ismaélites, et des
Guèbres ou adorateurs du feu. Tous disputaient sur la nature de Dieu et
sur son culte, chacun soutenant que la véritable religion n'était que
dans son pays.

Il y avait là un lettré de la Chine, disciple de Confucius, qui
voyageait pour son instruction. Il était dans un coin du café, prenant
du thé, écoutant tout et ne disant mot. Le douanier turc, s'adressant à
lui, lui cria d'une voix forte: Bon Chinois, qui gardez le silence, vous
savez que beaucoup de religions ont pénétré à la Chine. Des marchands de
votre pays, qui avaient besoin ici de mes services, me l'ont dit, en
m'assurant que celle de Mahomet était la meilleure. Rendez comme eux
justice à la vérité: que pensez-vous de Dieu et de la religion de son
prophète? Il se fit alors un grand silence dans le café. Le disciple de
Confucius, ayant retiré ses mains dans les larges manches de sa robe, et
les ayant croisées sur sa poitrine, se recueillit en lui-même, et dit
d'une voix douce et posée: Messieurs, si vous me permettez de vous le
dire, c'est l'ambition qui empêche, en toutes choses, les hommes d'être
d'accord; si vous avez la patience de m'entendre, je vais vous en citer
un exemple qui est encore tout frais à ma mémoire. Lorsque je partis de
la Chine pour venir à Surate, je m'embarquai sur un vaisseau anglais qui
avait fait le tour du monde. Chemin faisant, nous jetâmes l'ancre sur la
côte orientale de Sumatra. Sur le midi, étant descendus à terre avec
plusieurs gens de l'équipage, nous fûmes nous asseoir sur le bord de la
mer, près d'un petit village, sous des cocotiers, à l'ombre desquels se
reposaient plusieurs hommes de divers pays. Il y vint un aveugle qui
avait perdu la vue à force de contempler le soleil. Il avait eu
l'ambitieuse folie d'en comprendre la nature, afin de s'en approprier la
lumière. Il avait tenté tous les moyens de l'optique, de la chimie, et
même de la nécromancie, pour renfermer un de ses rayons dans une
bouteille; n'ayant pu en venir à bout, il disait: La lumière du soleil
n'est point un fluide, car elle ne peut être agitée par le vent; ce
n'est point un solide, car on ne peut en détacher des morceaux; ce n'est
point un feu, car elle ne s'éteint point dans l'eau; ce n'est point un
esprit, puisqu'elle est visible; ce n'est point un corps, puisqu'on ne
peut le manier; ce n'est pas même un mouvement, puisqu'elle n'agite pas
les corps les plus légers: ce n'est donc rien du tout. Enfin, à force de
contempler le soleil et de raisonner sur sa lumière, il en avait perdu
les yeux, et qui pis est, la raison. Il croyait que c'était non pas sa
vue, mais le soleil qui n'existait plus dans l'univers. Il avait pour
conducteur un nègre qui, ayant fait asseoir son maître à l'ombre d'un
cocotier, ramassa par terre un de ses cocos et se mit à faire un lampion
avec sa coque, une mèche avec son caire, et à exprimer de sa noix un peu
d'huile pour mettre dans son lampion. Pendant que le nègre s'occupait
ainsi, l'aveugle lui dit en soupirant: Il n'y a donc plus de lumière au
monde? Il y a celle du soleil, répondit le nègre. Qu'est-ce que le
soleil? reprit l'aveugle. Je n'en sais rien, répondit l'Africain, si ce
n'est que son lever est le commencement de mes travaux, et son coucher
en est la fin. Sa lumière m'intéresse moins que celle de mon lampion,
qui m'éclaire dans ma case: sans elle, je ne pourrais vous servir
pendant la nuit. Alors, montrant son petit coco, il dit: Voilà mon
soleil. A ce propos, un homme du village qui marchait avec des
béquilles, se mit à rire; et croyant que l'aveugle était un aveugle-né,
il lui dit: Apprenez que le soleil est un globe de feu qui se lève tous
les jours dans la mer, et qui se couche tous les soirs à l'occident dans
les montagnes de Sumatra. C'est ce que vous verriez vous-même, ainsi que
nous tous, si vous jouissiez de la vue. Un pêcheur prit alors la parole
et dit au boiteux: On voit bien que vous n'êtes jamais sorti de votre
village. Si vous aviez des jambes, et que vous eussiez fait le tour de
l'île de Sumatra, vous sauriez que le soleil ne se couche point dans ses
montagnes; mais il sort tous les matins de la mer, et il y rentre tous
les soirs pour se rafraîchir; c'est ce que je vois tous les jours le
long des côtes. Un habitant de la presqu'île de l'Inde dit alors au
pêcheur: Comment un homme qui a le sens commun peut-il croire que le
soleil est un globe de feu, et que chaque jour il sort de la mer, et
qu'il y rentre sans s'éteindre? Apprenez donc que le soleil est une
deuta ou divinité de mon pays, qu'il parcourt tous les jours le ciel sur
un char, tournant autour de la montagne d'Or de Merouwa; que lorsqu'il
s'éclipse, c'est qu'il est englouti par les serpens ragou et kétou, dont
il n'est délivré que par les prières des Indiens sur les bords du Gange.
C'est une ambition bien folle à un habitant de Sumatra de croire qu'il
ne luit que sur l'horizon de son île; elle ne peut entrer que dans la
tête d'un homme qui n'a navigué que dans une pirogue. Un Lascar, patron
d'une barque de commerce qui était à l'ancre, prit alors la parole, et
dit: C'est une ambition encore plus folle de croire que le soleil
préfère l'Inde à tous les pays du monde. J'ai voyagé dans la mer Rouge,
sur les côtes de l'Arabie, à Madagascar, aux îles Moluques et aux
Philippines; le soleil éclaire tous ces pays, ainsi que l'Inde. Il ne
tourne point autour d'une montagne; mais il se lève dans les îles du
Japon, qu'on appelle pour cette raison Jepon ou Gé-puen, naissance du
soleil, et il se couche bien loin à l'occident, derrière les îles
d'Angleterre. J'en suis bien sûr, car je l'ai ouï dire dans mon enfance
à mon grand-père, qui avait voyagé jusqu'aux extrémités de la mer. Il
allait en dire davantage, lorsqu'un matelot anglais de notre équipage
l'interrompit, en disant: Il n'y a point de pays où l'on connaisse mieux
le cours du soleil qu'en Angleterre: apprenez donc qu'il ne se lève et
ne se couche nulle part. Il fait sans cesse le tour du monde; et j'en
suis bien certain, car nous venons de le faire aussi, et nous l'avons
rencontré partout. Alors, prenant un rotin des mains d'un des auditeurs,
il traça un cercle sur le sable, tâchant de leur expliquer le cours du
soleil d'un tropique à l'autre; mais n'en pouvant venir à bout, il prit
à témoin de tout ce qu'il voulait dire le pilote de son vaisseau. Ce
pilote était un homme sage qui avait entendu toute la dispute sans rien
dire, mais quand il vit que tous les auditeurs gardaient le silence pour
l'écouter, il prit alors la parole, et leur dit: «Chacun de vous trompe
les autres, et en est trompé. Le soleil ne tourne point autour de la
terre, mais c'est la terre qui tourne autour de lui, lui présentant tour
à tour en vingt-quatre heures, les îles du Japon, les Philippines, les
Moluques, Sumatra, l'Afrique, l'Europe, l'Angleterre, et bien d'autres
pays. Le soleil ne luit point seulement pour une montagne, une île, un
horizon, une mer, ni même pour la terre; mais il est au centre de
l'univers, d'où il éclaire avec elle cinq autres planètes qui tournent
aussi autour de lui, et dont quelques-unes sont bien plus grosses que la
terre, et bien plus éloignées qu'elle du soleil. Tel est entre autres
Saturne, de trente mille lieues de diamètre, et qui en est à deux cent
quatre-vingt-cinq millions de lieues de distance. Je ne parle pas des
lunes qui renvoient aux planètes éloignées du soleil sa lumière, et qui
sont en bon nombre. Chacun de vous aurait une idée de ces vérités, s'il
jetait seulement, la nuit, les yeux au ciel, et s'il n'avait pas
l'ambition de croire que le soleil ne luit que pour son pays.» Ainsi
parla, au grand étonnement de ses auditeurs, le pilote qui avait fait le
tour du monde et observé les cieux.

Il en est de même, ajouta le disciple de Confucius, de Dieu comme du
soleil. Chaque homme croit l'avoir à lui seul, dans sa chapelle, ou au
moins dans son pays. Chaque peuple croit renfermer dans ses temples
celui que l'univers visible ne renferme pas. Cependant, est-il un temple
comparable à celui que Dieu lui-même a élevé pour rassembler tous les
hommes dans la même communion? Tous les temples du monde ne sont faits
qu'à l'imitation de celui de la nature. On trouve, dans la plupart, des
lavoirs ou bénitiers, des colonnes, des voûtes, des lampes, des statues,
des inscriptions, des livres de la loi, des sacrifices, des autels et
des prêtres. Mais dans quel temple y a-t-il un bénitier aussi vaste que
la mer, qui n'est point renfermée dans une coquille? d'aussi belles
colonnes que les arbres des forêts, ou ceux des vergers chargés de
fruits? une voûte aussi élevée que le ciel, et une lampe aussi éclatante
que le soleil? Où verra-t-on des statues aussi intéressantes que tant
d'êtres sensibles qui s'aiment, qui s'entr'aident et qui parlent? des
inscriptions aussi intelligibles et plus religieuses que les bienfaits
mêmes de la nature? un livre de la loi aussi universel que l'amour de
Dieu fondé sur notre reconnaissance, et que l'amour de nos semblables
sur nos propres intérêts? des sacrifices plus touchans que ceux de nos
louanges pour celui qui nous a tout donné, et de nos passions pour ceux
avec lesquels nous devons tout partager? enfin un autel aussi saint que
le coeur de l'homme de bien, dont Dieu même est le pontife? Ainsi, plus
l'homme étendra loin la puissance de Dieu, plus il approchera de sa
connaissance; et plus il aura d'indulgence pour les hommes, plus il
imitera sa bonté. Que celui donc qui jouit de la lumière de Dieu
répandue dans tout l'univers, ne méprise pas le superstitieux qui n'en
aperçoit qu'un petit rayon dans son idole, ni même l'athée qui en est
tout-à-fait privé, de peur qu'en punition de son orgueil, il ne lui
arrive comme à ce philosophe qui, voulant s'approprier la lumière du
soleil, devint aveugle, et se vit réduit, pour se conduire, à se servir
du lampion d'un nègre.

Ainsi parla le disciple de Confucius; et tous les gens du café qui
disputaient sur l'excellence de leurs religions, gardèrent un profond
silence.



DIALOGUE

SUR

LA CRITIQUE ET LES JOURNAUX.


Un jour je vis entrer chez moi un jeune homme de mes amis, qui se
destine aux lettres; il tenait à sa main un journal. Quoique
naturellement gai, il avait l'air sombre.

MOI.

Que m'apportez-vous là? lui dis-je.

MON AMI.

Une nouvelle méchanceté du journal des Débats: vous en êtes l'objet.

MOI.

Vous me surprenez. J'ai toujours cru son rédacteur bien disposé pour mes
ouvrages.

MON AMI.

Avez-vous été le voir à l'occasion de votre nouvelle édition?

MOI.

Non, je ne l'ai même jamais vu. Il est journaliste; et j'ai pour maxime
que quand on donne à un particulier le pouvoir de nous honorer, on lui
donne en même temps celui de nous déshonorer.

MON AMI.

Lisez, lisez; vous verrez comme il parle de vous. Il dit que vous n'êtes
propre qu'à faire des romans; que votre Théorie des Marées n'est qu'un
roman; que vous avez la manie d'en parler sans cesse; que vos principes
de morale sont exagérés; que vous n'avez aucune connaissance en
politique. Pardonnez-moi si je répète ses injures, mais j'en suis
indigné. Ce sont des personnalités dont vous devez faire justice.

MOI.

Je lis rarement ce journal, parce que je trouve sa critique amère, et
souvent injuste. Son rédacteur est d'ailleurs un homme d'esprit; mais
ses satires répugnent à mes principes de morale; voilà peut-être
pourquoi il les trouve exagérés. Quant à mon ignorance en politique, il
n'est guère question de cette science moderne dans mes Études de la
Nature. Mais pourquoi en a-t-il parlé?

MON AMI.

C'est peut-être que vos ennemis lui auront dit que vous ambitionniez
quelque place.

MOI.

Voyons donc ce redoutable feuilleton; et après l'avoir lu tout entier:
Je ne trouve pas, lui dis-je que j'aie tant à m'en plaindre. D'abord il
commence par me blâmer, et finit par me louer. Celui qui veut nuire fait
précisément le contraire; il loue au commencement, et blâme à la fin. Le
premier paraît un ennemi impartial, qui est forcé enfin de reconnaître
vos bonnes qualités; le second semble être un ami équitable qui ne
demande qu'à vous louer, mais qui est contraint ensuite d'avouer vos
défauts par le sentiment de la justice. L'un et l'autre savent bien que
la dernière impression est la seule qui reste dans la tête du lecteur.
C'est le dernier coup de la cloche qui la fait long-temps vibrer.

MON AMI.

Permettez-moi de vous dire que tout journaliste qui condamne une
opinion, ou qui la loue, est tenu de motiver sa critique ou son éloge.
Bayle est là-dessus un vrai modèle. Lorsqu'il réfute une erreur, il y
supplée la vérité. Tout critique qui se conduit autrement est ou
ignorant ou de mauvaise foi. Le vôtre est à la fois l'un et l'autre.

MOI.

Oh! cela est trop fort: il ne me blâme que sur le fond des choses, qu'il
n'entend pas, et que peut-être, on le charge de blâmer; mais il me loue
de bonne foi sur le style. Il dit positivement que je suis un des plus
grands écrivains du siècle.

MON AMI.

Voilà un bel éloge!

MOI.

Sans doute, et l'un des plus beaux qu'on puisse donner aujourd'hui. Quel
est l'homme de loi, par exemple, qui ne serait pas plus flatté de passer
dans les affaires pour un fameux orateur, que pour un bon juge? la forme
est tout, le fond est peu de chose. Celui-ci n'intéresse que les
particuliers mis en cause; celle-là regarde le public, qui donne les
réputations. Sachez donc que le rédacteur du feuilleton m'a donné la
plus grande des louanges, et qu'il la préférerait pour lui-même à toutes
celles dont on voudrait l'honorer, comme d'être juste, bon logicien,
penseur profond, observateur éclairé. Les anciens pensaient à peu près
là-dessus comme les modernes. Beaucoup de Romains en faisaient le
principal mérite de Cicéron. J'ai ouï dire que ce père de l'éloquence
latine, passant un jour sur la place aux harangues, quelques citoyens
oisifs qui s'y promenaient l'entourèrent, et le prièrent de monter à la
tribune. «Que voulez-vous que j'y fasse? leur dit-il; je n'ai rien à
vous dire.--N'importe, s'écrièrent-ils, parlez-nous toujours. Que nous
ayons le plaisir d'entendre vos périodes si belles, si harmonieuses, qui
flattent si délicieusement les oreilles.» Je crois que M. de Laharpe
nous a conservé ce beau trait dans son Cours de littérature française.
Il le trouvait admirable, et le citait comme une preuve du grand goût
que les Romains avaient pour l'éloquence.

MON AMI.

C'est nous les représenter comme des imbécilles. Quel goût pouvaient-ils
trouver à entendre parler à vide? Je sais qu'il est commun à beaucoup de
nos lecteurs de journaux; mais le journaliste des Débats, qui ne sait
point faire de belles périodes, remplit tant qu'il peut son feuilleton
de malignité: voilà pourquoi il a tant de vogue. Il sait bien que le
nombre des méchans est encore plus grand que celui des imbécilles.

MOI.

Comptez-vous pour rien l'éloge si pur que le critique a fait de Paul et
Virginie?

MON AMI.

Quoi! ne voyez-vous pas que c'est pour se donner à lui-même un air de
sensibilité qui le rende recommandable à une multitude de ses lecteurs,
qui se plaignent sans cesse d'en avoir trop, tandis qu'ils se repaissent
tous les jours de ses sarcasmes? Vos ennemis louent les moindres parties
de vos travaux, pour se donner le droit, en paraissant vos amis, de
blâmer les plus importantes. Oui, je vous le dis avec franchise, les
journalistes sont des pirates qui infectent toute la littérature, ainsi
que les contrefacteurs. Ceux-ci, moins coupables, n'en veulent qu'à
l'argent; les autres, soudoyés par divers partis, attaquent les
réputations de ceux qui ne tiennent à aucun. Ils se coalisent entre eux,
quoique sous divers pavillons; ils font la guerre aux morts et aux
vivans. Quel sera désormais le sort des gens de lettres qui, sous les
auspices des muses, se dirigent vers la fortune et la gloire? A peine un
jeune homme, riche de ses seules études, s'embarque sur la mer des
opinions humaines, qu'il est coulé à fond en sortant du port: il ne lui
reste d'autre ressource que de prendre parti avec les brigands. C'est
alors que, sans peine et presque sans travail, il sera payé, redouté,
honoré, et pourra parvenir à tout.

MOI.

Vous tombez vous-même dans le défaut que vous leur reprochez. La passion
vous rend injuste. Nos journalistes ne sont point des pirates: ce sont,
pour l'ordinaire, de paisibles paquebots qui passent et repassent sur le
fleuve de l'Oubli, qu'ils appellent fleuve de Mémoire, nos fugitives
réputations. Amis et ennemis, tous leur sont indifférens. Ils n'ont
d'autre but, au fond, que de remplir leur barque, afin de gagner
honnêtement leur vie.

Ce n'est pas une petite affaire de mettre tous les jours à la voile avec
une nouvelle cargaison. Un journaliste à vide serait capable de remplir
ses feuilles de leur propre critique. J'en ai eu un jour une preuve
assez singulière. Un d'entre eux, voulant plaire à un parti puissant qui
le protégeait, s'avisa d'attaquer ma Théorie du mouvement des mers.
Comme il n'entendait pas plus celle des astronomes que la mienne, il me
fut aisé de le réfuter. Je lui répondis par un autre journal; et
j'insérai dans ma réponse quelques légères épigrammes sur sa double
ignorance. Je crus qu'il en serait piqué. Point du tout. Il m'écrivit
tendrement pour se plaindre de ce que je n'avais pas eu assez de
confiance en lui pour lui adresser ma réponse, en m'assurant que
quoiqu'il y fût maltraité, il l'aurait imprimée avec la fidélité la plus
exacte, et qu'elle aurait fait le plus grand honneur à ses feuilles. Il
est clair qu'il n'avait eu, en me provoquant, d'autre but que l'innocent
désir de gagner de l'argent en remplissant son journal. Peu de temps
après, il fut obligé d'y renoncer. Cependant les mathématiciens qui
l'avaient armé d'argumens contre moi, et poussé en avant comme leur
champion, vinrent à son secours. Ils lui firent avoir une place à la
fois lucrative et honorable. Il y a apparence que s'il eût imprimé ma
réponse, il serait resté journaliste. Mais comme les objections qu'il
m'avait faites paraissent toutes seules sur son champ de bataille, elles
avaient un certain air victorieux dont son parti pouvait fort bien se
féliciter comme d'un triomphe.

MON AMI.

Celui dont vous vous moquez était un de ces oiseaux innocens qui
voltigent au tour des greniers pour y ramasser quelques grains. Mais le
journal des Débats est un oiseau de proie: son plaisir est de s'acharner
aux réputations d'écrivains célèbres, surtout après leur mort. Comment
ne traite-t-il pas ce pauvre Jean-Jacques! A-t-il besoin de quelque
philosophe d'une grande autorité en morale? c'est Jean-Jacques qu'il
loue. Ses lecteurs, accoutumés à se repaître de sa malignité,
viennent-ils à s'ennuyer de ses éloges? c'est Jean-Jacques qu'il
déchire; il le dénonce comme la source de toute corruption.

MOI.

Il en agit donc avec lui comme les matelots portugais avec Saint-Antoine
de Pade ou de Padoue. Ces bonnes gens ont une petite statue de ce saint
au pied de leur grand mât. Dans le beau temps, ils lui allument des
cierges; dans le mauvais, ils l'invoquent; mais dans le calme, ils lui
disent des injures et le jettent à la mer au bout d'une corde, jusqu'à
ce que le bon vent revienne.

MON AMI.

Vous en riez; mais cela n'est pas plaisant pour la réputation des gens
de lettres. Voyez comme les journaux de parti en ont agi avec Voltaire
pendant sa vie. Ils l'ont fait passer pour un fripon qui vendait ses
manuscrits à plusieurs libraires à la fois, et pour un lâche
superstitieux sans cesse effrayé de la crainte de la mort. Enfin sa
correspondance secrète et intime pendant trente ans a été publiée: elle
a prouvé qu'il était l'homme de lettres le plus généreux; qu'il donnait
le produit de la plupart de ses ouvrages à ses libraires, à des acteurs,
et à des gens de lettres malheureux; que, presque toujours malade, il
s'était si bien familiarisé avec l'idée de la mort, qu'il se jouait
perpétuellement des fantômes que la superstition a placés au-delà des
tombeaux, pour gouverner les âmes faibles pendant leur vie. Aujourd'hui
le journal des Débats poursuit sa mémoire, et, ce qui est le comble de
l'absurdité, il veut faire passer pour un imbécille l'écrivain de son
siècle qui avait le plus d'esprit. Oui, quand je vois dans un
feuilleton, un grand homme, utile au genre humain par ses talens et ses
travaux, mis en pièces par des gens de lettres éclairés de ses lumières,
qui n'ont imité de lui que les arts faciles et germains de médire et de
flatter; et quand je lis ensuite, à la fin de ce même feuilleton,
l'éloge d'un misérable charlatan, je crois voir un taureau déchiré dans
une arène par une meute de chiens qu'il a nourris des fruits de ses
labeurs, ainsi que les spectateurs barbares de son supplice, tandis que
ces mêmes animaux, dressés à lécher les jarrets d'un âne, terminent
cette scène féroce par une course ridicule.

MOI.

Le calomniateur est un serpent qui se cache à l'ombre des lauriers, pour
piquer ceux qui s'y reposent. Homère a eu son Zoïle; Virgile, Bavius et
Mævius; Corneille, un abbé d'Aubignac, etc. La fleur la plus belle a son
insecte rongeur.

MON AMI.

J'en conviens; mais il n'y a jamais eu chez les anciens, d'établissemens
littéraires uniquement destinés à déchirer les gens de lettres tous les
jours de la vie. Le nombre s'en augmente sans cesse. Il y a déjà plus de
journalistes, que d'auteurs. Ceux-ci abandonnent même leurs laborieux et
stériles travaux pour le lucratif métier de raisonner, à tort et à
travers, sur ceux d'autrui.

MOI.

Vous avez raison. Mais ce genre de littérature a aussi son utilité.
Combien de citoyens, occupés de leurs affaires, ne sont pas à portée de
savoir ce qui se passe en politique, dans les lettres et dans les arts!
ils trouvent dans les journaux des connaissances tout acquises, qui
n'exigent de leur part aucune réflexion. L'âme a besoin de nourriture
comme le corps; et il est remarquable que le nombre des journaux s'est
accru, chez nous, à mesure que celui des sermons y a diminué.

MON AMI.

Et c'est par cela même que je les trouve dangereux. En donnant des
raisonnemens tout faits, ils ôtent la faculté de raisonner, et celle
d'être juste, par des jugemens dictés souvent par l'esprit de parti. Ils
paralysent à la fois les esprits et les consciences. Ceux qui les lisent
habituellement, s'accoutument à les recommander comme des oracles.
Entrez dans nos cafés, et voyez la quantité de gens qui oublient leurs
amis, leur commerce et leur famille, pour se livrer à cette oisive
occupation. Qu'en rapportent-ils chez eux? quelque maxime de morale?
quelque principe de conduite? non; mais un sarcasme bien mordant ou une
calomnie impudente contre des gens de lettres estimables.

MOI.

Au moins vous en excepterez quelques journalistes sensés, tels que le
Moniteur, le Publiciste, etc.; quant aux autres, je n'ai point trop à
m'en plaindre.

MON AMI.

Comment! pas même de ceux qui traitent de romans vos Études, où vous
avez employé trente ans d'observations?

MOI.

Plût à Dieu qu'ils fussent persuadés que mes Études sont des romans
comme Paul et Virginie! les romans sont les livres les plus agréables,
les plus universellement lus, et les plus utiles. Ils gouvernent le
monde. Voyez l'Iliade et l'Odyssée, dont les héros, les dieux, les
événemens, sont presque tous de l'invention d'Homère; voyez combien de
souverains, de peuples, de religions, en ont tiré leur origine, leurs
lois, et leur culte. De nos jours même, quel empire ce poëme exerce
encore sur nos académies, nos arts libéraux, nos théâtres! C'est le dieu
de la littérature de l'Europe.

MON AMI.

Je vous avoue que je suis fort dégoûté de la nôtre. Je ne veux plus
courir dans une carrière où des études pénibles vous attendent à
l'entrée, l'envie et la calomnie au milieu, des persécutions et
l'infortune à la fin.

MOI.

Quoi! n'auriez-vous cultivé les lettres que dans la vaine espérance
d'être honoré des hommes pendant votre vie? Rappelez-vous Homère.

MON AMI.

Qui voudrait cultiver les muses sans cette perspective de gloire
qu'elles prolongent au loin sur notre horizon? Elle consola sans doute
Homère pendant sa vie. Voyez comme elle s'est étendue après sa mort.

MOI.

Sans doute la gloire acquise par les lettres est la plus durable. Ce
n'est même qu'à sa faveur que les autres genres de gloire parviennent à
la postérité. Mais les monumens qui l'y transmettent, n'ont pas l'esprit
de vie comme ceux de la nature. Ils sont de l'invention des hommes, et
par conséquent caducs et misérables comme eux. Qu'est-ce qu'un livre,
après tout? il est pour l'ordinaire conçu par la vanité; ensuite il est
écrit avec une plume d'oie, au moyen d'une liqueur noire extraite de la
galle d'un insecte, sur du papier fait de chiffon ramassé au coin des
rues. On l'imprime ensuite avec du noir de fumée. Voilà les matériaux
dont l'homme, parvenu à la civilisation, fabrique ses titres à
l'immortalité. Il en compose ses archives, il y renferme l'histoire des
nations, leurs traités, leurs lois, et tout ce qu'il conçoit de plus
sacré et de plus digne de foi. Mais qu'arrive-t-il? A peine l'ouvrage
paraît au jour, que les journalistes se hâtent d'en rendre compte. S'ils
en disent du mal, le public le tourne en ridicule; s'ils le louent, des
contrefacteurs s'en emparent. Il ne reste bientôt plus à l'auteur que le
droit frivole de propriété, que les lois ne lui peuvent assurer pendant
sa vie, et dont elles dépouillent ses enfans peu d'années après sa mort.
Que se proposait-il donc dans sa pénible carrière? de plaire aux hommes,
à des êtres qui, comme le dit Marc-Aurèle, se déplaisent à eux-mêmes dix
fois le jour. Oh! mon ami, un homme de lettres doit se proposer un but
plus sublime dans le cours de sa vie: c'est d'y chercher la vérité.
Comme la lumière est la vie des corps, dont elle développe avec le temps
toutes les facultés, la vérité est la vie de l'âme, qui lui doit
pareillement les siennes. Quel plus noble emploi que de la répandre dans
un monde encore plus rempli d'erreurs et de préjugés, que la terre n'est
couverte des ombres de la nuit et de celles même du jour?

Le philosophe doit extirper les erreurs du sein des esprits pour y faire
germer la vérité, comme un laboureur extirpe les ronces de la terre pour
y planter des chênes. Si de noires épines en ont épuisé tous les sucs,
si le sol est plein de roches, son rude travail n'est pas perdu: ses
nerfs en acquièrent de nouvelles forces.

MON AMI.

Je travaillerai aussi pour la vérité sans tant de fatigues. Je me ferai
journaliste. Je m'assiérai au rang de mes juges.

MOI.

Pourriez-vous vous abaisser à servir les haines d'autrui? N'en doutez
pas, il y a des hommes qui n'aspirent qu'au retour de la barbarie. Ils
se réjouissent de voir les gens de lettres en guerre. Ils excitent entre
eux des querelles pour les livrer au mépris public. S'ils le pouvaient,
ils crèveraient les yeux au genre humain: ils le priveraient de la
lumière comme de la vérité, pour le mieux asservir.

MON AMI.

Dieu me préserve d'être jamais de leur nombre! Je ferai le journal des
journaux. Les auteurs fournissent aux journalistes la plupart des idées
et des tirades dont ils remplissent leurs feuilles; les journalistes me
fourniront à leur tour la malignité dont j'aurai besoin. Je tournerai
contre eux leurs propres flèches, et je m'attirerai bientôt tous leurs
lecteurs.

MOI.

Si jamais vous entreprenez des feuilles périodiques, faites-les dignes
d'une âme généreuse, et des hautes destinées où s'élève la France.
Encouragez, à leur naissance, les talens timides, en vous rappelant les
faibles débuts de Corneille, de Racine et de Fontenelle. Préparez au
siècle nouveau des artistes, des poètes, des historiens. Ce n'est point
de héros qu'il manque, c'est d'écrivains capables de les célébrer.
N'insérez dans vos feuilles que ce qui méritera les souvenirs de la
postérité. Mettez-y les découvertes du génie, et les actes de vertu en
tout genre. Ne craignez pas que vos jeunes talens fléchissent sous de si
nobles fardeaux: ils n'en prendront qu'un vol plus assuré; et la
reconnaissance des races futures suffira pour les rendre illustres. Vos
feuilles deviendront pour la France ce que sont depuis tant de siècles
pour la Chine les annales de son empire.

En parcourant cette carrière, que vous indique l'amour de la patrie,
étendez de temps en temps vos regards sur les autres parties du monde:
votre journal renfermera un jour les archives du genre humain.

Mon jeune ami se leva, me serra la main, et se retira plein d'émotion.


FIN DU TOME SECOND.



NOTES.


1 PAGE 60.

Danaüs vient d'Égypte chez les Grecs exprès pour leur apprendre à faire
des puits, tant la plus belle partie de l'Europe et la première
civilisée était encore dans l'enfance. Les Grecs furent si étonnés de
voir les filles de Danaüs tirer de l'eau d'un puits sans le vider,
qu'ils s'imaginèrent que c'était un tonneau inépuisable, ou que le seau
du puits était criblé; et voilà la fable des Danaïdes. On n'a pas de
date de l'arrivée de Danaüs, parce qu'il y a trois mille ans les peuples
policés de l'Europe n'avaient pas de chronologie.

Quatre cent cinquante ans avant la fondation de Rome, Minos construisit
les premiers bateaux. Dédale, dans le même temps, inventa les outils,
l'art du charpentier, et les voiles de vaisseaux, qui passèrent pour des
ailes; de là l'histoire de son fils Icare.

L'art de sculpter commença à Scio 300 ans avant la fondation de Rome.
Celui de peindre et de jeter en fonte ne fut inventé que du temps de
Phidias, l'an de Rome 308. D'autres arts encore plus utiles avaient une
moindre antiquité.

Voyons en quel temps ils ont commencé chez les Romains. Avant Servius
Tullius on ne battait point monnaie. Il fut le premier qui en fit
frapper de cuivre. C'étaient des as qui pesaient deux livres, comme les
pièces de Suède d'aujourd'hui. Ce ne fut que l'an de Rome 585 que l'on
battit pour la première fois de la monnaie d'argent, et ce ne fut qu'en
647 que l'on frappa de la monnaie d'or[12]. On ne vécut à Rome que de
bouillie ou de fromentée jusqu'à l'année 580, où pour la première fois
les boulangers et les médecins grecs vinrent s'établir à Rome.

  [12] Depuis les Romains, on a imaginé de la monnaie de papier. Comme
    on voit, tout se perfectionne. J'ai perdu, sur cette perfection de
    l'art, trente-trois pour cent. Je ne sais pas si les autres arts
    font d'aussi grands progrès.

L'agriculture n'était pas plus avancée. Les Grecs avaient tiré la vigne
de l'Asie, selon Plutarque. Elle passa ensuite chez les Latins; mais le
vin était si rare sous Numa, qu'il défendit qu'on en arrosât les bûchers
des funérailles. Lucius Papinianus, général contre les Samnites, fit
voeu d'en offrir un petit gobelet à Jupiter s'il gagnait la bataille:
tant le vin alors était rare, dit Pline.

Selon Fenestella, l'an de Rome 183, il n'y avait point d'oliviers en
Italie, en Espagne, ni en Afrique. Pline dit qu'en 440 il n'y avait
d'oliviers en Italie qu'à 40 milles de la mer, et que l'huile ne devint
commune qu'en 690: mais sous Caton on n'avait pas encore imaginé
d'exprimer de l'huile d'autres graines que de l'olive.

Quant aux légumes, les Romains tirèrent les échalottes, ou ascalonites,
d'Ascalon en Judée; les oignons, et la chicorée dont le nom _chicorium_
est égyptien, de Chypre et d'Égypte; la menthe et cinq sortes de navets,
de Grèce; la poirée blanche, de Sicile; les choux, de Naples; les
cardons, de Carthage; le chervi ou carvi, de Carie; les melons de
Lacédémone et de Béotie.

Ils avaient importé de même la plupart de leurs arbres fruitiers des
pieds plus orientaux: les figuiers, des environs de Troie, d'Hyrcanie et
de Syrie; les citronniers, de la Médie; les noyers et les pêchers, de la
Perse; le néflier, le cognassier, le cyprès et le plane, de Crète; le
châtaignier, de Sardaigne; le myrte, de la Grèce; les lauriers, de
Delphes et de Chypre; les grenadiers, d'Afrique; beaucoup d'espèce de
pommiers et de poiriers, du royaume d'Epire. Les pruniers, du temps de
Caton, étaient fort rares: ceux que nous appelons de Damas, venaient
d'Arménie. De son temps, il n'y avait point d'amandiers en Italie. Les
avelines vinrent à Rome du royaume de Pont, d'où Lucullus apporta aussi
les cerises; les pistaches furent apportées de Syrie par Vitellius, et
les jujubes, par le consul Papinianus, sous Auguste.

Les Gaulois ont tiré de l'Italie leurs arts et leurs végétaux. De quoi
vivaient-ils donc quand les Romains n'avaient encore ni légumes, ni
fruits, ni pain, ni vin, ni argent, ni industrie? S'ils vivaient en
peuples pasteurs, ils n'étaient pas nombreux. Et qu'étaient-ce alors que
les nations du Nord? Celles qui firent une incursion en Italie du temps
de Marius, étaient probablement des nations errantes comme celles du
Canada. Les Scythes les chassaient vers l'occident et vers le midi.


2 PAGE 60.

Les jeunes filles chantaient à Rome, dans les jeux séculaires:

    Ritè maturos aperire partus
    Lenis Ilithyia, tuere matres,
    Sive tu Lucina probas vocari,
        Seu Genitalis;

    Diva, producas sobolem, Patrumque
    Prosperes decreta super jugandis
    Feminis, prolisque novæ feraci
        Lege maritâ.

HORAT., Carmen seculare.

Ce qui veut dire: «Donnez à nos mères d'heureux accouchemens, douce
Lucine, qui présidez à la naissance des hommes; déesse de la génération,
préparez pour nous une nouvelle postérité, et faites réussir les lois du
sénat en faveur des mariages.»



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES

DANS CE VOLUME.


  Lettre XX. Départ de Bourbon. Arrivée au Cap.                   page 5
  Lettre XXI. Au Cap. Voyage à Constance et à la montagne de
    la Table.                                                         11
  Lettre XXII. Qualité de l'air et du sol du cap de
    Bonne-Espérance; plantes, insectes et animaux.                    23
  Lettre XXIII. Esclaves, Hottentots, Hollandais.                     33
  Lettre XXIV. Suite de mon journal au Cap.                           42
  Lettre XXV. Départ du Cap. Description de l'Ascension.              47
  Lettre XXVI. Conjectures sur l'antiquité du sol de l'Ascension,
    de l'Ile-de-France, du cap de Bonne-Espérance, et de l'Europe.    54
  Lettre XXVII. Observations sur l'Ascension. Départ. Arrivée
    en France.                                                        62
  Lettre XXVIII et dernière. Sur les voyageurs et les voyages.        73
  Conseils à un jeune colon de l'Ile-de-France.                       85
  Dialogue premier. Des arbres.                                       91
  Dialogue second. Des fleurs.                                       105
  Dialogue troisième. Des fruits.                                    115
  Explication de quelques termes de marine.                          131
  Voyage en Silésie.                                                 151
  Le Café de Surate.                                                 163
  Dialogue sur la critique et le journaux.                           179
  Notes.                                                             195


FIN DE LA TABLE DU TOME SECOND.



note du transcripteur


La numérotation des pages de l'original comporte une lacune de deux
pages entre _Le café de Surate_, et le _Dialogue sur la critique_,
correspondant vraisemblablement à une erreur de numérotation, le texte
étant par ailleurs complet.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyage à l'Ile-de-France (2/2)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home